Les actualités à Madagascar du Mardi 31 Décembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara291 partages

Football-Barea : Ludovic Ajorque a dit oui

Ludovic Ajorque, né le 25 février 1994 à Saint-Denis, un footballeur qui joue au poste d’avant-centre au RC Strasbourg.

Tardif certes, mais le oui de Ludovic Ajorque pour les Barea est une très bonne chose pour redonner du tonus à la ligne offensive des Barea. Et ce ne sera pas Nicolas Depuis qui dirait non à cette belle opportunité car il connaît très bien cet attaquant de Strasbourg et son potentiel énorme sur les balles aériennes du haut de ses 1m92. À seulement 25 ans, Ludovic Ajorque reconnaissant ses origines malgaches, a tout pour être un cadre des Barea à la pointe de l’attaque où il peut bénéficier des centres de Carolus qui retrouve son poste de prédilection sur le côté droit ou à gauche par Bolida. Alors que, si son arrivée se confirme, sera certainement la bête noire des Éléphants de Côte d’Ivoire dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2021.

Clément RABARY

Midi Madagasikara28 partages

Décentralisation : Vers la suppression des provinces

L’Administration Ntsay mise sur les gouverneurs de régions pour mettre Madagascar sur la route de l’émergence.

Un éventuel référendum constitutionnel conduirait à la suppression des provinces en tant que collectivités territoriales décentralisées (CTD).

La loi de Finances pour 2020 dont les dispositions viennent d’être mises en vigueur par voie d’ordonnance par le président de la République prévoit un budget de 27 milliards d’ariary alloué à l’organisation de deux élections. Des indiscrétions ont permis de savoir qu’il s’agit des Sénatoriales anticipées et d’un référendum constitutionnel. Ce référendum constitutionnel permettrait au régime en place de poursuivre sa réforme institutionnelle dictée par les impératifs de la mise en œuvre de l’IEM, du « Velirano » du président de la République et de la Politique Générale de l’Etat présentée à l’Assemblée nationale par le  Premier ministre Ntsay Christian. Cette fois, cette réforme institutionnelle toucherait un niveau des Collectivités territoriales Décentralisées que sont  les provinces. L’article 157 de la Constitution dispose : « Les provinces sont des collectivités territoriales décentralisées dotées de la personnalité morale, de l’autonomie administrative et financière. Elles assurent la coordination et l’harmonisation des actions de développement d’intérêt provincial et veillent au développement équitable et harmonieux des collectivités territoriales décentralisées dans la province. Les provinces mettent en œuvre la politique de développement d’intérêt provincial défini et arrêté en conseil provincial. En collaboration avec les organismes publics et privés, elles dirigent,  dynamisent, coordonnent et harmonisent le développement économique et social de l’ensemble de la province et assurent, à ce titre, la planification, l’aménagement du territoire et la mise en œuvre de toutes les actions de développement. »

Transition. Mais contrairement aux communes, les provinces prévues par l’actuelle loi fondamentale n’ont jamais été effectives. Quant aux régions, un autre niveau des collectivités territoriales décentralisées, leur effectivité n’est pas totale étant donné que les structures fonctionnent alors que les chefs de région ne sont pas encore des personnalités élues conformément aux dispositions du 1er alinéa de l’article 154 de la Constitution selon lesquelles « la fonction exécutive est exercée par un organe dirigé par le chef de région élu au suffrage universel ». Depuis l’adoption du décret n°2019-1866 relatif au gouverneur, le pouvoir en place met en œuvre une transition menant vers l’effectivité des régions en tant que collectivités territoriales décentralisées. Cette transition se matérialise par la nomination des gouverneurs à la tête des régions de Madagascar. L’article premier de ce décret stipule : « En application des dispositions de l’article 325 de la loi n° 2014-020 du 27 septembre 2014 susvisée, la fonction exécutive de la Région est exercée par un chef de région portant le titre de « gouverneur ». » L’article 7 du même texte règlementaire prévoit : « Le Gouverneur est chargé de l’identification, de la programmation et de la mise en œuvre des activités de développement d’envergure régionale, conformément aux dispositions législatives et règlementaires en vigueur. ». Avec la probable suppression des provinces, aucune autre structure ne serait placée au-dessus des gouvernorats de région. Dans ce cas, les gouverneurs de région rendraient directement compte au gouvernement et au président de la République.

Décentralisation émergente. En tout cas, la mise en œuvre de l’IEM a conduit à l’adoption d’un nouveau concept dénommé décentralisation émergente. La tenue de la table ronde interministérielle sur le thème « Politiques sectorielles coordonnées pour une décentralisation émergente » témoigne de la volonté réelle du pouvoir en place à aller de l’avant pour une décentralisation effective à Madagascar. Les participants à cette table ronde étaient unanimes sur le fait que la politique de décentralisation est une de ces politiques publiques intersectorielles, constituée de programme d’actions délibérées et coordonnées en vue du développement participatif, équilibré et harmonieux du territoire national. « La décentralisation n’est pas une option, mais une obligation pour l’émergence de Madagascar. », a même déclaré le  Premier ministre Ntsay Christian durant la table ronde qui s’est tenue au Carlton Anosy du 17 au 18 décembre dernier. La concertation de deux jours à laquelle ont activement participé les gouverneurs de région a permis de mener des réflexions sur les démarches à entreprendre pour une rationalisation de l’Administration publique au service des collectivités territoriales décentralisées et le financement de la décentralisation. A rappeler que le « Velirano » n°12 du président de la République, repris par la politique générale de l’Etat, préconise l’autonomie et la responsabilisation des collectivités territoriales décentralisées. Et le pouvoir en place entend rattraper le retard de Madagascar en matière de développement avec cette autonomie et cette responsabilisation des CTD.

R.Eugène

Midi Madagasikara26 partages

Région Atsimo Andrefana : Objectifs atteints et dépassés en moins de trois mois

Tovondrainy Ranoelson Edally, Gouverneur de la Région Atsimo Atsinanana.

Le propre de la jeunesse c’est d’aller vite. Tovondrainy Edally, Gouverneur de la Région Atsimo Andrefana, 35 ans, connaît des raccourcis pour aller plus vite. Outre la vitesse, l’homme fort de Toliara se fait aider par deux personnes très importantes : le Préfet Solondraza Lydore et la Secrétaire Générale Nomenjanahary. Un trio de choc!

A peine trois mois de gouvernorat, la plus grande région de l’île est gérée adroitement pour obtenir les meilleurs résultats.Il n’est plus à démontrer, que la RAA possède la plus longue plage de l’île. Un projet pilote a été créé, un atout pour la pêche (économie bleue) et tourisme (destination île Vanille), raison pour laquelle les touristes abondent en ce moment.

Le plus grand barrage de l’île. Suivant les différents plans d’aménagement du territoire, le trio exécutif de la Région a décidé de procéder à la maîtrise des cours d’eau traversant la RAA, à savoir : Onilahy, Mangoky, Lita, Fiherenana, Manombo. Ainsi divers barrages vont se dresser pour irriguer du côté de Taheza (Bezaha) au Sud de Tuléar. Au Nord, le périmètre du Bas -Mangoky (Tanimieva-Ambahikily) extension de 5.000 à 10.000ha (financement BAD). Nettoyage du canal de Bevava, bouché depuis longtemps, pourtant artère alimentant Betioky, Fotadreva, et Bezaha. Des mini-tracteurs et décortiqueuses ont été distribués pour encourager les cultivateurs afin de récolter de bons rendements.

Social. La Commune Urbaine de Toliara avait accumulé des dettes.Le personnel n’était pas payé depuis quatre mois, d’autres depuis six mois. Dette effacée grâce à l’intervention du Ministre Coach Roberto Tinoka. La ville qui vient de passer des fêtes de Noël arborait tristement des ordures un peu partout. Ce qui fut résolu par le mouvement Tagnamaro, qui consiste à prêter main forte, action exécutée par des tuléarois de bonne volonté. Le gouverneur Edally a remarqué que ce sont toujours des ressortissants de la RAA qui remportent souvent des coupes, aussi le sport scolaire a été fortement encouragé par des dons en nature, outre leurs médailles. Toutes les EPP des neuf districts ont ouvert des cantines scolaires, avec l’aide du Programme Alimentaire Mondial (PAM), pour mieux retenir les enfants en classe.

Sécurité. Le Dinabe reste en tête des outils de sécurité par excellence. On sait qu’une remise à niveau est nécessaire pour le Dinabe. Désormais, les responsables seront des élus et non plus désignés. Ainsi, la RAA est déclarée « Zone Blanche », zéro acte de banditisme dans les neuf districts. Même le Dinabe est touché par la lutte contre la corruption. Une convention fut signée avec le Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco) le 20 Novembre dernier. En cas d’inondation ou de catastrophe naturelle, des pompes, des motos et des pirogues à moteurs sont disponibles, grâce au BNGRC (Bureau National de Gestion de Risques et de Catastrophes). Une vitrine (composée de plusieurs stands d’arts et de fruits) sera organisée à l’entrée de la ville de Toliara. Objectif : servir tous ceux qui entrent et sortent de la ville du Soleil pour l’achat d’un souvenir. Certes, la ville est moins illuminée qu’avant, des vandales ont abîmé les jeux de lumière. Mais Padev (Programmes pour le Développement des Villes, financement AFD) donne espoir de nouveau. Une grande transformation est attendue courant 2020, et cela grâce à la force de lobbying et négociation du trio de la Région Atsimo Andrefana.

Charles RAZA

Midi Madagasikara13 partages

Litige foncier : Conflit au sein de la population de Soavinandriana

Fidèle, cultivateur, a déclaré n’avoir aucune autre activité professionnelle si on le prive de ce terrain. (Crédit photo : Princy)

Récemment, Antananarivo a affiché de nombreux cas de litige foncier. Juste à quelques jours de Noël, un autre problème à ce sujet vient justement d’apparaître à Soavinandriana. Un conflit concernant une propriété d’une surface de 560 hectares a entraîné un choc entre les habitants de la commune.

Le jeudi 19 décembre dernier, la population de Soavinandriana a éclaté suite à un problème foncier qui impliquerait un ancien ministre du temps de la deuxième République. En ce moment, 9 civils seraient en détention provisoire à la prison de Miarinarivo à la suite d’un affrontement qui a eu lieu à Ampalaha dans la commune de Soavinandriana Itasy. Selon les représentants des 300 foyers de cette commune, le terrain de 569 ha, objet du conflit, leur appartiendrait,  puisqu’ ils l’ont cultivé depuis plus de cent ans. De l’autre côté, l’ancien ministre et son équipe disent détenir les papiers réglementaires qui attestent qu’ils sont les propriétaires légaux de ce terrain. Cette mésentente a entraîné un affrontement qui s’est soldé par l’emprisonnement de 17 personnes.

Mais toujours selon les représentants des 300 toits de la commune entendus au bureau du SIF (Sehatra Iombonan’ny fananan-tany) à Faravohitra, ce problème dure depuis des années, puisque la personne qui se dit être propriétaire du terrain est déjà passé en 1988 pour réclamer son bien. Mais à l’époque, ce dernier n’aurait pas donné suite à sa requête et c’est seulement aujourd’hui qu’il réclame à nouveau les 560 hectares. Suite à la détention des 9 personnes sur les 17 sept personnes arrêtées le 19 décembre, les représentants des 252 ménages revendiquent la libération de ces derniers et une future discussion sur les solutions qui pourront résoudre ce conflit foncier opposant la population à celui qui détient les documents légaux de la propriété. Pour eux, la libération des villageois leur permettrait  de préparer leur défense au sein de leurs familles.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara9 partages

Jirama Ambositra : Vol de 170 l de gasoil, des voleurs pris en flagrant délit

La gendarmerie a arrêté, vendredi dernier, les trafiquants de gasoil à la centrale thermique de la Jirama d’Ambositra. Les résultats ont été concluants dans la mesure où ces agents des forces de l’ordre ont pu appréhender sur le fait 9 employés de ce sous groupement dont 2 agents de quarts et 7 gardiens. Ces voleurs ont été trouvés en possession de 170l de gasoil logés dans 9 bidons de 20 l chacun. 12 bidons vides servant encore à d’autres opérations ont été surpris chez ces malfaiteurs. Cette opération a été rendue possible  par la gendarmerie, et grâce aux renseignements fournis par des personnes de bonne volonté sur ces vols de gasoil qui ont eu cours au sein du sous groupement de cette ville ces derniers temps. Il reste à ces limiers de découvrir les receleurs et leurs complices de ce détournement et vol de biens publics. Les accusés ont été placés sous mand at de dépôt. A noter également que certaines imperfections ont été constatées au niveau des recouvrements des factures au sein de certains abonnés où la complaisance règne encore et bien d’autres. L’on signale aussi, que des poteaux en bois sont déjà vétustes dans certains quartiers et leurs remplacements s’avèrent nécessaires pour éviter des accidents en cette période pluviale.

Anastase

Midi Madagasikara1 partages

Banque Africaine de Développement : Akinwumi Adesina sollicité pour un second mandat

Le président du Groupe de la BAD (Banque Africaine de Développement) a enregistré de grands succès durant son premier mandat à la tête de la première institution financière en Afrique. Avec ses cinq priorités communément appelées High-5, il a réalisé un grand pas en avant dans la transformation de l’Afrique. Aujourd’hui, à la fin de son mandat, ce président du Groupe de la BAD est sollicité pour un second mandat. Le 23 décembre dernier, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a approuvé sa candidature. La décision a été annoncée à l’issue de la 56e Session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO. « Compte tenu de la performance exceptionnelle d’Akinwumi Adesina au cours de son premier mandat en qualité de président de la Banque africaine de développement, la Conférence approuve sa candidature pour un second mandat », a déclaré la CEDEAO dans un communiqué publié après la réunion.

Engagé. Akinwumi Adesina est le huitième président élu du Groupe de la BAD. Il a été élu le 28 mai 2015 pour un mandat de cinq ans par le Conseil des gouverneurs de la Banque lors de ses Assemblées annuelles, à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Le même processus électoral s’y déroulera en 2020. Akinwumi Adesina est un économiste renommé, spécialiste du développement. Il a occupé plusieurs postes de haut niveau à l’échelle internationale, notamment au sein de la Fondation Rockefeller ; il a également été ministre nigérian de l’Agriculture et du Développement rural de 2011 à 2015, une carrière largement saluée pour les réformes qu’il a menées dans le secteur agricole. L’ancien ministre a apporté le même élan à la BAD, en faisant de l’agriculture l’un des domaines prioritaires de l’organisation. Durant son premier mandat à la présidence de la BAD, Akinwumi Adesina a réalisé deux visites officielles à Madagascar, au cours desquelles, il a souligné que la Grande-île de l’Océan Indien figure parmi les pays privilégiés par le Groupe de la BAD. D’ailleurs, il a adopté un enfant dans le sud de Madagascar, victime de malnutrition chronique, mais qui a l’ambition de devenir médecin et qui avance bien actuellement dans ses études, grâce au soutien du président du Groupe de la BAD.

 Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Mohamady Sakra : Pour une aide conséquente aux districts de Soalala et de Besalampy

L’ancien député élu de Besalampy et non moins membre du CFM, Mohamady Sakra.

L’ancien député élu de Besalampy et non moins membre du CFM, Mohamady Sakra, s’exprime sur la situation dans laquelle se trouve les districts de Solala et de Besalampy suite au passage du cyclone Belna. Cet originaire de ces deux localités n’a pas manqué de rappeler que l’exploitation du gisement de fer à Soalala exploité par consortium WISCO a apporté sa contribution notamment du temps de la Transition. Il a cité, entre autres, la réalisation du stade de Maki, du coliseum et des hôpitaux « manara-penitra ». Il tient d’ailleurs à préciser que le gisement se trouve à Ambohipaky (Soalala) et Ankasakasa (Besalampy). Il estime ainsi que les deux districts susmentionnés ont des difficultés à la suite du passage de ce cyclone et qu’ils devraient bénéficier d’une aide adéquate, vu les apports financiers qu’ils ont contribué pour l’économie nationale. C’est un juste retour des choses, pense cet ancien député. Il y a effectivement l’aide octroyée par le gouvernement malgache mais les dégâts occasionnés par Belna sont énormes, c’est pourquoi il lance ainsi un appel au  président de la République et au ministre de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics à se pencher sur le cas de ces deux districts.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Lu pour vous…

« Concept webérien  » éthique protestante – capitalisme  » et contexte de pauvreté, le cas malgache »

La couverture de « Concept webérien  » éthique protestante – capitalisme  » et contexte de pauvreté, le cas malgache ».

La sulfure et l’église protestante s’oppose, se parallélise, s’accroche et se met à dos dans « Concept webérien  » éthique protestante – capitalisme  » et contexte de pauvreté, le cas malgache » d’Aina Andrianavalona Razafiarison (Editions L’Harmattan, 2017).

« Si l’église entre dans la politique, elle devrait aussi entrer dans l’économie. Surtout l’économie même », signale l’auteur pour impulser une sorte de guide à la lecture de l’ouvrage. Cependant, il est intéressant, puisqu’il transpose au contexte malgache un grand classique des sciences humaines. D’autant que le protestantisme s’est placé en tant que réforme religieuse, période de l’avènement du capitalisme.

Dès lors, dans une perspective conceptuelle, « Concept webérien  » éthique protestante – capitalisme  » et contexte de pauvreté, le cas malgache » s’étale sur les concepts dans le chapitre I : Weber face aux autres courants de pensées économiques. La contextualisation se poursuit, tout en adoptant une posture plus théorique, jusque dans le chapitre V, avec « Analyse du concept weberien : interprétation de la pensée calviniste ».

Dans ce chapitre, l’auteur signale, « qu’est- ce qui fait dire à Weber que l’éthique protestante a une affinité avec l’esprit du capitalisme ? ». Il y théorise la relation entre quête du bien par le travail, dans le temporel, et l’ascétisme cher à Calvin, un des fondateurs des préceptes protestants.

La deuxième partie du livre, débutant en chapitre VI, « Application du modèle transformationnel weberien face au temps malgache » constitue la partie immergée de l’iceberg. Avec ses complexités, ses relations obscures et surtout l’envie de mettre en évidence une forme de déni conceptuel. Sur les derniers chapitres de l’ouvrage, « Concept webérien  » éthique protestante – capitalisme  » et contexte de pauvreté, le cas malgache » s’intègre parfaitement dans la réalité 2019.

« Je suis protestant », avoue Aina Andrianavalona Razafiarison dont l’œuvre devrait guider quelques réflexions des érudits dans cette religion, et il y en a parmi les plus reconnus de Madagascar.  Par ricochet, il donne aussi matière à penser aux autres obédiences : catholiques, musulmanes… Pas dans une mise en commun d’une idée ou d’une vision du monde, mais surtout dans la révision de leur relation avec l’humain, le malgache et son pays.

D’où le concept d’utilité sociale, quand le discours des religieux s’installent de plus en plus dans la politique et l’économique. Comme ses ouailles espèrent à part le message d’espoir divin.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara1 partages

Syndicalistes du SAMVA : Renforcement de la Manifestation ce jour

Les syndicalistes du SAMVA promettent une manifestation conséquente ce jour. « Une suite logique de ce qui a été initié hier et qui entend permettre des retours favorables de la part des responsables auprès du Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo », si l’on s’en tient aux dires d’Ignace Razafindrafidy, syndicaliste auprès de l’organisme joint au téléphone hier. « Nous allons renforcer notre manifestation demain (ce jour) et nous allons faire en sorte de satisfaire nos revendications qui ne datent pas d’aujourd’hui », a interpellé notre interlocuteur. Interrogé sur le pourquoi de la manifestation d’hier, Ignace Razafindrafidy d’expliquer « le SAMVA doit encore trois mois de salaire impayés à ses employés. Outre cela, le directeur général du SAMVA a refusé de nous octroyer notre prime de fin d’années ». Profitant de l’appel téléphonique, Ignace Razafindrafidy de préciser « le problème est de fond et que d’autres motifs ont poussé les employés du SAMVA à se manifester ce jour (hier) ». Ainsi, « les employés de l’organisme ne disposeraient ni de règlement intérieur ni de convention de travail » d’après toujours les explications de notre interlocuteur. « Ce qui impacteraient sur la jouissance de certains droits » d’après ce dernier. « On nous profère des menaces de renvois lorsqu’on se manifeste. L’on nous convoque directement pour nous expliquer lorsqu’on émet des avis sur comment devraient être menés les choses ici. Des employés se sont faits renvoyés », s’est-il lamenté. Il conviendrait de savoir qu’une rencontre avec un responsable aurait eu lieu hier. Ce qui aurait déçu les syndicalistes. « Le DG est parti et a envoyé un responsable qui ne peut rien faire du tout pour satisfaire nos revendications. Une pratique qui n’est pas nouvelle avec ces responsables qui décident de fuir leurs responsabilités et de nous mener en bateau à coup de on va résoudre votre problème mais non pas aujourd’hui depuis des années ».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Karaté-JKA : Andriamanarivo Rajaonarison et Dadou Rafierenana promus 5e Dan

Shihan Daniel Lautier à la rescousse des karatékas malgaches.

Pour le 30e anniversaire du Madagascar Japan Karate Association (MJKA), deux techniciens malgaches ont été promus 5e dan JKA, le week-end dernier. Ainsi, 420 karatékas ont suivi un stage avec Shihan Daniel Lautier.

C’est officiel, pour une toute première fois dans son histoire, Madagascar Japan Karate Association (MJKA) compte deux karatékas qui ont désormais la ceinture noire 5e dan, le grade le plus élevé existant dans la Grande Ile. Il s’agit du sensei Andriamanarivo Rajaonarison, il demeure une figure emblématique de l’association, qui est aussi l’actuel président de Madagascar JKA. Il avait terminé ses examens de passage de grade en France l’an dernier. Le second est le sensei Dadou Rafierenana, le directeur technique national. Quant à lui, il a passé ses examens il y a deux ans. En effet, puisque le Shihan Daniel Lautier est de passage au pays pour diriger un stage, ce technicien titulaire du 7e Dan JKA a procédé à la remise officielle de leurs diplômes, qui s’est tenue samedi dernier à l’ANS Ampefiloha. En outre, une dizaine de karatékas ont aussi reçu leur diplôme.

Sur le même sujet, le stage animé par Shihan Daniel Lautier était un grand succès. Un nombre important de participants a été enregistré pour cette édition 2019, on a dénombré 420 karatékas.« En cette période de fête, on n’attendait pas à avoir cet effectif, mais cela prouve que la JKA est un club actif et reconnu par beaucoup de gens. Les participants sont issus de la ligue Haute Matsiatra, de Vakinankaratra, d’Atsimo Andrefana, de Menabe, d’Atsinanana, de Boeny et d’Analamanga. Seules les régions de Sava et de Diana n’ont pas eu de représentants» a fait savoir le président Andriamanarivo Rajaonarison.

Ce stage est marqué par la pratique des trois exercices fondamentaux en karaté dont l’objectif est d’harmoniser les techniques de la JKA dans le monde. D’abord, comme toujours, il y avait le kihon, il s’agit d’un enchaînement de mouvements, aussi bien des déplacements que des attaques ou des blocages, des esquives, des contres, effectués dans le vide, c’est-à-dire sans partenaire. Ensuite le kata, pour l’orientation et la maîtrise de plusieurs mouvements afin de trouver la technique de combat. Et enfin le kumité ou combat.

Les hauts gradés du Madagascar Japan Karate Association (MJKA).

Toujours satisfait, Shihan Daniel Lautier a annoncé : «  Depuis 30 ans que je viens ici chaque année, et chaque passage est exceptionnel. Le nombre de participants est toujours croissant. Ce stage entre dans la préparation au championnat du monde au Japon en 2020. Madagascar aura effectivement une délégation. Cependant, il faut encore un grand travail pour y arriver. Les dirigeants feront encore un programme plus amélioré et une détection des athlètes. On ne réclame pas un nombre maximum de participants mais au moins ceux qui vont y participer feront le nécessaire pour donner de bons résultats pour la première fois ».

Ainsi, il était prévu aussi une formation pour les instructeurs et les assistants du MJKA. Le deuxième stage aura lieu du 4 jusqu’au 6 janvier 2020 à Manambato. Plus de 200 participants y seront attendus selon les explications.

 Légende1 : Shihan Daniel Lautier à la rescousse des karatékas malgaches.

 Légende2 : Les hauts gradés du Madagascar Japan Karate Association (MJKA).

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Rougeole : Quid de la fin d’épidémie ?

Depuis la déclaration de l’épidémie, la rougeole a fait des milliers de victimes à Madagascar.

De septembre 2018 à décembre 2019, soit un an et trois mois,  l’épidémie de rougeole sévit dans le pays. La déclaration de fin d’épidémie est toujours attendue.

Longue. C’est ce qui définit le mieux l’épidémie de rougeole qui a sévi  dans le pays depuis le mois de septembre 2018. Selon les explications retenues par les responsables auprès du ministère de la Santé publique : « La déclaration est tributaire du seuil épidémique. On ne peut la faire tant que l’on notifie des cas cliniques ».  On serait toujours en attente dudit « seuil » actuellement si l’on suit la logique du ministère. En effet, la déclaration d’épidémie ne pourrait être effectuée « si aucun district ne notifie au moins cinq (5) cas suspects ou trois (3) cas confirmés en quatre semaines successives ». D’un autre côté, les informations concernant la situation réelle de l’épidémie sont difficilement accessibles. Les dernières données recueillies au mois de septembre 2019 dernier font état de « 204 407 cas enregistrés dont 948 décès ». Soit, « un taux de létalité de 0,5% » selon toujours les mêmes données. On attend donc que les autorités compétentes déclarent la fin de l’épidémie de rougeole. Entre temps, l’on n’est actuellement pas en mesure de savoir si le risque toujours. Ce qui est sûr c’est que l’on n’a plus relevé de cas que ce soit dans les districts ou à l’échelle nationale. Ce qui pourrait être une bonne chose finalement.

Couvertures. Les campagnes de vaccination menées par l’Etat avec ses partenaires techniques et financiers ont permis de cibler des millions d’enfants dans toutes les régions du pays. Les faits sont toutefois là, le pays accuse un faible taux de couverture vaccinal. Celui de 2017 était de 58% selon un bulletin d’information sur les flambées épidémiques publié par l’OMS ou Organisation Mondiale de la Santé au mois de janvier 2019 dernier. La troisième et dernière campagne de vaccination contre la rougeole dans le pays remontant au mois de mars et d’avril dernier,ladite campagne devrait avoir ciblé quatre millions d’enfants âgés de six mois à neuf ans répartis dans 19 régions du pays. Aucune information concernant les résultats de la troisième phase de vaccination anti rougeole n’est encore disponible jusqu’à maintenant. Pour l’heure, l’on est dans l’expectative…le silence du ministère de tutelle concernant la situation est assez assourdissant.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

ONTM : 76 contacts établis lors d’un busmeeting en France

Des rencontres organisées à bord d’un bus aménagé en neuf espaces de travail.

L’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) ne ménage pas ses efforts pour promouvoir la destination Madagascar.

A preuve, il a participé à un busmeeting dans le sud-est de la France en étroite collaboration avec la compagnie aérienne nationale Air Madagascar et les autres institutions en charge du tourisme. A bord d’un autocar aménagé en neuf espaces de travail, la délégation malgache a eu l’occasion de rencontrer un maximum d’agences de voyages en région Sud-est de la France. En fait, elle a pu organiser huit rencontres avec des professionnels du tourisme français dans huit villes différentes, à savoir, Lyon, Grenoble, Avignon, Toulon, Ajaccio, Bastia, Nîmes, Marseille. « Nous leur avons présenté les riches nouveautés en matière d’offres et produits touristiques de la destination Madagascar. Et le bilan de ce roadshow organisé dernièrement dans l’Hexagone était positif. En effet, 76 contacts ont pu être établis lors de ce busmeeting », selon les explications des responsables de l’Office National du Tourisme de Madagascar.

Accroître les opportunités d’affaires. Dans la même foulée, les promoteurs de la destination Madagascar ont organisé un jeu lors de la clôture de la tournée du BusMeeting à Marseille. Divers lots ont été ainsi offerts. On peut citer, entre autres, un billet d’avion aller-retour France-Madagascar et un séjour au Talinjoo Hôtel localisé dans la ville de Fort-Dauphin. Et après ce busmeeting, un autre roadshow a été ensuite organisé dans quatre autres villes de France, à savoir Nice, Toulouse, Bordeaux et Mulhouse, et ce, en partenariat avec Air Madagascar. « L’objectif consiste à accroître les opportunités d’affaires des opérateurs touristiques malgaches. La délégation malgache a pu organiser dix rencontres en porte-à-porte à Nice et à Mulhouse tandis que des échanges avec 58 agents de voyages et Tours Opérateurs français ont eu lieu dans les deux autres villes, dans le cadre de ce roadshow. A cette occasion, nous avons présenté la destination Madagascar, et ses produits touristiques phares ainsi que ses nouveautés dans l’hôtellerie, les circuits et les autres activités », selon leurs dires.

Découverte du Sud. Par ailleurs, l’ONTM a organisé un voyage de presse à l’intention de quatre journalistes français toujours dans le but d’accroître la visibilité de la Grande île en tant que destination touristique auprès du public français. Durant leur séjour, ils ont découvert le Sud malgache, incluant le Parc National de l’Isalo, la population des Mikea et leur forêt ainsi que le village des pêcheurs d’Andravona. Un spécialiste de la population Mikea et un expert en plongée ont été mobilisés pour leur fournir le maximum d’informations sur cette destination intérieure, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Miaramila maty tany Belobaka : Nosamborin’ireo dahalo, nampijalijaliana vao novonoina ho faty

Ny sabotsy teo no nigadona teny amin’ny toby miaramila RM1 Analakely ny nofo mangatsiakan’ny Kapôraly Albert, lavo an-tanim-piadiana tany amin’iny faritra Bongolava iny, tao amin’ny kaominina Belobaka, ary hita faty ny faran’ny herinandro lasa teo. Raha ny fanazavàna azo dia efa ny 24 desambra lasa eo no voalaza fa tafasaraka tamin’ny namany ary tsy hita intsony izy. Nanamboka teo ny fikarohana azy ary efa ny vatana mangatsiaka sisa no hita ny zoma lasa teo. Novonoina tamin’ny fomba feno habibiana tokoa ilay miaramila, ary tsikaritra fa toa hoe nampijalijaliana vao notaperina ny ainy.

Ny zava-nisy, araka ny vaovao voaray : mpanao dabokandro maromaro no notafihana andian-dahalo an-jatony teo ho eo, nirongo fitaovam-piadiana, raha avy any Antsalova hizotra ho any Tsiroanomandidy. Niantso vonjy tamin’ireo mpitandro filaminana tany amin’iny faritra iny ireto voatafika. Nandray ny andraikiny avy hatrany ireo zandary, nanara-dia ireo dahalo, nampiana miaramila telolahy avy tamin’ny Tafika. Anisan’ireo ity miaramila maty ity. Vetivety ihany dia tratra ireo andian-dahalo ary raikitra ny fifandonana. Tamin’io fotoana io no voatifitra ihany koa ny kaomandin’ny tobim-paritra Belobaka. Niezaka nihemotra araka izany ireo mpitandro filaminana satria sady maro ireo dahalo ka mety tsy ho resy tosika raha tsy miandry fanampiana. Tamin’io fotoana io no tsy tazana intsony niaraka tamin’izy ireo ny miaramila iray naman’izy ireo, ary tsy hita intsony. Telo andro taty aoriana vao io hita io ny vatana mangatsiakany.

Tonga nanome voninahitra farany ity miaramila lavo an-tanim-piadiana ity moa ireo tompon’andraikitra ambony avy tamin’ny Tafika, notarihan’ny Lehiben’ny Etamazaoro, sy ireo tompon’andraikitra ambony maromaro avy amin’ny Zandamariam-pirenena. Nampiakarina ho « sergent » moa ity maherifon’ny firenena iray ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Fenoarivo RN1 : Un chauffard a fait un délit de fuite après avoir blessé deux motards

Encore un accident de moto. Comme dans la plupart de ce cas, cela est provoqué par l’imprudence des motards qui se permettent de se mesurer aux automobilistes. Ces derniers qui sont beaucoup plus protégés qu’eux, qui n’ont pas de carrosserie pour les cuirasser. Raison pour laquelle, le Dr Yves Rambeloson, chef de service des urgences chirurgicales auprès de l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona a voulu avertir les conducteurs des deux-roues sur les risques auxquels ils s’exposent après la recrudescence du nombre des accidents de moto durant les deux jours de festivité de Noël. Malheureusement, ce responsable aurait prêché dans le désert si l’on se réfère à ce drame qui s’est passé sur la RN1 lundi 30 décembre à 17heures 30, au niveau du village appelé CASA Grand, fokontany Ambohidrazana, commune Fenoarivo, district Antananarivo-Atsimondrano. En direction de la ville d’Antananarivo, une moto scooter JOG Pro a fait un face-à-face avec une voiture Starex venue en sens inverse juste au moment où elle a tenté de doubler un taxibe. Après le choc, la voiture a commis un délit de fuite sans daigner de se renseigner ce qui est advenu aux deux motards. Ces derniers ont été gravement blessés. Leur moto a été sérieusement endommagée. Alertés du drame, des gendarmes de la brigade de Fenoarivo se sont, tout de suite, précipités sur les lieux pour constater le fait. Durant l’enquête préliminaire sur place, ils ont pu obtenir l’immatriculation de la Starex incriminée (5898 TBF). Selon la dernière information recueillie auprès de la gendarmerie hier en fin d’après-midi, cette voiture et le chauffard étaient encore introuvables. Âgés respectivement de 20 et 23 ans, les blessés, résidant à Anosibe, ont été évacués à l’Hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona. Toujours un accident de moto mais cette fois-ci, la tragédie a eu lieu sur la RN43, encore le lundi 30 décembre, à Antetezamby Ampamoha, fokontany Antsofombatotelo, commune Ambohibary, district Antsirabe II. En direction d’Ambohibary, une moto roulant à double montée a percuté un piéton qui traversait imprudemment la route. Ce dernier, âgé de 58 ans, est mort sur le coup. Les deux motards ont été blessés et admis à une clinique privée à Sambaina.

Un mort à Ambatofotsy. Par ailleurs, un autre accident s’est produit à Ambatofotsy. Un véhicule 4×4 a fait tonneau dans un ravin hier. A première vue, à l’origine de ce drame qui a tué un enfant était l’excès de vitesse.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

MNP : « La culture de la conservation est à instaurer »,

Le nouveau Directeur général de MNP, le Dr Mamy Rakotoarijaona.

selon le Dr Mamy Rakotoarijaona, le Directeur général

Le Dr Mamy Rakotoarijaona, est maintenant nommé officiellement Directeur général de Madagascar National Parks (MNP) si auparavant il assurait l’intérimaire. A cette occasion, il a réitéré que la conservation est une nécessité et non plus un choix. « Donnons-nous ainsi la main pour instaurer cette culture de conservation. En fait, les activités de MNP ont été et seront encore plus focalisées sur la conservation de nos 43 Aires Protégées », a-t-il évoqué. Et comme défi, le nouveau Directeur général de MNP a soulevé qu’il fera tout son possible pour réduire les pressions, tels que les feux et les coupes illicites, qui s’abattent sur les joyaux de la biodiversité jusqu’à 75 voire même 80 %. Des consignes ont été données aux premiers responsables des Aires Protégées d’agir dans ce sens pour la nouvelle année 2020», a-t-il enchaîné.

Soutenir les communautés. Par ailleurs, le MNP s’engage à soutenir les communautés riveraines des Aires Protégées afin de contribuer ensemble à leur conservation. En effet, « nous sommes conscients que tant que la population avoisinante des Parcs est vulnérable, elle se tournera naturellement et facilement vers l’Aire Protégée. Nous allons en conséquence renforcer la cogestion ainsi que les différents partenariats avec les professionnels dans le domaine. Raison pour laquelle, MNP est notamment membre du réseau Santé Population et Environnement ou SPE » dixit le nouveau Directeur général de MNP.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Nuit de la Saint-Sylvestre : Jerry Marcoss en mode metteur d’ambiance

Jerry Marcoss toujours prêt à enflammer la scène.

Icône de la musique tropicale malgache, Jerry Marcoss garde toujours ce statut. Cette année, le roi du « kawitry » choisit Le Glacier Analakely pour célébrer la nuit de la Saint- Sylvestre.

Une ambiance « fety be » qui s’annonce déjà pour se défouler plus tôt dans la soirée. Cette fois, c’est un public restreint qui aura le plaisir de vibrer aux rythmes de ses morceaux phares. Il transportera le public dans l’univers magique des chansons des tropiques. Pour ce faire, il interprétera ses célèbres titres et les accompagnera de ses extraordinaires chorégraphies pour satisfaire la demande de ses admirateurs. Selon le chanteur, « Le Glacier Analakely est un lieu saint pour les chanteurs de musique tropicale. La plupart ont commencé sur cette scène, se sont fait connaître dans ces lieux, donc il est tout à fait normal pour moi de prioriser les habitués des lieux et les inconditionnels. D’autant plus que la sollicitation est à son comble, toute notre équipe, au grand complet, sera présente, jusqu’au petit matin ». Ceci dit, de 20h jusqu’à l’aube, l’ambiance sera au beau fixe.

Véritable maître de l’ambiance, Jerry Marcoss n’est pas seulement un chanteur mais il s’avère également être un meneur des plus réputés du moment. Telle une bête de scène depuis des décennies, il arrive toujours à enflammer le public en suscitant cette espèce d’euphorie. A savoir que Jerry Marcoss fait partie de ces chanteurs de gros calibre du moment. Jerry Marcoss est célèbre pour avoir popularisé à l’échelle internationale le « kawitry », ce genre musical de la côte  nord-est populaire chez les Betsimisaraka. Bien connu pour sa musique entraînant, il s’est forgé une notoriété de fer grâce à son tube « Haut les mains » et « Amboara sôsy » depuis 2001. De fil en aiguille, il sort les « Laisse passer », « ok kawitry» ou encore « Mahavita azy ». Il affectionne particulièrement les chansons rythmées pour entraîner les spectateurs dans son univers de défoulement.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Vente sans facture : Des milliards d’ariary de manque à gagner par jour pour l’Etat

L’opérateur économique et non moins Vice-Président de l’Assemblée Nationale, Honoré Rasolonjatovo milite pour une meilleur formalisation du commerce à Madagascar.

La lutte contre le secteur informel doit figurer parmi les priorités de l’administration afin d’assainir le commerce et partant d’améliorer les recettes publiques

Avec ses 35 années de métiers dans le commerce, Honoré Rasolonjatovo, alias Papasolo, PDG de la Société Commerciale Mahasoa, et non moins Vice Président de l’Assemblée Nationale, pour le Faritany d’Antananarivo a toujours ses mots à dire concernant ce secteur qui demeure encore et toujours dominé par l’informel.

Circuit informel. Au grand désavantage de l’économie en général et du fisc en particulier puisque le manque à gagner se compte en milliards d’ariary pour l’Etat. « En raison des ventes sans factures qui continuent de proliférer, l’Etat ne peut pas collecter correctement les recettes fiscales et par conséquent, chaque jour, l’administration fiscale accuse chaque jour des milliards d’ariary de manque à gagner », explique Honoré Rasolonjatovo. D’après celui qui a assuré pendant longtemps, la présidence du Conseil des Grossistes Professionnel de Madagascar (CGPM), seulement 30% à 40% des échanges commerciaux sont facturés et passent par le canal de la fiscalité. Le reste passe par le circuit informel et échappe à tout contrôle fiscal. « On a toujours œuvré pour lutter contre l’informel », explique Honoré Rasolonjatovo qui déplore le manque d’efforts de la part du ministère du Commerce. « Cette lutte contre le secteur informel doit figurer parmi les priorités de l’administration », ajoute-t-il.

Enquêtes. Honoré Rasolonjatovo n’a pour autant pas manqué de féliciter les actions entreprises par le Service de Renseignement Financier (SAMIFIN), le Pôle Anticorruption (PAC) et le BIANCO qui procèdent à des enquêtes sur l’origine des fonds. « Ce genre d’initiatives ont le mérite d’inciter les opérateurs économiques à intégrer le secteur formel », précise-t-il. Il a par ailleurs réitéré qu’il est plus que jamais nécessaire de mettre fin à cet amalgame entre grossistes et détaillants. « Beaucoup de commerçants sont à la fois grossistes et détaillants et cela provoque un dérèglement du système commercial » Au grand dam de ceux qui font correctement leur métier et qui rapportent à l’Etat des recettes publiques. « Si le processus de formalisation des commerçants réussit, l’Etat récoltera plus de recettes et par conséquent, l’on augmentera le taux de pression fiscale à Madagascar », selon toujours Honoré Rasolonjatovo, qui a également profité de la conférence de presse qu’il a tenue, hier, pour annoncer que la véritable démocratie est en train de s’installer à Madagascar (voir article en page 5).

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Mandritsara : Zazavavy mpianatra 16 taona, tsy hita popoka natelin’ny renirano Mangarahara

Tovovavy iray 16 taona, kilasy voalohany (classe de 1ère), mpianatra amina sekolim-pinoana tsy miankina iray ao Mandritsara no tsy hita popoka natelin’ny reniranon’i Mangarahara, ny marainan’ny 27 desambra, teo amin’ny tafian’ Ankobasoa. Raha ny vaovao voaray, nandro niaraka tamin’ny tanora namany teo amin’ity renirano ity izy no nilentika tampoka, ka tsy nipoitra intsony. Taitra ireo namany raha vao nahita izany, ka nikaroka sy nitsapatsapa azy tao anaty rano, nefa tsy nipoitra mihitsy ity tovovavy ity. Ny andron’ny omaly io, natao dahalo ny fombafomba ara-drazana isan-karazany nikarohana azy, nefa mbola tsy hita popoka ny razana hatramin’ny fotoana nanoratana ny lahatsoratra.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Célébration du 60e anniversaire de l’indépendance : Colloque international sur l’histoire de Madagas...

Bearisoa Rakotoniaina, coordinateur du colloque « L’expansion économique et culturelle de Madagascar dans l’espace francophone et le contexte de la mondialisation ».

Le 19 juin 2020, de 9 heures à 18 heures se déroulera un colloque international et pluridisciplinaire qui porte sur le thème de « L’expansion économique et culturelle de Madagascar dans l’espace francophone et le contexte de la mondialisation » à l’Université de Sorbonne Amphi D035. Cette conférence-débat est une contribution au 60e anniversaire du retour de la souveraineté de Madagascar dans la capitale française en juin 2020.

La maître de conférences en histoire économique contemporaine Caroline Piquet et le Docteur en Histoire économique contemporaine Bearisoa Rakotoniaina seront chargés de coordonner le colloque international. Quant aux professeurs, Dominique Barjot, Jean Jules Harijaona, François Roubaud, Samir Saul, Yvan Combeau, ils participeront à l’élaboration de l’orientation de la revue. Membres du comité scientifique, ces érudits sont consultés pour ce qui ce qui concerne les problématiques devant être traitées dans chacun des dossiers de la revue.

Ce colloque international s’intéresse au rôle des acteurs étatiques et privés, sur l’impact de la mondialisation sur les valeurs culturelles d’un pays comme Madagascar. En effet, la conférence évoquera la situation économique de la Grande Ile depuis l’ère Tsiranana jusqu’à nos jours. Une économie qui ne cesse de régresser. Les chocs pétroliers des années 1970 ont totalement chamboulé l’économie des jeunes pays indépendants comme Madagascar. Toutefois, d’après les états des lieux et descriptif du colloque, « quelques produits donnent une image positive de Madagascar à l’extérieur… Le premier succès mondial de la bière made in Madagascar remonte à 1980 avec une médaille d’or à la sélection mondiale de boissons ». L’or rose (les crevettes) et le chocolat de Madagascar sont également qualifiés comme des produits haut de gamme, meilleur goût et de qualité supérieure. Cependant, les produits malgaches ne sont pas compétitifs. « La grande Ile ne représente plus que 1% du marché mondial ».

L’Ile rouge est riche en culture. D’ailleurs elle est le carrefour des différentes civilisations. La culture Afro-asiatique a fortement contribué à la formation de l’identité du peuple malgache. Cette « île continent » abrite une mosaïque de groupes humains. La musique, la littérature et les us-et-coutumes des Malgaches sont originales. Comme la diversité est une richesse, les Malgaches se doivent d’exploiter cela pour pouvoir avancer ensemble.

En somme, l’économie, la biodiversité, la culture malgache seront décortiquées à Paris à une semaine de la célébration du 60e anniversaire du retour de l’indépendance de la Grande Ile.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Tanambao Verrerie Toamasina : Bandy efa-dahy nikasa hamaky trano nifanenjehan’ny fokonolona

Manitrikitrika ny polism-pirenena fa olona nikasa hamaky trano ireo efa-dahy nifanenjehan’izy ireo sy ny fokonolona tao Tanambao Verrerie fa tsy olona nanao fanafihana mitam-piadiana izany. Vao ratsy fihetsika mantsy ireo andian-jiolahy efatra ireto dia efa nisy fokonolona niantso polisy avy hatrany, satria tranon’olona tsy eo ny tompony omaly antoandro no nokasain’izy ireo hovakiana. Raha naharay ny antso ny polisy dia nanao ny asany avy hatrany ka vaky nandositra ireto andian-jiolahy, na efa nifanenjehana aza dia tsy nisy tratra izy ireo satria tena kizon-dalana no saika hanaovan’izy ireo ny asa ratsiny izao. Ankoatra izay kosa dia andian-jiolahy enina teo am-piketrahana famakiana trano tao Tanambao V no saron’ny polisin’ny FIP tao anaty trano fidorohana iray ny alahady teo. Efa vonona avokoa ny fitaovana famakiana trano rehetra tamin’izao fivoriana nataon’izy ireo nahatrarana azy noho ny vaovao azon’ny polisim-pirenena izao. Ny tsy nazava fotsiny tamin’ny fakana ny vaovao natao dia tsy fantatra ny fokontany saika nanaovan’izy ireo ny asa ratsiny ny alahady alina teo

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Honoré Rasolonjatovo : « Le pays a plus que besoin d’un apaisement »

Le vice-président de l’Assemblée nationale, Honoré Rasolonjatovo, alias Papasolo, prône l’apaisement. (photo Kelly)

Papasolo estime que des efforts ont été fournis, lors des élections municipales et communales. Il a cité, à cet effet, le travail effectué par la CENI.

Le Vice-président de l’Assemblée nationale pour le compte du Faritany d’Antananarivo, Honoré Rasolonjatovo, alias Papasolo, affirme : « le pays a plus que besoin d’un apaisement. On n’a pas besoin de troubles, laissons les gens vivre dans la sérénité ». C’est ce qu’il a annoncé, lors d’une conférence de presse qu’il a tenue, hier, à son bureau, à Tsimbazaza. D’autres sujets ont également été abordés, lors de cette rencontre avec la presse. Ainsi, il a donné son point de vue sur la liberté de presse. Il estime que les journalistes ont plus de liberté actuellement qu’auparavant. Il a cité comme exemple le cas de la RNM et de la TVM.

Disposition. Papasolo a touché mot également au sujet des réunions à huis clos. Il s’agit notamment d’une disposition relative à l’interdiction, pour les journalistes, de publier des informations issues des réunions à huis clos. « C’est la crainte émanant des députés de l’opposition qui en est à l’origine », a-t-il soutenu, tout en soulignant au passage que les députés tiennent à protéger leurs intérêts. Mais pour les gens du métier, cela constitue un véritable blocage pour le journalisme d’investigation.

Efforts. En ce qui concerne les élections municipales et communales, le vice-président de l’Assemblée nationale trouve que des efforts ont été fournis lors de ces consultations populaires. Et lui de faire remarquer :  «Chacun a pu s’exprimer. D’ailleurs, le parti TIM a pu déposer ses requêtes auprès du tribunal administratif d’Antananarivo ». Notons que le volet économique a été largement développé dans le milieu des affaires (lire article par ailleurs).

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Approvisionnement en eau potable : Une monnaie africaine digitale adoptée par les entreprises

L’approvisionnement en eau potable reste un grand défi.

La monnaie digitale panafricaine gagne du terrain. Baptisée « Afro », cette monnaie a été conçue en décembre 2016 par un groupe international d’économistes, d’experts en monnaie digitale, d’humanistes et de penseurs. « L’Afro est une monnaie digitale panafricaine apolitique et neutre mise à la disposition du continent africain et des pays qui le composent », soutient la Fondation Afro, ONG basée à Maurice, et promotrice de la monnaie digitale. La semaine dernière, Afro s’est associée à deux entreprises, pour garantir aux populations un accès simple et sécurisé à l’eau potable. « Afro s’est donnée comme missions, de contribuer à l’amélioration du bien-être quotidien des habitants du continent Africain », ont soutenu les représentants de la fondation. D’après leurs explications, c’est la raison pour laquelle, Afro s’est associée avec O’Claire et Sunwaterlife, qui s’appuient sur des systèmes permettant de transformer les eaux non potables en eaux potables, grâce à une filtration. Afro est, par conséquent, la monnaie digitale panafricaine utilisée par ces systèmes pour permettre une sécurité optimale, offrant des tarifs adaptés aux populations des zones émergentes. Selon les trois entités, les solutions attendues du partenariat, permettront également l’essor de l’industrie locale grâce aux besoins d’entretien, d’analyses, de contrôle et de gestion réalisés par des locaux.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Niampy 44 ireo mpamonjy voina sy hain-trano

Ny alatsinainy teo tao amin’ny lakazerin’ny mpamonjy voina sy hain-trano eto Toamasina, no natao ny famoahana teo ambany faneva ireo mpamonjy voina sy hain-trano vaovao miisa 44 mianadahy nampitondraina ny anarana “santatra” izay niofana nandritra ny 03 volana. Nitso-drano azy ireo tamin’izany ny PDS-n’ny kaominina, Atoa Razafimanana Jean Christian.

Ny sampana mpamonjy voina sy hain-trano ao amin’ny kaominina no nangataka izany teo anivon’ny kaominina noho ny tsy fahampiany sy ny fahanteran’ny mpiasa misy ankehitriny, ka neken’ny mpanolotsaina nandritra ny fivoriana sy ny safidy nataon’izy ireo, ary izay no nahatonga azy 44 mianadahy notolorana ny naoty maha-mpiasan’ny kaominina azy ireo ao anivon’ny sampana mpamonjy voina sy hain-trano ny alatsinainy teo. “Sahy sy mahafoy tena” izay no teny filamatry ny mpamonjy voina sy hain-trano eto Toamasina, satria ny anjara asan’izy ireo dia ny mamonjy ny vahoaka sy ny fananany amin’izay mety ho fahamaizany. Nandritra ity lanonana ity no nararaotan’ireo mpamonjy voina sy hain-trano nangataka tamin’ny mpanatanteraky ny kaominina ny hijerena azy ireo. Eo aloha ny momba ny karama sy tambin-karaman’ny mpiasa, eo koa ny tambin-karaman’ny komandan’ity sampana ity, izay 26 volana mbola tsy voaloa hatreto, ary ny momba ny solika ho azy ireo izay antony mahatara ny fahatongavan’izy ireo amin’ny andraikiny mazana ka takian’izy ireo mba ity sampana ity no hitantana azy ny taona ho avy io. Ankoatra izany dia nambaran’ny filohan’ny delegasionina manokan’ny kaominina (PDS), Atoa Razafimanana Jean Christin, fa ezaka efa vita saingy miandry ny ben’ny tanàna vaovao ny fametrahana mpamonjy voina sy hain-trano isaky ny boriborintany 05, ka ny ao Ankirihiry sy ny ao Morarano no hanombohana izany.

Nambaran’ny PDS ihany koa fa efa neken’ny mpanolotsaina fa miandry ny fankatoavan’ny prefektiora ny fiantohan’ny kaominina ny jiro sy ranon’ny CEG sy ny Lycée eto Toamasina manomboka ny taona vaovao 2020 io. Ny eo anivon’ny EPP kosa dia miandry ireo mpanolotsain’ny kaominina sy ny ben’ny tanàna vaovao hanapaka azy indray.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Fin d’année orageuse : La Météo Madagascar confirme

Madagascar est en pleine saison de pluies. C’est ce que note la Direction générale de la Météo dans un bulletin prévisionnel dédié au dernier jour de l’année 2019 et au premier jour de l’année 2020. Publié hier, ledit bulletin fait savoir : « Des averses et des averses orageuses sur presque toutes les régions du pays sauf pour la région de Vatovavy Fitovinany, l’Atsimo Atsinanana et l’Anosy ». Ainsi, des averses devraient être observées cette nuit à Antsiranana, Antalaha, Fianarantsoa, Toliara, Isalo et Morondava. Antananarivo et ses environs, Itasy, Antsirabe, Toamasina et Analanjirofo, Ambanja, Nosy Be, Maroantsetra et Mahajanga devraient avoir, quant à eux, des averses orageuses si l’on s’en tient toujours aux prévisions de la direction générale de la Météorologie de Madagascar. Par ailleurs, presque les mêmes prévisions devraient également être observées le 1er janvier 2020 prochain. Toujours dans son bulletin, la direction générale de la Météo de rappeler que le temps qui fait actuellement dans le pays rentre bien dans le cadre du normal lors des saisons de pluie. Et qu’aucun risque de dégradation n’est à prévoir ni pour aujourd’hui ni pour demain.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

En attendant un mois de janvier plus agité

C’est un dernier jour de l’année tout à fait tranquille que nous allons vivre aujourd’hui. Les Malgaches n’ont plus en tête les différends politiques qui subsistent, mais qui reviendront au début de la semaine prochaine.  C’est le discours du chef de l’ Etat, ce soir, qui clôturera définitivement ce mois de décembre 2019 qui a été marqué par les communales. Le président de la République aura le dernier le mot en dressant un bilan de son action depuis son arrivée au pouvoir et en présentant les projets qu’il compte mettre en chantier en 2020.

En attendant un mois de janvier plus agité

Il n’est pas possible de porter un jugement après neuf mois d’exercice du pouvoir.  Un dirigeant aussi déterminé soit-il, ne peut pas réussir à changer un pays miné par une crise de plusieurs années. Les propos du chef de l’Etat vont donc être lénifiants, mais après tout ce sera de bonne guerre. Les citoyens vont écouter le message délivré sans être vraiment dupes. La partie consacrée  aux actions futures sera  beaucoup plus intéressante.  Les « velirano » du chef de l’Etat ont été rappelés plusieurs fois et ils doivent être le fondement de la confiance dont les Malgaches vont lui témoigner. Il existe un certain scepticisme au sein de la population à propos de cette faculté du pouvoir à réaliser ces projets ambitieux. Le défi doit donc être relevé par ce dernier. Le régime sera jugé à l’aune des réalisations qu’il effectuera. Cependant, le chemin à parcourir sera parsemé d’embûches. Il devra agir en tenant compte des réalités sociales er politiques. Janvier ne sera pas pour lui de tout repos. Il y a l’hypothèque des résultats des communales. L’élection du candidat Naina Andriantsitohaina est assurée officieusement, mais elle est subordonnée aux jugements rendus pat le tribunal administratif qui a dû examiner  plusieurs requêtes déposées par  ses adversaires. Néanmoins, cela n’empêchera pas le régime d’avancer quelque soient les résultats.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Fête de la Saint-Sylvestre Gastronomie du monde et « open live » chez BC blues

Brochettes et salades de fruits seront préparées pour les invités.

Situé à By Pass et à Soanierana, le snack-Bar, BC blues offrira une gastronomie du monde ce jour à l’occasion de la fête de la fin d’année. La dinde royale à la façon Radama sera servie à tous les invités. La cuisine étrangère figure aussi dans le menu, à part les divers légumes pour l’entrée, foie gras, magret de canard, et autres mets seront dans le menu spécial enfants. Selon les organisateurs des salades Rossini et des assiettes scandinaves ainsi que des salades de fruits seront réservées aux gourmets. Un vrai régal ! Certainement, une ambiance de convivialité se fera sentir dans ces endroits somptueux. « Nous allons donner le maximum pour que les invités soient satisfaits ! Le compte à rebours sera attendu lors de la soirée. Tout le monde sera heureux pour accueillir l’année 2020 » a affirmé l’un des organisateurs. La fête commencera à 20 heures. Hormis celui de By Pass, le BC blues Soanierana livrera une soirée à la discothèque avec Dj Ajah et Nodix. Ces jeunes animateurs ont promis de faire plus que faire danser la foule. Ensuite, pour satisfaire les invités, un open live sera également offert aux jeunes générations.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Zandary maty tany Ambatomanoina : Natao veloma farany tany Ambilobe

Ny sabotsy lasa teo no tonga soa  aman-tsara tany amin’ny tany niaviany, tany Ambilobe, ny nofo mangatsiakan’ilay zandary kilasy voalohany, maty voatifitry ny dahalo tany amin’iny distrikan’Anjozorobe iny. « Tao anaty alahelo tokoa no nanatontosàna ny fanaovam-beloma sy fampakarana laharam-boninahitra an’ i Tompokolahy G1C AMBY Noé Cyris, tao Ambilobe ». Nitarika ny fotoana tamin’izany ny Lefitry ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena, ny Jly André Randriamanesy, niaraka tamin’ireo tompon’andraikitra ambony maromaro teo anivon’ny zandary, notronin’ireo olo-manan-kaja sivily sy miaramila tany an-toerana. Raha tsiahivina dia maty voatifitry ny jiolahy tany Andranomihatra Ambatomanoina i G1C Amby ny andron’ny 24 desambra 2019 rahefa nanao fisafoana sy fampandrian-tany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Tritriva : Nisy olana ara-panambadiana ilay lehilahy hita faty

Nanomboka ny 24 desambra teo izy no tsy hita izay nalehany ary efa nanomboka nifampitadiavina. Raha ny fanazavan’ny mpitandro ny filaminana nanao ny fanadihadiana dia nisy olana teo amin’ny fianakavian’ity lehilahy ity. Izany dia mahakasika ny vehivavy iray noeritreretiny hampakarina ho vady. Tsy nety tamin’ny fianakaviana anefa io andriambavilanitra io, raha araka ny loharanom-baovao hatrany. Azo heverina araka izany fa nitarika hatezerana ho an’ilay lehilahy izany ary nitarika azy ho amin’ny famoizam-po. Hatreto aloha  izany, raha mahakasika ny tomban’ny mpitandro ny filaminana, dia namono tena tao amin’ny farihin’ny Tritriva ity lehilahy ity ny 29 desambra teo, tokony ho tamin’ny roa ora antoandro. Na izany aza anefa dia tsy maintsy alefa lavidavitra hatrany ny fanadihadiana satria tsy azo esorina mihitsy ny tombana ny amin’ny mety ho fisian’ny vonoan’olona rehefa misy ny fahitàna faty toa izao. Indrindra koa, mbola teny aminy avokoa ny akanjo sy ny kiraro rehetra. Mipetraka ao amin’ny fokontany Imanja, ao amin’ny kaominina Alakamisy Anativato ary eo anivon’ny distrika Betafo ilay lehilahy. Tonga teny an-toerana ny mpanao fanadihadiana ary izay no nahafantarana ny tantara rehetra izay nialohavan’ilay fahafatesana. Amin’ny lafiny iray dia lasa toerana famoizam-po koa izany i Tritriva ankehitriny. Efa niainga tany amin’ny tantarany tamin’ny andron-dRabeniomby sy Ravolahanta no nijanona ho farihy malahelo i Tritriva. Ny nitranga tato ho ato – satria vao tamin’ny 26 desambra teo koa no nisy mpianaka hita faty tao – dia toa mainka lasa manome sary fa toerana famonoan-tena kokoa  i Tritriva ankehitriny ary mihoatra noho ny maha toeram-pizahan-tany azy izany.

D.R