Les actualités Malgaches du Mardi 31 Octobre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1098 partages

Salon du Chocolat : La Chocolaterie Robert en vedette à Paris

Les représentants de la Chocolaterie Robert. De gauche à droite : Marcel Ramanandraibe, Hery Andriamanpianina, Fredy Rajaonera.

Le Salon du Chocolat se tient à Paris-Porte de Versailles, du 28 octobre au 1er novembre 2017.  Plus de 500 participants venus de 60 pays, dont 200 chefs et chefs pâtissiers de renom sont au rendez-vous à cette grande rencontre mondiale des passionnés de chocolat. En effet, les différentes sortes de chocolats produits dans les 5 continents sont présentées par les producteurs des quatre coins du monde. Pour les organisateurs, il s’agit de 20.000m2 d’exposition-spectacle pour petits et grands. Fredy Rajaonera, de la Chocolaterie Robert, et non moins président du SIM (Syndicat des industries de Madagascar) nous donne un aperçu de l’événement. « Quand vous entrez dans la grande salle du Salon du Chocolat à Paris, vous voyez immédiatement trôner un Renard en chocolat de 4 mètres de haut. C’est l’œuvre du célèbre chocolatier Yann Couvreur. Mais en vous y approchant, vous lirez au pied du Renard : Merci à nos partenaires « Robert » et « Cacao Barry ». C’est un grand honneur non seulement à  l’industrie malgache mais également à l’agriculture malgache », nous a-t-il confié. En outre, la Chocolaterie Robert a produit la couverture de la statue, avec le cacao des plantations MAVA du Sambirano. Bref, Madagascar est très bien représenté durant ce rendez-vous incontournable des passionnés de chocolat.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar481 partages

Sénat – Honoré Rakotomanana poussé vers la sortie

Le président du Sénat serait acculé à la démission. Les sénateurs au sein du camp des tenants du pouvoir feraient pression pour l’amener à quitter le perchoir.

Acculé. Si l’on s’en tient aux bribes d’informations confirmées par quelques indiscrétions au sein du Sénat, Honoré Rakoto­manana, président de cette institution, serait poussé à la démission. Les sénateurs au sein du camp du pouvoir multiplieraient les manœuvres pour amener le juriste à quitter son poste.Bien que la deuxième session ordinaire des deux Chambres parlementaires ait démarré le 17 octobre, le Sénat est encore en veille. Selon les explications, aucun projet de loi n’est jusqu’ici déposé à l’institution d’Anosy. Aussi, les sénateurs attendent le transfert des projets de loi à l’étude à la Chambre basse, avant de se mettre au travail.Les sénateurs au sein du groupe parlementaire Hery vaovao ho an’i Madagasikara  (HVM) et du Groupe parlementaire présidentiel (GPP) multiplient toutefois les réunions depuis le milieu de la semaine dernière. Les explications officielles avancent systématiquement qu’il s’agit d’une réunion pour préparer le déroulement de la session. Un sénateur HVM approché soutient : Vous savez qu’il s’agit d’une session budgétaire, il faut alors être bien préparé.Le projet de finances 2018 n’a été adopté en conseil des ministres que vendredi. À demi-mot, d’autres mem­bres de la Chambre haute concèdent toutefois que les réu­nions multiples consistent, surtout, à décider du cas Honoré Rakotomanana, et Rivo Rakotovao récemment nommé sénateur au titre du quota présidentiel. Le parachutage de l’ancien ministre auprès de la présidence chargé de l’Agriculture et de l’élevage a, en effet, chamboulé la quiétude du Sénat.

Proposition insistanteBon nombre d’observateurs voient en la nomination de Rivo Rakotovao à la Chambre haute, le début du compte à rebours de l’échéan­ce du temps du juriste Rakotomanana, au perchoir de cette institution. Dans une interview publiée dans l’Hebdo de Madagascar vendredi, le président du parti HVM, questionné sur le sujet a soutenu qu’il est là pour accomplir la nouvelle mission confiée par Hery Rajaona­rimampianina, président de la République.Une mission qui consisterait à faire du Sénat le fer de lance des opérations de charme politique du pouvoir, en vue des élections. Sur une éventuelle accession à la présidence de cette Chambre, à la place d’Honoré Rakotomanana, Rivo Rako­tovao a déclaré que C’est une option tout à fait envisageable, s’il faut en passer par là pour que la mission soit réussie. Le choix politique, à la base, est que le Sénat soit dorénavant le relais des idées politiques du parti en vue des élections.Le sujet serait, cependant, source de division au sein des Bleus. Un courant estimerait qu’Honoré Rakoto­manana ne devrait quitter le perchoir, seulement, qu’à la demande du chef de l’État. Un autre jugerait légitime que le numéro un du parti au pouvoir soit bien plus qu’un simple sénateur. D’autant plus que le juriste, dès son élection la présidence de la Chambre, avait réaffirmé son obédience pour le parti de l’Avant-garde pour la rénovation de Madagascar (AREMA).Selon la loi organique sur le Sénat, les membres de son bureau permanent peuvent être remplacés pour motifs graves par un vote secret des deux tiers des sénateurs. La démission serait une option qui ferait le moindre mal. Une voie que ceux qui composent la ligne du pouvoir au sein de la Chambre haute auraient décidé de proposer avec insistance, à Honoré Rakotomanana, selon les dernières informations. Le numéro un de l’Institution d’Anosy, sauf changement, ferait une déclaration à l’issue de la réunion du bureau permanent, aujourd’hui.Pour Rivo Rakotovao, présider le Sénat pourrait par ailleurs limiter son engagement politique. Le code électoral toujours en vigueur est clair. Les autorités politiques dont les chefs d’institution, sont interdits de propagande. Sauf s’il s’agit d’une manière de couver la présidence de la République, en cas de candidature de Hery Rajaonari­mampianina, aux élections.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara412 partages

Banque Mondiale : 5 millions USD pour le Plan national de riposte contre la peste

Le Ministre des Finanes et du Budget était en mission à Washington dans le cadre des Assemblées annuelles de la Banque Mondiale et du FMI.

Plusieurs partenaires techniques et financiers ont déjà apporté leurs appuis aux actions contre l’épidémie de peste à Madagascar. La Banque Mondiale vient également d’annoncer son appui de 5 millions USD, soit environ 15,7 milliards d’Ariary.

Le Plan national de riposte contre l’épidémie de peste nécessite encore des financements supplémentaires. Selon les dernières statistiques affichées par le BNGRC (Bureau national de gestion des risques et catastrophes), la peste touche 40 Districts répartis dans 14 régions avec 1192 cas suspects. Vu l’ampleur des risques, plusieurs partenaires au développement ont déjà apporté leurs appuis, si l’on ne cite que les 480.000 Euros donnés par l’Union Européenne ou les matériels et équipements offerts par le Japon, etc. Cette fois, c’est la Banque Mondiale qui annonce sa contribution en accordant 5 millions USD de financement supplémentaire au budget de l’Etat, affin d’appuyer la mise en œuvre du Plan national de riposte contre la peste. Lors des assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI qui se sont tenues du 13 au 15 octobre dernier à Washington, le ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, a fait part du besoin urgent de financement pour le plan national de riposte contre la peste. « Malgré le soutien essentiel et exceptionnel de l’OMS et des autres Partenaires Techniques et Financiers, certaines activités du plan doivent être financées par l’Etat. Nous sommes heureux que la Banque mondiale ait entendu notre appel. Le Ministère veillera à ce que ces fonds soient utilisés efficacement pour faire face rapidement à cette épidémie. Ils devront être gérés selon des principes de transparence et redevabilité », a-t-elle affirmé.

Utilisation. Ces fonds, gérés par le Ministère des Finances et du Budget serviront à financer des activités essentielles de riposte telles que le paiement du personnel de santé mobilisé dans tous les districts affectés, les campagnes de désinfection et de désinsectisation dans les écoles et les quartiers les plus touchés par la peste, l’assainissement des quartiers vulnérables, et le paiement de carburant pour les ambulances. Pour Coralie Gevers, country manager de la Banque Mondiale à Madagascar, cet appui devrait permettre à l’Etat de mieux faire face aux dépenses urgentes liées à la riposte, sans affecter les autres dépenses sociales et d’infrastructure essentielles au développement du pays.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara308 partages

Motion de censure : 15 signatures à trouver pour renverser le gouvernement

Le gouvernement Mahafaly se trouve dans la ligne de mire de certains députés.

C’est la panique au sein du gouvernement car une indiscrétion a permis de savoir que les 76 signatures nécessaires au dépôt de cette motion ne seraient plus loin d’être collectées.

Le calme avant la tempête. Voilà comment on peut décrire l’ambiance à l’Assemblée nationale s’il est vrai que la barre de 60 signatures est déjà atteinte dans le cadre d’une motion de censure contre le gouvernement Mahafaly. D’après des indiscrétions, 15 signatures sont encore à trouver pour que cette motion puisse être déposée sur la table du bureau permanent de la Chambre Basse. L’article 103 de la Constitution de la Quatrième République stipule : « L’Assemblée nationale peut mettre en cause la responsabilité du gouvernement pour le vote d’une motion de censure. Une telle motion n’est recevable que si elle est signée par la moitié des membres composant l’Assemblée nationale. Le vote ne peut avoir lieu que quarante-huit heures après le dépôt de la motion. La motion n’est adoptée que si elle est votée par les deux tiers des membres composant l’Assemblée nationale. Si la motion est adoptée, le Gouvernement remet sa démission au président de la République; il sera procédé à la nomination d’un Premier ministre dans les conditions prévues à l’article 54 ci-dessus. » A Tsimbazaza, on est encore au stade de collecte de signatures. Chose curieuse, aucun député n’ose confirmer ou infirmer l’existence de ce projet de motion de censure. Force est cependant de constater que le gouvernement prend au sérieux cette menace, et que la panique s’installe à Mahazoarivo.

Une autre crise. Si à l’Assemblée nationale, on vise le gouvernement à travers une éventuelle motion de censure, au Sénat, c’est la tête du président de cette deuxième Institution de l’Etat qui se trouve dans la ligne de mire des sénateurs HVM. Tout est bloqué actuellement à Anosikely. Aucun ordre du jour n’est jusqu’ici adopté. D’après nos sources, les sénateurs du parti au pouvoir veulent à tout prix que Rivo Rakotovao, récemment nommé sénateur par le président de la République, siège à la présidence de la Chambre Haute. Mais jusqu’ici, Honoré Rakotomanana n’entend pas céder à la pression. Les sénateurs HVM multiplient les réunions en dehors du Palais de Verre en vue de trouver le moyen juridique adéquat permettant de déboulonner l’actuel homme au perchoir, sans engendrer une crise institutionnelle qui risque de déstabiliser le régime en place. La question qui se pose est de savoir quel chemin le HVM va emprunter si Honoré Rakotomanana continue de faire de la résistance en refusant de démissionner. D’autres observateurs s’interrogent si l’intention ou le projet du parti HVM obtient la caution ou l’aval du président de la République. En tout cas, il est difficile d’imaginer que le parti HVM qui détient la majorité écrasante au Sénat n’arrive pas à contraindre Honoré Rakotomanana de partir.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada285 partages

Boxe chinoise – WTKA – Pro 2017 : tompondaka eran-tany fanimbalony i Jean Christian

 Nanakoako eran-tany indray ny anaran’i Madagasikara, ny alahady alina lasa teo. Voahosotra ho tompondaka eran-tany, amin’ny boxe chinoise, indray mantsy Randriamalaza Jean Christian.

 

Nihofahofa tao amin’ny kianja mitafon’ny Carrera, Italia, ny alahady lasa teo, ny sainam-pirenena maitso, fotsy, mena ary noredonina ho henon’izao tontolo izao ny hiram-pirenana Ry tanindrazanay malala ô, rehefa norombahin-dRandriamalaza Jean Christian, ny ho tompondaka eran-tany, amin’ny boxe chinoise Lei Tei, izay tafiditra amin’ny WTKA – Pro 2017.

Marihina fa fanimbalony amin’izao, ny nandrombahan’i Jean Christian, ity tompondaka eran-tany ity. Hatreto izany, mbola izy ny hany Malagasy nahavita nandrombaka be indrindra ity anaram-boninahitra eo amin’ny boxe chinoise, ity.

Tsiahivina fa “style” roa no tsy maintsy natrehiny, tamin’ity dia ny Kick Full, izay nandreseny teratany iranianina, teo amin’ny famaranana ary nandavoany Okrenianina, teo amin’ny Lei Tei, ho an’ny sokajy -75 kg avokoa. Tsy niatrika ny fifanintsanana i Jean Christian, noho  izy efa tompon’ny anaram-boninahitra farany, ny taona 2016. Marihina fa efa indimy nahazo ny ho tompondakan’i Frantsa ihany koa ny tovolahy.

Nambarany fa nanamafy ny fanomanan-tenany, tamin’ny traikefa efa nananany izy, ka antony nahazoany, izao vokatra izao. “Mbola atolotro ho an’i Madagasikara sy ny vahoaka Malagasy, ity fandresena azoko ity”, hoy izy, taorian’ny fahavitan’ny adiny.

Tsiahivina fa nahatratra 5000 ireo mpikatroka, avy amin’ny firenena 107, no indray niady izay ho tompondaka eran-tany, tamin’ity taona 2017 ity.

Torcelin

Tia Tanindranaza152 partages

Minisitra Tazafy Armand« Misokatra ny Tiko AAA rehefa mahafeno fepetra »

Nanamafy indray omaly alatsinainy ny minisitry ny Indostria Tazafy Armand fa tsy afaka misokatra ny orinasa Tiko AAA ao Antsirabe raha tsy feno ny fepetra rehetra.

 

 Tafiditra ao anatin’izany ny fahavitan’ilay fahazoan-dalana amin’ny fanajana ny tontolo iainana sy ny fandoavana ny hetra. Tsy misy ny fe-potoana napetraka fa rehefa voahaja ireo fepetra ireo dia afaka miverina miasa ny Tiko AAA, hoy ny minisitra. Notsipihany mazava fa tsy misy resaka politika izy ity ary tsy hoe misy fanavakavahana fa dia asa tsy maintsy atao amin’ny fanadiovana ny sehatry ny orinasa eto Madagasikara sy ny fampanajana ny lalàna. Miandry ny fahavitan’ny taratasy rehetra avy amin’ny Tiko AAA izahay, hoy i Tazafy Armand ka rehefa vita izany dia afaka miverina miasa ny orinasa. Manizingizina koa anefa ny mpitantana ny orinasa tamin’ny alalan’ny tale jeneralin’ny AAA Lanto Rabenatoandro fa misy tsy rariny izao fanapahan-kevitra izao satria misy ireo orinasa tsy manana « permis environnemental » fa mbola eo am-pikarakarana ny taratasy momba izany kanefa afaka miasa ka nahoana no ny Tiko AAA irery no nakatona ? Tantara mitohy ity raharaha ity ary maro no manaraka akaiky ny fivoarany na ny eto an-toerana na ny any ivelany satria orinasa Malagasy manana ny maha izy azy ary afaka manome asa Malagasy an’arivony ny Tiko AAA izao nakatona izao.

RTT

Madagascar Tribune147 partages

Un projet de création d’une centrale d’achat à Madagascar

La première édition du Forum de la Diaspora s’est terminée dimanche dernier au Village Voara Andohatapenaka, avec une participation plus ou moins importante de la diaspora malagasy ainsi que de nombreuses entreprises locales. Plusieurs idées et projets sont apparus durant ce forum à travers les discussions en panel et autres rencontres organisées dans ce cadre. Notamment la création d’une centrale d’achat pour la diaspora. Le principe étant qu’à partir de cette centrale, les malgaches qui vivent à l’étranger n’envoient plus directement d’argent à leurs familles à Madagascar. Au lieu de quoi ils pourront dresser une liste de marchandises qui seront disponible sur place et qui seront par la suite livré aux familles concernées dans les meilleurs délais possible.

Il s’agit en ce sens d’envoyer directement l’argent prévu pour la famille dans le circuit économique. Pour l’heure, l’on ne connait pas les modalités de la mise en place de cette future centrale d’achat. Mais l’idée semble plus ou moins cohérente. Reste à savoir la fixation des prix ainsi que la disponibilité des produits dans la centrale d’achat. Etant donné que selon les prévisions, la diaspora pourra commander nourriture ou encore médicaments et bien d’autres produits via la centrale d’achat.

La question du droit de vote de la diaspora a également été évoquée durant ce forum. Un projet qui n’a pas été refoulé par le régime mais qui toutefois est resté en suspens et sans réponse concrète de la part des tenants du pouvoir. Une fois encore, les modalités de l’exécution d’un tel projet sont inconnues. Tout reste donc à concrétiser.

News Mada130 partages

Ny tononkaloko « Iny lehilahy iny… » : namoaka boky tononkalo i Baritafika

Tanora mametraka ho zava-dehibe ny kolontsaina malagasy. Nivoaka ny boky Ny tononkaloko « Iny lehilahy iny… » mirakitra ny sanganasan’i Baritafika. Boky mahatratra 90 pejy, ahitana fizarana telo lehibe. Fizarana voalohany, maneho ireo tononkalo momba ny ankohonana. Ny tapanany faharoa, manomboka eo amin’ny pejy faha-47 ka hatramin’ny faha-64, manasongadina ny fahitan’ny mpanoratra ny tontolon’ny tanindrazana. Fizarana fahatelo, namoahany ireo tononkalo manana « Hafatra atsipy » eo anivon’ny fiarahamonina amin’ny ankapobeny.

Efa voasariky  ny kolontsaina malagasy, indrindra fa ny zavakanto sy ny literatiora, Ramanankohajaina Toky Baritafika, raha mbola kely. « Taty aoriana, somary nisy rahona niserana teo amin’ny fiainako… Izay no nampifoha tanteraka ny aingam-panahiko eo amin’ny sahan’ny asa soratra », hoy i Baritafika. Nomarihin’ity mpanoratra ity ihany koa fa ho fahatsiarovana ny rainy ny namoahana izao boky izao.

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

Midi Madagasikara116 partages

Vente de la Villa Elisabeth : Le CRN interpelle Hery Rajaonarimampianina

« Une insulte contre le peuple malgache et contre la réconciliation nationale ». C’est ainsi que le Comité pour la Réconciliation Nationale considère la vente de la Villa Elisabeth, mise à la disposition de feu Zafy Albert.

Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier au Colbert Antaninarenina, les Tabera Randriamanantsoa, Harison Razafindrakoto, Pasteur Edward Tsarahame, Mekhtoub Omar El Camille, Marcelline Rasoloherisoa et consorts ont pointé du doigt « une corruption à haut niveau impliquant des anciens et actuels hauts responsables étatiques ». Le staff du CRN accuse particulièrement un ancien Vice-Premier ministre en charge du Développement et de l’Aménagement du territoire du temps de la Transition qu’ il considère comme « le premier responsable de cette vente », l’ancien Directeur général du Service des Domaines qui fait son come-back à ce poste après le dernier remaniement gouvernemental, ainsi que le Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Parmi les noms cités hier par le CRN figurent également des membres du gouvernement actuel tels qu’un ancien ministre des Finances et du Budget qui est actuellement à la tête du Minsitère de l’Energie, ainsi que son Secrétaire général de l’époque qui n’est autre que l’actuel Grand Argentier. Si le contrat de vente a été signé le 24 janvier 2014, c’est-à-dire, la veille de la cérémonie d’investiture du président Hery Rajaonarimampianina, l’enregistrement de l’acte de vente n’a été fait que le 15 novembre 2016. Le 30 novembre de la même année, l’acquéreur a cédé le terrain par acte notarié à une Société immobilière.

Plainte. A noter toutefois que le transfert des titres de la Villa Elisabeth date du mois de septembre de cette année 2017. Raison pour laquelle, la famille politique du Professeur Zafy Albert accuse les tenants du pouvoir actuel d’être impliqués directement dans cette affaire. L’ancien ministre de la Fonction publique, Tabera Randriamanantsoa affirme même que le président Hery Rajaonarimampianina est bien au courant de cette transaction douteuse. C’est pourquoi, le CRN interpelle le numéro Un d’Iavoloha et exige l’annulation de la vente. Face à cette corruption à haut niveau, le CRN va déposer incessamment une plainte auprès du Bureau Indépendant Anti-Corruption. Une descente au niveau des 22 régions est également prévue pour sensibiliser la population par rapport à la mauvaise habitude des tenants du régime actuel qui multiplient la mise en vente des patrimoines de l’Etat. Hier, les partisans du Professeur Zafy Albert a aussi annoncé à la presse que la résidence de l’ancien Vice-Premier ministre Pierrot Rajaonarivelo à Imaibahoaka a déjà été vendue à des particuliers. L’on attend donc les résultats de l’investigation du Bianco. Tous les hauts responsables cités dans cette affaire devraient se prononcer pour éviter les polémiques. Quid de la responsabilité de la Direction en charge de la gestion des Patrimoines de l’Etat auprès du Minsitère des Finances et du Budget ?

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara102 partages

Double décès hier : Etienne Ralitera et Mathilde Rabary se sont éteints

Etienne Ralitera était Grand Chancelier de Madagascar pendant plusieurs années.

Le pays a perdu hier deux de ses grandes figures, en l’occurrence Etienne Ralitera et Mathilde Rabary. Le premier n’est autre que le Grand Chancelier de Madagascar depuis le premier mandat de Marc Ravalomanana jusqu’à présent. Originaire d’Ambohimalaza, Etienne Ralitera a souffert d’un grave problème cardiaque pendant plusieurs mois avant de décéder hier à l’âge de 79 ans. La dépouille mortelle du Grand Chancelier sera veillée à son domicile à Mahamasina avant son enterrement à Ambohimalaza.

Femme militante. Quant à Mathilde Rabary qui n’est autre que la mère de l’actuel ministre de l’Education nationale Paul Rabary, elle a succombé hier matin à sa maladie. Farouche défenseur des droits de l’Homme, et notamment des droits de la Femme, Mathilde Rabary a été déjà élue député de Madagascar. Médecin et juriste de formation, elle a également reçu le Prix du courage féminin décerné par le Fonds des Nations Unies pour les Populations (UNFPA). Midi Madagasikara présente ses condoléances aux familles du Grand Chancelier Etienne Ralitera et de l’ancien député Mathilde Rabary.

R. Eugène

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara94 partages

Barrages sanitaires sur les routes nationales : Des personnes décédées glissées parmi les passagers

Les contrôles sanitaires se font également au départ, dans les gares routières. (Photo Kelly)

Les postes de contrôle sanitaire, mis en place afin de limiter la propagation de l’épidémie de peste pulmonaire, observent des situations parfois surprenantes !

Des personnes décédées transportées en catimini, glissées parmi les passagers des taxis-brousse. C’est ce que découvrent parfois les responsables des postes de contrôle sanitaire sur les routes nationales. Ces dispositifs, mis en place à l’entrée et sortie des villes afin de limiter la propagation de l’épidémie de peste pulmonaire, ont permis de mettre au jour des pratiques plutôt inattendues ! L’un des trois postes de contrôle sanitaire de la ville d’Antsirabe, mis en place depuis maintenant neuf jours, en a fait l’expérience dernièrement en découvrant une personne décédée parmi les passagers d’un véhicule soumis au contrôle sanitaire. Les voyageurs, tous issus de la même famille puisqu’il s’agit d’un véhicule de location, « maquillent » la scène en faisant passer le défunt pour un passager endormi. Dans la mesure où la prise de température figure parmi les actes effectués par les responsables des contrôles sanitaires, ces derniers n’ont pas mis longtemps pour découvrir le pot aux roses !

Vérification. Après vérification, il ne s’agissait pas, en réalité, d’une personne décédée dans le véhicule durant le voyage, ni d’un malade décédé de la peste. La famille a mis en place cette « stratégie » manifestement vouée à l’échec, afin d’éviter de payer les frais relatifs au transport de la dépouille. Aussi a-t-elle glissé le corps parmi les passagers du véhicule pour le transporter jusqu’à la commune où l’inhumation est prévue, et déclarer par la suite le décès, une fois sur place. Des témoins de la scène ont pensé au début que la manœuvre était imaginée par la famille par crainte de voir le corps de leur proche « confisqué » par les responsables des contrôles sanitaires, au cas où l’on soupçonne la peste comme étant à l’origine du décès. Après régularisation de la situation, le véhicule et ses passagers ainsi que le corps de leur défunt proche, ont obtenu le feu vert pour continuer leur route !

Hanitra R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara91 partages

Footballeurs : Nos internationaux évoluant à l’étranger

La France est la principale destination des footballeurs malgaches expatriés. En octobre 2017, ils sont dix à évoluer dans les trois premières divisions françaises. Sur les dix expatriés malgaches, seuls quatre ne possèdent pas la double nationalité malgache. Les binationaux sont donc largement majoritaires. Mais des joueurs malgaches évoluent aussi en Belgique (2), Luxembourg (1), Bulgarie (1), Suisse (1) ou en dehors de l’Europe (4) précisément en Arabie Saoudite, en Algérie, en Egypte et au Pakistan. En Italie, il y a Freddi Greco, de nationalité italienne mais d’origine malgache et qui joue en U-17 de la Squadra Azura. C’est une liste non-exhaustive des footballeurs que nous vous proposons y compris notre liste de footballeurs amateurs malgaches ou qui sont d’origine malgache.Les professionnels Malgaches

France

Albert Rafetraniaina : OGC NICE ligue 1, né le 9/09/96 à Ambohitrony. Taille 1.76mJérôme Mombris : G. AJACCIO, ligue 2 contrat jusqu’à 30/06/2018. Né le 27/11/1987 à Saint Brieux taille 1.78m.

Lalaina Nomenjanahary : PARIS FC, ligue 2, né le 6/01/1986 à Antananarivo, taille 1.88mn

Ima Andriatsima : FC SOCHAUX, ligue 2, contrat jusqu’au 30/06/2018. Né le 3 juin 1984 à Antananarivo, 1.84m

Rayan Raveloson : TOURS FC, ligue 2, contrat jusqu’au 30/06/2020. Né le 16/01/1997 à Anosibe Ifanja, 1.82m

Stéphane Raheriharimanana : RED STAR FC NATIONAL, contrat jusqu’à 2019, né le 16/08/93 à Toamasina. 1.68m

Dimitri Caloin : SO CHOLET NATIONAL. Né le 8/05/1990 à Limoges, 1.92m

Melvin Adrien : AC AMIENS, ligue 1 mais n’a pas encore joué de match en pro. Né le 30/11/1993. 1.83m.

Thomas Fontaine : Clermont Foot, ligue 2 , contrat jusqu’au 30/06/2018. Né le 08/05/1991. 1.84m

Fabien Boyer : US Créteil National. Né le12/04/91 à Vienne. 1,87m

Belgique :

Zo Tsara Randriambololona : ROYAL ANTWERP, ligue 1 Belgique, fin de contrat le 30/06/2019. Né le 22/04/1994

Marco Ilaimaharitra

Bulgarie : Abel Anicet : LUDOGORETS, ligue1, Bulgarie, contrat jusqu’au 30/06/19. Né le 13/03/1990 à Antananarivo. 1.79mLuxembourg :Stéphane Randriatsoaray : HESPERANGE, ligue 2, Luxembourg. Contrat jusqu’au 30/06/2019. Statut spécial payé pour jouer au foot et en même temps ergothérapeute. Né le 19/05/1991 à Schiltigheim. 1.74mArabie Saoudite : Carolus Andriamahitsinoro : UHUD MEDINA, ligue1, Arabie Saoudite, contrat jusqu’au 30/06/2018, né le 6/07/1989. 1.72mAlgérie :Ibrahim Amada : MC ALGER ligue 1, contrat jusqu’au 30/06/2020. Né le 28/02/90 à Antananarivo, 1.76m

Egypte : Voavy Paulin : EL MAKASSA, ligue 1 Egypte, contrat jusqu’au 30/06/2018. Né le 10/11/1987 à Maintirano. 1.63mThailande : Baggio : SUKHOTHAI FC, ligue 1, Thaïlande, contrat jusqu’au 30/11/2018. Né le 19/12/1991 à Antananarivo. 1.60m

Suisse : Rinjala Raherinaivo : FC SION, 3e division suisse, fin de contrat le 30/06/2021. Né le 25/05/1998. 1.78 mChampionnat de France amateur

National2 CFA ou 4edivision

Pascal Razakanantenaina (Arras), Hery Randriantsara (Tarbes Pyrénées), Pierrick Rakotoharisoa (Schiltigheim), Naly Rasamoel (Monceau) …

National3 CFA2 ou 5edivision

Ibrahim Dabo (Gobelins Fc), Debakely Toavina (Tourcoing), Ferdinand Ramanamahefa (Rc Fléchois), Patrick Herimanjakarivo (Fabregues), Jordan Dupray (Cap Ferret), Joseph Randrianirina (Toulouse), Lionel Andrianasolo(Selongey). ….

Anny Andrianaivonirina

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar87 partages

Décès d’Étienne Ralitera – Disparition d’un grand serviteur de l’État

« L’homme de toutes les Républiques ». Une phrase de Jacques Ralitera, parlant de son père Etienne Ralitera, grand chancelier de la République. Ce dernier s’est éteint hier. Agé de 79 ans, cet ancien inspecteur d’État et administrateur civil, selon Alain Ralitera, un autre de ses quatre fils, était malade depuis quelques mois.Selon les informations, Etienne Ralitera a été terrassé par « un arrêt du cœur », vers 16 heures à l’hôpital militaire de Soavinandriana. « C’était un homme de l’amitié, de la réconciliation et modeste », témoigne Jacques Ralitera. Le frère de ce dernier, Alain Ralitera ajoute qu’« il était apprécié de tous et n’avait aucun ennemi ». La chancellerie de la Républi­que est le dernier poste occupé par ce grand commis de l’État qui, depuis la première République, jouait toujours un rôle aux côtés des dirigeants du pays.Etienne Ralietara était l’attaché de cabinet de Philibert Tsiranana, ancien président de la République. Après avoir été secrétaire d’État chargé de l’Information et de la presse, il a été l’un des proches collaborateurs du général Gabriel Rama­nantsoa, avant de redevenir attaché de cabinet de Didier Ratsiraka, ancien président de la République, cette fois-ci. Ses années à la chancellerie de la République ont débuté durant le premier mandat de Marc Ravaloma­nana, autre président de la Répu­blique, jusqu’à ce qu’il tire définitivement sa révérence, hier.À part la politique, Etienne Ralitera s’est également fait un nom dans le monde de la comédie radiophonique. Comédien et auteur, il a écrit des pièces radiodiffusées telles que « Fon-jazavavy », ou « Ramala­gasy ». Jouant sur les ondes de la Radio nationale Malagasy (RNM), sous le pseudo de Raety et Benoit, pour les billets comiques, le désormais ancien grand chancelier de la République avait partagé la scène radiophonique avec d’autres grand noms comme Harinaivo, Clara, Zoly, ou encore Solofo José, avec qui il était parfois confondu car, ils avaient un timbre vocal similaire.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza84 partages

Tany misy ny Villa ElizabethKarana no nividy azy

Nanazava mikasika ny antsipirihan’ny raharaha Villa Elizabeth, fonenan’ny filoham-pirenena teo aloha nodimandry,

 

Zafy Albert, nisy namarotra tamina sehatra tsy miankina, omaly, tetsy amin’ny hotely Colbert Antaninarenina, ny teo anivon’ny komity misahana ny fampihavanam-pirenena na CRN izay natsangan’ity filoham-pirenena ity fahavelony. Gaga izahay, hoy i Tabera Randriamanantsoa rehefa tonga tany Betsiaka ka nahita ny taratasy manambara ny famarotana ny tany eny Ivandry hoe ahoana ity ? Nisy ny filazana fa efa nanao fifanarahana tamin’ny mpitondra fanjakana tamin’ny fotoan’androny, izany hoe,  tao anatin’ny fitondrana tetezamita ny amin’ny hamarotana ny tany misy ny villa ny Profesora, hoy Tabera Randriamanantsoa, saingy tsy mino izahay satria tsy mitombona ny hoe hanaiky famarotana tany amin’ny vahiny izany ny filoha Zafy Albert. Ankoatry ny fametrahana taratasy fitoriana tany amin’ny birao mahaleotena miady amin’ny kolikoly (Bianco) moa dia niangavy ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, ny CRN mba hanafoana ity fifanarahana famarotana tany ity fa raha tsy izany dia ho entin’izy ireo mitety faritra ny taratasy manaporofo fa mpivarotra tanindrazana ny fitondrana ankehitriny. Araka ny nambaran’izy ireo moa dia teratany Karana no namarotana ilay tany eny Ivandry fa ankoatr’io dia efa katsahina teratany Sinoa ihany koa amin’izao fotoana izao ny fonenan’ny praiminisitra teo aloha, Pierrot Rajaonarivelo. Mila mifoha isika, hoy ny CRN, sao dia efa lafo tamin’ny fandalovan’ny mpanjakavavy Anglisy teto koa ny Rovan’i Manjakamiadana sy ny lapan’Andafiavaratra.

J. Mirija

 

 

L'express de Madagascar79 partages

Défense des droits de l’Homme – Mathilde Rabary, décès d’une femme engagée

Engagement. Un mot qui pourrait résumer la vie publique de Mathilde Rabary. Une vie que son fils Paul Rabary, ministre de l’Éducation nationale, a résumée dans une publication sur sa page Facebook, lui rendant un dernier hommage.« Je suis ce que je suis aujourd’hui grâce à ma mère, qui a toujours inculqué à ses enfants les valeurs de respect, de l’effort et de l’engagement. Elle a fait de sa vie un combat pour la défense des droits de l’Homme, en particulier, ceux de la femme en étant médecin, juriste et députée de Mada­gascar. Elle a reçu le prix du courage féminin décerné par le Fonds des Nations Unies pour les populations (UNFPA). Elle reste et restera un modèle pour moi », a publié le membre du gouvernement.L’un des faits d’armes qui a renforcé la réputation de Mathilde Rabary, dans son engagement pour la lutte pour les droits de la femme, notamment, remonte à l’année 2004. Ayant fondé une clinique juridique dénommée « Mifohaza », l’avocate avait alors, défendu une femme qui, durant sa garde à vue, avait été violée par quatre policiers. Seule contre le corps de la Police Nationale qui a fait bloc pour blanchir ses éléments, l’ancienne parlementaire n’a pas lâché l’affaire.Mathilde Rabary et ses collaborateurs au sein de Mifo­haza, composé essentiellement de jeunes juristes, sillonnaient alors le pays, pour faire connaître leurs droits aux citoyens, aux femmes en particulier. La clinique s’occupait des faits de violence au foyer, des disputes relatives au droit de propriété et des cas de torture. Cet engagement sans faille avait valu au docteur Rabary de se voir décerner le prix du courage féminin 2008, de l’UNFPA.« Arriver à ce stade de reconnaissance internationale est une vraie consécration. Je me souviens encore des six mois où ma famille et moi avions dû rester dans l’ombre. Heureu­sement que tous m’ont soutenue », avait-elle déclaré à l’Express de Madagascar, à l’époque. Ayant été élue députée, en 1998, Mathilde Rabary, a également, affirmé son engagement dans la défense des droits humains sur la scène politique. La juriste a porté, notamment, plainte contre le gouvernement pour violation des droits de l’Homme, en 2002.

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada69 partages

Us et coutumes : pas un sou pour dix balles en poche

Avec 100.000 ariary en cours normal à son compte difficile d’espérer obtenir un crédit de sa banque. Voyons, on ne prête qu’aux riches ! , gronde la morale du système. Pareillement les mauvaises rumeurs, elles n’accablent que les gens riches de mauvaise réputation. Actuellement les réseaux sociaux fourmillent de ces affaires où des journalistes réputés pour leur grande gueule à défendre avec intransigeance l’éthique dans l’exercice de leur profession, ont répondu de façon leste aux chants de la plus célèbre sirène du moment. A chacun et à chacune l’estimation de sa valeur pour être du niveau de son temps : 100 briques et plus pour vendre son âme. De ces nauséabonds déballages, attendrissant le chant naïf d’un jeune du métier plaidant que l’on ne mette pas tout le monde dans ce sac de linges sales, au motif de son témoignage : il marche à pieds et emprunte les taxi-be.

 

Madagascar Tribune66 partages

5 millions de dollars de plus de la Banque mondiale

Alors que plusieurs annonces ont été faites en ce qui concerne la régression de l’épidémie de peste à Madagascar, les aides des bailleurs et partenaires techniques et financiers (PTF) de Madagascar continuent à arriver dans les caisses de l’Etat. Hier, le ministère des finances a annoncé que la Banque Mondiale avait décidé d’octroyer 5 millions de dollars de plus dans le budget de l’Etat. Ceci pour la mise en œuvre du plan national de riposte contre la peste.

Il s’agirait selon la ministre des finances et du budget, Vonintsalama Andriambololona d’une réponse de la Banque mondiale (BM) à la demande d’aide d‘urgence lancée par Madagascar lors d’une réunion avec cette dernière et le Fond monétaire internationale (FMI) le 13 octobre dernier. Selon toujours le ministère des finances dans un communiqué officiel, malgré le soutien essentiel et exceptionnel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), et d’autres partenaires, certaines activités du plan de riposte doivent être financées par l’Etat. Selon nos informations, ces 5 millions de dollars serviront entre autres au paiement des indemnités et salaires des personnels médicaux mobilisés dans la lutte contre l’épidémie et dans le traitement de désinfection dans les écoles. La Banque mondiale a exigé et souligné que la somme devra être gérée de manière transparente.

Cette somme vient donc grossir l’enveloppe reçu dans le cadre de la lutte contre la peste pour Madagascar. Plusieurs pays avaient déjà effectué des dons afin de contribuer à cette lutte, mis à part les contributions en nature dont des dons en équipements et en médicaments. A rappeler, le premier don effectué par l’OMS est de 1,2 million de dollars en dose d’antibiotiques, cette organisation avait également appelé à une mobilisation internationale pour un besoin de 5,5 millions de dollars dans le cadre de la lutte contre la peste. Il semble maintenant que l’objectif ait été atteint et même dépassé de quelques millions de plus. Et cela alors qu’on arrive en fin de lutte et dans une phase de régression de l’épidémie. On sait également que dans la pratique ce genre d’aide ne peut directement aller dans les organismes de lutte mais bien dans les caisses de l’Etat, qui se charge ensuite de la distribution et de son affectation. La question est de savoir si l’Etat malgache a réellement besoin de 5 millions de dollars de plus de la part des bailleurs afin de pouvoir payer le personnel médical et d’assurer l’entretien des établissements scolaires. Mais surtout si cette somme octroyée dans cette contexte va être affectée comme il se doit à cette lutte contre la peste. Idem pour tous les autres dons et aides octroyés par nos partenaires internationaux jusqu’ici, étant donné que le circuit suivi par ces aides est inconnu de la majorité du public.

Midi Madagasikara62 partages

Tourisme : Le SG de l’OMT à la rescousse

Face à la peste qui a fait fuir des touristes, Roland Ratsiraka ne porte pas forcément le chapeau.

Carnaval, visite de stands, prix du concours culinaire, inauguration du nouvel Hôtel de la Poste, tombola, animation virtuelle… Un programme riche et varié lors de la célébration de la Journée Mondiale du Tourisme (JMT) à Antsiranana qui a été également marquée par une série de conférences sur plusieurs thèmes. Du tourisme durable au transport aérien, en passant par la sécurité dans les sites touristiques, l’énergie renouvelable, la baie de Diégo…

Roland Ratsiraka a saisi la cérémonie d’ouverture de la foire internationale d’Antsiranana organisée dans le cadre de la JMT 2017 pour annoncer l’arrivée demain 1er novembre du Secrétaire Général de l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), Taleb Rifai. Et ce, à l’invitation du ministre malgache du Tourisme qui entend améliorer la visibilité du secteur à l’international après l’épidémie de peste qui avait entraîné 10 à 15% d’annulations de réservations parmi les touristes. Ce qui n’est pas le cas du SG de l’OMT qui n’a pas hésité à faire le déplacement en signe de solidarité et de soutien à Madagascar et au peuple malgache en général, mais aussi et surtout pour être à la rescousse du secteur du tourisme.

Intercéder. On croit savoir que Taleb Rifai qui est lui-même un ancien ministre du Tourisme en Jordanie, va intercéder en faveur de la Grande Ile auprès de l’actuel ministre seychellois du Tourisme qui menace de mettre en quarantaine les bateaux de croisière qui auront touché Nosy Be, Antsiranana et Toamasina. En effet, la raison d’être de l’association des « Iles Vanille » est de valoriser les atouts des pays de la zone de l’Océan Indien pour un développement touristique commun. Qui plus est, la peste est en fin d’épidémie selon les responsables. Ce qui explique sans doute la confirmation des prochains touchers dans les ports malgaches de navires de compagnies de croisière transportant des touristes venus des quatre coins du monde.

R.O

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madagascar Tribune61 partages

Tabera Randriamanantsoa demande l’annulation de la vente

A peine enterré, le nom du Professeur Zafy Albert fait encore la Une de tous les journaux et de toutes les conversations. Mais ce n’est plus pour se rappeler de ses œuvres ou de ses mada-raids mais pour dénoncer le scandale lié à la vente de la fameuse « Villa Elisabeth », mise à sa disposition par l’Etat malagasy en tant qu’ancien Chef de l’Etat et où il a vécu de nombreuses années. Après la déclaration tonitruante de l’affaire dont Tabera Randriamanantsoa est habitué et la révélation du nom de celui par qui le scandale arrive à savoir Reboza Julien, le bouillant collaborateur du feu Président Zafy Albert demande à l’actuel chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina d’annuler la vente. Si on peut appeler cela une vente, vu que le terrain situé dans un quartier le plus huppé de la capitale serait vendu à 1000 Ar le mètre carré. Tabera Randriamanantsoa annonce également qu’il va porter l’affaire devant la justice car ce n’est qu’une spoliation des biens de l’Etat sans oublier les préjudices qu’aurait subi l’« Homme au chapeau de paille » dans cette histoire.

La grande magouille, car il s’agit d’une magouille remonterait à la veille de l’investiture de Hery Rajaonarimampianina en tant que nouveau Chef de l’Etat. Le 24 janvier 2014, Reboza Julien en tant que vice Premier ministre chargé de l’Aménagement du territoire aurait signé l’acte de vente du terrain « Saint Antoine IV » pour la modique somme de 11 millions d’Ariary à une société appelée Madaterrain. Pour se dédouaner mollement, Reboza Julien devenu HVM fait rapporter qu’il ne savait pas que c’était la vente de la Villa Elisabeth qu’il aurait signé et qu’il aurait été contraint de le faire. Tous les responsables pendant et après sont également éclaboussés dans cette affaire, dont le ministre des Finances, gestionnaire du patrimoine de l’Etat mais aussi les ministres de l’Aménagement du territoire dont le patron du HVM, Rivo Rakotovao. Car ce genre de dossier passe plusieurs étapes avant d’être validé définitivement. Alors comment se fait-il que personne n’ait bougé le petit doigt pour défendre le bien de l’Etat et en même temps feu Président Zafy Albert ? La famille du défunt Président fait savoir que Serge Zafimahova est le seul habilité à parler au nom de la famille. Pour le moment, la famille reste discrète : « Nous observons un deuil  » précise-t-on à ce niveau.

Rappelons que la braderie du patrimoine de l’Etat remonte au temps de Norbert Ratsirahonana quand il a occupé pendant quelques mois le fauteuil de Chef d’Etat par intérim entre l’empêchement du défunt Albert Zafy et le retour au pouvoir de Didier Ratsiraka. Marc Ravalomanana est également pointé du doigt comme celui qui a confisqué bon nombre du patrimoine de l’Etat à son profit et au profit de ses sociétés quand il était au pouvoir (terrain du Calumet à Behoririka, terrain d’Andohatapenaka, Villa St Clément pour un franc symbolique…). Le régime de Transition n’était pas mal non plus dans ce domaine.

Tia Tanindranaza59 partages

Claudine RazaimamonjyMbola olon’ny HVM, hoy i Rivo Rakotovao

Nanamafy tao amin’ny radio nasionaly (RNM) ny alahady alina teo i Rivo Rakotovao fa mbola olon’ny HVM ary mpikambana feno ao i Claudine Razaimamonjy izay migadra any amin’ny fonjan’i Manjakandriana noho ny raharaha kolikoly avo lenta.

 

Tany tan-dalàna ny eto Madagasikara ary voaporofo fa na akaikin’nyfiloham-pirenena aza dia tsy afa-bela amin’ny fanadihadiana tsy maintsy atao.Raharaham-pitsarana io ka aleo handeha fa tsy misy idiran’ny resaka politika.Hatramin’ny omaly anefa dia tsy misy daty mazava hanombohana ny fitsarana ny raharaha Claudine Razaimamonjy. Fitanana am-ponja vonjimaika no atrehany eny Manjakandriana.Efa mazava anefa ny antontan-taratasy fa ahiahina ny fanaovana kolikoly avo lenta ho an’ity mpandraharaha mpanefoefo araka ny Bianco. Misy ny zavatra mitombina matoa namoaka didy mampiditra azyam-ponja vonjimaika ny fitsarana misahana ny ady amin’ny kolikoly.Maro ny sangodim-panina tao anatin’ity raharaha ity, nanomboka tamin’ny fakana am-bavany an-dRamatoa Claudine teny amin’ny Bianco Ambohibao sy teny amin’ny « Chaîne pénale anti-corruption » teny 67Ha. Nandalo tao amin’ny fampidirana azy tao amin’ny vonjy aina Hjra ny nahafahany nivoaka tampoka an’iMadagasikara fa hitsabo tena any ivelany.Misy anarana manampahefana ambony voatonona fa nanohana azy tao anatin’ireny tranga rehetra ireny.Ny fanadihadiana sy ny fitsarana ihany no hamoaka ny marina.Vava be no nataon’ity Ramatoa ity tamin’ny olon’nyBianco niantso an-telefaonina azy ka nilazany fa  « izahay aloha izao no eto amin’ny fitondrana ka mangataka audience any amin’ny filoham-pirenena raha te hiresaka amiko… ».Mipetraka ny fanontaniana ary taorian’ity fanambaran-dRivo Rakotovao ity :hoe  sao dia sinema marina no betsaka fa arovan’olona matanjaka eto amin’ny firenena i Claudine ?Fandraikiraikena sy fanodinkodinana saim-bahoaka fotsiny no natao dia mody nosamborina sy nampidirina am-ponja vonjimaika aloha mba hanaporofoana fa tsy mivazivazy amin’ny fandikan-dalàna ny fitondram-panjakana fa na namany aza dia darofany rehefa manao ny tsy mety. Raha tena mandeha ny fitsarana dia tsy maintsy hiteny i Claudine Razaimamonjy fa hisy anaran’olona maromaro. Mety mpandraharaha, mpanao politika, manampahefana ho voatonontonona ao.Izay no mety hampanginana ny raharaha sy tsy hanarian’ny HVM azy aloha hatreto.

RTT

 

L'express de Madagascar55 partages

Liberal International – Edgard Razafindravahy élu au comité des droits de l’Homme 

Edgard Razafindravahy prend de nouvelles responsa­bilités au niveau de l’international Libéral.

En crescendo. Le parti Antoka sy dinan’ny Nosy-Arche de la Nation (ADN)  confirme  sa présence dans la cour des grands. Pour la seconde fois cette année, Edgard Razafindravahy a porté haut le flambeau de Madagascar sur la scène internationale. La 199ème édition de la réunion internationale des partis libéraux dans le monde s’est tenue au Radisson Blu Gautrain Hotel à Johannesbourg. En tant que membre de cette grande famille, la présence du parti ADN, représenté par son chef de file national Edgard Razafindravahy et le secrétaire général du parti Vola Rasoamanana à ce grand rendez-vous, est naturelle.Lors de cette réunion en Afrique du Sud, les participants ont planché sur « Les réponses libérales d’une meilleure gouvernance au XXI siècle ». En tant que l’un des réseaux les plus anciens et le mieux struc­turé dans le monde, les rencontres entre les membres de l’Interna­tional Liberal constituent un cadre d’échanges par excellence. Pendant les échanges, des panélistes aguerris en termes de gouvernance, sont intervenus. Il s’agit entre autres du président du Libéral International, Juli Minoves ; de l’ancien Premier ministre de la Guinée Cellou Dalein Diallo, du maire de Johannesbourg Herman Mashaba, du maire de  Tsshwane Solly Msimanga et d’Edgard Razafindravahy.Fort de la réussite de l’atelier sur l’environnement urbain au mois de mai à Andorre dont il a été le président, Edgard Razafindravahy acquiert de plus en plus la confiance de ses pairs dans ces grands rendez-vous. En tant que panéliste, il a mis en relief les valeurs que portent son parti pour une meilleure gouvernance à Madagascar, telles que mettre l’homme au centre du développement, les solutions par la base, la refondation de la Nation malgache, la responsabilisation, l’autonomie de toutes les collecti­vités (régionales, communales, fokontany) et ceci par un vrai partage du pouvoir par le truche­ment du federalisma sahaza. « Il faut restaurer les valeurs de la société malgache. Elle doit être fière et on doit lui donner de l’humanité. Pour cela, la refondation à travers le Federalisma sahaza est nécessaire », a-t-il soutenu.

Haute responsabilité internationale Edgard Razafindravahy, élu parmi les vingt-deux membres du Comité pour la défense des droits de l’Homme au sein de l’interna­tional libéral. « Je représente mes compatriotes dans ces réunions en haut lieu. C’est en toute humilité que j’accepte cette grande respon­sabilité », souligne ce dernier.Une réunion de travail a commencé hier entre les membres du comité des Droits de l’Homme à Johannesburg en présence du Président du comité Markus Löning. D’autres réunions de travail auxquelles vont assister le Chef de file de l’ADN sont prévues à Capetown dans les prochains jours, organisées par l’Alliance Démocratique (DA) parti libéral de l’Afrique du Sud.

L'express de Madagascar52 partages

Aéroport de Nosy Be – Réception technique de la piste

Le calendrier d’exécution préétabli pour le gros œuvre est respecté. La piste de Fascène arbore aujourd’hui un nouveau look.

Engagement tenu. Les travaux de renforcement de la piste d’atterrissage ont été effectués dans les temps et auront duré quarante-cinq jours. La réception technique a eu lieu hier en présence notamment du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE), ainsi que des responsables locaux du Transport. Des aménagements avec la réfection de la buse sous piste à son extrémité nord, ont été effectués. La seconde étape du renforcement consistait à la remise en état de la couche de roulement.« La confortation de la piste est un gage de sécurité pour les passagers. Elle va également renforcer l’attractivité de l’aéroport de Nosy Be qui doit séduire de nouvelles compagnies internationales et attirer plus de touristes », a expliqué Ravinala Airports au début des travaux, le 18 septembre dernier.Le pari a donc été tenu et cette société concessionnaire des aéroports d’Ivato et de Nosy Be affirme ne pas avoir perturbé les vols durant les travaux.

Flexibilité« Pour ne pas déranger les vols, Ravinala Airports a informé les compagnies aériennes des horaires de travaux se déroulant entre 19h à 7h du matin, et ce, à travers un notam. Et aucun vol n’a été annulé durant les travaux », précise un communiqué.Ce respect du calendrier et des horaires de vol durant les travaux a été particulièrement félicité par le M2PATE, Ramarcel Ramanantsoa Rabenjamina.« Les travaux sont achevés à temps et la flexibilité du privé démarque le partenariat entre l’État et le privé», a-t-il souligné.On apprend par ailleurs que les travaux de buse, de station d’épuration d’eau (STEP), ainsi que d’aménagement du parking de l’aéroport de Nosy Be ont également débuté. L’aérogare sera également rénovée pour améliorer le confort des passagers.L’ensemble des travaux s’étaleront encore sur  une année.

Mirana Ihariliva

Madagascar Tribune43 partages

Une grande figure de la défense des droits de l’homme s’en est allée

Femme engagée dans la protection des Droits de la femme, députée de l’UNDD puis de l’AVI, membre du groupe des sages « Ray amandreny mijoro », Mathilde Rabary s’est éteinte ce 30 octobre 2017 à l’âge de 73 ans. Médecin de formation et juriste, Mathilde Rabary était sur tous les fronts au niveau social et politique. Son fils, Paul Rabary, actuel ministre de l’Education nationale qui lui a emboité le pas en politique, a rendu un dernier hommage à sa mère hier par une publication sur sa page Facebook.

Si Mathilde Rabary a toujours été engagée dans la lutte pour les droits de l’Homme et la dignité humaine. C’est la création de la clinique juridique « Mifohaza » (Réveillez-vous) qui lui a valu d’être la lauréate du « Prix International pour la Santé et la Dignité de la Femme », décerné par le Fonds des Nations Unies pour les populations (UNFPA) à New York (Etats-Unis) en 2008. Elle a eu l’idée de fonder la clinique « Mifohaza » en 2004 lorsqu’à cette époque en tant qu’avocate, elle recevait chez elle une femme victime de viol et l’aide à se défendre contre les quatre policiers qui ont commis le crime. Elle prend alors conscience que les femmes malgaches n’ont aucune connaissance de leurs droits. Très vite, elle décide de s’entourer de jeunes diplômées en droit et crée à Ampandrana un centre d’accueil et d’écoute destiné à informer les femmes sur leurs droits familiaux et professionnels.

Avec sa clinique, Mathilde Rabary n’en était pas à son coup d’essai. Elle est l’une des figures emblématiques de la défense des droits et de la démocratie à Madagascar. Le Docteur Rabary a également enseigné les droits de l’homme à l’École d’infirmières de Madagascar depuis 1995. Elle a été aussi présidente de « S.O.S. Aux Victimes du non-droit », une ONG créée en 1999 pour aider les victimes d’abus et éduquer les citoyens de Madagascar sur leurs droits.

Après avoir travaillé au ministère de la Population, elle a été élue député de Madagascar en 1998. A ce poste, elle n’hésitait pas en 2002 à engager des poursuites judiciaires contre le gouvernement de l’époque pour violation des droits humains. Même si elle est soutenue dans son combat par le Haut Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, elle se retrouve mise à l’écart. Deux ans plus tard, elle prononce devant le comité de l’ONU à Genève, un discours pour l’élimination de la discrimination raciale et représente en 2007 la société civile devant le Haut commissariat de l’ONU lors d’un débat sur la torture à Madagascar. La rédaction de Madagascar Tribune.com présente ses sincères condoléances à toute sa famille.

Midi Madagasikara40 partages

FIVMPAMA à l’international : La diaspora malgache prête à accomplir ses devoirs

Les membres du FIVMPAMA à l’international représentés lors du Forum de la diaspora.

A part la création des antennes de ce groupement du patronat malagasy à l’étranger, un forum numérique sera opérationnel en novembre pour faciliter la connexion directe entre la diaspora et les opérateurs économiques locaux.

Le FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy) a installé six antennes sur le plan international depuis mai dernier. Il s’agit, notamment, des branches de ce groupement aux Etats-Unis, en France, au Canada, en Allemagne, aux Seychelles et tout récemment à La Réunion. Elles sont principalement composées des membres de la diaspora malgache à l’étranger, particuliers, étudiants, cadres et chefs d’entreprises issus de différents secteurs d’activité. Ils ont été représentés lors du Forum de la diaspora organisé tout récemment par le ministère des Affaires Etrangères au village Voara à Andohatapenaka. A cette occasion, ils ont déclaré qu’ils sont prêts à accomplir leurs devoirs en tant que citoyens afin de contribuer au développement économique de Madagascar.

Volonté politique. « Il s’agit entre autres, du paiement des redevances ou autres impôts. En revanche, nous réclamons nos droits tels que l’exercice de droit de vote aux élections qui vont se dérouler dans notre pays. Nous demandons également à l’Etat de prendre ses responsabilités en assurant par exemple, la couverture du rapatriement des corps en cas de décès des membres de la diaspora à l’étranger », a évoqué Philippe Rajaona, le porte-parole du FIVMPAMA à l’international lors d’une conférence de presse donnée dans le cadre de ce Forum de la diaspora. A l’issue de cet événement qui a été une grande première à Madagascar, l’élaboration d’une politique nationale de la diaspora fait partie des recommandations émises par toutes les parties prenantes. « Une proposition à laquelle nous adhérons. C’est déjà un premier pas. En outre, nous nous engageons à contribuer à l’opérationnalisation d’un Task Force à créer pour mettre en œuvre toutes ces recommandations émises. A titre d’illustration, il a été évoqué lors de ce Forum que le droit de vote de la diaspora malgache à l’étranger est déjà acquis. Mais l’Etat nécessite encore des moyens pour assurer son exercice d’autant plus qu’il y a d’autres priorités comme la réhabilitation des bâtiments des Ambassades. Or, nous sommes disposés à prêter main forte pour y arriver, quitte à mobiliser un fonds spécial. S’il y a un problème, on trouve toujours une solution. Il suffit d’une volonté politique », a-t-il poursuivi.

Forum numérique. Par ailleurs, les branches du FIVMPAMA au niveau international n’attendent pas l’Etat pour s’impliquer au développement socio-économique de la Grande île. « Ce déploiement du groupement du patronat malagasy à l’international permet notamment de créer une structure formelle servant à mettre en réseau et à organiser des rencontres entre la diaspora malgache en tant qu’acteurs économiques et les opérateurs membres du FIVMPAMA. Ce qui facilitera, entre autres, le développement des transferts de compétence ou les échanges d’expériences entre les deux parties. La mise en relation directe entre les partenaires commerciaux et les exportateurs locaux ou bien entre les partenaires financiers et les promoteurs de projets start-ups, voire un joint-venture avec les entrepreneurs, n’est pas en reste. Pour ce faire, un forum numérique sera installé pour mettre en réseau et créer une connexion directe  entre la diaspora membre des antennes du FIVMPAMA à l’international et les opérateurs économiques locaux. Ce sera opérationnel en novembre. Et ce n’est pas tout ! Nous agissons déjà en cherchant  un financement pour la mise en œuvre des quatre projets start-ups identifiés par le FIVMPAMA à Madagascar », a enchaîné Philippe Rajaona. Concernant l’antenne du FIVMPAMA à La Réunion, « une quarantaine de chef d’entreprises malgaches et réunionnais se mobilisent déjà à contribuer au développement économique de Madagascar en s’informant sur les opportunités d’investissement dans le pays », a annoncé Aroumougom Jacques, le vice-président.

Obstacles. Notons que la diaspora malgache suit de près l’évolution des affaires nationales même si elle est  loin de son pays d’origine. Elle a cité les obstacles entravant au développement de Madagascar, telles que  la délinquance économique, la corruption, l’insécurité, la dominance du secteur informel et la recrudescence des trafics des ressources naturelles. « Nous sommes prêts à contribuer entre autres, à l’instauration de la sécurité et de la transparence, sans oublier le volet social. La mise en place des antennes du FIVMPAMA et le forum numérique permettra d’éviter les longues procédures servant à concrétiser nos actions en faveur du pays », a témoigné Serge Rajerison, un membre de la diaspora aux Etats-Unis. Il faut savoir que d’autres branches du FIVMPAMA seront prochainement installées. « La création des antennes à Mayotte, Londres, Bordeaux et à Toulouse est déjà prévue. Marseille vient d’en avoir la sienne », a conclu Eric Rajaona, membre du FIVMPAMA-France.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara39 partages

Rio Tinto QMM : Participation à la lutte contre la peste

Rio Tinto QMM n’est pas en reste dans les actions de lutte contre la peste. L’entreprise minière qui exploite l’ilménite de Taolagnaro vient d’octroyer un don  en matériels d’une valeur de 60 millions d’ariary  dans le cadre de la lutte contre la peste à Fort-dauphin.

Cette participation de QMM, consiste notamment en une réhabilitation des 10 locaux (chambres et toilettes) qui serviront de centres d’isolement et de traitement des malades ou d’autres besoins liés à l’hospitalisation. Ainsi qu’une  dotation des matériels nécessaires, et l’appui à la réalisation des actions de  sensibilisation et diffusion d’information.

« Rio Tinto QMM est sensible à la situation sanitaire qui prévaut à Madagascar. En tant

qu’entreprise responsable et forte de nos 30 années d’expérience dans le pays, nous

apportons nos contributions en réponse à l’appel de l’Etat malagasy à l’analyse des risques

sur la prévention, la sensibilisation et les interventions de réponse en cas d’urgence dans la

lutte contre l’épidémie de peste »,  a expliqué le PDG Ny Fanja Rakotomalala

A l’interne, la Direction de Rio Tinto QMM a immédiatement pris des dispositions pour

prévenir et sensibiliser ses employés, contractants et leurs familles à Antananarivo et Fort

Dauphin.  « Nous suivons l’évolution de l’épidémie et mettons en œuvre, par anticipation, lesactions essentielles de prévention et de réponse en cas d’urgence dans nos sites à

Antananarivo et Fort-Dauphin ». Au niveau de la région, QMM appuie le Comité de crise régional dans trois volets distincts: Conseil – Contribution dans la mise en place des mesures préventives –  Et mesures de réponses en cas d’urgence. A noter que QMM a également fait une donation en numéraire d’une valeur de 14 millions d’ariary auprès du BNGRC. Ce qui porte sa contribution pour la lutte contre la peste à 74 millions d’ariary.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara39 partages

Antaninandro : 11 lahy mpamaky fiara, voasambotry ny pôlisy

Mirongatra izay tsy izy amin’izao fotoana izao ny famakiana fiara. Na io, irony mipetraka eny an-tsisin-dalana na irony anaty fitohanana. Teo anatrehan’izay indrindra, dia fantatra fa nisy ny hetsika nataon’ny pôlisy ka 11 lahy, izay rain-dahiny tanteraka amin’ny famakiana fiara sy fanendahana no voasambotra teny amina faritra maro manodidina an’i Nanisana, Antaninandro, Mascar ary Andravoahangy ambany iny. Ny “iray dia voasambotra teny amin’ny faritr’i Nanisana. Fiaran’olona nipetraka teny an-toerana no novakiany ary nisy nahatsikaritra izany fihetsika izany ka nanao tatitra teny amin’ny fokontany, ary ireto farany avy eo no nampandre ny polisy eny an-toerana ka nalaina tany amin’ny trano fonenany teny Nanisana ihany. Ny iray hafa kosa teny amin’ny Jovena Antaninandro niaraka amin’ny fitaovana toy ny lakile famohana varavarana fiara ary voasambotra teny Ankadifotsy. Eny amin’ny manodidina ny Jovena Antaninandro sy Mascar moa no nolazainy fa toerana fanaovany ny asa ratsiny. Ny telo lahy farany dia tratra nivarotra “batterie” halatra teny Behoririka. Ny fanadihadiana azy ireo no nahafatarana fa nalain’ izy ireo ny “batterie” tamin’ny fiaran’ny mpampiasa azy ka namidiny”,  hoy ny fampitam-baovao. Ireo enin-dahy hafa ambiny kosa dia teny amin’iny faritra Andravoahangy ambany iny. “Nifanena tamin’ny polisy nanao fisafoana teny amin’ny Rotsirotsy Andravoahangy rehefa avy nanendaka mpamily sy ny resevera.  Efatra no voasambotra teo no ho eo fa ireo indray avy eo no nanoro ny namany izay tra-tehaka teo am-pizaram-bola teo Andravoahangy ihany”. Marihana fa mbola misy amin’izy ireo no tsy ampy taona akory, kanefa dia efa izao rain-dahiny tanteraka amin’ny asa ratsy izao. Omaly izy ireo no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana.

m.L

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara35 partages

Mangasoavina-Maevatanàna : Pastera voatafika, voatoto vody basy, voafira famaky kosa ny ray aman-dreniny

Tokantrano iray tany amin’ny fokontany Mangasoavina, Kaominina Andriba, disitrikan’i Maevatanàna, no nidiran’ny andian-dehilahy miisa efatra nitondra basim-borona efatra sy antsy ary famaky, ny alin’ny asabotsy teo. Tsy nananan’ireo olon-dratsy antra ilay pasitera tompon-trano, fa nototoiny tamin’ny  vody basy, ka naratra mafy. Tsy vitan’izay anefa fa mbola namatratra teny amin’ireo ray aman-drenin’ity farany, izay tao an-trano ihany koa, ireto olon-dratsy. Naratra mafy voafira famaky teo amin’ny lohany araka izany ireto olon-dehibe ireto. Nalain’ireo jiolahy ny finday sy ny entana rehetra tao an-trano. Araka ny fantatra dia mpitondra fivavahana iray any ambanivohitr’Ambatondrazaka io notafihan’ny  andian-jiolahy  niaraka amin’ny ray aman-dreniny io. Tombanana ho efa nomanina mialoha ary nokendrena manokana ny trano  ary tsy nisalasala nandaroka sy nandratra ireo malaso. Nirifatra nandositra avy hatrany kosa ireo olon-dratsy, raha vantany vao vita ny asa ratsiny. Naharay antso ihany ny mpitandro ny filaminana any an-toerana, saingy efa tsy nahatratra an’ireo olon-dratsy intsony.

Ratantely

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada32 partages

Climat des affaires : la Banque mondiale fait un état des lieux

La Banque mondiale est en faveur du développement des investissements privés à Madagascar. A ce sujet, des experts de l’institution sont en mission dans le pays pour s’entretenir avec quelques autorités locales, concernant le climat des affaires.

Une mission de la Banque mondiale est à Madagascar, cette semaine, pour un état des lieux du climat des investissements dans le pays. La mobilisation des  investissements privés pour assurer  la croissance économique est d’ailleurs incluse dans les priorités du nouveau Cadre de partenariat pays avec la République de Madagascar 2017-2021, approuvé par le Conseil d’administration de l’institution, le 28 juin dernier.

Plusieurs visites auprès des administrations publiques et quelques institutions sont prévues par ces techniciens de la Banque mondiale. Ces derniers ont ainsi rencontré le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Armand Tazafy et son équipe, hier, à leur bureau à Antaninarenina.

Accompagnement

Les discussions ont porté essentiellement sur «Les structures mises en place par le ministère de l’Industrie pour soutenir les investissements privés et les projets en vue», a soutenu le ministre Armand Tazafy, sans pour autant apporter plus de détails sur les actions menées par ce département ministériel, concernant les appuis et les accompagnements du secteur privé.

Le ministre a tout juste souligné la présentation du projet de Loi sur le développement de l’industrie à Madagascar (LDIM) en Conseil du gouvernement et Conseil des ministres, le mois dernier. Son adoption au niveau du Parlement sera donc la prochaine étape.

Après le renforcement de la résilience et la réduction de la fragilité, la facilitation et l’appui au développement des opportunités économiques par le secteur privé constituent le second domaine prioritaire prévu dans le cadre de partenariat pays entre la Banque mondiale et Madagascar. Cela à travers «L’amélioration du climat des affaires et de l’accès au financement, la stimulation de la productivité dans plusieurs secteurs» peut-on lire dans ce rapport. En fait, pour la Banque mondiale, la promotion des investissements privés en faveur du développement de chaîne de valeurs productives permettra au Gouvernement d’augmenter ses recettes domestiques

 «Un rapport sur la situation des investissements à Madagascar sortira après l’état des lieux et la collecte des données effectuées par la Banque mondiale», a précisé Armand Tazafy.

Riana R.

 

Midi Madagasikara31 partages

Lija : En solo ce vendredi au Karibotel

Lija rencontrera ses fans ce vendredi !

Ce n’est pas un artiste que l’on voit monter sur scène très souvent. Et pourtant, ses chansons, comme ses prestations, sont dignes des grandes stars du rock local. D’ailleurs, Lija a fait partie du casting du dernier Tanà in Rock qui a connu un grand succès auprès des fans. C’est donc une occasion à ne jamais rater lorsque Lija promet de renouer avec la scène, préparant soigneusement son répertoire. C’est donc pour ce vendredi 3 novembre qu’il donne rendez-vous à son public, au Karibotel à Analakely. Un moment unique où l’artiste, qui vient de sortir « Tsy anao ny tsiny », un nouveau single prêt à tracer son chemin. D’ailleurs, avec l’ambiance qui se profile à l’horizon, chacun peut ramener un peu de ce souvenir à la maison grâce à la vente de l’album « Irery aho » sorti il y a quelques années maintenant.

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara27 partages

Attaque d’un « cash point » : Deux blessés par balles, hier, à Anosibe

Quelques douilles ramassées par la police (Photo Yvon Ram)

Cambriolage en plein jour. Vers 11heures, hier, trois bandits armés ont fait irruption dans le local d’un « cash point » à Anosibe. Ils ont ouvert le feu dès leur arrivée sur place. Des coups de feu qui visaient à intimider les gens de ce quartier populeux. Une démonstration de force qui a cartonné puisque les piétons ont évité de se mêler dans l’action. Pistolet en main, l’un des malfrats s’est posé devant la porte du cash point pour couvrir ses compères. Les deux autres, une fois à l’intérieur, ont menacé les deux gérants du lieu avec une arme à feu et un sabre. Outre les agressions physiques, ils (les bandits) ont tiré sur les employés du local après leur forfait. Loin d’être des tirs en guise de menace, les deux hommes ont été grièvement blessés. Ils ont été blessés au cou et à la poitrine, a-t-on appris sur place. Evacués auprès de l’hôpital Hjra, ils se trouvaient encore entre la vie et la mort, à l’heure où nous mettons sous presse. On parle d’un pronostic vital. Les cambrioleurs ont mis dans un grand sachet noir la somme d’argent qu’ils venaient de délester, soit la recette depuis huit heures du matin, ouverture du cash point . Pour couvrir leur fuite, ils ont tirés en l’air. Cette attaque en plein jour n’a pu que semer, encore une fois, le trouble à Anosibe. Selon les explications des gens sur place, ce cash point en est à son second cambriolage. Une heure plus tard, les éléments des forces de l’ordre débarquaient sur place avec les mêmes approches du médecin après la mort : ratissage, saisi des douilles, enquête de voisinage etc. Une enquête a été, bien entendu, ouverte avec une probabilité certaine qu’elle ne soit jamais fermée. Comme à l’accoutumée…

D.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara25 partages

La Vie des Entreprises – Energie propre : Les chariots élévateurs à gaz, de plus en plus utilisés

Le chariot élévateur n’est pas polluant.

A Madagascar, le secteur industriel a une place importante dans le développement économique du pays. Les industriels cherchent en permanence à conjuguer rentabilité et compétitivité aussi bien sur le marché local qu’international.

 Et si le respect des normes de qualité constitue un facteur de réussite, opérer dans un environnement propre est également un gage du développement de l’entreprise.

Non polluante

Raison pour laquelle, d’ailleurs, les entreprises investissent dans l’utilisation des sources d’énergie non polluante. Le gaz figure justement parmi ces sources d’énergie propre que les industriels utilisent de plus en plus. Une évolution remarquable est à souligner quant à l’utilisation des industriels à Madagascar des chariots élévateurs fonctionnant au gaz, avec des « bouteilles carburations ». Contrairement à l’utilisation usuelle du gaz pour le chauffage ou la cuisson, qui utilise la phase gazeuse, les bouteilles carburations contiennent du gaz en phase liquide et qui fait tourner le moteur du chariot élévateur.

Avantages

Il est intéressant de rappeler que les avantages sur l’utilisation du gaz sont nombreux : d’abord le respect de l’environnement étant donné que le butane est un gaz non toxique et ne présentant pas d’émission de CO2, l’utilisation à l’intérieur et dans des milieux fermés ne présente aucun risque pour la santé. C’est aussi une solution économique qui demande un peu d’investissement au départ mais engendre moins de frais d’entretien et de maintenance comparés aux chariots élévateurs fonctionnant avec un moteur à essence sans parler du gain sur la durée de vie du moteur. Les chariots élévateurs à gaz ont aussi l’avantage d’avoir des moteurs moins bruyants et souples.

Solution idéale

Disponibles à Madagascar avec une capacité de 12,5kg, les chariots élévateurs à gaz constituent la solution idéale pour les industriels avec une performance de haut niveau tout en étant simples d’utilisation, rapide à mettre en place et facile à stocker. Une bouteille à gaz a une autonomie d’utilisation de 8 à 10 heures. Et les consignes de sécurité ainsi que les précautions d’usage sont les mêmes que pour les bouteilles d’usage domestique. Les plus grandes sociétés agroalimentaires à Madagascar l’utilisent de plus en plus pour leurs exploitations tout en bénéficiant d’un accompagnement technique de la part de leur fournisseur sur place.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara25 partages

Toamasina : Feno ady tany ao Tsarakofafa–Tanandava

Isan’ny  tanàna tsy hialàna ady tany nanomboka ny tetezamita no mankaty ny ao Tsarakofafa – Tanandava Toamasina suburbaine. Saika ny ady tany ao amin’ity tanana ity no mameno ny roa am-pahatelon’ny antintan-taratasim-pitsara mikasika ny ady tany eo anivon’ny fitsarana ady madio ny fitsarana ambaratonga voalohany eto Toamasina. Isan’ny hiaran’izany ady tany izany ny olona iray izay manana tany efa vita titra ny taona 2000. Nanomboka ny taona 2015 anefa no nakana orinasa iray tao Tsarakofafa – Tanandava. Nandritra ny fanalan’ity orinasa ity ireo olona nidongy ny taniny izay nitondran’ny tale jeneralin’ilay orinasa vadintany ny taona 2015 io, dia isany nangalarin’ity orinasa ity ny ampahan-tany izay niteraka olana teo aminy sy ny tale jeneraly. Ny tena mahagaga an’ity raim-pianakaviana ity dia miisa 44 ireo fianakaviana manana tany mifanila amin’ity tanin’ilay orinasa ity, nefa ny azy ihany no nandrombinan’ity orinasa ity tany; ireo mpiasa eo anivon’ity orinasa ity anefa efa tsy gaga raha nahare ity raharaha ity noho ny voalaza fa toetran’ity mpitantana ity tia manao fanararaotam-pahefana hananany. Miezaka mifampiresaka amin’ity tale jeneralin’ity orinasa ity hatrany ilay tompon-tany lasibatra, nefa izy manana ny marina indray no tratran’ny didin’ny be sandry. Na dia nihaiky ny lesoka nisy, nandritra ny fandroahana olona teny ka naha-tafiditra ny tanin’ity raim-pianakaviana ity aza ilay vadintany nanao ny fandroahana.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada23 partages

Grande déclaration ce jour : démission d’Honoré R. ?

Le président de la Chambre haute Honoré Rakotomanana fera une grande déclaration à la presse ce jour. Il se pourrait qu’il quitte le perchoir de la Chambre haute dans les heures à venir.

Poussé vers la sortie. C’est peu de le dire. En tout cas, l’actuel numéro un de la Chambre haute fait l’objet d’une lourde pression de la part des ténors du régime, ces temps-ci, en particulier les sénateurs issus du parti présidentiel (HVM).  Hier dans la soirée, une rumeur sur son éventuelle démission a circulé dans le cercle médiatique. Et pour cause, le parti au pouvoir entend mettre au perchoir le nouveau sénateur Rivo Rakotovao.

Joint au téléphone hier, le président du Sénat Honoré Rakotomanana n’a cependant pas confirmé, ni infirmé cette information. «Demain (à lire aujourd’hui, ndlr), je ferai une déclaration à la presse et vous serez les bienvenus. Vous aurez la réponse à vos questions à ce moment-là», a-t-il simplement indiqué.

Un autre sénateur s’est positionné dans ce sens. «Il s’agit d’une discussion impliquant des personnalités au plus haut sommet de l’Etat. C’est une décision que le HVM a longtemps examiné et je pense qu’on aura la réponse lors de cette rencontre», a estimé notre interlocuteur.

Devenir un simple sénateur ?

Pour rappel, le secrétariat général de la Présidence a officialisé à la presse  l’adoption de deux décrets en date respectivement du 12 et 17 octobre dernier, à Iavoloha. Il s’agit d’une part, d’un décret portant abrogation de la nomination de Rivo Rakotovao en tant que ministre auprès de la Présidence chargé de l’Agriculture et de l’élevage, nommé sénateur, à la place d’Ahmad, et d’autre part, un décret portant  nomination du nouveau ministre en la personne de Harison Edmond Randriarimanana à la place de Rivo Rakotovao.

Le hic, c’est que le nouveau sénateur est le président national du parti au pouvoir. Pour bon nombre de sénateurs pro-régime, il semble inconcevable que le président du parti HVM devient un simple parlementaire qui sera sous la houlette d’une autre formation politique, à savoir l’Arema.

En marge de la prise de fonction du nouveau sénateur, Honoré Rakotomanana avoue ne rien savoir sur la démarche du régime à travers cette nomination. Toujours est-il que les observateurs avertis de la vie sociopolitique du pays ont vite compris que l’heure du président Honoré Rakotomanana est maintenant comptée à la tête du Sénat. D’ailleurs, le président national du HVM ne s’est jamais prononcé contre cette idée, bien qu’il n’ait rien confirmé non plus.

Rakoto

 

Madagate23 partages

NIAMBOHO NY GRAND CHANCELIER ETIENNE RALITERA

Niamboho Ny Andriana Etienne RALITERA, Grand Chancelier de l'Ordre National de Madagascar, Grand Croix de Première Classe, Filohan' ny Fiombonambe Taranaka Andriana Miray eto Madagasikara teo aloha (2002-2015), Terak' Andriantompokoindrindra Lahimatoan'Imerina, Terak'Andrianjaka ary Terak'Andrianampoinimerina.

Izy dia nianatra tao amin' ny Ecole Le Myre de Villers ary nanomboka ho mpiasam-panjakana tany Mahajanga (1958), ary teto Antananarivo tao amin' ny Ministera isan-karazany tamin' ny repoblika voalohany (1960-1972), ny governemanta Ramanantsoa (1972-1975), mpiasam-panjakana ambony sivily tao amin' ny Directoire Militaire (1975), avy eo tao amin' ny fiadidian' ny repoblika nanomboka tamin' ny repoblika faharoa (1975) ka hatramin' ny repoblika faha-efatra (2017), ary Grand Chancelier de l'Ordre National de Madagascar (2002-2017).

Olon' ny Fihavanana izy ary nandalina ny Tantara sy ny Soatoavina ary ny Fomba malagasy. Izy no nanolotra ny Mari-boninahitra ny firenena ho an' ny olomanga sy olo-manankaja maro, toa an' Atoa Ban Ki Moon Sekretera Jeneraly ny Firenena Mikambana sy Atoa Romano Prodi Lehiben' ny Commission Européenne ary ny Prince Albert de Monaco.

Antananarivo, faha-30 Oktobra 2017.

Prince Dr. Ndriana RABARIOELINA,

Filohan' ny Fiombonamben' ny Ampanjaka eto Madagasikara.

L'express de Madagascar21 partages

Épidémie – Un pestiféré en cavale dans la nature

Un malade de la peste s’est évadé d’une formation sanitaire. Le ministère de la Santé le présente comme un réel danger public.

Une nouvelle crainte de recrudescence de l’épidémie de peste est d’actualité. Un malade, dont l’état de santé serait chaotique, est en cavale. « Nous avons pu le joindre à son téléphone ce matin (ndlr : hier). On sentait dans sa voix qu’il était très fatigué. Il toussait beaucoup aussi. Malheu­reusement, il nous a raccroché au nez. Il n’était plus joignable après. Il vient d’Arivoni­mamo mais il n’y est pas. Jusqu’à l’heure actuelle, nous continuons à le rechercher », rapporte le Dr Joséa Ratsirarson, secrétaire général du ministère de la Santé publique et à la tête de la cellule opérationnelle de la lutte contre la peste, hier soir.Ce malade aurait quitté le centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra (CHAPA), jeudi, en dupant le personnel. « Il s’est enfui de l’hôpital, après sa première injection, en se faisant passer pour un garde malade », enchaine le Dr Joséa Ratsi­rarson.

En phase décroissanteLe ministère de la Santé publique le qualifie de « danger public numéro un », en ce moment. Il peut contaminer toutes les personnes qui entreront en contact avec lui. Le bacille de Yersin ne devient inactif et non contagieux, qu’après trois jours de traitement du pestiféré. Le malade aurait pu, pourtant, prendre des transports en commun.C’est ce genre d’imprudence qui a provoqué l’épidémie de peste à Toamasina, au début du mois de septembre. Un pestiféré, voyageant à Toamasina à bord d’un taxi-brousse, a contaminé les autres passagers. Deux d’entre eux ont succombé les 2 et 3 septembre. Ils ont à leur tour, transmis la bactérie à d’autres.La situation de l’épidémie de peste commence, pourtant, à s’améliorer. Hier, il n’y avait que cent six pestiférés sous traitement dans des formations sanitaires et deux nouveaux cas admis à l’hôpital. Et le nombre de décès est monté à cent vingt-huit, avec la mort d’un enfant dans un hôpital d’Antananarivo, samedi. Un autre malade a aussi succombé dans la région d’Itasy, ces derniers jours. « Les indicateurs épidémiques sont en phase décroissante. Aucun cas n’a été enregistré dans les vingt-deux districts, au cours des quinze derniers jours. Quinze districts n’ont pas présenté de cas, depuis une semaine. Dix districts présentent encore des cas émergents », rapporte le ministère. Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo fait appel à la vigilance de tout un chacun, malgré cette baisse des indicateurs épidémiques.En outre, ce n’est pas le premier cas d’évasion répertorié au sein des hôpitaux, comme à Anosy Avaratra, à Toamasina et à Befela­tanana. Le contrôle au niveau des formations sanitaires devrait ainsi être renforcé.

Des contrôles sanitaires à installer

Le bureau national de la Gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) indique la nécessité de la mise en place de sept nouveaux postes de contrôle sanitaire afin de mieux boucler les foyers de peste qui sont encore actifs. Les lieux recommandés sont à Ambohimalaza, à Alakamisy Fenoarivo, à Maevatanana I, à Alakamisy Ambohimaha, à Ihosy et à Betafo. En outre, six experts médicaux chinois, des spécialistes du contrôle des épidémies de peste en Chine, présentés hier au ministre de la Santé publique, vont appuyer les équipes malgaches dans la lutte contre la peste.

Miangaly Ralitera

News Mada20 partages

Nodimandry ny lehiben’ny mariboninahi-pirenena, Ralitera Etienne

 Nodimandry, omaly ; ny lehiben’ny mariboninahim-pirenena, Ralitera Etienne. Anisan’ireo olobe sy olomanga eto amin’ny firenena ny  tenany noho izy nametrahana izany andraikitra  ambony eto amintsika izany. Manana ny « Le grand chancelier » ny tenany. Eo koa ny « Grand croix de première classe »  ary ny « Grand chancelier de Madagascar ». Anisan’ny nametraka ireo mariboninahi-pirenena ambony indrindra ireo mpitondra na tompon’andraiki-panjakana ambony eto amin’ny firenena na ireo vahiny manan-kaja ny tenany. Efa niasa teo anivon’ny mpisafon-draharaham-panjakana koa  Ralitera Etienne.

Ankoatra izany, anisan’ny komity mitantana ny fikamban’ny zanaka am-pielezan’Antanatsara, Ambohimalaza ity oloben’ny  firenena ity. Eo koa ny maha taranaky Ny Andriatompokoindrindra azy.

Synèse R.

L'express de Madagascar18 partages

FIVMPAMA International – Mise en place d’un pont entrepreneurial

La diaspora mise en avant, toutes les branches du groupement du patronat malgache (Fivmpama) ont été représentées au dernier forum qui leur a été consacré. Sous la présidence d’Erick Rajaonary, le groupement a pu développer des ramifications un peu partout dans le monde. Grâce au périple effectué par le staff de son président, notamment en France, dans le Benelux, à Montréal, au Canada, aux Seychelles ou encore à la Réunion, et même aux États-Unis d’Amérique.Fort de ces représentations outremer, le Fivm­pama a pu poser les bases de la conception d’un pont entrepreneurial, vendredi. Un pont qui servira surtout de passerelle entre entrepreneurs malgaches locaux et ceux qui représentent Madagascar dans l’un des pays où le groupement est déjà implanté.L’objectif de cette initiative est de mettre en relation tous les acteurs économiques locaux en établissant des partenariats avec les branches du Fivmpama à l’étranger. De cette façon, le groupement ambitionne de faciliter et de fluidifier les échanges commerciaux entre Madagascar et les pays où il est représenté.De cette politique d’élargissement du champ d’action du groupement, il en résulte déjà quelques points marquants. À l’image du récent déplacement d’Erick Rajaonary  à l’île de La Réunion, qui a entraîné la signature de partenariat entre le groupement du patronat malgache avec les dirigeants réunionnais, récemment. Une manière pour les deux côtés de renforcer les liens commerciaux, sans parler de la fédération de la diaspora malgache de la Réunion ou FEO Madagascar.Cette institution fédère toutes les entités œuvrant pour la promotion de l’image de la Grande île à La Réunion, et dont le Fivmpama  Réunion est un membre actif depuis sa récente création.« Nous ambitionnons simplement d’échanger avec nos compatriotes, de partager notre savoir-faire pour promouvoir l’entreprenariat malgache au-delà de la politique politicienne », conclut Ravelo Phi­lippe Rajaona, membre de la diaspora du groupement, dans son allocution lors de la présentation officielle du Fivmpama International.

Harilalaina Rakotobe

Madaplus.info16 partages

Edgard Razafindravahy est élu membre du Comité de droit de l’Homme au sein de l’International Libéral

Edgard Razafindravahy, président et fondateur du parti libéral ADN (Arche de la Nation) occupe actuellement une place importante sur la scène internationale.
En effet, la 199e Réunion internationale des Partis libéraux dans le monde qui s’est tenu à Johannesburg, l’International libéral a attribué une responsabilité significative à Edgard Razafindravahy qui est, entre autres, son élection de faire parti du Comité de droit de l’Homme au sein de l’International libéral. Nous avons déjà reporté qu’Edgard Razafindravahay était parmi les panélistes de ce grand Rendez-vous international, il a mis en évidence les meilleurs termes de gouvernance à travers les valeurs de son parti ADN qui entrent dans le cadre du thème débattu : « Les réponses libérales d’une meilleure gouvernance au XXIe Siècle ». Ainsi, il a su gagner la confiance de ses paires, une raison de plus qui prouve qu’il mérite de prendre une telle responsabilité d’honneur. Souhaitons-lui bonne chance pour qu’il puisse mener à bien ce nouveau rôle et s’acquitter des tâches que l’on va lui confier.
L'express de Madagascar16 partages

Santé – L’abcès dentaire peut tuer en une semaine

Un mauvais soin dentaire pourrait être fatal. Un chirurgien thoracique expose ce mal, tout à fait curable.

La négligence des soins dentaires peut tuer en seulement une semaine, selon le Dr Manja­kaniaina Ravoatrarilandy, chirurgien au service des chirurgies thoraciques du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA), la semaine dernière. « La complication d’un abcès dentaire peut engendrer une médiastinite odontogène. C’est la progression d’une infection dentaire jusqu’à la base du cou et du thorax. L’évolution de la maladie est très rapide. Au bout de sept à huit jours, on peut en mourir s’il n’y a pas de traitement », explique le chirurgien.Les symptômes de la maladie se présentent comme suit. Dans les trois à quatre premiers jours, une enflure est localisée au niveau des gencives. À partir du quatrième jour, on peut avoir de la fièvre, un gonflement au niveau de la gorge. On peut, par la suite, ressentir une douleur thoracique et une détresse respiratoire.La médiastinite est l’inflammation de la région entre les poumons, appelée médiastin. A Madagascar, 90% des médiastinites seraient causées par un abcès dentaire post-opératoire ou d’autres infections au niveau de la bouche. « Les soins dentaires sont négligés dans les pays en voie de développement. Souvent, on se fie à l’automédication, en consommant des anti-inflammatoires qui ne servent qu’à calmer la douleur. C’est pourtant un facteur favorisant la prolifération de la maladie », poursuit-t-il.

Stade avancéSelon une étude effectuée auprès du service des chirurgies thoraciques du professeur Jean Louis Rakotovao, 57,14% des personnesadmises au service thoracique du CHUJRA ont été victimes de cette maladie, en 2012. Une statistique qui n’aurait pas diminué en 5 ans. La maladie touche particulièrement les hommes. Et la moyenne d’âge des victimes est autour de la trentaine.71,48% des cas ne s’en sortent pas idemnes. « On n’arrive à l’hôpital qu’à un stade avancé de la maladie », renchérit le Dr Manjakaniaina Ravoatrarilandy.Ce n’est pas la seule complication que peuvent engendrer les mauvais soins dentaires. « Les germes des maladies bucco-dentaires non traitées se propagent dans les vaisseaux sanguins, pour ensuite toucher d’autres organes, particulièrement, ceux qui pompent beaucoup de sang, à savoir les reins, le cœur. Cela peut provoquer aussi d’autres maladies. Le plus important, c’est d’avoir une bonne hygiène bucco-dentaire. En cas de carie dentaire, il est primordial de consulter un odonto-stomatologue pour les soins », recommandent les odonto-stomatologues.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara16 partages

Diaspora : Le concept de développement à redéfinir !

La première édition du forum de la diaspora malgache s’est terminée samedi dernier. A l’issue, une politique selon laquelle cette diaspora va participer activement au développement de Madagascar a été mise à la connaissance du public. Une politique et une participation qui ne font pas véritablement l’unanimité. D’abord, l’uniformité de la diaspora revêt un caractère dubitatif et donne naissance à plusieurs débats au sein de l’opinion publique. En politique, c’est plus que limpide. Il y a une frange de la diaspora qui soutient le régime en place et qui est venue participer au forum. Et puis, une autre frange qui – pas plus tard que la semaine dernière – a proclamé d’urbi et d’orbi, d’une part, soutenir et requérir la candidature de l’ancien chef de l’État Marc Ravalomanana aux présidentielles de 2018 et boycottait le forum, d’autre part. Les deux appartenant à cette communauté qu’est la diaspora. Par ailleurs, la question du droit de vote de cette dernière recèle toujours quelques zones d’ombres de la part des instances dirigeantes actuelles. Ni approuvée ni rejetée même si dans les autres pays, c’est relativement normal. Calculs politiques obligent d’autant plus que les quelques 250 000 expatriés malgaches constituent véritablement un réservoir de voix. Quoiqu’il en soit, force est de reconnaître qu’avec cette histoire de diaspora, le régime veut obtenir le beurre et l’argent du beurre en sollicitant la contribution de la diaspora dans le développement du pays tout en lui refusant (médiatement) le droit de vote.

Question culturelle. Un historien et artiste répondant au nom de H.A. a donné son point de vue par rapport à la question relative au développement de Madagascar par la participation de la diaspora. « Le développement ? C’est un concept très large. Il faut définir, au préalable, entre autres, les principes y afférents et le genre ou type de développement qu’on veut introduire dans le pays », a-t-il soutenu. Et lui de poursuivre qu’« en vrai, le développement est celui qui participe à l’amélioration des conditions de vie (sociales) de chaque ménage et auquel chacun apporte sa contribution. Et non comme ce qui se passe actuellement, c’est-à-dire, un moyen d’enrichir ceux qui le sont déjà, et qui plus est largement autorisé par le système ». Un développement non-inclusif pour faire simple.  Pour lui, toute est question culturelle et les responsabilités ne peuvent être que partagées. « Le problème ? D’un côté, l’État n’a pas véritablement de vision claire qui définit ce développement et la stratégie à adopter pour y parvenir. De surcroît, il ne considère pas les valeurs et ressources humaines mais s’érige plutôt en obstacle. De l’autre, presque la majorité de la population a oublié sa part de responsabilité dans le développement du pays », dénonce-t-il. En somme, la participation de la diaspora au développement du pays ne relève que des « calculs » pour reprendre les termes de H.A. Peut-être une goutte d’eau dans l’océan. Et là encore, il est plus qu’évident que « l’infantilisation du peuple demeure le premier modus operandi des dirigeants pour que ce dernier ne soit pas à même de connaitre ce qu’il doit impérativement faire pour son pays », conclut-il.

Aina Bovel 

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara16 partages

Afrobasket – FIBA 3 x 3 : L’équipe nationale débarque à Lomé

Le quatuor malgache à leur arrivé à Lomé.

Arrivée à bon port.  La délégation malgache conduite par Rina Randrianarisoa débarque à Lomé dimanche pour participer à la 1re édition du Championnat d’Afrique de basket-ball à 3 ou Afrobasket FIBA 3 x 3. La réunion technique suivie du tirage au sort aura lieu ce jeudi 2 novembre. La compétition proprement dite se disputera du 3 au 5 novembre. L’espoir malgache repose sur les Angelo Mbolatiana Rajaonarivony, capitaine de la sélection, d’Elly Randriamampionona, Fabrice Constant Mandimbison et Rick Ley Loubachy. Douze pays se partageront leurs joutes pour cette joute continentale. Il s’agit du Togo, de l’Ouganda, du Mali, de la Zambie, du Nigeria, du Niger, de l’Egypte, du Ghana, de la Mauritanie,  du Bénin, de la Côte d’ Ivoire et de Madagascar. « Nous profiterons de notre présence en terre togolaise 5 jours d’avance par rapport au début de l’évènement pour s’acclimater et  peaufiner la préparation » a indiqué Rina Rakotoarisoa.

T.H

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara13 partages

Une affaire d’Etat suivie par l’opinion

L’annonce de la vente de la villa Elisabeth dénoncée de tous les côtés est une véritable bombe à retardement qui, si le pouvoir n’y prend pas garde, risque de provoquer un véritable séisme politique. Les partisans de ce dernier ont commencé à contre-attaquer en jetant l’opprobre sur la Transition. Mais, toutes les accusations lancées contre ce régime traduisent un embarras certain de ceux qui dirigent le pays aujourd’hui.

Une affaire d’Etat suivie par l’opinion

Les documents qui ont été publiés dans les journaux montrent que la vente a été conclue la veille de la prestation de serment du président Hery Rajaonarimam-pianina. Les partisans du régime actuel se sont cependant empressés de pointer du doigt les personnalités de la Transition pour disculper le pouvoir. Sans entrer dans la polémique qui oppose les deux camps, on ne peut que constater la rapidité avec laquelle l’opération a été menée. Le CRN lors de sa conférence de presse d’hier a demandé au chef de l’Etat d’annuler cette vente comme il a le pouvoir de le faire. Pour le moment, aucune réaction officielle n’a été enregistrée. Mais on attend avec un certain intérêt la manière avec laquelle les autorités vont désamorcer cette crise en train de naître. Sur les réseaux sociaux, se multiplient les interpellations du régime. Mais on constate aussi les reproches adressés au régime de la Transition. Ces attaques réciproques ne peuvent pas effacer les responsabilités des uns et des autres. C’est l’occasion ou jamais pour la justice ou pour le Bianco d’intervenir. L’opinion, quant à elle, commence à s’émouvoir de cette manière scandaleuse de s’accaparer d’un bien de l’Etat. Elle assiste tous les jours à des malversations de ce genre qui touchent des particuliers, mais les plaintes de ces derniers n’aboutissent presque jamais. Aujourd’hui, c’est une véritable affaire d’Etat qui a été mise à jour et la suite retiendra l’attention de tous les Malgaches.

Patrice RABE

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara12 partages

Fandravàna « barrage sanitaire » : Mety hivadika heloka bevava ho an’ireo voarohirohy

Tena mbola ao anatin’ny fakana am-bavany ireo olona 11 lahy voasambotry ny mpitandro ny filaminana ny sabotsy alina teo, izay nanimba sy nandoro ilay “Barrage Sanitaire” tao Antsarimasina, vokatry ny tsaho be loatra niniana nalefa tamin’izy ireo, ny eo anivon’ny polisim-pirenena misahana ny raharaha izao. Nanomboka omaly alatsinainy ny fanombohan’ny fakana am-bavany azy ireo, araka ny fanazavana azo. Nisy rahateo ny fivoriana maika nataon’ny OMC notarihan’ny prefen’i Toamasiana Benandrasana Cyrille sy ireo lehiben’ny sampam-pitsarana ary ireo mpitandro ny filaminana omaly maraina mikasika ity raharaha ity. Ny angom-baovao anefa no nahalalana fa mety hivadika ady heloka be vava ny raharaha noho ny fomba nataon’ireo andian’olona ireto sy ireo nitarika azy ireo, tamin’ny fitondran’izy ireo fitaovam-piadiana toy ny antsy lava sy famaky, ary niandahy niambavy, ary mbola nisiana fandrahonana hamono olona ihany koa noho ity tsaho niniana nahely ity ihany koa. Ny minisiteran’ny fahasalamana amin’ny alalan’ny talem-paritr’izy ireo eto Toamasina, amin’ny alalan’ny fanohanana’ny minisiteran’ny fitsarana manana ny fampanoavany eto Toamasina, no mpitory amin’izao raharaha izao. Ka raha ny fahalalana azy izao, mety mbola hiova izany rehefa tonga eny amin’ny fitsarana, dia ny “fanimbana fananam-bahoaka, fandrahonana olona ho faty, fitondrana fitaovanam-piadiana zava-maranitra, ary fanozongozonana ny fahefam-panjakana sy fanakorontanana ny filaminam-bahoaka” no heloka manenjika azy 11 lahy ireto.

Malala Didier

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara11 partages

Soroptimist International Club Mandrosoa : Norotiana Andriantsoa prend la présidence pour deux ans

Changement dans la continuité. C’est le message clé véhiculé par Norotiana Andriantsoa, présidente entrante à la Soroptimist International Club Mandrosoa lors de la cérémonie de passation de collier entre elle-même et la présidente sortante Misalalao Ramahandrisoa le vendredi 20 octobre dernier.

José Belalahy   

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara11 partages

Météorologie : Le climat nous joue des tours

Les « petites » averses du week-end dernier conjugué au temps un tantinet frisquet et venteux d’hier incommodent les Tananariviens, particulièrement les bébés, les enfants en bas-âge et les personnes âgées dont la santé a pris un coup à  cause des allergies et autres pathologies bénignes : rhumes, rhinites, rhumatismes, etc. A l’aube du mois de novembre- sensé annoncer la saison des pluies- on se croirait en pleine intersaison. Hier, pour la capitale, le bulletin météorologique affichait un ciel très nuageux et une température de 16° le matin, contre une moyenne de 23° durant le reste de la journée pour une moyenne de 13° la nuit, avec des rafales de vent de 22km/h. D’après les prévisions météorologiques, cette tendance est valable pour aujourd’hui –température maximale : 24° et température minimale 15°- et demain, avec une température minimale de 13° et de 23°. Pour se prémunir contre les petites maladies évitables, il vaut mieux s’habiller en conséquence et prévenir des vêtements chauds, voire imperméables en cas d’averses.

Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara11 partages

Mise en œuvre de la PNEFP : Les capacités des sept établissements pilotes renforcés

Le centre de formation professionnelle en Charpenterie Marine de Mahajanga fait partie des sept établissements pilotes.

Outils de travail en main, les sept établissements pilotes pourront facilement atteindre les objectifs fixés dans la mise en œuvre de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle.

Les actions de mise en œuvre de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation professionnelle continuent. Entre autres, l’appui aux sept établissements pilotes choisis par le Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (MEETFP), pour une implantation de formations répondant aux besoins et exigences du marché du travail. Le renforcement des capacités des établissements en question fait également partie de ces actions. Entrant dans le cadre de la reforme des établissements existants, l’initiative s’est axée sur le mode de gestion et du statut des établissements. Ce, afin de répondre à la demande de compétences de l’économie et de la population locale.

CAPED. Il convient par ailleurs de noter que la réalisation de ce défi est conditionnée par l’autodétermination de chaque établissement ainsi que par leur capacité à assumer seul la planification des projets. C’est dans le but d’alléger l’appréhension de ces concepts que la formation pour le renforcement des capacités des établissements a été réalisée avec l’appui de l’UNESCO. Entrant dans le cadre du programme CAPED (programme de développement des capacités pour l’Education), l’appui s’est axé sur l’écriture des documents de projet d’établissements, l’élaboration du modèle autonome de gestion d’établissement, la formation du personnel enseignant ainsi que de la direction. La dotation en équipements et fournitures des établissements concernés ainsi que la production des documents de référence des formations font également partie de la liste. Les établissements de formation technique et professionnelle, via les curricula qu’ils offrent, contribuent à la résolution de la crise de l’emploi que traversent les jeunes malgaches actuellement. D’où la nécessité d’axer les actions dans leur renforcement.

José Belalahy

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
L'express de Madagascar10 partages

Air Madagascar – Les administrateurs se retirent

Le processus d’ouverture de capital d’Air Madagascar poursuit son chemin. Les membres du conseil d’administration ont démissionné, hier.

Les membres du conseil d’administration d’Air Madagascar ont déposé leur lettre de démission, hier. C’était lors de l’assemblée générale mixte des actionnaires de la compagnie aérienne, tenue au Madagascar Developpement Learning Center,  à Anosy. Selon une source informée, cette décision entre dans le processus d’ouverture de capital de la compagnie malgache, mais elle ne serait effective qu’à la signature du pacte d’actionnariat entre Air Madagascar et son nouveau partenaire, Air Austral.« Une nouvelle assemblée générale des actionnaires se tiendra pour nommer les nouveaux membres du conseil d’administration », indique une source avisée.L’entrée d’Air Austral dans le capital d’Air Madagascar, si l’on tient compte des discours tenus par les différents responsables, devait être effectuée avant la date du 31 octobre, c’est-à-dire aujourd’hui. C’est le timing imposé pour la finalisation de ce processus. Pour le moment, seul le contrat de partenariat stratégique a été signé à Ambohitsorohitra, le 9 octobre. Les actionnaires, tout comme le gouvernement, attendent le fonds de 40 millions de dollars apportés par Air Austral.

Structure du capitalLes déclarations faites par les dirigeants d’Air Austral annoncent la disponibilité de ce fonds avant la date du closing. « L’objectif étant de pouvoir tout finaliser, d’ici la fin du mois d’octobre, date à laquelle tout sera mis en place, et les moyens seront disponibles, pour pouvoir avancer dans ce partenariat », a déclaré à plusieurs reprises Marie Joseph Malé, président directeur général d’Air Austral.L’apport de cette enveloppe lui donne le droit de devenir le deuxième principal actionnaire d’Air Madagascar. D’après la même source, l’injection de ce fonds devait se faire en plusieurs tranches. « Dans un premier temps, Air Austral va amener une enveloppe de 10 millions de dollars dans le capital d’Air Madagascar, viendra ensuite une enveloppe supplémentaire de 5 millions de dollars. Les 25 millions de dollars restants seront utilisés dans le compte courant », indique une source proche du dossier.Après le paiement de la première tranche, l’État actionnaire détiendra 60,59% du capital, et 39,04% pour Air Austral. Les restes seront partagés entre les petits porteurs. En ce qui concerne le second paiement, l’État laisse une partie de ses actions au profit de la compagnie réunionnaise. Ainsi, L’État actionnaire reste « l’actionnaire majoritaire », avec 50,59%, et Air Austral deviendra le deuxième principal actionnaire, avec 49% des actions.La composition des membres du conseil d’administration devrait suivre cette nouvelle structure du capital d’Air Madagascar.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar9 partages

Les faiblesses des troupes merina face aux Français

«Théâtre d’une grande bataille qui a conditionné l’issue de la guerre- pour les Merina, position stratégique remarquable que ces derniers ont trop vite abandonnée- pour les Français, Andriba a-t-il été un haut lieu de la résistance malgache ou bien un endroit où l’armée de Ranavalona III a fui devant l’ennemi ?» (Le Mythe d’Andriba, Manassé Esoavelomandroso, revue d’études historiques Hier et Aujourd’hui, N°1, 1975). Faut-il alors croire au vieux dicton «Tsy mafy noho ny tany Andriba » (ce n’est pas plus ardu que ce qui s’est passé à Andriba) que les Merina utilisent souvent quand ils veulent montrer « que la situation à laquelle eux-mêmes ou des tiers doivent faire face, n’est pas plus insurmontable ? »Revenant sur le contexte, l’historien rappelle quelques faits importants avant les opérations du 21 aout 1895, dans la région d’Andriba. Au cours de cette journée, le corps expéditionnaire français dirigé  par le général Duchesne, s’oppose aux troupes merina commandées par Raini­anjalahy. En effet, forts du traité du 17 décembre 1885 qui met fin au premier conflit franco-merina, les différents résidents généraux français à Antananarivo jusqu’à 1894, ne cessent de chercher tous les prétextes pour exercer un véritable protectorat sur le gouvernement merina, quitte à provoquer des incidents. De son côté, le Premier ministre Rainilai­arivony, fort lui aussi du même traité- « ou plutôt de la lettre explicative dénommée Appendice ou Protocole Miot-Patrinomio »- s’oppose « avec la dernière énergie» à tout ce qui peut entrainer une mainmise française sur le royaume de Ranavalona III.« Cette opposition irréductible des deux protagonistes aboutit à l’ouverture des hostilités marquée par l’occupation de Toamasina, le 12 décembre 1894, et la prise de Majunga, le 14 janvier 1895. » Cette ville qui est « à peine » défendue par le gouverneur général du Boina (Boeny), Ramasombazaha, et ses troupes, deviendra bientôt la principale base du corps expéditionnaire, décidé à prendre Tananarive. Et comme  Mahajanga, les forts qui jalonnent la route Mahajanga-Maevatanàna tombent, « souvent sans grandes difficultés ». Ce qui, indique Manassé Esoavelomandroso, amène Ranchot, résident général p.i. dans la capitale puis délégué du ministère français des Affaires étrangères auprès du général Duchesne, à noter dans son Journal à la date du 7 juin 1895 : « Le général en chef commence à être navré du peu de résistance que semble avoir rencontré le corps expéditionnaire. Il craint que nos troupes n’ayant pas l’occasion de rencontrer l’ennemi une bonne fois, ne s’énervent. »Cette déclaration s’explique par le fait qu’elles ont peut-être le moral affecté par cette absence d’affrontements. Car elles sont déjà éprouvées et affaiblies par la maladie et la fatigue dues aux rigueurs  du climat de la côte Ouest et aux efforts que réclame la construction de la route jugée nécessaire à l’acheminement des vivres et du matériel. Pourtant, ce sont ces mêmes troupes qui, le 8 juin, « prennent, sans essuyer aucune perte humaine, la position stratégique de Maevatanàna…» Suberbie devient ainsi la deuxième base importante du corps expéditionnaire pour ses opérations ultérieures.Après la prise de Maevatanàna, autrement dit la perte du Boina pour les Malgaches, Ramasombazaha est destitué de son poste de commandant en chef des armées du Nord-Ouest pour devenir le second de Rainianjalahy. Ce dernier est envoyé par le Premier ministre à la tête de 5 000 hommes, dès l’annonce de la reddition de Marovoay, le 2 mai. Les troupes merina « qui doivent désormais combattre les Français » sont constituées des hommes de Rainianjalahy, « ce qui reste » des 2 000 hommes rassemblés par Rainianjalahy après la prise de Mahajanga et envoyés dans la province sous le commandement d’Andriantovy, et les « débris » de l’armée de Ramasombazaha. « Il est cependant difficile de chiffrer exactement le nombre des combattants », car les militaires sont accompagnés de leurs esclaves, parfois de leurs femmes et souvent de Sakalava qu’ils forcent à les accompagner dans leur retraite.« Après chaque recul de leurs troupes, les officiers  malgaches ne procèdent point au contrôle des soldats pour connaitre ceux qui manquent. » Une négligence dénoncée par Rajestera, commandant en second du poste de Mahabo, car elle favorise les désertions, à laquelle s’ajoute « la tendance des officiers à cacher le chiffre exact des tués lors des combats et l’insuffisance des renseignements concernant les malades. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara9 partages

Toliara : Visite de l’ONG Eau de Coco la Réunion

« L’ONG Bel Avenir fait un travail énorme » s’émerveille Blandine Du Penoux, la présidente de l’Ong Eau de Coco La Réunion, parlant de Bel Avenir qui fait vivre 3000 enfants de familles démunies de Tuléar, du bon travail à l’instar de l’œuvre du Père Pedro à Antananarivo. L’Ong de La Réunion a passé dix jours à visiter des Centres d’Education : l’Ecole de la Saline, celle des Saphirs à Sakaraha, de l’art et de la musique. Marcelle, un des cinq membres de l’organisation Eau de Coco de La Réunion ne manquent pas d’éloges à l’endroit de Bloco Malagasy, composée d’une trentaine de filles, toutes prêtes au combat contre la grossesse précoce, le sida, l’analphabétisme, etc.

La musique adoucit les mœurs. Les jeunes réunionnais de l’orchestre Tamarin de la Possession étaient en résidence artistique depuis une semaine en compagnie de leurs collègues malgaches. Ils ont fait des échanges de compétences et de savoir-faire. Ils se sont aperçus qu’ils jouent harmonieusement bien et sans fausses notes! Eau de Coco La Réunion a également accompli sa mission qui est de remettre au Centre d’Art et Musique les dons d’instruments musicaux venant de la Région Réunion et de son Conservatoire à Rayonnement Régional.

L’Ong Eau de Coco ayant 18 mois d’existence compte faire plusieurs voyages sur Tuléar. Ils ont programmé pour le mois d’Avril 2018, un récital de musique à la Réunion, en invitant le groupe du Gospel de l’Ong Bel Avenir, un parrainage qui promet un bel avenir pour les jeunes de Tuléar…

Charles RAZA, correspondant à Toliara

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

EISA : Pour l’égalité hommes-femmes au Parlement

Dans le cadre de son Programme appui à l’Assemblée nationale malgache, l’Institut Electoral pour une Démocratie durable en Afrique (EISA) entend promouvoir une meilleure prise en compte des problématiques d’égalité hommes-femmes dans le travail parlementaire. Ce volet national du Projet continental Africa Democracy Strenghtening III (ADS III), financé par l’Agence internationale de coopération suédoise (SIDA), vise à contribuer au renforcement de l’efficacité et de l’effectivité du Parlement dans l’exercice de ses différentes missions. De façon plus spécifique, cette initiative entend promouvoir un fonctionnement plus démocratique de l’Institution à travers une meilleure prise en compte des problématiques d’inégalités hommes-femmes aussi bien dans ses structures que dans ses actions et ses produits.

Réformes. Dans cette perspective, un appui spécifique est apporté au Parlement, à travers la Commission Genre et Développement afin que cette dernière puisse pleinement jouer son rôle en matière de lutte contre les inégalités de sexes, notamment à travers l’adoption de lois et des réformes nécessaires à l’instauration de la parité. Dans ce cadre, et à la demande des femmes parlementaires, EISA a conduit une revue visant à évaluer la prise en compte de l’égalité hommes-femmes dans les lois votées depuis 2014 ainsi qu’à identifier les lois favorables à l’égalité des sexes mais ne disposant pas encore de décret d’application. Les résultats de cette revue seront présentés aux parlementaires membres des Commissions juridiques des deux chambres, de la Commission Genre et Développement ainsi que des femmes parlementaires.

Recueillis par Dominique R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara9 partages

Coopération décentralisée : Les 2e Assises franco-malagasy reportées en mars 2018

Prévues se tenir du 24 au 26 octobre 2017, les deuxièmes Assises de la Coopération Internationale des Collectivités Malagasy et Françaises sont reportées vers la première semaine du mois de mars 2018. Cela fait suite à la demande des participants, d’après le Comité de pilotage en charge de l’organisation de l’événement. En effet, suite aux informations diffusées de par les médias internationaux, concernant l’existence de l’épidémie de peste dans certaines régions de Madagascar, plusieurs représentants des collectivités françaises ont annulé leur déplacement dans le cadre de cet événement. Néanmoins, les collectivités membres du groupe-pays Madagascar et Cités Unies France ont demandé à maintenir l’organisation de ces deuxièmes Assises, qui se tiendront désormais au mois de mars prochain, d’après les informations fournies par le Comité composé de représentants du Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, du Ministère des Affaires Etrangères et de l’Ambassade de France à Madagascar.

Antsa R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info8 partages

Jean-Christian Randriamalaza : le plus titré au monde en Boxe Chinoise Lai teik et Kick Full

Boxe Chinoise Lai Tei et Kick Full : Une autre discipline qui met Madagascar au toit du monde à travers le malgache Jean-Christian Randriamalaza .
Jean-Christian Randriamalaza a gagné pour la huitième fois le titre de Champion du monde en Boxe chinoise Lai Tei et Kick Full des moins de 75 Kg et garde définitivement sa ceinture mondiale. Le 29 octobre dernier, à Carrara en Italie, Jean-Christian Randriamalaza a battu un Iranien. Ce combattant est le seul sportif malgache le plus titré de toute l’histoire. « Compte tenu de son statut de Champion du Monde en titre, Jean-Christian Randriamalaza n’a plus cette fois-ci participé à la phase éliminatoire. » site de Jean-Christian.
Midi Madagasikara8 partages

Ultrafun Cover Session : Stéphanie, égérie de la 1re édition

Cette première session de « cover » sera consacrée à Stéphanie.

C’est un concept innovant, pourtant très prisé par les jeunes actuellement. Le phénomène des « cover » est l’événement sur lequel surfe l’agence FitiAgapé Vision, qui organise Ultra Cover Session, consacré à la chanteuse Stéphanie pour cette première édition. Le principe est simple, il suffit de choisir une chanson de la belle Stéphanie, d’en faire un cover soit en chanson ou en danse, car le concours comporte ces deux catégories. Le candidat pourra évidemment réinterpréter la chanson à sa manière, pour séduire le public. Les inscriptions sont déjà ouvertes et les candidats peuvent envoyer leurs chorégraphies et leurs interprétations par mail à l’adresse ufc@fitiagapevision.mg ou déposer directement le CD au Kudeta Urban Club à Anosy jusqu’au 4 novembre prochain. Après une première sélection par les organisateurs, ceux qui seront choisis seront diffusés sur la page officielle facebook et ceux qui obtiendront le maximum de « j’aime » accèderont à la finale. Une grande finale qui aura lieu le 2 décembre prochain au Kudeta Urban Club lors d’un showcase avec Stéphanie, qui sera même jury pour choisir les vainqueurs. Avec leurs partenaires, Casabiouty, Visual, Kudeta, RDJ, Smart Up, Guide Evenementiel et WMP, les organisateurs entendent en mettre plein la vue au public !

Anjara Rasoanaivo

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada7 partages

Anosibe : un hold-up fait un mort

Après Mahajanga, c’est au tour de la capitale. Des bandits ont de nouveau fait parler d’eux du côté d’Anosibe. Un mort a été signalé à l’issue de l’attaque.

Pas plus tard qu’hier, peu avant midi, le fokontany d’Anosibe a été le théâtre d’un braquage meurtrier. En fait, trois individus armés de 2 pistolets automatiques et de sabre ont fait irruption dans une boutique de Cash point du côté d’Ambohibarikely.

Après avoir inspecté les environs, sans crier gare, deux d’entre eux se sont introduits dans la boutique tandis que l’autre était resté dehors pour faire le guet. En deux temps trois mouvements, ils ont menacé les occupants du lieu et n’ont pas hésité à ouvrir le feu en blessant au cou l’un d’entre eux. Ces derniers n’ont pas en d’autre choix que obtempérer. Du coup, les braqueurs ont pris tout l’argent de la caisse, estimé à plusieurs millions d’ariary. Et en prenant la fuite, ils ont tiré des coups de feu en l’air et se sont éclipsés facilement dans les couloirs du quartier.

 «Nous avons entendu deux coups de feu provenant de l’intérieur» a informé un témoin de l’attaque. «Nous n’avions eu d’autre choix que de se mettre à l’abri. Ils étaient munis d’armes et menaçaient de tirer sur ceux qui voulaient s’approcher de trop près», a-t-il ajouté.

Selon les explications, cela fait la deuxième fois que cette boutique fait l’objet d’attaque de bandits armés. Les policiers ne sont arrivés qu’une heure après  et ont commencé leurs enquêtes.

Les victimes ont été rapidement évacuées à l’hôpital (HJRA), mais celle blessée par balle n’a pas survécu et est décédée  hier dans l’après-midi.

Ando Tsiresy

 

News Mada6 partages

Handball : Madagascar absent du classement

L’horizon s’assombrit pour le handball malgache en cette fin de saison. Outre le chamboulement du programme d’activités, notamment, la tenue du championnat national et les tournois des zones, l’absence sur la scène africaine des seniors handicape largement la disipline. C’est pourquoi, Madagascar brille par son absence dans le classement international et ce, dans toutes les catégories.

Et bien que les juniors garçons et filles malgaches aient participé au dernier IHF Trophy continental, cela ne leur a pas permis de glaner les points nécessaires pour pouvoir figurer dans le ranking mondial de la catégorie.

L’année dernière, au sommet africain, THBC a essayé d’entrer dans le classement mais cette saison, suite au changement du calendrier de la Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI), elle a vu son rêve brisé. En effet, cette compétition est l’unique voie qualificative pour la joute africaine.

Naisa

L'express de Madagascar6 partages

Peste – La Banque mondiale à la rescousse

Cinq millions de dollars. C’est le montant de l’enveloppe que la Banque mondiale va accorder à pour soutenir le plan national de riposte contre la peste. Cette enveloppe fait suite à la demande d’un financement urgent faite par la délégation malgache, conduite parVonin­tsalama Andriam­bololona, ministre des Finances et du budget. Une demande énoncée lors des assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI, du 13 au 15 octobre, à WashingtonD’après le communiqué conjoint de la Banque mondiale et du ministère des Finances et du Budget, ce fonds servira dans le financement des activités essentielles de riposte contre la peste : la mobilisation du personnel de santé dans tous les districts affectés, les campagnes de désinfection et de désinsectisation dans les écoles et les quartiers les plus touchés par la peste, l’assainissement des quartiers vulné- rables et le paiement de carburant pour les ambulances.« Ce soutien financier devrait permettre à l’État de mieux faire face aux dépenses urgentes liées à cette action », annonce Coralie Gevers, Country manager de la Banque mondiale à Mada­gascar.

L.R.

News Mada5 partages

Aéroport de Nosy Be : les travaux de la rénovation de la piste achevés

Après six semaines de travaux qui ont débuté le 18 septembre dernier, la rénovation de la piste de l’aéroport de Nosy be est achevée. La réception technique a été effectuée, hier, en présence du ministre auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement, Benjamina Ramanantsoa.

 «Les travaux ont respecté le calendrier établi au préalable» a précisé le ministre de l’Aménagement du territoire. Au total, ceux-ci auront nécessité un investissement de 15 million d’euros, 1 350 tonnes de bitume et 20 000 tonnes d’enrobés. Les travaux portent, notamment sur l’augmentation de la  capacité d’accueil, l’aménagement des zones commerciales et le ravalement des façades et la  rénovation de la piste, pour assurer la sécurité des passagers.

Comme l’aéroport d’Ivato, l’exploitation, la maintenance, le développement et le financement de l’aéroport de Fascène sont pris en charge par le consortium Ravinala Airports pour une durée de 28 ans.

Pour ne pas perturber les vols et le fonctionnement de l’aéroport durant la journée, 170 personnes ont travaillé quotidiennement de nuit, pendant 11 heures. Les compagnies aériennes ont été informées de l’existence et du planning des travaux de piste en cours. La fin des travaux sur l’aéroport de Fascène Nosy Be est prévue au mois d’août 2018.

R.R.

 

Midi Madagasikara5 partages

Septième art : Sept jours dédiés au cinéma espagnol !

« Le festival du cinéma espagnol » revient pour la seconde année consécutive. Cinq films seront projetés d’un endroit à l’autre, du 2 au 10 novembre.

On ne change pas une formule qui gagne ! Après un coup d’essai qui fut un coup de maître, le Consulat honoraire d’Espagne réédite « Le festival du cinéma espagnol ». L’évènement se tiendra du 2 au 10 novembre dans divers endroits : de l’Institut Français de Madagascar, passant par le lycée Jules Ferry Faravohitra, le Lycée JJ Rabearivelo Analakely, le lycée Galliéni Andohalo au Peter Pan. Le but de l’évenement ? Promouvoir le cinéma espagnol. A travers ce festival, les cinéphiles malgaches pourront donc découvrir et apprécier les réalisations espagnoles les plus récentes. Cinq longs métrages sont programmés pour les sept jours de projection. Petits et grands pourront trouver leur bonheur car les organisateurs ont décidé de varier les genres. L´ouverture du festival aura lieu à l’Institut Français de Madagascar Analakely, le 2 novembre à 19h. Les projections seront précédées d’une brève présentation des films. Un atelier de bande dessinée aura également lieu après la projection du 8 novembre à l’Alliance Française d´Antananarivo spécialement pour les enfants participants aux projets sociaux des Associations locales.

Le programme de cette deuxième édition du festival est le suivant :– Jeudi 2 Novembre : « Vivre c’est facile avec les yeux fermés » à 19h00 à l’IFM– Vendredi 3 Novembre : « La tête en l’air » à 19h00 à l’IFM– Samedi 4 Novembre : « Dans ses yeux » à 19h00 à l’IFM– Mardi 7 Novembre : «El cuento chino » à 14h00 au  Lycée Jules Ferry Faravohitra– Mercredi 8 Novembre : « Copito de nieve, le gorille blanc» à 14h00 à l’Alliance Française d´Antananarivo/ «El cuento chino » à 14h00 au Lycée Jules Ferry Faravohitra et au Lycée JJ Rabearivelo Analakely– Jeudi 9 Novembre: «El cuento chino » à 14h00 au Lycée Gallieni Andohalo et à 17h00 au Lycée Français d’Antananarivo– Vendredi 10 Novembre : « El cuento chino » à 14h00 au Peter Pan

Mahetsaka

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
News Mada4 partages

Jeu de cartes : le tournoi Yu-Gi-Oh se profile

L’agenda de «Tana Games Week» se remplit. A l’affiche, le tournoi Yu-Gi-Oh rythmera  le salon consacré au monde des jeux vidéo et de l’e-sport, du 10 au 12 novembre, au palais des Sports et de la culture Mahamasina.

Quand on parle de Yu-

Gi-Oh, traduit littéralement par «le roi du jeu», la bande dessinée vient tout de suite à l’esprit, plus précisément,

le manga écrit et dessiné par Kazuki Takahashi qui a bercé la génération Y. De nos jours, un jeu de stratégie éponyme se découvre et a son propre championnat du monde.

«L’objectif du jeu est de baisser les points de vie de son adversaire, sachant que chaque joueur dispose de 40 cartes et de 8000 points de vie», argumente Anjarahasina Raobelina de Yu-Gi-Oh Duelist League Madagascar, avant d’enchaîner : «A Madagascar, il existe une communauté, vieille de plus de dix ans, qui pratique le Yu-Gi-Oh. Au début, les joueurs se donnaient rendez-vous dans les jardins publics. De fil en aiguille, nous avons pu trouver un local au centre ville pour organiser un tournoi hebdomadaire».

Seront attendus à ce championnat des centaines de duellistes, de tout horizon, qui s’affronteront en solo et en équipe et passeront un weekend d’échanges et de discussions avec d’autres fans de Yu-Gi-Oh.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara4 partages

Pétanque : BIC remporte le Grand Open du CBF

La triplette du BIC qui a remporté le Grand Open du CBF.

Ambohimahasoa a encore connu son heure de gloire durant le week-end avec la victoire de son équipe au Grand Open du Club Bouliste de Fianarantsoa. L’équipe composée de Mamy, Tselonina et Daddy a, en effet, gagné haut la main le tournoi en s’imposant devant le récent champion d’Afrique, Toutoune entouré pour l’occasion par Dakar et Kiady par 13 à 11.

Une très belle finale en fait car la formation du BIC qui a fait valoir son expérience après avoir gagné l’Euro pétanque de Nice, n’a pas tremblé, aidée, il est vrai, par un certain chauvinisme des Fianarois.

Une victoire qui faisait tellement plaisir au président fondateur du BIC, le Dr Zozo Rakotovazaha qui ne ménageait pas ses efforts pour rendre les boulistes d’Ambohimahasoa plus compétitifs.

C’est ainsi que cette triplette conduite par Daddy, a éliminé en demies, une équipe du CBF par 13 à 7 tandis que Toutoune et ses amis ont battu une équipe d’UNOH d’Antsirabe avec Bally, Bondy et Haja sur le score éloquent de 13 à 8.

A noter que pour cette fois et malgré un temps de préparation relativement court, le CBF de Bassir Karmaly a pu réunir une quarantaine d’équipes pour ce Grand Open. Du beau monde qui a apprécié à juste titre, la qualité du boulodrome dans l’enceinte même du stade d’Ampasambazaha. Une aubaine pour une véritable relance de la pétanque dans cette ville qui a enfanté outre Bassir, plusieurs fois champion de Madagascar, des grands champions tels Rabada ou encore Claude.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Orange Madagascar3 partages

De nouveaux matériels pour le centre Femme A Venir de Toamasina

L’association Orange Solidarité Madagascar s’associe à nouveau avec l’ONG Terre des Enfants Madagascar pour soutenir les sections de formation du Centre « Femmes A Venir » de Toamasina. Josie Randriambeloma, présidente d’Orange Solidarité Madagascar, a ainsi remis divers matériels et accessoires au centre de formation ce 31 octobre 2017, à Toamasina. 

Inauguré en 2012 par Terre des Enfants et Orange Solidarité Madagascar, le centre de formation « Femme A Venir » forme en enseignement général et en formation professionnelle (couture, broderie, cuisine, pâtisserie, activités sanitaires et sociales) des jeunes filles de 14 à 16 ans. Il prépare des jeunes filles à entrer dans le monde du travail et leur donne la possibilité de s’initier à l’informatique. 

La majeure partie des apprenants du centre de formation sont des jeunes filles défavorisées de Toamasina, des jeunes filles qui ont quitté précocement l’école, ou encore des  mères célibataires.

"Le centre « Femme A Venir » de à Toamasina est l’un des projets auquel Orange matérialise son soutien à l’éducation des femmes. Chez Orange, nous croyons fermement à la citation : « éduquer un garçon c’est en faire un homme, éduquer une fille c'est en faire une nation »" explique Josie Randriambeloma. 

En 2009, Orange s’est déjà associé à Terre des Enfants. Un élan de solidarité des salariés de la Direction Vente et Distribution d’Orange de plusieurs régions en France a permis à travers l’opération « Trousses de l’espoir » de soutenir les écoliers malgaches. L’opération consistait à offrir aux enfants défavorisés des trousses d’écolier (avec des crayons, stylos, règles …) et de toilettes (contenant du savon, du dentifrice, …) pour améliorer leur quotidien d’élèves et d’enfants.

Orange Solidarité Madagascar au service de la Communauté malgache

Depuis 2011, plus de 500 infrastructures sociales de  base ont été réalisées dans les 22 régions de Madagascar grâce à Orange Solidarité Madagascar. Plus de 10 milliards d’ariary ont été investis dans les domaines d’intervention des actions de mécénat, plus de 50.000 enfants scolarisés.

L’association apporte  son appui à des projets leviers de développement principalement dans le domaine de l’éducation, de la culture et de la santé, à travers des appuis financiers, des actions de bénévolat ou de dons. 

En œuvrant pour la lutte contre la fracture numérique, Orange Solidarité Madagascar ambitionne de mettre les technologies au service de la population afin de contribuer au désenclavement éducatif et culturel.

News Mada2 partages

Fanondranana vatosoa : fantarina mazava ny lalam-barotra

Nanaovana varotra fampisehoana ireo karazana vatosoa vita tefy teny amin’ny MBC Ivato Ny faran’ny herinandro lasa teo. Nampahafantatra ny mpanjifa, indrindra ireo mpandraharaha mpanondrana izany any ivelany, ireo mpanefy manana karatra ara-dalana, nampiseho ny fahaiza-manaony momba izany karazana vatosoa vita tefy izany. Tompon’antoka tamin’izany ny IGM (Institut de gemmologie de Madagascar), ivontoerana tokana aty Afrika manofana izay ho tena matihanina, avy eto an-toerana sy avy any ivelany, amin’ny fanefena vatosoa. « Faritan’ny IGM, ankehitriny, ny hanamaivanana ireo dingana arahina amin’ny fanondranana vatosoa, hatsaraina ao anatin’ny fanarahan-dalàna izany mba tsy hahafaty antoka ny fanjakana malagasy amin’ireo harena sarobidy ireo », hoy ny tale jeneralin’ny IGM, Rasolonjatovo Andrianirina.

Nohazavain’ny tale jeneralin’ny IGM ny fanaraha-maso izany manomboka any am-potony fitrandrahana azy, ny fanangonam-bokatra, ho tonga eo amin’ny « guichet unique », mialoha ny fanondranana izany. Fantarina mazava ny lalam-barotra rehetra manaporofo fa avy eto Madagasikara marina ny vato hita any amin’ny tsena iraisam-pirenena. Tanjona amin’izany, mba vato voatefy ny maro mivoaka avy eto an-toerana. Hatramin’izao, saika vatosoa tsy vita tefy ny betsaka mivoaka avy eto, tsy voambara amin’ny fomba ara-dalàna, ka lasa mamono antoka tanteraka. Ny safira, ohatra, avy eto Madagasikara ny mitobaka be indrindra eo amin’ny tsena iraisam-pirenena, nefa misy firenen-kafa any Azia misandoka ho fihavian’izany vato izany.

Efa misy mpividy avy any ivelany koa izao tonga eto Madagasikara, koa tsara raha manaraka ny fepetra iraisam-pirenena, toy ny tsy maintsy hanaovana fiofanana ao amin’ny IGM. Tsy vitsy ny vahiny manaraka fiofanana ao amin’io ivontoerana io, koa tombontsoa ho antsika Malagasy ny manao izany, ho an’ireo izay misafidy io lalam-pihariana iray io.

R.Mathieu

Midi Madagasikara2 partages

La vie des fédérations : Le torchon brûle entre le COM et la FMA !

L’athlétisme malgache est toujours présent aux Jeux olympiques.

Incroyable mais de quel droit le Comité Olympique Malgache peut-il exclure d’une assemblée générale, fut-elle ordinaire, une fédération qui est pourtant un membre à part entière de la grande famille olympique, en l’occurrence la Fédération Malgache d’Athlétisme ?

C’est ce qui s’est passé dernièrement à Toliara où le camp Siteny Randrianasoloniaiko s’est attelé à trouver la parade pour qu’à l’avenir la présence du Comité Olympique lors des AG, électives de surcroît, des fédérations, soit obligatoire.

Présence nécessaire. Un règlement intérieur rajouté pour parer au plus pressé car manifestement le président du COM, Siteny Randrianasoloniaiko qui a été refoulé à l’entrée de l’AGE de la FMA à l’hôtel Panorama, n’a nullement digéré ce qu’il considère comme un affront.

Mais jusqu’aux nouvelles dispositions prises rendues possibles par l’arrivée de nouveaux alliés récemment à Toliara, la FMA était bien dans ses droits car aucun texte ne parlait d’une nécessaire présence du COM dans ce genre de rendez-vous.

La raison, la présidente Norolalao Andriamahazo Ramanantsoa en parle avec une certaine retenue qu’on comprend. « Comment voulez-vous qu’on le laisse entrer dans notre AGE alors que des confidences des présidents de certaines ligues qui se réunissaient au domicile de Siteny la veille, mentionnaient qu’il allait faire voter pour Dominique Ramaherison et qu’il ferait un scandale au cas où la FMF priverait certaines ligues du droit de vote », explique-t-elle en précisant que c’est de la pure ingérence dans une affaire interne à l’athlétisme.

Une raison suffisante pour que le vice-président de la FMA, l’ancien champion de Madagascar du 400m haies, Hubert Rakotombelontsoa, bloque l’entrée à la délégation du COM.

« Nous avons eu raison de la faire car au moment des faits nous avions tous les droits et que l’idée de suspendre la présidente de FMA, Norolalao Andriamahazo Ramanantsoa, Mahatana Jean de la Croix et moi-même pour une faute imaginaire, serait une entorse à la législation », commente ce dernier.

Balises. Maintenant que les balises sont érigées pour permettre à Siteny Randrianasoloniaiko de régner sans partage voire pour un mandat à vie tel un empereur, alors on ne voit pas pourquoi il mettrait son grain de sel dans une discipline qui marche. Enfin presque car il n’est pas exclu que l’athlétisme ne pourrait plus bénéficier de la faveur du Comité International Olympique via Siteny Randrianasoloniaiko.

Pire, la FMA ne pourrait même pas saisir le ministère des Sports dans ce litige car elle connaît déjà l’issue puisque le bon sens veut qu’on revienne à la grande famille olympique. Or et sur ce point précis, Siteny Randrianasoloniaiko, après l’AGO de Toliara, a renforcé un peu plus sa mainmise en faisant entrer de fidèles nouveaux amis dont Mamy Gotso à qui il a offert la fédération de gymnastique, l’escrime confié au fils du SG Harinelina Ramananarivo, le pentathlon, le bodybuilding qui est une ramification de l’haltérophile mais également le tir à l’arc. En clair, il a maintenant sa majorité absolue pour faire ce qu’il veut.

Bref, il a de quoi tenir tête même à un cyclone et devenir tout simplement un inamovible président pendant plusieurs décennies car il est encore jeune et que l’habitude olympique réserve la part belle aux… retraités. Ce qui n’a rien de mal pour peu que les résultats suivent. Mais malheureusement, ce n’est pas le cas car pour l’instant la qualification olympique ne fait pas partie des priorités de ce COM version Siteny Randrianasoloniaiko.

Clément RABARY

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Madaplus.info1 partages

La liste électorale disponible en ligne

La CENI ou Commission électorale nationale indépendante sort la grosse artillerie technologique en mettant en ligne la liste électorale. Ainsi, les Malgaches en âge de voter pourront vérifier sur internet la liste pour voir s’ils sont inscrits ou pas.
Après les résultats des baccalauréats en ligne, c’est autour de la liste électorale qui jouit le fruit de l’avancée technologique. Pour garder les informations personnelles des citoyens malgaches, cette plateforme de vérification de la liste électorale requiert le numéro de la Carte d’Identité nationale. Mais c’est une infime partie de la population qui pourra le faire avec le taux très très bas de l’accès à internet à Madagascar. Voici le lien pour entrer sur cette plateforme https://liste.ceni-madagascar.mg/elect/rech
News Mada1 partages

Madagascar Mozarteum : le chant lyrique fait son atelier

Soucieux de transmettre son savoir- faire à ses compatriotes, Blaise Rantoanina animera  un atelier de chant lyrique dans la ville des Mille, les 16 et 21 novembre.

Le mois de novembre démarre sur les chapeaux de roues pour Madagascar Mozarteum qui propose davantage une programmation éclectique. D’autant que le calendrier est chamboulé, suite à l’épidémie de la peste qui frappe de plein fouet le pays.

Diplômé du Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, Blaise Rantoanina se plaira à partager son vécu et ses expériences, le temps de ces deux jours d’atelier. «Cet atelier sera rythmé d’un coaching individuel, accompagné au piano par Mirana Randria. Chaque participant préparera un air ou un lied du grand compositeur W.A. Mozart et un air de son choix», détaille un responsable.

Les apprenants auront le privilège de mettre en pratique ce qu’ils ont acquis, à l’occasion d’un concert de restitution sur la scène du Cercle Germano-malgache Analakely, le 23 novembre.

Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Ambatondrazaka : napetraka ny kolejy fahatelo pastoraly FJKM

Nosokafan’ny foibe FJKM, ao amin’ny sekoly Rasalama-Ambohimiangaly ao Ambatondrazaka ny alahady lasa teo, ny kolejy fahatelo, fanofanana mpitandrina. Nambaran’ny talen’io kolejy io, ny mpitandrina Randriariliva Soanirina Seheno, fa tany Imerimandroso-Alaotra, tao Amboniatsimo, no nametrahan’ny misionera anglisy LMS toeram-panomanana toy ity tamin’ny fotoan’androny. Rehefa notombanana, efa simba tanteraka ka mila fanajariana haingana io toerana io vao ho azo ampiasaina. Koa eto Ambohimiangaly aloha no hofanina ireo 25 mianadahy, avy amin’ny lafy valon’ny Nosy, alefan’ny foibe hianatra taorian’ny fifantenana”. Hianatra mandritra ny telo taona ao izy ireo ka ankoatra ny fianarana manokana ireo Testameta, ianarana koa ny tantaran’ny zanak’Israely, ny sivilizasiona grika sy romanina ary mianatra miteny hebreo, dogmatika, “méthodologie”...

Tsy maintsy manohy ny taona fahefatra eny Ivato, eto Antananarivo avy eo, ny mpianatra vao mahazo ny mari-pahaizana “baccalauréat en théologie”. Vao misantatra amin’ny fanombohana mihitsy izy ireo na efa misy injeniera aza amin’izy 25 mianadahy. Hirahina hitondra fiangonana izy ireo aorinan’izay ary mahazo asa avy hatrany. Manana kolejy mitovy lenta amin’ity ao Ambatondrazaka ity koa i Fianarantsoa sy i Mandritsara.

Rarivo

News Mada1 partages

La peste à Madagascar (1921)

La peste

La peste tend à disparaître de Tamatave. Avant-hier, il n’y avait ni cas nouveau, ni décès. Hier, deux cas seulement, dont un tirailleur qui avait été vacciné et qui actuellement va aussi bien que possible. Le second cas est un commandeur des canaux du Nord.

On persiste à croire que si, dès le début de l’épidémie, le vaccin était arrivé en quantité suffisante, le fléau serait en ce moment-ci complètement enrayé.

Le principal foyer d’infection où il y a eu le plus de cas de peste est le village d’Antanamakoa près de Tanio, aussi l’Administration a décidé de brûler complètement les cases de ce village et d’en construire de nouvelles, mieux aérées et plus confortables. Ce travail coûtera au Fanjakana 20 000 francs environ.

Étant donné la décroissance de la peste à Tamatave, un grand nombre de personnes voudraient voir lever la quarantaine ces jours-ci. En supposant qu’il ne se produise plus de cas, la quarantaine ne pourra être supprimée que lorsque les immeubles contaminés auront été désinfectés ou brûlés.

Le Tamatave

Samedi26 mars 1921.

Le cordon sanitaire

On va enfin le reporter plus loin ; il va englober les régions de Melville et de l’Ivoloina, ce qui permettra aux affaires de reprendre en partie, et tirera beaucoup de gens de leur isolement.

On ne passe pas

Plusieurs indigènes ayant tenté de franchir le cordon ont été arrêtés par les sentinelles apostées. D’autres auraient réussi à le passer en cachette.

Le Tamatave

Mercredi 30 mars 1921.

Les bienfaits

de la peste

La population tananarivienne a une frousse bleue de la peste de Tamatave. Or il existe des gens à Tamatave qui souhaitent que la peste dure tout comme pendant la guerre certains fournisseurs de l’État auraient désiré que les hostilités ne prissent jamais fin.

C’est que, par suite du cordon sanitaire, les indigènes, obligés de gagner leur vie à Tamatave même, viennent en foule demander du travail aux vazaha qui ont de la main-d’œuvre tant qu’ils en désirent et dont quelques-uns se voient obligés de refuser du travail.

Il est vrai de dire que cet encerclement a des inconvénients d’un autre côté.

Le Tamatave

Samedi 2 avril 1921

www.bibliothequemalgache.com

 

Tia Tanindranaza1 partages

Kaominin’IvatoNotondrahana fanafody maimaim-poana ny isan-tokantrano

Na dia tsy mbola nahitana olona iray matin’ny aretina Pesta aza hatreto ny ao amin’ny kaominina Ivato dia mitohy hatrany ny asa fanadiovana tanterahin’ny kaominina, raha araka ny fanazavan’Andrianjakarivony Manitra, lefitra voalohan’ny Ben’ny tanana ao an-toerana.

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza1 partages

Boxe Chinoise Lei-taiMbola mahery ilay Malagasy Jean Christian

Norombahin'ilay teratany Malagasy, Randriamalaza Jean Christian izay hany solontena Malagasy niatrika ny fifaninana, fanim-balony indray ny amboara eran-tany eo amin'ny taranja Boxe lei-tai sy Kick Full.

 

Ntsoavina Evariste

 

 

L'express de Madagascar1 partages

La curiosité au beau

C’est en plumitif impropre au travail manuel que j’éprouve respect et admiration, bref de la fascination, pour ceux qui arrivent à créer le beau, le tellement beau, de leurs mains.«À tenon et mortaise» : c’est en cours de «dessin industriel», en classe de sixième, que je découvris le concept de cet embout qu’on imbrique dans un trou pour arrimer ensemble deux morceaux de bois. Mon trait au crayon 3H sur le papier A4 réglementaire était laborieux, mais jamais je n’oublierai cette découverte.Au Japon, les Kobayashi Kenkou forment un groupe de menuiserie traditionnelle qui sublime cet art, qui remonterait au VIIème siècle avant J.C., nous dit-on, dans la création de meubles ou la construction de maisons, sans aucun clou : le kamatsugi.Entre parenthèse, mais, dans «Usual Suspects», ce film de 1995 qui a rendu générique le nom d’un personnage, Keyser Söze (en juin 2001, Time magazine avait même désigné Ben Laden comme le Keyser Söze géopolitique, une menace omniprésente dont le nom incarne tous les dangers bien au-delà de ses capacités réelles : c’était avant le 11 septembre…), Kobayashi était la marque de cette tasse en porcelaine dans le bureau de l’interrogatoire.Passé maître dans l’art de sculpter et d’imbriquer à la perfection les différents morceaux de bois, d’un meuble ou de la charpente d’une maison, l’artisanat japonais excelle également dans la fabrication du «furo», la baignoire japonaise, tout en bois hinoki de la famille des cyprès. Selon un article (Le Point, 13 août 2017, «Okeei, de si précieux seaux», Marine de la Horie), le dernier fabricant Okeei exerce depuis cent trente ans à Tokyo. Il faut vingt ans pour devenir un orfèvre en «oke», ce récipient en bois et cerclé de cuivre, d’acier ou de métal argenté, pour les ablutions ; ou pour les restaurants gastronomiques à entreposer leurs mets les plus raffinés. Et cinq ans pour en fabriquer un : ce temps long bonifie le bois depuis la préparation de l’essence, la séparation d’avec l’écorce, le séchage. Découpé à l’emporte-pièce puis courbé par le cintrage du métal avec un marteau, chaque morceau est tranché dans la veine du bois pour optimiser l’ajustage et l’étanchéité. Il y a quelque chose de fascinant dans cet objet en bois parfaitement étanche quand votre ignorance associe imperméabilité à fonte, émail ou plastique.Dans cette curiosité au beau, je viens également de découvrir le nom de Vincent Garson, un designer formé à la chambre syndicale de la haute couture de Paris. Il dit vouloir «travailler avec une qualité d’artisanat sans concession» et définit un objet de luxe comme «un objet légitimé par les heures de travail qu’il réclame ; respectable par le travail de l’homme, le savoir faire artisanal, le niveau d’excellence des finitions, la qualité et la rareté des matériaux ; un tissage des différents corps de métiers, chacun choisi pour ses compétences singulières, dans un grand respect du travail de chacun».Après la menuiserie japonaise, la maroquinerie française : «en peaux entières, non fendues, sans doublure : côté pleine fleur et côté daim». Et des mots de sommelier : «association du veau sellier, qui allie souplesse et robustesse, et se lustre dans le temps, à un cuir végétal et son reflet vivant, qui s’abîme, se patine et s’assouplit»…Comment traduire en malgache «qualité d’artisanat sans concession» ou «excellence des finitions» ? Je suppose que quand l’artisan Okeei recourt à un honoki vieux de trois cents ans, les forêts du Japon ne sont pas pour autant en voie de disparition. Le bois s’exploite, mais il faut le faire intelligemment. Je suppose que, pour ne pas se fendiller à l’usage, le bois a besoin d’un temps incompressible de séchage. Ou que la peau a besoin d’un tannage soigneux pour se transformer en cuir souple. Je suppose enfin que les différents corps de métiers, pour atteindre à l’excellence actuelle, plongent les racines de leur maîtrise dans une longue tradition de savoir-faire : les apprentis de James Cameron (à Antananarivo de 1826 à 1835 et de 1863 à 1875) ou de Jean Laborde (au service de la reine Ranavalona de 1831 à son expulsion en 1857) ne sont-ils jamais devenus les Maîtres de nouveaux compagnons ?Prière traduire, aussi bien vers un malgache pratique qu’en actions de formation-perfectionnement, à l’adresse des artisans malgaches trop souvent encore adeptes du «asa tanana, misy indro kelin’ny mpandrafitra» : l’artisanat approximatif qui justifierait une finition aléatoire…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara1 partages

Secteur énergétique: La BFV-SG aux côtés des opérateurs

La BFV s’engage vers le développement du secteur énergétique.

Les banques sont capables de financer des unités énergétiques qui sont indispensables au développement économique

Au cours de ces dernières années, le secteur de l’énergie n’a pas pu engager les réformes nécessaires facilitant  les activités économiques à Madagascar.  Heureusement que la donne est actuellement en train de changer puisque les initiatives se multiplient pour une amélioration du secteur énergétique.

Acteur majeur

La BFV-SG fait partie des entreprises qui participent au processus. Ainsi, en tant qu’acteur majeur de l’économie locale, elle  réagit en soutenant un séminaire sur l’énergie organisé conjointement par la Chambre de  Commerce et d’Industrie France Madagascar (CCIFM) et l’Ambassade de France. Portant sur le thème « les solutions de l’expertise française aux problèmes  énergétiques à Madagascar » ce séminaire se tiendra les 9 et 10 Novembre prochains. Partageant les mêmes principes, les mêmes valeurs, et au cœur de son engagement dans le financement des énergies renouvelables, la banque, sponsor du séminaire, se joint tout naturellement aux discussions et aux actions. Celles-ci  visent à promouvoir cette filière ; et la BFV-SOCIETE GENERALE se lance dans cette aventure nouvelle de l’énergie à Madagascar afin d’y apporter son expertise.

Collaboration étroite

Lors de la conférence de presse qui s’est tenue le 25 Octobre dernier dans les locaux de la CCIFM Ankorondrano,  Benjamin TOULOUZE, Directeur des Relations Entreprises et des Institutionnels de la BFV- SOCIETE GENERALE affirme que la banque continue de développer une collaboration étroite avec les opérateurs du secteur énergétique. «Notre dispositif d’accompagnement évolue vers plus de proximité et d’expertise, avec le soutien du groupe Société Générale », a-t-il expliqué. Bref, la BFV-SG est engagée   auprès des opérateurs énergétiques, dont notamment ceux qui soutiennent l’énergie renouvelable  comme le solaire,  et les barrages hydroélectriques. «Nous avons financé trois programmes en 2017 et nous nous positionnons également sur les grands barrages hydroélectriques.  Suite à l’intérêt de ces projets d’envergure, nous continuerons d’explorer les opportunités dans ce domaine, et ce quelque soit sa taille. Nous avons pleinement conscience des besoins importants de la population, notamment celle vivant en zone éloignée. L’objet de cette initiative est de favoriser l’émergence de nouveaux projets, d’accompagner l’innovation et l’économie locale», a-t-il précisé.

R.Edmond.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara1 partages

FEO Madagasikara : 2009 Euros collectés pour les malades de la peste

Lors de la remise de don pour les régions de Toamasina et d’Antananarivo.

FEO Madagascar est une fédération de la diaspora malgavhe à La Réunion. Elle regroupe une trentaine d’associations œuvrant dans les activités culturelles, sociales et économiques ainsi que d’organismes, et qui portent une seule voix, celle de contribuer au développement de Madagascar et de ses habitants. Parmi lesquelles, la branche du FIVMPAMA à La Réunion qui a été mise en place récemment. « Nous avons participé activement au Forum de la diaspora organisé à Antananarivo. Mais nous ne sommes pas venus les mains vides. En effet, nous avons collecté 2009 Euros via les réseaux sociaux afin de soutenir les malades de la peste à Antananarivo et à Toamasina. Ce fonds est destiné à l’achat de 945 couvertures auprès de la société SOMACOU à Ilafy », a déclaré Mpanarivo Rakotoharimanana, le président de FEO Madagasikara, lors de la remise officielle du don dernièrement dans son stand au village Voara à Andohatapenaka.

En outre, « nous avons également offert 22 000 masques chirurgicaux pour ces deux régions les plus touchées par l’épidémie de peste. Ainsi, les 2/3 du don seront remis à l’hôpital de Toamasina tandis que le reste sera alloué à la Commune Urbaine d’Antananarivo », a-t-il poursuivi. Les représentants de ces deux entités ont assisté à la remise de don offert par FEO Madagasikara. Par ailleurs, cette fédération s’attache à entretenir la cohésion sociale entre les membres de la communauté malgache à La Réunion qui sont actuellement au nombre de 15 000 personnes.

Navalona R.

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Foroches valo voasambotry ny polisy, iray hafa maty lavon’ny bala

Tsiahivina fa nanjaka tato ho ato izay ny vaky trano sy ny fanafihana toeram-pivarotana. Tsy niraviravy tanana ireo polisy ka nanamafy ny fisafoana mba hanatratrarana ny mpanao ratsy. Nahitam-bokany ny fisafoana nataon’ny polisy ny alin’ny alahady hifoha alatsinainy 30 oktobra teo.

Tovolahy miisa valo no voasambotry ny mpitandro filaminana, iray hafa kosa no voatifitra tamin’ny fotoana nandosirany. Araka ny vaovao voaray dia matetika mamerina heloka ny ankamaroan’ireto voasambotra ireto, anisan’izany ihany koa ity maty voatifitra ity, izay efa ela tokoa ny nikarohana azy. Tao amin’ny fokontany Tsaramandroso no nahasamborana ireto jiolahy ireto, ary any amin’ny fokontany Mahatsara no tena toeram-ponenan’izy ireo. Mbola mitohy hatrany ny fanadihadiana atao ireto voasambotra ireto, fa ny vata-mangatsiakan’ ilay voatifitra dia mbola napetraka ao amin’ny tranom-paty. Hatramin’izao ora anoratanay izao dia mbola tsy tonga naka ny razana ireo fianakaviany.

Hita fa nahitam-bokany ny fisafoana nataon’ny polisy manoloana ny fanafihana ataon’ireo olon-dratsy aty Antsiranana.

Mpanjono

News Mada0 partages

Nampiaka-peo ny CRN : “Tsy ekenay, foano ny fifampivarotana ny “Villa Elizabeth”

Tamin’ny feo hentitra sy avo. « Tsy ekenay ny fivarotana ny « Villa Elisabeth”. Hametraka fitoriana any amin’ny Bianco izahay. Halefanay io fa miandry antontan-taratasy roa sisa”, hoy ny avy amin’ny Komitin’ny  fampihavanana (CRN)  miara-dia amin’ny Pr Zafy, tarihin’i Tabera Randriamanantsoa, tetsy Antaninarenina, omaly. Nandrangaranga izy ireo fa raha tsy hiroso amin’ny fanafoanana io fivarotana  ny tanana sy ny trano eny Ivandry io ny fanjakana, ho  avy amin’ny angady sy  harona izy ireo. « Miantso anao izahay andriamatoa filoha, foano io raha tena efa lafo sy namidy tokoa. Handeha hitety  faritra, hanao « Mada Raid » izahay hampahafantatra an’io raharaha io manerana ny Nosy ary hitaky ny hamerenana amin’ny vahoaka malagasy io tanàna sy trano io »,  hoy  kosa ny pasitera Tsarahame Edouard.  Nahitsy ireto avy amin’ny CRN ireto nilaza fa tena malahelo ary tsy rariny izao atao ny Pr Zafy izao  sy ny momba  ireo tany na tranom-panjakana. « Tsy mbola maty akory izy nefa namidy ny villa ary miala  eo izy ireo mialoha ny janoary 2018. Efa misy mpiasa manorina trano ao izao »,  hoy  ihany izy ireo. Natsinkafon’izy ireo sy notsiahiviny koa ny fivarotana ny trano na tanàna tahaka izao, toy ny eny Ivato, nipetrahan’ny Praiminisitra lefitra, Rajaonarivelo Pierrot.  Efa namidy koa izany fananam-panjakana izany, araka ny nambaran’ny CRN ihany.

Tokony hamoaka ny marina sy ny mangarahara ny fitondrana

 Araka izany, tokony handray fepetra ny fitondrana amin’ireo tompon’andraikitra nivarotra tsy ara-dalàna sy nanao kolikoly tamin’ity raharaha ity satria tsy azo eritreretina izany hoe tany eny Ivandry izany ka hamidy 1 000 Ar ny metatra toradroa… Kolikoly tanteraka. Sa avela ho vitavita ho azy ny raharaha tahaka ireo tranga niseho teto amin’ny firenena ?  Tokony hamoaka  ny marina sy ny mangarahara momba ity raharaha  ity na  koa ny raharaha hafa momba  ny tany na tranom-panjakana ny sampandraharaha misahana ny vako-panjakana (Direction des patrimoines de l’état) ao amin’ny minisiteran’ny vola. Tokony hazava avokoa izany rehetra izany satria mety ho lasa lavitra ny raharaha raha mitohy ny tahaka izao. Hivadika zavatra  hafa koa raha tonga amin’izany fitetezam-paritra izany ny eo anivon’ny CRN.

Synèse R.

News Mada0 partages

Antenimierandoholona : hozongozonin’ny HVM ny sezan-dRakotomanana Honoré

Efa nampoizana. Nifamory teny Ampefiloha ary tsy azo natrehina ireo loholona HVM,  eo anivon’ny Antenimierandoholona. Na tsy nisy nipika aza ny dinika, voalaza fa hiroso amin’ny fanonganana ny filohan’ity andrimpanjakana ity, Rakotomanana Honoré, ireto loholona mpiandany amin’ny fitondrana ireto. Mbola          baraingo anefa aloha ny tetika sy  ny paikady entin’izy ireo handravana ny birao maharitra ary hirosoan’izy  ireo amin’ny fanoloana ireo mpitantana ireo.

Etsy andaniny anefa, fantatra fa  nivory tetsy amin’ny lapa Maitso  Anosikely koa ny eo anivon’ny birao maharitra, tarihin’ny filohany, Rakotomanana Honoré. Hanaiky mora foana izany ve anefa ny tenany sy ny ekipany ? Sa efa voalamina mialoha avokoa ka hizotra saomantsara izao dingana hirosoan’ny HVM izao ka hahatrarana ny tanjona, hametrahana an-dRakotovao Rivo ho filohan’ity andrimpanjakana ity ? Andrasana ny ho tohiny.

Randria

News Mada0 partages

Tsiahin’ny tantara : 26 taona ny fifanarahan’ny 31 oktobra 1991

 Feno 26 taona katroka anio ny fifanarahan’ny 31 oktobra 1991. Tsy mbola tafavoaka amin’ny fahantrana sy ny krizy amin’ny endriny samihafa anefa ny firenena na teo aza ireo karazana fifanarahana nifandimby nanato teto.

Nifamory teny Andrainarivo tamin’io fotoana io ny hery samihafa eto amin’ny firenena taorian’ny “Diaben’ny fahafahana” ny 10 aogositra 1991, niteraka faty olona. Anisan’ny  nivoaka tamin’ny fifanarahana fa mijanona amin’ny toerany  ny filoha Ratsiraka, saingy nahena ny  fahefany. Nomena ny fahefana feno amin’ny alalan’ny Fahefana avo (HAE)  kosa ny Pr Zafy raha niara-nitantana ny Komity ho fanarenana ny toekarena sy sosialy (Cres) ny pasitera Andriamanjato Richard sy Rakotonirina Manandafy. Nipetraka teo amin’ny toeran’ny praiminisitra, Razanamasy Guy Willy.

Tsy nijanona teo izany fa napetraka ny lalàmpanorenan’ny Repoblika III, nialohavan’ny fihaonambem-pirenena. Nirosoana  ny fifidianana filoham-pirenena avy eo ka nandresy teo amin’ny fihodinana faharoa ny 10 febroary 1993 ka nandresy tamin’izany ny Pr Zafy. Nahazo ny 50% raha 49% kosa ny an’ny amiraly Ratsiraka.

Tsy vitan’ny “Ady gasy” intsony ny 2009

Tafaverina  teo amin’ny fitondrana  i Deba avy eo rehefa niharan’ny fanonganan’ireo depiote ny “Rain’ny demokrasia”, Zafy Albert.  Nipoaka indray anefa ny krizin’ny 2001 ka tonga tamin’ny fifidianana 2002 izany. Resy ny amiraly rehefa tratry ny “1er tour” dia vita niarahan-dRavalomanana sy ireo mpanao  politika marobe nanohanay azy : Manandafy Rakotonirina, Andriamanjato Richard, Ramaroson  Alain, Voninahitsy Jean Eugène… Naongan’ireo mpanao politika sasany ireo, niaraka tamin-dRajoelina  indray anefa ny mpanorina ny Tiko taty  amin’ny 2009. Nitety firenena afrikanina ny famahana ny krizy nanomboka teo fa  tsy vitan’ny “Ady gasy” intsony toy ny tamin’ny 31 oktobra 1991. Nirosoana ny fifidianana ny taona 2013 saingy tsy nahazo nilatsaka ireo mpifanandrina roa :  Ravalomanana  sy Rajoelina. Voafidy ho filoham-pirenena Rajaonarimampianina avy eo.

Araka izany, 26 taona aty aoriana mbola  mihodinkodina sy tsy tafavoaka amin’ny krizy ny firenena.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

DHD Madagasikara : « Misy tetika maloto »

 « Tetikady maloto tsy mendrika hitondra ny raharaham-pirenena io, hanodinkodinana ny saim-bahoaka fotsiny. » Izay ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny DHD Madagasikara, Rasamoelina Hary Naivo, manoloana ny fikasan’ny fitondram-panjakana hanao fanitsiana ny lalàmpanorenana.

Fanodinkodinan-tsaina io fikarakarana fitsapan-kevi-bahoaka io. Raha manan-kevitra amin’izany ny filoham-pirenena na ny fanjakana amin’izao fotoana izao hoe mila hamboarina ny lalàmpanorenana, tokony hiandry ny fifidianana ho vita izy. Ary amin’izay ry zareo no milaza izay lalàna haroso hitondrana indray ny firenena.

Be dia be no tokony hahitsy ao amin’io lalàmpanorenana io. Tsy ny filazana fa tokony hahitsy izany no entina hanaovana rainazy na tetikady ankolaka hifanaovana fitapitaka eto, araka ny nambarany. Ny tokony ho izy, hisy olona hitondra eto na izay heverina fa hitantana ny fanjakana amin’ny manaraka: izay no mandroso izay heverina hitondrana ny raharaham-panjakana.

Ny ao ambadik’izao hoe fanitsiana lalàmpanornena izao, hatao avokoa ny tetikady hahazoan’io fitondram-panjakana io mandresy amin’ny fifidianana. Izay ilay tetika maloto tsy mendrika.

Mahalala sy mahay mihaino ny hafa amin’izany ve ny mpitondra?

R. Nd.

News Mada0 partages

“Cash point” : notafihan’ny jiolahy Nirefodrefotra ny basy, lehilahy iray naratra voatifitra

Notafihan’ny andian-jiolahy nirongo basy, omaly antoandro, ny “Cash point”, toerana fivarotana fahana sy finday, teny Anosibe. Tapitra norobain’ireo jiolahy ny vola tao. Nanapoapoaka basy ry zalahy avy eo rehefa nitsoaka, ka tamin’izany no nahavoa ny lehilahy iray, naratra voatifitra teo amin’ny tratrany.

 “Toy ireny amin’ny horonantsarimihetsika ireny ny zava-nitranga tety aminay. Nirefodrefotra ny basy. Nifanenjika ny polisy sy ny jiolahy”, hoy Ratojo, mpivarotra eny Anosibe, nahita ny fanafihan’ny jiolahy ny “Cash point” iray eny an-toerana, omaly antoandro tamin’ny 12 ora latsaka teo. Araka ny fitantaran’ity mpivarotra mifanila amin’ilay toerana voatafika ity, telo lahy no tazany nanao ny fanafihana. “Nijanona teo ivelany ny iray sady nanapoaka basy no nilaza fa mila vola ny Malagasy ary manantona izay sahy. Natahotra ny olona ka nitsoaka. Izaho, natory tamin’ny tany”, hoy hatrany Ratojo.

Voalaza fa nirefotra indroa ny basy tao anatin’ilay toerana notafihina. Voatifitra teo amin’ny tratrany ny rangahy iray ary iray hafa voarasan’ny antsy. Lasan’ireo olon-dratsy ny vola rehetra tao amin’ilay toerana niampy ireo finday misy kaontim-bola rehetra.

Mbola nanapoaka basy izy ireo nandritra ny fitsoahany. “Vetivety ihany koa, tonga ny polisin’ny Sag sy B.C ary UIR ary nanenjika ireo jiolahy. Nifampitifitra toy ireny amin’ny video ireny ry zareo, ary efa ho 10 ny poa-basy”, hoy ny fitantaran’ireo olona teny an-toerana.

Tsy nisy tratra ireo jiolahy, na iray aza, na teo aza ny fifanenjehana tamin’ireo polisy. Dify tany anaty tanàna ireo jiolahy na mbola amin’ny andro antoandrobenanahary aza.

Nihorohoro ny tanàna

Nilaza fa raiki-tahotra ireo olona teny amin’ny manodidina ny toerana voatafika nahita ity tranga ity. “Toy ireny mpitandro filaminana ireny ny mahita ireo jiolahy. Manangana basy manondro lanitra sady manapoaka basy kanefa antsoantsoiny mba hanatona azy izay sahy azy ireo”, hoy ihany ny fitantarana.

Efa kinga ireo jiolahy satria na ireo polisy efa za-draharaha aza tsy nahasambotra azy ireo. Eo ihany koa ny filazan’ny olona ny amin’ny mety ho fisian’ny firaisana tsikombakomba. Ny fisian’ny basy eny am-pelatan’ny jiolahy izay efa miparitaka be loatra. Misy ny efa sarona, kanefa mbola betsaka ireo miparitaka. Eo ihany koa ny fisian’ny mpitandro filaminana manao jiolahy, izay efa voaporofo matetika ny amin’izany. Mandry an-driran’antsy ny vahoaka.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Raharaha Antsakabary : navotsotra ireo olona 5 notanana am-ponja

 Navotsotra ireo olona dimy notanana am-ponja vonjimaika izay voarohirohy tamin’ny famonoana ireo polisy roa lahy nanatanteraka iraka tany Antsakabary distrika Befandriana Avaratra, ny 18 febroary 2017. Voalazan’ny loharanom-baovao, niandry fitsarana tao am-ponja nandritra ny valo volana ireto voarohirohy ireto. Tsy nisy anefa ny fanalavan’ny fampanoavana ny didy famonjana na dia afaka nohalavaina enim-bola miampy efa-bolana aza izany raha toa ka mitarazoka ny famotorana. Tsy vita anefa ny famotorana ka tsy maintsy navoaka ny fonja ireo voampanga, raha ny fanazavan’ny loharanom-baovao hatrany.

Tsiahivina fa niharan’ny fitsaram-bahoaka tao Antsakabary ireto polisy roa namita iraka nampanaovin’ny fitsarana ireto tamin’io fotoana io. Nalain’ireo andian’olona koa ny basin’izy ireo ka hita teo akaikin’ny toerana nahitana ny razana. Niafara tamin’ny fandorana tanàna nataon’ireo polisy 40 lahy tonga nanao fanadihadiana tao an-toerana ity raharaha ity.

J.C

News Mada0 partages

Ankadifotsy, Nanisana, Andravoahangy… : jiolahy rain-dahiny 11, mpamaky fiara, mpanenda ravan’ny polisy

Nanao tohivakana ny fisamboran’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany fahatelo Antaninandro ireto andian-jiolahy nampitondra faisana ny teny Nanisana, Ankadifotsy hatreny Andravoahangy, ny faran’ny herinandro teo…

Raindahiny amin’ny famakiana fiara sy fanendahana ireto jiolahy miisa 11 voasambotry ny polisy ireto. Araka ny fanazavan’ny polisy, mpamaky fiara ny dimy lahy amin’izy ireto ka teny amin’ny faritr’i Nanisana no nahasamborana ny iray tamin’izy ireo. Novakin’ireto jiolahy ireto ny fiaran’olona nipetraka teny Nanisana. Nisy nahatsikaritra anefa ny fihetsik’ireto jiolahy ireto ka nanao tatitra teny amin’ny fokontany ary ireto farany indray avy eo no nampandre ny polisy. Jiolahy iray hafa kosa tratra teny Antaninandro niaraka tamin’ny fitaovana toy ny fanalahidy maroanaka famoahana varavarana fiara. Nilaza ity jiolahy ity nandritra ny fanadihadian’ny polisy fa eny Antaninandro sy Mascar Andravoahangy no tena fanaovany ny asa ratsiny miaraka amin’ireo namany.

Jiolahy telo hafa indray tratra nivarotra bateria halatra teny Behoririka. Tao amin’ny mpampiasa azy ihany no voalaza fa nakan’ireto jiolahy ireto izany. Ny enin-dahy tamin’ireo 11 lahy tratra ireo kosa nifanena tamin’ny polisy nanao fisafoana teny amin’ny Rotsirotsy Andravoahangy rehefa avy nanendaka mpamily sy reseverana taxi-be. Noraisim-potsiny ny efatra raha tratra teo am-pizarana vola teo Andravoahangy ihany ny naman’izy ireo.

Saron’ny polisy ao Tanjombato teny Ankadimbazaha Ifarihy, ny asabotsy teo koa ireo jiolahy efatra malaza ratsy amin’ny sinto-mahery sy fanendahana. Efa nigadra ny roa tamin’ireto jiolahy voasambotra ireto.

Jean Claude

News Mada0 partages

Taolagnaro : voafandriky ny 100 tapitrisa Ar ireo mpangalatra taolam-paty

 Saron’ny zandary tao Taolagnaro ireo dimy voarohirohy nahatrarana taolam-paty milanja 120 kg, ny herinandro lasa teo. Noraisim-potsiny teo am-pikasana hivarotra izany tao amin’ny toerana antsoina hoe Andranarana ireto voarohirohy ireto. Nahazo loharanom-baovao mialoha momba ny fisian’ireto mpanao trafikana taolam-paty ireto ny teo anivon’ny zandary any an-toerana ka nanao ny vela-pandrika avy hatrany. Voafitak’ireo zandary tamin’ny telefaonina ry zalahy ka nihevitra tokoa fa hisy mpividy ireto taolam-paty milanja 120 kg. Mitentina hatrany amin’ny 100 tapitrisa Ar ny fifanarahana atao anatin’ny fandrika nentin’ny mpitandro filaminana nisamborana azy ireo. Tratra avy hatrany ry zalahy taorian’izay. Niaiky izy ireo fa tena mpanao trafikana taolam-paty, saingy tsy fantatra kosa ny fasana nangalana ireto taolan-dava marobe ireto. Hatolotra ny fampanoavana aorian’ny famotorana ireto jiolahy ireto.

Tsy fantatra mihitsy hatreto ny marina momba ity raharaha halatra taolam-paty ity. Raha izao no mitohy tsy hisy taolan-kalevina, araka ny fitenenana intsony satria lasan’ny mpangalatra taolam-paty. Tsy mety voavahan’ny fanjakana mihitsy ny ambadik’ity halatra taolam-paty ity.

J.C

News Mada0 partages

Marary voa avokoa 10%-n’ny olona miditra hopitaly : lafo loatra ka hampidinina ny saran’ny “hémodial...

10%-n’ny olona miditra hopitaly no manana olana amin’ny voa, araka ny fanadihadiana teny amin’ny hopitaly”, hoy ny talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny Fahasalamana sady mpiandraikitra ny sampana mitsabo ny voa ao amin’ny hopitaly Befelatanana, ny profesora Randriamarotia Willy, omaly teny Anosy. Misoko mangina ny aretin’ny voa ka matetika rehefa ny 30%-n’ny asany sisa vitan‘ny voa amin’ny marary iray, ka mitranga ety ivelany ny vokany, vao manatona mpitsabo izy. Fambaran’aretina amin’izany ny fiakaran’ny tosidra ambony, fivontosan’ny tarehy… Ny 50% amin’ny olona manana olana amin’ny voa vokatry ny fiakaran’ny tosidra ambony tsy voatsabo na koa olona efa manana toe-tena diabetika nefa tsy voaara-maso ny fahasalamany. Rehefa simba ny voa, tsy azo averina intsony ka miteraka ny fanaovana ny “hémodialyse” mandra-pahafatiny ho an’ny olona tratry ny “insuffisance renale chronique” IRC. Fitsaboana faharoa koa ny fanoloana ny voa simba amin’ny famindrana voa vaovao avy amin’ny olona hafa. Tsy mbola vita eto amintsika io karazam-pitsaboana faharoa io fa ilaina ny fandehanana any ivelany toy ny any India, Frantsa manatanteraka azy raha mahita mpanome voa mifanaraka aminy ilay marary. Manodidina ny 80 tapitrisa Ar ny saran’ny famindrana voa iray any India miaraka amin’ny saran’ny fijanonan’ilay marary any an-toerana mandritra ny fitsaboana.

 

200 000 Ar ny fanaovana «hémodialyse» iray

Ho an’ny “hémodialyse” eto Madagasikara, eto Antananarivo ny ankamaroan’ny toeram-pitsaboana manao azy. Manana foibe iray koa ny any Toamasina. Eny amin’ny HJR Befelatanana, valo ny fitaovana afaka manao io fitsaboana io, mahazaka marary 32. Miezaka manalefaka ny vidin’ny fanaovana “hémodialyse” ny fanjakana satria manodidina ny 160 000 Ar ka hatramin’ny 200 000 Ar ny vidin’ny “séance” iray.  Tokony hanao “hémodialyse” intelo isan-kerinandro anefa ny marary iray. “Ny vidin’ny kojakoja ampiasaina no tena lafo ka mampidangana ny saran’ny “hémodialyse”, hoy ity profesora ity.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Iadiana amin’ny pesta : hanome 5 tapitrisa dolara ny Banky iraisam-pirenena

Hanome fanampiana 5 tapitrisa dolara ho an’ny fanjakana malagasy ny Banky iraisam-pirenena, entina iadiana amin’ny aretina pesta, araka ny fanazavana azo, omaly. Nandritra ny fivoriana fanaon’ny Banky iraisam-pirenena sy ny tahirim-bola iraisam-pirenena isan-taona tany Washington, nanambara ny minisitry ny Tetibola, Andriambololona Vonintsalama fa mila fanohanana eo amin’ny lafiny vola i Madagasikara hanamafisana ny asa rehetra.

Nanambara ny minisitra fa andraikitry ny fanjakana ny mamatsy vola amin’ny asa sasany ao anatin’ny hetsika iadiana amin’ny pesta na efa vonona manohana hatrany ny OMS sy ny mpiray ombon’antoka hafa. “Ahafahan’ny fanjakana manefa ny vola ilaina hanatanterahana ireo filana maika iadiana amin’ny pesta ny tohana”, hoy ny tomponandraikitra ao amin’ny Banky iraisam-pirenena, Coralie Gevers.

Hotantanin’ny minisiteran’ny Tetibola ny fanampiana ka anisany ny fanakaramana ireo mpiasan’ny fahasalamana mihetsika manatanteraka ny asa eny amin’ny distrika mbola ahitana ny pesta. Eo koa ny olona mandraraka fanafody eny amin’ny sekoly.

Efa nanome tohana koa ny OMS na teo amin’ny fitaovana na momba ny vola. Toy izay koa ny Vondrona eoropeanina ny herinandro lasa teo iadiana amin’ny pesta avokoa izany.

 

Araka ny vaovao farany, distrika 10 mbola nahitana trangana pesta hatramin’izao, araka ny fanazavan’ny minisitry ny Fahasalamana, tany Toamasina. Efa midina ny isan’ny olona marary miditra eny amin’ny hopitaly amin’izao fotoana izao fa mbola mitohy ny fanarahana ny fepetra samihafa.

Nametrahana toeram-pitiliana « mobile » koa any Toamasina iarahana amin’ny Institut pasteur de Madagascar (IPM) mba tsy ho voatery halefa aty Antananarivo ny fitiliana avy amin’ny olona marary fa vita ao an-toerana ihany. Afaka herinandro hiroso amin’ny fisantarana ny taom-pianarana vaovao ny mpianatra, nilaza ny tomponandraikitry ny minisiteran’ny Fahasalamana fa laharam-pahamehana amin’ny fahazoana ny fitaovana (fitsapana hafanana…) samihafa ireo sekoly nahitana trangana pesta.

 Vonjy             

News Mada0 partages

Bel Avenir : nahazo zavamaneno ny foiben’ny kanto

Nivahiny tany amin’ny fikambanana Bel Avenir, any Toliara, ny tanora ao anatin’ny orkesitra Tamarin, avy any La Réunion, tamin’iny herinandro lasa iny. Samy ao anatin’ny tambajotra antsoina hoe Eau de coco izy ireo.

Nanamarika izany fivahiniana izany ny nanoloran’ny avy atsy amin’ny Nosy rahavavy zavamaneno ho an’ny foiben’ny kanto sy ny mozika, an’ny Bel Avenir.

Fa ankoatra ny fitondrana fanampiana, anton-dian’izy ireo koa ny famokarana sanganasa vaovao, miaraka amin’ny Malagasy Marching Band,  tarika mpitsoka mozika, izay sahanin’ny Bel Avenir.  Araka ny tatitry ny tompon’andraikitra, fahombiazana ny fihaonan’ny roa tonta, satria niara-namoaka zava-baovao, mahafinaritra sy manintona, izy ireo. Efa naseho tao amin’ny Vakok’Arts sy tao amin’ny Hôtel Solidaire Mangily izany.

Manampy ireo ny fifanakalozana traikefa sy kolontsaina teo amin’ny roa tonta. Nitsidika ireo sehatra iasan’ny fikambanana Bel Avenir moa ireo tanora 15 avy amin’ny orkesitra Tamarin. Noraisina an-tsary ny fihaonana ka havoaka ho horonantsary fanadihadiana, izay hitondra ny lohateny hoe « Au-delà des notes ».

Taorian’izao, vinavina ny hanamafisana ny fifandraisana eo amin’ny mpikambana amin’ny Eau de coco eto Madagasikara sy ny atsy La Réunion, amin’ny alalan’ny fiofanana, fifanakalozana traikefa, asa iombonana.

Landy R.

 

Ino Vaovao0 partages

TSY FANDRIAMPAHALEMANA : Patiraon’aomby iray maty notifirin’ny dahalo teo amin’ny lohany

Taorian’ny famonoana ny Sefo Fokontany tao Antsanaloky dia patraon’aomby iray koa no lasibatr’ireo dahalo tany an-toerana ny alahady tolak’andro teo.

Araka ny vaovao voaray dia efa nahatsikaritra zavatra hafahafa ity farany mandritra ny fotoana nipetrahany teo ivelan’ny trano fonenany. Nahatazana andian-jiolahy hafahafa teo an-tanàna ny lehilahy ka avy hatrany dia mailo ka niezaka nanavotra aina saingy avy hatrany dia noenjehin’ireo malaso ka notifirin’ny iray tamin’izy ireo teo amin’ny lohany ka lavo. Ny rahalahiny no voalaza fa namany tao an-trano tamin’io fotoana io ka nodarohan’ ireo dahalo ka naratra mafy ihany koa. Taitra ny mponina tao an-toerana raha vao nahare ny poa-basy.

Taorin’izay fitifirana sy fandratrana izay dia rifatra nandositra ireo dahalo. Vory ny fokonolona ary nikoropaka nitondra ilay patiraon’aomby namonjy ny toeram-pitsaboana tao an-tampon-tanànan’i Maintirano. Teo am-panesorana ny bala tao amin’ny lohany dia tapitra ny ain’ity farany, tokony ho tamin’ny 8ora hariva teo. Mbola manaraka fitsaboana ao an-toerana kosa ny rahalahiny ankehitriny, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana.

Hatreto aloha dia mbola tsy fantatra ny tena antony namonoana an’ity lehilahy voalaza fa mpanam-bola ity. Efa eo ampelantanan’ny mpitandro filaminana ao amin’ny renivohitr’i Melaky kosa ny raharaha ankehitriny ary efa moroso amin’ny fikarohana ireo tompon’antoka tamin’ny famonoana izy ireo. Mandry tsy lavo loha ny mponina any amin’ny Kaominina Mafaijijo ankehitriny fa miaina ao anatin’ny fitaintainan-dava izy ireo amin’ny firongatry ny tsy fandriampahalemana any an-toerana.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

AMORON’I MANIA : Malaso miisa enina lavon’ny bala, basy roa tratra teny amin’izy ireo

Vao nampandre ny mpitandro filaminana ireo mponina fa misy an-dian-dahalo mihaodihaody dia nandray ny fitaovam-piadiana izy ireo ka nandena nijery ifotony ny zava-miseho.

Ny Kaompanian’ny zandarimariam-pirenena niampy ny fokonolona no niaraka nirodorodo nisava ny lalan’ireo malaso sy niambina ireo kizo eo amin’ny manodidina. Vao nahita ireo zandary ireo anefa ireto dahalo, izay nanantena ny heriny sy ny tanjany dia nitifitra sy nihantsy ady, ka nanatona azy ireo mihitsy aza.

Tsy nanaiky nolembenana tamin’izany moa ireto zandary ireto izay notarihin’ny Kaomandin’ny Kaompania ary nampiseho fa vonona ny hiaro ny fananan’ny olona voaroba no sady niaro ny tenany rahateo tamin’ny tifitra nataon’ireo dahalo ireo. Raikitra tamin’izany àry ny fifandonana ka teo no nahalavo ireto dahalo enina. Nony nahita ireo namany nitsirara tamin’ny tany ireo malaso ambiny dia nirohotra nitsoaka. Rava tanteraka araka izany ny halatra saika hataon’ireto olon-dratsy ireto.

Ireo dahalo izay voatifitra kosa rehefa natao fizahana dia maty tsy tra-drano avokoa ka sarona teny amin’izy ireo ny basy miisa roa. Ny iray marika Baickal ary ny iray, basy vita gasy. Noraisin’ny fokonolona an-tanana ny fandevenana ireo dahalo namoy ny ainy ireo. Taorian’izay zava-nitranga izay dia nandray fepetra ireo fokonolona sy ny zandary ary mbola mitohy hatramin’izao ny fiambenana ny tanàna.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Tafapetraka amin’ny toerany ireo biraon’ny Antenimieran’ny varotra sy indostria

Miisa 20 mianadahy mianaka izy ireo izay tarihan’ny filohany Mourad Eustratiou.Tamin’ny 21 marsa 2017 no nanaovana ny fifidianana ary avy hatrany dia efa nandray andraikitra ireto mpitantana vaovao ireto, ka anisany laharam-pahamehana tamin’izany ny fanatonana sy firesahana mivantana tamin’ireo olona mampiasa ny fananan’ny Antenimieran’ny varotra sy indostria eto Mahajanga. Teo ihany koa ny fanamboarana ireo fotodrafitrasa mba hampitombo ny fidiram-bola hahafahana mampandeha ny manatsara ny asa.

Raha nandray anjara fitenenana ny filoha vaovao dia nanambara fa vonona hatrany ny hiara-hiasa ny amin’ny fiarovana ny tombontsoan’ny mpandraharaha ato anatin’ny Faritr’i Boeny ary horaisinay adidy, hoy izy ny fandraisana anjara amin’ny fampandrosoana ny tanàna.

Ny tanjona araka izany dia ny hampiakatra avo ny lanjan’ity Antenimeran’ny varotra sy indostria eto Mahajanga ity, mandritra ny efatra taona hitantanana. Tonga nanome voninahitra ity lanonana ity moa ny Talen’ny Kabinetran’ny minisiteran’nyVarotra sy ny Indostria, ny lehiben’ny Faritra Boeny, ny sekretera jeneralin’ny Prefektiora ary ny sekretera jeneralin’ny ben’ny tanànan’i Mahajanga voalohany.

Anja Robert.

Ino Vaovao0 partages

PARLEMANTERA FARITRA SAVA : Zazalahy 13 taona sy zazavavy 14 taona no hisolo vava ireo ankizy

Ny sabotsy tolakandro teo no nanatanterahana izany ary tamin’io ihany koa ny fametrahana an’i Francklin Emmanuel Josoa sy Tera Marie Carole tamin’ny fomba ofisialy, izay notontosaina tao an-tampon-tanànan’i Sambava.

Mpianatra ao amin’ny sekoly, Ceg Antanifotsy ny zazalahy ary lany tamin’ ny salanisa 58%, ilay vavy kely kosa nahazo vato 64% tamin’ny fihodinana faharoa.  Mpianatra avy ao amin’ny sekoly Katolika Jean Wolf i Tera Marie Carole. Fantatra fa roa no anjaran’ny Faritra tsirairay manerana ny Nosy, efatra kosa ho an’ny faritany.

Ireo ankizy voafidy no hisolo vava ireo zaza any amin’ny Faritra ao anatin’ny 2 taona, izany hoe mandritra ny fotoana hitondrany. Ny ankizy latsaky ny 18 taona no nahazo nandray anjara tamin’ny fifidinana ary roa isan-tsekoly na miankina izany na tsy miankina. Voalaza fa ny sampan-draharahan’ny mponina no nikarakara ity fifidianana Parlemanta ho ny ankizy eto Madagasikara ity. 

Pounie  

News Mada0 partages

Mpanao asa tanana, Landymampianina : « Tsy ampy ny akora landy, mila vola ny fanitarana izany »

Ny Landymampianina, isan’ny mpanao asa tanana malagasy mitrandraka landy, manomboka amin’ny fiompiana izany, fanodinana azy, hatrany amin’ny varotra. Mitondra fanazavana momba izany lalam-pihariana izany Razafiarisoa Albertine na i Neny Arisoa ny fahafantaran’ny maro azy, manana tranoheva ao amin’ny Cenam 67 ha. Resaka nifanaovany tamin’ny gazety Taratra.

*Gazety Taratra : Karazany maro ny vokatry ny asa tanana vita avy amin’ny landy. Azonao fintinina ve ny fandehan’ny asanareo ato amin’ny Landymampianina ?

-Neny Arisoa : Tsy mivarotra fotsiny ny ataonay fa manomboka any amin’ny fambolena voaroihazo fiompiana landy, hatrany amin’ny manenona izany. Izany hoe, avadika ho lamba fitafy, poketra, satroka, kiraro, sns.

*Mandeha tsara ve ny vokatra avy amin’ny landy ?

-Azo lazaina fa tsy ampy aza, raha manaja ny kalitao takin’ny mpanjifa. Tsy ampy ny akora fototra avy amin’io landy io, mila vola anefa ny fanitarana izany, hividianana tany sy fampiasana olona. Mahavita 50 isam-bolana amin’ny lamba fitafy ato aminay, mandray famandrihana ihany koa, araka izay tadiavin’ny mpanjifa.

*Misy vanim-potoana ve mampandeha ny tsena sa mitovitovy ny fanjifana mandavantaona, ary iza ny tena mpanjifa ny vokatra ?

-Fotoana fiakaran’ny tsena amin’ny fararano sy ny fetin’ny reny. Ahitana ny maha izy anay, ny tena vita Malagasy, izany. Malagasy rahateo ny maro anisa amin’ny mpanjifa, eo amin’ny 10 % eo ho eo ny vahiny sy ny mpizahatany. Ao ireo mividy ambongadiny, mandefa azy any amin’ny faritra eto amin’ny Nosy sy manondrana ny vokatra any ivelany.

*Ny mampiavaka izany hoe Landymampianina izany amin’ny fanaovana asa tanana ?

-Mpikambana amin’ny vehivavy mpandraharaha mpanao asa tanana izahay ; mifototra manokana amin’ny landy ary mampiseho ny maha izy anay amin’io karazam-bokatra io. Mandray anjara amin’ireo karazana fampisehoana na foara isan-karazany koa izahay, toy ny amin’izao fandalovan’ny Malagasy any am-pielezana izao. Tanjona ny hahafantarana bebe kokoa ny momba anay.

*Ny azonao ambara momba ny asa tanana eto amintsika ?

-Tsara ny mahay asa tanana, ary mahavelona rehefa ifotorana. 25 taona niasana amin’ny fanaovana landy aho izao, ao koa ireo mpiara-miasa amiko, manomboka any amin’ny fambolena, fiompiana, manenona hatrany amin’ny varotra.

Resaka nifanaovana tamin’i R.Mathieu

News Mada0 partages

Banque : la BOA mise sur les investissements

Ce fut dans un débat animé que s’est déroulé le «Diaspora et Business : le temps des opportunités»,  organisé au village Voara Andohatapenaka, samedi dernier, dans le  cadre du forum de la diaspora. La rencontre a réuni plusieurs membres du secteur privé qui ont présenté les opportunités d’affaires à Madagascar.

Pour sa part, Vololomanitra Rakotondralambo, directeur général adjoint de la Bank of Africa, a présenté les accompagnements et les offres proposés par la banque en faveur des ressortissants malgaches résidant à l’étranger, ayant des projets d’investissement à Madagascar.

«La Bank of Africa soutient ce dynamisme des ressortissants malgaches résidant à l’étranger à lancer des activités à Madagascar. Cela à travers la facilitation des transferts de service et d’argent», a-t-elle affirmé.  Celle-ci de poursuivre que «Les rencontres B2B organisées durant ce forum ont permis de voir que des membres de la diaspora sont prêts à investir à Madagascar. Certains sont encore réticents en raison du contexte politique dans le pays. Quoi qu’il en soit, plusieurs opportunités sont à saisir à Madagascar».

R.R.

 

News Mada0 partages

Fiba 3×3-Afrique : la sélection malgache en outsider

Dans la cour des grands, Madagascar fait partie des 12 pays africains en lice à la première édition de la Fiba 3×3 Africa Cup, du 3 au 5 novembre, à Lomé (Togo).

A peine arrivée dimanche à Lomé, la sélection nationale malgache n’a pas chômé car, hier, la bande à Fabrice Constant Mandimbison s’est rendue sur le terrain de l’entraînement. C’était également l’occasion pour les Malgaches de jauger un peu le climat et d’observer en même temps les adversaires.

Pour le chef de la délégation et non moins ancienne star du basket-ball malgache, Rina Randrianarisoa, Madagascar pourrait créer la surprise. «Pour cette première édition de la coupe d’Afrique, les favoris restent les grands noms du basket africain dont le Nigéria, l’Egypte, le Mali ou encore la Côte d’Ivoire», a-t-il souligné.

«Quant à la sélection nationale malgache, elle est considérée comme le challenger et dans ce sens, l’équipe surprise de cette joute africaine. Ce qui pourrait être un avantage pour nous», a-t-il poursuivi. D’ ailleurs, comme il s’agit de compétition à trois, les grands pays du basket à cinq ne sont pas forcément classés dans le rang des favoris. Ce qui nous permet de rêver.

Jeu rapide

Face à des adversaires de grande taille que sont les Africains, les joueurs malgaches pourront-ils tirer leur épingle du jeu ? Pour Rina Randrianarisoa, rien n’est impossible. «En tout cas, nous avons essayé de renforcer notre système défensif, tout d’abord. Et nous allons aussi entreprendre des jeux rapides axés sur les tirs», a-t-il expliqué.

A quelques jours du début de la compétition, le staff technique n’a pas encore tranché sur les trois premiers rentrants parmi les quatre sélectionnés. «Tous les joueurs sont sur le même pied d’égalité. Autrement dit, nous n’avons pas des titulaires permanents. La composition de l’équipe change suivant la situation», a-t-il fait savoir.

Naisa

 

News Mada0 partages

Natation-Junior : Madagascar à l’Open Water Swim de Maurice

La première édition de l’Open Water Swim juniors de la Confédération africaine de natation amateurs (Cana), qui aura lieu à Maurice les 2 et 3 décembre, n’attire pas la foule. Alors que les organisateurs ont espéré la présence massive des nageurs des pays de la Zone IV, au final, seuls quatre pays se sont engagés. Il s’agit du pays hôte, Maurice, de l’Afrique du Sud et Madagascar.

A cette occasion, le camp malgache alignera sur les plots quatre nageurs. Toutefois, d’après les informations reçues,  il s’agit des nageurs malgaches résidant  à l’île Maurice. Et les organisateurs expliquent ce choix en arguant que cette décision a été prise avant même la propagation de l’épidémie de la peste au pays.

Avec huit nageurs sur les plots, Maurice aura le plus grand nombre de participants, suivie de la Grande île tandis que le pays arc en ciel et l’Angola enverront chacun un nageur.

Naisa

 

News Mada0 partages

Tsiavaliky Célestin : « Mila ovaina ny rafitra « 

« Tsy manova na inona na inona na kitihina na tsia ny lalàmpanorenana, raha tsy miova ny rafitra ifampitondrantsika. Tokony hanaovana fitsapan-kevi-bahoaka ny hoe: hotohizantsika ve izao rafitra ifampitondrantsika izao sa hohavaozintsika? Izay aloha no tadiavina. »

Izay ny fanehoan-kevitry ny mpampianatra mpikaroka, ny Pr Tsiavaliky Célestin, manoloana ny adihevitra ny amin’ny tokony hanaovana fanitsiana ny lalàmpanorenana na tsia. Raha lanintsika ny hoe hotohizana izao rafitra ifampitondrantsika izao, tsy ilaina akory na ny fifidianana aza: mandany vola sy andro.

Raha hanova rafitra hahasoa antsika isika, sahaza amin’izao vaninandro izao: mila ovaina aloha ny rafitra rehetra mba hananantsika rafitra fifampitondrana vaovao, araka ny fanazavany. Izay vao haroso ny fifidianana.

« Tsy mety amintsika ny fifidianana filoham-pirenena avy hatrany », hoy izy. Tokony ho ny rafitra avy aty ambany no hiaingana amin’ny fanatanterahana fifidianana: ny fokontany aloha, izay vao miakatra. Inona ny vokatry ny fifidianana filoham-pirenena mialoha hatrany? Ny teo ihany no eo…

Tsy ny fihamehana handresy amin’ny fifidianana ve izao mampihazakaza ny mpitondra hanitsy ny lalàmpanorenana izao?

R. Nd.

News Mada0 partages

Festival du cinéma espagnol : cinq films au programme

La deuxième édition du festival du cinéma espagnol se tiendra du 2 au 10 novembre dans la capitale. Selon le communiqué relatif à cet évènement, cinq films de qualité seront mis à l’honneur.

Depuis l’année dernière, le consulat honoraire de l’Espagne est soutenu par l’ambassade d’Espagne à Pretoria pour organiser un grand festival du cinéma à Madagascar. L’objectif est de rapprocher davantage les deux pays et surtout de promouvoir la culture et la langue espagnoles.

D’après les informations reçues, cinq films de qualité, ayant eu des récompenses dans divers concours internationaux seront à l’affiche. Il y en a qui relate la maladie d’Alzheimer, d’autres se penchent  surtout sur la protection des animaux ou encore racontent  une mémoire historique.

Des projections dans diverses écoles

Si en 2016 le festival s’est tenu à l’université d’Antananarivo, cette année, il aura lieu dans plusieurs sites de la capitale, à savoir,  l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely,  l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) Andavamamba, ou encore dans d’autres grands lycées. En effet, les jeunes sont surtout les premières cibles du festival. Notons que les films seront diffusés en version originale, c’est-à-dire, en espagnol. Ce sera donc une opportunité de pratiques, surtout pour les apprenants de la langue espagnole.

L’ouverture officielle se tiendra le 2 novembre  à l’IFM, avec  la projection du film de David Trueba intitulé «Vivre est facile avec les yeux fermés». Et après chaque émission, les organisateurs proposent une séance de présentation du film projeté.

Le consul honoraire espagnol offre en outre un atelier de bande dessinée, le 8 novembre, à l’AFT. Il sera réservé aux enfants bénéficiaires des projets sociaux issus de plusieurs associations locales.

Holy Danielle

Le programme du festival

Jeudi 2 novembre

«Vivre C’est Facile Avec Les Yeux Fermes»

19h00 – Institut français de Madagascar

Vendredi 3 novembre

«La Tête en l’air»

19h00 – Institut français de Madagascar

Samedi 4 novembre

«Dans Ses Yeux»

19h00 – Institut français de Madagascar

Mardi 7 novembre

«El Cuento Chino»

14h00 –Lycée Jules Ferry Faravohitra

Mercredi 8 novembre

«Copito De Nieve, Le Gorille Blanc»

14h00 – Institut français de Madagascar

«El Cuento Chino»

14h00 – Lycée Jules Ferry Faravohitra

«El Cuento Chino»

14h00 – Lycée JJ Rabearivelo Analakely

Jeudi 9 novembre

«El Cuento Chino»

14h00 –Lycée Gallieni Andohalo

«El Cuento Chino»

17h00 – Lycée français d’Antananarivo

Vendredi 10 novembre

«El Cuento Chino»

14h00 –Ecole Peter Pan

 

News Mada0 partages

Insuffisance rénale : le coût de l’hémodialyse amorti

Une bonne partie des patients souffrant d’insuffisance rénale chronique (IRC) est laissée à leur sort faute de moyens pour s’offrir un traitement adéquat, qui n’est pas à la portée de toutes les bourses. Une initiative visant à inverser cette tendance est actuellement sur les rails.

Une lueur d’espoir. Coûtant les yeux de la tête depuis des années, le coût de l’hémodialyse, le seul traitement possible de l’IRC, sera révisé à la baisse. «Avec cette initiative, visant à rendre ce traitement accessible pour la majorité des patients, une séance d’hémodialyse coûtera entre 160.000 et 200.000 ariary», a informé le chef de Service  néphrologie au sein du Centre hospitalier universitaire Joseph Raseta Befelatanana (CHU-JRB) et non moins directeur de Cabinet du ministère de la Santé, le Pr. Willy Randriamarotia, lors d’une rencontre avec la presse à Anosy, hier.

Le traitement se situait entre 200.000 et 250.000 ariary par séance auparavant. Et à raison de trois séances par mois , le coût varie de 2.400.000 à 3.000.000 ariary. «Ce sont les tarifs exorbitants des consommables qui expliquent la cherté de l’hémodialyse», a souligné notre source. Le fait que la quasi-totalité des centres de traitement se trouve dans la capitale ne fait qu’augmenter les dépenses des patients issus des provinces. Sachant que seule la ville de Toamasina en possède un.

Phase terminale

D’après les résultats d’une enquête menée au sein de quelques centres de santé dans le pays, 10% des malades hospitalisés présentent des problèmes rénaux. Et cette maladie n’est détectée dans plus de 90% des cas qu’en phase terminale faute d’avoir accéder à l’hôpital  au moment opportun. «La maladie évolue de manière silencieuse, c’est pourquoi une bonne partie des malades ne viennent se faire consulter que lorsque les symptômes se manifestent.

Mais à ce moment-là, il est déjà trop tard puisque la maladie se trouve à un stade avancé, où les reins n’arrivent plus à assumer que 30% de leurs fonctions», a informé le Pr. Willy Randriamarotia. Raison pour laquelle ce spécialiste  ne cesse de sensibiliser la population à prioriser la prévention. Sachant que 50% des patients souffrant d’IRC sont composés de personnes hypertendues ou diabétiques qui ne suivent pas de traitements adéquats.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Barrages sanitaires : remis en cause par l’OMS

« Il faut dire que les barrages sanitaires ne font pas partie des stratégies que l’organisation mondiale de la Santé a recommandé », a indiqué le Chargé de programme prévention et lutte contre les maladies de cette organisation onusienne, le docteur Lamina Arthur Rakotonjanabelo, au cours de son intervention hier sur la radio Alliance92.

De souligner par la suite que cela ne veut pas dire qu’ils n’ont aucun sens. Mais, compte tenu des résultats obtenus à travers ces installations et comparés à tous les efforts investis dans leur mise en place, sans parler des perturbations qu’ils engendrent, le rapport est vraiment dérisoire. «La seule stratégie qui est vraiment efficace pour rompre la chaîne de transmission de l’épidémie, c’est d’aller détecter précocement les cas, de suivre et protéger ensuite tous les contacts», a-t-il fait savoir.

Rester toujours vigilant

Malgré l’amélioration de la situation, le docteur Lamina Arthur Rakotonjanabelo a recommandé qu’il faut toujours rester vigilant, du moins durant la saison de la peste, allant du mois de septembre jusqu’au mois d’avril pour le cas de la Grande île.

Pour ce faire, il faut d’abord intensifier la lutte contre les vecteurs de la peste que le sont les rats et les puces. De renforcer en second lieu ou à défaut, de maintenir les efforts déployés relatifs au «Contact tracing», même s’il ne s’agit qu’un cas suspect.

Et pour terminer, ne pas mystifier ni trop dramatiser la peste, «Car c’est une maladie totalement guérissable. Et le seul moyen d’arrêter l’épidémie, c’est d’aller consulter les centres de santé en cas de suspicion», a-t-il conclu.

Sera R

 

News Mada0 partages

La diaspora de la Réunion à la rescousse

La Fédération des entités œuvrant pour Madagascar (Feo) de l’île de la Réunion a fait une donation de plus de 9 000 couvertures et des équipements de protection individuelle (cache-bouche) à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA). «C’est la réponse dans l’immédiat de la diaspora malgache à la Réunion, suite à un appel que nous avons lancé sur les réseaux sociaux », a indiqué le président de cette fédération, Mpanarivo Rakotoarimanana, samedi dernier au village Voara d’ Andohatapenaka, en marge du forum de la diaspora malgache.

D’après la CUA, 345 couvertures et des cache-bouche seront distribuées aux malades encore sous traitement dans la municipalité d’Antananarivo et 600 pour la commune urbaine de Toamasina.

Sera R

News Mada0 partages

Milieu rural : les motos indispensables

La moto est un moyen de locomotion indispensable de nos jours, en particulier en milieu rural où le mauvais état des routes n’est plus à commenter. « Presque tout le monde a remplacé les bicyclettes par les motos  dans notre circonscription. En ce moment où la vie va au pas de course, cet engin est plus qu’indispensable chez nous. Une situation dictée par le mauvais état des routes et aussi le gain de temps », a indiqué l’adjoint au maire de la commune rurale d’Ankadinondry Sakay (Bongolava). Selon ce dernier, ce phénomène a commencé de prendre l’ampleur en 2008.

A Ankadinondry Sakay, la location d’une moto fait bien vivre son homme à raison de 25 000 ariary pour un parcours de 25 km, soit 1 000 ariary par kilomètre. Les principaux clients sont les chercheurs d’or et de pierres précieuses et les grossistes en bovidés. Mais on a aussi recours aux deux-roues lors d’une évacuation sanitaire d’urgence ou encore le pistage des bovidés volés, avec le concours de la gendarmerie.

Sera R

 

News Mada0 partages

Menabe : saisie de pêche illégale à Morondava

Les autorités locales prennent au sérieux la préservation des ressources halieutiques dans la région Menabe. Des produits ont ainsi été saisis suite à l’infraction commise lors de la période de fermeture de la pêche décrétée dans la circonscription.

La Direction régionale de la pêche et des ressources halieutiques du Menabe a saisi 200 kilogrammes de poissons d’eau douce sur des collecteurs, dans la nuit du 27 octobre, sur la route reliant le district de Belo-Sur-Tsiribihina à Morondava. Les récalcitrants se sont approvisionnés auprès des pêcheurs du lac Kimanomby, d’après les explications du directeur régional de la pêche et des ressources halieutiques, Tahirihasina Andrianoelina, qui a révélé en avoir été informé grâce à la collaboration des communautés de base (Vondron’olona ifotony) constituées elles-mêmes de pêcheurs.

Prendre conscience

Les sensibilisations menées auprès de la population ont donc porté leurs fruits, a-t-il constaté, puisque les communautés des pêcheurs, conscientes de l’importance de la fermeture de la pêche pour leur profession, ne se laissent plus appâter par le gain et dénoncent les infractions commises dans leur circonscription pour préserver leur stock de ressources hallieutiques.

Il a été rappelé que la pêche, les transactions portant sur les produits ainsi que leur circulation constituent des infractions en période de fermeture de la pêche dans la zone concernée par la mesure. Ces dispositions sont prises en fonction des périodes de pontes des ressources halieutiques de chaque région afin de régénérer les stocks naturels.

L’entorse à l’arrêté régional ordonnant la fermeture de la pêche est donc passible de sanctions pouvant être judiciaires si nécessaires. Ce lot de poissons a été alors saisi par les autorités et affecté aux services sociaux locaux qui l’ont distribué à un établissement de scolarisation des enfants sourds-muets, à l’hôpital et à la Maison d’arrêt de la ville de Morondava.

Manou

 

News Mada0 partages

Tanjombato : 4 bandits arrêtés

Des malfaiteurs sèment la terreur dans la localité de Tanjombato. En fait, dans la nuit de samedi dernier, vers 21 heures, 4 voleurs à la tire ont été capturés par les éléments du Commissariat central de Tanjombato, à Ankadimbazimba Ifarihy grâce aux informations fournies par les habitants.

Depuis quelques jours à l’arrêt de bus de la localité, des gens malfamés prennent pour cible les passants qui rentrent tard le soir. Sans scrupule et avec une brutalité inouïe, ils attaquent leurs victimes en arrachant les objets de valeur comme les téléphones portables et sommes d’argent. Récemment, une dame qui s’est fait voler 400 mille ariary a reconnu l’un des bandits, un ancien camarade de classe et a tout de suite informé   le Commissariat central de Tanjombato.

Suite aux enquêtes menées la nuit-même de l’attaque, les policiers accompagnés des victimes ont intercepté un bande de jeunes garçons au nombre de 8 qui se promenaient dans la nuit en direction du By-pass, à Ankadimbazimba. Une course-poursuite a été engagée qui a abouti à l’arrestation de 4 individus. Les 4 autres ont réussi à prendre la fuite.

Après les interrogations, les bandits ont avoué leur manière de procéder. Habitants d’Ifarihy Ouest, ils opèrent par groupe de 8 individus pour  faire leur sale besogne particulièrement dans les alentours d’Ifarihy Est. Selon les explications, la totalité des objets volés n’ont pas été retrouvés.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

La politique en bref

Nécrologie

Deux grandes personnalités viennent de tirer leur révérence. Le grand Chancelier de Madagascar Etienne Ralitera est décédé hier à l’âge de 79 ans. Tout comme l’ancienne député et militante des droits de l’Homme Mathilde Rabary, la mère de l’actuel ministre de l’Education nationale Paul Rabary.

Concours de débat :

Le dernier délai de dépôt de candidature pour le concours de débat parlementaire ouvert (DPO) s’adressant aux jeunes et les députés de Madagascar, est fixé pour le 31 octobre. Pour y participer, il faudrait envoyer un mail à liberty32.madagascar@gmail.com et répondre à moins de 250 mots en malgache, à la question, «Pourquoi voulez-vous participer à cet évènement ?». Le concours est conjointement organisé par la fondation Friedrich Ebert, la délégation de l’Union européenne, l’Assemblée nationale et Libert32.

Turquie

L’ambassadeur de la Turquie à Madagascar, en fin de contrat, a été reçu par le président de la République, dans la matinée de ce 30 octobre à Iavoloha. Ce dernier n’a pas manqué de souligner que la relation commerciale entre les deux pays avoisinait les 60 millions de dollars en 2016.

 

News Mada0 partages

Chronique : un an avant le rendez-vous

Le 1er Novembre 2018 le peuple entre en période de campagne électorale. La population se désintéresse dit-on de la politique, elle a fini de croire au miracle. Mais les gens n’en restent pas moins des êtres humains, et quelque part chacun essaie de s’accrocher aux branches, pensant secrètement avec un soupçon d’espoir : sait-on jamais ! Pourquoi pas après tout ? Tout simplement parce qu’il y a trop à faire, rien qu’à voir ce qui apparait. Même un Monsieur Miracle se lasserait avant de s’être mis à la tâche ne sachant quel bout prendre. Ce qui n’empêchera pas vaniteux et avides à être nombreux à se bousculer au portillon. Il n’est pas exclu que le spectacle d’une simple bousculade ne fasse qu’un bide, et que le public ne s’en désintéresse. Un moindre risque en rapport au danger que provoquerait par une frustration ayant pour raison un rendez-vous faussé.

Quelles que soient les raisons avancées en justification d’un renvoi de ce rendez-vous, la population y trouvera prétexte pour exploser afin de cracher son venin en y accumulant tous les malheurs qu’on lui fait supporter, et toutes les couleuvres qu’on lui a fait avaler. Plus tôt on l’informera d’un éventuel retard, plus de temps l’opinion disposera pour se forger une détermination à riposter contre ce qu’on lui aura appris à reconnaitre de tentative d’escroquerie une prolongation de mandat hors des délais.

D’un autre côté, les gens d’en bas se félicitent d’avance de cette période. S’ils ne se font aucune illusion sur les fêtes de cette année et ne s’en soucient presque pas, ils se consolent en ayant la tête dans celles de l’année prochaine, la pêche promet d’être bonne. Jamais encore l’argent n’aura coulé à flots comme ce qui s’annonce pour les prochaines élections. Les gens s’y préparent autant que les candidats de tous bords. Seulement la population a évolué et appris d’elle-même à en tirer des leçons. La pauvreté ne lui permet certes pas de dédaigner les petits cadeaux et dons, mais elle sait que ce n’est pas pour entretenir une quelconque amitié, c’est simplement pour acheter des suffrages à vil prix. Les gens en mesurent le mépris à leur égard. Il leur reste une question : lequel parmi « ces généreux d’un jour » pourrait être le moins dangereux, celui qui paie le moins ou celui qui paie le plus ? Comme la formule est rentrée dans les us, on fait encore moins crédit à celui qui tente de passer à l’as, un resquilleur.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : resy tsy niady

Mailaka toy izany ny sampam-pitondrana mamoaka fepetra mandrara fihetsiketsehana an-dalambe, na inona na inona antony. Misy tranga tsy sahy sakanana na tsy ifanafenana intsony aza ny fahasahiranana aterany eo amin’ny fifamoivoizana efa mampikolay ny rehetra ary lazain’ny tompon’andraikitra anaovany ezaka ahitana vahaolana. Dia mbola ny sarety sy posy ary ireo kalesa maro karazana no anton-dresaka. Mitombo an’isa izy ireo ary miitatra hatrany ny fahafahany andika ny fepetra mandamina ny fifamoivoizana. Mampitsetra matetika ny fahitana an’ireo zatovo mipatrapatraka atsembohana eo am-pitaritaritana na am-panosehana an’ireny sarety sy posy diso mazefatra nohon’ny lanjan’ny entana nafatratra ho tanteriny indray mandeha. Na izay aza amin’ny alalan’ny adidy fitsinjovana ny zo sy ny haja nohon’ny maha olona, dia tsy efan’ireo sampam-pitondrana samy hafa.

Mila fahasahina ny famerenana amin’ny laoniny an’izany baranahana rehetra izany. Tsy vitan’olona kery sahy. Tsy ny mpampandotso moa no vitsy, rehefa mikasika vahoaka madinika dia maro no miseho ho loha-laharana mikasika ny fiarovana ny zon’ny madinika raha tsy manelingelina azy. Momban’ity raharaha ity dia ny zavatra lanjalanjaina dia ny fandaminana fanatsarana ny fiarahamonina sy ny tombotsoan’olom-bitsy. Toa mandeha ho azy ny safidy raha toy izany ny fametrahana ny fanontaniana. Tsy arakarak’izay anefa ny fanomezana valiny fa asarotan’ny fandosirana andraikitra nohon’ny fahatahorana fandraisana fepetra enjana ampiharina amina fomba entitra. Ny fiitatr’io toe-draharaha io anefa dia mitory fihemorana, izany hoe mifanipaka amin’ny tanjona voalaza dia ny fampandrosona. Toerana voafaritra no nazaho nizoran’ny fiara tarihan’ny olona na tarihan’ny biby. Rava tsikekikely anefa ny fefin’izany faritra izany nanomboka tamin’ny Tetezamita, amin’izao fotoana izao dia tsy misy faritra voarara intsony. Nohon’ny fitanilan’ny fitantanana, andaniny mahery vaika rehefa tranga manahirana ny fitondrana, mareforefo rehefa tsy mikasika azy mivantana na tazana izao aza fa manelingelina ny fiarahamonina, rehefa ela ny ela mirona any amin’ny fihoaram-pefy ny mponina ary efa tazana mandidona etsy sy eroa ny fikomikomiana. Mila tsy ho toa-teny ny fanjakana, ary mitady anohatra ny mpitandro filaminana izay voalazany heri-pamoretana ny vahoaka. Hitsikitsika tsy mandihadiha foana fa ao raha.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Fabrice Delannoy : les femmes à l’honneur

Au mois de février dans le hall de l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina, le photographe Fabrice Delannoy a sélectionné ses meilleures collections  prises durant les dix dernières années. Cette fois, plus précisément du 1er au 15 novembre au même endroit, il revient sur le devant de la scène en mettant les femmes à l’honneur. Le vernissage se tiendra, le 2 novembre.

Autodidacte, Fabrice Delannoy a toujours préféré présenter ses œuvres avec toute leur authenticité. «Je ne fais aucune retouche à mes clichés. Je les expose tels qu’ils sont. Par ailleurs, pour avoir de meilleurs rendus, j’opte pour des papiers particuliers sur lesquels je les imprime», a expliqué l’artiste à chaque fois qu’il donne une exposition. Cette fois-ci, il présentera des scènes de vie des femmes malgaches de diverses régions.

Holy Danielle

Tia Tanindranaza0 partages

Nirefodrefotra ny basy teny Anosibe“Cash point” iray voatafika

Toerana fanakalozana vola amin’ny alalan’ny finday na “Cash point” iray no notafihin’ny jiolahy mirongo basy teny Anosibe teo ampitan’ny farmasia omaly tokony ho tamin’ny 11 ora antoandro.

 

Tsy nisalasala ireo olon-dratsy miisa telo nirongo fiadiana mahery vaika nanafika ka lehilahy 2 no naratra mafy voatifitra ary voatery naiditra hopitaly noho ny tifitra nahazo azy. Miady amin’ny fahafatesana izy ireo, raha ny vaovao farany azo omaly. Nanao tifi-danitra ireo jiolahy, ka ny roa niditra tao anatin’ilay “cash point” ary ny 1 kosa niandry tety ivelany. Niezaka nanohitra ireo roalahy, ka nandritra izany no nitifiran’ilay olon-dratsy azy ireo teo amin’ny tratrany sy ny tendany. Tsy nahatohitra izy ireo noho ny ratra mafy nahazo azy, ka dia lasan’ireo jiolahy avokoa ny vola rehetra. Natahotra avokoa kosa ny olona, ka tsy nisy sahy nikofoka satria sady nandrahona tamin’ny basy ireo olon-dratsy no nilaza hoe: “Malagasy mila vola, izay sahy manatona”. Raha ny fanazavan’ireo olona teny an-toerana moa dia efa fanindroany izay ity toeram-panakalozam-bola amin’ny alalan’ny finday ity no voatafika. Ora iray taty aoriana kosa vao tonga nijery ny zava-nisy ny polisy, hoy hatrany ireo olona teny an-toerana. Tsy mifidy andro sy alina intsony ny fanafihana mitam-piadiana eto amintsika. Aiza ho aiza ny fampanantenan’ny fanjakana tamin’ny alalan’ny praiminisitra Solonandrasana Olivier volana vitsivitsy izay hoe: afaka roa volana farafahakeliny dia hahita vokatra azo tsapain-tanana momba ny fisian’ny fandriampahalemana isika ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jiolahy 11 voasambotraTsy ampy taona ny efatra

11 lahy no voasambotry ny polisin’ny boriborintany fahatelo Antaninandro amin'ny resaka famakiana fiara sy fanendahana.

 5 no mpamaky fiara tratra ka ny iray dia voasambotra teny amin'ny faritry Nanisana. Fiaran'olona nipetraka teny an-toerana no novakiany. Nisy nahatsikaritra ny fihetsika ka nanao tatitra teny amin'ny fokontany ary ireto farany avy eo no nampandre ny polisy eny an-toerana ka nalaina tany amin'ny trano fonenany teny Nanisana ihany. Ny iray hafa kosa teny amin'ny Jovena Antaninandro niaraka amin'ny fitaovana toy ny lakile famohana varavarana fiara ary voasambotra teny Ankadifotsy. Eny amin'ny manodidina ny Jovenna Antaninandro sy Mascar moa no nolazainy fa toerana fanaovany ny asa ratsiny. Ny telo lahy farany dia tratra nivarotra bateria halatra teny Behoririka. Ny fanadihadiana azy ireo no nahafantarana fa nalain’izy ireo ny bateria an 'ny fiara mpampiasa azy ka namidin’izy ireo. Ny enin-dahy tamin'ilay 11 lahy vosambotra kosa dia nifanena tamin'ny polisy nanao fisafoana teny amin'ny Rotsirotsy Andravoahangy rehefa avy nanendaka mpamily sy ny reseverany. Efatra no voasambotra teo no ho eo fa ireo indray avy eo no nanoro ny namany izay tra-tehaka teo am-pizaram-bola teo Andravoahangy ihany. Miisa efatra ny tsy ampy taona amin'izy ireo, raha ny fampitam-baovao hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly tsy miankinaNisy efa nanomboka nianatra omaly

Na dia sekoly tsy miankina vitsy teto an-drenivohitra ihany aza omaly no nanokatra ny varavarany mba handraisana mpianatra taorian’ny nanambarany fa tsy hanaraka ny fanapahan-kevitry noraisin’ny DNELM izy ireo dia roso hatrany ny diany fa tsy nihemotra.

Rtoa Mihaja, Renim-pianakaviana niteraka roa :Ny ahy ny zanako lahimatoa no mpianatry ny sekoly katôlika. Efa tamin’ny herinandro izy no nianatra noho ny fepetra noraisin’ny sekoly. Fepetra noraisiko  araka izany ny famporosihina azy mba hanasa tanana foana dia tsy hividividy hani-masaka tsy azo antoka eny amoron’arabe.  Nafarko mafy ihany koa mba tsy hanafin’aretina raha sanatria ka misy marary azy.

Rtoa Fanja, Renim-pianakaviana niteraka telo : Ny anay  efa tamin’ny herinandro izy telo mianadahy no nianatra. Tsy dia hitako loatra izay fepetra noraisina enti-miady amin’ny pesta. Ny hany hafatry ny sekoly dia tsy azo alefa mianatra izy ireo raha vantany vao tsy salamalama. Na izany aza mbola tsy  nisy naninona izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa Lazan’i BetsileoBokan-trosa 2,6 miliara ariary

5 volana teo ho eo no nametrahana ny mpitantana vaovao eo anivon’ny orinasa mpamokatra divay “Lazan’i Betsileo” any Fianarantsoa noho ny olana teo amin’ny fitantanana teo aloha,

 ka bokan-trosa manodidina ny 2,6 miliara ariary. Misy vondron’olona atao fitaovana hanoherana fanarenana sy ny fitantanana ankehitriny, ka tonga hatrany amin’ny resaka fanesorana ireo mpitantana vaovao ny raharaha, raha ny fanazavan’ny tale jeneraly vaovao Lydia Raharinirina. Tao ho ao dia betsaka ny fanodikondinana ny hevitry ny mpamboly na vondrombondron’ny mpiasa, ka hanaovako antso avo ho an’ireo mpamboly, fa raha tiana ny hanarina sy hanavotana ary ny hahafahana mamerina ny orinasa amin’ny ara-dalàna dia aoka tsy ho tonga amin’ny hevitry ny sasany satria tsy maintsy hatao ny fanadiovana ny orinasa, izay vao afaka mampiditra ny volany ao ny olona mitondra ny vola, hoy izy. Izay no zavatra hapetraka satria voizin’ny mpamboly sasany, hono, araka ny vaovao ren’io tompon’andraikitra io ny hoe: aiza ny volan’ny tale jeneraly teo aloha ? Tsara ny manamarika fa matoa misy 2,6 miliara ariary trosa dia misy tompon’andraikitra maro niaviany, hoy hatrany io tompon’andraikitra io. Efa mandeha ny fitsirihana lalina momba ny fihodin’ny orinasa teo aloha na ny “Audit interne”, ary aorian’izay no mety hivoahan’ny marina momba ny fitantanana tsy mazava tao anatin’ity orinasa ity. Ny fampanantenana dia ny hoe hiara-kanarina ny orinasa miaraka amin’ny mpamboly izahay; eo ihany koa ny zanaka ampielezana amin’ny alalan’ny “amicable an’ny lazan’ii Betsileo”, izay mitandro ny lazan’ity orinasa ity fatratra aty an-drenivohitra, hoy ny tale jeneraly Lydia Raharimalala.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitra Tazafy Armand« Misokatra ny Tiko AAA rehefa mahafeno fepetra »

Nanamafy indrray omaly alatsinainy ny minisitry ny Indostria Tazafy Armand fa tsy afaka misokatra ny orinasa Tiko AAA ao Antsirabe raha tsy feno ny fepetra rehetra ;

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohitravao TalatamatyTsy misy pesta izany, hoy ny Ben’ny tanàna

Na dia efa nahoraka be aza ny feo fa aretina Pesta no nahazo ilay lehilahy iray nianjera nanoloana ny toeram-pivarotam-panafody tao Ambohitravao Talatamaty omaly maraina dia voaporofo omaly atoandro ihany fa tsy fahatsiarovan-tena nateraky ny fisotroan-toaka diso tafahoatra no nahazo ity farany.

 

 Ny Ben’ny tanàna Rado Razafindratsimba notronin’ny dokotera iray avy eo anivon’ny Ministeran’ny Fahasalamam-bahoaka mihitsy mantsy no tonga nijery ny zava-nisy teny an-toerana no sady  nanindrona ny marary tamin’ny HTC amin’ny maha-mpitsabo azy ireo. Nentina avy hatrany tany amin’ny hôpitalin’Anosiala ny marary taorian’izany mba hatao fitiliana ka fantatra  taorian’izany  fa aretina hafa no nahazo ity lehilahy ity fa tsy pesta izany.  Efa  nahatsiaro tena soa aman-tsara moa ilay ranamana ity  raha araka ny fanadihadiana natao, indrindra taorian’ny nahazoany ny fitsaboana sahaza azy. Miantso ny mponina ao Talatamaty mba ho tony tsara araka izany ny Ben’ny tanana hahafahana manohy ny fiainana andavanandro.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

EditoVeloma ianao!!

Tsy mba nanan-tsafidy fa nanaiky izay niseho ireo rehetra lasan-ko razana na ny lasa efa ela na ireo nandao ny tany vao haingana.

 Raha ny zava-nisy fahagola sy fahantaolo dia rehareha sy tsy fanimbazimba ny razambe ary nisy aza ny finoana fa mitahy mihitsy izy ireny. Ankehitriny kosa, raha ny vaovao tato ho ato no jerena, dia ny tsy hamoaka amin’ny vava lalandava ny teny hoe “Veloma ianao!!” sisa no tsy ataon’ireo taranaka aty aoriana izay ny mampalahelo ny mieritreritra azy dia hoe efa ho Razana atsy ho atsy ny sasany amin’izy ireo. Tsy manararaotra ny voalavo sy ny totozy fa tsy ao ny saka, toy ilay fomba fiteny, fa dia tena hoe manararaotra ireo taiza fa maty ny reny no hita taratra amin’ny zava-mitranga. Toy ny rano natondraka tamin-damosin’ny gana daholo ny hafatrafatra rehetra napetrany fahavelony ary mampiahiahy ny mpitazana aza hoe ny fandefonana ivohon’ireo mpanara-dia sy ireo noheverina ho raiamandrenin’ny firenena ihany no nahalavo ny mody nodokafana ho andrarezina. Toa tsy tafasaraka tampoka, toy ny fiheveran’ny ntaolo intsony ny lalan’ny velona sy ny modimandry fa tena toy ny iniana sarahana tampoka mihitsy ankehitriny. Fa maninona moa no rehefa lasa foana ireo noheverina ho nahavita be vao mody hobiana ho andrarezina ? Naninona no efa modimandry ilay olona vao mivoaka ny dosie mikasika ny fivarotana ny tanànany ?  

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Farihin’ Andranomaimbo –AntsirabeNahitana fatin-dehilahy

Nahitana fatin’olona indray ny farihin’Andranomafana na Andranomaimbo amin’ny ahafataran’ny maro azy.

 Lehilahy tokony 38 taona eo io hita faty io, ny omaly maraina. Olona nandalo moa no nahita ilay razana nihohoka  ka nampandre avy hatrany ny fokonolona teny amin’ny manodidina. Samy nirihotra nijery ny razana teny avokoa ny mponina niandry ny fahatongavan’ny polisy sy ny BMH nanao fizahana ny razana. Tamin’ny fizahana natao tamin’ny maty no nahitana fa misy  diana ratra ny tavany ary nandeha rà ny orony. Nahitana ratra ihany koa teo amin’ny masony havia sy ny sofiny. Tsy nibotsina rano anefa ny kibony ka hinoana fa tsy tao anaty rano ranamana no maty. Taorian’ny fizana nataon’ny tompon’andraikitra dia nomena ny fianakaviany ny razana. Raha ny fanazavana moa fantatra fa miasa manera eo amin’ny manodidina ny farihy eo no asan’ity rangahy hita faty ity ary manam-bady izy ary tsy lavitra ny farihin’Andranomafana ihany no fonenany. Efa hatramin’ny alahady  hariva no  tsy nahitan’ny fianakaviana azy intsony raha ny filazan’ny vadiny, satria tokony tamin’ny 4 ora no nambaran’ity farany fa nialany tao an-tranony  ary tsy nilaza izay halehany izy. Voalaza fa tamin’ny namany izy no nanafatra fa hamono tena ka nanao veloma farany azy ireo. Nanomboka teo dia tsy nitsahatra nitady azy izahay hoy ny vadiny saingy tsy hita popoaka mihitsy ny nalehany. Omaly maraina io, akory ny hatarainy raha nandre fa hita faty ao Andranomaimbo ny vadiny. 

 

Caius R

Tia Tanindranaza0 partages

Zaza kamboty ao AmbatolampyNanolotra bodofotsy sy kits scolaire avy amin’ny Star

Tsy manadino ireo zanaky ny polisy lavo am-perinasa beazina sy karakaraina ao amin’ny toby fitaizana zaza kambotin’ny polisim-pirenena ao Ambatolampy ny

Tia Tanindranaza0 partages

Tontolon’ny fitsarana sy ny politikaNodimandry i Mathilde Rabary

Nodimandry omaly alatsinainy 30 oktobra i Mathilde Rabary, vehivavy fanta-daza teo amin’ny tontolon’ny fitsarana sy ny fanaovana politika teto Madagasikara, ary renin’ny minisitry ny fanabeazam-pirenena ankehitriny Paul Rabary.

 Nanaraka fitsaboana teny amin’ny hopitaly polyclinique Ilafy izy noho ny aretina nahazo azy. Efa solombavambahoakan’i Madagasikara izy ny taona 1998. Nandritra ny raharaha 2002, dia anisan’ny mpitsara ambony niady mafy tamin’ny fanenjehana ara-pitsarana ny governemanta nisy tamin’izany noho ny fanitsakitsahana ny zon’olombelona ny tenany. Nilofo tamin’ny fiarovana ny zon’olombelona, indrindra fa ny fiarovana sy fanandratana ny zon’ny vehivavy, ka nananganany ny ivontoerana « Mifohaza », mpiaro ny vehivavy iharan’ny herisetra any an-tokantrano ny taona 2004.  Nahazoany loka iraisam-pirenena mihitsy ny resaka fampiroboroboana ny vehivavy io, ka nibatany ny amboara lehibe « Prix du courage  féminin » mitenina 5 000 dolara nandritra ny fifaninanana nampanaovin’ny UNFPA na Tahirim-bolan’ny Firenena Mikambana momba ny Mponina, ka ny sekreteram-panjakana Amerikanina Condoleezza Rice mihitsy no nanolotra ny loka tamin’izany fotoana. Nampitombo ny fahafantaran’izao tontolo izao an’i Madagasikara io loka niezinezina azony io. Nivoy ny fanafoanana ny fanavakavahana ara-bolon-koditra ihany koa ny tenany, ary navoitrany izany tamin’ny fandraisana fitenenana teo anivon’ny komitin’ny ONU momba ny zon’olombelona tany Généve ny taona 2007 io, fony izy nisolotena ny Firaisamonim-pirenena momba ny adihevitra mikasika ny fampijaliana misy eto Madagasikara. Noderain’ny UNESCO manokana ny ezaka nataony. Ampahany amin’ireo asa sy adidy lehibe teo anivon’ny firenena sy ny fiarahamonina ihany ireo, fa maro ireo zavatra nataony sy nampiavaka azy, izay azo fintinina amin’ny hoe olona be fikirizana sy nahavita be izy, indrindra fa ny ady amin’ny fametrahana ny vehivavy mba hanana ny maha izy azy. Very olomanga, araka izany, ny firenena nilaozan’ity Raiamandreny ity. Ny Gazety Tia Tanindrazana dia miombon’alahelo sy mirary fiononana ho an’ny minisitra Paul Rabary sy fianakaviana manontolo.

Toky R

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hendry ve sa adala ?

Miarahaba jean a, ary manomboka mampiseho ny tena endrikao amin’izay ianao a ! Eny e sarotra aloha ny toerana misy anao e, tsy mora koa ny nahatongavanao teo ka mety izay no mahataonga anao tsy hanaiky akifika mora foana.

Fa izao ry jean a! tsy efa fantatra hatrany am-boalohany ihany ve aloha izao sangodim-panina izao e, ianao koa anie efa mba nahavita be ihany teto amin’ny tanàna ary raisin’ny olona ho ray aman-dreny be ka inona ry jean no handaniana andro miady seza amin’ireo mamba noana ireo a? Tsy aleo ve mba mipetrapetraka any amanivohitra mifoka rivotra madio sy mankafy ny siotsiokan’ny voron-kely vao maraina e..Ireo anie ka tena olon’ny korontana e; ianao no ho torana ho azy eo raha mifanandrina amin’ireo fa mba mahay manaja tena zoky jean a.Fahendrena fa tsy faharesena ny fanajana tena ka hisitahana tsimoramora fa raha hifanasa vangy amin’ireo ianao dia ho lany andro eo a.Izay aloha ry jean fa diniho tsara ihany dia aleo maka fanapahan-kevitra Hendry fa tsy manaraka ny fanaon’ny adala e!

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitondra sy vahoakaBe loatra ny elanelana, mikatso ny asa fampandrosoana

Tsikaritra amin’ny fisian’ny valanaretina pesta amin’izao fa misy olana eo amin’ny serasera sy fifandraisana,indrindra eo amin’ny mpitondra sy ny vahoaka amin’ny ankapobeny.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Honoré RakotomananaManangona olona hiaro azy

Notoloran’ny filohan’ny antenimierandoholona Rakotomanana Honoré baolina miisa 25, tetsy Anosikely ny alatsinainy 30 oktobra 2017, ny fikambanan’ny tanora mpanao Rugby avy amin’ny boriborintany enina eto Antananarivo Renivohitra, notarihan’ny filohany Rakotondrafara Heriniaina.

 

Nambaran-dRakotomanana Honoré fa ny fanatanterahana ny fanatanjahantena iombonana na « Sport collectif » toy izao dia mampitombo ny fifankatiavana sy maneho firaisankina ary manome fahasalamana sy tanjaka. Maniry ny filohan’ny loholona mba hitondra avo ny voninahitr’i Madagasikara ireto tanora amin’ny sehatry ny baolina lavalava Malagasy ireto. Maniry izy ireo ny hanatrehan’ny filohan’ny Antenimierandoholona ny lalao famaranana amin’ny 24 desambra 2017, amin’ny fifaninanana karakarain’izy ireo, sady handakany ny baolina voalohany ho fanokafana ny fotoam-pilalaovana amin’io fotoana io. Nambaran’ny filohan’ny fikambanana Rugby fa vonona ny hiara-kiasa sy hifanome tanana mandrakariva amin’ny Antenimierandoholona izy ireo, ary nirary ho ela fanapahana amin’ny andraikitra tanterahiny. Somary nanaitra ilay hoe maniry hahaela fanapahana ny filohan’ny Antenimierandoholona amin’ny andraikiny. Ao anatin’ny fotoan-tsarotra mantsy amin’izao io filohana andrim-panjakana io manoloana ny mety hanoloan’ny HVM azy an’i Rivo Rakotovao. Toa efa hafatra sy don-tandroka ataon’ny mpiangaly ny taranja Rugby eto Antananarivo miantefa any amin’ny fanjakana HVM izany fa tsy tokony hokitikitihina amin’ny toerany i Honoré Rakotomanana. Efa vonona ny tsy hanaiky lembenana amin’ny tosi-bohon-tanana ve ny tenany, ka manangona vondron-kery haneho sy hanambara fa izy ihany aloha no mahazaka sy mendrika ho filohan’io andrim-panjakana io ?

Toky R

 

Madonline0 partages

Rivo Rakotovao porté par une large majorité à la tête du Sénat

Honoré Rakotomanana n'avait le choix que de céder sa place.

Sans une véritable surprise, l’actuel président du parti HVM, Rivo Rakotovao, a été élu à la présidence du Sénat, quelques heures après la démission du président sortant, Honoré Rakotomanana.

Poussé vers la sortie depuis que Rivo Rakotovao, leader du parti au pouvoir, a été nommé Sénateur après avoir occupé depuis quelques années le ministère de l’Agriculture, Honoré Rakotomanana n’a pas voulu tenter de s’opposer au raz-de-marée du HVM. Il a préféré déposer sa démission en milieu de la matinée du 31 octobre. L’élection de son successeur a été tout de suite organisée et ce fut Rivo Rakotovao qui a été porté à la tête du Sénat par 53 Sénateurs sur les 56 présents à la séance au palais de verre à Anosy.

La désignation de Rivo Rakotovao en tant que président du Sénat répond à un impératif politique pour le HVM, qui s’attend à la démission de l’actuel président de la République à 60 jours de l’élection présidentielle en fin 2018. A ce moment, la vacance de poste au niveau de la présidence de la République sera assurée par le président du Sénat, conformément à la Constitution de la République de Madagascar. Le choix sur Rivo Rakotovao n’est donc pas fortuit, puisqu’il fallait une personne de confiance.

L’ensemble de la classe politique avait subodoré la stratégie du HVM dès le départ. Toutefois, lors de la passation entre le nouveau ministre de l’Agriculture,  Harison Randriarimanana, et Rivo Rakotovao, ce dernier avait encore nié toute velléité politique de le pousser à la tête du Sénat à la suite de sa nomination.

A travers ce changement à la tête de la Chambre Haute, on peut affirmer que le parti au pouvoir entre définitivement dans l’ère électorale de 2018.

Honoré Rakotomanana, très âgé, et avec une santé fragile, ne pouvait que jouer le jeu du HVM, déjà sur tous les fronts pour tenter le coup d’un second mandat à partir de l’année prochaine.

L'express de Madagascar0 partages

Anosibe – Fusillade lors du braquage d’un «cash point»

Un trio criminel a attaqué en plein jour un « cash point». L’opérateur a reçu une balle en plein cou alors qu’un maître de karaté a été poignardé. 

Fusillade en pleine rue d’Anosibe, hier. Munis d’un arsenal de banditisme, trois braqueurs ont tiré une balle dans le cou d’un opérateur de «cash point». Ayant reçu un coup de sabre en plein bras, un maître de karaté est également blessé. Au moment des faits, il était en train de discuter avec l’individu sur lequel le trio a ouvert le feu. Les deux hommes sont placés en observation médicale à l’Hôpital Joseph Ravoahangy Andria­navalona (HJRA). Le gérant du « cash point» se trouve dans un état préoccupant. Il a dû subir une intervention chirurgicale en bloc opératoire.Le braquage a été perpétré en fin de matinée, aux alentours de 11heures. Les trois assaillants brandissaient respectivement un fusil Kalachnikov, un pistolet automatique ainsi qu’un poignard.«Les malfaiteurs étaient à pied. Sans crier gare, ils ont encerclé mon mari pour pointer leurs armes sur lui. D’un ton fielleux, ils l’ont sommé de leur remettre toutes les liquidités», relate l’épouse de l’opérateur.

RiposteSelon ses explications, son mari a essayé de dévier l’arme de poing braquée sur sa tête. Ainsi, l’un des bandits lui a tiré dessus à bout portant. Un autre membre de la bande a dans la foulée tenté d’éventer le maître de karaté, mais celui-ci a réussi à éviter le coup, bien que cela ait failli lui coûter un bras.Le gang a pris la poudre d’escampette sitôt l’argent tombé dans son escarcelle.«La valeur de la somme dérobée n’est pas très conséquente. C’est vraiment disproportionné d’ouvrir le feu sur quelqu’un pour si peu d’argent», déplore la mère de famille.Après, le trio a pris la fuite en marchant tranquillement dans la rue, mine de rien. C’est alors qu’il a eu affaire à deux policiers, postés dans les environs.«Des coups de feu ont éclaté. La bande s’est défendue farouchement, puis s’est évanouie dans la nature en se faufilant dans les ruelles», indique Norbert Ravitarinaivon, un commerçant des environs.Alors que les blessés ont été évacués à l’hôpital, le Service Central Antigang s’est dépêché sur les lieux pour remonter la piste de la bande, mais la poursuite s’est avérée infructueuse.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Air Madagascar – Les administrateurs se retirent

Le processus d’ouverture de capital d’Air Madagascar poursuit son chemin. Les membres du conseil d’administration ont démissionné, hier.

Les membres du conseil d’administration d’Air Madagascar ont déposé leur lettre de démission, hier. C’était lors de l’assemblée générale mixte des actionnaires de la compagnie aérienne, tenue au Madagascar Developpement Learning Center,  à Anosy. Selon une source informée, cette décision entre dans le processus d’ouverture de capital de la compagnie malgache, mais elle ne serait effective qu’à la signature du pacte d’actionnariat entre Air Madagascar et son nouveau partenaire, Air Austral.« Une nouvelle assemblée générale des actionnaires se tiendra pour nommer les nouveaux membres du conseil d’administration », indique une source avisée.L’entrée d’Air Austral dans le capital d’Air Madagascar, si l’on tient compte des discours tenus par les différents responsables, devait être effectuée avant la date du 31 octobre, c’est-à-dire aujourd’hui. C’est le timing imposé pour la finalisation de ce processus. Pour le moment, seul le contrat de partenariat stratégique a été signé à Ambohitsorohitra, le 9 octobre. Les actionnaires, tout comme le gouvernement, attendent le fonds de 40 millions de dollars apportés par Air Austral.

Structure du capitalLes déclarations faites par les dirigeants d’Air Austral annoncent la disponibilité de ce fonds avant la date du closing. « L’objectif étant de pouvoir tout finaliser, d’ici la fin du mois d’octobre, date à laquelle tout sera mis en place, et les moyens seront disponibles, pour pouvoir avancer dans ce partenariat », a déclaré à plusieurs reprises Marie Joseph Malé, président directeur général d’Air Austral.L’apport de cette enveloppe lui donne le droit de devenir le deuxième principal actionnaire d’Air Madagascar. D’après la même source, l’injection de ce fonds devait se faire en plusieurs tranches. « Dans un premier temps, Air Austral va amener une enveloppe de 10 millions de dollars dans le capital d’Air Madagascar, viendra ensuite une enveloppe supplémentaire de 5 millions de dollars. Les 25 millions de dollars restants seront utilisés dans le compte courant », indique une source proche du dossier.Après le paiement de la première tranche, l’État actionnaire détiendra 60,59% du capital, et 39,04% pour Air Austral. Les restes seront partagés entre les petits porteurs. En ce qui concerne le second paiement, l’État laisse une partie de ses actions au profit de la compagnie réunionnaise. Ainsi, L’État actionnaire reste « l’actionnaire majoritaire », avec 50,59%, et Air Austral deviendra le deuxième principal actionnaire, avec 49% des actions.La composition des membres du conseil d’administration devrait suivre cette nouvelle structure du capital d’Air Madagascar.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Santé – L'abcès dentaire peut tuer en une semaine

Un mauvais soin dentaire pourrait être fatal. Un chirurgien thoracique expose ce mal, tout à fait curable.

La négligence des soins dentaires peut tuer en seulement une semaine, selon le Dr Manja­kaniaina Ravoatrarilandy, chirurgien au service des chirurgies thoraciques du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA), la semaine dernière. « La complication d’un abcès dentaire peut engendrer une médiastinite odontogène. C’est la progression d’une infection dentaire jusqu’à la base du cou et du thorax. L’évolution de la maladie est très rapide. Au bout de sept à huit jours, on peut en mourir s’il n’y a pas de traitement », explique le chirurgien.Les symptômes de la maladie se présentent comme suit. Dans les trois à quatre premiers jours, une enflure est localisée au niveau des gencives. À partir du quatrième jour, on peut avoir de la fièvre, un gonflement au niveau de la gorge. On peut, par la suite, ressentir une douleur thoracique et une détresse respiratoire.La médiastinite est l’inflammation de la région entre les poumons, appelée médiastin. A Madagascar, 90% des médiastinites seraient causées par un abcès dentaire post-opératoire ou d’autres infections au niveau de la bouche. « Les soins dentaires sont négligés dans les pays en voie de développement. Souvent, on se fie à l’automédication, en consommant des anti-inflammatoires qui ne servent qu’à calmer la douleur. C’est pourtant un facteur favorisant la prolifération de la maladie », poursuit-t-il.

Stade avancéSelon une étude effectuée auprès du service des chirurgies thoraciques du professeur Jean Louis Rakotovao, 57,14% des personnesadmises au service thoracique du CHUJRA ont été victimes de cette maladie, en 2012. Une statistique qui n’aurait pas diminué en 5 ans. La maladie touche particulièrement les hommes. Et la moyenne d’âge des victimes est autour de la trentaine.71,48% des cas ne s’en sortent pas idemnes. « On n’arrive à l’hôpital qu’à un stade avancé de la maladie », renchérit le Dr Manjakaniaina Ravoatrarilandy.Ce n’est pas la seule complication que peuvent engendrer les mauvais soins dentaires. « Les germes des maladies bucco-dentaires non traitées se propagent dans les vaisseaux sanguins, pour ensuite toucher d’autres organes, particulièrement, ceux qui pompent beaucoup de sang, à savoir les reins, le cœur. Cela peut provoquer aussi d’autres maladies. Le plus important, c’est d’avoir une bonne hygiène bucco-dentaire. En cas de carie dentaire, il est primordial de consulter un odonto-stomatologue pour les soins », recommandent les odonto-stomatologues.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Liberal International – Edgard Razafindravahy élu au comité des droits de l’Homme 

Edgard Razafindravahy prend de nouvelles responsa­bilités au niveau de l’international Libéral.

En crescendo. Le parti Antoka sy dinan’ny Nosy-Arche de la Nation (ADN)  confirme  sa présence dans la cour des grands. Pour la seconde fois cette année, Edgard Razafindravahy a porté haut le flambeau de Madagascar sur la scène internationale. La 199ème édition de la réunion internationale des partis libéraux dans le monde s’est tenue au Radisson Blu Gautrain Hotel à Johannesbourg. En tant que membre de cette grande famille, la présence du parti ADN, représenté par son chef de file national Edgard Razafindravahy et le secrétaire général du parti Vola Rasoamanana à ce grand rendez-vous, est naturelle.Lors de cette réunion en Afrique du Sud, les participants ont planché sur « Les réponses libérales d’une meilleure gouvernance au XXI siècle ». En tant que l’un des réseaux les plus anciens et le mieux struc­turé dans le monde, les rencontres entre les membres de l’Interna­tional Liberal constituent un cadre d’échanges par excellence. Pendant les échanges, des panélistes aguerris en termes de gouvernance, sont intervenus. Il s’agit entre autres du président du Libéral International, Juli Minoves ; de l’ancien Premier ministre de la Guinée Cellou Dalein Diallo, du maire de Johannesbourg Herman Mashaba, du maire de  Tsshwane Solly Msimanga et d’Edgard Razafindravahy.Fort de la réussite de l’atelier sur l’environnement urbain au mois de mai à Andorre dont il a été le président, Edgard Razafindravahy acquiert de plus en plus la confiance de ses pairs dans ces grands rendez-vous. En tant que panéliste, il a mis en relief les valeurs que portent son parti pour une meilleure gouvernance à Madagascar, telles que mettre l’homme au centre du développement, les solutions par la base, la refondation de la Nation malgache, la responsabilisation, l’autonomie de toutes les collecti­vités (régionales, communales, fokontany) et ceci par un vrai partage du pouvoir par le truche­ment du federalisma sahaza. « Il faut restaurer les valeurs de la société malgache. Elle doit être fière et on doit lui donner de l’humanité. Pour cela, la refondation à travers le Federalisma sahaza est nécessaire », a-t-il soutenu.

Haute responsabilité internationale Edgard Razafindravahy, élu parmi les vingt-deux membres du Comité pour la défense des droits de l’Homme au sein de l’interna­tional libéral. « Je représente mes compatriotes dans ces réunions en haut lieu. C’est en toute humilité que j’accepte cette grande respon­sabilité », souligne ce dernier.Une réunion de travail a commencé hier entre les membres du comité des Droits de l’Homme à Johannesburg en présence du Président du comité Markus Löning. D’autres réunions de travail auxquelles vont assister le Chef de file de l’ADN sont prévues à Capetown dans les prochains jours, organisées par l’Alliance Démocratique (DA) parti libéral de l’Afrique du Sud.

L'express de Madagascar0 partages

FIVMPAMA International – Mise en place d’un pont entrepreneurial

La diaspora mise en avant, toutes les branches du groupement du patronat malgache (Fivmpama) ont été représentées au dernier forum qui leur a été consacré. Sous la présidence d’Erick Rajaonary, le groupement a pu développer des ramifications un peu partout dans le monde. Grâce au périple effectué par le staff de son président, notamment en France, dans le Benelux, à Montréal, au Canada, aux Seychelles ou encore à la Réunion, et même aux États-Unis d’Amérique.Fort de ces représentations outremer, le Fivm­pama a pu poser les bases de la conception d’un pont entrepreneurial, vendredi. Un pont qui servira surtout de passerelle entre entrepreneurs malgaches locaux et ceux qui représentent Madagascar dans l’un des pays où le groupement est déjà implanté.L’objectif de cette initiative est de mettre en relation tous les acteurs économiques locaux en établissant des partenariats avec les branches du Fivmpama à l’étranger. De cette façon, le groupement ambitionne de faciliter et de fluidifier les échanges commerciaux entre Madagascar et les pays où il est représenté.De cette politique d’élargissement du champ d’action du groupement, il en résulte déjà quelques points marquants. À l’image du récent déplacement d’Erick Rajaonary  à l’île de La Réunion, qui a entraîné la signature de partenariat entre le groupement du patronat malgache avec les dirigeants réunionnais, récemment. Une manière pour les deux côtés de renforcer les liens commerciaux, sans parler de la fédération de la diaspora malgache de la Réunion ou FEO Madagascar.Cette institution fédère toutes les entités œuvrant pour la promotion de l’image de la Grande île à La Réunion, et dont le Fivmpama  Réunion est un membre actif depuis sa récente création.« Nous ambitionnons simplement d’échanger avec nos compatriotes, de partager notre savoir-faire pour promouvoir l’entreprenariat malgache au-delà de la politique politicienne », conclut Ravelo Phi­lippe Rajaona, membre de la diaspora du groupement, dans son allocution lors de la présentation officielle du Fivmpama International.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Émeutes à Antsarimasina – Deux policiers enquêtés pour négligence 

Les auditions battent leur plein après l’émeute qui a éclaté sur la RN2, à Antsari­masina Toamasina, samedi soir. Outre l’arrestation des onze riverains pour pillage et vandalisme contre le dispositif mis en place par le ministère de la Santé contre la peste, l’enquête de deux policiers des Forces d’Intervention de la Police (FIP) à Toamasina, dont la négligence a mis le feu aux poudres, est également étendue.Ces derniers ont commis un impair en enchaînant un passager d’un taxi-brousse qui s’est montré récalcitrant lors du contrôle sanitaire. Pourtant, ils avaient laissé la clé des menottes à leur caserne, à Toamasina. Au lieu de repartir par le transport en commun qu’il avait emprunté, le voyageur a été ramené à Toamasina, pour le libérer des menottes, bien que son état ne présentât aucune suspicion de peste après vérification.Prise pour une arrestation abusive par les riverains, la mégarde policière a provoqué un tollé, d’autant plus que l’individu est natif d’une localité voisine. La mise à sac du dispositif de contrôle s’est alors ensuivie. La tension est montée d’un cran lorsque les émeutiers ont découvert, par la suite, que le passager avait été abandonné à Toamasina par les policiers qui l’avaient arrêté, sitôt ses menottesenlévées.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Photographie – Sar’Nao illustre « le portrait traditionnel malgache »

Tout un mois en ode au huitième art, plus précisément à la photographie et aux valeurs traditionnelles malgaches. « Sar’Nao » lance un concours ouvert au grand public, à l’occasion. 

Plus de rencontres, d’échanges et par dessus tout, de découvertes, le temps d’un festival qui gagne en envergure cette année. C’est ce que la huitième édition de « Sar’Nao » propose pour le plaisir des yeux des férus de photographie, du 3 au 30 novembre.Le fait est que c’est toute une épopée qui sera dévoilée au public à l’occasion, à travers l’objectif de plusieurs artistes photographes, d’horizons divers. Ceci étant, au-delà du voyage en photos qui égayera les diverses expositions prévues aussi bien à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) à Andavamamba qu’à l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely et dans plusieurs lieux de la capitale, « Sar’Nao » convie également le public à s’imprégner des valeurs traditionnelles à travers ses clichés, mais aussi à la revalorisation et à la préservation de la culture malgache.Au-delà d’une programmation bien garnie à découvrir dans leur intégralité auprès des institutions culturelles de la capitale, le festival lance ainsi, en parallèle, un concours qui valorise « le portrait traditionnel malgache ». La photographie comme promoteur de notre identité culturelle, c’est donc là le leitmotiv principal de cette huitième édition de « Sar’Nao ».

Un devoir de mémoireImmortaliser les dix huit ethnies de Madagascar, ainsi que leurs richesses culturelles, c’est dans cette optique que « Sar’Nao » invite tous les photographes, amateurs ou professionnels à se joindre à lui. « On invite les concurrents à réaliser un portrait masculin ou féminin, que ce soit en buste ou en groupe. Le plus important étant que leurs photos soient représentatives des dix huit ethnies, illustrant la coiffure, les bijoux et les costumes traditionnels » souligne Fidisoa Ramanahadray, coordinateur du festival « Sar’Nao». Les participants seront libres d’exprimer leur création artistique, pouvant réaliser des photos à l’extérieur ou en studio, voire la mise en scène de leursclichés, tant qu’ils respectent le thème imposé. « Chaque cliché se doit de raconter une histoire et on espère que les concurrents sauront retranscrire en photo nos valeurs, pour perpétuer notre tradition, nos us et coutumes» rajoute Fidisoa Ramanahadray.

Inscription en ligne 

Cette année, les candidatures se feront en ligne, nul besoin de faire un dossier en version papier. Les candidats doivent envoyer un dossier numérique contenant leurs fichiers le lundi 20 novembre, date limite d’inscription au concours. Il est demandé aux participants de fournir : le scan d’un formulaire de candidature et la convention d’engagement dûment rempli et signé. Le reçu ou le bordereau de versement des frais de participation. Les fichiers numériques à moyenne résolution (150 dpi), dont on peut  faire un tirage de lecture de format 15 x 21 cm sur papier photo sans aucun signe distinctif. Les photos auxquelles on ajoute un nom seront disqualifiées.Le dossier complet est à envoyer par mail au sarnao.foto@gmail.com et de plus amples informations sont à découvrir sur le site www.asart.mg.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Boxe chinoise – Mondial – Et de huit pour Jean Christian 

Jean Christian Randriamalaza remporte pour la huitième fois le titre de champion du monde de boxe chinoise. Il a battu son adversaire par KO.

Il est vraiment la fièrté de la nation. Le multidisciplinaire en arts martiaux et sports de combat, Jean Christian Randriamalaza, évoluant en France depuis plus d’une dizaine d’années vient d’ajou­ter un titre mondial à son palmarès.Ce dimanche soir à Carrare Italie, le Samouraï, engagé dans la catégorie des moins de 75kg, a décroché pour la huitième fois consécutive et conserve le titre de champion du monde en full kick boxe lei-tai pro du WTKA (World Traditionnal Kickboxing Association). Il a depuis presque vingt ans défendu l’honneur du pays et a porté haut les couleurs nationales en raflant des titres continentaux et mondiaux.Il reste toujours performant, malgré une déchirure à son avant-bras gauche lors de la précédente édition du championnat du monde en 2016, la même date que cette version 2017, le 29 octobre. Jean Christian s’est imposé sans suspense face à l’ukrainien Konstatinov, cham­pion du monde en K1 en deux saisons successives, en 2015 et 2016.Déterminé, l’indétrônable champion en titre a vite mis KO le double champion du monde en K1 en une minute et quelques secondes.« Je suis avantagé par mes expériences. Pourtant ma préparation était cette fois un peu courte par rapport aux précédentes», a confié l’octuple champion du monde. C’était seulement ces dernières trois semaines qu’il a intensifié sa préparation en s’entraînant six heures par jour sous l’encadrement de son coach, Mahitsy Ravoniandro.

Professionnel « Normalement, j’étais engagé dans la catégorie des -70kg mais trop occupé par mon boulot je n’arrivais plus à descendre en dessous de 72kg. Et c’est pour cela que j’ai disputé le titre chez les -75kg » a-t-il précisé. En plus, faute de moyen il a fait cette fois le voyage tout seul sans son staff. « Grâce à ce huitième sacre, je gagne définitivement la ceinture… Je ne vais plus désormais disputer ce championnat. Je compte à partir de maintenant m’orienter vers le monde professionnel , j’attends justement prochainement des contrats », a poursuivi Jean Christian. Le bodyguard rattaché à l’ambassade de Madagascar en France a pu donc rester inamovible sur son fauteuil de champion du monde depuis 2011, l’année où il a remporté son premier titre mondial, à Carrare Italie.Lors de son passage au pays fin 2016, Jean Christian Randriamalaza a été décoré et élevé au grade de chevalier de l’ordre national malgache ainsi que chevalier de l’ordre du mérite sportif. La version 2017 du Mondial à Carrare a réuni plus de cinq mille combattants venant de cent-sept pays.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Émeutes à Antsarimasina – Deux policiers enquêtés pour négligence 

Les auditions battent leur plein après l’émeute qui a éclaté sur la RN2, à Antsari­masina Toamasina, samedi soir. Outre l’arrestation des onze riverains pour pillage et vandalisme contre le dispositif mis en place par le ministère de la Santé contre la peste, l’enquête de deux policiers des Forces d’Intervention de la Police (FIP) à Toamasina, dont la négligence a mis le feu aux poudres, est également étendue.Ces derniers ont commis un impair en enchaînant un passager d’un taxi-brousse qui s’est montré récalcitrant lors du contrôle sanitaire. Pourtant, ils avaient laissé la clé des menottes à leur caserne, à Toamasina. Au lieu de repartir par le transport en commun qu’il avait emprunté, le voyageur a été ramené à Toamasina, pour le libérer des menottes, bien que son état ne présentât aucune suspicion de peste après vérification.Prise pour une arrestation abusive par les riverains, la mégarde policière a provoqué un tollé, d’autant plus que l’individu est natif d’une localité voisine. La mise à sac du dispositif de contrôle s’est alors ensuivie. La tension est montée d’un cran lorsque les émeutiers ont découvert, par la suite, que le passager avait été abandonné à Toamasina par les policiers qui l’avaient arrêté, sitôt ses menottesenlévées.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Décès d’Étienne Ralitera – Disparition d'un grand serviteur de l'État

« L’homme de toutes les Républiques ». Une phrase de Jacques Ralitera, parlant de son père Etienne Ralitera, grand chancelier de la République. Ce dernier s’est éteint hier. Agé de 79 ans, cet ancien inspecteur d’État et administrateur civil, selon Alain Ralitera, un autre de ses quatre fils, était malade depuis quelques mois.Selon les informations, Etienne Ralitera a été terrassé par « un arrêt du cœur », vers 16 heures à l’hôpital militaire de Soavinandriana. « C’était un homme de l’amitié, de la réconciliation et modeste », témoigne Jacques Ralitera. Le frère de ce dernier, Alain Ralitera ajoute qu’« il était apprécié de tous et n’avait aucun ennemi ». La chancellerie de la Républi­que est le dernier poste occupé par ce grand commis de l’État qui, depuis la première République, jouait toujours un rôle aux côtés des dirigeants du pays.Etienne Ralietara était l’attaché de cabinet de Philibert Tsiranana, ancien président de la République. Après avoir été secrétaire d’État chargé de l’Information et de la presse, il a été l’un des proches collaborateurs du général Gabriel Rama­nantsoa, avant de redevenir attaché de cabinet de Didier Ratsiraka, ancien président de la République, cette fois-ci. Ses années à la chancellerie de la République ont débuté durant le premier mandat de Marc Ravaloma­nana, autre président de la Répu­blique, jusqu’à ce qu’il tire définitivement sa révérence, hier.À part la politique, Etienne Ralitera s’est également fait un nom dans le monde de la comédie radiophonique. Comédien et auteur, il a écrit des pièces radiodiffusées telles que « Fon-jazavavy », ou « Ramala­gasy ». Jouant sur les ondes de la Radio nationale Malagasy (RNM), sous le pseudo de Raety et Benoit, pour les billets comiques, le désormais ancien grand chancelier de la République avait partagé la scène radiophonique avec d’autres grand noms comme Harinaivo, Clara, Zoly, ou encore Solofo José, avec qui il était parfois confondu car, ils avaient un timbre vocal similaire.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Épidémie – Un pestiféré en cavale dans la nature

Un malade de la peste s’est évadé d’une formation sanitaire. Le ministère de la Santé le présente comme un réel danger public.

Une nouvelle crainte de recrudescence de l’épidémie de peste est d’actualité. Un malade, dont l’état de santé serait chaotique, est en cavale. « Nous avons pu le joindre à son téléphone ce matin (ndlr : hier). On sentait dans sa voix qu’il était très fatigué. Il toussait beaucoup aussi. Malheu­reusement, il nous a raccroché au nez. Il n’était plus joignable après. Il vient d’Arivoni­mamo mais il n’y est pas. Jusqu’à l’heure actuelle, nous continuons à le rechercher », rapporte le Dr Joséa Ratsirarson, secrétaire général du ministère de la Santé publique et à la tête de la cellule opérationnelle de la lutte contre la peste, hier soir.Ce malade aurait quitté le centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra (CHAPA), jeudi, en dupant le personnel. « Il s’est enfui de l’hôpital, après sa première injection, en se faisant passer pour un garde malade », enchaine le Dr Joséa Ratsi­rarson.

En phase décroissanteLe ministère de la Santé publique le qualifie de « danger public numéro un », en ce moment. Il peut contaminer toutes les personnes qui entreront en contact avec lui. Le bacille de Yersin ne devient inactif et non contagieux, qu’après trois jours de traitement du pestiféré. Le malade aurait pu, pourtant, prendre des transports en commun.C’est ce genre d’imprudence qui a provoqué l’épidémie de peste à Toamasina, au début du mois de septembre. Un pestiféré, voyageant à Toamasina à bord d’un taxi-brousse, a contaminé les autres passagers. Deux d’entre eux ont succombé les 2 et 3 septembre. Ils ont à leur tour, transmis la bactérie à d’autres.La situation de l’épidémie de peste commence, pourtant, à s’améliorer. Hier, il n’y avait que cent six pestiférés sous traitement dans des formations sanitaires et deux nouveaux cas admis à l’hôpital. Et le nombre de décès est monté à cent vingt-huit, avec la mort d’un enfant dans un hôpital d’Antananarivo, samedi. Un autre malade a aussi succombé dans la région d’Itasy, ces derniers jours. « Les indicateurs épidémiques sont en phase décroissante. Aucun cas n’a été enregistré dans les vingt-deux districts, au cours des quinze derniers jours. Quinze districts n’ont pas présenté de cas, depuis une semaine. Dix districts présentent encore des cas émergents », rapporte le ministère. Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo fait appel à la vigilance de tout un chacun, malgré cette baisse des indicateurs épidémiques.En outre, ce n’est pas le premier cas d’évasion répertorié au sein des hôpitaux, comme à Anosy Avaratra, à Toamasina et à Befela­tanana. Le contrôle au niveau des formations sanitaires devrait ainsi être renforcé.

Des contrôles sanitaires à installer

Le bureau national de la Gestion des risques et des catastrophes (BNGRC) indique la nécessité de la mise en place de sept nouveaux postes de contrôle sanitaire afin de mieux boucler les foyers de peste qui sont encore actifs. Les lieux recommandés sont à Ambohimalaza, à Alakamisy Fenoarivo, à Maevatanana I, à Alakamisy Ambohimaha, à Ihosy et à Betafo. En outre, six experts médicaux chinois, des spécialistes du contrôle des épidémies de peste en Chine, présentés hier au ministre de la Santé publique, vont appuyer les équipes malgaches dans la lutte contre la peste.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Boxe chinoise – Mondial – Et de huit pour Jean Christian 

Jean Christian Randriamalaza remporte pour la huitième fois le titre de champion du monde de boxe chinoise. Il a battu son adversaire par KO.

Il est vraiment la fièrté de la nation. Le multidisciplinaire en arts martiaux et sports de combat, Jean Christian Randriamalaza, évoluant en France depuis plus d’une dizaine d’années vient d’ajou­ter un titre mondial à son palmarès.Ce dimanche soir à Carrare Italie, le Samouraï, engagé dans la catégorie des moins de 75kg, a décroché pour la huitième fois consécutive et conserve le titre de champion du monde en full kick boxe lei-tai pro du WTKA (World Traditionnal Kickboxing Association). Il a depuis presque vingt ans défendu l’honneur du pays et a porté haut les couleurs nationales en raflant des titres continentaux et mondiaux.Il reste toujours performant, malgré une déchirure à son avant-bras gauche lors de la précédente édition du championnat du monde en 2016, la même date que cette version 2017, le 29 octobre. Jean Christian s’est imposé sans suspense face à l’ukrainien Konstatinov, cham­pion du monde en K1 en deux saisons successives, en 2015 et 2016.Déterminé, l’indétrônable champion en titre a vite mis KO le double champion du monde en K1 en une minute et quelques secondes.« Je suis avantagé par mes expériences. Pourtant ma préparation était cette fois un peu courte par rapport aux précédentes», a confié l’octuple champion du monde. C’était seulement ces dernières trois semaines qu’il a intensifié sa préparation en s’entraînant six heures par jour sous l’encadrement de son coach, Mahitsy Ravoniandro.

Professionnel « Normalement, j’étais engagé dans la catégorie des -70kg mais trop occupé par mon boulot je n’arrivais plus à descendre en dessous de 72kg. Et c’est pour cela que j’ai disputé le titre chez les -75kg » a-t-il précisé. En plus, faute de moyen il a fait cette fois le voyage tout seul sans son staff. « Grâce à ce huitième sacre, je gagne définitivement la ceinture… Je ne vais plus désormais disputer ce championnat. Je compte à partir de maintenant m’orienter vers le monde professionnel , j’attends justement prochainement des contrats », a poursuivi Jean Christian. Le bodyguard rattaché à l’ambassade de Madagascar en France a pu donc rester inamovible sur son fauteuil de champion du monde depuis 2011, l’année où il a remporté son premier titre mondial, à Carrare Italie.Lors de son passage au pays fin 2016, Jean Christian Randriamalaza a été décoré et élevé au grade de chevalier de l’ordre national malgache ainsi que chevalier de l’ordre du mérite sportif. La version 2017 du Mondial à Carrare a réuni plus de cinq mille combattants venant de cent-sept pays.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Photographie – Sar'Nao illustre « le portrait traditionnel malgache »

Tout un mois en ode au huitième art, plus précisément à la photographie et aux valeurs traditionnelles malgaches. « Sar’Nao » lance un concours ouvert au grand public, à l’occasion. 

Plus de rencontres, d’échanges et par dessus tout, de découvertes, le temps d’un festival qui gagne en envergure cette année. C’est ce que la huitième édition de « Sar’Nao » propose pour le plaisir des yeux des férus de photographie, du 3 au 30 novembre.Le fait est que c’est toute une épopée qui sera dévoilée au public à l’occasion, à travers l’objectif de plusieurs artistes photographes, d’horizons divers. Ceci étant, au-delà du voyage en photos qui égayera les diverses expositions prévues aussi bien à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) à Andavamamba qu’à l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely et dans plusieurs lieux de la capitale, « Sar’Nao » convie également le public à s’imprégner des valeurs traditionnelles à travers ses clichés, mais aussi à la revalorisation et à la préservation de la culture malgache.Au-delà d’une programmation bien garnie à découvrir dans leur intégralité auprès des institutions culturelles de la capitale, le festival lance ainsi, en parallèle, un concours qui valorise « le portrait traditionnel malgache ». La photographie comme promoteur de notre identité culturelle, c’est donc là le leitmotiv principal de cette huitième édition de « Sar’Nao ».

Un devoir de mémoireImmortaliser les dix huit ethnies de Madagascar, ainsi que leurs richesses culturelles, c’est dans cette optique que « Sar’Nao » invite tous les photographes, amateurs ou professionnels à se joindre à lui. « On invite les concurrents à réaliser un portrait masculin ou féminin, que ce soit en buste ou en groupe. Le plus important étant que leurs photos soient représentatives des dix huit ethnies, illustrant la coiffure, les bijoux et les costumes traditionnels » souligne Fidisoa Ramanahadray, coordinateur du festival « Sar’Nao». Les participants seront libres d’exprimer leur création artistique, pouvant réaliser des photos à l’extérieur ou en studio, voire la mise en scène de leursclichés, tant qu’ils respectent le thème imposé. « Chaque cliché se doit de raconter une histoire et on espère que les concurrents sauront retranscrire en photo nos valeurs, pour perpétuer notre tradition, nos us et coutumes» rajoute Fidisoa Ramanahadray.

Inscription en ligne 

Cette année, les candidatures se feront en ligne, nul besoin de faire un dossier en version papier. Les candidats doivent envoyer un dossier numérique contenant leurs fichiers le lundi 20 novembre, date limite d’inscription au concours. Il est demandé aux participants de fournir : le scan d’un formulaire de candidature et la convention d’engagement dûment rempli et signé. Le reçu ou le bordereau de versement des frais de participation. Les fichiers numériques à moyenne résolution (150 dpi), dont on peut  faire un tirage de lecture de format 15 x 21 cm sur papier photo sans aucun signe distinctif. Les photos auxquelles on ajoute un nom seront disqualifiées.Le dossier complet est à envoyer par mail au sarnao.foto@gmail.com et de plus amples informations sont à découvrir sur le site www.asart.mg.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Stéphanie fait la vedette  de « Ultrafun Cover Session »

Dans l’optique de fédérer et d’éveiller le talent caché des mélomanes de la capitale, le concours « Ultrafun Cover Session » se dévoile au public. Un événement initié par l’équipe dynamique de Fitiagape Vision, il s’agit d’un concours de chant et de danse inédit, destiné surtout aux jeunes. Pour sa première édition, le concours a comme tête d’affiche et marraine, la chanteuse Stéphanie, connue pour sa popularité et son charme.Le principe de « Ultrafun Cover Session » est donc de reprendre les tubes de la chanteuse de façon personnelle tout en gardant les paroles et les structures de l’original. Concernant la catégorie danse, les concurrents doivent créer des chorégraphies marquantes et originales accompagnées d’une chanson de leur choix tirée du registre de Stéphanie.Le concours est ouvert à tous ceux qui sont passionnés de chant et de danse, fans de Stéphanie, âgés de 18 ans et plus. Les inscriptions se tiennent en ligne et seront clôturées le 4 novembre sur la page de Fitiagape Vision. La sélection et le voting se feront sur les réseaux sociaux, après que Fitiagape Vision ait collecté le plus de talents. Une soirée exceptionnelle sera au programme au Kudéta Urban Club au Carlton Anosy le 2 décembre à 19h pour la finale.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Afrobasket 3X3 – La délégation malgache en éclaireur

Après deux jours de voyage et deux escales en Éthiopie et au Ghana, la délégation malgache dirigée par Rina Randrianarisoa est bien arrivée à Lomé, capitale togolaise, dimanche soir. Elle est donc la première délégation participante au premier championnat d’Afrique de basketball Fiba 3×3 qui a débarqué au Togo, synonyme de détermination.Le championnat continental n’aura lieu que les vendredi 3, le samedi 4 et le dimanche 5 novembre. La bande à Claudio Mbolatiana Rajaonarivony, capitaine de l’équipe malgache aura encore quatre jours de préparation et d’adaptation au climat. La réunion technique pour les douze pays engagés se tiendra le jeudi 2 novembre.Le président de la fédération malgache de basketball, Jean Michel Ramaroson rejoindra la délégation et arrivera le jour de la réunion technique.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Stéphanie fait la vedette  de « Ultrafun Cover Session »

Dans l’optique de fédérer et d’éveiller le talent caché des mélomanes de la capitale, le concours « Ultrafun Cover Session » se dévoile au public. Un événement initié par l’équipe dynamique de Fitiagape Vision, il s’agit d’un concours de chant et de danse inédit, destiné surtout aux jeunes. Pour sa première édition, le concours a comme tête d’affiche et marraine, la chanteuse Stéphanie, connue pour sa popularité et son charme.Le principe de « Ultrafun Cover Session » est donc de reprendre les tubes de la chanteuse de façon personnelle tout en gardant les paroles et les structures de l’original. Concernant la catégorie danse, les concurrents doivent créer des chorégraphies marquantes et originales accompagnées d’une chanson de leur choix tirée du registre de Stéphanie.Le concours est ouvert à tous ceux qui sont passionnés de chant et de danse, fans de Stéphanie, âgés de 18 ans et plus. Les inscriptions se tiennent en ligne et seront clôturées le 4 novembre sur la page de Fitiagape Vision. La sélection et le voting se feront sur les réseaux sociaux, après que Fitiagape Vision ait collecté le plus de talents. Une soirée exceptionnelle sera au programme au Kudéta Urban Club au Carlton Anosy le 2 décembre à 19h pour la finale.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Peste – La Banque mondiale à la rescousse

Cinq millions de dollars. C’est le montant de l’enveloppe que la Banque mondiale va accorder à pour soutenir le plan national de riposte contre la peste. Cette enveloppe fait suite à la demande d’un financement urgent faite par la délégation malgache, conduite parVonin­tsalama Andriam­bololona, ministre des Finances et du budget. Une demande énoncée lors des assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI, du 13 au 15 octobre, à WashingtonD’après le communiqué conjoint de la Banque mondiale et du ministère des Finances et du Budget, ce fonds servira dans le financement des activités essentielles de riposte contre la peste : la mobilisation du personnel de santé dans tous les districts affectés, les campagnes de désinfection et de désinsectisation dans les écoles et les quartiers les plus touchés par la peste, l’assainissement des quartiers vulné- rables et le paiement de carburant pour les ambulances.« Ce soutien financier devrait permettre à l’État de mieux faire face aux dépenses urgentes liées à cette action », annonce Coralie Gevers, Country manager de la Banque mondiale à Mada­gascar.

L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Barea – Ilaimaharitra, un renfort dans l’entrejeu

Son nom de famille ne laisse aucun doute sur ses origines malgaches. Marco Ilaimaharitra a été appelé par Nicolas Dupuis, pour le match amical du samedi 11 novembre.Il devrait ainsi honorer sa première sélection avec les Barea face aux Comores, au stade Saint-Leu La Forêt, en région parisienne. Âgé de vingt-deux ans, il évolue actuellement au Sporting Club de Charleroi, en première division du cham­pionnat de Belgique. Un renfort de choix dans l’entrejeu, pour aider les Stéphan « Dada » Raheriharimanana, Dimitry Caloin et autres…Ilaimaharitra, littéralement celui qui est patient, a été formé à Mulhouse, sa ville natale. Il a débuté à l’AS Coteaux Mulhouse en 2003. Par la suite, il a joué pour le FC Mulhouse de 2004 à 2008.Le championnat de Fran­ce de première division lui a ouvert ses portes en 2013, avec un transfert au FC Sochaux-Montbéliard. Cepen­dant, le club sochalien est descendu en Ligue 2 l’année suivante.Au total, Ilaimaharitra a disputé quatre exercices avec le FCSM, pour un bilan de 104 matches et 1 but. Il a notamment côtoyé pendant la saison 2016-2017 Faneva Andriatsima, actuel capitaine des Barea de Madagascar.En juillet dernier, Ilai­maharitra est parti en Belgi­que. Il y a rejoint le Sporting Club de Charleroi. Milieu défensif plutôt bien bâti (Ndlr: 1m78 pour 77 kg), il s’est rapidement imposé comme un titulaire indiscutable. Il a disputé onze rencontres jusqu’à aujourd’hui et il y est pour beaucoup dans l’entame de saison probante du SC Charleroi, actuellement calé à la deuxième place du classement général de la Jupiler Pro League.Dernièrement, il a affirmé aux médias locaux qu’il était en train de monter en puissance, concernant ses débuts prometteurs. On espère qu’il sera aussi efficace sous le maillot des Barea.En attendant sa première avec la sélection malgache, on suivra de près sa prochai­ne sortie avec le SC Charleroi en Jupiler Pro League, le dimanche 5 novembre prochain, face au Royal Antwerp. À cette occasion, Ilaimaharitra sera aux prises avec son compatriote, Zotsara Randriam­bololona, qui est également convoqué pour le match amical face aux Comores. Un duel alléchant entre un milieu défensif solide et un milieu offensif aussi agile que talentueux.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Développement – Croissance inclusive dans le Menabe

Consolidation. Dans le cadre de la collaboration entre le ministère de l’Économie et du plan (MEP) et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le Menabe a récemment bénéficié de descente sur le terrain de l’équipe technique des deux institutions. L’objectif de cette initiative consiste à poursuivre les missions de suivi-évaluation par rapport au projet que le MEP et le PNUD ont initié dans cette région depuis plus d’un an.Quatre communes ont ainsi fait l’objet de cette descente, dans le but d’évaluer les rendements apportés par le projet, les problèmes rencontrés et l’analyse des besoins de la population.  L’objectif de la mission entre aussi dans le contexte de pérennisation des activités de la population de la région Menabe. Une vision qui apporte alors une valeur ajoutée et des retombées économiques logiques pour certaines communes comme  Bekonazy, Marofandilia, Andranomena et Ampataka dans le district de Morondava.« Les appuis techniques ainsi que les échanges ont permis au ministère de l’Économie et du plan d’évaluer l’efficience de la collaboration, à hauteur de 90%, depuis la première année d’application jusqu’à aujourd’hui », explique un technicien du MEP.Ainsi, les échanges ont pu donner réflexion au ministère sur les perspectives des futurs projets, par des actions sur l’intervention, la transformation structurelle et le renforcement des capacités productives, lesquels doivent continuer pour le développement durable.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Défense des droits de l'Homme – Mathilde Rabary, décès d'une femme engagée

Engagement. Un mot qui pourrait résumer la vie publique de Mathilde Rabary. Une vie que son fils Paul Rabary, ministre de l’Éducation nationale, a résumée dans une publication sur sa page Facebook, lui rendant un dernier hommage.« Je suis ce que je suis aujourd’hui grâce à ma mère, qui a toujours inculqué à ses enfants les valeurs de respect, de l’effort et de l’engagement. Elle a fait de sa vie un combat pour la défense des droits de l’Homme, en particulier, ceux de la femme en étant médecin, juriste et députée de Mada­gascar. Elle a reçu le prix du courage féminin décerné par le Fonds des Nations Unies pour les populations (UNFPA). Elle reste et restera un modèle pour moi », a publié le membre du gouvernement.L’un des faits d’armes qui a renforcé la réputation de Mathilde Rabary, dans son engagement pour la lutte pour les droits de la femme, notamment, remonte à l’année 2004. Ayant fondé une clinique juridique dénommée « Mifohaza », l’avocate avait alors, défendu une femme qui, durant sa garde à vue, avait été violée par quatre policiers. Seule contre le corps de la Police Nationale qui a fait bloc pour blanchir ses éléments, l’ancienne parlementaire n’a pas lâché l’affaire.Mathilde Rabary et ses collaborateurs au sein de Mifo­haza, composé essentiellement de jeunes juristes, sillonnaient alors le pays, pour faire connaître leurs droits aux citoyens, aux femmes en particulier. La clinique s’occupait des faits de violence au foyer, des disputes relatives au droit de propriété et des cas de torture. Cet engagement sans faille avait valu au docteur Rabary de se voir décerner le prix du courage féminin 2008, de l’UNFPA.« Arriver à ce stade de reconnaissance internationale est une vraie consécration. Je me souviens encore des six mois où ma famille et moi avions dû rester dans l’ombre. Heureu­sement que tous m’ont soutenue », avait-elle déclaré à l’Express de Madagascar, à l’époque. Ayant été élue députée, en 1998, Mathilde Rabary, a également, affirmé son engagement dans la défense des droits humains sur la scène politique. La juriste a porté, notamment, plainte contre le gouvernement pour violation des droits de l’Homme, en 2002.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Des kits de production pour Belobaka

Cinq tonnes de semences de riz, trois tonnes de semences de maïs, une tonne de semences d’arachide, vingt-quatre tonnes d’engrais, trois-cents sarcleuses et soixante quinze charrues constituent les dotations du Président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, aux deux communes, de Belobaka et Antsahalava, du district de Tsiroano­mandidy. Ces kits ont été obtenus grâce au projet Projermo du ministère en charge de l’Agriculture et de l’Élevage, lors du lancement officiel de la campagne agricole de grande saison dans la Région du Bongolava, le 27 octobre.

L'express de Madagascar0 partages

Sport mécaniques – Action caritative du SRK

Le Serana Racing Kart a procédé à la distribution de kits scolaires pour les élèves des EPP et CEG Imerin­tsiatosika, vendredi dernier. Le président Faly Andriana­fetra était accompagné du directeur d’agence de la BOA Imerintsiatosika, à cette occasion, ainsi que du chef fokontany d’Ambohijafy, du chef de la CISCO et de la directrice de l’école publique d’Imerintsiatosika.L’objectif de cette action caritative est de motiver les enfants de la localité, en ce début d’année scolaire. Deux cent vingt deux élèves des deux établissements ont ainsi reçu de nouvelles fournitures scolaires, comprenant cahiers, stylos, crayons et gommes.Et ils ont bien évidemment accueilli ces philanthropes venus à leur chevet avec le sourire. Le Serana Racing Kart prévoit d’autres actions du genre à l’avenir. Tout le monde peut y participer en déposant des dons directement à son bureau à Ankadifotsy.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Sport mécaniques – Action caritative du SRK

Le Serana Racing Kart a procédé à la distribution de kits scolaires pour les élèves des EPP et CEG Imerin­tsiatosika, vendredi dernier. Le président Faly Andriana­fetra était accompagné du directeur d’agence de la BOA Imerintsiatosika, à cette occasion, ainsi que du chef fokontany d’Ambohijafy, du chef de la CISCO et de la directrice de l’école publique d’Imerintsiatosika.L’objectif de cette action caritative est de motiver les enfants de la localité, en ce début d’année scolaire. Deux cent vingt deux élèves des deux établissements ont ainsi reçu de nouvelles fournitures scolaires, comprenant cahiers, stylos, crayons et gommes.Et ils ont bien évidemment accueilli ces philanthropes venus à leur chevet avec le sourire. Le Serana Racing Kart prévoit d’autres actions du genre à l’avenir. Tout le monde peut y participer en déposant des dons directement à son bureau à Ankadifotsy.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Des kits de production pour Belobaka

Cinq tonnes de semences de riz, trois tonnes de semences de maïs, une tonne de semences d’arachide, vingt-quatre tonnes d’engrais, trois-cents sarcleuses et soixante quinze charrues constituent les dotations du Président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, aux deux communes, de Belobaka et Antsahalava, du district de Tsiroano­mandidy. Ces kits ont été obtenus grâce au projet Projermo du ministère en charge de l’Agriculture et de l’Élevage, lors du lancement officiel de la campagne agricole de grande saison dans la Région du Bongolava, le 27 octobre.

L'express de Madagascar0 partages

Quatre arrestations

Quadruple arrestation à Ifarihy Tanjombato. Pour agression d’un piéton, les suspects ont été identifiés, samedi, vers 21 heures. La victime a été délestée d’un téléphone portable ainsi que d’une somme s’élevant à plus de 400 000 ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Rapport Doing Business

Le rapport annuel du groupe de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires sera présenté aujourd’hui. Ce rapport indiquera la performance de chaque pays dans l’environnement des affaires. La Grande île, lors du classement Doing Business 2017, se trouvait au 167ème rang. Elle était loin derrière l’île Maurice, les Seychelles ou encore les Comores.

L'express de Madagascar0 partages

Quatre arrestations

Quadruple arrestation à Ifarihy Tanjombato. Pour agression d’un piéton, les suspects ont été identifiés, samedi, vers 21 heures. La victime a été délestée d’un téléphone portable ainsi que d’une somme s’élevant à plus de 400 000 ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Rapport Doing Business

Le rapport annuel du groupe de la Banque mondiale sur la facilité de faire des affaires sera présenté aujourd’hui. Ce rapport indiquera la performance de chaque pays dans l’environnement des affaires. La Grande île, lors du classement Doing Business 2017, se trouvait au 167ème rang. Elle était loin derrière l’île Maurice, les Seychelles ou encore les Comores.

L'express de Madagascar0 partages

Dahalo abattus

Une escouade de voleurs de bétail armés de fusils de chasse et d’armes  blanches  s’est mesurée aux forces de la gendarmerie à Antsotra Maintirano, vendredi. Le bilan fait état de deux morts dans les rangs des malfaiteurs. Le troupeau volé été récupéré en totalité.

L'express de Madagascar0 partages

Casses de véhicules

Ayant été activement recherchés pour casses de véhicules et attaques à main armée commises à Andravoahangy, Behoririka et Nanisana, onze individus ont été arrêtés, samedi. Une découverte d’objets volés a permis à la police de réaliser le coup de filet.

L'express de Madagascar0 partages

Dahalo abattus

Une escouade de voleurs de bétail armés de fusils de chasse et d’armes  blanches  s’est mesurée aux forces de la gendarmerie à Antsotra Maintirano, vendredi. Le bilan fait état de deux morts dans les rangs des malfaiteurs. Le troupeau volé été récupéré en totalité.

L'express de Madagascar0 partages

Casses de véhicules

Ayant été activement recherchés pour casses de véhicules et attaques à main armée commises à Andravoahangy, Behoririka et Nanisana, onze individus ont été arrêtés, samedi. Une découverte d’objets volés a permis à la police de réaliser le coup de filet.

Midi Madagasikara0 partages

Olivier Mahafaly Solonandrasana : Cap sur Paris

Le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana a quitté le sol malgache hier matin à destination de la capitale française où il va présenter le président de la République Hery Rajaonarimampianina à la 39è session de la Conférence générale de l’UNESCO qui  se déroulera à Paris. Cette conférence débutera ce jour et sera clôturée le 2 novembre. « Les ODD et le rôle de l’UNESCO dans le système multilatéral ». C’est le thème choisi pour cette 39è session. Le locataire de Mahazoarivo quitte la Grande île à une période où les tractations sur un projet de motion de censure visant à destituer son gouvernement fait rage à l’Assemblée nationale.

Davis R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires
Midi Madagasikara0 partages

Epidémie de peste : Un jour chômé et payé consacré à l’assainissement général

Insalubrité permanente va de pair avec nombre de fléaux majeurs de santé publique, tels que la peste. Lors de son traditionnel rendez-vous audiovisuel avec le peuple intitulé « Fotoam-bita », le président de la République, Hery Rajaonarimampianina a annoncé la tenue prochaine d’un jour consacré à l’assainissement général. D’ailleurs, rappelons que de nombreux opérateurs économiques, simples citoyens ont depuis la déclaration de l’épidémie de peste, suggéré une ou des journées « ville morte », qui se sont avérées irréalisables, dans la mesure où une paralysie économique était à craindre. Pour en revenir aux propos d’Hery Rajaonarimampianina, celui-ci n’a pas encore spécifié la date exacte de la journée « ville morte » ; celle-ci sera communiquée lors des prochains conseils des ministres. Autorités et institutions étatiques, communautés locales et simples citoyens prendront part à ces travaux d’assainissement de fond, vu l’envergure nationale de l’épidémie.

Recueillis par Luz R.R

Partager :ImprimerWhatsAppE-mailArticles similaires