Les actualités à Madagascar du Lundi 31 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara73 partages

Taxes communales : 100.000 Ar pour une autorisation de réparation d’un logement

Pour la réparation d’une maison ou d’un logement, il faut compter en plus des matériaux, les divers taxes de la CUA.

50.000 Ar de frais de constitution de dossier et 50.000 autres ariary pour la permission de voiries. Tels sont les frais que la Commune Urbaine d’Antananarivo impute à chaque particulier qui entend conduire réparer ou réhabiliter son logement.

Réparer sa maison ou encore son logement coûte cher. Un fait qui tendrait à se confirmer avec les nouvelles taxes communales votées lors de la récente réunion extraordinaire du conseil municipal de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA). En effet, pour une autorisation de réparation délivrée par la Commune Urbaine d’Antananarivo, un particulier devrait débourser 50.000 Ar de frais de constitution de dossiers et 50. 000 autres Ariary de permission de voiries. Ce qui fait en tout et pour tout 100.000 Ar de frais de réparation à payer à la Commune Urbaine d’Antananarivo. Par ailleurs, la CUA impose également d’autres taxes entrant dans le cadre d’une réparation de logement. Pour un projet de changement de toiture par exemple, il faudrait payer 1.000 Ar de taxe par surface à remplacer. Le prix est le même pour un changement de plafond et de dallage. De même pour un remplacement des boiseries pourries, la commune impute 2. 500 Ariary par surface à remplacer en mètre-carré.

Hausse. Votées en conseil municipal, ces taxes devraient directement s’appliquer pour la population de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Dans l’objectif d’avoir plus amples informations concernant la question, nous avons essayé de joindre par téléphone – sans succès – la direction de l’urbanisme auprès de la CUA. Par ailleurs, le conseil municipal a également validé la hausse des frais relatives à l’autorisation de branchement d’eau et d’électricité. Ledit frais étant passé de 65.000Ar à 100. 000 Ar. Par ailleurs, la CUA a mis en place un “droit d’accouchement de 10. 000 Ar” auprès des Centres de Santé de Base sous sa tutelle. Les frais de consultations auprès desdits centres restant inchangés. Soit, 3. 000 Ar pour les personnes âgées de 16 ans et plus et 2. 500 Ar pour les mineurs moins de 15 ans.  Pour revenir aux droits de réparation, si cela se fait dans les pays développés et les grandes métropoles du monde, l’on se demande comment et avec quels outils la CUA ferait pour instaurer le respect desdites dispositions dans la capitale malagasy ?

José Belalahy

Midi Madagasikara30 partages

Affaire Farafangana : L’ONU dénonce l’usage excessif de la force

L’ONU met en cause les forces de sécurité

L’affaire de la mutinerie dans la prison de Farafangana a alerté l’organisation des Nations Unies. Cette dernière parle d’un « usage excessif de la force » et veut des « enquêtes indépendantes et approfondies ».

Les Nations Unies brisent le silence à propos de l’affaire de mutinerie dans la prison de Farafangana.  Lors d’un point de presse tenu vendredi dernier à Genève, et rapporté par le site d’information de l’organisation onusienne, le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme « s’est dit vivement préoccupé » par l’issue de la mutinerie dans la prise de Farafangana, lit-on sur le site onusien. Une issue que l’organisation des Nations unies dénonce après le lourd bilan de pertes humaines avec 23 morts du côté des détenus. Ces derniers ont perdu la vie après les tirs des forces de sécurité une fois que la poursuite des évadés de la prison a été engagée.

Aucun ordre. Il s’agit, ni plus ni moins, « d’un usage excessif de la force par les forces de sécurité », soutient le haut commissariat des Nations Unies selon la publication dans le site d’information des Nations Unies. « Les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des détenus qui tentaient de s’échapper de la prison de Farafangana », a déclaré vendredi Rupert Colville, porte-parole du haut commissariat. Toutefois, le ministre de la Justice, Johnny Richard Andriamahefarivo, a soutenu urbi et orbi qu’aucun ordre de tirer n’a été donné. Selon ce dernier, la réunion de l’organe mixte de conception élargi qu’il a dirigé sur place, mercredi dernier, a confirmé que « les forces de sécurité n’ont reçu aucun ordre ». « Ils ont  agi en état de légitime défense »  a soutenu la hiérarchie de la gendarmerie. Une thèse que beaucoup d’observateurs contestent.

Enquête indépendante. Quoiqu’il en soit, les forces de sécurité sont situées au cœur de la vague dans cette affaire qui a attiré la foudre des critiques les plus acerbes et les dénonciations unanimes des défenseurs de droit de l’homme. Vendredi dernier, Rupert Colville a appelé les autorités malagasy à un « strict respect des principes de légalité, de nécessité, de proportionnalité et de non-discrimination » lors de l’usage de la force, selon le site d’information des Nations Unies. Une enquête est donc sollicitée par les Nations Unies pour éclaircir cette affaire de mutinerie. « Le Haut-Commissariat entend continuer à travailler avec les autorités malagasy pour faire en sorte qu’elles mènent des enquêtes approfondies, indépendantes et impartiales sur les circonstances des meurtres survenus lors de l’évasion de la prison », lit-on sur la publication.

Rija R.

Midi Madagasikara27 partages

Région Melaky : Le groupe Nera, impliqué dans des projets de développement socioéconomique

Le DG de Nera, Ratsitohara Nerarivony Patrick remettant des dons à l’association FIAME dirigée par Rafiringa Aurélia

Des opérateurs économiques s’impliquent dans le développement de leur région d’implantation. A l’instar du groupe Nera qui  assume par ailleurs ses responsabilités sociétales d’entreprise.

Et ce à travers des actions sociales mais aussi  du partenariat public-privé qui reste un excellent moyen pour le développement régional.

Au service du développement

Un opérateur économique  au service  du développement socioéconomique de sa région. Patrick Ratsitohara, le Directeur Général du groupe Nera, une entreprise opérant dans la région Melaky l’est. Il vient de le démontrer à travers la cérémonie de remise de dons qu’il a réalisée hier à Ambohimalazabe (RN2). Et ce au bénéfice des membres de l’association féminine  du Melaky (Fikambanan’ny Ampela Melaky ou FIAME ). Un lot de produits de première nécessité, d’huile alimentaire, de savons, de détergents, des vêtements,  ainsi qu’une enveloppe de 3 millions d’ariary ont été ainsi remis aux membres de cette association.  Ces derniers ont également bénéficié de deux cartons de CVO avec des  masques. « C’est aussi une occasion pour nous d’apporter notre collaboration dans la lutte contre le coronavirus », a déclaré Patrick Ratsitohara.

Responsabilités sociales

Une manière en somme de renvoyer l’ascenseur à la population du Melaky, une région où cet opérateur réalise un certain nombre d’investissements utiles au développement.  Ses entreprises interviennent notamment  dans l’agroalimentaire, la  distribution de PPN, le transit, le transport maritime. Le groupe a, à son actif, un certain nombre de réalisations comme le bitumage des rues du centre-ville de Maintirano. Le secteur aérien figure également parmi les activités de Patrick Ratsitohara.  Son groupe est en effet, le titulaire du marché de réhabilitation de l’aérodrome de Maintirano. Un projet qui lui tient à cœur dans la mesure où la remise en état de cette infrastructure aéroportuaire est l’un des clés du désenclavement de la région Melaky. Faut-il en effet rappeler que le mauvais état des routes menant vers cette région est un des blocages de son développement. Malheureusement,  la passation de la gestion de l’aérodrome de Maintirano  n’a pas pu encore  se faire jusqu’à maintenant. Et ce, pour des raisons qui n’ont visiblement rien à voir avec l’aspect technique du dossier.  Un blocage d’ordre administratif en somme pour ce projet en faveur de la région Melaky . Et pourtant  le Président de la République Andry Rajoelina met un point d’honneur pour le développement des régions. Une politique qui s’applique au plus haut point pour les régions à grande potentialité économique comme le Melaky. « Le partenariat public-privé constitue un moyen de contribuer efficacement au développement régional », affirme Patrick Ratsitohara qui souligne que  « le groupe Nera entend  plus jamais,  assurer ses responsabilités sociétales  d’entreprise dans sa région d’implantation ».  En tout cas, la présence d’opérateurs économiques déterminés pour le développement régional est une belle opportunité pour la région Melaky connue pour ses immenses potentialités économiques.

Nary Ravonjy

Midi Madagasikara16 partages

Groupe de la BAD : Akinwumi Adesina réélu président

Akinwumi Adesina lors de sa visite à Madagascar.

Les assemblées annuelles du Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) se sont tenues en ligne, la semaine dernière. Outre les nombreuses sessions au programme, cet événement a été marqué par la réélection du président de cette institution, Dr Akinwumi Adesina, à l’issue d’un vote unanime des gouverneurs. La cérémonie d’investiture, pour son second mandat quinquennal, se tiendra demain. « L’événement auquel participeront les chefs d’État, les gouverneurs et les parties prenantes externes, se déroulera en visioconférence dans le respect des directives de distanciation physique liées à la pandémie Covid-19 », a indiqué la BAD dans son invitation. Économiste du développement de renommée internationale, lauréat du Prix mondial de l’alimentation et du Prix SunHak pour la paix, Akinwumi Adesina s’est distingué en menant un programme audacieux visant à réformer la Banque, et à accélérer le développement de l’Afrique. Il a été élu pour la première fois à la présidence du Groupe de la BAD le 28 mai 2015.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Travail en ligne : Les travailleurs malagasy vulnérables face aux arnaques

Le secteur du travail en ligne gagne de plus en plus de terrain à Madagascar. Depuis l’arrivée de l’épidémie de Covid-19 au pays, beaucoup se sont tournés vers la prestation de services en ligne. Ce qui s’explique par la forte demande dans ce secteur au cours des cinq derniers mois. Néanmoins, les offres trouvées sur Internet ne sont pas toujours fiables. « Sur cinq demandes de prestation trouvées en ligne, seules deux d’entre elles sont sérieuses et aboutissent à une rémunération du travail effectué », nous a raconté la jeune Vahinala qui nous a également affirmé que le prestataire n’est jamais certain d’être payé à moins de tomber sur un client qui fait preuve de bonne foi.

Le contrat.  Pour les rédacteurs indépendants, le plus souvent, il n’y a presque jamais de contrat de travail entre eux et les clients étrangers. Une discussion sur les réseaux sociaux suffit pour fixer le tarif de la prestation, le mode de paiement ainsi que la nature du travail à faire. Dès que le client valide un profil, la collaboration peut tout de suite démarrer. Malheureusement, dans beaucoup de cas, après un  mois de travail acharné, le client disparaît et ne donne plus signe de vie. Aussi, le travail reste impayé et le prestataire n’a aucun moyen de retrouver ni son argent, ni le commanditaire. Situation difficile à vivre pour beaucoup de travailleurs indépendants qui ont le malheur de tomber sur des clients malhonnêtes. Actuellement, travailler sur des plateformes spécialisées  reste le seul moyen d’être certain qu’il y a une rémunération après travail. Mais comme dans toute activité professionnelle, pour espérer se faire une place, il faut démontrer une réelle capacité. Ce qui n’est pas évident pour les débutants qui doivent  grappiller des contrats qui ne demandent pas beaucoup d’expériences et qui n’offrent pas beaucoup de sécurité.

Anja RANDRIAMAHEFA

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Coronavirus - Renforcement des mesures pour la région Diana

Si Madagascar avance généralement vers un deconfinement progressif, il n'en est pas de même pour toutes les régions du pays, particulièrement pour la région Diana, où le nombre de cas enregistrés semblent se multiplier.
Pour cette région, une décision a été prise par le Centre Régional de commandement opérationnel CRCO Covid-19 avec le gouverneur Daodo Marisika, qui est le renforcement des mesures de protection contre le virus, dont l'arrêt de toute activité avant 14h, une décision valable pour les travailleurs en secteur privé, les bureaux administratifs, ainsi que pour la circulation, notamment les taxis, les cyclos-pousses et les tuk-tuk.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Andry Rajoelina visite les chantiers du nouveau campus universitaire d'Antsirabe

Des infrastructures sont en cours de construction pour l'université d'Antsirabe. Les travaux ont commencé depuis le mois d'octobre de l'année dernière et pour le moment, selon les responsables, ils arrivent presque à la moitié et prévoient de finir d'ici la fin de cette année 2020.
Le Président de la République, qui était de visite à la région Vakinankaratra, en a profité pour voir les chantiers du campus à Vatofotsy. L'université serait prête à accueillir de nouveaux étudiants d'ici la prochaine rentrée académique.
Tia Tanindranaza0 partages

Faran’ny herinandro4 no matin’ny Coronavirus

Olona miisa 4 no namoy ny ainy vokatry ny coronavirus ny faran’ny herinandro teo. 03 no lavo notaterin’ny Pr Vololontiana Hanta ny sabotsy teo, ka ny 01 teto Analamanga, 01 Matsiatra Ambony, ary 01 Sava.

 

 01 kosa ho an’ny omaly, izay tany amin’ny Faritra Diana. 191 izany ireo lavo hatramin’izay. 95 ireo tranga vaovao ny sabotsy teo hita tamin’ny fitiliana 737, ka 12,89% ny taham-pahavoazana. Ny 64 tamin’ireo no teto Analamanga, 6 Faritanin’i Toamasina, 06 Fianarantsoa, 11 Mahajanga, 03 Antsiranana, ary 07 Toliara. 52 kosa ireo tranga vaovao omaly alahady, hita tamin’ny fitiliana 537, manome taham-pahavoazana 9,68%. Teto Antananarivo ny 32 (26 Analamanga, 06 Vakinankaratra ka ny 04 Antsirabe ary ny 02 Ambatolampy); 01 Fianarantsoa tany Ambositra Faritra Amoron'i Mania; 05 Mahajanga (01 Boeny, 04 Sofia); 12 Antsiranana (04 Diana, 08 Sava); ary 02 Toliara izay tao amin’ny Faritra Androy avokoa. Mitotaly 14843 izany ireo tranga hatrizay.

 

NIAKATRA KELY IREO MARARY MAFY

Nambara tao anatin’ny tatitra omaly, fa 52 ny sitrana vaovao. Miisa 13 753 ny sitrana rehetra hatramin’ny sabotsy teo, ka raha ampiana 52 dia manome 13 805, saingy 13 802 ny tatitra, izay tsy hay na nisy kaonty tsy mety ahiana ho filalaovana antontan’isa na fahadisoana tsy nahy. 92,98% ny tahan’ny fahasitranana hatreto. 847 na ny 5,70% no mbola manaraka fitsaboana. 53 ny "formes graves" izay niampy 4. Ny 35 eto Analamanga, 01 Vakinankaratra (Antsirabe), 01 Atsinanana (Morafeno Toamasina), 11 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 03 Atsimo Andrefana, 02 Diana.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Politika mitodika amin’ny tantsahaNy an-dRavalo ihany no nalain-tahaka

Tany Antsirabe ny faran'ny herinandro teo no nampahafantarin’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina ny tetikasa “titre vert” ao anatin’ny fampiroboroboana ny fambolena fiompiana.

 Homena tany 10ha, homena trano ny olona, hampiditra rano ny fitondrana, hampanao fiofanana ho an’izay te hamboly sy hiompy,... Ao anatin’ny 5 taona ny asa fambolena sy fiompiana, ho lasa tompony ireo mponina amin’ny 5 taona manaraka. Mampahatsiahy ny politikan’i Marc Ravalomanana tamin’ny fotoan’androny io, ary te hampiseho izany ny Filoha ankehitriny, fa mitodika any amin’ny tantsaha izay misehatra amin’ny seha-pamokarana eny ifotony. Mety ny nataon’ny fitondrana izay naongana 11 taona lasa, matoa miezaka maneho tetikasa mitovitovy amin’izany. Nazava ny tarigetra tamin’izany sy ny vina tamin’izany dia ny Madagasikara voajanahary na “Madagascar Naturellement”, izay tena goavana sy fandaharan’asa nasionaly, fa tsy tsongatsongaina amina toerana na tanàna iray. Efa tany amin’ny 16 na 17 taona lasa ny fanjakana tamin’izany no nametraka ny PSDR nahafahana nanome tantsoroka ara-pitaovana sy ara-piofanana ny tantsaha. Efa tamin’izany ihany koa no nisian’ny MCA (Millenium Challenge Account) izay novatsian’ny Amerikanina sy ny Banky Iraisam-pirenena vola, ka i Madagasikara no isan’ny firenena voalohany teto ambonin’ny tany nisitraka azy. Niompana tamin’ny fampiroboroboana ny toekarena sy fihariana io, ary tafiditra tao anatin’izany ny tontolo ambanivohitra, toy ny amin’ny lafiny fananan-tany sy kara-tany hoenti-manampy ny tantsaha. Soa tokoa fianatra matoa te haneho fa mitodika amin’ny tantsaha ny Filoha Rajoelina, saingy mety efa lasa lavitra be isika, raha nitohy ny efa natomboka efa ho 20 taona lasa izay.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ambatomarina – Amoron’i Mania Tanora tantsaha 30 niofana mikasika ny fambolena anana

Tanora tantsaha miisa 30 tao amin'ny Kaominina Ambatomarina, Distrika Manandriana, Faritra Amoron’i Mania no nahazo fiofanana mikasika ny fambolena anana nandritry ny 27 andro.

 

Fiaraha-miasan'ny Institut Supérieur de Technologie d'Ambositra na IST-A sy ny foibem-paritry Fambolena sy Fiompiana ary ny Jono Amoron'i Mania amin'ny alalan'ny tetik'asa Formaprod no nahavitana izao fanofanana izao. Nandray an-tanana ny famolavolana sy ny fampiofanana ny IST-A, ny Formaprod kosa nanao tantsoroka ara-pitaovana. Fiofanana anaty trano ny azy 30 mianadahy fa hitohy amin'ny dingana fampiharana indray eny an-tsaha mandritra ny enim-bolana hatramin'ny herintaona, ka notolorana fiataovana izy ireo hiatrehana izany.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fako plastika ho lasa fanakaMiantso fiaraha-miasa ny mpamolavola azy

Araka ny fanazavan’i Elodie Andrianarisoa izay mpiara-nanorina ny orinasa mpamokatra fanaka manendrika ny tokantrano iray dia manana tanjona ny hanabe

 

voho ny fifantenana sy famerenana ireo fako plastika ho lasa fanaka ao an-trano na koa hoe akora mbola ilain’ny Malagasy amin’ny fiainana an-davan’andro izy ireo. Eo koa ny fanabeazamboho ireo fihetsika filamatra amin’ny fiarovana ny tontolo iainana ao anatin’ny famolavolana ity tetikasa ity. Ny 5%n’ny tombony azo ao anatin’izy ity moa dia arotsaka amin’ireo fikambanana misehatra ao anatin’ny fampandrosoana maharitra, raha ny fanazavana hatrany. Misy, noho izany, ny tetikasa antsoina hoe “Kopakelatra” izay hiantsoan’izy ireo izay vonona hiara-kiasa aminy ka hanasan’izy ireo hitsidika ny rohiny ao anaty tambazotran-tserasera.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena iraisam-pirenenaTsy mitsaha miaka-bidy ny volamena

Mahatratra 1 921.18 dolara ny “once d’or” ary mananika ny 2000 dolara eo amin’ny vidin’ny volamena eo amin`ny tsena iraisam-pirenena.

Misy ary ireo milaza fa mbola hiakatra izy io ary mety hahatratra 3000 dolara ato ho ato. Noho izany, tsy nisy fiantraikany tamin’ny vidin’ny volamena ny valan’aretina Covid 19 maneran-tany. Maro no nihevitra fa nampiakatra avo ny vidin’izany ity farany ity. Raha nihena be ny “demande en or” maneran-tany dia nitombo ny olona nividy azy noho ny volamena « valeur refuge », sy ny fiheverana fa hilatsaka ny vidiny ka io no vao mainka nampiaka-bidy azy. Anisan’ny manana volamena tsara kalitao i Madagasikara, manondrana ihany koa saingy sehatra hanjakan’ny aferafera sy ny trafika izy ity.

 

Marigny A

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zava-dozaNy mponina mitombo , ny asa tsy misy

Anisan’ireo singa manalefaka sy mampitombo ,ary tena misy fiantraikany amin’ny toekaren’ny firenena iray ny taha-mpitomboan’ny mponina na “taux de croissance démographique”ao aminy.

 

Eto Madagasikara dia mahatratra ny 3% isan-taona eo ho eo io taha io raha zara fa 0, 1% ny atsy Maorisy izay anisan’ireo firenena mandroso ankehitriny. Misy fiantraikany goavana nefa izany ary hita soritra vokatr’ ny valanaretina Covid 19 ity amin’ny toekarem-pirenena. Raha ny tatitra nataon` ny CCIFM (Chambre de Commerce et d’Industrie France-Madagascar) tokoa manko dia efa mahatratra 2 000 isa ireo very asa ankehitriny ary 7 000 isa no very asa vonjimaika na “chômage technique”. Ny eo anivon` ny EDBM (Economic Development Board of Madagascar) ihany koa dia nanambara fa nidina hatrany amin’ny 91% ny « Chiffre d’affaires » an’ny ankabetsahan’ny orinasa, ary mahatakatra ho 27% tahan’ny fandroahana mpiasa. Mila mijery haingana ny momba ny sehatra tsy miankina izay fototry ny fampandrosoana ireo tompon’andraikitra hanalefahana ny krizy ara-toekarena sy sosialy izay efa manangasanga ankehitriny ny fitondram-panjakana. Ny olana mantsy dia ny mponina mitombo saingy ny asa nisy nihitsiko, ny asa miforona sy ny foto-drafitrasa enti-mampandroso anefa zara raha miampy akory, mitombo ireo tsy an` asa.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

TaxibeEfa miverina indray ny miodina an-dalana

Iray amin’ireo sehatra nitondra faisana noho ny fepetra apetraky ny fitondram-panjakana ny fitateram-bahoaka indrindra teo amin` ny Faritra Analamanga, tafiditra ao anatin’izany ny Taxibe sy ireo Taxi-brousse mampifandray ny

 

 

Renivohitra sy ny Faritra hafa. Ho an’ny Taxibe dia efa ny alarobia lasa teo moa no niverina niasa ary maro rahateo koa ireo olona mitaraina amin’ny tsy fisian’ny fiara fitateram-bahoaka eto an-drenivohitra kanefa ny mpiasa efa miverina miasa, torak’izany koa ireo olona tokony hihazo ny Faritra hafa na hiakatra aty Antananarivo. Mazava ho azy fa nisy fametrahana ny lamina rehetra mba ho fiarovana ny mpandeha sy ny fisorohana ny fiparitahan’ny valanaretina. Mazava moa ny resaka fahasalamana saingy manao ahoana ny fanarahana bokin-andraikitra? Maro no mitaraina amin` ny afitsoky ny taxibe tsy refesi-mandidy sasany. Tsy tonga any amin` ny farany izy ireo amin`ny hariva. Miodina an-dalana ary mandika mihitsy ny voalaza ao anatin` ny bokin` andraikitra. Sady miodina am-pandehanana , mibahan-dalana ary mety hiteraka lozam-pifamoivoizana. Manginy fotsiny ny familafilana mpandeha. Ilay fahatongavan-tsaina mihitsy no mbola tsy ao eto amintsika. Tsy efa ampy ve izay fijaliana tsy nandraisana karama nandritra ny volana maro izay? Tsy efa fotoana tokony nanaovan` ireo mpitatitra sy mpiantsehatra jery todika amin` ny lasa mba hanatsarana ny fitaterana amin’ny ho avy ve izay ? Indrisy fa vao mahita irika kely dia miverina anaty gaboraraka sy fandikan-dalàna. Mila hambenana ohatry ny omby foana ve vao hanaja fitsipika sy lalàna ?

 

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjakana hividy vokatra Nanantena tsy misy ny tantsaha…

Ny 06 aogositra tany Ambatomena Fianarantsoa no nilazan’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina fa hoe hovidian’ny fanjakana ny vokatry ny tantsaha, hisy kamio, hitety any Ambanivohitra hividy izany amin’ny vidiny araka ny tokony ho izy.

 

 

Mijaly rahateo ny tantsaha izay tena nifofotra sy nandany aina tamin’ny famokarana kanefa tsy misy mividy sy simba ny vokatra, ka voatery atao varoboba. Nambara fa ireny vokatra ireny no hovidian’ny fanjakana ary ireny no hozaraina amin’ny vatsy tsinjo avy eo. Aiza ny tatitra mazava momba ny fanjifan’ny fanjakana ny vokatry ny tantsaha raha tena natao tokoa ? Taiza sy taiza avy ireo faritra nividianana vokatra ary taiza no nizarana azy ? Hatreto aloha tsy mbola nandrenesam-peo sy tatitra mazava ny momba io resaka io, kanefa isan’ny hevitra mety miendrika fitsinjovana mivantana ny tantsaha.Izy ireo rahateo maro no sahirana tamin’ny famoaham-bokatra; ary na tafavoaka aza izany ny mpanjifa mihitsy koa no efa tsy manam-bola.Nanantena ny fanjakana hoe ho avy hividy ara-drariny ny vokatry ny tany , kinanjo resaka nandalo dia niserana ilay izy .Vary amin’ny gony , menaka, ronono amin’ny boaty, voanemba maina ary CVO no entana hita amin’ilay hetsika sosialim-bahoaka fa tsy nisy legioma vokatry ny tany teto an-toerana kosa aloha. Andrasana ny tatitra na ny fanatanterahana azy mba tsy hijanona ho resa-be sy fampanantenana poakaty lava. Mila tena haompana amin’ny fijerena ny lafiny famokarana sy ny fanjifana ny vokatra anatiny ny politika eto amin’ny firenena, saingy ny vary hoanintsika aza manafitra an’aliny taonina avy any ivelany ny fanjakana. Ny 82% amin’ny Malagasy anefa dia tantsaha avokoa.

 

 

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitsabo Malagasy FITRAMA 67 ha Nisy nanafika, voatsindron’antsy ny mpiambina

Nisy nanafika ny zoma hifoha sabotsy teo ny biraon’ny Mpitsabo Malagasy FITRAMA etsy amin’ny 67 ha, tantanan-dRafanomezantsoa Jean Nirina

 

 

. Tokony ho tamin’ny 10 ora alina tany ho any no nitrangan’izany ka vatan-dehilahy miisa 8 no indray nanafika ireo mpiambina roalahy, niambina ity orinasa iray ity. Avy hatrany dia notsindroniny antsy izy roalahy ireo raha ny vaovao no sady nanaovany rahom-bava ihany koa hoy ny fanazavana toy ny hoe : aseho izay maha-mpiambina ny FITRAMA an’ialahy isany ! Tafaporitsaka moa ny iray tamin’ireo mpiambina raha ny iray no tena nifanandrina tamin’ireo mpanao ratsy izay tena voa mafy tokoa ka voatery naiditra hopitaly. Faritra telo moa no lasibatry ny antsy tamin’ity mpiambina iray ity toy ny sandriny , ny andriny, ary ny hatony. Efa misokatra ny fanadihadiana hataon’ny mpitandro ny filaminana.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mety hipoaka ihany ny sarom-bilany...

Faly sahirana ny vahoaka Malagasy amin’izao fotoana izao. Toa efa afa-doza amin’ny valanaretina, ka tsikaritra ho miverina amin’ny fiainana andavanandro izany ny fomba fiainan-dRamalagasy, raha ny hita soritra eto an-dRenivohitra.

 

Mbola tsy hananana antoka tanteraka anefa ny fandresentsika ny valanaretina ny fitiliana vita satria tsy ampy 10% amin’ny vahoaka Malagasy akory ny vita fitiliana. Marina fa miezaka manome antoka ny mpitondra, fa andalam-pandresena isika izao. Mihana ny tranga raha ny antontan’isa ofisialy, saingy azo lalaovina tsara io. Enga anie mba tena ny zava-misy marina no taterina. Miverina mitombo ny tranga any amin’ny firenena maro, toy ny any Eoropa izay manana ny ampy amin’ny fiarovana sy ny fiantrehana, ka tokony ho mailo isika. Etsy andaniny, mbola mafy ny fiantraikan’ny krizy, mbola sarotra ny asa fihariana indrindra fa ho an’ny orinasa, mbola baraingo ny fanavotana ireo mpiasa natsahatra tamin’ny asany, ny vidim-piainana miha midangana, ny sandam-bola mitotongana, ny vahoaka bokan-trosa ny ankamaroany,... Na ny tamba-bidin’ny herinaratra ho an’ny Jirama, ny hetra mitambatra satria afaka nahemotra ny fandoavana azy, ny hofan-trano, ny ekolazy sy ny fampidirana mpianatra, ny fandoavana ny volan’ny CNaPS nindramina, ... dia mbola trosa miandry avokoa. Ny mpitondra fanjakana etsy andaniny, toa miezaka manao seho politika hoenti-maneho fa manga ny lanitra. Toa mbola endrika propagandy izany hatrany no hita soritra. Toa tsy te hahalala izay kihana izany ny mpitondra, ary mihevitra fa tena mety ny ataony. Ny manahirana anefa, dia maro ny geja toa hoenti-manapina ny feo sy fanehoan-kevitra ankoatra ny azy sy ny mpomba azy. Toa natao hangejana ny fahalalahana ny hamehana. Asa izay hiseho aoriana ao, fa raha ny zava-misy aloha, dia ahiana hipoaka ny sarom-bilany eo anatrehan’ny krizy lalina miseho, raha tsy misy angaha ny finiavana sy vahaolana maharitra sy azo tsapain-tànana. Asa mihevitra ve ny mpitondra fa tena adinon’ny vahoaka ny tsy mety ataony, aferafera, fitantanana tsy mangarahara.

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lionel MessiMbola mijanona ho mistery ny fifindrany

Mbola mitoetra ho mistera tanteraka ankehitriny ny amin’ny resaka fialan’ilay kalaza Lionel Messi ao amin’ny ekipan’ny Fc Barcelone taorian’ny faheresena

 

 goavana 8-2 an’ity ekipa misy azy ity nanoloana ny Bayern Munich teo amin’ny 1/4-dalan’ny Champios League farany teo. Samy azo eritreretina ary voaresaky ny maro fa mety hifindrany avokoa ny ao amin’ny Manchester City, ao amin’ny PSG ary koa ao amin’ny Inter Milan. Mety hanaitra ny maro kokoa anefa ny hahita an’i Messi hiara-dalana amin’i CR7 ao amin’ity ekipa farany ity. Fantatra koa anefa fa efa nividy trano any Miami – Floride (USA) i Messi amin’izao faha-33 taonany izao.

 

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fifamoivoizana amin’ny RN 2Hadihadiana lalina ny momba ireo mpandeha

Mila mitondra dika mitovin’ny karapanondrom-pireneny ireo olompirenena mikasa hihazo iny lalam-pirenena faharoa iny, raha toa ka efa ampy taona,

 

 hoy ny avy eo anivon’ny sampan-draharaha miadidy ny fitaterana an-tanety eto Madagasikara. Ilaina ihany koa ny manao famandrian-toerana amin’ny alalan’ny finday hamantarana mialoha ny taksy borosy hisy ireo mpanjifa. Misy moa ny fampahafantarana ny mombamomba ireo koperativam-pitaterana mampifandray ny faritra Analamanga sy Atsinanana ao amin’ny tambazotran-tseraseran’ity sampan-draharaha ity. Ireo fanadihadiana lalina ny momba ireo mpandeha ireo, araka izany, no isan’ny fepetra noraisin’ny ATT mba ho fahamailoana hatrany ao anatin’izao mbola vanim-potoanan’ny fahamehana ara-pahasalamana izao, raha ny fanazavana.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Miantoka ny ho avin’ny firenenaMila politika matotra ny fanabeazana

Na ireo firenena matanjaka na koa mikatsaka fandrosoana dia tsy manao ambanin-javatra ny kalitaon’ny fampianarana satria izany no fototry ny fototry ny fampandrosoana.

 

Na eo aza ny harena ary na misy aza ny asa, dia ilaina ny fahaiza-manao miainga amin’ny fianarana noratovina. Ny « Capital humain » ananan’ny orinasa iray dia isan’ny singa fototra ahafahany mandroso sy mivelatra na tsia. Izany hoe ny “capital humain” dia herijika ho an` ny firenena. Eto Madagasikara anefa dia tena mbola ratsy kalitao ny fampianarana. Araka ny tatitra nataon` ny PASEC ny taona 2017. 75% an’ireo mpampianatra eny amin’ny EPP dia tsy manana diplaoma akory .Izany hoe zara raha manana taham-pahalalana ambony noho ny mpianatra ampianariny. Mahagaga anefa fa mbola latsaky ny 15%n` ny tetibolam-panjakana ihany ny tetibola nomena sy atokana hanatsarana ity sehatra ity. Ireo firenena mandroso maneran-tany anefa dia tsy latsaky ny 92% ny tahan` ny fampidirana ankizy an-tsekoly sy ny tsy fahaizana mamaky teny (alphabétisation). Raha lazaina fa fototry ny fampandrosoana ny fampianarana sy ny fanabeazana dia tokony laharam-pahamehana ho an'ny mpitondra izany ny fanomezana ireo enti-manana ilaina mba hahatanteraka izany marina isan'ambaratonga kanefa raha bado ny vahoaka amin` ny firenena iray dia tsy hisy mihitsy ny fampandrosoana.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanatsarana ny famatsian-dranoIantsorohan’ny Jirama ny fanarenana an'Amoronakona

Raisin’ny orinasa JIRAMA an-tanana ny fanarenana an’Amoronakona. Tanjona ny hahafahana manatsara ny famatsian-drano amin'ny faritra Antsinanan'Antananarivo mialohan’ny main-tany.

 

Am-perin’asa manarina ireo tsy fahatomombanana rehetra ao amin'ny tobim-pamokaran-drano Amoronakona araka izany ny teknisian'ny JIRAMA omaly Alahady.Hamokatra rano fisotro madio 100m³ isan'ora ity tobim-pamokaran-drano ity ary hisitraka izany mivantana ny enyAmbohimangakely sy Ambohimahitsy. Hanatsara ny famatsiana amin'ireo faritra manodidina ihany koa ny fahavitany.Ankoatra ity tobim-pamokaran-drano efa miorina ity dia isan'ireo toerana hametrahana ilay "station de traitement d'eau conteneurisée " , izay afaka hamokatra rano 100m³ isan'ora ihany koa eny Amoronakona izay hamatsy an'Ambatomaro, Antsobolo any hatrany Ambohibe ilafy.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitetezana an’i Madagasikara Midongidongy ny iray amin’ireo zanak’i Zoto

Tonga ao Ambato Boeny ny 28 aogositra teo i Zoto efa-mianaka. Noraisin'ny Fokontany Ankaraobato izy ireo ny alin'ny nahatongavana tao ary olon-tsotra indray no nampiantrano azy efa-mianaka taorian’izay.

 

 

 Salama tsara izy telo lehibe, dia i Zoto sy ny zanany roalahy lehibe fa ilay zandriny indrindra voalaza fa somary mikohokohoka. Niezaka nanome fitsabona sahaza azy ny fianakaviana nampiantrano azy ireo. Efa midongidongy tsy te handeha intsony ihany ilay zandry io, mety efa reraka ny dia saingy i Zoto tsy manaiky fa hanohy ny dia moramora ihany, hoy izy. Raha ny fikasan'izy ireo dia ny talata 1 septambra maraina no hiainga ao Ambato Boeny izy efa-mianaka. Nomarihin’i Zoto fa io no diany farany fa hanomboka hianatra amin’izay izy telo lahy kely rehefa tafody any Antsiranana izy ireo.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanararaotana ara-nofoMody navotany avy eo naolany ilay tovovavy

Nisy tovolahy iray namoaka filazana tao amin'ny tambajotran-tserasera facebook ny zoma hariva teo fa nisy tovovavy iray somary very saina hitan'izy ireo tetsy Andohatapenaka ary efa nitangoronan'ny olona.

 

 

Nisy lehilahy iray nitondra moto ihany koa niaraka nitangorona tamin'ny olona teny amin'ilay toerana ary nilaza fa mpiasan'ny fitsarana ka hanatitra azy amin'ny moto eny amin'ny kaomisaria etsy amin’ny 67ha. Nilaza ilay tovolahy nanao pulication sy ny namany fa hanaraka an'ilay lehilahy nitondra ilay tovovavy tamin'ny moto avy ato aoriana hamonjy ny biraon'ny polisy etsy 67ha. Nolazain'izy ireo tamin'izany fa toa nivily lalana nankany Ampasika ilay moto nitondra ilay tovovavy ka nanomboka teo dia tsy hita intsony izay nalehan'ilay moto nitondra ilay tovovavy rehefa tonga teny amin'ny biraon'ny polisy izy roalahy.Raha vao nahita ilay vaovao moa ny polisy dia efa nanokatra ny fanadihadiana. Nanao ny fikarohana ireto farany nandritra izany ka tratra teny Sabotsy Namehana ilay moto nitondra ilay tovovavy ary nosamborina avy hatrany ilay lehilahy milaza ho mpiasan'ny fitsarana. Fantatra tamin'izany fa tsy naterin'ity lehilahy ity teny amin'ny kaomisaria akory ilay tovovavy fa nentiny nanaraka azy tany Antaninarenina ka ny sabotsy maraina teo no tratran'ny polisy tetsy Sabotsy Namehana izy sy ilay tovovavy .Rehefa natao ny fanadihadiana dia voamarina fa voaolana ilay tovovavy ary ilay lehilahy mpiandry vavahady eny amin'ny lapan'ny fitsarana anosy ilay nahavanon-doza.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiaraha-miasan’ny UNICEF sy ny Ericsson Sekoly amina firenena 35 hisitraka “internet”

Nampahafantarina ofisialy ny 26 aogositra lasa teo ny fiara-miombon’antoka Sampan-draharaha iraisam-pirenena momba ny fanabeazana, ny kolontsaina ary ny zaza amam-behivavy na ny UNICEF, hifototra amin’ny fampifandraisana sy fisitrahan’ny sekoly tambajotra ”internet”.

 

Amina firenena 35 no hanatanterahana ny tetikasa, izay haharitra hatramin’ny faran’ny taona 2023. Tanjona mandritra izay telo taona izay ny hamaritra ny lesoka mila harenina amin’ny lafiny fifandraisana, hamaritra mazava ny toerana sy ny fifandraisana amin’ny alalan’ny ”internet” ho an’ireo sekoly sy vondron’olona manodidina azy. Ahafahan’ny ankizy misitraka ireo herijika momba ny fandalinana ny tontolon’ny nomerika ihany koa. Tanora hatrany amin’ny 360 tapitrisa no tsy afa-misitraka ”internet” amin’izao fotoana izao,araka ny antontan’isa navoakan’ny UIT (Union Internationale des Télécommunications), kanefa tokony hisitraka ny fahalalana amin’ny alalan’ny ”internet”, toy ny mahakasika ny valanaretina covid-19 ohatra. Ambany ihany koa ny herijikan’ny tanora sy ny ankizy indrindra ireo marefo mba hampitombo sy hampivelatra ny fahaiza-manaony. Tafiditra ao anatin’ilay finiavana ”Giga” izay natomboky ny UNICEF sy ny UIT tamin’ny taon-dasa ihany koa izao fiaraha-miasa lehibe ataon’ny UNICEF sy ny Ericsoon izao, mba hampivoarana ny fifandraisana. Ny ”Giga” rahateo, dia mikendry ny hampifandraisana ireo sekoly sy ny famaritana mazava ny toerana misy azy amin’ny alalan’ny tambajotra ”internet” na ny « school connectivity Mapping », izay ny Ericsson no mpiara-miombon’antoka voalohany, ary nanatontona volabe an-tapitrisa dolara maro amin’izany.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalatiana Andriatongarivo“Ahenanay ny isan’ny loholona fa mandany vola”

Mandany vola be loatra na “budgetivore” ny antenimierandoholona, ka tokony ho ravana, hoy ny Minisitry ny serasera sy ny Kolontsaina Lalatiana Andriatongarivo.

 

 

Efa fampanantenana nataon’ny Filoham-pirenena fony mbola kandida io, saingy tsy vita ny fandravana, ka ahena izany ny isan’ny loholona, hoy izy. Hahafaha-mitsitsy ny volam-panjakana dia ahena 18. Amin’ny volana janoary 2021 no tapitra ny fe-potoana hiasan’izy ireo. Voatery hanao fifidianana aorian’ny fahataperana, ka inona no tiantsika loholona 63 sa mba ahena 18 mba hahafahana manao fotodrafitrasa zavatra ho an’ny vahoaka, holaniana amin’ny fampandehanan-draharahan’io andrim-panjakana io fotsiny, hoy ny Minisitra Lalatiana Andriatongarivo. Inona no tiantsika loholona 63 sa 18 fa na inona na inona, dia mandany vola sy tsy zaka io, hoy hatrany izy. Mampahatsiahy ilay tenin’ny Filoha hoe: “hazavana sa sénat?” fa hatreto aloha mbola tsy voafehy ny delestazy. Tsy loholona 63 ihany no miasa ao amin’io andrim-panjakana io fa manodidina ny 600 ny mpiasa. Olon’ny HVM ny 95% amin’ny mpikambana ankehitriny ka asa raha niroso tamin’io fampihenana io ny Filoha sy ny ekipany raha toa ka MAPAR ny maro an’isa ao? Ahafahana mankatoa sy mampanankery ilay didy hitsivolana na “ordonnance” noraisin’ny Filoham-pirenena no antony hananganana ny “commission mixte paritaire” eo anivon’ny parlemanta roa tonta. Tsy manana eritreritra hanalava ny fotoana hiasan’ny Filoham-pirenena izy ireo, raha ny nambaran-dRamatoa minisitra. Tsiahivina fa lalàna telo no nampiarahana, dia ny mikasika ny antenimierandoholona, ny fitsapankevi-bahoaka, ary ny harena an-kibon’ny tany.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Navony Pierre Le Noble- HCDDED “Tsy fotoanan’ny fidinana an-dalambe izao”

Ny maha demokrasia ny demokrasia dia afaka maneho ny heviny, afaka miteny, kanefa mila jerena ny faharefoan’ny toekarena, hoy Atoa Navony Pierre Le

 

 

Noble Filohan’ny Filankevitra ambony miaro ny demokrasia sy ny fanjakana tan-dalàna, ary zon’olombelona (HCDDED). Dimy volana isika tsy niasa, ka tsy fotoanan’ny fidinana an-dalambe intsony izao, fa fanentanana amin’ny fiomanana amin’ny fifididianana manaraka. Fotoana hanentanan’ny andaniny sy ny ankilany ny mpanohana eny ifotony. Tsy ho zakan’ny vahoaka intsony ny grevy, tsy ho zakan’ny tsirairay intsony ny grevy, tsy misy mahazo tombony amin’ny fidinana an-dalambe afatsy olom-bitsy, hoy izy. Nilaza io Filohan’ny HCDDED io fa tsy miandany na amin’izay na iza izy ireo ary sarotra ny asany. Rehefa misy hevitra lazaina ary hita fa tsara dia manohana sy miresaka an’izay izahay. Rehefa tsy mety kosa toy ny fidinana an-dalambe, dia tsy mety. Tahaka izany ihany koa ny aty andaniny hoe: ny fitondram-panjakana dia misy hevitra iarahana sy tohanana, fa rehefa misy zavatra mikivalala ao anatiny dia toherina. Tsy misy demokrasia tena tonga lafatra eto ambonin’ny tany, eny fa na ireo firenen-dehibe efa niaina demokrasia 200 taona mahery aza, fa manatsara hatrany, hoy izy. Niala tamin’ny andriamanjaka, ny fanjanahantany, ny Repoblika isika, izay tena mbola marefo. Izay no antom-pisian’ny HCDDED. Tokana ny demokrasia, dia fanehoana mivantana ny hevitry ny tsirairay, fahafahana miteny, fahafahana mivory, fahafahana maneho hevitra no atao hoe demokarsia, hoy izy. Asa aloha raha malalaka izany eto amintsika? Ny haino aman-jerim-panjakana tsy malalaka ho an’ny mpanohitra, ny haino aman-jery gejaina, misy ny fanagadrana ireo tsy mitovy hevitra.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aigle d'or AmbatondrazakaNaparitaky ny zandary ireo mpanjifa

Manao fihenam-bidy 50% amin'ireo kapa amidy ao aminy ny Tranom-barotra Aigle d’or ao Ambatondrazaka mandritra ny herinandro. Nanomboka ny sabotsy 29 aogositra 2020 izany, vao andro voalohany dia nitangorona ny olona satria liana tamin'ny tolotra.

Tsy voahaja ny elanelana iray metatra (01m), ka voatery nanaparitaka ireo mpividy ny zandary ary nampiantso ireo tompon'andraikitra tao amin'ity tranom-barotra ity. Niteraka adihevitra teo anivon’ny tambajotran-tserasera facebook kosa anefa io toe-javatra io. Nifandraika rahateo tamin’ny famoriam-bahoaka nataon’ny Filoham-pirenena tany Antsirabe, izay tsy nisy resaka fanajana elanelana iray metatra izany. Ny herinandro teo ihany koa dia nisy ny fitsidihana sy fanoloran’ny Filoha ny taratasy famantarana ny fahazoana ilay findramam-bolan’ny CNaPS tamina orinasa iray tetsy Ambatomaro, izay tsy nanao arotava. Rehefa iza no mamory vahoaka sy tsy manaja fepetra dia henjehina sy saziana ary rehefa iza no malalaka amin’izay tiany hatao ? Hoy ny mpijery.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatomaroTratra ambodiomby ilay mpangalatra akoho

Nanararaotra ny fahanginana sy ny andro alahady teny Ambatomaro, Boriborintany fahadimy ilay tovolahy saingy tra-tehaka tamin’ny halatra akoho nataony. Nisy namana fa izy no voasambotra, omaly atoandro.

 

Nitangorona avy hatrany ny olona vao nandre. Tsy nanaiky mora rahateo koa ny tompon’ny ankoho. Nampilanjan’ny olona ilay akoho nangalariny ilay tovolahy. Natolotra ny mpitandro ny filaminana ilay mpangalatra.

 

Jean D

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarovana ny alan’AnkarafantsikaHampifandrindrana amin’ny fomban-drazana ny stratejia

Nametraka stratejia vaovao entina hiarovana ny alan’Ankarafantsika sy ny manodidina azy ny minisiteran’ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana lovain-jafy miaraka amin’ny Madagascar National Park. Izy io, raha ny fanazavana,

 

Tia Tanindranaza0 partages

EPP Antanimbarinandriana15 amin’ireo mpiadina 171 no tsy naka “convocation”

Mpiadina miisa 15 amin’ireo voasoratra anarana miisa 171 hiatrika ny fanadinam-panjakana CEPE rahampitso ao amin’ny EPP Antanimbarinandriana no fantatra fa tsy mbola tonga naka ny taratasy fiantsoana azy tamin’ny fotoana nandalovanay teny an-toerana.

 

Misy amin’izy ireny no mbola mihitsoka any ambanivohitra raha araka ny fanazava’ny talen-tsekoly Rtoa Adorson Lanto ankoatra ireo tsy nahare ny fiantsoana azy. Na izany aza anefa dia nanamafy ity talen-tsekoly ity fa mbola azon’izy ireo alaina hatrany ny taratasy fiantsoana azy na dia rahampitso talata aza ka avy hatrany dia miatrika ny fanadinana amin’izay ilay mpiadina raha tratrany io rahampitso talata 02 septambra io. Manao antso avo amin’ireo Ray aman-dReny manan-janaka manovo fahalalana ao amin’ny EPP Antanimbarinandriana tokony hanalana CEPE araka izany ity talen-tsekoly iray ity mba handefa ny zanany haingana hanao fanadinana rahampitso Talata. Tsiahivina moa fa anisan’ny foibem-panadinana iray eto an-drenivohitra ny EPP Antanimbarinandriana. Omaly tontolo no nijery ny efitranom-panadinana ny mpiadina rehetra raha anio alatsinainy kosa vao azo sokafana ny efitranom-panadinana noho ny famendrahana ranom-panafody tsy maintsy natao taminy, iadiana amin’ny fiparitahan’ny Covid 19.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

BekopakaHavaozina ny lalana mankany amin’ny Tsingy

Hisokatra tsy ho ela ny fiantsonam-piaramanidina ao Bekopaka, raha ny nambaran’ny minisitry ny fitaterana sy fizahantany, Joel Randriamandranto.

 

Antony dia ny mba hahafahan’ireo mpizahantany mitsidika ireo Tsingin’i Bemaraha mandava-taona. Havaozina ny lalana manomboka eo amin’ity “aerodrome” ity izay mampifandray azy amin’ny Tsingy lehibe sy ny tananan’i Bekopaka. Ao anatin’izay fanatsarana izay hatrany, hoy ny fanazavana, dia hisy ny fametrahana paositry ny zandarimaria ho fitandroana ny aim-bahoaka sy ireo mpizaha tany amin’iny toerana iny.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanjifana ny Vita MalagasyMbola lavitr` ezaka....

Tsy mitsahatra manafatra ary mitombo isan-taona ny fanafarana ka very toerana ny vokatra eto an-toerana ,mihena ny famokarana ,tsy misy fanondranana ka vokany mitombo ny fahantrana.

 

 

 75% amin’ny entana jifaina eto an-dRenivohitra dia entana nafarana avy any ivelany daholo tahaka ireny amin` ireny tsena lehibe ireny (Grandes surfaces) izay betsaka ny olona manjifa izany. Etsy ankilan’izay, vokatra malaza fanondran’i Madagasikara ny nikela, lavanila, lamba izay hatreto no vokatra isan’ny mampiditra vola vahiny betsaka indrindra. Tsy ampy anefa ireo fa tokony hampitomboina sy hitady lalam-barotra hafa mba hahatonga ny sandam-bola ariary ho mari-toerana. Amin'ny anaran'ny fanalalahana ny toekarena dia avela hafarana daholo ireo entana efa be mpamokatra eto an-toerana, ary toa amporisihina mihitsy aza satria sady habaina mora ireny fanafarana ireny andaniny nefa hasarotina be ny famokarana eto an-toerana (haba sy hetra mavesatra, kolikoly, sakatsakana fanakivina, fanakatonana...) ankilany. Maro ihany koa no tsy tia sy tsy manjifa loatra ny “vita Malagasy “ kanefa mampikoroso fahana ny firenena izany. Ny fanjifantsika ny vita eto an-toerana ihany koa no hahatonga ny mpamokatra sy mpandraharaha malagasy hanatsara ny asany. Maro ireo fanehoan-kevitra nataon` ireo mpahay toekarena fa fotoana hahafahana mampiroborobo ny vita Malagasy ny fihibohana saingy maro ireo orinasa Malagasy no kofona noho ny krizy ary indrindra noho ny tsy fanohanan` ny fanjakana tantana azy ireo.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin` ny fahantranaFamokarana ihany no vahaolana

Raha vahaolana maharitra hiadina amin'ny fahantrana no ilaina dia tsy misy afa-tsy ny famokarana ihany.

 

 Na sehatra fototra toy ny fambolena sy fiompiana na koa ny sehatr’asa sokajy faharoa toy ny indostria sy fanodinana isan-karazany, dia mila mamokatra sy mampitombo ny famokarana hihenan'ny fahantrana. Ny indostria moa dia tena ilaina amin'ny ady amin'ny fahantrana noho ny asa maro sy hetra goavana entiny. Toy ny nataon'i Vietnam, Bangladesh, Ethiopia... nialana tamin'ny fahantrana ary tohizan'i Rwanda ankehitriny. Rehefa mamokatra ny firenena iray dia mihena ny fanafarana ka mahazo aina ny toekarena. Raha ny taona 2019 fotsiny izao dia mitentina 525.430 miliara ariary ny vary nafarana,ary 216.518 miliara ny siramamy kanefa isika dia manana an` ny orinasa SIRAMA sy Maromamy. Mila omena vahana, araka izany, ny tantsaha mba hampitombo ny famokarana mba ahafahan` izy ireo indray manondrana sy manodina mba. Nefa izany mila fandriampahalemana,fahasalamana,fampianarana... indrindra eo amin` ny tontolo ambanivohitra. Ankoatra izay dia ny fampihofanana ny tantsaha sy ny fotodrafitrasa ilana amin` ny fambolena. Ny famokarana ihany koa dia mampiroborobo ny indostria madinika, salantsalany ary vaventy ka tsara raha hamoraina ny fananganana indostria ho an` ny Malagasy.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitsabo MalagasyMahay ary manana ny maha izy azy

Nijoro vavolombelona niresaka ny zavatra niainany tamin’izy narary mafy nanao

 

« Hemorragie digestive active de quantité” tamin’ny talata 18 aogositra 2020 lasa teo ka nientina teny amin’ny Hopitaly Befelatana avy eo nalefan-dry zareo tany amin’ny HJRA Ampefiloha avy eo ity namana mpisehatra eo amin’ny fampitam-baovaon’ny baolina kitra Malagasy iray ity. Heveriko, hoy ity namana ity, fa tsy hoe ny tsy mety foana tsy akory no tokony horesahina eto amin’ny gazety fa ny mba tokony ho taterina koa ny mety. “ Ny fandraisana sy ny fikarakana ary ny fanantaterana ny asan’ireo mpitsambo isan-tsokajiny tao amin’ity hopitaly ity nanomboka tao amin’ “Urgence” , nandalo tao amin’ny “ fameloman’aina ka hatrao amin’ny efitra nasiana avy eo,  no nahatsapako fa tena nanao ny ainy ho ambanin-javatra amin’ny fanatanterahana ny fikararana ireo marary rehetra ny dokotera sy ny mpiara-miasa aminy rehetra sy ireo “ benevole” ao amin’ity hopitaly ity indrindra ny tao amin’ny “Chirurgie Viscérale A” nitanana ahy andro mamomaro ka mendrika ny hankasitrahana sy ho deraina etoana fa manana ny maha-izy azy ny mpitsabo Malagasy ka tokony hatokisan’ny mpiray tanindrazana rehetra.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaIn-droa nitrangana haintrano tao anatin’ny andro iray

Trano miisa 56 tafo no ravan’ny afo tao Tanambao Verrerie 21/71 ny harivan’ny sabotsy teo.

 

 

Nisy koa haintrano nitranga tao Ambolomadinika io andro io, izay namoizana ain’olona roa sy naharatrana iray hafa. Nianjeran’ny biriky « parpaing » tamin’ny trano may no nahafaty ireto olona ireto. Tranga haintrano fanindroany no niseho tao Toamasina ity tao anatin'ny iray andro. Tonga ara-potoana ny mpamonjy voina avy amin’ny Kaominina na dia sarotra ny fanatanterahana ny asa noho ny fahateren'ny lalana. Mila mitandrina amin'izao vanim-potoana mafana izao. Ilaina kosa ny fanokafana lalana ho an'ny mpamonjy voina eny anivon'ny Fokontany, ary fadiana ny mitangorona rehefa misy haintrano.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanoherana ny fampiasana zaza Apetraka anaty dina ny rafitra any SAVA

Mba haha tompon’andraikitra kokoa ireo vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana mikasika ny ady amin’ny fampiasana zaza tsy ampy taona ao amin’ny faritr’i SAVA dia nisy ny fametrahana rafitra isak’ireo fiadidiam-paritra ao an-toerana ho fanoherana ity fampiasana zaza tsy ampy taona ity.

 

 Ahitana izay rafitra izay avokoa ireo kaominina miisa 32 ao an-toerana. Toy izany koa ireo fokontany miisa 400 dia samy manana ny azy. Misy mihitsy, araka izany, ny didim-pitondrana avoakan’ny kaominina hahafahan’ireo rafitra manara-maso izay fakam-panahy hampiasa zaza tsy ampy taona izay, raha ny fanazavana. Efa miparitaka erak’ireo fokontany ihany koa ny komity ho fiarovana ny ankizy. Ireo rafitra ireo dia apetraka anaty dinam-paritra ihany koa, hoy ny fampitam-baovao avy any an-toerana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’AntsirabeNampanantenaina tany afaka 5 taona

Andro faharoa tamin’ny fandalovan’ny filoham-pirenena Malagasy, Andry Rajoelina, tao Antsirabe ny sabotsy teo.

Natomboka tamin’iny ihany koa ny fizarana Vatsy tsinjo ho an’ireo mponina ao an-toerana. Olona miisa 1000 moa no nampisitrahana izany tao amin’ny tokontanin’ny ACMIL Antsirabe. Nampahafantarin’ny filoha nandritr’io fotoana io ny fisian’ny tetikasa natao hampiroboroboana ny fambolena sy fiompiana amin’iny faritra iny. Nampirisihana hirona bebe kokoa amin’izany moa ireo mponina ka hisy, hoy izy, ny fanomezana tany sy fampiofanana ireo fianakaviana vonon-kiroana amin’izay fambolena sy fiompiana izay. Ny fampiasan’ireo fianakaviana nisafidy izay lalana izany mandritry ny 5 taona dia hahazoan’izy ireo ambongadiny ny tany ho hajariany, hoy ny fanazavana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mihari-Ni-Rencho « Nihazakazaka ny seho tsy fifehezana manara-penitra »

Nihazakazaka ny seho tsy fifehezana manara-penitra ataon'ny fitondrana, hoy ny filohan’ny antoko politika Natiora, Mihari-Ni-Rencho, raha naneho ny heviny mikasika ny zava-misy eto amin’ny firenena ankehitriny.

 Porofo ireny fa misy tsikombakomba sy tsy fifehezana ny maha mpitondra ny fitondrana tarihin'andriamatoa filoha hajaina mamim-bahoaka, Andry Rajoelina. Miverina miasa daholo ny mpiasa hoy ny Filoha. Angaha ny fitaterana nasionaly tsy anisan'ireo mpiasa? Maninona moa raha tena vahana tanteraka ny fihibohana sady isika manana ny CVO? Efa tsy misy fandraisana andraikitra ataon'ny fitondrana ihany dia aleo samy miaro ny tenany, hoy hatrany izy. Hanampy ny orinasa malagasy aza ho atao ka dia ny fanakatonana indray no atao. Tsy fotoanan’ny fifanenjehana sy fifanomezan-tsiny izao nefa indrisy fa tena mitanjaka ny zavatra ataon'ny fitondrana. Ampitomboy ny isan'ny fitiliana! Terena ho atao ny CEPE, BEPC, BAC nefa tena tsy ampy sy voahomana manara-penitra ny fanatanterahana ireo. Aza maika sy ampirisihina amin’ny resaka diplaoma ny zanantsika ry ray aman-dreny fa aleo ihany mba manana fahaizana sy maha izy azy. Amin’izay mba tsara homana ny hoavin’ny firenena ka azo antoka ny maha olona ao anaty natiora milamina sy tsara fiomanana, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ankadinondry SakayNamaly ireo mpanenjika azy ny ben’ny tanàna

Nalaza sy niparitaka ny vaovao tato ho ato fa manampatra fahefana ny Ben’ny tanan’ Ankadinondry Sakay, Atoa Ramananjatovo.

 

 

 Toraka izany koa ny hoe : manao kolikoly izy. Rehefa natao anefa ny fanadihadiana sy ny fizahana ifotony dia tsy nisy fitarainana nataon’ny vahoaka teo amin’ny asa rehetra izay vitan’ity Ben’ny tanana ity mihitsy hoy izy fa afa-po avokoa ny rehetra. Araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanàna hatrany dia nisy mpanolotsaina anankiray no sady mpandraharaha izay mpifaninana tao anatin’ny antoko politika iray, izay manana trano fonenana ao an-tsena. Satria nisy “Plan d’Urbanisme” izay natao tao amin’ny kaominina Ankadinondry Sakay ary nozaraina mazava tsara io “Plan Urbanisme” io no sady efa nangatahana tany amin’ny fanjakana, izay mirefy 47 ha, mba hanitarana ny tanàna. Mazava tsara izany fizarana izany, hoy izy. Misy ny toerana hanaovana tsena, misy ny toerana hanaovana ny foto-drafitrasa mamaly ny filan’ny vahoaka ary misy ny toerana hanaovana trano fonenana voalazan’io drafitra io. Rehefa vita ny asa dia nahitana trano 515 tafo tao anatin’ilay toerana. Ny 5 ha amin’izany no nanaovana toerana fanatanjahan-tena, 1 ha nanaovana tsenan’omby ary nisy an-tsasaky ny ha lasan’ny fiangonana miisa 8. Izay no rafitra napetraka ary nahazoan’ny kaominina titra sy taratasy mazava tsara. Nilaza ny Ben’ny tanàna, fa io mpandraharaha no sady mpanolotsaina iray ao amin’ny kaominina io no tsy afa-po antony nipoiran’ny olana tao amin’ny Kaominina Ankadinondry Sakay. Niainga avokoa ny fifanaratsiana sy ny fanenjehana rehetra taorian’izany. Niakatra fitsarana mihitsy moa ity raharaha ity, hoy ny Ben’ny tanàna.

 

Nangonin’i Pati

 

 

 

La Vérité0 partages

Corps des enseignants d’EPS - Les acteurs tirent la sonnette d’alarme

Le groupement des acteurs dans l’Education physique et sportive (EPS) à Madagascar sort de son silence, suite à la décision gouvernementale sur l’épreuve concernée à l’examen du baccalauréat et au Brevet d’études du premier cycle (BEPC). Un décret sorti du conseil de Gouvernement le 26 août dernier. Pour la valorisation de l’EPS et du diplôme d’Etat à la place qu’ils méritent, l’association des acteurs dans l’EPS composés de profs d’EPS, du personnel administratif, des formateurs de profs d’EPS, les syndicats des profs, les associations des profs, les responsables des examens d’EPS, la fédération d’éducation physique, implore le Chef de l’Etat  pour pallier ce problème dans les meilleurs délais. Le Président de la République malagasy vient d’être sacré champion de l’éducation physique de qualité en Afrique lors de la réunion interministérielle pour la mise en place du Plan d’action Kazan en 2019.Quatre raisons ont été avancées expliquant l’annulation de cette épreuve durant les deux examens officiels après la réunion du 29 août : les élèves manquent d’entraînement à cause du confinement. Il y aussi le risque d’expansion de la pandémie au niveau scolaire durant les épreuves collectives, et la superposition des dates des examens écrits et ainsi que l’interdiction des manifestations sportives annoncée par le Président de la République. Ferme quant à la protection de son statut d’enseignant et le rôle sacré de l’éducation, le groupement des acteurs d’EPS réagit. Ces acteurs ne peuvent pas rester insensibles et apportent des rectifications sur les points susmentionnés. « Chaque candidat était préparé qu’il y aura un examen d’EPS à la fin de l’année scolaire et le sujet d’examen lui a été donné d’avance pour qu’il puisse se préparer dans une condition optimale. Cela fait partie de l’éducation car elle est faite pour non seulement physique mais aussi psychologique et sociale. Pas seulement pour des bonifications. L’EPS est une matière comme tout autre. Effectivement, on peut  tenir l’épreuve tout en respectant les mesures sanitaires. Chaque acteur a déjà étudié toutes les manières possibles pour respecter la distanciation », selon un communiqué.  Sur les soucis des dates, le ministère de tutelle a déjà ajourné toutes celles prévues pour les examens. Ainsi, cela ne devrait  pas poser de problème sur la date d’examen d’EPS. Les convocations des candidats sont déjà disponibles en attendant cette date. Les acteurs aspirent donc à un dialogue avec le ministère concerné.Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Publication des débats à huis-clos - La HCC recadre les parlementaires

La Haute Cour constitutionnelle a déclaré conforme à la Constitution la loi n°2020-006 portant modification de certaines dispositions de la loi n°2016-029 du 24 août 2016 portant Code de la communication médiatisée. Une décision dans laquelle la plus haute instance judiciaire du pays maintient l’interdiction de publication des informations non autorisée décidées lors d’une séance à huis clos. Des séances que les parlementaires ne pourront toutefois plus organiser comme bon leur semble. Dans la décision rendue publique hier, les juges constitutionnels ont en effet fixé le régime juridique des séances à huis clos. Dans un de ses considérants, la HCC dit en effet qu’une séance à huis clos organisée au sein d’une des deux Chambres du Parlement « ne pourrait être utilisée que dans des circonstances exceptionnelles, comme advenant le cas où la sécurité de l’Etat serait compromise ; qu’en conséquence, le droit à l’information dans le domaine parlementaire demeure le principe et les restrictions l’exception ». La HCC considère par ailleurs « qu’interdire, de manière générale et sans autre précision, la publication des rapports ou tout autres documents tenus ou établis au sein des Institutions de la République n’est pas conforme à la Constitution et aux Instruments internationaux » et soulève ainsi la nécessité d’extirper ces termes de la loi en question. Cette décision de la HCC sonne comme un recadrage à l’endroit des parlementaires. Nonobstant des doléances des journalistes ou encore de la société civile, sénateurs et députés avaient adopté définitivement le projet de loi portant modification du code de la communication médiatisée il y a quelques mois, en y apportant des amendements dont le plus important est le maintien des dispositions de l’article 19 du code de la communication. Dans ledit amendement, les parlementaires verrouillent de plus bel la publication des débats à huis  clos, des rapports ou tout autre documents tenus ou établis au sein des institutions de la République, alors que le ministère de la Communication et de la Culture, dans son projet de texte portant modification avait abrogé cette disposition qui ne va pas dans le sens de la transparence et de l’accès à l’information.Au-delà d’être une victoire pour la transparence, la décision de la HCC est accueillie comme un bol d’air frais par les journalistes. L’abrogation des dispositions interdisant la publication des informations non autorisées décidées lors d’une séance à huis clos est en effet une bataille de longue haleine menée par les gens des médias à Madagascar, depuis l’adoption du code de la communication médiatisée sous l’ancien régime. Le Mouvement pour la liberté d’expression en avait fait un de ses chevaux de bataille. Les journalistes de la Grande île ont également milité pour l’abrogation de cette interdiction lors des consultations menées par le MCC dans le cadre de l’élaboration de l’avant-projet de loi portant modification de certaines dispositions de la loi n°2016-029 du 24 août 2016 portant Code de la communication médiatisée. L’actuelle ministre de la Communication, Lalatiana Andriatongarivo, figurant parmi les têtes de proue de ce collectif de journalistes s’était engagée à défendre l’abrogation de cette disposition devant le Gouvernement et les parlementaires, a donc fini par voir son abnégation payer.La Rédaction

La Vérité0 partages

Avant-projet de loi sur l’accès à l’information à caractère public - La balle dans le camp du Gouve...

Le ministère de la Communication dirigé par la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo a effectué hier à Anosy la restitution nationale de la loi sur l’accès à l’information à caractère public (LAICP). Cette loi va passer devant l’Exécutif avant d’être soumise au Parlement lors de la prochaine session ordinaire.

Cérémonie officielle hier dans les locaux du ministère de la Communication et de la Culture à Anosy. Le ministère a procédé à la restitution nationale du projet de loi axé sur l’accès à l’information à caractère public. Ce projet de loi revêt une importance particulière pour la population et les professionnels de l’information. Il garantit donc un accès à l’information à caractère public, sous réserve de certaines conditions liées au secret d’Etat ou aux droits d’autrui.Le directeur général de la Communication par intérim, Fetra Rakotondrasoava, a tracé le parcours de cette loi. Il a expliqué que c’est le CSI ou Comité de sauvegarde de l’intégrité qui est l’initiateur dudit projet de loi depuis 2006. Mais pour de multiples raisons, ce dernier n’a pu aboutir. Il aurait fallu attendre 13 ans après pour qu’il ne soit déterré par la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo. Juriste de formation mais journaliste de profession, la ministre a fait l’engagement solennel de mener à terme la finalisation et l’adoption du projet de loi.Le directeur des affaires juridiques auprès du ministère de la Communication et de la Culture, Onjaniaina Adolphe Rahalison, a expliqué lors de la restitution nationale que « l’accès à l’information est un droit essentiel pour tout citoyen sans exception ». Il est soumis sous le régime juridique de la gratuité, l’égalité entre les personnes physiques et morales, ansi que l’accessibilité. La demande pourrait ne pas être motivée. Il a rassuré que lors de toutes interprétations futures de la loi, cette interprétation se fera de façon favorable au droit à l’information par rapport aux autres interprétations contraires.Respect de la parole donnéeLors de son allocution, la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo a prouvé qu’elle est une femme de parole. Elle a donné son ferme engagement en 2019 pour l’aboutissement du projet et c’est désormais chose faite, comme c’était le cas lors de l’élaboration de la loi sur la communication médiatisée. La ministre a martelé que la loi sur l’accès à l’information à caractère public est essentielle pour le développement du pays. Elle garantit la transparence ainsi que la participation citoyenne à la gestion des affaires publiques et administratives.Cette loi sur l’accès à l’information est essentielle pour le perfectionnement de la démocratie dans le pays. L’UNESCO a publié un rapport selon lequel 127 pays possèdent une loi de la sorte. Madagascar va adopter la sienne dans un futur proche, toujours dans l’optique de renforcer sa démocratie. D’ailleurs, cette loi va réduire le fossé qui existe entre les gouvernants et les gouvernés, a rassuré la ministre, en garantissant ainsi le développement inclusif et durable du pays à travers des informations accessibles et crédibles sur lesquelles on pas peut prendre des décisions bien fondées. Il s’agit également pour l’administration d’instaurer une culture de redevabilité et de transparence au profit des citoyens.La Rédaction

La Vérité0 partages

Accusés de tentative de coup d’Etat aux Comores - Un non-lieu pour les pêcheurs malagasy

Un ouf de soulagement. Samedi dernier, les 7 pêcheurs malagasy accusées de trafic de drogue et ensuite tentative de coup d’Etat aux Comores se sont présentés devant le Tribunal de Mohéli. C’est dans cette localité située dans l’archipel que ces pêcheurs ont été détenus pendant presque trois mois, notamment au sein de la caserne de la Gendarmerie locale. A l’issue de leur audition, ils ont bénéficié d’un non-lieu du président du Tribunal de Mohéli. Celui-ci a jugé ainsi infondées les charges retenues contre ces pêcheurs malagasy. A l’instar de leurs proches à Madagascar, les sept marins peuvent maintenant pousser un ouf de soulagement en humant de nouveau l’air libre et en retrouvant la liberté de circuler dans la localité où ils ont passé certainement le pire moment de leur vie.Bien que libérés, leur départ pour Madagascar reste encore à déterminer. Alors qu’ils s’apprêtent en effet de quitter les Comores dans la journée d’hier, une note émanant du président du Tribunal leur a signifié qu’ils ne peuvent pas encore quitter le territoire. D’après celui qui leur a donné la liberté, les noms qui lui étaient communiqués par la partie malagasy (????) ne sont pas identiques avec leurs vrais noms. Une rectification dans ce sens se ferait actuellement auprès des autorités malagasy, selon une source proche du dossier.L’ex-consul de Madagascar aux Comores, Rafanomezantsoa Andrianaivo, fait de son mieux pour que ses compatriotes puissent retourner au plus vite au pays. D’après lui, outre la régularisation des papiers, il faudrait également une mobilisation sur place pour offrir à ces pêcheurs, des vivres et du carburant pour rejoindre l’île de Nosy Be d’où ils sont partis.A titre de rappel, ces sept pêcheurs ont quitté la Grande île dans le courant du mois de mai et sont arrivés à Mohéli le 1er juin dernier. Leur bateau aurait connu une avarie dans une zone poissonneuse située à 200 km à l’ouest de l’île de Mohéli. En dépit de la panne, les sept malagasy ont pu tout de même rejoindre les eaux comoriennes et ont tenté vainement d’entrer en contact avec le  responsable du port de Moroni. Peine perdue, la Gendarmerie locale a procédé à leur interpellation avant de fouiller le bateau. Ils sont accusés de trafic de drogue avant que les charges furent changées en tentative de coup d’Etat. Or, ni fusil Kalachnikov, ni grenade et encore moins des lance-roquettes et des missiles ne se trouvaient dans leur bateau lors de la fouille. N’ayant découvert rien de suspect, les gendarmes ont pu constater que l’embarcation des pêcheurs malagasy ne contenait que des poissons et des concombres de mer…La RédactionLes identités des pêcheurs bloqués aux Comores1 - ANDRIAMIHANTA Amedé, né le 25 juillet 1997 à Maromandia2 - ASSOUMAN ALY, né le 09 février 1990 à Ambanja3 - TREFIDRAZANA Bruno, né le 24 juillet 1995 à Nosy Be4 - JAOMANATO Ernest, né à Maromandia5 - AFIDOU Martial, né le 02 avril 1992 à Nosy Be6 - TOMBOANJARA Barthélémi, né le 25 mai 1980 à Ambanja7 - JACQUES, né le 12 mai 1965 à Nosy Be

La Vérité0 partages

Règne de l’informel

Naina Andriatsitohaina et son équipe sont laborieusement à pied d’œuvre. La tâche s’avère difficile voire complexe. Redonner le blason d’une ville, celle d’Antananarivo, s’apparente à un parcours du combattant. Les décennies de laisser-aller donnent du fil à retordre à n’importe quel élu ou nommé à la tête de la cité. L’informel tue le formel. L’anarchie assassine l’ordre établi et pénalise l’économie. Et le bordel chasse l’harmonie et mène vers l’infernal !En fait l’informel, synonyme d’anarchie, d’indiscipline, de désordre ou de bordel, règne en maître  absolu dans la ville. A Antananarivo, on ne s’y retrouve plus ! Et comble de l’ironie, parmi d’autres Capitales du continent noir, Antananarivo peut se vanter de disposer pour le besoin de son service deux Polices, la Police municipale et la Police nationale assumant, à peu près, les mêmes attributions à savoir le maintien de l’ordre, de la discipline et la lutte contre l’insécurité. Et les contribuables paient fort. Seulement voilà, la Ville des Mille patauge dans l’anarchie. Les immondices et les saletés de tout genre se déversent partout et polluent dangereusement l’atmosphère.  Naturellement, Antananarivo décroche le podium des Capitales les plus sales d’Afrique, du monde. Les marchés n’ont pas de limites. Ils envahissent sauvagement les trottoirs et les chaussées. Les piétons ne savent plus sur quel pied danser ou à quel lieu poser les … pattes. Des marchands  sans repères ni reproches qui s’installent n’importe où. Ils ne paient ni impôts ni taxes et sans aucune patente, pourtant ces « sauvages » plutôt ces « hors-la-loi » imposent leur bordel à tel point que la Ville des Mille remplit bel et bien les critères définissant le contour de la jungle.L’insécurité en plein cœur de la ville, au marché, comme dans les quartiers périphériques qui plonge la Capitale dans le noir de la tourmente et favorise tous les actes de banditisme souvent armés. L’état de délabrement avancé des rues complique la tâche.La misère vécue au quotidien déchire le cœur des âmes sensibles. Le locataire de l’Hôtel de Ville et son équipe, soutenus par des gens de bonne volonté, font de leur mieux mais le mal a déjà pris une racine en profondeur qu’il reste beaucoup trop à faire !Certainement, le staff du nouveau maire ne chôme pas. Il ne baisse pas les bras et s’attèle à relever le défi en dépit de l’énormité de la tâche qui attend. Naina Andriantsitohaina s’attaque, contre vents et marées, à toutes les irrégularités commises durant les décennies de bordel héritées des différents responsables successifs à la Mairie.Le patrimoine de la Capitale, victime de la voracité de certains élus, est bradé ou loué à des prix dérisoires. Il a fallu que la nouvelle équipe prenne des mesures sévères pour tout récupérer.  Les gros bonnets de l’ancien régime de la CUA tentent le tout pour le tout de jeter des bâtons dans les roues de la caravane orange mais ils ne pourront point y faire obstacle car le rouleau compresseur est définitivement en marche.Dans le royaume de l’infernal, l’informel dans tous ses états est roi ! Propice à des  activités économiques qui échappent au filet du fisc, il handicape la trésorerie de la Commune et par extension celle de l’Etat.

La Vérité0 partages

Reprise des vols domestiques - Deux destinations desservies pour la première vague

Bonne nouvelle pour la compagnie. Tsaradia va reprendre ses activités à partir d’aujourd’hui comme l’a annoncé le Président de la République, Andry Rajoelina, le 23 août dernier, à propos des nouvelles mesures appliquées pour les prochains jours. Pour cette première vague de vols, la filiale domestique d’Air Madagascar desservira ainsi deux destinations, à savoir Antsiranana et Nosy Be. Les vols seront continus, d’après les explications fournies. Toutefois, le nombre de destinations augmentera au fur et à mesure, surtout que la compagnie a le droit de desservir Toliara, Morondava, Taolagnaro, Toamasina, Sainte-Marie, Sambava mais aussi Maroantsetra et Mahajanga. Dans tous les cas, ces vols se feront dans le respect du protocole sanitaire en vigueur. « Suivant les dispositions sanitaires exceptionnelles mises en place par les autorités, tous les passagers des vols de Tsaradia devront obligatoirement porter un masque et respecter la distanciation sociale. Des gels hydroalcooliques seront également mis à la disposition des voyageurs. Avant d’entrer dans l’appareil, ils devront se soumettre à la prise de la température et passer dans un tunnel désinfectant au départ et à l'arrivée d'Antananarivo », a expliqué un responsable au niveau de la compagnie. Tout le personnel sera attentif au respect de ces dispositions, notamment pour éviter la propagation de la pandémie de coronavirus dans les différentes Régions, sachant que la Capitale reste l’épicentre du virus. Tests PCRLa présentation d’un certificat de test PCR négatif datant de moins de 72 heures est également obligatoire. Ce dispositif a notamment généré quelques polémiques sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Certains internautes se plaignent en effet sur le fait que Tsaradia leur fait payer le test PCR. «Nous devons payer 100 000 ariary supplémentaires pour effectuer le test PCR obligatoire, alors que nous avons déjà le prix du billet à payer », ronchonne un internaute. Pourtant, le même concept est aujourd’hui utilisé dans tous les pays du monde en marge des mesures de sécurité sanitaire. Afin de pouvoir voyager avec un vol Air France par exemple, les passagers doivent également débourser de leur poche les frais pour effectuer le même test. Et le prix dépasse de loin les 100 000 ariary. Cependant, en appliquant cette mesure, Tsaradia ne fait que se conformer aux exigences de l’Etat. « Nous avons décidé de faciliter à nos passagers l’obtention de leur certificat de test PCR, d’où l’obligation de payer les 100 000 ariary. Mais cette somme ne rentrera en aucun cas dans les caisses de la compagnie, mais plutôt dans celles de l’Etat », précise la Direction générale de la compagnie. Certaines personnes ne tiennent pas en compte que Tsaradia est aussi en difficulté financière. La compagnie a cessé toutes activités depuis plus de cinq mois. Néanmoins, elle a essayé de maintenir tous les emplois afin de préserver ses collaborateurs et leurs familles. Il faudrait prendre en compte tous ces points avant tout. Rova Randria

La Vérité0 partages

Réouverture des vols internationaux - Ravinala Airports en pleine préparation à Nosy Be

Les vols internationaux à destination de Nosy Be vont reprendre dans un mois, jour pour jour, notamment pour soutenir la reprise du tourisme dans cette partie du pays. Toutefois, afin de pouvoir ouvrir de nouveau, l’aéroport de Nosy Be devra se conformer au protocole sanitaire mis en vigueur dans le monde entier. Ravinala Airports, gestionnaire de l’aéroport, est donc aujourd’hui en pleine préparation pour que Nosy Be se conforme aux normes fixées par l’Aviation civile de Madagascar (ACM) et l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI). Il travaille ainsi en étroite collaboration avec le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie, sans oublier les entités touristiques et aéroportuaires de la Région pour la mise en place d’un protocole sanitaire, tel que l’installation d’une caméra thermique et d’auvents pour accueillir les passagers qui se feront dépister. Toutefois, cette préparation ne se limite pas seulement aux infrastructures aéroportuaires mais concerne également celles hospitalières. Le concessionnaire a en effet décidé d’appuyer matériellement l’hôpital de Nosy Be pour qu’il puisse accueillir les malades. Ainsi, le directeur général de Ravinala Airports lui a remis lors du week-end dernier deux respirateurs et dix-sept concentrateurs ainsi que leurs consommables en vue du renforcement de sa capacité en prévoyance de la réouverture des vols internationaux. Les dons ont été acheminés par un vol spécial affrêté par la « Mission Aviation Fellowship » (MAF), via son Cessna Caravan. Cette action s’inscrit dans l’engagement citoyen et responsable de Ravinala Airports auprès des Municipalités où sont implantés les aéroports dont elle assure la gestion.Pour Antananarivo, en rajout du respect des gestes barrières, notamment le port du masque, la distanciation physique d’un mètre, Ravinala Airports s’est aussi doté d’autres équipements, entre autres une machine servant aux dépistages virologiques. « 20 minutes seulement suffiront pour obtenir les résultats », précisent les responsables. Des caméras thermiques et des parois en plexiglass sont aussi en cours d’installation aux différents comptoirs où il existe une interaction entre chaque agent et passager dans le nouveau terminal.  Rova Randria

La Vérité0 partages

CEPE 2020 - Situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles

Inédite. L’édition 2020 de l’examen pour l’obtention du Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE) l’est. Vu la situation actuelle dans le pays à cause de la propagation du coronavirus, des mesures exceptionnelles ont été mises en place par le ministère de l’Education nationale, entre autres la distribution de cache-bouches pour chaque candidat à l’entrée de la salle d’examen et la mise disposition de kits sanitaires dans chaque centre, la duplication des convocations afin d’éviter un quelconque chantage des établissements concernant  le paiement des frais de scolarité et enfin l’autorisation spéciale pour les candidats bloqués dans les autres Régions. Ainsi, afin de limiter le rassemblement dans l’enceinte des centres d’examen et de mieux surveiller le respect des barrières sanitaires, aucun accompagnateur n’est autorisé à y entrer, tandis que les candidats ne peuvent pas sortir de l’établissement qu’une fois les épreuves terminées, c’est-à-dire à 15h 55. Sur ce, chaque candidat doit prendre le déjeuner à l’intérieur du centre, accompagné d’une personne. Ce jour, ils sont quelque 143 000 à passer les épreuves du CEPE et le concours d’entrée en classe de sixième, dans les deux ex-Provinces d’Antananarivo et Antsiranana. Environ 88 000 d’entre eux se trouvent dans la Région d’Analamanga. Sujet élaboré selon le programme En tant que session exceptionnelle, les épreuves du CEPE ne se dérouleront pas en même temps pour les 6 ex-Provinces de Madagascar. Ce jour sera destiné aux candidats inscrits à Antsiranana et Antananarivo, le 8 septembre pour Mahajanga et Fianarantsoa et enfin le 15 septembre pour Toliara et Toamasina. Concernant les sujets, ils ont été élaborés en rapport avec le programme scolaire réalisé dans chaque Province. En effet, cette situation est due à la suspension de l’enseignement durant la période de confinement. Certaines d’entre les Directions régionales de l’éducation nationale (DREN) ont délimité leur programme afin que les élèves aient plus de temps à consacrer pour les révisions, tandis que d’autres l’ont achevé comme il se doit.   Le nombre de candidats au CEPE ont baissé par rapport à l’année dernière. Ils sont au nombre de 521 879, répartis dans 1 900 salles d’examen sur toute l’île.Anatra R.

La Vérité0 partages

Affaire voitures de luxe - Etat de droit, un mythe ou une réalité ?

Depuis que l’affaire a éclaté il y a deux mois de  cela, il y avait la plainte pour dépossession de ses biens de la part d’un particulier. Ce dernier est le propriétaire de deux voitures 4x4, sorties des récentes générations, de marque Range Rover dont l’une est immatriculée 34989 WWT. Pour le plaignant, cette affaire qu’il juge choquante, est loin de s’arrêter uniquement là. Actuellement, il déplore que celle-ci se poursuive au niveau d’un service de police chargé de l’enquête à Anosy. Une doléance que son avocat a fait écho lors d’une rencontre avec la presse, hier. Selon notre interlocuteur, il n’a pas hésité à qualifier cette affaire de scandaleuse du fait  qu’elle était déjà jugée, mais que l’on cherche à utiliser sinon instrumentaliser encore à présent dans l’objectif de déposséder des tiers de leurs biens. Et le propriétaire des véhicules Range Rover sus-mentionnés, en tant que tel, figure dans la liste des victimes, malgré les preuves formelles et sérieuses justifiant ainsi son statut. « De fait, mon client déplore que la personne qui se prétend être victime dans cette affaire, parvient à manipuler les règles procédurales en matière d’investigation, voire le système judiciaire. Mais quoi qu’en dise la partie adverse, dans cette situation, la règle est que nul ne peut se prévaloir plus de droit qu’il en dispose », déclare en substances l’avocat du plaignant.  Et de poursuivre : « Il est aussi de principe légal que nul ne peut être poursuivi en raison des mêmes faits ».A cet effet, la partie de la défense du plaignant dans cette affaire estime donc que des abus sont manifestes. Raison pour laquelle les personnes victimes attirent l’attention des autorités en place afin qu’elles prennent les mesures nécessaires. Ces dernières doivent garantir le bon déroulement de la prise de décision, et surtout le respect des droits des tiers ainsi que l’application de la loi en vigueur.Selon toujours cet avocat, force est de constater que la non prise de responsabilité dans une situation pareille risque de bafouer les valeurs républicaines et même les fondements de l’Etat de droit garanti par la Constitution. Enfin, à notre interlocuteur d’ajouter qu’il aurait reçu des menaces, du moins procédurales dans la défense de son client. « Je pense que ce n’est uniquement pas une question de violation de la loi, mais aussi de l’anéantissement du droit à la défense car même les interventions d’un Conseil sont contrecarrées par une menace de poursuite », conclut le même avocat.Franck R. 

Midi Madagasikara0 partages

DON DE SANG : L’IRAN DONNE LA VIE AU CNTS

De g à d SEM Hassan Alibakhshi, ambassadeur de la République islamique d’Iran Mr Riaz Hussein Sujataly président du GMÜR et le PR Rakoto Alison Aimée Olivat du centre hospitalier HJRA.

Pour marquer  l’Achoura qui est la commémoration du massacre d’Al Husayn,    le fils d’Ali et de Fatima et petit fils du prophète  Muhammad , et de certains membres de sa famille et de ses partisans   qui ont été  exécutés à Kerbala en Irak , l’ambassadeur de la république islamique d’Iran  SEM Hassan  Alibakhshi, de la communauté chiite, a organisé un collecte de sang en sa résidence à Androhibe. Il a rappelé à cette occasion  que donner du sang , c’est donner la vie. C’est la première fois que cette ambassade a organisé un tel événement et qu’elle aura l’intention de le célébrer chaque année. Une trentaine de gens  de différentes nationalités ont répondu à cet appel et le président de GMÜR ( groupe médical d’urgence) Mr Riaz Hussein Soujataly  dont la principale mission est  ce genre d’action , a donné l’exemple. Une telle action est accomplie grâce à la participation des membres du centre national de transfusion sanguine du centre hospitalier HJRA, dirigée par le Pr. Rakoto Alison Aimée Olivat  qui a mentionné que, durant cette période de confinement la quantité de sang  à la disposition du centre a nettement baissé ;  mais aussi   faut-il toujours honorer les besoins des malades,  et elle a loué cette bonne initiative de l’Ambassadeur d’Iran. 25% de sang devront être gratuits et que les 75% sont à la charge  des proches des patients. Le sang est vital et on ne  peut pas encore le remplacer par d’autres substances. 99% du sang  du groupe O, A, B, AB  sont tous de rhésus positif,  a-t-elle poursuivi.

NARY  Ravonjy

Midi Madagasikara0 partages

Affaire Farafangana : L’ONU dénonce l’usage excessif de la force

L’ONU met en cause les forces de sécurité

L’affaire de la mutinerie dans la prison de Farafangana a alerté l’organisation des Nations Unies. Cette dernière parle d’un « usage excessif de la force » et veut des « enquêtes indépendantes et approfondies ».

Les Nations Unies brisent le silence à propos de l’affaire de mutinerie dans la prison de Farafangana.  Lors d’un point de presse tenu vendredi dernier à Genève, et rapporté par le site d’information de l’organisation onusienne, le Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme « s’est dit vivement préoccupé » par l’issue de la mutinerie dans la prise de Farafangana, lit-on sur le site onusien. Une issue que l’organisation des Nations unies dénonce après le lourd bilan de pertes humaines avec 23 morts du côté des détenus. Ces derniers ont perdu la vie après les tirs des forces de sécurité une fois que la poursuite des évadés de la prison a été engagée.

Aucun ordre. Il s’agit, ni plus ni moins, « d’un usage excessif de la force par les forces de sécurité », soutient le haut commissariat des Nations Unies selon la publication dans le site d’information des Nations Unies. « Les forces de sécurité ont ouvert le feu sur des détenus qui tentaient de s’échapper de la prison de Farafangana », a déclaré vendredi Rupert Colville, porte-parole du haut commissariat. Toutefois, le ministre de la Justice, Johnny Richard Andriamahefarivo, a soutenu urbi et orbi qu’aucun ordre de tirer n’a été donné. Selon ce dernier, la réunion de l’organe mixte de conception élargi qu’il a dirigé sur place, mercredi dernier, a confirmé que « les forces de sécurité n’ont reçu aucun ordre ». « Ils ont  agi en état de légitime défense »  a soutenu la hiérarchie de la gendarmerie. Une thèse que beaucoup d’observateurs contestent.

Enquête indépendante. Quoiqu’il en soit, les forces de sécurité sont situées au cœur de la vague dans cette affaire qui a attiré la foudre des critiques les plus acerbes et les dénonciations unanimes des défenseurs de droit de l’homme. Vendredi dernier, Rupert Colville a appelé les autorités malagasy à un « strict respect des principes de légalité, de nécessité, de proportionnalité et de non-discrimination » lors de l’usage de la force, selon le site d’information des Nations Unies. Une enquête est donc sollicitée par les Nations Unies pour éclaircir cette affaire de mutinerie. « Le Haut-Commissariat entend continuer à travailler avec les autorités malagasy pour faire en sorte qu’elles mènent des enquêtes approfondies, indépendantes et impartiales sur les circonstances des meurtres survenus lors de l’évasion de la prison », lit-on sur la publication.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Suppression de l’EPS aux examens : Les profs de gym haussent le ton

La décision du ministère de l’Education Nationale de supprimer l’épreuve d’Education Physique et Sportive aux examens du BEPC et du Baccalauréat est perçu par les professeurs d’EPS comme un coup de poignard dans le dos.

N’y a-t-il pas un moyen pour éviter ce désaveu du sport dans sa plus simple expression ? Car même dans des pays où le virus est encore très actif, ils arrivent à contourner le problème avec des matches à huis-clos et le respect des gestes barrières. Et si c’est possible sous d’autres cieux, pourquoi il ne l’est pas à Madagascar. Un pays où l’éducation citoyenne est mise à mal depuis la suppression de l’éducation civique dans les écoles. L’EPS a quelque peu permis de sauver la face mais voilà qu’on met le sport sur les rangs des victimes. Les fameux profs de gym comme on les appelle sont pourtant les seuls remparts pour une éducation citoyenne. C’est là qu’on apprend les enfants à se conformer aux règlements. C’est encore aux séances d’EPS qu’on leur apprend à respecter les autres, à honorer les aînés et même la Nation dans son intégralité. Ce n’est pas sans raison si on chante l’hymne national avant chaque rencontre officielle. C’est tout un apprentissage à faire et le sport reste un instrument incontournable pour former des citoyens modèles, sans oublier les bienfaits tirés de la pratique sportive sur la santé. Logique donc si les profs de gym s’insurgent sur cette décision jugée arbitraire. Si le regroupement est possible durant les examens et dans un espace confiné, pourquoi il serait interdit aux séances d’EPS qui se tiennent en plein air ?

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

67 ha : Le siège de FITRAMA attaqué, deux gardiens poignardés

Deux gardiens d’une société qui transforme des plantes médicinales FITRAMA ont été blessés à coups de couteau la nuit du vendredi suite à l’attaque de leur lieu de travail aux 67 ha. Grièvement blessé à la tête, l’un d’entre eux est resté jusqu’ici sous soin intensif à l’hôpital. Tandis que l’autre, son état de santé n’est plus à craindre après avoir reçu les soins nécessaires. Selon l’information, l’acte a été commis vers 22 heures, juste en début du couvre-feu institué par l’application de l’État d’urgence sanitaire suite au Covid-19. Les deux gardiens se trouvaient devant le portail de l’enceinte de la société quand huit individus s’en sont pris à eux et les ont assénés de  coups de couteau. Pris au dépourvu, les victimes n’ont pas eu le temps de riposter. Après l’acte, les assaillants ont pris la fuite, à entendre les explications du Directeur général de FITRAMA, Jean Nirina Rafanomezantsoa. Ce dernier qui estime que ces individus ont été commandités par quelqu’un pour commettre cette attaque. D’après le témoignage des victimes, les agresseurs leur ont proféré des propos menaçants comme quoi : «  Montrez-nous si vous êtes vraiment des agents de sécurité de FITRAMA. Jean nirina Rafanomezantsoa estime que ce serait lui en personne qui aurait été la cible de cette attaque. Il affirme qu’une heure avant cette agression, il stoppait sa voiture devant ce portail et il y restait quelques moments avant de rejoindre son domicile dans l’enceinte. Jean Nirina Rafanomezantsoa ajoute qu’il devra déposer une plainte sur cette affaire.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Antaninarenina : Mpiandry vavahadin’ny Fitsarana, nanolana ankizivavy very saina

Ankizivavy iray, izay hita ho very saina no hitan’ny olona nirenireny teny amin’iny faritra Andohatapenaka iny. Lehilahy iray nilaza azy ho mpiasan’ny Fitsarana etsy Anosy no hoe « nangoraka » ka nilaza ny hitondra azy any amin’ny polisy. Tsy izay anefa no nitranga. Nentiny teny Antaninarenina ilay ankizivavy ary nampiharany ny filan-dratsiny !

« Nisy tovolahy iray nanao « publication » tao amin’ny facebook ny zoma hariva, fa nisy tovovavy iray somary very saina hitan’izy ireo tetsy Andohatapenaka ary efa nitangoronan’ny olona ». Taorian’io dia nisy lehilahy iray nitondra moto anisan’ny nitangorona teo amin’ireo olona, nilaza ny hanolo-tena hitondra ity tovovavy ity any amin’ny biraon’ny polisy etsy 67ha. Izy rahateo nilaza ny tenany, fa mpiasan’ny Fitsarana, ka dia natokisan’ireo fokonolona nangoraka ity tovovavy kely. Ilay tovolahy nanao filazana tamin’ny Fb kosa dia nilaza ny hanaraka ity lehilahy ity avy ato aoriana, izy sy ny namany. « Nolazain’izy ireo tamin’izany, fa toa nivily lalana nankany Ampasika ilay moto nitondra ilay tovovavy ka nanomboka teo, dia tsy hita intsony ny nalehan’ilay moto nitondra ilay tovovavy rehefa tonga teny amin’ny biraon’ny Polisy izy roa lahy ».

Trangan-javatra nampiahiahy avy hatrany ! Teo no eo ihany dia nandray an-tànana ny raharaha ireo tompon’andraikitry ny polisy ka nanokatra fanadihadiana hikarohana ilay lehilahy nilaza ho mpiasan’ny fitsarana sy ilay tovovavy kely nentiny, tsy fantatra ho aiza na aiza. Rehefa nanao fikarohana rehetra ireo mpitandro filaminana dia re fa misy moto mitovy amin’ilay karohina eny amin’iny faritra Sabotsy Namehana iny. Natao ny fanadihadiana teny an-toerana ka tra-tehaka ilay tovolahy nitondra azy, izay tsy iza tokoa fa ilay lehilahy nilaza ho mpiasan’ny Fitsarana nitondra ilay tovovavy. Ary ity farany mbola nentiny tao aoriana. Nentina natao fanadihadiana avy hatrany ity farany ka niaiky ihany nony farany rehetra tratr’ireo fanontaniana rehetra napetrak’ireo mpanao famotorana. Fantatra tamin’izany, hoy hatrany ny fampitam-baovao azo, fa tsy nateriny akory tany amin’ny kaomisaria ity tovovavy ity fa nentiny nanaraka azy tany Antaninarenina. Nampiharany ny filàny nandritry ny alina tontolo ary ny marainan’ny sabotsy teo vao io tratran’ny polisy io. Asa angaha saika mbola hoentiny aiza ity tovovavy ity. « Voamarina fa voaolana tokoa ilay tovovavy ary ilay lehilahy nitondra azy no nahavita izany », hoy hatrany ny polisy. Tetsy andanin’izay rehefa nofotopotorina mahakasika ny maha mpiasan’ny fitsaràna azy ity nahavanon-doza ity, dia fantatra fa mpiandry vavahady fotsiny ihany eny amin’ny Lapan’ny fitsarana. Natao andrimaso avy hatrany moa ity lehilahy, ary miandry ny fotoana hanolorana azy eny amin’ny « toeram-piasany », izay inoana fa tsy ho ela …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Rugby : MASC Rugby participe au Championnat AFFR

Les membres très actifs de MASC Rugby.

Afin d’entamer cette saison post-pandémique, MASC Rugby participera au Championnat AFFR 2020-2021. Organiser un grand tournoi à Madagascar serait aussi au programme en août 2021.

MASC Rugby ou Madagascar Association Sportive et Culturelle, regroupant des ressortissants malagasy férus du ballon ovale en Europe, participera pour la première fois, au Championnat de l’Association de France Folklo Rugby (AFFR). Après des semaines de préparations, les protégés de Nirisoa Élysée Brunet Rakotohasimbola sont fin prêts à affronter la nouvelle saison. En effet, le championnat débutera le 26 septembre. Ce serait l’une des plus grandes compétitions à laquelle MASC rugby participera pour cette année. Les joueurs auront encore droit à trois semaines pour leurs derniers entraînements. Par ailleurs, trois autres tournois seront encore dans son agenda, à savoir le tournoi de Gif sur Yvette, le tournoi de Fontenay en Parisis et le tournoi de l’Ambassade du Japon.

A savoir que MASC Rugby souffle ses dix-neuf bougies cette année. Elle est la seule équipe malagasy de rugby en Europe, car les joueurs qui y évoluent viennent de partout. C’était une initiative de Nirisoa Élysée Brunet Rakotohasimbola, ancien joueur international et ancien capitaine des Makis, dans le but de rassembler les Malagasy férus du rugby en Europe, surtout en France. « Puisque j’ai grandi dans le rugby, donc je me suis dis que je suis redevable envers la relève. J’essaie de partager mes expériences et savoir-faire aux jeunes d’aujourd’hui », a-t-il fait savoir. Son actuel président est Tiana Randrianjato.

Un tournoi à Madagascar

Plus de 200 joueurs se sont déjà passés dans MASC Rugby depuis 2001. Environ 60 joueurs sont en regroupement pour ces prochaines compétitions. Ils sont issus de différents clubs dans différentes régions en France. MASC Rugby envisage aussi d’organiser un tournoi de rugby à Madagascar au mois d’août 2021. En outre, l’association s’efforce d’aider ses membres sur le plan social selon ses moyens. Elle a déjà aidé les Makis de Madagascar en les offrant des vêtements chauds lors de la finale du championnat d’Afrique les opposant à l’équipe de Maroc durant la saison d’hiver où il y avait de la neige à Gennevilliers France, quelques ans passés déjà, en plus de quelques petites aides financières. Ils ont déjà donné des maillots aux Makis à XV hommes lors du championnat d’Afrique et aux Makis à VII féminin pour se préparer au tournoi de Dublin en Irlande, pour avoir le ticket de passer aux jeux olympiques. Ce don en terme de maillots était le fruit de son alliance avec la société Allo Flock Charlie France. MASC a déjà donné aussi des maillots aux arbitres de Rugby Malagasy et a offert des matériels à certains entraîneurs de la ligue Analamanga et des autres ligues.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Place au développement des régions

Le déplacement présidentiel dans la région Vakinankaratra durant le week-end dernier est significatif de la volonté des dirigeants à mettre en avant le développement régional.  Une occasion pour le TGV de mettre sur les rails les actions pour la réalisation des « velirano » pour un développement rapide, inclusif et durable clairement définis dans les visions pour l’Emergence de Madagascar.

Place au développement des régions

Une émergence  qui se manifestera  tout d’abord par les projets en cours ou à venir, d’infrastructures administratifs,  pour ne citer que le tout nouveau bâtiment de la Direction régionale de la Sécurité Publique de la région Vakinankaratra.  Une infrastructure qui témoigne aussi de la détermination du gouvernement à renforcer la sécurité dans les régions. La pose de la première pierre d’un abattoir d’une capacité de 75 têtes  démontre aussi que le régime n’entend pas faire preuve de paresse dans  la réalisation des projets de développement. Quand bien même ce projet se trouve dans le quartier de Tsivatrinikamo qui signifie littéralement,  « ce que les paresseux ne peuvent pas réaliser ». En somme, ces projets arrivent à point nommé pour la région Vakinankaratra connue également pour ses énormes potentialités agricoles qui restent à exploiter.  C’est pour cette région, d’ailleurs que le Vakinankatra vient d’être choisie région pilote pour le projet Titre Vert. En effet, le développement des régions comme le Vakinankaratra  repose avant tout  sur le secteur primaire qui malheureusement a été frappé de plein fouet par  des inondations qui ont touchées différentes régions en début d’année. En effet,  la croissance de la branche agriculture a connu une baisse de 1,5% par rapport aux objectifs de la LFI 2020. Du coup dans le cadre de la LFR 2020, ce secteur demeure une priorité pour l’État et bénéficiera d’un appui particulier pour assurer la sécurité alimentaire.  Appui qui va se manifester par d’autres projets régionaux que l’actuel exécutif prépare et qui fera probablement l’objet d’autres missions présidentielles dans les autres régions de l’ile. Bref, la place est plus que jamais au développement régional où aucune région ne sera oubliée comme l’a rappelé le Président de la République et comme le prévoit la loi de finance rectificative 2020.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Ericsson – UNICEF : Un partenariat pour cartographier la connectivité des écoles

Ericsson et l’Unicef ambitionnent que chaque enfant ait accès à l’apprentissage numérique.

L’initiative des deux partenaires vise à permettre à chaque enfant d’accéder aux opportunités de l’apprentissage numérique. La première phase du projet consiste à cartographier la connectivité Internet des écoles dans 35 pays.

« Le numérique pour tous » est une vision qui a fait l’objet de plusieurs actions menées à Madagascar. Selon la société Ericsson, des programmes ayant le même objectif, sont également en œuvre au niveau international. Une initiative issue du partenariat entre Ericsson et Unicef vise à identifier, sur trois ans dans 35 pays, les lacunes en matière de connectivité Internet des écoles et des communautés environnantes. Cet effort conjoint s’inscrit dans le cadre de l’initiative Giga, lancée l’année dernière et menée par l’UNICEF et l’Union Internationale des Télécommunications (UIT), pour connecter chaque école à internet. Parmi les acteurs du secteur privé, Ericsson est le premier à s’engager à hauteur de plusieurs millions de dollars dans l’initiative Giga, en tant que partenaire mondial de l’UNICEF for School Connectivity Mapping.

Opportunités. Selon l’UIT, 360 millions de jeunes n’ont actuellement pas accès à internet. Cela engendre une exclusion, moins de ressources pour apprendre et des possibilités limitées pour les enfants et les jeunes les plus vulnérables de développer leur potentiel. Pour Ericsson et l’Unicef, l’amélioration de la connectivité augmentera l’accès à l’information, les opportunités et les choix, permettant ainsi à des générations d’écoliers de participer à la construction de leur propre avenir. « L’aggravation de la fracture numérique est l’une des nombreuses inégalités que la pandémie COVID-19 a mises en évidence. Les fermetures d’écoles, associées à des possibilités limitées ou inexistantes d’apprentissage à distance, ont bouleversé l’éducation des enfants dans le monde entier. Notre partenariat avec Ericsson nous permettra d’offrir à chaque enfant et jeune, l’accès aux opportunités de l’apprentissage numérique », a déclaré Charlotte Petri Gornitzka, directrice générale adjointe des partenariats de l’UNICEF.

Engagée. En plus du financement, Ericsson allouera des ressources supplémentaires pour l’ingénierie des données et la science des données afin d’accélérer la cartographie de la connectivité des écoles. Plus précisément, Ericsson aidera à la collecte, la validation, l’analyse, le suivi et la représentation visuelle des données de connectivité scolaire en temps réel. Les données de connectivité en temps réel générées par la cartographie permettront aux gouvernements et au secteur privé de concevoir et déployer des solutions numériques qui favorisent l’apprentissage des enfants et des jeunes. Ericsson fera également appel à son vaste réseau de clients pour faire progresser les objectifs de l’initiative Giga. « Ericsson occupe une position unique en tant que partenaire clé dans la résolution de ce problème important, grâce à son expertise technologique, à sa dimension mondiale, à ses décennies d’expérience dans les partenariats public/privé, et à ses résultats probants dans la mise en relation des étudiants et des éducateurs. Travailler en collaboration avec des partenaires comme l’UNICEF et l’UIT amplifie l’impact potentiel de la connectivité des écoles, et constitue une première étape concrète pour aider à réduire la fracture numérique au niveau mondial », a déclaré Heather Johnson, vice-présidente en charge du développement durable et de la responsabilité d’entreprise chez Ericsson. Pour sa part, l’UIT apporte une connaissance historique des politiques technologiques et une expertise en matière de réglementation à la mission qui consiste à connecter toutes les écoles du monde, selon Doreen Bogdan-Martin, directrice du bureau de développement des télécommunications de l’UIT. « Nous sommes ravis que, Ericsson se joigne à Giga et aide à construire les outils cartographiques nécessaires pour faire de la connectivité de chaque école une réalité », a-t-elle indiqué.

Compétences digitales. Par ailleurs, le partenariat Unicef-Ericsson contribue également au projet « Generation Unlimited Global Breakthrough » concernant la connectivité numérique, qui vise à offrir aux jeunes des compétences digitales afin qu’ils puissent participer pleinement et utilement à l’économie numérique. Il s’agit d’un partenariat mondial multisectoriel visant à répondre au besoin urgent d’élargir les possibilités d’éducation, de formation et d’emploi pour les jeunes. De plus, ce partenariat soutient le récent programme d’action Covid-19 de l’Unicef, dans le cadre duquel, l’organisation appelle à une action mondiale pour que les enfants continuent à apprendre, ce qui nécessite de donner la priorité à la connectivité internet dans les zones rurales et isolées.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Distribution de terrains aux agriculteurs : Vakinankaratra choisie Région pilote du projet Titre Vert

Le régime fait un grand bond en avant dans la mise en œuvre des Velirano. Durant le week-end, le président Andry Rajoelina a donné le coup d’envoi de la réalisation de nombreuses infrastructures dans la Région Vakinankaratra.

 » Si auparavant, Antsirabe a toujours été oublié en ce qui concerne les actions au développement, désormais cette Région fait partie des priorités du régime et la population locale ne sera plus en reste par rapport au progrès « , a-t-il martelé. En effet, Vakinankaratra a été choisie pour être la Région pilote pour la mise en œuvre du projet Titre Vert. Un projet qui consiste à octroyer des terrains à des agriculteurs et des éleveurs. Les bénéficiaires de ce projet se verront attribuer un terrain d’une superficie de 10Ha. L’Etat leur fournira un logement et une formation. Après 5 ans d’activité, le terrain sera offert gratuitement aux bénéficiaires. Avec ce projet, le régime entend non seulement promouvoir les secteurs de l’agriculture et de l’élevage, mais aussi favoriser la création d’emplois, notamment dans le monde rural. A entendre les explications du président Andry Rajoelina, le site qui abritera le projet Titre Vert est déjà connu. Il sera implanté dans la périphérie d’Antsirabe.  » Le lancement officiel sera donné dans six mois « , a laissé entendre le Chef de l’Etat.

Infrastructures. Le deuxième jour de la visite d’Andry Rajoelina à Antsirabe était axé sur le lancement des travaux de construction de plusieurs infrastructures. Dans la matinée, il a assisté à la pose de premières pierres pour la réalisation de 80 logements sociaux en duplex à Vatofotsy Antsirabe. Il s’agit de la concrétisation du 11e Velirano qui consiste à l’octroi de logements décents pour tous les Malagasy. Ce projet  est différent des Buildings mora et des Trano mora.  » Il est destiné aux  » Sarambabem-bahoaka « , aux ménages à faibles revenus qui souhaitent être propriétaires d’une maison « , a annoncé le président de la République. Antsirabe est donc le premier bénéficiaire de ce modèle de logements sociaux, mais Andry Rajoelina a annoncé que ce projet sera dupliqué dans les autres régions. Ce sera des maisons modernes à étage de 82m2. Et le site sera doté d’un espace communautaire, un espace urbain, un espace vert et un espace de sport. Selon les explications du ministre Zasy Angelo, un programme d’initiation à l’agriculture urbaine et nutritionnelle sera mis à disposition des bénéficiaires.

Maison de la Communication. Le numéro Un d’Iavoloha a ensuite lancé la construction de la Maison de la Communication et de la Culture pour la Région Vakinankaratra. Le bâtiment sera doté d’un auditorium d’une capacité d’accueil de 550 personnes assises, d’une bibliothèque, d’une salle de documentation pour la presse, une salle informatique et une salle de conférence. Érigé sur un terrain de 1500 m2 et une surface bâtie de 1000m2, le budget de la construction de la Maison de la Communication et de la Culture d’Antsirabe est de 1,4 milliard d’Ariary, a annoncé la ministre Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo. Il s’agit de la sixième infrastructure de ce genre réalisée par le Ministère. Selon ses dires, les travaux de construction de 7 autres maisons de la Communication et de la Culture vont aussi débuter cette année.

Université d’Antsirabe. Le président Andry Rajoelina a ensuite constaté de visu la construction d’une université à Vatofotsy Antsirabe. 40% des travaux ont déjà été réalisés. D’après le responsable, cette infrastructure sera terminée d’ici mi-décembre. L’université d’Antsirabe pourra ainsi être opérationnelle à la prochaine année universitaire. Le Chef de l’Etat a aussi honoré sa promesse de financer la construction de l’Eglise Notre Dame de Lourdes à Miaramasoandro. La pose de premières pierres a eu lieu samedi. Par ailleurs, la population de Vakinankaratra ne sera pas en reste par rapport au Vatsy Tsinjo. Le lancement officiel de ce projet a eu lieu samedi sur le terrain de l’ACMIL. 1.000 familles ont reçu leurs aides sociales de la part de l’Etat.  » Toutes les familles nécessiteuses de tous les Fokontany d’Antsirabe en bénéficieront « , a annoncé le président Andry Rajoelina.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

HFKF – HOREB : Une coopération fructueuse au profit des communautés vulnérables

Le partenariat entre le HFKF et l’HOREB a porté ses fruits.

Assurer un développement durable et inclusif à Madagascar. Tel est le leitmotiv des opérateurs qui mettent en œuvre le référentiel HOREB (Hygiène, Organisation et Restauration de l’Environnement et de la Biodiversité).

Compte tenu des objectifs communs du HFKF (Hetsika Fampiraisana ny Kristiana ho an’ny Firenena) ou mouvement de rassemblement des Chrétiens en faveur de la nation, via sa montage économique et de l’HOREB, les deux parties ont noué un partenariat pour des projets concrets.  « Et notre coopération a été fructueuse, et ce, au profit des communautés vulnérables surtout en cette période de crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19 dans le pays. A titre d’illustration, nous avons entrepris des actions sociales telle que la distribution des solutions à base d’aliments naturels dont entre autres, le « Booster ririnina », permettant de renforcer le système immunitaire de ces communautés identifiées sur l’axe de la Route Nationale No 7, soit à Antananarivo jusqu’à Toliara. Et le partenariat se poursuit encore », a expliqué Tiana Randrianasoloarimina, le coordonnateur national du HFKF.

Augmenter la part de marché. Il est à noter que l’opérateur initiateur de l’HOREB vise à augmenter la part de marché de Madagascar en matière d’exportation de produits agricoles comme le litchi, sur le plan international en inscrivant des axes stratégiques dans ce référentiel.  Il reste convaincu qu’on ne peut plus avoir une production de qualité et en quantité répondant aux exigences du marché international tant que les paysans fournisseurs se retrouvent encore dans une extrême situation de pauvreté. Raison pour laquelle, il a alloué une partie de ses bénéfices nets sur l’exportation de litchi pour soutenir les communautés de producteurs s’engageant à la charte de l’HOREB. Celles-ci fournissent ainsi une production respectant bien les bonnes pratiques d’hygiène et compétitive. Elles ont contribué en même temps au désenclavement des zones productrices de litchi en transportant à dos d’homme des bois d’œuvre destinés à la construction d’un pont, entre autres, et ce, avec l’appui de l’HOREB. Elles s’engagent également à protéger l’environnement car l’équilibre biologique s’avère important pour une meilleure fructification du litchi. En plus, les opérateurs de l’HOREB apportent divers appuis comme la distribution gratuite des semences servant à assurer leur sécurité alimentaire, des kits scolaires pour leurs enfants, sans oublier le soutien à l’éducation en milieu rural. La facilitation d’accès aux soins de base n’est pas en reste. Les acteurs de l’HOREB étendent maintenant leurs activités dans d’autres régions et d’autres partenaires  adhèrent également à ce référentiel. Un projet de digitalisation de l’agriculture est entre autres, prévu démarrer ce mardi dans deux communes pilotes à Toliara II, et ce, en partenariat avec Orange Madagascar et CRS.

Organe réconciliateur. En dépit de tout cela, l’affaire concernant l’utilisation de ce concept HOREB est encore pendante au niveau de la justice. Le tribunal de  Première Instance de Toamasina a déjà tranché que le plaignant et l’utilisateur de ce même nom, peuvent l’employer librement. L’affaire est maintenant devant la Cour d’Appel. « En tant qu’entité neutre qui promeut l’unification de tous les Chrétiens, le HFKF se positionne en tant qu’organe réconciliateur entre les deux parties afin qu’une solution adéquate soit trouvée. Néanmoins,  la plateforme chrétienne sollicite l’intervention de l’Etat pour permettre de soutenir les activités menées par l’HOREB qui ont des retombées positives pour la population et qui sont encore en cours. En effet, de nombreuses communautés surtout vulnérables en bénéficient », a exprimé Tiana Randrianasoloarimina, le coordonnateur du HFKF. Le verdict de la Cour d’Appel sera connu demain.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

IVe arrondissement : 1.339 foyers ont bénéficié du « Vatsy Tsinjo »

Certains quartiers du IVe arrondissement ont bénéficié du « Vatsy Tsinjo ». (Photo d’archives)

Le IVe  arrondissement a reçu sa part concernant les aides sociales, plus précisément le «Vatsy Tsinjo», le week-end dernier, dont 600 foyers du Fokontany d’Anosipatrana, 500 foyers du Fokontany de Mangarano et 239 foyers du Fokontany d’Ilanivato. En tout, ils sont 1.339 foyers à avoir pu bénéficier du «Vatsy Tsinjo» dans ledit arrondissement. Malgré les dispositions prises par le pouvoir central pour endiguer l’impact du Covid-19, avec notamment les aides sociales, leur répartition et distribution ont engendré des mécontentements. Dans le cadre de l’amélioration de liste au niveau des Fokontany, l’on a procédé à un recensement de la population, et ce, afin d’avoir des critères de sélection de ceux qui doivent en bénéficier. En effet, pas mal de gens se plaignent de la désorganisation dans la manière de distribuer ces aides. Et même, la mise en place du « Komity Loharano» n’a pas donné les résultats escomptés. A un certain moment, ce comité a été contesté par le Fokonolona dans certains quartiers de la capitale, notamment dans le choix de ses membres qui aurait manqué de transparence.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambolomadinika Toamasina : Hain-trano mahatsiravina, olona roa maty nianjeran’ny « parpaing »

Nitrangana hain-trano tao Ambolomadinika ny androny sabotsy maraina teo tokony tamin’ny 08ora tany ho any. Raha ny filazan’ny tompon-trano dia avy niantsena izy avy eo nisakafo maraina no nisy olona nampandre azy ireo, fa may ny tranony, ka taorian’izay vao nikoropaka ary niantso mpamonjy voina sy mpamonjy hain-trano. Ny fanazavana no nahalalana, fa “court circuit” no niteraka izao hain-trano izao izay may 100% ilay trano sy ny fanaka tao anatiny raha ny filazan’ny mpamonjy voina sy hain-trano azy. Misy enina ny mpanofa tao amin’ity trano may ity izao izay samy traboina avokoa ankehitriny. Nisy tranga niseho koa anefa nandritra ny hai-trano izao ity, satria nahitana faty olona roa sy faharatrana olona iray  nianjeran’ny “parpaing” nandritra izany. Nisy trano vao amboarina mantsy teo akaikin’ity trano may ity, ka noho ireo olona tao anatin’ilay trano nijery ny fahamaizana nitranga nefa niankina tamin’ilay rindrina mbola tsy vita, dia nihotsaka izany ary nianjera tamina mpandalo avy niantsena  roa izay maty avy hatrany. Ankoatra izay nomarihan’ny lehiben’ny sampana mpamonjy voina sy hain-trano Atoa Charles Desiré, tsy  izy ireo no nahatara ny fomba famonjena, fa ny lalana fidirana tao amin’ilay trano may no tsy nisy. Voatery nampiasa ny teknika “Devidoire” manana fantsona 800m izy ireo nandritra izany, ka izao avotra izao ireo trano manodidina ilay hain-trano nitranga. Nanafatra Atoa Charles Desiré lehiben’ny sampana mpamonjy voina sy hain-trano, fa ilaina ihany ny fanokafan-dalana idiran’izy ireo hamonjena ireo olona mila azy, ka nanao antso avo ho an’ny rehetra mba hanaja izany lalana izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Rotary Club Ivato : Landy Mamiharison Rakotoson, nouveau président

Continuité dans le changement pour le Rotary Club Ivato qui a son nouveau président en la personne de Landy Mamiharison Rakotoson. En effet, Anita Rambelo, l’ancienne présidente du club a passé le collier au président entrant lors d’une cérémonie organisée le 29 dernier. Une cérémonie qui a été précédée d’une action sociale initiée dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19 le 28 août auprès de l’Ecole Primaire Publique d’Ivato Base. Le club a procédé à la distribution de masques et de matériels scolaires pour les candidats aux examens du CEPE prévus pour le 1er septembre prochain. Si l’initiative de lutte contre la propagation de la Covid-19 va encore se poursuivre auprès du Centre de Santé de Base niveau II de Talatamaty au début de ce mois, le Club avec son nouveau président, a déjà un agenda assez chargé. Sous le slogan “place à l’action” le mandat de Landy Mamiharison Rakotoson entend commencer par des dotations de kits scolaires auprès des EPP situées aux alentours des fokontany d’Ivato et de Talatamaty. Des actions à initier dans le cadre de la rentrée scolaire. Aussi, un reboisement, initiée de concert avec le Rotaract club Ilo Ivato, sera organisé à Anjanadoria en contribution au défi de reverdir le pays.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Football – Arabie-Saoudite : Faneva Ima Inscrit son 6e but

L’ex-capitaine des Barea est toujours au top de sa forme.

Le championnat de première division de football d’Arabie-Saoudite est à sa dernière ligne droite. L’équipe de l’Al Fahya où évolue l’ancien capitaine des Barea, Faneva Ima Andriatsima s’est inclinée face à Al Nassr. C’est sur le score de 2 buts à 1 que AlFahya a perdu la rencontre. Pourtant, l’ancien international malgache a ouvert le score à la 7e mn donnant l’avantage à son équipe. Une avance de courte durée où leurs adversaires ont pris les choses à leur compte lors de la seconde période. Après 87e mn de jeu, Faneva a cédé sa place en réussissant 67 % de ses passes. L’ancien capitaine des Barea a signé son 6e but au championnat Saoudien. Cette défaite place l’équipe d’AL Fahya à la 13e place créditée de 29 points à deux journées de la fin du championnat. Un classement qui met l’équipe en ballotage défavorable. Ce vendredi 4 septembre, ce sera un duel entre deux Malgaches. L’équipe de Faneva Ima affrontera celle de Carolus Andriamahitsinoro du Al Adalah. Cette formation de Al Adalah qui tient provisoirement la fin du classement avec 21 points et une relégation pour la deuxième division. La dernière rencontre de l’équipe du d’Al Fahya sera face à Al Taawon, le 9 septembre prochain.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : Nathan Gabri, la relève de Mahajanga

Lauréat d’une compétition musicale organisée par une télé privée de la capitale, Nathan Gabri est désormais son propre patron en créant son propre Label. Auteur, compositeur, interprète, ce jeune homme est une nouvelle étoile de la musique urbaine à Madagascar. Sa voix rocailleuse et ses mélodies  tantôt conscientisant , tantôt  animatrices lui ont permis de devancer les artistes de son âge.

Interviewé par l’équipe de Midi Madagasikara, Nathan Gabri trace son parcours musical.

  MidiMadagasikara. Votre premier contact avec la musique datait en quelle année ?

 Nathan Gabri.  J’avoue, quand j’étais tout petit, la musique ne m’intéressait pas du tout. Mais en CM2, tout a changé. Mes potes faisaient du rap en freestyle après les cours avec un djembé. C’est là que j’ai commencé, j’étais vraiment nul et on se moquait de moi de temps en temps (je n’écrivais pas, je me lançais juste avec des rimes aléatoires) mais cela m’a forgé. Puis, en classe de cinquième, j’ai voulu produire de la musique et créer des beats comme le faisait les étrangers. Du coup je prenais l’ordinateur de ma mère en cachette pour m’exercer (Au départ c’était dur, vu que personne ne m’a appris comment faire). J’ai utilisé virtual dj à l’époque pour boucler les instrumentales. Plus le temps passe, plus mon amour pour la musique devient sérieux. J’ai commencé à faire chanter les gens du quartier (sans micro professionnel, juste avec le micro de l’ordinateur de ma maman). Je ne savais même pas mixer.

Quelle était la réaction de vos parents en sachant que la musique était votre passion ?

 

Nathan Gabri.  Ma mère a su que je faisais de la musique et elle m’a dit : « Mon petit, la musique n’est pas une carrière, c’est un hobby alors fais gaffe à toi et étudies bien à l’école. Si tu me promets de bien étudier, je t’achèterai un micro). À ce moment précis, j’ai pris mon cahier et hop, études… Bref, en classe de quatrième, je commençais à publier mes compos sur facebook et YouTube… J’étais comme tous les jeunes à l’époque, j’avais mon blog et tout.

A présent, votre Studio Tents record est l’une des maisons fréquentées par les jeunes artistes. Comment était votre parcours ?

 

Nathan Gabri. Puis j’ai eu mon micro (sans fil), j’ai consacré mon temps à composer et à produire.

Puis en terminale, avec mes amis, on a créé un groupe qui s’appelait CWAMAH YOUNG LABEL (à Majunga même), il y avait au moins 10 personnes dans ce groupe et tout allait bien. Mais après mon bac, je suis allé à Tana et vu que j’étais le Leader, le groupe a cessé de fonctionner. Arrivé à Tana, je continuais mes prods tranquille dans ma chambre, j’ai acheté une carte son et un micro phantom, ça faisait le taf. Je regardais des tutoriels et des astuces sur internet pour avoir de bonnes bases. Et voilà, voilà… Mes chansons commençaient à passer.

Vous avez participé à une compétition musicale il y a deux ans. Étiez-vous sûr à l’époque que vous allez être parmi les gagnants ?

Nathan Gabri. On était à table en famille, le pub passait à la télé. J’ai rien compris, j’ai cru que c’était un concours où 5 personnes qui forment un groupe iront affronter 5 autres personnes, alors on a créé un groupe vite fait avec mes potes et on s’est inscrit et c’est là qu’on a capté. Les 3 autres ont refusé de participer et seulement Fab’s Brownz et moi étions inscrits. On a passé l’audition ensemble, on a réussi puis avant le prime 1, il a été recalé. J’étais triste mais je me suis dit : Tu vas l’avoir. Beaucoup de personnes m’ont critiqué et rabaissé, ils m’ont même traité de tous les noms, certaines ont même dit que j’ai acheté les jurys mais j’avançais toujours, je ne les calculais pas. Heureusement, en finale, le regard des gens ont changé et ils ont eu confiance en moi car j’ai tout donné pour prouver que j’avais quand même du potentiel. Puis on a fait l’album en France, on a fait des concerts un peu partout (genre star tour avec plus de 3.000 personnes). C’était bien.

Vous collaborez souvent avec Aashna Tess, la jeune étoile de Madagascar. Comment vous vous êtes rencontrés ?

Nathan Gabri. Oashna Tess c’est ma petite soeur adorée. C’est la fille de Shao Boana et Queen. On n’a pas les mêmes parents mais c’est ma sœur. Depuis qu’elle est toute petite je prenais bien soin d’elle, je lui ai fait chanter quand elle avait à peine 15 ans et on a aimé  cela puis elle a fait pazzapa, elle a chanté avec big MJ.

Vos paroles sont un mélange entre la poésie et la réalité de la rue. Cette combinaison, est- elle exprès ou une simple inspiration ?

Nathan Gabri. J’ai deux  façons pour m’y prendre. La première, c’est à l’ancienne. Je prends une feuille et un stylo puis j’écris ce qui me passe par la tête. Il n’y a pas d’endroit précis mais quand quelque chose me touche, j’écris (que ce soit personnelle ou ce que je vois quotidiennement ou ce que mes proches ou des inconnus ressentent… Parfois, j’invente). Si on m’oblige d’écrire quelque chose de profond, je pourrais le faire mais pas avec précision. Il faut que cela   vienne de moi et de ma volonté. Puis j’invente une mélodie qui correspond à mes textes et hop, je crée  « l’instru » et tout le reste. (Ça demande beaucoup de travail mais le résultat est inégalé)

Deuxième, c’est ce que font les artistes actuellement (la plupart). L’instru est déjà là, je fais mon topline (yaourt), en fait topline c’est la recherche mélodique qu’on va poser sur l’instru (là où on ne dit que nanani et nanana). Puis je prends mon téléphone et j’écris selon mon topline (en 30 minutes maxi), j’enregistre ma voix et le tour est joué. J’utilise surtout cette méthode sur les prods comme la dancehall, l’afrobeat.

Propos Recueillis par Z T/ I H/ M  R 

Midi Madagasikara0 partages

CEPE/6è 2020 : Les candidats autorisés à passer l’examen hors de leur CISCO sous conditions

Les sujets d’examen en route vers les différents centres.

Le vendredi 28 août 2020, soit à quelques jours de la date de début de l’examen du CEPE, le ministère de l’Education nationale a émis une note autorisant les circonscriptions scolaires à accepter les candidats retenus hors de leur circonscription d’origine de passer les épreuves.

Le déplacement à l’intérieur du territoire étant toujours restreint en raison de la crise sanitaire, certains candidats inscrits à l’examen du CEPE peuvent rencontrer des difficultés à se rendre au niveau de leur centre d’examen initial. Pour cette raison, le ministère de l’Education nationale a choisi de permettre à ces derniers de passer les épreuves dans une autre CISCO s’ils peuvent prouver qu’ils sont bien inscrits dans la liste des candidats pour cette année. A cet effet, les parents des enfants concernés peuvent en faire la demande auprès de la CISCO la plus proche. En ce qui concerne les convocations, un duplicata peut également être délivré par la CISCO ou le centre d’écrit si la pièce n’a pas été délivrée par l’établissement d’origine. Aussi, afin de garantir que ce service reste toujours accessible, les directions régionales de l’Education nationale et les CISCO devront assurer un service de permanence durant cette période d’examen.

Sujets d’examen. Les sujets pour l’examen du CEPE sont également prêts selon les explications des représentants du ministère de l’Education nationale rencontrés à la CNAPMAD. Ils ont été expédiés aux commissariats et  aux bureaux de la gendarmerie des districts qui se chargeront de les sécuriser jusqu’au jour-J. Quant aux salles d’examen, les enfants pourront se rendre au niveau des centres ce jour pour connaître leur salle. Rappelons que la désinfection de tous les centres d’examen est déjà effective depuis la fin de la semaine dernière grâce à la coopération entre le Ministère de l’EAU et le MEN.

Quant aux enfants, après une semaine de révision  intensive, ils semblent tout aussi prêts que les préparatifs du côté des organisateurs. Il reste à voir si le taux de réussite sera meilleur que l’année dernière où il n’y avait pas de Covid-19.

Anja RANDRIAMAHEFA