Les actualités à Madagascar du Samedi 31 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara5 partages

Stade de Mahamasina : La CUA préconise le respect de la loi

Un hélico a survolé hier le stade municipal de Mahamasina.

Ne voulant pas verser dans des polémiques stériles, la commune urbaine d’Antananarivo évoque des dispositions législatives pour déplorer qu’il y ait une violation des lois régissant les collectivités territoriales décentralisées.

Le bras de fer qui oppose ces derniers jours la commune urbaine d’Antananarivo au gouvernement central sur l’intention de ce dernier de rénover le stade municipal de Mahamasina continue de défrayer la chronique. Avant-hier, deux ingénieurs chinois auraient voulu effectuer l’étude de faisabilité du projet ont été refoulés par les policiers municipaux car ils n’auraient pas été autorisés par le propriétaire des lieux qui est la commune urbaine d’Antananarivo. Hier, des hélicoptères ont été aperçus au stade municipal de Mahamasina. Le phénomène a fait réagir la CUA. Dans son communiqué, la commune urbaine d’Antananarivo évoque les dispositions de l’article 15 de la loi n° 2014-020 relative aux ressources des Collectivités territoriales Décentralisées, aux modalités d’élections, ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes qui prévoient que « le Conseil délibère notamment dans les domaines suivants (…) les projets de construction ou de reconstruction ainsi que de grosses réparations et de démolitions d’immeuble des Collectivités territoriales décentralisées ». La CUA rappelle également l’article 18 de la loi n° 2015-011 portant statut particulier d’Antananarivo qui dispose que « le Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo est responsable de l’élaboration des plans d’urbanisme directeur et de leur mise en œuvre ».

Priorités. A s’en tenir à ces dispositions législatives, le gouvernement central, s’il veut contribuer à la rénovation du stade municipal de Mahamasina, doit passer par le maire qui saisit le Conseil municipal pour donner ou non son feu vert au projet. « Pour le moment, les priorités de la commune sont l’eau et l’assainissement. La population tananarivienne ne veut plus souffrir de la pénurie d’eau et du problème des ordures. », précise la CUA. En tout cas, le maire n’a pas le dernier mot sur un éventuel projet de rénovation du stade municipal de Mahamasina. Le dernier mot appartient au Conseil municipal car une collectivité territoriale décentralisée (CTD) est dirigée par deux organes dont l’organe exécutif représenté par le maire et l’organe délibérant qui est le Conseil. Et en matière de la décentralisation, le gouvernement central n’a pas le droit de s’ingérer dans la gestion des affaires propres des collectivités territoriales décentralisées. Aucun rapport hiérarchique ne lie le gouvernement central à ces CTD. Le contrôle de légalité est le seul moyen qui permet au gouvernement central d’intervenir au niveau de la gestion des CTD. Ce contrôle  a posteriori est exercé par les représentants de l’Etat territorialement compétents sur les actes de ces collectivités décentralisées.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara4 partages

Hélicos à Mahamasina : Exercice militaire pour la sécurité du Pape

Dans un communiqué publié hier, la CUA déclare que la réhabilitation de ce stade ne constitue pas une priorité.

« Exercice militaire en vue de la visite du Pape ». C’est la version du Ministère de la Défense Nationale suite aux polémiques autour des quatre hélicoptères qui ont survolé le stade de Mahamasina hier. En effet, durant la journée d’hier, les Forces de l’ordre ont entamé des simulations de sécurité au niveau de tous les sites stratégiques et les lieux prévus être visités par le Souverain Pontife. Plusieurs éléments ont effectué une descente, entre autres, à l’aéroport international d’Ivato, au Soamandrakizay, et au stade de Mahamasina où 4 hélicoptères ont survolé le lieu. Un survol qui n’a rien à voir avec le projet de rénovation du stade de Mahamasina prévu par la présidence de la République. Pourtant, les « Zanak’i Dada » et la Commune Urbaine d’Antananarivo ont observé une panique générale en voyant ces hélicos. Ils ont cru que ces hélicoptères ont transporté les ingénieurs chinois, responsables de la réalisation des travaux. Tout de suite, une déduction sur un éventuel forcing de la Présidence de la République a été faite. L’info a été relayé à travers les médias et supports de communication «pro-HVM» et «pro-Ravalo», sans aucun recoupement effectué au préalable. D’où la démentie en début de soirée du Ministère de la Défense nationale qui a publié un communiqué. Nul n’ignore pourtant que pour transporter deux ingénieurs chinois, on n’a nullement besoin de mobiliser quatre hélicoptères.

Suicide politique. Force est de reconnaître que l’initiative du régime de rénover le stade de Mahamasina provoque une situation de panique au sein du clan Ravalomanana. Hier, la Commune Urbaine d’Antananarivo a même publié un communiqué annonçant que la réhabilitation de ce stade ne constitue pas une priorité pour la CUA. La priorité de la CUA serait d’assurer l’assainissement de la ville et d’offrir de l’eau potable aux Tananariviens. Pourtant, pendant quatre ans à la Mairie de Tana, aucune borne fontaine n’a été installée au niveau des 5 arrondissements de la Capitale. Lalao Ravalomanana a surtout été connue par les problèmes d’enlèvement des ordures et la vente de boxes sur toutes les rues et ruelles de la Ville des Mille, pour promouvoir les petits commerces et les marchands ambulants. Aux yeux des observateurs, annonfer que la construction de ce stade n’est pas une priorité, constitue un suicide politique pour le clan Ravalomanana. Il ne faut pas oublier que la population tananarivienne est composée à 70% de jeunes. Par ailleurs, après le parcours exceptionnel des Barea de Madagascar lors de la dernière Coupe d’Afrique des Nations, le football, considéré comme le sport roi, commence à prendre une place importance au sein de la Société malgache.

Davis R

Midi Madagasikara3 partages

Visite Papale : Simulation de sécurité par des milliers d’hommes hier

Le Pape retiendra, sans nul doute, de la Capitale de Madagascar comme la ville la plus sécurisée au monde. Rien que la simulation de sécurisation faite sur quelques sites y compris ses itinéraires, par les forces de sécurité est en mesure de prouver que la protection du chef suprême de l’église Catholique ne sera pas prise à la légère. Une garde tous les cinq mètres et un forte dispositif par des éléments spécialisés fortement armés. La police avance 3.500 de ses hommes à déployer pendant les trois jours de visite du Pape dans le pays. Les militaires de son côté mobiliseront 9.000 hommes en treillis pour la même occasion. Rien que ces deux chiffres, ils atteignent déjà 12.500 éléments des forces de l’ordre. Ajouter à cela le nombre des gendarmes qui seront aussi de la partie bien que ce corps n’a pas encore annoncé ses dispositifs. Les réunions de sécurité sont nombreuses ces derniers jours pour mieux trouver une bonne harmonisation de travail entre les forces de sécurité. Pour le cas du genre, la sécurité personnelle du Pape est assurée par les forces de l’ordre du Vatican. On a appris que quelques-uns seraient déjà dans le pays pour une reconnaissance du terrain, des itinéraires et aussi des sites d’hébergement de l’évêque de  Rome. Depuis la tentative d’assassinat en 1981 du Pape à l’époque, le Pape Jean Paul II, la sécurité Papale devient une vive priorité sur tous ses déplacements et surtout à l’étranger. L’évolution rapide du terrorisme dicté par la fanatisation de toutes sortes fait qu’une personnalité pareille devraitêtre fortement protégée. Et c’est le cas avec sa voiture Papale, de ses gardes rapprochées venant du Vatican, ces derniers sont appuyés par les forces de l’ordre locales des pays hébergeant. Une papamobile à la malgache a été présentée hier, de marque Karenjy et de type Mazana II, ce véhicule est censé l’emmener au site Soamandrakizay et probablement durant ses déplacements.

D.R

Midi Madagasikara1 partages

Concours régional ENERGIES : Le lycée Andrianampoinimerina Sabotsy Namehana vainqueur

Les deux lycéens de Sabotsy Namehana (au centre) et leur professeur de physique (extr. dr. ) posant avec la ministre mauricienne de l’Education, Leela Devi Dookun-Luchoomun et le chargé d’Affaires a.i. de la Délégation de l’Union européenne, Michal Gobalek (extr. g.).

Excellente nouvelle pour le lycée public Andrianampoinimerina Sabotsy Namehana qui vient de remporter, à Maurice, la finale du concours ENERGIES 2019, grâce à son projet de production de biogaz.

C’était jeudi soir après la tenue de la finale où quatre écoles finalistes issues des Seychelles, de Maurice et des Comores ont, tour à tour, défendu leur projet. Ce concours consistait, en effet, à concevoir un projet d’installation fonctionnant avec une énergie renouvelable ou répondant à une approche valorisant l’efficacité énergétique, pouvant être utile à l’école. En effet, l’objectif de cette compétition organisée par le programme ENERGIES – financé par l’Union européenne et mis en œuvre par la Commission de l’océan Indien (COI) – est avant tout de sensibiliser les jeunes aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.

3000 euros. Le projet de l’équipe du lycée Andrianampoinimerina Sabotsy Namehana a été défendu par deux élèves, Miora Fandresena Veloarivony et Herinomena Randrianarimanana. Il consiste à produire de la lumière pour éclairer les salles de classe de leur école à l’aide notamment d’un biodigesteur alimenté par des déchets organiques. Le projet a impressionné le jury composé de professionnels du secteur de l’énergie de la région, de par sa démarche intégrant l’énergie, l’économie et le social. En remportant le concours, le lycée Andrianampoinimerina Sabotsy Namehana verra son projet financé à hauteur de 3.000 euros par la Fondation Telma. La cérémonie de remise du prix s’est tenue jeudi soir à l’hôtel Voile Bagatelle à Ebène, Maurice, en présence de la ministre de l’Education de Maurice, Leela Devi Dookun-Luchoomun.

Eco-écoles. Outre le lycée Andrianampoinimerina Sabotsy Namehana, le jury n’a pas manqué de saluer les autres écoles participantes, à savoir le Lycée  Saïd Mohamed Djohar des Comores pour son projet « Solar lycee », le Mauritius College Boys de Maurice et son projet « A proposal to use solarenergy as an alternative power source for the Mauritius College» et Anse Royale Secondary School des Seychelles pour son projet intitulé « Solar grass cutter ». Ces quatre établissements scolaires sont tous membres du réseau Eco-Schools Océan Indien. Ils avaient été sélectionnés pour participer au concours régional ENERGIES 2019 après avoir remporté les concours nationaux dans leur  pays respectif.

Kits. La genèse de ce concours remonte à février 2019 lorsque le programme ENERGIES a distribué à 85 Eco-Ecoles de la région des kits pédagogiques permettant aux élèves de conduire des expériences et travaux pratiques autour de plusieurs types d’énergies renouvelables. Les enseignants ont également été formés dans leur maniement pour qu’ils puissent utiliser les kits dans les salles de classe pour aider à l’élaboration d’un projet fonctionnant aux énergies renouvelables et/ou répondant à une approche valorisant l’efficacité énergétique. Cinq écoles par pays avaient alors participé aux concours nationaux, avec l’espoir de pouvoir participer au concours régional. C’était chose faite pour le lycée Andrianampoinimerina Sabotsy Namehana et au bout, la concrétisation de son projet biogaz.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Communales : Le « Dinike » déplore une élection à la va-vite

Serge Zafimahova doute sur l’organisation des prochaines élections.

Alors que le dépôt des candidatures pour les communales vient de s’ouvrir, les doutes planent et s’épaississent autour de l’organisation de ces prochaines élections. Serge Zafimahova évoque déjà des portes ouvertes aux fraudes et par extension à d’éventuels  troubles. Le président du groupement de partis politiques « Dinike », Serge Zafimahova, émet ses craintes vis-à-vis de l’organisation des prochaines communales. Il se montre particulièrement critique par rapport à la décision du Conseil du gouvernement de fixer la date du scrutin au 27 novembre. Serge Zafimahova de rappeler que ces communales constituent la troisième échéance électorale que les citoyens verront en moins d’une année et lors des deux précédentes, la liste électorale a toujours été sévèrement pointée du doigt. « Récemment, le Président de la République avait indiqué qu’il allait demander à la CENI et au ministère de l’Intérieur si la liste électorale est fiable. Le ministre Tianarivelo Razafimahefa avait reconnu des imperfections et les problèmes engendrés par la liste. Pourtant, on apprend quelques jours après que le scrutin se fera le 27 novembre », lance Serge Zafimahova. « Ce report d’un mois est-il suffisant pour régler les problèmes de la liste électorale ? » s’interroge-t-il.

Fixation. Serge Zafimahova attire également l’attention sur l’organisation du scrutin qui une fois de plus se tiendra en saison de pluie. Pour lui, le fait que la Haute Cour Constitutionnelle a accordé la prolongation du mandat des maires et des conseillers municipaux jusqu’à l’élection de leurs successeurs donne plus de marge de manœuvre au gouvernement pour la fixation d’une date pour l’organisation des municipales dans de meilleures conditions. Il déplore que cette décision du gouvernement ne mette le pays au bord d’une nouvelle crise avec pratiquement les mêmes suspicions de fraudes que lors des échéances précédentes.

Caution. Le président du « Dinike » regrette par ailleurs que la caution réclamée pour les plus petites collectivités soit passé par exemple de 40.000 à 600.000 ariary. « Le gouvernement peut-il expliquer pourquoi la caution soit multipliée par 15 en espace de 5 ans ?« , lance Serge Zafimahova pour qui la somme réclamée pour la Commune urbaine d’Antananarivo reste encore flou. Quid de l’attribution des numéros pour une cohérence entre le candidat maire et les candidats conseillers municipaux ? L’attestation de candidature pour les partis politiques et la désignation du mandataire pour nommer les délégués des bureaux de vote ne sont pas explicitées, comment faire ? En somme le « Dinike » met le gouvernement au-devant de ses responsabilités à cause d’une élection à la va-vite. Pourtant, l’occasion s’est encore présentée, une fois de plus, pour assainir les questions liées à l’organisation d’une élection crédible et transparente à Madagascar.

Recueillis par Dominique R.

 

Midi Madagasikara1 partages

Japon : Face-à-face Rajoelina – Shinzo Abe

Le rideau est tombé pour la 7è édition de la Conférence internationale de Tokyo sur le Développement de l’Afrique (TICAD 7) qui s’est déroulée au Japon. Un séjour plutôt positif pour la délégation malgache dirigée par le président Andry Rajoelina. En effet, plusieurs accords et conventions de partenariats ont été trouvés. Le Chef de l’Etat a eu plusieurs rencontres bilatérales avec des responsables de grandes firmes japonaises. Pour ne citer que les usines Yamaha spécialiste de la fabrication de matériels de surveillance aérienne par drone ; Sumimoto ; Fuji Oil ; Toshiba Corporation qui proposent d’intervenir dans le domaine de l’énergie ; Daiwa House Industry, une usine leader dans le domaine des bâtiments préfabriqués et FUJIFILM qui offre les technologies de la télémédecine en milieu rural. Le Chef de l’Etat a également eu des entrevues très prometteuses  avec la Directrice Exécutive de l’UNICEF, Henrietta FORE à propos de l’amélioration de la qualité de l’éducation, et le nouveau Directeur Général de la FAO, Qu DONGYU pour évoquer la lutte contre la malnutrition et contre la famine.

Leader en Afrique. Hier, le président Andry Rajoelina a eu un face-à-face avec le Premier ministre japonais, Shinzo Abe. La discussion entre les deux personnalités a été axée sur le renforcement de la coopération entre les deux pays. Le numéro Deux du Japon a d’ailleurs exprimé sa volonté d’appuyer la Grande île dans la réalisation du programme Initiative pour l’Emergence de Madagascar. Quant à lui, Andry Rajoelina a déclaré que le Japon est un partenaire important pour Madagascar, notamment dans les domaines de l’agriculture, de l’économie et des constructions. Le Japon va contribuer à la mise en œuvre du projet « Eau pour tous » qui consiste à l’assainissement et la distribution d’eau potable pour toute la population. Mais l’évènement marquant de la dernière journée d’hier était la participation du président de la République à la conférence spéciale sur la promotion de la coopération dans l’Océan Indien occidental dans le domaine de la piraterie maritime. La Grande île était choisie pour être le principal orateur durant la rencontre. Une occasion pour le numéro Un d’Iavoloha d’affirmer sa volonté de défendre les frontières et les richesses maritimes malgaches. Madagascar s’est désormais engagé à participer à l’effort régional pour la sécurisation de l’espace maritime en accueillant le Centre Régional de Fusion d’Informations Maritimes, et prêt à assumer son rôle stratégique pour ce combat. L’on peut ainsi affirmer que la Grande île se positionne en leader en Afrique en matière de lutte contre la piraterie maritime.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Fondation Viseo : Don d’un bâtiment R+2 au Lycée Moderne Ampefiloha

Le bâtiment à deux étages sera construit entièrement par la  « Fondation Viseo » et ses partenaires.

Le Lycée Moderne d’Ampefiloha figure parmi les plus anciens établissements scolaires du pays. Et, c’est à ce juste titre qu’il a besoin de réhabilitation et d’extension”. Ce sont là les propos de Tantely Randriamandimbiarisoa, membre de l’équipe communication auprès de la « Fondation Viseo » lors de la cérémonie de pose de la première pierre pour la construction d’un bâtiment R+2 (à deux étages) au Lycée Moderne Ampefiloha, hier. Un moment important pour l’établissement qui compte 3305 élèves  répartis dans soixante cinq salles de classe. Ce qu’appuient les propos de Nirina Razafindralambo, proviseur auprès dudit établissement : “ La construction du bâtiment ne serait que bénéfique pour l’établissement mais surtout pour les élèves qui verront leurs conditions de travail améliorer. Un changement qui aura sûrement des impacts positifs sur la qualité de l’enseignement. Et par ricochet, sur le niveau des élèves du LMA”. Interrogée sur ce que le Lycée Moderne d’Ampefiloha va faire du nouveau bâtiment, le proviseur de préciser : “ Nous allons faire du   premier étage une salle d’étude. Pour ce qui est du second étage, nous pensons en faire une salle dédiée aux activités parascolaires, aux activités culturelles”.

100. 000. 000 d’Ar seront alloués par les partenaires de la « Fondation Viseo » pour la construction du bâtiment. “Les cent millions d’ariary proviennent du groupe Sanifer tandis que les trois cent cinquante autres millions proviennent du groupe Ocean Trade” lance Tantely Randriamandimbisoa. Avant de préciser que “les travaux devront prendre fin d’ici à fin décembre”. Ce qui coïnciderait à la rentrée du second trimestre de l’année scolaire 2019-2020 d’après les calendriers scolaires du ministère de tutelle. A peine juste après une année d’existence, la fondation en question a plusieurs activités à son compte. Et les projets ne manquent pas pour les années à venir. Si l’on ne cite qu’une, la prochaine ouverture de centre de télé- médecine auprès d’un hôpital public malgache.

José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Extraction minière : Base Toliara envoie 25 futurs techniciens au Kenya

Les 25 futurs techniciens de haut niveau en partance pour le Kenya.

« Base Toliara est l’unique compagnie minière (Madagascar), via Base Resources (Australie), à oser mettre tant de paquets avant la phase extractive proprement dite » selon un expert connaisseur en la matière. Un million de dollars pour former 6.000 ressortissants de 5 communes, dont 4 de Toliara II, pour en extraire une centaine, et de là, enfin, les 25 meilleurs des meilleurs. « Ces 25 (9 filles et 16 garçons) vont bientôt partir pour le Kenya pour recevoir des formations de technicien de très haut niveau, en adéquation avec les besoins de « Base Toliara ». Ils reviendront après deux ans, avec en poche, un certificat de valeur internationale » explique Jean Bruno Ramahefarivo, le Directeur général de Base Toliara, face aux centaines de parents des futurs techniciens, au cours d’une cérémonie de bénédiction le 28  août au restaurant Le Palétuvier.

Ils seront formés en plomberie, en électricité et soudure, mécanique ; les cours seront dispensés entièrement en anglais, raison pour laquelle ils viennent de suivre un cours intensif de 500 heures. Ils étaient 6.744 au départ. 1.500 de Tsiansiha, 1.195 d’Ankilimalinike, 377 de Belalanda, 660 de Maromiandra et 3.012 de Toliara1, soit cinq communes riveraines du site d’extraction. Après différents tests et sélections, il ne reste que ces 25 meilleurs candidats qui pourront bénéficier du savoir-faire de Base Titanium, programme de formation en partenariat avec une école technique kenyane, pendant deux ans. Rappelons qu’il y a un mois, Base Toliara a procédé à la sortie de 12 conducteurs d’engins à haut risque, formés à Toliara par des techniciens spécialistes, en provenance de l’Afrique du Sud.

Charles RAZA

Madagate0 partages

Antananarivo. Rien n'est laissé au hasard pour la visite du Pape François

24h Mada est un média qui mérite la palme du journalisme de l'incrédibilité (incredible signifiant aussi incroyable en anglais). On ne peut lui attribuer la mention spéciale “fake news” étant donné que son traitement des informations sur une situation donnée émane plutôt d'esprits fertiles en théorie du complot dictatorial. C'est vous dire. Mais il n'y a qu'une vérité sur un sujet donné, qui demeurera gravée dans l'espace et dans le temps.

 

Hier vendredi 30 août 2019, des citadins de la Ville-des-Mille, Capitale de Madagascar, ont aperçu un hélicoptère se diriger vers le quartier de Mahamasina. Tous les journalistes qui ont reçu leur badge pour couvrir la visite du Pape François, ont pu constater sur celui-ci que le stade du collège Saint Michel sis à Amparibe sera un site visité par le Pape dont la protection ne doit faire l'objet d'aucune négligence, en mettant en pratique tous les scenarii possible, comme une éventuelle évacuation d'urgence. Ainsi, le lieu le plus plausible et le plus pratique dans ce cas demeure le stade municipal de Mahamasina.

 

Ainsi, gouverner étant prévoir, dans le cadre d'une mise en pratique d'un plan d'évacuation d'urgence, les pilotes malagasy en instruction ont effectivement effectué un exercice d'approche dans une zone peuplée et , donc difficile. Il s'agissait donc de procéder à un vol stationnaire et de redécollage immédiat dans le plus court laps de temps. Pour 24h Mada, cet exercice normal dans tous les pays visités par le Pape François, est devenu “une intrusion de Chinois”... Quoi que puissent écrire leurs rédacteurs de 24h Mada, même le Maire de la Capitale ne peut s'opposer à ce genre d'anticipation.

 

Pour résumé ce qui s'est passé, selon les experts, l'hélicoptère est descendu au-dessus du terrain du stade de Mahamasina pour une reconnaissance vue du ciel de toutes les allées et venues autour des futurs déplacements du Pape. Cela peut impliquer un atterrissage d'urgence en cas de problème du côté de Saint Michel. Enfin, il faut savoir que ce genre d'exercice pourra se faire dans tous les autres sites visités par le Pape. A savoir, hormis le stade de Saint Michel: Bani Ivato, Soamandrakizay, Iavoloha, Akamasoa, Ampanasimalo, Cathédrale Andohalo.

 

Ceci n'est ni un quelconque démenti pas plus qu'un droit de réponse mais le seul et unique moyen de prouver que rien n'est laissé au hasard pour la visite du Pape François à Madagascar, trente ans après celle de son prédécesseur Saint Jean Paul II.

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

Une lutte qui risque d’être âpre durant ces communales

A moins de deux mois des élections communales, la tension monte dans le monde politique. C’est sur le scrutin qui se déroulera à Antananarivo que se focalise l’attention des observateurs. La Ville des Mille peut être comparée à une belle femme dont on se dispute les faveurs. Cette fois- ci encore, ses habitants ne se laisseront pas séduire facilement. Depuis toujours, ils ont manifesté une indépendance d’esprit qui les amène à choisir un homme ou une femme s’opposant au pouvoir. Pour le moment, un seul candidat a déposé son dossier. Baba Rakotoarisoa entend relever le défi. Le jeune homme parle haut et fort et entend s’attaquer à des problèmes qui se sont accumulés au fil des années. Cependant, ce franc parler suffira-t-il à rallier les suffrages des Tananariviens ? Les poids lourds de la politique n’entendent pas se laisser déloger facilement. Le TIM jouit d’une rente de situation qu’il veut mettre à profit pour rester en place. Les grandes manœuvres électorales ont en tout cas commencé. Les dépôts de dossier de candidature se poursuivront jusqu’au 12 septembre. Pendant ce temps, la vie de la nation suit son cours. L’insécurité reste toujours l’un des problèmes les plus préoccupants. Les attaques à main armée, les tueries et cette semaine, cette bavure policière qui a fait le buzz ont fait frémir une opinion oscillant entre effroi et incompréhension. Le Premier ministre, en tout cas, a pris conscience de la gravité du problème et a rappelé la nécessité d’avoir des forces de sécurité efficaces et sachant se maîtriser. Les délestages et les coupures d’eau n’ont plus la même ampleur qu’avant, mais ils font quelquefois un retour inopiné. Ce fut le cas jeudi soir après l’explosion d’un transformateur à Talatamaty qui a privé d’électricité le nord-est de la Capitale.

Sur le plan international, le coup d’éclat du président brésilien Bolsonaro qui a apostrophé violemment Emmanuel Macron et dont le secrétaire d’Etat a tenu des propos outrageants vis-à-vis de la femme du président français a provoqué un véritable tollé. Le chef de l’Etat brésilien ne s’est pas excusé et ce sont ses compatriotes qui l’ont fait à sa place. Après avoir refusé les 20 millions de dollars offerts par les pays du G7 pour la préservation de l’environnement en Amazonie, il s’est rétracté.

La décision de Boris Johnson de suspendre le parlement a jeté un certain désarroi dans le camp des députés opposants au Brexit. Ces derniers ont entamé une procédure en justice pour empêcher cette suspension, mais ils ont été déboutés. Le Premier ministre qui a parfaitement le droit de suspension avec l’autorisation de la reine est soupçonné de vouloir empêcher les députés de bloquer un Brexit sans accord.

Au Yémen, la guerre recommence à faire rage. Le conflit que l’on avait tendance à oublier ces derniers temps est reparti de plus belle. Aujourd’hui, le torchon brûle entre le pouvoir et les Emirats Arabes Unis. Des raids aériens ont été opérés par ces derniers contre des cibles terroristes à Aden.

A Hong Kong, plusieurs figures du mouvement pro-démocratie ont été arrêtées. Plusieurs associations ont dénoncé ce coup de filet comme une tentative de museler l’opposition après l’interdiction de la manifestation devant avoir lieu, ce samedi.

La campagne officielle des communales n’a pas encore commencé,  mais les premières critiques commencent à fuser à l’encontre de la CUA. Le bilan de l’équipe en place est pointé  du doigt. Pour le moment, cette dernière s’est contentée de se défendre avec force arguments. Les élections auront lieu dans moins d’un mois, mais on pressent que la lutte sera âpre.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

DRJS Analamanga : Pour la redynamisation des groupements sportifs

La formation auprès de la Direction régionale de la Jeunesse et des sports Analamanga (DRJS) continue. Hier, le nouveau directeur, Njato Lalaina Andriamampionona et son équipe ont rencontré certains dirigeants sportifs, à savoir les présidents des sections, les représentants des clubs, des athlètes affiliés aux disciplines dans le district d’Avaradrano. Pendant deux heures, les invités ont pu connaître le principe de base sur le sport malgache. “Il s’agit d’une formation sur la redynamisation des groupements sportifs, c’est-à-dire favoriser le rapprochement entre la DRJS, les ligues, les sections et les clubs dans la région Analamanga. Beaucoup ne connaissent pas encore les relations qui existent entre ces hiérarchies. Exemple, comment se déroulent les élections entre eux, les procédures à suivre pour former un club ? Ainsi, nous avons rappellé que les athlètes devront connaître les règles des disciplines sportives qu’ils ont choisi », a fait savoir le directeur. Tous les huit districts d’Analamanga vont en tirer bénéfice de cette formation. La prochaine édition aura lieu à Ankazobe. « Notre mission est claire, nous représentons le ministère au niveau des districts. C’est notre devoir de faire connaître aux groupements sportifs l’utilité de ces points importants, surtout au regard des résultats du sport malgache ces derniers temps », a-t-il ajouté.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Kilong’art plastique : L’art plastique vu par 41 enfants 

Ça y est ! Les 41 enfants de « l’Ong Ketsa » ont officiellement fait leurs premiers pas dans le monde coloré de l’art plastique. Hier, le vernissage du projet « Kilong’art plastique » s’est tenue à Vontovorona. Agés de 6 à 14 ans, ces joyeux lurons ont été dirigés par Yasmine Fidimalala et Manjato Lalasoa dans le concept du développement du potentiel créatif de l’enfant et de son épanouissement en général. Cette exposition est la restitution d’un an et demi de travail. Un point final d’une année scolaire. Les enfants ont utilisé plusieurs matières telles que du papier journal pour faire des sculptures en papier mâché. Toujours dans le concept du symbolisme, le zébu pour son caractère sacré, la lune symbole de la mère et le soleil pour le père. Le « fototra » ou fondation, symbolise leurs racines, la sagesse et les valeurs transmises par l’éducation. Ils ont également utilisé beaucoup d’objets de récupération pour leur  donner une seconde vie dans le concept de la transformation et l’estime de soi de l’enfant dans l’expression de leurs projets de vie.

 Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Antanandrano : Une maison en construction ravagée par le feu

Deux incendies en une journée. Un jour après le tragique incendie à Anosibe, le feu brûlait deux fois en une journée dans la capitale notamment à Antananandrano et la cité universitaire d’Ankatso. De bon matin hier, les habitants d’Antananandrano ont été réveillés par un grave incendie. Il est cinq heures du matin lorsqu’une maison en brique et en cours de construction a été la proie du feu. Il ne restait plus rien des six pièces du rez-de-chaussée et les cinq autres à l’étage malgré la tentative des soldats du feu à maîtriser l’incendie. L’origine du feu n’est pas encore déterminée surtout que personne ne s’y trouvait durant l’incendie. Sur place, des témoins oculaires avancent que le feu s’est déclenché à l’étage. Ce sont les voisins même qui ont alerté les sapeurs-pompiers de Tsaralalàna en apercevant la maison en train de brûler. Deux citernes ont fait le va-et-vient jusqu’à ce que l’incendie  soit maitrisé. Il a fallu d’un peu moins de deux tours d’horloge plus tard et le feu a été totalement éteint. Aucune perte humaine ni des blessés ne sont à déplorer, a-t-on appris des sapeurs-pompiers. Toujours hier, un autre incendie s’est déclaré du côté de la cité universitaire d’Ankatso II. Vers 8heures du matin, le bloc numéro 20 a été complétement ravagé par le feu. Tout est parti en cendre, a expliqué les occupants du box, des étudiants. L’on parlait d’un court-circuit à l’origine du drame. Aucune perte humaine. Par contre, les occupants du lieu, deux étudiants natifs de Boeny et de Sofia se sont retrouvés sans abris depuis hier. Les voisinages ont tant bien que mal essayé de maîtriser le feu et ils ont réussi après 45 minutes d’intervention. Les sinistrés lancent un appel aux autorités pour la rénovation de la cité estudiantine dont les équipements électriques sont vieux et constituent des menaces en permanence.

Voarisoa Davidson (stagiaire)

Midi Madagasikara0 partages

Lutte – Jeux Africains : Marie Julienne et Bienvenu échouent au pied du podium

Les deux représentants malgaches engagés à la compétition n’ont fait mieux que la quatrième place au centre olympique El Jadida, Maroc.

Les combats se sont achevés, hier, pour la compétition de lutte des 12es Jeux africains. Bienvenu Andriamalala qui est monté sur le tapis, hier, a pris la quatrième place dans la catégorie des moins de 57 kg. Il s’est incliné face au Marocain, Ansari Chakir en quarts de finale. « On n’a pas démérité par rapport aux 15 pays participants mais beaucoup restent à faire pour la lutte » a souligné, Bienvenu, triple vice-champion d’Afrique.  Marie Julienne était en action la veille et s’est contentée aussi de la quatrième place dans la catégorie des moins de 57 kg. Elle n’a pas fait le poids contre  la Tunisienne, Siwar Bousetta par 5 à 0 dans la finale de la médaille de bronze. Avant cela, elle a perdu contre l’Egyptienne, Eman Ibrahim en quarts de finale. « Le niveau est tellement élevé. On reconnaît  qu’il y avait eu une amélioration dans la préparation, mais, on demande une préparation plus longue et continue la prochaine fois » a-t-elle déclaré.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Logiciel Augure : Poursuite du rapprochement des agents de l’Etat dans les régions

Les deux directeurs généraux des deux ministères pilotant la mise en place de l’AUGURE.

Cela concerne tous les fonctionnaires des ministères et institutions ainsi que ceux des établissements publics et des collectivités territoriales décentralisées.

Les activités de rapprochement des agents de l’Etat, dans le cadre de l’opérationnalisation du logiciel AUGURE (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources humaines de l’État), sont finalisées au niveau central. « A compter de 02 septembre 2019. Nous allons poursuivre ce rapprochement des fonctionnaires dans toutes les régions. Le délai fixé par le Premier ministre Ntsay Christian pour intégrer tous les agents de l’Etat dans ce système est à la fin de septembre », a déclaré Randimbiarisoa Oliva, le directeur général des Finances et des Affaires Générales, lors d’une conférence de presse hier au ministère en charge de la Fonction Publique.

Mobilité. Rappelons que les agents issus des démembrements régionaux des deux Ministères concernés, à savoir celui en charge de l’Economie et des Finances et celui en charge de la Fonction Publique ont suivi une formation des formateurs, pour pouvoir effectuer ce rapprochement au niveau régional. « La base de ce rapprochement des fonctionnaires est de les intégrer dans une structure. Cela touche non seulement les agents des ministères et de toutes les institutions comme la Présidence ainsi que ceux des collectivités territoriales décentralisées et des établissements publics. Au niveau du ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique, entre autres, 97% des agents au niveau central et régional sont déjà rapprochés. Les 3% restants ne sont pas automatiquement des fonctionnaires fantômes. En effet, l’ancien système ne permet pas de tracer la mobilité de tous les agents. Certains d’entre eux pourraient être en situation irrégulière car leur affectation, ou leur disponibilité ou leur détachement ou leur position hors cadre, n’a pas été enregistré en temps réel dans le cadre d’une procédure administrative », a-t-il poursuivi.

Avantages. Par ailleurs, le directeur général de la Fonction Publique, Mahadiny Girard Bernardin, a soulevé que ces activités de rapprochement des agents de l’Etat ne constitue qu’une étape pour opérationnaliser le logiciel AUGURE. « Il faut ensuite un contrôle physique de tous ces agents. Après, on procède à la confrontation des données avec leurs fiches de paie », a-t-il précisé. En outre, les avantages de l’application de l’AUGURE sont nombreux. « Cela permet de gérer en temps réel le personnel administratif. Cet ainsi un outil de gestion contribuant à l’amélioration de la protection des droits des fonctionnaires, dont entre autres, la demande d’avancement. Pour l’heure, le nombre exact de l’effectif des fonctionnaires n’est pas encore établi. Le dernier recensement date de 2016, et comptant plus de 143. 000 agents, non compris les gendarmes et les militaires et le personnel de la HCC », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel

# Dear Henri au Plaza

60 ans de scène méritent largement une ovation en grande pompe. Pour Dear Henri, c’est cet après-midi qu’il soufflera ses bougies avec les fans. Comme depuis ses débuts, il embarquera dans son « Fiaran-dalamby » tous ceux qui répondront à son invitation. Au menu, les « Lamba blanc », « Dans ma case à Falafa », « Au zoma » ou encore « Chante ma valiha », des tubes qui ont réussi à toucher un large public de plusieurs générations inclus dans le grand répertoire des grands classiques de la variété malgache.

# VHF au Ccesca

Dix ans au compteur, cela se fête. Avec le « Vavaka Hira Fiderana » qui fait peau neuve, le groupe reprend là où le temps a suspendu son activité. Pour rendre hommage à Parfait Lalanirina, anciens et nouveaux membres et les Zopanage, la grande famille du VHF se réunira sur la même scène du Ccesca cet après-midi. Le répertoire se fera évidemment aux meilleures compositions du fondateur. Du folk qui rallie musique et évangile sur le même fil d’or.

# Slam jah et Rajery au No Comment bar

Ils l’ont fait et le public a aimé. Ce soir, les inconditionnels de la musique vivante et du « rap gasy » verront une fusion des plus intéressantes au No Comment Bar Isoraka. Rajery est auteur, compositeur, joueur de valiha et chanteur, qui au bonheur des rencontres nouvelles s’exprime sur scène avec authenticité. Slam Jah est l’un des rappeurs du trio 18,3, qui s’est lancé dans l’aventure pour donner un renouveau au rap malgache. Ensemble, ils ont créé un style de musique qui leur est propre, avec des paroles qui racontent un peuple, les Malgaches, leurs univers, leurs blessures, mais aussi leurs espoirs, leurs attentes… Chacun des deux artistes emmenant son feeling, son influence pour aboutir à ce genre tout à fait particulier. A voir sans modération.

Zo Toniaina/Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

ENS-EPS : Un atelier organisé à Ampefiloha le 3 septembre

Renouveau. Face au basculement vers  le système LMD, la Mention Enseignement- Apprentissage et Didactique des Activités Physiques et Sportives et Artistiques (EAD/APSA) au sein de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) de l’Université d’Antananarivo ne reste pas inactif pour la promotion de l’Education physique et Sportive (EPS) et son environnement. Et dans la réalisation de cet objectif plusieurs ateliers d’échange et de partage seront organisés durant les prochains mois par cette Mention. Le premier atelier se déroulera le 3 septembre à partir de 9 heures au Petit Amphi de l’ENS à Ampefiloha qui verra la participation des étudiants, étudiants sortants et surtouts les enseignants d’EPS. « Ce premier atelier vise à l’amélioration des capacités de recherche, l’enrichissement des connaissances acquises et le renforcement des compétences des étudiants et des enseignants dans le domaine de l’EPS », a fait savoir Haingo Harinambinina Rasolonjatovo, Chef de cette Mention EAD/APSA. Elle qui sera intervenante lors de la journée du 3 septembre. Souvent lesée, c’est à l’issue de ce rendez-vous que les participants se rendront compte que l’EPS constitue un moyen d’Education et qu’ils contribueront à analyser les différentes problématiques liées à l’enseignement de l’EPS dans le système LMD. La notion sur la corrélation de la Neuroscience et l’EPS sera débattue. Cinq autres thèmes seront également au programme avec Augustin Raonimahary, Jean Baptiste Rakotoniaina, Lucienne Raharinoro, Olivier Razafindranaivo, José Emmanuel Rajaonah et Haingo Harinambinina Rasolonjatovo, spécialistes de la matière.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Partenariat : La STAR et le Musée de la Photo Madagascar main dans la main  

La conférence de presse d’hier, au Musée de la Photo à Anjohy.

Hier, à Anjohy, la Star et le Musée de la photographie ont signé une convention de partenariat pour une durée de trois ans. La Société Tananarivienne de Réfrigération soutiendra financièrement le Musée de la Photo dans la réalisation de ses projets. Lors de sa prise de parole, la présidente de l’établissement culturel et spécialiste en histoire de la photographie, Helianta Rajaonarison a souligné que « le rôle du Musée de la photographie est de faire connaître l’histoire aux Malgaches à travers la photographie». De son côté, le président d’honneur du musée Cédric Donck n’a pas caché ses sentiments en disant : « Je suis particulièrement content que la STAR qui est une entreprise majeure à Madagascar décide de soutenir le Musée de la Photographie. Grâce à ce partenariat, le musée va poursuivre la mise en valeur du patrimoine photographique malgache à travers la démarche citoyenne qui est la nôtre ».

Les images immortalisent le passé. Des photos inédites prises à Madagascar entre 1860 et 1960 sont accessibles au grand public. Le Musée de la Photographie de Madagascar a pour mission de numériser les photographies prises à Madagascar durant cette période. Elle préserve et valorise le patrimoine photographique malgache et surtout favoriser l’appropriation de l’histoire par les Malgaches.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Criminalité de pêche : 3 700 incidents enregistrés par « Spyglass »

« Spyglass » est un projet en cours d’étude initié par Ecotrust Canada sous la direction du docteur Dyhia Belhabib. Le but est de mettre en place une plateforme réunissant toutes les parties prenantes dont entre autres, les gouvernements, les départements de surveillance maritime et les ONG œuvrant pour la protection des richesses marines en vue de concentrer tous les efforts de surveillance sur les navires à haut risque afin de les sanctionner plus efficacement. « Mis en place en 2016, « Spyglass » couvre actuellement 79 territoires maritimes ou Zones Economiques Exclusives membres. On y partage la base de données disponible relative à la criminalité de pêche. On enregistre ainsi 3.700 incidents liés à la pêche illégale, non réglementée et non déclarée ainsi que les incidents liés aux trafics internationaux comme ceux de drogue ou ceux des personnes. « Ceux qui ont commis des infractions peuvent être des navires, des individus ou des compagnies maritimes », a expliqué Dr Dyhia Belhabib, directeur de l’Ecotrust Canada, lors de l’ouverture de l’atelier sur le « Spyglass », organisé par cette entité en collaboration avec le Centre de Fusion d’Informations Maritimes (CFIM) et le ministère en charge de la Pêche, hier à l’hôtel Le Louvre à Antaninarenina.

Liste noire. « Les navires battant pavillon chinois sont notamment les plus pointés du doigt d’autant plus qu’ils sont subventionnés, mais il y a aussi des navires européens qui font ce genre de criminalité liée à la pêche », a-t-elle rajouté. Pour renforcer sa sécurité maritime tout en promouvant son économie bleue, Madagascar s’intègre pour la première fois dans cette plateforme « Spyglass ». « Cette base de données que l’Ecotrust Canada va nous partager, constitue une forme de liste noire des navires ayant déjà commis des délits dans le monde. On y trouve entre autres, les types de crimes commis, les sanctions et l’identification des navires concernés, voire même leur équipage. Ces informations qui seront validées par tous les membres de la plateforme, constituent ainsi un outil efficace permettant aux autorités compétentes de mieux connaître un navire quelconque avant de lui délivrer une licence de pêche, entre autres », a fait savoir le Capitaine de Frégate, Randrianantenaina Jean Edmond, le directeur général du CFIM. Parlant des informations recueillies au niveau de la Zone Economique Exclusive de Madagascar, « les six bâteaux battant pavillon chinois qui ont été arraisonnés par l’Etat, ont commis un grand délit le plus important depuis ces deux dernières années. Ils ont été déjà sanctionnés. Ces navires chinois ont déjà quitté notre territoire maritime pour se déplacer au Cameroun. Ce pays est maintenant alerté grâce au « Spyglass ». « Il lui appartient ensuite de prendre une décision », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Rongony 300 kilao sarona, olona enina voasambotra

Mitohy hatrany ny ady ataon’ireo zandary amin’ny resaka zava-mahadomelina any amin’iny faritra Betroka iny. Omaly, rongony 14 gony mahery izay milanja eo amin’ny 300 kilao teo ho eo no tra-tehaky ny zandary avy ao amin’ny Vondron-tobim-paritra Betroka. Olona enina no nosamborina tao anatin’izay.

Ankoatra ny resaka asan-dahalo, dia anisan’ny malaza ratsy amin’ny resaka rongony raha iny distrikan’i Betroka iny. Asa mafy araka izany no miandry ireo mpitandro filaminana any an-toerana, saingy hatreto aloha dia saika ahitam-bokany avokoa ny ezaka ataon’izy ireo hiadiana amin’ireo asa ratsy ireo. Omaly maraina dia mpanondrana rongony miisa enina no voasambotry ny zandary, rehefa nahazo loharanom-baovao avy amin’ny olona tsara sitrapo izy ireo. Nisy dimy lahy hafa kosa tafaporitsaka saingy namela ireo rongony amina gony maromaro teo. Raha ny fanazavàna azo avy amin’ny tompon’andraikitry ny zandary any an-toerana dia tranga roa samihafa no niantsoana azy ireo omaly. Ny voalohany, ny alin’ny alakamisy hifoha zoma teo. Nandritra ny fisafoana mahazatra nataon’izy ireo no nahatsikaritra dimy lahy mampiahiahy nilanja entana izy ireo teny amin’ny lalam-pirenena faha-13, mizotra mankany Andakana. Vao nahatazana ny fiaran’ny zandary anefa ireto olona ireto dia nirifatra nitsoaka namela ireo entany teo. Rehefa nosavaina ireo dia hita fa fatorana rongony marobe. Nentina tany amin’ny toby avy hatrany ireto zava-mahadomelina ireto. Tany indray anefa dia nisy antso azo fa misy olona miomana hitondra rongony ao amin’ny tanana antsoina hoe Mahatalaky, kaominina Betroka. Nidina avy hatrany tany an-toerana izy ireo ka tra-tehaka tao ny olona enina teo am-panomanana « entana ». Nosavaina avy hatrany moa izany ka hita fa fatorana rongony marobe ihany koa. Ambonin’izany dia mbola nahitàna ody gasy maromaro niaraka tamina basy poleta vita gasy iray tao amin’io trano io. Nentina avy hatrany tany amin’ny biraon’ny zandary ireto olona ireto, nanaovana famotorana, niaraka tamin’ireo « entana » sarona. Rehefa nolanjaina ireo rongony rehetra sarona ireo dia io nahatratra aman-jatony kilao io. Efa eo am-panaovana fanadihadiana ireo zandary amin’izao ary an-dalam-pikarohana ireo olona nitsoaka.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

AMETIS : Requête rejetée par le Conseil d’Etat

Le Conseil d’Etat a tranché sur l’affaire AMETIS.

L’affaire AMETIS refait de nouveau surface. Faut-il rappeler que le ministère de la Sécurité publique (MSP) a résilié son contrat de Délégation de Service Public (DSP) sur le projet e-Visa en novembre 2018. Face à ces dispositions, les nouveaux actionnaires de cette société ont déposé une requête en annulation et au sursis à exécution de cette décision de résiliation. Comme on l’a cité auparavant, ce contrat a été rejeté pour non-respect des cahiers des charges de la part de l’AMETIS. Sur les revendications de ce dernier, le conseil d’Etat s’est prononcé, hier, il a rejeté sa requête. En un mot, AMETIS n’a pas eu gain de cause. Cette juridiction a ainsi rejeté la demande de cette société concernant notamment la gestion de ce visa électronique qui est maintenant géré par une autre société. Notons qu’avec ce visa, le voyageur pourrait passer plus rapidement les contrôles auprès des guichets de la police de l’air et des frontières.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Fête de fin d’année scolaire : De la joie dans l’air à l’EPP d’Ambohitrarahaba

Le président de l’association « Les Amis de l’EPP d’Ambohitrarahaba », Jacques BERLY au milieu des élèves.

C’est hier que l’EPP d’Ambohitrarahaba a fêté la fin de l’année scolaire 2018-2019. Une cérémonie qui s’est distinguée grâce à la présence des membres de l’association « Les Amis de l’EPP d’Ambohitrarahaba », celle qui aide l’école dans presque tous les domaines depuis 2001.

C’est à 9 heures et quelques que la fête a commencé à l’EPP d’Ambohitrarahaba avec les différentes chorégraphies des élèves qui sont venus en masse assister à la cérémonie de clôture de l’année scolaire. Surtout, il n’y avait pas que les élèves, les parents, les enseignants et le directeur de l’établissement étaient également de la partie. Il faut dire que le déplacement en valait la peine pour la majorité de ces personnes puisque les généreux donateurs de l’association « Les Amis de l’EPP d’Ambohitrarahaba » ont décidé d’assister à cet événement. Sur place, nous avons donc vu le président de l’association, M. Jacques BERLY ; le vice-président, M. Kamoun Aïssa, le représentant de l’association à Madagascar, Rakotonirina Randimbison et le représentant du chef Cisco Antananarivo Atsimondrano.

Les dons. L’association « Les amis de l’EPP » a énormément fait pour l’EPP d’Ambohitrarahaba selon les dires du directeur de l’établissement. C’est elle qui a doté l’EPP d’une cantine scolaire, qui a offert des fournitures de bureau et des soins gratuits pour les élèves, elle a, de plus, fait construire et entretenir les locaux et les bâtiments et vient de donner des imperméables et des parapluies pour les élèves et les enseignants. Et c’est loin d’être terminé d’après le président de l’association Jacques BERLY« nous prévoyons aussi d’offrir un séjour de cinq jours pour les élèves qui réussiront le concours d’entrée en classe de 6e, puis un généreux donateur au sein de l’association, M. Aïssa Kamoun a également offert 3 tonnes de riz pour la cantine et enfin avant la prochaine rentrée, la cuisine de l’école sera rénovée », a-t-il fait savoir. Tous ces travaux et projets coûtent plusieurs millions, la rénovation de la cuisine à elle seule nécessite par exemple 33 millions d’Ariary.

Les résultats scolaires. Le taux de réussite aux examens officiels de l’EPP n’a cessé de monter de 2015 à 2018 et n’est jamais descendu en dessous de 83%. Pour les examens blancs de cette année ; le taux de réussite est de 90,66% selon le directeur de l’école, M. Alfred Ralison. « Les résultats sont là, mais il ne faut pas oublier l’éducation car il y a une différence entre éducation et instruction », a expliqué M. Jacques BERLY aux enseignants lors du pot de l’amitié.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Befotaka : Un gendarme blessé par les balles des « dahalo » héliporté à Fianarantsoa

Lors d’un accrochage avec des « dahalo » à Befotaka, un gendarme de deuxième classe (G2C) appelé Rabefinaritra Toky a été évacué d’urgence par hélicoptère au centre hospitalier universitaire d’Antambohobe, Fianarantsoa, avant-hier. Le 29 août, ce gendarme et ses cinq collègues étaient en patrouille dans le fokontany de Fazaira, commune Marovitsika quand ils sont tombés  sur une bande des « dahalo » dans le village d’Ambotaka. Un accrochage a eu lieu parce que les malfrats ont ouvert le feu sur les éléments des forces de l’ordre. Des échanges de tirs ont alors eu lieu durant lesquels , le G2C Toky a reçu des balles à son visage. Informés de la mauvaise nouvelle, le Premier Ministre et les ministres chargés de la Sécurité et de la Défense nationale (Ministre de la Défense nationale, Ministre de la Sécurité publique, Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie nationale, Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation) qui étaient de passage à Fianarantsoa, le jour du drame ont envoyé l’hélicoptère qui était mis à leur disposition à Befotaka pour porter secours au blessé. Cette décision a été prise, selon l’explication émanant du Secrétariat d’Etat chargé de la Gendarmerie nationale, à cause de l’enclavement de cet endroit et la gravité du cas de ce gendarme. Ce dernier a perdu beaucoup de sang. Or, le centre de santé le plus proche se trouve à 70 km de là. Distance qui doit être effectuée à pied. Hier au petit matin, les membres de gouvernement présents à Fianarantsoa se sont rendus à l’hôpital de Tambohobe pour apporter leur soutien à ce héros de la Nation. Durant cette visite, le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie (SEG), le Général de Division Richard Ravalomanana a annoncé que des primes de bravoure et une bonification d’un an de port de grade seront attribuées au G2C Toky en récompense de son dévouement à la partie. Ses coéquipiers vont également recevoir une bonification et la commission chargée de s’en occuper est déjà en place, a ajouté cet officier général. Il affirme que l’Etat a fait ce geste pour encourager les gendarmes dans leur travail et à ne jamais renoncer devant les « dahalo ». Le SEG et le colonel chef de la circonscription inter-régionale de la gendarmerie à Fianarantsoa ont tenu à remercier le président de la République Andry Rajoelina et le Premier ministre Ntsay Christian d’avoir réquisitionné cet hélicoptère pour effectuer cette opération de sauvetage.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Marine malgache : 25 marins reçoivent leur « insigne des surfaciers »

Une cérémonie simple mais significative s’est déroulée hier à la salle de réunion du Ministère de la Défense Nationale à Ampahibe. Significative parce qu’elle a été dédiée à la remise de l’ « insigne des surfaciers » aux 25 marins. Cette marque de distinction est attribuée aux marins ayant navigué plus de 100 jours d’affilée. En effet, les récipiendaires sont des amiraux, des contre-amiraux, des capitanes de vaisseau, des capitaines de frégate, des capitaines de corvette, et des officiers subalternes. Présidant la cérémonie, le ministre de la Défense Nationale (MDN), général Richard Jean Léon Rakotonirina a tenu à souligné que c’est la première fois que l’Etat a institué ce genre de récompense. « C’est une manière d’encourager nos marins d’œuvrer davantage dans la défense de notre pays notamment nos espaces maritimes », a-t-il expliqué. Le ministre a également profité de cette occasion pour s’entretenir avec les officiers marins présents à cette cérémonie pour parler de ce que le peuple et l’Etat malgache attendent de la Marine malgache dans leur mission principale. Il a réitéré la prédisposition du président de la République Andry Rajoelina à donner une image nouvelle à cette entité de l’Armée. L’objectif est, selon lui, d’avoir une Marine malgache émergeante.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

BMOI : Une certification ISO 9001 renouvelée

Depuis 18 ans, la BMOI (Banque Malgache de l’Océan Indien) est certifiée ISO 9001 pour toutes ses activités de production bancaire. En juin dernier, elle vient encore de renouveler sa certification ISO 9001-2015. Ce succès est le résultat de l’engagement de la banque toute entière dans l’amélioration permanente de la qualité de ses services et de ses produits. Notons que cette certification recouvre l’ensemble des opérations de la banque BMOI. Il s’agit notamment du commerce international, des gestions des comptes, des moyens de paiement, monétiques et télématiques ainsi que de la mise en œuvre des financements. Rappelons qu’en avril 2001, la BMOI était la première banque ayant été certifiée ISO 9001-2000 pour ses activités de crédits documentaires. En avril 2001, elle a pu étendre sa certification sur toutes ses activités de production bancaire. En juin 2016, elle était la première banque certifiée ISO 9001-2015 pour toutes ses activités de production bancaire. Elle a pu renouveler cette certification cette année. Une certification qui confirme le haut niveau de qualité de ses produits et services offerts aux clients.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar sur une pente ascendante dans le domaine sportif

Avec douze médailles, dont six d’or, quatre d’argent et deux de bronze, Madagascar a réalisé sa meilleure performance durant les jeux africains. La grande île sur le plan sportif est depuis le début de l’année 2019 sur une pente ascendante et c’est la nation toute entière qui bénéficie de ce nouvel élan. Il ne s’agit pas d’une série d’exploits sans lendemain, mais d’un mouvement de fond qui va aller en s’amplifiant comme le souligne le ministre de la jeunesse et des sports.

Madagascar sur une pente ascendante dans le domaine sportif

C’est bien évidement la merveilleuse aventure des Barea qui a réveillé le mouvement sportif malgache. Il s’agit d’une formidable aventure humaine dans laquelle tous les Malgaches se sont impliqués. La CAN a ranimé ce sentiment d’appartenance à une communauté et ce sens du fihavanana qui est à la base de la société malgache. Les autorités au plus haut niveau ont affirmé qu’elles feraient en sorte de maintenir cet état d’esprit. Les jeux des îles ont confirmé les bonnes dispositions de nos sportifs qui ont brillé dans différentes disciplines. La valeur des athlètes malgaches est réelle et ces derniers, encouragés par leurs entraîneurs et leur ministre de tutelle ont multiplié les exploits. On a découvert des disciplines d’excellence comme l’haltérophilie ou le basketball. Avant de partir pour le Maroc à l’occasion de ces douzième jeux africains, la délégation malgache ne savait pas quelles seraient leurs performances. Mais ils avaient un très bon moral. Les résultats ont été exceptionnels. Sur le plan continental, Madagascar est à un rang plus qu’honorable. Dans certaines disciplines, ses représentants ont été quelque peu malmenés car ils n’avaient pas d’expérience internationale Mais les membres de la délégation y ont trouvé un sujet d’espoir car dorénavant, des efforts vont être faits pour combler les lacunes constatées. Madagascar est maintenant prête à tenir son rang dans le domaine sportif

Patrice RABE.

Midi Madagasikara0 partages

MESUPRES : Haut risque de révolte des membres du personnel

A seulement quelques semaines après la prise de fonction du ministre Blanche Nirina Richard, en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES), le personnel de son département tire  la sonnette d’alarme. « Une situation inacceptable se passe au niveau du MESUPRES. Nous faisons face à de la dictature, avec une politisation de la gestion du ministère. Selon le ministre, si les membres du staff n’aiment pas le parti au pouvoir, ils doivent partir. S’ils sont membres de partis opposants, ils doivent partir. Même ordre pour les employés TIM et HVM. Il n’y a pas de respect de la démocratie, ni du droit d’avoir une opinion politique autre que celui du régime », nous ont communiqué les représentants des membres du personnel.

Du déjà vu. Sans avoir apporté plus de détails, certains employés du ministère ont affirmé que cette situation était prévisible, compte tenu de la manière de travailler de leur ministre. D’après leurs propos, cette dictature ne s’applique pas uniquement aux employés du ministère mais également à ceux des organes rattachés. « Il y a une centralisation dictatoriale de la gestion administrative du ministère. Les congés et permissions de tout le personnel du ministère doivent passer obligatoirement par le ministère. Cela traduit une perte totale d’autonomie de gestion des  six Universités et de leurs écoles et instituts supérieurs,  des directions, directions générales, Centres nationaux de recherche. De plus, c’est une perte de temps parce que le ministère et ses démembrements comptent 5 000 personnes. Par ailleurs les employés de courte durée(ECD) sont victimes de menaces de licenciement abusif. Selon les informations, les ECD recrutés sur PIP (Programme d’investissement public) seront licenciés dès la clôture du PIP. Il y a donc un risque de licenciements massifs. Le côté humain n’est pas du tout pris en considération », ont-ils souligné.

R.A.

Midi Madagasikara0 partages

Alaotra Mangoro : Fitarainana 1300 no tonga eny amin’ny CFM

Nahatsapa ireo olona rehetra tonga namonjy ny atrikasa fakan- kevitra notontosain’ ny CFM Alaotra Mangoro, natao teto Moramanga, fa fohy ny fotoana. Ity andrim- panjakana ity no azon’ ireo vahoaka hanaterana ireo fitarainana maro samy hafa maharary azy ireo. Porofon’ izany ny fisian’ ireo fitarainana miisa 1300 efa voarain’ izy ireo. Nanome tokyny filoha nasionalin’ ny CFM, Andriamatoa Maka Alphonse, nandritra ny fandraisam- pitenenany, fa zava- dehibe avokoa ireo tolo- kevitra ka tsy avela ho very.  » takon’ ny fanatontoloana ny fihavanana malagasy » ; io no nambaran’ dRamatoa Rasoamaniry, mpitarika ny Cfm Alaotra-Mangoro . Very ny fahaizana mifanaja eo amin’ ny ray aman-dreny sy zanaka. Amin’ ity renim- pianakavina ity dia ny reny no mitana anjara toerana lehibe eo amin’ ny fiainam- pirenena, satria izy ireny no mikarakara sy mitaiza ny ankohonany. Ny famerenana amin’ ny lanjany ireo fomba fifanajana sy ny toeran’ ny firaisankina Malagasy no hisian’ ny fampandrosoana  eto amin’ ny firenena. « Tsy tokony hatakalo ny  hasin’ ny firenenatsika ! » Io no hafatry ny filohan’ ny tangalamena tamin’ ireo mpizaika .

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

RN2 – Ambatolaona : La circulation sérieusement perturbée, hier

Circulation sérieusement perturbée, hier, sur la RN2, suite à un accident d’un camion citerne transportant de l’hydrocarbure, survenu au niveau d’Ambatolaona. Le camion-citerne s’est retrouvé avec la cuve en travers de la route, barrant complètement celle-ci, tandis que la cabine a fini sur le bas-côté. Résultat : la circulation a été interrompue pendant de longs moments, formant un embouteillage monstre dans une direction comme dans l’autre de la RN2. Seule un petit espace à côté de la route bitumée permet aux véhicules les moins imposants de passer. Impossible, en revanche, pour les poids-lourds d’en faire de même. Venus à la rescousse, les gendarmes ont mis en place une circulation alternée pour désengorger au mieux cette route nationale très fréquentée, reliant Antananarivo à Toamasina. Les camions, eux, sont contraints de patienter. Jusque tard dans la soirée d’hier, la situation n’a toujours pas évolué, le camion-citerne étant resté en travers de la route.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Ankazobe : Fiara nitondra tarika mpihira nivadika, iray maty, valo naratra mafy

Nifanesisesy ny loza tamin’iny lalam-pirenena fahefatra iny. Omaly vao mangiran-dratsy indray mantsy dia fiara « taxi-brousse » iray avy any Marovoay, hiakatra aty an-drenivohitra no nivadibadika tetsy Firarazana, 25 kilaometatra tsy hiditra ny tananan’Ankazobe. Vokany, tovolahy iray, mpandihy ao amin’ny tarika mpihira malaza iray no namoy ny ainy teo no ho eo. Mpandeha valo kosa no naratra ary ny iray tamin’ireo no voa mafy voatery nampiakarina aty  an-drenivohitra.

Vao afak’omaly tokoa no nitrangana lozam-pifamoivoizana namoizana ain’olona tamin’iny lalam-pirenena fahefatra iny, teny Fihaonana. Adim-pamanataranandro maromaro taty aoriana dia io nisy hafa indray teo Firarazana, samy ao amin’ny distrikan’Ankazobe avokoa izany. Raha ity farany ity, araka ny fampitam-baovao nomen’ny zandary misahana izany faritra izany dia fandehanana mafy tao anaty fiolanana mampidi-doza no nahatonga ny loza. Raha ny nambaran’ireo mpandeha mantsy, hoy hatrany ny vaovao, dia lasa nandeha mafy tampoka izany ilay fiara kanefa efa fantatra fa misy fiolanam-be teo amin’io toerana. Izay antony hatreto dia tsy fantatra mazava, na noho ny antony ara-teknika na noho ny antony araka olona (faharerahan’ny mpamily ). Niafara tamin’ny fivoahanan’ity fiara mpitatitra ny lalana moa izany ary nivadibadika tanaty tevana nony avy eo. Aina iray no nafoy vokatr’izay ary maromaro ireo naratra. Potika tanteraka kosa ilay fiara « Sprinter ».

Raha ny fanazavàna azo hatrany dia nisy mpikambana maromaro anatin’ny tarika fanta-daza iray  tao anatin’ity fiara ity, izay nikasa ny hiakatra aty an-drenivohitra. « Nisy fiara manokana nandehanan’izy ireo saingy toa hoe maty an-dalana izany fiara izany ka nifindra tao amin’ity fiara niharan-doza izy ireo ». Marihana fa isan’ireo mpikambana tao amin’io tarika io moa ny tovolahy iray izay maty tsy tra-drano tao anatin’io loza io. Araka ny loharanom-baovao hatrany dia nahatratra valo ireo naratra, izay samy nentina novonjena tamina toeram-pitsaboana teny an-toerana avokoa. Nisy iray tamin’ireo moa no tena voa mafy  ka voatery nampiakarina taty an-drenivohitra. Ny tobim-paritry ny zandary ao Ankazobe, izay tonga avy hatrany teny an-toerana tamin’ny fotoana nitrangan’ny loza no misahana ny fanadihadiana tamin’ity lozam-pifamoivoizana ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

FMF Élections : Arizaka Rabekoto Raoul contre-attaque !

Le président Arizaka Rabekoto Raoul avec le président de la Fédération zambienne, la star mondiale Kalusha Bwalya.

Las de subir les attaques nullement justifiées, Arizaka Rabekoto Raoul décide de réagir tout en évitant de polémiquer sur des sujets qui ne tiennent même pas la route. Il se désole de voir certains présidents des ligues se laisser manipuler dans une situation de crise, on le sait inopportune car le football malgache n’a que trop souffert de ces longs mois de mise à l’écart.

Les sept présidents des ligues qui ont voté pour Hery Rasoamaromaka et qui ont introduit un recours veulent-ils nager à contre courant pour mettre en place une opposition au sein même de la fédération malgache de football ?

Conférence nationale. C’est la question qui se pose et pose problème pour le nouveau président qui voulait l’adhésion de tout le monde dans l’application d’une véritable politique de développement initié, comme il l’a dit, après une conférence nationale sur l’avenir de cette discipline.

Serein, Arizaka Rabekoto Raoul s’en remet à la décision du Comité de Normalisation et des émissaires de la FIFA et de la CAF qui ont été présents à Ifaty pour constater le déroulement dans les règles de l’art des élections.

Ce n’est pas sans raison si le représentant de la FIFA, Veron Mosengo, a tenu une séance travail quelques heures après le vote avec Arizaka Rabekoto Raoul.

Dans la foulée, on notera aussi les félicitations du président de la CAF, Ahmad, à Raoul. Le patron du football africain n’aurait pas agi de la sorte s »il n’a pas eu auparavant le rapport attestant que l’ancien DG de la CNaPS a gagné haut la main les élections.

L’homme qu’il faut. Quant aux accusations des sept présidents des ligues conduits par Tota Rakotoarimanana d’Analamanga, comme quoi Raoul aurait promis, le conditionnel est de rigueur, 5.000 euros à chaque ligue, elles ne peuvent pas être prises en compte dans la mesure où cela reste des promesses.

Peut-on accuser le président Andry Rajoelina quant il a fait son «Velirano 13» envers le sport et les sportifs durant sa campagne ? Certainement pas.

Ce qu’il faudrait plutôt faire c’est d’accompagner Arizaka Rabekoto Raoul dans sa volonté de développer le football à Madagascar. Ce serait encore mieux s’il dispose d’autant d’argent pour aider non pas seulement les 15 ligues qui lui ont fait confiance mais toutes les 22 ligues composant la fédération, qu’elles soient de droite ou de gauche.

On espère que cette attitude de mauvais perdant disparaîtra ce lundi, lors de la proclamation officielle des résultats, pour céder la place à l’unité après avoir mis au trône l’homme qu »il faut à la place qu’il faut.

Clément RABARY 

Madagate0 partages

MPANAO GAZETY ZOKIOLONA. AO AMIN'NY AKADEMIA MALAGASY NY FOTOANA NY ALAKAMISY 05 SEPTAMBRA 2019

Araka ny fanasana hitanareo eto ambany dia hotontosaina ao amin'ny Akademia Malagasy ao Tsimbazaza ny fivoriana famaranana ny Fankalazana ny faha-25 taona nijoroan'ny CJD (Club des Journalistes Doyens) na Fikambanan'ny Mpanao Gazety Zokiolona eto Madagasikara.

Ao anatin'io fandaharam-potoana, izay hanomboka amin'ny valo ora maraina io, dia hisy famelabelarana ho ataon'i Rahajarizafy Rémi mikasika an'i Rakotondrasoava Georges, filohan'ny CJD taloha, sy fampiratiana ho ataon'ny vady aman-janany.

TONGAVA MARO indrindra ianareo mpanao gazety tanora!

Jeannot Ramambazafy

Mpanao Gazety Zokiolona