Les actualités à Madagascar du Mercredi 31 Mai 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar385 partages

Fête nationale – Toute manifestation publique interdite

Le conseil du gouvernement a décidé que, jusqu’à nouvel ordre, toute manifestation sur la voie publique sera interdite. Ceci dans un souci de préserver l’ordre public durant les fêtes nationales.

Un ordre. Le communiqué de presse du conseil du gouvernement n’y est pas allé de main morte. La missive rapporte qu’« un ordre », interdisant toute manifestation sur la voie publique, durant ce mois de célébration de la fête nationale, a été décidé, hier.Au titre de la primature, le communiqué de presse rapporte qu’« en ce mois de la célébration du 57e anniversaire de l’indépendance, toute manifestation sur la voie publique a été interdite. Et ce, pour que l’ordre public soit maintenu dans les normes légales et règlementaires préconisées par les textes en vigueur. Un ordre, allant dans ce sens, a déjà été donné aux autorités étatiques compétentes, pour exécution ».De prime abord, la phrase du rapport de la réunion hebdomadaire de l’équipe gouvernementale, à Maha­zoarivo, pourrait amener à penser que l’interdiction de « toute manifestation sur la voie publique », pourrait concerner certains aspects habituels de la célébration de la fête nationale. Les spectacles et bals populaires dans les rues, à priori devraient être interdits. Bien que les achats soient déjà faits, les incontournables séances de feux d’artifices, pourraient se voir délester des spectateurs.La psychose de velléité de certains à mettre à feu et à sang la célébration du 26 juin, avait amené les autorités à prendre pareille précaution drastique, l’année dernière. Les diverses festivités populaires ont, néanmoins, été maintenues mais, accompagnées d’un dispositif de sécurité impressionnant. Cela n’a, pourtant, pas empêché un carnage, le jour de la fête de l’indépendance, au stade municipal de Maha­masina, durant un concert gratuit. Une déflagration qui a fait deux morts et plusieurs dizaines de blessés.

À caractère politiqueLa veille, le 25 juin 2016, un engin explosif a été lancé par des individus « à moto », sur le parking du Sénat, à Anosy. Une tentative n’ayant fait que des dégâts matériels minimes certes, mais le choix du lieu avait inquiété. Quel­ques heures avant, l’endroit était, en effet, bondé de citoyens voulant profiter de près aux spectacles pyrotechniques sur le lac Anosy.Contacté, Harry Laurent Rahajason, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, explique, toutefois, que « l’interdiction ne concerne que les manifestations à caractère politique sur la voie publique ». Et le membre du gouvernement ajoute que « cela ne veut pas dire que la sécurité des festivités sera minimisée. Seulement, ce sera au comité d’organisation de la célébration de la fête  nationale d’expliquer ce volet ».Les entités qui sont déjà obligées de se cantonner dans des salles de réunion prêtées ou louées pour vociférer leur hostilité au pouvoir car, faisant face à un refus quasi-systématique de toute manifestation sur la voie publique, seront au moins fixées en cas d’éventuelle tentative durant ce mois de juin. Le ministre Rahajason soutient, cependant, que la décision prise durant le conseil d’hier, à Mahazoarivo, « n’est nullement une réaction à la démarche engagée par les Forces de changement ».D’après le ministre de la Communication, le gouvernement se soucierait plus des effets de l’insécurité et de l’inflation que de la manière de les apaiser. Toujours dans un souci de préserver l’ordre public, le communiqué du conseil d’hier, rapporte, par ailleurs, que « le Premier ministre, a donné consigne aux ministres concernés de procéder, par le biais du dialogue, au règlement des foyers de grève pouvant perturber le cours normal de la vie de la nation. En ce, en privilégiant l’intérêt de la nation ».

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar309 partages

Tennis – Élection FMT – Stephane Rakotondrainibe retrouve la présidence

L’élection présidentielle de la Fédération malgache de tennis s’est conclue par la victoire de Stéphane Rakotondrainibe. Il promet la construction d’un centre fédéral à Bevalala.

Six voix favorables pour Stéphane Rako­t­ondrainibe, deux pour Manan’Iala Andriantsalama et zéro pour Vincent Raza­findratsimba. Tel a été le résultat de l’élection présidentielle de la Fédération malgache de tennis, hier au Palais des Sports et de la culture de Mahamasina.Si l’assemblée générale ordinaire a duré une heure, l’assemblée générale élective s’est étalée de 11h30 à 14h30. Les débats ont été houleux. Des débats qui ont débouché sur un quota de deux voix pour la ligue d’Ana­lamanga, tandis que les six autres ligues ont été créditées d’un seul vote.Et après trois heures d’attente, le verdict est tombé, annonçant la victoire de Stéphane Rakotondrainibe. Il retrouve la présidence de la FMT, qu’il avait déjà occupée entre 2010 et 2012.« Merci à tous, ceux qui ont voté pour moi. Merci à ceux qui ne l’ont pas fait aussi, car cela me pousse à faire mes preuves. Merci à Tsialiva (Rajaobelina) d’avoir laissé la Fédération dans une situation saine. Il sort par la grande porte. Mon programme comprend beaucoup de projets. Le premier d’entre eux sera la mise en place de la charte du tennis dans les deux mois à venir. Il faut également préparer le déplacement en vue du championnat d’Afrique par équipe en Tunisie », a lancé le nouveau président après son élection.

Centre fédéralStéphane Rakotondrai­nibe a également dévoilé la construction à venir d’un centre fédéral. « On va bâtir un centre fédéral, aux normes internationales, à Bevalala. Il comptera dix courts en terre battue et deux en surface rapide », a-t-il rajouté.L’équipe de Stéphane Rakotondrainibe comprend notamment Patrick Pisal-Hamida (président d’honneur), Tiana Rasamimanana (vice-président) Eddy Raharison (secrétaire général), Haja Razafimandimby (trésorier), Lucas Raoily et Hery Rajaonson (conseillers). Côté technique, citons Dina Razafimahatratra (directeur technique national), Ando Rasolomalala (directeur technique national adjoint), ainsi qu’Harivony Andrianafetra, Solofo Tiana « Rapool » Randrianaivo et Njaka Ran­driamalala (entraineurs). Naina Razatovo s’occupera de l’arbitrage et Vola Andria­manjatoarimanana de la relation internationale.

Haja Lucas Rakotondrazaka

News Mada284 partages

Andrianainarivelo Hajo : « Mametraha fialana ianareo mpitondra… »

 Tsy nitsitsy fitenenana. Nitondra ny heviny manoloana ny raharaham-pirenena ny filoha mpanorina ny Malagasy miara-miainga, Andrianainarivelo Hajo, omaly. Mazava ny fanambarany tao amin’ny tambajotran-tserasera ny amin’ny tokony hialan’ireo mpitondra ireo. 

 

« Tsotra ny teninay ato amin’ny antoko Malagasy miara-miainga, avereno amin’ny vahoaka ny fahefana, mametraha ianareo mpitondra fialàna. Aleo ny vahoaka hiverina hisafidy ny mpitondra heveriny fa tena mendrika ny hitantana sy hametrahany fitokisany », hoy izy. Nampahatsiahivin’ny mpitarika ity antoko ity ny amin’ny tokony hahatsiarovan’ireo mpitondra sy ny mpitantana mandrakariva fa fahefana indramina ny eo am-pelatanany. « Tsy rombahina ary tsy angalarina fa omen’ny vahoaka, tena tompony, vokatry ny fitokisana sy fahamendrehana izany fahefana izany », hoy izy. Nohitsiny fa tsy mitondra any amin’ny fampandrosoana velively fa mitarika fikorontanana sy faharavan’ny fifampitokisana ny fanararaotam-pahefana. Ohatra velona amin’izany ny tranga teny Tsarahonenana ary anisan’ny endrika isehoan’ny tsy fahatokisana intsony ny rafitra rehetra misy sy ny fahalovana amin’ny gaboraraka ary ny fandrobana ny fananam-bahoaka. « Tena mampalahelo tokoa », hoy Andrianainarivelo Hajo.

Tsiahivina fa anisan’ny efa nitondran’ny antoko Malagasy miara-miainga ny heviny koa ny volana avrily teo, ny momba ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine ». “Tsy maintsy tsaraina fa tsy avela ho vitavita ho azy amin’izao izany… Nahoana no mangina ireo voatonontonona amin’io raharaha io ? Midika ho tsy fahavononana hiady amin’ny kolikoly izany. Fanapotehana ny firenena izao ataon’ny mpitondra izao ary henatra sy mahavery hasina ny tanindrazana sy ny firenena ary ny vahoaka manontolo… Tsy mendrika hitondra firenena intsony”, hoy ihany izy.

Ilaina ny fijoroan’ny mpanohitra eny Tsimbazaza

Nanteriny fa antony tokony hampijoroana ny mpanohitra eny anivon’ny Antenimierampirenena izao tranga rehetra miseho eto amin’ny firenena izao, mba hanara-maso ny asan’ny governemanta. “Miteny izahay amin’ny maha mpanohitra anay ary zonay izany”, hoy ihany Andrianainarivelo Hajo.

Ankoatra izany, nahagaga ny antoko Malagasy miara-miainga  koa ny tsy mbola nampiantsoan’ny mpitandro filaminana ny loholona Andriamandavy Riana noho ny fihetsika sy fihantsiana nataony teny amin’ny Bianco, tamin’ireny “Raharaha Razaimamonjy Claudine” fony mbola nohadihadiana teny Ambohibao ireny.

Synèse R.

Tia Tanindranaza262 partages

Filohan’ny SMM« Tsy maintsy ho avy ny anjaran’ny senatera Riana”

Nibaribary loatra ny karazan’olona tsimatimanota eto Madagasikara, tao anatin’ny raharaha Claudine Razaimamonjy, hoy ny filohan’ny Sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM) halina tao anatin’ny fandaharana Donakafon’ny Top radio 102.8 FM.

 Ny fahefana mpanatanteraka mihitsy no manao angaredona niaro an’i Claudine R, hoy izy. Nambaran’ny filohan’ny SMM fa namoaka vava Rtoa Claudine hoe « … izaho tsy azonareo samborina, tsy azonareo tsaraina, tsy azonareo gadraina. ». Tsy tokony hanaiky lembenana amin’izany isika Malagasy rehetra fa mijoro kosa hanohitra ny tsy rariny ary samy mitondra ny anjara birikiny amin’ny fametrahana ny fanjakana tsy tan-dalàna ka tsy ampiharina ny didim-pitsarana, hoy izy. Efa tena mihoatra ny ambaran’ny lalàna ny fe-potona nipetrahan’ity mpandraharaha sady mpanolotsain’ny filoha ity eny amin’ny hopitaly, hoy i Fanirisoa Ernaivo ka mety aminy ny miditra eny am-ponja amin’izay aloha dia azo atao ny fitsirihana sy fizahana ara-pahasalamana tsy mitanila. Mahitsy sy hentitra tsara kosa ny tenin’ny filohan’ny SMM manoloana ny senatera Riana Andriamandavy. « Misy fotoanany ny zava-drehetra, miandry kely aloha fa tsy maintsy atao ny fandaminana. Raha efa izahay mpitsara ve no mitory an’io senatera io dia mbola holazaina indray fa tsy azo raisina ny dosie ? », hoy izy. Tsy maintsy ho avy  ny anjarany fa resaka fotoana fotsiny io. Matoa mihetsika sy manara-maso tahaka izao ny SMM dia mino sy mahatoky fa hisy vokany ny zavatra ataony mba hametrahana ny tany tan-dalàna ka izay rehetra voaporofo fa nandika lalàna dia faizina araka ny lalàna.Tsy sinema ny an’ny SMM fa tena hanao izahay, hoy ny filohany ary nanentana hatrany ny olom-pirenena tsirairay amin’ny andraikitra tandrify azy moa i Fanirisoa Ernaivo mba tena handray andraikitra tokoa fa tsy ho mpitazana na mpanakiana fotsiny.

RTT

L'express de Madagascar227 partages

Trafic de vanille – Le véhicule d’un avocat saisi

La Peugeot 309 d’un avocat a été mise en  fourrière et les 220 kilos de vanille retrouvés à bord, saisis. L’homme de loi a échappé à la prison. 

xDu grain à moudre pour un avocat du barreau exerçant dans les tribunaux de la région Sofia. Sa Peugeot 309 est toujours à la fourrière de la gendarmerie après la  découverte de 220 kilos de vanille verte, mercredi. Le tribunal a, en revanche, saisi l’or vert aux fins de le détruire.Traduit  devant le parquet d’Antsohihy vendredi, l’avocat a, néanmoins, bénéficié d’une mise en liberté provisoire, contrairement à  ses deux complices.Dissimulées dans la malle arrière de la Peugeot 309, dont l’avocat était au volant, les gousses étaient empaquetées, lorsque les motards de la brigade de la sécurité routière de la gendarmerie d’Antsohihy y ont mis la main, lors d’un contrôle effectué au niveau de l’intersection de la RN 6 avec la route d’intérêt provincial conduisant à Befandriana-Nord.Les enquêtes préliminaires effectuées par le groupe d’appui judiciaire (GAPJ), auprès du groupement de la gendarmerie nationale de la région d’Antsohihy ont révélé que les gousses ont été cueillies avant terme, dans les zones productrices du district de Befandriana-Nord, alors que l’ouverture officielle de la campagne est fixée à la mi-juin.Pour dérouter tout contrôle, les personnes incriminées ont chargé la marchandise à bord de leur  propre véhicule, plutôt que de l’envoyer par taxi-brousse ou  camion, lesquels sont soumis à des contrôles plus stricts et fréquents. Les  éléments des forces de l’ordre n’y ont vu que du feu pendant que l’avocat parcourait au volant de sa Peugeot 309 les 75 kilomètres de route carrossable entre Befan-driana-Nord et le carrefour avec la RN6, avec le coffre plein à craquer de vanille verte.

InsécuritéAvec un quart de tonne de charge dans le coffre, le véhicule léger a manifesté un signe de faiblesse avec l’avant légèrement soulevé, ce qui a mis la puce à l’oreille des motards de la gendarmerie.Ils n’ont pas eu de mal à mettre la main sur les gousses en ouvrant un à un les paquets. Les auditions des prévenus ont permis d’établir que la cargaison allait être acheminée à Ankara-mibe Analalava pour y être préparée, avant de l’écouler.La vente de vanille est interdite avant l’ouverture de la campagne, mais l’arrêté y afférent ne stipule pas pour autant que les planteurs ne peuvent pas commencer la récolte. Les informations recueillies sur place révèlent néanmoins que les producteurs préfèrent attendre que les gousses atteignent la maturité souhaitée avant de les cueillir, de sorte à en tirer un bon prix, quitte à passer leurs nuits dans les champs afin de les protéger des voleurs. De plus en plus nombreux, ces derniers sont plus que jamais capables de crimes de sang. Plusieurs tonnes d’or vert sont déjà tombées dans leur escarcelle.

Andry Manase

Midi Madagasikara180 partages

Double meurtre au Paon d’Or : Réouverture de l’enquête par des policiers et magistrats chinois.

Une forte délégation chinoise dans nos mûrs. L’équipe est composée de deux policiers spécialistes des enquêtes criminelles, de deux magistrats et deux médecins légistes. De source auprès du ministère de la sécurité publique, l’on apprend que  leur mission est de rouvrir l’enquête sur le double meurtre à l’hôtel Paon d’ Or Talatamaty en mars dernier.

Tueur à gag. Cette affaire concerne le massacre d’un couple chinois et dont le responsable a été le ressortissant chinois du nom de Jiang Jing Long alias Jiang Shao Wei. Le jeune de 24 ans se dit être un tueur à gage et durant son audition, il a confirmé la présence d’un manitou derrière lui. Ce dernier est un personnage qui n’a jamais été connu ni arrêté. L’enquête malgache s’est arrêtée au stade de l’arrestation de l’auteur, Jiang Shao Wei, et de sa copine qui, elle est taxée de complicité de meurtres. Le prolongement de l’enquête a été annoncé comme le but de cette mission chinoise. Le fait que les spécialistes ont procédé à la reconstitution au lieu du crime laisse pourtant penser que l’enquête sera rouverte jusqu’au tout début. Des éléments de la brigade criminelle de la police malgache ont assisté leurs collègues chinois durant les opérations d’investigation.

Extradition. Toujours sur ce chapitre, nous avons appris que la reconduction (extradition) en Chine de l’auteur principal est bien prévisible. Une hypothèse qui pourrait se justifier par la présence des deux agents pénitentiaires dans la délégation. D’autres sources institutionnelles confirment que la mission de ces étrangers s’inscrit dans une logique de coopération. Des officiers et éléments des forces de l’ordre malgache ont été envoyés durant plusieurs années pour suivre des formations en Chine en matière d’investigation criminelle. Le fait que des cas de crime à Madagascar concernent des ressortissants chinois aurait donc motivé son gouvernement à envoyer des émissaires sur place. En tout cas, aucune communication officielle n’a été pour l’instant lancée sur la mission de cette équipe de spécialistes. Le fait qu’ils se penchent sur une (seule) affaire criminelle et demande la reconduction à la frontière constitue plusieurs zones d’ombre sur le personnage du jeune Jiang Shao Wei et surtout sur les personnes derrière ce tueur à gage.

D.R

Midi Madagasikara178 partages

Nosy be : Vazaha italiana, nahatrarana vola sandoka mitentina 2.565.000Ariary sy 1.830 €

Lehilahy iray teratany italiana tokony ho 30 taona eo, mpanamboatra sy mpanaparitaka vola sandoka no tra-tehaky ny Polisy tany Nosy-be, izay nahatrarana vola sandoka mitentina 2.565.000 Ariary, izany hoe : ravim-bola iray alina ariary miisa 252 sy 5 000 ariary 13 isa, izay mitovy daholo ny laharany. Rehefa nosavaina ny tranon’ity vazaha ity, dia mbola nahitana vola vahiny sandoka 1.830 € (ravi-bola 50€ miisa 34, ravi-bola 20€ 4  isa,  ary 10 isa amin’ny 10€). Mbola tratra tao an-tranon’ ity italiana lany “visa” efa ho herintaona tsy manana fahazoan-dàlana honina sy hipetraka eto Madagasikara ity avokoa ireo fitaovana rehetra fanaovana vola sandoka, raha ny tati-baovaon’ny mpitandro filaminana avy any an-toerana. Vokatry ny fiaraha-miasa noho ny fanomezam-baovao marim-pototra avy amin’ny olon-tsotra tsara sitrapo no nahazoana izao vokatra izao, hoy ny kaomisera Joely Rabearivony. Raha ny fantatra, dia nividy zavatra tao Bazariben’i Hell-ville ity teratany vahiny ity no saron’ny mpivarotra maromaro, fa vola sandoka nomeny. Niantso avy hatrany ny mpitandro filaminana ireo lasibatra, ka rehefa nosavaina ity vazaha ity, dia hita tao anaty kitapo nobabeny ny vola sandoka maromaro. Avy eo nitohy tany an-tranony ny fisavana. Taorian’ny fanadihadiana lalina nataon’ny mpitandro filaminana azy, dia natolotra ny fampanoavana omaly ity teratany vahiny mpibizina vola sandoka ity. 

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara164 partages

Combustibles : Le gaz, une alternative efficace au charbon de bois

Le kit « fatapera » à gaz est facile d’utilisation.

A Madagascar, 95% des ménages utilisent encore du bois de chauffe ou le charbon de bois pour la cuisson… L’impact sur la forêt, et les richesses faunistiques et floristiques qui y sont liées est devenu un problème réel. Le prélèvement de bois en tant que source d’énergie contribue à la disparition de la couverture forestière malgache, estimée à plus de 250 000 ha par an.

Et pourtant, des alternatives existent. Pour ne citer, entre autres que l’électricité et les énergies renouvelables. Mais à ce jour, le gaz reste parmi les plus compétitifs sur le marché. En effet, en plus d’être bénéfique pour l’environnement, le gaz présente l’avantage d’être une énergie propre, préservant la santé, accessible, flexible car pouvant être utilisée à de multiples fins dans la maison comme la cuisson, la lumière, la production d’eau chaude et le chauffage. Et ce, à un prix relativement  abordable et économique. Une récente étude comparative entre l’utilisation du gaz et du charbon, a d’ailleurs fait apparaître que les dépenses au sein d’un ménage de quatre à six personnes, utilisant le gaz et le charbon, sont devenues tout à fait comparables.

Promotion. Toujours en conjuguant sa mission de proposer une énergie de proximité, fiable, écologique, puissante et compétitive, aux familles et industriels à Madagascar, la société VITOGAZ va procéder, à partir de ce mois de juin, jusqu’en septembre, à une promotion de -20% sur le kit « fatapera » à gaz. C’est la deuxième promotion concoctée par la société pour cette année. Elle s’ajoute en effet à la promotion sur les appareils adaptés à l’hiver proposée depuis le mois de mai 2017, avec une offre pour les chauffages mobiles et les parasols chauffants.

Jeu. Pour en revenir au « fatapera » à gaz, il s’agit d’un kit composé d’un brûleur à gaz accompagné d’un socle. Il n’y a plus besoin d’une cuisinière ni d’un réchaud sophistiqué, il est facile à manipuler et facile à transporter. Il est aussi économique, car le débit de gaz et la flamme sont réglables. Pendant la durée de la promotion, les acheteurs pourront aussi participer à un jeu pouvant permettre de gagner de nombreux cadeaux lors du tirage à la fin de l’opération. Les heureux gagnants vont pouvoir en effet découvrir les autres appareils fonctionnant au gaz : barbecue à gaz, chauffage à gaz, chauffe-eau à gaz… Cette promotion sera aussi accompagnée des animations programmées dans les grandes villes des provinces et à Antananarivo.

R.Edmond

Midi Madagasikara101 partages

Barea : De nouvelles têtes et des absents de marque

Thomas Fontaine évolue à Clermont.

La Fédération Malgache de Football a donné hier les noms des joueurs retenus pour le match du 9 juin contre le Soudan. Une liste assez prévisible en fait avec deux nouvelles recrues de choix certes, mais quelques absences pour le moins inquiétantes.

Le sort est jeté pour les Barea de Nicolas Dupuis qui vont quitter le pays le 5 juin prochain pour le Soudan. Un match comptant pour les éliminatoires de la CAN 2019 que les Barea n’ont pas le droit de perdre pour espérer se qualifier dans un groupe où le Sénégal fait figure de proue.

Dimitry Caloin de l’équipe de Limoges.

Le géant Dimitry Caloin. Le match à ne pas perdre donc pour le camp malgache qui a pris deux tours de clé pour bétonner sa défense avec Fontaine Thomas qui joue à Clermont au sein de la Ligue 2, mais aussi Dimitry Caloin, un géant de 1m93 dont tout le monde disait du bien, même s’il évolue encore en CFA2 au sein de l’équipe de Limoges dont il est le capitaine.

Deux nouvelles recrues donc que Nicolas Dupuis s’apprête à lancer dans le bain avec le Niçois Albert Rafetraniaina qui forme le premier rideau avec Dimitry Caloin. Deba Kely et Mamy Gervais, Fontaine  ainsi que Toby complètent logiquement cette ligne défensive.

A moins que Nicolas Dupuis trouve autre chose comme c’est le cas pour le milieu de terrain où il n’a trouvé mieux que d’écarter Dax, le seul numéro 10 du lot. Au chapitre des absents et selon les déclarations du président de la FMF, Doda Andriamiasasoa, Bolida et Anicet ont demandé à ne pas venir même si la FMF a effectué toutes les démarches pour les avoir auprès du Paris FC évoluant en National et du club bulgare de Ludogorets.

Un vrai numéro 10. Par contre Nicolas Dupuis avait bel et bien retenu Voavy Paulin au risque de renvoyer Njiva sur les bancs sans doute à cause de ses deux buts contre Sao Tomé et Principe qui n’est pas une référence. Il fallait le voir contre le Sénégal où il a été transparent devant la star de Liverpool, Sadio Mané, pour se convaincre que le plus brillant des frères Voavy n’a pas sa place face aux grands d’Afrique.

Carolus sera également du voyage tout comme Zotsara et Dada du Red Star seulement aucun de trois n’a pas le profil d’un vrai numéro 10.

Le problème est de voir dans cette liste quatre joueurs au poste 6. Un choix qu’on ne voit nulle part ailleurs et qu’on a du mal à expliquer alors que la ligne offensive se réduit à Faneva et… Ima.

Dans la liste, il y a certes Fabrice, mais malgré tout son talent, le Réunionnais aura du mal à avoir une place dans ce lot, il faut le reconnaître très relevé. Et ce n’est pas parce qu’on vient de réaliser quatre victoires de rang qu’on peut tout se permettre.

Clément RABARY

Midi Madagasikara88 partages

Fari-piadidian’ny zandary Antananarivo : Naato ny fanaovana « PR » eny amin’ny lalam-pirenena

Tapa-bolana teo ho eo izay no tsy nahitàna intsony zandary misava fiara, na PR eny amin’ireo lalam-pirenena mivoaka ny renivohitra ao anatin’ny fari-piadidian’ny zandary eto amin’ny faritanin’ Antananarivo. Izany, araka ny fanazavàna nomen’ny Jly Andrianjanaka Njatoarisoa, Kômandin’ny fari-piadidiam-paritan’ny zandarimaria Antananarivo (Cirgn Tana) vaovao, dia noho ny resaka ady amin’ny kolikoly izay imasoan’ny zandary amin’izao fotoana izao. Manaiky tanteraka izy ireo, fa isan’ny sehatra hanjakan’ny kolikoly tokoa ity fanaovana PR eny an-dàlana ity, ka nanapa-kevitra ny teo anivon’ny Cirgn Tana fa haato ao anatin’ny fotoana voaefatra izany, ahafahan’ireo zandary eny anivon’ireo borigady tsirairay avy mamerina mianatra sy miofana indray amin’izany fanaovana « PR » izany, mba hanaraka ny tokony ho izy. Heverina araka izany fa fomba iray ahafahana miady  amin’ny kolikoly ity fomba fijery vaovao ity. Aorian’ny fiofanana, ka hiverina amin’izany fanaovana fisavana eny an-dàlana izany izy ireo dia hisy ny fepetra henjana hampiharina amin’ireo rehetra izay mbola mitady hihoa-pefy ka hamerina ny fomba fanao taloha. Mety ho tonga hatrany amin’ny fandroahana tsy ho zandary mihitsy moa izany, araka ny fanazavana azo. Izany rehetra izany, dia isan’ny tafiditra ao anatin’ilay vinan’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandary, izay vao notendrena ny amin’ny resaka fanadiovana anatiny ny andarimariam-pirenena, hiverenan’ny fitokisan’ny vahoaka amin’izy ireo indray.

m.L

Midi Madagasikara70 partages

Imerintsiatosika : Nihotsaka ny trano namboarina, roa no maty

Nidiran-doza ireo mpanao trano enin-dahy. Nirodana tampoka ny trano izay nampakarina rehefa nihotsaka ny “betôn” tao anatiny. Roa no maty tsy tsa-drano rehefa nianjeran’izany no sady mbola nitontona tany ambany ihany koa, avy eny amin’ny rihana ambony. Ny efatra kosa nentina haingana tao amin’ny toeram-pitsaboana tsy miankina iray tao an-toerana ary mba avotra soa aman-tsara ihany ny ain’izy ireo. Mateti-pitranga ny fisian’ny loza mahazo ny mpanao asa tànana. Tsy vitsy ny maty noho ny fametahana herinaratra ao anaty trano vaovao. Torak’izany ihany koa ny namoy ny ainy noho ny fihotsahan’ny trano namboarina. Tsy afa-miala amin’ny risika toy izany anefa izy ireny ary matetika koa dia ny traikefa nifandimby tamin’ny ray aman-dreniny izay matetika koa dia efa mpanao asa tànana no entina miady, fa tsy nandalo fianarana momba ny asa tanana kosa. Mampitombo ny risika anefa izany tsy fisian’ny fandalinana izany.

D.R

 

Midi Madagasikara63 partages

Toliara : Sinoa mpanangom-bokatra voatafika

Mitovy tanteraka tamin’izay niseho tany Ambanja ary notaterina omaly tamin’ny vaovao, ny zava-nitranga, ny toerana fotsiny no tsy nitovy. Teo akaikin’ny Lycée Laurent Botokeky, ao Toliara Renivohitra no niseho ny fanafihana ny harivan’ny alahady teo. Mpanangom-bokatra sinoa izay efa makamaka aina ao an-tranony no nidiran’ny jiolahy izay tsy voafaritra isa, mitazona PA sy basy lava tsy latsaky ny telo. Nanararaotra niditra ny vavahady izy ireo raha nisy olona niditra teo anoloany handeha hanatitra entana. Norahonany ny vadin’ny mpiambina sy izay rehetra tao an-trano.

Lasan’ireo jiolahy nandritr’ity fanafihana ity, ny vola mitentina iray tapitrisa ariary sy ny kojakoja maro tao an-trano.

D.R

Midi Madagasikara57 partages

Salon ITM 2017 : Une 3e signature de conventions avec les partenaires

Ce sont les partenaires de l’ONTM et du ministère du Tourisme au salon ITM 2017.

De nombreuses animations rythmeront les quatre jours du salon au profit des visiteurs. Parmi lesquelles, il y aura une tombola permettant, entre autres, de gagner un billet d’avion Tanà-Paris-Tanà.

Les organisateurs sont fin prêts pour la 6e édition de l’International Tourism Fair Madagascar (ITM) qui aura lieu du 08 au 11 juin 2017 au village VOARA (Ex-Francophonie) à Andohatapenaka. Nombreux sont les partenaires et les sponsors qui ont cru à la réussite de ce salon d’envergure internationale. En effet, l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM) et le ministère du Tourisme ont procédé hier à la 3e signature de conventions avec leurs nouveaux partenaires. « La première signature de conventions de partenariat a été faite avec les sponsors de l’événement, il y a un mois de cela. La 2e signature concerne les partenaires des éductours organisés au profit des 101 Tours Opérateurs et agences de voyages ainsi que des journalistes internationaux à Madagascar. Et cette fois-ci, d’autres partenaires  vont soutenir le salon ITM 2017 », a expliqué Joël Randriamandranto, le PCA de l’ONTM, lors de la présentation de l’événement hier au village VOARA. 

Fameuse Tombola. Ainsi, les Îles Vanille seront des partenaires officiels du salon. Telma Madagascar figure parmi les sponsors exceptionnels tandis que la BOA Madagascar, l’ORTANA et l’Aléa Des Possibles sont entre autres, des sponsors Gold. Par contre, le groupe Midi Madagasikara fait partie des partenaires médias Sylver. En outre, de nombreuses animations rythmeront durant les quatre jours du salon. Il y aura des démonstrations culinaires suivies de dégustations avec des chefs de renom notamment Chef Lalaina et Chef Zo ainsi qu’un défilé de mode préparé par Michael Vida pour démontrer la richesse de Madagascar en termes de tenues vestimentaires. Un baptême de plongée, des animations fun et ludiques telles que la tyrolienne et l’accrobranche, des instants Promos et Partenaires, des soirées Afterwork, sans oublier la fameuse Tombola ITM avec à la clé divers lots comme un billet d’avion Tanà-Paris-Tanà, y seront également organisés. « Le salon ITM est une fierté nationale au même titre que les salons internationaux. Nous allons défendre ensemble le secteur pour que ce soit un levier de développement social, économique et pourquoi pas politique afin de redorer l’image de la destination au niveau national et international. D’autant plus que la population surtout au niveau des régions, a besoin d’ouverture ne serait-ce que l’arrivée des touristes étrangers. Et comme innovation à ce salon, la Chine sera le pays invité d’honneur», a rappelé Rabeson Toky, le directeur général du Développement du tourisme au sein du ministère du Tourisme.

Tourisme national. Par ailleurs, « plus d’une centaine d’intervenants nationaux et internationaux de qualité animeront des conférences thématiques durant trois jours, soit du 8 au 10 juin prochain. Il s’agit notamment des experts de l’Organisation Internationale du Tourisme, des experts en digital, des opérateurs touristiques locaux ainsi que des représentants des Offices Régionaux du Tourisme », a fait savoir le PCA de l’ONTM. Et parmi les thèmes abordés, les stratégies touristiques et le numérique au service des opérateurs seront passés à la loupe par les conférenciers. La 2e journée sera dédiée à la Journée des Investissements dans le tourisme, qui sera organisée conjointement avec l’EDBM. En outre, les intervenants issus de la Banque Mondiale, de l’EDBM et du secteur bancaire local parleront finances et opportunités touristiques à Madagascar. Une présentation sur le tourisme durable et les événements touristiques qui se produiront à Madagascar, n’est pas en reste. Quant aux Offices Régionaux du Tourisme, ils vont chacun présenter la destination régionale. En fait, « l’ambition du salon ITM est également de promouvoir le tourisme national », a conclu Joël Randriamandranto.    

Navalona R.

 

Midi Madagasikara53 partages

Jean-Max Rakotomamonjy / Honoré Rakotomanana : Main dans la main avec le HVM

Jean-Max Rakotomamonjy et Honoré Rakotomanana main dans la main avec les barons du HVM. (Photo Nary Ravonjy)

La célébration du troisième anniversaire du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM) a été marquée par un fait qui a retenu l’attention de bon nombre d’observateurs. Il s’agit en fait des gestes des deux chefs d’Institution, à savoir le président du Sénat Honoré Rakotomanana et le président de l’Assemblée nationale Jean-Max Rakotomamonjy qui ont chanté main dans la main avec les membres du parti présidentiel, l’hymne du HVM. Pourtant, ils ne font pas partie de cette formation politique. Il ne manquait plus que les cravates bleues. Pour le cas notamment du président du Sénat, l’article 46 de la Constitution stipule que « le Président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau Président ». De ce fait, il devrait ainsi observer la neutralité.

Dominique R.

Midi Madagasikara53 partages

Tanandava Toamasina : 12 lahy nitondra basy kilalao sy antsy lava, nanafika magazay misy lavanila

Vola be tokoa ny vokatra lavanilina amin’izao fotoana izao, ka isany mampirongatra ny asan-jiolahy ao anatiny ny tsy fitovian’ny datim-piotazana sy fikirakirana ny vokatra, sy ny fisian’ireo “mpibizina” tsy matimanota amin’ny fividianana lavanilina halatra, izay heverina mihintsy fa mampiasa azy ireo amin’ny fangalarana ny vokatra ny hafa noho io vidiny io ihany. Ny sabotsy teo nifoha ny alahady, dia magazay iray misy vokatra lavanilina efa masaka tahirin’ity tompon’ny magazay tao Tanandava Toamasina Suburbain, no notafihan’andian-jiolahy 12 samy nitondra basy kilalao sy antsy lava. Vao tafiditra izy ireo, dia nampitahorin’izy ireo tamin’ilay basy kilalao ny mpambina avy eo nofatoran’izy ireo; taorian’izay dia nangalarin’izy ireo ny lavanilina tahiry tao anatin’ilay magazay izay tao anaty gony 10 sy baoritra iray milanja 262kg. Tsy vitan’izany fa nangalarin’izy ireo koa ny fitaovana fanaovan-trano tao anatin’ity magazay ity. Voalaza mantsy fa njitondra fiara mahazaka ireo entana efa nitiliany mialoha mihitsy ireto andian-jiolahy ireto nandritra izany halatra nitranga ny sabotsy nifoha ny alahady teo izany. Ny ahiahy tamin’ny fahitana ity fiara “Dina” nandeha alina sy nisy olona maromaro tao anatiny, no nanakanan’ny polisy azy tamin’izao raharaha izao, ka nahatrarana ireo entana sy lavanilina halatra ireto. Olona 10 no tratra tao anatin’ilay fiara, ny roa kosa tsy niara-dia tamin’izy ireo ka mbola karohina. Tao anatin’ny fanazavana nentin’ny kaomisera Rakotovao Christian nisahana ny fisamborana no nahalalana fa efa tamba-jotra na andian-jiolahy mpamaky magazay sy mpanao fanafihana mitam-piadiana ireto olona tratra ireto ; izay saika mbola tovolahy manodidina ny 23 avokoa izy ireo na nahitana zokin’izy ireo roa 40 taona, Imbiky sy Jean Aimé, ihany koa. Ankoatra izay dia voalazan’ny polisy ny Tanambao II nanao ny fanadiadiana savaran’ando fa nokasain’izy ireo hamidy izay efa nisy nanao komandy tamin’ny 140.000 ariary ny kilao tamin’ireto navanilina efa masaka tahiry ireto; efa nanampikasana hanondrana azy ireo any ivelany aorian’ny fisokafan’ny taom-piotazana sy taom-panondranana lavanilina kosa izy ireto…

Malala Didier

La Vérité52 partages

Claudine Razaimamonjy - La prison se rapproche

La maison d’arrêt d’Antanimora se rapproche un peu plus pour Claudine Razaimamonjy.  C’est la conclusion à laquelle sont arrivés certains observateurs, avisés à quelques jours de la fin probable de sa période d’hospitalisation au service de neurochirurgie de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona.  Hier, le directeur de cet hôpital, la Professeure Rakoto Olivat Alison, interviewée par une station de radio privée de la Capitale, précise que cette riche opératrice est encore hospitalisée au sein de son établissement. A une semaine de l’échéance maximale de 45 jours d’hospitalisation d’un détenu prévue par les textes, aucune information concernant une demande de prolongation de l’hospitalisation de la conseillère spéciale du Chef de l’Etat ne serait pour l’heure dans les bacs, rajoute-t-elle.

En effet, même, la commission spéciale censée se pencher sur son cas n’est également pas encore sur pied. « Elle est encore ici. Nous attendons encore les documents concernant la mise en place de la commission spéciale. Cela dépend de l’Exécutif », a fait savoir la professeure. Rappelons que l’arrêté ministériel numéro 4673 du 10/11/1960 fixant le régime d’hospitalisation des détenus stipule dans son article 8 que « toute hospitalisation d’une durée probable supérieure à 45 jours doit être appréciée par une commission spéciale composée par le médecin-chef de l’hôpital concerné, le médecin-chef de la division de santé au ministère de la Justice, ainsi que deux chirurgiens ». Faute d’abrogation, cet arrêté ministériel est et reste en vigueur. D’ailleurs, ce texte a fait l’objet d’une note de rappel au niveau du Tribunal d’Antananarivo en 2004. 

En tout cas, si l’on prend en compte que l’hospitalisation de Claudine Razaimamonjy a débuté le 7 avril, les 45 jours de durée maximale d’une hospitalisation ont largement pris fin. Si la date du 22 avril est retenue, date à laquelle elle a fait son retour d’une évacuation sanitaire à l’île Maurice, l’hospitalisation de Claudine Razaimamonjy devrait donc prendre fin au début de ce mois de juin. Autrement dit, il ne resterait donc qu’une semaine avant que la propriétaire de l’AC d’Ivato ne soit obligée de rejoindre Antanimora. Est-ce que la milliardaire va poser les pieds à la maison de force la semaine prochaine pour que l’opinion puisse enfin dire : on tourne la page de l’impunité ? Rien n’est moins sûr. S’il semble inenvisageable que la milliardaire puisse bénéficier d’une liberté provisoire étant donné les charges qui pèsent contre elle, ses proches devront se hâter de mettre sur pied la commission spéciale afin de permettre la prolongation du séjour de Claudine Razaimamonjy à l’hôpital pour motif d’hospitalisation de longue durée. Un recours qui devra toutefois avoir l’aval de la commission spéciale sus-citée. Le cas échéant, elle devra rester 6 mois supplémentaires à l’Hjra, c’est-à-dire jusqu’au 7 octobre 2017. En tout cas, dans l’état actuel des choses, la baronne du régime Hvm est plus proche que jamais de rejoindre la prison d’Antanimora. Un endroit où elle n’a encore jamais mis les pieds depuis que le Parquet de la Chaîne pénale anti-corruption a prononcé son placement sous mandat de dépôt au début du mois d’avril dernier. 

L.A.

Tia Tanindranaza47 partages

Fizarana PPNTsy asana filoham-pirenena, hoy i Beriziky

Naneho ny heviny mikasika ny fahitany ny fihetsiky ny filoham-pirenena izay mizara vatsin-tsakafo ilaina amin’ny fiainana

 andavanandro toy ny menaka sy savony ary vary izay anisan’ny hita tetsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena Mahamasina farany teo ny praiminisitra teo aloha, Jean Omer Beriziky, omaly raha nanotrona ny fihaonan’ireo hery politika tetsy Andravoahangy. Tsy nisalasala ny tenany nilaza fa tsy asana filoham-pirenena fa asana fikambanana ny asa sosialy tahaka ireny. Maro, hoy izy, ny zavatra hafa tokony ho mbola laharam-pahamehan’ny mpitondra eto amin’ity firenena ity, raha tsy hiteny afa-tsy ny famahana ny tsy fandriampahalemana miseho eto sy ny fametrahana ny fihavanana fotsiny. Efa nisy ny lalàna vita nataon’ireo za-draharaha (expert) mikasika ny fampihavanam-pirenena izao, hoy izy, kanefa dia maninona no avadibadika tahaka izao endriny ankehitriny izao indray ? Mino aho fa tsy izaho irery no manahy ny amin’ny tsy ahombiazan’io CFM vaovao io, hoy izy.

Mirija

 

Midi Madagasikara43 partages

Tout faire pour promouvoir la destination Madagascar

Le tourisme est un facteur de développement important et Madagascar a énormément d’atouts dans ce domaine. Mais, notre pays n’a pas réussi jusqu’à présent à l’exploiter comme il le faudrait. Les professionnels du secteur ont bien l’intention de redresser la situation et cette volonté transparaît à travers l’organisation de ce salon ITM qui permettra de montrer les potentialités de la Grande Ile en la matière.

Tout faire pour promouvoir la destination Madagascar

Tout le monde est persuadé des immenses potentialités du marché touristique malgache. On a dit et redit que la Grande Ile a des attraits qui intéresseraient les millions de personnes désireuses de découvrir ses richesses. Jusqu’à présent, cela n’était resté qu’au stade de la constatation. La destination Madagascar est très peu connue des professionnels étrangers et il est nécessaire de la promouvoir. Il est vrai que la crise de ces dernières années a fait beaucoup de tort à notre réputation. Il est donc nécessaire de redorer notre blason dans ce domaine. Le ministère du Tourisme et l’ONTM sont persuadés que la Grande Ile a autant d’atouts que les autres grandes nations touristiques. C’est donc la raison de l’organisation de ce salon ITM qui se tiendra du 8 au 11 juin au village Voara à Andohatapenaka. Ce sera la plus grande manifestation touristique jamais organisée chez nous, car elle accueillera des dizaines de tour-opérateurs qui seront nos relais sur le plan international et pourront vanter la destination Madagascar. Ce salon mettra en valeur nos richesses grâce aux nombreux exposants qui occuperont la centaine de stands dressés dans ce village Voara. Ce sera également une découverte grâce aux animations culturelles et artistiques, mais aussi aux nombreuses conférences qui seront proposées au public. C’est un immense effort de promotion que l’ONTM et le ministère du Tourisme vont faire à cette occasion. Le produit qu’il présente n’a rien à envier à ceux qui sont déjà sur le marché. Durant ces quatre jours, tout sera fait pour intéresser les invités. Madagascar, une destination touristique d’avenir ? Ce n’est pas un rêve. Il faut le vouloir et tous les moyens doivent être utilisés pour que cela devienne une réalité.

Patrice RABE

Tia Tanindranaza40 partages

Hery RajaonarimampianinaTena miasa, hoy i Rija Razafimandimby

Nahazo vahana teto amintsika ny fanaratsiana ny mpitondra tato ho ato, hoy i Rija Razafimandimby mpanao politika. Anisan’izany ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina izay nomarihiny manokana fa hatao mihitsy izay fomba entina hamotehana azy.

  Ny zavatra tokony hotsapan’ny tsirairay anefa dia tompon’andraikitra amin’ny fampandrosoana ny fiainany ao an-tokantrano ny isam-batan’olona. Rehefa vonona ny hampandroso ny tenanao ianao dia mandroso ho azy ny tokantranonao sy ny manodidina anao. Ny zava-nisy hatramin’izay dia ny mpanakiana no be dia be hany ka ny 12 %-n’ny Malagasy irery ihany no tena vonona ny handray andraikitra. Misy ireo mikatsaka hatrany ny fanakrontanana ka mitarika vahoaka hidina an-dalambe mba hanonganany fanjakana izay ho an’ny tombontsoany irery ihany fa tsy ho an’ny rehetra. Ny isaorana anefa dia ny fahendren’ny vahoaka Malagasy izay tsy manaiky rebireben’ireo mpanao politika  zatra ny lalan-dririnina intsony. Tena miasa ny filoham-pirenena saingy maro ireo minia mikipy manoloana izany sy manely tsaho ratsy mahakasika azy sy ny governemanta tarihiny.

Pati

Tia Tanindranaza40 partages

Miala any ny jadonaHosamborina avy hatrany izay migrevy

Ny tombontsoa ambonin’ny firenena no zava-dehibe ka mila alamina daholo ireo sehatra misy na manomboka misy fitokonana amin’izao fotoana.

RTT

Midi Madagasikara36 partages

Grève des douaniers : Les exportateurs négocient

La grève des employés des douanes a eu des impacts économiques et financiers.

La grève de 48 heures menée par le syndicat des employés des douanes (SEMPIDOU) s’achève. D’après le calendrier prévu, les grévistes reprennent leurs postes ce jour. Hier, une rencontre s’est tenue entre les grévistes et le ministre des Finances et du Budget. Pour l’heure, aucune des deux parties n’a encore fait de déclaration officielle sur la résolution ou non, du problème de primes. Rappelons que cette grève des douaniers concerne la réclamation du changement du mode de calcul de leurs primes et avantages, pour la période 2013-2016. Outre les 10 milliards d’Ariary de manque à gagner au niveau des recettes de l’Etat, durant les deux jours de grève, des impacts économiques ont également été évoqués par le secteur privé. Si certains ont été épargnés, à l’exemple de quelques industriels qui n’ont des flux internationaux de marchandises qu’une fois sur plusieurs mois, d’autres ont à payer les charges engendrées par chaque jour de retard de leurs envois. Les opérateurs de la zone franche ont, en effet, dénoncé un blocage de leurs activités, à cause de la grève du service des Douanes à Antanimena.

Négociable. A noter que les douaniers grévistes ont prévu un service minimum dans chaque bureau. Ils ont indiqué clairement les marchandises qui bénéficient de ce service, notamment, les produits périssables, les animaux vivants, les colis diplomatiques, les médicaments, les matériels médicaux et hospitaliers, ainsi que les armements militaires. D’après un témoin anonyme, des négociations se font par des exportateurs, pour que leurs cargaisons soient catégorisées parmi les produits pris en charge par le service minimum, afin de pouvoir avancer dans le processus de dédouanement. Pour ces opérateurs, le temps vaut de l’argent…

Antsa R.

Midi Madagasikara36 partages

« Honneur à Madagascar » : L’évènement qui met le « vita gasy » sous les feux des projecteurs !

Les artisans malgaches ont du talent et méritent amplement que leurs œuvres soient exposées sur une scène internationale. Pour justement promouvoir les produits artisanaux malgaches, Fy art (Fy artisanat Madagascar », va tenir deux exposition-ventes à Belgique : la première à Shopping Nivelles du 10 au 15 juillet et la seconde à Ville 2, du 17 au 22 juillet. Intitulé « Honneur à Madagascar ». Ces deux manifestations seront l’occasion pour tous les visiteurs d’apprécier et de s’approprier des produits de l’île : chapeaux en raphia tressé, bijoux en cornes de zébu ou ornés de pierres précieuses typiques du pays, paniers en sisal, des anses en cuir, ou en raphia… et bien d’autres encore. Le tout, avec les meilleures qualités bien sûr. Elisà Razakaboana de Fy art d’expliquer : « Tout artisan malgache quelle que soit sa filière est touché. Cette vente exposition aura pour but de renforcer notre capacité de savoir-faire et de développer nos produits à l’exportation ». « Honneur à Madagascar », est parrainé par le FIVMPAMA.Mahetsaka

Midi Madagasikara31 partages

Mois de l’Enfance : Lancement officiel à Toamasina

Durant le mois de juin, les enfants et leurs droits seront mis à l’honneur.

Au niveau national, le mois de juin est consacré à l’Enfance. Pour cette année, le traditionnel mois de l’Enfance sera lancé officiellement demain dans la ville du Grand Port, plus précisément au Gymnase Soavita de la Commune Urbaine de Toamasina.

Organisée par le MPPSPF (Ministère de la Population de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme », la cérémonie du 1er juin sera donc parrainée par Onitiana Realy,  ministre de la Population de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme. Notons également que la cérémonie sera placée sous le haut patronage de la Première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina, considérée dans l’imaginaire collectif, comme la « mère de tous les Malgaches ».

Thème. « Ankizy voaaro amin’ny herisetra, afaka miatrika ny hoaviny », ou «  Des enfants protégés de la violence, sont plus productifs et sereins face à leur avenir » (traduction libre), tel sera le thème du mois de l’Enfance 2017. La protection des enfants contre toute forme de violence sera donc mise en exergue. Initiative qui tombe à point nommé, au vu de toutes les atrocités auxquelles les enfants sont encore injustement exposés à Madagascar : maltraitance infantile, exploitaiton sexuelle, trafics d’organes, malnutrition, violences familiales psychologiques et physiques, incestes, filicides, etc. Et cette liste sinistre est loin d’être exhaustive. Demain, 15 enfants membres de « l’Assemblée constituante » prononceront des discours, une occasion pour eux de mettre des mots sur les maux. Une prise de position essentielle, car s’exprimer est salvateur et le silence est une forme implicite de complicité.

1er juin. Sur le plan international, la date du 1er juin n’est pas équivoque. Elle coïncide en effet à l’une des « Journées internationales de l’Enfance », instaurée du temps de l’URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques). La précision importe, car à part le 1er juin, il existe en effet une autre journée internationale consacrée à l’Enfance : « La Journée mondiale de l’Enfance », décrétée par l’UNESCO depuis 1989 et célébrée tous les 20 novembre. En outre, diverses nations célèbrent cette journée à une date qui leur est propre, toutefois les deux dates précitées demeurent les principales.

Luz R.R

Midi Madagasikara28 partages

Rapport d’exécution du gouvernement : 17 ministres devant les députés ce jour

Les échecs de certains membres du gouvernement doivent être sanctionnés.

La performance de chaque membre du gouvernement sera évaluée pendant deux jours à l’Assemblée nationale.

L’article 101 de la Constitution de la Quatrième République stipule : « En début de chaque première session ordinaire, le Gouvernement présente à l’Assemblée nationale un rapport d’exécution de son programme. La présentation sera suivie d’un débat portant sur les résultats des actions du Gouvernement et l’évaluation des politiques publiques. » C’est en vertu de ces dispositions constitutionnelles que 17 ministres sont attendus ce matin à Tsimbazaza. Autrement dit, ces 17 membres du gouvernement conduits par le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier seront évalués par les députés par rapport à ce qu’ils ont réalisé. Le débat n’aboutira pas à la destitution du gouvernement si ses résultats sont jugés mauvais par les députés. Par contre, c’est une occasion pour les élus d’interpeller les ministres qui ont failli à leurs missions. Les 14 autres ministres feront leur apparition demain à l’Assemblée nationale.

Consignes. Les 14 autres ministres feront leur rapport demain à l’Assemblée nationale. Lors du Conseil de Gouvernement de 9 mai dernier et en vue de cette présentation par le gouvernement devant le Parlement du rapport d’exécution de son programme, le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier « a enjoint les membres du gouvernement à jouer pleinement la transparence, arguments efficaces et convaincants à l’appui, dans le traitement notamment des sujets d’actualité (inflation, insécurité…). » A s’en tenir à ces consignes du chef du gouvernement, son équipe serait notamment attendue sur les problèmes de l’insécurité dont en particulier la recrudescence des vols de vanille, les actes des « Dahalo » dans plusieurs parties de l’île et le kidnapping d’Yanish Ismaël qui est toujours entre les mains de ses ravisseurs ; et les différentes revendications syndicales dont celles des douaniers, des enseignants-chercheurs et incessamment celles des greffiers.

R.Eugène

Midi Madagasikara27 partages

Elections : A quand la révision du code électoral ?

Les électeurs vont-ils voter massivement en 2018 ? (Photo d’archives)

On n’est pas loin de la tenue des élections présidentielles, pourtant la révision du code électoral traîne.  

Deux mois ont passé concernant notamment la mise en place d’une commission par le gouvernement pour se pencher sur les recommandations des entités politiques, société civile et médias pour l’amélioration du cadre juridique sur les élections à Madagascar. Mais jusqu’à preuve du contraire, rien n’est encore publié quant à l’aboutissement des travaux de ladite commission. Faut-il rappeler qu’en 2016, des cadres de concertations et des ateliers régionaux ont été organisés par la CENI afin de recueillir les idées et recommandations des entités susmentionnées. A cet effet, un comité interinstitutionnel devait voir le jour pour procéder notamment à la rédaction sous forme de projet de loi des recommandations recueillies. La question se pose ainsi quant à la révision du code électoral, or la présidentielle approche à grands pas.

Rapport. En mars dernier, le gouvernement a publié deux décrets portant création d’une commission consultative de réflexion et de proposition sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral malgache et d’un comité interministériel en charge de la révision du cadre légal relatif aux élections. Autrement dit, la commission ne servira qu’à mettre sous forme de texte condensé toutes les recommandations des participants aux ateliers de concertation et de consultation et le comité interministériel à rédiger en projet de loi ledit texte ou même de le rectifier vu que la commission ne fait que proposer. D’après certaines sources proches du dossier, la commission devra remettre au comité, plus précisément, entre les mains du Premier ministre le rapport de ses travaux vers le milieu du mois de juin. On se demande toutefois si  toutes les recommandations seront prises en compte dans ce rapport ? Wait and see.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara20 partages

Non-respect des droits humains : Le rapport alternatif de la société civile promet !

L’atelier portant rédaction du rapport alternatif de la société civile sur l’application du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques (PIDCP) s’est tenu, au Galaxy Andraharo, les 29 et 30 mai dernier. Une vingtaine de représentants de la société civile y ont participé et les débats sur les articles du pacte ont été animés et les réalités sur le respect ou non des dispositions y afférentes par l’État malgache ont été exhibées. Pour cela, un constat fait l’unanimité de la société civile : l’État « n’a pas tout dit » dans le rapport d’État périodique et maquille certains faits.

Affaires chaudes. L’article 3 du PIDCP précise, par exemple, que « Les États parties au présent Pacte s’engagent à assurer le droit égal des hommes et des femmes de jouir de tous les droits civils et politiques énoncés dans le présent Pacte ». Jusqu’à maintenant : « Nous constatons une lenteur du gouvernement au niveau de la promotion du genre. Et pourtant, l’inégalité des traitements entre les hommes et les femmes se ressent au niveau des recrutements et des salaires », ont dénoncé les membres de la société civile. Par ailleurs, des mesures drastiques relatives au népotisme et aux autres formes de corruption – qui pourrissent l’Administration malgache – doivent être prises. Par ailleurs, l’article 7 interdit le recours à la torture, aux peines ou traitements cruels, inhumains, ou dégradants. Dans ce cas, l’affaire Antsakabary en est une parfaite illustration et en dit long. Nous ne sommes pas sans savoir, à titre de rappel, les actes de tortures perpétrés par des agents des Forces d’Intervention de Police (FIP) dans le village d’Antsakabary. La transgression de cet article paraît plus qu’évidente. L’article 9 quant à lui prohibe l’arrestation et la détention arbitraire. Et pourtant, les cas d’Augustin Andriamananoro, de Fernand Cello et de Clovis Razafimalala s’avèrent biaiser la véracité des dispositions de cet article. A côté de ces faits figurent les affaires Claudine Razaimamonjy et Riana Andriamandavy VII qui ont tous les deux des dossiers au sein de la Justice. Frappée par un mandat de dépôt, la conseillère spéciale du chef de l’État séjourne à l’hôpital et non derrière les barreaux. Suspecté, bien que les actes soient pris en flagrant délit, d’avoir lancé des pierres au Bianco et d’avoir engagé des manifestations non-autorisées, le vice-président du Sénat continue de jouir de sa liberté dans tout Madagascar, sans être inquiété par la Justice. Et pourtant, les articles 14 et 26 du Pacte mettent en exergue l’égalité devant les tribunaux et les cours et devant la loi. Une fois de plus, le régime n’assume pas les conséquences des dysfonctionnements de l’appareil d’État qui résultent, pourtant, d’un certain degré d’incompétence, d’absence de communication, d’écoute et de compréhension. Notons que le PIDCP comporte 53 articles.

Aina Bovel

L'express de Madagascar19 partages

Salon ITM – Dispositifs de communication de taille

Les organisateurs de l’ITM entendent mettre le paquet pour faire de cette sixième édition un tremplin du secteur tourisme malgache. Les partenaires et les activités sont variés.

Les partenaires officiels, sponsors exceptionnels et les partenaires médias du salon International Tourism Fair of Madagascar (ITM) ont été présentés hier au village Voara (ex-Francophonie) à Andohatapenaka, lieu choisi pour cette sixième édition qui se tiendra du 8 au 11 juin prochain.  Au vu de la longue liste, les organisateurs misent beaucoup sur la communication pour la réussite du salon. Ainsi, les Iles Vanille sont les partenaires officiels du salon, Konstructor Piscine, Telma et Candera sont les sponsors exceptionnels. BOA, Star, Ortana, ODS, l’Aléa des possibles, EDBM, Air Austral, Café de la gare sont les sponsors Gold. Les partenaires médias à savoir Kolo TV, RTA, RFM, VIVA, Newsmada, Dream’in, Midi Madagascar et l’Express de Madagascar contribuent à la réussite du salon, en appuyant la visibilité des activités de l’ONTM autour du salon international. Après la visite des lieux, les partenaires et les exposants ont pu avoir une idée sur les dispositifs de communication sur place ainsi que les animations qui rythmeront les quatre jours de salon.

PlateformeLa gastronomie et la mode auront une place de choix durant ce salon avec des stands, dégustations et animations culinaires avec des chefs de renom tels que chef Lalaina et chef Zo,  ou encore un défilé de mode concocté par Michael Vida. Pour les plus courageux, un baptême de plongée, des animations funs et ludiques, tyrolienne et accrobranche seront aussi au menu.  Des instants promos et partenaires, des soirées afterwork sont également au programme du salon (ITM). Sans oublier la traditionnelle tombola pour gagner un billet d’avion Tana-Paris-Tana.Plusieurs conférences axées sur « Les stratégies touristiques et le numérique au service des opérateurs » ponctueront les journées du salon avec des experts de l’organisation mondiale du Tourisme, experts en digital, opérateurs locaux et représentants des offices régionaux du Tourisme et constitueront le panel d’intervenants. Les investissements dans le tourisme seront également discutés. Une grande salle pouvant accueillir cent vingt personnes est à la disposition des conférenciers et du public.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara19 partages

Is’Art Galerie : Pierre William Henri partage les portraits des peuples

Portrait d’un Chinois !

« En 1991, j’ai commencé une série de prises de vues « portraits de Neuchâtelois ». Sous la forme d’autoportraits. Du 1er janvier au 31 décembre de cette année 91 j’ai mis en scène 424 portraits. De là est partie l’idée de faire voyager ces gens par des expositions à travers le monde ! Et commencer un échange culturel. » C’est ainsi que le photographe Pierre William Henri explique le concept de son exposition, qui se tiendra à l’Is’Art Galerie, à partir du vendredi 2 juin. La première expo remonte donc à 1999 en Russie, au musée Lénine, en Sibérie, à Atchinsk et Zeleznogorsk. Il en a profité pour photographier 277 personnes. En 2001, ces portraits de Sibériens ont été exposés au Maroc. Au passage, il prend 137 portraits de villageois marocains. Puis, il part au Groenland en 2003 où il photographie 95 personnes, et en Guadeloupe en 2004. 107 personnes jouent le jeu et se laissent prendre en photo. En 2006, il fait cap sur la Suisse, où il immortalise 119 Chinois, et arrive enfin à Madagascar. Comme partout où il est passé, il prendra le cliché de Malgaches, qu’il exposera par la suite quelque part en Suisse… ou ailleurs !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara16 partages

SUCOMA : La reprise de la production sucrière est en marche

Bientôt Morondava retrouvera l’unité sucrière de la SIRANALA, avec la reprise annoncée des activités du groupe SUCOMA.

Le défi était de taille. Mais le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Chabani Nourdine et son équipe ont réussi à le relever, en collaboration avec les dirigeants de la Sucrerie Complant Madagascar (SUCOMA).

Séances de travail

 Il s’agit en l’occurrence de la reprise de la production sucrière à l’usine SIRANALA de Morondava. Une délégation du MIDSP, est descendue sur place la semaine dernière, avec les équipes de SUCOMA, dirigées par son Directeur Général, Wang. Une occasion pour les parties prenantes de tenir des séances de travail avec les responsables locaux. L’objectif étant de faciliter et de sécuriser les travaux d’évaluation. « Le développement économique est l’affaire de tous, chacun est appelé à prendre ses responsabilités et ce à tous les niveaux », a annoncé le ministre Chabani Nourdine. Et lui d’ajouter que «ce seront les conditionnalités pour que cette industrie puisse redémarrer » Par ailleurs, la rencontre avec les autorités et la population locale d’Analaiva, où est localisée le complexe sucrier SIRANALA, a été marquée par des engagements collectifs fermes pour soutenir le projet de redémarrage du complexe sucrier, aujourd’hui affecté par la tragédie de décembre 2014, paralysant l’économie locale, avec une perte de milliers d’emplois.

Rassuré

WANG, le Directeur Général de la société SUCOMA à Madagascar, quant à lui, s’est montré rassuré quant à la volonté de la partie malgache de faire aboutir ce redémarrage tant attendu par les autorités et la population locale, et a confirmé par la même occasion, l’engagement de la partie chinoise pour ce faire. Outre ce projet de redémarrage du complexe sucrier, cette descente a été également l’occasion d’échanger sur les projets de développement économique de la région MENABE, dont quelques projets d’investissements dans les secteurs de transformation des ressources locales, le tourisme et l’énergie. En tout cas, cette reprise annoncée des activités de la SUCOMA est le résultats des efforts menés par Chabani Nourdine, qui, rappelons-le, a rencontré, il y a deux mois, en Chine, GU Haitao, le Général du Groupe COMPLANT (Chine), Une équipe de seize experts chinois sont actuellement dans nos murs, en vue de l’évaluation technique sur site avant la reprise des activités, travaux qui sont conjointement menés avec une équipe de techniciens malgaches. « Une étape fondamentale de franchie par le gouvernement », souligne le ministre de l’Industrie.

R.Edmond

Midi Madagasikara14 partages

RSE : Airtel soutient la lutte contre la fistule

« Espoir, guérison et dignité pour tous », fut le thème de la journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale 2017. Une célébration à laquelle, comme tous les ans,  Airtel a apporté une contribution significative, avec le concours de plusieurs autres parties prenantes dont le FNUAP (Fonds des Nations Unies pour la Population) et le Ministère de la Santé publique.

Activités.Davantage axée sur la prévention et la sensibilisation par rapport aux éditions précédentes, la célébration de cette année a intégré diverses activités connexes. Une campagne de formation et de réparation de la fistule obstétricale a été ainsi lancée depuis le 22 mai sur la région Analamanga et s’achèvera le 2 juin.  En outre, pour mettre la technologie au profit de la sensibilisation, Airtel a envoyé des sms allant dans ce sens à tous ses abonnés. Notons que grâce à la collaboration et la mobilisation de tous les acteurs concernés, dont Airtel, des ONG, le ministère en charge de la Santé publique, etc.  la prise en charge des victimes de fistule est totalement gratuite. A titre de rappel, 50 000 femmes et/ou jeunes filles sont victimes de fistule à Madagascar et 2 500 autres endurent encore un vrai calvaire en attendant leur « réparation ».

Développement socio-économique. L’amélioration de la santé maternelle figure parmi les leviers incontournables de croissance socio-économique. C’est donc à juste tire qu’il intègre les pôles prioritaires d’intervention d’Airtel sur le plan sociétal. Maixent Bekangba, DG d’Airtel de soutenir : « En ce mois de mai, dédié à la Mère, Airtel réitère son soutien aux femmes et sa solidarité envers celles qui souffrent de fistule obstétricale, en mettant sa technologie au service de cette campagne 2017 pour mieux sensibiliser la population sur les causes, les conséquences et les traitements de cette maladie. Et ce, pour que toutes les femmes malgaches puissent s’épanouir et contribuer pleinement au développement du pays et au bien-être de leur famille. » 

 

Luz R.R

Midi Madagasikara14 partages

Autisme Tour 2017 : 1% de la population malgache atteint du tremble

Initiative menée par l’association Autisme Madagascar, Autisme Tour 2017 s’achève sur un bilan sombre sur la réalité de l’autisme et des autistes à Madagascar.

Inexistence totale d’appui aux familles, marginalisation des enfants atteints d’autisme par la société qui les entoure, incompréhension des membres de la famille, ce sont là le quotidien des autistes de la Grande Ile. Une situation qui ne fait qu’envenimer les choses étant donné que l’autisme correspond à un trouble du développement humain caractérisé par une interaction sociale ou une communication atypique. C’est pour faire face à cette situation que l’association Autisme Madagascar a pris l’initiative d’inviter le Dr Pierre Sans dans le cadre du projet Autisme Tour 2017. Ayant accompli sa mission, le Dr Pierre Sans délivre ses constats et ses conclusions. Il dénonce entre autre la « maltraitance à l’égard des autistes et des scandales médicaux ». Entre autres, des « surdiagnostics d’épilepsie et des prescriptions abusives d’EEG, de dépakine et de Gamalate ». Le Dr Pierre Sans a également révélé que « bon nombre de praticiens confondent les troubles de l’audition et l’autisme enfermé dans sa bulle ». « Ce qui se manifeste par des opérations ORL pratiquées sur des autistes » ajoute le médecin. Avant d’informer que « le coût des prestations médicales et paramédicales de type psychomotricité et orthophonie est hors de portée de l’immense majorité de la population malgache ».

Satisfaction. Entrant dans le cadre de l’objectif principal de l’association Autisme Madagascar, le projet Autisme Tour, en plus d’avoir permis à faire les constats cités ci-dessus, a permis de former 50 praticiens locaux au diagnostic de l’autisme. Des soutiens psychologiques et techniques à environ 100 parents, le diagnostic gratuit d’au moins soixante-dix enfants ainsi que l’édition de milliers de guides gratuits en version malgache et française pour les parents et les écoles ont également pu être effectués durant un mois. Et toujours dans l’optique de doter les praticiens locaux du savoir-faire nécessaire dans le diagnostic et la prise en main des autistes, trois séminaires ont pu être organisés au profit des étudiants en psychologie et en travail social. Ce qui constitue une étape importante dans les luttes menées par l’association Autisme Madagascar.

José Belalahy   

Madagascar Tribune13 partages

Démarche pour un monde meilleur

Dans l’esprit des francs-maçons, le développement ne se résume pas à la compréhension commune qui est trop souvent de connotation politique, diffus et très peu préhensible, mais il intègre l’équité et la durabilité. La XVè conférence mondiale des Grandes Loges Régulières qui s’est tenue à Madagascar du 24 au 27 mai dernier s’est penché sur le sujet sous l’organisation de la Grande Loge nationale de Madagascar (GLNM). Le thème général choisi et débattu lors de cette conférence est : « Valeurs maçonniques pour le développement humain dans l’équité et la durabilité ». Outre le fait que le développement doit répondre aux besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures à répondre à leurs besoins, il se réfère aussi à l’environnement global qui prévaut dans le monde. Ainsi, les participants à la conférence ont axé leurs réflexions sur les volets culture, éducation et l’environnement dans lequel évolue l’homme. Les maçons comme ont dit, et contrairement aux préjugés qui les accusent de tous les maux, accordent une place essentielle à l’homme et à ses besoins physiologiques ou élémentaires d’abord pour sa survie mais aussi pour sa reproduction ; c’est ainsi que les réflexions ont décortiqué également tous les domaines environnant cette reproduction : changement climatique, raréfaction et partage des ressources naturelles, croissance démographique et répartition de la population, la paupérisation qui n’est plus l’apanage des pays dits émergeants mais qui touche aussi les pays industrialisés.

La conférence (de révéler) en tout cas a permis aux néophytes de découvrir, que les valeurs fondamentales de la Franc Maçonnerie Tradionnelle –équité et partage, sont proches du concept de durabilité en vogue actuellement. Les « frères » d’ailleurs ont convenu lors de cette rencontre mondiale d’être des acteurs engagés, privilégiés dans la mise en œuvre des concepts de développement humain dans l’optique de durabilité et en toute équité. Ils se sont promis d’être aux premiers rangs dans les combats et luttes pour assurer aux générations actuelles un meilleur partage des richesses, une meilleure gestion des ressources et pour les générations futures une protection de la planète terre. Ils font les leur la lutte contre les inégalités sociales et contre la pauvreté. Trois sous-thèmes ont été examinés en séance plénière durant cette rencontre : la culture qui contribue à l’évolution des système sociaux, l’éducation qui est source de valeur et l’homme dans son environnement.

Midi Madagasikara12 partages

Tennis – Election : Stéphane Rakotondrainibe brigue un second mandat

Et de deux pour Stéphane Rakotondrainibe. Il est de nouveau le patron de la Fédération malgache de tennis pour le mandat 2017-2021.

Les actions continuent. Après un premier mandat réussi, Stéphane Rakotondrainibe rempile pour un second mandat de quatre ans. C’est le résultat de l’Assemblée Générale élective de la FMT qui s’est tenue hier au Palais des Sports de Mahamasina. Stéphane a remporté six voix contre  deux pour Manan’Iala Andriamalala et aucune voix pour Vincent Razafindrakoto. Sept ligues régionales ont procédé au vote si celles de Menabe et de Diana n’ont pas pu participer aux Assemblées Générales ordinaire et élective. Mais avant cela les débats étaient intenses sur le nombre de voix pour les ligues Analamanga et Vakinankaratra. Il a fallu trois propositions  pour trancher sur le nombre de voix accordées à chaque ligue. Les sept ligues présentes ont accepté qu’Analamanga a droit à deux voix et les autres ligues une voix respectivement.  

Centre fédéral. Lors de sa propagande, Stéphane a annoncé que son  premier engagement sera  la mise en place d’une charte du tennis malgache en deux mois. « Je vais essayer d’améliorer ce que mon prédécesseur a fait. On va poursuivre les actions et les activités tant sur le plan national qu’international. Je lance ainsi un appel aux autres candidats de me tendre la main pour le développement du tennis malgache » a ainsi déclaré le nouveau président. Un des projets phares de l’équipe de Stéphane est la construction du dojo fédéral. Une infrastructure qui sera construite à Bevalala à la fin de l’année où le sport-études sera priorisé. Les programmes du président seront axés surtout sur la promotion de la ligue, la multiplication des compétitions à commencer par les jeunes ainsi que l’organisation et la participation aux compétitions internationales. Les Championnats d’Afrique par équipes U14 et U16 à Tunis attendent cette nouvelle équipe.

 

Les membres

Président d’honneur : Patrick Pisal Hamida.

 Président : Stéphane Victor Rakotondrainibe.

 Vice-président : Tiana Rasamimanana.

Secrétaire Général : Eddy Raharison.

Trésorier : Haja Razafimandimby.

Directeur technique national : Dina Razafimahatratra.

DTN Adjoint: Ando Rasolomalala.

 Coach(s): Harivony Andrianafetra, Solofo Tiana Randrianaivo dit Rapool.

Arbitrage: Naina Razatovo.

Conseillers : Lucas Raoily, Haja Rajaonson, Vola Andriamanjatoarimanana.

T.H

Midi Madagasikara11 partages

Basket-ball – Sommet national 3×3 : Les éliminatoires de Boeny pour ce week-end

Les préparatifs avancent. Il ne reste plus que trois semaines avant le coup d’envoi de la 2e édition du Championnat de Madagascar de basket-ball 3×3. Une joute nationale organisée les 22, 23 et 24 juin  sur les terrains extérieurs et intérieurs du Gymnase d’Ankorondrano. Cinq catégories seront au programme entre autres les sommets nationaux Open hommes, Open dames et le Challenge national réservé aux plus de 18 ans garçons, U12 et le tournoi des partenaires. Actuellement, les ligues régionales sont en plein championnat. Les représentants de la ligue d’Analamanga sont connus à l’issue du tournoi de sélection organisée les 20 et 21 mai dernier. Une compétition qui a vu la victoire de l’équipe du Cosfa formée par les frères Donga devant la formation du Mpirahalahy. La ligue de Boeny organisera ce week-end les éliminatoires en vue de déterminer les équipes majungaises qualifiées pour la phase finale. Ce qui va marquer cette édition est le tournoi des partenaires durant lequel les sponsors et partenaires de l’évènement s’affronteront. « Nous lançons un appel à tous les férus du sport à apporter leur part de contribution dans l’organisation de ce tournoi. Pour plus d’informations composer le 0345284846 » a indiqué Pascal Rasaony, membre du comité d’organisation.

T.H

Midi Madagasikara11 partages

Vie associative : Le Rotary Club Ankorondrano voit le jour !

Un nouveau club a récemment rejoint la grande famille du Rotary Club International de la Grande Île. Baptisé Rotary Club Antananarivo Ankorondrano et existant de façon officielle depuis mercredi dernier, ce club constitue le 20e de Madagascar, et le 10e pour la Capitale. Voulant œuvrer dans plusieurs domaines, le Rotary Club Ankorondrano veut « prendre part aux œuvres des autres clubs ayant existé sur Tana et dans tout Madagascar avant nous et pour perpétuer la devise de Rotary, qui est de servir d’abord » d’après les propos de son président Sikandar Abassbay. Avant d’ajouter : « Nous sommes là pour prendre part aux actions du Rotary International et pour apporter notre contribution à l’amélioration de la vie sociale dans le quartier où nous sommes implantés ». Par ailleurs, l’entrée du club d’Ankorondrano dans le concert du Rotary Club International s’est effectuée dans les règles de l’art. Notamment, par une cérémonie de remise de charte suivie de la présentation du nouveau club à ses aînés. Ladite cérémonie ayant été marquée par la présence de Dominique Pota, gouverneur du District 9220 (où figure Madagascar) et d’autres éminents rotariens.

Ankorondrano. Interviewé sur le choix de ce quartier, le président du jeune club Sikandar Abassbay a avancé la raison selon laquelle « Il y a du travail à faire là-bas ». Avant d’ajouter que « les passants ne voient que les belles constructions et les grands immeubles qui bordent le boulevard. Sauf que derrière, loin des regards des gens, de part et d’autre se trouvent des quartiers défavorisés, occupés par beaucoup de familles nécessiteuses ». Le président du Rotary Club Ankorondrano a également avancé que « presque tous ses membres travaillent ou habitent aux alentours de ce quartier ». « Ce qui facilite la tenue des réunions hebdomadaires du mardi à l’hôtel Ibis » d’après toujours les dires de ce président. Ledit hôtel étant leur Club-house ou quartier général.

José Belalahy

Midi Madagasikara11 partages

FMF : « Il n’y aura pas d’AG élective », clame haut et fort Doda Andriamiasasoa

Répondant à une certaine presse qui véhicule les exigences d’une frange des ligues régionales de football pour l’organisation des élections anticipées, le nouveau président de la FMF, Doda Andriamiasasoa, n’y est pas allé sur le dos de la cuiller pour fustiger ce qu’il appelle un droit inventé de toutes pièces.

Car si ces ligues ont le droit de convoquer une Assemblée Générale Extraordinaire, encore faut-il qu’elles motivent l’ordre du jour, notamment les amendements qu’elles entendent apporter au statut, elles ne peuvent pas s’immiscer dans des élections anticipées en cas de vacance de poste, car ce procédé doit attendre la tenue d’une assemblée générale ordinaire qui doit pour l’instant suivre le calendrier habituel pour pouvoir aboutir à une assemblée générale élective.

Et lui d’expliquer que financièrement et même humainement, ce ne sera pas possible d’organiser une élection élective, car il faut d’abord passer par les sections et les ligues pour mettre en place une nouvelle fédération dans la mesure où les présidents actuels sont en fin de mandat.

« Tout part de l’article 38 du statut de la FMF qui a le mérite de clarifier les règles du jeu », martèle Doda Andriamiasasoa qui se garde de rompre le dialogue avec les ligues, mais qui estime que cela devait se faire dans le strict respect du statut.

« Le mieux serait, s’il y a de l’argent pour organiser des élections, de se consacrer aux nombreuses échéances qui attendent les Barea dont la CAN 2019, la CHAN 2018 et les matches du Cosafa Cup seniors mais aussi dames et jeunes », conclut Doda Andriamiasasoa avec une légère d’amertume, car il n’arrive pas à cerner ce vent de révolte qui n’a aucun fondement au moment où les Barea alignent les victoires.

Clément RABARY

Madagascar Tribune10 partages

Les opposants s’activent péniblement

« Les fruits pourris tombent tout seuls », philosophent les opposants qui espèrent que ce sera pour bientôt. Les opposants comptent sur le ras-le-bol général de la population pour faire tomber d’une façon ou d’une autre le régime HVM. Ayant tenu une réunion au Panorama, sous la houlette du DFP (Dinika ho fanavotam-pirenena) les opposants de tout bord qui se reconnaissent dans ce que Maharavo Ratolojanahary, cadre du DFP appelle « forces de changement », veulent forcer la main au HVM pour gérer ensemble l’Etat et le gouvernement. Une sorte de convention de Panorama bis où le Chef de l’Etat reste mais presque pour inaugurer seulement les chrysanthèmes. Ceci afin de ne pas avoir trop de problème avec la communauté internationale. Certes il est élu mais il est évident que Rajaonarimampianina et son équipe sont incompétents dans tous les domaines. Non seulement incapables de diriger et de développer le pays mais aussi empêtrés dans des scandales de corruption et d’abus de pouvoir sans limite, constatent les opposants du Panorama. Ces derniers se frottent les mains face à l’affaire sans fin de Claudine Razaimamonjy qui semble toucher au minimum le Premier ministre Mahafaly Olivier. N’empêche, les opposants ne comprennent pas pourquoi la population ne se révolte pas tant que cela face à la défaillance totale du régime HVM. Il faut avouer que cette population est trop occupée à sa survie devant l’appauvrissement généralisée et les accaparements de terres. Elle est aussi partagée tout comme ces opposants. Les uns rejoignent l’opposition car ils ont été écartés du gouvernement ; les autres se chamaillent pour le siège de chef de l’opposition au Parlement ; tandis que d’autres encore sont en train de convaincre la nation pour une démarche de vote constitutionnelle ou encore de retour à la base.

News Mada10 partages

Tsimbazaza : nizarana 4×4 ireo depiote

Araka ny loharanom-baovao, efa nozaraina ireo fiara tsy mataho-dalana, 4×4, ho an’ireo depiote. Efa nahazo ny ampahany sasany ary mbola ho avy kosa ny anjaran’ny hafa. Midika izany fa tsy nanaiky mihitsy izy ireo raha tsy azony izany tombontsoany izany, ankoatra ny efa nampitomboana ireo tambiny samihafa, niainga tamin’ny filankevitry ny minisitra herinandro vitsy lasa izay. Mahatonga ny lonilony samihafa anefa izany tombontsoa samihafa izany, manoloana ireo olana sosialy sy sendikaly iainana amin’izao fotoana izao.

Ankoatra izany, anio indray vao handray ireo mpikambana amin’ny governemanta ireo hanoloran’ny Praiminisitra Mahafaly, ny fandaharasany. Nametraka fepetra anefa ireo depiote amin’izany fifanatrehana izany. « Tsy maintsy ny minisitra tompon’andraikitra no eo fa tsy mpisolo toerana. Manatrika sy mihaino eo ny minisitra ary eo koa ny depiote mametraka fanontaniana. Tsy atao an-taratasy ny famaliana izany fa aleo ho henon’ny vahoaka sy ho hitany mivantana eo ny hamalian’ireo minisitra izany », hoy ny depiote Razafimahatratra Abel.

Etsy andaniny, hifanatrika amin’ireo loholona eny Anosikely, ny 12 jona, indray ireo mpikambana amin’ny governemanta, aorian’ny eny Tsimbazaza, anio.

Synèse R.

 

Midi Madagasikara10 partages

Transition énergétique : Un séminaire ABB avec Ocean Trade hier à Anosy

Séminaire sur le secteur de l’énergie organisé par ABB et Ocean Trade, hier au Carlton Anosy.

Une solution évolutive, rapide et facile à mettre en œuvre. C’est ce que le groupe ABB (Asea Brown Boveri) a présenté hier, lors d’un séminaire organisé au Carlton Anosy, avec son partenaire Ocean Trade. D’après Benoît Lapontérique, du département Electricité au sein d’Ocean Trade, ce partenariat concerne, entre autres, la proposition de solutions pour l’électrification des petites collectivités. Pour ABB, qui est leader des technologies de pointe dans l’industrie, le transport, les infrastructures et les utilités, l’objectif est d’écrire l’avenir de la digitalisation de l’industrie, d’accompagner la transition énergétique et la quatrième révolution industrielle. « Nous rendons nos clients plus compétitifs avec des technologies ultramodernes et en rationalisant leurs processus. Le centre d’excellence ABB spécialisé dans l’électronique de puissance est à la pointe du secteur », a indiqué Nivohary Raharijaona, représentant d’ABB à Madagascar. Près d’une centaine de participants ont assisté au séminaire d’hier. Parmi eux, les représentants de la Jirama ont exprimé leurs intérêts quant aux nouvelles solutions proposées pour l’eau et l’électricité. « La qualité et la réduction des coûts nous intéressent beaucoup et nous estimons qu’une coopération gagnant-gagnant est possible avec ABB et son partenaire », a affirmé Désiré Randrianarisoa de la Jirama.

Antsa R.

Midi Madagasikara10 partages

Gasy Bulles : Bazar Bulles, pour commencer les festivités

Pour sa 13e édition, le festival de la bande dessinée, Gasy Bulles, se tiendra un peu partout dans les centres culturels de la Capitale, du 3 au 17 juin. Concours de dessin, « cosplay », caricature et « face painting », « justdance » et karaoké, vente de BD et rencontres avec les dessinateurs seront au programme.

 

Mois de juin, mois de l’Enfance et surtout mois du dessin et de toute la culture qu’il y a autour. Le collectif des bédéistes qui organise ce festival se donne à fond chaque année pour promouvoir le 9e art, et pour faire en sorte que les enfants, mais aussi les parents, trouvent tout ce qu’ils veulent durant ces deux semaines de fêtes. Le programme propose plusieurs activités : des expositions en tout genre, comme l’IKM qui accueille le BD Skoto avec Raoto, Gino, Francki, Lamborano, Yves, Nash, R-Aly et Maximinus. Le thème général de cette expo sera évidemment le scoutisme. Au jardin d’Antaninarenina, les planches des lauréats du concors de BD BMOI seront exposées au grand public. A l’AFT, le Sary Cover fait honneur à l’artiste Olombelo Ricky, après avoir croqué Rolf, Dama et Tsialonina. 12 des chansons phares de Olombelo Ricky seront traduites en bande dessinée. Le Craam à Ankatso accueille une expo de Mozer et de SH King, le slogan de l’OIF « Libres ensembles » sera le thème de l’expo à l’IFM, avec une bande dessinée du collectif de l’association Tantsary. Sary Kasma, une bande dessinée sarcastique créée par Maximinus, Riri, Raoto et Njaka sera programmée au Craam, tandis que la librairie Mille Feuilles à Behoririka présente le « Ho avy an-tsary » avec Idah, Catmouse, Nino, Moniri, Tibao et Dwa.

Bazar Bulles. Pour commencer le festival, le « Skate park » à Ankadifotsy sera le théâtre d’une multitude d’animations à travers le Bazar Bulles : caricature, portrait, « face painting », démo dessin numérique… Chaque centre culturel proposera ensuite sa propre programmation. A l’AFT, outre le Sary Cover, il y aura également la séance portrait minute et caricature avec les dessinateurs de l’association Tantsary. Le samedi 10 juin à 18h30, comme chaque année, la bande dessinée s’acoquine avec la musique et donne la scène à Doug’l The Wave, avec des performances live de dessin et un défi karaoké autour des chansons de Olombelo Ricky illustrées par le Sary Cover. Et tout au long du festival, le public aura l’occasion d’échanger directement avec les dessinateurs !

Anjara Rasoanaivo

 

Madagascar Tribune9 partages

« Il y a amélioration de l’environnement des affaires »

Le ministre de l’industrie et du développement du secteur privé, Chabani Nourdine, est optimiste quant à la relance du secteur industrie et à l’intérêt accordé au secteur par les investisseurs privés nationaux et étrangers. L’ancien président de l’Union des fédérations de chambre de commerce et d’industrie de l’océan indien, Chabani Nourdine, estime que malgré tout, l’environnement des affaires est en train de s’améliorer et c’est encourageant, à preuve une augmentation de 9,6% des investissements directs étrangers (IDE) enregistrée dernièrement.

Des hommes d’affaires kenyans prévoient un investissement de l’ordre de 70 à 75 millions de dollars à Mahajanga où ils envisagent de créer une minoterie et d’y développer la culture du maïs dès 2018. Ils prévoient dans cette optique des aménagements et équipements du port de Mahajanga.

Récemment, le ministre Chabani Nourdine s’est déplacé à Morondava et y a annoncé la réouverture de la sucrerie d’Analaiva. Une équipe de la direction générale de la société SUCOMA qui exploite cette sucrerie est en train actuellement d’évaluer la remise en état des usines, des besoins en équipements et matériels des établissements détruits voici trois ans. A l’époque les pertes occasionnées par les actes de vandalisme et incendies contre la SUCOMA et ses dirigeants qui ont du fuir la zone, ont été estimées à près de 50 millions de dollars. La fermeture a provoqué le chômage de quelque 1500 employés, tout statut confondu et selon les dires des anciens de la SUCOMA, le désarroi et le manque de ressources a même provoqué la mort d’au moins une vingtaine d’anciens employés de la SUCOMA -mort due à la pauvreté.

En tout cas, le ministre Chabani Nourdine n’ignore pas que la relance de l’industrie dépend du secteur privé avec lequel il engage des dialogues comme ce fut autant avec le syndicat des industries (SIM) qu’avec le FIVMPAMA ou Fivondronan’ny mpandraharaha malagasy. Il n’ignore pas non plus que le développement de l’industrie dépend des offres en énergie et de la sécurité en général.

News Mada8 partages

Cinéma : des distinctions honorifiques pour les professionnels

Le 9 juin prochain, plusieurs professionnels dans le monde du cinéma malgache seront décorés par la Présidence de la République et le ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine.

Une quarantaine de professionnels du cinéma malgache recevront, le 9 juin prochain, des distinctions honorifiques et des trophées spéciaux. «Le geste fait chaud au cœur», a annoncé l’un des cinéastes, bientôt décoré. En effet, les artistes se sentent tellement négligés par le gouvernement que ces décorations leur redonnent de l’espoir et du courage pour continuer à améliorer le secteur. «La plupart du temps, à Madagascar, les artistes ne sont souvent reconnus et décorés qu’après leur mort», a-t-il continué. Selon l’artiste, le lieu où se tiendra la cérémonie n’est pas encore fixé mais sera communiqué ultérieurement.

En ce qui concerne l’amélioration du 7e art malgache, l’Office malgache du cinéma (Omaci) et les organisations professionnelles du cinéma organisent, ce jour, à la Bibliothèque nationale à Anosy, la deuxième session de la réunion bimestrielle. L’ordre du jour sera la présentation des projets en cours et surtout, les réflexions sur le projet de loi sur la politique nationale du cinéma qui a été validé par le Conseil des ministres le 24 mai dernier.

Holy Danielle

La liste des artistes qui seront décorés

Alice Razafindrafarasoa (Mémé) -89 ans -ActriceRomain Rakotonirina -72 ans -Acteur/comédienZoeliarisoa Andriamboavonjy -71 ans -ActricePascal Roland Aimé Rakotofiringa -69 ans -ActeurNoelson Roger Rasamoely (Gégé) -66 ans

-Comédien/acteur

Dieu Donné Randrianarivony -64 ans -ActeurChristophe Rakotondrafara (Pasitera) -60 ans

-Acteur

Tsarafara Rakotoson (Rajao)-58 ans -Acteur/comédienFidèle Naivoson Rakotosalama -58 ans -ActeurJustin Razafindrabe (Akomba Mazoto) -56 ans

-Acteur/Auditeur/Réalisateur

Emmanuel Andriamahefa -56 ans -ActeurDominique Rabezanahary -55 ans -RéalisateurLolonirina Ravaoarinelina -53 ans -ActriceLalao Bernadette Ramasiarinivo -52 ans -ActriceOelihanta Raharinavalona -52 ans -ActriceChristophe Randrianjafy -51 ans -Acteur/comédienVololonirina Sahondra Raholiarihanta (Raly) -50 ans -ActriceIsabelle Fanjahanitra Rasoavinarivo -49 ans -Actrice/réalisatriceBoiare Aboud Soili -48 ans- VidéothèqueNivoaritiana Razanadrajao -47 ans – Actrice/metteur en scèneMandatiana Solofo Herinjaka Raveloarison –

46 ans – Acteur/producteur/réalisateur/scénariste

Mamitiana Henri Razafimandimby -45 ans – ActeurAvotra Antsiva Avoko Rakotoarijaona -45 ans – Acteur/producteur/réalisateur/scénaristeHenri Danielsons -44 ans -ProducteurPatrice Noël Randrianantenaina -43 ans – ActeurMahefa Serge Herimanantsoa -42 ans – VidéothèqueVictor Ratsimbazafy -42 ans- Producteur/réalisateurJean Luc Rakotoniaina – 41 ans – Acteur/scénariste/producteurFelana Judith Razafinirina -39 ans– RéalisatriceTovomanana Erik Antonio Rabarison -39 ans – Acteur/concepteur/producteur/réalisateurFulgence Gabriel Razakarimanana -38 ans – Acteur/producteur/réalisateurDucker Rasolomanantsoa -38 ans – Développeur/producteur/réalisateurJosé Rakotobe -38 ans – réalisateurJacqueline Razafindrazaka -71 ans– ActriceAline Ralinirina -59 ans- ActriceJean Noel Rakotoarisoa – 64 ans – Ingénieur-réalisateur

Les trophées

Pascal Rolland Aimé Rakotofiringa – 69 ans – ActeurNoelson Roger Rasamoely – 66 ans – ActeurTsarafara Rakotoson – 58 ans – Acteur/ comédienChristophe Rakotondrafara (Pasitera) – 60 ans – ActeurVololonirina Sahondra Ravoliarihanta (Raly) –

50 ans – Actrice

Lalao Bernadette Ramasiarinivo – 52 ans – ActriceMandatiana Solofo Herinjaka Raveloarison (Mandja) – 46 ans – ProducteurMamitiana Razafimandimby – 45 ans – RéalisateurVictor Ratsimbazafy – 42 ans – ProducteurPatrice Noël Randrianantenaina (Naina Bob) –

43 ans – Acteur

Mahefa Serge Herimanantsoa – 42 ans – VidéothèqueDucker Young Rasolomanantsoa – 38 ans – Réalisateur
L'express de Madagascar7 partages

Santé – Les spécialistes en autisme font défaut

Aucun médecin malgache ne peut diagnostiquer l’autisme à Madagascar. À cause de cette situation, nombreux enfants subissent des traitements inadéquats à leurs états. 

xLes praticiens malgaches confondent l’autisme avec d’autres formes de maladie. Pierre Sans, un psychiatre français, a révélé cette constatation lors d’une conférence de presse sur l’autisme Madagascar, hier à Mahatony Soavimasoandro. « J’ai assisté à ce qui me paraît être de la maltraitance à l’égard des autistes. Il y a d’abord lessur-diagnostics d’épilepsie et les prescriptions abusives d’Électro-encéphalogramme (EEG), de dépakine et de gamalate, puis des opérations d’ORL pratiquées sur des autistes. Les praticiens confondent troubles d’audition et autistes enfermés dans leur bulle », explique-t-il.Soixante-treize enfants issus d’Antananarivo et de Moramanga ont bénéficié de diagnostic gratuit de l’autisme, dans le cadre du projet « Autisme Tour 2017 ». Les médecins ou spécialistes qualifiés en matière de diagnostic de cet état, n’existent pas encore à Madagascar. Les spécialistes effectuent des opérations chirurgicales au niveau du cerveau des enfants alors qu’ils ne devraient pas le subir, selon ce psychiatre. En effet, le dépakine est prescrit aux enfants surtout en France à cause des effets secondaires dont les malformations. Environ 1% de la population malgache est atteint de l’autisme. 70% des cas  sont d’origine génétique.L’autisme est reconnu par le trouble de communication, de socialisation et par l’attachement à l’immuabilité ou à la fixité de l’environnement. «Moins de la moitié des enfants déclarés autistes à Madagascar présentent une souffrance néo-natale entraînant le retard de croissance,  affectant la motricité ainsi que le langage. Ces signes d’autisme devraient être revisités après une année », explique Pierre Sans.

Principe à deux tempsEn France, la prise en charge d’un enfant autiste est évaluée à 80 000 euros. D’après ce psychiatre français, les consultations se basent plutôt sur des conseils éducatifs mais pas des conseils de prise en charge. « La prise en charge des classes défavorisées est réduite. Le coût des prestations médicales  de type psychomotrice et orthophonique est hors de portée pour la majorité de la population », souligne-t-il. De ce  fait, un système serait mis en place en collaboration avec des institutions ainsi que le ministère de la Santé publique.« Un système à deux temps sera mis en place. Primo, le pré-diagnostic pratiqué par des médecins généralistes qui ont été formés sur l’autisme. Secundo, l’intervention des spécialistes si les cas sont jugés graves », explique Mbolatiana Raveloarimisa, présidente et fondatrice de l’austisme Madagascar.

Mamisoa Antonia

News Mada6 partages

Tsy ny hira ihany… : lasibatry ny piraty ny kabary

Hafa indray ity ! Mitondra faisana ihany koa ry zareo eo amin’ny sehatry ny kabary. Nandritra ny fanazavan’i Hanitra Andriamboavonjy filohan’ny Fimpima maneran-tany tetsy amin’ny IKM Antsahavola, fantatra fa lasibatry ny piraty ny tontolon’ny kabary malagasy. Miseho amin’ny endrika roa lehibe izany, raha ny fanazavany. DVD kabary ahitana ny sarin’ireo andrarezin’ny kabary ny eo amin’ny fonony, kanefa zavatra hafa mihitsy ny ao anatiny. Iharan’ny piraty faharoa ny boky kabary. « Soloin-dry zareo ny fonony fa tena izy kosa  ny ao anatiny. Tena ilay boky navoakan’ny mpanoratra mihitsy », hoy ny filohan’ny Fimpima maneran-tany. Nambarany fa eny amin’ny fiantsonan’ny fiarakodia no tena ivarotan’ireo mpanao piraty ireo DVD sy boky ireo. Mahalafo DVD mahatratra 20 ka hatramin’ny 27 isan’andro ny iray amin’ireo mpivarotra. Anjakan’ny piraty koa ilay salotra hasina na lamba hasalotra ny mpikambana Fimpima maneran-tany amin’ny fotoana tokony hanaovana izany. Misy manamboatra ihany koa io lamba io.

Nanao antso ho an’ny tompon’andraikitra isan’ambaratonga handray andraikitra ny filohan’ny Fimpima maneran-tany.

HaRy Razafindrakoto

News Mada6 partages

Mois de la langue malgache : la célébration débutera demain

Comme tous les ans, le mois de juin est consacré à la langue malgache. Plusieurs associations proposent ainsi des programmes spéciaux à cette occasion. L’Académie malgache ouvrira la fête, demain, à Tsimbazaza.

La cérémonie débutera par un discours de Marcel Razanamparany, président de l’Académie malgache. Ensuite, les associations, à savoir l’Havatsa-Upem, Faribolana Sandratra et Federasion’ny mpikanto teny sy soratra (FMTS) animeront la salle. Esther Randriamamonjy, directrice générale du Foibe momba ny teny profitera de la présence de ces associations pour donner une conférence.   Et enfin, la journée se terminera par une prestation de Fangia, Kalo Gasy, un groupe passionné  du style bà gasy.

Après cette cérémonie d’ouverture, Havatsa-Upem propose, le 10 juin, un évènement dénommé «Tsafasiry an-tonokalon’i Di… sy Dox» qui aura lieu au Tahala Rarihasina Analakely. Le spectacle sera animé par une déclamation des poèmes de ces deux artistes et la prestation du groupe Tafasiry Kolokanto qui opte plutôt pour le genre musical Kalon’ny Fahiny.

Holy Danielle

Tia Tanindranaza4 partages

Antoko AREMAMila mihavana aloha isika

Afaka nanao fifidianana foana isika fa tsy izany akory no nampandroso, fa ny laharam-pahamehana aloha dia ny mitady hevitra hampivondronana ny Malagasy, hoy i Simon Pierre, sekretera jeneralin’ny antoko Arema.

 Ny zavatra tokony hatao aloha dia ny fitakiana ny fandresena efa azo toy ny tamin’ny taona 1979 naneken’ny firenena mikambana fa antsika ireo Nosy antsoina hoe “Nosy Eparsa”, izay misy harena be, raha ny fanehoan-keviny. I Jouan de Nova manokana, ohatra, dia misy tahirina solika hatrany amin’ny 6 miliara barila, kanefa raha ny trosan’I Madagasikara na ireo volabe tadiavina amin’ny vahiny dia 50 miliara dolara raha be indrindra. Tsy tokony ho toy izao isika raha haintsika ny mifehy ny harenantsika ary efa nambaran’izao tontolo izao fa antsika, ka tokony mpampindrana isika fa tsy mpindrana, hoy i Simon Pierre. Tokony hatao ny fifampiraharahana eo amin’ny Frantsay sy ny Malagasy mba hiverenan’ireo faran’izay haingana. Nisy ny fanohizana ny dinika momba ity raharaha ity ny taona 1982 ary nihemotra foana rehefa nisy ny fivoriamben’ny Firenena mikambana. Tokony havondrona aloha ny hery amin’ny samy Malagasy hoe antsika io ary haintsika foana no hanaovana azy io rehefa azo, hoy hatrany izy. Tsy tokony hijerena loko politika io fa hapetraka hoe io aloha no vaindohan-draharaha araka ny fanehoan-keviny, ka na any amin’ny rafi-pampianarana aza dia tokony hampahafantarina sy hampidirina an-tsain’ny Malagasy fa antsika ireo. Ny olona te hanararaotra antsika dia miezaka ny tsy hampiray hina antsika, ka ny fampihavanana aloha no laharam-pahamehana, hoy hatrany ity andrarezin’ny fanaovana politika ity. Aorian’izay no tokony hametrahana ny mpitondra vonona hiaro ny tombotsoam-pirenena. Notsiahiviny ny tolo-kevitry ny filoha Ratsiraka fa mahita 2 miliara dolara isan-taona mandritra ny 5 taona hampiasaintsika ary mahita vary 250 000 taonina azon’ny olona hampindramina antsika mba hitsinjovana ny vahoaka hahafahany miatrika ny fiainany sy afaka ny hiray hina saingy tsy nohenoin’ny mpitondra izany. Tokony hararaotina ny maha mbola eo ny filoha teo aloha Didier Ratsiraka, izay mahalala zavatra maro ary nanamafy I Simon Pierre fa tsy toerana na seza no tadiavin’izy ireo fa adidy amin’ny tanindrazana. Ny mpitondra ankehitriny anefa dia hita fa tsy te hiditra amin’ny resaka fampihavanana fa te hitondra baolina irery hatrany, fa tsy mba vonon-kihaino ny hafa.

Toky R

 

L'express de Madagascar4 partages

Tuning – Des merveilles au Meeting du Japan Club Madagascar

Les membres du Japan Club Madagascar se sont réunis à Mahamasina, le dimanche 21 mai. L’occasion de s’émerveiller devant leurs superbes machines, notamment une Nissan 200SX, notre coup de cœur.

Le Japon figure parmi les plus grandes nations en matière d’automobile. À Madagascar, les mordus de machines nipponnes sont réunis au sein du Japan Club Madagascar. Leur dernier meeting en date remonte au dimanche 21 mai, à Mahamasina. On en a vu de toutes les couleurs, de toutes les marques et de tous les goûts en un seul après-midi. Notre coup de cœur a été une Nissan 200SX. Hormis sa robe de couleur gris graphite, l’on a surtout été séduit par ses superbes jantes noires à six branches Volk Racing TE37, de dix-sept pouces. L’ensemble est tout simplement sublime, si l’on ajoute la ligne d’échappement en inox Shotgun. Sous son capot est logé un moteur 1,8  à essence turbocompressé.« Le bloc est d’origine. J’ai juste modifié l’échangeur. Le haut-moteur a également été remis en état. Et enfin, j’ai ajouté une nouvelle ligne », souligne le propriétaire, Tita Ratefiarivony. Ce dernier a vécu une histoire particulière avec son bolide. « C’est à la veille de mes fiançailles, en août 2016, que je l’ai échangé contre mon ancienne voiture. J’ai beaucoup travaillé dessus pour lui donner son aspect actuel. Par la suite, à mon mariage, il a étéutilisé comme tête de cortège », se remémore-t-il. Le genre de souvenir qui reste gravé à jamais dans la mémoire.

« On se croirait dans Initial Drift »Dans son habitacle, les sièges baquets Recaro de couleur rouge se remarquent au premier regard. Tita a également installé un volant sport ainsi qu’un pommeau de levier de vitesse kit, La Nissan 200SX est très prisée au Japon. Elle figure parmi les premiers choix des Japonais férus de drift. La discipline phare au pays du Soleil levant, consiste à faire de la glisse sur de l’asphalte.À côté de la 200SX, les autres machines n’ont pas non plus eu à rougir. Comme cité précédemment, il y en a eu de toutes les marques. Des Nissan Skyline en passant par les Subaru Impreza ainsi que les Honda Civic et autre Mazda 6. « Je n’ai jamais vu une telle concentration de japonaises à un même endroit. On se croirait dans le film Initial Drift », s’exclame un passionné d’automobiles, arrivé à Mahamasina par hasard. Et il a eu bel et bien raison, puisqu’on s’est vraiment cru dans Initial D, ce manga japonais adapté sur petit et grand écran, qui retrace la vie des jeunes mordus de drift. Très certainement, ce genre de meeting est à refaire, histoire de se retrouver et de s’extasier encore une fois devant ces merveilles mécaniques.

Notre coup de coeur,une Nissan 200SX gris graphite.

Un club créé en 2012

Le Japan Club Madagascar a été créé en 2012 par Jonathan Razafimahefa et Andry Andrianalinalina. Tout est parti d’une rencontre sur le réseau social Facebook. Le premier avait mis en vente sa japonaise et le second s’y était intéressé. De fil en aiguille, ils se sont liés d’amitié et se sont aperçus qu’ils partageaient la même passion. D’où l’idée de lancer leur association. Le groupe Facebook du Japan Club Madagascar compte actuellement plus de cinq cent individus. Mais en ce qui concerne les membres actifs, ils sont au nombre de trente.

L’unique Honda Civic Coupe´ EJ1 a` Madagascar.

Jonathan possède la Civic de Fast and Furious

Revenons au début des années 2000. La saga cinématographique Fast and Furious en est à son premier opus. L’une des premières scènes du film met en action trois Honda Civic de couleur noire, avec des néons verdâtres installés sous le châssis. Avec leurs voitures, Dominique Torreto et sa clique braquent un camion transportant des lecteurs DVD. Eh bien, Jonathan Razafimahefa, membre du Japan Club Madagascar, possède la même Honda.« Jusqu’à présent, c’est l’unique Civic Coupé EJ1 recensée à Madagascar. C’est la même que dans le premier volet de Fast and Furious. Auparavant, j’avais déjà deux autres Civic. Mais dès que j’ai vu celle-ci, j’ai eu un véritable coup de foudre », nous raconte-t-il. Au moment où il l’a acquise, elle n’était pas en état de marche. Il a fallu installer un nouveau moteur, un quatre-cylindres en ligne 1,6 L atmosphérique SOHC VTEC de 125 chevaux, équipé de pistons haute compression, de poulie réglable et d’une boîte de vitesses short shift. « J’ai également rajouté quatre freins à disque, ainsi que des ressorts d’amortisseurs courts de marque Koni. Sans oublier un pot d’échappement HKS », rajoute-t-il.

La Honda Civicest équipeéede jantes Japan Racing.

Sièges baquets BrideEn ce qui concerne l’extérieur, les jantes dorées Japan Racing 11 de quinze pouces sont du plus bel effet, mais on remarque aussi les phares à fond noir, les clignotants under corner et les feux arrières USDM. Et pour finir le travail, l’habitacle a reçu des sièges baquets Bride avec harnais, un nanomètre de pression d’huile, ainsi qu’un pommeau de levier de vitesses Mugen Power. « J’ai mis plusieurs années pour arriver au résultat actuel, entre 2013 et 2017. J’ai vraiment bossé dur dès que j’avais un peu de temps libre », conclut Jonathan.

La Nissan 200SX est montée surdes jantes Volk Racing.

Des sorties et meetings fréquents

Les membres du Japan Club Madagascar organisent souvent des sorties ou des meetings. Histoire d’entretenir leur amitié et de se retrouver pour discuter de leur passion commune pour les machines nippones. Ils tiennent des rencontres, une fois tous les deux mois. Pour cette année, la première avait eu lieu le 1er avril, à l’Akoor Digue. La deuxième ayant été celle du dimanche 21 mai, à Mahamasina. Bien évidemment, les discussions tournent autour des voitures japonaises, avec des partages de connaissances et d’expériences, mais aussi des ventes et échanges de pièces détachées. Le tout dans un esprit de fraternité.

Manjato Rajaonalisoa, président du Japan Club Madagascar

Qu’est-ce qui vous plaît le plus chez les japonaises ?Les voitures japonaises sont tout d’abord réputées pour leur fiabilité. Peu importe la marque, elles sont vraiment solides. Après, j’ai également été séduit par le look très agressif des sportives nippones.

Vous roulez en Honda Civic, avez-vous une affection particulière pour ce modèle  ?Depuis tout petit, je suis un grand fan de la saga Fast and Furious. Et depuis, je rêvais d’avoir une Honda Civic. C’est une machine un peu particulière à mes yeux. Et en parlant de fiabilité, son moteur peut rouler des centaines de milliers de kilomètres sans jamais lâcher.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara2 partages

Esplanade Analakely : La CUA remet de l’ordre

Descente d’une délégation de la CUA hier à l’Esplanade Analakely.

Plus de place à l’anarchie. Suite à la grogne de certains occupants illégaux de l’Esplanade Analakely, 320 marchands ont accepté hier de se soumettre à une nouvelle organisation décidée par la commune urbaine d’Antananarivo. « L’objectif de la nouvelle mesure est de dégager la voie entre les Pavillons et l’Esplanade pour permettre aux voitures de bien circuler. Et on a tracé juste à côté des endroits pour les marchands qui peuvent désormais vendre tranquillement leurs produits et ceux pour les piétons. Tout cela permet, à l’approche des fêtes nationales, non seulement d’éviter de trop occuper l’Esplanade, mais aussi et de remettre de l’ordre dans la Capitale. », a expliqué Edison Razafitsihoarana, directeur du Développement et de l’Urbanisme au sein de la CUA.

Pas à vendre. Suite à certaines allégations, ce responsable de mettre les points sur les « i » : « Antananarivo n’est à vendre ni aux « Karana », ni aux Chinois. La maire Lalao Ravalomanana ne fera jamais cela. Par contre, les partenaires de la CUA peuvent toujours contribuer au développement de notre Capitale.» A l’endroit des marchands qui s’insurgent contre la nouvelle organisation, Edison Razafitsihoarana de prévenir : « Il n’est pas acceptable qu’un marchand occupe deux ou trois places. La CUA est obligée de gérer équitablement les marchés de la ville. »

Recueillis par R. Eugène

Orange Madagascar1 partages

Air Austral : "l’exercice 2016/2017 devrait être positif"

Un article de la presse en ligne réunionnaise publié le 27 mai 2017, truffé de nombreuses erreurs et approximations, a laissé entendre que la compagnie Air Austral s’apprêtait à connaître des difficultés financières à plus ou moins court terme.

Cet article était fondé sur des extraits d’une note diffusée en interne à l’entreprise au personnel de la compagnie, faisant le point sur le contexte concurrentiel et les données du marché en cette période de basse saison, afin de les informer des dispositions d’ajustement prises en bon gestionnaire par la direction et, surtout, de les mobiliser.

La réalité n’a rien à voir avec cette information alarmiste. L’exercice 2016/2017, qui s’est achevé le 31 mars 2017, devrait être positif, ainsi qu’il sera annoncé bientôt, après la consolidation définitive des comptes.

Les administrateurs d’Air Austral, ainsi que les investisseurs contactés dans le cadre du projet de partenariat stratégique avec Air Madagascar, en sont pleinement informés. L’exercice suivant, pour lequel un prévisionnel a été établi de manière prudente, prévoit en effet que les résultats, impactés par les profonds changements à venir sur le marché local, soient un peu moins bons. Il n’en reste pas moins que les dispositions prises de manière préventive devraient permettre à l’entreprise de respecter son plan de marche, dont l’objectif est de terminer sur un résultat net positif.

News Mada1 partages

Tenisy : lany ho filohan’ny federasiona i Stéphane

Tontosa, omaly teny amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny fifidianana izay ho filohan’ny federasiona malagasin’ny tenisy. Lany ho filoha hitondra izany mandritra ny efa-taona Rakotondrainibe Stéphane. Tsy olona vaovao amin’ity taranja ity izy, satria efa nitondra izany ny taona 2010 – 2012.

Tsiahivina fa kandidà telo no nifaninana tamin’ity ary ligim-paritra 8 no nahazo alalàna handatsa-bato. Nahazo vato 6 Rakotondrainibe Stéphane, raha 2 kosa ny an’Andriantsalama Manan’Iala. Tsy nitoko kosa Razafindratsimba Vincent.

Anisan’ny laharam-pahamehan’ny filoha vaovao ny hametrahana ivotoeram-piofanana federaly, izay hapetraka eny Bevalala, misy kianja 10 ka hisy ny “surface  dure” ary eo koa ny “terre battue”. Ankoatra izay, eo koa ny fampitomboana ireo ligim-paritra ary hananganana kianja roa isanisany. Tsy hadino koa fa tafiditra ao anatin’izany ny fampiofanana mpitsara sy mpanazatra. Marihina fa filoham-boninahitry ny federasiona i Patrick Pisal Hamida.

 Torcelin

Ireo mpikambana ao amin’ny Federasiona

Filoham-boninahitra : Patrick Pisal Hamida

Filohan’ny federasiona : Rakotondrainibe Stéphane

Sekretera jeneraly : Raharison Eddy

Sekretera jeneraly mpanampy : Rasamimanana Tiana

Mpitam-bola : Razafimandimby Haja

Tale Teknika Nasionaly : Razafimahatratra Dina

 

 

News Mada1 partages

Fetin’ny Fahaleovantena : raikitra ny « Carnaval de Madagascar »

Toy ny isan-taona, tato anatin’ny telo taona izay, « hiara-paly ny Malagasy » ao anatin’ny « Carnaval de Madagascar ». Hotanterahina eny amin’ny Araben’ny fahaleovantena etsy Analakely ity hetsika goavana ity, ny 16 hatramin’ny 18 jona izao. Mitarika amin’ny fikarakarana izany ny Ofisim-paritry ny fizahantany eto Analamanga (Ortana).

Ho ambohipihaonan’ny lafivalon’ny Nosy ny « Carnaval de Madagascar », satria samy haneho ny mampiavaka azy, amin’ny lafiny rehetra (kolontsaina, toekarena, sns), ny faritra tsirairay. Io no « Tsenaben’ny faritra ». Miaraka amin’izany ny kilalao isan-karazany sy ny toeram-pisakafoana miavaka.

Amin’ny maha « carnaval » azy, tsy ho latsa-danja amin’ny teo aloha ny diabe na ny « grande parade », mamakivaky ny Araben’ny fahaleovantena. Eo koa ny « Zumba géant » na ny fanaovana « zumba » tsy hanavahana karazan’olona ary anasana ny rehetra.

Tsy hadinoina, toy ny isan-taona, ny fampisehoana dihy sy mozika. Anisan’ireo hanafana ny hetsika, ohatra, ry Mahaleo, Samoëla, Mika sy Davis, Dat’Kôtry. Hisy koa ny « cabaret » sy ny alim-pandihizana.

Landy R.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Zandary tratra manao kolikolyHoroahina avy hatrany

Naato nanomboka ny 13 lasa teo ny asan’ireo zandary manao fisavana eny amin’ny lalàm-pirenena noho ny fandrenesana matetika ny fanaovan’izy ireo kolikoly araka ny fanomezam-baovaon’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny zandarimariam-pirenena.

 Izaho aloha dia mahita fa misy io hoy ny Kaomandin’ny fari-piadidiam-paritry ny zandarimaria Antananana CIRGN Andrianjanaka Njatoarisoa. Niaiky ity tompon’andraikitra ity fa misy tokoa ny resaka kolikoly, ka na izaho aza rehefa mandeha taksibrosy, dia miafina fatratra sy tsy te ho fantatra ny olona satria misy io, ka izay no nahatonga ilay fepetra noraisina hampiatoana azy ireo aloha. Hisy aloha ny fampianarana ny zandary momba ny tokony hatao rehefa manao ny asa eny amin’ny làlam-pirenena, inona no voalazan’ny lalàna,… Hisy ny drafitra na fandaminana hatao, ka tsy hisy intsony ny zandary ho hita eny amin’ny làlam-pirenena manomboka amin’ny 6 maraina mandra-paharivan’ny andro fa eo amin’ny adin’ny roa eo ihany. Hisy ny fanaraha-maso hentitra aorian’ny fampiofanana, ka ireo tratra amin’ny resaka kolikoly, dia hafaninganina ny fanalana azy ao anatin’ny zandarimaria araka ny fanazavan’ny Kaomandin’ny CIRGN, ny jeneraly Andrianjanaka Njatoarisoa. Nasian’io tomponandraikitra io resaka ihany koa ny raharaha kopetarativa Madaomby, izay nanapa-kevitra ny hampiato ny resaka famatsiana omby noho ny ambara ho fananararaotan’ny zandarimaria, ka efa misy ny fanadihadiana atao momba izany, hoy io tompon’andraikitra io. Na izany na tsy izany dia rehefa tena jerena dia misy ihany koa fikasana te hiala amin’ny resaka fanaraha-maso ataon’ny zandary, ka misitrika ao anatin’ny Madaomby ireo olona mpanao trafika, hoy izy. Tsy azo ekena anefa izany satria mety hampiroborobo ny halatra omby, araka ny fanazavany. Mikasika ny resaka fakana an-keriny kosa dia mbola olana ho an’ny mpitandro filaminana amin’ny ankapobeny ny resaka fitaovana.

Toky R

 

La Vérité1 partages

Achat d’une voiture pour Lalao Ravalomanana - La Cua persiste malgré les critiques

A bon chat, bon rat. Les autorités municipales tonnent face aux vives critiques dont elles font l’objet ces derniers temps. Julien Andriamorasata, le deuxième adjoint du maire Lalao Ravalomanana, a donné la réponse du berger à la bergère, hier...

D’emblée, il a précisé que le temps est venu pour l’équipe d’Analakely de riposter, tellement les invectives au sujet de la gestion des affaires municipales sont insupportables, selon ses dires. De prime abord, l’administrateur civil a évoqué l’achat de la voiture de fonction pour la première magistrate de la ville. « Nous tenons à l’acquérir quelle que soit la critique. Antananarivo est la Capitale de Madagascar alors que son maire n’a même pas de voiture de fonction. Une fois là, le véhicule sera aussi utilisé par les futurs maires », a-t-il déclaré.  Â De fausses informations à ce propos sont rapportées par les médias et la presse locaux », a regretté le haut responsable municipal. Son acquisition n’est pas encore effective. Pourtant, la décision prise à cette fin a scrupuleusement suivi la procédure qui s’impose, d’après le fin connaisseur de la gestion des affaires publiques. 

Diffamation publique 

Un appel d’offres a été lancé après l’avis favorable obtenu en septembre. Le marché a été attribué au concessionnaire Toyota Rasseta qui s’occupe de l’importation du modèle demandé. A son arrivée, le véhicule transitera par le garage administratif en charge du parc automobile de l’Etat pour les formalités d’usage. Il s’agit d’un bien appartenant à la collectivité territoriale décentralisée qui, de plus, jouit d’un statut particulier. Julien Andriamorasata a ouvertement dénoncé la campagne de dénigrement menée contre le maire et selon laquelle, Lalao Ravalomanana s’est déjà servie de ladite voiture de fonction au profit de son mari. Une action pénale peut être engagée contre l’auteur d’une diffamation publique, de l’avis du deuxième adjoint au maire. « C’est chose dite au su de tous. Nous avons tout enregistré », a averti le membre de l’Exécutif municipal. Touchant la question relative à la prime tant ébruitée par le syndicat des employés de la Commune, l’orateur a crevé l’abcès. Il a promis que le personnel de l’administration municipale aura une prime, une faveur et non un droit, selon ses précisions. Le 13e mois exigé par le syndicat sera payé même si les ressources de la Municipalité sont en décadence après des années de gabegie et de mauvaise gouvernance. 

Réunions secrètes 

Le paiement du 14e mois n’aura toutefois pas lieu.  « Cela n’a jamais été vu à travers le monde », a lancé Julien Andriamorasata. Il a de plus révélé que les dirigeants syndicaux sont des marionnettes de ceux voulant à tout prix la tête de Lalao Ravalomanana. « Ils tiennent des réunions secrètes avec les opposants qui financent leurs conférences de presse pour dénigrer le maire », a-t-il fait savoir. Il a alors incité les employés de la Mairie à la vigilance quant aux déclarations des leaders syndicaux. Enfonçant le clou, l’ancien chef de Région d’Atsinanana et préfet de la Région d’Alaotra-Mangoro a mis au clair des aspects financiers douteux. Selon lui, l’équipe de Lalao Ravalomanana a hérité d’une ardoise de 40 milliards d’ariary qui s’accumule depuis 2009. En dépit de difficultés de trésorerie à laquelle fait face la Commune urbaine d’Antananarivo, elle a tout de même réussi à régler complètement toutes les dettes créées par les anciens responsables. 

Faux diplômes 

De fait, Julien Andriamorasata a étalé au grand jour les irrégularités concernant les recrutements à la Mairie d’Antananarivo. « Le nombre d’employés était de 1 500 avant 2009. Maintenant, il est de 3 400 dont 70 secrétaires. Les nouveaux recrutements ont eu lieu durant la transition, et ce, sans un plan de recrutement préalablement étudié. Parmi les nouvelles recrues, quelque 200 ont présenté de faux diplômes», a-t-il dénoncé. Les présidents de délégation spéciale (Pds) sont aussi mis sur le banc des accusés.  « Ils n’ont fait que voler. Un Pds a vendu une partie de la terre à Antanimbarinandriana sans pour autant que l’argent soit versé au Trésor public. Nous en disposons des preuves. Ils ont liquidé une bonne partie du patrimoine (terrains et immobiliers) de la Commune à leur propre avantage. Il n’en reste plus que très peu aujourd’hui. L’ancien président du Conseil municipal qui a rejoint le parti  « Freedom » était parmi les complices », s’est-il emporté. Vers la fin de son intervention, il a vivement souhaité que la gestion des affaires municipales d’Antananarivo depuis 2009 fasse l’objet de contrôle minutieux. « Nous n’avons nullement pas peur des inspections. Ce sera une occasion pour nous tous de connaître qui a fait œuvre de bonne ou mauvaise gouvernance ici. Toutes les données sont entre nos mains. Même si l’on refuse de nous aider, nous réussissons à faire ce que nous voulons avec les moyens du bord », a-t-il terminé.

Manou Razafy

L'express de Madagascar1 partages

Vontovorona – Une manifestation violente ressurgit

Non résolu. Les polytechniciens ont repris leur manifestation, hier matin. Ils étaient plus violents que la dernière fois, en mettant sens dessus-dessous la vie des habitants à Vontovorona. Ces manifestants ont lancé des pierres, brûlé des pneus et mis des barrages sur la route reliant Alakamisy Fenoarivo et leur campus. Paniqués, les commerçants et les transporteurs ont été contraints d’interrompre leur activité pendant des heures. « Nous avons pu ramasser nos marchandises. Mais c’était vraiment fait à la va-vite », déplore Nomena Francine Nomenjanahary, une vendeuse de légumes sur les lieux. Cette commerçante ainsi que ses collègues se sont plaints du manque à gagner que cette manifestation a engendré. « Nous avons à peine vendu pour 10 000 ariary, ce matin », avancent-ils. Par ailleurs, les pierres ont percé le toit d’une maison.Ce mouvement des polytechniciens a débuté vers 8 heures du matin. Ils ne se sont calmés que vers midi. Des éléments des forces de l’ordre étaient présents sur place. Ils sont, toutefois, restés de marbre devant ces actes de violence.

InsatisfaitsLe flou que laissent les responsables de l’École supérieure polytechnique d’Antananarivo (ESPA), sur le coût exorbitant de leur droit d’inscription, a mis en rogne ces étudiants. La semaine passée, ces derniers ont déjà effectué une manifestation pour réclamer, soit la baisse de leur droit d’inscription, soit la hausse de leur indemnité d’équipement.Des pourparlers auraient dû arranger les choses, mais ils ne sont pas satisfaits. « Il a été convenu que le directeur de l’école et le comptable allaient nous éclaircir sur le fait que nous payons 50 000 ariary de plus que les autres étudiants de l’université d’Antananarivo, ce matin. Or, ils n’étaient pas venus au rendez-vous », déplorent les manifestants.Depuis 2014, les étudiants des niveaux Licence L1, L2, L3 à Vontovorona paient 100 000 ariary par an, si ceux des autres facultés s’acquittent de 50 000 ariary. Quant aux niveaux Masters M1 et M2, leur droit d’inscription est de 125 000 ariary tandis que les autres étudiants versent 75 000 ariary.En fin d’après-midi, des responsables du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique ont rencontré les représentants de ces étudiants. Ils ont convenu qu’ils allaient discuter de la baisse de ce droit d’inscription, ce jour. « Nous ne savons pas encore de combien sera cette baisse. Mais si la décision ne nous satisfait pas, nous poursuivrons les manifestations », menace Hasina Razakaniononana, président de l’association des polytechniciens.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Carlton – La transition énergétique abordée

Océan Trade et le groupe helvétique Asea Brown Boveri envisagent prochainement de collaborer sur la production d’énergie électrique.

Solution, faisant partie des alternatives envisagées en remplacement de l’énergie fossile, le concept de transition énergétique a été sujet à discussion lors du séminaire qui s’est déroulé hier à l’hôtel Carlton Anosy. Initiative de la société Ocean trade, en collaboration avec la firme Asea Brown Boveri ou ABB, le séminaire avait pour objectif de partager les expériences de ces deux institutions en matière de système de production et de distribution d’énergie. ABB qui, d’ailleurs, projette de s’implanter à Madagascar dans un futur proche.Devenu un enjeu mondial, le concept de transition énergétique consiste surtout à mettre en œuvre des technologies innovantes afin de réduire l’impact de la production d’énergie planétaire sur le facteur environnemental de la manière la plus efficace possible. Pour ce faire, ABB et Ocean trade proposent de diversifier les techniques de production hybride en privilégiant la promotion des énergies renouvelables.Notamment, via l’automatisation des centrales électriques ou encore la solution ABB dans le milieu hybride Diesel-Solaire, en passant par la connexion des énergies renouvelables sur réseau jusqu’aux solutions solaires containérisées qui ne sont autres que de la production énergétique via les panneaux photovoltaïques avec un système de stockage par batterie.

Long termeDes techniques qui sont déjà applicables pour l’électrification rurale, pour les PME-PMI ou encore pour le pompage d’eau solaire.« Des solutions modernes pour rationaliser les processus de production énergétique qu’ABB propose, dans la mesure où l’enseigne se spécialise surtout dans l’électronique de puissance », souligne Nivohary Rahari­jaona, représentant résident d’ABB.À première vue, les nouvelles solutions proposées par ABB seraient encore bien loin de la réalité malgache. Dans un contexte où le principal souci reste encore la faible production énergétique, se traduisant quotidiennement par les phénomènes de délestage incessant, les chances de l’adoption d’une énergie verte et coûteuse semblent être faibles. Cependant, cette période de transition énergétique obligera forcément les producteurs locaux à se pencher vers les ressources renouvelables, tôt ou tard.« Certes, les coûts d’utilisation de certaines de ces technologies sont encore bien loin du pouvoir d’achat de la masse populaire, mais une utilisation à long terme et à grande échelle contribuera sûrement à résoudre une bonne partie de la problématique de l’énergie à Madagascar », rassure Benoît Laponterique, d’Ocean Trade.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Andravoahangy ambony – Les Forces de changement accordent leur violon

Rattrapage. Les membres de la plateforme Forces de changement et ceux qui souhaitent y adhérer se sont réunis, hier, à Andra­voahangy Ambony. Si cette entité a présenté, lors d’une conférence de presse, mercredi, un projet de convention pour mettre en place une « Transition vers la 5e République », force est de constater qu’elle semble avoir brûlé quelques étapes.De prime abord, le rendez-vous d’hier, a été l’occasion pour différents courants et formations politiques au sein de cette nouvelle structure d’opposition d’accorder leur violon. À entendre les prises de parole, il était question de rechercher une démarche univoque pour mener à terme l’objectif de la démarche engagée publiquement à l’hôtel Panorama, Andrainarivo, la semaine dernière.

UnivoqueJean Omer Beriziky, ancien Premier ministre, a soulevé le fait que « cette fois-ci, la démarche a démarré par la présentation d’un projet de convention ». L’ancien locataire de Maha­zoarivo, a proposé que d’autres actes comme un programme de gouvernement accompagnent la convention. Certains membres de l’assistance ont scandé leur souhait de faire d’emblée « une démonstration de force », par le biais d’une manifestation au stade couvert, de Mahamasina.Maharavo Ratolojana­hary, l’un des chefs de file du mouvement, a quant à lui, tempéré les ardeurs de certains de ses camarades en soutenant qu’« il ne faudrait pas aller trop vite enbesogne sinon, notre initiative sera tuée dans l’œuf. Il nous faudra une démarche intelligente pour réussir à convaincre nos interlocuteurs de l’opportunité de notre action ». Il a, également, été question hier, à Andravoa­hangy Ambony d’ériger une stratégie pour « que le mouvement ait une communication univoque et efficace ».Outre la finalisation du projet de convention à soumettre à l’aval « des autorités morales », afin de convaincre « les tenants du pouvoir », celle d’une charte politique pour « la moralisation de la vie politique », a également, été discutée durant la réunion des Forces de changement, hier.Des voix ont commencé à monter lorsqu’il a été question de la composition d’un secrétariat général et des commissions pour peaufiner les étapes franchies. L’entité univoque escomptée pour peser contre le pouvoir ne semble pas encore d’actualité.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar1 partages

Violence conjugale – Accompagnement des hommes violents

De l’innovation dans la lutte contre la violence conjugale. Des assistants sociaux ont été formés dans l’accompagnement des hommes violents, dans le cadre du projet Sahala. Ce dernier est  financé par l’Union Européenne. Il  est mis en œuvre par l’Organisation non gouvernementale (ONG) C-FOR-C et l’association Jeudi.Que ces hommes n’exercent plus de violence sur leur femme, tel est le but. « Ces assistants sociaux pourront les aider à changer de comportement, afin d’éviter les récidives», souligne Vololoniaina Razaka, consultante psychologue, hier.C’est une grande première à Madagascar. Jusqu’ici, les actions ont toujours été orientées vers les femmes.« Les hommes seront aidés à affronter les situations difficiles pour qu’ils ne répètent plus cet acte», indique le formateur.Selon les statistiques de 2007, 65% des femmes sont victimes de violences physiques. La culture est l’un des facteurs qui poussent les hommes à avoir recours à la violence. « Notre culture fait que les hommes et les femmes n’ont pas la même valeur dans la société. Les hommes se font plus respecter que les femmes», poursuit la consultante psychologue.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

De nouvelle infrastructures pour Mahajanga II

La commune rurale de Belobaka s’est dotée d’un nouveau bureau. La plus belle infrastructure dans son genre dans le Boeny avec celle de la commune de Mahajanga I, héritée des français. La commune de Boanamary a désormais un marché communal, un bureau de fokontany, et un autre pour le délégué de l’arrondissement. Le tout a été inauguré par le Premier ministre, Olivier Mahafaly la semaine dernière. La route menant vers Boanamary se trouve par contre dans un état de délabrement. Le premier ministre a ordonné d’inclure les travaux de réfection dans le budget communal 2018.

L'express de Madagascar1 partages

Lutte contre l’exploitation sexuelle

Neuf fokontany des 67 hectares, engagés dans la lutte contre l’Exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales (ESEC), participeront aujourd’hui, à l’Alliance Française d’Andavamamba, à une journée d’actions. Cette organisation initiée par  Ecpat France permettra au grand public de s’informer sur les différentes formes d’exploitations sexuelles telles que la prostitution des mineurs, le tourisme sexuel, l’utilisation d’enfants dans la production de films pornographiques.

L'express de Madagascar1 partages

Les océans au centre des discussions à New York

Nos océans, notre avenir. Un thème ayant fait l’objet de réflexion pour conserver et utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines pour un développement durable (objectif 14 des ODD), auquel Madagascar a contribué à travers une téléconférence la semaine dernière. Cet objectif 14 sera convoqué au siège de l’organisation des Nations unies à New York du 5 au 9 juin prochains, coïncidant avec la journée mondiale des océans.

L'express de Madagascar1 partages

Cobaye médical

Deux évènements par des organisations citoyennes malgaches sont à remarquer en cette fin du mois. Des annonces concernant le monde de la santé à Madagascar qui ne peut pas laisser indifférent. Tout d’abord, durant  l’émission radiophonique hebdomadaire « Soamiampita », l’association de bénévoles« Liberty 32 » révèle des statistiques accablantes suite au sondage mené par le mouvement Wake Up Madagascar. « Santé pour tous ?  » tel a été l’intitulé de l’enquête faite auprès des citoyens. Notons bien le point d’interrogation dans le titre car une affirmation serait totalement impensable.  Puis, la conférence de presse d’une autre association de bénévoles, concernant toujours le domaine de la santé : Autisme Madagascar. Une rencontre avec les gens des médias pour livrer les conclusions d’une mission humanitaire internationale dans le cadre de diagnostics, de formations et d’appuis sur l’autisme.Les conclusions de ces deux actions rapportent la réalité cinglante d’une prise en charge médicale horrifiante à Madagascar. Et malheureusement, c’est un secret de polichinelle.  94% des personnes enquêtées pensent que les docteurs et les personnels médicaux au sein des hôpitaux n’ont pas les compétences requises. 46% affirment sans équivoque qu’ils ont été, eux-mêmes, ou un membre de leurs familles ou l’une de leurs connaissances, victimes, d’une négligence médicale ou hospitalière. Mis à part le quid des aptitudes, les questions sur la corruption sont tout aussi pesantes. En effet, 97% des enquêtés trouvent que les injustices dues à la grande corruption dans les centres de santé et hôpitaux sont à leur summum. Quant au taux de confiance, 70% préfèrent les cliniques privées par rapport aux hôpitaux publics.Concernant la médicamentation et les consultations, 64% des patients disent ne pas avoir eu les informations nécessaires concernant la nature de tous les soins. Que ce soient les examens, les auscultations, les analyses à faire et encore moins les médicaments à prendre. Les médecins ne prennent pas le temps, ni la peine d’expliquer clairement l’état du malade, les traitements qui conviennent, le pourquoi de chaque traitement ni les effets secondaires.Tous ces chiffres sont bien étayés par les annonces faites par Autisme Madagascar. Au bout des quelque soixante-quinze consultations  l’expert international qui est venu travailler bénévolement pour les familles, lance des alertes sérieuses. Mis à part le fait que les diagnostics sont quasi- inexistants, les prises en charge sont réduites à leur plus simple expression, en particulier dans les classes défavorisées du pays. Le coût des prestations médicales et paramédicales de type psychomotricité et orthophonie est hors de portée de l’immense majorité de la population du pays et pourtant elles sont nécessaires.Mais aussi, des cas de maltraitances médicales à l’égard des autistes et des scandales médicaux sont flagrants. Tout d’abord, les surdiagnostics d’épilepsie et les prescriptions abusives d’EEG, de dépakine et de Gamalate qui sont des médicaments qui font beaucoup de bruit en Europe. Puis, les opérations ORL pratiquées sur les enfants autistes sont abusives. Tout cela au prix de la faillite des familles qui se ruinent pour des mauvais ou faux diagnostics, des promesses de guérison de l’enfant, des méconnaissances entretenues par des personnels du monde médical.« Santé pour tous   » chacun peut répondre comme il le veut mais la question est bien lourde. Les mouvements citoyens, les parents, les familles sont à pied d’œuvre pour que cesse la pratique des cobayes qui ne sont autres que nous tous.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Madaplus.info0 partages

Des numéros téléphones malgaches victimes d’appel bizarre

Les réseaux sociaux se sont affolés en ce début de semaine, des publications font état des numéros de téléphone à Madagascar sont victimes d’appel bizarre.
Après la rumeur sur l’effondrement du tunnel d’Ambanidia, c’est autour des numéros de téléphone au format international bizarre qui inondent les fils d’actualités. Mais ce ne sont pas des rumeurs. En effet, le 29 mai dernier, l’opérateur orange Madagascar à travers sa page facebook a partagé l’information suivante : « Appel à vigilance. Plusieurs utilisateurs de mobile ont reçu des appels venant de numéros internationaux au format peu habituel. Il est fortement conseillé de ne pas rappeler le numéro en question. Dans le doute, contactez le service client. ». On n’a pas plus d’informations sur ce sujet, mais il ne faut pas tirer des conclusions hâtives.
Madaplus.info0 partages

Face à face entre député et gouvernement

C’est le grand jour à Tsimbazaza le gouvernement va faire face aux députés. C’est la première foi cette année. Ce face à face risqué d’être agité.
Chirstine Razanamasoa, parlementaire MAPAR (parti d’Andry Rajoelina) demande à ce que le débat soit retransmis en direct à la TVM et la RNM pour que les Malgaches puissent le suivre. Plusieurs problèmes vont surement être abordés pour ce premier débat entre le gouvernement et les députés. Si un député demande cette retransmission en direct, c'est-à-dire que les députés de l’opposition ont déjà concocté quelque chose pour notre gouvernement. Espérant que ce débat apportera une solution aux problèmes de l’insécurité à la corruption grandissante à Madagascar.
News Mada0 partages

Mahajanga II : vita ny tsenam-bokatra ao Boanamary

Nitokana ny tsenam-bokatra ao amin’ny kaominina ambanivohitra Boanamary, distrikan’i Mahajanga II, ny Praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier, ny faran’ny herinandro lasa teo. Hitan’ny lehiben’ny governemanta tamin’ny diany ny faharatsian’ny lalana mankany amin’io kaominina mpamokatra io, izay 18 km monja miala ny RN4. Nanapa-kevitra avy hatrany ny lehiben’ny governemanta fa hasiam-panamboarana ary tsy maintsy vitaina mialoha ny 26 jiona 2017 ny ampahany mirefy 5 km. Hampidirina amin’ny tetibolam-panjakana 2018 ny fanamboarana ny ambiny.

Tsara ho fantatra fa tany amin’ny taonjato faha XIX tany ho any ny Anglisy no nanorina ny tanànan’i Boanamary. Ary mbola hita taratra ao mandrake ankehitriny ny drafitry ny tanàna sy ireo fotodrafitrasa lehibe navelan’izy ireo. Manamarina izany ny seranan-tsambo nataon’ireo Anglisy ireo, anisan’ny fotodrafitrasa iray goavana, saingy efa tsy mihodina intsony nanomboka tamin’ny Repoblika faharoa ka hatramin’izao. Vokatra karazany maro anefa, hita any amin’io kaominina io, indrindra ny voamaina. Nahita tombontsoa tamin’io tanàna io ny vahiny teo amin’ny toekarena fa tsy niraharaha izany intsony ny mpitondra malagasy taty aoriana.

Nahavita Lapan’ny Tanàna vaovao ny kaominina Belobaka, ao Mahajanga II ihany, izay nitokonan’ny Praiminisitra tamin’ny fandalovany tany an-toerana. Lapan’ny Tanàna tsara indrindra any amin’ny faritra Boeny, ankoatra ny ao Mahajanga renivohitra izay nolovaina tamin’ny Frantsay.

R.Mathieu

News Mada0 partages

ITM andiany faha-6 : toloran-kevitra ny famatsiam-bola ho an’ny fizahantany

Zava-dehibe ny fanomanan’ny ONTM* ny Interanational tourism fair Madagascar (ITM) hatao eto Antananarivo, ny 8 hatramin’ny 11 jona ho avy izao. Fifanarahana fiaraha-miasa fanintelony natao sonia omaly, teny amin’ny fokontany Voara (Frankofonia teo aloha), fiaraha-miombon’antoka amin’ireo sehatry ny fampahalalam-baovao : Newsmada, Midi, L’Express, Dream’In ary Viva.

Ao anatin’ny fanomanana mafy io ITM io ankehitriny ny ONTM, nanome fotoana ireo rehetra mpandray anjara sy mpiara-miombon’antoka, nizaha ny toerana hanaovana ny hetsika sy fampahafantarana ny fomba fiasan’ireo fampahalalam-baovao amin’io fotoana io. Hita amin’io fotoana io ireo tranoheva isan-karazany hampahafantatra ny tontolon’ny fizahantany sy ny kolontsaina eto Madagasikara, harahina fanentanana samihafa ho fantatry ny eto an-toerana sy ireo vahiny any ivelany. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana momba ny sakafo tarihin’ny Sefo Lalaina sy Zo. Fanehoana ny fomba fitafy samihafa, azo sokajina harena lehibe eto amin’ny firenena, ka tompon’antoka amin’ny fanomanana izany i Michaël Vida. Tsy diso anjara amin’io fotoana io koa ny fialam-boly sy ny tapakila fisarihana hahazoana loka Tana-Paris-Tana.

Hanokanana fotoana (9 jona) momba ny fampiasam-bola ho an’ny fizahantany, karakarain’ny EDBM. Betsaka ny mbola tsy voatrandraka amin’ity sehatra ity raha eto Madagasikara, saingy sarotra, indrindra ho an’ny vao manomboka ny mahita famatsiam-bola ho an’izany. Koa handray io lohahevitra iray io ny Banky iraisam-pirenena sy ireo banky eto an-toerana, hanazava ny famatsiam-bola ho an’ny fizahantany sy ny fotoana tsara hidirana amin’izany.

Samy hitondra ny heviny ny rehetra

Mandritra ny telo andro tsy tapaka ny famelabelaran-kevitra mifandraika amin’ny fizahantany sy ny toekarem-pirenena ankapobeny, hataon’ireo tompon’andraikitra samihafa. Fantarina amin’izany ireo paikady samihafa, tsara ho fantatry ny mpandraharaha ho fampandrosoana ny fizahantany. Handroso ny heviny momba izany ireo manampahaizana avy amin’ny Fikambanana iraisam-pirenena momba ny fizahantany (OMT), avy amin’ireo mpandraharaha eto an-toerana sy ny solontenan’ny Biraom-paritra momba ny fizahantany. Samy hitondra ny heviny ny rehetra, hiantsoana ny mpandraharaha sy ny tanora.

Nialoha ny fifanarahana tamin’ireo mpikirakira vaovao ireo, efa nisy fifanarahana roa vita tamin’ny avrily, niarahana tamina mpandraharaha sy ny “Educatours ITM 2017”, ho fandraisana io ITM andiany faha-6 io.

R.Mathieu

ONTM*: Office national du tourisme de Madagascar

News Mada0 partages

Conjoncture : les manifestations publiques à nouveau bannies

Le gouvernement a décidé d’interdire les manifestations sur la voie publique avant la célébration de la fête de l’Indépendance.

Voilà une idée qui ne manquera pas de faire du bruit auprès des syndicalistes ou encore les acteurs politiques, notamment les opposants. En effet, au cours du rendez-vous hebdomadaire du gouvernement qui s’est tenu à Mahazoarivo hier, il a été noté au titre de la Primature que ce mois-ci, les manifestations sur la voie publique sont interdites. «En ce mois de la célébration du 57e anniversaire de l’Indépendance, toute manifestation sur la voie publique est interdite», rapporte le conseil du gouvernement.

Les raisons invoquées par le gouvernement pour défendre cette décision est le maintien de  l’ordre public. «Pour que l’ordre public soit maintenu dans les normes légales et réglementaires préconisées par les textes en vigueur», ajoute le communiqué du conseil, tout en notant que «ordre a déjà été donné aux autorités étatiques pour l’application de cette décision». Certes, l’interdiction concerne seulement ce mois de juin, sauf que la situation sociopolitique de ces derniers jours pourrait aussi avoir un lien avec cette initiative.

Foyers de tension

Et pour cause, coïncidence ou pas, cette décision intervient au moment où les foyers de tension semblent de plus en plus persistants. C’est le cas notamment des enseignants chercheurs dont le bras de fer avec le ministère des Finances et du budget n’est pas prêt de s’arrêter. Il en est de même pour le Syndicat des employés de la douane (Simpido). Depuis lundi dernier, les greffiers sont aussi montés au créneau en pointant du doigt le ministère de tutelle ainsi que le Garde des Sceaux. Tous ces bouillonnements se font en tout cas sur fond de revendication financière dont le l’Exécutif n’arrive pas à solutionner. A titre d’illustration, le conseil de gouvernement d’hier a seulement indiqué que «Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, a donné consigne aux ministres concernés de procéder, par le biais du dialogue, au règlement des foyers de grève pouvant perturber le cours normal de la vie de la Nation». Sans plus. Ce sont cependant autant de foyers de tension qui risquent à tout moment de s’embraser.

A cela s’ajoute la décision des formations politiques, opposants au régime, de soumettre un projet de convention sur une nouvelle Transition. Face à la presse, récemment, les membres du «Forces de changement» ont souligné qu’il faut mettre en place une structure transitoire, en changeant les institutions actuelles, pour résoudre les maux du pays. Un projet qui n’est sûrement pas passé inaperçu auprès du régime qui a décidé, semble-t-il, de prendre les devants en interdisant les manifestations sur la voie publique en ces temps… difficiles. Et ce,  au risque d’égratigner encore plus l’image du régime pour non respect de la liberté de manifestation, pourtant garantie par la Loi fondamentale.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Efa mihoatra 45 andro eny amin’ny hopitaly : handinika manokana momba an’i Claudine ny SMM

 Tsy hitaza-potsiny na hamela amin’izao ka hampangina ny ”Raharaha Razaimamonjy Claudine” ny eo anivon’ny Sendikàn’ny mpitsara (SMM). Handinika sy haka fanapahan-kevitra momba azy io izy ireo ny faran’ny herinandro izao.

 

« Misy ny sasany milaza hoe tsy mbola feno ny 45 andro, satria nisy fotoana nivoahany hopitaly ary nankany Maorisy izy », hoy ny filoha lefitry ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), Jaona Clément, afakomaly, momba ny mbola fijanonan-dRazaimamonjy Claudine eny amin’ny HJRA, Ampefiloha.

Nambarany àry fa raha niala tao amin’ny HJRA Razaimamonjy Claudine, nandeha any amin’ny hopitaly: tsy nisy taratasy fahazoan-dalana mivoaka. Hatramin’izao, nanomboka nivoahan’ny fitanana am-ponja vonjmaika azy, mbola any amin’ny hopitaly izy. Efa mihoatra ny 45 andro izay. Noho izany, efa tsy ara-dalàna intsony izay, raha ohatra ka tsy mijoro ilay vaomiera manokana handinika izany, araka ny fanazavany. Mijoro izany sa tsia? Tsy mbola fantatry ny SMM izay.

Raha eritreretina hoe ho efa tapitra ny fijanonany eny amin’ny hopitaly, tokony hihetsika izay  tomponandraikitra manandrify an’izay amin’izay tokony hataony: hamerina azy any amin’ny fonja ve sa ahoana? Ry zareo tomponandraikitra izany no tokony hanao an’izay.

Mitsangana ve ilay vaomiera manokana hanara-maso ny fanalavana ny fipetrahany eny amin’ny hopitaly sa tsia? Tomponandraikitra amin’izany ny fitantanana am-perinasa, raha ny nambarany.

Fantatra izao fa hivory ny biraon’ny SMM ny 2 jona ho avy izao, handinika izay ho fanapahan-kevitra momba izany.

 

Mitady lalana amin’ny fomba rehetra ny mpitondra

Hatramn’izao, mitady lalana amin’ny rehetra hampitarazohana ny raharaha tsy hampidirana an-dRazaimamonjy Claudine eny am-ponja ny mpitondra fanjakana? Eo ihany koa ny paipaika amin’izay tsy hirosoana sy hamitana ny fitsarana azy hatramin’ny farany, raha ny fijerin’ny mpandinika sasany.

Mety eo ihany ny hoe fiarovana azy amin’izany, na nambara aza fa tsy mpanolotsain’ny filohan’ny Repoblika izy. Ny tena mahafadiranovana ny sasany, ny hahavaky bantsilana  tanteraka ireo mpiray tsikombakomba rehetra amin’ny kolikoly avo lenta hahavoasaringotra azy. Izay no isisihana mafy hoe tsy raharaham-panjakana ny « Raharaha Razaimamonjy Claudine« ? Ho hita eo… Manara-maso akaiky ny maro.

R. Nd.

News Mada0 partages

Hery ho amin’ny fanovana : hapetraka ny sata hifampifehezana

« Mba tsy hiverenan’ny ny olana eo amin’ny fitantanam-panjakana eto amin’ny firenena intsony ny sata. Mangalatra izay tonga eo amin’ny fitondrana na olom-boafidy na olom-boatendry. Tokony hisy sata hapetraka hifampifehezana. »

Io no nambaran’ny mpikarakara eo anivon’ny Hery ho amin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, teny Andravoahangy Ambony, omaly, momba ny fananganan’ny Hery ho amin’ny fanovana ny sata sy programa iombonana ho amin’ny fanavotam-pirenena.

« Aminay, tsy tokony hipetraka intsony, ohatra, izany Fitsarana avo (HCJ) izany, fa misy sata ifampifehezan’ny olona hitondra ny firenena », hoy izy. Koa izay manitsakitsaka io sata io, azo tsaraina amin’ny fitsarana tsotra.

Hakana tsodranon’ny manam-pahefana moraly ny sata

Rehefa vita ny sata, hiroso amin’ny fankatoavan’ny manam-pahefana moraly: ny FFKM, ny Fivondronamben’ny eveka, ny raiamandreny ara-drazana, ny fiombonambe iraisam-pirenena. Rehefa vita izay, miara-manao sonia ny sata ny mpanao politika rehetra. Avy eo, miroso amin’ny fametrahana rafitra sy ny fanatanterahana.

« Raha tsy manaiky ny mpitondra, ho hita ny hanaovana azy », hoy izy. Natao omaly àry ny fananganana ireo vaomiera isan-karazany miandrakatra mivantana ny asa. Eo koa ny fanomanana ny fampijoroana ny rafitry ny Hery ho amin’ny fanovana eo amin’ny sehatra nasionaly, faritra, distrika.

 

Ho amin’ny fampandrosoana an’i Madagasikara ny sata politika

 Famerenana amin’ny laoniny ny etika ny sata ho amin’ny fampandrosoana an’i Madagasikara, araka ny volavolana sata natolotra tamin’ny fivoriambe. Miara-dalana amin’izany ny famerenana ireo soatoavina moraly sy repoblikanina, izay takina amin’ny fampandrosoana maharitra ny maha olona.

Ampiasaina ho maridrefy eo amin’ny olom-pirenena malagasy sy ny andrimpanjakana ho amin’ny fampandrosoana maharitra ny sata. Hampiharina amin’ny andrimpanjakana rehetra izany, amin’ny fitantanan-draharaham-panjakana, vondrombahoaka itsinjaram-pahefana, antoko politika, sendikà, firaisamonina sivily…

Hampiharina amin’izay atao koa izany: fampandehanana andrimpanjakana, dinika politika, dinika sosialy, fandraisana anjara amin’ny fampandrosoana, fampianarana, fahazoana mitsabo tena, raharaham-pitsarana, zo hahazo vaovao, fitantanam-bolam-panjakana…

R. Nd.

News Mada0 partages

Asa fanaovan-gazety : mbola mila vola i Andry Ratovo

Mitohy hatrany ny fitsaboana ny namana mpanao gazety, Andry Ratovo, izay tsy maintsy manao “dyalise” indroa isan-kerinandro. Efa nisy ny tolo-tanana natao, ho fanampiana azy ary nitondrany ny fisaorana ho an’ireo rehetra nanohana sy nandray anjara. Tsy vita hatreo anefa ny fikarakarana an’i Andry Ratovo, izay mbola ilàna vola.

“Tsy mety ny mangataka foana na dia ao anatin’ny aretina aza ny tenako. Fantatro ny hasarotry ny fiainana amin’izao fotoana izao. Noho izany, mikarakara “cabaret”, iarahana amin’i Mika sy Davis, indray izahay miaraka amin’ny fikambanan’ny mpanao gazety tsy miankina, hitadiavana vola ka mbola hiantsoako ireo tapaka sy namana”, hoy izy.

Ny zoma 2 jona ho avy izao, ao amin’ny Trass Tsiadana, no hanaovana izany, izay hanomboka amin’ny 9 ora alina. Afaka miantso ny vadiny, amin’ny laharana an-tariby 0343100563 ireo izay maniry ny hitondra ny anjara birikiny amin’ny fanampiana an’i Andry Ratovo dia. “Efa mitondra fisaorana sahady ho anareo rehetra ho avy amin’izany “cabaret” izany ny tenako eto. Andriamanitra manankarem-pahasoavana anie hamaly ny soa rehetra nataonareo tamiko”, hoy i Andry Ratovo.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra – «Can 2019» : tsy ho avy indray i Bolida sy i Anicet

 Tsy mbola tafiditra ao anatin’ny Barea de Madagascar indray i Bolida sy i Anicet, amin’ny fihaonana, hikatrohana amin’i Soudan, eo amin’ny fifanintsanana ho an’ny “Can 2019”. Ankoatra izay, tsy hisy fifidianana hatao eo anivon’ny federasiona, amin’ity taona ity.

Afaka roa herinandro, hiditra an-tsehatra indray ny Barea de Madagascar, hiatrika ny fifanintsanana hiadian-toerana amin’ny “Can 2019”. Fihaonana, hifanandrinana amin’i Soudan, hatao any Khartoum, ny 9 jona ho avy izao. Tsy ho anisan’ireo ho avy i Bolida sy i Anicet. Na eo aza ny fahavononan’izy mirahalahy, voasakan’ny raharahan-tokantranony i Bolida satria miandry ny fahaterahan’ny zanany. I Anicet kosa, manomana lalaon’ny UEFA.

Na izany aza, hisy mpilalao mpila ravinahitra miisa 14 mandrafitra ny ekipam-pirenena malagasy, izay hanainga ny alatsinainy ho avy izao, raha ny alahady 4 jona ny an’ireo mpilalao avy eto an-toerana. Tsiahivina fa tsy anisan’ireo ho any Soudan ihany koa i Dax.

Ankoatra izay, namaly ny fangatahan’ireo filohana ligy ny amin’ny fangatahana hanao fifidianana ihany koa Andriamiasasoa Doda, filoha mitantana ny federasiona ankehitriny. Nilaza ny tenany fa tsy hisy fifidianana hatao mialoha ny fotoana izany, fa miandry ny fahataperan’ny fotoam-piasana, izay maharitra efa-taona, araka ny voalazan’ny lalàna faha-38-n’ny federasiona. Efa nanamafy izany koa ny avy ao amin’ny minisiteran’ny Tanora sy fanatanjahantena, izay nanamarika fa tokony harahina izay voasoratra ao anatin’ny sata mifehy ny federasiona.

Nanamarika ihany koa ny filohan’ny federasiona fa tsy mitovy ny Caf ny FMF, raha misy toerana banga. Ny eto Madagasikara, manendry olona haka izany toerana izany, noho izany, tsy misy fifidianana azo atao raha tsy tapitra tanteraka ny fotoam-piasana na “mandat”.

Tompondaka

Lisitr’ireo mpilalaon’ny Barea :

 

Mpiandry tsatoby :

 

–Dabo Ibrahima (USC Creteil Frantsa)

-Leda (Cnaps Sport)

 

Vodilaharana :

 

-Toavina (Tourcoing Frantsa)

-Pascal (Arras FC Frantsa)

-Albert (OGC Nice Frantsa)

-Mario (Fosa Junior)

-Tobisoa (Cnaps Sport)

-Mamy Gervais (JSS St Pierre La Réunion)

-Fontaine Thomas (Clermont FC Frantsa)

-Jean Stephan (Red Star Frantsa)

-Caloin Dimitry (Limoges Frantsa)

-Zotsara (Virton Belzika)

-Rinjala (FC Sion Soisa)

-Voavy Paulin (Makassa Egypta)

-Carolus (USM Alger)

-Njiva (Cnaps Sport)

-Faneva (FC Sochaux Frantsa)

-Fabrice (US Ste Marienne La Réunion)

News Mada0 partages

“Lalao Frankofonia” – «Paralympique» : ho any Cote d’Ivoire i Augustin sy i Aurelie

 Anisan’ireo taranja ananan’ny Malagasy solontena, any amin’ny “Lalao Frankofonia” andiany faha-13, hatao any Côte d’Ivoire, ny 21 ka hatramin’ny 30 jolay ho avy izao, ny «paralympique» na ny fifaninanana ho an’ireo olona sembana. Atleta mianadahy no hiatrika izany : Raherilalaina Augustin sy i Faravavy Aurélie.

Ankoatra izay, taranjan’olon-tokana miisa telo ny handraisan’i Madagasikara anjara ho an’ny fanatanjahantena ho an’ny olona salama vatana : ny atletisma, ny judo ary ny tenisy ambony latabatra. Mahatratra 57 mianadahy mianaka ny isan’ny olona handrafitra ny delegasiona malagasy ka atleta ny 20 amin’izany.

Anisan’ireo taranja manana atleta betsaka indrindra amin’izany ny judo sy ny atletisma, izay misy 10 avy. Tsy misy afa-tsy roa kosa ny tenisy ambony latabatra ka iray lahy ary iray vavy. Hatreto, tsy mbola fantatra na afaka hitondra mpanazatra sy mpitsara ireo federasiona manana solontena hifaninana ireo na tsia fa hiankina amin’ny hoenti-manana izany, araka ny fanazavana, avy amin’ny tomponandraikitra eo anivon’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena.

 Tompondaka

News Mada0 partages

“Fetibe hoan’ny mpianakavy” : hanolotra seho ranoiray i Poopy

Poopy hanolotra fampisehoana feno an-kalamanjana… Tsy vitan’izay, fa hialohavan’ny “Revy Lôlô sy ny tariny” izany. Tanjona ny hampifaly ny mpianakavy.

Fitsangatsanganan’ny mpianakavy, arahina fampisehoana. Mety maro ny fialamboly toa izany rehefa andro tsy fiasana, fa ny mpanakanto handrasan’ny mpankafy kosa no tsy mitovy. Amin’ity indray mitoraka ity, hamaly ny hetahetan’ireo mpankafy niandry azy ela i Poopy. Hanolotra seho ranoiray mantsy izy, ny tolakandron’ny alatsinain’ny Pentekoty 5 jona izao, eny amin’ny Batou Beach Ambohimanambola.“Fetibe ho an’ny mpianakavy”, satria natao hanana ny anjarany daholo ny rehtra mandritra io fotoana io. Misy ireo toeram-pilalaovana sy fialamboly isan-karazany, toa ny “piscine” sy “karaoke” hoan’ireo tanora. Eo koa ny toeram-pilalaovana ho an’ireo ankizy madinika. Misokatra ho an’ny rehetra avokoa anefa ny toerana.

Revy Lôlô” aloha…Maro kokoa ireo renim-pianakaviana no mpankafy an’i Poopy. Mba tsy hisian’ny fitanilanana, nijery ireo raim-pianakaviana koa ry zareo M Pro, mpikarakara, ka niantso tarika izay heverina fa ankafizin’ny maro. Araka izany, hisy ny “Revy Lôlô”, ny atoandro, iarahana amin’i Benny, Bebey, Sammy ary Sefo. Fampisehoana feno ihany koa io fa tsy fandraisana anjara fotsiny.Hotetezin’izy efatra mirahalahy miarkaa amin’ireo mpankafy mandritra ny ora vitsivitsy ireo hiran’ny Lôlô sy ny tariny tena be mpankafy. Mialoha izany, hisy ireo mpanakanto tsy ampoizina izay nasaina manokana, mba hameno ny maha fetin’ny mpianakavy azy.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Nasain’ny OMC nitory ireo voatafika : zandary roalahy voatondro nanafika mpividy lavanila

Mahabe resaka tato ho ato ny fandrobana sy halatra lavanila. Tany Ambanja, voatonontonona sy voatondro ho isan’ireo enin-dahy nandroba sy nanafika mpiavarotra lavanila, omaly, ny zandary roalahy, kolonely ny iray.

Nitrangana fanafihana mpividy lavanila tany Bengavo I, distrika Ambanja, omaly talata tokony ho tamin’ny 1 ora maraina. Voalaza fa nahavoatontonona zandary roa, izay fantatry ny olona voatafika tamin’ireo jiolahy mpanafika. Nanao fanamiana mitovy ny an’ny zandary ireo, ary nanao saron-tava. Nambaran’ny olona roa amin’ireo voatafika fa fantany ny roa tamin’ireo mpanafika. “Manify ny saron-tava nanaovany ka fantatray fa zandary lietna mpandeha aty aminay ny iray, ary zandary mpiara-misotro toaka aminay ny iray hafa”, hoy ireo olona nijoro ho vavolombelona.

Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana ihany, nanafika tao amin’ny trano nitoeran’ireo mpividy lavanila ireo enin-dahy nirongo basy toy ny Kalachnikov. Niditra an-keriny ireo, ary nanapoaka basy sady nidaroka ny tompon-trano. Naratra mafy ny vehivavy noho ny vely vodibasy ka torana tsy nahatsiaro tena, ary voatery naiditra hopitaly. Voaroba tamin’izany ny vola 23 tapitrisa Ar niampy lavanila masaka 185 kilao ary lavanila manta 19 kilao.

Tao anatin’ny fotoana fohy ny nitrangan’ny fanafihana. Tsy nisy sahy nanaraka ny fokonolona noho izy ireo nanapoaka basy nandritra ny fitsoahana. Nidify tanaty haizina rahateo iretsy mpanafika ka tsy nisy nahita ny lalana nitsoahany. Tonga tany an-toerana ny polisy ka nahita ny balana Kalachnikov ka nentina tamin’ny mpanao famotorana ny telo amin’ireo. Noraisina am-bavany ireo voatafika ary mandeha ny famotorana.

 

Nasaina nitory ireo voatafika

Nampiantsoin’ny Organe mixte de conception (OMC) ireo mpividy lavanila, omaly, nanaovana famotorana momba ireo zandary voatonontonona. Nasaina nametraka fitoriana ireo zandary ireo ireto olona voatafika. Hisokatra, noho izany, ny famotorana momba ireo mpitandro filaminana ireo ka asa raha hisy vokany izany.

Fotoana ampiharana ny filazan’ny Seg ny amin’ny fanadiovana ny zandary. Raha tena marina mantsy ity voalazan’ny voatafika tany Ambanja ity, zandary ihany ny manao jiolahy manafika etsy sy eroa. Mbola nanamafy farany teo ny praiminisitra fa tsy ekena ny tsy fanarahan-dalàna amin’ny endriny rehetra, ny fampiharana herisetra sy halatra lavanila any amin’ireo faritra mpamokatra. Voatonontonona ny polisy, ny mpisolovava, izao indray ny zandary amin’ity lavanila ity.

Yves S.

 

News Mada0 partages

CIRGN Analamanga : averina ny fahatokisan’ny vahoaka ny zandary

Averina ny fahatokisan’ny vahoaka ny zandary. Rehefa matoky anay ny vahoaka, mipetraka ny fandriampahalemana. Manaraka ny tondrozotran’ny Seg koa ny fari-piadidian’ny zandary Analamanga ka miroso amin’ny fanadiovana anatiny”, anisan’ny nivoitra tamin’ny tenin’ny lehiben’ny CIRGN Analamanga, ny Jly Andrianjanaka Njatoarisoa, omaly teny amin’ny le Palmier Ankadilalana izany. Nifampitafa mivantana tamin’ny mpanao gazety izy amin’ny fiaraha-miasan’ny roa tonta.

Laharam-pahamehana telo no nambaran’ny lehiben’ny CIRGN fa hataony ao anatin’ny antomotra ezaka. Ny ady amin’ny kolikoly, ny fampanarahana ny fisipi-pifehezana, ny fanatsarana ny fandraisana olona. Anisan’ny efa mandeha amin’izao fotoana izao ny ady  amin’ny kolikoly eny an-dalana. Misy ny fiofanana ataon’ireo zandary “police de la route” amin’izao fotoana izao, noho izy ireo voakasika mivantana amin’ny resaka kolikoly. “Naato mandritra ny 15 andro mihitsy aloha ny zandary manao PR amin’ny faritra Analamanga, noho izy ireo manaraka fiofanana”, hoy ny fanamafisana.

Manaraka ireo rehetra ireo ny ady amin’ny tsy fandriampahalemana izay anatin’ny asa sahanin’ny zandary. Miandraikitra faritra efatra ny CIRGN; ny eto Analamanga, Vakinankaratra, Itasy ary Bongolava.

Yves S.

News Mada0 partages

Pantekoty hieren-doza : hanao fanentanana ny zandary

Hanova ny fomba fiasa amin’ity fetin’ny Pantekoty ity ny zandarimariam-pirenena. Fanentanana ranoray fotsiny no atao. Hozaraina taratasy kely fanentanana sy hisorohana ny loza ny mpampiasa lalana sy ny mpandeha rehetra”, hoy ny fanazavan’ny lehiben’ny fari-piadidiam-paritanin’ny zandarimariam-pirenena eto Analamanga, ny Jly Andrianjanaka Njatoarisoa, omaly, nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety teny Ankadilalana.

Nohamafisiny hatrany fa efa nisy faritra nampiharana ity fomba fiasa vaovao ity, toy ny tany Mahajanga izay hita fa nandaitra tokoa. Misy koa ireo fanentanana natokana ho an’ny mpamily fiara vaventy satria izy ireny koa matetika mahatonga ny lozam-piarakodia noho ny fibahanan-dalana rehefa mandeha. Fanentanana, araka izany, ny atao hisintonana ny mpampiasa lalana rehetra mba hitandrina. “Izay ihany ny fomba atao hahatrarana ny tanjona hoe Pantekoty ieren-doza”, hoy hatrany ity manamboninahitra eo anivon’ny zandarimariam-pirenena ity.

Na eo aza ny ezaka ataon’ny zandarimariam-pirenena mba hahafahan’ny olona manao fety am-pilaminana, tsy misy afa-tsy ny fitandreman’ny tsirairay koa ny hahafahana misoroka ny loza eny an-dalana.

J.C

News Mada0 partages

Antanandava – Toamasina : andian-jiolahy nirongo basy namaky mangazay feno lavanila

 Saron’ny polisy avy ao amin’ny boriborintany voalohany ao Tanambao II Toamasina, ny asabotsy 29 mey 2017 ireo andian-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana avy namaky mangazay misy tahirina lavanila efa masaka ao Antanandava…

 

Tratran’ny vela-pandriky ny polisy tao Antanandava Toamasina, ny asabotsy teo ireo andian-jiolahy miisa 12 nirongo fiadiana tompon’antoka tamin’ny fanafihana mangazay misy tahirina lavanila efa masaka hatramin’ny taon-dasa. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny polisy, nampiasa fiarakodia mahazaka entana 3 t sy 500 kg ireo jiolahy tamin’io fotoana io. Nahazo loharanom-baovao anefa ny polisy avy ao amin’ny boriborintany faharoa Mangarano momba ny fisian’ity fiara mitondra lavanila ity hiditra an’i Toamasina avy amin’iny RN 2 iny. Niroso tamin’ny fisavana ilay fiara ny polisy ka hita tao ny lavanila masaka tanaty kitapo miisa 10 sy amina baoritra iray izay mitotaly 262 kg ny lanjaran’ireo entana ireo. Tsy vitan’ny lavanila ihany no nangalarin’ireo jiolahy tamin’io fotoana io fa lasan’izy ireo hatramin’ny fitaovana maro fampiasa amin’ny fanaovan-trano  koa  ireo. Nandritra ny famotorana ireo jiolahy, fantatra fa efa tambajotra goavana mihitsy ireto jiolahy tratra namaky magazay ireto. Jiolahy roa hafa naman’ireto voasambotra ireto mbola karohin’ny polisy satria tafaporitsaka tamin’io fotoana io. Miisa 10, araka izany, ireo jiolahy voasambotra amin’ity raharaha halatra lavanila ity. Araka ny fanazavan’ny kaomisera Rakotovao Jean Christian, amidin’ireo olon-dratsy 140 000 Ar ny iray kilao amin’ny lavanila masaka raha manodidina ny 2 hetsy Ar kosa ny lavanila maitso.

Lavanila nokasaina haondrana any ivelany ireto lasan’ny jiolahy ireto.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Kaominina Ivato : nahazo dabilio ny EPP vaovao ao Ilaivola

Natolotra tamin’ny fomba ofisialy, omaly, ireo dabilio vaovao ho an’ny EPP Ilaivola ao amin’ny kaominina Ivato. Vokatry ny fiaraha-miasan’ny kaominina sy ny fikambanan’ny vondron’orinasa sinoa no nahafahana nahazo ireo dabilio ireo.

Feno dabilio avokoa, araka izany, ny efitranon-tsekoly vaovao enina ao amin’ity sekoly vao naorin’ny kaominina ity. Eo koa ny latabatra sy seza ho an’ny mpampianatra.

« Santatra am-bavarano ihany izao fa mbola ho avy ny tena fitokanana ity EPP ity », raha ny fanazavan’ny lefitra voalohan’ny ben’ny tanàna, Andrianjakarivony Manitra.

Misokatra amin’ny fiaraha-miasa amin’ny sehatra rehetra ny kaominina Ivato. Efa resy lahatra amin’ny fomba fiasan’ireo mpitantana vaovao izay tarihin’ny ben’ny Tanàna, Randrianarisoa Penjy ihany koa ireo mpiara-miombon’antoka ka manankina ny fahatokisany ary izao manolo-tanana amin’ny fampandrosoana ny tanàna izao.

Nampirisika ny mpampianatra sy ny mpianatra ny lefitry ny ben’ny Tanàna hazoto amin’ny fampianarana sy ny fianarana ka ho 100% ny taham-pahafahana CEPE manaraka eo.

Anisan’ny lesoka teo aloha tsy nahafahan’ny mpianatra fanadinana ny efitranon-tsekoly tsizarizary. Nanolotra koba feno otrikaina ho an’ny mpianatra tao amin’ny EPP ihany koa ny kaominina hahafahan’ny mpianatra miatrika ny fianarany tsara.

Tatiana A

News Mada0 partages

30 taona ny sekoly Miarizaka : namolavola fitaovana isan-taranja ny mpampianatra

Nankalazana ny faha-30 taony ny sekoly Miarizaka ao Ambatondrazaka ny fiandohan’ny volana teo. Naranty tamin’ny fampisehoana mivelatra ireo fitaovana enti-manamora ny fahazoan’ny mpianatra ny lesona ka hitiavany fianarana. Fitaovana noforonin’ny mpanabe isan-taranja izany. Efa ela tsy nisy sekoly na foibem-panofanana nanao toy izany. Nanome voninahitra ny hetsika ny talem-paritry ny fanabeazana ka antenaina fa hisy fiaraha-miasa amin’ny sekoly Miarizaka amin’ny fitrandrahana ireo fitaovana ireo. Tena ilaina izany amin’izao vanim-potoana mahabetsaka ny mpampianatra Fram izao.

Akanin-jaza Arema no niandohan’ny sekoly izay nahazo fahazoan-dalana nisokatra avy amin’ny sampandraharahan’ny minisiteran’ny Mponina tamin’izany fa tsy ny lehiben’ny faripiadidim-pampianara akory. Antony ara-tsosialy no nanokafana ny akanin-jaza tany am-piandohana. Amin’izao fotoana izao, mampanabe ny zanany any amin’ny akanin-jaza ny tokantrano rehetra. “Manohy mampianatra maimaimpoana ireo zanaky ny sahirana am-polony isan-taona ny sekoly Miarizaka hatreto”, hoy ny tale, Razadimboahangy Noelina. Misy hatramin’ny kilasy fahasivy ao anatin’ny sekoly.

Noho ny firaisankinan’ny mpampianatra sy ray aman-drenin’ny mpianatra, vita ny kianja midadasika voarakotra simetra azo ilalaovana basikety, volley, hand ball ary kitra lalaovin’olona fito.

 Rarivo

News Mada0 partages

Dokotera Pierre Sans : « Tsy ampy ny olona mitily ny autiste eto Madagasikara »

« Hery ho an’ny fandraisana an-tanana ny ankizy malagasy autiste ny faneken’ny ankamaroan’ny sekoly handray ireny zaza ireny hianatra ao aminy. Tokony hampiana tosika ireny ivonteram-pampianarana ireny ho maro anisa », hoy i Pierre Sans.  

 

Tsy ampy mihitsy ny olona afaka mitily sy mahafehy ny fitiliana ny olona autiste eto amintsika, araka ny zava-misy hitan’ny psychanaliste frantsay, Pierre Sans, nandritra ny fandalovany teto Antananarivo sy Moramanga nandritra ny telo herinandro. Nasain’ny fikambanana Autisme Madagascar teto Madagasikara ny tenany hitily ny zaza autiste sy hanofana ny mpitsabo, paramédicaux ary mpisehatra sosialy malagasy liana ka hanampy amin’ny fitiliana aty aoriana. 73 ny isan’ny ankizy 3-12 taona nandalo fizahana ka manodidina ny 50 eo ho eo no voatily fa autiste, araka ny fanazavany ihany, omaly teny Mahatony. Ny ambiny kosa tratran’ny aretina tsy fahita firy vokatry ny olana niseho teo amin’ny reniny nandritra ny fitondrana vohoka sy ny fiterahana ka nisy fiantraikany teo amin’ilay zaza. Tranga niseho betsaka tany Moramanga io voalaza io satria avy amin’ny fianakaviana sahirana avokoa ireo ankizy ireo. Ny ankizy sasany indray tsy maintsy hiverenana hotilina fanindroana aorian’ny herintaona hanamarinana na autiste tokoa na tsia.

Voalazany fa ilaina ny manao fanadihadiana ara-panjakana ireo mpitsabo profesora mandidy zaza tsy amin’ny antony na koa manome karazam-panafody tsy mitondra na inona na inona akory ho an’ilay ankizy fa entin’ny fahazarana na tsy fahafehezana ny fitiliana mihitsy. Niresaka mivantana tamin’ny minisitry ny Fahasalamana izy ary nanambara izany ahiahiny izany.

 

Ho avy ny fikambanana Orthophoniste du monde

Mihoatra ny 50 ireo mpitsabo, mpisehatra sosialy niofana momba ny fitiliana ny autiste niaraka amin’ny dokotera Pierre Sans. « Tanjona ny hametraka ivontoerana miaraka amin’ny olona niofana hitily ny autiste. Hizara sokajy roa ny asa : voalohany ireo olona niofana toy ny mpitsabo, mpisehatra sosialy afaka mitily ny autiste. Sokajy faharoa, mpitsabo manamarina tokoa fa autiste ilay olona sy manoro hevitra amin’ny tsara ho fantatry ny fianakaviana », hoy ny filohan’ny Autisme Madagascar, Raveloarimisa Mbolatiana. Tetikasa faharoan’ny fikambanana ny hanasa ny fikambanana Orthophonistes du monde hanampy ny ray aman-dreny (manan-janaka autiste) sy ny mpiandraikitra sekoly satria betsaka ny ankizy autiste tsy afaka miteny.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Vontovorona : niverina nihetsika ny mpianatra

Niverina nihetsika indray ny mpianatry ny politeknika eny Vontovorona, omaly maraina. Tsy nahitana vahaolana koa ny dinika, ny herinandro lasa teo, niaraka tamin’ny mpiandraikitra voalohan’ny politeknika momba ny fampidinana ny saram-pisoratana anarana. Hifampidinika fanindroany izy ireo anio. Tsy mbola mazava amin’ny mpianatra eny Vontovorona ny hampiasana ny saram-pisoratana anarana 125 000 Ar sy 100 000 Ar. Mitaky ny hampidinana ny saram-pisoratana anarana hitovy amin’ny fakiolte rehetra 50 000 Ar -75 000 Ar ny eny Vontovorona.

« Voalaza fa anjaran’ny departemanta tsirairay no manapaka na hampidina ny azy izy ireo na tsia », hoy ny filohan’ny fikambanan’ny mpianatra, Razakaniononana Hasina. Betsaka ireo sampam-piofanana efa niditra amin’ny taom-pianarana vaovao ny alatsinainy lasa teo.

Nivoaka ny faritry ny oniversite, nandoro kodiarana, nitora-bato ireo mpitandro filaminana ny mpianatra teny an-toerana, omaly. Voatosika niditra ny faritry ny toeram-pianarana ihany nefa avy eo. Miandry ny valin’ny dinika anio ny tohin’ny hetsika. Hihamafy ny hetsika raha tsy hita ny marimaritra iraisan’ny roa tonta, hoy ny nambarany ihany.

Vonjy

News Mada0 partages

ITM 2017 : engouement des partenaires

L’engouement des opérateurs pour soutenir le développement du tourisme à Madagascar s’intensifie. L’Office national du tourisme à Madagascar (ONTM) a procédé à une troisième série de signatures d’accord avec ses partenaires pour l’organisation du salon ITM, hier au village Voara Andohatapenaka. Par ailleurs, les préparatifs s’accélèrent à neuf jours du salon.

Dix autres opérateurs dans le secteur de la télécommunication, le secteur bancaire, la restauration, le secteur aérien… ; et huit médias dont le groupe Ultima Media ont procédé à une signature d’accord avec l’ONTM hier pour l’organisation du salon International tourism fair Madagascar (ITM) 2017 du 8 au 11 juin prochain au village Voara Andohatapenaka. Cela fait suite à la première signature des conventions des partenaires en avril et celles pour les eductours le 25 mai dernier.

A neuf jours de l’évènement touristique phare dans la Grande île, les préparatifs s’accélèrent. Les organisateurs se sont donné rendez-vous avec tous les exposants et les partenaires, hier pour une visite des lieux et une présentation des dispositifs médias et animations. En effet, les quatre jours de salon seront également rythmés par plusieurs animations, outre les stands pour présenter les offres touristiques à Madagascar.

Les investissements dans le tourisme à la loupe

Par ailleurs, les conférences reviennent pour cette édition et sont programmés sur trois jours, du 8 au 10 juin. Les stratégies touristiques et le numérique

au service des opérateurs, seront entre autres passés à la loupe par les conférenciers. Experts de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), experts en digital et opérateurs locaux et représentants des offices régionaux du tourisme constitueront le panel d’intervenants. En outre, la deuxième journée des conférences sera dédiée à la «journée des investissements dans le tourisme». A ce sujet, des intervenants issus de la Banque mondiale, de l’Economic development board of Madagascar (EDBM) et du secteur bancaire local, parleront finances et opportunités touristiques à Madagascar.

L’ONTM envisage d’accueillir 15 000 visiteurs pour cette sixième édition de l’ITM.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Ambolomaro : récolte prometteuse pour les riziculteurs

Lors de l’installation des infrastructures nécessaires à l’exploitation de nickel et de cobalt, Ambatovy s’est engagé à soutenir les agriculteurs et prioritaires de terrains touchés par l’exploitation. Dans le cadre du programme de compensation des propriétaires des terrains et rizières impactés par la mise en place des infrastructures à la mine, la compagnie leur a aménagé un périmètre rizicole de 51,5 ha appelé Ambolomaro, dans la commune rurale d’Ambohibary, Moramanga, tout en les appuyant avec des intrants agricoles et de soutien technique.

Pour la dernière saison culturale, la récolte s’est montrée prometteuse dans ce lieu de relocalisation des rizières. En effet, le rendement rizicole escompté qui est de 2 tonnes à l’hectare est atteint. La  cérémonie de récolte traditionnelle «Santabary» ou «Milaho»  à laquelle Ambatovy a participé en début de ce mois fut l’occasion pour les riziculteurs d’Ambolomaro et les communautés hôtes et les relocalisés de marquer l’événement avec les autorités locales et les agents des services techniques décentralisés. Le périmètre rizicole a été rebaptisé du nom d’Ambarimaro.

Prochainement, les exploitants agricoles d’Ambolomaro vont se lancer dans la culture contre-  saison, toujours avec le soutien d’Ambatovy tant au niveau des intrants agricoles que sur le plan technique.

Arh.

News Mada0 partages

Relation diplomatique : l’ambassadeur de l’Inde dévoile ses priorités

Installé depuis près d’un mois au pays, le nouvel ambassadeur de l’Inde à Madagascar, Subir Dutta, a rencontré la presse à sa résidence à Ivandry la semaine dernière. A cette occasion, le diplomate a révélé à la presse ses priorités pour Madagascar. «La coopération Inde-Afrique est importante. Comme Madagascar fait partie de l’Afrique, il figure parmi les bénéficiaires de cette collaboration. Pour ma part, je prioriserais les échanges d’expérience entre les investisseurs indiens et malgaches notamment dans le secteur agricole, industriel ainsi que les sciences et technologies», a fait savoir l’ambassadeur Subir Dutta.

L’Inde étant le pays le plus industrialisé du monde, l’ambassadeur renforcera la collaboration entre les deux pays pour que Madagascar puisse goûter aux fruits du développement. Il ambitionne d’instaurer l’exemple indien au pays.

L’ambassadeur a fait savoir que Madagascar a signé une convention sur l’énergie solaire. «J’espère que le pays ratifiera cette convention afin que Madagascar puisse exploiter cette opportunité». Il faut savoir que ce projet en énergie solaire international a été initié par la France et l’Inde.

Nadia

 

News Mada0 partages

Foot : « Une AGE et non pas une élection »

La déclaration émane du président par intérim de la Fédération malgache de football (FMF), Doda Andriamiasasoa, en marge de la présentation de la sélection nationale, hier, à Isoraka. La tenue d’une Assemblée générale extraordinaire (AGE) peut se faire mais on ne peut pas organiser une Assemblée générale élective suivant le statut de la FMF.

Les membres du Comité exécutif (CE) de la FMF ont répondu à la demande des ligues. «Va pour une AGE mais on ne peut en aucun cas organiser une assemblée élective. Il ne faut pas oublier que la FMF est régie par son propre statut et non par celui de la Confédération africaine (Caf). L’article 38 de ce statut stipule que la durée du mandat du président et des membres du CE est de quatre ans. En cas de vacance, le CE repourvoit les postes vacants jusqu’à l’Assemblée générale ordinaire (AGO) suivante, qui élit le nombre nécessaire de remplaçants pour le temps restant du mandat», a déclaré Doda Andriamiasasoa.

Et le secrétaire général de la FMF de renchérir que «Seule une AGO a la compétence exclusive d’élire le nombre nécessaire de remplaçants pour le reste du mandat. Aucune autre Ago ne peut être organisée car la FMF a déjà tenu la sienne cette année». En outre, la FMF a dévoilé la liste des 18 joueurs qui s’envoleront vendredi prochain pour le Soudan pour le match de la première journée du groupe A des qualifications à la Can 2019. Une rencontre qui sera disputée au Stade El Obeid sera arbitrée par un quator tunisien.

Le Head coach Nicolas Dupuis et son assistant Auguste Raux travailleront sur une liste manifestement dominée par la présence des expatriés comme Faneva Ima, Dabo, Deba Kely, Bapasy, Albert Rafetraniaina, Mamy Gervais, Thomas Fontaine, ….Seuls quatre joueurs locaux, à savoir le portier Leda, Mario Bakary, Tobisoa Njakanirina et Njiva Rakotoarimalala seront du voyage.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Badminton : la passe de trois

Moins populaire mais plus actif que les autres disciplines sportives depuis le début de la saison, le badminton continue son bonhomme de chemin, sans tambour ni trompette. Et sa vulgarisation semble porter ses fruits auprès des écoles et instituts.

La preuve, pour la première fois, une compétition sera organisée par un institut supérieur, en l’occurrence l’Escame, les 10 et 11 juin prochains. Il s’agit du Tournoi de découverte qui sera le troisième cette année après les deux précédents qui se sont tenus au Saint-Michel Itaosy en guise d’ouverture de la saison.

Réservée aux badistes hommes et dames des séries A et B, la compétition débutera à la petite salle du palais des Sports de Mahamasina et se terminera au Saint-Michel Itaosy. Pour cause, la petite salle du palais des Sports étant indisponible le 11 juin, date des finales de ce tournoi.

Naisa

 

News Mada0 partages

Volley : Camp Ithier à l’assaut de Madagascar

Va pour une semaine riche en challenge pour les volleyeurs malgaches. Dans le cadre de la promotion de la collaboration entre les clubs malgaches et mauriciens, l’équipe du Camp Ithier sera à l’assaut des meilleures équipes locales.

Une semaine pimentée attend les férus du volley-ball du 5 au 8 juin prochain. Dans le cadre de sa préparation et pour la promotion de la collaboration entre les clubs mauriciens et malgaches, Camp Ithier débarquera dans la capitale pour affronter amicalement les meilleures équipes masculines locales.

Quatre formations plus clinquantes les unes que les autres se succèderont pour se mesurer à cette équipe mauricienne au gymnase d’Ankorondrano. De beaux matchs amicaux eu égard aux affiches proposées où il n’y aura que du lourd. Si Camp Ithier affronte VBCD, vice-championne de Madagascar en titre en ouverture, la suite s’annonce également prometteuse où successivement, Cnaps et Cosfa seront au menu des visiteurs.

Le meilleur morceau sera pour la fin avec un mano a mano entre la Gendarmerie nationale de volley-ball (GNVB) et les Mauriciens du Camp Ithier.

Naisa

Programme :

Lundi 5 juin : Camp Ithier-VBCD

Mardi 6 juin : Camp Ithier-Cnaps

Mercredi 7 juin : Camp Ithier-Cosfa

Jeudi 8 juin : Camp Ithier-GNVB

 

News Mada0 partages

Tennis – FMT : Stéphane Rakotondrainibe élu président

L’histoire d’un revenant. Stéphane Rakotondrainibe qui était déjà à la tête de la Fédération malgache de tennis (FMT) avant le mandat du président sortant (ndlr, 2010 à 2013), Tsialiva Rajaobelina, a brigué un autre mandat quadriennal, hier, au palais des Sports de Mahamasina. Il a remporté six voix contre deux pour Manan’Iala Andriatsalama et nul pour Vincent Razafindratsimba.

«A court terme, nous allons assurer la participation de nos jeunes au championnat d’Afrique U16-U14. Nous nous pencherons ensuite sur le projet de construction des centres fédéraux comme il est cité dans le programme d’activités», a déclaré Stéphane Rakotondrainibe. Ce dernier a déjà présenté son équipe consituée des visages biens connus du milieu tennistique malgache. A l’instar d’Eddy Raharison (secrétaire général), le DTN Dina Razafimahatratra, les coachs Harivony Andrianafetra et Solofotiana Randrianaivo ou encore l’arbitre de renom Naina Razatovo. Cette équipe bénéficiera du soutien du président d’honneur Patrick Pisal Hamida.

Rojo N.

News Mada0 partages

Santé : des autistes victimes de maltraitance et de scandales médicaux

Invité par l’association Autisme Madagascar, dans le cadre du projet Autisme Tour 2017 mené dans les régions Analamanga et Alaotra Mangoro, le psychiatre français Pierre Sans, donne ici ses impressions. Interview.

* Les Nouvelles : Quelles sont vos conclusions à l’issue de ce projet ?

– Le docteur Pierre Sans : A part le fait que le projet ait été bien mené et organisé, en sus de la qualité de l’équipe qui m’a assisté, on peut conclure que les besoins pour le traitement de l’autisme à Madagascar sont énormes, en l’occurrence, les besoins pour le diagnostic et la prise en charge des autistes. Des besoins qui sont cependant surmontables.

* Si on commençait par les besoins en diagnostic ?

– Sur le plan diagnostic, l’insuffisance de moyens pose un problème numérique et évidemment financier. Ce qui m’a permis de conclure que les diagnostics sont quasi-inexistants, en particulier dans l’Alaotra Mangoro où la population est plus vulnérable que dans la région Analamanga.

* Que proposez-vous donc comme solution à cela ?

– Une solution à deux temps qui est adaptée au faible moyen du pays. Le premier consiste en un pré-diagnostic qui peut être réalisé par des paramédicaux (Bac +3) ayant reçu des instructions y afférentes, et le diagnostic définitif qui peut être accompli par des spécialistes après deux ou trois ans de formation. Une fois ce premier pas franchi, on passe au traitement et à la prise en charge.

* En parlant de traitement, vous affirmez avoir assisté à des maltraitances à l’égard des autistes. Qu’en est-il exactement ?

– En effet, j’ai assisté à des situations qui m’ont paru être non seulement des cas de  maltraitance à l’égard des autistes mais aussi de scandales médicaux. Tout d’abord il y a eu des sur-diagnostics d’épilepsie et des prescriptions abusives d’EEG, de dépakine et de Galamate. Ensuite, des opérations d’ORL qui ont été pratiquées sur des autistes, les praticiens ayant confondu troubles de l’audition et autistes enfermés dans leur «bulle». Et pour finir, le coût des prestations médicales et paramédicales de type psychomotricité et orthophonie est hors de  portée de l’immense majorité de la population malgache.

* Il n’y a donc rien de positif au pays dans ce domaine ?

– Mais si. Côté prise en charge, même si elle est réduite à sa plus simple expression, vous avez un bon système éducatif avec des enseignants tolérants assez remarquables. C’est un point fort sur lequel il faut insister pour l’accueil et l’entourage des enfants autistes.

Propos recueillis par Sera R

 

News Mada0 partages

Esplanade Analakely : 320 marchands déplacés

La Commune urbaine d’Antananarivo a procédé, hier, au déplacement de 320 marchands vers l’esplanade d’Analakely. En effet, ces derniers ont occupé auparavant la rue séparant les pavillons près du RM1 à Andohan’Anakely avant cette nouvelle affectation. Cela dans l’objectif de libérer de nouveau cette rue pour la circulation des voitures. Dans leur nouveau lieu d’affectation, les marchands devront utiliser des stands métalliques et chacun d’eux n’occupera que deux carreaux au maximum.

Selon le directeur de l’Urbanisme et du développement de la municipalité d’Antananarivo, Edison Razafitsihoarana, être issu du milieu défavorisé a été l’un des critères de sélection de ces marchands. Ce qui ne les empêchera pas de suivre les règles établies par la CUA dans la gestion et l’assainissement des marchés. «L’observation de la moindre indiscipline conduira le concerné à la saisie par la commune de ses marchandises», a averti le directeur de l’Urbanisme et du développement de la CUA.

Sera R

 

News Mada0 partages

EPP Ilaivola : six nouvelles salles équipées

Les six nouvelles salles de classe de l’EPP Ilaivola, construites avec les propres ressources de la commune Ivato, sont actuellement prêtes à l’utilisation, même si l’inauguration est prévue ultérieurement. Ces nouvelles infrastructures sont entièrement équipées de tables-bancs et de meubles de bureau pour les enseignants, grâce au fruit d’un partenariat entre ladite commune et l’Association des entreprises chinoises à Madagascar. Les donateurs ne sont pas venus sur les lieux les mains vides, des kits scolaires ont également été offerts à une centaine d’élèves scolarisés au sein de cette école.

«Cette intervention n’est ni le début ni la fin des fructueuses collaborations avec les partenaires en vue de promouvoir le développement de la commune, qui reste ouverte à toute forme de coopération dans tous les domaines», a souligné, hier, le premier adjoint au maire de la commune Ivato, Manitra Andrianjakarivony, lors de la cérémonie de remise de ces équipements. «Plusieurs collaborations avec les Partenaires techniques et financiers (PTF) ont été conclus et d’autres vont suivre», a ajouté notre source. Ce n’est nullement utopique dans la mesure où les PTF accordent une entière confiance aux méthodes de travail conjuguées avec la bonne gouvernance, adoptées par les nouveaux responsables de la commune dirigée par le maire Penjy Randrianarisoa.

Fahranarison

News Mada0 partages

CIRGN Antananarivo : la « police de la route » suspendue

De nouvelles dispositions ont été prises par le commandant de la Circonscription de gendarmerie nationale  (CIRGN) à Antananarivo, le général Njatoarisoa Andrianjanaka.

Autres temps, autres mœurs. Tout en gardant la feuille de route tracée par le Secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie (Seg), le nouveau patron de la CIRGN Antananarivo a décidé de mener une lutte accrue contre la corruption. Joignant l’acte à la parole, la général Njato a donné l’ordre de suspendre momentanément la mission de «police de la route», communément appelée «PR».

«La lutte contre la corruption est l’une des trois directives du Seg. Il faut reconnaître que la corruption sur les routes est un phénomène qui mine actuellement la gendarmerie. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de suspendre les contrôles sur les routes. Cette mesure n’est que provisoire. Elle a été appliquée depuis quelques temps en vue de donner à nos éléments le temps de se recycler. Une formation leur sera dispensée. Il leur sera rappelé ce qu’il faut et ce qu’il ne faut pas faire», a-t-il expliqué avant d’ajouter que des nouvelles formules marqueront la reprise de la PR dans les quatre Groupements de gendarmerie à savoir Analamanga, Itasy, Bongolava et Vakinankaratra.

D’autres points abordés

Cette mesure sur la PR a été annoncée hier, lors d’un petit-déjeuner de presse organisé au restaurant Le Palmier à Ankadilalana.

«Outre la lutte contre la corruption, nous allons également mettre un accent particulier sur la restauration du respect de la   réglementation et de la discipline. Il faut mener ce nettoyage interne afin de regagner la confiance de la population car, comme le disait l’adage, la gendarmerie sans la confiance de la population est une gendarmerie aveugle», a précisé le général Njato.

Au cours de cette rencontre, le général Njatoarisoa Andrianjanaka a également abordé d’autres sujets d’actualité, allant de la vindicte populaire au kidnapping, en passant par l’insécurité dans le milieu rural et les vols ainsi que le trafic de bovidés.

Mparany

 

News Mada0 partages

Vontovorona : les étudiants ont repris le chemin de la grève

Les différentes rencontres avec les responsables menées la semaine dernière sont vouées à l’échec. Face à cette situation, les étudiants de l’Ecole supérieure polytechnique d’Antananarivo (Espa) ont repris le chemin de la grève depuis hier. A cette occasion, la scène qui s’est déroulée lors de la première manifestation organisée lundi dernier s’est reproduite, mais cette fois-ci, sans échauffourée avec les forces de l’ordre venues sur les lieux. Les grévistes ont manifesté en hors de l’enceinte du campus de Vontovorona tout en bloquant l’accès à l’établissement. Malgré quelques débordements, notamment les jets de pierres, les éléments de l’Emmoreg se sont abstenus de réagir.

«Jusqu’ici, l’usage des droits d’inscription, qui ont connu une forte augmentation de l’ordre de 40 à 75% selon les niveaux d’études, reste flou. Par ailleurs, le dialogue avec la direction de l’Espa n’a abouti à rien, c’est pourquoi, nous avons décidé de reprendre notre grève», a souligné le président de l’association pédagogique de l’Espa, Hasina Razakaniononana. Selon les consignes du ministère de tutelle, les deux parties vont se concerter encore une fois ce jour. Du coté des enseignants, la situation est également loin de s’arranger, la rencontre avec le Premier ministre, prévue pour hier, n’a pas eu lieu et devrait être reportée pour ce jour. Affaire à suivre !

 

News Mada0 partages

Chronique : tout pour être proie

Femme, étrangère, infidèle, domestique, toutes les qualités requises pour en faire des proies soumises à toutes sortes de fantaisies des employeurs sans que ceux-ci n’en aient mauvaise conscience ni ne soient inquiétés par des poursuites policières ou judiciaires. Les candidates à l’aventure d’un emploi à une fonction domestique dans les pays arabes n’ignorent pas ces risques, consciemment nombreuses de ces femmes et filles jouent la chance de survie au risque de leur vie. Comme dans tout pari il existe un enjeu, mais ici le péril encouru est exorbitant, et même si on peut apparenter le phénomène à la roulette russe, les causes qui poussent à tenter cette aventure l’en diffèrent : tenter la chance d’une désespérance. Ce phénomène illustre au plus au point un mal-être à mal-vivre dans ce pays, sentiment  qu’éprouvent bien des gens. Le mythe d’un ailleurs pour mieux survivre constitue le syndrome d’un mal qui mine la population. Pauvreté et difficultés plombent l’horizon sans laisser d’espace à une éclaircie qui permettrait de croire à des lendemains moins sombres sur place.

Pour enrayer cette hémorragie (pour beaucoup en pensée) nombreux départements du gouvernement se savent concernés : Population, Travail, Intérieur…, adoptent des mesures préventives sans parvenir à poser les garrots là où il faut pour que cesse cette traite qui destine des nationaux à des abattoirs. On médiatise les quelques saisies de «chairs aux fantasmes d’employeurs libidineux», sachant bien que pour une filière démantelée neuf autres ont réussi à passer entre les mailles.

La solution consiste certes à organiser et réorganiser le pays pour espérer créer des conditions favorables à une réussite des efforts de chacun dans l’espoir de mieux survivre, mais cela relève aussi d’un état d’esprit et d’une mentalité de l’ensemble pour croire en l’avenir dans le pays. Question d’éducation ! Cela fait partie des obligations des pouvoirs publics. Pourtant sur l’air d’une farandole, Population et Enseignement entonnent un duo avec les paroles du «je ne m’en soucie guère». Passez votre chemin, il n’y a rien à investiguer en profondeur, ici on gère le présent pour sauver les apparences, la préparation des lendemains ne trouve place ni dans nos préoccupations ni dans nos capacités.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : choses de Nossi-Bé (1)

Elle va bien l’Administration Supérieure à Nossi-Bé !…

Il y a huit jours à peine, nous exprimions le regret de voir l’Union sacrée si malmenée à Majunga, par qui avait le devoir de la maintenir parfaite.

Mais c’est bien pire à Nossi-Bé où l’administrateur Silvie n’en est plus à compter ses gaffes. Seulement il y

a des juges ailleurs qu’à Berlin, et ce triste personnage en a fait l’expérience à ses dépens.

Voici en effet ce que nous lisons dans les journaux de la côte Ouest, sous le titre : « Un suggestif bilan ».

1° Un dîner, dit officiel, est offert aux officiers du vapeur portugais Amaranthe. – De ce dîner dit officiel sont exclus les fonctionnaires, en bloc.

2° Juste indignation de ces derniers, qui protestent et rompent, avec l’Administrateur, des relations déjà plus que tendues depuis plus d’une année à la suite de multiples conflits administratifs.

3° Rapport fantaisiste du chef de province au sujet des ventes des biens allemands. – Trois magistrats, le Séquestre et les Experts sont mis en cause.

4° Le maintien en prison d’un prévenu indigène sans mandat de dépôt provoque une protestation de la part du Procureur de la République.

5° Désignation et arrivée à Nossi-bé d’un magistrat chargé d’enquêter sur les faits précités.

6° Au cours de l’enquête, confrontation sensationnelle du chef de province, Silvie, avec un des Experts, relativement à une soi-disant déclaration faite par celui-ci au dit chef de province. Résultat de la confrontation : Le chef de province, Silvie, perd ses manchettes.

7° Assignation est lancée par Madame C***, la femme d’un estimé adjoint principal des services civils, contre Silvie, chef de province, pour injures et diffamation.

8° Le Receveur des Domaines, nommé huissier ad hoc, aux fins de servir un acte à Silvie, chef de province, est très mal reçu par celui-ci. L’huissier rend compte au Président du tribunal de l’attitude incorrecte du chef de province à son égard dans l’exercice de ses fonctions. – Suites probables.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : very anjavony ny hasin’ny fanapariahana

Mihena am-pandehanana ny fahatokisan’ny mponina amin’i Rafanjakana. Tsy mijanona amin’ny famaizana mpangalatra tratra ambodiomby intsony ilay voalaza ho fitsaram-bahoaka fa miitatra hatrany amin’ny fampisehona mahery vaika ny fahatezerany  setrin’ny herisetra sy ny fomba tsy mendrika eo amin’ny fitantanana ny raharaham-bahoaka. Mpanao pôlitika mpikambana ao amina antoko mpanohana no nitondra faisana mafy nisedra ny daroka nataona andiam-bahoaka azy tany amin’ny fokontanin’I Tsaraonenana nohon’ny fanakianana napetraka taminy mikasika fanodikodinana vola natokana ho an’ny fampandrosoana ny Fokontany. Mbola raharaha mitory be kokoa ny fahavononan’ny mponina amin’ny tsy fileferana intsony am-panatrehana ny fanjakazakana. Toraba-bato no nitsenan’ny olona maro tany Fenerivo-atsinana an’ilay manam-boninahitra zandary tompo-pahefana any amin’iny Faritra Atsinana iny tonga hanadihady mikasika ny filazan’ny mpamokatra vanilina izay misedra kenda roroka ampiharin’ny zandary any an-toerana araky ny fitarainan’ireo tantsaha. Tsy fantatra intsony izay ara-dalàna sy izay ara-drariny ! Any Tsiroanomandidy eo amin’ny sehatry ny tsenan’omby dia na milamina aza ny raharaha ankehitriny dia efa nifanenjana koa tamin’ny zandary ny mpanao dabokandro nohon’ny figejan’ny zandary omby aman-jatony.

Ravarava ny fanjakana matoa samy afaka mamorona sy mitaky haba manokana arak’izay foroniny izao karazana sampana rehetra miandraikitra raharaham-pirenena. Mitombona noho izany tranga rehetra izany ny ahiahy rehefa mihatra ny didy mikasika ny Dina izay samy manana ny azy. Mifamahofaho moa ny hevitra ao ireo manohana fa ny fahafahana samy manao ny lalànany no antoky ny fahombiazan’ny fanampariahana fahefana. Miparitaka anefa ny lalàna rehefa izay no mipetraka, tsy fanjakana tan-dalàna intsony fa faritra sy kominina samy anjakan’ny lalànany manokana. Mety am-pidi-doza izany lasa mampitresatresaka ny firenena nohon’ny tsy fitovizan’ny lalàna mihatra. Na azo heverina aza fa ny fanapariahana fahefana dia kitron’ny fampandrosona, aty am-piandohana dia efa tsy maintsy mipetraka mazava ny lalàna mifehy an’ny fanapariahana amin’ny lafiny rehetra, ka ao anatin’izay sehatra voafaritra no ahafahan’ny tsirairay mivelatra am-palalahana. Mandrak’ity ny androany mbola tsy tanteraka mazava ny fifehezana antsipiriany, samy manao an’izay mahasoasoa azy, ny fanjakana foibe mampitamby eo amin’ny fanapariahana ny anjara volan’ny kaomina, aty

amin’ny sisiny izay manana fahasahiana nohon’ny anjara-pahefana eo am-pelatanany dia samy mandeha samy mitady ho azy.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : manège artificiel en ménage avec un penchant pour le superficiel

Un adage dit bien ce à quoi ressemblent les acteurs politiques, « mamo miantso pôlisy » personnes ivres hèlant des agents de l’ordre. Jamais le personnel politique ne s’est déchiré avec autant de haine cachée. Des rixes avec violence dans un tunnel où le noir on ne permet pas d’identifier l’ennemi : dans le for intérieur personne n’aime personne, on ne s’entend même pas pour désigner l’opposition officielle en titre. Plus les élections approchent plus les coups bas pleuvent. C’est pourtant de cette arène que montent les voix réclamant l’intercession d’une mission de réconciliation. Une opération du Saint-Esprit peinerait à ramener à la raison des gens au comportement voyou qui se vouent inimitié pour se disputer ce qu’ils pensent butin, Pentecôte oblige. Toutes les prières pour un miracle passager n’ont pas la garantie d’être exaucées pour autant.

 

News Mada0 partages

Diana : les chefs de fokontany s’opposent au maire

Le bras de fer est de nouveau engagé entre le maire de la commune urbaine d’Antsiranana et les chefs de fokontany de la ville. Le transfert de la gestion des bornes-fontaines publiques envisagé par le maire est donc resté en plan.

Le maire Jean Luc Désiré Djavojozara rencontre encore une fois de graves problèmes dans la gestion de sa commune, suite aux agissements des chefs de fokontany de la ville d’Antsiranana contestant ses projets. Le transfert de gestion des bornes-fontaines et lavoirs publics prévu débuter en ce mois de juin risque de rester lettre morte, de ce fait, puisque ces chefs de fokontany protestent contre le projet. L’attribution de la gestion de ces infrastructures à une association privée a été réfutée malgré des lacunes révélées par le maire dans la gestion dans la majorité de ces fokontany où la transparence n’a jamais été de mise.

Le maire de la commune urbaine d’Antsiranana, Jean Luc Désiré Djavojozara, a dévoilé des détournements dans ce domaine puisque des fokontany n’arrivent pas à s’acquitter des factures de leurs consommations en eau pour des raisons inexpliquées. Le maire a voulu instaurer un assainissement systématique par cette décision afin de démarrer son programme de développement mais bute contre une forte opposition dans sa réalisation. Il a été annoncé des constructions de blocs sanitaires dans plusieurs quartiers et l’augmentation de la pression du réseau d’adduction d’eau potable dans les zones en hauteur pour  convaincre les chefs de fokontany  mais ces derniers  ont campé sur leurs décisions en présentant d’autres alternatives.

Ce bras-de-fer entre le maire et les chefs de fokontany illustre l’impact de la politique dans le développement dans certaines collectivités décentralisées de Madagascar.

Manou

 

News Mada0 partages

Trafic de vanille : l’avocat libéré

La récente saisie de 220 kg de vanille à Antsohihy continue d’alimenter la conversation. L’avocat du barreau impliqué dans cette affaire et ses deux présumés complices ont été présentés devant la Parquet d’Antsohihy vendredi.

A l’issue du défèrement, l’homme de loi a bénéficié d’une liberté provisoire, contrairement aux deux autres suspects qui ont été placés sous mandat de dépôt. L’on sait par ailleurs que la voiture, une Peugeot 309, à bord de laquelle ont été découverts les 220 kg de vanille a été mise en fourrière, tandis que les produits ont été saisis pour être détruits.

D’après la gendarmerie, l’avocat était au volant de la Peugeot 309 au moment du contrôle. La quantité de vanille a été découverte dans le coffre de la voiture.

Mparany

News Mada0 partages

Analamanga : réhabilitation de route à Ankazo

Les travaux de remise en état de la route reliant les communes d’Ivato-Aéroport à Mahitsy via la commune rurale d’Ambohimanjaka ont débuté hier dans le fokontany d’Ankazo.

Les habitants ont décidé de prendre en charge la réhabilitation de la route desservant respectivement leurs villages suite à l’assemblée générale tenue dernièrement dans le fokontany d’Ankazo.  Les travaux sont réalisés en système Haute intensité de main-d’œuvre gratuite, exécuté une fois par semaine par les riverains. Suivant une convention collective du fokonolona, les villageois s’acquittent à tour de rôle de la tâche.

Motivant les participants à ces travaux de développement à la base, le président de l’association des natifs du Manendy d’Anosivola-Moriandro, Maminiaina Johnny Rakotondranaly, a décidé de se charger de leur restauration durant le temps de travail. Il a aussi octroyé des indemnités aux femmes affectées au transport de l’eau nécessaire aux travaux pour inciter les habitants au développement participatif.

Manou

 

Ino Vaovao0 partages

FANODINKODINANA ZAZA TSY AMPY TAONA : Mifampiampanga eny amin’ny Fitsarana ny rafozana sy ny vinanto antitra

Notorian’ireo ray aman-dreny ho nanodinkodina ny zanany 17 taona ny rangahy iray atao hoe JP. Nanambara kosa ilay rangahy fa efa nahazo alalana tamin’ireo ray aman-dreny ny fiarahany tamin’io zazavavy io. Efa antitra tokoa ny fijery ilay rangahy ary mbola zaza ilay tovovavy na dia efa 17 taona aza.

Nilaza fa nanome vola ny ray aman-dreny hatrany i JP ary nilamina ny raharaha ka rehefa tsy nanome intsony izy dia nitory ny ray aman-dreny.Anisan’ny mba fiarovan-tenan’ilay lahiantitra ny hoe maditra io tovovavy io ary betsaka ny tovolahy miaraka aminy eo an-tanàna. Anisan’ny nanontanian’ny mpitsara raha efa nanao firaisana tamin’io lehilahy io ilay tovovavy, ary nanamarina ity farany fa nisy tokoa izanyRaran’ny lalàna ny fanodinkodinana zaza tsy ampy taona saingy betsaka ireo ray aman-dreny mamarotra ny zanany noho ny fitadiavam-bola.

Raha tsy miteny na tsy mitory mantsy ny ray aman-dreny dia tsy misy manaraka ireny raharaha ireny. Misy aza ireo vazaha hita miaraka amin’ny zaza tsy ampy taona eny amin’ny Bord, ka rehefa anontaniana dia manana taratasy avy amin’ny ray aman-drenin’ny zazavavy manome alalana azy hiaraka amin’ny zanany.

Raha ny tokony ho izy dia miray tsikombakomba amin’ny fanodinkodinana zaza tsy ampy taona ihany koa ireo ray aman-dreny manao toy izany, ka samy iharan’ny lalàna, na ilay mpanodinkodina na ny ray aman-dreny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ADY TANY ANY AMPEFY : Tafakatra 27 ny trano rava, olona 167 tsy manan-kialofana

Mahatratra 167 ireo voatery hiala amin’ny tranony sy ny handao ny fiainany andavanandro amin’izao fotoana izao.

Miteraka disadisa goavana ao an-tanànan’Ambatoasana, Kaominina Ampefy any amin’ny Distrikan’i Soavinandriana ny raharaha mampifanolana ny mponina sy ireo mitonona ho tompon’ny tany tonga taty aoriana. Nanomboka tamin’ity volana mey ity tsy nitsahatra ny fandrodanana trano nataon’izy ireo na dia efa nisy ihany ny fifampidinihana niarahana tamin’ireo tompon’andraikitra teo an-tanàna. Vokany, trano 26 tafo no voatery noravana izay nambara fa tafiditra ao anatin’ny faritra voalazan’ireo mpanao fandravana. Olona miisa 167 no tsy manan-kialofana tsy fidiny manoloana izany, manginy fotsiny ny pitsopitsom-pahasimban’ entana tao an-trano nandritra ilay fandravana.

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia nisy andian’olona tonga teo an-tanàna, ny fiandohan’ny volana mey teo ary nilaza fa haka ny tany ka tsy maintsy horavana ireo trano miorina eo amin’ilay faritra voakasika. Tsy nanaiky mora foana izany anefa ny fokonolona niezaka nanohitra ka trano efatra fotsiny no rava tamin’io. “Tokony ho roa herinandro taorian’io dia niverina indray ry zareo ary efa niaraka tamina mpitandro filaminana mba hamonoana lolo ny mponina tsy hisy sahy hanohitra. Nitombo hatrany amin’ny 17 isa indray ireo trano tsy maintsy narodana”, hoy renim-pianakaviana iray nampita ny vaovao avy any an-toerana.

Rehefa nahare ny fitarainan’ny mponina ny tompon’andraiki-panjakana tany an-toerana izay notarihin’ny Lehiben’ny Distrikan’i Soavinandriana dia nikarakara fivoriana niarahana tamin’ireo olona voakasik’ity raharaha ity, ireo rava trano sy ireo milaza ho tompon’ny tany. Nikaroham-bahaolana hifanarahan’ny roa tonta no votoatin’ny fihaonana tamin’izany kanefa nandamoaka. Tsy nihemotra tamin’ny fanapahan-kevitra noraisiny ireo mpandrava trano, ka nitarika hatramin’ny faharavan’ireo trano 26 tafo tao an-tanàna. Voatery notsinjaraina amin’ny toerana samy hafa ireto tra-boina mandra-pahita ny vahaolana maharitra ho azy ireo.

Ny ampahany nampiantranoin’ny Fokontany, ny sasany kosa nialokaloka any amin’ny fianakaviany ary ny 27 amin’ireo no fantatra fa tena tsy mahita alefa mihitsy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA VILLAGE TOURISTIQUE : Afaka madiodio daholo ireo olona notorian’ilay vazaha namefy lalana

Toraka izany ilay vazaha afa-tsy ny mpanao trano iray izay voasazy telo volana an-tranomaizina sazy mihantona ary mandoa honitra 1 000 000 Ariary.

Tsy afa-po amin’ny namelana ilay vazaha ho afaka madiodio amin’ny fanimbana fananam-bahoaka kosa anefa ny an-kilany ka milaza ny hampiakatra amin’ny Fitsarana ambony. Tany am-boalohany dia nilaza azy fa mpitsara ilay vazaha namefy lalana. Nilaza indray koa izy fa kolonely israelianina avy eo. Milaza mahafantatra minisitra maro izy ary mahafantatra mpitsara ihany koa ny tenany.

Nitory an’i Gabin Eugène filohan’ny tambajotra miaro ny zon’ny mpanjifa sy Abdallah Rosalie tompon’andraikitry ny Soma village ary ireo olona maromaro niaraka nanao fidinana ifotony teny, ka tao anatin’izany I Hachimo kely ity vazaha milaza azy ho mahitahita ity. Nanao hetraketraka sy niditra ankeriny tao an-tranony, nanimba ny fefiny ary namono nandratra azy, ka tsy nahafahany miasa 16 andro no fitoriana nataon’ilay vazaha atao hoe Estupinat.

Ankilany kosa dia fanimbana fananam-bahoaka kosa no nitorian’i Gabin sy Abdallah Rosalie azy. Nanamafy ilay vazaha fa azy ny tany saingy nitondra porofo kosa ny ankilany fa lalam-bahoaka io. Rehefa nodinihina dia betsaka ny taratasy tsy dia ara-dalàna loatra amin’ny antontan-taratasin’ilay vazaha tahaka ny nahazoany fahazoan-dalana hanorina tamin’ny taona 2014 nefa ny taona 2015 izy vao nahazo ny bail. Tao ihany koa ny fanomezan’ny Sefo fokontany azy ny tany, izay tsy andraikitry ny Sefo fokontany velively izany.

Somary efa antitra ihany ilay vazaha, eo amin’ny 79 taona eo, nefa dia nahery fihetsika tokoa, nanondro akaiky ireo mpifanandrina aminy no mihantsy ady sy fifamaliana mihitsy nanditra ny Fitsarana ka nahatonga an’ny Me Ulysse, mpiaro ireo voapanga ho nanitsy azy. Tsy namaly mivantana ny fanontaniana napetraka taminy ihany koa izy fa zavatra hafa no teneniny, tahaka ny nilazany fa misy fanamarinan’ny manam-pahaizana manokana na ‘expert’ fa tsy lalana io nofefeny io. Rehefa nozohin’ireo mpisolovava anefa dia izy tenany ihany no nanao sonia fa tsy manam-pahaizana manokana akory.

Manoloana ny fiampangana ho nandaroka kosa dia nanambara ireo voampanga fa niaro ny ain’ilay vazaha aza no nataon’izy ireo satria tezitra ny vahoaka manoloana ny fihetsiny nanosika ilay mpanao trano, ka saika niafara tamin’ny fitsaram-bahoaka. Nisy ihany koa ‘video’ nirakitra ny zava-niseho teny izay niarahan’ireo mpitsara sy ny mpisolovava nijery. Nanambara kosa ilay vazaha fa mafia ireo manoloana azy ireo ary efa betsaka ny fitarainana mikasika azy ireo. Novalian’ny ankilany kosa fa efa fanaon’ity vazaha ity ny herisetra karaha io, ka efa saika niharan’ny fitsaram-bahoaka izy tany Antsiranana ary lao monina tany, azy izao nifindra tany Soalala izao dia mbola namerina ihany koa ka voatery nilefa izy tonga eto Mahajanga io. Nisy ihany koa tranombarotra iray eto Mahajanga efa nanaovany io toetrany io.

Nanamafy ny filohan’ny tambajotra miaro ny zon’ny mpanjifa tamin’ny fifandaharana fa tsy ny hanala fefy mihitsy no dian’izy ireo teny fa fidinana ifotony hijerena ny zava-misy taorian’ny fitarainana maro voarain’izy ireo. Saingy ny fihetsik’ilay vazaha no saika haharatsy ny raharaha, ka niafara tamin’ny fanongotan’ny olona ny fefy nataony teny amin’ny arabem-pokonolona. Io fefy io no nitoriana azy ho nanimba fananam-bahoaka.

Rehefa nivoaka ny didim-pitsarana dia samy afaka madiodio daholo na ny andaniny na ny ankilany afa-tsy ilay mpanao trano natosik’ilay vazaha tamin’ny voalohany ka hita tamin’ny video nanala ilay fefy. Voasazy telo volana an-tranomaizina sazy mihantona izy io ary mandoa onitra 1 000 000 Ariary. Tsy afa-po amin’ny namelana ilay vazaha ho afaka madiodio amin’ny fanimbana fananam-bahoaka kosa ny ankilany ka milaza ny hampiakatra amin’ny Fitsarana ambony.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

BAOLINA LAVALAVA : Natao tany Tanambe ny fanombohana fiadiana ny tompondakam-paritra

Isan’ny lalao voalohany tamin’izany ny fifanandrinan’ny Moster rugby club Madiotsifafana sy ny 15 Punesses.

Nivoaka ho mpandresy mazava tamin’ny isa 28 noho ny 13 ny ekipan’ny Moster Rugby Madiotsifafana. Anisan’ny nisongadina tao amin’ny mpilalaon’ny Moster club ry Geovany sy ry Rajim ary ry Ledada ary teo ihany koa ireo mpilalao zandriny ao amin’ny ekipa izay lastika tsy laitra enjehina tao ka nahatonga ny isa navesatra ry Beto sy ry Tony. Teo amin’ny lalao faharoa kosa no nihaona ny R.C.T Rugby Tanambe sy ny 15 Presses Ampasambazimba. Niondrika teo anatrehan’ny R.C.T Rugby Tanambe tamin’ny isa mazava 11 noho ny 0 ny 15 Presses avy ao Ampasambazimba. Tsy nanaiky resy ary nanohitra hatramin’ny farany ny tarik’i Tanambe izay azo ambara fa nahazo vahana teo amin’ny maha mpampiatrano azy sy ny mpanohana azy ireo izay tonga marobe tokoa. Hafàna hanaraka izany ihany koa ny lalao manaraka izay hatao ao amin’ny kianja Rasolonjatovo Ambatondrazaka ny 04 jona 2017 ho avy izao satria hifandona ireo tarika roa goavana izay nivoaka nandresy tamin’iny lalao voalohany iny sy ireo tarika resy nandritra iny lalao teo iny.

Ny lalao famaranana kosa indray dia any amin’ny alahady 18 jona 2017, ka ny kianjan’Ambatondrazaka ihany no handray izany. Azo ambara fa efa tena tafapaka any amin’ny Distrika, araka izany, ny lalao baolina lavalava amin’izao fotoana izao.

Nambaran’ny filohan’ny Moster Club Madiotsifafana Andriamampianina Ralison fa isan’ny nahavitan’izy ireo ny dingana voalohany ny fanohanan’ireo mpankafy ny ekipan’izy ireo izay nisaorany manokana avokoa tamin’ny fanampiana na ara-bola na ara-moraly. Mbola mampanantena ny hanao tsaratsara kokoa noho iny lalao voalohany iny izy ireo amin’io lalao manaraka io.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

FIOMPIANA ETO VAKINANKARATRA : Hapetraka tsy ho ela ny “puce” ho an’ny omby

Anisan’ny tetikady mahomby ary mety hahafoana izany halatr’omby izany ny fanarahana ny toerana misy azy sy hivezivezeny. Tetikasa iray efa eo am-panatanterahana azy ny fametrahana karatra elektronika na “Puce electronique” iray isaky ny omby ankoatra ny ady amin’ny dahalo eny an-kianja sy ny dahalo ambony latabatra. Ho an’ny eto amin’ny Faritra Vakinankaratra dia hiroso tsy ho ela amin’ny fametrahana ity Puce ity ny sampandraharaham-paritry ny fiompiana sy fambolena.

Ankoatra ny ady amin’ny dahalo raha ny fanazavan’ny Dokotera Ravonirina Claudia lehiben’ny sampandraharahan’ny Fiompiana eto Vakinankaratra dia ho mora ihany koa ny fanaraha-maso ny fahasalaman’ny biby ompiana toy ny omby mba hahafahan’ny mpiompy hanondrana ny hena any ivelany.

Mialoha izany anefa dia ilaina ny mampitombo ny omby ompian’ny tantsaha saingy olana ho an’ny mpiompy aloha hatreto ireo karazan’aretina izay manimba ny taranak’omby, ka amin’izao fotoana izao dia niroso tamin’ny fanaovam-baksiny ny omby ny Lehiben’ny sampandraharahan’ny Fiompiana eto Vakinankaratra. Miara-miasa amin’ireo veterinera matihanina eto anivon’ny Faritra izy ireo amin’izany.

Teto amin’ny Faritra Vakinankaratra no nanombohana ny hetsika fanaovam-baksiny ny omby tamin’ity taona ity “Asa fiompiana sy fambolena mahomby Madagasikara Mandroso” no lohahevitra nanamarihana izany. Amin’ny volana aogositra no hifarana ity hetsika fanaovam-baksiny ny omby ity manerana ny Nosy ka nanentana ny mpiompy omby rehetra manerana ny Faritra ny minisiteran’ny Fiompiana sy ny fambolena mba hitondra ny ombiny hatao vaksiny ho fiarovana amin’ny aretina maro mety hanakana ny fitomboan’ny omby.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

FANANGONAM-BOKATRA ATAON’NY MPANAM-BOLA : Tafakatra 20 000 Ariary ny dabam-bary any Ambilobe

Vaovao voaray, ny talata 30 mey avy tagny an-toeragna io fiakaragna tampoka amin’ny vidim-bary vao ity.

Vaky taraigny, araka izegny, ny vahoakan’Ankarabe amin’ny fisian’ireo mitorogno vola avy agny amin’ny Faritra Sava mampiakatra io vidim-bary io agny amin’ny tantsaha. Manahy mafy araka izegny amin’ny mety fiakaram-bidin’ ny kapoakam-bary ny mpanjifa agny Ambilobe. Araka ny fampitam-baovao hatrany avy agny Ambilobe dia voalaza fa efa tazagna mitety Kaominina ambanivohitra Antsaravibe sy ny manodidina ireo mahasaky mampiakatra dabam-bary ireo. Efa tao Ambariopikira izy ireo, ny tinainy teo, ary efa nisy nahatazagna niakandrefagna amin’io Kaominina voalaza agnabo io. Manoloagna izegny dia manaitra ny tompon’andraikitra ny vahoakan’Ankarabe mba handray andraikitra mahakasika izegny.

Marihina fa amin’ny fotoagnan’ny main-tany mahabe ny vokatra vary tahaka izao dia 5000Ariary ny dabam-bary agny ambanivolon’ Ambilobe, izay hita fa tafakatra mihoatra be izegny noho ny fisehosehoagna ho manam-bola ataon’ireo avy agny amin’ny faritra be lavanila.

Ankoatra ny fiakaram-bidy hita amin’ny dabam-bary akotry ity dia tsy vitsy ireo entagna no miaka-bidy amin’ny fotoagna ny fiotazagna lavanila tahaka izao.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FIARAHA-MIASAN’NY DEPIOTE SY NY TANTSAHA : Tanimbary 300 hektara ho voatondraka rano

ny tantsaha any an-toerana nampian’ny Solombavam-bahoaka Mamod’ali Hawel, lany tamin’ny Vovonana Mapar (Miara-dia amin’ny Prezida Andry Rajoelina) no nahavitana izao fotodrafitrasa izao. « Tanimbary manodidina ny 300 ha no kendrena ho voatondraky ny toho-dranon’i Bedimaky », hoy i Mamod’ali Hawel Solombavambahoaka voafidy tao Morondava ity nampahafantatra ny asa sosialy nataony ity.

Raha tsiahivina dia niteraka fitokonana teo amin’ireo tantsaha mpamboly vary ny tsy fahampian’ny tosiky ny rano avy ao amin’ny dobon’i Dabaraha, tao an-tampon-tanànan’i Morondava efa ho iray volana lasa izay. Nitaky ny hijeren’ny mpitondra fanjakana akaiky an’io raharaha io tamin’izany ireo tantsaha noho ny tsy fihampian’ny vokatra ka nampiakatra ny vidim-bary tany amin’ny Faritra. Araka ny vaovao voaray, hatramin’izao dia tsy misy ny fandraisana andraikitra ataon’ny Fitondrana manoloana izany fanairana sy fitarainan’ireo tantsaha ireo. Voatery niady irery ihany ireo vahoaka ankehitriny ary tonga nijery ifotony io fotodrafitrasan’izy ireo ity Solombavambahoaka avy amin’ny Mapar voafidy tao Morondava ity.

Tsy tonga tamin’ny tanam-polo ny tenany fa nanolotra gazoala 120 litatra sy trakitera, vary 100 kilao ho an’ireo tantsaha manatanteraka ny asa ary lasakana simenitra 1 taonina, raha ny vaovao voaray avy any an-toerana. Noentiny ireto tolo-tanana ireto ho fanampiana amin’ny fanaovana ny toho-drano ao Bedimaky any Bemanonga mba hahafahana manondraka ireo tanimbary rehetra amin’ny tapany atsimo sy avaratr’i Morondava izay tsy heniky ny rano avy any amin’ny dobon’i Dabaraha intsony.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FIAINAM-PIANKOHONANA : Hanao ezaka kopia ny Kaominina ambonivohitra Mahajanga

Ireo zaza sy olona latsaky ny 18 taona ka tsy manana kopia nahaterahana no voakasik’izany.

Zaza miisa 75 eo no heverina hotratrarina amin’izany. Manomboka anio ny fanentanana, ka ny Kaominina sy fikambanana maromaro no miara-miombon’ antoka amin’izany.

Zon’ny ankizy ny manana kopia nahaterahana ary ilainy hatrany iny amin’ny maha olom-pirenena azy. Izay mila fanazavana fanampiny kosa dia afaka manantona ny Sefo Fokontany sy ny ao amin’ny Kaominina.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FIARAHA-MIASA AMIN’I JAPON : Mampitombo fahalalana ny fisian’ny mpilatsaka an-tsitra-po

Roa taona ihany anefa ny fe-potoana hiasan’izy ireo eto amintsika, ka aorian’izay dia miverina any amin’ny tanindrazany izy.

Ho an’ny Faritra Vakinankaratra dia iraka ambin’ny folo ny isan’ireo mpilatsaka an-tsitra-po Japoney, ka ny telo amin’izy ireo dia nahavita ny asany izay voatery hody any Japon amin’iny volana jona iny. Anisan’izany i Ohira Tsubase izay niasa tany amin’ny Distrikan’ Ambohimandroso sy Fujioka Hirromi niasa tao amin’ny Distrikan’Antsirabe ary Shirakata Kota niasa tany amin’ny Distrikan’i Betrafo.

Nampahafantarin’izy ireo teo anoloan’ny Lehiben’ny Faritra sy ny sampandraharaham-paritry ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ny zavatra vitany nandritra izay roa taona niasany izay.

Na dia teo aza ny fahasahamihafan’ny fitenenana dia tsy nahasakana ny tanjona tian’izy ireo hahatongavana izany dia ny fampianarana asa tanana ny ankizy, fianarana ny fahadiovana sy ny lafiny fahasalamana amin’ny ankapobeny, ny fitaizam-batana ary indrindra ny fampianarana ny kolontsaina sy dihy japoney (Souranbush), ny teny ary sakafo japoney. Nandritra izay roa taona niasan’izy ireo teto Vakinankaratra izay dia maro ny ankizy no nahazo tombontsoa tamin’ny fampianarana noentin’izy ireo. Nananosarotra kosa ny tsy fahampian’ny fitaovana, indrindra teo amin’ny lafiny fanatanjahantena ary indrindra ny tsy fahampian’ny mpampianatra io taranjam-panatajahantena io ho an’ireo sekoly ambanivohitra.

Ho an’ny Distrikan’Ambohimandroso izao dia tovolahy mpanety iray no nanolotena hampianatra ny taranjam-panatanjahantena eny anivon’ny sekoly. Na teo aza izany rehetra izany dia tontosa tamin’ny ampahany ihany ny fampianarana ny kilonga. Nezahina tamin’izany ny fanabeazana ara-tsaina sy ara-batana amin’ny alalan’ny fanatanjahantena.

Ankoatra izay dia hamoaka boky momba ny fampianarana mahandro sakafo malagasy sy japoney I sy Fujioka Hirromi mpilatsaka antsitra-po.Nisaotra ireo mpilatsaka an-tsitrapo ny Lehiben’ny Faritra .Io omaly io dia nisaotra ny Firenena Japoney amin’izao firaha-miasa matotra izao ny Lehiben’ny Faritra, Rakonirina William. Nambarany fa tokony hitohy ary hitohy maharitra ny fisian’ny mpilatsaka an-tsitra-po eto amin’ny Faritra. Maro ny tombontsoa azo avy amin’izy ireo satria ankoatra ny fampianarana momba ny fahasalamana sy ny fampivoarana ny sosialim-bahoaka ary fahaizan’ny zaza Malagasy asa tanana maro dia mahay miteny Japoney ihany koa ny kilonga.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA - FITAKIANA TAMBIN-KARAMA : Raikitra koa ny fitokonan’ny mpiasan’ny Fadin-tseranana

Dingana maro no efa nataon’ireo sendikan’ny mpiasa ny Fadin-tseranana amin’ny fitakiana io tambim-karama io tamin’ny Fanjakana saingy tsy mbola voavaha izany hatramin’izao fa fampanantenaina poakaty hatrany ny valiny, hoy izy ireo. Niroso amin’ny fampitsaharana ny asa rehetra ireo mpiasan’ny Fadin-tseranana rehefa tsy hihaino azy ireo ny Fanjakana. Fe-potoana 48 ora nomen’izy ireo ny Fanjakana, ka isan’ny nampitsahatra ny asany koa ny mpiasan’ny Fadin-tseranana ao Mahajanga mandra-pisian’ny vahaolana ho raisin’ny fitondrana. Fantatra ny androany alarobia dia hiverina handray ny asan’izy ireo ary eo no hamantarana indray ny mety ho tohin’ny fitakiana.

Raha ny vaovao voarain’ireo mpiasan’ny Fadin-tseranana ao Mahajanga dia efa nisy ny fifampiresahana teo amin’ny minisitera mpiahy azy ireo amin’ny fitadiavam-bahoalana ny fitakiana saingy tsy mbola nisy mangirana izany. Miankina amin’ny fanapahan-kevitra raisin’ny Sendika nasionaly no hanohizan’ireo sendika namany any amin’ny Faritra ny toromarika. Manankarena fitokonana tokoa ity Fanjakana ity raha ny zava-misy mandalo eto amin’ny Firenena ary mahay mampanantena ny tsy misy izy ireo amin’ny fitakiana ataon’ireo sendikalista eto Madagasikara.

Hita fa mipoitra isan’andro ny fitakiana ataon’ny sendika rehetra amin’ny fitakiana ny tombontsoany saingy minia manampin-tsofina ny fitondrana Malagasy amin’izao. Ny mpampianatra mpikaroka, ny mpiasan’ny Fadi-tseranana izao indray ireo mpiraki-draharaha izay manambana fitokonana dia mbola sakafo miandry ny Fanjakana izany.

Tolin

Tia Tanindranaza0 partages

TOEKARENA

Fantatra ankehitriny fa teratany Italianina ilay vahiny mpanao vola sandoka ary manaparitaka an’izany ao Nosy-Be.

SOSIALY

Olona roa no maty tao Arivonimamo omaly maraina noho ny fihotsahan’ny trano izay vao namboarina. Enin-dahy no nantsoina hanamboatra trano, nampiakarina rihana iray raha araka ny fanampim-baovao, kinanjo nirodana tampoka avy ao anatiny. Tototra tao izy ireo saingy ny efatra mba avotra ihany rehefa notsaboina faran’izay haingana tao an-toerana. Ny roa ambiny kosa maty tsy tra-drano.

Delegasiona mafonja avy any Sina no tonga eto an-drenivohitra. Izy ireo dia manampahaizana amin’ny fanadihadiana heloka bevava ary miompana avy hatrany amin’ny fanadihadiana ny tena marina momba ilay famonoana sinoa mpivady tetsy amin’ny hotel Paon d’Or etsy Ambohibao. Misy mpitsara, polisy siantifika ary mpitsabo ao anatin’ilay delegasiona. Hatao hatramin’ny fijirihana ny razana raha araka ny fantatra. Omaly ihany koa dia efa natao ny famerenana ny fisehoan’ny heloka bevava izay nolazaina etsy ambony. Tamin’ity raharaha ity dia efa nisy sinoa iray nidoboka am-ponja eny Tsiafahy rehefa voasambotra. Jiang Shao Wei ny anarany. Tsy mbola ampy izany ho an’ny governemanta sinoa izay nandefa manampahaizana eto amintsika.

ASA FANAOVAN-GAZETY

Misesy ny mpitsabo izay mitsidika an’i Fernand Cello ao amin’ny fonjan’Ihosy. Izy ireo dia iraky ny fikambanana miaro ny zon’olombelona ary mizotra mankany amin’ny fitakiana ny famoahana an’io mpanao gazetin’ny Radio Jupiter io ny tanjon’izy ireo. Tsiahivina fa narary io farany tamin’ny fotoana nisamborana azy ary mbola nitohy ny aretiny nandritry ny fanadihadiana azy teny amin’ny mpitandro ny filaminana sy ny fampanoavana. 

FITATERANA

Mitaraina mafy ny amin’ny hafitsok’ireo taksibe ao amin’ny zotra 133 sy Kofitama mihazo an’Itaosy amin’izao fotoana ireo mponina eny an-toerana. Tsy misy tonga any Analakely intsony mantsy izy ireo na maraina na hariva fa dia manary olona eny am-pandehanana hatrany toy ny eny Ampefiloha. Mba hahafeno ny fiaran’izy ireo anefa dia mandainga amin’ny mpandeha izy ireo ary samy milaza ny ho any Analakely avokoa.

Velon-taraina ny amin’ny haratsian’ny lalam-pirenena faha-71 mampitohy ny distrikan’i Bealanana sy Antsohihy amin’izao fotoana ireo mpampiasa lalana any an-toerana. Tsy misy afa-tsy ny fiara tsy mataho-dalana toy ny 4x4  ihany mantsy no afaka mampiasa azy. Tsy maintsy akarina ambonimbony kokoa mba tsy hikasoka ny fiara toy ny Sprinter sy ny Mercedes.

Efa  miomana sahady amin’ny fankalazana ny fetin’ny pentekosta indray ny rehetra. Ireo karazana kojakoja toy ny atody izay miaka-bidy hatrany, ny paty, ny sardine no efa manomboka be mpividy ankehitriny, toraka izany koa ny menaka.

FAMPIANARANA

Tsy nahazo niditra tao an-tsekoly ireo mpampianatry ny lisea Laureny Botokely Toliara omaly nandritra ny fitokonana notanterahin’izy ireo. Teny ivelany izy ireo no navela nidanaka raha mbola nidina tamin’ny rojovy ihany koa ny vavahady.

 

Hotanterahina ny 15 sy ny 16 jona ho avy izao ny fanadinana  fifaninanana hidirana ho polisim-pirenena ho an’ny tanora karakarain’ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena.  Betsaka ireo efa miomana fatratra. Toy  izany koa ireo sekoly  manome fiofanana mifandraika amin’izany. Ho an’ny CAES etsy Ankazotokana  manokana dia anisan’ny laharam-pahamehana ho azy ireo ny ady amin’ny kolikoly izay tena mampitaraina ny mpiadina tokoa.

FAHASALAMANA

 Betsaka amin’ireo renim-pianakaviana tonga miteraka sy mitondra zaza hotsaboina ao amin’ny hopitalin’ny zaza Ambohimiandra amin’izao fotoana izao no tsy manana fahafahana hividy fanafody. Manao izay ho afany ny hopitaly ka misy ny fizarana fanafody ho an’ireo hita fa tena tsy afaka na dia tsy misy aza ny fanampiana avy amin’ny fanjakana.

Manjaka tanteraka amin’izao fotoana izao ny halatra lavanila sy omby any amin’ny distrikan’i Bealanana raha araka ny fazavan’ny solombavambahoaka voafidy any an-toerana Volahaingo Marie Therese.  Voatery manao fitsaram-bahoaka ny olona izay fantatra  fa efa reraky ny mamboly sy miompy ihany koa nefa dia mahazo vahana ny mpangalatra.

Betsaka amin’ireo ampahan-dalana ao anatin’ny kaominina ambanivohitra Alakamisy Fenoarivo  Atsimondrano ankehitriny no efa potika tanteraka ka mila fanamboarana. Anisan’izany ny mihazo an’i Vontovorona izay tena mampitaraina ny maro tokoa, indrindra fa rehefa fotoana fitsangatsanganana.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fampianaranaTsy omen’ny mpitondra lanja, hoy ny Seces

Na ny vahoaka aza mahatsapa fa faralahin’asa ny fampianarana sy fikarohana, hoy ny filohan’ny sendikan’ny mpampianatra mpikaroka (Seces) eto Antananarivo, Sammy Grégoire Ravelonirina.

Izay tsy mahita asa rehetra mantsy dia mirona any avokoa. Tsy mahagaga, raha tsy mandroso ny firenentsika satria tsy omena lanja ity sehatra ity. Manao antso avo amin’ny mpitondra mba hanome laharam-pahamehana io kitro ifaharan’ny fampandrosoam-pirenena io. Raha tsy manana vina ny mpitondra dia horebireben’ny hery avy any ivelany hatrany. Miantso ny rehetra mba hanome laharam-pahamehana ny tombontsoam-pirenena aloha vao ny an’ny any ivelany. Omaly moa dia nanao dinika mikato-trano teny Ankatso ireo mpampianatra mpikaroka mivondrona ao anatin’ny Seces mba hifampita vaovao sy nidinika mikasika ny tohin’ny hetsik’izy ireo.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

DidimpoitraEfa azo atao amin’ny vanim-potoana rehetra

Efa azo atao amin’ny vanim-potoana rehetra misy ny didim-poitra, araka ny fanazavan’ny dokotera Fidy Bariniaina fa tsy voatery ho amin’ny vanim-potoanan’ny ririnina tahaka izao ihany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Setro-tsigaraNy manodidina ilay mpifoka no tena voa mafy

Maro ireo olona mpifoka sigara amin’ny ankapobeny. Mahatratra 6 tapitrisa isan-taona, mantsy maneran-tany, ireo olona voasarika hifoka izany. Folo taona no kely indrindra amin’izany, amin’ny ankapobeny, raha mihoatra ny 70 taona no zokiny indrindra.

 

 Eo an-danin’izay anefa dia mahatratra 600.000 ihany koa ireo olona mitondra faisana vokatry ny setroka sigara aparitak’izy ireny, izay miteraka aretin’ny taovam-pisefoana, ohatra, indrindra eo amin’ireo voasokajy ho marefo. Ny 25 %-n’ny setroka sigara fohan’ny olona iray ihany mantsy no mankany aminy, araka ny fanadihadiana natao, fa ny 75% dia miparitaka manerana ireo olona manodidina azy avokoa. Ankalazaina anio alarobia 31 mey ny andro  maneran-tany iadiana amin’ny fifohana sigara sy ny fihinanana paraky. Hetsika goavam-be no entina hanamarihana izany, ho antsika eto an-drenivohitra hiarahana amin’ny sampandraharaha misahana izany sy ny ONG SAHA. Hisy ny fanentanana maro samihafa atao amin’ny sarababem-bahoaka, arahin’ny fampahafantarana ilay làlana efa nisy hatramin’izay, fa tsy azo atao mihitsy ny mifoka sigara amin’ny toerana mihiboka. Lohahevitra ampitondra ny hetsika moa ny hoe : “Sakana amin’ny fampandrosoana ny rehetra ny fifohana sigara”.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dr Pierre-SansFirenena mahantra indrindra faha-5 i Madagasikara

Vao 1 volana monja ny Dr Pierre-Sans manampahaizana manokana amin’ny fitiliana ny aretina « autisme » ary efa nahasoratra boky maro mahakasika izany no tonga teto Madagasikara araka ny fanasan’ny fikambanana Autisme Madagascar azy nanao fitiliana ireo voan’ny « autisme »

 

 eto amintsika ka naharay olona 73 teto Antananarivo sy tany Moramanga sy nanome fiofanana an’ireo dokotera mpitsabo Malagasy sy « paramedicaux » maro ary mpiasa amin’ny sehatry ny fahasalamana sy ray aman-drenin’ankizy koa aza dia efa nahafantatra amin’ny ampahany an’i Madagasikara sy ny tontolony ka nahasahy nilaza fa firenena faha-5 eran-tany mahantra indrindra ity nosy Malagasy ity. Ny hanao « diagnostics » ankizy maimaimpoana ankizy Malagasy miisa 75 araka ny vinan’ny Autisme Madagascar dia mety ho azo atao ihany fa izay hoe hahazo « prise en charge » mitovy amin’izay azo any Eoropa dia tsy tokony honofinofisin’ny Malagasy mihitsy. Nambarany fa 1% ny olona voan’ny aretina « autisme » tsy azo sitranina eto Madagasikara. Noho ny mahalafo ny saram-pitsaboana atao amin’olona tratrany dia fanohanana ara-tsaina no nomena an’ireo fianakaviana sahirana Malagasy manana marary. Manahirana indrindra eto Madagasikara, hoy izy, ny fihinanan’ny marary fanafody fahatany sy fandidiana ORL fahatany ataon’ireo  mpitsabo Malagasy ireo voan’ny « autisme ». Ny hany mba nankasitrahako, hoy izy, dia ny tsy fanavahan’ireo sekoly ny zaza voan’ny « autisme » fa raisin’izy ireo tsara izay tena teboka goavana tokony hotazonina. Mbola hiverina tsy ho ela eto Madagasikara hanao ny fitiliana ataony ny Dr Pierre-Sans.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy vonon-kihavana !

Samy mivoy ny resaka fampihavam-pirenena ny ankamaroan’ny hery politika eto amin’ny firenena amin’izao fotoana. Hatramin’ireo hery politika matanjaka sy manohitra ny fitondrana, toy ny antoko Tiako i Madagasikara aza dia mivoy an’izany satria izay no hany tokana hivoahana amin’ny krizy.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalàna momba ny sekolim-pinoanaTena mety ho an’ny sekoly FJKM, hoy Raharinaivo Falimanana

Anisan’ny niteraka resabe teny anivon’ny fiarahamonina teo aloha ny momba ireo sekolim-pinoana izay tsy mahazo mampivavaka mpianatra mihoatra ny ora dimy isan-kerinandro.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fandaminana eny AnalakelyMpivarotra 320 nafindra toerana

Ao anatin’ny vanim-potoanan’ny fety isika izao, ka nisy ny fandaminana an’ireo mpivarotra amoron-dalana teny anoloan’ny Esplanade Analakely nataon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra omaly talata 30 mey 2017.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanKely sisa

Aleo dia mionona ry Jean hoe efa kely sisa dia hifarana ny fahoriana a ! Izay maharitra ihany, hono, no ho voavonjy amin’ny farany e !

 Soa ihany ianareo fa mampanantena lalandava ka dia mahatsiaro voky ihany izahay na dia tsy tanterahanareo akory aza ireny fampanantenanareo ireny. Atao ahoana fa toy ireny voky rivotra rehetra ireny e ! Tsy mbola nidiran’ny rivotra aloha na mety efa nidirany matetika ihany fa efa zatra angamba. Mahari-pery izahay fa aza matahotra ianao e ! Manisa enina sisa dia mitsahatra ny fanaintainana e ! Hifarana amin’izay ity fitokonana volena sy vahaolana efa tsara tahiry anaty vata fampangatsiahana lava ity kanefa toy ny sakafo tsy maharitra an-kibo avy eo. Asa aloha ry Jean na mba manao ahoana ny fandraisanao izany vetsovetsom-poko izany fa dia mivavaka ho anao sisa azo atao e !

Marco mahari-pery

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaTena misy depiote nahazo 4X4

Na dia maro aza ireo solombavambahoaka no nilaza ho tsy mahalala ny fisian’ny fanomezana ilay 4 X 4 double cabine Mazada BT 50 dia voaporofo an-tsary nalain’ny mpanao gazety teny an-toerana ny fisitrahan’ireo depiote vitsivitsy voafidy manokana nisitraka izany.

Sarotra aloha ny hino fa aty amin’ny faramparan’ny « mandat » an’izy ireo dia ho sahy hanala « traite » 4 x 4 an-tapitrisany ireto depiote eny Tsimbazaza ireto. Mandeha ny feo eny an-toerana ankehitriny fa misy firesadresahana tamin’ireo  depiote tsy an-kanavaka na amin’ny vondrona parlemantera inona na avy amin’ny antoko inona, ny hanomezana azy ireo an’io 4 x 4 io rehefa manaiky fa hanohana ny kandidàm-pitondrana Hery Rajaonarimampianina amin’ny fifidianana hatao amin’ny taona 2018. Heno koa etsy an-kilan’izay fa matoa tsy tohizana ny fanamboarana ny lalam-baovao natao tamin’ny Frankofonia mivoaka etsy 67 ha iny na dia efa hiaraha-mahita aza ny hafitsoky ny amboteazy eto an-drenivohitra, dia satria tafiditra ao anatin’ny kajikajy ho famalifaliana ny vahoaka hifidy an’ity kandidà ity ihany amin’io taona 2018 izany ka tsy hokitihana intsony raha tsy tonga ny fotoanan’ny fampielazan-kevitra amin’io taona io.

Rabri

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Ampitatafika Mandeha tsara ny fandoavan-ketra

Tontosa ny fampanantenan’ny Ben’ny tanàna Rado Ramparaoelina fampisitrahana traktera ny vahoakan’Ampitatafika. Efa mirotsaka tanteraka amin’ny fanampiana ny fiarahamonina eny an-toerana ity fitaovam-pamokarana ity nanomboka ny volana martsa 2017.

 Afaka mampiasa azy avokoa ny olona rehetra ao amin’ireo fokontany mandrafitra ny fari-piadidiana. Laharam-pahamehana anefa ny fifampitokisana eo amin’ny mpitantana sy ny vahoaka izay tokony ho hita taratra amin’ny hetra aloan’ny mponina sy ny asa fampandrosoana, araka ny fanazavany. Fomba iray nentin’ny kaominina ambanivohitra Ampitatafika hatramin’ny taona 2008 hanamafisana io fifandraisana mivantana amin’ny mponina io rahateo ny fikarakarana hetsika ankalamanjana isaky ny 25 jona ho fampitomboana io fifaneraserana eo amin’ny mpiara-monina io. Homen-danja hatrany ireo mpanakanto ao anatin’ny fari-piadidiana ny tanàna ankoatra ny fanasana artista malaza iray isan-taona. Hiaraka hankalaza ny fetin’ny Fahaleovantenan’i Madagasikara amin’ity taona 2017 ity eny an-toerana i Francis Turbo, araka ny fivoriana fanomanana niarahan’ny roa tonta ny alatsinainy teo.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Force de changement »Tsy ho tafatsangana eto ny fitsarana ambony

Nifamotoana teny amin’ny foiben’ny antoko AKFM etsy Andravoahangy ambony omaly ireo hery politika nivondrona ho ao anatin’ilay antsoina hoe « Force de changement » na hery fanovana izay najoro ny alarobia lasa teo.

Mirija

La Vérité0 partages

Machine grippée !

La machine administrative se porte mal. A l’approche de l’hiver, l’appareil de l’Etat serait atteint de la grippe et ne tourne pas comme il faut. Un Etat à l’état fébrile ! Certaines pièces… maîtresses grincent et risquent même de stopper net, d’un moment à l’autre, le fonctionnement du moteur, en général. Pour le cas d’espèce, le conducteur de l’engin manque parfois de vigilance ou de prudence. Il veille, très rarement, au bon fonctionnement de l’appareil. Il néglige souvent l’entretien périodique. Et le véhicule se trouve sur le point d’être fichu. En cours de route, des bruits bizarres se font entendre, mais le « chauffeur » n’en a cure. Il continue son chemin comme si de rien n’était. Et voilà, les couacs commencent à … péter.

Point n’est plus besoin de recourir à de longues et difficiles rhétoriques pour, enfin, saisir la teneur et le contour de la métaphore empruntée. Le rouage administratif de l’Etat malagasy peine à tourner normalement. Le spectre de la paralysie plane et pèse lourdement. Quand l’enseignement supérieur débraye ! Quand le circuit du marché des viandes de bœuf dans tout Madagascar est au bord du blocage ! Quand le service de la douane ferme les bureaux, ne serait-ce que 48 heures ! Quand les agents de greffe menacent de faire la grève ! D’autres risquent d’emboiter le pas. Ce sont autant des secteurs-clé, des pièces maitresses, qui contribuent à la bonne marche de la vie quotidienne des citoyens et celle de la machine de l’administration. Et quand celles-là se trouveraient dans de mauvaises conditions, voire, sous la coupe d’un arrêt général, alors le pays tout entier en pâtit. 

En fin de compte, les observateurs ne courront pas les quatre chemins pour y voir l’origine du mal. Le Chef de l’Etat, principal conducteur et garant de la bonne marche de l’appareil administratif de la République, se défile devant ses responsabilités. Le peuple l’a élu pour s’occuper de son sort, et ce, en priorité. Les promesses non tenues touchant, surtout, les conditions vitales des agents faisant tourner la machine dans certains domaines d’activités-clés de l’Etat attisent les feux. Les enseignants de l’université, las d’attendre la concrétisation des décisions déjà prises des années auparavant, relatives aux avantages dus à leurs fonctions, jugèrent utile d’intensifier la pression en suspendant les cours.

Les douaniers qui réclamaient des considérations, depuis un certain temps, concernant les avantages liés à leurs charges, ne pouvaient plus rester inactifs face à la politique de la sourde oreille du ministère de tutelle. La douane qui fait entrer dans la caisse de l’Etat au moins 5 milliards d’ariary par jour. Les greffiers ne tolèrent, non plus, de la tergiversation des responsables compétents pour se pencher à s’occuper de leur cas.  

En fait, les dirigeants respectifs des mouvements de grève protestent et ne digèrent pas le fait que les tenants du régime préfèrent donner satisfaction aux caprices des politiques. Ils privilégieraient, d’abord, à accorder des faveurs aux élus de Tsimbazaza et d’Anosikely. L’histoire de se rassurer les arrières. En somme, la nécessité de jeter les bases solides aux fauteuils dorés passe avant les intérêts, quelconques, des agents de l’Etat. La machine grippée, négligée voire oubliée, se porte très mal. Apparemment, ses jours sont comptés.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Football- D1 Analamanga - Elgeco Plus, champion avant l’heure

On commence à connaître la chanson. Depuis 2013, le nom du tenant du titre la ligue Analamanga n’a jamais changé.  A la 16eme journée, Elgeco Plus est déjà irréprochable et conforte sa place de  leader au championnat de la ligue régionale Analamanga première division.

 L’équipe s’approche de son 2ème titre consécutif pour cette année.  Le quatrième, en fait, depuis que le club a changé de nom.  En effet, les hommes d’Oelison Rafanomezantsoa dit  «Careca », coach de l’équipe, n’ont jamais tremblé. Elgeco Plus mène  6 points d’avance devant son dauphin l’As Adema (30 points), alors que ces deux équipes ont encore deux matchs à jouer. Par ailleurs,Tana Formation complète le podium avec 31 points après sa victoire (2-1) face à Mi20, à l’issue  de la 16ème journée d’hier à Carion. Il ne reste plus qu’un match pour Tana Formation tandis que pour  l’As Adema, il aura encore du pain sur la planche aujourd’hui face au COSPN pour le compte de la 16ème  journée. 

Le Grand tournoi annulé 

La ligue Analamanga a prévu d’organiser un grand Tournoi avec quatre grands clubs dans la Capitale, à la fin du championnat. Et ce, avec Elgeco Plus, Fos Junior, Adema et les expatriés. Aux dernières nouvelles,  le tournoi a été annulé car les organisateurs n’ont pas eu l’aval de la Fédération malgache de football , selon une source au sein de la ligue.  Du côté de la fédération « Aucune lettre officielle n’a  encore été reçue par l’instance du football. Mais au contraire, la Fédération y  sera favorable s’il y a quelqu’un  qui prendra en charge l’organisation pour évaluer les expatriés à nos joueurs. Mais rien n’est encore concret », annonce François Débon, directeur technique national. Pour revenir au championnat régional, concernant Elgeco Plus, le plus difficile est déjà fait après avoir battu la formation de l’aéroport d’Ivato (4-1), lors de la 14ème journée alors que la semaine dernière, les protégés de Raniry ont été surpris par le FC Mama (0-1) et une défaite  ayant  bloqué le compteur.  Logiquement, Elgeco Plus est déjà sacré avant l’heure.  Ce jour, l’équipe disputera l’avant dernière journée (16ème journée) face à FC Tana, lanterne rouge du classement (5 points). Même deux défaites ne balanceront  pas Elgeco Plus de sa position de vainqueur. A noter que SabNam a été battu (0-1) par l’Uscafoot hier et FC Tana reste dans la zone de relégation après le  classement provisoire.

 Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Affaire « La Croyance » - Huit mois d’emprisonnement avec sursis pour l’enseignante

Affaire close ? L’enseignante qui a giflé une élève au sein de l’Institution « La Croyance » à Anjanahary, au début du mois d’avril dernier, écope d’une peine de 8 mois d’emprisonnement avec sursis. Tel est le verdict du Tribunal hier, suite au procès qui s’est tenu  mercredi  dernier.

En fait, les parents de la victime ont porté plainte contre l’institutrice pour insultes suivies de coups et blessures volontaires. L’élève, en classe de terminale, était dans l’incapacité de suivre les cours pendants 9 jours, selon les informations recueillies. Après son déferrement au Parquet le 6 avril dernier, la présumée a été placée sous mandat de dépôt à Antanimora où elle a attendu son procès et la sortie du verdict y afférente.    Venus nombreux pour le jugement, bon nombre d’enseignants et responsables auprès de ladite institution privée se disent satisfaits de l’aboutissement de l’affaire. Des leçons ont pu être tirés de cette histoire, tant pour les élèves que les enseignants, d’après leurs dires. D’ailleurs, l’enseignante et l’élève se sont serrés dans les bras à la sortie du Tribunal, à la grande surprise de tous.  D’ailleurs, la lycéenne semble se porter mieux et se dit prête à passer l’examen du baccalauréat dans la sérénité. En dehors de ce volet judiciaire, la décision administrative du ministère de tutelle à l’endroit dudit établissement reste valable. Il s’agit, rappelons-le, du retrait de l’autorisation d’enseigner de l’enseignante auteure de « violences », d’une part. De l’autre, l’autorisation d’ouverture du lycée et du préscolaire auprès de l’institution est irrévocable, à cause des infrastructures hors normes ou encore de la méthodologie d’enseignement hors normes. Des décisions contestées par les parents d’élèves lesquels n’envisagent pas de rester les bras croisés…

Patricia  Ramavonirina

La Vérité0 partages

Danse - Un projet artistique commun entre Madagascar et Maurice

Les collaborations artistiques entre les deux pays ont toujours existé depuis plusieurs années pourtant, aucun projet concret n’a eu un aboutissement à long terme jusqu’à présent. Tout de même, ce lien a été maintenu grâce aux efforts, au dynamisme et à la confiance du directeur artistique et chorégraphe de la compagnie « Danse Cité » à Maurice, Jean Renat Anamah, qui répond continuellement aux invitations des festivals et plateformes artistiques se tenant à Madagascar.

Mais le lien et l’amour commun pour la danse entre ce dernier et le chorégraphe malgache Andriamoratsiresy Ariry, de la Compagnie Rary, ont également permis de mettre en place plusieurs manifestations culturelles toujours dans le but de promouvoir l’art de la danse dans les deux pays. D’ailleurs, leurs chemins se sont régulièrement croisés, que ce soit dans la Grande île ou à Maurice comme sur la scène internationale dans le cadre de tournées de leurs compagnies respectives notamment à La Réunion, en Belgique, aux Etats-Unis. En 2016, Jean Renat a été invité à présenter son solo mais aussi à collaborer avec des chorégraphes et une chanteuse malgache lors du « festival 321 » organisé par avec les compagnies Rary et Lovatiana. Avec Manantenasoa Judith Olivia, Leong Sang Géraldine, Rakotondrasoa Harivola, Raminosoa Njaratiana et Dina Nirinasoa Hanitriniaina, ils ont donné une belle prestation à l’Institut français de Madagascar (Ifm).

 En avant !

Ainsi, pour cette année, deux projets sont en vue notamment la continuation de la pièce « Hide Seek » à Madagascar en août 2017 dans le cadre de la 7e  édition du laboratoire d’écriture  chorégraphique « Labdihy » ainsi que la mise en place du projet « Jary » initié par Andriamoratsiresy Ariry dont la première étape se déroule actuellement à Maurice. L’idée de ce projet est d’élargir le champ de rencontres au-delà de Jean Renat Anamah qui travaille depuis plusieurs années à créer une relève de danseurs à Maurice à travers son école et à faire des propositions chorégraphiques qu’il s’efforce de diffuser non seulement à Maurice mais aussi dans l’océan Indien. La première étape du projet a déjà commencé depuis le 29 mai dernier, jusqu’au 4 juin prochain à Maurice. Deux artistes malagasy, Andriamoratsiresy Ariry, directeur artistique du projet, et Razanamaro Tantely Chantal, chorégraphe designer, sont déjà sur place pour rencontrer des artistes et opérateurs culturels mauriciens. Au cours de leur séjour, seront programmés des  ateliers d’échanges artistiques, des rencontres professionnelles et des visites d’ateliers que Jean Renat Anamah aura organisées préalablement. Notons que les ateliers d’échanges artistiques seront ouverts aux artistes mauriciens de différentes disciplines comme la danse, la musique, le chant, l’art plastique et bien d’autres. La deuxième étape consiste à faire venir deux artistes mauriciens, Jean Renat Anamah et un sélectionné lors de la première étape du projet « Jary » à Madagascar du 7 au 13 août 2017 pour poursuivre le travail de résidence de la pièce de collaboration chorégraphique « Hide and Seek ». Une résidence de création sera aussi au programme

T.A.

La Vérité0 partages

Prison de Manakara - Des agents pénitentiaires contestent une décision de justice

Manakara est en ébullition après la décision de la Justice pour condamner trois agents pénitentiaires, mardi. Un prisonnier a porté plainte contre ses gardiens de prison pour torture et agression physique, preuves à l’appui. Résultat, l’affaire a été portée devant le Tribunal, mardi. Verdict : Deux agents pénitentiaires ont écopé d’une peine d’emprisonnement de 2 ans ferme tandis qu’un troisième a été condamné à deux ans avec sursis.

Sitôt le juge eut-il prononcé la sentence que tous les collègues des incriminés ont violemment réagi. Ils ont alors semé la pagaille dans le Tribunal, selon les informations. Parallèlement, les mutins ont décidé de fermer sur-le- champ la prison avec en prime leur initiative de faire retourner tous les détenus prévus être jugés dans leurs cellules de détention respectives, toujours la journée du mardi.

Mais toutes ces gesticulations des gardes, visant à protester la décision de la Justice, n’ont pas empêché cette dernière d’incarcérer leurs deux collègues en cause. Cette affaire a donc bien prouvé que le dernier mot appartient au juge, quel que soit le statut ou la fonction de l’incriminé. D’autant plus que la victime détient les documents médicaux émanant de l’hôpital public et prouvant les séquelles physiques des sévices qu’il a endurées. Cette affaire semble n’être pas prête de se normaliser  et la tension reste encore palpable sur place.

L’on signale alors que les agents pénitentiaires de la ville de Manakara font un sit-in devant la maison de détention locale. Ils y déploient des banderoles portant la teneur de leurs revendications. Pire, ils ont remis la clé de cette prison entre les mains du Tribunal avec toutes les conséquences néfastes que cela puisse causer. En effet, les détenus y sont livrés à leur sort, faute de la présence leurs anges gardiens. Malgré un calme trompeur qui a régné dans le centre de Manakara hier, le député de cette ville du Sud-est a quand même tiré la sonnette d’alarme à l’endroit du ministère de la Justice pour étudier une solution rapide à ce problème, qui est loin d’être minimisé.

Les évènements de Manakara montrent une fois de plus que le corporatisme au niveau de chaque entité des Forces de l’ordre, est toujours susceptible de dégénérer à tout moment. L’on se souvient des policiers d’une force spéciale incriminés il y a quelques années et dont l’affaire a failli basculer dans un bain de sang au Tribunal d’Anosy, les policiers ayant refusé de livrer leurs camarades incriminés à la Justice. Il y a à peine quelques mois, l’affaire concernant l’agression mortelle d’un magistrat à Toliara, a abouti sur le même type d’escalade. La tension a été telle que policiers et gardes pénitentiaires étaient à deux doigts de se tirer dessus. Tout cela n’est que le résultat du manque de poigne de l’Etat, lui-même en état de déliquescence à cause de la guerre intestine qui fait s’entre-déchirer les dauphins du chef de la magistrature et qui le ronge en ce moment. 

Franck Roland

La Vérité0 partages

Avenir d’Air - Madagascar Air Austral rassure

Suite à l’article de la presse en ligne publié le 27 mai dernier concernant la situation économique d’Air Austral, partenaire stratégique d’Air Madagascar pour son redressement, Air Austral a publié en date du 30 mai un communiqué sur la réalité et les « rumeurs ».

En effet, Air Austral insiste sur le fait que l’article a été truffé de nombreuses erreurs et d’approximations. Il a laissé entendre que la compagnie aérienne Air Austral  s’apprêtait à connaître des difficultés financières à plus ou moins court terme. « Cet article était fondé sur des extraits d’une note diffusée en interne à l’entreprise et au personnel de la compagnie, faisant le point sur le contexte concurrentiel et les données du marché en cette période de basse saison, et cela, afin de les informer des dispositions d’ajustement prises en bon gestionnaire par la direction et surtout de les mobilier »,  justifie le communiqué d’Air Austral. La réalité n’a rien à avoir avec cette information alarmiste. L’exercice 2016-2017 qui s’est achevé le 31 mars dernier devrait être positif, et il sera annoncé bientôt après la consolidation définitive des comptes.

Prudence et prévention

« Les administrateurs d’Air Austral, les investisseurs contactés dans le cadre du partenariat stratégique avec Air Madagascar en sont pleinement informés. L’exercice suivant, pour lequel un bilan prévisionnel a été établi de manière prudente, prévoit que les résultats, impactés par les profonds changements à venir, soient un peu moins bons. Il n’en reste pas moins que les dispositions prises de manière préventive devraient permettre à l’entreprise de respecter son plan de marché dont l’objectif est de terminer sur un résultat net positif », précise le communiqué.  Ainsi, Air Austral reste optimiste mais prudente quant à la situation actuelle du marché. Un effort de communication est observé, mais il faudrait encore améliorer la transparence étant donné que la situation d’Air Madagascar, une société nationale, préoccupe plus d’un. 

D.H.R.

La Vérité0 partages

Eco-conception - Une carrosserie en fibres naturelles pour la « Mazana 2 »

Innovant et original ! L'équipe de l'association Jute Lab est arrivée dans nos murs et a commencé depuis quelques semaines l'aventure Agami avec les équipes de Karenjy, constructeur automobile malagasy. Les concepteurs comptent se lancer dans l'éco-conception pour faire de la carrosserie de la « Mazana 2» une carrosserie en fibres naturelles.

Une initiative qui entre dans le cadre du projet Agami de l'association Jute Lab. « Ils passeront d'abord 2 mois à l'usine pour faire une recherche sur la possibilité de fabrication de la carrosserie du modèle "Mazana 2" en fibres de jute, plutôt qu'en fibres de verre. A terme, cette étude pourrait permettre de diminuer les impacts écologiques des véhicules et d'améliorer les conditions de travail des opérateurs », a-t-on lu sur le site web de Karenjy. L'association Jute Lab mène des travaux de recherche et de développement sur de nouveaux matériaux composites au Bangladesh. Des matériaux fabriqués à partir de fibres de jute, une sorte de jonc très textile qui croît en Bengale, des produits innovants à forte incidence écologique, économique et sociale. 

Projet Agami

Le 7 mars dernier, l'association Jute Lab a officialisé le lancement du projet Agami. Agami, en bengali, signifie  « prochain » ou « suivant ». Après le nautisme, les sports de glisse et le mobilier, Jute Lab veut s'investir dans le secteur automobile et la réalisation du premier « concept-car» à carrosserie en composite de jute. Les objectifs du projet sont pour cette année de développer un nouveau matériau, en 2018 d'assembler un car et en 2019 de réaliser une expédition automobile.  

Commandes toutes  réalisées

Les commandes du Mazana II pour cette année 2017 sont quasiment toutes réalisées. La « Mazana II » est le premier modèle de véhicule 4x4 malagasy lancé sur le territoire national et en France. Doté d'un moteur diesel de type Peugeot ou Citroën, cette voiture a une contenance de réservoir de 60 litres, avec une consommation moyenne de 7 litres au 100 kilomètres, un mode 4x4 Dangel et des places pour six personnes. La  « Mazana II » possède trois versions : Essentiel, Endurance et Prestige. Elle est disponible en cinq couleurs : beige, « pastel blue », « telegrau 4 » (un mélange entre le blanc et le beige), « telegrau 2 » (un air de gris) et « jet black » (noir). Le coloris intérieur peut également être diversifié entre le « telegrau 2 », le skaï simili cuir et le simili cuir « Boss ». Actuellement, cette voiture peut être personnalisée. L'acheteur peut créer son propre style et le moduler selon sa volonté. Pour ce faire, il suffit de contacter le constructeur.   

Tiasoa  Samantha

Madagascar Tribune0 partages

La conférence des évêques de Madagascar dénonce l’instrumentalisation du « vahoaka »

La Conférence des évêques de Madagascar (CEM) a sorti un communiqué relatif aux évènements actuels, notamment sur les manifestations politiques et sur la décision de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC). La CEM dénonce l’instrumentalisation du « Vahoaka » par les politiques à des fins purement politiques et individuelles. « Tous scandent œuvrer pour le bien commun de la population mais combien de folies ont été faites au nom de ce « Vahoaka » », s’interroge la CEM.

Pour la CEM, la Haute Cour Constitutionnelle a déjà sorti sa décision ; n’en déplaise à certains la décision prise par cette juridiction ne peut pas être remise en question ni n’est susceptible d’un quelconque recours.

La Conférence des évêques invite ainsi les politiciens à se focaliser sur la suite du processus, à savoir des élections libres et transparentes, notamment les présidentielles, une élection cruciale pour l’avenir du pays et de ses citoyens. Le vote garantit l’égalité des droits et des devoirs de tout un chacun qui se considère encore citoyen. Un vote qui ne devrait en aucun cas être acheté ou biaisé par les manœuvres et propagandes politiques, soutient la CEM.

Madagascar Tribune0 partages

Les avocats de Hery Rajaonarimampianina déposent une demande d’éclaircissement sur la décision de la HCC

Les modalités de la décision de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) du 25 mai dernier relative à la requête aux fins de déchéance du président de la République continuent de créer le débat, même dans le camp présidentiel.

Une demande d’avis pour éclaircissement des dispositions de cette décision a été déposée hier à la HCC par les avocats du président de la République. Cette demande d’avis a été faite, d’une part, pour éviter toute fausse interprétation, et d’autre part, pour s’assurer que l’exécution de la décision du 25 mai 2018 soit réalisée dans le respect des dispositions constitutionnelles en vigueur, annonce la Présidence.

« Pour ne plus revenir dans une crise, il faut absolument qu’on puisse exécuter la décision de la HCC. Or, il se trouve que certains points sont obscurs, ou carrément impossibles à exécuter », déclare Maitre Charlotte Ramanase, une des avocats de Hery Rajaonarimampianina.

Les éclaircissements demandés à la HCC porteraient notamment sur la signification de certains « considérant », et de certains articles de ladite décision, ainsi que sur les bases constitutionnelles des actes et des mesures d’exécution que le Président de la République et les autres institutions sont censés prendre. Entre autres le délai d’exécution dont la dissolution du gouvernement, et la question des prérogatives attachées à la fonction du président de la République.

En effet, la décision de la HCC impose la dissolution du gouvernement actuel pour faire place à un gouvernement de consensus. Une disposition qui d’après les avocats du président de la République serait contraire à la Constitution.

Maitre Tantely Rakotonirina, un des avocats du président de souligner que « l’article 54 de la Constitution dispose que la dissolution ou non du gouvernement est du seul ressort du président de la République. Ainsi, on voulait que la HCC apporte son avis par rapport à la question ».

Manœuvre dilatoire

Pour les partisans de l’opposition, cette nouvelle requête de la partie présidentielle n’est qu’une manœuvre dilatoire de plus pour s’extraire du délai d’exécution imposé par la HCC par rapport à sa décision. Les dispositions et les délais d’exécution des décisions prises par la HCC sont claires selon eux, la HCC ayant précisé jusqu’au nombre de jours comptant délai. Le fait est que la présidence de la République se soit hâtée dans la mise en place de la Haute Cour de Justice (HCJ), prouve que la décision de la HCC apparait claire à ce sujet.

Si la démission du Premier ministre Olivier Mahafaly était attendue hier, cela ne s’est finalement pas fait. Le régime Rajaonarimampianina chercherait-il à prolonger un peu plus son temps ?

Dans le camp de l’opposition en tout cas, la proposition de noms de la part du parti MAPAR, considéré comme étant le parti majoritaire, a déjà été déposée auprès de la présidence de la République et de la HCC. Si l’on s’en tient à la décision de la HCC, Hery Rajaonarimampianina aura jusqu’à ce vendredi 1er juin pour nommer celui qui succèdera à Mahafaly Solonandrasana à Mahazoarivo.

Madagascar Tribune0 partages

Une commission mixte franco-malgache pour « les îles Eparses »

Une commission mixte sera mise en place pour « régler le problème des îles Eparses » entre la France et Madagascar. Cette information a été révélée par Emmanuel Macron et Andry Rajoelina à l’issue de leur rencontre à l’Elysée mercredi dernier. Une commission mixte, qui n’est pas une idée nouvelle puisqu’elle déjà été mis sur pied en 2016 durant le mandat de Hery Rajaonarimampianina et de François Hollande. Toutefois, cette fois-ci les deux chefs d’États se sont donnés une échéance pour trouver une solution en 2020.

«  Aujourd’hui, il y a encore une réalité qui nous fait mal. L’appartenance des îles Éparses est une question d’identité nationale. Il faut trouver une solution. Et c’est dans ce sens, au nom du peuple malgache, que je demande solennellement et officiellement à Monsieur le Président de trouver une solution pour la gestion ou la restitution des îles Éparses à Madagascar », a déclaré Andry Rajoelina. Pour sa part, Emmanuel Macron a déclaré qu’une « commission mixte » doit être mise en place afin de résoudre le problème d’ici le 60e anniversaire de l’indépendance malgache.

« Ce que nous lançons aujourd’hui, c’est un travail conjoint, totalement partenarial, politique et administratif sur ce sujet afin de bâtir une solution commune. Et je crois que l’objectif que nous pouvons légitimement viser, c’est que pour les célébrations du 26 juin de l’année prochaine, cette solution soit trouvée », poursuit Emmanuel Macron.

Les enjeux des îles Eparses sont à la fois stratégiques, économiques et environnementaux. Le canal du Mozambique dans lequel se trouve ces îles pourrait receler d’importants gisements d’hydrocarbures et représente un site privilégié pour faire face aux problèmes de sécurité des rivages de l’Afrique de l’Est, notamment celui de la piraterie au large de la Somalie. Il regorge également d’importantes ressources halieutiques.

Ces petites îles annexées par la France lors de la colonisation sont restées françaises malgré le retour de l’indépendance de Madagascar en 1960. Depuis le début des années 1970, la Grande Île revendique ces territoires. Dans une résolution de 1979, les Nations unies demandaient à la France de restituer les îles Éparses à Madagascar. Les îles éparses restent jusqu’ici souveraineté française et depuis les années 80, la France y a mis en place une présence militaire permanente.

Madagascar Tribune0 partages

Une commission mixte franco-malgache pour « les îles Eparses »

Une commission mixte sera mise en place pour « régler le problème des îles Eparses » entre la France et Madagascar. Cette information a été révélée par Emmanuel Macron et Andry Rajoelina à l’issue de leur rencontre à l’Elysée mercredi dernier. Une commission mixte, qui n’est pas une idée nouvelle puisqu’elle déjà été mis sur pied en 2016 durant le mandat de Hery Rajaonarimampianina et de François Hollande. Toutefois, cette fois-ci les deux chefs d’États se sont donnés une échéance pour trouver une solution en 2020.

«  Aujourd’hui, il y a encore une réalité qui nous fait mal. L’appartenance des îles Éparses est une question d’identité nationale. Il faut trouver une solution. Et c’est dans ce sens, au nom du peuple malgache, que je demande solennellement et officiellement à Monsieur le Président de trouver une solution pour la gestion ou la restitution des îles Éparses à Madagascar », a déclaré Andry Rajoelina. Pour sa part, Emmanuel Macron a déclaré qu’une « commission mixte » doit être mise en place afin de résoudre le problème d’ici le 60e anniversaire de l’indépendance malgache.

« Ce que nous lançons aujourd’hui, c’est un travail conjoint, totalement partenarial, politique et administratif sur ce sujet afin de bâtir une solution commune. Et je crois que l’objectif que nous pouvons légitimement viser, c’est que pour les célébrations du 26 juin de l’année prochaine, cette solution soit trouvée », poursuit Emmanuel Macron.

Les enjeux des îles Eparses sont à la fois stratégiques, économiques et environnementaux. Le canal du Mozambique dans lequel se trouve ces îles pourrait receler d’importants gisements d’hydrocarbures et représente un site privilégié pour faire face aux problèmes de sécurité des rivages de l’Afrique de l’Est, notamment celui de la piraterie au large de la Somalie. Il regorge également d’importantes ressources halieutiques.

Ces petites îles annexées par la France lors de la colonisation sont restées françaises malgré le retour de l’indépendance de Madagascar en 1960. Depuis le début des années 1970, la Grande Île revendique ces territoires. Dans une résolution de 1979, les Nations unies demandaient à la France de restituer les îles Éparses à Madagascar. Les îles éparses restent jusqu’ici souveraineté française et depuis les années 80, la France y a mis en place une présence militaire permanente.

L'express de Madagascar0 partages

Imerintsiatosika – Deux morts sous les gravats d’une maison

Deux morts et un blessé suite à l’effondrement du deuxième étage d’une maison dans la commune rurale d’Imerintsiatosika. Le drame s’est produit, hier.

Un drame a frappé hier le quartier de Tsarafaritra, dans la commune rurale d’Imerintsiatosika. Une bâtisse en construction s’est effondrée, tuant deux ouvriers, père et fils ensevelis sous des tonnes de terre. Un homme est sorti presque indemne de cet incident, avec des blessures et a été immédiatement évacué dans un hôpital de proximité.Cinq travailleurs ont eu également la vie sauve. « Ils ont pu fuir comme une fumée dès qu’ils ont aperçu le deuxième étage commençant à s’écrouler », selon les explications de la police locale. L’enquête sur l’origine de cet effondrement est toujours en cours. Les habitants du quartier ont pourtant constaté qu’il s’agit d’une mauvaise construction. L’extirpation des corps des deux victimes par les sapeurs-pompiers a duré plus d’une heure.

Mal construit« Ces secouristes ont été mobilisés depuis la capitale. Un ingénieur de bâtiment a été ainsi consulté pour le constat des normes de construction », a précisé le maire Parisoa Andriambolanarivo. Une dizaine de pompiers, travaillaient encore en début d’après-midi à rechercher d’autres victimes éventuelles sous les décombres du bâtiment, selon toujours les informations de la police encore sur place, hier vers 13h. « Un recensement des habitants sera alors effectué si d’autres personnes sont portées manquantes », a expliqué le maire d’Imerintsiatosika.Un technicien rapporte dans le résultat provisoire de l’enquête enregistré depuis hier matin, que vu l’état du bâtiment, il aurait été mal construit. « Le mûr s’est effrité quand on plante un clou alors que c’est une structure en béton armé », a-t-il souligné. Depuis le début de la construction, l’immeuble est géré par le chef de chantier, tandis que le propriétaire loge dans une autre commune voisine d’Imerintsiatosika. Il devrait être interrogé sur le permis de construire. « Un cas similaire s’est déjà passé, le bâtiment était initialement composé d’un étage, mais le propriétaire a ajouté trois autres étages dont la construction a été achevée il y a deux ans », a indiqué une source auprès du service foncier local.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Législatives françaises – Amal Lakrafi à l’écoute de l’électorat

La campagne électorale sur les législatives françaises est engagée. La candidate de la République en Marche est à la conquête des Français de Madagascar.

La campagne électorale sur les législatives françaises est engagée. La candidate de la République en Marche (LREM) est venue à la conquête des 12000 voix des Français résidant à Madagascar. Ainsi, elle avance entre autres des propositions sur l’accès à la nationalité et l’éducation.Rassembler, agir et réussir. À pas sûrs, La République En Marche (LREM) est à la conquête de l’électorat français résidant à Madagascar. La candidate Amal Amélia Lakrafi entend succéder à Alain Marsaud, député sortant de la 10e circonscription des Français vivant en dehors de la France. Elle a rencontré la presse hier à l’hôtel du Louvre. Issue de la société civile et nouvelle en politique, cette candidate est venue dans la Grande Île pour partager ses motivations, ses engagements et ses propositions.

RedevabilitéInspirée des programmes d’Emmanuel Macron lors de la présidentielle française, les propositions d’Amal Amélie Lakrafi essayent de répondre aux préoccupations des «Français à l’étranger». Dans le domaine de l’éducation, la candidate  avance la promotion de l’accès à la qualité. En effet, l’accès à l’éducation pèse lourd dans le budget. À 3000 euros par an, les frais de scolarité dans les écoles françaises sont moins chers par rapport aux 7000 à 10000 euros exigés pour les autres nationalités. Néanmoins, avec le contexte qui prévaut à Madagascar, cette somme est hors de portée pour certains binationaux. Pour y répondre, la candidate de la LREM soutient « d’augmenter le budget alloué à l’éducation et de redéfinir les critères d’octroi des bourses d’études afin de donner à tous la chance de bénéficier de l’enseignement français à l’étranger». Dans la même foulée la candidate «Marcheuse» table sur «une évaluation annuelle des enseignants» pour améliorer la qualité de l’enseignement à travers le principe de la redevabilité.Sur les questions de la naturalisation, LREM propose «la mise en place d’un guichet unique accompagnée de la création d’une plateforme web répondant au pourquoi et au comment des documents requis afin de permettre une simplification des démarches administratives», qui réduira considérablement les allées et venues des requérants. La 10e circonscription est constituée de quarante-neuf pays regroupant le Moyen-Orient et l’Afrique de l’Est. Ainsi, la candidate connaît moins les réalités de chaque pays. Interrogée sur les questions d’octroi de visas et sur les Îles Éparses, elle s’est abstenue de tout commentaire mais s’est « engagée à regarder de près tous les sujets qui concernent, à la fois Français et Malgaches ».Le 4 juin, les citoyens français résidant à Mada­gascar sont appelés aux urnes. Lors du deuxième tour des présidentielles, le taux de participation à Madagascar a été autour de 44,4% pour dire que les élections n’intéressent que la moitié de l’électorat. Ainsi, Amal Amélie Lakrafi sollicite les ressortissants français résidant à Mada­gascar d’effectuer leur devoir civique.

Herisetra

L'express de Madagascar0 partages

Conservatoire nationale – Redorer le blason de la musique 

On ne peut pas danser plus vite que la musique. La restructuration au sein du Conservatoire National de Madagascar doit se faire dans les règles de l’art.

Changer le conseil d’administration et la forme statutaire exige du temps. Malgré cela, la situation évolue dans le bon sens. Le directeur du Conservatoire national de Madagascar, Solofonan-tenaina Mika Randria fait le point sur la situation. La réunion du conseil d’administration qui se tiendra la semaine prochaine, apportera la solution tant attendue pour atténuer le mal des enseignants, gardé en patience, par rapport aux mois de salaires impayés jusqu’à maintenant. La famille des vacataires de ce conservatoire se trouve dans une situation difficile, depuis le début de l’année, face à la cherté actuelle de la vie. Des lettres d’engagement, visées par le responsable, ont été établies pour rassurer leurs tiers par rapport à leurs dus, et pour tempérer les éventuels désaccords.Régulariser leur situation doit suivre toute une procédure administrative, la vraie cause de ce retard de paiement, d’ailleurs. « Il ne faut pas oublier que le Conservateur National de Madagascar appartient à l’État. Chaque décaissement doit suivre les procédures usuelles. Et c’est tout un avantage pour nous tous, de rendre clair chaque opération. Même si on prend un peu de retard, on avance sûrement »,  précise le directeur.

DiplômesPour l’année 2018, une restructuration se fera aussi dans toutes les écoles de musique et de danse afin qu’elles suivent les normes requises. Il y aura un programme d’enseignement commun sur tout le territoire national. Le conservatoire décernera des diplômes pour la musique et la danse pour professionnaliser ces corps de métier, pour ensuite les regrouper afin de faciliter une ouverture de Madagascar vers d’autres horizons.Jouir des différentes coopérations engagées avec les ambassades de Chine, d’Indonésie, d’Allemagne et de Japon à Madagascar, figure parmi les avantages. « Il est temps d’exprimer notre culture face à la mondialisation», a conclu  Solofonantenaina Mika Randria.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Soirée inédite – Des informations à prendre au second degré

Une dizaine d’artistes ont une drôle d’idée d’interpréter la réalité à leur façon pour créer une ambiance particulière pendant la soirée « Des-informations » le jeudi 1er juin, à partir de 19 heures, à l’Outcool Web Bar à Ampasanimalo. Peintres, photographes, décorateurs, poètes, écrivains, tout un panel de disciplines s’y associent. Du djing à la cuisine. Il y aura de quoi pour piquer la curiosité des accros à des informations neutres, impartiales et objectives, les valeurs fondamentales requises pour relayer les informations. Cela va certainement faire réfléchir certains et être une note poétique pour d’autres.Le cocktail de cette idée insolite va soulager les esprits déjà tendus par les actualités du moment. Une autre façon pour réclamer un droit d’être bien informé, pour connaitre la réalité de notre pays. Mat Li, ARian, Mahefa Rasamuel, Faniry Haruna, Mialy, Catmouse James, Vanii Suki, Adams, Rolling Pen, Raj Hassanaly, David Andriamasy et chef Lalaina seront de la partie, pour mettre une bonne dose d’humour à travers leur art respectif, pour une désinformation à leur façon. Le but étant de faire accéder l’art sous toutes ses formes à une plus large audience, sortant donc des institutions habituelles, c’est-à-dire, des galeries et institutions spécialisées.  Ce concept peut se faire dans d’autres endroits à l’avenir, dans un restaurant par exemple ou un bar, ou même en plein air.

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

Football – Barea – Bolida et Anicet manquent à l’appel

Il y a quelques semaines, nous évoquions la convocation en équipe nationale de Lalaina Nomenjanahary, alias Bôlida, et Abel Anicet Andrianantenaina, deux joueurs évoluant en Europe. Et ce, en vue du prochain déplacement au Soudan, en qualifications de la Coupe d’Afrique des Nations 2018.Les deux joueurs ont répondu par la négative. « Beaucoup réclament leur présence au sein des Barea, d’où notre décision de les convoquer. Le club de Bôlida a accepté de le libérer, mais lui, a répondu qu’il devait s’occuper de sa femme et leur dernier enfant. Pour Anicet, il a affirmé qu’il doit encore se focaliser sur la préparation de la campagne européenne à venir », explique Doda Andriamiasasoa, président par intérim de la Fédération malgache de football.Madagascar affrontera le Soudan, ce vendredi 9 juin. Si Bôlida et Abel Anicet ne viendront pas pour cette rencontre, les Barea compteront sur un nouveau venu. Il s’agit du milieu défensif et capitaine du FC Limoges, Dimitry Caloin, dont la mère est originaire de la ville d’Antsiranana.

Programme chargéLa délégation malgache prendra la direction du Soudan ce dimanche. Sur place, ils auront trois jours pour préparer le match, qui se jouera dans une localité située à 450 kilomètres de Khartoum.La Grande île aura un programme très chargé dans les semaines à venir. Suite à ce déplacement au Soudan, il faudra enchainer sur la Cosafa Cup en Afrique du Sud, qui débute le 25 juin. Le regroupement pour préparer le tournoi de la zone australe, auquel seuls les joueurs locaux prendront part, débutera le 14 juin.Et en juillet, les Barea affronteront à deux reprises les Mozambicains, dans le cadre des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations 2019.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Meurtre d’un Ampanjaka – L’exécutif insiste sur des rapprochements

Une accalmie règne à Farafangana après l’incarcération de douze personnes, dont le maire de Vohilengo, pour l’assassinat de l’Ampan­jaka (NDLR: Notable princier d’une tribu, élevé au rang de roi selon les valeurs ancestrales) Philibert Tata. «En marge de la traduction devant le parquet des quatorze suspects arrêtés, trois rapprochements ont été organisés à Evato et a Vohilengo même pour apaiser la tension. Dans le courant de ce mois, trois autres rencontres seront encore organisées, afin de consolider la paix sociale», confie le colonel Dieu Donné Bernard Tsiketa, commandant du groupement de la gendarmerie à Antsohihy.Les trois premières rencontres ont été conduites par l’Organe Mixte de Conception (OMC) de la région Antsina­nana avec la diligence du ministre du Commerce Armand Tazafy, coach de la région. Elles ont permis le passage de suspects devant le parquet de Fara­fangana, après que les huit premiers suspects arrêtés ont dû être transférés à Fianarantsoa, de peur qu’un soulèvement n’éclate ou qu’ils ne subissent une vindicte populaire. Après les négociations, ils ont été  ramenés à Farafangana pour comparution au parquet.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Ampefy – L’association 3A s’active

Destination touristique phare de la région Itasy, Ampefy veut maintenir cette renommée. L’association des Amis d’Ampefy (3A) œuvre pour faire briller la localité. « Nous ne développons pas seulement le tourisme à Ampefy. Les touristes viennent déjà sans être appelés », explique Eugène Ramanamisata, secrétaire général de l’association qui existe depuis 6 ans. « Nous combinons toutes les activités qui pourraient contribuer au développement de tout l’Ampefy », a-t-il précisé le week-end dernier, en marge d’un atelier pour la promotion des jeunes d’Ampefy.L’association regroupe des opérateurs touristiques, des ingénieurs, des enseignants, et travaille pour le développement économi­que et social. « Nous travaillons par exemple avec la Commune, des écoles, l’hôpital et les CSB et amenons notre contri­bution dans des projets associatifs », ajoute-t-il. 3A planche déjà sur les préparatifs des fêtes de l’indépendance.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Basket U20 garçons – ASCB Boeny arrache le titre à l’ASCUT

Pour la deuxième fois cette année,  les jeunes garçons de l’ASCB obtiennent un nouveau sacre. Ils ont vaincu l’équipe qui les a laminés l’année dernière à Toliara.

Revanche de l’ASCB Boeny !Ce club signe une seconde victoire cette année en remportant un nouveau succès. Il a remporté la Coupe du Président en basketball catégorie N1A hommes, le 9 avril, tandis que l’équipe de la catégorie des moins de 20 ans garçons, a obtenu à son tour un sacre, en arrachant le titre à son vainqueur de l’année dernière, l’ASCUT.Ils sont arrivés à Mahajanga, hier matin vers 8 heures, alors que la délégation a quitté la ville de Toamasina, dimanche soir après la finale. Une panne de voiture les a contraints à rester à 30km de Moramanga, lundi de 3 heures à 15h30. Après ce long voyage, la délégation a rejoint Mahajanga hier. Elle a été accueillie par le représentant de la région Boeny à l’entrée de la ville. Les jeunes joueurs ont ensuite sillonné la ville jusqu’à la résidence du chef de région Boeny, Saïd Jaffar Ahamad, qui les y ont reçus.La bande à Bila, le capitaine qui a été également élu meilleur joueur (Most valuable player), a arraché le titre à l’ASCUT de Toamasina, dimanche, au gymnase couvert Soavita, sur le score de 68 points à 64.

Dernières secondesLes tenants du titre, lors du sommet national de 2016 qui s’était tenu à Toliara, ont pourtant mené depuis le début du match, 20 à 15 au 1er quart-temps, puis 41 à 30 à la mi-temps. Le match a été très tendu et disputé. À la fin de la troisième période, les Tamataviens qui ont joué sans leur grand joueur Ntsoa, blessé la veille durant la demi-finale, ont encore mené les débats par 54 points à 46.Puis, la situation s’est renversée à 90 secondes avant la fin du match. Les Elly, Bila, Faralahy, Ninis, sacrés meilleurs marqueurs, et les autres  ont égalisé le score par 61 points partout.C’était le tournant du match, les jeunes joueurs dirigés par le coach Nono ont finalement dicté leur loi en creusant l’écart à 68 points à 61, et laissé leurs adversaires marquer un tir à3 points, à 15 secondes du gong final. «Vous êtes la fierté de la région Boeny, le succès de l’ASCB est aussi le succès de Boeny. Je vous souhaite une autre réussite, durant lapremière phase du prochain sommet national N1A hommes et dames qui se tiendra aucomplexe sportif de Mahajanga, du 10 au 18 juin», déclare le chef de la région Boeny.Chez les dames, l’ASCUT de Toamasina s’est également incliné devant le MB2All d’Antananarivo par 46 points à 53. Une double défaite pour les hôtes.Notons que la finale masculine s’est déroulée à guichets fermés et devant des centaines de spectateurs, dans un local trop exigu.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Six mois de sursis pour le président des bajajs

Le tribunal de première instance de Mahajanga a condamné à six mois d’emprisonnement avec sursis et cinq mois de mise en observation, le président de l’Association des conducteurs de bajajs. Le verdict a été prononcé à l’issue du procès qui l’a opposé lundi, au maire de la commune urbaine de Mahajanga, Mokhtar Salim Andriantomanga.« Diffamation, outrage à magistrat et incitation à la désobéissance civile» ont été les accusations portées contre l’inculpé. Les faits remontent au 17 janvier, au cours d’une émission en direct sur une chaîne télévisée locale, « Famoha mandry », dont le coupable était l’invité.Le maire a alors été accusé de corruption de haut niveau et de détournement des taxes de licence. «Il a également expliqué ce jour-là, que le droit des licences devrait lui être versé en tant que président de l’association des bajajs, il le payerait par la suite auprès de la commune », rapporte l’avocat du maire.Les conducteurs de bajajs ont déposé une requête auprès du tribunal administratif de Mahajanga, en 2016, et le droit a été révisé à la baisse, de 200 000 ariary à 80 000 ariary.Le journaliste de la station télévisée et l’animateur de l’émission  ont refusé de témoigner en faveur du maire, deux personnes l’ont fait.

V.A.

L'express de Madagascar0 partages

Transport – Suspension de la police de la route

Strict. Les barrages des éléments de la gendarmerie sur les routes nationales seront suspendus pendant quelques temps. Ils devront passer à des recyclages, pour mettre fin à la corruption. Le général de brigade Njatoarisoa Andrianjanaka, commandant de la circonscription inter-régionale de la gendarmerie (CIRGN) d’Antananarivo, l’a annoncé à Ankadilalana, hier.Ce général de brigade veut mettre fin à cette pratique qui fait la mauvaise réputation de la gendarmerie. Lui-même en aurait été témoin. « Les moments où je prends des taxis-brousse, j’essayais vraiment de passer inaperçu, car je sais que cette pratique existe réellement», avance-t-il.Ces éléments de la gendarmerie seront ainsi formés sur les textes et les comportements qu’ils doivent adopter, en assurant leur rôle de police de la route.Mais ce n’est pas tout. Ce commandant envisage d’apporter une réforme dans ce service. « Il n’y aura plus de gendarme qui effectuera le rôle de police de la route, du matin au soir. Il ne fera ce service que deux heures par jour au maximum », lance-t-il. Il met en garde les récidivistes et précise que l’expression « les brebis galeuses seront mises dehors », sera appliquée aux corrompus.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Ligue 1 – Dernière ligne droite pour Elgeco Plus

Sauf catastrophe, Elgeco Plus devrait décrocher un deuxième titre consécutif de champion d’Analamanga cette année. D’un côté, il compte six longueurs d’avan­ce actuellement sur son dauphin, l’AS Adema.Un véritable gouffre comptable quand on sait qu’il ne reste plus que trois journées avant la fin de la saison, soit neuf points à ravir au maximum. De l’autre, le calendrier lui est grandement favorable.En effet, Elgeco Plus affrontera tour à tour le FC Tana et le Sabnam lors de ses deux prochains matches, en l’occurrence les deux derniers du classement. Des adversaires largement à la portée de Bela et de ses coéquipiers. Deux éventuelles victoires leur assureraient de terminer en tête de la Ligue 1 avant même l’ultime journée durant laquelle ils croiseront les militaires du Cosfa.En attendant cette consécration qui semble promise d’avance, la seizième journée est fixée en ce milieu de semaine. La pelouse synthétique de Carion accueillera deux duels ce mercredi, Tana Formation contre MI20 et Uscafoot contre Sabnam FC.Par la suite, trois rencontres sont prévues le jeudi, COSPN – AS Adema, Mama FC – Cosfa et Elgeco Plus – FC Tana.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – Deux trafiquants d’ossements appréhendés par la FIP

Les habitants du quartier d’Antenina de la commune d’Ampasimbe-Onibe dans le district de Toamasina II, se sont plaints auprès de la Force d’intervention de la police (FIP) de Toamasina face aux multiples pillages de tombeaux qui regagnent du terrain. Les informations recueillies ont permis d’identifier deux suspects. Le samedi 27 mai, ils ont été repérés à Mangarivotra, attendant l’acheteur. L’enquête menée par l’équipe du commandant Jules Rafaliarivo ont révélé que 107 ossements  allaient être écoulés à Toamasina, au prix de 600 000 ariary le kilo, par Gista Rakotoarivelo, 28 ans, et son acolyte Pascal, 57 ans. Quant à l’acheteur, ce dernier est toujours recherché.

Falinah Safidinirina

L'express de Madagascar0 partages

Archéologue du temps

Cette Chronique s’est toujours voulue témoignage de son temps. Mais, j’aurais tellement aimé ne pas avoir à graver les terribles conséquences, sur les mentalités, des comportements imbéciles du concept «13 mai» sur la Place éponyme. Ni perpétuer le travail de mémoire à l’encontre du coup d’État de 2009, coefficient aggravant des facteurs de catastrophe en gestation depuis la dégringolade économique des années 1980. Ni déplorer régulièrement la disparition d’un certain cachet architectural dans une destruction méthodique du beau, prélude à une déstructuration que j’ose dire d’ordre psychologique. Ni dénoncer les minimes manquements au quotidien dont la multiplication dans l’indifférence banalise l’idée de décadence, et nous résigne à la décadence elle-même.L’autre jour, au grand-rond point d’Anosy vers Ampefiloha, j’ai vu un chien traverser prestement «dans les clous» (qu’on a depuis longtemps remplacés par des marquages au sol qui partent à la première pluie). C’était un chien errant, faut-il encore le préciser, dans une ville qui en compte des centaines en liberté et dont la mort n’alimente même plus la rubrique dite des «chiens écrasés». Mais, ce chien errant avait donc un comportement autrement plus «citoyen» que nombre d’humains qui traversent partout et n’importe comment, souvent en dépit du simple bon sens.Le même jour, un peu plus loin, un parent d’élève, sans doute très pressé de déposer sa progéniture à l’école française d’Ampefiloha, coupa purement et simplement vers la file d’en face, court-circuitant la circulation, ce dont il n’eut cure : témoin de cet incivisme, ladite progéniture est censée apprendre quoi   Dans une ville, dont les panneaux de signalisation sont la proie des trafiquants de ferraille, les «sens interdit» ne sont plus formels mais aussi aléatoires que la tradition orale. D’où sort cette voiture qui, quittant la station-service Jovenna d’Ambohijatovo, coupe tout de suite vers Ambatonakanga   Qu’est-ce que toutes ces voitures qui remontent depuis «Gilpin» pour filer subrepticement vers Ankadivato, s’évitant le détour, et les embouteillages, d’Antsahabe   Combien de fois ne voit-on une voiture (parfois avec la fameuse cocarde aux couleurs du drapeau) rouler purement et simplement en contre-sens depuis Antanimbarinandriana vers Amparibe   Et, comme bien entendu, sur aucun de ces axes, jamais un seul policier pour incarner la présence dissuasive de l’autorité et de l’ordre.Un autre jour encore, je croise cette voiture auto-école arrêtée au beau milieu de nulle part sans crier gare, sans scrupule de signalisation. Quels conducteurs, ce moniteur inconscient nous prépare-t-il, à leur inculquer ainsi, pire que le non-respect du Code, l’absolue indifférence à l’existence même d’un Code de certaines précautions minimalesUn jour lointain, puisse ce genre d’écrits ne pas être brûlé dans quelque incendie criminel dont malheureusement l’actualité malgache de 1972 (Hôtel de Ville) 1976 (palais d’Andafiavaratra), 1995 (le Rova) ou 2009 (la Radio nationale), témoigne d’une pathologie aiguë à l’autodafé. Peut-être ainsi, les générations futures, en archéologue du temps, apprendraient-elles comment «un pays d’avenir» avait pu se retrouver parmi les «PMA» (pays les moins avancés).

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

La conduite d’une jeune Mahafaly à la loupe

Dans une étude publiée dans le Bulletin de Madagascar (octobre-novembre 1970), Lotte Schomerus-Gernböck fait part de quelques-unes de ses observations sur les fiançailles, le mariage et le divorce chez les Mahafaly d’Ampanihy-ouest. D’après lui, en milieu rural, le mariage reste coutumier « faute de papiers d’identité et non par attachement auxtraditions ».Ce sont les parents de la jeune fille, « rarement ceux du jeune homme », qui arrangent le mariage. Cette règle n’est plus respectée aujourd’hui car, en principe, l’union « n’est jamais conclue contre la volonté des futurs époux». L’enfant est souvent fiancée à l’âge de 6 à8 ans, mais tous attendent qu’elle soit « adulte » (15-18 ans) pour organiser les noces.Durant cette longue période de fiançailles, la « valy folo » ou fiancée demeure près de ses parents. Son fiancé ou son beau-père lui rend visite de temps en temps et lui apporte de la nourriture, des vêtements, des bijoux, et à ses parents toutes sortes de cadeaux. Mais parfois, le père de la fiancée refuse ces dons en disant que rien ne manque à sa fille, qu’il est capable lui-même de s’occuper d’elle, de la nourrir et de l’habiller. « Ceci a l’avantage que le père de la fiancée ne doit aucune indemnité à la famille du garçon en cas de ruptures de fiançailles. »En effet, le père de famille nombreuse et pauvre, qui accepte les dons d’un prétendant, souvent pendant des années, ne peut plus rompre les fiançailles, même sur la demande de sa fille, parce qu’il ne peut plus rembourser les cadeaux du fiancé. « C’est pourquoi les parents aisés préfèrent attendre l’âge raisonnable de la fille pour les fiançailles. » À moins qu’elle ne préfère rester célibataire jusqu’au moment où elle trouve elle-même un soupirant.Quand une adolescente devient « adulte », comme ses frères célibataires elle reçoit de son père une case pour elle seule. « À ce moment, un contrôle de la conduite de la jeune fille est plus difficile. » Car si un « sakaiza » (amant) lui rend visite la nuit, il ne frappe pas à la porte. Quand, malgré toutes les précautions, cette visite ne reste pas inaperçue et si elle n’est pas encore fiancée, elle est envoyée  chez des parents dans un village éloigné.Quand les parents n’ont que des soupçons sans aucune preuve sur l’inconduite de leur fille, ils essaient de la marier au plus vite à son fiancé sinon à l’amant présumé. Si ce dernier est déjà marié, ils essaient de le convaincre de la prendre pour deuxième épouse (vadymasay) afin d’éviter la naissance d’un enfant illégitime, « ce qui est encore aujourd’hui une honte pour une famille à la campagne ».En revanche, en ville et dans certains milieux, beaucoup de parents ne se mêlent plus de la vie privée de leurs enfants, « et un enfant illégitime n’est plus une honte, mais une charge ». L’auteur remarque alors que, dans quelques familles, un enfant illégitime est adopté dès la naissance par le frère aîné de la jeune mère. Elle perd ainsi tous les droits sur son enfant. Ce qui n’est pas le cas si c’est la grand-mère maternelle qui prend l’enfant en charge.Quand une jeune fille accouche d’un enfant dont le fiancé n’est pas sûr d’être le père, celui-ci « peut annuler les fiançailles et réclamer le remboursement des cadeaux ». S’il est « soa fanahy » (bon caractère, généreux), il accepte de s’occuper de l’enfant, mais il lui est défendu de demander le nom du géniteur.Il arrive très souvent que des hommes d’autres groupes ethniques, tels des fonctionnaires célibataires, vivent en ménage avec de jeunes Mahafaly et ce, pendant des années. Si des enfants naissent, ils restent à la charge de leur mère quand l’homme s’en va sous d’autres cieux et refuse de les reconnaître.Quand elle se marie, son époux refuse généralement de prendre lui aussi à son domicile tous ses enfants qui doivent rester chez les grands-parents maternels. « Un homme désire avoir des enfants, certes, mais il s’agit de ses propres enfants et non de ceux d’un autre. Car si on entend souvent dire à Madagascar qu’une femme avec des enfants est plus recherchée qu’une femme sans enfants, une telle considération n’est pas valable chez les Mahafaly. »

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Football – FMF – Assemblée générale extraordinaire en septembre

Suite à la demande de plus d’un tiers des ligues régionales, la Fédération malgache de football a accepté d’organiser prochainement une assemblée générale extraordinaire, en concordance avec le ministère de la Jeunesse et des Sports. Et ce, en vue d’établir plusieurs amendements.Cependant, ce ne sera pas dans l’immédiat. « La faisabilité de cette AG extraordinaire dépend des moyens financiers mais aussi de la disponibilité de chacun. Or, nous serons très occupés avec les nombreuses compétitions internationales à venir, les éliminatoires de la CAN, la Cosafa Cup et les qualifications du CHAN. Sans oublier la Cosafa Cup pour les dames et pour les jeunes en septembre ainsi que l’organisation des championnat et coupe nationaux. Les dépenses seront conséquentes, vu le calendrier. De ce fait, on ne pourra organiser cette AG extraordinaire qu’à la fin du mois de septembre ou vers le mois d’octobre », martèle Doda Andria­miasasoa, président par intérim de la Fédération malgache de football.Concernant la demande d’organisation d’une AG extraordinaire élective, Doda Andriamiasasoa a été explicite : « Il n’y aura pas d’AG extraordinaire élective. Si l’on se réfère au statut, l’élection aura lieu en 2018. »

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Campagne de jugement supplétif

La mairie de la commune rurale de Betsinjake, district de Toliara II, accueillera, ce jour, le lancement de la campagne de jugement supplétif, pour les enfants n’ayant pas d’acte de naissance. Deux cent vingt-sept enfants en bénéficieront . Le projet s’inscrit dans le cadre d’une campagne de scolarisation financée par la principauté de Monaco. L’octroi de ce premier acte officiel permet à chaque enfant de jouir de son droit à l’identité, et l’aidera à s’épanouir dans son éducation . Cette opération se terminera  le 4 juin.

L'express de Madagascar0 partages

Un collecteur chinois attaqué

Un collecteur chinois a été victime d’une attaque à main armée menée par un groupe de bandits en pleine ville de Toliara. Les malfrats ont menacé avec leur arme à feu la femme du gardien qui était au portail, ainsi que ceux qui étaient à l’intérieur de la maison. Un million d’ariary, des mobiles ont été dérobés lors de cette attaque à main armée. Une enquête a été ouverte sur ce hold-up.

L'express de Madagascar0 partages

Cinq passagères blessées

Un taxi-brousse de marque Mercedes Sprinter a fait une sortie de route, samedi vers 21h dans la commune rurale d’Andriambilany, district d’Ambatolampy blessant cinq passagères. La rotule de suspension du véhicule s’est détachée lorsque le conducteur aurait tenté d’éviter l’autre véhicule qui l’a croisé.

L'express de Madagascar0 partages

Morondava

Une quarantaine de dahalo armés de fusils de chasse et de coutelas ont attaqué un village et ont pris deux otages à Mahabo, dans le Menabe, dimanche dans la nuit. Les captifs s’en sont sortis indemnes et libérés suite à la course-poursuite menée par les fokonolona et les gendarmes.