Les actualités à Madagascar du Mardi 31 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara226 partages

Barea : Un illustre inconnu comme futur équipementier ?

Une fois de plus, la Fédération malgache de football (FMF) s’engouffre dans une affaire louche. Cette fois-ci, c’est le choix du futur équipementier qui risque de faire des vagues.

Puma, Adidas, Nike, Kappa, Macron… Au vu de leur renommée sans précédent sur le plan footballistique africain, les Barea de Madagascar méritent de porter l’une de ces grandes marques pour la suite de leur aventure pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) et le mondial 2022. Malheureusement, ce ne sera pas le cas, puisque la Fédération malgache de football, sans tête depuis la fuite rocambolesque de son président, veut choisir un illustre inconnu comme équipementier des quarts de finaliste de la CAN 2019.

Société de distribution-vente. L’équipementier en question se nomme TED. Une société qui donne l’impression d’avoir été créée juste pour l’appel d’offres relatif au contrat de dotation en matériels des Barea, dont l’enjeu se chiffre en millions d’euros. En effet, TED Holding, cet inconnu au bataillon de la planète foot, a été créé juste en octobre 2019. Son activité légale n’a aussi visiblement rien à voir avec l’équipement sportif puisque c’est une société de distribution-vente et importation d’habillements, gestion et conseil de société. Aucune mention du mot équipementier sportif en somme dans les activités de cette entreprise, qui va pourtant s’occuper de la dotation en matériels sportifs de nos équipes nationales pour une période de quatre ans. En tout cas, ce choix du Comité exécutif, l’organe qui engage la FMF, rabaisse complètement l’équipe des Barea, dont les joueurs perdront probablement cette fierté d’appartenance à une équipe qui a fait vibrer une nation toute entière pendant la CAN 2019, et qui poursuit son aventure en étant actuellement en tête de son groupe pour les éliminatoires de la CAN 2021. Ce choix de la FMF est d’autant plus contestable quand on sait qu’elle n’a même pas eu la décence de consulter Garman, l’équipementier qui a sauvé les Barea durant la CAN 2019. Oubli volontaire ? 

« Plâtre » quitte le navire. Nommé conseiller par le président Arizaka Rabekoto Raoul, l’ancien de St-Michel, « Plâtre », de son vrai nom Justin Randriatsoaray, a annoncé sa démission très certainement par incompatibilité d’humeur avec le Comité exécutif de la FMF. Et en particulier avec ceux qui ont choisi TED Holding comme futur équipementier des Barea. Quand on sait que Nike était à deux doigts de remporter le contrat avant la CAN 2019 en Égypte, et que finalement c’est Garman qui a été choisi jusqu’à la fin de l’année 2020, on se demande d’où est sorti ce Cercle by TED. Surtout que selon une source proche de la FMF, seule la marque Macron a répondu à temps à l’appel à manifestation d’intérêt. Les membres du Comité exécutif de la FMF savent qu’en agissant ainsi, ils risquent de céder la place à un autre comité de normalisation. Une nouvelle galère en perspective où tous ceux qui ont été responsables de cette histoire, de près ou de loin, n’auront plus voix au chapitre. 

Écartés. En tout cas cette démarche incompréhensible de la FMF risque de porter préjudice au football malgache et de stopper cet envol des Barea qui figurent plus que jamais dans le gratin du football africain. Sans compter les conséquences juridiques qui peuvent en découler, puisqu’encore une fois, le contrat des Barea avec Garman, que la FMF a littéralement snobé, court jusqu’à fin 2020. On apprend que les techniciens, dont le coach Dupuis, les joueurs comme le capitaine Anicet, et même le sponsor historique, qui a démontré son professionnalisme en la matière, ont été écartés de l’équipe de votants pour ce choix qui va inévitablement faire des vagues dans le milieu du football malgache. Un choix qui intervient aussi à un moment inopportun alors que les projecteurs sont braqués sur la lutte nationale contre le COVID-19. En tout cas, quand on sait que le président de la République Andry Rajoelina considère le sport en général, et le foot en particulier parmi ses priorités, il aura probablement son mot à dire sur cette nouvelle affaire à suivre au sein de la FMF.

R.Edmond.

 

Midi Madagasikara2 partages

Plantes médicinales de Madagascar : L’aromathérapie gagne du terrain face à la pandémie de coronavirus

La médecine occidentale et les industries pharmaceutiques ont encore des difficultés à trouver une solution plus efficace pour lutter contre le Covid-19. Pour l’heure, l’aromathérapie, notamment le « Raokandro Malagasy », est très prisée dans divers pays à travers le monde. 

Antiviral, anti-inflammatoire et stimulant immunitaire. Ce sont les trois propriétés des huiles essentielles, produites à partir de plantes médicinales malgaches, et mise en avant par le Groupement des exportateurs d’huiles essentielles, extraits et oléorésines de Madagascar (GEHEM). Face à la pandémie du Covid-19, ce groupement est en discussion avec les spécialistes de l’aromathérapie à travers le monde. Ces derniers confirment en effet l’efficacité du Raokandro. « Ce n’est pas nouveau. Les chercheurs étrangers sont très intéressés par nos diverses plantes aromatiques et nos plantes médicinales. Ce qui a impulsé plusieurs séries de recherches. Au départ, ces spécialistes étrangers demandaient des feuilles pour leurs études, mais avec le progrès technique, Madagascar exporte désormais des huiles essentielles extraites de feuilles, de fleurs ou d’écorces. Ces huiles essentielles sont utilisées en aromathérapie, mais également pour la production de parfums d’arômes », explique Olivier Nirina Rakotoson, président du GEHEM. 

Les membres du GEHEM font don de leurs produits à ceux qui luttent activement contre la pandémie du Covid-19.

Etudes. Des recherches ont été menées par les membres de ce groupement, en partenariat avec les experts de l’aromathérapie. Selon le président du GEHEM, trois composants ont été identifiés dans les huiles essentielles produites localement à partir d’une combinaison de plantes précieuses de Madagascar. D’abord le cinéol ou l’eucalyptol, qui a une fonction anti-inflammatoire, antiasthmatique, antivirale (H3N2), antibactérienne et améliore la fonction respiratoire. « Cela a été confirmé par les chercheurs du département de pneumologie, de la clinique médicale externe de l’hôpital universitaire de Bonn en Allemagne. L’Université de Northumbrie, Newcastle au Royaume-Uni, a également noté que le sujet qui utilise le produit gagne en vitesse et en précision, au niveau intellectuel », a affirmé le président du GEHEM. Le deuxième composant est l’alpha-pinène qui a une fonction anti-inflammatoire, antivirale, oxygénante et antibactérienne. Des propriétés également confirmées par des chercheurs étrangers. Le troisième composant mis en avant par le GEHEM est le limonène, un stimulant immunitaire, antiviral, anti-inflammatoire, ayant une action potentielle dans la chimio-prévention et la chimiothérapie des cancers, et qui protège également contre la cancérisation de la peau, du foie, du sein et du côlon. Plusieurs chercheurs étrangers ont évoqué ces propriétés. Parmi les recherches figure la thèse de doctorat de Mickael Mansard, axée sur l’huile essentielle de Ravintsara, soutenue en novembre 2016 à la faculté de pharmacie de l’Université de Lorraine.

Efficacité. Si l’on se réfère à ces propriétés, les huiles essentielles de Madagascar peuvent servir à la lutte contre la pandémie du Covid-19. D’ailleurs, nombreux sont ceux, à Madagascar comme à l’étranger, qui utilisent déjà ces produits pour prévenir la maladie du coronavirus. De son côté, le GEHEM fait don de ses produits, notamment d’huiles essentielles et de désinfectants, aux acteurs qui sont sur le front face au coronavirus. Le groupement a cité, entre autres, les médecins des hôpitaux qui traitent les personnes atteintes par le virus ; les forces de l’ordre qui travaillent jour et nuit pour faire respecter les mesures de confinement et de couvre-feu ; les employés des ministères qui assurent les services minimums ; les distributeurs de produits de première nécessité au niveau des Tsena Mora ; etc. Selon Olivier Nirina Rakotoson, il s’agit d’une lutte commune à laquelle chacun doit contribuer suivant ses responsabilités et ses possibilités.

Antsa R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Coronavirus – Des cas suspects à Antsirabe

Cent habitants d’Antsirabe ont subi des interventions sanitaires face au Coid-19. Parmi ces 100 habitants, une quarantaine aurait des cas suspicieux. Ces derniers auront donc des contrôles réguliers et seront placées en quarantaine ; ils comptent précisément 44 personnes.
Le respect des mesures de prévention sera renforcé à Antsirabe, pour tous les habitants de la ville. Le couvre-feu de 20h à 5h du matin sera à appliquer sans exception à partir de ce mardi 31 mars 2020. Beaucoup ne respectent pas encore les mesures placées par le gouvernement dans la ville d’Antsirabe, comme les pousse-pousses, les cyclo-pousses ou encore les taxi-brousses qui continuent encore à travailler malgré les interdictions mises en places.
Madaplus.info0 partages

France : La barre des 3000 décès atteinte

Le coronavirus continue à faire des morts dans toutes les parties du monde. Malgré le nombre assez considérable de personnes guéries, le nombre de morts ne diminue pas pour autant. Ces derniers 24 heures, la France a comptabilisé 418 décès, ce qui élève le nombre de mort du Covid19 à 3 024 dans le pays.
Le monde compte aujourd’hui plus de 700 000 cas confirmé de Coronavirus, précisément 786 291 au total. L’Italie vient en deuxième place après les Etats unis avec plus de 100 000 cas chacun. Le nombre de mort à travers le monde compte maintenant plus de 37 000 personnes et plus de 160 000 guérisons ont pu se réaliser. A Madagascar, aucune perte en vie humaine n'est à déplorer.
Midi Madagasikara0 partages

Filière Or blanc : « Au moins 50% de la production laitière est jetée chaque jour » dénonce Haingot...

L’Or blanc ne trouve plus preneur alors que c’est un des éléments nutritifs indispensables permettant d’augmenter le système immunitaire des Malgaches pour faire face au coronavirus. 

Cette filière porteuse est en danger depuis l’apparition du COVID-19 à Madagascar.  Actuellement, « au moins 50% de la production laitière est jetée chaque jour dans les régions à forte potentialité comme Analamanga, l’Itasy et le Vakinankaratra. Les éleveurs de vaches laitières se plaignent ainsi car la plupart des collecteurs ou transformateurs ne viennent plus prendre leur production. Certains viennent quand même, mais tous les deux jours tout en réduisant les quantités », a dénoncé Haingotiana Razafindrainibe, le président du conseil d’administration du Malagasy Dairy Board (MDB), une plateforme regroupant tous les acteurs opérant dans les chaînes de valeur de la filière Or blanc à Madagascar. 

Soutien de l’Etat. Pour le cas de Mahitsy, entre autres, bon nombre d’éleveurs qui marchent à pied sur un trajet de 20 km sont obligés d’étaler leur lait mis en bouteille en plastique au bord de la route nationale, en le vendant à un prix dérisoire, soit 1 000 ariary le litre et demi de lait. En temps normal, le litre de lait s’achète en moyenne à 1 600 ariary. En effet, « il s’agit d’une question de survie étant donné que nous ne pouvons pas acheter de quoi manger si nous n’arrivons pas à vendre du lait tous les jours », déplorent-ils. Certains éleveurs effectuent du porte-à-porte pour pouvoir écouler leur production. « A part l’autoconsommation, la production laitière invendue est tout de suite jetée, surtout celle qui est issue de la traite des vaches dans l’après-midi. En fait, les éleveurs encadrés par le MDB se professionnalisent. Ils peuvent traire leurs vaches deux fois par jour. C’est pourquoi l’Etat doit leur venir en aide afin qu’ils puissent bénéficier d’appuis techniques et financiers pour se lancer dans la transformation laitière. Ces éleveurs doivent en même temps acheter des provendes pour assurer l’alimentation régulière de leur bétail. Sans le soutien de l’Etat, ils n’auront pas les moyens de relancer cette filière après cette crise sanitaire », a indiqué le PCA de MDB

.En outre, d’autres opérateurs qui assurent la collecte de lait pour ravitailler le marché de la capitale grognent concernant le transport de ce produit. « En dépit de l’annonce faite par les autorités compétentes sur la chaîne nationale, affirmant que tout véhicule transportant des produits alimentaires destinés au marché de la capitale peut circuler librement, les éléments des forces de l’ordre postés aux barrages à l’entrée de la Ville des Mille imposent une autre loi. A chaque barrage sur l’axe de Mahitsy, entre autres, ils disent qu’il faut encore attendre les consignes de leur supérieur. Et ce n’est qu’après plus de deux heures d’attente qu’ils nous laissent partir, alors que le lait est un produit facilement périssable. Nous n’avons également plus assez de temps pour écouler nos stocks car les points de vente doivent être fermés avant midi. Et c’est une grosse perte, puisqu’elle représente 75% de notre production collectée dans la journée », a soulevé un opérateur. 

Une entreprise fermée. Force est pourtant de reconnaître que la demande des consommateurs finaux est en hausse, surtout depuis l’apparition du coronavirus à Madagascar. « Mais nous n’arrivons pas à la satisfaire puisqu’on ne peut vendre que le matin jusqu’à 12 heures, en plus des problèmes de transport. Du coup, nous ne vendons plus que 300 litres au lieu de 700 litres par jour avant les mesures de confinement », témoigne un autre opérateur de la filière lait. Dans la région Vakinankaratra, « des coopératives transformatrices ont carrément réduit leur commande auprès des éleveurs, passant de 1 000 litres à 600 litres par jour. Une entreprise de transformation de lait appartenant à un étranger a été fermée à cause de cette épidémie. Le propriétaire a déjà quitté le pays. Et à Betafo, les éleveurs se plaignent également car plus aucun collecteur ne s’y rend actuellement. C’est dû en partie à la peur du coronavirus. L’Etat doit ainsi prendre des mesures d’accompagnement, sinon les acteurs de cette filière Or blanc risquent de disparaître », a fait savoir le PCA de MDB.  

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Réquisition : Débat juridico-politique sur le contrôle de la presse

Contrairement à la lutte contre le Covid-19 qui est une cause commune, la légalité de la lettre de mise en demeure de  stations de télévision et radio par le DG de la Communication ne fait pas l’unanimité.

« Nous aussi, nous avons des juristes », rétorque l’ancien président de la République et non moins patron de presse, Marc Ravalomanana. Ses juristes ont visiblement une autre lecture de la loi n°91-011 du 18 juillet 1991 relative aux situations d’exception qui dispose en son article 4 que « la proclamation d’une situation d’exception confère au président de la République des pouvoirs spéciaux nécessités par les circonstances pour lesquelles elle a été proclamée et met à sa disposition tous les moyens civils et militaires susceptibles d’être mis en oeuvre à cet effet ».

Pouvoir réglementaire. L’article 17 d’ajouter que « la proclamation de la situation d’urgence confère de plein droit au président de la République le pouvoir, par voie réglementaire :

1° D’instaurer le couvre-feu, en limitant ou en interdisant la circulation des personnes et des véhicules dans les lieux et heures fixés ;

2° D’interdire le séjour, dans tout ou partie de la circonscription à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics; d’instituer des zones de protection ou de sécurité ou le séjour des personnes est réglementaire ;

3° D’ordonner la fermeture des salles de spectacles, dancing, casinos, débits de boissons et de tous autres lieux ouverts au publics ;

4° D’ordonner la remise des armes de première, deuxième et troisième catégories définies par le décret n°70-041 du 13 janvier 1970 et des munitions correspondantes appartenant aux particuliers ou détenues par eux et prescrire leur dépôt entre les mains des autorités et dans les lieux désignés à cet effet, sauf celles appartenant aux membres des Institutions.

Les armes et munitions remises en vertu de l’alinéa précédent donneront lieu à récépissé. Toutes dispositions seront prises pour qu’elles soient rendues à leur propriétaire en l’état où elles étaient lors de leur dépôt dès la levée de la situation d’urgence ;

5° D’ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit au domicile des personnes dont les activités s’avèrent dangereuses pour l’ordre public et la sécurité de l’Etat ;

6° De prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse, des publications et des émissions de toute nature et interdire celles qui sont de nature à perturber l’ordre public ou à mettre en danger l’unité nationale ;

7° De prononcer l’assignation à résidence dans une circonscription territoriale ou une localité déterminée de toute personne résidant dans la circonscription fixée par le décret visé à l’article 14 dont l’activité s’avère dangereuse pour l’ordre et la sécurité publics ;

8° D’interdire à titre général en particulier les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre. »

Il est précisé dans l’article 18 que « le président de la République peut déléguer certains de ces pouvoirs au Premier ministre avec faculté de subdélégation aux ministres et au président du comité exécutif du Faritany ou du Fivondronampokontany territorialement concerné, notamment en matière de : contrôle de la circulation des personnes et des véhicules; contrôle du ravitaillement; contrôle des armes ».

Autorités administratives. Le décret n°2020-359 du 21 mars 2020 proclamant l’état d’urgence sanitaire sur tout le territoire de la République de stipuler en son article 3 qu’ « En application des dispositions de l’article 18 de la loi n°91-011 du 18 juillet 1991 relative aux situations d’urgence, les pouvoirs du président de la République en matière de contrôle de la circulation des personnes et des véhicules, de contrôle du ravitaillement et du contrôle des armes sont délégués au Premier ministre ». 

L »article 18 in fine de la loi en question de souligner que « le décret proclamant la situation d’urgence comporte une délégation de pouvoirs pour les autorités administratives expressément désignées à l’effet de prendre par arrêté toutes mesures utiles dans un ou plusieurs domaines déterminés à l’alinéa ci-dessus pour assurer la sécurité et l’ordre publics des circonscriptions visées à l’article 14 ».

Droit de réquisition. Force est de constater que la lettre de mise en demeure adressée par le DG de la Communication ne fait aucunement référence à une quelconque délégation de pouvoirs. Tout autant que le Premier ministre n’a donné subdélégation de pouvoirs à des ministres dont 8 « sont chargés chacun en ce qui le concerne de l’exécution du décret » pris par le président de la République. Parmi les membres du gouvernement visés par l’article 4 dudit décret, figure la ministre de la Communication et de la Culture qui l’exécute à sa manière. Elle s’appuie vraisemblablement sur l’article 6 de la loi n°91-011 qui prévoit que « le droit de réquisition est ouvert, sans autres prescriptions que celles prévues par la loi, sur toute zone territoriale soumise à une situation d’exception ». Et ce, pour imposer à toutes les stations de télévision et de radio, l’obligation de « diffuser intégralement et en temps réel les émissions spéciales et les ‘directs’ des autorités publiques, notamment du Centre de Commandement Opérationnel (CCO) dans le cadre de la lutte nationale contre le Covid-19, durant la période disposée par le décret n°02020-359 suscité, notamment les émissions spéciales ‘miara-manonja’ (…) ».

Connotation politique. D’après la ministre de la Communication et de la Culture, cela n’a aucune connotation politique. Seulement, le fait même d’utiliser le terme « miara-manonja » donne forcément une coloration politique à la réquisition et à la lettre de mise en demeure. Sans parler du caractère coercitif de la mesure qu’aucune station de télévision et/ou de radio n’auraient osé contester le bien-fondé si elle était formulée autrement que par la contrainte.

Censure interdite.  En effet, « la lutte contre le Covid-19 est une cause nationale », comme le reconnaît d’ailleurs Marc Ravalomanana dont la conférence de presse qui vaut ce qu’elle vaut, n’a pas été diffusée, fut-elle partiellement par la chaîne nationale, alors que la Constitution qui est au-dessus de tout et de tous, au regard de la hiérarchie des normes, dispose en son article 11 que « Tout individu a droit à l’information. L’information sous toutes ses formes n’est soumise à aucune contrainte préalable, sauf celle portant atteinte à l’ordre public et aux bonnes moeurs (…) ». Le même article de poursuivre que « Toute forme de censure est interdite ». Quid alors de l’interdiction des émissions interactives à part celles diffusées par TVM et RNM ? La question devrait être posée au Conseil d’Etat qui, comme son nom l’indique, joue, en plus de sa fonction juridictionnelle, le rôle de conseiller de l’Etat, même si ce dernier demande rarement son avis avant de prendre un acte réglementaire lourd de conséquences. C’est le cas en matière de contrôle de la presse et de réquisition qui font l’objet d’un débat politico-juridique ou juridico-politique (c’est selon) à travers lequel, semble-t-il, nul n’a entièrement raison comme personne n’a tout à fait tort. Tout le monde entend parler à bon …endroit.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Facebook : Les challenges inondent la toile

Confinement oblige ! Ceux qui peuvent se le permettre restent sagement en sécurité chez eux, en bons citoyens.

Le trio Fou Hehy avec le légendaire Zafihita, une grande figure de l’humour malgache. (crédit photo : Eric Rakotoarimanana)

Voilà maintenant une bonne semaine que les “facebookers” passent une grande partie de leurs journées, et de leurs nuits pour certains, sur ce réseau social pour garder ne serait-ce qu’un semblant de vie sociale. Afin de maintenir l’interaction, les internautes font preuve de beaucoup d’imagination. Histoire de tuer le temps, parce qu’on en a à revendre, de multiples challenges et jeux de découvertes inondent la toile au même titre que le fameux coronavirus. Exit les selfies tendances, les pauses tirées sur quatre épingles, ou encore les maquillages impeccables avec filtres et compagnie pour faire place aux souvenirs. Et les meilleurs et les plus drôles s’il-vous plaît. Pour égayer un peu les écrans, les photos de plages et de belles images inondent les fils d’actualités. Allant du portrait chinois au challenge de la guerre des fratries, c’est surtout les vieilles photos qui sortent des placards. Les albums de familles sont dépoussiérés pour en faire sortir de vieux clichés d’enfance, des photos d’adolescents insouciants, ou celles qui remémorent une jeunesse à peine passée. 

Parmi ces milliers d’abonnés, les artistes y prennent part et certains n’y vont pas de main morte. A l’exemple d’Ifanihy, le roi des chansons à texte malgache, plus actif que jamais, il publie des photos en noir et blanc, avec sa fameuse coupe mulet qu’on lui connaît depuis toujours, mais aussi quelques unes de lui quand il était bébé. Tout comme Missié Sayda qui partage des souvenirs du Lycée avec ses voisins de classes. On y voit alors des jeunes hommes prêts à conquérir le monde, rien qu’à voir leur yeux pleins d’étoiles dans lesquels on décèle des rêves plein la tête. On y retrouve des gens qui ont marqué des générations à l’instar de Zafihita qui, jadis, formait le terrible trio d’humoristes avec Eric et Honorat de Fou Hehy. La nostalgie prend son ampleur et met du baume au cœur. On se remémore toujours ces artistes qui nous ont marqué nos tendres années, qui nous plongent dans la douce couverture du passé pour un petit moment, loin de tous ces tumultes du moment.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Faits-divers du mardi 31 mars 2020

Andravoahangy : Intervention rapide de l’équipe du centre opérationnel 

Mardi, en pleine matinée, un homme presque inconscient a été retrouvé par les piétons dans une ruelle à Andravoahangy-Ambony. Et comme toujours, la panique s’est installée après un événement pareil. A la seule différence que cette fois-ci, les gens ont eu le bon réflexe d’alerter le centre opérationnel de la lutte contre le coronavirus, via le numéro vert. L’évacuation sanitaire a été effectuée dans les règles de l’art. Outre les soins de réanimation, le patient a passé le dépistage du Covid-19. Les résultats n’ont pas été divulgués, dans l’obligation du secret médical.

 

Tsaralalàna : Une mère incarcérée pour avoir tabassé son enfant 

Sa fille a tout juste deux ans. Elle a eu ses deux pieds fracturés et n’arrive plus à se lever. L’auteure de cette atrocité n’est autre que sa mère. Témoin de l’acte, le voisinage a fini par saisir la police des mœurs et de la protection des mineurs. Les éléments de cette brigade ont mis la main sur la mère de famille et ont assuré le transport de la victime dans un établissement de santé. Traduite devant le Parquet à Anosy, la mère a été placée sous mandat de dépôt à Antanimora pour coups et blessures volontaires. La fillette, quant à elle, a été remise à un centre d’hébergement et de réinsertion sociale. 

 

Cybercriminalité : Une autre audition ce-jour

Une autre affaire de cybercriminalité passera ce-jour à la gendarmerie du Toby Ratsimandrava. Selon nos informations, le dossier a comme partie civile l’État malgache. Ce qui laisse penser à une sorte de diffamation via internet et, probablement, sur le réseau social Facebook. Il reste à savoir si l’affaire fait partie de ces invectives entre les activistes qui se cachent sous des comptes « fake », mais 

les masques finissent par tomber à la suite des investigations policières. Dans le pays, le nombre de plaintes à ce sujet monte en flèche et beaucoup se retrouvent déjà en prison bien que le code sur la cybercriminalité ne sanctionne pas de peine d’emprisonnement de tel délit. 

Recueillis par D.R

Midi Madagasikara0 partages

Un vol spécial d’Air France arrivera le 4 avril pour embarquer des ressortissants français et européen...

Le gouvernement français s’active pour rapatrier ses ressortissants face à la propagation du coronavirus dans le pays. Un vol spécial de la compagnie Air France atterira cette semaine à Antananarivo pour « embarquer en priorité vers Paris, ce samedi 4 avril, les personnes de passage, Français et Européens » selon une publication postée ce 31 mars sur le site de l’ambassade de France à Madagascar. L’avion, qui arrivera à vide, a été affrété pour effectuer le « retour progressif en France des Français et Européens de passage » à Madagascar. Le départ respectera « strictement les règles sanitaires mises en place par les autorités locales », rassure l’ambassade de France.

La liste des passagers de ce vol spécial est déterminée en fonction des appels reçus par l’ambassade de France depuis le début de la crise du COVID-19 à Madagascar. « La compagnie Air France contactera directement les voyageurs de passage à Madagascar dans l’ordre où ils se sont signalés à la cellule de réponse téléphonique de l’ambassade de France » indique l’ambassade. « Les personnes faisant l’objet d’une urgence médicale prouvée non atteintes du coronavirus » seront cependant prioritaires sur ce vol, informe l’ambassade de France. Enfin, le vol « n’est pas ouvert à la réservation et n’embarquera pas les malades [atteints] du coronavirus » souligne la missive.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Un vol spécial d’Air France arrivera le 4 avril pour embarquer des ressortissants français et européen...

Le gouvernement français s’active pour rapatrier ses ressortissants face à la propagation du coronavirus dans le pays. Un vol spécial de la compagnie Air France atterira cette semaine à Antananarivo pour « embarquer en priorité vers Paris, ce samedi 4 avril, les personnes de passage, Français et Européens » selon une publication postée ce 31 mars sur le site de l’ambassade de France à Madagascar. L’avion, qui arrivera à vide, a été affrété pour effectuer le « retour progressif en France des Français et Européens de passage » à Madagascar. Le départ respectera « strictement les règles sanitaires mises en place par les autorités locales », rassure l’ambassade de France.

La liste des passagers de ce vol spécial est déterminée en fonction des appels reçus par l’ambassade de France depuis le début de la crise du COVID-19 à Madagascar. « La compagnie Air France contactera directement les voyageurs de passage à Madagascar dans l’ordre où ils se sont signalés à la cellule de réponse téléphonique de l’ambassade de France » indique l’ambassade. « Les personnes faisant l’objet d’une urgence médicale prouvée non atteintes du coronavirus » seront cependant prioritaires sur ce vol, informe l’ambassade de France. Enfin, le vol « n’est pas ouvert à la réservation et n’embarquera pas les malades [atteints] du coronavirus » souligne la missive.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Rock : Rheg sort « Coronavirus », un opus d’urgence 

Curieusement, les artistes ont été peu nombreux à sauter sur l’occasion de créer des titres en référence à cette pandémie touchant Madagascar. Rheg, le groupe de métal, a cependant sorti un opus, au titre de « Coronavirus ». Entre amusement et curiosité, des questions lui ont été posées à propos de cette chanson, apparemment sortie dans l’urgence de la situation. 

Pourquoi avoir sorti « Coronavirus », en cette période de psychose généralisée ? 

La principale raison de ce nouvel opus est tout d’abord artistique. Notre dernier clip, en l’occurrence «  Antsika ny rock » a été est bien accueilli par le public. Ce clip dévoile notre facette de groupe agressif et chevronné. Alors on a enchaîné dans ce sens. Du coup, il y a eu les mauvaises nouvelles du Covid-19. Ça nous a inspiré à la fois sur la thématique et le stylistique. L’avènement désolant du virus corona coïncide avec notre projet de mettre en ligne un titre dans le registre « death metal ». Alors comme on peut joindre l’utile à l’agréable, on a accouché de ce titre qui est en même temps un défi technique, temporel et politique aussi. Car avec ce genre de titre, nous maintenons notre image de groupe hyper engagé.

Le groupe Rheg en plein tournage du clip de « Coronavirus », bientôt en ligne ou sur les ondes.

Donc, pour faire simple, vous préférez ne pas trop baigner dans la psychose ? 

Il y a aussi cette idée un peu maligne de profiter de ce confinement pour maximiser les communications, le « buzz » positif et notre présence sur les réseaux. L’idée est simple. Profiter de cette malheureuse situation pour faire émerger le métal malgache à l’échelle planétaire. C’est qui est déjà fait, car le brouillon de notre opus « Coronavirus » est écouté avec feed-back au Brésil, au Mexique, même en Chine, et la France aussi. Des amis et des gens de ces pays commencent à s’intéresser à notre musique. 

Vous parlez de quoi dans ce morceau ?

Cet opus est axé sur le réel danger du Covid–19. Un titre qui se veut alarmant. On interpelle, on demande aux gens de faire attention et surtout de ne pas mourir pauvre (Rires). Sinon, on cite Donald Trump dans le texte et on parle de la Chine, de plus en plus controversée par rapport au rôle qu’elle est censée jouer sur la scène internationale. Au final, le contenu est simple : appel à la prise de conscience car cette fois-ci on parle bien de sécurité collective. 

Sortir un titre dans le contexte actuel, est-ce que cela a été particulier ? 

Avant même le confinement, qui était fort probable, j’ai demandé aux musiciens de passer cinq jours ensemble dans un endroit. Alors le conclave a eu lieu. On est restés cloitrés au studio pour le son d’abord. Il n’y a eu aucun problème. Comme chacun, Jaykee, un des musiciens, dispose d’un grand réservoir de compositions disponibles et « déployables » à tout moment. On a commencé le « recording » qui a pris une journée. Et en même temps les images sont tournées. Nous avons eu une belle opportunité avec « Giant Studio » qui a accepté de jouer le jeu. Le son et le clip en même temps. Tout a été fait de façon mature et professionnelle. 

Est-ce que des images qui ont été tournées en extérieur ? 

Non, non.

Rheg célèbre ses 20 années de scène actuellement, la situation actuelle risque de changer votre programme. Quelles dates sont maintenues ? 

La date du 31 mai pour le live du vingtième anniversaire du groupe est compromise, mais pas encore annulée. Mais on verra bien. Si les choses s’arrangent et si le contexte le permet le live aura lieu comme prévu. 

Recueillis par Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Plan sectoriel de l’éducation : Le calendrier scolaire dans la bonne voie 

L’un des points phares de la position du gouvernement quant à la mise en œuvre du plan sectoriel de l’éducation concerne le maintien de la mise en place d’une éducation fondamentale de neuf ans, répartie en trois sous-cycles de trois ans.  

La publication du calendrier scolaire est attendue avec impatience.

Si le pays fait face à l’une des plus grandes crises du système de santé publique que le monde n’ait jamais connu, la vie de la Nation continue à travers divers secteurs tels que l’économie, l’environnement ou encore l’éducation. Une continuité appuyée par Rijasoa Andriamanana, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et professionnel. Jointe au téléphone hier, la responsable de faire savoir que « même si le pays fait actuellement face à la crise du COVID-19, les efforts afin de mettre en œuvre un meilleur système éducatif malgache ne peuvent attendre ». Ainsi, des « travaux de couloir sont actuellement menés » par le ministère dans le cadre de l’amélioration du Plan Sectoriel de l’Education. Travaux qui concernent, entre autres, « la restructuration de l’éducation fondamentale, le changement du calendrier scolaire ainsi que le système d’évaluation de la performance des apprenants ». Ce serait dans cette optique qu’une réunion dirigée par le Premier ministre Christian Ntsay, avec la participation des dirigeants des directions nationales des écoles privées, ainsi que des représentants des partenaires techniques et financiers du pays, a décidé du maintien de la mise en place de l’éducation fondamentale de neuf ans répartie en trois sous-cycles de trois ans.  Interrogée sur la question, Rijasoa Andriamanana d’avancer que « les démarches continuent et qu’une communication sur les tenants et aboutissants du Plan Sectoriel de l’Education sera effectuée ». Avant de renchérir que « pour l’heure, l’Etat, via le ministère de l’Éducation nationale, et les partenaires techniques et financiers collaborent actuellement afin de finaliser les mises au point apportées au Plan Sectoriel de l’Education ».  

Adjugé. L’entretien téléphonique avec la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et professionnel a également permis de savoir que les questions relatives au Plan Sectoriel de l’Education national, comme le calendrier scolaire, devront passer par diverses étapes avant d’être légiférées. « Les modifications devront être approuvées par la Plateforme Nationale pour le Pilotage  du Secteur Education, ou PNPSE, étant donné que celle-ci est l’organe décisionnel en la matière à Madagascar » explique Rijasoa Andriamanana. Une validation qui devrait également se faire après un passage en Conseil des ministres, si l’on s’en tient toujours aux dires de la ministre de tutelle. Avec la crise du COVID-19 qui sévit actuellement dans le pays, la validation desdites mises au point devrait attendre. Quoi qu’il en soit, les points marquants de modifications en question devraient concerner : le mois de début et de fin de l’année scolaire, les dates des pauses intermédiaires, le temps moyen d’apprentissage des enfants malgaches, ou encore le réajustement du cadre d’orientation et d’organisation du curriculum malgache. 

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

COVID-19 : Un don de 270 millions d’ariary du groupement d’opérateurs économiques chinois 

La solidarité autour de la lutte contre le COVID-19 s’organise. Les initiatives viennent de partout pour appuyer l’Etat malgache dans les actions menées pour contrecarrer les effets néfastes de l’épidémie. La communauté d’opérateurs économiques chinois à Madagascar a répondu à l’appel du président de la République en faisant un don d’une valeur totale de 270 millions d’ariary. 

Dans la matinée du 31 mars, quatre camions de l’entreprise chinoise FDC ont fait leur entrée dans les locaux du Centre de commandement opérationnel d’Ivato (CCO), avec dans leur benne vingt tonnes de riz. Il s’agit en fait d’une partie du don offert par une centaine d’opérateurs économiques chinois issus de l’Alliance de la communauté chinoise à Madagascar. Outre les sacs de riz, ce don est composé d’un chèque de 200 millions d’ariary et de 100 000 masques. Une occasion en tout cas pour ces opérateurs économiques chinois de montrer leur solidarité envers tous les Malgaches en ces moments difficiles. « Le coronavirus est l’ennemi commun et ensemble nous allons gagner la lutte combattre cette épidémie » a déclaré le président de l’association des opérateurs chinois du secteur des produits halieutiques.  Les autres entrepreneurs chinois opérant dans divers secteurs comme le commerce, le tourisme et l’exportation ont tous fait preuve de leur détermination à collaborer avec les autorités pour gagner rapidement cette lutte contre le COVID-19.

Ce don chinois a été réceptionné par une délégation gouvernementale conduite par Tianarivelo Razafimahefa, ministre de l’Intérieur de la Décentralisation, et non moins président du CCO. « Ce genre de don est d’une importance particulière pour le  peuple malgache » a déclaré le ministre, qui n’a pas manqué de remercier les opérateurs économiques chinois pour leur geste de solidarité. Selon toujours le ministre de l’Intérieur, ce don sera géré au niveau de tous les centres de commandement opérationnels dans l’ensemble du pays.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Marchands ambulants et crieurs : La distribution des packs « Vonjy Aina » s’est déroulée dans le c...

La distribution des packs « Vonjy Aina » pour les crieurs et les marchands de rue a débuté ce mardi 31 mars 2020 en présence du Président de la République et de son épouse. Ces packs comprennent des sacs de riz, des bougies, de l’huile, du sucre, du koba aina, des boîtes de lait concentré, des boîtes de sardines, et des légumineuses. Deux sites stratégiques ont été choisis pour remettre ces aides aux bénéficiaires issus de six arrondissements de la capitale, à savoir le gymnase de l’ANS Ampefiloha et le gymnase couvert d’Ankorondrano. En tout, ce seront près de 4 400 crieurs et marchands qui recevront ces packs. Pour que la distance de sécurité d’un mètre soit respectée, les responsables ont décidé qu’il n’y aurait que 500 bénéficiaires par jour pour chaque site. Une astuce qui s’est avérée payante car la distribution s’est déroulée dans le calme, et les personnes ont bien respecté les consignes.  De plus, à l’entrée de chaque gymnase, nous avons remarqué la présence d’un dispositif permettant à chacun de bien se laver les mains avant d’entrer. 

Il ne s’agit que de la première vague de distribution pour ces personnes qui sont obligées de suspendre leurs activités pendant cette période de confinement. La deuxième vague se tiendra demain matin aux mêmes endroits pour 1 000 bénéficiaires de plus. Enfin, il convient de noter que diverses structures se sont données la main dans ce projet, dont la Direction des Affaires sociales et politiques (DASP), le ministère de la Population, le BNGRC, le ministère de la Jeunesse, la commune urbaine d’Antananarivo, l’association Fitia, et bien d’autres encore. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Tsiroanomandidy : Echange de tirs en plein couvre-feu entre policiers et bandits

Alors que la majorité des Malgaches participent à cette lutte commune contre la pandémie COVID-19, cela n’empêche pas les hors-la-loi de sévir. Une bande de malfaiteurs a réussi à perpétrer une attaque à main armée dans la ville de Tsiroanomandidy la nuit du dimanche 29 mars vers 23 heures. On sait que comme dans tout le chef-lieu de district et de région, le couvre-feu est imposé chaque nuit. Selon les informations qui nous sont parvenues, une dizaine de bandits munis d’armes à feu et d’armes blanches ont investi le domicile d’un particulier situé près de l’enceinte du Collège d’enseignement général (CEG-centre) au fokontany Amboasarikely, Tsiroanomandidy. Une fois sur les lieux, ils ont ouvert le feu et ont lancé des coups de sifflet. Terrorisés, les propriétaires de la maison ont appelé la gendarmerie et la police nationale de la localité. Débarqués en premiers sur place, des policiers ont tenté d’attraper les assaillants mais en vain. Ces derniers les ont accueillis avec des coups de feu. Les policiers ont donc été obligés de recourir à leurs armes. Ils étaient en plein échange de tirs avec les bandits quand des gendarmes de la compagnie de Tsiroanomandidy sont venus à la rescousse. Ces derniers qui étaient, selon le commandant de compagnie de la gendarmerie de Tsiroanomandidy, obligés de sécuriser les alentours pour empêcher les riverains de s’approcher. Ayant battu en retraite, la bande de malfaiteurs a pu s’échapper. Ils ont réussi à dérober 200 000 ariary, deux téléphones portables, et une caméra. Heureusement, aucun blessé ni perte en vie humaine n’est à déplorer. Le commissariat de la le sécurité publique se charge de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Éventuelle prorogation du confinement : Les enseignants du secteur privé craignent un chômage technique

En cette fin de mois de mars, de nombreux enseignants du secteur privé sont allés récupérer leur salaire mensuel dans leurs établissements respectifs. Mais grande fut la surprise lorsqu’ils ont su par leurs directeurs que si le confinement devait se prolonger, ils ne seraient pas payés pour le mois d’avril. Ce, même si ces derniers ont signé pour un contrat à durée indéterminée auprès de l’école. 

La crainte s’est installée chez chacun des enseignants du secteur privé. Faut-il trouver un autre travail durant le confinement ? Se mettre au télétravail en ce moment est-il envisageable ? Risquons-nous un chômage technique ? Autant de questions qui sont venues du jour au lendemain sans prévenir. « La situation est grave, où puis-je trouver un autre travail ? Je pensais être en sécurité en signant un contrat à durée indéterminée avec mon établissement, mais je me rends compte maintenant que je me suis trompé » nous a confié un des enseignants. « Bien sûr, je comprends que sans rentrées d’argent, l’école ne peut me payer mon salaire. Toutefois, est-ce qu’un établissement comme le nôtre n’a rien prévu pour faire face à ce type de situation ? » s’est questionné un autre enseignant. 

Chômage technique. Pour l’instant, la prorogation du confinement en raison du COVID-19 n’est qu’une éventualité ; les autorités n’ont encore rien communiqué à ce sujet. Cela n’a pourtant pas empêché les directeurs de certaines écoles d’anticiper ce qui pourrait arriver durant ce mois d’avril. « Nous ne pouvons pas demander aux parents de payer les frais de scolarité des enfants alors qu’ils ne viennent même pas en cours. Comme nous n’avons pas de rentrées d’argent, nous sommes dans l’obligation de renoncer à payer le salaire de notre personnel » a expliqué un directeur d’école à ses enseignants. 

L’heure est donc grave pour ces professionnels de l’éducation. En ce moment, ils n’ont aucune solution et ne peuvent espérer autre chose que l’amélioration rapide de la situation. Notons toutefois que ce problème est d’envergure internationale puisqu’ailleurs, beaucoup de pays font face au même problème. Si certaines universités ont pu mettre en place des cours en ligne, le cas des écoles primaires reste encore problématique. De plus, malgré les efforts du gouvernement pour subvenir aux besoins de tous, la population ne peut dépendre éternellement de ces aides qui vont vite s’épuiser si la situation n’évolue pas. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Jeux Olympiques : Les JO de Tokyo se dérouleront du 23 juillet au 8 août 2021

Les nouvelles dates des JO de Tokyo ont été annoncées par le CIO et les instances japonaises. 

Un report de 15 mois. Face à la pandémie de coronavirus, le Comité international olympique (CIO) et le gouvernement japonais ont décidé de reporter les Jeux Olympiques (JO) de Tokyo 2020. Les JO vont se dérouler finalement du 23 juillet au 8 août 2021. Les athlètes déjà qualifiés n’auront bien évidemment pas besoin de se prêter à un nouvel exercice de qualification. « Il va sans dire que les athlètes qui se sont qualifiés pour Tokyo 2020 restent qualifiés. Cela découle du fait que ces Jeux, en accord avec le Japon, demeurent les Jeux de la XXXIIe (32ème) Olympiade » a indiqué le président du CIO, Thomas Bach. Un report qui arrange le camp malgache surtout car le délai de qualification a été rallongé. Pour l’heure, aucun athlète malgache n’a obtenu son ticket pour les Jeux de Tokyo. La présidente de l’Association malgache des olympiens, Rosa Rakotozafy, a réagi par rapport à cette décision du CIO et des instances japonaises. « Le report des Jeux Olympiques de Tokyo était plus que nécessaire étant donné la crise sanitaire mondiale qui affecte plusieurs pays. La propagation rapide de ce virus a conduit beaucoup de pays à reporter voire annuler toute activité sportive internationale ou nationale et tout déplacement sportif. Les sportifs ne peuvent pas s’entraîner dans les conditions nécessaires et dignes des Jeux Olympiques, ce qui risque de nuire gravement à leurs performances. Et chaque sportif ne vit pas de la même façon le confinement mis en place par leurs pays respectifs. Ce qui justifie aussi ce report. Par respect également à tous ceux qui ont perdu la vie à cause de ce virus, le monde du sport doit être un des premiers à les honorer, car ça fait partie de l’esprit olympique. À travers une décision en Conseil des ministres, mais surtout suite à la déclaration du président de la République Andry Rajoelina qui a été soutenu entièrement par le premier responsable du sport, le ministre Tinoka Roberto, Madagascar a déjà pris sa position par rapport à toute participation et organisation d’événements sportifs bien avant que le CIO n’ait pris sa décision. D’autant que le Japon fait partie des pays sévèrement atteints par ce virus. Je remercie le CIO et le gouvernement japonais d’avoir pris cette sage décision de reporter ces Jeux, car cela témoigne de la considération à l’endroit des victimes en premier lieu, et à l’endroit des pays participants et des sportifs. La santé étant primordiale » a déclaré Rosa Rakotozafy.

T.H

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ ny Covid-19 Notolorana fiarovana sy fanampiana ny polisy

Tsy mitandro hasasarana fa miasa andro sy alina ary mandao ny fianakaviany mihitsy ny Polisim-pirenena amin'ny fiarovana ny ain'ny vahoaka manoloana ny valan'aretina covid19.

Tsapan'ny Minisitry ny filaminam-bahoaka CGP Randrianarison Fanomezantsoa Rodellys fa mila harovana ihany koa izy ireo hahafahany miaro bebe kokoa ny vahoaka. Manoloana izany dia nanolotra fitaovana hiarovan-tena sy fanampiana ara-tsakafo ( vary, menaka, sira, siramamy, tsaramaso ... ) ho an'ny Polisim-pirenena ny Minisitra ho fankaherezana sy ho fanampiana amin'ny asa goavana izay hatrehan'izy ireo eto amin'ny firenena . Tsy hadinony ihany koa ny nisaotra ireo mahalala tànana, toy ny governoran 'Analamanga, fa indrindra ireo mpisera eo anivon’ny tambazotra sosialy izay mankahery hatrany ny Polisim-pirenena.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa Miaro sy MahalombaHo fiarovana ny amin’ny faritra amin’ny Coronavirus

Nahetsika avokoa ireo ekipa eto an-toerana misehatra amin’ny vonjy aina (ELS) mba ho fiarovana sy ho fiatrehana ny aretina Coronavirus.

 Ao anatin’ilay tetikasa Miaro sy Mahalomba izay vatsian’ny Vondrona Eoropeana vola ary iarahana miombona antoka amin’ny Consortium HI sy ny CARE. Tanjona ny hanetsehana sy ny hanentanana ny rehetra amin’ny fandefasana ny hafatra ho fiarovana amin’ny fihanaky ny aretina. Misy araka izany ny fanofanana ireo mpikambana ao amin’ny ELS ireo any amin’ireo faritra hisan’ny tetikasa dia ny faritra Boeny, Betsiboka ary Diana. Ampitaina amin’ny alalan’ny fanofanana ny mahakasika ny aretina, ny fomba fifindrany, ny fisehony ary ireo tranga ahiahiana sy ireo olona mety ho mora tratran’ny aretina. Ankoatr’izany dia atoro azy ireo ihany koa ny fisorohana tokony hatao isan’andro indrindra ny torolalana mahakasika ny fanasana ny tanana. Aorian’ny fiofanana dia hisy ny fitetezan-trano araka izany ho fampiharana saingy kajiana hatrany ny fepetra tahaka ny tsy fifampikasohana sy ny fifanalavirana hatrany amin’ny 1 metatra. Hisy ihany koa ny afisy sy ireo taratasy kely fampahafantarana hapetaka sy ho zaraina eny amin’ny fokontany sy ny sekoly hiasan’ny tetikasa.

 Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeMikatona ireo tsena lehibe anio

Ho fiarovana ny amin’ny mety ho fiparitahan’ny tsimok’aretina “coronavirus” dia hitakona tanteraka ny tsena ao Sabotsy Antsirabe sy ao Antsenakely anio talata 31 martsa. Noho

 

 ny asa fanadiovana sy famendrahana ranom-panafody hataon’ny mpiasan’ny fahasalamana any an-toerana no anton’izany. Aorian’ny anio talata kosa dia tapak’andro ihany sisa no afaka mandray mpividy ny tsena tsirairay avy; arindra ihany koa ny lalana miditra sy mivoaka ny tsena. Avy any amin’ny vavahady atsimo sy avaratra ohatra no miditra ny rehetra raha tsy maintsy any amin’ny vavahady andrefana sy atsinanana kosa no mivoaka. Nampidirina ho ao anatin’ny vata fandrenesam-peo manatanteraka ilay fandaharana miara-manonja isan’andro ihany koa ireo vata fandrenesam-peo sy fahita lavitra any an-toerana hahafahana manaraka ny fivoaran’ilay aretina coronavirus izay mitady hahazo vahana eto amintsika. Tsiahivina moa fa noho ny fisian’ilay tera-tany vahiny iray nitondra ny tsimok’aretina coronavirus nandalo tany an-toerana no antony tsy maintsy handraisana izao fepetra izao ka ankoatra ny olon-tsotra dia voakasika avokoa ireo mpiasan’ny hôtely fandraisam-bahiny maro isan-tsokajiny. Mikasika ireo posy sy cyclo posy ary bajaj izay fitaovam-pitaterana hany sisa miasa any an-toerana dia fantatra fa tsy mahazo mitondra afa-tsy olona iray isanisany izy ireo sisa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vita ny fitazonana 14 andro Hody amin’izay ireo tonga tamin’ny fiaramanidina

Nisy ezaka natao tao anatin’ny fanaraha-maso ny mpandeha avy any ivelany. Maro ny manapitra ny fepetra ny fetr’andro 14 andro amin’izao fotoana izao.

Maro ny fitiliana natao, toy ny “test de diagnostique rapide” nafaran’ny fitondram-panjakana. Isaorana ny rehetra nanaiky. Nisy notsaboina teny Anosiala ary ny teny amin’ny Hopitaly manara-penitra. Nisy tranga iray izay sarotsarotra ihany fa efa voafehy ny fahasalamana. Eo anatrehan’ny fitomboan’ny isa, dia efa misy paikady vaovao hifehezana ny fipariahan’ny aretina. Mitohy foana ny fiaraha-miasa amin’ny mpiara-miombon’antoka, hoy ny Minisitry ny fahasalamam-bahoaka Ahmad Ahmad. Isaorana izy ireo tamin’ny fanampiana sy ny mbola ho fanampiana satria mbola lavidavitra ny asa atao. Nisaotra ny mpiasan’ny fahasalamana, ary efa mandinika ny momba anareo ny fitondram-panjakana, hoy ity Minisitra ity. Ho an’ireo olona vita “confinement”, izay misy ny mipetraka amin’ny hotely izay sarotra tokoa hoe ny vady aman-janaka eto kanefa ny tena tany amin’ny hotely dia nisaorany. Izay no hisaorana azy ireo izay nanaiky ny toromarika. Nisy ny 14 andro sy ny “test de diagnostique rapide”, ka vita izay dia homena ny “certificate d sortie” rehefa voamarina fa tomady sy tomombana ara-pahasalamana. Olona toy ny rehetra izy ireo, ary tsy tokony hahilikilika, ary tsy hoe mitondra ny coronavirus izy ireo, hoy ny minisitry ny fahasalamana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fikarohana ireo olona mila atao fitilianaNatsangana ny “Brigade d’Intevention Rapide”

Ny fanapahan-kevitra noraisina tamin’ny fivoriana in-droa miantaona niarahana tamin’ny filohan’ny Repoblika,

 

dia nambara fa rehefa tonga ny “test rapide” avy amin’ny sinoa, dia haverina hatao fitiliana ny olona tonga teo anelanelan’ny 15-19 Martsa ary ny faharoa 11-14 martsa, hoy ny Minisitry ny serasera sy ny Kolontsaina Lalatiana Andriatongarivo. Ny minisiteran’ny Paositra no nanao ny fiantsoana tamin’ny alalan’ny “call center” ka tamin’izany no nivoahan’ny hoe ireto tsy tratra antso. Nasaina hiantso ny 914 ireo. Mety efa natao fitiliana tany aloha, fa haverina. Indraindray mety matanjaka ny hery fiarovana kanefa efa ao ilay aretina, ka izay no hamerenana ny fitiliana. Ny harivan’ny sabotsy dia efa tratra antso ireo olona nanaovana fiantsoana. Nampivory ireo minisitra ny Filoha sy ny Praiminisitra ny alahady hariva. Tapaka niaraka tamin’ny Minisitry ny fiarovana sy ny minisitry ny atitany, fa hapetraka ny Brigade d’Intervention Rapide izay hotarihin’ny Médecin militaire, izay kolonely ny Kolonely Ravoavy no mitantana azy. Nisy ny laharana 914 ho an’ireo avy any ivelany, na koa mahita hoe: aty aminay misy olona avy any ivelany tokony ho “confine”, kanefa tsy mihiboka akory. Napetraka nanomboka omaly alatsinainy io mba hamaliana haingana ny antso amin’ny 914 satria misy ny hoe: izahay miantso dia hoe handefasana olona, kanefa tsy misy tonga akory. Efa teny amin’ny “cantre d’appel” manao ireo asa vary mangatsiaka io Borigady io nanomboka omaly. Tonga dia raisina ho tranga maika na “cas urgent” ireny, ary omena fiara miaraka amina dokotera miaramila sy ekipana mpitsabo miara-miaramila izy ireo hahafaha-mandray andraikitra avy hatrany, raha vantany vao misy miantso. Efa em-pelantanana ny “cas urgent” sy “cas suspect” niainga avy amin’ny 914 dia ireo. 25 ireo efa am-pelantanan’io borigady io ankoatra ny vary mangatsiaka.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanarahan-dalana amin` ny fihibohana Tompona "bar" nosamborin' ny polisy

Trano fisotroan-toaka 01 tetsy 67ha nakaton' ny Polisy ary nosamborina mihitsy ilay tompony.

 

Tsy vitan' ny nanokatra ny toeram-pivarotany izy fa manentana ny mpisotro toaka ao aminy hanohatra ny asan' ny mpitandro filaminana. Noravan' ny Polisy ihany koa ireo tanora milalao eraky ny araben ' Ankazomanga izay manao baolina sy milalao “Roller”. Nogiazana avokoa ny kilalaon'izy ireo tsy hahafahany manao izany intsony. Ny Polisim-pirenena dia mampatsiahy ny vahoaka fa tsy kilalao ity valan'aretina ity ka hiandry hisy hamoy ny aina vao hikoropoka eto isika. Ny zavatra hita sy tsikaritra aloha hatreto dia mbola maro amin’ny Malagasy no tsy manaja an’io fihibohana io. Na ireo olona sahirana ara-pivelomana na ireo manan-katao aza dia maro no minia tsy te hahalala izany fa mbola mivoaka ny trano ihany. Na ireo fepetra madinika apetraka ny manam-pahefana aza tsy hajain’ny Malagasy sasany. Na inona na inona ambara dia mafy loha ny ampahany betsaka amin’ny Malagasy manoloana izao ady goavana atrehan’ny firenena izao. Mbola maro ny olona mandehandeha, mitangorongorona na midonanam-poana fa tsy mihidy an-trano.Mety misy endrika serasera hafa kokoa atao angamba handresena lahatra ireny olona ireny.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanampiana ho an’ny sahirana Aterina isam-baravarana manomboka izao

Nanova paikady ny Fitondram-panjakana amin’izao herinandro niainana ao anatin’ny ady amin’ny fihanaky ny coronavirus izao.

 

Ho an’ilay opération Tsinjo entina hanampiana ireo sahirana ara-pivelomana manokana dia fantatra fa aterina isam-baravarana izany manomboka izao raha teny amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena eny Mahamasina no nizarana ny fanampiana nanomboka ny herinandro teo. Ny “Centre de commandement opérationnel” eny Ivato no handrindra izany miaraka amin’ny Fokontany ka ireto farany indray miaraka amin’ny lisitra milaza ireo tokantrano tena sahirana eny anivon’ny fokontany no hitsinjara izany isam-baravarana . Tanjona ny hisorohana ilay filaharam-be hita isan’andro eny Mahamasina izay tsy manaja ilay elanelana 1 metatra akory noho ny fahamaizan’ny tsirairay. Afaka mihiboka avokoa ny rehetra noho izany no sady tsy ho voan’ilay aretina coronavirus satria tsy mivoaka ny trano. Na izany aza anefa dia fantatra fa mbola hiainga eny Mahamasina hatrany izany fanampiana izany. Mikasika ny Ministry ny mponina sy ny fiahiana ara-tsosialy Rtoa Naharimamy Irmah kosa indray dia fantatra fa efa nanomboka nandray ny asany omaly ny tenany, taorian’ilay fihibohana tsy maintsy nataony nandritra ny 15 andro noho ny fivoahana tany ivelany iray volana latsaka lasa izay.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ravalomanana sy ny TIM “Hanolo-tànana izahay, aleo mifampiresaka ”

Nanolotra paik'ady hiadiana amin'ny areti-mandripaka Coronavirus ny antoko TIM ary miandry ny lamin'asa avy amin’ireo mpitondra ny Filoha teo aloha

 

Marc Ravalomanana sy ireo mpiara miasa aminy amin’izay fomba entina hiadiana miaraka amin'ny aretina, araka ny fanambarany teny Faravohitra omaly maraina. Tsara tsindriana etoana fa tsy nisy mihitsy fiantsoana ireo depiote TIM tamin’ny fandaminana sy fizarana izay natao isaky ny fokontany hatramin'izay ka hatramin'izao, hoy ny avy amin’ny TIM. Ary noho izany dia miandry ny fiantsoana mazava ataon'ireo solontena mpitantana isam-paritra amin’izay ho tohin'ny fandaminana izy ireo. Manoloana ny zava-misy, toy ny resaka haino aman-jery dia aza ampitahorina ny olona hoe handefasana “lettre de mise en demeure” ary aza darohana baomba lakrimozenina ny olona, fa aleo mifampiresaka, hoy I Marc Ravalomanana. Inona no atao raha tena hiara-hiasa?

Hanome fitaovana ny TIM

Ny olana dia asaina manao zavatra ilay olona, kanefa ilay zavatra hatao mety hisy olana. Raha ny eto Antananarivo izao, dia misy depiote TIM 6 ary misy tsy TIM 6. Misy ny efa nantsoina mialoha, hoy ny Sekretera Jeneralin’ny TIM Atoa Rina Randriamasinoro. Hanome fampitaovana eny amin’ny fokontany ny TIM raha ny fanazavana. Noho ireo fitarainana maro voaray avy amin’ny vahoaka ihany koa dia: tokony tsy hisy ny fanilikilihana sy fanavakavahana amin’ny fanomezana ireo vary, menaka sy entana hafa ilaina ho an'ireo sahirana sy ireo zokiolona fa maro reo nilaza tsy nahazo sy tsy araky ny voalaza no azon'izy ireo. Tsy misy ny mangaraharaha amin’ny fitantanana ny vola hoe zaraina amin’ny mpamily sy ny maro hafa, sy ny fitaovana ka tokony ampahafantarina ny vahoaka mazava tsara. Mila ovaina ny fandaminana fa mikorontana hatrany an-tampony ary indrindra ny eny anivon'ny fokontany. Tokony atao maro ny “test rapide” zaraina atao isam- pokontany mba ahafantarana haingana sy hanasarahana ny salama sy ny marary izay tokony ho tsaboina. Fehiny, dia vonona hiara-hiasa ny TIM miaraka amin’ireo olom-boafidy hiadiana amin’ny coronavirus fa tsy maintsy asiana dinika sy lamina mialoha amin’ny zavatra tokony ho atao fa tsy afenimpenina izany satria tombotsoa ho an'ny vahoaka, raha ny fanehoan-kevitry ny olom-boafidy TIM.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitatitra teny amin’ny lapan’ny tanànaTsy voahaja ny fepetra fisorohana ny Coronavirus

Toy ireny nisy fampisehoana mpanakanto malaza ireny na kermesy rehefa fetim-pirenena nanoloana ny lapan’ny tanana Analakely omaly, rakotr’olombelona ny parvis.

 

Nihevitra koa ny mpitazana sy mpandalo sasany hoe : fángaha misy hetsika 13 mey indray ! Zavatra hafa mihitsy kay, fa hay fivorian’ny mpitatitra.Tsy voahaja ilay resaka 1 metatra anisan’ny fiarovana voalohany amin’ny Coronavirus.Ireo mpamily sy reseverana taxi be niampy mpamily taxi no nameno ny tokontanin’ny lapan’ny tanàna.Izay vao voaray ny hafatra ary tonga izy ireo satria maro no mbola tany ambanivohitra hoy ny fanazavan’ny avy ao amin-dry zareo mpitatitra.Tetsy ankilany kosa nanamarika ny tao amin’ny kaominina fa nisy mpitatitra nahazo SMS avy amin’ny olona tsy tokony hanao izany, tahaka ny mpanolotsain’ny tanàna iray izay sady mpitarika fikambanana Taxi ihany koa, ary dia tonga nirohotra tao ireo mpamily.Ny kaominin’Antananarivo renivohitra irery ihany no miantso sy mandefa ny hafatra fa tsy olon-kafa hoy ny fanamarihan’ny tompon’andraikitra.Ekena fa samy maika hamita ny asa sy hahazo fanampiana fa hita hoe mifanohitra amin’ny fanentanana ataon’ny fitondrana foibe ity nitranga tetsy amin’ny lapan’ny tanàna omaly ity fa sady namory olona an’arivony no mbola tsy nanaja ny fepetra faran’ny kely indrindra amin’ny fisorohana ny fiparitahan’ny Coronavirus.

75% n’ny Koperativa

Ny 75 %-n’ny koperativam-pitaterana eto an-drenivohitra sy ny manodidina hatreto no fantatra fa efa nahavita nanatitra ny lisitr’ireo mpamily sy ny mpanampy azy mitatitra olona amin’ny alalan’ny taksibe. Ao amin’ny kaominina Antananarivo renivohitra no nanaterana izany, ka ireto farany indray no manamarina ny lisitra tonga eo am-pelatanany no sady mizara ny fanampiana. Miisa 6.000 raha araka ny fantatra ireo fiara mpitatitra mivondrona ao amin’ny zotram-pitaterana eto Antananarivo renivohitra sy ny any ivelany amin’izao. Manodidina ny 12.000 isa kosa ireo mpamily sy mpanampy azy hisitraka ny fanampiana hahafahana miatrika izao fahamehana ara-pahasalamana miseho eto amin’ny firenena izao ka tsy hivoahana ny trano. Mikasika ireo koperativa ambiny moa dia fantatra fa efa eo am-pikarakarana izany izy ireo ankehitriny hanafainganana ny fanampiana omena ireo mpamily sy ny mpanampy azy. Raha tsiahivina dia vary 25 kg, miampy karazam-bokatra sy kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro no zaraina amin’izany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

CORONAVIRUS MANERAN-TANY

Maneran-tany35 905 no maty, mafy ny ady any eoropa

 

 

 

 

Mitombo hatrany ny isa, izay manaporofo hatrany hatrany fa areti-mandringana ny coronavirus. Mahatratra 35 905 ny maty maneran-tany, ka ny 26 078 dia tany Eoropa avokoa. 740 000 ny olona voa maneran-tany, ka 408 203 dia any Eoropa avokoa. Any Etazonia sy Canada 150 000 izay manome 2635 ny maty any amin’ireo, 106 609 no voa any Azia ary 3827 ny isan’ny maty.

 

MPANJAKAN’I THAILANDE:

Mitoka-monina miaraka amina vehivavy 20

 

Raha toa ka napetraka any ThaÏlande ny hamehana noho ny coronavirus efa namono olona 7 sy namindra tamin’olona 1500, dia nifindra lasy mitoka-monina any Allemangne ny Mpanjaka Rama X, izay Maha Vajiralongkorn moa no tena anarany. Nalainy ho azy manokana hotely raitra iray lehibe ao amin’ny Station de ski de Garmisch-Partenkirchen any Bavière, ary misy vehivavy 20 miaraka aminy ao. Misy misitery hafahafa ao anatin’izao fitokana-monina izao, na eo aza ny vadin’ity mpanjaka ity, dia ny mpanjakavavy Suthida izany .

 

 

 

AFRIKA

150 ny fitambaran’ireo maty hatreto

 

Azo ambara ho tsy tena lasibatra ny Kaontinanta Afrikanina mitaha amin’ny Eoropa sy Etazonia ao anatin’ny Kaontinata Amerikanina. Hatramin’ny omaly dia 150 ny fitambaran’ireo rehetra maty taty Afrika. Miisa 4800 ny olona voa hatramin’izao. Ahiana anefa ny hipariahan’ny tsimok’aretina amin’ity herinandro ity, raha ny vinavinan’ny mpandinika. Ny toe-tany mafana izay tsy dia mety amin’ny coronavirus no heverina fa antony tsy hisian’ny maty betsaka aty Afrika.

 

 

 

Sahirana ny frantsay

Nihoatra ny 3000 ny maty

 

Nilaza ny governemanta Frantsay omaly fa 418 no maty teo anelanelan’ny alahady sy omaly alatsinainy, manome ny isa ho 3024. Mahatratra 21 000 ny olona nampidirina hopitaly, ka 5000 ao amin’ny sampana fameloman’aina. Ny Region-Ile-de-France sy ny Grand-Est no tena voa mafy. Nambaran’ny Tale jeneralin’ny fahasalamana Frantsay Jérôme Salomon fa ny 34% amin’ireo ao amin’ny fameloman’aina dia latsaky ny 60 taona. 59% eo anelanelan’ny 60 hatramin’ny 80 taona, ary miisa 64 ireo olona latsaky ny 30 taona. 20 000 fitiliana isan’andro ny fitiliana ho vita amin’ny faran’ny herinandro, raha ny nambaran’io tompon’andraikitra io. I Frantsa dia nanafatra tampim-bava 100 000 any ho any avy any Chine.

 

 

 

ETAZONIA

Ahiana ho tonga hatrany amin’ny 200 000 no ho faty

 

Mihoatra ny 2000 ny maty any Etazonia amin’izao fotoana izao. Ity firenena ity no betsaka olona voa indrindra eto ambonin’ny tany ankehitriny. Manahy mafy ny olona akaiky ny Filoha Amerikanina Donald Trump, fa ho tafiakatra 100 000 hatramin’ny 200 000 no faty mandra-piafaran’ity areti-mandripaka ity. Manakaiky ny 150 000 ireo olona voa any Etazonia amin’izao fotoana izao.

 

ITALIA

812 indray no maty tao anatin’ny 24 ora

 

 Toa zary tsy vaovao intsony ny fandrenesana olona an-jatony maro maty isan’andro any Italia. Mbola lavitry ny kitay ny afo amin’ny hahafehezana ny Coronavirus. 812 no maty tao anatin’ny 24 ora monja, izay manome ny isa rehetra ho 11500. Na izany aza dia mba efa somary nisy fihenana ny taham-pitomboan’ireo voa izay 4% teo ho eo satria 8,3% izany efatra andro lasa izay, ary avo efatra tamin’izany tany amin’ny 15 andro lasa.

 

Sekretera Jeneralin’ny ONU

Ahiana ho ripaka ny afrikanina

 

Volabe 3000 miliara dolara no ilaina hifehezana an’io hoy ny sekretera Jeneralin’ny Firenena Mikambana na ny ONU, Antonio Guterres. Raha nolazaintsika fa 150 no maty aty Afrika dia nambarany fa manahy ny hisian’ny fahafatesan’olona an-tapitrisany ity Tompon’andraikitra voalohan’ny ONU ity. Isan’ny adihevitra ihany koa amin’izao fotoana izao ny hoe: aty Afrika no hanaovana andrana voalohany amin’ny vaksiny. Any Eoropa anefa no tena be marary sy be maty ankehitriny

 

 

 

Nangonin’i Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalam-pirenena faharoa Lehilahy roa no voasambotra

Miasa andro aman’alina ireo mpitandro ny filaminana any amin’iny lalam-pirenena faharoa iny amin’izao.

Vao omaly ohatra dia lehilahy miisa roa no voasambotra tany an-toerana. Ny iray nisandoka ho zandary be galona niaraka tamin’ny fanamiana mifandraika amin’izany. Nomarihin’ireo mpitandro ny filaminana moa fa tsy hitsitsy izy ireo ho an’izay tratra, indrindra fa ireo minia manararaotra ny fahasahiranam-bahoaka amin’izao fihibohana tsy hivoahana ny trano izao. Mikasika ireo fiara afaka mivezivezy manokana dia fantatra fa ireo nahazo alalana manokana sy ireo mitatitra ireo kojakoja ilain’ny mponina amin’ny andavanandro ihany no afaka mandeha. Hentitra ihany koa ny fisavana ireo môtô noho izy ireny lasa fitaovam-pitaterana hampiasain’ny mpanao ratsy matetika ka tsy maintsy arahi-maso akaiky.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Polisim-pirenenaTsy sasatra manentana ny vahoaka

Tsy sasatra ny polisim-pirenena manentana ny momba ireo mpivarotra sakafo, fanafody, mpivarotra mpambongady sy enta-madinika mikasika ny ora hahafahan’izy ireny misokatra ho an’ny mpanjifa.

 

Ny mpivarotra sakafo sy zavatra tena ilain’ny olona amin’ny fiainany andavanandro ihany no mahazo misokatra manomboka amin’ny 06 ora maraina ka hatramin’ny 12 ora atoandro. Ny mpivarotra akanjo, kiraro, friperie, telefaonina, cd sy dvd, ireo Bar kosa dia mikatona avokoa tontolo andro...Am-polony no efa voasambotry ny polisim-pirenena fa tsy nanaja ny tsy fahafahana mivezivezy amin’ny alina. Mila fahazoan-dalana ihany koa ny fiara afa-tsy ny fiara hampiasain’ireo mpiasan.'ny fahasalamana , fiara mitondra.sakafo , fiaran'ny jirama, fiara mpitandro’ny filaminana, fiara mitondra.solika..Hentitra ny fampiharana ny fepetra tsy fivoahana ny trano izy ireo satria io no vahaolana tsara indrindra tsy hampiparitaka ny covid 19...Miambina ireo tsena lehibe toy ny petite vitesse , andravoahangy, anosibe koa ny mpitandro filaminana manara-maso izay mbola minia manao mafiloha..ary mitsoka kiririoka ihany koa rehefa migadona ny amin’ny 12 ora atoandro, fampahatsiahivana fa efa tokony hody avokoa ny rehetra.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly tsy miankinaMila jeren’ny fanjakana manokana

Ankehitriny dia mandalo ady sarotra ihany koa ny eo anivon` ny sekoly tsy miankina.

 

Tapaka fidiram-bola ireo mpampianatra manao “chargé de cours”. Ireo mpitantana sekoly moa na dia te hanampy ireo mpiara-miasa aminy dia misy ireo tsy afa-manoatra raha misy hitady “avance” amin` izy ireo manoloana izao fihibohana izao eto Antananarivo sy Toamasina. Etsy ankilany, ireo Ray aman-dreny koa dia tapaka fidiram-bola, ary tsy afaka handoa saram-pianarana.. Ho an` ireo sekoly manofa trano dia mety hisy fifanarahana manokana amin` ny tompon-trano vao mety ho tafavoaka, raha manaiky ilay tompon-trano. Etsy andaniny, ny “vacation” zara fa zaraina. Betsaka ny mpampianatra nanao mpitsara (jury) sy mpitsara laza adina (correcteur) nandritra ireny fanadinam-panjakana ireny kanefa tsy mbola nahazo tambin-karama.  Noho izany, tsy tokony isan` ireo nampidirina ao anatin` ny drafitra ara-tsosialy ve ny mpanabe, indrindra fa ireo ao amin’ny sehatra tsy miankina ? Tena ilaina sady manana ny toerany amin` ny fampandrosoana ny mpanabe. Tsy misy teknisianina, mpiasa birao, talen'orinasa, mpitsara, manamboninahitra, minisitra, eny, tsy nisy koa filoham-pirenena raha tsy nisy Mpampianatra.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiroboroboana ny maha-olonaNahazo 100 tapitrisa dolara i Madagasikara

Nekena tany Washingtown tamin’ny 26 martsa lasa teo ny fampindramam-bola ho tohana ho an’ny fotodrafitr’olona (capital humain) eto Madagasikara.

 

Fantatra fa marefo ny firenena amin’io sehatra io ka mahatratra 100 tapitrisa dolara ny famatsiam-bola izay avy amin’ny Banky iraisam-pirenena ho fanohanana ny politikam-panjakana ny amin’ny fampandrosoana ny maha-olona. Tanjona ihany koa ny hanatsarana ny harena arak’olona amin’ny sehatra fahasalamana sy ny fanabeazana ary hananana tahiry ara-bola ny amin’ireo sehatra ara-tsosialy izay marefo eto amin’ny firenena. Ankoatr’izay dia nomena ihany koa izao fampindramam-bola izao hanamafisana ny fiarovana araka ny lalàna ny vehivavy sy ny ankizy.

 Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

AnkazomangaTsy coronavirus fa aretim-bavony no nahafaty ilay tovolahy

Tovolahy nitsirara teo amin’ny arabe no nitangoronan’ny olona teny Ankazomanga omaly maraina.

 

 Nentina teny amin’ny Hopitaly HJRA saingy re fa tsy tana intsony ny ainy. Maro no niahiahy fa coronavirus no nahavoa azy, satria io rahateo izao no aretina malaza amin’izao fotoana izao. Efa aretim-bavony nitaiza hatry ny ela no nanjo azy, hoy kosa ny fanazavana heno. Matetika izy rehefa ao an-trano dia miboridana foana ary io omaly maraina io dia nifamonjena nentina teny amin’ny "rond point" satria nisy Ambulance nijanona teo. Indrisy fa tsy nisy nitondra ilay marary ilay “Ambulance” satria tsy nisy mpamily ka Taxi nahafantatra no namonjy azy. Efa nandoa be tao an-tranony ilay tovolahy no niantsoantso an’ireo mpiray vodirindrina, hoy ny fanazavana. Nentina teny amin’ny "Dispensaire" akaiky teo izy, ka ry zareo tao indray no nilaza fa tokony ho any amin’ny hopitaly. An-dalana handeha dokotera no tsy nisy fiara mba tapa-kevitra hitondra io ary nandiso fanantenana hatramin’ny mpitandro filaminana satria dia nitazam-potsiny daholo,araka ny fanazavana azonay hatrany. Efa tsy nahatsiaro tena ity tovolahy ity kanefa tara ny famonjena ny ainy. Efa any amin’ny fianakaviany ny razana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tanàn-dehibe eto MadagasikaraTena azo diovina sy halamina ihany kay

Tena azo alamina, diovina tsara ihany kay Antananarivo, ary tsy izy irery fa ireo tanàna hafa rehetra eto Madagasikara fa mila hentitra ny mpitantana sy ny mpitondra ary tena ambenana mihitsy ny olona.

 

Tamin’ity coronavirus ity no nahitana izany. Samy afaka miezaka daholo kay rehefa terena. Izany ilay hoe tsy maintsy manaraka fitsipika na “discipline”, izay azo tohizana foana fa tsy ao anaty fotoana mandalo ihany. Samy manana ny fandraisany an'io moa fa ny fehiny dia hoe mila hentitra sy mampihatra ny lalàna ny mpitantana. Tsy maintsy manaraka ny ambiny satria fandaminana ny tanàna sy ny fiarahamonina ho an'ny tombotsoa iombonana no tanjona. Tsy misy zavatra azo moramora foana izany fa tsy maintsy mihafy sy miasa mafy. Tsy misy fandrosoana tongatonga ho azy izany raha mbola samy hanao izay saim-patany ny isam-batan’olona ka hanao izay tiany sy metimety aminy na misy ny lalàna tokony harahan’ny rehetra. Ny zava-misy amin’izao fotoana izao dia fampiharana ny lalàna hoe: ao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana isika ka izao ny lalàna mifehy ny tany sy ny fanjakana, dia io fa manaiky ny ankamaroan’ny olona, mangina sy milamina ny tanàna, voafetra ny ora sy fotoana hahafahana mivezivezy. Azo atao tsara ihany koa izany ny mametraka sy manamafy ny lalàna hoe: izao sy izao no azo atao sy ny tsy azo atao mba hisian’ny firindrana. Fotoana izao tokony hararaotina dia mitohy avy hatrany ny fitsipika, izay tsy natao hamonoana na hamoretana sokajin’olona manokana na maromaro, fa kosa tena ho an’ny tombotsoan’ny maro an’isa.

 Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Asa voafetra, vola miditra manifyMitaraina ny mponina etsy La Reunion kely

Mijaly ny mponina eny amin` ny La Réunion kely amin` izao fametrahana ny fahamehana ara-pahasalamana eto Antananarivo izao.

 

Ny fampitsaharana ireo hetsika rehetra manomboka amin` ny mitatao vovonana dia tsy manampy azy ireo amin` ny asany mihitsy. Tsy ampy azy ireo ny ora hiasana ka zara raha misakafo. Tsy misy ny vola ahafahana manjifa ny « vary mora »eny amin`ny fokontany misy azy ireo. Mampatsiahy moa ny mponina eny an-toerana fa tokatrano 30 monja no nahazo ilay “trano-conteneur”, natolotry ny fitondram-panjakana, kanefa maherin` ny 240 isa izy ireo. Maro amin' ireo tsy manan-kialofana no iharan'ny hanoanana sy orana amin`ny alina. Nampatsiahivin` izy ireo hatrany fa mbola tsy mahazo rano fisotro madio ihany koa izy ireo satria tsy manam-bola ahafahana manjifa eny amin`ny “borne fontaine” natokana ho an` ny besinimaro.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AmbatorokaMaty voatifitry ilay jiolahy saika hanafika Villa

Manao fanamby hatrany ny poisim-pirenena fa tsy hitsitsy mihitsy manoloana ireo olon-dratsy mbola mahasahy manararaotra ny vahoaka Malagasy amin'izao toe-java-miseho eto amin'ny firenena izao.

 

 Ny alahady alina teo dia andian-jiolahy saika hanafika "Villa" iray tetsy Ambatoroka no nifanehatra tamin'ny Polisin' ny "Unité Spéciale d'Intervention" ka lavon'ny balan' ny Polisy tamin'izany ny olon-dratsy iray izay mbola nahitana bala sy basy vita gasy teny aminy raha tafaporitsaka kosa ny namany. Fantatra fa isan'ireo nifampitifitra tamin'ireo Polisy tetsy Antsahabe io jiolahy io ka izao nifanehitra tamin'ny mpitandro ny filaminana izao indray. Voasoroka ihany koa ny vaky trano nitranga tetsy Andohatapenaka rehefa tonga ara-potoana teny an-toerana ny Polisin'ny Boriborintany fahafito. Mitohy hatrany ny asan'ny Polisim-pirenena, mivoha 24/24 ora ary 7/7 andro avokoa ny sampan-drahararaha eo anivon'ny Minisiteran'ny filaminam-bahoaka hanampiana ny olom-pirenena.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Sehatra tsy miankinaHampikatso tanteraka ny toekarena ny fitotonganan’ny asa

Efa nisy ihany ny fitarainan’ireo fikambanan’ny Orinasa Afaka haba mahakasika ny fepetra misy ankehitriny dia ny fahamehana ara-pahasalamana.

 

Tamin’izany no nilazan’izy ireo fa na misy aza io fepetra io dia tokony hojerena manokana ihany koa ny mahamaika indrindra ny amin’ny lafiny sosialy sy toekarena mba tsy ho tonga any amin’ny fahaverezan’asa faobe. Efa voakasika mafy aloha ny toekarena ny amin’ny tsy fampidiran-ketra izay tsy maintsy neken’ny fanjakana ho takalon’ny tsy fisan’ny fampijanonana mpiasa avy amin’ireo vondrona orinasa maro ireo. Any Frantsa aza moa izay firenena mamokatra lavitra noho i Madagasikara dia efa hita mamaivay sahady ny akon’ny firodanan’ny sehatra tsy miankina noho ny fisian’ny valan’aretina Coronavirus. Tsy mitsaha-mitotongana izany indrindra eo anivon’ireo orinasa mampiasa olona manao asa tanana. Hatreto dia ny 25% ny famokarana ihany no hatao ary misy akony mivantana amin’ny tsena rehetra izany. Raha ny eto Madagasikara dia efa mampanahy ny zava-misy amin’izao fotoana izao satria efa anatin’ny fahasahiranana mafy ireo orinasa afakaba tahaka ireo mivondrona ao anatin’ny GEFP (Groupement des Entreprises Franches et Partenaires). Ampoizina ny akony ratsy ara-toekarena saingy mba tsy hahalatsaka lalina ny faharavana mety aterak’izay aoriana ao raha mitohy ny krizy dia tokony hojeren’ny fanjakana haingana izay fepetra hitazomana hatrany ireo mpiasa tsy ho very asa. Mila mamokatra hatrany ireo orinasa mampiasa Malagasy maro ireo mba tsy hisian’ny krizy hafa indray na dia miafy sy reraka aza ny mpiasa ny amin’ny fandehanana tongotra. Nisy ny mety ho fanapahan-kevitra nanajanona ny fiara mpandray ireo mpiasa mba ho fitsitsiana ka eo no tokony halamina tsara mba hahazo tombony ny rehetra. Ahoana ihany koa ny mahakasika ireo akora fototra ilaina amin’izao fotoana izao? Manahoana ny tahiry sy ny fahataran’ny komandy? Mila jeren’ny fanjakana avokoa ireo pitsopitsony rehetra mba tsy hidaraboka ny toekarena noho ny fitotonganan’ny asa eny anivon’ny sehatra tsy miankina.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Tenisy Roland GarrosNahemotra amin'ny septambra 2020

Notapahin'ny FFT "Federasion'ny Tenisy Frantsay" tarihan'ny filohany, Bernard Giudicelli, fa amin'ny 20 septambra ka hatramin'ny 4 oktobra 2020 no

 

hanatanterahana  ny fifaninanana tenisy iraisam-pirenena Roland Garros fanao isan-taona any Frantsa. Nokianin'i Ank Hirdiff filoha lefitry ny federasion'ny tenisy Alemana izany fanapahan-kevitra izany fa nolazainy fa notapahin'i Giudicelli samirery hahazoany tombony manokana amin'ny hiatrehany ny fifidianana mpitantana vaovao ny FFT ho tanterahina amin'ny taona 2021 hifanandrinany amin'i Culle Moretta.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Neymar JRMiatrika ny fihibohana any Brezila

Noho ny fepetra manokana noraisin'ny fitondrana Frantsay mikasika ny ady amin'ny coronavirus dia nanapa-kevitra ny nody any Brezila i Neymar Jr

 

mpilalaon'i PSG hanao izany fihibohana na "confinement" izany. Nomarihan'ny mpanolon-tsaina manokany fa efa nanao "mise en Quarantaine" tany Brezila i Neymar ary tsy mandray olona mihitsy ankehitriny. Isaky ny manana olana ara-pahasalamana na maratra, na ihany koa miala sasatra moa ity mpilalao kalaza ao amin’ny PSG ity dia tsy maintsy mody any an-tanindrazany foana.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamiana vaovaon’ny BareaTsy mifanara-tsaina sahady ireo komity

Variana amin’ny fiparitahan’ny Coronavirus izao tontolo izao sy isika malagasy fa ny eo anivon’ny federasionina malagasin’ny baolina kitra koa amin’izao fotoana izao dia efa tonga amin’ilay hira hoe “mandeha ny mandeha”

 

raha hiresaka mikasika ny orinasa hahazo ny fifanarahana vaovao indray momba ny fanamian’ny ekipam-pirenena dia ny Barea izany. Nitarika hatrany amin’ny fametraham-pialan’ny mpikambana iray eo anivon’ny komity mpandinika izany mihitsy ny tsy fifanarahan-tsaina misy eo anivon’ity rafitra iray ao anaty FMF ity. Tsy iza moa izay nametra-pialana izay fa ny mpikambana, Justin Andriantsoray, izay nilaza fa orinasa tsy ampy traikefa no kasaina hanankinana indray ny fanamboarana ny fanamiana. Ny orinasa TED Holding, raha ny heno, hatreto no kasain’ity komity ity hanaovana ny fifanarahana. Orinasa izay nanomboka ny oktobra 2019 no namokatra izy io, raha ny fantatra, ary orinasa malagasy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

NICOLAS DUPUISMianatra voambolana malagasy 10 isan'andro

Famakiam-boky sy fianarana manokana ny teny Malagasy no anisany andanian'ilay mpanazatra ny BAREA, Nicolas Dupuis, andro amin'ny fiatrehana ny fihibohana an-trano na "confinement" ankehitriny.

 Voambolana 10 isan'andro no ezahiny ho fehezina amin'izany ary efa mahay manisa tsara 1 hatramin'ny 10 ny lehilahy ankehitriny araka ny nambarany. Nanentana ny rehetra ho tia hamaky boky betsaka izy ho fanovozana fahalalana amin’izao fijanonana an-trano izao. Nanentana ny rehetra hanaraka ny fepetra napatraky ny fanjakana koa izy amin'ny ady atao amin'ny fianaky ny coronavirus izao. Nampatsiahy ny coach Dupuis fa matoa ny ekipam-pirenena tonga amina dingana avo nandritra ny CAN dia nisy fifehezan-tena lehibe sy fanajana ny “discipline” tao; tokony tahaka izany no hiatrehan’ny tsirairay ity valan’aretina ity hoy izy raha tiantsika ny handresy azy.

Ntsoavina Évariste

Tia Tanindranaza0 partages

Haino aman-jeryManabe fa tsy mampiala voly fotsiny

Amin` izao fihibohana izao dia ny haino aman-jery, indrindra ny televiziona, no sakaizan` ny isan-tokantrano.

 

Maro ny tsikera nataon` ny mpanaraka ny fandaharana iray tamin` ny haino aman-jerim-panjakana momba ny fitafin` ilay mpanolotra fandaharana. Samy naneho hevitra ny rehetra indrindra moa ireo mpampiasa fesiboky. “Fitafy tsy manaja olona …mba manaitra ny sainareo tompon’andraikitra mba hajao ny mpijery ao anatin` izao “confinement” izao … tsy hanao spectacle fa hanabe olona ka mananà toetra mpanabe” hoy fanehoan-kevitra iray. Ny mpamakafaka pôlitika rehetra manerana izao tontolo izao dia milaza avokoa fa ny fanabeazana no fototry ny fampandrosoana. Sarotra mantsy ny hivoaran’ny firenena iray raha vahoaka tsy mahay mamaky teny sy manoratra, na tsy nahazo fanabeazana araka ny tokony ho izy, ny ankamaroan’ny mponina ao. Hevitra izay hita mitombina zato isan-jato satria raha jerena amin’ny fomba fijery mahitsy ny zava-misy eto amin’ity Madagasikara ity dia mbola olana lehibe ary vato misakana ho an’ny fampandrosoana ny firenena ny tsy fahampian’ny fanabeazana eo amin’ny olom-pirenena. Ny haino aman-jery rahateo dia tsy maintsy mandray anjara amin'ny fanabeazana ka mila fitandremana be io fa tsy ny olona natao hanabe indray sanatria no mampiseho fihetsika na fomba fiaina hafahafa.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitokonana sy fitakianaMafana ny toe-draharaha any amin’ny faritany

Nilahatra nitety tanàna ary avy eo nitokona nanoloana ny lapan'ny tanànan'i Toamasina avokoa omaly maraina ireo mpitondra tuk tuk any an-toerana.

 

Noho ny tsy fahazoan'ireo fanampiana ara-dalàna toy ireo mpamily taksibe sy mpamily fiara karetsaka no anton'izany nefa samy mamelom-bady aman-janaka avokoa, raha ny filazan’ny solontenan’izy ireo. Lasa misy fanavakavahana hoy izy ireo ny fanampiana antony nilazany tamin'ny fitondram-panjakana fa tokony avela hiasa tapak'andro izy ireo, izany hoe manomboka amin’ny 6 ora maraina ka hatramin’ny 12 ora atoandro rehefa tsy omena fanampiana araka ny tokony izy ihany. Anisan’ny nambaran’izy ireo fa tsy ampy ilay vary tapa-gony zaraina isan’olona , tsy mahavita ny ankohonanay io raha tsy miasa izahay satria misy aminay ireto no mana-janaka miisa 6, hoy ny resaka omaly tany Toamasina. Nilanja sora-baventy mihitsy moa izy ireo ary nivoaka hatramin'ny feo fa handeha hamaky magazay, antony nanaparitahana azy tamin'ny baomba mandatsa-dranomaso, ary tena tsy nitsitsy ny mpitandro filaminana, izay efa nampitandrina fa tsy azo ekena ny fihoaram-pefy sy ny fanakorotanana ny filaminam-bahoaka na sanatria fikasana handroba. Marihina moa fa miisa 1911 ireo mpitondra tuk tuk ao Toamasina amin'izao. Mbola nihetsika ihany koa tetsy ankilan’izay ireo mpitondra cyclo-pousse ao Toamasina ary mitovy amin’ny fitakiana voalaza etsy ambony ihany no antony.Tsy ny tao Toamasina ihany moa no nitokona omaly fa nampiseho ny heriny ihany koa ireo mpitondra bajaj ao Mahajanga noho ny tsy fahafahany miasa. Nambaran'izy ireo fa manenjika volan'ny mpampiasa izy ireo nefa tsy afaka miasa. Ny fanampiana ihany koa anefa mbola baraingo. Antso avo araka izany no hatao amin'ny mpitondra hisorohana ny olana mety hitranga.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Ketrika.comEfa manao « livraison » manakaiky hatrany ny mpanjifa

www.ketrika. com fantatry ny besinimaro amin’ny anarana hoe « ketrika » dia tsy mena mitaha amin’ny hafa tokoa, raha ny eo amin’ny sehatry ny varotra an tserasera na ny « vente en ligne » no resahana.

 

 

Maro dia maro ny entana izay hita ao aminy, santionany amin’izany ny entana fampiasantsika amin’ny andavanandro toy ny menaka, ny vary, ny pates,ny sardines, sns. Eo ihany koa ny produits d’hygiènes  isan-karazany izay tena ilaintsika tokoa amin’izao fotoana izao satria dia miaro amin’ny valan’aretina samihafa ny fampiasana azy matetika toy ny  gel main desinfectant izany .Ireo dia afaka jifainao amin’ny vidiny mirary ao amin’ny site www.ketrika.com.

 

Vokatry ny IMRA

Efa misy ao amin’ny ketrika .com ihany koa ankehitriny ireo “produit IMRA na ny produit masse Ratsimamanga toy ny (huile essentiel niaouli, ny huile essentiel  ravintsara, Tanjake, sy ny maro hafa, izay produit naturel azo avy amin’ny zavamaniry izy ireo hanampy anao hanamafy ny hery fiarovana sy hanome tanjaka ho an’ny vatana. Manana safidy roa hatrany ny mpanjifa amin’ny fividianana ny entana, afaka mividy” jeton” izy ireo raha manana kaonty ao amin’ny www.ketrika.com  nefa koa afaka manao “achat direct”.  Tsy mitsahatra ny manakaiky sy manome fahafaham-po  ny mpanjifany hatrany arak’ izany i ketrika.com  satria dia efa misy amin’izao ny «  livraison à proximité », izay hanamorana ny fangalana ireo entana nojifainao eny amin’izay toerana nosafidinao.Eo noho eo ihany dia azonao ny entana. Hita ao amin’ny tranokala www.ketrika .com moa ny fanampim-panazavana sy ny tsara ho fantatra miaraka amin’ireo entana rehetra.

 

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Olana atrehan’ny firenenaIzao no tena ilàna ireo mpanefoefo sy matanjaka

Tena mafy amin’ny Malagasy ny fepetra raisina mba tsy hiparitahan’ny valan’aretina coronavirus.

 

Mikatso ny ankamaroan’ny asa aman-draharaha, ary maro ny olona no miezaka mihazo ny toerana ambanivohitra, sao mba any no azo hiainana kokoa amin’izay harapaka. Izao no tena ilàna firaisankina sy fifanampiana. Misy ny olona tena hoe tsy afa-manohatra. Tsy maintsy mivoaka miasa izy satria tena ara-bakiteny eto amintsika ny hoe: ny hoanina anio tadiavina anio. Ny tany Bénin dia notsorin’ny Filohany Patrice Talon, fa tsy misy hoenti-manana mitovy amin’ny firenena matanjaka izy ireo mba hahafahana mifehy mafy ny vahoaka tsy hivoaka. Mba hampifanarahana amin’ny famerana ny fahafaha-mivezivezy na ny fihibohana ao an-trano, dia vola be no ampiasain’ireo firenen-dehibe. Raha tiana hihiboka ny olona tsy maintsy omena sakafo sy izay farafahakeliny ilainy;  io iaraha-mahita io anefa ny tohana ara-tsosialy avy amin’ny fanjakana izay lasa mampisavorovoro, ary betsaka no tsy mahazo akory. Ny fanjakana ihany koa anefa tsy manam-bola hamahanana ny Malagasy sahirana rehetra. izay tsy afaka miasa. Eto no tokony miditra an-tsehatra ireo tompona orinasa, mpanefoefo sy manan-katao eto amin’ny firenena. Mitambatambatra eo dia manampy ny fanjakana manampy ny sahirana. Aiza daholo ireo manan-katao ireo amin’izao izay vitsy no re amin’ny fanoloran-tànana? Ary io koa mila atao mangarahara fa tsy hoe efa nanao mangingiana tany ambadika tany i Rakoto na Rasoa. Miandry misy maty ve sanatria vao mba hahatsapa tena fa mila mifamonjy sy mifanampy amin’izao fotoan-tsarotra izao. Mila firaisankinam-pirenena izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusNahitana marary i Toamasina sy Fianarantsoa

Ny tatitra nataon’ny Pr Volontiana Hanta Marie Danielle omaly atoandro dia tsy niova ny isan’ny olona voa satria tsy mbola tsy nisy olona voatily.

 

Nijanona ho 43 ny olona voamarina fa voa ho an’ny atoandro. 32 tsy mitondra soritr’aretina, saingy arahi-maso noho ny fitondrana ny aretina. Ny 5 amin’ny 11, dia tsy dia atahorana: manavinavy, mangorangorana, mikohaka. Ny 6 sempotra, ary ny 1 dia mila oxygène. Voahara-maso ny toe-pahasalaman’izy 43, ary mahazo fanafody.. Mbola ao anaty fanaraha-maso izy ireo, fa rehefa tonga ny fotoana dia hotenenina hoe: firy ny sitrana, hoy io Profesora io. Nilaza kosa ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina ny hariva, fa nisy tranga vaovao niisa 3, izay nampitombo ny antontan’isa rehetra ho 46. Ny 2 dia tao Toamasina ka ny iray tamin’izy ireo nandeha tamin’ny sidin’ny MK 288, ary ny fahatelo dia tany Fianarantsoa, izay ramatoa 61 nandeha tamin’io sidina io ihany ny 19 martsa lasa teo. Taorian’ilay tranga tany Morondava izany, dia nisy tranga vaovao hita tany ivelan’Antananarivo, izay mampoitombo ny ahiahy hatrany, ka tokony hahamailo bebe kokoa.

 FEPETRA VAOVAO

Ny olona rehetra avy any ivelany dia voafehy. Mba hifehezana azy tanteraka, dia ireo rehetra tong any 11 martsa, izay mihoatra na nahafeno 15 andro dia atao “test rapide” avokoa, ary homena ny certificat maneho fa salama tsara avokoa koa. Izay nandeha tamin’ny sidina ny 11-12 martsa 2020 dia hatao fitiliana an-kalamanjana, dia mba mandeha fiara manokana eny amin’ny Jumbo Score Ankorondrano, izay efa misy biologiste sy mpitsabo mpanampy eny, izay amin’ny 2 ora ka hatramin’ny 4ora. Ny tonga tamin’’ny sidina ny 14-15 martsa dia eny amin’ny CCI Ivato. Ny ankoatra izay, dia ny 16-17 martsa dia tapitra anio ny 15 andro. Rahampitso 1 aprily dia mankeny amin’ny CCI Ivato avokoa izy ireo. Ho an’ny 18 martsa dia eny amin’ny Jumbo score amin’ny 2ora hatramin’ny 4ora tolakandro. Ny tamin’ny 19 martsa dia eny amin’ny CCI ny tontolo andro, izay be dia be ny sidina sy ny olona satria nihoatra ny 5000 ny olona tonga tamin’ireo sidina ireo. Eo amin’ny 40 moa ireo tamin’ny sidina voamarina fa nitondra ny COvid 19

 HAMPITOMBOINA NY TOERAM-PITILIANA

Nanaiky ny hanofana ireo biologiste Malagasy ny IPM, ka hosokafana rehefa vita ny fanofanana ary ampiana ny fampitaovana, ka hisokatra ny laboratoara 3 Malagasy hosahanin’ny Minisiteran’ny fahasalamana sy ny Minisiteran’ny Fampianarana ambony. Tanjona ny 1000 ftiliana isan’andro raha 150 hatramin’ny 200 izao. Ampiasaina ny Centre d’infectionologie eny Ankatso. Laboratoara maro no hovelomina. Ny any Frantsa efa 5000 fitiliana ary hampiakarina ho 12 000 ary mety ho tonga 100 000. Ny hopitaly manara-penitra rehetra napetraka tamin’ny tetezamita izay hita izao fa tena ilaina, dia hatao andraisana fotsiny ireo araha-maso noho ny coronavirus, hoy i Andry Rajoelina.

 

Toky R

Ino Vaovao0 partages

TSY FANARAHAN-DALANA : Vehivavy tompona Bar iray nosamborin’ny Polisy teny 67ha

Raha ny tatitra voarainay omaly teo am-panoratana lahatsoratra dia vehivavy  tompona  “trano  fisotroan-toaka” na Bar iray teny amin’ny 67 ha no voatery tsy  maintsy nosamborina  ary nakatona tanteraka mihitsy ny tsenany.

Voalaza mantsy  fa mbola sahy mamory olona ao amin’ny toeram-pivarotany  ity farany no sady mampirisika ireo  mpanjifany mba ho sahy  hanohitra ireo mpitandro filaminana  izay miteny azy ireo. Tsikaritra  moa fa saika tsy manara-dalàna ny fepetra napetraka ny  ankabezan’ireo mponina  nipetraka  manodidina eny 67 ha, Ankazomanga sy  Antohomadinika iny.

Nogiazana koa ny kilalaon’ireo ankizy nivezivezy teny an’arabe

Etsy  ankilany dia noravan’ny  Polisy rahateo koa ireo ankizy sy tanora maromaro milalao baolina eny an’arabe sy  milalao “roller”. Tsy  maintsy  nogiazana ireo kilalao mba tsy hahafahany manao izany  intsony fa hisitrika any  an-tranony amin’izay, hoy hatrany ny fanazavana voaray. Tsy  kilalao ny areti-mandoza tafiditra eto amin’ny Firenena ka mampatsiahy ny vahoaka Malagasy hatrany ny  eo anivon’ny  Polisim-pirenena mba hanaja ny toromarika. Hiandry hoe “nisy namoy ny ainy noho ny aretina ve izay vao  hikoropaka daholo  ny rehetra tsy manaiky alamina mba hanaraka ny fepetra napetraka ?”

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIKASANA FANAFIHANA “VILLA” : Lavon’ny balan’ny Polisy ny jiolahy iray, karohina ny namany

Hentitra  izy ireo  amin’ny  ady amin’ny tsy  fandriam-pahalemana, ho an’ny Polisim-pirenena  manokana dia mitohy mandrakariva ny fisafoana ny tanàna eto an-drenivohitra sy ny manodidina. Nahitam-bokany izany  ny faran’ny herinandro lasa teo ka fantatra tamin’ny  loharanom-baovao voaray  fa jiolahy  iray  no lavon’ny balan’ny Polisy teny Ambatoroka, vaky trano  iray  ihany  koa no voasoroka teny  Andohatapenaka. 

Araka ny fanazavana voaray bebe kokoa, ny  alahady  29 marsa lasa teo, nisy andian-jiolahy saika hanafika “villa” iray teny Ambatoroka. Nifanehitra tampoka tamin’ny Polisin’ny “Unité Spéciale d’Intervention”  anefa ireto  olon-dratsy ka  avy hatrany dia lavon’ny  bala teo no ho eo ihany  ny jiolahy iray tamin’ izy ireo. Nandritra  ny fisavana azy dia nahitana basy vita gasy iray  sy  bala tany aminy, ny  namany  iray  kosa dia mbola tafaporitsaka nitsoaka. Rehefa  nandeha ny fanadihadiana  lalina dia  tsikaritry ny  mpanao famotorana fa anisan’ilay jiolahy  nifampitifitra tamin’ireo  Polisy  teny Antsahabe, vao tsy ela akory izay  ity maty voatifitra ity. 

Tsy  mitsahatra manohy ny asa ratsiny  anefa ireto farany  satria   dia mbola  tratra  nifanena  tampoka tamin’ny  mpitandro filaminana indray raha nikasa  hanafika teny Ambatoroka. Efa nahazoana  vaovao mialoha moa ireto jiolahy ireto fa nikasa hanatanteraka fanafihana  teny Ambohimanambola sy Ambatoroka saingy izao rava izao. Karohina hatrany  kosa ny   namany iray   tafatsoaka ankehitriny.

Jiolahy nikasa hamaky trano  teny  Andohatapenaka voasoroky ny PolisyRehefa tonga ara-potoana  teny  Andohatapenaka ny Polisy   ao anatin’ny Boriborintany fahafito raha toa ka nandre fa misy  jiolahy  nikononkonona vaky trano teny amin’ny manodidina, omaly alatsinainy lasa teo ihany. Voasoroka  ny teti-dratsy rehefa nahavoaray antso haingana ireto mpitandro filaminana  ka namonjy ny mponina teny amin’ny manodidina avy  hatrany, tsy  niandry  fotoana ela. Tsy nisy araka izany ny zavatra very  fa ny vavahadin’ ilay trano  saika horobaina no efa tafavohan’ireo jiolahy. 

Manamafy  hatrany  moa ny tompon’andraikitra eo anivon’ny  Minisiteran’ny  filaminam-bahoaka fa mivoha 24/24 sy 7/7 avokoa ny  sampan-draharaha rehetra ao amin’izy ireo  ahafahana manampy  ny olom-pirenena. Entanina  mandrakariva ny rehetra mba hampandre azy ireo  raha sendra ka mahita trangam-piarahamonina mampiahiahy, indrindra amin’izao vanim-potoana somary mangina izao ny tanàna. Betsaka  mantsy ireo jiolahy  no  minia mahasahy  manohy ny asa ratsy .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ARANTA : Lehilahy 23 taona hita faty tao an-tranony ny sabotsy antoandro lasa teo

Ny vadiny nifoha avy natory no nahita azy efa tsy misy aina intsony ary nifatotra ny tendany. Novahan’izy ireo moa ny fatotra ary nentina tany amin’ny dokotera saingy efa vatana mangatsiaka sisa. Nantsoina ny BMH sy ny mpitandro filaminana hanao ny fizahana. Hatreto dia tsy fantatra na namono tena na nisy namono ity tovolahy ity. Ny tady namatorana ny tendany sisa afaka nojeren’ireo polisy mpanao famotorana, ary nisy ny fanadihadiana ireo rehetra nahita azy.

Araka ny vaovao azo dia mbola hita tao amin’ny biraony vola maromaro ihany satria tokony hanao ‘versement’ izy. Nisokatra ihany koa ny ‘coffre’ tao amin’ny biraony ao ambany rihana saingy mbola nisy vola tao. Voalaza moa fa niasa tao amin’ny biraony izy, tamin’io antoandro io, saingy tany ambony rihana no nahitana azy efa nivalampatra teo akaikin’ny varavarana. Efa mandeha kosa ny fanadihadiana hikatsahana ny marina amin’ity raharaha ity.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

BAZARY MAHABIBO MAHAJANGA : Nametrahana sinibe 1000 litatra hanasana tanana

Tsy ampy ireny fanasana tanana kely napetraky ny mpiara-miombon’antoka, izay isaorana hatrany,  noho ny habetsaky ny olona mifamezivezy hoy ny ben’ny tanàna. Misy ‘robinets’ miisa valo amin’io citerne io. Toerana telo no asiana azy io ankoatra ny eo Mahabibo dia eny amin’ny bazary Tsaramandroso, Marolaka ary eny amin’ny ‘Croisement cimetiere’. Ny tanjona ny hahafahana manasa tanana matetika na mihoatra ny impolo isan’andro aza, hoy ny ben’ny tanàna. 

Ny zavatra rehetra mety andalovan’ny tanana na kasihan’ny tanan’ny olombelona dia mety hitondra ny virus avokoa, ny varavarana, ny latabatra , ny vola… ka ilaina ny fanasana tanana matetika no sady tsy tokony hikasikasika tarehy satria amin’ny maso, vava sy orona no ifindran’ny aretina. Misy ihany koa ny fanentanana ny olona hanaja ny elanelana 1 metatra.

Ny mpamonjy voina  kosa no mamatsy rano isaky ny lany ireo ‘citernes’ ireo. Efa mavitrika kosa ny olona manasa Tanana sy mahatsapa fa ilaina izany. Ny fanasana Tanana amin’ny savony mantsy dia isan’ireo hetsika sakana amin’ny fipariahan’ny ‘coronavirus 2019’

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MINISITRA LALATIANA RAKOTONDRAZAFY : "Fahavalo tsy hita maso ny coronavirus"

"Andao hiara-hiady isika fa fahavalo tsy hita maso ity aretina "coronavirus" ity", hoy ny nambarany. Nitaona  ny rehetra hanaraka antsakany sy andavany ireo fepetra napetraky ny fitondram-panjakana ny Minisitra ary nanamafy fa fotoana tokony hanamafisana ny fifanomezan-tanana izao. "Azo ampandeferina ny hambom-po sy ny adilahy politika fa andao ity aretina ity aloha no hifantohana. Ny fanarahana ny fitsipi-pifehezana no ahafahana mandresy ny aretina. Anatina ady ny Firenena amin’izao. Fahavalo tsy hita maso no atrehana ka ny vahoaka Malagasy rehetra dia samy miady amin’izany avokoa", hoy hatrany ny fanambarana.

Nanipika koa ny Minisitra fa tsy tokony hikoropaka ny mponina manoloana ity aretina ity. Ny tsara indrindra, hoy izy, dia ny fijanonana any an-trano satria any ihany no toerana azo antoka indrindra hiarovana ny tena sy hiarovana ny hafa. Nanome toromarika mahakasika ireo fiara mpitatitra entana manerana an’i Madagasikara koa ny Minisitra Lalatiana Rakotondrazafy amin’ny maha mpitondra tenin’ ny Governemanta azy. 

Ny fiara mitondra ny entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro toy ny vary, menaka, voamaina sy ireo maro hafa, hoy izy, dia afaka mifamezivezy an-kalalahana avokoa saingy tsy maintsy hajaina hatrany ny fepetra avy amin’ny mpitandro filaminana. "Tsy tokony ho voasakana mihitsy ny entana ilain’ny olona amin’ny fiainana andavanandro. Efa toromarika mazava hatrany am-piandohana izany ka tokony hahalala an’izay avokoa ny tompon’andraikitra", hoy hatrany ny Minisitra.

N.A

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Nirefodrefotra indray ny baomba mandatsa-dranomaso noho ny hetsiky ny mpitari-posy

Vokatry ny fihetsehana ataon’ ireo tanora sy fokonolona ao amin’ny fokontanin’i Morarano sy Tanambao Verrerie ary Ambalakisoa iny, indrindra ireo mpitondra posy. Vao maraina ny alatsinainy teo dia efa nivory tao amin’ny Epp Morarano ireo mpitarika posy ary nitady hevitra fa horaiketina ny rotaka fa tsy ekena ny fisian’ny fihibohana fa mila miasa izy ireo satria tsy misy ny hanina.

Ny faran’ny herinandro teo, tamin’ny 9 ora sy 30 minitra maraina dia raikitra tokoa ary nitanjozotra hivoaka ny tanàna ireo mpitondra posy maro be. Raha tsorina dia tsy fahazakana ny fihibohana sy tsy fahafahana miasa no anton’ ireo hetsik’ireo mpitarika posy. Nisy ny nanana hevi-dratsy hamaky tranom-barotra sy handrava magazay. Tsy niandry ela anefa dia nifanena tamin’ny mpitandro filaminana ireo mpitarika posy manohitra ny fandaminana amin’izao ady amin’ny valanaretina coronavirus izao. Niezaka nanohitra ny mpitandro filaminana tamin’ ny alalan’ny tora-bato izy ireo. Vokany, nirefodrefotra ny baomba mandatsa-dranomaso.

Namaly tamin’ny tora-bato hatrany ny mpitokona izay nahavoatoraka mpanao gazety iray. Tsy nitsahatra nirefotra ny baomba ka nilefitra niditra tany amin’ny fokontany misy azy ihany ireo mpitokona ka voafehy aloha iny. Raha ny loharanom-baovao voaray dia hitohy anio ny hetsika hataon’izy ireo raha ny loharanom-baovao amin’ny alalan’ny paikady hafa. Hatreto dia ho sarotra aloha ny hilaza fa ho voafehy ny fihibohana ho an’ i Toamasina ary ahiana noho izany ny fiparitahan’ny valanaretina coronavirus.

T.H

La Vérité0 partages

Plan d’urgence social « Tsinjo » - Le couple présidentiel soutient les marchands de rue

Dans le cadre du plan d’urgence sociale « Tsinjo », des milliers de marchands de rue et une centaine de crieurs bénéficient actuellement de l’aide offerte par le Président de la République Andry Rajoelina et son épouse. Sous la coordination de la Direction des affaires sociales et politiques (DASP) auprès de la Présidence de la République, l’Association Fitia avec le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme (MPPSPF), la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) ainsi que d’autres associations bénévoles se sont mobilisés au Gymnase d’Ankorondrano pour remmettre des dons aux bénéficiaires issus du 3ème, 5ème et 6ème arrondissement, ainsi qu’à l’ANS Ampefiloha pour les marchands ambulants issus du 1er, 2ème et 6ème Arrondissements. Les marchands de rue ont reçu depuis hier auprès de ces deux sites des vivres qui leur ont été promis. Outre les 25 kilos de riz, ils ont également obtenu d’autres produits, à savoir du lait concentré, 1kg de sucre blanc, des boîtes de sardine, bougies, huile, savon et des légumineuses. Selon Andriamanantena Gahby de la DASP, cette action fait suite à la promesse présidentielle d’indemniser les travailleurs dont les revenus sont directement impactés par l’épidémie de coronavirus. Les membres du comité d’organisation travaillent ainsi d’arrache-pied pour assurer cette opération. « Des dispositifs de sécurité sanitaire ont été mis en place pour respecter l’hygiène et pour garantir une bonne organisation », précise ce responsable. En plus des marchands de rue, les crieurs ont également reçu leur part. Ces marchands ambulants sont rentrés chez eux avec des sacs remplis des produits de première nécessité  (PPN).Cette distribution de dons qui va encore se poursuivre ce jour a été honorée par la présence du couple présidentiel. Lors de leur passage hier à l’ANS Ampefiloha, le Chef de l’Etat Andry Rajoelina et son épouse ont rassuré les marchands que le Gouvernement reste à l’écoute et se tient prêt à soutenir ses concitoyens. « Nous sommes venus afin de vérifier en particulier que vous recevez le filet de  sécurité qui vous a été destiné en cette période de confinement. J’appelle à votre calme et courage en faisant face à cette pandémie qui représente un danger non seulement  pour Madagascar mais également pour le monde entier », réconforte le Président de la République. K.R.

La Vérité0 partages

Lutte contre le coronavirus Berthin « Zoto » - Rafalimanana appelle au respect des consignes

« Une affaire de tous. La solidarité et le respect des consignes sont les gestes essentiels pour la lutte contre la pandémie de coronavirus », tels étaient  les propos de l’ancien entraineur national des Makis de Madagascar, Joseph Berthin « Zoto », Rafalimanana  sur les réseaux sociaux.  Actuellement chargé du Get into rugby ou le développement du rugby dans l’océan Indien au sein de l’Afrique Rugby,  il appelle au respect des gestes barrières et veut joindre les actes à la parole. Une personnalité qui s'engage pour les autres au quotidien. Confiné dans sa maison comme tous les bons citoyens qui contribuent à cette lutte acharnée,  « Zoto Berthin » appelle au respect des consignes de protection et la solidarité. Il a même fait allusion au rugby pour lutter contre cette pandémie. « Pour combattre le coronavirus, il nous faudrait un jeu de trois-quarts », a-t-il expliqué. Berthin a rappelé qu’il faut garder la distance d’un mètre et éviter les attroupements même quand on est  au marché. Il faut toujours savoir garder l’écart vis-à-vis des autres, se laver fréquemment les mains et de rester à la maison. Et d’ajouter : C’est la meilleure défense. Si tout le monde se conforme aux consignes imposées par le Gouvernement et les médecins, nous allons vaincre ce virus. Que Dieu et nos ancêtres nous bénissent », conclut-il.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Coronavirus à Madagascar - Les familles des prisonniers s’inquiètent

En ces temps où la pandémie de coronavirus n’épargne pas notre pays, les proches des détenus, aussi bien ceux d’Antanimora ou de Tsiafahy ou bien d’autres encore,  s’inquiètent vivement pour plusieurs raisons. Ils craignent que ces prisonniers soient trop vulnérables au COVID-19 si jamais il y aurait des contaminations de masse, promiscuité oblige. La raison à cela, c’est que la distance sanitaire d’un mètre imposée, ne sera jamais respectée, étant donné la situation de surpopulation carcérale qui caractérise le pays.Deuxio, les familles s’interrogent sur la survie des prisonniers vu la restriction de la circulation observée actuellement. Puisqu’il n’existe pratiquement pas de transport en commun, encore moins de taxis-ville, elles n’auront donc jamais le moyen d’apporter, comme il se doit régulièrement de la nourriture à un proche en détention. Faute d’une livraison familiale, la crainte est  donc justifiée par  la médiocre qualité de nourriture proposée par l’administration pénitentiaire aux détenus, enfin  ses éventuels impacts négatifs sur leur santé, surtout si la situation perdure. Tertio, la question médicale est aussi un des sujets de crainte à ne pas minimiser. Les détenus souffrant d’antécédents médicaux ou d’une quelconque maladie héréditaire, et lesquels ont besoin d’un traitement : les diabétiques, les asthmatiques, les allergies ou autres problèmes de tensions artérielles, notamment dans le cas d’hypertension, se verront dans l’angoisse d’être privés de leur traitement. Les proches s’interrogent si l’administration pénitentiaire serait au moins en mesure de répondre à ces besoins en médicaments des patients.Quarto, les questions d’hygiène suscitent aussi de l’inquiétude. Comment les détenus pourront-ils se procurer de savon pour se laver, étant donné que tout contact avec l’extérieur a été pour le moment banni.  Les familles se demandent aussi qu’avec l’interdiction aux visiteurs de pénétrer dans le périmètre du centre de détention, les détenus éprouveront de la difficulté pour obtenir des vêtements de rechange. Mais sur ce point, l’organisation est déjà passée au peigne fin. Les gardes pénitentiaires sont chargés de ce genre de mission.   Quinto, les proches des détenus s’inquiètent de la cohabitation des seconds avec des prisonniers d’origine étrangère, notamment ceux qui venaient d’être emprisonnés. Ces détenus étrangers sont soupçonnés d’être des porteurs sains du virus, bien qu’ils soient testés négatifs. C’est bien le cas de le dire à propos de ce ressortissant espagnol, qui a dû être récemment examiné à Anosiala Ambohidratrimo.Enfin, ces prisonniers étrangers eux-mêmes sont inquiets du fait qu’avec les mesures de restriction actuelle, ils risquent de voir leur période de détention se prolonger encore. Inutile de parler de l’angoisse de leurs proches restés dans leurs pays d’origine.Franck R.  

La Vérité0 partages

Bataille contre le Covid-19 - Des restaurants touchés s’y impliquent

Des entreprises soucieuses de la vie de leurs concitoyens. Le restaurant Trois Métis (Antaninandro), Au rendez-vous des pêcheurs (Ambatolampy), Royal Palace (Antsirabe), le Coin du foie gras (Behenjy) ainsi que le Combava ont communiqué au grand public les résultats du dépistage de leur équipe. En effet, ces établissements ont accueilli le touriste italien atteint du coronavirus au cours de la deuxième quinzaine du mois dernier. Suite à l’annonce du Président de la République, ils ont officiellement publié leur situation respective. « Votre santé comme celle de nos collaborateurs est importante pour nous. Ainsi, nous souhaitons limiter au maximum les risques de contamination. Nous avons ainsi pris la décision, dans le cadre des mesures de confinement, de fermer également les portes de l’hôtel. Nous prenons actuellement toutes les mesures nécessaires pour dépister toute l’équipe », publie le Combava dans son site. Jusqu’à l’heure actuelle, ses employés ne présentent aucun symptôme. Quant aux autres restaurants, les résultats du test de toute l’équipe se sont révélés négatifs. « Nous sommes tous en bonne santé et nous sommes optimistes. Cela fait plus de dix jours que nous avons accueilli ce touriste dans notre siège mais nous sommes tous en bonne santé », témoigne le responsable d’Au rendez-vous des pêcheurs lors de son intervention dans une chaîne de télévision privée. Ces restaurants ont déjà appliqué les mesures sanitaires exigées par le Gouvernement. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Crédit bancaire - Moratoire effectif ce mois

Inquiet. Certains salariés se sont encore retrouvés avec un salaire amputé en cette fin du mois de mars. Apparemment, les banques n’ont pas encore appliqué leur accord avec le Gouvernement. Pour rappel, le ministère de l’Economie et des Finances a publié la semaine dernière une note concernant les mesures économiques et fiscales pour affronter cette crise sanitaire. La rencontre entre le Gouvernement et le secteur bancaire a permis de mettre en place un moratoire en matière de remboursement d’un crédit bancaire. Ce rallongement de la date de paiement s’applique aux entreprises et aux particuliers ayant contracté du crédit à la consommation et des crédits immobiliers. Les échéances sont, de ce fait, reportées dans les trois prochains mois. Mais en réalité, l’accord n’est pas encore formalisé entre les banques. Toutefois, le moratoire sera effectif à compter du mois d’avril. « Nous n’avons pas appliqué les mesures dans l’immédiat car  il y a encore une organisation interne au sein des banques. Une réunion se déroule entre l’Association professionnelle des banques. Après l’entente entre les institutions financières, on procèdera à toutes les démarches. A noter que chaque banque va encore examiner les dossiers de tous les bénéficiaires. Mais normalement, cette mesure devrait s’appliquer ce mois-ci », a révélé hier une source officieuse auprès d’une banque.Difficultés financières Les entrepreneurs et les ménages affrontent tous une baisse conséquente de leur revenu et de leur pouvoir d’achat à cause de cette crise sanitaire. Pour ne citer que le cas des entrepreneurs, les opérateurs touristiques et les entreprises franches sont obligés de procéder au chômage technique de leurs employés. Alors que selon les derniers rapports du baromètre sur l’industrialisation, 68,57 % des industriels ont recours aux services bancaires afin de financer leurs investissements, et 60 % pour les Besoins de fonds de roulement (BFR). Les particuliers, de leur côté, contractent un prêt pour leur consommation, notamment afin de financer les achats de biens et services, comme les grosses dépenses en biens d’équipement. D’autres ont recouru à un crédit immobilier pour les travaux de construction d’une maison par exemple. Cependant, les échéances de remboursement ne tiennent pas compte d’une diminution des salaires ou des chiffres d’affaires. Il faut noter que les banques figurent parmi les réquisitionnés d’office durant cette urgence sanitaire. Les agences d’institution financière restent ainsi au service du grand public malgré les mesures de confinement. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

COVID 19 - Kit de prévention de l’IMRA - Hors de portée du plus grand nombre

Deux petites fioles d’huile essentielle, un savon antibactérien, un flacon de gel hydroalcoolique, un masque en tissu et enfin 4 sachets de 10 grammes chacun (soit pour un traitement de 4 jours) du fameux produit « Aro Tsimoka Aretina » ou ATA,   destinés à accroître la capacité immunitaire de l’organisme pour résister au COVID -19. Tel est le contenu du kit de prévention commercialisé par l’Institut Malgache de Recherche Appliquée (IMRA) depuis avant-hier au prix public de 28.400 ariary.  Un coût hors de portée de l’écrasante majorité de la population et qui, du point de vue de la santé publique, rend la prévention utopique.La conférence de presse donnée vers la fin de la semaine dernière par les dirigeants de l’IMRA avait pourtant suscité beaucoup d’espoir au sein de la population, laquelle avait cru que le produit annoncé, l’ATA, étant une production locale à base de plantes médicinales disponibles à profusion au pays, sera à la portée de toutes les bourses. D’aucuns avaient même espéré que, étant donné l’urgence et la gravité de la situation, l’Etat sera le premier, sinon le seul acquéreur de toute la production de l’Institut de feu Ratsimamanga pour la mettre gratuitement à la disposition de la population. Augmenter la capacité immunitaire de celle-ci est, en effet, un des moyens les plus efficaces pour ralentir, voire enrayer la propagation du COVID-19. Au prix où est proposé le kit dans les pharmacies cependant, seule une minorité pourra s’en procurer et être prémunie.L’on ignore combien coûterait l’ATA s’il était vendu séparément (ce qui n’est pas proposé actuellement) mais il est évident que ce qui a renchéri davantage le coût du produit est la formule kit adoptée par l’IMRA. Non seulement cette stratégie commerciale met pratiquement les acquéreurs potentiels dans l’obligation d’acheter les autres articles qu’ils ont peut-être déjà en double mais, en même temps, elle constitue aussi une sorte de « sélection par l’argent » en ce qui concerne l’accès au produit. Or, signalons que l’IMRA,  de par son statut, n’a pas une vocation commerciale.  Reconnu d’utilité publique, l’Institut « a pour mission de contribuer au développement durable de Madagascar en améliorant l’accès aux soins de la population malgache », peut-on lire sur son propre site internet.Aux dernières nouvelles, afin de répondre au besoin de l’urgence sanitaire dans laquelle se trouve le pays actuellement, un groupe d’opérateurs économiques évoluant dans le secteur des huiles essentielles (Le Groupement des exportateurs d'huiles essentielles de Madagascar ou GEHEM) vient de faire un don d'une valeur de 100.000 euros aux entités en charge de la lutte contre la propagation du COVID- 19. Le don est constitué de produits à base d’huiles essentielles tirées entre autres du Ravintsara, du Mandravasarotra, du Rambiaza et du Kinina fotsy, des plantes endémiques de Madagascar dont les propriétés médicinales sont déjà reconnues mondialement (Source : dépêche Orange Actu Madagascar du 31 mars 2020).La Rédaction

La Vérité0 partages

Première journée de dépistage rapide - 1 319 personnes testées, 7 cas positifs détectés

Un « ouf » de soulagement pour les passagers en provenance de l’étranger, ayant voyagé sur les vols internationaux s’étalant du 11 au 15 mars dernier, puisque leur mise en quarantaine a pris fin avant-hier. Afin de rassurer ces passagers qu’ils sont sains et n’ont jamais été en contact avec le coronavirus, ils ont passé le dernier Test de diagnostic rapide (TDR) au parking du Centre de conférence international d’Ivato et celui du Jumbo Score à Ankorondrano, hier. L’application des mesures de sécurité comme l’écart d’un mètre, le port des masques, la désinfection de tous les individus qui participent à l’opération comme les médecins, les passagers, les Forces de l’ordre, l’organisateurs, a été stricte et sans exception. Pour la première journée, le dépistage a commencé convenablement. Une soixantaine d’internes ont réalisé le prélèvement dans ces deux endroits, tandis qu’une vingtaine de médecins biologistes ont fait la lecture des tests. Comme il s’agissait d’un diagnostic rapide, le résultat a été obtenu 15 à 30 minutes après chaque prélèvement. Sur ce, tous les passagers qui sont testés négatifs sont rentrés chez eux avec un certificat de fin de mise en quarantaine.  D’après l’explication du docteur Rabenja Ralaimiadana, assistant technique auprès de la Direction de lutte contre les maladies transmissibles (DLMT) au sein du ministère de la Santé publique, ces individus ont déjà été testés « négatifs » durant leur mise en quarantaine. « Ces certificats leur sont attribués pour éviter la stigmatisation de la société. Cependant, le fait d’être testés "négatifs" ne signifie pas qu’ils pourront circuler librement, mais comme les autres citoyens, ils sont soumis aux mesures de confinement », avance-t-il.Parallèlement à cela, les 7 personnes qui ont été testées positives, dont 4 au CCI d’Ivato, une à Ankorondrano et les deux restantes dans les centres de confinement, ont été immédiatement prises en charge par les médecins. En effet, elles seront de nouveau mises en quarantaine, en attendant le diagnostic moléculaire par amplification génique (PCR) effectué par l’Institut Pasteur de Madagascar. Ainsi, vu qu’elles ont été déjà en contact avec d’autres personnes, tous ces patients « contacts » seront aussi dépistés afin de limiter la contamination. Avant le commencement de ce TDR, 700 passagers ont déjà effectué un test et dont les résultats étaient tous négatifs. Anatra R.

La Vérité0 partages

Coronavirus - La journée, l’angoisse et l’espoir d’un patient mis en quarantaine

Le bout du tunnel. Sauf incident de parcours de dernière minute, c’est ce qu’on ne leur souhaite pas, des centaines de patients mis en quarantaine pourront de nouveau humer l’air libre cette semaine. « Après une quinzaine de jours de confinement à l’hôtel sans le moindre contact avec ma femme, ma mère et le reste de ma famille, j’entrevois maintenant la fin de cette période d’isolement » clame Alain (prénom d’emprunt), un des 500 derniers passagers malagasy venant de l’extérieur et débarqués à Madagascar avant la fermeture des  liaisons aériennes entre le pays et le reste du monde. Alain a accepté de nous envoyer par email ses impressions avant et pendant son confinement.Arrivé de Paris à bord d’un des derniers vols de la compagnie Air France à destination d’Antananarivo, Alain a été de suite emmené et placé dans un hôtel avec d’autres passagers. « Une fois à l’hôtel et seul dans ma chambre, j’ai eu un sentiment d’injustice envers nous tous, privés de retrouvailles avec la famille. Pourquoi ceux qui sont arrivés quelques jours avant ont pu rejoindre de suite leurs proches et pas nous »,  a fait –il remarquer. Toutefois, continue –t-il, au vu des résultats de ces derniers jours, la mise en confinement est légitime. « Seulement dommage que cela ne soit pas fait une semaine auparavant  pour éviter les ravages des pérégrinations du touriste qui a fait le tour de la région sans savoir qu’il était malade », avance le patient qui a fini tout de même par accepter la situation dans laquelle il se trouve avec des centaines de passagers dont certains sont hébergés dans le même hôtel que lui.L’angoisse était à son comble en attendant la visite médicale et les résultats des prélèvements effectués par les contrôleurs, narre Alain. Elle s’est manifestée à l’issue du premier test quand une dame a été contrôlée positive et récupérée dans la nuit pour être transférée à l’hôpital. « Sans la prévenir, des médecins sont venus à 22 h30 et l’ont embarquée dans une ambulance. La dame pleurait à chaudes larmes comme si elle était coupable de quelque chose. Il régnait un silence de cathédrale dans l’hôtel durant le transfert nocturne de cette dame. Depuis ce soir-là, c’est l’angoisse totale pendant deux jours à l’issue de chaque test pour savoir s’ils vont passer ou non », raconte Alain qui était testé négatif deux fois. Il espère de même pour le troisième qu’il devra passer d’ici peu et qui lui permettra enfin de retrouver ceux qui lui ont  manqué depuis 15 jours.La journée de chaque confiné se résume au réveil, aux repas, au passage des médecins et au coucher. « Chacun reste dans sa chambre et s’occupe comme on peut en écoutant de la musique ou la radio s’ils en ont la possibilité, en lisant, en travaillant car beaucoup sont des actifs et qui doivent gérer leur travail malgré une connexion internet poussive. Nous faisons nous -mêmes  la lessive et la vaisselle ainsi que le nettoyage de notre chambre. Chacun garde ses couverts et les nettoie pour éviter toute contagion. Nous suivons les informations locales par le biais de l’internet car il n’y a qu’une seule chaine de télévision (France info). Pour nos besoins quotidiens comme le crédit téléphonique, savons, mouchoirs ou autres, une personne fait le tour des chambres dans la matinée pour avoir la liste des courses à faire pour chaque pensionnaire. Après le déjeuner et quand les gendarmes nous l’autorisent, on prend un bain de soleil individuel d’une heure dans le hall de l’hôtel.Alain reconnait que le confinement est une bonne idée bien qu’il soit un peu tardif. « C’est une aventure humaine qui nous a permis de faire connaissance et de vivre en communion avec des gens qu’on ne connaissait pas avant », avoue ce patient qui attend impatiemment sa sortie à l’issue du test rapide collectif de cette semaine annoncé par le Président de la République. « Croisons tous les doigts pour que l’épidémie au niveau de notre pays s’arrête là et que les cas contacts soient réduits au minimum pour que le COVID- 19 soit circonscrit rapidement », souhaite Alain en guise de conclusion.La rédaction.

La Vérité0 partages

Croisade contre la pandémie - Andry et Mialy Rajoelina sur le terrain

Depuis le 23 mars, Madagascar est confinée. Face à l’épidémie de coronavirus, Andry Rajoelina a demandé aux Malagasy de rester chez eux… Mais, le Chef de l’Etat veut, lui, absolument aller sur le front de ce qu’il a appelé une « guerre ». Depuis que les premiers cas de coronavirus ont été enregistrés à Madagascar, Andry Rajoelina essaie d’incarner le combat contre l’épidémie en multipliant les déplacements pour montrer aux Malagasy qu’il est sur le front dans cette « guerre ». Depuis plus d’une semaine maintenant, le Chef de l’Etat passe le plus clair de son temps au Centre de commandement opérationnel - COVID-19 d’Ivato qu’il a inauguré avec son épouse Mialy Rajoelina. Dans la nuit du 25 mars, le Président était descendu en personne au BANI d’Ivato pour réceptionner les matériels médicaux offerts par la fondation Jack Ma pour lutter contre la pandémie en Afrique. Samedi dernier, le Président est passé du côté de l’Institut Pasteur de Madagascar pour un constat de visu des processus de réalisation des tests effectués au sein de ce laboratoire pour le dépistage du coronavirus. Hier, le couple présidentiel s’est rendu à l’Académie nationale des sports d’Ampefiloha pour honorer la cérémonie de distribution de vivres pour les marchands de trois arrondissements de la Capitale. Andry Rajoelina s’est ensuite rendu au Centre de conférence international d’Ivato où il a assisté au dépistage massif de passagers ayant débarqué dans la Grande île. Une façon pour lui de montrer sa proximité avec le personnel soignant. Ses prochains jours de déplacement dans les Régions seraient au programme. Le Chef de l'Etat montre qu’il n’est pas un Président dans l’évitement et qu’il est au contact permanent. Et être au contact permanent, c’est aussi parler aux Malagasy. Andry Rajoelina ne s’est jamais autant exprimé à la télévision. Chaque jour à 20 heures, il s’adresse aux Malagasy à la télévision. Ces allocutions télévisées lui servent à rasséréner et à essayer de mobiliser les Malagasy pour qu’ils fassent « bloc » derrière lui. Andry Rajoelina cherche l’unité nationale. La présence permanente du Président de la République est saluée par une frange non négligeable de la population malagasy. La gestion de l’urgence sanitaire ne fait pas l’objet de beaucoup critiques. Certains regrettent seulement le manque d’intransigeance du Gouvernement sur le confinement mais reconnaissent les nombreux efforts du Gouvernement. Il faut dire en effet qu’Andry Rajoelina s’appuie sur les recommandations des scientifiques. Avant même l’entrée du coronavirus sur le territoire malagasy, le Chef de l’Etat a consulté des médecins, des experts… Une manière pour lui de montrer que les décisions ont un fondement scientifique et non uniquement politique et qu’elles sont motivées par l’intérêt général. Ensuite, cela permet aussi au Président de montrer qu’il décide de manière collégiale. Pour autant, Andry Rajoelina ne veut pas laisser penser que c’est la science qui gouverne. Les experts proposent et lui dispose. La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Technologie numériques : Les grands investisseurs attirés par les solutions africaines

D’innombrables trophées internationaux ont déjà été gagnés par de jeunes malgaches, lors de concours sur les solutions digitales. L’essor de ce secteur d’activité est une tendance dans les pays d’Afrique, selon les grands investisseurs étrangers.

Les startups qui opèrent dans le secteur de la technologie digitale connaissent de plus en plus de succès. Cette semaine, c’est MePlaylistTM qui a réussi à attirer de grands investisseurs mondiaux. Il s’agit d’une startup 100% africaine, spécialisée dans la diffusion et la promotion de musique, fondée par Olakunle Oladehin, un initié chevronné de l’industrie du divertissement, qui est prêt à revitaliser le marché du streaming. En effet, avec la solution qu’elle propose, cette startup a attiré l’attention d’investisseurs mondiaux et de partenaires comme Mathew Knowles, père des artistes Beyoncé et Solange Knowles. Selon cet investisseur, MePlaylistTM offre aux consommateurs de musique en Afrique une expérience unique beaucoup plus simplifiée, pour un continent où la pénétration d’Internet et l’utilisation de smartphones devraient connaître une croissance significative. « MePlaylistTM est la réponse de l’Afrique aux plateformes de streaming musicales populaires, mais elle va encore plus loin en personnalisant l’expérience de chaque consommateur en fonction de ses modes de consommation et de la technologie à sa disposition », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Tendance.  Avec l’augmentation de l’utilisation des téléphones mobiles et la tendance mondiale des artistes africains comme Diamond Platinumz, Davido, Tiwa, Wizkid, Yemi Alade et Burna Boy, des plateformes pratiques et fiables avec des catalogues extensifs de « streamable » sont loin d’être la norme sur le continent. De nombreuses plateformes de streaming privilégient les efforts de commercialisation dans les pays à revenus élevés et accordent moins d’attention aux pays à revenus faibles et intermédiaires. Cela a créé un fossé entre le riche contenu musical de l’Afrique et la nécessité d’atteindre les fans par des canaux qui rendent la monétisation et l’échange de valeur plus faciles et pratiques. Selon ses promoteurs, c’est la recherche de solution à ce problème qui a donné naissance à MePlaylistTM, une plateforme de streaming musical qui présente du contenu musical aux utilisateurs de manière intuitive et conviviale, projetant des artistes africains dans le monde, et vice-versa. La plateforme est livrée avec une distribution administrative unique de redevances, plusieurs types de plans et devises d’abonnement, un son de haute qualité, ainsi que des normes DDEX pour l’ingestion et la génération de rapports d’utilisation. Ceux-ci, entre autres, ont attiré des acteurs mondiaux de la musique sur la plate-forme, ce qui a permis de s’associer avec des distributeurs de musique à l’échelle mondiale.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Confinement : acceptation bon gré mal gré

(Vision) Deuxième semaine de confinement dans la Grande île. La règle commence à être appliquée malgré une certaine difficulté. Les forces de l’ordre réussissent quand même à mettre les récalcitrants au pas. Il ne s’agit pas d’une mauvaise volonté  manifeste, mais d’une habitude de laisser-aller ancrée dans les mœurs d’une partie des Tananariviens. Maintenant, les autorités sont décidées à ne tolérer aucun écart ; les gendarmes dispersent tous les rassemblements qui se forment ici et là ; les épiceries et les commerces sont fermés tout de suite. Les barrages stoppent tous les véhicules n’étant pas autorisés à circuler et les refoulent. La situation sanitaire actuelle ne permet pas la transgression des règles établies et la discipline s’impose bon gré mal gré pour le bien de tous. 

Confinement : acceptation bon gré mal gré

Deuxième semaine de confinement. Il ne s’agit pas d’un confinement à deux vitesses, avec d’une part ceux qui sont convaincus de la justesse de la mesure et suivent les règles, et les autres qui manifestent de la mauvaise volonté, tout en étant conscients du danger qu’ils font courir à eux-mêmes et aux autres. Les forces de l’ordre ont sillonné la capitale et ont agi avec fermeté. Les foules se sont dispersées  de très mauvais gré. Ce que l’on remarque, c’est que durant la matinée, une partie des Tananariviens veut vaquer à ses occupations,habituelles, mais la pression des forces de l’ordre a du bon. Et à partir de midi, les rues commencent à se vider et la circulation ralentit . A 17 heures, il y a peu de monde sur les principaux axes. Les gens sont presque tous rentrés chez eux. Les commerces sont presque tous fermés. Le couvre feu de 20h est totalement respecté. Le danger du coronavirus est maintenant connu de tous. Le décompte des cas de contamination réalisé lors des émissions d’information de 13h et de 20h fait prendre conscience de la nécessité de ne plus transgresser les règles établies. Des mesures d’accompagnement ont été prises pour tempérer les conséquences du confinement pour les catégories vulnérables. Mais aujourd’hui, le bien-fondé du confinement n’est plus à discuter. 

Patrice RABE 

 

Midi Madagasikara0 partages

Ankazomanga : Paniqués par le coronavirus, des gens refusent de venir en aide à un homme souffrant   

Panique hier à Ankazomanga en voyant un homme à terre et à moitié conscient. Les gens sont restés les bras croisés et ont refusé de lui venir en aide. Ils craignaient que ce jeune homme ait été atteint du coronavirus. Après plusieurs hésitations, il a finalement été ramené dans un centre de santé local. Les premiers soins d’usage lui ont été prodigués avant son évacuation sanitaire à l’hôpital HJRA. Les tentatives de réanimation n’ont rien donné, l’homme a fini par rendre son dernier souffle. Selon les informations, il a fait un malaise à la suite d’un ulcère d’estomac aigu. Une maladie qui le rongeait depuis quelques temps. 

En revenant sur la scène à Ankazomanga, une chose interpelle tout de même. Une ambulance était stationnée dans les parages, mais sans aucun chauffeur. Celui-ci était introuvable. Le jeune homme souffrant a donc dû être transporté d’urgence dans un centre de santé situé à proximité. Mais celui-ci n’était pas équipé pour une intervention aussi complexe, et le personnel médical n’a pu que prodiguer les premiers soins. Entre-temps, une personne présente sur les lieux a reconnu le patient et l’a transporté de bonne foi à l’HJRA. Qu’en est-il de la responsabilité des ambulanciers ? Certainement, c’est une faute grave et contraire à l’éthique médicale.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Propagation du coronavirus : Marc Ravalomanana propose une concertation

Le président national du TIM Marc Ravalomanana a tenu une conférence de presse ce matin en son domicile à Faravohitra. Le sujet abordé a tourné autour du sujet qui est sur toutes les lèvres, le coronavirus. Il a déclaré notamment qu’il faut se concerter pour faire face à cette pandémie, tout en soulignant au passage que « nous avons nous aussi nos idées » et que « la panique commence à s’emparer des gens ».Il a proposé également de mettre en place une « task-force ». Une idée qui lui est chère. Notons qu’il a cité l’exemple de l’Allemagne dans cette lutte contre le COVID-19. Lors de cette rencontre avec la presse, il n’a pas manqué également de faire une démonstration en se lavant notamment les mains avec du savon.

De son côté, Rina Andriamasinoro, le secrétaire général (SG), du parti a adopté le même ton que l’ancien président de la République, en annonçant que « nous n’avons pas cessé de déclarer qu’il faut se concerter. On devrait laisser de côté la politique et les divergences de point de vue. Nous sommes tous des Malgaches et Madagascar est unique ». Concernant la position des députés TIM, le SG de réitérer l’importance du dialogue et de l’entente sur les activités à entreprendre. Par ailleurs, il a indiqué que le parti TIM ne restera pas les bras croisés dans la lutte contre le COVID-19, en distribuant notamment du gel désinfectant et du savon aux familles défavorisées.

Recueillis par Dominique R.

Madagate0 partages

Madagasikara Coronavirus. 46 no mitondra ny otrik'aretina. Tsy nisy ny maty

 

LEHIBE KOKOA ETO