Les actualités Malgaches du Jeudi 31 Janvier 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara39 partages

Andry Rajoelina : Concrétisation du « Velirano » sur l’eau potable dans le Sud

Légende : Le projet de 200 forages d’eau potable est financé gracieusement par la République Populaire de Chine

Pour avoir voté massivement pour lui, le nouveau Président de la République a récompensé en retour Toliara II où a eu lieu hier, le début de la concrétisation du « Velirano » sur l’adduction d’eau potable.

« Fitia mivaly fitia ». L’ex-candidat numéro 13 devenu Président de la République, est revenu à Toliara II, pour la cérémonie de lancement du projet de 200 forages d’eau potable qui a eu lieu hier à Ankililaoky. Une des 40 communes sises dans les Régions Atsimo Andrefana et Menabe bénéficiaires de ce projet d’une durée d’un an. Du 15 avril 2018 au 15 octobre 2019. Et financé sous forme de don par la République Populaire de Chine à hauteur de 28 millions de yuans. En somme, c’est le cas de le dire, l’équivalent de 4,17 millions de dollars comme l’a fait savoir son Ambassadeur, SEMme YANG Xiaorong.

Coopération gagnant-gagnant. La Représentante de l’Empire du Milieu de rappeler que la Chine apporte son aide au développement de Madagascar dans d’autres domaines comme la Santé, l’Education… « Et ce, dans le cadre de la coopération gagnant-gagnant entre les deux pays et sur la base de l’amitié et de la fraternité entre les deux peuples ». Concernant les 200 forages, l’Ambassadeur chinois d’expliquer qu’ « il vise à faciliter l’accès à l’eau potable et à améliorer les conditions de vie de la population ». Le Président Rajoelina de renchérir que « l’eau est source de vie et de santé ». Avant d’ajouter que l’objectif est l’adduction d’eau potable dans chaque Fokontany.

Panneaux solaires. Le rétablissement de la sécurité dans le Sud figure aussi parmi les priorités du chef de l’Etat. « C’est pourquoi, j’ai amené avec moi le ministre de la Défense nationale et le Secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie pour voir les lieux d’implantation des forces d’intervention spéciale », a-t-il fait remarquer. Réitérant dans la foulée sa ferme détermination à lutter contre l’insécurité qui fait partie de ses 13 « Velirano ». Au même titre que la prévoyance sociale pour les pauvres et les faibles. Sans oublier son engagement d’apporter la lumière dans chaque foyer. « Une usine de fabrication de panneaux solaires sera mise en place au mois de juin », a annoncé le Président de la République.

Gouverneurs. En attendant, plusieurs containers de panneaux solaires ont été importés. « Toliara et Ankililaoky seront parmi les bénéficiaires ». Ils vont aussi bénéficier du « riz vendu à moitié prix » attendu d’ici deux mois. Le Président de la République n’a pas non plus manqué de toucher mot du rôle des futurs gouverneurs de Région. « Ils seront chargés de gérer les projets de développement de leurs Régions respectives et soumis à une obligation de résultats. Une évaluation aura lieu tous les 6 mois ou par an ».

« Manara-penitra ». Le chef de l’Etat a aussi effectué une descente sur la Digue de Fiherenana dont la dernière réhabilitation remonte en 2013. « Les travaux de renforcement et d’élévation de la Digue débuteront dans un mois », a-t-il assuré. Pour parer à l’urgence, il fera venir des motopompes pour aspirer l’eau qui inonde la localité d’Ankiambe. Il estime que les maisons d’habitation devraient être sur pilotis pour que les habitants soient à l’abri de la montée des eaux. Le Président de la République a également renouvelé son engagement électoral de construire des EPP et CEG ainsi que des terrains de sport « manara-penitra ». Un « Velirano » clair comme l’eau potable qui jaillira des 200 forages.

R. O

Midi Madagasikara16 partages

CREM : « L’exemple vient d’en haut, une ère nouvelle s’annonce »

Les membres du CREM prônent la culture du sacrifice de soi pour l’intérêt du peuple.

La culture du sacrifice de soi, prônée par le CREM, gagne davantage de terrain. De grands changements sont déjà entraperçus, selon les membres de cette association.

Au lendemain de la nomination des membres du nouveau Gouvernement Ntsay et de nouvelles instructions aux Ministres, sur l’éthique à adopter dans leur comportement au quotidien et l’exemple qu’ils doivent donner, la population malgache attend des Hauts Fonctionnaires de l’Administration qu’ils se sacrifient désormais pour le bien de la population. « Si le Président de la République s’est engagé corps et âme à travers les Velirano, et que le Premier ministre et les Ministres sont désormais liés selon les mots du Président de la République par des contrats-programmes, les Responsables de l’Administration allant des Secrétaires Généraux aux Directeurs des Ministères doivent également accepter la culture du sacrifice de soi », soutient les membres du CREM (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar). D’ores et déjà, la culture de l’alternance doit être ancrée dans l’esprit des Hauts Fonctionnaires. « Pendant les 58 années d’Indépendance, ils ont sacrifié la population à leurs intérêts et n’ont aucun droit de prétendre à rester en place : les écuries d’Augias doivent être nettoyées. Il serait ignoble de reconduire les anciens responsables qui se sont accommodés de pratiques vénales, qui n’ont ni la culture de l’alternance ni celle du sacrifice. Que certains d’entre eux prétendent qu’ils sont irremplaçables, signifierait qu’eux-mêmes sont des criminels vis-à-vis de la génération future. Ils n’ont formé aucune relève », fustigent ces économistes.

Changements réels. Pour le CREM, il faut que toutes les têtes soient nouvelles, que tous acceptent, qu’il leur soit assigné des objectifs alignés sur l’IEM et qu’ils démissionnent en cas d’échec. « L’idéal serait qu’à partir du rang de Directeur, les Hauts Fonctionnaires et les Dirigeants d’Etablissements Publics deviennent réellement des contractuels et qu’ils soient mis en disponibilité de la fonction publique avec une possibilité de non-réintégration dans le cas de défaillance. Il est bien entendu extrêmement facile de contractualiser des objectifs tels que le taux de croissance, le taux d’inflation, le taux de pression fiscale, indice de corruption… et de qualifier de faute grave sanctionnée par le limogeage la non-atteinte de l’objectif », indiquent les membres de l’association.

Impacts. Les principes de transparence et de redevabilité doivent primer par rapport aux attentes des politiques, d’après le CREM. Idéalement, les établissements publics (JIRAMA, INSTAT, KRAOMA, Universités, etc.) et autres organismes rattachés devraient faire l’objet d’audit et en attendant le résultat, des administrateurs délégués désignés aux commandes. Ensuite, des objectifs conformes à l’IEM, puisque l’élection du Président consacre ce programme auprès des électeurs, devront être assignés et validés par les Conseils d’Administration respectifs. Les suivis et évaluation des objectifs de ces Etablissements Publics devront également être adossés sur l’IEM. Sur le plan éthique, le CREM affirme que l’envoi de l’hélicoptère présidentiel au secours des éléments de la Gendarmerie et de l’Armée blessés, démontre le manque de moyens alloués à l’établissement de la sécurité sur le territoire alors que certains responsables de l’Administration se pavanent aux volants de 4×4 à Antananarivo. « Si le Président de la République accepte pour sauver des vies que son hélicoptère soit envoyé, la réquisition des 4×4 de tout Ministère pour les besoins vitaux de la Nation devrait être un exemple à suivre », soutiennent les membres du Cercle. Des propos qui n’enchanteront certainement pas certains hauts responsables, mais qui favorisent certainement le petit peuple en difficulté.

Antsa R.

Midi Madagasikara7 partages

Impunité, gouverneurs et code électoral : Premiers regards critiques du SeFaFi

SeFaFi estime que le changement d’appellation des Chefs de région en « Gouverneurs » n’est pas conforme à la Constitution.

Connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, cet observatoire de la vie publique a parlé des conditions d’un véritable changement. Il s’agit, entre autres, de la culture de l’impunité, des collectivités territoriales décentralisées, des parlementaires et des partis politiques.

Le SeFaFi a apporté ses premiers regards critiques depuis l’avènement du régime en place. De prime abord, il a souligné que la culture de l’impunité s’est généralisée, du haut en bas de l’échelle sociale. Les délits ne sont plus sanctionnés et quand ils le sont, les sanctions ne sont pas appliquées. Cette situation génère la corruption, décrédibilise le système judicaire, éclabousse les forces de l’ordre et suscite les vindictes populaires. Un régime incapable de sanctionner et d’appliquer les sanctions, quel que soit le contrevenant, est condamné à l’inefficacité et à l’hostilité des citoyens. Toujours d’après le SeFaFi, le changement d’appellation des Chefs de région en « Gouverneurs », ainsi que leur nomination par le Chef de l’État, n’est pas conforme à la Constitution.

Effets néfastes. Il estime, en outre, que le président Ratsiraka est à l’origine de la politisation des forces armées, dont les effets néfastes sont plus visibles que jamais. Or les militaires, tout comme les membres de la société civile, ne font pas partie de la société politique. Il n’est pas normal que le Président de la République soit en même temps président du Conseil Supérieur de la Magistrature : cette situation contrevient au principe fondamental de la séparation des pouvoirs. Il faudra donc modifier l’article 107 de la Constitution pour supprimer cette anomalie. Quant à l’action de l’exécutif, elle est freinée ou arrêtée à chaque changement de ministre ou de responsable du ministère. Estimant que son prédécesseur n’a rien fait de valable et indifférent à la compétence et à l’expérience des techniciens en place, le nouveau venu installe « ses hommes à lui » et impose sa méthode de travail et ses objectifs. Il est urgent que les responsables ministériels sachent faire la différence entre les politiques et les techniciens.

Lois liberticides. Enfin, il juge que les lois liberticides devront être remaniées d’urgence. Au premier rang d’entre elles, le « Code de la communication et loi sur la cybercriminalité ». Ces textes visent à empêcher l’expression de toute critique, perçue comme une diffamation punissable de fortes amendes ou de peines d’emprisonnement. Criminaliser la liberté d’expression est inadmissible, il faut y mettre un terme. Au sujet du Code électoral, SeFaFi pense qu’il constitue l’un des plus importants chantiers à finaliser au plus vite. Lors de la dernière élection, le fiasco le plus scandaleux de la CENI a été le bricolage de la liste électorale qui, en dépit des protestations répétées du SeFaFi et de la société civile, a exclu du vote entre 2 à 3 millions de citoyens. L’établissement d’une liste fiable s’impose avant l’organisation de tout autre scrutin si le nouveau pouvoir veut rendre crédibles les élections à venir. À ce propos, il serait grand temps de rendre public les résultats du recensement RGPH3… Cet observatoire de la vie publique s’interroge aussi sur le devenir des quelques 200 partis politiques officiellement déclarés. « Réalité grotesque, qui montre à quel point l’idéal du bien commun est détourné par nos politiciens au profit de leurs intérêts particuliers. Nous sommes encore dans ce que Maurice Duverger qualifie de préhistoire du multipartisme », a-t-il soutenu. Et de conclure que la seule façon de prévenir les tensions et les crises à venir sera de suivre la voie d’un vrai dialogue qui aboutira à chaque fois à des décisions responsables, mais intelligibles et expliquées.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara7 partages

Kraoma – AMDP : Les deux affaires louches de 2018, selon la Revue MCI

Raphaël Jakoba du Cabinet Madagascar Conseil International se montre critique vis-à-vis des affaires louches.

Deux affaires à la fois glauques et nauséabondes. C’est ainsi que Raphaël Jakoba un des auteurs des articles publiés dans le dernier numéro de la Revue de MCI qualifie deux affaires qui ont marqué l’année 2018.

La première concerne « Stork International Gmbh » et la seconde le « MOU » (Memorandum Of Understanding) conclu entre une entité malgache, l’AMDP (Agence Malagasy de Développement économique et de Promotion des entreprises) et un Consortium chinois pour 330 navires de pêche qui sillonneront les eaux de Madagascar.

Vache à lait

Il s’agit selon Raphaël de « deux affaires à la fois louches, sordides, voire peu ou pas transparente, et d’une profonde répugnance dans l’ordre intellectuel ou moral ». Pour l’affaire « Kraomita », par exemple, il s’agit d’une exploitation minière qui peut être considérée comme un des fleurons de l’industrie minière malgache. Malheureusement « Kraomita » est aussi devenu une vache à lait des tenants successifs du pouvoir. Et elle n’a pas échappé à la règle en 2018 avec cette affaire où pour la redynamiser, l’Etat malgache s’est engagé dans des accords financiers avec le groupe russe STORK INTERNATIONAL et a contracté des emprunts d’une valeur de 6.400.000 USD en mai 2018. Suite à ces emprunts, plusieurs accords ont été conclus avec les Russes dont un accord de partenariat avec la société FERRUM MINING ayant pour objet de créer une coentreprise dénommée « KRAOMA MINING SA» dans laquelle FERRUM MINING détiendrait 80% du capital social contre 20% pour « Kraomita ». Cet accord a ensuite conduit à la conclusion d’un certain nombre de contrats d’amodiation, au profit de la nouvelle entreprise, et d’une promesse de transfert des infrastructures, des matériels et équipements liés à l’exploitation ainsi que l’ensemble du personnel de « Kraomita ». Absence d’appel d’offres, défaut de justification de l’intérêt économique, constitue autant d’anomalies qui amènent à qualifier cette affaire de « favoritisme » vis-à-vis des Russes et consistant à procurer ou tenter de procurer un avantage injustifié par un acte contraire aux dispositions législatives ou réglementaires ayant pour objet de garantir l’égalité d’accès et l’égalité des candidats dans les marchés publics et les transferts contractuels de gestion des services publics.

Pillage

Quant au « MOU » (Memorandum Of Understanding) conclu le 5 septembre 2018 à Pékin, pour une durée de dix ans entre l’AMDP (Agence Malgache pour le Développement économique et la Promotion des entreprises) et le consortium d’entreprises chinois « Taihe Century », c’est une promesse d’investissement à hauteur de 2,7 milliards USD par la société Taihe dont 700 millions de dollars seront consacrés à l’exploitation des ressources halieutiques par une flotte de 330 navires chinois, lesquelles ressources seront ensuite exportées vers la Chine. « Autant dire un pillage dans les règles de l’art de nos eaux territoriales bien connues pour leurs richesses halieutiques ». Cet accord a pour objectif de jeter les bases d’une « économie bleue » à Madagascar, or 330 navires de pêche sur les côtes malgaches risqueraient non seulement de nuire aux activités des pêcheurs traditionnels mais cela risque également de renforcer la surexploitation des ressources halieutiques nationales. Face à ces deux affaires, le BIANCO est appelé à procéder aux enquêtes d’usage.

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara6 partages

« Hip hop » : « Rap Gasy Unity » avec la crème du rap malgache

L’équipe organisatrice de « Rap Gasy Unity » (photo) va reverser une somme à des actions sociales après « Rap Gasy Unity » 2019

« Rap Gasy Unity » sera sûrement l’évènement rap de ce début d’année, plusieurs formations depuis les années 90 jusqu’à 2019 seront sur la scène du « Kianjan’ny Kanto » le 16 février. L’occasion de retrouver tout ce qui s’est fait et ce qui se fait de mieux en matière de musique urbaine.

Le rap antananarivien se donne rendez -vous pour le « Rap Gasy Unity » ce 16 février à partir de 9 h au « Kianjan’ny Kanto » Mahamasina. « Ce sera gratuit, en 2018, nous avons initié cet évènement. L’entrée a été gratuite et nous comptons restés sur cette lancée », explique Rivo Nantenaina, ou Ben J pour la scène et président de l’association « Ekah », parmi l’équipe d’organisation. Sur le plateau, ce seront les meilleurs clans de rap de la Capitale qui vont se relayer au micro. Comme « X-Crew », qui vient du côté d’Andoharanofotsy. Il y aura également « Bogota », « Tangala », « Bemaso » et sans doute « Diosezy ».

A voir ce plateau d’artistes, le public va revenir sur les bases, puisque ces clans ont tous participé à la genèse du rap malgache d’une manière ou d’une autre. « Ce sera l’occasion de nous souhaiter nos vœux de nouvelle année, entre activistes du rap malgache. Ensuite, nous allons instaurer cet évènement chaque année et l’élargir sur un site plus élargi », souligne Rivo Nantenaina. Ces propos ne viennent pas d’un simple connaisseur, il fait partie du groupe « Da Hopp », un groupe mythique du rap national.

Les organisateurs comptent donc sur la présence de la grande famille du hip hop antananarivien et de tout le pays également. Si les premiers groupes annoncés être présents pour cette date appartiennent plus ou moins à la génération 90/80, la génération contemporaine est aussi invitée à se mettre au devant de la scène.

Le rap malgache possède un public déjà établi.

« Hip hop » conscient. A entendre les propos de Lova Nantenaina, ce sera avant tout un moment de communion avant d’être des concerts de haut niveau gratuits. Les enjeux sont maintenant différents. Pour ne pas citer les difficultés à vendre un album sur un marché noyé dans le piratage.

Les idées pour orienter le rap malgache face aux exigences actuelles pourront ainsi illuminer  cette rencontre. « Au niveau de la sécurité, nous allons mettre les bouchées doubles. Certes, quelques rivalités sont nées au fil des années. Quand on y revient, ces différends ne sont pas insurmontables. Mais nous allons mettre en place un service de sécurité digne d’un grand évènement », assure Lova Nantenaina. « Rap Gasy Unity » sera donc un évènement, presque un mini festival, de plus de neuf heures. Les portes se fermeront à 18 h.

Le rap malgache se redonne de la voix, d’autant plus que le contexte pourrait le permettre. « Bien sûr, il y a eu la conjoncture post électorale, plusieurs paramètres qui nous ont poussés à réfléchir si nous allons le faire ou non. Là, c’est décidé, on le fera », conclut Lova Nantenaina.

Maminirina Rado

 

Midi Madagasikara5 partages

Châtiment corporel et violence psychologiquepar le personnel scolaire à Madagascar : Une entrave à l’...

A Madagascar, les châtiments corporels ou les violences psychologiques commises par le personnel scolaire sont encore bien présents dans la pratique. Or l’un comme l’autre, se répercutent négativement sur l’estime de soi de l’enfant, donc freine son épanouissement individuel et gâche le plaisir d’apprendre, ce qui par ricochet entrave la réussite de l’apprentissage.

Il ne s’agit pas ici de verser dans un sentimentalisme exacerbé, mais bel et bien d’alerter sur des faits sociaux, constatés à Madagascar, mais aussi dans le monde. Les impacts cités quant à eux relèvent d’études menées en psychologie de l’Enfant et en sciences de l’Education. Malheureusement, selon le premier rapport national sur les violences subies par les enfants publiés par le Fonds des Nations unies pour l’Enfance en juin 2018, 49% des personnels enseignants interrogés les considèrent comme des « méthodes de discipline » par défaut et régulièrement utilisé et 21% de ces interrogés ont même osé affirmer que le châtiment corporel est approprié !Par ailleurs, 29% des enfants interrogés dans le cadre de l’enquête, les acceptent et les trouvent normales. Selon un sociologue interrogé sur le sujet, cela proviendrait des méthodes d’éducation encore ancrées dans la représentation collective malgache, il s’agit du droit d’aînesse exacerbé et de la pensée que le châtiment corporel à des fins de correction est une manière de prouver l’attachement à l’enfant, de lui prouver que nous « lui voulons du bien », d’où le fameux adage : « Zanakatianatsyitsitsianarotsan-kazo ». Pratiquées et intériorisées en famille, les chercheurs les appellent « violences intrafamiliales » ; que nous n’allons pas aborder ici. En tous cas, le châtiment corporel, qui blesse l’enfant dans son intégrité (physique et morale), quelle que soit son ampleur ou sa « rationalité » est « interdit » par la loi à Madagascar, cf l’arrêté ministériel du ministère de l’Education nationale 5246-96/MEN en 1996. Mais dans la pratique, c’est une autre histoire ! Encore une loi de plus, qui n’est pas suivie de mise en œuvre.

Un exemple de cas.Le rapport de l’UNICEF indique que selon les interrogés, les auteurs des châtiments corporels motivent leurs actes par des raisons telles que la désobéissance, l’insolence, l’« incompétence », le « manque de sérieux », ou autres « comportements turbulents ». Ce n’est pas Loan, petit garçon de 5 ans dans une école privée de la Capitale qui dira le contraire. Depuis qu’il est en préscolaire, il sait bien ce qu’est le châtiment corporel veut dire. Loan est de ceux appelés « affectueusement » hyperactifs et turbulents, mais en plus il préfère « jouer tout le temps en classe ». Un soir après l’école, il raconte en pleurs à un parent proche : « Aujourd’hui maîtresse m’a pincé très fort les oreilles et m’a dit de m’agenouiller « très longtemps » dans la cour, parce que je ne savais pas « écrire » et colorier sans dépasser et que je bouge tout le temps en classe. Je ne sais rien. L’autre fois elle m’a enfermé aux toilettes. Je veux changer d’école ».En effet, Loan est gaucher, donc à 3 ans, où il commence à apprendre à écrire, il est normal qu’il soit un peu « gauche ». En plus, il veut jouer tout le temps, donc pour le calmer, maîtresse a estimé le châtiment corporel comme approprié.

Absence de leadership. Ce que cette institutrice ignore cependant, c’est qu’en perpétuant de telles pratiques, elle ôte progressivement toute envie d’apprendre et lui donne un coup à chaque coup à son estime de soi. Un chercheur en psychiatrie des enfants de faire remarquer : « Ce n’est pas comme cela que nous formerons les leaders de demain. Avec cette méthode, nous réussirons plutôt à former des moutons de panurge ou des individus craintifs, bons pour le malheur et la psychorigidité.Et après l’on s’étonne que le pays manque cruellement de jeunes leaders, de créativité et de leadership ! L’école doit être source d’épanouissement et doit former des leaders, conscients de leur valeur et en pleine acceptation de leur individualité. En psychologie de l’enfant, il faut privilégier le renforcement des atouts des enfants et non la répression coercitive de leurs défauts ».Pour en revenir au cas de Loan, les parents ont ainsi soulevé le cas aux responsables psychologiques, lesquels ont dit que : «Ce n’est peut-être pas vrai,  Loan est très intelligent et il a sûrement inventé, nous allons toutefois aviser la maîtresse. Mais Loan a vraiment besoin d’autorité et de discipline. ».Dans ces cas-là, c’est souvent la parole « d’un petit » contre « celle d’un grand ».

Améliorations.Avec le temps, les mésaventures de Loan se sont tassées, avec seulement des « petits coups sur les doigts »ou de « petites moqueries » en moyenne section, lorsqu’il ne se concentre pas, mais joue ou nargue les deux maîtresses. Car le tableau n’est pas tout noir, l’une de ces maîtresses s’est aperçue depuis longtemps que Loan manquait « juste » de beaucoup de sérieux, mais qu’il était très intelligent, hypothèse corroborée par le responsable pédagogique de l’établissement scolaire, qui a d’ailleurs félicité Loan. Cependant, tous les enfants ayant subi des violences psychologiques et physiques par le personnel scolaire n’ont pas tous eu la chance de Loan, soit eux ou leurs parents se sont tus, et malheureusement ce sont ces mêmes enfants qui intérioriseront cette dévalorisation et deviendront des adultes blessés, peu sûrs d’eux, soumis et craintifs, ou au contraire rebelles, frustrés, anarchiques, ou délinquants, voire asociaux.

Préventions. Face à tant de conséquences désastreuses, force est de constater qu’il vaut mieux prévenir ces maltraitances en milieu scolaire que les guérir. Comment ? En essayant de comprendre, humainement parlant,pourquoi ces éducateurs sont-t-ils ainsi, agissent-t-ils ainsi ? Sont-t-ils suffisamment payés ? Est-ce du à la charge mentale (trop) lourde qu’ils portent à longueur de journée ? Enseigner est-t-il vraiment une passion et une vocation pour eux ? Sont-t-ils psychologiquement stables ? Quel(s) rapport(s) existent-t-ils entre leurs parents et les éducateurs (car oui, nous sommes des êtres humains et cela influence le rapport que l’éducateur entretient avec l’enfant) ? Un enseignant frustré, comme un parent frustré, fait rarement un éducateur bienveillant. Donc pour que l’épanouissement et l’apprentissage de l’enfant soit réussi, l’épanouissement ou du moins le bien-être de l’enseignant est primordial. Par exemple, l’accueil hebdomadaire d’un psychologue dans une structure scolaire, juste pour que les enseignants à boutsde nerfs et « malmenés » par leurs petits diablotinspuissent se confier sans être jugés et conseillés, pour ne pas commettre l’irréparable. Par ailleurs, intéressant également : initier, progressivement le personnel enseignant à des méthodes d’éducation alternative, comme la pédagogie Montessori ou l’éducation finlandaise, dont les concepts fondamentaux (que nous n’aborderons pas ici faute d’espace) sont -contrairement à ce qui est véhiculé- adapté au contexte malgache.

LuzRazafimbelo

Midi Madagasikara3 partages

Commerce, industrie et artisanat : Une politique pour développer les trois secteurs en synergie

Passation de service entre le ministre sortant Yvette Sylla et le nouveau ministre Lantosoa Rakotomalala, chargé du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat.

Le commerce est un secteur clé pour l’économie nationale… C’est ce qu’a soutenu le nouveau ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala, lors de la passation avec le ministre sortant Yvette Sylla chargé auparavant du Commerce et de la Consommation. « Nous devons œuvrer très vite pour améliorer le niveau de vie des Malgaches actuellement très faible. Le développement du commerce pourrait permettre d’arriver à cet objectif. L’industrie a également une importance particulière pour le développement économique, car elle est déterminante sur le niveau du PIB (Produit intérieur brut), avec les énormes potentiels qu’elle présente. Suivant l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar, les Malgaches doivent bénéficier des produits ‘Vita Malagasy’. Même si les importations sont importantes, nous allons favoriser l’entrée des matières premières pour promouvoir l’industrie dans les 23 régions. Avec les nombreux projets prévus, la population bénéficiera également des nouveaux emplois créés », a déclaré le nouveau ministre. Par ailleurs, elle a noté que si les trois ministères chargés du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat ont été fusionnés, c’est pour établir un rythme permettant à ces trois secteurs d’activités d’être développés ensemble. Tous les employés du nouveau ministère ont un rôle important à jouer pour améliorer les indicateurs de performance et honorer le Contrat programme, a-t-elle affirmé.

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

Parc national d’Isalo : 160 000 plants à reboiser pour une restauration forestière

A peu près 400 arbres ont été abattus dans le parc national d’Isalo situé dans la commune rurale de Ranohira, en raison d’une exploitation illicite identifiée en 2018. Pour pouvoir les compenser, « Madagascar National Parksen » partenariat avec le Programme de Lutte Anti-Erosive IV ou PLAE, a pris l’initiative de reboiser 160 .000 plants de janvier à mars de cette année. Il s’agit notamment des plants d’eucalyptus et d’acacia. Environ 3.200 jeunes plants ont été déjà mis en terre lors du lancement officiel de cette campagne de reboisement.

Retombées financières. Dans la foulée, « la déforestation est une des pressions majeures qui cause la perte de la biodiversité unique de notre Aire Protégée », a déploré Jean- Jacques Rakotoarivelo, le directeur du parc national d’Isalo. Ce projet ambitionne ainsi de réduire le niveau de menace des coupes de bois. En effet, la couverture végétale se verra augmentée par des espèces ligneuses, à croissance rapide. En parallèle, les retombées financières des bénéficiaires seront améliorées. Actuellement, huit pépiniéristes assurent la production de ces 160.000 plants qui seront ensuite rachetés pour le reboisement. Quant aux 23 adhérents, organisés en groupements, ils garantiront avec l’appui de « Madagascar National Parks », en leur qualité de maître d’œuvre délégué, la gestion du reboisement d’une superficie de 100ha.

Micro-projets. Par ailleurs, le « Parc National Isalo » multiplie chaque année les partenariats pour le développement de sa zone périphérique, et ce, au profit de la population riveraine. A titre d’illustration, une adduction d’eau potable dans le village d’Andremanero a été réalisée grâce à l’appui des partenaires comme le « Rugby School » de Londres et l’ « Association Manda Life ». Près de 117 ménages en bénéficient. En outre, le parc a assuré la construction des infrastructures comme le périmètre hydro-agricole dans le village d’Ianakandrarezo via les Parts des Recettes sur les Droits d’entrée dans les Aires Protégées (PRDEAP). Pour cette année, d’autres micro-projets tels que la réhabilitation du bureau de la Brigade de la Gendarmerie de Berenty et la construction du « Tranompokonolona » à Ilemby, sont en vue.

 Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Lercia : Appel au nouveau ministre de la Justice

Bataille judiciaire sans fin pour l’opérateur économique Lercia qui a une affaire pendante devant la Justice contre la Banque des Mascareignes de Madagascar (BMM). L’affaire va connaître un nouveau rebondissement avec le changement du régime et notamment la nomination d’un nouveau ministre de la Justice. A rappeler que la Cour Suprême a ordonné la vente aux enchères de certains biens de la BMM pour permettre à cette banque d’exécuter sa condamnation en faveur de Lercia. Mais, le ministre de la Justice de l’époque a pris un PIL (Pourvoi dans l’Intérêt de la Loi) contre l’Arrêt de la Cour Suprême. « Un Arrêt de la Cour Suprême ne peut plus faire l’objet d’un PIL. C’est du jamais vu ce qui s’est passé sur cette affaire. », affirme Lercia. Il lance un appel au nouveau ministre de la Justice à lever ce qu’il qualifie d’un « PIL manifestement illégal ».

Etat de droit. Avec l’arrivée du nouveau régime, l’opérateur économique appel au respect de l’Etat de droit. « Personne n’est au-dessus de la loi, même les étrangers. Cette fois-ci, l’Etat doit protéger l’intérêt d’un Malgache. Le nouveau ministre de la Justice doit prendre sa responsabilité pour qu’il puisse redorer le blason de la Justice. Si le PIL est levé, la décision de la Cour Suprême va être exécutée.», souligne-t-il. A en croire Lercia, la décision de la Cour Suprême n’a pas été jusqu’ici exécutée, car son adversaire aurait toujours bénéficié de la protection d’un politicien malgache. Il est temps de mettre fin à ce genre de pratique qui foule aux pieds les lois en vigueur.

Eugène
Midi Madagasikara1 partages

Football Analamanga : Troisième défaite pour Elgeco Plus

Le championnat d’Analamanga de Ligue 1 se suit et se ressemble avec la défaite d’Elgeco Plus devenu méconnaissable tant dans son jeu que de sa motivation. Car apparemment, l’équipe est en train de sombrer.

Incroyable mais hélas vrai, Elgeco Plus continue sa descente aux enfers. Hier encore, le club a essuyé une troisième défaite et cette fois-ci face au COSFA sur un score de 2 buts à 3. Une gifle. Une de trop pour la détentrice en titre de la Coupe de Madagascar.

L’AS Adema et son automatisme. Les militaires se contentaient cependant, devant des gradins dégarnis de Mahamasina, de gérer la rencontre à leur aise c’est-à-dire sans vraiment se découvrir mais Elgeco Plus malgré une entame pied au plancher n’a jamais su prendre le bon bout.

Finalement le score de 3 buts à 2 était juste et reflétait la physionomie de la rencontre.

Ou plutôt trop juste dans le cas de l’AS Adema qui s’est contenté d’un seul but pour battre Mi20, le maillon faible de ce groupe B. Mais l’essentiel en fait pour les protégés du président Yves Randriamialisoa qui s’installent confortablement dans leur fauteuil de leader. Une quatrième victoire en autant de sorties, cela force le respect pour un groupe qui ambitionne cette année d’aller dans les compétitions nationales et tenter de reconquérir un nouveau titre avec ce groupe assez solide et qui a la particularité d’être ensemble depuis un bon bout de temps avec ce que cela suppose d’automatisme.

Fosa sort ses griffes. Ce n’est pas un secret, l’AS Adema fera cette année figure de favori de ce championnat d’Analamanga qu’elle maîtrise désormais du bout des doigts. Et comme le champion tananarivien fait également partie des favoris de la Ligue des Champions et de la Coupe de Madagascar, on s’attend à voir ces gars d’Ivato tenir un premier rôle.

Pour revenir au troisième match d’hier, on a enfin vu Fosa Juniors sortir de sa tanière et infliger une sévère défaite à la jeune équipe de JET Mada. Après avoir enchaîné les défaites, Fosa s’est enfin réveillé pour battre le JET Mada pourtant bien pris en main par l’entraîneur Paolo.

Mais hier, le club cueilli à froid par un Fosa qui sortait ses griffes dès le coup d’envoi, JET n’a pu rien faire et concède sa plus lourde défaite de la saison avec ce 4 à 1 infligé avec la manière.

La cinquième journée se poursuit ce jour à Mahamasina avec des rencontres dont l’intérêt n’est plus à faire car seuls les deux premiers de chaque groupe iront en Poule des As.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Education nationale : Cantine scolaire améliorée pour 3 000 élèves

La ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Marie Thérèse Volahaingo et SEM Lim Sang-Woo, Ambassadeur de la Corée

La Ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (MENEFP), Marie Thérèse Volahaingo et l’Ambassadeur de la Corée, SEM Lim Sang-woo, se sont rencontrés dans les locaux du MENEFP pour mettre en place un projet de mise en place de cantine scolaire améliorée dans les zones les plus vulnérables du pays.

70% de taux de réussite scolaire. Notons que ce projet sera mis en œuvre avec l’appui du Programme alimentaire mondial (PAM). Seront privilégiées par le projet les localités considérées par les parties prenantes du projet comme les plus touchées par la malnutrition infantile ou vulnérables à l’insécurité alimentaire ; à savoir : Androy, Atsimo Andrefana, Vatovavy Fitovinany, ou encore l’Atsinanana. La MENFP  a indiqué que ce projet concernera 30% des Ecoles primaires publiques (EPP) étendues sur le territoire national et bénéficiera directement à 3000 élèves. Le but est de ramener le taux de réussite scolaire à 70%. La malnutrition scolaire fait effectivement partie des facteurs les plus importants d’échec scolaire, mais elle entrave aussi la formation d’un capital humain épanoui et en bonne santé, considéré aujourd’hui par les experts en développement, comme un élément fondamental d’une croissance socio-économique durable et inclusive. Et l’essentiel de la « construction » du capital humain se fait durant l’enfance, notamment les 5 premières années de vie.

Impacts concrets. Concrètement le projet permet d’alléger une partie conséquente des charges parentales, en leur dispensant déjà le casse-tête de l’alimentation de leurs enfants durant les heures d’école. Par ailleurs, les enfants aussi sont soulagés par le fait d’avoir une cantine scolaire améliorée, car cela leur épargne les longs kilomètres à pied à midi, qui usent non seulement leurs petits mollets, mais aussi leurs neurones. Auparavant, le PAM achetait et transportait directement les légumineuses et autres aliments nutritifs qui serviront à concocter la cantine scolaire des élèves des EPP concernées. Désormais, l’achat de ces éléments se fera directement sur place, par le biais de transfert monétaire via l’opérateur Airtel money. Selon la ministre Marie Thérèse Volahaingo, cela facilitera considérablement les procédures, déjà rien qu’en évitant le long trajet d’acheminement des vivres vers les localités concernées. SEM Lim Sang-Woo, Ambassadeur de la Corée a par ailleurs souligné que la Corée est fière de prendre part à ce projet avec le MENFP et le PAM, car l’Education représente le socle du développement économique. Elle est d’ailleurs, selon lui, ce qui a permis à la Corée de connaître le développement qu’elle connaît aujourd’hui. Il ne l’a pas dit seulement dans un français impeccable, mais aussi dans un malgache quasiment quasiment parfait !

Luz Razafimbelo

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Code de bonne conduite des membres de gouvernement déjà bafoué

Nous avons rapporté la fin de la semaine dernière qu’un code de bonne conduite a été émis par le chef du gouvernement Christiant Ntsay le 25 Janvier 2018. Elle a rapporté que « Son Excellence Monsieur le Premier Ministre a réitéré l’interdiction formelle pour tout membre du Gouvernement d’utiliser le gyrophare et de rouler en sens interdit dans ses déplacements. ». Malheureusement, cette semaine, dans la matinée du 29 Janvier, un ministre a déjà enfreint ce code. C’est à travers les réseaux sociaux que l’on a pu voir l‘immatriculation de la voiture dudit Ministre. L’information est parvenue aux oreilles de Christian Ntsay qui a tout de suite avertit le ministre contrevenant. Selon toujours les informations, le chauffeur du ministre a été limogé.
Cettte publication en Malgache puis en français a été postée par la primature sur sa page Facebook.

Madaplus.info0 partages

Red Star : Un international malgache s'en va

Recruté durant l'été 2016, Stéphan Raheriharimanana, dit Dada, quitte le Red Star.
En ce début de semaine, le club de Ligue 2 a officialisé le départ du milieu défensif international malgache de 25 ans passé par l'OGC Nice.
Tia Tanindranaza0 partages

Fironan’ny Malagasy amin’ny asa tenaMisy akony ratsy amin’ny toekarena

Maro be amin’izao ny Malagasy miroboka amin’ny asa tena. Vitsy koa moa ny orinasa mandray mpiasa kanefa betsaka ihany koa ireo tsy te hiditra anaty orinasa fotsiny izao.

Ny ankamaroan’ny Malagasy aza moa dia tsy tia fehezina anatin’ny fifanarahana arak’asa akory. Satrin’ny maro tsy handoa hetra fa hiaina amin’ny fiainana mandeha ho azy fotsiny. Efa toe-tsaina mipetraka eto Madagasikara ilay aleo mandray vola kely isan’andro dia tsy misy arakaraka toy izay voafehy anatina orinasa. Antony mahatonga ny firoboroboan’ny sehatra tsy ara-dalàna izany izay tena mandrodana ny toekarena.  Mety mahavelona ihany ny fironana amin’ny fanaovana asa tena saingy raha maro be tahaka ny misy eto Madagasikara dia tsy hita ny akony mivaingana ary tsy ho tombony ara-toekarena mihitsy. Iaraha-mahita fa ny firenena manankarena dia ireo firenena maro orinasa sy indostria izay tena mampiasa mpiasa maro ao aminy. Ny eto amin’ny firenena anefa dia ny orinasa afaka haba no mba mampiasa olona maro. Iaraha-mahalala ihany anefa ny zioga lanjain’ny Malagasy any anatin’ireny orinasa ireny. Hiandrasana ny filoham-pirenena vaovao hanova ny toe-tsaina Malagasy izany ary hanolotra ireo vahaolana amin’ny fampananan’asa sy fananganana orinasa.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sakafo maimaimpoana ho an’ny mpianatry ny EPPFaritra 4 no hisantarana azy

Hahazo sakafo maimaimpoana avokoa ireo mpianatra eny anivon’ny sekoly ambaratonga fototra manomboka izao.

 

 

 

 Faritra efatra izay hita fa marefo ara-tsakafo indrindra no hahazo tombony voalohany  ety am-piandohana dia  ny  Faritra Androy, Atsimo Andrefana, Vatovavy Fitovinany ary Atsinanana. Hiara-kiasa akaiky amin’ny fanatanterahana izany ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena sy ny fanofanana ara-teknika, ny PAM ary ny masoivoho Koreana Tatsimo ka mpianatra 3.000 isa no hahazo tombony. Tanjon’izy ireo ny hampihena hatrany ny tahan’ireo ankizy mitsoaka an-daharana an-tsekoly  vokatry ny tsy fahampian-tsakafo, indrindra ao anatin’izao vanim-potoanan’ny maitso ahitra izao.  Hiova endrika ny sakafo omena ireo mpianatra sy ny fomba fiasan’ireo mpiara-miombon’antoka. Raha vary, voamaina… no nalefan’ireto farany teo aloha dia avadika ho vola indray ary alefa mivantana amin’ireo tompon’andraikitra isam-paritra  mba hahafahan’ireo mpianatra mihinana sakafo feno hery sy be otrikaina. Nandritra ny fitsidihan’ny masoivohon’i Koreana tatsimo Atoa  Lim Sang Woo ny minisitry ny fanabaeazam-pirenena sy ny fanofanana ara-teknika Ramatoa Volahaingo Marie Therese no nahafantarana izany omaly, notronin’ny solontenan’ny PAM. Mbola hiitatra any amin’ny faritra hafa ny  hetsika.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fakana na famindrana taovaTsy vita maimaika fa mandalo dingana maro

Nahoraka be teto amintsika tato ho ato ny resaka halatra taova. Nanomboka tamin’ny fisian’ireo ankizy nisy naka an-keriny na very teto an-drenivohitra ka hatramin’izao

 

. Raha ny resaka nifanaovana tamin’ny dokotera Hary Rakotondratrema, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny Espace médicale Saint Michel Andravoahangy anefa dia tsy vita mora fa ilana dingana maro ny fakàna taova. Ho an’ny fanoloana voa ho an’olon-droa fotsiny, ohatra, dia notsiahiviny fa mila manao  karazana analizy ilay olona manana voa alaina. Mbola jerena ihany koa raha mifanaraka amin’ny voan’ilay marary ny voany na tsia. Tafiditra ao anatin’izany ny fijerena ny maloto rehetra, ny ra … Ankoatra izay, raha maka taovan’olona iray dia misy ny fe-potoana tsy maintsy hajaina hitondrana iny taova iny mankany amin’ny toerana ilana azy mba tsy hahafaty ilay sela ao anatiny. Mifanaraka amin’izay koa ny hafanana takiany. Raha tena misy anefa izany, tsy eto amintsika velively no ilana azy fa tsy maintsy any ivelany. Mikasika ireo karazan-javatra nampiasain’ireo mpaka an-keriny nafafy tamin’ireo ankizy mpianatra lasibatra moa dia nilaza ity dokotera ity fa mety ho karazana  vovoka rongony manempotra na mahatorana avy hatrany izany  raha vao  mifoka azy na koa mety ho tsindrona.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanora MalagasyVitsy no liana amin`ny taranja siantifika sy teknika

Miha latsa-danja ny fironan`ny mpianatra amin`ny taranja siantifika sy teknika.

Tia Tanindranaza0 partages

67Ha. Halatra moto Roalahy nifanehitra tamin’ny polisy

Mahana ! Ny iray tratra, ny namany hafa kosa nanjavona rehefa nifampitady tamin’ireo mpitandro ny filaminana. Kaodikaody avy hatrany izy ireo ka tonga dia nanatanteraka ny asany ny mpanao fisafoana.

 

Raha iverenana ny tantara, nanao tari-dositra ireo roalahy nanosika môtô raha vao nahita ny fiaran’ireo polisin’ny CSP7 saika nifanehatra tamin’izy ireo. Teo am-pisafoana ny Faritra 67Ha Avaratra Atsinanana izy  ireo ny zoma 25 janoary tamin’ny 7 ora maraina teo no nahatsikaritra ireo olon-dratsy nirifatra nitsoaka. Araka ny fampitam-baovao teo anivon’ny polisim-pirenena eo Anosy, narian’izy ireo avy hatrany teo amin’ny lalana saika nifanenana ilay moto. Nanenjika avy hatrany ny  polisin’ny CSP7. Ny iray no tra-tehaka, taorian’ny fifanjevoana fa ny iray hafa tafaporitsaka tany anelakela-trano.

Niaiky ny heloka vitany ilay voasambotra, nandritra ny famotoran’ny mpitandro ny filaminana. Voalazan’ity farany fa tany Alasora no nakan’izy roalahy an-tsokosoko sy nanosehany ilay moto. Efa notanana am-ponja vonjimaika izy. Mbola mifanome tanana manohy ny fikarohana ilay namany tafatsoaka kosa ny mpitandro ny filamanana eto Antananarivo Renivohitra sy ny avy amin’ny Faritra manodidina. Marihina fa vao 20 taona ilay tra-tehaka. Raha ny trangam-piarahamonina tato ho ato no zohina, saika zatovo erotrerony avokoa, tsy lahy tsy vavy, na ambanivohitra na an-drenivohitra ireo mpanao asa ratsy tratra.

Haja Nirina

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanora mpianatra MalagasyMaro no tafaroboka amin’ny fifohana sigara

Ny 100%-n’ireo sekoly nanaovan’ny fikambanana NY SAHY fanadihadiana dia ahitana mpivarotra daholo ny 100 metatra manodidina.

 Nanambara izy ireo omaly alarobia 30 janoary tetsy amin’ny Hotely Le Pavé Antaninarenina fa  farafahakeliny dia misy mpivarotra sigara 9 manodidina ny sekoly anankiray. Zava-doza ny zavatra mitranga ankehitriny, hoy izy ireo  fa misy an’io toe-javatra io daholo na ny eny amin’ny fanabeazana fototra na ny ambaratonga faharoa, mainka moa ny eny amin’ny lisea sy ny fampianarana ambony. Saika tafaroboka amin’ny fifohana sigara avokoa amin’izao ny mpianatra Malagasy. Noho izany indrindra no nanaovan’izy ireo antso amin’ny fanjakana mba handray fepetra. Nangataka ny fikambanana NY SAHY mba ho 500 metatra miala amin’ny sekoly farafahakeliny vao asiana mpivarotra sigara. Mikasika ny dokambarotra sigara kosa dia efa misy ny lalàna nivoaka teto Madagasikara mandrara ny tsy fahazoana manao azy ireny. Ny 45%-n’ny sekoly nanaovan’izy ireo fanadihadiana anefa dia misy dokambarotra sigara avokoa . Betsaka, araka izany, ny fandikan-dalàna misy ary tsy ny mpivarotra no manao an’ilay afisy fa ny tompon’andraikitra any amin’ny Indostria manamboatra an’ilay sigara mihitsy. Ao ihany koa ny lalàna manakana ny mpivarotra tsy hamarotra sy hampivarotra sigara amin’ny ankizy latsaky ny 18 taona. Zary fomba ary tsy mahagaga ny maro intsony anefa ny mahita ankizy kely mividy na mivarotra sigara. Ady iraisana no atao, hoy ny fikambanana NY SAHY ka nanaovany antso avo ny ray aman-dreny ihany koa mba tsy haniraka hividy sigara intsony ny zanany. Raha mitohy izao dia ho lasan’i Madagasikara indray ny laharana voalohany amin’ny fifohana sigara. Tsy mahasalama ny sigara ary misy fiantraikany ratsy amin’ny fianarana atao ka ny rehetra mihitsy no mila mandray andraikitra.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoMiandry ilay tena fanavotana

Miezaka maneho ny maha akaiky ny vahoaka azy faran’izay zokiny ny filoham-pirenena ankehitriny. Fiteniny matetika moa ny hoe hanampy ny vahoaka sy ny hoe hanavotra an’i Madagasikara.

Raha bangoina dia te hiseho mafy fa karazan’ireo mpanao politika mirona any amin’ny foto-pisainana sosialista ny tenany. Izay rahateo no azo ambara fa fonosin’ilay voambolana hoe “manampy”. Toy ny hoe manampy ny vahoaka na koa hoe manampy ny mahantra raha toa ka manarina mihitsy no foto-pisainan’ireo firehana an-kilany na ilay antsoina hoe “capitaliste”. Taratra tamin’ny kandida nifaninana taminy rehefa nampitahaina ny tetikasan’izy roalahy ary efa hita nandritra ny fitondrana Ravalomanana rahateo izay toetsaina tia manarina izay. Ilay fototra hahafahana manarina ny toekarena mihitsy dia ny lalana ahafahana manamora ny fivezivezen’ny vokatra mba hahafahan’ireo vahoaka mivelona sy mifamelona no nataony laharam-pahamehana. Efa niato ho tantara miandry tohiny moa ireny hatreto aloha fa ny tiana ahatongavana dia ny hoe miandry ilay tena fanavotana azy tokoa ny vahoaka Malagasy amin’izao izay fintinin’ny filoham-pirenena hoe “Madagasikara”. Tena hanavotra ireo mponina fadiranovana any Atsimo ve ny vary 57 taonina sy ny voamaina 10 taonina ary ny paty 20 taonina na mbola hiampy ilay hoe vary mora aza ? Mahagaga raha mpitondra efa avy nahavita dimy taona teto amin’ity firenena fadiranovana tamin’ny 10 taona lasa ity no mbola tsy mahay maka lesona amin’ny vitan’ny teo alohany ihany “hanavotana an’i Madagasikara.” Sa matahotra ny hokihanina indray hoe manao dika mitovy ny hafa raha masomboly no vatsiana ireo tantsaha tokony hamokatra. Heverina fa ny fifandraisan-tanan’ireo kandida roalahy tamin’ny 8 janoary dia azo adika ho fifametraham-pitokisana ihany na dia asiana fetra amin’ny maha mpitondra sy mpanohitra aza. Noraisin’ny iray ny tanan’ny iray satria nanantena izy fa hanaja ny fifanarahana natao. Noraisin’ny iray kosa ny tanan’ny iray satria matoky izy fa ho mpanohitra mpanorina na “opposant constructif” ilay nifanandrina taminy ka izay tsikerany eo dia hombam-bahaolana ahafahana miara-manavotra an’i Madagasikara.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Lalam-pirenena FAHA-7 Sokatra sy Soavalindriaka, tra-tehaka tao Antanifotsy

Sokatra velona valo sy Soavalindriaka na «hippocampes “ milanja 6 Kg no tra-tehaky ny “Brigade Police des Routes” Ambatolampy, araka ny fampitam-baovaon’ny zandarimariam-pirenena eo amin’ny Toby Andrefanambohijanahary.

 Teo amin’ny lalam-pirenena faha-7, fokontany Bemasoandro, kaominina ambanivohitra sady distrikan’Antanifotsy  no voasavan’ny mpitandro ny filaminana ny fiara fitateram-bahoaka marika “Mercedes Sprinter” iray nitondra an-tsokosoko ireo harem-pirenena arovana ireo. Tamin’ny mitataovovonan’ny alatsinainy 28 janoary teo no nitranga ny toe-draharaha. Olona telo miaraka amin’ny mpanamory no  tao anatin’ilay fiara. Efa nosamborin’ny mpitandro ny filaminana avokoa  izy ireo. Araka ny loharanom-baovaon’ny zandarimariam-pirenena avy eo amin’ny Toby Ratsimandrava hatrany,  fantatra fa avy any amin’ny Faritanin’i Toliara hihazo ny renivohitra ny zotran’ireto mpanondrana an-tsokosoko ny harem-pirenena ireto. Efa nogiazan’ireo tompon’andraikitra avokoa ireo entana. Mbola mitohy ny fanadihadiana ireo olon-dratsy sy ireo volo ngita mifandray tendro amin’izy ireo, indrindra ny atidoha mikotrika izao trafikan’ny harem-bahoaka arovana izao.  Marihina fa tsy vitsy ireo tratra tamin’ny ady goavana fanondranana an-tsokosoko zava-boary lafo vidy arovana toy itony, saingy mampametra-panontaniana ny mpanara-baovao maro ny tohin’ny raharaha sy ny tena tompon’ny ketrika.

Haja Nirina

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza mitranga isa-kerinandroMahalasa saina

Taona hamokatra be ity 2019 ity, hoy ny mpanandro, Eris Rabedaoro. Be atao izy mahery setra be io satria sarotra be ilay lohany. Be ny maty.

 Be ny marary dia ho lasa mamy be koa ilay miaina. Ho tia hiasa be ny olona satria mahatsiaro fa mandalo ny fiainana, hoy ny tenany. Ho an’ny Mpiandry iray eo anivon’ny finoana loteranina kosa dia manana ny fiheviny aminy Andriamanitra ary ny mitondra am-bavaka ny firenena no azo atao. Ho an’ny mpandinika sasany kosa dia misy antony tokony hampieritreritra ny tranga tahaka izao. Saika isa-kerinandro dia misy loza foana. Tao ny tototry ny tany. Tao ny tondraky ny rano. Hatreny ana habakabaka koa aza tao ho ao nisy loza nanamarika ny fiainam-pirenena.” Na ny tany na ny rano na ny rivotra ve izany dia samy tezitra amintsika avokoa ?”, hoy ireo mpandinika zavaboary. Anjaran’ny tsirairay tokoa ny mieritreritra na hadisoantsika irery na adisoan’ny mpitondra irery.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana mila sorona ao MaherezaFampihorohoroana vahoaka, hoy ny ben’ny tanàna

Mampalahelo ny zava-misy ao amin’ny kaominina izay hiadidiako, hoy ny ben’ny tanàna ao amin’ny kaominina ambanivohitra Mahereza, Jhonny Rakotoarisoa.

 

 Resaka disadisa politika sy hevitra politika tsy mitovy dia lasa ifandotoana. Tsy mila 2 na 3 andro vao tonga ao amin’ny kaominin’i Mahereza fa lalana vita ora iray sy sasany io ka raha te hanamarina ny zava-misy dia aoka hidina any an-toerana mialoha ny hitaterana zavatra tsy mitombina. Fitrandrahana malao na “granite”, hoy hatrany ny tenany, no misy ao an-toerana. Aiza moa no hisy kaominina tsy hisy fitrandrahana malao fanaovana lalana sy trano ? Tsy marina, hoy izy, ny filazana fa safira sy volamena ary merkiora no ao. Fampihorohoroana vahoaka koa ny filazana fa mila sorona ilay orinasa mpitrandraka. Omby nanaovana nofon-kena mitam-pihavanana no novonoina nandritry ny fifanarahana ary ilay orinasa nanao ny lalana RN1 mampitohy amin’Arivonimamo ihany no mitrandraka ao satria mila ny vato ao Mahereza izy. Fifanarahana tamin’ny eny ifotony rahateo no natao mba hahazoan’ny eny ifotony asa fivelomana, hoy hatrany ity ben’ny tanàna ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fomba fiaina gaborarakaMampihisatra ny fandrosoana

Tena zatra miaina ao anatin’ny gaboraraka sy sarotra entina ny Malagasy, ka io no fanovana lehibe mila hapetraka voalohany, raha tena tiana ny hitondra ny firenena any amin’ny fampandrosoana sy fandrosoana.

 

 Mila hazavaina sy tsara ho hain’ny isam-batan’olona ny famaritana ny hevitry ny fampanarahan-dalàna sy ny fanarahana fitsipika sy ny didy jadona. Efa namotika firenena mantsy io. Raha hiverenana ny tantaran’ny fanonganam-panjakana tamin’ny 2009, dia anisan’ny natao fitaovana ny filazana fa filoha mpanao jadona ilay nitondra. Niongana ilay filoha ary nanomboka teo ny fahalalahana raha ny hevitry ny sasany tamin’izany. Niditra tao anatin’ny gaboraraka sy ny tsy fanarahan-dalàna tanteraka anefa isika, indrindra ny kolikoly. Tsy hisy firenena handroso mandrakizay ao anatin’ny gaboraraka izany. Tsy azo antsoina hoe : fahefam-panjakana ny fahefan’ny mpitondra, raha tsy afaka hampanara-dalàna sy fitsipika ho an’ny olom-pirenena. Ny vahoaka mihitsy eto no mety ho sakana sy mampihisatra ny fampandrosoana satria sarotra entina. Famotehana sy fampianaran-dratsy ny olona ny fakana ny fony amin’ny famelana azy hanao izay saim-pantany. Anisan’ny nampandroso an’i Singapour ny fanajana ny fitsipika, ny lamina, ny fahadiovana. Zavatra tsotra kanefa tena mahasoa ny tsy fahafahana mihinan-javatra, mitsakotsako na misotro zavatra, eny fa na rano aza eny ambony fitateram-bahoaka. Mandoa onitra 1000 dolara avy hatrany izay tratra. Mahatonga an’i Singapour ho manana ny renivohitra madio sy mahasintona mpizahatany be indrindra eto ambonin’ny tany izany. Any Soisa ihany koa, ohatra, dia 40 francs hatramin’ny 1000 francs vola any an-toerana ny sazy ho an’izay tratra manary fako eny an-dalambe. Mety hihomehezan-dRamalagasy ireny, kanefa tena tsara sy mahasoa ary ny an’ny olona izay lamina dia hajaina. Mila finiavana lehibe io kanefa ny mitandrina tsy hanary fonona bisikoitra eny an-dalana, ny finiavana tsy hividy zavatra eny amin’ny tsy tsena tsy manara-dalàna,… aza sarotra amintsika fa raha ny manakiana ny mpitondra dia tena manan-talenta. Mahamenatra sady mampalahelo !

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Initiative Emergence MadagascarInona no tena ao ambadika ?

Ny IEM (Initiative Emergence Madagascar) dia sehatra manambatra hevitra sy tetikasa ara-pandrosoana an’i Madagasikara napetraky ny filoham-pirenena vaovao Andry Rajoelina nialoha ny nirotsahany hofidiana tamin’ny febroary 2018.

 

Tetikasa maro amin’ny fampandrosoana ifotony, famoronana asa, famoronana toekarena salantsalany ho an’ny tanora amin’ny resaka fitsaboana, fampianarana… izy io. Fahatarana nandritra ny 59 taona no ambara fa hotratrarina ao anatin`ny 5 taona. Natao izay hampilendalenda ny rehetra amin’izay fe-potoana izay. Tena ho vita sy mifanentana ary ahafahana mampandroso an’i Madagasikara tokoa ve ?

 

Niainga avy aiza ?

 Ny 26 janoary 2018 no nandrenesana azy voalohany tany Parisy Frantsa, ary nanomboka niseho teo ireo olona akaiky ny filoha ankehitriny Andry Rajoelina, tahaka an-dry David Douillet, Frantsay efa voapaingotry ny HATVP (Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique) tany Frantsa noho ny raharaha kolikoly sy afera maloto, araka ny nambaran’ny Gazety Le Parisien. Tsy mijery ny zava-misy marina eto Madagasikara ary tsy mahalala ny tena olan`ny vahoaka Malagasy, raha tarafina tamin’izay endriny ivelany niaingany izay fa noketrehiny tany ampitan-dranomasina niaraka tamin’ireo vahiny mety ho tao an-damosin’i Andry Rajoelina tamin’ny fifidianana. Ny tenany rahateo toa nalailaifonosana tamin’ny fitakosenana tamin’ny Malagasy rehefa niala teo amin’ny fitondrana.

 

 

Mamaly ny filan’ny Malagasy ve ?  Manodidina ny 80%-n`ny mponina eto Madagasikara dia tantsaha avokoa. Tokony ho niompana kokoa tany amin`ny fambolena sy fiompiana izany io. Hamaly ny filan`ny tantsaha rehetra ve anefa ny IEM ? Ekena fa miroso amin`ny fivoarana ara-teknolojia isika ary Madagasikara dia manana olona tena mahafehy io tontolo iray io saingy vitsy an`isa noho ny tantsaha.  Ireo olona namolavola ny IEM ve tena nanao fidianana ifotony tany amin’ireo Malagasy maro an’isa nialoha ny namolavolana azy, indrindra fa ireo faritra mitoka-monina. Manana olana goavana amin`ny fotodrafitrasa sy lalana ny mpamokatra (production agricole) sy ny tontolon’ny fizahantany.

 

Fantatra sy takatry ny sarambabem-bahoaka ve ?

Hanarina ny firenena ao anatin`ny dimy taona. Ho tratra ao anatin`ny dimy taona ve izany ? Marina fa resahina ilay hafainganam-pandeha saingy toa tsy mijery ny zava-misy marina, tsy mahalala ny tena olan`ny vahoaka Malagasy satria misy mason-tsivana marobe jerena io fa tsy entina kitaitaitra sy nofinofisina. Mba mahatakatra sy mahalala ilay atao hoe: “IEM”akory ve ny sarambabem-bahoaka ?

 

 

 

Avy aiza ny famatsiam-bola ?

Programa mafilotra fa mila tetibola ana lavitrisa dolara ny IEM. Manana izany ve ny fanjakana Malagasy ? Raha nisy adihevitra nifanaovan’ny kandida roa tonta tamin’ny 16 desambra 2018, dia tsy nanan-kavaly firy momba ny loharanom-bola tamin’ny fitondrana tetezamita sy ny amin’izao i Andry Rajoelina. Ny azo hitarafana ny resaka loharanom-bola aloha, dia ny nilazany ny 3 desambra 2018 teny Antsonjombe fa “mivarotra tany 100Ha”, ohatra dia hahavitana zavatra goavana. Ny vola miditra ve tena mavaha olana an`izay olana misy ? Fetsy ny ekipan`ny TGV fa notetezin-dry zareo daholo ny lohahevitra azo raisina dia manana valin-teny ara-teknika ka mazava ho azy raha mora voasarika ny rehetra satria ny valin-teny dia ara-teknika avokoa. Ny fanatanterahana kosa baraingo sy mety tsy hangarahara.

 

Famarotana tanindrazana maoderina ?

Mankasitraka sy mikatsaka ny fananganana ny Faritra ara-toekarena manokana na ny ZES ny IEM. Mety ho endriky ny fandrosoana io, saingy mety ho taratry ny famarotana ny tanindrazana amin’ny fomba maoderina, raha tsy mazava. Ny vahiny no hampiasa volabe eto amin’ny tanintsika, hanangan-javatra ary mila antoka izy fa tsy hamafy ny volabeny eo fotsiny. Ny tany dia hampiasaina ao anatin’ny 99 taona azo havaozina raha miditra amin’ny fampanofana na ny “baille Amphytéotique”. Voizina ny hoe: samy mahazo tombony mitovy na “gagnant-gagnant”, ka mila faritana mazava ny tombontsoam-pirenena sy ny vahoaka ao anatin’ireo ambara fa tetikasam-pampandrosoana mba tsy ho famarotan-tanindrazana.

 

Fitrandrahana ny harem-pirenena ?

Raha jerena amin’ilay fivoizana ny toe-tsaina samy mahazo tombony na “gagnant-gagnant”, dia hiditra amin’ny fifanarahana amin’ny vahiny ary hitrandraka ny harem-pirenena. Na ny fanatanterahana ny “Building”, “Tanamasoandro”,… dia mety tsy ho zakan’ny tetibolam-panjakana fa ny tanjona dia mila mitsangana eo, izany hoe mety hiainga amin’ny fiaraha-miasan’ny fanjakana amin’ny sehatra tsy miankina (3P). Mety hanana seha-pihariana araka harena ankibon`ny tany sy hazan-dranomasina na endriny hafa mihitsy isika kanefa hiditra ao anatin`ny kitapom-bolam-panjakana ve izany ? Maninona raha manosika ireo fitrandrahana solika efa misy mba hahafahan`ny Malagasy misitraka ny harem-pirenena, toa an`i Mada Oil ? Efa nisy rahateo ny fitrandrahana natao tamin`ny solika mavesatra

 

 

 

Tena hivaha ve ny olan’ireto sehatra ireto ?

Rano : Maninona isika no hamatsy rano any amin`ny firenena arabo kanefa ny Malagasy tsy misitraka rano fisotro madio (52%-n`ny mponina ihany)?

 

Fampindramam-bola : hotohanana ny tantsaha kanefa ny zanabola ambony be. Ny herim-pon`ny tantsaha dia ho lasa tombony ho an`ny mpampindram-bola. Tsy tokony hisy antoka avy amin`ny fanjakana ( garantie étatique) mba tsy hampiakatra ny zanabola.

 

Fahasalamana : Mifameno tanteraka ny tontolon’ny fahasalamana, dia ny resaka fotodrafitrasa, ny arak’olona, indrindra ny resaka vidin`ny fanafody, ka raha mbola ny politikan’ny hopitaly manara-penitra kisehoseho amin’ny fotodrafitrasa fotsiny no hatao, dia sarotsarotra ny hahita vokatra.

 

Fanabeazana : Noho ny krizy nifanesy teo amin`ny firenena, nihena ny fari-pahalalan`ny mpampianatra sy ny mpanabe, latsaka ambany koa ny fahaizan’ny mpianatra. Tsy misy politika mazava momba ny tontolon’ny fampianarana eto Madagasikara amin’ny sokajy rehetra anefa ao amin’ny IEM.

 

Kolikoly : ny sampandraharam-panjakana no tena ahitana kolikoly na ny mpiasa ambany hatrany ambony. Efa zatra nitsotra ny tanana tamin`ny kolikoly ary manana paikady hahafahana manala izany fomba ratsy izany ve ny mpitondra mba hanazarana indray ny mpiasa iray hamelona ny fianakaviana amin`ny alan`ny karamany madiodio ?

 

Fitsarana : Hanana fahaleovantena sa tsia ? Iaraha-mahalala ny zava-misy. Inona no drafitra sy paikady azo tanterahina ? Na ireo olona ao anaty fitondrana aza mantsy misy vitsivitsy, eny fa hatramin’ilay filoha manana dosie ara-pitsarana. Hiainga avy any ambony ve ny ohatra ?

 

Tsy fandriampahalemana : Faritra mena i Madagasikara ary tena zava-dehibe tokoa ny resaka fampitaovana ho an’ny mpitandro ny filaminana. Tsy vita kisehoseho ivelany anefa io fa misy fanadihadiana ara-piarahamonina tokony hatao, mila fijerena ny lafiny ara-tsosialy, toy ny resaka fananan’asa sy famokarana. Tena ratsy satria tsy misy asa, hany ka maro no lasa mangalatra sy manao asa ratsy rehefa tsy mahita hanin-kohanina. Efa ho isan’andro no handrenesana famonoan’olona, fakana an-keriny, jiolahy manafika fivarotana, dahalo mandrava tanàna... Mora no miantso mpamatsy vola na eto an-toerana na vahiny hampiasa vola eto amintsika amin`ireny tetikasa mafilotra ireny saingy raha mbola faritra mena ny firenena dia sarotra ny hanatanteraka izany.

 

Fizahantany : I Madagasikara dia firenena anisan`ny manana toerana tsara indrindra kanefa tena mbola kely raha mitaha amin’ny Nosy Maorisy ohatra, izay nisy mpizahatany 646 865 tamin’ny 2018 teo, raha 183 372 ny antsika. Mbola mila ezaka be. Mahasarika ireo teratany vahiny misotro ronono (vazaha lahy antitra)  ary hanjakan`ny fizahantany mamoafady eto. Hoferana ve ny fidiran`ny vahiny toy ireny ? Ho aiza ny hoavin`ireo tanora Malagasy  manoloana ireny vazaha antitra ireny ? Mba hahafahana mampiroborobo ny fizahantany, mila lalana manerana ny nosy mba hahafahan`ny Malagasy misitraka ireny toerana ireny. Vita ao anatin’ny 5 taona ve ?

 

Tsara rafitra an-taratasy nyIEM fa olana ny tsy fahafantaran`ireo izay nanoratra azy ny tena olana fototra eto Madagasikara. Be loatra koa ny fampanofinofisana ary tsy mazava tsara ny tetiandro hanatanterahana ny asa. Maro no manasokajy ny IEM ho programa tapi-maso natao mba hambaboana ny fon’ny mpifidy fotsiny aloha.

 

Toky R sy Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vina IEMIo fa ronono an-tavy, hoy ny Teza

Taona arivo fahatelo isika izao. Taonjato faha 21 saingy mbola maloto ihany ny fitsipi-dalao eto amintsika, hoy ny filohan’ny antoko politika Teza, Jean Louis Rakotoamboa.

Nokobokobonin’ny marina i Andry Rajoelina dia sahy nilaza an-kitsirano fa na inon-kidona na inon-kihatra dia tsy maintsy ho lany. Anton’izany dia satria mpandika lalàna ny HCC. Tsy manana zo hanao mpanelanelana mihitsy izy kanefa farany teo izay no nataony. Nisy tolo-dalàna tonga dia nokantsanany fotsiny. Ny CENI koa raha jerena, ohatra, dia be ambony fa kely fingotra ary nahatonga tany amin’ny fahafahan-dRajoelina nanao fampielezankevitra nialoha ny fotoana tsy nisy bedy. Izahay izao hatramin’izao dia mbola miandry ny tatitra mikasika fitsirihana ny loharanom-bolan’ireo kandida tamin’ny fifidianana farany teo, hoy hatrany ny Teza. Ny resaka vina IEM Izao, hoy izy, dia io fa hita fa ronono an-tavy. Aiza ny enti-manana hahafahana manova an’i Toamasina ho Miami na hanaovana ilay Tanamasoandro kanefa iaraha-mahita fa mbola famatsiam-bola no iainana eto ? Toy ny tamin’ny tetezamita ihany io. Taiza ilay menaka 1000 ariary ny litatra sy ilay vary 500 ny kapoaka ? Hay izy ity halatra ary nanaitaitra tsy nisy iray volana akory. Dia io koa izao, hoy ity filohan’antoko ity, fa hanaitaitra amin’ny fanamboarana ny Rova sy ilay resaka “tsy mahazo mampiasa Girophar” koa i Andry Rajoelina. Izay nanao asa ratsy teto dia mila tsaraina sy migadra ary avy eo miverina amin’ny fiarahamonina mba tsy ho fampihavanan-jiolahy no atao eto. Mila fanarenana repoblika mihitsy isika aloha. Dinika nasionaly no hanamboarana ny rehetra, hoy ny filoha Jean Louis Rakotoamboa.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

MadagasikaraMikorisa mankany amina filoha Mpanjaka ?

Nanao fanambarana mahakasika ny fiainam-pirenena ny SEFAFI na Sehatra fanaraha-maso ny fiainam-pirenena.

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaHiakatra ny maripana …

Nanomboka omaly alarobia 30 janoary tamin`ny fomba ofisialy ny fivoriana tsy ara-potoana voalohany teo anivon`ny`parlemantera roa tonta.

Ho an`ny Antenimieram-pirenena, nitarika ny fivoriana  ny filohan`ny Antenimieram-pirenena, Jean Max Rakotomamonjy. Nambarany fa zava-dehibe ny andrim-panjakana mpanao lalàna ary nomarihany fa azo atao tsara ny mandray fanapahan-kevitra amin`ny adihevitra rehetra mitsinjo ny soa ho an`ny firenena amin`ny tokony hanampiana ny fanjakana. Nasiany teny koa ny asa miandry manoloana ireo loza ara-boajanahary misy eny amin`ny vahoaka, toy ny kitrotro, tondra-drano,  olona namoy ny ainy ka nanentanany ny governmanta handray andraikitra. Niarahaba ny solombavambahoaka nandray ny asany indray izy izay nanao andraikitra hafa teo aloha. Ny fivoriana toy izao dia efa fantatra mialoha, araka ny fampiantsoana ny governemanta, Ny volavolan-dalàna voalohany dia ny fanomezam-pahefana amin`ny filoham-pirenena, hampihatra amin`ny alalan`ny didy hitsivolana ny anjaran`ny lalàna satria hifarana andro vitsy ny fe-potoam-piasana eo amin`ny Antenimiera. Manome fahefana ny filoham-pirenena hisahana ny andraikitry ny solombavambahoaka ho fanatanterahana ny fandaharanasan’ny fitondram-panjakana no anisan`ny antony nampanantsoana fivoriana tsy ara-potoana ho an`ny parlemantera. Eo ihany koa ny fanovana ny andininy sasantsasany amin`ny volavolan-dalàna fehizoro misahana ny fifidianana solombavambahoaka sy ny fifidianana amin`ny ankapobeny. Miteraka adihevitra be eo amin`ny samy depiote izy io saingy tsy misy ny fanehoan-kevitra mahakasika izany. Efa am-perinansa ny eo anivon`ny Antenimieram-pirenena amin`ny alalan`ny birao maharitra sy ny filoham-baomiera satria nodinihana omaly tolakandro ny fandaharam-potoana mandritra ity fivoriana farany eny Tsimbazaza ity. Anio no hanomboka handinika ireo lahadinika ny Antenimieram-pirenena ary ahiana hafana ny m

aripana  eny amin`ny lapan`i Tsimbazaza.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AMBOHIMANGAKELY

Raim-pianakaviana 52 taona no hita faty, ny talata 29 janoary teo, tamin’ny 7 ora maraina, tao anatin’ny tanimbary manamorona ny Tetezan’Andranovao, Ambohimangakely.

 Ny alahady 27 janoary izy no nilaza tamin’ny zanany fa andeha handro tao amin’ny reniranon’Ampasimbe, kanefa mamo. Rehefa avy nozahan’ny mpitsabo sy ny zandary teny an-toerana ny razana dia nomena ny fianakaviany izay monina ao Ambohitrombihavana, Ambohimangakely.

AMBOASARY ATSIMO

May ny tsena tao amin’ny fokontany sy kaominina ary distrika Amboasary Atsimo, omaly alarobia 30 janoary. Tsy mbola voafaritra ny entana kila forehitra. Tsy nisy ny naratra sy ny aina nafoy. Nanampy ireo mpivarotra namonjy ny entana sisa tsy may sy niaro tamin’ny halatra ireo zandary teo an-toerana. Tsy mbola fantatra hatreto ny fiavian’ny afo.

MANANJARY

Jiolahy mitam-piadiana  roa tamin’ireo fito nikotrika fanafihana mpandraharaha teratany Sinoa iray tany Kianjavato, Mananjary, ny alatsinainy 28 janoary, tamin’ny 6 ora hariva no azon’ny zandarimariam-pirenena sambo-belona tany an-toerana. Notanana ao amin’ny Borigadin’ny zandary ao Antsenavolo izy ireo, mbola mitohy ny fanadihadiana.

FAKANA AN-KERINY TSARATANANA

Tsy tanteraka ny  fakana takalon’aina nokotrehin’ireo olon-dratsy saika notanterahina tamin’ny vehivavy 28 taona, mbola tao amin’ny Distrikan’i Tsaratanana hatrany, fokontany Andranomaly, kaominina ambanivohitra Betrandraka, ny alahady 27 janoary farany teo, tamin’ny 10 ora alina. Noho ny fisafoana tampoka notanterahin’ny zandary tany an-toerana no nahavonjy ilay renim-pianakaviana. Fitaovam-piadiana “AKM” iray ombana bala efatra anaty fonony no tra-tehaka tamin’ireo malaso. Tsy nisy naratra ny mpitandro ny filaminana sy ny mponina fa iray tamin’ireo jiolahy no voatifitra.

HN

Tia Tanindranaza0 partages

NOVONOINA HO FATY

Novonoina ho faty ilay renim-pianakaviana miasa amin’ny orinasa afaka haba etsy Ambatomaro rehefa tsy nisy vola azo nalaina teny aminy.

 Natontona tao anaty ranom-potaka mandrevo ary tsy namelana raha tsy sempotra tanteraka. Mba tonga tany an-tranony ihany izy saingy efa tena reraka tanteraka. Rehefa tonga tany amin’ny hopitaly dia tsy nisy na inona na inona azo natao intsony. Manan-janaka telo ity ramatoa ity kinanjo nifanehatra tamin’ny jiolahy. 

VOAROHIROHY HO NAMONO SINOA

 

Olona roa no voasambotry ny zandary tany Mananjary rehefa voarohirohy ho namono ilay sinoa antsoina hoe Wu You Xin. Io farany dia mpitrandraka volamena eo amin’ny reniranon’i Mananjary. Nisy nanafika tao an-tranony izy sy ny mpiara-miasa taminy ny alatsinainy teo. Nokapaina famaky avy hatrany ny lohany sy ny tanany. Tsy nisy na inona na inona akory izay nalain’ireo mpamono olona nandritr’io fotoana io fa dia ny namono fotsiny no natao. « Règlement de compte » ve no mitranga ? 

FAKANA AN-KERINY

 

Mbola raikitra ihany ny fakàna an-keriny ao Tsaratanàna na dia efa feno mpitandro ny filaminana aza ao an-toerana noho ny fisian’ilay mpitsabo mpanampy niharan’izany tsy ela akory ary mbola ifampitadiavana. Ramatoa iray indray no nataon’ireo jiolahy mitondra kalachnikov sy basim-borona lasibatra. Sendra nifanena tamin’ny zandary anefa ireo ka dia raikitra ny fifampitifirana. Iray tamin’ireo olon-dratsy no lavo, antsoina hoe Goeta.  Mitohy ny fikarohana ny namany. 

FILANKEVITRY NY MINISITRA

 

Miteraka adihevitra lehibe ny tatitry ny filankevitry ny minisitra farany teo mikasa ny hamoaka didim-panjakana manome alalana ny fahefana mpanatanteraka mba afaka hanao ny asan’ny fahefana mpanao lalàna. Raha ny marina anefa dia mizotra any amin’ny jadona ny tanjona raha tsy misy fanoherana haingana. Hahafahana manova ny lalàmpanorenana faran’izay haingana ary hatao amin’izay mety amin’ny mpitondra, raha araka ny fijery mahitsy.

 

La Vérité0 partages

Arrêts des taxis-be - A la bonne heure !

Parmi les mesures envisagées par les autorités de la Capitale pour résorber un tant soit peu les embouteillages, figure le déplacement ou la suppression de certains arrêts des taxis-be, notamment ceux à proximité des carrefours (ronds-point ou intersections). A la bonne heure !. Car le mauvais placement desdits arrêts est un fait déraissonnable que nous avions déjà pointé du doigt maintes fois dans nos colonnes mais, jusque là, la critique  -  pourtant constructive  -  semble avoir été ignorée par les responsables à différents niveaux. Pas plus tard que le 19 janvier dernier, nous avions  soulevé que « ceux-ci  (les arrêts de taxi-be) , par nature, sont déjà sources de ralentissement de la circulation, voire de bouchon. Les encombrer davantage avec des taxibe à l’arrêt est tout simplement aberrant ». A cette occasion, nous avions pris l’exemple du carrefour Ampefiloha-Ampatsakana (près du siège de la CnaPS) que nous avions alors qualifié d’ « infernal ». Pour en avoir le cœur net, les responsables de la circulation gagneraient à se rendre à l’endroit en question aux heures de pointe. Ils constateront immanquablement de visu  que notre qualificatif n’est pas exagéré, voire qu’il est en-decà de la réalité (voir encadré). Puisque la question est déjà à l’étude, au cas où ils échappent à la vigilance de nos décisionnaires, ci-après quelques « points noirs » en matière d’emplacement aberrant d’arrêts de taxis-be qui méritent donc d’être revus. Des exemples parmi tant d’autres.

 Ampefiloha-Barrière (vers complexe scolaire) : Arrêt juste après un…passage à niveau suivi d’un pont, alors qu’un autre existe quelques dizaines de mètres seulement plus loin. Anosy (Rnm- Carlton) : La longue file de taxis-be à l’arrêt bloque les véhicules se dirigeant vers ou venant du lycée d’ampefilohaAmpefiloha-Ampatsakana :  4 (quatre) arrêts juste avant et juste après l’intersection dans les deux axes  -   EPP Ampefiloha vers Total et CNaPS vers  Ampatsakana  -  créant des situations inextricables et dangereuses aux heures de pointe (voir notre article du 17 janvier dernier)Ampefiloha (Fiaro) : Les taxis-be ayant également un arrêt près du siège de la Cnaps ne devraient pas s’y arrêter. Non seulement leurs deux arrêts sont trop rapprochés mais, pour prendre leur file (celle de gauche), ils doivent couper celle de droite.  Andavamaba : Arrêt juste après la sortie Anatihazo Isotry. La longue file de taxis-be à l’arrêt bloque ceux qui en viennent ou qui y vont. Grand rond-point Antanimena (vers Ankorondrano): Arrêt juste après le rond point alors qu’au moins 2 files de voitures s’engouffrent dans ce rétrécissement à une voie. Rond point Ankorondrano-Marais Masay : Arrêt juste avant le rond-point, encombrant la file de droite qui doit pourtant être empruntée par ceux qui bifurquent vers le marais Masay. Ces derniers, pour doubler les taxis-be à l’arrêt, doivent prendre la file de gauche, puis se rabattre immédiatement sur celle de droite. Le risque est d’être confrontés aux fréquents démarrages intempestifs des taxis-be et d’être bloqués sur la mauvaise file. En sens inverse, rond-point Fraise – Jesosy Mamonjy :  l’arrêt juste après le rond –point  surprend  ceux qui , venant d’Ankorondrano, ont pris la file de droite pour aller à Ankazomanga, les obligeant à changer de file dare dare Même topo un peu plus loin, rond-point d’Ankazomanga : l’arrêt juste après le rond point bloque ceux qui, venant d’Andraharo, ont pris la file de droite pour emprunter le « lalam-baovao ». Comme ci-dessus, ces derniers sont obligés de s’arrêter ou, pour ceux qui auront été surpris, changer de file d’une manière intempestive. Sur le même axe, à l’entrée des 67ha : Un arrêt juste après l’intersection gêne /ralentit  l’axe prioritaire venant du « lalam-baovao », bloquant du même coup la rue sécante.(Liste non exhaustive)

La Vérité0 partages

CNAPMAD en rechute - Les employés craignent le pire…

En déclin depuis des années. Bon nombre d’employés au sein du centre national de production de matériel didactique (CNAPMAD) ont misé sur le nouveau Directeur de l’établissement, nommé à ce poste il y a quelques mois de cela. Si les divers problèmes rencontrés par le centre sont liés notamment à une mauvaise gouvernance, voire une gabegie, cette situation semble s’empirer ces derniers temps, à en croire des employés. Ces derniers tiennent toutefois à garder leur anonymat par peur d’être victimes de représailles. « Rien ne va plus depuis la nomination du nouveau Directeur en 2018. Outre la nomination des Chefs de Départements qui ne disposent ni des compétences ni des diplômes requis pour de telles responsabilités, le premier responsable ont recruté une quarantaine de personnels étrangers. La majorité d’entre les nouveaux recrus viennent de la localité d’origine du Directeur, lequel favorise le népotisme au sein de l’établissement. A cela s’ajoute les affectations abusives et disciplinaires pour les employés qui osent critiquer la mauvaise gouvernance constatée auprès du centre », déplore l’un des employés, désappointé. « Nous craignons le pire si cette situation continue puisque le CNAPMAD n’a pas les moyens d’assurer à la fois son fonctionnement et le salaire de ses employés, notamment les nouveaux recrus. La preuve, le paiement de salaire du personnel accuse quelques jours de retard depuis des mois », ajoute un autre employé.

Une pétition pour rester au posteLe redressement de l’établissement fait partie des promesses du nouveau Directeur lors de sa nomination. Mais depuis, aucune action concrète n’a été entreprise sauf la réhabilitation de l’extérieur du bâtiment, plus précisément côté peinture. L’intérieur reste le même que celui des années précédentes. La rénovation des machines et autres matériels de production restent des promesses non tenues jusqu’ici, d’après les employés. Il en est de même pour la formation des techniciens. Toutefois, le directeur a récemment fait une pétition auprès des employés de l’établissement dans le but de rester au poste. La pétition avance des réalisations « utopiques » faites en quelques mois. « Sur les 180 personnels recensés, une trentaine ont signé la pétition », informe nos sources.  Les autres, non convaincus, font face aux répressions et affectations tandis que ceux qui ont les « grandes gueules » sont nommés dans différents postes en contrepartie de leur « silence ». Désespérés, les employés interpellent le numéro Un au sein du ministère de l’Education nationale, département de tutelle, à constater de visu ou suivre de près cette situation, laquelle favorise la rechute du CNAPMAD. « Certains employés de l’établissement ont déjà effectué plus de 30 ans de service. Ce sera catastrophique pour eux si le centre ferme ses portes pour un chômage technique ou une faillite », se désole le porte-parole des personnels. Bref, ils réclament un changement pour un vrai redressement du centre.L.R

La Vérité0 partages

Tirs manqués

Le Président de la République et ses proches collaborateurs font l’objet, incessamment, des tirs croisés. Des apprentis-sorciers de la politique s’amusent, maladroitement, à lancer des piques ayant pour cibles les nouveaux tenants du pouvoir. Des « tireurs embusqués » qui ne savent même pas cadrer leurs  armes. Non seulement, ils ratent leurs cibles mais si par hasard les balles atteindraient leurs cibles, elles ne présentent aucun danger réel étant donné qu’il ne s’agit que des balles à ... blanc. Pétards mouillés ! Madagascar vient de franchir l’étape décisive pour revêtir l’étoffe d’une Nation libre et démocratique. L’alternance sous le respect de la voie des urnes n’est plus un rêve. Une réalité que chacun n’osait même pas espérer vivre un jour !  Sous la houlette d’un jeune intrépide, chevaleresque et plein d’ambition, un nouveau régime s’installe pour renverser la vapeur et débarrasser définitivement le pays du carcan de la misère. Rajoelina Andry Nirina, fondateur de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM), en dépit de son jeune âge (44 ans), mène la barque. Pour aboutir et mener à bon port le navire « Madagascar », il s’est donné librement l’occasion de choisir ses proches collaborateurs. Une pratique acquise à l’échelle universelle. Il mérite d’avoir les coudées franches dans la concrétisation des engagements (Velirano) pris devant la Nation. Et c’est ici que le bât blesse ! Abusant du principe de la liberté d’expression, des concitoyens mal famés, plutôt à la charge de certains candidats recalés, tout en niant la loi de l’alternance, dépassent les limites de l’acceptable. A visage couvert, ils émettent, à travers les réseaux sociaux,  des critiques voire des jugements qui n’ont, sur tous les plans, aucun fondement à l’endroit des proches collaborateurs du Président. Des bêtises énormes à ne jamais commettre pour un individu normalement et intellectuellement constitué. Pour le cas particulier de Stéphanie Delmotte, les critiques balancées sur la place publique à son compte outrepassent l’entendement. Dire que Stéphanie n’est pas une fille du pays relève d’une aberration ! Sachez pour votre gouverne que Mme le Directeur du cabinet civil de la Présidence, Stéphanie Delmotte, est belle et bien issue d’une fianakaviana malagasy. En effet, la famille feu Xavier Delmotte dont l’origine ancestrale se trouve à Ambohimanambola (une des collines sacrées de l’Imerina) habitait à Ambositra. En toute humilité, dois-je vous informer que nous, votre serviteur, sommes issus de la même souche (Ambohimanambola). Ainsi, on ne peut pas tolérer un tel écart. Les mêmes énergumènes formulaient également des appréciations absurdes sur la composition, du moins, la répartition des portefeuilles au sein du nouveau Gouvernement vue sous l’angle de la parité en genre. En fait, sur les 22 les membres 6 ont été confiés aux descendants d’Eve.  Certes, le Président avait laissé entendre qu’il ferait de son mieux pour équilibrer le nombre de femmes par rapport à celui des hommes au Gouvernement. Il fallait mettre les points sur les « i » que la formation d’un Gouvernement ne se résume point tout court à la recherche d’une égalité en nombre d’hommes et de femmes. D’autres paramètres dictés par la nécessité impérieuse d’efficacité entrent en jeu. D’autres facteurs relevant du pouvoir régalien du Chef de l’Etat sont aussi à considérer. D’ailleurs, les opportunités ne manquent pour les bonnes intentions.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Mauvaise utilisation de Facebook - Une victime porte plainte

On assiste actuellement  à un phénomène de mauvaise utilisation de Facebook sans précédent  par certains dans le pays. Plus récemment, le département de la Police concerné a reçu 21 plaintes pour infractions diverses sur Facebook dont la diffamation, les menaces et la diffusion de fausses nouvelles, enfin pour impostures. Pas plus tard qu’hier, un père de famille domicilié dans la Capitale, était venu porter plainte pour mensonge et diffamation sur  sa personne auprès du département de lutte contre la cybercriminalité de la police nationale. « Le plaignant s’était rendu auprès de notre département pour sa plainte  ce matin même (Ndlr : hier matin) », a confié le chef de division de la cybercriminalité rattachée au service central de la Police des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM). Mercredi dernier, une information diffusée  sur le compte  Facebook  du nom d’une internaute inconnue,    l’a mentionné, avec photo à l’appui,   à propos de ses aberrations supposées comme quoi   il avait abusé sexuellement  la petite. Pire, cet homme, a-t-elle encore continué, s’est enfui et qu’il est  donc recherché. 

Du coup, l’affaire a fait le tour des réseaux sociaux, notamment sur Facebook. Ce qui déroute dans l’affaire, c’est le toupet de l’auteur de la publication qui était même allé jusqu’à montrer la photo du père de famille et  la petite tout souriante à ses côtés. Enfin, la bloggeuse, puisqu’il s’agit d’une femme, a demandé à ce que la mauvaise nouvelle soit partagée  sur Facebook. Du coup, la Police a démarré une enquête. L’opinion est donc dans l’attente de ce qui pourrait être la suite.A propos, la nouvelle ministre de la Communication a récemment pris l’initiative de créer  justement une cellule contre la cybercriminalité. Cette cellule a pour mission, d’abord de sensibiliser les gens avant de sanctionner les plus récalcitrants. D’ailleurs, il existe une  loi, celle portant le numéro 2014/006 du 17 juillet 2014 pour punir la cybercriminalité. F.R.

La Vérité0 partages

Conjoncture politique - Ratsiraka, Ravalomanana et Rajaonarimampianina bientôt dans les oubliettes de l’...

Seule le Première République faisait exception .Madagascar à l’époque disposait d’une image respectable dans l’espace africaine. La Grande île fraîchement sortie de la période coloniale se comportait comme leader incontestable en matière de développement socio-économique. On la classait à l’époque dans le peloton de tête en trio avec le Sénégal et la Côte d’Ivoire.Complètement dépassés La deuxième République est une catastrophe. Une décennie d’errements idéologiques d’un jeune officier de la marine à la commande plongeait le pays dans les affres d’une crise sans précédente. Le mélange maladroit  d’un  socialisme de cœur et d’un capitalisme de raison  crée une contradiction interne inextricable, poussant très vite le régime à la sortie. Le populisme très  poussé de Zafy n’a rien donné sauf une descente un peu plus en enfer. Celui qui se qualifie d’homme nouveau n’était enfin qu’un roublard comme disait Zafy lui-même dans sa mémoire car Ravalomanana a très vite déçu tout un peuple. Rajaonarimampianina qui n’a jamais pu prouver durant son mandat qu’il portait le manteau de la magistrature suprême favorisait un laisser aller total dans son entourage  provoquant ainsi des préjudices incommensurables dans la vie socioéconomique du pays. Tous les trois anciens Présidents voulaient encore prendre leur revanche et se sont présentés  à la récente élection présidentielle mais ils étaient très vite  en face de l’évidence. Humiliés par les mêmes électeurs qui les adoubaient autrefois, ils sont tous enfin  sortis par la petite porte. Le peuple savait qu’on ne peut plus faire du neuf avec du vieux. Le temps a fortement changé et les exigences du moment présent sont contraignantes. Si Rajaonarimampianina et Ravalomanana qui sont considérés encore comme  les cadets du groupe pensaient à revenir au bercail, cela  ne relèvera  que de l’utopie. Ils ont fait leur temps sombre que le peuple n’est pas prêt à oublier. Un retard de deux siècles par rapport aux pays dits développés constitue pour Madagascar un fossé immense à colmater. Pendant plus d’un demi-siècle, la population malagasy était en quête d’un  vrai homme d’Etat apte à embrasser cette responsabilité titanesque. Les soubresauts douloureux et  répétitifs, tout au long de l’histoire des Républiques, sont à la fois des sonnettes d’alarme et des signaux forts pour conjurer le sort en provenance d’un peuple en détresse, victime tantôt de l’amateurisme de son  dirigeant  ou des forfaits des successifs princes qui le gouvernent.

Qu’on l’accepte ou pas, les trois anciens Présidents  sont responsables de ces réalités criantes vécues quotidiennement par la population malagasy. Les passifs qu’ils ont chacun laissés derrière eux ont débouché inexorablement sur cette situation économique, sociale et sécuritaire d’enfer. Irrésistible bouleversement  Il est maintenant grand temps que Madagascar relève la tête et on n’est jamais trop tard. Pour le moment, Rajoelina avec son IEM se comporte comme le porteur d’espoir de tout un peuple. Les nouvelles écoles dictées par les tourbillons des avancées scientifiques et technologiques sans précédent secouent jusqu’à leurs racines les  vieux systèmes des grandes puissances de l’ancien monde bipolaire. Tout un monde des moyennes puissances s’affirment et émergent et une floraison des petits pays classés dans l’ancien  bloc de  tiers-monde s’émancipent  des diktats des grandes théories dites universelles et se groupent pour tracer ensemble leur voie de développement  et choisir avec liberté leurs partenaires. Tout cela échappe à l’emprise du  système d’ordre établi  du vieux système des relations internationales fortement cloisonné, hiérarchisé et dicté par la loi du plus fort. Le transfert des capitaux, des compétences et des technologies  peut s’opérer dans d’autres centres névralgiques en dehors des réseaux classiques du siècle dernier. L’IEM est une recherche de voie rapide vers le développement en faisant sauter les vieux verrous. Les démarches vers la réussite se libèrent des contraintes des approches  politiques  de nature bien des fois très complaisantes pour donner une place privilégiée aux compétences techniques des acteurs et des décideurs. C’est une nouveauté qui nécessite une compréhension dans le nouveau mode de gouvernance. C’est dans cet ensemble de  cadre et de décor que s’installe et évolue la culture Emergence. L’objectif étant d’aller vite avec des partenaires fiables, cohérents et imprégnés ensemble du système win win dans ses vrais  sens  et essences.Le risque est par contre le décalage  de perception du concept de développement entre les dirigeants et le peuple. Fatigués de ces longues périodes de vache maigre, le peuple demande des retombées rapides et importantes de  tout ce que l’Etat entreprend sur son quotidien. Plus il y a des frémissements, plus les exigences populaires  s’amplifient aussi. Les phénomènes engendrés par les réseaux sociaux favorisent de plus en plus les contrôles  collectifs  à la fois directs et désordonnés  du pouvoir par les citoyens et affaiblissent en conséquence l’autorité de l’Etat. C’est une difficulté à tenir compte dans cette nouvelle époque à la fois  pleine de défi et très fragile. Jusque-là, l’optimisme et l’espoir sont de mise mais un bouleversement en contre courant est aussi à endiguer.La rédaction

La Vérité0 partages

Disparitions d’enfants dans la Capitale - Plutôt des fugues que des enlèvements

Tout au long du mois de janvier 2019, des informations parlant de disparitions d’enfants ou d’élèves, ont particulièrement abondé sur Facebook. Généralement, les publications privilégient surtout la thèse de kidnapping, d’autant plus que les « disparus » témoignent une fois retrouvés qu’ils en ont été victimes. Pendant cette période, le service central de la police des mœurs et de la protection des mineurs (SCPMPM) Anosy, a reçu des plaintes concernant 9 cas de disparitions de mineurs à son bureau. Cependant, tous ces enfants ont été retrouvés après une enquête menés par la Police.

Devant la presse à Anosy hier, le commissaire divisionnaire Huguette Ravelomananony (Pmpm), était formelle sur ce point. « Il vaut mieux  plutôt parler de fugues pour divers motifs chez ces jeunes plutôt qu’enlèvements », a-t-elle souligné. Et comme pour illustrer ses propos, elle a évoqué le cas de ces deux enfants de 2 et de 10 ans, déclarés portés disparus sur facebook mais qui étaient ensuite retrouvés à Antsirabe. En effet, ces gosses n’ont pas supporté les problèmes familiaux auxquels ils sont confrontés, entre autres la séparation de leurs parents. Sur un coup de tête, les petits ont décidé, sans aviser qui que ce soit, de rejoindre, dont on ignore par quel moyen, leur père domicilié à Antsirabe. L’affaire devra bientôt être présentée devant le Parquet où les adultes auront à répondre de leurs manquements à leurs responsabilités de parents dont le fait de ne pas surveiller ce que font leurs progénitures

Autre cas, celui d’une jeune fille de 14 ans. Elle n’a pas été kidnappée mais a plutôt quitté de son propre gré son foyer. Motif invoqué : la maltraitance qu’elle affirme être victime de la part de ses parents. Selon le commissaire divisionnaire, ce sont généralement les jeunes filles qui sont les plus concernées. « Elles suivent des hommes jusque dans des localités éloignées de la Capitale. L’une d’elles avait été retrouvée à Antsohihy », poursuit-elle.

Elle explique que certains adolescents sont amenés à mentir à leurs parents pour échapper à leur colère lorsqu’ils rentrent tard chez eux. Ils cèdent donc à leur imagination morbide, profitant de ces bobards trouvés sur Facebook,  en avançant des racontars à leurs parents. Les cas de ces élèves qui affirment avoir été chloroformés par des ravisseurs roulant à bord de 4x4 et qui leur demandent s’ils fument ou pas,  font partie de ces histoires fabriquées de toute pièce

Néanmoins, le SCPMPM ne minimise pas les kidnappings touchant des jeunes. Au chef de ce département de la Police de souligner qu’ils existent, mais que certains cas ont totalement échappé aux Forces de l’ordre car il n’y avait surtout pas de plainte. Mais il est plutôt  rare que la Police ait reçu des plaintes pour faits de kidnapping d’enfants avérés.  Il en est de même à propos de nouvelles de vols d’organe sur ces jeunes. « Il n’a jamais existé aucun fait se rapportant sur des vols d’organe, donc nous ne pouvons pas confirmer », a-t-elle conclu.

Franck Roland

Ino Vaovao0 partages

FANELEZANA VAOVAO TSY MARINA TAO AMIN’NY FESIBOKY : Niakatra Fampanoavana ilay voarohirohy

Niampitapita sy naparitak’ireo mpitsidika ity tambajotra ity io vaovao io taorian’izay ary vetivety monja dia niparitaka sy nielim-patrana ary tsy fantatra intsony hoe iza marina no tena tompon’antoka tamin’ny fanelezana izany. 

Isan’ireo nisahotaka sy niharan’ity tsaho ity ny tany amin’iny faritra avaratry ny Nosy iny, araka ny loharanom-baovao voaray dia fantatra fa mpanao gazety iray atao hoe Marino Rajaonina avy ao amin’ny «  Radio Vanille  » ao Sambava no isan’ireo tompon’antoka tamin’ny fanelezana ity tsaho ity tany amin’iny Faritra iny. Tamin’ny folo ora alina no nahazo antso avy any amin’ny toerana iray atao hoe Nosy Iharigny, kaominina ambanivohitra 15 km miala an’i Sambava ity mpanao gazety ity. Nilaza ilay olona niantso azy tamin’io andro io fa miely ny tsaho fa mankarary ny ranon’ny Jirama any Nosy Iharigny ary efa nisy ny olona maty noho ny fisotroana izany rano izany, ka misavoritaka ny mponina tany an-toerana.

Tsy nanao fanadihadiana intsony, araka izany, ingahy mpanao gazety fa avy hatrany dia nanaparitaka ity tranga izay fantatra fa tsaho tao anaty tambajotra amin’ny andro misasakalina. Vokany, nisahotaka ny iray tanàna ary maro tamin’ireo mpiara-monina no nanely avy hatrany ny resaka tamin’ny mpifanila vodirindrina ka vetivety foana dia ren’ny manam-pahefana tany an-toerana ny fisian’izany. Nandray fepetra avy hatrany ny mpitantana ny rano any an-toerana taorian’io ary nilaza tamin’ny manam-pahefana fa «  tsaho  » ary «  tsy marina  » io vaovao io. 

Nampiantso avy hatrany ity mpanao gazety ity moa ny manam-pahefana tany an-toerana taorian’izay saingy tsy nitranga ny lehilahy ary voalaza fa noho ny tsy fandraisany finday tamin’io andro io no tsy namaliany ny fampiantsoana. Tsy maintsy nosamborin’ny mpitandro ny filaminana izy noho izany tamin’ny 27 Janoary 2019 lasa teo ary tamin’io andro io ihany dia natomboka ny famotorana, ka vesatra niampangana azy tamin’izany ny fanohitohinana ny filaminana anatiny sy ny fanakorontanana saim-bahoaka. Omaly alakamisy 31 janoary 2019 moa no natolotra ny Fampanoavana ao amin’ny Fitsarana Ambaratonga Voalohany Antalaha ny raharaha ary fantatra taorian’io fa nahazo fahafahana vonjimaika ny lehilahy ary mbola andrasana amin’ny 18 Febroary 2019 ho avy izao ny fitsarana azy.

Anterina hatrany, araka izany, ho an’ny mpampiasa ny tambajotra sosialy fa tsy azo atao ary voararan’ny lalàna ny manely vaovao tsy marim-pototra satria mety hiteraka fikorontanana goavana ny toy ireny. Aleo misoroka toy izay mitsabo hoy ny fitenenana  !

Ny Fanoratana

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA TANY TOAMASINA : Naratra ireo mpianatra tao anaty bajajy

 Ankoatra ireo fiara efa mahazatra sy ny moto ary ny posiposy bisikileta,  dia mitobaka fatratra ny bajajy amin’izao fotoana izao. Vao roa herinandro teo izay,  dia re fa kaontenera maromaro no nigadona tao an-drenivohitry ny foko Betsimisaraka nitondra tuc tuc na bajajy hampiasaina ao an-toerana.

Na efa eo aza ny fahabetsahan’ity karazana fitaovam-pitaterana ity ao an-toerana,  dia mbola mitohy ny fanafarana Tuc-Tuc ataon’ireo mpandraharaha amin’izany. Saika ireo olona manana andraikitra ambony ao Toamasina na koa mpandraharaha no tompon’izy ireny. Manoloana io fitobahan’ny bajajy io, dia maro amin’ireo tanora tsy an’asa no miditra amin’ny fitondrana azy ity. Misy anefa tsy mahafehy akory ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana. Vokany, misesisesy ny lozam-pifamoivoizana ateraky ny bajajy. 

Matetika isehoan’izany ny eo amin’ny lalana Relax. Toerana izay lasa fiatsonan’ny bajajy maro mihazo ny fokontany Ambalamanasy. 

Ny antoandron’ny alakamisy 31 janoary teo, dia bajajy iray hanatitra mpianatra ao amin’ny CEG Ratsimilaho no tra-doza. Fiara Be iray no nifanehitra taminy. Vokany, naratra ny mpianatra tao anatiny. Tsy nisy kosa ny aina nafoy.  Manokatra ady hevitra vaovao ao Toamasina izao zava-nitranga izao. Mila ferana ny isan’ny bajajy miasa ao Toamasina izay hita fa tena efa mivangongo loatra. 

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MPIKONONKONONA FAKANA AN-KERINY : Sarona ireo olon-dratsy, 1 lavon’ny bala, 2 tafatsoaka

Ireo teratany karana no tena lasibatra tamin’ izany, eny fa na dia misy ihany koa aza ireo teratany malagasy. Hatramin’izao fotoana izao dia hita taratra fa  mbola mahazo vahana ity tranga iray ity. 

Manoloana ny fikonon-kononana trangana fakana an-keriny saika hatao dia nahazo loharanom-baovao avy amin’ireo olona tsara sitrapo mahakasika izany ny teo anivon’ny  zandarimariam-pirenena  nanomboka ny alarobia lasa teo. Avy hatrany dia nisy ny  fandraisana fepetra hentitra  ka natao avokoa ny fomba  rehetra nijokoana ireo olon-dratsy. Araka ny  tatitra avy amin’ny mpitandro filaminana  dia fianakaviana efa nanaovan’ireto jiolahy fakana an-keriny taloha no mbola rahonany sy ampitahoriny halaina an-keriny indray raha tsy manome vola fanampiny indray. 

Noho ny fikaroham-baovao andro aman’alina anefa, na dia tsy sahy nanambara izay nahazo azy aza ireo iharan’izany dia ren’ny zandary io resaka io ka nisy ny fikaroham-baovao sy ny fitsongoana dia ireo noahiana. Ny marainan’ny 31 janoary tokoa dia tonga teny amin’ny faritra 67ha iny ireto efa noheverina fa jiolahy ireo ary niantso ireo fianakaviany izay nandefa iraka hanatitra kitapo feno vola ho azy ireo. Voamarina araka izany ny vaovao rehetra izay voaangon’ny zandary ny amin’ny maha jiolahy mpaka an-keriny azy telolahy ireo. 

Raha iny handray ilay kitapo iny indrindra ilay tovolahy dia nifampitoloman’ny zandary avy ao amin’ny “Escadron de sécurité et d’intervention (ESI) ao vondron-tobim-paritra Analamanga izay samy nanao fanamiana sivily ka nahavoafitaka azy ireo. Tao anatin’izany anefa dia nosintonin’io jiolahy iray io ny basin’ ny iray tamin’ireo zandary ireo, izay efa kely sisa tsy nahazoany azy. Voatery nampiasa ny basiny ireo zandary namany hafa mba tsy hisian’ny loza haterak’ izany. Lavo noho izany io jiolahy io. Ireo namany roa kosa dia tsy tratra noho ny fitangoronan’ny olona. Mbola tazana nandritra ny fotoana vitsivitsy ihany izy ireo mandra-pisitriny tanteraka saingy tsy sahy nampiasa ny basiny ny zandary satria aleo namotsotra azy ireny toa izay nandratra na nahafaty olona tsy manan-tsiny. Tafaverina tamin’ireo fianakaviana ny vola natao vela-pandrika tamin’io fotoana io.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

MPAMAKAFAKA ARA-POLITIKA : « Tena zava-dehibe ny fahavononana hiasa ho an’ny Tanindrazana »

Anisany nitondrany ny fomba fijeriny ny fitsanganan’ny governemanta vaovao izay teknisianina ny ankamaroan’ireo mandrafitra izany. Nilaza ny mpandinika ny raharaham-pirenena, Faneva Raholdine fa manam-pahaizana azo anankinana andraikitra ho amin’ny fampandrosoana ny firenena avokoa ireo minisitra notendrena ireo. Notsipihiny mazava kosa anefa fa tena ilaina ny fahaizana mampiasa izay fahalalana izay mba tena ho tafiditra ao anaty fampiharana ka hitondrana ny fampandrosoana izay takiana amin’izy ireo. 

Ho an’ity mpamakafaka ara-politika ity manokana dia nambarany fa tena zava-dehibe ny fahavononana hiasa ho an’ny tanindrazana, ary tokony hipetraka ho laharam-pahamehana ny fiovan’ny toe-tsain’ny tsirairay, indrindra fa ireo mpanao politika mba samy hanana ny fahavononana hanova marina an’i Madagasikara. Ankilany, ireo disadisa politika sy tsy fifankahazoana nisy tamina mpanao politika  teo aloha dia efa niravona ka feno ny fepetra hirosoana mankany amin’ny fampandrosoana tena izy. Izay raha fintinina ny nambaran’ity mpamakafaka ara-politika ity.

 «  Ekena tokoa fa nisy ny tsy fifankahazoana sy ady madinidinika ary fanakianana maro teo amin’ireo mpanara-dia an’ingahy Ravalomanana sy ny Filoha Andry Rajoelina nandritra ny fotoam-pifidianana, saingy efa tantara efa nivalona ireny ka tsy tokony hatao sakana tsy hampandroso  », hoy ny nambarany. Ho an’i Faneva Raholdine manokana izay mpandinika ny raharaham-pirenena dia manana anjara andraikitra amin’ny fampandrosoana ny firenena ny olom-pirenena tsirairay avy, miainga amin’ny alalan’ny fiovan’ny toe-tsaina izany, raha ny nambarany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIRENENA JAPONEY : Hanampy ny fitondrana amin’ny fanatanterahana ny vina IEM

Vonona hifanampy amin’ny fitondram-panjakana Malagasy ny firenena Japoney indrindra eo amin’ny fanatanterahana ilay vinam-pampandrosoana IEM.Anisan’ireo nahatonga solontena nanome voninahitra ilay lanonam-pianianan’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina tetsy Mahamasina ny firenena Japoney. Taorian’izay nisy avy hatrany ny  fihaonan’ny roa tonta izay nandinihana indrindra ny fanamafisam-piaraha-miasa eo amin’i Madagasikara sy ny firenena Japoney.

Ity farany dia vonona hanolo-tanana ny fitondram-panjakana amin’ny fanatanterahana ireo vinam-pampandrosoana IEM izay novolavolain’ny Filoham-pirenena,  Andry Rajoelina. Anisany tetikasa goavana iompanan’ny fiaraha-miasa amin’ny firenena Japoney ny asa fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina. Vavahady lehibe ho an’ny fampiroboroboana ny sehatra ara-toekarena ary mampivelatra  an’i Madagasikara eo amin’ny tsena iraisam-pirenena ity seranan-tsambo ity, izay voasokajy ho lehibe indrindra eto an-toerana. Ny entana haondrana sy ny entana avy any ivelany tonga eto Madagasikara dia saika mivoaka sy miditra ao avokoa ka rariny sy hitsiny raha toa hisy ny fanavaozana ireo fotodrafitrasa maro eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina, araka ny fanazavana voaray. 

«  Taorian’ilay lanonam-pianianana nataon’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina dia nihaona mivantana taminy ny solontenan’ny firenena Japoney izay tonga nanatrika an’iny lanonana iny. Tamin’io fotoana io no nanamafisan’ny firenena Japoney ny hitondrana fanampiana ho an’ny fitondram-panjakana amin’ny fanatanterahana ny vina IEM izay novolavolain’ny Filoham-pirenena. Anisany tetikasa lehibe iompanan’izay fiaraha-miasa izay ny asa fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina. Ny 90%n’ireo entam-barotra miditra sy mivoaka an’i Madagasikara dia saika mandalo eo amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina avokoa  ».

Izay raha fintinina ny fanazavana noentin’ny masoivohon’ny Firenena Japoney miasa sy monina eto Madagasikara. Tafiditra ao anatin’ireo teboka lehibe ao anatin’ny vinan’asa IEM hanatsarana ny sehatra ara-toekarena eto Madagasikara ny fanatsarana ireo vavahady rehetra mora isokafan’i Madagasikara amin’ireo firenen-dehibe any ivelany ary tafiditra ao anatin’ izany ny seranan-tsambo. Ankoatra izay, hanome tantsoroka ho an’i Madagasikara amin’ny fanatsarana ny lafiny fambolena ihany koa ny firenena Japoney mba hampiakatra hatrany ny voka-bary amin’ny avo telo heny. Izany dia mifanindrandalana amin’ ilay tetikasan’ny Filoham-pirenena mba hiainan’i Madagasikara amin’ny fahaleovantena ara-tsakafo.

Avotra Isaorana  

Ino Vaovao0 partages

TSIMBAZAZA : “Azo antoka ny hanomezana fahefana ny Filoham-pirenena hanapaka didy hitsivolana »

Anisan’ireo laha-dinika goavana tsy maintsy andraisan’ireo depiote fanapahan-kevitra ao anatin’izany ny hamindrana na tsia ny fahefana hanapaka didy hitsivolana mankany amin’ny Filoham-pirenena. Izany hoe, ny fahefan’ny mpanao lalàna no hafindra vonjimaika any amin’ny fahefana mpanatanteraka mandra-pitsangan’izay handrafitra ny Antenimieram-pirenena vaovao indray. 

Ny 5 febroary ho avy izao no tapitra tanteraka ny fe-potoam-piasan’ireo solombavambahoaka izay efa niasa nandritra ny dimy taona.  Manomboka ny 6 febroary, araka izany dia tsy hisy intsony ny andrim-panjakana mpanao lalàna ka ho banga tanteraka ny toeran’ny mpanao lalàna eny Tsimbazaza. Niteraka resabe ihany ny mahakasika ny hamindrana na tsia ny fahefan’ireo mpanao lalàna mankany amin’ny Filoham-pirenena. 

Nisy ireo solombavambahoaka no nanambara fa tsy mety izany satria tsy azo ampifangarona mihitsy ny fahefana mpanatanteraka sy ny fahefana mpanao lalàna. Mifanohitra amin’izay kosa anefa ny nambaran’ ny solombavambahoaka voafidy tany Sambava, izay nilazany fa «  mba hitohizan’ny raharaham-panjakana amin’ny fandraisana fanapahan-kevitra momba ny lalàna dia rariny raha omena ny Filoham-pirenena ny fahefana hanao izany  ». 

Ho azy manokana dia tsy misy olana velively ny hamindrana ny fahefana hanapaka didy hitsivolana ho an’ny Filoham-pirenena satria efa matoky azy ny vahoaka Malagasy tamin’ny alalan’ny fifidianana azy ho Filoham-pirenena. Ny Filoha Andry Rajoelina rahateo, hoy izy, dia efa sahy nanao velirano ho an’ny vahoaka Malagasy. Ilaina ny antsasa-manilan’ireo solombavambahoaka, izany hoe depiote miisa 76 no mandany ny volavolan-dalàna iray vao azo ekena  izany. Nambaran’ity solombavambahoaka ity anefa fa tratra io antsasa-manila io ary mety hihoatra mihitsy aza satria efa nanaiky ny hanome tanana ny Filoham-pirenena ny solombavambahoaka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA RENIVOHITRA : Ataon’ny delestazy miaina ao anaty haizina tanteraka ny mponina

Saika efa manerana ny Nosy ny fisian’izany. Araka ny loharanom-baovao, anisany mijaly mafy koa ny vahoakan’i Toamasina. Etsy ankilany anefa dia manamafy ny orinasa jirama fa izany delestazy ekonomika izany no mahatonga ny fahatapahan’ny jiro ao Toamasina. 

Tsy mahafantatra izany anefa ny mponina fa mitaraina amin’ny fahasahiranana noho ny tsy fisian’ny herinaratra. Sady tsy afaka manatanteraka ny asa amin’ny fiainana  andavanandro indrindra  ireo mampisa herinaratra ary vao mainka manampy trotraka ny faharatsian’ny toetr’andro raha ny any Toamasina manokana no jerena. Araka ny fanadihadiana dia talohan’ny fetin’ ny krismasy 2018 iny no efa namoaka fampahafantarana ny orinasa jirama fa tsy maintsy miditra ao anaty delestazy ny tanànan’i Toamasina.

Maharitra adiny efatra ny faharetany fahatapahan-jiro, araka ny fampitam-baovao hatrany. Tato ho ato anefa nanomboka tamin’ny sabotsy lasa teo dia mihamasiaka hatrany ny delestazy ary mihoatra lavitra tamin’ny ora voatondro. Nanambara ireo mpivarotra fa tena mijaly izy ireo amin’ny fahatapahan’ny herinaratra. Tsy mandeha amin’ny tokony ho izy ny fampidiram- bolan’ireo mpivarotra noho ny tsy fisian’ny jiro. Mbola nanambara koa ireo mponina fa na dia tapaka aza ny jiro dia tsy mahasakana ny fiakaran’ny vola aloa any amin’ny jirama. 

Nitondra fanazavana  ny tompon’andraikitra ao amin’ny jirama fa vokatry ny tsy fahampian’ny solika no mahatonga ny delestazy ekonomika. Eo koa anefa ny fisian’ny kotro- baratra, izay niteraka fahasimban’ny fitaovana, toy izay nitranga tamin’ny sabotsy lasa teo. Anisan’izany ny fahasimban’ny “transformateurs” roa tao Ambalamanasy sy teny amin’ny Gs Tanambao Vererie… . Isan’ny mampirongatra ny asan-jiolahy koa anefa ny fahatapahan’ny jiro amin’ny andro alina.

Angellah Maharitra( Stagiaire)

Ino Vaovao0 partages

LALANA MAHAJANGA-DIEGO : Mila mifindra fiarakodia eo amin’ny tetezan’i Marivorahona

Tapaka ny lalam-pirenena fahaenina eo Mananjeba Ambilobe. Mitohy hatrany anefa ny asa fitaterana ka misy hatrany fiarakodia miainga eto Mahajanga mampitohy ny renivohi-patritr’i Diana. Tsy tonga any Antsiranana anefa ireo fiarakodia ireo fa tsy miantsy mifindra fiarakodia hafa ny mpandeha. 

Noho izany dia miakatra kely ny saran-dalana. Raha 60 000 Ariary ny saran-dalana amin’ny main-tany dia tsy maintsy mandoa ny fitaterana Ambilobe Antsiranana amboniny ny mpandeha. Efa misy ireo fiarakodia avy any Antsiranana miandry sy mandray ireo mpandeha tonga eo, ka mampitohy ny dia hatrany. Araka ny nambaran’ny tompon’andraikitra ao amin’ny toby fiantsonana Aranta eto Mahajanga dia mitombo adiny telo na adiny efatra amin’ny mahazatra ny faharetan’ny dia eny amin’ny lalana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ARETINA KITROTRO : Maherin’ny 13 isa ireo namoy ny ainy ao amin’ny Kaominina Betsiaka

Mitombo isa hatrany ireo namoy ny ainy any amin’ny Faritra raha ny tatitra voarainay matetika. Raha ny ao amin’ny Distrikan’ Ambilobe manokana no asian-teny dia azo lazaina fa faritra mena amin’ity areti-mandoza ity ny ao amin’ny Kaominina Betsiaka.  Voalaza fa mahery ny 13 isa amin’izao fotoana izao ireo nindaosin’ny fahafatesana ao an-toerana. Miparitaka ary tsy mifidy taona ny olona voany, hany ka hatramin’ny olon-dehibe dia  tratra avokoa.

Nanomboka tamin’ny tapatapaky ny volana janoary lasa teo  no  tena nahazo laka tao amin’ity tanàna  ity ny fihombon’izany aretina izany.  Fokontany Ankatoko, Mantaly sy ny  ao amin’ny fokontany Labeka ireo no tena nahitana tranga be dia be tao amin’ity  kaominina ity. Efa nisy aloha hatreto ny fepetra noraisina mba hitsinjovana ireo marefo sy sahirana. Nanatanteraka izany indrindra ny Talem-paritry ny fahasalamana  Faritra Diana ny alarobia lasa teo  ka nanolotra fanafody marobe nozaraina  tamin’ireo tsy salama.

Ny olana anefa  dia tsy maharaka ireo fanafody  zaraina ary malaky lany izany raha ny  fitarainana avy amin’ireo mponina. Manoloana izany indrindra dia manao antso avo izy ireo ny amin’ny mba  hijeren’ny  fanjakana akaiky  ity tranga ity  satria dia miaina ao anaty  tebiteby fatratra ny mponina. Manampy trotraka ny tsy fahampian’ny  fanafody, eny fa na dia misesisesy aza ny fanampiana voaray. Isany  fepetra noraisin’ny tompon’ andraikitra ihany koa moa ny fanajanonana ny fianarana  nanomboka omaly  mba tsy hiparitahan’ny  aretina be loatra intsony.

Tatianà R.

Midi Madagasikara0 partages

« Bonarabe » : Dr JB junior surchauffera la «cambuse » de Sayah

Lorsqu’il chante sur scène, le public ressent la présence vocale de Dr JB. C’est  parce qu’il accompagnait toujours son père partout où il va, aussi bien en concert que dans des petits cabarets. Dès lors, il prend goût au rythme « salegy » et surtout le « sigôma ». Le temps passe, le garçon grandit. Il porte le visage de son père.Le 2 février à 20 heures au « Bonarabe » aux 67 ha , Dr JB junior interprétera toutes les chansons du senior. « Salegy », « antosy », « malesa », « sigôma » seront dans le répertoire de Junior. « Aza mi-dérange »,« Amourpar intérêt », « Sarebareba », « Havagna mahafaty »,  « Anao njariny »,  « La vie à Marseille » seront sûrement interprétés au « Bonarabe ». Une occasion pour les inconditionnels, les nostalgiques de revivre les années 1980, 1990, 2000. Le fils du roi du « Sigôma » chantera les œuvres sans les modifier. Il invitera les musiciens qui ont travaillé avec Dr JB senior, afin de rendre hommage à ce grand musicien Tsimihety.Dr JB junior est le fils qui a suivi les pas de son père. Il ne fait pas qu’interpréter les chansons de son paternel, il compose sa propre musique, mais plus proche de ce que son père lui a appris.Chanteur de renom, musicien talentueux, Dr JB a formé des jeunes chanteurs comme Wawa, Tence Mena. Chef d’orchestre de « Jaguar » auparavant et devenu « B52 », Dr JB a sillonné la Grande Ile. D’Antsiranana jusqu’à Fort-Dauphin, de Bealanana à Maroantsetra, le « sigôma » de JB résonnait dans tout Madagascar. La musique de ce monsieur est un équilibre entre le « soukous » et l’ « antosy ». Comme tous les artistes de l’époque, Dr JB signait des textes ayant comme thème l’amour, la famille. Sa musique reflète les us et coutumes tsimihety et la région Nord-ouest de la Grande Ile. Les œuvres de Dr JB sont indélébiles. « Ambanja rendez-vous », « Amia lalagna », « Bon devant » sont les expressions qui ne quittent pas les lèvres des jeunes Malgaches actuelles. Les morceaux de ce grand musicien sont aussi réinterprétés par des chanteurs de la génération montante.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Réforme de la loi électorale : L’intérêt général soulevé lors de l’ouverture de la session extra...

Les députés seront jugés par leur travail ! (Photo d’archives)

Les députés, lors et à l’issue de cette session extraordinaire – qui a commencé hier et se termine le 5 février – doivent (au moins) faire preuve de patriotisme et d’écoute ; des éléments qui n’ont presque pas été constatés durant cette législature dont le bilan est marqué par une grande et flagrante corruption.

En effet, nous ne sommes pas sans savoir que les améliorations à effectuer dans la loi relative au régime général des élections et des référendums font partie de l’ordre du jour de cette session extraordinaire. Nous ne sommes pas sans savoir non plus que depuis l’année dernière, ces lois électorales ont été fortement fustigées, notamment, par l’ensemble de la société civile et les observateurs électoraux nationaux. Et nonobstant ces critiques, les députés, ceux qui doivent agir en qualité de « représentants du peuple » les ont votées (et ce, sans mentionner les circonstances dans lesquelles ils ont voté). Et vlan ! Cette année, sommes-nous obligés de les convoquer en session extraordinaire, car les améliorations qu’il faudrait apporter à ces lois sont désormais impératives et qu’elles n’ont pas pu être effectuées en sessions ordinaires. Lors de son discours d’ouverture, le président de l’Assemblée nationale, Jean Max Rakotomamonjy, a rappelé que les députés doivent prendre des décisions en faveur de l’intérêt général de la Nation.

Plafonnement. A l’issue, l’opinion publique doit s’attendre à ce que les fonds utilisés pour la campagne électorale soient plafonnés. Une disposition essentielle qui garantit, avant toute chose, l’égalité de chances entre les candidats. Combien de fois l’absence de plafonnement des fonds de campagne a été pointée du doigt et combien de fois la fixation de ces fonds a été recommandée ? Mais des mesures n’ont guère été prises et jusqu’à maintenant, seuls ceux qui en ont les moyens peuvent se permettre de mobiliser tous les outils à leur disposition pour être élus. Lors du premier tour de la présidentielle, ce grand écart entre les candidats a été incontestable. Le plafonnement des dépenses de campagne est, donc, plus qu’attendu de pied ferme.

Transparence. Toujours dans cette optique, la transparence des fonds de campagne est plus qu’indispensable. C’est fortement recommandé par la société civile. Durant la présidentielle, Transparency International Initiative Madagascar (TI-IM) a procédé à la vulgarisation des origines des fonds utilisés lors de la campagne électorale à travers une fiche que devaient remplir les candidats. Une initiative louable ! Néanmoins et malheureusement, le président de TI-IM, mardi dernier, a informé ou rappelé (c’est selon) que seuls six candidats sur les 36 ont accepté de se livrer. Et les 30 autres, dont le président élu, ont complètement ignoré cette démarche dont l’objectif est de consolider la transparence et de bannir toute suspicion d’éventuelles contreparties, susceptibles de porter atteinte à la souveraineté nationale.

Précampagne. Mais ce n’est pas tout. Avant de procéder à la campagne électorale, des préparations y afférentes s’effectuent. C’est ce que la plupart dénomment « précampagne » laquelle relève toujours du vide juridique à Madagascar. Ce n’est pas la précampagne en soi qu’est condamnable dans la mesure où elle permet aux futurs candidats (à n’importe quelle élection) de décrire, de manière générale, leur vision respective et leurs projets/programmes. Il faut juste l’encadrer : préciser la période, les activités, ou encore le format. C’est, d’ailleurs, une pratique très régulière dans les pays démocratiques. Nous notons, au passage, que ces recommandations sont loin d’être exhaustives. De surcroît, si l’intérêt général (et non les intérêts des députés) a été soulevé lors de l’ouverture de la session extraordinaire, cela n’implique pas uniquement les décisions à prendre, mais les actions aussi. A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Mananjary: Tsy fahampian-tsoliky ny Jirama : manjaka ny delestazy, velon-taraina ny mpanjifa

Noho ny tsy fahampian-tsoliky ny Jirama ao Mananjary, dia niova ho amin’ny 11 ora sy sasany alina ka hatramin’ny 10 ora sy sasany maraina, ny fahatapahan-jiro, nanomboka ny alin’ny talata hifoha omaly alarobia, raha tamin’ny 3 ora sy sasany naraina ka hatramin’ny 9 ora sy sasany izany, teo aloha (nanomboka ny fiandohan’ity volana janoary ity). Ny antony, hoy ny Talen’ny Jirama any an-toerana, Atoa Ratsaratsiry Vincent, dia mbola tsy tonga ny solika avy any Fianarantsoa, fa solika 4 815 litatra sisa no misy, nefa ny fe-potoana voalaza etsy ambony mahalany solika 3 400 L,  ka voatery tamin’ny 10 ora sy 30 minitra ny jiro vao nalefa io maraina io (mantsy ny omaly). « Raha mbola tsy tonga ny solika, dia mety ho tapaka tontolo andro ny jiro manomboka ny alakamisy », hoy ity tomponandraiki-panjakana ity, nanamafy. Mahakasika ny fidangan’ny faktiora, dia nilaza ity talen’ny Jirama ity, fa ny « installations » tranainy sy ny « prise branchée » ary ny fahataran’ ny fanaovana « relevé » noho ny tsy fahatratrarana ny tompon-trano no mahatonga izany.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Vangaindrano : Nidina an-dalambe ny mpanjifan’ny Jirama leo delestazy

Noho ny tsy fisian-jiro nanomboka afak’ omaly naraina, vokatry ny fahasimbana milina mpihary herinaratra sisa nandeha teo indray, dia tezitra ny mpanjifan’ny Jirama ka nidina an-dalambe nilanja sora-baventy. Manoloana ny tsy fitsian-jiro, dia sahirana fatratra ireo manao asa tena, ary mikatso tanteraka ny asa miankina amin’ny herinaratry ny Jirama. Nanampy trotraka ny delestazy nisy teo aloha ihany koa, raha ny tati-baovao voaray, ny tsy fahampiana gazoaly. Teo anatrehan’ity hetsi-bahoaka ity, dia nisy ny dinika niarahan’ny OMC any an-toerana, izay notarihin’ny Lehiben’ny distrika sy ny solontenan’ ireo mpanao fihetsiketsehana nentina nikatsaham-bahaolana, ka nirava ny fitokonana taorian’ny fifanazavana, satria nisy gropy iray novelomina omaly,  ary ifandimbiasana ny fahazoana jiro. Raha ny fanazavana azo hatrany, dia miandry teknisianina avy any Fianarantsoa sy fahatongavana gropy amin’ny faran’ny herinandro, vao mety hiverina amin’ny laoniny toy ny teo aloha ny famatsiana herinaratra ao Vangaindrano.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Amboasary : Le marché de la ville incendié, 203 maisons calcinées

La ville d’Amboasary était en effervescence hier matin. Un incendie est survenu sur la place du marché de la localité alors que la majorité des habitants était encore dans les bras de Morphée. Le feu s’est déclaré vers 3 heures du matin et n’a été maîtrisé que vers 7 heures. Compte tenu de la durée de l’embrasement, 203 maisons ont été ravagées dont 15 sont des infrastructures de la commune d’Amboasary. En effet, le marché est détruit à 80%. Selon les informations, le drame a été provoqué par un feu de bougie non contrôlé dans une maison. L’existence de  plusieurs constructions en bois sur place a favorisé la propagation du feu. A cela s’ajoute l’inexistence des sapeurs- pompiers dans cette commune, accentuée par le problème d’eau à cause de la coupure de l’approvisionnement de la Jirama depuis quelques jours. Les préjudices étaient lourds malgré les efforts déployés par les habitants appuyés des  forces de l’ordre pour maîtriser la situation. Au moment où nous écrivons cet article, l’évaluation exacte des dégâts ainsi que le nombre des sinistrés n’est pas encore connue. On attend alors l’issue de la réunion d’urgence entre les autorités de la localité prévue hier après –midi pour dresser le bilan final de cette catastrophe.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque – Doublette mixte : Deux équipes du BIC qualifiées !

Les boulistes du BIC qualifiés à la grande finale avec de gauche à droite Mora, Solo et Jacky.

Pari tenu pour le « Bouliste Ialatsara Club » a réussi à qualifier deux de ses équipes à la grande finale du championnat de Madagascar en doublette mixte.

C’était le week-end dernier à Ambohimangakely lors de la première étape de ce sommet national qui sert également de qualification pour le championnat du monde à Almeria, en Espagne.

Le BIC est sorti du lot grâce notamment à Solo et Mora qui se sont hissés en demi-finale où ils devraient affronter Sitrakiniaina et Ando mais la pluie en a décidé autrement.

Mais qu’importe car faisait partie des huit meilleures formations, Solo et Mora vont participer la grande finale tout comme leurs coéquipiers Mialy et Jacky.

Les six autres qualifiés sont Hasina et Ram’s qui n’ont pas pu, eux non plus disputer la demi-finale contre Nary et Ny Antsa. Vola et Cobra, Dô et Coutiti ainsi que Tatiana et Tsiresy complètent la liste des premiers qualifiés.

La seconde étape de ce championnat de Madagascar en doublette mixte aura lieu le 16 et 17 février au même boulodrome Les « H » à Ambohimangakely.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Préservation de l’environnement : une action prioritaire

L’environnement est un des secteurs prioritaires sur lesquels le nouveau pouvoir doit porter son attention. Certes, tous les problèmes auxquels le régime doit faire face sont urgents, mais celui de la déforestation doit être traité sans attendre. Madagascar a vu sa couverture forestière diminuer de façon dramatique durant l’année 2017. La situation s’est dégradée de manière dramatique ces dernières années pour atteindre  ce pic de 2017. Le président Rajoelina a parlé de la préservation de l’environnement durant la campagne électorale. Le nouvel élan qu’il est en train d’impulser pour le pays doit porter aussi sur ce secteur.

Préservation de l’environnement : une action prioritaire

La dégradation de l’environnement a pris une ampleur sans précédent depuis 2009. Les interpellations lancées par l’association « Voary gasy » n’ont eu aucun effet. Il est vrai que le trafic de bois de rose et d’autres bois précieux s’est déroulé sans aucun frein, l’ Etat faisant preuve d’un laxisme complice. La population a profité de ce relâchement pour défricher à tout va et brûler des centaines de milliers d’hectares de forêts. Les lanceurs d’alerte ont prêché dans le désert. Les informations ont été diffusées sur le plan international, mais sans aucun effet. Aujourd’hui, on se trouve dans une situation dramatique. Il est nécessaire de réagir sans tarder. Le nouveau ministre de l’Environnement doit prendre la tête d’une véritable croisade pour reboiser la Grande Ile. L’éducation des citoyens est prioritaire. Il faut faire en sorte qu’un véritable plan de sauvetage de la  Grande  Ile soit adopté. Les pépinières disposent de plants qui peuvent être distribués et mis en terre en cette période où les précipitations sont abondantes. Il ne doit pas s’agir d’un effet de mode, mais d’une action consciente.  C’est un véritable S.O.S qui doit être lancé car la nature malgache est en péril. Aujourd’hui, le régime en place doit agir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Nuit des idées : Faire « Face au présent » en plein jour

Regarder en face… le présent.

Antananarivo oblige ! Quand la nuit des idées se fait en plein jour, L’Institut français de Madagascar ouvrira ses portes aujourd’hui même pour l’intervention des artistes et créateurs malgaches contemporains. De Tokyo à Los Angeles en passant par Paris, Conakry, Marrakech ou Antananarivo, un large public sera rassemblé, le même jour, pour partager réflexion philosophique, savoir scientifique, pratiques artistiques et expériences littéraires.

Cette année, l’événement met un point d’honneur pour « faire face au présent », qui donnera la parole à ceux qui à Madagascar, par leur engagement, lancent des alertes, luttent pour changer les états présents des choses, réparent dans le domaine social, de la gouvernance ou simplement de l’humanité. De 10h30 à 19h, « des animations inviteront à célébrer le présent tout un chacun, n’a au fond que son présent, pour s’éprouver vivant… » Des murs pour taguer le présent, des installations plastiques, des films, un salon de lecture, un café-bar hédoniste… bref, une multitude de présences qui s’affineront au diapason des artistes.

A rappeler que la nuit des idées est à sa troisième édition. L’événement a été créé par l’Institut français de Paris en 2017. Cet événement mondial a pour but d’inviter des lieux de culture et de savoir à penser ensemble le même jour autour d’un même thème. Environ 51 pays des cinq continents constituent la pléiade de la nuit des idées à travers le monde.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Volley-ball – CCC Zone 7 : Vingt- trois équipes engagées

L’équipe du Bi’AS veut faire ses preuves sur la scène régionale

La GNVB fait figure de favorite chez les hommes après l’absence du tenant du titre.

Le coup d’envoi de la 25e édition de la Coupe des Clubs Champions de la zone 7 sera donné ce dimanche au Palais des Sports de Mahamasina. Vingt trois équipes en provenance de Maurice, des Comores, des Seychelles, Madagascar et de Mayotte en tant qu’invité ont confirmé leur participation. Ces équipes tenteront pendant les huit jours de remporter les deux tickets pour la Coupe d’Afrique des Clubs Champions. Madagascar hôte alignera 7 équipes dont 4 chez les hommes et 3 chez les dames après le désistement du VBCD. L’Ile Maurice enverra un contingent de 8 équipes dont 4 féminines et 4 masculines. Ces équipes mauriciennes qui seront présentes en force à quelques mois des Jeux des Iles de l’Océan Indien.

L’équipe de la Gendarmerie Nationale Volley-ball (GNVB) vice-championne en titre fait figure de favorite après la non- participation de la tenante du titre du « Swim Blue » des Seychelles chez les hommes. Les sextuples champions de Madagascar de la GNVB et vainqueurs à deux reprises de la CCC zone 7, les gendarmes abordent avec beaucoup de confiance cette compétition. « Nous entamerons ce jour et demain les dernières séances d’entraînement à Mahamasina. Les joueurs sont prêts mentalement et physiquement. Nous allons essayer de remporter notre troisième titre » a expliqué, Honoré Razafinjatovo, coach de la GNVB. « Premium Spikers » des Seychelles et « Camp Ithier » sont les équipes à battre. Du côté des dames, les championnes en titre du « Quatre Bornes VBC » de Maurice et les vice-championnes de « Pralin Girls » des Seychelles seront toutes présentes à Antananarivo. Les équipes féminines malgaches seront aussi là et prêtes à en découdre. « Nous reconnaissons que les Mauriciennes et les Seychelloises sont fortes, mais nos joueuses se sont préparées depuis le mois d’octobre. C’est l’occasion de situer notre niveau sur la scène régionale, si sur le plan national, on a échoué en finale à Toliara » a indiqué, Haja Rasamison, président du club. Un cours d’arbitrage de perfectionnement sera organisé ce samedi 2 février 2019 par l’arbitre international des Seychelles, Andrew Derrick International.

T.H

Les équipes

Hommes : Gendarmerie Nationale, CNAPS, JSA, COSFA. (Madagascar)

Dames : Stef’Auto, BI’AS, AMVB. (Madagascar)

Hommes: Racing Club d’Itsandra Mdjini. (Comores).

Dames : Anse Royale, Pralin Girls (Seychelles).

Hommes : Premium Spikers (Seychelles).

Hommes Quatre Bornes VBC, Trou aux Biches Sharks, Camp Ithier, Club Sportif Pamplemousses. (Maurice).

Dames : Quatre Bornes VBC, Tranquebar Black Rangers, Club Sportif d’Amitiés, Olympique des Montagnes Goyaves (Maurice).

Hommes: M’tsapere, VC Vahibé (Mayotte).

Dames: M’tsapere, All Stars (Mayotte).

Midi Madagasikara0 partages

Impunité, gouverneurs et code électoral : Premiers regards critiques du SeFaFi

SeFaFi estime que le changement d’appellation des Chefs de région en « Gouverneurs » n’est pas conforme à la Constitution.

Connu pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, cet observatoire de la vie publique a parlé des conditions d’un véritable changement. Il s’agit, entre autres, de la culture de l’impunité, des collectivités territoriales décentralisées, des parlementaires et des partis politiques.

Le SeFaFi a apporté ses premiers regards critiques depuis l’avènement du régime en place. De prime abord, il a souligné que la culture de l’impunité s’est généralisée, du haut en bas de l’échelle sociale. Les délits ne sont plus sanctionnés et quand ils le sont, les sanctions ne sont pas appliquées. Cette situation génère la corruption, décrédibilise le système judicaire, éclabousse les forces de l’ordre et suscite les vindictes populaires. Un régime incapable de sanctionner et d’appliquer les sanctions, quel que soit le contrevenant, est condamné à l’inefficacité et à l’hostilité des citoyens. Toujours d’après le SeFaFi, le changement d’appellation des Chefs de région en « Gouverneurs », ainsi que leur nomination par le Chef de l’État, n’est pas conforme à la Constitution.

Effets néfastes. Il estime, en outre, que le président Ratsiraka est à l’origine de la politisation des forces armées, dont les effets néfastes sont plus visibles que jamais. Or les militaires, tout comme les membres de la société civile, ne font pas partie de la société politique. Il n’est pas normal que le Président de la République soit en même temps président du Conseil Supérieur de la Magistrature : cette situation contrevient au principe fondamental de la séparation des pouvoirs. Il faudra donc modifier l’article 107 de la Constitution pour supprimer cette anomalie. Quant à l’action de l’exécutif, elle est freinée ou arrêtée à chaque changement de ministre ou de responsable du ministère. Estimant que son prédécesseur n’a rien fait de valable et indifférent à la compétence et à l’expérience des techniciens en place, le nouveau venu installe « ses hommes à lui » et impose sa méthode de travail et ses objectifs. Il est urgent que les responsables ministériels sachent faire la différence entre les politiques et les techniciens.

Lois liberticides. Enfin, il juge que les lois liberticides devront être remaniées d’urgence. Au premier rang d’entre elles, le « Code de la communication et loi sur la cybercriminalité ». Ces textes visent à empêcher l’expression de toute critique, perçue comme une diffamation punissable de fortes amendes ou de peines d’emprisonnement. Criminaliser la liberté d’expression est inadmissible, il faut y mettre un terme. Au sujet du Code électoral, SeFaFi pense qu’il constitue l’un des plus importants chantiers à finaliser au plus vite. Lors de la dernière élection, le fiasco le plus scandaleux de la CENI a été le bricolage de la liste électorale qui, en dépit des protestations répétées du SeFaFi et de la société civile, a exclu du vote entre 2 à 3 millions de citoyens. L’établissement d’une liste fiable s’impose avant l’organisation de tout autre scrutin si le nouveau pouvoir veut rendre crédibles les élections à venir. À ce propos, il serait grand temps de rendre public les résultats du recensement RGPH3… Cet observatoire de la vie publique s’interroge aussi sur le devenir des quelques 200 partis politiques officiellement déclarés. « Réalité grotesque, qui montre à quel point l’idéal du bien commun est détourné par nos politiciens au profit de leurs intérêts particuliers. Nous sommes encore dans ce que Maurice Duverger qualifie de préhistoire du multipartisme », a-t-il soutenu. Et de conclure que la seule façon de prévenir les tensions et les crises à venir sera de suivre la voie d’un vrai dialogue qui aboutira à chaque fois à des décisions responsables, mais intelligibles et expliquées.

Recueillis par Dominique R

Midi Madagasikara0 partages

Mananjary : Famonoana sinoa, nisy roa voasambotra

Novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ilay teratany sinoa izay mpitrandraka volamena tao amin’ny reninanon’i Mananjary. Notsatohana famaky ny lohany sy ny vatany. Nahoraka tao Mananjary sy ny manodidina ny fisian’izany heloka bevava izany. Tsy niandry ela ny zandary dia nanidy ny faritra ary nasiana barazy tetsy sy teroa. Nisy fahombiazany izany satria ny harivan’iny ihany dia efa nisy ny olona voasambotra. Miisa roa izy ireo ary teo amin’ny toerana izay antsoina hoe Kianjavato no saron’ny zandary. Notazomina avy hatrany ary nanokafana fanadihadiana ao amin’ny borigadin’Antsenavolo ireo olona ireo. Raha tsiahivina dia tsy nisy na inona na inona nalain’ireo olon-dratsy fa dia novonoina ho faty fotsiny ilay sinoa. Izany hoe ny aina no nofofoina fa tsy dia misy hifandraisany loatra amin’ny fandrobàna ilay asan-jiolahy. Raha izay no izy dia mety ho nisy naniraka izany ireo mpamono olona ireo. Arahina ny fivoaran’ny fanadihadiana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Suspension d’un chauffeur d’un ministre : Grogne de ses collègues

Le Premier ministre Ntsay Christian a été tenu au courant des agissements d’un des membres du gouvernement qui, dans la matinée du 29 janvier dernier a sciemment roulé en violation du code de la circulation par un dépassement anormal et des instructions claires émises par le chef du gouvernement. A cet effet, le Premier ministre a pris les mesures nécessaires pour que de tels abus ne se reproduisent plus. Ainsi, le membre du gouvernement concerné a fait l’objet d’un avertissement, tandis que son chauffeur a été immédiatement suspendu. Grogne des collègues de ce dernier concernant les dispositions prises à l’encontre du chauffeur. Ils estiment qu’il n’a fait que suivre les instructions données par son chef hiérarchique. On se demande, par ailleurs, pourquoi le nom de ce ministre n’a pas été communiqué et ce, par souci de transparence.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Concert : « Kipkilahy Bandem » et « Joudas » en duo au « Jao’s Pub »

kipikilahy bandem

On les a vus dans le clip « Za mila anao » avec One Lio, John Love. Le premier est membre de « Bogota Toamasina ». Avec ses « dredloaks », « Kipikilahy Bandem » est un incontestable toaster très connu dans la région est de l’île. Le second est un « ragga » célèbre. Un mec barbu. S’il a fait pousser sa barbe, ce n’est pas parce qu’il se fait vieux, mais il mûrit.Le 9 février à 21 heures, trois jours après la date d’anniversaire de  Bob Marley, le « rastaman » « Kipikilahy Bandem » et le général « Joudas » organiseront un « live » exceptionnel au « Jao’s Pub » Ambohipo. Évidemment, les fans hisseront le drapeau rouge jaune vert. En écoutant, « Mihetsiketsiky », les jeunes filles se déhancheront jusqu’au petit matin. Contrairement aux concerts précédents, le cabaret sera acoustique. Depuis Toamasina, les deux chanteurs ont fait des répétitions intenses. . « Ragga », « dance hall », « Rap », « reggae », hiphop seront servis aux noctambules. Ce sera le premier concert dans la Capitale cette année pour Bandem et Joudas.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Trafic de tortues et d’hippocampes : Trois personnes arrêtées dans un taxi-brousse sur la RN7

Poursuivis pour transport de produits prohibés, trois individus seront déférés au Parquet du Tribunal de Première Instance d’Ambatolampy ce jour. Le 28 janvier vers midi sur la RN7,  ils étaient surpris en train de transporter huit tortues radiées vivantes et six kg d’hippocampes dans un taxi- brousse Sprinter à Bemasoandro, Antanifotsy. La collecte et la vente de ces animaux sont strictement interdites par la loi malgache. Renseignés sur l’existence d’un taxi-brousse suspect en provenance de Toliara et en direction d’Antananarivo, des gendarmes de la Brigade de Police des Routes d’Ambatolampy auraient déjà attendu le passage de ce véhicule sur cet  axe. En fouillant son porte-bagages, les gendarmes sont tombés sur le pot aux roses. Les tortues ont été dissimulées dans un sac à dos et les hippocampes dans un sac en plastique. Ainsi, les cargaisons ont été saisies. Ces trois individus suspects sont le propriétaire avec  les deux chauffeurs du taxi- brousse. Les gendarmes les ont interpellés car aucun de leurs passagers n’est propriétaire de ces cargaisons. Pour leur défense, ils affirment les avoir transportées en tant que commissionnaires. En réalité, ce genre de trafic devient de plus en plus pratique sur cet axe. On attend alors la décision de la Justice concernant ces individus, ce jour.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Soamanandrariny : Ramatoa maty novonoin’ny mpanendaka

Tetsy Soamanandrariny no niseho ilay heloka bevava. Raha hamonjy ny fodiany ilay ramatoa rehefa avy niasa teny Ambatomaro no nifanena tamin’ny mpanendaka. Rehefa tsy nisy vola azo nalaina teny aminy dia nitarika ny hatezeran’ireo olon-dratsy izany. Natontona tao anaty fotaka ity renim-pianakaviana izay 37 taona ary manan-janaka telo mianadahy. Nosemporina tao anatin’ny ranom-potaka izy. Mbola nanan’aina kely izy ary tafody tao an-tranon’ny havany izay mba akaiky teo ihany. Nentina avy hatrany tany amin’ny toeram-pitsaboana ary rehefa notarafina ny tratrany dia hita fa feno fotaka. Sempotra tanteraka ilay ramatoa ary tsy nisy na inona na inona azo natao intsony. Betsaka ny tohina raha naheno ity tranga ity ary na ny orinasa izay niasan’ilay ramatoa aza dia nanao antso avo amin’ny tompon’andraikitry ny fandriam-pahelamna mba hijery akaiky ity raharaha ity. Rehefa tsy nisy vola izany dia novonoina ho faty. Asa mba inona loatra ny ao anaty lohan’ireto mpanendaka ireo. Mendrika ny sazy mavesatra indrindra rehefa tratra ary mendrika ny hokarohana sy atao savahao koa.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

JP Monfort : Un spammer internationalement connu

JM Monfort est le roi du Spam, selon Maltatoday.com.

« Jaime Pozuelo-Monfort » est un mystificateur international. Il a encore voulu frapper à Madagascar en profitant de l’ambiance politique postélectorale où les potentielles victimes courent les rues, compte tenu du fait que nombreuses sont les personnalités qui lorgnent des postes dans tel ou tel département ministériel. En effet, au lendemain de la proclamation des résultats des élections présidentielles, il s’est offert le luxe de jouer le rôle d’agent recruteur de compétences en envoyant un mail à des milliers de personnes. Une manière pour lui de prétendre être la personne que les nouvelles autorités étatiques ont mandatée pour collecter des CV. Une usurpation de fonction en ligne, bien évidemment puisque selon Maltatoday, « J.P Monfort » est en fait un spammer très connu à tel point qu’un Tutorial intitulé « How do I block emails from J.P. Monfort – a very well known spammer? » a été mis en ligne pour éviter aux internautes de devenir une de ses potentielles victimes.

Recueillis par R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

« Lampihazo » : Place à la danse

Michèle Ange Ralaiheilinarivony danseuse interprète, membre de la « Compagnie Rary ».

Après un janvier en musique, ce mois de février met un point d’honneur à la danse sur le  « lampihazo ». Les planches de L’Ifm Analakely seront investies par Michèle Ange Ralaiheilinarivony et « Krump Mada ». Danseuse interprète et percussionniste, son objectif en tant que danseuse est de prouver que la danse peutêtre un trait d’union entre les gens quelles que soient leurs différences. Pour sa  part, « Krump Mada » est un mouvement créé en 2013 par les « krumpeurs » de Madagascar. Cette danse révolutionnaire et hyper-excessive sera ici présentée sous la forme d’une performance chorégraphique et dans une visée pédagogique. « Krump Mada » a pour but de se professionnaliser et d’envoyer un message de paix et de solidarité entre Malgaches. A rappeler que « Lampihazo » a pour projet de faire vivre l’expérience d’une scène professionnelle aux artistes en devenir, quelle que soit leur discipline.

Zo Toniaina