Les actualités Malgaches du Mercredi 31 Janvier 2018

Modifier la date
News Mada474000 partages

Fahasalamana : mamely ny gripa mahery, tazo, fivalanana

 Tsy mifidy na lehibe na kely fa tratry ny gripa mahery sy fanaviana avokoa amin’izao fotoana izao. Ilaharana ny dokotera eny amin’ny CSB II sy ny dokotera tsy miankina. Mitovitovy avokoa ny trangan’aretina.

Mikohaka sy voan’ny sery, manakotsako ny vanin-taolana, marary an-doha, manavy sy vizana ary tsy mety mahazo hafanana. Malain-komana ary mandoa mihitsy indraindray, tsy mahatafiditra sakafo. Reraka ny marary ary miakatra hatramin’ny 39°C ny mari-pana, tsy mety mahazo aina.

Toy izany ny fisehon’ny aretina. Manome fanafody fampidinana hafanana sy “antibiotique” ny dokotera hanasitrana ny aretina. Maharitra dimy andro hatramin’ny fito andro ny fitsaboana vao manomboka mahita fahasitranana ny marary.

Mamely ny ankizy madinika ihany koa ny aretim-pivalanana sy mandoa sady miakatra hafanana.

Betsaka ireo tonga manatona tobim-pitsaboana. Mora reraka ny zazakely rehefa tratry ny fivalanana sy mandoa ka mila manolo haingana ny rano very. Hifanotofana eny amin’ny mpivarotra fanafody ny “hydrazinc” sy ny SRO manolo ny rano very. Misy mihitsy ireo zaza tsy maintsy miditra hopitaly ka alefa amin’ny “serum” ny fanafody hanavotana ny ainy.

Gripa mahery no lazain’ny dokotera fa mamely amin’izao fotoana izao. Misy ihany koa ny tazo. Matetika aorian’ny fandalovan’ny rivodoza ny mampirongatra ireo aretina ireo. Mila hamafisina ny hery fiarovana, indrindra ho an’ny ankizy sy ny reny bevohoka, mba tsy ho tratra satria marefo izy ireny.

Tatiana A

Midi Madagasikara1396 partages

Mahitsy : Lehilahy efa nahazo LP mbola tratra nangalatra môtô

Lehilahy iray izay efa manana raharaha eny anivon’ny fitsarana ary nahazo fahafahana vonjimaika no mbola tratry ny zandary avy ao Mahitsy, teo am-pangalarana môtô indray ny  faran’ny herinandro teo. “Rehefa niantso vonjy tamin’ny zandary teny an-toerana ny fianakaviana iray izay nisy namaky ny tranony tamin’io ora voalaza io ka nahavery ny « môtô »-ny dia avy hatrany dia nanao fiaraha-misalahy ireo andrimasom-pokonolona sy ireo zandary ireo tamin’ny fanarahan-dia sy ny fanakanan-dàlana. Tokony ho 900m tsy hihazoana ny tanànan’i Mahitsy raha avy any Ambohimandray no nandalo nanosika io môtô io noho ny lalana mamotaka ka tsy hahafahana mitaingina izany io mpangalatra io ka nosamborin’ireo zandary roalahy voatendry hiambina teo fotsiny ary nentina natao famotorana tany amin’ny birao” hoy ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary. Asa raha izany tokoa ny hoe tsy mety fay sa tanana efa zatra mitsotra. Raha ny fanazavana azo mantsy, dia efa voasambotra noho ny asan-jiolahy sy fandraisana anjara tamina fikambanan-jiolahy ity lehilahy tratra ity. “Efa nifindra teny Imerintsiatosika moa izy io hatramin’ny nahazoany fahafahana vonjimaika io kanefa dia izy izao mbola mandeha mamaky trano eny an-toerana izao io ihany”  hoy hatrany ny fanazavana azo. Araka izany, inoana eto fa angamba famonjana vonjimaika indray no hiandry azy eto, fa tsy fahafahana intsony.

m.L

Midi Madagasikara174 partages

Masoandro voadidina zava-boribory teto Toamasina : “Hisy loza be ho avy…” hoy ny ankamaroan’ny olona

Samy niandrandra ny lanitra avokoa ny ny ankamaroan’ny olona teto Toamasina raha vao niparitaka ny resa-be mikasika ity masoandro voadidina zava-boribory nanomboka tokony tamin’ny 10ora sy sasany teo. Samy nanana ny nambarany ny rehetra vao nahita izany, nisy mihintsy aza ireo nivavaka tampoka fa hoe “Hisy loza be ho avy” matoa mitranga eny amin’ny lanitra ny zavatra toy izao. Tao kosa ireo tsy mino izany ka nilaza fa voajanahary ny tranga toy izao izay ateraky ny rahona manify eny an-danitra. Na samy manana ny heviny aza ny rehetra tamin’ity tranga teny an-danitry Toamasina omaly antoandro ity, dia ny fanazavana azo avy amin’ny mpiasan’ny famatarana ny toetr’andro eto Toamasina, fa saika isan-taona dia misy ny tranga toy izao raha vao misy ilay rahona manify lasa ambony kokoa noho ny rahona mahazatra, ary tena voajanahary tanteraka ny zava-niseho fa tsy hisy loza na atambo hitranga izany mihintsy. Tokony tamin’ny iray ora sy sasany tolakandro teo dia nisinda ity zava-boribory nanodidina ny masoandro ity raha vao rako-drahona tanteraka ny lanitra teto Toamasina, nefa mbola nandeha hatrany ilay resa-be mikasika izany.

Malala Didier

L'express de Madagascar129 partages

Gouvernement – Olivier Mahafaly chahuté de l’intérieur

Le Premier ministre serait bousculé par un courant au sein des partisans du pouvoir. La démission ne serait cependant pas à l’ordre du jour.

Une révolution de palais. C’est ce que tenterait un courant au sein des entités partisanes du pouvoir, notamment certains membres du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM). La cible de ce soubresaut serait Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre. Ce dernier, dont les bruits d’annonce de la démission ou de l’éviction courent presque chaque semaine sur les réseaux sociaux.Une source proche de Mahazoarivo affirme que « le Premier ministre ne compte pas démissionner. Il continuera à travailler tant que le président de la République gardera sa confiance en lui ». Elle reconnaît, cependant, qu’au sein des tenants du pouvoir, un courant souhaiterait l’évincer de la Primature. Ce que confirme un député issu du camp des pro-pouvoir. Ce dernier rapporte qu’une réunion informelle des élus, partisans du pouvoir au sein de l’Assemblée nationale, s’est tenue le 22 janvier à Tsimbazaza.L’opportunité d’une retouche du gouvernement a, entre autres, été discutée durant cette réunion impromptue, comme l’a confirmé Helson Brisson Erafa, vice-président de la Chambre basse. L’élu contacté, hier, indique que l’opportunité d’un remplacement du Premier ministre a été parmi les objets de cogitation. Une initiative de motion de censure contre le gouvernement a déjà été intentée au début de la session d’octobre.Initiée, notamment, par le député Nicolas Randria­nasolo, cette tentative ratée s’expliquait selon l’élu Betroka, parce que « le Premier ministre privilégie les parvenus au détriment de ceux qui ont soutenu le président de la République depuis le début ». Bien qu’il soit membre du HVM, le fait qu’il soit perçu par certains ténors du parti comme ayant pris le train en marche les amènerait à songer à son remplacement.

MésententeÀ l’instar d’autres visages gouvernementaux évincés à cause de leurs prétentions présidentielles présumées, des doutes existeraient également sur le cas du Premier ministre Mahafaly. Des suspicions qui, selon des indiscrétions, auraient commencé suite à une autorisation de franchise douanière sur des véhicules tout terrain, durant le dernier trimestre de l’année dernière. Une action considérée par certains comme un signe des ambitions politiques du locataire de Mahazoarivo.Il s’agissait cependant de véhicules de démonstration, envoyés par un constructeur chinois qui aurait comme projet la mise en place d’une usine d’assemblage à Madagascar. La franchise douanière aurait reçu le feu vert de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République. « Il est membre du parti HVM. Ses actions cadrent également avec le programme du Président. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a rien à redire sur son travail. Seulement, de là à le dégager, je ne pense pas », défend le sénateur Alexandre Beranto.Ce membre de la Chambre haute élu dans la province de Mahajanga soutient par ailleurs qu’« étant déjà dans une année électorale, je ne pense pas qu’un nouveau changement de gouvernement soit opportun ». Il dément également, l’idée que ces tentatives d’éviction du locataire de Mahazoarivo auraient aussi pour motif « la mésentente » entre Rivo Rakotovao, président du Sénat et lui. « Ce n’est qu’une manière de diviser le parti. Au sein du HVM, nous sommes solidaires », affirme le sénateur Beranto.L’existence d’une antipathie entre les deux personnalités est pourtant confirmée par des parlementaires pro-pouvoir. « Il n’y a aucun problème entre nous, notre collaboration se passe bien. C’est juste pour diviser le parti », a déclaré Rivo Rakotovao, hier. Celui qui devra assurer l’intérim en cas de candidature du président de la République a, toutefois, ajouté que, « comme le veut la Constitution, notre rôle est de contrôler les actions du gouvernement et d’émettre notre avis lorsqu’il y a des choses qui ne vont pas ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara88 partages

Démolition de pavillons à Anosy : Un projet présidentiel en serait la cause

Mauvaise surprise pour les habitués des gargotes d’Anosy. Une opération de démolition des pavillons — celles utilisées pour vendre des snacks ou encore pour offrir des services d’impression et de scan rapides — bordant la route d’Anosy est actuellement menée.

La situation intrigue beaucoup d’observateurs de la vie publique. Notamment, sur le pourquoi, mais également sur les acteurs de l’opération de démolition de pavillons à Anosy. Tantôt, on affirme que l’initiative vient de la Commune urbaine d’Antananarivo, tantôt c’est le M2PATE qui est pointé du doigt. En tout cas, les pavillons de gargotiers sis à Anosy ont fait place à un grand chantier de démolition où jonchent des débris de planches, de fer et de tôles. Interrogée sur la question, la directrice de communication auprès du ministère en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Équipement (M2PATE) a fait savoir qu’“ aucun responsable ne peut pour le moment se prononcer ”. Et elle d’ajouter que “l’autorisation du ministre est nécessaire avant de divulguer quoi que ce soit sur l’affaire”. Propos qui tendent à répondre à la question liée aux auteurs desdites démolitions.

Ferronneries d’art. Les pavillons abritant les ateliers d’ouvrages métalliques et de ferronneries d’art de l’autre côté d’Anosy (vers Ampefiloha) sont également concernés par des actions de démolition. Un responsable d’atelier de faire savoir que “le terrain où est situé leurs pavillons appartient au M2PATE et qu’il va servir pour la construction d’un projet présidentiel ‘. Le responsable d’ajouter que leur occupation des lieux est conforme aux lois et règlements. Et que simplement ‘les déplacer sans une compensation des pertes qu’ils pourraient subir relève de la pure injustice ”. “ C’est pourquoi, nous attendons des propositions de lieu devant nous permettre de continuer notre activité “, a ajouté le responsable d’atelier. Jusqu’ici, les informations sur le pourquoi de ces actions de démolition se convergent vers un éventuel projet présidentiel. Une confirmation ou infirmation venant de la part du ministère responsable est vivement souhaitée.

José Belalahy

Tia Tanindranaza63 partages

Marc RavalomananaTsy handefasana Emmoreg rehefa eto Antananarivo

Nandeha tamim-pilaminana ny fihaonan’i Marc Ravalomanana tamin’ny vahoaka tany amin’ny toerana nalehany tamin’ity herinandro ity. Nanomboka tany amin’ny lalam-pirenena faha-4 iny teny Mahitsy izany avy eo tany Ankazobe ny alatsinainy teo,

 

 izay nifampiarahabana noho ny taona vaovao tamin’ny mpanohana rehetra. Nitohy tany amin’iny lalam-pirenena voalohany iny sy ny manodidina, ka tany Ambohibary, Ampasamanatongotra, Analavory, Antanetimboahangy, Imerintsiatosika, Mandiavato, Miarinarivo ary Soamahamanina ny tenany niaraka tamin’ireo solombavambahoaka avy amin’ny Antoko TIM sy mpikatroka maro. Tsy nisy ny sakantsakana sy fandefasana Emmoreg tao anatin’ireo hetsika rehetra teto amin’ny faritanin’Antananarivo ireo. Niova famindra ve ny fitondrana sa efa nisy fifanarahana niaro fifampidinihana tany ho any ? Sa kosa noho ny nandefasan’i Marc Ravalomanana fampahafantarana ny antsojay mahazo azy tany amin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena ? Manohana sy mankahery ary velom-panantenana aminy hatrany ny vahoaka na aiza na aiza alehany. Nandritra ity diany tany amin’ny tapany andrefan’Antananarivo ity ihany koa no nahitany an’i Saholy, tovovavy kely kamboty ray ary sahirana ara-pivelomana ny reniny. Tsy manana fahefana nampidirana an'i Saholy hianatra tamin'ity taona ity ny reniny ka nirenireny teny fotsiny izy. Omaly maraina, nitady hevitra mafy i Saholy niresahana tamin'ny filoha Ravalomanana. Tafahaona ihany ary tsy nihambahamba nilaza ny faniriany mbola hanohy ny fianarany. Nitsiky ny filoha ary nilaza fa hefainy daholo ny saram-pianarany amin’ity taona ity. Tsy niandry ela fa nampanantsoina ny reniny ary tonga dia hamonjy sekoly ny kilasy 7ème i Saholy manomboka anio.

Toky R

 

 

 

News Mada59 partages

Investissement : Madagascar classé pays à risque élevé

Les indicateurs sur l’environnement des affaires à Madagascar sont toujours au rouge, d’après le nouveau rapport sorti par l’expert en assurance crédit, Coface. Ce rapport souligne que le contexte politique et la recrudescence de la corruption  sont les principales raisons de l’ hostilité des investisseurs étrangers à venir à Madagascar.

Madagascar enregistre plus de recul que d’avancée, concernant l’ amélioration de l’environnement des affaires.  C’est ce qu’ on a pu constater dans le nouveau rapport de Coface, évaluant les perspectives macroéconomiques et l’environnement des affaires de 160 pays et de 13 secteurs d’activités. Alors que chaque pays est placé dans une des huit catégories, allant d’A1 (probabilité de défaut des entreprises très faible) à E (probabilité de défaut des entreprises extrêmement élevée), Madagascar est classé dans la catégorie D de ce rapport et est considéré comme pays à très haut risque en termes d’investissement. «L’environnement des affaires, souffrant de l’inefficacité du gouvernement et surtout de la corruption, demeure très dégradé», peut-on lire dans le rapport de Coface.

Par ailleurs, les opérateurs présents à Madagascar pointent du doigt l’insécurité grandissante dans le pays, à laquelle aucune solution concrète n’est apportée jusqu’à présent. Ces derniers ont tiré la sonnette d’alarme dans un communiqué publié le 19 janvier dernier, après la série de kidnappings enregistrée ces derniers mois.

Contexte politique fragile

 Et l’annonce de l’élection présidentielle cette année n’est pas non plus en faveur du climat des investissements, vu les foyers de tension constatés actuellement dans plusieurs domaines. Coface a évidemment abordé ce sujet en soulignant dans son rapport que  «le président Hery Rajaonarimampianina, qui a souvent dû faire face à la gronde sociale dans un pays qui vit dans la pauvreté, la corruption et des infrastructures déficientes, devra certainement batailler pour rester en place. L’organisation de l’élection présidentielle présente donc un risque non négligeable».

L’expert en assurance crédit Coface publie chaque année un guide Risques pays et sectoriels, dans lequel il évalue les économies mondiales et leur attribue deux notes. La première porte sur le risque-pays, basée sur les perspectives macroéconomiques et la probabilité de défaut des entreprises. La seconde concerne l’environnement des affaires, en fonction de la disponibilité et la fiabilité des bilans des entreprises, les performances des institutions et la facilité d’accès au marché domestique.

Riana R.

 

Midi Madagasikara45 partages

Accès à l’eau potable dans le Sud : L’Ecole des Saphirs désormais alimentée en eau

1. Les petites chercheuses d’eau, portant leur seau sur la tête.

Les longues marches pour puiser de l’eau loin du village sont désormais derrière eux. Maintenant, l’eau potable arrive directement dans leur école. « Eux », ce sont les élèves de l’École des Saphirs qui, depuis fin décembre 2017, n’ont plus à parcourir des kilomètres pour trouver de l’eau. Après 7 mois d’études et de travaux de mise en place du forage et du château d’eau, l’eau est à la portée de la main, dans leur l’école.

Cette école, située dans un environnement aride dans le village d’Antsohamadiro, entre Sakaraha et Ilakaka, a ouvert ses portes en 2008. Quelque 350 enfants du village y étaient alors scolarisés, ainsi que 46 filles venant des zones éloignées du village, accueillies à l’internat de l’école. L’eau est l’une des préoccupations quotidiennes de l’école pour assurer la préparation des repas à la cantine. « L’accès à l’eau  potable pour les besoins quotidiens est l’un des grands problèmes de la population locale et de l’école », explique l’ONG Bel Avenir qui soutient cette école. Les enfants doivent, tous les jours, effectuer un trajet aussi long que fatigant, en portant des seaux de 20 litres pour puiser de l’eau dans un ruisseau. Celui-ci ne produit pourtant qu’une faible quantité d’eau dont la propreté douteuse représente un danger pour la santé de la population. Les travaux d’adduction d’eau potable à l’Ecole des Saphirs a permis de mettre fin à 10 ans de difficultés en matière d’eau potable. Des travaux rendus possibles suite à l’engagement d’un établissement scolaire suisse qui a collaboré avec  l’ONG Bel Avenir. Parents, enseignants et élèves de cette école suisse (Etablissement Primaire de Coppet) ont fait différentes  activités dans des villages de leur arrondissement scolaire pour récolter des fonds.  De son côté, l’association JUNTOS, en Espagne, a apporté son appui à la réalisation de cette infrastructure. Un bâtiment comportant, quatre salles de classes, a été par ailleurs, offert par cette association pour appuyer l’éducation des enfants dans cette localité.

Hanitra R. 

Midi Madagasikara44 partages

« I love you Madagascar » : Un outil de promotion de la destination Madagascar.

Lancement avant-hier du concours « I love you Madagascar ». Considéré comme un outil de promotion de la destination Madagascar, ce concours d’envergure nationale mettra en compétition des réalisateurs de photos, vidéos et publications qui illustrent les merveilles de la Grande-Ile. Professionnels et amateurs pourront publier leurs œuvres sur les réseaux sociaux. Initié par le ministère du Tourisme, ce concours est appuyé par Airtel Madagascar. Chaque mois jusqu’à la fin du concours, les cinq premiers gagnants de la catégorie photo, vidéo et écrits seront primés. Des voyages à Nosy-Be et à Sainte-Marie, des routeurs portatifs, des forfaits d’appels, des volumes internet jusqu’à 2Go pendant 3 mois, jusqu’à 100.000Ar par Airtel Money, des packs des cadeaux … seront offerts à chaque fin de mois. Le jury qui appréciera la qualité de chaque œuvre est composé des représentants du Ministère et d’Airtel.

« Nous possédons une île exceptionnelle riche en biodiversité. Chaque Malgache devrait être un ambassadeur de l’île Trésor et devrait protéger, défendre et promouvoir sa beauté. Il va de soi que la diversité de sa population et de sa culture fait également partie de cette richesse mais pas assez connue. C’est la raison pour laquelle il est naturel d’agir à travers « I love you MADAGASCAR ». Nous savons aussi que le réchauffement de la planète est un problème mondial. Il faudrait en prendre conscience et nous devons agir, à travers notamment des actions de promotion de destination des pays à forte potentialité en termes de tourisme durable dont MADAGASCAR fait partie des leaders.» a expliqué le ministre du Tourisme Roland Ratsiraka,

« Le tourisme étant un pilier du programme d’émergence de Madagascar, Airtel, en soutenant ce concours, met sa technologie au service du développement. Conscients du potentiel de la Grande-Ile et des efforts entrepris par le ministère afin d’accroître le nombre de visiteurs, nous soutenons cette belle initiative du ministre Roland Ratsiraka qui s’inscrit dans sa politique et stratégie de développement. Par ailleurs, ce partenariat est la continuité de l’application « Madagascar l’île Trésor » développé par Airtel et le Ministère en 2017 et disponible sur Android et Ios. » a, pour sa part déclaré Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar.

R.Edmond.

Midi Madagasikara35 partages

Le peu d’intérêt des Malgaches pour les listes électorales

« Les Malgaches ne se bousculent pas pour s’inscrire sur les listes électorales ». Le constat du KMF-CNOE est amer et il est significatif de l’état d’esprit des citoyens qui semblent ne pas prendre en considération l’échéance électorale importante de cette année. Un délai supplémentaire a été demandé pour permettre aux uns et aux autres de vérifier au « fokontany » la présence de leurs noms sur les listes électorales ou sinon de s’y inscrire. Une campagne de communication, si cela se confirme, est donc nécessaire pour conscientiser les hommes et les femmes de ce pays pour leur faire prendre conscience de l’importance de ce droit de vote qui peut changer leur avenir.

Le peu d’intérêt des Malgaches pour les listes électorales

Les hommes politiques, en général, et ceux qui sont au pouvoir actuellement, en particulier, devraient se demander pourquoi les Malgaches ne semblent pas concernés par les questions électorales. En fait, cette désaffection touche la majorité des Malgaches qui éprouvent une véritable lassitude devant la mascarade à laquelle ils assistent depuis un certain temps. Les aînés ne cessent de récriminer devant la faiblesse du discours qu’ils entendent, mais ce qui est grave, c’est que les jeunes manifestent un désintérêt voire une véritable indifférence pour les questions politiques. Ces derniers devraient pourtant former le contingent le plus important d’électeurs lors de cette élection présidentielle. Les jeunes vivent très mal les conditions difficiles auxquelles ils sont assujettis tous les jours. Ils sont désabusés et ne croient plus aux belles perspectives qu’on leur fait miroiter. Mais ils constatent l’immobilisme qui a fait régresser le pays. Comme le système semble parfaitement verrouillé, ils ne voient aucune alternative poindre à l’horizon. La clôture des listes électorales a lieu ce soir, nous affirment les responsables du ministère de l’Intérieur. Le CENI va ce matin le confirmer. Si aucune disposition n’est prise pour accorder un délai supplémentaire aux retardataires, le score de cette élection présidentielle ne reflètera pas avec exactitude l’opinion des citoyens de ce pays.

Patrice RABE

La Vérité25 partages

Ny Rado Rafalimanana - Système « Vatoeka » pour dynamiser la jeunesse

Le président-fondateur de l'ONG Ny Fanahy Maha Olona, Ny Rado Rafalimanana, a révélé sa détermination à réactualiser le concept de « Vatoeka » à travers son programme. C'est hautement symbolique pour lui. La paternité revient au colonel Richard Ratsimandrava, assassiné le 11 février 1975. Le système initié par le défunt officier supérieur de la gendarmerie nationale accordait une grande importance à la communauté de base typiquement malagasy appelée fokonolona. Il laissait le peuple s'exprimer librement en prenant en compte les avis et souhaits de chacun dans le processus de prise de décision.

Se gardant de copier tout simplement une telle manière de faire, Ny Fanahy Maha Olona se veut être le continuateur fidèle du programme déjà oublié ou méconnu par la plupart des Malagasy. En effet, l'équipe dirigée par Ny Rado Rafalimanana a effectué une descente de consultation à Fianarantsoa les 27 et 28 janvier à l'Espace Royal pour initier le programme de lancement du projet Vatoeka.Dix sept secteursLa richesse culturelle du point de vue intellectuel de la Matsiatra Ambony a motivé le choix. Elle est un creuset de l'intelligentsia malagasy. Pourtant, il s'agit aussi d'une région exposée à un désordre économique et social à cause de la recrudescence des actes de banditisme. Lors de la descente, l'équipe a concentré ses interventions sur les clarifications nécessaires au sujet du projet Vatoeka décliné en dix sept secteurs d'activité.Entre autres, l'agriculture et l'élevage en font partie intégrante. Dans l'ensemble, les 22 régions de développement de l'île sont toutes concernées. Selon son promoteur, le projet entend mettre sur les rails des systèmes de formation technique et en gestion au profit de la jeunesse locale à travers la création d'emplois et le changement de paradigme pour aller de l'avant.Pas de repèresConsciente des potentialités existantes au pays, en termes de ressources intellectuelles et naturelles, l'ONG Ny Fanahy Maha Olona est résolue à réveiller et valoriser le talent sommeillant en chaque jeune malagasy pour son propre avenir et au service des objectifs de développement durable de la nation. N'ayant vraiment pas de repères dans ce sens, les jeunes ont besoin de soutien et de guide, d'où la conceptualisation et le lancement du projet Vatoeka.Fort des expériences acquises sous d'autres cieux, et ce, après une absence plus ou moins longue au pays natal, Ny Rado Rafalimanana a décidé de rentrer chez soi pour concrétiser sa vision. Selon des précisions, celle-ci consiste à restaurer le pouvoir et la dignité du peuple malagasy. « Madagascar mérite une vie meilleure. Nous sommes intelligents et avons en main toutes les ressources pour réussir économiquement et socialement », a-t-il indiqué.M.R.

Midi Madagasikara22 partages

Biodiversité : Deux nouvelles espèces de poissons endémiques au cœur d’un programme d’Ambatovy

Deux espèces de poissons nouvellement découvertes par les scientifiques font l’objet d’une série d’activités de conservation dans le cadre d’un programme spécifique de gestion des poissons endémiques mis en œuvre par Ambatovy.

 

Plus de 6.000 individus de poissons endémiques Ratsirakia sp. et Rheocles sp. ont été sauvegardés dans les zones de défrichement du site minier d’Ambatovy à Moramanga dans le cadre d’un programme de gestion des poissons endémiques mis en œuvre par la compagnie minière Ambatovy. Ces poissons font partie intégrante des richesses en biodiversité existantes dans le complexe forestier d’Ambatovy. Ils ont été transférés dans des rivières non impactées par la mine, et des bassins naturels situés dans les zones de conservation autour de la mine de la compagnie. Les travaux de suivi écologique menés après leur transfert ont permis l’inventaire des individus juvéniles, démontrant par conséquent, que les poissons s’adaptent bien à leurs nouveaux habitats. Actuellement, Ambatovy est en train de procéder à l’étude génétique, la description morphologique et la zone d’occurrence de ces poissons afin qu’ils puissent avoir leurs noms scientifiques et leur statut UICN.

 

Unique au monde. Avant la découverte de ces nouvelles espèces de poissons, le genre Ratsirakia ne comptait qu’une seule espèce connue des scientifiques à l’échelle internationale. Il s’agit de Ratsirakia legendrei, un poisson d’eau douce de la famille des Eleotridae. Cette unique espèce connue avant aujourd’hui, est elle-même endémique de Madagascar, décrite en 1919 par le zoologiste français Jacques Pellegrin. Ce scientifique a même consacré un ouvrage entier sur Les poissons d’eaux douces de Madagascar et des îles voisines (Comores, Seychelles, Mascareignes), publié en 1933. Avec la découverte des nouvelles espèces du genre Ratsirakia et Rheocles, ces poissons auront prochainement des noms scientifiques et un statut UICN, celui- ci étant le statut de conservation d’une espèce selon l’Union internationale de la conservation de la nature (UICN) en fonction du niveau de danger exercé sur l’espèce. Ce statut sert d’indicateur permettant d’évaluer l’état des populations de l’espèce, lequel est susceptible d’évoluer d’une période à une autre.

Recueillis par Hanitra R.

L'express de Madagascar22 partages

Matières premières – Le cacao au bord du K.O

Un séminaire international sur l’amélioration de la filière cacao se déroule pendant trois jours à Antananarivo. Le contexte du cacao est catastrophique.

Difficile maintien d’une production de qualité. La filière ne cesse de connaître une régression, seulement huit à dix mille tonnes de production en moyenne, alors que l’Indonésie en produit 300 000  par an et entend la doubler en dix ans. Certes, la superficie de culture ou encore le nombre de producteurs ne sont pas les mêmes, mais ces chiffres comparés sonnent mal dans la tête. La Grande île n’est que le 20e producteur mondial, alors que la demande internationale évolue progressivement depuis des années, et que le pays abrite les meilleures variétés en arômes de cacao.La filière est confrontée à plusieurs problématiques.« La fluctuation des cours mondiaux pénalise les producteurs. Le verger de Sambirano, qui date de l’époque coloniale, connaît un vieillissement des plants et les efforts de renouvellement sont restés marginaux », admet le Conseil national du cacao de Madagascar. Trente trois mille producteurs de cacao sont localisés dans la vallée du Sambirano, dans la région Diana. Les infrastructures sont vétustes et non règlementaires, conduisant à de faibles rendements. « Les techniques post-récoltes sont vivement à améliorer», indique une chercheure du Fofifa, « et nous recommandons la promotion de l’utilisation à grande échelle des plants obtenus par voie végétative », a-t- elle ajouté. « Les défis sur la conservation de la qualité, la diversification de la production tout en améliorant les revenus des paysans producteurs ou encore le changement climatique attendent l’ensemble des acteurs de la filière cacao », explique une autre analyste présente au séminaire international  pour une filière cacao durable à Madagascar, qui se tient à l’hôtel Carlton depuis hier et encore jusqu’à demain.

PlanLe séminaire veut amener l’ensemble des acteurs de la filière  à réfléchir aux besoins  en terme d’organisation pour rendre la filière durable. Le directeur exécutif de l’International cocoa organization (ICCO), Jean Marc Anga, avec quelques  experts internationaux sur la filière cacaoyère sont ainsi dans nos murs pour appuyer la sortie de crise du cacao malgache. L’ICCO, en tant qu’organisation mondiale rassemblant les pays producteurs, consommateurs, commerce et industrie du cacao, dont Madagascar en est membre, entend contribuer à la résolution des problématiques d’ordre structurel, institutionnel et commercial qui désorganisent la filière malgache.« Il est primordial que les acteurs nationaux du secteur élaborent un plan national sur le cacao, s’activent sur la promotion de la consommation du cacao sur le marché national et régional tels que le Comesa ou le Sadc et se penchent sérieusement sur la diversification du cacao labellisé « cacao fin » par l’organisation mondiale du cacao (ICCO)», a-t-il exhorté. La première journée d’hier a ainsi déterminé où la Grande île veut exactement aller dans la filière cacao. La valorisation du cacao malgache sur les marchés internationaux et la gouvernance de la filière sont également au menu.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara20 partages

Vola sandoka : Olona telo nidoboka am-ponja omaly

Vola saika harotsaka teo anivon’ny biraon’ny mpampindram-bola madinika iray no nahitana ireo vola sandoka. Nampandre ny zandary avy hatrany ny mpiasa tao ary ireo no nanatontosa ny fisamborana. Nanoro ny olona izay nahazoany ny vola io olona io ka isan’izany ny rafozany. Dia nitohy hatrany ny fanadihadiana izay tonga hatrany amin’ny mpivaro-kena. Olona telo no voarohirohy tao anatin’izany ary nidoboka am-ponja rehefa natolotra ny fampanoavana, omaly. Ny fampiasana milina fijirihina vola no tena nanampy betsaka tamin’ny fahitàna ireo vola sandoka. Efa misy ny fiaraha-miasan’ny orinasa amin’ny mpitandro ny filaminana raha mitranga izany. Endrika fanadiovam-bola rahateo ny fametrahana vola maloto (sandoka) eny anivon’ny banky. Isan’ny handrasan’ny maro ny mba hahatrarana tanteraka ny niavian’ny vola, izany hoe ny misy ireo milina fanaovana izany.

D.R

News Mada19 partages

Beauté naturelle de Madagascar : les nominés au concours sortent du lot

L’Usaid Madagascar commence à publier sur facebook depuis hier, les nominés au concours de photographies pour carte postale portant sur le thème «La beauté naturelle de Madagascar». Parmi les tops 3, la photo «Paroedura maingoka» de Andriah Laingo Rakotomavo, représentant un gecko terrestre de Madagascar, a été choisie dans le cadre de la campagne de lutte contre le trafic d’animaux sauvages. On ne trouve le «Paroedura maingoka» que dans le sud-ouest de Madagascar, où il ne peut survivre que dans certaines conditions environnementales. Classé parmi les espèces quasi-menacées, il risque aujourd’hui de disparaître à cause de la perte continuelle de son habitat naturel.

D’un côté, parmi les tops 10 figure le «Lever de soleil à Foulpointe» de Tahirisoa Sambatra Rakotomalala, qui met en exergue un jeune paysan qui se lève avec le soleil pour chercher des «Tekateka» (moules), et de les vendre ensuite pour gagner de l’argent.

«La beauté naturelle de Madagascar» est un concours organisé conjointement par l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar, l’Usaid Madagascar et le ministère du Tourisme malgache au mois d’octobre 2017. L’objectif n’est pas seulement de mettre en valeur le travail et la passion de nombreux photographes amateurs et professionnels, parfois méconnus, mais aussi dans un souci de valoriser la biodiversité de l’île et de sa conservation. Allant dans ce sens, les photos ont été jugées selon le message qu’elles véhiculent.

Les soumissions gagnantes feront l’objet d’une exposition à la galerie de l’American center Tanjombato, ce mois de mars. Quant aux photos considérées comme les plus appropriées pour appuyer le message de la lutte contre le trafic des espèces sauvages, elles feront l’objet d’une impression comme carte postale, et d’une distribution sur tout le territoire national.

Sera R.

 

Midi Madagasikara19 partages

Gouvernement : « Team building » à Mantasoa

L’équipe gouvernementale abandonnera provisoirement le terrain de Mahazoarivo et d’Iavoloha pour jouer à Mantasoa les 14 et 15 février prochains.

Un conseil de gouvernement s’est tenu hier à partir de 9 h à Mahazoarivo. Deux décrets ont été adoptés, l’un au titre du ministère des Travaux Publics; et l’autre pour le compte du ministère des Finances et du Budget. Par ailleurs, cinq communications verbales ont été effectuées par six ministères. De l’Economie et Plan aux Travaux Publics, en passant par l’Education nationale, la Santé Publique, l’Emploi, l’Enseignement Technique et la Formation professionnelle.

Lois électorales. Un second conseil de gouvernement est prévu aujourd’hui. A l’ordre du jour, les projets de lois électorales qui vont être réexaminés dans l’après-midi en conseil des ministres à Iavoloha. L’occasion sans doute aussi pour le président de la République de faire un rapport sur sa participation au 30e sommet de l’Union Africaine à Addis-Abeba où il a fait savoir que Madagascar souscrit pleinement à la décision de l’UA de faire de la lutte contre la corruption le thème majeur de cette année 2018.

Cohésion. Hery Rajaonarimampianina ne manquera pas non plus de parler des deux descentes sur terrain qu’il a faites en marge du sommet. En l’occurrence, la visite du métro et celle du chantier de construction de logements sociaux à Addis Abeba. Le conseil des ministres de ce jour pourrait être également l’occasion pour le chef de l’Etat d’annoncer le « team building » qui sera organisé à l’intention des membres du gouvernement les 14 et 15 février prochains à Mantasoa. L’objectif étant sans doute le renforcement des capacités des membres et la consolidation de la cohésion de l’équipe gouvernementale. Sans oublier la gestion du stress en cette année électorale. En tout cas, à l’issue de cette villégiature sur les bords du lac de Mantasoa, l’Exécutif espère certainement remonter sur l’eau.

R.O

Midi Madagasikara18 partages

Police nationale : Trois vindictes populaires évitées en trois jours

Depuis le vendredi 26 janvier jusqu’au dimanche 28 janvier, la police nationale a pu sauver trois individus qui ont failli subir la vindicte populaire. Ces trois cas ont eu lieu à Mampikony, Ambondromamy, et à Faratsiho. Le directeur de la Sécurité publique (DSP) auprès du ministère de la Sécurité intérieure a fait cette précision pour sensibiliser le public sur la nécessité de collaborer pour lutter contre cette pratique devenue courante depuis ces derniers temps. D’après lui, la police a pu intervenir car elle était alertée à temps. Parlant du cas d’un homme lynché à mort par des étudiants à l’université d’Andrainjato à Fianarantsoa, le DSP affirme que l’enquête suit son cours et les responsables de cet acte devront être remis au tribunal. Il ajoute que la prévention de cet acte qui porte atteinte aux droits de l’Homme est l’affaire de tout un chacun. Les autorités, les élus locaux et les notables doivent prendre leur responsabilité à partir de la sensibilisation de la population. « Quant à la Police nationale, elle ne cesse d’améliorer sa manière de travailler pour rétablir la confiance de la population avec cette institution », souligne-t-il.

T.M.

Midi Madagasikara18 partages

Liste électorale : 300 000 électeurs à trouver en 24h

Sauf prolongement du délai initialement  imparti, la liste électorale sera provisoirement arrêtée ce soir.

L’objectif de 10 millions d’électeurs ne sera pas atteint. Jusqu’à hier à 18h, un peu plus de 9.600.000 électeurs sont inscrits dans la liste, alors que le délai imparti pour l’inscription et l’arrêtage provisoire de ladite liste expirera aujourd’hui au niveau des «Fokontany». Passé ce délai, les «Fokontany» renverront la liste à la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) pour que celle-ci puisse l’imprimer avant de procéder à une autre étape du processus. « A l’allure où évolue la situation, l’objectif initialement fixé ne sera pas atteint. On n’a enregistré jusqu’ici qu’un peu plus de 9.600.000 électeurs. Donc, il faut trouver un peu plus de 300.000 électeurs pour que le cap de 10 millions soit atteint. », a expliqué hier  le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo qui se veut être réaliste. Avant de rajouter : « Lorsque la liste provisoirement arrêtée au niveau des «Fokontany» parvient à la CENI, nous l’imprimons. C’est une innovation. Une fois imprimée, la CENI renverra au niveau des «Fokontany» ladite liste pour que les électeurs puissent pendant 20 jours faire des réclamations et des contestations.  Il ne s’agira plus des nouvelles inscriptions, mais de vérifier si les précédentes inscriptions comportent  des fautes. »

Potentiel de 13 millions d’électeurs. Pourtant, le commissaire électoral Thierry Rakotonarivo de préciser : « Les électeurs non inscrits peuvent dans ce délai de 20 jours faire des réclamations, mais leurs réclamations ne seront pas forcément exaucées par le Comité Local de Recensement Electoral (CLRE). Par contre, si ces électeurs non inscrits ne sont pas satisfaits, ils peuvent attaquer la décision du CLRE devant la juridiction compétente qui va statuer par la suite sur leurs requêtes. »  Interrogé sur l’éventuel impact de la non atteinte de l’objectif de 10 millions d’électeurs sur les futures élections, le vice-président de la CENI de répondre : « Madagascar compte actuellement environ 25 millions d’habitants, sur qui, on a un potentiel de 13 millions d’électeurs. Mais, pour ne pas être trop ambitieuse, la CENI, dans sa stratégie, a fixé la barre à 10 millions d’électeurs. La non atteinte de cet objectif n’aura pas d’impact sur la crédibilité et la fiabilité des futures élections, peut-être sur la légitimité des futurs élus, mais pas sur la crédibilité des élections. La seule condition qui peut justifier l’annulation d’une élection, est lorsque les électeurs n’ont pas voté dans la moitié des bureaux de vote répartis dans toute l’île.

Prolongement. Quoi qu’il en soit, la liste électorale sera définitivement clôturée le 15 avril prochain. Hier, le KMF/CNOE, une organisation de la société civile spécialisée dans l’observation des élections, a demandé à ce que le délai d’inscription dans la liste électorale soit prolongé.  Ce prolongement permettrait également au ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation d’atteindre l’objectif de 500.000 électeurs inscrits à partir des jugements supplétifs. En attendant, bon nombre d’électeurs s’impatientent de connaître le calendrier électoral (Présidentielles et Législatives).

R.Eugène
Midi Madagasikara16 partages

MBC : Un salon des Mines et du Pétrole sera organisé

Promouvoir le secteur extractif en vue de contribuer au développement socio-économique de Madagascar. Tel est l’objectif de Média Consulting en organisant un salon des Mines, du Pétrole et de l’Equipement qui aura lieu au Mining Business Center à Mamory Ivato du 13 au 15 avril 2018. « Il s’agit d’une plateforme de rencontre entre toutes les parties prenantes du secteur dont entre autres les opérateurs locaux, l’Administration, les investisseurs étrangers et les bailleurs de fonds. Nous prévoyons entre 30 et 40 exposants issus de ces trois secteurs porteurs et stratégiques lors de la 2e édition de ce salon », a expliqué Bodo Andriamasinoro, Responsable commercial de Média Consulting.

Succès. Les organisateurs envisagent d’institutionnaliser cet événement tous les ans si la première édition s’est tenue en juin 2014. « Et cela a été un succès car tous les opérateurs, aussi bien nationaux qu’internationaux, ont été satisfaits de l’événement », a-t-elle rajouté. Quant à la 2e édition du salon des Mines, du Pétrole et de l’Equipement, toutes les compagnies oeuvrant dans la phase d’exploration jusqu’à la phase d’exploitation oeuvrant dans les domaines miniers et pétrolifères y seront représentées. Il en est de même pour les compagnies opérant en amont jusqu’en aval du secteur pétrolier. Les exploitants issus de la petite mine y participeront également.

Cibles. Par ailleurs, des concessionnaires présenteront leurs matériels et équipements ainsi que de gros engins servant à l’exploration et à l’exploitation des mines et du pétrole durant le salon. En outre, les différentes pierres précieuses, pierres fines et pierres industrielles ainsi que les produits de transformation comme les gemmes taillées et les bijoux, y seront exposés. Et enfin, « des conférences-débats suivant des thématiques seront organisées, et ce, suivies de diverses animations dans le cadre de cette 2e édition du salon des Mines, du Pétrole et de l’Equipement. Le grand public, les scientifiques, les étudiants, les ONG et bien d’autres prestataires sont nos cibles », a conclu Bodo Andriamasinoro.

Navalona R.

Midi Madagasikara14 partages

Anivorano Avaratra : Deux adolescents tués par la foudre

La commune d’Anivorano Avaratra, région Diana était dans la panique l’après-midi du lundi 29 janvier. Deux adolescents, une fille et un garçon, ont été tués par la foudre dans la rue. Selon les informations, la tragédie s’est produit quand ces élèves du CEG d’Anivorano Avaratra étaient en route pour rejoindre leur domicile. Ce lundi-là, une pluie orageuse a eu lieu dans la localité. Pour manifester leur solidarité avec les familles des victimes, les autorités locales ont décidé de faire de la journée du lundi 29 janvier, un jour de deuil. En effet, toutes les écoles ont été fermées. Les élèves du CEG et tout le personnel enseignant et administratif de cet établissement ont assisté aux funérailles des victimes.

T.M.

Midi Madagasikara14 partages

Cinéma : « Lakana » de Lova Nantenaina en lice pour le FEMI

On ne le redira jamais assez. Le cinéma malgache existe et plusieurs cinéastes percent à l’international à l’image de Lova Nantenaina. Cette année, « Lakana » est en lice pour le FEMI.

Doucement mais sûrement, le cinéma malgache se place et trouve son lieu d’être dans les festivals internationaux. Pour la 24e édition du Festival afro-américain FEMI en Guadeloupe, « Lakana », le court-métrage de Lova Nantenaina est en lice. Le cinéaste représentera Madagascar à ce rendez-vous francophone du cinéma de la Caraïbe du 11 au 19 mai.

Unique festival francophone de cinéma de cette ampleur dans la Grande Caraïbe, FEMI se donne pour mission de l’occasion de découvrir le meilleur du cinéma international à travers une programmation diversifiée de films incitant à la réflexion sur des sujets de société, mais aussi de dénicher des talents en devenir et mettre en lumière des talents confirmés. Une occasion de voir chaque année plus de 60 films locaux, régionaux et internationaux, longs métrages, courts métrages, documentaires souvent inédits et en avant-première. La programmation se veut éclectique, pédagogique et très riche.

Volonté. Pour les cinéastes malgaches, le combat n’est pas encore gagné, cependant, la volonté paye. D’après Lova Nantenaina, « être cinéaste demande un travail d’équipe et ainsi s’entourer de professionnels pour accomplir un projet de film est un gage de réussite. On ne peut pas tout faire et chaque poste est un métier. Il faut savoir écrire l’image et le son pour faire ce genre de film. Et c’est pour cela que notre association « Asa Sary » fait des ateliers et des workshops pour pallier à l’inexistence d’école de cinéma et d’audiovisuel au pays. Il y a d’abord un projet de film et une conviction du porteur du projet d’aller loin et après le reste intervient au niveau de la production, des chaînes de télé et de la distribution », relate-t-il.

Effectivement, faire des films est un métier de passion qui reste ardu mais, le ravissement de sortir ses œuvres en vaut la peine. « Nous aimerions que le septième art malgache trouve sa place comme vecteur de notre culture et surtout de notre vision du monde », conclut le cinéaste.

Maharindra

Midi Madagasikara12 partages

Réconciliation nationale : Le CFM à Faravohitra

Après l’amiral Didier Ratsiraka, c’était hier au tour de l’ancien président Marc Ravalomanana de recevoir la délégation du CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy) conduite par son président Maka Alphonse. Marc Ravalomanana a été assisté hier à Faravohitra par le secrétaire général du TIM Donat Andriamahefamparany et les parlementaires du parti. « La rencontre a été enrichissante, car elle a permis non seulement de faire connaître la principale mission du CFM, mais également d’entendre les vœux du camp de l’ancien président pour les futures élections. Les deux parties étaient unanimes sur la nécessité d’un dialogue et d’un apaisement politique avant les élections. On s’est convenu que le camp de l’ancien président enverra au CFM des documents décrivant les faits qu’il pense avoir compromis ces derniers temps la stabilité politique dans le pays.», a expliqué Maka Alphonse. Après Faravohitra, le CFM poursuivra ses rencontres avec les acteurs politiques majeurs, les entités de la société civile et les chefs d’église.

Eugène
Midi Madagasikara11 partages

Ambohidratrimo : Nanjaka tokana ny mpanafika

Ny alin’ny alahady hifoha alatsinainy no tonga nanafika ny trano iray tao Ambatolampy Tsimahafotsy, ny jiolahy  valo. Nitondra tohatra ary tafakatra hatrany amin’ny lavarangana. Mbola nanam-potoana koa aza nanala ny « grille de protection ». Henon’ny tompon-trano izany ka nahatonga azy ireo nidina tany ambany rihana ary niafina tao amin’ny trano iray izay notohanana tamin’ny gony feno siramamy ny varavarana mba tsy hahafahan’ireo olon-dratsy miditra ao. Niaro ny ainy ilay fianakaviana kely nefa koa tetsy andanin’izany, dia toa nanamora ny fitaoman’ireo olon-dratsy ny entana izay nilainy izany. Nanana fotoana izy ireo tamin’ny fikarohana ny vola tao an-toerana. Mpivarotra ny voaroba ary mbola nisy entana maro tao amin’ilay trano.

D.R

Midi Madagasikara11 partages

Kickboxing : Mamy Rasolotafika propulsé à la tête de la fédération

Les Championnats d’Afrique de full contact, low-kick et K1 rules du 19 au 24 mars au Palais des Sports de Yaoundé sera le rendez-vous majeur de l’année de la nouvelle équipe de Mamy Rasolotafika.

Une nouvelle tête. Mamy Rasolotafika a été élu président de la Fédération malgache de kickboxing et disciplines associées (FMKB/DA). Il succède à Briand Andrianirina pour un mandat de quatre ans. Il a raflé toutes les voix des ligues votantes 9/9 lors de l’assemblée générale élective qui s’est tenue, hier, au Palais des Sports de Mahamasina en présence de Rosa Rakotozafy, directeur du sport fédéral et de Finaritra Privat, Chef de service du contrôle de la légalité. Son adversaire Alexandre Rakotonandrasana, président du Centre international de sport de combat (CISC) d’Analamanga part sans la moindre voix. « Mon prédécesseur, Briand Andrianirina a porté haut le kickboxing malgache. Nous allons poursuivre ses actions et apporter une nouvelle vision dans le développement de cette disciplines », a fait savoir Mamy Rasolotafika. « Notre objectif est qu’en 2022, toutes les 22 régions de Madagascar auront une ligue de kickboxing », a-t-il poursuivi.

Championnats d’Afrique. Les combattants malgaches sont très redoutés sur le Continent par ses pairs. Les Championnats d’Afrique de full contact, low-kick et K1 rules du 19 au 24 mars au Palais des Sports de Yaoundé attendent la nouvelle équipe dirigeante de la FMKB/DA. « Le regroupement de l’équipe nationale pour cette joute africaine va débuter très prochainement après la sélection effectuée par les techniciens. Une dizaine de combattants fera le déplacement au Cameroun », continue le nouveau président. Absent sur la scène du kickboxing malgache ces derniers temps, l’ancien champion d’Afrique Anigaêl Gastros Maronirina revient sur le devant de la scène et occupe le poste de directeur technique national. « Je suis fier que le kickboxing malgache ait un président, un ancien combattant ouvert à la communication et capable de garder la dragée haute de la discipline, voire l’amener encore plus loin. Il a tous les atouts », s’éclate Harifetra Mino Rakoto, le président de la ligue régionale d’Analamanga aux journalistes.

T.H

 

Les membres du comité exécutif

Président : Mamindraibe Rasolotafika.

Vice-président : Pierre Raherinjanahary.

Secrétaire Général : Patrick Rakotoarimanana.

Trésorier : Gionot Herilanto.

Commissaire aux comptes : Marc Botofahatelo.

Conseillers: Myriam Raby.

Norosoa Randrianirina.

Directeur technique national : Anigael Maronirina.

L'express de Madagascar9 partages

Tennis – Harivony et Rija nommés capitaines

Les dés sont jetés. La Fédération malgache de tennis (FMT) a fini par trancher par rapport aux nominations des deux capitaines en Coupe Davis et en Fed Cup pour la saison 2018.Après avoir étudié les dossiers des candidats ainsi que leurs implications dans le monde du tennis malgache, la FMT a donc retenu le nom de Harivony Andrianafetra pour être le nouveau capitaine de la sélection malgache en Fed Cup. Cette prestigieuse compétition du groupe 3 dont Madagascar fait partie se déroulera à Tunis à partir du 16 avril.«C’est un honneur pour moi d’avoir été retenu en tant que capitaine.. Je ferai de mon mieux pour cette édition 2018 à Tunis. Je commence déjá à contacter les joueuses qui seront succeptibles d’intégrer la sélection nationale», déclare Harivony qui succède donc à Natacha Randriantefy.Chez les hommes, en Coupe Davis, Rija Rajaobelina qui était redevenu capitaine de la sélection malgache depuis 2013 jusqu’en 2017, vient d’être reconduit à son poste. Il aura à préparer la sélection malgache pour la Coupe Davis du groupe 3 de la zone Afrique qui se jouera à partir du 18 juin à Nairobi au Kenya sur terre battue. Sa délicate mission sera de faire rejouer Madagascar en groupe 2 de la zone Euro-Afrique en 2019.

D. R.

News Mada8 partages

« Employe de l’annee 2017 » : DHL récompense ses employés

DHL Madagascar ne manque pas chaque année de récompenser les efforts de son personnel. Dans ce cadre,  cette société de transport international organise l’élection de l’employé de l’année. Pour ce faire, tous les employés sont nominés et chaque employé procède au vote de celui qu’il croit avoir été meilleur dans son travail, tant au niveau performance qu’au niveau relationnel.

Cette année, Rado Andry Hubert est élu «Employé de l’année 2017» avec quatre autres personnes. Ils ont reçu un certificat attestant cette nomination, lors de la cérémonie du «Town hall» de la société, qui s’est déroulée vendredi dernier à l’hôtel le Pavé Antaninarenina. En sus, ces derniers ont également reçu des primes de la par de la société. Ce genre de nomination fait partie de la reconnaissance de DHL pour ses employés et ceci lui a valu, en partie, le titre de «Top Employeur» depuis maintenant trois ans.

Disposant d’un diplôme de Licence en gestion et occupant le poste de magasinier dans cette société, Rado Andry Hubert, orphelin de SOS Villages d’enfants Vontovorona, faisait partie des bénéficiaires des stages professionnels de DHL en 2013, dans le cadre de la Responsabilité sociale en entreprise de la société sur le volet «Go teach». En 2014, il a été recruté comme magasinier dans le projet de DHL avec Telma. Sérieux dans son travail, toujours disponible pour aider ses collègues, il sait demander de l’aide et conseille en cas de besoin. Un vrai professionnel avec un esprit d’équipe.

Recueillis par Fahranarison

Midi Madagasikara8 partages

Développement numérique : Intensification des projets après une bonne performance

Le bilan pour le secteur des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique est satisfaisant, selon les résultats présentés par le ministère de tutelle. De grands défis seront encore relevés pour cette année.

 

Les TIC figurent parmi les secteurs les plus performants dans l’économie malgache. Les indicateurs économiques le précisent, aussi bien au niveau de la création d’emplois que de la contribution à la croissance. C’est ce qui est ressorti de la présentation de bilan du Ministère des Postes des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), dans le cadre de sa cérémonie de présentation de vœux qui s’est tenue le vendredi 26 janvier 2018 au CCI Ivato. En se référant à la situation de 2014, le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy a mis en avant l’évolution du développement numérique à Madagascar, qui n’est plus à démontrer. « Etant dans un Etat de droit, toutes les actions doivent être entreprises dans le respect de la loi en vigueur. C’est pour cela que nous avons priorisé la mise en place d’un cadre réglementaire convenable, dès notre prise de fonction, afin de partir d’une bonne base. Il faut croire que ces actions ont porté leurs fruits, si l’on se réfère à la situation d’il y a quatre ans passés. Nous savons que la loi 2005-023 régissant la télécommunication a été promulguée en 2005, mais son Décret d’application n’est sorti qu’en octobre 2014. Cela a permis la mise en place de l’ARTEC (Autorité de Régulation des Technologies de Communication), opérationnelle depuis avril 2015, en remplacement à l’OMERT. Cette loi 2005-023 permet également la libéralisation totale du secteur des télécommunications », a noté le Ministre Neypatraiky Rakotomamonjy dans son discours.

Défis. Le ministre n’a pas manqué de saluer le Plan « Fisandratana 2030 » présenté par le président Hery Rajaonarimampianina. D’après ses dires, il s’agit d’une vision à long terme qui prouve l’implication du régime actuel à bâtir un avenir meilleur pour les générations futures. « Le président se soucie de l’avenir du pays. La Constitution actuelle précise qu’il ne pourra plus se porter candidat à la présidentielle en 2023, alors qu’il nous offre un programme et une vision qui s’étendent jusqu’en 2030 », a soutenu le ministre. En ce qui concerne cette année électorale 2018, celui-ci a indiqué qu’il s’agit d’une dernière ligne droite pour les grandes réalisations. Pour le MPTDN et ses organes rattachés, le bilan est déjà satisfaisant, si l’on se réfère à l’évolution de l’accès de la population aux technologies numériques. En effet, de nombreuses actions menées dans le cadre du projet présidentiel « Numérique pour tous », ont permis aux différentes régions de la Grande Ile, jusque dans les zones enclavées, de bénéficier de ces technologies, si l’on ne cite que le lancement du cyber-bus, la mise en place de vitrines numériques, les partenariats pour la réduction des fractures numériques, le lancement des smart-cities, etc. En outre, le MPTDN est l’un des rares départements ministériels à ne pas avoir connu de grève.

Social. Durant la cérémonie du vendredi 26 janvier, le Ministre Neypatraiky Rakotomamonjy a également attribué deux véhicules neufs pour le personnel du MPTDN. « Cela s’inscrit dans le cadre de la réalisation des instructions du président de la République, qui consistent à prioriser le volet social. Aujourd’hui, je le fais pour le personnel du Ministère. Ces deux cars dédiés au transport de personnel pour Antananarivo, peuvent transporter jusqu’à 30 personnes. Des cars pouvant transporter jusqu’à 16 personnes seront également attribués aux différents directions et services du MPTDN dans les régions », a déclaré le ministre. Pour lui, malgré le bilan positif présenté à la cérémonie, 2018 sera encore meilleure en termes de réalisations.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara8 partages

Fet’art : L’Is’art en fête !

A tambours battant ! C’est ainsi que sera célébré le septième anniversaire de l’Is’art Galerie ce week-end. De nombreux artistes issus de toutes les disciplines vont animer l’évènement qui s’étalera sur deux jours, les 2 et 3 février.

Deux jours de fête avec presque toutes les disciplines artistiques pour célébrer les sept ans de l’IS’art galerie Ampasanimalo. « Pourquoi Fet’art ? Parce que nous sommes passionnés par l’art et aimons faire la fête. Pour l’occasion, nous allons concilier les deux. Autrement dit, il y aura de la bonne musique, de la danse, sans oublier l’art. Nul besoin de préciser que le tout va se passer dans une ambiance festive et joyeuse ». Pour la célébration du septième anniversaire de sa galerie : l’Is’art, Tahina Rakotoarivony et ses amis ouvrent donc, une fois de plus, leurs portes au grand public. Toutes les activités seront d’autant plus, gratuites. Le premier jour de célébration, le 2 février, des projections seront au menu. La première reviendra sur le parcours et les obstacles ainsi que les réalisations de la galerie. La seconde permettra au public de visionner les différents concerts qui s’y sont tenus, pas tous mais quelques uns. Le deuxième jour verra la participation de nombreux artistes et artisans qui vont exposer et vendre leurs œuvres à travers l’évènement baptisé « Baz’art ». Les amoureux de danse pourront également se régaler avec le spectacle de danse que leur concocte le collectif Art Dimy. Une jam session est également prévue au programme.

Ouvert. « Nous avons ouvert nos portes en 2011. Si nous sommes satisfaits de ce que nous avons pu accomplir jusqu’à présent ? Je dirai que oui, même si certaines choses sont à revoir et à améliorer. Notre objectif était de donner un coup de pouce aux artistes, mettre à leur disposition un endroit où ils peuvent échanger, exposer, pas seulement les artistes plasticiens, mais des artistes de toutes les disciplines. Dans ce sens, oui, nous avons atteint le principal but qu’on s’était fixé ». Depuis son ouverture, il y a sept ans, l’Is’art galerie a déjà accueilli des centaines d’expositions d’artistes triés sur le volet. Car ce sont uniquement ceux dont les œuvres méritent vraiment d’être exposées qui sont sélectionnés. « Nous faisons toujours en sorte de sélectionner des artistes de qualité qui présentent des œuvres originales et contemporaines ». Artistes qui ne sont pas toujours originaires de la Grande Ile mais également d’ailleurs.Mahetsaka

Midi Madagasikara8 partages

Parlement : Formation des directeurs et inspecteurs généraux en leadership

Depuis septembre 2014, l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA) met en œuvre un programme d’appui parlementaire en collaboration avec l’Assemblée nationale et le Sénat. Ce volet national du Programme Africa Democracy Strenghtening (ADS), financé par l’Agence Suédoise de Coopération au Développement International (SIDA), entend promouvoir un fonctionnement plus efficace et effectif du Parlement dans ses différents rôles et attributions. Dans cette optique, outre l’appui apporté directement aux parlementaires dans le cadre de leur mandat, des activités spécifiques sont également destinées à l’administration parlementaire. En effet, l’efficacité et l’effectivité du Parlement ne sauraient être atteintes sans une administration capable de fournir une assistance de qualité aux parlementaires. C’est dans ce cadre qu’EISA prévoit d’appuyer l’organisation d’un atelier de formation à l’intention des cadres de l’Assemblée nationale sur le leadership. Elle est destinée aux directeurs et inspecteurs généraux de l’Assemblée nationale et du Sénat, et se déroulera les 29, 30 et 31 janvier, à Antananarivo. Cette initiative conjointe vise à renforcer les compétences des cadres parlementaires en matière de leadership.

Recueillis par Dominique R.

News Mada7 partages

Contre – autopsie : un Mauricien meurt agressé, et non pas accidenté

D’après les informations qui circulaient dans la Grande île, Dylan Éléonore, un jeune Mauricien de 22 ans avait été victime d’un accident de la circulation à Ivato. Pourtant, son certificat de décès attribue sa mort à une maladie non transmissible.

A cause de ces flous qui persistent autour de la mort de son fils à Madagascar, de même qu’il soutient que les autorités malgaches n’ont pas dit toute la vérité, Elvis Éléonore a été autorisé par la Cour de Moka à exhumer hier le corps de son fils enterré au cimetière de Saint-Pierre pour une autopsie.

A la suite de l’examen du corps, les médecins ont déclaré que le jeune Mauricien a été victime d’une agression. Le rapport d’autopsie a attribué le décès de Dylan Éléonore à une fracture de la nuque, contrairement à ce que l’on disait dans la Grande île.

En rappel, Dylan Eléonore est décédé à Madagascar le 25 novembre dernier. Il était arrivé dans la Grande Île le 23 janvier, en vue de rendre visite à sa mère mais le sort en a décidé autrement. Dylan Eléonore est mort, sans qu’ils ne soient rencontrés.

Recueillis par ATs.

News Mada7 partages

Musée de la photographie : les portes seront bientôt ouvertes

Dans le cadre de l’ouverture du Musée de la photographie, les responsables du lieu donneront une conférence inaugurale, le 14 février, à l’Institut français de Madagascar (IFM). L’objectif est de partager les souvenirs et histoire de notre pays à travers des clichés et de soutenir le patrimoine photographique malgache.

«Le passé ne s’oublie pas », dit-on. Des passionnés de l’histoire de Madagascar, de sa culture et surtout de la photographie ont décidé de fonder une association spéciale dénommée « Musée de la photographie de Madagascar » ou MPM, au mois de juillet 2013. Leur objectif a été de collecter, numériser des photos datant de 1860 à 1960, afin de préserver et surtout  de valoriser le patrimoine photographique de notre pays. Depuis, l’association a lancé une page officielle sur les réseaux sociaux et accumule actuellement plus de 16 000 followers. Après plusieurs sollicitations et un travail acharné, elle a décidé d’ouvrir un bâtiment spécial, destiné au grand public, qui se trouve à Anjohy.

Une page riche en images et en information

La page gagne de jour en jour plus de notoriété. Au fait, le MPM y dévoile non seulement des photos mais ajoute aussi quelques explications pour que le public puisse connaître davantage l’histoire du pays. Les photos postées sont donc variées. Certaines présentent des personnages mal connus, telle la princesse Rasendranoro, ou encore des «artistes oubliés», tel l’écrivain Rainitovo. On y voit également des petites anecdotes et les bons à savoir sur la culture malgache, dont les différents rituels malgaches… Par ailleurs, l’association essaie de décentraliser les infos et propose même des clichés venant d’autres régions, comme la ville de Mahajanga dans les années 30.

Le but est aussi d’aider les étudiants et chercheurs qui travaillent sur cette filière. «Le site servira donc de base de données au profit du grand public». Ainsi, le MPM lance toujours un appel aux particuliers qui possèdent des archives photographiques et désirant de les partager. Notons que l’association travaille de concert avec la Direction des archives nationales.

Holy Danielle

 

L'express de Madagascar7 partages

Consommation – La production de riz se dégrade

Après l’appel des producteurs rizicoles locaux ainsi que les observateurs économiques, les autorités recherchent des moyens pour accéder à l’autosuffisance en riz. Le bilan de 2017 montre que le volume total de riz importé a quasiment doublé par rapport à l’année précédente. Madagascar a importé 570.000 tonnes l’année dernière, contre 250.000 tonnes en 2016. Et si la population a besoin d’une production annuelle de près de 2.600.000 tonnes de sa denrée principale, a contrario, la production de 2017 n’a atteint que 2.041.000 tonnes.Selon le ministère du Commerce et de la consommation, la production locale annuelle de riz a fortement baissé à cause des aléas climatiques qui ont frappé le pays, la sècheresse depuis le mois de décembre 2016 puis le cyclone Ava en fin d’année 2017. Certes, l’importation massive effectuée par le gouvernement contribue, jusqu’à aujourd’hui, à une certaine stabilité des prix des variétés de riz, qui n’est pas pérenne. La résolution du ministère de tutelle est la mécanisation du système de l’agriculture en général car les paysans producteurs utilisent encore des moyens traditionnels et des infrastructures agricoles datant de la période coloniale.« Si nous parvenons à produire 30% de plus, nous ne serons plus obligés d’importer du riz, et donc de faire sortir nos devises », explique le ministre de tutelle, Chabani Nourdine. De son côté, le ministre auprès de la Présidence de la Répu­blique en charge de l’Agri­culture et de l’élevage, Harison Randriarimanana propose l’option d’autres aliments de base pour Madagascar, autres que le riz.

Tsiry Razafindrazaka

Midi Madagasikara6 partages

ONG Hari : Pour le renouveau de la classe politique

2018 est une année électorale. C’est le leitmotiv véhiculé durant cette quatrième République et qui sera de plus en plus renforcé dans les prochains jours. La période de la précampagne ? Elle n’est pas fixée par les textes en vigueur. Pourtant, l’on claironne – haut et fort même – que la précampagne, qui peut se traduire sous quelque forme que ce soit, est une mauvaise pratique qui devrait tomber dans la désuétude. Mais ce n’est pas tout. A côté se trouvent les divers modes d’achat de voix. Distribution de tee-shirts, de produits de première nécessité aux populations locales, discours balivernes pour bercer plus d’un. Et la liste est loin d’être exhaustive. Tels sont les modus operandi des candidats aux élections et qui demeurent « tolérés » par le peuple. Mais, basta ! A partir des prochains scrutins électoraux, il faut abandonner toutes ces mauvaises pratiques.

Révolution électorale. C’est dans cette optique que l’ONG Hari (Hevitra Atambatra Rehareha Iombonana) lance l’idée d’une « révolution électorale », une manœuvre citoyenne qui tend à conscientiser chaque citoyen de procéder à l’élection d’une vision et non d’une personnalité grâce à ou à cause de (c’est selon) son influence ou ses propos. « Une Révolution Electorale » est suffisante pour mettre un terme à cette série d’échecs qui accablent notre pays. (…). Faites confiance aux idées de ceux qui ne négligent pas la volonté de prioriser une politique publique et qui s’engagent à mettre en place une protection sociale convaincante, une stratégie économique qui se base sur l’agriculture, l’élevage et la pêche », déclare le directeur exécutif de l’ONG, Nantenaina Rakotonirina. L’ONG promeut donc le renouveau de la classe politique formée par des jeunes engagés pour la cause de la nation, de la patrie. « Nous, jeunes, travaillons ensemble pour que la prochaine élection marque la nouvelle ère politique en laquelle renaisse une nouvelle classe politique, qui a de la volonté pour redéfinir à nouveau ce que nous voulons pour notre pays », conclut-il.

Aina Bovel

Midi Madagasikara6 partages

Slam : Benson & Jao kely au Pas Sage

Benson va investir le Passage Faravohitra ce vendredi

Humoristique, surprenant, tordu… à chaque slameur son style. Se voyant plutôt comme des surligneurs que comme des moralisateurs, certains mettent en avant en quelques minutes, des vérités que tous connaissent et que l’on aurait tendance à oublier. Et même si bon nombre d’entre eux choisissent de pointer du doigt et de dire haut et fort ce que la plupart pensent tout bas, ce n’est jamais de manière vulgaire et c’est toujours dit de façon très artistique. Finesse et humour, pour la plupart semblent en effet être les mots d’ordre. D’autres, plus révolutionnaires, choisissent de se glisser dans des personnages. Ce vendredi, c’est donc cette diversité de styles que le public appréciera à travers la soirée slam qui verra la participation de deux têtes bien connues du milieu. Nous retrouverons notamment Benson, le champion national du slam. Celui qui représentera Madagascar à la prochaine rencontre des slameurs du monde entier. Jao kely, vice-champion qui n’est pas moins talentueux, sera lui aussi de la partie. Soirée slam au « Pas Sage » Faravohitra, à ne rater sous aucun prétexte pour les amoureux de mots.Mahetsaka

Midi Madagasikara6 partages

Football feminine : Les quatre demi-finalistes connues

La dernière journée des éliminatoires de la division élite du football féminin a pris fin sur le terrain du Centre Technique National à Carion. Trois équipes d’Analamanga à savoir : MIFA, l’ASOT, l’AC SabNam et le ASKAM Itasy sont qualifiées pour les demi-finales du championnat prévues pour demain au Stade de Mahamasina. Lors de la rencontre d’hier, les joueuses de l’ASKAM ont pris le dessus sur les footballeuses de l’AS Comato sur le score sans appel de 7 buts à 0. Une large victoire qui propulse les filles d’Itasy à la première place du groupe B avec 7 points. ASOT d’Analamanga a battu Prescoi par 3 buts à 0. Dans le groupe B, le parcours de la formation du SOM de Boeny s’est arrêté là, laissant la voie libre pour MIFA et AC SabNam crédités respectivement de quatre points. Les affiches des demi-finales s’annoncent très alléchantes entre ces trois grosses pointures du football féminin malgache.

Calendrier

Demi-finales jeudi

MIFA Analamanga contre ASOT Analamanga.

ASKAM Itasy contre AC SabNam Analamanga.

T.H

News Mada5 partages

Poissons endémiques : 6.000 individus préservés

Ambatovy met en œuvre un programme spécifique pour protéger des poissons endémiques dans les zones de défrichement de son site minier à Moramanga. Plus de 6.000 individus de poissons endémiques ont été préservés dans le cadre de ce programme. Il s’agit, entre autres, des Ratsirakia sp. et de Rheocles sp, des espèces nouvellement découvertes par les scientifiques.

Faisant partie intégrante des richesses en biodiversité existantes dans le complexe forestier d’Ambatovy, ces poissons ont été transférés dans des rivières non impactées par la mine et des bassins naturels situés dans les zones de conservation autour de la mine d’Ambatovy.

Les travaux de suivi écologique menés après leur transfert ont permis l’inventaire des individus juvéniles, démontrant, par conséquent, que les poissons s’adaptent bien à leurs nouveaux habitats. Actuellement, Ambatovy est en train de procéder à l’étude génétique, la description morphologique et la zone d’occurrence de ces poissons afin qu’ils puissent avoir leurs noms scientifiques et leur statut au sein de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Arh.

 

Midi Madagasikara5 partages

Ambositra : La police nationale à l’heure du reboisement

Conformément aux instructions du ministère de la Sécurité Publique, la grande famille de la police nationale d’Ambositra s’était réunie le 26 janvier dernier dans le « fokontany » d’Andriambelonomby et de ses environs, dans la commune rurale d’Ambositra II, pour une séance de reboisement.

A cette occasion, plus de 150 jeunes plants ont été mis en terre par les policiers et leurs familles conduits par le commissaire divisionnaire Razafindravonona Joseph, chef de service de la Brigade régionale de la sécurité publique d’Ambositra. Ce dernier de faire remarquer, que la police nationale, si elle a surtout pour mission principale de veiller à l’ordre et à la sécurité publique, contribue également à la préservation de l’environnement et surtout à la lutte contre le changement climatique comme en témoigne cette séance de reboisement. Une contribution de la police nationale vivement appréciée par le chef du « fokontany » d’Andriambelonomby dans la restauration du paysage forestier fortement menacé par les feux de brousse, et qui a promis de veiller à l’entretien de ces jeunes plants. Des séances de reboisement analogues ont eu lieu également au niveau des chefs-lieux de district tels qu’Ambatofinandrahana, Fandriana et Manandriana par des unités de commandement de la police nationale.

Anastase

Midi Madagasikara5 partages

Musique classique : Onze concerts de Midi au menu

La musique classique est au cœur de l’agenda culturel cette année. Pour 2018 encore, Madagascar Mozarteum prépare un programme artistique bien garni, mettant en valeur toutes les couleurs de ladite « musique savante ». Presque tous les genres et les époques, par lesquels la musique classique est passée, seront représentés à travers les onze Concerts Classiques de Midi prévus. Pour dire simple et directe, flûtes, cordes, piano, voix lyriques se succèderont sur la scène de l’Institut français à Analakely. Le prochain rendez-vous sera le 21 février avec une interprétation en langue originale d’un extrait de « Die zauberflotte » ou « La Flûte enchantée » de W.A. Mozart par l’Ensemble Vocal Kanto.

Dans la même foulée, la projection sur grand écran des opéras du MET, toujours sensationnels avec les décors et les costumes inimaginables et authentiques. Il faut rappeler qu’en Afrique, seuls trois pays projettent ces grands chefs-d’œuvre, l’Afrique du Sud, l’île Maurice et bien sur Madagascar à travers Madagascar Mozarteum.

Maharindra

Midi Madagasikara4 partages

Flash-éco :

Flash-éco :

Le Décret portant complément en prévision de recettes au ministère des Finances et du Budget et de crédits en dépenses au profit du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation au titre de la Loi des Finances 2018 dans le cadre de la mise en œuvre du Projet d’Appui à la Performance du Secteur Public, a été adopté en Conseil du Gouvernement hier.Au niveau du ministère des Travaux Publics, le Décret déclarant d’utilité publique les travaux d’extension et d’aménagement de la voie rapide reliant le port de Toamasina à la RN2 dans la région Atsinanana a été adopté. En outre, il a été communiqué qu’une délégation de hauts responsables et de techniciens du ministère chinois des Travaux Publics a effectué une mission à Madagascar.
News Mada3 partages

Vérifications de la liste électorale : les électeurs réticents

Des personnalités pensent que l’élargissement de la période d’inscription sur la liste électorale permet d’obtenir plus d’électeurs. L’initiative se heurte cependant au code électoral.

Comment parvenir à l’objectif fixé par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) d’avoir au moins dix millions d’électeurs ? C’est la principale interrogation d’une partie de la société civile, du moins celles qui sont concernées par le processus électoral. Il apparaît en effet qu’en dépit des appels incessants de la part des responsables, les électeurs rechignent à l’idée de venir auprès du «fokontany» pour vérifier si leur nom figure sur la liste électorale.

A ce titre, hier, un membre de la société civile a proposé que la date de l’arrêtage provisoire de la liste électorale soit repoussée afin de donner plus de chance aux futurs électeurs de se rendre au fokontany. Le président du Sénat ne s’est d’ailleurs pas non plus opposé à cette initiative pourvu que cela n’impacte pas sur le calendrier électoral. Les élections, du moins la présidentielle, sont en effet censées se dérouler à la fin novembre.

Priorité

Cette initiative, qui n’est pas encore à l’étude, risque cependant d’être source de conflit par rapport aux textes en vigueur, notamment le Code électoral. Celui-ci impose d’ailleurs une révision annuelle de la liste électorale du 1er décembre au 31 janvier et l’arrêtage définitif le 15 avril.

Cette procédure, enclenchée par la Ceni lors d’une cérémonie en grande pompe à Mahajanga, entre déjà dans sa dernière ligne droite. L’arrêtage provisoire de la liste électorale se fera aujourd’hui. Mais les électeurs disposent encore de vingt jours avant que les dés soient jetés. L’article 34 du Code électoral stipule d’ailleurs que «La liste arrêtée définitivement le 15 avril de l’année est la seule liste valide pour toutes les opérations électorales de l’année en cours et elle reste valide jusqu’au 15 avril de l’année suivante». L’organe en charge des préparatifs ne pourra pas outrepasser cette disposition à moins que le gouvernement fasse adopter un nouveau code électoral auprès du Parlement. Ce qui ne semble pas, à l’heure actuelle, être une priorité pour le régime.

Quoi qu’il en soit, le manque d’enthousiasme des électeurs ne semble pas lié seulement à l’insuffisance de communication et de sensibilisation de la part des parties prenantes, et encore moins aux difficultés techniques. Il est évident que l’appréhension d’une partie de la population de la pratique politique prend le dessus. En effet, selon les observateurs, le taux de participation des électeurs ne cesse de diminuer car la population se désintéresse de plus en plus de la politique. En dépit des élections, par conséquent, le régime demeure instable car les dirigeants sont mal élus.

Un membre de la société civile avait d’ailleurs indiqué hier qu’à partir du moment où les dirigeants sont mal élus, c’est la porte ouverte à d’autres tensions. Et pour cause, la population ne se reconnaît pas par rapport à ceux qui détiennent le pouvoir. C’est d’ailleurs le cas depuis ces dernières années.

Rakoto

 

La Vérité3 partages

Enseignement primaire et secondaire - Nécessité d'un nouveau programme

En route vers l'amélioration de l'enseignement. Dans le cadre du partenariat engageant le  ministère de l'Education nationale (Men) et l'association « Zazakely Sambatra », un projet se portant sur un nouveau programme d'éducation vient d'être élaboré. Il vise à disposer des corps enseignants de qualité et qui sont aptes à enseigner d'une manière académique et civique. Selon Bruno Chantelier, vice-président et directeur exécutif de cette association, le projet implique les éducateurs, à savoir les enseignants et les directeurs des établissements scolaires. Ce sont des porteurs d'idées notamment des conseils et suggestions importantes.

De ce fait, ils sont amenés à former les élèves pour devenir des acteurs du changement pouvant contribuer collectivement au développement du pays. Pour ce faire, des boîtes à idées et des outils aidant les élèves à appréhender les notions de base indispensables seront mises à disposition des enseignants des Ecoles primaires publiques (Epp), entre autres. Une expérimentation figure dans ce programme. Pour Madagascar, le taux d'abandon scolaire est inquiétant qu'il faut réagir. En effet, un enfant sur 4 n'a pas accès à l'école primaire et un élève sur 3 quitte l'école avant même la fin du cycle primaire. Place à une adéquation « formation-emploi » Actuellement, la formation ne correspond  plus aux attentes des entreprises. La qualification des jeunes fait défaut. C'est ainsi qu'un changement doit s'appliquer. Parallèlement au projet précédent, deux autres axes vont être développés. Il s'agit du programme « Entrepreunariat et formation professionnelle ». Des Structures d'accompagnement à l'entrepreunariat (Sae) vont être publiées pour les jeunes qui ambitionnent de se développer dans ce secteur. A cela s'ajoute la mise à disposition des centres de formation professionnelle. Les besoins des entreprises sont exposés à travers ces plateformes afin que les jeunes puissent s'informer  et saisir préalablement les profils requis dans des filières importantes. « Le changement affectera dès cette année, les élèves en classe de seconde constituent les premiers bénéficiaires », indique le représentant du Men. « Les cours théoriques, très chargés, sont à oublier et place à des formations adéquates à l'emploi », poursuit-il.  En outre, ce projet implique plusieurs acteurs, à savoir les entreprises en premier lieu, les parents et les éducateurs, ainsi que les enfants. Etant donné que l'association collabore avec des sociétés privées, la réalisation d'un tel projet s'avère être bénéfique. Annuellement, plus de 500 000 nouveaux diplômés se présentent au marché de travail. Or, seuls 10 000 postes sont disponibles.  Ce qui fait 4 millions de chômeurs dont 83 % sont âgés entre 15 et 35 ans. La mise en place de ce projet relatif à l'éducation et l'entrepreunarait s'est concrétisée hier. La signature de convention de partenariat entre les parties prenantes à savoir le ministère de l'Education nationale et l'association « Zazakely Sambatra » s'est tenue au Carlton, Anosy.Kanto R.

Midi Madagasikara3 partages

SOCIO… SCOPIE

Reboisement. Lors du Conseil des Ministres datant du 30 janvier 2018 hier. Une communication verbale a été faite par le Ministère de l’Education nationale (MEN), concernant sa journée de reboisement. Celle-ci a été fixée pour le 16 février prochain et se fera cette année au sein des écoles. Les directeurs d’école sont ainsi invités à choisir des écoles en périphérie de la ville et d’inciter les élèves et enseignants à y participer activement. Le MEN a également fait part des grandes lignes de ses perspectives pour 2018.

Santé publique. Toujours lors de ce même conseil, le Ministère de la Santé publique (MSP) a également fait trois communications verbales. L’une présentant l’adoption du document « Plan directeur pharmaceutique national (PPDN) 2018-2022. » L’autre concernant la coopération du MSP et de la Fondation Mérieux. Et enfin une troisième entreprise conjointement liée avec le Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle. La demande de la prise en charge des droits et taxes à l’importation (DTI) et taxes sur la Valeur ajoutée des dons matériels offerts par la Fondation « Mohamed VI » du Royaume de Maroc.

SATE. Le Sate ou Système d’Alerte de Température extrême faisait état depuis la semaine dernière de vagues de chaleur intenses dans une partie non négligeable du continent africain, dont notamment : Madagascar, le Botswana, l’Angola, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, l’Afrique du Sud, le Swaziland, la Tanzanie, la Zambie et le Zimbabwe. Et cette tendance météorologique, couplée avec des averses orageuses dans l’après-midi est prévue se poursuivre. C’est la raison pour laquelle les Malgaches ont eu droit depuis le début de cette semaine à des chaleurs suffocantes et des pluies torrentielles en fin de journée. Ce jour, les prévisions météorologiques annoncent une température maximale de 28°C pour la Capitale. Les températures maximales se rencontreront sur Antsiranana, la Cité du Soleil et la Cité des Fleurs.

……..

Recueillis par Luz Razafimbelo

News Mada2 partages

Violent incendie a Toamasina : un dépôt de stockage de girofle en proie aux flammes

Un violent incendie est survenu dans la ville de Toamasina hier, au petit matin. Un magasin de stockage de girofle et de cannelle a été ravagé par les flammes.

Réveil en sursaut pour les habitants de Salazamay, Toamasina. Hier, aux environs de 5 h, un grand magasin de stockage de girofle et de cannelle a pris feu. D’après les explications, le sinistre a trouvé son origine à la suite d’un court-circuit.

Du coup, d’épaisses fumées noires couvraient l’atmosphère rendant ainsi l’air irrespirable. A l’intérieur, les flammes continuaient de progresser rapidement jusqu’à consumer une bonne partie du bâtiment et tout ce qu’il y avait dedans. Non loin de là, plusieurs fûts d’essence de girofle sont menacés par l’incendie.

Sitôt alertés, les sapeurs-pompiers de la société Ambatovy, de la Commune urbaine de Toamasina et de la Société du port à gestion autonome de Toamasina (Spat) se sont rapidement dépêchés sur les lieux. «Les pompiers ont commencé par attaquer le feu à l’endroit où étaient regroupés des fûts d’essence de girofle pour éviter le risque d’une explosion catastrophique», a informé un des soldats du feu.

Quoi qu’il en soit, jusqu’à 7 heures 30, l’incendie n’a pas encore été maîtrisé malgré l’intervention des sapeurs-pompiers. L’arrivée en renfort des soldats du feu de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne (Asecna) ainsi que ceux d’une station-service de Toamasina s’avérait nécessaire vu l’ampleur de l’incendie. Quelques heures plus tard, après une lutte acharnée, le feu a été maîtrisé. D’après les informations recueillies, aucun mort ni blessé n’est à déplorer. Néanmoins, les dégâts sont estimés à plusieurs milliards d’ariary.

Ando Tsiresy

 

Madagate2 partages

Andry Rajoelina. Avec la Foi, rien n’est impossible... afin de transformer notre vision en action

« Avec la Foi, rien n’est impossible. Dans un esprit de solidarité, nous pouvons construire et bâtir un avenir meilleur. Madagascar a plus que jamais besoin d’un nouveau souffle, d’un nouvel espoir.

Conscient du retard accumulé depuis plus de 50 ans, le développement tant attendu et espéré par la population, n’est toujours pas au rendez-vous. C’est la raison pour laquelle j’ai fondé l’Initiative pour l’Émergence de Madagascar qui sera une plateforme de concertations rassemblant les experts nationaux et internationaux, les partenaires stratégiques et financiers, des fonds d’investissement et des personnalités engagées ainsi que toutes les personnes de bonne volonté, en vue d’apporter une solution concrète à chaque problème.

L’IEM apportera des idées-phares, des projets structurants comme moteurs de croissance pour le développement des secteurs-clés de l’économie et de l’épanouissement social, afin de transformer notre vision en action.

Nous sommes tous convaincus que Madagascar est une terre plein de potentiels et que son peuple mérite un avenir meilleur. Et c’est tous ensemble que nous allons rendre possible l’Émergence de Madagascar ».

Andry Rajoelina

Ancien Président de la Transition de la République de Madagascar

(2009-2014)

News Mada1 partages

Entrepreneuriat : va pour le Global Startup Weekend Women

Une première à Madagascar. Le Global Startup Weekend Women Antananarivo se tiendra à l’American Center Tanjombato, du 9 au 11 février. En fait, des milliers de femmes et d’ hommes vivront simultanément durant 54 heures, dans une vingtaine de villes du monde, y compris Antananarivo, l’expérience de le Global Startup Weekend Women.

«Ce mouvement global poursuit l’ambition de créer, renforcer et connecter les communautés d’entrepreneures et apprenties entrepreneures dans le monde. Il s’agit d’une initiative internationale menée par Paris pour encourager des actions entrepreneuriales plus diversifiées, inclusives et impactantes», a expliqué Carole Rakotondrainibe, Lead Organizer de la GSWW Madagascar, lors de la rencontre avec la presse pour la présentation de l’événement, hier, au Henessy Café Ivandry. «En renforçant et en connectant les communautés Global Startup Weekend Women Antananarivo à travers le monde, nous créons une vague qui encourage les femmes du monde entier à se saisir de l’entrepreneuriat et de la technologie  et à construire une société qui leur ressemble», a-t-elle ajouté.

Appui des experts

Cette initiative autour et avec les femmes a su se démarquer dès sa première édition. Son importance et son potentiel ont été reconnus au plus haut niveau. En effet, sensible à la cause des jeunes et des femmes et de l’entrepreneuriat, Voahangy Rajaonarimampianina a exprimé sa volonté et son soutien à Global Startup Weekend Women Antananarivo.

D’autres personnes de qualité, au charisme exceptionnel, ont reconnu en cette première édition un évènement exceptionnel, un moment fort pour l’entrepreneuriat et le dynamisme au féminin. Pour ne citer qu’Hassanein Hiridjee, CEO du Groupe Axian, qui en sera le guest speaker. Sans oublier les coaches qui sont tous des professionnels experts dans différents domaines qui accompagneront les participants. Aussi, les membres du jury représentent les secteurs d’activités porteurs sur le plan entrepreneurial.

Une finale mondiale se tiendra à Paris en mars 2018 et réunira les porteuses de projets lauréates de toutes les villes participantes.

Arh.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Federasion’ny Kick BoxingLany ho filoha vaovao i Mamy Be

Vita omaly tetsy amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina ny fivoriamben’ny federasion’ny taranja Kick Boxing eto Madagasikara izay notarihan’ny “ Commission Electorale” an’ity taranja ity ary natrehan’ny minisiteran’ny fanatanjahantena notarihan’ny DSF, Rosa Rakotozafy.

Tia Tanindranaza1 partages

Fampihavanana sy fifidiananaNihaona tamin-dRavalomanana ny CFM

Nihaona tamin’ny filoham-pirenena teo aloha Marc Ravalomanana sy ny mpikatroka maromaro avy amin’ny antoko TIM, izay nahitana ny “Jeune TIM” sy ny parlemantera TIM teny amin’ny trano fonenany teny Faravohitra ny delegasionina avy amin’ny Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy na ny CFM, notarihin’ny filohany Maka Alphonse omaly tolakandro.

  Naharitra adiny iray sy sasany teo ny fihaonana, ka teboka roa lehibe no nodinihina. Voalohany ny fomba fijerin’i Marc Ravalomanana ny CFM, izay nanomezany toky fa io no rafitra tokony hitondra ny fampihavanam-pirenena eto Madagasikara ary io irery ihany. Nandrisika ny CFM mba hanao tsara ny iraka hampanaovina azy ny Filoha teo aloha. Mila tandrovina ny fahaleovantena fa izay ny antoka lehibe hampahomby ny fampihavanam-pirenena, raha ny voalazany. Teboka faharoa ny mikasika ny hetsiky ny CFM, indrindra eo amin’ny tontolon’ny fifidianana. Nampahafantarin’i Marc Ravalomanana ny antsojay nahazo azy, indrindra tamin’ny diany tany amin’ny faritra. Nisy mihitsy ny boky manazava izany natolotra ny CFM. Naneho ny alahelony momba ny fanenjehana azy i Marc Ravalomanana, ary efa nampitainy tamin’ny fianakaviambe iraisam-pirenena ihany koa. Noho ny fandalana ny fihavanana no anton’ny fitarainany satria lasa mampiady ny samy Malagasy. Nivoitra ny tokony hitandroana ny filaminan’ny fifidianana mba tsy hisy krizy hampiady ny samy Malagasy, ary hamotika ny firenena. Ilaina hatrany ny fifampiresahana rehefa misy zavatra mitranga, ka ny CFM no tokony hanamora azy, raha ny fanehoan-kevitr’i Marc Ravalomanana. Tokony hifampiresaka amin’ny sehatra iraisam-pirenena ihany koa ny CFM manoloana ny zava-misy. Momba ny ahiahy fa miandany amin’ny mpitondra ny CFM, dia nambarany fa tsy marina. Tianay hitsiana arahina porofo raha misy ny zavatra tsy mazava satria ny ahiahy tsy hihavanana, hoy ny Filohan’ny CFM Maka Alphonse.

Toky R

 

 

L'express de Madagascar1 partages

Population – Recensement physique au mois d’avril

Enfin une précision. Prévu officiellement en octobre 2017, le dénombrement principal dans le cadre du Recensement général de la population et de l’Habitat (RGPH-3), entamé depuis 2016, se déroulera finalement au mois d’avril de cette année.Une date définitivement confirmée hier par le directeur général de l’Instat (Institut national de la Statistique), Ida Rajaonera. Plusieursfacteurs tels que l’insécurité, l’éloignement et les conditions météorologiques ont été évoqués ayant ainsi repoussé le chronogramme de ce projet pharaonique de recensement, attendu depuis vingt-quatre ans.

CartographieLa cellule centrale d’exécution du Recensement (CCER) a, également, dû faire face à des grèves et  des désistements des cartographes en raison de contextes défavorables ou encore de l’impossibilité de dépasser des plafonds budgétaires. « La phase de cartographie censitaire a pris plus de temps que prévu. Celle-ci est presque achevée et le dénombrement principal peut commencer au milieu du mois d’avril pour une durée de quinze jours environ », expli­que Ida Rajaonera.Vingt-cinq mille agents recenseurs seront recrutés pour ce faire, et seront répartis dans trente-trois régions spécifiques. En outre, quelques huit mille contrôleurs seront utiles à part les superviseurs par région. « Le recrutement se fera localement suivant les compétences nécessaires pour le travail de recensement. Faire appel aux ressources humaines locales facilitera les tâches car elles sont à la fois basées localement et connaissent mieux le contexte », finit le directeur de l’Instat.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Réconciliation – Le CFM chez Ravalomanana

Après l’ancien président Didier Ratsiraka, c’est au tour de Marc Ravalomanana de recevoir, en son domicile à Faravohitra, la délégation du Conseil du Fampiha­vanana Malagasy (CFM) menée par Alphonse Maka, hier en fin d’après-midi. Le président du CFM a confié que la discussion avait tourné essentiellement autour de la recherche de l’apaisement en cette année électorale.« Le président Ravaloma­nana pense qu’il faut que le peuple reste dans le calme et la paix, et que la réconciliation puisse avoir lieu avant l’élection », a affirmé Alphonse Maka. Selon lui, les deux parties, entre autres le parti Tiako I Madagasikara (Tim) et le CFM, sont « convaincues que le Conseil du Fampi­havanana est l’institution qui permettra d’instaurer un climat d’apaisement avant les échéances de fin d’année ».Si l’entrée ou non de Marc Ravalomanana dans la course à la présidentielle n’a pas été évoquée, celui-ci a, toutefois, confié à la délégation de la réconciliation son appréhension générale sur l’ambiance politique du moment. Interrogé sur la teneur de ces avis, Alphonse Maka a déclaré qu’il ne pouvait pas encore en parler. « Nous en sommes encore à la phase d’écoute, nous ne pouvons rien dire sur ce sujet », a-t-il déclaré. Par contre, toujours selon le président du CFM, l’ancien chef d’État se serait plaint des « intimidations » qu’il vit ces derniers temps.Selon Alphonse Maka, Marc Ravalomanana projette de retranscrire et d’énumérer sur papier les volets qui ont été abordés durant cette rencontre.Au terme de cette rencontre, les deux parties ont convenu le fait que d’autres occasions de discuter plus longuement doivent être programmées.

Loïc Raveloson

Madaplus.info0 partages

Ministère de Fonction Publique réclame que les fonctionnaires fantômes fassent un remboursement

Après l’assainissement de la liste des fonctionnaires effectué par la DGGFPE, le bilan du Ministère de la Fonction Publique affirme qu’il y avait plusieurs milliers de fonctionnaires fantômes.
Ces usurpateurs de fonction devront rembourser par voie légale la totalité du montant de salaire qu’ils ont perçu illégalement. Certains d’entre eux vont rembourser cinq ans de salaire d’après toujours les sources d’information. En cas de non-remboursement de ces vols, l’État par l’intermédiaire du Tribunal procédera à la saisie des biens de ces voleurs selon toujours le Ministère de la Fonction Publique. Cette situation ne se reproduira plus puisque le Ministère de tutelle va opter pour l’utilisation des matériels rénovés qui permettront de démasquer ces fonctionnaires fantômes.
Madaplus.info0 partages

Les jeunes malgaches se dévoilent dans une video pour crier haut et fort leur désir de changement pour l...

Madagascar est une population jeune. Les moins de 20 ans représentent plus de 50% de la population...
il y a 8 millions de malgaches entre 15 et 34 ans, c’est dire que l’avenir de Madagascar ne peut être envisagé sans la participation de nos jeunes. ce qu’on bien compris le parti ADN qui ne cesse d’encourager ces derniers à travers ces nombreuses actions. Les jeunes ont saisi la main tendue et s’engagent. Voyez cette vidéo tournée à leur initiative.
News Mada0 partages

DHL Madagascar : mpiasa mendrika taona 2017 i Rado Andry Hubert

 Voasokajy ho mpiasan’ny taona 2017 i Rado Andry Hubert, tanora nobeazina ao amin’ny toeram-pandraisana SOS Village d’enfants Vontovorona. Anisan’ny mpianatra nahazo ny mari-pahaizana “licence en géstion” ny tenany ary nanao fianarana asa teo anivon’ny orinasa DHL. Voaray ho mpiasan’ny DHL izy ny taona 2014 tao anatin’ny tetikasa niarahana amin’ny Telma. Iray amin’ireo ray mpiahy ny tanora manao fianarana asa ao amin’ny DHL i Rado Andry Hubert, araka ny fanazavana azo. Isan-taona, fomba fanaon’ny mpitantana ny orinasa ny mifidy mpiasa nisongadina teo amin’ny asa sy ny fifandraisana amin’ny samy mpiasa. Iray amin’ireo dimy voasokajy ny tenany taorian’ny fifidianana nataon’ny mpiasa.

Natolotra, ny herinandro lasa teo teny Antaninarenina, ny taratasy manamarika izany mpiasan’ny taona 2017 izany niaraka amin’ny fankasitrahana avy amin’ny tomponandraikitry ny orinasa DHL. Mampiavaka ny orinasa ny mankasitraka ny ezaky ny mpiasa tahaka izao.

Vonjy

News Mada0 partages

Fanaovana fampanantenana poakaty : mampitandrina ny filoha, nefa…

« Jereo ny tantaran’ny firenentsika: ny asa ihany no andrefesana ny zavatra vitan’ny olona, fa tsy izay tenenin’ny olona. Ary io no efa nampitandremako foana hoe: tandremo fa betsaka ny olona manao fampanantenana poakaty. »

Tenin’ny filoha Rajaonarimampianina tany Addis-Abeba, Etopia, afakomaly, io, momba ny fanehoan-kevitra etsy sy eroa. Nefa mahay mitsara ny vahoaka malagasy, samy afa-kifampitsara hoe: inona no nataon’ny olona tsirairay avy tamin’izy nitantana? Izay koa no mety handrefesana ny zavatra mety ho vitan’ny olona.

« Efa nametraka ny vina efa nambarako tamin’ny vahoaka malagasy aho, ary mbola hotohizako ny fampahafantarana an’iny », hoy izy momba ny vina Fisandratan’i Madagasikara 2030. Efa nipetraka taorian’ny asa natao tao anatin’izay efa-taona izay izany, efa nisy traikefa tao, efa nisy asa natao, efa nisy lalana naleha. Izay vao tena mamaritra hoe io no fanamafisana izany, fa tsy afa-kanaotao fotsiny.

Tsy atao izay lazaina, tsy lazaina izay atao…

Tena araka izay lazaina izay ve ny zava-misy sy ny atao? Ny fitondrana aza no tena mpanao fampanantenana poakaty. Nanomboka tamin’ny fanafoanana ny delestazy ao anatin’ny telo volana izay, ny hanaovana an’i Madagasikara ho sompitry ny faritry ny ranomasina Indianina…

Raha jerena ny tantara, saika hosoka sy hala-bato hatrany no ahazoan’ny mpitondra fandresena amin’ny fifidianana. Tsy takona afenina izany tamin’ny fifidianana kaominaly sy ny fifidianana senatorialy, taona 2015. Vitavita sy tsy hitahita ho azy ny tsy fanarahan-dalàna. Izay no ananana traikefa, lalana naleha, asa vita… anaovana vina hatramin’ny 2030; eny, na efa mahatofoka vahoaka… mahay mitsara izao aza? Na efa ampy andrefesana ny fahapotehan’ny firenena sy ny fiainam-bahoaka izay efa-taona izay…

R. Nd.

News Mada0 partages

Global Startup weekend women : fifaninanana mamaritra tetikasa

Manome lanja ny fandraharahan’ny vehivavy ny fikambanana Global startup weekend women. Hetsika voalohany karakarain’ny sampana Antananarivo, ny fifaninanana mamolavola tetikasa.

Niorina tany Etazonia ny fikambanam-behivavy Global startup weekend women (GSWW). Misy ny sampana GSWW Antananarivo, ary mikarakara hetsika voalohany, ny 9-11 febroary ho avy izao eny amin’ny trano malalaky ny American center, eny Tanjombato. Fifaninanana ifandrombonan’ny olona maromaro (tanora mpianatra sy ny efa matihanina), mamolavola tetikasa ao anatin’ny 54 ora, ny zoma 9, ny asabotsy 10 ary ny alahady 11 febroary. Tsy misy seha-pihariana manokana, fa nilaza Rtoa Rakotondrainibe Carole, anisan’ny mpikarakara, fa tokony ho tetikasa vaovao tsy mbola nisy nanatanteraka sady mipaka amin’ny fiainam-bahoaka eto Madagasikara. Eo koa ny fanomezan-danja ny vehivavy, saingy afaka mandray anjara avokoa ny lahy sy ny vavy.

Ankoatra ny mpitsara maromaro, misy koa ny mpiahy (coach) miisa 25, hanampy sy hanohana ny mpifaninana mandritra ireo fotoana ireo, hanatsara sy hampahomby ny tetikasan’ny mpandray anjara. Maro ny orinasa eto an-toerana sy iraisam-pirenena manohana ny hetsika.

Hifandraisana amin’ny mpandraharaha

Nilaza Rtoa Rakotondrainibe Carole, fa tombondahin’ny mpandray anjara amin’ireo fotoana ireo koa ny hihaonana sy hifandraisana amin’ny mpandraharaha, orinasa misahana seha-pihariana maro lafy samihafa sy isan-karazany.

Anisan’ny haneho hevitra amin’ny fotoana ny filoha tale jeneralin’ny orinasa Axian, Hassanein Hirdjee, manome vahana sy mampiroborobo ny fandraharahana eto Madagasikara. Misy amin’ireo orinasa mpiara-miombon’antoka koa vonona hanohana ny tetikasan’ny mpandray anjara, hita fa mifanandrify amin’ny seha-pihariany

Hiatrika ny fifaninanana famaranana any Paris, ny marsa ho avy , ny mpandray anjara manana ny tetikasa mendrika indrindra eto Madagasikara, hifaninana amin’ireo avy any amin’ny tanàna 20 hafa.

Adiresy ifandraisana: http://www.startupweekend.org/ sy http://globalswomen.com/fr/accueil

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Ambatovy : tohanana ny fahaiza-manaon’ny tantsaha

Mitohy ny fanohanan’ny Tetikasa Ambatovy ny tantsaha any amin’ny distrika Brickaville sy Toamasina II, nanomboka ny desambra 2017 teo, ary hifarana ny tapaky ny volana febroary 2018. Hamafisina ny fahaiza-manaon’izy ireo amin’ny lafiny teknika sy ny lafiny fitantanana amin’ny fandraharahana. Tafiditra ao anatin’izany ny lafiny fahaiza-mitarika, ny fiainana anaty kaoperativa, ny mikasika ny lalàna mifehy ny seha-pihariana isan-tsokajiny. Miisa 10 ny kaoperativa nofanina, misehatra amin’ny fiompiana akoho amam-borona, ny fambolena tamotamo, katsaka, voankazo, sns. Niarahana tamin’ny sampandraharaham-paritry ny indostria Atsinanana ny fiofanana. Atao any amin’ny foiben’ny kaoperativa isanisany ny fiofanana, mba handraisan’ny mpikambana tsirairay anjara.

Tambajotran-drano

Ankoatra izany, misy koa ny fanofanana ny fikambanan’ny mpampiasa rano, mifanandrify amin’ireo fotoana ireo. Mikasika ny fitantanana sy ny fikojakojana ny tambajotran-drano ny fiofanana, iarahan’Ambatovy miara-miasa amin’ny sampandraharahan’ny fampiroboroboana ny eny ambanivohitra ao amin’ny sampandraharaham-paritry ny Fambolena sy ny fiompiana Atsinanana. Miisa 35 ny fikambanana mpampiasa rano notohanan’Ambatovy, ka any Brickaville ny 23 ary any Toamasina II ny 12.

Njaka A.

News Mada0 partages

Antoko PSD : « olon-kafa mahomby no hofidin’ny vahoaka eo »

 Nitondra ny heviny manoloana ireny vina nambaran’ny filoham-pirenena ireny ny avy amin’ny antoko PSD. Taratry ny tsy fahombiazan’ny mpitondra ny nanaovany izany, araka ny hevitr’izy ireo.

 « Rehefa tsy mahomby, aleo mitsotra ary alefa ny fifidianana. Olon-kafa izay mahomby no hofidin’ny vahoaka ho filoham-pirenena eo. » Io ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny antoko Partiosocial democrate (PSD) Madagasikara, Bezaza Eliana, momba ny fampahafantaran’ny filoha Rajaonarimampianina ny vina Fisandratan’i Madagasikara 2030.

« Efa fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana ny azy », hoy izy. Taona 2030 no resahina. Tsara ny manao vina lavitra, fa amin’ny fampielezan-kevitra izay tsy mbola mahalany ny tena no mivoaka izany. Izay no handaniana ny tena. « Fa tsy hoe efa tsy nahomby efa-taona ianao, izay vao hamoaka vina amboaboarina », hoy ihany izy.

Tsy fantatra ny tena mahamarina izany vina izany. Tsy ekeny ny fanaovana vina amin’izao fotoana izao, efa midika sahady fa tsy fahombiazana.

 Fitaka ny vina 2030

 Fitaka ny vina 2030, fa efa fahefa-taona ny fitondrana izao. Efa fifidianana no resahina izao, andrasan’ny rehetra rehefa misy kabarin’ny filoham-pirenena hoe: ahoana ny fifandimbiasan-toerana? Mampiakatra tanan’akanjo angaha no andrasana amin’ny filoham-pirenena?

Toy ny hoe mpampianatra manafina amin’izany ny tsy fahombiazana rehetra.

Ny resaka tena marina, ny anaty anatin’ny vilany sy lovia. Izay no tokony horesahina, fa tsy fitaka, sarimihetsika… Mody atao hoe fahefa-taona, amoromporonana tarehimarika hoe nahomby. Nefa tsy marina… Mihena, hono, ny fahantrana. Izy ihany no mahita an’izany.

« Mahita izahay fa vao mainka aza miampy ny fahantrana », hoy ihany izy. Nihena ve ny isan’ny olona matory any anaty tonelina? Miakatra ny isan’ny kapoakam-bary ho an’ny Malagasy tsirairay? Miakatra ve ny fahefa-mividiny? Izany no fiainan’ny rehetra, nefa tsy misy resaka.

R.Nd.

News Mada0 partages

Kick boxing : voafidy hitantana ny federasiona i Mamibe

 Tontosa, omaly, ny fifidianana filoha hitantana ny federasiona malagasin’ny kick-boxing, mandritra ny efa-taona. Lany tamin’ny isam-bato 100 isan-jato, i Mamibe, tamin’ny latsa-bato, natao.

 Rasolofotafika Andrianome Mamindraibe (Mamibe) no lany hitondra ny federasiona malagasin’ny kick-boxing. Nahazo vato 100 isan-jato izy, nandritra ny fifidianana, notontosaina, omaly talata tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina. Nandany azy tamin’izany ireo ligim-paritra miisa 9, tonga nandatsa-bato : Analamanga, Vakinankaratra, Atsinanana, Atsimo Andrefana, Atsimo Atsinanana, Vatovavy Fitovinany, Menabe, Boeny, Matsiatra Ambony.

Raha tsiahivina, tsy nisy afa-tsy kandidà roa ihany ny nifaninana tamin’ity : i Mamibe sy Rakotonandrasana Alexandre. Olona tsy zovina amin’ny tontolon’ny fanatanjahantena i Mamibe satria sady mpikatroka no efa mpitantana ny klioban’ny Zanakala. Nisaotra ny rehetra ny tenany, taorian’ny fahavitan’ny fifidianana. “Tsy ho an’ny klioban’ny Zanakala irery intsony ny tenako fa efa filohan’ny zanak’i Madagasikara rehetra”, hoy izy. Tsy adinony ny nankasitraka ny mpitantana teo alohany, izay nomarihiny fa tena nahavita be. Hiezaka izy hanao ny tsaratsara kokoa noho izay efa tontosa.

Nanamarika ihany kosa nefa ingahy filoha vaovao fa nisy lesoka ny teo amin’ny lafiny fitsarana ka ezahiny harenina amin’ny alalan’ny fampiofanana izany. “Ilaina ny fiofanana, noho izany, hampanaovina izany avokoa ireo teknisianina rehetra, miainga amin’ny tale teknika nasionaly, izay efa notendrena omaly : ny Me Anigael Gastros”, hoy izy.

Anisan’ny fandaharanasan’i Mamibe ny hametraka sekolin’ny kick-boxing, manomboka amin’ny ankizy fito taona, izay efa nosantarina tao amin’ny ligin’i Vakinankaratra. Ankoatra izay, fanambin’ny filoha sy ny ekipany ny hametraka ligy 22 manerana ny Nosy. Nanatrika ary nanome ny fankatoavana sy ny fahamarinan’ny fivoriambe ny talen’ny fanatanjahantena federaly, Rakotozafy Rosa.

 Torcelin

News Mada0 partages

Fandrirariran’ny fanjakana ny fitakiana : mandrangaranga fitokonana ny mpirakidraharaha fitsarana

Tratry ny bemarenin’ny fitondrana. Mandrahona hitokona ny mpirakidraharaha fitsarana manoloana ny tsy fihanoan’ny minisiteran’ny Fitsarana azy ireo. “Mampitandrina izahay fa hiroso amin ‘ny fitokonana raha tsy mamaha olana ny eo anivon’ny minisitera. Niandry hatrany ny sendikà nefa mahatsiaro ho voarirariran’ny tompon’andrikaitra hatramin’izao. Manam-petra anefa ny faharetanay miandry izany”, hoy ny filohan’ny sendikàn’ny mpirakidraharaha, Andriambololona Haja. Na izany aza, nilaza ho vonona hatrany ho amin’ny fifampiresahana izy ireo. Efa nanambara rahateo ny minisitra fa misokatra ho amin’ny fifampidinihana, araka ny nambarany. “Miandry ny hoi tohin’ny nambaran’ny minisitra momba ireo tambin-karama samihafa izahay izao”, hoy ihany izy. Notsiahiviny fa efa nisy fifanarahana teo amin’izy ireo sy ny minisitera saingy izao tsy mbola tanteraka izao ka nahatonga azy ireo naka fanapahan-kevitra hiroso amin’ny fitokonana.

Anisan’ny minisitera tsy afaka olana ny eo anivon’ny Fitsarana. Anisan’izany ny fitakin’n y Sendikàn’ny mpitsara (SMM) momba ny fahaleovantenany, ny tsy hitsabahan’ny mpanatanteraka amin’ny raharaham-pitsarana na koa ny baiko midina.

Fanadihadiana lalina momba ny “Raharaha Houcine Arfa”

Eo koa ny fitakin’izy ireo ny hanadihadiana lalina momba ny “Raharaha Houcine Arfa” manoloana ireny fanambarana samihafa nataon’ireo tompon’andraikitra samihafa eo anivon’ny minisitera ireny. Tsy tokony ho vitavita ho azy na ho very anjavony izany. Tahaka   izany koa ny mpandraharaha ny fonja. Efa nandrangaranga fitokonana nanomboka tamin’ny fiandohan’ny taona teo momba ny tokony hanatsarana ny tontolon’ny asa ho an’ny fandraharaharana   ny fonja. Ny fitaovana tsy ampy na koa ny fotodrafitrasa. Manampy ireo ny tambiny samihafa tokony ho azon’izy ireo. Nipoitra indray koa izany izao ny mpirakidraharaha fitsarana. Tokony hampandinika ity minisitera ity avokoa izany rehetra izany fa tsy vitan’ny fanaovana bemarenina fotsiny amin’izao.

Randria

 

News Mada0 partages

Mpanakanto tanora : milalao gadona sy zavamaneno maro i Ny Toky

Anisan’ny nahafantarana an’i Ny Toky ilay fampiaraham-peo nataony tamin’i Meizah amin’ilay hira « Tsy androany ihany ». Tsy nijanona hatreo ny fahaiza-manaony eo amin’ny tontolon’ny hira fa nohateveniny amin’ny fikirakirana ny mozika. Anisan’ireny ny fahaiza-mifehy karazan-javamaneno, ny fihirana amin’ny gadona maroloko (milamina, mihetsika). « Fandalinana sy fianarana lavitra ezaka no nolalovako vao afaka milalao malalaka anatin’ny mozika aho », hoy i Ny Toky.

Amin’izao ankatoky ny fankalazana ny fetin’ny mpifankatia izao, namoaka vazo mifanitsy amin’izany ity mpanakanto tanora manana ny mampiavaka azy ity. « Za fa love », hira narindra amina gadona mafana. Ankoatra izay, maro ny sanganasany efa nanehoany ireo fahaiza-mifehy zavamaneno sy gadona maro ireny. Anisan’ireny ny « Tsy ho ahy ianao ».

Tsikaritra ho mirona kokoa any amin’ny fivetsoana fitiavana ny tononkiran’i Ny Toky. Raha ny fanazavany, hivoaka tsy ho ela ny vokatra vaovao hoenti-mamaly ny hetahetan’ny mpankafy. « … Satria tsy afa-miala amin’ny fifandraisana sy serasera ary fivelarana ny tontolon’ny zavakanto, noho izany, noforoniko ny kaonty « fb » , « Toky Madagascar », ahafahako sy ny olon-drehetra mifampita vaovao », hoy izy.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Saripika : misokatra ny fifaninanana iraisam-pirenena

Tsy mijanona hatreo amin’ny fialamboly ny fakana saripika ho an’izay tia izany. Ankoatra ny fananana fitaovana raitra, mitaky fahaizana sy aingam-panahy ihany koa ny fiangaliana azy ity… Rehefa mahafehy izay, afaka mifaninana avy hatrany !

Mihamarobe ny tanora mankafy maka sary. Sehatra iray hitsarana ny fahaizana sy hivelarana amin’ny any ivelany ny « Lens culture portrait Awards ». Fifaninanana fanao isan-taona izy ity. Ny mampiavaka azy, sary « portrait » na sarin’olona manatrika no tsy maintsy halefa hifaninana.

Miha goavana hatrany ny loka ampanantenain’ny mpikarakara ity fifaninanana ity, satria miisa roa be izao ny fandraisana anjara amina fampirantiana ho an’ny mpandresy. Tsy iray fotsiny ihany koa ito farany fa maromaro. Misy ny « Prix série », « Prix image unique » ary ny safidin’ny mpitsara.

Araka izany, hampiranty ny sanganasany any amin’ny toeram-pampirantiana antsoina hoe «Photo London », ny volana mey izao, ny mpandresy amin’ireo sokajy ireo. Aorian’izay, ny volana jolay, ho any Arles. Samy hetsika iraisam-pirenena sy samy manan-danja ireo fampirantiana roa ireo.

Ho an’ny mpifaninana rehetra, tombony lehibe ny fahitan’ny mpijery ny hetsika « Lens culture portrait Awards », izay miisa 2.8 tapitrisa ny sary nalain’ny tsirairay. Ankoatra ireo, tsy vitsy koa ireo mpitsidika tranonkalam-pifandraisana. Manantena ny fandraisan’anjaran’ny mpakasary avy amin’ny firenen-tsamihafa ny mpikarakara.

Landy R.

News Mada0 partages

Olona telo voasambotra teny Mahitsy : vola sandoka saika hanaovana “versement”

Ravan’ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Mahitsy ny tambajotran-jiolahy nikasa hanaparitaka vola sandoka amin’iny faritra iny. Tratra tany amin’izy ireo ny vola sandoka saika harotsaka tao amin’ny orinasa iray eny en-toerana…

 Nidoboka eny amin’ny fonjan’Antanimora ireo olona telo voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fanapariahana vola sandoka teny Mahitsy. Saron’ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Mahitsy ry zalahy ireto. Nahazo loharanom-baovao mialoha ny zandary fa misy andian’olona manaparitaka vola sandoka eny Mahitsy. Niroso tamin’ny fanadihadiana ny zandary ka lehilahy iray nahatrarana vola sandoka nandritra ny fisavana nataon’ny zandary. Saika hanao “versement” tao amin’ny orinasa “micro-finance” iray eny an-toerana ity lehilahy ity. Tsikaritra nandritra ny fizahana niarahan’ireo mpiasa tao amin’ny orinasa sy ny zandary fa nahitana vola 10 000 Ar sandoka miisa sivy niaraka tamin’ireo vola saika harotsany tao amin’ny kaontiny. Nosamborina avy hatrany izy ka nambarany nandritra ny famotoran’ny zandary fa hoe ny rafozany no nahazoany ireo vola ireo. Rehefa nofotorana indray ity farany dia nilaza fa azony tamin’ny mpivaro-kena iray ao Mahitsy ireo vola ireo. Nosamborina ilay mpivaro-kena, saingy nandà fa tsy mahalala na inona na inona ny amin’izany raharaha izany.

Tratran’ny zandary sy ny fokonolona teo am-pangalarana moto scooter iray tao Ambohimandray Mahitsy, ny faran’ny herinandro teo koa ny jiolahy iray. Tokantrano iray no niharan’ny fanafihan-jiolahy, saingy afaka nampandre ny zandary ny fianakaviana ka noraisim-potsiny teo am-panosehana ity moto halatra ity ilay mpangalatra.

Jean Claude

News Mada0 partages

Ampefiloha : saron’ny polisy i Solo sy ny namany

Nidoboka am-ponja, omaly rehefa avy natolotra ny fampanoavana i Solo sy ny namany, jiolahy raindahiny amin’ny fanendahana sy ny vaky trano. Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny PPA1 Ampefiloha niaraka tamin’ny andrimasom-pokonolona ry zalahy ireto. Voarohirohy noho ny vaky trano sy harom-paosy izy ireo. Monina eny Avaratr’Antanimora i Solo raha eny Alasora koa ireo namany, araka ny tatitra avy amin’ny polisy. Noho ny fihetsika nasehon’izy roa lahy no nahatonga ny andrimasom-pokonolona eny Ampefiloha niahiahy hoe mpamaky trano izy roa lahy ireto. Nosavaina izy roa lahy ka tratra tany anaty kitapon’ny iray amin’izy ireo ny fitaovana saika hoentina hamaky trano. Raha nanontaniana ny momba ireo fitaovana ireo izy roa lahy, nilaza fa mpibata entana eny Anosibe ny asany ary ireo fitaovana ireo dia fampiasany famahana kesika. Tratra tao am-panendahana olona nandeha taxi-be kosa ny jiolahy iray naman’izy ireo. Niaiky ny heloka vitany ry zalahy nandritra ny famotorana nataon’ny polisy azy ireo.

J.C

News Mada0 partages

Haitrano goavana tao Salazamay : magazay lehibe fitehirizana jirofo kilan’ny afo

Magazay fitehirizana jirofo nirehitra tany Toamasina. Nahery vaika ny afo ary naharitra vao maty. Nanahy zavatra hafa ny olona, raha voalaza fa mety fipoahana herinaratra ny nahatonga izany.

Nitrangana firehetana mahery vaika tany Salazamay Toamasina, omaly, tokony ho tamin’ny 4 ora maraina. Voalaza fa magazay fitehirizana jirofo ity nirehitra ity, ary sahirana mihitsy ny mpamonjy voina tamin’ny famonoana afo. Fantatra fa nisy lasantsin-jirofo 80 barika tao anatiny, ka ireo no tena nahina ho nipoaka. Tonga teny an-toerana ny mpamonjy voina nampian’ny avy any Ambatovy sy Asecna namono ny afo. “Nahery vaika ny afo ka natahorana ny nitarany tamin’ireo Tanana manodidina”, hoy ny fanazavana. Raha ny vaovao avy any an-toerana ihany, efa tamin’ny 8 ora maraina vao maty ny afo, raha tamin’ny 4 ora maraina ny niatombohany.

Hatramin’izao aloha, ahiana ho vokatry ny fipoahana herinaratra ny nahatonga ny loza. Tonga teny an-toerana ny mpitandro filaminana nanao ny fandihadiana rehetra momba ity loza ity. Ankoatra ny jirofo, fantatra fa nisy kafe sy lavanila ihany koa tao an-toerana. Misy ny miahiahy fa haintrano niniana natao ity nitranga ity. Ny mpitandro filaminana ihany anefa no afaka mamaritra ny fahamarinan’izany.

Miverimberina ny afo

Raha ny zava-misy aloha, miverimberina ny haintrano any Toamasina any. Efa nisy naharavana faritrakely iray mihitsy tsy lavitra an’i Tanambao V, ny taona 2016. Olana anefa ny eo amin’ny fitaovana famonoana afo, izay itovizan’ny faritra rehetra. Ny tao Toamasina Renivohitra aza efa nahazo fanampiana avy amin’ny orinasa Ambatovy amin’ny asa famonoana afo. Raha ny omaly aloha, nilamina ny momba iny firehetana iny, fa anisan’ny andrasana amin’ny manam-pahefana ihany koa ny ady amin’ny haintrano amin’ny faritra maro eto amintsika, na eto an-dRenivohitra aza. Loza mitatao hatrany io, indrindra amin’ireo faritra iva. Rehefa tsy tondradrano, dia haintrano.

Yves S.

News Mada0 partages

Tanambe, Amparafaravola : ny fokonolona no manomana lasantsy iasan’ny zandary

“Sarotra ny hanisy zandary isam-baravarana. Fanamoràna ny fahafahan’izy ireo manafaingana ny fidirany an-tsehatra, any amin’ny toerana rehetra, raha vao misy ny ilàna izany, no hitan’ny mpivory, ny 16 janoary teo, tao Tanambe, Distrikan’Amparafaravola, fa azo tanterahana sy mety hahitam-bokatra”, hoy ny fanazavana.

Tapaka fa ny fokontany tsirairay no tsy maintsy manomana lasantsy fiandry lalandava, hampiasaina isaky ny misy ny ilàn’ny zandary izany. Tsy maintsy manangana andrimasom-pokonolona ny isan-tanàna. “Alamina mba tsy hatetika loatra ny fandraisan’ny olona iray anjara ka ho reraka ambony ihany. Tsy ilana olona koa ny miambina satria hitily sy hanara-maso izay mety hetsik’izay manafika, ihany aloha, no tena anadraikitr’izay miambina”, hoy ny fanamafisana. Hanaitra ny mpiray tanàna izy ireo fa anjaran’izy ireo indrindra ny manaitra, an-telefaonina, ny tanàna sy vohitra manodidina , satria tsy maintsy ho làlan’ireo jiolahy ireny rehefa vita ny asa ratsiny. Tairin’izy ireo miaraka amin’izay koa ny tobina zandary manodidina. Eo no ilana ilay tahirin-dasantsy isan-tanàna. Misy avokoa ny vohitra mety halehan’izy ireo. ”Velarina mialoha ny fandrika handrakofana azy rehefa hilefa satria toa sarotra ny hisambotra ireo jiolahy eo am-panaovana ny asa ratsiny: manana basy mantsy ry zareo”, hoy ny fanazavan-dRanarisoa Désiré, lehiben’ny faritr’Alaotra-Mangoro.

Rarivo

News Mada0 partages

Tetikasan’ny filoham-pirenena : tratry ny barofo ny mpivarotra

 Tsy afaka ny hangina. “Tsy ara-dalàna ny fanalana anay sy ny famefena ary koa ny fandravana ny fivarotanay eto… Efa nampiakatra ny raharaha izahay ka tokony hiato izany aloha…”, hoy ny mpisolovava Rabemarija Olivier Edouard, omaly. Nandrava sy namefy etsy amin’ny fiantsonan’ny taxibe, Anosy ny M2pate, hanao ilay tetikasan’ny filoha. Voailika ireo mpivarotra.   “Nahazo alalana amin’ny CUA izahay ary nahaloa ny vola rehetra takina nefa izao tapahina izao ny fivelomanay”, hoy izy ireo. Nampiasa volabe sy mpiasa ary fitaovana amin’ny maha fiveloamana izany. “Tsy misy fifanajana sy fifampiresahana fa didy jadona. Tsy manda ny tetikasa izahay, saingy tokony hifanaja”, hoy ihany izy ireo.

Mitohy ny amboletra sy ny tsy tan-dalàna…

Nambaran’ireto mpivarotra ireto fa tsy tokony ho tafiditra amin’io tetikasa io ny tsenan’izy ireo. Vonona ny hanatsarana izany, hifanaraka amin’ny fepetra takina, koa izy ireo ka mba tokony havela hijanona amin’io toerana io. Tsy nihemotra anefa ny M2pate . “Tokony hiato avokoa izao ataon-dry zareo izao raha tena tan-dalàna isika. Tsy nofoanany ny fanomezan-dalana nomen’ny CUA. Efa any amin’ ny fitsarana koa ny raharaha nefa mitohy ny amboletra sy tsy fanajana lalàna”, hoy izy ireo.

Synèse R.    

News Mada0 partages

Takaitran’ny rivodoza Ava : nanampy ny traboina ny mpino sonita

Tsy nitazam-potsiny ny fahavoazan’ny mponin’i Toamasina ny Fivondronamben’ny mpino mozilimanina (CMSM). Nitondra fanampiana sy fanohanana ireo traboina tamin’ny fandalovan’ny rivodoza Ava farany teo izy ireo, ny herinandro teo. Nahitana kojakoja ilaina amin’ ny fiainana andavanandro (PPN) sy fitafiana izany fanomezana izany ho an’ireo fianakaviana maherin’ny 500 any an-toerana. Nialoha izany, nitondra ny anjara birikiny ho amin’ny fanadiovana sy ny fandraofana fako tamin’ireo fokontany maromaro koa izy ireo. Anisan’izany ny ao Ambolomadinika sy ny manoloana ny Paositra malagasy ary ny teny Anjoma. Nampiasa kamiao izy ireo tamin’izao asa fanadiovana izao. Mbola hitohy izao hetsika ataon’ireto mpino sonita ireo izao na eo amin’ny fanadiovana na koa eo amin’ny fanampiana sy fanohanana ireo traboina na sahirana. Nitarika izany tany an-toerana ny filohan’ny CMSM, ny Sheik Harona Moussa. “Miezaka isika hanao ny fomba rehetra hanasoavana ny mpiara-belona sy ny firenena. Tafiditra amin’ny fampianarana ny finoana silamo izany”, hoy izy.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fivoriana tany Davos, Suisse : nanaporofo ny tanjany sy naneho ny toerany i Inde

Fotoan-dehibe ny fivorian’ireo firenena matanjaka maneran-tany momba ny toekarena atao any Davos, Suisse. Ny 23 janoary, nisokatra ny andiany faha-48 amin’izany fihaonana izany nifanatrehan’ireo filohan’ny firenena goavana. Raha tamin’ny taona 2017, naneho ny maha izy azy ny firenena sinoa, tamin’ny alalan’ny filohany Xi Jinping fa tamin’ity taona ity kosa, somary tsy nampoizin’ny maro ihany, ry zareo Indianina indray, tamin’ny alalan’ny Praiminisitra Narendra Modi, ny nanaporofo ny tanjany ara-toekarena eo anatrehan’izao tontolo izao, nanoloana ireo mpandraharaha, filohana fikambanana iraisam-pirenena, sns, maherin’ny 3000.

Ny tena marina, te hilaza ry zareo Indianina fa tsy matahotra mifaninana amin’ny Sinoa. Nasongadin’i Narendra Modi tamin’io fotoana io, fa raha 400 miliara dolara ny harinkarena faoben’ny firenena indianina, ny taona 1997, amin’izao fotoana izao izany efa tafakatra 2.400 miliara dolara ! Tarehimarika manambara fa manana ny lanjany ny fireneny ankehitriny amin’ny toekarena eran-tany. Inde, izay firenena nandalo fotoan-tsarotra tany amin’ny 30 taona lasa, tsy nahavelona ny mponina anjatony tapitrisa maro tany aminy.

Mety ho voalohany maneran-tany ny taona 2050

Nanomboka niova ny zava-misy any Inde rehefa nisafidy niditra amin’ny fanatontoloana ny fitondrana ny taona 90. « Fitaovana sy orinasa » nampiasain’i Chine i Inde tamin’izany fotoana izany. Misongadina ny vokatr’izany ankehitriny, tsy latsaky ny 7 % ny fitombon’ny harinkarena nanomboka ny taona 2014 ary amin’izao taona 2018 izao, fahadimy amin’ny tanjaka ara-toekarena maneran-tany i Inde, manoloana an’i Frantsa sy i Angletera. Mifaninana amin’i Chine eo amin’ny laharana faharoa izy, ny taona 2030, ary mety ho voalohany maneran-tany ny taona 2050.

Nisongadina izay fahombiazan’i Inde izay nanomboka nahavoafidy ny Praiminisitra Narendra Modi, ny taona 2014. Tsy nitsahatra nanavao ny politika momba ny toekarena any aminy io praiminisitra io, nisarihana vahiny mpampiasa vola. Nandritra ny lahateny nataony tany Davos, nohamafisiny hatrany ny fanavaozana any aminy sy ny fahavononany misokatra amin’ny rehetra ary manohitra ny tsy fisokafana. Filazana mazava tsy fankatoavana ny politikan’ny filoha amerikanina, Donald Trump. Fehiny, miaro ny fanatontoloana sy fisokafana amin’ny rehetra ny Praiminisitra indianina, Narendra Modi.

 R.Mathieu

News Mada0 partages

Kitra vehivavy – Mada 2018 : hidona amin’ny Askam ny Sab-Nam

Ny Askam Itasy hifandona amin’ny FC Sab-Nam Analamanga ary ny Mifa, hikatroka amin’ny Asot, izay samy avy amin’ny ligin’Analamanga. Ireo ny fandaharan-dalaon’ny manasa-dalana, hiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, baolina kitra vehivavy. Fihaonana, hotanterahina ny alakamisy ho avy izao.

Hiendrika famaranana kely ireo fihaonana ireo satria ny samy sangany no hifampitana. Mandra-piandry izany, tontosa, omaly talata tany amin’ny kianja Carion Manjakandriana, ny andro fahatelo sady farany amin’ny fifanintsanana isam-bondrona. Mbola misongadina hatrany ny Askam avy any Itasy, nanamontsana ny AS Comato, avy any Atsimo Andrefana, tamin’ny isa mavesatra 7 no ho 0. Nofaizin-dry Christinah mihitsy ny tovovavin’i Toliara satria toy ny nanaovan-dry zareo fanazarantena fotsiny. Tetsy ankilany, niondrika teo anatrehan’ny Mifa, tamin’ny alalan’ny fandakana ny “tirs au but”, 3 no ho 2, ny FC Sab-Nam. Nisaraka tamin’ny isa mitovy 1 sy 1 ny roa tonta, tao anatin’ny fe-potoana ara-dalàna. Nahazo fandresena ihany koa ny Ascuf Matsiatra Ambony, raha nikatroka tamin’ny Som Boeny. Nisaraka tamin’ny isa 3 no ho 1 ny roa tonta ary 3 no ho 0 kosa ny nandavoan’ny Asot ny Prescoi Vakinankaratra.

Tompondaka

News Mada0 partages

Ady totohondry : nanome rariny ireo ligy ny minisitera

Noraisin’ny talen’ny fanatanjahantena, teny amin’ny toeram-piasany eny Ambohijatovo, omaly talata, ireo filohana ligim-paritra 11, amin’ny ady totohondry, nangataka fampiantsoana fivoriambe, hamahana ny olana eo anivon’ity haiady ity, tao anatin’ny 48 ora, taorian’ny fihaonan’izy ireo, ny alakamisy 25 janoary lasa teo.

Nambaran’ny talen’ny fanatanjahantena tamin’izany fa mijanona ho rafitra mpanapa-kevitra, eo amin’ny ady totohondry, ireo ligim-paritra. Noho izany, nilaza ity tomponandraikitra ity fa mbola mijanona ho filoha lefitry ny federasiona malagasin’ny ady totohondry (FMBO) Andriamanampisoa Gege Bosco, araka ny nandanian-dry zareo azy, tamin’ny fifidianana. Afaka manohy ny asany izany i Gege Bosco, izay tsiahivina fa anisan’ny

nampifoha tamin’ny torimasony indray ny ady totohondry rehefa natory nandritra ny fotoana maro, ary nampiverina ny lazan’i Madagasikara indray teo amin’ny sehatra iraisam-pirenena, raha tsy hilaza afa-tsy ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, natao tany Kongo Brazzaville, ny volona jona 2017, ka nahazoana tapakila tokony ho niatrehana ny ho tompondaka eran-tany, tany Hambourg Alemaina. Noho io vokatra tsara azon’i Madagasikara io, nilaza ny filohan’ny “juge arbitre” aty Afrika fa handefa manampahaizana hampiofana

ny mpitsara malagasy, amin’ity taona 2018 ity.

Torcelin

News Mada0 partages

Beach-volley : le championnat national confirmé

Le sommet national fera office de détection des meilleurs éléments qui formeront l’équipe nationale, hommes et dames, en vue de la Coupe des Nations. Et les U16, U18 et U20 se frotteront aux seniors.

Feu vert de la ligue Atsinanana ! La plage du Bateau Ivre de Toamasina est prête à accueillir le championnat de Madagascar de beach-volley. Les dégâts laissés par le cyclone Ava ne sont plus que de mauvais souvenirs. Dorénavant, place à la compétition proprement dite, les 3 et 4 février, comme il a été annoncé depuis plusieurs semaines. Mais, contrairement à la première édition d’il y a deux ans, les jeunes auront leur part de gâteau cette fois-ci. Les U16, U18 et U20 seront de la partie, en compagnie des seniors.

Une compétition très ouverte s’offre au public chez les seniors pour une place dans la sélection nationale, tant chez les hommes que chez les femmes. En effet, cette compétition fera office de détection des meilleurs éléments qui formeront l’équipe nationale, hommes et dames, en vue de la Coupe des Nations qui se tiendra à Maurice les 24 et 25 février.

« Nous nous sommes préparés depuis longtemps pour ce déplacement à l’île Maurice. De ce fait, les soucis d’ordre financier ne devront pas être un obstacle », a souligné le président de la Fédération malgache de volley-ball (FMVB). Côté jeunes, aucune compétition continentale en vue mais ce rendez-vous du Grand port fera office de démarrage de la saison. Une grande première !

« Désormais, le beach-volley a une place prépondérante au niveau international. C’est la raison pour laquelle la Fédération malgache de volley-ball a mis un point d’honneur sur les jeunes à partir de cette saison. Ce championnat national n’est que le début », a fait savoir le président de la fédération, Jocelyn Andriamandimbisoa.

Naisa

News Mada0 partages

Judo : Fetra Ratsimiziva vers une saison record

Six ans après ses débuts sur la scène internationale, le 23 août 2011, à Paris, lors du championnat du monde, Fetra Ratsimiziva fera de 2018 une année record en nombre de compétitions dans son escarcelle.

A peine sa saison commencée, le judoka malgache égale déjà son record de 2016, année où il a disputé trois grands tournois internationaux. En effet, après le Grand Prix de Tunis, le champion malgache participera successivement au Grand Slam de Paris, les 10 et 11 février, ainsi qu’au Grand Slam de Düsseldorf, du 23 au 25 février, en Allemagne.

Et d’après les déclarations de l’intéressé, le Grand Prix d’Agadir au Maroc, du 9 au 11 mars, est également dans son agenda.

Quatre rendez-vous qui feront de lui le judoka malgache ayant disputé le plus grand nombre de compétitions de haut niveau chez les hommes.

Pour autant, il est encore loin des six compétitions internationales au compteur d’Asaramanitra Ratiarison en 2016, dont les Jeux olympiques de Rio.

Mihanta sur leurs traces

Bien que novice sur la scène internationale, la jeune judokate Mihanta Andriamifehy est sur la bonne voie pour réaliser les mêmes performances que ses ainées. Pour cause, pour sa première année loin de la Grande île, elle vient d’apposer son nom dans deux Grand Slam, ceux de Paris et de Düsseldorf.

Un troisième rendez-vous international à son actif et elle sera sur le même pied d’égalité que sa rivale chez les -57 kg qui a réalisé la passe de trois en 2015.

Naisa

News Mada0 partages

Foot feminin : le carré d’as est formé

La pelouse synthétique du Centre technique de Carion a été le théâtre d’affrontements, hier, à l’occasion de la 3e journée du championnat de la Division élite de football féminin (DEFF) en vue de la qualification de quatre formations pour constituer le carré d’as. Sans surprise, l’Askam, club favori de cette saison, se place à la première position et a été rejoint par l’équipe de l’Asot dans la poule B.

Dans la poule A, Som Boeny a perdu son ticket pour la phase finale après sa défaite contre l’Ascum, laissant ainsi la place à l’AC Sabnam et Mifa qui disputeront le ticket pour le derby final. Pour rappel, Mifa pointe à la première place suite à un match nul face à l’AC Sabnam, hier. La suite se déroulera ainsi sur un air de revanche pour les clubs d’Analamanga qui ont dominé cette édition. Dans la poule A, Mifa et l’AC Sabnam sont à égalité avec 4 points tandis qu’Askam et Asot ont respectivement cumulé 7 et 6 points à leur compteur.

Rojo N.

News Mada0 partages

ADMC-CRAAM : danse plurielle se découvre

L’ADMC-Craam Ankatso inaugure sa saison culturelle par un atelier de «Danse plurielle», durant trois jours, en son siège.

Cette rencontre sera organisée sous la direction de Harivola Rakotondrasoa, en compagnie de Thierry Andriantsitohaina et José Rivoson, qui viennent particulièrement de la ville d’Eaux, et de Nanie Oliva Randrianasolo de la capitale de Betsimisaraka. Trois disciplines seront sur le tapis durant ces trois jours, à savoir la «Danse contemporaine», le «Trad Mix Afro» et le «Jazz contemporain». Un spectacle de restitution aura lieu, ce vendredi, dans le local.

A noter que l’ADMC-Craam regroupe une soixantaine de jeunes étudiants et diplômés de la filière Médiation et management culturels, persuadés que la culture est un atout essentiel dans les stratégies de développement. L’association s’est engagée, depuis son implantation au sein de l’université d’Antananarivo, à la dynamisation de la vie culturelle au sein du campus.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Madagascar mozarteum : la biennale de piano fait son retour

Le compte à rebours est enclenché. Madagascar Mozarteum accueille la 3e édition du concours de piano qui aura lieu, dans la capitale, du 3 au 5 avril.

En amont de ce grand challenge, un appel à participations est lancé aux quatre coins de la Grande île jusqu’au 15 mars. « Tous les deux ans, un jury, composé de trois personnalités du monde de la musique savante, récompense les pianistes concourant, dont le travail répond à un ensemble de critères artistiques. Madagascar Mozarteum offre toujours des opportunités aux jeunes afin qu’ils puissent s’exprimer et partager leur savoir-faire. Cette édition sera encore une fois une occasion pour eux de faire connaître leurs talents et de vivre des séances d’échange et de partage entre pianistes locaux, bien sûr, mais aussi avec un professionnel international », note le président de l’association, José Bronfman.

Deux catégories seront proposées à nos jeunes talentueux pianistes participants, le prix  «Excellence» et «Supérieure». Cette compétition aura l’honneur d’accueillir, comme membres du jury,  le professeur de piano Mirana Randria,  le fondateur du Chœur de l’Académie d’enseignement musical (AEM)  Reinhard Schwarte et le pianiste de renommée internationale Mahery Andrianaivoravelona.

Pendant la semaine qui suivra le grand concours de piano, Mahery Andrianaivoravelona, travaillant actuellement comme musicien professionnel et donnant des concerts presque partout dans le monde, va faire montre de son savoir-faire à l’occasion d’une master-class.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Pral : la culture malgache, mise en avant

Le groupe PRAL nous revient en force avec de nouvelles inspirations mais surtout, de la bonne musique, lors d’une soirée, au Fili’in Antsakaviro, ce samedi.

La jeune formation va ainsi livrer un concert empreint de solidarité. Animé par une passion immuable pour la musique et uni par le sang, « Pral » a vu le jour en 2014 en s’inspirant de ce langage des jeunes qui signifie littéralement « frères », comme nom de groupe. Rayhas, Mino, Tonny et Fetra s’appuient sur « la culture malgache » en la fusionnant avec d’autres genres rythmiques. Le quatuor, ayant grandi ensemble dans le monde musical et descendant d’une lignée d’illustres musiciens, ambitionne de dévoiler au monde entier ses talents à travers un mélange de styles.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Sécheresse dans les régions : l’Allemagne à la rescousse

Le projet « Forecast-Based Financing », ou « financement des réponses précoces basées sur les prévisions », focalisé sur l’aléa sécheresse et ses effets sur les ménages vulnérables dans différentes parties de Madagascar, sera mis en œuvre par l’ONG Welthungerhilfe, avec l’appui du ministère fédéral allemand pour les Affaires étrangères et du BNGRC.

Une rencontre avec les parties prenantes, dont les autorités régionales de l’Atsimo-Andrefana, Atsimo-Antsinanana et Androy ainsi que des différents organismes nationaux et internationaux, a permis l’identification des synergies et complémentarités avec les initiatives du même genre en cours de mise en œuvre ainsi que l’identification des partenariats possibles pour le démarrage du projet et de l’approche de financement des interventions précoces pour éviter les situations d’urgences. Le projet sera appliqué au niveau des régions frappées par l’aléa sécheresse. Il assurera ainsi le développement et l’opérationnalisation d’un modèle prévision basé sur le suivi continu de la sécheresse et d’indicateurs objectifs, scientifiques permettant d’anticiper les effets de la sécheresse. L’objectif est d’agir d’une manière précoce, suivant les seuils prédéfinis, avant l’occurrence de la situation d’urgence, pour prévenir les pertes et échecs de récoltes entrainant une dégradation de la situation alimentaire, nutritionnelle et des moyens de subsistance au niveau local.

Ce projet fait partie d’une initiative pilote de l’ONG Welthungerhilfe (WHH), lancé sur trois autres pays dans le monde, toujours financé par le ministère des Affaires étrangères allemandes pour une durée de 3 ans.

Manou

News Mada0 partages

Sabotsy namehana : succès du partenariat

La commune rurale de Sabotsy Namehana, dans le district d’Antananarivo Avaradrano, s’ouvre aux partenariats étrangers. Des résultats sont actuellement constatés dans la mise en marche du développement local.

Les travaux de réfection  du marché communal de Sabotsy Namehana sont en cours. Une délégation de l’Union européenne, partenaire financier dans ce projet, a constaté de visu l’avancement des travaux et a déclaré sa satisfaction au maire Avotraina Andriamosa, la semaine dernière. Les recettes fiscales de la commune ont connu,  en outre, une hausse conséquente, suite au soutien technique du GIZ Prodécid (Projet de développement communal inclusif et de décentralisation), débuté au mois de novembre 2017. Le dispatching des rôles sur l’Impôt foncier sur la propriété bâtie (IFPB), qui se fera du 22 janvier au 22 février, dans les 17 fokontany de la commune, a eu des répercussions positives sur la caisse de cette collectivité, selon le maire.

Manou

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : pire que soi n’est pas une consolation

Des pays que le Président des USA a qualifiés sans retenue, Madagascar ne coiffe pas le pompon en tous les domaines. De quelques vices dont on affuble à tort ou à raison pêle-mêle dirigeants et population, les dirigeants n’oseraient jamais, et la population s’élèveraient contre la maltraitance d’un mort innocent, anonyme ou célèbre. Voilà un an qu’est décédé le célèbre opposant congolais Tsisikedy (?). Jusqu’à ce jour ses restes mortelles n’ont trouvé place où reposer, elles demeurent en transit en Belgique en attendant une décision politique devant désigner un lieu qui  mérite le célèbre disparu. Cette exception mise à part, là-bas comme ici on gagnerait à se préoccuper du sort de la majorité des vivants qui n’ont pas la dignité qui leur revient.

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona akotry :Mivadi-potaka ity, hatrany amin’ny tsinainy no loarana

Asa vaventy ity no anaovana fampisehoana amin’ny faritra maro eto an-drenivohitra. Tsy adinon’ireo tompon’andraikitra ny takelaka manambara fa etsy ny CUA, eny amin’ny

« chantiers » maro ny minisiteran’ny Asa vaventy no tompon’antoka. Toa lasa ifaninanana izy ity. Izany indray ve moa sanatria no itadiavana antony itarainana. Raha tsy ranon’anony ka tonga namana indray vao ho mavomavo? Ravoravo mahita ny tompon’andrikitra mandray adidy. Manoloana ny haratsin’ny làlana eran’ny tanàna izay toy ny tongo-bakivaky ka sady mangirifiry no mahamenatra. Efa very saina sy toky be ihany, nefa noho ny toetrandro tsy mitsahatra manorana ao anatin’ny fotoam-pahavaratra dia lasa fanontaniana. Diso aoriana sa lasa aloha ireto fanaovana asa ireto? Tsy sangisangy na safosafo fotsiny anie fa tena asa vadi-drano ary ny tena marina aza dia lasa avi-potaka. Teny ambanin’Antanimena amin’iny làlana mankany Ankorondrano, iny Andrefan’ Ambohijanahary, miala avy eo Anosikely ka hatrany akaikin’ny Toby Ratsimandrava, eny Ankorahotra amin’iny Route Circulaire miala kely avy amin’ny sampanana mankany Ankatso, ny tsinain’ny làlana mihitsy no loarana, lasitra vaovao no rafetin’ireo orin’asa miantoka ny fanatanterahana ny asa. Izay be fanetren-tena tsy miseho anarana. Asa na fotoana izao, mpitazana ny tena nefa be ahiahy ihany.  Tsy simban’ny orana alina ve ny zavatra nokojaina ny atoandro ? Samy manam-pahaizana na ny mpanapaka ka ny mpiantoka asa, ny fahatezana ao aoriana no hitsarana na rariny na tsia ireo fandaniana ireo. Samy hanana ny heviny avokoa ny olon-drehetra. Volam-panjakana no ampiasaina amin’izany fandaniana izany. Aza taitra anefa fa tsy ny simba rehetra no nahazo fanamboarana toy izao. Raha ny haratsin’ny làlana rehetra no atao resaka, tsy haharaka ny kitapom-bola. Izay kely vita no vonjivonjena, ny fifidianana manatona be ihany tsy maintsy mihetsika na manao fihetsiketsehana arak’izay. Izay angamba no mahamaika, ny tondra-drano anefa etsy andaniny efa manambana ary tsy arak’izay no ihazakazahana eo amin’ny fiantsorohana ny asa vaventy mikasika ny fanadiovana ny fantsona sy lakan-drano famarinana ny rano sy riaka any amin’ny renirano ho any Farahantsana. Rehefa tondraka ny rano, dia samy hanao fihetsika te hanao toy ny mahazatra amin’ny fampisehoana firaisan-kina sy  fitondrana famonjena ho an’ny tra-boina.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Marinage

Voici encore une nouvelle mauvaise saison, un « hivernage », comme l’on dit, qu’il nous faut traverser. Jusqu’à ce jour, les pluies se répartissent assez régulièrement sur le Grande Île. D’aucun côté on ne parle encore de perturbations atmosphériques.

Puissions-nous atteindre ainsi le mois de mai !

Mais le passé est là, le bilan de 1917 n’est pas fameux. Il est plutôt inquiétant. Un raz-de-marée – même pas un vrai cyclone ! – en rade de Tamatave a anéanti la presque totalité de notre tonnage à voiles. Quant à notre tonnage à vapeur, l’accident du Bagdad à Maroantsetra réduit Madagascar à deux petits vapeurs : Persépolis et Sidon.

L’un des deux étant réservé aux besoins de la côte Ouest, il ne reste pratiquement, pour la navigation côtière de l’Est, qu’un seul vapeur annexe.

C’est si peu que ce n’est rien.

Pour l’Est, l’urgence est que quelque chose de pratique soit arrêté, adopté, mis à exécution.

Nous ne repasserons pas en revue toutes les propositions qui ont été suggérées ; notre sentiment est qu’il y en a trop, que c’est fini de délibérer et qu’il faut passer à l’application.

Mais il y a eu le projet d’un port aux Manguiers, d’un autre à Tanio, d’un refuge à Hastie… Nous n’avons pas de préférence pour le projet X, celui d’Y ou celui de Z. Nous disons seulement que la métropole maritime de l’Est de Madagascar ne peut pas plus longtemps rester dans cet état précaire, qui tient en alarme incessante les colons, met en défiance les capitaux.

Faites-nous un port digne de l’importance réelle de Tamatave, voilà tout ce qu’il nous faut. Et, de ce port, faites le point d’attache d’une flottille moderne, active, solide de grand et moyen cabotage pour alimenter de fret régulièrement les navires de grandes lignes.

Tamatave pourrait, doit avoir trois bons bateaux de 500 tonnes trafiquant activement de Fort-Dauphin à Diégo, visitant tous les recoins, attirant et fixant ainsi colons et indigènes en une foule de points jusqu’à présent délaissés faute de relations. Ces trois unités serviraient à remplir les cales des long-courriers ; elles iraient le plus souvent à la voile, mais auraient un moteur moderne pour les vents contraires et pour se soustraire au danger.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Chronique : omniprésence du diable

Ce n’est pas parce que l’on dit que le diable se cache dans les détails qu’il ne se trouve pas nécessairement ailleurs, il fait feu de tout bois et s’amuse même parfois à hypnotiser le public et lui faire avaler des pilules ou glisser des suppos sans douleur et sans qu’il ne s’en rende compte. De cette méthode vicieuse comme d’autres qui ne le sont pas ou qui le sont moins, l’être humain  prend de la graine et à force de s’y entrainer certains parviennent à en avoir la maitrise et la pratiquent comme un art. De ces gens-là la société doit s’en protéger sauf à finir par avoir l’organisation sociale sans cesse perturbée par toutes sortes d’infractions. Et c’est ainsi que la société des hommes prolonge la danse du chat et de la souris en l’incessant jeu « police-voleur ». L’homme restant homme, inévitable que surviennent des cas (extrêmes ( ?) du moins on peut le souhaiter, quoique ça risquerait den’êtreque simple vœu pieux) où police s’emmêle les pinceaux et double son rôle du rôle de celui qu’il a à poursuivre : ça peut rapporter gros ! Et si cette formule si juteuse venait à se répandre jusqu’à infecter au sommet, c’est tout le système qui se trouverait corrompu. Mieux ou pire, en tous cas périlleux pour la société (la nation), des petits malins, grosses légumes, se sont aménagé des niches d’impunité, les rendant intouchables sauf aux poursuites judiciaires d’oser fonctionner hors la loi.

C’est dans ce schéma d’une « justice rendue au-dessus des lois » que se situe le problème relatif à la condamnation de Marc Ravalomanana, du moins en ce qui concerne la condamnation pénale. Tout différents sont ses malheurs ou ceux qui frappent actuellement ses entreprises. Et ce n’est pas moins effarant. Il est question de milliards et milliards. N’étant pas spécialiste en la matière on ne saurait se prononcer sur la véracité des montants de ces arriérés que les sociétés de Ravalo doivent soit à l’Etat soità des entreprises de l’Etat. Toutefois à bon droit on ne peut que se scandaliser que d’un côté que les services de l’Etat aient fait preuve de tant de tolérance et de laxisme avant de prendre les mesures utiles pour récupérer ses avoirs, et de l’autre comment un homme si fortuné et déclarant tant son patriotisme, s’est fait si peu violence pour exiger de lui-même et de ses boîtes une rectitude citoyenne.

Léo Raz

News Mada0 partages

Creches et garderies : mise en garde contre six établissements

On assiste ces derniers temps à un boom des crèches et garderies, notamment dans la capitale. Certaines de ces structures ne respectent même pas les normes minimales requises, mettant ainsi en jeu la sécurité et la santé de milliers de nourrissons et enfants en bas âge gardés dans ces endroits.

En vogue. Le métier de garde d’enfant  se développe davantage, surtout dans les grandes villes telles qu’Antananarivo. Bon nombre de personnes actives, avec ou sans expérience, disposant ou non d’un minimum de connaissance dans la prise en charge des enfants en bas âge, se lancent dans cette profession. La prolifération des  garderies et crèches, comme c’est le cas dans la capitale, en dit long.

Mais des parents sont parfois déçus dans la mesure où certaines de ces établissements ne respectent pas les normes minimales requises, tant dans le domaine infrastructurel que matériel, sans parler de la compétence des nourrices et des éducateurs qui prennent en charge les enfants, leur nourriture et leur éveil. La direction d’Etudes préscolaires et de l’alphabétisation (Depa), une entité rattachée au ministère de l’Education nationale (Men), a constaté différentes irrégularités à l’issue des descentes menées l’an dernier dans six crèches implantées dans la capitale , «Telles le manque d’autorisation d’ouverture,  la non-conformité des infrastructures, le manque de matériel ou encore le faible ratio enfant-éducateur…», a fait savoir le chef de service du Préscolaire au sein de la Depa, Volaharimanana Andriambelotiana. Pour le moment, le Depa évite de parler de fermeture. Cette entité se contente pour le moment de mettre en garde les établissements qui ne suivent pas les normes, tout en leur donnant des recommandations en vue de la mise aux normes de leurs offres.

Un système de labellisation sur les rails

Mis à part la régularisation de leurs situations administratives, ces structures ont été recommandées à renforcer leurs mesures de prévention des accidents et les secours d’urgence, la formation du personnel an matière d’éveil, nutrition, santé et protection, l’éducation parentale… Elles sont également incitées à suivre de manière régulière la santé de l’enfant par un personnel de santé, tout en utilisant systématiquement la fiche de suivi du développement de l’enfant…

En outre, la Depa est actuellement en train de mettre en place un autre moyen pour faire respecter les règles à ces structures, notamment en instaurant un système de compétitivité loyal entre les offres de service y afférentes, via un label de qualité.  «Dans ce cadre, les établissements seront classés en fonction de la qualité de leurs offres, notamment dans le domaine pédagogique et infrastructurel, suivant les classifications «pétales» 1 à 5. Il s’agit jusqu’ici d’une démarche volontaire des propriétaires de ces enseignes, donc son application n’a pas de caractère obligatoire», selon Volaharimanana Andriambelotiana. Mais cette initiative constitue une orientation pour les parents pour qu’ils puissent mieux faire le choix parmi les offres qui se présentent à eux.

Fahranarison

Ino Vaovao0 partages

BEMANONGA - DISTRIKAN’I MORONDAVA : Dahalo roa matin’ny vahoaka

Nitrangana fanafihana tao amin’io toerana voalaza etsy ambony io ny sabotsy hifoha alahady lasa teo tokony ho tamin’ny 1 ora maraina. Tsy nanaiky lembenana ny fokonolona fa nanohitra ireo dahalo hatramin’ny farany.

Raha ny fampitam-baovao dia malaso dimy lahy nirongo basy nikasa hanafika valan’ombin’i Tsikizahy, nandritra izany efa niandry tamin’ny basy sy hazo ity farany sy ireo rahalahiny roa ary ny mpiambin’ombiny. Raikitra ny fifampitifirana sy fifamaliana dia dahalo iray no lavon’ny balan’izy ireo ka maty tsy tra-drano. Ny iray ambiny kosa voan’ireo vatan-dehilahy am-pitaka ka nodarohana tamin’ny hazo saingy mbola tafaporitsaka ihany na dia mafy aza ny ratra nahazo azy. Ireo telo ambiny tafaporitsaka nanjavona tanteraka.

Nifanenjehan’izy efatra tompon-tanàna kosa ilay dahalo naratra nandositra. Naratra ny roa tamin’ireo tompon-tanàna nandritra izany fifanenjehana izany. Afaka 1 km niala ny tanàna tratra ity farany saingy efa nalemy noho ny ratra nahazo. Fotoana vitsy tsy natongavan’ny zandary dia tapitra ny ainy. Raha ny fifampiresahana tamin’i Tsikizahy tamin’ny finday dia mbola nisy fotoana nanontaniana ny toerana fiavian’ireo malaso mialoha ny nahafatesany. Noho izany dia mangataka fanampiana avy amin’ireo mpitandro filaminana ao Morondava ireo niharam-boina ankehitriny hanao fidinana ifotony amin’ilay toerana misy ireo dahalo namany io maty io. 

Omby mpitarika sarety ireo saika nangalarin’ny dahalo dimy lahy ireo ary efa tsy mifidy zavatra hangalarina intsony ny malaso any amin’ny Distrikan’i Morondava iny ankehitriny. Voalaza fa na akoho amam-borona aza dia angalarin’ireo olon-dratsy manao fanafihana any an-toerana.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

ANKILIABONY MISOKITSY : Mitaky ny fampiharana ny lalàna amin’ireo dahalo efatra ny vahoaka

Fantatra fa andro maromaro taorian’ny fanafihan-dahalo tao an-toerana dia malaso efatra no saron’ny zandary tao Amborihabo Kaominina Befasy, ka noentina ao amin’ny zandarimariam-pirenena ao  Morondava izy ireo, raha ny fampitam-baovao azo.

Voalaza fa noho ny fiaraha-miasa tamin’ny olona tsara sitrapo no nahasamborana ireo olon-dratsy satria hita teny amin’ny toerana nisy azy ireo ny sarety izay tsy fahita raha tsy tao amin’ilay toerana voatafika ihany. Ny vahoaka no nisambotra ireo malaso ary natolotr’izy ireo ny mpitandro filaminana. Voalaza fa tsy nampiharan’ireo vahoaka ny hatezerany ireo tra-tehaka tamin’izany fa nanaovany fanadihadiana lalina amin’ny toerana misy ny namany sasany.

Azon’ireo fokonolona avokoa ny vaovao notakiana tamin’ireto farany ka nolazan’izy ireo ny mpitandro filaminana. Niandry ny hanatanterahan’ireo zandary ny fidinana ifotony hisamborana ireo dahalo ny vahoaka saingy tsy nisy akory izany. Izany indrindra no nahatonga azy ireo niakatra ao Morondava nitaky hamoahana ireo dahalo efatra ireo satria “rehefa tsy handray ny andraikiny ny fanjakana dia izahay vahoaka no hampihatra izany”, hoy ireo fokonolona.

Namonjy ny mpitondra fanjakana tao an-toerana izy ireo saingy tsy nahazo valiny nahafapo ireo solon-tenan’ny vahoaka sy ny fianakavian’ny lasibatra izay namoy ny ainy sy naratra.Ny filoha lefitry ny Fokontany ny iray tamin’ireo voatifitry

 Voalaza fa miaina ao anaty fahasahiranana tanteraka ny mponin’Ankiliabony Misokitsy ankehitriny satria na sakafo hohanina sy akanjo hotafiana aza tsy misy satria ankoatra ny omby voaroba dia lasa avokoa ny entana fampiasan’ny vahoaka rehetra an-toerana. Ny sarety fitondra miasa voaroba ihany koa satria nataon’ireo jiolahy fitondrana ny entana madinika. Alohan’ny nialan’ ireo vahoaka tao Morondava rehefa nahazo valiny tsy nahafa-po dia nanamafy izy ireo fa mbola hiverina hangala ireo dahalo efatra ao an-toerana ary miomana ny fanjakana fa hisy korontana amin’io. Miteraka resa-be ao Morondava ity raharaha ity satria na ireo vahoaka ao an-toerana aza dia mihorohoro tanteraka amin’ny fihetsika mety hataon’ny vahoakan’Ankiliabony ao amin’ny renivohitr’i Menabe ity.

Raha tsiahivina dia ny alahady 14 janoary maraina lasa teo no nidiran’ny andian-dahalo am-polony mahery tao Ankiliabony Misokitsy, Kaominina Befasy ary tena nandravarava tokoa izy ireo nandritra ny fanafihana. Vokany, olona iray no namoy ny ainy ary dimy hafa naratra mafy noho ny tifitra sy famirana famaky nataon’ireo malaso ny mponina tao an-toerana. Omby 200 mahery sy sarety am-polony no lasa tamin’izany ary tsy misy tafaverina hatramin’izao, raha ny vaovao azo avy any an-toerana. Voalaza ihany fa efa ny omby rehetra tao an-tanàna ireo lasa, raha ny fampitam-baovao izay hatrany.  Fantatra fa filoha Lefitry ny Fokontany ny iray tamin’ireo naratra voatifitry ny dahalo. 

Pounie

Ino Vaovao0 partages

SALAZAMAY TOAMASINA : Nirehitra ny magazay lehibe iray mpitahiry jirofo sy kanely

Araka ny vaovao voaray avy any an-toerana dia firehetana tariby mitondra herinaratra no niteraka ny afo ka nahamaizana ireo vokatra amina miliara ireto. Voalaza fa tao amin’ilay magazay mihitsy no nirehitra ary naharitra ora maro ny firedaredan’ny afo. Hatramin’ny 12ora sy sasany antoandro dia mbola tsy maty tanteraka ny afo. 

Dimy ireo mpamonjy voina nandray anjara tamin’ny famonoana afo tany an-toerana dia ny avy amin’ny Kaominina, Port, Asecna, Ambatovy ary ny Galana. Raha ny fampitam-baovao ihany dia somary nananosarotra ireo mpamonjy voina ny famehezana ny afo satria latsaka afovoany ilay magazay ka tsy nisy lalana nidirana nivantana. 

Ao amin’ny Fokontany Salazamay Toamasina no nitrangan’ny loza ary nilefa avokoa ny olona monina manodidina satria natahotra ny mety hiitaran’ny afo ka hahamay ireo trano mifanila. Voalaza fa tsy nisy ny aina nafoy sy naratra nandritra ny fahamaizana satria tafavoaka mialoha ny mpiambina tao an-toerana. Fantatra fa mpandraharaha iray ao Toamasina no tompon’io magazay nirehitra io ary voalaza fa manana orinasa fanamboarana mofo ihany koa ity farany. 

Tamin’ny ora nanoratanay dia efa tonga teny an-toerana nijery ifotony ny zava-nisy ny mpitandro filaminana.

Omaly io ihany dia nisehoana zavatra voajanahary ny tao Toamasina, nitapenam-bolana nandritra ny ora 1 teo ny masoandro ka fambara ratsy izany amin’ireo Foko Betsimisaraka.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

TGV AMBILOBE : Manentana ny mpikambana hisoratra anarana sy hanara-maso ny lisi-pifidianana

Ny sekretera nasionaly lefitr’ity farany ho an’ny faritanin’Antsiranana, Jocelyne Maxime sy ny filohan’ny departemantan’ny Tgv ao amin’ny distrikan’Ambilobe, Assimo Bruno no nitarika izany fivoriana izany. Nanentana ny mpikambana rehetra sy ny vahoaka ireto farany mba hisoratra anarana  ao anatin’ny lisi-pifidianana. Mba hahafahana hanara-maso tsara ny lisi-pifidianana ao amin’ny distrikan’Ambilobe dia natsangana nandritra izany fivoriana izany ny solontenan’ny antoko hanao izany asa izany isaky ny fokontany. Vonona hiatrika ny fifidianana rehetra manaraka izao, araka izany, ny antoko Tgv ao Ambilobe.

Fanolorana fanomezana

Taorian’izany fifidianana izany dia nitsidika ny foiben’ny fikambanam-behivavy «  Tsara Dia  » ao Antanamariazy i Jocelyne Maxime izay marihina fa sady solombavambahoaka voafidy tany Antsiranana I sy Assimo Bruno izay Ben’ny tanànan’ny kaominina ambonivohitr’Ambilobe. Manao asa fanam boarana «  tapis  » ny fikambanana ka ho fanampiana ireo vehivavy mivondrona ao anatiny dia notolorana lelavola -hividianana akora ny fikambanana.

Ho fampiro- boroboana hatrany ny fikambanana «  Tsara Dia  » dia nilaza ny Ben’ny tanàna Assimo Bruno fa hotolorana milina fanjairana tsy ho ela ny fikambanana. Faly araka izany ireo vehivavy ao anatin’ity farany fa mba nisy olona nanampy azy ireo amin’ny asa ataony ka maromaroa, hoy izy ireo tahak’ireto mpitarika ny antoko Tgv ireto.

 A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA BELOBAKA : Tsy manaiky ny fanesorana ny Pds ireo mpanolotsaina monisipaly

Mandrahona ny hidina an-dalam-be izy ireo raha toa ka miziriziry amin’ny heviny ny fanjakana amin’ny fanesorana ny Pds, Razafindrakoto Maminiaina Yves. Niakatra any an-drenivohitra ireo mpanolotsaina ao amin’ny kaominina Belobaka hihaona amin’ny Praiminisitra amin’ity raharaha mampisavorovoro ny kaominina Belobaka ity. Tsiahivina moa fa herinandro vitsivitsy izay dia niparitaka ny karatany sandoka tao amin’ity kaominina ity.  Niantso ny olona rehetra vao nahazo karatany mba hitondra izany eny amin’ny kaominina ny Pds mba hohamarinina. Tsy fantatra na misy ifandraisany amin’ny fanesorana ny Pds izany na tsia.

Mankasitraka ny fanesorana azy ireo mpiasa sasany

Manaraka izany, misy ny mpiasa milaza fa tireo mpanolotsaina kaominaly izay nigoka ny tombontsoa tamin’ilay filohan’ny delegasiona teo aloha izay tsy maintsy noesorina teo amin’ny toerany no hany sisa mangataka ny hamerenana azy, hoy kosa ireo mpiasa sasany mpanodina ny raharaha ao amin’ity kaominina Belobaka ao Mahajanga faharoa ity.  Mankasitraka ny fanesorana ilay Pds teo aloha, izy ireo.  Antony roa no nahavoasaringotra an’i Maminiaina Yves Obrie, ilay tompon-toerana teo aloha, dia ny hosoka sy ny halatra sonia ary ny amboletra teo amin’ny famoaham-bolan’ny kaominina araka ny  nambaran’ireo mpiasa.

Ho an’ingahy Miamina Ghislin Freddy, izay voatendry hisolo azy  eo amin’io toeran’ny filohan’ny delegasiona vaovao ao amin’ity kaominina ity kosa dia tsy manan-kalahatra ny momba io raharaha io izy fa ny naotin’ny minisiteran’ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana ihany, hoy izy no tompon’ny teny farany ny nanendrena azy ho eo amin’io toerana io. Ka tsy tokony hitsabahan’ireo mpanolotsaina izany na koa ireo mpiandany tamin’io Pds teo aloha io. Tsy vao izao ny tenany no efa nitantana ny raharaham-panjakana fa efa teo ambany fahefan’ilay Pds teo aloha ka mahafantatra tsara ireo antsoina hoe "administration" na ny fitantanan-draharaham-panjakana, hoy ny fanazavany.

Ka nanaovany fanamby ny handrindrana izany tsara mitaha amin’ny teo aloha. Ho an’i Lanto, lehiben’ny mpiasan’ny kaominina Belobaka kosa dia nanambara tamin’ny fomba ofisialy ny alatsinainy 29 janoary teo fa mizotra toy ny fanao andavanandro ny asan’izy ireo ary misokatra daholo tokoa ny birao misahana ny fikarakarana ireo antotan-taratasy ilain’ny rehetra eny amin’iny kaominina iny raha sendra teny ny tenanay.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TAONAN’NY FIFIDIANANA : Miraradraraka ny fanomezana ataon’ireo mpanao politika

Fanaovana fampielezan-kevitra alohan’ny fotoana mba ahazoana ny fon’ny vahoaka no azo andikana ny hetsika misy araka ny fandraisan’ny mpanara-baovao azy ireny.Fantatra fa ilaina ny asa fampandrosoana, ny fanampiana ary ny fanatsarana ny tanàna.

Ny zavatra tsikaritra tato ho ato izay dia toy ny efa miomana amin’ny fifidianana manaraka, na koa efa nokendrena natao ato anatin’ny taonam-pifidianana ny hetsika ataon’ireo efa ao anatin’ny fitondrana na koa izay hikasa ny hilatsaka amin’ny fifidianana ho avy manaraka izao. Tahaka ny fitokanana biraom-pokontany sy toeram-pivoakana vaovao tao Marodoka Nosy-Be ny alatsinainy 29 janoary teo. Ny solombavambahoaka voafidy tao an-toerana no nampanantena izany tamin’ny vahoaka efa ho efatra taona lasa izay ka izao vao notokanana izany. 

Noraisin’ny vahoaka an-kafaliana ireo fotodrafitrasa ireo kanefa tonga dia latsaka ao an-tsain’ny maro fa fanomanana fifidianana ny nataon’ity solombavambahoaka ity. Herinandro vitsy lasa izay dia efa nisy ny fizaran’ity farany vola tamin’ireo dokera tao Nosy Be. Maneho zavatra maro ny fihetsika ataon’ireo mpanao politika, izay miaro sy miezaka mafy hitazona ny sezany fa anjaran’ny tsirairay ny mandray izay tokony horaisina. Amin’ny taom-pifidianana tahaka izao no tena ahitana ireo mpanao politika mampalalaka ny tanany amin’ny fanaovana hetsika sosialy. Na misy aza izany tokony hahay hifidy ny olom-pirenena tsirairay manan-jo hiatrika izany fa tsy ho finaritra tambazana amin’ny vatomamy sahala amin’ny ankizy mitomany.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

TOBIM-PIANTSONANA AO ARANTA : Misy minia manakorontana ny fiantsonana nasionaly

Tsy marina ihany koa, hoy hatrany ity tompon’andraikitra voalohany ity ny fitaterana eto Mahajanga ity ny resabe afitsok’ireo solontenan’ireo kaoperativa eny amin’ny fiantsonana nasionaly ao Aranta fa mihazakazaka hifindra eny amin’ny fiantsonan’izy ireo ny zotra rezionaly izay mbola etsy Ampasika hatramin’izao. Izay araka ny vaovao nahoraka tao amin’ny fahitalavitra rahavavy iray ka maha tonga ny fiantsonana nasionaly hafindra eny Amparehimahintsy Rn4. 

Ny minisitera sy ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety miaraka amin’ireo rantsa-mangaika misehatra amin’io fitaterana io no tompon’ny teny farany ny amin’izany, izay tsy mbola nisy fanambaràna ofisialy ny momba io famindrana ny fiantsonana nasionaly eny Amparehimahintsy io. 

Tsy marina ihany koa, hoy hatrany i Jean Claude Ramanana fa novidian’ny tom pon’ny orinasam-pitaterana Cotisse ny tobim-piantsonana rezionaly vaovao mifanila aminy eny abattoir, koa dia miantso ny fitoniana ho an’ny rehetra ny tenany manoloana io vaovao tsy marina io. Tsy vao izao fa efa nisy ireo mpanely tsaho ka manao antsojay amin’ity filoha tale jeneralin’ny orinasa Cotisse ity hatramin’iny taon-dasa iny. Tena tsy fantatra mihitsy ny tsy ahazakan’ny sasany ny fijoroan’ity kaoperativa iray ity eto amintsika kanefa dia misokatra amin’ny fifaninanana ny tsena.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

ZANDARIMARIAM-PIRENENA : Manodidina ny 50 ny isan’ny jeneraly ankehitriny

Tsy mazava, ahiana sao misy ambadika politika, kolikoly, ireo amin’ny ankapobeny no resaka mihodina manodidina izany tranga izany. Ankoatra izay dia mampi- taraina ny vahoaka ihany koa ny trangana tsy fandriampahalemana izay miseho sesilany manerana ny Nosy kanefa toa ny fampiakarana grady no matetika hita sy re fa tsy misy fepetra mivaingana raisin’ny tompon’andraikitra voakasik’izany. 

Manoloana izany petrak’olana lehibe izany dia nitondra fanazavana ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam- pirenena, ny Jeneraly Andriamahavalisoa Girard. Nohamafisin’ity tompon’andraikitra ity àry fa tsy sitrapo na ihany koa misy hidirana resaka politika ny fampiakarana galona ho jeneraly ho an’ireo manamboninahitra fa misy lalàna mitovy amin’ny mpiasam-panjakana rehetra miakatra grady. Mendrika ny hisitraka izany araka izany izy ireo rehefa nahavita ny asany araka ny tokony ho izy.

Isan’izany lalàna izany ny fahafenoana dimy taona sy enim-bolana nitondrana ny galona maha kolonely ary tsy voasazy nandritra ny telo taona farany. Araka ny fanazavana nentin’ny sekreteram-panjakana miadidy ny Zandarimariam-pirenena dia eo amin’ny 50 ny isan’ireo mitondra ny galona jeneraly eto Madagasikara amin’izao fotoana izao. Ny isan’ny zandary manerana ny Nosy anefa ankehitriny dia mahatratra 54 000. Raha ireo antontan’isa ireo no jerena dia mbola manaraka ny tokony ho izy ny isan’ireo voatendry ho manamboninahitra jeneraly.

Nahazo trano vaovao ny Cirgn

Toa ny ivon-toerana sy ny biraom-panjakana rehetra dia ilaina ny manisy fanavaozana ireo fotodrafitrasa efa hita fa tranainy sy antitra mba hahafahana manatsara ny asa. Araka izany àry dia ezahin’ny avy eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena hanara-penitra sy hanaraka ny lalàna mitovy amin’ny any ivelany ny toeram-piasan’izy ireo mba hisian’ny firindrana sy fahombiazana eo amin’ny asany. Farany teo izao dia ny birao fiasana etsy amin’ ny Cirgn Ankadilalana no nasiam-panavaozana. 

Tao anatin’ny roa volana no nanaovana ny asa fanavaozana izay nahitana rihana iray ary efitra maro. Mitentina teo amin’ny 150 tapitrisa ariary kosa ny tetibola nentina nanatanterahana ity fotodrafitrasa vaovao ity, araka ny fanazavana hatrany. Tsara ho fantatra fa ny alatsinainy lasa teo no nitokanana ity trano vaovao ity izay notarihin’ny sekreteram- panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FILANKEVITRA MONISIPALY KAOMININA MAHAJANGA : Manatanteraka fivoriana tsy ara-potoana

Handinika ny tetibola atokan’ny kao minin’i  Mahajanga voalohany holaniana amin’ity taom- piasana manaraka ity ny anton’izany fivoriana izany. Folo andro no faharetan’izany izay nanomboka ny alarobia 24 janoary teo ao amin’ny efitrano mahazatra natokana ho azy ireo. Ankoatr’io dinika momba ny tetibola io anefa dia tsy ferana ireo olam-bahoaka izay miantefa ao amin’ny kaominina izay azo aroso sy ampidirina ao anaty lahadinika ihany koa, hoy ireo mpanolotsaina ireo.

Anisan’izany ny resaka ady sy hetran-tany izay mahabe resaka ao sy ireo maro samihafa. Niantso ny vahoaka ny tompon’andraikitra  hanatona azy mandritra izao folo andro anatanterahana fivoriana tsy ara-potoana voalohany ataon’izy ireo izao  ary tsy hisorona ny amin’izany mba tsy hisian’’ny fifanomezan-tsiny indray avy eo momba ny kaominina.

Fa ankoatr’izay dia fantatra koa fa tamin’io alarobia 24 janoary io hatrany no nanoloran’i mpanolo-tsaina an’i Dadilahy ny loko tamin’ny ben’ny tanàna, izay handokoana ny fiaramanidina atao haingon-tanana manoloana ny sekoly Notre Dame. Izay vola madiodion’ity mpanolo-tsaina ity irery izany, ho fandraisany anjara amin’ny fampandrosoana ny kaominina hiasany. 

Sarotiny rahateo ny tenany eo amin’ny lafiny fampandrosoana ny kaominina ka izay no nahatery azy nanolotra io loko io ary izy koa no laharana voalohany raha eo aminy fidirana amin’ilay fandaharana "Famohamandry" ao aminy M3 tv isa-maraina manazava ny anjara asa ny kaominina.

INVMGA.

Tia Tanindranaza0 partages

Gargotte noravana etsy AnosyMaty antoka ana hetsiny maro isan’andro

Nanomboka namoaka ny entany teo ivelany ireo mpivarotra hani-masaka manamorona ny ranon’Anosy tratran’ilay asa fandravana tanterahin’ny ministeran’ny fanajariana ny tany, omaly.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy mpangalatra jiro ny AAANivoaka ny porofo tsy azo lavina

Efa tamin’ny 3 novambra 2017 ny Jirama no nitory an’i Marc Ravalomanana, izay nambara fa nangalatra herinaratry ny JIRAMA. Nambara ihany koa fa ny tranon’ny filoha teo aloha mifanakaiky amin’ny orinasa no tena misy ilay fangalarana jiro.

 Nitsirika ny orinasa AAA tao Andranomanelatra ny Jirama sy ny vadintany ary ny avy amin’ny polisim-pirenena ny  24 janoary. Voaporofo ny fanendrikendrehana sy ny fanalam-baraka. Nohidiana “sous scéllée” nanomboka ny 12 oktobra 2017 mantsy ny Tia Sarl sy ny Iko Sarl, ka tsy misy hirika akory mankany amin’ny “Compteur”. Mazava ny tatitra nataon’ny vadintany Rakotoarisoa Nasolo, notronin’ny mpisolovava ny AAA Norosoa Raharimalala, fa misy milina famokarana herinaratra manana tanjaka 500KVA mamatsy ny AAA, raha misy ny olana. Misy fotoana mamatsy ihany koa ilay trano io milina io, ka misy ny tariby ambanin’ny tany miainga avy amin’io milina io mihazo io trano iray nambara fa isehoan’ny halatra herinaratra io. Tsy misy ao anatin’ny tatitra mihitsy araka izany ny resaka halatra, ary ny taratasin’ny vadintany aza tsy nahitana io resaka io. Hatramin’ny omaly ny tale jeneralin’ny orinasa AAA Lanto Rabenatoandro dia nanamafy, fa tsy misy resaka halatra Jirama izany mihitsy ao. Efa ny vadintany vita fianianana ara-panjakana no nanao tatitra tsy fahitana resaka halatra herinaratra velively miainga amin’ny andrin-jiro na fomba hafa ao amin’ny AAA, ka tsy hay indray izay ho tohiny. Teknika marina ve sa politika no hanenjehana ny orinasa AAA ?

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalana eto an-drenivohitraHampiasa teknika manara-penitra ny CUA

Na dia nailika foana aza ny kaominina an`Antananarivo Renivohitra (CUA) tamin`ny asa fanamboarana fotodrafitrasa dia naverina taminy ny andraikitra amin`ny fanamboaran-dalana eto Antananarivo izay tena tsy manara-penitra ny fanatanterahana izany satria potika sy rava tokoa ny lalana na dia nanentsina sy nanamboatra ny sasantsany aza ny fitondrana foibe.

 

Marigny A.

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mandalo

Mandalo tokoa ny zava-drehetra. Tsy misy afaka handiso an’izany. Fiteny matetika ny hoe ny mpitondra mandalo fa ny vahoaka mitoetra.

 Rehefa zohina anefa dia tsy afaka hifanjohy ela ireo tsy indray mihira fa na ray aman-dreny na zanaka na zafy, tsy fantatra izay hody aloha. Loza mihantona ny ratsy atao ary ilevenam-bola ny soa vita. Anisan’ny raharaha miroborobo ary miteraka ireo fahalovana maro toy ny kolikoly sy ny akamakama eto amin’ny firenena ankehitriny ny ady tany sy fibodoana tany etsy sy eroa. Ny mahagaga dia miha mirongatra isan-taona izany ary vao tamin’ny fiandohan’ity taona ity fotsiny dia efa saika isan’andro no nandrenesana azy. Ireo voasokajy ho manam-pahefana dia saika tafiditra sy voatonona matetika ao avokoa. 150 tafo ireo fianakaviana voalaza fa lasibatra etsy amin’ny By pass amin’izao fotoana. Bodoina manamboninahitra jeneraly ny tany noharian’olon-tsotra am-polony taona maro etsy Ambohitrakely. Bodoina teratany vahiny koa ny tanimbary mamelona tantsaha an-jatony eny Akorondrano. Kabariben’ny filoham-pirenena hatrany anefa no setrin’izany fa ireo vahoaka madinika hatramin’izay ka hatramin’izao ary mbola ahiana hadinika foana sady efa ho very tanindrazana no mbola ahiana ho voazanaka indray na dia efa nofoanana eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena aza ny fanjanahantany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra vehivavy Division EliteMbola misongadina hatrany ny Askam Itasy

Tontosa omaly teny Carion ny andro faha-3 eo amin'ny tompondakam-pirenena Diviziona Elita sokajy Vehivavy. Nisongadina tamin'ity andro farany ity ny fandresena goavana azon'ny ASKAM Itasy 7 no ho 0 nanoloana ny AS COMATO Atsimo Andrefana.

Tia Tanindranaza0 partages

Anosimasina Itaosy4 ny trano nianjera hatramin’ny fiandohan’ny taona

Nahatratra efatra hatreto ny trano nianjera vokatry ny ora-mikija sy ny hafanam-be mifandimby tao amin’ny fokontany Anosimasina, kaominina Bemasoandro, distrikan’Antananarivo Atsimondrano raha araka ny fanazavan’ny sefom-pokontany ao an-toerana Rtoa Rasoaniaina Malala Zoe.

 

 Ny iray tamin’ireo trano efatra ireo no fantatra fa naharatrana olona iray. Tsy mipetra-potsiny ny fokontany tantanany fa mitety tokantrano mihitsy, mampitandrina sy manala  ireo olona mbola minia mijanona amin’ireny trano efa mivava sy atahorana hianjera ireny. Toraka izany koa ny tamboho izay loza mitatao ho an’ny tompony sy ny manodidina azy. Nomarihin’ny Ben’ny tanànan’ny kaominina Bemasoandro Rakotomandimby Jean Martial fa ny fiakaran’ny rano be loatra teny amin’ny faritra iadidiany no anisan’ny olana nosedrain’ireo mponina ao aminy. Ankehitriny mbola mahatratra 10 ireo traboina tazonina ao amin’ny fokontany Ambohijafy raha nahatratra 300 isa teo aloha.Nomarihiny manokana fa miezaka hatrany izy ireo manentana ny mponina mba  hiakatra amin’ny faritra avo, ho an’ireo monina amoron’ny ranon’Ikopa mandrapahatapitry ny fotoam-pahavaratra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandravana ireo toeram-pivarotana etsy AnosyTokony mbola hiandry ny didim-pitsarana

Velon-taraina mafy ireo mpivarotra etsy Anosy manoloana ny toeram-pivarotam-boninkazo teo aloha.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanondranana kakaoMampiditra 64 miliara ariary isan-taona

Nitanisa ny olana misy any am-potony ireo mpamokatra kakao mikaon-doha etsy amin’ny Carlton Anosy, tahaka ny fahambanian’ny vidy ataon’ireo mpanangom-bokatra:

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Fambolena sy fanodinana ny kakaoMila ezaka be i Madagasikara

Anisan’ny tsara kalitao indrindra maneran-tany ny vokatra Kakao eto Madagasikara, raha ny fanazavana, omaly nandritry ny lanonam-panokafana seminera goavana mikasika izany natao tetsy amin’ny Carlton Anosy hifarana rahampitso.

 

 Matetika nahazo ireo fankasitrahana iraisam-pirenena ny vokatra Sokola eto amintsika noho io hatsaran’ny kalitao io. Anisan’ny fankasitrahana azo ny medaly volamena azontsika nandritra ilay fifaninanana “Great taste awards” tamin’ny taona 2014, ny Top Brand tamin’ny “Salon du chocolat Japon 2016” sy ny “Prix gold” azon’ny Chocolaterie Robert farany teo. Zara raha misy 10.000 taonina isan-taona anefa hatreto ny vokatra Kakao eto an-toerana Madagasikara  noho ny tsy fahatomombanan’ny fomba fambolen’ireo tantsaha indrindra eo amin’ny fikarakarana aorian’ny fiotazana. Isan’ny mamono ireo mpamokatra noho izany ny fivoarana misy eo amin’ny fomba famokarana iraisampirenena. Efa tranainy ihany koa ireo milintsika, toy ny ao Sambirano, izay efa hatramin’ny fanjanahantany. Nisedra olana hatrany na teo amin’ny lafiny rafitra na fotodrafitrasa ary varotra ny tontolon’ny Kakao raha ny fanazavana hatrany. Vina hapetraka amin’ity seminera ity moa ny fananganana ivom-pamokarana goavana mirefy 4000 m2 ao Ambanja sy ny fanavaozana ny fampiofanana ireo tantsaha.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy hita noanoa ny haren’i MadagasikaraMisisika manohana kandida ny vahiny

Antomotra ny fifidianana ary manomboka misongadina ireo kandida lehibe sy ny mpanosika ao an-damosiny. Miasa be ny tontolon’ny “géo-politique” na ny fidirana an-tsehatry ny firenen-dehibe sy ny fampiasany ilay heverina ho fahefana politika ananany amina firenena iray.

Toky R sy Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

GovernemantaSoloina ny Praiminisitra, minisitra 10 hoesorina…

Resabe omaly tontolo ny fanoloana praiminisitra sy fanovana mpikambana ao amin’ny governemanta na dia milaza ho tsy mbola mahalala ny momba izany mihitsy aza ireo mpanolotsain’ny praiminisitra sasany nanontaniana.

 

 Efa tena tsy azo ihodivirana, hoy ny loharanom-baovao iray ny fanesorana an’i Solonandrasana Mahafaly satria tsy tomombana tsara intsony ny fifandraisany amin’ny filoham-pirenena sy ireo lohandohan’ny mpisorona ao amin’ny HVM. Misy indray ny anarana mivoaka ka re fa mety ho ny jeneraly Herilanto Raveloharison, minisitry ny toekarena sy ny teti-pivoarana amin’izao fotoana no hotendren’ny filoham-pirenena ho praiminisitra. Anisan’ireo efa naharitra tao anaty governemanta izy satria efa hatramin’ny fitondrana tetezamita no minisitry ny tontolo iainana (2011), avy eo nisahana ny toekarena, minisitra vonjimaika nisahana ny minisiteran’ny angovo sy ny akoran’afo. Olona atokisan’ny fitondram-panjakana amin’ny fifampiresahana amin’ireo mpamatsy vola sy mpiara-miombon’antoka ary tsara resaka amin’ireto farany ihany koa. Mivoaka ihany koa izao ny resaka fa hisy ny fanovana mpikambana eo anivon’ny governemanta ka mety ho minisitra 10 no hosoloina. Mety misy  ny hampifamadihana andraikitra, fa ao ireo tena halana mihitsy. Nivoaka ihany koa omaly tolakandro ny resaka fa efa miomana amin’ny “passation” na famindram-pahefana ny eny Mahazoarivo eny, izay toa manaporofo fa hosoloina marina ny praiminisitra. Mafampana ny toe-draharaha eo amin’ny samy mpitondra ambony, ary miseho masoandro ny tsy fifampatokisana amin’izao taom-pifidianana izao. Mazava ny resaka fa manilika ireo rehetra tsy azony antoka fa tena hanohana azy 100%  ny mpitondra HVM.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko PSD "Olon-kafa mahomby no hofidian’ny vahoaka eo"

Nitondra ny heviny manoloana ireny vina Fisandratan’i Madagasikara 2030 nambaran’ny filoham-pirenena ireny ny avy amin’ny antoko PSD tarihan’ny filohany, Bezaza Eliane.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana filoha sy depioteHosakanana ireo kandida tsy miankina ?

Kotrehina tsy havela hirotsaka ireo kandida mahaleotena amin’ny fifidianana ho avy eo na amin’ny fifidianana filoham-pirenena io na ny solombavambahoaka. Azo adika avy hatrany ho fanilihana sy famerezan-jo ny olom-pirenena te hirotsa-kofidiana izany.

  Na fikambanana aza dia kilasiana ho kandida tsy miankina. Tombanana avy hatrany fa hatao mba hampisongadinana ny antoko matanjaka, indrindra ny antokon’ny fitondrana, ka ny sary famantarana no tena hampiadiana ao anatiny fa tsy ny maha izy azy ny kandida iray ao anatin’ny fiarahamonina. Aminay manokana, tsy mety ny fanakantsakanana ny zo fototra voafaritry ny lalàmpanorenana, hoy i Andrianina Rajoharison avy amin’ny fikambanana politika Andrianiko ny Tanindrazako manoloana ity toe-javatra ity. Afaka miady malalaka ho an’ny fampandrosoana ny kandida lany tamin’ny alalan’ny tsy miankina. Tsara ihany koa anefa no mampahatsiahy fa ny tsy miankina no lasa vondrona parlemantera HVM rehefa novidian’ny fanjakana tao anatin’ny antenimieram-pirenena. Tsy misy teritery politika firy ho an’ny tsy miankina satria io no anisan’ny olana amin’ny antoko. Tsy hanaiky lembenana an’ity fikatsahana hanilika ny kandida tsy miankina ity noho izany ny fikambanana maro be sy ireo mihevitra ny hirotsaka amin’ny alalan’ny tenany manokana. Hisy ny valandresaka sy fanambarana lehibe hanoherana izany hatao eny Ambondrona ny 9 febroary izao.

Toky R

 

Madonline0 partages

Liste électorale : La société civile propose la prolongation du délai d’inscription

Les prochaines élections déjà sources de désaccord politique, à un an de l'échéance

 

L’inscription des électeurs dans la liste électorale prend fin normalement le 31 janvier. La liste révisée qui sortira de cette nouvelle période d’inscription sera théoriquement celle qui servira lors de la prochaine élection présidentielle dans la Grande Ile, élection prévue vers la fin de cette année 2018.

Alors que la date du prochain scrutin n’est pas encore fixée de manière précise, des associations de la société civile, comme le KMF CNOE, spécialisé dans l’observation des élections, demandent actuellement à ce que le délai d’inscription soit prorogé afin de permettre aux retardataires et aux récalcitrants de pouvoir s’inscrire.

C’est en quelque sorte un délai de grâce que les associations de la société civile souhaitent accorder aux électeurs non encore inscrits jusqu’à présent. Depuis fin 2017, en effet, il était déjà possible pour les électeurs de vérifier en ligne et au niveau des bureaux de quartier s’ils figurent dans la liste électorale ou non.

De son côté, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a estimé que le nombre d’électeurs à travers le pays devrait se situer autour de 10 millions actuellement. Beaucoup d’acteurs politiques avaient cependant l’impression que la barre a été placée un peu trop haut, étant donné que le véritable recensement de la population n’a pas encore été effectif. La CENI a malgré tout fixé comme objectif l’inscription de 10 millions d’électeurs cette année, mais il lui restait à la fin de l’échéance un peu plus de 200 000 électeurs à inscrire pour atteindre cet objectif. C’est l’une des raisons qui ont poussé des membres de la société civile à prolonger le délai d’inscription dans la liste électorale. Pour le moment, ni la Commission électorale nationale, ni le gouvernement n’a réagi à cette doléance.

Le désir de la société civile et des acteurs politiques de parfaire autant que possible les conditions pour la tenue de la prochaine élection présidentielle réside dans le fait que le prochain scrutin constitue un enjeu majeur à la suite de la longue crise politique que le pays devait traverser, consécutivement au coup d’Etat de 2009.

La Vérité0 partages

Tana Games Week - Des nouveautés pour satisfaire les addicts aux jeux vidéo

Bonne nouvelle pour les passionnés de jeux vidéo et de la culture geek, Projet Alpha et Mass'in viennent d'officialiser la tenue de la 2ème édition du grand salon consacré au monde des jeux vidéo, du E-sport et de la culture geek à Madagascar qu’est « Tana Games Week » ou TGW. Prévue se tenir l'année dernière, mais annulée à cause de l'épidémie de peste, cette nouvelle édition se déroulera finalement du 16 au 18 février prochains au Gymnase Couvert Ankorondrano.

Un report jugé préférable puisque cela a permis aux organisateurs d'apporter quelques innovations au concept. Ce rendez-vous incontournable promet émerveillement, découverte, partage mais affiche également une fraternité sans égale au sein d’une même communauté de passionnés. Gagnant encore plus en envergure, fédérant de plus en plus la majorité du public, la manifestation ouvre grand ses portes aux inconditionnels de tous horizons et de toutes les générations, de ce que l’on considère comme étant le 10ème art. TournoisUne programmation bien garnie y attend ainsi les visiteurs qui, le temps d’un instant, se plairont à s’immerger dans tout un univers virtuel où ils sont les bienvenus. Pour les amateurs de consoles, un espace dédié aux exclusivités sur PS4, Xbox One X et Switch pour tester les nouveautés de l'année 2017-2018 sera ouvert tout comme l'espace gaming sur Pc qui sera ouvert à tous ceux qui sont interessés par la performance du Pc Gaming. Tout le monde pourra jouer les jeux en vogue du moment comme Dota 2, Fifa 2018, Assasin Screed origins et bien d'autres encore. Ceux qui voudront se remémorer du bon souvenir d'antan auront leur place puisqu'il y aura un espace dédié aux passionnés de jeux vidéo anciens, considérés comme rétro. Mais TGW rime surtout avec le fameux tournoi E-sport. Les jeux les plus en vogue du moment seront de la partie notamment Fifa 2018, Tekken 7, Dota, Gran Turismo, Clash Royal, Yu Gi Oh et bien d'autres encore. La plupart des inscriptions ont déjà commencé et la liste des participants a déjà été publiée. Les éliminatoires pour Fifa 18 et Tekken 7 par exemple sont prévues se tenir le samedi 10 février au Kudeta Urban Club Anosy. A voir la liste, il y aura vraiment du monde. Game JamPour ce qui est des nouveautés, un espace junior pour les enfants moins de 12 ans a été inventé pour que tout le monde y trouve sa place. Conjuguant divertissement et loisir numérique, des loisirs accessibles à tous sont offerts, tout en développant l’univers numérique et la culture geek.TGW est initié?par l’agence événementielle Project Alpha, regroupant des jeunes passionnés qui œuvrent principalement pour la promotion des jeux vidéo et de l’E-sport à Madagascar. Le " Game Jam " ou concours de dévelopement de jeux vidéo a ainsi été lancé pour donner place à la création. Un concours de développement de jeux vidéo est lancé pour les développeurs. C'est donc durant l'événement que chaque participant jouera pour la première fois à sa création et sera jugé s'il suit réellement les thèmes imposés par le concours donné. Des jurys seront sur place pour départager les oeuvres des concurrents. En outre, ateliers, concours de Cosplay, exposition de voitures miniatures, démos High-tech, espace comics, défilé ainsi que diverses animations seront au menu pour cette 2ème édition. Plus de vingt cinq mille visiteurs sont attendus pour cette nouvelle aventure.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Croissance économique - 2018, une année à risques pour Madagascar!

« Très risqués » ou catégorie D. C'est la catégorie dans laquelle Madagascar a été classifié par Coface, un spécialiste de l'assurance-crédit au Mali et à la République démocratique du Congo. Effectivement, Coface vient de publier son guide « Risques pays et sectoriels 2018 » après avoir effectué une analyse des perspectives macroéconomiques et de l'environnement des affaires dans plus de 160 pays et 13 secteurs d'activité. Cette analyse se fonde particulièrement sur l'évaluation des économies mondiales avec l'attribution d'une note relative aux deux secteurs cités ci-dessus. 2018 sera alors une année à risques pour Madagascar. Et ces risques représenteront les faits menaçant l'économie malagasy auxquels les acteurs économiques doivent se préparer. 

La dépréciation constante de l'ariaryUne évidence. La dépréciation constante de l'ariary ainsi que son impact sur l'économie locale ne sont plus un mystère pour personne. Pourtant, jusqu'à maintenant, l'Etat n'arrive pas à trouver de solutions réellement concrètes afin d'y remédier. « La variation de la valeur monétaire est un choc externe dépendant du Marché interbancaire de devises », explique Patrick Randriamisata, économiste. « De ce fait, il faut que l'économie du pays en question soit stable pour pouvoir survivre à cette variation. Ce n'est pas le cas de Madagascar. Par conséquent, chaque variation trouble toute la stabilité de l'économie et tous les secteurs d'activité comme le commerce », a-t-il renchéri. Et la situation actuelle ne permet pas vraiment un retournement de situation.  La hausse de prix des carburants et l'inflationEtant non producteur de pétrole, Madagascar se doit d'importer ce produit. Par conséquent, le prix local du carburant dépend du marché international. Aujourd'hui, le prix du baril de pétrole brut atteint les 64,08 dollars. Selon les experts, l'or noir sera de tendance haussière en cette période. « Actuellement, c'est l'hiver dans la partie Nord du monde, donc leurs besoins en carburant augmentent. D'où la constante augmentation du prix de l'or noir », affirme Patrick R. Et comme le coût des produits pétroliers impacte sur le prix des autres produits, la hausse du prix du pétrole engendrera alors une inflation généralisée, que ce soit le coût du transport ou encore celui des produits de première nécessité.Les conditions climatiquesActuellement, le climat n'est également pas en faveur du développement de l'économie de Madagascar. Le secteur primaire, employant plus des 80 % de la population active, en est le plus concerné. Il n'y a qu'à voir les dégâts engendrés par le passage d'Ava dans le plus grand port de la Grande île ainsi que les inondations. Pourtant, nous ne sommes qu'au tout début de la période cyclonique. A cet effet, le secteur primaire sera de nouveau perturbé par les conditions climatiques et la production pourrait être pire que l'année dernière. D'après Patrick R., « cette mauvaise production favorisera une fois de plus l'augmentation des importations et l'achat de devises. Un mauvais point pour la monnaie nationale ».  Ce ne sont que des risques parmi tant d'autres mais ce sont les principaux. Il ne faut pas oublier que 2018 est une année électorale. Par conséquent, toutes les attentions y sont focalisées. « Il ne peut donc pas y avoir de meilleures perspectives pour l'économie nationale », conclut Patrick R. La croissance économique du pays dépend de la variation de ces paramètres. R.R.

La Vérité0 partages

Dégueulasse !

Antananarivo, la Capitale de la République de Madagascar, est méconnaissable. Sale, défigurée et invivable, la Cité des Mille perd son lustre d'antan. Certes, la dégradation de la ville, à l'état actuel des choses, ne relève pas uniquement de la gestion Tim où la prise en service de l'équipe présente ne datait que de 2015. Les dirigeants successifs ont chacun leur part de responsabilité. Seulement, la ruine dont il est question, s'accélérait à une vitesse grand V depuis que madame le maire et son staff tenaient la barre de la direction de la Capitale.

Antananarivo figure parmi les Capitales les plus sales du monde. Les tas d'ordures s'amoncellent ici et là. Partout où l'on circulait, surtout aux abords des lieux de marché, les odeurs nauséabondes cassent l'odorat. En cette période de pluies et de chaleur, le risque des maladies contagieuses atteint le niveau maximum. Les maladies de la pauvreté, liées à la  saleté, telles la peste et le choléra, guettent en permanence. Pour cause, il y a toujours la problématique du Samva (Service autonome en charge de la maintenance de la ville d'Antananarivo), que la Commune urbaine d'Antananarivo (Cua) réclamait, sans cesse, la tutelle. Le ministère de l'Eau à qui ledit service se rattache fait la sourde oreille.L'état de délabrement des infrastructures routières de la ville dépasse l'entendement. Les « nids d'autruche » pullulent partout et, tout compte fait, créent et aggravent les bouchons, à toute heure. Il est pratiquement impossible de circuler à l'intérieur et aux sorties de la ville. Les usagers de la route en souffrent et l'accès d'adrénaline est à craindre à tout moment. Les édiles de la cité accusent le Gouvernement de par le non déblocage des subventions attribuées à la Mairie. Les réparations « à la sauvette » (« asa vonjy tavan'andro ») qui s'effectuent, depuis un certain temps, au lieu d'améliorer le trafic routier, compliquent la situation. En réalité, l'équipe dirigeante de la Cua subit l'effet de boomerang de sa propre turpitude, du moins de celui qui est le grand manitou du palais d'Analakely en la personne de Marc Ravalomanana. A l'époque où le Tim tenait la barre suprême de l'Etat, il retirait du jeune maire Tgv la gestion du Samva et gelait le virement des subventions au profit de la Mairie, et cela, tout juste pour tordre le cou à Andry Rajoelina, le tout jeune magistrat de la ville. Et voilà que le régime en place continue et maintient les dispositions tant décriées. Lalao Ravalomanana, maire Tim de la Ville, en paie les frais !La gabegie sur la gestion de la ville sème la pagaille. L'anarchie règne dans tous les sens. Ici, les marchands informels jouissent de la largesse, totalement, incompréhensible de la part des hauts responsables de la Commune au détriment des marchands formels dont, entre autres, les locataires des « pavillons » d'Analakely. Un geste de démagogie électoraliste qui, au final, nuit à l'image de la Capitale. Là, les comportements indélicats des agents de Police communale exacerbent les citoyens. Et pour ne citer que ces quelques cas, les agents de contrôle d'« Easy Park » qui commencent à agacer sérieusement les automobilistes font leur numéro parfois choquant et humiliant.En somme, la ville d'Antananarivo se trouve dans un état de misère déplorable voire désolante. Elle est, tout bêtement, dégueulasse !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Escroquerie et corruption - Le gérant de Madaterrain recherché par le Bianco

Le Bureau indépendant anti - corruption vient de diffuser un avis de recherche en vue de l'arrestation de Ramangasoavina Herilanja Gérald, promoteur immobilier et gérant de la société Madaterrain. Bien que le motif de l'avis de recherche n'ait pas été précisé, le nom de  ce gérant de Madaterrain a été cité dans deux grosses affaires d'escroqueries et de corruption dont la vente du terrain incluant la Villa Elisabeth résidence du défunt ancien président Zafy Albert à Ivandry ainsi que la vente de plusieurs parcelles de terrain au nom d'une société dénommée « Tany Gasy ». Joints par téléphone, les responsables auprès du Bianco n'ont pas voulu donner plus de détails.

Notons qu'après les révélations sur la vente du domaine St Antoine qui inclut la Villa Elisabeth, le Bianco a été saisi de l'affaire au milieu du mois de novembre dernier. L'équipe d'Ambohibao n'a, d'ailleurs, pas tardé à démarrer une enquête dans ce sens. Des auditions ont été entamées durant les mois de novembre et décembre 2017. La première vente de ladite propriété s'est faite entre l'Etat et la société Madaterrain en tant que partie intégrante du domaine St Antoine IV. Vendue à 1.000 ar le mètre carré, la propriété d'une superficie de 1ha était un domaine de l'Etat Malagasy. L'acheteur a, par la suite, cédé la propriété à une société dénommée « Prim Immobilier ». Des milliers de victimesLe scandale « Tany Gasy » a, quant à lui, éclaté vers la même période c'est-à-dire au mois de novembre 2017. L'affaire concerne la vente de plusieurs parcelles de terrain par une société éponyme à des milliers de particuliers depuis 2014. Ces derniers, séduits par les offres alléchantes  proposées par cette société, se sont rués vers celle-ci pour s'offrir un terrain. D'autant plus que le promoteur avait usé de tous les moyens pour appâter le maximum d'acheteurs. Outre les prix relativement bas, la société leur avait proposé une facilité de paiement. A cela s'ajoutait la diffusion d'encarts publicitaires dans la presse rendant l'offre plus crédible aux yeux des citoyens crédules qui n'ont pas hésité à verser des avances s'élevant à 600 000 ariary par personne. Trois longues années après la signature des papiers, qui « semblaient en règle », selon les victimes, aucune d'entre elles n'ont jamais pu jouir de leur propriété. Au total, elles sont au nombre de 3600 à avoir été la proie de cette escroquerie à grande échelle. Après avoir découvert le pot aux roses, les victimes se sont rassemblées pour porter plainte auprès des forces de l'ordre. Depuis, le gérant de la société a disparu de la circulation. Cet avis de recherche intervient à près de deux mois d'audition des victimes au Tribunal de Première instance d'Anosy au mois de  novembre dernier. Affaire à suivre !S.R.

La Vérité0 partages

Commune Imerintsiatosika - « Aucune aide pour les sinistrés d’Ava de la part de la Bngrc », dixit le m...

Non épargnée. Les responsables auprès du Bureau national de la Gestion des Risques et des Catastrophes naturelles (Bngrc) font la sourde oreille.  En effet, la commune Imerintsiatosika a fait appel à ce bureau pour l'aider et l’accompagner dans la prise en charge des sinistrés suite au passage du cyclone Ava dans la Grande île, mais en vain.

« Un rapport de la situation a été déjà envoyé  au Bngrc par le biais du district d'Arivonimamo pour qu’il puisse analyser l’ampleur des dégâts et acheminer des aides. Mais jusqu’à ce jour, l’on n’a pas encore reçu une réponse favorable du destinataire »,   indique  Parisoa Andriambolanarivo, maire de la commune Imerintsiatosika. D’après ses explications,  les sinistrés dépendent actuellement des habitants qui leur fournissent en légumineuses, riz, bougies et tant d’autres encore. En plus, la commune essaie également de leur fournir, compte tenu du budget, de la nourriture. « Des budgets alloués à des travaux pour des biens publics ont dû être utilisés pour les aider. Pourtant, cela est encore insuffisant. Quotidiennement, il faut plus d’un sac de riz pour nourrir les sinistrés », affirme le maire.  En effet, 25 maisons appartenant à des simples citoyens et localisées dans les 36 fokontany se sont effondrées au lendemain de cette catastrophe naturelle dans cette partie de la région d’Itasy. Pour cette raison, la municipalité d’Imerintsiatosika a été contrainte  d’héberger des membres de familles issus des 5 toits de ces maisons. Par ailleurs, devant cette difficulté rencontrée par la commune et pour parer aux dangers en cette saison des pluies, les responsables se sont manifestés. Ils ont effectué des séances de sensibilisation auprès des familles possédant des maisons qui présentent des fissures. « Ces personnes sont incitées à rejoindre leur famille ou encore les centres d’accueil mis à disposition par la commune pour ne pas être victimes d’un écroulement et pour ne pas alourdir le bilan des dégâts», poursuit-il. KR.

La Vérité0 partages

Office de la radio et de la télévision malagasy - Grogne du personnel

Ces derniers jours, des employés au sein de l'Office de la radio et de la télévision malagasy sont montés au créneau pour dénoncer  ce que certains d'entre eux qualifient de licenciements abusifs, massifs et en catimini. Plusieurs dizaines d'employés auraient en effet reçu leur lettre de licenciement depuis la fin de l'année dernière, à en croire certains témoignages. « Deux ou trois personnes reçoivent leurs lettres de licenciement à des intervalles réguliers de quelques jours, afin que cela ne crée pas des vagues au sein de l'organisme », a ainsi dénoncé une source informée.

Ce dernier dénonce des licenciements immoraux. « En ces temps difficiles, ces renvois peuvent signifier l'arrêt de mort. Certaines personnes proches de la retraite voient en effet leurs carrières détruites. D'autres apprennent leur licenciement alors qu'elles viennent d'accoucher », peste notre interlocuteur. D'après les informations, pour motiver leur décision de licencier du personnel, les premiers responsables au niveau de l'Ortm mettraient en avant des difficultés économiques. Un motif que récusent des membres du personnel qui remettent ainsi en cause ces licenciements. Démission des responsables réclaméeEn effet, les employeurs ne peuvent pas se prévaloir de difficultés économiques pour se séparer des salariés si en même temps de nouvelles embauches ont toujours lieu, soutiennent certains employés.  « De nouvelles personnes sont embauchées et obtiennent leurs matricules alors que des employés ayant travaillé au sein de cet organisme ne sont toujours pas intégrés jusqu'ici », fulmine-t-on.  En outre, nos sources rappellent que les dirigeants procèdent fréquemment à des locations de faisceaux lors des transmissions en direct. Un faisceau, pour rappel, est loué à 5 millions d'ariary. D'après nos interlocuteurs, le prix d'un faisceau tournerait dans les mêmes eaux qu'une location. Et le personnel de se demander pourquoi l'Ortm sous-traite au lieu d'acheter un faisceau ? En tout cas, si l'argent est disponible pour louer un faisceau cela veut tout simplement dire que les finances de l'Ortm sont donc loin d'être dans le rouge, concluent les membres du personnel. Par ailleurs, ces derniers opinent qu'une ouverture des médias publics pourrait aider à renflouer les caisses des chaînes nationale si réellement des difficultés économiques sont les raisons de ces licenciements. D'après le personnel, la monopolisation de la radio et de la télévision nationale par les gens du pouvoir nuiraient en effet aux audiences de ces deux chaînes. Cette situation ferait ainsi fuir les annonceurs potentiels et impacterait par voie de conséquence sur les recettes des chaînes nationales et donc sur les salaires du personnel.  Ceci étant dit, des employés haussent actuellement le ton pour accuser ainsi leurs dirigeants d'incompétence tout en appelant à leur démission. Ils appellent également le Bureau indépendant à jeter un œil au niveau de l'Ortm et de la Tvm en ce qui concerne la question des faisceaux.La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanana : Lehilahy maty tao anaty vovo fasika

Lehilahy iray sahabo ho 40 taona eo ho eo, no nisy nahita tao amin’ny vovo fasika tao amin’ny fokontany Ambatofotsy, kaominina Maevatanàna voalohany,ny Talata 30 janoary lasa teo, tokony ho tamin’ny 06 ora maraina. Raha filazan’ireo olona tonga nijery izany teny an-toerana dia samy manana ny filazana avy hoe maty nomena poizina na soavalin’ny mpamosavy na vokatry ny vono natao taminy no nahafaty ity olona ity. Ny fianakaviana kosa anefa milaza sy mitsipaka amin’ny filazan’ireo olona sasany, fa hoe maty nomena poizina no nahafaty an’ilay lehilahy. Hatreto anefa tsy mbola misy ny olona ahiana ho nahavanona ny loza ho namono azy ity. Efa nidina teny an-toerana kosa ireo mpitsabo sy ny polisy rehefa nampandrenesin’ny sefom-pokontany ao Ambatofotsy. Araka ny tatitry ny fianakaviany ihany no nahalalana, fa efa tsy nody an-trano ny Alatsinainy teo ity rangahy ity, raha nikasa hamonjy tsena eto Maevatanàna. Indrisy fa tao amin’ny vovo fasika ambany Atsinanana no nahitana ny fatin’ilay rangahy, ka izao mbola mampiahiahy sy mipetraka ho baraingo hatramin’izao. Marihina fa efa nalain’ny fianakaviany ho any Antsiafabositra ny razana, ary ny polisim-pirenena eto Maevatanàna no manao ny fanadihadiana.

 

  Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Ampefiloha : Trois individus arrêtés pour tentative de cambriolage et pickpocketing

Dimanche 28 janvier, la collaboration entre les policiers de la poste avancée de la Sécurité publique à Ampefiloha et le comité de vigilance villageoise ou « Andrimasom-pokonolona a apporté ses fruits. Trois individus ont été mis hors de nuire dans ce quartier, soit exactement dans les environs du siège de la Cnaps et l’arrêt bus devant l’immeuble Fiaro. Vers deux heures du matin, les « Andrimasom-pokonolona » ont pris l’initiative de fouiller les sacoches de ces deux hommes après avoir constaté leur comportement inquiétant. En effet, des outils susceptibles d’être utilisés pour faire sauter des portes. Ainsi, les « Andrimasom-pokonolona » ont arrêté les suspects pour les remettre aux policiers en patrouille dans la localité. Durant leur interrogatoire, ces deux hommes ont affirmé qu’ils portaient ces outils pour leur travail. Ils soulignent qu’ils sont des manutentionnaires au marché d’Anosibe. C’est pourquoi, ils ont besoin de ce genre d’outils pour ouvrir des caisses en bois qu’ils doivent manipuler dans leur métier. Le troisième suspect était pris sur le fait après avoir mis la main dans la poche d’un homme sur le point de monter dans un bus, vers 16 heures. Un téléphone portable a été volé sur la victime. L’enquête a révélé que les deux individus soupçonnés de tentative de cambriolage ont respectivement 24 et 36 ans. Le premier habite à Alasora et le deuxième à Avaratr’Antanimora. Quant au présumé pickpocket, il a 17 ans et réside à Andohatapenaka. Déférés au Parquet du Tribunal Anosy hier, ces trois individus sont tous incarcérés à la Maison centrale d’Antanimora. Selon les explications, la police ne cesse d’intensifier la surveillance des arrêts des bus dans les endroits classés des zones rouges en matière de pickpocketing et de vol à la tire.

T.M.

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – Des suspicions de cas de typhoïde

Des médecins recommandent le renforcement de la vigilance face à l’existence de cas de fièvre typhoïde à Antananarivo.

Prenez garde à l’hygiène de l’alimentation. Quelques personnes  souffrent de la fièvre typhoïde dans la ville d’Antananarivo. Des médecins publics et privés dans la capitale auraient, également, enregistré quelques cas, ces derniers temps. «Ils ne sont pas très nombreux. Pour le moment, 5% des quatre-vingt à cent personnes viennent se faire consulter chez nous tous les jours, présentent maintenant des signes suspects de la fièvre typhoïde », avance le Dr Fidy Bariniaina, médecin d’unre cabinet médical privé à Anjanahary.Le médecin d’un cabinet médical privé à Ankadifotsy nous confie aussi l’existence de quelques cas, sans donner de plus amples informations. Au Bureau municipal de l’hygiène à Isotry, les médecins ont été priés d’être vigilants face à cette maladie. « Nous en avons parlé lors d’une réunion, lundi. C’est un médecin qui nous a signalé l’existence de victimes», indique  Dérys Durand Herivonona, directeur de la santé et de l’hygiène au sein de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA).

InsalubritéCette maladie se présente par une forte fièvre, des frissons, du saignement du nez, accompagnés, soit de diarrhée, soit de constipation. Il faudra une analyse dans un laboratoire pour confirmer qu’il s’agit bien de cette maladie. Mais les médecins ne peuvent pas attendre le résultat de l’analyse pour commencer le traitement, pour éviter que le malade succombe. La maladie peut entraîner la mort, sans prise en charge. Comme les symptômes de la maladie se rapprochent de ceux du paludisme, certains médecins décident de donner à leurs malades des traitements du paludisme et de la fièvre typhoïde, à la fois. « Nous leur demandons de revenir au cas où ils ne se rétabliraient pas. Parfois, nous les envoyons directement à l’hôpital », indique un médecin.Ce n’est pas étonnant si la fièvre typhoïde fait des victimes à Antananarivo, avec l’insalubrité dans la ville, où des fruits et légumes sont vendus à même le sol, parfois, dans des eaux sales, et qui sont consommés sans qu’ils soient nettoyés.Le Dr Dérys Durand Herivonona recommande la consommation d’aliments bien cuits et chauds. Il faut aussi bien nettoyer les fruits et légumes avant de les consommer. Aucune source au sein du ministère de la Santé publique n’a confirmé cette suspicion de fièvre typhoïde à Antananarivo.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Trafic d’héroïne – Un Malgache trahi par son cure-dent

Un test ADN démasque un Malgache arrêté à Maurice après la découverte d’héroïne dans une valise abandonnée. Un cure-dent retrouvé dans la poche d’un pantalon la trahi.

L’affaire se corse pour un ressortissant malgache. Poursuivi pour trafic d’héroïne, ce jeune opérateur économique de trente-et-un ans a comparu avant-hier devant les assises mauriciennes. Des indices biologiques se resserrent autour du suspect. Les résultats d’un test d’adice désoxyribonucléique (ADN), passé lors du procès, le clouent au pilori et tend à l’identifier comme étant le propriétaire de la valise dans laquelle était cachée l’héroïne.Le 21 février 2014, près de deux kilogrammes de cette drogue, d’une valeur de 2,9 milliards d’ariary sont  tombés dans les mailles des filets de l’unité de lutte contre la contrebande et le trafic de produits stupéfiants. Les vidéos prises par les caméras  de surveillance de l’aéroport de Plaisance, théâtre de ce coup de filet, révèlent que la valise contenant la marchandise prohibée a été abandonnée sur le carrousel tournant, où les passagers récupèrent  leurs  bagages.Soupçonné d’en être le propriétaire,  le Malgache a été arrêté le lendemain dans un pensionnat à Plaine-Verte. Travaillant de concert avec la police judiciaire, le tribunal a poursuivi son investigation.

Procès ajournéLors d’une fouille, un pantalon jeans pour femme a attiré  l’attention des enquêteurs. Dans une des poches, ils ont mis la main sur un cure-dents mesurant 2,4 centimètres.Celui-ci a été envoyé en laboratoire pour récupérer et analyser des résidus d’ADN.Lors de l’audience de lundi, la cour a appelé à la barre Vikash Ramessur. Ce scientifique, spécialiste en identification judiciaire a prélevé un échantillon d’ADN sur le quidam pour le comparer à celui recueilli sur le cure-dent.Sans appel, le résultat n’est pas en faveur du Malgache.Vikash Ramessur a  révélé un taux de similarité de 50 % entre les deux échantillons ADN , tout en soulignant que celui prélevé sur le cure-dent est celui d’une femme. À l’entendre, cette correspondance partielle  d’identités génétiques est révélatrice de liens de  parenté entre le Malgache et celle qui a utilisé le cure-dents, laquelle ne pourrait-être qu’un membre de sa famille. Une fois la similarité génétique établie, la présence à l’aéroport de l’opérateur économique incriminé lorsque le trafic a tourné court ainsi que la découverte de jeans d’une proche dans la valise contenant la drogue ouvre sur une piste incriminante.Défendu par Me Hamid Jagoo, face à une escouade d’avocats ayant représenté la poursuite, le suspect a plaidé non-coupable. Suite aux éléments naissantspouvant faire la lumière sur l’identification, décisive du dénouement du procès, l’audience a été ajournée.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Liste électorale – Volonté mitigée pour la vérification

Tous les fokontany s’activent afin de soumettre une nouvelle liste additive aux comités électoraux de districts. La date butoir est prévue ce jour.

Date irrévocable. Aucun responsable de fokontany ne pourra plus ajouter de nom à la liste additive au-delà du délai du 31 janvier. Tous les dossiers nécessaires devraient ainsi parvenir au niveau de chaque Comité électoral de district (CED) aujourd’hui. La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) prévoit environ dix millions d’électeurs, cette année, une proportion suivant le nombre de Malgaches qui avoisinent les vingt-quatre millions.Selon cette commission, la Révision annuelle de la liste électorale (Rale) 2016-2017 enregistre une augmentation du taux d’inscription de 6,34%. Des électeurs s’empressent de vérifier leurs noms, tandis que d’autres restent indifférents. Nirina Rakotoarisoa, électeur dans le fokontany d’Ivato, reproche l’organisation concernant la vérification. « Les responsables m’ont dit de scruter la liste par ordre alphabétique. J’ai eu du mal à trouver mon nom, et après quelque temps, j’y suis arrivé. Je me demande pourquoi ils n’ont pas procédé à une sensibilisation de masse, alors qu’ils effectuent un porte-à-porte quand il s’agit de prélever une somme d’argent auprès des résidents », déplore-t-il.

OrganisationUn habitant du fokontany d’Ambohipo se plaint également du processus de vérification  de son quartier. « La méthode de travail fait défaut. Les responsables m’ont présenté des piles de listes. Ils m’ont juste indiqué que c’était par ordre alphabétique et par bureau de vote, et à mon tour de m’identifier. Finalement, j’ai abandonné car personne ne m’a aidé », regrette-t-il.Tout compte fait, la vérification dépend de chaque fokontany. Si certains membres du bureau  négligent la volonté de leurs administrés, d’autres portent assistance aux leurs. « Nous avons toujours  considéré les nouveaux détenteurs de la carte d’identité nationale et nouveau résidents de 2015 à décembre 2017 », explique Odette Rasoamalala, présidente du fokontany de Mahabo Andoharanofotsy. Jusqu’à hier, cette dernière enregistre environ cent cinquante personnes pour sa liste additive.Le fokontany Ankoron­drano Atsinanana a procédé autrement pour sensibiliser ses électeurs. « Nous avons lancé un appel par voie d’affichage, et avons ouvert notre bureau les samedi et dimanche de 8h à 11h et de 14h à 16h. Tous les jours, nous accueillons les électeurs et facilitons la vérification de leurs noms », clarifie Nirina Rasoarivelo, secrétaire du fokontany. Lalaina Raharivony, membre du comité local de recensement, ajoute que les électeurs se réfèrent à la dernière liste de 2015 suivant l’ordre alphabétique des deux bureaux de vote, dont le numéro trente-six recense mille huit cent quatre-vingt seize électeurs, et le numéro trente-sept en dénombre trois cent soixante-six. Jusqu’à fin janvier, ce fokontany a ajouté cent soixante-quinze noms sur sa liste additive.Une fois entre les mains du CED, chaque liste additive parvenue auprès de la Ceni sera étudiée, et celle-ci fera parvenir à chaque fokontany une liste électorale provisoire. Elle accordera un autre délai de vingt jours aux électeurs pour une dernière vérification, pour qu’elle puisse arrêter une liste électorale définitive.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Catastrophe – Alertes indétectables auprès de l’IOGA

Aucune alerte de danger ne serait détectable et traitée au sein de l’Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo (IOGA), actuellement. Une longue coupure d’électricité a engendré la suspension des activités au sein de cet institut. «Nous ne pouvons rien faire sans électricité. Nous sommes des scientifiques, donc nous travaillons à partir des données que nous récoltons sur nos machines», explique le Pr Gérard Rambolamanana, directeur de l’IOGA, hier.Les risques de glissement de terrain sur les collines d’Antananarivo comme à Manjakamiadana, où des machines auraient été implantées, ne seraient donc  pas perceptibles. La saison des pluies est pourtant favorable à cette catastrophe. Pareil, s’il y avait un risque de rupture au barrage de Tsiazompaniry, on ne pourrait pas le prévoir. Et l’intensité des tremblements de terre serait inexploitable. Avant-hier, par exemple, un séisme a effrayé les habitants d’Antsirabe. Sa magnitude et son centre n’ont pas été déterminés. Le bureau national de la gestion des risques et catastrophes (BNGRC) a, toutefois, indiqué, en novembre, que l’intensité des séismes a tendance à s’amplifier, d’où la nécessité de l’inclure dans le Plan de contingence national.Ce serait, depuis le mois d’octobre, que cet institut n’a pas été électrifié. Le directeur de l’institut parle d’une facture impayée, mais aussi, d’un branchement illicite. L’affaire serait déjà entre les  mains de la Justice.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Spectacle – Denis Plassard a des idées derrière la tête

Une écriture photographique fort étrange mais riche en termes de technique va être présentée par les danseurs malgaches et Denis Plassard pendant le spectacle « Derrière la tête » à l’IFM.

Le danseur français Denis Plassard est venu avec son concept qu’on peut qualifier d’innovateur pour bon nombre de danseurs. Il aime tisser des liens dynamiques entre la parole et le mouvement, et explore la question du sens ainsi que le rapport entre le texte et les gestes. Lors de ce passage dans la Grande île pour présenter son show en solo intitulé « Derrière la tête », Denis Plassard tente, par la même occasion, de partager son style.Une vingtaine de danseurs, ayant déjà un certain niveau et issus de différentes compagnies de danse de la capitale, ont suivi un atelier de deux jours durant lequel il a dévoilé ses techniques. Certains ont fait le déplacement depuis Antsirabe et Toamasina pour ne pas rater cette chance inouïe qui se présente à eux.  « C’est une nouvelle référence et une nouvelle technique pour moi. J’ai appris de nouvelles choses durant ces séances avec Denis Plassard. Ça va me permettre d’élargir mes acquis et de voir autrement ma façon de concevoir des chorégraphies », a déclaré Harivola Rakotondrasoa, un danseur de la compagnie Projet Dihy avec huit années d’expérience derrière lui et participant à cet atelier.

BicéphaleCes danseurs ont travaillé sur une reprise d’une œuvre, créée par le célèbre danseur de l’hexagone, qu’ils vont présenter pendant la première partie du spectacle « Derrière la tête » ce mercredi 31 janvier à 15 heures 30.Le titre du one man show de Denis Plassard semble être une réponse à une quelconque question que le danseur s’est posée lui-même. Tenace et curieux, il recherche inlassablement les frottements, les rencontres avec des esthétiques et des univers différents. Et dans ce solo pour un danseur double, il décrit un seul corps ayant fictivement deux têtes.La recherche autour de la manipulation et du dédoublement constitue un autre axe important de son travail dans « Derrière la tête ».Les deux personnages fictifs prennent vie tour à tour. L’un impassible et qui veille derrière la tête et l’autre, masqué, tente de rétablir le sens des choses.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Football – Fosa Juniors retrouve des couleurs

Après avoir perdu la Supercoupe de Madagascar, Fosa Juniors a bien rebondi en match amical, face aux expatriés de l’océan Indien et face à l’AS Adema.

L’incapacité de Fosa Juniors à marquer lors des deux rencontres de la Supercoupe de Madagascar, à la mi-février, avait suscité des inquiétudes. Face à la CNaPS Sport, le vainqueur de la coupe nationale n’a jamais réussi à trouver le chemin des filets, que ce soit à Mahajanga (0-0) ou à Vontovorona (1-0 victoire de la CNaPS Sport). Dernièrement, le futur représentant de la Grande île en Coupe de la CAF a retrouvé des couleurs. Mercredi dernier, au stade de Mahamasina, il a bouclé son premier match amical, contre la sélection des expatriés de l’océan Indien, sur un résultat de parité (1-1), avec une réalisation de Babou. Et vendredi dernier, toujours sur la pelouse de Mahamasina, Fosa Juniors a fait mieux, en marquant à trois reprises, avec un succès à la clef contre l’AS Adema (3-1). Plutôt encourageant de voir que les hommes de Bob Kootwijk ont réussi à régler la mire, sachant qu’ils n’ont cadré aucun tir lors de la deuxième période du match retour de la Supercoupe, quand ils couraient derrière le score.

Derniers détailsCe samedi, Fosa Juniors prévoit de disputer un troisième et dernier match amical, dans le cadre de la préparation de la campagne africaine. Une rencontre est ainsi programmée contre une sélection d’Analamanga, toujours dans l’enceinte de Mahamasina. Ce sera l’occasion de peaufiner les derniers détails, à quelques jours du départ pour le Kenya. Le champion du Boeny sera, en effet, en déplacement, pour le match aller du tour préliminaire contre l’AFC Léopards. En parlant de la formation kenyane justement, elle a également pris part à une rencontre amicale, mercredi dernier. Elle a accueilli le futur adversaire de la CNaPS Sport en Ligue des Champions de la CAF, à savoir le KCCA Ouganda (Ndlr : Le Kenya et l’Ouganda sont des pays voisins de la région occidentale de l’Afrique), avec un succès de deux buts à un au terme des 90 minutes. Par la suite, l’AFC Léopards a perdu en Supercoupe kenyane, dimanche dernier, face au Gor Mahia (0-1). Le porte-fanion kenyan fera une dernière sortie, ce dimanche 4 février, en Premier League, en l’occurrence un déplacement chez Posta Rangers, avant de recevoir Fosa Juniors.

Changement de date

Comme prévu initialement, les matches aller du tour préliminaire de la Coupe de la CAF se joueront dans une dizaine de jours. Pour Fosa Juniors plus particulièrement, il sera en déplacement au stade Bukhungu, situé au Nord-Ouest de la capitale Nairobi, pour affronter l’AFC Léopards, le dimanche 11 février. Par contre, la deuxième confrontation a été repoussée et elle est finalement fixée pour le mercredi 21 février, au stade Alexandre Rabemananjara de Mahajanga.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Entrepreneuriat – Les startups malgaches brillent à l’international 

Tremplin. Concours, formations et autres concepts incubateurs d’entreprises sont devenus les meilleurs moyens de démarrer et développer une affaire. Le concours « Startup of the year Africa 2018» vient d’annoncer ses lauréats suite à une cérémonie de remise de prix, qui a eu lieu le 25 janvier à Casablanca, au Maroc.À l’issue du concours, le « project Alpha » a pu se démarquer, en obtenant le premier prix du community manager africain de l’année. Le projet Alpha n’est autre qu’une agence évènementielle malgache dont la principale activité réside dans la création de concept reposant sur les jeux vidéo ainsi que le phénomène E-Sport. « Ayant bénéficié d’une formation en Management International, le désir de fonder une entreprise a toujours été mon objectif, mais avec un concept innovant et associant RSE. J’ai toujours été passionnée de Jeux Vidéo. Je me suis rendu compte du retard qu’avait mon pays dans ce secteur qui me tenait tant à cœur mais surtout du potentiel que pouvait apporter  un tel secteur», explique Muriel Randriamasimanana, fondatrice, dans la présentation du projet. Avec un business modèle classique élaboré à partir d’une formation en management international, Alpha projet ouvre la voie à une génération de jeunes entrepreneurs misant sur l’innovation et la persévérance.Startup of the year Africa en est seulement à sa deuxième édition. Cependant, il a réussi à rassembler un nombre de participants de plus de six cents startups, provenant de cinquante-deux pays différents.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Des personnes abattues

Une dizaine de bandits brandissant fusils de chasse et armes blanches ont sévi  samedi à Ambolomailaka Toliara, une localité située à 35 kilomètres du chef lieu de district. Deux personnes ont été froidement abattues. Les informations communiquées par la compagnie territoriale de la gendarmerie nationale de Toliara révèlent que les bandits de grand chemin ayant sévi ont fui Ankazoabo-Sud où une manœuvre militaire de sécurisation bat son plein. Les malfaiteurs ont du coup débordé à Ambolomailaka. La bande s’est fait repérer, en train de rôder dans les environs avant qu’elle ne passe à l’action.Les voleurs ont fait main basse sur des panneaux photovoltaïques ainsi que des appareils électroménagers lorsqu’ils ont frappé et tué.Des riverains ayant volé au secours des victimes ont été eux aussi arrosés de balles.Une cinquantaine de gendarmes sont actuellement déployés dans le Nord de Toliara.À Ambolomailaka, une quinzaine d’éléments ont été mobilisés. La traque des auteurs du double meurtre est lancée.

Andry Manase 

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Le Costa Neo Riviera reçu dans l’allégresse

Comme si on avait célébré la fête nationale ou le Nouvel An. La ville d’Antsiranana a accueilli dans la joie, le week-end dernier, le Costa Neo Riviera et ses croisiéristes.   

Antsiranana  était en effervescence lors  de l’escale du  paquebot Costa Neo Riviera, qui y a débarqué plus de 1 200 croisiéristes, non compris l’équipage. Soit l’équivalent  de la population d’un quartier de la ville.Pendant deux jours, la capitale du Nord a vibré au  rythme des différentes festivités . Cette fois-ci, les organisateurs, composés des membres de l’Office régional du tourisme, et de la direction régionale du Tourisme, ont opté pour les animations musicales. Jusque tard dans la nuit, des artistes de toutes les catégories se sont succédé sur la Place Joffre, la Place Musique, la Place Foch et la Rue Colbert.  Le ministre du Tourisme, Roland Ratsiraka, et sa délégation ont fait le tour de ces endroits. Là où le ministre se trouvait, il n’a pas caché sa fierté avec le retour du  bateau de croisière à Madagascar, plus précisément à Nosy Be et à Antsiranana. Il a même inventé un concours de traduction de mots français qui a permis à certaines personnes de gagner des sommes d’argent.« Il est temps pour vous, les jeunes, de prendre en main le développement du tourisme chez vous, car il s’agit d’un outil servant à lutter contre la pauvreté et à développer la région », a-t-il souligné.

Quasi religieuxLes artistes, dont Ds Prod, le groupe Wadra, Jas Blanc, Baban’i Souraya, Jean Marc, Tence Mena ont donné le meilleur eux-mêmes et montré aux visiteurs la richesse culturelle malgache.Aidé par deux remorqueurs, le paquebot, long de 216 mètres et large de 29 mètres, a facilement quitté le quai du port dimanche vers 19h devant des centaines de gens et de curieux. Sur la Place Joffre, les spectateurs ont observé la sortie du Costa Neo Riviera dans un silence quasi religieux, agitant des mouchoirs ou sortant leurs appareils photos ou leurs téléphones portables pour immortaliser ce moment. Côté passagers du  navire ayant la moyenne d’âge qui tourne plutôt autour des 55-65 ans, ils ont aussi agité les drapeaux, élevé leurs mains et poussé des cris de joie pour remercier la ville.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Infrastructures – Les télécoms prennent l’envol

Les télécoms s’incrustent dans la vie quotidienne de nombreux foyers et dans le paysage économique malgache. Au bureau, au lycée, dans le bus, ou en voyage, le téléphone mobile devient un outil inséparable. Depuis l’avènement des réseaux à fibre optique, Madagascar se fait un nom dans le domaine du service informatique. 

C’est le secteur qui bouge en ce moment. Les télécoms ont connu une grande explosion au cours d’une décennie. Il suffit de faire un petit tour sur le site de l’Autorité de régulation des technologies de communication (Artec) pour constater l’envol de la courbe, au niveau du nombre d’abonnés, du volume des trafics et en rapport aux chiffres d’affaires réalisés par les opérateurs télécom. De 2006 à 2016, le nombre des usagers de la téléphonie mobile passe de un million d’abonnés à plus de neuf millions, dix années plus tard.C’est impressionnant de voir ces chiffres. Personne ne croyait à ce boom. D’autant plus que le téléphone portable était considéré par beaucoup comme un produit de luxe. Son statut passe désormais à celui d’un produit de première nécessité. Il est devenu l’objet fétiche des 7 à 77 ans.  Les observateurs avancent que la venue de Telma Mobile sur ce segment du marché a favorisé ce boom.  Lors du lancement de son offre mobile en 2006, l’opérateur historique avait fait un grand pas en proposant un tarif unique facturé à la seconde ainsi que des téléphones subventionnés à la portée de tous pour la modique somme de 29 000 ariary à l’époque.Avec cette explosion de l’utilisation de la téléphonie mobile, les chiffres d’affaires réalisés par les opérateurs mobiles ont enregistré une hausse. Selon les données publiées par l’Artec, les chiffres d’affaires du secteur mobile passent de 207 milliards ariary en 2006 à 661 milliards ariary en 2016.Les opérateurs ont joué le jeu. Les tarifs deviennent très alléchants. La guerre des prix fait rage entre Telma, Orange et Airtel.« Les opérateurs ont compris que le prix du terminal pour le client est une grande barrière pour son accès à Internet. Ils ont alors adapté des offres répondant à ses besoins. Comme l’ordinateur coûte une fortune pour un Malgache moyen, les opérateurs proposent des smartphones à moindre prix avec des abonnements internet », explique un spécialiste du marché des télécoms.Actuellement, il est même possible d’avoir un accès internet depuis son téléphone avec 100 ariary pour 10 Mo de connexion internet.Si au tout début, le portable n’était qu’un moyen de communication, il est devenu un outil intelligent doté de plusieurs fonctionnalités, devenant même un bureau mobile pour certaines personnes. En outre, le téléphone mobile devient un portefeuille électronique depuis l’avènement du service de transfert d’argent par mobile, en mai 2011. Le service a été très vite adopté par les usagers. Maintenant, c’est une habitude pour la plupart des consommateurs, ruraux ou urbains, de payer leurs factures par Orange Money, Mvola ou Airtel Money.

DélocalisationLe secteur des télécoms malgaches a gagné la confiance des donneurs d’ordres internationaux. La destination Madagascar émerge maintenant sur la carte du secteur offshore informatique, des activités de call centers. Avec ses infrastructures télécom, ses techniciens qualifiés, la Grande île devient une destination incontournable. Certaines sociétés marocaines ont même choisi de délocaliser leurs ateliers dans la capitale. Et l’île Maurice affiche une certaine inquiétude.Sur ce secteur d’activité, Madagascar ambitionne de devenir le hub de l’océan Indien. Entre 2005 et 2016, quatre-vingt cinq centres d’appels ont choisi d’installer leurs plateformes à Antananarivo, Antsirabe ou Antsiranana. Des sociétés, essentiellement françaises, comme  SFR, Amazon, FNAC, Canal +, Delivreroo, ou encore Corsair ont choisi la délocalisation de leurs services de relations clients à Madagascar. D’ici 2020, les autorités ambitionnent de créer 100 000 emplois dans ce secteur.La connectivité internationale a longtemps été problématique dans la Grande île, mais la situation s’est nettement améliorée avec l’arrivée de plusieurs câbles sous-marins depuis 2009. Jusqu’à la fin 2008, Madagascar a été relié au reste du monde principalement par des liaisons satellitaires qui avaient contribué à renchérir le coût de location des bandes passantes internationales. En 2008, Madagascar s’est alors doté d’un réseau national à fibre optique avec le backbone national. Ce réseau permet de relier plusieurs villes dont Mahajanga à Toamasina, en passant à Antananarivo, pour poursuivre son trajet jusqu’à Toliara. Ont ensuite suivi les réseaux internationaux à câble sous marin comme Eassy, Lion, et bientôt les câbles Metiss, ou encore Fly Lion 3. Et d’autres réseaux nationaux à haut débit relient plusieurs villes.L’arrivée de ces infrastructures a bouleversé les donnes. Madagascar n’est plus une destination à minimiser. Plusieurs types d’activités se sont développées, actuellement, telles que les opérations en Business Process Outsourcing (BPO) largement dominées par les call-centers, le développement de sites web, de logiciels et d’applications mobiles, ou le traitement de données de diverses natures, ou encore différents services comme la comptabilité ou même la télémédecine. D’autres activités pourront encore voir le jour à Madagascar grâce à l’amélioration croissante de la capacité internationale en termes de disponibilité, de sécurité et de tarif.

Texte : Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Phénomène météorologique – Un halo solaire spectaculaire à Toamasina 

Un midi pas comme les autres. Le ciel de la ville de Toamasina a été marqué par la présence d’un halo solaire, hier, vers  midi. Le soleil a été entouré d’un anneau sombre à l’intérieur et lumineux à l’extérieur, durant une dizaine de minutes. Beaucoup se sont arrêtés en chemin ou ont interrompu leur travail, pour l’admirer. D’autres, superstitieux, craignaient autre chose. « Le ciel a changé, tout d’un coup. S’agit-il d’une malédiction ou est-ce un signe de désastre? »,  réagissent quelques habitants de cette ville portuaire.Pour les scientifiques, c’est un phénomène tout à fait normal. « Le halo solaire est un phénomène physique naturel. C’est une réfraction de la lumière. La lumière passe à travers un prisme et produit ce phénomène. Il a été vu à Toamasina et non à Antananarivo, c’est selon l’angle d’inclinaison du soleil », explique le Pr Gérard Rambolamanana directeur de l’Institut et observatoire de géophysique d’Antananarivo (Ioga).L’explication de Solo-nomenjanahary Andrianjafi-nirina, chef de service de la Prévision météorologique, ne s’éloigne pas de celle de ce géophysicien. À lui d’ajouter : « Je n’ai pas vu le phénomène, mais il est probable que des nuages se situent à une altitude très élevée et forment un voile pour  provoquer un halo solaire ». Ce « phénomène météorologique » n’a pas d’impact sur le temps.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Ankarafantsika – Les Travaux publics vont porter plainte

Le bourbier sur la portion de la RN 4, reliant Mahajanga à Ankarafantsika, perdure le long de la voie, à 104 km de Mahajanga. Les usagers, dont les poids, lourds ont vécu un week-end de cauchemar, samedi, à cet endroit.« Les Travaux publics vont de nouveau rétablir les protections en amont et ramasser le sable. Une plainte sera ensuite déposée à la suite de cette opération , face à la destruction des biens de l’État », a rapporté Toky Rahaingo de l’Agence des transports terrestres (ATT) de Mahajanga.Quatre poids lourds s’y ont été embourbés et n’ont pas pu traverser le tronçon, samedi. Deux semi-remorques étaient immobilisées sur les deux côtés de cette route, mais des véhicules pouvaient passer au milieu de la chaussée.Mais d’après les transporteurs nationaux, un engin a déjà dégagé le sable mais les riverains l’ont de nouveau répandu sur l’asphalte quand les agents des Travaux publics étaient partis.« Pour le fokonolona, cette situation est une manne juteuse car pousser une voiture berline coûte 20 000 ariary et 100 000 ariary pour les camions. Des protections ont été déjà mises en place sur les bordures mais des vandales et, notamment, des membres du fokonolona les ont détruites. C’est pourquoi, les crues ont alors déplacé le sable et la boue au milieu de la chaussée », a raconté un conducteur de taxi-brousse d’une coopérative nationale.D’après le responsable de l’ATT de Mahajanga, Toky Rahaingo, de nouvelles mesures seront prises par la direction régionale des Travaux publics Boeny et ses agents vont revenir sur les lieux avec des gendarmes.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Kick-boxing – Mamindraibe Rasolotafika  le nouvel homme fort 

C’était prévisible. Le président du Zanakala, Andrianome Rasolotafika Mamindraibe dit Mamy Be est devenu le nouveau patron du kick boxing à Madagascar. Hier, au Palais des sports de Mahamasina, durant l’assemblée générale élective (AGE) de la Fédération malgache de kick boxing et disciplines associées (FMKDA) il a été élu au poste de Président et succède ainsi à Briand Andrianirina.Le directeur du sport fédéral Rosa Rakotozafy a assisté à l’AGE où on a vu l’élection à l’unanimité de Mamy Best par les neuf ligues régionales (neuf voix) contre zéro pour Alexandre Rakotonandrasana, président du Centre international de sport de combat (CISC) d’Analamanga.Le kick boxing malgache retrouve donc un nouveau souffle. « Je suis heureux pour le kickboxing malgache. Le nouveau président est un ancien combattant et il reste un homme de communication. Il peut emmener le kick boxing vers un meilleur avenir », a déclaré le présidentHarifetra Mino Rakoto, le président de la ligue régionale d’Analamanga.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Élection – L’OIF en mission d’observation

Une délégation de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), menée par Salou Djibo, est actuellement à Madagascar, une mission d’écoute dans la réalisation du processus électoral. Pour sa première journée de travail, la délégation francophone s’est rendue, lundi, au siège de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), pour s’enquérir de l’évolution de l’organisation du scrutin. Durant les échanges, le président de la Ceni a indiqué le déroulement de la révision de la liste électorale, de la confection du cadre juridique du processus, ou encore des éventuelles difficultés, voire les blocages.La deuxième journée de travail a plutôt été chargée. La Primature, en la personne d’Olivier Mahafaly Solo­nandrasana, le Sénat représenté par Rivo Rakotovao, et même le président national du parti Tiako I Mada­gasikara incarné par Marc Ravalomanana, ont tous reçu la délégation, hier. Si les détails de la mission de cette délégation ne sont pas encore connus, on sait qu’à Mahazo­arivo, Salou Djibo et sa suite ont transmis un message d’encouragement de la part du secrétaire général de l’OIF.Lors d’un entretien avec la presse à la sortie de la rencontre avec le patron des sénateurs, Salou Djibo a déclaré qu’ils ne dévoileraient pas les détails des discussions qu’ils avaient eues avec le sénateur Rivo Rakotovao. « Nous sommes en mission d’écoute. Nous ne développerons pas de quoi nous avons discuté », a-t-il soutenu. Tout ce que l’on sait, c’est que l’équipe de Salou Djibo est à Madagascar pour faire un suivi du bon déroulement du processus électoral et, selon des indiscrétions, définir la manière d’appuyer le processus de la présidentielle pour éviter une crise post-électorale.

L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Université de Mahajanga – Les étudiants érigent des barrages sur la chaussée

La tension continue de monter à l’Université de Mahajanga et au campus d’Ambondrona. Depuis samedi, dix-sept étudiants ont été arrêtés, dont quatorze lundi dernier, par les éléments de l’EMMO-Reg.Lundi, les étudiants ont placé quatre barrages sur la voie publique menant vers le campus d’Ambondrona. Ils ont brûlé des pneus, placé des troncs d’arbre en travers de la route. Dès 2h du matin, ils ont transporté des parpaings et les ont mis sur toute la voie, sur une hauteur d’un mètre. Or, ces parpaings destinés à la construction d’une maison appartiennent à des particuliers résidant à cet endroit.Aucune voiture ne pouvait circuler. Une banderole réclamant le départ du président de l’Université de Mahajanga a été déployée au bord de la route.Les habitants sont terrorisés et ont alors interpellé les forces de l’ordre à intervenir. Des coups de feu ont été tirés pour évacuer la chaussée.« Tous les ans, c’est la même situation. Nous sommes cloîtrés chez nous par peur d’être cambriolés. Nous ne pouvons pas sortir de chez nous. Nous vivons dans la crainte à cause de ces manifestations. J’étais arrivé en retard au bureau car la voie était bloquée», a déploré un père de famille.Les forces de l’ordre ont enlevé les obstacles et pourchassé les manifestants. Ainsi, quatorze étudiants dont cinq jeunes filles ont été arrêtés et emmenés à la gendarmerie nationale.Samedi après-midi, les étudiants ont organisé une cérémonie en hommage à leur collègue décédé en 2014 devant la stèle de commémoration, dans l’enceinte du campus. Mais après la cérémonie, des étudiants ont pénétré de force dans les dortoirs encore sous scellés.D’autres ont mis le feu à une voiture des gendarmes, une fourgonnette de couleur blanche Les forces de l’ordre les ont poursuivi. Trois récalcitrants ont été alors embarqués.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Tourisme – La positiver  adoptée comme stratégie de vente

Entrant dans le cadre de la  continuité du branding pour booster la destination Madagascar. Le principe de la positiver a été adopté afin de montrer une image plus attractive de ce secteur. Lancé il y a deux jours, le concept «I love you Madagascar» verra concourir  des vidéastes, des bloggeurs et des photographes, professionnels ou amateurs. Ces derniers participeront au concours à travers la publication de leurs œuvres sur les réseaux sociaux. Ces publications passeront ensuite par un voting et les cinq premiers gagnants de chaque catégorie se verront remettre des prix selon leurs classement.  Cette initiative est réalisée avec l’opérateur Airtel Madagascar. «Tous les citoyens, sans exception devraient être les ambassadeurs de Madagascar. Quoi de mieux que les réseaux sociaux pour accomplir cette mission citoyenne en mettant en avant la beauté et la richesse de notre pays en matière de biodiversité»,  explique Roland Ratsiraka, ministre du Tourisme. Les lots du concours vont de simples forfaits d’appels, en passant par les packs cadeaux, les routeurs portatifs, jusqu’à des voyages pour Nosy-Be ou Sainte-Marie pour les meilleures publications.

H. R.

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – Le Complexe d’Œdipe attire les bons curieux

L’exposition «Le Complexe d’Œdipe» connaît un beau succès. Individuels ou groupes se succèdent pour découvrir les étonnantes photos de Rija Emadisson. Il a attiré un public curieux et impressionné par son art depuis le vernissage de l’exposition qui s’est tenu le week-end dernier à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo. Le photographe Rija Emadisson  retranscrit et explique à travers ses clichés, diverses histoires et sa vision personnelle d’un amour maternel à la fois passionnel et intemporel.Sur les murs de la salle, le public a pu voir des photos où un enfant recherche des contacts physiques avec son parent de sexe opposé parce que cela lui procure du plaisir. Une petite fille qui embrasse son père sur la bouche, se frotte à lui ; de même pour les petits garçons. « Tous les plaisirs que nous appelons sexuels dans la vie adulte, l’enfant va les expérimenter de façon enfantine, sous une forme allégée. Du moment  qu’il est attiré par sa mère, le petit garçon va ressentir de l’hostilité et de la jalousie envers son père et inversement pour la petite fille », explique-il aux visiteurs.Pour les retardataires, l’exposition  sera visible jusqu’au 15 février. Membre de l’Union des photographes professionnels de Madagascar (UPPM), Rija Emadisson est un photographe professionnel indépendant, basé dans l’océan Indien et spécialisé dans la photographie institutionnelle et le reportage.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

À vous…

Les jeunes manquent de héros disent-ils. Vrai ou faux, on pourrait le dire. Les héros dans une nation permettent à sa force vive de prendre modèle, de garder les idéologies bien vigoureuses, de mener un peuple à sa destinée. Du temps de nos grands-pères, nos pères, on se référait à des leaders charismatiques internationaux. Cela a permis de faire pousser chez nous également des hommes et femmes qui ont véhiculé des messages de droit, de liberté, d’engagement. Mis à part les groupes Mahaleo, Lolo sy ny Tariny et les chanteurs qui les forment, il n’y a plus eu d’autres venus après. C’est triste de le dire, mais il y a eu un vide. Nous n’avons pas non plus su continuer à nous connecter avec l’Afrique et le reste du monde alors que les bonnes valeurs sont universelles.De héros, il n’y en a pas eu ou est-ce que nous n’avons pas su mettre en valeur les hommes et les femmes qui luttent pour notre pays, le bien commun, nos droits ? Il est temps de changer de paradigme. Madagascar regorge de porteurs de lumières noyés dans ce marasme lugubre de pauvreté et de tous ces maux que notre terre porte. Corruption, détournement de fonds, insécurité, pillage de nos ressources, la liste des souffrances qui viennent faire la Une des journaux est longue. Petit à petit, nous avons nourri nos subconscients du fait que rien ne marche, tout est noir, tout le monde est irrécupérable.Changer de paradigme, avons-nous dit, c’est la seule issue. Parler de la peur, de ce qui ne marche pas a plus envenimé la situation. Parlons donc de ce qui réussit, donnons scène à ce qui est positif. Adoptons la communication positive. De plus en plus, sur la scène internationale, les organisations citoyennes, face à un espace de travail qui s’étrique, penchent plus vers un nouveau modus operandi. Dans l’un de ses discours, Michelle Obama a bien résumé cette nouvelle approche : « quand eux vont vers le bas, il nous faut nous élever ».Ainsi, à vous. Vous qui aviez redonné l’espoir à ces populations qui ont été dépouillés de leurs biens, de leurs terres des ancêtres. À vous, hommes et femmes, jeunes et vieux, qui se sont mis debout, malgré les matraques des forces de l’ordre. Vous qui aviez subi l’injustice de la justice par le fait que vous n’aviez pas baissé les bras face à l’accaparation de nos terres. À vous, défenseurs de droits qui malgré les intimidations, les pressions sur vos vies et celles de vos proches, vous avez maintenu le cap. À vous, qui avez perdu la vie pour la nation.À vous, que nous n’avons pas assez mis au-devant, nous vous rendons ce jour hommage. « Gasy Mahasaky Awards » de cette année 2017 se tiendra ce jour. Nous unissons nos voix pour vous dire merci, pour vous soutenir, pour vous marquer notre sympathie et notre reconnaissance.« Côtoyons ceux qui véhiculent les espoirs pour propager plus d’espoir » disait une activiste malgache.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

L'express de Madagascar0 partages

Différents termes pour détruire la forêt

MoT bien connu de longue date à Madagascar, le « tavy » est déjà cité dans le Code des 305 articles de Ranavalona II. Bien qu’elle vive sur les Plateaux merina très dénudés, la reine est parfaitement renseignée sur la grande forêt de la côte orientale. D’ailleurs, elle s’y intéresse aussi tout spécialement, car elle y puise les bois rares, ébène, bois de rose, palissandre, qui lui servent de monnaie d’échange ou de présents à offrir à d’autres monarques.Selon A. Kienner, ingénieur principal des eaux et forêts, le « tavy » est une expression générale pour désigner « la destruction de la forêt primaire par abattage suivi de brûlis en vue de la culture du sol ». Les anciens gouverneurs merina l’introduisent par la suite dans les zones côtières. Néanmoins, celles-ci utilisent également d’autres termes.Ainsi, les Betsimisaraka emploient aussi le terme « teviala », couper ou défricher la forêt, mais aussi « kapakapa » pour désigner « la destruction d’une forêt secondaire suivie de brûlis en vue de la culture du sol ». Les Tanala, eux, parlent de « haoka » à la place de « kapakapa ».Certaines zones du bush du Sud, notamment la forêt des Mikea, sont « littéralement saccagées» par les « tetika » en vue de la culture du maïs ou du sorgho. C’est-à-dire que les arbres sont ébranchés et l’on cultive au milieu « des troncs encore debout et calcinés».D’autres expressions sont utilisées pour traduire l’ensemble du procédé. Le « jinja » est, par exemple, l’emplacement d’un ancien « tavy» ou d’un « kapakapa». C’est là que se font les cultures et seuls les héritiers ont le droit de le cultiver.  En Imerina, cet emplacement héréditaire est appelé« solompangady. »Enfin, il y a le mot « savoka », forêt secondaire qui repousse après le « tavy » ou après le « kapakapa » lui-même. D’après A. Kienner, il existe différents types de « savoka ». Il y a ceux à essence pure et ceux à plusieurs essences, mais dont l’une est plus ou moins dominante. Et suivant les âges, la « savoka » prend les noms (betsimisaraka) de « matrangy » (savoka jeune d’un an), de « savoka tanora », jeune de deux à cinq ans, « savoka mody » ou d’âge moyen de cinq à dix ans, et « savoka antitra », vieille de plus de dix ans.Pratiquer le « tavy » s’accompagne de tout un rituel dans tout village betsimisaraka. Cela commence par l’interrogation des esprits par les graines (sikidy) et le devin (ampisikidy) sera souvent le premier personnage important interrogé pour le choix du « jinja ». Les graines, suivant leur disposition (asimbola ou tareky) après avoir été agitées et disposées en deux tas, permettent au devin de traduire l’oracle à partir de certains des seize mots conventionnels du« sikidy ».A.Kienner cite un exemple simple. Avec « tale » (homme), « fahasivy » (eau), « fahatelo » (pierre), « safary » (chemin), « bilady » (terre), « zanahary » (divinité), le devin interprète : « Le chef de la famille doit longer la rivière (qui traverse le village) jusqu’à ce qu’il arrive à un endroit très rocheux, d’où il reprendra un chemin voisin qui le mène à la terre que lui aura désignée la divinité. » Et pour que le « tavy » projeté réussisse pleinement, l’« ampisikidy » donne au chef de la famille venu le consulter, un « aody vary », talisman infaillible, tout en lui précisant plusieurs « fady» qu’il y aura lieu de respecter au cours des semailles et de la récolte ultérieure.« Dans cette vaste forêt de l’Est, pleine de mystères, pleine d’esprits à ménager (les  lolo  ou  biby ), mais qui renferme aussi les charmanteszazavavindrano , ces petites nymphes des eaux que chaque Betsimisaraka a cru entrevoir au temps de son enfance, il est tout à fait normal que le tavy fasse toujours l’objet de coutumes ancestrales qui conditionnent favorablement à la fois les travaux et sa réussite. »S’ensuit alors une grande fête rituelle avec les incantations traditionnelles au Zanahary et aux ancêtres qui, eux aussi, ont fait tomber les arbres et qui doivent comprendre que le « simbon-tranony » (robe de la maison des ancêtres) un peu malmené, repoussera vite après l’abandon des cultures. C’est une fête bruyante et joyeuse où la « betsabetsa » (jus de canne fermenté) et l’ « ilaimadio » (alcool de tous fruits : oranges, bananes, mangues, letchis…) coulent à flot et où la musique de l’accordéon et des « antsodina » fait souvent passer à la famille, aux voisins et aux amis plusieurs journées et plusieurs nuits de liesse. « Les ancêtres satisfaits, la famille va commencer à défricher. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Faux monnayage

Trois personnes ont été placées en détention préventive pour faux mon­nayage. Neuf faux billets de 10 000 ariary ont été découverts dans une liasse qui allait être versée dans une agence de micro-finance. La gendarmerie les a arrêtées à Mahitsy jeudi.

L'express de Madagascar0 partages

Football féminin – Askam vs Sabnam  en demi-finales

La troisième et ultime journée des éliminatoires a livré son verdict, en phase III du championnat de Madagascar de football féminin. On aura ainsi une demi-finale de haut vol entre l’Askam Itasy, leader du classement général après les deux premières phases, et l’AC Sabnam Analamanga, tenant du titre. Dans l’autre duel du dernier carré, l’Asot et le Mifa s’affronteront dans une confrontation 100% Analamanga.Hier, sur la pelouse du centre technique de Carion, l’Asot a assuré son ticket pour les demi-finales en battant le Prescoi Vakinankaratra (3-0), en ouverture de la troisième journée. Par la suite, l’Ascuf Haute Matsiatra a disposé du SOM Boeny (3-1). Dans la troisième rencontre au programme, on a assisté à un festival de buts de l’Askam, face à l’AS Comato Atsimo Andrefana (7-0). Et enfin, dans l’ultime match, Mifa est venu à bout du Sabnam au terme de la séance fatidique des tirs au but (1-1, 3-2 tab). Ainsi, Mifa et Sabnam ont pris les deux premières places du groupe A. Tandis que l’Askam et l’Asot ont décroché les deux tickets pour le dernier carré dans le groupe B.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Huit bandits frappent

Dimanche soir vers 23h 30, huit individus armés ont attaqué le foyer d’un com­merçant. Pendant que les personnes prises pour cibles étaient cachées, les voleurs ont fouillé la maison pour y dérober un poste téléviseur ainsi que 1,6 millions d’ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Infrastructures – De l’eau potable  pour l’école des Saphirs 

De l’eau potable. C’est tout ce que l’école des Saphirs attendait : ses élèves en jouissent désormais.Un château d’eau vient d’être mis en place depuis fin décembre, après sept mois d’études. Auparavant, les élèves devaient faire de longues marches pour chercher l’eau des ruisseaux.« Un long trajet doit être effectué tous les jours pour trouver de l’eau dans un ruisseau à faible débit. De plus, elle n’est pas sûre d’être potable car son usage présentait des dangers pour la santé de chacun. Les enfants ont fait des kilomètres avec des seaux de 20 litres. On les appelle les chercheurs d’eau », a-t-on rapporté dans un communiqué.Cette école se trouve dans un milieu aride près du village d’Antsahamadiro. Le forage et la construction des infrastructures ont été le fruit de collaboration entre  l’EP Coppet de Suisse et l’ONG Bel Avenir.Trois-cent cinquante enfants  fréquentent cette école, actuellement, dont quarante-six filles, venant de zones éloignées du village, vivent en internat. L’eau potable est primordiale pour la préparation et la cuisson des repas ainsi que pour l’hygiène de l’internat.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Cambrioleurs écroués

Traduits devant le parquet hier, trois prévenus, arrêtés la veille pour une attaque à main armée commise à Amba­vahaditokana Itaosy, ont été placés sous mandat de dépôt. Des  objets volés ainsi que des outils de cambriolage ont été pris en leur possession.

L'express de Madagascar0 partages

Moto récupérée

Volée lors d’un cambriolage commis à Amohimandray Mahitsy, une moto a été très vite retrouvée par la gendarmerie et le foko­nolona. L’un des voleurs était en train de la pousser sur une route boueuse lorsqu’il s’est fait cueillir.