Les actualités Malgaches du Dimanche 30 Décembre 2018

Modifier la date
Madagate6 partages

Marc Ravalomanana. Ordre dispersé amène désordre jusqu’à la débandade

Il faudrait savoir Monsieur K25 hein ! Car en voulant courir après trois lièvres à la fois, on finit par n’en attraper aucun, et l’on finit assis le cul par terre groggy par ce calcul d’épicier.

1. Les mercenaires

A l’instar de Fidèle Razara Pierre dont le prénom est aux antipodes de ses démarches. Lui, au moins, il a avoué ne pas faire partie des zanak’i Dada, mais il fait front commun par amour de l’argent et vengeance indéfinie, avec des arguments de supposées fraudes massives qui restent à prouver.

2. Les aigris du bulbe et de leur propre vie minable et de minables

A l’instar de James Ratsima et de Fanirisoa Ernaivo, la championne de l’insulte envers ses compatriotes. Pour ceux-là, il ne faudrait pas que la HCC s’amuse à déclarer que leurs centaines de plaintes sont « recevables mais non fondées ». Très attirée par l’odeur du fric facile, cette magistrate déchue sait-elle encore ce que Justice signifie ?

3. Les purs et durs contradictoires

Il s’agit des proches historiques de K25, à l’instar de Me Hanitra Razafimanantsoa, qui jouent une carte bizarre : celle de la contradiction. En effet, d’un côté ils affirment que leur champion délavé est gagnant avec 53% mais, de l’autre côté, ils s’essaient à toutes les manœuvres juridiques possibles et même inimaginables pour que la Haute cour de constitutionnelle de Madagascar annule les résultats sinon l’élection présidentielle 2018 elle-même. Et il y en a même qui rêvent même que deviendra réalité dans la Grande île de l’océan Indien, arguant le cas de la Côte d’Ivoire, en 2010, et du Kenya, en 2017, qui paraît-il, font jurisprudence.

Où iront ces créatures uniquement guidées par la haine dans le cœur, lorsque, sous pression nationale et internationale, leur Marco K25 négociera ses dettes astronomiques envers l’État malagasy contre la reconnaissance de la victoire sans fraudes du numéro 13 ? Sans parler du robinet financier brusquement coupé (comme les coupures de la Jirama) pour cause de "mission" no réussie ? Après avoir semé le désordre, ce sera la débandade comme à Iavoloha après l’annonce de sa démission, le 17 mars 2009. Or, la veille, Marc Ravalomanana avait juré ses grands dieux qu’il ne quittera pas la place qui à y laisser sa peau… Un Marc Ravalomanana aussi absent le 29 décembre 2018 sur le parvis de l’hôtel de ville, que lors de la proclamation des résultats officiels provisoires à la Ceni le 27 décembre 2018. Qui, dès lors, manipule qui exactement ?

Pour l’heure et pour la énième fois, après la trêve de la saint Sylvestre et du jour de l’an, la balle sera dans le camp de Jean Eric Rakotoarisoa, président de la Haute cour constitutionnelle, parachuté par Hery Rajaonarimampianina qui n’est plus qu’un simple citoyen à présent et envers lequel, par conséquent, Jean Eric Rakotoarisoa n’est plus redevable moralement.

Jeannot Ramambazafy – Dimanche 30 décembre 2018

Madagate0 partages

Madagascar élection 2018. L'Union africaine exhorte au respect des voies légales

Addis Abéba, le 27 décembre 2018: Le Président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, prend note de la proclamation, ce jour, 27 décembre 2018, par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), des résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle à Madagascar, qui a eu lieu le 19 décembre 2018.

Le Président de la Commission félicite le Président de la République de Madagascar par intérim, le Premier ministre et le Gouvernement, la Haute Cour constitutionnelle (HCC), la CENI et ses démembrements, les forces de défense et de sécurité, les organisations de la société civile et religieuses, ainsi que toutes les autres parties prenantes, pour leur contribution au succès du processus électoral. Il salue la maturité et le civisme du peuple Malagasy, qui a, une fois encore, démontré son profond attachement à la paix, à la stabilité et à la démocratie.

Le Président de la Commission appelle les deux candidats à l’élection présidentielle et leurs partisans à s’abstenir de tout acte de nature à perturber le processus en cours ou à engendrer des troubles, dans l'attente de l'annonce officielle des résultats définitifs du scrutin par la HCC. Ces derniers doivent avoir pleine conscience de leurs responsabilités historiques envers le peuple Malagasy, ainsi qu’envers l’Afrique et la communauté internationale dans son ensemble. Il les exhorte à respecter scrupuleusement les prérogatives de la CENI et de la HCC en matière de proclamation des résultats. En cas de contestations liées au déroulement du scrutin, ils doivent avoir exclusivement recours aux voies légales prévues à cet effet.

Le Président de la Commission réaffirme l'engagement de l'Union africaine à poursuivre son action d’accompagnement des acteurs et du peuple Malagasy, en vue du parachèvement du processus électoral, ainsi qu’à les appuyer dans les domaines de la gouvernance et du développement socio-économique. À cette fin, l’Union africaine continuera à travailler en étroite coordination avec la Communauté de développement de l’Afrique australe, les Nations unies, l’Organisation internationale de la Francophonie, la Commission de l’Océan Indien et l’Union européenne, ainsi qu’avec les autres partenaires bilatéraux et multilatéraux de Madagascar. Le Président de la Commission se félicite du travail remarquable accompli par le Groupe international de Soutien à Madagascar (GIS-M) pour faciliter l’harmonisation des efforts des différents acteurs internationaux, et réaffirme la détermination de l’Union africaine de continuer à assumer le rôle qui lui revient dans la conduite de l’action du GIS-M.

Le Président de la Commission réitère l’importance qui s’attache au succès de cette élection présidentielle en tant qu’étape qualitative déterminante pour la consolidation de la démocratie à Madagascar. Il appelle le peuple Malagasy et toutes les institutions du pays à ne ménager aucun effort pour protéger ce nouvel acquis dans l’unité nationale, la stabilité, la sécurité et la paix.

29 décembre 2018. Après avoir rameuté des partisans sur le parvis de l'Hôtel de ville dégagé manu militari de vendeurs qui ont payé des millions d'ariary sur contrat avec la Commune urbaine d'Antananarivo (CUA), ces créatures comptent refaire la même chose le 02 janvier 2019. Arguments? Fraudes massives, bourrages d'urnes, etc. comme si le candidat K25 n'avait aucun délégué dans les bureaux de vote

Seule Me Hanitra Razafimanantsoa est un membre pur et dur du Tim depuis la naissance de ce parti. Les autres ne sont que des mercenaires opportunistes très mal dans leur peau (de chagrin). Je ne suis pas Jeannostradamus mais je leur prédis un avenir sombre...

Que dit, justement, la loi malgache, à propos des élections en générale et sur laquelle Marc Ravalomanana et ses sbires s'assoient sans vergogne (ils vont bientôt invoquer la souveraineté nationale alors que Mister K25 a toujours eu l'habitude d'appeler la SADC et l'UA à sa rescousse)?

Jeannot Ramambazafy - Dimanche 30 décembre 2018