Les actualités Malgaches du Samedi 30 Décembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1731 partages

Marc Ravalomanana : « Ce sera une crise si je ne suis pas candidat ! »

Marc Ravalomanana invite les dirigeants HVM à ne plus verser dans les provocations.

Le président national du TIM n’exclut pas une nouvelle crise politique au cas où on l’empêcherait de se porter candidat à la présidentielle de 2018.

La trêve politique a été brisée suite aux propos provocateurs récemment lancés par le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions Harry Laurent Rahajason à l’endroit de l’ancien président Marc Ravalomanana. Interrogé par les journalistes hier en marge de la festivité organisée par la Commune Urbaine d’Antananarivo au gymnase couvert de Mahamasina, le président national du TIM a laissé entendre à ceux qui veulent l’entendre que les menaces ne marchent pas avec lui. « Les intimidations ne me font pas reculer. Je n’ai pas peur des sanctions que vous brandissez car je n’ai rien fait du mal. Je n’ai dit que la vérité. », a-t-il prévenu. Avant d’enfoncer le clou : « Ne pensez même pas à m’exclure de la prochaine course à la présidence de la République. Cette exclusion mettra le pays dans la logique d’une nouvelle crise politique. Or, Madagascar ne pourra plus survivre à une telle crise. » L’ancien président Marc Ravalomanana demande au régime en place de ne plus verser dans les provocations : « Ne passez pas votre temps à vous acharner contre moi. Pensez plutôt au peuple malgache qui souffre de la dépréciation de l’ariary, de l’insécurité et de la flambée des prix des produits de première nécessité. »

Dialogue. Malgré les provocations dirigées contre lui, Marc Ravalomanana a salué l’initiative du Premier ministre qui mène actuellement des consultations auprès des différentes forces politiques de la Nation sur les futures lois électorales. « Le dialogue est toujours une bonne chose. Ce n’est pas moi qui vais m’y opposer. Les députés TIM n’ont pas d’ailleurs refusé de répondre à l’invitation du Premier ministre. Après cette consultation, je discuterai avec eux en tant que président national du parti. », a-t-il souligné. Avant de rajouter : « Ce que je souhaite, c’est que les règles du jeu soient claires avant d’aller aux élections. Sinon, les compétitions s électorales seraient entachées de fraudes. Ce qui vient se passer au Libéria devrait nous inspirer. Le calendrier électoral doit être publié plusieurs mois avant les scrutins pour éviter toute suspicion de détournement du choix du peuple. » Malgré ses propos un peu virulents à l’endroit de certains tenants du régime, Marc Ravalomanana a prêché hier l’amitié et la solidarité aux employés de la Commune Urbaine d’Antananarivo qui étaient massivement venus au gymnase couvert de Mahamasina pour faire la fête en cette période de fin d’année. Une occasion du reste  pour l’équipe dirigeante de la CUA conduite par le maire Lalao Ravalomanana de distribuer des vivres et des primes aux employés qu’elle a encouragés à faire beaucoup plus en 2018.

R. Eugène

Midi Madagasikara613 partages

Forces armées : 38 nouveaux généraux de brigade et 20 généraux de division

Le dernier conseil des ministres de l’année 2017 a été marqué par deux décrets portant nomination de généraux par le président de la République et non moins chef suprême des forces armées.

Le premier décret est relatif à la nomination d’officiers de carrière des forces armées aux grades de général de brigade, général de brigade aérienne et de contre-amiral au titre de l’année 2017. Ils sont 19 colonels de l’Armée de Terre ; 2 de l’Armée de l’Air ; 1 de la Marine ; et 3 de l’Elément Santé à obtenir « 2 étoiles ». Contre 11 colonels pour la Gendarmerie. Au total, les forces armées comptent 36 nouveaux généraux de brigade. Ils sont même au nombre de 38 si l’on y inclut le médecin colonel et le colonel de la Gendarmerie nommés généraux de brigade à titre conditionnel, c’est-à-dire qu’ils partiront à la retraite dans quelques mois.

Pas de vice-Amiral. Quant au second décret, il concerne des nominations aux grades de général de division et de général de division aérienne. Dans les rangs de l’Armée, ils sont 15 généraux de brigade à être promus généraux de division, à raison de 10 pour l’Elément Terre ; 2 pour l’Elément Air ; et 3 pour l’Elément Santé. En revanche, il n’y a aucune nomination au grade de vice-Amiral au sein de la Marine. Pour la Gendarmerie, ils sont 5 généraux de brigade à arborer « 3 étoiles » sur leurs képis. En somme, les forces armées comptent 20 nouveaux généraux de division.

Exclus d’office. Comme nous l’avions annoncé dans une de nos précédentes éditions, les colonels qualifiés de pro-Rajoelina ont été exclus d’office de la liste proposée par le ministre de la Défense nationale. Pour ne citer que les Colonels Fidy, Elaky et Lylison qui pourront toujours compter les étoiles tant que le HVM détient les commandes pour ne pas dire le commandement. Tel que nous l’avions également subodoré, l’ancien Premier ministre Jean Ravelonarivo n’a pas été non plus nommé au grade de général de division aérienne au titre de l’année 2017. Il sera placé d’office en position de retraite pour atteinte de la limité d’âge de son grade en avril 2018. Le général de division Richard Ravalomanana n’a pas été non plus « bombardé » général de corps d’Armée. Il n’y a d’ailleurs eu aucune nomination de « 4 étoiles » lors du dernier conseil des ministres où une pluie d’étoiles se trouvaient, non pas au sommet, mais au pied du sapin. Et ce, en guise de « Bonne Année 2018 ». L’année de l’élection présidentielle qui pourrait être source de …division pour les généraux.

R. O

L'express de Madagascar375 partages

Trafic de bois rose – L’impunité des gros bonnets mise à l’index

« Le principal problème ». C’est ainsi que Ndranto Razakamanarina, président du conseil d’administration de l’organisation environnementale Alliance Voahary Gasy, qualifie l’impunité des « gros bonnets » dans le commerce illicite de bois de rose.À Mahazoarivo hier, l’activiste environnemental a été questionné par les journalistes sur la décision du secré­tariat général de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (CITES), de maintenir l’embargo sur les bois précieux de Mada­gascar, notamment le bois de rose. « Le principal problème est l’impunité des gros poissons. Les commanditaires des exploitations et exportations illicites restent impunis », a-t-il déclaré en marge de la consultation de la société civile sur les lois électorales.Le blocus sur le commerce des bois précieux malgaches a été décidé par la CITES durant la 69e réunion de son comité permanent, du 27 octobre au 1er novembre. Selon le communiqué de presse partagé par la branche locale de World Wild Fund (WWF), il aurait été constaté un manque de progrès dans la mise en œuvre du plan d’action contre le trafic. Durant le petit déjeuner de presse qu’il a donné jeudi à Anosy, Solonan­drasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a souligné, dans son bilan, les arraisonnements de navire transportant clandestinement du bois de rose à son bord, ou encore l’arrestation d’individus présumés partis à la tentative d’exportation illégale.

Stocks cachésLa détention provisoire de ces individus et le fait que Madagascar ait obtenu gain de cause dans le dossier Singapour, ont été aussi mis en exergue par le locataire de Mahazoarivo. Du point de vue de l’Alliance Voahary Gasy, les efforts étatiques seront vains tant que les commanditaires locaux demeurent épargnés par les poursuites et sanctions judiciaires. Une impunité qui ferait qu’une fois l’attention de l’opinion nationale et internationale distraite, les trafiquants reprennent leurs activités. Questionné sur les raisons de l’impunité des « gros bonnets », le Premier ministre Mahafaly avance « l’absence de dénonciation ».Selon le chef du gouvernement, « la culture de dénonciation n’est pas encore dans les mœurs malgaches. Très souvent, il n’y a pas de témoins à charge dans les grosses affaires. Sur la base du principe de la présomption d’innocence, nous ne pouvons pas accuser quelqu’un sans avoir des preuves solides ». Des indiscrétions judiciaires indiquent que « la proposition de contrepartie financière, ou la menace de représailles contre eux et leurs proches douchent la fougue des rares témoins ».La loi sur la lutte contre la corruption prévoit, jusqu’alors, des dispositions concernant la protection des témoins. Devant la presse hier, Ndranto Razaka­manarina a ajouté que l’autre faille résidait dans l’ineffectivité du recensement des stocks de bois précieux éparpillés dans la Grande île. Le président du conseil d’administration de l’Alliance Voahary Gasy a révélé une information, selon laquelle « des stocks d’environ deux millions de rondins de bois de rose sont cachés ». Les « gros bonnets », semblent encore avoir de quoi faire.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar263 partages

Sécurité du président – Un assassin présumé en cavale

Un Français arrêté avec du matériel de sniper, peu avant la Fête nationale, s’est évadé de prison. La loge présidentielle a été quadrillée de vitres pare-balles lors du défilé.

Une menace d’assassinat présidentiel sur le tapis. L’évasion dans la nuit de jeudi à vendredi d’un ressortissant français, placé en détention préventive à la maison de force Tsiafahy quelques jours avant la célébration de la Fête de l’indépendance, met sous le feu des actualités une crainte d’attentat contre le Président, lors de la parade militaire du 26 juin au stade municipal de Mahamasina.Après un séjour aux côtés des détenus criminels de Tsiafahy, le Français a fait l’objet d’un transfert à la maison centrale d’Antani­mora pour de meilleures conditions carcérales. Des raisons de santé ont été évoquées.Survenue dans des circonstances des plus interlopes, l’évasion a de quoi laisser pantois. Des informations filtrées au compte-gouttes soulignent que le prévenu était en cours d’évacuation sanitaire à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona lorsqu’il s’est fait la belle par des moyens qui laissent rêveur.Ce coup de théâtre secoue comme un prunier. Un avis de recherche a été lancé et le dispositif de contrôle aux frontières renforcé.

MercenariatÀ l’aéroport international d’Ivato, au portail de sortie potentielle du fugitif, les hommes du service central de la police de l’air et des frontières sont aux-aguets.Mise en sourdine au moment des faits dans un souci de contenir l’opinion publique, la menace sérieuse a été, toutefois, dévoilée à son summum par les vitres blindées ayant quadrillé la loge des officiels, perchée à la crête de la tribune centrale où étaient installés le Président, le Premier Ministre ainsi que les chefs d’institution pendant le défilé.La panique a saisi la garde présidentielle ainsi que les entités en charge de la sécurité, depuis que le suspect est tombé dans les mailles des filets tendus par la police criminelle, moins d’une semaine avant la célébration. Pris en possession de camouflages de tireur embusqué et d’armes d’exercice de sniper, celui-ci a été envoyé dare-dare au pénitencier de Tsiafahy, au terme de sa comparution au ParquetOutre le matériel compromettant sur lequel les limiers des forces de police ont mis la main sur la base d’informations, le Français incriminé est, de surcroît, soupçonné de recrutement de mercenaires pour mettre à exécution des actes de déstabilisation.Une source proche du dossier met, pour sa part, à nu des affaires épineuses concernant le prévenu en Afgha­nistan et dans des pays d’Afrique.

Seth Andriamarohasina

Midi Madagasikara166 partages

2018 : 13 jours fériés, avec forte probabilité… d’extension !

L’année 2018 qui est sur le point de débuter ne sera pas de tout repos, prédisent les uns. Une année de toutes les surprises, affirment les autres. En tout cas, si repos il y aura, ce sera lors des jours fériés. 2018 en comptera au moins treize, voire une quinzaine, si l’on y ajoute les jours d’élection. Entre le 1er janvier, jour de l’An au 25 décembre, Noël, il y aura la commémoration des événements de 1947, le 29 mars qui tombera un jeudi ; le week-end pascal les dimanche 1er avril (Pâques) et lundi 2 avril (lundi de Pâques) ; le 1er mai, fête du travail qui tombera un mardi ; le 10 mai, Ascension ; le week-end de la Pentecôte les dimanche 20 mai et le lundi 21 mai ; la fête nationale, le 26 juin ; le 15 août, Assomption et le 1er novembre, Toussaint.

Elections. Mais outre ces jours fériés déjà fixés par le calendrier de 2018, on y ajoutera également la journée du 10 janvier 2018, déjà décrétée chômée, mais payée. Il s’agit de la journée nationale d’assainissement, entrant dans le cadre de la prévention et de la lutte contre la peste. Par ailleurs, on devra certainement compter plusieurs autres journées chômées, mais payées. En effet, dans la mesure où l’année 2018 sera une année électorale, il y a de fortes chances que les dates des premier et second tours de l’élection présidentielle, vers la fin de l’année, ainsi que les élections législatives feront l’objet d’une mesure exceptionnelle, les déclarant chômées, mais payées. La « tradition » de tenir des élections le dimanche tend, en effet, à évoluer, les églises chrétiennes regroupées au sein du FFKM ayant déjà manifesté leur peu d’enthousiasme, voire leur désaccord sur la tenue d’élections le dimanche. Si tel sera le cas, au moins deux jours chômés, mais payés viendront s’ajouter aux 13 jours fériés de 2018 figurant dans la liste ci-après.

Hanitra R.

 

Les jours fériés de 2018

Lundi 1er janvier : Jour de l’An

Jeudi 29 mars : Commémoration 1947

Dimanche 1er avril : Pâques

Lundi 2 avril : Lundi de Pâques

Mardi 1er mai : Fête du travail

Jeudi 10 mai : Ascension

Dimanche 20 mai : Pentecôte

Lundi 21 mai : Lundi de Pentecôte

Mardi 26 juin : Fête de l’Indépendance

Mercredi 15 août : Assomption

Jeudi 1er novembre : Toussaint

Mardi 25 décembre : Noël

Autre jour exceptionnellement chômé, mais payé : mercredi 10 janvier, journée d’assainissement

Tia Tanindranaza125 partages

Marc Ravalomanana“Hitarika olana goavana ny fanakanana ahy”

Namerina indray omaly Atoa Marc Ravalomanana fa kandida amin’ny fifidianana filoham-pirenena ny tenany ary hitarika olana goavana ny fanakanan’ny fitondrana azy tsy ho kandida amin’io taona ho avy io. Tsy hipetra-potsiny ary tsy hanaiky izany fanakanana ahy izany ny antoko Tiako I Madagasikara (TIM), hoy izy ka aoka tsy hanao sangy ratsy.

Tsy nisorona ity filoha teo aloha ity nilaza fa efa tena tsy mety ary tsy zakan’ny vahoaka intsony ny fahalafosan’ny vidim-piainana amin’izao fotoana eto Madagasikara. Manampy ny fahoriana ny tsy fisian’ny fandriampahalemana, mibanaka ny sisin-tanin’i Madagasikara satria tsy ampy ny fanaraha-maso ary tsy misy ny paikady mahomby hiadiana amin’ny trafika isan-karazany. Nahatsidika distrika tsy latsaky ny 80 amin’ireo 119 misy eto Madagasikara hatramin’ny niverenana an-tanindrazana 3 taona lasa izay i Marc Ravalomanana. Fijerena ifotony ny zava-misy iainan’ny Malagasy sy fifampiresahana amin’ny olona mba hahafahana mamantatra ny olana fototra avy eo mikaroka ny vahaolana no nataony. Fantatro tsara ny zava-misy eto, hoy hatrany izy ary matoa aho nanapa-kevitra ny ho kandida dia manana vahaolana mahomby ary tsara kokoa noho ny efa nampiharina teto ary hita fa nampiarin-doha ny toekarem-pirenena sy nanatsara ny fiainan’ny Malagasy nandritra ny 7 taona (2002 – 2009). Etsy an-kilan’izay tsy mahatoky ny fitondrana HVM ny mpamatsy vola sy ny ankamaroan’ireo mpiara-miombon’antoka noho ny gaboraraka sy ny kolikoly. Maro loatra ireo dosie nanaratsy endrika ny fitondrana tetezamita sy ny fitondrana Rajaonarimampianina toy ny trafikana boaderozy, sokatra, volamena sy ny asan-dahalo, fanondranana omby an-tsokosoko sy resaka fakana an-keriny mpandraharaha vahiny izay maro no mizaka ny zom-pirenena frantsay. Efa mazava fa i Marc Ravalomanana no atokisan’ireo mpamatsy vola sy mpiara-miombon’antoka ireo na tandrefana (Amerikanina, Frantsay, Alemana) io na tatsinanana (Sinoa, Japoney, Indianina, Aostralianina…) satria nilamina sy nirindra kokoa ny asa teto fony izy filoham-pirenena, ary nandritra ny naha sesitany aza dia tsy nitsahatra ny nifampiresaka tamin’ireo mpiara-miasa vahiny ireo izy.

“Tsy mampihetsi-bolo-maso ahy”

Momba ny fihaonanan’ny vondrona parlemantera Tim amin’ny Praiminisitra dia nambarany fa izahay ato amin’ny Tim dia samy manana ny andraikiny avy, misy hoy izy ny filohan’ny vondrona parlemantera ary izy no afa mahatapaka ny fanapahankevitra izay atao any. Raha misy dinika amin’ny praiministra dia miverina any izy. Tsara rehefa misy dinika, nanao ezaka be ny praiministra izay no tadiavina hoe hisian’ny fifampidinihana amin’ny lalàna mifehy ny fifidianana. Momba ny fanenjehan’ny fitondrana ny tenany dia nambarany fa sambatra izay henjehana noho ny fahamarinana. Tsy manao zavatra diso aho na kely aza, mandanjalanja tsara ny zavatra teneniko aho, hoy i Marc Ravalomanana. Raha romotra amiko ny minisitry ny serasera dia lazao azy fa tsy mampihetsi-bolomaso ahy izany na kely aza , tsy izy akory no hampihemotra ahy amin’ny zavatra ataoko. Ny olona atahorana no sakanana sy hanaovana antsojay, ary tena hampidi-kizo firenena fanindroany eto ny HVM amin’ny 2018 raha mikasa ny hanilika amin’ny fomba an-kolaka na mivantana an’i Marc Ravalomanana.

RTT

 

 

Midi Madagasikara118 partages

Notation Coface : Madagascar, toujours dans la catégorie des pays à risque

Les troubles politiques bloquent les investissements privés.

Même s’ils ne traduisent pas nécessairement les réalités économiques vécues dans les pays concernés, les classements des organismes de notation ont quand même des influences sur les décisions des détenteurs d’investissements directs étrangers à investir ou non dans une économie.

Avant 2016, Madagascar était placé par la notation COFACE à la classe C, c’est-dire, un pays à risque moyen. Par la suite, la Grande-île a été déclassée et était passée dans la classe D, c’est-à-dire dans la catégorie des pays à risque élevé pour les investissements. Depuis, aucune évolution n’a été constatée puisque d’après la dernière mise à jour de la COFACE, Madagascar reste dans la classe D. A l’origine de ce mauvais classement figure, toujours en premier lieu, l’instabilité politique qui est encore de mise à Madagascar.

Instabilité politique. Sur ce point, d’ailleurs, aussi bien les organismes de notation que les bailleurs de fonds considèrent toujours l’instabilité politique comme l’un des premiers blocages aux investissements directs étrangers. Le FMI estime, par exemple que l’approche des élections nationales prévues fin 2018 présente des risques pour l’amélioration récente des conditions politiques et économiques. « Il est fréquent que des groupes d’intérêts cherchent à tirer des gains financiers en exploitant le processus électoral et que le risque d’instabilité freine l’activité privée et affaiblisse la mise en œuvre des réformes, ce qui amène souvent à des dérapages budgétaires », note ce bailleur de fonds. En somme, si les autorités ne prennent pas les mesures nécessaires pour éviter les troubles préélectoraux ou postélectoraux, la confiance des investisseurs privés internationaux risque encore de manquer au rendez-vous.

Conférence des bailleurs. Et pourtant, cette confiance est en train de s’établir de nouveau. Surtout depuis la conférence des bailleurs et des investisseurs qui s’est tenue, il y a un an à Paris. On rappelle en effet que plus de 6 milliards USD d’engagements d’investissements ont été annoncés au cours de cette rencontre. Une partie de ces investissements sont actuellement en cours. Par ailleurs, malgré les risques, des grands investisseurs internationaux viennent quand même à Madagascar. A l’instar du géant minier australien Base Resources qui a récemment décidé d’investir 75 millions USD pour la mise en exploitation de l’ilménite de Toliara Sands. Bref, malgré de nombreux problèmes qui persistent, on peut encore garder espoir quant à la possibilité d’un développement économique tiré du dynamisme du secteur privé. Il reste à espérer que les ambitions politiques mal placées, aussi bien des tenants du régime que ceux de l’opposition ne puissent pas aboutir à une nouvelle crise qui pourrait, une fois de plus compromettre les acquis.

R.Edmond.

Midi Madagasikara108 partages

SAMVA : 7 Ar milliards de dettes impayées.

Les ordures s’empilent dans de nombreux quartiers d’Antananarivo.

Fin d’année difficile pour la SAMVA. En effet, outre la grève récente de son personnel, cet établissement public à caractère industriel et commercial est actuellement endetté. « Une créance qui est estimée à environ 7 milliards d’ariary » selon les dires de Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures lors d’un entretien avec des journalistes à Ambohidahy hier. Le ministre d’expliquer toutefois que les « dettes en question courent depuis l’ère de la Transition et que c’était à partir du mois de mai de cette année que la Samva n’a pas pu les payer aux créanciers ». Lui d’ajouter que le ministère essaye toutefois de négocier avec ces derniers (des propriétaires de camion qui parcourent la Ville des Mille pour ramasser les ordures) en ce qui est des modalités de paiement.

Solution. Lantoniaina Rasoloelison d’enchérir que le paiement des dettes se fera en fonction du budget du ministère, c’est-à-dire par paiement « goute à goutte jusqu’à épuisement de la somme ». Outre cette disposition, le ministère aurait apporté du changement dans la gestion des camions. «  Le paiement des camions de ramassage se fait désormais par tonnage des ordures collectés et non plus en fonction de leur nombre (pratique d’usage auparavant) » selon toujours les dires du ministre de l’eau. Il convient toutefois de noter que la SAMVA ne dispose pas de camion pour effectuer ces missions. Devant recourir à la location, l’établissement dépense environ 8.000 ar par tonne d’ordures si le poids total d’ordures journalier est estimé d’environ 2.000 tonnes. Endettement ou pas, la SAMVA est le premier responsable de la collecte des ordures dans la capitale malgache. Une tâche que l’organisme a du mal à mener à bien.

José Belalahy

L'express de Madagascar87 partages

Administration – Menace de grève au sein de la douane

Les employés de l’administration douanière menacent de tenir une grève. Ils ont déjà déposé un préavis, hier.

Le début de l’année 2018 risque de surchauffe. Une grève couve actuellement au sein de l’administration douanière. D’après une source avisée, le Syndicat des employés de la douane (Sempidou) tiendrait une grève de 48 heures à partir de mardi 8 janvier. Une lettre de préavis aurait même été déposée à la direction générale des douanes et du ministère des Finances et du budget (MFB), hier.Contacté, Herizo Andria­navalona Ramanambola, président de ce syndicat, confirme l’existence de cette lettre de préavis sans révéler le motif de ce mouvement social. Mais la reprise du dossier faisant l’objet d’une revendication au mois de juin et juillet n’était pas à écarter. Les membres de ce syndicat réclamaient le paiement des reliquats de prime, dont le montant était de 42 milliards ariary, comme l’a révélé, à l’époque, le ministère des Finances et du budget.Pour améliorer les recettes douanières et renflouer la caisse de l’État, les autorités avaient mis en place un système de motivation pour les agents de douane. Chaque employé de l’administration douanière, sans exception, du directeur général au simple employé, bénéficie de cet avantage exceptionnel. À part le non-paiement de cette prime depuis 2013, son mode de calcul fait aussi l’objet de discorde entre les douaniers grévistes et les autorités.

Plate forme de dialogueNon satisfaits des suites de leur revendication, les agents syndiqués du Sempidou sont entrés en grève illimitée en juin. Le mouvement a atteint son apogée. Le poumon de l’économie nationale était touché de plein fouet. Paralysées, les activités économiques tournaient au ralenti.  Le groupement de patronat du pays hausse ainsi  unanimement le ton face à la crise administrative et annonce des conséquences dramatiques. Même la société de la taille d’Ambatovy, censée avoir les reins solides, était menacée de fermeture.Après plusieurs jours de bras de fer, les douaniers ont décidé d’arrêter la grève et de reprendre leurs services. Une plateforme de dialogue, pour faciliter les discussions relatives aux droits et obligations des agents des douanes, a été mise en place.Avec cette menace de grève, la crise est loin d’être terminée au sein de la douane, alors que cette administration a enregistré une belle performance cette année. Entre janvier et novembre de cette année, elle a encaissé près de 1 827 milliards ariary de recette. Une seule journée d’arrêt des procédures de dédouanement peut coûter à l’État une perte de 6 milliards ariary.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara67 partages

Morondava : Deux personnes tuées dans deux accidents de moto

Accident à Morondava

La circulation en moto devient de plus en plus dangereuse dans la ville de Morondava. Jeudi 28 décembre, deux personnes ont perdu la vie dans deux accidents différents de deux roues . Dans le premier cas, une moto est entrée en collision avec un pousse-pousse à traction humaine. Lebtireur de pousse-pousse a été tué sur le coup. Dans le deuxième cas, une voiture 4×4 a percuté une moto montée par deux personnes. Résultats, l’un des deux motards, à savoir celui qui était au guidon, a perdu la vie. Le deuxième a été grièvement blessé. En général, la négligence dans le respect du code de la route notamment de la part des motards sont à l’origine de ce genre de drame. A cela s’ajoute l’inexistence des signalisations routières dont la mise en place relève des responsables de la mairie pour une commune urbaine comme Morondava où le renforcement de la police de la route est fortement souhaité surtout en cette période de fêtes. D’autant plus que Morondava constitue une destination touristique très prisée.

T.M.

Madagascar Tribune66 partages

Les canaux trop peu entretenus

La saison des pluies vient à peine de commencer que la capitale et ses environs se trouvent déjà sous les eaux. Après seulement quelques centimètres de précipitations, les eaux font disparaitre les chemins et autres routes, comme c’est le cas par exemple à Besarety ou Ambodin’Isory. Ce n’est que très récemment que des nettoyages et curages des différents canaux d’évacuation dans la capitale ont été effectués par l’exécutif de la Commune urbaine d’Antananarivo. En effet, le maire d’Antananarivo Lalao Ravalomanana et son conseiller spécial Marc Ravalomanana ont décidé de débuter le curage du canal d’Andriantany sous leur supervision. D’autres comme les jeunes HVM d’Antananarivo ont également entrepris des campagnes de nettoyage et ont décidé de commencer par le côté « La réunion kely » entre Anosibe et Ampefiloha, suivant le chemin de fer et le canal Andriantany. Suite à cela, le ministre de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement a interpellé le maire de la capitale en ce qui concerne les constructions illicites sur les canaux d’évacuation. Etant donné que ce sont ces constructions qui entrainent le plus les inondations selon le ministre, les dirigeants de la CUA ne devraient pas hésiter à procéder à la destruction de ces constructions. Selon un habitant de « La réunion kely », ce n’est que la deuxième fois seulement cette année que le canal est curé et nettoyé. Ce qui est le cas de la totalité des canaux d’évacuation dans la capitale. Le fait est que le schéma se répète chaque année sans que des mesures de prévention soient prises. Les responsables attendent la plupart du temps l’arrivée des pluies pour entreprendre des mesures d’urgence, devant le fait accomplie des inondations.

Midi Madagasikara58 partages

Hery Rajaonarimampianina : Dernier message de 31 décembre

Le président de la République Hery Rajaonarimampianina prononcera son traditionnel discours de fin d’année demain soir. Le contenu de ce discours est très attendu dans la mesure où nombreux sont ceux qui veulent connaître le message transmis par le chef de l’Etat en cette période où le pays connaît des difficultés en matière économique, sociale et sécuritaire. Pour bon nombre d’observateurs, ce serait le dernier discours de fin d’année du locataire d’Iavoloha s’il sera candidat à l’élection présidentielle de 2018.

Démission. L’article 46 alinéa 2 de la Constitution stipule que «  le président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin. » S’il est donc candidat et que si le 1er tour de la l’élection présidentielle aura lieu entre novembre et décembre 2018, Hery Rajaonarimampianina ne sera plus aux commandes du pays le 31 décembre 2018. Le nouveau président de la République ne sera investi que le 25 janvier 2019.

R. Eugène

Midi Madagasikara53 partages

Mananjary : Dimy lahy nanafika mpivarotra, zazavavy iray maty voatifitra

Nitrangana fanafihan-jiolahy mitam-piadiana nandatsahana ain’olona tsy manan-tsiny sy nahaverezana volabe indray tany Mananjary, afak’omaly alina. Mpivarotra iray ao amin’ny fokontany Anivorano, any amin’ny kaominina Ambanivohitra Tsiatosika,  no notafihana dimy lahy tsy nisaron-tava, ka voaroba tamin’izany ny vola mitentina iray tapitrisa Ariary, niampy entam-barotra maromaro izay zakan’ireo olon-dratsy. Maty tsy tra-drano novonoin’ireo jiolahy ihany koa ny zazavavy iray zanak’ity mpandraharaha voatafika ity. Araka ny fampitam-baovao voarainy tany ifotony, dia fantampantatr’ izy mivady ny iray tamin’ireto nahavanon-doza, satria mpividy entana ao amin’izy ireo ihany. Ny borigadin’ny Zandary ao Mananjary no mandray an-tànana ny raharaha sy manao ny fikarohana an’ireo olon-dratsy. Ny Kaominina Ambanivohitra Tsiatosika moa dia 32km miala ao Mananjary Renivohitra, amin’ny lalam-pirenena faha-11 raha hiazo ny distrikan’ i Nosy Varika iny.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara40 partages

Région Antsinanana : Une coopération à long terme pour améliorer la gouvernance locale

Les dirigeants locaux de la région Atsinanana en formation pour l’amélioration de la gouvernance locale

Grâce à sa coopération décentralisée avec la Région Normandie, les Communes de la Région Atsinanana figurent parmi les Collectivités territoriales décentralisées (CTD) ayant les plus d’avancées dans le pays, en termes de développement local.

 Toamasina mise sur le renforcement institutionnel et l’accompagnement de la structuration des politiques publiques, pour accélérer son processus de développement. Mise en œuvre depuis 2008, la coopération décentralisée entre la région Atsinanana et la région Normandie en France est axée sur ce volet. D’après les élus locales de Toamasina, cette coopération a déjà permis de nombreuses réalisations dans le domaine de la sécurité alimentaire, du développement de l’agriculture, du renforcement de capacités des jeunes et des dirigeants locaux, ainsi que d’autres activités culturelles touristiques, sanitaires, etc. « Nous travaillons maintenant sur la capacité dans l’élaboration du budget de programme, dont l’application sera bientôt obligatoire. Des séances de formations ont déjà été organisées dans ce cadre et nous pensons pouvoir appliquer ce mode de gestion financière », ont confié les maires de la région. En effet, toutes les CTD à Madagascar devraient appliquer le budget programme comme le dispose la loi 2014 – 020 et renforcé par l’arrêté interministériel N°24.328/2016 du 16 novembre 2016 sur son application à partir de 2018.

Périodiques. Les actions et les projets menés dans le cadre de la coopération décentralisée entre les deux régions ne concernent pas uniquement les dirigeants et les acteurs de l’économie, d’après les explications. Chaque année, un concours est également organisé pour les jeunes, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la Francophonie. Cette année, le 6e concours de plaidoiries lycéennes de la Région Atsinanana s’est tenu à Toamasina. Du harcèlement scolaire à l’exploitation des matières premières à Madagascar en passant par le réchauffement climatique et la famine dans le Sud… nombreux sont les sujets évoqués par les jeunes de la région, dans le cadre de ce concours. D’après la Région, il s’agit, non seulement, de mobiliser les collégiens et les lycéens pour les inciter à participer activement au développement de la Grande-île, mais également de favoriser la communication entre les dirigeants et les dirigés. Certes, de nombreuses activités harmonisées sont entreprises dans la coopération décentralisée des régions Atsinanana et Normandie, dont l’objectif principal est d’avoir une gouvernance efficiente pour le développement local. Cependant, comme beaucoup de projets prometteurs, les résultats restent à voir.

 Antsa R.

La Vérité30 partages

Interview - Père pedro

Né le 29 juin 1948, à San Martín, père Pedro OPEKA  est un religieux catholique lazariste, de parents d'origine slovène. Fondateur d'Akamasoa, il est connu pour le combat qu'il mène contre la pauvreté à Madagascar. Il est arrivé à dans la Grande Ile en 1970. Il s’agit d’une grande personnalité de l’année 2017. Par plusieurs actions, il a démontré sa volonté à mener son combat. Père Pedro, ce grand humaniste et grand ennemi  de la pauvreté nous raconte l’année 2017 en quelques lignes et partage une perspective pour 2018.

La Vérité (+) : Qu’est-ce qui a changé à Madagascar depuis votre arrivée en 1970 ?

Père Pedro (=) : Actuellement, c’est  l’indifférence qui prône, elle devient même une maladie contagieuse. Je ne suis plus dans le même pays. Je n’ai pas vu cela en 1970  quand j’étais conquis et attiré par la valeur « Soatoavina », la culture malgache « Fihavanana », la richesse du  savoir vivre ensemble du peuple Malgache. A mon arrivée, les valeurs de la culture malgache, la solidarité ont prédominé. Et cela m’a même fait décider à  demeurer dans ce pays et de se rallier avec ce peuple malgache. 

(+) : Sur le plan social, comment vous avez trouvé l’année 2017 ?

(=) : La pauvreté n’a pas cessé de persister, le centre Akamasao constitue un thermomètre pour mesurer le taux de pauvreté. Le nombre de personnes qui viennent pour bénéficier des aides ponctuelles témoigne cette  impécuniosité.  Cela se traduit par l’absence d’un grand effort soit communautaire,  national,  personnel. Toutefois, l’on est doté d’une intelligence, d’une volonté et notamment d’un esprit. L’engagement  pour le bien commun « Soa iombonana » est inexistant. Par ailleurs, l’année 2017 a été très positive pour Akamasoa, avec plus de logement construit que l’année dernière.  130 habitations au lieu d’une centaine ont été érigées dont 107 possèdent déjà de toits.  

(+) : La pauvreté se traduit par différentes formes, existe-t-il un cas qui vous a beaucoup bouleversé ?

(=) : Les raids des Dahalo à Ambohimahasoa et à Betafo. Ces bandits qui tuent et brûlent toute une famille.  Or, les voisins, ayant peur d’être tués, ont été impuissants à leur porter secours. Je me demande ainsi comment on est arrivé à cette méchanceté. Aucun nom ne peut la qualifier. Même les animaux ne tuent pas leurs petits. La perte de l’humanité se dévoile d’année en année. C’est dans une telle situation que les autorités et les élus les plus proches doivent être interpellés. Les églises, les associations humanitaires et la société civile et tous les Malgaches possèdent une importante responsabilité. Personnellement, je constate qu’il y a une fatalité. Les gens, ils disent « tsy hita ny atao », « on ne sait quoi faire ». Pourtant, cet acte de banditisme  n’a jamais existé avant et pourquoi maintenant des gens sont tués. Face à l’évolution, on peut l’éviter tout en combattant contre cette fatalité.  

(+) : Quel comportement doit-on adopter, ou que peut-on changer pour cette année à venir, afin d’arrêter cette calamité frappante à Madagascar ?

(=) : Il faut donner le courage de dénoncer les injustices, les impunités et traduire en justice ceux qui méprisent les biens communs et font les malversations de l’argent public. La lutte contre la corruption constitue également un combat à prioriser. Cette malhonnêteté  met fin au investissement et freine le développement. Le travail pour les jeunes en est la véritable conséquence. En outre, pour la semaine dernière, trois touristes m’ont informé qu’ils ont été arnaqués à l’Aéroport International  Ivato. Toutefois, cet endroit demeure la vitrine, le portail de la Grande île. C’est une honte pour le pays.  De plus, ces gens qui en demandent  davantage sont constitués par des salariés. Faites du bien, accomplissez le gratuitement sans attendre un retour. L’on est un citoyen et l’amour envers notre compatriote doit prôner. A Akamasoa, l’on ne quémande jamais, donc pas de corruption et c’est ainsi que l’on avance.

Propos recueillis par  KR.

 

Midi Madagasikara30 partages

2018 s’ouvre sur une période d’incertitude

L’année 2017 tire à sa fin et Madagascar continue sa lente descente aux enfers. N’en déplaise aux partisans du régime, les perspectives qu’ils dressent pour l’avenir ne s’appuient sur rien de sérieux et font grincer des dents une population qui endure avec stoïcisme les épreuves d’une vie difficile. C’est bien à la fin de ce quinquennat que le pays a fait partie du peloton de queue des nations les plus pauvres de la planète. Les observateurs étrangers évoquent à ce sujet leur incompréhension devant le cas malgache qui ne s’explique pas par l’existence d’une guerre civile. Le chiffre de 92% de taux de pauvreté avancé par les institutions internationales a été contredit par un ministre qui a soutenu qu’il est au contraire passé à 72%. Cette incohérence jette encore un discrédit plus important sur les assertions faites par l’équipe entourant l’actuel chef de l’Etat. Cette dernière est en ce moment en train de préparer activement la prochaine campagne présidentielle. Elle s’accroche fermement à son objectif de révision de la Constitution. Le projet de loi électorale que son équipe de juristes a préparé suscite un véritable débat dans la classe politique et chez les membres de la société civile. Le Premier ministre a entrouvert, avant-hier, la porte au dialogue, mais on ne sait pas quelle est la portée de l’annonce faite à cette occasion. On peut cependant mettre au crédit du régime le ton conciliant adopté et le fait qu’il a reçu les représentants des différents groupes parlementaires et ceux de la société civile. A partir de lundi, ce sont des mois d’incertitude qui vont commencer puisque 2018 est l’année de l’élection présidentielle. L’avenir n’est pas encore écrit et tout le monde espère que le processus électoral se déroulera tout à fait normalement.

2017, sur le plan international, a amené des changements majeurs. Ce fut l’année de l’arrivée de Donald Trump à la Maison blanche au grand dam d’une grande partie de la population américaine. Mais c’est aussi celle de l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la France. Ces deux événements majeurs ont totalement changé la conduite des affaires du monde. 2017 a vu aussi la défaite totale de DAESH au proche orient. Les djihadistes ont été défaits par les troupes de la coalition et ont dû quitter les territoires qu’ils avaient conquis en Syrie et en Irak. On parle maintenant de leur redéploiement en Afghanistan.

Donald Trump et Emmanuel Macron, deux figures marquantes de la politique mondiale. Leur arrivée à la présidence de leur pays a surpris les observateurs, car leur parcours en politique est atypique. Personne ne croyait que le roi de l’immobilier Donald Trump arriverait à évincer tous ses adversaires républicains lors des primaires et puis coiffer au poteau une Hilary Clinton déclarée favorite. Sa victoire a suscité l’indignation d’une grande partie de l’opinion américaine. Le locataire de la Maison blanche provoque l’hostilité de la majorité de la population à cause de ses positions clivantes. Les décisions qu’il a prises depuis son élection ont été à l’opposé de celles de son prédécesseur. Emmanuel Macron, quant à lui, a renversé tous les bastions de la politique française. Ce jeune président a su conquérir un électorat déçu par les politiciens traditionnels. A la surprise des analystes, il a réussi à séduire les Français en proposant un programme de réformes ambitieux. Il a fait un parcours sans faute depuis son élection et a imposé son image de jeune président dynamique tant sur le plan intérieur qu’à l’étranger.

2017 tire à sa fin et le bilan qu’on en dresse n’est pas très reluisant. Mais sans verser dans un pessimisme excessif, on ne peut qu’affirmer que 2018 s’ouvre sur une certaine incertitude. L’avenir du pays va se dessiner lors de cette élection présidentielle qui, espérons le, se tiendra dans le calme et la sérénité.

Patrice RABE

Midi Madagasikara27 partages

Foibe fitsaràna fiarakodia : Olona telo misandoka ho mpiasa, nadoboka am-ponja

Olona telo, izay misandoka ho mpiasan’ny Visite technique no voasambotra sy natolotra ny fitsaràna. Ny iray tamin’ireo dia vao tamin’iny herinandro nivalona iny, araka ny fanazavàna nentin’ny Tale Jeneraly eo anivon’ity Foibe Fitsaràna fiara ity, ny Jly Ratelo André. Manatona avy hatrany ireo olona mila raharaha ao amin’ity sampan-draharaha ity izy ireo ary milaza fa mahavita haingana ireo taratasy rehetra ilaina. Volabe no takian’izy ireo amin’izany. Tonga tany am-pototsofin’ny tompon’andraikitra izany asa ratsy izany ka nisy ny fepetra noraisina. Nahafahana nisambotra azy ireo. Fantatra moa dia nadoboka avy hatrany eny Antanimora ireto mpisoloky ireto miandry ny fotoam-pitsaràna azy.

Fanaovana tomban’ezaka sy jery todika tokoa izao faran’ny taona izao, ary tsy diso anjara tamin’izany ry zareo eo anivon’ny Foibe fitsaràna fiarakodia etsy Alarobia, izay nanatanteraka fiaraha-mikorana tamin’ireo mpiasa tetsy Alarobia omaly. Saika voateny sy voatondro molotra foana tokoa mantsy tamin’iny taona iny ity sampandraharaha iray eo ambany fiahian’ny zandarimariam-pirenena ity, noho ireo loza isan-karazany nahafaty olona niseholany tamin’ity taona ity. Nisy araka izany ny baiko napetraka, izay azo lazaina fa tanteraka amin’ny ankapobeny ary nahitam-bokata tokoa, araka ny fanazavàna nomen’ity tompon’andraikitra voalohany ity hatrany. Anisan’ireny ny fanadiovana sy fanamafisana ny ady amin’ny kolikoly sy ny hosoka ka izao nahatratrarana ireo mpisandoka ireo. Fa ao anatin’izany baiko izany koa ny fanatsaràna ny fitaovana sy fotodrafitrasa. Miisa 17 ireo asa goavana notanterahina tamin’ity taona ity, ary mbola misy ny eo andalam-pamitàna izany.

m.L

Midi Madagasikara26 partages

Pétanque- Mini Masters : Victoire expéditive de la bande à Nanah

Un super Nanah ! On ne l’’attendait pas du tout à ce mini Masters de pétanque. Mais Nanah a déjoué tous les pronostics en remportant haut la main la finale du mini Masters de Bemiray avec l’aide de Serge et Onja qu’il a réussi à remettre en confiance. Récit.

La finale du mini Masters de pétanque a rendu un verdict assez surprenant avec cette victoire de Serge, Nanah et Onja. Une victoire expéditive qui plus est devant des grands noms des boulistes malgaches avec Nanou, Pa et Lalaina, un transfuge du volley-ball mais qui a réussi sa reconversion. Du moins jusqu’à cette finale d’hier où il a été pris à la gorge par cette aisance déconcertante de Nanah face à Nanou qu’il s’était fait à l’idée de remporter un des scooters offerts aux finalistes malheureux. Mais au fil de la finale, il a réussi un vrai tour de force pour remporter au passage le billet Tana-La Réunion-Tana.

La partie se résumait en fait à des prouesses techniques de l’équipe de Nanah qui en trois mènes, était déjà devant sur le score de 7 à 2. Un cinglant 4+3 qui a fait douter Nanou et ses amis. Et la suite n’était qu’une succession de points avec Serge et Nanah en pointe et Onja aux tirs. Au bout, le résultat de 13 à 4 est perçu comme un camouflet pour le champion du monde Nanou qui ne s’attendait pas à cette correction.

Il avait pourtant tourné en ridicule Ravo, Seta et José qui commit l’irréparable en demie en se démarquant sur un point pourtant à son avantage puisque Nanou n’a qu’une boule alors qu’ils avaient encore 5 en main. Et devant le trio Nanou, Lalaina et Pa, cela ne pardonne pas puisqu’ils ont conclu en un rien de temps pour s’imposer par 13 à 5.

Dans l’autre demi-finale, Nanah et ses camarades ont battu Menja, Naina et Rock sur le score de 13 à 9. Une issue qui a mis du temps à se dessiner tant Rock avait fait illusion avant de sombrer sur les coups d’éclat de Nanah qui justifiait par la même occasion ses origines. Ce natif de Betafo s’offre donc au passage son premier baptême de l’air car le billet n’est pas convertible selon les explications du président de Bemiray. Un Eric Rakotondralambo aux anges car il a largement rempli son contrat. Mieux encore, il envisage dès l’année prochaine de franchir un autre palier en ouvrant le mini Masters aux joueurs étrangers.

Les étapes vont débuter au mois de juin et la grande finale aura lieu en août. Un calendrier qui n’est pas figé car tout dépend de la disponibilité des invités de marque qui pourraient être les champions français mais aussi les Malgaches vivant en Europe.

Au bout et Eric Rakotondralambo l’a dit, Bemiray tentera d’apporter sa part d’eau au moulin de cette discipline qui pourrait donner à Madagascar ses premières médailles olympiques. Et ce n’est pas rien. Notamment pour les sponsors qui misent sur une bonne visibilité.

Clément RABARY

Madagascar Tribune25 partages

Nomination d’ambassadeur pour 2018

Il s’agit de la énième fois que le ministère des Affaires étrangères annonce la nomination prochaine des ambassadeurs. Toutefois, le ministre des Affaires étrangères Henry Rabary-Njaka a annoncé que dans le « souci de promouvoir l’économie malgache », ces nominations viendront dans les prochains mois, soit au début de l’année prochaine. Ceci afin que les investisseurs aient des interlocuteurs directs. Une première nomination a d’ailleurs eu lieu lors du dernier conseil des ministres à savoir celle de Mireille Mialy Rakotomalala comme ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République de Madagascar auprès du Japon. Ces nominations étaient attendues depuis le début du mandat de Hery Rajaonarimampianina et n’arriveront finalement que vers la fin du régime. D’autre part, la raison évoquée pour enfin procéder à ces nominations selon laquelle il s’agit d’un impératif économique ouvre quelques interrogations. Le régime avait déjà identifié depuis le début de son mandat que la diplomatie servirait de locomotive à l’économie malgache à travers la mise en place d’une diplomatie économique. Aussi, Madagascar a pris part et a organisé plusieurs rendez-vous internationaux notamment en matière économique, pour ne citer que la conférence des bailleurs et des investisseurs ou encore le sommet de la francophonie sans qu’aucune nomination d’ambassadeur dans le but de servir d’interlocuteur direct ou du moins pour effectuer un suivi des résultats de ces rendez-vous internationaux. Idem en ce qui concerne les multiples déplacements du chef de l’Etat à l’étranger.

Un autre calcul

L’annonce et la concrétisation de ces nominations viseraient apparemment autre chose ou du moins plus que le renchérissement des relations économiques de la Grande île avec ses partenaires étrangers. Le fait est que les procédures d’abrogations d’ambassadeurs sont assez complexes et nécessitent du temps. Tout d’abord, le président de la République doit approuver les propositions émanant du ministère des Affaires étrangères (MAE) sauf dans le cas où le président lui-même décide de procéder à des nominations. Ensuite, le MAE doit envoyer une lettre au pays d’accréditation concernant une nomination prochaine d’ambassadeur. Le pays d’accréditation doit ensuite se prononcer soit en faveur soit contre la nomination dans quel cas un autre nom doit être proposé. Une fois l’accord obtenu, le décret de nomination passe en conseil des ministres et le nouvel ambassadeur est notifié de sa nomination. Outre cette longue procédure, une forte mobilisation financière est aussi nécessaire. En premier pour l’envoi en poste des nouveaux ambassadeurs et de leurs familles. Ainsi que la mise à disposition de crédit nécessaire aux droits et avantages des ambassadeurs nommés. L’intérêt de ces prochaines nominations serait uniquement la préservation de l’image de Madagascar et de nos relations en cas de crise post-électoral et dans l’intérêt du régime d’avoir encore des alliés en cas de défaite aux prochaines élections.

Midi Madagasikara23 partages

Coupure de salaires : Quid de la solidarité gouvernementale ?

Maharante Jean De Dieu est le seul membre du gouvernement à avoir osé défendre la cause du régime dans l’affaire de suspension de salaires des fonctionnaires « fantômes ». La ministre des Finances et du Budget reste introuvable. Or, on a appris au niveau des ministères que la décision de suspension ne correspond nullement aux listes que les directeurs des Ressources Humaines des ministères ont transmis à Antaninarenina. L’erreur a été donc commise au niveau s du ministère des Finances et du Budget. La balle est donc dans le camp de la ministre Vonintsalama Andriambololona qui devrait tenir une conférence de presse pour éclairer l’opinion publique s’il faut préserver la solidarité gouvernementale. Sinon, cette affaire serait interprétée par certains tenants du pouvoir comme une manœuvre politique visant à déstabiliser le régime en place. A noter qu’il n’y a que le ministère des Finances et du Budget qui s’occupe du paiement des soldes et des salaires des agents de l’Etat.

R.Eugène

Midi Madagasikara21 partages

Fêtes de la fin d’année : Mobilisation massive des Forces spéciales pour la sécurité

Comme ce qui s’est passé pendant la fête de la Nativité, les Forces de l’ordre veulent renforcer davantage la sécurisation des personnes et de leurs biens durant la fin d’année. « Actuellement, la plupart des éléments des Forces spéciales de la Gendarmerie (FIGN et GSIS) se trouvent déjà dans les zones réputées rouges comme Bongolava, Menabe, Ihorombe, Anosy, …) », fait entendre le Chef d’Escadron Herilalatiana, Andrinarisaona , Chef de service de la Comminucation auprès du Commandement de la  Gendarmerie nationale. D’après lui, la Gendarmerie a choisi, cette fois-ci, d’orienté davantage ses efforts dans la sécurisation des zones rurales. Quoiqu’il en soit, il ajoute que cela n’empêche la Gendarmerie de collaborer avec la Police nationale pour assurer la sécurité en ville. Des éléments destinés à cette opération et cela dans le cadre de l’OMC sont déjà prêts à intervenir en cas de besoin. Pour seulement de la région Analamanga, près des 3000 éléments seront mobilisés pendant le 31 décembre et le 1er janvier, annonce le Colonel Ravoavy Zafisambatra, commandant de Groupement d’Analamanga. La moitié de cet effectif sera déployée à Antananarivo et ses environs.  Malgré tout, le commandant de Groupement souligne que ce nombre ne vaut rien sans la collaboration de tous les habitants à travers la mise en place des comités de vigilance villageois ou Andrimasom-pokonolona qui devraient être actifs et prêts à prêter mains fortes aux forces de l’ordre.

T.M.

Midi Madagasikara18 partages

Ambatovy : Appui au transfert de gestion d’une zone forestière

Les représentants des COBA signant le contrat de transfert de gestion.

Ambatovy collabore étroitement avec les populations avoisinantes regroupées au sein des Communautés de base (COBA) dans ses actions pour la protection de l’environnement autour de son site minier, à Moramanga et à la gestion des ressources naturelles en dehors des zones de conservation. Ainsi, la compagnie appuie la mise en place du contrat de transfert de gestion à ces COBA, assure leur encadrement technique dans la réalisation de la gestion proprement dite de ces ressources naturelles et les soutient dans leurs activités génératrices de revenus, dans le but de réduire leur dépendance aux ressources forestières. Trois d’entre elles, toutes basées dans la Commune rurale d’Ambohibary, à savoir, « Ezaka sy Fandrosoana », « Miaro ny Tontolo Iainana », et

« Ambohimanarivo Ala Maintso », ont signé, en début du mois de décembre 2017, le contrat de transfert de gestion de plus de 1.600 ha au total, lequel contrat est renouvelé pour une durée de trois ans. A noter que deux autres COBA de la commune rurale Morarano Gare, Telomira et Velonaina, ont également renouvelé leur contrat de transfert de gestion cette année.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara17 partages

Fibaikoana ny Zandarimariam-pirenena : Lalao ara-pantanjahantena no nankalazana ny fetin’ny faran’ny taona

Ankoatra ireo hetsika maro samihafa, lalao ara-panatanjahan-tena no nentin’ny « Direction adiminstrative et financière » eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena étsy Betongolo nankalazana ny fetin’ny faran’ny taona 2017. Nisy araka izany ny lalao nifaninanan’ireo sampan-draharaha samihafa, ka notontosaina ny alakamisy 28 desambra tao amin’ny Toby Jeneraly Ramarolahy Philibert ao Betongolo ny lalao famaranana teo amin’ny taranja baolina kitra nolalaovin’olona 7 sy ny taranja basikety. Nibata ny amboara tamin’izany ny avy ao amin’ny « Service de denier »ho an’ny basikety. Ny avy ao amin’ny « Etablissement de Matériels Généraux » kosa ny tamin’ny baolina kitra. Nandritra ny fandraisam-pitenenana nataon’ny Jeneraly Kassimo Arona Besony, talen’ny fitantanan-draharaha sy ny ara-bola eo anivon’ny fibaikoana ny Zandarimariam-pirenena no nanambarany fa nosafidiana manokana ny fanatanjahantena tamin’ity indray mitoraka ity mba hitaizana ny Zandary ka hananan’izy ireo fahasalamana sy tanjaka hiatrehany ny asa sy ny andraikiny, dia ny fiarovana ny olona sy ny fananany ary ny Andrim-panjakana. Natao ihany koa izao mba hanamafisana orina ny fifankatiavana sy ny firahalahiana eo amin’ny samy mpiasa eo anivon’ity sampan-draharaha ity mba hipetraka hatrany ny maha miaramila azy ireo. Nofantenana nandritra izao fifaninanana ara-panatanjahan-tena izao ireo handrafitra ny ekipa hisolo tena ny « Direction Administrative et financière » amin’ny fifaninana amin’ny taona 2018.

T.M.

L'express de Madagascar16 partages

Air Madagascar – De nouvelles dessertes prévues

En marche. Le développement des dessertes figure parmi les priorités du business plan de la compagnie aérienne Air Madagascar. Dans ce sens, le document prévoit l’ouverture et la reprise des lignes aériennes vers les villes européennes comme Düsseldorf, Genève ou encore des pays comme l’Italie. Outre le ciel européen, Air Mada­gascar vise également l’Inde ainsi que l’Afrique Australe, dont des villes comme Maputo, Johannesburg. L’opération se fera, dans un premier temps, via La Réunion et puis une ligne directe depuis Antananarivo.L’ouverture de ces lignes ne se fera pas dans l’immédiat. Il faudrait encore attendre quelques années, c’est-à-dire la phase deux du partenariat, selon les explications de Besoa Razafimaharo, lors d’une rencontre avec la presse, la semaine dernière. À court terme, les dirigeants de la compagnie envisagent le renforcement du long courrier Antananarivo – Paris. L’augmentation de fréquence sur cette ligne est prévue en période de pointe à partir du mois de juillet 2018.Pour assurer la desserte de ces lignes, le renforcement de la flotte de la compagnie est de mise.

L.R.

L'express de Madagascar16 partages

« The final countdown »

Le compte à rebours commence, il ne reste plus que quelques heures avant de…faire les erreurs d’écriture des dates ! Eh oui, on le fera tous : au lieu d’écrire 2018, on écrira 2017. Petite plaisanterie de fin d’année pour entrer, sourire aux lèvres, dans une nouvelle phase. Il est de coutume de faire une rétrospective et de prendre, par la suite, de bonnes résolutions qui, généralement, se tiennent au maximum jusqu’à mi-février.Bien petite rétrospective alors. Soyons honnêtes, cela a été terrible pour la majorité des Malagasy. Depuis 2009, la chute est libre et libre à chacun d’étayer cette analyse par des faits concrets de la vie quotidienne. Nos dirigeants faisaient la sourde oreille jusqu’à ce que le Président lui-même nous demande de tenir bon et d’admettre indirectement qu’en fin de règne, il règne la misère et qu’enfin, le peuple à faim. En fin d’année, il n’y a finalement pas que le manque de pain.Pour ne pas trop utiliser le négatif et se projeter positive­ment dans l’avenir, on va lister quand même ce qui était présent durant 2017. On a, par exemple, eu droit à un retour vers le passé en vivant ce que le reste du monde a vécu, il y a une centaine d’années : la peste. Mieux, pas plus loin qu’il y a quelques semaines, nous avons eu l’immense privilège de revivre le Moyen-âge : l’avortement thérapeutique est maintenant illégal. On a également eu droit à de bonnes grosses inflations, l’augmentation de l’insécurité, des dépenses étatiques impensables mises sur la place publique. Finalement, le plus important, c’est des arrestations et des condamnations de défenseurs de droits de l’homme. Des ventres grognent, des portefeuilles crient famine, des enfants sont enlevés, des femmes mourront en couche. Un tableau pas très beau de 2017.Certes, de belles choses ont été faites et beaucoup diront de ne pas se laisser abattre, qu’il faut continuer, qu’il ne faut surtout pas être négatif et voir la vie en…bleu Mais il faut être réaliste, avoir la tête bien sur les épaules et refuser, désormais, de se résigner à attendre. C’est dans cette optique que nous formulons nos vœux pour la nouvelle année à venir. 2018 ne sera pas plus tendre que 2017. Il ne faut pas être devin pour le savoir, il faut être traître pour dire au peuple le contraire.Les enjeux de cette année à venir sont immenses. 2018 sera un tournant à ne pas rater pour la population et le pays. Une année électorale, du moins officiellement, qui décidera du devenir des Malgaches pour les cinq prochaines années. Pour autant, il faut encore se rendre à l’évidence car beaucoup avaient estimé, en 2013, que les élections seraient  la solution adéquate à nos errements. Cinq ans après, les résultats sont ce qu’ils sont aujourd’hui : une minorité continue d’écraser la majorité.Quoi qu’il en soit, souhaitons tout de même une nouvelle année pleine de bonnes choses à tous en mettant l’accent sur l’exigence. Un citoyen exigeant, une population exigeante. Un citoyen exigeant est un peuple qui demande redevabilité, de la transparence, une bonne gouvernance envers ses dirigeants. Un citoyen exigeant envers lui-même est un peuple qui prend son destin en main. Exigence dans toutes les petites choses de la vie du pays pourrait être la clé d’un nouveau départ. Très bonnes fêtes à tous, que Dieu nous garde.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara15 partages

Une série de promotions qui n’étonne pas

L’année 2017 se termine par une cascade de promotions au sein des forces de sécurité. Ce sont les piliers de la stabilité de l’Etat qui ont bénéficié d’un avancement en grade montrant ainsi leur importance aux yeux du régime. Cela s’est certainement fait dans la perspective de 2018, année où ces éléments armés joueront un rôle essentiel pour assurer cette stabilité tant vantée par le chef de l’Etat et le Premier ministre. Les félicitations et les remerciements des nouveaux promus se sont multipliés sur les réseaux sociaux.

Une série de promotions qui n’étonne pas

Cette série de promotions au sein de l’armée, de la gendarmerie et de la police n’étonne pas outre mesure. Tous les régimes qui se sont succédé ont toujours procédé ainsi. Ils ont toujours su ménager l’amour propre de ceux qui sont là pour assurer la sécurité des biens et des personnes et pour prévenir les troubles. Aujourd’hui cependant, ce rôle est plus important que jamais, car le contexte sociopolitique est délicat. Le régime doit tenir compte de la frustration d’une population confrontée à une précarité de plus en plus grande. Dans le même temps, il est comptable de la recrudescence de l’insécurité qui ruine tout son crédit. Le dialogue politique qu’il voudrait instaurer connaît de plus en plus de difficulté car ses interlocuteurs de l’opposition et de la société civile doutent de sa sincérité. Le contexte sociopolitique s’annonce donc incertain à l’orée de cette nouvelle année. Toutes ces promotions permettent au régime de s’assurer un appui certain des responsables des forces de sécurité. Pour le moment, il n’y a pas de signes avant coureur de troubles, mais on ne peut jurer de rien, car les Malgaches savent endurer les épreuves, mais ils n’oublient pas ce qu’ils ont subi. La campagne présidentielle va bientôt commencer et les candidats potentiels ne manquent pas. Ceux qui seront qualifiés ne manqueront d’égratigner l’actuel chef de l’Etat et de parler de son bilan. La situation sera certainement tendue. C’est donc à raison que le régime ne veut pas se mettre à dos ces forces de sécurité.

Patrice RABE

Midi Madagasikara13 partages

Omnisports : 33.100.000 Ariary de primes pour les médaillés

Le président de la République et les champions du monde juniors de pétanque. (Kelly).

Tout est bien qui finit bien. 2017 est sans doute à marquer d’une pierre blanche pour le sport malgache. Le drapeau tricolore était à l’honneur dans les rendez-vous sportifs majeurs que ce soit au niveau régional, continental ou international. L’heure est maintenant à la récompense. Après les efforts, le réconfort. Les sportifs médaillés de cette saison 2017 ont reçu leur prime de reconnaissance hier au Palais d’Iavoloha. Une prime à hauteur de 33.100.000 Ariary a été remise à une cinquantaine de sportifs répartis dans neuf disciplines. « Les sportifs malgaches étaient à l’honneur cette année. J’ai décidé de vous recevoir en cette fin d’année car il ne faut pas attendre 2018 pour vous primer. Ces résultats sont le fruit de vos efforts. Comme on dit, le sport est l’image de la nation, vos performances sont le reflet de ce qui se passe au pays » a expliqué le chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina. La pétanque, c’est la discipline où la Grande Ile excelle. Cette année, les hommes, les dames et les juniors ont été tous médaillés. Les juniors formés par les Fitahiana Andriamanda, Fifaliana Tendry, Jean François Rakotondrainibe et Anjarasoa Ravohitrarivo ont été sacrés champions du monde, le 7 novembre à Kaihua en Chine. Ils ont reçu respectivement 2 millions d’Ariary. Les dames engagées à cette compétition se sont parées de la médaille d’argent. Pour leur part, les hommes ont triomphé aux Championnats d’Afrique en Tunisie en septembre dernier. Toutoune et consorts ont remporté le titre continental, une manière pour les Malgaches de justifier leur statut de « maîtres » de cette discipline. En parallèle, avec ce championnat d’Afrique triplette, Toutoune a remporté le titre en tirs de précision. Toujours sur la scène continentale, l’haltérophilie a pesé de tout son poids avec les titres de champions d’Afrique, tout comme les jeux d’Echecs. Aux Jeux de la Francophonie d’Abidjan, la Grande Ile avait remporté trois médailles dont une en argent en lutte et deux en bronze pour le judo. Dans les disciplines collectives, le basket-ball a renoué avec le podium continental avec la troisième place à Lomé au Championnat d’Afrique FIBA 3 x 3, le rugby à VII avec la médaille de bronze en Ouganda. « L’Etat a fait le nécessaire pour que vous puissiez participer à ces compétitions. Nous allons continuer sur cette lancée en 2018 avec les Jeux de la CJSOI à Djibouti, les Jeux Africains de la Jeunesse et les Jeux Olympiques de la Jeunesse », a annoncé le numéro Un du sport malgache, Jean Anicet Andriamosarisoa. Début 2018, tous ces champions recevront la médaille du mérite de sportif.

 T.H

Midi Madagasikara12 partages

ONE : 58 permis environnementaux délivrés cette année

En application de la Charte d’accès à l’information, l’Office National pour l’Environnement (ONE) veut jouer la transparence en publiant les 58 permis environnementaux qu’il a octroyés cette année. Parmi lesquels, 27 permis ont été délivrés durant le second semestre de l’année. Certains opérateurs ont effectué une mise en conformité de leurs unités de production vis-à-vis de la législation environnementale. Cela porte entre autres sur, la production d’eau minérale à Ankazobe, la confection de textile dans la partie d’Atsimondrano et de la production de gaz à Toamasina. Une mise en conformité de l’unité d’exportation de poissons d’ornementation dans la région de DIANA, de l’exploitation d’un site éco-touristique à Nosy-Be et d’un abattoir de poulet à Anosimanjaka, n’est pas en reste. Par contre, d’autres opérateurs ont demandé un permis environnemental relatif à l’extension de leurs activités.

Infrastructure routière. Il s’agit notamment de l’extension de l’exploitation minière à Andranomavo Mananjary et de l’extension de l’exploitation de concombre de mer dans la région Atsimo-Andrefana. Par ailleurs, des promoteurs de projets se sont soumis à une étude d’impact environnemental pour pouvoir les mettre en œuvre. On peut citer, entre autres, le ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement qui a lancé trois projets concernant les infrastructures routières. Le premier projet constitue la construction de la rocade reliant l’axe Nord-Est et Est d’Antananarivo. Le 2e projet porte sur la réhabilitation de la route RNT 12 A desservant Taolagnaro et Vaingandrano tandis que le 3e projet concerne la réhabilitation de la route RNT 13 reliant Taolagnaro et Amboasary.

Secteur industriel. Au niveau du secteur minier, il y a deux projets d’exploitation de graphite à Brickaville et à Toamasina II par deux promoteurs différents et un projet d’exploitation de saphir et de corindon par un opérateur malgache à Ilakaka. Deux autres opérateurs ont également eu un permis environnemental leur permettant de lancer leurs projets d’exploitation aurifère à Malaimbandy Miandrivazo et à Vohilava Mananjary. Un projet d’exploration de calcaire à Soalara dans le district de Toaliara II dans la région Atsimo-Andrefana ainsi que des projets d’exploitation de carrière à Toamasina et à Antsiranana peuvent être également menés après la délivrance d’un permis environnemental par l’ONE. Parlant du secteur industriel, il n’y a que deux projets, la création d’une unité de transformation de légumes à Antsirabe et la mise en place d’une unité de confection de textile à Ambohimahitsy.

Navalona R. 

Midi Madagasikara11 partages

Mise à jour des listes électorales : Donner plus de latitude aux « Fokontany »

Donner plus de latitude aux « Fokontany » au niveau de la confection, de la mise à jour et de la vérification des listes électorales, c’est ce que souhaite vivement l’association « Gasikara Maitso » dont le secrétaire général n’est autre que Roméo Razafindrasata. En effet, et selon le décret n°2009-890 du 2 juillet 2009 fixant l’organisation, le fonctionnement et les attributions des Fokontany, ces derniers demeurent des subordinations administratives, sous tutelle des circonscriptions administratives, en l’occurrence des districts. Par conséquent, et nous ne sommes pas sans savoir qu’ils sont généralement alimentés par l’Etat central, avec les conséquences inhérentes : aucune indépendance ni administrative ni financière. Sur ce point et en rapport avec les élections en général, et les listes électorales en particulier, l’association Gasikara Maitso, avance la proposition selon laquelle chaque « Fokontany » devrait effectuer une assemblée générale pour être à même de booster les sensibilisations relatives à l’inscription sur les listes électorales. « Les sensibilisations font défaut. Ce n’est pas effectif », affirme Roméo Razafindrasata, avant de poursuivre que « c’est seulement à travers cette voie que l’on pourrait sensibiliser au mieux les citoyens ».

Effectivement, selon le même décret, la tenue et la présence aux assemblées générales des « Fokontany » sont bel et bien obligatoires. Sauf qu’actuellement, peu de citoyens s’y intéressent. La plupart y dépêchent des représentants. Faut-il rappeler que la lutte pour l’autonomisation des « Fokontany » ne date pas d’aujourd’hui. La plus connue est celle du défunt Ratsimandrava Richard qui a mis en avant la « doctrine du Fokontany ». Nonobstant la non-réalisation de cette doctrine due à sa mort , les débats y afférents sont loin de tomber aux oubliettes. Et pire, les « Fokontany » sont devenus des leitmotivs de propagande au même titre que la décentralisation.

Aina Bovel

Midi Madagasikara11 partages

Nuit de la Saint-Sylvestre : Les stars de 2017 sous les feux des projecteurs !

Un cocktail qui ne peut qu’être explosif ! Prenez Arnaah, ajoutez Stéphanie et Rakroots. Et pour que le tout soit parfait, appelez Ndondolah Lucia en renfort… Pour la soirée de la Saint-Sylvestre, M.Production a décidé de réunir quatre des artistes qui ont marqué 2017 sur la scène du CCI Ivato. Une belle brochette qui plaira sans aucun doute à tous ceux qui aimeraient accueillir la nouvelle année dans la joie et dans une ambiance diversifiée et au goût de tout le monde. Demain soir, les gens vont bouger au rythme du registre « tropical urbain » d’Arnaah qui a fait d’elle l’une des ambianceuses les plus suivies du moment, avec de sérieux arguments plastiques. Avec sa jolie frimousse et bien sûr son talent, Stéphanie va elle aussi faire monter la température avec ses plus grands tubes. Sur un petit piédestal depuis un certain temps, Rakroots est l’un des artistes masculins les plus sollicités du moment. C’est donc une chance de l’avoir au micro ce soir. Accompagnée de sa nouvelle complice Lucia et parfois de Miora, la kopi kole Tahiry, Ndondolah va interpréter un répertoire très éclectique, composé des anciens succès ayant fait la renommée du groupe, mais aussi de nouveaux morceaux. Le menu ne sera pas moins festif et diversifié.Mahetsaka

Midi Madagasikara10 partages

Société civile à Mahazoarivo : Le code électoral discuté

Dans le cadre de l’amélioration du code électoral, le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana a reçu les représentants de la société civile, hier matin, à Mahazoarivo. Selon le communiqué émanant de la Primature, un des buts de cette rencontre est de coordonner le code électoral avec la Constitution  et ce, afin qu’il y ait l’adhésion de tous ou du moins d’une large majorité dans cette « retouche » des textes électoraux. D’ailleurs, l’objectif final est qu’il n’y ait pas de troubles, lors des prochaines échéances électorales.

Consultations. Toujours d’après le communiqué, l’on va procéder à une concertation sur le plan technique concernant ce code électoral, à partir du 8 janvier 2018. Par la suite, il y aurait des consultations au niveau des partis politiques et de toutes les autres parties prenantes aux élections, et ce, afin d’avoir des propositions acceptées par tous. Ce n’est qu’après qu’elles seront transmises à l’Assemblée nationale. En principe, toutes ces démarches seront bouclées, avant la fin du mois de janvier 2018. Notons que le groupe parlementaire TIM aurait dû être reçu par le chef de gouvernement, hier, mais finalement cela n’a pas eu lieu.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara8 partages

Spectacle de magie : De l’illusionnisme avec Max à l’HDA

De la magie pour les fêtes ! Ce 31 décembre, Max, un jeune illusionniste français va émerveiller les noctambules.  Alliant à la fois dextérité et originalité, le magicien a plus d’un tour dans son sac pour bluffer l’assistance. Pour donner plus de sens au spectacle, le public est d’ailleurs invité à participer puisque le jeune homme va faire ses tours entre la scène et les tables des convives. Une animation de danse complètera le tout pour faire de la St-Sylvestre une nuit magique et spectaculaire. Côté décor, Le Point d’Exclamation a été conçu pour accueillir différents types de spectacle. Un endroit convivial qui met en avant les événements culturels dans le but de divertir un large public. Le rendez-vous où il faut être  pour ceux qui voudraient marquer la fin de l’année dans la joie et l’émerveillement.Mahetsaka

Midi Madagasikara5 partages

Art visuel : Les dix finalistes de Paritana sont connus

A quelques jours du nouvel an, la liste des finalistes du concours d’art contemporain Paritana vient d’être dévoilée. 10 nominés parmi lesquels trois seront retenus pour le Prix Paritana,  le Prix d’aide à la création et la dotation matérielle.

Un sculpteur, deux photographes, deux peintres, une plasticienne, deux dessinateurs et deux bédéistes ont été retenus pour la grande finale du concours d’art contemporain Paritana. Si les prix seront décernés vers la fin du mois de janvier, les œuvres de ces artistes feront l’objet d’une exposition du 12 au 23 février à l’Institut français de Madagascar.

La dotation du 1er prix est une résidence internationale de 3 mois à la Cité internationale des Arts à Paris. Elle est suivie d’une exposition dans ce même lieu et est accompagnée d’une table ronde avec des professionnels du milieu de l’art. Les 2e et 3e prix de soutien aux artistes, soutenus par l’Organisation Internationale de la Francophonie, seront également décernés. La sélection sera effectuée par  l’initiateur du projet, Eric Dereumaux, qui sera suivi d’un jury de professionnels.

Eric Dereumaux, étant un galériste,  travaille dans le mode de l’art depuis plus de 20 ans. Il a fondé Artcom, 1re revue d’art contemporain en France en 1995 et est également auteur et éditeur du Cd-Rom L’art contemporain français en 1999. En 2010, il est l’initiateur du générateur comprenant notamment des résidences d’artistes venus de différents pays.

Liste des finalistes au concours d’art contemporain Paritana

Andriamialison Njaratiana Antonio, Donn (peinture-sculpture)Andriamiarintsoa Fabio Thierry (photographie)Andriantsialonina Eric, DWA (BD)Nary Arthur (dessin)Raherinjatovo Richianny (dessin)Rajaobelina Liva Marc (BD)Rajerisaona Jean, Jerwy (peinture numerique)Ramerison Cadillac Ines (plasticienne)Rasamuel Mahefamamy (peinture)Razafindrakoto Mamy Nirina, TangalaMamy (photographie)

Maharindra

Midi Madagasikara5 partages

JUDO /Coupe de Madagascar : Un demi-millier de judokas à Toliara

La coupe de Madagascar, un autre événement en judo en plus du sommet national, s’est tenue depuis deux jours à Toliara entre deux fêtes.

A raisonner par les chiffres, 495 judokas soit presque un demi-millier de personnes seront montés sur le tatami à Toliara. Les dames sont en surnombre avec 262 représentantes contre 233 côté masculin. Quant aux catégories d’âge, il y aura 108 poussins, 59 benjamins, 64 minimes, 130 cadets, 71 juniors et 63 seniors. Ces chiffres dénotent du manque de motivation des seniors quant aux compétitions. Cette coupe de Madagascar ne verra pas de compétition de kata. Mais il y eut quand même un passage de grade. Quant aux participants, force est d’admettre que le judo se vit en famille avec les nouveaux champions Ralevazaha, sur la trace des Naina Cécilia Maréchal, Rasoanaivo Razafy Laura qui emboîte le pas de son champion de papa, ou encore les frères et sœurs Andriamifehy. Sans oublier les Niando, Quintano, Ramanoelina ! Une passion pour le judo qui se transmet de génération en génération.

Anny Andrianaivonirina

Tia Tanindranaza4 partages

Polisy ao AntsirananaMisy terena hiambina karana

Fampitam-baovao avy amina raim-pianakaviana iray manana zanaka polisy miana-draharaha any Antsiranana no naharaisana fitarainana mikasika ny zava-manjo sy fanararaotana ireo mpitandro ny filaminana ambany grady sasany any an-toerana.

 

News Mada3 partages

Énergie domestique : le prix du charbon de bois repart à la hausse

En l’espace de deux mois, le prix du charbon affiche de nouveau une hausse de l’ordre de plus de 25%. Depuis jeudi dernier, un sac de charbon ne s’obtient plus qu’à 25 000 ariary, contre 18 000 ariary le mois dernier.

«Notre consommation quotidienne de 6 000 ariary n’est plus suffisante. On a dû monter jusqu’à 8 000 ariary pour notre besoin journalier », a affirmé hier une gargotière du côté du marché de Soamanatombo, à Anosy.

Les explications fournies par les détaillants sont toujours les mêmes. D’abord, le mauvais temps qui accélère la dégradation rapide des routes secondaires et qui dans ce sens revoit également à la hausse de la consommation de carburant au niveau des camionneurs.  Quant aux producteurs, ils ont connu des difficultés à cause de l’humidité ambiante. Ce qui fait que des coûts supplémentaires sont imputés au prix de revient du charbon.

Toutefois, il convient de noter que les acteurs intervenant dans cette filière prennent des marges bénéficiaires exorbitantes. En effet, rien que le long de la RN2, à une soixantaine de kilomètres de la capitale, un sac de charbon s’obtient entre 8 000 et 10 000 ariary, pour être vendu plus tard au détail, actuellement, à 25 000 ariary, soit une marge bénéficiaire de plus de 200% au profit des collecteurs, des grossistes et des détaillants.

Sera R.

 

Midi Madagasikara3 partages

Tsaratanana : Raikitra ny fifandonana teo amin’ny dahalo sy ny mpanaradia

Tsy mitsitsy mihitsy ny mpitandro ny filaminana any amin’ny kaominina  Bekapaika, amin’ny fampandriana fahalemana ny tany sy ady amin’ny asan-jiolahy. Nahazoam-bokatra ny hetsika nataon’ny Zandary tamin’ny fiandohan’ny volana desambra, raha ny fanazavana azo avy amin’Atoa Zanelisy Armand, lehiben’ny vondron-tobim-pileovan’ny Zandarimaria ato Betsiboka. Nisehoana asan-dahalo tao amin’ny tanàna antsoina hoe Matsitso, fokontany Matsitso, Kaominina Ambohimiarina, disitrikan’i Tsaratanàna, ny 20 desambra lasa teo, tokony ho tamin’ny 05 ora hariva.  Vao lasa ireo malaso nanafika  ireo, niantso an-telefaonina sy nampandre ny mpitandro ny filaminana avy ao Bekapaika malaky ny mponina  tany an-toerana. Niaingy avy hatrany ny fanarahan-dia nataon’ny mpitandro ny filaminana notarihan’ny leheben’ny Zandary ao Bekapaika, niampy ireo fokonolona. Tsy lasa lavitra ireo dahalo ireo fa vao niala kilaometatra  vitsy monja ny tanàna, tafiditra tanaty ala iray antsoina hoe Mamolaka, dia efa tratran’ireo mpanara-dia. Raikitra ny fifandonana ary naharitra ihany izany, satria nanana fitaovam-piadiana koa ireo malaso. Raha fanazavana azo avy amin’ny lehiben’ny Zandary eto Betsiboka ihany , dia nirifatra nitsoaka ireo dahalo, ary navelany teo ny omby 210. Raha ny fanampim-baovao hatrany, dia nilamidamina ny halatra omby tato ho ato any any amin’iny disitrikan’i Tsaratanàna iny satria miasa andro aman’alina mantsy ireo mpitandro ny filaminana amin’ny fisafoana sy ny fijerena ireny toerana kizo ireny.

Ratantely

News Mada2 partages

FJKM Ambohimamory : sokafana ny faha-150 taona

Hetsika roa sosona ! Vokatra ho famaranana ny taona 2017, andaniny, fanokafana ny faha-150 taona, ankilany. Hiavaka ny hanakatonan’ny FJKM Ambohimamory Malala Orimbato ny taona 2017 sy hiarahabana ny taona 2018. Rahampitso manomboka amin’ny 8 ora alina ka ho mandra-maraina, vavaka, fiderana an’Andriamanitra. Ao ihany koa ny fifaninanan-kira sy fanomezana mari-pankasitrahana ho an’ireo izay nandray anjara. Hetsika karakarain’ny Asa Fitoriana ny Filazantsara (AFF) sy ny komity faha-150 taona.

Ny maraina kosa, hditra amin’ny 8 ora ny fiangonana. Hitarika ny fotoana ny mpitandrina Randriamanantenasoa Martin. Ny mpitandrina Dr. Randriamampionona Alfred kosa no hitory ny tenin’Andriamanitra. Marihina fa ny fanitarana sy ny fanavaozana ny fiangonana no tsangambaton’ny faha-150 taona. Teny faneva kosa ny « Indro havaoziko ny zava-drehetra » Apok 21:5.

Fantatra fa manomboka anio tolakandro ny fandraisana ny vokatra. Mitohy rahampitso izany. Fotoana izay handraisana ny rakitsoa sy ireo mari-pahatsiarovana ny faha-150 taona rahateo.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

L'express de Madagascar2 partages

Farany tsy manam-pahatamperana

1970, 1971, 1972, 1973, 1974, 1975, 1976, 1977, 1978, 1979, 1980, 1981, 1982, 1983, 1984, 1985, 1986, 1987, 1988, 1989, 1990, 1991, 1992, 1993, 1994, 1995, 1996, 1997, 1998, 1999, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018.Tsy noheveriko mihitsy ho fohy tanisaina tahaka izay ny fiainako lasa. Antitra sa Tanora, efa antitra sa mbola tanora, andalana vitsy foana mamehy azy. Ampy sa fohy. Tsinona. Izaho.Anefa raha mbola hotohizana, ho ampiana, tahaka io andalana vitsy io fotsiny sisa ny ambiny rehetra, mbola hiady varotra aho, ho tovanana kely : 2019, 2020, 2021, 2022, 2023, 2024, 2025, 2026, 2027, 2028, 2029, 2030, 2031, 2032, 2033, 2034, 2035, 2036, 2037, 2038, 2039, 2040… Impitopolokelifitopolo…Vitsy sahady hay ny andalana mbola hiainako mihoatra amin’izay efa lany tsy hiverenana intsony.Tsy hiadim-barotra loatra intsony, na maro aza ny ody faty. Taom-baovao, hifampirariana, hifampitsofan-drano, saingy fotoana tsy hay oviana amin’ilay tsy mba mifamotoana.«Hiara-hiana ny andro androany, Ho toy ny andro farany, Hiara higoka izay tena mamy, Mandra-paha-lefy ny farany, Isaky ny andro izay mifoha, Mety ho farany io fa tadidio, Ka ataovy andro feno soa, Ho fahatamperana ny anio», hoy ny hiran’i Dadah tarika Mahaleo. Satria tsy misy ny doria.Ny finiavantsika hanao veloma ny taona lasa, hiarahaba ny taona ho avy, hiantsa ny arivo taona mbola hihaonana, dia tampi-maso amin’ny fepetra maha-olombelona. Ahoana moa, hoy ilay, andalana, miverina ombieny ombieny, rehefa hanatitra ny havana na sakaiza hiala amin’ny varavaran-kazo ka hiditra amin’ny varavaram-bato : «miloloha lanitra ka tsy maintsy lena, mandia tany ka tsy maintsy solafaka». Isika.Fohy tanisaina isika natera-behivavy. Satria natera-behivavy avokoa. Zaza, tanora, lehibe, antitra, efa ho faty.2041, 2042, 2043, 2044, 2045, 2046, 2047, 2048, 2049, 2050… Ampy izay…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada1 partages

pérégrinations hebdomadaires : finir l’année en éclats de rire

Même avec ironie on ne trouve que rares occasions à rire de bon cœur et encore moins à sourire en finesse. Le plus souvent quand nos « élites responsables » dévient c’est avec tant de grossièreté que mêmes les gros rires se bloquent. On ne va quand- même pas terminer 2017 de la sorte, et afficher en cette période une gueule de travers Si d’aventure rien ne prête vraiment à rire, faisons en un remède façon Coué.

Docteur retard et tisane laxative

Comme si la population avait tendance à travailler avec excès, en cette fin 2017 le pouvoir a anticipé et pris la décision, que 2018 aura à peine commencé  qu’il faut en casser le rythme : le 10 Janvier est décrété jour férié.

La population a traversé en cette année 2017 une période plus stressante que d’autres : outre le phénomène d’insécurité avec toutes sortes de manifestations les unes plus horribles que les autres, outre les difficultés matérielles qui rivalisent à s’amplifier et à prendre à la gorge une partie grandissante de la population, ne voilà-t-il pas que sont apparus des cas de peste avec la menace d’exploser en épidémie. Impuissant à stopper l’escalade du climat d’insécurité, incapable de soulager de la situation de misère la majeure partie de la population, malgré le retard à la réaction, le pouvoir se croit devoir frapper un grand coup contre la peste. Le manque d’hygiène constituant une condition favorable à la transmission de cette maladie, dans le pays l’hygiène publique n’étant pas un point fort, c’est à cette faiblesse que s’attaque le gouvernement. La disposition adoptée se veut spectaculaire : décréter un jour férié pour nettoyer l’environnement de vie. Vider l’océan avec un godet !

Si les gens n’en rigolent pas, c’est qu’une fois de plus on aurait réussi à les leurrer, en leur faisant avaler que l’on guérit la grippe simplement en essuyant la morve qui coule du nez. Bon nombre de personnes, vivant dans des milieux malsains, ignorent ce que sont les vraies conditions d’hygiène. Les défaillances des services de voirie, à enlever régulièrement les ordures, à assurer l’écoulement des eaux, méritent que l’on y consacre les premiers efforts. Le 10 Janvier 2018 risque de faire date, une vaste fumisterie qui ne ferait qu’entretenir la médiocrité d’appréciation de ce qu’est l’hygiène. Bien sûr qu’il faut commencer par un bout, ce bout là consiste à avoir le courage d’avouer que les pouvoirs publics ont failli à leurs obligations basiques. A l’inverse ce 10 Janvier semble vouloir culpabiliser la population, comme si elle se complaisait à vivre dans la boue et les détritus, comme si il suffisait que chacun balaie devants sa porte pour que s’installe un environnement idéal.

Le tout spectacle méthode pour masquer la réalité

La situation s’enlise dans un état piteux, on la déplore encore davantage du fait que les acteurs donnent une impression de sincérité, s’imaginant génies d’avoir initié des entreprises aussi minables que coupables. Déchargés de tout complexe c’est avec acharnement que les hauts responsables défendent becs et ongles la révision de l’article de constitution qui fait obligation de démissionner à un président en poste s’il présente une candidature pour se succéder à lui-même. Cette disposition, à l’égal de tant d’autres, peut prêter à débat, mais comment oser prétendre que l’annulation de cette disposition relève d’une nécessité suprême, et qu’il y va plus d’une raison d’Etat que d’un intérêt égoïste partisan. La sincérité est mouvante. L’objectivité, elle, n’a cure ni des gesticulations ni des arguments spécieux. L’opinion dans cette affaire penche à se faire une perception objective, et à donner peu de chance au OUI de l’emporter s’il y a référendum.

Si la population a peu d’occasion de rire, elle se console de voir qu’elle n’est pas seule dans ce cas, les gens au pouvoir eux-mêmes, malgré les « extras » qu’ils s’autorisent, ont les mâchoires serrées en raison d’une grande fébrilité. Ils ont amorcé un an à l’avance la campagne présidentielle, mais les échos en retour rapportent que la mayonnaise ne prend pas. Le Président a alors montré une mine apitoyée solidaire aux miséreux  dont la gouvernance ne parvient pas à soulager ni les affres ni les souffrances. Seulement il ne peut trop en faire. La moindre compassion exprime l’inverse des bilans que rapportent les membres gouvernement et contredit la satisfaction pour les résultats qu’il se délecte à rapporter dans « ses rendez-vous avec le peuple ». On s’attendrirait presque sur une bonhomie qui ne l’aide pas à percevoir le décalage entre d’une part ses assertions doublées de suffisance et d’autre part le sentiment opposé qu’exprime la population à vivre des résultats de plus en plus inconvenants sur le quotidien. Au-delà de cet attendrissement par pitié, les gens attendent avant tout que viennent les élections, nombreux promettent de faire le tri pour séparer de l’ivraie les bons grains, même si l’opinion reste dubitative quant à l’existence, l’apparition et la possibilité pour de bons éléments de se démarquer.

Le souhait qu’ensemble on formulerait en toute objectivité, c’est que 2018 éclaire l’esprit de la population, le reste ira en harmonie.

Léo Raz

 

News Mada1 partages

Hahazo anarana anio na rahampitso… : ho tsenain’ny rivodoza ny taona vaovao

 Mananontanona ny rivodoza. Efa ao amin’ny 2.000 km miala atsinanan’ny Nosy ny misy ilay andian-drahona mety hivadika ho rivodoza. Hikija ny orana ny sasakalin’ny faran’ny taona sy ny taom-baovao.

Vao miandoha ny taona dia hanafika ny rivodoza. Vinavinain’ny mpamantatra ny toetr’andro hivadika ho rivodoza ary hahazo anarana anio na rahampitso ilay andian-drahona matevina ao amin’ny ranomasimbe Indianina.

Omaly, raha ny tazana tamin’ny zanabolana, tany amin’ny 2.000 km miala an’i Madagasikara no nisy ilay andian-drahona matevina. Etsy andaniny, misy andian-drahona hafa mandrakotra an’i Madagasikara izay mahatonga ny orana saika manerana ny Nosy. Hitohy, araka izany, ny orana anio sy rahampitso hatramin’ny fiandohan’ny taona iny.

Mila miomana amin’izany ireo rehetra mikasa ny hivoaka ny trano hamonjy ny fety aman-danonana hamaranana ity taona 2017 ity. Torak’izany ireo rehetra hamangy ray aman-dreny sy fianakaviana ny voalohan’ny taona satria heverina ho efa rivodoza mihitsy no hisy amin’izany raha ny vinavinan’ny Meteo malagasy.

Nanomboka ny alakamisy, nikija ny orana teto Antananarivo sy ny manodidina. Efa misy ny rano miakatra manapaka ireo tetezan-kazo sasany mampifandray ny fokontany any anaty tanàna. Tsy mbola tazana kosa ireo traboina.

Tsiahivina fa tamin’ny herintaona toy izao, maina tanteraka ny andro. Ritra ny rano sy ny lavadrano teto Antananarivo. Nisy fotoana aza maty an-drano ny trondro tamin’iny Ikopa iny satria ritra ny rano, tsy- ampy niainan’ireo hazandrano intsony.

Ankehitriny kosa, betsaka ny rotsak’orana, ahina ny fiakaran’ny rano amin’ny faritra iva. Na izany aza, nilaza ny avy amin’ny Apipa fa hisy ny fanavaozana ny « stations de pompage » 5 eto Antananarivo ialana amin’ny mety hisian’ny tondra-drano amin’ny faritra iva.

Tatiana A

News Mada1 partages

Arnaque au faux mercure : trois escrocs démasqués

Trois individus impliqués dans une affaire d’arnaque au faux mercure ont été arrêtés par la police cette semaine. Les trois arnaqueurs ont été jetés en prison.

Les escrocs ne manquent pas d’imagination pour parvenir à leurs fins. Quelques semaines après l’arrestation des auteurs de la grande arnaque immobilière, trois individus qui comptaient vendre du faux mercure liquide viennent d’être arrêtés par la police. Une enquête, ouverte à la suite d’une plainte déposée au service provinciale de la police judiciaire d’Ambohidahy, a permis de les confondre. La victime a fait savoir qu’elle a déjà perdu 9 millions d’ariary à cause de ces escrocs.

Les investigations ont mené les policiers à Analamahitsy où deux suspects ont été capturés. Les policiers ont par la même occasion mis la main sur les objets avec lesquels les deux hommes ont « fabriqué » leur soi-disant mercure.

Un autre arnaqueur, également impliqué dans une affaire similaire a été appréhendé à Analakely. Les policiers ont découvert sur lui une bouteille de faux mercure. Selon les informations recueillies, le suspect d’une vingtaine d’années utilise de l’argile, du sang de mouton et des objets occultes pour tromper la vigilance de ses proies.

Une matière très convoitée

Matière particulièrement rare, le mercure est très convoité selon les connaisseurs de pierres précieuses. Il est utilisé pour l’extraction de l’or du minerai broyé. C’est cette particularité qui fait que les gens sont attirés à entrer dans le trafic du mercure. Les escrocs profitent de cette caractéristique du mercure et de la naïveté des gens, surtout les novices dans le domaine, pour les arnaquer et faire de l’argent sur leur dos.

De ce fait, la police fait appel à la prudence de tout un chacun avant de s’engager dans ce genre d’affaire même si cela peut rapporter énormément d’argent.

ATs.

 

News Mada0 partages

Ambatovy : tohanana ny fitantanan’ny VOI ny faritr’ala

Miara-miasa akaiky amin’ny mponina mivondrona ao anaty Vondron’olona ifotony (VOI) ny orinasa Tetikasa Ambatovy amin’ny fiarovana ny tontolo iainana. Voakasik’izany ireo monina manodidina ny toeram-pitrandrahany any Ambatovy-Moramanga, ao amin’ny kaominina Ambohibary. Misy ny fitantanan’ny VOI ireny faritr’ala ireny amin’izy ireo sy ny harena voajanahary ivelan’ny faritra arovana.

Manohana ny ireo VOI amin’ny lafiny teknika ny orinasa Ambatovy mikasika ny fomba fitantanana. Manampy amin’ny velon-tenan’ny mponina ihany koa, mba hampihena ny fitrandrahana ny ala. Miisa telo ny fikambanana notohanana any amin’ny kaominina Ambohibary, ny Ezaka sy fandrosoana, ny Miaro ny tontolo iainana ary ny Ambohimanarivo ala maitso. Ny fiandohan’ny volana desambra teo, nohavaozina telo taona indray ny fitantanan’izy ireo, ao anatin’ny velaran-tany maherin’ny 1.600 ha.

Efa nanavao ny fifanarahana famindram-pitantanany koa tamin’ity taona 2017 ity, ny VOI roa hafa any amin’ny kaominina Morarano Gara, ny Telomira sy ny Velonaina.

Njaka A.

News Mada0 partages

Potika ny RN 44 : ireo mpampiasa lalana indray no manamboatra

 Andraikitry ny fanjakana ny manamboatra ny fotodrafitrasa toy ny lalana. Potika ny lalam-pirenena RN 44, ka ireo orinasa tsy miankina sy ny mpitatitra indray no mifarimbona manamboatra araka izay vitany, fa tsy hita ny fitondrana.                     

Ratsy mampitaraina ny rehetra ny lalam-pirenena faha-44 mankany Ambatondrazaka. Fiara mpitatitra olona niala avy any Antananarivo  tamin’ny 4 ora hariva ny 26 desambra, ny 27 desambra, tamin’ny 10 ora maraina vao tonga. Fiara tokony ho niditra tamin’ny 1 ora maraina anefa izany. Misy toerana efa nampivadika fiara mihitsy amin’io lalam-pirenena io. Fantatra fa efa misy orinasa atao hanajary ireo toerana ahitana fahasimbana, saingy tsy mbola manomboka ny asa hatramin’izao. Voalaza koa fa misy ampahan’io RN 44 io, (ao Andaingo?), 3,5 km horakofana tara, nefa mbola tsy hita koa ny fanombohana izany asa izany.

Soa fa misy ny fiaraha-miasa.  “Avela ny rafi-panjakana hanao ireny asany ireny, amin’ny fotoana hanaovany izany, fa aleo isika mampiasa io làlana io sy mivelona amin’io hitsabo avy hatrany ireo ampahan-dalana tena simba, araka izay fahafaha-manaontsika ”, hoy ny  lehiben’ny faritra Alaotra-Mangoro, Ranarisoa Desiré. Efa nisy fanentanana koa moa nataon’ny loholona Rabenony Andrianirina. Nampivory ny lehiben’ny faritra ny 15 sy 27 desambra teo.

Tsy nivory ny talem-paritry ny Asa vaventy

Fantatra taorian’izay fa nifandamina ireo orinasa mpitatitra kraoma (Isabelle, CRM ary All Abbas), ireo kaoperativa mpitatitra olona ary ireo manana kamiao mitatitra entana sy  hazo, isan’izany ny Fanalamanga. Nifampizara asa, araka izany, ireo vondron’ny mpampiasa io làlana io ny amin’izay hiandraikitra ny ao Antanimafy, ny ao Ranofotsy ary ny ao atsimon’Andilanatoby. Hamatsy vato ny orinasa Kraoma, izay manomboka anio 29 desambra ny fitaterana izany. Tsy hita mba nivory akory ny talem-paritry ny Asa vaventy ! Toa hadino fa tsy hatreo Ambatondrazaka ihany anie ny RN 44.

Tsiahivina fa efa latsaky ny 100 km sisa ny lalana tsy vita godirao amin’ity lalana ity. Saika nanao propangandy politika azy avokoa ny mpitondra nifandimby sy ny mpilatsaka ho fidiana filoham-pirenena, fa hanamboatra azy. Hadino tanteraka izany satria ny lalam-pirenena RN 6 (Ambanja- Antsiranana) sy ny RN 13 (Ihosy –Taolagnaro) indray no nahitana mpamatsy vola vahiny.

Rarivo

News Mada0 partages

Dégradations de la rn44 : les usagers se serrent les coudes

Face à l’importante dégradation de la RN44, camionneurs et membres de coopératives, les principaux usagers de cet axe, se mobilisent actuellement pour effectuer quelques travaux d’urgence dans les parties les plus inaccessibles.

L’état de la RN44 reliant Moramanga et Ambatondrazaka se dégrade de plus en plus et les fortes pluies de ces derniers jours n’ont fait qu’empirer la situation.  « 13 heures  de routes pour faire les 159 km », ont déploré les voyageurs qui ont voulu rejoindre  leur famille le 26 décembre. Il est évident que les usagers de cette route nationale font face à un véritable calvaire depuis des années, essentiellement en période de pluies. Car, seule une cinquantaine de kilomètres est en bon état actuellement.

Des projets  de réhabilitation de route Moramanga-Ambatondrazaka ou «La route du riz» ont été annoncés maintes fois depuis des années, seulement, ces derniers n’ont toujours pas abouti à la concrétisation. Cette année encore, une source proche du sujet a annoncé qu’ «une entreprise se lancera  à la réhabilitation des chaussées les plus infranchissables. Il a été également indiqué que les 3,5 km du côté d’Andaingo seront revêtus. Seulement, aucun de ces projets n’a encore débuté jusqu’à présent».

Sensibilisation

Les usagers de la route, notamment les camionneurs transporteurs de chrome, les coopératives et les transporteurs de marchandises, se sont mis d’accord pour des travaux d’urgence relatifs à la réhabilitation de cette portion de route. Une sensibilisation a été effectuée dans la région Alaotra Mangoro, du 15 au 27 décembre.

Désiré Ranarisoa, chef de région Alaotra Mangoro a avancé à cette occasion qu’ «en attendant que les projets des responsables étatiques se concrétisent, il est nécessaire que les usagers de route apportent leur part pour réhabiliter cette route».                                                                                            La vétusté des infrastructures, l’absence d’entretien et les conséquences des catastrophes naturelles sont à l’origine du mauvais état des routes dans le pays, qui ne cessent d’ailleurs de se détériorer au fil des années.

A part la RN 44, la RN 13 reliant Ihosy et Toalagnaro, la RN5 entre Soanierana Ivongo et Mananara Nord est également devenue impraticable. La RN2, la route nationale la plus fréquentée, est aussi dans le même panier. Les dernières statistiques publiées en 2014 montrent en effet que 64% des routes tracées à Madagascar sont en très mauvais état.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Trésor public : Haingotiana Andrianarivo à la tête de la PGA

Haingotiana Andrianarivo est promu payeur général au niveau de la Direction générale du Trésor. Il a pris fonction officiellement, hier, à l’issue de la passation de service avec le payeur général sortant, Herivelo Andriamanga qui est, rappelons-le, devenu directeur général du Trésor public. Ce dernier a occupé le poste de payeur général depuis le mois de décembre 2010 avant d’être nommé à la tête de l’institution en  Conseil des ministres du 9 août dernier.

Faisant partie de la deuxième promotion des inspecteurs du Trésor public malgache, Haingotiana Andrianarivo a déjà occupé de nombreux postes à responsabilité auprès du Trésor public, notamment, en tant que fondé de pouvoir à la Trésorerie générale de Fianarantsoa et celui de la Trésorerie générale de Toamasina.

 Il a également déjà travaillé en tant que trésorier général d’Ambositra et trésorier général de Manakara. Il a par la suite enchainé la fonction d’agent comptable auprès de différents établissements publics, à l’instar du Centre hospitalier de Soavinandriana, de l’Institut supérieur d’ Antananarivo, de l’Institut de gemmologie de Madagascar et de la Direction générale de la Sécurité routière, la dernière fonction qu’il a occupée avant sa nomination.

Pour rappel, le payeur général est en charge des 70% des opérations de dépenses de l’Etat dont, entre autres, le règlement des pensions et le paiement des soldes des fonctionnaires qui sont assignés à la PGA.

R.R.

News Mada0 partages

Iavoloha : nomen’ny filoha lelavola ireo mendrika ny taona 2017

 « Taon’ny medaly ny 2017. Tsy noho izaho fa noho ny ezaka nataonareo. Misandratra i Madagasikara, misandratra ny fanatanjahantena », hoy ny filoham-pirenena, teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha, omaly, raha nandray ireo atleta nitondra avo ny voninahi-pirenena teo amin’ireo fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika sy ny ho tompondaka eran-tany. Araka izany, tsy vitany hoe nisaorany fotsiny izy ireo fa nomeny fankasitrahana, tamin’ny alalan’ny lela-vola. Taranja 9 dia ny ady totohondry, fibatana fonjamby, ny tolona, ny tsipy kanetibe, ny tenisy, ny rugby, ny lalaon-tsaina Echec, ny judo, ary ny basikety no nisongadina sy nahavita be tamin’izany.

Nisongadina  ny tsipy kanetibe…

Anisan’ny nisongadina ny tsipy kanetibe izay nahazo ny ho tompondaka eran-tany ny « junior », ka nomena 10 tapitrisa Ar. Teo koa ny ho tompondaka eran-tany lefitra ny vehivavy, izay nahazo, 1 tapitrisa Ar. Toy izany koa ny teo amin’ny tompondakan’i Afrika ho an’olon- telo miaraka lehilahy  sy ny « tir de précision » izay notolorana 1 tapitrisa Ar avy. Nahazo 2.400.000 Ar ihany koa ny Makis, nitana ny laharana fahatelo, teo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, ho an’ny rugby à VII. 1 tapitrisa Ar ny an’ny tompondakan’i Afrika, ho an’ny « tir à 3 points », teo amin’ny basikety sy ny Masters U14, taranja tenisy ary ny an’ny Echec, izay voahosotra ho tompondakan’ii Afrika ihany koa. 1.500.00 Ar ny an’ny basikety 3×3, izay nahazo ny laharana fahatelo. Samy nahazo vola daholo ihany koa ireo nandrombaka medaly volafotsy sy alimo. Tsy adino ihany koa ireo mpanazatra izay samy nomena 200.000 Ar avy.

Tompondaka

News Mada0 partages

Kitra – Fifidianana ny ho filohan’ny FMF : hanohana sy hizara ny traikefany amin-dRaoul i Odon

Hanamarika ny taona 2018 ny ho fifidianana izay ho filohan’ny federasiona malagasin’ny baolina kitra. Efa betsaka ireo milaza fa ho kandidà saingy tsy mbola nisy ny nanambara izany ofisialy. Anisan’ireo izay efa vonona ho amin’izany kosa Rabekoto Harizaka Raoul. Hanohana azy, Razafintsalama Odon Michel.

Anisan’ireo ho kandidà hifaninana, amin’ny fifidianana izay ho filohan’ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF), Rabekoto Harizaka Raoul, na tsy mbola nisy aza ny filazana amin’ny fomba ofisialy ny amin’izany. Olona tsy zoviana amin’ny rehetra intsony eo ammin’ny fitantanana fanatanjahantena indrindra fa ny baolina kitra.

Ho fanohizana ny ezaka efa vitany ary indrindra ho fampandrosoana ity taranja mpanjakan’ny fanatanjahantena eran-tany ity, eto Madagasikara, hanohana sy hanampy azy hahatanterahany izany, Razafintsalama Odon Michel (Dô), tale teknika nasionaly teo aloha (2001 – 2011), izay tsy atoro voanjo hadiana, intsony eo amin’ny fikarakarana ny baolina kitra.

« Mitovy fomba fijery izahay, izy nitady ahy, izaho koa vonona ny hitondra ny traikefako ary hanome ny fahaizako rehetra, hanohanana an-dRabekoto Raoul », hoy i Dô.

Efa matihanina ny rafitra sy ny fitsipika…

 Nomarihiny fa olona manana ny fahaiza-mitantana toa an-dRaoul no tokony hitondra ny federasiona. Noporofoiny tamin’izany ny zava-bitan’ny Cnaps Sport, ekipa notantaniny. Tsy teo amin’ny fandrombahana amboara ihany no nampisongadina io ekipa io fa na ny rafitra sy ny fitsipika mifehy azy, izay efa matihanina tanteraka.

« Tsy vao izao isika no nanana toerana tsara teo amin’ny filaharan’ny Fifa fa efa hatramin’ny fotoan’andron-dry Benony Jacques, saingy ny olana rehefa mba mety sy miakatra izany dia tadiavin’ireo olona hafa idirana ny fitantanana ka mahatonga ny vokatra mitotongana », araka ny nolazain’i Do, hatrany.

Marihina fa olona efa niara-niasa izy mirahalahy ireto, hatramin’izay teo amin’ny fitantanana ny baolina kitra ka inoana fa hifandray tsara ny tadin-dokanga, eo amin’ny fampivoarana sy fampandrosoana ny baolina kitra eto Madagasikara.

Torcelin

News Mada0 partages

Judo : La Coupe de Madagascar démarre fort

Première journée haletante à la Coupe de Madagascar, jeudi dernier, à Toliara ! Trois catégories d’âge étaient en lice en ouverture de la compétition finale de la saison : benjamin, minime et junior. Les premières médailles ont également été attribuées à l’issue cette journée inaugurale.

La surprise a été au rendez-vous, notamment chez lez juniors où certains favoris ont raté leur dernière sortie. Ainsi, chez les garçons, Lita Rambeloson a perdu sa couronne dans sa catégorie de prédilection, (-66 kg), face à Marco Le Brun Tolinantenaina, Pourtant, ce dernier n’en est qu’à ses premiers pas dans cette catégorie après avoir brillé de mille feux chez les -60 kg lors de la précédente édition.

Fetra Ranaivoarisoa aussi a subi la loi du plus fort chez les -73 kg et a fini la compétition sur la dernière marche du podium. Le sacre est revenu à Setra Razafialison.

Chez les juniors filles, c’est l’hécatombe des favorites. Trois têtes d’affiche ont échoué dans leur quête de la victoire finale. Première d’entre elles, Olivia Andriamanantena qui se contente de la deuxième marche du podium, suite à sa défaite contre Fanjaniaina Rabe Harinirina chez les -48 kg.

Membre de l’équipe nationale et médaillée d’argent lors du tournoi international de Madagascar (Timad), cette année, Adelicia Priscilah Nomenjanahary n’a pas fait le poids en finale des -57 kg en faveur de Mihanta Sandrinah Andriamifehy. Aicha Chicas Deborah Isilo a également déçu à Toliara chez les -70 kg. Médaillée de bronze chez les seniors des +78 kg aux derniers Jeux de la francophonie, elle s’est consolée avec l’argent chez les -70 kg à la Coupe de Madagascar.

D’autres confirment

Bien qu’elle ne soit qu’un passage pour les judokas, la catégorie junior propose chaque année des affrontements de haute volée entre les futures stars de la discipline. Mais, depuis l’avènement de la Coupe de Madagascar, quelques noms émergent du lot, tel Sergio Bernardin Karamaly qui a doublé la mise cette année après le sacre de l’édition 2016 chez les -100 kg.

Sans tambour ni trompette, Steeve Quintano Gerald a également écrit sa légende chez les -55kg, en remportant sa deuxième coupe d’affilée. Mais, la plus frappante est la remarquable victoire de Marco Le Brun Tolinantenaina chez les -66 kg. Il est le seul à posséder deux coupes dans deux catégories différentes chez les garçons (-60 kg et -66 kg).

Côté filles, Damiella Nomenjanahary, la mondialiste malgache de la saison, confirme tout le bien qu’on pense d’elle, en dominant la catégorie d’âge des -63 kg. Les sœurs Andriamifehy ne sont pas en reste en caracolant chacune en tête, chez les -52 kg  pour Mireille et les -57 kg pour Mihanta.

Naisa

 

News Mada0 partages

Golf – championnat national : tout est bien qui finit bien

La dernière journée du deuxième Championnat de Madagascar de golf a eu lieu, hier, à l’Azura Resort Spa, en présence des férus de la discipline et d’autres invités de marque. Chose promise, chose due. La remise de trophée s’est déroulée sur un air convivial, avec l’animation des artistes de renom dans l’Atsinanana, en l’occurrence Shyn, Denise, Nounous, suivie d’une ambiance discothèque animée par DJ Angelo.

Et tout cela accompagné d’une décoration particulière et un festin de gala, avec des mets copieux dignes d’un hôtel 4 étoiles. Ce fut un véritable succès sur tous les plans si l’on se réfère au nombre de participants. En effet, 53 amateurs ont pu goûter à ce challenge et les organisateurs ont recensé près de 89 golfeurs et golfeuses.

Au final, Maverick Faber est au top du classement brut, en première série hommes, avec un score de 218, détrônant ainsi Luc Ratsimbazafy qui a rendu une carte de 241 contre 246 pour Benjamin Memmi. Au classement net, Benjamin Memmi devance Maverick Faber avec un écart de 2 unités tandis que Luc vient compléter le podium avec un total de 220. En première série dames, Ony Marchand a maintenu la cadence avec une carte de 243 au classement brut contre 249 pour Hanitra Ratsimbazafy et 254 pour Nyvoara Raveloarison. Au classement net, cette dernière a rendu une carte de 215, prenant ainsi le dessus sur Valérie Viard (218) et 219 pour Hanitra Ratsimbazafy.

Raveloarison, un nom à retenir

Du côté des seniors, le trio gagnant reste inchangé avec la victoire de Théo Raveloarison au classement brut (159) et net (143). Michel Morizot garde sa deuxième place avec un score de 167 en brut et 147 en net. Sylvain Rabetsaroana se contente de la 3e place avec un total de 168 en brut et 154 en net.

Finalement, la famille Raveloarison a raflé la mise cette saison car Lalao Raveloarison s’est également imposée chez les seniors dames, avec une carte de 200 contre 201 pour Laurencine Rakotozafy et 202 pour Marie-France Ramarijaona. Au classement net, Saraha Rajaonarivony devance Laurencine, avec un écart de 7 unités, tandis que Lalao est à la troisième marche du podium avec un total de 150. Du côté des juniors, Timoty Andriamirado Rajena a rendu un carnet complet avec un total de 150 contre 155 pour Hervé Nantenaina et 157 pour Tahiana Rabenja. Rendez-vous donc en 2018 pour une autre édition plus intéressante.

Rojo N.

Résultat final

1ère série hommes :

1-Faber Maverick : 218

2-Luc Ratsimbazafy : 241

3-Benjamin Memmi : 246

1ère série dames :

1-Ony Marchand : 243

2-Hanitra Ratsimbazafy : 249

3-Nyvoara Raveloarison : 254

Seniors hommes :

1-Théo Raveloarison : 159

2-Michel Morizot : 167

3-Sylvain Rabetsaroana : 168

Seniors dames :

1-Lalao Raveloarison : 200

2-Laurencine Rakotozafy : 201

3-Marie-France Ramarijaona : 202

Juniors :

1-Timoty Andriamirado Rajena : 150

2-Hervé Nantenaina Rasoarison : 155

3-Tahiana Rabenja : 157

News Mada0 partages

Saison 2017 : 56 sportifs méritants primés

Les athlètes et sportifs aguerris, ayant porté haut le flambeau de la Grande île durant la saison 2017, sur la scène continentale et d’autres compétitions internationales, ont été reçus, hier, au palais d’Iavoloha par le président Hery Rajaonarimampianina. En tout, 56 dirigeants et athlètes malgaches ont été récompensés. «2017 a été une moisson de médailles pour les sportifs malgaches grâce aux efforts que vous avez fournis», a déclaré le président, dans son allocution.

Chez les boulistes, figurent dans cette liste les jeunes champions du monde de pétanque, les champions d’Afrique seniors et les vice-championnes du monde ainsi que leurs coachs respectifs. Les lutteurs, les judokas, les haltérophiles, les tennismen, les fers de lance de la balle ovale, les basketteurs, les médaillés au Championnat d’Afrique de boxe olympique et le champion d’Afrique de jeu d’échecs, n’ont pas été mis à l’écart. Les jeunes champions du monde de pétanque ont, entre autres, reçu la coquette somme de 10 millions d’ariary et 2,4 millions d’ariary pour les Makis de Madagascar, classés 3e au Championnat d’Afrique de rugby à 7.

Rojo N.

News Mada0 partages

Anao ny safidy… : alin’ny 31 desambra

Mihataka kely ny Renivohitra. Eny amin’ny Espace Yandy By-Pass, tarika ‘Zay sy ny Tana Groupe ary i TeejayJerry. Hira milamina, mihetsiketsika, samy tafiditra ao anatin’ny fandaharan-kiran’izy ireo avokoa.

Espace Platinium Ankadikely Ilafy, hanjakan’ny talentan’ireo andriambavilanitra ny sehatra. Tarika Ry Kala Vazo. Malaza amin’ny famerenana ireo kalon’ny fahiny sy fihirana ireo hira malaza amin’izao fotoana, amin’ny alalan’ny zavamaneno tsotra sy ahafantarana ny Malagasy.

Lion d’Or Anosiavaratra, ahitana ireo tovolahy sy tovovavin’ny orchestre Zandry Mozika. Fantatra eo amin’ny fanafanana lanonana samihafa. Voalohany kosa ho an’ny alin’ny faran’ny taona.

 

Ao amin’ny Le Glacier Analakely, haneho ny fahaiza-manaony eo amin’ny tontolon’ny waza sy ny gweta i Jazz MMC. Mpanakanto manana ny lazany eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena. « Anao tiako », « Tsy lagnindrie », « Izy mandeha », « Za chef-nao »…

Akany Soafonenako Ivato, haneho ny fahaizany manetsika sy manentana amin’ny vanim-potoana lehibe tahaka itony ry Sanda Mozika sy i Nanja. Hira malagasy dimbiasan’ny hira vahiny.

CCI Ivato, fiarahan’ireo mpanakanto manana ny lazany, toa an-dry Stéphanie, Arnaah, Rak Roots, sns. Alina , hifanenan’ny mozika milamindamina sy ny mihetsiketsika

Eny amin’ny Espace Riantsoa Andrefan’Ambohijanahary, hampifaly sy hanentana ary hampitsinjaka mandritra ny alin’ny 31 desambra i Mr Sayda.

Nanangona : Landy R. sy HaRy

News Mada0 partages

Ambatofinandrahana : dahalo 60 nirongo basy nandroba omby anjatony

Mirongatra ny asan-dahalo any amin’ny faritra amin’izao ankatoky ny faran’ny taona izao. Ampolony, anjatony izy ireo indray manafika.

Dahalo manodidina ny 60 isa nirongo basy no tonga nandroba omby 103 hamidy tamin’ny lalana Tanambao, kaominina sady distrika Ambatofinandrahana, ny 25 desambra teo, tamin’ny 10 ora maraina. Izany hoe notsenain’ny dahalo teny an-dalana hamonjy tsena ny mpitondra ireo omby ireo. Nirefodrefotra ny basy na amin’ny andro mazava be aza. Tsy afa-nanohitra ireo tompon’omby nanoloana ireo dahalo marobe mirongo basy. Efa lasa ireo dahalo sy ny omby vao tonga ny zandary sy ny polisy.

Nanao ny fanarahan-dia ny polisy sy zandary tany an-toerana izay miisa 15 ary raikitra ny fifandonana rehefa tonga teo amin’ny 17 Km miala ny tanàna.

Omby 31 tafaverina ary iray maty. Tsy nisy naratra, tsy nisy aina nafoy tamin’ny mpitandro ny filaminana sy ny fokonolona. Voalaza fa bala miisa 76 tamin’ny 7,62 mm no lany tamin’ity fifandonana ity. Izany hoe niraradraraka ny tifitra nifanaovana tamin’ireo dahalo. Tafatsoaka avokoa ireo rehefa tsy naharesy tosika ny zandary sy ny polisy.

Amin’izao faraparan’ny taona izao, nirongatra ny asan-dahalo tany amin’ny faritra, ary am-polony maro sy nahery vaika hatrany izany. Lasa fanaon’ny dahalo ny maka takalon’aina, ary misy mihitsy ny vonoin’izy ireo amin’izany, toy ny tany Tsaratanàna vao tamin’ity herinandro ity.

Yves S.

News Mada0 partages

Morondava : fiara 4X4 nentina mompera nahafaty mpitaingina moto

Nitrangana lozam-pifamoivoizana namoizana ain’olona tany Morondava tampon-tanàna, ny alakamisy teo. Moto nanao taingin-droa nidona tamin’ny fiara 4X4 nentina mompera, tany Morondava ihany. Maty ilay mpitondra moto, ary naratra mafy any amin’ny hopitaly kosa ilay nentina tao aoriana. Mbola manaraka fitsaboana izy io. Araka ny vaovao avy any an-toerana ihany, nifandona ny moto sy ny posy iray ka nitarika ny fahafatesan’ilay mpitondra posy. Voa mafy mihitsy ity farany satria voatrongin’ilay moto teo amin’ny fitarihana posy. Tsy avotra intsony na nentina teny amin’ny hopitaly aza. Nidina teny an-toerana ny mpitandro filaminana ary efa nanaovana famotorana ilay mopera sy ilay mpitondra moto nahafaty mpitarika posy.

Yves S.

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Séance de l’Académie malgache (1)

Présidence de M. le Dr Fontoynont

Étaient présents : MM. Maisonneuve, Renel, Guédès, R. P. Dubois, F. Raphaël, Andriamifidy. Bonnefond, Lamberton, Rasoamanana.

Excusés : MM. R. P. Muthuon, Cadet, Mondain, Hesling.

Le procès-verbal de la dernière séance est lu et adopté.

Il est donné lecture de la correspondance comprenant :

1° Une lettre de M. Pouillaude, nous proposant des échanges d’insectes.

2° Une lettre de M. Charles Oberthur, nous annonçant l’envoi d’un lot de papillons déterminés.

3° Une lettre de M. A. Grandidier, nous accusant réception de divers matériaux d’études.

4° Une lettre de M. Capurro, administrateur en chef, chef de la province d’Ambositra, nous annonçant l’envoi de plusieurs caisses d’échantillons minéraux recueillis dans les régions d’Itremo et de Midongy-de-l’ouest. M. Capurro souligne l’intérêt qu’il y aurait à constituer au chef-lieu de chaque province une collection déterminée des minéraux de la région. L’Académie partage cette manière de voir et son modeste concours est acquis d’avance.

Le secrétaire informe l’assemblée que les caisses de minéraux dont il vient d’être question étant parvenues au Musée la veille de la séance, il n’a pas eu le temps de les examiner, mais qu’il en donnera un compte-rendu à la séance prochaine.

Le président communique une note de M. Colançon, administrateur des colonies, chef du district de Vohipeno, sur des essais de fabrication de papier avec des fibres végétales.

Plusieurs échantillons des papiers fabriqués sont joints à la notice.

Renel dépose sur le bureau la première partie d’un travail considérable sur les «Ody ou amulettes malgaches». Il demande que ce travail, en raison de sa nature et de son importance, fasse l’objet d’un fascicule séparé. Adopté.Fouilloux signale que les CaltimationVenustum, ces longicornes rouges qui détruisent les mûriers, ravagent aussi les figuiers. Leurs larves perforent les jeunes branches qui se dessèchent. II a aussi remarqué qu’un hémiptère très voisin du phylloxéra vit sur les racines du figuier.Carle expose l’intérêt qu’il y aurait à attirer l’attention des chercheurs sur les relations de Madagascar avec les iles voisines : la Réunion et Maurice.

(À suivre.)

Bulletin de l’Académie malgache

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Taona 2017- Foibe fitsarana fiarakodia : “nahafa-po amin’ny lafiny rehetra”, hoy ny Jly Ratelo

 “Azo lazaina ho nahafa-po amin’ny lafiny rehetra raha ho an’ny foibe fitsarana fiarakodia na fantatsika amin’ny visite teknika Alarobia Amboniloha, ny taona 2017. Tanteraka amin’ny ankabopeny ary nahitam-bokatra araka ny baiko napetraka”, hoy ny tale jeneralin’ny foibe fitsarana fiarakodia, ny général de division, Ratelo André…

 Nanokana tapakandro niara-nikorana ho fanaovam-beloma ny taona 2017 sy famintinana ny asa vita rehetra ny mpiara-miasa ao amin’ny foibe fitsarana fiarakodia omaly teny Alarobia Amboniloha, notarihin’ny Jly Ratelo André. Tamin’ny lahateny nataon’ny Jly Rakotomanantsoa Jean Raymond, tale jeneraly lefitra no nanasongadinany manokana ny ezaka vita nandritra ity taona 2017 ity. Isan’ireo baiko napetraka ho an’ity taona ity ny fanamafisana ny ady amin’ny kolikoly sy ny hosoka, fanajana ny fitsipi-pifehezana, fanatsarana ny kalitao ny asa sy ny fahaiza-manao, fanajana ny zon’ny mpanjifa, fanatsarana ny fitaovana sy ny fotodrafitrasa ary fanamafisana ny lafiny serasera. “Teo amin’ny fanamafisana ny ady amin’ny kolikoly sy ny hosoka dia nisy telo ireo olona naiditra am-ponja vonjimaika izay nanao hosoka sy misoloky ary misandoka ho mpiasan’ny visite teknika”, hoy kosa ny Jly Ratelo André. Nohamafisin’ity manamboninahitra ity hatrany fa fotodrafitrasa goavana fitsarana fiarakodia miisa 17 no vita tamin’ity taona ity ary mbola misy roa an-dalam-pamitana. Notsiahiviny hatrany fa  misoroka ny lozam-pifamoivoizana amin’ny fanaovana fitsirihana ara-teknika ireo fiara, ny fandraisana ara-teknika ary ny fizahana mialoha ny fadin-tseranana no andraikitry ny foibe fitsarana fiarakodia. Raha mitaha amin’ny taon-dasa nahitana fiakarana avokoa ireo, araka ny fanazavany hatrany.

Mpiasa miisa 20 ahitana zandary sy mpiasa sivily miisa 20 kosa no nahazo mariboninahi-pirenena nahitana Commandeur, Officier ary Chevalier de l’ordre national.

Jean Claude

News Mada0 partages

10 desambra : raikitra ny fanadiovana faobe

Ho tanterahina ny 10 janoary 2018 izao ny fanadiovana faobe manerana an’i Madagasikara izay iaraha-miasa amin’ny governemanta.  “Mpiara-belona mifampitsinjo, ny fanadiovana no vaindohan-draharaha”.  Lohahevitra hovoizina izany. Tanjon’ny hetsika ny hisian’ny tontolo iainana lavitry ny loto, lavitry ny aretina.

Maro ny aretina azo avy amin’ny loto toy ny aretim-pivalanana, aretin’ny taovam-pisefoana, aretin-koditra. Tsy mifidy saranga ireo aretina ireo kanefa azo sorohana tsara rehefa madio.Voakasika amin’ity hetsika fanadiovana faobe ity ny fanadiovana ny toeram-piasana, ny toeram-ponenana, ny lakandrano, ny paompy, ny tsena, ny fiangonana sy ny manodidina. Ifarimbonan’ny rehetra tsy ankanavaka izany asa fanadiovana izany.

Manana ny andraikiny avokoa ny rantsa-mangaika rehetra eto amin’ny firenena miatomboka amin’ny tompon’andraikitra ara-panjakana isan’ambaratongam-pahefana misy eto Madagasikara…

Nisedra ny valanaretina pesta i Madagasikara telo volana farany tamin’ity taona ity ary efa nambara tamin’ny fomba ofisialy ny 27 novambra ny famaranana ny ady amin’ny valanaretina pesta areti-tratra an-tanan-dehibe.

Tatiana A

News Mada0 partages

Morondava : Deux accidents mortels en une seule journée

Durant les derniers jours de l’année, incroyable mais vrai, les accidents de la route sont fréquents. Pas plus tard qu’avant-hier, deux accidents meurtriers se sont produit dans la ville de Morondava.

Tôt le matin, une moto a percuté de plein fouet un pousse-pousse. Le choc a été d’une telle violence que les deux conducteurs ont été projetés à plusieurs mètres du lieu de l’accident. Le motocycliste a été éjecté de sa moto. Grièvement blessés, ils ont été évacués d’urgence à l’hôpital. Malheureusement, le conducteur du pousse-pousse a succombé en cours de route.

Quelques heures plus tard, les habitants ont de nouveau été témoins d’un autre accident mortel, cette fois  entre un véhicule tout terrain et un moto-cross. Le motard est mort sur le coup tandis que son compagnon a été gravement blessé. Tous les occupants du 4×4 sont sortis indemnes de la collision. Néanmoins, les dégâts matériels sont importants de part et d’autre.

ATs.

 

News Mada0 partages

Fasan’ny karana : les passagers aux abonnés absents

En cette période de fin d’année, il est d’usage que les passagers se bousculent pour emprunter les RN1 et RN7. Toutefois, selon des coopératives de la gare routière Fasan’ny Karana, hier, qui sont en charge des transporteurs qui relient ces axes, les passagers n’ont pas été au rendez-vous cette année. «Cette situation fait apparaître un déclin progressif depuis 2010, mais cette année a été la pire, et il en est de même durant les fêtes de Noël malgré les trois jours chômés», a témoigné une responsable de la coopérative «Fifiabe», officiant sur l’axe Antananarivo-Antsirabe.

Sera R

News Mada0 partages

Abela : Première tempête tropicale modérée!

La masse nuageuse, dont la météo suit de près son évolution, s’est trouvée hier, aux environs de midi, à 2 000 km des côtes nord-est de Madagascar. «Il se pourrait que ce système atteindra les critères nécessaires pour devenir une tempête tropicale modérée ce week-end, notamment à partir de dimanche», a fait savoir hier le chef service de la communication de la météo, Mamy Nirina Randrianarivelo, joint par téléphone.

Si les prévisions s’avèrent exactes, cette tempête sera baptisée «Abela», soutenue par des vents d’une vitesse d’environ 118 km/h.

D’un côté, une Zone de convergence intertropicale (ZCIT) se trouve actuellement dans le canal de Mozambique. Elle apporte beaucoup de pluies, en particulier pour la moitié nord de la Grande île.

En tout cas, une chose est sûre, la Saint Sylvestre et la nouvelle année seront fêtées sous la pluie. Une situation qui pourrait s’étendre jusqu’au 7 janvier, selon toujours les prévisions de la météo. En cette période, une forte probabilité de formation de masse nuageuse, provoquant des fortes précipitations, est attendue dans l’océan Indien, particulièrement sur les côtes Est de la Grande île.

Sera R.

 

News Mada0 partages

Veille du nouvel an : grand rush dans les salons de coiffure

Les salons de coiffure figurent parmi ceux qui enregistrent le meilleur chiffre d’affaires durant les fêtes de fin d’année. La clientèle se bouscule surtout durant les deux  journées avant la Saint-Sylvestre.  Même les plus petites enseignes dans tous les quartiers sont bondées de clients.

Les coiffeurs s’adonnent à un marathon. Comme chaque année, ils s’attendent à un boom de la clientèle ce jour et demain, qui sont les journées les plus chargées de l’année pour eux. «Ce samedi et dimanche ne dérogeront pas à la règle», a souligné quelques responsables de Salon de coiffure en ville, à en juger le nombre de réservations qu’ils ont reçues depuis le début de cette semaine.

Dans quelques quartiers, les salons sont débordés de clients dès hier, notamment ceux qui veulent pratiquer un changement de look total, via une coupe tendance ou une coloration en vogue de l’année, qui va du très naturel eu super-coloré… selon un spécialiste dans le domaine. C’est le cas d’une jeune cliente qui a attendu son tour au sein d’une Salon de coiffure à Ampasapito. «Voulant rectifier les coupes de mes cheveux et d’apporter quelques touches de coloration, j’ai choisi de ne pas attendre le dernier moment pour faire ma coiffure, où on devrait s’attendre à une longue attente à cause de l’affluence des clients», a-t-elle déclaré.

Un cadeau à soi-même

Pour beaucoup de clients, se faire coiffer pour le nouvel an est un rituel plus important encore que la tenue. «Cela fait surtout et avant tout partie des petits cadeaux que l’on se fait à soi-même et qu’on ne devrait pas se faire uniquement en fin d’année», a confié une cliente d’une Salon de coiffure à Andravoahangy Ambony.

Les coiffeurs essaient de satisfaire les besoins de la clientèle, dont une bonne partie aux envies bien spécifiques. Pour ce faire, une bonne partie d’entre eux travaillent jusqu’à 22 h voire au-delà pour satisfaire les clients. En guise de récompense, ces derniers voient leurs chiffres d’affaires du mois de décembre augmenter jusqu’à plus de 50% par rapport aux autres mois.

Fahranarison

News Mada0 partages

Atsimo andrefana : du matériel numérique à l’école

L’Ecole primaire publique (EPP) et le Collège d’enseignement général (CEG) de la commune de Mahaboboka, dans le district de Sakaraha, dans l’Atsimo Andrefana, viennent de bénéficier de postes téléviseurs à écran plat et d’un accès à la télévision par satellite, par le biais de dons remis par le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique.

«Cette action s’inscrit  dans le cadre du projet Numérique pour tous», a déclaré le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy, au cours de cette cérémonie à Mahaboboka. «De nombreux partenariats sont déjà noués entre le MPTDN et le ministère de l’Education nationale pour permettre aux étudiants d’avoir un accès aux Technologies de l’information et de la communication (Tic), afin d’améliorer la qualité de l’éducation», a-t-il précisé.

 Il a été rappelé à l’occasion que 5.000 tablettes ont été distribuées aux établissements d’enseignement de base, au cours de cette année, dans le cadre du projet. Certains établissements d’enseignement secondaire, tels le CEG Antanimbarinandriana à Antananarivo, le Collège Charles Renel à Mahajanga ou le lycée Philibert Tsiranana de la même ville, ont été dotés de bibliothèques numériques, selon les déclarations du ministre.

Cette nouvelle politique permet aux étudiants bénéficiaires d’accéder à plus de 200 émissions, qui ont été réservées uniquement aux enfants des familles aisées et aux habitants des grandes villes auparavant. En d’autres termes, la vulgarisation des technologies numériques contribue aujourd’hui à réduire, petit à petit, l’inégalité de chances entre les étudiants des grandes villes et ceux des zones les plus éloignées de la capitale.

Manou

 

News Mada0 partages

Zones forestières : transfert de gestion aux Coba de Moramanga

A travers ses actions pour la protection de l’environnement, autour de son site minier à Moramanga, Ambatovy appuie le transfert de gestion des zones forestières aux communautés de base (Coba) et la gestion des ressources naturelles en dehors des zones de conservation.

La compagnie assure dans ce sens l’encadrement technique de ces Coba dans la réalisation de la gestion proprement dite de ces ressources naturelles et soutient Coba dans leurs activités génératrices de revenus. Le but est de réduire leur dépendance aux ressources forestières.

Trois Coba de la commune rurale d’Ambohibary ont de ce fait signé, au début de ce mois de décembre, le contrat de transfert de gestion de plus de 1.600 ha au total, pour une durée de trois ans renouvelables. Sous cet angle, cette année, deux autres Coba, de la commune rurale Morarano Gare, Telomira et Velonaina, ont renouvelé leur contrat de transfert de gestion.

Conservation des orchidées

Toujours dans la protection de l’environnement, Ambatovy a également profité du 5e Forum de la recherche 2017 pour partager, avec la communauté scientifique, ses actions dans la conservation des orchidées à Moramanga. Pour cette année, le forum a été consacrée au thème «La biodiversité et les objectifs du développement durable».

Ambatovy a présenté, pendant la première partie de la trilogie de conférence au mois de juin à Tsimbazaza, un poster sur les approches de mitigation adoptées, les méthodes de sauvetage, les résultats et les perspectives d’avenir du programme de gestion des orchidées d’Ambatovy, et a décroché le deuxième prix sur les 49 panneaux exposés.

A noter que le Forum de la recherche est un événement scientifique qui se tient tous les ans avec la participation des universités de Madagascar, des instituts de recherches scientifiques, et des départements ministériels.

Arh.

 

News Mada0 partages

Anosizato atsinanana : l’association des marchands voit loin

Une nette amélioration s’annonce au marché communal d’Anosizato Atsinanana pour l’année à venir. La présidente de l’association des marchands a révélé différents projets dans le cadre de cette initiative, lors d’une cérémonie de remise de paniers garnis aux membres, hier à Anosizato.

L’éradication des activités informelles au marché communal d’Anosizato Atsinanana, dans le 4e arrondissement de la capitale, demeure une priorité pour la présidente de l’association des marchands locaux, Lalasoa Rasoazanamanarivo. Elle a révélé plusieurs volets de son programme 2018, lors de cette cérémonie de remise de paniers garnis. La solidarité a permis à l’association de réaliser la manifestation d’hier, a-t-elle souligné, en mettant en exergue les efforts fournis par les membres qui ont collecté le fonds nécessaire par des cotisations journaliers pendant un trimestre. Les cotisations seront maintenues pour régulariser la situation administrative des occupants de ce marché d’Anosizato Atsinanana, selon la présidente de l’association.

Manou

 

News Mada0 partages

Diary Mozika : hafana ny fety

Toy ny fanao isan-taona, tsy miova fa eny amin’ny Krypton Ambohimalaza ny fotoana omen’ny Orchestre Diary Mozika amin’ireo mpankafy azy, ny alin’ny 31 Desambra 2017 ho avy izao. Nanambara i Julien Rakotoarijaona, mpikambana ao anatin’ny Diary Mozika, fa ho fanomezana fahafaham-po ny mpankafy amin’ny famaranana ny taona 2017 sy hitsenana ny taom-baovao 2018, hiezaka ny hitety vanim-potoana mihitsy izy ireo amin’io. Samy hahazo ny anjarany manomboka  amin’ny zokinjokiny ka hatraty amin’ny hiran’ny tanora manana ny lazany amin’izao fotoana.

Nomarihiny fa tena omena revy mahafinaritra ny mpifety tonga eny an-toerana amin’ io. Ankoatra ny seho an-tsehatra iarahana amin-dry Julien sy ekipany, misy ihany koa ny alim-pandihizana iarahana amin’ny DJ efa matihanina. Raha ny orikesitra Diary Mozika manokana no asian-teny, saika efa ampy traikefa tsara ara- mozika avokoa ireo mpikambana 10 mianadahy ao aminy ka hafana ny ambiansa, izay rahateo no tanjona kendrena.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Spectacles : les bons plans pour la fin de l’année

Pour certains, les fête de fin d’année débutent ce jour, pour d’autres, le rendez-vous est déjà pris pour demain. Par contre, quelques- uns, surtout les noctambules ne savent pas encore où ils passeront la soirée de la Saint-Sylvestre. Sur ce, voici quelques bons plans intéressants pour ce week-end de fin d’année.

Roxicomania, le rendez-vous des rockers

 La fête pour les rockers de la capitale débute, ce jour, à partir de midi, au Kudeta Urban Clun à Anosy. Organisé par Roxicomania et Hard rock station, le concert accueillera une dizaine de groupes, à savoir The Dizzy Brains, No Mady, Angaroa, Fishy, Death Child, The Bloody Park, The Shinny Happy People, The Sixties, Break The Silence et The Discord Lines. Chaque groupe adopte différents styles musicaux, en allant au garage rock au metal, en passant par le pop rock électro… Bref, l’objectif est de donner la scène aux rockers de la nouvelle génération qui ont tous du talent et qui méritent d’être soutenus.

« Revival », un concert de rock évangélique

Les groupes Oneway Young and Free et Gas’in Prise organisent ce jour à la Tranompokonolona Analakely, un concert évangélique baptisé « Revival ». Durant ce show de trois heures environ, ils rallieront à la fois la musique pop rock et l’évangélisation. « L’objectif est de remercier le Seigneur pour tous les bienfaits qu’Il nous a donnés cette année et surtout, de Lui demander une meilleure année », a expliqué l’un d’entre eux. Par ailleurs, d’autres groupes de gospel seront aussi invités, à savoir Tarika Hirah, The Called, Vina Praise, Vespers Collective.

Iary en concert à l’Is’Art Galerie

Iary, la reine du rock va clore l’année en beauté, demain, lors d’une soirée aux couleurs de la Saint Sylvestre à l’Is’art Galerie Ampasanimalo. Elle revient chauffer les scènes malgaches sous un nouveau nom, Iary’s band. Ce concert sera donc une occasion de découvrir des pépites encore méconnues que  la chanteuse a prises sous son aile depuis un bon bout de temps. Iary’s band  sera également accompagnée sur scène pour ses amis artistes de longue date.

Le festival Disney au Plaza Ampefiloha

Pourquoi ne pas terminer cette année avec le 7e art ? En effet, la nouvelle salle de cinéma Plaza à Ampefiloha propose un festival Disney, qui a débuté depuis jeudi jusqu’à ce jour.  Ainsi, aujourd’hui, le programme commencera à partir de 10 heures, avec le dessin animé «La reine des neiges». Ensuite, dans l’après-midi, place au film légendaire «Pirates des Caraïbes 5 : la vengeance de Salazar» qui sera projeté en mode 3D. Selon le communiqué relatif à l’évènement, il n’y a plus de places disponibles, pour la séance du 14 heures, et le 5e volet sera rediffusé à  17 heures, après l’engouement des spectateurs fans de ce film avec Johnny Deep.

Ry Kala Vazo à l’Espace Platinium

Sans conteste, le modern-trad du groupe Ry Kala Vazo fait sensation partout où le groupe le chante. A l’occasion du réveillon de la Saint-Sylvestre, c’est l’espace Platinium qui aura le loisir d’accueillir ces grandes dames de la musique malgache. Le trio a d’ailleurs concocté un répertoire bien fignolé. A ses propres compositions s’ajoutera l’interprétation des œuvres de Ny Nanahary, Erick Manana, Ny Voninavoko, Tselonina, Fenoamby, en passant par des chansons d’artistes internationaux, comme Francis Cabrel, Meghan Trainor, ou encore le duo infernal Pitbull et Stephen Marley.

Big Bounce au Cask PK0 Madarail Soarano

Big Bounce est de retour en ces fêtes de fin d’année au grand bonheur des amateurs de musique urbaine et notamment, la jeune génération.  Tel un mini-festival,  Big Bounce affichera, demain, sur la scène Cask PK0 Madarail Soarano, une bonne dizaine d’artistes et 6 deejays de tout horizon, pour faire grimper la température tout au long de la soirée. On notera tout particulièrement Dj Gouty, Mr Sayda, Kougar, Chantal, Tsota, Askin, ADR, Melanie Walker, Gun, Wada et Bambs. Le show va débuter à 16h tapantes et se terminera à l’aube.

Stephanie  et Cie au CCI Ivato

Le Centre de conférences international Ivato (CCI) accueillera, demain, une bonne poignée d’artistes, composée de Stéphanie, Arnaah, Rak Roots, Ndondolah et Lucia, pour le réveillon de la Saint-Sylvestre. Ils ne manqueront pas de nous emmener dans un voyage musical à travers les rythmes, allant du roots à la musique tropicale, sans oublier la variété.  Un buffet à volonté surprendra les papilles des fins gourmets.

Fara Gloum à l’Hotel Art’Gout Mandrosoa Ivato 

«Réveillon chic choc», c’est à travers ce leitmotiv que l’Hôtel Art’Gout Mandrosoa Ivato propose aux noctambules, demain, la fête de fin d’année. A l’affiche, Fara Gloum, un artiste dont le talent n’a d’égal que sa volonté de partager, va revisiter à la sauce acoustique les tubes malgaches des années 70, 80 et 90 au Trass Tsiadana. Connu et reconnu pour les animations en tout genre Fy Mozika apportera son lot d’éclectisme à cette soirée.

Oladad à La Chaud’Hier Fianarantsoa

Le groupe Oladad sera à domicile pour finir l’année, demain, sur une note joyeuse. Après une longue tournée, il sera à La Chaud’Hier Fianarantsoa. Connu et reconnu en tant que précurseur fusion folk-hip-hop et dombe, le groupe fredonnera à tue- tête l’indémodable Afindrafindrao Ketamanga et Lagnonana. La reine du ragga, Jaovavy, sera également de la partie.

Grace of God à la FJKM Isotry Fitiavana

Les fêtes de fin d’année sont avant tout synonymes de partage et de prière, pour les communautés chrétiennes. Dans ce dessein, la FJKM Isotry Fitiavana présentera ce jour Grace of God. Un après-midi résolument gospel  avec des chants traditionnels et revisités, source d’inspiration de courants musicaux tels que le jazz et le rythm and blues, le tout parsemé de quelques chants de Noël pour l’occasion. Le rendez-vous est donné vers 14 h 30.

L’orchestre Zandry Mozika au Lion d’or Anosy Avaratra

Les grands espaces et restaurants proposent tous un programme spécial pour le réveillon, comme le  Lion d’or Anosy Avaratra. Ce dernier sera animé par Zandry Mozika, une grande première pour cet orchestre, qui est pourtant habitué à assurer les évènements familiaux comme le mariage. Son objectif est donc de satisfaire tous les invités en interprétant presque tous les genres musicaux, en allant du madison aux chansons actuelles en passant par les valses ou cha-cha-cha… Par ailleurs, la soirée se terminera par une prestation du DJ Kiero de la RDJ’s team.

Joachin Michaël / Holy Danielle

News Mada0 partages

Fiarahamonim-pirenena – Lalàm-pifidianana : “tsy misy tokony hisy hihevitra ho manana ny marina”

Tsy misy tokony hihevitra ny tenany ho manana ny marina.  Ampifamenoana ny hevitry ny rehetra, atambatra sy hatsaraina izany. Lalana hahatongavana amin’ny fifidianana tontosa ao anaty fahatoniana eto amin’ny firenena izany”, hoy ny solontenan’ny fiarahamonim-pirenena, omaly, teny Mahazoarivo. Anisan’ireo noraisin’ny Praiminisitra Mahafaly izy ireo ho fanohizana ny fakan-kevitra momba ny fanatsarana ny lalàm-pifidianana.  Tanjona ny hampifandrindrana ny lalàm-pifidianana amin’ny lalàna fototra. Nojerena manokana ny paikady hahafahana mandroso amin’ny lalàna ifanarahan’ny rehetra, indrindra ny tsy hisian’ny korontana amin’ny  fifidianana  ny taona 2018.

Tsy hijanona eo anefa izany  fa mbola hisy ny fifanakalozana ara-teknika momba io lalàm-pifidianana io, hanomboka ny 8 janoary 2018 izao. Hifanakalo hevitra indray ny hery  politika sy ny mpiantsehatra  rehetra aorian’izany mba ahatongavana amin’ny lalàna eken’ny rehetra, mialoha ny hitondrana izany eo anivon’ny antenimiera. Tombanana ho vita mandritra ny volana janoary izany rehetra izany. Midika io fa ny volana febroary vao handalo eny Tsimbazaza ity volavolan-dalàna momba ny fifidianana ity.

Synèse R.  

News Mada0 partages

Fampandrosoana eny ifotony : hametraka vina vaovao ny CUA

« Hitondra hevi-baovao hanatsarana an’Antananarivo isika ary efa vonona izany amin’iny taona hoavy. Mila mahatoky sy miasa miaraka isika, hanatrarana ny tanjona   hampandrosoana ny Renivohitra », hoy ny mpanolotsain’ny ben’ny Tanàna, Ravalomanana Marc,  omaly tetsy Mahamasina. Notanterahina teny an-toerana ny fifampiarahabana nahatrarana ny fetin’ny Noely  sy hitsenana ny taona nataon’ny fianakaviamben’ny CUA. Notsiahiviny fa fotoan’ny fahombiazana ho  an’ny CUA iny taona 2017. « Tafakatra 60% ny tahan’ny fidiran-ketra raha 15%  izany teo aloha.. », hoy izy. Nankasitraka ireo mpiasa rehetra tamin’ny asa notanterahiny nandritra ny   taona kosa ny ben’ny Tanàna.  Na  izany aza, tokony hiasa hihoatra noho  izany amin’ny taona ho avy. Taorian’izany nanolotra fanomezana  ho an’ny mpiasan’ny CUA ny ben’ny Tanàna Ravalomanana mivady. Toy izany ny vary, akoho ,vatomamy; mofomamy,  kilalao fa indrindra indrindra ny « tambiny – prime » ho  an’ny mpiasan’ny CUA rehetra.

Synèse R.

News Mada0 partages

Année 2018 : Madagascar dans l’œil du « cyclone politique »

Après les acteurs politiques, ce fut au tour de la société civile de rencontrer le Chef du gouvernement hier dans le cadre de la révision des lois électorales.  Le scepticisme est de mise.

«La commission en charge d’étudier les textes électoraux au niveau du Parlement pourra-t-elle accepter les amendements fournis par le groupement des partis politiques et de la société civile qui ont participé aux divers ateliers  depuis 2016  sur l’amélioration de ces textes ?». C’est ainsi que le Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (Cram) s’est interrogé, à travers un communiqué, jeudi dernier.

Selon le groupe, en effet,  si l’on s’en tient à la logique, les textes qui seront votés à l’Assemblée nationale seront acceptés par tous, «Ce qui débouchera sur une stabilité politique en 2018» et que, «Dans le cas contraire, il y aura sûrement un cyclone politique dès le début de l’année».

  A travers cette interrogation, le Cram partage par ailleurs les inquiétudes de la majorité de la classe politique à propos des règles du jeu des consultations populaires à venir.  A la lecture de la Constitution, en effet, le premier tour de la présidentielle devrait avoir lieu en novembre 2018. Sauf que la date définitive  n’est pas encore fournie.

«La législation et le calendrier électoraux doivent être conformes à la Constitution et garantir l’égalité de chance entre tous les candidats», avait déjà fait savoir le parti MMM à ce propos.

Débat ouvert

Selon les informations recueillies, en effet, la session extraordinaire des élus aura lieu probablement quelques jours après la présentation de vœux à Iavoloha. L’objectif est d’examiner des textes électoraux dont la crédibilité sera un gage des scrutins à venir.

Lors d’une rencontre avec les journalistes à Anosy jeudi dernier, le chef du gouvernement ne s’est pas prononcé ouvertement sur la tenue de cette session, mais plusieurs ténors du parti au pouvoir affirment ne pas y  trouver d’inconvénient à cette initiative. Quoi qu’il en soit, Olivier Mahafaly a soutenu, par rapport aux polémiques sur les lois électorales,  que «Le débat reste ouvert. Une partie de l’opinion est enclin pour un référendum, d’autres évoquent des accords politiques, certains optent pour le statu quo», avait-il indiqué.

L’avis de la Ceni

Lors d’une interview accordée à un quotidien de la capitale récemment, le vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Thierry Rakotonarivo, avait déjà mis en exergue ces trois points. Selon ses explications, trois solutions pourraient être étudiées, à savoir donner plus de moyens à la Ceni pour acheminer les résultats au plus vite, la révision de la constitution, ou encore l’élaboration d’une convention politique pour «outrepasser» la loi fondamentale.

En effet, l’une des ces trois solutions permettra de pallier les problèmes liés au délai imposé par la Constitution durant l’entre-deux-tours de la présidentielle. L’article 47 de la Constitution dispose que, «L’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du président en exercice».

Selon les proches du régime, ce délai semble trop court. C’est aussi le point de vue d’une partie de la société civile. Il en est de même de l’article 46 relatif à la démission du Chef de l’Etat s’il se porte candidat à sa propre succession. Sauf que les pro-régime remettent sur le tapis ces dispositions à un an de la présidentielle. Une initiative vu comme un moyen d’écarter certains candidats potentiels car des membres de la société civile craignent que la révision de la loi fondamentale n’est qu’un prétexte pour revoir aussi d’autres dispositions.

J.P

 

La Vérité0 partages

Drames sur la route - Les accidents qui ont marqué 2017

150 morts, rien que pour la région de  l’Analamanga,  la capitale incluse ! Trop, c’est trop ! Jamais la route n’a fait ainsi autant de victimes que l’année finissant.  La série noire des accidents de la route s’ouvra de façon particulièrement meurtrière à Anjozorobe, cette année. Là, les incuries dont l’alcoolisme au volant du conducteur d’un camion,  ont provoqué la mort  de 47 personnes  et des blessures sur  plusieurs dizaines d’autres ;  Les victimes  allaient assister à un mariage traditionnel ! Les deux jeunes qui allaient se marier ont été aussi tués. Beaucoup de rescapés sont devenus orphelins car des familles entières ont été décimées. Le procès relatif à cet accident   a enfin eu lieu le  lundi 31 juillet à la cour correctionnelle d'Anosy. Le chauffeur et le propriétaire du camion ont été écroués.

 

Un mois  à peine  après cela, précisément vers le début du mois d’août dernier,  un autre drame aussi spectaculaire que le précédent, s’est produit à 25 km d’Ankazobe.  Un autocar Neoplan à étage et appelé familièrement « Boeing » au pays, a fait quelques tonneaux dans un ravin avant de flamber. Un grave problème mécanique survenu au moment de gravir une côte, serait à l’origine de la tragédie.  Il y eut au moins 21 morts et une centaine de blessés. Les victimes sont en majorité des paroissiens et des membres du scout de la Fjkm Soavinandriandriana Itasy. Ces derniers allaient rejoindre Mahajanga pour un congrès. Mais le destin en a donc décidé autrement.  Traduit en justice en septembre dernier, le chauffeur propriétaire a écopé d’une peine de 2 ans de prison ferme. Ce drame a également mis en évidence la gabegie qui règne dans le secteur du transport local, principal facteur d’accident. La visite technique de l’autocar a expiré en 2015, selon le Colonel Gélin Ranedson,  directeur général  de la Sécurité routière !

En ville et sa périphérie, c’était bien pire ! 

Mais en ville, la situation a été souvent dramatique à cause de certains chauffards ! Ce qui s’était produit le soir du 21 mai où une Mini-Cooper a fauché à mort 3 personnes sur la route d’Alarobia, est à graver dans les annales des accidents graves ayant marqué la capitale. Preuve que le choc lié à l’excès de vitesse, est d’une violence inouie, même un poteau de la Jirama fut endommagé.

Des proches d’une victime ont voulu s’en prendre violemment aux trois occupants de la voiture, alors ivres. Il a fallu pour la police dépêcher ses unités spécialisées sur place pour disperser les émeutiers. Cet accident continue donc d’indigner l’opinion avec la trop légèreté de la peine accordée au chauffeur. Il fut condamné à 3 mois de prison avec sursis. L’indignation a été telle que même le ministère public et le syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), étaient montés au créneau pour faire appel face à la décision de la Justice. 

Tout le monde n’est pas près d’oublier le drame le soir du 27 juillet sur la route de Maibahoaka Ivato. Il s’agit de ce carambolage spectaculaire provoqué par un chauffard sentant l »alccol au volant d’une Peugeot 3008. Une mère de famille  d’une trentaine d’années a perdu la vie dans ce drame. Les faits.  Un convoi de quatre voitures  était parti de Sabotsy-Namehana, pour se diriger vers l’aéroport d’Ivato. Leurs passagers allaient ramener une sœur de la défunte. Cette dernière allait rejoindre son domicile quand tout à coup était apparue en face la Peugeot 3008. Roulant à tombeau ouvert en provenance d’Ivato, cette dernière a donné son coup de bélier au convoi, en particulier l’Opel Combo. Sous le très violent impact, cette dernière a été quasiment coupée en deux, tuant sur le coup ainsi sa passagère, qui occupait alors une place derrière le conducteur. 

Notons qu’une autre personne, le propriétaire étranger d’un 4x4 Toyota Prado meurt également fauché par la 3008 folle. Or, le malheureux n’était pas dans l’une des voitures mais se tenait à proximité lorsque la Peugeot l’a mortellement percuté. Plusieurs jours après le drame, les cœurs restaient toujours meurtris, notamment pour les proches de la défunte ! C’est ce qu’on peut qualifier la réaction de Rivo Ramanantsoa,  le veuf de la défunte passagère de l’Opel Combo, pulvérisée par la Peugeot 3008 folle la nuit du jeudi 27 juillet à Maibahoaka Ivato. A l’explication, le conducteur de la Peugeot en question n’a été placé sous mandat de dépôt (Md) que longtemps après, le lundi , et ce, après son déferrement . Par ailleurs, son jugement a été annoncé pour le 4 septembre au Tribunal d’Anosy. Il était donc clair que le chauffeur de la 3008 a pu librement circuler sans avoir été jamais inquiété pendant deux longues semaines. 

 Enfin, la nuit du 11 septembre, un accident spectaculaire est  survenu du côté  d’Ambodihady. Ils étaient trois dans leur 4x4 « V8 »    au moment de l’accident. Une perte de contrôle chez le conducteur a fait dévier le véhicule de sa trajectoire avant qu’il n’aille buter l’infrastructure en béton bordant la chaussée. Ce sont  deux frères accompagnés de leur gardien. Grièvement blessés, ces trois individus sont âgés respectivement de 42 ans, 38 ans et 33 ans.    Quelques heures après leur évacuation à l’hôpital 

« Manarapenitra » Andohatapenaka et à l’Hjra Ampefiloha, les deux frères ont succombé à leurs blessures. Concernant la troisième personne, les médecins ont confirmé son décès hier après-midi après être admise  au service d’urgence de l’Hjra  Ampefiloha.  « Le tableau  de bord a encore affiché  140 km à l’heure quelques secondes après le renversement de la voiture »,  affirme un témoin. D’après ses explications, le conducteur n’a pas su maîtriser son allure ratant du coup la sortie menant vers Ivato.  

Franck Roland

Tia Tanindranaza0 partages

Ankizy kamboty sy sahirana Notoloran’ny vondrona Star fitaovam-pianarana

Mbola betsaka amin’ireo ankizy mpianatra amin’izao no tsy ara-dalana ny fitaovam-pianarany noho ny tsy fahampian’ny ho enti-manana eo anivon’ny tokantrano. Manampy trotraka izany ny halafosan’ny fitaovana, indrindra fa ireo kipitsony madinika izay nahitana fiakarany hatrany amin’ny 5 % tamin’ity fidiran’ny mpianatra taom-pianarana 2017-2018 ity raha kely indrindra

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fanatsarana an’AntananarivoHitombo ny hafainganam-pandeha amin’ny 2018

Anisan’ny teny filamatra apetraka eo anivon’ny fitantanana ny kaominin’Antananarivo Renivohitra ny “Antananarivo Renivohitra, soa iombonan’ny Malagasy”, hoy ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana, raha nikabary nanoloana ireo mpiara-miasa aminy eo anivon’ny CUA tetsy amin’ny kianja mitafon’i Mahamasina izy omaly.

Tokony hanana io toe-tsaina io avokoa izay hitondra hifandimby eo. Mbola mila miasa mafy isika ary hisy ny teknolojia vaovao iaraha-miasa amin’ireo mpiara-miombon’antoka alemana manomboka amin’io taona ho avy io, hoy izy. Nanazava tamin’ny ankapobeny ny antony nahatonga ny fiaraha-miasa moa ny mpanolotsaina manokan’ny ben’ny tanàna, Marc Ravalomanana, ary anisan’ny fenitra nahatonga ny fiaraha-miasa ny fitombon’ny taham-pampidiran-ketra (taux de pression fiscal) izay raha 15% ny volana martsa sy aprily dia efa maherin’ny 60% izao. Nahazo 15.000 Euros ny CUA tamin’ity taona ity noho ny fahamendrehana teo amin’ny resaka fikajiana tontolo iainana, hoy hatrany ny mpanolotsaina manokana. Ho hitanareo eo fa hitombo ny hafainganam-pandehan’ny asa fanadiovana hampamirapiratra ity renivohitra malalantsika ity amin’io taona vaovao io satria izay no mendrika ny vahoakan’Antananarivo. Toy ny fanaony isan-taona moa dia nizara sakafo ho fiatrehana fety toy ny vary, akoho, kilalao sy vatomamy ho an’ireo mpiara-miasa rehetra aminy ny fitantanana ny CUA. Nahafaly ny rehetra ny fizarana tambiny manokana (prime) ho an’ny mpiasa rehetra.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Rajaonarimampianina mivadyMaka ny fon’ny ambany tanàna

Nanao bemidina nizara zavatra teny La Réunion kely ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina mivady narahin’ny mpikamban’ny governemanta maromaro, toy ny minisitra Benjamina Ramanantsoa, Henry Rabary-Njaka, Jean Anicet Andriamosarisoa, Maharante Jean de Dieu, Zafilahy Ying Vah, Mamy Lalatiana Andriamanarivo, Herilanto Raveloharison, Lantoniaina Rasoloelison, Onitiana Realy … omaly.

Ahitana tokantrano miisa 198 honenan’ny olona miisa 850 eny, ka fianakaviana sahirana avokoa ny ankamaroany.  Nanome trano lay miisa 100 manana velarana 12m² tsirairay sy mahazaka olona 10 avy, vary 5kg, menaka 1L, siramamy 1kg, savony, ronono amin’ny boaty isan’olona ary vatomamy ho an’ny ankizy madinika ireto delegasionina mafonja avy amin’ny governemanta ireto. Nandritra izany ihany koa no nilazana fa hisy ny tetikasa fanajariana toeram-ponenan’ireo olona sahirana eny an-toerana, hiandraketan’ny minisitera eo anivon'ny fiadidian'ny Repoblika misahana ny tetikasan'ny filoham-pirenena, ny fanajariana ny tany sy ny fampitaovana, ny minisiteran’ny rano sy ny angovo, minisiteran’ny asa vaventy ary ny minisiteran’ny mponina. Hiantsoroka izany sy hiara-kiasa amin’ny fanjakana ihany koa ny orinasa Sogea sady hanohy ny fanadiovana ny lakandrano. Mihetsiketsika sy miezaka maka ny fon’Antananarivo ny Filoha ankehitriny sy ny ekipany, ary tsikaritra ho may tokoa ny endim-boanjony, ka zary toa mampiseho fifaninanana amin’ny kaominina Antananarivo, raha tsy hilaza afa tsy io fanadiovana ny lakandrano sy ny fanaovana asa sosialy io. Tena mandeha amin’ny nahim-pony sa kosa akaiky ny fifidianana, ka dia mba mihetsiketsika satria tsy mba hita nanao zavatra tahaka izany teto Antananarivo hatramin’izay? Na izany na tsy izany anefa, dia tsara sy mendri-piderana ny fanaovan-javatra tahaka izany, saingy ny hirariana dia ny hoe mandeha mahitsy sy tsy misy ambadika politika na koa fanararaotana ny fahasahiranana sy fahoriam-bahoaka. Ny hita sy tsikaritra mantsy dia toa efa tsara homana ny endrika propagandy tamin’ny alalan’ny fampanaovana fanamiana “T-shirt” HVM.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mihorohoro ny fitondranaManamboninahitra 144 nakarina galona

Nirarakopana ny fanondrotana galona teo anivon’ny mpitandro ny filaminana nandritra ny filankevitry ny minisitra farany ho an’ny taona 2017 ny alakamisy 28 desambra lasa teo.

Raha ny fanisana natao mantsy dia nahatratra 144 ireo fanondrotana natao, ka ny teo anivon’ny polisim-pirenena no nahitana betsaka indrindra, izay nisy 87 be izao : 2 nakarina ho « inspecteurs Généraux de police», 13 nakarina ho « Controleur général » , 20 lasa « commissaire divisionnaire », 29 « commissaire principale », ary 23 ireo vao nahazo ny galonana « commissaire ». Ho an’ny tafika Malagasy kosa dia miisa 41, ka ny 26 tamin’ireo dia kolonely niakatra ho jeneraly avokoa, ary ny 15 kosa « général de Brigade » niakatra ho « général de division ». Miisa 16 kosa ireo manamboninahitra ny teo anivon’ny zandarimariam-pirenena, izay nakarina galona, ka ny 5 dia « général de Brigade » nakarina ho « général de division », ary ny 11 kosa kolonely niakatra ho jeneraly. Raha hatambatra izany ireo kolonely vao nakarina ho jeneraly ho an’ny zandarimariam-pirenena sy ny tafika miampy ireo « controleur général » vaovao teo anivon’ny polisim-pirenena, dia mahatratra 50 be izao. Mampametra-panontaniana hatrany ity zava-miseho ity hoe inona loatra no antony? Tsy hisy hanani-bohitra avy any ivelany na koa toe-javatra mitovitovy amin’izany eyo Madagasikara, saingy mahagaga ny mahamaika sy mampikoropaka ny fanjakana hanao io fampiakarana galonana manamboninahitra ambony maro be io. Tsy natao hanenjehana na hanakianana ny mpitandro filaminana sanatria, fa kosa tsikaritra ho tsy arakaraka ny maha maro azy ireo ny firongatry ny asan-dahalo sy ny jiolahy. Isika amin’izao fotoana izao no firenena manana jeneraly be indrindra eto ambonin’ny tany. Mazava sy toa mibaribary, fa tahotry ny fanjakana HVM no mahatonga azy hanambitamby ny mpitandro ny filaminana hiaro azy amin’ny sezany. Antomotra rahateo ny fifidianana, ka azo adika ho pi-maso sy fifehezana ny tafika mba hanao valim-babena amin’ny fanjakana HVM eo anatrehan’ny fotoan-tsarotra holalovany izany, toy ny fibodoana fahefana rehefa tonga tokoa ny tokoa hoe halohan’ny vahoaka amin’ny alalan’ny latsa-bato ity fanjakana efa mankaleo azy ity. Zava-dehibe ny anjara toeran’ny eto amin’ny firenena ary azo lazaina fa any aminy ny fanalahidy, ka rehefa mihetsika na hetsehina amina toe-javatra politika, dia mety hahomby izay atao, toy ny fanonganam-panjakana tamin’ny 2009. Lojika be raha manambitamby azy mafy ny mpitondra ankehitriny, izay efa tsy mahatoky ny valerany intsony fa miantehitra mafy amin’ny mpitandro ny filaminana.

Toky R

 

L'express de Madagascar0 partages

Antananarivo – Les ordures s’amoncèlent

Plus les fêtes se succèdent, plus les déchets ménagers augmentent. Les bacs à ordures ne sont pas vidés à temps, la population  est asphyxiée.

Odeur fétide. Les Antanana-riviens se plaignent des ordures non ramassées dans les quartiers de la ville d’Antananarivo. « Lorsque les bus sont coincés dans un embouteillage, tout près des bacs à ordures, l’odeur est invivable. Je parle surtout du bac à ordures à Ambodin’Isotry », se plaint Sambatra Andriamihajanarivo, mère de famille. Ce n’est pas seulement à Ambodin’Isotry, mais dans tous les quartiers de la ville, pour ne citer qu’Andravoahangy Ambony, 67ha, Anjanahary, Ambodi-filao.Vers midi, les ordures débordent du bac. Elles  bloquent les rues dans certains quartiers. « Nous ne savons plus où mettre les pieds. Les ordures attirent les rats. Nous venons pourtant de sortir d’une épidémie de peste. Si nous ne faisons pas attention, nous risquerons d’y revenir », affirme Rasolomalala, enseignante. La saison des pluies ne fait qu’empirer la situation. D’après l’explication de Lanto Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène, lors d’une conférence de presse sur la journée d’assainissement, prévue le 10 janvier, une dette de 7 milliards d’ariary pèse encore sur les épaules du Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (Samva) depuis la Transition. «Nous nous arrangeons actuellement avec les camions prestataires, ramasseurs des ordures jusqu’à ce qu’on trouve l’argent pour le traitement des ordures d’Antananarivo. Le Samva ne possède pas de camions. Nous avons également mis des GPS sur tous les camions prestataires pour qu’ils ne ramassent que les ordures, au lieu de transporter des terres, par exemple. », explique-t-il. « Pour alléger la dette, il faut aussi qu’un camion soit bien chargé d’ordures. Pourtant, on paie toujours la prestation même si les camions ne sont pas pleins. Nous avons dû limoger plusieurs directeurs à la tête de ce service», note t-il.La prestation des camions est à 8 000 ariary par tonne. Le Samva ramasse plus de 2 000 tonnes d’ordures par jour, actuellement. Ce service mobilise environ trente camions. Malgré cette dette, aucune plainte n’a été enregistrée auprès du Samva par les prestataires. « Nous n’avons reçu aucune plainte provenant des prestataires actuellement », affirme le colonel Marie William Rakoto-arivony, directeur du Samva.

ResponsabilisationMême si le Samva gère la collecte des ordures, une part des responsabilités revient aussi à la population. « La plupart des gens ne respectent pas l’heure pour jeter les déchets ménagers dans les bacs à ordures. C’est la raison pour laquelle les ordures se répandent sur la rue et créent des odeurs nauséabondes le matin », insiste Lanto Rasoloelison. La journée du grand assainissement, chômée et payée, du 10 janvier vise à responsabiliser chaque citoyen.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Lois électorales – La société civile figée à la Constitution

La société civile a pris part à la consultation menée par le Premier ministre hier. Affirmant être ouverte au dialogue, elle écarte jusqu’alors toute idée de révision de la Constitution.

Statu quo. À l’issue de la consultation avec le gouvernement sur les lois électorales, hier au palais d’État de Mahazoarivo, la position de la société civile sur la question reste inchangée. Elle garde la ligne selon laquelle le cadre juridique du processus doit rester dans les termes prescrits par la Consti­tution dans son état actuel.Après les députés pro-pouvoirs et les membres du groupe parlementaire des partisans de Andry Rajoelina (Mapar), ce sont les représentants des organisations de la société civile (OSC) qui ont pris part aux discussions concernant les projets de lois organiques sur les élections. La séance n’a toutefois pas changé la position des OSC. « Le plus important est que, durant les échanges, nous avons cherché la solution technique permettant d’organiser l’élection vers la fin de l’année 2018, comme le veut la Constitution en vigueur », a déclaré Haritiana Ralevason, coordonnateur national du Comité d’harmonisation des organisations de la société civile pour la qualité des élections (CHOQUE).Des mots qu’Harijaona Andriamoraniana, coordonnateur technique du mouvement ROHY, a renchéri. « Comme nous l’avons déjà dit, afin d’avoir un processus apaisé, nous estimons qu’il serait opportun que les élections soient organisées sur la base de la Consti­tution en son état actuel », a-t-il indiqué. À l’instar des précédentes consultations, les contraintes imposées par les dispositions constitutionnelles à l’organisation des votes ont été largement discutées.Des contraintes, que résume en partie l’alinéa 1er de l’article 47 de la Loi fondamentale. « L’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice », prévoit cette disposition. Ce qui impliquerait que des délais comme les temps de publication et proclamation des résultats, la propagande du 2nd tour et l’impression des bulletins de vote du 2e tour soient sensiblement raccourcis.Une source avisée soutient toutefois que contrairement aux politiciens, les OSC sont favorables aux réductions des délais afin de se conformer à l’article 47. Les représentants de la société civile présents auraient proposé l’utilisation des nouvelles technologies de l’infor­mation et de la commu­nication pour réussir le challenge de la publication et proclamation des résultats en un temps très réduit.

ConciliationSur l’impression des bulletins de vote, l’homologation des imprimeurs locaux, pour soutenir l’imprimerie nationale aurait été évoquée. Il faudrait convaincre les bailleurs du projet de Soutien au cycle électoral à Mada­gascar (Sacem) d’y adhérer. Les OSC tablent sur le volet technique de leur position. Seulement, ce sera au Parlement de voter les lois au final. Là entrent les enjeux politiques. L’idée des amputations de délais, comme celui de la propagande, ferait cogiter les parlementaires.Outre la retouche de la Constitution, l’idée d’un accord politique sur une version consensuelle des textes électoraux à faire voter par le Parlement, à l’issue des consultations fait son chemin. Affirmant ne fermer la porte à aucune éventualité, la société civile préfère attendre l’issue des consultations avant de prendre une position définitive.Un nouveau rendez-vous avec le gouvernement est fixé le 8 janvier, durant lequel les projets de lois seront discutés article par article. Devrait s’ensuivre une rencontre entre tous les acteurs électoraux, afin de prendre une décision sur la version des textes à présenter au Parlement.« Nous ne pouvons pas nous prononcer sur une quelconque position maintenant. Une réunion technique, où nous allons discuter point par point des lois électorales, se tiendra en janvier. Nous verrons quel sera le résultat des échanges. Pour l’heure, nous estimons que, techniquement, les élections peuvent se faire avec la version actuelle de la Consti­tution », conclut le coordonnateur de ROHY. Il faudrait pourtant concilier le volet technique et politique.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Anjanahary II O – Effondrement imminent d’un immeuble

Une maison à quatre étages s’incline dangereusement après les fortes pluies d’avant-hier. Autour, une dizaine d’habitations ont dû être évacuées. 

Un vent de panique  a soufflé dans le quartier d’Anjanahary II O. Avant-hier, en début de soirée, un bâtiment sur pilotis à quatre étages s’est affaissé sous son propre poids pour se pencher dangereusement vers une maison voisine.Autour de la construction menaçante, une dizaine d’habitations ont dû être évacuées. Les sapeurs-pompiers sont sur place depuis que la menace leur a été signalée. Sous la houlette du chef de caserne, ils étaient une trentaine à s’être déployés sur les lieux, hier.«Nous sommes quatre étudiants comoriens à louer la maison. Chacun d’entre nous occupe un étage. L’épée de Damoclès est suspendue à nos têtes depuis jeudi. Vers 17h 30, après les pluies battantes, la propriétaire a constaté de nombreuses fissures sur la construction lors d’un état des lieux pour nous les faire part», lance Olivier Lipou, l’un des locataires victimes du sinistre.«À peine quelques minutes plus tard, la  propriétaire, visiblement rongée par l’inquiétude, est revenue pour nous signifier que nous devions absolument quitter les lieux sans attendre. N’ayant pas pris conscience sur le coup de la gravité de la situation, nous avons d’abord expliqué que nous n’avons nulle part où aller. Aux alentours de 18 heures, en remontant dans ma loge,  j’ai senti comme un séisme. L’effondrement me semblait imminent. J’ai, de ce fait, décidé de partir sans attendre pour trouver refuge chez  une amie, quitte à abandonner toutes mes affaires», poursuit cet étudiant en transit et douanes.Alors que l’ensemble de la construction s’inclinait vers l’Ouest sous un angle d’effondrement irréversible, les sapeurs- pompiers ont débarqué.

Intervention périlleuseD’emblée, ils ont délogé les locataires obstinés, sortis rapidement d’une pièce en sens dessus dessous par une porte à forte inclinaison. En même temps, les secouristes ont barricadé l’entrée d’une ruelle très fréquentée, étranglée en contrebas de la maison de la mort  et de constructions environnantes.Tôt hier matin, les sapeurs-pompiers ont travaillé d’arrache-pied sur la démolition de la demeure en péril. L’ampleur de la tâche semble plus relever de la compétence d’une entreprise spécialisée, équipée de machines et de lourds matériels de démolition plutôt que de sauveteurs n’utilisant que cordes, haches et marteaux.Bravant la mort en grimpant au sommet du bâtiment haut d’une vingtaine de mètres qui, de surcroît risque de s’effondrer d’une minute à l’autre, les sapeurs-pompiers ont, pourtant, réussi à alléger la construction des quelques structures lourdes. Les murs ont été percés de l’extérieur au quatrième et au troisième étage pour faire sortir certains objets.« Nos diplômes et ordinateurs y sont encore», se désole le locataire interrogé.«Le travail abattu est déjà énorme mais ce qui reste à faire prendra encore trois jours. Les piliers qui supportent l’imposante construction ont été plantés dans un terrain instable. Fragilisé par l’humidité, le sol n’a pas pu supporter le poids de la maison», explique l’un des éléments venus sur place.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Belo sur Tsiribihina – Fusillade contre quarante dahalo

Les forces armées se sont retrouvées nez-à-nez avec une quarantaine de dahalo armés à Ampasimandrotry Belo sur Tsiribihina, très tôtmercredi. Après des échanges de coups de feu, cent cinquante têtes de bœufs volés, cachés en pleine forêt par des bandits de grand-chemin ont été découverts in extremis. Conduite au chef lieu de district de Belo sur Tsiribihina, la totalité du troupeau a été mise en fourrière à la commune. Sur présentation de fiches individuelles de bovidé ou d’autres pièces justificatives, des éleveurs ont repris possession de leurs zébus.Cette opération a été menée par vingt militaires de la 510e compagnie ainsi que cinq gendarmes.«Mardi, nous avons appris  qu’une quarantaine de voleurs de bétail se terraient à Ampasi­mandrotry. Une opération a été, de ce fait, lancée. Le lendemain, vers 5 heures du matin, en arrivant sur les lieux, nous avons repéré un suspect qui a, en un éclair,  prévenu ses comparses.», explique le lieutenant Toky Andriamahery.À l’entendre, les malfaiteurs se sont enfuis dans la forêt où ils se sont volatilisés. Le bétail y a été en revanche découvert.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Belle prestation du trio Rakotoary

La soirée du 28 décembre a été riche en bonnes surprises. Le trio composé d’Éric Rakotoary, Tahiry et Samy Andriamanoro a ébloui sur la scène du No Comment Bar à Isoraka. 

Belle ambiance! Telle a été la constatation de ceux qui etaient présents au rendez-vous « Rythm and blues » donné par Éric Rakotoary Trio, au No Comment Bar à Isoraka avant hier soir.Les amateurs de la bonne musique d’ambiance ont été bien servis par de talentueux musiciens. Éric Rakotoary à la guitare basse et au chant, Samy Andriamanoro au saxophone et au clavier, et Tahiry Andriamanoro à la batterie ont revisité, à leur bonne manière, les standards du blues, du jazz et aussi les rythmes bien tempérés. Même James Brown en personne aurait souri en entendant le trio interpréter « Sex machine », « It’s a man’s world», et « Papa’s got a brand new bag ». Les reprises ont été magnifiquement jouées avec des touches propres à nos musiciens. Les fans d’Otis Redding, ceux de Creedence Clearwater Revival se sont bien réjouis de leur prestation.« Je n’ai pas du tout regretté d’être venue. Le mauvais temps a failli changer mon programme. Mon mari adore la façon de jouer et le feeling de ce trio. Il tenait absolument à ce que je vienne avec lui. Maintenant, je partage entièrement son avis. Ils arrivent à créer une ambiance particulière, un bon feeling », a avoué une dame dans le public, toute exaltée de bonheur.

Bonnes surprisesLe trio a bien démarré la soirée. Un autre grand guitariste, Poon Andriambelo, les a rejoints au beau milieu de l’ambiance. Et la symbiose de leur groupe a pris une toute autre dimension.« Je ne sais pas comment définir le fait d’entendre ce qu’ils font. Mais là, j’ai vraiment la chair de poule. J’ai tous les sens en éveil. Je suis heureux. Ils sont forts », a commenté un étranger dans l’assistance.Difficile alors de résister et de se tenir à sa place si on a un certain talent permettant de participer à ce qu’ils ont offert comme spectacle. Ce fut le cas de Voahirana Andriambelo qui a pris le micro pour habiller de sa belle voix les derniers morceaux de la soirée. Était-ce une réaction spontanée de la part de ces deux autres artistes ou une mise en scène bien orchestrée ? En tout cas, toute l’assistance a bien apprécié leur participation.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Tennis -Rétrospective 2017 – Distinctions et investissement vont de pair

Le tennis malgache reste fidèle à la régularité dans la performance. Un prestige qui se gagne et qui perdure, à condition d’y mettre les moyens financiers nécessaires.

Des investissements énormes à la hauteur d’un prestige grandissant. 2017, c’est une année où les joueurs et joueuses malgaches ont été le plus présents sur la scène internationale, depuis une bonne dizaine d’années.Partant des compétitions des jeunes U12, passant par les U14, les U16 et même U18, puis allant jusqu’à une participation à deux Coupes Davis en Lettonie et en Finlande, on peut dire que, sur l’international, Mada­gascar a répondu présent.Pour cette année, il faut rappeler qu’il y a eu deux personnages clés à la présidence de la fédération malgache de tennis. Tout d’abord, Tsialiva Rajaobelina qui a été élu en 2013, a poursuivi le travail jusqu’au mois de mai 2017.À partir du 30 mai, Stéphane Rakotondrainibe a été élu au poste de nouveau président de la FMT. Les efforts de ces deux hommes ont permis cette bonne représentativité du tennis malgache à l’échelle internationale.Pour Tsialiva Rajaobelina, il a fallu se battre tout seul la plupart du temps, avec des dépenses en Coupe Davis et durant les championnats d’Afrique U14 et U16 de Pretoria en mars. Après, il a pu sortir par la grande porte en organisant à Antananarivo le championnat d’Afrique australe par équipes des U12.La tâche de Stéphane Rakotondrainibe a débuté par l’envoi de l’équipe nationale U14 garçons pour les championnats d’Afrique par équipes à Tunis.

Relais gagnantToky Ranaivo, Lanja Rakotozan­driny et Fenosoa Rasendra sont revenus avec une précieuse médaille de bronze juste derrière le Maroc et l’Égyp­te, mais devant l’Afri­que du Sud ou encore le Kenya ainsi que le Cameroun.Après cela, il a fallu débourser encore pour les championnats de Madagascar à l’ACSA Ambohidahy, mais aussi pour le déplacement des équipes nationales U12 aux championnats d’Afrique par équipes de Casablanca, et pour le second sommet continental des U14 en Egypte. Toky Ranaivo s’est distingué en atteignant les quarts de finale, mais surtout en gagnant le Masters U14, qui a réuni les huit meilleurs joueurs africains de cette catégorie.Et les investissements n’en finissent pas. Les équipes nationales U14 et U16 iront prochainement du 6 au 18 janvier 2018 au championnat d’Afrique australe à Gaborone. 50% du billet d’avion de chaque joueur et joueuse, puis 100% du billet du coach ainsi que ses indemnités sont à la charge de la FMT. « Jusqu’ici, la FMT à dépensé pas moins de 150millions d’ariary depuis fin mai pour les déplacements des équipes nationales à l’extérieur, et pour les autres projets locaux. Le tennis malgache mérite d’être soutenu et aidé, avec les résultats qu’on a pu obtenir pour cette année 2017. L’État a l’obligation d’aider cette discipline qui rehausse l’image du pays », rappelle Stéphane Rakoton­drai­nibe, président de la FMT.En attendant les aides éventuelles de l’État et des sponsors, la saison 2018 s’annonce très lourde sur le plan financier. Madagascar aura tout de même à organiser deux tournois internationaux d’envergure. Le premier concernera les U14, avec la tenue du premier tournoi du circuit africain grade 2 que Madagascar organise du 22 au 25 février, ainsi que le grade 5 pour les U18 du 25 au 29 juin.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Des fêtes de fin d’année fastueuses

Si la météo ne gâche pas les fêtes, ce sera la liesse dans la capitale du Nord. La population se prépare pour marquer la Saint-Sylvestre et le Nouvel An.

Comme dans toutes les villes, et  comme il est  de tradition dans la  région septentrionale de l’île, les Antsiranais  s’attèlent à la préparation des festivités du réveillon de la Saint Sylvestre et du Nouvel An.À deux jours de la fête, la plupart  de gens estiment  qu’il est grand temps de penser à l’organisation  pour passer de bonnes fêtes. Des associations ou des sociétés évènementielles prennent leur part dans ce sens. Ainsi, des banderoles sont visibles sur les rues principales de la ville annonçant des fêtes et des spectacles. Si le groupe Wawa fait le come-back à la Boîte Noire sur la rue Colbert, Zandry Ahmed animera l’ambiance au Foyer de la Secren. Tandis qu’Ankarana Annexe a mis son choix sur Les Mercenaires, un groupe demusiciens locaux connus par leur talent depuis des années. Cette fois, d’autres salles de fête et des hôtels de renom ont  opté pour l’animation DJ et le défilé de mode. Ce sera le cas à l’Hôtel de la Poste, au Restaurant Le Venila, entre autres. Entre préparatifs, courses aux cadeaux et repas de famille, l’organisation du réveillon peut vite tourner au marathon.D’après une petite enquête, quatre Antsiranais  sur dix  se disent stressés à l’approche de la fin d’année. La gestion du  budget alloué à la fête, l’envie de faire plaisir aux enfants, aux amis,  et la  nécessité de composer avec les obligations familiales, font que la  fin d’année  est une grosse période de stress pour  la  majorité des gens.

Petits cadeaux« C’est la pression sociale qui pousse toujours les gens à consentir des dépenses importantes », affirme un notable sociologue.Sur les terres Antakarana, les fêtes de fin d’année provoquent une période de « stress de consommation » supplémentaire car beaucoup ne peuvent pas résister à cette pression sociale qui les incite à succomber à la surenchère de petits cadeaux pour le Nouvel An. Ces trois derniers jours, l’anticipation est également de mise en ce qui concerne l’achat de cadeauxAprès la fête de Noël, les rues de la capitale du  Nord  sont bondées de monde. Les marchés ont apparemment du mal à accueillir toute la clientèle, les centres commerciaux innovant avec de nouveaux articles sont pris d’assaut par les parents qui souhaitent égayer la fête de leurs familles respectives. Les magasins de vêtements et de chaussures organisent des horaires non-stop pour satisfaire leur clientèle en majorité des femmes qui veulent être à tout prix suivre la couleur de la tendance.Quoi qu’il en soit, chaque année, les fêtes de fin d’année et du Nouvel An auront  leurs lots de surprises.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

La Réunion Kely – Le couple présidentiel  gâte les habitants

Voahangy et Hery Rajaonarimampianina se sont rendus à La Réunion Kely, hier. Un évènement très attendu par les habitants de ce secteur. «Nous souhaitons que l’État ne nous tourne pas le dos», affirme Radoniaina Ranjalahy, dit «Karàna», président de l’association des habitants défavorisés de La Réunion Kely.Depuis jeudi, cinq cents, sur les huit cent cinquante habitants, de la Réunion Kely ont été mobilisés pour une activité Haute intensité de main d’œuvre (HIMO) pour le curage des canaux. Chaque particant a reçu une compensation de 5 000 ariary en contre partie.Lors du passage du couple présidentiel hier, des vivres ont été distribués. Trois cents familles ont été gâtées pour cette fin d’année. Chaque famille a reçu un litre d’huile, 5 kilos de riz, une boîte de lait concentré. Cent tentes et des palettes ont été également reparties. Le président de la République Hery Rajaonari-mampianina compte continuer ces actions pour La Reunion Kely. Il a promis une solution durable pour mettre fin à la galère de la population de La Réunion Kely. En attendant le BNGRC installe cent tentes de 12m2 pour humaniser les conditions de vie à La Réunion Kely.La plupart des habitants de petits quartiers ne pouvaient que survivre dans le triage des ordures pour le moment. À part le travail plus ou moins décent, les habitants de la Réunion Kely souhaitent une amélioration de leur habitation.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Androy – Crainte d’une pêche intensive

Six bateaux de pêche ont été repérés sur le littoral de l’Androy la semaine dernière en train d’effectuer des activités inquiétantes. Selon les informations recueillies, ils ont été déjà vus dans les eaux de la partie Atsimo-Andrefana avant de rejoindre l’Androy.Face à cela, les habitants de Lavanono expriment leur crainte et haussent le ton contre ce genre de pêche plus ou moins illicite.« Nous vivons de la pêche, et, nous n’osons même pas pêcher par peur de ces bateaux alors que nous devons nourrir nos familles. Nous demandons leur départ », réclament les villageois.Jointes au téléphone, les autorités locales affirment ne pas être au courant de cette campagne de pêche. Par ailleurs, selon les indiscrétions, aucune ristourne ne serait versée aux collectivités territoriales décentralisées mais des parts sont prévues pour remplir les caisses du ministère de la Pêche et des ressources halieutiques.En suivant les traces de ces bateaux de pêche, les spécialistes prévoient qu’ils lèveront les voiles du littoral de l’Anosy d’ici peu.

Moïse Fanomezantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Reconnaissances présidentielles – Dix millions d’ariary pour les champions du monde

Toute peine mérite…. récompense.Hier,le président de la République de Madagascar, Hery Rajaonari­mampianina a reçu les sportifs méritants de cette année 2017 au Palais d’État d’Iavo­loha.Douze entraîneurs et quarante quatre athlètes ont reçu une prime de reconnaissance de leurs efforts de 33 100 000 ariary de la part du président de la République.L’équipe nationale masculine malgache, cham­pionne du monde junior en triplette durant le sommet mondial de Kayhua (Chine) du 4 au 8 novembre, a remporté le gros lot d’un montant de 10 millions d’ariary.Cette équipe est composée d’Anja­rasoa Ravohitrarivo, de Fitahiana Andriamanda, de Tendry Fifaliana et de Jean François Rakotondrainibe.Toujours en pétanque,les membres de l’équipe féminine senior malgache (Mirana Razafinakanga, Francine Randriambahiny,Malalaharisoa Mihary Hasina et Saholy Sylvia Monique Nirinaniaina Lalatiana), vice championne du monde ont reçu chacune un million d’ariary. Les champions d’Afrique triplette messieurs font aussi partie des héros malgaches du sport.« La moisson a été bonne pour le sport malgache pour cette saison 2017. Madagascar est fier d’avoir des sportifs performants qui font sa renommée dans le monde. La récompense que donne l’État malgache ne comble pas les efforts que les athlètes ont pu effectuer tout au long de l’année. Je remercie les athlètes et les techniciens qui ont travaillé dur pour défendre les couleurs malgaches sur la scène africaine et mondiale.Espérons que 2018 soit une année meilleure encore pour le sport malgache », a rappelé le président de la République Hery Rajaonarimpiamina.À part la pétanque, le judo a obtenu deux médailles de bronze avec Isilo Aicha et Kwan Hu Diana Andrian­tahina durant les Jeux de la francophone d’Abidjan, au mois de juillet. La lutte a fait mieux, avec une précieuse médaille d’argent de Patricia Emma Rasoanantenaina.Pour l’haltérophilie, on recense trois titres de cham­pion d’Afrique par Tojonirina Alain, deux médailles d’argent ainsi que trois médailles de bronze. Madagascar décroche également un titre de champion d’Afrique au jeu d’échecs avec Harifidy Milanto Ralison.On peut également parler de la bonne prestation du tennis malgache. Toky Ranaivo a été récompensé d’un million d’ariary pour avoir gagné le Masters Africain des U14, une compétition qui a réuni les huit meilleurs joueurs africains chez les 14ans et moins. Il reçoit 500 000ariary de plus après avoir gagné la médaille de bronze aux championnats d’Afrique par équipes chez les U14 garçons avec Fenosoa Rasendra et Lanja Rakotozandriny.

D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Mise en garde contre les contrevenants

Le contrôle des véhicules effectué par la direction régionale des Transports (DRT) du Boeny continue à Mahajanga. Hier, le directeur de cabinet du Ministère de tutelle a dirigé l’opération qui s ‘était tenue devant l’EPP Barday, sur la nouvelle route du port à Ampasika. L’opération mixte a vu la participation des gendarmes, de la Police nationale, de la DRT Boeny, ainsi que du Comité local de prévention des accidents, et du service des transports urbains au sein de la commune urbaine de Mahajanga.Une action de sensibilisation à l’endroit des conducteurs de taxi moto tricycle (TMT) a été effectuée. Sur cent cinquante-deux contrôlés, vingt-trois infractions ont été constatées. Entre autres, sept véhicules particuliers avaient des vitres fumées. Les conducteurs ont immédiatement enlevé les films collés aux vitres devant les responsables des Transports.En outre, trois conducteurs de bajaj, ou tricycle, ne possèdaient pas de permis de conduire, tandis qu’un autre était muni d’une carte violette non validée par le Centre d’immatriculation de Mahajanga.D’autres conducteurs de TMT exercent dans le transport en commun sans licence ni carte violette, ni d’autre papier administratif. La police d’assurance d’un tricycle est expirée depuis des mois. Tandis que deux conducteurs de moto ne portaient pas de casque.Pour cette fois-ci, cette série d’infractions n’a pas été verbalisée donc pas sanctionnée. Les responsables ont préféré fermer les yeux et mettre en garde les contrevenants.« Cette opération vise à réduire le taux des accidents de voitures à Mahajanga et à prévenir de tels accidents », a précisé Ali Tabet, directeur régional des Transports du Boeny.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Henintsoa « Tôta » Rakotoarimanana – « Une nouvelle formule pour le championnat »

Vous avez été réélu à l’unanimité par six présidents de sections. Sur quels arguments vous êtes-vous basé pour les convaincre ?Après deux mandats, on a dressé notre bilan et on a obtenu à chaque fois un quitus. Ce qui signifie que les dirigeants des sections sont satisfaits de ce bilan. Depuis le début, on a axé notre politique sur la formation des jeunes. On est proche du but maintenant, et on récoltera très bientôt les fruits de nos efforts, car d’ici deux ans, ces joueurs de la génération 2000 évolueront chez les séniors. Voilà pourquoi, j’ai décidé de prétendre à un troisième mandat. Afin de poursuivre ce projet, j’ai proposé aux présidents de sections un soutien financier de la Ligue, pour qu’ils organisent leurs championnats respectifs chez les jeunes. Depuis toujours, les sections ont rencontré des difficultés sur ce plan, les empêchant de mener à bien leurs compétitions. Par la suite, la Ligue, qui comptera sur ses partenaires, organisera un championnat intersection. D’autre part, on prévoit également de demander une subvention spéciale auprès de la Fédération pour nous occuper de ces jeunes.

Comment se présente le programme de la saison à venir, est-ce qu’il y aura des innovations par rapport aux années précédentes ?L’ouverture officielle de la saison est prévue pour le 3 février. Les championnats débuteront le 10 février pour la Ligue 1, ainsi que la Ligue 2 où évoluent justement les jeunes de la génération 2000. On proposera prochainement une nouvelle formule aux clubs. On verra si celle-ci leur convient ou non. Avec cette formule, on aura, par exemple, le match aller entre deux clubs à Carion. Puis, le match retour se jouera une semaine plus tard, à Mahamasina.

Contrairement à Analamanga, les élections dans d’autres régions ont été émaillées de quelques troubles. Quelles en sont les raisons d’après vous ?Les postes de dirigeants dans le monde du football ont beaucoup d’importance. Ils font énormément l’objet de convoitise. Ce qui prouve que c’est encore le sport roi. C’est aussi convoité qu’en politique.

En mars, vous et les au­tres présidents de Ligues élirez le nouveau président de la Fédération. Pouvez-vous dresser un profil de celui qui devrait diriger la FMF ?Tout d’abord, en tant que Malgache, le futur président de la Fédération devra avoir une bonne relation avec le président de la CAF (Ndlr : Confédération Africaine de Football), Ahmad, qui est aussi Malgache. Il faudra qu’il soit à l’écoute de tous les acteurs dans le monde du ballon rond. Mais aussi, il devra avoir bien analysé la situation du football pour pouvoir apporter des solutions, afin de développer la discipline. Et enfin, la Fédération a besoin d’une personne qui apporte un nouveau souffle.

Propos recueillis par Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Loisirs – Le Casino Marina souffle  sa première bougie

Une première année d’existence bien marquée pour souligner l’image de marque que le Casino Marina, situé sur la route de l’aéroport d’Ivato, a fêtée dans la soirée du samedi 23 décembre. Le déroulement de ce premier anniversaire a bien reflété la qualité des services que propose cet établissement classé Cinq étoiles.Figurant parmi les derniers-nés dans l’univers des casinos de la capitale, le Casino Marina a vite gagné une bonne réputation. Le cadre, déjà, est fait avec goût et confort. Les détails mettent la clientèle en valeur. Un accueil chaleureux et courtois est réservé à chacune des arrivées. Les machines et les tables de jeux sont bien disposées dans chaque pièce. Tous les dispositifs inspirent la confiance. Leur système de sécurité touche la perfection.Pour les connaisseurs, le Casino Marina est bien équipé en matière de jeux, à la hauteur de ce qu’on rencontre dans les grandes villes du monde. On y croise du bon monde, une clientèle cosmopolite. Le personnel de service est à la fois discret et attentionné. Tout est orchestré pour de bonnes parties de jeu. Dans la série de discours des associés, le manager de l’établissement Franken Herman a souligné que le Casino Marina dispose même d’une équipe de secours en cas de malaise ou d’accident pendant les jeux. Il a aussi laissé entendre qu’un projet d’ouverture d’un restaurant de même catégorie est en pleine gestation. Et ce sera ouvert à tout public selon lui.

R. R.

L'express de Madagascar0 partages

 Passation à la Paierie générale d’Antana­narivo

Haingotiana Andrianarivo a pris officiellement sa nouvelle fonction en tant que Payeur général d’Anta­nanarivo, hier. La passation de service et le Payeur Général sortant, Herivelo Andriamanga devenu directeur général du Trésor Public, s’est effectuée hier. Il hérite du plus grand poste comptable de Mada­gascar. Plus précisément, environ 70% des opéra­tions de dépenses de l’État sont assignés à la paierie générale d’Anta­nanarivo.

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Le MFM ferme  dans ses principes

En célébrant son quarante-cinquième anniversaire, le MFM du Vakinan­karatra, par le biais de son coordinateur régional Marcel Razafimahatratra, a déclaré que le parti garde et respecte toujours son idéologie et ses principes.De ce fait et après le conseil régional qui a vu la participation massive des membres issus des sept districts de la région Vakinankaratra, ce premier responsable du MFM au sein de la région, a donc déclaré que les membres réitèrent  leurs propositions sur la gestion des fokontany. Outre la révision de la Constitution et la normalisation de la pratique démocratique, la mise en œuvre de la décentralisation a été aussi  discutée au cours de ce conseil régional du MFM.En tant que citoyens responsables se souciant du développement et de la vie sociale de la population, les représentants de chaque district ont aussi effectué des constats sur le quotidien de la population, concentrés sur l’insécurité, le prix du riz, la révision de la liste électorale, ainsi que la corruption qui devient une pratique habituelle de la population. De ces faits, le parti MFM a déclaré qu’il continuerait plus que jamais à se battre afin d’assurer un meilleur avenir politique, social et économique à la population.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

Voici le dernier Bemiray de l’année 2017. Deux articles de Tom Andriamanoro ont une trame commune : la politique et les élucubrations de politiciens au pouvoir. Mais il y a aussi un ciment liant deux chroniques, à savoir l’avion comme moyen de déplacement. Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter les meilleurs vœux pour 2018.

Caprice de grands – Quand la presse réunionnaise faisait des gorges chaudes d’Air Force One

À revenir sur la température des relations malgacho-réunionnaises de ces dernières années, vues ou revues par la presse de l’île voisine, on se rend compte que celle-ci n’a que très rarement sauté  sur l’occasion de se taire ! Ce fut le cas lors de « l’affaire » du premier avion présidentiel, quand la grande presse quotidienne réunionnaise semblait vouloir prouver qu’elle était attentive aux moindres soubresauts du régime post-2002. Ou qu’elle n’était pas plus tendre avec le nouveau qu’avec l’ancien.

Air Force One IIe contient 25 sièges tout confort.

C’est ainsi que l’acquisition par le nouvel homme fort d’un Boeing 737 acheté à la compagnie privée autrichienne Lauda Air a fait l’objet de larges commentaires ironiques. « La folie des grandeurs de M.R. », titrait par exemple le Journal de l’île de La Réunion (Jir) du 17 septembre 2002, en précisant que les Malgaches ont, non sans dérision, baptisé l’appareil de « Madagascar Air Force One » dans un rapprochement riche en ironie avec celui du président américain. Et le journal de poursuivre : « À l’heure où Madagascar lutte pour sortir du marasme où l’ont plongé des mois de crise politique, n’y avait-il pas d’autre priorité que celle d’acheter un Boeing 737-300 luxueusement aménagé en avion privé, négocié, au bas mot, à quinze millions de dollars ? » Le Jir rappelle toutefois les explications fournies à la presse malgache, notamment celles d’une acquisition « faite pour soulager Air Madagascar », mais il enfonce davantage le clou en précisant : « On croit rêver ! Il faudra des années pour amortir un tel investissement qui ne peut même pas être utilisé par Air Madagascar en raison de ses aménagements spécial VIP, et la situation paraît d’autant plus ubuesque que la compagnie nationale utilise un vieux Boeing 737 de trente ans d’âge, et qu’il aurait été plus judicieux de moderniser sa flotte ». Et d’oser une comparaison : « Même Ratsiraka qui pourtant a saigné à blanc son pays se contentait d’une  première classe sur Air Madagascar ».

La face cachéePour sa part, le Quotidien n’est pas en reste puisqu’il remet le couvert le lendemain en titrant qu’on aurait pu « acheter des tracteurs ». Et de faire observer : « On s’en doute, le nouveau joujou high tech du Président, doté d’un équipage allemand de neuf  personnes que l’on devine rémunéré bien au-dessus du salaire moyen malgache de trente euros par mois fait l’objet d’interminables discussions dans les bas quartiers de la capitale », en ajoutant « on ignore si c’est le contribuable malgache qui a payé l’avion, ou certains financements allemands ou américains, en attente de contrepartie ».Le Quotidien n’omet pas de rapporter la thèse officielle, et accorde une large place à un « observateur averti de la vie politique malgache » qui affirme : « La face cachée de cette affaire, c’est qu’Air Madagascar est, en ce moment, sous la coupe de Lufthansa Consulting dont on peut se demander justement si les premiers résultats ne conseillent pas d’arrêter de creuser davantage l’ardoise dans les caisses d’Air Madagascar ». L’observateur « averti » de confier au journal : « On peut, dès lors, imaginer que les Allemands aient dit au Président : On va vous trouver un appareil que vous pourrez utiliser à votre guise ». Reste à savoir si l’achat d’un avion moins onéreux n’aurait pas suffi à soulager Air Madagascar. Et on aurait pu acheter un grand nombre de tracteurs avec tout cet argent, « car ce qui est rageant, c’est que l’achat par l’État d’un Boeing 737 va se révéler d’une rentabilité nulle ».Le Quotidien termine son article, signé Pascal Neau, par la question des rapports du Président avec ses amis allemands, lesquels l’ont effectivement aidé à bâtir son empire agro-industriel, ou encore sa chaîne de télévision équipée d’un matériel numérique venu directement d’Outre-Rhin. Et d’imaginer que M.R. ne fait rien de moins que renvoyer l’ascenseur à un puissant lobby d’affaires protestant et calviniste.Il laisse le mot de la fin à son observateur anonyme : « Ici tout est possible. On pourrait, par exemple, trouver un jour du yaourt dans les soutes, ce qui permettrait à M.R. de dire que c’est sa propre entreprise qui finance l’achat de l’appareil en le louant de temps à autre… » Et de revenir aux choses sérieuses avec cet avertissement : attention, cet avion risque de devenir un objet encombrant à l’approche des législatives anticipées…

La cohue au guichet d’enregistrement d’Air Madagascar (avant le relooking du hall d’Ivato).

Billets d’avion – Payez comme tout le monde, ou restez !

Un ancien ministre, Olivier Rakotovazaha pour ne pas le nommer, avait voulu, en son temps, s’attaquer à l’octroi de billets gratuits, les fameux GP (gratis passenger ou gratuité partielle), sur les vols d’Air Madagascar. L’initiative avait été bien accueillie par une opinion publique pressée d’en finir avec les passe-droits, et confondant dans un même opprobre tout ce qui a trait aux gratuités et aux réductions tarifaires de tout ordre. Elle avait particulièrement une dent contre les « GP2 », ces dispositions prévoyant 90% de réduction au personnel et leur famille. Ce que les profanes ignorent ou ne veulent pas savoir, c’est que, bien appliqué, le GP ne pénalise en rien le trafic payant, son titulaire n’étant embarqué que dans la limite des places disponibles et pouvant même être débarqué en cours de route. Mais comme les lois sont faites pour être enfreintes… Et quoiqu’on puisse lui reprocher, le GP est le seul moyen à la portée de l’agent d’une compagnie aérienne pour connaître son produit, à moins que cela n’ait guère d’importance.Les gratuités intégrales et réductions « hors personnel » sont de plusieurs ordres. Elles peuvent être statutaires et concerner par exemple les anciens ministres de tutelle. Il arrive aussi qu’une compagnie qui veut ménager sa trésorerie paie un fournisseur en billet de passage en prenant soin de fixer des limites d’utilisation pour ne pas entraver le trafic payant (billet inutilisable en haute saison, par exemple). Mais là où les bonnes intentions du ministre risquaient de pénaliser la Compagnie, c’est que, sur le plan commercial, le billet gratuit a valeur d’investissement et contribue à la fidélisation d’une clientèle à haute contribution. Serait-ce une hérésie que d’offrir un billet gratuit à un PDG qui, en plus de ses propres déplacements, canalise ceux de ses cadres sur une compagnie plutôt que sur une autre ?Au chapitre de la promotion touristique, la gratuité occupe une place centrale autour de laquelle s’articulent les Voyages de presse et autres Tours éducatifs, tant il est vrai que la concurrence ne lésine pas sur les moyens. Et parlons télévision, qui aurait l’idée saugrenue de faire payer Julien Lepers de sa poche pour venir parrainer le festival des baleines ?

Ayant débuté sa carrière au sein de l’Arema, Norbert Lala Ratsirahonana a successivement « coaché » Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, pour jouir d’une retraite paisible en tant qu’ancien chef d’État.

Migrations politiques – Le politicien rend possible le mariage de la carpe et du lapin

Contrairement aux scenarii usuels des fables, ces deux animaux, tout aussi délectables l’un que l’autre, ne pourront jamais se rencontrer ailleurs que sur une table de cuisine ou de salle à manger. Nulle agence matrimoniale (fictive) ne serait assez inconsciente pour essayer de les apparier, encore moins de les marier. Dès lors, en l’inexistence d’une quelconque interface fiable, ils pourraient élire domicile chacun sur sa planète et s’ignorer jusqu’à la fin des temps. Mais aussi improbable que cela puisse paraître, il y a des dîners où l’un vient en matelote et l’autre en gibelotte, unis par le seul vin blanc contenu dans la recette de leur sauce. Et les voilà finissant dans l’estomac éclectique d’un amateur de bonne chère.Migrations politiques dîtes-vous ? Il y a tous ceux qui, une main sur le cœur, veulent faire croire à la sincérité des nombreux transfuges dont ils font partie, et qui viennent comme des darnes de carpe dans une gibelotte. Ils ne souhaitent qu’une chose : se fondre dans un premier temps dans la masse pour faire oublier leur passé souvent peu reluisant, et en prêtant allégeance au régime en place. Ils rêvent, en quelque sorte, que le bon peuple prenne les vessies pour des lanternes et … patientons encore un peu,  on les verra aux meetings électoraux non pour y porter la contradiction, mais pour écouler des promesses ronflantes sur fond de fanions, de tee-shirts et de casquettes. Parmi ces futurs députés, car élus, ils sont persuadés de ce destin national, certains ne cherchent même pas à trop s’apesantir sur un programme fumeux, préférant jouer sur l’alliance contre nature qu’ils ont contractée. Leur raisonnement est on ne peut plus simple : j’ai la confiance de qui vous savez, ergo je mérite largement que vous votiez pour ma personne.

« Au-dessus de la mêlée »La soif d’honneur et de pouvoir en amène régulièrement plus d’un à cette variété de prostitution et à retourner casaque plus souvent qu’à

« Révélé » en mai 1991, Alain Ramaroson a abattu les régimes qu’il avait encensés auparavant, terminant (provisoirement ?) son parcours à la case prison.

leur tour. De cette manœuvre, un grand politicien de la Deuxième République a fait un art, « son » art, sauf qu’il avait le chic de présenter à tous les coups des candidats perdants. Il a tout essayé, louvoyer et virer de bord au moindre coup de vent tout en osant se dire « pur et dur », adopter toutes les idéologies pour obtenir ou garder un fauteuil au Conseil suprême de la Révolution (CSR), que les médisants préféraient traduire par « Ça Sert à Rien », intriguer pour placer ses proches à divers postes de haut niveau, se forger de nouvelles alliances en créant une structure mort-née, pour enfin se draper dans un lambeau de dignité et ne plus prendre part aux consultations

populaires car il caressait un autre rêve : celui d’être sénateur désigné sur le quota de l’amiral en déclarant à qui voulait l’entendre : « J’entends me placer au-dessus de la mêlée, en ma qualité de respectable vétéran de la politique ». Une « sagesse » qui n’est pas sans rappeler celle du renard de la fable : « Ils sont trop verts dit-il, et bons pour des goujats ».Quand ce genre de changement d’orientation s’opère sous nos yeux, on est en droit de se demander à quel moment le cher homme, ou de plus en plus la chère femme, est sincère, et à quel autre moment il, ou elle, ne l’est pas ? Faut-il quand même accorder un crédit aux éléments subtils qu’il a introduits dans sa ligne de conduite ? Et au sujet de ceux qui savent manier à merveille l’éthique religieuse, il est permis de se demander si, une fois de plus, il ne s’agirait pas d’une ruse au second degré pour nous induire en erreur. Un peu comme si un pseudo-Pape se rendait pieds nus et en pagne blanc en pèlerinage à la Mecque. Mais qu’on se le dise : si ce genre de politicien migrateur décide de descendre en gladiateur-vedette dans l’arène, croyant « pousser » son candidat, il risque de ne plus trouver mieux pour signer la fin de la carrière politique du malheureux. Ce qu’à Dieu ne plaise…

James David Wolfensohn a été président de la Banque mondiale de 1995 à 2005.

Rétro pêle-mêle

Rapport 2004 sur le développement dans le monde : mettre les services à la portée des pauvres. Ce document de la Banque mondiale avertit que l’on ne peut escompter de grandes améliorations dans les conditions de vie des pauvres tant qu’ils ne bénéficient pas d’un plus grand accès, à des prix abordables, à de meilleurs services de santé, d’éducation, d’eau potable, d’hygiène et d’électricité. Sans de telles améliorations, les maladies et l’analphabétisme, deux maux à éradiquer, continueront à être le lot de nombreuses couches démunies.La situation actuelle est de nature à rendre vains les efforts visant à atteindre les Objectifs de Développement pour le Millénaire, des Objectifs appelant à réduire de moitié le phénomène de la pauvreté dans le monde, et à apporter des améliorations substantielles au développement humain avant 2015. Le Rapport cite l’exemple de pays où les services fonctionnent bien, montrant comment pouvoir public et citoyens peuvent améliorer les choses. Ce qui distingue le succès de l’échec, c’est le degré d’implication des pauvres dans la détermination de la qualité et de la quantité des services qui leur sont fournis.« Souvent, les services ne profitent pas aux pauvres. Même si ces échecs semblent moins catastrophiques que les crises financières, il n’en demeure pas moins que les effets sont profonds et durables », déclare James Wolfensohn, président de la Banque mondiale, avant de poursuivre : « les services marchent quand ils profitent à tout le monde. Quand les filles sont encouragées à fréquenter les écoles, quand les enfants et leurs parents participent à l’effort d’éducation, quand la collectivité prend en charge son système d’hygiène ».

Lettres sans frontières

Joseph Ntap NgoupouIn À l’aurore de la vie

La souffrance victorieuse de la graine

Le paysan, avec assurance et foiEnfouit la graine dans le sol froid.La graine, prisonnière de la terre,La graine prisonnière de l’obscurité,La graine dans sa prison et son manqueSe cherche, veille.Dans sa recherche, elle fait appel à sa puissance cachée.Dans sa recherche, elle tombe amoureuse de sa prison.Dans sa recherche, elle absorbe l’eau environnant.Dans sa quête, elle fait corps avec la terre envahissante.La graine se met ainsi à aimer la Vérité dans son ennemiApparent.Et dans le noir de sa prison elle grossit.Les murs déjà s’écartent.La toiture déjà se fissure.Au cœur de la graine l’embryon se forme.L’embryon ! Fruit de sa recherche patiente et solitaire.La lumière, par les fissures, vient au secours de l’embryonLes rayons complices stimulent le bourgeon.La terre craque sous sa poussée puissante,Et le bourgeon redonne la Vie à la Vie.Toute prison n’est qu’apparenteToute souffrance n’est qu’illusion.Tout manque est une bénédiction déguisée.Tenir la tête hors de l’eau en toute circonstance !That’s the question,Veillez et priez car vous ne savez ni le jour ni le moment.

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : Archives de L’Express de Madagascar - AFP 

L'express de Madagascar0 partages

Un camp militaire à position très stratégique

La première visite de Ranavalona Ire dans la région de Tsinjoarivo, la conduit au sommet d’Andrangalisa ou Vohitrarivo, une colline à environ1 200 mètres d’altitude. Le seigneur Ramanjaka y réside, donc son vassal puisqu’à l’époque, l’actuel Vakinankaratra fait déjà partie du royaume de l’Imerina.La reine envisage d’y installer son Rova de villégiature puisque les infrastructures nécessaires existent déjà, qu’il suffit d’aménager. Comme tout village fortifié des Hauts-Plateaux, on y accède par un grand fossé qui fait le tour du village et qui donne sur un tunnel aboutissant à la porte de pierre de l’entrée et sur la sortie du village. En outre comme dans toute la région, la colline est recouverte d’une forêt primaire qui constitue également une protection naturelle.Néanmoins, Ranavalona décide de s’établir à Tsinjoarivo pour éviter la traversée de l’Onive, très risquée en saison des pluies. Mais comme la colline a vue sur toute la région orientale, elle y installe un camp de Voromahery, soldats-colons.Plus tard, au début de la période coloniale, le général Joseph Simon Gallieni maintient encore le camp militaire du fait de la position stratégique de Vohitrarivo dans sa politique de pacification. Les soldats peuvent faire des incursions dans la forêt toute proche où se cachent les nationalistes Menalamba.À l’époque, d’après une centenaire qui, malgré ses pertes de mémoire, a des résurgences de son passé, les Vazaha (Blancs) se font annoncés par des coups de fusil avant d’entrer dans le camp par mesure de précaution.Malheureusement en 2001, profitant des troubles politiques qui perturbent la vie nationale, un incendie « criminel » est allumé dans la forêt de Vohitrarivo, détruisant l’emplacement du camp militaire dont il ne reste plus qu’un foyer à trépied et trois tombeaux, mais nul ne sait qui y sont enfouis. Du fait de l’existence de ces derniers, il est interdit d’y amener de la viande de mouton et de porc ainsi que de l’ail.Aujourd’hui, une pierre levée est installée au milieu des trois tombeaux, sur laquelle les paysans de cette zone continuent de sacrifier un zébu. Pour ce faire, ils se cotisent car ce sacrifice annuel est fait pour demander à Zanahary et aux Ancêtres la protection des cultures contre la grêle.Le rite se déroule soit le premier jour du mois d’Alahamady, jour faste, soit le premier jour du mois d’Alakaosy, jour difficile. Les animaux sacrifiés ont une teinte rouge (couleur royale) pour Alahamady, handicapés des pattes pour Alakaosy.Le choix du premier jour d’Alakaosy s’explique par le fait qu’étant un jour « dur » dans un mois « dur », il peut vaincre la force de cette catastrophe naturelle qu’est la tombée des grêles. Et pour respecter la coutume, après le rituel les villageois envoient la culotte du boeuf sacrifié (vodihena) aux gardiens du Rova, actuels locataires de l’ancienne résidence royale.Tout près des tombeaux, se trouvent également trois arbres « intouchables ». Selon les villageois, l’un d’eux notamment « saigne » quand on« blesse » son tronc. Cela vient sans doute de la couleur de la sève qui en coule.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Kitroo Event – Un salon dédié aux sneakers

Initialement, les chaussures de sport ont été inventées pour la pratique des différentes disciplines sportives. Mais d’un autre côté, c’est un phénomène de mode chez les jeunes, qui veulent toujours chausser les baskets les plus tendances.Et pour en réunir les adeptes, un salon dédié aux sneakers se tiendra à l’Alliance Française Andavamamba, ce samedi 30 décembre. Plus de trois mille paires seront exposées durant cet évènement dénommé Kitroo Event.Plusieurs manifestations se tiendront durant cette journée, notamment un tournoi de la plateforme de simulation de basketball NBA 2K18, ainsi qu’un concours de la sneaker la plus originale. Pour y prendre part, il suffit d’en poster une photo sur la page Facebook Kitroo Event.Le public aura certainement des étoiles dans les yeux à cette occasion. On y trouvera pour tous les goûts, notamment les interminables éditions issues de chez Jordan Brand, marque déposée du plus grand basketteur de tous les temps.D’ailleurs, l’affiche de l’évènement met en avant la Air Jordan 1 de 1985, l’un des sneakers les plus prisés chez les jeunes, toujours au top même trente-deux ans après sa sortie.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Les banques restent ouvertes

Cette-fois ci, les clients des banques locales seront gâtés. Comme à la veille de la fête de la Nativité, une bonne partie des agences bancaires du pays resteront ouvertes ce jour. Les clients peuvent ainsi faire leurs dernières courses pour passer les fêtes de fin d’année en toute tranquillité et accueillir le Nouvel An dans la grande liesse. Avec cette mesure, les banques veulent impressionner leurs clients de meilleurs services qu’ils n’ont jamais eus. Tout le monde avait eu cette habitude de  voir la fermeture des banques à la veille des fêtes comme Noel ou la fin d’année.

Midi Madagasikara0 partages

Fisolokiana « mercure » : Telo lahy voasambotra niaraka tamin’ny ody gasy

Telolahy izay voarohirohy amin’ny resaka fisolokiana amina resaka “ mercure” no voasambotry ny pôlisy ekonomika avy etsy Ambohidahy ny voalohandohan’ny herinandro teo. Mbola tratra niaraka tamin’izy ireo ny “mercure” sandoka, izay fantatra fa ran’osy sy divay, niaraka tamina ody gasy maromaro. Vola an-tapitrisany maromaro ihany koa no efa lasan’ireto mpisoloky ireto. Raha ny zava-nitranga, araka ny tatitra avy amin’ny pôlisim-pirenena, dia niainga avy tamina fitoriana napetrak’ireo olona voasoloky tamina resaka “mercure” ny fanadihadiana. Nandray ny andraikiny avy hatrany ireto farany ka nisy avy hatrany ny olona roa voasambotra tetsy Analamahitsy. Mbola tratra tany amin’ireto olona ireto ilay ny mercure sandoka sy ody gasy maromaro ary fitaovana isan-karazany nentin’izy ireo nanaovana ny asa ratsiny. “Ny fanadihadiana natao no nahalalana fa efa nahazoan’ireto olona ireto 9.000.000 Ariary ilay mpitory, ary avy any amin’ny faritra Fianarantsoa ireto olona ireto izao tonga eto Antananarivo izao, ary dia mbola nitohy hatrany ny fikarohana, satria dia mbola misy naman’izy iray hafa koa voalaza fa tompon’antoka amin’izao raharaha izao. Ity farany izay voasambotra ny 26 desambra 2017 teo tokony ho tamin’ny 8 ora maraina teny Analakely, ary mbola nahatratrarana « mercure » sandoka iray tavoahangy ihany koa”. Ankatoky ny fety tokoa isika izao ka manao izay azony atao avokoa ny rehetra hitadiavam-bola, eny fa na hatramin’ireo olon-dratsy aza. Amin’izay lafiny izay dia “manentana antsika vahoaka hatrany ho malina manoloana ny firongatry ny asa fisolokiana toy izao”. Efa natolotra ny Fampanoavana moa ireto mpisoloky ireto, ary nadoboka am-ponja avy hatrany miandry ny fotoam-pitsaràna azy ireo.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Police nationale : Avancement de grade pour 85 Commissaires

Décidément, le Chef suprême des Forces armées, Hery Rajaonarimampianina a décidé de gâter les hauts responsables des forces de l’ordre en cette période de fin d’année. Parallèlement au tableau d’avancement au niveau de l’Armée et de la Gendarmerie nationale, une vague de promotions a également été effectuée au niveau de la Police nationale. 85 commissaires ont obtenu des avancements de grade.Au cours du Conseil des ministres qui s’est tenu à Iavoloha jeudi dernier. Aussi, 2 nouveaux Inspecteurs Généraux de Police ont été nommés au titre de l’année 2017. Il s’agit de Rakotoarimanana Luc Hervé qui est le Chef du Bureau d’Interpol à Madagascar et de Razafindrasata Richard Martin qui est en position de détachement auprès du Ministère des Transports. Pour ce qui est du grade de Contrôleur Général de Police, 11 nominations ont été effectuées. Parmi eux figurent entre autres, le Directeur provincial de la Police nationale à Toliara, Rafanomezantsoa Roger ; le Directeur du Suivi et Evaluation au sein du Ministère de la Sécurité Intérieure Ranjavololona Julie Claudette ; le Chef de Service des renseignements, Rabemananjara Odettin et l’ancien Directeur de la Sécurité publique(DSP) du temps de la Transition, Randriambololona.

Avancement normal. Le Conseil des ministres a aussi nommé 20 nouveaux Commissaires Divisionnaires de Police de 1er échelon, 29 Commissaires principaux de Police de 1er échelon et 23 Commissaires de Police de première classe, 1er échelon. Parmi les Commissaires principaux de Police de 1er échelon nouvellement promus figure l’ancien Directeur de Cabinet de la Haute Cour Constitutionnelle et ex-Directeur de Cabinet de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Ranaivoson Alexandre Sylvain. En tout cas, même si chaque décision de promotion d’avancement de grade au niveau des forces de l’ordre fait toujours des heureux et des mécontents, une source proche du Ministère de la Sécurité Intérieure a expliqué que les promotions au titre de l’année 2017 ont respecté les critères d’avancement normal. Entre autresle délai de  port de grade. C’est probablement la raison pour laquelle l’actuel ministre de la Sécurité Intérieure, Mamy Jean-Jacques Andrianisa ne figure pas dans la liste. L’actuel numéro Un de la Police nationale n’a pas fait l’objet  d’un avancement à titre exceptionnel au grade d’inspecteur général.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Mairie d’Alasora : Au chevet des plus démunis

Les personnes âgées et cellesdans le besoin ont été aidéespar la Cral. Les employésde la commune ont eu également leur part.

Comme à l’accoutumée, la Commune Rurale d’Alasora (Cral) – dirigée par le maire Marc Ramiarinjatovo –  n’a pas oublié les personnes âgées et les plus démunies de sa circonscriptionà l’occasion des fêtes de Noël et de fin d’année. Cette année, 2 000 personnes ont bénéficié depremiers produits de première nécessité : du riz et de l’huile. Faut-il remarquer que chaque année, la Cral fait ce geste symbolique. Notons que ce genre d’activités est le fruit de la collaboration entre la commune et ses partenaires techniques et financiers. En contrepartie, le maire Marc Ramiarinjatovo a exhorté tous les contribuables à payer leurs impôts. « C’est grâce aux impôts que l’on peut réaliser beaucoup d’autres activités », a-t-il signalé.

Aina Bovel