Les actualités à Madagascar du Vendredi 30 Décembre 2016

Modifier la date
Midi Madagasikara534 partages

Aéroport d’Ivato : Sept tortues scotchées sur le ventre d’un trafiquant chinois

Ces tortues peuvent se vendre à plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Entre 2 500 et 10 000 dollars l’unité. Les tortues malgaches se négocient à prix d’or sur le marché international. A tel point que les trafiquants utilisent tous les moyens pour pouvoir en exporter illicitement. A l’instar de ce ressortissant chinois qui a trouvé une idée plutôt insolite pour sortir sept tortues du territoire malgache. Il a tout simplement dissimulé les espèces protégées en les scotchant sur son ventre, ses cuisses et ses jambes. Une tentative d’exportation illicite qui a échoué, grâce à la vigilance des douaniers qui ont multiplié ces dernières années, les coups de filet. A noter que le trafiquant chinois, en question était en partance pour Hong Kong sur un vol via Maurice.

Ce genre de trafic est réprimé par la loi 2005-018 de la CITES (Convention sur le commerce international de faunes et flores sauvages menacées d’extinction) qui stipule que ceux qui ont commis des infractions sont punis d’une peine d’emprisonnement de 6 mois à 2 ans et d’une amende de 10 millions à 50 millions d’Ariary. Pour le trafic des espèces classées dans l’annexe I de la CITES, les peines d’emprisonnement peuvent aller entre 2 à 10 ans avec une amende de 100 millions à 200 millions d’Ariary. Mais les législations en vigueur ne sont pas appliquées systématiquement pour un certain nombre de raisons. Raison pour laquelle, des organismes de protection des espèces protégées ont interpellé l’Etat, pour plus de sévérité en la matière.

R.Edmond

Midi Madagasikara426 partages

Portrait : Georges Hafizou, faiseur de champion

Faiseur de champion, ça existe. Ce jour, nous parlerons d’un maître de karaté, ancien militaire qui a pris en main une jeune Réunionnaise de 11 ans pour emmener au titre de double championne du monde de karaté !  Il a 56 ans, il vit à la Réunion, il est divorcé et père de trois enfants. Il est aussi Professeur d’EPS dans l’Education Nationale. Interview :

Midi Madagasikara : Parlez-nous de vous, de l’entraîneur de la championne du monde Lucie Ignace.

Georges Hafizou, entraîneur de la championne du monde Lucie Ignace : « Je n’aime pas trop parler de moi. Je pratique le karaté depuis l’âge de 15 ans, car c’était l’époque de Bruce Lee. J’ai fait mes débuts à Bras Panon jusqu’à mes 18 ans puis il a fallu quitter l’Ile pour le  métier. Car j’avais choisi de faire une carrière militaire… Donc j’ai quitté mon ile natale pour rejoindre le 3e Régiment d’Infanterie de Marine de Vannes dans le Morbihan. Ce Régiment d’élite venait tout juste d’être entièrement professionnalisé et appelé à servir sur les théâtres d’opérations extérieures comme le Tchad, la République Centre Africaine et le Liban etc » .

M.M. : Et le côté militaire ?

Georges Hafizou : « J’ai effectué six interventions au Tchad, trois en RCA, une à Djibouti. « J’ai servi en séjour de deux ans en Nouvelle Calédonie et en Guadeloupe et en fin de carrière à l’Ecole Militaire de St-Cyr à Coëtquidan comme sous-officier instructeur où j’ai formé trois promotions de St-Cyriens, quatre promotions d’élèves-officiers de réserve et une promotion d’élèves officiers de la gendarmerie.

M.M. : Et le karaté dans tout ceci ?

G.H. : « Après 25 années passées à servir mon pays, je suis rentré à la Réunion avec la ferme intention d’ouvrir un club de karaté à l’endroit même où j’ai débuté. Et bien évidemment tout au long de mon parcours professionnel j’ai continué à pratiquer le karaté partout où je suis passé. Tout d’ abord en Nouvelle Calédonie où j’ai fait mes débuts d’enseignant  puis à Vannes où j’ai un club et en Guadeloupe. J’ai pu malgré tout faire mon métier, entraîner et participer à quelques compétions régionales.

M.M. : Votre palmarès en tant que karatéka ?

G.H. : « J’ai été 2e au Championnat du Morbihan, puis sélectionné pour les championnats de Bretagne où j’ai fait 3e. J’ai tiré aussi à deux championnats de France militaires tout comme j’ai participé à beaucoup de stage national et international avec Maître Kaze , Lavorato, Bilicki et bien d’autres. En même temps, j’ai passé des diplômes d’entraineur Brevet d’Etat 1er et 2e degré. Avec la vie militaire, malgré toute ces contraintes, je suis parvenu à faire tout ce je souhaitais faire. Je suis resté 12 ans sans pouvoir me présenter aux examens de grade et je suis maintenant 6e Dan, considéré comme haut gradé de la Fédération Française de Karaté. Mon souhait était de revenir à la Réunion et entraîner des jeunes Réunionnais que je savais, dotés de beaucoup de qualité et de talent »

Quel est votre style de karaté ?

G.H. : « Mon style de karaté c’est le SHOTOKAN. »

M.M. : Parlez-nous de votre parcours ?

G.H. : « En 2004, de retour à la Réunion, j’ai créé mon club et j’ai rencontré Lucie Ignace. Elle avait 11 ans et j’ai toute suite vu lors d’un stage de vacances que c était quelqu’un que je pouvais accompagner et en faire une grande championne. J’en ai parlé à ses parents  et ensemble, on a éduqué Lucie pour qu’elle soit là où elle est aujourd’hui. C’est un parcours exceptionnel et un palmarès à en faire pâlir plus d’un et surtout à donner envie. C’est aussi, pour moi une belle aventure humaine. Ma plus grande fierté c’est  d’avoir pu garder Lucie à la Réunion malgré les appels du pied de l’équipe de France et de ce fait, en faire un exemple pour la Réunion, démontrant ainsi que même loin des structures nationales on peut y arriver. Puis ce doublé historique deux années consécutives championne de France Kata et Combat et ensuite ce titre de championne d’Europe juniors et enfin le titre de championne du Monde en 2012. Elle était devenue la plus jeune championne du Monde seulement à 19 ans et avec le suivi scolaire mené de front entre entraînement  et déplacement pour les compétitions Nationales et internationales.

M.M. : Comment était le rythme ?

G.H. : « Le rythme était bien sûr très soutenu. Les parents et moi, nous avons fait un bloc autour de Lucie pour en faire  une grande championne, mais aussi la tête bien pleine, car elle a obtenu son BAC Economique et Sociale et un BTS d’assistante manager …nous faisions en sorte que Lucie ne manquait de rien et qu’elle ne se souciait que de bien s’entraîner, de bien gérer les temps de récupération, bien suivre les cours au collège puis au lycée ».

M.M. : Quels sont les ingrédients pour la réussite ?

G.H. : « Le talent, la motivation, le courage et la détermination, concilier sport et études et suivi individuel de chaque athlète sur le plan scolaire, sportif,  financier et suivi médical. L’environnement doit être propice bien sûr.

La conception d’un entraînement de haut niveau  s’opère en donnant de la qualité aux gestes techniques ensuite de l’efficacité. Enormément de séance individualisée entre 15 à 20 heures d’entraînement par jour. En amont une préparation physique spécifique ».

M.M. : Vos plus beaux souvenirs ?

G.H. : « Alors là, c’est bien sur le titre de championne du Monde et toutes ces belles années à suivre. Faire grandir quelqu’un dans son art jusqu’au titre suprême et l’amener sur le toit du monde »

M.ML. : Votre hantise ?

G.H. : « C’est l’échec après avoir fait confiance à un athlète de tout lui donner pour sa réussite… Car l’investissement pour fabriquer des champions, c’est un château de sable. Ça met du temps à construire mais fragile. Il faut réellement une grande complicité entre l’athlète et son coach ».

M.M. : Un message à faire passer ?

G.H. « Je voudrais dire qu’au gré des rencontres, je suis allé à la découverte de détails, faisant des erreurs dans mon apprentissage et cherchant à les faire éviter par mes élèves. Il n’y a pas de style ou de méthode Georges Hafizou, mais plutôt une école, une indépendance d’expression et de recherche. Recevoir et transmettre, toujours avancer, former des gens avec le même comportement sur le tatami qu’en dehors. J’ai réussi à former plusieurs jeunes champions et faire entendre le message de l’exigence, celle du travail et du courage, tout en y intégrant mon expérience personnelle. J’attends de mes élèves qu’ils fassent preuve de confiance,  tant entre eux qu’à mon égard. »

Recueillis par Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar232 partages

Scrutin – Possible report de l’élection présidentielle 2018

Des sources concordantes laissent entendre que le régime Rajaonarimampianina souhaite prolonger de quelques mois son mandat. La contradiction entre la Constitution et le code électoral actuellement en vigueur pourrait lui servir d’argument.

Le régime Rajaonarimampianina semble vouloir se donner plus de temps pour exercer le pouvoir. Des ballons sondes sur un éventuel recul de l’échéance du mandat présidentiel lancés par les médias proches du chef de l’État semblent aller dans le sens d’un report de l’élection présidentielle attendue en fin 2018. « Le président de la République et ses proches ne paraissent pas enthousiastes à l’idée d’organiser l’élection présidentielle à l’échéance prévue », confirme d’ailleurs une source bien informée. Ceux-ci seraient ainsi en train d’imaginer différentes possibilités pour n’organiser le scrutin que vers mi-2019.L’obligation d’organiser l’élection présidentielle, du moins le deuxième tour, en pleine saison des pluies comme ce fut le cas en 2013 pourrait être le principal argument avancé pour reporter l’échéance constitutionnelle. Si l’on s’en tient à l’actuel code électoral qui prévoit que les élections doivent se tenir pendant la saison sèche, organiser la présidentielle à l’échéance prévue par la Constitution risque de se heurter à ce principe.

Cas de force majeureEn effet, selon l’article 47 de la Loi fondamentale, « l’élection du président de la République a lieu trente jours au moins et soixante jours au plus avant l’expiration du mandat du président en exercice ». Hery Rajaonarimampianina ayant pris officiellement ses fonctions le 25 janvier 2014, son mandat expire le 25 janvier 2019. Le premier tour de la présidentielle devrait ainsi se tenir au plus tôt le 25 novembre 2018 et au plus tard le 25 décembre 2018.Or, comme le code électoral actuellement en vigueur n’autorise des élections qu’entre le 30 avril et le 30 novembre, les autorités n’auront d’autre choix que d’organiser le premier tour entre le 25 et le 30 novembre 2018, puis le deuxième tour au plus tôt le 30 avril 2019.Un cas de force majeure basé sur la primauté de la Constitution et la nécessité de ne pas laisser le pays être dirigé par un intérimaire en cas de candidature du chef de l’État en exercice, pourrait, certes, être avancé comme argument afin d’organiser le deuxième tour en pleine saison des pluies. Mais le report étant à l’avantage des autorités, la probabilité de reporter jusqu’au premier tour est plus grande.Sentant le vent venir, un expert des questions électorales martèle déjà que « les échéances prévues par la Constitution doivent être respectées. Dans le cas contraire, il ne s’agit que d’une violation grave de la Loi fondamentale », prévient un expert des questions électorales malgaches.Firiana Ranesa, juriste, estime, néanmoins, que comme la Constitution n’interdit pas le report des échéances électorales, repousser les dates des deux tours de la présidentielle peut effectivement être possible. « Les dispositions du code électoral peuvent servir d’arguments de cas de force majeure », indique-t-il, en précisant toutefois que « ledit cas de force majeure doit être validé par la Haute cour constitutionnelle ».Pour le régime Rajao­narimampianina, un mandat d’une durée plus longue que celle prévue par la Constitution est important dans la mesure où la première moitié de son mandat a été plutôt improductive en raison de l’insuffisance des aides publiques au développement. Comme l’ont laissé entendre les médias pro-pouvoir, les deux années qui restent seront bien insuffisantes pour boucler la mise en œuvre des projets que les bailleurs de fonds traditionnels se sont engagés à financer à l’issue de la conférence des bailleurs et des investisseurs qui s’est tenue à Paris les 1er et 2 décembre derniers. Les partisans du chef de l’État craignent alors que ce dernier ne puisse pas trop avoir le temps d’inaugurer ce que les fonds permettront de construire.

Juliano Randrianja

L'express de Madagascar226 partages

Assassinat – Deux femmes tuées à Ankatso II

Les corps dénudés de deux femmes ont été retrouvés dans l’enceinte du campus universitaire. Le double meurtre a été perpétré dans la nuit.

Les habitants du campus universitaire d’Ankatso II se sont réveillés dans l’émoi, hier. À l’aube, les corps maculés de sang de deux femmes, âgées respectivement d’une vingtaine et d’une quarantaine d’années, gisaient dans les broussailles, sur le flanc d’un ravin. Les victimes étaient quasiment nues et des traces d’agression sexuelle on été relevées de source policière. Les malheureuses ont été battues à mort en pleine tête et au visage. Alors que des plaies pénétrantes sont relevées sur la dépouille mortelle de la quadragénaire, des lames de rasoir ont été par contre retrouvées à l’endroit où reposait le corps de la plus jeune. Ôtée par ses bourreaux, sa perruque a été laissée juste à côté d’elle.Mère de cinq enfants, la quadragénaire habitait à Andraisoro. D’après sa famille, elle a quitté son foyer la veille aux alentours de 19 heures, comme à son habitude, avant qu’elle ne soit retrouvée morte loin de son domicile. Pour ses proches, le mystère est entier sur sa disparition, mais après la découverte macabre, ils étaient fixés sur son sort. Ce n’est pas encore le cas pour sa compagne d’infortune. Jusqu’à hier, la famille de cette dernière ne s’est pas encore manifestée. Du coup, la police a du mal à l’identifier.

Circonstances flouesLa brigade criminelle à Anosy est saisie de l’affaire. Des enquêteurs ont fait le constat et examiné les dépouilles. De visu, ce double crime a été commis ailleurs, avant que les dépouilles ne soient balancées au campus, non loin d’une voie desserte. Interrogées, des occupants du campus affirment n’avoir antendu personne pousser des cris de détresse. Ils affirment, néanmoins, avoir entendu des voitures passer dans les parages à des heures tardives de la nuit.La thèse que les tueurs étaient nombreux et qu’ils avaient embarqué les corps à bord d’un véhicule, est, de ce fait privilégiée.Le réveil a été rude pour les riverains. À l’aube, vers 5 heures du matin, la nouvelle a très vite fait le tour des environs après qu’un scootériste qui passait dans le coin a retrouvé le corps couvert de sang de la quadragénaire.« J’étais pétrifié en la voyant. Elle était presque nue et couverte de sang. Ses tueurs ont laissé son sac à main, après s’être emparés de tout ce qui avait de la valeur. À une vingtaine de mètres plus loin gisait la dépouille de la plus jeune, dans un pareil état. Elle n’avait plus que ses sous-vêtements », se désole Dera Razafindramino, étudiant en 1ère année en sociologie, qui occupe un box dans le campus, théâtre de ces scènes de désolation.Dans la matinée vers 10h 30, une équipe du Bureau Municipal d’Hygiène a conduit les dépouilles à la morgue de l’hôpital d’Ampe­filoha, où des autopsies seront pratiquées.

Andry Manase

Midi Madagasikara186 partages

Double crime à Ankatso : Deux jeunes femmes violées, leurs cadavres jetés dans une allée de la « cit...

Des préservatifs usagés aperçus sur le lieu du crime. L’affaire serait facile à résoudre si l’on avait  les moyens nécessaires pour faire des tests ADN.

 

Stupeur et consternation hier à Ankatso II à la découverte des cadavres de deux jeunes filles !  A quelques mètres des « préfa », les fameux box préfabriqués pour les étudiants, deux corps sans vie ont été retrouvés. Vers six heures et demie, la brigade criminelle  a été dépêchée sur place. Son constat fait état de deux jeunes femmes tuées. Elles ont  chacune une vingtaine d’années et leurs identités ne sont pas encore connues. Il n’est pas à écarter que ces victimes auraient  subi un viol collectif. L’une a été découverte avec le corps à moitié dénudé et des préservatifs ont été aperçus autour des deux cadavres. Autant de preuves matérielles pouvant confirmer cette hypothèse de viols. Sur place, la police a trouvé des traces d’ecchymose sur  la nuque des deux jeunes femmes. Ces coups assénés sur ces points vitaux leur ont été fatals. Des personnes présentes sur les lieux ont indiqué que l’une des victimes habitait à Ambatomaro, un quartier situé en dehors de la zone, mais non  loin de la cité universitaire elle-même. Des constatations faites sur place donnent à  penser aux limiers de la police criminelle que ces jeunes femmes  ont été traînées sur plusieurs  mètres. Le cas échéant, il est fort probable que ces crimes ont  été perpétrés ailleurs et que les corps ont été jetés par la suite dans la zone universitaire pour mieux brouiller les pistes. Un fait pareil est loin d’être  isolé à Ankatso. Le dernier incident en date   est la découverte de la dépouille  d’une étudiante en troisième année de sociologie. Son corps plein de bleus et à moitié nu a été retrouvé dans un buisson, toujours dans la zone de la cité universitaire. Le mobile du crime  n’est pas encore connu jusqu’à maintenant. Dans de nombreux cas, les enquêtes se trouvent dans une impasse  face aux contraintes engendrées  par les  méthodes archaïques utilisées, parfois basées sur le profilage humain. Il n’y a aucune utilisation de la technologie moderne et  on se fie surtout au bon sens et au flair des limiers. L’absence d’une base de données numériques et surtout l’impossibilité de faire  des tests  ADN, constituent un  vrai blocage. Des citoyens avancent que la constitution d’une base de données numériques et/ou biométriques constituerait une avancée essentielle et  permettrait de  traiter de la meilleure manière  les affaires criminelles. Jusqu’à présent,  les enquêteurs se livrent à des investigations très sommaires. Et si l’on se précipite pour effectuer un basculement vers le biométrique pour les permis de conduire, les passeports et autres cartes d’identité, ne serait-il pas possible d’exploiter ces moyens pour la  constitution d’une base de données criminelles ?

D.R

Midi Madagasikara133 partages

Olives noires de France : Grand danger annoncé par le Ministère du Commerce et de la Consommation

Les consommateurs doivent bien vérifier le lot des olives noires tapenades qu’ils achètent sur le marché, selon le Ministère du Commerce et de la Consommation.

Des produits alimentaires importés de France sont frappés d’interdiction de mise en vente à Madagascar. Ceux-ci contiennent des fragments de verre, selon le Ministère du Commerce et de la Consommation.

 

Les produits importés de France se font, cette semaine, une mauvaise réputation. Lundi dernier, le Gouvernement gabonais a annoncé l’interdiction de l’importation de volailles et des produits dérivés, en provenance de France. Hier, c’est au tour de Madagascar d’annoncer une interdiction de mise en vente, mais cette fois, elle concerne les Olives noires Tapenade conditionnées en bocal de 100g, en provenance de France. Selon le Ministère du Commerce et de la Consommation, ces produits sont dangereux et ne doivent pas être consommés. « Nous invitons les consommateurs à prêter attention et à ne pas consommer les produits Olives noires Tapenade en provenance de France. Il est porté à la connaissance des consommateurs de la présence de fragments de verre dans les bocaux contenant ces olives noires », a indiqué le Ministère dans un communiqué qu’il a diffusé hier.

Notification. D’après les informations fournies, les bocaux en verre en question sont étiquetés « Tapenade noire à la Provençale – 100 G » et font partie du lot L 16156. Ils indiquent une date limite d’utilisation optimale « avant janvier 2019 ». Le lot dispose même du numéro d’Agrément sanitaire : FR 44 089 001 CE. « Les consommateurs sont invités à bien vérifier le lot de ce produit avant tout achat ou avant de consommer », a précisé le Ministère du Commerce et de la Consommation. A noter que ce produit dangereux à la consommation a été identifié, suite à la notification n° 2016.1715 du 7 décembre 2016 émanant de la Délégation de l’Union européenne à Madagascar, concernant la possible présence de fragment de verre dans des bocaux en verre d’olives noires « Tapenade  noire à la Provençale- 100 g ».  Face à cette situation, le Ministère de tutelle a demandé à tous les importateurs et distributeurs, de retirer ces produits de l’étalage ou du rayon des olives répondant à ces caractéristiques ; ainsi que d’informer le Ministère du Commerce et de la Consommation, si le lot existe, pour entamer les procédures de destruction. Bref, la bonne volonté des commerçants et des importateurs est requise, pour éviter d’éventuels préjudices aux consommateurs finaux.

 

Antsa R.

L'express de Madagascar114 partages

Fonction publique – Débats sur l’âge de la retraite

Le projet de reculer l’âge de la retraite des fonctionnaires jusqu’à 65 ans ne fait pas l’unanimité. L’opinion paraît en majorité contre la proposition.

«epousser l’âge de la retraite à 65 ans est-il favorable aux jeunes »   Le débat a été lancé hier sur Facebook, depuis que le ministère des Finances et du budget a annoncé, hier, que la proposition de repousser jusqu’à 65 ans l’âge de la retraite est sur la table et attend d’être avalisée par les décideurs.Les difficultés qu’auront les jeunes pour entrer dans la fonction publique sont les principaux arguments soulevés par ceux qui sont contre la décision. Parce que les « seniors » resteront plus longtemps en poste, les questions du renouvellement des effectifs et de la promotion de la relève sont également mises en avant.« Ce n’est ni plus ni moins que de l’égoïsme de la part des aînés », s’insurge un commentateur en réponse à la question posée. « Les jeunes, dans tous les cas, en seront les grands perdants », renchérit un autre. Parce que « il leur est demandé plusieurs années d’expérience alors que d’un autre côté, les personnes âgées restent plus longtemps en poste », poursuit un autre Facebooker.Pour celui qui a lancé le débat, « cette politique ne favorise pas la promotion de la relève et risque de constituer un frein à l’innovation, à la créativité, au dynamisme et au changement ». « Les experts sont, certes, des conseillers auxquels on peut se fier du fait de l’expertise dont ils disposent », poursuit-il, avant de marteler que « néanmoins, il faut céder la place aux jeunes ».Certains de ceux qui sont contre un recul de l’âge de la retraite estiment également que cette décision ne respecterait pas les droits des personnes âgées. « Combien de fonctionnaires atteignent 65 ans   À moins que nous voulions que les gens décèdent tous pendant qu’ils sont en fonction et ne jouissent point des récompenses desannées de travail qu’ils ont données », lance un autre commentateur.

Caisse en déficit« Je plains ceux qui doivent encore supporter cinq ans de plus les poudres de craie », souligne de son côté Emeline Rahariseheno, enseignante à la retraite, actuellement âgée de 68 ans, rappelant le montant de la maigre indemnité de craie qui lui a été versée alors qu’elle enseignait dans une école primaire publique. « Ce doit être avantageux pour ceux qui gagnent beaucoup, mais cela va tuer ceux qui travaillent très dur au quotidien et qui ne gagnent que très peu », ajoute-t-elle, rappelant les conditions de travail de certains corps de fonctionnaires particulièrement mal payés, comme les enseignants. Elle propose alors que les fonctionnaires puissent avoir la possibilité de choisir l’âge auquel ils souhaitent partir à la retraite.La majorité des commentaires sont ainsi contre le relèvement de l’âge de la retraite, mais ceux qui y voient des atouts n’hésitent pas à monter au créneau. « Ceux qui ont acquis de l’expérience auront davantage le temps de partager et de transmettre leur savoir aux jeunes », estime une internaute. Et puis « comment peut-on écarter des gens qui ont encore la capacité et souvent la volonté de produire  »,  se demande un autre. « Des gens peuvent encore très bien travailler à plus de 60 ans », ajoute-t-il.Pour l’instant, la décision de reculer l’âge de la retraite n’est pas encore prise, mais elle semble sérieusement envisagée pour amoindrir le déficit des caisses de retraite civile et militaire. Pour augmenter les recettes, l’idée est, entre autres, d’allonger la durée du paiement de la cotisation par les fonctionnaires.Outre le taux assez élevé des pensions de retraite qui peuvent atteindre jusqu’à 90% du dernier salaire de base perçu, l’amélioration de l’espérance de vie des fonctionnaires fait que les dépenses des CRCM sont plus élevées.

Bodo Voahangy

L'express de Madagascar95 partages

Football-Ligue 1 – Coup d’envoi à la fin janvier

La Ligue d’Analamanga prévoit de lancer le championnat de première division à la fin du mois de janvier. Pour l’instant, aucune date précise n’a été fixée. En d’autres termes, Elgeco Plus disputera deux matches en Ligue 1, avant sa première confrontation avec le Supersport United d’Afrique du Sud, à la mi-février. « Le championnat débutera avant la première sortie en Coupe de la CAF. Les joueurs d’Elgeco Plus, qui sont les tenants du titre dans cette Ligue 1, retrouveront ainsi le rythme avant d’affronter les Sud-Africains », confie-t-on auprès de la Ligue.Habituellement, les rencontres de la Ligue 1 se jouent au stade de Mahamasina. Mais la pelouse de cette enceinte est actuellement en cours de rénovation, pour accueillir la Coupe d’Afrique des Nations U17. « Le Père Pedro a accepté de collaborer avec la Ligue d’Analamanga et de mettre à sa disposition la pelouse synthétique d’Andralanitra.

H.L.R.

Madagascar Tribune94 partages

Des centaines d’hectares de forêt ravagés par le feu

Des feux s’étendent sur plusieurs centaines d’hectares de forêt, de champs de culture et des maisons d’habitation dans la région Vatovavy Fitovinany, précisément dans le district de Vohipeno selon, Honoré Tsabotokay, le député élu dans cette circonscription. Ces feux durent depuis deux jours malgré les appels au secours du député élu à Manakara, Urbain Andriantsizehena, et du préfet de Manakara, qui ont mobilisé les forces armées de la région mais sans grand résultat en raison des vents forts qui soufflent dans la région. L’ampleur et l’intensité des feux continuent de menacer d’autres habitations et de dévaster la nature. Les autorités locales et régionales appellent le ministère de l’Environnement et le gouvernement à l’aide. Pour l’instant le pays n’a pas d’aéronef bombardier d’eau type Canadair.

Pendant ce temps, le district de Mananjary a de nouveau vécu des scènes de « justice populaire ». Des habitants de la commune rurale de Namorona située sur la route qui joint Manakara à Vohipeno ont assailli le poste avancé de la Gendarmerie nationale. Selon des sources locales, ils ont voulu s’assurer que le supposé bandit remis aux forces de l’ordre était toujours dans les cellules du poste avancé. Ils accusent ce présumé bandit d’être l’auteur de vols répétés et d’autres charges. Mais ils ont été empêchés par l’adjudant chef de poste qui a tenté d’expliquer la situation et fait sommation en procédant à des tirs en l’air pour calmer les ardeurs sinon d’ordonner d’évacuer les lieux. Mais mal lui en prit car cette foule déchaînée a fini par l’abattre à coups de jets de pierre et de bâton. Un autre gendarme a été blessé. En fait l’individu présumé aurait déjà été transféré à Mananjary pour enquête et la suite des procédures judiciaires.

La justice populaire à répétition et assaut contre un casernement des forces armées traduisent certainement le divorce entre administrés et gouvernants. Malgré les déclarations de ces derniers et les soutiens ou contributions des autorités traditionnelles il faut reconnaître que la multiplication de tels actes condamnables et inadmissibles met à mal le rétablissement de la justice dans notre république.

Midi Madagasikara88 partages

Boxe Chinoise Lei tai : Jean Christian fait chevalier

Jean Christian Randriamalaza aux côtés du président de la République et du ministre de la Jeunesse et des Sports.

Le septuple champion du monde de boxe chinoise Jean Christian Randriamalaza a été triplement gâté hier.

La persévérance de Jean Christian Randriamalaza a fini par payer. Après avoir plusieurs fois porté haut les couleurs nationales aux compétitions nationales, Jean Christian Randriamalaza a été récompensé à hauteur des efforts qu’il a fournis. Après les efforts vient toujours la récompense. Hier, le champion hors pair a été reçu au Palais d’Etat d’Iavoloha par le président de la République Hery Rajaonarimampianina. Le locataire d’Iavoloha a mis les petits plats dans les grands pour honorer celui qui fait la fierté des Malgaches. « 2016 était une année propice pour le sport malgache. Après la pétanque et voilà la boxe chinoise fait de nouveau parler Madagascar sur la scène internationale. Tu as justifié que les sportifs et les jeunes Malgaches ont du potentiel. Gagner ce titre mondial à plusieurs reprises n’est pas le fruit du hasard, mais des efforts et du travail de longue haleine » a fait ressortir le président. A cette occasion, une prime présidentielle de 5 millions a été offerte à Jean Christian comme tous les autres champions du monde.

Décoration. Après Iavoloha, la cérémonie s’est poursuivie au Palais des Sports de Mahamasina. Jean Christian a été fait chevalier de l’ordre national et ordre de mérite sportif par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa. L’occasion pour retracer le parcours de ce champion à multiples casquettes. « L’équipe de France m’a déjà sollicité, mais, je suis fier d’être Malgache et de défendre les honneurs de mon pays aux compétitions internationales. Je saisis ainsi de l’occasion pour remercier toutes les personnes qui ont contribué à l’obtention de ce résultat en premier lieu l’Etat, mon staff, ma famille et bien d’autres » a-t-il expliqué. Une tournée nationale sera prévue en début d’année dont le 2 janvier à Toamasina sa ville natale. « Comme Jean Christian rentrera en début d’année en France, sa décoration a été avancée, mais, une cérémonie spéciale sera réservée aux autres champions avec le président de la République en janvier prochain » a conclu le numéro un des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa.

T.H

L'express de Madagascar81 partages

Antananarivo – Les sans-abri recensés

Les chefs de Fokontany ont reçu l’ordre de dénombrer les sans-abri. Ces derniers vont être inscrits sur la liste électorale.

Bouche trous. Les personnes qualifiées de « sans-abri » ou de « sans domicile fixe» (SDF) devront figurer sur la liste de recensement des fokontany. « C’est au vu des préparatifs électoraux. Les citoyens non inscrits sur la liste électorale sont trop nombreux », a indiqué le préfet de Police à Antananarivo, Robert Randrianjarisoa, hier.Dans notre édition du 15 novembre, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) a souligné qu’elle voulait atteindre dix millions d’électeurs inscrits sur la liste électorale. La dernière liste a enregistré huit millions six cent mille votants sur vingt-trois millions de population.Le fokontany de Manarintsoa-Est a déjà achevé la première étape de ce dénombrement, en recensant les ménages occupant la fameuse localité de La Réunion Kely . « On y a dénombré près de deux cents ménages, », rapporte René Raharijaona, président de ce fokontany. Cette petite cité des sans-abri, a été longtemps qualifiée d’occupation illicite et non reconnue aux yeux de l’administration. C’est pourquoi, la commune urbaine d’Antanana- rivo, le ministère de la Population, et d’autres associations ont tenté de les arracher de ces lieux, en leur offrant une terre  en dehors d’Antananarivo. Mais en vain.

Mission complexeL’État va ainsi gonfler la liste électorale avec ces personnes dont la grande majorité ne sont inscrites nulle-part. Certains chefs de fokontany se plaignent de la complexité de la mission.« Ils ne restent pas toujours au même endroit. Ils se déplacent comme bon leur semble », souligne un responsable de fokontany à Andravoahangy.Apparemment, l’État y a déjà réfléchi. Pour que cette opération soit bien authentique, deux centres d’accueil à Isotry, pouvant accueillir mille huit censt individus, ont été aménagés pour servir de domicile fixe aux SDF, cette année. Mission ratée. Le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme lui-même, a rapporté dans un communiqué de presse, cette semaine, qu’on n’y a rencontré que deux cent dix personnes, le 25 décembre.« À La Réunion kely, le nombre de ménages a doublé en une année. Cent dix en 2015 et cent quatre-vingt-dix-huit, cette année.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara71 partages

Mananjary : Zandary « Chef de poste » maty novonoin’ny fokonolona

 

Tsy milamina ny toe-draharaha, any amin’iny faritry  Mananjary iny. Omaly maraina, zandary roa avy ao amin’ny « poste avancé » ao Namorona, any amin’iny distrikan’i Mananjary iny no niharan’ny hatezeram-bahoaka. Namoy ny ainy vokatr’izany ny Lehiben’ity birao ity, ny zandary kilasy faharoa antsoina hoe Fanambina. Naratra mafy ary voatery nentina novonjena tany amin’ny toeram-pitsaboana tany Mananjary kosa ny namany iray hafa. Araka ny fampitam-baovao azo, niatomboka tamina resaka fisamborana olona tany an-toerana ity savorovoro ity. Raha ny fantatra mantsy, dia nisy trano may tany amin’io tanàna io. Nisy ny olona nahiahiana tamin’izany ary efa nosamborin’ny zandary io olona io, ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy. Tsy notazonin’ireto mpitandro filaminana tao amin’ity « poste » ity anefa ilay olona fa nalefan’izy ireo avy hatrany nohadihadiana sy hatolotra ny fitsarana any Mananjary. Omaly maraina, tonga tao amin’ity biraon’ny zandary ity  ny fokonolona maro, nitaky ilay olona voatondro ho mpandoro trano. Nilaza mazava anefa ireo mpitandro filaminana fa tsy ao intsony ilay olona, fa efa nalefa tany Mananjary. Tezitra tamin’izany ny vahoaka, izay nihevitra fa navotsotr’ireo mpitandro filaminana ity olona ity. Niditra an-tsehatra ny Tomponandraikitry ny tanàna, niezaka nandamina ireo fokonolona izay nihavonton-katezerana hatrany. Tsy nety nilamina anefa ireto farany ary izao niafara tamin’ny fikasihan-tànana ireto mpitandro filaminana roa lahy, izay hany sisa tao amin’ilay « poste ». Sendra ny be noho ny vitsy rahateo izy ireo ka tsy afa-nanoatra. Ary dia izao niafara tamin’ny famoizana aina sy faharatrana goavana izao. Hatramin’ny omaly hariva, nanoratanay, dia mbola tsy fantatra velively izay fizotry ny fandehan-draharaha any an-toerana. Saro-dàlana ary zara raha mahazo finday rahateo ka manano sarotra ny fifandraisana, hoy ny fanazavana azo. Mbola tsy hay ihany koa izay fahasimbana na fahaverezan-javatra tao amin’ity biraon’ny zandary ity, ny basy sy bala, ary io fitaovam-piadaina hafa. Ny hany fantatra hatreto, dia efa nisy mpitandro filaminana maromaro, notarihan’ny Kômandin’ny vondron-tobim-pileovan’ny zandary avy ao Mananjary, nandeha tany an-toerana. Andrasana araka izany ny ho tohin’ny raharaha.  

m.L

Midi Madagasikara49 partages

Député Mohamad Ahmad : Des œuvres sociales pour les familles nécessiteuses

Le député Mohamad Ahmad tenant dans ses bras un enfant.

Le député du district de Fénérive-Est, Mohamad Ahmad, a remis du riz et de l’huile alimentaire pour les personnes âgées, les familles nécessiteuses et les Tangalamena de cette localité, le 20 décembre dernier. Et ce, en partenariat avec l’ambassade du Maroc. Cet élu n’a pas manqué également de distribuer des friandises pour les enfants des 14 communes dudit district. Connu pour ses œuvres sociales, le député a construit, à ses propres frais, un abattoir pour le compte de Fénérive-Est. Notons qu’auparavant, il a déjà distribué 3 000 Kits scolaires aux élèves des Ecoles Primaires Publiques de ce district.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara48 partages

Rumeurs de coup d’Etat : Le Pasteur Mailhol accuse les proches du président

« Une campagne de dénigrement ». C’est ainsi que le Pasteur Mailhol considère l’information qui circulent sur les réseaux sociaux, l’accusant d’être impliqué dans un projet de coup d’Etat, avec des officiers supérieurs de l’Armée et de la Gendarmerie nationale. Au cours d’une conférence de presse organisée hier au siège de l’Eglise « Apokalipsy » à Ambodin’Isotry, le président national du parti « Gideona ho Fandresena ny Fahantrana eto Madagasikara » (GFFM) a démenti cette « rumeur » qu’il considère comme une manœuvre visant à ternir son image. « Contrairement aux informations véhiculées sur les réseaux sociaux, je n’ai pas quitté Antananarivo et je n’ai jamais été impliqué dans un projet visant à renverser le régime actuel », a-t-il soutenu. Et lui de réitérer au passage que le GFFM et l’Eglise « Apokalipsy » ont toujours soutenu le régime Rajaonarimampianina.

Dénigrement. Le Pasteur Mailhol André Christian Dieu Donné accuse les proches du président de la République d’être derrière cette manœuvre de dénigrement. En quelque sorte, il soupçonne ces derniers de vouloir porter atteinte à sa relation avec le président Hery Rajaonarimampianina. Une relation qui semble être au beau fixe. « S’ils décident de s’attaquer à moi, ils se trompent d’adversaire », a martelé le numéro Un du GFFM. Est-ce une manière d’affirmer que ce sont d’autres personnes et d’autres formations politiques qui sont en train de fomenter un coup d’Etat ? Hier, le Pasteur Mailhol a rappelé qu’en 2012, il a déjà fait l’objet de ce genre d’accusation. « Craignant ma candidature pour la présidentielle de 2013, les dirigeants de l’époque ont monté une véritable campagne de dénigrement contre moi ». Au cours de cette rencontre avec la presse, le Pasteur Maihol a encore réitéré qu’il ne sera pas candidat à l’élection présidentielle de 2018.

Davis R

Midi Madagasikara48 partages

HCC : Vers une nouvelle révision du règlement intérieur

Avec le recul de l’âge du départ à la retraite à 65 ans, le maintien en activité ne dépendra plus du pouvoir discrétionnaire du Collège des Hauts conseillers.

 Avec le recul de l’âge du départ à la retraite à 65 ans, le Collège des Hauts conseillers devra revoir sa copie du 19 décembre dernier portant révision du règlement intérieur.

« Le départ à la retraite des fonctionnaires de la Haute Cour Constitutionnelle est fixé à 60 ans. Toutefois, à la demande de l’intéressé et en cas de nécessité de service, le maintien en fonction est possible sur délibération du Collège des Hauts conseillers ». Ces dispositions de l’article 64 du règlement intérieur de la HCC qui vient tout juste d’être révisé, seront inévitablement modifiées avec le recul annoncé de l’âge du départ à la retraite dans la Fonction Publique. En effet, après son examen en conseil de gouvernement puis en conseil des ministres, le projet de texte portant l’âge de la retraite à 65 ans, sera soumis tour à tour auprès des deux Chambres du Parlement.

Pas d’effet rétroactif. Sauf convocation d’une session extraordinaire au début de l’année prochaine, il n’est pas exclu que le texte soit inscrit à l’ordre du jour de la prochaine session ordinaire qui commencera le mardi 2 mai 2017. La durée de la session étant de 60 jours, la loi fixant à 65 ans l’âge du départ à la retraite dans la Fonction Publique, pourrait être adoptée et promulguée au cours du premier semestre 2017. En tout cas, elle n’aura probablement pas un effet rétroactif sur les fonctionnaires admis à la retraite avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi.

Egalité de traitement. La nouvelle loi en question sera évidemment soumise au contrôle de constitutionnalité de la HCC qui devra elle-même amender ou réviser pour la seconde fois son règlement intérieur. Notamment le chapitre IV portant régime de retraite pour ne pas transgresser le principe d’égalité de traitement des fonctionnaires, quoique  le maintien en activité jusqu’à 65 ans soit déjà effectif dans certains corps. Pour ne citer que la magistrature, du moins en ce qui concerne les magistrats de 1er grade.

Avantage. Le mérite de la nouvelle loi qui a beaucoup de chances de passer, serait de mettre tous les agents de l’Etat sur le même pied d’égalité par rapport à l’âge du départ à la retraite. L’autre avantage est que la décision ne relèverait plus du pouvoir discrétionnaire pour ne pas dire du bon vouloir des décideurs, tel que c’est le cas pour le Collège des Hauts conseillers qui ont jusqu’ici, le pouvoir d’en délibérer. Alors même que les difficultés économiques actuelles poussent  presque tous les fonctionnaires, en particulier ceux qui se trouvent en bas de l’échelle, à travailler plus (longtemps) pour ne pas gagner moins. Surtout pour ceux dont l’ancienneté ne leur permet pas de toucher une pension de retraite complète.

Places limitées. De toute façon, sous peine d’être réformés, les fonctionnaires qui n’arriveront plus à suivre le rythme auront certainement la possibilité de partir avant 65 ans. Ce qui aura au moins le mérite de laisser la place aux jeunes qui rêvent d’intégrer la Fonction publique, faute de réussir tous aux concours administratifs dont le nombre de places est d’ailleurs limité. A l’instar de cette loi qui sera forcément circonscrite dans le temps sous peine d’ouvrir la boîte de Pandore.

R.O

Tia Tanindranaza41 partages

Voahangy RajaonarimampianinaMihetsiketsika

Omaly maraina no nahatazanana indray an-dRtoa Voahangy Rajaonarimampianina, vadin’ny filoham-pirenena nizara vatsim-pety ho an’ireo beantintra tezaina etsy amin’ny « Foyer de vie » Andrainarivo sy Ambohimanambola.

Mirija

 

Midi Madagasikara38 partages

Electricité de la JIRAMA : Aucun délestage dans la ville de Nosy-Be

Nosy-Be, la première ville numérique, qui est la première à bénéficier du projet présidentiel « Smart city » est épargné du délestage, contrairement aux autres régions de la Grande Ile. Avec une  JIRAMA locale quasiment  indépendante et disposant d’un statut plus ou moins avantageux, la ville de  Nosy-Be est épargnée par le phénomène du délestage, qui frappe presque tout le pays, actuellement. Le nouveau directeur général de la JIRAMA de Nosy-Be, Fahay Mande Isaora Zefania, a affirmé que « depuis la hausse fréquente de la tension sur les lignes électriques pendant une forte pluie; le système de sécurité se déclenche automatiquement et bloque tout fonctionnement du moteur. C’est la seule raison qui pourrait entraîner une coupure d’électricité qui est de courte durée, mais qui assure également la bonne marche du système de production électrique ». Pour ce directeur général, il s’agit d’un projet à succès justifié par  les résultats actuels. D’après ses dires, le prochain projet à mettre en œuvre visera à supprimer les coupures d’eau.

 

Koloina H (stagiaire)

L'express de Madagascar37 partages

Rétrospective – L’industrie textile se porte mieux

L’industrie du textile continue sur sa lancée. Les professionnels du secteur estiment que, pour cette année, les exportations atteindront le milliard de dollars.

Après les années difficiles qui ont suivi la crise politique de 2009, l’industrie textile affiche un bulletin de bonne santé cette année. Le contexte économique actuel redonne de l’espoir aux promoteurs et investisseurs. La valeur des exportations ne cesse de monter en flèche. En 2015, les exportations malgaches sur le marché américain ont été chiffrées à 60 millions de dollars. De janvier à juillet 2016, celles-ci ont déjà atteint les 55 millions de dollars contre 22 millions de dollars à la même période en 2015.Le retour de Madagascar dans le cercle des pays bénéficiaires de l’African growth opportunity Act ou (Agoa), un accord de libre-échange entre les États-Unis et certains pays africains, y est pour quelque chose. D’autant plus qu’un nouveau centre de ressources Agoa a ouvert ses portes à Ankorondrano afin de soutenir le marché du textile malgache.Sur d’autres marchés, la filière malgache garde toujours sa notoriété. « Les importations de produits textiles en provenance de Madagascar  atteignent une valeur de 360 millions de dollars en 2015 pour les vingt huit pays membres de l’Union européenne. Tandis que l’Afrique du Sud a importé environ 100 millions de dollars de produits textiles en provenance de Madagascar», indique un document du groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP). Et les professionnels du secteur estiment que les exportations vers tous les marchés régionaux et internationaux, au titre de cette année 2016 devraient atteindre le milliard de dollars.

Gloire d’antan« En 2008, la Grande île était le premier exportateur de textile et d’habillement en Afrique. La crise de 2009 a tout plombé avec la suspension de Madagascar du cercle des pays bénéficiaires du régime Agoa. Maintenant que toutes les conditions sont de nouveau réunies, les entreprises malgaches pourraient espérer retrouver leur gloire d’antan », souligne un responsable du groupement des entreprises franches et partenaires (GEFP).C’est dans ce contexte que le GEFP, avec le soutien de l’Economic development board of Madagascar (EDBM), a organisé début novembre le salon de l’habillement et du textile, dénommé Origin Africa.  Un projet de textile city, une zone économique spéciale dédiée à l’industrie du textile était même né pour promouvoir la destination Madagascar.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara33 partages

Consommation de poissons : 24 espèces à risque toxique

En cette période de fête de fin d’année, le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, François Gilbert avertit les consommateurs qui veulent manger des poissons. En effet, « nous avons répertorié 24 espèces de poissons à risque toxique, dont entre autres, les requins et les poissons qui se nourrissent des algues. Plus précisément, il y a une intoxication due à la consommation des animaux marins durant la saison chaude », a-t-il expliqué.

Concentration de mercure. Le ministère de tutelle ne cesse ainsi d’effectuer une large sensibilisation auprès des communautés locales de base, des centres de santé et des hôpitaux en apposant des affiches contenant les images de ces espèces de poissons à risque toxique. Des guides pratiques sont également distribués auprès de toutes les parties prenantes. En fait, « il est préférable de ne pas manger des requins compte tenu de la présence de concentration de mercure dans leurs corps. Par contre, pour les autres espèces de poissons à risque toxique, ne consommez jamais les parties de la tête et du ventre », a-t-il réitéré.

Intoxication. Force est également de reconnaître que les produits halieutiques sont des produits facilement périssables. Ceux qui ne sont plus frais ou se décomposent, mais encore mis en vente sur le marché, ne seront plus comestibles. « Si vous avez des doutes, ne mangez pas ces espèces de poissons. Au moins, laissez goûter par les animaux d’élevage tels que les volailles avant de les consommer. Et si jamais, vous ressentez des anomalies après en avoir mangé, n’hésitez pas consulter immédiatement les médecins ou allez directement dans des hôpitaux. En effet, le problème d’intoxication alimentaire est tout à fait soignable si les patients y arrivent à temps », a évoqué le ministre de la Pêche, François Gilbert. Notons que son département travaille en étroite collaboration avec le ministère de la Santé, pour sensibiliser la population sur la consommation de ces espèces de poissons à risque toxique.  

Navalona R.

Midi Madagasikara30 partages

La Réunion Kely : Le bidonville surpeuplé de la capitale

Les représentants de la Région Analamanga, lors de la remise des dons à La Réunion Kely, hier.

La Réunion Kely regroupe plus de 200 foyers, là où vivent des milliers de personnes vulnérables sans copie de naissance ni carte d’identité nationale.

Pauvreté extrême. Le mot est faible pour qualifier la précarité intense dans laquelle vivent les milliers de 4’mis qui ont trouvé refuge à La Réunion Kely, ce bidonville surpeuplé de la capitale. Le dernier recensement effectué par le « fokontany » de Manarintsoa Atsinanana a fait état de 200 foyers, à raison de quatre à cinq personnes par foyer. Bien que les territoires ne soient pas officiellement délimités, les places commencent actuellement à manquer, au point de ne plus permettre la construction de nouveaux taudis, à en croire les témoignages des occupants des lieux. Suite aux directives de la préfecture de Police d’Antananarivo de fournir une adresse à tous les « logements» de La Réunion Kely, la localisation fournie par le « fokontany » est: «Près du canal d’Andriantany». En soulignant que ce bidonville ne fait pas partie du « fokontany » Manarintsoa Atsinanana. « Mais puisque nous sommes le fokontany le plus proche de cet endroit, nous nous efforçons de prendre les mesures adéquates pour y faire régner l’ordre », confie Raymond Joseph Raharijaona, président de « fokontany » adjoint.     

Sans CIN. En effet, les occupants des lieux vivent entre ordures et WC public, dans un milieu tout simplement insalubre. Tellement habitués à vivre dans des conditions malsaines, ils ne s’en plaignent plus. Toutefois, ils ne se lassent pas d’attendre la prise de responsabilité de l’Etat. Bon nombre des occupants des lieux proviennent du monde rural pour trouver du travail, mais en vain. « Je suis originaire de Vohipeno et je suis venu ici pour trouver du travail. Mais la situation que j’ai découverte ici est loin de ce que j’ai imaginé. N’ayant rien ni personne pour m’aider, je suis contraint de rester ici, en attendant que ma vie s’améliore », regrette Franco Rakotoniaina. Il vit avec sa compagne et ses deux enfants dans cette misère, là où la plupart des gens sont dépourvues de carte d’identité nationale et de copie de naissance. Avec l’existence d’un tel bidonville en plein cœur de la ville, comment peut-on définir le « plan d’urbanisme » pour Tana? Une situation qui devrait interpeller les autorités, surtout sur les conditions de vie des centaines de familles qui y vivent.

Plus de 230 familles. Pour essayer de soulager la souffrance de ces milliers de familles pauvres à La Réunion Kely, la Région Analamanga vient de leur offrir une aide ponctuelle marquée par la dotation de riz, de biscuits et de bonbons. Plus de 230 familles ont été visées. Un geste qui a été également effectué pour permettre à ces personnes vulnérables de bien passer les fêtes de fin d’année.

Arnaud R.     

News Mada28 partages

Défaut de déclaration de patrimoine : les sanctions vont-elles tomber ?

16 ministres, 38 députés et 10 sénateurs n’ont pas encore effectué leur déclaration de patrimoine au sein de la Haute cour constitutionnelle (HCC). Le délai fixé par le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) pour les récalcitrants expirera pourtant demain.

Pour rappel, les sanctions vont de deux à 10 ans de prison et de 2 millions à 1 milliard d’ariary d’amendes. Pour l’instant,  les principaux concernés ne se bousculent pas. Cette semaine, un seul ministre a complété la liste des treize membres du gouvernement ayant déjà effectué leur déclaration de patrimoine auprès de la Haute cour.

Le ministre de la Pêche et des ressources halieutiques François Gilbert a ainsi déposé ses dossiers à Ambohidahy mardi dernier. Ce qui fait alors un total de 14 ministres sur les 30, 113 députés sur les 151 et 53 sénateurs sur les 63. Néanmoins, un délai de trois mois a toutefois été accordé par le Bianco après son rappel à l’ordre.

T.N

 

Midi Madagasikara26 partages

Venir en aide aux 80% : De Malgaches très pauvres

Les milliards de dollars promis par les bailleurs de fonds lors de la conférence de Paris sont, nous assurent les dirigeants, la promesse d’un avenir radieux et vont permettre d’adoucir le sort des 80% de Malgaches vivant dans la pauvreté. Cependant, c’est un présent particulièrement sombre que ces derniers vivent actuellement. En cette période de fête, il n’est pas inutile de le rappeler.

Venir en aide aux 80% : De Malgaches très pauvres

Durant cette dernière quinzaine du mois de décembre, les distributions de vivres et de friandises aux personnes nécessiteuses se sont multipliées. Ce fut l’occasion pour les personnalités les plus en vue de faire assaut de générosité et de le faire savoir. L’actuelle et l’ancienne premières dames ont été présentes lors de ces manifestations et ont ainsi montré qu’elles éprouvaient de la compassion pour leurs compatriotes défavorisés. Cette générosité très ponctuelle n’est somme toute qu’une façon de se racheter devant une opinion publique qui, finalement, n’est pas dupe. Ces produits de première nécessité ne soulageront que provisoirement ces milliers de malheureux qui peinent à survivre. La publicité faite autour de ces gestes paraît même indécente car ces pauvres seront très vite laissés à leur triste sort après ces distributions. Ce ne sont pas ces actions ponctuelles qui vont permettre à cette population de sortir de leur misère. Les pouvoirs publics ne semblent pas décider à aider de manière efficace ces sans-abri qui aimeraient qu’on les aide à sortir de leurs conditions. Que n’a-t-on pas promis de faire pour assainir le bidonville de « La Réunion Kely » ? Des plans ont été établis pour dégager la voie ferrée où ils étaient installés et pour les installer sur des terrains aménagés en dehors de la ville. Il était prévu de les aider à s’en sortir. Et puis, les pauvres, faute de suivi, sont revenus à l’endroit qu’ils avaient quitté. On nous dira qu’il est facile de critiquer, mais ce qu’on remarque, c’est qu’il n’y a pas de véritable volonté politique pour résoudre le problème. C’est vrai que c’est difficile. Réaliser de grands projets économiques est nécessaire et les milliards de dollars promis peuvent être utilisés pour cela, mais il faut peut-être commencer par l’essentiel : s’intéresser aux 80% de Malgaches pauvres.

Patrice RABE

Tia Tanindranaza23 partages

Tamin’ity fitondrana ityNandriaka ny ra, nirongatra ny fitsaram-bahoaka

Hivalona afaka 24 ora ny taona 2016. Nifamahofaho ny zavatra tsara sy ny ratsy. Samy nanana ny tombana sy ny fomba fijeriny ny isam-batan’olona. Raha mikasika ny fiainam-pirenena sy ny fiainam-piarahamonina kosa dia azo sokajiana ho taona mainty ho an’ny Malagasy ity taona ity.

Hivalona afaka 24 ora ny taona 2016. Nifamahofaho ny zavatra tsara sy ny ratsy. Samy nanana ny tombana sy ny fomba fijeriny ny isam-batan’olona. Raha mikasika ny fiainam-pirenena sy ny fiainam-piarahamonina kosa dia azo sokajiana ho taona mainty ho an’ny Malagasy ity taona ity. Ankoatra ny fahasarotam-piainana efa zary raiki-tapisaka dia nanamarika ity taona ity ny ra mandriaka, hain-trano sy ny fitsaram-bahoaka.

Lozam-pifamoivoizana sy ra mandriaka

Nahatratra 10 isan’andro ny lozam-pifamoivoizana eto amintsika, fa ny nampihoron-koditra dia ilay teny amin’ny lalana « Digue » vokatry ny fifandonan’ny taksibenAmbohidratrimo sy ny taksiben’Ambohitrimanjaka ny 29 aprily izay namoizana ain’olona miisa 8. Ora vitsy taorian’izay, olona miisa 9 ihany koa no maty vokatry ny loza nateraky ny « Sprinter" teny Andohamasina Mahitsy. Mpampianatra sy mpianatra tamina sekoly tsy miankina iray eto an-drenivohitra no lasibatra tamin’io. Olona miisa 31 no namoy ny ainy tany Ankazoabo ny 21 jona, vokatry ny fanafihan’ny dahalo ny taksibrosy iray, izay nandositra ny tifitra variraraka, kinanjo lasa tany an-kady. Nandriaka ny ra teny Mahamasina ny takarivan’ny 26 jona, ka olona 3 maty ary 84 hafa naratra ary tsy mbola hita ny marina sy tompon’antoka mandrak’ankehitriny.

Hain-trano nahatsiravina

Araka ny tarehimarika nivoaka ny volana oktobra dia nahatratra 48 no namoy no ny ainy vokatry ny hain-trano nanomboka ny volana janoary ankoatra ireo tsy heno sy tsy fantatra. Ampahany ihany no hotaterina eto, anisan’ireny ny fahamaizan’ny tanànan’Andovosira Mananjary ny 30 oktobra. May kila forehitra ny tanànan'i Bevilany Maevatanàna ka trano tokony ho 40 tafo no may ny fiandohan’ny volana oktobra. Vao tsy ela ihany koa ny tany Mananjary. Nampivarahontsana koa ny tany Ikalamavony ny 22 jolay, izay namoizana ain’olona 38 be izao. Lanonam-pianakaviana no natao kanefa faty mikararana no niafarany. Nampihoronkoditra ihany koa ny teny Ankasina ny 26 oktobra, ka olona 8 no namoy ny ainy. Renim-pianakaviana 1 matin’ny hain-trano teny Ambanidia ny 24 novambra ...

Fitsaram-bahoaka

Mila ho isan’andro no nandrenesana fitsaram-bahoaka teto amintsika, indrindra fa tamin’ny tapany faharoan’ny taona 2016. Marobe izy ireny fa nisongadina ny tany Mananjary nandoran’ny olona ilay ramatoa iray voalaza fa nanipy henan-kisoa tao amina Valabe, tranon’ny Mpanjaka, ka nodoran’ny olona tamin’ny fomba feno habibiana. Dahalo miisa 11 ihany koa no matin’ny fokonolona ary nodorany ny fatiny ny fiandohan’ny volana novambra. Toerana maro no nahitana izany. Ampahany ny fahafatesana olona 2 tany Bevontro Sambava, 2 tany Ankazomiriotra, 2 tany Befandriana avaratra... Anisan’ny nalaza ihany koa ny korontana tany Mampikony, izay nandoran’ny olona ny tobin’ny zandary noho ny resaka fikasana hanao fitsaram-bahoaka ihany koa.

Nangonin’i Toky R.

 

Tia Tanindranaza23 partages

Pasitera Mailhol« Izahay sisa ianteheran’ny fitondrana »

Manoloana ny fielezan’ny vaovao amin’ny tambajotran-tserasera izay mahavoatonontonona anarana olobe maromaro teo amin’ny tontolo politika sy manamboninahitra zandary sy miaramila ary koa ny filazana azy ireo fa hiaraka hanongam-panjakana amin’ny filoha mpanorina ny antokom-pivavahana Apokalipsy, ny pasitera Mailhol, dia nanambara ity mpitondra fivavahana ity fa tsaho kendrena hanenjehana ny tenany izany.

Manoloana ny fielezan’ny vaovao amin’ny tambajotran-tserasera izay mahavoatonontonona anarana olobe maromaro teo amin’ny tontolo politika sy manamboninahitra zandary sy miaramila ary koa ny filazana azy ireo fa hiaraka hanongam-panjakana amin’ny filoha mpanorina ny antokom-pivavahana Apokalipsy, ny pasitera Mailhol, dia nanambara ity mpitondra fivavahana ity fa  tsaho kendrena hanenjehana ny tenany izany. Raha fintinina ny voalaza ao anatin’ilay tambajotra dia hoe : nikononkonona fanonganam-panjakana ny andiana manamboninahitra sy olo-manankaja maro tarihin’ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina. Anisan’ny anarana voatonona ao ny an’ny jeneraly Ramakavelo sy ny Ben’ny tanànan’i Toamasina, Elysé Ratsiraka ary ny an’ity pasitera ity. Voambara ihany koa fa niainga tao Anjozorobe ho ao an-tranon’ny Ben’ny tanànan’i Toamasina ireto nambara fa hanongam-panjakana ireto hikononkononan’izy ireo izany ary dia fiara tsy mataho-dalana miisa efatra an’ny Apokalipsy avokoa no nampiasain’izy ireo. Namaly moa ny pasitera Mailhol fa tsy mitombina avokoa satria vao tamin’ny 21 desambra teo izy no nomen’ny mpitondra mari-boninahitra. Raha sanatria ka olona avy ao amin’ny fitondrana ihany no nanely izao tsaho izao dia mamita-tena ihany satria ny Apokalipsy sisa no hany ianteheran’izao fitondrana mijoro izao, raha ny toe-draharaha ankehitriny no jerena. Izaho rahateo efa nilaza fa  tsy hilatsaka ho filoha fa hapetraka. Noho izany, diso fahavalo ny eo amin’ny fitondrana raha matahotra ahy hilatsaka ho filoham-pirenena.

Mirija

News Mada20 partages

Trafic illicite : un Chinois arrêté avec 7 tortues

C’était lors du traitement d’un vol à destination de l’île Maurice que les agents de la douane à l’aéroport d’Ivato ont saisi sept tortues vivantes sur un ressortissant chinois.

Le trafiquant a en effet dissimulé  les tortues sur son corps. Elles ont été précieusement scotchées sur son ventre, ses cuisses et ses jambes. L’auteur de cette tentative a été  pris sur le fait lors de la palpation corporelle effectuée sur lui. L’individu voulait emprunter le vol MK 289 pour Hong Kong via l’île Maurice, selon les précisions de la douane.

R.R.

 

Midi Madagasikara20 partages

Prix du carburant : Une nouvelle hausse prévue en début d’année

Prix Maxima appliqués à la Pompe en 2016(en Ariary/Litre)

L’année 2017 commencera plutôt mal pour les  consommateurs. La première mauvaise nouvelle de l’année sera probablement la hausse des prix du carburant qui interviendra probablement dès lundi, ou mardi. Ce sera probablement dans la première semaine du mois de janvier, puisque le système mis en place par l’Office Malgache des Hydrocarbures, de concert avec les distributeurs pétroliers, consiste à procéder à la révision des prix en début de mois.

Une augmentation des prix cette fois-ci encore, puisque la vérité des prix veut que la variation à la baisse ou à la hausse  soit indexée aux  deux paramètres essentiels que sont les prix du brut et la parité de l’ariary.  Les cours du brut est passé de 50 dollars en début décembre à 55 dollars actuellement.  Cette remontée des cours du brut provient, rappelons-le, de l’accord historique signé entre les pays membres de  l’OPEP, pour une limitation de leur production. Pour sa part, le dollar s’est envolé, non seulement par rapport à l’euro, mais également, par rapport à l’ariary. Le dollar est ainsi passé de 3 329,16 ariary au début à 3 350,54 ariary actuellement.  Deux changements à la hausse suffisants pour réviser les prix à  la pompe. Pour rappel les prix actuels sont de 3 640 ariary le litre pour le super carburant, 2 290 ariary pour celui du pétrole lampant et enfin 3 070 ariary pour le gas-oil. Normalement la hausse qui sera appliquée sera comprise entre 2% et 4%, soit environ 80 ariary par litre.

R.Edmond.

News Mada19 partages

Tsiahin’ny taona hivalona … : nandavo andrarezina maro ny taona 2016

Azo lazaina ho nangidy tamin’ny mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny zavakanto sy ny kolontsaina ity taona 2016 ity, na teto Madagasikara io na hatrany ivelany any. Betsaka kokoa noho ny teo aloha ny andrarezina nalavony. Tao ireo efa niady mafy tamin’ny aretina, nandritra ny volana maromaro. Nisy koa ireo nindaosin’ny fahafatesana tampoka ka nampivarahontsana ny mpankafy. Na izany na tsy izany, izy ireny tokoa no lasa fa ny aingam-panahiny sy ny zava-bitany, holovain’ny taranaka mifandimby.

 Ny 13 avrily, nodimandry teo amin’ny faha-78 taony Rahaingoson Henri na i Di. Angamba, tsy mitombina intsony ilay fanontaniana hoe « iza moa izy ? ». Akademisianina i Di ; mpanoratra sy poeta, filoham-boninahitry ny Havatsa-Upem. Mpandala ny teny malagasy izy ary fantatra tamin’ilay fehezanteny hoe « Andrianiko ny teniko, ny an’ny hafa koa feheziko ».

 Alahady 5 jona tolakandro, nitaintaina ny mpankafy zavakanto fa nifamahofaho be ihany ny vaovao : niharan-doza, tany Antsirabe tany, ny fiara nitondra an’i Om-Gui (tarika Ny Ainga) ka toa hoe maty izy. Indrisy, voamarina tokoa izany, nony harivariva. Mpanakanto feno Rabesaiky Guillaume Marie : mpanoratra, mpamoron-kira, mpihira. Mpanabe ihany koa anefa izy.

Ny 4 septambra, lavon’ny aretina Ratsimandrava Juliette, andrin’ny teny malagasy, anisan’ny vy nahitana ny Rakibolana/Rakipahalalana sady filohan’ny foiben’ny teny an’ny Akademia malagasy.

Ny 30 septambra, nodimandry ihany koa ny filohan’ny Akademia malagasy, ny Dr Rajaona Andriamananjara. Mpahay toekarena izy ary anisan’ireo namorona ny Ivontoerana malagasy momba ny teti-pivoarana (Imatep).

 Nisaona koa ny tontolon’ny sarimihetsika malagasy, ny 8 desambra teo. Nodimandry, teo amin’ny faha-56 taony, Razafindrakoto Gérard, fantatra amin’ny anarana « Randrenja ». Nolazoin’ny aretina homamiadana izy ary efa nanatontosana hetsika tolo-tanana, ho fanampiana amin’ny fitsaboana azy, teny amin’ny Coliseum ny 4 desambra.

Nindaosin’ny fahafatesana, ny 12 desambra teo, teo amin’ny faha-71 taony Ralaiarimanana Prosper, andrarezin’ny hira malagasy. Kalon’ny fahiny, fitendrena piano, bagasy, tarika Solika, ireo no anisan’ny tena nahafantaran’ny olona maro an’i Prôsy. Havanana tanteraka amin’ny fitendrena kalon’ny fahiny na hira teatraly, kalon’Imerina, izy.

Tany ivelany, i Léonard Cohen, i Glenn Frey, sns, ny kanton’izy ireo sisa tavela

 Ny 24 avrily, teo am-panaovana fampisehoana, tany Abidjan, mihitsy no narary tampoka ka maty i Papa Wemba, ilay mpanjakan’ny « rumba congolaise ». 66 taona izy, tamin’izao nahafatesany izao. Anisan’ireo nampahafantatra sy nampalaza mpanakanto afrikanina maro i Papa Wemba, ankoatra ny talentany.

 Ny 21 avril, hita faty tao amin’ny trano fonenany, any Paisley Park any Minneapolis, i Prince Rogers Nelson, mpihira amerikanina malaza. Herinandro vitsy taorian’izay, fantatra fa ny fihinanana fanafody « analgésiques » be loatra no nitarika ny fahafatesany.

 Tsy ela akory fa vao ny andron’ny Krismasy teo no nodimandry teo amin’ny faha-53 taony i George Michael, fanta-daza amin’ny mozika pop.

Nangonin’i Landy R. sy HaRy Razafindrakoto.

Tia Tanindranaza19 partages

Narson RafidimananaTanjona ny fampihavanana ny Malagasy amin’ny taniny

Hifarana ny taona, nohararaotina ny niresaka sy nakana ny hevitry ny minisitra eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena, fanajariana ny tany sy fampitaovana Narson Rafidimanana ny amin’ny fananantany sy ireo olana misy.

Hifarana ny taona, nohararaotina ny niresaka sy nakana ny hevitry ny minisitra eo anivon’ny fiadidiana ny Repoblika misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena, fanajariana ny tany sy fampitaovana Narson Rafidimanana ny amin’ny fananantany sy ireo olana misy. Dinidinika.

Tia Tanindrazana (T.T) : Nanamarika ity taona 2016 hivalona ity ny hetsika fanoratana tany fandovana maimaimpoana. Nanao ahoana ny vokatra miohatra ny tanjona nofaritana ?

Narson Rafidimanana (N.R) : Marina tokoa izany fa anisan’ny fepetra goavana noraisin’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina amin’ny lafiny fananantany tamin’ny fiandohan’ity taona ity io hetsika io. Zava-dehibe ho an’ny vahoaka Malagasy tokoa izany. Raha tokony ho nifarana tamin’ny volana jona 2016 izy io dia nandray fanapahan-kevitra ny filoham-pirenena ny hanitatra azy hatramin’ny faran’ity taona ity. Navitrika ny Malagasy satria ny 45% maherin’ny famindrana taratasin-tany, noraketina tamin’ireo sampandraharahan’ny fananantany manerana ny Nosy dia io famindrana maimaimpoana ho fitsinjovana ny mpandova io avokoa. Miisa 9 709 izany, raha ny tarehimarika azo farany amin’izao fotoana izao. Nirohotra tokoa ny olona satria raha 11.427 no isan’ny famindrana tany nandoavam-bola tamin’ny taona 2015 dia tafakatra 23.694 ny famindrana tany nandoavam-bola sy maimaimpoana tamin’ity taona 2016 ity. Tena nahitam-bokany tokoa ity fepetra noraisin’ny filoham-pirenena ity teo amin’ny tomban’ezaky ny asa vita. Antananarivo, Antsirabe, Ambatolampy, Ambositra, Fandriana ary Fianarantsoa no toerana tena betsaka nanao izany raha ny tatitra voaray. Mety ho anton’izay ny fisian’ny kadasitra tamin’ireny faritra ireny ka nahatonga ireny birao ireny manana titra maro. Ny tany kadasitra rahateo koa no tena nisian’ny olana tamin’ny famindrana satria taranaka maro nifandimby no tsy maintsy anaovana famindrana lova. Nanampy betsaka ny mpanjifa manana tany vita kadasitra ny hetsika famindrana maimaimpoana. Isaorana manokana ireo mpiara-miasa rehetra amin’ireo Sampandraharahan’ny Fananantany manerana ny nosy izay tsy nikely soroka ka nahatrarana izao tanjona lehibe izao dia ny “fampihavanana ny Malagasy amin’ny taniny”.

TT : Nisy ihany koa fizarana kara-tany sy titra, firy no voazara ary Birao Ifotony ny Fananantany na BIF firy no am-perinasa amin’izao manerana ny nosy ?

N.R : Raha tiana ho kitro ifaharan’ny fampandrosoana tokoa ny fananantany dia ilaina ny manome sy manamora ny fahazoan’ireo tantsaha mpamokatra taratasin-tany ara-dalàna. Tosika ho azy mantsy izany mba ahafahany mamokatra tsy amin’ahiahy. Tamin’ity taona 2016 ity dia nihoaran’ny minisitera izay tantaniko tokoa ny tanjona amin’ny fanomezana kara-tany na “Certificat foncier”. Tafakatra 8 992 ny isan’ny kara-tany nozaraina tamin’ity taona ity, ary nisy 2016 be izao no vao nozaraina ny herinandro lasa teo tany amin’ny kaominina Fihaonana sy kaominina Miantso, distrikan’Ankazobe. Ambonin’izany ihany koa dia 11 943 ny isan’ny bokin-tany na “Titre Foncier” nozaraina manerana ny Nosy, na nandritra ny Hetsika Titra Faobe na ODOC (Opération Domaniale Concertée) toy ny notanterahina tany Manjakandriana na taorian’ny Hetsika nataon’ny Fitsarana Tany Mitety Vohitra na TTA (Tribunal Terrien Ambulant) toy ny natao tao Anjozorobe. Raha ny mikasika ny Birao Ifotony ny Fananan-tany na BIF kosa dia 14 no tafantsangana tamin’ity taona ity raha 12 no tanjona napetraka. Manodidina ny 85 ihany koa ireo BIF efa nisokatra no nahazo fampitaovana manokana avy amin’ny fitondram-panjakana tamin’ity taona ity hatrany. Izany no entina hanaporofoana fa tena mandray an-tanana ny fanavaozana sy ny fanatsarana ny sehatry ny fananantany tokoa ny minisitera, araka ny baiko sy toromarika avy amin’ny Filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina.   

N.R : Tiako aloha ny manamafy fa tsy ny asa ho fandraisana ny COMESA sy Frankôfônia ihany no tena nanamarika ny taona 2016 ho an’ny minisitera izay tantaniko. Marina fa ireny no tena mivaingana sy hitan’ny rehetra. Nefa tsy tambo isaina ihany koa ny asa fampitaovana ireo kaominina ambonivohitra na ambanivohitra maro manerana ny Nosy na lalana na tsena na tetezana na ihany koa fanavaozana toha-drano sy ny maro hafa. Araka ny teny filamatry ny minisitera rahateo : “Fotodrafitrasa ho an’ny soa iombonan’ny mpiara-monina”. Mbola ampitomboana avo roa heny ny asa misy fiantraikana mivantana amin’ny fiainan’ny mponina andavanandro toy ireny, amin’io taona 2017 io.

Mbola hanamafy ihany koa isika ny fampivelarana ilay “Fampihavanana ny Malagasy amin’ny taniny” mba ho tena fanoitra ho amin’ny fampandrosoana tokoa ny fananantany. Anisan’izany, ohatra, ny fametrahana ireo paik’ady sy lalàna mifehy ny fampiasam-bola lehibe amin’ny tany be velarana, na amin’ny lafiny fambolena na Zone d’Investissement Agricole na amin’ny lafiny indostria na ny Zone Economique Spéciale. Tsy adino ihany koa anefa ny fanajariana ny tany mirindra izay antoky ny fiarahamonina milamina ho an’ny Malagasy. Ireo tanàn-dehibe sy ireo faritra rehetra eto Madagasikara dia hezahantsika hanana ny drafi-panajariany avy mba ho fitaovana eo am-pelatanan’ny mpitondra isam-paritra hampandrosoana ny faritra misy azy.

Manararaotra sahady ihany koa aho eto am-pamaranana ny hirary soa ny vahoaka Malagasy tsy ankanavaka hanao fety sambatra sy ho hahatratra ny taona vaovao 2017. Hotahian’Andriamanitra avokoa anie isika mianakavy.

Nangonin’i Jean D.

Midi Madagasikara19 partages

Analamahitsy : Rangahy nandoko trano, maty nianjera nasolifatry ny tohatra

Rangahy iray mpikarama mandoko no namoy ny ainy rehefa nianjera avy teny ambony tohatra, ny alarobia lasa teo, teny amin’iny faritra Analamahitsy iny. Araka ny fantatra, dia tany amin’ny rihana fahatelo izy no nianjera ka nahatonga izao famoizany ny ainy izao. Ny lohany no nandeha aloha, ary notsenain’ny tokotany vita simenitra taty ambany. Nijininika ny rà, vaky tanteraka ny karandohany ary nahitana fahatapahana maromaro ihany koa tany amin’ny vatany tany. Araka ny voalaza etsy ambony, dia mpandoko no asan’ity rangahy ity. Somary avo ihany ilay trano nolokoina ka nampiasa tohatra izy. Irony karazana tohatra vita amin’ny « aluminium » irony no nampiasainy. Tsy fantatra mazava araka izany na ratsy toerana ilay tohatra na nalama. Nony tonga teny  haavon’ny rihana fahatelo mantsy ny tenany, dia nisolifatra ary izao niakarapoka izao, niaraka tamin’ny fitoeran-doko. Niezaka namonjy azy avy hatrany ireo namany nitondra azy tany amin’ny toeram-pitsaboana. Maro ireo ratra nahazo azy, ka na niezaka sy nanao izay vitany aza ireo mpitsabo dia indrisy fa tsy avotra intsony ny tenany, fotoana vitsy monja taorian’ny nahatongavany teny amin’ny hôpitaly. Efa nomena ny fianakaviana  ny razana amin’izao fotoana, rehefa avy notsirihana tao amin’ny tranom-paty.

m.L

Madagascar Tribune18 partages

Remaniement : Le premier ministre Olivier Mahafaly déjà sursitaire ?

« Je suis prêt à poursuivre mon mandat si le Président le veut » note le Premier ministre Olivier Mahafaly. Mais il a également précisé qu’il est prêt à quitter le pouvoir au cas où. Ces deux phrases sont les phrases clés de tous les Chefs du gouvernement de ce régime qui sont conscients de leurs failles à la tête de l’Exécutif. Le remaniement devrait intervenir d’ici le mois de janvier si ce n’est que pour remplacer feu Rodolphe Ramanantsoa. Mais compte tenu de la lenteur du Chef de l’Etat à prendre des décisions cela pourrait encore traîner en longueur. Il lui a fallu trois mois pour nommer son premier Chef de gouvernement Kolo Roger, plusieurs mois pour comprendre qu’il ne fait pas l’affaire. Rebelote avec Ravelonarivo qui en plus refusait de quitter son poste et ainsi de suite.

Ces derniers temps, Olivier Mahafaly fait le tour des plateaux de télévision pour défendre son bilan. Mais ceci a coïncidé surtout avec le grand délestage infini et durable non seulement de l’électricité mais aussi de l’eau. Ce qui fait que le message a eu du mal à passer.

Il a insisté sur l’organisation réussie de la francophonie, sauf que ce grand évènement n’a pas touché grand nombre de citoyens malagasy et la majorité des infrastructures ne sont pas accessibles aux citoyens, même la route d’Ivato est fermée au public. Le problème de la Jirama est tout sauf une réussite d’autant que le délestage met sur la paille le secteur privé déjà mal au point. Les manifestations diverses contre les exploitations minières chinoises comme la dénonciation régulière des scandales politico-financières de grande envergure ne sont pas pour arranger l’affaire du régime.

Compte tenu de ces manquements, Olivier Mahafaly aura-t-il la chance de rester à Mahazoarivo jusqu’en 2018. Lui en tout cas revendique la paternité de la victoire des HVM lors des dernières élections et passe le message que si le Chef de l’Etat veut rempiler un autre mandat en 2018, il faut le garder à Mahazoarivo.

Midi Madagasikara18 partages

Village de Noël Andohatapenaka : AmbondronA pour le bouquet final

Ambondrona dans toute sa splendeur, ce jour à Andohatapenaka.

Dernier jour et le meilleur pour la fin, au Village de Noël à Andohatapenaka. Après 10 jours de festivités, place au groupe Ambondrona pour fermer le bal. Les fans trépignent d’impatience, les artistes aussi. Rendez-vous cet après-midi à 16 h.

Au Village de Noël à Andohatapenaka, les jours se suivent, mais ne se ressemblent pas. les enfants s’amusent toujours grâce aux divers jeux mis à leur disposition, les ados et les jeunes sont toujours aussi attirés par l’espace roller et sport extrême, et les fêtards par les concerts. Avec une sélection qui ne laisse pas le grand public de marbre, et à en croire l’affluence de la prestation de Samoela d’hier, place à la pop rock avec AmbondronA, cet après-midi à partir de 16 h. Les tickets restent à 2 000 ar pour les adultes et 1 000 ar pour les enfants, et peuvent être retirés à tout moment, puisque de toute évidence, sur les réseaux sociaux, on s’affole déjà pour ce concert cadeau avec AmbondronA. Les organisateurs le savent bien, et conseillent aux fans de s’y préparer à l’avance, les places se vendront comme des petits pains.

AmbondronA. Beranto, Kix, Honty, Blanc et Ranto, eux, sont ravis de rencontrer leurs fans en cette fin d’année 2016. Une année pleine d’émotion pour le groupe, qui a une fois de plus réussi le pari de remplir le coliseum d’Antsonjombe. Et puis bien sûr d’aller vers leurs fans dans les régions et à l’étranger. Cette année, le groupe AmbondronA est revenu plus tôt que prévu, histoire de partager leur musique avec les fans sur place. Un dernier concert avec la programmation de 2017 qui promet encore plus de surprises. En attendant, les fans peuvent s’attendre à un grand concert, puisque le groupe s’active déjà pour offrir un grand moment. Wait and see!

Anjara Rasoanaivo

 

Midi Madagasikara16 partages

USAID Madagascar : Focus sur les mères et les nouveau-nés

Un aperçu des matériels et équipements remis au ministère de la Santé publique.

Le manque de matériel fait partie des difficultés endurées par le ministère de la Santé publique malgache. Difficulté qui entraîne, en partie, la hausse du taux de mortalité des mères et des nouveau-nés dans la majorité des régions de l’île. La remise de matériels et d’équipements techniques d’une valeur de 574 millions d’Ariary par l’USAID Madagascar audit ministère vient dans ce cas à point nommé. Une initiative qui entre dans le cadre du programme de Suivi de la Mère et de l’Enfant (Maternal and Child Survival Program-MSCP). Financé par l’USAID Madagascar, ledit programme appuie le Ministère de la Santé publique dans « la mise en œuvre de la feuille de route pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et néonatale ». Ainsi, les équipements dits de « base » comprennent des « kits de prise en charge de la santé maternelle et néonatale. Entre autres des kits de réanimations du nouveau-né, des ventouses obstétricales pour les accouchements prolongés, des tensiomètres, des stéthoscopes et des kits pour la planification familiale. » Outre ces équipements, des outils de gestion pour la planification des idées données et statistiques de santé ont également fait partie de ces dons.

Destinations.  15 régions d’intervention du programme Maternal Maternal and Child Survival Program (MSCP) bénéficient de ces dons de matériels et d’équipements. Lesdites régions étant des lieux de déroulement de formation sanitaire, environ 450 environ, qui se consacrent surtout sur la prise en charge de la mère et du nouveau-né pendant la grossesse et l’accouchement. Toujours dans ce cadre, près de 520 prestataires de santé de 10 régions ont également été formés sur la prise en charge des femmes pendant la grossesse, l’accouchement et celle du nouveau-né.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara15 partages

Génération Citizen Madagascar : 50 jeunes pour la 2e promotion de Jeunes patriotes

Génération Citizen Madagascar, mené par Christian Espérant Tomarielson Yali Fellow 2015, et ses Démocratie Coachs, vient de lancer la 2e promotion de Jeunes patriotes, mercredi dernier, au Youth Civic Center Analakely. Une cinquantaine de jeunes issus de huit établissements Techniques et Formation Professionnelle, et d’Enseignement Général ont été sélectionnés à cet effet. La deuxième vague de formation débutera en janvier 2017 et s’étalera sur sept samedis dans le Cnfppsh, LTP Alarobia, Ltpgcm Mahamasina, Lycée JJR, Lycée Jules Ferry, Lycée Ivato Aéroport et Lycée Nanisana, Lycée Condorcet.

Plaidoyer communautaire. Jeunes patriotes est un programme interdisciplinaire centré sur l’apprenant. Principale mission: former les lycéens sur la Démocratie, la Citoyenneté et l’Engagement Civique. Ce programme est destiné à renforcer les connaissances, les compétences et les dispositions civiques dont les jeunes auront besoin pour prendre leurs responsabilités en tant que citoyens actifs. Et de résoudre les problèmes communautaires tels que la délinquance juvénile au niveau scolaire, le manque de réussite scolaire. Les Démocraties coachs ont pour rôle de faire les suivis de ces projets de plaidoyer communautaires montés par ces Génération Citizen Madagascar. Une Démocratie dans laquelle chaque citoyen aura son mot à dire et sa potentialité de changer sa communauté en commençant par le développement personnel et local. Pour la réalisation de ce projet, Gcm adresse ses vifs remerciements au Yali Chapter en collaboration avec l’Ambassade américaine pour son appui, sans oublier l’Institut National de Formation du Personnel des Etablissements d’Enseignement Technique et Professionnel (INfor), la Confédération Syndicale Sempama, le ministère de l’Education nationale, et celui de l’Emploi, de l’Enseignement technique et de la Formation Professionnelle.

Recueillies par Arnaud R.

Midi Madagasikara15 partages

Judo : Siteny Randrianasoloniaiko rempile un 3e mandat

Jamais deux sans trois. Siteny Randrianasolinaiko vient de briguer un troisième mandat à la présidence de la fédération malgache de judo. Hier à Fianarantsoa en parallèle avec la Coupe  de la fédération s’est déroulée l’assemblée générale élective. Candidat unique à sa propre succession, il a récolté les 7 voix des ligues ayant pu voter sur les 12 présentes. Un des programmes de ce nouveau mandat quadriennal 2016-2020 est la vulgarisation de la discipline. Recruter 3.000 judokas pour la ligue d’Analamanga et payer les ceintures noires au sein des clubs figurent également au programme de l’équipe de Siteny Randrianasoloniaiko. 2017 sera une année de défi avec l’organisation à domicile des Championnats d’Afrique seniors.

T.H

News Mada13 partages

Fomba fanaovana politika : tsy hita mazava ny tena fisaraham-pahefana

Anisan’ny fototra sy antoky ny fanjakana repoblikanina ny fisaraham-pahefana: mpanao lalàna, mpanatanteraka, mpitsara. Soatoavina amin’izany ny fisaraham-pahefana, ary voalaza mandrakariva amin’ny lalàmpanorenana tamin’ireo Repoblika nifandimby.

Fa tamin’ny Repoblika sy ny mpitondra nifandimby. Saika manao ampihimamba ankolaka na mivantana ny fahefana ankapobeny hatrany ny mpanatanteraka. Tsy hita loatra ny tena fisaraham-pahefana. Na tsabahin’ny fahefana mpanantanteraka mandrakariva ny mpanao lalàna sy ny mpitsara.

 

Manjaka tokana ny mpanatanteraka

Tsy misy adihevitra firy, ohatra, ny volavolan-dalàna aroson’ny mpanatanteraka amin’ny mpanao lalàna. Lany ambongadiny tsy misy fanitsiana, indrindra momba ny lalàna mifehy ny tetibola. Tsy hita vohoka eo anivon’ny mpanatanteraka ny mety ho tolo-dalàna avy amin’ny mpanao lalàna.

Ny tena zava-doza, ataon’ny mpanatanteraka fitaovana politika hatrany ny fitsarana. Hamoronana na hitadiavana raharaha maloto hampiakarana fitsarana sy hampidirana azy am-ponja izay rehetra manelingelina: mpitarika mpianatra na mpiasa mitokona, mpanao politika mitarika hetsika…

Soketaina ho fahavalom-pirenena ny toy izany, manakorontana, manohintohina filaminam-bahoaka, manongam-panjakana… Malemy mandrakariva ny fitondrana mijoro sy nifandimby, matoa ahina ho manongam-panjakana hatrany ireo mihetsika rehetra. Misy rahateo mpanao politika manararaotra…

Mila fanjakana matanjaka fa tsy mpanao jadona

 Lazain’ny sasany fa saika fanjakana jadona no misy fa tsy hoe matanjaka: ivangongoam-pahefana, tratran’ny fahalovana amin’ny kolikoly sy ny kiantranoantrano, mampihorohoro lava amin’ny fampidirana am-ponja, mampanjaka tokana ny heviny sy ny tiany hatao amin’ny alalan’ny fahefany; eny, na amin’ny fifidianana aza, ohatra…

Hafa ny fanjakana matanjaka: tan-dalàna, mahatanteraka ny lazainy ary milaza ny (h)ataony. Olom-panjakana ny mitantana fa tsy olom-pahefana: tsy manao izay iarovana sy hampaharitra fahefana fotsiny, fa manao ny hampandeha ny fanjakana ho amin’ny fampandrosoana ny fiainam-bahoaka sy ny soa iombonana…

Aiza ho aiza amin’izany ny fitondrana ankehitriny? Raha matanjaka loatra ny fanjakana, ahina hamoritra; raha malemy, baranahiny…

R. Nd.

News Mada12 partages

Jery todika 2016 : nitombo an-dalana ireo vondrona manohitra ny fitondrana

Mby aiza ny fanoherana ny tsy fahombiazan’ny fitondrana? Tsy mitsaha-nitombo ny vondrona politika manohitra…

Ny andro nanaovan’ny Praiminisitra teo aloha, Ravelonarivo, famindram-pahefana tamin’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier, ny 13 avrily: nitaky fifidianana mialoha ny fotoana ny antoko Hiaraka isika, fa tsy mandeha amin’izay izy ny raharaham-pirenena.

Talohan’izay aza, ny 19 marsa, efa nitaky izany ny antoko MMM. Nanohy ny nataony amin’ny tsy fahombiazana ny mpitondra. Nitaky ny fialan’ny filoha Rajaonarimampianina ny Armada, ivondronan’ny Hiaraka isika, VPM-MMM, Maitso hasin’i Madagasikara, Mapar, ny Avana, ny 30 mey.

Tetsy andaniny, mialoha ny 1 mey, nisian’ny hetsika manokana teny amin’ny kianja Alarobia: nitaky hatrany ny fampiharan-dalàna amin’ny ady amin’ny kolikoly amin’ireo tsimatimanota ao an-dapa ny fivondronamben’ny sendikà na ny Afo sendikaly. Nisy ny fitoriana napetrany eny amin’ny Bianco ny amin’izany.

Nisy ny fanentanana sy famoriana vahoaka…

Nampitombo ny disadisa politika ny fipoahana baomba vita tanana teny amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ny harivan’ny 26 jona? Nilaza ny fitondrana fa ny avy amin’ny mpanohitra  izany, izay nambara taty aoriana fa nitsoaka any ivelany. Hatramin’izao, tsy hita mazava izay tena vokatry ny fanadihadiana.

Nampahafantatra ny fijoroany ny Mitsangàna ry Malagasy, teny Andrefan’Ambohijanahary, ny 9 jolay. Miara-dia amin’izany ny VPM-MMM, Mapar, Hiaraka isika… Takiny hatrany ny  fifidianana mialoha ny fotoana. Nisy hatrany ny fifandresen-dahatra sy ny famoriam-bahoaka, saingy nosakanan’ny mpitandro filaminana: ny teny Mahamasina, ny 24 septambra, ohatra.

Nijoro sy nihetsika ny karazana vondrona mpanohitra

Nisy hatrany koa ny hetsik’ireo vondrona manohitra ny fitondrana. Eo, ohatra, ny Malagasy mivondrona ho amin’ny fanorenana (MMF), nijoro ny 2 septambra. Hita amin’izany ny Dinika ho fanavotam-pirenena (DFP), ny Mitsangàna ry Malagasy, ny Rodoben’ny Malagasy tia tanindrazana ho amin’ny fanorenana ifotony (RMTF) izay nijoro ny 4 aogositra, ny Alliance pour la paix et la refondation de la nation (APRN), ny Vondronan’ny mpikamban’ny CST sy loholona teo aloha (ACS), ny Vondron’ny antoko politika mpanohitra (GPPO)… Eo koa ny hoe Tolona fanorenana ifotony (TFI), ny Antso fanavotam-pirenena (AFP).

Nisy ny atrikasa nokarakarain’ny DFP, teny Andoharanofotsy, ny 6-7 oktobra, momba izay  hisian’ny fifampidinihana amin’izay fanorenana ifotony izay. Tsy vita eo ny raharaha. Hanao ahoana ny ho tohiny?

R. Nd.

Midi Madagasikara12 partages

Haltérophile : Harinelina Randriamanarivo reconduit

Les membres du comité directeur avec la DSF, Rosa Rakotozafy.

Sept ligues sur sept ont décidé de renouveler leur confiance à Harinelina Randriamanarivo à la tête de la fédération malgache d’haltérophilie. C’était lors de l’assemblée générale élective qui s’est tenue, hier, à Miarinarivo. La particularité de ce troisième mandat est que le comité directeur est composé entre autres d’anciens haltérophiles et ceux encore en exercice comme de Vania Ravololoniaina comme conseillère. Une manière de préparer déjà les athlètes pour les prochaines années à venir dans la gestion de la fédération. La direction du sport fédéral dirigée par Rosa Rakotozafy, représentant le ministre de la Jeunesse et des Sports est au four et au moulin quant à l’organisation des élections des fédérations sportives. Les AGE et AGO constituent une occasion pour la DSF de faire passer les messages du ministère quant à la relation entre les ligues, les fédérations et le ministère de tutelle. Mais aussi de pouvoir expliquer dans l’ensemble le rôle que joue le ministère et les critères d’obtention des subventions.

 T.H

Midi Madagasikara10 partages

47,5 milliards d’Ar pour 2017 : La CUA défend l’augmentation de son budget

Le deuxième adjoint au maire Julien Andriamorasata défend l’augmentation du budget de la commune urbaine d’Antananarivo.

 Le budget 2017 de la Commune urbaine d’Antananarivo connaît une hausse de 28% par rapport au budget primitif de 2016.

47,5 milliards d’ariary pour 2017, soit une augmentation de 28% par rapport au budget primitif de l’année qui va s’écouler dans deux jours. Ce projet de budget 2017 de la commune urbaine d’Antananarivo doit être adopté avant le 5 janvier, date de clôture de la session budgétaire en cours du Conseil Municipal.  Selon les explications du deuxième adjoint au maire Julien Andriamorasata, cette augmentation de 28% n’est pas sans motif. « Elle a été décidée après avoir constaté que le taux de recouvrnement fiscal s’est amélioré en 2016, de 17% à 30%. Par ailleurs, l’adoption de la Loi n°2014-020 du 16 août 2014, relative aux ressources des Collectivités Territoriales Décentralisées amène la CUA à augmenter son budget pour 2017. Outre les nouvelles ressources créées par cette nouvelle Loi, la Loi de Finances Initiale 2017 a révisé à la hausse les taux de certaines ressources. Pour ne citer que les taxes d’eau qui passent de 4% à 10% et les taxes d’électricité qui connaissent le même taux d’augmentation. A propos de ces taxes, la CUA va collaborer étroitement avec la JIRAMA », explique ce haut responsable de la Commune urbaine d’Antananarivo.

Politique d’amélioration fiscale. D’après Julien Andriamorasata, la CUA va également miser sur le développement de son partenariat  avec le secteur privé qui devrait contribuer matériellement et financièrement aux actions menées par la commune. « Outre le développement de ce partenariat Public-Privé, la CUA va développer ses relations internationales », annonce-t-il.  Par ailleurs, le deuxième adjoint au maire de révéler que la CUA va s’atteler sans attendre à l’élaboration de sa politique d’amélioration fiscale. « Pour cela, la commune sera obligée de collaborer avec les Chefs de fokontany qui font office d’auxiliaires de régisseur. A ce titre, les Chefs de Fokontany peuvent assurer le recouvrement des principales ressources fiscales de la commune dont l’Impôt Foncier sur les Propriétés Bâties (IFPB) et l’Impôt Foncier sur les Terrains (IFT) », explique notre interlocuteur. Avant de rajouter : « La commune va poursuivre ses efforts sur le recensement fiscal. Car on a constaté pendant la semaine spéciale de délivrance des permis de construire organisée à l’Hôtel de ville que nombreuses sont les nouvelles constructions qui ne sont pas encore régularisées en matière administrative et fiscale. »

Indiscipline. Interrogé sur ce qu’a fait la CUA pendant l’année 2016, le deuxième adjoint au maire Julien Andriamorasata a reconnu que beaucoup restent à faire pour la ville d’Antananarivo. « L’indiscipline, héritée de la transition, fait partie des obstacles à l’accomplissement de certaines missions. Les gens se permettent tout simplement de s’opposer aux opérations d’assainissement menées par la commune. Cela ne veut pas dire que la CUA va baisser les bras l’année prochaine », affirme-t-il. A noter que malgré l’absence des subventions de l’Etat, la Commune urbaine d’Antananarivo a toujours pu payer les salaires de son personnel, contrairement aux autres communes qui se trouvent actuellement dans une situation financière catastrophique, car elles n’ont pas pu payer leur personnel depuis plus de 10 mois. « La CUA a toujours pu respecter ses engagements financiers malgré l’absence de ces subventions de l’Etat », certifie Julien Andriamorasata. Avant de rappeler : « Le maire Lalao Ravalomanana n’a pas procédé à la compression du personnel depuis son arrivée à la CUA. Par contre, il y a eu redéploiement selon les compétences de chaque agent. »

R.Eugène

Midi Madagasikara10 partages

Réconciliation nationale : Le parti Marina soutient le FFKM

Le FFM sera-t-il supplanté (finalement) par le FFKM ? (Photo d’archives)

Si le Conseil des Eglises Chrétiennes à Madagascar (FFKM) s’avère être écarté du processus de réconciliation nationale, le parti Marina quant à lui estime que seul le FFKM estapte à le conduire.

Unanimité. D’après les explications de Harosolofo Rakotondrabe, coordinateur régional du parti pour la Région Analamanga, « les Malgaches n’ont pas besoin de se réconcilier entre eux. C’est plutôt la réconciliation politique qu’il faut faire l’objet de débats sérieux lesquels doivent être inclusifs ». D’ores et déjà, le parti reste sceptique quant à l’aboutissement du processus dans la mesure où « l’esquisse n’est même pas entamée et que certains y sont exclus ». De surcroît, le parti avance qu’il faut identifier tous les acteurs notamment les réconciliateurs et les réconciliés. Ce qui est certain pour Marina, c’est que les leaders ne seront pas le Conseil de la Réconciliation Malgache (FFM), mais le FFKM. « Sur le plan juridique, c’est le FFM qui devrait conduire le processus de réconciliation nationale. Mais nous savons tous qu’il n’y a que le FFKM qui en est légitime et qui fait l’unanimité », réitèreHarosolofo Rakotondrabe. Faut-il rappeler qu’en 2002, le Comité de Réconciliation Nationale (CRN) a été mis sur pied, mais jusqu’à présent, aucune  réalisation sérieuse n’a été constatée. Le même problème se pose par  rapport à la loi y afférente dans la mesure où selon les affirmations de ce coordinateur pour la région Analamanga, « l’application du texte en question s’avère être sélective ». Le message est donc simple pour le parti Marina, « aucun texte n’est imparfait, il faut surtout que ceux qui sont amenés à l’appliquer aient la bonne volonté et agissent de bonne foi ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara10 partages

Beach soccer : Madagascar à la 23e place mondiale !

Le classement mondial en beach soccer pour le mois de décembre 2016 est sorti. Madagascar se trouve à la 23e place qui est de loin, le meilleur classement d’une discipline collective pour notre pays.

Mais un classement qui aurait pu être mieux si on n’a pas échoué d’un cheveu contre le Maroc lors des matches de poule. Après le but de Ymelda portant le score à 2 à 1 à l’avantage des Lions de l’Atlas, Toky a raté un penalty qui aurait contraint les deux clans à aller aux prolongations et pourquoi pas permettre aux Barea d’aller en demies. Mais le sport c’est aussi ce petit côté imprévisible, mais comme Madagascar n’est pas loin des meilleurs, africains s’entend, ce classement peut changer du jour au lendemain pour peu que nos joueurs se donnent les moyens de disputer des rencontres internationales officielles.

En attendant, voici une partie de ce classement mondial de beach soccer :

PortugalRussieBrésilSénégalEgypteNigeriaMarocHongrie MadagascarLibanYémen

Clément RABARY

Tia Tanindranaza9 partages

Fanonganam-panjakanaAo an-dapa ny mpivoy azy

Mipoitra tsikelikely ny vaovao manodidina ny serasera novoizina tamin’ny fesiboky amin’ny fisian’ny fikononkononana fanonganam-panjakana. Minisitra lahy iray tamin’ny tetezamita sy vazaha-gasy iray efa malaza ho mahay mamendrofendro sy milalao ny serasera amin’ny resaka fanonganam-panjakana no ao ambadika, mampivoy azy io.

Mipoitra tsikelikely ny vaovao manodidina ny serasera novoizina tamin’ny fesiboky amin’ny fisian’ny fikononkononana fanonganam-panjakana. Minisitra lahy iray tamin’ny tetezamita sy vazaha-gasy iray efa malaza ho mahay mamendrofendro sy milalao ny serasera amin’ny resaka fanonganam-panjakana no ao ambadika, mampivoy azy io. Efa re matetika tamin’ny resaka fanonganam-panjakana teto amintsika io vahiny io ary minisitra tamin’ny andron’ny tetezamita izay efa niofo ho olon’ny HVM ihany no miara-mikononkonona hevi-petsy hamotehana ireo olona lotoina ho mikononkonona hanongam-panjakana. Ny tena zava-misy dia tahotra sy fialonana amin’ny mety ho hery politika ananan’ireo olona tononina toa an’i Andry Rajoelina na i Pasitera Mailhol na ny hafa no tena tanjona. Manomboka miseho vahoaka ny filohan’ny tetezamita teo aloha ary tsapan’izy ireo fa misy ihany ny olona liana aminy ary toa miseho ny hery ananany ara-politika na dia eo aza ny laza ratsiny tamin’ny fanonganam-panjakana 2009, ka izay no hamoronana atsanga tsy aman’orana sy hihetraketrahana azy. I pasitera Mailhol ihany koa dia voatonona tao anatin’ny resaka, ary nodisoany tanteraka io zavatra hanasoketana azy io. Tsy azo tsinontsinoavina ny olona manaraka an’i Pasitera Mailhol, ity farany izay efa nilaza, araka ny faminaniany fa izy no hapetraka ho filoham-pirenena atsy ho atsy, kanefa ny hafa mbola mihevitra ny hanao ny fotoam-piasana faharoa, ka izay no handotoana an’i Pasitera. Efa mandeha ihany koa ny resaka fa i Marc Ravalomanana indray izao no ketrehina fatratra izay handotoana azy, rehefa tsy voan’ny lalàna momba ny fampihavanam-pirenena sy ilay lalàna vao hampandalovina eny amin’ny Parlemanta momba ny fandikan-dalàna ara-toekarena sy ara-ketra. Any amin’ny fandotoana ny adversera izay manomboka mampiseho ny tanjany ara-politika sisa no hany paikadin’ireo tandapa sy ny manodidina azy fa efa tsy matoky tena intsony.

Toky R.

 

Midi Madagasikara9 partages

Gendarmerie : Un millier d’éléments mobilisés pour les fêtes de fin d’année

Afin d’assurer la sécurité des biens et des personnes pendant les fêtes de fin d’année et du Nouvel An, la Gendarmerie nationale va mobiliser plus de 1 000 éléments d’ici  à demain. Ils seront en charge de la sécurité intérieure, mais aussi routière de la région d’Analamanga. Leurs zones d’intervention s’étendront  de la capitale à la périphérie, notamment Anosizato,  Sabotsy  Namehana, Itaosy et Ambohimangakely. Les points sensibles seront prioritaires pour que les Tananariviens puissent passer paisiblement et sereinement les fêtes.

Tolérance zéro.  Selon la CIRGN représentée par le colonel Bevoavy lors d’une conférence de presse à la salle OPS Ankadilalana hier, ce sera la tolérance zéro pour les infractions du genre conduite en état d’ivresse, excès de vitesse  et surcharges. Les gendarmes  vont se répartir en deux groupes : d’un côté, les éléments à pied qui vont être déployés dans la périphérie de Tana. Et de l’autre, les éléments motorisés pour accomplir les missions. 

Kanto R. (Stagiaire)

News Mada8 partages

Bc Blues Premium : un autre genre de karaoke

Le problème avec les karaokés est la mélodie qui est insatisfaisante et banale. Avec un sample et un synthétiseur, le son est assez mauvais. C’est ce que pensent tous les amateurs de chants qui ont l’habitude de papillonner dans les restaurants de la ville à la recherche d’un bon son. Pour régler cette situation, BC Blues Premium, sis à Antaninarenina, propose un karaoke live où chaque chanteur sera accompagné de vrais musiciens avec des instruments de musique.

Le BC Blues à Soanierana a actuellement quatre ans d’existence. Pour élargir ses horizons, le propriétaire vient d’inaugurer, mercredi dernier, un autre espace dénommé « BC Blues Premium » qui se trouve à Antaninarenina. Plus classe et romantique, un programme exceptionnel y sera proposé pour le réveillon.

« Nous allons présenter un menu spécial Saint Sylvestre pour samedi prochain, il y aura entre autres, du magret de canard, du foie gras, des camarons… », a expliqué l’un des responsables du lieu. Le karaoke live débutera vers 19 heures où plusieurs musiciens professionnels seront prêts à jouer les morceaux de tout genre. « A partir de 23 heures, nous allons procéder à l’ambiance dancing avec trois Dj, à savoir DJ Jo, Tk Dj et D’iar Jay».

Holy Danielle

 

News Mada8 partages

Des olives impropres à la consommation : appel à la vigilance des consommateurs

Des boîtes de conserve, des pâtes alimentaires, des boissons frelatées, des biscuits…et même des olives en bocal, comme le ministère de tutelle l’a bien mentionné dans son communiqué, de nombreux commerçants déversent sur le marché des produits avariés en cette période de fêtes. Les autorités de tutelle appellent à la vigilance des consommateurs.

La période des fêtes est un moment pour faire de bonnes affaires, aussi bien pour les commerçants que pour les consommateurs. On assiste par endroits à des «promos choc». De nouveaux produits apparaissent à des prix défiant toute concurrence. La liquidation est le terme employé par ces vendeurs pour attirer les clients. Cependant, la plupart de ces produits sont périmés ou défaillants. En dépit des descentes et contrôles effectués par des agents du ministère du Commerce dans les marchés et entrepôts, le phénomène persiste.

Des olives interdites de vente

Dans le cadre de ses missions de protection du consommateur, de sécurité et de fiabilité des produits alimentaires ou non alimentaires, le ministère du Commerce et de la consommation a publié une note dans laquelle il fait part de sa mise en garde sur la consommation d’un aliment conditionné en bocal en particulier.

Le ministère du Commerce et de la consommation invite les consommateurs à prêter attention et à ne pas consommer les olives noires conditionnées en bocal de 100 g en provenance de France. «En effet, il est porté à la connaissance des consommateurs de la présence de fragments de verre dans des bocaux contenant des olives noires en provenance de France (…)», a fait savoir le ministère dans une note publié cette semaine.

Cet appel fait suite à la notification n° 2016.1715 du 7 décembre 2016 émanant de la délégation de l’Union européenne à Madagascar concernant la possible présence de fragments de verre dans des bocaux en verre d’olives noires.

Le phénomène en soi

Le phénomène de vente des produits de mauvaise qualité dans les marchés ne date pas d’hier. Il a commencé selon les analystes économistes à prendre d’ampleur depuis les années 90, période à laquelle l’Etat a fait l’option de la libéralisation de l’économie. Les opérateurs économiques ont très tôt imaginé les gros bénéfices qu’ils peuvent tirer de cette nouvelle réforme économique.

Avec des produits avariés, des étiquettes falsifiées, des dates de péremption fantaisistes, des contenus dilués, édulcorés ou carrément vides, les malintentionnées ont plus  d’un tour dans leur sac pour tromper la vigilance des consommateurs.

Arh.

News Mada8 partages

Foot – Francophonie : Madagascar absent

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour un pays qui vient d’héberger le dernier Sommet de la Francophonie. En effet, Madagascar n’est pas dans la liste des pays qualifiés pour la compétition de football aux prochains Jeux de la Francophonie prévus se tenir à Abdijan en 2017. A sept mois des huitièmes jeux, le comité international et la Fifa ont annoncé les noms des 14 équipes, venant de l’Europe et de l’Afrique,  qui ont leur billet après le tour de qualification.

Il s’agit du Burkina Faso, Cameroun, Canada, Congo (Brazzaville), Côte d’Ivoire, France, Gabon, Guinée, Haïti, Liban, Mali, Maurice, Niger et le Sénégal. Le tirage au sort sera assuré par le délégué technique de la Fifa et se déroulera au siège de l’OIF à Paris le 23 février prochain. Notons que deux places sont encore disponibles mais, sans arrière-pensée pessimiste, les résultats de Madagascar durant cette saison sont encore loin d’atteindre la barre des qualifiés.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara8 partages

BIT – Travail décent : Les axes d’orientation pour 2O17

« Ntsay Christian, représentant du BIT à Madagascar, lors de sa rencontre avec le RJSET à Antsiranana ». Photo Anastase

Madagascar rentre dans la dimension planétaire dans la promotion de l’agenda du travail décent dans le sens où il a adopté en 2015, le programme/pays pour le travail décent, a expliqué Ntsay Christian, représentant du BIT à Madagascar. C’était lors de sa rencontre avec les membres du Réseau des Journalistes  Spécialisés dans l’Emploi et le Travail (RJSET), tout récemment à Antsiranana.

Ce diplomate de poursuivre, que pour l’année 2017 à Madagascar, le BIT poursuivra ses actions et développera des programmes pour la promotion du travail décent, tels que définis dans les axes d’orientation.

Chaînes d’approvisionnements mondiales. Ces axes d’orientation  concernent notamment la promotion des normes internationales du travail dans les chaînes d’approvisionnements mondiales des produits de rente, comme la vanille, le café, le girofle et le letchi, de manière à sécuriser l’exportation de Madagascar.

Sud. Par  ailleurs devait souligner le représentant du BIT, il est important  que Madagascar puisse consolider les bases de la stabilité et de préciser que la stabilité n’est pas seulement, une stabilité institutionnelle, mais aussi à la fois, celle de la population qui vit dans une extrême pauvreté aujourd’hui à Madagascar. Donc, le BIT est prêt à aider Madagascar à trouver une solution pour que le Sud de Madagascar puisse ne plus devenir « cimetière de projets » et trouver sa ligne  de développement. Le BIT, à partir de 2017, va appuyer le pays pour promouvoir des programmes dans le développement du Sud au-delà des dimensions humanitaires et d’urgences.

Emplois des jeunes. L’autre aspect important de ces axes est la poursuite de la promotion de l’emploi des jeunes. Les jeunes sont pauvres à Madagascar, car ils ne trouvent pas de travail  et passent des moments difficiles dans un contexte de sous-emploi, a tenu à faire savoir Ntsay Christian. Le BIT pour sa part, rassuré son représentant Ntsay Christian, va continuer de développer des actions structurantes avec le gouvernement, de manière à ce que des programmes en faveur de ces jeunes, puissent se développer dans les 22 régions.

Travailleurs migrants. Dans son programme d’activités pour 2017, le représentant du BIT s’est dit aussi très préoccupé du sort de ces travailleurs malgaches migrants, notamment de ces travailleurs domestiques qui partent à l’extérieur. Ce diplomate de  suggérer que des accords bilatéraux doivent être conclus avec ces pays destinataires de ces mains-d’œuvre. Pour que Madagascar puisse consolider cet aspect juridique, il est important que Madagascar ratifie la fameuse convention 189.

Dialogue social. A  Madagascar, le dialogue social n’est pas une préoccupation pour le gouvernement, les employeurs et les travailleurs, constate le représentant du BIT. Il est donc nécessaire de redynamiser le conseil national du travail.  Le BIT dans ce sens encourage le gouvernement, les employeurs et les travailleurs à instaurer une plateforme de dialogue social pour promouvoir l’agenda du travail décent à Madagascar qui a adopté en 2015, un programme/pays pour le travail décent et qui servira de socle de ce dialogue social.

Economie informelle. L’économie informelle dans le pays constitue plus de 70% du PIB. Ce PIB de 70% a conclu Ntsay Christian provient d’une déstructuration de cette économie. Il est primordial que le pays se dote d’une vraie administration du travail  pour intervenir dans les 93% des travailleurs pour consolider les actions, afin d’éliminer la précarité.

Recueillis par  CHAN-MOUIE Jean Anastase

L'express de Madagascar7 partages

Fêtes de fin d’année – Annonce d’arrestation contre les ivrognes au volant

Du fil à retordre pour  les ivrognes au volant. «La sécurisation des fêtes de fin d’année bat son plein depuis le 15 décembre et ne se terminera qu’en fin janvier, où un autre dispositif prendra le relais. Diverses mesures sont déjà effectives, entre autres, l’immobilisation,  l’arrestation, ainsi que la mise en garde à vue articulée de traduction devant le parquet pour ivresse au volant. Pour ma part, il couvrira toute la région Analamanga », met en garde le colonel Razafi­sambatra Ravoavy, commandant du groupement de la gendarmerie nationale de la région Analamanga. D’après ses explications, l’objectif est de réduire les accidents de la circulation.À l’entendre, près de neuf cents gendarmes armés seront mobilisés pendant cette période.« La sécurisation ne se restreindra pas aux agglomérations urbaines. Elle s’étendra dans les brousses, jusqu’aux zones limitrophes de la circonscription de la gendarmerie d’Analamanga, comme dans les zones rurales d’Ankazobe, Andramasina et Anjozorobe, pour contrecarrer les attaques de dahalo », poursuit le colonel Zafisambatra Ravoavy.Il annonce, dans la foulée, l’adoption d’un dispositif armé.« Tous les éléments mobilisés sont armés. Le matériel à notre disposition sera utilisé, allant des équipements antiémeutes jusqu’aux armes de guerre, pour affronter au mieux, toute situation. Une partie de nos effectifs sont positionnés tandis qu’une autre intensifie les patrouilles. Ces derniers sont aussi bien pédestres que motorisés », souligne le commandant du groupement de la gendarmerie d’Anala­manga.

A.M.

News Mada6 partages

Déclaration d’opposition du MMM : le texte absent des dossiers en instance à la HCC

La Haute cour constitutionnelle (HCC) vient de publier sur son site les dossiers en instance d’examen. Et grand fut l’étonnement des observateurs en constatant que la déclaration d’opposition du parti Malagasy miara-mianga (MMM) ne figure pas dans la liste.

Après avoir déclaré officiellement son opposition au régime HVM, le parti MMM a déposé sa déclaration auprès de l’Assemblée nationale vers la fin du mois de novembre dernier. D’ailleurs, dans le dessein de manifester sa volonté, le président du parti  Hajo Andrianainarivelo a demandé rendez-vous au président de la Chambre basse Jean-Max Rakotomamonjy, mais à deux reprises, ce dernier a fait faux bond. Toutefois, il a été dit que la déclaration a finalement été envoyée auprès de la HCC, il y a près de deux semaines.

Pour dire que la requête du MMM devrait être en instance d’examen à Ambohidahy, mais la publication de la HCC des dossiers en attente sur son site semble confirmer le contraire.

Cela implique-t-il que le dossier n’a pas encore été transmis à la HCC ou celle-ci ne l’a pas examiné ? Néanmoins, un cas similaire s’est produit cette année lorsque la HCC a publié les dossiers en instance sans le Code de la communication qui venait juste d’être adopté. Un moyen pour la Haute cour de dire que le texte  ne lui était pas encore parvenu. Alors Tsimbazaza n’a pas-t-il envoyé le dossier à Ambohidahy ?

Un seul dossier est actuellement examiné par les membres de la HCC, celui sur la réconciliation nationale, arrivé à l’institution d’Ambohidahy le 23 décembre dernier. Il faut noter que ce texte a été adopté le 13 décembre dernier, soit presque au même moment où la lettre sur la déclaration d’opposition a été envoyée par l’Assemblée nationale.

Jean-Max R. réagira

Dans tous les cas, Jean-Max Rakotomamonjy se dit disposé à éclaircir la situation. «Je compte répondre à toutes les questions relatives à la situation actuelle la semaine prochaine», a-t-il indiqué, joint au téléphone cette semaine.

N’étant pas encore dans la capitale, il est primordial pour le numéro un de l’Assemblée nationale d’éclaircir certains points, entre autre le cas du parti Leader fanilo, ou encore le dossier de l’opposition. Un début d’année qui réserve déjà son lot de surprises.

Rakoto

 

News Mada6 partages

Rétrospective 2016 en photos

Quelques journalistes qui se sont mis à genoux après l’adoption du nouveau code de la communication.

Jean Nirina Rafanomezantsoa en prison, une image qui vaut mille m…aux.

Les yeux étaient rivés sur Madagascar pendant le XVIe Sommet de la Francophonie du 22 au 27 novembre.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Kin Moon n’a pas omis de rendre visite à la Grande île les 10 et 11 mai.

L’affaire Soamahamanina continue de défrayer la chronique.

Après 1999, les boulistes malgaches retrouvent la première marche du podium lors des 47e Championnats du monde triplette et tir de précision qui se sont déroulés du 1er au 4 décembre au palais des Sports de Mahamasina.

Le sacre du septuple champion du monde de boxe chinoise, Jean Christian Randriamalaza, restera dans les annales.

Des éléments de force de l’ordre sur le pied de guerre devant la CUA pendant les échauffourées avec les marchands ambulants.

Photos : Mamiherison, Tiana R et Fanou

News Mada6 partages

Reflet – Senateur Berthin Randriamihaingo : « Les regards doivent se tourner vers l’avenir »

Géant du sport  automobile très connu et responsable de différentes disciplines sportives, opérateur économique depuis plusieurs années, Berthin Randriamihaingo incarne l’image  d’une personnalité aux multiples talents qui réussit là où il est. Sénateur de Madagascar du parti HVM, Il croit fermement en l’avenir de la Grande Ile et espère que le pays va devenir un géant dans cette partie Ouest de l’océan Indien. Interview.

*Les Nouvelles : Fraîchement élu Sénateur de Madagascar et membre très actif du parti au pouvoir, Berthin Randriamihaingo est-il un homme politique dans le sens plein du terme ?

-Berthin Randriamihaingo: Du moment où vous portez le manteau de Sénateur de Madagascar, vous êtes un homme politique. Par contre, je reste toujours cette personne très compétitive en matière de sport ainsi qu’homme d’affaires. Mon passé m’a aidé à avoir une vision claire des choses actuelles. Ce que je vis en ce moment n’est pas un mélange artistique de plusieurs talents et de trajectoire professionnelle, mais une complémentarité de certaines valeurs dans différents domaines professionnels. Quand vous êtes dans le sport, vous vous conformez aux règles, à la discipline. Vous êtes dans l’obligation de respecter votre capitaine et de lui rester fidèle. Vous respectez vos adversaires car vous n’avez pas d’ennemis. Quand l’esprit d’équipe vous anime, vous vous lancez dans un défi permanent. Dans le domaine économique, vous acceptez la concurrence et les normes.

*Quelquefois, vos collègues voient en vous un langage trop direct qui froisse…

-Il y a des moments où il faut crever l’abcès pour éviter la médiocrité et de tourner en rond. Il faut maintenant que nous trouvions la voie vers le développement. On a assez de cette situation de délabrement structurel. Le monde politique  et le cercle du pouvoir ont besoin d’une véritable mutation. On ne doit plus rester dans les verbes et les slogans. D’ailleurs, je suis très optimiste quand le Président de la République a pu convaincre la conférence des bailleurs de fonds et des investisseurs pour décrocher une promesse de 10 milliards d’Euros.

*Par contre, le régime n’est pas exempt de reproches…

-Je sais que la politique n’est pas une science exacte donc n’est pas du tout rationnelle. Par contre, chaque acteur politique doit avoir une certaine honnêteté intellectuelle et analyser les choses d’une manière objective. Si vous faites une rétrospective de l’histoire politique et socioéconomique de la Grande Ile depuis l’indépendance, la situation actuelle, qu’on l’accepte ou non, a hérité des situations de crises précédentes mal gérées et qui s’entassent pour devenir ce contexte socioéconomique actuel. Par contre, au nom du principe de la  continuité de l’Etat, nous endossons nos responsabilités et lançons le défi de redresser  la situation. Nos partenaires techniques et financiers ont constaté cette volonté politique qu’ils ont donné leur aval. Les problèmes ne se résolvent pas dans les guéguerres politiques ni dans la culture de la  haine, mais dans le rassemblement et dans un mouvement d’ensemble pour se tourner définitivement vers l’avenir.

*A votre avis, quels sont les principaux blocages qui nous empêchent d’atteindre le minima pour un décollage économique ?

-On peut répertorier des milliers de facteurs, mais le blocage fondamental est notre mentalité d’insulaire qui a tendance à nous replier sur nous-mêmes. Nous n’avons pas trop de contacts et d’échanges, il manque en nous d’horizon. Par ces carences, nous nous contentons de peu pour être qualifiés de «moramora». Le développement c’est le travail, le surpassement de soi-même, la bonne organisation,  la vision,  la création, la rénovation, la technologie nouvelle, la recherche. Au lieu de mettre en pratique la politique de notre géographie insulaire, nous nous chamaillons tout le temps et cela est très mauvais…

*Justement, l’isolationnisme  est au centre du débat depuis le Brexit et l’élection de Donald Trump. Quel impact cela pourrait avoir sur Madagascar ?

-Cet isolationnisme résulte de l’échec de la politique de globalisation…le monde sans frontière, le libre échange et la libre circulation. Le système globalisé empêche les petits pays de s’affirmer. Le déséquilibre en termes de développement ne fait que favoriser la domination des puissances. Pour des pays comme Madagascar, le système d’échange est encore fondé en grande partie sur le principe d’aide et d’assistance, les impacts sont  fortement amortis par ce système lui-même.

*Pour terminer, selon vous, le Président Rajaonarimampianina sera-t-il réélu en 2018 ?

-Je ne trouve pas d’obstacle majeur car le Président lui-même, le parti HVM et la plateforme politique qui le soutient auront encore exactement deux ans pour convaincre et séduire l’électorat.  Les succès des Sommets internationaux et la capacité du régime d’organiser une série  de rencontres sportives internationales sur  son sol sont déjà des frémissements non négligeables pour les opérations de séduction. La conférence des bailleurs de fonds et des investisseurs sont des atouts particuliers pour le démarrage des grands travaux d’infrastructure. L’année 2017 sera une année de réalisation des grands projets et de lancement des réformes. Les deux années à venir seront donc décisives…

Propos recueillis par J.P

 

News Mada6 partages

Police des mines : 2 autres bureaux inaugurés

La mise en place de la police des mines dans chaque région de l’île fait partie des résolutions prises par le ministère auprès de la présidence en charge des Mines et du pétrole, pour réduire les exploitations minières illicites qui ne cessent de prendre de l’ampleur ces dernières années. Après celui de Toamasina, les bureaux de la police des mines à Antsiranana et à Maevatanana ont été inaugurés respectivement le 12 et 14 décembre dernier.

D’après les dernières statistiques, le secteur minier contribue à hauteur de 30% des recettes d’exportation et 14% des recettes fiscales. Il rapporte 40 à 60% des Investissements directs étrangers (IDE) à Madagascar. Toutefois, ce secteur ne représente que 2,12 % du Produit intérieur brut (PIB) de la Grande île. C’est pour cette raison que le ministère de tutelle compte renforcer la lutte contre les exploitations illicites dans le pays.

Dans la foulée, une sensibilisation du grand public et des Collectivités territoriales décentralisées (CTD) a déjà commencé cette année et continuera en 2017. A ce propos, Ying Vah Zafilahy, ministre des Mines a avancé que «les ingénieurs des Mines doivent informer la population impactée par un projet pendant la phase de recherche. Le permissionnaire peut extraire des tonnes de terre via des engins en vue d’analyse des échantillons car il s’agit d’un investissement lourd. Et cela ne veut pas dire qu’il est déjà en phase d’exploitation».

Riana R.

L'express de Madagascar6 partages

Boxe chinoise – Jean Christian Randriamalaza primé

Le septuple champion du monde en boxe chinoise, Jean Christian Randriamahazo a été primé hier au palais d’Iavoloha. Il a été ensuite décoré au palais des sports Mahamasina. 

Une double cérémonie a eu lieu hier en l’honneur du septuple champion du monde de boxe chinoise, Jean Christian Randria­mahazo. Une délégation dirigée par le ministre de la Jeunesse et des sports, le Dr Jean Anicet Randria­mosarisoa, composée du champion du monde et son staff a été reçue en fin de matinée, par le président de la république, Hery Rajaonari­mampianina au palais d’Iavoloha. Comme le cas des champions du monde en pétanque, le locataire d’Iavoloha lui a remis la prime de reconnaissance d’une valeur de cinq millions d’ariary.« On a constaté que le sport malgache a beaucoup rehaussé son image vu les résultats de ces derniers temps. Madagascar vient de remporter le titre de champion du monde en pétanque et voilà qu’un autre Malgache s’installe au sommet du monde en boxe chinoise. Je félicite et encourage le champion pour continuer dans ce sens » a mentionné Hery Rajaonari­mampianina lors de sa prise de parole.« Le sport malgache a fait une bonne récolte cette année. Par conséquent, le président de la république prévoit de recevoir ici au palais tous les meilleurs athlètes de chaque discipline, qui ont brillé et porté haut l’honneur de la nation pendant cette saison 2016. La cérémonie aura lieu au mois de janvier 2017, mais la date précise sera confirmée ultérieurement » a avancé le Dr Jean Anicet Andria­mosarisoa.Deux en un. Après la cérémonie d’Iavoloha, le septuple champion du monde en boxe chinoise a été décoré, d’abord élevé au grade de chevalier de l’ordre national malgache puis de chevalier de l’ordre de mérite sportif, par le ministre de la jeunesse et des sports au palais des sports à Mahamasina.« Je remercie tous ceux qui m’ont soutenu avant, pendant et après mes combats, ainsi que ceux qui ont contribué à ma venue au pays. Vous ne m’avez pas oublié même si j’évolue loin du pays … On m’a déjà sollicité d’intégrer l’équipe de France mais je préfère défendre les couleurs nationales » a précisé Jean Christian Randriamahazo, très ému après sa décoration.

Serge Rasanda

Midi Madagasikara6 partages

Prix du gaz domestique : Une baisse de -20% des prix durant les deux dernières année.

Tous les prix ont augmenté cette année, sauf celui du gaz. En effet  alors qu’on annonce une énième hausse des prix à la pompe des carburants  dès lundi ou mardi prochain (voir article par ailleurs), le prix du gaz quant à lui, a connu une baisse de -20% sur les deux dernières années. Un véritable cadeau  pour les foyers utilisateurs qui se réjouissent évidemment de cette bonne nouvelle, surtout en ce moment où le charbon qui se fait de plus en plus rare, connaît une flambée des prix et que le délestage fait énormément mal aux abonnés de la Jirama.

Un bilan plutôt positif, en somme pour le gaz domestique qui a, à son actif plusieurs avantages. A commencer par sa mission écologique qui se manifeste par la  préservation de la forêt en réduisant la déforestation. Il a également  un avantage en termes de santé, dans la mesure où  en faisant le choix d’utiliser le gaz, les familles  vivent mieux,  en évitant les fumées nocives du charbon, et les problèmes respiratoires que ces dernières peuvent provoquer. En effet, le gaz n’émet pas de fumée toxique à l’origine de problème respiratoire. Par ailleurs, grâce au système de  distribution mis en place par Vitogaz, les utilisateurs bénéficient d’un autre avantage qu’est la proximité. En effet, le gaz est disponible dans plusieurs endroits du pays : des stations-service aux épiceries en passant par les  quincailleries et les petites, moyennes et  grandes surfaces. Pour l’année 2016, la  société VITOGAZ Madagascar a renforcé sa présence sur terrain en poursuivant sa politique de développement de nouveaux points de vente d’une part, et par une politique de rapprochement avec le public à travers les animations qu’elle a organisées dans le cadre de la célébration de son 15e anniversaire.  Le gaz se distingue, par ailleurs par son confort d’utilisation inégalable, se manifestant par sa flexibilité, son adaptabilité et sa propreté.

R.Edmond.

Midi Madagasikara6 partages

Vendredi joli

« So groovy trio » à La Fabrik. Certains jours, ils sont juste Rolf et Imiangaly avec Naday ou encore Lewiky en guests. Parfois, ils se produisent en tant que Voots Kongregation. Ce soir, c’est en tant que « So groovy trio » que Natiana, Rolf et sa moitié vont investir La Fabrik Ambondrona. Autre nom, autre appellation, mais toujours le même groove et la même complicité. Pour ce dernier « Zoma mahafinaritra », ils ont d’ailleurs concocté un répertoire très éclectique. Mélomanes et amateurs de bonne musique ne seront pas déçus. Tous ceux qui les ont déjà vus à l’œuvre pourront en attester. Mélomanes et interprètes avant d’être artistes, « So groovy trio » revisitera à sa manière, des titres de Kezia Jones, Prince et bien d’autres. Auteurs et compositeurs, ils reprendront et dévoileront également leurs morceaux. Ce soir, « So groovy trio » sera la grande tête d’affiche mais les autres membres de la famille Voots ne manqueront pas au rendez-vous.Zandry Gasy au Piment café. Ils se sont donné pour mission de faire revivre les titres de grands chanteurs et compositeurs de « ba-gasy » malgaches. Des compositeurs dont l’existence et le parcours sont parfois inconnus et méconnus du grand public. Tous ceux qui passeront leur soirée au Piment Café aujourd’hui auront donc l’occasion d’apprécier le « ba-gasy » dans toute sa splendeur.

Le Rêv’Errant à l’Is’art galerie. Surprendre, encore et toujours… c’est le défi que semble s’être lancé l’Is’art galerie Ampasanimalo.  Chaque semaine, il propose autant que possible, outre les expositions de photographie et de peinture, une formation musicale inédite. Ce soir, il a laissé la scène à Le Rêv’Errant. Un groupe pour qui les textes sont aussi importants que la musique. Avant d’être musiciens, ses membres sont d’abord des poètes qui utilisent les mots, non seulement pour dire la beauté des choses ou pour créer de jolies rimes, mais également et surtout pour faire passer des messages. « Tanindrazana ho an’ny taranaka- Madkaosikara », que Le Rêv’Errant propose au menu ce soir est justement né du besoin de dire les choses telles qu’elles sont, « de présenter des faits qui ne nous sont pas étrangers mais que l’on néglige, puisque l’on préfère rester dans l’ignorance », selon le groupe. Pour partir à la découverte de ce groupe et voyager dans un monde musical inédit, le concert à l’Is’art galerie n’est à rater sous aucun prétexte !

Stéphanie au Glacier. Il est loin le temps où elle était interdite de concert. Aujourd’hui, Stéphanie a pris les devants. La chanteuse est même allée plus loin que ne l’espéraient ses détracteurs. Elle fait partie de ces personnes qui adoptent comme devise cet adage : « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Malgré les obstacles et les différents problèmes auxquels elle a dû faire face, la chanteuse a réussi à avancer. Elle figure même parmi les artistes féminins actuels les plus en vue. Pour tous ceux qui n’ont encore jamais pu la voir sur scène, ce soir, l’occasion est tout indiquée. La jeune femme va reprendre tous les titres avec lesquels on l’a connue. Elle entonnera également ses nouvelles compositions.Mahetsaka

Midi Madagasikara5 partages

Manga Mania Festival : Quand l’Asie fait son show

Les visiteurs se sont laissé embarquer dans les jeux et diverses animations proposées.photo : Kelly

Le rendez-vous à ne pas rater pour les acros de la culture asiatique. Les 28, 29 et 30 décembre, l’Asie fait son show au Gymnase Couvert Ankorondrano.

Un lieu qui met surtout en scène les cultures japonaises et coréennes mais également, exceptionnellement pour cette édition, les cultures chinoises et indonésiennes. Un moment de découverte pour les novices, et d’expression de leur passion pour les adeptes. En tout, 40 stands ont été occupés. Les organisateurs ont fait des efforts afin de bien structurer cet évènement. Et cela s’est vu dans l’agencement des stands et l’ossature de la scène qui a, exclusivement été ornée d’effets spéciaux comme le lance-flamme, les jeux de lumières… Des activités ouvertes au grand public de toutes catégories et de toutes classes d’âge pour prendre du bon temps : en premier plan, le flashmob stimulé par la projection des chorégraphies issues du jeu populaire Just Dance qui éveille bien des danseurs.  Il eut également les différentes démonstrations qui ont mis en scène le Taekwondo ainsi que la Danse du Dragon et enfin la scène ouverte qui offre l’opportunité aux fanatiques de partager leur passion aux spectateurs avec différentes animations comme la Dance Cover et bien d’autres. A travers leurs prestations, les jeunes Malgaches ont exprimé leur amour de ces cultures et plus particulièrement leur talent. Des jeux à en perdre la tête, des dégustations à s’en lécher les babines, et des goodies qui ravivent le cœur des fans. Une expostion bien faite !

Rova R. (Stagiaire)

News Mada4 partages

Tanora Malagasy Miara-Miainga : « Omeo ny hasiny ny demokrasia, avelao hijoro ny mpanohitra »

 Mbola manatitra. « Omeo hasiny ny demokrasia, avelao hijoro sy hiasa ny mpanohitra, ary aza tapenam-bava ireo rehetra manana ho lazaina”, hoy ny Tanora Malagasy miara-miainga (TMMM), tamin’ny fanambarany, afakomaly. Notsiahivin’izy ireo fa tsy mandeha amin’ny laoniny ny raharaham-pirenena. Anisan’izany ny fampifangaroana sy fisalovanana andraikitra ka tsy mampandroso. Maneho ny tsy fahaiza-mitantana sy ny fomba ratsy hiarovana ny tombontsoa manokana izany, araka ny fanambarana. « Tsy omena andraikitra intsony ny fokontany satria lazaina fa tsy vondrombahoaka itsinjaram-pahefana nefa fototry ny fampandrosoana. Salovanina ny zon’ny vahoaka tsy avela hifidy ny  heveriny fa hahay hametraka fampandrosoana ifotony izy ireo fa ho tendrena ny sefo fokontany, mba ho olona afaka hiray tendro sy hiaro ny tombotsoan’ny mpitondra ankehitriny », hoy ihany ny TMMM.Tsy vitan’izany. Tsy avela amin’ny kaominina intsony ny fanaovana kara-panondro, fa hamoronana “Guichet unique” ao amin’ny Ceni. Sampandraharaha mikarakara sy miandraikitra ny fifidianana anefa ny eny Alarobia fa tsy vondrombahoaka itsinjaram-pahefana. « Terena hisalovana izany andraikitra izany fotsiny tsotra izao », hoy izy ireo. Nohitsin’ireto tanora ireto fa santionany ihany ireo ary hita sy mampibaribary ny tetika ratsy hifikirana eo amin’ny seza.

Hajao ny rafitra sy ny lalàna

 Manampy trotraka izany ny fitadiavana ny hevitra rehetra hampitarazoana ny fankatoavana ny fijoroan’ny antoko Malagasy Miara Miainga ho mpanohitra ara-dalàna. Ny any ivelany  anefa efa mankato, sy midera ny dingana nataon’ity antoko naorin’Andrianainarivelo Hajo ity, araka ny fanambarana. Hentitra ny TMMM. “Hajao ny rafitra sy ny lalàna, satria ianareo milaza fa tany tan-dalàna isika. Omeo ny fahafahana sy ny fahefana ahafahany miasa  ny vondrombahoaka itsinjaram-pahefana eny ifotony, toy ny fokontany sy ny kaominina mba hisian’ny tena fampandrosoana.Tanjontsika ny fiaraha-monina mirindra sy milamina anjakan’ny fifanajana ary fampandrosoana maharitra sy mahomby ka ndeha hiara-hiainga ho any amin’ny fandresena”, hoy izy ireo.

Synèse R.

News Mada4 partages

Première dame : les aînés à l’honneur

A l’occasion des fêtes de fin d’années, la Première dame, Voahangy Rajaonarimampianina accorde une attention particulière aux personnes âgées. Dans ce cadre, le staff de son cabinet sillonne depuis hier les centres d’accueil et associations de prises en charge des personnes âgées dans la capitale, pour remettre des dons de vivres, comportant  des sacs de riz, des cartons de lait, d’huile…

Les pensionnaires de six centres, en l’occurrence ceux des Foyers de vie à Ambohimanambola et à Antanimora, de l’Association Masoandro Mody à Mahazoarivo ou encore ceux de l’Association des personnes âgées à Malaza Fenoarivo,… ont reçu leur part hier. Sept autres associations qui prennent en charge des personnes âgées, sises à Amboditsiry, Tsimbazaza, Ambohidratrimo, Marohoho,  Ambohitrakely, Soavimasoandro et Ambohijanaka recevront également les mêmes dons ce jour. Au total, 1.570 personnes bénéficient de cette action de l’épouse du chef de l’Etat.

Fahranarison

 

Tananews4 partages

Ivato : il s’est scotché les tortues partout sur le corps

Il c’est un ressortissant chinois qui s’apprêtait à s’enfuir vers Hong Kong avec toutes ces tortues scotchées sur le corps.

Tant qu’on n’appliquera pas la peine de mort ou au moins couper quelques mains et paires de testicules, ces trafics continueront encore et toujours.

Il faut un vrai Etat fort, qui se fasse respecter, pas les espèces de pantins qui nous gouvernent actuellement et qui semblent d’ailleurs eux-mêmes impliqués jusqu’au cou dans certains de ces trafics.

L'express de Madagascar4 partages

Mise en garde contre des « olives noires tapenade »

Appel à la vigilance. Le ministère du Commerce et de la consommation a mis en garde les consommateurs à ne pas consommer les produits « Olives noires Tapenade » conditionnées en bocal de 100 grammes en provenance de France. D’après le communiqué de ce département ministériel « des fragments de verre sont présents dans des bocaux contenant des olives noires en provenance de France « Tapenade noire à la Provençale- 100 G ».

Tananews4 partages

Recul du départ à la retraite à 65 ans

Très bon calcul : comme l’espérance de vie moyenne du babakoto est aussi aux alentours de 65 ans, et bien tu bosses jusqu’à 65 ans, tu pars à la retraite. Et tu crèves tout de suite après.

Comme ça plus besoin que l’État te reverse ta retraite.

Et vu que justement le Failed State semble avoir actuellement des problèmes pour régler lesdites retraites, tout ceci tombe à pic.

Midi Madagasikara4 partages

Bande dessinée : Quand la plume malgache écrit au Cameroun

Sortir de la bande dessinée de la jeune bédéiste malgache, Idah RAZAFINDRAKOTO, qui habite au Cameroun intitulée « Valéa : la société cosmopolite ». Elle n’a sorti que le premier chapitre pour ces fêtes sous le titre : La déesse Verseau. Des dessins folkoriques accompagnés de textes classiques, cette oeuvre a tout pour plaire. Comme Idah le cite dans son imaginarium : « j’ai le plaisir de vous dévoiler mon univers (…) intense (…) qui a grandi avec ma personne, je le manifeste ainsi dans mes dessins. », son travail tourne autour d’un monde pas totalement fictif, mais qui possède tout son charme. Une BD, encore en version numérique, disponible sur le site de Buskers Magazine Madagascar. Vu qu’Idah désire contribuer à l’éducation citoyenne et au développement personnel de son entourage, elle l’exprime par ses croquis et ses planches de bandes déssinées. Une artiste de grand talent qui promet beauoup.

Rova R. (Stagiaire)

News Mada3 partages

Habibiana… : tovovavy roa naolana sy novonoina hita faty teny Ankatso

 Habibiana tsy roa aman-tany! Vehivavy roa, manodidina ny 25 taona eo no hita faty teny amin’ny faritry ny oniversite Ankatso II, omaly vao maraina tokony ho tamin’ny 5 ora teo. Nisy nanolana izy roa, ary novonoina avy eo. Afakomaly hariva nahitana azy ireo farany, ary izao maty izao…

 

Nandriaka ny ra, potika ny tava, feno ratra ny loha sy ny vatany, niboridana ny tapany ambany… ireo vehivavy roa nivalampatra efa tsy nisy aina intsony somary tanaty kirihitra. “Naolana ireo vao novonoina”, hoy ny fanazavana.

Nisy mifanohitra ihany ny petrakevitry ny mpitandro filaminana teny an-toerana sy ny filazan’ny olona satria, nilaza ny polisy fa novonoina tany an-toeran-kafa ireo izay vao nariana teny an-toerana ny razana. Nambaran’ny mponina anefa fa nahitana kapaoty nampiasaina maromaro teo an-toerana. Izany hoe mety teny mihitsy ny nanatanterahina ny fanolanana sy ny famonoana ireo tovovavy ireo.

Araka ny fanazavana avy amin’ny mpiambina eny amin’ny oniversite, tamin’ny 5 ora maraina izy ireo no nisy niantso fa misy fatin’olona iray eny Ankatso II, tsy lavitra ny fonenan’ny mpianatra. Rehefa nihazakazaka nihazo teny ny mpiambina vao hita indray ilay tovovavy faharoa. Voalaza fa tsy mpianatry ny oniversite ireo mpianatra ireo. Nisy olona teny an-toerana niteny avy hatrany fa mponina eny Ambolokandrina ireo. Ny sefom-pokontany kosa nanambara fa tsy ao anatin’ny lisitry ny mponina iadidiany ireo. Ny hafa niteny fa monina eny Ambatomaro ny iray.

Niala tao aminy tamin’ny 7 ora hariva

Vehivavy iray nilaza fa zandrin’ny iray tamin’ireo maty nisy namono no nilaza fa afakomaly hariva no niala tao an-tranony ny zokiny. “Nifanao fotoana tamin’ny namany izy niala tao an-trano. Tsy mahalala ny namany izahay. Manan-janaka roa izy ka ny maraina nanontany an-janany izahay rehefa nahita azy tsy nody. Tsy fanaony mihitsy izao. Tsy misotro toaka izy”, hoy ny fanazavana. Ilay tovovavy faharoa kosa tsy nisy nahafantatra.

Eo am-pelatanan’ny polisin’ny BC ny raharaha. Toe-javatra mampihoron-koditra loatra ity nitranga teny Ankatso, tao amin’ny faritry ny oniversite ity. Tsy vao omaly akory no nitrangan’ny toe-javatra tahaka izao, fa efa nisy indray taona. Mpianatry ny sosiolojia maty nisy nanolana sy namono tao amin’ny faritry ny oniversite. Maromaro zava-nitranga tahaka izany. Hatreto anefa, tsy nisy ny vokany azo tsapain-tanana tamin’ny famotorana nandeha. Mety ho hita ve ny marina amin’ity tranga farany ity? Iza no nahavanon-doza?

Ny fepetra raisina mifanaraka amin’ny toe-javatra tahaka izao eny amin’ny oniversite somary goragora. Toy izany koa ny ray aman-dreny amin’izao fety izao amin’ny zanany vavy, na lahy ihany koa aza. “Samia mailo sy hentitra amin’ny fanaraha-maso”, hoy ny mpitandro filaminana.

Yves S.

News Mada3 partages

Sphère culturelle : 2016, une année riche en rebondissements

L’année qui tire à sa fin, a été riche en évènements. Tour d’horizon sur les artistes qui ont marqué d’une pierre blanche l’année 2016. Des hauts et des bas.

Di…, un fervent défenseur de la langue malgache s’en est allé

La littérature malgache ne se remet pas encore de sa douleur. Plusieurs figures de proue qui ont marqué les dernières décennies de l’histoire ont tiré leur révérence cette année.  Parmi eux, Henri Rahaingoson, plus connu sous son nom de plume «Di…».

«Ma langue, je la fais souveraine, quant à celles d’autrui, je les maîtrise et les fais miennes », c’est à travers ce leitmotiv qu’il s’est, depuis toujours, impliqué pour la promotion de langue malgache. Après des années de concertation, le projet de lois sur la politique nationale de la langue malgache, dont il a été l’initiateur, a été remis entre les mains du président de la République et n’attend plus que son adoption.

Ses pairs qui partagent son combat et qui continuent d’entreprendre les projets qu’il a entamés, ont tenu à lui rendre un vibrant hommage tout au long de l’année. Pas plus tard qu’au mois de juin, l’Académie malgache, le Club des journalistes doyens et le Comité de coordination de la célébration du 150è anniversaire de la presse malgache ont organisé conjointement la 23e édition du mois de la langue malgache.

 « Je sème des graines de mots pour l’épanouissement de la littérature », disait Henri Rahaingoson. Une expression que l’Union des poètes et des écrivains malgaches fait sienne, à l’occasion de la semaine de l’ Havatsa Upem  qui s’est  tenue au Tahala Rarihasina Analakely  en octobre.

Le groupe AmbondronA affiche une santé insolente

Voilà maintenant 15 ans que la bande à Kix et Beranto parcourt les routes, distillant sa musique en concert, en théâtre et festival, non seulement à Madagascar, mais aussi à l’étranger.

Fort du succès de son concert au Coliseum d’Antsonjombe en 2014, le groupe a remis le couvert  au début du mois dernier pour inaugurer ses 15 ans de scène. Sans surprise, l’amphithéâtre a été plein à craquer.

 «Tout au long de ces 15 ans de scène, nous en avons vu de toutes les couleurs. Ce qui a surtout permis de nous remettre en cause, de tenir compte des critiques  et d’en tirer des leçons», confie Beranto.

Après une fructueuse tournée à Paris, Toulouse, Strasbourg, Annemasse, Lyon, Belgique et Lille, le groupe sera de retour au pays pour couronner le tout. Le bouquet final se tiendra au Village de Noël à Andohatapenaka cet après-midi.

Le clap de fin pour Gérard Razafindrakoto

Le monde du cinéma malgache pleure la mort de Gérard Razafindrakoto communément appelé Randrenja qui s’est éteint le 8 décembre dernier à l’âge de 56 ans.

Gérard Razafindrakoto était un personnage apprécié dans le monde du 7e art malgache. Il a surtout fait parler de lui après avoir incarné Randrenja dans la saga «Malok’ila», d’où ce surnom devenu presque familier. Ensuite, il a joué dans plusieurs films, mais celui qui a le plus marqué a été la comédie «Play boys» avec Rajao.

Soucieux de promouvoir davantage le domaine du cinéma national,  il a fondé la maison de production dénommée Horizon qui  a déjà distillé plusieurs films cultes comme «Vola», «Tampody» ou encore «Jombilo». A part produire et être acteur, il a aussi été un scénariste plein de ressources.

The Dizzy Brains, véritable bête de scène

Il y a 5 ans, qui aurait cru que ce groupe de rock formé autour de deux frangins issus du quartier d’Andravoahangy connaitrait une ascension fulgurante.

En l’espace  de 6 mois, The Dizzy Brains a explosé le record des tournées. Plus d’une trentaine de pays parcourus, avec une soixantaine de concerts à l’affiche sans oublier le nouvel album, sa tournée «Finger up tour» se résume à elle seule en un véritable succès.  Pour couronner le tout, le quatuor a donné un dernier concert au début de décembre, au Club Antanimena.

«Il faut admettre que le groupe a gagné en maturité et professionnalisme au cours de ces quelques mois de tournée. L’aspect organisationnel est l’une des choses que nous avons apprises. A Madagascar, nous avons tendance à minimiser ce point lors d’un concert. En tout cas, nous allons mettre à profit cette expérience acquise aussi bien sur scène qu’en studio», a argumenté Eddy sur une chaîne locale.

Tragedie 3.0 face une frange de public

Il a fait les beaux jours des jeunes générations des années 2003. Ses chansons ont résonné dans toutes les oreilles, un peu partout dans le monde. Tragédie 3.0, puisque c’est de lui qu’il est question,  a inauguré sa tournée mondiale au plus grand amphithéâtre de l’océan Indien, le Coliseum d’Antsonjombe, en octobre dernier.  Ces derniers temps, rares sont les artistes et les organisateurs qui osent s’aventurer en ce lieu pouvant accueillir près de 50.000 personnes. Pour ses inconditionnels admirateurs, le groupe a quand même tenté  le coup mais sans grand succès. La grande première mondiale a été boudé par le public.

Une polémique qui n’a alors pas tardé de faire le tour des médias et des réseaux sociaux. «Malheureusement c’est comme ça, il y a des jours avec et des jours sans… Parfois on gagne, parfois on perd. Madagascar restera toujours un coup de cœur et pour ceux qui étaient présents pour nous, on a fait le show jusqu’au bout, pas uniquement par amour pour la musique, mais par respect pour ceux qui ont pris de leur temps et qui nous portent de toutes leurs forces dans leur cœur», avait réagi Y-Zit.

Page réalisée par Joachin Michaël

News Mada3 partages

Distributeurs pétroliers : la concurrence existe bel et bien

Madagascar compte en général quatre distributeurs de carburant dans l’ensemble du territoire. Leurs enseignes affichent les même prix à la pompe. Pourtant, ce n’est pas l’alignement des prix au niveau des stations-services qui pourrait amener à dire qu’il n’y a pas de concurrence entre les distributeurs, comme l’affirme un opérateur local, gérant de station-service.

En effet, l’alignement des prix résulte depuis quelques mois de l’ajustement automatique des prix imposé par les autorités. Mais c’est dans la stratégie commerciale qu’adopte chaque compagnie que la concurrence s’affiche.

Notre interlocuteur a expliqué que les quatre compagnies de distribution ont déjà voulu faire valoir cet esprit de concurrence auparavant. «En 2013, une compagnie pétrolière avait décidé de baisser ses prix de 300 ariary par litre. Au bout d’un mois, celle-ci était victime de son succès puisqu’elle n’a pas pu répondre aux besoins des consommateurs dans la mesure où ces derniers se sont rués vers ce distributeur. Aussi il a enregistré une certaine perte», a-t-il expliqué.

Par ailleurs, la multiplication des stations-services sur l’ensemble du territoire illustre aussi cette concurrence. Au moment de la privatisation de la compagnie nationale, vers l’année 2000, il existait 230 stations-services. Aujourd’hui, l’on compte plus de 260 stations et chaque distributeur possède de nouveaux points de ravitaillement.

Tout ceci pour dire que la concurrence, bien qu’elle ne soit pas réellement perceptible par les petits consommateurs, est rude entre les compagnies pétrolières.

Arh.

 

News Mada3 partages

Saison 2016 : le ministre satisfait

Deux titres mondiaux ont marqué la saison 2016 pour le sport malgache. Cela suffira-t-il à combler les lacunes dans le milieu ? En tout cas, pour Jean Anicet Andriamosarisoa, sans aucun doute, de tels résultats sont synonymes de triomphes. «La saison sportive 2016 est considérée comme une réussite. Je m’en félicite vu les succès obtenus durant les rendez-vous mondiaux», selon le ministre.

Avec deux titres mondiaux dans son escarcelle, la Grande île a fait mieux cette année par rapport aux précédentes années que ce soit au niveau régional qu’international. Une réussite qui met la pression sur le dos du ministère de la Jeunesse et des sports étant donné qu’il est maintenant obligé de maintenir le cap. Et sans plus attendre, l’année prochaine, Madagascar fera face de nouveau à un nouveau challenge aussi prestigieux comme les Jeux de la Francophonie.

Naisa

 

L'express de Madagascar3 partages

Incubons à La Maison Laborde

Le projet « Incubons » s’installera prochainement dans La Maison Jean Laborde à Andohalo. Cet incubateur d’entreprise, lancé le 12 juillet, avait reçu le soutien de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF). Ce jeune incubateur spécialisé dans l’économie sociale et solidaire a pour mission d’accompagner et de soutenir des projets à fort impact sociétal pour former une génération d’entrepreneurs responsables.

News Mada2 partages

Madagascar il y a 100 ans : deux lettres de tirailleurs malgaches (3)

(Suite et fin.)

« Cette attitude bienveillante nous fait toujours remercier le Fanjakana et nous pousse à attacher plus profondément nos cœurs à la France notre mère chérie, qui ne cesse pas de se préoccuper de notre bien-être. Cela nous est une grande chance, surtout pour nous qui accomplissons nos devoirs envers la France pour l’honneur de Madagascar.

« C’est avec une grande fierté, Monsieur le Gouverneur général, que je vous dis que nos uniformes sont pareils à ceux des soldats français et cela constitue pour nous un avantage spécial. Non seulement cela, mais les soins prodigués aux malades sont très satisfaisants et dépassent de beaucoup ce qu’on peut attendre de sa propre mère. La nourriture est amplement suffisante, nous mangeons comme à Madagascar ; à nos repas viennent s’ajouter d’autres mets, ce dont nous avons besoin est mis à notre disposition. Je suis très fier, Monsieur le Gouverneur général, de vous dire au nom de mes camarades pour vous assurer que Madagascar n’aura pas à rougir de nous et nous ne serons pas une honte pour ceux qui nous ont envoyés.

« Nous tâcherons à ce que nos devoirs envers la France mère patrie soient accomplis jusqu’au bout.

« C’est avec une voix retentissante que je vous dis les vœux que nous formons. Vive la France ! Que les armées françaises et celles de ses alliés vainquent ces Boches barbares ! Vive Madagascar ! Vive M. le Gouverneur général !

« Je vous prie, Monsieur le Gouverneur général, de faire insérer la présente à la Gazetim-Panjakana pour que tous les Malgaches sachent l’amour que la France a pour ses enfants et pour qu’ils sachent aussi que la France est un pays où règnent la liberté, l’égalité et la fraternité. »

Un joli mot de Ranavalo

On nous rapporte un joli mot de l’ex-reine Ranavalo, qui se trouvant récemment à Vichy, à la sortie d’un hôpital qu’elle venait de visiter, fut abordée par un journaliste qui, à brûle-pourpoint, lui posa cette question :

— Madame, quand croyez-vous que finira la guerre ?

Ranavalo se recueillit une seconde, puis déclara avec un malicieux sourire :

— Oh ! moi, depuis que je suis dans le civil, je ne fais plus de politique.

Le Courrier colonial

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada2 partages

Cyclisme : une gabegie cher payée

Finalement, des coureurs malgaches ayant pris part au Tour cycliste international de Madagascar ont eu le courage de donner leur point de vue sur cette compétition. Les résultats des Malgaches n’ont pas été aussi mauvais mais ils pouvaient faire mieux si l’on s’en tient aux précédentes éditions ou encore aux derniers Jeux des îles.

Les internautes n’ont pas mâché leurs mots pour critiquer l’attitude et le fâcheux comportement d’une ou de quelques têtes pensantes au sein de la Fédération malgache du cyclisme (FMC). « Plus d’un connaît le potentiel des coureurs malgaches, surtout ceux qui sont le plus souvent critiqués à tort par le président de la FMC. Le résultat du Tour de Mada 2016 est un exemple concret .

Les coureurs antsirabéens méprisés et vus d’un mauvais œil par Jean Claude Relaha ont démontré qu’ils sont à la hauteur des attentes du public malgache et peuvent bel et bien rivaliser avec les étrangers bien qu’ils aient été mis dans la liste de la troisième équipe. A l’image de Joharivelo Andrianjaka et Hasina Rakotonirina », a déclaré un passionné. «Les sanctions infligées par la FMC à l’égard de ces coureurs ont donné champ libre à la concurrence malgacho-malgache durant le Tour et on pouvait dire adieu au sacre malgache», a-t-il regretté.

Par ailleurs, certains avancent que quelques techniciens malgaches ont encore beaucoup à apprendre avant de se lancer dans de telles aventures car rien ne doit être laissé au hasard dans ce genre de compétition aussi intéressante que dangereuse. L’on se souvient d’un coureur qui a dû attendre l’arrivée d’une ambulance avant d’être évacué vers un centre hospitalier à Fianarantsoa après un grave accident survenu sur l’axe Mananjary-Ranomafana et qui a par la suite succombé. L’on se souvient de la réponse évasive de Francis Ducreux, vice-président du Tour de Mada, lors d’une conférence de presse donnée à l’hôtel le Louvres à Antaninarenina. «Ce sont les coureurs moyens qui tombent mais cela arrive rarement aux grands coureurs», a-t-il dit.

Lors du Tour de Mada 2015, on ne compte plus le nombre de chutes et de blessés à l’arrivée à Moramanga en 2015 à cause d’une flagrante inadvertance de la part de certains techniciens (zone de freinage qui ne respecte pas les règles internationales, public non-maîtrisé,…). Une situation déjà évoquée par le commissaire technique Laurent Bezault lors de la version 2015 mais qui semble être le cadet des soucis des responsables concernés.

Rakoto

Tananews2 partages

Alcoolémie : tolérance zéro pour la nuit de la Saint-Sylvestre prévient la gendarmerie

Mouuuuais.

Et si, le cas est vécu, le gendarme qui nous contrôle est encore plus bourré que nous, on fait quoi ?

Ceci étant, faisons attention et essayons au moins de passer intact le 1 janvier.

Tananews2 partages

Voahangy s’est aussi depêchée de venir en aide aux nécessiteux

Pas question de laisser le champ libre à l’autre là avec son association Fitia.

Du coup l’équipe de la « Première dame » est allée investir les quartiers les plus pouilleux de la Capitale.

L’équipe de la « Première dame » ? Et la Première dame elle est où ? A Paris ?

Madaplus.info1 partages

Psychose de coup d’État : Le pasteur Mailhol dément les allégations à son encontre

Je ne suis pas un Putschiste, et si c’est un coup de ce régime, il se trompe vraiment d’adversaire a déclaré hier le numéro 1 de l’Apokalypsy devant la presse.
Un certain Hariniaina Rabetokotany qui se dit être un gendarme a livré des informations sensibles, liées à coup d’État, sur facebook Mardi dernier. Sur ce Statut, le facebooker a fait savoir qu’un coup d’État est en pleine préparation actuellement, il sera effectué avant le 15 janvier 2017. Toujours selon le statut facebook, Andry Rajoelina, Pasteut Mailhol, Sareraka, Elysée Ratsiraka, et des généraux sont à la tête de ce coup d’État. Une allégation qui a été niée en bloc par Pasteur Mailhol.
Selon Hariniaina Rabetokotany à travers son statut, ces personnalités se sont réunies plusieurs fois pour planifier ce coup d’Etat, leur dernière réunion daterait du mardi dernier à Toamasina et ces personnalités ont utilisé les voitures 4 X 4 du dirigeant de l’Apokalypsy pendant le déplacement.
« Malgré ces partis politiques qui me demandent de devenir leader pour descendre dans la rue, je ne suis et ne serai jamais un putschiste » affirme le fondateur de l’Apokalypsy. Ce dernier se sent personnellement viser par cette publication, néanmoins, il ne portera pas plainte pour dénigrement. D'ailleurs, ce n’est pas la première tentative pour le dénigrer.
Tananews1 partages

Analakely : en forme Marco

Chapeau de cowboy, une petite partie de pétanque, le tout en sourires.

C’est comme ça qu’on l’aime Marco : sympathique, souriant, proche du peuple.

On est comme ça sur TNN : les choses que l’on aime on le dit haut et fort. Et celles que l’on n’aime pas, pareil.

Tananews1 partages

Ankatso : « 2 femmes apparemment abusées sexuellement et tuées »

« Apparemment » ? Vu toutes les capotes pleines aux alentours des corps, il y a de fortes chances qu’elles l’aient été, oui.

Et comme c’est au pluriel, pas qu’une fois.

Crimes crapuleux ou grosse tournante qui aurait mal tourné ?

News Mada1 partages

Herinaratra aty Afrika : efa betsaka ny miroso amin’ny herin’ny masoandro

Olana goavana ny tsy fahampian’ny famatsiana herinaratra eto Madagasikara na tsy hisy intsony aza ny delestazy. Vahaolana iray ny tetikasa Power Africa an’ny filoha Barack Obama, amin’ny alalan’ny Overseas Private Investment Corporation (Opic), izay manampy betsaka ny famokarana herinaratra avy amin’ny masoandro sy mbola manamora sarany aloan’ny isan-tokantrano. 600 tapitrisa ny Afrikanina ao anatin’ny fahasahiranana tanteraka noho ny tsy fisian’ny famatsiana herinaratra tonga any aminy. Eto Madagasikara, tsiahivina fa 15 % monja ny mponina mahazo izany famatsiana izany. Mbola velon-taraina ankehitriny ireo vitsy anisa noho ny delestazy miampy ny fandoavana faktiora lafo.

Raha ny hita any Nizeria, ohatra, tsotra ny ataon’ny orinasa Lumos Global, mametraka fitaovana tsotra ihany koa, misintona herin’ny masoandro sy apetraka eny ambonin’ny tafon-trano. Voavaly ara-dalàna ny filan’ireo mpanjifa na andro na alina. “Tsy mila manam-pahaizana manokana momba ny herinaratra vao afaka mampiasa izany”, hoy i Nir Marom, filoha tale jeneralin’ny Lumos Global. Ho fanitarana izany aty Afrika, nahazo fanohanana ara-bola 50 tapitrisa dolara avy amin’ny Opic ny Lumos Global. Volana oktobra lasa teo, nametraka fotodrafitrasa lehibe mamokatra herinaratra, 20 Mw, avy amin’ny masoandro ny any Sénégal.

Hatramin’ny taona 2040, ezahan’ny sampandraharaha iraisam-pirenena momba ny angovo ny hanampiana ny mponina aty Afrika atsimon’i Sahara, hahazo tombony amin’ny fampiasana ny herinaratra azo avy amin’ny masoandro. Tokony ho voakasika amin’izany tetikasa izany ny eto Madagasikara.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Volan’ny fisotroan-dronono : mameno ny banga amina miliara maro ny fanjakana

420 miliara Ar isan-taona ny vola avoakan’ny fanjakana ho an’ny fisotroan-dronono  (mpiasa misotro ronono, maty vady na kamboty). Ao anatin’ny fahasahiranana tanteraka ny fanjakana miantoka mameno izany hatramin’ny taona maro. Nandraisana fepetra vaovao ny hampihena izany.

97 miliara Ar ny namenoan’ny fanjakana ny vola ho an’ny fisotroan-dronono ny taona 2013, niakatra 250 miliara Ar ny taona 2015 ary 290 miliara izany tamin’ity taona ity. Manoloana izay fatiantoka mameno ny banga izay, nandray fepetra ny fanjakana, jerena manomboka amin’ny antsipiriany ny mombamomba ireo olona lazaina misotro ronono sy izay tombontsoa rehetra tokony ho azony, fanovana karatra, sns. Izay fanaraha-maso natao izay, nahazoana nampihena ny fandaniana hatramin’ny 12 miliara Ar.

Tohizana izay fanavaozana izay eo anivon’ny Direction générale de la gestion financière du personnel de l’Etat (DGGFPE). Atrikasa nataon’ny DGGFPE ny 28 desambra teo, nandraisana fepetra vaovao momba ny fandoavana ny anjaran’ireo Etablissements publics nationaux (EPN) sy avy any amin’ny Vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana (CTD). Nofaritana ny fampitoviana ny fomba fandoavana latsakemboka anjaran’ny tsirairay sy ny fanentanana ireo tompon’andraikitra any amin’ny CTD, momba ny zon’ireo mpiasa any aminy.

Tratra aoriana ny fandoavana latsakemboka

Hita hatramin’izay ny fahataran’ny fandoavana izany latsakemboka izany, miteraka tsy fahampian’ny tetibola ho an’ny mpisotro ronono sy tsy fanajana ny zon’izy ireo. « Alaina amin’ny karama isam-bolana ny anjaran’ny tsirairay, nefa izay anjaran’ny mpiasa izay sy avy amin’ny mpampiasa azy, tsy voarotsaka ara-potoana », hoy ny tale jeneraly misahana ny fisotroan-dronono, Razafintsalama Ihanta Sahondra. « Matetika rehefa tonga mihitsy ny fotoana fandehanana misotro ronono, vao arotsaky ny tompon’andraikitra ny anjaran’ny mpiasa. Saingy ny olana, tsy mandray ara-potoana izay tokony ho raisiny ny mpiasa, lasa tsy mizaka ny zony ara-dalàna izy ireo », hoy ihany ny tale jeneraly. Koa ny tanjona, mijery izay fomba rehetra hampihena ny tsy fahampiana amin’io tetibola io ny DGGFPE.

Ahoana ny amin’ny sehatra tsy miankina ? 

Notsiahivin’ny Tahirimbolam-panjakana ny tsy maintsy fandoavana ara-potoana  ny volan’ny mpiasa ho amin’ny fisotroan-dronono, toy ny tsy maintsy fandoavana karama ihany. Raha ahitana lesoka toy izao ny fanjakana, mainka fa any amin’ny sehatra tsy miankina, izay adidin’ny fanjakana ny manery azy. Betsaka ny sehatra tsy miankina tsy mandrotsaka ny anjarany any amin’ny Cnaps.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Boxe chinoise : nomena vola sy medaly i Jean Christian

Nankasitraka an-dRandriamalaza Jean Christian, tompondaka eran-tany amin’ny boxe chinoise, ny filoha Rajaonarimampianina Hery. Notolorany lelavola 5 tapitrisa Ar ity maherifon’ny firenena ity, omaly teny amin’ny Lapam-mpanjakana Iavoloha. “Taona namokatra ho an’ny fanatanjahantena ny 2016. Vao haingana aho no nandray ny tompondaka eran-tany amin’ny tsipy kanetibe ary izao indray ny boxe chinoise. Lasa fanta-daza i Madagasikara, noho ireo vokatra ireo”, hoy ny filoha.

Nanome toky i Jean Christian fa hanao izay tratry ny heriny ho an’ny firenena, na dia nangataka ny hitondrako ny sainany aza ny Frantsay.

Ankoatra izay, nakarina ho eo amin’ny laharana “chevalier de l’ordre national malagasy”  sy “officier de l’ordre de mérite sportif”, ny tenany. Ny minisitry ny fanatanjahantena no nisolo-tena ny filoham-pirenena tamin’izany. Araka ny fantatra mbola hisy lanonam-dehibe, hisaorana ireo atleta mendrika tamin’ity taona 2016 ity.

 Tompondaka

News Mada1 partages

Filaminana faran’ny taona : ambenana ny TVM sy RNM, ny minisitera sy ny toerana be olona

Hiasa mafy ny mpitandro filaminana amin’ny fetin’ny faran’ny taona sy ny fiandohan’ny taona. Nampitomboina ny isan’izy ireo. Ambenana mafy ny toerana stratejika rehetra, ny toerana be olona…

“Ampitomboina ny isan’ny mpitandro filaminana hiasa mandritra ny fetin’ny faran’ny taona. Hisy ny fisafoana ataon’ny Emmo/Reg amin’ny fiara sy ireo mandeha an-tongotra eto an-dRenivohitra sy amin’ireo faritra ivelany sy miditra an’Antananarivo”, hoy ny fanazavan’ny lehiben’ny Emmo/Reg, ny kolonely Ravoavy, nandritra ny valandresaka ho an’ny mpanao gazety, omaly teny amin’ny toby Ankadilalana. Anisan’ny ambenana sy ametrahana Emmo/Reg koa eny amin’ny TVM sy RNM Anosy, ireo minisitera eny Anosy mandritra ny fetin’ny faran’ny taona, ny fiandohan’ny taom-baovao.

Toy izany koa ireo toerana be olona rehetra, ahitana mpitandro filaminana avokoa ireny. Ny Emmo/Reg, hiasa eto an-dRenivohitra, na eo aza ny polisim-pirenena efa manao ny asa andavanandro. Ny zandary kosa, hiasa amin’ny faritra ivelan’Antananarivo. Misy ireo mpitandro filaminana efa vonona hanampy avy hatrany raha misy ny ilana azy ireo.

Araka izany, hilanonana anaty filaminana ny rehetra amin’ny fetin’ny faran’ny taona. Hanao izay faraheriny izany ny Emmo/Reg hitandroana ny filaminana eto amin’ny tanàna. Misy ihany ny ahiahy ny amin’ny hisian’ny mpanakorontana? Ny feo momba ny fanonganam-panjakana rahateo, mandeha efa andro maromaro izay. Anisan’ny mety hiambenana ny TVM sy ny RNM izany. Zavatra efa nitranga rahateo ny fanapoahana baomba rehefa amin’ny andro lehibe toy ny tamin’ny 26 jona lasa teo, ka nahafatesana olona. Ny zava-nitranga teny amin’ny AC Ivato talohan’ny fivoriamben’ny frankofonia teo. Tsy kely lalana ny ratsy, ny raharam-pirenena, tsy milamina rahateo; tsy mahagaga raha mihetsiketsika mafy ry zareo mpitandro filaminana.

Yves S.

 

News Mada1 partages

Jery todika : kaominina Ivato 2016 : maro ny asa vita, be no mbola miandry

“Taom-piasana ny taona 2016 ho anaty teto Ivato”, io no nambaran’ny ben’ny tanàna Randrianarisoa Penjy raha nanao tombana ny asa vita tamin’ity taona ity. Nihazakazaka nanao fotodrafitrasa maro ny kaominina.

Nentina nanaporofo izany fa ny volam-bahoaka dia haverina amin’ny vahoaka ihany. Anisan’ny zava-bita ny EPP eny amin’ny fokontany Ilaivola. Ny CSBII izay niarahana tamin’ny praiminisitra. Ankoatra izany ny lalan-kely mampifandray ireo tanàna maromasy, tetezana, fatsakan-drazana nohavaozina ho azo’ny mponina ampiasaina…

Mbola eo am-panamboarana ny Tranompokonolona vaovao ao amin’ny fokonta Mandrosoa ny kaominina ankehitriny. Zava-dehibe ny fahavitan’izany hahafahana manao fivorim-pokonolona sy hanaovana fidiram-bolan’ny kaominina.

“Anisan’ny paikady nampiasan’ny kaominina ny toe-tsaina tsy misy andraso andraso n any ampitso lava rehefa manao zavatra”, hoy ny ben’ny tanàna. “Izay tsy vitan’ny mpitantana teo aloha noezahina novitaina avokoa ary nahafaly ny mponina izany”, hoy kosa ny lefitra voalohany, Andrianjakarivony Manitra.

Nafainganina ny fanaovan-taratasy

Nanaovana ezaka manokana indrindra koa ny fanafainganana ny fanaovan-taratasy ao amin’ny kaominina Ivato. Mba hisorohana ny kolikoly, misy ny fanatsarana ny fandraisan’olona mba ahafantarana ny antontan-taratasy ilaina. Anisan’izany ny taratasy fahazoan-dalana manorina fotodrafitrasa na ny fahazoan-dalana hivarotra….

Ankoatra izany ny  fandraketana anaty solosaina ny asa rehetra hanaraka ny fomba moderina. Hahafahana manara-maso akaiky ny fitantanana ihany koa izany. Voatsinjo manokana ny zokiolona mihoatra ny 60 taona satria maimaiampoana ny taratsy ataony. Torak’izany ny an’ny mpinatra mba hampirisahana ny fampidiarana azy ireny an-tsekoly. Jeren’ny kaominina manokana koa ny sahirana amin’ireo fanaovana taratasim-panjakana isan-karazany ao an-toerana.

Maro ny asa miandry

Na eo aza ireo asa vita, mbola betsaka ny miandry ary tsy maintsy hanaovana fanamby amin’io taona ho avy io. Hitohy ny fanatsarana ny tanàna amin’ny lafiny rehetra. Tsy hatao ambanin-javatra ny fahadiovana izay handaniana volabe eto amin’ny kaominina amin’ny alalan’ny fitaomana izany isan’andro tsy an-kiato. Nisy ny kamiao vaovao avy amin’ny fiadidiana ny repoblika nahafahana nampahomby ny asa fitaterana ny fako.

Misy hatrany ny mpanakiana ataon’ireo ekipan’ny mpitantana tsy nahomby teo aloha ho an’ity ben’ny tanànan’Ivato ity. Tsy nataony nahakivy anefa izany fa vao maika ampinga entiny hanasoavana ny tanàna. Ambetiteniny rahateo fa mandalo ny mpitantana fa ny asa vita mitoetra ho an’ny mponin’Ivato.

Randria

News Mada1 partages

Ambolonkandrina : deux femmes violées puis assassinées

Les corps sans vie de deux femmes ont été découverts dans la matinée d’hier à la cité universitaire d’Ambolonkandrina. La thèse d’un viol suivi de meurtre n’est pas à écarter.

Tristesse et désolation. Le quartier d’Ambolokandrina a été hier le théâtre d’une découverte macabre. Il était aux environs de 5 h quand des passants ont retrouvé le premier corps. Ils ont immédiatement alerté les responsables de la sécurité du Campus. Peu de temps après, l’on annonçait une deuxième découverte.

Une dizaine de mètres de l’endroit où gisait le premier corps, les riverains ont en effet trouvé dans un buisson un autre cadavre, à moitié nu. Les deux femmes ont été vidées de leur sang. Leurs bourreaux les ont violemment frappées si bien que leur visage était méconnaissable. Très vite, la nouvelle a fait le tour du quartier comme une traînée de poudre. Du coup, la cour de la cité universitaire était noire de monde.

Enquête en cours

Parmi l’assistance, une femme pleurait à chaudes larmes. D’une voix saccadée, elle tentait d’expliquer que sa sœur n’est pas rentrée de la nuit.

« Ses enfants m’ont dit qu’elle a quitté sa maison à Andraisoro dans la soirée d’hier (ndlr:mercredi). J’ai vainement essayé de la joindre au téléphone. Très tôt dans la matinée, j’ai entendu dire que deux corps ont été découverts ici à l’université. Afin d’en avoir le cœur net, je suis venue moi-même pour vérifier. Dès que j’ai vu ses habits, je me suis immédiatement rendue compte que c’était ma sœur », a-t-elle expliqué. Encore sous le choc, elle a indiqué qu’elle ne connaît pas l’autre corps. « On m’a dit qu’elles sont amies mais je ne suis pas sûre. Je n’ai jamais vu l’autre femme avant », a-t-elle ajouté.

Herivonjy Ranaivoson, chef du fokontany d’Ambolonkandrina, a quant à lui précisé que les deux victimes ne faisaient pas partie de ses administrés et ne sont pas non plus des étudiantes de l’université.

Outre les éléments du commissariat de police d’Ambohijatovo et du Service antigang, des enquêteurs de la Brigade criminelle et des agents de la Police scientifique et technique se sont rendus sur les lieux pour les constats d’usage.

Mparany

 

News Mada1 partages

Chronique : indiscrétion, fausse note au concert des menteurs

Les bavards sont dangereux, en premier lieu pour eux si l’inclination à trop se répandre les conduit à débiter des choses qu’ils auraient trouvé avantage à taire. Dangereux aussi pour qui leur prête oreille, sous une apparence de sincérité derrière un langage du parler vrai, il leur arrive de prêcher le faux par calcul ou  piégés par leur propre défaut. De ce que l’on croit être un défaut il en est pourtant des talentueux qui parviennent à l’exploiter en atout s’accordant de plus en prime le droit de péremption sur la durée de validité d’une vérité : s’autorisant à combattre demain la position qu’ils défendent ce jour. Ils n’embarrassent d’aucune considération de valeur le mensonge, ils y baignent sans plus de souci qu’ils n’accordent à l’air qu’ils respirent. Comme en toute chose de bavards on en trouve de tous les acabits. Le prochain président des Etats-Unis constitue un prototype : doté de tous les aplombs, fort de sa réussite sociale, de l’apparence de bavard il en fait une arme à tranchants multiples, partenaires et adversaires s’en trouvent désarmés. L’échiquier des relations internationales est secoué, les grandes puissances sont suspendues à sa vérité de demain, d’autant plus que la manifestation d’un art sado-diplomatique montre du prolixe qui hier aimait à  répandre des révélations brutes de nudité, aujourd’hui un avare qui se plait à distiller des hypothèses emplies d’ambigüité. Outre on le soupçonne de ne pas trop chérir les impudents qui s’aventurent dans son pré carré, le Président du Congo fait les frais de la première dispense de ce message. Flatté par l’honneur fait par Monsieur Trump au Chef d’Etat Congolais un zélé du palais  médiatise l’invitation pour une rencontre entre les deux homologues, l’avion du Président n’a pas décollé de Brazzaville que l’entourage du prochainement Président des USA a porté un démenti quant à la tenue d’une rencontre officielle.

Dans le domaine des relations internationales il est de bon ton de mentir, mais il existe toutefois une gamme qui encadre des fausses notes la fausse justesse, et un bémol suffit à envoyer au ban de la communauté des puissants.

Léo Raz

News Mada1 partages

Us et coutumes : d’autres arguments que 2017 en faveur de la cause des femmes

De mémoire l’avènement de femme à la tête d’un pays, en tant que chef d’Etat ou chef de gouvernement ne remonte pas loin. Bien de gens (hommes ou femmes) adversaires de cette égalité au sommet, trouvent dans les ratés de deux Présidentes cette année, au Brésil et en Corée du Sud, matière à flétrir la compétence des femmes à occuper ces hautes fonctions. C’est faire fi d’une objectivité à reconnaitre la roublardise des machos qui peuplent l’arène politique, c’est effacer des tableaux les réussites au compte de femmes, pour ne citer parmi celles-ci : en Israël Golda Meïr, en Inde Indira Gandhi, au Pakistan Benazir Butho mais aussi des reines telle Elisabeth II de Grande-Bretagne ou chez nous Ranavalona 1ère que l’on connait surtout à travers des anecdotes alors qu’elle a fait montre d’un sens aigu de l’Etat, vertu que ses successeurs, souverains ou présidents peinent à égaler qu’ils préfèrent en zapper la mémoire.

News Mada1 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : telo taona izay

Raha afaka roa taona toy izao dia efa mamaly ny antso manainga handatsa-bato ho amin’ny fifidianana Filohampirenena indray ny vahoaka malagasy. Asa raha mbola ho maro ny olona itoeran’ny finoana amin’ny fanantenana fa arakarak’izay lany eo no hisian’ny fiovana na tsia. Ny manan-kevitra ny hilatsaka ho fidina efa tazana miomankomana amin’ny fihetsiketsehana samihafa. Misy aza efa nanambara mihitsy ny fikasany momba izany. Ny Filoha amperinasa moa dia sahirana ihany eo amin’ny famosahana ny vetsovetso izay tezainy ao am-po, milaza ny fikasany handimby toerana ny tenany. Moa va tsy toy ny famoham-baravarana ireo tsikera efa mibosesika. «  Ny ao am-bilia tsy lany, ny any am-bilany takarina ». Raha hanambara fa rehefa tapitra ity fe-potoana voalohany ity dia tsy hamerina intsony

dia ao indray ireo hanatsatso amin’ny filazana hoe  «fahendrena izany fahalalana mifehy tena na diso ihany aza ny fanandrakandramana natao dia ny zavatra tsy hay tsy hita ibitabitahana».

Raha dinihina avy amin’ny fahitana ny Filoha mitsidika etsy mipendina eroa tsy misy fitsaharana dia azoazo an-tsaina ihany fa mbola ao ny faniriany hamerina dimy taona

amin’ny 2018. Ity anefa tsy vitan’ny resa-pihavanana ka izay mahavatra mitsiditsidika matetika no tian-kavana. Raharaham-pirenena no nanaovana fifanekena. Ny vokatra azon’ny mponina tsapain-tànana no hitsaran’ny vahoaka. Mandrak’ity anefa ny androany, maro ny olona no tsy mbola nahita ny fitombon’ny vary ao am-biliany. Io vary io anefa no refy voalohany andanjalanjan’ny tsirairay ny fisian’ny fiovana. Tsy mampihetsi-bolomaso ny olona noana ny fampideraderana zavatra mamirapiratra tsy afaka amenoana kibo. Akopakopahy impolo amanjato ny elatr’ireny asa natao ho fanatanterahana ny lamina napetraky ny Filoha ireny fa vao mainka hivandravandra amin’ny vahoaka fa tsy mifandray ary mifanalavitra mihitsy aza ny sitraky ny Filoha sy ny hetahetam-bahoaka. Asa koa moa raha nanoman-tena amin’ny fiantsorohana io andraikitra io ingahy Rajaonarimampianina. Ny tazana dia ny namana zatra amin’ny fitantanana eo amin’ny pôlitika, lasa manompo lokon’andrakandrana ny fitondrana. Telo taona izay, governemanta telo no nitsapatsapa amin’ny firobarobana sy fikobakobahana rano. Mivadi-potaka ny raharaha. Mavesatra ny rivotra iainana. Ny fanararaotana ny 2017 ho taom-pamokarana sisa fanalahidin’ny 2018. Anio dia efa misikina sy miezaha mba hipatrapatraka ny hatsembohana rahampitso izay antoka voalohany ho an’ny famokarana.

Léo Raz

News Mada1 partages

Federasiona Malagasin’ny kanetibe (FMP) : mety ho telo ny kandidà hifaninana ho filoha

Ho taon’ny fifidianana ny 2017. Anisan’ireo taranja hiditra amin’izany ny taranja tsipy kanetibe. Araka ny fantatra efa eo am-panomanana izany ny tomponandraikitra rehetra. Kandidà telo hatreto no heno fa hirotsaka ho fidiana filohan’ny federasiona.

 

Tsy mbola misy daty voatondro fa efa fantatra fa amin’io taona 2017 io, ny hanaovana ny fifidianana izay ho filohan’ny federasiona malagasin’ny tsipy kanetibe. Tsy mbola ofisialy ihany koa saingy efa heno eo amin’ny tontolon’ny tsipy kanetibe fa olona telo no manana faniriana hifaninana amin’izany toerana izany.

Anisan’ireny aloha, ny filoha am-perinasa Razafindrainiony Béryl. Olona diso fantatra tsara eo amin’ity taranja ity ny tenany satria tamin’ny fotoam-piasany no nahazoan’ny Malagasy nampiantrano ny “Mondial”, izay voalohany teo amin’ny tantaran’ny fanatanjahantena ary sambany ho an’ny taranja tsipy kanetibe.

Tsy azo afenina ihany koa fa tamin’ny nitondrany no nisian’ny olana teo amin’ny federasiona sy i Toutoune, ka nanasaziana ity farany.

Ankoatra azy, mety hifampitana aminy amin’ity fifidianana ity i Yamir. Mpilalao sady mpanohana ny taranja. Tsilian-tsofina koa no nandrenesana fa ho kandidà, Raobimanana Orlando. Olona tsy vaovao eo amin’ny tontolon’ny fanatanjahantena satria fanta-daza amin’ny fanohanana ekipa sy ireo taranja isan-karazany ny tenany ary anisan’izany.

Mety mbola hitombo ny isan’ireo kandidà ireo araka ny vaovao voaray fa miandry ny famoahan’ny federasiona ny daty ofisialy ny rehetra vao hametraka ny taratasy filatsahan-kofidina.

Mandra-piandry izany, tsara ny taom-pilalaovana 2016, ho an’ity taranja tsipy kanetibe ity, izay tena nahavita dingana goavana sy nisongadina tamin’ny fahazoana nandrombaka ny amboara eran-tany, teo amin’ny sokajy “sénior” lehilahy. Fanindroany nahazoan’i Madagasikara izany, taorian’ny taona 1999.

Torcelin

News Mada1 partages

Tanjombato m’fety : un concert pour une levée de fonds

Les quartiers nord de l’église Ekar Tanjombato et l’A-Z production organisent un concert pour une levée de fonds baptisé « Tanjombato M’fety », le 31 décembre, à l’Ekar Tanjombato. Le programme débutera à 13 heures et plusieurs artistes animeront donc la scène, entre autres THT, Jiol’ Ambup’s, Lain’J, Ariane…

Selon les organisateurs, ce concert sera unique puisqu’il sert à satisfaire le grand public, enfants ou personnes âgées. Notons que c’est le premier spectacle organisé par A-Z Production, mais qui promet d’ores et déjà d’être professionnel.

Holy Danielle

 

Madagascar Tribune1 partages

Remaniement : Le premier ministre Olivier Mahafaly déjà sursitaire ?

« Je suis prêt à poursuivre mon mandat si le Président le veut » note le Premier ministre Olivier Mahafaly. Mais il a également précisé qu’il est prêt à quitter le pouvoir au cas où. Ces deux phrases sont les phrases clés de tous les Chefs du gouvernement de ce régime qui sont conscients de leurs failles à la tête de l’Exécutif. Le remaniement devrait intervenir d’ici le mois de janvier si ce n’est que pour remplacer feu Rodolphe Ramanantsoa. Mais compte tenu de la lenteur du Chef de l’Etat à prendre des décisions cela pourrait encore traîner en longueur. Il lui a fallu trois mois pour nommer son premier Chef de gouvernement Kolo Roger, plusieurs mois pour comprendre qu’il ne fait pas l’affaire. Rebelote avec Ravelonarivo qui en plus refusait de quitter son poste et ainsi de suite.

Ces derniers temps, Olivier Mahafaly fait le tour des plateaux de télévision pour défendre son bilan. Mais ceci a coïncidé surtout avec le grand délestage infini et durable non seulement de l’électricité mais aussi de l’eau. Ce qui fait que le message a eu du mal à passer.

Il a insisté sur l’organisation réussie de la francophonie, sauf que ce grand évènement n’a pas touché grand nombre de citoyens malagasy et la majorité des infrastructures ne sont pas accessibles aux citoyens, même la route d’Ivato est fermée au public. Le problème de la Jirama est tout sauf une réussite d’autant que le délestage met sur la paille le secteur privé déjà mal au point. Les manifestations diverses contre les exploitations minières chinoises comme la dénonciation régulière des scandales politico-financières de grande envergure ne sont pas pour arranger l’affaire du régime.

Compte tenu de ces manquements, Olivier Mahafaly aura-t-il la chance de rester à Mahazoarivo jusqu’en 2018. Lui en tout cas revendique la paternité de la victoire des HVM lors des dernières élections et passe le message que si le Chef de l’Etat veut rempiler un autre mandat en 2018, il faut le garder à Mahazoarivo.

Tananews1 partages

« Le Ministere du Commerce met en garde contre certaines olives noires de France »

Et plus particulièrement d’une certaine marque « tapenade de 100g » car contiendrait des bris de verre.

Misère monsaigneur, des olives noires étaient pourtant prévues dans notre menu de réveillon demain, avec les huîtres, le homard, le caviar, les langoustes, le foie gras, le saumon, le Sauternes et le champagne rose.

Ataovy sérieux lesy e. Avec la paupérisation généralisée que ta Seignhery a apporté depuis 3 ans, ton olive noire on sait même plus à quoi ça ressemble ni quel goût ça a.

L'express de Madagascar1 partages

Trafic illicite – Des tortues découvertes sur un Chinois

D’une audace sans nom. Pour déjouer les services des douanes et les fouilles à l’aéroport, les trafiquants ne manquent pas d’imagination pour essayer d’arriver à leurs fins. Le fait qui s’est passé à l’aéroport d’Ivato hier était vraiment incroyable mais vrai. En effet, pour faire passer clandestinement des tortues, un ressortissant chinois les avait scotchées sur son corps. « Sept tortues ont été précieusement scotchées sur son ventre, ses cuisses et ses jambes », indique un communiqué de l’administration douanière.Les services des douanes à l’aéroport d’Ivato ont déjoué cette tentative de traficillicite de reptile, hier. C’était lors du traitement du départ du vol MK 289 pour Maurice, que l’auteur de cette tentative a été pris sur le fait lors de la palpation corporelle effectuée sur lui. Ayant constaté des détails inhabituels, les douaniers ont tout de suite procédé à une fouille. Et elle fut fructueuse. Les reptiles étaient bien dissimulés sous ses vêtements. L’individu voulait emprunter ce vol pour Hong Kong via l’île Maurice.L’auteur d’une telle tentative risquerait des années de prison assorties d’une lourde amende.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Jean Jacques Rakotohasy – « Le soutien du public nous manquera »

La nouvelle est tombée il y a quelques jours. Madagascar ne pourra pas accueillir sa rencontre de Coupe Davis groupe II Europe/Afrique, contre la Lituanie. Ainsi donc, la confrontation entre les deux nations est déplacée chez les Lituaniens. Les conditions financières et météorologiques pour recevoir ce duel ne sont pas réunies, d’après les explications reçues de la part de la Fédération. Cette situation n’avantage pas la sélection malgache, comme le souligne Jean Jacques Rakotohasy. « Le fait de jouer en Lituanie diminue nos chances de gagner la rencontre. La surface, l’altitude et les diverses conditions à Madagascar nous avantagent. Et surtout, le soutien du public va nous manquer. Les supporters nous ont grandement aidés au mois de juillet à Ankatso, quand nous avons réussi à monter en groupe II. On a bien vu l’importance du public, lors de la dernière finale de la Coupe Davis avec les supporters argentins », confie Zakakely.Au mois de juillet de cette année, la sélection malgache avait décroché son ticket pour le groupe II, à domicile. Sur la terre battue d’Ankatso, elle avait survolé le tournoi du groupe III, que la Grande île accueillait pour la troisième fois de son histoire.

Solide en doubleEn face, Madagascar retrouvera une Lituanie possédant des joueurs de qualité. « Ils ont un bon numéro un, qui se trouve dans le top 100, et un numéro deux, qui se trouve dans le top 300. On a déjà rencontré des équipes du même type auparavant et on a toujours fini avec une défaite. Pour s’imposer, il faudra être solide en double car ce point est très important », rajoute Zakakely. Ce dernier revient tout juste de blessure. Et il se prépare au mieux pour être fin prêt quand viendra le moment de défier les Lituaniens chez eux. « J’ai été blessé pendant un mois et je viens de reprendre la semaine dernière. J’ai gagné mon premier tournoi et je prévois de disputer le maximum de compétitions en janvier pour être au meilleur de ma forme, face à la Lituanie, mais aussi pour les rencontres avec mon équipe de l’université de Poitiers », conclut-il.La rencontre entre Madagascar et la Lituanie se tiendra du 3 au 5 février. Le vainqueur affrontera soit la Finlande soit la Géorgie. Tandis que le perdant disputera les barrages.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar1 partages

Boeny – Les usagers de la route sensibilisés

Pour passer les fêtes en toute sécurité, prudence et précaution sont de rigueur. Les responsables régionaux des transports  mènent une grande campagne de sensibilisation.

Trop d’accidents se produisent à Mahajanga et surtout sur la RN 4 qui relie la ville à la capitale. Aussi la direction régionale des Transports de Boeny lance-t-elle une vaste campagne de sensibilisation destinée aux usagers de cet axe, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année.Le dernier accident mortel du dernier semestre sur la route de l’Ouest, est survenu le dimanche 11 décembre vers 10 heures, à la sortie de Belobaka, dans le district de Mahajanga 2. Il a eu lieu  à 20 mètres du barrage de la police de la route. C’était des plus tragiques et des plus impressionnants. Un camion semi-remorque surchargé s’est heurté à une fourgonnette de marque Mercedes Sprinter, remplie de diverses marchandises, dans un virage glissant car  il a plu ce jour-là. Le choc, inévitable, a été fatal pour les deux véhicules.Le conducteur de la fourgonnette est mort sur le coup, coincé entre le pare-brise et le volant.Ses passagers, quatre au total, ont tous été blessés. Pire, une mère et son jeune fils assis à l’arrière de la fourgonnette, ont été bloqués par une grosse machine et des écrans de télévision ainsi que plusieurs marchandises.

Blessés gravesLa jeune mère a succombé à ses blessures après avoir été admise à l’hôpital d’Androva. Une autre jeune femme et le père du chauffeur assis devant ont été aussi  grièvement blessés.L’état du véhicule utilitaire a montré à quel point la collision a pu être violente. Les dégâts matériels ont été considérables. Le camion transportait de nombreux paniers contenant des poissons séchés. Quant à la fourgonnette, la règlementation lui interdit de transporter des passagers.Ce sont autant de sujets de sensibilisation véhiculés par les autorités de Boeny. Les piétons des rues de Mahajanga sont aussi sensibilisés, surtout ceux qui sont accompagnés d’enfants. «Ils doivent les  tenir en sécurité sur le trottoir et ne pas les exposer au danger. D’ailleurs ils doivent marcher toujours du côté gauche de la chaussée, face aux voitures», explique la responsable.Concernant les taxis-brousse, la hauteur des bagages ne doit pas dépasser 80 centimètres. Le ballotage est, en effet, l’une des causes de nombreux accidents. De même, l’excès de vitesse a toujours été nuisible aux amateurs de Formule un.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Atsinanana – Toamasina, bientôt une zone rouge

Après les événements qui se sont déroulés le 27 décembre, les Tamataviens s’interrogent pourquoi la capitale de la région Est  n’est toujours pas classée parmi les@ zones rouges. Ce soir-là, vers 19h30, un couple et ses trois enfants, se sont fait braquer par des voleurs de motos armés.Comme la plupart des habitants de Toamasina, la petite famille a décidé de passer la soirée à prendre l’air au bord de la mer près de la résidence, mais leur sortie a tourné au drame. Pendant que l’homme promenait le benjamin, son épouse et ses deux filles se sont installées au bord du trottoir. Tout à coup, deux bandits on surgi  et se sont emparés de leur moto, de marque RS et de couleur blanche. La mère a tenté d’appeler au secours, mais elle a reçu aussitôt une balle.Un cyclo-pousse l’a évacuée de suite au service des urgences de l’Hôpital Be. Les agents de la police centrale du deuxième arrondissement sont intervenus dans les dix minutes qui ont suivi l’appel d’urgence d’un passant. Selon des témoins, les promeneurs étaient encore nombreux dans la rue. « Ce qui nous a le plus étonnés c’est que  des policiers patrouillaient au bord de la mer, trente  minutes plus tôt », confirme Madame Farina.Actuellement, la mère de famille a recouvré sa santé, tandis que la police poursuit  ses investigations. Elle conseille aux habitants, pour plus de sûreté, d’avoir dans leur répertoire les numéros d’urgence de ces forces d’intervention.

Safidinirana Falinah

Midi Madagasikara1 partages

BC Blues : Ouverture du Premium à Antaninarenina

Depuis quatre ans, le BC Blues de Soanierana accueille les fêtards et amateurs de karaoké. Un peu comme partout dans Tanà, sauf qu’à Soanierana, les apprentis chanteurs sont accompagnés par de vrais musiciens. En cette veille de l’année 2017, ils innovent et vont un peu plus loin en ouvrant un BC Blues Premium à Antaninarenina, partageant ainsi le hall d’entrée avec la légendaire discothèque Le Caveau. Et pour une entrée en grande pompe, ils ont choisi de créer un menu spécial Saint-Sylvestre, avec des plats succulents autour de mets de luxe et exotiques: foie gras, fruits de mer, rôti de poulet, camarons… Mais une soirée de la Saint-Sylvestre, c’est surtout de l’ambiance. Et pour cela, le BC Blues donne le micro au public à travers le karaoké live avec des musiciens, dès 19h, avant le clubbing qui débutera à 23 h, animé par DJ Jo, Tk DJ et D’iar Jay.

Anjara Rasoanaivo

News Mada0 partages

Fanemorana fifidianana : « Hajao ny lalàna », hoy ny KMF/Cnoe

 Miketrika ary mikasa ny hanemotra ny fifidianana filoham-pirenena ho amin’ny taona 2019 ny fitondrana, araka ny feo mandeha. Tsy mbola marisika ny hanaovana fifidianana afaka roa taona izy ireo. Tsy niandry ela anefa ny valin-kafatra fa nitondra fanazavana momba izany ny eo anivon’ny KMF/Cnoe. « Tokony hamafisina hatrany ny fanajana ny lalàna sy ny tany tan-dalàna mba tsy ho fitondrana goragora sy gaboraraka ny eto. Inona ny antony hanemorana ny fifidianana amin’ny taona 2019 ? Tapitra amin’ny 2019 ny  fe-potoam-piasan’ny filoham-pirenena ka tokony hajaina izany », hoy ny sekretera jeneralin’ny KMF/Cnoe, Raharisoamalala Patricia, omaly tamin’ny resaka an-telefaonina nifanaovana taminy. Nanteriny fa efa voafaritra mialoha ho amin’ny main-tany ny vanim-potoana hanaovana ny fifidianana  ka tokony hotanana izany. « Aoka mba tsy noho ny tombontsoa manokana na koa ny kajikajy politika ny hitondrana ny  firenena », hoy ihany izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Alcool au volant : tolérance zéro

« Nous ne tolérerons pas la conduite en état d’ébriété. Ce n’est pas une nouvelle disposition mais durant la fête de la fin d’année, ce sera la tolérance zéro. C’est pour la sécurité du conducteur et celle des autres », a déclaré hier le colonel Zafisambatra Ravoavy, lors qu’une rencontre avec la presse, entrant dans le cadre de la sécurisation des festivités de la Saint-Sylvestre. « Nous serons intransigeants là-dessus. Pour ce faire, nous allons utiliser des alcootests », a poursuivi le commandant du Groupement de gendarmerie d’Analamanga.

Il a aussi indiqué que 800 à 900 gendarmes seront mobilisés durant les fêtes.

« Les éléments des unités territoriales seront renforcés par ceux de la Circonscription de gendarmerie nationale (CIRGN) d’Antananarivo. De jour comme de nuit, il y aura des patrouilles à pied et motorisées. La sécurité des sites sensibles comme les centrales électriques, la radio et la télévision nationale sera renforcée. La régulation de la circulation et la sécurité des zones rurales ne seront pas en reste », a-t-il souligné.

Mparany

 

News Mada0 partages

Mariage précoce : le Sud est aussi victime

Comme partout dans la Grande île, le Sud n’échappe pas au mariage précoce.

La principale raison qui a été citée comme source actuelle de cette pratique, dans cette région du Sud, est la situation précaire dans laquelle vit la population, également victime de la sécheresse. Non seulement la polygamie est une coutume locale, mais aussi et surtout un signe de richesse.

Selon Espérance Stella Albertine, une volontaire d’Ambovombe militant contre cette pratique honteuse par des activités de sensibilisation, « Les parents trouvent comme solution à leurs problèmes le mariage de leurs filles ». Un mariage à partir de l’âge de 13 ans, voire même 12, a souligné notre volontaire.

Les parents recevront effectivement au moins un zébu et en même temps de l’argent, au bas mot un million d’ariary, à titre de présent. Comme c’est le gendre qui se charge de toutes les dépenses au cours d?un événement familial, en particulier les funérailles, plus on a un beau-fils riche, plus l?honneur de la famille est sauf.

Cependant, « Au fil des temps, avec les nombreux enfants obtenus avec sa femme, auxquels s’ajoutent les différentes obligations familiales, il  finit aussi, à son tour, par tomber dans la précarité », a fait remarquer  Espérance Stella Albertine.

Renforcer la sensibilisation

Les volontaires d’Ambovombe ont choisi comme priorité dans leurs activités la sensibilisation contre le mariage précoce. Actuellement, ils sont en train de négocier avec des éventuels partenaires pour élargir leur champ d’actions, notamment en brousse où ce phénomène continue encore à persévérer.

Une autre solution, qui mérite d’être considérée, est celle entreprise au sein de la commune d’Anjapaly, du district de Tsihombe. En effet, sous l’initiative du maire, un pacte social, connu sous le nom de « dina », a été instauré par

la communauté à l’endroit

des parents qui envoient leurs filles se marier avant l’âge de 18 ans. L’importance de ce pacte repose plutôt sur la peur d’être marginalisé du fait d’avoir violé le « dina », que de s’acquitter des sanctions y afférentes.

Sera R

News Mada0 partages

Bouteilles usagées : vente au top en cette période

Le commerce des bouteilles usagées, notamment celles qui sont en plastique, bat son plein en cette période de fin d’année. « Ces deux dernières semaines, ma vente a au moins doublé. En principe, cette situation dure jusqu’à la moitié du mois de janvier », témoigne une vendeuse du coté de la barrière ferroviaire d’Anosibe.

Si auparavant elle écoulait une centaine de bouteilles en plastique quotidiennement, actuellement elle arrive à en vendre 200 à 250 de 50, 100, 150 et 200 ml. La chaleur et la consommation en hausse de boissons en cette période de fêtes de fin d’année, en sont les raisons de cette bonne vente. Cédée à 100 ariary la bouteille pour les deux premiers genres et respectivement 200 et 300 ariary pour les deux autres, cette activité fait bien vivre son homme dans la catégorie des petits métiers.

A part des particuliers, les principaux fournisseurs sont les acheteurs ambulants qui font du porte-à-porte dans les quartiers et les restaurants de la capitale. Cette vendeuse prend les bouteilles à moitié prix de la vente. « Ce qui est tout à fait normal car je paie au comptant. Cela sans parler du savon et du temps que je dépense pour le nettoyage de ces bouteilles », se justifie-t-elle. Quant à ses clients, la plupart d’entre eux viennent des régions. Ces derniers réutilisent en général ces bouteilles pour la vente de miel, de pétrole, voire de jus naturel fait maison.

Sera R

 

News Mada0 partages

Taona 2017 – Sandratra : hanomezan-danja ny lahatsoratra tsotra

Faribolana Sandratra, fikambanana miezaka ny hampivelatra sy hitondra lavidavitra hatrany ny tontolon’ny soratra. Manana ny paikady sy izay heverina ho laharam-pahamehana ry zareo amin’ny asa tokony hatao amin’izany.

Tamin’ny fanomezana ny vinan’ny taona 2017 no nilazan’i Riambola Mitia, mpandrindra ny sampana Sandratra Antananarivo fa : «… taona hanomezan-danja ny karazan- dahatsoratra tsotra na « prose » izay nimatimatesan-dr’i Solofo Jose fony fahavelony ity taona 2017 hitsidika tsy ho ela ity ». Nohamafisiny fa ezahana ny hitondra sombin-tantara an-tsehatra. Toraka izany koa ny tantara foronina hanakaiky kokoa ny olona. Nomarihin’i Riambola Mitia rahateo fa sady tian’ny Malagasy ihany koa ny tantara foronina.

Raha ny fanadihadiana nataon’ireo mpikaroka momba ny fivoaran’ny literatiora, mirona kokoa any amin’ny fanoratana tononkalo ny mpanoratra ankehitriny. Tsy ampy ny mpanoratra tantara foronina eto Madagasikara, noho izy io mitaky zavatra maro, toy ny fananana fotoana, faharetana, fahalalana zavatra maro (toerana…).

Hatevenina ny talentan’ny tsirairay

 Vina koa ny fandranitana fanahy ny mpanoratra sy mpankafy literatiora amin’ny fananganana tranomboky literera Sandratra. « Ifampizarana fanahy sy hanatevenana ny talentan’ny tsirairay », hoy hatrany ity mpandrindra ny sampana Antananarivo ity. Homena lanja koa ny fisokafana amin’ny fiaraha-miasa hampivelarana ny literatiora sy hanatonana kokoa ny mpankafy amin’ny alalan’ny hetsika isan-karazany eny amin’ny sehatra miankina na tsy miankina sy ny sekoly. Fiantsana tononkalo, fifanakalozana eo amin’ny mpanoratra sy ny mpianatra. Ezahana amin’io taona 2017 io koa ny hampivondronana ny Faribolana Sandratra manerana ny Nosy.

HaRy Razafindrakoto

Ino Vaovao0 partages

SERANAMPIARAMANIDINA : Misy lehiben’ny Fadintseranana manara-maso ny fomba fiasa

Taorian’ireo fitarainana maro voaray tamin’ireo mpandeha dia nisy ny fandraisana andraikitra eo anivon’ny Fadintseranana. « Tsy ampy ny serasera sy ny fampahafantarana ny mpandeha ny lalàna sy ny zony ka io no mampisy olana matetika », hoy ity tomponandraikitra ity. Teo aloha dia nisy takelaka fampahafantarana nataon’ny Ofisimpirenen’ny fizahantany.

Ohatra hoe afaka mitondra whisky 2 litatra sy champagne 2 litatra ary mbola afaka mitondra divay sy spitituex koa. Taty aoriana dia niova ny lalàna ka tsy misy antsipiriany intsony fa nobangoina tokana ny fetran’ny toaka azo entina, hoy hatrany ny fanazavana. Nanambara ity tompon’andraikitra ity fa mila famakafakana tsara ny fampiharana ny asan’izy ireo mba tsy hanimba ny toekarena. Mayottes sy Comores, hoy izy, no tena mifanerasera amon’ny seranam-piaramanidina eto Mahajanga.

« Misy dia misy ireo olona manao trafika, na entana izany na vola vahiny ka ireny no mila asiana fanara-maso fa tsy ireo mpitsidika sy mpitsangantsangana no asiana olana », hoy hatrany izy. Mivarotra entana tsy mandoa hetra sy haba izy ireo na manakalo vola tsy manaraka ny lalàna. Misy ihany koa mampanjana-bola ireo mpianatra avy any aminy mipetraka eto. Miezaka mandamina ry zareo ao amin’ny Fadintseranana ankehitriny satria matetika hoy hatrany io tompon’andraikitra io no misy ny fahasorenana noho ny antony maro ka samy mampiaka-peo ny an-daniny sy ny an-kilany. Nanamarika kosa izy fa misy dia ny tsy fahafantarana ny lalàna mihitsy no mahatonga ny mpandeha sasany mijabaka ka tokony hisy ny fampahafantarana iraisana ataon’ny minisiteran’ny Tetibola sy ny minisiteran’ny Fitaterana ka vao miainga ny mpandeha dia fantany ny zony sy ny andraikiny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TALEM-PARITRY NY JIRAMA : « Tsy hisy delestazy ao Toamasina amin’ny fety »

Ampy tsara ny vokatra omena sy efa nisy ny ezaka nanatsara ny tamban-jotram-pamatsiana”, hoy ny fanambaràna nataon’ny Talem-paritry ny Jirama Toamasina, Veloson Leonard, ny talata lasa teo.

Raha ny fanazavana nomen’i Veloson Leonard dia 34,540MW ny vokatra omen’ireo fitaovana mpamokatra herinaratry ny Jirama Toamasina amin’izao fotoana izao ka ny 60,200MW amin’izany no avy ao Volobe, ny ambiny kosa dia vokarin’ireo milina mihodina amin’ny menaka mavesatra ao Tamatave III sy IV. Nefa 24,350MW ihany no filàn’ny mpanjifa isan’andro eto Toamasina.

Ho an’ny minisitra ny Angovo sy ny akoranafo tonga teto Toamasina, dia ezaka goavana ataon’ny minisitera amin’ny taona ho avy io ny famadihana ireo milina mpamokatra herinaratra mandeha amin’ny gazoala ho amin’ny menaka mavesatra mba ho mora vidy ny famatsiana.

Nambaran’ny Jeneraly Herilanto Raveloarison hatrany fa efa mandeha ny tolo-bidy mikasika ny famatsiana herinaratra azo avy amin’ny masoandro.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TANAMBAO SOTEMA - MAHAJANGA : Fianakaviana dimy no tra-boinan’ny hain-trano

Teo am-pitan’ny biraon’ny fokontany no misy ilay trano ka nampandre ny mpamonjy voina avy hatrany ny Lehiben’ny fokontany.

Tonga ara-potoana ihany ny fiaraben’ny mpamonjy voina sy ireo mpamonjy voina avy eo anivon’ny Kaominina saingy tsy nanamora ny famonoana afo ny tafon’ilay trano vita amin’ny satrana. Trano misy efitra dimy, onenan’ny fianakaviana misy olona 25 eo ity trano ity.

Tsy nisy noraisina ny fanaka, na fitafiana na vola tao amin’ilay trano fa dia hotohoton’ny afo avokoa. Tra-boina tanteraka ireo mponina ao amin’izao ankatoky ny fetin’ny faran’ny taona izao. Arakya ny heno teny dia voalaza fa fifampikasohan’ny herinaratra no nahatonga ny afo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

NY RADO GROUPE : Hamatsy jiro ny Faritra Analanjirofo ahafahana manampy ny JIRAMA

Ity farany izay hamatsy jiro ao Mananara-Avaratra, Sainte-Marie sy Fenoarivo-Atsinanana. Hiainga avy ao amin’ny rano Sandravololona ao Soanierana Ivongo ny fotodrafitrasa. Fotodrafitrasa izay hamokatra herinaratra manana tanjaka 137MW. Ny alarobia lasa teo no tonga tao Fenoarivo-Atsinanana ny iraky ny Ny Rado Groupe nihaona tamin’ireo tompon’andraiki-panjakana ao Analanjirofo. 

Tombony lehibe ho an’Analanjirofo ny fananana rihan-drano Sandravololona izay azo avadika ho herinaratra matanjaka afaka mamatsy faritra maro hatrao Toamasina raha ilaina.

Efa mandeha sahady amin’izao fotoana izao ny fitiliana ataon’Ny Rado Groupe ho fandrafetana fotodrafitrasan-jiro miainga avy ao Sandravololona Soanierana-Ivongo. Fantatra fa efa nahazo alalana avy tamin’ny orinasa Jirama ity orinasa ity.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

TETIKASA : Hiampy indray ny ONG hanodina ho zezika ny fakon’Antsirabe

Raha tsahivina dia efa nisy ny fanaovan-tsonia ny fiaraha-miasa teo amin’ny Kaominina ambonivohitra sy ny Ong EAST avy any Frantsa any.

Ankehitriny dia miroso ny fiaraha-miasan’ny eo amin’ny roa tonta. Manamarika izany amin’izao fotoana ny fipetrahan’ny foiben’ity fikambanana ity eto Antsirabe ary efa miroso amin’ny asa ireo teknisianina avy amin’ity fikambanana ity sy ny eo anivon’ny Kaominina Antsirabe. Volabe hatrany amin’ny 1,230 miliara any ho any no hampiasain’ity fikambanana ity eto Antsirabe, ka hifantoka be dia be amin’izany ny fanodinana ny fako ho lasa zezika ho an’ny tantsaha izany, izay marihina fa tsy ny Kaominina akory no hitantana izany fa ny fikambanana East ihany. Eo ihany koa ny famatsiana rano fisotro madio amin’ny Fokontany maromaro eto Antsirabe ary ny fanarenana ireo lalan-kely eran’Antsirabe.

Nambaran’ny Ben’ny tanàna, Paul Razanakolona fa hisy amin’ny ampahan’ny vola no hatokana ho an’ny fividianana fitaovana toy ny fiara vaventy hampiasain’ny Kaominina, ankoatra ny fananganana fotodrafitra ho an’ny fahadiovana sy fidiovana. Manana sampandraharaha sy mpisehatra maromaro ny Ong East ka isan’izany ny Jirama sy ny Kaominina mivantana. Efa misy ny fikambanana manodina ny fako ho lasa zezika eto Antsirabe, saingy ho goavana kokoa ilay hatsangan’ny Ong East ato ho ato ity, ka inoana fa hiteraka famoronana asa vaovao ho an’ny tanànan’Antsirabe indray koa izany.

Tiaray.R

Ino Vaovao0 partages

MPONIN’NY CITE FITIM : Noferana tsy mahazo manao fanorenana vaovao ireo trano mifanila tanteraka

Satria baorina iray izy ireo ka manahirana ny fampisarahana azy.Voalaza fa amidin’ny tompony ny toerana nisy ny orinasa FITIM, ka miaraka amin’ireo cité ho an’ny mpiasa izay mifanila amin’ny fefy misy ny orinasa izany.

Eo no mipetraka ny olan’izy ireo satria tsy te hampisaraka ireo faritra misy ny trano sy ny faritry ny orinasa ny tompony. Ireo cité ireo anefa marihina fa efa namidy tsikelikely tamin’ny mpiasa nandritra ny fotoana niasany tao amin’ny orinasa, raha ny fanazavana azo. Araka izany dia izay olona mahazo ny tany no mifanaraka amin’ireo olona mipetraka amin’ireo cité, raha ny fanazavana hatrany.

Noho io antony io dia noferana aloha ny fisian’ny fanorenana vaovao, fa izay trano efa tao kosa avela amin’izao.

Hatreto anefa tsy mbola nisy sahy nividy ilay toerana ka dia miandry izay ho tohiny ny rehetra. Misy anefa ireo mponina ao no efa nivonona ny hanavao ny tranony saingy tsy mbola nanatanteraka izany aloha sao ho lany ny vola. Tsy izany ihany fa misy Moskriny ihany koa amin’io faritra io ary trano tsora tsy latsaky ny 30 tafo eo.

Ireo rehetra ireo izany no indray iharan’izay fanapahan-kevitra hitranga eo raha toa ka misy mahazo io tany io atsy ho atsy.

Fety

Tia Tanindranaza0 partages

Atsipy ny teny …

Mahagaga ny fihetsiky ny olom-pirenena tsirairay avy manoloana izao fitsaram-bahoaka sy habibiana mitranga eto amin’ny firenena izao.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

« Bord de la mer » - MahajangaFampiasana zaza tsy ampy taona amin’ny endriny vaovao

Zava-baovao eo amin’ny « Bord de la mer » nanomboka ny fialantsasatra lehibe teo ny fahitana ireo ankizy tsy ampy taona manosika fiara kilalao mitatitra ankizy toa azy ireo ihany manamorona ny sisin-dranomasina ao Mahajanga.

 Zaza manodidina ny folo hatramin’ny 15 taona avokoa izy ireo ary miandahy miambavy. 500 Ariary ny mitaingina indray mandeha ity fiarakeky ity ary mahatratra hatramin’ny 10 minitra eo ho eo. Raha ny nambaran’ireo ankizy manosika fiara ireo, dia mpanambola no patron’izy ireo ary zaraina mitovy ny vola azo isan’andro ary izay no karaman’izy ireo. Am-polony ireo fiara kely mifamezivezy, indrindra isan-kariva. Tsy misy mianatra intsony ireo ankizy sendra anay nandritra ny fanadihadiana ary tsy maintsy hanampiana ray aman-dreny ny vola raisin’izy ireo isan’andro. Hatreto, tsy mbola nisy tompon’andraikitra misahana ny ankizy nijery ifotony izao fampiasana zaza tsy ampy taona amin’ny endriny vaovao izao izay manampy isa indray ireo ankizy mpivarobarotra eny amin’ny “Bord de la mer”. 

Vahaniaina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mifarana ny taonaMibosesika ny mpisora-panambadiana

Farany vao menafify ! Tomefy olona teo amin’ny biraon’ny Boriborintany faha-IV Anosy omaly alakamisy farany amin’ity taona 2016 ity.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nofy ratsy

Miala tsiny ry Jean fa somary taratara ny fiarahabako anao tafavoaka avy any a ! Arahabaina aloha fa naman’ny afa-bela fa tsy nataon-dRafôrsa sy ny ekipany in-droa nahita ny maizina toy ny tain’omby natsentsin-davabary e !

 Efa fantatray fa nakotroka mihitsy ny fandraisana anareo ho eo anivon’ny tontolo malalaka indray, ka zary nofy ratsy ny fihinanana gagazo teny Ambaniatsinanana. Fa ny mahagaga ahy r’ise dia i Jean kely sefonareo toa tsy miteny tsy mivolana ity a ! Hafahafa ihany mantsy izany hoe fotoana elaela ihany iny nahataraiky anao iny kanefa dia tsy niloa-bava mihitsy ny tenany. Mba omeo vaovao ihany izahay fa tsy arakay intsony ny  tantaranareo mianakavy. Toa zary mifanary fa tsy toy ilay fiedinedina teny an-kianja fahiny, fa mifandefona ivoho aza angamba. Henonay anie fa akamanareo tao ihany no manontsana ao e ! Dia izao anefa ingahirainy mbola ao anaty ekipa ao ihany ary mody mafana fo, ka izay no ilazako hoe : efa tena mifandefona ivoho ianareo. Hafatra kely : rehefa mba afaka dia jereo ihany ilay akamanareo mbola taraiky sao bobongolo ao iny. Amin’ny manaraka indray fa manaova fety sambatra e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Antananarivo RenivohitraTsy nomen’ny Fanjakana “subvention” hatramin’izao

Nanao tomban’ezaky ny asa vitan’ny kaominina Antananario Renivohitra tamin’ity taona 2016 ity, sy ny paik’ady hiatrehana ny fampandrosoana amin’ny taona 2017 ny Ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana ny alarobia 28 desambra nandritra ny fivoriana niarahany tamin’ny mpanolotsaina ary ny tale

Jean D.

L'express de Madagascar0 partages

Météorologie – Une bonne pluviométrie au début de l’année

L’année 2017 sera accueillie par une bonne pluviométrie. Le bulletin de prévision des précipitations intra-saisonnières des deux premières semaines de l’année, indique des précipitations supérieures à la normale, notamment dans la partie Nord de l’île, du 1er au 5 janvier. Cette pluviométrie s’étendra sur les Hautes Terres, l’Ouest et l’Est de la Grande île, du 6 au 10 janvier.Dans ce bulletin de prévision envoyé hier, par la direction générale de la Météorologie, les valeurs fourchettes de ces précipitations varient de 57,3 à 126,3 mm, dans la région de Diana, Sofia, Sava, Analanjirofo, pour les cinq premiers jours de l’année. Elles seront entre 30,9 à 94,5mm, du 6 au 10 janvier, pour Analamanga, Vakinan­karatra, Boeny, ainsi que les régions du Nord du pays. La pluie diminuera à partir du 11 janvier.Pour Antananarivo, la pluie sera au rendez-vous dès l’après-midi du 31 décembre et le 1er janvier, selon Solonomenjanahary Andrian­jafinirina, chef de service de la Prévision météorologique à Ampandrianomby.Ces précipitations seront une bouffée d’oxygène pour les paysans des Hautes Terres qui souffrent de la sécheresse causée par l’absence de précipitations, depuis près d’un mois. « La déficience de l’humidité en est la cause », selon l’explication de ce prévisionniste.Concernant la zone perturbée située dans l’océan Indien, elle a été localisée à 470 kilomètres au Nord-Est d’Antsiranana, hier, à 16 heures, avec des vents moyens de 40 kilomètres et desrafales de 45 kilomè­tres/ heure. Elle continue son trajet vers l’Ouest avec un déplacement de 4 kilomètres à l’heure. Il y aurait une forte probabilité qu’elle atteigne le stade de Tempête tropicale modérée dans les jours à venir.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Commerce – Flambée de prix du maïs

Le prix du maïs a doublé. Des grossistes ont encore vendu à 500 ou 600 ariary le kilo, il y a quelques mois, et d’un coup, il est passé à 1 000 ariary chez des grossistes à Anosibe et à 1 100 ariary à Andravoahangy.« Cette hausse fait suite à la diminution des agriculteurs qui se  consacrent à la culture de maïs. Ils ont transformé leurs champs de maïs en champs de sorgho depuis 2015, car des exportateurs leur ont promis un bénéfice conséquent », explique un collecteur rencontré à Mahazo, hier.Chez les détaillants, le kilo est acheté à 1 400 ariary. Presque le double du prix d’il y a trois mois où l’on pouvait encore acheter à 700 ou 800 ariary le kilo.L’impact de cette hausse de prix du maïs est ressenti dans le domaine de l’élevage. Par ricochet, le prix de la provende a aussi augmenté. Ce mélange alimentaire destiné aux animaux d’élevage est passé de 1 900 à 2 250 ariary, chez certains grossistes, ce qui entraîne la hausse de prix des œufs et des poussins. À Antohomadinika, les grossistes d’œufs livrent la pièce à partir de 450 ariary et chez les détaillants, on l’achète à 500 ariary. Quant aux poussins, l’unité est passée de 1 900 à 2 500 ariary.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Noces – Valisoa et Ravaka se sont dit « Oui »

Ces deux tourteraux étaient destinés à s’unir pour la vie, partageant depuis toujours passion, religion et amour.

Une amitié d’enfance se transforme en un oui éternel. Valisoa Ando Mam­pionona Rakotomanana, infographe PAO-iste du groupe l’Express de Madagascar a convolé en justes noces avec Ravaka Soloharivony Joeline Rakotovao. Ils sont un peu sortis de l’ordinaire car ils se sont envolés à Johannesbourg pour se dire « Oui » devant Dieu. C’était le 14 décembre à l’Église de Jésus-Christ des Saints des derniers jours, connue par l’Église mormone. « Selon notre religion, c’est là qu’on célèbre le mariage religieux », explique ce jeune chef de famille, comblé.

Amour d’enfanceLa mère de la jeune mariée et les amis des nouveaux mariés ont assisté à ce mariage à Johannesbourg où Ravaka a déjà travaillé pendant deux ans. Avant de s’envoler à Johannesbourg, ils ont célébré à Antananarivo leur mariage civil, le 9 décembre, et les fiançailles, le 8 décembre, en la présence de leurs familles proches.Les deux tourtereaux se sont connus depuis leur tendre enfance. Réunis par les mêmes passions, la même religion, mais surtout par le grand amour, ils ont décidé de faire le grand pas, après un an de relation.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Suspicion de meurtre

Triple arrestations à Ambodimanga Soanierana Ivongo. Soupçonnés d’avoir été pour quelque chose dans la disparition d’un jeune homme de vingt-cinq ans, trois suspects ont été arrêtés par la gendarmerie en début de semaine. Le corps du disparu a été retrouvé le 20 décembre après trois jours de recherches.

L'express de Madagascar0 partages

Andohatapenaka – Samoëla enivre le public

Deux jours de musique populaire et enjouée ont débuté, hier, dans le Village de la Francophonie. Des rendez-vous qui ravissent le public de la capitale.

Des retrouvailles chaleureuses et parfaitement bien rythmées comme à l’accoutumée. Le retour de Samoëla au devant de la scène, très attendu, a été enjoué. Le temps d’un concert, l’artiste, fidèle à lui-même et toujours aussi intemporel que ses tubes, a tenu à faire revivre à plein poumons deux décennies de carrière musicale exclusivement pour le public du Village de la Francophonie à Andohatapenaka, rebaptisé en cette fin d’année, « Tanàna Krismasy ».À l’image de son tout dernier album « Ao anatiny! », le chanteur toujours dans le coup et aussi jeune qu’à ses débuts, a fait vibrer la scène durant deux bonnes heures de musique. Vers 18 heures et même bien avant, un large public, toutes générations confondues, s’est retrouvé au village, massé devant une scène déjà illuminée par l’effervescence des fêtes de fin d’année. Si le concert de Samoëla prévu au CCESCA à Antanimena aujourd’hui même a été un rendez-vous manqué à cause de quelques imprévus selon les organisateurs, les vingt ans de scène de l’artiste ont été bel et bien célébrés comme il se doit à Andohatapenaka face à ses inconditionnels.

Euphorique« Avec vous ce soir, je débute une fête grandiose qui s’étalera sur tout le week-end. Ça a toujours été une grande fierté pour moi de chanter pour vous et ça restera toujours ainsi, car,  ensemble, nous sommes bien partis pour plusieurs nouvelles décennies », scande Samoëla. Énergique et déchaîné, il entame alors un concert rythmé et folklorique durant lequel tous ses tubes ont garni son répertoire.Les spectateurs venus nombreux à l’occasion, se sont plu à jouir du spectacle dans cet antre de la culture et de l’art d’Antananarivo. En même temps, le pari est gagné pour les responsables du « Tanàna Krismasy » qui continue d’enchanter des visiteurs d’horizons  divers, grands et petits. La musique occupant une grande place au sein du village, les festivités y ont débuté dès 15 heures hier après-midi avec le Steph Rambi Band et ses mélodies jazzy qui s’y sont fait découvrir, ainsi que la chorale de gospel The Called qui ont envoûté les villageois d’Andohatapenaka.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Transport aérien – Préavis de grève à Air Austral

Une partie du personnel navigant d’Air Austral a déposé un préavis de grève illimité, mardi. Le mouvement pourrait débuter le 2 janvier.

L’UNSA AERIEN SNMSAC (Union des Syndicats Autonomes – Syndicat du Personnel Navigant Commercial – PNC), a pris la décision de déposer le 27 décembre, un préavis pour un mouvement de grève annoncé à compter du lundi 2 janvier, et ce pour une durée illimitée.À l’initiative de la Direction Générale une réu­nion s’est tenue mercredi après-midi avec pourobjectif de mieux comprendre les attentes concrètes pouvant découler des revendications exprimées et éclaircir les raisons et motifs de ce mouvement.«Ce préavis intervient en effet, alors que l’entreprise a tout juste, à la mi-novembre, clôturé ses NAO sans qu’aucune des revendications n’aient été exprimées. Tous les syndicats sans exception, ont pu alors se mettre d’accord sur la nécessité d’adopter une position responsable et de modération salariale. L’attitude du syndicat UNSA, qui seulement 15 jours après, sollicite l’ouverture d’un protocole de prévention de conflit sur la base de nouvelles demandes, pesant 2,5 millions d’euros, soit 13 % de la masse salariale du Personnel Navigant Commercial, est incompréhensible», souligne la direction d’Air Austral.Les syndicats demandent notamment le renforcement de la composition des équipages sur la liaison Mayotte-Paris et l’embauche définitive de 35 hôtesses et stewards.Dans ce contexte, la Direction Générale se veut rassurante et rappelle (…) que «l’entreprise mettra en œuvre tous les moyens nécessaires pour en minimiser les impacts et garantir le transport de ses passagers dans les meilleures conditions possibles».Une cellule de gestion de crise est en place et se réunit quotidiennement.

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Manque d’oxygène.

Le centre hospitalier universitaire (CHU) Mère-enfant à Ambohimiandra a connu un manque d’oxygène, mercredi. Le stock de l’hôpital aurait été épuisé, selon un responsable du CHU. Aucun incident n’a été enregistré à la suite de cette coupure de l’alimentation d‘oxygène. « Nous avons utilisé l’extracteur d’oxygène, en attendant l’arrivée des commandes », rassure cette source. L’approvisio-nnement en oxygène de cet hôpital a repris, hier.

L'express de Madagascar0 partages

Blessé par balle

Une escouade de bandits armés de fusils de chasse a sévi à Anambobe Ambatondrazaka dans la nuit de mercredi à jeudi. Le chef de famille a été  frappé d’une balle à la jambe. D’après les victimes, les assaillants ont dérobé une somme s’élevant à deux millions d’ariary.

L'express de Madagascar0 partages

Haltérophilie – Harinelina reconduit à la tête de la fédération

L’assemblée générale élective de la fédération malgache d’haltérophilie, de musculation et du culturisme, qui s’est tenue hier à l’Espace Niza à Miarinarivo Itasy, n’était qu’une simple formalité. Sans adversaire, le président sortant et candidat unique, Harinelina Jean Alex Randriamanarivo remporte la victoire à l’unanimité avec sept voix des ligues présentes à savoir Analamanga, Alaotra mangoro, Menabe, Boeny, Sud Ouest, Itasy et Vakinankaratra. Avec cette victoire prévisible, le secrétaire général du comité olympique malgache, Harinelina Jean Alex Randriamanarivo et son équipe au sein de la fédération d’haltérophilie, finissent donc en beauté l’année et entameront leur troisième mandat olympique de quatre ans qui ne prendra fin qu’après les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Mayotte – L’eau douce se fait rare

À Mayotte, dans l’attente de la saison des pluies, les ressources en eau douce se raréfient de manière alarmante ces dernières semaines, et une partie du territoire n’a, désormais, accès à l’eau domestique qu’un jour sur trois.La situation, pénible pour la population, engendre aussi des difficultés pour le secteur du tourisme, les hôteliers faisant état de nombreuses annulations.Réunis en crise pour la cinquième fois depuis début décembre, les acteurs de l’eau et les représentants de l’État français ont décidé, mercredi, de maintenir le dispositif de coupures d’eau deux jours sur trois, en place depuis le 25 décembre dans huit communes du centre et du Sud, après de premières mesures de restrictions d’eau à partir de fin novembre.Le dispositif devrait perdurer jusqu’à l’arrivée – tardive – de la saison des pluies, prévue fin janvier.L’essentiel de l’alimentation en eau potable du 101e département français, où la pression démographique est forte, provient de deux retenues collinaires – qui s’épuisent.

© AFP

L'express de Madagascar0 partages

Agression de gen­darme

Une tentative de vindicte populaire a viré en agres­sion de gendarme à Namo­rona Mananjary en début de semaine. Arrêté pour acte de banditisme, un suspect a été placé en garde à vue au poste de la gendarmerie. Voulant lui faire subir une vindicte populaire, une foule furieuse s’y est rendue pour exiger que le suspect lui soit remis. Ayant refusé, le chef de poste a été agressé. Celui-ci est dans un état préoccupant.

L'express de Madagascar0 partages

Cadeau emploisonné

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras. A défaut de pouvoir créer de l’emploi pour les jeunes, l’État a décidé de repousser l’âge de la retraite à 65 ans. L’idée est de réduire de 50 milliards d’ariary par an la contribution de l’État à la caisse de retraite. À 60 ans, un retraité n’a pas assez cotisé pour assurer le reste de sa vie même s’il a fait 40 ans de service dans la fonction publique. L’État consacre 80 % du PIB au traitement des cinq cent mille fonctionnaires.Pour beaucoup de fonctionnaires, c’est du pain béni par les temps qui courent. La vie après la retraite est une véritable galère rien que le calvaire subi par les personnes âgées le jour de la paie de la pension malgré les grosses améliorations apportées par le ministère des Finances dans l’organisation et la logistique en particulier à la Paierie générale. Les retraités de la fonction publique ont le privilège de toucher leur pension mensuellement depuis quelques années après de rudes batailles contrairement à ceux du secteur privé qui ne touchent la leur que quatre fois l’an. Néanmoins, le petit pactole qu’un retraité venait de toucher se liquéfie dès la sortie de la perception ou du Trésor. Il suffit à peine à éponger les dettes et achats à crédit contractés dès le lendemain pour finir le mois. Et ainsi de suite durant toute l’année.L’augmentation annuelle de 10 % du salaire et de la pension de retraite ressemble à une goutte d’eau dans un océan. Impossible pour un retraité de penser faire le tour du monde en croisière ou de passer le week-end à Taolagnaro, à Ampefy ou à Foulpointe sans l’aide de ses enfants qui auront fait moins d’études qu’eux ou qui  opèrent dans un secteur florissant.Pour beaucoup d’enseignants universitaires, la prolongation est presque automatique faute de relève dans un secteur très mal payé et méprisé par l’État. Des professeurs restent actifs au-delà des 70 ans. Preuve que la condition physique et intellectuelle ne constitue pas un handicap pour continuer après la soixantaine. Du moins pour une certaine catégorie de personnes et d’activités. D’autres couches de la population laminées par le délestage, harassée par l’inflation, éreintées par les épidémies, affaiblies par la malnutrition voient leur résistance réduite, leur espérance de vie amenuisée. Continuer jusqu’à 65 ans est tout simplement un cadeau «emploisonné», de véritables travaux forcés. Certains passent même l’arme à gauche avant l’âge de la retraite.Et puis, pour une Nation jeune dont la population est composée à 60 % de jeunes de moins de 25 ans, repousser l’âge de la retraite à 65 ans équivaut à un non-sens, une insulte à la jeunesse même si se faire à l’idée que la fonction publique ne constitue pas un levier du développement. C’est ainsi, d’ailleurs, qu’au lieu d’un placebo qu’est ce recul de l’âge de la retraite, l’État a l’obligation de concevoir une politique d’industrialisation et de création d’emplois pour caser les dizaines de milliers de bacheliers par an, les milliers de diplômés d’université par an qui arrivent sur le marché du travail.Ce n’est pas la braderie des ressources minières aux sociétés étrangères connues pour leur voracité, ni l’octroi de marché de gré à gré aux investisseurs douteux qui feront l’affaire. Sans une vision et des objectifs précis, une politique cohérente et réaliste on n’y arrivera jamais. Et il faut savoir hiérarchiser et s’occuper d’abord de l’essentiel et de l’urgent et non perdre son temps avec les accessoires comme le permis biométrique, la carte grise sécurisée alors que la police n’est même pas équipée pour distinguer un permis bio d’un permis ogm et qu’on n’en voit aucune nécessité sauf celle d’une affaire de gros sous du fournisseur d’imprimés et de ceux qui peuvent traiter un dossier plus vite que prévu. Cela ne fait qu’augmenter le stress et conforter l’idée que l’État se soucie plus de son business quitte à extorquer les retraités. Une ponction publique.

Par Sylvain Ranjalahy

 

L'express de Madagascar0 partages

Soirée – Le BC Blues Premium se découvre à Antaninarenina

Un cadre jovial, aux couleurs chaleureuses et resplendissant de convivialité. Le BC Blues se redécouvre ainsi au grand public amateur de soirées, de bonne musique, et également de gastronomie malgache, du côté d’Antananinarenina. Il s’agit là d’une redécouverte, car le BC Blues a déjà enchanté les amateurs de bonne fête du côté de Soanierana depuis quatre ans. Il s’est refait une jeunesse à travers sa nouvelle annexe, dans ce quartier chic de la capitale. « Bien manger, boire, chanter et danser », c’est avec cette devise qu’il fédère le public à se retrouver en son sein.À l’instar de ses pairs, autres restaurants lounge-bar où la musique est souvent reine au devant de la scène, le BC Blues Premium se démarque essentiellement par sa bonne cuisine, représentative de la gastronomie malgache.Outre les habituelles soirées Karaoké Live et les animations Happy hour qui ont forgé sa réputation, cette annexe du BC Blues qui a pris ses quartiers au sein même de l’ancien Le Caveau à Antaninarenina, entend respirer pleinement la fête. Facile à trouver, il promet une belle soirée d’ouverture durant cette Saint-Sylvestre, à partir de 19 heures. Au programme, il affiche une « Dancing party» avec les Djs résidents, à partir de 23 heures et au menu, des spécialités malgaches où les produits du terroir seront particulièrement mis en avant. De la volaille et des fruits de mer cuisinés de façon traditionnelle y sont prévus.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Judo – Élection – Siteny Randrianasoloniaiko réélu

Sans adversaire, le président sortant Siteny Thierry Randrianasoloniaiko a été réélu à la présidence de la fédération malgache de judo. En marge de la coupe de Madagascar de judo, l’assemblée générale élective de cette instance nationale s’est déroulée hier au gymnase couvert d’Ambatomena à Fianarantsoa. Les neuf ligues présentes au scrutin, ont reconduit à 100% pour un troisième mandat ce président sortant de la fédération, qui n’est autre que le président du comité national olympique malgache.« Nous poursuivrons la promotion du judo malgache. Moi et mon équipe continuerons la réalisation des projets de vulgarisation de la discipline, la création des clubs dans les bas quartiers de la capitale, en leur dotant d’équipements … Nous promettons également d’apporter des améliorations dans l’organisation de compétitions » promet le président Siteny Randrianasoloniaiko après l’élection. Quant aux prochaines activités de la fédération, outre les compétitions majeures locales, Madagascar abritera en avril 2017 le championnat d’Afrique d’ippon au palais des sports à Mahamasina.

Coupe de Madagascar – Domination du club St Michel

Point final à la version 2016 de la coupe de Madagascar de judo qui s’est tenue les 28 et 29 décembre au gymnase couvert d’Ambatomena à Fianarantsoa. Comme à la précédente édition, les judokas du Club de Saint Michel ont confirmé leur suprématie pendant ces deux jours de compétition. Ce club phare d’Analamanga a brillé chez les seniors en raflant quatre titres, trois de ses combattants vice champions et deux autres à latroisième place. L’Esca Analamanga, pour sa part, se trouve à la deuxième place du tableau des médailles avec deux médailles d’or, deux d’argent et une de bronze. Les judokas d’Amparibe ont brillé également chez les juniors en arrachant quatre médailles d’or, trois d’argent et une de bronze. Dans la catégorie des plus jeunes, le club CCS s’installe en tête du classement devant l’hôte Judo Club Betsileo chez les juniors. De son côté, l’ASCO du Sud Ouest se hisse en première position avec deux médailles d’or, une d’argent et deux de bronze chez les minimes, suivi par St-Michel avec une bronze de moins. Rideau pour cette édition 2016, la prochaine aura lieu à Mahajanga, avant la fin de l’année 2017.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Comores – La sécurité des vols au départ laisse à désirer

Comme le souligne le Journal de Mayotte dans sa dernière édition qui traite du contentieux aérien franco-comorien, la DGAC a fondé son refus d’accorder une licence d’exploitation à l’Airbus A 320 d’ Int’Air Îles du fait d’un «contexte mondial de menace terroriste élevé» et proposé une mission d’évaluation» des mesures de sûreté en vigueur à Moroni Prince Said Ibrahim. Un euphémisme qui cache une réalité connue de tout le petit monde de l’aviation civile dans l’océan Indien. En effet, les Comores, l’ANACM, n’est pas en état de garantir des conditions d’embarquement des passagers et de contrôle des bagages aux normes internationales requises. Et pour cause Moroni Prince Said Ibrahim ne dispose pas de «tomographe» aux normes internationales, pour scanner les bagages et effets des passagers à l’embarquement.Les aéroports réunionnais ont même cédé à Moroni Prince Said Ibrahim du matériel dédié à la sûreté, comme les tomographes. Mais le matériel ne suffit pas, encore faudrait-il que les hommes soient formés…

© JIR

L'express de Madagascar0 partages

Des bénévoles au chevet des vulnérables.

Le groupe de jeunes solidaires qui rassemble une vingtaine de bénévoles, a offert des friandises et des biscuits à trois mille enfants en situation de précarité, dans le fokontany de Manarintsoa Est, Antohomadinika Antaniavo et Andavamamba Anjezika, hier..

L'express de Madagascar0 partages

Casse de véhicule

Un casseur de véhicule activement recherché a été appréhendé par les éléments de l’Unité d’Intervention Rapide (UIR), au sein de la police nationale à Toamasina dans la soirée de mardi. Le suspect était en train de cambrioler un véhicule garé près de l’église Tranovato Fitiavana lorsque la police a débarqué.

L'express de Madagascar0 partages

Mariage en fin d’année.

Des dizaines de jeunes couples vont officialiser et légaliser leur union au niveau des arrondissements et des églises, en ce 31 décembre. « Nous avons choisi expressément la fin d’année pour célébrer notre mariage, afin de faire la fête avec notre famille », explique Natalia Ramahefaharison, qui se mariera demain.

L'express de Madagascar0 partages

L’autonomie de chaque peuplade étudiée en 1895

Les observateurs français proposent en 1895 de maintenir le gouvernement hova qui existe à Madagascar et de l’utiliser au lendemain de l’expédition, « sous peine de grever notre budget de charges écrasantes » (A. Martineau).Il ne leur reste donc plus qu’à trouver la formule de gouvernement qui « concilie la haute suprématie que nous devons exercer dans l’île entière avec le respect des coutumes indigènes et les titres à notre reconnaissance que certaines tribus ou peuplades auront pu acquérir pendant la campagne ».D’après A. Martineau, la formule n’est pas aussi complexe qu’on le croit au premier abord. « Si le pouvoir des Hova était assis dans l’île entière, elle se traduirait par l’établissement d’une garnison française de 2 à 3 000 hommes à Tananarive; le protectorat trouverait une garantie suffisante dans cette reconnaissance matérielle de notre autorité. »Cependant, avant d’arriver à ce choix du gouvernement hova comme base du protectorat, des études sont faites car, dans la Grande ile, il existe « 10 à 12 tribus distinctes, sans autre lien commun que leur sujétion à la cour d’Imerina».A. Martineau se demande alors s’il faut les maintenir sous le joug merina ou donner à chacune l’autonomie et ainsi établir plusieurs protectorats.L’auteur prend alors l’exemple des Sakalava. De tradition, ces derniers sont considérés comme les alliés des Français. « Ils nous rendent, dit-on, de grands services pendant cette guerre: si le sort des autres peuples nous touche peu, ceux-là du moins doivent bénéficier de nos sympathies. »Il est vrai que les Sakalava sont pour les Français de précieux auxiliaires, dont la loyauté et le dévouement méritent récompense. « Nous devons les associer directement à notre œuvre de civilisation. »Pourtant, selon les résidents français, cet éloge est fort exagéré. Et s’ils cèdent leurs îles- Nosy Be, Nosy Mitsio, Nosy Faly …- « c’est moins pour se mettre sous la protection des Français que pour échapper sans lutte à l’autorité hova ». Et ils se retournent contre leurs protecteurs quand « ceux-ci les ont débarrassés des Merina! »Les Sakalava forment au XVIIIe siècle une agglomération puissante et homogène qui domine la Grande ile, de la baie de Saint-Augustin au Sud, jusqu’au-delà de Nosy Be au Nord. Et « les Hova étaient leurs tributaires ». Mais ce vaste empire se démembre à la suite de guerres de succession au trône, donnant naissance à une multitude de petites royautés, chacune indépendante.Les Merina mettent à profit  ces divisions pour reprendre leur liberté et quelques décennies plus tard, pour conquérir l’ile à leur tour. « Au lieu d’attaquer tous les Sakalava à la fois, ils les divisèrent; pendant qu’ils faisaient aux uns la guerre, ils donnaient aux autres des assurances pacifiques: les Romains n’ont pas employé d’autres procédés pour soumettre le monde. »Réduits à l’impuissance par la rivalité de leurs chefs, les Sakalava n’arrivent pas à réunir leurs forces. Aussi en moins de vingt ans, ils perdent le Boeny et une partie du Menabe.En 1895, « la plupart de leurs chefs et de leurs princes ont disparu; les Hova ont supprimé une partie à la suite de la conquête, et ceux qui restent, sont de fidèles serviteurs de la reine ou vivent dans des régions que nul n’a pu ou voulu traverser: l’Ambongo et une partie du Menabe ».Aux yeux de leurs sujets, ils gardent un prestige certain, si dans la réalité, leur autorité se réduit à régler les différends qui peuvent s’élever dans les familles ou dans les tribus.« Incapables d’un acte d’énergie, ils ont fini pour la plupart par accepter les faits accomplis. »Certains se soumettent même et envoient des émissaires à Antananarivo pour porter des présents au souverain, surtout pendant la fête du Bain royal annuel. D’autres acceptent des postes et titres pour leurs parents ou eux-mêmes. L’objectif de tous est d’assurer « une existence peu coûteuse ». « Pourvu qu’on leur laisse percevoir quelques impôts, les autres soucis sont rapidement oubliés. »Attitude qui n’est pourtant pas généralisée, car plusieurs Ampanjaka ne manquent jamais l’occasion d’exposer leurs griefs contre les Merina et leur reine. Cette dernière accapare les droits de douane et ne leur laisse que des revenus insuffisants!

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

Midi Madagasikara0 partages

Bilan : Une année 2016 faste pour le sport malgache

Le sport malgache a été à la fête en 2016, notamment grâce à ses têtes d’affiche, mais ce n’est pas tout. Les championnats d’Afrique juniors de rugby,  les Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports, la Coupe Davis de Tennis et le Mondial de pétanque ont été organisés à domicile et bien d’autres évènements.

Jeux de la CJSOI : Madagascar termine premier avec 18 médailles d’or

Lors des 10es Jeux de la Commission de la Jeunesse et des Sports de l’Océan Indien (CJSOI), du 30 juillet au 5 août dernier, Madagascar termine premier au classement des médailles. 18 médailles d’or au total, loin devant Maurice 10 or, 7 pour la Réunion, 3 pour les Seychelles et une respectivement pour Mayotte et Djibouti. Les Comores ont remporté une médaille d’argent. Les jeunes et les sportifs de la région ont partagé leurs joutes dans cinq disciplines sportives et les activités culturelles. Madagascar, hôte de l’évènement a relevé tous les défis côté organisation, hébergement et restauration. En football, Madagascar remporte l’or, en athlétisme, Madagascar a récolté 6 médailles d’or sur les 18 en jeu, en tennis de table 4 médailles d’or sur 7 ont été remportées par les jeunes pongistes malgaches et 7 or en judo. Seul le handball n’a pas remporté l’or. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Dr Jean Anicet Andriamosarisoa et le SG de la commission Pillay Samoo ont été reconduits à la tête de la CJSOI pour le mandat 2016-2018. Le rendez-vous est pris à Djibouti en 2018 pour les 11es Jeux de la CJSOI.

T.H

Rugby : Les Makis juniors accèdent en 1A

A défaut des seniors et encore moins des dames, ce sont les juniors qui ont été sacrés champions d’Afrique des moins de 19 ans et surtout de la catégorie 1B. Madagascar accèdera de nouveau en 1A l’année prochaine. En battant l’Ouganda et deux matchs aller et retour au Stade de Mahamasina. Lors du premier match, les Makis ont étrillé les Cranes Ougandais sur le score sans appel de 37 à 6. Pour la joute retour, c’était un match à sens unique durant lequel ils ont marqué 48 à 0 devant les Ougandais, les protégés de Mamikely et de Jonah ont mené le rugby malgache loin devant. Au Maroc dans l’autre groupe, les deux victoires des Sénégalais n’ont pas suffis pour remporter le titre continental.  En 2017, les Makis juniors affronteront l’Afrique du Sud, le Zimbabwe et la Namibie.

T.H

Année électorale : Plusieurs présidents de fédérations reconduits

2016 c’est une année électorale pour les fédérations sportives. Plusieurs candidats à leur propre succession ont été tous reconduits. Norolalao Ramanantsoa de l’athlétisme, Siteny Randrianasoliniaiko du judo, Relahy Jean Claude du cyclisme, Harinelina Randriamanarivo de l’haltérophilie rempilent pour un nouveau mandat jusqu’en 2020. Ils seront tous là pour les Jeux Olympiques de Tokyo en 2020. Pourtant, une nouvelle tête arrive à la fédération malgache de savate boxe française. Il s’agit de Campa Amédée Rivo Louis élu à l’unanimité. Pour 2017, plusieurs élections sont au programme dont la plus attendue est celle du Malagasy Rugby.

T.H

Barea Beach Soccer : 5e en Afrique et 23e dans le monde

L’année 2016 prend fin avec une bonne note pour le beach soccer malgache qui s’offre une 23e place mondiale après avoir été 5e de la dernière Coupe d’Afrique des Nations au Nigeria.

Une issue quelque peu frustrante, mais dont on n’a pas à rougir surtout si on revient sur ce match perdu par 1 à 2 contre le Maroc alors qu’on jouait une qualification directe pour une demi-finale.

Pire, les Barea avaient eu la balle d’égalisation, mais Toky a raté le penalty. Du coup, Madagascar fut contraint de jouer la 5e place en battant d’abord le Ghana par 8 à 4, une issue qui a permis à Ruffin, le joueur de l’AS Adema, d’avoir été élu meilleur joueur de la rencontre.

Il y eut ensuite la victoire de 4 à 2 contre les Ivoiriens et qui hissait définitivement Madagascar à la 5e place de cette Coupe d’Afrique des Nations 2016. Un résultat qui est loin d’être médiocre, mais comme Pierralit et ses camarades n’étaient autres que les champions en titre, on attendait plus d’eux.

Entame difficile. La physionomie de ces derniers matches a le mérite de mettre à jour ce qui manquait à cette équipe entraînée par Solofo Ramarolahy et le Français Claude Barrabé. C’est-à-dire pas grand-chose puisque pour tout dire, les Barea avaient connu une entame difficile pour ne s’être préparé au mieux pour ce championnat d’Afrique en terre nigériane.

Pas de matches internationaux comme c’était le cas en 2015 et surtout parce que les deux « Réunionnais » qu’on avait appelé à la rescousse ne répondaient pas à l’attente qu’on avait mise sur eux. Finalement, notre relève a su répondre présent, car outre, Ruffin a été aussi élu meilleur joueur  lors de notre première victoire de 9 à 4 contre la Libye. Et dire qu’on n’avait pas retenu les deux joueurs d’Analanjirofo, Plat et Juvence, pourtant très prometteurs, mais condamnés parce qu’ils n’ont pas l’expérience d’une coupe d’Afrique. On ignore tout simplement la manière dont les deux hommes ont mis à mal les Barea et la sélection de la Réunion lors d’un tournoi à Sainte-Marie.

Clément RABARY