Les actualités à Madagascar du Vendredi 30 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara65 partages

Basket-ball – FIBA Monde : Jean Michel Ramaroson parmi les membres du Bureau central

Le XXIe congrès de la FIBA (Fédération Internationale de Basket-ball) s’est tenu hier à Beijing, durant lequel s’est déroulée l’élection des nouveaux membres du Bureau central pour l’année  2019 et pour les quatre prochaines années. Une bonne nouvelle s’affiche pour le basket-ball malgache car le président de la fédération, Jean Michel Ramaroson est élu parmi les treize membres de cette instance mondiale. Au poste de président, Hamane Niang, succède Horacio Muratore. Il a été élu à l’unanimité. A noter que cet homme politique malien était déjà vice-président de la FIBA et président de la FIBA Afrique durant le cycle 2014-2019, lui qui avait été auparavant président de la Fédération malienne de basketball et ministre des sports de son pays. « C’est avec humilité que j’accepte cette responsabilité. Je promets de me vouer complètement à la FIBA tout au long de mon mandat, et de servir les intérêts de notre sport adoré aux quatre coins du monde. Nous sommes l’instance dirigeante du basketball et nous devons continuer à endosser un rôle de leader dans le développement de notre sport. Ensemble, nous pouvons devenir la communauté sportive la plus populaire du monde », a-t-il annoncé lors de son discours. L’Allemand Ingo Weiss a été quant à lui, réélu pour un second mandat comme trésorier de la FIBA. 156 délègues de la fédération nationale ont assisté  cette assemblée générale. Les nouvellement constitués du Bureau central se réuniront pour la première fois le samedi 14 septembre à Beijing, à l’occasion du week-end final de la Coupe du Monde FIBA 2019.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara11 partages

Agriculture et intégration régionale : Un don de 88 milliards Ariary de l’Union Européenne

Signature de deux accords de financement entre l’UE et le Minsitère de l’Economie et des Finances, hier à Antaninarenina.

Deux nouveaux programmes en vue. Après le grand succès de l’AFAFI nord (Appui au financement de l’agriculture et aux filières inclusives) et AFAFI sud, l’Union européenne avec le Ministère de l’Economie et des Finances ont signé hier, une convention definancement pour la mise en œuvre du Programme AFAFI-Centre, avec un montant de 12 millions d’Euros, soit 48 milliards d’Ariary. Un autre Programme, le PADEIR (Programme d’Appui au Développement des Exportations et à l’Intégration Régionale) a également fait l’objet de signature de convention avec un montant de 10 millions d’Euros, soit 40 milliards d’Ariary.

Développement rural. Selon les promoteurs du projet, le programme AFAFI Centre fait partie du secteur de concentration « développement rural » du Programme Indicatif National (PIN) 2014-2020 de l’Union Européenne (UE) à Madagascar. Ce Programme vise à améliorer durablement les revenus des ménages ruraux et de leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, en particulier celle des femmes et des enfants, dans un souci de préservation de l’environnement naturel dans la zone périurbaine d’Antananarivo, et notamment sur 105communes des régions d’Analamanga et Itasy et pour une durée de cinq ans. Le Programme se focalise sur les filières de production agricole, sur la filière bois énergie, et comprend aussi des volets transversales de labellisation, accès aux marchés, réglementations, sécurisation foncière, gouvernance territoriale, environnement genre et nutrition.

Intégration. En ce qui concerne le PADEIR, le programme est financé sous forme de subventions issues du Programme Indicatif Régional du 11e FED de la zone AfOA (Afrique Orientale et Australe), contribue au développement économique durable et inclusif de Madagascar à travers une augmentation des échanges commerciaux avec l’UE et la région AfOA. Pour atteindre cet objectif, différentes activités prévues dans le cadre du programme seront mises en œuvre sur une période de cinq ans. Elles viseront essentiellement à l’amélioration de la compétitivité des filières exportatrices vers les marchés de l’UE et les marchés régionaux.

Antsa R.

Midi Madagasikara6 partages

Eau et électricité : Coupure dans le nord-est d’Antananarivo

L’incident est survenu hier, dans la soirée. Un transformateur de la Jirama à Talatamaty a sauté, suite à une surtension. D’après les explications des techniciens, ce transformateur couvre toute la zone nord-est de la ville d’Antananarivo, notamment, Talatamaty, Ivato, Ambohidratrimo, Tsaralaza, jusqu’à Ambatobe et ses environs. A cause de cette coupure, des perturbations sont également prévues dans l’approvisionnement en eau. « Des équipes sont déjà mobilisées pour régler le problème. Le transformateur est en cours de remplacement, mais ce n’est pas une tâche facile. Jusqu’ici, nous ne pouvons pas estimer le temps nécessaire pour régler le problème, mais nos techniciens font leur possible pour que cela ne dure pas », nous a indiqué la Jirama, hier soir. Bref, il est probable que tout revient à la normale, ce vendredi 30 août.

Antsa R.

Midi Madagasikara6 partages

Mialy Rajoelina : Priorité à l’éducation et à l’environnement

Mialy Rajoelina avec les premières dames d’Afrique.

Au Japon, la Première Dame de Madagascar ne chôme pas. En effet, elle multiplie les rencontres avec divers responsables du Soleil Levant.

Lors de cette visite au Japon, elle a ainsi donné la priorité à l’éducation et à la protection de l’environnement qui sont d’ailleurs des sujets au cœur des actions menées par l’Association Fitia, présidée par  Mialy Rajoelina. Le premier tête-à-tête s’est tenu hier, avec un professeur spécialisé dans l’environnement à l’Université de Yokohama, qui dirige l’association Ashinaga. Il s’agit d’une association à vocation caritative basée au Japon qui vient en aide aux orphelins désirant poursuivre leurs études malgré tout. Le fondateur de l’association étant lui-même orphelin, ayant perdu sa mère très tôt. A la fin de ses études, il a fait les promesses d’aider les orphelins. Chose promise chose due. Toujours est-il qu’une jeune malagasy, prénommée Nilaina figure parmi les premiers boursiers de cette association. Elle en est d’ailleurs la première malagasy à en bénéficier.

Biodiversité. La Première Dame a également rencontré le Professeur Kazue Fujiwara, une enseignante-chercheur de l’Université d’Yokohama, spécialiste de la reforestation. Son attachement pour Madagascar est né très récemment, étant donné qu’elle y est venue une fois. Lors de son entretien avec la Première Dame Mialy Rajoelina, elle a confié qu’elle regrette le fait que Madagascar, «avec sa richesse en biodiversité, soit un pays aussi ravagé par la déforestation». Elle suggère ainsi la reforestation pour pallier à ce problème.

Education civique. Par ailleurs, Mialy Rajoelina a souligné que pour atteindre l’objectif de reforestation de la Grande île, il faut tout d’abord mener une éducation civique environnementale. Une initiative qui mérite notamment d’être soutenue par tout un chacun, et ce, dans l’intérêt supérieur de la nation. Outre ces audiences, la Première Dame a également répondu présente au déjeuner offert par la Première dame Japonaise, Akie Abe, aux premières dames d’Afrique pour la traditionnelle «cérémonie du thé».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara4 partages

Visite du pape François : Les 21 sites d’accueil fins prêts, les premiers fidèles, déjà arrivés

Le site de Soamandrakizay est également fin prêt.

A huit jours de l’arrivée du pape François à Madagascar, les préparatifs vont bon train, et les premiers fidèles sont déjà arrivés à Antananarivo en vue d’assister à cet événement historique pour les fidèles de l’église catholique.

 Les 21 sites d’accueil prévus d’héberger les fidèles venant des 21 diocèses des provinces sont fins prêts. Certains d’entre eux ont déjà commencé à accueillir leurs premiers hôtes depuis le début de cette semaine. Les sites d’accueil en question sont constitués principalement d’infrastructures appartenant à l’église catholique et aux écoles catholiques. Eglises, paroisses, salles d’œuvre et grandes salles, ainsi que des écoles catholiques, hormis celles qui feront office de centres d’examen du BEPC, lequel débutera, rappelons-le, le 9 septembre 2019, soit au lendemain de la grand-messe célébrée par le pape. Dans ces sites d’accueil, les lieux d’hébergement, l’eau et l’électricité ainsi que les sanitaires ont été au cœur des préparatifs. En revanche, le volet restauration dépend directement des dispositions convenues entre la paroisse hôte et le diocèse qu’elle est chargée d’accueillir.

800.000. Outre les infrastructures d’accueil appartenant à l’église et aux écoles catholiques, des salles de classe des écoles primaires publiques (EPP) ont également été mises à disposition par le MENETP (ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et Professionnelle) pour accueillir des fidèles. Les derniers chiffres disponibles annoncés par le vicaire général Mgr Ludovic Rabenantoandro, font état de 700.000 fidèles d’Antananarivo et de 100.000 fidèles issus des diocèses des provinces, soit un total d’au moins 800.000 personnes attendues à Antananarivo à l’occasion de la venue du pape. Leur arrivée dans la capitale se fait de manière progressive dans la mesure où le parc roulant des diverses coopératives de transport fortement sollicitées pour assurer le transport des fidèles des provinces vers Antananarivo, ne doit pas être entièrement affecté à cette mission. Les coopératives de transport sont, en effet, tenues d’assurer parallèlement le service pour les autres usagers, conformément aux directives de l’ATT (Agence de transport terrestre).

Billets, badges et accréditation. A moins dix jours du jour J où se tiendra la grand-messe à Soamandrakizay, les billets permettant d’accéder à ce site seront distribués incessamment  sous peu. Rappelons que l’accès à tous les sites visités par le pape François est fortement réglementé. Les billets sont destinés aux fidèles pour le site Soamandrakizay tandis que des badges spéciaux seront destinés aux 10.000 volontaires et aux chorales, ainsi qu’aux prêtres, religieux et séminaristes prévus de rencontrer le pape au Collège Saint Michel le 8 septembreau soir. La presse a également son sésame à délivrer aux journalistes accrédités.

Hanitra R.

Midi Madagasikara3 partages

Portrait : « Dadafara cassette », le Motown du Hiragasy

Dadafara pose avec fierté devant son kiosque à cassette du haut de ses 65 ans

Dans le marché d’Isotry, tout le monde connait « Dadafara Producteur » ou « Dadafara cassette » avec sa dégaine de parrain calabrais. Dans un petit pavillon en bord de route pavée, à quelques mètres du commissariat d’Isotry, il a mis en place son petit studio de production. Dans un endroit aussi populaire que l’art qu’il véhicule : le hiragasy. Il s’est laissé questionner sur son parcours et ses faits d’armes. Ramilison dans le civil, vice-président de la fédération des Mpihiragasy de Madagascar, est un défenseur, parfois enflammé, de cet opéra « malgache ».

Donc, vous êtes tombé dans le hiragasy comme dans une marmite ?

J’ai toujours baigné dans le Hiragasy, depuis mon enfance. D’ailleurs, plusieurs proches parents font partie d’une compagnie. Pour ne citer que Rainitelo, il est mon cousin. Mais je n’ai jamais pensé à chanter ou pratiquer du Hiragasy. En grandissant,  mon parcours de jeunesse aidant, j’ai commencé à m’intéresser aux messages véhiculés dans les chansons. Leur discours, leur lexique, leur manière de faire passer les morales… cela m’a convaincu de vraiment m’y pencher. Je n’ai jamais aussi pensé à devenir producteur. Mais, je savais au fond de moi que je serai dans ce milieu.

Parlez-nous de vos débuts ?

Alors, à l’époque des cassettes, du temps où des spectacles se faisaient régulièrement au kianja Ramala. Un jour de 1988, j’ai décidé de me lancer dans la production. Je suis venu avec mon matos et j’ai enregistré. Au fur et à mesure, mon travail s’est développé. Je commençais à vendre mes cassettes hors de la capitale. On les retrouvait dans les foires, les marchés… Je faisais tout, je travaillais seul. Bien plus tard, du temps toujours des cassettes, je les proposais à 700 ariary. Je dépassais les milliers de vente par mois. A cette époque, le titre « Ny olona ory tsy havan’ny manana » de la troupe Ranarison était une de mes plus grosses ventes. J’ai alors proposé mes cassettes aux stations locales, à la Radio Nationale, en collaborant avec Randrianasolo Raymond, la radio Farimbona. Ainsi, toutes les chansons de hiragasy diffusées durant des années sur la chaîne publique venaient de ma petite production.

Avec l’arrivée des supports numériques, comment avez-vous vécu cette transition en tant que producteur ?

Je tiens d’abord à préciser que je suis parmi les défenseurs des droits d’auteur. Avant chaque enregistrement, je parlais  avec les chefs de troupe. Nous passons des accords. D’autant que les ventes explosaient. Mes produits sont présents dans des villes comme Tsiroanomandidy, Toamasina, Mahajanga et Antsirabe. Bon, mais il faut le dire, le Hiragasy est surtout pratiqué et suivi dans la région centrale, comme on le dit dans le « ventre de l’Imerina ». Mon choix, ce n’est pas un choix pour en vivre, mais mon travail me correspond moralement, mentalement et culturellement. C’est ma culture, je suis sur la terre de mes ancêtres, alors je fais tout pour qu’il soit préservé. Avec l’arrivée des CD, j’ai dû suivre des formations en informatique. Pour les prises de son, ma formation sur le tas pouvait rivaliser avec des formations en salle.

Après tant d’années au service du Hiragasy, que pouvez-vous en dire ?  

Avant tout, je vends encore des centaines de cassettes actuellement. A Antananarivo, ce sont les gens qui viennent des campagnes, les paysans, qui remplissent les lieux quand il y a des spectacles de Hiragasy. Pour dire que cet art vit grâce à ces gens des contrées lointaines, des gens des rizières. A Madagascar, la culture est commune. Et fort heureusement, le malgache parle une seule langue. Que ce soit un Bezanozano, un Antandroy, un Merina ou un Betsileo, on se comprendra toujours. Les « vraies valeurs » malgaches existent, mais elles sont en train de se perdre.

Alors, le Hiragasy risque aussi de se perdre ?

Rien qu’à Antananarivo, il y a une cinquantaine de stations radios. Mais personne ne diffuse du Hiragasy. Alors, il faut tendre l’oreille vers cet art, cet art dans le sillage des valeurs et la culture malgache. Le hiragasy est un patrimoine. Est-ce que vous avez entendu parler de la légende de Tsingory. On dit aussi que cet art a déjà existé depuis Andrianampoinimerina. On appelait les pratiquants des « Mpilalao » en ces temps. Par ailleurs, je pense que le HIragasy a déjà existé bien avant le règne de ce monarque. Le Hiragasy, c’est une structure d’où devrait partir tout effort de développement de cet art.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara2 partages

Encore une dénonciation contre les forces de l’ordre : Quatre gendarmes accusés d’avoir tiré sur une...

On se demande pourquoi nos forces de l’ordre deviennent l’objet de dénonciation sur les réseaux sociaux. Ce moyen d’information et de communication ne cesse de parler du mal sur leur manière d’agir dans leurs contributions pour rétablir l’ordre et la sécurité dans le pays. Comme ceux qui se sont passés dans la Capital la semaine dernière, l’image de l’armée malagasy a failli être ternie par des incidents qui n’étaient en fait que des spéculations faites par des personnes, on dirait mal intentionnées, si l’on ne cite que l’affaire portant sur le complexe sportif de Betongolo et celle de ladite bavure commise par une patrouille militaire aux 67ha dimanche dernier. Voilà maintenant, une autre accusation est portée à la gendarmerie nationale. Une publication sur les réseaux sociaux rapporte que la nuit du 26 août vers 21 heures, quatre gendarmes ont tiré froidement sur une femme dans le fokontany de Vohipeno, commune rurale d’Ambatosola, District de Bekily. Le narrateur affirme que cette femme a été grièvement blessée au bras. Mais, il se demande sur la raison de cette agression. Informé de ces faits, le député de Madagascar élu dans le district de Bekily est descendu sur les lieux. Ayant constaté la gravité de la situation, il a tout de suite soustrait les gendarmes incriminés pour les emmener à la commune de Tsirandrany pour éviter les éventuels dérapages. Et leurs armes ont été retirées et remises à leur supérieur à Bekily en présence du Chef de ce District. La remise de ces armes composées de quatre fusils, 103 balles et une grenade a été effectuée mardi 27 août 2019 vers 17 heures, précise la personne qui a publié l’information. D’après cette dernière, l’enquête sur cette violence volontaire suit son cours actuellement.

Dommage collatéral. L’enquête sur cette affaire se poursuit bel et bien au niveau de la gendarmerie nationale si l’on s’en tient à la déclaration d’un responsable auprès de la Circonscription Inter-Régionale de la Gendarmerie Nationale (CIRGN) de Toliara. Interrogé sur ces faits, il a confirmé l’existence de cette fusillade qui a blessé une femme dans la commune d’Ambatosola. Il affirme que cet incident s’est produit quand ces gendarmes sont descendus dans la localité pour répondre à un appel alertant une attaque des « dahalo ». Une fois sur place, la population qui se trouvait dans la terreur, les aurait pris pour des « dahalo » . Les villageois se seraient alors retournés contre eux. Pris au dépourvu, ces éléments de forces de l’ordre ont été obligés de se défendre en se servant de leurs armes. Ils auraient effectué des tirs en l’air, selon les explications. Mais cette femme a été blessée par des balles perdues. Elle aurait été alors victime de ce qu’on appelle dommage collatéral.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Municipales à Tana : Ultime combat électoral entre le TIM et l’IRD

De par le comportement politique contestataire de sa population,  Antananarivo n’a jamais élu un candidat- maire présenté par le parti au pouvoir.

Une seule candidature a été enregistrée hier à l’OVEC (Organe de Vérification et d’Enregistrement des Candidatures)  de Nanisana, celle de Rakotoarisoa Alban présentée par le parti APM (Antoko Politika Madio). Les autres candidats ont encore 14 jours pour déposer leur dossier de candidature aux Municipales de la Capitale. Ce que l’opinion tananarivienne, voire nationale, attend avec impatience, c’est de savoir les noms des candidats que le TIM et l’IRD présenteront dans la course à la mairie d’Antananarivo. D’après nos sources, celui du « Tiako I Madagasikara » serait connu ce week end. Tandis que celui de l’IRD le serait la semaine prochaîne. Entre le TIM et l’IRD, l’élection du 27 novembre sera l’ultime combat du cycle électoral en cours. Après le second tour de l’élection présidentielle de 2018 et les Législatives du 27 mai 2019, les prochaines Municipales seront le dernier suffrage universel direct où ces deux grandes formations politiques s’affronteront. Tous les coups sont déjà permis en cette période pré-électorale. Le camp de l’IRD verse déjà dans une campagne de diabolisation et de dénigrement contre l’éventuel candidat du TIM qui serait en train de peaufiner sa stratégie pour mieux affronter l’élection de proximité du 27 novembre.

Vérité historique. Au second tour des présidentielles de 2018, les nombres des voix obtenues par les candidats du TIM et de l’IRD étaient très serrés à Tana. Mais, l’écart a été constaté aux dernières Législatives. En effet, les candidats députés présentés par le TIM au niveau des six arrondissements ont obtenu 45.000 voix de plus par rapport à celles recueillies par les candidats alignés par la plateforme IRD. Le débat est ouvert quant à l’éventuelle issue des prochaines Municipales. Historiquement, Antananarivo n’a jamais voté pour un candidat- maire présenté par le parti au pouvoir. En 1959, alors que le PSD du président Philibert Tsiranana était au pouvoir, la Capitale a élu l’opposant Richard Andriamanjato à la mairie. En 1983, le candidat du parti d’opposition AKFM Rakotovao Andriantiana a battu celui présenté par le parti au pouvoir AREMA. De même en 1995, le candidat d’Iarivo Mandroso Guy Willy Razanamasy a gagné les Municipales de la Capitale face au candidat soutenu par le parti au pouvoir. Antananarivo n’a pas dérogé à la tradition en 2000. Il a élu Marc Ravalomanana de « Tiako Iarivo » face au poulain de l’AREMA. Et encore en 2007, alors que le TIM de Marc Ravalomanana était au pouvoir, les électeurs tananariviens ont basculé en élisant Andry Rajoelina à la mairie. Et enfin en 2015, le TIM qui était dans l’opposition a pu faire élire sa candidate, en la personne de Lalao Ravalomanana.

Comportement électoral contestataire. En un mot, Antananarivo a sa propre logique politique que seuls les néophytes et les novices ne comprennent pas.  Cette logique politique peut s’expliquer par le comportement électoral contestataire de sa population. Le PSD, un parti ultra-dominant durant la Première République,  n’était pas nul à l’époque. De même l’AREMA pendant la deuxième République. Ce parti de l’Amiral Didier Ratsiraka a régné pendant 21 ans. En tout cas, le TIM, le principal parti d’opposition au régime d’Andry Rajoelina, n’a pas encore dévoilé le nom de son candidat ou de sa candidate à la mairie d’Antananarivo. Toutes les supputations sont permises. Ce qui est sûr, c’est que le nom du  poulain de « Tiako Madagasikara » dans la course à la magistrature de la ville d’Antananarivo sera connu au plus tard le 12 septembre.

R.Eugène

Midi Madagasikara1 partages

BCMM : 5 000 demandes de permis miniers en instance

Le ministère en charge des Mines et des Ressources stratégiques a gelé la délivrance de permis miniers depuis 2012. Il compte ainsi 5 000 demandes de permis miniers en instance au niveau du Bureau de Cadastre Minier de Madagascar (BCMM) si 2 000 permis sont en ce moment détenus par les opérateurs en activité. Dans le cadre de la politique générale de l’Etat, « nous prévoyons de délivrer 1 050 permis miniers avant juin 2020. Parmi lesquels, 500 permis de recherche, 500 autres permis pour la petite mine et les 50 permis restants constituent des permis d’exploitation. Mais la délivrance de ces nouveaux permis est soumise à des critères. Il s’agit entre autres, du respect des cahiers de charge environnemental et social, du professionnalisme et de la capacité technique et financière de l’opérateur exploitant », a rappelé le ministre de tutelle, Fidiniavo Ravokatra, lors de l’ouverture officielle de l’atelier de consultations publiques de toutes les parties prenantes au sein du secteur minier hier au Mining Business Center à Mamory Ivato. Cet atelier durera deux jours. L’objectif vise à émettre toutes les recommandations communes servant à assurer la bonne gestion et l’assainissement de ce secteur. Par ailleurs, il a été soulevé en marge de ces consultations publiques, le sort des neuf ressortissants chinois ayant effectués une exploitation aurifère illicite dans la commune de Lazarivo à Betioky Atsimo. En effet, ils ne disposent qu’un visa tourisme. Ils sont encore placés sous mandat de dépôt à Toliara, a-t-on conclu.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Note de convocation pour les électeurs dans tous les fokontany.

A deux mois de la tenue des élections communales et municipales de Novembre prochain, la Commission Électorale Nationale Indépendante invite chaque électeur de vérifier leurs noms aux bureaux des fokontany. La CENI a remis la liste électorale au niveau de chaque fokontany pour que chacun puisse vérifier si son nom y est présent.
Ceci a pour but de faciliter et d’accélérer les élections lors du jour J. Jusqu’à ce jour, aucun électeur n’a consulté la liste, d’où la convocation de la CENI. Cependant, une modification a été apportée à la liste pour supprimer les doublons. Notons qu’aucun nom a été ajouté sur la liste avant le renouvellement vers la fin de l’année 2019.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Dépôt de candidature pour les candidats aux élections communales et municipales.

Depuis la matinée de ce 29 Août, l’OVEC (Organe de vérification et d'enregistrement des candidatures) a commencé à recevoir les dossiers de candidature pour les élections communales et municipales au niveau de la commune urbaine d’Antananarivo.
Durant toute la journée, un seul candidat s’y est rendu : Faniry Alban Rakotoarisoa. Ce dernier est un candidat du parti Antoko Politika Madio. Selon ses dires, des cas irréguliers et suspicieux se présentent pour repousser encore une fois la date du scrutin. Il a ainsi affirmé ne jamais accepter un tel cas et que cela fait plus de deux ans qu’il s’est préparé face à l’insalubrité de la ville. La caution s’est élevée à 10 millions d’Ariary pour les candidats à la CUA.
Madagate0 partages

Madagascar. La Papamobile est une Karenjy Mazana II

En 1989, lors de la visite du Pape Jean-Paul II, la Papamobile était déjà une Karenjy décapotable

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiterahana ieren-dozaVehivavy 2 amin’ny 5 no manatona tobim-pahasalamana

Tafakatra 41% tamin’ny taon-dasa ny taham-pampiasana fomba fandrindram-piterahana maoderina eto amintsika, raha 5% monja teo aloha, 25 taona lasa izay.

 

Nivoitra io antontan’isa io, nandritra ny tomban’ezaka fanao isaky ny enim-bolana, mikasika ny fiaraha-miasan’ny governemanta Malagasy sy ny Tahirin’ny firenena Mikambana momba ny Mponina (UNFPA), natao ny zoma lasa teo. Tsikaritra ihany koa fa efa nihena ny taham-pahafatesan’ny vehivavy eo am-piterahana teo anelanelan’ny taona 1992 sy 2018 na dia mbola 10 isan’andro aza. Efa nihena 28% io taham-pahafatesana io, araka ny fantatra. Mbola ambany kosa ny fiterahana eny anivon’ny tobim-pahasalamana sy atrehin’ny mpiasan’ny fahasalamana. Vehivavy 2 amin’ny 5 amin’izao fotoana. Ankoatra izay, heverina fa misy trangan’aretina mamany lava miisa 5.000 vaovao hita eto amintsika, kanefa dia 1.000 isan-taona monja no azon’ny hôpitaly eto amintsika amboarina, amin’ny alalan’ny fandidiana. Tanjon’ity tomban’ezaka ity ny hahafahana manoritra an’ireo ezaka mbola tokony hotratrarina, ao anatin’ilay fifanaraham-piaraha-miasa laharana faha-7 iarahan’ny governemanta Malagasy, ny UNFPA ary ireo mpiara-miombon’antoka.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiainana andavanandroNiaka-bidy avokoa ny PPN

Niaka-bidy avokoa ireo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro na ny PPN eny an-tsena. Tato anatin’ny roa herinandro no tena nahitana izany, raha araka ny resaka nifanaovana tamin’ireo mpivarotra enta-madinika etsy Isotry sy Anosibe.

Tia Tanindranaza0 partages

Olan’ny fanabeazanaAnkizy 5 tapitrisa tsy mianatra intsony…

Mahatratra 5 tapitrisa hatreto ny isan’ireo ankizy mpianatra nitsoaka an-daharana an-tsekoly manerana ny Nosy. Ireo mpianatra any ambanivohitra no tena voakasik’izany noho ny halaviran’ny toeram-pianarana sy ny tsy fisian’ny sakafo hohanina.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana an’AlasoraFokontany 20 hahazo jiro 3.000 isa sy boky 12 taonina

Jiro 3.000 hanazava ireo lalambe sy lalankely rehetra ho an’ny fokontany 20 eny Alasora amin’ny alalan’ny tetikasa “Alasora mirehitra jiro” novolavolain’Atoa Jimmy Randriantsoa.

 

 Misy koa fiara sy fitaovana ara-informatika maro miampy boky 12 taonina mahery ho an’ny sekoly eny an-toerana’’, hoy Atoa Daniel Livon izay lefitry ny ben’ny tanànan’i “Carry le Rouet’’ kaominina any Frantsa omaly.  Vonona ny hanohy ny asa efa natomboka ny mpiara-miombon’antoka rehetra, hoy ity vahiny ity.‘’Jiro 100 no efa manazava ny ampahan’ny tanàna ety  aminay izao. Mbola hiampy izany amin’ity tetikasa ‘’Alasora mirehitra jiro’’ novolavolaiko ity’’, hoy kosa Atoa Randriantsoa  Jimmy. Angady nananana sy vy nahitana ka miara-miombon’antoka amin’izao ihany koa ny “Eléctricité Sans Frontière’’ sy ny ‘’Syndicat d’énergie de Saône et Loire’’ (Sydesl), ary ny kaominina “Carry-le-Rouet’’ any Frantsa.‘’Resy lahatra izahay any Eoropa, miara-miasa amin’Atoa Jimmy R. satria manampahaizana sy olona azo itokisana izy amin’ny fanatanterahana ny tetikasa tahaka izao sy ireo mbola hatao’’,  hoy kosa Atoa Alban Curtit avy amin’ny ESF raha nijery ny asa efa vita teny: Ankadindratombo, Ambohimandraisoa, Ambatonjara, Ambodivoanjo, Alasora sy Est Mahazoarivo ary Sud Ambohipo. Ny fananana olona tahaka an’ity Injeniera ity dia antoka lehibe ho fampandrosoana ka haha kaominina filamatra an’Alasora eto Madagasikara, hoy ireo mpiara-miombon’antoka vahiny.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Certification ISO 9001Vitsy ny orinasa manana azy eto Madagasikara

Zava-dehibe loatra ny lafiny kalitao eny anivon’ny orinasa tsirairay amin’izao fotoana.

 

 Maro ny mpanjifa tsy afa-po mihitsy rehefa sendra mandalo any amin’ireny birao maro samihafa ireny. Nanambara ny Tale jeneralin’ny Banky BMOI nandritra ny fampahafantarana ny fanavaozana ny certification ISO 9001 fa ambonin’ny zavatra rehetra ny fitadiavana ny fahafaham-pon’ny mpanjifa. Sarotra ary mila ezaka ny fananana ny ISO 9001 ho an’ny orinasa saingy azo izany, hoy izy rehefa tena misy ny finiavana hanatsara ny fandraharahana atao sy ny fitsinjovana ny mpanjifa, indrindra ny eny anivon’ny Banky. Mahasahana zavatra maro tahaka ny varotra iraisam-pirenena, fitantanana ny kaonty, ny fomba fandoavam-bola sy ny maro hafa ity certification ISO 9001 nampahafantarina tetsy amin’ny Hotely Colbert Antaninarenina omaly ity.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Seha-pihariana langousteNihena hatrany ny vokatra

Hamboarina sy haverina amin’ny laoniny ny ivontoeram-pamokarana oratsimba (eucloserie) hampiharana avy hatrany ny fiompiana ireo zanaka oratsimba mba ahafahan’izy ireo mitombo araka ny tokony ho izy alohan’ny hamerenana azy ireo indray any an-dranomasina.

 

 Natao izao tetikasa izao mba ahafahana mamaly ny tinady eo anivon’ny tsena iraisam-pirenena ary ihany koa hoentina hanatsarana ny fari-piainan’ireo mpikirakira ity seha-pihariana ity ;izay manomboka any amin’ny mpanjono ka hatrany amin’ireo mpanondrana azy. Noho ny fahitana ny fihenan’ny vokatra langouste any amin’ny faritra atsimon’ny nosy iny no tena antony nandraisan’ny avy ao amin’ny minisiteran’ny fambolena fiompiana ary jono (MAEP) izany fanapahan-kevitra izany.  Soloin’ny Unite de Recherche Langoustière (URL) tena ny minisitera hanome vahaolana hoentina indray hampitombo sy hanatsarana ny seha-pihariana langouste. Tonga nijery ifotony ity tetikasa ity sy ny fomba hanatanterahana azy tany Tolagnaro mihitsy ny tale jeneraly misahana ny jono eto anivon’ny minisitera.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana harena ankibon’ny tany1050 ny fangatahana homena mialoha ny jona 2020

Hotanterahina mandritra ny 2 andro eny amin’ny trano be Munning Business Center Ivato ny tsenan-kevitra nasionaly momba ny harena ankibon’ny tany.

Efa nanomboka omaly izany ary niarahan’ny minisiteran’ny harena ankibon’ny tany sy ny loharanon-karena stratejika tamin’ireo mpisehatra rehetra voakasika amin’ny fitrandrahana harena ankibon’ny tany. Maro be ny fitarainana notaterina tao ka anisan’izany ireo olan’ny mpitrandraka madinika izay nilaza mazava fa ny vahiny hatrany no tena mahazo tombony. Mampikaikaika azy ireo ny kolikoly eny anivon’ny sampandraharaha izay manome vahana tanteraka ireo vahiny, indrindra ny amin’ny ara-taratasy. Tsy vitsy ihany koa ny nangataka hanaovana fitsirihana (audit) eny anivon’ny Biraon’ny Kadasitry ny Harena ankibon’ny tany eto Madagasikara (BCMM). Nisy ihany koa ny hetaheta ny amin’ny tokony hanaovana fanisana ireo mpitrandraka eny anivon’ny kaominina rehetra hahafantarana ny tena vokatra mba miditra amin’ny Malagasy sy ny vokatra mazava amin’ny harinkarena faobe. Nanambara kosa ny minisitra Fidiniavo Ravokatra fa efa 5000 mahery amin’izao fotoana ny fangatahana fahazoan-dalana mitrandraka eny anivon’ny BCMM. Efa nanomboka ny taona 2012 no tsy nisy fahazoan-dalana nivoaka intsony. Tamin’izany anefa dia nanohy ny asany hatrany, indrindra ireo mpandraharaha madinika. Nanambara ny tenany fa hosokafana amin’izay ny fahazoan-dalana ary tsy maintsy hisy ny sivana hijerena ireo tena matihanina. Hisy mihitsy, hoy ny bokin’andraikitra mba ahafahana manaraka ireo teboka rehetra hanatsarana ny fitantanana ny harena ankibon’ny tany. 2000 eo ho eo amin’izao fotoana izao ny fahazoan-dalana mitrandraka manankery ka eo amin’ny 1050 eo no ezahana mbola homena mialoha ny jona 2020.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona EoropeaninaHamatsy vola 22 tapitrisa dolara an’i Madagasikara

Hanome vola mitentina 12 tapitrisa dolara ny Vondrona Eoropeanina amin’ny alalan’ilay tetikasa AFAFI – Centre izay tetikasa ho fanampiana ara-bola ny fambolena sy ny seha-pihariana ahafahan’ny rehetra eto afovan-tany mandray anjara.

 Ankoatra izay, mitentina 10 tapitrisa dolara kosa no hovatsiany amin’ny alalan’ilay tetikasa PADEIR na tohana ho an’ny fampiroboroboana ny fanondranana entana mankany ivelany sy ny fampivoarana ny any amin’ny faritra. Tontosa omaly teny amin’ny minisiteran’ny toekarena sy ny vola teny Antaninarenina ny fanavaon-tsoniam-pifanarahana mahakasika izany. Nisolotena ny fitondram-panjakana ny minisitry ny toekarena sy ny vola, Richard Randriamandrato sy ny minisitry ny indostria sy ny varotra ary ny asa tanana Lantosoa Rakotomalala. Mitentina hatrany amin’ny 22 tapitrisa dolara izany ny famatsiam-bolan’ny vondrona Eoropeanina amin’ireo tetikasa roa ireo izay nosoniavin’ny solontena maharitra miasa eto Madagasikara, Andriamatoa Giovanni Di Girolamo.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Laza adina CEPE 2019Mpampianatra nitana T5 ve no nanome ny laza adina sa… ?

Anisan’ny fanontaniana napetraky ny mpitsara CEPE marobe io ny amin`ny laza adina CEPE farany teo.

Nangonin-dRabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamboaran-dalanaTsy ampy serasera ka be ny fanararaotana

Mampiteny ny moana ny fahatapahan-dalana vokatry ny fanamboarana eto an-drenivohitra.

 Mitairaina avokoa na ireo mpampiasa fitateram-bahoaka na mandeha amin`ny fiarany manokana. Ora maro no lany vao tonga any amin`izay alehany ny olona tsirairay sady miteraka fatiantoka ara-toekarena goavana ankoatra ny fahasorenana. Tsy misy filazana na fampandrenesana mialoha ataon`ireo tomponandraikitra na avy amin`ny fanjakana na amin`ny kaominina. Maro no misafidy mandeha an-tongotra mba tsy ho tara. Na sampanan-dalana na koa ireo sakeli-dalana miditra an-drenivohitra tsy lazaina intsony, toa an’Anosizato, Ampitatafika, Anosibe, Ambohitrarahaba, Andravoahangy-Mascar, Ankorondrano,Antanimena. Raha hiakatra any Antanimena dia voatery mihodina mankany Tsaramasay satria tsy azo hifanenana eo amin` ny “rond-point”. Mikorontana avokoa ny fifamoivoizana. Misy tsy mbola misokatra mihitsy. Manampy trotraka ihany koa ny faharatsiany amin`ireny toerana ireny. Etsy an-daniny, ny  tsy fanarahan-dalàna dia manjaka toy ireo fiara vaventy mivezivezy amin`ny andro atoandro. Ny tomponandraikitra koa  tsy mampihatra ny lalàna. Ireo mpitatitra manararaotra ny fitohanana ka afaka mijanona na tsy toby fiantsoana aza. Ny posy sy ny sarety moa dia efa manao izay saim-pantany ka lasa gaboraraka ny fifamoivoizana. Ilaina ny asa fanamboaranasaingy mbola ela vao hilamina ny fanarahan-dalàna raha tsy ampy ny serasera ahafahan`ny olona manomana izay tokony hataony.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

EditoLavitra akaiky ihany !

Nanomboka omaly indray ny fandraisana ireo dosie ahafahana mirotsaka hofidiana ho ben’ny tanàna isak’ireo kaominina misy eto Madagasikara.

Samy mbola manazava sy manamafy ny fepetra sy dingana tokony harahana hahatomombana izany ireo heverina ho tompon’andraikitra voalohany amin’ny fikarakarana. Etsy an-kilany dia mbola mitohy koa ny antsoantso, indrindra, avy amin’ireo mitonona ho mpanohitra ny fitondrana mba hanemorana ity fifidianana ity aorian’ny fanitsiana ireo pitsopitsony rehetra ahiana hiteraka hoso-pifidianana indray. Eo ny lisitry ny mpifidy sy ny fandrindrana hafa rehetra izay samy hita ho tsy tomombana avokoa, hoy ireo mpanara-maso, tao anatin’ireny fifidianana filoham-pirenena sy solombavambahoaka ireny. Rehefa dinihina izany dia lavitra akaiky ihany fa tsy dia tena araka ilay fitanisana hoe fifidianana akaiky vahoaka loatra indray ihany koa ity fifidianana ben’ny tanàna ho avy ity noho ny fanjavozavon’ireo fepetra tena mety tokony horaisina momba ny fanatsarana azy ity izay. Ho azo antoka indray ve fa hangarahara ny fifidianana ? Azo hitokisana ve ny mpikarakara ? Fifidianana tena hitondra filaminana sy fandrosoana ve no hitranga ? Enga anie mba hiova hahavelom-bolo amin’izay ny valin’ireo fanontaniana rehetra ireo amin’ity.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Comité de normalisation FMFVoatery hametraka trosa holovain’ny mpitantana vaovao

Na dia nahazo teny fankasitrahana manokana avy tamin’ny solontenan’ny FIFA, Varon Mosengo Omba, nanatrika ny fifidianana FMF natao tany Mangily Belalanda Toliara aza ireo mpikambana ao amin’ny “Comité de normalisation FMF” notarihan’ny filohany,

Tia Tanindranaza0 partages

Pôle Anti-CorruptionOlona 60 no vita famotorana tao anatin’ny 10 andro

Tao anatin’ny folo andro voalohany nitsaran’ny Pac na ny “Pôle Anti-Corruption” ireo antontan-taratasy mikasika ny kolikoly, dia olona 60 no efa vita famotorana teny anivon’ity rafitra ity.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana boaderozin’ny Sambo FlyingMody adala ny fanjakana Rajoelina

Notsaraina tao amin’ny Fitsarana Tampony tao Toamasina ny 28 aogositra teo ny raharaha sambo Flying, nahiana tamin’ny raharaha trafikana andramena ka tratra taty amin’ny fari-dranomason’i Madagaikara.

 

 Raha ny tantara, tamin'ny tapaky ny volana oktobra 2018, teo antenantenan'ny fifidianana filoham-pirenena, ny sambo Flying, no nahitana tamin’ny zana-bolana io sambo io, tany amin’ny morontsiraka avaratra atsinanan'ny Nosy, izay namono ny fifandraisana rehetra amin’ny satelita mba tsy ahitan’ny radara azy. Niparitaka ny resaka boaderozy. Niditra an-tsehatra nanafika io sambo io ny tafika an-dranomasina mpiaro ny sisin-tany Malagasy. Tatsambo 17 no sarona tao, ka sinoa ny ankamaroany. Nandositra nandritra ny fitsaboan-tena tao amin’ny hopitaly ny roa. Nosavaina ny sambo ka nambara fa tsy nisy soritsoritra boaderozy. Na dia izany aza, dia nisy lakaly sasany nihidy sy misy sôdira tsy nahafahana niditra tao, ary tsy nahazo fahazoan-dalana hamaky izany ireo mpanao ankety.   Tamin'ny volana martsa, tantsambo 15 nohelohina higadra 5 taona an-tranomaizina noho ny fitsoahana sy fidirana an-tsokosoko tamin’ny fari-dranomasin’i Madagasikara. Nodiana adala kosa ilay resaka andramena. "Tena tsy mbola nanao fanadihadiana lavitra momba an'io tranga io izahay satria fantatry ny rehetra fa teo aloha dia antsoina hoe Ming Feng ity sambo ity ary efa sarona taty amin’ny ranomasina malagasy izy ireo noho ny trafikana andramena, hoy ny filohan’ny Alliance Voahary Gasy Ndranto Razakamanarina tao amin’ny fampahalalam-baovaon’ny RFI. Afaka nitsoaka anefa ilay sambo, saingy misy ny porofo. Efa nanomboka tamin'ny 2016 io resaka io fa tsy noresahina. Atoa Clovis Razafimalala, fantatra amin’ny fiarovana ny tontolo iainana fa ny fikambanany dia nanolo-kevitra tamin’ny fanjakana hikaroka sy hanakarama mpisolovava hiaro azy, saingy tsy nisy setriny. Ny 28 aogositra teo nandritra ny fitsarana, dia tsy nisy olona nisolotena ny fanjakana, ka ilay fitsarana tsy nisy mpisolovava ny fanjakana tokony ho mpitory dia naman’ny tsy fitsarana. Andrasana ny didim-pitsarana amin’ny 18 septambra. Tsy manana fahatokisana sy fanantenana ny mpiaro ny tontolo iainana eo amin’izay ho valin’ny fitsarana ary naman’ny zava-poana sy notsinontsinoavina ny ezaky ny mpiaro ny sisin-dranomasina Malagasy. Mandiso fanantenana sy mampiahiahy ny fihetsiky ny mpitondra.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Rado RamparaoelinaMbola ho kandida ben’ny tanànan’Ampitatafika

Azo lazaina ho efa saika azo daholo ireo taratasy sarotra alaina amin’ny filatsahan-kofidiana toy ny resaka hetra, ny bileta laharana fahatelo, ny fanamarinana maha olompirenena.

Tsy mbola voafaritra moa ny mikasika ny sara na « caution », hoy ny ben’ny tanànan’Ampitatafika, Rado Ramparaoelina, raha nanamafy ny fahavononany hilatsaka hofidiana indray omaly. Hilatsaka amin’ny anarana antoko sa tsy miankina fa rehefa milamina ireo, hoy izy, dia tokony hipetraka ny talata na alarobia izao ny filatsahan-kofidiako. Anton’ilay fandresen-dahatra mbola hirotsaka moa dia misy ireo mpamatsy sady mpampandroso izay nampiasa ny volany teto amin’ny kaominin’Ampitatafika. Tapitra izay ny fanotofana tany ka hiditra amin’ny fananganana amin’izay izao. Fananganana fotodrafitrasa mitohy amin’ny fanodinana ny orinasa mitsangana eo no manaraka. Imatimatesako ny hoe 80 na 90%-n’ny mpiasa ao mba ho mponina Ampitatafika, hoy izy. Ny tena tanjona amin’izay dia mba hihena ny tsy fananana asa. Ho afaka hampiana-janaka sy hanana tokantrano marin-toerana ary afaka hanatanteraka adidy eo amin’ny fiarahamonina ireo vahoaka. Anisan’ny nisongadina tamin’iny taom-piasana 2015 – 2019 iny, hoy ny tenany, ny fahazoana ilay tetikasa PUD izay natao hampivoarana ny renivohitra. Teo koa ny fahazoana ilay 450.000 Euro avy amin’ny vondrona eoropeanina rehefa niombona tetikasa ho fanatsarana azy ny kaominin’Ampitatafika sy Fenoarivo ary niara-nangataka io famatsiana io. Ny tetikasa Lalankely “phase 3” izay nahavitana 6 km novatsian’ny AFD vola koa ao anatin’izany, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pastera Édouard Tsarahame "Alamino ireo rafitra vao miroso amin'ny fifidianana"

"Tsy mbola tokony hirosohana ny fifidianana ben'ny tanàna", hoy Pasteur Édouard Tsarahame, filoha lefitry ny Rodoben' ny Mpanohitra (RMDM).

 Maro ireo mila alamina eto amin' firenena, indrindra ny sata mifehy ny mpanohitra, hoy Izy. Lasa sakana ho an'ireo antoko tsy ahafahany mirotsaka amin'ny fifidianana. Tsy mazava ny lalan-kaleha eto Madagasikara, hoy hatrany ity mpanao politika ity. Nohitsiany fa tsy mazava ny sata mifehy ny mpanohitra, ny lalàna mifehy ny fifidianana. Raha mazava ireo dia afaka miroso amin'ny fifidianana. Mila atao mazava ihany koa ireo lesoka nandritra ireo fifidianana nifanesy, ny lisi-pifidianana, ireo mpikambana eo anivon'ny CENi, ireo kojakojam-pifidianana... Mipetraka ihany fanontaniana hoe ahoana no hiatrehana fifidianana ? Nanamafy kosa ny tenany fa mety hanohana kandidà ny RMDM amin'ny fifidianana ben'ny tanàna, indrindra eto Antananarivo Renivohitra

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mikatso ny raharaham-pirenena sy ny sosialim-bahoaka“Mitady hanaotao foana ny fitondram-panjakana !”

Raha tsy misy politika dia tsy mandeha araka ny tokony ho izy ny fiainam-bahoaka, hoy ny mpanolotsaina eo anivon’ny Rodoben’ny mpanohitra ho an’ny demokrasia eto Madagasikara na RMDM,

 

 Gaby Vakiniadiana, raha naneho ny heviny mikasika ny fandroritana ny fandinihana ny sata mifehy ny mpanohitra. Mihinam-bary aza misy politika. Ny zava-misy dia mitady hanova ny lalàna nataony ihany ny fitondrana. Didy fampiharana ny lalàna efa misy sy fametrahana ny lehiben’ny mpanohitra anefa no andrasana aminy. Ny filoham-pirenena dia nilaza fa hanaja toy ny anakandriamaso ny lalàmpanorenana ary ao anatin’izany ny sata mifehy ny mpanohitra. Raha mikitika an’io ny filoham-pirenena dia manao izay hahajamba ny vahoaka satria mikitika ny anakandriamasony. Mikatso ankehitriny ny raharaham-pirenena sy ny sosialim-bahoaka fa mitady hanaotao foana ny fitondram-panjakana. Natao hiainana sy hampiasaina ny lalàna fototra fa tsy hitazonana seza, hoy hatrany izy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rakotoarisoa Faniry Alban“Tsy matotra ny fiatrehan’ny fitondrana ny fifidianana”

Nitaraina mafy tamin’ny tsy fahamatoran’ny fitondram-panjakana hiatrika ny fifidianana Ben’ny tanana omaly Rakotoarisoa Faniry Alban,

Tia Tanindranaza0 partages

Lalatiana RavololomananaTokony hovaina ny fanaovana politika eto amintsika

Tokony hovaina tanteraka ny fanaovana politika eto amintsika, hoy Ramatoa Ravololomanana Lalatiana.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mijaly ny MalagasyOlana tsy mety voavaha ny tsy filaminana

Saika isan’andro no ahenoana sy isehoana toe-javatra ratsy foana mahakasika ny filaminana sy ny manodidina izany eto Madagasikara.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miaramila sandoka tao Port-bergerNovadiany nandritra ny tapa-bolana ilay zazavavy

Niara-natory tamin’ilay lietnà-kolonely sandoka nandritra ny tapa-bolana ny tovovavy iray nakariny ho vady.

Tia Tanindranaza0 partages

Mitaraina ny eny AntohomadinikaSafo-drano maloto tanteraka

Misarika ny sain’ny mpanara-baovao ny safodrano amin’ny vanim-potoanan’ny main-tany eny Antohomadinika, iny amin’ny faritry ny fokontany amin’ny lalamby, mihazo ny III G Hangar, hatreny amin’ny fiantsonan’ny taksibrosy avy any Ambatondrazaka.

 

 

 Efa herinandro io ary ranon-dolana ny filazan’ny mponina eny azy. Araka ny fanazavan’ny manodidina, misy tatatra fanarian-drano tsentsina kanefa nisy fantsona mpitondra rano vaky ihany koa nanampy trotraka ireo rano maloto avy nampiasain’ny mponina eny amin’iny faritra iva iny ka mahatonga izao tondra-drano izao. Araka ny fampitam-baovaon’ny tompon’andraikitry ny fokontany iray, misy fahasimbana ny milina fitrohan-drano na “groupe éléctrogène” fampiasa amin’iny faritra iny izay famarinana ny rano amin’ireo tatatra lehibe eny an-toerana, indrindra amin’ny lakandranon’Andriantany ka mahatonga ny rano miakatra mampitohy an’Antohomadinika sy Isotry. Voalaza fa raha vao tsy miasa io gropy io na tojo fahatsentsenana ny fantsona dia dibo-rano iny faritra iny. Miandrandra ireo manampahefana eny an-toerana sy amin’ny foibe ny mponina sy ny mpampiasa lalana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fokonolona nikomyOlona 3 nogadraina ao Ambatondrazaka

Telo mirahalahy, anisan’ny mpitarika vahoaka nikomy tao amin’ny fokontany Ambohibe, kaominina Didy, distrikan’Ambatondrazaka, faritra Alaotra Mangoro no naiditra am-ponja ary migadra mandritry ny efa-taona.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basket-ball FIBA mondeLany ho filoha vaovao ilay Maliana Hamane Niang

Nolanian’ireo solontenan’ny federasiona nasionaly miisa 156 tsy nisy nitsipaka, niatrika ny kongresin’ny FIBA Iraisam-pirenena andiany faha-XXI tany Beijing Sina ny alarobia 28 sy omaly alakamisy 29 aogositra 2019,

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ben’ny tanàna am-perinasa kandidaTsy afaka manohy ny asany intsony izay eken’ny OVEC

Betsaka ny zavatra tsy fantatry ny rehetra manoloana ity fifidianana Ben’ny tanana izay hotanterahina ny 27 novambra ho avy izao ity.

La Vérité0 partages

Projet « e-visa » - Le Conseil d’Etat déboute AMETIS

Fin de l’épisode. Le Conseil d’Etat vient de trancher sur la requête déposée par les nouveaux actionnaires d’AMETIS. Ces derniers ont demandé l’annulation et le sursis à exécution de la décision de résiliation du contrat de Délégation de service public (DSP) sur le projet « e-visa » (délivrance de visas électroniques), en novembre 2018. Le Conseil d’Etat étant la seule entité compétente à annuler une décision gouvernementale. Avec le verdict sorti le 27 août dernier, aucune voie de recours n’est plus possible pour la société AMETIS. Ces conflits internes des sociétés et actionnaires du projet  « e-visa » n’ont toutefois pas impacté la délivrance de visas électroniques. Les activités quotidiennes se sont poursuivies normalement auprès de 8 aéroports malagasy. Ce système permet, rappelons-le, la délivrance de visas électroniques aux étrangers non-immigrants de passage à Madagascar. Ce moyen de contrôle contribue non seulement à augmenter le nombre de touristes venus visiter le pays, mais il contribue également au renforcement de la sécurité et à la traçabilité des recettes de l’Etat.

Des perspectives pour cette annéeActuellement opérationnel auprès des Chefs-lieux de Provinces, le système de prolongation du visa électronique sera bientôt installé auprès des Régions. « Un touriste ayant un visa de 60 jours peut par exemple prolonger de 30 jours son séjour à Madagascar. Ceci ne dépasse pas les 90 jours », informe notre source auprès de la société délégataire du projet « e-visa ». Celle-ci attend actuellement la décision de l’autorité délégante pour ce faire. Il en est de même pour la mise en place du système de délivrance de visas électroniques auprès des grands ports malagasy, comme Mahajanga, Antsiranana, Nosy Be ou encore Toamasina. Certains d’entre eux accueillent fréquemment des bateaux de croisière avec des touristes. Le port de Mahajanga en sera le pilote. Ces perspectives devraient être réalisées cette année même, d’après notre source. A titre de rappel, la société délégataire du système « e-visa » étant 100 % malagasy. Elle se charge du développement de toutes les techniques d’accueil des touristes, de la délivrance des visas électroniques ou encore de l’opérationnalisation du réseau de connexion auprès des aéroports, entre autres. Ladite société emploie une quarantaine de salariés, dont des jeunes techniciens qui ont développé le logiciel du projet « e-visa ». Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Société d’Etat Fanalamanga - Des scandales de corruption éclatent au grand jour

Rivalités. Les employés de la société d’Etat Fanalamanga sont dans l’expectative. Depuis mercredi soir, deux cadres moyens sont placés sous mandat de dépôt à Moramanga à l’issue d’un double déferrement. La principale charge retenue contre eux s’assimile aux faux et usage des faux au sujet de planches de pin chargées dans trois conteneurs. Le procès des prévenus est prévu pour le 6 septembre prochain. Deux autres cadres auraient aussi écopé d’un emprisonnement ferme de 5 ans assorti d’une amende de 300 millions d’ariary pour cause de détournement. En même temps, un des bras droits de l’ancien directeur général (DG) Augustin Rakotonirina, actuellement devenu député élu à Moramanga, serait mouillé dans une affaire de corruption active. Les instances de lutte anti-corruption ont entre les mains le dossier le concernant, selon des sources concordantes.Deux camps rivauxToutes ces intrigues mettent la puce à l’oreille des employés. « Nous ne sommes pas sûrs de pouvoir percevoir le salaire du mois en cours », s’inquiète une mère de famille à Antsirinala, là où se trouve le siège social de la société Fanalamanga. En effet, les cadres de cette dernière s’engagent dans une guerre fratricide sur fond de conflit d’intérêts.Une guerre froide a couvé entre eux depuis quelque temps déjà. Deux camps rivaux se sont formés. Les dirigeants d’hier s’érigent en adversaires de ceux en place. Cette semaine, l’une des deux parties belligérantes a saisi la compagnie territoriale de la Gendarmerie de Moramanga. Inversement, celle-ci a adressé une plainte auprès du commissariat de police de la ville contre le camp adverse. La rivalité latente a ainsi empesté le climat. Le traitement de l’affaire a donné des maux de tête aux officiers de police judiciaire. Les deux entités, chacune de son côté, ont transmis les résultats de leur enquête préliminaire respective au tribunal de première instance de la capitale du Mangoro mercredi. Plus d’une trentaine d’individus y ont été entendus. Tous sont des employés de la société mise en cause, y compris le directeur administratif et financier (DAF) qui assure l’intérimaire du DG. Tous les deux ont des liens de parenté, selon plusieurs sources.

 Détournement avéréMercredi, des gens hauts placés ont tenté d’interférer dans le traitement de l’affaire. « La séance qui aurait démarré dans la matinée n’a pu s’entamer qu’aux environs de 16 heures en raison d’incessantes interventions téléphoniques », raconte un informateur requérant l’anonymat. Mais une instance gouvernementale aurait requis la détention systématique de quiconque impliqué dans le détournement avéré de denier public en référence aux déclarations récurrentes du ministre de la Justice Jacques Randrianasolo.Cette autorité aurait soufflé que l’affaire Fanalamanga a du être mise sur les rails depuis longtemps. De fait, plusieurs centaines de millions d’ariary voire même des milliards sont en jeu. La gestion financière de cette société d’Etat, dont le fonds de démarrage a laissé des dettes sur les dos des malagasy, a toujours soulevé des questionnements au vu du train de vie de ses dirigeants et de leur attitude parfois orgueilleuse et méprisante à l’égard de simples gens. Mains «  expertes  »Le contrôle du juteux marché de résine de pin, conclu avec les Chinois, serait au cœur de la guerre froide chez la société Fanalamanga. La filière génère une importante manne financière. Le début d’exploitation de cette matière première destinée à l’exportation remonte au temps du régime Tiako i Madagasikara (TIM), sous le Président Marc Ravalomanana. De la transition  au régime HVM, le marché émergeant est passé entre diverses mains « expertes ». Des indiscrétions rapportent que plusieurs dossiers chauds impliquant des ramifications bien établies seraient examinés au stade actuel. En conséquence, l’atmosphère s’échauffe davantage alors que le périmètre d’aménagement sylvicole dans le haut bassin du Mangoro, la raison d’être de la Fanalamanga depuis les années 70, menace de brûler par endroits en cette période sèche qui vient de s’élancer. Malgré les dispositifs de lutte contre le feu, plusieurs hectares sont partis en fumées chaque année comme plusieurs centaines de millions d’ariary disparaissent dans des gouffres… insondables.La Rédaction

La Vérité0 partages

Visite du Pape à Madagascar - Aucune vitre par-balles pour la papamobile

Enfin, la fameuse voiture du souverain pontife  a été dévoilée ! A une semaine de la venue du Pape François à Madagascar, les organisateurs peaufinent les derniers détails. Hier, la Nonciature ainsi que la Conférence épiscopale de Madagascar (CEM) et l’entreprise Le Relais, constructeur de la gamme « Karenjy » ont donc présenté à Ivandry, la papamobile qui transportera le Pape, lors de ses différents déplacements dans la Capitale. Ce sera alors une « Karenjy » de type Mazana II, mais l’arrière a été modifié pour lui permettre de s’y asseoir confortablement. En tout cas, la papamobile ne sera pas blindée. « C’est une demande exprès du Pape. En effet, un cahier des charges définissant les points à respecter dans la construction de la papamobile nous a été envoyé.  Nous nous sommes donc conformé à ce cahier des charges envoyé par l’équipe de sécurité du Vatican. Mais ce qui est sûr, c’est que le Pape François aime être en contact avec les gens. De ce fait, être confiné dans un espace ne lui convient pas du tout », a soutenu Henri Roussel, responsable commercial au sein de l’entreprise Le Relais, lors de la présentation de la voiture. En dehors du pare-brise, seul le toit sera donc vitré. Tout le monde pourra voir le Pape en direct et non par l’intermédiaire d’une vitre.

Choix définiIl faut noter que dès l’annonce officielle de l’arrivée de l’évêque de Rome et chef suprême de la chrétienté, l’entreprise Le Relais a tout de suite soumis sa candidature à la Nonciature, surtout avec sa vocation sociale de réinsertion professionnelle. « Karenjy a déjà transporté le Saint Pape Jean Paul II, il y a déjà 30 ans de cela. Ainsi, le Relais a voulu renouveler l’expérience encore pour cette fois-ci. Nous avons donc envoyé le dossier de l’entreprise au Vatican pour avoir l’approbation du Pape. Il n’était le seul dans la course. Toutefois, le Pape François a choisi Karenjy  pour honorer Madagascar et tous les Malagasy. En tout cas, ce même choix, même après 30 ans, doit apporter de l’espoir pour nous tous », explique Monseigneur Fabien Raharolamboniaina, vice-président de la Conférence épiscopale de Madagascar. Cela a pris six semaines au Relais pour fabriquer cette voiture. Des semaines assez rapides et intenses, mais toute l’équipe s’est mobilisée pour faire de son mieux. « Karenjy est aujourd’hui devenu un emblème de la Grande île. Savoir que le Pape utilisera donc une voiture fabriquée localement démontre un vrai signe de reconnaissance du savoir-faire malagasy. Comme quoi, nous sommes aussi capables de faire de belles choses »,  conclut le fabricant de la papamobile.  En tout cas, la papamobile est maintenant la propriété de la Nonciature, et ensuite celle de l’Archevêché d’Antananarivo. Rova Randria

La Vérité0 partages

Pillages des ressources halieutiques - Andry Rajoelina déclare la guerre aux pirates maritimes

Chaque année, Madagascar perd environ 1 milliard de dollars à cause du pillage de ses ressources halieutiques. En 15 ans, presque 4000 marins de différentes nationalités ont été pris en otage avec des rançons estimées à 385 millions de dollars. Ce sont des constats avancés par le  Président Andry Rajoelina, dans son discours, lors de la Conférence Spéciale sur la promotion de la coopération dans la région  occidentale de l’Océan Indien. Un évènement qui s’inscrit toujours dans le cadre du 7ème sommet  de la TICAD au Japon. En tant qu’orateur principal, le Chef de l’Etat malagasy  a choisi de parler du  problème de la piraterie maritime. Sur cette lancée, il souligne que le coût  économique de la lutte contre la piraterie maritime de 2010 à 2016 s’est élevé  à plus de 25 milliards  de dollars. Un fléau qui, selon lui, nuit aux  échanges économiques et à la sécurité des biens et des personnes.« Face à ce constat, nous devons réagir ! Nous ne pouvons tolérer qu’autant de ressources qui pourraient contribuer à l’essor économique soient pillées par des actes de criminalité », a insisté le Président de la République. Il met l’accent sur la sécurisation maritime nationale et régionale pour permettre au développement d’une véritable économie bleue. La « Charte Africaine sur la sécurité et la sûreté maritime et le développement en Afrique », dite « Charte de Lomé » ainsi que la « Stratégie Africaine Intégrée pour les Mers et les océans-horizon 2050 » sont les principales initiatives rentrant dans la sécurisation maritime. Des initiatives qui manquent visiblement de concrétisation.

 

« Trop de textes ont été adoptés, trop de réunions ont été tenues. Il est grand temps pour nous, et surtout pour l’Afrique et l’Océan Indien de prendre en main notre destin, avec l’accompagnement et le savoir- faire de nos partenaires, de transformer ces initiatives en actions concrètes et pérennes », a lancé le Chef de l’Etat malagasy pour mobiliser les pays voisins de la Grande île. Plus de 330 milliards de dollars de richesses En étant la plus grande île du Continent africain avec ses 5000 km de côtes, Madagascar est plus que jamais concerné par les problématiques de la sécurité maritime. La région de l’Océan Indien occidental joue également un rôle stratégique sur le plan mondial en matière de transport maritime.  Carrefour entre l’Europe, l’Afrique et l’Asie, 7 000 navires par jour y transitent, ce qui offre aux pays de la région d’importantes opportunités économiques. Le sous-sol marin, quant à lui, représente un potentiel énorme dans les activités Off shore, plus précisément dans le domaine du pétrole et du gaz naturel. L’étude menée cette année par le WWF dans le cadre de la relance de l’économie indique également que la région dispose de «fonds de richesses communes maritimes» estimés à plus de 330 milliards de dollars américains, notamment en ressources halieutiques et en biodiversité. Une biodiversité unique au monde avec les deux régions phares du canal de Mozambique et du plateau des Mascareignes.  « Sanctuaire de la biodiversité mondiale, Madagascar montrera l’exemple dans les initiatives que nous allons prendre pour défendre nos côtes, nos frontières et nos eaux territoriales », souligne encore Andry Rajoelina. Il a profité de l’occasion pour lancer un vibrant appel à la solidarité des pays voisins de la Grande île pour s’unir et se battre ensemble, contre la piraterie maritime. Pour sa part, Madagascar s’est engagé à participer à l’effort régional de sécurisation de l’espace maritime et recense un Centre Régional de Fusion d’Informations.  La Rédaction

La Vérité0 partages

Haro aux abus

Un agent de la police municipale déchire publiquement les papiers de véhicule d’un particulier. Un agent de la police nationale abat froidement, à bout portant, un citoyen au vu et au su de tout le monde. Un commandant de Brigade de la gendarmerie mouille sa barbe à des rapts. Des militaires dépêchés dans le sud pour sécuriser la population tirent sans sommation sur des personnes sans armes, etc. Des cas d’exactions gratuites,  loin d’êtres isolés à l’échelle nationale, sèment la terreur dans le pays. Des abus qui doivent être anéantis un beau jour. A Behoririka, il y a quelques jours, à l’issue d’une banale altercation, un agent de la police municipale émietta les papiers d’un chauffeur pris en flagrant délit d’insubordination au Code de circulation à Tanà, avance-t-on. Les curieux et les témoins de la circonstance ont failli passer à tabac l’agent indélicat. Heureusement pour sa vie, les renforts arrivèrent à temps. Quelques années de cela, les agents de la Commune malmenèrent une femme âgée à Analakely qui succomba de ses blessures. A Ampefiloha, un Inspecteur de Police chargea sans autre forme de procès un citoyen. Sinistre disciple de la gâchette facile, l’agent inconscient de ses actes, tua bêtement un homme. Evidemment, la Justice le reconnut coupable et le jeta en prison à … Tsiafahy. La mémoire des pires exactions commises par les 40 agents de police sur les pauvres habitants  d’Antasakabary, dans le District de Befandriana Avaratra reste encore ancrée dans les souvenirs. Cette terrible affaire qui demeure non élucidée jusqu’à ce jour hante toujours les esprits. A Tsaratanana, des rapts terrorisent les gens. Des chefs de gangs qui restent introuvables firent planer la terreur. Au final,

un haut responsable de la Gendarmerie de la région victime fut de mèche avec les hors-la-loi. A Bekily, tout récemment, quatre gendarmes sont accusés d’avoir tué une innocente femme. A Ampitatafika, sur la RN 7, des militaires envoyés sur place pour « pacifier » des localités environnantes en proie aux attaques sans piété des dahalo, descendirent cruellement sept membres de la communauté villageoise. Malheureusement, les exemples se multiplient à …l’infini. On est en droit de s’interroger vers où le pays irait-il ? Au rythme de ces cruautés dont les auteurs sont censés protéger le peuple et son bien, le pays risque de virer au pire. On s’éloigne à une vitesse ahurissante de la vie paisible et de l’hospitalité exemplaire qui faisaient depuis toujours la réputation de la Grande Ile. En effet, Madagascar le havre de paix de l’Océan Indien est gravement menacé. Il n’y a pas si longtemps de cela que nous, à travers nos colonnes, tirions la sonnette d’alarme à l’intention des chefs de Commandement de nos Forces de la Défense et de la Sécurité du pays des dangers qui guettent la Nation. Les dérives de brutalités sommaires qui firent  le déshonneur de nos hommes en treillis commencent sérieusement à inquiéter l’opinion. Face au péril qui avance à grands pas, les grands Chefs des trois Unités confondues (Armée, Gendarmerie et la Police) mises à part les gesticulations n’ont pas su convaincre les concitoyens. Apparemment impuissants devant les dégâts, ils tournent en rond et se trouvent parfois à côté de la plaque. Haro aux abus,  les citoyens lambda crient au scandale.

La Vérité0 partages

Education physique et sportive - Atelier d’échange et partage en vue

Dans le cadre du développement et de la promotion de l’Education physique et sportive (EPS) et son environnement, plusieurs ateliers seront organisés par La Mention Enseignement- apprentissage et didactique des Activités physiques, sportives et artistiques (EAD/APSA). Le premier atelier d’échange et de partage vise à l’amélioration des capacités de recherche, l’enrichissement des connaissances acquises et le renforcement des compétences des étudiants et des enseignants dans le domaine de l’Education physique et sportive. Ainsi, la Mention EAD/APSA organisera le premier atelier d’échange et de partage qui se tiendra le 03 septembre 2019 de 9h à 13h au petit Amphi de l’Ecole Normale Supérieure (ENS) à Ampefiloha. Ce premier atelier entre dans le cadre d’un échange et de partage sur le développement et la promotion de l’Education physique et sportive.  L’Ecole Normale Supérieure de l’Université d’Antananarivo est une école de formation des enseignants d’éducation physique et sportive et des encadreurs de toutes activités physiques sportives et artistiques à Madagascar. La présence de cette faculté a pour objectif principal de former et préparer les étudiants aux métiers d’intervention en Education physique et sportive.  « Pourtant chaque niveau d’enseignement est confronté à des problèmes constatés sur trois points : fonctionnel, opérationnel et structurel. Effectivement  en cette période de réalisation du système LMD, la Mention Enseignement- Apprentissage et Didactique des Activités Physiques et Sportives et Artistiques (EAD/APSA) a pris des mesures importantes pour le développement et la promotion de l’Education physique et sportive et son environnement. C’est ce qui nous a motivés à organiser ce premier atelier. »

Cet atelier vise à l’amélioration des capacités de recherche, l’enrichissement des connaissances acquises et le renforcement des compétences des étudiants et des enseignants dans le domaine de l’Education physique et sportive. A l’issue de cet atelier  d’échange et de partage, les participants à savoir les étudiants, les sortants et les enseignants d’EPS auront une meilleure connaissance du système LMD au sein de la Mention (EAD/APSA) et  de sa contribution à l’amélioration de l’enseignement de l’EPS mais aussi vont avoir des notions sur la corrélation de la Neuroscience et l’EPS. Ils pourront améliorer et approfondir l’enseignement de la technique corporelle en milieu scolaire et seront conscients que l’Education physique et sportive constitue un moyen d’éducation. Recueillis par E.F.

Madagate0 partages

Yokohama. Rencontre de Mialy Rajoelina et Yoshiomi Tamai

Dans le cadre de la TICAD 7 au Japon, qui s'achève ce 30 août 2019, Mialy Rajoelina, Première Dame de Madagascar et Présidente-fondatrice de l'association Fitia, a rencontré Yoshiomi Tamai, à Yokohama le 28 août 2019. Qui est-ce? Yoshiomi Tamai est un activiste, philanthrope et éducateur japonais. Il est le fondateur et président de l'association Ashinaga (qui signifie “le but du coeur” en japonais). Voici son histoire.

Yoshiomi Tamai est né à Osaka le 6 février 1935. Il a donc 84 ans en cette fin du mois d'août 2019. Il était âgé de 28 ans lorsque sa mère est décédée dans un accident de la route en 1963. Alors journaliste économique à l’Asahi Shimbun, l’un des plus grands quotidiens japonais, puis de la NHK, principal groupe audiovisuel public du pays du Soleil Levant, Yoshiomi Tamai mis à profit sa situation au sein des médias pour faire de la prévention routière l’une des grandes causes nationales du Japon. En 1967, il fonda l’ “Association for Traffic Orphans” (Association pour les Orphelins des Accidents de la Route) et commença à enquêter sur l’état des accidents de la route au Japon. Devenu critique, il s’attaqua aux insuffisances du système de santé et du dispositif juridique. Au début des années 1990, les activités de l'association s'élargiront aux enfants ayant perdu leurs parents à la suite de catastrophes naturelles ou de maladies, et l'association prendra ainsi le nom d’Ashinaga qu'il préside de nos jours et qui deviendra même un authentique mouvement. Au début, M. Tamai organisa lui-même des collectes auprès de la population...

Cet ancien journaliste assure avoir financé la scolarité de plus de 95.000 collégiens japonais. Mais depuis 2002, l'association Ashinaga est sortie des frontières du Japon pour se pencher sur le cas des orphelins africains, en particulier les orphelins du sida. L’association a d'abord travaillé en Ouganda, où elle a construit des écoles primaires et un complexe résidentiel, l'Ashinaga Africa Kokoro Juku, pour accueillir des élèves, et permettre à quelques jeunes Africains d'aller étudier au Japon. Le Kokoro Juku une structure éducative pour les jeunes d’Afrique subsaharienne sélectionnés pour l’Ashinaga Africa Initiative mise en œuvre en 2014. Il faut savoir qu'au Japon, le Juku est un établissement scolaire privé d'aide aux études. Quant au Kokoro, il signifie à la fois le cœur, l'esprit et l'âme.

Yoshiomi Tamai, Mialy Rajoelina et la jeune Nilaina

L’Initiative Africaine Ashinaga est un projet qui vise à réduire la pauvreté en Afrique subsaharienne en soutenant l’enseignement supérieur de jeunes étudiants orphelins désireux de faire la différence. Dans ce cadre, Ashinaga offre des bourses pour des études de premier cycle. Destinées à un ou deux sélectionnés de 40 pays d’Afrique. L'association de Yoshiomi Tamai soutient les orphelins, d’un ou des deux parents, qui s’engagent à rentrer dans leurs pays par la suite. Un retour essentiel pour Ashinaga, afin que ces jeunes puissent contribuer au développement de leur pays. Nilaina est la première étudiante malagasy qui bénéficie de cette bourse. En ce qui concerne Madagascar, la jeune Nilaina est la première Malagasy a bénéficié de l'Initiative Ashinaga Afrique. Pour renforcer celle-ci, Ashinaga a fait appel au soutien d’universitaires, de célébrités et d’hommes d’affaires très influents pour former le Conseil Consultatif International de Kenjin-Tatsujin qui est un corps de leaders internationaux constituant un élément-clé de l'Initiative Ashinaga Afrique.

Yoshiomi Tamai a reçu de nombreuses récompenses pour son travail, notamment le prix Asahi Social Welfare Award (1989, 2003); la médaille de l’Ordre Brésilien du Rio Branco (1995); le Global Award for Fundraising (2012); la médaille Eleanor Roosevelt Val-Kill for Human Rights (2015) et le prix Eiji Yoshikawa Bunka (2016). Au fil des années, M. Tamai a également publié de nombreux ouvrages sur l'association Ashinaga.

Le Message de Yoshiomi Tamai

« La valeur de la vie est déterminée par la hauteur de ses ambitions altruistes. Bien sûr, l’individu est important, mais vivre juste pour soi est terriblement solitaire. Même si les âges passent, ce sont ceux qui vivent pour le bien des autres qui continueront à progresser et à évoluer. Le succès pourrait être considéré comme la récompense d’un mode de vie altruiste. Conserver ces ambitions nobles et altruistes rend la vie extrêmement riche »

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

ONG Ketsa : Kilong’art dévoile de jeunes talents

La plasticienne Yasmine Fidimalala avec ses jeunes initiés.

Artiste plasticienne, Yasmine Fidimalala est également femme et mère. Tout cela combiné, elle a piloté le projet Kilong’art avec les enfants de l’Ong Ketsa. Des talents qui seront dévoilés à partir d’aujourd’hui. 

« Un monde sans artiste serait comme un mode sans abeille, car l’artiste est un butimeur de consicence, un polinisateur d’âmes ». Cette citation de Zabo définit bien la perception artistique d’Yasmine Fidimalala. Avec Manjato Rabeharinirina, l’artiste plasticienne a mené des ateliers  pour aboutir à l’exposition kilong’Art plastique. A partir d’aujourd’hui, la grande salle du centre Ketsa  Vontovorona verra les œuvres des enfants  trôner sur les chevalets, les murs et dans cette plateforme pour la pépinière d’artistes en herbe. Toiles, tableaux, illustrations… rien n’est laissé au hasard par ces enfants qui ont travaillé de concert avec les deux artistes. Chaque œuvre matérialise la lumière et l’humanité de leurs auteurs. Ils veulent se parer de leurs chapeaux d’art pour des graines d’artistes pendant leur premier vernissage.

Valeur. Parce qu’il est necessaire de mettre en valeur le talent. Parce qu’elle est convaincue que les enfants sont l’avenir de notre Grande île. Parce qu’elle est persuadée que les arts d’aujourd’hui détermineront la culture de demain, et définiront l’identité culturel du pays, Il est important d’apporter sa contribution sans attendre les autres. En tant que femme et mère et en même temps artiste, Yasmine Fidimalala oeuvre activement afin de transmettre ses valeurs artistiques à la  jeune généartion. Pour encourager ses jeunes apprentis et leurs partenaires, Yasmine n’est pas avare en mots. « Je ne doute pas que vous continuerez avec force, courage et détermination, et je remercie les partenaires de votre contribution à essayer de donner du sens à ce que l’on fait, au -delà des chiffres, au- delà du paraître, au- delà des égos…. juste être là… » Tout comme ses apprentis, elle a consacré ses lundis à partager son savoir, donner de son temps et faire naître l’amour pour l’art dans ces petits cœurs qui cherchent encore leurs voies.

Début septembre, une nouvelle aventure attend  la jeune femme à Antsirabe. Dans la continuité de ses projets de vie alignée sur ses valeurs, sur le bien- être et le soin, sur la qualité et non la quantité dans des prises en charge individuelle des jeunes en difficultés dans un monde qui est changeant si rapidement.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Njakatiana au Plaza Ampefiloha

Une réapparition sur une petite scène de la capitale, Njakatiana sera sur la scène du Plaza Ampefiloha ce soir à partir de 19 h 30. Un véritable moment de retrouvailles pour ce chanteur de charme et ses inconditionnels. Depuis quelques années, cet artiste s’est fait discret, il n’a pas sorti de nouveaux morceaux et a limité ses concerts. Ce deuxième semestre semble être l’occasion pour se remettre en selle. Autant donc choisir une scène minime, loin de ses exploits du passé au Palais des Sports ou à Antsahamanitra. Avec Njakatiana, les performances sont souvent accompagnées de duo, le public espère s’en délecter pour ce rendez-vous.

 

Iraimbilanja dans son jardin

Des habitués des lieux seront à l’affiche au Piment Café Behoririka aujourd’hui à 21 h, les illustres du rock Iraimbilanja vont y chauffer la soirée. Aux alentours de la soixantaine, la bande à Niry connait très bien ce lieu. Chacune de leur performance au Piment Café est toujours couronnée de succès. Dans une salle souvent bien remplie, les « Mosoara », « Mizora », « Zavavy »sont repris en chœur par des fans d’hier jusqu’à aujourd’hui. Iraimbilanja se fait plus tapageur depuis le début de l’année. Chanteur  du rock malgache dans les années ’90, on espère retrouver dans les années à venir les fameux concerts « Arendrina ».

Du jazz avec Bekoto

« Jazz it up ! » à l’Alliance française d’Andavamamba ce jour à partir de 19 h avec Bekoto en tête d’affiche épaulé par les musiciens du club de jazz de ce centre français Af Jazz. Ce concert rentre dans le cadre des trente années de l’un des plus anciens clubs de jazz de Madagascar. Au programme, il y aura d’abord un set réservé à l’interprétation des meilleurs standards de la variété malgache. Ensuite, Bekoto va monter sur scène, épaulé par les musiciens de l’Af Jazz. Il va y interpréter ses titres avec une saveur particulière jazzy. Une vraie soirée de mélomanes. Sans doute l’une des meilleures représentations de ce vendredi dans toute la capitale.

Dah’Mama allume le Glacier

Dah’Mama va investir le Glacier Analakely ce soir à partir de 21 h. Cette chanteuse à la voix si particulière, soit on aime soit on n’aime pas, possède tous les atouts pour mettre une bonne ambiance dans ce lieu festif centenaire du centre-ville. Sûrement, elle va se dire qu’elle est « Tompon’ny lakile » sur scène, avant de se blottir dans les bras de « Tonton Sôla », et finir la soirée dans la « Chambre 23 ». C’est ce que veulent les habitué(e)s des lieux : de l’ambiance à profusion et des textes aguicheurs. Pour ceux ou celles qui veulent se défouler, investir la piste de danse sans complexe, cette soirée est à eux.

La Suite 101 se réserve D’alvis

D’alvis sera sur la scène de la Suite 101 Antaninarenina ce soir à 22 h. Connu pour son titre « Tô » dans lequel il crie sa rage de posséder, ce phénomène de la variété malgache fera sûrement  une salle comble. Aux dernières informations, il sera entouré de son équipe au complet. D’alvis, c’est également d’autres titres comme « Izy sa izaho », « Mashiro » et bien d‘autres encore. Le retrouver sur une scène de la capitale est une opportunité de voir leur idole pour leurs fans. Lui qui se présente rarement à Antananarivo, il pourra également démontrer l’étendue de son talent. Il ne reste à espérer qu’il y proposera des nouveaux titres qui raviront encore plus les noctambules.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Natolotry ny mponina ny mpitandro filaminana ny fitaovam-piadina

Basy « calibre 22 » miisa roa no nisy nanatitra an-tsitrapo tany amin’ny mpitandro filaminana ny sabotsy lasa teo tao Betroka. Nahomby ny fanentanana nataon’ny mpitandro filaminana ho an’ny mponina momba ny fandriampahalemana. Nanao fanentanana ho amin’izany mantsy ny zandary ny herinandron’ny 17 aogositra lasa teo tao amin’ny kaominina Andriry, distrikan’ny Betroka. Tanàna mafana miisa enina no nisitraka ny fanentanana dia Tsaramiakatra, Bepeha, Antsahabe, Ankoraka, Morafeno ary Amboadelaky. Notsindriana nandritra ny hetsika fa miantoboka amin’ny fifampitokisana ny fampanjakana ny fandriampahalemana. Izany hoe, ny zandary mahatoky ny mponina ary ny mponina koa mahatoky ny zandary. Resy lahatra ny amin’izany ny vahoaka ka izany no natonga azy ireo nanatitra tany amin’ny mpitandro filaminana ny fitaovam-piadina tsy natokana ho azy. Nilaza koa izy ireo fa vonona ny hifanome tanàna amin’ny zandary araka izay vitany ho fanafoanana ny asan-dahalo.  Nanaiky ny hanoro ireo heverina ho olon-drasy eo an-tanàna izy ireo. Efa misy anarana tonga any am-pelatanan’ny zandary ary efa manomboka ny fanadihadihana. Nankasitraka ny hetsiky ny zandary sy ny hezaka nataon’ny vahoaka ny dépioté voafidy tao Betroka, Nicolas Randrianasolo. Naneho fisaorana ny lehiben’ny compagnian’ny zandary sy ny vahoaka entiny izy. Nolazainy ihany koa fa vokatr’io fanentanana io dia misy ny foto-drafitr’asa iarahana manorina amin’ny mponina toy ny sekoly sy hôpitaly ary ny lalana.

Voarisoa Davidson

Midi Madagasikara0 partages

Le président  forge son image sur la scène internationale

C’est la  scène internationale que le président de la République investit actuellement. Après son déplacement en  Tanzanie où il a été adoubé par ses  homologues  de la SADC , c’est aujourd’hui  au Japon à l’occasion de ce TICAD 7 qu’il se forge  une stature de véritable homme d’Etat.  Aujourd’hui, ll  ne Traîne plus cette image négative héritée de la transition. Une page est définitivement tournée.

Le président  forge son image sur la scène internationale

Son élection à la présidence de la république est une étape essentielle de son retour sur le devant de la scène. Andry Raoelina a été élu démocratiquement et cela ne peut pas être contesté. La Communauté Internationale l’a reconnu et  le régime mis en place s’est attelé à la restauration d’une confiance encore fragile. La volonté de changement a été clairement exprimée, mais elle s’est heurtée à la dure réalité. Le succès acquis par la plateforme gouvernementale lors des élections législatives a conforté cependant l’emprise du régime sur la politique intérieure.  Mais il manquait cette entrée nécessaire sur la scène internationale. La visite officielle  en France a été un premier pas.  Le déplacement en Tanzanie pour le sommet des chefs d’état de la SADC a été une étape essentielle pour imposer sa   stature internationale. Certains de ses pairs l’ont découvert  et on lui témoigne un certain respect. Son voyage au Japon pour le TICAD 7  l’impose définitivement dans le cercle des dirigeants des pays en voie de développement. Il a affirmé que l’un de ses combats était la lutte contre la malnutrition à Madagascar. Il a aussi l’ambition de reverdir Madagascar victime d’une déforestation alarmante. Cette grande réunion à laquelle il participe est un tremplin  qui lui permettra de continuer ses projets de développement. Son image sur le plan intérieur a souffert des difficultés rencontrées ces derniers  temps, mais le gain sur le plan international devrait lui permettre de rebondir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Commémoration : « Nelson Mandela Day » à Ambohitsaina

la compagnie de Combat raconte endansant la vie de Nelson Mandela

la journée international  de Nelson Mandela hier,  est devenu une fête culturelle.   Douze danseurs  ont présenté  des chorégraphies  illustrant la vie de l’homme politique sud-africain lors de la cérémonie d’ouverture.

Suite à la  proclamation de l’Unesco, le 10 novembre 2009. Durant la célébration, chaque citoyen  du monde est appelé à consacrer symboliquement 67 minutes que Mandela a vouées à sa lutte pour la justice sociale, l égalité, la réconciliation et diversité culturelle. Les étudiants et les professeurs de l’Université d’ Ankatso, eux, ont consacré une journée.

Des milliers d’étudiants sont venus assister  à la célébration. A part  la conférence  d’ouverture,  axée sur le changement climatique, l’évènement à été marqué par une activité culturelle.    De belles chorégraphies ont été réalisées par les étudiants pour rendre hommage au Madiba.

« Incarner Mandela est un honneur ».  Ranama Razafindranama, danseur professionnel et étudiant à l’université d’Ankatso,   était choisi  par  le maître de ballet ( qui n’est autre que son grand frère) d’incarner  Madiba. « Depuis mes 12 ans, je rêvais d’être comme  Nelson Mandela. Il  est un  exemple pour l’Afrique en général et Madagascar en particulier.  Cet homme a été  l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique institututionnel  de la ségrégation raciale avant de devenir président de la république  d’Afrique du Sud. C’est un honneur pour moi de jouer ce rôle  »

a-t-il affirmé avec fierté.   De son côté, pour la chorégraphie, Jacobin Ranama s’est inspiré des films de Morgan Freeman et la chanson de Johnny Cleg.« Il était de son vivant, une légende, une figure de la résistance et du combat pour la liberté, enfermé durant vingt-sept années. Nelson Mandela est une icône pour plusieurs générations. Il est  la figure historique que  l’Afrique contemporaine n’a jamais eue. C’est Un défi  de chorégraphier  la vie de ce personnage ».

La lutte des peuples pour la libération, contre la domination impérialiste, est devenue une inspiration pour les jeunes malgaches.  D’ailleurs, elle constitue sans aucun doute, l’un des traits essentiels de l’histoire contemporaine de l’Afrique.

Homme de paix,  rassembleur et tolérant,  Madiba est aussi un grand défenseur des droits de l’homme.  cet apôtre de la non- violence  est un exemple à suivre   pour les politiciens  malgaches.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

TICAD 7 : Andry Rejoelina expose un Plan d’actions contre la malnutrition

« Une Société durable et résiliente ». C’est le thème de la séance plénière 4 à laquelle, le président Andry Rajoelina a assisté hier dans le cadre de la TICAD 7 qui se déroule au Japon. La séance a été présidée par le président du Sénégal Macky Sall. L’objectif de cette rencontre était de mettre l’accent sur les politiques économiques adoptées par chaque pays, afin que le Japon puisse mieux cerner la situation, mais aussi et surtout pour cibler les secteurs d’intervention dans les pays africains pour adopter par la suite un partenariat plus efficace. Pour le président Andry Rajoelina, « le Japon est un champion de la résilience ». Il envisage ainsi de suivre l’exemple de ce pays qui est devenu une puissance mondiale. « Comme le Japon, Madagascar veut transformer ses faiblesses en atouts », a-t-il annoncé. Le Chef de l’Etat a surtout axé son intervention sur la malnutrition qui frappe bon nombre du peuple malgache. Le combat contre ce fléau constituant une priorité pour le régime Rajoelina.

Autosuffisance alimentaire. Il a profité de cette intervention pour présenter les grandes lignes du Plan d’actions mesurables et quantifiables que le gouvernement malgache a adopté afin d’éradiquer la malnutrition. Un plan engendrant de grandes réformes visant à moderniser le secteur agricole. « Nous allons atteindre l’autosuffisance alimentaire d’ici trois à quatre ans grâce à l’extension des surfaces cultivables de l’ordre de 100 000 Ha, et l’augmentation du rendement pour un objectif minimum de cinq tonnes à l’hectare », a-t-il soutenu. Il serait aussi question de l’amélioration de la disponibilité et l’accès à la consommation d’aliments nutritifs variés en produisant localement tout ce dont le pays a besoin. Pour ce faire, des usines seront implantées du Nord au Sud du pays pour la transformation de Moringa et de la Spiruline. Andry Rajoelina a aussi touché mot du programme FIHARIANA qui consiste à favoriser la création d’entreprise chez les jeunes. Et lui de réitérer que, l’objectif est pour Madagascar, de devenir un modèle de développement pour l’Océan Indien et une référence pour le Continent Africain. Aussi, a-t-il lancé un appel à l’endroit des investisseurs japonais et internationaux, afin d’accompagner la Grande île dans cette démarche ambitieuse. Ce jour, Andry Rajoelina prononcera son dernier discours dans le cadre de la TICAD 7 sur le thème de la lutte contre la piraterie maritime.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Gangstabab : Le premier à déposer sa candidature pour les municipalités à Tanà

Gangstabab est le premier à déposer sa candidature à l’élection municipale d’Antananarivo.

Le coup d’envoi pour l’ouverture du dépôt de candidature aux élections municipales et communales a été donné, hier. Rakotoarisoa Alban, alias Gangstabab a été le premier à déposer sa candidature pour la circonscription électorale de la CUA. Il s’est présenté sous les couleurs du parti Antoko Politika Madio (APM). A cet effet, ses dossiers ont été déposés à l’Organe de Vérification et d’Enregistrement de Candidature (OVEC)  à Nanisana. Selon Gangstabab, « cela fait deux ans que je me suis préparé. Mon objectif est pour le redressement d’Antananarivo, et ce, par le biais de la « politique madio ». D’ailleurs, il n’a pas manqué de souligner que la transparence est son leitmotiv pour la gestion de la capitale. Toutefois, il suspecte des manœuvres dilatoires notamment dans le but de repousser les élections. Notons que la plateforme KOMBA composée de partis politiques d’obédience de gauche va également prêter main forte à Gangstabab.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Teratany sinoa maty notafihana andian-jiolahy efatra nirongo basy

Maty notafihan’ny jiolahy efatra nirongo basy tao an-tranony tao Tanamakoa ity teratany sinoa iray, raha iny hamonjy fodiana niaraka tamin’ny vadiny izay teratany sinoa ihany. Raha ny vaovao, dia efa nandrasan’ireto jiolahy ireto mihitsy ny fodian’ity teratany sinoa ity, satria efa hain’izy ireo ny fotoana fidirany ny tranony. Tokony ho tamin’ny 11ora alina; izay fotoana fodian’ity teratany sinoa ity  ny vadiny rehefa avy manidy ny trano fisakafoana fananany izy ireo, dia efa indreto ireo jiolahy efatra niandry azy teo am-bavahady. Mbola nijanona saika hanokatra ny vavahady ilay teratany sinoa no avy hatrany natonin’ireto jiolahy. Mbola naharitra elaela teo ny fifampiresahana ary niara-niditra ilay rangahy sinoa sy ny sasany tamin’ireo jiolahy. Ny fifandraisana rehetra tamin’ilay ramatoa nasaina niandry tao anaty fiara amin’ireo noraofina avokoa, ka niakatra namonjy rihana ilay rangahy sy ireto jiolahy. Teo amin’ny 30min teo ny faharetan’izy ireo tany ambony rihana tany, ka solosoina entin-tanana telo sy sakaosy iray feno zavatra no nentin’ireo jiolahy nidina avy any. Raha tonga teo amin’ilay ramatoa niandry tao anaty fiara izy ireo, dia nilaza taminy fa miakara any ambony ianao fa marary mafy ny vadinao. Nony tonga teo akaikin’ny vadiny ilay ramatoa dia gaga fa rangahy efa mihoson-drà feno dian’antsy no hitany. Misy kosa ny vola very tao an-trano, saingy hatreto tsy fantatra ny fitambarany fa misimisy ihany. Hatreto aloha tsy mbola fantatra izay mety ho nahavita izao heloka izao, ilay ramatoa koa tsy mahalala ireo jiolahy  namono ny vadiny. Efa eo am-pelan-tanan’ny polisy misahana ny heloka be vava ny raharaha, na mbola tsy nametraka fitoriana aza ny fianakavian’ny maty.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Résultats provisoires du CEPE : Un taux de réussite de 70,32% à Andapa

Les résultats officiels du CEPE devraient sortir dans les prochaines semaines.

Rapide. C’est ce qui définit le mieux les CISCo d’Antalaha et d’Andapa de la région SAVA dans la correction et la publication des résultats provisoires des examens du CEPE. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les résultats en question sont positifs. Une nette hausse du taux de réussite a été observée à Andapa. Iarovana Mario Joël, chef CISCO (Circonscription Scolaire) d’Andapa de noter “nous avons enregistré un taux de réussite d’environ 70,32% cette année”. Un résultat obtenu avec 1 700 candidats inscrits.  Le responsable de renchérir “les résultats provisoires sont plutôt positifs étant donné que l’année dernière  n’a enregistré qu’environ 45% de taux de réussite”.  Le responsable d’attribuer ce faible taux de réussite aux différentes revendications des enseignants FRAM qui ont plus que troublé l’année scolaire.  Les résultats du CEPE ne s’arrêtent pas à ceux du district d’Andapa pour la région SAVA. Vohémar a également pu sortir ses premiers résultats. “672 des 928 candidats inscrits ont réussi leurs examens. Soit un taux de réussite de 72%”, lance Tsaroana Frédéric, chef de CISCO de Vohemar.

Antalaha. Le district de Sambava serait visiblement le seul à ne pas avoir pu sortir de résultats provisoires du CEPE. 1271 des 1321 candidats inscrits dans le centre d’examen CEG Ambondrona sont admis d’après les explications d’Octavien Belalahy, Chef CISCO d’Antalaha. Soit un taux de réussite de 63,95%. Le second centre d’examen du district, le CEG Maherifody a enregistré un taux de réussite de 64,08% d’après toujours les explications du Chef Cisco d’Antalaha. Si les résultats provisoires sont sortis pour les trois districts d’Antalaha, le temps est encore aux corrections pour le reste. Et dans la même logique, les résultats devraient être publiés dans le courant de la semaine pour la capitale.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Football- L’OCT en deuil : René Randriamifidy n’est plus !

L’Olympique Club de Tananarive vient de perdre un de ses illustres pionniers. René Randriamifidy(pous connu sous le nom de René Kely) est mort avant-hier. Une très grosse perte pour le club à qui il a vraiment tout donné.

René Randriamifidy(René Kely) faisait en effet partie de la génération dorée de l’Olympique aux côtés de Thomas Kely, Younous, Léon, Jules, Seta Kely et Coco.

Il a ensuite contribué à la formation de BTM FC qui a fourbi ses armes avec des joueurs de talent tels Diba, Claude Aimé et Oswald.

Mais René Randriamifidy se faisait surtout connaître avec les jeunes de l’Olympique Club de Tananarive qu’il a amené en tournée en Europe, notamment en Allemagne et en France plus précisément à Valenciennes et Strasbourg.

Ce déplacement a permis à beaucoup de joueurs de s’affirmer dont Garry, le fils de René Tale Rabearisoa, qui  a trouvé preneur en France mais aussi Bota, le gardien de l’équipe nationale tout comme  Alain Kely et Carlos que les grands clubs s’arrachaient. Josoa est même parti à l’île Maurice où il est parvenu à se hisser au plus haut niveau.

C’est dire que les actions de René Randriamifidy ont servi et bien servi le football.

Midi Madagasikara renouvelle ses sincères condoléances à la famille de ce grand homme qui est resté jusqu’à la fin, un grand passionné du football.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Olona nihantona teny ambony andrin-jiro : Tsy matin’ny herinaratra izy fa toran’ny aretina nitaiza azy ...

Nahoraka tamin’ny tambajotran-tserasera “facebook” omaly , fa nisy mpiasan’ny jirama matin’ny herinaratra teto Toamasina, raha niakatra andrin-jiro tao Valpinson, nikasa hanamboatra herinaratra. Raha ny tena marina anefa, dia tsy may ny herinaratra izany ity mpiasan’ny jirama ity, fa safotra teny ambony andrin-jiro noho ny aretina nitaiza azy tamin’io fotoana io. Nambaran’ny jirama, fa herinaratra 20.000V no namboariny tamin’izany, noho izany tsy maintsy tapahana izany alohan’ny mpiasa mpanamboatra mikitika izany, ka izay no nitranga tamin’ity zava-niseho ity. Manamarina izany ny tsy fisian’ny fahamaizan’ny herinaratra tamin’ny vatany raha nisy ny fitondrana azy teny amin’ny hopitaly Morafeno, izay azon’ny rehetra vangiana sy tsidihina ihany koa hoy ny Jirama hialana amin’ny vaovao diso amin’ny tranon-kalam-pifandraisana samihafa. Efa mihatsara ny fahasalamany izao, satria isan’ny aretina nahazo azy tampoka tamin’ny fotoana nahatorana azy teny ambony andrin-jiro  ny fiakaran’ny tosidra tampoka taminy na mbola tovolahy aza ilay mpiasa.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Hippisme : Les courses reviennent à Bevalala !

Les amateurs des courses de chevaux de l’AHCEL vont pouvoir se réjouir car les compétitions reviennent à Bevalala à partir du 1er septembre.

Un retour aux sources sagement attendu par les connaisseurs même si la dernière journée de Mahazina du 18 août dernier restera pour longtemps encore, dans les mémoires tant elle a largement rempli tout de ce qu’on attendait d’une fête du Mimosa.

Pour revenir à cette belle journée inaugurée par le traditionnel carnaval à travers la ville d’Ambatolampy, le public a eu droit à toute la panoplie complète d’une fête digne de ce nom avec en prime, chose rarissime cette démonstration de sauts d’obstacles.

Outre le hira gasy pour faire couleur locale, il y a aussi les animations pour les enfants orchestrées par Okalou.

Mais les courses ont aussi offert un très grand spectacle à l’image des trois Grands Prix Mimosa.

Le premier ouvert à la jeune génération fut remporté par Secret Star bien pris en main par Patrick Rakotoarivelo.

Le second Grand Prix Bet 261 a vu la victoire de Perle de Carmen sous la selle de Nicot Ramiliarimanga.

Le troisième GP Mimosas AHCEL a permis à L’Oiseau Bleu de confirmer sa suprématie chez les chevaux de l’élite.

Dans les autres courses, Romeo Radotiana a ouvert son compteur avec Real to Beauty , tandis que chez les poulains et pouliches de deux ans et demi, Soamiharivola a laissé une très bonne impression sous la selle de Fenohasina Ralaiarijaona.

Rose de Star confiée à Patrick Rakotoarivelo a remporté la 3e course, tandis que Luna Bella refaisait surface avec l’aide de Rabearivelo dans la 4e course.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Football : Eddit Bastia quitte l’Elgeco Plus contre sa volonté

Eddit Bastia est à la recherche du nouveau club.

Une triste nouvelle pour Eddit Bastia, le gardien de but d’Elgeco Plus pendant sept ans. Il a dû quitter ce club d’Analamanga contre sa volonté, hier. Selon ses explications, il voulait encore rester mais c’était la décision du président et il l’accepte. « Toute chose a sa fin mais je réclame mes droits car je ne reçois ni ma lettre de libération, ni mon salaire durant ces trois derniers mois », a-t-il annoncé. Depuis son arrivée à l’Elgeco Plus en 2012, son équipe était trois fois vainqueur de la Coupe de Madagascar et trois fois vice-championne, quatre fois sacrée championne d’Analamanga, et avait remporté la Coupe d’Analamanga. Il a entamé sept matches internationaux avec l’Elgeco Plus en tant que gardien de but. « Pendant sept années, j’ai tout donné à l’Elgeco Plus. J’ai joué de tout mon cœur. Aujourd’hui la direction du club ne veut plus de moi. Merci a tous les staffs et les supporteurs. Bonne chance à tous les joueurs qui sont encore là, merci Président ! », a-t-il publié sur les réseaux sociaux avant d’ajouter qu’il est prêt à la recherche de nouveaux défis et de nouveau challenge.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Mandela Day : Focus sur le changement climatique et la préservation de l’environnement

Pr Mamy Ravelomanana, président de l’Université d’Antananarivo, avec les représentants des différents partenaires, lors de la célébration de la Mandela Day, hier à Ankatso.

La Journée internationale Nelson Mandela a été célébrée hier à l’Université d’Antananarivo. Plusieurs activités fédérateurs, favorisant le développement ont été organisées hier avec la participation d’une variété d’acteurs issus de diverses entités.

Une collaboration étroite entre les partenaires de développement et l’Université d’Antananarivo ! L’Ambassade d’Afrique du Sud à Madagascar, les Nations Unies, le Groupe Axian, ainsi que d’autres organisations nationales et internationales ont participé activement  à la célébration de la Journée internationale Nelson Mandela ou Mandela Day, hier à l’Université d’Ambohitsaina, à Ankatso. En effet chaque année, cette journée est célébrée tous les 18 juillet, date de naissance de Nelson Mandela. Diverses activitées sont menées à travers le monde, dans le cadre de la célébration de la Mandela Day, suite à la procolamation de l’UNESCO, le 10 novembre 2009. Durant la journée de célébration, chaque citoyen du monde est appelé à consacrer symboliquement 67 minutes de son temps à une œuvre au service de la collectivité, en mémoire des 67 années que Mandela a vouées à sa lutte pour la justice sociale, l’égalité, la réconciliation et la diversité culturelle.

Activités. Pour l’Université d’Antananarivo, l’Ambassade de l’Afrique du Sud à Madagascar et leurs partenaires, la célébration s’est tenue hier. Selon les organisateurs, l’objectif est de promouvoir « l’Esprit Mandela ». Outre la cérémonie officielle d’ouverture, une Conférence axée sur le « Changement climatique » est au programme de l’événement. L’après-midi, une activité d’assainissement était menée dans l’enceinte de l’Université et également ses environs, avec la participation des étudiants, des enseignants, du personnel de l’Université, des représentants des dirigeants, du secteur privé, ainsi que des partenaires de développement. « Nous voulons que ces partenariats soient fructueuses, pérennes et avantageuses pour la fraternité universitaire. Des collaborations ont déjà existé entre le Groupe Axian, la CUA (Commune urbaine d’Antananarivo), sous la coordination de l’ambassade d’Afrique du Sud, pour la mise en place de Centre de santé de base niveau 2, à l’Université d’Antananarivo. De même avec les Nations Unies, sur le volet des droits humains. Nelson Mandela est un vrai exemple à suivre, raison pour laquelle, au moins cinq pays africains ont adopté l’hymne nationale d’Afrique du Sud. Beaucoup de valeurs ont été véhiculées par Mandela, qui a mis en valeur l’humanité. Cette humanité ne se limite pas à la réconciliation, mais également à la conservation de la planète. C’est pour cela que cette journée se concentre sur les préoccupations liées au changement climatique », a affirmé Pr Mamy Ravelomanana, président de l’Université d’Antananarivo, lors de l’ouverture de la célébration, au Grand Amphi de la faculté EGS.

Modèle. A noter que Nelson Rolihlahla Mandela a été l’un des dirigeants historiques de la lutte contre le système politique institutionnel de ségrégation raciale, avant de devenir président de la République d’Afrique du Sud de 1994 à 1999. Il soutient la réconciliation, la négociation, la tolérance et la lutte contre la pauvreté. C’est également un grand défenseur des droits de l’homme. Pour ces nombreuses qualités, et pour avoir mis fin au régime de l’apartheid dans une approche pacifique, Mandela reçoit le prix Nobel de la paix en 1993.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ankazobe : Fiara nivadika, zaza iray maty, 16 naratra mafy

Namono olona indray ny lalam-pirenena fahefatra. Ny alin’ny alarobia hifoha alakamisy lasa teo dia fiara mpitatitra olona iray no nivadika teo Beadambo, kaominina Fihaonana, distrikan’Ankazobe. Vokany zazakely iray vao folo volana monja no maty tsy tra-drano. Mpandeha 16 kosa no naratra mafy. Araka ny angom-baovao azo, dia tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany alina tany ho any no nitranga ny loza. Handeha hianavaratra hihazo ny renivohitr’i Boina ity fiara mpitatitra ity tamin’io fotoana io. Tsy fantatra mazava hatreto izay tena zava-nisy, fa raha ny filazan’ireo teny an-toerana dia toa hoe somary nandeha mafy ilay fiara. Nisy fiara hafa nandeha mafy ihany koa anefa nifanena taminy ary voalaza fa nangalatra ny làlana tokony hizorany io fiara io, ary niezaka niala izany ity mpitatitra olona ity. Tamin’izay anefa no tsy voatanan’ny mpamily intsony ilay fiara ka dia niala làlana ary niafara tamin’ny fivadihany  avy teo. Nentina novonjena tao amin’ny hôpitaly Bejofo avokoa moa ireo naratra tamin’ity lozam-pifamoivoizana ity ka nisy tamin’ireo naratra mafy no nentina niakatra ary nalefa avy hatrany tetsy amin’ny hôpitaly  Ampefiloha. Efa tonga teny an-toerana ireo mpitandro filaminana, niezaka ihany koa namonjy ireo naratra ary nijery ifotony ny zava-nisy ary nanokatra  fanadihadiana.

Fa mbola lozam-pifamoivoizana hatrany, nitranga indray ny alin’ny alatsinainy lasa teo amin’iny faritra Diana iny, tao Antanifasika, distrika Ambilobe. Fiara tsy mataho-dalana iray no nandona ankizivavy kely efa-taona. Raha ny vaovao voaray, dia tsy nijanona akory fa mbola nanohy ny diany nitsoaka hatrany ilay mpamily ary efa mandeha ny fikarohana azy, ataon’ireo mpitandro filaminana amin’izao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Anosibe : Une cinquantaine de maisons incendiées et 274 personnes sinistrées

Tout a été réduit en cendres. Près de cinquante toits ont été ravagés par le feu qui s’est déclaré à Anosibe avant-hier vers 19 heures juste à quelques mètres à l’ouest du marché d’Anosibe. Aucune perte humaine n’est à déplorer mais on compte trois blessés dont un grave, 274 personnes sans-abris et 18 porcs brulés vifs.  Selon les informations, une flamme de bougie dans un foyer a été à l’origine de ce drame. Le feu s’est vite propagé et était difficile à maitriser vu que les maisons avoisinantes sont presque construites en bois. A cela s’ajoute le retard d’appel des sapeurs pompiers de Tsaralalàna. C’est pourquoi ces derniers sont venus tard sur place pour intervenir. Le feu a été complètement maîtrisé vers 21 heures. Les sinistrés ont passé la nuit chez leurs voisins. Le blessé a été transporté à l’HJRA.

Appel de dons

A cause de la puissance du feu, les victimes ont sauvé en priorité leurs vies. Elles n’ont pas eu l’occasion de faire sortir des flammes la totalité de leurs biens. «Nous n’avons plus rien, ni des vêtements pour nous changer, ni de quoi à manger » se plaint un groupe de personnes. Le fait sous-entend que les personnes touchées devraient reconstruire leurs vies. Elles font alors appel aux personnes de bonne volonté pour venir à leur secours. Hier, le Ministère de la Population et le BNGRC se sont déjà rendus sur les lieux pour apporter leurs aides d’urgence.

Voarisoa Davidson (stagiaire)

Midi Madagasikara0 partages

Médecine traditionnelle : Revaloriser les savoirs endogènes

Différencier les vrais tradipraticiens des charlatans qui ternissent l’image du métier. Tel est l’un des desiderata des tradipraticiens malgaches par la voix de l’Association Nationale des Tradipraticiens de Madagascar (ANTM). Dans le cadre de la célébration de la Journée africaine de la médecine traditionnelle (JAMT) hier à Anosy, cette association qui regroupe actuellement 3800 tradipraticiens éparpillés dans les quatre coins de la Grande île, a saisi l’occasion pour sensibiliser l’ensemble des tradipraticiens sur les avantages d’intégrer une structure bien organisée et régie par des réglementations claires, permettant de séparer les bons grains de l’ivraie. Le domaine de la médecine traditionnelle, valorisant des savoirs endogènes, mérite davantage de considération, estiment les tradipraticiens de l’ANTM, conscients du potentiel immense de Madagascar par sa biodiversité unique renfermant des plantes médicinales, dont une partie considérable est endémique.

La médecine traditionnelle reste fortement ancrée dans les mœurs et les habitudes des nombreuses communautés malgaches, par son coût abordable et sa proximité, notamment dans les zones rurales, tandis qu’en milieu urbain, on assiste depuis quelques années à un retour en force des méthodes naturelles et les remèdes, issus de la pharmacopée traditionnelle pour se soigner.

Hanitra R. 

Midi Madagasikara0 partages

Incendie à Anosibe : Le ministère de la population prend ses responsabilités

La ministre a montré son soutien aux sinistrés de l’incendie d’Anosibe.

Suite à l’incendie qui a fait 274 sinistrés à Anosibe hier soir, la ministre de la population, de la protection sociale et de la protection de la femme, Lucien Irmah Naharimamy  accompagnée par l’équipe du bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) sont descendues sur les ruines pour apporter l’aide du gouvernement aux 52 ménages victimes.

Depuis hier soir, après la maîtrise des feux, les habitants des 52 toits partis en fumée ont dû se débrouiller pour trouver un endroit où dormir. « La nuit a été difficile pour les sinistrés, les uns dormaient chez des familles proches ou des amis, tandis que d’autres ont dormi dans les couloirs du quartier » a raconté le chef du Fokontany, Randrianiaina Teloson. Il semblait donc essentiel de venir en aide à ces personnes qui n’ont plus de toit, et ce dans les plus brefs délais. Ainsi, dès la matinée, les équipes du MPPSPF et du BNGRC ont programmé une descente sur le terrain afin de doter les victimes de quoi tenir bon : 40 sacs de riz blanc, 20 sacs de légumineuses, 250 pièces d’assiettes, 250 pièces de cuillers, 70 seaux, 70 marmites, 70 couvertures, 5 sacs de friperies, 10 paquets de cahiers et 10 boîtes de stylos.

5 blessés. Cet incendie a fait cinq blessés selon le chef du Fokontany et les responsables trouvés sur place. Lors de notre passage, nous avons pu remarquer que ces derniers étaient encore parmi les leurs et non dans un centre médical. La ministre de la population, ayant entendu la nouvelle a promis de transmettre rapidement  le message aux autorités compétentes, afin que les blessés puissent être pris en charge. Elle a également souligné que ces dons sont le fruit de la collaboration et de l’entraide entre le gouvernement, les différentes associations et les députés.

Rappel des faits. Petit rappel sur les origines de l’incendie, ce serait un enfant qui a joué avec une bougie qui serait à l’origine de cet incendie. Le feu s’est déclaré vers 19 h du soir et n’aurait été maîtrisé que deux heures plus tard malgré l’intervention rapide des pompiers. Malheureusement, rien n’a pu être récupéré, même les cochons élevés par les sinistrés ont péri dans les flammes. Le chef du Fokontany lance donc un appel à toutes les personnes qui peuvent venir en aide aux habitants ; « nous avons grandement besoin d’aide, qui que vous soyez et quel que soit votre don, nous avons besoin de vous » a-t-il dit.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

INCC : 38 futurs opérateurs commerciaux formés

Lors de la sortie de la 11e et 12e promotion à la CCIA.

L’Institut National du Commerce et de la Concurrence (INCC) vient de former 38 futurs opérateurs commerciaux pour une durée de trois mois.

Ils sont issus de la 11e et de la 12e promotion baptisées respectivement « Voatefy » et « Mpandrefy ». «Nous ne formons pas de salariés mais de futurs opérateurs qui vont œuvrer notamment dans le domaine du commerce international. Ils seront ainsi des exportateurs », a expliqué Rasoavelona Victorine, le directeur général de l’INCC lors de la sortie officielle de ces deux promotions hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo.  Notons que l’INCC constitue un établissement public se chargeant de la formation professionnelle spécialisée dans le commerce international, est appuyé par le secteur privé. En effet, il contribue au renforcement de capacité des acteurs oeuvrant dans ce secteur d’activité.

Maîtrise des techniques. « Dans le cadre de notre formation, même à cycle court, nous, les apprentis, avons maîtrisé toutes les techniques du commerce international. A titre d’illustration, c’est la première fois que j’ai entendu parler du terme « Incoterm » qui sert à définir les droits et devoirs des acheteurs et vendeurs participant à des échanges nationaux et internationaux. Nous avons étudié 17 matières. A part le marketing international servant à percer le marché extérieur, la maîtrise des normes et qualité, constituent un des points importants de cette formation. Je travaille dans le secteur BTP mais j’envisage de me lancer dans l’exportation des produits agricoles en se professionnalisant au sein de l’INCC », a témoigné Razafiarison Zakanavalona, le major de la promotion « Voatefy ».  A cette occasion, il a interpellé le ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, la tutelle de cet institut, pour faciliter les procédures de délivrance d’un agrément à l’exportation des produits agricoles, telle que la vanille, au profit des nouveaux exportateurs.

Voyage d’études. Il faut savoir que les apprentis doivent effectuer un voyage d’études pendant une semaine au niveau du port de Toamasina pour pouvoir bénéficier d’une attestation délivrée par cet institut. En effet, « ils vont constater de visu toutes les étapes et les procédures d’exportation qu’ils ont acquises durant leur formation théorique. Cela peut commencer par les opérations de débarquement ou d’embarquement des navires, en passant par le transit jusqu’aux procédures de dédouanement des marchandises. Les assurances, le fret aérien, le transport et toutes les opérations liées au commerce, ne sont pas en reste. Les étudiants auront également l’occasion de visiter Ambatovy pour voire tous les processus d’exploitation jusqu’à l’exportation de ses minerais », a conclu le directeur général de l’INCC.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Football : Don de Nino à l’Ajesaia !

Le DG de Nino Design International, Jocelyn Razafimamonjy (au centre) avec les membres de l’Ajesaia dont Jasmina Ravelonarivo (2e à partir de la gauche)

Simple mais empreinte d’une réelle volonté de venir en aide au club, c’est le moins qu’on puisse dire de la cérémonie d’hier où Nino Design International représenté par son Directeur Général, Jocelyn Razafimamonjy, a offert deux jeux de maillots à l’équipe de l’Ajesaia des moins de 23 ans qui dispute actuellement le championnat de Bongolava à la place de l’autre formation qui fait partie de l’élite nationale.

« C’est un geste spontané car je me sens lié à Mamy Gervais Randrianarisoa dont je suis en quelque sorte le parrain, mais qui reste un des meilleurs joueurs de l’Ajesaia », explique Jocelyn Razafimamonjy qui affirme ainsi son dévouement pour le football et qu’il entend servir puisqu’il fait partie des nouveaux membres du comité exécutif de la Fédération Malgache de Football.

Le président de l’Ajesaia Jasmina Ravelonarivo, a remercié vivement le DG de Nino Design International tout en affirmant qu’il est tout aussi fier d’arborer une marque bien malgache. « Une marque qui n’a pas peur de la comparaison », affirme-t-il avant de préciser que, ce genre d’aide permet à l’Ajesaia de remplir son rôle d’éducateur ainsi que la formation de la relève.

Sur ce dernier point, Jasmina Ravelonarivo lance un autre appel pour bénéficier d’autres terrains, même d’entraînement car celui d’Antanikatsaka n’arrive plus à répondre aux besoins de ce club fort de quelques 870 joueurs répartis dans toutes les catégories d’âge.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme – Jeux Africains : Olga Razanamalala en finale du 400 m haies

Olga Razamalala à l’extrême droite de la photo est en finale du 400 m haies.

Elle sera sur la ligne de départ de la finale du 400 m haies ce soir. 

Les deux dernières représentantes de l’athlétisme malgache étaient en action hier sur la piste du Stade Olympique Prince Moulay Abdellah, Rabat. Olga Razanamalala, la hurdleuse spécialiste du tour de piste a arraché sa qualification pour la finale de la compétition.  Engagée dans la troisième série des éliminatoires, Olga, la médaillée d’or des Jeux des Iles de l’Ile Maurice, a terminé troisième avec un chrono de 59’’78 derrière la Sud-Africaine, Wenda Nel (57’’85) et l’Ethiopienne, Gadecha Kama (59’’05). La finale est prévue cet après-midi à 18h45’. Elodie Embony après avoir disputé la finale du 4 x 100 m la veille ,a pris la cinquième place de sa série du 200 m. Elle a réalisé un temps de 24’’30 contre 23’’86 pour la Botswanaise Loungo Matlhaku, vainqueur de sa série. Les grandes favorites de cette course étaient toutes exactes au rendez-vous dont l’Ivoirienne Talou  Marie Josée, qui a remporté sa série en 22’’96, et la Gambienne Bass Gina en 23’’08. « Il faut reconnaitre que le niveau ici est tellement élevé où nombreuses athlètes ont des chronos de 23’’. Nous demandons ainsi aux responsables étatiques de voir de très près notre situation, et surtout les conditions d’entrainement. Avec le rythme auquel nous évoluons, allier travail et préparation c’est compliqué, il faut que toutes les chances seront mises de notre côté » a fait savoir, Elodie Embony. Mercredi soir, l’équipe du relais 4 x 100 m dames formée par Sidonie Fiadanantsoa, Olga Razanamalala, Koloina Nomenjanahary et Elodie Embony a pris la cinquième place créditée d’un temps de 46’’02, moins bon que lors des demi-finales en 45’’82. Cette course qui a été remporté les Nigérianes en 44’’46 suivi des SudAfricaines en 44’’61 et des Kenyanes en 45’’44. Beaucoup restent à faire pour l’athlétisme malgache pour espérer titiller les athlètes du continent, non seulement au niveau de la forme physique.

T.H