Les actualités Malgaches du Mercredi 30 Mai 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara437 partages

Jour J-1 pour la nomination du Premier ministre : Christine Razanamahasoa présentée ce jour par le MAPAR

Moins de deux mois après son expulsion manu militari à Amparibe, Christine Razanamahasoa pourrait emménager au Palais de Mahazoarivo.

Magistrat de premier grade, ex-Garde des Sceaux, ancienne présidente de l’Assemblée nationale, députée élue à Ambatofinandrahana and last but not least, coordinatrice nationale du MAPAR, elle est en pole position dans la course à la Primature. Le second de la liste serait aussi un député issu du corps du corps de la magistrature et ex-ministre de la Justice.

« Le Président de la République met fin aux fonctions du gouvernement et procède à la nomination d’un Premier ministre de consensus, dans un délai de 7 jours pour compter de la publication de la présente Décision, sur une liste d’au moins trois noms, conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution et aux termes de l’Avis n°01-HCC/AV du 17 février 2014 portant interprétation des dispositions de l’article 54 de la Constitution et sur la base de l’Arrêt n°11-CES/AR du 06 février 2014 portant proclamation officielle des résultats définitifs des élections législatives de la IVe République ».

Tête de liste. Fort de ces dispositions de l’article 4 de la Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018 relative à une requête en déchéance du Président de la République Hery Rajaonarimampianina, le MAPAR va présenter aujourd’hui une liste de trois Premiers ministrables au président de la République à Iavoloha avec copie à la HCC à Ambohidahy. Le nom de Christine Razanamahasoa qui est une des figures de proue des 73 députés pour le changement, figurerait en tête de liste, selon les bruits qui circulent sur la Place du 13 Mai et dans les coulisses du MAPAR à qui revient la présentation du Premier ministre puisque ce parti avait remporté le plus grand nombre de sièges aux législatives selon l’Arrêt de la Cour Electorale Spéciale.

Compétence. « Le Président de la République nomme le Premier ministre présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale », selon l’article 54 de la Constitution. Sans préciser expressément s’il s’agit d’une majorité absolue ou relative. En revanche, l’Avis de la HCC sus cité souligne clairement que « la présentation du Premier ministre ne relève pas de la compétence de l’Assemblée nationale et partant des députés mais bien de celle du parti ou du groupe de partis ayant présenté des candidats aux élections législatives, à l’exclusion expresse et évidente des indépendants qui, dès leurs candidatures, n’ont pu se regrouper sous la bannière d’une idéologie commune et unique ». Autrement dit, la présentation du Premier ministre relève de la compétence des instances dirigeantes du parti ou du groupe de partis qui a placé le plus grand nombre de députés.

Trois critères. Le même Avis du 17 février 2014 auquel se réfère la HCC dans sa Décision du 25 mai 2018 d’ajouter que « la délibération de l’organe de décision du parti ou du groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale devrait être présentée au Président de la République par les députés élus de ce parti ou de ce groupe de partis ». C’est à ce titre que le regroupement politique MAPAR va remettre ce mercredi 30 mai – à Jour J-1 du délai fixé par la HCC – trois noms dont le dénominateur commun est de répondre à trois critères : Primo, être membre du MAPAR ; secundo, être fidèle et loyal envers la ligne du parti ; et tertio, avoir une expérience de l’Administration ».

Clé de répartition.  Si les deux premiers critères sont d’ordre politique, le troisième est technique car « le Premier ministre est le chef de l’Administration » d’après l’article 65. 10 de la Constitution qui fixe les prérogatives du locataire de Mahazoarivo. Ce dernier se trouve même renforcé par la Décision de la HCC en date du 25 mai 2018 qui réduit considérablement les pouvoirs du chef de l’Etat. Lequel n’a plus de domaines réservés aux termes de l’article 7 de la Décision en question qui stipule que « le Président de la République nomme les ministres de souveraineté sur la base d’une clé de répartition convenue avec les forces politiques, proportionnellement aux dispositions de l’Arrêt n°11-CES/AR.14 sus visé ». La plus grande proportion devrait donc revenir au MAPAR qui avait raflé 49 sièges. Contre 20 pour le TIM et une dizaine pour le VP/MMM.

 « Tapaka sotro fihinanana ». Pour sa part, le HVM n’avait aucun député, même s’il devait recruter dans les rangs des deux premiers groupes parlementaires, au mépris de l’article 72 de la Constitution qui interdit le nomadisme politique aux députés, sous peine de déchéance. C’est d’ailleurs le motif de la requête déposée hier à la HCC par les partis dont les députés ont été débauchés par le HVM. Un parti rattrapé aujourd’hui par le passé avec le revirement de jurisprudence de la HCC qui vient d’accorder la clé de répartition au MAPAR, au TIM et au VP/MMM.  Ce trio est le « tompon’ny lakile » pour reprendre la célèbre chanson de Dah’Mama. De son côté, le HVM rappelle le tube de Mario « Folaka la clé ». Avec la nomination du nouveau PM et la dissolution du gouvernement, les « Cravates bleues » vont être « Tapaka sotro fihinanana ».

R.O

Midi Madagasikara55 partages

« Risques pays » : Madagascar toujours dans la catégorie des pays à risque élevé

Espérons qu’il n’y aura plus un lundi noir comme en janvier 2009.

Si des solutions concertées ne sont pas trouvées rapidement pour mettre fin à la crise postélectorale, le pays risque de nouveau de tomber dans un marasme économique.

Les analystes de la Coface ont vu juste. Dans sa dernière évaluation des risques pays pour Madagascar, la Compagnie Française d’Assurances pour le Commerce Extérieur avait prévu que « l’organisation des élections présidentielles (de 2018) présente un risque non négligeable », en faisant notamment référence à « l’épineuse question de l’éligibilité des candidats potentiels comme Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. »

Coup d’Etat. Actuellement, les dissensions politiques nées de cette polémique sur les prochaines élections présidentielles risquent, une fois de plus de faire tomber le pays dans le marasme économique. En effet, les conséquences désastreuses du coup d’Etat de 2009 sont encore perceptibles. Et elles risquent encore de s’aggraver si une issue constitutionnelle n’est pas trouvée rapidement afin d’éviter une autre crise économique. Faut-il en effet rappeler que depuis 2009, Madagascar a rejoint, dans le classement de la COFACE, le rang des pays à risque très élevé. Plus exactement la classe D qui est au plus bas du tableau des « risques-pays » établis par la COFACE. Depuis le retour à l’ordre constitutionnel avec l’élection de Hery Rajaonarimampianina à la présidence de la République en 2013, les programmes de relance ont été repris. Et comme il est facile de détruire, comme on l’avait fait en 2009, mais très difficile de reconstruire, la reprise économique n’a pas pu se faire que très lentement. Une reprise timide freinée par les aléas climatiques. « En 2017, la croissance, freinée par le passage violent du cyclone Enawo, alors que l’île se remettait à peine de la sécheresse provoquée par le phénomène climatique El Niño, a stagné » selon la COFACE qui estime que 2018 aurait pu être la période de la reprise.

Elan retrouvé. La COFACE confirme cette reprise en annonçant : «Toutefois, l’élan retrouvé depuis la crise politique (2009-2013) devrait reprendre sa marche en 2018. Après deux années de mauvaises récoltes, l’activité du secteur agricole, qui représente près d’un quart du PIB, devrait être plus porteuse. Dans le secteur secondaire, l’agro-industrie bénéficiera, notamment, de la montée en puissance des usines sucrières de Nosy-Be et Morondava. De son côté, l’industrie textile devrait continuer à jouir de la réintégration de Madagascar à l’African Growth and Opportunity Act (AGOA). Ce secteur devrait également être l’un des principaux bénéficiaires de l’adhésion de l’île à l’Afreximbank en juin 2017. Les perspectives pour le secteur du tourisme s’éclaircissent également après avoir souffert de la mauvaise publicité offerte par la crise politique, bénéficiant, de plus, d’une dynamique de croissance plus positive en Europe (dont est originaire la majorité des touristes). Identifié pour son potentiel dans le Plan National de Développement 2015-2019 (PND), le tourisme bénéficie de l’afflux d’investissement public. L’investissement dans le cadre du PND, visant à développer les infrastructures, devrait donc continuer à tirer la croissance, également dans le secteur de la construction. L’activité dans ce secteur bénéficiera aussi des travaux de reconstruction consécutifs au passage d’Enawo. L’adhésion de l’île à la Banque asiatique de développement pour les infrastructures (AIIB) pourrait également permettre de soutenir de nouveaux projets. En revanche, malgré la baisse de l’inflation, en lien avec l’inflexion attendue des prix des biens alimentaires, la consommation des ménages devraient rester contrainte. Toujours élevée, elle se fera ressentir, alors que plus de 80 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Malgré des perspectives globalement plus positives, la montée des tensions et de l’incertitude politique à l’approche des élections 2018 constitue un risque significatif dans un pays qui se remet à peine d’une crise politique majeure ».

En somme, les ambitions démesurées des politiciens malgaches ont fait beaucoup de mal à Madagascar qui reste encore et toujours dans cette catégorie des pays à risque élevé pour les investissements. Une crise de plus ne fera qu’empirer les choses.

R. Edmond
News Mada45 partages

Biennale du portrait : Jean-Nirina s’envolera pour la Bosnie

Après une participation remarquée en 2011 et 2015, Jean-Nirina Razafindralambo tentera un nouveau coup de poker artistique à la 17e édition de la Biennale internationale du portrait (Interbifep), qui se déroulera du 17 septembre au 2 novembre, à Tuzla, en Bosnie-Herzégovine.

Plus de 900 œuvres réalisées par 244 artistes issus de 44 pays du monde ont été en lice cette année. La sélection officielle des œuvres s’est tenue du 16 au 21 mai. Et selon l’avis des membres du jury conduit par Samir Soufi, «163 artistes répartis dans 43 pays ont été sélectionnés pour cette édition pour une exposition, une rencontre et un atelier et à l’issue desquels une bonne dizaine de prix seront décernés». En ce qui concerne le continent africain, trois porte-étendards venant d’Égypte, de Madagascar et de l’île Maurice ont été retenus.

Style

«J’ai tout simplement  nommé la toile Style, un tableau fraîchement achevé, qui reflète la vie d’un couple et la mémoire de nos émotions, avec un amalgame de figuratif contemporain et d’impressionnisme», raconte Jean Nirina, sélectionné pour la troisième fois à Interbifep.

«L’art n’a aucune limite ni frontière, pour moi. Pour un artiste local, la seule opportunité pour percer dans le milieu international est de participer à ce genre d’évènement. Une fois que vous êtes sélectionné dans une résidence artistique, une biennale ou une triennale, les connaisseurs et les collectionneurs vont entendre parler de votre nom et surtout de votre œuvre. Cela constitue un grand pas vers l’avant», analyse-t-il.

La Galerie internationale des portraits de Tuzla a ouvert ses portes, pour la première fois, en 1964 et compte dans ses collections plus de 4500 œuvres d’artistes internationaux et des Balkans. Depuis 1980, la galerie a mis sur pied la Biennale internationale du portrait (Interbifep), une des manifestations culturelles internationales les plus importantes dans les Balkans, qui rassemble régulièrement des artistes des quatre coins du globe, dans les domaines du dessin, de l’art graphique, de la photographie et de la vidéo.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara38 partages

Jean Omer Beriziky : Pour la dissolution de toutes les Institutions

L’ancien Premier ministre de consensus Jean Omer Beriziky exprime sa consternation par rapport  à la décision de la Haute Cour Constitutionnelle sur la requête aux fins de déchéance du président Hery Rajaonarimampianina. « Une décision strictement politique qui ne tient pas compte des paramètres juridiques ni des aspirations populaires. », estime-t-il. L’ancien locataire de Mahazoarivo pense que « cette décision ne favorisera pas l’apaisement politique, nécessaire pour la tenue d’élections libres, transparentes et démocratiques. D’autant plus que ce n’est pas la première fois que les Juges constitutionnels accordent leur clémence au président de la République. C’était également le cas lorsqu’Ambohidahy a prononcé le Pacte de responsabilité. Un Pacte qui n’a jamais vu le jour ». « C’est décevant de voir que dans l’article 2 de sa décision, la Haute Cour Constitutionnelle constate que Hery Rajaonarimampianina n’a pas respecté les dispositions constitutionnelles concernant la mise en place de la Haute Cour de Justice, pourtant elle n’ose pas prononcer la sanction prévue par la Constitution », a martelé Jean Omer Beriziky. Selon ses dires, « la loi doit être appliquée à la lettre. Une constatation de non mise en place de la HCJ signifie une déchéance ». L’ancien Chef du gouvernement dénonce aussi un deux poids deux mesures des Hauts conseillers. Et lui de rappeler que l’ancien président de la République, feu Zafy Albert a été déchu simplement à cause d’un retard constaté dans la promulgation d’une loi. « La HCC aurait dû prendre une décision exemplaire, car ce genre d’impunité risque de faire jurisprudence dans l’avenir », a-t-il martelé.

Gouvernement e techniciens. Tout en confirmant sa candidature pour la prochaine élection présidentielle, Jean Omer Beriziky a aussi touché mot du processus électoral. Selon ses dires, « le scrutin ne devrait pas être organisé de façon hâtive, car on devrait encore se pencher sur la CENI et sur les lois électorales qui ont provoqué cette situation de crise ». L’ex-Premier ministre réclame la réouverture de la liste électorale au niveau des « Fokontany » afin que les électeurs puissent encore y vérifier leur nom. « 30% des personnes en âge de voter ne sont pas encore inscrites sur la liste », a insisté le Docteur Ravahatra, un de ses proches collaborateurs. En quelque sorte, Jean Omer Beriziky est contre une élection anticipée. « La CENI a déjà proposé la tenue du scrutin au mois de mai 2019 », a-t-il rappelé. Pour résoudre la situation de crise actuelle, le futur candidat à la Présidentielle propose la dissolution de toutes les Institutions actuellement en place, y compris la Présidence de la République, le Gouvernement et la Haute Cour Constitutionnelle. Selon ses dires, l’organisation des élections devrait être confiée à un gouvernement de techniciens. Au cours d’une conférence de presse organisée dans son domicile à Ankadivato avec à ses proches collaborateurs dont Maître Willy Razafinjatovo (Olala), Jean Omer Beriziky a déclaré qu’il n’adhèrera pas au gouvernement de Transition.

Davis R

News Mada37 partages

Pisciculture : une alternative à la production agricole

A Madagascar, le poisson issu de la pêche continentale est une denrée de moins en moins disponible du fait de la croissance démographique et de la forte diminution des captures qui variaient de 130.000 t en 2010 et 95.000 t en 2014, selon la FAO. Aussi, la consommation annuelle est faible (4,6 kg/habitant en 2014), toujours selon la FAO et le prix du poisson est élevé (entre 10.000 et 15.000 Ar/kg actuellement).

Mais aujourd’hui, et ce depuis ces cinq dernières années, la pisciculture intéresse davantage les agriculteurs et éleveurs. De plus en plus d’agriculteurs, notamment de riziculteurs, se professionnalisent en la matière. En effet, la filière constitue une alternative à plusieurs paysans.

La pisciculture, en particulier la rizipisciculture, est facilement assimilable. Toutefois, une production de qualité exige un savoir-faire et une maitrise des techniques d’élevage, d’après un technicien formateur de l’APDRA pisciculture paysanne. Ce dernier a cité, en l’occurrence, les techniques d’aménagement des bassins piscicoles, la gestion de l’eau pour un moindre coût de production, et  l’utilisation d’engrais peuvent aussi se faire, la programmation de la collecte…

Pisciculture économe

La pisciculture continentale est classée comme une activité à faible investissement, mais à bénéfices élevés. Cette activité est également caractérisée par un rapide retour sur investissement tout en jouant un rôle indéniable en tant que source de revenus pour la population.

Au niveau des petits producteurs, leurs moyens de production sont encore archaïques et ne leur permettent pas d’accéder à de nouveaux sites de pêche.

Mais la pisciculture «paysanne» est encore trop souvent vue par les services agricoles comme une activité de subsistance, peu productive et pouvant tout juste subvenir aux besoins de ceux qui la pratiquent. Elle est donc souvent délaissée par ces institutions au profit de la pisciculture industrielle, jugée plus apte à nourrir les populations.

Arh.

News Mada17 partages

Kila ilay Sprinter : niren-doza ireo ben’ny Tanàna avy eny Antsonjombe

Nidiran’andro, saingy mba nieren-doza ihany ireo ben’ny tanàna maromaro, avy any amin’ny Faritra Sofia, nakarina manokana hamonjy ilay famoriam-bahoaka nataon’ny HVM, teny amin’ny Coliséum, ny asabotsy lasa teo. Nirehitra ka may kila tao Port Bergé ilay taksiborosy Sprinter nitondra azy ireo hiverina nody.

 Ny vola tsy azo ny entana may! Kila hotohoton’ny afo ny taksiborosy Sprinter iray nitondra ireo ben’ny Tanàna HVM avy nanatrika ny hetsika nokarakarain’ireo depiote manara-dia ny fitondrana HVM teny Coliséum. Araka ny loharanom-baovao, teo amin’ny 20 km tsy hidirana an’i Port Bergé no nitrangana ny loza. Nanana olana tao amin’ny motera ilay taksiborosy ka niangavy ireo ben’ny Tanàna rehetra mba hivoaka haingana ny mpamily. Nivoaka haingana avy ao anaty fiara ireo ben’ny Tanàna, kanjo nirehitra tampoka ny fiara taorian’izay. Raikitra ny fifanjevoana satria samy nanao izay ho afany tamin’ny famonjena ny fiara ireo ben’ny Tanàna. Tao ireo nanavotra ny entana nipetraka teny amin’ny fitoeran’entan’ny fiara. Nijoalajoala ary tsy voafehy intsony ny afo ka tsy nisy noraisina intsony ilay fiara taksiborosy. Ben’ny Tanàna avy any amin’ny faritra Sofia ny ankamaroan’ireto ben’ny Tanàna nidiran’andro ireto. Fotoana fohy taorian’izay, tonga nanao fanafihadiana teny amin’ny toerana nitrangan’ny loza ny zandary avy ao Port Bergé.

Nody maina ireo ben’ny Tanàna…

Ireo minisitra mpiahy sy ny lehiben’ny faritra ary ireo lohandohan’ny mpisorona eo anivon’ny antoko HVM no nisahana ny fanafarana ireo ben’ny Tanàna hiakatra teto an-dRenivohitra. Miisa 1311 ireo ben’ny Tanàna voaasa nandritra iny fihetsiketsehena teny amin’ny Coliseum ny asabotsy teo iny. Nampanantenaina “indemnite” avokoa ireo ben’ny Tanàna nantsoina  hanotrona ireo depiote manohana ny fitondrana. Tafiditra ao anatin’ny fampanantenana tamin’izany ny saran-dalana, ny sakafo ary ny fiantranoana azy ireo. Misy tamin’izy ireo anefa no nody maina tsy nahazo ny anjara vola nampanantenain’ny HVM. Tao aza ireo nitondra tanam-polo namonjy fodiana.

Tsy mbola fay tamin’ilay zava-nitranga niafara tamin’ny fitsimponana kabaro nataon’ireo andian’olona nizarana vary sy menaka teny amin’ny lapan’ny fanatanjahantena ihany ny HVM. Kitoatoa foana!

J.C

Midi Madagasikara17 partages

Procès d’un candidat : Renvoi pour vendredi prochain

Un candidat à la magistrature suprême et ses deux « bodyguards » n’ont pas répondu présents à leur procès d’hier à Anosy. Le premier est à l’extérieur, a-t-on appris et l’un de ses « bodyguards » est encore retenu  à cause d’un décès dans sa famille. Ces motifs ont poussé le tribunal à renvoyer l’affaire pour vendredi prochain. Petit rappel des faits, le candidat aurait ordonné ses gardes du corps à tabasser un individu dans une station-service. Le tout a été enregistré par vidéosurveillance. Une plainte a été déposée auprès de la section des recherches criminelles de la gendarmerie et après une série d’auditions, l’affaire est passée au parquet le mois dernier avant son jugement par la Cour criminelle. La vidéo a fait un « buzz » lorsqu’elle a été partagée sur facebook. Du coup, les internautes suivent avec beaucoup d’intérêt le procès.

D.R  

News Mada15 partages

Ahitana an-dRajao, i Mémé, i Pasitera… : hivoaka DVD, anio, ilay sarimihetsika « Robera »

Hiampy iray indray ny vokatra ho an’ny trano mpamokatra sarimihetsika Maki Prod. Fantatra mantsy fa hivoaka DVD, anio, ary hiparitaka manerana ny Nosy, ilay sarimihetsika « Robera ». Tantara nosoratan-dRamanantenasoa Juliette, ilay nanoratra ny “Benja Kely” ihany, izy ity. Nandrindra sy nanatontosa kosa i Tovomanana sy i Elysé Rafaralahy.Niantso ireo mpilalao sangany sy efa manana traikefa amin’izany ny trano mpamokatra, indrindra eo amin’ny toeran’ny mpilalao fototra. Anisan’ireny Rajao, i Pasitera, i Gégé Rasamoely ary i Mémé, izay zokiny indrindra amin’ireo mpilalao sarimihetsika amin’izao fotoana izao. Mitana ny toeran’ny mpilalao mpanampy kosa ireo mpanao sarimihetsika nofanin’ny Maki Prod, ary efa tazana ao anatin’ireo andian-tantara navoakan’ity trano mpamokatra ity.“Maharitra ora iray eo ny tantara, nezahina hanaraka ny fenitra takin’ny mpankafy. Fito volana ny nandraisana an-tsary izany, izay tontosa soa aman-tsara noho ireo mpilalao efa manana traikefa avokoa. Hozarinay hividy ny kapila tena izy ny mpankafy ka hataonay faran’izany mora azo atao ny vidiny amin’ity”, hoy ny nambaran’i Tovomanana.Raha fintinina, tantarana lehilahy mpanan-karena iray, efa maty vady ary tsy mihatakataka amin’ny manodidina azy, izy ity. Tsy matoky olona ary tsy mahafantatra afa-tsy vola izy. Hita ao anatin’ny tantara ihany anefa ny ilainy ny fiarahamonina…

Zo ny Aina

News Mada5 partages

Evasion : deux ans de prison pour Houcine Arfa

Tant attendue, la décision du tribunal dans l’affaire d’évasion de Houcine Arfa a été rendue hier.

Deux ans de prison ferme assortis d’un mandat d’arrêt. C’est la peine prononcée, hier, par le tribunal à l’encontre de Houcine Arfa, l’ancien conseiller spécial du président de la République, actuellement en cavale en France.

Le médecin de la prison ainsi que les deux agents d’escorte de Houcine Arfa ont quant à eux écopé respectivement d’un an d’emprisonnement et sept mois de prison ferme. Le SG du Syndicat du personnel de l’administration pénitentiaire a quant à lui été condamné à un d’emprisonnement avec sursis. Le tribunal a acquitté au bénéfice du doute l’agent pénitentiaire appelé Faly, ainsi que le chauffeur de taxi. Non satisfait du verdict du tribunal, l’avocat de la défense, Me Willy Razafinjatovo dit Ôlala, a indiqué qu’il est déterminé à épuiser toutes les voies de recours possibles.

En novembre 2017, la justice avait condamné Houcine Arfa à trois ans de prison ferme pour extorsion de fonds et usurpation de fonction. L’ancien conseiller du président a également été poursuivi pour tentative de kidnapping, détention d’arme et de munitions et association de malfaiteurs.

Le 28 décembre, Houcine Arfa a réussi à s’évader dans des circonstances qui restent encore floues, pour regagner la France. Dans ses multiples interventions médiatisées, le fugitif a dénoncé plusieurs hautes personnalités malgaches comme étant ses complices mais aussi curieux que cela puisse paraître, les concernés ne sont nullement inquiétés.

Mparany

 

News Mada2 partages

Diabe nankeny amin’ny HCC Ambohidahy : tafapetraka ny fanonganana ireo depiote 28 nivadika palitao

 Niroso tamin’ny efa nambarany amin’ny  hametrahana ny fitoriana fanonganana ireo depiote namadika palitao ny solombavambahoaka ho an’ny fanovana,  omaly. Nanatitra izany  eny amin’ny HCC Ambohidahy izy  ireo, narahin’ireo   vahoaka marobe  mpanohana azy

« Andiany voalohany amin’ireo haongana aloha izao  nametrahana fitoriana fanonganana izao. Tsy azo ekena  eto amin ‘ny firenena intsony  ny  tsy fanarahan-dalàna. Antony nanaovantsika ny tolona  ho amin’ny  fanovana  izany. Tsy ijerena  na iza na iza fa tsy mampandroso ny firenena ny tsy  fanarahan-dalàna…”, hoy izy ireo taorian’ny fanaterana ny antontan-taratasy fitoriana sy fanonganana. Notsiahivin’izy ireo fa azo torina, araka ny voalazan’ny  lalàmpanorenana, ireo depiote nivadika antoko sy loko politika rehefa lany. Nifindra lasy any amin’ny antoko politika hafa rehefa tonga eny anivon’ny Antenimierampirenena.

Miisa  28 ireo  depiote ireo  ary ampahany ihany amin’ireo  haongana. Ahitana depiote Tim miisa roa  :  Andriamitantsoa Benjamin sy Ravahimanana Guillaume. Ho an’ny Mapar  kosa, miisa  14  ka anisan’izany ry Maharante Jean de Dieu  sy Randrianasolo Jean Nicolas. Manampy ireo ny  avy amin’ny MMM, ahitana  ny  depiote Milavonjy Philobert.

Niverina  teny amin’ny kianjan’ny 13 mey izy ireo avy eo nanao ny lahateny  fanentanana toy ny mahazatra. Anisan’izany ny hetsika hatao anio, voalaza  fa  tafiditra amin’ny paikady ka tsy mbola  nambara, omaly, aloha izany.

Maro ireo mpampianatra miaraka amin’ny depiote…

Nanamarika ny hetsika ny fahamaroan’ireo mpampianatra na avy amin’ny sendikà  na fikambanana samihafa.  Anisan’izany ny avy amin’ny Jules  Ferry Faravohitra,  ny LMA  Ampefiloha, ny lycée Ankazondady sy Ambohitrimanjaka. Eo koa ireo CEG manodidina sy ny hafa koa.  Samy nahatonga solontena  avokoa  ary naneho hery tsy mankasitraka ny fitondrana ary nitaky ny fialan’ny minisitra Rabary Paul.

Synèse R.

Midi Madagasikara2 partages

Ministère de la Sécurité publique : Garanties procédurales pendant la garde à vue

Le commissaire divisionnaire Randriambelo Mandimbin’ny Aina Mbolanoro (à l’extrême gauche sur la photo) en train d’expliquer la mise en œuvre des garanties procédurales pendant la garde à vue. (Photo Yvon RAM)

Il faudrait identifier les bonnes pratiques pour mettre en œuvre ces garanties procédurales  ainsi que les outils nécessaires pour leur mise en œuvre effective.

L’association pour la prévention de la torture (apt) en partenariat avec le ministère de la Sécurité publique et le ministère de la Justice ont tenu un séminaire national sur la mise en œuvre des garanties procédurales pendant la garde à vue, hier, au « Development Learning Center » (DLC), à Anosy. Les objectifs étant de comprendre les obstacles et difficultés liées à la mise en œuvre à Madagascar des garanties procédurales. A cet effet, le facilitateur, le commissaire divisionnaire Randriambelo Mandimbin’ny Aina Mbolanoro, a soulevé trois points. Primo, le droit à ce qu’un membre de la famille ou toute autre personne appropriée soit informé de sa détention et du lieu de détention. Secundo, le droit de la personne privée de liberté d’être informée de ses droits, dans une langue qu’elle comprend. Tertio, l’obligation pour l’autorité de détention de remplir un registre indiquant notamment la date, l’heure et le motif de privation de liberté.

Privation. Le commissaire divisionnaire a tenu d’ailleurs à souligner que la torture n’a rien à voir avec l’exercice de ses fonctions. Ce séminaire rentre aussi dans le cadre de la prévention, afin d’éviter les dérapages. C’est ce qui a nécessité notamment la mise en place de l’Inspection Générale de la Police Nationale (IGPN) en 2011. Elle a pour rôle de recevoir les différentes plaintes émanant de simples citoyens. Notons que l’IGPN comprend deux directions, à savoir la direction de suivi et de coordination (éthique et déontologie) et la direction des inspections générales de service. Notons que l’atelier a vu la participation de trente policiers et de quatre magistrats.

Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

CFM : Un accord politique comme Plan B

La HCC serait amenée à donner l’interprétation de certaines dispositions de sa décision.

Un nouveau blocage se profile à l’horizon avec la mise en œuvre de l’article 4 de la décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018.

« Sauf accord politique dans un délai de dix (10) jours, les dispositions de la présente décision sont applicables dans leur intégralité. » Le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » ou CFM prend acte de ces dispositions de l’article 14 de la décision de la HCC relative à une requête en déchéance du président de la République Hery Rajaonarimampianina. En effet, pendant que les débats font rage sur l’interprétation de la décision du juge constitutionnel, notamment en ses dispositions relatives à la nomination du futur premier ministre de consensus, le CFM prend ses responsabilités en réunissant aujourd’hui à partir de 10 h à son siège à Ampefiloha les représentants du président de la République, des trois anciens présidents (Marc Ravalomanana, Andry Rajoelina et Didier Ratsiraka) ainsi que ceux d’autres entités politiques susceptibles d’apporter leur contribution à la résolution de la crise politique actuelle.

Impasse. En fait, le « Conseil du Fampihavanana Malagasy » prévoit déjà un Plan B auquel pourraient recourir les forces politiques en cas d’impasse dans la nomination du Premier ministre de consensus. Ce Plan B servirait d’accord politique auquel fait allusion la HCC dans sa décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018. L’article 4 de cette décision dispose : « Le président de la République met fin aux fonctions du gouvernement et procède à la nomination d’un Premier ministre de consensus, dans un délai de 7 jours pour compter de la publication de la présente décision, sur une liste d’au moins trois noms, conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution et aux termes de l’Avis n°01-HCC/AV du 17 février 2014 portant interprétation des dispositions de l’article 54 de la Constitution et sur la base de l’Arrêt n°11-CES/AR.14 du 06 février 2014 portant proclamation officielle des résultats définitifs des élections législatives de la IVe République. » Force est déjà de constater que la mise en œuvre de cette décision de la Haute Cour Constitutionnelle est confrontée aux divergences des positions des parties protagonistes.

Consensus. « Le CFM n’interfère pas dans la nomination ou dans la recherche du Premier ministre de consensus. Proposer des noms de relève pas de nos compétences. Par contre, il est de notre devoir d’aider les forces politiques à trouver un consensus. Car il ne faut pas oublier que le futur Premier ministre doit être une personnalité de consensus, et ce malgré le fait qu’il soit présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale », précise le président du CFM Maka Alphonse. En fait, la réunion d’aujourd’hui est la suite de celles qui se sont déjà tenues à la Nonciature à Ivandry.

R. Eugène

News Mada1 partages

RN 6 : potika koa ny lalana Antsohihy –Ambanja

Raha tsy mbola manomboka ny fanarenana ny lalana Ambilobe –Antsiranana amin’iny lalam-pirenena fahenina (RN 6) iny, tandindomin-doza koa ny ampahany Antsohihy hatreo Ambanja, mirefy 185 km. Manomboka potika koa ny ankamaroan’ny lalana, feno lavaka, miala tsiyelikely ny godirao, ary miha sahirana ny mpampiasa lalana.

Raha ny filazan’ireo fiara mivezivezy eo, nanomboka tena nihasimba ity lalana ity hatramin’ny rivodoza nisesy tamin’ity taona 2018 ity, sady betsaka koa ny rotsak’orana nandritra ny fahavaratra tany amin’ny tapany avaratry ny Nosy iny.

Tsikaritra koa fa tsy vita araka ny tokony ho izy ilay lalana, natao ny taona 2005-2006-2007 satria tsy vita sosona roa araka ny tokony ho izy, toy ny ampahany Ambondromamy-Antsohihy. Teo rahateo ny krizy 2009 ka tsy tena nanao azy araka ny fenitra ny orinasa nanao azy.

Hany ka mora niendaka ireo godirao, raha vao betsaka ny orana ary izao efa tena ratsy izao. Azo antoka fa sarotra ny hanarenana ity lalana ity satria ny sasany aza, tsy vitan’ny fanjakana, manampy trotraka ny hafa. Lazaina fa hanomboka amin’ny volana jona ho avy io ny lalana RN 5 A mampitohy an’Ambilobe-Vohemar, hataon’ny Sinoa. Ho hita eo ny tohiny. Saika ny Vondrona eoropeanina ny hanao azy saingy lasa ny sinoa indray izay noho ny antony tsy mazava.

Toraka izany koa ny ampahany Ambilobe hatrany Antsiranana, efa nanomezana toky hatramin’izay ary fantatra fa hovatsin’ny Vondrona eoropeanina vola.

Njaka A.

News Mada1 partages

Kianjan’ny 13 mey an-tsary

Na anaty fikambanana na sendika, samy tonga maro avokoa ireo mpampianatra avy eto an-drenivohitra sy ny manodidina.

Tafapetraky ny depiote ho an’ny fanovana, tetsy amin’ny HCC ny fitoriana fanonganana ireo depiote mpamadika palitao.

 Soratra sy sary : Synèse R. sy Fano

News Mada1 partages

Maro anisa manolotra Praiminisitra : an’ny vondrona politika fa tsy ny vondrona parlemantera

Mamoaka ny hevitry ny maro anisa ho an’ny fanolorana ny Praiminisitra ny fandinihana miaraka ny And. 54 sy ny And. 72 ao amin’ny lalàmpanorenana: tsy vokatry ny fivondronana antoko aorian’ny fifidianana fa fizahana fototra fotsiny ihany avy amin’ny voka-pifidianana raikitra nambaran’ny Fitsarana manokana misahana ny fifidianana (CES).

Izay ny fanehoan-kevitry ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC), lah.01-HCC/AV, ny 17 febroary 2014, fivoasana ny fepetra ao amin’ny And. 54 amin’ny lalàmpanorenana momba ny fanolorana Praiminisitra. Voalaza fa namoaka ny antoko na vondrona antoko mijoro ara-dalàna izany, nametraka ny lisitra tokana sy iombonana nandritra ny fametrahana ny firotsahan-kofidina ary nahazo isana solombavambahoaka voafidy be indrindra.

Nambaran’ny HCC tamin’ny Andininy voalohany amin’io fanehoan-kevitra io fa: « Ny fanolorana ny Praiminisitra dia anjaran’ny antoko na vondrona mijoro ara-dalàna mandritra ny fametrahana ny filatsahan-kofidina ary nahazo ny isana solombavambahoaka be indrindra tamin’ny fifidianana solombavambahoaka. »

Afangaron’ny HVM ny hoe maro anisa

 Ny mahatonga ny fifandroritan-kevitra ny amin’izay maro anisa manolotra Praiminisitra, araka ny fanapahan’ny HCC, ny 25 mey lasa teo: afangaron’ny HVM amin’izany ny fanehoan-kevitry ny HCC lah. 01-HCC/AV, ny 29 avrily 2015, momba ny fananganana vondrona parlemantera ny fanazavan’ny And. 54 ao amin’ny lalàmpanorenana. Nefa tsy vondrona parlemantera manana maro anisa no manolotra Praiminisitra, fa izay maro anisa tamin’ny voka-pifidianana depiote.

Ny maro anisa amin’ny vondrona parlemantera, araka io fanehoan-kevitry ny HCC ny 29 avrily 2015 io: ny HVM, misy mpikambana 34, natsangana ny 6 jona 2014; ny Mapar, misy mpikambana 25, natsangana ny 3 jona 2014); ny Mapar III, misy mpikambana 21, natsangana ny 30 jolay 2014; ny Tim, misy mpikambana 21, natsangana ny 30 jolay 2014; ny Mapar II, misy mpikambana 10, natsangana ny 19 jona 2014; ny VPM-MMM, misy mpikambana 8, natsangana ny 7 mey 2014…

Ny 11 avrily 2014 no voatendry ny Praiminisitra voalohan’ny Repoblika IV, i Kolo Roger. Tsy mbola nisy vondrona parlemantera nijoro tamin’izany, ary efa adihevitra be ny amin’ny fanolorana Praiminisitra. Nataon’ny mpitondra amboletra ny ny fanendrena, tsy niainga tamin’ny voka-pifidianana depiote na vondrona parlemantera izay mbola tsy nisy rahateo.

R. Nd.

 

News Mada1 partages

Anisan’ny lisitra telo ho PM Razanamahasoa Christine

 Efa vonona ny anarana telo hotendren’ny filoham-pirenena ho  lehiben’ny governemanta sy  ho praiminisitra, miainga avy amin’ny Mapar.  Anisan’ny mitarika ny lisitra ny  depioten’Ambatofinandrahana,  Razanamahasoa Christine. Mety ho vehivavy  izany ny praiminisitra  ary mpahay lalàna koa, manomboka  eto indray.   Anisan’ny mpikambana mavitrika eo anivon’ny depiote ho an’ny  fanovana.  Tsy mbola  fantatra kosa anefa ary mbola  manjavozavo ny anarana roa hafa, hisafidian’ny filoham-pirenena ary mbola avy amin’ny Mapar ihany.

Anisan’ny mason-tsivana nakana azy ireo ny maha mpikambana eo anivon’ny Mapar  azy.  Eo  koa ny traikefa na ny fahaizana mitantana sy misahana ny raharaham-panjakana ankapobeny.

Haterin’ny Mapar eny Iavoloha,  horaisin’ny filoha Rajaonarimampianina, ny  antontan-taratasy momba izany. Hanaovana dika mitovy koa  ny etsy amin’ny HCC Ambohidahy.

Araka izany, andrasana  hatramin’ny zoma  ho avy izao ny  fanendren’ny filoha  ny iray amin’ireo telo ho praiminisitra avy amin’ny maro anisa eny Tsimbazaza, amin’ny alalan’ny Mapar.

Aorian’izany, hanangana ny governemanta ny voatendry eo.  Tsy azo ihodivirana  ny mety hisian’ny praiminisitra lefitra sy ny minisitra avy amin’ny maro  anisa avy amin’ny depiote ho an’ny fanovana. Anisan’izany ny avy amin’ny antoko  Tim  sy ny Malagasy miara-miainga… Tombanana ho vita afaka 10 andro indray  kosa ny  fametrahana izany.  “Horaisintsika am-pifaliana ny praiminisitra sy ny minisitra hotendrena eo…”, hoy ny  depiote ho an’ny  fanovana, afakomaly, taorian’ny dinika momba ireo olona hotendrena ireo.

Synèse  R.     

News Mada1 partages

Jeux africains de la jeunesse : la confusion règne dans le camp malgache

Les fédérations sportives vivent au rythme des désordres organisationnels des responsables ministériels et du Comité olympique malgache, dans la préparation des Jeux africains de la jeunesse (Jaj), du 18 au 28 juillet, à Alger.

Rien n’est plus sûr ! Le camp malgache part du mauvais pied en vue de ces Jeux, faute d’une bonne gestion au niveau de la préparation sous l’égide du ministère de la Jeunesse et des sports (MJS). Non seulement, des changements intempestifs viennent chambouler le planning des fédérations concernées mais le manque de communication du MJS crée également des confusions.

Une négligence qui impactera sur les résultats dans la mesure où elle touche directement les athlètes. En effet, d’après les informations recueillies, le MJS n’a informé la plupart des fédérations sportives de la date du butoir des engagements que quelques jours avant la clôture et les a invitées à définir la liste finale des sélectionnés. Alors que d’autres n’ont pas été avisées de quoi que ce soit.

De ce fait, quelques fédérations ont été obligées de faire le saut en tranchant avant l’heure les noms des sélectionnés alors que, à deux mois de l’événement, les préparatifs sont encore au stade de la présélection, d’autres par contre attendent encore les informations émanant du MJS les concernant.

Revue à la baisse

Et les ennuis ne font que commencer. Après la définition à la hâte de la liste des sélectionnés, les fédérations sont également invitées à dresser une liste réduite. Selon les informations émanant de certaines fédérations, le MJS a décidé de limiter à deux le nombre d’athlètes engagés par discipline.

Ainsi, si le judo, par exemple, a tablé sur l’envoi de huit judokas, il va devoir se faire une raison, tout comme la plupart des autres disciplines. Quoique, cette mesure ne s’applique pas sur les sports collectifs tels le basket à 3 ou encore le volley-ball et le foot.

Naisa

 

News Mada1 partages

Pétanque : place au derby final avec 48 équipes

Le voile est levé sur les 48 équipes en lice de la grande finale du Championnat de Madagascar de pétanque, après la dernière étape qualificative récemment à Toamasina. Un classement qui a été publié au grand bonheur des ténors de la discipline et au grand dam de certains prétendants, qui ont du mal à digérer la formule utilisée pendant cette saison. Un sujet qui a nourri de grands débats mais un terrain d’entente aurait été trouvé pour que les organisateurs aient pu accoucher de cette liste. Cette grande finale avec un grand G se tiendra les 2 et 3 juin au boulodrome de LESH à Ambohimangakely. Presque toutes les forces vives de la pétanque malgaches ont obtenu leur ticket. Notons la présence des duos Taratra-Ram’s, Lesakely-Cobra, Radoko-Mamy Mainty, Tafita-Lavakely, Dolys-Toutoune,…

Rojo N.

Midi Madagasikara1 partages

Secteur EAH : Un besoin de financement de 195 millions USD par an identifié

Seuls 38% des besoins d’investissement dans le secteur EAH ont été financés. (Photo d’archives)

Les résultats de l’initiative Track-Fin constituent un outil d’aide à la décision  permettant d’élaborer un plan sectoriel et un plan national d’investissement dans ce secteur.

L’initiative Track-Fin est actuellement développée dans quinze pays dont Madagascar.  Le projet est réalisé sous le « lead » de l’Organisation mondiale de la Santé en collaboration avec les principales institutions nationales du secteur EAH (Eau, Assainissement et Hygiène), les bureaux nationaux de la Statistique, les départements en charge des finances et les organisations internationales  comme l’OCDE et la Banque Mondiale. L’objectif consiste à mettre en pratique une méthodologie mondialement reconnue afin de suivre les flux financiers de ce secteur au niveau national. Pour le cas de Madagascar, « un besoin de financement de l’ordre de 195 millions USD par an a été identifié pour développer le secteur EAH suite à la présentation des rapports sur les données financières entre 2013 et 2015 ». Andriavelojaona Nirina, le directeur général de l’EAH au sein du ministère de l’Eau, des Energies et des Hydrocarbures, l’a évoqué hier lors d’un atelier de restitution des résultats de l’initiative « Track-Fin »  à Ampandrianomby.

Suivre les dépenses. Cependant, le budget national consacré à ce secteur reste encore très faible, soit à peu près 24 millions USD en 2016, d’après les résultats du GLAAS (Global Analysis and Assessment of Sanitation and Drinking Water) publiés l’an dernier. En outre, 38% seulement des besoins en investissement pour ce secteur ont été financés. Le niveau de participation des usagers et des communautés dans la planification des programmes WASH est également faible. Notons que l’initiative « Track-Fin » consiste à aider les pays à produire des comptes nationaux WASH et à suivre le financement du secteur sur une base régulière et comparative. Les systèmes de collecte, d’analyse et de traitements des données financières seront ainsi renforcés aux fins de l’élaboration de politique et de la programmation concernant ce secteur. Le but est de suivre toutes les dépenses qui y sont réalisées  par l’ensemble des entités économiques notamment les gouvernements, les institutions publiques, les organismes publics et privés, les ONG, les fondations, les bailleurs de fonds, les investisseurs et les ménages.

Nécessité politique. D’après les explications de Didier Allély, un consultant international de l’OMS, beaucoup de pays ont du mal à identifier les informations financières sur la situation du secteur EAH. « Ils n’ont aucune idée du montant payé par les usagers, entre autres. D’où, la collecte des données sur le financement de ce secteur s’avère une nécessité politique. De son côté, Madagascar s’est engagé à consacrer 0,5% de son PIB à l’assainissement tout en augmentant le budget alloué au ministère de tutelle  », a-t-il exposé. En outre, « on encourage également l’utilisation à bon escient de financement servant à l’exploitation ou à la maintenance dans le secteur EAH pour une durabilité des services. En effet, beaucoup d’infrastructures tombent en désuétude faute de financement suffisant pour la maintenance ou en raison du coût d’exploitation plus élevé », a-t-il enchaîné.  La Représentante de l’OMS, Yolande Massimbe, pour sa part, a soulevé que cette organisation s’engage à continuer à appuyer Madagascar pour finaliser le processus. « On ne peut pas atteindre les Objectifs du Développement Durable sans l’amélioration du secteur EAH », a-t-elle rajouté. En tout, les résultats de l’initiative Track-Fin constituent un outil d’aide à la décision  permettant d’élaborer un plan sectoriel et un plan national d’investissement dans ce secteur.

Navalona R.  

Midi Madagasikara1 partages

HCC : 28 députés menacés de déchéance

Une requête en déchéance déposée hier à Ambohidahy.

Les 73 députés pour le changement enfoncent le clou. En effet, après avoir déposé une requête en déchéance contre le président de la République, ces élus de l’opposition s’en prennent actuellement à leurs collègues qui ont changé de groupes parlementaires ou qui ont tout simplement dévié de la ligne de conduite de leurs groupes parlementaires. Hier, une requête y afférente a été déposée à la Haute Cour Constitutionnelle. D’après nos sources, 28 députés dont 22 Mapar, deux TIM et quatre MMM sont visés par cette requête en déchéance.

Mandat impératif. La Constitution de la quatrième République institue le mandat impératif. En son article 72, il est stipulé : « Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire. En cas d’infraction à l’alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute Cour Constitutionnelle. » Les députés élus sous les couleurs des indépendants ne sont pas visés par ces dispositions constitutionnelles. Car une fois élus, ils peuvent adhérer aux groupes parlementaires de leur choix.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Manakara : Anti-bavy novonoin’ny mpiasany, voaroba vola 7 hetsy Ariary

Noho ny firongatry ny tsy fandriampahalemana misy sy ny asan-jiolahy manjaka ankehitriny amina faritra maro eto amintsika (na ambanivohitra io na an-tanànan-dehibe), dia mahatsiaro tena ho tsy voaaron’ny fanjakana noheverina ho Raiamandreny intsony ny olona sy ny fananany. Afak’omaly alina, tany Lokomby Distrikan’i Manakara, dia ramatoa be iray mpivarotra izay efa maty vady, miara-mipetraka amin’ny mpiasany, no notsatohan’ny mpiasany antsy sady norobain’ity farany nentiny nitsoaka ny lelavola fito hetsy Ariary. Rehefa nahita an’ity vaviantitra nitolefika tamin’ny tany nihosin-drà ity lehilahy mpanampiny sahabo  ho35 taona eo ity, ary nihevitra ity farany fa maty noho ny tsatokaa  antsy in-telo nataony ilay renim-pianakaviana. Mbola nahatsiaro tena anefa ny niharam-boina ka niezaka niantso vonjy. Nentina namonjy hopitaly ramatoa be ary mbola miady mafy amin’ny fahafatesana amin’izao. Karohina fatratra kosa ilay mpiasa fangolika, izay tsy mbola hita hatramin’izao ny toerana misy azy, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Sesilany ny fanafihan-dahalo ao Ikalamavony : Olona 15 maty voatifitra, omby an-jatony maro very

Tsy andro tsy alina, raha ny tati-baovao samihafa voaray, dia misavoritaka noho ny asan-dahalo nanao sesilany nanomboka ny fetin’ny pentekoty teo no mankaty, ireo mponina very fanahy mbola velona any amin’ny Distrikan’ Ikalamavony, Faritra Matsiatra Ambony. Ary mampilaza mialoha hatrany na mandefa taratasy ireo malaso mitondra basy mahery vaika rehefa hanafika tanàna ; izay tsy misalasala mamono, sahy mihantsy mpitandro ny filaminana mihitsy, nefa dia misy Kaompania miaramila Holafy 219 sy Borigadin’ny Zandary ny ao Ikalamavony. Afak’omaly antoandro, nanomboka tamin’ny iray ora sy 20 minitra, notafihan’ny dahalo indray ny tanànan’i Vohitsoa, ka nirefodrefotra tsy nifandrenesana ny poa-basy. Talohan’io, ny alahady teo, omby zato mahery tamina vala  efatra norobain’ny andian-dahalo nitam-piadiana tao Ampanivana. Noho ny firongatry ny fanafihan-dahalo ao Ikalamavony tampon-tanàna sy amin’ireo tanàna sy Kaominina manodidina hany sisa manana omby, dia Fokonolona 15 raha ny fantatra no maty novoin’ny dahalo hatramin’ny fiandohan’ity taona ity, ary omby an-jatony maro no very, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

Toliara II : Mpangalatra rain-dahiny tra-tehaka, noborin’olona tamin’ny antsy ny tànany

Leom-boan’anana amin’ny asa ratsy foana ataon’ny tovolahy sahabo  ho25 taona eo, ny mponina ao Ankilimalinike Toliara II, ka raha vao voasambotra noho ny halatra akoho amam-borona ity jiolahy rain-dahiny, afak’omaly hariva, dia noborin’olona tamin’ny antsy ny tanany havanana nentina nanafay tanteraka azy, satria raha ny voalazan’ny tati-baovao voaray, dia sarona nangalatra mangahazon’ny dadatoany teny an-tsaha ity jiolahy ity, ny alahady teo. Nifona mafy izy ary nilaza fa noana, kanefa ny ampitson’io dia izao sarona indray namaky fahitra. Raha ny fantatra, dia telo lahy no niara-nandroba tamin’io andro io. Raha vao nahatazana ny andrimasom-pokonolona anefa ny roa tamin’ireo jiolahy, dia rifatra nandositra, ka mbola karohina fatratra amin’izao. Rehefa nofotorana lalina kosa ity malaso tra-tehaka, dia mafy vava tsy nety nanondro mihitsy ireo namany, na dia rapan’ny daroka sy vono aza rehefa avy nampisotroana ranona vovo-tsavony sy sakay. Tezitra sy tofoka tamin’ity mpangalatra mpamerin-keloka efa nigadra in-droa tsy mety fay (tsy malilo) ity ny olona, ka nanapaka ny tànany.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara1 partages

EDBM : Une Unité PPP pour des contrats gagnant-gagnant

Convaincu de la place du secteur privé dans le processus de développement, notamment en matière de promotion des investissements et de développement d’infrastructures structurants, l’État  via l’« Economic Development Board of Madagascar » (EDBM) avec le soutien financier de la Banque africaine de Développement (BAD), affirme sa volonté de développer les Partenariats Publics-Privés (PPP). Ainsi, une Unité  PPP a été mise en place et est opérationnelle afin d’optimiser les performances du secteur public tout en ayant des contrats équilibrés et réussis, soit gagnant-gagnant. Il s’agit d’un organe expert d’assistance à toutes personnes publiques sous tutelle du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement, qui assiste l’exécution des contrats PPP.

Défendre les intérêts. «Les contrats de PPP englobent souvent des conditionnalités relativement complexes d’octroi de financement. L’État a choisi de mutualiser, au sein de l’Unité PPP, les compétences techniques nécessaires pour accompagner les ministères et pour renforcer les capacités et le savoir-faire de l’État en matière d’exécution de programmes PPP ayant atteint le bouclage de financement», soutient le directeur général de l’Unité PPP, Christian Andriantiana Assomany. Ainsi, l’Unité PPP joue un rôle fondamental entre les Cellules PPP ministérielles et le Ministère des Finances et du Budget  pour permettre la préparation des étapes menant au bouclage des contrats. Dans ce sens, l’Unité PPP les accompagne pour défendre les intérêts de l’État dans l’exécution de ces processus sur financement externe, tout en satisfaisant les conditions suspensives d’accès au financement qui sont relativement nombreuses et complexes.

Sécurisation. Notons que le Partenariat Public Privé est le fruit d’une négociation entre l’État  et le partenaire privé ainsi que les banques. Un projet ne devrait être ainsi éligible que s’il est bancable, structurant et soutenable par rapport aux exigences en matière de finances publiques, fiscales et douanières. Il doit également apporter un « effet d’entraînement » sur le PIB.  En outre, « tout financement de projet PPP se fait de façon externe. L’État présente un certain nombre d’opportunités en matière d’investissements PPP. L’existence de cadre légal permet la sécurisation des investissements et augmente très significativement l’attractivité du pays en matière d’Investissements Directs Etrangers», a précisé le directeur général de l’Unité PPP.  Il faut savoir que Madagascar présente un fort potentiel de projets PPP dans les secteurs clés  dont entre autres  les ports, les aéroports, les routes, les énergies, les infrastructures d’adduction d’eau et barrages hydro-agricoles. Ainsi, les PPP sont incontournables dans les différents secteurs stratégiques pour doper la croissance.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Tsiroanomandidy : Miaramila ray nokapain’olon-tsy fantatra tamin’ny famaky

Mpitandro filaminana iray indray no naratra mafy, rehefa nisy nikapa famaky teo amin’iny lohany, ny faran’ny herinandro lasa teo, tao amin’ny fokontany iray antsoina hoe Fiakarantsoa, kaominina Bemahatazana, distrika Tsiroanomandidy iny.

Tao anatin’ny fanaovana ny asany indrindra no niseho ity tranga tsy nampoizina ity, araka ny fampitam-baovao azo tamin’ny zandamariam-pirenena. Nandritra ny fisafoana ny tanana amin’ny alina mihitsy mantsy izy sy ny mpiambina iray avy ao amin’ny « Zaza mainty » no sendra tojo andian’olona maromaro. Efatra ireto farany raha ny vaovao hatrany. Angamba mety ho fantapantatra ihany hoe olona tsy zoviana amin’izy ireo ireto andian’olona ireto ka nanatona tsy tamim-pisalasalana izy roa lahy. Ary niangavy am-panajana ireto farany ny mba hamonjy ny toerana misy azy ireo tsirairay avy, eo anatrehan’ny firongatry ny tsy fandriam-pahalemana any an-toerana. Nisy iray tamin’ireto olona ireto anefa ny nandà an-kitsirano izany torohevitra izany. Tsy vitan’izay anefa, fa avy hatrany namely famaky ny lohan’ilay miaramila ary nitsoaka nony avy teo. Tsy nokasihan’ireto andian’olona kosa ny fitaovam-piadiana teny aminy tamin’io fotoana io. Voa mafy teo amin’ny faritry ny lohany ity mpitandro filaminana ka nezahana nentina haingana namonjy toeram-pitsaboana. Tsy fahatokisana mpitandro filaminana intsony sa andian’olona saika hanao ratsy ? Eo an-dalam-pikarohana ireto olona nandratra miaramila ireto moa ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Bematazahana, izay nandray an-tànana ny raharaha amin’izao fotoana izao. Efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy kosa ilay naratra. Notazonina any amin’iny biraon’ny zandary kosa ireo fitaovam-piadiana teny aminy.

m.L

Madaplus.info0 partages

Députés du changement: requête aux fins de déchéances de plusieurs députés

Après une requête aux fins de déchéances ratée à l’encontre du président de la République de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina, les députés du changement ont déposé hier, une requête aux fins de déchéances à l’encontre de plusieurs députés qui ne suivent pas le règlement intérieur de l’Assemblée Nationale.
22 députés MAPAR (parti d’Andry Nirina Rajoelina), 3 députés TIM (parti de Marc Ravalomanana) sont sur la liste de cette requête aux fins de déchéances déposée par les députés du changement hier à la Haute Cour Constitutionnelle d’Ambohidahy hier. Ces derniers d’expliquer que ces députés ont quitté le parti sous lequel, ils ont été élus. Or cela va à l’encontre du règlement. Un nouveau feuilleton qui attirera surement les yeux des observateurs politiques.
News Mada0 partages

Alaotra : tohanan’ny Japoney ny fambolem-bary

Sompitra iray lehibe amin’ny voly vary eto amin’ny Nosy ny any Alaotra, ary efa hatry ny ela. Hita ihany anefa taona maromaro lasa fa somary nihena ny vokatra noho ny antony maro, anisan’izany ny fotodrafitrasa tsy ampy. Manampy ny any an-toerana, noho izany, ny Japoney.                

Ny Japoney no mahay mitaiza ny Malagasy handrosoany ?  Napetraky ry zareo ny fanamby : “hanaovana asa fanajariana lehibe ry zareo mpamboly raha mahatratra 60 % ny faharisihan’izy ireo manefa ny saram-pikojakojana ny fotodrafitrasa ao amin’ny faritra fambolem-bary iray PC.23, any Morarano-kraoma” (Amparafaravola). Tanterak’ireo mpamboly tokoa ny anjara tandrify azy, koa tanterahin-dry zareo Japoney ny tandrifiny, ny fametrahana vato ho fanombohana ny fotodrafitrasa, mitentina 30 tapitrisa dolara. Nitarika ny fotoana tao Sahabe, ny 25 mey teo, ny filohan’ny Repoblika, Rajaonarimampianina.

Vola tsy averina izany hanatsarana ny fampidiran-drano ho an’ny voly vary ao amin’ny PC.15. Toe-tsaina toa mahazatra eto ny tsy fanajana sy tsy fikojakojàna zava-bita. “Tsy hisy tetikasa hafa indray ve rehefa simba !”, hoy ny sasany. Voaporofo izao fa azo atao tsara ny  ezaka raha misy tambiny. Sa leon’ny fampanantenana poakaty ny Malagasy ka zary miraviravy tanana hatramin’ny fandraisana andraikitra mahasoa azy ? Ny minisitra misahana ny Fambolena sy Fiompiana tamin’ny fotoan’androny moa vaky vava mihitsy hoe, “tsy mahalala ny Japoney  afa-tsy io PC.23 io !”.

Tsy vao izao tokoa ny niasan’ny Jica ao amin’io fari-pamokarana io ka fantany tsara ny fipetraky ny olana. Ary nokarakarainy talohan’izao ny fiarovana ireo sahandriaka tamin’ny alalan’ny tetikasa BVPI sy Prodair, ary izao ry zareo nidina an-tanimbary izao.

“700.000 ha ny sahandriaka mila arovana manodidina an’Alaotra. “Manoloana izany, manana ny vinavina ry zareo Japoney ; ny aty koa, efa vonona. Tsy vita herintaona ny fandrakofana ala ny tanety rehetra. Zana-kazo 5.000 isan-taona no vitanay federasiona Tsaravoy”, hoy Randriarisoa Ernest, isan’ireo mpamboly mahazo tombontsoa. Efa misy ary milofo miasa ireo tantsaha mampiofana ny namany.

Rarivo

News Mada0 partages

EDBM sy ny Bad : fampiroboroboana ny fiaraha-miasa 3P

Mamaritra ny fampiroboroboana ny fiaraha-miasa eo amin’ny fanjakana sy ny tsy miankina (3P), ny lalàna lah. 2015-039. Tafiditra ao anatin’izany ny fanamboarana fotodrafitrasa isan-tsokajiny, toy ny seranan-tsambo, ny seranam-piaramanidina, ny lalana, ny angovo, ny fampidirana rano madio fisotro, ny tohodrano ho an’ny fambolena, sns. Napetraka ny rafitra manokana, vondrona 3P miandraikitra ny famolavalona ny fifanarahana amin’ny tsy miankina, miara-miasa amin’ny rafitry ny ministera voakasika. Miahy ity rafitra vaovao ity ny rafitra fampiroboroboana ny toekarena eto Madagasikara (EDBM), vatsin’ny Banky afrikanina ho an’ny fampandrosoana (Bad).

 Nilaza ny tale jeneralin’ny vondrona 3P, Andriantiana Christian Assomamy, fa sarotra matetika ny fifanarahana 3P, ka misahana ny lafiny teknika manohana ireo minisitera isan-tsokajiny sy ny fanjakana amin’ny fanatanterahana azy ny vondrona 3P. Miara-miasa amin’ny minisiteran’ny Tetibola sy ny vola ny vondrona 3P ary ireo sampana 3P isaky ny minisitera mamolavola ny fifanarahana.

Hampitombo ny vola vahiny azo

Tanjona ny samy hahazoan’ny andaniny sy ny ankilany, ny fanjakana sy ny orinasa tsy miankina, mba tena hitondra fampandrosoana ny toekarena. “Iaraha-mahalala fa mahafehy tsara ny lafiny teknika sy ny lalàna ny orinasa tsy miankina, ka mila vondrona afaka miatrika azy ireo, manana ny fahaiza-manao amin’izany koa ny fanjakana”, hoy ihany ny tale jeneraly.

Nanazava koa ny tale jeneraly fa mampiavaka ny 3P koa ny tsy fampiasan’ny fanjakana vola ao anatin’ny fifanarahana, fa avy amin’ny banky vahiny samihafa, ka vao mainka mampitombo ny fampidirantsika vola vahiny (devizy). Tsy mampiasa vola vahiny intsony ny fanjakana amin’izany.

Anisan’ny ahitana taratra ny fifanarahana 3P voalohany ny fitantanan’ny orinasa tsy miankina ny seranam-piaramanidina Ivato sy Nosy Be. Famindram-pitantanana nomen’ny Adema ny orinasa tsy miankina. Mahatratra 200 tapitrisa euros ny fampiasam-bola, ka avy amin’ny banky vahiny dimy ny 70%  (ny IFC ao amin’ny Banky iraisam-pirenena, ny DBSA, ny Proparco, ny EAIF, ny CA-AIB). Maromaro koa ny voakasika ao anatin’ny fifanarahana ahitana ny Bouygues bâtiment international, ny Colas, ny Aéroport de Paris, ny Méridian Africa amin’ny alalan’ny Ravinala Airports S.A.

Manodidina ny 3 tapitrisa euros isan-taona ny haba azo avy amin’ireo seranana roa ireo,  ahafahan’ny Adema mifantoka amin’ny hanatsarana ny seranana 10 hafa tantaniny.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Fampiofanana “Rel” : malalaka ny fampiasana antontan-kevitra nomerika

Manaraka fiofanana mahakasika ny karazana fitaovana enti-mampianatra, fitaovana ianarana azon’ny mpampianatra sy ny mpianatra ampiasaina malalaka, azony ampiana azo analana (Rel) ireo mpampianatra miisa 49 eto an-drenivohitra. Nanomboka ny zoma lasa teo ny fiofanana izay mizara telo. Voalohany ny fampahafantarana ny Rel, manaraka izany ny famelabelarana mahakasika ny tranomboky nomerika ary ny famolavolana tahirin-kevitra ataon’ireo mpampianatra hahafahan’ny tsirairay mitrandraka izany ao anatin’ny tranomboky nomerika.

Azon’ny mpampianatra ampiasaina malalaka fa tsy voafehin’ny mpanoratra na mpamorona ireo fitaovana ireo. Afaka mampiasa izany avokoa ireo kilasy rehetra. Ezahina hofenoina kosa anefa izany ho an’ireo kilasy miatrika fanadinam-panjakana.

Mety ho sary na sarimihetsika na raki-kevitra izany fitaovana ampiasaina izany ary apetraka amin’ireo tranomboky nomerika. Aparitaka amin’ny tranonkala ihany koa izany fitaovana enti-mampianatra izany.

Efa nanomboka tamin’ny 2015 ny famolavolana saingy nasiana fanatsarana sy natao izay nampalalaka ny fampiasana azy.

Efa betsaka ireo sekoly sekoly mampiasa ny tranomboky nomerika manerana ny Nosy ary miha mivoatra ny fampianarana. Afaka mitrandraka fahalalana sy antontan-kevitra any anatin’ireny fitaovana ireny na ny mpianatra na ny mpampianatra hahafahany mivelatra.

Marihina fa tena ilana fampiasana solosaina ity fiofanana ity ka solosaina avy ao amin’ny minisitera foibe no ampiasaina amin’izany.

Manitsy hatrany ny vaovao niniana naely mikasika ny fisiana famoahana entana antsokosoko tao amin’ny minisitera araka izany ny tompon’andraikitra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Me Razafinjatovo Willy : « tsy afa-kihambo hanolotra Praiminisitra ny HVM »

« Tsy afa-kihambo ho manana depiote hanolotra Praiminisitra ny HVM« , hoy ny fanehoan-kevitry ny mpahay lalàna, ny Me Razafinjatovo Willy, momba ny hoe maro anisa manolotra ny Praiminisitra, araka ny And. 54 amin’ny lalàmpanorenana. Vakina amin’ny maha lalàna azy ny lalàna, fa tsy adikadika fahatany na atao amin’izay itiavana azy.

Tsy misy afa-manolotra praiminisitra, raha tsy ny vondrona politika nahalany depiote maro indrindra tao amin’ny vondrona misy azy, araka ny And. 54 ao amin’ny lalàmpanorenana. Io vondrona lazaina io, izay vokatra tamin’ny fifidianana depiote.

 Nifidy filohan’ny Repoblika fa tsy depiote ny HVM

 « Raha adika tsotra izany: ny Mapar, ny Tim, ny MMM… « , hoy izy. Ireo no vondrona politika ahitana depiote maro ao aminy. Tsy nisy izany HVM izany, fa ny filohan’ny Repoblika no nofidin-dry zareo tamin’ny fifidianana 2013. Tsy nisy ny kandidà ho depiote natolotry ny HVM tamin’izany.

Noho izany, tsy afa-kiteny hoe hanolotra Praiminisitra izy amin’izao fotoana izao. Noho io didim-pitsarana io milaza izay olona lany tao amin’ny vondrona misy azy izany. « Ireo olona ao amin’ny HVM amin’izao fotoana izao, vondrona parlemantera governemantaly fa tsy toy ny vondrona parlemantera », hoy ihany izy. 

 Azo aongana ny depiote miovaova vondrona

 Milaza ny And. 72 amin’ny lalàmpanorenana hoe ny depiote iray, na folo, na zato… voafidy avy amin’ny vondrona parlemantera iray na avy amin’ny vondrona politika iray: tsy mahazo na afa-miovaova vondrona intsony, rehefa voafidy izy ka ao amin’ny Antenimierampirenena. Azo aongana tsy ho depiote izany izy ireo, raha misy miovaova vondrona nahavoafidy azy.

R. Nd.

News Mada0 partages

L’exécutif en dérouté : foyers de tension dans les ministères

En attendant la mise en place d’un nouveau gouvernement, la grève gagne du terrain au sein des ministères. L’Exécutif n’est plus légitime.

La nomination du nouveau gouvernement et son Chef ne devra pas attendre trop longtemps. Et pour cause, les remous sont en train de prendre de l’ampleur auprès des divers départements ministériels actuellement.

 A titre d’illustration, hier, des employés du ministère des Affaires étrangères, du ministère de la Fonction publique, du ministre de la Population et de la promotion de la femme ainsi que le syndicat des enseignants du ministère de l’Education nationale ont chacun choisi de revendiquer leur droit.

Alors que des représentants du syndicat des enseignants ont voulu rencontrer des responsables auprès du ministère de l’Education nationale, l’élu Jaona Randriarimalala, partisan du régime est intervenu sur les lieux et a failli provoquer la colère du Syndicat. Il a eu une altercation verbale qui a failli tourner au vinaigre avec les enseignants.

Selon ses explications, sa présence  a été fortuite sauf que pour les grévistes, ce n’était pas le cas. En fait, ce député proche du régime se dit contre la grève des enseignants. «Rien n’explique sa présence ici (…). Jusqu’ici, il n’a jamais rien fait dans le domaine de l’éducation nationale», a fait remarquer un syndicaliste sur place.

Indemnité et plan de carrière

En même temps, au sein du Ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme, le ton est aussi monté d’un cran. Des employés au sein de cette entité exprimé leur mécontentement qui a soulevé tout un tollé.

«Nous allons passer à la vitesse supérieure à partir de demain (à lire aujourd’hui) car jusqu’ici nous n’avons rien obtenu de nos revendications», indique le représentant du syndicat du personnel.

C’est aussi le cas auprès du ministère auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate). Les employés de ce ministère sont régulièrement présents sur la place du 13 mai avec les élus de l’opposition.

Le MAE en grève

«Revaloriser la diplomatie malgache», «Le MAE en grève» ou encore  «Grève illimitée» ont été les trois maîtres-mots des banderoles portées par les employés du ministère des Affaires étrangères, hier, à travers  leur syndicat Syncormae.

Selon les explications du président de ce syndicat,  leur revendication tourne autour de leur indemnité de représentation et le plan de carrière du personnel du MAE.

Dans un communiqué publié la veille,  le Syndicat avait pointé du doigt la nomination et le système de rotation auprès des ambassades et représentations de Madagascar à l’étranger, tout en misant sur «un système de rotation légal, prévisible, légitime, apolitique, égalitaire». «Le personnel du ministère des Affaires Etrangères observera une grève illimitée à partir du 29 mai 2018 jusqu’à l’obtention d’une preuve officielle, légale et publique de la bonne foi et des actions concrètes des autorités politiques compétentes en faveur de ses revendications», avait souligné le Syncormae.

Au sein du ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales, le nom de Jean de Dieu Maharante ne fait plus  l’unanimité. Depuis déjà des mois, les administrateurs civils officiant au sein de ce ministère avaient déjà revendiqué son remplacement par un technicien. Et pour cause, les  magouilles  sont légions au sein de divers départements.

Rakoto

News Mada0 partages

Ambohidahy : requête contre les dissidents

Comme convenu, les élus de l’opposition et leurs partisans ont déposé une requête en déchéance à l’endroit des élus qui ont changé de camp. Une dizaine de députés sont ainsi concernés, à savoir deux élus du Tim, Benjamin Andriamitantsoa et Guillaume Ravahimanana, deux du MMM, ainsi qu’une dizaine élus du Mapar. Parmi ces derniers, les plus célèbres sont les élus Jean-Nicolas Randrianasolo de Betroka, Abel Razafimahatratra de Farafangana, Kathy de Mananjary ou encore Raherisoa Vololona du VIe arrondissement.

D’après les élus de l’opposition, il ne s’agit pour l’heure que la première vague de requêtes des députés dissidents, d’autres en attente de preuve vont venir.

A la base de la requête déposée par les députés  pour le changement : l’article 72 de la Constitution. Celui-ci dispose que «Durant son mandat, le député ne peut, sous peine de déchéance, changer de groupe politique pour adhérer à un nouveau groupe, autre que celui au nom duquel il s’est fait élire. En cas d’infraction à l’alinéa précédent, la sanction est la déchéance qui est prononcée par la Haute Cour Constitutionnelle». 

L’alinéa 5 de cette même disposition ajoute que «La déchéance d’un député peut également être prononcée par la Haute Cour Constitutionnelle s’il dévie de la ligne de conduite de son groupe parlementaire. Le régime de déchéance et les règles d’éthique et de déontologie sont déterminés par la loi sur les partis politiques et les réglementations en matière de financement des partis politiques».

Rakoto

News Mada0 partages

PM du MAPAR : Razanamahasoa en tête de liste

Ce jour, conformément à l’article 4 de la décision de la HCC relative à une requête en déchéance du Chef de l’Etat, le parti «Miaraka amin’i prezidà Andry Rajoelina» (Mapar) va déposer à Iavoloha les trois noms que le Chef de l’Etat choisira pour être Premier ministre de consensus.

Selon des sources concordantes, l’ancienne présidente de l’Assemblée nationale et coordonnatrice générale du Mapar, Christine Razanamahasoa, serait en tête de liste.  Parmi les critères requis pour être sélectionne figure l’appartenance au Mapar, l’expérience en matière d’administration ou encore le respect de la ligne de conduite de cette formation.

L’article 4 de la décision de la HCC stipule que «Le Président de la République met fin aux fonctions du gouvernement et procède à la nomination d’un Premier ministre de consensus, dans un délai de 7 jours pour compter de la publication de la présente Décision, sur une liste d’au moins trois noms, conformément aux dispositions de l’article 54 de la Constitution et aux termes de l’Avis n°01-HCC/AV du 17 février 2014 portant interprétation des dispositions de l’article 54 de la Constitution et sur la base de l’Arrêt n°11-CES/ A R.14 du 6 février 2014 portant proclamation officielle des résultats définitifs des élections législatives de la 4è République».

Ainsi, ces temps-ci, plusieurs noms pour le poste de Premier ministre ont circulé sur les réseaux sociaux.

Rakoto

News Mada0 partages

Tenisy – «Tournoi ITF – Cat U14 Grade 2» : tafita amin’ny ampahefa-dalana avokoa ny Malagasy

Tsara fiainga ny ekipam-pirenena malagasy, taranja tenisy, eo amin’ny fiatrehana ny «Tournoi ITF-Cat », sokajy U14. Saika tafita amin’ny dingana ampahefa-dalana avokoa mantsy ireo solontena miatrika izany.

Hiditra amin’ny lalao ampahefa-dalana ny fiadiana ny amboara amin’ny “Tournoi ITF-Cat U14”, taranja tenisy, amin’ity alarobia ity. Fihaonana, tanterahina any Nairobi, Kenya. Manohy ny diany hatrany ireo solontena malagasy. Tafita hiatrika izany avokoa ny vehivavy. Anisan’izany Rakotoarilala Randy,  hidona amin’ilay Kenianina, i Roselida Asumwa. I Randy izay nanilika an’i Jennifer Muchiti, teo amin’ny ampaha-16-n-dalana, avy eo nandavo an’i Raia Radha, teo amin’ny ampahavalon-dalana.

I Safidisoa Nomenjanahary indray, hikatroka amin’i Alicia Owegi, eo amin’ity ampahefa-dalana ity. Ny tovovavy izay nandresy nisesy an’i Nasha Jaffer, teo amin’ny ampaha-16-n-dalana sy ilay Beninoazy, i Gloriana Nahum, teo amin’ny ampahavalon-dalana. Rasendra Miotisoa kosa hifanandrina amin’i Shakira Varese. Raha tsiahivina ny lalana nolalovan’i Miotisoa, nandresy an’i Cynthia Cheruto, teo amin’ny lalao voalohany;  avy eo, nanilika an’ilay Seiseloazy, i Arielle Horpinitich, teo amin’ny lalao faharoa.

Ho an’ny sokajy lehilahy, nifarana teo amin’ny ampahavalon-dalana ny lalan-dRakotomalala Mahefa taorian’ny fahareseny nanoloana ilay Maorisianina, i Jake Lam Hau Chin, tamin’ny seta 2 no ho 0 (1/6 ; 2/6).

Mbola manohy ny diany mankany amin’ny ampahefa-dalana hotanterahina anio, kosa Rakotondrainibe Sampras, hifandona amin’ilay Beninoà, i Emmanuel Oudensi, ary hifampitana amin’ilay Botsoaney, i Denzel Seetso, kosa Rakotomalala Finoana.

Marihina fa nandresy ilay Roandey, i Mfashingabo Joseph i Sampras, teo amin’ny ampaha-16-n-dalana ary mbola nanilika ilay Borondey, i Abdul Shakur, teo amin’ny ampahavalon-dalana. Resin’i Finoana teo amin’ny fihaonana voalohany kosa ilay Tanzanianina, i Kanuti Omari Alagwa. Mbola nandresy ilay Roandey, i Hakizumwam Junior, indray ny tovolahy teo amin’ny lalao faharoa.

Torcelin

News Mada0 partages

Basikety – Mada U20 lehilahy : voahosotra ho tompondaka ny DTSC Analamanga

Tontosa, tany amin’ny kianja mitafon’i Soavita Toamasina ny 19 ka hatramin’ny 27 mey lasa teo, ny fifaninanam-pirenena, taranja basikety, sokajy N1B vehivavy sy ny U20 lehilahy. Voahosotra ho tompondaka teo amin’ny vehivavy ny MB2 All Analamanga, rehefa nandresy ny Ankaratra avy any Vakinankaratra, tamin’ny isa mazava, 87 no ho 67.

Nandrombaka izany kosa teo amin’ny sokajy zandriny lehilahy ny DTSC (Dream Team Sporting Club) Analamanga. Lavon’izy ireo, tamin’ny isa tery, 68 no ho 66, teo amin’ny lalao famaranana, ny Ascut Toamasina.

Nitrangana olana kosa ny teo amin’ny fihaonana manasa-dalana, nikatrohan’ny DTSC sy ny ASCB Boeny, tompondaka farany. Nandresy, tamin’ny alalan’ny “forfait”, ny DTSC tamin’izany. Nitsahatra teo amin’ny 6 mn 25 s nilalaovana, teo amin’ny fizaram-potoana fahefatra, ny fihaonan’ny roa tonta. Fototry ny olana ny nahazoan’i Faralahy fahadisoana dimy ka tsy nahafanany nanohy ny lalao intsony. Tezitra tamin’izany fanapahan-kevitra izany ireo mpomba ny ASCB ka niakatra ny kianja ary nikasi-tanana ireo mpitsara mirahalahy. Nitarika, tamin’ny isa 63 no ho 58, tamin’io, ny ekipan’Analamanga. Taorian’ny fiatoana ora iray, nambara fa “forfait” ny ASCB ary natolotra ny DTSC ny amboara. “Nety tsara ny fiarahan’ireo mpilalao teny ambony kianja. Nanana tombony koa izahay, tamin’i Sitraka, izay tena nisongadina”, hoy Razafindralambo Bayard, mpanazatra. Tsiahivina fa anisan’ny andrin’ny ekipam-pirenena, nandritra ny “Afrobasket U16”, tamin’ny taon-dasa, i Sitraka, izay mirefy 2 m.

Nankasitraka sy faly tamin’ity fandresena azon’ny DTSC ity ny filohany, Rabarijaona Heritiana, ary manantena fa hanokatra ny varavarany ho an’izao fahombiazana azon’izy ireo izao ny mpanohana sy ny mpiara-miombon’antoka.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Judo-jo : démarrage des qualifications

Sans tambour ni trompette, le judo mondial prépare les Jeux olympiques au Japon en 2020. Les qualifications pour ce rendez-vous planétaire ont débuté ce mois et ne prendront fin que dans deux ans, c’est-à-dire, le mois de mai 2020.

Des judokas malgaches sont en lice et comme tous les autres prétendants, ils auront trois voies différentes pour se faire une place aux côtés des Olympiens. Pour se faire, chaque prétendant va devoir sillonner le monde à la quête des points nécessaires dans les tournois homologués

En effet, outre le quota offert à chacun des comités olympiques, chaque judoka devra également figurer parmi les 18 meilleurs mondiaux au classement général de sa catégorie tant chez les hommes que chez les femmes.

Le dernier recours en cas d’échec n’est autre que la qualification continentale. A ce sujet, un classement africain est mis en place pour déterminer lequel des prétendants aura le sésame. Quand on sait que chaque comité national olympique n’a droit qu’à un judoka par catégorie de poids dans les deux genres, homme et femme, le numéro 1 ne sera pas obligatoirement qualifié si un autre judoka du même pays est mieux classé mondialement.

Naisa

News Mada0 partages

Kaominina Bemasoandro Itaosy : andian-jatovo mpanendaka nalefa eny Anjanamasina

Notanana vonjimaika eny Anjanamasina, afakomaly ireo fito lahy tsy ampy taona mpanendaka eny amin’iny faritra kaominina Bemasoandro sy Cité Itaosy iny. Voasambotry ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’Itaosy teny Bemasoandro Itaosy, ny asabotsy 25 mey 2018 vao maraina teo ry zalahy ireto. Araka ny fanazavan’ny polisy, renim-pianakaviana iray, 32 taona no lasibatry ny fanendahana nataon’ireto andian-jatovo ireto, ny alarobia 22 mey 2018 alina. Very tamin’izany ny poketra teny aminy. Tonga nametraka fitarainana teny anivon’ny kaomisarian’Itaosy ity renim-pianakaviana ity ny ampitson’io nanendahana azy io. Nilaza izy tamin’ny fanadihadian’ny polisy fa zatovolahikely maromaro no nanendaka azy. Nanomboka avy hatrany taorian’izay ny fikarohana sy ny fanadihadiana nataon’ny polisy. Vokany, voasambotra ny asabotsy vao mangirandratsy teo teny Bemasoandro Itaosy  ny tovolahikely iray vao 15 taona. Rehefa nohadihadian’ny polisy, izy nanondro ireo namany miisa enina mpiara-manao asa ratsy aminy izay samy monina ao Bemasoandro Itaosy avokoa. Notsimponin’ny polisy fotsiny taorian’izay ireo namany enin-dahy. Samy niaiky ho nandray anjara mivantana tamin’ilay fanendahana avokoa izy fito lahy ireo ary nolazain’izy ireo koa fa efa matetika izy ireo ny manendaka olona tratra alina eny amin’ny faritra Bemasoandro sy Cité Itaosy. Natolotra ny fampanoavana ry zalahy taorian’ny famotorana nataon’ny polisy ka izao notanana vonjimaika eny Anjanamasina izao noho izy ireo mbola tsy ampy taona.

Jean Claude

News Mada0 partages

Toamasina-Gaboraraka ny fanjifana : navoaka antsokosoko ny vary lo, atinkena misy bibikely amidy

 Navoaka antsokosoko ireo vary lo efa nogiazana. Mahazo vahana ny famonoan’omby tsy ara-dalàna, ka atikena lo efa mivoaka bibikely no amidy eny an-tsena.

Tsy hita mihitsy ny fepetra raisin’ny tompon’andraikitra eto Toamasina. Araka ny loharanom-baovao voaray, navoaka antsokosoko ireo vary lo tratra teny Androranga, ny 10 mey lasa teo. Voalaza fa aparitaka eto Toamasina ny sasany amin’izy ireo ary nalefa any Vavatenina ny hafa. Tsiahivina fa nafangaro tamin’ny vary madio ireo vary lo ireo, ka indraindray, ho sarotra ho an’ny mpanjifa ny hamantatra azy avy hatrany raha tsy mandinika tsara.

Maherin’ny 2.600 kitapo ireo vary lo tratra ireo, ary tsy fantatra intsony ny tohin’ny fanadihadiana nataon’ny zandary ka tojo amin’izao famoahana antsokosoko izao. Misy ny loharanom-baovao namantarana fa ahina misy kolikoly amin’ity raharaha ity, mety ho  fandoavana volabe an’ireo sampandraharaha samihafa, mba tsy hitohizan’ny famotorana.

Ankoatra ireo, tsiahivina fa misy vary ao anaty kaontenera miisa 1.000 mihitsoka ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Nilaza ny mpandraharaha iray tsy nitonona anarana, fa manodidina ny 2.000 dolara isaky ny kaontenera ny takin’ny minisiteran’ny Varotra sy ny fanjifana.

Diovina amin’ny rano maloto ny hena

Manampy izany, efa ampihinanina ny tsy fihinana ny mpanjifa eto Toamasina. Nidina, tampoka, indroa miantoana teny amin’ny toeram-pamonoana omby, toerana tsy lavitra an’i Toamasina, ny mpanao gazety. Tsy manara-penitra ny toerana sady tsy manaja ny fahadiovana nefa hena hamidy ho an’ny mpanjifa. Efa mivoaka bibikely ny atin-kena, rano miandrona sady maloto ny hanasana ny hena, nefa eo amin’io toerana io ihany ny hanariana ny maloto avy amin’ny omby vonoina.

Tsy manara-penitra toy izany koa ny any Fenoarivo Atsinanana. Tsy hita ny toky nomen’ny solombavambahoaka Ahmady Hery nilazany fa hanamboatra labatoara, famonoan’omby vaovao.

Manoloana ireo tsy hita taratra ny fanaraha-mason’ny tompon’andraiki-panjakana.

Sajo sy Njaka A.

News Mada0 partages

Fifamoivoizana : narahi-maso ireo sarety mpitatitra ranontany

Ahitana  gaboraraka ny eo amin’ny fifamoivoizana ny fivezivezen’ny sarety sy ny posiposy. Mila handraisana fepetra izy ireny hialana amin’ny fitohanana aterany sy ny bontolo ataon’ny mpitondra azy.

Nosakanana ary nalefa teny amin’ny toerana fihibohana eny Anosipatrana avokoa ireo sarety sy posiposy tsy manara-dalàna teny amin’ny faritra Ankasina, Ankazomanga, Petite Vitesse, Anosibe nanomboka tamin’ity herinandro ity.

Ireo sarety mivezivezy amin’ny ora tsy voatokana amin’izany sy ireo mpitatitra ranontany no tena lasibatra tamin’ity hetsika ity. Tanjona ny fandaminana ny fifamoivoizana eto an-dRenivohitra ary eo ihany koa ny fanaraha-maso ireo mpanototra tany tsy nahazo alalana.Nanatanteraka ny hetsika teny an-toerana ny polisy monisipaly sy ny departemanta misahana ny fitaterana sy ny fifamezivezena an-dRenivohitra ary hentitra izy ireo tamin’ny fanatanterahana ny asa.

Enina ireo sarety mpitatitra ranontany tsy maintsy naiditra toerana fihibohana tamin’ny alatsinainy teo. Tsara marihina fa tsy maintsy ilaina ny fahazoan-dàlana manokana avy amin’ny fari-piadidian’ny tanànan’Antananarivo vao afaka mitatitra ranon-tany.Nanambara ny tompon’andraikitra avy eo anivon’ny kaominina fa efa misy ny fanaraha-maso akaiky ho an’ireo mpitatitra sarety eto an-dRenivohitra indrindra ireo sarety sy posiposy mpitatitra ranontany tsy manana fahazoan-dalana. Tsy mijanona hatreo ny hetsika fa mbola hitohy hatrany.

Nankasitraka ny fandraisan’andraikitra hatao amin’ny gaboraraka ataon’ny mpitatitra sarety ireo mpampiasa lalana eto Antananarivo. Tsy tokony handalo ihany anefa ny hetsika fa mila maharitra mba hisian’ny fahombiazana sy fitaizan-tsaina.

Anisan’ny fitaterana tsy manara-dalàna ny posiposy sy sarety. Mandeha amin’ny lalana tsy tokony haleha ary miteraka fitohanan’ny fiara. Tsikaritra ihany koa ireo ankizy tsy ampy taona mikiry manao ireny asa ireny ka tsy misy mandrara vokatry ny gaboraraka eto amin’ny tanànan’Antananarivo.

Tatiana A

News Mada0 partages

Itaosy : sept détrousseurs mineurs arrêtés

Le plus âgé a à peine 17 ans. Le plus jeune a 13 ans. Présentés devant le parquet du tribunal d’Anosy hier, les sept membres de cette bande de petits délinquants ont été envoyés au centre de réinsertion d’Anjanamasina.

En fait, une femme a été prise à partie par un groupe d’adolescents la semaine passée alors qu’elle passait du côté de Bemasoandro Itaosy à une heure tardive de la soirée. Selon les explications, la victime, dans la trentaine, travaille en ville et n’a pu rentrer que vers 20 heures. Elle s’est fait déposséder de son sac où étaient placés son porte-monnaie, son téléphone et ses papiers d’identité.

Le lendemain matin, elle a avisé le commissariat. Grâce à leurs investigations, les policiers ont fini par recueillir des informations qui leur ont permis de remonter aux coupables.

D’après les explications, l’un des suspects, nommé Lalaina, 15 ans, a été capturé par les éléments du commissariat d’Itaosy samedi dernier aux premières heures. Interrogé sur les accusations qui lui ont été portées, il a dénoncé ses complices. Sept jeunes délinquants, résidant dans le quartier de Bemasoandro, ont été arrêtés.

ATs.

 

News Mada0 partages

Rapt de navage veldjee : l’otage toujours entre les mains de ses ravisseurs

L’enlèvement de l’homme d’affaires Navage Veldjee, 46 ans, n’est toujours pas élucidé. Six jours se sont écoulés après le kidnapping et la victime reste toujours entre les mains de ses ravisseurs. Très peu d’informations sont disponibles sur cette affaire mais, selon des sources concordantes, les kidnappeurs réclament une forte rançon en échange de la libération de Navage Veldjee. Le calvaire se poursuit donc aussi bien pour l’otage lui-même que pour ses proches.

Afin de faire toute la lumière sur cette affaire, le Collectif français d’origine indienne de Madagascar (CFOIM) lance un appel à témoins et promet une forte récompense à toute personne qui permettrait de retrouver le quadragénaire.

Navage Veldjee a été enlevé dans la soirée du 24 mai, aux environs de 19 h, à Ampasapito, alors qu’il comptait regagner son foyer.

Mparany

 

News Mada0 partages

Aides aux handicapes : un millier de fauteuils roulants à distribuer

Le projet de partenariat «Tohano» (Tohana ampiatiana ny olona manana fahasembanana), mis en oeuvre par le MPPSPF et l’Eglise des Saints du dernier jour (LDS) se poursuit. Un lot de 222 fauteuils roulants est actuellement en cours de débarquement au port de Toamasina en complément des 107 autres distribués durant ce mois de mai, avec 108 coussins, 55 béquilles et cannes ainsi que des cartons de pièces de rechange.

Outre les partenariats avec les ONG’s et autres organismes associatifs, le MPPSPF a déjà distribué près d’un millier de fauteuils roulants auprès des bénéficiaires préalablement identifiés par les services ou les plateformes d’associations, sur l’ensemble du territoire national depuis 2015.

La convention entre le MPPSPF et la LDS concerne 329 fauteuils au total et cible les familles les plus vulnérables en priorité.

Manou

News Mada0 partages

Concours : le slam et la lutte contre la violence

Le «Slam» est une autre manière de sensibilisation sur la lutte contre la violence à l’égard des enfants. Et grâce aux concours national de «Slam», les enfants eux-mêmes sont incités à s’exprimer publiquement. Cette initiative résulte de la collaboration entre le ministère de la Population, de la

protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) et ses partenaires, dont l’organisme onusien pour l’enfance. L’inscription est déjà ouverte  jusqu’au 7 juin sur la page Facebook «Concours national de Slam poésie».

Les enfants et adolescents âgés entre 12 et 18 ans, scolarisés ou non, à travers le pays sont de la partie. Et les intéressés doivent pourtant avoir une autorisation  parentale ou de leur tuteur avant de déposer leur candidature.

Les participants peuvent soulever les différentes formes de violence vécues par les enfants ainsi que les solutions ou stratégies pour les prévenir ou les lutter. Les Slam poésies de chacun des participants, enregistrés en mode vidéo, devront être avoir une durée de 30 secondes à une minute.

Les organisateurs s’attèleront à la sélection des dix meilleurs œuvres, du 11 au 18 juin. Les auteurs, notamment ceux dans les régions, vont rejoindre ceux dans la capitale le 28 juin pour la finale qui sera organisée le 30 juin prochain au Jardin d’Andohalo.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Institut pasteur de Madagascar :engagement renouvelé dans l’appui à la santé

Présent depuis 120 ans à Madagascar, l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM) n’a cessé d’épauler le pays dans l’éradication des différentes maladies infectieuses (la rage humaine, la peste…). A ce sujet, il vient de renouveler ses engagements dans la promotion de la santé et la science dans le pays.

L’IPM célèbre ses 120 ans d’interventions au service de la science et de la santé à Madagascar. Cette semaine pour débuter cet anniversaire, des journées scientifiques abordant des thèmes différents sont au programme. Comme partout ailleurs, l’IPM a également contribué à l’évolution de la recherche dans les domines de la santé et de la science ainsi qu’à la lutte contre plusieurs maladies infectieuses, depuis le début du 19e siècle à Madagascar.

Rappel d’histoire. A cette époque, des vaccins existaient déjà pour lutter contre la variole et la rage humaine, mais vu le trajet, la durée de transport en partant de Paris pour Madagascar les rendait inactifs.

«De ce fait, le Général Gallieni, Gouverneur de Madagascar à l’époque, décide par un arrêté du 17 mars 1898 de mettre en place un Institut vaccinogène et antirabique qui fabriquerait des vaccins contre la rage et la variole», d’après un communiqué de l’IPM.

Les premières doses de vaccin contre la variole ont pu être produites dans le pays dès novembre 1899, ce qui a permis l’éradication de cette maladie dans la Grande île. A titre d’information, Madagascar est le premier pays à avoir éradiqué la variole en 1917.

Par contre, la fabrication du vaccin contre la rage a mis plus de temps compte tenu de différents problèmes techniques. Mais le 6 janvier 1901, le service antirabique a ouvert ses portes, permettant ainsi le traitement d’une centaine de sujets exposés à la rage.

Grâce à l’appui de l’IPM, depuis 1901, la vaccination antirabique n’a jamais cessé à Madagascar. De nos jours, environ 6.000 personnes sont prises en charge gratuitement par le centre de traitement antirabique de l’IPM chaque année. A noter que l’Institut ne produit plus de vaccin antirabique mais achète et distribue 35.000 flacons de vaccin par an aux 30 centres antirabiques sous tutelle du ministère de la Santé.

Lutte contre la peste

L’année de création de l’Institut coïncide également avec l’arrivée de la peste à Madagascar, dont le premier cas a été diagnostiqué à Toamasina le 24 novembre 1898. A partir de cette époque, l’IPM n’a cessé d’effectuer des travaux de recherche et de participer à la lutte contre cette maladie.

Ainsi, l’année dernière, l’IPM s’est fortement mobilisé au côté du ministère de la Santé dans la lutte contre l’épidémie de peste qui a sévi dans la Grande île, en menant le diagnostic biologique, en participant à  la surveillance épidémiologique ou encore en fournissant de tests de diagnostics rapide (TDR) aux centres de santé…

Fort de ses 550 personnels, dont 95% sont des Malgaches et avec ses neuf unités de recherche pathologique (la peste, la tuberculose, le paludisme, la résistance aux antibiotiques, la bilharziose, la grippe et la poliomyélite), plus dix Centres et laboratoires nationaux et internationaux, l’IPM poursuit ses missions, est reste fidèle à la vocation pasteurienne : la compétence et le dévouement au profit de la science et au service de la santé des populations de Madagascar.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Alaotra : dégradation des aires protégées à Ambatondrazaka

La protection de l’environnement laisse à désirer dans les régions et doit faire la priorité des organismes habilités en matière de sensibilisation pour son effectivité. De larges superficies des aires protégées de l’Alaotra font l’objet de ravages, depuis des mois, malgré les impacts négatifs constatés dans les zones agricoles locales.

Une trentaine d’hectares comprise dans les aires protégées d’Ankeniheny-Zahamena a fait l’objet de défrichement par un groupe d’individus récemment. Le délit commis dans la commune rurale de Manakambahiny Atsinanana, district d’Ambatondrazaka, a été constaté par les autorités compétentes et la communauté de base «Vondron’olona ifotony» (VOI) en charge de la         gestion de la zone.

Quatre présumés auteurs de cet acte repréhensible ont été traduits devant la Justice suivant la procédure d’usage, selon les responsables de la Direction régionale de l’environnement,  de l’écologie et des forêts de l’Alaotra-Mangoro.

La pauvreté annihile les stratégies de préservation

La dégradation de l’environnement est montée en flèche depuis quelques années dans la région Alaotra-Mangoro, selon les rapports officiels. Plusieurs facteurs, dont l’exploitation illégale de richesses naturelles, le trafic d’espèces endémiques ou encore la pratique de la culture sur brûlis, ont été définis comme étant à l’origine des préjudices écologiques subis par cette circonscription à vocation agricole.

Les dispositions prises ne parviennent pas à convaincre les auteurs de ces catastrophes écologiques, faute de mesures d’accompagnement adéquates, selon des organismes opérant sur les sites, puisque la pauvreté chronique oblige les contrevenants à enfeindre sciemment la loi. Il a été révélé d’ailleurs que des membres des communautés de base, chargées de l’application de la protection de l’environnement, tombent souvent dans le piège pour commettre ces infractions par instinct de survie.

L’ensablement du lac Alaotra et la dégradation des infrastructures hydro-agricoles, mettant en danger l’économie de cette région, résultent de la destruction de l’environnement dans le secteur.

Manou

 

News Mada0 partages

Échanges : des élèves de Sava au Japon

Le district de Sambava s’ouvre aux échanges avec le Japon suite aux négociations menées par le député Norbert Mamangy dit Jack.

Sept élèves issus du district de Sambava ont pris un vol pour le Japon, hier, suite à une invitation de l’ambassade nippone. Outre les visites touristiques prévues au programme de ce périple, les jeunes bénéficiaires du voyage auront droit à 14 mois de bourses d’études spéciales au pays du Soleil Levant pour étoffer leurs connaissances.

Une grande première dans les annales de la région Sava, ces avantages particuliers dispensés à des élèves de la circonscription résultent des négociations entamées par le député Norbert Mamangy dit Jack. Ce parlementaire a fait visiter la capitale à une centaine d’élèves de Sava, regroupés au sein du Club des amis, l’année dernière, et ce voyage est l’aboutissement des pourparlers qu’il a engagés parallèlement avec l’ambasssade du Japon à Antananarivo.

Manou

News Mada0 partages

Cemes Antanimora : hafanain’i Tence Mena ny hetsiky ny Tapakila

Tolotra vaovao! Hifanaraka amin’ny hairahan’ny fifandraisana sy ny tambanjitra ny fomba hahazoana manjifa ny tapakila fidirana amin’ireny seho an-tsehatra ireny. Hisy ny fampahafantarana izany miaraka amina lanonana…

Hotanterahina, ny zoma alina izao eny amin’ny Cemes Antanimora, ny lanonana fampahafantarana bebe kokoa ny Tapakila, mampiroborobo ny fivarotana tapakila amin’ireny fampisehoana sy hetsika samihafa ireny, ao anatin’ny Internet (tambajotra sosialy “facebook”, “Messenger” …).

Ankoatra ny fanentanana sy ny fampahalalana ny tolotra avy amin’ity sehatr’asa vaovao, efa manomboka miroborobo, ity, manomana korana miavaka ihany koa ny mpikarakara. Nasaina hanafana izany i Tence Mena, mpanakanto anisan’ireo “henjana” eo amin’ny sehatry ny mozika mafana eto amin’ny tanàna.

Raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra eo anivon’ny Tapakila, hizara roa ny fotoana amin’io alina io. Mandritra ny tapany voalohany, hanafana ny sehatra amin’ireo hirany efa manana ny lazany, toa ny « Sitrany sôlô», ny «Miaramila», ny «Ex» sy ny marohafa i Tence Mena. Hotohizana amin’ny alim-pandihizana, hiarahana amin’ny DJ, kosa ny fotoana amin’ny tapany faharoa.

Miankina amin’ny hetahetan’ny mpanotrona ny famaranana ny fety. Marihina fa miandraikitra manokana ny fanamboarana sy ny fivarotana tapakila amin’ny endriny vaovao, tsy mbola nisy nanao teto Madagasikara, ny Tapakila. Hetsika voalohany karakarainy io amin’ny zoma alina io. Efa maro kosa ireo mpanakanto sy mpikarakara lanonana niara-niasa tamin-dry zareo, toa an i Shyn sy i Samoela.

Landy R.

News Mada0 partages

Hiverina any ivelany : hanolotra seho faradoboka i Tahiry

Tanteraka soa aman-tsara ilay seho goavana tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena sy kolontsaina Imahamasina niarahana tamin’i Ndondolah sy Tahiry. Fantatra izao fa hanainga hitodi-doha ho any ivelany amin’izay i Tahiry ka hanatanteraka seho faradoboka eto an-tanindrazana. Ny alin’ny zoma 1 jona ho avy izao, etsy amin’ny Les Rochers Ambohimangakely, no hanatanterahana izany.

Alim-pikoranana ahitana ireo mpitendry zavamaneno efa niaraka tamin’i Ndondolah sy Tahiry hatramin’izay 20 taona nilomanosana ao anatin’ny mozika izay. Ho tazana eny an-toerana ihany koa ireo mpanao feo lafika tsy zovina amin’ireo mpankafy ny vazon’i Ndondolah sy Tahiry. Ankoatra ireo sanganasan’izy ireo, hiindrana ireo hiran’ny mpanakanto  malagasy sy vahiny koa ireto mpanakanto manana feo miavaka ireto.

Hifanakaiky bebe kokoa amin’ny mpankafy izy ireo mandritra ity seho ity. Malalaka rahateo ny sehatra eny an-toerana ho an’ireo te hampiara-peo sy hitotorebika miaraka amin’ireto mpanakanto ireto.

Ankoatra an’i Ndondolah sy Tahiry, hisy mpanakanto tsy ampoizina hanafana ny fiarahana amin’io fotoana io.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Zama paris 2018 : rendez-vous au mois de juillet

Pour la troisième fois, Zanak’i Madagascar Ampielezana ou Zama se mobilise en organisant un grand évènement annuel dénommé «Zama Paris» qui se déroulera, cette année, les 6, 7 et 8 juillet dans la Ville de Lumière.

L’objectif est non seulement de réunir en un seul lieu tous les Malgaches, qui sont actuellement dispersés aux quatre coins du monde, mais surtout de favoriser les échanges économiques et culturels, afin de trouver ensemble une ou des solutions pour développer le pays. «Faire de Madagascar une terre d’avenir pour la jeunesse» sera le thème de l’année.

Le programme s’annonce chargé. Selon le communiqué relatif à l’évènement, une dizaine de conférences et de tables-rondes animeront ces  trois jours. Ensuite, les activités seront variées, il y aura donc, entre autres, une exposition artistique, des projections de cinéma malgache, des ateliers, une soirée dansante, une scène ouverte… Environ 600 à 800 participants sont attendus durant cette troisième édition.

Clou de l’événement

Comme à l’accoutumée, chaque année, la diaspora organise un concours baptisé «Zama diaspora awards». Il s’agit de récompenser les Malgaches résidant à l’étranger, qui ont brillé et ont surtout apporté leur appui  pour le développement du pays. Cinq catégories seront en jeu, à savoir le Prix Zama 2018, Meilleure association de jeunes, le Prix du public, Excellence académique et Entrepreneur de la diaspora.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Agriculture : Alaotra se dote d’un fonds de développement agricole régional

Le 15e Fonds de développement agricole régional (FDAR) a été inauguré dans la région Alaotra Mangoro. L’objectif est de couvrir toutes les régions d’ici 2020.

La région d’Alaotra Mangoro s’est doté d’un Fonds de développement agricole régional (FDAR), qui a été inauguré les 24 et 25 mai. Il s’agit du 15e FDAR mis en place au niveau national. Le projet est financé à hauteur de 7 millions d’euros, par l’Agence française de développement (AFD), à travers le Projet d’amélioration de la productivité agricole à Madagascar (Papam).

Dans la région d’Alaotra, «Les appuis de l’AFD se concrétiseront par la réhabilitation des locaux du FDA et leur dotation en matériel informatique et en véhicules. Sur le long terme, le projet financera un appui technique de quatre années  par le groupement d’ONG Fert-Amadese pour la mise en place des équipes régionales du FDA, leur renforcement de capacités et l’établissement des procédures et de la gouvernance du fonds, jusqu’au financement concret des premiers projets portés par les producteurs. Ces appuis seront évidemment complémentaires de la supervision du Fonds de développement national et du ministère en charge de l’Agriculture et de l’élevage», indique l’AFD dans un communiqué publié, hier.

Appui au dispositif CSA-FDA

En effet, l’AFD accompagne la mise en œuvre de la stratégie de services aux agriculteurs et la mise sur pied du dispositif CSA-FDA (Centre de service agricoles-Fonds de développement agricole) depuis 2010.

D’une part, les CSA seront l’interlocuteur de proximité des paysans pour les orienter vers les prestataires de proximité et les services existants. Et de l’autre, les FDA régionaux constituent un canal de financement à la demande, qui permet à des producteurs individuels ou organisés en groupements d’accéder à des services d’appui direct à la production, aux formations, aux infrastructures d’appui à la production, des matériels et équipements, de la structuration et de la recherche appliquée.

Le Fonds de développement agricole s’étend aujourd’hui sur 15 régions de Madagascar, avec l’objectif de couvrir toutes les régions d’ici 2020. Il prévoit également de permettre à 30% des producteurs répartis au niveau national d’avoir accès aux services agricoles.

Créée sous le statut d’Etablissement public administratif en 2012, la Direction générale du FDA a été mise en place en 2016. Mais entre 2009 et 2015, les  FDA régionaux pilotes ont reçu 35.000 demandes. Et plus de 75 % ont pu être satisfaites pour un montant d’environ 35 milliards ariary avec plus de 550.000 bénéficiaires.

Riana R.

News Mada0 partages

PlAE : Lancement de la quatrième phase

Le coup d’envoi pour l’extension des interventions du Programme de lutte anti érosive, aujourd’hui à sa quatrième phase (PLAE IV), a été donné. Le PLAE IV vise à contribuer, de façon durable, à l’approvisionnement des ménages urbains et ruraux en bois énergie/charbon de bois, à la protection des sites agricoles contre l’érosion, à l’augmentation des revenus des groupes cibles et à la réduction des pressions sur les forêts naturelles.

Pour la région Sofia, la mise en place de 2.000 hectares de reboisement et de dispositifs de lutte contre l’érosion est prévue sur une superficie de 450 hectares, avec l’implication de nombreux reboiseurs et paysans. La rentabilisation des investissements sera assurée par la sécurisation foncière des parcelles d’intervention via, entre autres, des guichets fonciers.

Du coup, les adhérents aux reboisements et aux mesures de lutte contre l’érosion disposeront des documents fonciers légalisant leurs droits de propriété sur les parcelles d’intervention. Pour garantir la pérennisation des acquis, le programme vise l’autonomisation des structures paysannes. Ainsi, des structures communautaires villageoises seront constituées afin que les ménages ruraux puissent bénéficier des transferts de compétences techniques, organisationnelles et financières.

Pour la mise en œuvre des activités, le PLAE IV dispose d’une nouvelle équipe travaillant en étroite collaboration avec les partenaires institutionnels aux niveaux national et régional. Ce programme est cofinancé par la République fédérale d’Allemagne et le ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage.

Arh.

 

News Mada0 partages

Chronique : avaler la potion de Dr HCC

De la solution que la Haute Cour Constitutionnelle impose en remède pour sortir de la crise actuelle aucun des protagonistes impliqués ne trouve pleine satisfaction. Pire certains déclarent une volonté de pas en rester là et annoncent une détermination à maintenir une pression pour exiger davantage voire à entreprendre de nouvelles initiatives pour obtenir un changement plus profond. S’agit-il de simples postures ou doit-on y lire une réelle rétivité à devoir se soumettre au régime qu’entend faire appliquer le «médecin» traitant ? Si contradictoire qu’apparaissent les hypothèses en réponse, on risque de faire erreur à éliminer l’une au profit de l’autre. Tout en envisageant des modes permettant de passer outre, chacun calcule sans doute les risques de se disqualifier à ne pas figurer dans le schéma proposé, schéma qui à défaut d’être reconnu comme une nouvelle Transition signifie toutefois une étape intermédiaire dont l’établissement des contours et du contenu ont nécessité à certains endroits de s’élever au-dessus de la constitution.

Tous s’adaptent, personne n’enterre la hache de guerre

L’essentiel d’un côté comme de l’autre consiste à tirer de la nouvelle donne concoctée par la HCC l e maximum pour avancer ses pions et pour améliorer sa position. S’agissant de mener une guerre-éclair étant donné les délais imposés par l’initiateur de ses dispositions exceptionnelles exorbitant de la lettre de la constitution, sans changer d’objectif que sont les élections chacun se préoccupe de mener une tactique à courte vue dans le but d’arracher la victoire de la première bataille qui est la conquête de la primature. Chaque camp est convaincu que l’acquisition du poste de premier ministre établit le prochain rapport de force et en conséquence conditionne le climat dans lequel s’organisent et se tiennent les élections. En supposant la bonne foi de chacun et de tous, cette lutte qui sourde témoigne bien d’une méfiance réciproque et de la conviction de tous que le pouvoir permet de bidouiller un tant soit peu les élections. Cet atmosphère de méfiance témoigne que la décision de la HCC ne signe pas une trêve dans les hostilités, et ne signifie pas une cessation de l’utilisation ni des moyens malhonnêtes ni des coups en dessous de la ceinture.

Le groupe des 73, symbole de toutes les forces opposées au système Rajaonarimampianina disposent de quelques longueurs d’avance, et ne s’économisent pas à brandir leur arme (prétendue favorite), l’appel à la légalité, en annonçant se réserver le droit d’entreprendre toutes les formes de recours près les autorités judiciaires compétentes. Durant les quelques jours qui séparent de l’échéance pour la nomination du premier ministre on imagine aisément dans les divers états-majors jusque dans les arrières cuisines un bruissement incessant, on se consulte, on établit des plans autant d’attaque que de défense, on n’y méprise ni les arguments chocs ni les formes de pusillanimité. Quoique l’on ait pu espérer, cette solution servira au mieux à sortir de la crise mais ne réussira pas à transformer un tant soit peu la mentalité ou le mode de fonctionnement dans l’arène politique. Même après la nomination d’un premier ministre, malgré cette perspective d’un gouvernement d’union, les batailles promettent de se succéder les unes aux autres.

Épineuse constitution d’un gouvernement

Maltraitance de l’échiquier à l’Assemblée Nationale

L’Assemblée Nationale et le gouvernement constituent les deux institutions phares de cette période intermédiaire en attendant le verdict des élections. L’une et l’autre tirent une puissante autorité de l’affirmation qui leur garantit un statut d’intouchables durant cette période : le premier ministre indéboulonnable, l’Assemblée Nationale indissoluble. Même en supposant que l’on trouve un consensus pour la désignation d’un premier ministre, le schéma reste sous la menace d’autres écueils avant d’avoir fonctionné. La constitution d’un gouvernement pour que celui-ci réponde à l’obligation d’être un gouvernement d’union doit passer avec succès l’épreuve d’un autre consensus entre les forces politiques. Première difficulté : si les uns prétendent que tous les partis légalement déclarés peuvent prendre part au débat, d’autres objectent que seuls ceux qui ont une représentation à l’Assemblée Nationale pour respecter le principe démocratique ont naturellement vocation à user de ce droit à débattre. Évidemment que l’on va débattre des clés de répartition, et là encore il ne fait aucun doute que les vieux démons d’une habitude inclinant davantage à marchander qu’à proprement débattre vont faire irruption. Malgré les échéances, on ne sait combien de temps dureront les batailles de chiffonniers, d’autant que l’ordonnateur du schéma malgré un ton autoritaire pour enjoindre l’ensemble des acteurs à s’y conformer, a négligé de prévoir les peines en sanction d’éventuels manquements.

De son côté l’Assemblée Nationale, en raison de la menace de destitution qui plane sur les députés nomades d’un parti à l’autre, risque une défiguration qui viderait de son quart l’ensemble de la représentation nationale, cette éventualité pourrait faire suite à une requête en destitution déposée par les familles politiques d’origine respectives des transfuges. Toutefois nombre de ceux-ci déclarent ne pas craindre de telles poursuites et crânement disent même souhaiter cette procédure qui leur prêterait l’occasion de renverser la vapeur en démontrant lesquels ont trahi les électeurs.

Le climat n’est pas apaisé, la sortie de crise otage des comportements partisans de la classe politique.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Antsirabe

On nous écrit :

Beaucoup de touristes cette année-ci à Antsirabe. Jamais notre Vichy malgache n’avait vu pareille affluence.

Tout le monde s’accorde à reconnaître l’efficacité de ses eaux thermales.

Quoique le temps commence à se rafraîchir, beaucoup de personnes ont retardé leur départ afin de jouir des fêtes hippiques du 26 mai qui s’annoncent très belles.

Grande animation en ville, en vue de la prochaine arrivée de nombreux voyageurs qui, paraît-il, ont retenu leur place dans les hôtels, et l’on croit que les derniers arrivants trouveront difficilement à se loger convenablement, tant il y aura foule à Antsirabe le jour des courses.

Les jardins en ce moment sont magnifiques, les excursions très fréquentées à cause de la température qui a sensiblement baissé.

Un couple de rhumatisants à qui les eaux bienfaisantes d’Antsirabe ont redonné leur agilité première ainsi qu’un grand nombre d’habitants de cette ville proposaient dernièrement de mettre dans un des jardins, à côté du buste de Galliéni, le buste de celui qui lança les thermes d’Antsirabe : le gouverneur Picquié.

À mon avis, l’idée est bonne, elle prouve que la reconnaissance est encore de ce monde, mais il me semble que l’opposition faite par certaine presse malgache contre ce gouverneur, à l’occasion précisément d’Antsirabe et de son chemin de fer, est trop récente pour mettre le projet à exécution.

Il est vrai qu’il y a des gens qui ont la monomanie de l’opposition quelle qu’elle soit. Pour ceux qui en sont atteints, le présent est mauvais et ne mérite que blâme. Le passé seul est digne d’éloges et d’admiration.

Ainsi, par exemple, le général Galliéni se voit encensé par les mêmes personnes qui, non seulement l’ont conspué pendant qu’il était ici comme gouverneur, mais encore ont porté contre lui, dans la presse, les pires accusations.

La même fortune échut à M. Augagneur.

Quant à M. Picquié, les accusations vagues et imprécises dont il fut l’objet étaient loin d’égaler en acuité celles portées contre ses prédécesseurs.

Aussi, il est plus facile de lui rendre justice aujourd’hui puisqu’on dit qu’il fit œuvre utile en créant les thermes d’Antsirabe et qu’il fut un honnête homme ayant laissé des millions dans les caisses de la Colonie.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanisana mponina

Efa eo amin`ny dingana faharoa amin`ny fanisana ny mponina ireo mpanisa izay mitety tokantrano.

 Saika vita avokoa ny fanisana trano sy fametrahana marika isan-trano ho an`ny eto an-drenivohitra. Miroso amin`ny fanisana olona amin`izay ireo mpanisa olona ary mametraka taratasy fanamarihana avy eo. Ny volana septambra ho avy izao kosa no hivoaka ny antonta vonjimaika ny fanisana mponina eto Madagasikara.

Tia Tanindranaza0 partages

Teatra sy ny iray volan’ny teny MalagasyHiantsehatra etsy Andavamamba ny Sakaizan’ny Teatra LJJR

Amin'ity volana jona ity izay ao anatin'ny iray volana ho fanandratana ny teny Malagasy dia hiaka-tsehatra ao amin’ny Hall AFT Andavamamba ny alahady 03 jona tolakandro ny Sakaizan'ny Teatra ao amin'ny Lycée Jean Joseph Rabearivelo

 

Tia Tanindranaza0 partages

HOUCINE ARFA

Nogadraina roa taona an-tranomaizina miampy didy fisamborana avy hatrany i Arfa Houcine sy ny mpanampy an-tranony omaly.

Izany dia mahakasika ny fitsoahany am-ponja sy ny firaisana tsikombakomba tamin'izany. Mpiandry fonja, dokotera ary olona karazany maro no notsaraina tao omaly.

 

RAHARAHA NY RADO RAFALIMANANA

 

Nahemotra amin’ny zoma ho avy izao indray ny fitsarana an’i Ny Rado Rafalimanana sy ny mpiambina azy roa lahy. Nilaza ho nisy fahoriana ny iray tamin’ireo mpiambina ka tsy afaka nanatrika ny fotoam-pitsarana. Etsy an-danin’izay, ny mpampiasa ireo mpiambina dia nampita hafatra fa tsy eto an-toerana fa mbola any ivelany. Harahin’ny maro akaiky ity fitsarana ity. Vono sy ratra niniana tao anatin’ny toeram-pivarotan-tsolika iray etsy Anosizato, raha hiverenana kely ny anton'ny fitoriana.

 

OMER BERIZIKYNampahafantatra ampahibemaso ny praiminisitra teo aloha Omer Beriziky fa tsy handray anjara ao anatin’ny governemanta iraisana izay hatsangana amin’ity herinandro ity. Ny antony, fifanarahana ara-politika ihany no hahafahana mivoaka amin’ny krizy izay misy ankehitriny. Tsy hanao praiminisitra araky ny feo efa nandeha tato ho ato izany ny lehilahy ary koa tsy manaiky ny governemanta izay hitsangana eo ary tsy hangataka seza akory.

ASA FANAOVAN-GAZETY

 

Maty hasina tanteraka ny Holafitry ny mpanao gazety hanaovan’ny filohany azy. Izy indray omaly no nisolotena ny minisitera sy ny filohan’ny kaomisiona tamin’ny fanazavana momba ny karatra maha matihanina sy ny isan’ny nahazo an’izany. Iaraha-mahalala anefa fa tsy manara-dalàna ny fandrafetana ilay karatra ary nahatonga ny orinasan-gazety miisa 32 eto an-drenivohitra tsy nangataka. Mbola harovan’ny filohan’ny Holafitra hatrany ny minisitera efa ho rava amin’ity herinandro ity.

MAURICE TSIHAVONANA

 

Momba ilay fahafatesana izay nitranga tao amin’i Maurice Tsihavonana dia nametraka fitoriana an’io farany omaly ny havan’ny maty. Napetraka teo amin’ny borigady Betongolo izany ary notazomin’ireo mpitory fa itsy voalaza anarana etsy ambony no tompon’antoka tamin’ny famonoana fa tsy fanafihan-jiolahy izany no nitranga. Hita tao anaty fiara sprinter izay nipetraka tao amin’io tanàna io ihany ny finday nampiasain’ny maty fony fahavelony ary koa mbola notazomin’ny havan’ny maty ho mpiray tsikombakomba ny vehivavy iray izay sakaizany sy vao haingana no niaraka taminy.

VAHINY VOAROBA TANY MAHAJANGA

 

Teratany Soisa iray no nisy nandroba teo amin’ny torapasika Grand Pavois Amborovy, ao Mahajanga. Naratra mafy rehefa voatsatok’antsy teo amin’ny tanany ity vazaha ity. Fakan-tsary tsotra sy fakan-tsary afaka manidina (drône) no lasa nandritr’ity fanafihana ity. Nohenjehina ny olon-dratsy saingy tsy nisy tratra. Roa lahy izy ireo ary samy nitazona zava-maranitra, raha araka ny fanazavana azo.

MPANENDAKA TSY AMPY TAONA

 

Tsy ampy taona avokoa ireo mpanendaka voasambotry ny polisy tetsy Bemasoandro-Itaosy. Misy vao 15 taona kanefa efa milalao sabatra ary manendaka ireo olona tratra hariva amin’iny toerana iny ka hatrany amin’ny Cité-Itaosy. Iray no voasambotra voalohany ary io indray avy eo no nanondro ny misy ny namany hafa rehefa nandeha ny fanadihadiana. Nitohy ny fisamborana ary tonga hatramin’ny nahazoana ireo tsy ampy taona miisa enina.

ASAN-JIOLAHY TANY TOAMASINA

 

Raikitra indray ny tifitifitra tao Toamasina an-tampon-tanàna. Olona vao avy niala taksibrosy ka saika hiantsena tao an-toerana no nisy nitifitra ka maty tsy tra-drano, teo anoloan’ny toeram-pivarotana lehibe iray. Lasan’ireo jiolahy ny vola mitentina 4 tapitrisa ariary saika hividianany entana. Roa lahy izay nitaingina scooter ary samy mitam-basy no tompon’antoka tamin’ity fanafihana niafara tamin’ny vono olona ity, raha araka ny fanazavana azo.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gender LinksMampiroborobo ny miralenta eny ambanivohitra

Mbola vao 21 % monja ireo vehivavy tompon’andraikitra eto amin’ny firenena ankehitriny raha 50 % no tanjona napetrak’ireo mpiara-miombon’antoka any ivelany hahafahana mampiroborobo ny miralenta eto amintsika.

 

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Horohorontany 272 tao anatin’ny 5 volanaMbola tsy fantatra mazava ny antony

Nihanahazo vahana ny horohorontany hatramin’ny fiandohan’ny taona, tranga tsy dia mahazatra loatra. Nahatratra 272 ny isany tato anatin’ny 5 volana, izany hoe janoary hatramin’ny volana mey.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran’ny asa sy ny asam-panjakanaMikatso tanteraka ny asa

Tsy mbola misy miasa ireo mpiasa eo anivon’ny minisiteran’ny asa sy ny asam-panjakana ary ny lalàna sosialy etsy 67 ha hatramin’izao, mikatso tanteraka ny asa.

 Tsy misy na dia mpiandry raharaha (service minimum) aza mandra-pialan’ny minisitra am-perinasa Atoa Maharante Jean de Dieu, hoy i Yves Rakotonomenjanahary tompon’andraikitry ny serasera ao an-toerana.  Mbola vao mainka hihamafy ny hetsika raha mbola Atoa Maharante  Jean de Dieu ihany no averina ho minisitry ny asam-panjakana eo aorian’ny fivoahan’ny lisitr’ireo minisitra ao anatin’ny governemantan’ny firaisam-pirenena.  Raha tsiahivina, antony maro no manosika ireo mpiasa eo anivon’ity minisitera iray ity hanala ny minisitrany. Ao ny hamaroan’ireo fianakavian’ity minisitra ity ao anaty minisitera, ny tsy fanajana ny fotodrafitrasa ao an-toerana … . Efa ho  tapa-bolana mahery  no nitokona ireo mpiasa eo anivon’ny minisiteran’ny asa sy ny asam-panjakana etsy amin’ny 67 ha ireo.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mba mianara ihany ho aho !

O ry Jean aa ! Moramora ihany fa aza dia sendaotra ee ! Inona ary ity ataonao ity ?

 Fa manao ahoana aloha ianareo izao e ? Tena tsy nampoiziko ! Tsy fanao mihitsy anie ireny nataonao teo ireny ee !  Tena mba ianaro ihany aloha ny tokony hatao vao milingilingy rangahy a ! Tsy misy dikany ahoana ny olona ? F’angaha ianao tonga teo raha tsy ireo ? Tadidio fa mandalo ny fiainana. Aza dia trifanina sy rangitina ny olona fa ianareo anie no nantenainy hisolovava azy ee ! Dia ompa toy izany ve no nasetrinao azy ? Aoka marina e ! Tsy tokony hiditra tamin’ity revy ity hatrany am-boalohany mihitsy ianao fa tena tsy zakanao ilay izy. Misy maromaro toa anareo mihitsy ao amin’io fanjakana io. Tsy mahagaga raha izao no hiafarantsika.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitarika TIM Atsimo AndrefanaFanapahan-kevitra politika ny didy navoakan’ny HCC

Tsy mitsahatra mitombo an’isa ireo mpitarika ny antoko TIM avy any Atsimo Andrefana manatevin-daharana ny tolon’ny fanovana etsy amin’ny 13 mey.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Randrianarivo Geremioh“Teknisianina avokoa no tokony ho minisitra”

Naneho ny heviny mikasika ny toe-draharaham-pirenena misy ankehitriny Randrianarivo Geremitoh, mpandinika raharaha politika eto amintsika.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko Zanak’i MadagasikaraTsy tokony hitsabaka amin’ny kitapom-bolam-panjakana intsony ny filoha

Omaly talata 29 mey no nanao fanambarana tetsy amin’ny Hotely Telozoro Andrefanambohijanahary ny antoko Zanak’i Madagasikara (ZAMA).

 Manoloana ny fitotongan’ny fiarahamonina sy ny tontolo ara-politika ary ara-toekarena dia nanao fanambarana izy ireo fa tokony hoesorina tsy ho eo ambany fiahian’ny filoham-pirenena intsony ny fitantanana ny kitapom-bolam-panjakana. Mila hajaina ny lalàna velona sy ny lalàmpanorenana. Mitaky ny handravana ny governemanta ihany koa ny antoko ZAMA satria ireo ihany, hoy izy ireo no fositr’izao korontana hita izao ka tsy atokisana ny hitantanany ny fifidianana hatao eto Madagasikara. Araka izany dia governemanta tarihin’olona tsy homba ny atsy na ny aroa no tsara hasolo eo mba handinika sy handamina tsara ny fifidianana. Manoloana ny fanapahan-kevitry ny Fitsarana Avo momba ny lalàmpanorenana dia betsaka ireo fehezanteny tsy miendrika didim-pitsarana fa fitsabahana ny andraikitry ny rafi-pahefana izay tsy mampanjaka ny firenena tan-dalàna tokony hampiharina eto Madagasikara. Nanambara ihany koa izy ireo fa tokony hasiana mason-tsivana mangarahara ny olona izay hiditra ao anatin’ny governemanta iraisana mba tsy hanaovana tantely afa-drakotra ny fiainam-pirenena. Nanamafy ireto farany fa hiady mafy amin’ny fampangaraharana ireo fidiram-bola sy fandaniam-bolam-pirenena  rehetra ary handray anjara amin’ny fifidianana rehetra eto Madagasikara.

Tsiry

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanapahan-kevitry ny HCCTsy ahafahana miroso amin’ny fifidianana milamina

Tsy mbola mazava tsara ireo lalàna lany manoloana ilay fanapahan-kevitry ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC) nanala ny andinin-dalàna araka ny tatitry ny mpahay lalàna Andriamatoa Herilaza Imbiky.

Tsiry

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpisehatra amin’ny fifidiananaIlaina ny fiaraha-mientana mba hisian’ny fitoniana

Omaly talata 29 mey no natao tetsy amin’ny Ivontoeran’ny Kolontsaina Malagasy Antsahavola ny adihevitry ny mpiantsehatra amin’ny fifidianana nokarakarain’ny ekipan’ny tetikasa “Rindra hisiam-pifidianana lavitry ny hetraketraka” (PEV Madagascar).

Nisy ny lohahevitra noraisina mitondra ny lohateny hoe “vinavina ho fametrahana fitoniana mandritra ny fifidianana eto Madagasikara”. Nandray anjara tamin’ny adihevitra ny mpahay lalàna, mpandraharaha, solontenan’ny CENI ary ny mpitandro ny filaminana. Natomboka tamin’ny fikarohana nataon’i Dr Juvence Ramasy mitondra ny lohateny hoe “fanamafisana orina ny andraikitry ny mpiantsehatra amin’ny fifidinana mba ho fisorohana, fitantanana ary famahana ny disadisa” ny adihevitra. Tanjona ny fampitomboana ny fiaraha-mientana eo amin’ny  samy mpisehatra amin’ny fifidianana, mba hampirindra ny asa, izay miompana amin’ny hisian’ny fifidianana ao anatin’ny filaminana, ny fifanajana ary ny fifanakalozana. Eo ihany koa ny fifanakalozan-kevitra mikasika ireo vahaolana sy lalana azo irosoana ho fanamafisana orina ny fitoniana. Mifanindran-dalana amin’ity adihevitra ity ihany koa ny fiofanana atao ho an’ny mpanao gazety mandritra ny 3 andro mitondra ny lohahevitra hoe “fanaovan-gazety manoloana ny hetraketraka ara-pifidianana”.

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Ministeran’ny Raharaham-bahinyNakatona nanomboka omaly

Tsy voafetra ny fitokonan’ireo mpiara-miasa miisa 281 ao amin’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny izay nanomboka omaly talaa 29 mey, tetsy Anosy.

Zava-droa loha izay efa notakiana tao anatin’ny 20 taona no mbola hamafisinay mandraka ankehitriny ny fitakiana azy, hoy izy ireo. Voalohany ny fitakiana drafitra ho an’ny ho avy ho an’ireo mpiasa na ny « Plan de carrière ». Faharoa, ny tambin-karama rehefa mampahafantatra ny nosy any amin’ireo firenen-kafa na « indemnité de présentation ». Efa ao ny vola mikasika an’io, hoy izy ireo, fa ny fanatanterahana sisa. Ny 10%-n’ny mpiasa ao amin’ny MAE ihany hatreto no mba miasa amin’ireo ambasady. Nakatona nanomboka omaly avokoa moa ny raharaham-bahiny rehetra, raha ny fanazavana, ary maro ny fikatsoana haterany. Mikatso, ohatra, ny fanaovana pasipaoro, ny taratasy fanamarinana isan-karazany, ny resaka famafan-ketra isan-karazany (dédouanement et détaxation) sy izay rehetra heverina fa ilana ny minisiteran’ny raharaham-bahiny.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanao politika nifamory tetsy amin’ny Le PavéMizarazara ny hevitra

Na iombonan’izy rehetra aza fa tokony hiala ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina dia hita ho mizarazara ihany ny hevitr’ireo mpanao politika mpivory tato ho ato etsy amin’ny Pave Antaninarenina.

Saika hita teny avokoa ny solontenan’ireo antoko sy vondrona politika misy eto amin’ny firenena toy ny HVM, ny OHT, ny VAMI ary ny Aro riaka.

Gaby Vakiniadiana (Antoko Vahoaka Miray na VAMI) :  « Itarihana fitoniana iny fanapahan-kevitry ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana iny saingy hita ihany hoe natao hampatory vahoaka satria mampametra-panontaniana ny maro. Ho tanteraka an-tsakany sy an-davany ve ? 3 volana sisa dia andeha ny fifidianana. Inona no vokatra ho azo amin’izany ? Azo antoka ve fa tsy hahazo tombony amin’io fifidianana mialoha ny fotoana io ny HVM ? Aleo miroso amin’ilay tetezamiampita. »

Emile Ratefinanahary (Olona Hasin’ny Tany na OHT) : « Aoka tsy handray ny fanapahan-kevitry ny HCC amin’izay mahamety azy ny tsirairay. Ny andininy voalohany nilaza fa azo raisina ny fitorian’ireo depiote 73, andininy faharoa hoe tsy tafatsangana ny HCJ. Raha ny lojika izany dia tokony hametra-pialana ny filoham-pirenena ny andininy fahatelo. Efa mibaboka anefa ny HCC raha mitaky fifidianana mialoha ny fotoana. Manaiky izy fa tokony hiala ny filoham-pirenena. Tsy olana iny didy navoakan’ny HCC iny raha tontosa ny fampiharana azy. »

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Dosie maloto sy kolikolyMpitondra maro toran-kovitra

Mihorohoro fatratra ny mpitondra HVM amin’izao fotoana satria handao ny seza ary ho vaky bantsilana avokoa ny afera rehetra natao hatrizay, indrindra ho an’ireo minisitera sy sampandraharaham-panjakana isan-tsokajiny.

 

Tafiditra hatramin’ireo orinasa lehibe miankina mivantana na amin’ny ampahany amin’ny fanjakana aza. Anisan’ny iharan’ny vaky bantsilana teny an-kianjan’ny 13 mey, ohatra, fa ny orinasa Jirama, ny orinasam-piantohana Aro sy Havana no fakan’ny fanjakana vola rehefa misy ny mahaporitra azy. Vao ny herinandro nivalona teo no nalaza fa tao amin’ny minisiteran’ny atitany no nakana ny vola hatrany amin’ny 1,4 miliara ariary nentina nividianana olona nanatrika ny famoriam-bahoakan’ny HVM teny amin’ny Coliseum ny sabotsy teo. Re siosio fa tao amin’ny minisiteran’ny indostria no namoahana volabe 27 000Euros ho ofan’ny fiara nitondrana ny vadin’ny filoham-pirenena nandritra ny fivahinianana tany Italie ny taona 2017 … Efa nampitandrina ny depioten’ny fanovana mba hanatsaharana ny fangalarana sy ny fitaomana vola na fitaovam-panjakana mialoha ny handaozana tanteraka ny seza. Efa nisy aza ny fanambarana tany aloha hoe hampanao “audit” na fanadihadiana ara-bola lalina ny minisitry ny fanovana, vao tonga eo amin’ny fahefana. Ampahany tamin’ny resaka maloto tamin’ny fitantanana ny volam-panjakana izany, fa maro amin’ireo tompon’andraikitra ambony no manana dosie maloto. Tsy nisy tohiny intsony, ohatra, ny raharaha 70 000Euros nahasaringotra ny minisitry ny fitsarana Rasolo Elise Alexandrine, ampamoaka nataon’ilay frantsay Houcine Arfa fa nomeny ity tompon’andraikitra ambony ity mba ho saran’ny fampandosirana azy niala teto Madagasikara. Ny praiminisitra lehiben’ny governemanta izay voatonona lava tamin’ny raharaha Claudine Razaimamonjy. Somary malaza ratsy amin’ny fanangonan-karena amina resaka jono sy fiarahana tsikombakomba amin’ny sinoa amin’ny fanaovana tantely afa-drakotra ny harena anaty rano any amin’iny fari-dranomasin’i Toliara iny ihany koa ny minisitry ny jono Gilbert François, raha ny resaka miely. Ampahany ihany ireny fa maro ireo tompon’andraikitra ambony voatonona tamina afera maloto, raha tsy hilaza afa tsy ny mpanolotsain’ny filoha izay nambara fa efa noesorina, izay ahiana ho tompon’antoka amina fakana an-keriny na kidnapping satria naka ireo gadra tany Toamasina, nogandraina noho ny raharaha Annie sy Arnaud ny tany amin’ny taona 2016. Ny depiote nalaza tamin’ny kolikoly maro ihany koa dia maro no tratry ny fanadihadian’ny Bianco amin’izao ary karazan’ny zo tsy azo henjehina sisa aloha hialokalofana. Betsaka ny mpitondra ambony mihorohoro sy matahotra mafy ny hidoboka am-ponja ankehitriny. Tsy afaka ny hiaro tena na hanindry ny fitsarana intsony satria tsy ho eo amin’ny fahefana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vovonana GRRMMiantso fifanarahana politika

Nanao fanambarana tetsy amin’ny Maestro Betongolo koa ry zareo avy eo anivon’ny « Grand rassemblement pour la réfondation de Madagascar » omaly talata 29 mey izay ahitana fikambanana politika,

 sendika ary fiarahamonim-pirenena maromaro fa miantoka fahombiazana lehibe ho an’ny firenena ny fanaovana fifanarahana politika andraisan’ny ankolafin-kery misy eto amin’ny firenena manoloana izao toe-draharaha ankehitriny izao. Zava-dehibe ho an’ny firenena, hoy izy ireo, ny fanorenana ifotony amin’ny lafiny rehetra ka noho izany dia miteraka krizy vaovao ny fifidianana an-kamehana. Miantso ny FFKM, ny CFM ary ny foloalindahy, araka izany ity vovonana ity mba hampivory ao anatin’ny fotoana fohy ny hery politika rehetra misy eto amin’ny firenena.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanao politika mafy lohaHogiazana ny volabeny any ivelany ?

Miasa mangina ny sehatra iraisam-pirenena eo anatrehan’ny fidirana an-tsehatra amin’ny toe-draharaha politika mikorontana eto Madagasikara.

 

 Nivoaka ny didin’ny Fitsarana Avo momba ny lalàmpanorenana na ny HCC. Tombanana ho nisy dian-tanan’izy ireo iny na nivantana na an-kolaka, ary ny fandinihana iny voka-pitsarana iny aza, dia endrika tondrozotra mihitsy, ary karazana fanerena an-kolaka handaminan-draharaha. Tsy nitsangantsangana fotsiny akory no nataon’ireo iraky ny firenena mikambana mikambana na ny rafitra iraisam-pirenena, na teo aza ny tsy fankasitrahan’ny mpanao politika maro toy ny depioten’ny fanovana eo anatrehan’ny mety ho fampitsabahana ny Malagasy, toy ny efa niseho tamin’ny “ni…ni…” ny taona 2013. Tombanana hanery mivantana na an-kolaka amin’ny fananganana governemanta sy ny fanaovana fifidianana mialoha ny fotoana izy ireo. Handrangaranga sazy ho an’ireo mpanao politika, izay tsy manaiky hofeheziny mora foana. Handeha ny fandresen-dahatra sy fandrahonana ireo mpanao politika vaventy mety mafy loha na mitady tsy ho azo fehezina, ary ireo no terena hanery ny ekipany hilefitra. Maro rahateo ny mety ho fahalemen’ireo mpanao politika sokajiana, eny fa na ireo sokajiana ho goavana sy tsy azo ihodivirana aza satria misy ny mitahiry vola any ivelany na manana orinasa any mihitsy. Mety ho avy ny hoe hogiazanay ny volanareo sy ny harenanareo any ivelany, dia ho vita ho azy ny kabary. Fahalemena ho an’ny mpanao politika malagasy io, ary sarotra ny hamoy ny vola aman-karena, ka mety voatery hampandefitra ny hambom-po politika. Na eo aza ny mety ho fitiavan-tanindrazana tena izy na sarintsariny, dia ambony ny resaka vola aman-karena ho an’ny mpanao politika maro eto amintsika.

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Depiote Jaona EliteMila ady amin`ny vahoaka

Nampiteny ny anarany indray ny solombavambahoaka voafidy teny Atsimondrano Atoa Randriarimalala Harijaona na Jaona Elite izay parlemantera HVM.

 

Nikasa hanao tolona sendikaly ireo mpampianatra sy mpanabe omaly tetsy amin`ny minisiteran`ny fanabeazam-pirenena (MEN) Anosy omaly. Tamin`ny sivy ora maraina, taitra avokoa ireo mpampianatra raha nahita ny depiote Jaona Elite teny an-toerana.  Nangataka hiditra tao amin`ny minisitera izy ireo amin`ny maha fitakiana sendikaly ny fitokonany saingy tsy nahazo alalana ary nandeha ny fifampiresahana teo amin`ny roa tonta. Nihidy tanteraka ny vavahadin`ny minisiteran`ny fanabeazam-pirenena ary tsy azon`ny mpitokona nidirana tao amin`ny faritry ny minisitera. Tsikaritra ihany koa fa feno mpitandro filaminanan teny an-toerana. Tamin`ny sivy ora sasany kosa, tafiditra tao antin`ny faritry ny MEN ireo mpitokona ka raikitra indray ny fifamaliana. Ho fitakiana ny fanatsaràna ny tontolon` ny fampianarana no anton`izao fitokonana sendikaly izao eto Madagasikara hoy ireo mpampianatra etsy andaniny. Tsy manaiky ny hisian`ny fitokonana kosa ireo mpampianatra sasany ary mitaky hanantanterahana malalaka ny fanadinanam-panjakana ireo ray aman-dreny etsy ankilany izay. Nanomboka ny fihantsiana teo amin`ny roa tonta ary niafara tamin`ny fikasihan-tanan’ireo mpampianatra sy mpanabe nataon`ireo mpiambina sy olona voalaza fa no karamain`ity depioten`Atsimondrano ity. Voalaza ihany koa fa nanakorontana ny fitakiana am-pilaminana ireo mpampianatra-mpanabe i Jaona Elite. Tsy tokony hisy ny fitsabahany amin`izao fitakiana sendikaly izao; hoy ny mpitondra tenin`ireo mpampianatra. Nanambara kosa ny depiote Jaona Elite fa tokony hisy ny fifanajana satria solontenan`ny vahoaka ny tenany, ary solombavambahoakan`i Madagasikara. Misy kosa ireo olona te hiasa ary miresaha ianareo amin`ireo tompon`andraikitra arak any fanazavany. Nilaza ny tenany fa matoa tonga teny an-toerana dia ho fiarovana ireo mpianatra hiatrika ny fanadinana amin`ity taona ity mba tsy ho taona fotsy. Tsy taitra mihitsy i Jaona Elite nilaza fa efa misy ny fifanarahana amin`ny governemanta iraisana ka any no tokony hitaraina sy hanazava ny fitakian`ireo mmpampianatra. Niha mafy ny fifamaliana ary nanamafy hatrany ireo mpampianatra fa tsy nahavita na inona inona ity depiote ity nandritra izay efa-taona izay. Noho izany, hita taratra fa mbola mandeha

Marigny A.                       

Tia Tanindranaza0 partages

Tolona ho an’ny FanovanaAongana ireo mpamadika

Tafapetraka soa aman-tsara teny amin’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana ny fitoriana nataon’ny depioten’ny fanovana an’ireo depiote namadika palitao nivadika ho HVM nanomboka tamin’ny famoronana maro an’isa sadasada hahafaha-manendry praiminisitra ny taona 2014.

 

Niainga teny an-kianja ny rehetra nanao diabe nihazo ny HCC. Depiote 17 ireo notoriana, ka ny 13 dia tao amin’ny MAPAR, 2 tao amin’ny TIM dia Ravahimanana Guillaume voafidy tany Miarinarivo sy Andriamitantsoa Bénjamin, ary 2 avy amin’ny MMM. Voafaritry ny lalàmpanorenana ao amin’ny andininy faha-72 io tsy fahafahana mivadika amin’ny antoko politika nahalany io, ka izay no anton’ny fitoriana hanalana azy ireo amin’ny maha solombavambahoaka azy na ny « motion de déchéance ». Anisan’ny naneho hevitra momba io moa ny mpahay lalàna sady mpisolovava Willy Razafinjatovo izay nilaza fa tsy mahazo manao « makorelina » politika ny solombavambahoaka, ary io voambolana io no azo hilazana ireo depiote namadika ny antoko nisy azy. Vita iny ny fitoriana. Inona indray no hafitsoky ny HCC ? Haharitra mandra-pahoviana ny valiny ? Etsy an-daniny, mbola milaza azy ho maro an’isa sy afaka manendry ny praiminisitra ireo depiote mpanohana ny fitondrana, ka nambaran’i Mahazoasy Fréddie omaly, fa izy ireo no manana ny zo sy ny fahefana hanolotra ny anaran’izay ho praiminisitra. Ny voalazan’ny andininy faha-54 ao amin’ny lalàmpanorenana ampian’ny laharana 11-CES/AR.14 ny 06 febroary 2014, mikasika ny voka-pifidianana solombavambahoaka ofisialy, izay mamaritra avy hatrany ny maro an’isa, raha ny didin’ny HCC. Efa fomban’ny HVM io tsy miraharaha lalàna sy manao bodongerona io satria didim-pitsarana avoakan’ny filankevi-panjakana izao aza moa tsy misy dikany amin’izy ireo. Tsotra kosa ny nambaran’ny depiote voafidy tany Ambatolampy hoe aza adika vilana ny lalàmpanorenana. Nanitrikitrika ny tenany, fa ny MAPAR no maro an’isa ka ireo no tokony hanolotra ny anaran’ny praiminisitra. Manaraka izay ny TIM, ka mendrika ny hahazo praiminisitra lefitra ohatra, raha ny fanazavany. Manizingizina ny depioten’ny fanovana fa izy ireo no hanendry ny praiminisitra, ary izy ireo tamin’ny alalan’ny fitoriany ny filoha rahateo no antony naharava ny governemanta, fa tsy ireo depiote ambara fa nanao kolikoly. Mandeha ny adihevitra saingy mety hiainga eny an-kianja ihany koa ny fananganana ny governemanta, ka raha miziriziry eo ny mpitondra ankehitriny dia tombanana hiainga eny an-dalambe ny fanendrena ireo minisitra, ary haterina tsirairay isaky ny minisitera. Eo iny fitoriana iny, fa hihamafy hatrany ny tolona araka ny toromariky ny mpitarika omaly, ka ho an’ny anio dia hisy ny fandehanana amina toerana iray, saingy tsy mbola nambara mazava izany. Tonga maro hatrany ny sendika, toy ny mpampianatra mpanabe, ny mponina ivelan’ny renivohitra toy ny avy eny Ivato.

 

Toky R

La Vérité0 partages

Prix à la pompe - Une solution proposée par les défenseurs des consommateurs

A chaque fin de mois, l'ajustement des prix à la pompe est toujours redouté par les usagers. Les défenseurs des consommateurs ont ainsi proposé des solutions pour alléger les dépenses de chacun. Entre l'augmentation des frais de transport et celle des produits de première nécessité, cette variation de prix des carburants pourrait impacter directement sur les revenus de chaque ménage.

Et avec l'instabilité de la situation en Iran et l'appréciation du dollar, le prix du baril sur le marché international n'est pas vraiment favorable pour un « petit » pays importateur comme Madagascar. Face à cette situation, l'application des vérités de prix à la pompe est incontournable. Le pouvoir d'achat de la population malagasy est majoritairement en dessous de la moyenne. Une fixation des prix à la pompe au-delà de 4 000 ariary pourrait donc causer une hausse généralisée des prix. Les revenus actuels n'arriveraient pas à bout de cette hausse. « Catégorisation selon les consommateurs »« Au lieu de lisser les prix ou de donner des subventions afin de combler le manque à gagner des opérateurs concernés, l'Etat pourrait les catégoriser selon les consommateurs. Il y aurait alors un prix pour les particuliers et un autre pour les transporteurs en commun », propose l'association « Fikambanana miaro ny zon'ny mpanjifa malagasy (FIMZOMPAM) ». Selon les explications apportées par Tiana Rabarison, président de FIMZOMPAM, « avec cette mesure, les subventions octroyées à l'Agence des transports terrestres (Att) seront ainsi transformées en tickets ou cartes carburants. Ces cartes seront par la suite données aux transporteurs qui respectent les normes requises ». Par conséquent, cette proposition permettra d'effectuer un meilleur contrôle et suivi des résolutions prises par les transporteurs en commun pour vraiment améliorer leurs services et l'état de leurs véhicules. Pour précision, cette proposition provient directement des usagers, soucieux des conséquences d'une hausse probable des prix à la pompe. L'association FIMZOMPAM l'a soumise à maintes reprises au ministère de l'Energie, de l'Eau et des Hydrocarbures. Cependant, cette idée n'est pas encore appliquée jusqu'ici. Durant la séance d'informations organisée hier à Ampandrianomby par l'Office malagasy des hydrocarbures (OMH), elle en a profité pour réitérer sa suggestion.  Rova R.

La Vérité0 partages

L'ultime chance ?

Bien qu'ayant constaté, dans l'article 2 de sa Décision n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018, confirmant la violation de l'Art. 167 de la Constitution par l'actuel Chef de l'Etat, la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) n'avait pas jugé nécessaire de déchoir le Président de la République.  En effet, selon l'Art. 167 stipulant ainsi « Afin de respecter le prescrit constitutionnel, le Président de la République, dans un délai de 12 mois à compter de son investiture, invite les Instances compétentes à désigner les membres qui composeront la Haute Cour de Justice  afin de procéder dès l'expiration de ce délai à l'installation de la Haute Cour de Justice. Toute partie justifiant d'un intérêt peut saisir les Instances compétentes de demande de sanction en cas de carence ».

Selon, toujours cet article (167) dans l'alinéa 2 « En ce qui concerne le Président de la République, exceptionnellement, l'Instance compétente est la Haute Cour Constitutionnelle qui serait autorisée à prendre les sanctions qu'aurait pu prendre la Haute Cour de Justice si elle était installée ». Ainsi, dès lors que la HCC a bien voulu constater la carence de la mise en place de la HCJ dans l'article 2 de sa décision du 25 mai 2018, il n'y a pas le moindre doute que Rajaonarimampianina Hery, en tant que Président de la République, a bel et bien failli à sa responsabilité. De ce fait, il méritait incontestablement  la « sanction ». Il s'agit d'un juste retour normal des choses. D'un  vulgaire « retour de manivelle » ! D'une simple application de la loi. Et d'un respect, sans détour, de la Constitution ! Cependant, la HCC en a décidé autrement !Pour un pays comme Madagascar qui se vante d'être un Etat de droit, le minimum des choses à faire valoir consiste au respect strict des lois en vigueur dont en premier lieu la Constitution. Car le ou les manquements, surtout répétés, aux dispositifs de la Loi fondamentale conduirait le pays vers la gabegie. Cette dernière étant la porte ouverte à l'anarchie. Le pays serait à sens « dessus dessous ». Malheureusement, la Grande île vit cette triste réalité. Madagascar se trouve en plein dans l'œil du chaos. Rien ne va plus !Alors, les observateurs clairvoyants s'étonnent de la Décision de la HCC en date du 25 mai 2018 qui, en quelque sorte, rabaisse son honorabilité et son crédit. Une auguste Institution présidée par un illustre constitutionaliste et professeur titulaire de Droit à l'université d'Antananarivo, Jean Eric Rakotoarisoa.D'après la déclaration de Mr Idéalison, juriste de formation, au micro de l'émission jumelée « miara-manonja » animée par l'équipe à Lalatiana Rakotondrazafy, la HCC aurait voulu offrir une ultime chance à Hery Rajaonarimampianina de pouvoir sortir par la …grande porte. D'emblée, on s'interroge, le locataire d'Iavoloha saurait-il saisir la balle au bond ? On hésite, sérieusement, à y croire. Encore plus, est-ce que le Chef de l'Etat, en place, mériterait-il cette faveur ? Un récidiviste invétéré, de sa trempe, pourrait-il espérer à une telle clémence ? De ces violations répétées, c'est un non-sens de lui faire bénéficier une grâce. En tout cas, selon toujours ce technicien du Droit, Rajaonarimampianina a perdu à 100% la bataille. L'ultime chance ne lui servira à rien pour se refaire une virginité politique !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Sortie de crise - Non à une nouvelle transition

L'idée d'une nouvelle transition pour résoudre la crise actuelle dans le pays fait de nouveau son chemin ces dernières heures. Les informations en ce sens se propagent partout en semant la confusion dans les esprits. Il s'agirait de la création d'un gouvernement de salut public doté des pleins pouvoirs qui préparerait la tenue d'élections dont le mandat n'excèderait pas un an et composé d'une dizaine de membres tout au plus.

Une sorte d'alternative à la décision de la Haute Cour constitutionnelle rendue publique vendredi dernier qui ne convainc personne. L'équipe d'Ambohidahy a en effet donné des réponses qui ne correspondent pas à la principale demande des députés pour le changement, à savoir la déchéance du Président de la République. Au lieu de cela, les hauts conseillers ont en effet décidé de forcer les parties belligérantes à mettre en place ensemble un gouvernement de consensus ou à un accord politique. Actuellement, la situation est au statu quo. En tout cas, pour un certain nombre d'observateurs, la solution n'est pas une nouvelle transition ou la mise en place d'un gouvernement de salut public neutre formé de techniciens. Il n'est plus temps de reculer en mettant en place une nouvelle transition. Le cadre juridique, notamment les termes de la Constitution ou encore la récente décision de la Haute Cour constitutionnelle suffisent largement à sortir le pays de la situation actuelle. L'important est de faire en sorte que chacun des pouvoirs, Exécutif, législatif et judiciaire, joue son rôle pleinement et dans le respect des règles démocratiques. Le Président de la République par exemple devrait respecter les décisions de justice, le principe de séparation de pouvoirs etc. Le Parlement devrait également jouer son rôle de contrôler l'Exécutif. De même, la Justice doit contrôler l'application de la loi et sanctionner le non respect de celle-ci.

La Vérité0 partages

Décision de la HCC - Le régime joue la montre

Des manœuvres dilatoires. A quelques heures de la limite d'exécution des décisions de la Haute cour constitutionnelle (HCC), le régime en place tente de jouer la montre dans le dessein de retarder l'échéance. Hier, le Président de la République, celui du Sénat et de l'Assemblée nationale auraient déposé respectivement  une demande d'avis sur certains points de la décision émise par les juges d'Ambohidahy vendredi dernier. Alors que tout le monde s'attend à une dissolution du gouvernement d'ici peu et à la prestation de serment des membres de la Haute Cour de Justice, prévue hier, Rajaonarimampianina et sa clique font toujours la sourde oreille.

D'après les bribes d'informations obtenues sur ces demandes d'avis déposées à la HCC, elles concerneraient entre autres sur  la désignation claire et nette de  « la majorité », et l'interprétation de  l'article 14 mentionnant le terme « accord politique ».  Les avocates de Hery Rajaonarimampianina venues hier à Ambohidahy affirment que la requête du Président de la République vise à obtenir un éclaircissement sur la décision de vendredi dernier, notamment par rapport à la dissolution du gouvernement ainsi quel les délais fixés par la HCC dans sa décision.Selon, un proche du régime, c'est seulement après les réponses de la HCC que le Président de la République prendrait la décision. N'empêche, il a déjà pris le devant dans son initiative de ne pas exécuter ce verdict de la HCC en reportant unilatéralement la prestation de serment des membres de la HCJ à demain 1er juin, tel qu'il est indiqué dans le communiqué relatif au Conseil des ministres d'hier.  Une initiative dénoncée par les députés pour le changement hier au parvis de l'Hôtel de ville d'Analakely. La non prestation de serment des membres de la HCJ constitue un motif de déchéance soutiennent les 73 députés. L'article 3 de la décision de la HCC de la semaine dernière dispose en effet que : « Dans les cinq (05) jours suivant la présente Décision, le Président de la République prend le décret de constatation de la désignation des représentants de l'Assemblée Nationale, du Sénat et du Haut Conseil pour la Défense de la Démocratie et de l'Etat de Droit, à l'exception des membres de droit prévus par les articles 136.1°, 2° et 3°de la Constitution et le transmet immédiatement au Premier Président de la Cour Suprême. Dans les délais les plus brefs, la Cour Suprême, responsable de la mise en place effective de cette juridiction d'exception, organise la cérémonie de prestation de serment de la Haute Cour de Justice ».Les observateurs imputent également à cette volonté de jouer la prolongation, l'entrée dans la danse du Conseil du fampihavanana Malagasy. L'entité nouvellement mise en place et présidée par Maka Alphonse  s'empresse d'organiser une rencontre au sommet afin de « faire sortir le pays de la crise ». Le rôle du CFM, comme son nom l'indique, est de réconcilier ceux qui sont en conflit et non de s'ériger comme facilitateur à la sortie de crise dont la voie à emprunter est indiquée par la HCC. Une issue que le CFM, téléguidé par Iavoloha, ne veut pas suivre en s'entêtant de chercher un accord politique pour sauver la face de son commanditaire.Dans sa décision du 25 mai, la HCC avait décidé la dissolution du gouvernement et la nomination d'un Premier ministre par la majorité issue des résultats des législatives de 2014 dans un délai de sept jours. Cette échéance va expirer demain.La Rédaction

La Vérité0 partages

Football - Cosafa Castle - Cup Madagascar a un pied en quarts

Le sort des Barea est scellé. Malgré son match nul (1-1) contre les Seychelles de le mardi 29 mai, les Barea de Madagascar ont déjà un pied en quarts de finale au tournoi  Cosafa Castle Cup qui se déroulera en Afrique du Sud du 27 mai au 9 juin. Après sa courte victoire (2-1) face au Mozambique et le match nul lors du deuxième match, les malgaches mènent toujours au classement provisoire du groupe A avec 4 points devant le Mozambique (3 points), qui a surpris les Comores sur le score (3-0) durant la deuxième journée.

Les Seychelles occupent la troisième place provisoirement avec deux matchs nuls contre les Comores (1-1) et Madagascar sur le même score. Les Comores, l’adversaire de Madagascar de ce jeudi 31 mai, se trouvent en bas du classement avec 1 point après un match nul et une défaite.  Les deux pays s’affronteront à Older Peter Mokaba en deuxième match ce jour. La rencontre avec les Comores pourrait être décisive pour les Malagasy car la victoire s’impose pour se qualifier en quarts. Un résultat en faveur du Mozambique contre les Seychelles pourrait bouleverser la situation pour les malagasy, en cas de défaite ou de match nul avec les Comores.  Pour revenir à la rencontre du samedi, c’est Madagascar qui a ouvert le score grâce à l’ailier de la CNaPS Sport, Jaotombo Bourahim, à la 23è.  Mais Eric Mieilli a égalisé à la 35e minute de jeu. Avec une composition 5-4-3, les  protégés de Franklin Andriamanarivo n’ont pas pu changer le score jusqu’à la fin du match. Le choc était rude entre les deux équipes  sur le terrain,  à voir l’expulsion de l’attaquant malagasy, Lalaina à la 77e minute qui a donné un coup de tête à Simon, le défenseur seychellois.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Association des natifs d'Antsiranana - Appel pour la réhabilitation de l'axe Ambilobe - Vohémar

Cri de détresse. Les natifs d'Antsiranana ont lancé un fervent appel pour une réhabilitation urgente de l'axe reliant Ambilobe - Vohémar, dans la partie Nord de l'île.  « Le mauvais état de cette route fait énormément jaser la population locale et devient un obstacle au développement économique de la région », déplore Johnfrice Bekasy, président de la FITEFA (Fikambanan'ny teraky ny faritra Antsiranana) au cours d'un point de presse hier à l'hôtel Carlton Anosy. Il n'a pas manqué de souligner les productions qui constituent les principaux atouts de cette région à savoir la vanille, le café, le girofle, entre autres ainsi que les richesses touristiques.

Des atouts qui peinent à être valorisés à cause de ce mauvais état des routes. Celle qui relie Ambilobe et Vohémar, par exemple, s'étend sur 162 km mais dont le parcours se fait en plusieurs heures voire une semaine pendant les périodes de pluie. Une situation qui entraîne une hausse vertigineuse des prix des produits de première nécessité comme le riz dont le sac peut atteindre les 160 000 Ariary. Il va sans dire des autres produits de consommation comme la viande dont le prix peut doubler voire tripler par rapport aux autres régions. La FITEFA aurait eu vent d'une prochaine réhabilitation de la route au mois de juin et souhaite que les travaux dans ce sens soient maintenus en dépit de la conjoncture politique qui prévaut actuellement. A ce sujet, d'ailleurs, la FITEFA souhaite que la mise en place d'un gouvernement de consensus édictée par la Haute Cour Constitutionnelle soit faite en tenant compte de la représentativité par région.Recueillis par S.R.

La Vérité0 partages

Jazz@Tohatohabato - La 8e édition débute en fanfare !

C’est parti pour quatre jours de bonne musique. Jusqu’à dimanche prochain, la Capitale va vivre au rythme du Jazz. La 8e édition de l’événement national « Jazz@Tohatohabato » a débuté en fanfare hier, au Tranompokonolona Analakely avec la participation des Jazz Kids. Des enfants comme leur nom l’indique, cependant, de par leurs performances, ils sont dignes d’être appelés « professionnels ». En tout cas, c’est l’impression du public qui est venu remplir la salle jusqu’aux couloirs.

En effet, de nombreux artistes et musiciens mais également des personnalités publiques sont venus assister à l’événement notamment le directeur de la Commune urbaine d’Antananarivo qui a fait un bref discours. « J’encourage l’organisateur et ses partenaires pour leur grand travail et leur passion pour la culture notamment pour la musique Jazz, mais surtout les jeunes et plus jeunes musiciens qui sont nombreux à être passionnés de musique de continuer et y évoluer et ce  grâce à vous que la culture… », a-t-il confié. Effectivement, un hommage au feu Eckhart Oslowsky a été rendu durant l’allocution de l’organisateur qui est le Jazz Club du CGM car sans lui, l’événement n’aurait pas eu lieu pendant toutes ces années. Ainsi, la coulisse du Tranompokonolona Analakely était pleine à craquer toute comme la salle d’ailleurs.MaximumDes jeunes musiciens prêts à donner le maximum ont inondé la place avec chacun dans les mains ses instruments de prédilection…des baguettes pour les batteurs. Des noms déjà connus, même en étant des Kids y ont participé mais également des nouveaux venus qui avaient du talent à revendre. Des improvisations sans égal, des rifs à ne plus en finir et des belles mélodies donnant envie de bouger et d’applaudir, c’est ce qu’ils ont offert au public. Avec le talent de leurs aînés du Jazz Club Cgm à l’accompagnement, le leur ne pouvait que briller. « C’était hallucinant ! Ce ne sont plus des Kids, ce sont des professionnels, franchement, ils ont joué sans fausses notes avec précision et ils avaient le sens du rythme dans la peau. J’ai suivi de près par exemple l’évolution de Fy, un jeune batteur qui a actuellement peut-être 6 ans. Il y a 3 ans de cela, il n’était pas encore si sagace que ça mais aujourd’hui, j’ai assisté à une prestation exceptionnelle », confie Anja Razafy, un fan venu apprécier le concert. Par ailleurs, l’ouverture a vu la participation de quelques guests qui ont aussi pimenté les retrouvailles. On cite entre autres Sandratra, Kaloina Andriamihajasoa, Fanohitra, Fandresena ou encore Andy Razafindrazaka qui ont joué comme des grands. En tout cas, ces jeunes avaient chacun leur école et leur professeur mais beaucoup d’entre eux ont travaillé en solo chez eux. Malgré cela, leur performance était géniale. Et ce n’est que le début, Jazz@Tohatohabato continuera à émerveiller les mélomanes de la Capitale jusqu’à dimanche prochain. Des concerts et des échanges seront au programme.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Scolarisation des enfants à Madagascar - Une forte mobilisation des étrangers se constate

Afin d'assurer la scolarisation d'un millier d'élèves malagasy et l'administration d'une école construite par l'association Tan-Maza, le lycée André Alquier, une école des métiers de la forêt et de l'environnement en France, s'est récemment manifesté pour aider cette association humanitaire. Dernièrement, dans le cadre de l'organisation d'une animation pastorale, plusieurs activités caritatives au profit des enfants de la Grande île ont été au programme.

A cette occasion, une vingtaine de volontaires, composés d'élèves et d'adultes, se sont mobilisés durant quatre jours dans la propriété de l'AEP, une maison d'accueil d'enfants confiés au service d'aide sociale à l'enfance, afin de mettre en œuvre le projet solidaire. Ces bénévoles se sont occupés du débroussaillage, de l'abattage et de l'élagage dans ce lieu. En parallèle, une vente de produits alimentaires a été organisée par les élèves de cet établissement scolaire, en collaboration avec leurs responsables. Cette activité a permis de recueillir une somme importante de 1 500 euros qui a été versée à la caisse de l'association Tan-Maza. Il est à noter que cette association vient en aide aux enfants de rue pour qu'ils ne soient pas analphabètes.  En outre, elle assure le financement d'une école située très loin. Une marche dédiée à la Grande îleTrois trajets de 4, 6 et 8 kilomètres ont été parcourus le week-end dernier pour contribuer à la scolarisation des enfants défavorisés à Madagascar, plus précisément ceux pris en charge par l'association « Les écoles de Madagascar ». Cette activité sportive, initiée par les enseignantes des écoles privées situées dans le sud de Vienne, a vu la participation d'une centaine de familles issues des écoles privées françaises telles que Saint Martial - Montmorillon, Sainte Elisabeth - La Trimouille, Notre Dame - Chauvigny, Frédéric Ozanam - Brigueil-le-Chantre et Saint Vincent de Paul - Lussac-les-Châteaux. A cette occasion, une somme de 420 euros a été collectée. Les responsables de l'association ont profité de cette rencontre pour exposer les actions menées dans le pays où ils interviennent. Ces actions sont axées sur la construction d'infrastructures scolaires et leurs équipements, sans oublier l'envoi de manuels scolaires et de matériels informatiques. A cela s'ajoutent les œuvres sociales dont l'approvisionnement en électricité et l'amélioration des conditions sanitaires locales.Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Befotaka-Sud - 2 gendarmes tués au cours d’une embuscade, 1 assaillant abattu

Un adjudant-chef  du nom de Bien Aimé Raherinirina (chef de poste) ainsi qu’un gendarme de 1ère classe G1C, Aurélien Ratsizafy alias « sefo Aurélien » ont perdu la vie au cours d’une embuscade dressée par les « dahalo » dans la Commune rurale de Ranotsara, District de Befotaka-Sud, mardi dernier. Cette triste nouvelle parvenait de ce District même. Les faits se sont produits vers 6h du matin. Ils étaient quatre dont les deux victimes à effectuer une mission en vue de rechercher et arrêter un chef de bandits rendu tristement célèbre, le surnommé Kapo. Se basant sur un renseignement, les quatre gendarmes ont donc rejoint le village d’Ambohangimasy, là où le suspect réside, sinon le lieu où il est censé se retrancher.

Une fois que les éléments de cette petite patrouille des Forces de l’ordre eurent repéré le domicile de Kapo, deux d’entre eux, l’adjudant-chef et le GC1 n’ont pas hésité à entrer pour surprendre le concerné, tandis que les deux autres étaient restés dehors pour assurer la couverture de leurs collègues. Entre-temps, ledit Kapo qui n’était pas chez lui ainsi que ses hommes étaient cachés dans d’autres maisons voisines. Ils ont aussitôt engagé les deux gendarmes, alors pris totalement au dépourvu sous les tirs croisés des assaillants. Mais les membres des forces ont réussi à joindre leur base afin de demander des renforts. En entendant les rumeurs de l’affrontement, l’adjudant et son collègue ont voulu voir de près la situation et étaient rapidement ressortis. C’était dans ces circonstances que les tireurs embusqués les ont accueillis avec des giclées de plombs. « L’échange de tirs était particulièrement intense, obligeant ainsi les deux gendarmes restés à l’extérieur de la maison à se planquer derrière un abri de fortune, tandis que l’adjudant-chef et le GC1 n’ont pas eu cette chance. Les balles des assaillants les ont frappés de toutes parts », déplore une source auprès de la Gendarmerie. Côté « dahalo », certains d’entre eux n’étaient pas non plus sortis indemnes de cette escarmouche. Au moins, l’un d’eux a également perdu la vie tandis que plusieurs autres furent blessés.  Mais revenons dans les cas des gendarmes tombés en héros sur le champ de bataille. Si l’un d’eux vient de Toliara, l’autre est originaire de Fianarantsoa. Les villageois ont transporté leurs corps. Une information, d’ailleurs confirmée par la Gendarmerie,  précise qu’il n’était plus question de les ramener dans leur base locale à Befotaka-Sud. Ces soldats ont été considérés comme des héros nationaux. Leurs dépouilles seront directement transférées dans leur Région d’origine respective. En ce moment même, des contingents mixtes de militaires et de gendarmes ont été dépêchés sur les lieux afin de ratisser le secteur et démarrer en même temps une enquête. Déjà le week-end dernier, un militaire a trouvé la mort dans des circonstances spéciales au cours d’un duel d’artillerie avec un autre gendarme à Kandreho,  une localité située dans l’Ouest du pays. Ces faits démontrent que l’heure est vraiment grave, même au niveau des Forces de l’ordre qui ne savent plus parfois sur quel pied danser devant la recrudescence de l’insécurité dans le pays. Franck Roland

Midi Madagasikara0 partages

Cosafa cup : Les Barea tenus en échec par les Seychelles

Incroyable mais hélas vrai, les Barea n’ont pu faire qu’un match nul de 1 à 1 très frustrant contre des Seychellois venus pour ne pas perdre.Les Malgaches ont pourtant bien débuté la partie avec un but de Boura que personne n’attendait pas même le portier seychellois (23)Mais la joie du camp malgache fut de courte durée car les Seychellois parvenaient à revenir au score sur une tête de Mellie.La partie reprit comme elle avait commencé c’est-à-dire avec une domination outrageuse des Barea avec notamment une belle occasion de Tsito rentré à la place Lolody mais rien n’y fit. Pire encore et pour avoir fait justice lui même. Lalaina écopa d’un carton rouge (77).La situation n’est pas pour autant compromise car une victoire contre les Comores nous propulse en quarts de finale contre l’Afrique du Sud.Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Meurtre à Ambatobe : Plainte contre le propriétaire des lieux

Seize jours après le meurtre de Rakotomalala Maurice (RM) à son lieu de travail à Ambatobe, sa famille a déposé plainte à la brigade de la gendarmerie à Betongolo. La partie civile retient deux personnes pour meurtre et complicité de meurtre. La première, le propriétaire des lieux et toute sa famille et la  seconde, la compagne de la victime. « Primo, nous refusons catégoriquement la version telle que notre père (RM) a été tué à coups de bois auquel des clous sont fixés, appelé « bois rond ». Secundo, le propriétaire des lieux qui est d’ailleurs le patron de la victime n’a jamais adressé ses condoléances, comme si la victime était un moins que rien. Rien que cela suscite plusieurs suspicions de notre part et nous a poussé à ester en justice » a expliqué la partie civile à la presse après sa  déposition. Le résultat de l’autopsie qui est une preuve irréfutable pour le cas du genre sera la pièce maîtresse dans le dénouement de cette affaire. De sources concordantes, une seconde réquisition aurait été faite par la gendarmerie chargée de l’enquête auprès du médecin légiste. En attendant, l’enquête suit son cours à la brigade de Betongolo. Quelques membres de la partie civile ont été entendus pendant trois tours d’horloge hier. L’audition continue ce jour.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Syndicat du MAE : Pour la mise en application du plan de carrière du personnel

Le personnel du ministère des Affaires étrangères en grève. (Photo Yvon RAM)

Le syndicat des corps du ministère des Affaires étrangères (SYNCORMAE) est entré en grève illimitée depuis hier. Selon son président Pilaza Tsakorien Adoghi, les revendications portent sur deux points, à savoir la mise en application d’un texte réglementaire relatif au plan de carrière du personnel du ministère et les moyens octroyés au personnel technique et administratif et aux diplomates de carrière et ce pour redorer le blason de la diplomatie malgache. Toujours d’après son président, « la grève est apolitique, nous voudrions seulement que l’on tienne compte de nos revendications notamment des actions concrètes de la part des autorités compétentes » tout en condamnant au passage les violations graves et répétées des droits et libertés fondamentales de l’individu à l’encontre du personnel du MAE ainsi que les manœuvres d’intimidation à l’endroit des leaders syndicaux. Et lui de se demander « qu’en est-il du droit à la grève ». Par ailleurs, le SYNCORMAE revendique également le paiement des indemnités de représentation, au titre de l’année 2018. Le syndicat remet aussi en cause la nomination et le système de rotation auprès des ambassades et représentations de Madagascar à l’étranger.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Basket-ball – Smatch-In XXL» : 43 équipes en course au Palais des Sports

Les organisateurs de l’évènement à Andraharo lors de la conférence de presse.

Une version « XXL ». La 7e édition du tournoi de basket-ball inter-instituts «Smatch-In XXL» réunira 43 équipes du 2 au 10 juin au Palais des Sports Mahamasina.

Chaque année le tournoi ne cesse de gagner de l’ampleur. Du 2 au 10 juin au Palais des Sports Mahamasina, 43 équipes vont se partager leurs joutes au Palais des Sports Mahamasina. Une édition surnommée «Smatch-In XXL». XXL est la marque de boisson énergisante et principal partenaire des amateurs de sports, d’endurance et de dépassement de soi. Qui dit sport, dit bonne hydratation. Eau Vive, I’alliée des sportifs, sera également la boisson officielle de SMATCH-IN version XXL. Cette année, les deux marques de boissons Eau Vive et XXL vont contribuer à la communication de ce grand tournoi, à des prestations de services ainsi qu’à la dotation de boissons pour les participants.

Nouvelle formule. Cette année, seuls les joueurs et joueuses non licenciés peuvent participer. Ainsi, les joueurs des instituts évoluant dans des clubs N1A et N1B joueront les spectateurs. Une occasion de donner de la chance aux joueurs amateurs de faire valoir leur talent. Le règlement de la compétition a été modifié. Les phases éliminatoires se joueront en chrono arrêté ce n’est qu’au stade des huitièmes de finale que les rencontres se disputeront en chrono non arrêté. Pendant neuf  jours, les équipes participantes livreront bataille pour succéder à l’Ecole supérieure de comptabilité, d’administration et de management d’entreprise d’Ambaranjana (ESCAME) chez les hommes, et de l’ISM Adventure chez les dames. Outre les concours de tirs à trois points et de Dunk, il y aura le concours de Miss Mister SMATCH-IN et le concours de danse urbaine « SMATCH-IN DANCE Contest». Ceci étant dans le dessein de faire participer tous les étudiants à l’évènement SMATCH-IN qui n’est pas seulement réservé aux amoureux du basket.

Programme

Samedi 2 juin

– Phases éliminatoires

Dimanche 3 au mercredi 6 juin

– Phases éliminatoires dames et hommes

Jeudi 7 juin

– Phases éliminatoires dames et 1/B de finales hommes

Vendredi 8 juin

Phases éliminatoires dames et 1/4 de finales hommes

Samedi 9 juin

– 1/2finales dames et hommes

Miss Mister Smatch-ln

Smatch-ln Dance Contest

Show artistes DJ

Dimanche 10 juin

Finales Miss Mister / Smatch-ln Dance Contest

Finales dames et hommes

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Fivarotan-kena ao Analanjirofo : Misy mivarotra atin-kena misy « dinta »

Efa tena gaboraraka mihitsy ankehitriny ny fanaraha-maso ny entana amidy eny an-tsena, tsy mivalona ny  vary lo  misy mivarotra an-tsokosoko na efa manao ny ezaka mafy amin’ny fanaraha-maso izany ny eo anivon’ny varotra sy ny fanjifana Analanjirifo . Izao indray dia tsy hita manao ny asany ny eo anivon’ny sampan-draharahan ‘ ny fahasalaman’ny biby izay mpanara-maso ireo hena amidy eny an-tsena any an-toerana. Isan’ny mety hiteraka olana ara-pahasalaman’ny mpihinana anefa ny aretina misy amin’ireo biby fiompy amidy an-tsena ireo, raha tsy voaara- maso ny fahasalamany sy ny aretina misy ao amin’izy ireny. Ankehitriny nefa dia gaga ny mpanjifa ao Fenerivo atsinanana fa tonga eny an-tsena ireo atin-kena misy “Dinta” sy ireo hena tsy misy fitomboka nefa tsy misy taitra amin’izany ireo tompon’andraikitra mikasika izany; manginy fotsiny ihany koa ireo hena samy hafa efa manangana sy feno lalitra ary efa mamoaka fofona maimbo be mbola misy mivarotra an-tsena ihany tsy misy mpanakana sy mpisava ary mandrara mihitsy. Hatramin’izao, dia tsy hita popoka ilay toky nataon’ny depioten’i Fenoarivo atsinanana, Mohamad Ahmad na Ahmad hely amin’ny fanamboarana toeram-pamonoana omby any an-toerana, hany ka amin’ny toerana tsy ara-dalana amoron-drano sy amin’ireo toerana hitan’ny mpamono omby fa mety hanaovany izany no hamonoan’izy ireo ny omby hanin’ny mponina any an-toerana.Vokany tandindonin-doza tanteraka ny fahasalaman’ny mponina ao Analanjirofo noho izany…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Arfa Houcine : Deux ans « fermes » pour évasion

La sentence a été prononcée par la cour criminelle hier pour l’un des dossiers Houcine. Cette fois-ci, il a été jugé (toujours par contumace) concernant son évasion durant son transfert de la maison de force de Tsiafahy à  la maison centrale d’Antanimora. Deux ans d’emprisonnement ferme pour lui et une autre personne, une dame, qui est sa femme de ménage. Cette dernière, elle aussi, est introuvable donc jugée par défaut pour complicité d’évasion. Médecin, chauffeur de taxi, gardes pénitentiaire et autres, quant à eux, ont été accusés pour fourniture de moyens servant à l’évasion et aussi pour complicité d’évasion. Les peines varient d’une relaxe au bénéfice du doute, d’un an avec sursis et d’un an d’emprisonnement ferme pour ces individus. Le rideau est donc tombé sur cette saga Houcine, puisque c’était son dernier procès. A moins que son recours au tribunal français ait eu gain de cause et qu’une commission rogatoire soit constituée dans ce sens pour instruire ses requêtes.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Face-à-face tendu entre les opposants et le régime

Le ton s’est encore durci sur la Place du 13 Mai. Le dépôt de la requête de déchéance des députés ayant retourné leur veste montre qu’il n’y a plus d’accommodement possible avec le pouvoir. Les parlementaires ayant constitué le groupe des pro régimes espéraient que le verdict de la HCC calmerait les revendications de leurs adversaires. Aujourd’hui, ils doivent déchanter, car les juristes de l’autre camp sont décidés à aller jusqu’au bout.

Face-à-face tendu entre les opposants et le régime

L’arrêt de la   HCC était censé calmer le jeu politique, car il donnait les clés de la résolution de la crise. Cependant, chaque camp a interprété à sa manière les articles de cette décision. Le MAPAR et le HVM s’opposent totalement sur le mode de désignation du premier ministre de consensus et la constitution du gouvernement. Mais les ténors de la Place du 13 Mai ont aussi leurs mots à dire et contestent de la manière la plus formelle les prétentions des députés pro régimes. Ils vont donc continuer à s’adresser à la HCC et ont donc déposé leur requête hier à Ambohidahy. Ce sont une fois de plus des arguments bien étayés qui viennent renforcer le dossier qu’ils ont constitué. Les parlementaires soutenant le régime pensent être dans leur droit et ne semblent pas en tenir compte. Mais la détermination des militants de la Place du 13 Mai est inébranlable. Elle s’appuie aussi sur le dépôt de plainte qui a été déposé au Bianco concernant les faits de corruption supposés lors du vote des lois électorales. L’enquête suit son cours et n’est pas encore arrivée  à son terme. Mais c’est une épée de Damoclès qui est suspendue sur leur tête.  La situation est loin de s’être calmée et la tension est de nouveau en train de monter. La décision de la HCC ne s’imposera que quand elle sera publiée dans le journal officiel. Ce qui ne qui n’est pas encore le cas ; c’est encore le statu quo qui règne en ce moment.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

« Jazz@totohabato » 8e édition : Encore plus proche du grand public

Fanja Andriamanantena fera partie des artistes à l’affiche du Jazz @totohabato.

Devenu un rendez-vous incontournable,  « Jazz@totohabato » entame sa huitième édition qui va se tenir du 28 mai au 1er juin. L’objectif ? Se rapprocher plus du public et rendre le jazz plus accessible. Pendant cinq jours, les mélomanes de la Capitale pourront apprécier plusieurs spectacles de grands noms du jazz, mais également découvrir les jeunes talents, la relève.Avec leurs instruments de prédilection comme armes et la scène comme terrain de bataille, ils joueront avant tout pour eux-mêmes pour ensuite faire vibrer le public au rythme de ces mélodies sans pareil. L’évènement commencera donc le mercredi 30 mai avec le « jazz kids » à la tranompokonolona Analakely. « Ce ‘jazz kids’ est loin de ressembler aux fêtes de fin d’année scolaire où les enfants se cherchent sur scène. Ils vont présenter un vrai spectacle avec une musique bien structurée. Le spectacle débutera à 14h30 et sera gratuit. Une soirée « jazz VIP » se tiendra le lendemain à l’Hôtel Le Louvre. Comme on ne change pas une formule qui marche et pour se rapprocher davantage du grand public, le concept jazz quartier, cette année, revient au menu. Le jazz s’invitera dans plusieurs endroits de la ville. Le jazz, le 1er juin, ira à la rencontre des gens, pas forcément habitués à ce style, histoire de faire découvrir la bonne musique à « monsieur tout le monde » ». Cette année, de grands concerts se tiendront également sur le devant du stade de Mahamasina et devant le parking d’Antsonjombe. Le jazz@totohabato se tiendra par contre le 1er juin sur la grande scène placée à l’Avenue de l’Indépendance, entre l’esplanade et le bas de l’escalier d’Antaninarenina.

Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Vokovokomanga Analamahitsy : Hankalaza ny andro maneran-tany tsy anendrena paraky sy sigara

« Ary hataoko ahoana no fijery ny fandringanana ny havako » io Teny avy ao amin’ny Estera 8 :6b io entin’ny Sampana Vokovokomanga avy etsy amin’iny Fjkm Analamahitsy, hanamarihana ny andro maneran-tany tsy hanendrena paraky sy sigara, ny alakamisy ho avy izao. Amin’io andro io dia hisy ny fotoam-bavaka izay hatao eny an-toerana, ny fampianarana Soratra masina, ary ny rindran-kira ara-pilazantsara hiarahana amin’ny tarika Laurent Rakotomamonjy. Ny fotoana, dia hanomboka amin’ny enina ora hariva, araka ny fanazavana azo, ka manentana ny rehetra. Marihana, fa efa nisy ezaka fanentanana amin’ny ady amin’ny zava-mahadomelina izay nataon’ny Sampana teny anivon’ireo sekoly, ny volana aprily sy mey teo. Izany moa dia anisan’ny tafiditra ihany koa ao anatin’ny hetsika fankalazana ny faha-85 taona nijoroan’ity sampana ity ,teo anivon’ity fiangonana Fjkm Analamahitsy ity.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

RN7 : Ben’ny tanàna iray naratra tao anaty lozam-piarakodia

Nisehoana lozam-pifamoivoizana indray iny lalam-pirenena fahafito iny, teo amin’iny Pk 434, teo amin’iny tanana antsoina hoe Ambatosoa, ao amin’ny  kaominina Andranovorivato, distrika Vohibato, ny harivan’ny alatsinainy lasa teo. Fiara taxi-brousse iray, zotra rezionaly mampitohy an’ Andranovorivato sy Fianarantsoa no niharan-doza tamin’io fotoana io. Vokany olona 15 no naratra mafy tamin’io fotoana io, ka anisany ny ben’ny tanàna iray avy amin’ny kaominina Vohimarina.

Vao handeha hiainga mihitsy ity fiara fitateram-bahoaka ity no izao tra-pahavoazana izao, raha ny vaovao hatrany. Izany dia noho ny fisian’ny olana ara-teknika nahazo ny fiara. Rehefa tsy nahazo intsony mantsy ny hisatra, dia tsy afa-nanoatra intsony ny mpamily tamin’io fotoana io. Ny fiara ihany koa tetsy an-danin’izay mavesatra loatra, satria dia  feno sy hipoka mpandeha ary entana. Hany ka tsy maintsy nadona tamin’ny sisin’ny làlana izany. Ny tena loza anefa, ary soa ihany fa tafajanona soa aman-tsara ilay fiara, dia nivaly hantsana mangitsogitsoka ny teo akaikin’ilay sisin-dàlana. Raha izay no nitranga hoy ny rehetra, dia efa faty olona nikararana indray no noraofina tao. Navantana avy hatrany tany amin’iny hôpitaly tao Fianarantsoa moa ireto olona naratra ireto. Efa tonga teny an-toerana nijery ifotony ny zava-nisy kosa ireo zandary misahana izany toerana izany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Préparation des examens officiels : La DREN Atsimo Andrefana montre l’exemple

Validation « testing » des sujets du CEPE 2018 du 3 au 27 mai 2018 à la grande Salle de la DREN Atsimo Andrefana.

Le délai fixé par le ministère de l’Éducation nationale au niveau central dans le recueil des sujets des examens proposés par les CISCO a été respecté malgré les troubles causés par la conjoncture sociopolitique traversée par le pays.

La DREN ou Direction Régionale de l’Education Nationale Atsimo Andrefana a une longueur d’avance en matière de préparation des examens du CEPE (Certificat d’Études Primaires  Elémentaires) et du BEPC (Brevet d’Études du Premier Cycle) par rapport aux autres directions éparpillées dans les régions de l’île. Une avancée qui se manifeste par le recueil dans les temps – le « deadline » ayant été fixé par le MEN pour le 18 mai 2018 dernier concernant les examens du BEPC – des sujets des examens officiels pour l’obtention du BEPC ou Brevet d’Études du Premier Cycle et pour l’obtention du CEPE ou Certificat d’Études Primaires Elémentaires. Et ce, malgré les perturbations qui ont contraint les établissements scolaires de Tuléar à arrêter les cours durant trois jours il y a deux semaines de cela. L’avancée place également les élèves et établissements scolaires – la DREN elle-même – en bonne position face à la conjoncture actuelle, mais surtout face à l’approche desdits examens. Il convient de noter que la DREN Atsimo Andrefana a également connu des perturbations engendrées par les manifestants contre le régime actuel. «Les établissements scolaires publics de Tuléar ont dû fermer leurs durant trois jours il y a deux semaines de cela» a fait savoir Helland Mahavitsika, DREN Atsimo Andrefana. Une situation qui n’a pourtant pas empêché l’équipe de la direction régionale à respecter les délais impartis dans la réalisation de ses missions, notamment, le recueil des sujets proposés par les CISCO.

« Leadership ». La continuité des activités auprès de la direction régionale de l’Education nationale Atsimo Andrefana a été le fruit du bon leadership des responsables. L’on y invite le personnel à prendre conscience de leur mission, de l’importance de ce qu’il fait sur la vie du pays. «Il est important que le personnel comprenne que s’il ne fait pas correctement ce à quoi on l’a embauché, des gens en seront pénalisés. Et que de tels comportements nuisent grandement à la société, à l’administration et à la nation tout entière» a confié Helland Mahavitsika. Questionné également sur la gestion du personnel face aux manifestations, ce dernier de faire savoir que «les agents sont libres de se manifester s’ils en ressentent le besoin et l’envie».  Toutefois en prenant «conscience de l’importance de la continuité des activités» lança le directeur. Si la paralysie de l’appareil administratif est l’objectif des manifestations, il est indéniable qu’un éventuel arrêt des activités pédagogiques auprès des établissements scolaires serait de trop pour cette année scolaire 2017-2018.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Genre et Développement : Ouverture du sommet national hier

Le sommet national sur la mise en œuvre du protocole sur le Genre et le Développement a été ouvert hier à l’Hôtel Le Pavé Antaninarenina. « Action locale pour atteindre les objectifs de développement durable et l’Agenda 2030 du Protocole de la SADC sur les questions de genre », tel en est le slogan.

Pour cette sixième édition, le sommet a pris la forme d’un concours. Il s’agit de la sixième édition de ce sommet national. Placé sous l’égide de « Gender Links », il a été ouvert par Mme Via Marie Céline Yolande, sénatrice et présidente de la Fédération pour la Promotion féminine et enfantine (FPFE). Plus de 121 candidats, dont 89 femmes et 32 hommes ont participé au concours. Ils ont été répartis en quatre catégories : centres d’excellence, projets innovants pour la promotion du genre, leadership ; et femmes entrepreneures émergentes.

Implication masculine. La participation des hommes dans le concours est un signe encourageant, car cela démontre leur implication et leur engagement pour la cause de la promotion de la Femme, qui concerne tout le monde. Les femmes représentant plus de la moitié de la population mondiale, leur émancipation et leur autonomisation financière influe directement de manière positive sur l’économie.  Comme le dit le dernier rapport des Nations unies sur le rôle des Femmes dans le Développement : « Les causes et les facteurs sous-jacents de la non-durabilité et de l’inégalité des sexes sont profondément liés. »

ODD. En outre, le sommet ambitionne également de dresser le bilan des réalisations entreprises pour l’atteinte des Objectifs de Développement durable (ODD), du protocole de la SADC Post-2015 ; ainsi que l’agenda 2063 de l’Union africaine et de Beijing plus 20, notamment en ce qui concerne l’éradication des Violences basées sur le Genre (VBG). Rappelons, à titre d’information que l’agenda 2063 est un plan pour la transformation structurelle de l’Afrique approuvé en mai 2013 par le Sommet du Jubilé d’Or de l’Union africaine. Il définit huit priorités, à savoir : l’identité et la renaissance africaine, la lutte contre le colonialisme et protection du droit à l’autodétermination, agenda de l’intégration, agenda pour le développement social et économique, la paix et la sécurité, la gouvernance ; détermination de l’Afrique à prendre en main sa propre destinée ;  place de l’Afrique sur la scène mondiale.

Témoignage. Notons que ce sommet a vu le concours de toutes les parties prenantes de la promotion du Genre à Madagascar, pour ne citer que les institutions, les autorités et la société civile, etc. Mme Rasoamaniry, Conseillère municipale de la Commune urbaine d’Alaotra Mangoro, témoigne : « Cela va faire dix ans que nous avons commencé à collaborer avec Gender Links, pour promouvoir la cause de la Femme dans la région Alaotra Mangoro, notamment dans la ville d’Ambatondrazaka. Si avant 2008, les femmes étaient laissées pour compte dans la vie sociale de la ville ; maintenant elles font partie prenante des prises de décision, quant à la gestion de la ville et l’amélioration de la qualité de vie. Maintenant, nous avons aussi des femmes leaders (proviseurs, chefs de fokontany, etc.) que nous n’avions pas avons. Et cela profite à tout le monde : les femmes elles-mêmes, les enfants et les hommes. »

Ce sommet sera clôturé aujourd’hui par une soirée de gala, à l’issue de laquelle se tiendra la remise des trophées du concours de projet de promotion du Genre, corollaire au sommet.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

« Gasy Bulles » : Les dessins sous toutes les coutures !

Un aperçu des expositions autour des photos « cover ».

Pour sa 14e édition, le festival « Gasy Bulles » promet d’envoûter grands et petits à travers un voyage artistique et créatif. L’évènement se tiendra à l’AFT Andavamamba du 2 au 15 juin.

Non, la bande dessinée malgache n’est pas morte ! Elle  a encore de beaux jours devant elle. Même si les bédéistes malgaches ne sont que rarement sous les feux des projecteurs, ils n’ont pas encore dit leur dernier mot. A travers le festival « Gasy Bulles », les amoureux du 9e art veulent se rapprocher du grand public et leur montrer que oui, les jeunes malgaches ont du talent. Ils en ont même à revendre. Du 2 au 15 juin, les gars de « Gasy Bulles » vont donc investir le hall de l’AFT Andavamamba. Atelier, exposition et soirée autour de la BD seront au menu pendant ces deux semaines. « Les ‘sary cover’ ont été de grands succès et ont suscité l’intérêt des visiteurs lors des éditions précédentes. Cette année, nous allons continuer  dans ce sens », explique les responsables. Pourquoi en effet changer une formule qui marche ? Des illustrations en bande dessinée des chansons les plus célèbres de Kiaka et Iraimbilanja orneront donc les cimaises de l’AFT pendant toute la durée de la manifestation. « Ceux qui souhaiteraient en connaître davantage et se familiariser avec le milieu ne seront pas en reste. Une initiation à l’écriture de scénario d’une BD aura lieu au Cabanon le 13 juin. Le 9 juin se tiendra par contre la soirée d’animation autour de la BD avec des performances en direct des dessinateurs et un groupe musical ».

Festival de BD malgache. Le premier festival de bande dessinée à Madagascar remonte à une vingtaine d’années plus tôt. En octobre 1984, a été organisé le premier festival de BD à Madagascar, un événement initié par le Centre Culturel Albert Camus avec la participation du Ministère de la Culture et de l’Art  révolutionnaire. L’effervescence des années 80 cède la place au déclin entraîné par la crise économique qui frappe Madagascar dès le début des années 90. Avec l’aide de la Coopération française, des stages de perfectionnement et des aides à la production ont permis à la bande dessinée de tenir la tête hors de l’eau. Dans les années 2000, l’association Mada BD qui regroupe les grands noms de la BD des années 80, avec l’appui du CCAC, a voulu donner un nouvel élan à la BD malgache. Le premier festival de bande dessinée est né en 2001. Jusqu’en 2004 où se  tenait la deuxième édition, stages professionnels et publication ont permis aux dessinateurs d’assurer une certaine visibilité. « Gasy Bulles », toujours sous l’impulsion du CCAC donne un coup de pouce aux jeunes talents. L’un de ses objectifs est d’ailleurs de permettre aux talents confirmés et émergents de se faire connaître. Il s’est donné aussi comme mission d’accompagner et d’épauler les dessinateurs malgaches dans la valorisation de leurs travaux.

Mahetsaka

Midi Madagasikara0 partages

Pr Stephan Narison : Partage de connaissances sur la physique des hautes énergies

Le Pr Stephan Narison président-fondateur de l’AGMM a continué pendant les mois d’avril et mai le partage de connaissances sur la physique des hautes énergies et l’origine de l’univers par le Big-Bang  à Fort-Dauphin, Tuléar, Antananarivo, les régions de Vakinankaratra et d’Analamanga. Ce directeur de recherche au Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) de Montpellier entend vulgariser la physique des hautes énergies dans les établissements scolaires et universitaires de la Grande île. Sur ce point, d’ailleurs, il a sorti un livre intitulé « Particules et Univers » publié par l’éditeur international « World Scientific » basé à Singapour et Londres, qui sera en vente dans les librairies et sur internet.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Tranombarotra « Kanto » Toamasina : Notafihan’ny jiolahy ny mpanjifany, iray maty, lasa ny vola efatra...

Niverina indray ny fanafihana mitam-basy eto Toamasina ankehitriny na manao ezaka mafy mifehy izany araka ny baiko azon’izy ireo aza ny mpitandro  filaminana ; izay miezaka mandeha eran’ny tanàna na andro na alina.  Tranga iray no niseho, ny alatsinainy teo tokony tamin’ny  4ora tolakandro raha iny hividy entana tao amina tranombarotra iray antsoina hoe « Kanto » eto Toamasina ity mpivarotra enta-madinika avy any Sahambala Toamasina II. Raha niala maraina tany aminy izy mivady ireto, dia tsy nahatsikaritra aloha hoe nisy nanaraka, nefa vao tonga teo amin’ity tranombarotra efa fakan’izy ireo enta-madinika anefa izy ireo, dia vavam-basy avy hatrany no nahazo ilay rangahy izay heverin’izy ireo  ho nitondra ny vola tao anatin’ilay sakosy nentiny. Avy hatrany dia nitaky vola ireto jiolahy roa nitondra moto scooter izay nitondra PA. Raha nilaza ny tsy manam-bola anefa ilay rangahy, avy hatrany dia notifirin’ireto jiolahy roa ka maty tsy tra-drano teo an-dalam-be . Vao nahita izany anefa ny vadiny dia nanipy ilay poketra nisy ny vola tamin’ireto  jiolahy ary niezaka namonjy am-badiny, nefa efa tsy tana intsony ny ainy noho ilay bala nahavoa ny faritra saro-pady tamin’ny vatan’ilay raim-pianakaviana tamin’izay. Ireo tompon’ny tranombarotra sy ireo mpanjifa tao aminy ary mpandalo nahita ny zava-nitranga anefa, dia tsy nisy sahy namonjy azy mivady ireto, ka mora tamin’ireto andian-jiolahy ny nandositra nitondra ilay vola 4 tapitrisa ariary azony. Ny mponina manodidina no niezaka niantso mpitandro ny filaminana nanara-dia ireto  jiolahy roa nitondra basy nahafaty renim-pianakaviana sy nangalatra vola ireto, saingy tsy tratra intsony izy ireo noho ny moto scooter nentin’izy ireo nanao taingin-droa nahafahany nandositra haingana.

Milaza anefa ireo mpitandro filaminana nanontaniana, fa tsy olom-baovao amin’ny fanafihana mitam-piadiana eto Toamasina ireto nahavanon-doza ireto, saingy isaky ny mafana ny fanaraha-maso azy ireo, dia mandositra miala an’i Toamasina izy ireo, ka izao miverina izao indray hampihorohoro mpivarotra sy ny mpanjifa ary ireo mpandraharaha indray.

Malala Didier