Les actualités à Madagascar du Dimanche 30 Avril 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune14 partages

Place du 13 mai : deuxième semaine de manifestation

Le collectif des 73 députés pour le changement en est à son deuxième semaine de manifestation à l’hôtel de ville à Analakely, ou place du 13 mai. Neuf jours après les échauffourées qui a causé la mort d’au moins deux personnes sur le parvis de l’Hôtel de ville à Analakely le samedi 21 avril dernier, les parlementaires issus des groupements politiques MAPAR, TIM et quelques élus indépendants, qui se sont finalement regroupés pour défendre la même cause, semblent avoir pris un élan considérable dans leur mouvement.

Le ralliement de la plupart des forces vives de la nation notamment les syndicalistes, la société civile et bien entendu les politiciens qui cherchent à se faire un nom et une place dans l’arène politique nationale, semble avoir donné des ailes aux parlementaires. D’une simple contestation des nouvelles lois électorales adoptées à la suite d’une corruption massive au sein de l’Assemblée nationale, ils en arrivent à l’exigence de la démission du Président de la République, prétextant la tolérance zéro sur le sang versé par les militaires qui protégeraient le régime, donc les dirigeants actuels.

Le mouvement va bon train

Le refus de négociation avec les représentants du régime actuel en dépit de la médiation conduite par la communauté internationale, l’obtention du feu vert de l’Office de radio et télévision Malagasy (ORTM) sur la diffusion des manifestations sur la place du 13 mai, le refus du préfet d’Antananarivo de donner l’ordre de tirer sur les manifestants et le refus de certains éléments des forces de l’ordre de s’en prendre à la population en sont autant de points gratifiants qui permettraient à ces parlementaires issus de ce collectif de dire que le mouvement va bon train.

Cette semaine encore, les députés entendent faire bloquer la machine administrative et durcir le mouvement en faisant appel aux fonctionnaires à renforcer le rang sur le Parvis de l’Hôtel de ville. Et s’il reste encore de la résistance, voire intimidation pouvant empêcher les employés des ministères de rejoindre les grévistes, les élus de l’opposition envisagent de se rendre auprès de ces départements ministériels pour faire sortir ces employés et donc franchir les éventuels obstacles.

La victoire, synonyme de la chute du régime, ne devrait plus être loin pour les députés du collectif pour le changement. Mais Hery Rajaonarimampianina n’a pas encore dit son dernier mot. Jusqu’à la preuve du contraire, l’ex-Grand Argentier de la Transition reste toujours le chef suprême de l’Etat et que le gouvernement dirigé par le Premier ministre, Olivier Solonandrasana Mahafaly, continue de croire dur comme fer en la tenue de l’élection présidentielle cette année pour que l’alternance au pouvoir soit bien démocratique.

Nouvel épisode

« Iny lalana iny » (le chemin à suivre) ne devrait pas non plus être facile pour le collectif des députés pour le changement. Loin s’en faut. Bien qu’ils restent encore silencieux par rapport à la situation actuelle, les partisans du régime, notamment les célèbres conseillers virevoltants du président de la République ne sont pas encore prêts de baisser les bras. Ils adopteraient tout simplement un profil bas, pour mieux préparer leurs coups dans les prochains jours et pour montrer qu’ils ne fléchissent pas et que ces députés de l’ « opposition » sont encore loin d’être sortis de l’auberge.

Le changement d’allure de la manifestation sur la place du 13 mai est néanmoins attendu dès ce lundi. Le ton pourrait durcir, le mouvement aussi. Mais rien de tout cela ne nous permet de dire que ce nouvel épisode de crise politique malgache actuelle va toucher à son terme. Nous ne sommes d’ailleurs qu’au début de la fin.

Madaplus.info7 partages

Le numéro gagnant de la Tombola Nuit Blanche 2017 est le numéro 118


Le numéro gagnant de la Tombola Nuit Blanche 2017 est le numéro 118.
L'Equipe Madaplus remercie son sponsor Cap Madagascar qui nous a offert le voyage Paris/Tana A/R lors de cette Tombola et remercie également ceux et celles qui ont participé à la tombola.
Nous attendons le nom de l'heureux gagnant!!!
Madagascar Tribune0 partages

La médiation de la Communauté internationale rejetée par l’opposition

La communauté internationale multiplie l’envoi de médiateurs face à la crise politique qui prévaut actuellement dans le pays. Après Joaquim Chissano et les interventions de l’Union Africaine qui a initié une première réunion, du système des Nations Unies, le secrétaire générale de l’OIF Michaelle Jean est arrivée à Madagascar hier. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a décidé d’envoyer à Madagascar son conseiller spécial, Abdoulaye Bathily. Lors d’un appel téléphonique vendredi matin, Antonio Guterres « a parlé avec le président de Madagascar, Hery Rajaonarimampianina », précise un communiqué de l’ONU. Il a "réitéré son appel au dialogue politique, offert ses bons offices et s’est mis d’accord avec le président pour envoyer immédiatement son conseiller spécial.

Pourtant, du côté de l’opposition, on rejette déjà avec véhémence une médiation par la Communauté internationale, prônant le dialogue malgacho-malgache. Ainsi, le FFKM a également pris part hier à une tentative de conciliation des protagonistes, à Ambohimanoro. Ces derniers ont été appelés par les chefs d’église à penser au bien commun avant tout. Durant cette médiation par la FFKM, seuls les députés TIM avec Marc Ravalomanana étaient présents à l’appel. Les députés MAPAR et MMM ont brillé par leur absence. Du côté du régime, le président de l’Assemblée Nationale, le président de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), le directeur de cabinet du président de la République, le ministre de la défense nationale, le ministre de la sécurité publique ainsi que le secrétaire d’Etat à la gendarmerie étaient au rendez-vous. Une autre réunion au bureau central du FFKM a également été annoncée et prévue pour ce lundi après-midi à Vohipiraisana.

Madagascar Tribune0 partages

La campagne électorale débute le 6 mai

Le lancement de la campagne électorale des législatives débutera le 6 mai prochain. Ce sera également à partir de ce jour que les imprimés sensibles (bulletins uniques au nombre de 10 600 000, procès-verbaux auto-copieux, les fiches de dépouillement et de pointage ainsi que les enveloppes inviolables partiront de la capitale vers les 119 districts. Ainsi, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) sera-t-elle débordée à partir de cette date.

D’un côté, cette campagne électorale s’annonce très tendue entre notamment les candidats du régime regroupés au sein de la plateforme avec Rajoelina (IRD) et les candidats Tim de Marc Ravalomanana, les partis qui ont terminé premier et deuxième lors de l’élection présidentielle en 2018 et qui sont donc considérés comme étant les plus importantes formations politiques à Madagascar actuellement.

D’un autre, l’acheminement des matériels de vote et notamment leur sécurisation s’annonce ardue pour la Ceni. Ils seront envoyés au niveau des districts (Commission électorale de district, ndlr) qui en assureront leur dispatching au niveau des communes, a expliqué Fano Rakotondrazaka. Et ces imprimés ne devraient pas être ouverts avant le jour du scrutin, voilà pourquoi, les tâches ne seront pas faciles pour cet organe en charge des élections.

Madagascar Tribune0 partages

Tence Mena sort de l’hôpital après un traitement au Covid-Organics

L’artiste Tence Mena est sortie de l’hôpital d’Anosiala hier. Après 40 jours de traitement et de confinement, cette artiste malgache, est finalement déclarée guérie du coronavirus. Son retour à domicile, suivi de près par les médias, a été suivi d’un témoignage poignant, annoncé par la ministre de la Communication et de la culture, et diffusée sur la chaîne nationale, TVM, dans le cadre d’une émission télévisée spéciale.

Dans ce témoignage, l’artiste affirme avoir été soignée dans un premier temps avec le protocole hydrochloroquine-Azythromicyne, mais cela n’aurait pas agi sur elle. « Contrairement à mon mari qui a suivi le même traitement et qui en est guéri moi je ne l’étais pas. On m’a proposé par la suite la tisane Covid-Organics. ll m’a fallu toutefois réfléchir avant de prendre la décision de la boire », affirme Tence Mena.

« J’ai pris le CVO pendant 7 jours et voilà maintenant que je suis sortie de l’hôpital après 40 jours », raconte-t-elle. « En prenant la tisane, j’ai senti que mon corps commençait à récupérer, je dormais bien et retrouvais l’appétit. Le premier test que j’ai effectué après le traitement a été négatif, c’était mon neuvième test », ajoute-t-elle. Le second test effectué pour confirmer sa guérison définitive, s’est avéré également négatif. « Le CVO m’a complètement guéri », témoigne Tence Mena, certainement une future ambassadrice de ce remède élaboré par l’IMRA. La longue traversée contre la maladie et la notoriété de Tence Mena ne manquera pas de servir la cause du Covid-Organics.