Les actualités à Madagascar du Lundi 30 Mars 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara322 partages

COVID-19 : Le CNARP met en vente deux phytomédicaments

« La crise du COVID-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique et la nécessité d’investir massivement pour le long terme ». Publication du président Français Emmanuel Macron sur son compte LinkedIn en date du 20 mars dernier, qui interpelle sur la place de la recherche dans le développement d’un pays. Phrase qui souligne également l’évidence de la place des chercheurs ainsi que de leurs produits dans le processus de développement tant décrié par les politiques. Prise de conscience partagée du côté malgache qui a mis en avant la médecine traditionnelle et les produits de  recherche. La proposition ce jour par le Centre national d’application des recherches pharmaceutiques (CNARP) de deux phytomédicaments – le Hevokina et la vaseline Niaoulee – au Comité des remèdes traditionnelles du Centre hospitalier Befelatanana arrive à point nommée. Les deux produits peuvent être utilisés comme traitement symptomatique : pour traiter la toux, la gorge, les enrouements et les rhumes. Question particularité, le Hevokina, qui est une solution inhalante, est indiquée pour des affections bronchiques bénignes telles que la toux, l’enrouement, la grippe, l’irritation de la gorge. La vaseline Niaoulee quant à elle correspond à un antiseptique des voies respiratoires qui est utilisé pour le traitement des infections aigües et chroniques du rhinopharynx, les rhinorrhées et les rhinites inflammatoires. Signés CNARP, un organisme rattaché au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, les deux produits ne présentent aucun risque d’effet secondaire pour la santé. Ayant obtenu une autorisation de mise en vente sur le marché, les deux produits devraient renforcer le protocole de traitement du COVID-19 et seront mis en vente dans les jours à venir. Pour en revenir à l’attention particulière attribuée par la France à la recherche scientifique, Emmanuel Macron, en ces temps de crise sanitaire, a décidé « d’augmenter d’injecter cinq milliards d’euros pour les efforts de recherche ». Quid du budget attribué par l’Etat malgache à la recherche scientifique ?

José Belalahy  

Le Hevokina et la vaseline Niaoule disposent de documents scientifiques attestant de leur efficacité et seront mis en vente dans les jours à venir.
Midi Madagasikara278 partages

Vivo Energy face au COVID-19 : 30 000 litres de carburant au profit du CCO Ivato

Tout le monde est concerné par la lutte contre le coronavirus, que ce soit les autorités publiques et sanitaires, la population, ou toutes les sociétés et entreprises actives à Madagascar. C’est dans cette optique que la société d’énergie, Vivo Energy Madagascar, a fait don de carburant d’une valeur de 100 millions d’ariary, soit environ 30 000 litres, au Centre de commandement opérationnel pour la gestion de l’épidémie du COVID-19 (CCO) à Ivato, le dimanche 29 mars 2020. Selon le directeur général de Vivo Energy Madagascar, Mondher Bouchouche, « nous tenons à marquer notre engagement et notre soutien à l’Etat Malagasy, en espérant que nous viendrons très rapidement à bout du COVID-19 avec l’aide de toutes les parties prenantes qui sont en train d’accomplir un travail louable et que nous encourageons ». Par ailleurs, l’entreprise a affirmé qu’elle continuera à apporter son appui aux communautés locales en vue de limiter les conséquences socio-économiques de cette épidémie et favoriser à terme la reprise économique. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Les responsables au sein de Vivo Energy Madagascar lors de la remise de carburant au CCO Ivato.
Midi Madagasikara61 partages

Confinement de la ville : Circulation limitée du personnel diplomatique 

Pendant que les forces de l’ordre veillent à ce que les dispositions de confinement soient respectées, le gouvernement, lui, envoie une missive aux missions diplomatiques pour leur signifier que les restrictions concernent aussi leur personnel. 

Les déplacements du personnel des missions diplomatiques seront aussi contrôlés. Elles doivent se soumettre aux mesures imposées par le gouvernement dans le cadre du confinement. Selon une missive envoyée le weekend dernier par le gouvernement, aux postes consulaires, aux représentations des organisations internationales et aux agences de coopération, ces derniers devraient avoir l’autorisation du Centre de commandement opérationnel COVID-19 pour pouvoir circuler en ville et devraient également soumettre à cet effet une demande d’autorisation exceptionnelle de circuler durant la période de confinement. Exception faite, et c’est logique en ces temps de crise sanitaire, pour le personnel et les véhicules de l’Organisation mondiale de la santé. 

Si le personnel de ces missions diplomatiques et consulaires bénéficie de l’immunité et peut circuler librement en période normale, et ce, en vertu des conventions internationales qui encadrent leur coopération avec le gouvernement, la situation exceptionnelle qui prévaut actuellement dans le pays leur soustrait une partie de ce privilège. Le gouvernement leur recommande « de réduire au strict minimum les déplacements de leur personnel et de ne le faire qu’en cas de nécessité absolue, pour le fonctionnement minimal des représentations, y compris l’assistance consulaire ou celle de l’urgence » souligne la lettre du gouvernement. 

Tous les véhicules des missions diplomatiques ne peuvent plus ainsi circuler librement à Analamanga et à Toamasina. Seuls trois à cinq véhicules diplomatiques de chaque mission ou représentation peuvent avoir l’autorisation exceptionnelle de circuler. Le reste de leur parc automobile devrait être immobilisé durant le confinement. Les pays qui ont le plus de ressortissants à Madagascar et ayant le plus de personnel dans leur  bureau de représentation peuvent mobiliser jusqu’à cinq véhicules, indique ainsi la missive du gouvernement. Les autres ne seront autorisés à utiliser que trois véhicules au maximum. Cette autorisation doit être clairement visible sur le véhicule concerné. 

Rija R.

Midi Madagasikara42 partages

SICAM-CFAO Group : Vingt véhicules avec chauffeurs mis à disposition du Centre COVID-19 

SICAM-CFAO Group, une société citoyenne engagée et responsable, veut soutenir le gouvernement dans la lutte commune contre la propagation du COVID-19 à Madagascar. 

SICAM-CFAO Group met à disposition gratuitement vingt véhicules avec chauffeurs .

Pour marquer sa solidarité avec le peuple malgache, ce concessionnaire automobile met à la disposition du Centre de commandement opérationnel COVID-19 (CCO) vingt véhicules avec des chauffeurs, et ce, gratuitement. La remise officielle de ces moyens de transport s’est tenue le dimanche 29 mars 2020 dans la fin de l’après-midi au (CCO) dont le quartier général est localisé au Mining Business Center à Ivato. Une cérémonie qui a vu la présence du Général de Brigade Olivier Elack Andriankaja ; le directeur général du Bureau national de gestion des risques, représentant  le ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation Tianarivelo Razafimahefa ; et le directeur général de SICAM-CFAO Group, Frédéric Hebert.

Solutions immédiates. « Cette modeste participation devrait pouvoir contribuer à solutionner un besoin en transport grandissant de toutes les parties prenantes dans la lutte contre le coronavirus. Nous voulons dire à l’Etat et à tous les Malgaches que nous sommes à leurs côtés dans cette période difficile. Il est de notre responsabilité de proposer des solutions immédiates pour mettre en œuvre efficacement toutes les dispositions sanitaires et sécuritaires qui ont été prises, en déployant ces véhicules. SICAM-CFAO Group, en tant que société responsable, tout en contribuant au développement de l’économie nationale depuis 1947, ne pouvait que répondre à ce besoin. Tous responsables, tous confinés, ensemble nous vaincrons le COVID-19 » explique Frédéric Hebert.

Déplacements du personnel. Et lui d’enchaîner que ces véhicules assureront en grande partie les déplacements du personnel du CCO, ceux des ministères ainsi que ceux du personnel soignant, et serviront éventuellement à l’évacuation des personnes atteintes du coronavirus. Le tout dans le respect total de toutes les dispositions mises en place par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation et l’Organisation mondiale de la santé. « L’heure est à l’union et à la solidarité. Chaque geste compte et il n’y a qu’ensemble que nous pouvons combattre le coronavirus ! », a-t-il conclu. Notons que SICAM-CFAO Group a pris des mesures de service minimum dès l’annonce du président de la République de l’état d’urgence sanitaire à Madagascar. 

Navalona R.

Midi Madagasikara11 partages

Le COVID-19 cristallise la stratification sociale à Madagascar

Cette image d’un quartier populaire fait mentir les images d’Antananarivo et de ses grands axes vides de monde sur les réseaux sociaux.

(Ils ont fait le buzz…) La pandémie de COVID-19 sera, sans équivoque, le « topic » le plus discuté, observé, analysé… des décennies à venir. Elle fait littéralement le buzz sur la planète Facebook. Madagascar, dans ce concert numérique, n’est pas en reste. Entre les images des petits citoyens des quartiers populaires, animés comme des kermesses. Et celles des épouses retrouvant leur exaltation en cuisine, bien préparées pour le confinement. Le pays semble rouler à deux vitesses. 

L’image d’une ribambelle de gamins jouant innocemment au rugby, sous le regard acquis des riverains, sur un grand terrain dans le quartier d’Anosibe. Elle crée une vague d’indignation paniquée. Il y a également celle d’une table bien garnie, où se trouvent des salades de pâtes, de charcuteries, de la viande cuite à point… qu’une mère étale dans le doux cocon du confinement. Elle reçoit des messages de félicitations en tout genre. Au milieu de tout cela, des voix tentent de susciter une juste mesure. 

« Vous croyez que ces gens des bas-quartiers ne redoutent pas cette maladie ? Le problème c’est qu’ils doivent chercher chaque jour leur pitance. Pas comme vous, déjà bien installés avec vos provisions », clame un Facebooker. Un autre lui répond, « Ils peuvent tout de même faire des sacrifices ». Ces échanges forceraient le fléau à être strictement urbain. Choquée par cette profusion d’illustrations salivantes, dénonçant des comportements faisant du COVID-19 une catastrophe bourgeoise, une Facebookeuse frappe. « Confinement ne rime pas avec fête et gourmandise, pensez aux gens qui n’ont presque rien à manger en cette période ». Une défenseuse des fourneaux lui rétorque : « Chacun fait ce qu’il veut, ce n’est pas votre argent ». En plus de « faire le buzz », le COVID-19 cristallise la stratification sociale dont Madagascar est en proie depuis la colonisation. 

L’occupation française, que Madagascar vient de commémorer le 29 mars, n’a pas seulement été basée sur une division raciale dans sa stratégie politique. Elle a aussi été une division plus sournoise, plus cérébrale, presque aliénante. Travaillée dans le rapport du Malgache avec lui-même. En revenant sur cette administration raciste, la continuité républicaine n’a fait que déconstruire pour mieux adapter cette approche de domination. Il suffit de prêter l’oreille aux discours officiels des responsables du pays depuis l’indépendance. Toujours aussi paternaliste, attitude grave mais éparpillée, langue de bois plus fusillant qu’experte, limite des décisions sous l’aura des créanciers internationaux… 

Autour de cette pandémie, il est temps de changer d’approche. Partant du fait qu’il n’y a pas de bonne ni de mauvaise mentalité malgache. Celle-ci a réussi, bon gré mal gré, à faire exister la race malgache depuis des millénaires malgré les cyclones, les maladies, les guerres intestines, la colonisation, les crises politiques… La nécessité fait appel. Parce qu’il y aura un après COVID-19, il y aura forcément des « survivants » du camp des « joueurs de rugby » et des « mères cordons bleus ». À ce moment, les optimistes deviseront gaiement sur l’élargissement du fossé séparant ces deux « mondes ». Et probablement, la vie reprendra son cours. Les gamins joueront toujours au rugby, les épouses modèles solliciteront toujours leurs fours. En attendant une autre catastrophe élargissant encore ce fossé.  

Maminirina Rado

Madaplus.info0 partages

Madagascar : L’état est prêt à tout pour arrêter le partage de fausses informations concernant la pr...

Les personnes divulguant de fausses informations, ainsi que celles qui profèrent des insultes sur les réseaux sociaux sont actuellement recherchées par la section de la cybercriminalité à Madagascar. Plusieurs personnes sont en cours d’enquête chez la gendarmerie nationale ou encore chez ministère de la sécurité publique, tandis que certaines ont été mise en garde vue.
Face au message vocal qui s’est propagé sur Facebook, ou une voix de femme racontant des nouvelles sur le Covid-19 à Madagascar – des nouvelles qui, selon les autorités, sont totalement fausses – l’Etat seraient prêt à offrir une somme de 5 millions d’Ariary à celui ou celle qui donnera des informations exactes sur la femme en question afin d’avancer la procédure de recherche.
Midi Madagasikara0 partages

Dicaprio Groubel : Le mannequin qui a porté haut les couleurs malgaches

Sa photo a fait le tour de l’Europe.  Mannequin au succès incontesté, Dicaprio Groubel est à l’apogée de sa carrière.  Couverture de magazine, rentrée d’argent, ce jeune homme est un modèle que tout le monde s’arrache.  

Né à Ambilobe, le jeune Groubel  a quitté sa ville natale à l’âge de 6 ans.  Il a fait ses études en Suisse. A l’âge de 17 ans, il commence dans la photographie en tant que modèle.  En juin 2016, il participe à « Miss et Mister Suisse Francophone », sa première compétition. Le concours a duré 9 mois.  « J’ai acquis plusieurs expériences » a -t-il confié.  « Ma décision de me lancer dans le monde de la mode a été  prise après avoir vu mes photos » a-t-il ajouté. 

Dicaprio Groubel a ensuite participé au concours « Top International Model of The World » en Bulgarie, où il a représenté la Grande île. Il remporte deux titres : celui du plus photogénique et celui qui a obtenu le plus de votes. En décembre 2017, il fait partie du jury du concours de « Miss Madagascar »  à Paris. En octobre 2019, il fait partie du jury du concours « Miss Diaspora Malgache » qui est un partenaire officiel du concours « Miss Madagascar Officiel », organisé aussi à Paris.

Actuellement, Dicaprio Groubel   est encore membre du jury du concours « Miss Diaspora Malgache » et s’occupe de recrutement des Miss. Il les aide dans leur développement personnel. 

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le coronavirus : Vers la prorogation du confinement

A l’allure où vont ou ne vont pas (c’est selon) les choses, on n’est pas près de sortir de l’auberge où l’on est confiné.

Le président Andry Rajoelina a fait sienne la célèbre phrase, « Gouverner, c’est prévoir »

Compte tenu de la progression du nombre de cas confirmés – asymptomatiques ou non – de coronavirus, on s’achemine vers la prorogation du confinement pour une seconde période de quinze jours. La mesure pourrait même s’étendre à d’autres régions ou provinces en raison de l’apparition de quelques cas confirmés en dehors d’Analamanga et d’Atsinanana.

Récession. En somme, c’est le cas de le dire, la facture s’annonce plus lourde pour l’économie nationale qui risque d’entrer dans une période récession si cela ne commence déjà avec la réduction des activités. Il faut s’attendre à un recul du PIB sur une période de quelques mois consécutifs. C’est dire que les prévisions de croissance devraient être revues à la baisse à cause du ralentissement des activités économiques. Il n’est pas exclu que la crise économique provoquée par la crise sanitaire entraîne à son tour une crise sociale pour ne pas dire explosion sociale. Une réaction en chaîne qui pourrait même déboucher sur une crise politique dont les effets seraient désastreux pour le pays déjà « contaminé » par le virus du Covid-19.

Anticipation. « Gouverner, c’est prévoir ». Le président Andry Rajoelina a fait sienne cette célèbre phrase d’Emile de Girardin qui ajoutait que « la meilleure manière d’assurer la paix, c’est de devancer les complications susceptibles d’amener la guerre ». Pour le moment, le pays est en guerre contre le coronavirus pour on ne sait combien de temps. « Gouverner, c’est prévoir, et prévoir c’est concevoir les choses avant les autres », dixit pour sa part, Jean-Paul Delfino. Le président de la République a d’ailleurs souligné la faculté d’anticipation par rapport à la lutte contre le Covid-19. Mais il doit également anticiper les manœuvres éventuelles des pêcheurs en eau trouble qui ne manqueraient pas de lui en attribuer la responsabilité, en cas d’échec de la guerre contre cet « ennemi invisible » mais dont les ravages sautent aux yeux. Selon toujours Emile de Girardin, « Gouverner, c’est prévoir, et ne rien prévoir, c’est courir à sa perte ».

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Approvisionnements pour le confinement : Vers une surconsommation de PPN dans la capitale

La majeure partie de la population malgache n’est pas habituée à faire des provisions pour une longue période. Les commerçants de produits de première nécessité (PPN) notent une tendance à la surconsommation, depuis l’application du confinement partiel.

Les détaillants qui ouvrent le matin dans la capitale enregistrent une hausse de leur chiffre d’affaires.

L’annonce officielle de l’arrivée de la pandémie du Covid-19 à Madagascar a complètement modifié les comportements des consommateurs, notamment ceux d’Antananarivo. Même en zone rurale et en périphérie, les ménages ont désormais tendance à faire des provisions et à acheter des produits qu’ils n’achètent habituellement qu’en période de fête. Il s’agit d’une tendance générale sur la zone, selon notre source opérant dans le commerce de détails, du côté de Sabotsy Namehana. « Au début du confinement, des habitants qui viennent des milieux ruraux sont venus en masse pour s’approvisionner ici, comme ils le font souvent, en période de fête. Outre les PPN, ils achètent également des produits de boulangerie, du jus gazeux, etc. comme s’ils allaient préparer un pique-nique. C’est dire que l’arrivée de cette pandémie à Madagascar est un événement sans précédent, mais la population ne se rend pas compte que le confinement est une question de survie », a fait remarquer le commerçant. 

Tendance. En milieu urbain, ce comportement est également visible, mais sous une autre forme. Dès le début de la période de confinement partiel, tous les automobilistes se sont rués vers les stations-service pour faire le plein de carburant. Il fallait faire la queue. Mais la situation est très vite revenue à la normale, dès que tout le monde a été servi. Ce qui n’est pas le cas pour les produits alimentaires. Tout comme en périphérie, les détaillants de la ville d’Antananarivo enregistrent également une hausse continue de la consommation. Fara, une mère de famille, nous explique son cas qui confirme une surconsommation. « En effet, dès que les mesures de confinement ont été annoncées, nous avons décidé de nous approvisionner en PPN et surtout en produits alimentaires, pour assurer notre subsistance, au moins jusqu’au 4 avril. Alors qu’en temps normal, mon travail est assez dur et prenant, comme je n’ai pas beaucoup de choses à faire à la maison, je suis tentée d’expérimenter toute sorte de recette culinaire. Ma famille de son côté aime bien manger. De ce fait, nous sommes obligés de nous réapprovisionner au bout de quelques jours. C’est la troisième fois pour nous. Ce n’est pas grave, parce qu’au moins on est en famille. Mais je m’inquiète un peu, car on ne sait pas jusqu’à quand ce confinement sera maintenu », nous a-t-elle confié. En bref, ce ménage a consommé en quelques jours une grande partie des provisions qui devaient lui suffir en temps normal pour deux semaines. Certes, rester en famille à la maison favorise l’augmentation de la consommation, mais étant en début de période de crise, les incertitudes s’amplifient davantage, en corrélation avec cette hausse continue de la consommation chez la classe moyenne. 

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ady amin’ny valan’aretina coronavirus : Nanolotra fitaovana  ny Orinasa Ambatovy

Natolotra NY andron’ny alakamisy 26 martsa 2020 tao amin’ny hopitaly  eto Moramanga na C.M teo  aloha ireo fitaovana maro  hampiasaina amin’ity aretin- dratsy izay hiarahan’ny olom- pirenena miara- miatrik’ady izao. Manana ny  anjara  toerana eo amin’ity orinasa lehibe ity ny  sosialy sy ny  fiaraha- monina  Malagasy. Orinasa tsy mijanona amin’ny tanjony manokana fa mijery ny  maha olona hatrany. Nankasitraka  ireo tompon’andraikitra tonga nanatrika satria hampiasaina amin’ireo toerana voatokana ireo fitaovana no tena nanampy ny  mpiasan’ny fahasalamana tokoa ny  fahazoana fanampim- pitaovana. Ho fiaraha- miasa dia hampita ny  vaovao avy any amin’ny orinasa ihany koa ny  tompon’andraikitra.

Cathy

Midi Madagasikara0 partages

Ambatoroka : Jiolahy rain-dahiny iray maty voatifitry ny pôlisy

Raha teo am-pikasana hanafika « villa » iray teny amin’iny faritra Ambatoroka iny mihitsy ireto roalahy no tonga haingana ireo pôlisy avy amin’ny UIR, ny alin’ny alahady lasa teo. Raikitra ny fifampitifirana ka ny iray tamin’ireo olon-dratsy no lavon’ny bala, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny pôlisim-pirenena.

Raha ny fanazavàna azo hatrany dia nisy ny vaovao tonga teny am-poto-tsofin’ireo mpitandro filaminana ny amin’ny mety hisiana fanafihana teny amin’iny faritra Ambohimanamboka sy Ambatoroka, akaikin’ny « Villa Berlin » iny. Amin’izao toe-javatra mihatra amin’ny firenena izao dia tsy nanao ambanin-javatra izany angom-baovao izany ireo pôlisy ary nametraka paik’ady sy velam-pandrika teny amin’ireo faritra ireo. Tokony ho tamin’ny sivy ora alina tany ho any, ny alahady teo dia nahatsikaritra roalahy nihaodihaody tamina tanana iray teny Ambatoroka ireo mpitandro filaminana. Nanatona avy hatrany ireto farany ary nanao fampitandremana. Vao nahita ireto pôlisy kosa ireo roalahy avy hatrany dia nitifitra azy ireo no sady nanao tari-dositra. Voatery namaly araka izany ireo polisin’ny UIR, ka tamin’izany no nahafaty ilay mpifanandrina tamin’izy ireo iray raha tafatsoaka kosa ilay namany. Basy vita gasy iray niaraka tamin’ny bala miisa roa moa tra-tehaka tany amin’ity jiolahy maty voatifitra ity. « Marihana hoy ny vaovao fa jiolahy efa voamarin’ny pôlisy fa nanafika « cash point » teny Mausolée izay nahafatesana pôlisy iray io jiolahy maty io. Ankoatr’izay dia nanao fanafihana nitam-piadiana teny amin’iny faritra Isoraka, Tsiadana ary Ankatso. Tsy vitan’izay fa mbola isan’ireo voarohirohy tamina fanafihana toerana fivarotana solika tetsy Ankorondrano ».

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Gestion du coronavirus : La crédibilité des partis politiques mise à l’épreuve

Marc Ravalomanana désavoue Me Hanitra Razafimanatsoa et les parlementaires « Tiako i Madagasikara ». La semaine dernière, ces derniers ont annoncé qu’ils ne participeraient pas à la distribution de vivres au profit des familles vulnérables, sous prétexte que ceci relève des attributions de l’Exécutif. Ils ont aussi réclamé de la transparence concernant le financement des actions menées par le régime dans le cadre de la gestion du COVID-19. Une prise de position qui risque de remettre en cause la crédibilité du clan Ravalomanana et que bon nombre d’observateurs ont considéré comme « une erreur politique monumentale » risquant d’avoir des répercussions sur les prochaines échéances électorales. Pour rattraper le coup, « Dada » a contredit ce jour la déclaration faite par les parlementaires TIM. En Raiamandreny, il tend la main au régime. Une réponse à l’appel lancé par le président Andry Rajoelina. Le numéro Un de l’Empire Tiko réclame cependant des pourparlers comme préalable à sa contribution à la gestion de cette crise du COVID-19. 

Crédibilité. Quoiqu’il en soit, la crédibilité de tous les partis politiques, pro-régime comme opposition, est mise à l’épreuve dans le cadre du coronavirus. C’est en cette période que les citoyens peuvent les juger sur leur patriotisme et leurs intérêts pour le peuple malgache. Leur comportement en cette période de crise pourrait avoir des répercussions sur les résultats des élections futures. Pour le moment, huit jours après le début du confinement, et en cette période où la majorité des Malgaches ont réellement besoin d’un coup de pouce pour leurs besoins quotidiens, les politiciens doivent assumer leurs responsabilités. Faire de la politique ne signifie pas non seulement œuvrer et manœuvrer pour obtenir une « seza ». Ceci implique aussi un engagement réel pour la Patrie et envers le peuple. Pour l’heure, les 125 partis politiques légalement constitués au ministère de l’Intérieur sont absents sur le terrain et font preuve de désintéressement envers le peuple. Ils semblent avoir opté pour la politique du silence. Aucune réaction pour le moment par rapport à l’appel à la solidarité et au « Fihavanana » lancé par le président Andry Rajoelina. Les acteurs politiques devraient suivre l’exemple des acteurs économiques et les investisseurs, qui se sont rendus aux chevets des plus démunis en menant des actions sociales au niveau de plusieurs quartiers depuis la semaine dernière. 

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Aires protégées : Suspension des visites pour cause de coronavirus

Le tourisme figure parmi les secteurs les plus malmenés par la situation actuelle. La fermeture des aires protégées est l’exemple des méfaits de la pandémie de COVID-19. En effet, le ministre de l’Environnement et du Développement durable a décidé depuis le 23 mars dernier la suspension des visites des aires protégées et parcs nationaux de Madagascar. Toutes les dispositions ont été prises par les responsables concernés au niveau local, afin d’éviter toute propagation de la pandémie. D’après un proche de la ministre Vahinala Raharinirina, les démembrements du ministère ainsi que les responsables de la gestion des parcs nationaux ont été sensibilisés en matière d’application des mesures de précaution d’usage. Le ministère de l’Environnement invite par ailleurs à contacter directement les responsables régionaux et locaux du ministère, en cas de constatation de faits susceptibles de menacer nos ressources naturelles.

R.Edmond.

 

Midi Madagasikara0 partages

Période de confinement : Nicolas Dupuis apprend la langue malgache 

Et si on profitait de cette période de confinement pour enrichir nos connaissances et découvrir de nouvelles choses intéressantes, ou apprendre une nouvelle langue ? C’est ce que fait Nicolas Dupuis, le coach des Barea, qui n’a pas manqué, en ces temps de confinement, d’apprendre la langue malgache. Il s’est penché sur la lecture de « Rakibolana ho an’ny mpianatra », un dictionnaire bilingue malgache-français/français-malgache. Le patron des Barea est déjà capable de compter jusqu’à dix en malgache. Par ailleurs, il n’a pas manqué de délivrer un message fort : « aujourd’hui, nous devons être soudés. Tous ensemble, nous allons pouvoir vaincre le coronavirus. Pour cela il est nécessaire et indispensable de suivre les consignes qui nous ont été données par les dirigeants et  le président ».

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Coronavirus : « Pour combattre le COVID-19 qui se présente comme une équipe internationale, il nous faud...

Le responsable du développement du rugby en Afrique, Joseph Berthin Rafalimanana alias Zoto, est conscient qu’il a un devoir envers toute la grande famille du rugby, pour lutter tous ensemble contre la propagation du coronavirus. Etant ancien entraîneur national, il a comparé la pandémie à adversaire international. « Nous savons actuellement que notre grand adversaire débarque à Madagascar. Nous devons le qualifier comme étant une équipe internationale qui veut nous détruire » a-t-il déclaré. Le coach a avancé la tactique utilisée pour que nous puissions en sortir vainqueurs. « D’abord, je sais que nous aimons bien adopter le jeu d’avant, mais cette fois-ci, il n’en est pas question. Le seul moyen de battre cette équipe est de déployer la méthode du jeu de trois-quarts. Comment ça marche ? Il faut prendre l’équipe au sérieux et bien retenir les consignes données. Garder la distance d’un mètre et éviter les regroupements » a-t-il poursuivi. « La meilleure défense c’est de rester chez soi. Nous devons aussi laver nos mains toutes les 20 à 30 minutes. Si on respecte ces consignes, Madagascar sera sacré champion » a-t-il conclu.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Confinement à Antananarivo : Les petites ruelles toujours aussi animées

Partie de foot ce matin pour ces adolescents peu disposés à rester confinés !

Confinement jour 8. Les artères de la ville et les grands marchés d’Antananarivo, ainsi que les rues principales sont maintenant quasiment déserts. Mais derrière, le confinement semble être un vain mot pour les habitants de certains quartiers, et les consignes données à la radio et à la télévision ne semblent pas avoir d’effets sur eux. Dans certaines zones à forte concentration populaire, en effet, la promiscuité reste quasiment inchangée dans la journée : parties de foot dans les ruelles pour les gamins et les ados ; séances de regroupements sans raison apparente ; bref, les ruelles continuent d’être fréquentées comme avant, ou presque. Seules les devantures des épiceries ferment peu après l’heure indiquée : midi. L’épicier, lui, reste accessible en toquant à la porte pour demander un peu de sucre, de l’huile et autres PPN, ou des cigarettes ! Les bars sont ouverts clandestinement, les salles de jeux vidéo aussi : devantures fermées, mais présence de clients bien… confinés à l’intérieur. Ce n’est qu’à la nuit tombée, et jusqu’à la fin du couvre-feu que les ruelles se vident complètement. Dépités, les quelques voisins qui, eux, suivent les consignes de confinement, hésitent à les rappeler aux récalcitrants. « Ces gens sont inconscients, mais on sait aussi qu’ils n’écoutent pas la radio et ne regardent pas la télé puisqu’ils n’en possèdent pas. Ils ont encore moins accès aux réseaux sociaux, alors comment voulez-vous qu’ils soient au courant de ce qu’il en est vraiment, ou qu’ils soient conscients du danger ? », s’indigne cet habitant d’Anosibe. « Leurs seules sources d’information, ce sont les passants dans la rue. Cette histoire de coronavirus, ils en entendent parler, mais ils ne se sentent pas du tout concernés. Ils se sentent en bonne santé et cela leur suffit »

La présence policière est bien visible durant la journée dans les rues principales, aux grands carrefours, et au niveau de toutes les sorties de la capitale. Elle l’est beaucoup moins dans les petites ruelles de certains quartiers populaires où des habitants restent exposés au danger de la contamination… Si jamais un seul porteur du coronavirus, sans forcément le savoir, venait à y circuler et côtoyer d’autres personnes sans tenir compte de la distanciation sociale.  

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Rak Roots donne un avant-goût de « Aza Atao An’io »

L’art ne connaît pas de confinement. En tout cas les peintres, danseurs et chanteurs font des réseaux sociaux leur terrain de jeu et ce n’est pas pour déplaire. Faute de spectacles et tout éventuel rapprochement, c’est l’interaction sur la toile qui prime, et les fourneaux marchent à plein régime chez ceux qui ont la chance d’avoir un « home-studio ». Et avouons-le, il y en a qui brillent plus que d’autres. 

A l’exemple de Rak Roots, l’histoire d’amour continue et l’inspiration ne tarit pas. Cette fois, l’interprète de « Faka Vady »  vient de présenter un extrait de sa dernière ponte sobrement intitulé « Aza Atao An’io ». Suite logique de ses précédents tubes, comme « Mpanjaka Vavy », l’auteur plonge maintenant ses inconditionnels dans le petit monde derrière le rideau de son palais. C’est toujours cet amoureux transi qui n’hésite pas à mettre à nu ses sentiments.  Au risque de se faire passer pour une « chochotte » à la merci de sa belle, il met les mots sur des émotions que beaucoup de machos n’oseront jamais dire à haute voix. Et il réussit plutôt bien si l’on se réfère aux réactions des internautes, car Rak Roots fait passer la pilule comme une lettre à la poste. 

Avec une bonne musicalité qui fait la notoriété de la Ville d’Eau, c’est entouré des musiciens d’Antsirabe qu’il  démarre ce tube en devenir. Avec Mpamanga à ses côtés, Rak Roots offre un petit bijou qui verse entre le jazz, le soul et bien sur un soupçon de dancehall et de reggae. Bien loin de la musique commerciale, cette fois, il montre toute l’étendue de son art en offrant bien plus. Au moins, il y a bien des bonnes choses  qui sortent de ce confinement et de cette lutte sans merci contre le coronavirus. 

Zo Toniaina

« Aza Atao An’io » de Rak Roots rassemble des talents d’Antsirabe
Tia Tanindranaza0 partages

Fanerena ny olom-pirenena hihiboka an-trano Isan’ny paikady ny fanetsehana mpamonjy voina

Manoloana ny fatiantoka miantraika amin’ireo olompirenena miezaka manaraka toromarika ny amin’ny fanatanterahana ny fihibohana an-trano kanefa mbola misy olon-kafa tsy manoa izany

hatrany dia isan’ny soso-kevitr’ireo olom-pirenena miezaka manaja fitsipika ny hoe maninona moa raha hetsehana hanondraka azy ireo eny an-dalana ireo mpamonjy voina? Ilay aretina hiadiana a tsinona efa manempotra ka raha mbola entona manempotra indray no afafy ireo vahoaka mafy loha mivoaka ny trano dia heverina fa mainka ho sahirana eto isika. Ilaina dia ilaina ny tena hoe manery mihitsy ireo olom-pirenena amin’izao fotoana izao mba hanarahany ireo toromarika, hoy ny olompirenena efa mihezaka manaja izany. Efa hita ho lasa kolontsaina raiki-tampisaka amintsika ilay hoe sitrany hahay kanefa ny vola tsy hisy ilana azy rehefa any am-pasana, araka ny nambaran’ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena izay.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitsoahana CoronavirusMandeha an-tongotra mody any Ambanivohitra

Tena miantraika amin’ny isam-batan’olona tsy an-kanavaka ny raharaha coronavirus miteraka fanapahan-kevitra maro, toy ny tsy fahafahana mivoaka ny trano, tsy fahafahana miasa,…

Tsy ny mpamily taksibe, taxi, mpivaro-tena,… ihany fa tena samy mizaka ny vokany ny rehetra. Maro ireo vahoaka mitady làlana miala an’Antananarivo  renivohitra mandeha an-tongotra amin’iny làlam-pirenena RN 7 iny hody any ambanivohitra fa tsy afaka mivarotra sy miasa intsony. Misy tena hatrany Ambatolampy, Antsirabe,… Matory an-dalana ny sasany satria lavitra ny lalana ka tsy vita indray andro raha miaraka amin’ny zaza amam-behivavy sy ny entana. Misy ihany ny fiara eny an-dàlana eny indraindray mizara rano sy sakafo kely ho azy ireny, fa na izany aza tena mijaly. Miseho ihany koa ny tahaka izany any amin’iny lalàm-pirenena faharoa na ny RN2 iny. Any Ambanivohitra mba misy vokatra hohanina, hoy izy ireo.

Mila fitsinjaram-pahefana mahomby

Ny toe-javatra tahaka izao, dia azo handraisana lesona hatrany ho an’ny laharampahamehana ho an’ny firenena iray,satria tsy hiankin-doha amin’ny renivohitra na tanan-dehibe ny olona vao tokony hahita asa sy vola. Miharihary fa ilaina ny fampandrosoana isam-paritra miainga any amin’ny kaominina sy ny fokontany. Mila fanapariaham-pahefana nsy fanapariaham-pampandrosoana tena izy, mba tsy hihazakazaka hivangongo aty an-drenivohitra hatrany ny mponina. Mila hatao tonga eny ambanivohitra ny filàna sy fampandrosoana tadiavin’ny maro: fampianarana, fahasalamana, teknolojia, fandriampahalemana, ary indrindra ny fanatsarana sy tan-tsoroka amin’ny asa fihariana. Mila dinihina sy halalinina isaky ny faritra na toerana tsirairay hoe: inona ny loharanon-karena sy ny fihariana azo hampiroboroboana ao amin’ilay toerana mba ho lasa fanohitra lehibe mankany amin’ny fampandrosoana?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mialy Rabemanantsoa“Ndao hifanome tanana handresy ny fahavalo hiombonana”

“Mbola ho mafy ny ady hiatrehana manomboka eto. Herinandro izay ny firenena no ao anatin'ny fihibohana amin` ny ampahany.

Tao koa no nahitana ny fiankarana tsikelikely ny isan' ireo olona mitondra ny valan'aretina Coronavirus” hoy Mialy Rabemanantsoa, mpahay lalàna no sady mpanao politika, raha nitondra ny heviny mahakasika ny fiainam-pirenena ankehitriny. Tsikaritra hatreto aloha fa mbola ho be ny ezaka ho ataon'ny fitondram-panjakana ahafahana misoroka ary indrindra mifehy ny Malagasy eto an-dRenivohitra. Be ny ahiahy, ny fitarainana, ny fifanomezan-tsiny tao anaty andro maromaro kanefa tokony ho samy tonga saina daholo fa tsy kilalao ny fiparitahan' ity aretina ity, hoy izy. Samy mahalala angamba fa Italia, Frantsa ary Etazonia no mizaka mafy ny vokan` io aretina io aorian` i Sina. Isika aty Afrika izao vao manomboka miatrika izany kanefa haingana dia haingana ny fizotrany amin'izao, hoy kity mpahay lalàna ity. Nohamafisiny fa ilaina ny mampahafantatra bebe kokoa an'ny Malagasy ny vokatr'izy io; ny zava-misy any ivelany sy eto an-toerana; ary indrindra ny mety zavatra hiseho eto amintsika raha sanatria miparitaka be ny Covid 19. Nambarany hatrany fa tsy misafidy sarangan` olona io ary ny fitandremana sy ny tsy fivoahana ny trano no fisorohana sy fiarovana voalohany. Hialana ny fivorivoriana etsy sy eroa, ary hajaina ny elanelana 1 metatra izay napetraka ho an'ny tsirairay avy . Ho mafy ho antsika raha miparitaka manerana ny nosy io aretina io ka ny toekarena no tsy hahazaka ny vokany indrindra raha haharitra volana maromaro vao voafehy izy io! Nanatitrantitra izy fa ilaina ny fiaraha-miasa fa tsy ny fanjakana irery no hiandrasana hanao ny zavatra rehetra. Manao antso avo amin` ny olom-pirenena I Mialy Rabemanantsoa mba handray andraikitra ny tandrify azy. “Tsy fotoanan'ny fisarahana intsony izao, fa mila miray hina , mila mitambatra ho fo iray. Ary hifanome tanana isika rehetra, hijoro ary hiady hatrany fa fahavalo iray no mila resena , ary tombotsoa iray no tsinjovina” hoy hatrany ny fanazavana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsena moraMiteraka savorovoro…

Ny sabotsy lasa teo nisy ny fampahafantarana fa miato aloha ny tsena mora eto Antananarivo eny anivon’ny Boriborintany 6, Atsimondrano, Avaradrano, ary Ambohidratrimo noho ny tsy fanajana ny lamina ara-pahasalamana.

 

Amin’ity herinandro ity no ambara fa hanambarana ny fiverenany sy ny fandaminana. Sakoroka ihany koa ny tetsy Antohomadinika 3G Hangar ny faran’ny herinandro teo ka nirohotra nitaky ny anjarany ny mponina. Nambaran’izy ireo fa ny fokontany hafa mahazo ka nahoana izy ireo no tsy mba hahazo. Nitaky ny fanesorana ny sefom-pokontany satria tsy mandray ny andraikiny, hoy ireo mponina efa somary nampiaka-peo. Tsy ireo tena zoky olona sy tena sahirana ihany koa avy eo no misitraka ny vary mora, rehefa tonga, hoy hatrany ny olona. Midika io fa misy ny tsy firindran’ny fandaminana, ary efa hatramin’ny fanombohana ny famarotana teny amin’ny Tsena mora ny fisiana fitangoronana, n any fanjakana izao aza no mandrara ny fivorivoriana sy namoaka ny didim-panjakana hijanonana any an-trano. Misavoritaka tanteraka. Raha ny tetsy Antohomadinika, dia isan’ny nampiaka-peo ny olona ny resaka fako sy ny tsy fandriampahalemana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Antso avon’ny Kaominina AntananarivoMaro no nitondra fanampiana hiatrehana ny Covid-19

Ny 25 martsa teo no nanao antso avo hisiana fanampiana hiatrehana ny valanaretina coronavirus ny ben’ny tanànan’Antananarivo Naina Andriantsitohaina.

 

Marobe ianareo no nanome tanana, nanampy ireo sahirana sy marefo amin’izao fotoana sarotra lalovan’ny firenena izao, hoy ity ben’ny tanàna ity omaly. Orinasa, Fikambanana, Olon-tsotra, ary Minisitera. Samy nandray anjara avokoa ho an’ireo mpiray tanindrazana. Amin’ny anaran’izy ireo sy ny CUA, ary ny mponina rehetra eto Antananarivo, Misaotra anareo izahay. Izao no fotoana anehoantsika firaisankina sy fihavanana, hoy izy.Orinasa sy fikambanana samihafa moa no nanolo-tànana: Association Fitia, FHORM, LAPASOA, SMTP, Bet261, Fondation Telma, Filatex, CAY Solution, AKANJO, Jumbo Score, SEIM Madagascar, Savonnerie Tropical, Solidarité, Léo Club Hazovola, STAR, IZIFREIGHT, Gastro Pizza, Ravinala Airports, Groupe Zital, General de Sakafo, Groupe Anjary, Société Kidoro, Orange Madagascar, Galerie Feima, Joker Marketing, New Print, Fring. Nisy ihany koa ireo olon-tsotra: Rakotohery Robin, Martine et Philippe Girard, Famille PLESS, Mr Hassan, Aicha Cassim, Mme Holisoa Ravelonahiana, Hilda Ravelonahiana. Mitohy ny ady amin’ny valan’aretina. Koa misaotra antsika rehetra izay mbola hanampy, hoy ny ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina.

 

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Pr Lova Randriamanantsoa“Mety ho lasa poizina ny Chloroquine…”

Isan’ireo mpitsabo nitondra fanazavana mikasika ny tokony ho atao sy tsy atao mikasika ny fisorohana sy fitsaboana ny aretina Coronavirus ny Pr Lova Randriamanantsoa,

 

izay tale misahana ny hopitaly manara-penitra etsy Andohatapenaka, izany hoe anisan’ireo tompon’andraikitra mivantana amin’ny fitsaboana ny mararin’ny coronavirus eto Madagasikara. Marina, hoy ny tenany, fa isan’ny efa nahitana fahombiazana amin’ny fitsaboana ny COVID 19 toy ny tao Frantsa ny fampiasana ny Chloroquine sy ny Cydronicine, izay samy fanafody nitsaboantsika ireo aretina efa nandalo teto Madagasikara koa toy ny tazo izany. Miainga avy amin’ireo fanafody miisa 2 ireo koa amin’izao fotoana izao no hanaovan’ny manampahaizana malagasy fikarohana izay ho fanefitry ny COVID 19. Mety miaro anao ireo fanafody 2 ireo raha toa ka tena aorian’ny fidiran’ny Coronavirus ao anatinao tokoa no hihinananao azy saingy raha tsy voan’ny Coronavirus akory ianao no mihinana izany dia mety ho lasa poizina izany, hoy ny fanazavany. Mety hapanano-sarotra ny tena fitsaboana koa ny fahadisoana eo amin’ny fandraisana ireo fanafody ireo satria tonga amin’ilay antsoin’ny frantsay hoe “dose cumulée” ka mety tsy handaitra intsony avy eo ny tena fampifangaroan’ny mpitsabo ireo fanafody 2 ireo amin’ny tena fitsaboana fa araka ilay voalaza teo dia mety ho lasa poizina aza izany. Ny mety dia aleo manatona mpitsabo hatrany, hoy izy, raha misy tsy metimety ka ny dokotera no manoratra ny fanafody hohanina miaraka amin’ny fatrany. Mikasika izay fitsaboana ny COVID 19 izay hatrany moa dia nanambara ny tenany fa eo amin’ny 28 andro nitsaboana no antenaina fa mety ho sitrana ny marary.

 

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sabotsy NamehanaMilahatra isan’andro miandry fanampiana ireo zokiolona

Very fanahy mbola velona ny sefom-pokontany ao Morondria, kaominina Sabotsy Namehana, distrikan’Antananarivo Avaradrano.

Raha araka ny vaovao azo mantsy dia milahatra isan’andro eo anivon’ny Fokontany miandry ilay fanampiana nampanantenain’ny filoha Andry Rajoelina ireo zokiolona eny an-toerana marobe nefa mbola tsy nahazo toro-marika mifandraika amin’izany ity sefom-pokontany iray ity hatramin’ny faran’ny herinandro teo. Toraka izany koa ireo mpanasa lamba izay miantehitra amin’ny kely azo isan’andro nefa tsy afa-manoatra intsony ihany koa. Aleon’ny isan-tokantrano mantsy manasa lamba hanalana andro amin’izao fihibohana izao toy izay mbola hamoaka vola hanakaramana olona indray sitrany ahay hividianana vary hiatrehana izao tsy fahafahana mivoaka izao. Manao antso avo amin’ny filoha araka izany ity sefom-pokontany ity mba hijery akaiky ilay fanampiana tokony omena ireo zokiolona sy mpanasa lamba ao amin’ny kaominina misy azy. Marihina moa fa ho an’ity Fokontany iray ity dia mivoha maraina izy ireo manentana sy manome toro-marika ny mponina amin’ny ady hataon’ny coronavirus. Raha vantany vao migadona ny amin’ny 12 ora atoandro dia manampy ny mpitandro ny filaminana amin’ny fanakatonana ireo tsena mbola mivoha izy ireo ho fanajana ilay tsy fahafahana mivezivezy intsony.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Abighya Anand“Amin’ny 13 mey no tapitra ny Coronavirus”

Toy ny efa nahitany fa hiandoha tamin’ny 8 volana lasa ny fiparitahan’ny areti-mandripaka Coronavirus eto amin’izao tontolo izao dia nanambara fanandroany tao amin’ny Youtube indray ilay zazalahy mpanandro indianina vao 14 taona monja, Abighya Anand.

 

Mikasika ny fiafaran’ny fiparitahan’ity areti-mandoza ity kosa indray no nambarany. Raha ny fahitany azy dia ny 13 mey 2020 izao no hifarana tanteraka ny fandripahan’ity areti-mandoza ity. Raha tsiahivina moa dia ny 22 aogositra 2019 teo izy no nilaza fa hiaina toe-draharaha sarotra izao tontolo izao manomboka ny 29 novambra 2019 ka hatramin’ny aprily 2020. Hisy aretina hiraisan’izao tontolo izao, hoy izy, tamin’izay fotoana izay ary tena hanahirana azy. Ny 29 mey izao kosa, raha toa ka efa hanalavitra tanteraka izany areti-mandripaka izany izao tontolo izao, dia efa ho mora ho azy ny mifehy io aretina nampisahotaka fahiny io, hoy hatrany ity tovolahy kely ity.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

CORONAVIRUS MANERAN-TANYManeran-tanyOlona 3,3 Miliara tsy mivoaka ny trano

Tafiakatra 31 412 ny maty maneran-tany amin’izao fotoana izao, ary 652 000 kosa ny mitondra ny tsimok’aretina ka firenena 183 no efa rakotra. 128 000 ireo marary efa sitrana.

 

Any Eoropa no ahitana ny 300 000 voa sy ny 19 000 mahery tamin’ny maty. I Italie hatrany no mitana ny lohalaharana amin’izay isan’ny maty izay efa tafiakatra 10 023. I Etazonia no ahitana olona voa be indrindra miisa 124 000. Olombelona hatrany amin’ny 3,38 miliara amina firenena manodidina ny 80 no namoahan’ny mpitondra azy fepetra tsy hivoaka ny trano fonenany, manome ny 43% amin’ny mponina eto ambonin’ny tany, izay efa mahatratra 7,9 miliara any ho any amin’izao fotoana izao, araka ny tombana nataon’ny Firenena Mikambana.

 

 

MANOMBOKA HITA NY FANAFODY

 Nambaran’ny Pr Didier Raoult, Talen’ny IHU Méditerranée Infection fa olona 1003 no manaraka fitsaboana amin’ny alalan’ny Protocole nataon’izy ireo dia ny hydroxychloroquine-azithromycine. Tao anatin’ny herinandro, dia 16 506 no nanaovana fitiliana. Tamin’ireo 1003 notsaboina, dia iray ihany ny maty dia lehilahy lehibe efa 86 taona. Misy ihany koa ny olona iray efa 70 taona ao amin’ny fameloman’aina. Na teo aza ny fanambaran’ny minisitry ny fahasalamana Frantsay, Olivier Véran izay nihevitra tany am-boalohany fa ireo tena voa mafy ihany no hampiasana an’io protocole io, saingy nampiasain’ny IHU tamin’ireo rehetra marary.

 

 

Tafiakatra 838 ny maty tany Espagne tao anatin’ny 24 ora, ary efa 6528 ny fitambaran’ireo maty hatramin’izay, hoy ny fanambaran’ny minisitry fahasalamana any an-toerana. Mahatratra 78 797 ireo olona voa, izay nisy fitomboana 9,1%. Mitombo andro aman’alina ny isan’ny olona voa sy maty, fa na izany aza dia mba mitombo ihany koa ny tahan’ny fahasitranana izay nahatratra 19,7% tao anatin’ny 24ora satria olona 14 709 no sitrana.

 

Raha ny an-dry zareo Frantsay, dia mahatratra 2314 ny antontan’isa amin’izao fotoana izao. Mihoatra ny 10 000 kosa no voa any Pays-Bas izay manana mponina 17 tapitrisa. Miakatra tsikelikely ny isan’ny maty izay 771 omaly, ary 10 866 ireo voamarina fa efa voa, araka ny tatitra nataon’ny Ivon-toerana momba ny fahasalamam-bahoaka any an-toerana omaly alahady.

 

 

Ny sabotsy hariva teo no nanao fanambarana Rtoa Sophie Grégoire-Trudeau vadin’ny Praiminisitra Kanadianina Justin Trudeau, fa naharay ny valin’ny fitsirihana ara-pahasalamana azy, ka nambaran’ny dokoterany eo anivon’ny Fahasalamam-bahoaka ao Ottawa fa tomombana tsara ny fahasalamany. Ny 12 martsa moa Rtoa Sophie Grégoire mpanentana malaza tamina fahitalavitra fahiny ary 44 taona amin’izao fotoana izao no voamarina fa tratry ny Coronavirus taorian’ny diany tany Londres.

 

 

Vola mitetina 150 tapitrisa dolara Aostralianina (82 tapitrisa Euros) no natokan’ny Governemanta any Australie hiadiana amin’ny herisetra ao an-tokantrano, izay tena nahazo vahana be nanomboka tamin’ny nisian’ny krizin’ny coronavirus. Nambaran’ny Praiminisitra Scott Morrison fa tafiditra ao anatin’ny drafitra hanampiana ny sehatry ny fahasalamana mitentina 1,1 miliara Aostralianina io.

 

 

 

 Namono tena ny Minisi-paritra misahana ny Vola any Hesse Allemagne, dia Atoa Thomas Schaefer. Ny sabotsy teo no nahitana ny fatiny teo amina lalamby. Nanana ahiahy sy tebiteby lalina manoloana ny fitotonganana ara-toekarena ateraky ny coronavirus ity minisitra ity, hoy ny Praiminisitra. 10 taona no nitanany andraikitra lehibe ara-bola tao Francfort misy ny ivon-toerana ara-bola Alemàna, izay misy ny Ivon’ny Banky Foibe Eoropeanina sy ny Banky Alémana. Niasa andro aman’alina ity minisitra ity mba hanampiana ny orinasa ho afaka miaina amin’ny zava-misy eo anatrehan’ny areti-mandringana coronavirus. Tsy zakany intsony anefa ny adin-tsaina hoe: ahoana no hanarenana ny toekarena, hany ka naleony ny tenany no novonoiny. Tranga hafakely izay sady mampahonena no mampalahelo ity.

 

Nangonin’I Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mahajanga sy FianarantsoaNahazo fanampiana ireo mpianatry ny oniversite

Tsy teo an-drenivohitra ihany fa dia nahazo ny anjarany tamin` ny “vatsy Tsinjo” na ny tohana ara-tsosialy ihany koa ireo mpianatra mipetraka eny amin'ny oniversite Mahajanga sy Fianarantsoa.

Misy ireo nody namonjy ny fianakaviany, misy ireo mpianatra lavi-podiana manomana fanadinana. Tsy nanadino ireo mpianatra mipetraka eny amin'ny oniversite ny Ministeran’ny fampianarana ambony sy ny fikarohana ara-tsiantifika, tarihin’i Pr Assoumacou Elia Beatrice, amin'izao fotoan-tsarotra diavin'ny firenena izao. Nisitraka izany ireo mpianatra ao amin'ny oniversiten’i Mahajanga ny 27 martsa 2020, nahitana vary, menaka sy voamaina. Nisitraka izany koa ireo mpianatra any amin'ny faritra samihafa toy ireo ao amin'ny oniversiten’i Fianarantsoa. Tsara ny tetikasa saingy raha teto an-drenivohitra dia niteraka resa-be ny fizarana ho an` ireo mpanasa lamba, ny tsy an'asa marobe tsy tambo isaina… Tany Ambohibao, zokiolona miisa 15 monja no nahazo ny vatsy fa ny ambiny dia nalefa nody. Fokontany maro no nahenoina fitarainana momba izany.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tohana ara-tsosilay Mitaky fanampiana ireo mpitondra Bajaj an’Ambohidratrimo

Nahatsiaro no nataon’ny filoha ho zanak’Ikala hafa ireo mpitondra bajaj eny Ambohidratrimo nefa miasa eo amin’ny sehatry ny fitateram-bahoaka ihany koa no sady mitady izay harapaka isan’andro, rah any fampitam-baovao avy amin’izy ireo.

 

Nivoaka tamin’ny fahanginana izy ireo ny faran’ny herinandro teo nitaky izay mba anjara fanampiana ho azy ireo avy amin’ny filoha ihany koa. Nambaran’ny mpitondra tenin’izy ireo ao anatin’ny fikambanana izay hivondronany fa izay kely azon’izy ireo toy ny mpamily taxi-be sy ny mpanampy azy ary ny mpamily taxi ihany koa no mba hohanin’ireo vady aman-janany. Tamin’ity indray mitoraka ity anefa dia toa hadino izy ireo koa mangataka ny mba hijerena ny fiainan’ny tsirairay. Nomarihin’ity mpitondra teny ity hatrany moa fa miaina amin’ny tsy fisiana izy ireo efa ho herinandro izao noho ny tsy fahafahan’izy ireo miasa toy ny taxibe sy ny taxi rehetra. Am-polony moa ireo mpitondra bajaja eny Ambohidratrimo no mivondrona ao anatin’ity fikambanana iray ity.

 Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Petite vitesse, AnosibeNakatona avokoa ny tsena

Manoloana ny fitangoronan’ny olona marobe eny amin’ireo toerana ahitana tsenamaro toa an’Anosibe, Ambodin’Isotry,

ary Petite vitesse dia mandray fepetra avy hatrany ny eto anivon'ny Polisim-pirenena niarahana tamin'ny Polisy monisipaly ary ny eo anivon'ny Fiarovam-pirenena ny amin’ny fanakatonana ireny tsena ireny. Naparitaka ihany koa ireo olona mbola tonga maro teny amin’ireny toerana ireny. Nentanina hamonjy fodiana ihany koa ireo olona sasany izay mivorivory tsy misy atao eny rehetra eny. Izao fepetra izao no noraisina dia mba hitandroana ny tsy hipariahan'ny valan'aretina Coronavirus ary ho fiarovana ny fahasalaman'ny mponina tsirairay.Tsara ho marihana moa fa tsy maintsy mikatona avokoa ny tsena sy ny trano fivarotana rehetra aorian’ny amin’ny 12 ora atoandro araka ny didy navoakan’ny fitondram-panjakana mba hisorohana ny fitangoronan’ny olona izay manamora ny fiparitahan’ny Coronavirus.

 Nangonin' i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina Ivato Tratra ireo nivarotra vary lafobe

Hentitra ny fanaraha-maso ireo mpivarotra manararaotra mampiakatra ny vidim-bary sy ireo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro ao amin’ny kaominina Ivato, distrikan’Ambohidratrimo.

 

Nidina ifotony nijery izany mihitsy ny Ben’ny tanana Penjy Randrianarisoa ny sabotsy teo no sady nanentana ireo mpivarotra mba tsy hanararaotra ny fahoriam-bahoaka. Taorian’izay dia nanentana ny mponina sy nizara tampim-bava ho an’ireo mpivarotra rehetra tao an-tsena ny tenany ho fiarovana ny fiparitahan’ny coronavirus. Mikasika ilay tsena mora manokana moa dia nomarihiny fa tsy maintsy mahazo avokoa ny rehetra ka vary 3 kg sy menaka 1 litatra isan’olona no hozaraina amin’izany saingy tsy maintsy manaja ilay fakana hafanana, ny fanosorona gel amin’ny tanana miaro amin’ny fiparitahan’ny tsimok’aretina ary ilay elanelana 1 metatra eo am-pilaharana ny rehetra. Tsiahivina moa fa anisan’ny toerana nolalovan’ny mpitandro ny filaminana nanaovana fanentanana ny teny Ivato teny ny Sabotsy teo, indrindra fa ho an’ireo mbola nivoaka ny trano ihany taorian’ny tamin’ny 12 ora atoandro. Toraka izany koa ny teny Ambohibao sy Talatamaty izay voatery nitazonana olona maromaro mihitsy, voalaza fa tsy nanana antony manokana nivoahany ny trano nefa mbola hita nivezivezy sy nirenireny teny rehetra teny ihany. Niaraka tamin’ny alika mihitsy moa ny mpitandro ny filaminana nandritra izany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

RwandaAterina isan-tokatrano ny vatsy tsinjo

Mbola manaporofo hatrany ny maha mpitarika (leader) azy ny filoham-pirenena any Rwanda, Paul Kagame.

 

Nanome baiko izy, fa aterina isan-tokatrano ny ary tsy misy vola aloa na kely aza ny vatsy tsinjo natokana ho an` ny vahoaka any aminy. Toy izay ihany koa ny herinaratra sy ny rano fisotro madio. Iroe minisitra no hiandraikitra mivantana izany ary hanara-maso manokana ny fanatanterahana azy ny filoha Kagame mba dia hialàna amin` ny kitranoantrano sy ny kinamanamana. Vaky vava tamin` ny fahaiza-manaony ny afrikanina. Ilaina no nampivady ny « leadership » amin`ny fahitsiana sy ny fitantanana ny firenena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Sahamadio 67 haLehilahy iray tratra nanendaka vehivavy 3

Lehilahy iray 31taona no voasambotry ny Polisy miasa ao amin'ny CSP 7 67ha ny 26 martsa 2020 lasa teo teny Sahamadio 67ha noho ny resaka fanendahana.

 

Ny 26 martsa 2020 maraina tokony ho tamin'ny 6ora sy 30mn teny an-toerana dia vehivavy miisa telo .handeha hamonjy asa eny Andraharo no narahina andian-jiolahy miisa 3 ka rehefa sendran'ny toerana tsy be olona ireto olon-dratsy dia nosintonin' 'ilay lehilahy ny poketran'ny iray tamin'ireo tovovavy ka lasa tamin izany ny vola 43.000Ar, finday android mitentina 70.000Ar. Niantso Polisy avy hatrany ilay niharam-boina, ary nanome tanana ihany koa ireo vaomieran'ny fandriampahalemana ka taorian'ny fikarohana nataon'ireto farany dia lehilahy iray no tra-tehaka teo Sahamadio tsy lavitry ny toerana nanaovan'izy ireo ny asa ratsy raha tafatsoaka nihazo ny elakelan-trano kosa ireo namany roa hafa.Mitohy hatrany ny fikarohana ataon'ny Polisy ireo namany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Au Coin du foie gras » Behenjy Tsy misy marary ireo mpiasa hatreto

Taorian’ny fanambarana nataon’ny filoham-pirenena mikasika ilay tera-tany vahiny iray mitondra ny tsimok’aretina “coronavirus” tonga teto amintsika ny 14

 

Martsa lasa teo ary niverina nody ny 19 martsa lasa teo dia nitondra fanazavana ny teo anivon’ny « Au coin du foie gras »  ao Behenjy, toerana izay nolalovan’ity tera-tany vahiny ity nandritra ny 30 minitra ka nanandramany atin-gana matavy tamin’ny tsiro karazany 5. Marina hoy ny tompon’andraikitra eo anivon’ity orinasa ity ny tenin’ny Filoham-pirenena mikasika izany. Na izany aza anefa hoy izy ireo dia manarana ny fenitra iraisam-pirenena hatrany hatramin’izay ka hatramin’izao ny toeram-pisakafoanana tantanany na amin’ny lafiny ara-tsakafo izany na amin’ny fahadiovana. Tsy niandry baiko izy ireo araka izany fa avy hatrany dia nanajana ilay fihibohana mandritra ny 15 andro avokoa ireo mpiasa ao aminy ary tapitra omaly alahady 29 martsa izany. Tsy mbola misy marary ireo mpiasa hatramin’ny fotoana nanoratanay na nahitana soritr’aretina. Na izany aza anefa dia fantatra fa efa nandray ny fepetra mifandraika amin’izany ny mpitantana ny orinasa no sady hanaraka ny lamina napetraky ny fanjakana ihany koa ka anisan’ireny ny fanaovana fitiliana ho fitandroana ny fahasalamam-bahoaka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

An-tendro-molotra fotsiny ?

Tsy andron’ny fifanomezan-tsiny intsony izao, hoy ny filoham-pirenena tamin’ny andro voalohany nanambarany fa tafiditra eto ity areti-mandripaka.

Nisy mantsy ny nanome tsiny, fa tokony mba nihaino ny hafa tamin’ny fanehoan-kevitra hoe: tokony hatsahatra haingana aloha nny fidiran’ny sidina iraisam-pirenena, indrindra fa ny avy any Eoropa. Nampiaka-peo ny Filoha rehefa nisy ny olona naneho ny tsy fahatokisany ny antontan’isa. Nisy fotoana toa nitsimbadika tany amin’ny resaka valin-kafatra politika ny fandaharana nataony. Vao andro vitsy izay, dia nanangam-bovona ny minisitra iray, fa tsy mandefa manontolo ny vaovao mikasika ny Covid-19, hono, ny haino aman-jery sasany. Ny tena marina dia toa izy tenany no nosivanin’ny haino aman-jery iray, hany ka tsy levon’ny vavoniny. Lasa mivadika ho fandrangarangana hery sy don-tandroka politika ny raharaha. Lasa sangisangy zary tenany indraindray ny fanehoan-kevitra mandeha rehefa manjohy ny resaka nataona tompon’andraikitra ara-panjakana sasany ny olona, ary eo no mila hakan’ny mpitondra lesona hoe: ny teny toy ny salaka ka ny tena ihany no afatony. Tany aloha dia nambara fa tsy mafy ny pesta sy kolera io, tsy mafy noho ny krizy 2002 io. Tamin’izany izay ambara fa mafy noho izao, tsy nisy mpitondra nanery ny haino aman-jery tsy maintsy handefa ny tenin’ny mpitondra manontolo, tsy nisy faneriterena ny asa fanaovan-gazety, ary izy ireo aza tena nanenjika fanjakana mafy tao anatin’ny ady natrehana, hoy ny olona sasany. Toa tsikaritra ihany indraindray ny fifanaovana fomban’ny mpitari-bato vilam-bava, ary miteny zavatra tsara sy maharesy lahatra aza mbola misy manankihana, mainka fa manao teny tsy voalanjalanja azon’ny olona tsongolohana tsara. Efa re teto ny hoe: izahay izao no eto dia hainay io fa mangina. Nisy ihany koa anefa ny antso fifanomezan-tànana sy firaisan-kiana ka tokony hampandeferana ny hambo-po politika. Izay manolo-tànana anefa toa misy tratry ny tosi-bohon-tànana ihany. Efa hatrany amin’ny voka-dratsin’ny andro ratsy no nisiana raharaha teto hoe: ny olona mitondra fanampiana indray no henjehina. Tamin’izao coronavirus izao nisy nanolo-kevitra maro, fa toa tsy misy mpiraharaha, kanefa misy milaza ohatra mihitsy fa mahita làlam-bola. Sao dia an-tendro-molotra fotsiny ilay tokony hanajanonana ny hambo-po noho ny politika? Ady iraisana ity, ka tsy tokony hifanome lagy sy hifampihatsara ivelatsihy, ary tokony hamafisina ny fiombonana! Tokony handinin-tena ny tsirairay indrindra fa ny samy mpanao politika.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Michel HidalgoTsy Coronavirus no nahafaty azy

Nambaran'ny olona akaiky azy fa tsy matin'ny Coronavirus izany ilay mpanazatra ny telosoratra frantsay fahiny fa aretina hafa efa nandazo azy elaela ihany no

 

nahafaty azy teo amin'ny faha-87 taonany tamin'ny alakamisy 26 martsa 2020 lasa teo. Tena henjana ihany koa ny honohono sy ny vaovao tsy mitombina any an-dafy a !

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Parfait Rakotonindriana“Sahirana ny mpanao haiady ankehitriny”

Tena sahirana tahaka ireo namana hafa any ivelany izahay mpanao haiady malagasy hoy i Parfait Rakotonindriana ilay malagasy tompondaka eran-tany in-droa tamin'ny savate boxe française

raha tafaresaka an-telefaonina taminay izy. Tena olana be ho anay efa zatra ny mikotrana isan'andro hoy izy ilay fihibohana an-trano tsy maintsy atao noho ny Coronavirus. tena lasa manakotsako be izany ny vatana ary toa lasa osaosa izany ny hozatra. Nafarana arak'izany ireo mpikatroka haiady zatra miaraka amiko ny amin’ny tokony hikotranan-dryzareo tsy tapaka any an-tranony avy any mba tsy hatoritory ny hozany rehetra sy ho lasa miraikidraikitra ny "articulation" ary tsy ho mora voan'ny "crampe" rehefa tena hiverina mikotrana indray, hoy i Parfait. Tsy dia misy ihany koa ny fifampiresahana amin'ireo namana any ivelany fa samy revo amin'ny ady amin'ny Coronavirus daholo ny rehetra.

 

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

FFKMMiantso fibebaham-pirenena

Omaly alahady 29 martsa dia nisy fanompoam-pivavahana notarihin'ny fiombonan’ny Fiangonana Kristiana eto Madagasikara na ny FFKM tao amin` ny fiangonana EEM Ambohimanoro.

 

Hafatra mafonja nampitain'ny mpitandrina Irako Andriamahazosoa Ammi, Filohan'ny FJKM toriteny nalaina avy amin’ny Jaona 11: 15-45 ,izay mitantara ny nananganan'i Jesosy an'i Lazarosy tamin'ny maty. Manoloana izao areti-mandoza izao dia misy ny fanantenana, ao amin'i Jesosy Kristy ny fanantenana ary ny fibebahana sy ny finoana marina no takiana amintsika. Antony, tsy ny aretina na ny fahafatesana no tompon'ny teny farany. Fa inona kosa no takiana amintsika? Dia ny fibebahana , toy izay ao amin` ny salamo 130 ka amin` ny alalan'ny vavaka fitalahoana famelan-keloka sy famindram-po. Manaraka izany, amin` ny alalan'ny fanapahan-kevitra hiala amin` ny ratsy fanao. Nanantitrantitra ny Mpitandrina Irako Andriamahazosoa Ammi fa mitaky fibebaham-pirenena mihitsy ny zava-misy amin` izao fotoana.. Ny FFKM dia manamafy hatrany fa mila mitodika amin` Andriamanitra amin` izao fotoan-tsarotra izao ny Malagasy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Haino aman-jerin’i Onitiana RealyNahazo taratasy fampitandremana

Nanaovan'ny ministeran'ny serasera sy ny kolotsaina tarihin-dRamatoa Lalatiana Andriatongarivo fampitandremana na “Lettre de mise en demeure” ny haino

aman-jery Real TV sy Real FM ny sabotsy lasa teo handefa manontolo sy mivantana ny fandaharana avy amin'ny sampana fibaikona momba ny coronavirus na ny CCO Covid 19, ary handefa ny fandaharana manokana "miara-manonja", nefa tsy nanao izany ny Real TV ny 26 sy 27 martsa 2020. Ambonin'izany dia nanasa manokana ramatoa iray tamin'ny fandaharana "l’invité du jour" ny 25 martsa 2020, izay nitarika ny olona hankahala ny mpitondra ary miantso fikomiana, hoy ny taratasim-panjakana nalefa. Mbola mampiely vaovao tsy marina ihany koa, hoy hatrany ity taratasy nalefan'ny ministeran'ny serasera ity ny Real TV, izay manohitohina ny filaminam-bahoaka, izay mahatonga ny mpihaino sy mpijery tsy hahatoky ny ratsamangaikam-panjakana sy ny vaovao ofisialy avoakany. Izany rehetra izany dia kilasiana ho fandikan-dalàna sy hadisoana be vava, koa omena 24ora ny Real TV sy Real FM hanarahany ny fitsipika mifehy ny fepetra momba ny hamehana ara-pahasalamana, fa raha tsy izany dia handray ny fepetra ara-panjakana ny ministera, izay tsy manakana ny fampiakarana ny raharaha ara-pitsarana, hoy ny hafatra nalefa. Nanamafy an’io ny Minisitra Lalatiana Andriatongarivo, izay nandrangaranga fanakatonana. “Izy ity tsy vazivazy ary ao anatin’ny “Etat d’Urgence” isika. Indraindray tsy mandefa ny tenin’ny Filohan’ny Repoblika amin’ny 8 ora alina, ary indraindray koa aza minia mihitsy mandika ilay toromarika ao anatin’ilay “requisition d’office” mahazo ny haino aman-jery rehetra, ka miala nenina farany ny Minisitera, hoy i Lalatiana Andriatongarivo ny sabotsy lasa teo. Nandefasana izany ny onjam-peo tsy mety mandefa ny miaramanonja, ary misy mihitsy ny mandefa vaovao mampisavorovo sy mampandainga ny tarehimarika izay havoaka eto. Sanatria minia midrikina. Lohalaharana amin’izany ny Real TV sy Real FM eto Analamanga, izay misy tapatapahiny. Tsy fantatra hoe inona no antony. Eo ihany koa Radio Balsama, Loharanovelona 92.6 FM. Nisy nandefasana ihany koa ny any amin’ny Faritra tahaka ny any Sofia sy Vakinankaratra. Aim-pirenena ity fa tsy Lalatiana no resaka eto, tsy ny fitondram-panjakana no resaka ka hoe ianao mpanohitra na mpanohana, hoy ny minisitry ny serasera.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fahatsiarovana ny 29 martsaHetsika tamim-pahanginana no natao

Noho ny fepetra noraisina amin’ny tsy fahafaha-mivoaka, dia tsy nisy ny famoriam-bahoaka amin’ny fahatsiarovana ny 29 martsa.

Tsy hisy olom-pirenena sivily maro manatrika afa-tsy ny Filoham-pirenena niaraka amin’ny Minisitry ny fiarovam-pirenena, ny sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny minisitry ny filaminana anatiny, ny Governoran’Analamanga, ny Ben’ny tanànan’Antananarivo,… no niatrika ny fametrahana fehezam-boninkazo tetsy fasan’ny Mahery fo Andrainarivo omaly, izay notarihin’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina. Natao tao anatin’ny fahanginana tanteraka. Na ny mpanao gazety aza nomena toromarika tsy ho avy teny an-toerana, fa ny mpanao gazetin’ny haino aman-jerim-panjakana no nandrakotra ny lanonana tamin’ny ankapobeny. Tsy teto Antananarivo ihany fa saika nangina tanteraka tamin’ny ankampobeny ny fanamarihana ny tolom-panafahana tamin’ny 1947, izay tsaroana manokana isaky ny 29 martsa.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Plan d’urgence sociale Mpamily sy resevera 1000 nahazo fanampiana

Nanomboka ny sabotsy teo ny fizarana ny fanampiana ho an’ireo mpamily fiara karetsaka sy taxi-be ary ireo mpanampy azy eto amintsika tafiditra ao anatin’ilay plan d’urgence sociale,

 

 fampanantenana nataon’ny filoha Andry Rajoelina noho ny fisian’ilay tsy fahafahana miasa sy mivezivezy mandritra ny 15 andro. Tetsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely no nanatanterahana izany ka miisa 1.000 sahady ireo efa nisitraka izany. Fotsim-bary 25 kg niampy karazam-bokatra sy kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro no nozaraina tamin’izany izay tsy lavitr’ilay 100.000 Ar nantenain’ny rehetra raha vidiana vola. Tsy maintsy nitondra ny antontan-taratasin’ny fiara entiny, ny badge hahafantarana fa mpamily ao anatina koperativa iray ilay nandray ny fanampiana…. antony nanamora ny fizarana. Ankoatra ny fitsapana hafanana, ny fanosorana gel amin’ny tanana iadiana amin’ny mikraoba dia voahaja tanteraka ilay elanelana 1 metatra teo amin’ny samy mpamily ho fiarovana amin’ny fiparitahan’ny tsimok’aretina coronavirus. Nilamina ny fitsinjarana izany tamin’izany ankapobeny ary nahafaly ireo mpamily sy ny mpanampy azy tokoa. Nankasitraka feno ireo ekipany niara-nisalahy taminy ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Naina Andriantsitohaina. Mbola haharitra 3 andro ny hetsika.

 Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Andry Rajoelina« Salama tsara aho… »

Azo tsaboina tsara ny Coronavirus ka tsy tokony hampatahotra, fa ny fiparitahany be no manahirana, hoy ny Filoha Andry Rajoelina ny sabotsy teo.

 

Azo atokisana tanteraka ny valim-pitiliana azo eto amin'ny Institut Pasteur de Madagascar (IPM), hoy izy satria manaraka ny fenitra iraisam-pirenena. Ary mamoaka sy mampita izany ara-potoana izy ireo. Nohamarinin'izy ireo fa azo antoka ihany koa ireo antontan'isa ofisialy avoaky ny fitondram-panjakana . Mankasitraka azy ireo amin'ny ezaka sy fandavan-tena asehony amin'izao ady atrehina izao, hoy hatrany ny Filoha izay nitsidika sy natao fitiliana teny amin’ny IPM ny sabotsy teo, ka “negatif” ny valiny, salama tsara izany ny filoha; na izany aza tsy maintsy mbola hamerina fitiliana aho hoy izy.Tsy maintsy nanao fitiliana aho, mba hisindan’ny ahiahy hoy ny filoham-pirenena ary manentana ireo olona tokony hanao izany mba tsy hisalasala na ho menatra fa adidy amin’ny fiarovana ny mpiara-monina sy ny tanindrazana izany.

150 ka hatramin’ny 200 isan’andro

Sarotra ny fitiliana eny amin’ny laboratara, rehefa tonga ny “prélèvement”  tsy hoe tonga dia ampidirina ao anaty laboratoara dia vita ny asa. Misy dingan’asa tsy maintsy andalovana, toy ny famonoana virus, izay vao miditra any amin’ny fitiliana. 150 hatramin’ny 200 raha be indrindra isan’andro no vita etsy amin’ny Institut Pasteur de Madagascar (IPM) raha ny fanazavan’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina. Homena fiofanana ny bilogiste Malagasy mba afaka hanao ny fitiliana ihany koa hoy ny teniny. Saropady io, fa rehefa mahavita fiofanana ireo dia mety hahavita 800 isan’andro isika, hoy hatrany izy . Na mbola tsy marary sy mampiseho tsy fahatomombanana aza, dia tonga dia hita. Ny “test rapide” indray dia efa marary ao anatin’ny fikotrehan’ny aretina 7 hatramin’ny 14 andro. Ho an’ireo olona ahitana soritr’aretina: mikoha-maina, miakatra ny maripana,… dia afaka mankany amin’ny hopitaly hatao “test rapide”. Raha ny zava-misy ivelan’Antananarivo, dia “negatif” avokoa, izany hoe tsy voan’ny Coronavirus ny an’ireo olona avy any ivelany natao fitiliana tany Mahajanga. Tsy misy olona mitondra ny covid 19 ireo avy any ivelany ka mipetraka any an-toerana, hoy i Andry Rajoelina. Mbola haverina hatao test ihany anefa ireny. Ny any Toamasina, Toliara, Fianarantsoa, Antsiranana, dia efa any amin’ny IPM ny “test” rehetra, ary anio no ho azo ny valiny. Misy tranga iray any Morondava. Efa noraisina an-tànana ilay ramatoa ity, ary efa tsaboina tsara.

Azo tsaboina, Azo itokisana

 

Toky R sy Marigny A

Tia Tanindranaza0 partages

Rina Ranaivo-HarisoaRatsy mpanolotsaina ny filoha

Mitondra ny fahitàny ny fivoaran` ny toe-draharaha eto amintsika ny mpahay lalàna no sady mpamakafaka politika, Rina Ranaivo-Harisoa, amin` izao fiatrehana ny COVID-19 izao.

 “Misedra ny efa nampoizina tokoa ny firenena ankehitriny noho ny nahafantarana tamin'ny fomba ofisialy fa tafiditra an-toerana ny valanaretina coronavirus. Na tsapa aza fa manao ezaka ny filoham-pirenena sy ireo vitsy an`isa izay tena miasa manodidina azy dia ao ihany koa ireo mpiara-dia aminy izay mamoa-tsampona ka manararaotra izao voina izao hanaovana ny "recupérations politiques" eny foana” hoy izy. Raha tsiahivina, hoy ihany izy, fa efa ela mialoha ny fandraisana fanapahan-kevitra ny amin'ny fanidina ny sisin-tany no efa naroso izany soso-kevitra izany saingy  notsipahan' ny fitondrana noho ny fiheverana izay mbola mety ho tombontsoan'olom-bitsy hany ka miharihary izao fa toro vohana tsy voalanjalanja izany ary nahataraiky ny fanapahan-kevitra tokony noraisina momba ny fanakatonana tanteraka ny sisin-tany ka nahatafiditra izany aretina izany teto. Nohamafisin` ity mpahay lalàna ity fa hita taratra fa malemy an-katoka ny fanjakana ankehitriny ary tsy niomana tanteraka ny tamin'izany na dia ny mifanohitra amin'izany aza no nodradradradraina ka mampisavorovoro ny rehetra mahakasika ny fanampiana zaraina izay tsy araka ny nampanantenaina, ny mahakasika ny tsy fahafehezana ireo olona izay noheverina fa mitondra ny tsimok'aretina avy any ivelany sy ny maro tsy voatanisa. Noho izany, mangataka ny filoham-pirenena, izay mbola mahefa manapaka hevitra manomboka eto, izy, fa tsy tokony hisy intsony ny fiangarana, fijerena ny tombontsoan'olom-bitsy, aoka ny vahoaka tsy mandady harona no ho tena laharampamehana, ampiharo manomboka eto ny fihibohana tanteraka ho'an'ny rehetra tsy an-kanavaka mba tsy iparitahan'ny valan'aretina, zarao ho an'ny marefo izay anjara sakafo tokony ho sahaza azy isan'andro, aoka ny fandaniana sy ny fampiasana ny volam- panjakana  atokana tanteraka iahetrehana izao voina mihatra amin'ny firenena izao. Farany fa tsy bitika, alaviro ireo olona efa fantatra fa manapoizina izao fitondrana izao, ho an'ny tombontsoan'ny rehetra, hoy hatrany ity mpandinika ara-politika ity.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

43 voan’ny CoronavirusMiharatsy ny toe-draharaha, hitombo ny fepetra…

Ny sabotsy teo dia nilaza ny Filoham-pirenena fa misy tranga 11 vaovao, ary omaly dia nisy olona 6 vaovao indray ihany koa voaporofo fa mitondra ny

 

otrik’aretina, ka lasa 43 izany no voa hatramin’ny alahady 29 martsa tamin’ny 12 ora atoandro. Tsy mbola fantatra ny momba ireo 6 farany. Tsy nisy soritr’aretina kosa izy ireo. Amin’ireo 43 dia tsy misy soritr’aretina ny 33; Ny 10 no misy ary ny 7 dia soritr’aretina tsy dia atahorana: koha-maina, marary, manakotsako,… ireo 3 kosa dia sempotra sy sarotsarotra, fa efa mahazo fanafody avokoa izy ireo, hoy ny fanazavan’ny mpitondra tenin’ny CCO COvid-19 Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle. Ny atoandro sy ny hariva ny Institut Pasteur de Madagascar na ny IPM no manome valin’ny fitiliana ataony. Ny tranga vaovao 11 tamin’ny asabotsy teo no betsaka indrindra hatramin’ny nanaovana fitiliana, araka ny fanambaran’ny Filoham-pirenena. Ny tombony ho antsika, dia fantatra ireo mpandeha avy any ivelany mety hitondra ny covid 19, fa tsy tahaka ny any ivelany. Ny natao fitiliana, dia ireo tsy ahitana soritr’aretina. Olona salama daholo ireo efa notiliana mba hisorohana azy, fa ny any ivelany efa marary vao tonga any amin’ny hopitaly. Ny mampanahy dia ny “cas contact” izay olona monina sy nipetraka teto Madagasikara no voa. Raha nijanona teo amin’ireo avy any ivelany, dia afaka nanome toky 100% ny vahoaka aho hoe voafehintsika tanteraka io, hoy i Andry Rajoelina toa somary kivikivy. Io no manahirana ka tsy maintsy hitombo kokoa ny fepetra, raha ny fanambarana.

 Mpizahatany marary efa nitety toerana maro

Talohan’ny nanatsaharana ny sidina dia nisy mpizaha tany tonga, ary namindra tamin’ny olona nifanerasera taminy. Nifindrany ny mpamily, ny mpisera-dia,…. Tonga teto ny zoma 13 martsa, ary nody haingana tamin’ny 19 martsa io vazahan io. Izany hoe talohan’io dia efa narary. Nipetraka tao amin’ny Hotely Les Trois Métis teo Antaninandro. Nandeha tany Behenjy nisakafo tao amin’ny Le Coin du Fois Gras izay raha ny fanazavan’ity toeram-pisakafoanana ity tao amin’ny tambajotran-tserasera dia vazaha nanao andiany fa tsy hoe iray. Tany Antsirabe tao amin’ny Hotel Palm, Royal Palace, Tsenan’i Sabotsy,… Rendez-vous des chasseurs Ambatolampy, Betafo, Air France Zone Zital Ankorondrano, Restaurant Combava Route Digue, tany amin’ny Vakôna Lodge Andasibe, Hotel Chez Luc Andasibe, Restaurant diamant Moramanga,…Nandalo tany Ambatomanga, Gallery Lisy Antanimora, La Haute Ville Antananarivo,…. Tsy maintsy hojerena avokoa ireo toerana ireo. Ny zava-misy, dia vokatry ny fifampikasohana. Mila mitombo ny fepetra rehetra, ary tsy maintsy jerena ny nifampikasoka tamin’ilay vazaha efa any an-dafy, izay efa marary mafy amin’izao. Hananosarotra kely ny hijerena an’izay kanefa tsy maintsy hataontsika, hoy ny Filoha. Ny faharoa, dia nisy tokantrano nampiantrano mpifankatia teratany vahiny sy Malagasy, ary efa narary vao nankany amin’ny toeram-pitsaboana.

HITOMBO NY FEPETRA HORAISINA…

 Mihasarotra ny toe-draharaha raha dinihina amin’ny zava-misy satria any Toamasina dia olona 80 no atao fitiliana, any Vakinanka¬ratra olona 28 araha-maso akaiky. Mila miomana isika amin’ny herinandro, hoy ny Filoha. Ilay “cas contact” io no tena loza. Raha niala io vazaha ion y 19 martsa dia hatramin’ny androany nahitana ireo “cas contact” ireo. Mety efa namindra ireo olona roa voa. Tokony tsy hivoaka ny trano ny ankamaroan’ny olona. Izay mihitsy no nanononako ireo toerana. Tena loza, ary ny olantsika dia efa narary ireo olona ireo vao nanantona ny toeram-pitsaboana. Izany no miseho any Italie, Frantsa izay tsy fantatra mihitsy ilay aretina hoe taiza avy fa efa marary vao mitombo mitombo hatrany. Karohina avokoa ny làlana nalehany, hoy I Andry Rajoelina. Manoloana ny zava-misy sy ny fivoaran’ny toe-draharaha no hakana ny fepetra. Mety hitombo ny fepetra, ary misy ny soso-kevitra samihafa, toy ny fandrosoana ny fikatonan’ny tsena amin’ny 10 ora maraina. Miankina amin’ny toe-draharaha ny fanapahan-kevitra horaisina, hiarahana amin’ny Governemanta manontolo, ny fahasalamana, ny mpitandro filaminana,… Mifampidinika andro aman’alina hijerena ny fepetra horaisina. Mbola eo amin’ny “stade 1” isika ary mbola tsy mihoatra ny 200 ny voa, mbola tsy mihoatra ny 50 ny olona maty, ka isian’ny fihibohana manokana. Manomboka tamin’ity “cas contact” ity kosa dia hampiova ny fanapahan-kevitra tsy maintsy raisina, izay mbola hodinihina. Olona iray tokony hiantsena ihany no miantsena fa tsy ny rehetra. Aleo misoroka toy izay mitsabo, fa iray ihany ny fanafody hatreto dia ny tsy fivoahana ny trano. Raha tsy mahay mifehy tena isika, dia ho sarotra io, hoy ny filoham-pirenena. Tombanan’ny maro fa hohalavaina ny fepetra tsy fahafahana mivoaka ny trano.

Toky R

La Vérité0 partages

Tournoi de la diaspora - L'évènement reporté par CSM

Une grande première, le plus grand évènement des rencontres nationales des sportifs de la diaspora n'aura pas lieu durant le weekend pascal. Pourtant, depuis ses 40 ans d'existence, c'est un rendez-vous incontournable des malagasy qui  se rencontrent à travers les tournois inter-villes, dans plusieurs disciplines et différentes catégories. Cette grande fête familiale s'est agrandie au fil des années. Mis à part le sport, le volet culturel de la RNS ou Rencontre nationale sportive est également grandiose avec plusieurs artistes malagasy à l'affiche pour la soirée de clôture et ce, réunissant des milliers de personnes.

 

Le CSM ou Collectif sportif malagasy organise cette année à Bordeaux une première édition du tournoi de la diaspora, les 11-12-13 avril pendant que la RNS se déroule à CERGY aux mêmes dates. Ce collectif est un concurrent direct de la RNS du fait que les membres de son comité ne sont que d'anciens de cette dernière.

Même avant la déclaration du Premier ministre français sur le prolongement du confinement jusqu'au 15 avril, le Comité d'organisation du tournoi de la diaspora a déjà pris la juste décision d'annoncer le report de son évènement et ce, depuis l'annonce d'un début du confinement dans deux villes à Madagascar.

« Compte tenu de la situation actuelle, nous CSM, avec tous les organisateurs, avons pris la responsabilité de reporter le Tournoi de la diaspora. Nous vous communiquerons les modalités très prochainement ... Nous tenons, d'ores et déjà, à remercier toutes les équipes et les partenaires pour votre collaboration et soutien », annonce-t-on dans un communiqué. Les remboursements des droits d'inscription d'une quarantaine de participants ont déjà même été déclarés pour ceux qui souhaitent se faire rembourser.

« Suite au report du Tournoi de la diaspora, nous allons procéder, selon vos souhaits, au remboursement des inscriptions sportives, restaurateurs et stadistes dans les prochains jours. On vous donnera des nouvelles dès que possible pour la suite, en attendant, prenez bien soin de vous. »

Le CSM souhaite tenir l'évènement au mois de juin durant le weekend de la fête nationale, si la situation s'améliore.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle - A cœur ouvert avec une femme engagée

Son visage vous est peut-être familier. Inconnue du grand public il y a encore quelques jours, elle a aujourd'hui des milliers de followers. Tous les jours, à treize heures, le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole du centre de commandement opérationnel (Covid-19) et doyenne de la Faculté de médecine de l'université d'Antananarivo, fait le point sur l'épidémie du Covid-19. De par l'importance de l'information qu'elle partage et grâce au ton qu'elle utilise pour parler aux téléspectateurs, le passage quotidien de ce médecin à la télévision est devenu un rendez-vous incontournable pour les Malagasy. Mais qui est-elle ?

 

La Vérité (+) : Depuis le 23 mars dernier, comment se déroulent vos journées ?

Professeur  Vololontiana Hanta Marie Danielle (-) : Je ne dispose pas d'emploi du temps fixe puisque nous sommes dans une situation exceptionnelle. J'agis en tant que citoyenne consciente et responsable envers la Nation. Des 7 heures du matin jusqu'à très tard dans la nuit, en dehors des réunions exceptionnelles et mes interventions sur le plateau de télévision, je suis scotchée à mon téléphone pour obtenir toutes les informations portant sur le coronavirus au niveau national et à l'échelle mondiale. Je vérifie de temps en temps mes E-mails. Il arrive souvent que j'échange avec des Professeurs en médecine pour avoir des conseils, partager des découvertes ou simplement pour s'épauler mutuellement. En tant que porte-parole, je converse également avec les responsables hiérarchiques au niveau de la Présidence de la République ou encore l'Institut Pasteur de Madagascar. En moyenne, je rentre vers 21 heures.

Mais en particulier, mon statut de médecin m'amène à me concentrer davantage sur les cas confirmés. Je ne suis pas dans l'évitement : j'entre en contact directement avec les responsables des Centres hospitaliers universitaires  (CHU) pour mieux cerner l'évolution de leur état de santé, un domaine assez technique.

(+) : Votre manière de communiquer aux téléspectateurs est unanimement saluée. Avez-vous appris spécifiquement la communication ?

(-) : Non, je n'ai pas appris la communication. Cependant, je suis très sensible aux messages à communiquer à la population malagasy sur le Covid-19. Je suis enseignant-chercheur à l'université d'Antananarivo et je me base sur mes capacités d'enseignant pour honorer mes responsabilités, sans pour autant dire que tout cela m'est pratique.

Je ne reçois pas de coaching particulier mais je considère les feed-back objectifs de mes proches, entre autres. Et j'essaie d'apporter des améliorations de jour en jour tout en tenant compte de l'ampleur de la situation.

(+) : Comment procédez-vous pour mener de front différentes activités ?

(-) : D'abord, je suis à la fois doyenne de  la Faculté de médecine à l'université d'Antananarivo, chef du Service de médecine interne auprès du Centre hospitalier universitaire (CHU) Joseph Raseta Befelatanana et président du Conseil d'administration dudit établissement sanitaire. Pour réussir, je remets toutes mes activités entre les mains de Dieu. Puis, je gère tout à distance. Si nécessaire, les consultations auprès du CHU Joseph Raseta Befelatanana s'effectuent désormais par appel téléphonique. Je les ai déjà déléguées  à mon intérim tout en restant accessible pour les urgences.

Etant donné que les activités pédagogiques à Ankatso sont suspendues, je me tiens toujours à la disposition des étudiants au cas où ils ont des difficultés.

(+) : Avec les différentes casquettes que vous endossez, avez-vous encore du temps pour vous divertir ? Comment gardez-vous la forme en cette situation d'urgence sanitaire ?

(-) : Dans le domaine sportif, je suis adepte de randonnée. En matière d'alimentation, je consomme régulièrement des fruits et des légumes. Et j'essaie de dormir 5 heures durant la nuit malgré toutes les tâches que j'effectue.

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Covid-19 - La Brigade d'intervention rapide opérationnelle

Une Brigade d'intervention rapide a été mise en place dans le cadre du renforcement de la lutte contre le coronavirus. C'est ce qu'a révélé hier la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo.

 

Guerre déclarée. Il s'agit en effet d'une guerre contre l'expansion du coronavirus dans la Grande île. Même si le nombre de personnes infectées se stabilise, l'on n'est pas pour autant hors de danger. Toutes les mesures et les précautions sont prises par le Centre de commandement opérationnel pour endiguer la propagation du virus. Les militaires sont appelés en renfort, notamment le personnel médical militaire. Le ministre de la culture et de la communication, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo a révélé hier lors de son intervention sur les ondes nationales et privées qu'une Brigade d'intervention rapide est désormais opérationnelle. Ayant son siège au Premier régiment militaire numéro un (1er RM1) situé à Analakely, il s'agit d'une Brigade spécialisée dans cette lutte et composée majoritairement de militaires.

Chaque véhicule d'intervention est composé d'éléments des Forces de l'ordre et d'un médecin militaire ou civil. Cette Brigade d'intervention rapide peut donc intervenir dans toutes les situations où il est question de coronavirus puisqu'elle travaille 24 h sur 24. Son intervention est liée à l'appel reçu au 914. « Après les suspicions dénoncées par les riverains, nous effectuons des enquêtes, suivies par une intervention sur terrain », avance le Général de brigade aérienne Rakotonirina Lala Jacquis, directeur de communication au sein du ministère de la Défense nationale. Actuellement, 5 véhicules sont à la disposition de la Brigade. Les Forces de l'ordre ainsi que les simples citoyens sont donc priés de prêter main-forte à cette Brigade spécialisée. Ainsi, cette lutte contre la propagaton du coronavirus n'incombe pas uniquement aux dirigeants et à l'Exécutif. Toutes les contributions sont les bienvenues, même s'il ne s'agit que d'un simple partage d'information.

En cette période difficile et exceptionnelle que traverse le pays, l'Exécutif souhaite la sérénité et la patience de toute la population. Il incite surtout les concitoyens à respecter les consignes de sécurité ainsi que la discipline adoptée actuellement. La santé publique est en effet victime d'un virus dont le remède n'est pas encore trouvé, mais que les chercheurs du monde entier font tout leur possible pour le trouver. 

La Vérité0 partages

Tentative d'assaut à Ambatoroka - Un présumé assaillant éliminé par la Police

La nuit du dimanche dernier, un gang armé a envisagé de prendre d'assaut une villa sise à Ambatoroka. Mais avant que ces bandits fussent arrivés sur place, ils ont été confrontés à l'Unité spéciale d'intervention (UIR) de la Police. Et afin de se protéger, les malfaiteurs ont fait usage de leurs armes en ouvrant le feu sur les Forces de l'ordre. Il s'en était alors suivi un bref échange de tirs au cours duquel un assaillant fut mis définitivement hors d'état de nuire. Sur la victime, la Police a trouvé une arme de fabrication locale ainsi que des munitions. Ses acolytes, eux, ont réussi à prendre la poudre d'escampette.  

 

D'après l'enquête policière, le bandit tué au cours de cet accrochage n'est autre que celui qui s'était déjà opposé contre les Forces de l'ordre le 20 mars dernier à Antsahabe, là où un chef de famille a été mortellement touché par une balle des assaillants. Et voilà donc que le même malfrat en cause a réédité son sale coup, une bévue qui l'a fait de nouveau jeter pleinement dans la gueule des policiers, et lui a donc finalement coûté la vie.

L'élimination du concerné a été basée sur un renseignement à propos de la présence de deux suspects qui étaient en train de rôder dans le périmètre de la villa Berlin sise à Ambatoroka. Il était 21h le 29 mars dernier lorsque la Police a reçu l'alerte. C'était aussi le signal de départ à l'échange de tirs après que les bandits ont tiré en premier sur les policiers. Toujours est-il que l'enquête a révélé que le bandit éliminé a pris part à l'assaut ayant visé un cash-point près de la Mausolée, une attaque qui a coûté la vie à un policier, mais aussi un autre assaut à Isoraka, des hold-up à Tsiadana, Ankatso, et enfin une attaque contre une station d'essence à Ankorondrano.

 Parallèlement à cela, la Police a également fait échouer une autre tentative des bandits pour perpétrer le même type de forfait, cette fois à Andohatapenaka. Là, ce sont les éléments du Commissariat du 7ème arrondissement, qui étaient intervenus. Tout cela montre la ferme volonté de ce corps des Forces de l'ordre pour agir avec poigne contre les bandits, qui pensent profiter encore de ce problème grave auquel les citoyens sont actuellement confrontés. Ces derniers sont avisés que tous les services rattachés au ministère de la Sécurité publique sont opérationnels 24h/24 et 7jours/7.

Franck R.

La Vérité0 partages

Riz à Antananarivo - Des récoltes de 450 000 tonnes entre avril et juin

Les récoltes s'avèrent prometteuses cette année dans la Région d'Analamanga. Malgré le confinement, les paysans moissonnent actuellement le riz « Vaky ambiaty ». Le passage du cyclone en fin du mois de janvier n'a pas vraiment impacté la récolte dans l'approvisionnement d'Antananarivo. « Nous n'avons rien à craindre d'une éventuelle pénurie de riz. Les agriculteurs moissonnent notre aliment de base en ce moment. Selon les prévisions, 450 000 tonnes de riz blanc sera commercialisé dans la Capitale entre mi-avril et début juin prochain.

A vrai dire, l'inondation a duré moins de dix jours. C'est pourquoi nous avons pu sauver les cultures à temps. Contrairement à ce que l'on croit, les intempéries ont alimenté en eau certaines Régions. Toutefois, les fortes pluies ont touché une partie de la Région d'Alaotra. Nous avons déjà distribué des graines et engrais aux paysans afin de limiter les dégâts. Nous avons également travaillé principalement sur les systèmes d'irrigation et la réhabilitation des canaux d'évacuation. Je tiens à souligner que ces problèmes sont dûs à la destruction de l'environnement. Ainsi, nous perdons les forêts qui protègent les bassins versants », explique Lucien Ranarivelo, ministre de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche.

Même si le Gouvernement vise l'autosuffisance alimentaire, notre pays importe encore du riz pour nourrir toute la population. « Le mauvais état des infrastructures routières reste un problème pour acheminer les récoltes durant la saison des pluies. C'est pourquoi on continue encore d'importer du riz dont la quantité s'élevait à 350 000 tonnes l'année dernière. Il y a également les spéculateurs mais nous commençons à vérifier les stocks dans les greniers à riz. Par ailleurs, notre pays se prépare déjà à exporter du riz dans les deux prochaines années »,  poursuit-il. Outre l'exportation, le ministère prévoit de digitaliser le secteur afin de maîtriser toute la chaîne de valeur de l'exploitation.  

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Consommation et distribution - Cent sacs de riz pour chaque Arrondissement

Eviter toute possibilité de rupture des stocks. Les actions menées par le ministère de l'Industrie, du Commerce et de l'Artisanat (MICA), dans le cadre du programme « Tsinjo », n'ont pas cessé. Au cours du week-end dernier, les collaborateurs du ministère ont effectué une descente auprès du 3ème Arrondissement, du côté d'Ankorondrano. « Outre les environs de la Capitale, chaque Arrondissement de la Commune urbaine d'Antananarivo (CUA) a respectivement droit à cent sacs de 50kg de riz. Cette quantité sera répartie entre les différents détaillants au

 

sein de chaque zone. Pour aujourd'hui, nous avons choisi un terrain pour la distribution de ces sacs de riz. Ainsi, cette opération peut se réaliser en suivant la distance d'un mètre imposée », a expliqué Irina Ramalanjaina, directrice de communication au sein du ministère, lors de cette descente. A noter qu'une cinquantaine de collaborateurs du ministère sont mobilisés quotidiennement pour assurer la distribution de ces produits.

Quatorze zones

Outre les six Arrondissements de la CUA, le MICA a également sélectionné quatorze zones supplémentaires de la Région d'Analamanga. « Ces actions s'inscrivent dans les dispositions prises par le ministère pour protéger les consommateurs, mais aussi les vendeurs. Ces approvisionnements permettront ainsi aux détaillants de revendre le riz à des prix abordables, adaptés au pouvoir d'achat des consommateurs, soit 1 800 ariary le kilo. Des badges « Tsinjo » sont distribués auprès des revendeurs pour permettre aux clients de les reconnaître », précise cette responsable. De ce fait, pour sélectionner les détaillants bénéficiaires, le ministère a choisi les vendeurs formels, en possession d'une patente, et se conformant aux réglementations mises en place par le MICA. « Nous restons convaincus que si ces actions menées par le ministère continuent, le problème de l'approvisionnement en riz sera vite résolu », s'est enthousiasmé l'un des détaillants.

En tout cas, les consommateurs pourront toujours joindre les responsables du programme « Tsinjo » avec le numéro vert 812 pour dénoncer toute tentative de spéculation.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Lutte contre le coronavirus - Marc Ravalomanana désavoue ses députés

Il y a quelques jours, vendredi dernier plus exactement, les députés élus sous les couleurs du « Tiako i Madagasikara » sous la houlette de Maître Hanitra Razafimanantsoa, ont fait une déclaration plutôt embarrassante par rapport au contexte de lutte actuelle contre le coronavirus. Ces parlementaires TIM ont, d'emblée, annoncé qu'ils ne comptaient pas participer à tout processus de distribution d'aides financières et de vivres au niveau des fokontany sous prétexte d'absence de transparence. Ces membres de la Chambre basse pointent du doigt également l'existence de présumées discriminations et favoritismes dans le choix des personnes qui bénéficient de ces aides ainsi qu'une défaillance en matière de coordination des actions entreprises pour la population.

 

Alors que les distributions n'avaient pas encore commencé, ils ont déjà relevé des anomalies qui restent pourtant à prouver. Ils affirment aussi que cela ne fait pas partie des missions des députés alors qu'il s'agit pourtant d'une situation exceptionnelle.

Revirement

Hier, le TIM semble avoir changé son fusil d'épaule, ou du moins d'après la déclaration de l'ancien Président, Marc Ravalomanana. Une déclaration qui s'oppose au langage tenu par ses compagnons de lutte auparavant. En effet, l'ex - Chef d'Etat a affirmé que son parti était disponible pour prêter main-forte au tenant du régime dans cette lutte contre le coronavirus tout en avançant plusieurs propositions de mesures pour lutter contre la pandémie du Covid-19. Il a également souligné que les parlementaires TIM n'ont pas encore reçu d'appel par rapport à la situation actuelle. A entendre toujours ses explications, ces mêmes députés seraient maintenant dans l'attente d'un appel des dirigeants. Etant donné qu'il s'agit d'une crise sanitaire qui met en péril la santé de tous les Malagasy, un quelconque appel n'est pas nécessaire pour intervenir.

Quoi qu'il en soit, l'heure n'est désormais plus aux critiques ni aux calculs politiques mais aux actions concrètes pour protéger au maximum le pays et la population contre la propagation du coronavirus.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Dépistage du coronavirus - L'Etat malagasy va faire revivre des laboratoires à Tana et dans les Provinces

Multiplier les tests afin d'avoir une meilleure image de l'importance des sujets concernés, une meilleure vision du nombre de porteurs du virus. C'est l'avis du Président de la République de Madagascar. Ce sera d'autant plus essentiel au moment d'un arrêt éventuel du confinement afin de repérer les gens qui sont infectés. Trois nouveaux cas confirmés de personnes, ayant contracté le coronavirus, ont été enregistrés hier dans la Grande île dont deux à Toamasina et un à Fianarantsoa. Ces trois cas sont tous des cas importés. Le nombre de personnes infectées à Madagascar se compte désormais à 46. Les quelques cas contacts sont toutefois les plus « dangereux » à l'heure actuelle à Madagascar, estime le Président Andry Rajoelina.

La Grande île compte deux cas contacts jusqu'ici. Alors que le pays entame sa deuxième semaine de confinement, au cours de son allocution télévisée d'hier, celui-ci annonce ainsi que pour lutter contre la pandémie du coronavirus, l'Etat malagasy compte prendre exemple sur la stratégie adoptée par la Corée du Sud qui a réussi à infléchir la courbe des contaminations après un pic de contaminations en février, à savoir multiplier les dépistages.

Pour ce faire, le Président compte faire revivre trois laboratoires à Antananarivo (Centre d'infectiologie

Charles Mérieux - Ankatso, Laboratoire du CHU HJRA - Ampefiloha et Institut national de Recherche en santé publique - Androhibe) et dans les provinces (Mahajanga et Fianarantsoa) pour augmenter le nombre de tests de dépistage par jour. Par ailleurs, les biologistes formés par l'Institut Pasteur de Madagascar vont être déployés dans ces laboratoires qui seront dotés de matériels par l'Etat malagasy. Le défi est de procéder à 1000 tests par jour contre 150 à 200 par jour à l'heure actuelle, révèle Andry Rajoelina. Pour comparaison, la France effectue environ 5000 tests par jour et envisage d'en procéder 12 000, avec un objectif de réaliser incessamment à près de 100 000 tests journaliers.

Fin de confinement

Les passagers des vols ayant atterri à Madagascar depuis le 11 mars feront l'objet d'un dernier test rapide, a annoncé en outre le Chef de l'Etat. La période de confinement de deux semaines de ces passagers arrive à son terme, cette semaine. Selon un planning établi, ces passagers subiront ainsi un dernier test au Jumbo Ankorondrano et au Centre de conférence international d'Ivato ces prochains jours. Ceux dont les résultats seront négatifs recevront un certificat de fin de mise en quarantaine. Les sites de dépistage, situés à l'air libre, seront aménagés spécialement. Une quarantaine de biologistes effectueront les prélèvements pour les tests sur les quelque 5000 passagers arrivés dans la Grande île durant ces dates. Notons que sur ces personnes, seules 40 ont été testées positives au coronavirus et font l'objet d'un suivi strict.

Le Président de la République a indiqué d'ailleurs que les aides alimentaires destinées aux plus vulnérables seront dorénavant distribuées directement auprès de chaque foyer, inscrits dans les registres des Fokontany. « C'est la première fois que nous faisons face à une crise de cette ampleur. C'est la première fois que les statistiques sont regardées d'aussi près », concède le Président de la République pour expliquer les quelques couacs dans la distribution des dons de ces derniers jours. Il appelle à cet égard les bénévoles à venir en aide à l'Etat et aux chefs fokontany pour procéder à ces distributions. Les aides alimentaires ont été revues à la hausse, annonce Andry Rajoelina. Des aides pour 240 000 foyers seront distribuées alors qu'initialement 100 000 ménages devaient bénéficier de celles-ci qui se chiffrent jusqu'ici à plus de 10 milliards d'ariary.

Notons que les allocutions télévisées du Président de la République au niveau de la Télévision nationale malagasy seront dorénavant espacées de deux jours. Ses prochaines interventions sont prévues demain mercredi et vendredi. En effet, l'agenda du Président de la République s'annonce chargées ces prochains jours. Il est prévu en effet que le Chef de l'Etat se rende au niveau des entités qui œuvrent dans le cadre de la lutte contre la pandémie.

La Rédaction

Midi Madagasikara0 partages

COVID-19 : Le CNARP met en vente deux phytomédicaments

« La crise du COVID-19 nous rappelle le caractère vital de la recherche scientifique et la nécessité d’investir massivement pour le long terme ». Publication du président Français Emmanuel Macron sur son compte LinkedIn en date du 20 mars dernier, qui interpelle sur la place de la recherche dans le développement d’un pays. Phrase qui souligne également l’évidence de la place des chercheurs ainsi que de leurs produits dans le processus du développement tant décrié par tous les politiques. Prise de conscience partagée du côté malgache qui a mis en avant la médecine traditionnelle et les produits de  recherche. La proposition ce jour par le Centre national d’application des recherches pharmaceutiques (CNARP) de deux phytomédicaments – le Hevokina et la vaseline Niaoulee – au Comité des remèdes traditionnelles du Centre hospitalier Befelatanana arrive à point nommée. Les deux produits peuvent être utilisés comme traitement symptomatique, soit pour traiter la toux, la gorge, les enrouements et les rhumes. Question particularité, le Hevokina, qui est une solution inhalante, est indiquée pour des affections bronchiques bénignes telles que la toux, l’enrouement, la grippe, l’irritation de la gorge. La vaseline Niaoulee quant à elle correspond à un antiseptique des voies respiratoires qui est utilisé pour le traitement des infections aigües et chroniques du rhinopharynx, les rhinorrhées et les rhinites inflammatoires. Signés CNARP, un organisme rattaché au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, les deux produits ne présentent aucun risque étant donné qu’ils s’administrent par inhalation. Ayant obtenu une autorisation de mise en vente sur le marché, les deux produits devraient renforcer le protocole de traitement du COVID-19 et devraient être mis en vente dans les jours à venir. Pour en revenir à l’attention particulière attribuée par la France à la recherche scientifique, Emmanuel Macron, en ces temps de crise sanitaire, a décidé « d’augmenter d’injecter cinq milliards d’euros pour les efforts de recherche ». Quid du budget attribué par l’Etat malgache à la recherche scientifique ?

José Belalahy  

Le Hevokina et la vaseline Niaoule disposent de documents scientifiques attestant de leur efficacité et devraient être mis en vente dans les jours à venir.
Midi Madagasikara0 partages

Circulation des journalistes : « Pas besoin d’autorisation spéciale »

Des journalistes continuent à se plaindre auprès de leur ordre professionnel après les agissements de certains éléments des forces de l’ordre en poste auprès des barrages routiers dans Tana. Dans certains cas, on ne les laisse pas passer. Ce fut par exemple le cas de journalistes d’un quotidien de la capitale, qui ont du retourner à leur bureau pour y passer la nuit, après avoir été refoulés par des forces de l’ordre. L’Ordre professionnel des journalistes a beau tirer la sonnette d’alarme, mais on fait la sourde oreille auprès de certains barrages. Hier, dans l’émission « Don-dresaka » de la chaîne TV Plus, le Général Reribake Jeannot, Directeur général de l’Agence des transports terrestres, a encore une fois rappelé que les journalistes n’ont pas besoin d’autorisation spéciale pour leurs déplacements professionnels. En ce qui concerne les techniciens des organes de presse, le Centre de commandement opérationnel COVID-19 se concerte sur leur cas. 

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Autorisations spéciales de circulation : De fausses autorisations circulent à Tana

Quelques jours seulement après leur lancement par le Centre de commandement opérationnel COVID-19, de fausses autorisations spéciales de circulation… circulent déjà. Certains ont copié le document et l’utilisent pour faciliter leur circulation dans la ville. « Nous ne tolérons pas cet acte qui est répréhensible par la loi » a indiqué, dimanche 29 mars, le ministre de l’Intérieur durant son intervention lors de l’émission spéciale COVID-19 sur la chaîne nationale. Cette situation rend encore plus difficile la tâche des forces de l’ordre qui s’assurent des contrôles routiers. Désormais, en plus des contrôles quotidiens, elles doivent vérifier l’authenticité des documents et contacter le quartier général pour confirmation.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

 Peur sur la ville

(Chronique de Mickey) Une fois le COVID-19  officiellement annoncé, Antananarivo s’est brusquement vu dépourvu d’une bonne partie de sa population. Cette frange de Tananariviens mi-urbaine et mi-rurale, en tout cas ceux qui ne sont pas de la  capitale de souche et s’y ajoutent les originaires des autres régions. On se rend compte maintenant que les grandes villes comme la capitale et Toamasina abritent de nombreux migrants. Pour la Ville des Mille par exemple,  des petites activités ont en grande partie disparu. On sait maintenant que bon nombre d’épiceries, par exemple sont tenues par des citoyens non pas de la banlieue mais des périphéries éloignées – à 50 voire à plus de 100 km – de  Manalalondo, du Vakiniadina et même de l’Imady… On découvre qu’ils sont venus en famille du même village pour tenter de faire fortune dans la capitale avec comme point commun le fort attachement à leurs lieux d’origine. Il en va de même des marchands de « mofo gasy  », des « mpaningina », des vendeurs de « mangidy » (tisane), sans parler des marchands ambulants de toutes sortes. Le « blocus » de la capitale ne les a pas empêchés de rentrer chez eux même à pied. Leur image rappelle un peu les longues files de réfugiés, en temps de guerre, marchant vers une « zone libre ».

Ils ont tous comme motif  celui de retourner auprès des leurs, quitte à ne manger que des brèdes et des racines une fois sur place. S’ils redoutent la mort  due à cette maladie, ils se disent qu’ils seront au moins enterrés dans le tombeau familial. Oui, la racine du terroir n’est pas que celle du sol mais celle surtout des hommes et encore plus celle  des ancêtres.  

Puis il y a l’exode à rebours vers  la capitale de ces jeunes étudiants des provinces, forts de leurs connaissances plus élevées que la moyenne. Ils  ont eu vent assez vite du phénomène de coronavirus, et dès la suspension des cours universitaires dans la capitale et à Toamasina, ils ont aussitôt rameuté parents, voisins et les édiles de leurs régions respectives pour les « rapatrier ». Ils ont véhiculé  des informations, certes un peu catastrophiques, mais il n’empêche qu’elles traduisent leur désarroi de se retrouver affamés et sans- le-sou.

Le reste des habitants – d’Antananarivo et de Toamasina – s’accommodent  tant bien que mal aux consignes de confinement et aux barrières sanitaires. Certains se résignent à contrecœur à les respecter, tandis que  d’autres les bravent ouvertement, arguant qu’ils préfèrent mourir du coronavirus que de faim. Enfin, une infime partie, dans ces moments difficiles, attend peut-être des troubles sociaux pour se livrer au pillage, et ce ne sera pas la première fois, dit-elle. En résumé, la peur de la pandémie, l’instinct grégaire de survie sont là pour que s’installe la peur sur la ville. 

M.Ranarivao

 

Midi Madagasikara0 partages

Analakely : Un 4X4 échappe à une course poursuite 

Début de soirée à Analakely, vendredi dernier. Un 4×4 blanc a été poursuivi par des militaires lourdement armés. Une course poursuite le long d’Analakely, en passant par Ambohijatovo et Ambatonakanga. La voiture ayant au moins cinq personnes à son bord a fini par échapper à ses poursuivants. De sources concordantes, ces cinq personnes avaient l’intention de piller un local commercial à Analakely. Ils étaient déjà dans le viseur des forces de l’ordre depuis quelque temps. Ce jour-là, ils étaient sur le point de passer à l’acte, mais à la dernière minute, ils auraient remarqué qu’ils étaient poursuivis. La tentative de casse a tourné court. Ils ont pris la fuite avec le pick-up blanc. Une autre source bien informée indique que la même bande aurait eu le dessein d’incendier la boutique qu’ils ont prise pour cible, juste après le pillage. Une enquête a été ouverte pour identifier les membres de cette bande, et on ignore si ce sont des malfaiteurs ou des fauteurs de trouble qui profitent de la période de crise sanitaire pour semer le chaos. Depuis cette tentative fort heureusement avortée, les contrôles routiers sur l’axe menant vers le centre-ville ont été amplement renforcés. 

D.R

Midi Madagasikara0 partages

COVID-19 – Aides sociales : 10 000 travailleurs dans le secteur des transports publics en bénéficient

« Chose promise, chose due », c’est désormais fait puisque la distribution des aides sociales aux chauffeurs d’autobus, de taxis et aux aide-chauffeurs d’Antananarivo a débuté le samedi 28 mars au parvis de l’hôtel de ville à Analakely. Le président de la République l’a déclaré publiquement sur la chaîne nationale, ces professionnels doivent être aidés pendant cette période de confinement puisqu’ils sont dans l’obligation de suspendre leurs activités. Pour cette première vague de distribution, ce sont près de 5 000 professionnels du secteur des transports publics qui ont reçu leurs aides de la part de l’Etat. A noter que cela va se poursuivre jusqu’au lundi 30 mars 2020, car la durée prévue pour distribuer intégralement les aides est de trois jours. En tout, ce sont près de 10 000 chauffeurs et aides-chauffeurs qui devraient en bénéficier.

Le maire de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA), Naina Andriantsitohaina, accompagné de son épouse, ainsi que toute l’équipe de la CUA étaient présents lors de la distribution de ces dons. L’association Fitia, le ministère de la Population, le Bureau national de gestion des risques,  ainsi que différents acteurs dans le secteur des transports ont également apporté leur contribution pour la réalisation de ce projet. Rappelons que ces aides viennent au moment où Antananarivo est encore en pleine période de confinement, et que l’économie du pays tourne au ralenti. 

Anja RANDRIAMAHEFA