Les actualités Malgaches du Mardi 30 Janvier 2018

Modifier la date
La Vérité734 partages

Réfection des routes - Les usagers se plaignent de la lenteur des travaux

La circulation est toute fluide sur la voie reliant Analakely et Antanimena, durant la journée d’hier. Cette situation est causée par la tenue d’une opération de nettoyage, effectuée par les marchands ambulants du côté de Behoririka et Soarano. Cependant, les travaux de réfection d’un tronçon de route au Cenam 67ha engendrent des embouteillages monstres depuis la semaine dernière. Il fallait une heure pour un trajet de 500 mètres reliant les 67ha avec Andavamamba.

Les usagers de cet axe, notamment les étudiants et les travailleurs se plaignent de la lenteur des travaux. « Ils mettent trop de temps pour les travaux de réfection de cette partie. Pourtant, les trous qui y sont présents sont encore tolérables comparés à d’autres tronçons comme Ambodifilao ou Antanimena », avance un automobiliste. La réparation a commencé depuis la semaine dernière, en parallèle avec la construction d’une partie de route reliant Antanimena et Ambodivona. Contrairement à celui des 67ha, cet axe est déjà opérationnel même si les ouvriers ont totalement détruit les goudrons avant de les remplacer par des bétons. Pour celui des 67ha, les agents ont procédé à une méthode « tip-top ». Auparavant, le travail de réfection des routes dans la Capitale s’est tenu durant la nuit. La réparation des routes continue pour la Capitale. En conséquence, les Tananariviens devront s’habituer à perdre des heures dans les bouchons, puisque avec cette façon de travailler, la réparation des trous béants comme celui à Antanimena, Behoririka, Ambodifilao,… pourrait durer jusqu’à un ou deux mois.

Recueillis par  Anatra R.

Midi Madagasikara197 partages

Séisme à Antsirabe : Aucune information officielle faute d’électricité à l’IOGA

Par manque de moyens, nous avons été privés d’électricité depuis le 5 octobre dernier. Nous n’avons pas pu payer les factures d’électricité de la Jirama et ils ont décidé de nous couper le courant ”. Ce sont là les propos de Gérard Rambolamanana, directeur de l’IOGA ou Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo joint au téléphone hier lorsque nous avons voulu avoir des informations sur la survenance ou non d’un séisme dans la région de Vakinankaratra hier.  Saisissant  l’occasion, le directeur de l’IOGA de noter que les responsables  sont actuellement en train de trouver des solutions pour rétablir le “courant” au sein de l’institut. Par ailleurs, les informations ont circulé sur “ le réseau social facebook “ grâce à “ une publication faisant état d’un séisme qui a secoué Antsirabe et ses environs vers 1:50 hier ”. Fait confirmé par une autre source venant  d’Antsirabe qui fait savoir que “un séisme a bel et bien eu lieu hier, mais que cela n’était pas violent. C’était à peine perceptible ”. Quoi qu’il en soit, aucune information officielle sur le séisme d’hier n’a été avancée par les responsables auprès de l’IOGA. Notamment, sur son amplitude, son épicentre, sa cause, ou encore les possibles répercussions qu’il pourrait avoir. Comme l’Institut et Observatoire de Géophysique d’Antananarivo est privé d’électricité et qu’aucune machine ne peut fonctionner, le reste est encore à savoir quant à la suite de cette affaire.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara190 partages

FOP : Maharante fait Grand Officier

Maharante Jean De Dieu recevant sa nouvelle distinction honorifique.

La grande famille du ministère de la Fonction Publique, de la Réforme Administrative, du Travail et des Lois Sociales s’est réunie hier au By-Pass dans le cadre de la présentation de vœux du Nouvel An. Une occasion pour le ministre Maharante Jean de Dieu de présenter le bilan 2017 de son département et des organismes rattachés dont l’Enam et l’Infa qui vient d’avoir un nouveau directeur général. Le rendez-vous a été surtout une occasion pour le ministre de recevoir la haute distinction de Grand Officier de l’Ordre national. Des membres du gouvernement et des parlementaires, pour ne citer que Jean Jacques Rabenirina (Ministre de la Culture et de l’Artisanat), Toto Lydia Raharimalala (Ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle),  Abel Zafimahatratra (vice-président de l’Assemblée nationale) et Mananjara Randriambololona (vice-président du Sénat) étaient présents à la remise de cette distinction honorifique. La poursuite de la lutte contre les fonctionnaires fantômes, la bancarisation des salaires et la  modernisation  de l’Administration restent des grands chantiers pour le ministère de la Fonction Publique pour cette année 2018.

R. Eugène
Midi Madagasikara161 partages

Fitsaram-bahoaka tany Fianarantsoa : Karohina ilay mpianatra namono nahafaty an’ilay rangahibe

Niova ny fandehan-javatra. Karohina fatratra amin’izao ilay tovolahy mpianatra izay namono nahafaty an’ilay rangahy lehibe voalaza fa nangalatra tao amin’ny faritry ny Oniversiten’I Fianarantsoa, y ny sabotsy lasa teo. Voasambotr’ireo mpianatra moa ity farany ary dia niharan’ny fitsaram-bahoaka. Eo imason’ny lalàna tokao dia vono olona iniana atao ny dikan’izany fihetsik’ilay tovolahy ity, ary antony hanenjehana sy hikarohana azy fatratra toa izao. Raha ny fanazavàna azo dia tsy nisy fitoriana nipetraka teny anivon’ireo mpitandro filaminana avy tamin’ny havan’ilay rangahy namoy ny ainy. Kanefa na dia izany aza, tsy maintsy misy avy hatrany ny fandraisana andraikitra nataon’izy ireo, teo anoloan’iny tranga ity. Ireto farany izay manentana ombieny ombieny fa tsy ekena ny fanaovana fitsaram-bahoaka satria dia voararan’ny lalana velona eto amintsika izany, na inona antony na inona antony.

Nihoatry ny fefy. Raha tsiahivina tokoa ny zava-niseho tamin’io sabotsy io, dia rangahy iray izay efa somary nahazo taona ihany no tratry ny mpianatra tao amin’ny faritry ny Oniversiten’i Fianarantsoa. Raha ny fampitam-baovao dia nikasa ny hangalatra zavatra tao amin’ny tranon’ny mpianatra ity farany no izao voasambotra izao. Tsy nisy indrafo ireo nahatratra fa avy hatrany dia nihatra ny daroka sy vono. Efa niaiky sy nifona tamin’ny zavatra vitany ilay rangahy lehibe saingy tsy nisy fo antra ireto nahatratra fa ny hamono ihany. Nisy mihitsy aza nahavita nanatota vatobe ny lohany, izay nitarika ny fahafatesany. Fihetsika izay azo lazaina fa nihoatra ny fefy ihany, raha mitaha tamin’ilay zavatra vitan’ity olona voalaza fa nangalatra. Niteraka ady hevitra sy fangorahana tamin’ireo mpanara-baovao fa indrindra tamin’ireo olona tao anaty tambajotra sosialy ity tranga ity. Ny sarin’ilay ranamana mibata ilay vatobe rahateo no nisy nahazo sary. Ho hita eo araka izany izay mety ho tohiny.

m.L

Midi Madagasikara135 partages

Branchement illicite de courant : L’avocate de Tiko AAA répond à la JIRAMA

L’usine AAA à Andranomanelatra reste scellée depuis le 12 octobre 2017.

Le harcèlement politico-judiciaire contre l’ancien président Marc Ravalomanana se poursuit.

L’avocate de Tiko-AAA a répliqué hier à la JIRAMA qui accuse l’ancien président Marc Ravalomanana de « vol d’énergie électrique ». Me Norosoa Raharimalala de mettre les points sur les « i » : « La JIRAMA a déposé le 03 novembre 2017 une plainte auprès du parquet d’Antsirabe contre Marc Ravalomanana pour branchement illicite de courant. Or, le 24 janvier 2018, le préfet d’Antsirabe a dépêché à Andranomanelatra où se trouve la société AAA et la résidence de Marc Ravalomanana, un huissier requis par la JIRAMA, accompagné d’une délégation de l’OMC composée de représentants du parquet et des forces de l’ordre. La principale mission de cette délégation est non seulement de vérifier si l’usine Tiko-AAA reste toujours scellée, mais aussi de constater s’il y a vraiment branchement illicite d’électricité. L’huissier de Tiko-AAA a été également présent lors de cette descente. Après vérification, les autorités n’ont constaté aucune anomalie. En fait, elles n’y ont découvert qu’un groupe électrogène qui était directement branché sur le logement de Marc Ravalomanana et l’usine de AAA. »

Procès-verbal. L’avocate de l’ancien président Marc Ravalomanana d’interpeller : « Je demande à la JIRAMA de se référer au procès-verbal de la descente du 24 janvier avant d’affirmer quoi que ce soit. » Selon Me Norosoa Raharimalala, la JIRAMA a menti. « Non seulement, elle a menti, mais aussi, elle a violé la confidentialité de l’enquête en divulguant des informations dans la presse.» L’avocate de l’ancien président s’interroge également sur le retard dans la rédaction du procès-verbal qui doit constater l’absence des anomalies lors de la descente de la JIRAMA à Andranomanelatra. « La JIRAMA n’a soulevé aucune anomalie lors du constat contradictoire à Andranomanelatra le 24 janvier 20018. », a rappelé Me Norosoa Raharimalala. Bref, à entendre l’avocate de Tiko-AAA, la partie dont elle défend l’intérêt est prête  à répondre aux enquêteurs pour faire la lumière sur cette affaire d’Andranomanelatra.

Recueillis par R. Eugène

Tia Tanindranaza106 partages

Olga Vaomalala, vadin’i Alain RamarosonVoatendry ho mpanolotsain’ny filoha

Notendrena ho anisan’ny mpanolotsain’ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina ny minisitry ny mponina sy ny raharaha sosialy tamin’ny andron’ny tetezamita Olga Vaomalala Ramaroson, vadin’i Alain Ramaroson.

 Tsiahivina fa izy no nasolo an’i Nadine Ramaroson, maty noho ny loza an-dranomasina tany amin’ny Vinanin’i Soanierana Ivongo ny 28 aogositra 2011. Nanary tanteraka an’i Alain Ramaroson, sakay sy maso amin’ny fanjakana HVM ve izany ity vady andefimandriny ity ? Raha ny resaka nandeha nanomboka tamin’ireny fanenjehana ity tanan-kavan-dRajoelina ity tamin’ny fanonganam-panjakana 2009 ity moa, dia re fa efa hatry ny ela no naniry hiara-dalana amin’ny HVM ramatoa Olga Vaomalala vadiny, saingy tsy nanaiky hatramin’ny farany ity I Alain Ramaroson. Anisan’ny mety ho antony lehibe nandetehana azy hatramin’ny farany io fandavana ny tolo-kevitry ny vadiny io, na dia resaka raharaham-pianakaviana aza no nambara ho antony nampigadra azy. Karazan’ny efa nariana sy natakolo tombontsoa sy seza ve izany i Alain Ramaroson noho ny hambom-po politika sy firehana nananany ? Hanavotra azy ve ity vadiny izay efa tena akaiky ny fitondrana sa hitazam-potsiny hatrany ny fahavoazany ? Tsara ny mampahatsiahy fa samy minisitra i Olga Vaomalala sy ny Hery Rajaonarimampianina tamin’ny andron’ny tetezamita, ka dia nampitovy tandin-dokanga izany amin’izao. Manamafy sy mamboatra ny politikany ny filoha ankehitriny amin’izao akaiky fifidianana izao, ka mampiditra olon-kafa somary ivelan’ny HVM hanolon-tsaina, toa an-dry Yves Aimé Rakotoarison, tao amin’ny Antoko TIM fahiny ary minisitra tamin’ny andron’ny Tetezamita. Torak’izany ihany koa i Vaovao Bénjamin, loholona teo aloha izay tany amin’ny AREMA no nahalalana azy. Efa ela kosa i Manandafy Rakotonirina mpanorina ny MFM no tandapa. Re fa mpanolotsaina ny filoha ihany koa ny depiote vehivavy iray avy amin’ny Antoko MAPAR, saingy tsy mbola nisy aloha ny fanambarana ny tena fanendrena ofisialy. Mety tafiditra ao anatin’ny politikan-dRajaonarimampianina hoenti-miady amin’ny fifidianana izany satria avy amin’ny kandida sokajiana fa matanjaka no niandohan’ireo olona nantsoina ireo.

Toky R

Midi Madagasikara101 partages

Air Madagascar : Retour à la rentabilité d’ici à trois ans, selon le D.G Rolland Besoa Razafimaharo

Le DG Rolland Besoa Razafimaharo reste confiant quant à l’avenir d’Air Madagascar.

Malgré l’ampleurdes travaux, les dirigeants d’Air Madagascar restent confiants. D’ici à trois ans la compagnie retrouvera l’équilibre et sera de nouveau rentable. Interview.

Midi : Le partenariat Air Austral – Air Madagascar n’est qu’à ces débuts. Mais apparemment ça commence mal avec les différents problèmes rencontrés ces derniers temps. Pour ne citer que les perturbations des vols dus aux intempéries. Comment démarre le partenariat et quelles sont les perspectives à court terme ?

Rolland Besoa Razafimaharo : Il faut clairement séparer les sujets et éviter les amalgames. La gestion des irrégularités dues à des causes naturelles ou des cas de force majeure, fait partie de la réalité de toute compagnie aérienne. Que le partenariat entre Air Madagascar et Air Austral démarre dans une période cyclonique, nécessairement plus sensible et plus complexe, n’est qu’une coïncidence.

Les difficultés rencontrées ne sont pas ainsi représentatives de la qualité de collaboration des deux compagnies. Pour autant, cette période de perturbations nous a permis conjointement d’identifier clairement nos points d’amélioration et de mieux nous armer pour faire face à tout incident dans le futur. Les deux compagnies travaillent aujourd’hui de façon rapprochée à la mise en place d’une coordination opérationnelle renforcée.

Le partenariat lui a bien démarré. D’abord, la signature de l’accord témoigne d’elle-même du travail colossal déjà effectué par les équipes Air Madagascar et par le partenaire stratégique, pour permettre à Air Madagascar de continuer à vivre et mieux, à se développer.

Les premiers cent jours du partenariat ont eux aussi été menés avec succès et ont permis d’aboutir à la mise en place du plan de transformation qui va porter et soutenir les actions de redressement de la compagnie Air Madagascar. « Alefa 2027 » a été lancé pour que la compagnie revienne à ses  fondamentaux : ponctualité, régularité, qualité du produit et du service, respect du client.

Les équipes sont désormais en place, travaillent avec le partenaire stratégique sur la base du Business Plan établi et la feuille de route est claire.

Bien sûr les premières actions concrètes se rendront plus visibles dans quelques semaines. Mais au-delà de ce qui a déjà été accompli, nous pouvons déjà noter qu’Air Austral par le biais de sa filiale Ewa nous apporte une aide opérationnelle : Air Madagascar loue des heures de vol à Ewa pour effectuer certaines de ses lignes intérieures régulières: Mahajanga-Antananarivo-Mahajanga, et plus récemment, Nosy-Be-Antsiranana-Nosy-Be. Je tiens à préciser qu’il s’agit de vols d’Air Madagascar, Ewa amenant uniquement les moyens pour les réaliser (appareil, équipage, entretien avion et assurances). Et comme je l’ai déjà dit au cours de mes précédentes conférences de presse, le coût de cette mise à disposition défie toute concurrence.

Réciproquement, un ATR-72 d’Ewa arrivera la semaine prochaine dans le hangar d’Air Madagascar à Ivato: les mécaniciens malgaches y effectueront sa révision générale pendant quinze jours.

Des mécaniciens et des membres du personnel navigant d’Air Madagascar ont commencé à suivre des cours de formation au sein des installations d’Air Austral à Saint-Denis, ce qui raccourcit le temps de mise en place pour suivre ces cours effectués jusqu’à récemment en Europe.

Midi : Certains observateurs émettent des doutes quant à la capacité d’Air Austral, une compagnie régionale qui traverse, elle-même des difficultés,   d’accompagner au mieux  le processus de redressement d’Air Madagascar. Est- ce que ces doutes sont fondés ?

R.B.R Nous rappelons qu’Air Austral qui en 2012 était au bord de la faillite, est sortie dès 2013 du rouge et fait des profits depuis. Donc elle a démontré mieux que quiconque sa capacité de résilience et de rebond.

Il faut se rappeler que  par rapport à toutes les propositions faites lors de l’appel d’offres international, celle d’Air Austral a incontestablement fait l’unanimité auprès de tous les «évaluateurs » par sa connaissance du dossier, son diagnostic et son implication.

Le Business Plan présenté n’a fait l’objet d’aucune réserve de la part des différents cabinets chargés par les différentes parties prenantes d’ évaluer sa pertinence.

Pour autant, les challenges de l’exécution demeurent. Air Austral a mis en place une équipe et apportera les moyens et l’expertise pour avancer.

On peut citer par exemple le travail des équipes pour le lancement de « Tsaradia » ou encore l’amélioration du site internet.

Midi : Pouvez-vous nous donner plus d’éclaircissements sur la demande faite aux fournisseurs  d’abandonner 30% de leurs créances, car certains pensent que c’est injuste.

R.B.R. ll convient de préciser que parmi les conditions préalables, le gouvernement malgache s’était engagé à financer les pertes et passifs antérieurs de la Compagnie. Dans ce cadre, le gouvernement a demandé à Air Austral/Air Madagascar de négocier avec les fournisseurs un abattement de leurs créances jusqu’à 30%.

La situation économique et financière dans laquelle se trouve la compagnie Air Madagascar est une situation qui reste complexe et fragile. Il ne faut pas l’oublier. Nous agissons pour améliorer cette situation. Il paraît dans ce cadre responsable et indispensable, de trouver les voies et moyens de renégocier ses créances et lui donner toutes les chances de la réussite. 

Midi : La haute saison approche. Or à ma connaissance, le deuxième Airbus A 340 qui assure le long courrier est encore cloué au sol. Et d’après nos informations, l’autre passera bientôt en entretien et sera donc également immobilisé. Comment allez-vous faire pour se maintenir sur le marché pendant la haute saison ? Sur le moyen ou long terme, est-ce que vous allez continuer à utiliser ces deux Airbus dont le coût d’exploitation, disent les observateurs,  est excessivement élevé ?

R.B.R. Nous menons actuellement les négociations avec Air France dans le but de trouver un terrain d’entente. Les négociations étant en cours et ce dossier étant complexe, je ne peux pas à ce stade en dire davantage, mais nous restons confiants qu’une issue favorable puisse être trouvée tant pour ce qui concerne le règlement du passif, que pour les perspectives d’évolution de la flotte.

Nous menons  en effet avec Air Austral une réflexion conjointe pour un renouvellement de la flotte à horizon 2022-2023.

Midi : Quand est-ce que Air Madagascar va  retrouver un équilibre et repasser à la rentabilité ?

R.B.R. Le Business plan prévoit un retour à la rentabilité d’ici à trois ans. Les actions déployées à travers le projet de transformation Alefa 2027 sont toutes dirigées en ce sens.

Midi : Comment la compagnie va faire pour faire face à la concurrence rendue très rude, par l’open sky ?

R.B.R. Il sera important d’observer la situation globale des différents acteurs et opérateurs avant de pouvoir se positionner.

L’open sky n’est pas synonyme d’une libéralisation sans contrôle au risque d’aboutir à une situation désastreuse économiquement. Dans ce cadre, l’Etat doit pouvoir jouer son rôle de régulateur de l’offre. Cela ne serait pas sans conséquence sur la survie d’Air Madagascar.

Propos recueillis par R.Edmond.

Tia Tanindranaza82 partages

Ravalomanana tao Mahitsy sy AnkazobeMakotrokotroka ny fandraisana azy

Taorian’ny tany amin’ny faritra Atsimon’ny Nosy iny, dia tany amin’iny lalàm-pirenena faha-4 iny indray no notsidihin’i Marc Ravalomanana.

Toky R

 

Midi Madagasikara69 partages

Toliara II : Telo mianaka niara-maty novonoin’ny dahalo mitam-basy tao Ambolimailaka

Nitrangana fanafihan-dahalo narahina vono olona indray tany amin’ny Distrikan’i Toliara II iny, ny alin’ny zoma teo tamin’ny 11 ora sy sasany. Telo lahy mianaka no indray niara-namoy ny ainy notifirin’ny malaso sy nokapain’ireo olon-dratsy ny famaky teo amin’ny hatony sy lohany, tany Ambolimailaka, kaominina ambanivohitr’i Manombo Atsimo. Raha ny fanazavana azo, araka ny tati-baovao voaray, dia nihevitra ireo andian-dahalo nitam-piadiana, fa mbola ao an-tranon’ ireto fianakaviana voatafika ny vola famangiana tamin’ny fandevenana ny vadin’ity Rangahy iray novonoina. Nanambara anefa ity farany fa tsy misy vola, ka romotry ny hatezerana ireo malaso ary nikapa famaky azy teo amin’ny hatony sy nitifitra ho faty an’ity raim-pianakaviana misaona vao maty vady ity. Nahita ny habibiana nataon’ireo dahalo tamin’ny raibeny ity zafikeliny sy ny vinantolahiny dia nitsangana, ka norarafan’ny jiolahy ny tifitra ary maty teo ho eo. Olona roa hafa naratra mafy voatifitra sy voadaroka, ka mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaliben’i Toliara amin’izao. Rehefa tsy nahita ny vola tao an-trano ireo mpanafika dia naka sy nitondra nitsoaka izay entana rehetra tian’izy ireo. Araka ny fanarahan-dia nataon’ny Fokonolona, dia nifarana tao amin’ny Kaominina Ankilimalinika ny dian’ireo dahalo. Ireto farany izay mbola karohina fatratra atao hazalambo hatramin’izao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara63 partages

Ne plus tolérer un pareil lynchage

La scène est virale et la photo a été partagée des dizaines voire des centaines de fois sur les réseaux sociaux. La mise à mort par un quidam d’un vieil homme accusé de vol a scandalisé tout le monde et jette le discrédit sur la société malgache. On se demande encore une fois : comment en est-on arrivé là ?

Ne plus tolérer un pareil lynchage

Cette forme de justice populaire qui se répète ces derniers temps sans qu’on puisse l’empêcher interpelle notre conscience. Le phénomène de foule qui encourage ce genre d’acte n’absout pas ceux qui y assistent. Ces derniers sont tout aussi coupables que les auteurs de l’acte. Le meurtre de ce pauvre hère par un jeune homme qui semblait ne plus se contrôler nous met toute la société face à ses responsabilités. Personne parmi les témoins de cet acte n’a osé s’interposer. Est-ce par peur ou par connivence que ces derniers ont assisté sans bouger ? Les autorités  ne peuvent pas elles  non plus  se dédouaner, car elles sont  les garantes de l’ordre public. On vient d’apprendre que la personne responsable de l’acte est aujourd’hui activement recherchée. Elle sera, on l’espère, arrêtée et sévèrement sanctionnée. Mais, après ce fait divers horrible, il faut maintenant empêcher l’accomplissement de tels gestes. Ce genre de comportement nous amène à nous demander ce que la sagesse malgache est devenue. Les règles qui régissent la société malgache existent pourtant encore et la vie actuelle avec sa dureté et son individualisme a escamoté cette bienséance que nos aînés ont instaurée. Maintenant, il faut dépasser l’horreur éprouvée et essayer de dépasser ce sentiment. Il faut  responsabiliser toute la population et lui faire retrouver le sens des valeurs. On ne peut pas être aussi abject que les assassins qui accomplissent  des forfaits. Le vieil homme qui avait été pis sur le fait  était condamnable, mais il ne devrait pas être tué avec une telle sauvagerie. Le respect de la vie humaine doit être la règle.

Patrice RABE

Midi Madagasikara60 partages

Sidina anatiny : Nisy lehilahy namoy aina tao anaty fiaramanidina

Ny sidina mizotra tany amin’ny faritra Diana ny alahady lasa teo no nitrangan’ity fahafatesana ity. Raim-pianakaviana iray izay dimampolo taona mahery no namoy aina tao anatin’ny fiaramanidina manatontosa sidina anatiny eto Madagasikara. Tsy mbola voamarika mazava ny nitarika izany saingy raha ny loharanom-baovao akaiky ny fianakaviana dia ahiana ho fijanonan’ny fo tampoka no nihatra tamin’ilay rangahy. Efa notsaboina rahateo izy tany aloha tany momba izany. Nitohy ny sidina na nisy aza izany tranga izany, heverina fa efa lasa lavidavitra izany ilay fiaramanidina. Omaly kosa no nentina niakatra teto an-drenivohitra ny razana. Tamin’ny herintaona koa dia nisy tranga nitovitovy tamin’izao. Sidina niala teto Antananarivo ka hihazo an’i Italie no nisy olona narary ka nihetsika  tampoka teny ambony teny ny aretiny. Io indray dia nalefa hotsaboina mihitsy ny antony nandefasana azy tany amin’io firenena io. Kinanjo indrisy fa dia razana no notsenaina teny amin’ny seranam-piaramanidina. Raha ny tokony ho izy, rehefa handeha fiaramanidina ny olona iray izay mahatsapa fa manana olana amin’ny tosi-drà dia mila manontany ny mpitsabo aloha. Io farany no manapa-kevitra raha tokony ho zakany ny fandehanana fitaovam-pitaterana na tsia ary afaka manome taratasy fanamarinana izany aza izy. Raha tena olona tsy maintsy mandeha indray mba ho fanavotana ny ainy (évacuation sanitaire) dia mila arahin’ny mpitsabo ary miaraka sidina aminy izany mandra-pahatongany eny amin’ny hopitaly izay hitondràna azy. Misy anefa ny olona no miala amin’izay làlana rehetra izay satria iaraha-mahalala fa midangana ny saran-dàlana amin’ny fiaramanidina ary dia misy ny miaritra irery ny aretiny. Efa nitranga avokoa izany rehetra izany.

D.R

Midi Madagasikara59 partages

Cité universitaire d’Ankatso : Réhabilitation prévue cette année

Les cités universitaires d’Ankatso II pourraient prochainement avoir un coup de neuf.

Beaucoup se demandent comment les étudiants des universités malgaches arrivent à vivre dans les conditions de vie au sein des cités universitaires. Pour le cas de l’université d’Ankatso, les anciens bâtiments préfabriqués d’antan sont encore utilisés par les étudiants d’aujourd’hui. Une situation qui influe sûrement sur les études des locataires même si chaque année le pays compte beaucoup de nouveaux diplômés. Entreprendre la réhabilitation des cités universitaires d’Ankatso figure donc parmi les projets du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique (MESUPRES). “ Projet qui doit être effectué cette année ” selon les dires de la ministre de tutelle, Monique Rasoazananera lors d’une interview effectuée à l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux du ministère jeudi 25 janvier 2018 dernier.  Saisissant l’occasion, la ministre Monique Rasaoazananera de faire savoir que “ Les examens nationaux pour la filière paramed vont également avoir lieu cette année “. “ Les examens des paramed vont se dérouler cette année. Le MESUPRES entend- en l’organisant – donner une égalité des chances aux candidats qu’ils soient issus des instituts privés ou publics ”a-t-elle ajouté.

LMD. Interrogée sur le système LMD, la ministre Monique Rasoazananera a noté “ qu’initié depuis cinq ans, le LMD a connu du succès dans certains domaines d’enseignement comme il a rencontré des facteurs de blocage dans d’autres ”. Pour y faire face et pour équilibrer les chances des étudiants ainsi que des instituts dans l’application du système, des séances d’atelier seront prévues prochainement. Ce, afin de “ discuter desdits freins et des solutions adaptées aux réalités malgaches “. “ Les initiatives vont aboutir à la révision de la loi qui régit l’application du système LMD ” selon toujours les dires de Monique Rasoazananera.

José Belalahy

Tia Tanindranaza53 partages

Rajaonarimampianina sy RajoelinaVaky bantsilana ny lainga

Malaza indray izao ny famoahana programa sy vina ambara fa hampandrosoana an’i Madagasikara ataon’ireo mpanao politika lehibe. Nanao ny azy ny filoha ankehitriny Hery Rajaonarimampianina sy ny filohan’ny tetezamita teo aloha Andry Rajoelina, izay tsy mifanalavitra sy toa nifangala-tahaka mihitsy aza angamba.

  Ny iray nanao hoe « fisandratana mirindra », ny an-kilany kosa nisafidy ny teny vazaha hoe : « Initiative Émergence Madagascar », izay midika vina ho fisandratan’i Madagasikara. Mahagaga sy mahalasa saina ny fitoviana eo amin’ny voambolana, indrindra ny sary famantarana, izay toa misy hifandraisany amina rafitra lehibe sy malaza te hifehy an’izao tontolo izao. Io rafitra io ihany ve no ao ambadiky ny roa tonta fa samy miezaka mafy ny ho lany fotsiny amin’ny fifidianana ? Tsy dia mifanalavitra firy amin’ilay an’i Orlando Robimanana, tale jeneralin’ny tahirimbolam-panjakana teo aloha antsoina hoe : « Madagasikara, vina ho an’ny fampandrosoana », ny vinan’ny HVM “Fisandratana 2030”. Efa nambaran’ny fampahalalam-baovao iray aza, fa namadika an’i Orlando Robimanana ny mpiara-dia aminy ka nivarotra tamin’ny HVM ny boky mirakitra ny fandaharan’asany.  Efa re siosio hatramin’ny 2016 ny hirotsahan’ingahy Orlando Robimanana ho kandida filoham-pirenena ary voalaza fa kandida be vola izy.  Azo adika aloha fa tsy finiavana velively avy amin’ny mpitondra ankehitriny ny hoe hanandratra an’i Madagasikara, araka ny ronono an-tavy ezahina handresen-dahatra ny vahoaka amin’izao ankatoky ny fifidianana izao. Ny tetikasa aza ny an’olona no voalaza fa nangalarina sy namboamboarina. Taiza ihany koa ny HVM hatramin’izay no tsy hita izay natao fa no izao vao may volon-tratra sy mamita-bahoaka amin’ny fisandratana mirindra 2030 ? Nankaiza ny PND (Plan National de Developpement), izay nambara fa drafitra hampandrosoana an’i Madagasikara, izay nankalazaina be ho ren-tany ho ren-danitra tahaka ity « fisandratana mirindra » ity ihany ny fampahafantarana azy ? Ny an’i Andry Rajoelina moa, dia ireny efa niaraha-nahita ireny hoe tany an-tanin’olona no nampahafantarina ny vina hampisandratana an’i Madagasikara, izay toa efa midika fanaovana tsinontsinona ny Malagasy. Anisan’ny nanakiana mafy azy ny namany akaiky teo aloha Rolly Mercia na Harry Laurent Rahajason minisitry ny serasera ankehitriny hoe: raha manana hambom-po dia mody eto aloha voalohany indrindra miara-mizaka izay zakain’ny Malagasy. Namotika, nandrodana, nandoro, tsy nisaina kely akory ka izao vao mamafy lainga sy milaza fa hanavotra ny firenena ? Tsara ny manana vina, fa mety kokoa ny tsy mamita-bahoaka sy mampanantena tsy misy.

Toky R

 

Midi Madagasikara50 partages

Université de Mahajanga : Echauffourées avec les forces de l’ordre, 18 étudiants arrêtés

La crise s’empire avec  la manifestation estudiantine dont les revendications n’ont pas changé. Ils persistent à refuser la décision du « Codis » de débouter leurs revendications de déchoir le président de l’Université et de réintégrer des étudiants  renvoyés avant la rentrée universitaire qui a eu déjà lieu le 08janvier dernier.

Hier aux environ de 5 heures du matin, les étudiants du bloc « Bedeum » ont repris leurs actions en barrant avec des briques la route à l’entrée du campus. Ils ont brûlé des pneus bloquant ainsi totalement la circulation. Selon le voisinage, ils ont pris   aussi des parpaings amassés  le long de la route pour les ériger en barrage jusqu’à 3heures de l’après-midi. Les forces de l’ordre, arrivées sur  les lieux ont procédé à l’arrestation de 18 étudiants dont 6 jeunes filles. La présence permanente  des éléments dans le campus n’a pas empêché  ni effrayé les grévistes tous  munis de bandeaux rouges sur la tête prêts à l’affront avec des arbalètes et des frondes. La population lasse depuis octobre 2017 de cette situation se plaint de leur côté  qu’il n’y a ni bus ni bajaj ainsi que de la fermeture des boutiques devant la menace de pillages.

MR

Midi Madagasikara47 partages

Madagascar Mozarteum : Un grand concours de piano

Mirana Randria fera partie du jury.

Une aubaine pour tous les Beethoven et les Chopin en herbe ! Madagascar Mozarteum organise, à l’endroit des jeunes pianistes classiques un grand concours de piano. L’évènement aura lieu en avril et s’étalera pendant  trois jours, du 3 au 5 avril. Les futurs candidats pourront postuler dans deux catégories : excellence et supérieure. « Madagascar regorge de talents et Madagascar Mozarteum offre toujours des opportunités pour les jeunes d’exprimer et de partager leur savoir-faire. Pendant la semaine qui suivra le grand concours de Piano, Mahery Andrianaivoravelona, travaillant actuellement comme musicien professionnel et donnant des concerts presque partout dans le monde, offrira gratuitement des masterclass aux participants. Nous encourageons tous les jeunes pianistes  à participer à cet événement unique pour cette année. Ce sera une opportunité pour eux de faire connaître leur talent et de vivre des séances d’échange et de partage entre pianistes locaux bien sûr, mais aussi avec un professionnel international ». Le jury sera composé de Mirana Randria, Reinhard Schwarte et Mahery Andrianaivoravelona.Mahetsaka

Midi Madagasikara45 partages

Variétés de semences : Un nouveau catalogue national pour redynamiser les filières agricoles

On y trouve des variétés plus performantes et plus demandées par les agriculteurs ainsi que des variétés correspondant à leurs besoins face aux contextes du changement climatique et de l’insécurité alimentaire.

L’utilisation de semences de qualité est un des piliers permettant d’améliorer le rendement de productivité agricole. Et Madagascar dispose d’énormes potentiels de variétés de semences locales ou introduites pouvant répondre aux besoins des agriculteurs qui sont actuellement exposés aux contextes de changement climatique et d’insécurité alimentaire. Mais ce n’est pas tout ! Des techniciens issus des centres de recherche comme le FOFIFA et le FIFAMANOR en collaboration avec des consultants nationaux et internationaux viennent d’élaborer un nouveau catalogue national de l’espèce et de variétés cultivées et ce, sous la coordination du ministère auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage. Il s’agit notamment d’un catalogue mis à jour servant à redynamiser les filières agricoles.

Assurer la traçabilité. Sa conception a été financée par le projet PAPRIZ 2. Et grâce à ce catalogue national, de nouvelles variétés de semences plus performantes sont désormais mises à la disposition des exploitants agricoles. C’est également un document de référence pour tous les acteurs opérant dans la filière semence étant donné qu’on peut y identifier des espèces et des variétés cultivées qui contribuent à l’amélioration de la qualité de leur production tout en assurant la traçabilité de la filière. A titre d’illustration, le catalogue national contient huit espèces variétales réparties dans quatre groupes de cultures céréales tels que le riz, le blé et le maïs, de plantes à tubercule comme le manioc, la patate douce et la pomme de terre, de légumineuses dont le haricot et de plantes fourragères comme les « ray grass » italien, l’avoine et le chloris. Pour chaque espèce, les variétés inscrites sont au nombre de quatre. Pour le riz, l’alimentation de base de la population malgache, le nombre de variétés inscrites est de 38. Ces variétés ont été choisies du fait qu’elles font partie des plus performantes et les plus demandées par les agriculteurs.

Extension des recherches. Il faut savoir que la mise à jour de ce catalogue national de l’espèce et de variétés cultivées s’avère important pour redynamiser les filières agricoles en apportant les informations de base sur les variétés diffusées pour chaque espèce végétale. Lors de la remise officielle de cet outil au ministre de tutelle, Harison Randriarimanana, de nombreux exemplaires de ce catalogue national ont été distribués auprès des 22 directions régionales en charge de l’Agriculture et de l’Elevage en vue d’une large vulgarisation. Et les recherches vont s’étendre sur d’autres groupes espèces et de variétés de semences telles que les cultures de rente et les cultures industrielles, a-t-on conclu.

Navalona R.

L'express de Madagascar41 partages

Imerintsiatosika – L’acacia mangium en vedette

Le traditionnel reboisement annuel du ministère auprès de la présidence en charge de l’Agriculture et de l’élevage (MPAE) s’est déroulé à Fonenana Imerintsiatosika, dans la région Itasy. Deux mille cinq cent plants d’acacia mangium, essence forestière originaire d’Asie et du Nord de l’Australie  ont été mis en terre. «C’est une essence à croissance rapide, recommandée pour le reboisement et l’agroforesterie. L’Acacia Mangium est  capable de se développer sur des terrains dégradés et pauvres. Elle est tolérante quant aux conditions hydriques difficiles, pouvant se contenter d’une pluviométrie annuelle de 600 mm, et supporter jusqu’à 2000 mm», précise le MPAE. La croissance de cette espèce est rapide atteignant jusqu’à  330 cm par an et peut atteindre 25 à 30 m. Le bois convient à la fabrication de charbon, ainsi que pour la fabrication de pâte à papiers. Une fois poli, il est apprécié en ébénisterie et en menuiserie. Le suivi et l’entretien des plants mis en terre sont sous la responsabilité de la commune d’Imerintsiatosika. L’Association W.A.R Environnement, spécialisée dans la production des jeunes plants, apportera ses expériences dans la fertilisation utilisant de l’engrais liquide.

Recueillis par Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara35 partages

Propriété industrielle : Mémorandum de coopération entre l’OMAPI et la SAIC

Partenariat gagnant entre les deux ministres, chinois et malgache.

Devenir un Office de référence en matière de propriété industrielle au niveau de l’Afrique oriental et l’Océan indien. Tel est l’objectif de l’Office Malgache de Propriété Industrielle (OMAPI)  qui multiplie les  bonnes initiatives aussi bien sur le plan national qu’international.

L’Administration d’Etat pour l’Industrie et le Commerce (SAIC) de la République Populaire de Chine et l’Office Malgache de la Propriété Industrielle s’associent pour une meilleure collaboration dans le domaine de la protection du nom commercial et de la marque. Un mémorandum d’entente de coopération a été signé hier au Carlton entre le ministre chinois chargé de l’administration d’Etat pour l’Industrie et le Commerce Zhang Mao et le ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé Tazafy Armand.

Echanges d’informations

Un accord qui aura son pesant d’or dans le domaine de la propriété industrielle et des relations économiques et commerciales entre les deux pays. « L’enregistrement et la protection des marques et des noms commerciaux jouent un rôle important dans le domaine industriel et commercial et celui des échanges » a expliqué sur ce point le Directeur Général de l’OMAPI Ravoaraharison Christian Claude qui est d’ailleurs à l’origine de ce mémorandum.  Faut-il en effet rappeler que cette collaboration a été discutée à la suite de la participation de Madagascar  à un séminaire  sur la protection de la propriété intellectuelle pour les fonctionnaires des pays francophones en Afrique qui a eu lieu à Beijing en septembre dernier. Cette coopération se manifestera notamment par des échanges d’informations  relatives aux lois, règlements, règles et développements législatifs ; l’exploration de  la possibilité de tenir des réunions de haut niveau pour discuter de questions importantes d’intérêt commun  et d’organiser des ateliers pour discuter de questions d’intérêt mutuel et de bonnes pratiques. Les deux parties étudieront également la possibilité de visites mutuelles de responsables et d’experts et de formation du personnel.

Vision 2025

Cette coopération aidera également l’OMAPI dans le cadre de la mise en œuvre de sa vision 2025. L’Office entend en effet renforcer ses infrastructures et prévoit la construction d’un siège qui priorise le respect de l’environnement, afin de le soutenir dans ses perspectives de développement. Actuellement, l’OMAPI jouit déjà d’une bonne réputation en Afrique, mais il tient encore à devenir un Office de référence en matière de propriété industrielle au niveau de l’Afrique oriental et l’Océan indien. « Un Office soutenant  l’innovation en délivrant des titres de grande qualité, qui stimulera la croissance économique, l’emploi et la prospérité ». En tout cas, cette collaboration avec la Chine, un pays qui dispose de compétences techniques poussées en matière de propriété intellectuelle, permettra de développer l’automatisation de la gestion de la propriété industrielle et les bases de données. Il s’agira également de se concerter sur les développements et discussions en matière de  propriété intellectuelle au niveau des différentes instances internationales et de faciliter au niveau du pays la création d’une masse critique de propriété intellectuelle pour en faire un levier du développement industriel.

R.Edmond.

L'express de Madagascar27 partages

Désengorgement du port de Toamasina – Le port d’Ehoala en solution de secours

L’exploitation du port de Taolagnaro s’avère être une solution face à la saturation de celui du grand port de l’Est. 

À reconsidérer. Le port de Toamasina a atteint sa capacité d’accueil de deux cent mille conteneurs annuels. Le terminal à conteneurs connaît un flux sans précédent le contraignant à refuser des conteneurs vides malgré son matériel qui peut effectuer au moins quarante cinq mouvements par heure. Près de sept millions de tonnes de marchandises sont traitées par an en import-export. Des chiffres qui connaîtront encore une hausse, notamment à partir du second trimestre de cette année.En attendant les travaux d’extension du grand port, avec au moins une capacité de traitement annuel de quatre cent soixante mille conteneurs prévu avec les Japonais en 2020, 80% du trafic national passeront encore par le port de Toamasina.Les autres ports se trouvent limités par les infrastructures et des eaux non profondes. « Le tirant d’eau pour le port de Mahajanga n’est que de  4,5m et 12m en rade avec un terre-plein 16 935m2 », précise Michel Rakotomahefa, pilote maritime au port de Mahajanga. Celui de Toliara n’atteint qu’un maximum de 8m et 14m en rade et est en pleine réhabilitation avec l’Autorité portuaire maritime et fluviale, mais il ne peut traiter que six cents conteneurs par mois.  La réhabilitation de celui de Maintirano est aussi à l’étude.

Sans issuePascal Rakotosolofo, opérateur en import-export, propose une meilleure exploitation du port d’Ehoala, à Taolagnaro. « C’est l’un des ports les plus profonds dans tout l’océan Indien et qui est capable de supporter le flux existant actuellement à Toamasina. Le port est  couvert par les normes internationales de sûreté ISPS», indique-t-il. Le port d’Ehoala possède, en effet, un môle polyvalent comprenant trois postes à quai, avec un brise-lame de 625m, un terre-plein pour le stockage des containers, un bloc d’alimentation électrique pour les containers réfrigérés et un tirant d’eau pouvant atteindre 16,75m.QMM a annoncé en novembre, son retrait de la gestion du port d’Ehoala car la société canadienne a jugé que les résultats obtenus jusqu’ici n’ont pas atteint les objectifs visés. Une centaine d’escales par an seulement depuis 2009. « QMM n’est pas un opérateur portuaire, mais un exploitant d’ilménite et c’est mieux de confier la gestion du port à des compagnies expérimentées », précise Ny Fanja Rakotomalala, PDGde QMM.Outre ce retrait  de QMM dans la gestion du port qui a coûté 275 millions de dollars, le transport des marchandises par voie terrestre réside dans l’impossible.Il est prévu que les 507 km de cette route nationale seront réhabilités sur financement de la Banque européenne d’investissement (BEI) pour 235 millions de dollars. Une suite effective de l’accord de financement, signé le 30 novembre, en côte d’Ivoire par le président de la République et les représentants de la BEI, est ainsi vivement attendue.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara24 partages

Mahajanga : Vehivavy 2 niara-maty nohitsahin’ny kamiao

Nitrangana lozam-pifamoivoizana nahafatesana olona tsy manan-tsiny indray tany Mahajanga omaly. Vehivavy roa no niara-maty voahitsaky ny fiarabe iray mpitatitra vato tao Belobaka, ka maty tsy tra-drano ny ramatoa iray manodidina ny 35 taona, rehefa tonga tany amin’ny hopitaly Loterana kosa no namoy ny ainy ny iray faharoa. Raha ny fantatra dia nanana olana mekanika, tapaka “rotule” tampoka ity kamiao nahavanon-doza, ka nanitsaka an’ireto renim-pianakaviana roa nandeha tamin’ny sisin’ arabe. Araka ny tati-baovao voaray avy any an-toerana, tato anatin’ny roa andro izao, dia lozam-pifamoivoizana telo samihafa no niseho tao Mahajanga tampon-tanàna izay namoizana ain’olona efatra. Afak’ omaly tolakandro, raim-pianakaviana iray no maty nodomin’ny “bus” teo amin’ny Sotema, ary ny anio alina ihany koa, rangahy iray nitondra “moto” nandeha mafy no maty nianjera raha niala lalan-dratsy tampoka tao Ambalavola.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara23 partages

Service médical mobile : Un des piliers de la santé communautaire

Le Dr Lee et son épouse lors de l’interview dans les locaux de l’Ambassade de Corée hier.

Aller vers les populations locales pour leur faire bénéficier des soins de santé, c’est l’un des moyens utilisés par le Dr Jea Lee Hoon pour aider les Malgaches à faire face au système de santé publique qui est actuellement dans une situation déplorable.

La revue “ Madagascar-Public expenditure review education and health “ démontre une situation dramatique. 80% de la population malgache vivent sous le seuil de la pauvreté et que 50% vivent dans des zones géographiques dépourvues d’accès médical ” peut-on lire dans la revue. Le manque flagrant de ressources humaines complique encore la situation. La même revue de faire savoir que 50% des établissements médicaux ne disposent que d’un seul médecin et que 12 millions de personnes doivent parcourir environ 50 à 100 km pour bénéficier des services de santé de base. Faits confirmés par le Dr Jea Hoon Lee selon ses constats suite aux douze années de service passées à Madagascar. Volontaire protestante d’origine sud-coréenne, le Dr Jea Hoon Lee est à la tête de l’Association “ Fiainana Be dia Be “ qui  œuvre dans le domaine du service médical mobile depuis douze années à travers 14 régions, 17 districts et 33 communes de la GrandeÎle. “ Depuis 2005, l’idée a été de venir vers les populations locales pour qu’elles bénéficient des soins de santé de base mais surtout des soins chirurgicaux “ a-t-il fait savoir lors d’une interview effectuée dans les locaux de l’Ambassade de la République de Corée hier.

Stats. Environ 90 missions médicales mobiles ont été menées par l’association. Missions durant lesquelles 35 000 consultations, 1 400 chirurgies, 450 circoncisions et 863 extractions de dents ont été effectuées par la fine équipe du Dr Lee. Ce dernier toutefois de noter que l’initiative a pu porter ses fruits grâce à la coopération des médecins malgaches qui  œuvrent au niveau des localités bénéficiaires. Par ailleurs, un projet qui vise le long terme serait actuellement en cours. Ce, pour appuyer les initiatives menées par l’Association « Fiainana Be dia Be » dans les 14 régions de l’île. Outre les efforts initiés dans le cadre de partage d’expériences entre médecins coréens et médecins malgaches, il y a également une perspective visant à former des spécialistes de diagnostics rapides pour faciliter la prise en main des personnes au niveau des régions enclavées. Mission “ plus ou moins “ accomplie – du moins à Madagascar – le Dr Jea Hoon Lee s’est envolé pour la Corée du Sud hier où il va recevoir le 31 janvier prochain la Médaille Mongnyeon de l’Ordre du Mérite civil. Distinction que le président de la République sud-coréenne va lui décerner.

José Belalahy

Tia Tanindranaza22 partages

Fampandrosoana an`i MadagasikaraTsy mahavaha olana ny fitondrana

Amin`izao fotoana izao no tokony hanehoana fa tsy mahomby sy tsy mahavaha olana eto amin`ny firenena ity fitondrana Rajaonarimampianina ity. Efa miverina tan-dalàna indray vao tena mikaikaika ny vahoaka.

 

Hitan`ny filoham-pirenena, hono, izany fahasahiranana ary manana vahaolana amin`izany raha nambarany nandritra ny famoaboasan`ny vinany momba an`i Madagasikara ny alakamisy lasa teo teny Iavoloha. Betsaka ny fanantenana amin`ny hampandroso ny firenena fa manana ny toe-tsaina hanatanterahana izany ve ny filoha ? Raha ny lafim-pitantanana no asian-teny dia mila mahafehy fahaizana mitondra, mametraka lamin`asa, manome antoka ary mandamina ny mpitondrantsika. Raha ny teto Madagasikara dia filoha roa ihany no nanana vina naharitra sy nahay nijery lavitra dia Ratsiraka Didier sy Ravalomanana Marc. Tamin`ny fitondran-dRatsiraka, ohatra, indrindra ny fotoam-pitondrana voalohany no nahitana tetikasa naharitra tamin`ny alalan`ny Boky Mena andiany voalohany toy ny fametrahana EPP iray isaky ny fokontany, ny fanorenana an`Andekaleka. 43 taona aty aoriana dia mbola misitraka izany ny Malagasy.  Tamin`ny andron’ny Filoha Ravalomanana indray no tena nisongadina dia ny fanamboaran-dalana izay mirefy 15 000 km sy maro hafa izay tsy tambo isaina tamin`ny tetikasa MAP na Madagascar Action Plan. Ireo filoha voalaza ireo no nanana programa mazava alohan`ny nadraisan`izy ireo fitondrana tamin`izany. Matoa mbola maro ny mpanaradia azy ireo dia tsaroana tokoa fa maro ny soa azo tamin’izy ireo teo amin’ny fitondrana ary tsara ny fahaiza-mitantana. Efa mba nanao izay ho afany ihany ny fitondram-panjakana ankehitriny tamin`ny fametrahana ireo tetikasa izay nantenaina ho fanarenana ara-toekarena mandritry ny 5 taona toy ny Paikàdy natao dinan`asa na PND sy ny Paritra Malagasy zary Ohabolana na PMO. 16 miliara dolara no famatsiam-bola noeritreretina hanatanterahana izany kanefa tsy hita izay tohiny dia nipoitra indray ny hoe “Fisandratana 2030”. Sao dia mba fampiesonana fotsiny e !

Marigny A.

Midi Madagasikara22 partages

Lynchage à Fianarantsoa : Quid de la CNIDH ?

Une rentrée bien chargée pour la Commission  Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH). En effet, suite au passage à tabac et à la mise à mort d’un homme âgé, présumé, « voleur » à l’Université de Fianarantsoa le week-end dernier, les premiers regards se tournent vers cette institution dont la principale mission, sacrosainte qui plus est, n’est autre que la promotion et la protection des droits humains. Dans l’article 2, points 1 et 7 de la loi n°2014-007 portant institution de la CNIDH, il est prévu respectivement que « la commission travaille à temps plein. Elle est chargée de promouvoir et protéger tous les Droits de l’Homme sans exception » et « d’interpeller l’Exécutif et ses démembrements sur les situations de violation des Droits de l’Homme dans tout le pays, lui proposer toute initiative tendant à mettre fin et, le cas échéant, émettre un avis sur les positions et réactions des autorités concernées ». Sur ce dernier point, il est plus que loisible de se demander ce qu’a effectué cette commission suite au lynchage de l’individu à Fianarantsoa, une justice inique qui a fait fi de la présomption d’innocence. Mais ce n’est pas tout. L’article 63 du Code pénal punit les cas d’infractions par omission comme la non-assistance à personne en danger ; exactement comme ce qu’avait fait le public ayant assisté à la scène odieuse…sans réagir. Par ailleurs, le point 11 du même article en question précise que la CNIDH est également chargée de «  faire connaître les Droits de l’Homme et la lutte contre toutes les formes de violation des Droits de l’Homme, en sensibilisant l’opinion publique, notamment par l’information, l’éducation et en faisant appel, entre autres, à tous les organes de presse ». Des réactions sont donc attendues de la part de cet organisme dans les prochains jours.

Aina Bovel

L'express de Madagascar21 partages

Addis Abéba – La malnutrition coûte cher au PIB

Le Président a présenté les résultats  de l’étude COHA, hier, au sommet de l’Union Africaine. La lutte contre la malnutrition est le principal enjeu économique de l’Afrique. 

Le Président Hery Rajao­narimam­pia­nina a présenté les résultats de l’étude de Cost Of Hunger in Africa ou Coût de la faim en Afrique (COHA,) lors du dernier jour du trentième sommet de l’Union Africaine à Addis Abeba, hier. Ces résultats montrent qu’en Afrique, 59 millions d’enfants souffrent chaque année de malnutrition, 3 millions en meurent, contre, seul, un enfant sur cinq qui fait l’objet d’une attention médicale adéquate. Et ces chiffres coûtent chers à l’économie car la sous-nutrition et la malnutrition représente 1,9 à 16,5% du PIB dans 12 pays d’Afri­que, dont Madagascar.À la fin de son intervention, le Président malgache a lancé un appel à ses pairs pour relever ensemble le défi de l’accès de la population aux services de prévention et de prise en charge de la malnutrition chronique, et de tenir les engagements dans l’atteinte des Objectifs de Dévelop­pement Durable (ODD) pour éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, et enfin de promouvoir l’agriculture durable. Il a également soutenu que des actions sont mises en œuvre dans plusieurs pays.

Frein au développementEn ce qui concerne Mada­gascar, l’étude COHA a permis l’établissement du Plan National d’Action pour la Nutrition 2017-2021.La décision de s’engager dans l’étude COHA a été prise durant le sommet de Malabo, en 2014, après l’adoption de la Déclaration sur la sécurité nutritionnelle pour une croissance économique inclusive et un développement durable en Afrique. L’objectif était d’évaluer l’ampleur de la malnutrition en Afrique, en démontrant ses conséquences sur le développement économique et social. La Commission de l’UA est actuellement en possession de données qui prouvent qu’il est fondamental de se pencher sur la nutrition des enfants car la sous-nutrition et la malnutrition constituent un véritable frein au développement social et économique.

Loïc Raveloson

Midi Madagasikara20 partages

Sambava : Mirongatra ny halatra lavanilina manta

Fadiranovana tokoa ny tantsaha mpamokatra lavanilina rahefa voa asa ny foleran-davanilina. Efa misy sahady mantsy ny halatra voan-davanilina manta. Eny, tsy voan-davanilina efa matoy sy tsy mbola voatomboky ny tompon-davaniilina aza. Fa na dia mbola tsy matoy aza izao, roa na telo volana aorian’ny niasana ny folerany izao dia efa misy mpividy ireo lvoan-davanilina ireo. Henonay siosio aza fa efa misy olona mpividy voan-davanilina efa sahy mividy ireny voan-davanilina tsy mbola matoy ireny 40.000Ar ny kilao. Maro koa ny miteny fa “ tsy misy ny halatra lavanilina manta raha tsy misy ny mpividy azy ”. “ Tsy matoy velively ny voan-davanilina raha roa volana na iray volana aorian’ny niasana ny folerany dia efa misy misangotra; eny fa na dia mbola tsy latsa-poitra aza ny voan-davanilina. Hatramin’ny  volana desambra lasa teo, tao anatin’ny Fkt Ambohitrankongona – CU SAMBAVA, lavanilina manta milanja 25kg no nangalarin’olona anankiroa tany. Navelany ireo lavanilina manta azon’iireo mpangalatra azy mi-isa telolahy  raha nenjehin’ireo mpamboly sy ny andrimasom-pokonolona avy any amin’ity fokontany ity ireo mpangalatra ireo. Mbola tao amin’ity fokontany ity ihany koa, dia lavanilina manta milanja 47Kg indray no navelan’ireo mpangalatra lavanilina manta nangalarin’ireo olona roa lahy tany amin’ity fokontany ity. Ny voalohandohan’ny volana janoary teo, tao an-tanimbolin’,ny mponina atao hoe Antsakorana – Fokontany Ambohimanarina kaominina Maroambihy –Sambava dia lasan’ny tovolahy anankiroa, ny iray avy any Manakana kaominina Ambodiampana ary ny iray avy aty Ambatofitatra kaominina Sambava. Voan-davanilina manta 9kilao no lasan’izy ireo ary tratran’ny fokonolona any Ambohimanarina izy roa lahy. Hatolotry ny Poste Avancé ao Andohanantsahabe, Ambodiampana – Sambava ny Fitsarana androany na rahampitso izy roalahy ireo satria rahefa naterina tany amin’ny Poste Avancé ireo tanora roalahy ireo dia efa natomboky ny zandary ny famotorana azy ireo. Santionany fotsiny ireo fa na tao Amboronitsy sy Ambodisatrana koa aza dia lavanilina manta 15kg no naterin’olona nanenjika fa tsy nahatratra ny mpangalatra ary navelany ny entany.

REMI, Rakotonirina

L'express de Madagascar18 partages

Liste électorale – Il reste trois-cent soixante-dix mille électeurs à inscrire

La CENI pourrait se résigner à ne pas atteindre l’objectif des 10 millions d’électeurs inscrits dans la liste électorale pour la présidentielle. Une apathie générale est constatée.

Rush. La révision annuelle de la liste électorale entre dans sa dernière ligne droite. Selon le code électoral qui est toujours en vigueur, elle prendra fin le 31 janvier, soit demain. Pour la Commission électorale nationale indépendante (CENI), il semble que beaucoup reste encore à faire pour atteindre le gap des dix millions d’électeurs inscrits en vue de l’échéance électorale de cette année 2018, qu’est la présidentielle.La CENI, durant ces deux derniers jours d’ouverture de la révision de la liste électorale, devra procéder à un véritable tour de force et haranguer plus de trois cent soixante-dix mille électeurs à s’y inscrire. Le code électoral fixe l’ouverture de la révision annuelle de la liste des votants au 1er décembre et donne jusqu’au 31 janvier pour sa mise à jour, que les nouveaux électeurs s’y inscrivent, pour y retrancher les décédés, ou encore, ceux qui ont déménagés ou qui se sont vus ôter le droit de vote.Seulement, durant les deux mois d’ouverture de la liste, ils ne furent que quatre-cent trois mille personnesnouveaux électeurs sur les sept-cent quatre-vingt mille que la CENI s’est fixé comme objectif. Ceci afin de combler le gap des dix millions d’électeurs. Bien qu’aucun recensement ne permette jusqu’ici de connaître le nombre exact de la population, il a été estimé durant les réunions faites par la CENI, les experts et partenaires étrangers que le nombre des votants à Madagascar devrait avoisiner les treize millions.Il a été indiqué à l’époque que l’objectif des dix millions d’électeurs à inscrire dans la liste électorale en vue de cette année 2018 qui est une année électorale a été fixé « pour ne pas être trop prétentieux, car c’est un gap atteignable avec les moyens à disposition tout en étant sûr qu’une large majorité des électeurs pouvant garantir la crédibilité des élections sont inscrits ».

ApathiqueEn l’état actuel des choses, le gap ne sera vraisemblablement pas atteint. « Le nombre d’électeurs qui reste à inscrire est effectivement encore assez conséquent. Atteindre ce gap semble désormais difficile », a concédé Thierry Rakoto­narivo, vice-président de la CENI, sur la radio Antsiva, hier. Avec neuf millions six-cent trente mille nouveaux électeurs inscrits, la CENI est néanmoins, proche du but qu’il s’est fixé. Ce qui motive un certain optimisme chez ses responsables.« Nous avons tout de même réussi à inscrire près d’un million de nouveaux électeurs dans la liste électorale, ce qui est énorme lorsqu’on considère qu’il fallait un million quatre-cent mille pour atteindre les dix millions », a déclaré maître Hery Rakotomanana, président de la Commission électorale, lors d’un entretien téléphonique, hier. Le fait que l’objectif fixé par l’organe d’Alarobia ne soit pas atteint confirme, toutefois, l’apathie des citoyens face au processus électoral.S’inscrire dans la liste électorale ou vérifier si l’on y figure devrait être le minimum pour une personne consciente de ses responsabilités citoyennes lorsqu’il s’agit d’élection. Alors qu’on est en pleine année électorale et que les débats entre politiciens et même entre personnes lambda font rage, plusieurs malgaches semblent indifférents. Ces personnes amorphes pourraient, pourtant, être celles qui crieront au scandale si leurs noms sont absents de la liste le jour du vote.Thierry Rakotoanarivo a déjà prévenu qu’il n’y aura plus de délivrance d’ordonnances le jour du scrutin. Le fort taux d’abstention constaté lors des élections de 2013, pouvait cependant, laisser présager un manque d’engouement pour le processus de cette année 2018. Une éventualité que la CENI comptait surmonter en appelant à contribution, les partis politiques et la société civile dans l’éducation et la mobilisation citoyenne. Le fait que le gap des dix millions de votants n’ait pas été atteint indique aussi, que ces entités, dont la plupart sont portées sur les remontrances face à la moindre incartade, ont failli à leurs responsabilités.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara17 partages

« Uniciti Education Hub » : Les grandes écoles internationales accessibles aux étudiants malgaches

« Uniciti Education Hub », le campus résidentiel universitaire international basé à Maurice, permet aux jeunes malgaches et tous les jeunes de l’Océan Indien occidental de poursuivre leurs études dans les écoles supérieures de renommée internationale, à tout juste deux heures de vol de leur pays.

Portes ouvertes. Samedi dernier, « Uniciti Education Hub » a organisé sa deuxième journée portes ouvertes pour cette année (le premier datant du 19 janvier dernier à l’Alliance française de Tananarive). L’évènement a été organisé au Centre culturel américain Tanjombato de 9 à 16h. 81 jeunes malgaches, pour la plupart accompagnés de leurs parents, y ont répondu présents. Il en est ressorti que le Droit, l’Architecture et l’Informatique forment actuellement le peloton de tête des filières les plus cotées parmi les jeunes malgaches, car considérées comme des filières d’avenir.Toutefois, il convient de noter qu’avant de songer à des études supérieures à Maurice, une compréhension basique de l’anglais écrit et parlé est absolument requise ; sachant que des cours de remise à niveau sont proposés à ce qui en font la demande.

Perceptions personnelles. Miora A. 19 ans, titulaire d’un bac scientifique (français) de rajouter : « Je rêve d’une carrière d’ingénieur informatique à l’international et je compte donc acquérir un diplôme international avec l’ouverture que cela implique. C’est la raison pour laquelle mes parents et moi sommes venus ici : nous renseigner et nous préparer. D’ailleurs, personnellement, le fait que le campus se situe à côté de Flic-en-Flac (une plage renommée de la zone) me réjouit, ça me permet de joindre l’utile à l’agréable ! » La journée du samedi fut en effet l’occasion de rencontrer des représentants du campus en vue d’obtenir des renseignements  sur les formations proposées et les diplômes délivrés, ainsi que les différentes modalités.

Avantages comparatifs. Comme les étudiants, nous avons également eu l’occasion de rencontrer sur les lieux un représentant du campus. Il a notamment développé les intérêts présentés par des études au sein de l’ »Uniciti Education Hub ». Citons entre autres la proximité géographique avec Madagascar tout en garantissant une ouverture internationale, par le biais de la co-diplômation avec des universités de renommée mondiale, telles que l’Université Paris II Panthéon Assas. Le bilinguisme et la multiculturalité représentent également des ressources considérables et enrichissantes sur le plan humain. Voici une liste non-exhaustive des Universités représentées à l’ »Uniciti Education Hub » : l’Ecole Centrale de Nantes, l’Université Paris II Panthéon Assas, « SUPINFO International University » et l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes en programme bachelor, et l’ESCP Europe et l’ESSEC « Business School » en programme Master et « Executive Education » respectivement.

Luz Razafimbelo

News Mada16 partages

« Derrière la tête » : dihin’olon-tokana ahitana olon-droa

Samy manana ny hevitra tiany hampitaina ny soradihy tsirairay. Azo lazaina ho miavaka amin’ny fahita hatramin’izay ny hoentin’i Denis Plassard, mpamorona teratany frantsay. Nasaina manokana ity mpanakanto ity hitety ireo Alliances française eto Madagasikara ary hanentana amin’ny atrikasa ao amin’ny Institut français de Madagascar (IFM).

« Derrière la tête » ny lohatenin’ny soradihy hoentiny an-tsehatra, ao amin’ity foibe ity rahampitso  tolakandro. Manana aingam-panahy hafa sy lalim-pikarohana ny lehilahy. Asehony ao anatin’ity soradihy ity ny endrika roa mety hananan’ny olona iray. Tsy inona izany fa ny fisainana, izay, indraindray, mety ho tony ; matetika koa anefa, mitroatra sy miezaka ny handamina ny zavatra rehetra.

Miara-miaina ireo fisainana  roa ireo ary samy miady mafy hibahan-toerana ao anatin’ilay olona iray. Araka izany, holalaovin’olon-tokana ny « Derrière la tête », izay noforonina tamin’ny taona 2008. Na izany aza, haneho olona roa samy hafa (eo amin’ny fomba fisainana) io mpilalao io, izay tsy iza fa ny mpamorona azy ihany, i Denis Plassard.

Ankoatra ny fiakarana an-tsehatra, mizara ny traikefany ihany koa ity mpanao soradihy frantsay ity. Anisan’ny misitraka izany ny mpandihy malagasy. Mialoha ny filalaovana ny piesy « Derrière la tête », haseho ny mpijery sy ny mpankafy ny fahalalana notovozin’izy ireo nandritra ny atrikasa.

Landy R.

News Mada16 partages

Billets endommages : la valeur est réduite de moitié à l’échange

Malgré la note de la Banque centrale affirmant que les billets de banque sales, déchirés ou scotchés sont toujours valables si les deux numéros y figurent encore, ces dernières années, plusieurs commerçants ont tendance à les refuser.

Toutefois, comme tout un chacun n’a pas toujours le temps de se déplacer à Antaninarenina pour faire les échanges à chaque billet endommagé, des gens ont trouvé l’astuce d’y faire un métier en les achetant à moitié de leur valeur.

Ainsi, les billets de 100, 200 et 500 ariary s’échangent respectivement à 50, 100 et 300 ariary. Ce n’est qu’à partir de 1 000 ariary que le montant de cette transaction est variable. En effet, un billet de 1 000 ariary s’échange à 800 ariary, le 2 000 ariary à 1 800, le 5 000 ariary à 4 700 et un billet de 10 000 à 9 000 ariary. Le coût des échanges baisse si l’acheteur exige des nouveaux billets de banque, émis depuis le mois de juin 2017.

D’après un échangeur de billet, faisant office au marché d’Anosibe Tsena, cette activité fait bien vivre son homme. « Le fait que je m’y attache depuis deux ans déjà le prouve », a-t-il affirmé. Sans toutefois dévoiler le montant de son bénéfice au quotidien.

D’un côté, les pièces d’un à 5 ariary sont aussi vendues au moins au centuple de leur valeur. Selon notre échangeur, ce sont surtout les fabricants de bijoux de pacotille qui en sont preneurs, notamment ceux qui se spécialisent dans le cuivre jaune. Et ce n’est pas étonnant si ces pièces ont disparu de la circulation.

Sera R.

Midi Madagasikara14 partages

Mahazoarivo : L’ambassadeur coréen chez Olivier Mahafaly

L’ambassadeur coréen Lim sang-woo chez Mahafaly Olivier Solonandrasana.

Après avoir présenté ses lettres de créance au Président Hery Rajaonarimampianina, l’ambassadeur de la République de Corée à Madagascar, Lim sang-woo, a rendu une visite de courtoisie au Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana, hier, à Mahazoarivo. Selon l’ambassadeur,  « La Corée est un pays développé maintenant mais nous étions un des plus pauvres pays du monde et c’est cela la grande différence entre la Corée et les pays développés. Nous savons ce que c’est d’être dans la pauvreté, nous savons que c’est difficile de sortir de la pauvreté. Mais avec l’aide de la société internationale nous avons réussi et maintenant c’est à notre tour de faire tout ce qu’on peut pour aider les autres pays. Et c’est exactement, la raison pour laquelle notre nouveau gouvernement a décidé d’envoyer un ambassadeur à Madagascar  pour voir et renforcer davantage les relations bilatérales ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara14 partages

Kickboxing – Election : Deux candidats en course à la présidence

Mamy Best avec les présidents de ligue.

Mamy Rasolotafika et Alexandre Rakotonandrasana sont les deux candidats à la présidence de la fédération malgache de kickboxing, ce jour, au Palais des Sports de Mahamasina.

La fédération malgache de kickboxing et disciplines associées (FMKB/DA) aura un nouveau président ce jour pour le mandat 2018-2022. Ils seront finalement deux à briguer la présidence de la FMKB/DA, s’ils étaient quatre auparavant. Il s’agit de Mamy Rasolotafika et Alexandre Rakotonandrasana. Seuls ces deux candidats ont déposé leur candidature hier, date butoir du dépôt des dossiers selon le président de la Commission électorale (CE), Jean Aimé.  Deux personnalités qui sont connues dans le monde de la boxe pied- poing malgache. Mamy Rasolotafika dit « Mamy Best » est le président du club Zanakala de Haute-Matsiatra. Lui qui est très actif dans la promotion de cette discipline dans la partie sud de l’Ile. Pour Mamy Best et son équipe, l’élection de ce jour n’est plus qu’une simple formalité, car, la grande majorité des ligues leur ont déjà affirmé leur soutien. Pour sa part, Alexandre Rakotonandrasana est le président du Centre international de sport de combat (CISC) d’Analamanga.

Huit ligues. Les deux candidats veulent tous deux, « gérer la discipline d’une manière transparente et de faire régner l’impartialité au sein de l’équipe nationale ». Marcel Rasoanaivo, un des fondateurs de la discipline n’apprécie pas beaucoup le mic-mac autour de l’élection, la raison pour laquelle il s’est désisté. Les huit ligues régionales à savoir Analamanga, Haute- Matsiatra, Vakinankaratra, Menabe, Atsinanana, Atsimo-Andrefana, Boeny et Vatovavy-Fitovinany vont départager les deux candidats ce jour à partir de neuf heures au Palais des Sports de Mahamasina lors de l’assemblée générale élective. Le successeur de Briand Andrianirina sera connu alors ce jour. Sitôt élu, les championnats d’Afrique full contact, low-kick et K1 rules du 19 au 24 mars au Palais des Sports de Yaoundé, Cameroun attendent le nouveau président et son équipe.

T.H

Midi Madagasikara13 partages

Parlement : Session extraordinaire mi-février

Dans son discours du 5 janvier dernier à Iavoloha, le président de l’Assemblée nationale a déclaré qu’une session extraordinaire du Parlement est de mise. « Les députés sont prêts pour adopter les textes de loi relatifs aux élections dès la semaine prochaine », a-t-il annoncé. Pour l’heure, l’Exécutif n’a donné aucune suite à cette requête. Le silence du gouvernement provoque un sentiment de suspicion généralisée dans les rangs de l’opposition.  Malgré les consultations menées par le Premier ministre, l’Exécutif semble vouloir élaborer d’une manière unilatérale les textes relatifs aux élections. Le président national du MMM, Hajo Andrianainarivelo a d’ailleurs dénoncé l’exclusion de l’opposition dans le processus. Un député proche du HVM a toutefois laissé entendre que le Conseil des ministres prévoit de convoquer les parlementaires incessamment en vue d’une session extraordinaire qui devrait débuter mi-février.

Davis R

Midi Madagasikara12 partages

FEDERATION MALGACHE DE DANSE : « Faux, usage de faux et usurpation de fonction » dixit la SG de la fédé...

Le président de la fédération de la danse d’un côté avec le nouveau trésorier qu’il a désigné, le vice-président et avec la validation de l’assemblée générale extraordinaire de ce samedi par la direction du sport fédéral. Et de l’autre, la Secrétaire générale et le trésorier officiel qui a déjà fait deux mandats avec les fédérations précédentes ainsi que des pièces originales justificatives.

Et le feuilleton de la danse continue. « C’est le ministère des Sports qui nous a appris et formé en bonne gouvernance et transparence. On a toujours travaillé en bonne et due forme. Mieux, notre PTA a été accepté et validé pour obtenir le financement demandé. Donc on travaille dans le droit chemin. Les deniers publics transformés en donation à la fédération doivent être utilisés à bon escient » a annoncé la S.G. de la fédération Marie Ange Rasoanaivo. Avec le trésorier Ralitera Joselito, ils ont conseillé le président d’agir de même. « Mais ce ne fut pas le cas. Et il y eut faux et usage de faux et usurpation de fonction. Les concernés ont déjà fait amende honorable à la Police économique pour rebondir le lendemain comme si de rien n’était. On a toutes nos preuves ». Comme quoi, un premier financement de quelque 49 millions d’ariary peut faire changer des tas de choses. Et le Bianco a déjà été avisé.

Et la parade fédérale est là : une AG Extraordinaire en présence du ministère des Sports sur demande des ligues pour présenter le nouveau membre au poste vacant de vice-président, pour amender le statut et les règlements intérieurs ainsi que pour mettre en place un conseil de discipline.  Est-ce à propos quand on sait que ce sujet de faux et usage de faux court toujours et sera au tribunal ce jour- même ?

Elue par liste en 2015, cette fédération a organisé cinq  stages fédéraux « que certaines personnes ont changé en compétition régionale ». Cinq absences consécutives aux réunions hebdomadaires de mardi seraient passibles de sanctions. « Mais tous les membres de la fédération doivent donc être sanctionnés ». En tant que SG et trésorier, ils ont été chargés d’ouvrir un compte bancaire. Mais quelle surprise de voir un compte ouvert avec un nouveau trésorier alors que le trésorier n’a jamais démissionné tout comme la SG. « Le président a dit qu’ils allaient faire les choses à leurs façons, donc c’était cela la façon ! ». Les deux sont contre le principe appliqué. A eux de dire « malgré ces problèmes, on exhorte les jeunes et les danseurs à aller de l’avant. Car nous avons les meilleurs danseurs qui soient ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara9 partages

Brigade régionale de la sécurité publique-Ambositra : « Faire davantage mieux » dixit le commissaire ...

En ce début d’année, les échanges de vœux au niveau des ministères et de ses démembrements au niveau des régions se défilent. Le 27 janvier dernier, ce fut au tour de la brigade régionale de la Sécurité publique d’Ambositra, d’organiser dans la grande salle du Fark St- Joseph la cérémonie d’échanges de vœux de la grande famille de la police nationale pour l’année 2018. Une occasion, pour le commissaire divisionnaire Razafindravonona Joseph, chef de service de la brigade régionale de la Sécurité publique d’Ambositra de faire remarquer que pour l’année écoulée 2017, la grande famille de la police nationale a connu des hauts et des bas et que la visée de la police nationale est de toujours aller de l’avant et de faire mieux. A  l’instar de ces élèves issus de la famille de la police nationale qui ont réussi aux examens officiels et ont été primés. Une cérémonie d’échanges de vœux que le commissaire divisionnaire Razafindravonona Joseph et son épouse ont tenu une fois de plus à affermir la cohésion et la solidarité au sein de la grande famille de la police nationale à travers une journée bien animée, arrosée de surcroît  et pleine d’ambiance pour commencer une bonne et heureuse année 2018.

Anastase

Midi Madagasikara8 partages

Rudy Rakotomandimby président de la ligue de la danse Analamanga : « Je n’ai pas démissioné ! »

Et voici la rectification venant du concerné, Rudy Rakotomandimby, président de la ligue Analamanga. « Le président de la fédération a parlé du fait que j’ai démissioné. Officiellement, je le dis ici, je n’ai pas démissioné. Quand j’ai annoncé que je voulais le faire avant tous ces problèmes pour des raisons de santé, ni le ministère ni la fédération ne l’ont accepté. Donc je continue à être président ». A lui de déplorer le fait qu’il n’a jamais reçu de convocations en bonne et due forme que ce soit pour la AG annulée ou l’AG extraordinaire.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara7 partages

FHORM : Baisse du taux de remplissage des hôtels

Les établissements membres de la Fédération des Hôteliers et des Restaurateurs de Madagascar (FHORM) ont connu une baisse du taux de remplissage en décembre dernier. C’est l’impact de la propagation de l’épidémie de peste, l’an dernier. En outre, la recrudescence de l’insécurité a également terni l’image de la destination Madagascar. « Et suite aux doléances reçues au niveau de nos établissements membres, nous avons lancé un appel à l’Etat afin que les forces de l’ordre puissent assurer la sécurité au niveau de tous les sites touristiques. En effet, ils se plaignent que leurs clients aient été victimes de vols et de rackets de certains éléments des forcesde l’ordre au niveau de leurs sites », a évoqué Jimmy Rakotoarisoa, le directeur exécutif de la FHORM lors d’une entrevue avec la presse hier. « Et nous avons été bien entendu. Nous saluons les efforts menés par la police nationale et municipale ainsi que les éléments de la gendarmerie qui ont assuré des patrouilles systématiques au profit des opérateurs touristiques et de leurs clients. Ces actions de lutte contre l’insécurité doivent ainsi perdurer afin de redorer l’image de la destination Madagascar », a-t-il poursuivi. Notons que la FHORM compte 303 établissements membres dont 18 hôtelleries haut de gamme et de luxe.

Navalona R.

News Mada6 partages

AFT : «les timbrés de l’orthographe »

Tous les ans, l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) organise un concours de dictée dénommé «Les timbrés de l’orthographe». Pour cette fois, il se déroulera au mois de mars et l’inscription sera ouverte à partir du 1er février jusqu’au 17 mars.

L’objectif du concours est d’inciter, surtout les jeunes, à exceller dans la complicité de la  langue de Molière. «Par rapport aux années précédentes, le concours connaîtra une légère modification», a annoncé Jean-Paul Clément, directeur général de l’AFT. Cette année, il y aura donc deux catégories bien distinctes, à savoir les débutants et les avancés.

Il lance ainsi un appel aux établissements scolaires à y participer. «Nous invitons les élèves et les étudiants», a-t-il ajouté. Ce concours permet non seulement d’évaluer le niveau linguistique mais aussi de divertir le public passionné de la langue française.

A partir de cette année, en collaboration avec l’association Hetsika, le concours de dictée se déroulera simultanément à Madagascar et en France, plus précisément à Nantes. «A ce propos, l’ inscription est gratuite aux membres de l’AFT. Un droit d’inscription symbolique sera réservé aux autres», a-t-il conclu.

Rappelons que la dictée de la Francophonie est un évènement national. Des épreuves de présélections se dérouleront à partir du mois de mars et la grande finale aura lieu en France.

Holy Danielle

 

Midi Madagasikara6 partages

Festival de danse « Arondihy » : Focus sur les chorégraphes traditionnels

La danse traditionnelle dans sa splendeur, un leitmotiv qui anime le festival « Arondihy » depuis plusieurs années, maintenant. Cette année, la septième édition commence à prendre forme. Zoom sur les chorégraphes

Petit à petit, le festival de danse Arondihy devient un rendez-vous incontournable des amateurs du sixième art. Cette année, le festival entamera bientôt sa septième édition. Pour ce faire, à la suite d’un appel à participation à l’endroit des chorégraphes et des compagnies de danse, la résidence des créateurs commence aujourd’hui, jusqu’au 02 février. Une douzaine de  personnes se retrouveront au Cmdelac  Analakely. La résidence consiste à accompagner les chorégraphes de danse traditionnelle à peaufiner leurs créations.

Cette formation est essentiellement axée aux stratégies pédagogiques à  adopter par ces créateurs pendant les ateliers de danse. Si le suivi de l’atelier a lieu au mois de mars, la représentation de la pièce « Daholobe » se fera en avril. D’après Santatriniaina Fanou, organisatrice, « Arondihy ne sort pas du contexte du symbole de l’identité malgache . « Daholobe », la pièce maîtresse du festival illustre toujours le sens du mot « Arondihy ». Représentant la diversité culturelle, « Daholobe » est l’aboutissement de plusieurs années de travail collectif, d’échange et de création. Ce métissage artistique reflètera une ouverture sur le monde tout en gardant son identité culturelle. Tout cet ensemble d’éléments disparates prendra forme tout au long du festival » souligne-t-elle.

Danse éclectique. Comme chaque année, « Arondihy » met une filiation entre les danses des quatre coins de la Grande Ile tout en intégrant une petite partie de danse urbaine. Le rendez-vous qui verse principalement vers la danse traditionnelle, propose un partage de culture. Sans changer d’objectif, l’idée est de faire connaître la diversité culturelle des Malgaches  à travers la danse dans tout Madagascar.

Si au départ, le festival « Arondihy » n’attirait que les passionnés, aujourd’hui, le grand public se trouve une place en participant aux multiples ateliers. À travers ces rencontres, la promotion de la danse s’ouvre de plus en  plus, ce qui redynamise la diversité culturelle dans la Grande Ile par la même occasion.

Maharindra

News Mada4 partages

Enfants des rues : bon nombre sont en situation de fugue

Presque tous les enfants des rues, connus sous le nom de « 4Mi » font des fugues, de source auprès d’un centre confessionnel de réinsertion sociale des enfants nécessiteux et orphelins d’Ambalavao Isotry, ce week-end.

Leur moyenne d’âge se situe entre 8 et 14 ans et cela sans distinction de sexe. Les raisons citées sont diverses, allant de la maltraitance par des membres de la famille, à l’instar du beaupère ou la bellemère, au petit vol commis dans leur quartier d’origine. Il faut dire aussi que la situation précaire à laquelle ils évoluent au sein de leur ménage respectif les pousse également à choisir cette voie.

«Des parents les exploitent aussi en les obligeant à mendier. De ce fait, ils se laissent facilement entraîner, dans le plaisir de suivre leurs copains pour jouir de cette forme de liberté éphémère de la fugue», a indiqué une responsable du centre. Et d’ajouter que, «En cette saison des pluies, leur nombre ne cesse d’augmenter». 

Mode de recrutement

Le centre recrute ses protégés, par le biais de ses assistants sociaux, le long des rues d’Andravoahangy, d’Analakely et d’Anosibe. Si les enfants sont d’accord, on les emmène pour leur offrir un gîte la nuit au centre, accompagné d’un bon repas. Il en est de même le lendemain matin, on les laisse vagabonder à leur occupation journalière pour les attendre le soir suivant.

Au bout de quelques jours, si le pensionnaire s’accommode à cette situation,  le centre commence à établir le contact avec ses parents, où à défaut ses proches, s’agissant d’un orphelin, afin de prendre en main son éducation. Et de régler par la suite les paperasses administratives le concernant, à l’instar du droit d’adoption prononcé par le juge d’enfants.

Toutefois, malgré son noble objectif, le centre rencontre parfois des difficultés. Des gens malintentionnés y trouvent une aubaine pour soutirer de l’argent, en l’accusant de détournement de mineurs. Ce qui fait parfois l’objet d’une poursuite judiciaire dont, heureusement jusqu’ici, le centre s’en est toujours sorti sans problème.

Sera R.

News Mada4 partages

Madagascar il y a 100 ans

On se fréquente

Le Gouverneur Général Merlin paraît être résolu à faire une réalisation du vœu ancien et unanime des colons.

L’autre jour, il a invité les particuliers européens à se rendre à la Mairie, pour délibérer avec le Maire et Chef de la Province de Tananarive l’opportunité et les conditions pratiques de la réquisition du riz de la récolte pendante de cette province.

Nous trouvons que M. Merlin a bien fait. Il procède ainsi à une sorte d’inauguration de très grande portée.

Il est juste de reconnaître que, jusqu’ici, le fin mot des « accrochages » trop souvent constatés dans la marche normale de la colonisation est que l’élément colon était quelque chose comme une sorte de plèbe par rapport à l’élément officiel.

Ne serait-ce que pour les indigènes, rien n’est mieux fait pour relever à leurs yeux le prestige des vazaha en général.

Et, surtout, nous n’aurons plus lieu de nous plaindre de cet état d’ignorance des « possibilités » qui expliquait, jusqu’à un certain point, notre nervosité. Mis en présence des réalités au jour le jour, chacun comprendra combien il est vain de perdre le temps en récriminations sans portée et que le mieux est de chercher les solutions.

Enfin, à se fréquenter assidûment, on se connaît mieux ; il se crée ainsi une espèce d’intimité d’idées qui rend plus fort le lien de solidarité.

L’opposition, qui est un devoir contre le despotisme, n’a plus sa raison d’être contre des dirigeants qui vous ouvrent tout grands leurs cartons et leurs tiroirs. L’opposition ne peut plus être alors qu’un système, et, dans cette colonie, nous n’avons que faire de doctrines : nous voulons des affaires.

Il ne nous reste plus qu’à souhaiter que le chef de notre province entre lui aussi dans cette voie large. Il ne faudra pas voir que la province, mais toute la Côte Est.

L’objection que les colons sont dispersés sur une grande étendue de côtes ne tient pas, puisque tous ont des correspondants d’affaires à Tamatave.

Persévérons. Dans quelque temps, et si nous opérons avec sagesse, la Métropole se trouvera en présence d’un fait accompli qu’il ne s’agira ensuite que de consacrer par un texte. Ainsi nous approchons du Gouvernement de la colonie par les colons.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada2 partages

Seranan-tsambon’ i Toamasina : hanomboka amin’ny marsa ny asam-panitarana

Vita sonia, ny 29 desambra teo ny fifanarahana hanombohana ny asa fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina, vatsin’ny Fiaraha-miasa japoney Jica vola. Hifarana amin’ny taona 2021 ny ampahany voalohany ary ny taona 2025 ny faharoa. Voakasik’izany ny hanalavana ho 470 m ny toerana fiantsonan’ny sambo C3, hohalalinina 16 m ny ambanin’ny rano, mahatratra 10 ha ny toerana hametrahana ny kaontenera. Hovitaina hatramin’ny taona 2021 ny toeram-piantsonana afaka mandray sambo vaventy.

Hiteraka asa maro eto Toamasina ity asa goavana ity. Fantatra fa anjatony ny mpamily fiara na fitaovana vaventy horaisina, ny mpahay informatika, ny mpisitrika anaty rano, ny mpahay asa tanana sy ny misehatra amin’ny asa vaventy sy ny fanorenana (BTP), ny mpibata entana, sns. Fantatra ireo nandritra ny fiarahabana nahatratra ny taona nataon’ny orinasa Spat, notarihin’ny filohan’ny fila-kevi-pintantanana, Rtoa Razanadrakoto Herisoa, sy ny tale jeneraly, Christian Avellin Eddy, ny zoma teo.

Dikany, maty momoka ny fitakian’ireo andian’olona nanohitra ity tetikasa ity, toy ny tao anatin’ny fikambanana Adopt.

Sajo

News Mada2 partages

Justice : l’obligation de réserve fait débat

Le discours relatif à l’obligation de réserve au sein de la justice, tenu successivement par le  premier président de la Cour suprême et le Chef de l’Etat, vendredi dernier à Anosy, n’est pas passé inaperçu. D’autres estiment que cette notion est limitée lorsqu’il s’agit des leaders syndicaux.

Fanirisoa Ernaivo, leader du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), lors d’une conversation téléphonique hier, a par exemple donné quelques précisions à partir de son cas. «Il faut préciser que je suis actuellement président du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM). Auparavant, je n’avais pas eu cette qualité et je n’ai jamais dépassé le cadre de mes fonctions. Actuellement, c’est différent», a-t-elle expliqué.

D’après elle, la liberté d’expression constitue, à ce titre, le corollaire de l’obligation syndicale. «Il ne faut pas mélanger le genre. Si je parle, c’est que j’en ai le droit (…). Nul ne peut s’ériger contre cela, que ce soit le ministère de la Justice ou un autre membre du gouvernement», s’insurge celle qui a milité en faveur de la justice depuis quelques temps.

En marge de la cérémonie marquant la rentrée judiciaire, vendredi dernier, le premier président de la Cour suprême, Modeste Randrianantenaina, a insisté sur le concept de l’obligation de réserve en indiquant que «les magistrats, les greffiers, et tous ceux qui travaillent au sein du ministère de la Justice, en particulier les magistrats, sont tenus de respecter la déontologie, surtout l’obligation de réserve». Un discours loin d’être fortuite dans la mesure où, présent sur les lieux, le président de la République a, lui aussi, mis l’accent sur le même thème.

« Obligation de se taire »

Si l’on en croit la juge Fanirisoa Ernaivo, il aurait été plus correct d’évoquer  le cas de corruption qui mine ce secteur lors de cette cérémonie. «Ce qui est étonnant, c’est que personne n’avait fait une mise en garde contre la corruption lors de cette journée alors que tout le monde sait que ce sujet constitue la crise de confiance entre les citoyens et la justice (…)», a-t-elle précisé avant d’ajouter que «L’obligation de réserve ne doit pas devenir une obligation de se taire ou une obligation à la complicité». En tout cas, elle  a soutenu que le syndicat des magistrats continuera de se  prononcer sur tout ce qui touche à la justice, et à tous les domaines du ressort du SMM.

A titre d’illustration, il faut noter que récemment, après le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), le SMM a saisi le Conseil supérieur de la magistrature à propos de l’affaire Houcine Arfa.

«Nous prenons notre responsabilité à partir d’un fait réel ou dénoncé par d’autres, savoir qui a fait quoi ou telle ou telle assertion est vraie ou pas. Par la suite, il appartient aux autres responsables de prendre les dispositions adéquates en fonction de la véracité des informations. «Nous sommes en train de protéger le droit de nos membres».

J.P

Midi Madagasikara2 partages

Sécheresse : Un projet de réponses précoces aux aléas

Suivi continu de la sécheresse ! C’est sur ce concept que se base le modèle de prévisions élaboré dans le cadre du projet « Forecast-BasedFinancing », ou « Financement des réponses précoces basées sur les prévisions ». Ce projet est lancé par l’ONG Welthungerhilfe en partenariat avec le Ministère Fédéral Allemand pour les Affaires étrangères. Cette ONG, en collaboration avec le BNGRC, assurera la mise en œuvre de ce projet qui va se focaliser sur l’aléa sécheresse et ses effets sur les ménages vulnérables dans différentes parties de Madagascar. Selon ses promoteurs, le projet va assurer le développement et l’opérationnalisation d’un modèle de prévisions permettant d’anticiper les effets de la sécheresse : pertes et échecs de récoltes qui pourraient entraîner une dégradation de la situation (alimentaire, nutritionnelle et des moyens de subsistance) au niveau local et d’agir d’une manière précoce suivant les seuils prédéfinies avant l’occurrence de la situation d’urgence. Le projet va être mis en œuvre au niveau des régions qui sont frappées par l’aléa sécheresse : comme la zone du Sud-Est, le Grand Sud, le Sud-Ouest ainsi que dans le Nord de la Région Analamanga.

Antsa R.

News Mada1 partages

MPTDN : un bilan satisfaisant en 2017

Un bilan positif comptant pour l’année 2017 a été dressé par le ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique, Neypatraiky André Rakotomamonjy, concernant les réalisations de son département, à l’occasion de la présentation de vœux du personnel de ce ministère, le 26 janvier. Celui-ci a mis un accent particulier sur la mise en place d’un cadre règlementaire, convenable au  développement du secteur de la télécommunication dans le pays, et la vulgarisation du numérique dans plusieurs régions de l’île, y compris dans les zones enclavées.

 «Si l’on se réfère à la situation d’il y a quatre ans, nous savons que la loi 2005-023, régissant la télécommunication, a été promulguée en 2005 mais son décret d’application n’est sorti qu’en octobre 2014. Cela a permis la mise en place de l’Autorité de régulation des technologies de communication (Artec), opérationnelle depuis avril 2015, en remplacement de l’Office malgache d’études et régulation des télécommunications (Omert). Cette loi 2005-023 permet également la libéralisation totale du secteur des télécommunications», a avancé Neypatraiky André Rakotomamonjy.

Le ministre a également précisé que le pari a été tenu concernant l’accès de la population aux technologies numériques. Cela, à travers plusieurs actions concrétisées dans le cadre du projet «Numérique pour tous».

Riana R.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Mpandoto rano ao amin’ny fitondranaMila zahana, hoy i Lita Rabetsara

Raha nanao fanadihadiana ny fikambanan’ny mpiaro ny zon’ny mpanjifa na ny RNDC dia nambaran’ny mpivarotra sasany fa efa miezaka ny minisitry ny varotra.

 

 Afaka misafidy ny vahoaka na hihinana vary avy eto an-toerana na ny nohafarana, hoy ny filohany, Lita Rabetsara. Olona tsy nampoizina no niteny fa tsy ampahafiriny izao. Ho hitanao izany hoe misy manafina io vary io. 72.000-73.000 ariary no vidin’ny kitapo nifanarahana tany am-boalohany ny handraisana azy ho an’ireo mpanafatra ary efa 78.000 ariary teo ho an’ireo mpamongady. Amin’izao fotoana anefa efa 71.000 ariary eny amin’ireo mpamongady ary mety misy aza angamba ireo hilaza hoe nahazo vola Ralita matoa nanaiky io vidiny io. Ny ao anaty fitondrana indray amin’izao no milaza fa tsy ampahafiriny. Te hahazo toerana politika ve fa tsy dia azonay loatra ilay politika, hoy izy. Ny politikan’ny kibo no fantatray ary hotohanana izay manao ezaka. Ho tafajanona eo ve ny mpitondra raha midangana ny vidim-piainana ? Anjaran’ny mpitondra no mijery izay mandoto rano ao, hoy ny namaranany azy.

J. Mirija

La Vérité1 partages

Descente dans les régions - Ravalomanana et Rajaonarimampianina en précampagne

 « Qui veut aller loin ménage sa monture ». Une maxime que semble s’approprier Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina pour déblayer le terrain dans la perspective de l’élection présidentielle 2018. Une précampagne électorale qui ne dit pas son nom, au vu et au su de tous sans que personne n’y retrouve à redire… Bon nombre d’observateurs estiment que le lancement de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina a accéléré le rythme. Après l’annonce de cette démarche de l’ex- numéro Un de la révolution orange de 2009, les tenants du régime ont décidé de riposter en lançant le programme « Fisandratana 2030 » et en annonçant des descentes sur le terrain. Depuis le début de l’année, le Président de la République a effectué des descentes. Dernièrement, il a été en visite de terrain à Toamasina au chevet des victimes du cyclone Ava.

Des descentes qui tendent à augmenter ces prochaines semaines. Au cours d’une rencontre avec les gens des médias à Addis Abeba en marge du 30e sommet de l’Union africaine, le Président a effectivement annoncé qu’il ira bientôt à la rencontre des populations des régions pour partager et expliquer la vision Fisandratana 2030. « C’est une vision qui a été précédée par la réalisation de différents chantiers, alors que d’autres vont débuter. L’élan va se poursuivre, et s’accélérer. La population en sera le seul juge », a conclu le Président. Pour bon nombre d’observateurs par contre, par  ces descentes que l’on annonce désormais plus régulières à Madagascar, le locataire du Palais d’Iavoloha prépare soigneusement et sereinement le terrain pour sa réélection dans dix mois à la Présidence de la République. Pour sa part, Marc Ravalomanana joue sa troisième partition en ce qui concerne ce futur scrutin électoral après avoir été deux fois candidat à l’élection présidentielle et avoir été porté à Iavoloha à chaque fois. Depuis ses déclarations de candidature, l’ex- exilé d’Afrique du Sud continue son petit bonhomme de chemin. Selon les partisans de l’ancien Président il n’y a jamais de deux sans trois. Ces derniers s’investissent donc dans les régions autres qu’Antananarivo qu’ils jugent acquises à la cause de leur mentor. Marc Ravalomanana a déjà presque fait le tour des régions du pays prétextant notamment l’anniversaire du Tiako i Madagasikara. D’Antsiranana à Fort-Dauphin en passant par Toliara et Ankazobe, le leader du parti bleu et vert a déjà communié avec ces différentes populations. Pour les partisans de Ravalomanana, le slogan est lentement mais sûrement et tranquillement, on avance et on travaille sans trop faire de bruit. Reste à savoir si cette attitude leur donnera raison le jour de la proclamation des résultats du premier tour de la présidentielle. 

A.R.

Midi Madagasikara1 partages

Ambatovy : Un programme de protection de poissons endémiques

Un programme spécifique est mis en œuvre par Ambatovy, pour protéger des poissons endémiques. Plus de 6 000 individus de poissons Ratsirakia sp. et Rheocles sp. ont été sauvegardés dans les zones de défrichement du site minier d’Ambatovy à Moramanga dans le cadre du programme de gestion des poissons endémiques mis en œuvre par la Compagnie. Faisant partie intégrante des richesses en biodiversité existantes dans le complexe forestier d’Ambatovy, ces poissons qui sont des espèces nouvellement découvertes par les scientifiques ont été transférés dans des rivières non impactées par la mine et des « bassins naturels » situés dans les zones de conservation autour de la Mine d’Ambatovy. Les travaux de suivi écologique menés après leur transfert ont permis l’inventaire des individus juvéniles, démontrant, par conséquent, que les poissons s’adaptent bien à leurs nouveaux habitats. Actuellement, Ambatovy est en train de procéder à l’étude génétique, la description morphologique et la zone d’occurrence de ces poissons.*

Recueillis par Antsa R.

L'express de Madagascar1 partages

Douanes – De nombreux auxiliaires dans l’irrégularité

Un tableau sombre. La plupart des sociétés de transit répertoriées par la douane ne respectent pas les règles en vigueur. D’après les chiffres obtenus auprès de la direction générale des douanes, seules deux cent quarante sur les quatre cent vingt huit ont rempli les conditions pour exercer cette activité. En 2016, elles n’étaient que cent quatre vingt huit. Les transitaires ont jusqu’au 1er avril pour régulariser leur situation.L’administration douanière veut à tout prix professionnaliser le métier de commissaire agréé en douane et de transit maison. Des sanctions administratives aux auxiliaires de douanes défaillants ont été introduites afin de mieux les responsabiliser. Les sanctions peuvent aller d’un retrait temporaire jusqu’à un retrait définitif  de l’agrément. Par exemple, en cas d’inexistence d’opérations sur une période de six mois, le compte du transitaire peut être déclaré inactif et l’agrément retiré d’office.« La douane a plus que besoin de travailler avec des auxiliaires sérieux et fiables, qui collaborent assurément pour instaurer un climat de confiance commun afin d’accélérer les procédures de dédouanement et de rendre plus fluides et plus sûrs les échanges et ce pour le bien de la caisse de l’État et de la Nation toute entière », a déclaré Eric Narivony Rabenja, directeur général des douanes lors d’une rencontre avec les auxiliaires.

Touche de réformeLe privilège de dédouanement est une affaire de professionnels. C’est pourquoi, l’administration douanière a apporté une touche de réforme pour le métier de commissionnaire agréé en douane et de transit maison. Le parcours académique du dirigeant de ces sociétés figure parmi le point focal de cette réforme. Un diplôme de maîtrise ou de six années d’expériences en matière de transit est exigé pour le directeur ainsi qu’un certificat de formation en douane pour le directeur ou le déclarant. Et pour assurer la garantie de créances douanières, une hausse du cautionnement et garanties bancaires. Celles-ci varient entre 15 millions et 20 millions d’ariary pour le commissionnaire agréé et entre 5 millions d’ariary à 10 millions d’ariary pour un transit maison.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Infrastructures – Entretien des jardins du Lac Anosy

Des mesures seront prises pour l’entretien du Lac Anosy. « Nous sommes encore en train d’élaborer toutes les mesures à prendre pour l’entretien des jardins du Lac Anosy. Une convention se fera bientôt », affirme Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, ministre auprès de la présidence chargé de projets présidentiels de l’Aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE). Si la rénovation a été décidée, c’est  pour valoriser ce lieu public. La rénovation est prise en charge par le ministère de l’Aménage­ment du territoire et de l’Équipement, actuellement. Le ministère de l’Agriculture et de l’élevage l’a commencé en novembre 2017.

Réaménagement« Il s’agit d’une consigne du président de la république Hery Rajaonarimampianina, en vue d’embellir les alentours de chaque ministère. Nous avons restauré la partie où il y a le WC public jusqu’en face de la Radio nationale malgache (RNM). Le ministère de l’Agriculture et de l’élevage a créé une aire de jeu pour les enfants et ont rénové les bancs. Le coût de l’ensemble des travaux s’élève à 139 millions d’ariary et c’est le (M2PATE) qui a pris la relève dans le réaménagement des alentours du lac Anosy. Des jeunes du parti Hery Vaovaon’i Madagasikara ont également assaini ces lieux », explique un responsable auprès du ministère de l’Agriculture et de l’élevage.Une aire de jeu et de repos, un boulodrome et une  ruelle pour les joueurs de skateboard seront mis en place dans cette réserve foncière. Les allées vers l’« Anjely Mainty » seront illuminées à travers de l’énergie renouvelable. Les travaux d’aménagement sont évalués à 1 mil- ­liard 500 millions d’ariary. Les travaux sont prévus se terminer dans quarante-cinq jours à compter du jour de la passation, le 24 janvier.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Maurice – Un Malgache arrêté pour trafic d’héroïne

À sa descente d’un vol en provenance de Madagascar un homme de trente sept ans a été arrêté en possession de 600 grammes d’héroïne.

Une contrebande de drogue dure en provenance de la Grande île été prise à contre-pied. Dimanche après-midi aux alentours de 19h 40, un ressortissant malgache âgé de trente-sept ans s’est fait cueillir par les autorités mauriciennes àl’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam. Lors d’une inspection minutieuse de son trolley, les limiers de l’unité contre la drogue et la contrebande (ADSU)  ont saisi 600 grammes d’héroïne. La valeur du produit stupéfiant retrouvé est estimée à 9 millions de roupies, soit 891 millions d’ariary.Enveloppée dans du plastique, la drogue était soigneusement dissimulée  dans les manches tubulaires de la valise à tirette lorsque la police a porté au grand jour le subterfuge.

Livraison surveilléeLe présumé trafiquant de drogue dure venait de descendre du vol Mk 289 de la compagnie Air Mauritius, en provenance d’Antana­narivo,lorsque l’ADSU a découvert le pot-aux-roses.Lors de l’enregistrement des passagers et des bagages à l’aéroport international d’Ivato, le bagage en question avait été passé au scanner mais les éléments de service central de la police de l’air et des frontières, les fonctionnaires des douanes, ainsi que les agents de la société en charge de la sécurité aéroportuaire n’y ont vu que du feu.C’est seulement au débarquement à Maurice que les hommes de l’ADSU, guidés par leur flair, ont accosté le passager, et procédé à des fouilles, lesquelles se sont avérées payantes.Une livraison contrôlée s’ensuivait sitôt le trafic mis à nu.Tenu à l’oeil, le suspect a conduit les enquêteurs jusqu’à l’agglomération de Rose-Hill,  où un couple l’attendait à un point de rendez-vous. N’ayant rien vu venir, les deux Mauriciens allaient prendre possession du produit prohibé lorsqu’ils ont été cernés puis embarqués par l’ADSU. Le trio a été arrêté pour importation de drogue en vue de revente, une circonstance aggravante passible de lourdes peines de prison ferme.

Recueilli par Andry Manase

L'express de Madagascar1 partages

Itaosy – Une bande armée démantelée

Du fil à retordre. Un gang armé a été mis hors d’état de nuire à Itaosy. Trois suspects dont une femme ont été arrêtés et des objets volés ont été découverts dans leur tanière. Un quatrième personnage a en revanche réussi à prendre la fuite.Les malfaiteurs ont pris d’assaut un foyer à Antan­jona Ambavahaditokana Itaosy lorsqu’ils en ont eu pour leur grade. Munis de tout un arsenal de banditisme dont des barres à pince, une pince monseigneur ainsi des armes blanches, les malfaiteurs ont fait irruption dans la maison des personnes prises pour cible dans la nuit de dimanche à lundi vers une heure du matin. Tenues en respect, les victimes n’ont opposé aucune résistance.Pendant que les voleurs fouillaient la maison pour s’emparer des objets de valeur à portée de mains, dont un téléviseur à écran plat, un poste radio, un lecteur DVD ainsi que des enceintes, le chef de famille a saisi le moment où la bande a baissé la garde, pour se ruer dehors et donner l’alerte. Venus à la rescousse avec le fokonolona, la gendarmerie a appréhendé l’un des auteurs de l’attaque armée. Celui-ci a conduit les gendarmes jusqu’à ses comparses.

A.M.

Madaplus.info0 partages

Vindicte populaire à Fianarantsoa : la Brigade criminelle se lance à la poursuite du coupable

Les éléments de force de sécurité à Fianarantsoa se lancent à la recherche du coupable qui a commis la vindicte populaire sur le vieil homme d’environ 70 ans samedi dernier.
Selon les faits, ce vieillard s’était pénétré dans le campus de l’université de Fianarantsoa et a été surpris en train de voler un « Desktop » de l’un des étudiants. Cela a provoqué la colère des gens à proximité et les étudiants de l’université et que l’un d’eux a jeté une pierre sur celui-ci, qui a entrainé la mort de ce vieil homme d’après toujours les sources d’information.
De son côté, la Brigade criminelle dans la localité recherche l’auteur de cet acte criminel et a souligné dans une publication sur le réseau social qu’il sera condamné par la justice et sera puni par la Loi en vigueur dans le pays.
Madaplus.info0 partages

Cyclone Cébile : aucun impact sur la météorologie de Madagascar

Le cyclone Cébile qui s’est récemment formé dans l’Océan Indien n’a aucun impact sur la situation météorologique de la Grande Ile d’après les prévisions du service météorologique.
Il se localise très loin du pays, plus précisément à l’extrême Est de l’Océan Indien. Lors de sa formation, le cyclone était une dépression tropicale. Il s’est intensifié en passant au stade de cyclone tropical à l’espace de 36 heures. Le centre du cyclone a été localisé à plus de 3000 kilomètres au large de l’île hier matin. Cébile poursuit son évolution loin des terres habitées. Le Service de la Météorologie de préciser que les précipitations plus ou moins fortes constatées le weekend dernier et en ce début de semaine dans certaines parties de l’île est l’effet d’une masse nuageuse qui s’est formée dans le Canal de Mozambique qui plane encore dans les cieux de Madagascar. Ainsi, il est possible que la pluie soit encore au rendez-vous pour les deux prochains jours. Le Service de la Météorologie de confirmer que Madagascar est toujours en pleine période d’été et il se peut que les cyclones sévissent jusqu’au mois d’Avril.
Madaplus.info0 partages

Initiative pour l’Émergence de Madagascar à Paris : Andry Rajoelina présente ses perspectives de dév...

Lors de l’Initiative pour l’Émergence de Madagascar (IEM), Andry Nirina Rajoelina, le Président de la Transition a marqué le début de la séance. Il a projeté un documentaire exposant le quotidien des Malgaches durant les cinq dernières années.
Pendant son allocution, Andry Rajoelina a réitéré que c’est la mauvaise méthode de gouvernance du pays qui entraine la pauvreté persistante à Madagascar et les peuples se trouvent sans repère. « Je veux leur redonner foi en avenir. Un avenir meilleur » a-t-il réclamé lors de son intervention et a ajouté « Et même, sans l’aide de la communauté internationale et sans aide budgétaire ». Il a également souligné qu’il est prêt à entendre les priorités et apporter des solutions précises et concrètes pour les peuples malgaches. L’IEM s’est tenue au sein du Musée des Beaux-Arts à Paris.
Madaplus.info0 partages

Sécurisation douanière : lancement officiel du logiciel SYDONIAWORLD

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la douane d’hier, l’administration douanière malgache a officialisé le lancement du logiciel SYDONIA WORLD.
Il s’agit d’un logiciel de sécurisation douanière pour sécuriser numériquement l’importation, l’exportation et les voyageurs afin de lutter contre les trafics. Il est important de souligner que ce sont les douaniers qui assurent la sécurisation contre les trafics de toutes sortes à travers le convoi maritime.
Nombreuses entreprises exerçant dans ce domaine sollicitent un environnement commercial sain pour pouvoir prospérer dans les meilleures conditions économiques. Espérons que la mise en place de ce logiciel permettra de résoudre leurs problèmes. A suivre.
News Mada0 partages

MPTDN : «malalaka tanteraka ny fifandraisan-davitra»

Natao ny herinandro lasa teo ny fifampiarahabana tratry ny taona ao amin’ny minisiteran’ny Paositra, ny fifandraisan-davitra ary ny fampiroboroboana ny niomerika (MPTDN). Anisan’ny zava-bita nitantanan’ny minisitra Rakotomamonjy Neypatraiky, ny nivoahan’ny didy fampiharana mandrindra ny fifandraisan-davitra, ny oktobra 2014, raha efa tamin’ny taona 2005 ny lalàna fanavaozana azy, lah.2005-023. Nahafahana nametraka ny Antokon-draharaha mandrindra ny fifandraisan-davitra, ny Artec, nanolo ny Omert. Notsorin’ny minisitra fa malalaka tanteraka, ankehitriny, ny sehatry ny fifandraisan-davitra (Tics). Noarahabainy manokana ny solontenan’ireo mpandraharaha efatra amin’ny sehatry ny Tics,  mandray anjara feno amin’ny fanorenana fotodrafitrasa mikasika ny niomerika eto Madagasikara.

Mitombo ny fahazoana ny niomerika

Tanjon’ny MPTDN ny hananganana  ho avy mamirapiratra ho an’ny taranaka araka ny vina « niomerika ho an’ny rehetra ». Nilaza ny minisitra Rakotomamonjy Neypatraiky fa mitombo ny fahazoana sy ny fampiasan’ny mponina ny teknolojian’ny niomerika, hatrany ambanivohitra lavitra. Ho an’ny minisitera iadidiany, tohizana ny fitetezam-paritry ny “cyber-bus”, fiara mitety vohitra mitondra ny Tics, eo koa ny filamatra niomerika (vitrine numerqiue), ny fampihenana ny saran’ny fifandraisan-davitra, ny smart-cities, sns. Tsiahivina fa tsy mba nahitana fitokonana tao amin’ity minisitera ity hatramin’izay. Nanolotra fiara roa ho an’ny mpiasa ny minisitra nandritra ity fotoana ity.

Njaka A.

News Mada0 partages

« Tamberin’andraikitra » : tetikasa 250.000 dolara avy amin’ny Amerikanina

Natomboka, ny volana desambra 2017, ny tetikasa « Sosa », mitentina 250.000 dolara tohanan’ny Amerikanina, ho fampandraisana andraikitra ny olom-pirenena rehetra amin’ny fampandehanan-draharaham-pirenena, manomboka amin’ny fanofanana ka hatrany amin’ny fampiharana izany. Tanora 112 avy amina faritra dimy (Analamanga, Alaotra Mangoro, Atsinanana, Matsiatra Ambony ary Menabe) ny nanombohana izany, nofanina manokana, hahafantatra ny adidy sy andraikitra miandry azy ireo.

Nifarana ny 24 janoary teo ny fanofanana azy ireo, tao amin’ny Ivontoerana kolontsaina malagasy, Antsahavola, natrehin’ny  masoivoho amerikanina, Robert Yamate. « Hamafisana ao anatin’ity tetikasa ity ny ady amin’ny kolikoly, ny ady amin’ny fahantrana, ny ady amin’ny fanondranana antsokosoko ny harena voajanahary, fiarovana ny tontolo iainana, sy ny hisian’ny tontolon’ny fandraharahana azo antoka », hoy ny masoivoho amerikanina, Robert Yamate. Zanaka tetikasa 13 vatsin’ny Amerikanina vola ny amin’izany, valo ny momba ny tamberin’andraikitra ary ny dimy mahakasika ny ady amin’ny kolikoly.

Tanjona ny handresen-dahatra ny rehetra

Maharitra ny tetikasa « Tamberin’andraikitra eto Madagasikara : fanofanana hatrany amin’ny fampiharana ». Misy ny torolalana « Sosa » natonta sy nozaraina tamin’io fotoam-pamaranana ny fiofanana io, sy sarimehitsika « Tanora malagasy, fanamby amin’ny tamberin’andraikitra ». Nialoha ny fotoam-pamaranana, mbola nisy tanora 50 avy amin’ny fikambanana samihafa nomena fiofanana momba izany torolalana izany.

Tanjona amin’ny tetikasa « Sosa » ny handresen-dahatra ny olom-pirenena rehetra, anisan’izany ny manam-pahefana, manaitra azy ireo amin’ny fampiharana tamberin’andraikitra mankany amin’ny fanjakana tsara tantana. Tokony ho hita taratra amin’izany ny fanajana lalàna.

Mandray anjara feno ny rehetra amin’ny lafiny sosialy, toekarena sy politika. Aseho ny fampiharana izany amin’ny fiainana andavanandro, manome lesona sy toromarika  hialana amin’izay sakana rehetra amin’ny asa fampandrosoana. Nisy loka nomena ireo tanora roa mendrika indrindra amin’ireo voafidy ho mpanofana ; loka ho an’ireo zanaka tetikasa telo tsara indrindra, ary loka ho an’ny vondrona tanora hita fa nahavita ezaka lehibe.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Raha tsy voamarin’ny Omapi… : tsy mahazo miditra eto ireo entana vita sinoa

Mandalo eto Madagasikara ankehitriny ny minisitry ny Indostria sy ny varotra sinoa, Zhang Mao, mifanaraka amin’ny Omapi (Office malgache de la propriété intellectuelle) ho fiarovana ny voka-pikarohana vitan’ny andaniny sy ny ankilany.

Vita omaly ny fifanarahana eo amin’ny roa tonta, amin’ny alalan’ny minisiteran’ny Indostria sy ny varotra any Sina sy ny minisiteran’ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina eto amintsika. Niara-nanao sonia izay fiarovana ny zava-bita izay, ny minisitra sinoa, Zhang Mao sy Tazafy Armand ho fanamafisana ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta. « Dingana voalohany eo amin’ny fiaraha-miasa ihany izao, amin’izay sehatry ny indostria », hoy ny minisitra sinoa, Zhan Mao.

Nisy aloha ny fifampidinihana sy fifanakalozan-kevitra naharitra teo amin’ny fanjakana sinoa (Saic) sy ny Omapi, ary tonga amin’izao fifanarahana fiarovana ny zava-bita izao. « Koa ny fahavitana izao fiaraha-miasa izao, antoka mankany any amin’ny fanatsarana ny fifanakalozana ara-barotra », hoy ny minisitra Tazafy Armand. Olana iray tsy mampandry saina ny mpandraharaha ity lafiny fiarovana ny voka-pikarohana ity na amin’ny Sinoa na amin’ny Malagasy, ary koa mamono antoka ny mpanjifa. Koa eto amintsika, betsaka ny entana lazaina fa vita sinoa, koa raha tsy ananan’ny Omapi ny fanamarinana izany, raha ny tokony ho izy amin’izao fifanarahana izao, tsy mahazo miditra eto.

Ho fiarovana ny mpanjifa

Ny entana sinoa rehetra, ao anatin’ny fifanarahana, tokony hisy soratra amin’ny teny frantsay hahafantarana ny mombamomba izany entana izany, ho fiarovana ny mpanjifa.  Koa ao anatin’izany fifanarahana izany, misy ny fifanakalozam-baovao momba ny lalàna, indrindra momba ny anaran’ny zava-bita sy ny fiarovana azy. Eo ihany koa ny fandaharanasa fanamafisana ny fahaiza-manao sy fitsidihana ataon’ny teknisianina.

Nitondra fanazavana rahateo ny tale jeneralin’ny Omapi, Ravoaharison Christian, nilazany ny amin’ny fanamozena anarana ny zava-bita iray. Ilaina izany anarana izany satria mampiavaka tsara ny voka-pikarohana iray apetraka any amin’ny Omapi. “Tsy anjaran’ny Omapi ny manenjika ny hosoka na fangalarana anarana ny zava-bitan’ny hafa. Ny anjaranay kosa manome fanamarinana ny vita, ary izay fanamarinana izay no hoentin’ny tompony mitory any amin’ny fitsarana”, hoy ny tale jeneralin’ny Omapi.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Distrikan’Atsimondrano : hametraka lisi-pifidianana mangarahara ny CED

Nitohy teny amin’ny distrikan’Atsimondrano ny  hetsiky  ny Ceni ho amin’ny  fanentanana ny fisoratan’ny mpifidy anaty lisi-pifidianana. Teo  koa ny fiaraha-miasa amin’ny antoko politika  sy ny  fiuarahamonim-pirenena.

Nampahatsiahy ny tanjon’ny Ceni ny kaomiseram-pifidianana Rakotonirina Fanomezantsoa. « Tanjonay sy ireo rantsa-mangaikany ny hametrahana lisi-pifidianana mangarahara tsy misy tomika », hoy izy tamin’ny fivoriana, sehatra ifampidinihana, teny Atsimondrano ny herinandro teo. Niarahana amin’ny Vaomieram-pifidianana eo anivon’ny distrika (CED) sy ireo solontenan’ny antoko politika eny Atsimondrano izany. Nifampizarana sy nifanakalozana hevitra tamin’izany ny andraikitry ny tsirairay avy misehatra eo amin’ireo ambaratongam-pifidianana rehetra sy ireo dingana tsy maintsy arahina araka ny didy aman-dalàna manan-kery momba ny fifidianana. Eo koa ny fandraisana anjara sy andraikitra ho an’ny antoko politika sy ireo firaisamonina sivily amin’ny fanavaozana isan-taona ny lisi-pifidianana. Anisan’izany ny fanamafisana ny tokony hisian’ny solontenan’izy ireo eny anivon’ny Vaomiera ifotony misahana ny fanisana ny mpifidy (CLRE) eny amin’ny fokontany. Manampy izany ny tokony handraisan’izy ireo anjara mivantana amin’ny fidirana ao anatin’ny Vaomiera mamarana vonjimaika ny lisi-pifidianana miaraka amin’ireo mpikamban’ny CED.

Nametraka ny ahiahiny ny antoko politika…

Na izany  aza,  nametraka ny ahiahiny ireo antoko politika  amin’ny lisitr’ireo maty sy ny olana samihafa manodidina  izany. Niaiky ny rehetra  fa iarahana miasa avokoa ny momba izany.

Nohazavaina tamin’izy ireo koa fa araka ny lalàm-pifidianana, ireo voasoratra anaty lisi-pifidianana hatramin’ny 31 janoary irery ihany no ho afaka hifidy sy haneho ny safidiny. Nentanana ireo antoko politika sy ireo firaisamonina sivily hanentanana ireo mpiray fironan-kevitra aminy. « Efa misy any amin’ny fokontany ireo kahie fanaovana fanamarihana raha tsy tafiditra tsinahy amin’ny lisitra noho ny antony samihafa nefa feno taona”, hoy ny CED. Tsiahivina fa tokony hanana olona roa avy eo anivon’ny CLRE ny antoko politika sy ireo firaisamonina sivily. Mila olona roa avy amin’izy ireo avy  koa ao anatin’ny vaomieran’ny famaranana vonjimaika ny lisi-pifidianana.

Marihina fa tonga maro nanoina ny antso ny antoko  politika, toy ny Tim, ny Mapar…  Ny avy amin’ny mpitandro filaminana…

Synèse R.  

 

News Mada0 partages

Fanavaozana lisi-pifidianana : tsy ho tratra ny tanjon’ny Ceni

« Raha oharina amin’ny fanavaozana lisi-pifidianana fanao hatramin’izay, azo lazaina fa mihoatra ny antontanisa voaray. Isan-taona: eo amin’ny 2% ka hatramin’ny 3,5%  eo ho eo ny taham-pitomboan’ny fisoratana anarana amin’ny lisi-pifidianana, rehefa manao izay fanavaozana lisi-pifidianana izay isan-taona. »

Izay ny fanazavan’ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry, teny Alarobia, omaly, momba ny fanavaozana ny lisi-pifidianana, izay hifarana rahampitso. Tafakatra 4, 37% izay taham-pisoratana anarana izay amin’izao. Raha oharina amin’ny fanao isan-taona izany, efa mihoatra amin’ny vokatra azo isan-taona. Fa raha oharina amin’ny tanjona napetraky ny Ceni, mbola latsaka ary somary lavidavitra ihany izany.

 Tsy ho tratra ny mpifidy 10 tapitrisa

Eo amin’ny 4,37% ny taham-pitomboan’ny fisoratana anarana ao anatin’ny lisi-pifidianana. Mpifidy vaovao eo amin’ny 403 082 izany no voasoratra anarana amin’izany, telo andro mialoha ny famaranana vonjimaika ny lisi-pifidianana.

Ambony dia ambony ny tanjona napetraky ny Ceni: mba hisy taham-pitomboana 8% ny isan’ny mpifidy, araka ny nambarany. Nieritreritra mpifidy ho 10 tapitrisa ny Ceni amin’ity taona 2018 ity: mpifidy vaovao 780 000. Nefa 403 082 izany izao.

Mbola hisy ny fanamarinana farany ny lisi-pifidianana 

Aorian’ny 31 janoary izao, mbola hanonta an-taratasy ny lisi-pifidianana vonjimaika ny Ceni. Rehefa vita izay, haverina any amin’ny fokontany. Manomboka amin’ny daty hahatongavan’ny lisi-pifidianana hifarana vonjimaika, manana 20 andro ny mpifidy hanamarinany ny anarany, raha misy diso na tsy voasoratra.

Rehefa vita izay fanamarinana sy fanakianana izay, haverin’ny lehibem-pokontany any amin’ny Ceni. Aorian’izay, haverina indray mandeha ny fanamboarana ny lisi-pifidianana, ary faranana tanteraka amin’ny 15 avrily.

Tena marisika amin’izay fanamarinana ny anarany amin’ny lisi-pifidianana sy ny fiatrehana ny fifidianana izay ve ny olom-pirenena amin’izao?

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Tsipy kanetibe : lasan’i Rija sy i Taratra ary i Ram’s ny 600.000 Ar

 Tontosa ny faran’ny herinandro lasa teo, ny dingana voalohany amin’ny fifanintsanana hiadiana ny tapakila hiatrehana ny “Star Master de Pattaya”, taranja tsipy kanetibe. Efa fantatra ireo ekipa 16 hiatrika ny famaranana lehibe. Lasan-dry Ram’s ny volabe.

Norombahin’ny ekipan’Analamanga, nisy an’i Rija sy i Taratra ary i Ram’s, ny dingana voalohany amin’ny fiadian-toerana hiatrehana ny andiany fahavalo, amin’ny “Star Master de Pattaya”, tanterahina any Thaillande, amin’ny volana febroary ho avy izao. Fifaninanana, notontosaina ny asabotsy 27 sy ny alahady 28 janoary lasa teo, tao amin’ny kianja CBT Mahamasina.

Adin’ny samy Analamanga ny famaranana, izay nandresen-dry Ram’s an-dry Hery sy i Toutoune ary i Radok, tamin’ny isa 13 no ho 10. Lasan’izy ireo ny lelavola 600.000 Ar raha 300.000 Ar ny an’ny faharoa.

Nitana ny laharana fahatelo, i Vakinankaratra nahitana an’i Dida sy i Bond ary i Eric, izay nandavo an’i Pap’s sy i Lido ary i Tita, mpilalaon’Analamanga. Samy nahazo 200.000 Ar avy ireo ekipa roa ireo. Ankoatra izay, efa fantatra avokoa ireo ekipa 16 tafita hiatrika ny famaranana lehibe. Hitohy amin’ny asabotsy 3 sy ny alahady 4 febroary ho avy izao, ny dingana faharoa, ka mbola manentana ny rehetra ny federasiona, amin’ny fandraisana anjara. Mbola misokatra ny fisoratana anarana amin’izany. Marihina fa hamoaka ekipa 16 ihany koa io dingana faharoa io. Tsiahivina fa “triplette boss” izy ity. Izany hoe : tsy maintsy misy “boss” iray ao anaty ekipa.

Tompondaka

Ireo ekipa 16 hiatrika ny famaranana lehibe :

1-Rija ; Taratra ; Ram’s (Analamanga)

2-Hery ; Toutoune ; Radoko (Analamanga)

3-Dida ; Bond ; Eric (Vakinankaratra)

4-Pap’s ; Lido ; Tita (Analamanga)

5-Elie ; Daddy ; Onja (Analamanga)

6-Rastany ; Rado ; Rindra (Analamanga)

7-Beryl ; Hery ; Andry (Matsiatra Ambony)

8-Haja ; Lin’s ; Tin’s (Analamanga)

9-Joro ; Haja ; Hery (Analamanga)

10-Jean-Jacques ; Mamy ; Jaba (Analamanga)

11-Eric ; Tahiana ; Liva (Vakinankaratra)

12-Amir ; Lesa ; Eric (Analamanga)

13-Dolys ; Nanou ; Zigle (Vakinankaratra)

14-Naina ; Lavakely ; Guy (Analamanga)

15-Kiady ; Tselonina ; Mamy (Analamanga)

16-Jacky – Kôla ; Cobra (Analamanga)

News Mada0 partages

Atletisma any Frantsa : voalohany i Haja tany Bordeaux

Anisan’ny misongadina any Frantsa, amin’izao fotoana izao, Randrianasolo Haja, eo amin’ny taranja atletisma. Ilay Malagasy, mizaka ny zom-pirenena frantsay ao amin’ny klioba US Talent Bordeaux. Vao tamin’ny asabotsy lasa teo, norombahiny ny voalohany teo amin’ny halavirana 60 m, hazakazaka anaty efitrano, tafiditra amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Bordeaux. Tontosany tao anatin’ny fe-potoana 6 s 95 % izany.

Noho io zava-bitany io, mbola hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Frantsa ny tovolahy, ny asabotsy ho avy izao. Fifaninanana, hotontosaina ao amin’ny kianja Clérmont-Ferrand, eo amin’io halavirana 60 m io hatrany. Ao anatin’ny heriny tokoa i Haja, ankehitriny, izay vao 24 taona monja.

Raha tsiahivina, efa nandrombaka ny ho tompondakan’ny oniversiten’i Frantsa izy, teo amin’ny halavirana 100 m, tamin’ny taona 2016, ka 10 s 60% ny nahavitany izany halavirana izany. Efa nandray anjara ihany koa tamin’ny lalaon’ny Nosy farany teo, notanterahina tatsy La Réunion, teo amin’ny 100 m ary nandrombaka ny medaly volafotsy. Nihazakazaka tao anaty ekipam-pirenen’i La Réunion  izy tamin’izany. Nanambara i Haja fa vonona hiaro ny voninahitr’i Madagasikara, raha toa ka ilain’ny federasiona sy ny fanjakana. Tsiahivina fa zanaky ny Me Haja, mpanomana ara-batana tao amin’ny ekipan’ny SBBC sy ny Sebam, taranja basikety, izy.

 Torcelin

News Mada0 partages

Itaosy – Ambavahaditokana : tratra ireo andian-jiolahy niaraka tamin’ny pince coupante

Voasambotry ny zandary sy ny andrimasom-pokonolona, omaly tamin’ny 1 ora maraina ireo andian-jiolahy ka vehivavy ny iray, tompon’antoka tamin’ny fanafihana tranon’olona tao Ambodivona, fokontany Antanjona, kaominina ambanivohitra Ambavahaditokana Itaosy…

Tratra niaraka tamin’ireto mpamaky trano ireto nandritra ny fisavana nataon’ny zandary ny entana maro avy nangalariny tao amin’ilay tokantrano notafihan’izy ireo. Araka ny fanazavan’ny zandary, lehilahy miisa telo no nanao ny famakian-trano tamin’io fotoana io. Nopitsohan’izy ireo tamin’ny barre pince sy pince coupante ny tranon’olona ka rehefa tafiditra ry zalahy dia nambanany tamin’ny vy maranitra sy antsibe ireo tompon-trano ary nanangona izay entana azo nobataina, toy ny fahitalavitra, radio, lecteur DVD, baffles… izy ireo. Tafaporitsaka nivoaka tampoka anefa ilay raim-pianakaviana niharan’ny fanafihana ka niantso vonjy sy niantso zandary. Tonga teny an-toerana avy hatrany ny zandary avy ao amin’ny poste fixe Ambavahaditokana ka namonjy niaraka tamin’ireo andrimasom-pokonolona ireo niharam-boina. Niezaka nandositra niaraka tamin’ny entana voalaza tetsy ambony ireo jiolahy kanjo tratra ny iray niaraka tamin’ny barre pince, saingy tsy nisy entana. Ity farany indray nanoro teo no ho eo ihany ny tranon’ireo namany roa lahy izay nahatrarana ireo entana very sy entana hafa azon’izy ireo tamin’ny fanafihana teo aloha.

Ny iray hafa ihany anefa no voasambotra fa tafaporitsaka ilay fahatelon’izy ireo ka ilay vehivavy vadiny izay nanafina ireo entana ireo no nosamborina noho ny firaisana tsikombakomba amin’ny jiolahy.

Jean Claude

News Mada0 partages

Kick-boxing – Ligin’Atsinanana : voafidy fanindroany i Jaimes Antonio

Hanohy ny asany eo amin’ny fitantanana ny ligin’Atsinanana, taranja kick-boxing, i Mananjara Jaimes Antonio. Voafidy tamin’ny isam-bato zato isan-jato ny tenany. Raha tsiahivina, seksiona roa ihany dia ny ao Brickaville sy ny eto Toamasina I, izay mandrafitra ny ligy, no nandatsa-bato, ny talata 23 janoary lasa teo tao amin’ny efitrano fivorian’ny sampandraharahan’ny tanora sy ny fanatanjahantena. Fanindroany amin’izao ny nahavoafidy azy hitantana ny ligin’Atsinanana. Nambarany fa hanamafy ny fampandehanana ny taranja kick-boxing, mandritra ny fe-potoam-piasana olympika efatra taona, ny tenany. Raha tsiahivina, manamboninahitra eo anivon’ny fadintseranana izy ary  mitondra ny tempana mainty 4 ème dan, amin’ ity taranja kick-boxing ity. Azo antoka ny hiakaran’ny lentan’ny atletan’i Toamasina ato ho ato satria olona manana ny maha izy azy ary ao anatin’ny heriny ihany koa ny filohan’ny seksiona, indrindra ny eto Toamasina I. Izy izay mpandraharaha iraisam-pirenena ary manana mpiara-miasa teratany vahiny, filoha lefitra eo anivon’izany seksiona, izany.

Sajo

News Mada0 partages

Vokatry ny olana mekanika : kamiao iray nanitsaka nahafaty vehivavy roa

 Maty tsy tra-drano ireto vehivavy roa nandeha teny amin’ny sisin’arabe, voahitsaky ny kamiao mpitatitra vato, tany Belobaka Mahajanga, omaly. Vehivavy iray tokony ho 35 taona ilay iray maty voahitsaka, raha tonga tany amin’ny hopitaly Loterana kosa no namoy ny ainy ny iray faharoa. Voalaza fa nisy olana teo amin’ny lafiny teknika ilay kamiao mpitatitra vato io ka izay ny nahatonga ny loza. «Tapaka « rotule » ilay fiara ary nahafaoka ireo mpandeha an-tongotra », hoy ny filazan’ny nahita maso ny loza.

Teo amin’ny toerana manoloana ny orinasa Star any an-toerana no nitrangan’ity loza ity. Misy ny fefy nataon’ny orinasa miandraikitra ilay asa. Voatonontonona, vokatr’izany, ny orinasa Star. Manoloana izany, nitondra fanazavana ireto farany, fa tsy misy idiran’izy ireo velively ny zava-nitranga. Tsy azy ireo, araka ny voalaza, ilay kamiao, ary tsy ny orinasa Star no namefy ilay toerana fa ny orinasa tompon’ny asa fanamboarana.

News Mada0 partages

Fianarantsoa : karohina ilay tovolahy nanatonta vato ilay rangahibe

Nilaza ny teo anivon’ny mpitandro filamina, fa karohina ilay tovolahy nanatonta vato ilay rangahibe tratra nangalatra tao amin’ny faritry ny Oniversite Andrainjato Fianarantsoa. Tsy hita popoka izy io rehefa nokarohina. Ny sariny rahateo efa niparitaka tamin’ny tambajotra sosialy ka mora ny mamantatra azy. Nanameloka ity raharaha ity ny fitsarana any Fianarantsoa, izay nanambara fa tsy tokony atao ny mamono olona.

Nisy ihany koa olona tany an-toerana nilaza fa mbola ahiahy ny maha mpangalatra ity rangahibe ity, fa tsy tratra ambodiomby. Voalaza fa efa naseho ny havany izy io, ary nangataka ireo mba hanolorana azy ny polisy, saingy tsy nihaino ireo andiana mpianatra, ary izao niafara tamin’ny hoe fitsaram-bahoaka sy ny famonoana izao. Maro ny mihevitra fa famonoan’olona tsotra izao izy ity fa tsy fitsaram-bahoaka intsony ka andrasana izay tohin’ny famotorana ataon’ny polisy.

Ity raharaha fitsaram-bahoaka ity izay tsy ahitan’ny fitondrana vahaolana hatramin’izao. Ity tranga farany, ireo mpianatry ny oniversite no voatondro molotra ho manao izany, kanefa azo lazaina fa manampahaizana ambony. Trangam-piarahamonina tsy voafehy intsony izy ity, ary na ny mpandinika fiarahamonina aza tsy manan-kambara intsony. Ny miverina hatrany ny hoe tsy fahatokisan’ny vahoaka ny fitsarana, ny mpitandro filaminana, ny fitondrana. Tena izay tokoa ve sa toe-javatra iniana atao entina animbana ny kolotsaina malagasy izay nalaza fa mitandro ny aina?

Yves S.

 

News Mada0 partages

Toamasina : tratry ny Fip ny moto halatra miisa roa

Manoloana ny firongatry ny halatra moto eto Toamasina, tsy mamela mahazo amin’ izay asa ratsin’ ireo jiolahy mpangalatra moto mihitsy ny polisin’ny Fip Ankirihiry Toamasina, tarihin’ny kaomisera Rafaliarivo Jules. Ireto farany izay tsy mandry andro aman’ alina fa manao fisafoana amin’iny lalam-pirenena faharoa fanampiny (RN2 Bis) sy eo amin’ny fidirana ny lalam-pirenena fahadimy. Vokany, ny alin’ny zoma 26 janoary teo tokony ho tamin’ny

1 ora sy 30 minitra maraina, sendra raim-pianakaviana iray nanosika moto « cross » ireo polisy manao fisafoana. Raha vao nahita izany ilay nanosika moto, vaky nirifatra nandositra anaty ala. Navelany teo ilay moto izay mbola nisy akoho gasy lehibe miisa enina efa maty ihany koa.

Ny alarobia 24 janoary teo, roa lahy ihany koa nanosika moto nivoaka ny lalam-pasika avy tao Depot ka nihazo ny lalam-pirenena faharoa fanampiny iny. Nandositra koa ireo raha vao nahatazana polisy. Nosamborin’ny polisy kosa ny mpiandry sivily teo amin’ny vavahadin’ ny galana,  noheverina fa mpiray tsikombakomba. « Miantso izay rehetra very moto, noho izany,

mba hanatona ny polisy miaraka amin’ny an-tontan-taratasy mazava », hoy ny polisy.

Sajo

 

News Mada0 partages

Zazalahy nalàna maso – Toliara II : namoy ny ainy i Fernando kely

 Nanao ny ala-nenina rehetra ihany ny mpitsabo, saingy indrisy… Tsy tana ny ain’i Fernando, ilay zazalahikely vao 14 taona monja, niharan’ny herisetra sy habibian’ny sasany, tamin’ny alalan’ny fanalàna ny voamasony, tany Belanevoka, Toliara II.

 Nindaosin’ny fahafatesana tao amin’ny hopitaly Tanambao Toliara, afakomaly hariva i Fernando noho ny herisetra sy ratra nahazo azy nataon’ireo mpangalatra taova. Tsy nahatsiaro tena nandritra ny efatra andro izy taorian’ny zava-niseho taminy na efa nanao izay ho afany tamin’ny fitsaboana azy aza ireo mpitsabo.

Tsiahivina fa noloaran’olon-tsy fantatra ny masony roa ka efa lasan’izy ireo ny voamasony iray raha mbola tratra niraviravy teo amin’ny toerany kosa ny ilany. Niandry tanimboly misy mangahazo ity zazalahikely niharam-boina ity no nisy naka an-keriny ka nentin’ireo mpaka an-keriny ka tamin’izany no nakan’izy ireo ny masony. Lasa tamin’izany ny masony havia ary saika haka ny masony havanana ireo mpangalatra taova no nisy nahita tampoka ka lasa nitsoaka nankany anaty ala ireo nahavanon-doza. Olona iray natsaka no nahita ireo nahavanon-doza ka nanaitra avy hatrany ny fokonolona teo an-tanàna. Raikitra ny kiririoka sy antso vonjy (hazolava) raha nahita ilay niharam-boina efa torana tsy nahatsiaro tena sady nihosin-drà. Nisy ny fanarahan-dia nataon’ireo fokonolona niaraka tamin’ny Dinabe taorian’izay, saingy tsy tratra ireo nahavanon-doza.

Hametraka fitoriana ny ray aman-dreniny…

Manoloana ity herisetra nihatra tamin-janany ity, nanapa-kevitra ny ray aman-drenin’ilay zazalahikely niharam-boina fa hametraka fitoriana momba izao voina izao. Hatreto aloha tsy mbola fantatra mazava izay tompon’antoka tamin’izao voina feno habibiana izao. Tsy fantatra mazava koa hoe atao inona ireto voamaso nangalarin’ireo mpangalatra taova ireo?

Nahoraka tao Toliara II tamin’iny herinandro lasa ity fa mandeha ny resaka fa misy mitady anakandriamaso any amin’iny faritra iny ka izany no isan’ny mampirongatra ny halatra taova any an-toerana. Mbola nohamafisin’ny loharanom-baovao hatrany fa misy ifandraisany amin’ny firongatry ny vaky fasana koa ity resaka anakandriamaso misy mitady any an-toerana. Ankoatra ireo jiolahy mpangalatra taolam-paty, misy kosa ireo mangalatra ny voamason’ireo razana ao am-pasana.

Tsy voafehin’ny mpitondra toy ny tsy fahafehezana ny raharaham-pirenena koa ity resaka halatra taova ity. Manginy fotsiny ny halatra taolam-paty izay tsy ahitam-bahaolana intsony. Ao an-trano mitaintaina sao hisy hanafika, tsy mandry andro tsy mandry alina, eny an-dalana mitaintaina amin’ny afitsoky ny mpanendaka sy ny mpaka an-keriny. Maty velona ahiahy sao hisy hangalatra ny taolana. Santionany izany rehetra izany, tsy misy iainana intsony.

Jean Claude

News Mada0 partages

Eto Antananarivo : mitohy ny fametahana « plot »

Ho fitsinjovana ny ain’ireo mpandeha an-tongotra sy ho fandaminana ny tanànan’Antananarivo Renivohitra, mitohy hatrany ny fametahana ireo « plot » manerana ny tanàna ataon’ny departemanta misahana ny fitaterana sy ny fifamezivezena an-dRenivohitra avy ao amin’ny kaominina.

Efa maro ireo toerana izay efa nametahana izany toy ny eny Ambohidahy ampitan’ny faritany, Antaninarenina manoloana ny « phramacie Pergola » ary Antanimena Antaniavo miainga eo amin’ny tobin-tsolika Jovena ka hatreny amin’ny « bassin ».Tanjona ny fampahatsiahivana sy fitaizana ny tsirairay hanaraka ny fandaminana napetraka . Natao ho an’ny mpandeha an-tongotra irery ihany ny sisin-dalana fa tsy natao hijanonan’ny fiara na hifamezivezen’ny môtô. Rehefa malalaka ny toerana natokana ho an’ny mpandeha an-tongotra, tsy hilatsaka hamonjy arabe intsony izy ireo ary hirindra araka izany ny fifamoivoizana.tsy mahafaly ireo tranombarotra manamorona ny arabe ny fametrahana ireny « plot » ireny. Ho an’ireo mpanao sakafo masaka sy mpivarotra kojakojana môtô  sy fiara etsy Ankazomanga, maty ny tsena.

Tsy tonga intsony ny mpiantsena satria tsy misy ny sisin-dalana hahafahany mijanona misakafo na mividy entana. Tsy manao fangatahana “parking” manokana any amin’ny kaominina rahateo izy ireo ka izao lasa miditra fatiantoka izao.

Tatiana A

News Mada0 partages

Tapaka ny herinaratra ao amin’ny Ioga : horohorontany tao Antsirabe

 Nihetsika indray ny tany ao Antsirabe, ny alatsinainy maraina tokony ho tamin’ny 2 ora latsaka 10, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny mponina any an-toerana. Mafy ny fihetsehana izay naharitra 5 segondra ka betsaka ireo taitra nanahy ny hiverenan’ny tranga tamin’ny taon-dasa, volana janoary sahala amin’izao ihany. Naheno ny fihetsehana hatrany Ambositra sy ny distrika manodidina maromaro. Raha tombanana, tsy betsaka ny fahasimbana nateraky ny fihetsehan’ny tany farany teo raha mitaha ny tamin’ny 2017. Mbola misy takaitra tsy tafarina hatramin’izao any an-toerana”, hoy ny mponina.

Nanontaniana ny refin’ny fihetsehan’ny tany teny anivon’ny Institut et observatoire de géophysique d’Antananarivo (Ioga), Ambohidempona omaly saingy tsy afaka nanome vaovao mikasika izany ny tomponandraikitra. Efa tapaka nanomboka ny volana oktobra 2017 lasa teo ny herinaratra eo anivon’ny Ioga ary mbola tsy tafaverina hatramin’izao. Tsy afaka mikirakira ireo fitaovana mila herinaratra ampiasaina handraisana ny refin’ny fihetsehan’ny tany ny teknisianina.

Nanambara ny filohan’ny oniversiten’Antananarivo, Ramanoelina Panja, fa vokatry ny fanapahana ny herinaratra nataon’ny Jirama tamin’ny taon-dasa noho ny halatra herinaratra teo anivon’ny Domaine d’Ankatso ka nahatrarana izany tranga izany ny antony. Manampy trotraka koa ny trosan’ny Jirama mbola tsy voaloan’ny oniversite momba ny jiro sy ny rano. Tsy afa-manoatra amin’ny fanefana ny trosa ny oniversite satria mitsitaitaika ny fahatongavan’ny sorabola avy amin’ny minisitera mpiahy.

« Tsy mbola fantatra ny fotoana hiverenan’ny jiro ao amin’ny Ioga satria eny amin’ny fitsarana ny raharaha amin’izao fotoana izao », hoy ny nambarany.

Vonjy        

News Mada0 partages

Maroantsetra : tsy mazava ny fitantanana ny FDL

 Namaky bantsilana ny zava-misy tsy mandeha amin’ny tokony ho izy any Maroantsetra ny solombavambahoaka Dinah Romual. Anisan’izany, ny fitantanana gaboraraka ny vola FDL, ny Jirama, ny fitsinjarana solika, sns.

Namory ny vahoaka tao amin’ny  tranompokonolona Maroantsetra ny solombavambahoaka, Dinah Romual, ny herinandro lasa teo. Maro ny zavatra tsy mandeha amin’izay laoniny any an-toerana, mampitaraina ny rehetra. Anisan’izany, ny tsy fisian’ny mangarahara amin’ny  fitantanana ny vola FDL (Tahirimbola fampandrosoana ifotony), toy ny tetezana any Navana, kaominina Anjahana, nandaniana 50 tapitrisa Ar, ny any Andranasana, kaominina Ambinanintelo (50 tapitrisa Ar), ny lalana 1 km any Antseranan’i Seta, ao an-tampon-tanàn’i Maroantsetra (50 tapitrisa Ar), sady nandaniana vary 15 taonina avy amin’ny BNGRC. Manampy ireo ny famatsian-drano any amin’ny kaominina Morafeno (30 tapitrisa Ar). Nambaran’ny depioten’i Maroantsetra fa tsy nisy vita avokoa ireo asa rehetra ireo, nefa efa lany ny vola.

Tapaka matetika ny jiro

Nasian-teny koa mikasika ny famatsian-jiro ao Maroantsetra. Fantatra fa olana ho an’ny Jirama any an-toerana ny tsy fahampian’ny rano manodina ny tohodrano mamokatra herinaratra satria simba ny ala ipoiran’ny loharano. Voalaza koa fa tsy ampy ny tetibolan’ny Jirama hikojakojana ny tohodrano. Fanontanian’ny mpivory ny alehan’ny vola azon’ny Jirama Maroantsetra, na mijanona any an-toerana na ampiakarina any amin’ny foibe. Marihina fa tapaka matetika ny jiro any an-toerana satria tsy ampy ny fikojakojan’ny Jirama ny fotodrafitrasa.

Tsy ampy koa ny famatsiana solika any Maroantsetra. Tapaka nandritra ny fivoriana fa voarara tanteraka ny fivarotana solika ankoatra ny eny amin’ny toby mpaninjara ara-dalàna ny Shell sy ny Total. Antony, tsy nahavaha ny olana ny fanomezan-dalana ho an’ny mpivarotra na olon-tsotra. Olana any Maroantsetra ny hakelin’ny tanàna, ka kely ny fatra lanin’ny mpanjifa. Ao anatin’ny fahavaratra rahateo, ka tsy maintsy sambo irery ihany ny fitaovam-pitaterana afaka mitondra solika any an-toerana.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

ECOSOC-ONU : fihaonamben’ny tanora

Hatao any New York, anio 30 sy ny 31 janoary izao, ny fihaonamben’ny tanora ao amin’ny filankevitra toekarena sy sosialy ao amin’ny Firenena mikambana (ECOSOC). Solontenan’i Madagasikara mandray anjara any, Rtoakely Terry Athéna, 20 taona, sy Randriamitantsoa L. Safidinantenaina, 21 taona. Manohana azy mianadahy amin’ity diany any Etazonia ity, ny Tahirin’ny firenena mikambana ho an’ny mponina (Fnuap) sy ny Fandaharanasan’ny firenena Mikambana ho an’ny fampandrosoana (Pnud).

Vontoatin’ity fihaonamben’ny tanora any New York ity ny hifanakalozan’ny mpandray anjara traikefa sy antontam-baovao mikasika ny andraikitry ny tanora amin’ny fampandrosoana ambanivohitra sy an-tanàn-dehibe ary hanatrarana ny Tanjon’ny fampandrosoana maharitra (ODD) ny taona 2030. Tafiditra ao anatin’izany ny ODD mikasika ny tontolo iainana, ny angovo, ny fahadiovana sy ny rano, ny fiaraha-miombon’antoka, sns.

Eo koa ny hikarohana ny fomba handraisan’ny tanora anjara bebe kokoa amin’ny fanatrarana ireo tanjona ireo, ny famolavolana tetikasa mifanaraka amin’ireo voalaza izao.

Noraisain’ny minisitry ny Toekarena sy ny tetipivoarana, ny Jly Raveloharison Herilanto, sy ny minisitry ny Tanora sy ny fanatanjahantena, Andriamosarisoa Jean Anicet, izy mianadahy nialoha ny niaingany ho any New York.

Njaka A.

News Mada0 partages

67ha : nalamina ny fifamoivoizana

Natao lalan-tokana ny lalana eo amin’ny Rond point Ankasina manoloana ny Seomad (67 Ha Atsinanana) mihazo ny 67 Ha Avaratra Atsinanana (parking). Natao izany araka ny rindran-damina vaovao izay napetraky ny sampandraharaha misahana ny fitaterana sy ny fifamezivezena an-dRenivohitra avy eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra.Lalan-droa azo ifanenana ity lalana ity teo aloha saingy nahitana fifandirana matetika teo amin-dry zareo samy mpamily fiarakodia izany noho ny fahateren’ny lalana.

Anisan’ny nahatonga ny kaominina handray izao fanapahan-kevitra izao mba ho tombontsoan’ireo mpampiasa lalana izany.

Mirindra tsara ny fifamoivoizana eny an-toerana amin’izao fotoana. Nahazo toerana hahafahana miantsona ihany koa  ireo mponina manodidina. Raha ho any Antanimena ireo mpitondra fiara dia tsy mila mihodina ny Boulevard de l’Europe intsony fa tonga dia manitsy amin’ity lalana ity satria milamina tanteraka ny fifamoivozana. Ankoatra izay, efa misy ny takelaby izay fampahafantarana fa lalan-tokana ity toerana ity.

Tatiana A

News Mada0 partages

Aingampanahy feon’ny saina : « tokony hohajaina ny arofenitry ny kanto… »

Anisan’ny seha-javakanto miroborobo tokoa eto amintsika ny literatiora. Maro ny tanora manan-talenta. Ny indro kely, mila hiverenana ny fahaiza-mifehy ny teny malagasy sy ny maha kanto mihitsy ny asa soratra, araka ny fomba fijerin’i Aingam-panahy feon’ny saina.

 Mpanoratra vao misandratra nefa efa manana ny maha izy azy Raharimalala Rodalson Jenny, fantatra amin’ny solon’anarana maha mpanakanto azy, Aingampanahy feon’ny saina. “Maro ireo tanora mirona mankany amin’ny fanoratana, hany ka tsy voahaja intsony ny arofenitra eo amin’ny lafiny kanto. Masina anefa ny asa fanoratana ka ilana fahamalinana ny fikirakirana azy”, hoy izy, omaly tamin’ny resaka nifanaovana taminy.

Niaiky i Aingampanahy feon’ny saina fa tena miroborobo ny fankafizan’ny tanora ny literatiora, indrindra raha ny eny anivon’ny tambajotran-tserasera manokana. Misy olana ihany koa anefa ilay izy rehefa jerena amin’ny lafiny hafa. Tsy inona izany fa ny fifehezana ny teny malagasy.

« Tokony hahay mandanjalanja ny tanora manoloana ny firoboroboan’ny fanatontoloana. Tsara ny manoratra, saingy tsy izay rehetra voasoratra no mendrika haseho vahoaka », hoy hatrany ity mpanoratra ity. Nambarany fa tompon’andraikitra amin’ny famelomana sy famerenan-kasina ny teny malagasy ny mpanoratra, izay mikirakira ny teny, ka tokony hitandrina mandrakariva, sao vao mainka hamono indray.

Na izany aza, efa anisan’ny zavatra iray mahavelombolo sy mahafinaritra aloha ny fahitana fa miverina mankafy sy mandala ny haisoratra ny ankabeazan’ny tanora. Azo arenina tokoa ireo lesoka ireo, araka ny heviny. Anisan’izany ny fanentanana ho tia vaky boky, izay lalana iray tsara indrindra mampitombo fahalalana.

Raha ny hoavin’ny asa soratra indray, mahavelom-panantenana, satria raha mitaha amin’ireo zoky mpialoha lalana teo aloha, manana tombony kokoa ny poeta sy mpikanto amin’izao noho ny fivoaran’ny teknolojia, araka ny fijerin’ity mpanoratra ity hatrany.

Landy R.

News Mada0 partages

Lutte contre les produits contrefaits : signature d’un accord avec la Chine

Une initiative pour lutter contre la prolifération des produits contrefaits sur le marché intérieur. L’Office malgache de la propriété industrielle (Omapi) a signé, hier, un mémorandum d’accord avec l’ administration d’Etat pour l’industrie et le commerce du gouvernement chinois, portant sur l’enregistrement et la protection des marques et des noms commerciaux.

La protection industrielle reste un souci majeur pour les opérateurs malgaches. En fait, la lutte contre la prolifération des produits contrefaits sur le marché malgache nécessite encore un travail de longue haleine. D’autant que ces articles conviennent au très faible pouvoir d’achat de la plupart des Malgaches.

L’enregistrement des noms commerciaux et des marques de tous les produits mis en vente sur le marché est actuellement la seule solution à prendre pour faire face à une telle situation, Mais une telle mesure n’est pas aussi facile à exécuter, à en croire le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Armand Tazafy.

« Ce sont surtout les produits chinois qui posent problème car la plupart des étiquetages sont tous en langue chinoise », a avancé le ministre. Ce dernier de poursuivre que «l’administration d’Etat pour l’industrie et le commerce du gouvernement chinois reconnaît d’ailleurs l’existence de ces sociétés dans leur pays. C’est pourquoi les deux parties ont décidé de signer cet accord pour lutter contre ces produits de contrebande».

Des normes requises sur les étiquetages

L’étiquetage de tous les produits importés mis en vente sur le marché devrait donc être traduit en langue française. «L’Etat est en mesure de ne pas accorder la commercialisation des produits qui ne respectent pas cette norme requise», a précisé Armand Tazafy.

A travers ce mémorandum d’accord, qui sera prochainement poursuivi d’un accord de partenariat, des échanges d’informations entre l’Omapi et l’administration d’Etat pour l’industrie et le commerce du gouvernement chinois, concernant notamment, leur cadre législatif respectifs en matière de marque et de nom commercial, auront lieu. Des réunions et ateliers, des programmes de renforcement de capacités et des visites d’experts sont également prévus.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Europe : le litchi sort de la consommation

«Le litchi sort de la consommation sur l’ensemble des marchés européens», note la récente édition de la Lettre du litchi du Centre technique horticole de Toamasina (CTHT). Les dernières ventes de litchis de Madagascar prendront fin cette semaine, marquant ainsi la fin de la campagne Par contre, l’Afrique du Sud, qui a démarré tardivement sa campagne,  poursuivra la commercialisation, mais avec des quantités plus limitées et en diminution.

Et sur l’ensemble des marchés, l’on observe un fléchissement du prix, avec même des ventes à bas prix pour les marchandises de qualité plus fragile. Les litchis de Madagascar se négocient entre 1,801 et 3 euros le kilo alors que les litchis sud-africains varient entre 2 et 3,75 euros le kilo.

Pour la période du 22 au 26 janvier, les ventes ainsi que les prix ont baissé en Allemagne, contrairement au marché belge où l’on observe un «petit regain d’intérêts pour les derniers lots de litchis de Madagascar», note toujours la Lettre du litchi. Et en France, le principal marché pour le litchi malgache, la campagne prend fin progressivement. Les stocks de fruits sont quasiment écoulés pour les lots de bonne qualité.

Arh.

News Mada0 partages

Inscription sur la liste électorale : des électeurs encore réticents

Vérifier et inscrire leur nom sur la liste électorale n’enthousiasment pas trop les électeurs. A cette allure, la Ceni pourrait  revoir ses ambitions à la baisse. En effet, si dix millions d’électeurs sont l’objectif à atteindre après la révision de la liste électorale, pour l’heure, ce nombre est encore loin d’être atteint. A deux jours de la clôture officielle de l’arrêtage provisoire de la liste électorale, le nombre des nouveaux électeurs ne sont que de 403 082 alors que l’attente était de 780 000.

C’est ce que le vice-président de la Ceni, Thierry Ravalonarivo, a fait savoir hier lors de son intervention sur une onde locale. «A trois jours de la fin de l’arrêtage provisoire de la liste électorale, le taux d’augmentation de l’inscription sur la liste électorale s’élève à 4, 37% dont  403 082 nouveaux inscrits», a-t-il noté, en ajoutant que par rapport à la révision annuelle, ce chiffre connait une hausse. Car si auparavant l’augmentation du nombre d’électeurs se situait aux environs de  2 à 3%, cette fois-ci elle a connu une hausse de 4,37%. Pour autant, ce chiffre est loin de l’objectif escompté de la Ceni.

Visite

Cette dernière pourra, en tout cas, se consoler sur l’attentisme de certaines franges de la population habituée à s’enquérir auprès des responsables à la dernière minute ou encore à la sensibilisation de qui n’ont pas été très actifs à mobiliser les électeurs.  Quoi qu’il en soit, les responsables au niveau de chaque quartier, la société civile et les partis politiques pour mobiliser les électeurs à vérifier les éventuels doublons ou absence au sein de la liste après l’arrêtage provisoire.

Dans la foulée, la Ceni a reçu hier, une délégation dépêchée par le Secrétaire général de la Francophonie (OIF), conduite par Salou Djibo, ancien Président de la Transition au Niger.  La réunion des deux parties a pour objectif de mettre au point sur les travaux entrepris par cet organe.

D’après le service de communication de la Ceni, suite aux discussions et échanges, trois points majeurs ont été soulevés : les accompagnements que l’OIF peut apporter à la Ceni, les points à éclaircir concernant la candidature aux élections et enfin l’adoption du cadre légal».  D’autres chefs d’institution recevront cette délégation durant son séjour au pays.

J.P

 

News Mada0 partages

RNS 2018 – Lyon : un programme prévisionnel alléchant

L’art de mêler sport, culture et solidarité est bien maîtrisé à travers cet évènement qui est non seulement  réservé à la diaspora malgache mais aussi aux invités locaux. Cette fois-ci, la Rencontre nationale sportive (RNS) reviendra à Lyon, du 31 mars au 2 avril,  avec un programme sur un air d’échanges. «S’il y a assez de participants, certains lieux pourront changer et le programme sera ainsi réactualisé» ont déclaré les organisateurs.

La cérémonie d’ouverture est prévue se dérouler le 31 mars au palais des Sports de Gerland, suivie des matches de volley, de basket et de football. S’enchaîneront  les rencontres de gala entre Madagascar et Lyon, tennis de table et pétanque. La démonstration et l’initiation aux arts martiaux seront également au programme de cette première journée, outre l’E-Sport et le Futsal.

Rojo N.

News Mada0 partages

Muay thai – pro : Fazaraly frappe fort

Il est en train d’enchaîner les victoires au Tiger Muay Thay en Thaïlande. Il, c’est Elfazar Fazaraly, qui a volé de ses propres ailes pour se frayer un chemin parmi les grands noms de la discipline dans la catégorie professionnelle. Le jeune tireur de Madagascar vient encore de signer une victoire tonitruante le week-end dernier, notamment au Tiger Muay Thai Fight, grâce à une victoire par KO. Outre Yannis Ralaikera et Johanne Beauséjour, le Super Bad Boy malgache rejoint le rang des ambassadeurs de cette discipline, qui devient de plus en plus prisée par les férus de sport de combat malgache grâce à ce parcours honorable.

Rojo N.

News Mada0 partages

Pétanque – éliminatoires : la bande à Rija dans les clous

La course pour le billet des Masters de Pattaya bat son plein pour les 16 équipes qualifiées. Le suspense est maintenu et les boulistes, ayant la meilleure chance de faire partie du voyage, devront faire leurs preuves, les 3 et 4 février, pour faire valoir leurs atouts.

Le premier tour des éliminatoires pour les Stars Masters de Pattaya a rendu son verdict, le week-end dernier, au boulodrome de CBT à Mahamasina, avec un résultat qui ne laisse personnne indifférent. En effet, Rija, Taratra et Ram’s ont mis la main sur la somme de 600.000 ariary, destinée à la triplette vainqueur de ce premier tour des éliminatoires. Ces derniers sont ainsi les mieux placés pour remporter le ticket pour disputer la 8e édition des Masters de pétanque de Pattaya, qui réunit chaque année la crème de la discipline.

La rencontre a été disputée entre deux triplettes venant d’Analamanga. Ram’s et compagnie ont disposé de Toutoune, Radoko et Hery sur le score de 13 à 10. Les boulistes de Vakinankaratra, Dida, Bond et Eric, ont dû se contenter de la 3e place après avoir disposé de Pap’s, Lido et Tita (Analamanga). Les organisateurs de ces éliminatoires des Masters de pétanque ont, d’ores et déjà, affirmé que cette première phase est décisive pour dénommer la triplette qui représentera Madagascar à ce plateau qui aura lieu le mois prochain à Thaïlande. En attendant, les 16 triplettes qualifiées devront sortir le grand jeu le week-end prochain en vue de décrocher le ticket pour cette joute internationale.

Rojo N.

Les 16 triplettes qualifiées pour la grande finale :

1-Rija ; Taratra ; Ram’s (Analamanga)

2-Hery ; Toutoune ; Radoko (Analamanga)

3-Dida ; Bond ; Eric (Vakinankaratra)

4-Pap’s ; Lido ; Tita (Analamanga)

5-Elie ; Daddy ; Onja (Analamanga)

6-Rastany ; Rado ; Rindra (Analamanga)

7-Beryl ; Hery ; Andry (Matsiatra Ambony)

8-Haja ; Lin’s ; Tin’s (Analamanga)

9-Joro ; Haja ; Hery (Analamanga)

10-Jean-Jacques ; Mamy ; Jaba (Analamanga)

11-Eric ; Tahiana ; Liva (Vakinankaratra)

12-Amir ; Lesa ; Eric (Analamanga)

13-Dolys ; Nanou ; Zigle (Vakinankaratra)

News Mada0 partages

Grand Sakalava : renforcement de la solidarité au sein de la PGSM

Le nouveau bureau de la Plateforme du grand Sakalava de Madagascar (PGSM) entre officiellement en fonction, après la délivrance du récépissé de renouvellement des membres et la passation de services avec le bureau sortant, effectuée dans la capitale, en fin de semaine.

Les axes prioritaires de la Plateforme du grand Sakalava ont été redéfinis par le président en exercice, Robson Zafy Fihaora, lors de la cérémonie de passation de services, samedi dernier. Fidèle aux valeurs culturelles malgaches, la plateforme s’attellera à la mise en œuvre de la réconciliation nationale, grâce à sa large couverture, puisque les Sakalava et les ethnies qui lui sont liées occupent au moins les 90% du territoire national. Les membres, résidant majoritairement dans les zones rouges, auront à charge de restaurer la sécurité dans leurs circonscriptions respectives pour favoriser le développement régional, selon le programme annoncé par son président.

La PGSM a décidé que le nouveau bureau sera composé de la fusion de certains membres du bureau sortant et de la nouvelle équipe. Les anciens ont été nommés d’office présidents d’honneur et le président sortant, Fidèle Manjary, a rassuré son successeur  de sa volonté de coopérer dans l’intérêt de la plateforme. Le président Robson Zafy Fihaora, en lui remerciant de son aide, lui a annoncé son souhait d’œuvrer de concert pour exploiter le potentiel constitué par cette plateforme qui doit être un levier de développement en tant que forces vives au sein de la nation. Il a été rappelé à l’occasion que la Plateforme du grand Sakalava de Madagascar est une entité neutre, objective et apolitique.

Manou

News Mada0 partages

Formation professionnelle : le financement du secteur privé effectif

Le renforcement des capacités des salariés et des jeunes diplômés est sur la bonne voie. «Le projet de loi relatif à la mise en place d’un fonds de financement de la formation professionnelle, une initiative du secteur privé,  est actuellement en vigueur». C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la formation (MEETFP), Lydia Raharimalala Toto, à l’occasion de la cérémonie de présentation de vœux de son département, vendredi dernier au CCI Ivato.

Il a ainsi été décidé que les employeurs devront verser 1% de la masse salariale de leurs employés. La somme récoltée servira à octroyer une formation professionnelle de qualité pour les travailleurs, en fonction des besoins des entreprises.

«Cette initiative apportera un grand changement dans la capacité des jeunes diplômés à trouver leur place dans le monde du travail, qui sont confrontés depuis au manque d’expérience et à l’inadéquation formation-emploi », a déclaré le ministre du MEETFP. D’ailleurs, celle-ci répond parfaitement à la vision du ministère de tutelle relative à la promotion de l’emploi, un défi fixé dans la Politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle (Pnefp), adopté l’an dernier.

Selon les informations, trois types de formation peuvent être financés via ce fonds, dont la formation près-emploi qui s’adresse aux nouveaux diplômés venant d’intégrer le monde du travail et la formation continue pour aider les professionnelles à améliorer davantage leur capacité. Il y aura également la  formation d’équité, destinée à initier les jeunes exclus du système scolaire à s’investir dans des métiers décents  dans le monde rural.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Fort séisme a Vakinankaratra : privé de courant, l’Ioga ne dispose d’aucune donnée

Un fort séisme s’est produit dans la matinée d’hier dans la région Vakinankaratra selon les témoignages des riverains. Mais les données officielles sur ce mouvement sismique ne sont pas disponibles étant donné que l’Institut et observatoire de géophysique d’Antananarivo (Ioga) n’est pas opérationnel jusqu’à maintenant.

Privé de courant depuis trois mois, l’Ioga, une entité rattachée à l’Université d’ Antananarivo, qui assure des tâches d’observatoire au niveau national et international dans le domaine de la sismologie, des magnétismes terrestres, de la météorologie ou encore de l’astronomie, a cessé de fonctionner. Le directeur de cet institut, le Pr. Gérard Rambolamanana, l’a soulevé hier lorsqu’on lui a demandé de plus amples informations sur le cas du séisme qui s’est produit dans la matinée d’hier dans la région Vakinankaratra.

«Le problème fait suite à l’incapacité de l’université à payer les factures de  la Jirama», a fait savoir ce responsable. Ces dettes, qui ont cumulé depuis 2011, s’élèvent à hauteur de 4 milliards d’ariary, dont 98 millions d’ariary pour le compte de l’Ioga, d’après les informations du président de l’Université d’Antananarivo, le Pr. Panja Ramanoelina.

Quoi qu’il en soit, aucune des structures à l’université n’est concernée par cette mesure de fermeture, sauf l’Ioga. Pour justifier la situation, ce dernier de souligner que, « La décision de la Jirama de procéder à la privation de l’électricité à l’Ioga fait également suite à un cas de vol d’électricité démasqué dans le domaine d’Ankatso, y compris dans le territoire de l’Ioga ».

Manque de données

Pendant que l’Ioga et l’université d’Antananarivo se rejettent la responsabilité, la population vit dans l’angoisse. C ar aucune information ni sur la magnitude, ni sur les éventuelles répliques de ce mouvement sismique, et par conséquent les éventuels risques qui peuvent être générés, n’est disponible, alors que ce mouvement a connu une certaine ampleur.

Selon les témoignages de nombreuses personnes dans la ville d’Antsirabe et de Betafo, les violentes secousses se sont produites hier vers 1 h 55 du matin et ont duré environ 5 secondes, lesquelles ont été ressenties jusqu’à Ambositra,  Ambalavao et à Fianarantsoa.

Outre l’impossibilité d’enregistrer les données sismiques, l’entité se trouve également dans l‘incapacité de  recueillir les données qui devraient parvenir du matériel d’étude de la porosité du sol installé à la haute ville pour suivre l’évolution du glissement de terrain sur place. C’est également le cas pour les données météorologiques.

Fahranarison

News Mada0 partages

Société biblique malagasy : poursuite du redressement

La Société biblique malagasy (SBM) poursuit son redressement dans le cadre de sa vision pour l’année 2018. Parmi les activités qu’elle envisage d’entamer cette année figurent le renouvellement de son siège à Antaninarenina, «Par une toute nouvelle construction», a indiqué hier son Directeur général, le Pasteur Hubert Rakotoarivony.

Même si elle continue encore à rembourser ses dettes contractées depuis 2015, la SBM a pu rouvrir jusqu’ici six agences. A savoir, deux à Antananarivo, une à Antsirabe, deux autres à Sambava et à Fianarantsoa, et la dernière en date est l’agence de Toliara. «Au vu des remboursements effectués par la société depuis 2016, la Société biblique mondiale nous soutient de nouveau avec le retour de sa subvention annuelle de 110 000 dollars», a fait savoir le DG de la SBM.

Il encourage ainsi les chrétiens et les associations confessionnelles à concevoir des stratégies d’achat et de diffusion de la bible, la principale raison d’être de la société. En effet, les associations chrétiennes, notamment les églises et les temples, ont pleinement participé à l’écoulement des 21 000 bibles restantes de la société durant «les rudes épreuves de 2015».

Sera R.

 

News Mada0 partages

Cambriolage : course poursuite à Itaosy

Après une course poursuite, trois individus suspectés de braquage d’une maison de la commune Ambavahaditokana Itaosy sont maintenant derrière les verrous.

Dans la nuit d’hier, aux environs d’1 heure, trois individus munis d’armes blanches ont pris d’assaut une maison de la localité. Après avoir forcé discrètement la porte à l’aide de barre à mine et de pince coupante, les malfaiteurs ont réussi à pénétrer à l’intérieur de la maison.

Aussitôt introduits, ils ont menacé les occupants de la maison avec leurs armes. «On a rien entendu comme s’ils ont utilisé quelque chose pour nous endormir profondément.», a déclaré la victime de l’attaque.

«A peine entrés dans la maison, ils nous ont réveillé du lit en nous menaçant avec des machettes et le objets tranchants» a-t-il continué. Ils ont pu choisir sans être inquiétés les objets de valeur comme  la télévision à écran plat, un radio, un lecteur DVD, de baffles…

Entre temps, le père de famille a réussi à s’échapper en profitant d’un moment d’inattention des bandits. Il est allé signaler les voisins et les gendarmes. «Dès que l’ont a été alerté, nous nous sommes précipités sur les lieux de l’attaque en compagnie des hommes au niveau du quartier-mobile»,  a déclaré les gendarmes du poste fixe d’Ambavahaditokana.

D’après un des victimes de l’attaque,. «Je me suis battu avec un des bandits au moment ils allaient quitter les lieux. Il a abandonné l’écran de mon ordinateur lorsque je l’ai mis dehors.», a-t-il avancé.

Une course poursuite

Les gendarmes et une vingtaine de villageois se sont mis à la poursuite des trois bandits. Ces derniers se sont dispersés dans le dessein de semer leurs poursuivants mais l’un d’entre eux s’est fait rattrapé. La barre à mine a été retrouvée sur celui-là.

A la suite des enquêtes, il a dénoncé l’endroit où ses complices se cachaient. Arrivés au lieu indiqué, les gendarmes ont arrêté un membre de la bande. Le troisième malfaiteur n’était pas sur place. Cependant, sa femme a été interpelée. Les objets volés ont également été retrouvé dans la maison. D’après les informations reçues, les villageois se sont regroupés hier devant le poste de la gendarmerie pour réclamer la tête des malfaiteurs.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Mahajanga : deux accidents mortels en deux jours

5 morts. C’est le triste bilan de deux accidents de la circulation survenus avant-hier et hier à Mahajanga. Le premier a eu lieu au niveau du Bazar kely vers 10 heures. Une moto transportant trois personnes a été percutée de plein fouet par un taxi-be de la ligne 7. Le père de famille qui était au guidon est mort sur place. Sa femme et leur enfant, quant à eux, ont connu le même sort une fois arrivés à l’hôpital.

Le second accident s’est produit à environ 1 km du premier tout près de la société Star Belobaka, hier, vers 10 heures. En fait, un poids lourd qui transportait des roches, a eu des problèmes mécaniques et a percuté deux passantes. L’une, une femme âgée de 35 ans, est morte sur le coup tandis que l’autre a été évacuée à l’hôpital luthérien, mais n’a malheureusement pas survécu.

ATs.

News Mada0 partages

Lycée d’Ambatondrazaka : menace de grève

Les élèves du lycée d’Ambatondrazaka sont de nouveau dans la tourmente, suite à la menace de grève annoncée par les enseignants de l’établissement, réclamant le départ de leur proviseur lors d’une manifestation, hier.

Le personnel du lycée Norbert Ranohavimanan a de nouveau manifesté, en exigeant le départ de son proviseur, hier,  en brandissant des banderoles jusqu’au bureau de la circonscription scolaire (Cisco) et de la Direction régionale de l’éducation nationale (Dren). Des revendications sur le rétablissement de leurs salaires suspendus depuis le mois de décembre, suite au recensement de fonctionnaires fantômes, ont aussi été formulées au cours de la manifestation d’hier à Ambatondrazaka.

  Les manifestants menacent de suspendre les activités pédagogiques à l’expiration d’un ultimatum adressé aux responsables. La grève décrétée par ces enseignants, pour exiger le limogeage de ce proviseur l’année dernière, n’a jamais eu d’échos jusqu’à présent.

Manou/Solo

 

News Mada0 partages

Chronique : combat d’arrière-garde

Les poursuites internationales à l’encontre du flibustier Houcine Arfa ont peu de chance d’aboutir à de résultats concrets. Tout juste si elles peuvent donner du grain à moudre à une cahoteuse communication destinée à rassurer l’opinion à l’intérieur du pays. Le contexte autour de cette affaire est tellement sale qu’il influence tout jugement, aussi il apparait difficile d’accorder une présomption de propreté à tout quelconque protagoniste accusé publiquement à tort ou à raison d’y avoir trempé ne fut-ce le petit doigt.

Tout se résume à des questions de sous, il n’est que naturel que faute d’avoir été pris en flag chacun refuse d’avouer en avoir croqué. Le schéma dans lequel l’on a traité l’affaire montre toute la fragilité de l’Etat et même qu’à un moment dans un compartiment la machine s’est bloquée sans que personne ne s’en alarme et que les dégâts auraient eu la chance de passer à l’as si l’évasion n’avait provoqué un scandale avec remous remontant en surface toute la vase du fond. Puisque l’on ne parle que d’argent, d’un côté, des devises prétendues avoir aidé à s’assurer d’une chaine de complicité, de l’autre, d’un tas de fric en monnaies locales et en coupures étrangères, des saisies en bonne et due forme lors d’une perquisition au domicile du prévenu, fatalement se pose pour les premières la question de l’origine de ces grosses sommes et pour le deuxième lot la destination que l’on en a faite. Pour ce second cas, la normale aurait conduit à mettre le « butin » sous scellé et en confier la garde à un organe appareillé pour l’assurer, c’est seulement accidentellement à cause de ce scandale que l’on en découvre et révèle la disparition du magot et que l’on se renvoie la responsabilité. Le dysfonctionnement apparait comme une évidence alors que toute une chaine de responsabilité ne s’en était émue. L’appareil d’Etat est malade, mal en point à maints endroits les relais ne fonctionnent plus. L’automatisme au titre de l’état de droit n’assure plus son rôle prééminent : l’Etat se vide de son autorité, les centres de pouvoir sont libérées des obligations de rectitude en cohérence à la loi, le pays va à vau-l’eau.

Le Président des Etats-Unis dans son désir d’effacer les mauvais effets d’un excès de langage  aurait été peut-être mieux inspiré d’exprimer sympathie et solidarité à l’endroit des populations de ces pays plutôt que de transmettre considération à leurs dirigeants.

Léo Raz

News Mada0 partages

Hevitra mandalo ; Resaky ny mpitsimpona : akotry Latsaka lalina

Na ao anatin’ny fahasahiranana sy fihafina mangirifiry toy ny inona aza satrin’iza moa no mba tsy itady izay kely mangirana ahafahana ifikirana ka tsy ho very toky tanteraka. Miodina ankavanana miolaka ankavia anefa tsy mahita taratra anankinana fanantenana ny ankamaron’ny mponina, isan’ andro izao, izay efa manahirana ny mikaroka ny antoky ny fiainana, mbola ahiahy mikasika ny fitombon’ny faharatsin’ ny fiainana no mamelively raha manana fahasahiana ny fandinihana ny ampitso. Mandeha an-jambena no lasa safidi-pahendrena, tatazana izay midona raha mbola zaka. Sanatria miseho ny tranga tsy tanty intsony, dia ahoana ? Samy manana ny filazan’ny mpahay manara maso ny toe-draharaha ankehitriny. Ao ireo milaza fa efa tsy lavitra izany fetra izany, ahiana hirongatra ny mponina, teraka ny korontana, mitoetra indray ny krizy vaovao na mbola tsy sitrana aza ny ferin’ilay teo aloha. Ny mpandinika beloha sasany kosa dia manentitrentitra mihitsy fa toy ny kitapo miitatra tsy mana-petra ny sompitra anangonan’ny vahoaka ny sorisori-piainana ka tsy misy fiafarana raha toa tsy misy olona sompatra mampirehatra alohan’afo mitetika ny fampiredaredana an’ilay sompitra itoeran’ny lonilony. Lela afo izao raha mirehitra, samy hafa amin’ny tain’omby anefa, tsy hita atao zezika ampitombo hery famokarana fa arakaraky ny fiangonany maina no mampiredareda ny setrasetra fandorana ny kely misy. Tsy raharahin’ny maro izany nohon’ny tsy fananany kely arovana.

Marina fa leo an’izany krizy ny olona. Maro anefa ireo nohon’ny toe-piainana ivelamany no manana valiny mikasika fanontaniana izay tsy mila apetraka : tsy fery vaky angamba ny krizy manakorontana ny fiaraha-monina, fa ny maro eo amin’ny andavan’andro dia efa miaina ao anaty krizy. Tsongoy fon’ny tena tsongoy fon’olona, ny madinika sy ny tsy matanjaka lalandava ve no hany irery mbola izaka krizy ? Rehefa krizy ihany, inona no isalasalana tsy hanaovana azy toy ny volin’iRainizanany zarazaraina samy hanana ? Nefa ho aiza indray raha avy eo ? Ny teo aloha ihany no miverina ! Misy anefa ny làlana hafa, fa ny rehetra ihany no tompon’ adidy raha mbola resy lahatr’ireo kalita mitady ifandimbidimby iverina.

Léo Raz

News Mada0 partages

Us et coutumes : incivilité dans le traitement de l’état-civil

Le manque de cohérence entre l’absence d’effort pour rapprocher du citoyen l’état-civil et la campagne de sensibilisation pour que chaque individu ait le sien, formalité essentielle pour jouir des droits inhérents à l’état de citoyen, stérilise l’opération actuelle. Déjà en soi, le délai posé par la loi ne favorise pas toujours l’initiative à déclarer les naissances dans les lieux enclavés, mais dans les centres urbains, l’administration n’a pas trouvé jusqu’ici la bonne formule pour éviter de faire de l’obtention d’un acte de naissance un parcours de combattant, (2 voire 3 jours, 2 ou 3 tours à la mairie). On se gargarise d’une modernisation ! Pas là où il faut.

News Mada0 partages

Évangélisation : la chorale Fefi ouvre les frontières

Un des ensembles vocaux les plus adulés de sa génération, la chorale Feon’ny fifohazana (Fefi) fête, tout au long de l’année, son 30e anniversaire.

En prélude à ce jubilé, la chorale a fêté les retrouvailles, lors du grand rassemblement de la journée dominicale, au Dôme Ankorondrano, le week-end dernier.  Le 18 février, elle va célébrer la messe avec ses fidèles à Antaninanadrano. S’ensuivra, le 22 juin, un dîner-concert. Mais le grand show prévu se dérouler le 4 août au palais des Sports et de la culture Mahamasina sera le point d’orgue de la célébration.

Le mouvement de réveil

Partout où elle va, Fefi apporte toujours avec elle la ferveur et le message divin. Dans ce contexte, ses trois décennies d’existence seront aussi marquées par une tournée régionale en mi-août.  Les «Fefi» de toutes les générations, réparties aux quatre coins du monde, vont ensuite se retrouver pour un long moment de communion lors du traditionnel «Zaikabe», les 27 et 28 octobre, à Carion, dans le district de Manjakandriana.

«Nous aurions voulu que les prestations des chorales se déroulent dans l’église, notamment pour des questions d’acoustique. Hélas, elle n’est pas assez grande pour accueillir tous les membres », avoue le pasteur Sacha Ratianarivoson, membre fondateur de la chorale, qui compte 1600 membres.  «Toujours dans cette optique  de faire entendre la voix de l’évangile, nous ambitionnons d’ériger la pierre inaugurale d’une grande infrastructure en construction», a fait savoir le chef de chœur.

Pour la petite histoire,  l’ aventure musicale a démarré à l’orée de 1988 pour la chorale Feon’ny fifohazana. En plus d’être un fervent précurseur de l’évangélisation par le chant, Fefi prône également le mouvement de réveil ou le «fifohazana», comme son nom l’indique.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Exposition : Solomon Rakotomanana prône l’évolution de la sculpture

En 2012, dans le cadre de la célébration du 65e anniversaire de l’ AFT le sculpteur Solomon Rakotomanana a déjà assuré une exposition exceptionnelle baptisée «La qualité de la sculpture malgache», à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT). Cette année, il revient pour les 7 décennies de l’AFT,  avec de nouvelles collections et un nouveau thème «Solomon Manan’ Art : l’art du bois, art vivant». L’évènement se déroulera du 5 au 24 février à l’AFT.

«Actuellement, j’ai plus de 50 ans de carrière artistique. Depuis, je n’ai jamais cessé de créer. Et j’ai même bâti un atelier spécialisé en sculpture, dénommé Manan’ Art dans les années 80. Ainsi, pour cette exposition, j’aimerai surtout démontrer au public l’évolution de mes oeuvres», a expliqué l’artiste. Il y présentera donc une centaine d’œuvres de différents styles qui traitent plusieurs thèmes, entre autres, les scènes de vie malgaches, les portraits…

« Siko-bontolo »

« Au début des années 2 000, j’ai inventé ce qu’est le siko-bontolo, une technique de confection qui met en contraste le brut et le fini », a-t-il expliqué. Avec cette technique, l’artiste se lance dans le recyclage. Il transforme, par exemple, un tronc d’arbre détérioré en un objet d’art où figure une image d’animal ou encore les racines sculptées relatant une scène de vie…  « Leur forme m’inspire. Une partie du support restera donc brut et une autre sera sculptée, c’est le siko-bontolo », a ajouté l’artiste.

Bref, Solomon Rakotomanana est un des sculpteurs reconnus ayant le plus d’expériences dans son domaine. «Je suis issu d’une famille de sculpteurs à Ambositra. J’ai été éduqué dans cet art depuis mon enfance. Malheureusement, à Madagascar, les œuvres sont toujours présentées de la même façon. Pour inspirer donc d’ autres artistes, j’aimerai leur démontrer une autre façon pour qu’ils évoluent », a-t-il ajouté.

Ainsi, durant l’exposition, il donnera des ateliers d’initiation, le 8 et le 12 février,  aux passionnés amateurs. Ensuite, le 22 février, il invitera d’autres artistes, du même genre, pour des échanges baptisés «Tafa miaraka amin’ny mpanakanto». Et enfin, durant l’exposition, un film documentaire sur l’artiste et son atelier Manan’Art sera projeté. Notons que le vernissage de l’exposition aura lieu le 5 février, à partir de 11 heures, à l’AFT.

Holy Danielle

Ino Vaovao0 partages

BEFANDRIANA AVARATRA : Ahiana hifamono ireo vahoaka ao Ambodimotro Fanimana

Tany iveloman’ny tokantrano 500 tafo no iadiana ao, satria voalaza fa lasan’olon-tokana. Tsy manaiky izany ireo vahoaka an’arivony miaina amin’io toeram-pambolena io ka nifontana. Nidina teny an-toerana ny lehiben’ny distrikan’i Befandriana niezaka nandamina ka nakana solontena telo avy ny andaniny sy ny ankilany nentina any Befandriana hanao fifampirahara- hana.

Misy mpihavana amin’ireo mitady hifamono ireo. Amin’ny lalana mampitohy an’i Befandriana sy Mandritsara no misy ity fokontany ity ka raha misy ny sakana atao ao dia hitoka-monina ny distrikan’i Mandritsara, hoy hatrany ny loharanom-baovao avy any an-toerana… ahiana ho Antsakabary faharoa ity raharaha ity raha tsy voafehy tsara, hoy hatrany izy ireo.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANTANIMALANDY : Zazalahy iray maty tsy tra-drano voadonan’ny ...

Sahabo ho tamin’ny 09 ora sy 45 minitra teo ho eo no nitrangan’ity loza ity ka araka ny fantatra dia ilay taksibe zotra fahafito mampitohy ny bord sy ny plaky 7 eny Belobaka iny no nirimorimo avy any atsinanana ka teo amin’ilay “casseur de vitesse” antsoina hoe plaky mena no nandraofany ilay môtô teo anoloany. Ilay môtô kosa izay nanaja io toerana io ka voatery nampidina ny hafainganam-pandehany nefa voafaoka ka maty. 

Zazalahy iray manodidina ny 12 taona eo no maty tsy tra-drano, iray hafa tapa-tongotra ary ny iray dia naratra mafy ka samy mbola tsaboina eny amin’ny hopitaly avokoa ireo olona roa ireo, raha ny razana iray kosa dia efa niandrasa teny amin’ny fokontany Tanambao Sotema ny alin’io ihany. Araka ny fanazavan’ilay mpamily izay efa nohazonina eny amin’ny kaomisaria santraly hatramin’io omaly nitrangan’ny lozam-pifamoivoizana io, dia ny fahatapan’ny hisatra no nahatonga ny tranga.

Raha vao herinandro lasa teo kosa, hoy indray ilay tompona taksibe zotra fahafito no vita fitsirihana ara-teknika ity fiara ity, izay somary nahazendana ny maro ihany no nandrenesana an’izany. Na inona na inona anefa ifanolanana eo dia ny aina no nafoy teto, fa ny tsy azo ihodovirana dia ny filalaovan’ireo mpamily ny ain’ny mpandeha mihitsy amin’ny antsoina hoe" pointe" na ny fifanenjehana eny am-pamiliana taksibe no tsikaritra fa mahatonga ny lozam-pifamoivoizana mateti-piatranga tahaka izao.

INVMGA.

Ino Vaovao0 partages

ANKIZILAHY NALANA MASO TANY TOLIARA II : Namoy ny ainy teny amin’ny hopitaly

Tsy tana ny ainy noho ireo ratra nahazo azy nandritra ny herisetra nataon’ireo olon-dratsy. Raha tsiahivina  dia noloarana ny masony iray ary mbola nodarohana ity farany. Andro maromaro taorian’ny tranga dia mbola tsy tratra ireo tompon’antoka tamin’ity fihetsika baribarianina niseho tany Belanevoka Kaominin’i Milenaka, distrikan’i Toliara faharoa ity hatramin’izao, raha ny loharanom-baovao.

Raha tsiahivina dia nitrangana halatra taovan’olona tany amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Toliara II ny alakamisy maraina lasa teo. Tovolahy niandry tanimboly misy mangahazo no nisy naka an-keriny ary nalain’izy ireo tamin’izany ny masony havia. Teo ampikasana hanala ny masony havanana ireo jiolahy dia nisy nahita tampoka ka lasa nitsoaka. Nanaitra ny tao an-tanàna avy hatrany ilay nanatri-maso ka vory avy hatrany ny fokonolona. Voalaza fa efa torana tsy nahahetsika intsony ilay ankizilahy kely sady nihosin-dra tanteraka noho ny ratra nahazo azy.

Nifarimbona nitondra ity farany teny amin’ny hopitaly ny vahoaka, ny sasany kosa nanenjika ireo nahavanon-doza. Marihina fa halatra taovan’olombelona no nitranga tany an-toerana ity araka ny fitantaran’ny mponina. Mahoraka any amin’ny distrikan’i Toliara II ankehitriny fa tena mirongatra ny halatra taova .

Pounie

Ino Vaovao0 partages

FITAKIANA SY FITOKONANA : Voavaly amin’ny ampahany ny fangatahan’ny Seces

Tsy nanaiky lembenana fa nitaky ny zony hatramin’ny farany tao anatin’izany ny vondron’ ireo mpampianatra mpikaroka sy mpikaroka mpampianatra na Seces ho amin’ny sampana Antananarivo. Iray volana aty aoriana nanombohana ny fitakiana dia voavaly amin’ny ampahany ny fitakian’ireo mpampianatra.

Ny volana desambara lasa teo raha tsiahivina no niafara tamin’ny fampiatoana ny fampianarana teny amin’ny anjerimanontolo ny fitokonana nataon’izy ireo ary tamin’ity faramparan’ny volana janoary ity vao fantatra fa namaly ny sasany tamin’ireo hevi-dehiben’ny fitakiana ny fitondram-panjakana. Nanamafy ireo mpikambana ao anatin’ny seces fa zon’izy ireo ny manao fitokonana, “ny fitakiana sendikaly dia zo fototra saingy kosa anefa ireo mpampianatra mpikaroka tsirairay avy dia tsy azo terena fa afaka izy mampianatra amin-kalalahana. Ireo mitaky ny zony kosa anefa ka manatanteraka izany manaraka ny baiko sendikaly dia manana ny zony ihany koa hanao ny fitokonana”, hoy ny solontenan’ireo mpampianatra mpikaroka.

Fantatra fa anisany olana sedrain’ireo mpampianatra mpikaroka eto amin’ny sampana Antananarivo ny fampiatoana ireo olona telo izay voalaza fa tsy nanara-dalàna sy tsy nanisy fanajana ny sata mifehy ny seces. Raha tsiahivina dia anisany sorona sy lasibatra voalohany amin’ny fitokonana ataon’ny mpampianatra tahaka izao ireo mpianatra. Efa nisy ny fampitandremana nataon’ireo mpampianatra mpikaroka ny amin’ny tsy hamoahana ny valim-panadinan’ireo mpianatra raha tsy mivaly ny fitakiana. Amin’izao fotoana dia heverina ho efa niravona ny disadisa eo amin’ny seces sy   ny fanjakana ka hiverenan’ny fampianarana amin’ny laoniny.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I VONDROZO : Nizatra ny fomba hiatrehana ny rivodoza am-pitoniana

Tanjona amin’izany ny mba tsy hisian’ny voina toy ny aina hafoy na fananana rava. Ho an’i Madagasikara manokana dia ny rivodoza no loza voajanahary matetika miseho eto an-toerana. Tsy azo sorohina izany, araka ny efa voalaza, saingy kosa azo atao tsara ny mandray ireo fepetra samihafa mba tsy hanimba zavatra maro ny fandalovan’izany. 

Araka izany àry dia fantatra izao fa nanatanteraka fanazarana amin’ny fiatrehana ny loza voajanahary na ny «  execice de simulation  » ny tao amin’ny distrikan’i Vondrozo ny 23 ka hatramin’ny 26 Janoary lasa teo. Hetsika izay niarahana tamin’ny biraom-pirenena misahana ny loza voajanahary (Bngrc) avy ao amin’ny distrikan’i Farafangana. Araka ny fantatra dia fampitan-kafatra no natao ka araka ny fahenoan’ny rehetra ny hafatra no mahatafita sy hahafahan’ny mponina manatanteraka izany. 

«  Ahoana ny fomba hatao mba hiatrehan’ny mponina am-pitoniana ny loza voajanahary  ?  » Io araka izany no hevi-dehibe tian’ny Bngrc hampita amin’ny vahoaka. Nisy ny hetsika lehibe izay notanterahin’izy ireo tao an-tampon-tanànan’i Vondrozo tamin’ny alalan’ny fampisehoana mivantana ny fiatrehana ny loza voajanahary izany. Ohatra lehibe no sady akaiky ary mateti-pitranga eto Madagasikara ny rivodoza. 

Ity farany araka izany no nentin’ny Bngrc, niaraka tamin’ny sampan-draharaha avy ao amin’ny faritra Atsimo Atsinanana sy ny komity misahana ny loza voajanahary ao amin’ny distrikan’i Vondrozo niainga tamin’ny fanazarana. Araka izany dia tafita ny hafatra satria dia efa samy mahay mampihatra ny fombafomba sy ny fepetra tokony horaisina manoloana ny rivodoza sy izay mety ho loza voajanahary ny tsirairay. Noho izany àry dia afaka miatrika am-pitoniana ny loza voajanahary ireo vahoakan’i Vondrozo amin’izao fotoana izao. Ny tarigetra rahateo dia manamafy fa “izay tsara fiomanana tsy ho tampoin’ny loza”.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

ZANDARIMARIAM-PIRENENA ETO MAHAJANGA : Nihena ny fitoriana tao amin’ny Bianco tamin’ny taon-dasa

145 no isan’ireo dahalo saron’izy ireo nandritra iny taona 2017 lasa teo iny, raha 1006 kosa ireo toerana vita fitsidihan’ny lehiben’ny kaomandin’ny zandarimariam-pirenena tato anatin’ny faritra iadidiany ary 40 ireo toerana teboka mena nanaovana ny fampandriana ny fahalemana. 

Tomban’ezaka io tamin’iny taon-dasa iny fa avo roa heny amin’ireo no tsy maintsy tratrarina amin’ity taona ity, hoy ny Kolonely Behivoka Fiederch, kaomandin’ity fari-piadidiam-paritanin’ny zandary eto Mahajnga ity. Ny ady amin’ny kolikoly izay naha voalohany azy ireo no anisany ngeza indrindra ny amin’ity vinan’ny zandary amin’ity taona ity, hoy hatrany ity manamboninahitra miadidy ny zandary eto Mahajanga ity. 

Nahitana ireo solontena avy tamin’ireo vondron-tobim-pileovana efatra mandrafitra ny fari-piadidiana ho an’ny zandary no tonga nifaly nandritra io fifampiarabahana ny tonon-taona vaovao nataon’izy ireo teto Mahajanga io, izay natrehan’ireo solontenam-panjakana isan-tsokajiny teto an-toerana ka nirarian’ireto farany soa hahavitan’ny zandary ireo ezaka kendrina.

INVMGA.

Tia Tanindranaza0 partages

Sandam-bola Tsy mitsaha-mitotongana ny vola Ariary

Hatramin’ny fiandohan’ity taona 2018 ity, izany hoe tato anatin’ny telo herinandro dia nitotongana 120 ny sandan’ny vola Malagasy Ariary mihoatra amin’ny EURO.

 

 Raha 3 873,76 Ariary ny EURO iray tamin’ny fiandohan’ny taona dia efa nanafosafo ny 4.000 Ariary, (3 994,71 Ariary) omaly teny amin’ny tsena fifanakalozana. Raha atao ny salanisa, dia mitotongana 40 Ariary isan-kerinandro ny vola Malagasy. Raha ny voalazan’ny manampahaizana ara-toekarena dia fiantraikan’ny fanafana entana be loatra niatrehana ny tsena faran’ny taona lasa iny no anisan’ny niteraka an’io fitotongan’ny Ariary io, noho ny fivoahan’ny vola devizy be loatra nividianana entana, nefa isika zara raha manondrana nankany ivelany.

 Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetezana tapaka any AmbatofinandrahanaTsy raharahiana satria MAPAR ny depiote?

Mametra-panontaniana ny mponina hoe raha HVM ve ny depiote voafidim-bahoaka tao Ambatofinandrahana Christine Razanamahasoa avy amin’ny MAPAR sy ny depioten'Ambositra Hary Andrianarivo avy amin’ny Mampiray dia tsy namboarina ny tetezana mihazo an’Ambatofinandrahana ao Andranonanakova?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taksibe mihazo an’ ItaosyNitokona tsy nety niasa ny ankamaroany omaly

Nitokona tsy nety niasa avokoa ny ankamaroan’ireo taksibe mihazo an’i Itaosy toy ny zotra 133 mampitohy an’Analakely sy Itaosy, ny KOMIFI sy ny KOMAFILA omaly.

 

Antony, dia noho ny fisian’ireo andiana mpitandro ny filaminana tonga nisava ny antontan-taratasin’ny fiaran’izy ireo ka naka avy hatrany izany ho an’ireo tsy nanara-dalàna. Betsaka tokoa ireo  tratra ka voatery namonjy fodiana tsy fidiny. Kivy ireo naman’izy ireo  sasany ka tsy nisy nivoaka intsony  koa. Ireo mpandeha no nifatraran’ny rihitra. Nisy tamin’izy ireny no niandry efa ho ora iray tamina tobim-piantsonana iray saingy tsy nahita mihitsy.  Voatery nandeha dia an-tongotra ny rehetra, tranga izay mbola nitohy hatramin’ny omaly folakandro. Nanambara ny sasany tamin’ireo mpamily fa ny mahazo azy amin’ny fitohanana mihazo an’Itaosy aza efa manahirana nefa  mbola manao antsojay koa ny mpitandro ny filaminana.

 

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ampoizo ny tsy nampoizina !

Samy velom-panontaniana ny rehetra hoe inona no hiseho eto amin’ny firenena ato ho ato amin’ity resaka politika ity? Iza marina no ho kandida ary iza sy iza no hifanohana? Samy miandry ny rehetra, ary efa isan’ny niteraka resa-be ny momba ny mety hisian’ny fifanohanana eo amin’ny heverina fa ho kandida lehibe roa, dia i Marc Ravalomanana sy Andry Rajoelina.

 Tsy misy afaka ny hitompo teny fantatra ny amin’izany, fa ny tantara aoriana no hitsara. Ny toe-draharaha sy ny rivotra tany amin’ny 10 taona lasa tsy hitovy velively amin’ny ankehitriny. Ny tokony ho ao an-tsain’ny rehetra kosa dia ny hoe: mila ampoizina ihany ny tsy nampoizina amin’ny tontolo politika. Tsy resaka izy mirahalahy mianaka ireto ihany fa ny tontolo fanaovana politika eto amintsika mihitsy. Ny mpinamana anio mety ho lasa mpifahavalo atsy ho atsy, ary ny mpifanenjika omaly mety ho lasa mpinamana anio. Efa manomboka miseho tsikelikely izany any an-dapa any amin’izao  hoe ny olona tena lehibe ao anatin’ny fitondrana no efa tonga saina na koa matahotra ny ho tratra farany anagamba, ka manomboka mamboly fihavanana amin’ny aty ivelany. Fotoana sisa andrasan’ny rehetra na ho ela na ho haingana, dia ho vaky tanteraka ny ady, ary hiseho ihany koa ny fanorenam-pihavanana hoe olona avy aty ivelany fatra-panenjika ny fitondrana no handeha hisonanina amin’ny seza hanadino ny vava be navoakany tany aloha. Mila ampoizina ihany ny tsy ampoizina fa amin’ny politika tsy misy ny hihavana mandrakizay, na koa ho mpifahavalo mandrakizay izany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsipy kanetibe « Triplette Boss »Amin’ny 3 sy 4 febroary ny dingana faharoa

Ekipa olon-telo miaraka (Boos 1 sy Elites 2) niisa 34 no nandray anjara tamin’ny dingana 1 amin’ny “qualification 8è Star Master Thailande de pétanque” notontosaina tetsy amin’ny boulodrome CBT Mahamasina ny sabotsy 27 sy ny alahady 28 janoary 2018.

Tia Tanindranaza0 partages

Ivontoerana mpandinika ny fihetsiky ny tany (IOGA)Notapahana hatramin’ny oktobra 2017 ny jiro

Nisehoana horohorontany tany tany amin’ny faritra Antsirabe omaly vao mangiran-dratsy tokony ho tamin’ny roa maraina. Toerana maro toa an’i Betafo hatrany Ambositra no niantefany.

 Tsy nisy kosa ny fahapotehan-javatra be naterany na somary nahery ihany aza io horohorontany io, araka ny fampitam-baovao. Raha tsiahivina, ny 12 janoary 2017 no nisy horohorontany mahery vaika nahatratra 5,9 Richter tany amin’iny faritra Antsirabe, ary naharitra 58segaondra. Ny IOGA (Institut et Observatoire de Géophysique d'Antananarivo), izay sampandraharaha misahana ny fandinihana ny fihetsiky ny tany eto amintsika, manana ny foibeny eny Ambohidepona no misahana ny fandinihana ny toe-javatra tahaka izao. Raha ny vaovao azo, mandalo olana io ivontoerana io amin’izao fotoana. Hatramin’ny 5 oktobra 2017 no notapahana ny jiro tao an-toerana fa tsy voaloa ny volan’ny Jirama. Raha sanatria miseho tampoka ny horohorontany mahery vaika, dia efa tapohiny eto ny rehetra. Voalaza moa fa efa an-dalana ny famahana ny olana. Tsy ampahafirin’ny minisitera na tranom-panjakana tsy mandoa vidin-jiro io ivontoerana io. Tsy ahiana angamba ny horohorontany ary tsy ilaina ny fandinihana ny fihetsiky ny tany eto amintsika !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

TOETR’ANDRO

Any amin’ny 4.000 km miala ny morontsirak’i Madagasikara no nisy ny foiben’ilay rivo-doza Cebile omaly, raha araka ny fanazavana azo teo anivon’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro.

 

 Mandeha mianatsimo miankandrefana hatrany ny fizotry  diany saingy na izany aza  tsy atahorana hahakasika antsika eto Madagasikara raha araka ny fanazavana azo hatrany.

KOPIA

 

Mbola betsaka amin’ireo olona ao anatin’ny distrikan’Atsimondrano  no tsy manana kopia mari-pahaterahana. Ankoatra ireo ankizy kamboty sy tsy manam-piahy dia voakasika ihany koa ny olon-dehibe, antony nanosika ny ONG Tsaramasoa hiara-hiasa amin’ireo kaominina maro eny an-toerana.

 

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA

 

Nitrangana lozam-pifamoivoizana namoizana ain’olona iray tao Mahajanga omaly. Fiara lehibe iray no nandona môtô  avy any aoriana ka maty tsy tsa-drano ny mpamilin’ity farany. Ankoatra izay dia olona roa ihany koa no fantatra fa naratra mafy.

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiroboroboana ny fizahantanyHiara-kiasa ny fanjakana sy ny Airtel

Mba hahafahana mampiroborobo ny sehatry ny fizahantany eto amintsika ka hanasongadinana ireo toerana ahitana karazan-java-maniry sy biby hananantsika tsy fahita any ivelany dia hikarakara fifaninanana ho an’ny olom-pirenena rehetra ny fitondram-panjakana amin’ny alalan’ny minisiteran’ny fizahantany sy ny orinasam-pifandraisana Airtel.

  “I love you Madagascar” no lohahevitra nampitondraina ny hetsika. Hisokatra amin’ny alakamisy fiandohan’ny volana febroary ho avy izao ny fisoratana anarana. Hiseho amin’ny endrika maro ny fifaninanana, raha araka ny fanazavana azo omaly. Anisan’ireny ny sary pika. Eo ihany koa ny horonantsary mihetsika raha tsy latsa-danja amin’izany ny famoahana ny hakanton’i Madagasikara amin’ny alalan’ny soratra izay miaraka aminy. Manerana ny Nosy no hanaovana ny fifaninanana. Olona manodidina ny 3 tapitrisa eo ho eo no ezahina hahazo tombontsoa, mpanjifan’ny orinasam-pifandraisana Airtel Madagascar ankoatra ireo mpanjifa avy amin’ny tambajotra hafa. Alefa mivantana avy hatrany amin’ny adiresy mailaka iloveyoumadagascar@gmail.com ireo rakitsary sy soratra vonona hifaninana. Isaky ny faran’ny volana dia olona miisa dimy no ezahina hahazo loka, anisan’ireny ny fahafahana mandeha miala sasatra any Nosy-be sy Sainte Marie. Tsy latsa-danja amin’ireny ireo karazana fanomezana maro samihafa avy amin’ny Airtel. Tontosa soa aman-tsara omaly ny sonia fifanekem-piaraha-miasa eo amin’ny roa tonta mifandraika amin’izay.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

“Vitre fumée” ho an’ny fiaraManjaka ny tsy ara-dalàna, 50.000 Ar ny manao azy

Voarara tanteraka teo aloha teo ny fanaovana ireny fitaratra tsy tantera-pahazavana “vitre fumée” ireny ho an’ireo fiara tsy nahazo alalana. Lasa gaboraraka ny fanaovana azy ankehitriny.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Avaratetezana - AmpitatafikaMiha mahazo vahana ny olan’ny fananantany

Mihamahazo vahana hatrany ny olana momba ny fananantany eto amintsika.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Anao ny safidy

Fanavotana sy fanavaozanaVinavina sy fanandratana.Kabary be tsy misy faranyNa teto an-toerana na tany Ivelany.

 Adinodino ve ny andavanandro?

Ny andro ratsy zary nisy masoandro.

Politika daholo anefa ireny 

Fampandriana adrisa ,mandrebireby.

 

Eny ho aho RaMalagasy, 

Dia hisy tokoa ve ny hiova lasy?

Hoe resy lahatra tamin'ny lahateny

Dia hiova dada sy hiova neny. 

 

Tsarovy anefa fa anao irery ny safidy

N'iza miseho ho favy na iza handidy?

Alaivo ambony alaivo ambany

Mba tsy hanenenana any aoriana any.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Entana vita SinoaHihena ny gaboraraka

Omaly no natao tetsy amin`ny hotely Carlton ny sonia fifanarahan`ny firenena sinoa sy ny Ofisy Malagasy izay mifehy ny fananana ara-Indostria (OMAPI) momba ny fitehirizana sy ny fiarovana ny marika sy ny anaram-barotra eto Madagasikara.

 

 Ny minisiteran`ny Indostria sy ny varotra sinoa, ZHANG Mao sy ny ekipany no tonga nanatanteraka izany. Tetsy an-daniny, tonga nanamafy ny fifanarahana ny minisitry ny indostria sy ny fampiroboroboana ny sehatra tsy miankina mpiahy ny OMAPI, Tazafy Armand ka nanambara fa tokony hapetraka mazava tsara eto amin`ny firenena ny lalàna mifehy ny fiarovana ny marika sy anaram-barotra. Hamaha olana, hoy ihany izy ny fifanaovan-tsonia ity manoloana ireo entana sinoa mitobaka eto an-toerana ary hiteraka tombontsoa ara-barotra amintsika. Ankoatra izay dia nanambara ny tale jeneralin`ny OMAPI, Andriamatoa Ravoaraharison Christian Claude fa mbola maro ny ezaka atrehina, indrindra manoloana ireo entana avy any Chine ratsy kalitao sy mora simba saingy efa dingana lehibe izao fifanarahana izao ary hitondra fanatsarana amin`ny entana sinoa miditra eto amintsika. Tsy afa-miala amin`ny fanatontoloana isika saingy mila mandray andraikitra amin`ireny entana miditra eto amintsika ireny ka mba hisitraka ny tsara, indrindra tsy hamono ny toekarena Malagasy.

 

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Jacob Zuma –filohan’i Afrika AtsimoMananontanona ny fanonganana azy

Ho tonga eo amin'ny tsotsorimamba isarahana angamba ny filoham-pirenena Jacob Zuma sy ny firenena Afrika Atsimo raha izao no mitohy.

  Voarohirohy amin`ny raharaha maro samihafa misy ifandraisany amin’ny kolikoly avo lenta izy. Miketrika fanonganana an`ity filoha ity ny Antenimieram-pirenena any an-toerana ankehitriny ary mety amin`ny volana febroary dia ho tanteraka izany. Raha tsy manaja tena mametra-pialana Atoa Jacob Zuma dia ho very ireo tombontsoa amin`ny maha filoham-pirenena azy kanefa raha  manaraka an`izay lalana izay dia mety hahazo fanenan-tsazy. Efa diso manjaka ny kolikoly ataon`ny filoha, ka tsy hanaiky lembenana ary tsy handefitra aho amin'ny fanaovana mizana mitsindry ila, na ny kiantranoantrano, hoy ny filoha vaovao mitantana ny ANC Cyril Ramaphosa. Marihina fa ny vady voalohan’Atoa Jacob Zuma, Nkosazana Dlamini Zuma izay nitarika ny vaomieran’ny vondrona Afrikanina teo aloha, no nifaninana taminy ny  volana desambra lasa teo. Nandeha be ny resaka fa raha lany  filohan`io antoko io Rtoa Nkosazana Dlamini Zuma dia mety tsy ho tonga amin`izao toe-draharaha izao Atoa Jacob Zuma satria tsara mpiaro, saingy tsy nety ny kajy koa dia izao izy miozongozon-tseza izao. Toy izao toe-draharaha misy any Afrika Atsimo izao mihitsy no mitranga eto amintsika dia ny kiantranoantrano amin'ny fitantanana ny firenena, ny kolikoly, ny fanomezana tombontsoa manokana ny fianakaviana na namana akaikin’ny mpitondra. Toa misy mampitovy azy izany ny zava-misy any Afrika Atsimo sy eto Madagasikara. Fa moa ve mba manana fahasahiana tahaka ny nataon’ny parlemantera Afrikanina tatsimo ireo solombavambahoaka eto Madagasikara ? Na dia hanasaziana ny mitovy antoko amin’ny tena aza ?

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fampiorohoroana tany Afghanistan16 no maty, 26 naratra

Nanatanteraka asa fampihorohoroana indray ny « Etat Islamique » omaly maraina. Akademia miaramila 1 ao Kaboul renivohitr’i Afghanistan no notafihan’izy ireo tamin’ny fandefasana olona nanao vy very ny ainy miisa 5 nanomboka ny maraim-be, ka olona 16 no maty ary 26 no naratra raha ny nambaran’ny Ministeran’ny fiarovam-pirenena any.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby seksiona Antananarivo RenivohitraMiato kely aloha taorian’ireo lalao ampahavalon-dalana faharoa

Tontosa tamin’ny an-tsakany sy an-davany ireo lalao rugby ampahavalon-dalana andiany faharoa nokarakarain’ny seksiona Antananarivo Renivohitra notontosaina tetsy amin’ny kianja Malacam Antanimena ny alahady 27 janoary 2018 teo. Tontosa tamin’ny an-tsakany sy an-davany ireo lalao rugby ampahavalon-dalana andiany faharoa nokarakarain’ny seksiona Antananarivo Renivohitra notontosaina tetsy amin’ny kianja Malacam Antanimena ny alahady 27 janoary 2018 teo.

 

Araka ny fivoriana notinapak’ity seksiona Antananarivo Renivohitra ity izay nivory toy ny mahazatra azy omaly alatsinainy 28 janoary dia miato kely aloha ny fanohizana ny fifaninanan-dry zareo mba hahafahan’ny eo anivon’ny Analamanga Rugby miroso amin’ny fiadiana ny “Coupe d’Analamanga 2017” manomboka amin’ny alahady 4 febroary 2018.

Voka-dalao tetsy Malacam :

Csa 15 – 10 Tafia   

Cfa 13 – 11 Espoir   

Hiza 17 31 – 06 Fca   

XV Volks 15 – 08 Jamaïc  

Cosm du Sud 12 -06 Usa Ankadifotsy 

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Boriborintany faha-2 sy ny mpomba an-dRavalomananaNifampiarahaba nahatratra ny taona niaraka tamin’ny de...

Nifamotoana teny Ambohipo nifampiarahaba noho ny fahattrarana ny taona 2018 ny mpikambana TIM ao amin’ny boriborintany faha-2 sy ireo mpomba ny prezidà Ravalomanana nahatratra 2000 olona ka ny depiote

Madonline0 partages

Madagascar, pour la promotion d’une filière cacao durable

Des experts de l’Organisation Internationale du Cacao, conduits par l’Ivoirien Jean Marc Anga, séjournent à Madagascar pour se pencher sur l’avenir de la filière dans la Grande Ile. Un atelier sur le thème «Pour une filière cacao durable à Madagascar » se déroule ainsi à Antananarivo, la capitale, du 30 janvier au 1er février 2018, avec les acteurs de la filière, réunis au sein du Conseil national du cacao, les représentants du gouvernement et des partenaires techniques et financiers du pays.

Les questions relevant de la recherche, des infrastructures, de l’organisation de la filière et de la communication se trouvent au centre des discussions entre les acteurs concernés. L’élaboration d’une politique nationale du cacao et d’une feuille de route pour la promotion de la filière est attendue à l’occasion de l’atelier d’Antananarivo.

Il est question, pour Madagascar, de trouver les moyens de tirer profit de cette filière, essentiellement d’exportation. La production nationale, estimée à environ 10 000 tonnes par an,  est moindre par rapport à celle des autres pays grands producteurs, pour ne citer que la Côte d’Ivoire, avec une moyenne de plus d’un million de tonnes de production par an, mais, pour Madagascar, l’enjeu réside dans la qualité.

Les prix d’excellence obtenus par le cacao de Madagascar témoignent de sa qualité. On a cité notamment la médaille d’or du concours « Great taste Awards », en 2014, du label « cacao 100% fin », du « Top Brand » du salon du chocolat au Japon en 2016 et du « Prix Gold » obtenu par la Chocolaterie Robert en 2017.

Les contraintes sont nombreuses pour la filière cacao dans la Grande Ile. Le Conseil national du cacao a évoqué l’état désolant des routes pour l’évacuation des produits dans la partie Nord de Madagascar, la vieillesse des plantations et la fluctuation des cours du cacao au niveau international.

Pour faire face aux nombreux défis de la promotion de la filière, le Conseil national du cacao a été ainsi mis en place, regroupant les producteurs, les transformateurs et les représentants des organes étatiques. Diverses actions ont été déjà menées pour faire évoluer la filière, notamment la construction à Ambanja, dans le Nord, d’une pépinière de 4000 m2, la plus grande pépinière d’Afrique en ce moment, l’accompagnement des producteurs, l’amélioration du processus post récolte et la mise en place d’un mécanisme d’analyse de qualité avant l’exportation des fèves. Ces différentes mesures devraient permettre de maintenir la qualité du cacao malgache, à défaut de concurrencer les grands producteurs en termes de quantité.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

ITM 2018, Le patrimoine naturel sera mis en avant

Le rendez-vous est pris pour les professionnels du tourisme de Madagascar et des Iles Vanille. La Foire internationale du tourisme de Madagascar édition 2018 se déroulera du 31 mai au 3 juin prochains au Village Voara d’Antananarivo.

Dans la foulée d’une édition 2017 pleine de promesses qui a vu la fréquentation augmenter de 50% (10 471 visiteurs contre 5 723 en 2016) et le nombre de participants augmenter de 100% (208 contre 100 en 2016), le salon affiche ses ambitions pour cette année avec un important dispositif de communication mis en place. L’ITM entend ainsi renforcer sa position d’incontournable parmi les évènements du secteur pour les acteurs majeurs de l’industrie dans la région. Pour le PCA de l’Office malgache du tourisme Joël Randriamandranto, le salon a sa place dans la région et à l’international. L’objectif cette année est de drainer 15 000 visiteurs.

Intervenant à la présentation de l’évènement, le ministre malgache du Tourisme Roland Ratsiraka a rappelé le potentiel touristique de la Grande île. Il a indiqué qu’il est de la responsabilité des acteurs de faire en sorte que ce secteur porteur ait un avenir à Madagascar.

Pour l’édition 2018, l’accent sera mis sur l’écotourisme où le patrimoine naturel de Madagascar et des Iles Vanille aura une importance particulière.

La Vérité0 partages

Pnd et « Fisandratana Mirindra » - Deux visions présidentielles en un seul mandat

 

Courir après plusieurs lièvres à la fois ! C’est l’impression que donne le Président Hery Rajaonarimampianina après la récente présentation du fameux « Fisandratana Mirindra », vision 2030 à Iavoloha la semaine dernière. Une 2ème vision présidentielle qui efface toutes traces du Programme national de développement (Pnd) laissant un énorme goût d’inachevé.

 

Aucune évaluation, aucun bilan, aucun compte rendu de résultats. Qu’est – il advenu du Programme national de développement (Pnd) qui est censé être une stratégie globale pour le développement de Madagascar ? Un plan dont l’exécution est normalement prévue sur la période entre 2015 et 2019. Dans la  revue intitulée « l’essentiel du Plan national de développement »,  il est clairement écrit que le Pnd reflète la vision présidentielle  « Madagascar moderne et prospère » et se base sur la politique générale de l’Etat. Depuis sa mise en œuvre, aucun résultat palpable.  Les 5 grands axes stratégiques évoqués dans le Pnd sont, notamment, la gouvernance  et l’Etat de droit, la préservation de la stabilité économique et appui au développement, la croissance inclusive, la valorisation du capital naturel, le capital humain adéquat au processus de développement et le renforcement de la résilience aux risques de catastrophes. A cela s’ajoutent 4 objectifs macroéconomiques dont celui d’assurer l’équilibre interne et externe,  maîtriser l’inflation, stabiliser les taux de change et réussir la croissance économique inclusive. Autant de défis qui semblent échapper au contrôle du régime en ce moment si l’on ne citait que le volet économique. Depuis la fin de l’année 2017, l’on assiste à une chute vertigineuse de la monnaie nationale. Une descente qui devra encore se poursuivre cette année 2018 si l’on en croit les prévisions des économistes. A preuve, la valeur d’un euro a atteint les 4 000 ariary depuis lundi sur le marché interbancaire de devises.

 Une course inutile !

 Comme à son habitude, ce fut en marge de son déplacement à Addis – Abeba, en marge du 30ème sommet de l’Union africaine que Hery Rajaonarimampianina s’est exprimé à propos du lancement de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (Iem) par l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina. Sa réponse à la question des journalistes des médias publics a surpris plus d’un car remettait en doute la réalisation de la vision de son ex – allié. « Je ne vais pas dire qu’il va réaliser tout cela  ou pas. Voyez l’histoire de notre pays. Une personne doit être jugée par ses propres réalisations. Nombreux sont ceux qui tentent de faire des promesses en l’air mais la population est le seul à juger », a déclaré le locataire d’Iavoloha. A croire que le Président de la République parlait pour lui – même. Malgré les mirages que le Chef de l’Etat et son entourage veulent faire voir à la population, la réalité ne peut être voilée.  L’Insécurité est à son summum, l’économie reste fragile, l’ariary continue sa dépréciation, l’inflation bat son plein. Alors que les actions promises lors de la première vision présidentielle  peinent à se concrétiser, une 2ème vision est déjà présentée. 

En un seul mandat, Hery Rajaonarimampianina a donc présenté deux visions. En tout cas, si l’objectif du Président était seulement de devancer ses adversaires politiques, il se livre à une course inutile. Un bref coup d’œil sur le bilan de ses 4 années au pouvoir du Hvm pousse les simples citoyens à se demander par quel « miracle électoral » le Président de la République espère – t – il encore briguer un second mandat.

  S.R.

 

La Vérité0 partages

Initiative forte

Comme il fallait s’y attendre, la présentation officielle de l’ « Initiative pour l’émergence de Madagascar »(Iem) avait bel et bien eu lieu au Petit Palais, Musée des Beaux-Arts (Paris) le vendredi 26 janvier, vers la fin de l’après-midi. Andry Nirina Rajoelina, l’ancien homme fort de la Transition, après quatre longues années de mutisme absolu, brisa le silence. Il est dit, d’ailleurs, quelque part qu’il y a « un temps pour se taire et un autre pour parler ». En effet, le temps d’annoncer quelque chose de sérieux pour le bien du pays est venu. D’un air convaincu et emballé, Rajoelina fait part de son constat le plus critique ainsi « Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et observer d’un œil passif face à la situation qui prévaut au pays… ».

Les quatre années de silence, loin d’être une traversée du désert, furent mises à profit par l’ex-président de la Transition pour étoffer ses acquis personnels et surtout pour concocter un ensemble de stratégies susceptibles de faire sortir Madagascar de la situation inextricable dans laquelle il est coincé. Une initiative forte pour lancer la Grande île dans l’orbite du développement qui a vu la participation laborieuse d’experts nationaux et internationaux. Andry Nirina Rajoelina, le père fondateur de l’Iem, dans une courte intervention de quinze minutes devant un parterre d’invités de marque visiblement conquis à la cause de l’Iem, annonça la couleur et donna le top de ce vaste programme qui se veut être bâtisseur. Tout en se gardant de critiquer ou citer nommément telle ou telle personne, l’ancien locataire d’Iavoloha, dressa, sans complaisance, le tableau sombre retraçant le calvaire des Malagasy. Madagascar, un pays regorgeant d’immenses richesses, ne mérite point la misère dont il est question. Une fois de plus, évitant de se verser dans une démarche de donneur de leçons ou de rageur en critiques à qui que ce soit, l’ancien chef de la Transition, dans une maturité et selon la sagesse de nos ancêtres, appelle à une mobilisation générale, de « tout le monde », universitaires, étudiants, hommes politiques, opérateurs économiques de tous les secteurs, société civile et simples citoyens à se joindre à cette « initiative » afin d’unir toutes les forces. L’adage « l’union fait la force » n’a jamais perdu sa vertu, particulièrement, en circonstance pareille. A la différence du  marchand de sable, spécialiste en château de sable, le vrai bâtisseur est celui qui choisit d’ériger l’édifice sur un socle de granit, imperturbable, capable de résister contre vents et marées. Sur un roc où chacun pourra se fier. Le moment est venu pour le pays de prendre en main sa destinée. Andry Rajoelina, sur les antennes de Rfi, déclara sans ambages, sa ferme conviction de redonner la vie à cette Nation qui a trop souffert. Il est prêt à retrousser les manches et mettre la main à la pâte en faisant part de sa disposition de s’engager aux prochaines échéances. Les quatre années de retrait de la vie politique nationale lui ont permis d’affûter les « armes », et ce, pour mieux affronter les difficultés et les pièges dans la gestion des affaires du pays. Tout compte fait, c’est une initiative forte au service des intérêts supérieurs de la Nation et que tous les Malagasy attendent depuis toujours.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Préparation des élections Le paysage politique dans le flou

 

Les inquiétudes tendent à gagner du terrain au plan international et national. A Addis-Abeba, Ethiopie, en marge du 30e sommet de l’Union africaine (Ua), le haut représentant du président de la commission de l’Ua pour le silence des armes d’ici 2020, Ramtane Lamamra, a rencontré le Président Hery Rajaonarimampianina. Les deux personnalités ont procédé à un balayage de l’horizon politique dans la perspective de la tenue des élections présidentielles malagasy. Au début du mois, le ministre algérien des Affaires étrangères est venu à Antananarivo pour le même motif. Ses insistances semblent traduire le souci africain quant à l’organisation sereine des élections sur l’île.

 

 Manque d’intérêt

Parallèlement, une délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie conduite par l’ancien président de la transition au Niger, Salou Djibo, est dans nos murs depuis lundi. La venue  des experts francophones coïncide avec la clôture provisoire de la révision annuelle de la liste électorale (Rale 207-2018). Beaucoup d’électeurs n’y sont pas encore inscrits. Pour Laza Razafiarison, président du parti Rassemblement des citoyens  responsables (Rcs), le contexte actuel est fort peu rassurant. Le candidat aux présidentielles de 2013 suggère ainsi le report de la fermeture provisoire de la Rale. Il reconnaît en même temps le manque d’intérêt des citoyens aux choses politiques. « Les gens savent à l’avance les manœuvres visant à frauder le vote », a-t-il lâché.

 Démiurges

De ce fait, il reproche le mode opératoire de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni). « La révision annuelle de la liste électorale se maîtrise au niveau des Fokontany », a-t-il indiqué. La raison en est que l’agence électorale n’a aucun démembrement dans les Fokontany. Ceux-ci étant sous l’autorité directe du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, la Ceni, censée jouir de la pleine indépendance, reste dépendante de l’administration centrale. A ce propos, tous les yeux tournent vers Olivier Mahafaly Solonandrasana, Premier ministre et ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation à la fois. Le locataire de Mahazoarivo ne sera éjecté de son siège qu’après les élections. L’homme n’est pas en odeur de sainteté avec des caciques du parti présidentiel Hvm. La structure compte des opportunistes semblables aux démiurges.

 Eléments inefficaces

Ces derniers veulent la tête du patron de l’administration aux risques et périls de leur candidat. Mais ils ne peuvent rien contre lui pour l’instant. Les réunions se multiplient à ce sujet alors que le surnommé « Oms » bénéficie du soutien solide de ses collègues administrateurs civils et proches collaborateurs qui détiennent le règne du pouvoir au niveau des Préfectures et des Districts. Il a entre ses mains toute l’administration territoriale en dépit de l’appel pressant du lèche-botte d’Analanjirofo Willy qui a exhorté le talentueux architecte du Plan Emergene 2030 Hery Rajaonarimampianina à se  débarrasser des éléments inefficaces et nuisibles. Justement, le vice-président de la Ceni, Thierry Rakotonarivo, un administrateur civil de carrière, s’est exprimé sur la nécessité de revoir les règles régissant les élections. Tout paraît flou, à en croire ses dires, et il faut mettre les points sur les  « i ». « L’établissent du calendrier électoral et l’appel des citoyens à se rendre aux urnes demeurent des prérogatives exclusives du Gouvernement », a-t-il remarqué. Les citoyens, quant  à eux, présagent une période préélectorale assez agitée compte tenu de la conjoncture.

 Harcèlements

Un certain Roberto  Miadamana accuse les dirigeants d’en être l’instigateur principal. « Ils cherchent la petite bête à tous ceux qui sont susceptibles de leur faire ombrage. Je cite plus particulièrement le cas du Président Marc Ravalomanana. Je condamne les harcèlements que le pouvoir lui fait subir. Je ne suis pas un partisan du Tim. Mais je reste fidèle au principe », observe-t-il. A son avis, les autorités considèrent l’ancien Président comme s’il n’était pas un Malagasy. Elles lui barrent la route là où il se rend, ce qui pourrait déclencher des incendies sporadiques. « Ils ont peur des politiciens comme lui. Par contre, ils laissent les criminels et les étrangers qui pillent notre pays parcourir en toute liberté le territoire », regrette Roberto Miadamana.

 Vote aveugle

Selon son point de vue, le déroulement de la  prochaine campagne électorale n’inspire pas la confiance. L’insécurité rampante à travers l’île menace de la saper. Personne n’osera se rendre dans la brousse pour y faire la propagande si la précarité sécuritaire est irrésolue. Ceci dit, un fort taux d’abstention est à craindre dans les contrées lointaines. Il en sera de même du vote aveugle. Il n’y aura pas de choix raisonné avec ce que cela suppose de conséquences néfastes sur la vie de la nation et la démocratie à Madagascar. Somme toute, le paysage malagasy est complètement dans les brumes à présent alors que le pays avance vers les élections.

 M.R.

 

La Vérité0 partages

Rn4 - Un « Sprinter » intercepté avec des colis suspects

150 kg d’Agathe, une variété de pierre semi-précieuse ainsi que d’autres colis suspects. Ces colis sont constitués de 6 jerricans de 20 kg de chaque et remplis de crevettes, de camarons et de plusieurs types de poissons… C’est ce que des éléments de la Brigade routière de gendarmerie de Maevatanàna ont saisi lors d’une fouille sur un taxi-brousse Mercedes-Benz Sprinter venant de Marovoay. Cette belle prise de la Gendarmerie a été réalisée la nuit du lundi à un check-point de la Commune d’Antanimbary, sur la Rn4. Lors des vérifications, le conducteur n’avait aucune autorisation, ni autre document pouvant justifier l’acheminement de la « marchandise » vers la Capitale.

Et surtout, les poissons avaient été prises durant une période d’interdiction de pêcher jusqu’au 15 février prochain. Ce qui risque d’aggraver les choses.  Du coup, le chauffeur du véhicule était sur la défensive en arguant qu’il n’a fait que transporter ces colis qu’un particulier domicilié à Marovoay l’eut confié, selon l’information.   Puisque le délit relève plutôt du domaine économique, et donc nécessiterait plus de temps pour l’enquête, l’officier de Police judiciaire a pris sa décision. Il a autorisé le chauffeur en cause à ramener ses passagers jusque dans la Capitale, ces derniers ne devant aucunement souffrir du contre-temps lié à l’enquête pour rejoindre la capitale. « Si jamais le chauffeur en question serait tenté de fuir, il fera l’objet d’un mandat d’arrêt ! », a confirmé la Gendarmerie. Néanmoins,  le département de la surveillance de la pêche a été saisi. De son côté,  le chauffeur du taxi-brousse a fait ses décharges et aurait  fourni un renseignement à propos du commanditaire à Marovoay. Contacté par le transporteur dès le début de matinée hier, ce  dernier serait déjà convoqué à la Gendarmerie, selon toujours l’information. 

F. Roland

Midi Madagasikara0 partages

Sommet d’Addis Abeba : Hery Rajaonarimampianina évoque la malnutrition

La majorité des coûts de santé associés à la sous-nutrition a  lieu au cours des 12 premiers mois de la vie de l’enfant. 1 à 12% des redoublements à l’école sont associés à des retards de croissance.

Les résultats de l’étude des coûts de la faim COHA ont été présentés par le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina, aux Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine, hier, à Addis Abeba. Au terme de son intervention, il a lancé un appel à ses pairs pour relever ensemble le défi de l’accès de la population aux services de prévention et de prise en charge de la malnutrition chronique et de tenir les engagements dans l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD) pour éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire et enfin de promouvoir l’agriculture durable. Il s’agissait d’évaluer l’ampleur de la malnutrition en Afrique.

Données. Les résultats sont acquis pour 12 pays, dont Madagascar, tandis que des discussions sont entamées pour six  autres. La Commission de l’UA dispose actuellement d’un ensemble de données, démontrant qu’il est fondamental de se focaliser sur la nutrition des enfants: trois  millions meurent chaque année de malnutrition et 59 millions d’autres en sont victimes. La sous-nutrition et la malnutrition constituent un véritable frein au développement social et économique. En effet, le coût annuel lié à la sous-nutrition infantile représente 1,9% à 16% du PIB de chaque pays et seul un enfant sur cinq souffrant de sous-nutrition fait l’objet d’une attention médicale adéquate.

Plan d’action. En terminant la présentation de l’étude sur le coût de la faim en Afrique, le Président Hery Rajaonarimampianina a indiqué que des actions sont mises en œuvre dans plusieurs pays. En Ethiopie, un filet social de sécurité a été décidé, couplé à un plan d’action. Le Lesotho développe une politique nationale sur l’alimentation et la nutrition. En Ouganda, le retard de croissance est reconnu comme étant un indicateur clé de développement. Au Swaziland, le plan national d’investissement agricole a incorporé des objectifs en matière de nutrition, y compris en matière de réduction de retard de croissance.  En ce qui concerne Madagascar, le chef de l’Etat a indiqué que la COHA est à l’origine du Plan National d’Action pour la Nutrition 2017-2021. Toujours est-il que la malnutrition reste toujours un sujet d’actualité pour un pays comme le nôtre.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Processus électoral : Des experts de l’OIF dans nos murs !

L’OIF va également participer à l’audit des listes électorales dans les jours qui viennent.

A la veille de la fermeture provisoire de la révision annuelle de la liste électorale (RALE 2017-2018), des experts de l’OIF ont effectué une visite auprès de la Ceni (Commission Electorale Nationale Indépendante) hier à Alarobia. Suivant l’initiative de la secrétaire générale de la Francophonie, cette visite a été axée sur les activités de la Ceni et aussi, d’après les explications reçues, sur « les inquiétudes liées au processus électoral ». A cet effet, la délégation de l’OIF conduite par SEM Salou Djibo, ancien Président de la transition au Niger, n’a pas hésité à recommander « des plaidoyers et des lobbyings ». Toujours d’après les informations communiquées, « les accompagnements que l’OIF peut apporter à la CENI, les points à éclaircir concernant la candidature aux élections et enfin l’adoption du cadre légal » ont été les points focaux de la rencontre entre cette délégation de l’OIF, le président de la Ceni et le staff technique de la commission ainsi que les commissaires électoraux.

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Inscription sur les listes électorales : Naivo Raholdina enchaîne les sensibilisations !

Etant un député élu dans le Cinquième arrondissement de la capitale, Naivo Raholdina veut être un bon exemple pour les citoyens par rapport à la participation au processus électoral. Il s’est donc rendu au « fokontany » d’Ambohidahy Ankadindramamy pour vérifier son nom sur les listes électorales. Par la même occasion, Naivo Raholdina a exhorté tout un chacun à faire pareil. « Voter est le devoir de tous les citoyens, qu’importe les convictions politiques ou encore les partis politiques dans lesquels ils se trouvent. Ce n’est pas la politique qui est mauvaise. Au contraire, c’est le fait de ne rien faire qui pourrait persister les mauvaises pratiques », a-t-il indiqué. Le chef dudit « Fokontany » a, quant à lui, informé que « les habitants d’Ambohidahy Ankadindramamy font preuve d’une grande détermination par rapport à l’inscription ou à la vérification de leurs noms sur les listes électorales ». Notons que le nombre des inscrits dans ledit « fokontany » du 1er décembre 2017 jusqu’au 23 janvier dernier s’élève à 7877.

Aina Bovel

L'express de Madagascar0 partages

Météorologie – Canicule à Antananarivo

Une hausse de la température maximale est prévue au cours de cette semaine. Une bonne hydratation est recommandée.

Précaution. La déshydratation risque d’affecter les Tananariviens, jeudi et vendredi. Le temps sera relativement sec, en ces deux jours, pour la région d’Analamanga. « Les températures maximales subiront une hausse sur la partie des Hautes Terres à partir de jeudi», indique un communiqué sur la tendance hebdomadaire de la direction générale de la Météorologie établi, hier.Selon la précision de Solonomenjanahary Andrian-jafinirina, chef de service de la Prévision météorologique à Ampandria-nomby, « Elles augmenteront de 1°C à 2°C ». Ainsi, si les températures sont autour de 18°C et 28°C, en ce début de semaine, la maximale atteindra les 30°C, au quatrième et au cinquième jour.Cette déshydratation pourrait engendrer la fatigue ou une sensation de vertige chez ses victimes. Les médecins recommandent alors une bonne hydratation. « Il faut boire au moins un litre et demi d’eau en une journée. Il faut bien aérer la maison, porter des vêtements légers et éviter de se mettre torse nu », conseille le Dr Manitra Rakotoarivony, directeur de la Promotion de la Santé au sein du ministère de la Santé publique.

Des précipitations En attendant cette période sèche, Antananarivo-ville et ses périphéries continueront à bénéficier d’une quantité de pluies modérées ou abondantes.  D’après le bulletin de prévision des précipitations intra-saisonnières, rédigé par la direction générale de la Météorologie, hier, « Des cumuls de précipitation modérés à abondants, entre 100 mm et 150 mm sont prévus sur les districts (…) d’Antananarivo Avaradrano, Antananarivo Atsimondrano, Antananarivo Renivohitra, Andramasina », au cours de cette semaine. Et Zo Andrianina Patrick Rakotomavo, du service des Recherches Hydrométéo-rologiques de la DGM d’expliquer « Ce sera la quantité de pluie prévue en sept jours. Les pluies sont attendues en début de soirée et pendant la nuit ».Étant donné que les travaux de curage du canal d’Andriantany et la réparation des stations de pompage, prévus commencer ce mois de janvier, n’ont toujours pas débuté, la montée d’eaux est à craindre dans les bas quartiers. « Nous sollicitons vivement que les travaux de curage s’effectuent avant qu’un quelconque cyclone ne refasse surface. L’eau monte chaque fois que la pluie tombe», lance Simon Ramambason, président du fokontany  Manarintsoa-Centre. C’est le moment où jamais de lancer les travaux. Le risque d’activité cyclonique sur Madagascar resterait faible pour cette semaine et la semaine prochaine. En outre, le cyclone tropical intense, Cébile, localisé à 3 000 km au large de Madagascar, serait trop loin pour affecter le temps, sur le pays.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Propriété industrielle – La protection des marques s’étend vers la Chine

La Chine et Madagascar vont coopérer ensemble dans la protection des marques commerciales, brevets et inventions. Un mémorandum a été signé hier dans ce sens.

Déterminé. La protection des marques, les brevets, ou les propriétés industrielles faisaient l’objet d’un dépôt officiel au sein de l’Office malgache de propriété intellectuelle ne se limiterait plus au territoire malgache. Elle s’étendrait aussi jusqu’au pays du Grand Empire. Ceci fait suite à la signature d’un mémorandum, effectuée hier à Anosy entre les autorités chinoise et malgache sur les propriétés industrielles.«La protection des marques et produits en provenance de la Chine ou de Madagascar face à des produits contrefaits figurent entre autres dans l’objectif de cette collaboration entre l’Office malgache de propriété industrielle (Omapi) et l’Administration d’État pour l’industrie et le commerce (SAIC)», a déclaré Armand Tazafy, ministre de l’industrie et du développement du secteur privé hier à Anosy. Le membre du gouvernement, pendant son point de presse, a reconnu la présence massive des produits contrefaits sur le marché malgache et l’existence d’une filière de contrebande. «Cet accord est une première étape entre le développement de l’industrie des deux pays. Il nous servira d’échange des informations sur les sociétés, industries ou marques déposées dans les deux pays afin de lutter contre les produits contrefaits», ajoute Armand Tazafy.Pour l’Omapi, cette coopération fait partie de sa vision. Depuis sa création, l’office entretien des relations bilatérales avec des offices de propriété industrielle dans d’autres pays en plus de sa relation privilégiée avec l’organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI).

LevierC’est le cas, par exemple, de sa relation avec l’Institut national de la propriété industrielle (France), celle du Japan patent office et bien d’autres encore.Cette coopération entre l’Omapi et le Saic de la Chine s’ajoute ainsi dans cette longue liste.  «Ces relations permettront de renforcer la propriété intellectuelle afin qu’elle puisse être un levier pour le développement économique de notre pays», a déclaré hier Christian Claude Ravoaraharison, directeur général de l’Omapi. Dans ce sens, les deux organismes ont ainsi l’intention de coopérer, dans leurs juridictions respectives, dans le domaine de l’enregistrement et de la protection du nom commercial et de la marque.La protection de marques, inventions représente de grands enjeux, ne serait-ce que la protection contre la contrefaçon et les pratiques déloyales. La guerre de brevet entre Apple et Samsung où les dommages se chiffraient en milliard de dollars à l’époque, illustre bien l’importance de cette protection. A Madagascar, l’Omapi rassure les titulaires de brevets, industriels du pays qu’elle est prête à les accompagner jusqu’au bout en cas de litige.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Ateliers – Initiation à trois genres contemporains

Dans l’optique de nourrir les rencontres et les échanges artistiques autour de la danse, « Danse plurielle » ouvre ses portes à l’université d’Antananarivo.

Trois jours de partage, mais surtout trois jours de découverte entre tous les férus de danse de la capitale et des danseurs professionnels. Le tout représentant trois grandes villes où la danse sous toutes ses formes reste en constante évolution et des plus effervescentes, notamment auprès des jeunes. C’est ainsi que se présente à l’université d’Antananarivo à Ankatso, cette série de trois ateliers intitulée « Danse plurielle ».Rendez-vous est ainsi donné dans les locaux du Centre de ressources des arts actuels de Madagascar (Craam) à l’université d’Antananarivo, à partir de demain 31 janvier jusqu’au 2 février, pour une initiative exclusive d’ateliers se tenant de 9 heures à midi, durant trois jours. « Danse plurielle » convie les danseurs amateurs, mais aussi ceux confirmés à s’imprégner de l’univers de trois genres qui conjuguent à la fois tradition et modernité, au Craam.Représentant la ville d’Antananarivo, Harivola Rakotondrasoa présentera le genre « Jazz contemporain » le 31 janvier. Tandis que le lendemain, Nanie Oliva Randrianasolo de Toamasina se découvrira avec le « Trad mix afro ». En duo, Thierry Randriatsitohaina et José Rivoson de la ville d’Antsirabe exposeront les rudiments de la danse contemporaine, le2 février.Chacun à sa manière, ces trois danseurs-chorégraphes inviteront les participants à ces ateliers à une épopée artistique unique.

Dynamique et authentique « Il s’agit pour nous d’un projet fédérateur à travers lequel on mettra un point d’honneur à promouvoir la créativité de chacun. Réunis par un désir de rencontres et de partages, on proposera diverses techniques et une vision de la danse propre à nous-mêmes, à travers ces ateliers, suivis par des performances ainsi que des spectacles inédits », souligne Harivola Rakotondrasoa. Les restitutions de ces ateliers s’annoncent tout aussi riches en émerveillement pour lesparticipants que le public en général.Dans l’après-midi du 2 février à partir de 12 heures, le public est invité à découvrir et à apprécier les travaux de tous les danseurs au Cercle Germano-Malgache (CGM) Analakely. S’ensuit un autre spectacle tout aussi exceptionnel, le 3 février à 17 heures, toujours au CGM Analakely. « Danse plurielle » se fixe comme objectif de promouvoir ces disciplines de danse, dynamiques, contemporaines et fortes d’une grande authenticité. De même, ces ateliers sont aussi l’occasion de favoriser les rencontres entre tous les danseurs nationaux, de différents horizons artistiques.  « Danse plurielle » contribue aussi à nourrir les travaux de recherches du collectif composé des danseurs-chorégraphes Harivola Rakotondrasoa, Nanie Oliva Randrianasolo, Thierry Randriatsitohaina et José Rivoson. Outre les artistes, ces ateliers sont également ouverts à tout public.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Santé infantile – Le chef d’État priorise la lutte contre  la malnutrition

Hery Rajaonarimampia-nina, président de la République, s’engage à réduire le taux de la malnutrition.« C’est une entrave au développement. Nous devons prendre les mesures pour réduire ce fléau», lance-t-il, hier, dans le cadre du dernier jour du 30e sommet de l’Union Africaine à Addis Abeba, lors duquel notre président a présenté« L’étude sur le coût de la faim en Afrique, Expérience des pays», effectué dans douze pays, en 2015.Dans sa présentation, le chef d’État a indiqué que « Le coût annuel de la sous-nutrition et de la malnutrition représente 1,9 à 16,5 % du Produit intérieur brut (PIB), dans douze pays d’Afrique, dont Madagascar». Cette étude a, en outre, montré, que 1 à 12 % des redoublements à l’école sont associés au retard de croissance, et que 40 à 67 % de la population en âge de travailler ont souffert d’un retard de croissance durant leur enfance.Trois millions d’enfants en Afrique succomberaient, chaque année, à la malnutrition. Cinquante neuf millions d’enfants en souffrent, mais il n’y a qu’un enfant sur cinq qui bénéficie d’une attention médicale.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Lutte – Saison 2018 – Trois Mondiaux dans le calendrier

Six sorties internationales figurent dans le calendrier d’activités de la Fédération des luttes. La première, le championnat d’Afrique aura lieu au Nigeria, en févier.

Un calendrier plus chargé que d’habitude. Six compétitions internationales dont trois championnats du monde figurent, cette saison, dans le calendrier de la fédération malgache des luttes et disciplines associées. Le premier Mondial au programme de la Fédération concerne le championnat du monde des cadets. Ce rendez-vous planétaire, destiné aux jeunes et qualificatif aux Jeux Olympiques de la jeunesse en Argentine, aura lieu à Zagreb Croatie du 2 au 8 juillet.La FML compte également aligner, cette année, des lutteurs au championnat du monde universitaire seniors qui se tiendra à Goiana Brésil, du 5 au 9 septembre. Et le dernier championnat du monde de cette saison sera celui des seniors. Celui-ci s’étalera du 22 au 28 octobre à Budapest, Hongrie. Mais ce même mois, la Grande Île devrait être aussi représentée en lutte aux Jeux olympiques de la jeunesse, programmés du 6 au 18 octobre à Buenos Aires en Argentine. Deux autres sorties internationales figurent aussi dans le calendrier de la fédération dont la plus proche sera les championnats d’Afrique cadets, juniors et seniors qui se tiendront du 7 au 11 février à Port Harcourt, Nigeria.

Activités localesEt la dernière sortie de la saison sera la participation au 17e Tournoi international cadets-juniors à la Réunion, en décembre. Quant aux activités locales, la fédération organisera son sommet national des cadets, juniors et seniors, les 23 et 24 juin au palais des Sports Mahamasina. Une compétition nationale pour jeunes, baptisée Tournoi de Noël, destinée aux écoliers et aux cadets, est aussi programmée les 22 et 23 décembre dans la capitale.La fédération effectuera aussi son assemblée générale élective cette année, au mois de novembre. Outre ces compétitions nationales et internationales, la fédération organisera deux stages dont le premier, destiné aux arbitres et officiels, du 13 au 21 avril à l’Académie nationale des sports à Ampefiloha. Un autre réservé aux entraîneurs et cadres techniques, est prévu du 12 au 18 août. Dans un mois et demi, Madagascar est aussi invité à participer à une formation dédiée aux femmes, intitulée « Women training camp ». Cette dernière se tiendra  au Japon du 20 au 24 mars, dans le cadre de la promotion de la lutte féminine.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Peinture – La belle Lari exposera à Dubaï

Les choses commencent à avoir une tournure de plus en plus sérieuse pour Larissia Ratovonar, plus connue sous sa griffe Lari sur ses œuvres. Cette belle jeune peintre de dix-neuf ans travaille d’arrache-pied  actuellement en vue de sa prochaine exposition qui va se tenir du 19 au 24 février à Dubaï. Elle compte y partir avec une bonne dizaine de tableaux de deux mètres sur deux et qui refléteront l’identité de la Grande Ile. « Mon but sera d’emmener dans cette riche ville des Emirats Arabes Unis qu’est Dubaï, la culture de mon pays, à travers mes œuvres, sans pour autant tomber dans le trop classique », souligne-t-elle avec optimisme.Ses portraits sortent un peu de l’ordinaire, pas très réalistes, selon sa description. Lari aime travailler les éléments de la nature et avoue être influencée par le peintre américain Jackson Pollock et sa technique dit « Coulant » ou « Dripping » consistant à projeter des peinture sur la toile. « Cela donne plus de reflet sur l’image et sur la personnalité que j’essaie de mettre dans mes portraits. Une image pas triste mais transcendante. Quand je fais un portrait, je veux qu’il crée un déclic pour la personne qui le regarde. Pas forcément le même sentiment que j’ai eu moi, en le faisant », rajoute-t-elle. En général, ses œuvres inspirent la sérénité et invitent à la réflexion.Lari a récupéré une toile jetée par son propriétaire lorsqu’elle a participé à une œuvre caritative avec une ONG, il y a trois ans de cela. « Je suis tombée amoureuse de ce tableau et j’ai commencé à chercher moi-même comment le réaliser. Et au fil du temps, j’ai amélioré mes techniques. Je suis à la recherche de mon propre style. Je mélange les façons de faire pour sortir de l’ordinaire », raconte-t-elle à propos de débuts.Tout apprendre toute seule dans ce domaine constitue un avantage. Cela donne plus  de personnalité à sa technique, selon l’avis de la jeune artiste. Elle a laissé ses études pour se consacrer entièrement à son art. Après quelques expositions dans la capitale, la peinture lui a fait découvrir d’autres horizons, comme la France et l’Île Maurice. Et pour sa prochaine destination dans cette ville réputée pour son shopping de luxe et son architecture ultramoderne, Lari compte impressionner avec son art.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Motocross – Pirelli Extrême Test à Ambatolampy Tsimahafotsy

Il y a quelques jours, Bira Moto Club et Motostore annonçaient la création d’une nouvelle compétition hors-championnat, dénommée Madagascar Enduro Challenge. Le coup d’envoi de celle-ci sera donné ce dimanche 4 février, avec le Pirelli Extrême Test. Il s’agit de la première des six manches du calendrier. Le circuit d’Ambatolampy Tsimahafotsy en sera l’hôte où une épreuve spéciale de type enduro technique, a été aménagée spécialement pour l’événement. On y retrouve deux niveaux de difficulté, soit pour la catégorie « Expert » d’un côté et pour les catégories « Hobby et youth », de l’autre.Les motards des catégories, « Expert et hobby », l’emprunteront à quatre reprises. Soit un premier tour, à la fois à titre de reconnaissance et d’essai chrono, puis trois passages à 10h, 11h et 12h, en mode course contre-la-montre, avec un départ un-par-un à chaque minute comme en rallye. À terme, seuls les deux meilleurs chronos de chaque pilote seront comptabilisés, afin d’établir le classement final.En ce qui concerne les plus jeunes, ils auront deux courses de quinze minutes au menu. Les pilotes en 50 cm3 et65 cm3 évolueront ensemble dans en mini enduro.La création de ce Madagascar Enduro Challenge découle de la volonté de proposer une compétition plus accessible. Ainsi, elle est ouverte à tous les motards, y compris les non-licenciés, avec moins de contraintes que pour le championnat de Madagascar donc. Elle s’étalera sur toute l’année, puisque le calendrier compte six échéances, comme cités précédemment.Après ce Pirelli Extrême Test, s’ensuivront le Cross Country Acerbis, à Betsizaraina, le dimanche4 mars ; l’Enduro Sprint au MX Park By-pass Iavoloha, le samedi 21 et le dimanche 22 avril ; l’Angavokely Peak Race à Carion, le dimanche 16 septembre ; le Forest Race à Antsirabe, le dimanche21 octobre ; et enfin l’Urban Super Enduro au CCI Ivato, le dimanche 16 décembre. La majorité des échéances est concentrée dans la Capitale. Mais on aura également un rendez-vous en province, afin de diversifier l’événement.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Toliara II – L’insécurité galopante préoccupe la population

Quatre morts à décompter en une semaine. Depuis quelques semaines, le district de Toliara II est sous les feux des projecteurs à cause de l’insécurité de plus en plus grandissante dans ses divers fokontany. Le dernier en date qui a ébranlé sa population dans son écrasante majorité, est le vol d’organes commis sur un adolescent de 14 ans qui est décédé hier matin au CHU de Tanambao-Toliara après quatre jours de coma. Un phénomène qui n’a pas eu de précédent  et qui terrifient vraiment les parents.Revitra, le père de la jeune victime, a eu du mal à cacher son désarroi hier matin avant l’autopsie du corps de son fils « Je n’arrive pas toujours à comprendre le mobile qui a poussé ces criminels à commettre des actes barbares sur mon fils. Ont-ils été poussés par des rancunes personnelles à mon égard ou pour des raisons financières, car des bruits courent en ce moment que des étrangers osent acheter très cher les yeux humains ? »Ainsi face à ce mystère, la population de ces communes est tétanisée. « Depuis quelques jours, les gens n’osent plus sortir de leurs maisons. Dès que l’obscurité s’installe, la peur d’être agressé ou victime d’un vol d’organe s’empare des habitants de ces communes », confesse Roby, un habitant d’Ankilimalinike.  Et d’ajouter : « Tous les parents interdisent à leurs enfants de garder seul le bétail dans la prairie et les obligent à se faire accompagner par d’autres personnes. »Toujours dans ce contexte, les attaques à main armée sont également légions dans le district. Pas plus tard que vendredi, dans le fokontany d’Ambolomailake, dans la commune de Manombo, trois membres d’une même famille ont été tués à bout portant dans leurs domiciles par des hommes armés. D’après les témoins, les criminels n’ont pu emporter qu’un panneau solaire. « Les bandits ont osé attaquer cette famille alors qu’il était encore 19 heures et que les gens n’étaient pas tous rentrés chez eux » raconte Nestor, président du fokontany d’Ambolomailaky.Cette série d’attaques touche aussi les hôteliers, à l’instar de Salary Bay qui se situe à Salary, toujours dans le district de Toliara II. D’après les opérateurs touristiques, ce jour-là les bandits auraient empoché 4 millions d’ariary de butin et le propriétaire de l’établissement a été légèrement blessé. L’insécurité qui règne dans les communes rurales de Toliara II, inquiète la population qui s’insurge contre la récurrence des agressions.

Francis Ramanantsoa 

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Un championnat tous les mois –

L’équipe de la ligue de basketball d’Analamanga et sa commission technique viennent de publier leur calendrier d’activités pour la saison 2018. Ces activités devraient être en harmonie avec celles de la fédération. La ligue ouvre également sa saison par le tournoi préliminaire en vue de la phase éliminatoire des zones de la Coupe du président qui sera lancé vers février. Le tour préliminaire de la ligue d’Analamanga aura lieu du 10 au 18 février tandis que les éliminatoires de la zone centre sont prévus du 24 février au 4 mars. Deux autres championnats régionaux sont programmés ce mois de mars. À savoir le sommet régional N1B dames et U20 garçons du 10 au 18 pour sortir les porte-fanions d’Analamanga pour les championnats nationaux de ces catégories à Toamasina du 19 au 27 mai. Le championnat de basket 3×3 aura lieu pour sa part les 23 et 24 mars en vue du Tour 3×3 organisé par la fédération du 18 au 20 mai. Le championnat régional N1B hommes est programmé par la suite du 7-15 avril et celui des jeunes U16 et U18 garçons et filles du 2 au 17 juin. La ligue procédera cette année à la deuxième édition du championnat virtuel dénommé «Challenge NBA 2K18» sur Xbox et/ou PS4 du 30 juin au 8 juillet. Les championnats d’Analamanga vétérans et U14 se dérouleront en parallèle du 30 juillet au 5 août. Et la dernière activité de la ligue sera la League Super Star, une nouvelle formule pour clôturer en beauté la saison. Mais avant tout, l’équipe de la ligue présidée par Fidy Rasolomalala effectuera, ce vendredi 2 février, à sa première assemblée générale ordinaire après sa première année de mandat.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Journée internationale - Sydonia World au service de la Douane

Un environnement commercial sûr au sein du développement économique est le thème choisi de la Journée internationale de la Douane. Elle a été célébrée à Mahajanga.

Une occasion pour présenter officiellement le logiciel Sydonia World (SW), la nouvelle version de Sydonia ++. C’était durant la célébration de la Journée internationale de la Douane, le 26 janvier à Mahajanga. Car il rejoint ainsi le thème de la sécurisation de l’environnement commercial. La présentation officielle a été effectuée par le coordonnateur régional du Cnuced, collaborateur dans la réalisation de ce système.Toutes les administrations douanières membres de l’Organisation mondiale des douanes, se sont donné rendez-vous dans la grande salle de la promenade au bord de la mer à Mahajanga-be, vendredi, pour assister à la cérémonie. Celle-ci s’est déroulée en présence de la ministre des Finances et du budget, Vonintsalama Andriambololona, ainsi que les autorités locales dirigées par le préfet de Mahajanga, Lahiniaina Fitiavana Ravelomahay, et le maire Mokhtar Andriantomanga.« La Douane malgache a deux cents ans », précise le directeur général de la Douane, Eric Narivony Rabenja qui ajoute : « Elle s’est tournée vers la mondialisation et des projets de réformes ont été lancés au sein de la Douane. De nouvelles procédures sont ainsi mises en place pour le développement. »Les procédures de dédouanement à l’importation sous SW ont été alors présentées à l’assistance, durant la séance de démonstration effectuée par les agents de la Douane de Mahajanga, choisie comme site pilote du projet. Le nouveau logiciel a été officiellement appliqué dans la capitale de Boeny, le 15 janvier, comme aux Comores, au Burundi, à Djibouti, au Rwanda, aux Seychelles, au Zimbabwe  ainsi qu’en Zambie et quelques autres pays africains. Et à Madagascar, il est fonctionnel dans tous les bureaux de douane à Madagascar, depuis le 26 janvier.

Un grand défi«On peut être fier aujourd’hui des performances de la douane malgache. L’environnement peut offrir une stabilité macro-économique. Le taux de croissance de Madagascar passera de 3.7% à 5.1% dans un an. La douane a une place importante dans cet environnement. Que la Douane malgache puisse apporter sa contribution et son savoir-faire et je souhaite que ce défi se réalise pour l’intérêt des douances, finances publiques du pays tout entier», «Cette nouvelle méthode permet une réduction des coûts ainsi qu’à améliorer l’environnement commercial et favorise le secteur privé. La Douane malgache est à la hauteur de ses ambitions par la volonté d’aller de l’avant et a la capacité de le faire», a indiqué le PDG de Gasy Net dans son intervention.Les performances douanières sont ainsi améliorées grâce à ce Sydonia World qui consiste à procéder quelques étapes dont l’enregistrement d’un manifeste, enregistrement d’une déclaration par un transitaire, la liquidation d’une déclaration jusqu’au paiement via le guichet unique, suivi d’une délivrance d’un bon de sortie par le transitaire, de l’introduction des principes régissant la constatation de sortie.«Cette dernière s’effectue en moins de 10 secondes au maximum grâce à l’utilisation d’un code barre, et même le contrôle routier est facilité sous SW. Tandis que l’accès aux archives est facile et rapide grâce à ce code. De ce fait, l’importateur serait informé instantanément de la constatation de sortie via son adresse email personnalisé », a expliqué le responsable de la démonstration.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

 

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – L’Aumônerie catholique au chevet des prisonniers 

L’exigüité des infrastructures et la malnutrition vécues par les détenus, affaiblissent leur état de santé. Pourtant, le budget destiné à la santé des détenus au sein de la direction régionale de l’Administration pénitentiaire du Vakinan­karatra n’atteint même pas 400 000 ariary par an.La population carcérale de la région compte actuellement environ mille trois cents prisonniers. Huit cent cinquante dont quarante femmes et vingt mineurs sont  incarcérés à la Maison centrale d’Andohatany à Antsirabe qui, normalement, ne peut recevoir que six cents détenus. Malgré les petits entretiens initiés par des organisations non gouvernementales et  autres associations qui œuvrent dans les milieux carcéraux, les infrastructures comme les chambres et les dortoirs se trouvent dans un état délabré et le mobilier est très vétuste.À cause de ces conditions presque inhumaines, les détenus sont fragilisés, ce qui se répercute sur leur santé. D’où la fréquence de la toux, la grippe et la diarrhée. Ne consommer aucune autre nourriture que le manioc sec tout au long de l’année, provoque également des ulcères d’estomac.Aussi, par respect pour l’humanité, l’Aumônerie catholique des prisons ou ACP  se charge, depuis des années, de la santé et de la vie sociale des détenus en leur offrant des soins, des vêtements et même de la nourriture. « L’ACP les prépare aussi à leur future réinsertion sociale en leur dispensant des formations professionnelles, agricoles ou techniques. Les produits sont ensuite vendus pour améliorer les conditions de leur vie carcérale, et surtout pour que chacun se constitue une caisse individuelle qui lui servira de fonds de départ- à sa sortie de prison », explique un responsable de l’Aumônerie catholique.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Une semaine de prière  pour l’unité chrétienne

Au moins une fois par an, les chrétiens sont invités à se remémorer la prière de Jésus à ses disciples pour que tous soient un afin que le monde croie (Jean 17/21). Les cœurs sont touchés et les chrétiens se rassemblent afin de prier pour leur unité. Dans le monde entier, des communautés et des paroisses échangent leurs prédicateurs ou organisent des célébrations œcuméniques et services de prières spéciaux.La semaine de prière pour l’Unité chrétienne dans le monde entier organisée par la Conférence des Églises chrétiennes de Madagascar(FFKM) à Mahajanga, s’est tenue du 18 au 28 janvier. Le thème a été tiré de l’Exode 15/6 : «Ta droite, ô Dieu, s’est signalée par ta force». Durant l’homélie, tirée de l’évangile de Saint-Jean 17/12, le pasteur Mamy de l’Église luthérienne de Madagascar (FLM) a rappelé que « la nation est perdue si l’unité des Églises est menacée. La FFKM n’est pas faite pour terroriser (biby fampitahorana) l’État. Tant que le Seigneur Jésus-Christ dirige encore l’Église, nous continuerons de prêcher la vie éternelle. L’Église représente le peuple et elle est soucieuse de sa sainteté et cela incite l’État à la conserver. À Madagascar, l’on trouve des trafics en tous genres, des trafics d’ossements humains, d’organes, de richesses naturelles. Le business est devenu le leitmotiv, des gens veulent à tout prix devenir riches, posséder de belles maisons spacieuses, veulent envoyer leurs enfants étudier à l’étranger. L’État de Satan règne à Madagascar, terrorise les Églises ainsi que l’État. Si vous acceptez d’être préservés, vous serez sauvés. Acceptez d’être préservés en Dieu et en Jésus. Quel profit peut tirer un homme qui a gagné le monde entier, mais qui s’est ruiné lui-même et s’est perdu », fustige le Pasteur.Une modification a été apportée cette année par la branche FFKM de Mahajanga : la clôture de la semaine a été reportée au dimanche 28 janvier après-midi, au temple FJKM Ziona vaovao, et non plus le 25 janvier comme chaque année. Enfin, cette journée dominicale a vu la passation de la présidence de la FFKM. L’Église catholique romane succède à la FLM cette année. En principe, c’est l’Église épiscopale de Madagascar qui devait prendre la direction de la FFKM, mais son président synodal vient de partir à la retraite.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Corps découpé

Crime odieux à Port Berger II. Décapité et démembré, un homme de vingt-six ans a été retrouvé mort vendredi dans un champ de maïs. Deux individus ont été arrêtés et deux autres en fuite. Un litige foncier les aurait opposés au défunt.

L'express de Madagascar0 partages

Avoir le « Mpaka ra » de son côté

Comme dans la précédente Note, nous vous présentons un autre texte cité par Faranirina Esoavelomandroso en annexe à son étude sur la première épidémie de peste à Antananarivo en 1921 (revue historique  Omaly sy Anio, N°11, janvier-juin 1980).Cette fois-ci, l’intitulé est « Comment l’on évite le diagnostic de peste », maladie jugée inexistante (lire précédente Note). Les Tananariviens qui ont des malades, évitent autant que possible les médecins « réputés » comme consciencieux dans la déclaration des maladies contagieuses. « Et ceux-là sont vite repérés. » Et en fin de compte, « on ne songe plus à la morte ou à l’agonisante, on ne cherche qu’à user de tous les moyens pour obtenir la faveur complice du Mpaka ra, le soutireur de sang… ». Pour prévenir une éventuelle rafle, on déménage les effets de la malade et l’on fait fuir ceux qui l’ont soignée.Quand vient « le médecin vérificateur » (la plupart du temps c’est un infirmier, précise Faranirina Esoavelomandroso), on lui prodigue le meilleur des sourires. Et- avec un bon discours du Raiamandreny-, on lui passe d’avance le « sakafo kely » (enveloppe garnie ) comme préalablement calculé à faire effet sur ce « demi-dieu » qui, « d’un coup de plume sur le rapport qu’il va rédiger », est capable de régler le sort de la défunte et des parents : « La première à être inhumée en dehors du caveau de famille, et les parents à être raflés et envoyés au lazaret. » Le prélèvement est alors pratiqué.Puis, c’est le tour du Rapport qui consiste à remplir les blancs sur un imprimé spécial. Le médecin demande des renseignements, la famille répond aux questions- « On ment autant qu’on peut… »- sur la durée de la maladie, sur les symptômes présentés, et le Rapport s’en va avec les frottis du prélèvement.« C’est à cette épisode de la scène qu’on se rendra compte clairement de l’importance de la fausse idée enracinée dans ces cerveaux naïfs. » Car au lieu de pleurer l’être cher, on discute sur le résultat éventuel de l’examen des frottis, lesourire du « soutireur de sang » à son départ, l’effet certain de la grosse somme qui lui a été remise en échange de sa complicité, etc. Et l’angoisse règne durant quelques heures d’attente du « Mpitondra ra » (porteur de sang) que l’on bourre de pourboires et de recommandations. « Et on le piste au loin à l’aide d’un système de relais au signal convenu » : tel un coup de lamba si le sang est pur et… rien du tout en cas de résultat positif.Et quelle fête si, de relais en relais, « le coup de lamba heureux» annonce que « le Mpaka ra » n’a pas changé la maladie en peste ! « Les femmes dansent, les hommes s’affairent pour organiser les cérémonies de l’inhumation au caveau familial. » Les membres du Fokonolona, les Fiangonana (paroissiens), les connaissances et amis des alentours affluent pour assister à l’enterrement et « admirer le Mpaka ra… Un compatriote fidèle qui se fera plutôt blâmer par le Fanjakana que de s’associer aux trucs infernaux de ce dernier ».Pour contrer ces « inventions ancrées dans l’esprit crédule des Malgaches », l’Administration coloniale mène une grande sensibilisation (propagande, disait-on à l’époque) pour dissiper la terreur et l’inquiétude de la population. Dans des conférences publiques, la nécessité des mesures de prophylaxie contre la peste est mise au grand jour par médecin. Y assistent les élèves, les instituteurs officiels, les chefs de canton et leurs secrétaires, et les notabilités du district.Le conférencier expliquera en bien choisissant ses termes que la peste existe réellement ; qu’on ne la fabrique pas comme on le croit à tort ; que la vaccination protège contre la peste ; qu’il ne faut pas cacher les malades atteints de peste, car en les présentant vite aux médecins, dès le début de la peste, on arrive souvent à les sauver ; que l’administration française, « par tous ces moyen bizarres employés jusqu’ici (vaccination, désinfection, prélèvement de sang sur les cadavres) ne cherche qu’à détruire la peste à Madagascar et délivrer les Malgaches de ce fléau terrible, capable de faucher des milliers de vies humaines en quelques semaines, si la lutte n’est pas entreprise et poursuivie jusqu’à son extinction complète » ; que les sanctions prises ou à prendre contre ceux qui cachent leurs malades et ceux qui ne veulent pas se faire vacciner, ne sont pas des moyens d’oppression, mais des mesures d’utilité publique adoptées pour protéger le peuple malgache contre le ravage de la peste.  Et surtout et enfin, « coloniser, pour la France, n’est pas prendre un territoire que l’on vide de ses habitants par des moyens expéditifs. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – Star Master – Victoire du trio Taratra-Rams-Facr

Finale serrée. La triplette Taratra-Rams-Facr a remporté la première étape des qualifications pour le Star Master de Pattaya, dimanche soir à Mahamasina. Elle a disposé de la formation Toutoune-Radoko-Dadan’i Njaka, au terme d’une rencontre disputée, conclue sur un score de 13 à 10. Si la compétition s’est déroulée au terrain Paddock depuis samedi, il a fallu déplacer l’ultime face-à-face au CBT Mahamasina, pour bénéficier de l’éclairage, sachant que la finale ne s’est terminée que vers 20h. Les seize meilleures équipes de cette première étape sont directement qualifiées pour la grande finale des samedi 10 et dimanche 11 février. Il en sera de même pour les seize meilleures formations à l’issue de la deuxième étape, prévue ce samedi 3 et ce dimanche 4 février, toujours au terrain Paddock Mahamasina. Le ticket pour le Star Master de Pattaya sera l’enjeu de cette grande finale, pour représenter Madagascar à l’habituel  grand rendez-vous thaïlandais, qui s’étalera du mercredi 21 au dimanche 25 février.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Extension du canal C3

Une rencontre entre les responsables du projet d’extension du canal C3 et les ménages touchés par les travaux de démolition des habitations et infrastructures au bord du canal, se tiendra en février. Ils discuteront de leur dédommagement, dont l’enquête a été déjà achevée en novembre. Une centaine de maisons  seraient concernées par ce projet.

L'express de Madagascar0 partages

Fonction publique – Les fantômes sommés de rembourser

Retour à la normale. Après les incidents survenus en fin de l’année dernière, causant le retard ou le non-paiement des salaires de quelques milliers de fonctionnaires, le problème est quasiment résolu. Une situation expliquée lors de la présentation de vœux du ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales à Ambohi-manambola hier.«Une gestion encore bancale du logiciel AUGURE a été la raison de cette bévue que nous nous efforçons déjà de rattraper. Cela nous a tout de même permis de dévoiler l’existence de beaucoup de fraudeurs au sein de l’administration», explique Maharante Jean de Dieu, ministre de la fonction publique. À rappeler que près de neuf mille fonctionnaires on vu leur salaire refusé en décembre. Près de quatre mille d’entre eux ont vu leur situation régularisée. Un peu moins d’un millier attendent encore tandis que le reste est définitivement considéré comme étant des fonctionnaires fantômes. «Ils doivent tout rembourser», martèle le ministre. Ainsi, le remboursement se fera de gré ou de force et sera suivi de saisi des biens de ces fantômes s’ils n’arrivent pas à honorer le recouvrement.

 Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Reboisement apocryphe

C’est un marronnier de la vie socio-politique malgache, érigé depuis en Responsabilité Sociétale par les Entreprises. La Présidence, la Primature, chaque Ministère, les Organismes Rattachés, le Sénat, l’Assemblée Nationale, les Forces Armées, les Collectivités Décentralisées, les sociétés para-publiques, les entreprises privées, les associations diverses et variées, les églises plus ou moins reconnues, les partis et groupuscules politiques, et cetera et cetera…Revoilà la saison des reboisements ! D’abord, il faut s’en réjouir parce que cela signifie qu’il pleut d’abondance, que la terre est irriguée, que l’eau vivifiante ne manque pas. Ensuite, seulement, on peut s’interroger sur l’efficacité de toute cette gesticulation et demander l’improbable ratio entre les arbustes plantés et ceux qui ont grandi en arbre. Enfin, peut-être, philosopher sur la palynologie, ces témoignages archéologiques de la flore disparue et se perdre en conjectures sur les périls du passé et les ravages du présent…Chaque année, c’est la même histoire : faut-il reboiser avec des arbres utilitaires (conifères, eucalyptus), des arbres fruitiers (les manguiers marqueurs de frontières), des arbres d’ornement (ravinala, palmiers), des arbres gardiens de symboles («isa ny amontana, roa ny aviavy»), ou des essences à croissance rapide dépositaires de crédit carbone…Faut-il «spécialiser» la nature et l’enfermer dans l’endogamie d’un reboisement «rentable» ou laisser-faire sa truculence désordonnée et donner une chance à des essences négligées : dilemme entre logique humano-économique et cohérence écologique…Il y a tant de questions qu’aucun briefing d’avant reboisement ne satisfera : la caractéristique géologique (quelle plante peut re-fertiliser notre sol qu’on avait pu comparer à la stérilité d’une brique ferrallitique), les fondamentaux climatiques (que commande notre bonne vieille «histo-géo» : les courants marins, la distance à la mer, l’altitude, les variations du thermomètre, le volume des précipitations), la question du pâturage excessif (et s’il ne serait pas opportun de génocider ces ovins qui abondent justement dans le Sud à cheval sur le Tropique du Capricorne, voire de renoncer purement et simplement à la «civilisation» du zébu), etc…Qui eût cru à tant de philosophies avant d’empoigner l’angady, saisir le rejeton de pépinière, et le ficher en cette terre solitaire et toujours trop lointaine pour un suivi sérieux… Palynologie, hygrométrie, géologie, pédologie, génétique : et si le reboisement était une chose tellement sérieuse qu’il faille en faire une politique de défense nationale et le confier à un régiment des «Recherches et Développement» ?En fait de reboisement, Jean Giono racontait le roman de «L’homme qui plantait des arbres» : cent, mille, cent mille, presque négligemment disséminés à chaque pas de soixante-dix ans de vie… Depuis les mêmes terres de Provence, Marcel Pagnol faisait prétendre aux Anciens que l’on pouvait «marcher à l’ombre» de Marseille à Nice… Galéjade, sûrement…Les trois points de suspension sont une ponctuation formidable : ils me rappellent cette mauvaise photographie d’un carrefour dans un vieux manuel scolaire. La légende, en malgache, disait ceci : «tsy manakana anao tsy handeha, fa mihazona anao mba hiresaka»… Certainement pas le «Stop», ni un «Halt» (en allemand dans le texte), voire le signe universel du «Sens Interdit», mais un simple : «Humains, cédez le passage, même si certains écrits apocryphes vous ont donné l’abus de priorité»…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Du sang dans l’eau

Pagaille à Befandriana-Sud Toliara la semaine passée. Ayant abattu un zébu dans un rituel traditionnel pour sceller un pacte villageois, un élu en a versé le sang dans un réservoir alimentant en eau potable les bornes fontaines des environs. Le geste a provoqué de vives réactions. Des employés du  ministère de l’Eau se sont rendus rendu sur place pour nettoyer le réservoir.

L'express de Madagascar0 partages

Faux diplômés démasqués. 

Autour de mille cinq cent faux diplômés seraient démasqués chaque année auprès du ministère de la Fonction publique, de la réforme de l’admini-stration, du travail et des lois sociales. Le ministère effectuerait des inspections auprès des universités privées pour mettre fin à ce fléau.

L'express de Madagascar0 partages

Reprise des activités à Ambanidia

La délivrance des papiers administratifs a repris son cours normal au deuxième arrondissement, à Ambanidia. Ses employés ont repris leur activité, hier. Une entente a été trouvée entre ces employés et le délégué d’arrondissement. Ils ont été en grève depuis le 16 janvier

L'express de Madagascar0 partages

Deux morts à Antsa­lova

Dix bandits armés de fusils de chasse ont attaqué un village à Beribiky Antsalova vendredi. Un homme a été abattu et des appareils électroménagers ont été dérobés avec des ustensiles de cuisine et du paddy. L’un des assaillants a trouvé la mort lors de la poursuite engagée par les gendarmes de Bekopaka. Les marchandises dérobées ont été récupérées.

L'express de Madagascar0 partages

Session – Rétrocession du domaine ex-La Trattoria en vue

Des sujets délicats. Hormis le vote du budget, le conseil municipal de la commune urbaine de Mahajanga, en session ordinaire, se penchera sur des dossiers épineux. L’un d’eux concerne la rétrocession du domaine « ex-La Trattoria », près de celui de la Croix-Rouge, compris dans la propriété dite « La Misaine », TN°118-BR-Mangarivotra, qui appartient à la commune urbaine de Mahajanga.Il a été cédé à un particulier, un ex-conseiller municipal, et bloque le projet d’assainissement et d’embellissement de la ville. En effet, de nombreux commerçants, surtout des marchands de friperies et de vêtements,  occupent actuellement le domaine.« Le sujet a été par trois fois ajourné depuis que nous présidons le conseil municipal, indique Paul Gervais Rasoanaivo. Il nous faudra batailler dur pour annuler la cession aux mains de ce particulier. Les conseillers auront aussi du pain sur la planche pour restaurer et redresser des procédures de délibérations hors règles, dans la ville. Nous avons effectué des reconnaissances et nombreux sont les cas similaires. Tels que des poteaux électriques de la Jirama qui se retrouvent enclos dans des propriétés construites sur le domaine public », cite en exemple le président du conseil municipal

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Vingt équipes engagées

Les inscriptions pour le tournoi de football interinstituts « Flip Flap », qui se tiendra au terrain synthétique d’Andohalo, seront bouclées ce jeudi 1er février. Les établissements engagés seront départagés en cinq groupes de quatre équipes, durant les éliminatoires, qui se joueront les samedi 24 et dimanche 25 février. Par la suite, la phase finale est fixée pour les samedi 3 et dimanche 4 mars.