Les actualités à Madagascar du Lundi 30 Janvier 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar436 partages

Mariage dramatique sur la RN3 – Un camion tue ses 47 passagers

Un camion de transport de marchandises a fait un plongeon dans la rivière Mananara. Le bilan fait état de 47 morts, dont les mariés ainsi que dix enfants.

Plus de six famil­les décimées, 47 morts dénombrés, 24 blessés répertoriés, des disparus signalés. Une noce a viré au cauchemar à Anjozorobe. Un jeune couple qui allait célébrer son mariage à Talatanivolo­nondry, après leurs fiançailles la veille, a été terrassé avec des proches et amis. Le drame est survenu sur la RN3, à la hauteur d’Ante­tezana, samedi à l’aube.Vers 5 heures et quart, en arrivant à l’entrée du pont, surplombant la rivière Mananara au point kilométrique 88+300, un camion de marque Mercedes Benz 813, à bord duquel se sont entassés les mariés ainsi que leurs plus d’une soixantaine d’invités, a fait un plongeon mortel. Le poids-lourd d’une dizaine de mètres était quasiment englouti sous les eaux montantes du Mana­nara, après sa chute. La Merce­des 813 s’est transformée en un piège mortel lorsque sa face avant s’est encastrée dans le lit de la rivière.Éjectés contre les ridelles et l’ossature de la remorque, des passagers blessés, rassemblés derrière la structure métallique  la cabine après une dégringolade, ne pouvaient qu’affronter une  mort presque certaine. Nombreux sont ceux ce qui se sont retrou­vés écrasés. Les rares victimes qui ont réussi à s’extirper l’ont échappé belle, laissant derrière eux leurs compagnons qui se sont noyés.En passant au peigne fin l’épave du camion, les personnes venues à la rescousse étaient pétrifiées en repêchant des corps d’enfants. Dix fillettes et garçonnets, âgés de moins de quatorze ans, ont péri. Les recherches se sont poursuivies jusque tard dans la soirée. Jusqu’à maintenant, impossible de déterminer le nombre de victimes. Le fait qu’il y ait de possibles disparus n’est pas de surcroit à exclure.

ImprudenceSe trouvant dans un état préoccupant, 22 rescapés sont répertoriés, dont 14 mis en observation médicale au centre hospitalier du district d’Anjozorobe. Huit autres, dont le sort pourrait être incertain, ont été évacués sur Tana. Ils sont placés sous soins intensifs à l’Hôpital Joseph Ravoa­hangy Andria­navalona (HJRA).Certains des survivants dénoncent une imprudence de la part du conducteur du camion. « Le chauffeur a commis l’irréparable en roulant à vive allure à l’approche du pont au point de perdre le contrôle de son  véhicule, qui, du coup, s’est jeté dans la rivière », affirme un quinquagénaire ayant survécu.Dans un communiqué, le Gouvernement souligne que le poids-lourd impliqué dans cet accident est strictement réservé au transport de marchandises et n’est nullement destiné au transport de personnes. À l’occasion de la noce, il a été, néanmoins, détourné de son usage, pour faire office de véhicule de transport en commun de fortune. De source auprès de la gendarmerie, la Mercedes 813 a quitté Ambongamarina, où il a embarqué dix-huit familles du marié, et faisait route sur Ampaneva, localité dont la mariée est originaire, avant que le pire ne se produise.Trois membres du Gou­ver­nement, dont le ministre de la Santé publique, celui du Transport et la Météorologie, ainsi que celle de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la femme, se sont dépêchés sur les lieux du drame avec des kits médicaux ainsi que du formol pour les dépouilles, gardées au centre de santé de Base II d’Anjozorobe. Des médecins urgentistes sont également venus à la rescousse.

Les personnes décédées

01-Jean Eddie Randriamananoro02-Tiavo Herilanja Randriamananoro03-Florine Rafalimanana04 -Elie Fanoela Randrianarimasy05-Jules Rabemihatsara Jules06-Rakotondrafara07-Jean Jerry Andrianjakatiana08-Randriamantany09-Norosoa Nadia Rasoamanantany10-Madeleine Rasamanantena11-Gisèle Ravololomihanta12-Heriniantsa Sandrina Rahasi­mombasoa13-Chantal Herinirina14-Herimalala Ramanantenasoa15-Baholy Rafaravaonirina16-Herinatenaina Princy Ratsi­ma­nihasy17-Fitiavana Noderaina Randrianan­tenaina18-Jules Rafanomezantsoa19-Miranto Liliane Rafanomezantsoa20-Andrianjaka Heriniaina Andria­narivo21-Esther Ramisarisoa22-Maurice Randriamavosoa23-Simonette Ravololona24-Prosper Rasamimanana25-Léon Rasamimanana26-Lucie Ravaoarimanga27-Mario Gorette Ravelonatoandro28-Jean Baptiste Rakotonandrasana29-Simon Florent Ranefatra30-Nestor31-Fanojo32-Jeanne33-Ny Antsa34-Jo Edo35-Elia36- Malala Rakotonirivo37-Mino38-Rivo39-Nô Kely40-Nasesy41-Vaniah42-Annicka43-Jediddia44-Sandya45-Jean Noël46-Rivo47-Inconnu (appel à identification via la radio locale)

Andry Manase

Orange Madagascar178 partages

« L’art avant tout » dixit John Oabmar

« Tsy misy ohatr’izany », « Mangatsiaka », « Adala Aho », « Indray andro tsy hita maso », « Ao Anatinao » (Projetc Smile Africa Madagascar) et bien d’autres encore… Eh oui, on parle bien de John Oabmar, ce jeune informaticien parisien qui a grandi dans le quartier populaire d’Itaosy Ambanilalana à Antananarivo, Madagascar, mais qui évolue également dans le monde de la musique, celui du rock alternatif. John Oabmar veut rester anonyme. Il souligne que pour lui, si un jour on arrive à lui expliquer que voir son visage permet d’embellir la vie de ceux qui écoutent sa musique, il y repensera. Pour l’instant, le mot d’ordre est : “L’art avant tout”. Interview !

John Oabmar, peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Qui est John Oabmar ?

C’est un rêveur-réaliste qui fait tout ce qui est en son pouvoir pour enrichir la vie de celles et ceux qui écoutent sa musique.

Où habites-tu et que fais-tu dans la vie ?

J’ai toujours habité à Itaosy, Ambanilalana. Mais depuis quelque temps je travaille à Paris en tant qu’informaticien.

Les chemins qui t’ont mené pour atterrir à la chanson

Comme pour la plupart des musiciens, tout a commencé au sein de la famille : notre père est musicien et maman est chanteuse. Ils nous ont habitués très tôt à comprendre ce qu’était pour eux la “bonne musique”. Les écoutes étaient très variées. Du côté de ma mère, on était biberonné de variété française comme France Gall, Voulzy, Nougaro, Michel Berger, et j’en passe. Du côté de mon père, c’était plutôt anglo-saxon : des standards de jazz, du Bob Dylan, du rockabilly, du Jimi Hendrix, des Rolling Stones, etc. Un sacré mélange dont je suis aujourd’hui très fier et très content. Mais au-delà des écoutes, et je pense que c’est très important, ils nous ont surtout encouragés (parfois forcés) à jouer des instruments : Basse, batterie, guitare et synthé. C’est grâce à ce parcours, difficile par moment, que je peux aujourd’hui concevoir et arranger moi-même tous mes morceaux.

Le style de musique que tu as choisi

Sans aucun doute le genre Alternative Rock.

Tes influences en termes d’écoutes …

Au-delà de ce que j’ai reçu de la part de mes parents et de mes proches, j’essaie de me constituer une identité musicale en écoutant de grands artistes comme R.E.M., The Smiths ou Fleetwood Mac, mais aussi des groupes plus récents comme Miles Kane et The Neighbourhood. Mais la vérité c’est que ces écoutes ne sont jamais figées. Aujourd’hui j’écoute ces groupes, mais je ne suis pas en mesure de te dire ce que je vais écouter dans un mois, par exemple. Ça peut être du Balafomanga ou du Tselonina. Je ne sais pas. Je te dirai ça dans un mois (rire).

As-tu choisi l’anonymat ou y a-t-il une autre chose, car les fans veulent connaitre ton visage, mais en vain. Peux-tu expliquer ce « phénomène rare » qui sort vraiment de l’ordinaire des artistes malagasy ? (ce côté mystérieux).

J’estime qu’il n’y a aucun intérêt dans la scarification des artistes. Je préfère d’abord mettre ma musique en avant. “L’art doit avant tout embellir la vie” disait Nietzsche. Et je ne peux qu’être d’accord avec lui. Si un jour on arrive à m’expliquer que voir mon visage permet d’embellir la vie de ceux qui écoutent ma musique, j’y repenserai. Pour l’instant, le mot d’ordre est : “L’art avant tout”.

RDJ t’a choisi parmi les révélations de 2015, est-ce que cela t’a affecté ?

Comment ?

Ça m’a vachement touché. J’en suis très fier. Ce qu’il faut surtout savoir dans la sélection du RDJ Mozika c’est que c’est le public qui vous choisit. C’est toujours en fonction de la demande de diffusion ou de la diffusion de vos morceaux sur la chaine. Mais dans les deux cas, ce sont les auditeurs de la chaine qui choisissent, et non pas la chaine elle-même. Et c’est cette reconnaissance qui fait vachement plaisir. Rien ne vaut l’amour du public.

On connait déjà quelques titres de tes singles, mais peux-tu nous avancer une date de sortie d’album ? Ou tes projets à venir ?

À part la sortie de nouveaux morceaux, je me concentre en ce moment sur la préparation d’un concert. Je vous donnerai des détails là-dessus dans peu de temps.

Merci pour cette interview et as-tu quelques mots à ajouter ?

Merci à toi de m'avoir invité. Je crois que j’en ai déjà trop dit. Je préfère ne rien ajouter, à part souhaiter à toutes et à tous : Peace, Love Rock’n’Soul.

 

Propos recueillis par Faly Rajaonarison

L'express de Madagascar166 partages

Carrière d’Anjozorobe – Deux 4×4 de l’Emmo soupçonnés de transport de cristal

Police et gendarmerie sont tombées nez-à-nez à Anjozorobe hier. Alors que la première traquait 400?kilos de cristal, les gendarmes sont venus avec deux pick-up avec le minimum d’éléments.

Sur les traces du précieux cristal titan. Les bouil­lonnants conflits d’intérêts qui embrasent la carrière d’Ankaraoka à Anjozorobe remontent, une fois de plus, à la surface.Cette fois-ci, c’est la police des mines, escortée par des éléments des Forces d’intervention de la police (FIP), qui s’est heurtée à la gendarmerie, dont le commandant de la compagnie terri­toriale de l’Imerina central en personne, accompagné d’un capitaine, venus spécialement à Anjozorobe hier après-midi avec deux 4×4 pick-up Emmo-Sécurité de la gendarmerie à Ankadilalana, avec le minimum d’éléments.Après avoir expulsé les exploitants du site, le 04 janvier, avec l’appui de onze gendarmes de l’Imerina central, lesquels ont abattu deux jours plus tard un garde du corps du général Ravalo­manana, ancien commandant de la gendarmerie nationale, un exploitant minier originaire de la région Androy et ses sympathisants ont reçus un sacré de retour de manivelle. Suite à des poursuites pour faux et usage de faux en matière de décision judiciaire, ces derniers ont été, à leur tour, contraints de quitter le site d’exploitation d’Ankaraoka la semaine derrière, sur décision du tribunal. Des éléments des FIP à Antananarivo, ont été réquisitionnés pour sécuriser l’exécution de jugement.Selon les informations communiquées sur place, près de 400 kilos de ce précieux produit auraient été extraits des entrailles de la carrière, jusqu’à ce que la partie adverse, constituée du propriétaire du site et de ses partenaires dont un proche du Président, n’obtienne gain de cause. Ils ont de ce fait sollicité l’intervention de la police des mines, appuyée par les hommes des FIP, pour verrouiller les axes routiers sur lesquels des produits extraits du site, pourraient être acheminés clandestinement.

Cargaison débarquéeHier, la route menant à Ambatondrazaka et celle débouchant à Anjozorobe ont été tenues à l’œil pour intercepter les 400 kilos de cristal signalés. Les signalements de deux tout-terrain pick-up de couleur blanche, ayant quitté Ankaraoka, ont été communiqués aux éléments de la police qui ont mené la traque. Des informations, confirmées par des sources sur place révèlent que les deux véhicules en question ont été escortés par des militaires, qui ont rebroussé chemin après avoir eu vent de la traque policière.En fin d’après-midi, les deux 4×4 ont été enfin interceptés à Anjozorobe. La police des mines ainsi que les hommes des FIP ont procédé à des fouilles, sans pour autant retrouver la moindre trace de cristal. Les deux pick-up ne trans­portaient que des passagers.« Les suspects ont pris à contre-pied l’opération et la cargaison a été très certainement descendue à mi-chemin pour être caché », analyse une source policière.Alors que le plan de la police des mines venait d’être déjoué, deux autres pick-up Emmo-Sécurité du groupement de la gendarmerie nationale à Analamanga, débarquent curieusement à Anjozorobe avec le commandant de compagnie de la gendarmerie de l’Imerina central et un officier. Le produit minier recherché s’est volatilisé, à se demander si la cargaison disparue allait y être embarquée, d’autant plus qu’en 2014, le chef d’escadron de la gendarmerie de l’Imerina central, venu à Anjozorobe avec l’un des 4×4 Emmo-Sécurité hier, s’était déjà attiré la foudre des forces de police à Sabotsy Name­hana pour une affaire similaire, avec son véhicule de service.

Andry Manase

L'express de Madagascar126 partages

Internet – La mutualisation remise en question

L’endommagement du câble optique sous-marin au large de Toliara paralysait les activités du pays. Ce qui relance le débat sur l’interdiction de la duplication des infrastructures.

La grosse panne d’internet qui bouleverse le pays actuellement relance le débat sur la « mutualisation des ressources ». Cette mesure interdit la duplication des infrastructures par les opérateurs, et ce afin de rentabiliser les ressources. « Il suffit que l’un des réseaux de télécommunication soit endommagé pour que le reste du pays soit paralysé », se désole un jeune community manager travaillant pour le compte d’un grand groupe européen avant d’ajouter que « le schéma serait autrement si la duplication était autorisée et qu’on avait une interconnexion entre les infrastructures de ces opérateurs ».Avec cette coupure d’internet, son activité, dépendant énormément d’internet, est menacée. Tout comme lui, d’autres activités sont aussi sous la coupe d’une menace. Le décret 2014-1652 portant cadrage de la mutualisation dans le secteur des télécommunications est ainsi mis à l’épreuve. L’endom­magement d’un câble optique au large de Toliara paralyse l’ensemble du pays depuis quelques jours. Les transactions de certaines banques sont perturbées. La transmission des émissions locales des deux principaux distributeurs de bouquet satellitaire du pays est suspendue. Les activités de certaines entreprises et de l’administration tournaient au ralenti. La destination Madagascar, pour les activités liées au centre d’appel ou le service informatique, est menacée.

Fiabilité« Certes, cette mutualisation fonctionnait sans problème avec les activités de téléphonie mobile puisque les opérateurs peuvent partager les infrastructures sans problèmes. Mais au niveau de l’internet, est-ce le cas actuellement   Si on autorisait, par exemple, Orange Madagascar ou autres opérateurs comme Blueline pour l’installation d’un réseau à fibre optique. Mais nous n’en sommes pas là », a expliqué un chef d’entreprise.Si le gouvernement avait prôné la  mutualisation des ressources au pays, c’est non seulement pour permettre aux opérateurs de réduire les coûts d’exploitation, mais aussi pour le bien des consommateurs. « Le fait d’investir pour sa propre infrastructure pourrait engendrer un impact sur le prix de la vente de connexion aux clients finaux. Est-ce que nous sommes prêts à payer le prix   Ce dont nous avons besoin actuellement est l’interconnexion entre les fournisseurs internet et la mise en place d’une ou des connexions de secours », a souligné un responsable auprès d’une société de télécommunication. D’autant plus que plusieurs câbles sillonnaient les côtes malgaches.Après la rupture du câble optique sous-marin, mer­credi 25 janvier à 14 heures, Telma, le principal fournisseur d’accès internet du pays, s’est lancé dans une course contre la montre pour rétablir à la normale la connexion internet de ses clients. Les dirigeants de cette société annonçaient la mise en place des connexions de backup. « Des solutions de backup, répondant à l’ampleur de cette situation exceptionnelle, sont en cours de mise en place pour assurer la meilleure continuité de service possible dans l’intérêt de tous », avait  annoncé vendredi Patrick Pisal Hamida, administrateur directeur général de la société, sans pour autant donner plus de détails sur ces solutions.Depuis samedi, des clients de Telma ont annoncé le rétablissement de leurs connexions mais avec un débit qui laisse à désirer. « La connexion de backup est peut- être en place », indique un internaute sur son profil Facebook. S’agit-il d’une solution de secours avec le câble Lion de Orange Madagascar ou d’une augmentation de bande passante satellitaire   Sur ce point, l’on s’interroge sur la capacité de la bande passante d’Orange Madagascar. Celle-ci arriverait-elle à supporter toutes les charges et demandes des internautes malgaches   Toutes les pistes ne sont pas à écartés.Un test de traceroute, une méthode informatique pour tracer la route utilisée par les données pour rejoindre sa destination, depuis un abonné de Telma démontre que la connexion empruntait le reseau d’un opérateur. Mais est-ce aussi le cas pour les autres. Les communications officielles dans ce sens n’existent pas encore. L’essentiel est que l’internet est … de retour.

Lova Rafidiarisoa

Tia Tanindranaza123 partages

Fetison Rakoto AndrianirinaMahafinaritra an’izao fitondrana izao ny mampitebiteby ny Malagasy

Miditra amin’ny taona fahatelon’ny fitondrana Rajaonarimpampianina isika izao, tsy mbola hita foana ny lalana hivoahana amin’izao fahantrana izao.

Tia Tanindrazana (T.T) : Nilaza ny filoham-pirenena tamin’ny faran’ny taona 2016 fa tsy vahoaka voaozona ny Malagasy. Ny zava-miseho ankehitriny anefa toa manohitra an’izany. Tsy misy jiro, mijaly amin’ny famatsiana rano, miakatra ny vidim-piainana, indrindra fa ny vary, hiakatra ny saran-dalana… Mety hisy andro mihiratra ho an’ny Malagasy ihany ve antenaina ?

Fetison Rakoto Andrianirina :  Hatreto dia azo lazaina fa tsy nahomby ny tetika nitondran’izao fitondrana izao ny raharaham-pirenena. Tsy mahagaga izany satria hita fa na ny politikam-pivoarana noheverina hitondrana vahaolana ho amin’ny tombontsoan’ny Malagasy amin’ny ankapobeny. Miditra amin’ny taona fahatelon’ny fitondrana Rajaonarimpampianina isika izao, tsy mbola hita foana ny lalana hivoahana amin’izao fahantrana izao. Ny famatsiam-bola tsy mbola azo.

T.T : Raha maheno anao, tsy misy ny fanantenana. Inona no vahaolana azonao sy ny antokonao, Roso ho amin’ny Demokrasia Sosialy, aroso ? ‘Ndeha raisina tsirairay ireo olana voalaza ireo. Ny fahatapahan-jiro lavareny…

Fetison :  Diso aoriana loatra vao nahatsapa ny mpitondra fa misy ny angovo azo havaozina na avy ny masoandro na ny avy amin’ny tohodrano. Mila roa ka hatramin’ny efa-taona anefa ireny vao afaka manome herinaratra tsy hamaha ny olona ankehitriny. Vahaolana : (i) hahena ny fandaniam-bola ao amin’ny Jirama. Ny Jirama dia very vola tsy latsaky ny 800 lavitrisa Ariary isan’andro raha mihodina daholo ny milina manome herinaratra, (ii) tsy maintsy hampitomboana haingana ireo milina mpamatsy ny herinaratra mandeha amin’ny menaka mavesatra ary jerena manokana ny vidin’ny herinaratra. Etsy an-danin’izany, fehezina ny gaboraraka sy ny kolikoly ary ny halatra solika.

T.T :   Momba ny famatsian-drano… ?

Fetison :  Mifampiankina moa ny rano sy ny jiro. Rehefa tsy misy herinaratra entina hampiodinana ireo fitaovana mizara ny rano dia ho tapaka foana ny rano. Etsy an-kilany, tsy nilaina ny fampihorohoroana fa tsy hisy intsony ny rano kanefa afaka namatsy antsika ihany ny tohodrano tao Tsiazompaniry. Tsy ilaina fierana amin’ny vahoaka ny fandatsahana orana raha toa ka nilaina. Anjara asan’ny tompon’andraikitra ny hahalavorary ny fiainam-bahoaka.

T.T : Toa tsy ho ampy, hono, ny vary amin’ity taona ity. Inona no vahaolana ?

Fetison :  Toa mahafinaritra an’izao fitondrana izao ny mampitebiteby ny Malagasy. Diso famindra izy raha toa ka izay no heveriny fa hahalalan’ny vahoaka fa miasa izy. Miteraka fikorontanana eo amin’ny tsenam-bary ny filazana fa latsaka 80% ny voka-bary amin’ity taona ity. Tsy fahaiza-miasa izany. Hany ka tsy voafehy ny fiakaran’ny vidim-bary. Ny tokony hataon’ny tompon’andraikitra dia manangana toeram-pivarotam-bary azo arahi-maso hahafahana mifehy tsara ny vidim-bary.  Tsy hisy tokantrano hahazaka sy hahavidy vary 2.000 na 2.500 Ariary isan-kilao izany. Atahorana ny korontana.

T.T : Tsy nahefa ny vola fanome an’ireo mpitatitra ny fitondrana. Hampiakatra ho 500 Ariary ny saram-pitaterana eto an-drenivohitra ireo mpitatitra. Tsy misy vahaolana hafa ve ?

Fetison :  Tsy mbola mivoaka ny famatsiam-bola ivelany. Sahirana ny fitondrana mijery ny fomba hampandehanan-draharaha.  Tsy voahaja ireo teny nifanomezana. Tsy mamaly ny filàna ara-tsosialin’ny mponina ny politika napetrany. Ny Roso ho amin’ny Demokrasia Sosialy (RDS) dia mihevitra fa tsy zakan’ny Malagasy ny handoa izany 500 Ariary izany. Tokony haverina ny fifampidinihina sy ny fiaraha-miasan’ny mpitatitra sy ny fitondrana miaraka amin’ireo tompon’andraikitra eo amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra momba ny fifehezana ny fitateram-bahoaka. Tsy maintsy hamafisina ny fanampiana ireo mpitatitra hitazonana ny saran-dalana ho 400 Ariary farafahakeliny. Vola 80.000 Ariary isam-pianakaviana, raha kely indrindra, no ilaina momba ny fitateram-bahoaka. Tsy zakan’ny ankamaroan’ny Malagasy izany.

T.T : Raha maheno anao, tsy misy antenaina firy izany ho an’ny vahoaka Malagasy ?

Fetison :  Tsy mbola mety amintsika eto Madagasikara ny politikam-pahalalahana. Ny hita sy tsapa dia ny vahoaka no terena hanao ezaka hifehy ny fandaniana sy hihafy. Ny fitondrana anefa toa manao fiainan’ny mpanankarena. Tsy misy afa-tsy ny politika mijery ny sosialim-bahoaka sy ny andavanandrony no mety amintsika, foto-kevitra ijoroan’ny RDS hatramin’izao.

Nangonin’i Jean D.

Madagascar Tribune84 partages

Promesse vide de sens selon Hery Rajaonarimampianina

La bataille pré-électorale est belle est bien lancée en ce début d’année. Parti à Addis-Abeba pour le Sommet de l’Union Africaine, le président Hery Rajaonarimampianina a réagi sur le projet de l’Initiative Emergence Madagascar (IEM) de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina.

Selon le président Rajaonarimampianina, l’IEM ne serait qu’une promesse vide de sens. Questionné sur la pertinence des propos de l’ancien président de la Transition, l’actuel locataire d’Iavoloha a en effet déclaré que chacun devrait regarder l’histoire du pays et ce qu’il a vécu. « Ainsi, chaque dirigeant pourra être jugé et apprécié selon ses actes et réalisations » avait-t-il souligné. Avant de continuer que nombreux sont et seront ceux qui feront ce genre de promesses vide.

Hery Rajaonarimampianina croit que la population sera seule à pouvoir apprécié les réalisations de tout un chacun. Faut-il rappeler que Hery Rajaonarimampianina avait fait parti du régime de Transition et pas à n’importe quel poste, car ce dernier était à la tête du ministère des finances et du budget. Aussi, il partage la responsabilité des succès et échecs de ce régime avec Andry Rajoelina. Un fait qui semble pourtant avoir été oublié par celui qui a accédé à la présidence en partie au soutien d’Andry Rajoelina et de son régime de Transition.

Bientôt une tournée

En ce qui concerne le « Fisandratana 2030 », le nouveau programme de l’actuel président, présenté un jour avant celui d’Andry Rajoelina, une tournée sera bientôt effectuée dans les régions a-t-il fait savoir. L’objectif serait de faire connaitre cette vision par toute la population. « Ma vision, elle, a été mise en place après des réalisations concrètes, des expériences acquises après un certain chemin parcouru, et vise à la consolidation et à la continuation de tout cela » a déclaré Hery Rajaonarimampianina.

Sans doute une annonce qu’il partira bientôt en propagande dans les autres régions. Andry Rajoelina lui aussi, a annoncé que l’IEM tiendrait un forum inaugural à Madagascar bientôt. Jusqu’ici, les deux personnages ne font que de la guerre de communication à qui domine sur l’autre sans apporter grand chose de concret à la population. Bien que leurs présentations aient adoptées un style différent, l’un se basant sur un mandat jugé infructueux par la population ; l’autre ayant montré les potentiels dont dispose le pays, d’aucun ne convainc réellement. Ce qui est certain c’est que la course à la magistrature suprême est déjà lancée pour ces deux futurs candidats.

Madagate84 partages

Madagascar-Vatican: célébration des 50 ans de diplomatie en photos 1

L'express de Madagascar59 partages

Santé infantile – Ruée vers le diagnostic de l’autisme

La toute première édition de diagnostic gratuit de l’autisme à Madagas­car a connu une grande affluence.

Le nombre des parents présents au premier diagnostic gratuit de l’autisme, organisé par l’association Autisme Madagascar, les 27 et 28 janvier, dépassait l’attente de l’association. Malgré le fait que la liste des enfants à diagnostiquer soit déjà fermée bien avant ces dates et que le lieu de diagnostic soit tenu secret, des parents se sont tout de même invités sur les lieux, dans l’espoir de diagnostiquer les maux de leurs enfants qui présentent des traits autistiques. Ils étaient une vingtaine, et certains se sont déplacés dans la capitale, uniquement pour ce diagnostic, mais ils sont rentrés bredouilles. « Certains sont venus de Mahajanga, d’Ambositra, d’autres d’Amba­tondrazaka, de Toamasina. On ne pouvait rien faire pour eux. On les a inscrits sur la liste d’attente pour les prochaines éditions de mai-juin où on invitera des spécialistes internationaux », rapporte un des organisateurs. Une centaine d’enfants seraient déjà inscrits sur cette liste d’attente. L’inscription est toujours ouverte.C’est la première fois que neurologues, psychologues, orthophonistes se réunissent pour faire ces tests. Les constats de l’un et de l’autre sont tout aussi importants, car pour confirmer l’autisme, il faut toute une batterie de tests. À Madagascar, le diagnostic de l’autisme n’existe pas encore, il faut se déplacer à Maurice ou à La Réunion pour le constat.

Faux diagnosticMbolatiana Raveloa­rimisa, présidente fondatrice de l’association autisme Madagascar, mais aussi, mère d’un petit garçon autiste, fait part de la portée de cette batterie de tests. Son fils a été victime d’un faux diagnostic. « Un médecin nous a indiqué que le fait d’être muet est dû à une surdité, et qu’une intervention chirurgicale est nécessaire. Mon fils était encore à la salle de réanimation quand le médecin était venu nous informer qu’il a fait un faux diagnostic », se désole la mère. Cette famille n’est pas la seule victime. « Sur dix enfants, cinq passent par une intervention chirurgicale, à cause d’un mauvais bilan, d’autres sont soumis à des traitements inadéquats, donnant ainsi de faux espoirs aux parents », rajoute-t-elle. De faux espoirs, car en effet, « L’autisme est un état. On nait autiste et on meurt autiste », explique Maya Ramaroson, un médecin parmi les bénévoles qui ont effectué un diagnostic orthophonique, pendant cet évènement.« Ce qu’on peut faire, c’est améliorer l’état de l’enfant, pour qu’il puisse vivre normalement. Par exemple, s’il ne parle pas, on peut l’aider à s’exprimer », recommande-t-elle.Les parents, eux, exigent des actions concrètes de l’État qui fait des promesses d’engagement, à chaque célébration de la journée mondiale de l’autisme. Malheureu­sement, jusqu’à maintenant, il n’y a rien de concret. « Nous réclamons des textes qui précisent les prises en charge que l’État pense entreprendre, car s’occuper d’un autiste dure toute une vie », continue Mbolatiana Raveloarimisa. Jusqu’ici, seul le ministère de l’Éducation nationale a franchi un pas en mettant en œuvre, avec ses partenaires, le projet pilote del’éducation inclusive.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar39 partages

Tennis – Ligue d’Analamanga – Rina Ravoniandro élu à l’unanimité

Simple formalité. Rina Ravoniandro accède à la présidence de la Ligue d’Analamanga de Tennis. Il était l’unique candidat. Il a été élu à l’unanimité par les deux sections Antananarivo Renivohitra et Marovatana, samedi au CNUT Ambohibao. Précédemment, il occupait le poste de secrétaire général de la LTA, sous la présidence de Gilles Rakotobe. Ce dernier lui passe donc le relais pour les quatre ans à venir. « Je lui souhaite bonne chance. Si j’avais un conseil à donner, c’est qu’il devrait œuvrer pour que tous les clubs se conforment et entrent dans la légalité », a confié le désormais ancien président.Pour l’instant, la nouvelle équipe à la tête la Ligue compte dans ses rangs Sylvie Raharinosy et Thierry Razanajatovo. Ces derniers occupent respectivement les postes de secrétaire général et de trésorier. D’autres membres du bureau, devraient se joindre à eux pour compléter cette équipe, prochainement.Durant son allocution avant le scrutin, Rina Ravoniandro a, notamment, expliqué les raisons de sa candidature : « Six mois auparavant, je me suis mis à réfléchir à propos de ce qu’il fallait faire pour améliorer la Ligue d’Analamanga. J’ai sollicité plusieurs personnes pourpostuler la présidence, mais je n’ai pas eu de réponse positive. Au lieu de cela, certains m’ont poussé pour que je me porte candidat. »

Club des Amis du TennisDurant son allocution avant l’élection, il a également évoqué la nécessité de « réorganiser la structure de la Ligue ». « Après avoir travaillé en tant que secrétaire général durant quatre ans, je connais bien les bonnes pratiques à perpétuer, mais aussi les mauvaises à corriger ou à arrêter. Je projette aussi de créer le Club des Amis du Tennis, afin d’y rassembler tous les passionnés de la petite balle jaune. Cela permettra de réunir les idées de chacun et de mieux développer la discipline», a-t-il ajouté.Rina Ravoniandro est également connu en tant que père de Fitia Ravoniandro, jeune joueuse qui a déjà brillé à de nombreuses reprises, autant en compétition nationale qu’internationale.« Beaucoup de dirigeants ont des enfants qui jouent au tennis, mais aussi jouent eux-mêmes au tennis. C’est difficile d’occuper ce genre de poste si l’on ne baigne pas dans le milieu. Je peux assurer qu’il n’y a aucun souci sur le fait que je sois président et que ma fille soit une joueuse licenciée », a-t-il conclu.

H.L.R.

News Mada28 partages

Tragique accident d’un camion à Anjozorobe : 47 morts dont une dizaine d’enfants

47 personnes issues des familles d’un couple de nouveaux mariés ont péri lors de la sortie de route du camion qui les a transportées de Talata Volonondry à Ambongamarina, samedi.

Etant des proches parents d’un jeune couple nouvellement fiancé, les victimes ont quitté leur village d’Ambongamarina pour assister à la demande en mariage prévue se dérouler à Talata Volonondry. Après les fiançailles de la veille, 18 familles du futur marié, originaires d’Ambongamarina et 5 familles d’Ampaneva-Talata Volonondry d’où vient la mariée, se sont dirigées vers Anjozorobe pour célébrer les noces quand le drame est survenu.

La plupart des victimes sont mortes par noyade, d’après les constatations de la gendarmerie, après le plongeon du camion qui les a emprisonnées, dans le fleuve Mananara, à l’entrée d’Anjozorobe. Les corps des 47 morts, dont les fiancés et une dizaine d’enfants de moins de 10 ans, ont été transférés au CSBII d’Anjozorobe tandis que les blessés graves ont été évacués vers la capitale pour les soins nécessités par leur état.

La gabégie dans le transport

La fatigue du conducteur qui a roulé sur une route dégradée toute la nuit et la mauvaise visibilité ajoutée à une vitesse excessive ont été à l’origine du drame, selon les estimations. La surcharge a aussi été évoquée par les enquêteurs diligentés sur place, dans la matinée du samedi.

Et encore, le retard dans la découverte de l‘accident, qui s’est passé dans un endroit isolé, a aggravé la situation puisque l’alerte n’a été donnée qu’après le passage fortuit d’un véhicule sur les lieux du drame. L’application rigoureuse des contrôles dans le secteur du transport s’avère nécessaire pour la prévention des accidents d’une telle envergure.

D’ailleurs, la fréquence des barrages de police sur les routes nationales n’est d’aucune utilité à cause de la pratique corruptive et des rackets devenus des complicités tacites entre les forces de l’ordre et les transporteurs. Le nombre exact des passagers embarqués dans ce camion destiné au transport de frets n’a pas pu être déterminé exactement, déplorent les enquêteurs.

Le pouvoir central s’est fait représenter sur les lieux de l’accident pour apporter soutiens et appuis aux familles des victimes.

Manou

 

News Mada23 partages

Kardinaly Pietro Parolin : « Mankahery anareo na tojo zava-tsarotra aza ianareo »

« Mba hankaherezana anareo ny fitsidihako ny fiangonana eto Madagasikara amin’ny anaran’ny papa François. Izay ihany, fa tsy hangataka zavatra maro aho. Mankahery anareo sy ny hanohizanareo, na eo aza ny fahasahiranana sy ny zava-tsarotra tojo anareo. »

Io ny teny faran’ny sekreteram-panjakan’i Vatikana, ny karadinaly Pietro Parolin, tamin’ny lamesa notarihiny teny amin’ny kianjan’i Mahamasina, omaly, nankalazana ny faha-50 taon’ny fifandraisana diplaomatika eo amin’i Vatikana sy i Madagasikara.

« Mba ho mafy sy tsara orina ny finoanareo », hoy izy. Eo koa ny fanantenana sy ny fitiavana am-pirahalahiana mba ho fanasina sy fahazavan’izao tontolo izao ho an’ny fiarahamonina: ho tsara kokoa ny hoavy ho an’ny tsirairay sy ny rehetra amin’ny zanak’ity Nosy ity.

« Hampitaiko any amin’ny papa François ny fitiavanareo sy ny fahatokisana anananareo ary ny hafanam-ponareo miaina ny finoana eo anivon’ny fiangonana katolika sy amin’ny fiarahamonina ary eran’izao tontolo izao », hoy ihany izy.

Mampihetsika ho tombontsoan’ny mahantra ny asan’Andriamanitra

I Kristy no loharano, miboiboika avy Aminy ny fanambarana ny hasambarana izay irin’ny fon’ny tsirairay isan’andro, araka ny toriteniny momba ny hasambarana valo ao amin’ny Matio 5. Mampihetsika ho tombontsoa ho an’ny mahantra ny asan’Andriamanitra.

Mihoatra lavitra amin’ny fanasokajiana ara-tsosiolojika sy moraly, ohatra, ny hoe mahantra am-panahy, itadiavan’ny Tompo an’ireo rehetra manetry tena amin’ny tany rehefa nanaraka ny lalàny: katsaho ny fahamarinana sy ny fanetren-tena. Ireo manetry tena no mahantra am-panahy, miaina eo ambany sitrapon’Andriamanitra sy mitoky amin’ny fitsimbinany: manana fanahy mahantra.

Fiankinana amin’Andriamanitra ny hasambarana

Ny toetra mitondra amin’ny fahatsapana ny fiankinana tanteraka amin’Andriamanitra sy ireo fanomezany ny fahasambarana ambaran’i Kristy. Midika hoe olona matahotra sy mangovitra eo anatrehan’Andriamanaitra ny mahantra. Mihohoka eo Aminy, mangataka sy mitalaho ny fanampiany.

Nasiany teny koa ny amin’ireo hasambarana hafa. Eo, ohatra, ny amin’ny famindram-po, satria namindrana fo: hahay hijery sy hihaino bebe kokoa ny hafa, hanana fo madio, ho mpandala fihavanana…

Naneho hafaliana sy fiderana ary fisaorana rehetra izy noho ny fotoam-bavaka niombonana sy mampiombona eo aniovon’ny fiangonana…

R. Nd.

 (Sary Fanou)

 

Madagascar Tribune22 partages

Des représentants de Madagascar à New York

Le septième Forum des Jeunes du Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC) se tiendra à New York à partir d’aujourd’hui et durera deux jours. Madagascar aura deux représentants, Randriamitantsoa Lahatriniaina Safidinantenaina, 21 ans et Terry Athéna, 20 ans. Le choix des deux délégués de Madagascar a été basé sur les critères définis par l’ECOSOC ; des jeunes âgés entre 15 et 29 ans, membres des différents mécanismes ou associations de jeunes au niveau national et/ou régional, ayant participé à des ateliers de consultation ou forum sur les ODD (Objectifs de développement durable), impliqués dans la mise en œuvre des ODD liés à l’environnement, l’énergie, l’hygiène, l’eau, l’assainissement.

Le Forum des jeunes de l’ECOSOC 2018 auquel les délégués de Madagascar participeront permettra de promouvoir des approches innovantes et institutionnalisées pour faire avancer le programme de développement de la jeunesse au niveau national, régional et mondial. Renforcer la résilience chez les jeunes, identifier les moyens pour aider les jeunes à surmonter les défis auxquels ils sont confrontés, contribuer de manière significative à la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, fournir aux États membres de l’ONU un moyen de rendre compte de leurs progrès nationaux dans le « Tableau de bord des jeunes sur les ODD, tels sont les objectifs de ce forum mondial.

Le rôle des jeunes dans la construction de communautés rurales et urbaines durables et résilientes sera au centre des échanges. Ce forum rassemblera des représentants du conseil des jeunes et des institutions travaillant pour les jeunes, des représentants de jeunes du monde entier, notamment des jeunes impliqués dans l’atteinte des Objectifs ODD.

L'express de Madagascar17 partages

50 ans des relations Vatican-Madagascar – Grande communion à Mahamasina

La célébration du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre Madagascar et le Vatican a réuni du beau monde. Les extrêmes de l’arène politique ont communié le temps d’une messe où l’église catholique a insisté sur la réconciliation.

Réconcilia-tion. Une voie dans laquelle est engagée l’église catholique, selon monseigneur Odon Razanakolona, archevêque de l’archidiocèse d’Antananarivo, dans un discours prononcé, hier, à Mahamasina, durant la messe célébrant le 50e anniversaire des relations diplomatiques entre Madagascar et le Vatican.Un engagement que l’EKAR a, vraisemblablement, souhaité affirmer en invitant l’ensemble de la classe politique, qu’importe le courant qu’il défend. Le temps d’une messe présidée par le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du Saint-Siège, les catholiques ont réussi le tour de force de rassembler les extrêmes de l’arène politique, qu’ils soient fidèles de cette confession ou non. Étant donné la portée diplomatique du rendez-vous, certes, les tenants du pouvoir conduit par Hery Rajaonarimampianina, président de la République, ont répondu massivement présents.La présence du numéro 2 du Vatican pour cette célébration de ses 50 ans de coopération avec la Grande île découle, d’autant plus, d’une invitation du pape François, faite par le locataire d’Iavoloha, durant son escapade vaticane, en 2014.

BéatitudeUne image, par ailleurs, a particulièrement, été saisissante, hier. Pour la première fois, depuis le clash mettant un terme aux sommets à cinq, dans le cadre du processus de réconciliation nationale, les anciens chefs d’État que sont Albert Zafy, Didier Ratsiraka, Marc Ravaloma­nana et Andry Rajoelina, se sont affichés ensemble et côte-à-côte lors d’un événement public.Les quatre anciens présidents ont été placés juste en dessous du couple présidentiel, dans la tribune officielle. La cordialité, de rigueur dans pareil événement, n’a toutefois, pas suffi à réchauffer l’ambiance des retrou­vailles. Aucun des chefs d’État n’ayant eu de regard pour l’autre, chacun fixant l’horizon, ou restant le nez dans le livret de messe. Les gardes du corps que certains ont placé juste à leurs côtés s’assuraient, également, d’éviter les contacts directs.Vu l’hostilité entre les cinq Présidents, avoir réussi à contenir ces énormes égos dans ce petit périmètre est déjà une prouesse. Les chefs d’institution ont, également, répondu présents à l’invitation de l’église catholique tout comme les anciens hauts responsables étatiques. Pour la première fois, depuis son éviction de Mahazoarivo, le général Jean Ravelonarivo, ancien Premier ministre, s’est lui aussi, affiché à un événement public.à l’instar des milliers de fidèles présents, à Mahama­sina, hier, les personnalités politiques, fervents croyants de l’église catholique, n’étaient pas en reste à l’exemple d’Edgard Razafindravahy, chef de file du parti Arche de la nation – Antoka sy dinan’ny Nosy (ADN).Durant son homélie basée sur l’évangile de saint Mathieu, le cardinal Parolin, dans son homélie, a mis l’accent sur « la béatitude ». À lui de dire « la béatitude doit se vivre (…) faire de la béatitude un programme de vie », de tous les acteurs de la société, notamment, les institutions étatiques.Rappelant les écrits saints, « heureux sont ceux qui ont une âme de pauvre. Bien heureux les doux », le secrétaire d’État du Vatican souligne qu’ici, la pauvreté va au-delà de la classe sociale. Il s’agit « d’une attitude contre l’autosuffisance (…) d’être plus attentif aux autres, d’être enfant de paix ». Destiné à l’ensemble des fidèles, l’essence du prêche d’hier, pourrait avoir une sonorité particulière pour les acteurs politiques dont les ressentiments mutuels et l’avidité de certains, mettent à mal la nation entière.C’est ainsi que, dans sa prise de parole, monseigneur Razanakolona a rappelé que face à une situation socio-économique où règne la misère « et renforce la tendance à un renfermement sur soi, où la religion risque de ne devenir qu’une simple habitude, l’église ne peut pas rester indifférent, ne peut pas regarder de haut ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Madagascar Tribune11 partages

47 morts et des dizaines de blessés à Anjozorobe

Un terrible accident de voiture s’est produit au niveau du pont de la rivière Mananara, à l’entrée d’Anjozorobe le 28 janvier dernier faisant 47 morts et 24 blessés. Le nombre exact des passagers qui se trouvaient dans le camion au moment de l’accident n’a pas pu être déterminé de manière précise. Le poids-lourd accidenté est un véhicule de transport de marchandises et n’est nullement destiné à transporter des passagers. Pas moins de 6 familles ont été totalement décimées (parents et enfants décédés) lors de ce drame. Une bonne partie des victimes sont mortes noyées.

Ces personnes ont quitté le village d’Ambongamarina pour assister à un mariage à Talatavolonondry. Après les fiançailles de la veille, 18 familles du futur marié, originaires d’Amongamarina et 5 familles de la commune d’Ampaneva d’où vient la mariée, étaient en route pour Anjozorobe pour célébrer les noces quand le drame est survenu. Le jeune couple nouvellement fiancé ainsi que 10 enfants de moins de 10 ans figurent parmi les 47 morts dont les corps sans vie ont été transférés au CSB II d’Anjozorobe. Les blessés graves ont été évacués dans la Capitale.

Des pompiers ainsi que des médecins urgentistes ont également été dépêchés sur place. De même que des lots de médicaments, des doses de « formol » et des kits médicaux.

Madagascar Tribune10 partages

Un avant-goût de réconciliation ?

Le cinquantenaire des relations diplomatiques entre Madagascar et le Vatican a été marqué au stade de Mahamasina ce dimanche 29 janvier, par une grande messe officiée par le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Vatican qui est arrivé à Antananarivo dans la soirée du 26 janvier. Plusieurs personnalités politiques ont assisté à cette messe, dont le président de la République et son épouse, le Premier ministre, mais aussi, Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy. Tous ces anciens chefs d’Etat et actuels gouvernants ont donc répondu à l’invitation du Vatican ou à l’appel de la foi chrétienne. Toujours est-il que l’église catholique ou le Saint Siège a donc réussi là où la fête nationale a toujours échoué de réunir ces personnalités politiques autour d’un même événement. La participation des dirigeants des autres églises chrétiennes membres du FFKM à cette messe suggère-t-elle un retour aux valeurs originelles et initiatives de réconciliation nationale ?

Dans son homélie, le Cardinal Pietro Parolin a développé le concept d’âme de pauvre, qui va au-delà des catégories sociologiques et morales, une pauvreté qui implique la prise de conscience et une dépendance totale à Dieu. Les pauvres sont donc tournés vers Dieu et leurs prochains ; avoir toujours faim et soif de justice pour être rassasiés de justice, pour avoir la miséricorde et être miséricordieux. Ce dernier dimanche du mois de janvier étant la Journée Mondiale des Lépreux, pour leur manifester amour et attention, le Cardinal Pietro Parolin a tenu à rendre hommage à tous ceux qui sont engagés dans la lutte contre cette maladie, dont les religieux.

« Faites des béatitudes » : c’est le message papale que le Cardinal Pietro Parolin a transmis aux chrétiens et citoyens de Madagascar à l’occasion de la célébration du 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et Madagascar. Il a émis l’espoir que sa visite dans la Grande Île, en tant que représentant du Pape François, puisse guider les chrétiens, et le peuple malgache en général, malgré les difficultés et les souffrances, et, de ce fait, renforcer la foi et l’espérance en Dieu à travers les prières et les actions de bonne volonté pour pouvoir transformer la société malagasy. Le Cardinal Pietro Parolin a tenu à remercier le Président Rajaonarimampianina pour la tenue de cette célébration, lui invoquant la bénédiction divine dans l’exercice de ses fonctions ainsi que dans la poursuite de la réconciliation nationale.

Pour rappel, les relations diplomatiques entre Madagascar et le Saint Siège ont été établies le 19 décembre 1966. Le premier Ambassadeur malgache auprès du Saint-Siège, feu Jules Ravony, a présenté ses lettres de créances au Pape Paul VI le 1er avril 1967. Par la suite, le premier Nonce Apostolique, Mgr Feli Pirozzi, a pris ses fonctions à Antananarivo.

News Mada7 partages

BFV-SG : 6 miliara Ar isan-taona hanatsarana ny fotodrafitrasa

Natao ny asabotsy teo ny fifampiarahabana tratry ny taona tao amin’ny banky BFV-SG. Fotoana ihany koa nanaovana jery todika ny zava-bita sy nibanjinana ny hoavy hanomezana tolotra tsara sy hanakaikezana kokoa ny mpanjifa. Ao anatin’izany ny fanatsarana ny fotodrafitrasa anokanana tetibola 6 miliara Ar isan-taona. Ho an’ny taona 2016, niisa enina ny masoivoho vaovao nosokafana (Ihosy, Antsohihy, Mahajanga, Antsirabe, Maroantsetra, nohavaozina ny eny Tanjombato), nafindra eny amin’ny Cap 3.000 ny teny amin’ny Galaxy Andraharo, ary sivy ny fitaovana fisintomam-bola Dab vaovao.

Hitohy amin’ity taona ity ny asa, toy ny eny Ambanidia sy Talatamaty. Hahatratra 60 ny masoivoho manerana ny Nosy, mialoha ny faran’ny taona, miampy ny toerana manokana ho an’ny orinasa, ny Espace premier, sns.

Natolotra tamin’ity fotoana ity koa ny mari-boninahitra ho an’ny mpiasa miisa 112 (20 officiers de l’ordre national, 41 chevaliers de l’ordre national, 10 officiers de l’ordre de merite, 13 chevaliers de l’ordre de merite, 12 medaly alimo sy volafotsy, 6 medaly volafotsy, 10 medaly alimo.

Njaka A.

News Mada6 partages

Faty olona nikararana tany Anjozorobe : 47 ireo namoy ny ainy, 24 naratra

47 no namoy ny ainy, 24 naratra. Ireo, araka ny tarehimarika farany navoakan’ny fanjakana, ny vokatr’ilay lozam-pifamoivoizana nahatsiravina, vokatry ny fivarinan’ny kamiaobe iray tao anaty rano, tany Anjozorobe, ny asabotsy maraina teo. Nikararana ny faty, mitohy ny fikarohana ireo razana mbola tsy hita.

Fahasahirana sy alahelo tanteraka! Izay no nitranga tany Anjozorobe ny asabotsy maraina teo, nandritra ilay lozam-pifamoivoizana nahafatesana olona 47 ankizy latsaky ny 10 taona ny folo tamin’ireo. Nihampatrampatra  nalahatra tamin’ny tany tao amin’ny CSB II Anjozorobe ny razana am-polony maro. Olon-dehibe, zazakely… Nihoson-dra ny trano, nisahotaka ny fianakaviana sy ny mpitsabo nanolona ireo razana sy olona naratra marobe. Somebiseby be ihany ny rehetra nanoloana izany.

Kamiao iray nitondra mpanambady vao sy ny fianakaviany avy any amin’ny kaominina Ambongamarina nikasa hamonjy soratra any Talatanivolonondry ireto niharan-doza ireto. Niala lalana ary latsaka tany ambany tetezana ary difitra tao amin’ny ranon’i Mananara ilay kamiao, tokony 3 km an’Anjozorobe. Nalentiny tao avokoa ireo mpandeha efa 70 mahery tao anaty kamiao, ka izay no  nahafaty ireo olona 47 sy ny naratra 24 ireo. Anisan’ny naratra mafy ilay mpamily kamiao ary nalefa notsaboina taty an-dRenivohitra.

Fianakaviana enina, ray aman-dreny sy ny zanany avy amin-dralehilahy avy any Ambongamarina sy ny avy amin-dravehivavy avy any Ampaneva ireo indray namoy ny ainy.

Anisan’ny namoy ny ainy ireto mpanambady vao, ary mbola tsy hita popoka hatramin’ny asabotsy nikarohana ny razana ilay vehivavy, izay efa nitondra vohoka.

Raim-pianakaviana iray niaraka tamin’ny vady aman-janany, anisan’ireo nandeha tamin’ilay kamiao  no sisa velona. Maty avokoa ireo vady aman-janany niaraka taminy.

Fitantaran’ny vavolombelona ihany koa, nilaza fa izay nahay nilomano no avotra tamin’ity loza ity. “Lehilahy iray nahay nilomano tao anatin’ireo mpandeha nanavotra izay azony navotana ary nampiakatra an-tanety izay zakany”, hoy ny fanazavana.

Ny olona sasany nitantara fa rehefa nosintonina ilay kamiao, nisy tamin’ireo olona maty no hita mbola nifikitra tamin’ilay kamiao. Ny olona sasany natsingevana sy nalentiky ny rano. Ny fokonolona nitondra lakana namonjena ireo olona ireo sy nampiakarana ny razana, izay vao tonga ny mpamonjy voina avy aty an-dRenivohitra.

Fandehanana mafy…

“Fandehanana mafy, ary efa intelo no saika niharan-doza talohan’ity nitranga ity ilay kamiao io. Nisy tamin’ny mpandeha efa nidina tany aloha tany noho ny tahotra ny fandehanan’ilay fiarabe mafy”, hoy ihany ny fitantaran’ireo olona tany an-toerana.

Ny olona sasany mbola nanamafy fa toy ny mamo ilay mpamily, lanonana rahateo ny alin’io ka tsy nilaozan’ny tsy nisotro toaka ny rehetra.

Ankoatra izany, saro-pady iny lalana Anjozorobe iny, indrindra mialoha ny hidirana teo amin’ny tetezan’i Mananara. Fidinana ary fiolanana izay vao ilay tetezana. Azo heverina fa sahirana izay fiara mandeha mafy miditra eo, indrindra fa kamiao mitondra olona marobe tahaka izao.

Efa norarana ilay mpamily. Toy ny nitsoaka zandary ihany koa izy noho ny fitondrana olona marobe izay tsy tokony nataony”, hoy ihany ny fanamafisan’ny fianakaviana.

Ny zandary nanao ny fanadihadiana nilaza fa nandeha mafy tokoa ilay fiara, ary hita tamin’ny endriky ny fisehon’ny loza. Efa manao ny fanadihadiana rehetra momba ity loza ity izy ireo amin’izao fotoana izao. Ilay mpamily mbola manaraka fitsaboana.

Nidodododo tany an-toerana ny solontenam-panjakana nitondra fanampiana ireo niharan-doza velona sy nampionona ny fianakavian’ireo namoy ny ainy. Ny faritra Analamanga nitondra mpamonjy voina taty an-dRenivohitra nanampy tamin’ny fikarohana ny razana. Tany an-toerana ny minisitry ny Fahasalamana, ny minisitry ny Fitaterana sy ny Famantarana ny toetradrano ary ny minisitry ny Mponina.

Yves S.

News Mada5 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

 Nifarana tamin’iny faran’ny herinandro iny ny andiany voalohany amin’ny « résidence » iarahan’i Volahasiniaina amin’i Jeremy Labelle, mpanakanto DJ, tatsy amin’ny Nosy La Réunion. Ho fanomanana seho lehibe any Frantsa izany.

Iraimbilanja, anisan’ireo zokiny eo amin’ny tontolon’ny rock malagasy. Izy ireo no nanafana ny Piment Café, ny zoma alina teo. Azo lazaina ho efa ambohipihaonan’ny tarika amin’ny mpankafy azy ireo ity toerana ity.

Nangonin’i Landy R.

News Mada5 partages

7e Art : l’IFM laisse carte blanche à Gégé Rasamoely

Après, Serge Henri Rodin, Michèle Rakotoson ou encore Nicolas Vatomanga, l’ Institut français de Madagascar a donné carte blanche à Gégé Rasamoely, samedi dernier, le temps d’un après-midi de découvertes et de partage autour du 7e art.

En plus d’être un artiste et un acteur de théâtre au fil de sa carrière,  Gégé Rasamoely s’affirme également comme une figure de proue du cinéma malgache.  Au compteur, il a joué dans plus de 1000 pièces radiophoniques et 300 sur scène, depuis plus de 30 ans maintenant.

Pour les cinéphiles, il a également écrit, dirigé et joué dans 37 films. Un homme de tous les records.

« Carte blanche », le rendez-vous périodique à l’IFM Analakely, laisse la part belle au cinéma tout au long de cette année. Une projection de « Sia, le rêve du python », un long- métrage signé Dani Kouyaté a fait office d’inauguration de l’événement samedi dernier.

Quand le cinéma revisite un mythe africain

« La cité de koumbi est frappée par la misère. Pour lui rendre sa prospérité, l’empereur demande aux prêtres de pratiquer le sacrifice humain, un rituel au Dieu-python. Sia, la jeune vierge désignée pour ce sacrifice, refuse le sort et s’enfuit. La révolte gronde au niveau du peuple, attisée par les paroles subversives du vieux fou Kerfa.  Le fiancé de Sia, Mamadi, revient du front pour secourir sa belle. Il se rebelle ouvertement contre l’empereur et parvient à le renverser. Il sauve Sia, mais celle-ci a été violée par les prêtres : le sacrifice n’était qu’une mascarade », c’est en en ces termes que l’auteur décrit le contexte dans lequel évolue le personnage.

« Ce chef-d’œuvre s’attelle à démontrer que  chaque pays ou chaque peuple a sa propre histoire et son propre vécu », commente Gégé Rasamoely, en rendant un vibrant hommage à l’un des plus grands acteurs africains contemporains,  Sotigui Kouyaté, à qui il voue une admiration sans borne.

Une occasion également d’aborder la situation du 7e art malgache. « Cette année marque les soixante-dix ans du massacre de 1947. Si l’insurrection a été qualifiée, par beaucoup, comme un échec, elle peut aussi être considérée comme un mythe que le cinéma devrait revisiter », lance une spectatrice à l’endroit de l’acteur et producteur malgache.

Joachin Michaël

 

News Mada5 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : efa natao io

Betsaka ny manontany tena, valalanina sy kivy ambony ihany rehefa manao jery todika ny lalana nodiavina nandritrany taona maro nialana ny krizy sy niandrandrana fampandrosoana marina, tsy mitanila, azo tsapain-tanana sy hita soritra. Mety samy manana ny fijeriny sy ny firehany fa raha tsorina ny resaka, tena tsy izao mihitsy no niheverana azy.

8 taona izay no lasa raha ny 26 janoary 2009 no tsiahivina. Taona niatombohan’ny krizy lavareny niaro fampihavanam-pirenena, tsisy fiafarany fa entina handaniana sy hitadiavam-bola fotsiny. Natsangana ny rafitra, napetraka ny lalàna fa inona no teo? Samy maka ho azy sy mikepoka izay azony. Manjary lasa miraviravy tanana ny Malagasy, tsy  hita intsony izay hantenaina. Ahoana ihany ary isika ireto, hoy ny maro ?

Ilay « tatezana » natao hiampitana saika tsy nisy fiafarana. Izao indray ilay lalam-baovao entina hizorana any amin’ny tsaratsara kokoa toa nivadika fiakarana mideza. Miala an’Ankatso dia Ambohidempona. telo taona izay no lasa raha ny nandraisan’i Hery Rajaonarimampianina fahefana no tsiahivina. Hatreto aloha sarotra ny mandainga fa tsy misy izay tsy mitaraina. Miha lavitra ihany ny hantsana manasaraka ny vahoaka sy ny mpitondra. Ratsy izao fiainana izao…

Raha  ny fandresen-dahatra natao, nampiteny ny moana. Tsy lazaina ireo fampanantenana manambara fahagagana fa tsy maintsy hoentina miakatra ity firenena ity, tsy i Madagasikara maty jiro, tratry ny fairano, be kolikoly, kere, tsy mandry fahalemana, no niheritreretana azy.

Very anjavony ve ny tolona! Sarotra ny mifaneso sy ny mifanome tsiny fa samy mizaka izay onjany sy ny vidiny aloha hatreto. Izay ilay hoe efa natao ka izay fandehany eo dia fandehany. Hitroatra ho aiza koa moa? Tsy mitovy intsony ny hery. Manjary lasa leom-boananana ka tsy tia zava-boribory intsony ny Malagasy. Hany ka na feno aza ny fepetra hitenenana sy entina hanehoana ny tsy hafaliana, efa ambany ny “morale”.

Betsaka ny misafidy ny hangina, izay tsy midika fa miaritra sy miforitra anaty. Ao ny mihevitra fa firenena voahozona

i Madagasikara, mila mibebaka sy mivavavaka raha tsy izany tsy ho tafavoaka. Ny ankamaroany miandry fifidianana

vaovao, kihon-dalàna entina hanovana zavatra sy rafitra. Kanefa samy mahatsapa fa rehefa tonga ny fampihelezan-kevitra…mora ny mividy vato sy mandresy lahatra ny vahoaka madinika…

RA

 

L'express de Madagascar5 partages

Jubilé – Rendez-vous des « people » au Stade municipal

La messe de célébration du jubilé du cinquantenaire des relations diplomatiques entre Madagascar et le Vatican était le rendez-vous mondain du week-end. Tout le gratin tananarivien, catholique ou pas, s’est rendu au stade de Mahamasina.

 

La première dame en tant que catholique n’a pas manqué de prendre l’eucharistie.

 

Le Père Pedro  parmi ses frères.

 

Le cardinal Pietro Parolin accompagné de monseigneur Odon Razanakolona saluant les chefs d’église membre du FFKM.

 

Les gardes du corps qui ont été placés entre eux ont évité aux deux anciens présidents d’être obligés de se parler.

 

Les deux anciens Premiers ministres de la quatrième république et leurs épouses se retrouvent.

 

Le président Rajaonarimampianina et le Premier ministre dans les tribunes.

 

Tananews4 partages

Ça y est, le troupeau Telma a débarqué chez Orange

On note chez Orange depuis ce week-end des lags, des ralentissements.

Certains services buggent aussi ponctuellement : infoconso et recharge web par exemple.

On rappelle qu’Orange sort à peine depuis le 11 décembre 2016 de graves dysfonctionnements et avec le troupeau Telma qui y débarque, c’est bien parti pour dysfonctionner de nouveau.

Bon, il nous reste quoi ? Airtel ? Nous allons vérifier que nous captons de là où nous sommes et si c’est ok, acheter une clé.

Par contre terminé les abonnements avec prélèvement mensuel avec tous ces FAI, vu que le service n’est pas garanti, nous n’avons donc plus aucune raison non plus de leur garantir leur prélèvement mensuel.

Vive le prépayé et la possibilité ainsi de changer de crèmerie quand on le souhaite, sans être enchaîné par un quelconque contrat abusif de 2 ans par exemple.

News Mada4 partages

Faribolana Sandratra : niavaka sy nahaliana ny maro ny “Ziglo”

Nisongadina tamin’ireo hetsika ara-kolontsaina, tamin’iny faran’ny herinandro iny, ny nitondrana an-tsehatra ilay tantara “Ziglo”, an’i Tsitohery, tetsy amin’ny CGM Analakely. Hetsika nokarakarain’ny fikambanan’ny mpanoratra ao amin’ny Faribolana Sandratra.

Nentin’ny Faribolana Sandratra, eto Antananarivo, nihaona voalohany sy nifampiarahaba tamin’ny mpankafy asa soratra, amin’ity taona vaovao 2017 ity, ilay tantara fisehatra, mitondra ny lohateny hoe “Ziglo”. Sanganasan’i Tsitohery, mpiray faribolana, io piesy io. Notanterahina ny 28 janoary teo, tetsy amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM) etsy amin’ny Tohatohabaton’Antananinarenina, ity fampisehoana teatra ity.

Mifono anatra sy mampieritreritra, mahatsikaiky sy mampiala voly. Ireo no azo amehezana ny votoatin’ity tantara “Ziglo” ity. Tsy nisy diso anjara ireo rehetra tonga nankafy ny fampisehoana, niarahana tamin’ireo mpikambana ao amin’ny Faribolana Sandratra ihany, havanana sy tsy ambakan’ny efa matihanina amin’ny filalaovana teatra.

Araka ny efa nambara teto, tanjon’ny fikambanana ny hanome sehatra ny tontolon’ny fanoratana teatra sy ny lahatsoratra tsotra amin’ity 2017 ity. Nanaporofoany izany avy hatrany ny nitondrana an-tsehatra ity piesy teatraly, “Ziglo” ity.

Fa ankoatra ny seho amin’ireo foibe ara-kolontsaina samihafa, hiezaka hivoaka ny Renivohitra ireo mpanakanto mpanoratra. Tanjona ny hanatona bebe kokoa ny tanora sy ny hampahafantatra azy ireo ny harena ara-literatiora eo am-pelatanantsika Malagasy. Kendrena voalohany amin’izany ireo mpianatra amin’ny ambaratonga fototra sy faharoa. Mety hisy ny fiaraha-miasa amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena ahafaha-manatanteraka izany, araka ny fantatra hatrany.

Etsy ankilan’izay, mitohy hatrany ireo hetsika efa fanaon’ny fikambanana. Anisan’izany ny antsa tononkalo, miaraka amin’ny famoahana boky ahitana ireo asa soratra entina an-tsehatra. Eo koa ny fanamarihana ireo tsingerintaona sy andro manan-danja, mifamatotra amin’ny tontolon’ny asa soratra. Anisan’izany, ohatra, ny Andro eran-tany ho an’ny tenin-dreny, ny 21 febroary.

Landy R.

 (Sary: Tiana R.)

Tananews4 partages

Plus d’eau, plus d’électricité, plus d’internet

Et on pense qu’il y aurait des imbéciles assez fous pour investir dans un pays comme ça ?

2017, l’année du travail et du décollage économique.

Et ce sans eau, sans courant et sans internet.

Ataovy sérieux lesy sun above. Et nous sommes déja quasiment le 1 février.

News Mada3 partages

Vonoan’olona teny Alasora : lehilahy iray naiditra eny Tsiafahy, nahazo fahafahana ireo pasitera

Nilaza fa nirahina ho namono, kanjo teti-dratsin’izy irery. Tovolahy sakaizan-dramatoa ihany ny namono azy, noho ny resaka harena. Voaendrikendrika ireo pasitera zanak’ilay ramatoa.

Naiditra am-ponja vonjimaika any Tsiafahy ilay tovolahy 25 taona namono nahafaty ilay vehivavy 50 taona teny Alasora.  Nahazo fahafahana vonjimaika kosa ireo pasitera telo lahy zanak’ilay ramatoa novonoina io. Araka ny fanazavana avy amin’ny zandary, nandritra ny fanadihadiana ilay tovolahy voampanga ho namono no nahalalana fa namoron-dainga ho nirahin’ireo zanak’ilay vehivavy izy. Tsy nisy nidiran’izy telo lahy pasitera ny famonoana azy ka izany no nahazoan’izy ireo fahafahana vonjimaika.

Araka ny fanazavan’ny zandary ihany, ny 11 janoary teo no hita faty ilay ramatoa, izay efa novonoina andro vitsy talohan’izao ary narina tany anaty rano ny razana avy eo. Ilay tovolahy 25 taona io no voalaza fa tompon’antoka nanao izany, satria fantatra fa nisakaiza tamin’ilay ramatoa izy. Nisy trano namboarin’io ramatoa io ka ity tovolahy ity no nanao izany, izay nantenainy fa ho azy. Tsy izay anefa no zavatra niseho, ka tezitra ny lehilahy. Nanomboka teo ny hevi-dratsy, hoy ny zandary ka niketrahan’izy io izay hamonoana ilay ramatoa. “Nokendaina, novelesina tamin’ny hazo ilay vehivavy ary narina tany anaty rano. Vola 4 hetsy Ar no tao amin’ilay trano azon’ilay tovolahy tamin’izany”, hoy ny fanazavana.

Efa andro maro taty aoriana vao nitodika tany amin’ity tovolahy ity ny ahiahy. Rehefa nosamborina izy ary nanondro ireo zanak’ilay ramatoa ho naniraka azy hamono ny reniny. Nosamborina teny Ambohipo ireo telo lahy pasitera ny zoma teo, ka rehefa nandeha ny famotorana vao fantatra ny marina rehetra. Miandry ny fitsarana azy ilay lehilahy nahavanon-doza.

Yves S.

News Mada3 partages

HCC : « Tsy andrimpanjakana ny FFM »

Tsy araka ny lalàmpanorenana ny And. 2 amin’ny lalàna lah. 2016-037 momba ny fampihavanam-pirenena, nolanian’ny Antenimierampirenena ny 13 desambra 2016 ary ny Antenimierandoholona ny 15 desambra 2016, milaza fa mitovy laharana amin’ny mpikamban’ny andrimpanjakana ny mpikamban’ny Filankevitry ny fampihavanana malagasy (FFM).

Izay ny fanapahan’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC), ny 27 janoary lasa teo. Tsy araka ny lalàmpanorenana koa ny filazana, ao amin’ny And. 24 amin’io lalàna io, fa mitana ny laharan’ny arofenitra filohana andrimpanjakana ny filohan’ny FFM.

Ankoatra And. 20 sy 39 amin’io lalàna 2016-037 io, izay nomarihin’ny HCC ny fomba fandraisana azy: mifanaraka amin’ny lalàmpanorenana io lalàna io ka azo havoaka.

Ny filohan’ny Repoblika sy ny governemanta, ny Antenimierampirenena sy ny Antenimierandoholona, ary ny HCC ihany no andrimpanjakana, araka ny And. 40 ao amin’ny lalàmpanorenana.

Tsy mahefa momba ny fampihavanana politika ny HCC

Tsy mahefa ny fampihavanana politika mandalo amin’ny fanekena ny dingana amin’ny famoriana ny mpifanandrina politika ny HCC.

Ny fampihavanam-pirenena kosa, mandalo amin’ny fitsarana, fitadiavana ny marina, miainga amin’ny zava-nitranga sy ny fitsarana izany. Misy koa ny tomponandraikitra na izay azo saziana noho ny zava-nitranga, ary ny famantarana izay nanao izany sy izay niharam-pahavoazana. Eo koa ny fanarenana, fampihavanana, fiantohana ny tsy famerenana izany intsony. Amin’ny alalan’ny lalàna no hanaovana izany, fampiharana ny lalàmpanorenana, ary mila ny fanaraha-mason’ny HCC na araka ny lalàmpanorenana na tsia izany lalàna izany.

Voafetra ny mahazo famotsoran-keloka

Manana ny anjara toerany lehibe eo amin’ny fampihavanam-pirenena ny famotsoran-keloka. Tokony voasoritra mazava araka izay takina amin’izany ny dikany sy izay entiny. Tsy ao anatin’ny lalàna ahazoana famotsoran-keloka ny fanosihosena ny zon’olombelona toy izay mahakasika ny zo hiaina, ny fampijaliana, ny fitondrana olona an-pahasiahana, tsy araka ny maha olona sy manetry ny maha olona, ny manohintohina ny fahafahana fototra.

R Nd.

 (Tahirin-tsary)

 

 

News Mada3 partages

Nosy Vanilles : hifantohana ny fizahantany an-dranomasina

 Na samy manana ny maha izy azy aza ny Nosy fito aty amin’ny ranomasimbe Indianina, mivondrona ao anatin’ny Nosy Vanilles izy ireo hampiroboroboana ny fizahantany. Anisan’ny hifantohana ny fitaterana an-dranomasina, hisitomana ireo sambo vaventy mpitondra mpizahatany.

Miombona ao anatin’ny antsoina hoe Nosy Vanilles ny firenena fito aty amin’ny ranomasimbe Indianina, hampiroboroboana ny fizahantany, ahitana an’i Madagasikara, Seychelles, Mayotte, Kaomoro, Maldiva, Maorisy, La Réunion. Mifameno ireo Nosy ireo, hamenoana ny banga amin’ny lafiny sosialy sy ny toekarena diavin’ny tsirairay, indrindra ny voka-dratsin’ny fiovaovan’ny toetr’andro.

Hiavaka ny drafitrasan’ny Nosy Vanilles amin’ity taona 2017 ity. Hifantohana ny fizahantany an-dranomasina, izay tsikaritra fa miroborobo aty amin’ny ranomasimbe Indianina ny sambo vaventy mpitondra fizahantany. Hodinihin’ireo Nosy fito mpikambana ny fandaminana sy fandrindrana ny zotra hahatsara kokoa ny vokatra. Ao anatin’izany ny hiaraha-kiasa amin’ny kaompanian-tsambo mpitondra mpizahatany, ahalalan’izy ireo tsara kokoa ny mampiavaka ny Nosy tsirairay amin’ny lafiny kolontsaina, ara-boajanahary, sns.

Fanatsarana ny seranan-tsambo

Tanjona ny hanomezan-danja ny Nosy Vanilles eo imason’izao tontolo izao, ary hatomboka any Eoropa. Misy ny fiaraha-miombon’antoka amin’ireo firenena mandroso, toa an’i Torkia.

Ho an’i Madagasikara, iompanana kokoa ny lafiny teknika amin’ny fampiroboroboana ny fizahantany an-dranomasina. Ao anatin’izany ny fanitarana sy fanatsarana ny seranan-tsambo, toy ny any Toamasina, hanomboka amin’ity taona ity. Tafiditra ao anatin’ny fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny tsy miankina (3P), iarahana amin’ny mpampiasa vola vahiny Japoney. Ho afaka mandray sambo vahiny goavana ity seranan-tsambo ity, hampitombo ny fivezivezena sy ny fifanakalozana ara-pitaterana an-dranomasina, hiteraka asa ho an’ny mponina any an-toerana ary hanome lanja ny harena voajanahary eto Madagasikara, ary ho zotra tsy maintsy handehanana aty amin’ny ranomasimbe Indianina.

Njaka Andriantefiarinesy

L'express de Madagascar3 partages

L’an pire du mal

Un condensé de malheur. En trois ans d’administration Rajaonarimampianina, on aura vu plus que pendant un demi-siècle de vraie-fausse indépendance ou en un quart de siècle de dictature socialiste de Ratsiraka. La panoplie est complète avec l’inondation, la famine, les vindictes populaires, les attaques armées, les trafics, les kidnappings, le délestage, l’inflation, les incendies, les accidents de la route… Pire, depuis le début de l’année, les conséquences de la mauvaise gouvernance la disputent aux caprices vicieux du climat ainsi qu’aux résultats dramatiques de la bêtise humaine. Un délestage d’une acuité sans précédent, un séisme d’une amplitude record, une sécheresse particulièrement sévère et longue, une coupure partielle de l’approvisionnement en eau dans les foyers, des vindictes populaires un peu partout, une coupure de l’Internet et pour corser l’addition, un accident de la route au bilan monstrueux avec quarante sept morts sur les soixante passagers d’un camion, samedi à Anjozorobe, pour marquer le 3e anniversaire de l’investiture de Rajaonarimampianina, il faut le dire, la facture est plutôt salée. Et ce n’est pas fini. Dès le mois de février une hausse du prix des carburants semble inévitable vu la remontée du coût du baril. Ce qui fera un effet boule de neige sur tous les produits de première nécessité en particulier le riz dont le kilo est déjà boosté par les éventuels impacts de la sécheresse sur la production. C’est d’autant plus inquiétant que les observateurs prévoient une hausse de 29% du prix du baril de pétrole cette année.L’État n’est donc pas sorti de l’auberge. Ses problèmes se rallongent d’un jour à l’autre sans aucun espoir de solution étant donné que les projets structurants du Président ne seront opérationnels que d’ici 2019. Raison pour laquelle l’élection est vraisemblablement reportée comme en témoigne la rallonge unilatérale de 2016 à 2023, via son règlement intérieur du mandat de la Haute cour constitutionnelle.Pour le moment, son rôle se réduit à colmater les brèches et à courir derrière les catastrophes, faute d’une politique volontariste et d’une détermination réelle à prioriser l’utile à l’agréable, l’être au paraître. L’hécatombe d’Anjozorobe aurait pu être évitée si on s’était occupé des vrais problèmes de la circulation à l’image de l’état de la route, des ponts, des balisages, des contrôles techniques de la voiture, de l’octroi de permis poids lourds (très peu ou pas de camion école), au lieu de perdre du temps mais gagner beaucoup d’argent, à biométriser les permis. À preuve, biométrique ou pas, cela n’est d’aucun recours. En revanche, si les gendarmes avaient travaillé comme si tous les jours étaient Pâques, ils auraient contrôlé ce camion et auraient vu sur ses côtés une mention « tsy minday pasazy » (interdits aux passagers). Peut-être qu’ils l’ont fait mais l’ont laissé passé moyennant quelque chose ou monnayant leur autorité. Hélas, la gouvernance Rajaonarimampianina fait qu’on ne travaille comme il faut que lors des occasions exceptionnelles avec une présence étrangère.Les circonstances sont foncièrement contre lui et les Dieux semblent lui avoir tourné le dos, que ce soit celui de la Fjkm, des musulmans ou des catholiques. Malgré sa présence aux côtés de la Fjkm a Antsonjombe, la visite d’un grand musulman en l’occurrence le Président turc Erdogan, la visite du numéro 2 du Vatican, le cardinal Pietro Parolin et sa présence à la grande messe de Mahamasina hier, le sort s’acharne sur son mandat. Le glas a sonné alors que les églises n’ont plus de cloches. Un signe.

Par Sylvain Ranjalahy

 

Madaplus.info2 partages

Madagascar régresse dans la lutte contre la corruption

Transparency International initiative Madagascar a dévoilé la semaine dernière le score de Madagascar pour l’année 2016 dans sa lutte contre la corruption.
Cette présentation du score de Madagascar s’est fait au café de la gare Soarano la semaine dernière. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, Madagascar recule de 22 places par rapport à 2015. Si en 2015, Madagascar était à la 123e place sur 168 pays avec un score de 28/100, Madagascar occupe actuellement la 145e place sur 178 Pays avec un score de 26/100. La lutte contre la corruption pour 2017 se focalisera sur l’éducation citoyenne selon Transparency International initiative Madagascar. Le Bureau Indépendant Anti-corruption, la SAMIFIN (entité contre le Blanchiment d’argent) avec Transparency International initiative Madagascar s’engageront ensemble pour réduire la corruption à Madagascar.
Madaplus.info2 partages

5 ans du club karaté IGKDF "HAPPY BIRTHDAY"

"Le samedi 28 Janvier 2017, l’Institut De Gojuryu Kenkyukai De France a célébré son 5e anniversaire.
Pour certains, un anniversaire ne se doit d'être fêté en grande pompe qu’à l'approche de la dizaine, ou bien plus encore, mais la symbolique était trop forte, au vu de toutes les épreuves traversés, et des résultats accomplis, pour ne pas que l’équipe de l'IGKDF organise quelque chose d'exceptionnel. Et exceptionnel est bien le mot ! Rassemblant 250 personnes, dont la présence du maire de la ville de Vanves, dans une salle très joliment décorée pour l’occasion, l’ambiance était au rendez-vous!
Entre les projections vidéos très touchantes, incluant des messages venus de leurs partenaires du monde entier, un concours de gâteaux bluffant sur le thème de leur 5 ans, et une soirée dansante très réussie ponctuée de quelques démos de body karaté (leur nouvelle discipline depuis septembre), l’événement a clairement marqué les esprits.
Fort de ses 164 licenciés, IGKDF s’est progressivement imposé comme un club conséquent dans les hauts de seine et avec un rayonnement plus important encore dans leur ville de Vanves. Leur ambition sportive s’inscrit sur le long terme avec en visée les JO de Tokyo en 2020 où le karaté redeviendra olympique. En mai dernier déjà, un de leurs élèves avait remporté le titre de champion de France combat chez les pupilles -30kg (Ray Razafimahery), le premier d’une longue lignée, espèrent-ils.
Les trois fondateurs du club, Nirina Rakotozafiminahy, Vero Rakotozafiminahy et Cynthia Randriamialison étaient samedi soir particulièrement émus du soutien qu’on leur a témoigné de toutes parts.
Les photos et vidéos de cet événement sont disponibles sur leur page Facebook ainsi que sur leur site internet www.igkdf-vanves.fr "
News Mada2 partages

Etudier a l’étranger : 30 millions d’ariary par an

Des institutions françaises et le campus universitaire mauricien « Medine Education Village » ont organisé, samedi, à l’American center Tanjombato, une Journée portes ouvertes à l’ intention des étudiants malgaches qui désirent poursuivre leurs études à l’étranger.

Selon les informations recueillies, il faut prévoir dans les 6 000 euros l’année, soit environ 20,5 millions d’ariary, pour étudier l’informatique ou le droit à Maurice. La filière gestion est plus onéreuse avec la bagatelle de 10 000 euros par an.

Si on y ajoute les billets d’avion, la restauration et les autres dépenses, le compte de 30 millions d’ariary n’est pas loin. Comme le système LMD est aussi appliqué dans les établissements étrangers, prévoir au bas mot dans les 150 millions d’ariary est ainsi nécessaire pour finir son cursus scolaire, comme dans les établissements universitaires mauriciens qui sont de proximité. Dans d’autres endroits, comme l’Europe, le Canada ou les USA, prévoir le double n’est pas loin.

Bourses extérieures

Sur ces faits, l’obtention d’une bourse extérieure est le seul moyen offert à la majorité des étudiants malgaches, pour avoir la chance d’effectuer leurs études supérieures à l’étranger. Toutefois, même si on a la chance d’en décrocher une, on on sera pas pour autant à l’abri de mauvaises surprises. Les étudiants boursiers de l’Etat malgache en Chine, ou dans d’autres pays, en savent quelque chose là-dessus. Bon nombre d’entre eux sont rentrés bredouilles sans aucun diplôme, bien qu’ils aient fini leurs études.

Sera R

 

News Mada2 partages

Musique : Reggasy signe son retour au Glacier

Le groupe Reggasy inaugurera sa tournée « Reggae Gasy Tsara », demain, le temps d’un concert au Glacier Analakely.

Après un bon bout de temps derrière le feu des projecteurs, Reggasy nous revient en ce début d’année. Certes, le Fianar Reggae festival ne sera au programme que dans quelques mois, mais Jean Christian Raherimandimby et ses compagnons de route trépignent déjà d’impatience de donner un avant- goût musical à ses inconditionnels. Pour ce faire, ils ont donc choisi cet antre de la musique tropicale pour inaugurer sa tournée. Un concert promotionnel de son deuxième opus intitulé « Reggae gasy tsara ».

Un opus qui résume ses recherches, rencontres et partages d’expérience notamment avec le charismatique Sammy Rastafanahy, à qui le groupe voue une admiration particulière. A l’image de sa musique, Reggasy délivre un message engagé et rassembleur.

Joachin Michaël

 

News Mada2 partages

Chronique : problèmes insignifiants

Vous avez un toit (qui ne fuit pas), de l’eau à toute heure de la journée, des coupures de courant si brèves (un quart d’heure) que vous avez honte de bénéficier d’un tel privilège. De quoi pourriez-vous vous plaindre alors que les malaso en tous genres écument le Sud de l’île et que malgré la ferveur chrétienne qui prône le pardon et la charité, la loi du Talion a le vent en poupe ?

Les petits tracas de votre quotidien paraissent bien insignifiants à l’échelle des problèmes de la nation. A les observer de plus près, vos soucis, si ridicules soient-ils, sont au cœur des problèmes de la nation. Vous préférez les oublier mais, à titre de thérapie, n’ayons pas peur de rappeler les heures passées, et perdues, à devenir un citoyen modèle et moderne.

Vous avez d’abord fait le pied de grue au service des passeports pour obtenir un document biométrique avant d’apprendre que la mode était passée au document électronique plus rapidement que la machine qui les produisait, disait-on pour expliquer les innombrables couacs. Excédé par les humeurs de la machine, vous avez pris d’assaut ledit service avec quelques dizaines de citoyens. Cela a marché.

Vous pensiez être au bout de vos peines quand la sentence est tombée pour les permis de conduire et les cartes grises falsifiables. Grâce à ce jugement, vous avez découvert votre ville la nuit et la sympathie qui s’instaure entre condamnés dans l’interminable file qui mène au guichet du faritany. Après cet entraînement de commando, demander un certificat de résidence au fokontany ressemble une promenade de santé. Erreur.

Les fokontany doivent aussi harmoniser leurs documents et cela coûte cher. La générosité des mécènes est aimablement sollicitée pour faire face à ces nouvelles dépenses, lesquelles mènent inévitablement à la fameuse machine qui fait des couacs.

Voyez, vos petits tracas ne sont pas insignifiants.

Kemba Ranavela

 

News Mada2 partages

Entretien routier : le Fer dispose de 130 milliards d’ariary pour 2017

Le budget de fonctionnement du Fonds d’entretien routier (Fer) a connu une hausse pour l’exercice 2017. Le problème de recouvrement des Redevances pour l’entretien routier (RER), principale ressource du Fer, reste encore à résoudre.

130 milliards d’ariary. Tel est le budget à la disposition du Fer relatif aux projets

d’entretien et de construction de routes durant l’année 2017, a indiqué son secrétaire général, Benitany Randimby, lors de la cérémonie de présentation de vœux organisée, vendredi dernier. Ce budget a connu une importante hausse par rapport à l’an dernier qui était de 47 milliards d’ariary. Le Fer a toutefois fait savoir que le début de la campagne 2016-2017 est financé en grande partie par les ressources de 2014.

Problème de recouvrement des RER

Les difficultés au niveau du recouvrement de ces redevances par les compagnies pétrolières entraînent des problèmes au niveau du financement des travaux d’entretien routier et du décalage des campagnes. Voilà pourquoi le Fer utilise les reliquats des campagnes précédentes pour financer les projets à venir. Et ce retard sur le recouvrement des RER est un problème qui persiste depuis 2010.

« Le budget du Fer enregistre un gap de 309 milliards d’ariary actuellement, dont une grande partie est constituée des arriérés des compagnies pétrolières. Le reste porte sur les subventions venant de l’Etat et des bailleurs de fonds », a fait savoir le ministre des Travaux publics, Eric Razafimandimby.

Les priorités dans les réhabilitations et les constructions ne sont pas encore définies, le ministère des Travaux publics, en collaboration avec le Fer, procède encore à l’étude  durant le premier trimestre de cette année, d’après Eric Razafimandimby. Ce dernier a toutefois avancé que le désenclavement de quelques zones à forts potentiels agricoles est  prévu.

Notons par ailleurs que le Conseil d’orientation de l’entretien routier (Coer), qui permet au Fer d’avoir plus d’autonomie, a été mis en place depuis août 2016. « Le Coer est nécessaire pour contrôler les abus existant au sein du Fer », a avancé Benintany Randimby à ce propos.

Riana R.

 

Tananews2 partages

RN3 : 47 morts dans un accident

Toutes les victimes prévoyaient de se rendre à un mariage, mariés inclus.

Lors d’un passage sur un pont, le camion a plongé dans l’eau.

Un camion comme mode de transport ?

L'express de Madagascar2 partages

Agriculture – Amélioration de la riziculture

Après Fianarantsoa, Toliara et Ankazondandy,  le système riziculture endormant (SRE) vient d’être expérimenté à Ampanotokana. « Nous avons décidé de renouveler cette expérience sur plusieurs sites dans cette commune rurale. Nous avons pu constater un résultat très prometteur avec le triplement du rendement des parcelles utilisées. L’échantillonnage de la production donnait 7,05 tonnes par hectare », a expliqué Antoine Randrianatoavina, l’initiateur de ce projet.Cette nouvelle découverte de méthode de riziculture, initiée et développée par cet agriculteur vise à augmenter la production agricole et l’amélioration du rendement et le doublement de la campagne rizicole, notamment sur les hauts plateaux. D’après cet agriculteur, ce système permet deux ou trois récoltes par an et les techniques utilisées sont applicables dans la Grande île. Le système consiste à endormir le riz.Le père de famille a expliqué que, pendant la saison hivernale, la culture est recouverte d’un sachet pour hiberner ses oligo-éléments qui enrichiront sa croissance et sa poussée. Si sur les Hautes Terres centrales, l’hibernation est effectuée pendant deux mois, cette dernière paraît plus courte dans les régions tempérées de Madagascar.Jusqu’ici, les expérimentations de ce nouveau système de riziculture sont très prometteuses. Ce qui pourrait améliorer notre production agricole. Le système s’ajoutera ainsi aux autres méthodes déjà pratiquées par nos paysans.

L.R.

L'express de Madagascar2 partages

Évolution positive du programme Passoba-Santé

Les quatre ans de mise en œuvre du Programme d’appui aux secteurs sociaux de base-santé (Passoba) ont permis la réouverture de 73 centres de santé de base, le recrutement de 88 médecins et de 473 paramédicaux, mais aussi, l’appui à plus de 1 000 CSB, dans 9 régions. Les objectifs attendus sont presque atteints, selon les rapports effectués durant la 8e réunion du comité de pilotage du (Passoba) qui s’est tenue à Ivato, vendredi. Cette réunion s’est surtout focalisée sur la coordination du plan de pérennisation de ce programme de l’Union Européenne, mis en œuvre par le Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF) et financé par le gouvernement malagasy, le GAVI, le Fonds mondial, la Banque Mondiale, l’Agence des Etats-Unis pour le développement (USAID). Passoba-Santé vise à réduire la vulnérabilité de la population la plus démunie.

L'express de Madagascar2 partages

Ambatovy soutient des agriculteurs

Les actions d’appui et d’accompagnement menées par Ambatovy au profit des agriculteurs, dans les districts de Brickaville et de Toamasina II, se pour­suivent. Ambatovy a sou­tenu la mise en place de 10 coopératives d’agri­culteurs, dont sept à Bricka­ville et trois à Toamasina II, réunissant 270 agricul­teurs le long du pipeline d’Ambatovy. Cette initiative a déjà porté ses fruits dans la mesure où, lors de la dernière campagne de litchi, un quota de 102 tonnes a été accordé par des sociétés exportatrices à la coopé­rative Felamamy d’Ambi­naninony Bricka­ville.

cette loi, l’utilisation du commerce électronique est sur la bonne voie dans la Grande île.

L'express de Madagascar2 partages

La loi sur la monnaie électronique validée

La Haute cour constitu­tionnelle (HCC) vient de rendre sa décision sur le contrôle de constitu­tion­nalité de la loi sur la mon­naie électronique et les établissements de monnaie électronique. D’après sa décision n°11-HCC/D3 du 27 janvier 2017, publiée sur le site de la Haute cour, ledit texte est conforme à la Consti­tution. Avec la validation de

L'express de Madagascar2 partages

Double meurtre

Traduit devant le Parquet du tribunal à Anosy, samedi, pour le meurtre d’une femme de 52 ans, dont le corps dénudé a été retrouvé dans un sac  tissé, rejeté par l’Ikopa du côté d’Alasora le mercredi 11 janvier, un jeune hommes de 25 ans a été placé en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy au terme de son audition. Le suspect est passé aux aveux selon la gendarmerie. Le  mobile du crime reposerait sur un vol. La quinqua­génaire aurait été tuée pour l’argent qu’elle a obtenu de la vente d’un terrain. Le prévenu a fréquenté la défunte. Il aurait également avoué avoir assassiné le mari de cette derrière le 1er août 2016.

L'express de Madagascar2 partages

Musique du monde – Un projet éthno-futuriste en gestation

À cheval entre le genre techno électronique futuriste et les rythmes réunionnais, berceau du maloya, un projet musical fait son bonhomme de chemin, en ce moment, dans les îles. Une collaboration tripartite entre Matthieu Souchet à la batterie, en même temps, habile sur pad électronique ainsi que Linda Volahasiniaina à la valiha et au Kabôsy et dont l’intitulé s’inspire tout simplement du nom de son initiateur qui n’est autre que Jeremy Labelle.« Ethno-futuriste » car l’artiste s’inspire largement de son expérience de vie. En effet, Jeremy Labelle a grandi avec un grand frère féru de techno, auprès d’une mère qui l’initia à une musique du terroir français et surtout un père qui l’influença énormément sur cette douce berceuse qu’est la maloya. Bref, l’artiste semble avoir trouvé la formule parfaite pour provoquer une symbiose entre les balades ancestrales de Linda Volahasiniaina et les rythmes futuristes de Matthieu Souchet.Ces deux collaborateurs qui excellent eux aussi, chacun dans leur domaine, ont donc accepté d’œuvrer sous la direction de ce jeune « instrumentiste de l’ordi » qu’est Labelle durant une résidence qui a débuté en décembre dernier jusqu’en avril prochain à l’île de la Réunion. L’objectif premier est la création d’un concert avec les trois musiciens, d’une durée estimative de 80 minutes, et en collaboration avec des ingénieurs son et des techniciens lumière expérimentés.Toujours dans cet esprit rassembleur hérité du CICM ou centre de recherche informatique et création musicale, l’artiste dirigera donc cette résidence avec ces deux autres virtuoses pour offrir une restitution digne de ce nom à l’image du ciné-concert « Duvidha ». Il a réalisé ce dernier en 2015, en collaboration avec un musicien du nom de Prakash Sontakke lors d’une résidence en Inde ou encore Yakaza, une production réalisée au Japon en 2014. « En tout cas, l’artiste nous réserve encore de grandes surprises pour ce premier trimestre de l’année 2017 car en plus de ce projet, son deuxième album est aussi très attendu vers la fin du mois de mars » conclut Volahasiniaina Linda.

Harilalaina Rakotobe

Tananews1 partages

Et pendant ce temps, le délestage continue bien entendu

Minimum 3 heures de coupure à Tana.

Quand ça veut pas ça veut pas n’est ce pas ?

Difficile pour sa Seignhery et ses larbins de s’extirper de la médiocratie

News Mada1 partages

Campus Medina E.V : nahasarika mpianatra ny fampirantiana

Sambany nampahafantatra ny tolotra fiofanana ho an’ny fampianarana ambony eto amintsika ny Campus Medina education village, ao anatin’ny  groupe maorisianina Medine. Nosantarina ny taona 2012 ny campus amin’ny tanàna any Quatre Bornes, Phoenix, Flic en Flac ary sekoly ambony telo : Vatel, Supinfo ary ESCP Europe no nandray mpianatra voalohany ny taom-pianarana 2013-2014. Ny taona 2015, nivelatra ny tetikasa amin’ny fiaraha-miasa amin’ny Afrika, India ary Oceania ary nampiasa teny roa: anglisy sy frantsay hampitana ny fahalalana rehetra. Ivontoeram-pianarana fito lehibe no nanampy ireo telo voalohany ary nisafidy an’i Maorisy handray ny masoivohony ao an-toerana. Efatra amin’ireo fito no nahazo alalana hampianatra : Universite Panthéon-Assas, Ecole Centrale de Nantes, Ecole nationale supérieure d’architecture (ENSA) de Nantes ary ny ESSEC Business School.

Afaka mametraka antontan-taratasy fangatahana hianatra amin’ireo sekoly ambony ireo ny mpianatra malagasy manana ny mari-pahaizana bakalorea. Ankoatra ny fifantenana ny naoty tamin’ny bakalorea, mbola mitafa mivantana amin’ireo tomponandraikitry ny ivontoeram-pampianarana ireo tanora.

Ankoatra ny fahazoana fahalalana, fenoina amin’ny fanatanjahantena sy ny zavakanto ny fivelaran’ny maha olona mandritra ny taom-pianarana.

Nahasarika tanora maro ny fampahafantarana teny Tanjombato, ny asabotsy tontolo andro lasa teo. Betsaka ireo niaraka tamin’ny ray aman-dreny hisafidy ny tolotra mety mifanaraka amin’ny lalam-piofanana tadiaviny. Efa nisy rahateo ny tomponandraikitra nikarakara ireo vonona ny hanohy fianarana ambony amin’ireo sekoly ao anatin’ny Campus Medina education village ao Maorisy.

Vonjy

(Sary Tiana) 

News Mada1 partages

CCHA : be mpitady ny fampianarana mihira

Tao anatin’ny 15 taona nijoroany, tena nahafantarana ny Cours de clavier Hery Andriatahina (CCHA) ny fampianarana mitendry « clavier », indrindra ny fitendrena any am-piangonana sy ny fitendrena hira ara-pilazantsara. Nanomboka tamin’ity taona ity anefa, nivelatra amin’ny fampianarana mihira ihany koa ny sekoly. Anton’izany ny hoe mihabetsaka ireo mitady toeram-pampianarana mihira, raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra.

Ho an’ity sekoly ity, mifantoka kokoa amin’ny fampianarana mihira ao anatina antoko mpihira na « chorale » ny atolotr’izy ireo. Fanomezam-pahasoavana avy amin’Andriamanitra ny fahaiza-mitendry, izay zaraina amin’ny hafa. Noho izany, rariny raha enti-midera ilay Nahary ny talenta nomeny. Izay no anton’io safidy io, raha ny voalazan’ny mpanorina ny sekoly.

Raha tsiahivina, manamarika ny faha-15 taona nijoroany ny CCHA amin’ity taona ity. Ezaka lehibe hotanterahiny, ao anatin’ny 15 taona manaraka, ny fanitarana sy fampiroboroboana ity fampianarana hira ity. Ankoatra ny eto Antananarivo, ahitana sampan’ity sekoly ity avokoa ireo tanàna lehibe amin’iny lalam-pirenena fahafito iny, hatrany Antsirabe.

Mikasika izay fanamarihana tsingerintaona izay hatrany, hosantarina amin’ny fotoam-pivavahana ny hetsika, ny 12 marsa izao. Samy hanatanteraka fampisehoana kosa ny mpianatra amin’ireo sampan’ny sekoly, ny 28 mey. Tsy hifarana ny fankalazana raha tsy ny 12 novambra 2017.

Landy R.

News Mada1 partages

Fifidianana – Basket ball : miaraka amin’ny ekipa vaovao

 Mbola tafaverina amin’ny toerany ireo eo anivon’ny komity mpanatanteraky ny federasion’ny basket ball eto amintsika. Fito izy ireo ka kandidà tokana avokoa. Anisan’izany ny filoha, Ramaroson Jean Michel, ny filoha lefitra, Ravelonarivo Lionel, ny mpitambola Ravoson Emmanuel. Samy mpanolotsaina avokoa, Rabearivelo Justin sy Randriamandimby Jimmy. Olom-baovao eo anivon’ny federasiona ny efatra amin’izany. Eo ny sekretera jeneraly, Ralalaharison Tsiry. Mpanolotsaina avy kosa Rafiringa Eric sy Soloharinivo ONja ary Randria Iharamanantsoa. Mazava ny fanamby sy ny tanjona ho azy ireo. “Handeha mafy izahay ka mila ainga vao. Omena toerana sahaza azy ireo mpitantana teo aloha fa tsy hoe nailika. Mbola any anatin’ny vaomiera ny maro amin’izy ireo”, hoy ny filohan’ny federasiona, Ramaroson Jean Michel, mbola voafidy indray. Notanterahina ny faran’ny herinandro teo ny fifidianana ka nahazo isam-bato 18 amin’ny 19 ny tenany.

Anisan’ny federasiona miavaka indrindra

Ho an’ny fandaharam-potoan’ny federasiona kosa, hanomboka ny volana febroary hatramin’ny novambra ny hetsika rehetra sy ny fifaninanana. Anisan’ny mampiavaka ity federasiona ity amin’ny hafa ny fahavitany hatrany ny fifaninanana amin’ny sokajin-taona rehetra, ho an’ny lahy sy ny vavy. Eo koa ny fitetezam-paritra amin’ny fanatanterahana ireny fifaninanana ireny. “Laharam-pahamehana ny fanavaozana ireo rafitra sy ny kara-pilalaovana. Hohamafisina ny fifaninanana eny anivon’ireo ligim-paritra rehetra”, hoy ihany izy.

Synèse R.

  (Tahirin-tsary)

News Mada1 partages

Anosy – Atsimo Andrefana : ankizy 387 nizarana fanafody sy sakafo

Nanomboka nizara ny fanampin-tsakafo sady fanafody ho an’ny ankizy tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika ho an’ny faritra Anosy, Atsimo Andrefana ny Ofisim-paritra momba ny fanjarian-tsakafo (ONR) ao amin’ny faritra Anosy. 387 ny ankizy voatily fa voan’ny tsy fanjarian-tsakafo amin’ny kaominina valo, Ebelo, Tomboarivo, Marotsiriaka, Manevy, Esira, Maromby, Ranobe, Mahabo ao amin’ny distrika’Amboasary, hoy ny tomponandraikitry ny ORN Anosy, Tovohery Asgar.

Ho an’ny distrikan’i Betioky, kaominina telo ihany koa nahazo ny fanampiana hiarovana ny ankizy tsy ampy sakafo ao Ambatry, Andranomangatsiaka ary Ankilivalo I. Homena Plumpy sup ny ankizy ary hizarana sakafo ny fianakaviana. Tsy maintsy arahina tsara ny fatran’ny  fanafody sady fanampin-tsakafo ho an’ny ankizy mba hahomby ny fitsaboana. Nahazo vary, voamaina sy menaka ny isam-pianakaviana ka samy voakarakara daholo ny tsirairay.

Avy amin’ny tohan’ny Banky afrikanina momba ny fampandrosoana no nahafahana nizara ny sakafo sy ny fanafody. Mitentina 1 tapitrisa dolara ny sorabola natokana ho an’ny tetikasa fanamafisana ny ady amin’ny tsy fanjarian-tsakafo any Atsimo. Ho an’ny faritra Androy, hosantarina amin’ny volana febroary ny fizarana ny fanampiana. « Haharitra enim-bolana ny tohana hampihenana ny vokatry ny tsy fanjarian-tsakafo amin’ny ankizy », hoy ny mpandrindra nasionalin’ny Ofisim-pirenena momba ny fanjarian-tsakafo, Raveloharison Ambinintsoa.

Vonjy

News Mada1 partages

7e Art : l’IFM laisse carte blanche à Gégé Rasamoely

Après, Serge Henri Rodin, Michèle Rakotoson ou encore Nicolas Vatomanga, l’ Institut français de Madagascar a donné carte blanche à Gégé Rasamoely, samedi dernier, le temps d’un après-midi de découvertes et de partage autour du 7e art.

En plus d’être un artiste et un acteur de théâtre au fil de sa carrière,  Gégé Rasamoely s’affirme également comme une figure de proue du cinéma malgache.  Au compteur, il a joué dans plus de 1000 pièces radiophoniques et 300 sur scène, depuis plus de 30 ans maintenant.

Pour les cinéphiles, il a également écrit, dirigé et joué dans 37 films. Un homme de tous les records.

« Carte blanche », le rendez-vous périodique à l’IFM Analakely, laisse la part belle au cinéma tout au long de cette année. Une projection de « Sia, le rêve du python », un long- métrage signé Dani Kouyaté a fait office d’inauguration de l’événement samedi dernier.

Quand le cinéma revisite un mythe africain

« La cité de koumbi est frappée par la misère. Pour lui rendre sa prospérité, l’empereur demande aux prêtres de pratiquer le sacrifice humain, un rituel au Dieu-python. Sia, la jeune vierge désignée pour ce sacrifice, refuse le sort et s’enfuit. La révolte gronde au niveau du peuple, attisée par les paroles subversives du vieux fou Kerfa.  Le fiancé de Sia, Mamadi, revient du front pour secourir sa belle. Il se rebelle ouvertement contre l’empereur et parvient à le renverser. Il sauve Sia, mais celle-ci a été violée par les prêtres : le sacrifice n’était qu’une mascarade », c’est en en ces termes que l’auteur décrit le contexte dans lequel évolue le personnage.

« Ce chef-d’œuvre s’attelle à démontrer que  chaque pays ou chaque peuple a sa propre histoire et son propre vécu », commente Gégé Rasamoely, en rendant un vibrant hommage à l’un des plus grands acteurs africains contemporains,  Sotigui Kouyaté, à qui il voue une admiration sans borne.

Une occasion également d’aborder la situation du 7e art malgache. « Cette année marque les soixante-dix ans du massacre de 1947. Si l’insurrection a été qualifiée, par beaucoup, comme un échec, elle peut aussi être considérée comme un mythe que le cinéma devrait revisiter », lance une spectatrice à l’endroit de l’acteur et producteur malgache.

Joachin Michaël

 

News Mada1 partages

Musique : Reggasy signe son retour au Glacier

Le groupe Reggasy inaugurera sa tournée « Reggae Gasy Tsara », demain, le temps d’un concert au Glacier Analakely.

Après un bon bout de temps derrière le feu des projecteurs, Reggasy nous revient en ce début d’année. Certes, le Fianar Reggae festival ne sera au programme que dans quelques mois, mais Jean Christian Raherimandimby et ses compagnons de route trépignent déjà d’impatience de donner un avant- goût musical à ses inconditionnels. Pour ce faire, ils ont donc choisi cet antre de la musique tropicale pour inaugurer sa tournée. Un concert promotionnel de son deuxième opus intitulé « Reggae gasy tsara ».

Un opus qui résume ses recherches, rencontres et partages d’expérience notamment avec le charismatique Sammy Rastafanahy, à qui le groupe voue une admiration particulière. A l’image de sa musique, Reggasy délivre un message engagé et rassembleur.

Joachin Michaël

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : l’avenir de Madagascar (2)

(Suite.)

Or la législation qui régit cette matière dans notre colonie est ce qu’il y a de plus monstrueusement idiot, mauvais et ridicule. La presse, de quelque opinion qu’elle fut, a été unanime à la flétrir de la façon la plus violente. M. Lebureau, impassible, contemple avec satisfaction le malheureux colon se débattant dans les entraves et les pièges que présente cette législation. Le colon !… voilà l’ennemi et cette législation lui permet, d’une chiquenaude, d’envoyer le colon… se faire pendre ailleurs.

Justement ému des plaintes formulées au sujet de cette législation, M. Augagneur chargea M. Rousset de corriger les imperfections du décret du 16 juillet 1897 régissant la matière. Au lieu de cela, ce fonctionnaire rédigea un nouveau décret du 4 février 1911 de cent coudées plus défectueux que le précédent.

Ce fut un tollé général devant le bien-fondé duquel M. Picquié remit l’étude de cette si importante question à une commission présidée par M. Gamon. Devant cette solution, la presse et les intéressés se sont tus, attendant, anxieux, la nouvelle législation.

Il y a déjà quatre ou cinq ans de cela, et comme sœur Anne…

Nos braves colons ont oublié que, lorsque M. Lebureau se trouve en présence d’une question qui l’ennuie, il s’empresse de nommer une commission à qui il en confie l’étude. Tout le monde sait à quoi s’en tenir : la dite question a reçu les honneurs d’un enterrement de première classe. Est-ce là le sort de notre législation foncière ? Avec le Gouverneur général actuel, il y a lieu d’espérer que non.

Nous ne recommencerons point la critique qui en a été faite ; tout le monde la connaît. Nous ne rappellerons qu’un seul point qu’il eût suffi de modifier dans le décret du 10 juillet 1897 pour rendre celui-ci acceptable.

Lorsque, au bout de deux, trois, quatre ans ou plus, le colon a mis en valeur son terrain, – même acheté de la colonie aux enchères publiques, – il doit en demander l’immatriculation et la délivrance du titre définitif.

Or, du jour où avis par affiches est donné au public de cette demande d’immatriculation, les prétendants droits, – qui sont toujours des indigènes, – ont un délai de trois mois pour revendiquer devant les tribunaux la propriété des dits terrains.

(À suivre.)

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada1 partages

Us et coutumes : prier ou courir, il faut choisir

Promouvoir le sport pour tous, inviter jeunes et moins jeunes à participer à un événement sportif populaire, pour ainsi dire d’intérêt général, c’était bien vu. Et cela devait marcher puisque les organisateurs n’en étaient pas à leur première édition. C’était sans compter sur les priorités du calendrier, calendrier qui ne se décide pas la veille pour le lendemain, n’est-ce pas ? Et pourquoi pas ? On peut décider la veille pour le lendemain, cela s’est déjà vu et se voit encore régulièrement. Erreur de planning ou erreur de communication ? Prenez votre temps pour cocher vos réponses. Aujourd’hui n’est pas dimanche, vous n’êtes pas obligé de choisir.

 

Tananews1 partages

Après Antsonjombe, les gradins de Mahamasina

Les Catholiques et les Protestants de Babakoto Land se tirent la bourre pour savoir qui a la plus grosse (audience).

En priant beaucoup, peut-être que les moutons auront davantage d’eau, de courant et la connexion Internet ?

Sinon nous songeons nous aussi à monter notre secte, le business semble prometteur et les clients semblent ne pas manquer à Babakoto Land.

Villas, 4X4, voyages, comptes offshore : une belle vie en perspective, financée par les babakoto.

L'express de Madagascar1 partages

Indiennes attaquées

Deux ressortissantes indiennes ont été attaquées dans leur villa à Ambanilaoka Talatamaty samedi vers 3 heures du matin. L’acte a été commis par quatre individus brandissant des armes blanches. De source auprès de la gendarmerie, un poste téléviseur a été dérobé ansi que des téléphones portables, des lecteurs DVD et une somme d’une valeur de 60000 ariary. Les assaillants ont escaladé le portail puis fracturé une porte pour s’introduire. Ils ont pris le large après leur forfait.

L'express de Madagascar1 partages

Hôtel de l’Avenue – Nully Ratomosoa relance « Misaringotra »

Imposer une musique contemporaine unique et enchanteresse où le jazz et le funk fusionnent avec les musiques traditionnelles malgaches. C’est dans cette optique que le bassiste Nully Ratomosoa continue à promouvoir son album intitulé « Misarangotra » signifiant « S’accrocher » dans la langue lumière. Passionné de jazz depuis toujours, Nully Ratomosoa fort d’une année 2016 enrichissante, a retrouvé le public sur la scène de l’Hôtel de l’Avenue Analakely. À l’instar de ses pairs comme Silo, Joëlle Rabesolo ou les chanteurs Tsiliva et Tence Mena, il a ainsi tenu à transcender le public noctambule de la capitale, pour une épopée musicale et rythmée tout à son image. Pour faire connaître sa musique, Nully Ratomosoa a créé l’événement « Moika Misarangotra » qu’il a présenté à travers l’île et qu’il se plaît à relancer auprès de tous les mélomanes, cette année encore. Il poursuit ainsi continuellement son petit bonhomme de chemin dans le milieu musical, lentement peut-être, mais sûrement. Nully Ratomosoa a enivré le public de l’Hôtel de l’Avenue à travers ses prestations. Toute occasion est à prendre pour ce jeune musicien de faire valoir, de partager et d’imprégner les amateurs de sa musique.

A. P. R.

Madagate1 partages

Madagascar-Vatican: célébration des 50 ans de diplomatie en photos 2

Tananews0 partages

France : le candidat du PS sera donc Benoît Hamon

Le gars il a juste dit “Moi Président, le revenu universel sera de 750€” et pouf, il se retrouve dans le costume de Présidentiable.

Chez nous c’était “Moi Président, le délestage sera résolu en 3 mois“.

3 ans après on attend toujours.

Tananews0 partages

Le New York Times invite Donald Trump à aller dans le sud de Madagascar

Et ce, “pour y constater de visu les effets du changement climatique“.

Bah ça va mieux dans le sud, ils y ont même beaucoup d’eau eux. C’est plutôt le futur désert sec d’Antananarivo qu’il faut visiter.

Et nous ne sommes pas sûr que Donald Trump sache situer Madagascar sur une carte.

News Mada0 partages

50 taon’ny fifandraisana amin’i Vatikana : nampiraisin’ny katolika tetsy Mahamasina ireo mpitondra t...

Sambany indray. Niray seza tetsy Mahamasina avokoa, omaly, ny ankamaroan’ireo mpitondra teo aloha tamin’ny fanamarihana ny faha-50 taon’ny fifandraisana eo amin’ny Vatikana sy i Madagasikara.

 

Voaasa avokoa ireo nitondra tao anatin’ny 50 taona. Anisan’ny tazana teny an-toerana niatrika izany fotoam-pivavahana izany ireo filoha efatra teo aloha isany, ny  Pr Zafy na efa somary osaosa ihany aza. Ny amiraly Ratsiraka sy ny zanany. Manampy azy ireo Ravalomanana sy ny vadiny sady ben’ny Tanàna, Ravalomanana Lalao ary Rajoelina, namonjy manokana io fotoana io. Anisan’ny voaasa ary teo avokoa ireo Praiminisitra nifandimby. Anisan’izany ny Praiminisitra isany, Rakotoarijaona Desiré, Rabemananjara Charles, Monja Roindefo, Beriziky Omer. Ny Jly isany, Camille Vital sy Ravelonarivo Jean.

Ankoatra ireo, teo koa ny mpanao politika sasany toa ny filoha nasionalin’ny Malagasy miara-miainga, Andrianainarivelo Hajo, ny mpanorina ny MDM, Rajaonarivelo Pierrot.. Manampy izany ny mpitondra amperinasa, notarihin’ny filoha Rajaonarimampianina sy ny Praiminisitra Mahafaly miaraka amin’ireo mpikambana sasany amin’ny governemanta. Teo koa ireo avy amin’ny Ceni… Nitarika ny avy amin’ireo masoivoho vahiny ny solontenan’ny ambasady amerikanina.

Ny avy amin’ny FFKM

Eo amin’ny lafiny finoana indray, anisan’ny nasaina ny eo anivon’ny FFKM. Nandefa solontena izy ireo amin’ny alalan’ny Mgr Ranarivelo Samoela Jaona, avy amin’ny anglikanina (EEM). Teo koa ny mpitantana teo aloha eo anivon’ny FFKM sy ny FJKM, ny mpitandrina Rasendrahasina Lala.

Amin’ny ankapobeny, nirindra sy nilamina ny hetsika rehetra tamin’izao Sorona Masina nanamarihana ny jobilin’ny fifandraisan’ny fanjakana roa tonta izao. Nitarika izany ny sekreteram-panjakan’i Vatikana, ny kardinaly Pietro Parolin, notronin’ireo evekan’i Madagasikara. Nanao ny dihy mirindra tamin’ny hira fisaorana ny ankizy taizan’ny mompera Pedro eny Andralanitra, niaraka amin’ireo masera sy seminarista.

Eo hatrany ny Jly Rakotomahanina Florens

 Nampiavaka ny hetsika ny niredonina ny hiram-pirenen’i Vatikana teo am-pamaranana ny lamesa. Sambany izany. Taorian’izany, nihodina ny kianjaben’i Mahamasina ny fiaran’ny tafika, nitondra ity tanana ankavanan’ny papa François ity  ary nanofahofa tanana niarahaba ireo kristianina. Nanakopakopaka ny sain’i Vatikana sy ny sainam-pirenentsika kosa ireo kristianina nandalovany. Nandray tanana ny filoha Rajaonarimampianina mivady avy eo izy.

Etsy andaniny, niantoka ny fitandroana ny filaminana ary tazana teny an-toerana ny avy amin’ny Emmo/Reg. Nitarika izany ny Jly Rakotomahanina Florens. Nanampy izany tao anatin’ny kianja ny“scout” sy ny fanilo.

Hitohy, anio, eny Mandrimena Andoharanofotsy amin’ny alalan’ny famelabelaran-kevitra ny fitsidihan’ny kardinaly Parolin eto amintsika. Hiompana amin’ny fifandraisana ara-diplaomasia  amin’ny fiketrahana Masina izany.

Synèse R.

(Sary Fano)

 

News Mada0 partages

Conjoncture : Pietro Parolin affiche son soutien aux Malgaches

L’Eglise catholique ne peut rester les bras croisés face aux différents problèmes du pays, notamment la pauvreté. Hier lors d’une grande messe à Mahamasina, à l’occasion de la célébration du 50e anniversaire des relations diplomatiques entre Madagascar et le Vatican, le cardinal Pietro Parolin a tenu un discours d’encouragement et d’amour  .

Le secrétaire d’Etat du Vatican, Pietro Parolin, a choisi l’évangile selon Matthieu pour s’adresser à la foule. Un sermon rempli d’amour et d’espoir prêchant la bonne nouvelle pour tous. D’ après lui, les difficultés surviennent lorsqu’on s’éloigne de la volonté de Dieu.

« Votre sol est riche de pierres précieuses et pourra encore s’enrichir si vous adoptez la parole de Dieu », a-t-il indiqué en s’adressant à l’ Assemblée. Il espère que sa visite pourra « encourager la population de continuer à se battre malgré les obstacles et difficultés dans le chemin de la foi ». Celui-ci ne manquera d’ailleurs pas de faire un rapport détaillé de sa visite à Madagascar au Pape François, une fois de retour au Vatican. Le cardinal quittera ainsi le pays demain. Pour clôturer la cérémonie, le Cardinal Pietro Parolin a fait le tour du stade pour saluer la foule venue nombreuse à la cérémonie.

Pour sa part, l’archevêque d’Antananarivo, Mgr Odon Razanakolona, a indiqué que l’ Eglise catholique ne peut regarder de haut la misère de la population malgache. « Tant de familles vivent dans la misère, la situation socio-économique se dégrade et la population tombe dans l’individualisme », a-t-il déploré. Comme le secrétaire d’Etat du Vatican, le chef de l’église catholique a prêché l’amour dans son discours.

Des invités de marque

Plusieurs personnalités ont répondu présent à l’invitation à Mahamasina. A part les chefs de l’Etat et du Gouvernement et certains de ses membres, les quatre anciens chefs de l’Etat ont également honoré la cérémonie de leur présence, à savoir Didier Ratsiraka, Albert Zafy, Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina. Des anciens Premiers ministres ont été aperçus dans les gradins, dont le Gal Camille Vital, Omer Beriziky, Roindefo Moinja ou encore Hajo Andrianainarivelo.

Du côté du Corps diplomatique, on a pu apercevoir l’ambassadeur de l’Afrique du Sud, Maud Vuyelwa Dlomo, ou encore le représentant de l’ Ambassade des Etats-Unis. Quelques membres et anciens membres du FFKM ont également été présents, à l’instar de Mgr Samuel Jaona Ranarivelo ou du pasteur Lala Rasendrahasina. En général, tous les dirigeants et hauts responsables au sein du pays depuis les 50 dernières années ont été conviés.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

Kitra – «Can 2017» : tafakatra amin’ny manasa-dalana i Kameronina sy i Burkina Faso

Manohy ny diany hatrany ny Les Etalons avy any Burkina Faso sy ny Liona tsy voafolak’i Kameronina, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja baolina kitra “Can 2017”. Fifaninanana tanterahina any Gabon.

Tafita hiatrika ny lalao manasa-dalana izy ireo rehefa avy nanilika an’i Les Aigles de Carthage-n’i Tonizia sy ny Liona-n’i Téranga, ny asabotsy lasa teo.

Tsy mbola afa-bela tamin-dry zareo Burkinabe indray ny Tonizianina tamin’ity indray mitoraka ity. Niondrika tamin’ny isa mazava, 2 noho 0. Baolina tafiditra teo amin’ny fizaram-potoana faharoa avokoa izany, tamin’ny alalan’ny “coup franc” sy valim-panafihana. Nampiditra ireo baolina ireo i Paolo Duarte sy i Aristide Bancé. Nisongadina ny fahaiza-manaon’ireo mpilalaon’ny Les Etalons, notarihin’i Traore sy i Coulibaly.

Nanana baolina maromaro tokony ho tafiditra ihany ny Tonizianina hatramin’ny fotoana farany saingy, nisy lesoka teo amin’ny famaranana azy na  koa nivoaka ny tsatoby ny dakan’izy ireo na nanintsy ny mpiandry tsatoby ihany koa.

Nitolefika ny liona senegaley nanoloana ny liona kameroney

 Tsy nahatohitra ny Liona tsy voafolaka avy any Kameronina kosa ny Liona-n’i Téranga. Na izany aza, efa tany amin’ny fandakana ny “tirs au but” 5 noho 4, vao tafavoaka ry zareo Kameroney.  Nisaraka ady sahala samy tsy nisy nitoko ny roa tonta tao anatin’ny 90 mn nilalaovana. Tsy mbola nisy nahatafiditra baolina ihany koa tao anatin’ny fanalavam-potoana 15 mn indroa miditra. Tsy nahitana endri-dalao tsara loatra teo amin’ny andaniny sy ny an-kilany, satria nifampatahotra ka samy nitandritandrina be ihany.  Na izany aza, tsy nampoizin’ny maro izao naha raraka ny senegaley izao.

Synèse

 

News Mada0 partages

Rizière d’Antananarivo : la moisson bat son plein

Des riziculteurs de la plaine d’Antananarivo sont en pleine moisson actuellement, en particulier ceux ayant reçu une bonne irrigation lors du repiquage du riz le mois de septembre dernier.

D’après ces riziculteurs, la production est bonne pour le riz de première saison ou « Vary aloha », cette année. Cela en moyenne avec un bon rendement d’une charrette,pour la rizière d’une « Ketsambavy » de quelque 8 ares. Ce qui donne environ quatre tonnes l’hectare. Une bonne irrigation au moment du repiquage et la présence en permanence d’une température assez élevée ont été citées comme sources de cette production.

Malheureusement, cette situation n’est pas la même pour tous les riziculteurs de la plaine d’Antananarivo. En effet, bon nombre d’entre eux n’ont pas pu profiter de cette bonne irrigation, à cause de la baisse du niveau de l’Ikopa et du Sisaony     et l’insuffisance de pluies.

La riziculture n’a plus de saison

Différentes activités sont menées actuellement dans les rizières de la plaine d’ Antananarivo. On peut remarquer effectivement que si des riziculteurs s’ adonnent déjà à la moisson, d’autres sont encore au labour ou au repiquage.

« Actuellement, on peut dire qu’il n’y a plus de saison », déplore l’un d’eux.

Dans le cadre de la culture du riz de la deuxième saison ou « Vaky ambiaty », ces derniers misent encore leur espoir sur l’arrivée de la pluie dans les prochains mois. Cela afin d’entrer dans un rapide labour des rizières et de procéder au repiquage des plants.

La main- d’œuvre agricole en hausse

Malgré la baisse actuelle de la demande dans les moissons par rapport à l’offre, le coût de la main- d’œuvre agricole ou « Sarak’antsaha » reste élevé avec 5 000 ariary la journée, s’il était de 4 000 ariary la saison dernière.

« Difficile de faire autrement avec le coût actuel de la vie », se défend un moissonneur. « De plus, avec la rizière qui est complètement à sec, les riziculteurs exigent qu’on coupe à ras la gerbe de riz, ce qui nécessite des efforts supplémentaires car on doit  courber le dos toute la journée », poursuit-il.

Sera R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mahafantatra ny hetaheta

Tehaka nirefodrefotra no nasetrin’ny mpiara-miasa amina minisitra iray nandritry ny fifampiarahaban’izy ireo nahatratra ny taona ny faran’ny herinandro teo rehefa avy nilaza ho mahafantatra ny hetahetan’ireo mpiara-miasa aminy ingahy minisitra.

Mirija   

Tia Tanindranaza0 partages

Kardinaly Pietro Parolin Nampitraka sy nampahery ny Malagasy

Tontosa omaly alahady teny amin’ny kianjambe monisipalin’i Mahamasina ny lamesa lehiben’ny Eglizy Katolika Romana notarihan’ny sekreteram-panjakan’i Vatican ny kardinaly Pietro Parolin ho fankalazana ny faha-50 taonan’ny fifandraisana ara-diplomatika eo amin’ny firenena Malagasy sy ny Fiketrahana Masina.

 Niompana tamin’ny lohahevitra «fahasambarana» ny toriteny nataony nandritra io fiombonam-bavaka niarahan’ny mpino kristianina katolika marobe io tonga teny an-toerana. Sambatra ireo olona mahantra fanahy, hoy ity olo-manankaja laharana faharoa ao Vatikana mitsidika eto Madagasikara ity. Toetran’izy ireo ny mahatahotra sy mangataka fanampiana hatrany amin’Andriamanitra ary mitoky amin’ilay Mpahary. Tsy mihambo ho mahavita tena, tia mihaino ny hafa ary mandala ny fihavanana ihany koa ny olona mahantra fanahy, hoy ny solontenan’ny Papa Ray Masina François. Nampitraka sy nampahery ny vahoaka Malagasy moa ny tenany manoloana ireo fahasahiranana sy sakana mianjady aminy ny ankehitriny. Namaranany ny hafatra nataony ny filazana fa tany mena lonaka feno vato sarobidy miaraka amin’ireo voankazo marobe i Madagasikara ka mendrika ny hisitraka fiainan-ko avy tsara kokoa. Manjaka ny fitiavan-tena ary lasa fomba sy fierena fotsiny sisa ny fivavahana, hoy kosa ny arsevekan’Antananarivo ny monsenera Odon Marie Razanakolona tamin’ny teny fisaorana nataony. Noresahany ireo sahan’asa iandraiketan’ny Ekar eto amin’ny firenena ho fanampiana ny fiarahamonina izay mifantoka amin’ny fanabeazana, ny fiarovana ny tontolo iainana ary ny fampanana tany ny Malagasy. Teboka iray nasongadin’ny filohan’ny Fiombonan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara hatrany moa ny momba ny fampihavanana.

Nangonin-dRamano F. 

Tia Tanindranaza0 partages

Paiso an-kady

Any Jean sy Ramala ! Arahaba madinidinika sy akory fantimpantenana no atolotra anao ry Jean tsy maty fo aman’aina vokatr’izao loza efa mihatra amintsika izao a !

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tany eny AntaninareninaMandainga ny fanjakana

Nahabe resaka indray tato ho ato ny resaka tany mampifanolana ny minisitera eo anivon’ny prezidansa misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena, ny fanajariana ny tany sy ny fampitaovana (M2PATE) an-daniny sy ny kaominina Antananarivo Renivohitra ( CUA) an-kilany.

Mahagaga sy mahavalalanina fa ny M2PATE dia nanome “titre  foncier” ho an’ny voalaza fa tompon’ny tany ary ny 29 desambra 2016 dia vita avokoa  ny taratasy rehetra. Ny 9 janoary 2017 tamin’ny alalan’ny sampana iray ao amin’ny minisitera eo anivon’ny prezidansa misahana ny tetikasan’ny filoham-pirenena, ny fanajariana ny tany sy ny fampitaovana antsoina hoe “SRATE”, dia nanome ny antsoina hoe “préscription d’urbanisme”   ho an’ny tompon’ny tany ny minisitera izay milaza fa 50%-n’ny faritra azo anorenana amin’ny fitsipka ankapobeny ihany no azo asiana fotodrafitrasa ary tsy tanteraky ny orana. Notsiandriana mazava ihany koa fa trano misy rihana iray ihany (R+1) no azo atsangana. Re anefa izao fa hotely goavambe mijoalajoala no kasaina haorina eo. Mipetraka ny fanontaniana hoe inona indray no nahatonga ny minisitera tantanan’i Narson Rafidimanana niova hevitra tampoka teo ? Sa tsy mitovy ny fijeriny sy ireo teknisianina manodidina azy no dia ny CUA sy ny ben’ny tanàna indray no anaovana resa-be sy hosoram-potaka an-gazety ? Nahoana ny zavatra efa tsy mety no lasa mety tampoka ? Manomboka mampitsangam-bolo ny vahoaka mpifidy eto an-drenivohitra ny fanosihoseana ny fandikan-dalana tahaka izao ka izay indrindra no mahatonga ny fanazavana sy filazana ny marina, hoy ireo teknisianina  mpiara-miasa akaiky amin’i Lalao Ravalomanana.

Vao tsy ela ihany koa no niresahana ny fotodrafitrasa izay natsangana eny amin’ny EPP Antanimbarinandriana izay re fa misy idiran'ny vadin’ny filoham-pirenena  ka nanaovana ambany maso tsy hita  ny fahefan’ny CUA izay sady tompon’ny tany no miahy ny EPP. Ny loza ankoatra izay dia nisy indray ny didim-pitondrana laharana  28195/2016 M2PATE MG DGATE/DVHPTE izay manala ny fahefan’ny ben’ny tanàna CUA mahakasika ny tany etsy Andohatapenaka izay hanorenana tobin-dasanty goavana. Inona daholo no dikan’izany zavatra rehetra izany ? Raha izao no mitohy, rehefa miova ny governemanta, dia sady minisitry ny tetikasan’ny filoha sy ny fanajariana ny tany ve izany no ho ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra i Narson Rafidimanana ?

Tia Tanindranaza0 partages

Misisika eto ny vahinyHitavana ny harem-pirenena, hoy ny AKFM

Tsy ny filoha Tiorka ihany no mankaty Madagasikara fa maro ireo firenena mifandrombaka sy miady sisika ho aty amintsika, hoy i Eric Rakotomanga, mpitarika ny antoko AKFM.

 Mampieritreritra ihany ny antony hisisihan’izy ireo aty amintsika. Ho an’ity antoko ity dia resy lahatra izy ireo fa hikatsaka ny hitavana ny harem-pirenena eto amintsika no tena tanjony. Tsy dia mifandraika amin’ny mety ho famindrana ireo mpitsoa-ponenana any Eoropa hafindra aty amin’ny tany Afrikanina no anton-dian’ny filoha Tiorka raha ny hevitry ny AKFM satria na tamin’ny andron’i Hitler, nisian’ny ady lehibe faharoa aza dia efa nisy fotoana saika hamindrana ireo jiosy taty Madagasikara saingy tsy tanteraka izany, hoy hatrany i Eric Rakotomanga. Mila fahamailoana sy fanadihadiana fatratra ihany anefa izao zava-misy izao satria raha ny angom-baovao natao dia maherin’ny 500 isan-kerinandro ireo arabo taterin’ny kaompaniam-pitaterana Turquish Airlines mankaty Madagasikara. Anton’izany ny fisian’ilay fifanarahana nataon’ny mpitondra Malagasy tamin’izy ireo tamin’ny alalan’ilay fanalalahana sy fanabanahana ny habakabaka, izay antsoina amin’ny teny fahiny hoe “Open Sky”. Hifanotofan’ny sinoa, karana, frantsay, Arabo i Madagasikara ary ahiana ny hanjakan’ny korontana sy asa fampihorohoroana isan-karazany atsy ho atsy.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Faha-70 taonan’ny raharaha 29 martsaHiavaka ny fankalazana

Ny fiandohan’ny volana febroary dia hanomboka sahady ny fankalazana ny fahatsiarovana ny faha-70 taona nisian’ny raharaha 29 martsa 1947 na ny tolona nivaivay nanoherana ny fanjanahantany frantsay tamin’ny fotoan’androny.

Nandritry ny filankevitry ny minisitra farany teo no nananganana ny komity misahana ny fankalazana. Maro, araka izany, ny hetsika hampandraiketana azy ireo ahafahana manao izay hampiavaka ny fahatsiarovana. Anisan’ireny ny fampirantiana isan-karazany sy ny fifaninanana antsa an-kira. « 70 taona ny tolom-pahafahana. Mba hiampita ny fanilo, ny lasa tsy fanadino. ». Io moa no teny faneva iompanan’ity fankalazana ity ary tanjona amin’izany ny hamoa indray ny fitiavan-tanindrazana, indrindra amin’ireo tanora, raha ny fanazavana hatrany.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018Manomana ny paikadiny ny ARMADA

Raha tsy heno nandritra ny fotoana ela dia manomboka mipoitra indray ankehitriny ilay vovonana politika teraka teny Ambodivona, fantatra amin’ny anarana hoe « ARMADA »,

 izay ivondronana antoko miisa 5, izay mirona bebe kokoa any anaty fanoherana izao fitondrana izao, toy ny vondrona MAPAR tarihin’i Andry Rajoelina, ny Antoko Malagasy Miara-miainga an’i Hajo Andrianainarivelo, ny Antoko Havana tarihin’i Jean Louis Robinson, ny Antoko Hiaraka Isika an’i Camille Vital, ary ny Antokon-Rabetsaroana Sylvain. Efa somary mitodika any amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy izy ireo ankehitriny, saingy mbola manjavozavo ny fomba hiatrehana izany. Raha ny fanazavan’i Jean Louis Robinson, filoham-boninahitry ny antoko Havana, dia tsy voafaritra aloha hatreto na hanana kandida iraisana izy ireo na samy hirotsaka satria manana ny fahalalahany ny tsirairay. Ny ankamaroan’ireo mpikambana rahateo dia mpanao politika efa tsy zoviana amin’ny maro sy efa nisedra fifidianana. Misy ny efa nirotsaka hofidiana ho filoha tamin’ny taona 2013, isan’ireny i Jean Louis Robinson, Hajo Andrianainarivelo, Camille Vital… Samy milaza azy ho manana paikady hoenti-mampandroso ny firenena avokoa ny mpanao politika eto amintsika saingy resabe sy fampandriana adrisa no betsaka. Tsy misaina afa tsy ny hahazo seza ny ankamaroany, fa izay hampandroso izany toa mbola nofinofy. Raha tena vonona ny hanasoa ny firenena mantsy dia miandry mahazo seza vao afaka ny hanao izany. Manodidina ny 300 ireo antoko politika eto amintsika izay ahitana mpomba sy mpanohitra, ary samy milaza ho tia tanindrazana avokoa. Raha samy nanao izay ho afany nanasoa ny tanindrazana ireo antoko politika hatrany amin’ny 300 ireo, dia tsy ho toy izao mihitsy no niafaran’ity tanindrazantsika ity. Isika samy isika aza tsy mahay mifandamina fa mifanipaka toy ny valala an-karona sy mifaninana handroba ny firenentsika, ka inona no fampandrosoana hisy eto. Raha mbola toy ny misy ankehitriny ny fomba fisaina sy fanaovana politika eto, dia tsy handroso isika na mbola afaka arivo taona aza.

Toky R .

 

Tia Tanindranaza0 partages

Loza mahatsiravina tany Anjozorobe47 no maty, 24 naratra mafy

Loza amin’antambo no nitranga tany Anjozorobe ny marainan’ny sabotsy 28 janoary teo.

 Olona miisa 47 hatramin’izao no namoy ny ainy, ary 24 naratra mafy vokatry ny lozam-pifamoivoizana mahatsiravina niseho tany amin’ny lalam-pirenena faha-3 mihazo an’Anjozorobe. Fiara kamio lehibe miloko fotsy niala tao Ambongamarina Anjozorobe, izay nitondra fianakaviana hamonjy raharaham-panambadiana ho any Ampaneva Manjakandriana no tra-doza teo amin’ny tetezan’i Mananara, izay mampitohy ny kaominina Ambongamarina sy Ampaneva. Mifamohofaho tanteraka hatreto ny isan’ny mpandeha rehetra, fa raha ny tatitra avy amin’ny fitondram-panjakana, dia tsy mbola misy isa mazava hatreto. Ny loharanom-baovao hafa kosa, dia milaza fa 70 ireo mpandeha tamin’io kamio, izay raha ny ara-dalàna dia tsy afaka mitondra mpandeha. Mbola mitohy rahateo ny fikarohana ataon’ny eo anivon’ny BNGRC ireo razana hafa izay mbola any anaty rano, raha ny vaovao azo farany. Anisan’ny namoy ny ainy nandritra ny loza ireo mpivady vao saika hatao raharaha. Miisa 10 tamin’ireo 47 namoy ny ainy no mbola zaza latsaky ny 10 taona. Fianakaviana miisa 6, izay nahitana ankizy sy olon-dehibe ihany koa no niara-maty avokoa. Nentina tao amin’ny CSB II Anjozorobe avokoa ireo namoy ny ainy, ary maro tamin’ireo naratra no voatery nakarina aty an-drenivohitra sy mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny HJRA Ampefiloha. Efa nisy ny vonjy rano vaky nataon’ireo solontenan’ny fitondram-panjakana, nahitana ny minisitry ny fahasalamana Lalatiana Andriamanarivo, minisitry ny fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro Ramarcel Benjamina Ramanantsoa, ny minisitry mponina Onitiana Realy. Misy mpitsabo manokana nalefa any an-toerana ary nanolotra fanafody sy “formol” hampiasaina amin’ireo razana ireo solotenam-panjakana, ankoatra ny fitondrana ny teny fampiononana sy ny fao-dranomaso ho an’ireo fianakaviana niharam-boina.

 

Efa norarana

Araka ny fanazavan’ny mpandeha iray dia efa norarana ihany ny mpamily tsy handeha mafy ary efa nisy mihitsy aza ny nangataka ny hanajanona ny fiara hifindran’ireo mpandeha amin’ny taksibrosy raha mbola mitohy ny fitrifanana. Kinanjo iny moa ny zava-nitranga.  Olana any amin’ity toerana miala 90 kilaometatra an’Antananarivo ity kosa, raha ny filazan’ireo mponina, ny tsy fahampian’ny toeram-pitsaboana sy mpitsabo fa eo ihany koa izay tsy fahampian’ny fitaovam-pitaterana izay. Matetika ireo hamonjy raharaha no mandeha dia an-tongotra kilaometatra maro na koa mitaingina ireny kamiao mpitaona entana ireny. Hatramin’ny omaly, tsy mbola nisy ny fanapahan-kevitra noraisin’ny mpitondra amin’ny tokony hanaovana fisaonam-pirenena izay tsy nisy hatramin’ny nisian’ny loza mahatsiravina nahafatesana olona marobe, toy ilay 38 tany Ikalamavony, ireo 8 teny Ankasina…fa ireo masoivoho vahiny indray no nampidi-tsaina nandritra ireny andro maloka teto amin’ny firenena ireny.

 

Mirija / Toky R.

 

Ino Vaovao0 partages

KAMIAO NIVADIKA - ANJOZOROBE : Olona 15 amin’ireo maratra no tsy maintsy handalo fandidiana

20 mahery tamin’ireo niharan-doza no fantatra fa tsy maintsy nampiakarina taty Antananarivo. Goavana ny ratra nahazo azy ireo ka tsy vitan’ny tao amin’ny hopitalin’Anjozorobe.

Araka ny vaovao voaray avy eo anivon’ny hopitaly HJRA dia ny 15 amin’izy ireo no tsy maintsy handalo fandidiana maika amin’ity herinandro ity. Misy amin’izy ireo kosa no manaraka fitsaboana tsotra ary efa tsy dia ahiana intsony ny toe-pahasalamany hatreto. Saika olona marefo ara-pivelomana anefa ny ankamaroan’ireto tsy maintsy hodidiana, ka maro amin’izy ireo no tsy ampy ny enti-manana eo am-pelatanana.

Manampy trotraka ihany koa ny fahoriana tamin’ny famoizana ireo havana akaiky. Manoloana izany indrindra no anaovan’izy ireo antso avo amin’ny fitondram-panjakana sy izay rehetra malala-tanana mba hitondra fanampiana sy hijery manokana ireo tra-doza tamin’iny loza mahatsiravina niseho iny.

Araka ny vaovao voaray farany dia mbola mitohy ny fikarohana ireo olona mbola tsy hita popoka nandritra ny fivadihan’ilay kamiao. Isany karohina ao anatin’izany ilay vehivavy hampakarina tamin’iny fotoana iny. Ankoatra izay mifanome tanana amin’ny fampiakarana ilay fiara an-tanety ihany koa ny mpitandro filaminana sy ny fokonolona any an-toerana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FARITRA AMBATOLAMPY : Vola sandoka mitentina 4 tapitrisa Ariary tra-tehaka

Tany amin’ny Kaominina Ilaka Centre no fantatra fa foiben-toerana niavian’ireo vola ireo ary tonga niparitaka teo an-tampon-tanànan’Ambatolampy, rehefa nanao ny fanadihadiana ny mpitandro filaminana.

Fiaraha-miasan’ny Zandary sy ny olona tsara sitrapo no nahafantarana ny fisian’ireo olon-dratsy manaparitaka vola sandoka. Nahazo fampitam-baovao izy ireo fa misy olona manakalo vola dimy arivo Ariary ho lasa iray alina ariary ao an-toerana. Mailo avy hatrany izy ireo raha nahare izany, natao ny fikarohana rehetra sy ny vela-pandrika mba hahatratrarana io mpanakalo vola io. Teo am-panjonoana olona ilay raim-pianakaviana no tonga tampoka ireo Zandary. Nanao tongotra an-katoka nitsoaka anefa izy vao nahatazana ireto farany.

Raikitra ny fifanenjehana eran’ny tanàna, ka rehefa hiditra elankelan-trano ilay olon-dratsy tonga dia natsipiny teny aminy ilay sakaosy lehibe nisy ny vola rehetra, izy kosa tafaporitsaka. Rehefa nosavaina ny ilay entana dia vola sandoka marobe mitentina an-pitrisany no hita tao. “Vitan’ireo olon-dratsy sahala amin’ny tena vola mihitsy ny endrik’ilay vola sandoka, raha tsy mahay manavaka dia tena voafitaka. Ny habeny fotsiny no somary latsadatsaka kely amin’ny vola tena izy, ary ataon’ireo olon-dratsy mitovy avokoa ny laharany”, hoy ny fanazavana noentin’ny lefitry ny Kaomandin’ny Kaompanian’ny zandary ao Ambatolampy.

Rehefa nandeha ny fanadihadiana lalina dia fantatra fa avy any amin’ny Kaominina Ilaka Centre no foiben-toerana misy ny mpanao ireo vola tsy ara-dalàna ireo. Telo mianadahy no voasambotra tany an-toerana, izy ireo indray avy eo no nasaina nanoro ny trano fieren’ireo atidoha mikasa hanaparitaka izany ao Ambatolampy kanefa efa tsy tratra tao intsony izy ireo.Nampitandrina ny Zandary mba samy ho mailo ny rehetra satria ahiana hiparitaka manerana ny Nosy ny vola sandoka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

KAOMISERA FRANÇOIS LAPELY : Misy manely tsaho mampisavorovoro saim-bahoaka

Taloha kelin’ny fetin’ny Krismasy no niely tao an-toerana ny feo ka mbola tsy nijanona hatramin’izao.

Nisy mihitsy ireo nilaza fa efa nisy mpanjono tsy hita popoka lasan’ireo sambo mpanenjik’olona. Manoloana izany indrindra, dia nitondra fanazavana tamin’ny mpanao gazety ny Kaomisera François Lapely, Lehiben’ny polisy any an-toerana, ny alahady 29 janoary lasa teo. “Tsy misy sambo manenjik’olona izany ao Sainte-Marie sady tsy nisy mpanjono tsy hita popoka izany. Mahakasika io mpanjono io, dia tranga efa talohan’ny Krismasy izy io . Resin-tory teo ambony lakana izy, ka latsaka tanaty ranomasina saingy mbola avotra soa amantsara”, hoy ity lehiben’ny Polisy ity.

Nanamafy ny fahamarinan’izany ilay mpanjono nanaovana fanadihadiana, hoy hatrany i François Lapely. “Andian’olom-bitsy te hampisavorovoro saim-bahoaka no manely io tsaho tsy marim-pototra io”, raha ny nambarany hatrany. Nilaza ny handray fepetra hentitra amin’ireo olona mbola minia manely tsaho mampisavorovoro saim-bahoaka ny Kaomiseran’i Sainte-Marie.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FAMOKARANA ALAOTRA : Betsaka no sahirana amin’ny fitadiavam-bola hiasana vary

Efa maro no lany volabe teo aloha teo ary efa tafalatsaka anaty trosa mihitsy aza ny sasany. Mivoaka sempotra, araka izany, ny tantsaha mpamboly vary eto Alaotra. Eo ihany koa anefa ny tahotra ny hoe sao hitsahatra antenantenany ny orana, ka mbola vao mainka loza ny mety ho fahasahiranana hanefa ny trosa izay nalaina tamin’ireny banky madinika mpampindram-bola ireny. 

Nambaran’ny sasany tamin’ireo tantsaha fa isan’ny olana ho azy ireo ny fitadiavam-bola tamin’ity indray mitoraka ity, indrindra amin’izao famerenana mamboly izao. Tsy azo antoka anefa ny mety hisian’ny fanampiana manokana avy any amin’ny fitondrana, hoy izy ireo, indrindra raha resaka ambioka no resahina satria tsy maintsy hovidiana izany fa tsy hisy ny maimaim-poana hanonerana ny fahavoazana. Ny zezika sy ny fanafody hikarakarana ny voly mbola manginy fotsiny ankoatra ny vola izay hoentina mamita ny asa. Mbola ady sarotra araka izany no miandry ny rehetra eo amin’ny voly vary.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

RANDRIAMIHAINGO BERTHIN : « Mamotika ny mpandraharaha malagasy ny fanomezana laka ny vahiny »

Mety hamotika ny mpandraharaha eto an-toerana anefa ny fahatongavan’izy ireo raha tsy misy ny aroriaka sy fametrahana fepetra mifandraika amin’ny zava-misy eto amintsika.

Nampiseho ny heviny mikasika izany ny Loholona Randriamihaingo Berthin sady mpandraharaha mikasika ny fotodrafitrasa. «  Ilaina ny fiaraha-miasa amin’ny any ivelany mba hisian’ny fifaninanana amin’ny maha nosy antsika. Ny ao ambadik’izay fiaraha-miasa izay anefa dia tsy maintsy ahitan’ny an-daniny sy ny an-kilany tombontsoa. Mba hahafahana mifaninana amin’ireo mpandraharaha avy any ivelany ireo anefa dia nambaran’ity mpandraharaha ity fa tokony homena vahana aloha ny mpandrahara eto an-toerana vao miantso ny avy any ivelany  », hoy izy.

Tsy mampivoatra ny fandraharahana ny zana-bola alain’ny banky

Manao antso avo ireo mpampindram-bola izy mba hampidina ny tahan-jana-bola. Raha oharina amin’ny any ivelany, toa an’i Torkia mantsy dia mampirisika ny mpandrahara ao an-toerana mihitsy izy ireo mba hindrana vola any amin’ny banky. Ny azy ireo rahateo dia ambany ny azy ny tahan’ny zana-bola alaina ka izany no anisan’ny mampavitrika azy ireo hindrina ka hampiasa vola. 

Tsy nijanona ao amin’ny firenena misy azy intsony ireo mpandraharaha avy any Tiorkia ireo fa nivelatra mampiasa vola any amin’ny firenenan-kafa ary izao nitady fiaraha-miasa amin’ny Malagasy izao. Ny eto amintsika kosa raha ny fanazavan’ny Loholona Berthin Randriamihaingo dia midangana ny zana-bola alain’ny banky ka matetika ireo mpandrahraha no tsy mahazo tombony fa lany fotoana manenjika ny zana-bolan’ny banky fotsiny hany ka tsy afaka mifaninana amin’ireo mpandraharaha avy any ivelany ireo. Tsy azo hodian-tsy hita fa hifaninana amin’ny mpandraharaha eto an-toerana ireo vahiny ireo saingy raha mbola mitoetra eto amintsika ny tsy fahatokisan’ny mpitondra sy ny mpampindram-bola ny mpandraharaha malagasy dia tsy ho afa-mihetsika intsony izy ireo ary mety hiafara amin’ny fahapotehana mihitsy. Amin’izay fotoana izay dia fanomezana vahana ny mpandrahraaha vahiny no mitranga fa tsy fifaninanana tena marina. Ho an’ity Loholona sady mpandraharaha ity, mikasika ny fahatongavan’ireo mpandraharaha avy any ivelany ireo eto amintsika, dia mety ho fampirisihana ireo banky mpampindravola eto amintsika ireo mba hitodika amin’ny mpandraharaha malagasy amin’izay.

Homeo ny mpandraharaha malagasy izay tokony ho vitany

Tsy azo lavina fa mitondra fampandrosoana eto amin’ny Firenena ny fisian’ny mpandraharaha vahiny izay mety hanampy ny traikefan’ny Malagasy ihany koa. Manatsara ary miteraka fivoarana ho an’ny mpandraharaha anefa ny fiaraha-miasa amin’ireny mpandraharaha vahiny ireny saingy tokony faritana tsara kosa ny fandraharahana tokony homena ny vahiny ary tokony hajanona ho an’ny mpandraharaha malagasy, izay tokony ho vitany. Eo amin’ny lafiny fanamboaran-dalana sy fotodrifitrasa moa no sehatra misy ny Loholona Berthin Randriamihaingo. Raha ny fahitany izany dia mbola lavitr’ezaka ny fananganana fotodrafitrasa izay ilain’ny vahoaka eto amintsika. Tafiditra ao anatin’izany ny fotodrafitrasa ho an’ny tanora izay tena vitsy dia vitsy tokoa.

Amin’ity mpandraharaha ity dia tokony hotsinjovina manokana ny tanora amin’ny fanomezana azy ny zavatra ilaina indrindra fanatajahantena. Tokony hanana kianja «  Complexe Sportive  » ireny, hoy izy, ny distrika rehetra manera ny Nosy. Anisan’ny navoitrany tamin’izany ny tsy mbola hananan’Antsirabe io kianja manara-penitra ho an’ny tanora io. Anisan’ny mampivoatra ary mampandroso ny Firenena anefa ny fanatajanhantena.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

ZAZA TSY AMPY TAONA : Lasa fitadiavam-bolan’ny ray aman-dreny ny fananana zanakavavy manao sipa

Vola an-tapitrisany hatrany no tadiavin’ireo ray aman-dreny amin’izany, miampy volamena na omby arakaraka ny foko misy an-drazazavavy.

Efa fomba mahazatra ny adolantsento eto Mahajanga ny manao sipa, na vavy io na lahy ka mifampitaritarika imasom-bahoaka eny hatrany. Samy mahita izany fiarahana izany ny ray aman-drenin’ny an-daniny na an-kilany fa amin’ny ankapobeny dia tsy voarara mihitsy ireo tanora ireo. Miasa saina ireo manan-janaka lahy satria betsaka ny manan-janaka vavy tsy manaiky mihitsy fa dia mitory na mandrahona hitory.

Anisan’ireo raharaha maro raisin’ny Polisy misahana ny zaza tsy ampy taona ity voalaza fanodinkodinana zazavavy tsy ampy taona io. Vitavita ho azy anefa izany rehefa misy ny fifanarahana. Vola manodidina ny 600 000Ariary eo no takian’ireo ray aman-dreny manan-janaka vavy matetika. Mahatsiaro ho matiantoka ireo manan- janaka lahy satria ifanarahan’ ireo mpifankatia ny fiarahan’izy ireo. Araka ny nambaran’ny renin’ny tovolahy iray dia notanana am-ponja nandritra ny valo volana ny zanany mbola 18 taona noho ny fiarahany tamina tovovavy efa 17 taona mahery.  

Araka ny nambaran’ny ray aman-drenin’ilay tovolahy dia volana vitsivitsy ihany no elanelan’ny zanany sy ilay sipany. Nitakian’ny ray aman-drenin’ilay zazavavy vola 1 000 000 Ariary izy ireo saingy 600 000 Ariary no nisy. Tsy nanaiky mihitsy ny an-kilany raha tsy nigadra volana maro ilay tovolahy. Misy koa dia samy tsy ampy taona na ny lahy na ny vavy saingy mitory ny fianakavian-drazazavavy ka raha tsy misy raharahampihavanana dia ny fonja no miandry.  “Tsy hoe bevohoka razazavavy na hoe tratra nanao firaisana ara-nofo tamin’ny zanakay, hoy hatrany ireo ray amandreny ireo, fa dia toriana entina hakana vola fotsiny”.

Tokony hojeren’ny tompon’andraikitra akaiky ihany ny raharaha toy izao eto Mahajanga ary anaovana fampahafantarana amin’ny vahoaka satria maro ireo ray aman-dreny lasibatra.

Vanessa

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Corruption – Le rang de Madagascar dégringole

D’après l’Indice de perception de la corruption (IPC), publié aux membres de la presse le 25 janvier dernier, le rang et les points de Madagascar reculent d’année en année.Un score alarmant. C’est la première analyse de Transparency International – Initiative Madagascar concernant les points que la Grande île a obtenu à l’indice de perception de la corruption (IPC) au titre de l’année 2016. Le pays a obtenu 26 points sur 100 contre 28/100 en 2015. Cette différence de deux points lui a fait reculer de 22 places. Ainsi, Madagascar est placé au 145ème rang sur les 176 pays classifiés, contre 123/168 en 2015.L’IPC est un outil de référence international mesurant la perception de la corruption dans le secteur public d’un pays. L’objectif de Madagascar est d’atteindre le score de 50/100 en 2025. Mais le chemin est encore loin. Même la tendance est encore en baisse depuis 2012. Pour Transparency International : « 2017 sera une année décisive pour inverser la tendance afin d’atteindre cet objectif ». La cause de cette dégringolade n’est pas forcément prouvée. Mais un exemple énuméré de cette même source confie que 69% des appels d’offres lancés durant la tenue du Sommet de la Francophonie n’auraient pas suivi les règles. « La création d’une instance juridictionnelle et d’une chaîne pénale anti-corruption stipulée dans la loi 2016/020 est une bonne avancée pour nous. Les efforts à faire sont surtout dans l’application des lois et dans la lutte contre l’impunité » déclare Jean Louis Andriamifidy, directeur du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO). Le manque de moyens à déployer dans la lutte contre la corruption a été également soulevé. « En 2016, le budget affecté au BIANCO était le tiers de notre budget en 2009. En d’autres termes, notre budget ne couvre actuellement que le tiers de ce dont nous avons besoin » ajoute-t-il. C’est vrai que cette lutte tend à réformer principalement l’Etat, toutefois, chacun a sa part de responsabilité dans la lutte contre la corruption en commençant par changer les mauvaises habitudes.FR

Madagascar Tribune0 partages

Des représentants de Madagascar à New York

Le septième Forum des Jeunes du Conseil Economique et Social des Nations Unies (ECOSOC) se tiendra à New York à partir d’aujourd’hui et durera deux jours. Madagascar aura deux représentants, Randriamitantsoa Lahatriniaina Safidinantenaina, 21 ans et Terry Athéna, 20 ans. Le choix des deux délégués de Madagascar a été basé sur les critères définis par l’ECOSOC ; des jeunes âgés entre 15 et 29 ans, membres des différents mécanismes ou associations de jeunes au niveau national et/ou régional, ayant participé à des ateliers de consultation ou forum sur les ODD (Objectifs de développement durable), impliqués dans la mise en œuvre des ODD liés à l’environnement, l’énergie, l’hygiène, l’eau, l’assainissement.

Le Forum des jeunes de l’ECOSOC 2018 auquel les délégués de Madagascar participeront permettra de promouvoir des approches innovantes et institutionnalisées pour faire avancer le programme de développement de la jeunesse au niveau national, régional et mondial. Renforcer la résilience chez les jeunes, identifier les moyens pour aider les jeunes à surmonter les défis auxquels ils sont confrontés, contribuer de manière significative à la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030, fournir aux États membres de l’ONU un moyen de rendre compte de leurs progrès nationaux dans le « Tableau de bord des jeunes sur les ODD, tels sont les objectifs de ce forum mondial.

Le rôle des jeunes dans la construction de communautés rurales et urbaines durables et résilientes sera au centre des échanges. Ce forum rassemblera des représentants du conseil des jeunes et des institutions travaillant pour les jeunes, des représentants de jeunes du monde entier, notamment des jeunes impliqués dans l’atteinte des Objectifs ODD.

Madagascar Tribune0 partages

Promesse vide de sens selon Hery Rajaonarimampianina

La bataille pré-électorale est belle est bien lancée en ce début d’année. Parti à Addis-Abeba pour le Sommet de l’Union Africaine, le président Hery Rajaonarimampianina a réagi sur le projet de l’Initiative Emergence Madagascar (IEM) de l’ancien président de la Transition Andry Rajoelina.

Selon le président Rajaonarimampianina, l’IEM ne serait qu’une promesse vide de sens. Questionné sur la pertinence des propos de l’ancien président de la Transition, l’actuel locataire d’Iavoloha a en effet déclaré que chacun devrait regarder l’histoire du pays et ce qu’il a vécu. « Ainsi, chaque dirigeant pourra être jugé et apprécié selon ses actes et réalisations » avait-t-il souligné. Avant de continuer que nombreux sont et seront ceux qui feront ce genre de promesses vide.

Hery Rajaonarimampianina croit que la population sera seule à pouvoir apprécié les réalisations de tout un chacun. Faut-il rappeler que Hery Rajaonarimampianina avait fait parti du régime de Transition et pas à n’importe quel poste, car ce dernier était à la tête du ministère des finances et du budget. Aussi, il partage la responsabilité des succès et échecs de ce régime avec Andry Rajoelina. Un fait qui semble pourtant avoir été oublié par celui qui a accédé à la présidence en partie au soutien d’Andry Rajoelina et de son régime de Transition.

Bientôt une tournée

En ce qui concerne le « Fisandratana 2030 », le nouveau programme de l’actuel président, présenté un jour avant celui d’Andry Rajoelina, une tournée sera bientôt effectuée dans les régions a-t-il fait savoir. L’objectif serait de faire connaitre cette vision par toute la population. « Ma vision, elle, a été mise en place après des réalisations concrètes, des expériences acquises après un certain chemin parcouru, et vise à la consolidation et à la continuation de tout cela » a déclaré Hery Rajaonarimampianina.

Sans doute une annonce qu’il partira bientôt en propagande dans les autres régions. Andry Rajoelina lui aussi, a annoncé que l’IEM tiendrait un forum inaugural à Madagascar bientôt. Jusqu’ici, les deux personnages ne font que de la guerre de communication à qui domine sur l’autre sans apporter grand chose de concret à la population. Bien que leurs présentations aient adoptées un style différent, l’un se basant sur un mandat jugé infructueux par la population ; l’autre ayant montré les potentiels dont dispose le pays, d’aucun ne convainc réellement. Ce qui est certain c’est que la course à la magistrature suprême est déjà lancée pour ces deux futurs candidats.

Madagascar Tribune0 partages

Un avant-goût de réconciliation ?

Le cinquantenaire des relations diplomatiques entre Madagascar et le Vatican a été marqué au stade de Mahamasina ce dimanche 29 janvier, par une grande messe officiée par le Cardinal Pietro Parolin, Secrétaire d’Etat du Vatican qui est arrivé à Antananarivo dans la soirée du 26 janvier. Plusieurs personnalités politiques ont assisté à cette messe, dont le président de la République et son épouse, le Premier ministre, mais aussi, Andry Rajoelina, Marc Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy. Tous ces anciens chefs d’Etat et actuels gouvernants ont donc répondu à l’invitation du Vatican ou à l’appel de la foi chrétienne. Toujours est-il que l’église catholique ou le Saint Siège a donc réussi là où la fête nationale a toujours échoué de réunir ces personnalités politiques autour d’un même événement. La participation des dirigeants des autres églises chrétiennes membres du FFKM à cette messe suggère-t-elle un retour aux valeurs originelles et initiatives de réconciliation nationale ?

Dans son homélie, le Cardinal Pietro Parolin a développé le concept d’âme de pauvre, qui va au-delà des catégories sociologiques et morales, une pauvreté qui implique la prise de conscience et une dépendance totale à Dieu. Les pauvres sont donc tournés vers Dieu et leurs prochains ; avoir toujours faim et soif de justice pour être rassasiés de justice, pour avoir la miséricorde et être miséricordieux. Ce dernier dimanche du mois de janvier étant la Journée Mondiale des Lépreux, pour leur manifester amour et attention, le Cardinal Pietro Parolin a tenu à rendre hommage à tous ceux qui sont engagés dans la lutte contre cette maladie, dont les religieux.

« Faites des béatitudes » : c’est le message papale que le Cardinal Pietro Parolin a transmis aux chrétiens et citoyens de Madagascar à l’occasion de la célébration du 50ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et Madagascar. Il a émis l’espoir que sa visite dans la Grande Île, en tant que représentant du Pape François, puisse guider les chrétiens, et le peuple malgache en général, malgré les difficultés et les souffrances, et, de ce fait, renforcer la foi et l’espérance en Dieu à travers les prières et les actions de bonne volonté pour pouvoir transformer la société malagasy. Le Cardinal Pietro Parolin a tenu à remercier le Président Rajaonarimampianina pour la tenue de cette célébration, lui invoquant la bénédiction divine dans l’exercice de ses fonctions ainsi que dans la poursuite de la réconciliation nationale.

Pour rappel, les relations diplomatiques entre Madagascar et le Saint Siège ont été établies le 19 décembre 1966. Le premier Ambassadeur malgache auprès du Saint-Siège, feu Jules Ravony, a présenté ses lettres de créances au Pape Paul VI le 1er avril 1967. Par la suite, le premier Nonce Apostolique, Mgr Feli Pirozzi, a pris ses fonctions à Antananarivo.

Madagascar Tribune0 partages

Un ministre averti, son chauffeur suspendu

Quatre jours après la mise en place d’un code de bonne conduite des membres du gouvernement suite à l’interdiction d’utilisation de gyrophare et de circulation dans un sens interdit lors des déplacements des ministres, l’un d’entre eux enfreint déjà cette mesure. Dans un communiqué, la Primature a révélé qu’« un des membres du gouvernement a sciemment roulé en violation du code de la circulation par un dépassement anormal et des instructions claires émises par le chef du gouvernement » dans la matinée du mardi 29 janvier.

Sans précisée pour autant le nom de ce ministre, la Primature a indiqué que le Premier ministre a été tenu au courant des agissements de ce membre du gouvernement. Ainsi, Christian Ntsay, aurait pris les mesures nécessaires pour que de tels abus ne se reproduisent plus. Ce ministre aurait fait l’objet d’un avertissement et celui qui se trouvait au volant a été immédiatement suspendu de ses fonctions.

Le Premier ministre qui s’est particulièrement excellé en matière de règlementation de la circulation et d’utilisation des voitures de l’administration publique reste intransigeant. Il aurait réitéré à l’endroit de tous les ministres sa ferme intention à faire respecter ces instructions, objet du code de bonne conduite signé par tous les membres du gouvernement.

Madagascar Tribune0 partages

Madagascar progresse mais reste dans la zone rouge en terme de corruption

Légère progression pour Madagascar dans le classement de l’indice de perception de la corruption 2018 (IPC 2018) présenté hier par Transparency international-Initiative Madagascar (TI-IM) à Soarano. Madagascar a gagné un point par rapport à l’année 2017. Le pays se trouve ainsi au 152ème place sur les 180 pays présents dans le classement. Le score attribué à Madagascar est de 25/100.

Cette progression s’expliquerait par la promotion de la démocratie à travers la tenue des deux tours de l’élection présidentielle sans aucun incident au mois de novembre et décembre 2018. Avec cette amélioration, Madagascar reste toutefois dans le zone rouge en terme de corruption.

L’Indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency international évalue le niveau de la corruption dans le secteur public dans un pays. « Il s’agit d’un indice composite, c’est-à-dire une combinaison de sondages et d’évaluations de corruption réalisés par diverses institutions réputés », selon le TI-IM. L’IPC attribue une note à chaque pays évalué, et établit un classement mondial sur la base de ces notes. Chaque score attribuée est comprise entre 0 et 100. Un score plus faible signifie la perception d’une corruption plus importante au niveau du pays.

L’IPC 2018 a été calculé en utilisant 13 sources de données différentes dont 7 cas pour Madagascar provenant de 12 institutions indépendantes évaluant toutes les perceptions de corruption dans le secteur public.

Ce classement en 2018 place la Somalie à la fin de la liste, le plaçant comme le pays le plus corrompu au monde, avec un score de 10/100 et le pays le moins corrompu reste le Danemark avec un score de 88/100. Quatre autres pays (Azerbaijan, Cameroun, Nicaragua et Tajikistan) se trouvent au même rang que Madagascar.

« La promotion de la démocratie et la lutte contre la corruption vont de paire », a lancé Transparency international-initiative Madagascar hier. Pour cette instance, « Le plafonnement des dépenses électorales et la transparence des comptes doivent être exigés ». Certes, une structure étatique de l’État a été mise en place dans le cadre de l’élection pour agir dans ce sens pourtant à plus d’un mois après la tenue du deuxième tour du scrutin présidentiel, les résultats des travaux menés par celle-ci tardent à venir.

Madagascar a également besoin d’institution de lutte contre la corruption qui soit dotée de ressources et compétences leur permettant de remplir pleinement leurs missions » et que « l’adoption de la loi sur le recouvrement des avoirs illicites est, à ce titre, indispensable » soutient le TI-IM.

Madagascar Tribune0 partages

Un ministre averti, son chauffeur suspendu

Quatre jours après la mise en place d’un code de bonne conduite des membres du gouvernement suite à l’interdiction d’utilisation de gyrophare et de circulation dans un sens interdit lors des déplacements des ministres, l’un d’entre eux enfreint déjà cette mesure. Dans un communiqué, la Primature a révélé qu’« un des membres du gouvernement a sciemment roulé en violation du code de la circulation par un dépassement anormal et des instructions claires émises par le chef du gouvernement » dans la matinée du mardi 29 janvier.

Sans précisée pour autant le nom de ce ministre, la Primature a indiqué que le Premier ministre a été tenu au courant des agissements de ce membre du gouvernement. Ainsi, Christian Ntsay, aurait pris les mesures nécessaires pour que de tels abus ne se reproduisent plus. Ce ministre aurait fait l’objet d’un avertissement et celui qui se trouvait au volant a été immédiatement suspendu de ses fonctions.

Le Premier ministre qui s’est particulièrement excellé en matière de règlementation de la circulation et d’utilisation des voitures de l’administration publique reste intransigeant. Il aurait réitéré à l’endroit de tous les ministres sa ferme intention à faire respecter ces instructions, objet du code de bonne conduite signé par tous les membres du gouvernement.

Madagascar Tribune0 partages

Un ministre averti, son chauffeur suspendu

Quatre jours après la mise en place d’un code de bonne conduite des membres du gouvernement suite à l’interdiction d’utilisation de gyrophare et de circulation dans un sens interdit lors des déplacements des ministres, l’un d’entre eux enfreint déjà cette mesure. Dans un communiqué, la Primature a révélé qu’« un des membres du gouvernement a sciemment roulé en violation du code de la circulation par un dépassement anormal et des instructions claires émises par le chef du gouvernement » dans la matinée du mardi 29 janvier.

Sans précisée pour autant le nom de ce ministre, la Primature a indiqué que le Premier ministre a été tenu au courant des agissements de ce membre du gouvernement. Ainsi, Christian Ntsay, aurait pris les mesures nécessaires pour que de tels abus ne se reproduisent plus. Ce ministre aurait fait l’objet d’un avertissement et celui qui se trouvait au volant a été immédiatement suspendu de ses fonctions.

Le Premier ministre qui s’est particulièrement excellé en matière de règlementation de la circulation et d’utilisation des voitures de l’administration publique reste intransigeant. Il aurait réitéré à l’endroit de tous les ministres sa ferme intention à faire respecter ces instructions, objet du code de bonne conduite signé par tous les membres du gouvernement.

Madagascar Tribune0 partages

Madagascar progresse mais reste dans la zone rouge en terme de corruption

Légère progression pour Madagascar dans le classement de l’indice de perception de la corruption 2018 (IPC 2018) présenté hier par Transparency international-Initiative Madagascar (TI-IM) à Soarano. Madagascar a gagné un point par rapport à l’année 2017. Le pays se trouve ainsi au 152ème place sur les 180 pays présents dans le classement. Le score attribué à Madagascar est de 25/100.

Cette progression s’expliquerait par la promotion de la démocratie à travers la tenue des deux tours de l’élection présidentielle sans aucun incident au mois de novembre et décembre 2018. Avec cette amélioration, Madagascar reste toutefois dans le zone rouge en terme de corruption.

L’Indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency international évalue le niveau de la corruption dans le secteur public dans un pays. « Il s’agit d’un indice composite, c’est-à-dire une combinaison de sondages et d’évaluations de corruption réalisés par diverses institutions réputés », selon le TI-IM. L’IPC attribue une note à chaque pays évalué, et établit un classement mondial sur la base de ces notes. Chaque score attribuée est comprise entre 0 et 100. Un score plus faible signifie la perception d’une corruption plus importante au niveau du pays.

L’IPC 2018 a été calculé en utilisant 13 sources de données différentes dont 7 cas pour Madagascar provenant de 12 institutions indépendantes évaluant toutes les perceptions de corruption dans le secteur public.

Ce classement en 2018 place la Somalie à la fin de la liste, le plaçant comme le pays le plus corrompu au monde, avec un score de 10/100 et le pays le moins corrompu reste le Danemark avec un score de 88/100. Quatre autres pays (Azerbaijan, Cameroun, Nicaragua et Tajikistan) se trouvent au même rang que Madagascar.

« La promotion de la démocratie et la lutte contre la corruption vont de paire », a lancé Transparency international-initiative Madagascar hier. Pour cette instance, « Le plafonnement des dépenses électorales et la transparence des comptes doivent être exigés ». Certes, une structure étatique de l’État a été mise en place dans le cadre de l’élection pour agir dans ce sens pourtant à plus d’un mois après la tenue du deuxième tour du scrutin présidentiel, les résultats des travaux menés par celle-ci tardent à venir.

Madagascar a également besoin d’institution de lutte contre la corruption qui soit dotée de ressources et compétences leur permettant de remplir pleinement leurs missions » et que « l’adoption de la loi sur le recouvrement des avoirs illicites est, à ce titre, indispensable » soutient le TI-IM.

Madagascar Tribune0 partages

Madagascar progresse mais reste dans la zone rouge en terme de corruption

Légère progression pour Madagascar dans le classement de l’indice de perception de la corruption 2018 (IPC 2018) présenté hier par Transparency international-Initiative Madagascar (TI-IM) à Soarano. Madagascar a gagné un point par rapport à l’année 2017. Le pays se trouve ainsi au 152ème place sur les 180 pays présents dans le classement. Le score attribué à Madagascar est de 25/100.

Cette progression s’expliquerait par la promotion de la démocratie à travers la tenue des deux tours de l’élection présidentielle sans aucun incident au mois de novembre et décembre 2018. Avec cette amélioration, Madagascar reste toutefois dans le zone rouge en terme de corruption.

L’Indice de perception de la corruption (IPC) de Transparency international évalue le niveau de la corruption dans le secteur public dans un pays. « Il s’agit d’un indice composite, c’est-à-dire une combinaison de sondages et d’évaluations de corruption réalisés par diverses institutions réputés », selon le TI-IM. L’IPC attribue une note à chaque pays évalué, et établit un classement mondial sur la base de ces notes. Chaque score attribuée est comprise entre 0 et 100. Un score plus faible signifie la perception d’une corruption plus importante au niveau du pays.

L’IPC 2018 a été calculé en utilisant 13 sources de données différentes dont 7 cas pour Madagascar provenant de 12 institutions indépendantes évaluant toutes les perceptions de corruption dans le secteur public.

Ce classement en 2018 place la Somalie à la fin de la liste, le plaçant comme le pays le plus corrompu au monde, avec un score de 10/100 et le pays le moins corrompu reste le Danemark avec un score de 88/100. Quatre autres pays (Azerbaijan, Cameroun, Nicaragua et Tajikistan) se trouvent au même rang que Madagascar.

« La promotion de la démocratie et la lutte contre la corruption vont de paire », a lancé Transparency international-initiative Madagascar hier. Pour cette instance, « Le plafonnement des dépenses électorales et la transparence des comptes doivent être exigés ». Certes, une structure étatique de l’État a été mise en place dans le cadre de l’élection pour agir dans ce sens pourtant à plus d’un mois après la tenue du deuxième tour du scrutin présidentiel, les résultats des travaux menés par celle-ci tardent à venir.

Madagascar a également besoin d’institution de lutte contre la corruption qui soit dotée de ressources et compétences leur permettant de remplir pleinement leurs missions » et que « l’adoption de la loi sur le recouvrement des avoirs illicites est, à ce titre, indispensable » soutient le TI-IM.

Madagascar Tribune0 partages

Un ministre averti, son chauffeur suspendu

Quatre jours après la mise en place d’un code de bonne conduite des membres du gouvernement suite à l’interdiction d’utilisation de gyrophare et de circulation dans un sens interdit lors des déplacements des ministres, l’un d’entre eux enfreint déjà cette mesure. Dans un communiqué, la Primature a révélé qu’« un des membres du gouvernement a sciemment roulé en violation du code de la circulation par un dépassement anormal et des instructions claires émises par le chef du gouvernement » dans la matinée du mardi 29 janvier.

Sans précisée pour autant le nom de ce ministre, la Primature a indiqué que le Premier ministre a été tenu au courant des agissements de ce membre du gouvernement. Ainsi, Christian Ntsay, aurait pris les mesures nécessaires pour que de tels abus ne se reproduisent plus. Ce ministre aurait fait l’objet d’un avertissement et celui qui se trouvait au volant a été immédiatement suspendu de ses fonctions.

Le Premier ministre qui s’est particulièrement excellé en matière de règlementation de la circulation et d’utilisation des voitures de l’administration publique reste intransigeant. Il aurait réitéré à l’endroit de tous les ministres sa ferme intention à faire respecter ces instructions, objet du code de bonne conduite signé par tous les membres du gouvernement.

Madagascar Tribune0 partages

Dix ministres rentrants et quatorze ministres revenants

La nomination des nouveaux membres du gouvernement a eu lieu hier, en fin de la journée au palais d’État à Iavoloha. 14 ministres sur les 22 du gouvernement de Christian Ntsay, depuis l’accession au pouvoir d’Andry Rajoelina reviennent à leur poste. 10 nouvelles têtes font leur entrée dans le gouvernement. Des jeunes pour la plupart, venus de l’étranger où ils ont occupé des postes de responsabilité dans leur domaine respectif. Mais il y a aussi les anciens collaborateurs du président de la République au sein de la Présidence.

Six ministres ont été mis à l’écart. « Ils ont beaucoup fait », a déclaré le président de la République, mais ils n’auraient pas rempli leur contrat-programme ou encore dans l’incapacité de suivre le rythme imposé par le Chef de l’État. Deux ministères ont également dû être scindés en deux d’où la création du ministère de l’Eau, de l’assainissement et de l’hygiène. Un vice-ministre s’occupe par ailleurs de l’Habitat au sein du ministère de l’Aménagement et des Travaux publics.

Les nouveaux ministres :

Ministre des Affaires étrangères : Dr Djacoba Liva Tehindrazanarivelo Ministre de la Sécurité publique : Contrôleur général de la Police Rodellys Fanomezantsoa Randrianarison Ministre de l’Education nationale : Rijasoa Josoalasisambatra Andriamanana Ministre de la Santé Publique : Professeur Ahmad Ahmad Ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique : Elia Béatrice Assoumacou Ministre de l’Environnement et du développement durable : Baomiavotse Vahinala Raharinirina Ministre des Postes, des télécommunications et du développement numérique : Andriamanohisoa Ramaherijaona Ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’hygiène : Voahary Rakotovelomanantsoa Garde des Sceaux, ministre de la Justice : Johnny Richard Andriamahefarivo Vice-ministre chargé des villes nouvelles et de l’habitat : Angelo Michael Zasy

Les ministres revenants :

Ministre de la Défense nationale : Général de corps d’armée Léo Jean Richard Rakotonirina Ministre de l’Economie et des finances : Richard Randriamandrato Ministre de l’Iintéieur et de la décentralisation : Tianarivelo Razafimahefa Ministre de l’Aménagement du territoire et des travaux publics : Hajo Anrianainarivelo Ministre de l’Elevage, de l’agriculture et de la pêche : Lucien Fanomezantsoa Ranarivelo Ministre de l’Energie et des hydrocarbures : Christian Ramarolay Ministre des Mines et des ressources stratégiques : Fidiniavo Ravokatra Ministre des Transports, du tourisme et de la météorologie : Joël Randriamandranto Ministre du Travail, de l’emploi, de la fonction publique et des lois sociales : Gisèle Ranampy Ministre de l’industrie, du commerce et de l’artisanat : Lantosoa Rakotomalala Ministre de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme : Irmah Lucien Naharimamy Ministre de la Jeunesse et des sports : Tinoka Roberto Michael Raharoarilala Ministre de la Communication et de la culture : Lalatiana Andriatongarivo Rakotondrazafy Secrétaire d’Etat auprès du ministère de la Défense nationale en charge de la gendarmerie : Général de Division Richard Ravalomanana

Madagascar Tribune0 partages

Des voitures immobilisées par des taquets d’arrêt

L’assainissement des rues et des trottoirs de la Capitale par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) se poursuit. Les agents de la police municipale ont posé des taquets d’arrêt sur les voitures garées sur les trottoirs et sur les lieux non réservés comme parkings aux environs d’Antaninarenina, hier.

Il y a deux semaines, les agents de la police nationale avec les éléments de la gendarmerie nationale, ont entrepris une campagne d’assainissement dans plusieurs quartiers du centre ville. Ils ont sensibilisé les marchands et autres entités qui gênaient la circulation. Les rues sont pour les voitures, les trottoirs réservés aux piétons, et non pour servir de marché ou de parking, martèle les responsables de la commune depuis le début de cet assainissement.

C’est ainsi que les responsables au sein de la CUA ont commencé, hier, à faire la chasse aux véhicules en stationnement irrégulier dans les lieux non destinés au stationnement. Le but de cette opération est de désengorger les voies publiques en réduisant les embouteillages monstres qui encombrent les rues de la capitale.

Beaucoup de véhicules usés ou endommagés sont en effet garés sur les voies réservées aux piétons dans bon nombre de quartiers comme à Ankadifotsy, Antanimena, 67 Ha et bien d’autres. Par ailleurs, de nombreux véhicules sont utilisés comme lieux de commerce, telles les « bouffes-mobiles », les voitures servant de devantures pour la réparation de téléphones mobiles.

La Commune procèdera ainsi à la mise en fourrière des quatre-roues mal garés qui squattent les parkings et les trottoirs. Elle poursuivra de même les opérations d’assainissement des rues et trottoirs de la ville en expulsant les marchands des rues (comme à Mahazo, hier) et en chassant les voitures en stationnement interdit dans certains quartiers de la Capitale, selon une déclaration faite par la CUA. Les propriétaires des voitures mises en fourrière seront passibles de contravention à régler auprès de la CUA.

Concernant la gestion des parkings, la direction des Transports et mobilité urbaine au sein de la CUA a informé, hier, que le dépôt de dossiers de renouvellement de parking réservé pour l’année 2020 est ouvert jusqu’au 03 février aux bureaux de la Commune.

Tananews0 partages

En 2017 Telma n’a donc toujours qu’UN câble ?

C’est incroyable ça quand même.

Ça se proclame “Premier opérateur”, number one, je suis le meilleur et en fait ça n’a qu’un câble sous marin pour assurer la connexion.

Redondance, backup, ils connaissent pas chez Telma ?

L'express de Madagascar0 partages

Agriculture – Les paysans inassouvis par la quantité de pluie

Déçus. Les paysans dans la région Analamanga étaient dépités par la quantité de pluies de la semaine précédente. Ces quatre jours de pluie, du jeudi à dimanche, qu’ils espéraient irriguer leur champ de culture, auraient à peine suffit pour humidifier la terre.« Ces précipitations ont certes dégagé les poussières, mais n’ont pas suffit pour arroser nos plantes. À ce rythme, la récolte ne sera pas bonne », a déploré Emilien Randrian­jakamanana, un paysan habitant à Ambohi­tra­biby, l’air inquiet, samedi. Dans ce village, 70% des champs de rizière auraient été abandonnés, cette année. « Les plants de riz sont asséchés, faute de pluie », a rajouté ce paysan. Comme ses pairs, il se consacre maintenant à la plantation de légumes.Pour les trois jours à venir, de faibles précipitations seront encore au rendez-vous, selon Oméga Raharimalala, technicien au service de la Prévision météorologique à Ampandria­nomby. Les prévisions de précipitations du février vont encore renforcer l’inquiétude de ces paysans car la pluviométrie sera encore inférieure à la normale. Des paysans vont même jusqu’à prier  pour qu’un cyclone touche Madagascar.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vtt – Bira descente – Tiaray et Rado s’imposent en seniors

La victoire finale est revenue à Tiaray Rasoavatsara, en catégorie séniors « vélo avec suspensions ». D’autre part, Rado Andrianoelijaona l’a emporté en séniors « vélo sans suspensions ».

Comme lors des courses de Dago Descente, l’année dernière  à Antananarivo, Tiaray Rasoavatsara a imposé sa loi à Antsirabe. Il a remporté haut la main la catégorie séniors « vélo avec suspensions », hier dans la localité d’Ambohidava, lors de la première édition de Bira Descente. Il a réalisé un chrono canon de 1min 03, 26sec, ce qui l’a placé sur la plus haute marche du podium sans aucune contestation possible de la part de ses adversaires. Du côté de la catégorie séniors « vélo sans suspensions », la victoire de Rado Andrianoelijaona a également impressionné plus d’un. Ce villageois courait avec un matériel des plus simples, mais il a réussi un temps remarquable de 1min 06, 71sec.Dans les autres classes, deux vainqueurs ont également réussi à descendre sous la barre des 1min10sec. Citons Fabrice Ramamisoa chez les juniors, auteur d’un chrono de 1min 06, 36sec, ainsi que Patrick « No Limit » chez les vétérans, qui a bouclé le circuit d’un kilomètre en 1min 07, 87sec. Enfin, David Aroniaina a dominé la catégorie minimes, en 1min 14, 41sec, tout comme Lalà Rasanjison en catégorie féminine, en 1min 21, 28sec.

Les sauts ont offert du beau spectacle au public

110 coureurs au départPour une première édition, Bira Descente a été un grand succès, tant au niveau de l’affluence du public et des coureurs que du spectacle mémorable offert par ces derniers. Au final, ils étaient 110 à prendre le départ. Un record. Les diverses sauts et passages sur l’escalier ont émerveillé les spectateurs. Les chutes et autres gamelles les ont également marquées. Et il faut l’avouer que bon nombre de vététistes sont tombés ou bien ont fait des sorties de piste. Certes, ils ont effectué des reconnaissances, mais plusieurs d’entre eux disputaient pour la première fois à la formule « downhill », consistant à dévaler une pente à grande vitesse sur un tracé aussi étroit que technique et sinueux. Tout le contraire des habituelles courses « cross country » de plusieurs dizaines de kilomètres, où il faut surtout faire preuve d’endurance.Bira Moto Club et Bikers 101, bien soutenus par Cycle Madagascar Momotas, peuvent être satisfaits. Le pari a été réussi. Et d’ores et déjà, les coureurs en redemandent. Ce qui appelle logiquement à une deuxième édition à l’avenir.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Coupe du président – Ouverture des phases éliminatoires

La troisième édition de la coupe du Président s’étalera du 4 février au 15 avril et réunira soixante et onze équipes de vingt régions différentes.

Le coup d’envoi de la phase éliminatoire des zones sera lancé ce week-end. Soixante-onze équipes et vingt ligues régionales seront en lice à la troisième édition de la coupe du Président. La phase éliminatoire des zones se joueront sur cinq sites et chacune d’elle accueillera douze équipes chacune. Les éliminatoires de la zone Nord ouvre la phase qualificative au Play-off et se tiendra du 4 au 12 février au complexe sportif de Mahajanga.Cette zone regroupe des clubs des ligues de Boeny, Sofia, Diana et Sava. En-suite, Toliara abritera la phase éliminatoire de la zone Sud du 11 au 19 février et les ligues concernées sont celles du Sud Ouest, Anosy, Androy et Ihorombe. Les éliminatoires de la zone Ouest se dérouleront à Morondava du 18 au 26 février et regroupera les représentants des ligues de Menabe, Vakinan­karatra, Bongolava et Itasy. La semaine suivante, du 25 février au5 mars, ce sera au tour de la zone centre Sud d’accueillir sa phase éliminatoire au gymnase de Fianarantsoa, et les ligues représentées sont la Haute Matsiatra, Amoron’Imania, Vatovavy fitovinany et Sud Est.À l’issue des phases de zone, dix équipes, les deux meilleures de chaque zone seront qualifiées en play-off, ainsi que les deux clubs 5e et 6e au championnat national N1A version 2016.La prochaine phase, le play-off est programmé du 25 mars au 2 avril au gymnase de Fianarantsoa. Les douze équipes en course à cette étape seront réparties en deux poules de six et les quatre premières de chaque groupe, huit en tout, se qualifieront au Top 8.

ClassementLes quatre clubs mieux classés du dernier cham­pionnat national N1A en l’occurrence la GNBC Vakinankaratra, COSPN Analamanga, Ascut Atsinanana et SBBC Boeny entreront en lice au Top 8 du 8 au 15 avril au palais des sports Mahamasina.Le coup d’envoi de la compétition chez les dames ne sera lancé qu’à partir du Top 8, à Fianarantsoa et les cinq meilleurs clubs selon le classement national sont qualifiés d’office, à savoir Fandrefiala et Mb2all d’Analamanga, Tamifa Amoron’Imania, JEA Vakinankaratra et CRJS Atsinanana. Les huit équipes de ce Top 8 seront réparties en deux poules de quatre. Après les matches de reclassement, les quarts de finale auront lieu le mercredi 12 avril et les demies le vendredi 14 avril. Les vainqueurs des demi-finales, hommes et dames disputeront la grande finale le samedi 15 avril. Les deux meilleurs clubs N1B hommes au classement final gagneront le ticket pour accéder directement en N1A cette saison 2017.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Le « pont bascule » contesté par les camionneurs

Les transporteurs de poids lourds refusent de se soumettre au pont bascule. Ils réclament également la facilitation de ce transport de marchandises, en diminuant les divers droits à payer. Ils menacent d’augmenter à 300% les frais de transport, si l’État continue à limiter le poids de leurs marchandises à 19 tonnes. Ils signalent que cette hausse de frais de marchandises pourrait impacter sur le prix des marchandises, sur le marché. C’était à Anosy Avaratra, samedi, dans le cadre d’une cérémonie de présentations de vœux de l’association de transporteurs de poids lourds.

L'express de Madagascar0 partages

Théâtre – Entre fait social et science fiction

Une adaptation théâtrale des « Rencontres du troisième type » est jouée sur une scène de la capitale. C’est à travers la pièce « Ziglô » produite par le « Faribolana Sandratra ». 

Une épopée fantaisiste et taquine, tout en étant révélatrice des réalités de la société actuelle. C’est ainsi que s’est illustrée la pièce intitulée « Ziglô » écrite et mise en scène par l’auteur et poète Mamison Tsitohery Raolona au Cercle Germano-malgache (CGM), samedi après-midi. Membre émérite du cercle des poètes « Faribolana Sandratra », c’est une pièce haut en couleurs, mais à la fois sobre et poétique que l’auteur a présenté à l’auditoire, à l’occasion.Embarquant le public pour un voyage entre ciel et terre, la pièce étonne, d’entrée, par son histoire des plus singulières. Les inconditionnels du théâtre traditionnel malgache ont été surpris par l’histoire même de « Ziglô ». Exposer les méandres de la société à travers des personnages marginaux, voire inédits pour une pièce du genre, c’est l’essence même de la pièce.Entre fiction ou science fiction, tout en étant des plus terre à terre, elle raconte une rencontre atypique. Celle d’un jeune mendiant du nom de Ziglô et de la ravissante Kathy dont il est amoureux ainsi que d’Igor, un être d’un autre monde, un extraterrestre aussi taquin que pacifiste et néanmoins doué d’un sérieux qui lui est propre.« À travers cette pièce, on tenait surtout à retranscrire sur scène, une facette de la société que l’on n’a pas l’habitude de percevoir. Le tout à travers les visions et les perceptions de ces personnages décalés dont cet extraterrestre qui découvre en même temps que le public, les méandres de notre société », affirme Mamison Tsitohery Raolona, auteur et metteur en scène de la pièce.

ContemporainEn toute simplicité, « Ziglô » s’affiche ainsi sur les planches du CGM Analakely comme un savant mélange de critique sociale et de science-fiction contemporain.Portée uniquement par l’histoire, la pièce s’est illustrée en cinq actes continus, sans extravagance si ce n’est qu’avec les costumes aux couleurs chaudes des acteurs. Dans l’auditoire, elle enchantait grands et petits qui se plaisent à faire la connaissance des personnages. Ziglo, tapissant dans son coin, reçoit un jour une visite qui le marquera à jamais, celle d’Igor l’extraterrestre qui, dans toute sa luminescence, embarque le jeune mendiant pour une grande aventure. À travers leurs péripéties, ils croiseront le chemin de Kathy dont la douceur charme le jeune homme et celui du vil Rampanjato, un riche héritier qui fait mener la vie dure aux personnages principaux.À la fois poétique et moderne, tout en étant simpliste, la pièce racontait une histoire universelle qui illustre ces écarts qui subsistent au sein de notre société. Conscientisant le public à faire valoir l’égalité et la fraternité en allant outre nos différences, « Ziglô » n’en était pas à sa première représentation, puisque depuis sa création en 1998, il en compte désormais trois, et sera de nouveau présenté à l’Alliance française d’Antananarivo, au mois de juin.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Célébration – Bienvenue dans l’année du coq

La journée de vendredi a été marquée par l’entrée de la Chine dans la nouvelle année, celle du coq. L’institut Confucius l’a célébrée par un double évènement à l’université d’Antananarivo.

Si en Occident, le zodiaque se base sur douze constellations, en Orient, plus exactement en Chine, ces constellations sont représentées sous les traits de douze animaux à l’image du Rat, du Buffle ou du Bœuf, du Tigre, du Lapin ou du Lièvre, du Dragon, du Serpent, du Cheval, du Mouton ou de la Chèvre, du Singe, du Coq, du Chien et du Cochon. La fête du printemps, comme le nomme également le peuple de l’empire du milieu, tombe le premier jour du premier mois du calendrier lunaire chinois. Printemps parce que c’est toujours vers la fin des saisons hivernales que se fête l’évènement. Ainsi pour cette année, ce fut levendredi 28 janvier dernier que tout le peuple chinois a célébré cette fameuse fête qui correspond à celle du coq, cette année. En effet, de toutes les fêtes chinoises, celle du printemps est, dit on, la plus importante. Pas étonnant que toutes les communautés chinoises se mobilisent pour marquer l’évènement.L’ICUA ou Institut Confucius de l’université d’Antananarivo, centre d’enseignement de la langue et premier représentant de la culture chinoise à Madagascar, n’a pas failli à sa vocation. Elle a organisé une représentation culturelle et artistique riche en couleurs pour célébrer avec faste cette entrée dans l’année du coq, dans la matinée du 26 janvier.  Pour l’occasion, le grand amphithéâtre de la Faculté DEGS est devenu une plate-forme d’échanges culturels entre les Chinois et les Malgaches.

Échanges et partagesD’un côté, les enseignants chinois exécutent des danses malgaches avec aise et de l’autre, les étudiants malgaches esquissent quelques complexes chorégraphies chinoises. Sans oublier, bien sûr les démonstrations d’arts martiaux, activités emblématiques de cette culture orientale ainsi qu’une belle performance de la chorale de l’ICUA sur des interprétations bilingues de quelques célèbres chansons sino-malgaches, tout le monde vêtu de tenues traditionnelles des deux pays.Outre les activités culturelles mettant en valeur le concept d’inter culturalité véhiculé par l’institut, cette célébration de l’entrée dans l’année du coq fut aussi marquée par une remise de bourses d’excellence et d’encouragement offertes par un généreux donateur, opérateur économique chinois, préférant rester anonyme, à une soixantaine d’amoureux de la langue et de la culture chinoise de l’ICUA, au titre de l’année 2016. « Cette remise de bourse a été effectuée afin de les féliciter et les encourager dans leur apprentissage de la langue et de la culture chinoise de façon à ce que ces derniers puissent œuvrer pour la compréhension mutuelle entre les peuples malgache et chinois » conclut Mme Zo Rasendra, directrice de l’institut.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Concert – « The Betsileo Contemporary Roots » se découvrent

Un groupe représentatif de la région Haute Matsiatra pour laquelle il voue une passion pour sa musique traditionnelle, Kabosy Spirit s’est redécouvert au public de la capitale, le week-end dernier, à travers un concert rythmé, et fraternel sur la scène de l’Is’Art Galerie Ampasa­nimalo. Vendredi soir, le groupe Kabosy Spirit a ainsi envoûté son public  à travers un rendez-vous intitulé « The Betsileo Contemporary Roots ». En guise de retrouvailles, le groupe a invité le public à se délecter du folklore des mélodies spécifiques aux« Horija Betsileo ».Le kabôsy, instrument traditionnel typiquement malgache, a donc été à l’honneur et s’est marié aux instruments modernes pour donner un nouveau rythme nommé éponyme au groupe le « Kabôsy Spirit ». Entre tradition et modernité, « The Betsileo Contemporary Roots » honorent ainsi les racines musicales Betsileo dans toute sa splendeur en enivrant le public par ses rythmiques. Mené par les jumeaux, Doda et Mbity, le groupe a brillamment transcendé les noctambules de l’Is’Art Galerie à l’occasion.À travers une prestation tonitruante et harmonieuse, Kabosy Spirit a porté haut l’étendard de sa région natale. « Chaque région dans la Grande île a son style de kabôsy et cet instrument joue un rôle très important sur le genre de musique de chaque région, mais le monde évolue et la musique doit également évoluer en parallèle. C’est pour cela que l’on s’applique à chercher diverses manières de valoriser cet instrument », souligne un membre du groupe.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Inter Média OJM – Les trophées à Midi et à l’US Embassy

L’ambiance, la détente et la convivialité étaient au rendez-vous. La grande famille de la presse de la capitale et des autres régions comme celle d’Ambaton­drazaka, s’est réunie, samedi, au gymnase couvert d’Ankorondrano. Dix-neuf groupes ou organes de presse y ont été représentés pour disputer les trophées de la première édition du tournoi inter média organisé par l’Ordre des journalistes de Madagascar. En collaboration avec les commissions des arbitres et techniciens des deux fédérations concernées, le tournoi s’est déroulé sans souci technique dans une ambiance chaude.En basketball mixte, la coupe revient au groupe Midi Madagascar et Matv alignant, entre autres, la rédactrice de la rubrique sport, Anny Andrianaivo­nirina et consorts, qui a écarté en finale sur un score de 25 à 19 l’équipe de TV Plus Madagascar, dirigée sur place par son président directeur général, Nicolas Rabemananjara. En demi-finales, Midi a éliminé Free News et l’équipe de « Toujours vouloir Plus » a, de son côté, défait celle de l’US Embassy. En futsal, la formation de la communication de l’ambassade des États- Unis, récupère le trophée en s’imposant de justesse par 3 buts à 2 devant le Groupe Vidy Varotra, en finale.L’Ambassade des États Unis a écarté en demie l’équipe d’Ambatondrazaka et Vidy Varotra a, pour sa part, battu l’ORTM. « L’objectif, de réunir les journalistes ou le monde des médias dans un événement sportif, est atteint. Ce premier tournoi a pu regrouper en tout dix-neuf organes de presse. Et avec seulement un terrain chacun pour le futsal et le basketball, le côté organisation technique était très limite … Nous comptons en organiser une autre édition cette même année » a confié l’initiateur de l’événement, Didi Ratsimbazafy, vice-président de l’OJM.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

La HCC déboute le CFM

Dans une décision de contrôle de constitutionnalité de la loi sur la réconciliation nationale, publié vendredi, la Haute cour constitutionnelle (HCC), a débouté la prétention du texte d’ériger le Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM) en institution, et de son président au rang protocolaire de chef d’institution. Dans un de ses considérants, la Cour d’Ambohidahy, souligne qu’en son article 40, la Constitution dispose que « les Institutions de l’État sont : le Président de la République et le gouvernement, l’Assemblée nationale et le Sénat, (et) la Haute cour constitutionnelle ».

L'express de Madagascar0 partages

Iraimbilanja – Le franc indémodable explose le Piment Café

Des formations musicales, il y a les comètes qui brillent le temps d’un album et qui disparaissent aussi vite qu’elles sont apparues, et celles qui comme, le bon vin, restent indémodables, et se bonifient avec l’âge. Bien évidemment, c’est dans cette deuxième famille que se classent les mythiques « Iraimbilanja». Vendredi soir, c’est dans l’un de leurs jardins que Niry et comparses ont mis le feu. La petite salle du Piment Café à Behoririka a, une fois de plus, tremblé sous les pieds de ces monstres du rock. Ainsi, ces séniors du Rock se sont souhaité les vœux du Nouvel an avec leurs fans d’une manière des plus explosives.Tels de vieux dinosaures, mais toujours aussi vigoureux, les membres du groupe ont fait littéralement exploser la scène. Devant des aficionados assoiffés de ce bon vieux rock, Roger et ses copains, toujours aussi souriants, enchaînent les tubes. En partant d’un simple« Tany vaovao » et le public est dans le bain. Puis, passant par un « Bekotro maro holatra » enivrant et la foule est en délire. Sans mentionner les autres « Pasazy », « Lazao », « Tehina » ou encore « Radio ». En tout, la soirée a été remplie par les meilleurs morceaux qui ont marqué la carrière du groupe.Rien qu’à l’entrée des lieux, on sentait déjà une ambiance étouffante, dans le bon sens du terme. Le Piment Café était plein comme un œuf. « C’est à se dire que tous les inconditionnels de Raimbl, de toutes les générations, se sont donné rendez-vous ce soir-là, à Behoririka pour un moment de pure nostalgie », s’enthousiasme Tantely Andrianarivo, grand fan, tout en ajoutant « Ces vieux-là sont bien loin de prendre leur retraite ».

H. R.

L'express de Madagascar0 partages

Des membres du FFKM à Mahamasina

Des représentants des confessions membres du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), ont été présents, hier, à Mahamasina. Monseigneur Samoela Jaona, président de l’église anglicane et Lala Rasendrahasina, ancien président de l’église protestante FJKM, et actuel membre du comité central de la FJKM, ont été aperçus parmi les invités de marque de la messe d’hier. Certains fidèles de la FJKM s’interrogent, toutefois, sur les raisons de la présence du pasteur Rasendrahasina, hier. Il a été absent du culte de la FJKM, au Coliseum, Antsonjombe, il y a 2 semaines.

L'express de Madagascar0 partages

Finale vintage de valeureux youngtimers

Une finale vintage, avait-on dit. Beaucoup de nostalgie avant cette finale de l’Open d’Australie entre Roger Federer, 36 ans, et Rafael Nadal, 31 ans. Une finale entre deux trentenaires, ce qui est rarissime au plus haut niveau, mais surtout une occasion sympathique de revoir gagner les deux «vieux», bredouilles en Grand Chelem depuis 2012 (Wimbledon pour Federer) et 2014 (Roland-Garros pour Nadal).La dernière fois que Federer avait battu Nadal en Grand Chelem, c’était il y a dix ans. Entre son premier Grand Chelem, Wimbledon 2003, et cette dernière levée en Australie, il se sera passé quatorze ans. Une éternité. Quatorze ans qui n’ont pas émoussé son physique, pas trop entamé grâce à la fluidité de son jeu.Quatorze, c’est le nombre des succès en Grand Chelem de son adversaire du jour (depuis Roland-Garros, 2005). Mais, Nadal, au jeu plus physique, aura été rattrapé plus tôt par les ennuis musculaires ou d’articulation.Les plus anciens nous parleront d’une presque similaire opposition de style entre le lifteur Bjorn Borg et le service-volleyeur John McEncore. C’était au début des années 1980. McEnroe allait remporter son premier Grand Chelem en cinq sets en battant en finale de Wimbledon 1981 le quintuple tenant du titre. Près de vingt ans plus tard, en 2008, et toujours à Wimbledon, Nadal mit fin, en cinq sets, à la série de cinq victoires d’affilée de Federer, prenant sa revanche sur la finale perdue de l’année précédente. Justement, cette fameuse dernière victoire sur Nadal avant celle de 2017.Séquence souvenirs. Pendant la quinzaine d’Australie, McEnroe, autoproclamé «Commissioner», avait fait le clown dans un numéro de bout-en-train qu’on ne connaissait pas chez un joueur resté célèbre pour ses colères sur le court. Quand Federer avait perdu la finale de 2009, Nadal l’avait pris dans ses bras pour lui faire retrouver le sourire. «Si Lendl m’avait pris dans ses bras après m’avoir battu en finale de Roland-Garros (1984), dit McEnroe, je lui aurais vomi dessus». Il y a trente ans, les conseillers en communication n’existaient pas encore pour lisser les propos, rendre tout le monde anonymes à force de politiquement correct. De la génération d’André Agassi ou de Pete Sampras, je me souviens des affrontements entre Jimmy Connors et John McEnroe : smash en plein corps, poignée de mains fraîche et sans un regard l’un pour l’autre. Une autre époque.Celle d’avant les services à 200 km/h, d’avant les scuds qui transpercent le volleyeur depuis l’au-delà de la ligne de fond de court, celle d’avant le tellement disgracieux revers à deux mains. On dit que Roger Federer est le meilleur joueur de tous les temps. Ce peut être hasardeux de vouloir comparer à tout prix des joueurs qui ont évolué à des époques différentes : Nadal meilleur que Borg depuis le fond de court ?  Federer meilleur que McEnroe ou Sampras à la volée ?  Ce dimanche, ne serait-ce que parce qu’il joue avec cette élégance aujourd’hui sans pareille dans la gestuelle, Roger Federer méritait de rentrer un peu plus dans l’histoire avec son 18e titre du Grand Chelem.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

L'express de Madagascar0 partages

Orange Kitra – Le carré final formé

Tous les ans, en marge d’une compétition internationale de football, la ligue de football d’Analamanga, en étroite collaboration avec Orange Madagascar, organise un tournoi reversé aux jeunes, intitulé Orange Kitra. Pour cette quatrième édition, la compétition est destinée aux élèves de la catégorie U17 des lycées de la capitale et de ses environs, et coïncide justement avec la phase finale de la CAN au Gabon. Seize lycées sont en lice et les matches se jouent au terrain synthétique d’Akamasoa à Ambohi­mahitsy. La dernière journée des éliminatoires et les quarts de finale ont eu lieu ce samedi et les demi-finalistes sont connus. Les Élites Andoharanofotsy, sous le maillot de Togo retrouveront le LTC Ampefiloha qui porte les couleurs de l’Égypte, en demi-finale. La Tunisie portée par Paul Minault sera face au Ghana du Lycée Ambohitrimanjaka, pour le deuxième duel ce dimanche. La finale l’après-midi.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Séance de préouverture

Après plusieurs mois de travaux, la nouvelle piste de karting aménagée à Ambohimalaza Imerikasinina, est pratiquement prête. Une séance spéciale en préouverture du circuit a été organisée, samedi après-midi. Les karts quatre-temps ainsi que les karts rotax étaient tous les bienvenus.

L'express de Madagascar0 partages

Colonisation et évangélisation vont de pair

Lorsque la flotte française occupe l’ile de France (ile Maurice depuis l’occupation anglaise en 1810), une grande croix est érigée sur un rocher de la plage portant, au dessus de l’écusson royal, une inscription latine qui se traduit ainsi : « Ne t’étonne pas de voir les lys fixés sur la tête de la croix bénie : la France ordonne que la croix se dresse ici. » Car découverte des« terres neuves » et évangélisation de leurs habitants vont de pair, même si ces expéditions faites par des compagnies commerciales « eurent bien souvent en vue l’Eldorado que la Jérusalem céleste. Mais enfin, les missionnaires étaient transportés gratuitement et entretenus dans les missions aux frais de compagnies de commerce ou de l’État » (père A. Engelvin).Richelieu puis Colbert imposent ainsi aux directeurs des compagnies de navigation, l’obligation de prendre à bord de leurs vaisseaux des religieux comme aumôniers de l’équipage et comme missionnaires des populations autochtones où ils vont « trafiquer ». C’est pourquoi saint Vincent de Paul qui fonde la Congrégation de la Mission en 1625, pour prêcher au peuple des campagnes de France, est sollicité en 1645, par les dirigeants de la Compagnie de l’Orient et par le nonce du Pape à Paris, d’envoyer des missionnaires à Madagascar. Le chef de la Congrégation dit alors à ses disciples : « Nous n’y avons jamais pensé ! Mais comme c’est désir du Pape et qu’il a pleine autorité d’envoyer ad gentes tout prêtre catholique, nous avons accepté ce nouveau champ d’apostolat. »Quand Pronis débarque du « Saint Louis » sur la plage de Sainte-Luce, en tant que commis de la Compagnie de l’Orient et avec 40 Français sous ses ordres, en septembre 1642, ils trouvent provisoirement installés dans les villages des environs, huit Français d’un navire de Dieppe, naufragés sur la côte. Cauche est le chef de ces colons malgré eux qui vivent tant bien que mal en trafiquant avec la pacotille qu’ils peuvent sauver du désastre. Pronis leur présente leprivilège royal accordé à la Compagnie qui lui attribue le monopole du commerce à Mada­gascar. Ils se rangent  sous son autorité.« Mais la plage marécageuse de Sainte-Luce, soumise aux rafales des moussons, suintant la fièvre contre laquelle les paillotes hâtivement élevées ne  suffisaient pas à protéger les immigrants déjà fort éprouvés par un voyage en mer qui avait duré six mois. En quelques mois, le cimetière eut plus de locataires que le village des colons dénommé Saint-Pierre. »Les survivants partent à la recherche d’uns ite plus hospitalier et le trouvent à 40 km plus au sud, sur la presqu’ile de Taolanara où ils se transportent avec armes et bagages. Là ; ilspeuvent bâtir sur le roc, élever un fortin qui les mettrait à l’abri de toute attaque, soit par terre, soit par mer… « Ils pouvaient reposer leurs yeux brûlants de fièvre sur un panorama ravissant et respire l’air sain que la brise apporte du large océan.»La cité est alors appelée le Fort Dauphin pour honorer le jeune fils du roi de France, le futur Roi Soleil, Louis XIV. Il faut maintenant se mettre au travail pour établir un comptoir où les prochains navires trouveraient « rafraichissements » et marchandises pour leur retour en France.Mais les désillusions apparaitront bientôt. « L’effectif se composait alors des 14 survivants des hommes amenés par Pronis l’année précédente, des 17 Français demeurés avec Cauche et d’un renfort de 60 hommes arrivés de France en mai 1643, à bord du Saint-Laurent, capitaine de Régimont. En tout, moins de 100 hommes, premier noyau de cet établissement de Fort Dauphin, qui devait donner en 1665, le nom de l’ile Dauphine à Madagascar tout entier et demeurer, pendant deux siècles, la capitale et le point d’appui de notre colonisation dans la Grande ile » (Urbain Faurec, « Aventuriers et conquérants de Madagascar »).

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles