Participer à la campagne crowfunding de FoodWise Madagascar

Les actualités à Madagascar du Mardi 29 Décembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara7 partages

Andry Rajoelina : Présentation du PEM à la place de Grand-messe

Le Chef de l’Etat présentera le bilan de l’année écoulée lors du discours à la Nation qu’il prononcera le 31 décembre à 20h.

L’on entame aujourd’hui l’avant-dernier jour de l’année 2020. Une année difficile non seulement pour les Malagasy mais aussi pour le monde entier, à cause de la pandémie de la COVID-19. Comme à l’accoutumée, le président Andry Rajoelina prononcera un discours à la Nation le 31 décembre, « à 20h pile », selon une source proche de la Présidence de la République. L’événement sera diffusé sur la Télévision Malagasy (TVM) et la Radio Nationale Malagasy (RNM). Certainement, lors de ce discours de fin d’année qui durera une quarantaine de minutes, le Chef de l’Etat fera le tour d’horizon de l’année écoulée. Une intervention axée sur la présentation du bilan de l’année 2020, particulièrement marquée par la gestion de la COVID-19. Sur le terrain, la Grande île semble avoir réussi à vaincre le coronavirus, mais le pays n’est pas encore sorti de l’auberge et n’a pas été épargné par les impacts de cette pandémie sur le social et l’économie. Pendant son discours de fin d’année, Andry Rajoelina évoquera certainement aussi les mesures sociales et économiques prises par le Gouvernement pour faire face à la période post-COVID. Il présentera aussi les travaux et les projets en cours de réalisation, ainsi que la perspective pour l’année 2021. En effet, bien malgré le coronavirus, le régime a lancé plusieurs projets, pour ne citer que le Rova de Madagascar, le Stade Barea, l’Académie Nationale des Arts et de la Culture, la réhabilitation des routes nationales 44 reliant Moramanga – Ambatondrazaka, la RN5A Ambilobe – Vohémar, la construction de stades au niveau de tous les districts, des centres hospitaliers, ainsi que des EPP et CEG manara-penitra à travers l’île.

Feuille de route. A entendre notre source, le régime n’organisera pas de cérémonie de présentation de vœux au Palais d’Etat d’Iavoloha pour la nouvelle année 2021. Depuis sa première année de pouvoir en 2019, le président Andry Rajoelina a supprimé tous les événements provoquant des dépenses supplémentaires ou inutiles (c’est selon). Austérité budgétaire oblige, surtout en cette période où tous les foyers doivent encore supporter les effets néfastes de la COVID-19. Il n’y aura donc pas de Grand-messe à Iavoloha. Cette fois-ci, elle sera remplacée par un autre événement qui sera organisé vers la fin du mois de janvier. En effet, lors d’une conférence qui sera honorée par la présence des représentants des partenaires techniques et financiers, des membres du Corps diplomatique et consulaire résidant à Madagascar, des élus, des acteurs économiques, ainsi que les investisseurs nationaux et internationaux, le président Andry Rajoelina fera la présentation des axes principaux du Plan Emergence Madagascar (PEM). Ce programme englobe les grands chantiers qui vont être réalisés pour les trois années à venir. Une sorte de Feuille de route qui comportera les actions à court et moyen terme, et qui reflètera les changements que le TGV prévoit d’instaurer à Madagascar pour les 20 années à venir. En effet, malgré la crise sanitaire mondiale, le numéro Un d’Iavoloha persiste et signe pour la mise en œuvre de ses Velirano. Une véritable course contre la montre est lancée. Le Chef de l’Etat fait pression sur les membres du gouvernement dont certains ont du mal à suivre le rythme imposé par l’émergence du pays. Mais il faut aussi souligner qu’Andry Rajoelina est aussi attendu au tournant par rapport aux solutions qu’il doit apporter face à l’inflation grandissante et aux problèmes socio-économiques qui frappent presque toutes les régions.

Davis R

Midi Madagasikara5 partages

Serge Zafimahova : Expulsé de son domicile à Amboditsiry

Serge Zafimahova a quitté son ancien domicile

La présence massive des éléments de la gendarmerie a attiré l’attention des habitants du quartier d’Amboditsiry, hier.

Hier, tôt dans la matinée, l’information a circulé comme une traînée de poudre dans le milieu de la presse. Tout s’est passé du côté d’Amboditsiry, dans l’arrondissement 5 de la capitale où Serge Zafimahova, un médiatique analyste politique, a élu domicile depuis 23 ans. Ce dernier a fait l’objet d’une expulsion de son domicile dans ce quartier et a été sommé de quitter les lieux durant la matinée. On lui reproche d’occuper le domaine « sans droit ni titre ».

Résistance. Très tôt, un huissier de justice a débarqué dans le domicile de ce proche de l’ancien président Albert Zafy pour exécuter une assignation d’expulsion en date du 24 décembre dernier, la veille de Noël. Ce dernier n’a montré aucune forme de résistance et s’est vite exécuté devant une présence massive d’éléments de la gendarmerie sur les lieux qui a été remarquable pour les riverains, qui se sont vite rassemblés devant le portail du domaine de plusieurs milliers de mètres carrés.

Bien. Serge Zafimahova a commencé à occuper le domaine à Amboditsiry depuis 1997, a-t-on indiqué. Une occupation qui lui aurait été possible grâce à l’ancien premier ministre Francisque Ravony. Ce dernier aurait eu des dettes envers un certain B.T., un ressortissant français, et les deux parties se seraient convenues à   les régler à partir de ce bien immobilier à Amboditsiry. Serge Zafimahova serait alors autorisé par le célèbre avocat à y élire domicile moyennant un loyer. Un dû qu’il aurait alors payé, a-t-on indiqué, dans une caisse de dépôt et de consignation.

Actions judiciaires. Pourtant, depuis 2014, le camp de B.T. a commencé à bousculer le dossier pour avoir la mainmise sur le bien à Amboditsiry. Ceci a coïncidé avec l’arrivée d’un ancien général en retraite, et ancien ministre, qui serait devenu le représentant du clan B.T. dans cette affaire. Et les actions judiciaires s’enchaînent entre les deux camps, notamment l’occupant Serge Zafimahova et celui de B.T. La tension est alors à son comble lorsque l’affaire apparaît en pénal. Deux plaintes au niveau du pôle anti-corruption ont été déposées en 2019 et en cette année 2020. L’affaire se complique.

Instance.  La bataille devient alors judiciaire et les procédures deviennent les armes à disposition de chaque camp. A chaque coup, en provenance du camp de B.T., celui de Serge Zafimahova décide de contre-attaquer. Une audience serait prévue le 26 janvier prochain pour cette affaire et le général en retraite, qui représente alors le clan B.T., a été assigné à cet effet. L’affaire est toujours en cours au niveau des instances judiciaires mais l’expulsion est intervenue au grand dam de Serge Zafimahova. Ce dernier, maintes fois sollicité hier, a refusé tout commentaire sur le dossier.  Quoiqu’il en soit, certains observateurs soupçonnent un dessous politique derrière cette affaire concernant Serge Zafimahova. Une affaire qui promet tout rebondissement.

Rija R.

Midi Madagasikara2 partages

Serge Zafimahova : Expulsé de son domicile à Amboditsiry

Serge Zafimahova a quitté son ancien domicile

La présence massive des éléments de la gendarmerie a attiré l’attention des habitants du quartier d’Amboditsiry, hier.

Hier, tôt dans la matinée, l’information a circulé comme une traînée de poudre dans le milieu de la presse. Tout s’est passé du côté d’Amboditsiry, dans l’arrondissement 5 de la capitale où Serge Zafimahova, un médiatique analyste politique, a élu domicile depuis 23 ans. Ce dernier a fait l’objet d’une expulsion de son domicile dans ce quartier et a été sommé de quitter les lieux durant la matinée. On lui reproche d’occuper le domaine « sans droit ni titre ».

Résistance. Très tôt, un huissier de justice a débarqué dans le domicile de ce proche de l’ancien président Albert Zafy pour exécuter une assignation d’expulsion en date du 24 décembre dernier, la veille de Noël. Ce dernier n’a montré aucune forme de résistance et s’est vite exécuté devant une présence massive d’éléments de la gendarmerie sur les lieux qui a été remarquable pour les riverains, qui se sont vite rassemblés devant le portail du domaine de plusieurs milliers de mètres carrés.

Bien. Serge Zafimahova a commencé à occuper le domaine à Amboditsiry depuis 1997, a-t-on indiqué. Une occupation qui lui aurait été possible grâce à l’ancien premier ministre Francisque Ravony. Ce dernier aurait eu des dettes envers un certain B.T., un ressortissant français, et les deux parties se seraient convenues à   les régler à partir de ce bien immobilier à Amboditsiry. Serge Zafimahova serait alors autorisé par le célèbre avocat à y élire domicile moyennant un loyer. Un dû qu’il aurait alors payé, a-t-on indiqué, dans une caisse de dépôt et de consignation.

Actions judiciaires. Pourtant, depuis 2014, le camp de B.T. a commencé à bousculer le dossier pour avoir la mainmise sur le bien à Amboditsiry. Ceci a coïncidé avec l’arrivée d’un ancien général en retraite, et ancien ministre, qui serait devenu le représentant du clan B.T. dans cette affaire. Et les actions judiciaires s’enchaînent entre les deux camps, notamment l’occupant Serge Zafimahova et celui de B.T. La tension est alors à son comble lorsque l’affaire apparaît en pénal. Deux plaintes au niveau du pôle anti-corruption ont été déposées en 2019 et en cette année 2020. L’affaire se complique.

Instance.  La bataille devient alors judiciaire et les procédures deviennent les armes à disposition de chaque camp. A chaque coup, en provenance du camp de B.T., celui de Serge Zafimahova décide de contre-attaquer. Une audience serait prévue le 26 janvier prochain pour cette affaire et le général en retraite, qui représente alors le clan B.T., a été assigné à cet effet. L’affaire est toujours en cours au niveau des instances judiciaires mais l’expulsion est intervenue au grand dam de Serge Zafimahova. Ce dernier, maintes fois sollicité hier, a refusé tout commentaire sur le dossier.  Quoiqu’il en soit, certains observateurs soupçonnent un dessous politique derrière cette affaire concernant Serge Zafimahova. Une affaire qui promet tout rebondissement.

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Prison Farafangana : Le HCDDED estime que cette évasion a été minutieusement préparée

A l’instar des autres ONG et formations politiques, le HCDDED n’a pas manqué également de parler de l’évasion sanglante du 23 août dans la prison de Farafangana. Du 23 au 29 octobre 2020, divers éléments d’informations recueillis par l’équipe d’investigateurs dépêchée à Farafangana par le HCDDED ont permis d’affirmer que l’évasion a été minutieusement préparée à l’avance. Selon ce dernier, « la présence des blocs de pierres issues de la destruction du dallage de l’établissement et qui ont servi de projectiles à l’encontre des geôliers, atteste de la bonne préparation des détenus. Ils ont choisi un dimanche pour s’évader, un jour où le nombre de garde est réduit ». Le HCDDED de faire remarquer aussi que d’autres facteurs peuvent également être pris en compte, comme à l’origine de cette évasion. En premier lieu, la surpopulation carcérale. La maison centrale de Farafangana compte environ 357 prisonniers, ce qui dépasse largement sa capacité d’accueil. Une situation qui suscite le mécontentement des prisonniers et qui estiment que seule l’évasion pourrait améliorer leurs conditions. Cette surpopulation n’est aussi pas à l’avantage des pénitenciers. Avec un effectif total de 19 personnes, la situation ne facilite pas la tâche de ces derniers.

Recueillis par Dominique R.

Ino Vaovao0 partages

RIVO-DOZA CHALANE : Nanararaotra ny orambe mikija ireo mpamaky trano sy mpanafika

Ho an’ ilay voalohany, dia fokontany maro no naharaisana fitarainana am-bava noho ny fifampiresahana sy fanadihadiana teny anivon’ny fokontany maro aloha, toy ny tao Mangarivotra-Atsimo, Tanambao Verrerie, Ambalakisoa, Ambalamanasy ary ny tao Andranomadio izay tombanan’ny mpitandro filaminana fa lasa foiben’ny ratsy na koa faritra mena amin’ny asan-jiolahy. 

Amin’ ireo voalaza etsy ambony ireto dia mitontaly 18 ny tokantrano lasibatry ny fanafihana ka namoizana fananana an-tapitrisany maro, raha tsy hilaza afa-tsy ny fahaverezana fahitalavitra fisaka sy zava-maneno isan-karazany, fitaovan-dakozia, manginy fotsiny ny vola, raha nisy raim-pianakaviana naratra roa kosa ny tao Ambalamanasy.

Ho an’ny alahady alina hifoha ny alatsinainy kosa dia tranombarotra lehibe na koa ivon-toeram-pivarotana finday sy fahana ary fanaovana fifanakalozana ara-bola amin’ny finday an-tambanjotran-tserasera iray ao Bazary Be Toamasina no vaky ka nahaverezana fitaovana avo lenta sy finday isan-karazany ary fahana an-tapitrisany maro. Ankilany tsy vitsy ny maneho hevitra amin’ izay firongatry ny asan-jiolahy nandritra ny roa alina ireo satria tombanana ho vokatry ny fahatapahan-jiro izay naharitra. " 

Ny teto aminay Mangarivotra aza tsy niverina raha tsy alatsinainy maraina ny herinaratra fa ny rano dia hatramin’ izao tsy mbola niverina mihitsy”, hoy ny olona iray tarafesaka taminay. Manontany tena ny vahoaka ao Valpinson Toamasina  : mbola misy teknisianina ve ao amin’ny Jirama sa izahay eto amin’ny Cite Valpinson, mihitsy no sahin’ny Jirama ? Azo raisina ho fanapotehana ny Fitondrana io tandrevaka lava misy ao amin’ny Jirama io, hoy hatrany ny fanehoan-kevitry ny mponina ao Toamasina, manoloana ny fahatapahan-jiro lavareny.

TH

Ino Vaovao0 partages

FISOLOKIANA : Mpivady nahazo telo miliara tamin’ny anaran’ny mpitondra ambony

Avy any Ambanja izy io ary nilaza fa izy no nampiditra ny Filoham-pirenena any avaratra. Milaza fa miara-miasa amin’ny Filoha amin’ny tetikasa trano mora ihany koa izy, ka izay no antony nanatonan’ny vehivavy lehibe azy. Nitaraina taminy fa te hanao tetezana ahafahan’izy ireo miampita any amin’ny tanànan’izy ireo ity vehivavy lehibe iray mipetraka ao Maroala Amborovy Zahamotel.

Nomen’ity lehilahy iray atao hoe Stephan 760 000 000fmg na 152 000 000 Ariary hanaovana tetezana, sekoly, hetran-tany sy saran’ny fikarakarana ny tany amin’ny sampan-draharahan’ny fananan-tany, nefa tsy nisy na inona na inona vita. Mihevitra azy ho mahalala ny Filoham-pirenena hatrany moa ity ramatoa iray mponina any Maroala dia nanontany azy momba ny Trano mora indray ka nentin’ilay lehilahy tany amin’ny Mme Lanto, tompon’andraikitra ao amin’ny SEIMAD plate forme Tsaramandroso indray ilay ramatoa. Nasainy nifidy ny endriky ny trano tao ary nolazainy fa tsy ao no mandoa vola fa any amin’ny vadin’ny Filoham-pirenena. Isam-bolana ary dia mandefa vola ny zanak’io ramatoa io mipetraka any ivelany. Nandritra ny taona iray izy nandray vola tamin’io ramatoa io. Naheno izany dia nisy koa ny namarotra fananana hividianana Trano mora.

Nahatratra 3 miliara ny vola azon’izy mivady tao anatin’ny iray taona mahery ka lasa nandositra izy ireo. Lasany hatramin’ny entan’ilay ramatoa. Nanatona ny mpitandro filaminana ireo olona voasoloky nametraka fitoriana ka nosamborina tany Ambanja ilay lehilahy, ilay ramatoa kosa tany Maromandia. Voalaza moa fa mpanao “magie noire”, mihinana vakin-tavoahangy mpanao masobe tsy mahita, mpanova vola ity Ihasy Stephan ity, misy mamaheliny mivarotra lamba sy credit mipetraka ao Labatoara akaily ny Parkazy mihazo an’Antsohihy, hoy hatrany ilay ramatoa lasibatra. Efa mandeha moa ny famotorana ankehitriny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

ANALALAVA : Lehilahy namoy ny ainy nitsambikina avy eny ambony botry ny marainan’ny Noely teo

Araka ny loharanom-baovao voaray, lehilahy iray, 25 taona, monina ao Anjiajia, Kaominina Antonibe, Distrikan’Analalava no nitsambikina avy eny ambony botry na koa tefitefy nandehanany rehefa tonga teny ampovoan-dranomasina. Nandeha vao maraina teo Antafiambotry, Kaominina ambonivohitra Antsohihy, ny marainan’ny krismasy 25 desambra 2020 izy ireo ka hihazo an’Anjiajia. Io andro io, tokony ho tamin’ny 04 ora sy 40 minitra maraina tany ho any no nitsambikina avy ao anaty botry ity farany. Manjavozavo tanteraka tamin’ireo nahita maso ny zava-nitranga moa izao fihetsika nataony izao, moa tampoka rahateo koa. 

Mpandeha miisa valo teo izy ireo no tao anatin’ilay botry ary voatery niverina an-dalana avokoa manoloana ny zava-misy. Etsy ankilany, tonga tao amin’ny biraon’ny tobim-paritry ny zandary Antsohihy ihany koa ny vehivavy voalaza fa vadin’io tovolahy io, nampandre fa tsy hitany andro maromaro ity vadiny. 

Efa natomboka, araka izany, ny fikarohana notanterahin’ny zandary, nampanantsoina ihany koa ny teo anivon’ny APMF izay misahana ny fitaterana an-dranomasina hanatanterahana ny fikarohana. Ny sabotsy 26 desambra, faran’ny herinandro lasa teo vao hita izy ary efa vatana mangatsiaka tsy nisy aina intsony sisa.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBILOBE : Tsy afaka miasa an-kalalahana ny Ben’ny tanàna

Voalaza  fa ataon’ny mpiasa iray ao amin’ny sampan-draharahan’ny Tahirim-bolam-panjakana any an-toerana fahirano ny kaominina, ka tsy afaka manao fanangonan-ketra izay tokony hampihodinana ny kaominina. Tsy afaka maka haban-tsena intsony ny kaominina, tsy afaka maka hetra amin’ny mpivarotra ary tsy afaka maka hetra amin’ireo karazana tombim-piantsonana any an-toerana. Mampametra-panontaniana ny mpanara-baovao araka izany ity tranga ity  : ahoana tokoa moa no hisian’ny fampandrosoana raha toa ka mifamingana lava tahaka izao ny samy tompon’andraikitra  ? 

Ny Fitondram-panjakana manao izay fomba rehetra hametrahana ny tena fampandrosoana kanefa ny olom-boafidy sasantsasany variana mifandramatra sy miady an-tsena.

Tsy ireo ihany, efa imbetsaka no nitaraina ho tsy afaka miasa an-kalalahana ny Ben’ny tanàna noho ny antsojay ataon’ny sasany.  Na ny mpanolotsainan’ny tanàna aza, nambaran’ity farany fa lasa vato misakana ny fampandrosoana any an-toerana noho ny tsy fifankahazoan-kevitra. Betsaka tamin’ireo fandaminana napetraka hampandrosoana ny tanàna no tsy nahazo fankatoavana. Isaky ny misy fifandaminana any an-toerana dia misy mitarika olona hidina an-dalambe hatrany. Aiza ho aiza ny fandraisan’andraikitr’ireo mpitandro filaminana ao an-toerana manoloana ireo korontana mateti-piseho ireo  ? Na izany na tsy izany misy zavatra tsy dia katolika ambadika izao raharaha miseho ao Ambilobe izao. Hotaterinay eto izany amin’ny manaraka.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

ADY AMIN’NY COVID-19 : Tsy mitsahatra mampaneno lakolosy ny Minisiteran’ny Fahasalamana

Manaitra hatrany ny sain’ny tsirairay ny Minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka fa mbola tandindomin-doza manoloana ity aretina ity i Madagasikara.Miverina tanteraka amin’ny fiainana andavanandro toy ny tamin’ny mbola tsy nisy Coronavirus ny ankamaroan’ny Malagasy ankehitriny. Betsaka no efa manadino fa mbola miriaria eny rehetra eny ity tsimokaretina izay tsy mifidy na iza na iza ity. Tsy mipetraka araka ny tokony ho izy intsony ny fanarahana an’ireo fepetra ara-pahasalamana, indrindra fa ny fitondrana ny aro vava sy orona eny an-dalambe. 

Tsikaritra fa betsaka amin’ny olom-pirenena no tsy mampiasa izany intsony, ireo mpivarotra eny an-tsena dia efa tsy misy mametaka izany intsony. Nampaneno lakolosy fanairana indray ny teo anivon’ny Minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka, omaly. Ity no herinandro farany diavina amin’ity taona ity ka mila mitandrina ny tsirairay. Nambaran’ny teo anivon’ny Minisitera fa mila tena hamafisina ny fanarahana an’ireo fihetsika ara-pahasalamana rehetra. Notsiandrian’ny teo anivon’ny Minisitera tamin’izany ny amin’ny tokony tsy hanaovana ambanin-javatra ny fitondrana ny aro vava sy orona. Raha ny fivoaran’ny antontan’isa mikasika ny Coronavirus tao anatin’ny herinandro farany dia nahatratra 81 indray ny tranga vaovao, izay midika fa mbola tsy lefy ity valanaretina ity ary mbola mamono olona satria nisy iray indray no lavo. 

Ny eto amin’ny Faritra Analamanga sy ny Faritra Diana no tena ahitana ny maro an’isa indrindra amin’ireo voa ka mila hanamafisana ny fahamailoana. Ankilany ny Banky iraisam-pirenena ihany koa dia nilaza fa tokony hisy ny fepetra ara-pahasalamana fanampiny hampiharina eto Madagasikara mba hiarovana ny tsy hahatongavan’ny Covid-19 andiany faharoa eto. Soso-kevitra narosony tamin’izany ny tokony hisian’ny fitiliana faobe ary ny fiomanana sahady amin’ny fanentanana ny olona amin’ny fanaovam-baksiny. 

Hatramin’izao, mbola ady atrehin’ny Firenena maro maneran-tany ny Covid-19. Ny tsy hiverenan’ity valanaretina ity eto Madagasikara indray no tanjona, ka ilaina ny fandraisan’andraikitry ny olom-pirenena tsirairay.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Hananganana ivon-toeram-pandraisana ireo olona sembana ...

Hetsika notronon’ ireo vadin’ny governora Atsinanana sy Ben’ny tanànan’ i Toamasina hatrany. Raha ny tao amin’ny hopitaly Be izay misy ny toeram-pitsaboana voatokana ho an’ny ankizy aloha dia miisa 50 ireto farany notolorana lamba sy kilalao ary vatomamy mba hifalian’ izy ireo sy fanomezan-danja an’ izany fety ho an’ny ankizy sy reny izany. Taorian’ny tao amin’ny hopitaly be dia nizotra tao amin’ny kianja mitafon’ i Soavita ny delegasiona notarihin-dRamatoa, Minisitry ny Mponina. 

Notolorany fitaovana hampiasaina amin’ny fianarana asa toy ny zaitra, fikirakirana vy sy hazo, fiara ireo zatovo lahy sy vavy miofana amin’ ity ivon-toerana manokana ity, Centre de Promotion Socio-Économique de Toamasina (CPSE) mba hanamora ny fiofanana ho an’ny ho avin’ny tanora. Teo amin’ny kianja mitafon’i Soavita hatrany dia ankizy hafa miisa 500 be izao izay avy amin’ny ACAT na  ( Association des Centres Agrées de Tamatave) no notolorana vatomamy sy kilalao ary zava-pisotro, raha ankizy 1000 be izao kosa tao amin’ny akany Fleurs éveillées Tanambao-Verrerie namaranan-dRamatoa minisitra ny diany sy fotoana nifampizaràny hatrany hafaliana ho an’ny ankizy. 

Teo am-pamaranana ny fitsidihana tao Toamasina izay nilazan-dRamatoa minisitra fa ny fiandohan’ny taona 2021 izao dia hatomboka ny fanaovana fotodrafitrasa lehibe ho an’ny ivon-toerana fandraisana ireo olona tra-pahasembanana ao Toamasina. Ho an’ny Ben’ny tanànan’ i Toamasina manokana dia zava-dehibe ny fandalovan-dRamatoa minisitra, nahafahany nitondra ny hetahetany nandritra ny fandraisam-pitenenany, ka nilazany fa “raha tiana ny taranaka dia ny fanatsarana ny fanamboarana taratasim-pahaterahana ho "digitalisation" no vahaolana sy hisorohana ny hosoka isan-karazany”.

TH

Ino Vaovao0 partages

CORONAVIRUS MAHAJANGA : Olona efatra no voamarina fa mitondra ny tsimokaretina

Efa miezaka ny mpitsabo mamantatra ireo olona nifanerasera tamin’izy ireo ary efa misy ny natao fitiliana ary miandry ny valiny. Mbola betsaka koa anefa ny olona nifanerasera tamin’izy ireo na «  cas contact  » tsy voaaraka hatreto. Manoloana izany dia manentana ny rehetra ny Dr Solange, isan’ireo lehiben’ny mpitsabo na «  médecin inspecteur  » eto Mahajanga mba hanaja hatrany ny hetsika sakana izay efa nianarana sy nampiharina nandritra ny volana maro.

«  Mbola misy ny Covid- 19, ary nanana tranga foana isika hatrizay saingy iray na roa eo isaky ny herinandro. Tamin’ity herinandro ity kosa dia nanaitra satria olona efatra no indray voamarina fa mitondra ny covid-19, ka mila mailo mba hahafahantsika manao fety sambatra sy miaina malalaka. Ny zavatra hita mantsy eto Mahajanga dia efa miverina amin’ny laoniny tanteraka ny fiainan’ny rehetra, tsy misy manaja intsony ireo hetsika sakana na ny aro vava sy orona na ‘masque’ aza  », hoy hatrany izy.

Betsaka ihany koa ireo mpitsangantsangana sy mpiala sasatra eto Mahajanga, ka tsara ihany ny hampanajana ireo hetsika sakana ny rehetra mba tsy hidirantsika eto Boeny amin’ny fihibohana faharoa indray fa tsy ho zakan’ny toekarentsika intsony izany. Mila tonga saina sy mandray andraikitra ny tsirairay fa tsy hambenan’ny mpitandro filaminana hatrany vao hiaro ny tenany sy ny fahasalamany. Mahafaty ny covid-19, indrindra ho an’ireo olona taizan’aretina sy marefo, ka na matanjaka tsara aza ny tanora, mety hahatohitra ny aretina dia tokony mba mitsinjo an’i Dady sy Dadilahy izay mbola tiantsika hifanantitra amin’ireo zafikitro.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

MINISITRA ERNEST TSIKEL’ANKINA TANY NOSY BE : Nijery ifotony ny fomba hanatsarana ny sehatra fampianaran...

Nijery ifotony ny fomba hanatsarana ny sehatra fampianarana teknika sy fanofanana arak’asa ny Minisitra tompon’andraikitra, Ernest Tsikel’ankina.

Hovitaina faran’izay haingana, hoy ity farany,  ny asa fanamboarana sisa tavela ao amin’ ny ivon-toerana fampiofanana arak’asa ao Ampombolava ary hosokafana amin’ny taona ho avy izao. “Natao izany ho fanatanterahana ny velirano nataon’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina ny amin’ny hahafahan’ny tanora hiasa”, hoy izy. Marihina fa efa saika vita tanteraka ny fanamboarana an’izao ivon-toerana fampiofanana arak’asa ao Ampombolava izao fa nijanona tampoka ny asa. Nambaran’ny Minisitra fa misy fiaraha-miasa amin’ny mpiara-miombon’antoka amin’ny fanatanterahana ny asa.  Hisy «  chantier école  » ohatra ny mahazatra mandritra ny fampiofanana hatao  ka ireo tanora nanaraka izany fampiofanana izany ao amin’ity ivon-toerana ity no hanamboatra ny lalana «  pavé  » mankany an-toerana.  Ankoatra ny ivon-toerana fampiofanana arak’asa ao Ampombolava ahitana ivon-toerana iray hafa ao an-tampon-tanànan’i Nosy Be. 

Any Djamanjary kosa no misy ny lisea teknika fa ny olana dia misy olona miditra an-keriny ao amin’ny tanin’ny sekoly. Ny famahana izany olana izany no antony nidinan’ny Minisitra Ernest Tsikel’ankina any Nosy Be. Nijery ny zava-misy tao Djamanjary ny tenany, omaly. Fantatra araka izany fa tsy maintsy miverina amin’ny lisea teknika ao Djamanjary ny taniny ary hasiana fefy. Nanotrona ny Minisitra tamin’ny fidinana nataony tany Nosy Be ny Ben’ny tanàna sy ny solombavambahoaka voafidy tao an-toerana ary ny prefe.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FILOHA TEO ALOHA : Tsy miraharaha ny vahoaka malagasy izany Hery Rajaonarimampianina

Nandritra ny fotoan-tsarotra nandalovan’ny Firenena noho ny valanaretina coronavirus tsy nanao afa-tsy fankaherezana am-bava avy any Parisy ny tenany. Tsy nitondra fanampiana na dia kely, eny fa na nanolotra arovava  aza tsy mba nataon’ity Filoha teo aloha ity na ny antoko misy azy. Ity farany izay tsy hita intsony ny maha antoko politika azy satria nilaozan’ny ankamaroan’ny mpitarika azy sy ireo mpikatroka vitsivitsy tao aminy nitady tombontsoa manokana. 

Mihatsaravelatsihy ny azo ilazana ny Filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina ary miharihary ny tsy fitiavany ny vahoaka malagasy. Ao anatin’ny fotoan-tsarotra no ahitana ny tena namana na tena havana. Tsiahivina fa amin’ny maha olom-pirenena sy olon-tsotra azy nasesiky ny fitiavana ka nitondra fanampiana ho an’ny vahoaka tratran’ny kere  tany Atsimo ny Filohan’ny Tetezamita teo aloha  Andry Rajoelina  tamin’ny taona 2018 na teo aza ny sakantsakana nataon’ny Fitondrana HVM. Tsy afaka nanampy ireo havana tratran’ny kere ny Fitondrana HVM no mbola nisakana ny hafa hamonjy ireto farany. Tsy mahagaga araka izany ny fihetsik’ity Filoha teo aloha ity. Mahatsiaro ny seza nilaozany angamba ny tena marina fa tsy miraharaha ny vahoaka malagasy. Ho fiarovana ireo mpiara-miasa akaiky azy nandritra ny Fitondrany anisan’izany i Claudine Razaimamonjy sy Mbola Rajaonah  dia milaza indray ingahy Hery Rajaonarimampianina fa valifaty, hono, no ataon’ny Fitondrana ankehitriny. 

Ho an’ny mpanara-baovao dia tsy mankasitraka ny hisian’ny Fanjakana tan-dalàna ity Filoha teo aloha ity satria efa zatra Fitondrana gaboraraka. Manao ny asany ny Fitsarana ary tsy anjarany ny hanome lesona ireo mpitsara raha jerena ny fanodinkodinam-bolam-bahoaka  nataon’ireo akaiky azy nandritra ny Fitondrany. Dia hilaza tokoa ve ingahy Hery Rajaonarimampianina fa tsy meloka eo anatrehan’ny lalàna i Claudine Razaimamonjy sy i Mbola Rajaonah  ? Fa angaha ireto farany ireto ihany  ?... (Mbola hitohy)

Ny Fanoratana

La Vérité0 partages

Perspectives pour 2021 - Vers un nouveau « coup de maître » du Président Rajoelina

L’austérité, encore et toujours. Telle est la principale politique de gestion adoptée par le Président Andry Rajoelina depuis son avènement au pouvoir. Le régime continue d’ailleurs sur cette lancée en poursuivant les dispositions prises dans ce sens. Une décision qui est tout à l’honneur du Président qui ne manquera pas de marquer des points positifs aux yeux des partenaires internationaux et gagner davantage leur confiance. A l’approche du Nouvel an, les informations émanant de la Présidence confirment que l’habituelle cérémonie de présentation de vœux que les anciens régimes avaient coutume d’organiser sera, une fois de plus, annulée pour le mois de janvier 2021.La cérémonie sera remplacée par un autre évènement beaucoup plus important pour l’avenir du pays : il s’agira d’une grande conférence destinée à la présentation du Plan Emergence Madagascar (PEM). Le plan sera détaillé par le Président en personne devant un parterre de diplomates et représentants des organismes internationaux présents à Madagascar. Les projets à exécuter dans les trois prochaines années y seront retracés. Ce sera l’occasion pour l’homme fort du pays d’exposer devant les bailleurs de fonds les nouveaux défis que lui et son équipe au sein de l’Exécutif auront la tâche d’accomplir. Puisque le Président a, désormais, habitué les Malagasy à rêver grand, l’on s’attend à un nouveau « coup de maitre » de sa part pour la présentation mais surtout la concrétisation de ce plan.  A l’heure du bilanD’autre part, plus qu’une question de jour avant que l’heure du bilan ne sonne pour le locataire d’Iavoloha. Le rendez – vous dans ce sens est, d’ailleurs, prévu dans la soirée du réveillon du Nouvel an (à 20 heures) et pendant lequel le numéro un de l’Exécutif s’étendra sur les réalisations de son régime durant cette année 2020. Il ne manquera pas, sans aucun doute, d’évoquer la période difficile traversée par le pays à cause de la pandémie liée à la Covid-19, ainsi que les mesures prises par l’Etat pendant et pour l’après – Covid.En dépit de cette épidémie d’envergure mondiale, les dirigeants n’ont pas ménagé leurs efforts afin de pouvoir présenter des résultats palpables à la population. Le Président a, d’autant plus, augmenté la pression du côté des membres du Gouvernement afin d’accélérer la cadence et atteindre la destination voulue à temps. Le moment de l’évaluation approche à grands pas pour l’équipe du Premier ministre, Christian Ntsay.La Rédaction

La Vérité0 partages

FFKM - L’intégration d’autres confessions remise en cause

Le Fiombonan’ny Fiangonana Kristianina eto Madagasikara ou Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar fait l’actualité dans le milieu religieux. L’intégration de nouvelles églises au sein de ce conseil serait, semble-t-il, de nouveau d’actualité, à entendre les informations qui circulent ces derniers temps. Une éventualité qui ne ferait pas l’unanimité parmi les quatre églises formant le FFKM. Pour rappel, ce conseil œcuménique comprend les quatre plus anciennes et les plus éminentes confessions chrétiennes, à savoir l’Eglise catholique romane (ECAR), l’Eglise de Jésus-Christ à Madagascar (FJKM), l’Eglise luthérienne malgache (FLM) et l’Eglise épiscopale de Madagascar (EEM). Alors que ce conseil a célébré récemment ses quarante ans d’existence, l’idée d’une intégration de nouvelles églises en son sein fait de nouveau son chemin. Au cours d’une messe, dont des extraits ont été diffusés sur une chaine de radio de la place, un pasteur a affirmé notamment que la décision ferait suite à une réunion qui se serait déroulée à Antsiranana. Il a été dit que cinq églises légalement formées, pourraient être intégrées au sein du FFKM. Et que, l’arrivée de ces nouvelles églises se ferait à partir de l’année 2021 sans pour autant divulguer le nom de ces cinq confessions. Pourtant au sein même du conseil, cette éventualité ne fait pas l’unanimité. Les avis divergeraient entre les chefs religieux. Interrogé, un prélat issu d’une des quatre églises formant ce conseil dément l’existence d’une éventuelle entrée de nouvelles églises dans le FFKM. Notre interlocuteur soutient également que son église aurait déjà fait part de sa réticence à l’intégration de nouvelles confessions au sein du conseil. Pis, cette église, du moins selon certains de ses porte-paroles, pourrait quitter le FFKM si d’autres confessions y faisaient leur rentrée. Sachant la place qu’occupe cette église au sein du FFKM et de la vie publique à Madagascar, sa voix compte. Reste à savoir quelle décision sera donc prise par les chefs religieux au sein du FFKM. La rédaction

La Vérité0 partages

Un signal fort !

A en croire à la publication d’un quotidien de la place, la rencontre historique entre la superstar hollywoodienne, Tom Cruise, et le Chef de l’Etat Andry Rajoelina a eu bel et bien lieu. En villégiature dans la petite île d’Ankao (Nord du pays), dans l’écolodge de 5 étoiles, « Miavana Resort », un cadre idyllique et paradisiaque, l’acteur principal de la saga mondiale « Mission impossible » accompagné de sa fille, Suri Cruise, a eu l’idée plus que géniale de convier de la manière la plus cordiale et la plus fraternelle le jeune Président malagasy à venir le rejoindre. Rajoelina Andry ne se fait pas prier. Accompagné de son épouse, il honora à l’invitation. Entre deux « bogosy », le courant a toutes les chances de passer et on pourrait se comprendre à demi-mot. Nous osons espérer que chacun en tirera profit.Une personnalité d’envergure mondiale de la taille de Tom Cruise n’a que l’embarras de choix entre les mille et une destinations touristiques les plus chères et les plus huppées du monde. Dans son propre pays, il y a Hawaï, le cinquantième Etat des Etats-Unis, un lieu de villégiature très prisé des milliardaires américains eux-mêmes. Votre serviteur avait eu déjà l’occasion de séjourner, pour un stage d’un mois, dans ce beau pays. C’est exceptionnel ! La petite princesse Suri aurait dû imposer son choix sur les belles plages des Bahamas, des Seychelles, de Maurice ou des Iles aux Caïmans. Mais l’option finale échoit à Ankao, cette perle rare ultramarine de l’océan Indien. Madagasikara est un pays béni des Dieux. Son sous-sol regorge de ressources minières. L’environnement naturel et luxuriant dispose d’une faune et d’une flore exceptionnelles à 90 % ou plus endémiques. Malheureusement, en dépit de cette richesse divine, la Grande île reste un pays … pauvre ! Une contradiction que même les sociologues ou les observateurs les plus calés ne parviennent pas à saisir le contour.Le séjour du grandissime acteur et producteur de cinéma accompagné de sa fille contribuera à faire connaitre Madagasikara parmi les grandes stars hollywoodiennes. Une Grande île perdue dans l’océan Indien que beaucoup ignorent l’existence. Le Tourisme, le secteur le plus touché de l’économie en raison de ces six mois de confinement et neuf mois d’isolement, un secteur générateur d’emplois et de devises étrangères, retrouvera ses lettres de noblesse. Il appartient à chacun, opérateurs et responsables étatiques, de rentabiliser l’aubaine qui se présente.Les esprits obtus trouvent toujours de quoi à dire. Ils banalisent la rencontre entre les deux « stars ».  Les détracteurs du régime, les yeux bandés, ne savent point apprécier et sauter sur une chance inédite qui pointe son nez à la porte. Ils dénoncent le moyen par lequel ce géant du cinéma américain a pu entrer au pays.Au-delà de tout commentaire, le fait d’avoir pu tisser une relation, fût-ce d’amitié et pour un moment, avec une grande célébrité hollywoodienne, de renommée mondiale, de la trempe de Tom Cruise, relève d’une grosse opportunité qui tombe à pic du ciel à viabiliser et ce pour booster le tourisme national. Un signal fort pour redresser ce secteur-clé de l’économie en mal de vie, asphyxié par les effets destructifs de la pandémie du Coronavirus ! Une salutaire bouffée d’air !Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Approvisionnement - 32 000 tonnes de « Vary mora » attendu en janvier

Le Gouvernement poursuit l’effort en vue de stabiliser le prix du riz sur le marché. Le « State Procurement of Madagascar » (SPM) a annoncé, hier, l’importation de 32 000 tonnes de « Vary mora » en janvier. « Le SPM a commandé 32 000 tonnes de riz venant de l’Inde afin de ravitailler le marché durant la période de soudure. La première vague du fret maritime part déjà du port indien et transporte 7 500 tonnes de riz. On prévoit son arrivée au port de Tamatave avant le 10 janvier 2021. 8 500 tonnes seront attendues avant le 20 janvier 2021. Et enfin, 16 000 tonnes de riz sera acheminé à Madagascar d’ici la fin du mois. Outre l’approvisionnement du marché, cette stratégie entre également dans l’initiative de faire baisser le prix sur le marché national », rapportent les responsables sur les réseaux sociaux.  Pour rappel, la même entreprise a récemment mis à la disposition des grossistes 5 315 tonnes de riz au début du mois de décembre. Ce dernier étant du stock, à 25 % composé de brisures, est vendu au maximum 1 950 ariary le kilo, a indiqué le Premier ministre lors de sa rencontre avec les importateurs. Par ailleurs, la ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, Lantosoa Rakotomalala a annoncé que le stock de riz disponible actuellement suffit pour faire face aux fêtes de fin d’année et du Nouvel an. « Une quantité suffisante de riz arrive hebdomadairement au port de Toamasina. Nous avons reçu 8 000 tonnes la semaine dernière. Il n’y a aucune crainte de pénurie », soutient Fanomezantsoa Gilchrist Rakotoson, directeur du commerce intérieur. Une descente a d’ailleurs eu lieu, hier, au marché d’Ambohimangakely. L’institution contrôle le prix des produits de première nécessité (PPN) durant cette période de fêtes et suite au passage du cyclone Chalane à Madagascar. Il faut savoir qu’un Malagasy consomme 110 kilos de riz par an, ce qui revient à 3 millions de tonnes pour la totalité de la population, selon la ministre. La quantité de riz importé reste moindre puisque le pays accuse seulement un gap de 500 000 tonnes. Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Exportation vers le Canada - Retour au point de départ pour les opérateurs

Toutes les actions de promotion sont actuellement en suspens. Au cours des trois dernières années, Madagascar s’est lancé dans la conquête du marché canadien, à travers la Chambre de commerce et de coopération Canada-Madagascar (CanCham). Ainsi, deux missions de prospection ont été respectivement effectuées en 2017 et en 2019. Pour cette année, cinq entreprises auraient dû participer au Salon international de l’Alimentation (SIAL), prévu se tenir à Montréal au mois d’avril dernier. Cependant, l’événement a été ajourné, pandémie de coronavirus oblige. Ceci n'a pas été le seul impact de la Covid-19 sur les échanges commerciaux entre les deux pays. La promotion des échanges internationaux se retrouve notamment au ralenti, voire à l'arrêt. Les exportations de produits artisanaux ont également cessé depuis quelques mois. Les conditions actuelles ne favorisent pas du tout les exportations pour certaines catégories de produit. « Habituellement, je fais des allers-retours tous les deux à trois mois entre Madagascar et le Canada pour transporter mes produits. Aujourd’hui, avec la fermeture des frontières, ce n’est plus possible. De plus, les entreprises de logistique refusent de transporter mes bijoux. Ce n’est pas une question de licence d’exportation, tous mes documents administratifs étant en ordre, mais plutôt un problème au niveau de la valeur des produits. Mes bijoux sont trop chers. En cas de perte, les compagnies d'assurance peuvent être réticentes concernant les remboursements. Ils prennent donc toutes les précautions. Mes produits restent alors bloqués au pays », explique Nivo-Harinoro Rakotohavana, directrice générale de Nivo Jewels and Precious Stones, lors d’une entrevue. Pourtant, en partant du récit de Nivo-Harinoro Rakotohavana, les opérateurs ont déjà commencé à percer le marché. Mais vu que les discussions et les moyens sont particulièrement limités, les échanges commerciaux finissent par devenir restreints. Il ne faut pas oublier que les relations exportateurs-clients doivent être continuellement entretenues pour pouvoir porter leurs fruits. Et comme les missions de prospection sont également au point mort, la recherche de nouveaux clients devra aussi attendre. Les opérateurs se retrouvent donc au point de départ, surtout que l’année prochaine reste encore incertaine pour les exportations vers le Canada.  Rova Randria

La Vérité0 partages

Réveillon 2020 - Querelle ouverte entre Big MJ et Stéphanie

« Changer l’affiche originale de l’organisateur parce qu’il n’est pas en tête est tout simplement honteux. Cet artiste devrait assurer une autre organisation pour faire ce qu’il veut ». Cette publication de Stéphanie sur sa page Facebook a fait le buzz sur les réseaux sociaux, hier en début d’après-midi. Cette chanteuse-interprète n’a pourtant pas donné le nom de l’artiste en question, mais a montré l’affiche d’origine. Il a fallu quelques minutes pour que la personne « pointée du doigt » réplique sur sa page Facebook, avec un clash à l’encontre de sa consœur. « J’ai conçu, avec mes propres moyens, une affiche plus professionnelle, sans pour autant réclamer être au centre... Au lieu de montrer publiquement ton caractère qui est à déplorer, tu devrais plutôt concevoir ou sortir des tubes et entretenir ta célébrité, actuellement en déclin », répond Big MJ. Apparemment, une querelle semble ouverte entre les deux artistes, du moins à ce qu’ils laissent apparaître sur les réseaux sociaux. La plupart des internautes se sont amusés à partager leurs publications, ayant un air diffamatoire. D’autres ont produit de nouvelles affiches, avec le troisième artiste au centre. « Je me demande comment ils vont animer la soirée du Réveillon 2020 avec cette tension créée à cause d’une affiche. L’ambiance n’y sera certainement pas conviviale », s’exprime Aurélie R., parmi les internautes qui ont commenté les posts. « Je pense plutôt qu’il s’agit d’un buzz créé expressément pour faire connaître l’évènement, comme c’est le cas à l’étranger. Il s’agit d’un genre de stratégie marketing pour mieux faire connaître et lancer leur soirée. Ils font semblant de se quereller pour avoir le maximum de réactions, de commentaires et de partages », analyse Manantena R., étudiante. Joint au téléphone, l’organisateur de la soirée a avancé que le différend entre les deux artistes a été résolu hier même, après un dialogue et des arrangements. Chaque célébrité pourrait utiliser l’affiche qui lui convient…P.R.

La Vérité0 partages

Réfection des routes à Antananarivo - Travaux en cours pour quelques axes

10 axes se trouvant dans la Commune urbaine d’Antananarivo sont concernés par le projet de réfection de routes. Outre l’amélioration de l’image de la ville, ces travaux sont réalisés pour lutter contre les embouteillages monstres dans la Capitale, chaque jour. En effet, à cause des nids-de-poule qui ne cessent de s’agrandir, les automobilistes sont obligés de rouler lentement, gênant ainsi la circulation. Depuis le 24 décembre dernier, les entreprises ayant obtenu le marché ont déjà commencé les travaux qui, selon le directeur des bâtiments et travaux publics au sein de la CUA, Bodosoa Razafimandimby, devraient être réalisés dans les plus brefs délais. Outre les 67ha, la réfection concerne le tronçon de route reliant Antaninandro menant vers Ambondrona, Ambohijatovo Arrêt de bus n°182 jusqu’au tunnel d’Ambohidahy, le boulevard de l’Europe, Namontana vers Ambodifilao, la rue Rabezavana, Behoririka, la rue Ramisaray, la rue Naka Rabemanantsoa et la rue Pierre Callet. Afin que la transparence règne dans la gestion de la ville, un appel d’offres a déjà eu lieu auparavant. Jusqu’à ce jour, cinq entreprises ont déjà finalisé le contrat et commencé les travaux dont ASAFI, INTER.PRO.TECH, ARINA, ETRAD, MAMORISOA, tandis que la CUA supervise les travaux. Le fonds routier a aussi investi dans la réalisation des travaux. Pour gérer en même temps les embouteillages et les travaux de réfection des routes, une organisation est déjà mise en place par la Municipalité de la ville, comme le changement d’itinéraire des taxis-be, la suppression de quelques arrêts de bus, la mobilisation des agents de police municipale dans tous les points stratégiques, afin de surveiller les irrégularités. A part la réfection des routes, la CUA mise actuellement sur le nettoyage et curage des canaux d’évacuation d’eaux usées et dalles lesquels sont les principales causes de la destruction immédiate des infrastructures. Ils ne fonctionnent plus normalement, l’eau stagne dans les rues et procréent des nids-de-poule, partout.Anatra R.

La Vérité0 partages

Maltraitance à Soavimasoandro - Le père condamné et le fils envoyé dans un centre d’accueil !

Après 15 jours de suspense, le Tribunal Anosy s’est enfin prononcédans l’affaire concernant la violence physique infligée à un enfant de 11 ans résidant dans le quartier d’Amboditanimena Soavimasoandro, le 14 décembre dernier. Hier, les juges ont rendu un verdict condamnant le père à trois ans de prison avec sursiset un million d’ariary d’amendeà verser au Trésor public.Faut-il mentionner que l’accusé a passé ces deux dernières semaines à la prison d’Antanimora et n’a pu retrouver sa famille qu’hier, après prononciation de son jugement. Après son déferrement devant le Parquet, le 18 décembre dernier, il avait été placé sous mandat de dépôt. Par la suite, son avocat a fait une demande de mise en liberté provisoire. Malheureusement, le Parquet n’a pas été favorable à cette requête, d’où sonretour à la maison centrale d’Antanimora. Quant au petit garçon, suivant la décision du juge des enfants, il a été envoyé à l’« Akany Avoko Bevalala », annexe de l’« Akany Avoko Ambohidratrimo » depuis le jour de la mise en détention de son père. Il s’agit d’un centre d’accueil pourles enfants victimes de violences ou ceux en danger. Selon une source locale, l’enfant y est actuellement en phase d’observation. Les responsables de cet établissement, étant satisfaits de son caractère sociable, travaillent actuellement pour assurer son intégration dans la société. Un psychologue l’accompagne particulièrement pour faire des suivis. Néanmoins, il a été libéré juste avant Noël afin de rejoindre sa famille, mais a déjà pris le chemin du retour deux jours après.  A titre de rappel, deux vidéos publiées sur le réseau social Facebook, montrant en détail comment ce père de famille a tabassé son petit garçon âgé de 11 ans, se sont vites répandues. La première image vidéo a montré l’agresseur,muni d’un balai en bois à côté de sa progéniture qui était en train de faire des pompes, les genoux posés sur le sol. La deuxième imagea été encore plus écœurante. L’enfant s’est enfui en empruntant un escalier et a fini par se jeter du haut d’un balcon. Le père furieux ne s’est pas contenté de cette chute mais l’a encore frappé par le balai une fois que le gamin était tombé par terre. Notons que le jour de cette alerte « violence », des éléments du Commissariat du 8ème Arrondissement de la Police nationale d’Antananarivo (CSP8) se sont rendus au domicile de la victime et n’y ont retrouvé que l’enfant accompagné de sa mère. Le père de famille, après s’être défoulé sur son fils, s’est toujours présenté à son lieu de travail avec un comportement normal. Ce sont ses collègues de travail qui l’ont averti des innombrables partages de ses exploits tragiques sur Facebook. Des remarques auxquels le concerné n’a pas prêté attention mais l’ont plutôt mené à prendre la fuite. Ce n’est que deux jours après qu’il s’est rendu de son plein gré à la Police des mœurs et de la protection des mineurs (PMPM) sise à Tsaralalàna, suivant le conseil de son avocat. Ce père a même adressé avec regretdes excuses publiques, notamment à l’endroit de son fils, sa femme et sa famille ainsi qu’envers toutes les personnes offensées par ses gestes déplacés. K.R.

La Vérité0 partages

Qualification CAN - Thomas Fontaine déclaré forfait contre l’Ethiopie

Fin de saison pour le défenseur international malagasy des Barea, Thomas Fontaine, blessé gravement lors du match entre Lorient et le Paris Saint-Germain, le 16 décembre dernier. Il devrait être opéré début janvier donc privé de match au moins pour trois à quatre mois à cause d’une rupture partielle du tendon d'Achille.Un coup dur pour les Barea pour leur prochain match durant la campagne de qualification à la Coupe d’Afrique des Nations durant la trêve internationale en mars.  En effet, Thomas Fontaine ne participera pas au match opposant l’Ethiopie et Madagascar qui se déroulera le 22 mars 2021 et celui contre le Niger au stade de Mahamasina le 30 mars.  « Ma blessure arrive vraiment au mauvais moment. Je vais manquer l'avant-dernier match en Ethiopie, puis le dernier chez nous à Madagascar », souligne-t-il. «On m'a dit au départ que j'en avais pour six à huit semaines d'arrêt, mais les résultats de l'échographie ont noirci le tableau. Comme le tendon est bien abimé, il faut absolument passer par l'opération pour ne pas que ça lâche complètement. On a pris rendez-vous pour début janvier. Le médecin m'a dit que j'en avais pour quatre ou six mois», confie le défenseur central malagasy. Elias Fanomezantsoa

Midi Madagasikara0 partages

Fanjakana : Dahalo roa maty voatifitra, raha nikasa ny hitsoaka

Niantehatra tamin’ny « masobe tsy mahita » angamba ireto dahalo roalahy ka teo ambany mason’ireo mpisambotra azy mihitsy no niezaka ny hitsoaka. Kanjo tsy nandaitra tampoka ny ody gasy ary nanefa hatramin’ny ainy … Tratry ny andrimasom-pokonolona tao Fasimena, kaominina Fanjakana, faritra Matsiatra Ambony ireto olon-dratsy roalahy, ny alin’ny 24 desambra lasa teo. Tra-tehaka teo am-pangalarana kisoa sy akoho amam-borona 32 teo an-tanàna izy ireo, raha ny vaovao azo. Niezaka nitsoaka izy ireo tamin’io fotoana io saingy tsy namelan’ireo fokonolona raha tsy voasambotra. Natolotra ny zandary mba hatao famotorana izy ireo taorian’io, ary fantatra tamin’izay fa isan’ireo dahalo rain-dahiny mampihorohoro any amin’iny faritra iny izy ireto. Heverina araka izany fa nisy naman’izy ireo ary noterena hanoro ny namany ireto roalahy voasambotra ireto. Nanaiky ny hiara-hiasa tamin’ireo mpanao famotorana ireo olon-dratsy ary nilaza ireo namany sy ny toerana misy ny fiafenan’izy ireo. Teny an-dàlana, raha mbola teo am-pikarohana ireo voalaza fa namany anefa izy ireo no nanararaotra nitsoaka, tao amin’ny toerana antsoina hoe Andobo, fokontany Beanagna, teo ambany mason’ireo zandary nanaraka azy ireo. Raikitra teo ny fifanenjehana ary na dia teo aza ny fampitandremana natao azy ireto dia vao maika nanao tsoa-pe nanao tari-dositra izy ireo. Voatery araka izany ireo zandary nampiasa ny fitaovam-piadiana teny aminy ary nitifitra ireto jiolahy nandositra. Voan’ny bala ary maty tsy tra-drano vokatr’izay izy roalahy ireto, raha ny fampitam-baovao azo. Mbola nitohy kosa ny fikarohana ireo olon-dratsy voalaza fa naman’ireto dahalo rain-dahiny ireto any an-toerana. Natolotra ny fokonolona halevina kosa ny vatana mangatsiakan’ireto olon-dratsy ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Sénat : Rivo Rakotovao prêt à passer le flambeau

La rencontre entre Issa Sanogo et Rivo Rakotovao ressemblait plus à une visite d’adieu que de courtoisie.

Un mois enfin presque, après la présentation de ses lettres de cabinet, le Coordonnateur Résident des Nations Unies à Madagascar Issa Sanogo a effectué, hier, une visite de courtoisie auprès du président du Sénat, Rivo Rakotovao. La continuité et le raffermissement de la coopération entre les deux parties étaient au centre de la rencontre. Le diplomate onusien souligne que « les Nations Unies sont toujours aux côtés des dirigeants et du peuple malgache pour les accompagner dans l’instauration d’un climat d’apaisement et de collaboration afin d’atteindre les objectifs de développement et définir les véritables priorités du pays ».

Continuité. Tout en rappelant que Madagascar est membre à part entière des Nations Unies, le numéro Un de la Chambre haute renchérit qu’ « il ne peut y avoir de développement durable sans un climat d’apaisement tout aussi durable ». Interrogé par les journalistes sur la question de la continuité au niveau du Sénat, Rivo Rakotovao de répondre que « beaucoup a été fait et que pas mal de travail reste également à faire ». Et d’ajouter qu’il appartient à ceux qui vont prendre la relève de les continuer ou pas. Une manière pour le président sortant de signifier implicitement, à quelques jours de son départ d’Anosikeky, qu’il est prêt à passer le flambeau à son futur successeur, non sans ajouter que « personne ne peut prétendre s’occuper tout seul du pays ».

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Fêtes de fin d’année : ViMa appuie les démunis issus de trois quartiers

Comme chaque année, la société Vision Madagascar (ViMa) accorde une attention particulière aux démunis issus des fokontany qui hébergent leurs  activités durant les festivités de Noël. Il s’agit entre autres du fokontany Ankorondrano Andranomahery , le fokontany Antanambao –Sotema  à Mahajanga et celui d’Antanimena qui venait de s’ajouter à leur liste cette année. 500 enfants en situation de précarité ont reçu leur part de douceur avec les diverses confiseries offertes généreusement par cette société comme les biscuits et bonbons assortis ou encore des chocolats afin de marquer leur solidarité envers les nécessiteux. Selon Alain Ramanantany, chef fokontany d’Ankorondrano Andranomahery, ce don  a permis à une centaine de personnes de retrouver le sourire car leurs difficultés socio-économiques se sont accrues avec la pandémie de Covid-19.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Pêche : Trois filières à promouvoir

Des actions sont en cours pour promouvoir l’algoculture, l’holothuriculture et la crabiculture.

Développer la pisciculture à grande échelle et moderniser la production aquatique à Madagascar.  Tel est l’objectif fixé par le ministère en charge de la Pêche. Pour ce faire, une stratégie nationale de développement de l’aquaculture vient d’être mise à jour après une révision à deux reprises en 2005 et en 2010. Ce qui permettra d’élaborer les plans de développement de trois filières porteuses dans le secteur de la pêche. Il s’agit notamment de l’algoculture, de l’holothuriculture et de la crabiculture.  « Ce sont toutes des filières à promouvoir dans le cadre de la mise en œuvre du projet SWIOFISH 2 et faisant partie des priorités de l’Etat », a expliqué Bemanaja Etienne, le directeur général de la Pêche, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue tout récemment à Ampandrianomby.

Produits collectés saisis. Et parlant de l’aquaculture illicite d’algues rouges effectuée par un opérateur chinois à Vohémar, il a évoqué qu’une note ministérielle indiquant la cessation immédiate de ses activités lui a été remise. En effet, « un accord de principe a été conclu avec cet opérateur. Ce qui lui a permis d’avoir une autorisation d’essai pour une période d’un an. Cette autorisation est déjà expirée en 2019 alors qu’il a continué de pratiquer ses activités. En plus, le ministère de tutelle ne lui a pas délivré une licence d’exploitation étant donné qu’il n’a jamais régularisé sa situation depuis son installation sur le site à Vohémar », a fait savoir le directeur général de la Pêche. Par ailleurs, les autorités locales ont dénoncé que cet opérateur étranger ne paie même pas de ristournes au niveau de la commune d’Ampondra et ne dispose pas du tout de papier légal pour effectuer cette aquaculture d’algues rouges. A part cela, les pêcheurs locaux se plaignent également car les installations mises en place par cet opérateur chinois en plein mer,  les empêchent de capturer des produits halieutiques, sans compter les impacts négatifs de cette algoculture sur l’environnement. « Cet opérateur est maintenant averti. Si jamais, il continue à pratiquer cette exploitation illégale d’algues rouges, tous les produits collectés seront immédiatement saisis par les autorités compétentes », a conclu Bemanaja Etienne.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Imerintsiatosika : Namangy ny fianakavian’ilay voalaza fa « jiolahy » maty ny zandary

Hafahafa ! Tonga nitsapa alahelo sy niondrika teo amin’ny vata-mangatsiakan’i Livakely, ilay voalaza fa « jiolahy » nifanenjehan’ny zandary ary « maty nianjera » avy eny ambony tamboho, teny Imerintsiatosika ny sabotsy teo, ireo manampahefana isan-tokony avy eny an-toerana, izay notarihan’ny Ben’ny tanàna sy ireo Lehiben’ny mpitandro filaminana tany an-toerana omaly. « Raha tena olon-dratsy ve ity lehilahy ity, hatramin’ny oviana no namangy « jiolahy maty » ny mpitandro filaminana sy ny manampahefana. Misy zavatra tsy milamina ao ary mangataka ny hamoahana izay marina izay » hoy ny hevitry ny olona maro. Izany anefa no natao, hoy izy ireo dia mba handravonana ny disadisam-piarahamonina, araka ny fombandrazana. Fa indrindra ny hoe ny malagasy tsy miady amam-paty. Na izany na tsy izany aza anefa dia « efa mizotra amin’ny antsakany sy andavany ny famotorana lalina amin’iny raharaha iny », hoy hatrany ny fampitam-baovao azo teo anivon’ny zandary. Manantitra hatrany anefa ireto mpitandro filaminana ireto « fa tsy azo ekena ny fikomiana sy ny fanafihana toby, na inona antony na inona. Tsy azo ekena torak’izay ihany koa ny fanimbana fananam-panjakana ary tsy ilaina ny fitsarambahoaka fa aleo ny lalàna sy ny Fitsaràna no hanapaka. (…) Ary raha hita tokoa fa nisy ny tsy nety nataon’ny zandary tamin’iny raharaha iny dia tsy maintsy ho raisina ny andraikitra. Raha tsy mitombina kosa dia maintsy hampiharana lalàna izay nanely tsaho ary nitarika ny olona hanafika ny toby (…) » Raha tsiahivina kely ny zava-nisy dia nisy trangana savorovoro niseho tao Imerintsiatosika ary nitarika fahafatesana lehilahy iray fantatra amin’ny anarana hoe Livakely ny sabotsy teo. Fantatra fa zandary tao an-toerana no nanao izany ary izay zavatra izay no nitarika ny fahatezeran’ny olona, ho eny amin’ny tobin’ny zandary tao an-toerana hitaky izay nahavanon-doza. Rehefa niakatra teo ny hatezeran’ireo andian’olona, dia tonga tamin’ny « fanafihana ny toby sy fanimbana ireo fananam-panjakana tao ». Voatery niaro ity faritra, izay efa sokajian’ny lalàna ho « faritra mena » ireo zandary tao anatiny nampian’ny namany hafa avy aty an-drenivohitra notarihan’ny Kaomandin’ny fari-piadidian’ny zandary eto Antananarivo mihitsy. Na dia teo aza anefa ny tifitra sy ny baomba mandatsa-dranomaso dia soa ihany fa tsy nisy intsony ny namoy ny ainy na tamin’ny andaniny na tamin’ny ankilany. Nambaran’ny zandary taty aoriana fa « jiolahy nikasa hanafika ilay namoy ainy niantombohan’ny savorovoro ka nifanenjehana. Nianjera ary tsy tana ny ainy rehefa tonga tany amin’ny toeram-pitsaboana ». Ireo fokonokolona kosa tetsy andaniny manizingizna fa tsy « jiolahy velively io lehilahy ary fantatry ny mpiara-monina rehetra. Nisy herisetra maimam-poana tao ary nitarika tamin’ny fahafatesany, antony nampitroatra ny olona ». Inoana araka izany fa ho fantatra tsy ho ela ny tena zava-misy marina mahakasika ity raharaha ity.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Football- Pro League : Reprise incertaine pour le 9 janvier

Les compétitions de l’élite de football regroupée au sein de Pro League vont reprendre le 9 janvier prochain, annonce les Clubs de Football de l’Elite de Madagascar.

Les matches de Pro League vont reprendre le 9 janvier 2021. Une décision qui tranche avec  la réalité du terrain car pour l’heure, rien n’est encore acquis quant aux clubs qui vont composer ce Pro League car il leur reste l’essentiel en l’occurrence la licence de club.

Exigences. Un statut pratiquement de professionnel car assujetti à des règles strictes comme l’existence d’un stade répondant aux normes internationales sans parler des moyens à disposition.

Or et à voir de plus près, une poignée des clubs de l’élite sont conformes à ces exigences.

Si le FC Ilakaka peut se rabattre sur le stade d’Ampasambazaha de Zanakala pour recevoir ses matches, le 3FB Toliara doit attendre les travaux de rénovation du stade Maître Kira à Andaboly.

Les Tamataviens du Tia Kitra sont plutôt vernis avec le stade de Barikadimy. Ce qui n’est pas le cas de l’USCAFOOT car on a bien peur que l’on enlève à la CUA la gestion du Stade Barea. Une logique indiscutable dans la mesure où Mahamasina a maintenant une autre dimension autre que de servir les intérêts d’un seul club. D’ailleurs et pour revenir à Mahamasina, le cahier des charges prévoit aussi la construction d’un terrain d’entraînement comme dans tous les grands stades du monde.

En attendant, l’USCAFOOT pourrait se rabattre sur le stade d’Alarobia qu’elle va devoir partager avec le COSFA et l’athlétisme même si la piste en tartan a besoin d’un sérieux coup de lifting.

Fusion. Pour revenir aux clubs de Pro League à Tana, Elgeco Plus, même avec une capacité très réduite, pourrait se servir de son stade à By Pass tout comme l’AS Adema à Ambohidratrimo.

Quant au Five FC, il doit trouver une solution car de toute évidence, le terrain d’Ankadindravola, lieu où Pasteur Tolotra réunit tous les anciens de l’équipe nationale, ne fera pas l’affaire.

Mais le problème du CFEM ne s’arrête pas aux stades mais aussi en dehors avec l’annonce de la dissolution de la CNaPS Sport et tout récemment de JET Mada.

Comme les deux équipes peuvent envisager une fusion avec d’autres clubs, on ne saura pas l’effectif de Pro League que bien plus tard et permettre d’établir un calendrier.

On ne sait pas également si le trophée Orange de pré-saison n’était pas finalement un essai pour une compétition sur deux sites à Toamasina et à Mahajanga. Comme le CFEM aime entretenir le flou et que la FMF tarde à délivrer les fameuses licences, on pense que la date du 9 janvier restera un effet d’annonce.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Après Chalane : Pluies persistantes dans le Centre-Ouest

Une zone à surveiller, car la possibilité d’une nouvelle cyclogenèse n’y est pas à exclure.

Chalane est sortie en mer, hier, mais laisse derrière elle un important volume de précipitations. 

Météo Madagascar annonce un risque persistant de fortes pluies, en liaison avec Chalane, dans les localités du Centre-Ouest de Madagascar. Le risque de crues des rivières et de stagnation des eaux reste à craindre, indique Météo Madagascar, qui émet une vigilance fortes pluies pour quatre districts du Centre-Ouest : Besalampy, Maintirano, Antsalova et Belo sur Tsiribihina. Quant aux sorties en mer, elles restent fortement déconseillées dans cette même zone en raison des conditions météorologiques encore perturbées. La vigilance vent fort émise par Météo Madagascar, hier matin, pour la zone côtière du Centre-Ouest indique un niveau d’alerte élevé.

A l’Est aussi. Ainsi, si Chalane laisse dans ses sillons de fortes précipitations, elle reste à surveiller en raison d’une possible régénérescence. Par ailleurs, d’autres localités de la partie Est de l’île seront, elles aussi, concernées par des pluies persistantes, mais cette fois, en raison du régime d’alizé qui influe sur le temps cette semaine sur cette zone. Ainsi, des pluies persistantes seront également observées dans certaines localités du Nord-Est, Nord-Ouest, Centre-Est et Sud-Est. En revanche, elles seront plutôt rares dans la partie centrale. Quant à la partie Sud, elle ne sera quasiment pas concernée dans la mesure où les prévisions y indiquent un temps généralement sec et chaud notamment pour les régions Atsimo-Andrefana et Androy.

 Nouvelle cyclogenèse ? A peine Chalane est-elle sortie en mer à l’Ouest, que les regards se tournent à nouveau vers l’horizon opposé, dans la mesure où la situation au Nord-Est des Mascareignes mérite d’être surveillée. En effet, les prévisions n’excluent pas la possibilité d’une cyclogenèse dans ce secteur prochainement. Une circulation dépressionnaire située dans cette zone pourrait profiter de conditions favorables pour se développer. Toutefois, il est encore trop tôt pour se prononcer sur la question. Les spécialistes estiment cependant que le risque de formation d’une tempête tropicale dans ce secteur devient modéré à partir de demain.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Dégâts de Chalane : Huit centres d’exploitation de la Jirama endommagés

La dépression tropicale Chalane a fait des dégâts sur les centres d’exploitation et le réseau de distribution d’électricité de la Jirama.

Plusieurs coupures d’électricité ont été observées durant le weekend dernier, dans plusieurs régions de Madagascar. La Jirama a publié un bilan, indiquant d’importants dégâts du passage de la dépression tropicale Chalane.

 Certains quartiers étaient déjà victimes de coupures d’électricité, même sans mauvais temps. Le weekend dernier, les usagers s’attendaient déjà à des coupures. Selon les informations fournies par la Jirama, les réseaux électriques n’ont pas été épargnés par la dépression tropicale. « C’est la raison des coupures d’électricité ayant survenu dans plusieurs localités. Le dernier rapport établi par les Directions interrégionales de la Jirama touchées par Chalane fait état de huit centres d’exploitations endommagés », a communiqué la société d’Etat. En effet, plusieurs coupures ont été signalées dans la Capitale, et également à Toamasina et sur les autres zones du littoral Est. Certes, les pannes n’étaient pas toutes liées au mauvais temps. Samedi dernier, la Jirama a annoncé la rupture d’une ligne de départ électrique, qui a engendré des coupures à Ankadimbahoaka, Soanierana, Namontana, Miandrarivo, Ambanidia et Ambatoroka. D’autres anomalies sur le réseau d’alimentation ont été signalées, causant des coupures à Mandroseza, Ambohitsoa, Androndrakely, Ankadimbahoaka, Tanjombato, Andoharanofotsy, Bevalala, Soavina et Malaho. D’autres zones ont été touchées par ces pannes. Dimanche, la situation s’est empirée, à cause du mauvais temps qui a endommagé les supports électriques et les réseaux d’alimentation.

Interventions rapides. Après le passage de la dépression tropicale, c’était la course contre la montre pour l’équipe de la Jirama, pour réparer les dégâts. Hier, dans l’après-midi, six centres d’exploitations sur les huit endommagés ont déjà été remis à 100%, à savoir Toamasina, Soanierana Ivongo, Foulpointe, Sainte Marie, Vatomandry et Moramanga. « Pour le cas d’Ambodiatafana, 6 poteaux moyenne tension sont à terre et l’équipe de Toamasina est déjà sur route pour les remettre en service ce jour-même. Pour Ambatondrazaka, le remplacement d’un poteau moyenne tension à terre est prévu ce matin. Pour Toamasina, l’isolement du poste de l’hôpital manara-penitra a été nécessaire du fait de l’inondation de ce premier. Une équipe a été déployée sur site pour nettoyer et sécher le poste avant la remise en service », a indiqué la Jirama. En tout, un poste transformateur a été inondé, 15 poteaux de 12m et 28 poteaux de 9m ont été coupés et tombés à terre pour les régions. Ces poteaux ont été, soit réimplantés, soit remplacés, d’après les informations. Tous les dégâts occasionnés par Chalane seront réparés en totalité ce jour, d’après le communiqué diffusé, hier, par les responsables auprès de la société d’eau et d’électricité.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Nuit de la Saint-Sylvestre : Johane, Jazz Mmc et Tovo j’Hay sous le même diapason

Jazz Mmc, Johane et Tovo j’Hay célèbreront les 20 ans de Karibotel au domaine Manerinerina Ambohibao.

Trois genres pour trois générations. Rien de mieux pour accueillir la nouvelle année. Pour Karibotel, la joie se multiplie par deux car le groupe soufflera également ses 20 bougies avec  Johane, Jazz Mmc et Tovo j’Hay.

J-2 et 2020 sonnera sa dernière heure. Pour accueillir l’année 2021 comme il se doit, les soirées sont multiples un peu partout à Madagascar. Pour la nuit de la Saint-Sylvestre, Karibotel  célébrera son vingtième anniversaire en grandes pompes.

Trois ambiances pour les trois établissements. Le Karibotel Domaine Manerinerina Ambohibao concocte une soirée live et un grand buffet. Une affiche alléchante met en vedette Jazz Mmc, Johane et Tovo j’Hay. Trois chanteurs qui englobent les jeunes de 7 à 77 ans  avec au moins une bonne vingtaine de titres chacun. Solo duo, trio, rien ne sera laissé au hasard. Tovo j’Hay pour sa part, promet les incontournables de son répertoire. Le crooner sillonnera par ailleurs ses sept albums tout en donnant un  avant-goût de la célébration de ses 20 ans de scène.  Coqueluche des jeunes actuelle, Johane  n’est pas en reste, la jeune femme y chantera également ses succès comme « Ho iray », « Sarobidy », « Feno Fitia ». Bien connu autant pour son talent de danseur que chanteur, c’est en qualité de metteur d’ambiance que Jazz Mmc enflammera la scène et la grande piste. Il reprendra évidemment les « Vady Be », « Baby darling », « Foko tsary niova » et les incontournables comme « Anao tiako », « Nandea » et « Ataova ». Avec Teejay Jerry derrière les platines, l’ambiance est prometteuse, d’autant plus que le Dj et Jazz Mmc ont déjà travaillé ensemble sur « Ty we raha zegny ».

Groupe Fitia. Du côté de Karibotel Analakely, c’est un tout autre registre qui démarrera 2021. Au programme, le groupe Fitia. Selon le leader du groupe, ce sera dans l’allégresse de la célébration, de la louange et de l’adoration que les convives accueilleront la nouvelle année. Pour plonger en 2021 du bon pied, il n’y a rien de mieux que d’écrire cette nouvelle page en rendant gloire au Seigneur et en se remettant à lui surtout avec la terrible année qui vient de s’écouler.

A mentionner toutefois que les trois Karibotel Analakely, Ambohibao et Ranomafana proposent un grand buffet qui fait la notoriété de l’hôtel. Entre autres, feu de camp, photo booth, coin bar, effets spéciaux, mais aussi des jeux avec divers lots à gagner attendront le public.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Les premiers dégâts de la saison cyclonique

La dépression tropicale Chalane  a définitivement quitté la Grande île au grand soulagement des Malgaches. Elle a laissé des séquelles  qui n’ont pas l’ampleur de celles causées par les cyclones habituels. Cependant, on n’est qu’au début de la période critique qui voit l’apparition de ces météores  détruisant tout sur leur passage. On serait tenté de dire  après ces quelques jours d’inquiétude : plus de peur que de mal, mais  en météorologie, l’avenir n’est pas écrit. Une possibilité de cyclogénèse existe  dans le nord des Mascareignes

Les premiers dégâts de la saison cyclonique

La Grande île entre dans une période à forte activité cyclonique comme cela lui arrive tous les ans. En 2020, elle a été cependant épargnée, la providence  permettant  ainsi aux autorités de  se consacrer totalement à la lutte contre l’épidémie de Covid-19. La situation  s’étant stabilisée dans ce domaine, le pays peut appréhender l’arrivée  sur ses  côtes de toutes les dépressions qui se forment  dans l’Océan indien. Madagascar est sortie très affaiblie économiquement de ces neuf mois  de confinement-déconfinement et  toutes les forces doivent être  rassemblées pour  aller de l’avant.  Les dégâts occasionnés par Chalane , même si elles ne sont pas à minimiser, sont relativement supportables.  Le BNGRC est à pied d’œuvre tout comme il est présent auprès des populations victimes du kere dans le sud. Bien qu’il n’y ait pas de réel danger pour le moment concernant la cyclogénèse dans le nord des Mascareignes, le risque de voir la situation  évoluer très vite existe,  Chalane a montré que  nous avons beaucoup à faire pour que nos infrastructures routières résistent aux intempéries.  La reconstruction de notre économie mise à mal par l’épidémie de  Covid-19 est problématique et nul ne sait comment l’on va s’en sortir si des cyclones importants traversent la Grande île.  On ne peut pour l’instant qu’espérer la clémence du ciel pour ne pas  subir ses foudres.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Accident mortel à Ankorondrano : LP pour le Général retraité incriminé, procès le 23 Février 2021

Le dossier portant sur l’accident mortel survenu sur la route des hydrocarbures Ankorondrano, le vendredi 18 décembre en fin d’après-midi, a été déféré au Parquet du tribunal Anosy, hier. Après les auditions des différentes parties, le tribunal a accordé la liberté provisoire au Général retraité et non moins ancien Ministre de la 3ème République incriminé dans cette affaire en attendant son procès qui est fixé le 23 février 2021. Pour rappel, cet officier général est poursuivi pour avoir fauché à mort un motard brigadier de police avec sa voiture 4X4. Une accusation que cette personnalité a carrément niée. D’après ses explications des faits, le motard aurait été renversé par sa moto alors qu’il tentait vainement d’éviter un piéton qui faisait soudainement irruption sur sa route. Ayant aperçu l’incident, il s’est arrêté et est, tout de suite, intervenu pour secourir le policier et le piéton qui étaient tous tombés par terre. Par réflexe, il les a emmenés à l’hôpital avec un policier de la circulation qui était présent sur place au moment de l’accident. Légèrement blessé, le piéton a pu rentrer chez lui après avoir reçu les soins nécessaires. Par contre, le brigadier de police a succombé une heure plus tard. Il aurait été victime d’une hémorragie interne suite à une fracture constatée au niveau de l’une de ses côtes, à entendre les dires du général. Il affirme que sa voiture n’a jamais touché ce policier mais ce dernier a été blessé par sa chute. On attend alors le jour du procès pour savoir la vérité sur cette affaire.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Fianarantsoa : Mpiasam-panjakana mamo nandona fiara roa

Tao an-tampon-tanànan’ny renivohitr’i Betsileo no nitranga ny lozam-pifamoivoizana. Ny hamamoana no nitarika izany ary dia nitsotra koa ny olona nandona fa tena difitra tanteraka. Nanomboka tany Anjoma izy no efa nisy nahita fa nandeha mafy tamin’ny fiarakodiany. Tany dia efa saika nandona olona ary nisy koa ny fiara izay raha tsy nahay niala dia simba tanteraka. Nitohy ihany ny diany ary nandona fiara roa samihafa taorian’izay. Ny tena olana dia avo vava ilay nandona ary nandrangitra ny olona izany. Isan’ny voateniny tao anatin’izany ny hoe mpiasan’ny minisitera izy. Nandeha avokoa ny hoe « tsy mahalala ahy angaha » sns. Vetivety dia namoaka finday ny olona ary naka sary sy horonan-tsary mba hatao porofo. Nifampaka laharana finday teo ary nampanantena ilay avo vava fa halamina ny raharaha. Maty tanteraka anefa ny findainy ny ampitson’iny ary vao mainka koa nahatezitra ny tompon’ny fiara voadona izany. Naparitaky ny olona ny sary hatramin’ny omaly ary teo dia nitombo ny vavolombelona izay nahita ilay fihetsika sy ny tranga rehetra. Feno raha ny porofo izay nozarain’ny voadona tamin’ity zava-nisy tao Fianarantsoa ity. Na izany aza anefa lozam-pifamoivoizana izay niteraka fahavoazana ara-materialy no nitranga. Fa kosa ny fahamamoana eo amin’ny familiana dia efa azo enjehina araka ny lalàna famaizana. Nilaza ny tsy hanaiky mora foana ireo voadona, indrindra manoloana ny tsindrialoka izay nisy.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Foot-Tournoi national des jeunes espoirs : Dix clubs attendus à Toamasina ce week-end

Reculer pour mieux sauter. La troisième édition du tournoi national de football des jeunes espoirs aura lieu ce week-end à Toamasina. Initialement prévu se dérouler juste après la fête de Noël, l’Ecole de football Avenir de Madagascar (EFAM), l’organisateur, a décidé de reculer ce rendez-vous d’une semaine à cause du cyclone Chalane qui a frappé récemment la partie nord-est de la Grande Ile.

Dix clubs issus des différentes ligues régionales se sont engagés à ce sommet. En effet, les catégories concernées sont les U6, U8, U10, U12, U15, U17 garçons et les U16 filles. Les rencontres auront lieu sur les terrains Stella Maris. Un match de gala opposant le club H+ de la capitale et un club local sera programmé pour la deuxième journée.

« L’objectif de ce tournoi est de préparer la relève et d’habituer les plus jeunes catégories avec des grandes compétitions. La compétition sera sous l’égide de la commission de football des jeunes de la fédération malgache de football, et du parrain du tournoi, Marobe Jean Claude. Je tiens à remercier toutes les sociétés partenaires de cet événement», annonce le président de l’EFAM, Patricio Rabezanahary.

Par ailleurs, ce tournoi entre dans le cadre de la préparation de la première sortie internationale de l’EFAM en 2021. En effet, les protégés du coach Patricio auront trois missions à accomplir en Europe au mois de mai et juin. Ils ambitionnent de remporter leur premier titre international, pour compléter leurs palmarès régionaux. L’EFAM compte désormais plus de 180 jeunes adhérents qui se répartissent en plusieurs catégories.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimahitsy : Des bandits armés ont saccagé des voitures

Une horde de bandits a visité le quartier d’Ambohimahitsy, hier, vers deux heures du matin. Avant d’investir la maison cible, les voleurs ont escaladé la clôture. Comme ils n’arrivaient pas à pénétrer à l’intérieur, ils ont opté pour saccager les voitures qui se trouvaient dans la cour. Ils ont ensuite fait main basse sur tous les accessoires de valeur. Les autoradios, des batteries et quelques pièces ont été détachés et emportés par la suite. « Il y a six voitures dont deux tout-terrain qui étaient garées  dans la cour. Ces véhicules ont tous été cassés par les malfrats. On n’a rien entendu de leur opération. Ce n’était qu’au petit matin qu’on était surpris de voir les faits », selon les victimes. Ces dernières étaient endormies  et n’ont rien entendu ni remarqué. On doute de l’usage du « fonoka », une pratique des bandits pour endormir les gens. Après leur forfait les malfaiteurs ont pris la fuite en toute quiétude. A l’approche de la fin d’année, la recrudescence de l’insécurité est remarquable. Les actes de banditisme prennent de l’ampleur en raison de la pauvreté partout dans le pays. Le plus inquiétant est le fait que les malfaiteurs sont en possession d’armes à feu parfois plus performantes que celles des forces de l’ordre. De ce fait, l’inefficacité du secteur sécuritaire dans ce contexte est parmi les causes de la recrudescence des cas de vindictes populaires. « Pour nous, on n’a plus confiance aux forces de sécurité. Si on avait la chance d’attraper les cambrioleurs, ce serait tout de suite la vindicte populaire », a expliqué l’une des victimes de l’attaque à Ambohimahitsy.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Agriculture biologique : Une stratégie nationale pour développer la filière bio

La stratégie nationale visant à développer la filière bio a été restituée à toutes les parties prenantes dernièrement.

Après l’adoption en juillet 2020 de la loi régissant l’agriculture biologique par l’Assemblée Nationale, une stratégie nationale permettant de développer la filière bio à Madagascar vient d’être restituée à toutes les parties prenantes.

Le ministère en charge de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche a mandaté le CIRAD pour élaborer cette stratégie nationale de développement de l’agriculture biologique, avec l’appui financier du projet CASEF (Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière). Celle-ci est prévue être mise en œuvre sur une période de dix ans, et repose sur quatre axes, à savoir la gouvernance, les mesures de soutien au développement de cette filière porteuse, la communication et sensibilisation ainsi que l’appui-conseil et recherche.  Dans le cadre de cette gouvernance, une commission nationale sur l’agriculture biologique est mise en place dans le but de contribuer à la mise en œuvre de la politique nationale relative à cette filière bio. En outre, un cahier de charges et un label national sur l’agriculture biologique seront élaborés. Il est à noter que les règles à respecter dans cette filière, constituent, entre autres,  l’amélioration de la santé des sols, des animaux et des plantes;  le maintien des cycles écologiques et le principe d’équité par rapport à l’environnement commun et aux opportunités qui s’offrent. Le respect de l’environnement et le bien-être des générations actuelles et futures, ne sont pas en reste.

Coût de la certification réduit. Parlant des mesures de soutien au développement de l’agriculture biologique, des territoires à vocation agricole biologique seront créés. Les acteurs désirant se convertir en agriculture biologique bénéficieront des appuis. Les intrants bio à utiliser devront être également accessibles aux producteurs. Il y aura même des mesures incitatives aux investissements dans l’agriculture biologique, sans oublier la facilitation de la recherche de débouchés aux produits biologiques. Force est de reconnaître que les produits agricoles biologiques sont désormais très prisés sur le marché international.  Cette année, Madagascar a généré une recette de plus de 120 millions USD grâce à l’exportation des produits biologiques. On peut citer, entre autres, la vanille, les crevettes, le cacao, les épices, les fruits et légumes. Toujours dans le cadre de la mise en œuvre de cette stratégie nationale de développement de l’agriculture biologique, le coût de la certification bio est réduit afin de soutenir les producteurs à se lancer dans l’exportation de leurs récoltes.  « Madagascar dispose déjà un avantage comparatif grâce à l’abondance des produits biologiques existantes dans le pays », selon les explications du ministre de tutelle, Lucien Ranarivelo.

Connaissances traditionnelles formalisées. Par ailleurs, les connaissances traditionnelles de lutte biologique et les bonnes pratiques permettant d’améliorer la production seront formalisées et diffusées à tous les acteurs opérant dans cette filière bio.  Le développement des innovations contribuant à l’amélioration du rendement de productivité n’est pas en reste. Ce serait même mis à grande échelle.  Et outre les exportations de produits bio faisant la renommée de la Grande île sur le plan international, le ministre en charge de l’Agriculture a entre-temps, sollicité la population malgache à consommer davantage des produits bio pour le bien-être et la santé.  En revanche, « on ne peut pas encore se passer des importations d’engrais chimiques pour développer l’agriculture et atteindre par la suite l’autosuffisance alimentaire dans le pays.  Le respect des dosages dans leur utilisation s’impose. Il en est de même pour les pesticides et les insecticides utilisés dans le secteur agricole. Ce sont tous des produits importés et homologués avant leur  application sur les champs », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Recrutement : Le recensement des maîtres Fram ayant plus de 45 ans en cours

Le quota pour le recrutement des maîtres Fram ayant plus de 45 ans dépendra des résultats de leur recensement, selon le ministre.

Un quota spécifique est prévu pour les maîtres Fram âgés de plus de 45 ans mais qui souhaiteraient intégrer la fonction publique. Le ministère de l’Education nationale est déjà à pied d’œuvre pour leur identification

Les enseignants âgés de plus de 45 ans figurent dans la liste des enseignants non-fonctionnaires à recruter pour cette septième vague de recrutement. Le recensement des enseignants compris dans cette catégorie d’âge est déjà en cours au niveau des Circonscriptions scolaires (Cisco) , selon la Ministre de l’Education Nationale (MEN) , le Dr Marie Michelle Sahondrarimalala. D’après elle, ils ont  toujours été oubliés alors qu’ils ont servi dans l’éducation pendant une vingtaine ou une quarantaine d’années. « Ce n’est qu’après ce recensement que l’on pourrait déterminer le quota des enseignants à recruter. Ils ont eu de nombreuses expériences et le ministère est actuellement en train de mettre en place tous les dispositifs nécessaires pour qu’ils puissent jouir de leurs avantages » , a-t-elle souligné

De l’autre côté , les syndicats revendiquent la transparence dans la confection de la liste des enseignants à recruter. Pour le Sempama Nosy , une sélection publique s’impose pour prévenir les anomalies et éviter les erreurs commises auparavant . « Les responsables au niveau de chaque Cisco doivent convoquer à une même date les enseignants  pour la confrontation de la liste.  Les enseignants se connaissent entre eux et ils sont les mieux placés à apporter des modifications lorsque le besoin se présente pour qu’aucun d’entre eux ne soit oublié », souligne le président du Sempama Nosy , Arsène Ratolojanahary.  À noter que le MEN compte intégrer le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco) dans le processus de recrutement.

À rappeler que 8.000 postes budgétaires sont prévus pour cette septième vague de recrutement. Les diplômes académiques, l’ancienneté ou encore les certificats de formation pédagogique figurent parmi les critères de sélection. Les sortants de l’École normale supérieure (ENS) ainsi que ceux des Centres régionaux de l’institut national de formation pédagogique (CRINFP) ne seront pas en reste dans la liste des candidats à recruter.

Narindra Rakotobe

Midi Madagasikara0 partages

Talatavolonondry : Un mort dans une collision entre une moto et un sprinter

Encore de l’imprudence des motards. Presque chaque jour, on entend un accident de moto. Mais le problème est de constater que cela s’est produit suite à l’excès de vitesse et au non-respect du code de la route. Tel est le cas de ce qui s’est passé sur la RN3 (PK26+700), dans le fokontany et commune rurale Talatavolonondry, samedi. Roulant à vive allure, une moto routière a percuté de plein fouet par derrière un taxi-brousse stationnant dans un arrêt-bus sur le côté droit de la route. La collision a propulsé le motard vers la portière arrière du véhicule et a gravement blessé le motard. Amené d’urgence au Centre hospitalier de district à Anosy Avaratra, ce dernier a succombé dès son arrivée sur place. Selon le témoignage des personnes qui ont assisté au drame, le motard qui n’a que 20 ans n’aurait pas été habitué à conduire sa machine. Cette dernière qui n’a pas de marque pour ne pas dire une moto de bricolage. Ce qui signifie qu’aucune référence ne permet de mesurer sa puissance. Or cette dernière devra définir la catégorie du permis de conduire pour la manipuler. Ce qui est lamentable dans ce cas est d’entendre que le chauffeur du taxi-brousse qui est innocent dans cette affaire a été placé en garde à vue et devra être présenté devant le tribunal. La gendarmerie du poste avancé de Talatavolonondry affirme l’avoir mis dans cette condition  pour sa sécurité.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Secteur de l’énergie : Les pays d’Afrique en bonne position, selon NJ Ayuk

« En 2021, la plupart des opportunités dans le secteur de l’énergie et dans les affaires en général iront à ceux qui travaillent dur, négocieront de meilleurs contrats et s’impliquent pour que les ressources africaines soient à notre service. Oubliez les subventions ou l’aide étrangère », soutient le président exécutif de la Chambre africaine de l’énergie, NJ Ayuk. Cette grande figure du secteur de l’énergie a déjà indiqué dans la deuxième édition de « Des milliards en jeu : L’avenir de l’énergie et des affaires en Afrique », en 2021, les jeunes négociateurs et avocats africains devront adopter un nouvel état d’esprit pour gagner. Ils devront mobiliser leurs ressources et plaider en faveur de principes importants de responsabilité personnelle, de fiscalité attractive, de marché libre, de liberté personnelle et de primauté du droit. En 2021, les projets gaziers africains vont faire l’actualité. Les entreprises feront pression pour les faire démarrer, selon le président exécutif de la Chambre. En effet, plusieurs pays concoctent leurs projets pétroliers et gaziers, depuis plusieurs années, si l’on ne cite que le cas de Madagascar, qui se prépare depuis longtemps à lancer son appel d’offres international pour l’attribution des blocs pétroliers disponibles. La reprise économique de l’Afrique après la Covid-19, tout comme l’importance de l’Afrique à l’ère de la transition énergétique et des attaques contre son secteur énergétique doivent être tirées par le talent et l’esprit d’entreprise des africains, selon toujours NJ Ayuk. « Notre continent a encore du mal à mettre en place des institutions démocratiques et commerciales solides, nous devons donc faire pression pour plus de démocratie. La démocratie n’est pas parfaite, mais c’est la meilleure de toutes les pratiques politiques et nous devons l’accepter », a-t-il soutenu.Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Deci-delà

# Grace Palace

Gold team Music se dévoile

Car rien ne vaut une première fois, Grace palace a décidé de faire son premier pas la nuit de la Saint-Sylvestre. À l’affiche, le Gold team music se dévoile au grand public. L’orchestre sillonnera les cinq dernières décennies pour donner satisfaction à toutes les générations. D’après l’organisateur, après une telle année, il est impératif de commencer le nouvel an sur une bonne note. Mise à part la musique, d’autres distractions rempliront la soirée. Au programme: karaoké, grillade party, ambiance acoustique, bain de minuit… rien ne sera laissé au hasard.

 

# Espace Volazato

Le Prins Aimiix derrière les platines

Prins Aimiix, pourtant inconnu du grand public, le jeune homme est connu dans le milieu du show-biz. Dj de son état, il fait ses armes auprès des Malm, Pit Leo, Meizah, Mr Sayda et bien d’autres encore. Pour le 31 décembre, il décide d’assurer en solo la soirée qui se tiendra à l’espace Volazato Andohanimandroseza. La compilation  se fera entre les tubes locaux et les grands titres d’artistes internationaux. Entre deux générations, il cible toutes les tranches d’âge.

 

#Akany Soafonenako

Carte blanche à l’orchestre Sanda Mozika

Sanda Mozika est bien connu des adeptes des soirées mondaines. Cette année, l’orchestre ne déroge pas à la règle. Pour la nuit de la Saint-Sylvestre, la bande retrouvera les noctambules à l’Akany Soafonenako  Mandrosoa Ivato. Avec l’une des meilleures formations orchestrales de la capitale, l’ambiance sera festive et le buffet sera gastronomique.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Inclusion du handicap : Bilan insatisfaisant du plan national

L’évaluation du Plan National d’Inclusion du Handicap a été organisée à Anosy le 18 décembre dernier.

La mise en œuvre du Plan National d’Inclusion du handicap a touché à sa fin en 2019. Initié par le ministère de la Population depuis l’année 2015, ledit plan constitue,  en effet, le premier programme officiel sur le handicap à Madagascar. L’évaluation finale du plan en question révèle ainsi un « bilan insatisfaisant de cinq années de mise en oeuvre ». Organisée par le ministère de la Population lui-même, ladite évaluation a démontré que « le plan national d’inclusion du Handicap n’a pas été appréhendé comme étant une politique publique». «Même si le plan a été lancé en 2015, sa mise en œuvre n’a pas été pris en compte dans les lignes budgétaires du ministère », note Falihery Razafindrakoto, président du Réseau Malgache du Handicap (RMH) et non moins membre de l’équipe d’évaluation de la mise en œuvre du plan. Notre source de continuer : «L’année 2015 présentait toutes les conditions nécessaires pour apporter du changement dans le domaine du handicap. Le pays entrait dans un nouveau régime qui a apporté de nouvelles politiques, de nouveaux souffles ainsi que de nouvelles visions. Le plan national d’inclusion du handicap en est une parfaite manifestation. Ce qui est triste c’est que la réalisation a fait défaut juste parce que depuis 2015, l’on n’a pas pris le plan comme une politique publique».

Recommandations. Profitant de l’entretien, le président du Réseau Malgache du Handicap a interpellé sur la nécessité pour le pays de disposer d’une Politique Nationale du Handicap. «La logique veut que l’on dispose d’abord d’une politique nationale. Cette dernière se décline ensuite en stratégies, programmes ou encore en plans qui devraient être mis en œuvre avec des budgets spécialement dédiés pour», explique Falihery Razafindrakoto. Avant de poursuivre : «Une fois la politique nationale mise en place, l’on devrait mettre en place le comité national du handicap. Une entité qui devrait coordonner les actions entrant dans le cadre de la promotion des droits des personnes en situation de handicap».

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Lu pour vous : Higgins mène l’enquête de J.B. Livingstone

« Higgins connaissait tous les chemins de cette forêt épaisse du Gloucestershire où personne n’osait plus s’aventurer. Son adolescence en Orient lui avait permis de maîtriser la peur. En approchant d’un des plus hauts chênes, que les bûcherons avaient surnommé « le juge éternel », il crut voir un étrange spectacle. Il fit quelques pas. Higgins n’était pas victime d’une hallucination. A l’une des branches puissantes de l’arbre était bien accroché une corde. Au bout de laquelle se balançait très lentement un pendu. »

On apprécie les vieilles enquêtes de l’ex-inspecteur Higgins, celles qui ont d’abord été écrites sous le pseudonyme de J.B. Livingstone dans les années 80 -90, avant que l’auteur décide de les republier sous le nom de Christian Jacq depuis 2011.  Ces dernières sont réécrites afin de les moderniser, introduisant des ordinateurs, des portables et des techniques scientifiques de pointe dans les enquêtes. Mais moi, ce que j’aime, ce sont les enquêtes d’origine, celles qu’Higgins résout grâce à son carnet noir et son crayon en bois. Aidé de son acolyte Scott Marlow, qui ne sert pas à grand chose la plupart du temps, si ce n’est à faire honneur à la cuisine roborative de Mary, la gouvernante d’Higgins, l’ex-inspecteur parvient toujours à connaître le nom du criminel, même lorsque l’intrigue est des plus tortueuses.

Ici, le crime a lieu à deux pas de chez lui, il trouve en effet un cadavre alors qu’il effectue sa promenade quotidienne en forêt.  Le suicide est probable mais bien entendu, la vérité est toujours plus complexe qu’on ne le croit. Dans ce volume, on contemple un Scott Marlow qui ne fait que manger, se plaindre de ses pieds, de sa gorge ou de son estomac et tenter par tous les moyens de retourner s’installer au chaud avec si possible un bon verre d’alcool à portée de main, un bel exemple de tire au flanc ! Higgins est donc seul sur ce coup-là et l’enquête va être vraiment compliquée, tous les protagonistes semblent avoir des choses à cacher. Une enquête comme on les aime, où seul le cerveau d’Higgins et sa manie de tout noter sur son carnet permettront de résoudre le mystère.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Sport et entrepreneuriat : 54 sportifs du Sud en formation

Les échanges étaient très animés avec la participation active des stagiaires.

Direction le Sud. Après Antsiranana au début du mois de décembre, la formation sur les métiers du sports et entreprenariat met le cap sur Toliara pour le compte des régions du Sud du pays. La cérémonie d’ouverture officielle de l’atelier s’est déroulée, hier, au CRINFP Toliara avec la présence du directeur régional de la Jeunesse et des Sports, Francklin Andriamanarivo, de la présidente de la Maison du Sport, Anny Andrianaivonirina, et des formateurs. Les 53 jeunes sportifs âgés de 14 à 30 ans en provenance des régions Anosy, Androy, Atsimo-Andrefana, Vatovavy-Fitovinany et Haute-Matsiatra ont participé à la formation. Plusieurs disciplines sportives sont représentées à savoir le basket-ball, le volley-ball, le football, le handball, le rugby, l’athlétisme, le handisport, le judo, le taekwondo. « Nous allons vous former pour devenir des leaders sportifs dans vos disciplines respectives. Les jeunes sportifs malgaches ont du talent, mais il reste à valoriser et à exploiter. Tout au long de la formation, plusieurs thèmes axés sur le sport et ses branches seront développés », à souligné Anny Andrianaivonirina. Depuis 2019, ils sont 350 jeunes sportifs à avoir bénéficié de la formation dans les provinces d’Antananarivo, de Mahajanga, de Toamasina et d’Antsiranana. Parmi les participants à Toliara figurent Tolinantenaina Marco et Ratsiavy Nora, judoka sociétaire de l’équipe nationale,  Zahid Houssen, basketteur sur fauteuil du 3FB Toliara. « Le sport de haut niveau est différent . Pour avoir du résultat, il faut de la préparation et faire des sacrifices. Le sport malgache est encore loin, il faut des moyens pour viser haut, ce qui manque réellement au pays », a fait savoir, Tolinantenaina Marco. Des échanges, des témoignages, des visites des infrastructures sportives seront au programme de la formation. Andriamanarivo Francklin, DRJS d’Atsimo-Andrefana a fait une intervention sur le milieu sportif concernant les lois et les textes qui régissent le sport au pays. « Il y a des lois qu’il faut respecter pour éviter toute bavure, car, le non-respect des textes peut entraîner une sanction au mouvement sportif, à savoir les clubs, les sections et les ligues », a expliqué, le DRJS. Lui qui était avant l’assistant de Nicolas Dupuis, entraîneur des Barea de Madagascar.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Propriété intellectuelle : Une dérogation sur le vaccin anti-Covid réclamée par l’Inde

L’Inde, l’Afrique du Sud et huit autres pays, demandent à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) d’exempter les pays membres de l’application de certains brevets et autres droits de propriété intellectuelle (PI) en vertu de l’Accord de l’organisation sur les aspects des Droits de Propriété Intellectuelle, qui touchent au Commerce (ADPIC), pour une période limitée. C’est ce qu’a déclaré Brajendra Navnit, ambassadeur et représentant permanent de l’Inde auprès de l’OMC. Selon lui, il s’agit de garantir que les DPI ne restreignent pas la mise à l’échelle rapide de la fabrication des vaccins et des traitements contre la Covid-19. Si quelques membres ont exprimé des inquiétudes au sujet de la proposition, une grande partie des membres de l’OMC la soutient. Il a également reçu le soutien de diverses organisations internationales, agences multilatérales et de la société civile mondiale.

Situation inquiétante. Des temps sans précédent nécessitent des mesures peu orthodoxes, selon l’ambassadeur Brajendra Navnit. Selon lui, nous l’avons vu dans l’efficacité des verrouillages stricts pendant une période limitée, en tant qu’intervention politique, pour freiner la propagation de la pandémie. Le Fonds monétaire international (FMI) dans son édition d’octobre 2020 des Perspectives de l’économie mondiale déclare: «… Cependant, le risque de résultats de croissance moins bons que prévu reste considérable. Si le virus réapparaît, si les progrès en matière de traitements et de vaccins sont plus lents que prévu, ou si l’accès des pays à ces derniers reste inégal, l’activité économique pourrait être plus faible que prévu, avec une nouvelle distanciation sociale et des verrouillages plus stricts ». La situation semble plus sombre que prévu. « Nous avons déjà perdu 7% de la production économique par rapport au scénario de référence projeté en 2019 », avance l’ambassadeur. Cela se traduit par une perte de plus de 6 billions de dollars du PIB mondial. Selon lui, même une amélioration de 1% du PIB mondial par rapport au scénario de référence ajoutera plus de 800 milliards de dollars à la production mondiale, compensant certainement la perte d’un ordre beaucoup plus bas pour un secteur de l’économie en raison de la dérogation.

Soutien au vaccin. Un simple signal garantissant un accès rapide et abordable aux vaccins et aux traitements fonctionnera comme un grand stimulant de confiance pour la reprise de la demande dans l’économie, selon Brajendra Navnit. « Avec l’émergence de vaccins efficaces, il semble y avoir un certain espoir à l’horizon. Mais comment les rendre accessibles et abordables pour la population mondiale? La question fondamentale est de savoir s’il y aura suffisamment de vaccins Covid-19 pour circuler. Dans l’état actuel des choses, même les scénarios les plus optimistes d’aujourd’hui ne peuvent garantir l’accès aux vaccins et aux thérapies Covid-19 pour la majorité de la population, dans les pays riches comme dans les pays pauvres, d’ici la fin de 2021. Tous les membres de l’OMC sont d’accord sur un compte-rendu qu’il y a un besoin urgent d’augmenter la capacité de fabrication de vaccins et de produits thérapeutiques pour répondre aux besoins mondiaux massifs. La proposition de dérogation aux ADPIC vise à répondre à ce besoin en veillant à ce que les obstacles à la propriété intellectuelle n’empêchent pas une telle augmentation de la capacité de fabrication », martèle l’ambassadeur.

Flexibilité. Par ailleurs, Brajendra Navnit a noté que les flexibilités existantes au titre de l’Accord sur les ADPIC ne sont pas adéquates, car elles n’ont pas été conçues en gardant à l’esprit les pandémies. « Les licences obligatoires sont délivrées pays par pays, cas par cas et produit par produit, où chaque juridiction dotée d’un régime de propriété intellectuelle devrait délivrer des licences obligatoires distinctes, ce qui rend pratiquement la collaboration entre pays extrêmement onéreuse. Si nous encourageons l’utilisation des flexibilités de l’Accord sur les ADPIC, celles-ci sont longues et lourdes à mettre en œuvre. Par conséquent, seule leur utilisation ne peut garantir l’accès en temps opportun à des vaccins et des traitements abordables. De même, nous n’avons pas vu de progrès très encourageants sur le pool d’accès à la technologie Covid-19 de l’OMS ou sur l’initiative C-TAP, qui encourage la contribution volontaire de la propriété intellectuelle, de la technologie et des données pour soutenir le partage mondial et l’expansion de la fabrication de COVID-19 produits médicaux. Les licences volontaires, même lorsqu’elles existent, sont entourées de secret. Leurs termes et leurs conditions ne sont pas transparents. Leur portée est limitée à des montants spécifiques ou à un sous-ensemble limité de pays, encourageant ainsi le nationalisme plutôt qu’une véritable collaboration internationale », a-t-il expliqué.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

RN4 : Fiara roa voatafika teny Ankazobe

Miverina indray ny fanafihana fiara eny amin’ny lalam-pirenena. Omaly alina, tany amin’ny lalam-pirenena faefatra, alohan’ny hidirana an’Ankazobe, fiara roa no notafihan’ny jiolahy. Araka ny fitantarana vaoray tamin’ny mpandeha, nametraka sakana ireo olon-dratsy ary vao tsy nijanona ny fiara dia nirarakopana ny tora-bato. Nisy naheno poa-basy ihany koa ny olona. Tsy nijanona ireo fiara roa fa vao maika nirifatra ka tafatsoaka soa aman-tsara. Nisy ny fahasimbana toy ny fitaratry ny fiara, tsy nisy kosa ny naratra fa efa tao anatin’ny tahotra sy tebiteby ny olona. Nisehoana fanafihana fiara toy izany koa tany amin’ny Rn34 tany Antokofona Soavina. Voalaza tamin’izany fa fiara telo no notifirin’ny jiolahy. Manomboka mitaintaina ny mpitatitra sy ny mpampiasa lalam-pirenena. Manararaotra ny olon-dratsy amin’ny hamaroan’ny olona mifamezivezy makany amin’ny faritra amin’izao ankatoky ny fety izao. Nangina tanteraka ny fanafihana tamin’ny lalam-pirenena nandritra ny fihibohona ireny. Fotoana ijeren’ny mpitandro filaminana faran’izay haingana izany tsy fandriampahalemana izany izao, satria mba ao anatin’ny fifaliana anatin’ny fety ny rehetra. Na eto an-drenivohitra na ambanivohitra, na amin’ny lalam-pirenena ilaina ny fidinana avy hatrany ataon’ny mpitandro filaminana. Raha izoa no mitohy mety iafara amin’ny fahavoazana mafimafy na sanatria hisy faty olona vao hanao hetsika indray ry zareo mpitandro filaminana.

Yv Sam

Midi Madagasikara0 partages

Transport routier : Contrôle des taxis-brousses aux gares Maki et Fasan’ny Karana

Une dizaine d’accidents ont déjà été enregistré durant ce mois de décembre sur les routes nationales.

Les voyages vers les régions et les grandes villes s’intensifient généralement durant les vacances de Noël. Aussi, pour limiter ou réduire le nombre d’accidents de la route, la direction générale de la sécurité routière (DGSR) et l’agence des Transports Terrestres (ATT) lancent une opération de contrôle des taxis-brousses dans les gares Maki Andohatapenaka et Fasan’ny Karana mais aussi sur les routes. Chaque véhicule de transport fait l’objet d’un contrôle technique ciblant la qualité des freins, des roues, des éclairages, de la direction et du moteur du  23 décembre 2020 jusqu’au 31 décembre 2020. La DGSR prévient tous les conducteurs et propriétaires de véhicules que si des défaillances devaient être constatées lors du contrôle, le véhicule ne pourra repartir que lorsque le problème aura été résolu sur place. Et encore, si le véhicule devait montrer plusieurs problèmes techniques, le papier sera retiré et la voiture jugée inapte. Dans ce cas-là, il faudra passer une « contre-visite » après toutes les réparations avant de pouvoir reprendre la route. A noter que ce type d’opération est lancé dès que le trafic sur les routes nationales est important, surtout en période de vacances, car les accidents de la route ont tendance à s’aggraver durant ces périodes. Les propriétaires et les conducteurs des véhicules de transport sont donc vivement invités à toujours entretenir leurs voitures.

Rappelons également que certaines routes sont glissantes en ce moment en raison de la densité de la pluie due au passage de la dépression tropicale Chalane. Tous les chauffeurs doivent donc redoubler de prudence sur les routes.

Anja RANDRIAMAHEFA