Les actualités Malgaches du Vendredi 29 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara506 partages

Kidnapping tetsy Isoraka : Tsy nisy fitoriana tonga teny amin’ny pôlisy

Ny sampan-draharahan’ny pôlisy misahana ny heloka bevava izay raha ny tokony ho izy dia hivantanan’ny fitarainan’ny fianakavian’ny olona niharan’ny fakàna an-keriny dia nilaza mazava fa tsy nampahafantarin’ny fianakavian’i Deep ny zava-nitranga. Torak’izany ihany koa ny kaomisarian’ny boriborin-tany voalohany izay miandriakitra ny fitandroana ny filaminana eo amin’ilay toerana nisehoan’ny raharaha. « Tsy nisy fampilazàna mihitsy tonga aty aminay hatramin’izao (omaly hariva). Na ny anaran’ilay olona na ny toerana nisehoan’ilay kidnapping dia tsy mba nozarain’izay mahafantara taminay mihitsy » raha araka ny tompon’andraikitra iray eo anivon’ny pôlisy izay nanontanianay. Na izany aza, hoy ihany ny loharanom-baovao mitovy, dia nanapa-kevitra ny nanamafy ny fisavàna eran’ ny tanàna izy ireo. Efa fanaon’ny karàna ihany ny mangina sy tsy mampandre ny mpitandro ny filaminana rehefa misy ny kidnapping. Amin’ny lafiny iray dia nahomby izany satria afa-belona ny maro rehefa nanome vola. Ny lafiratsiny kosa anefa dia lasa heloka bevava mora tontosaina ny kidnapping, vokatr’izany tsy fanomezana vaovao ny mpitandro ny filaminana izany. Isan’ny mampiverina matetika ny fakàna an-keriny izany satria manamora ny asan’ireo jiolahy ilay fahanginana. Any ivelany, ao anatin’ny fotoana fohy aorian’ny fisian’ny kidnapping dia efa fantatra ny nanao izany. Miasa avokoa ny teknolojia sy ny loharanom-baovao samihafa. Ny tena lehibe ao anatin’izany dia ny fandraisan’ny olona izay nahita andraikitra ka mamariparitra ny tarehin’ny olona izay hitany. Vetivety dia fantatra avy eo satria efa manana raki-tsarin’ireo mpaka an-keriny ny mpitandro ny filaminana. Eto amintsika dia mbola sarotra tanterahina izany satria ny teknolojia mbola tsy miasa firy ary ny olona ihany koa, izay efa mifantoka loatra amin’ny fitadiavana andavan’andro, dia miala andraikitra ka na nahita maso aza dia aleony mangina sao izy indray no voaantso matetika. Toe-tsaina izay isan’ny mampirongatra ny heloka bevava.

D.R

Midi Madagasikara211 partages

Grève des magistrats et des greffiers : Le tribunal d’Anosy investi par les Forces de l’ordre

Bien malgré les intimidations, le SMM et le SGM prévoient de renforcer leur mouvement.

Journée sous tension hier du côté d’Anosy. Contre toute attente, l’Emmoreg a effectué une démonstration de « Force » au tribunal pour intimider les grévistes. En effet, pour le deuxième jour de leur grève illimitée, les membres du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM) et ceux du Syndicat des Greffiers de Madagascar (SGM) ont décidé de fermer les portails d’entrée du tribunal de première instance d’Anosy par des cadenas. « Une manière de démontrer au monde entier que nous sommes en grève », a expliqué la présidente du SMM Fanirisoa Ernaivo, tout en rappelant que « cette pratique a toujours été utilisée durant les précédentes grèves ». Sauf que cette fois-ci, les autorités étatiques ont décidé de procéder autrement et de recourir à la force pour forcer les grévistes à reprendre leur travail. Réquisitionnées par la Procureure de la République, Razafimelisoa Odette Balsama, les Forces de l’ordre accompagnées par des huissiers de Justice ont forcé le portail d’entrée qui était cadenassé par les grévistes. Le ton est tout de suite monté d’un cran car dans un premier temps, les huissiers de Justice n’ont montré aucun mandat officiel. Et ce, bien malgré l’insistance des grévistes conduits par la présidente du Syndicat des Magistrats, Fanirisoa Ernaivo et le président du Syndicat des Greffiers, Haja Randriambololona. Les altercations se sont même poursuivies jusque dans les couloirs du tribunal d’Anosy. Les éléments de l’Emmoreg ont même utilisé des poudres lacrymogènes pour disperser les syndicalistes en grève.

Intimidations. Accusée d’avoir commis une infraction pénale en cadenassant les portails d’entrée du tribunal d’Anosy, Fanirisoa Ernaivo ferait l’objet d’une menace d’arrestation. « Je n’a pas peur car la grève est un droit syndical », a réagi la principale intéressée. En effet, malgré les intimidations, le SMM et le SGM refusent de faire machine arrière. Ils prévoient même de renforcer leur mouvement. « Suite à ce qui s’est passé aujourd’hui, il n’y aura plus de dialogue… Nous exigeons des réponses à nos revendications », a déclaré la présidente du SMM. Selon ses dires, « ce recours à la force a provoqué la colère de tous les magistrats et les greffiers dans les autres provinces ». A noter qu’hier, la grève a été suivie à 100% dans les autres régions. Vers 17h30, des éléments de l’Emmoreg et ceux de la Force d’Intervention de la Police ont investi le tribunal d’Anosy. Des véhicules 4×4 de l’Emmo-Sécurité ont également pris position devant l’entrée. Les Forces de l’ordre sont restées sur le lieu durant la nuit, certainement afin de bloquer l’entrée aux magistrats et greffiers grévistes, mais aussi afin de permettre à ceux qui souhaitent travailler de rejoindre leur bureau. Hier, la Procureure de la République Razafimelisoa Odette Balsama a déclaré que « les syndicalistes ont le droit de faire grève, cependant, ils n’ont pas le droit d’empêcher ceux qui veulent travailler d’entrer dans leur bureau ». Depuis le début de cette affaire, la Procureure de la République et la présidente du SMM s’attaquent par médias interposés. Preuve de l’existence d’un malaise au sein du Corps des magistrats. En tout cas, le risque de « sakoroka » n’est pas à écarter ce jour car hier soir, Fanirisoa Ernaivo a encore déclaré : « nous serons encore présents à Anosy demain pour poursuivre notre mouvement ».

Davis R

L'express de Madagascar121 partages

Épidémie de peste – Un enfant comorien admis à Ambohimiandra

La suspicion de peste a touché un étranger à Antananarivo. La victime, un enfant comorien, est traitée au centre hospitalier anti-pesteux à Ambohimiandra (CHAPA).

Le centre hospi­talier anti-pesteux à Ambohimian­dra (CHAPA) abrite son énième patient. Un enfant comorien a été admis dans cet hôpital, très tôt, hier matin, pour un test de diagnostic rapide (TDR) positif à la peste. L’infor­mation vient du ministère de la Santé publique, très tard dans la soirée. « Pour le moment, nous n’avons pas de détail à vous communiquer. On sait tout simplement qu’il est en vie », rapporte le Dr Hery Andrianjato, directeur du Partenariat et directeur par intérim de la Promotion de la Santé au sein du ministère de la Santé publique, joint au téléphone. Il a, toutefois, précisé, que cet enfant a été hospitalisé dans un centre hospitalier mère-enfant, avant d’être transféré à Ambohimiandra.Des parents ayant des enfants hospitalisés dans cette formation sanitaire sont en panique. « Nos enfants sont peut-être contaminés aussi » s’inquiètent-ils. Mais le ministère et ses partenaires techniques et financiers se veulent  rassurants à ce propos. « Les malades suspects de peste, admis dans un hôpital sont isolés. Et l’endroit est désinfecté, il n’y a pas de risque de contamination », indique-t-on à l’hôtel Colbert à Antani­narenina, hier, lors d’un échange technique sur la peste.

Dix-neuf décèsUn nouveau cas suspect vivant a été aussi répertorié à Ankazobe, hier. Ce qui mène à cent neuf, le nombre de cas suspects de peste dans tout Madagascar, jusqu’à hier soir. Dix-neuf d’entre eux ont succombé.Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo, a reconnu qu’il était difficile de maîtriser à 100% cette mala­die, « tant que des rats continuent à circuler ». Tous sont invités à se mobiliser pour l’assainissement, la dératisation, la désinfection, la lutte contre les feux de brousse. Mais la question qui intrigue tout le monde est : comment se protéger de la peste pulmonaire qui sévit à Antana­narivo, actuellement? Selon les techniciens, l’air ne trans­porte pas le bacille de la peste. Elle ne se transmettrait qu’en contact direct avec la victime. En outre, exposé au soleil, ce bacille ne survivrait pas.« Comment pouvons-nous être rassurés que la personne assise sur le même siège que nous dans un véhicule de transport en commun n’en soit pas infectée ? », se demandent d’autres. Les spécialistes de la peste soulignent d’abord qu’une personne pestiférée peut tousser avec des crachats striés de sang, avoir une forte fièvre et présenter des douleurs thoraciques. Dans ce cas, le port de cache bouche est recommandé, autant pour le malade que pour la personne saine près de lui. Et si ces symptômes se présentent, la consultation d’un médecin est obligatoire. « La maladie se soigne, si elle est traitée à temps », indique le Dr Hery Andrianjato.Pour une meilleure prise en charge, des renforcements de capacité du personnel de santé, public et privé, sont effectués à l’hôtel Panorama à Andrainarivo, actuellement. « C’est une sorte de remise à niveau des médecins sur la prévention, et la manifestation de la maladie », explique un responsable du ministère.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara106 partages

Vols de bœufs dans le Sud : 12 « dahalo » abattus en quatre jours

Le nombre important des personnes tuées pour des  vols de bœufs dans les milieux ruraux fait penser que cet acte de banditisme constitue un grand problème pour le pays. Les rapports sur les résultats des interventions de la gendarmerie recueillies auprès du service des relations publiques au Toby Ratsimandrava ont revelé que pendant quatre jours, du 23 au 26 Séptembre 2017, 12 « dahalo » ont été abattus durant des altercations entre les « mpanara-dia » et les « dahalo ». Ces chiffres ont été collectés dans cinq régions, à savoir Amoron’i Mania, Bongolava, Alaotra-Mangoro, Bongolava et Ihorombe. Les rapports ont montré que dans la plupart des cas, les malfaiteurs sont des personnes désespérées dans la mesure où ils risquent leur vie pour quelque chose de moindre importance. Dans la plupart des cas, ces bandits sont morts pour avoir dérobé pas plus de dix bovidés. Dans la région d’Ihorombe, à Menamaty-Iloto, deux sur les quatre « dahalo » qui ont sévi dans la localité sont tombés sous les balles des gendarmes. A Tsiroanomandidy, deux « dahalo » qui ont volé six bœufs ont tous été  abattus lorsqu’ ils ont tenté de riposter face à leurs poursuivants. A Manandriana-Amoron’i Mania, deux sur 12 « dahalo » qui ont volé deux zébus sont tombés sous les balles des gendarmes. A Andilamena, dans la région Alaotra-Mangoro, deux des 10 « dahalo » sont morts pour avoir subtilisé dix bovidés. A Antsohihy, un « dahalo » a été abattu alors qu’ils étaient deux ayant dérobé deux bœufs. A Port-Bergé, un des deux bandits qui ont volé deux zébus a été tué. Ce qui est étonnant dans tous ces cas, c’est d’entendre que ces bandits de la brousse attaquent toujours avec des armes, particulièrement des fusils de chasse. Ces derniers dont le coût sur le marché est largement supérieur à la valeur de leur butin s’ils réussissent leur coup. Ce qui amène à s’interroger d’où viennent ces armes. Est-ce que ces « dahalo » sont des mercenaires ? Quel est l’objectif du commanditaire ?

T.M.

Midi Madagasikara102 partages

[Dossier] SKI Deux athlètes malagasy sur la route vers les JO d’hiver Mia Clerc et Andy Randriamiarisoa...

Mia Clerc et Andy Randriamiarisoa

À quelques semaines de la cérémonie d’ouverture des prochains JO d’hiver, la Fédération Malagasy de Ski a le plaisir de voir deux de ses athlètes en pleine période de qualifications.

MIA CLERC – Première athlète féminine en ski alpin pour Madagascar

À ce jour, à peine 16 ans, le programme de Mia a été couronné de succès et de progression. Son entraineur et elle, avaient établi une stratégie pendant la contre saison (Hiver austral : Juillet/Aout/ Septembre), qui a permis de valider la forme de Mia et ses points qualificatifs pour les JO. « Après notre retour de Madagascar en mai dernier, où nous avons pris du plaisir et mesurer l’importance pour Mia de pouvoir représenter son pays lors d’épreuves mondialement connues, Mia a repris la préparation physique, 4 jours par semaine, dans une salle de sport gérée par une ex-championne de ski. De plus, footing, marche et yoga complétaient la semaine » a expliqué son père Stéphane Clerc.

MIA CLERC – Première athlète féminine en ski alpin pour Madagascar

Le mois de juillet a été consacré à l’entraînement sur les glaciers français (Val d’Isère, les 2 Alpes). Puis, ce fut le départ pour l’Afrique du Sud (Tiffindel) pour 18 jours et 10 courses de slalom (SL), l’une des deux disciplines visées pour les qualifications aux JO. Cette station, située au Sud de Johannesbourg, organise les premières courses internationales FIS (Fédération Internationale de Ski) de la saison qui permettent de valider le niveau des skieurs.Le programme continue : après une semaine de repos mais aussi de reprise des cours par correspondance (classe de 1re), le planning dans la salle de sport est organisé (quatre fois par semaine ; quatre stages de ski en France et en Europe sont planifiés avant les premières courses FIS de l’hémisphère nord en Italie.Des premiers sponsors les ont approchés : Salomon met à disposition tout le matériel, et la fédération malagasy de ski a pu obtenir du financement international pour soutenir les deux athlètes.

Mia sur instagram (MiaMadaski74)et sur sa page Facebook athlète Mia Clerc Ski.

Midi Madagasikara97 partages

Arlette Ramaroson : Candidate à la présidentielle de 2018 !

Une source proche du dossier a permis de savoir qu’Arlette Ramaroson, présidente de l’Association Nosy Malagasy (ANM), va participer à la course à la magistrature suprême. Par rapport à cela, une annonce officielle sera effectuée par l’intéressée dans les prochains jours. En parallèle, Andriamahandry Prosper, Ratsimanohatra Victor et Rakotoarisoa Jean, des sages d’Ambatofotsy Avaratra, Antananarivo Atsimondrano, appellent, dans un communiqué en date d’hier à ce qu’Arlette Ramaroson, « première juge internationale malgache pendant 15 ans, (…) bergère au sein du « Toby lehibe d’Ankaramalaza » (…) se porte candidat aux présidentielles de 2018 ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara94 partages

Pesta eto Toamasina : Iray indray maty, miparitaka ny peta-drindrina milaza ny fisiany

Taorian’ireo olona roa maty ny sabotsy teo sy ilay iray maty ny talata lasa teo ; izay niadian’ny havany ny hakana azy teo anivon’ny hopitaly Morafeno, dia nisy tranga iray nahafaty tovolahy hafa indray omaly alakamisy tao amin’ny sampana mpitsabo ny aretin-tratran’ny hopitaly be. Tokony  ho 30 taona eo  ity tovolahy matin’ny pesta amin’ny tratra omaly alakamisy ity teto Toamasina, izay mponina avy ao Morarano. Taorian’ny fahenoan’ny fianakaviany fa maty ny havany, dia tonga saika haka ny razana izy ireo, nefa nifampiresaka tsara tamin’izy ireo ny mpitsabo mba tsy hiverenan’ilay tranga niseho voatery niantsoana mpitandro ny filaminana tao amin’ny hopitaly Morafeno, dia nanaiky izy ireo mba hiarovana ny fahasalaman’ireto havany sy ny vahoaka eto Toamasina ihany koa. Vokatr’ity olona maty mifanesy amin’ny pestan’ny tratra milaza fa voafehy eto Toamasina ity, dia manomboka manahy ny “fahamarinana” ny ambaran’ireo mpitsabo ny ankamaroan’ny olona; tsy sahy milaza ny “marina” amin’ny mpanao gazety intsony, fa peta-drindrina apetaky ny tompon’andraikitry ny fahasalamana isaky ny andrin-jiro sy rindrina samihafa ary ireo toerana mety hametrahana izany, no fomba fiasa amin’izao zava-misy izao.  Raha ny zava-misy eto Toamasina izany dia miverina mahazo vahana ity aretina pesta amin’ny tratra ity. Manomboka miverina mividy fanafody heverin’ny olona, fa fanefitra amin’ity areti-mandoza ity ny ankamaroan’ny fianakaviana amin’izao fotoana izao.

Malala Didier

L'express de Madagascar70 partages

Nosy Be – Vingt bateaux au départ de la Grande Régate

Profiter de la navigation pour découvrir des lieux paradisiaques aux alentours de l’Île aux Parfums. C’est La Grande Régate de Nosy Be.

Le signal de départ sera donné à 13 h précises, ce samedi, pour la vingtaine de bateaux au port de Cratère de Nosy Be pour rejoindre la baie des Russes en un temps record. Diverses embarcations comme la goélette, le monocoque, le catamaran, le hobbie cat ou le boutre, et même des pirogues participeront joyeusement à cette course fraternelle marine avec des gens de toutes les nationalités. Des Belges, des Sud-Africains, des Italiens, des Anglais, des Américains, des Français et des Malga­ches partageront cette aventure.« Faire une traversée tous ensemble est un vrai bonheur. Cette fois-ci, avec “Sahondra” mon petit bateau de sept mètres, j’embarquerai huit enfants malgaches, de 8 à 12 ans, pour qu’ils puissent partager cette expérience. Peu importe si on arrivera premier ou dernier. L’essentiel pour nous, c’est de participer », avoue Fréderic Quehen, un inconditionnel de La Régate de Nosy-Be depuis sa première édition.Des bateaux de touristes de passage à Nosy Be se joindront aussi à l’aventure pour goûter à cette ambiance particulière. La traversée durera environ quelques heures.

Vent en poupeLe soir même dans la baie des Russes, après l’annonce des résultats de la première manche représentant l’aller, un dîner autour d’un feu de camp, suivi d’un concert live acoustique d’un groupe malgache, attendra les participants.Le lendemain matin, les équipes s’affronteront aux jeux de plage puis prendront le départ de la deuxième manche à 13 h sur la baie des Russes pour rejoindre le port de Cratère. Le vainqueur de cette édition sera proclamé dimanche vers 18 h, dans une ambiance festive autour d’un repas à La Marina avec Antonio Guitar, un groupe local de Nosy Be, à l’animation. Une bague de la bijouterie TaMarin appelée « alliance du soleil » et dessinée par Sylvain Subervie fera partie du lot du gagnant.« Le nombre de bateaux participant à La Grande Régate de Nosy-Be ne cesse de croître chaque année depuis la première édition, synonyme qu’elle a le vent en poupe », a souligné Isabelle Leclercq, responsable au Yacht Club Nosy-Be, organisateur de l’événement qui a vu le jour en 2000 à l’initiative de Gilles Saliba et Geneviève Larcher, tous deux propriétaires de bateaux et résidents à Nosy Be.

Ricky Ramanan

Midi Madagasikara68 partages

Chef Johary : Du tout chocolat au Café… de la gare !

Le Chef Johary en pleine création !

C’est un réel appel à tous les fins gourmets et les fans de chocolat. A l’occasion de la journée mondiale du chocolat, célébrée tous les ans le1er octobre, le Chef Johary du Café de la Gare veut marquer l’événement. Pour ce samedi 30 septembre, il a concocté un dîner tout chocolat, de l’entrée au plat jusqu’au dessert et même en amuse-bouche. Passionné, le Chef Johary aime travailler le chocolat, d’autant plus que Madagascar en produit un des meilleurs. « C’est grâce à ma rencontre avec le maître chocolatier Patrick Roger, meilleur ouvrier de France, que je me suis mis à me concentrer dessus. Il venait souvent à Madagascar et c’est à travers cette rencontre que j’ai vraiment développé cette passion. On a fait pas mal d’échanges, avec des saveurs inattendues, comme les brèdes mafana et le chocolat, aujourd’hui disponibles dans ses boutiques ! » raconte le Chef Johary fièrement. En tout cas, ce n’est pas la première fois qu’il propose ce concept. Pour ce samedi, il y aura sans doute une surprise, « on va peut-être badigeonner un mannequin avec du chocolat » dit-il, si cela est possible, surtout que ça reste très sensuel. « C’est un peu pour rappeler, du temps des Aztèques, lorsque durant la nuit de noce, les nouveaux mariés se badigeonnaient de chocolat ! » lance-t-il. Tout un programme !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara65 partages

Mandoto : Voatoraky ny lefona ny mpandeha fiara

Maratra mafy ny olona telo. Izy ireo dia isan’ny nitaingina ny fiara 404 bâché izay tratran’ny fanakanan-dàlana tao Mandoto, ny talata lasa teo. Miisa 14 ireo jiolahy izay tompon’antoka tamin’izany ary amin’ny andro atoandro (12ora sy sasany) no nitranga ny fanafihana. Nitondra basim-borona sy lefona ireo olon-dratsy. Tsy nijanona ny fiara fa nanohy nitsoaka  ary teo no velona ny toraka lefona izay nandratra ireo olona. Mampanahy hatrany ny fivezivezena amin’ny lalam-pirenena fahafito ary izao koa aza izany dia efa misy sahy manafika amin’ny andro antoandro.

D.R

Midi Madagasikara63 partages

Ambohimalaza : Kamiô avy nandona fiara roa, latsaka tao ambany tetezana

Nitrangana lozam-pifamoivoizana indray ny lalam-pirenena faharoa, tetsy amin’ny tetezana Ambohimalaza, alohan’ny hiditra an’Ambohimangakely, omaly antoandro. Fiara lehibe iray avy any amin’iny faritra Atsinanana iny no niharan-doza. Rehefa nandona fiara roa mantsy ity farany, dia nivadika ary latsaka tao ambany tetezana. Na izany aza, tsy nisy aina nafoy. Olona telo kosa no fantatra fa naratra vokatry ny loza. Tokony ho tamin’ny iray ora sy sasany no niseho ny loza, raha nandeha mafy ity fiara avy any Atsinanana ity. Efa hiaraha-mahalala fa somary tery ny làlana eo amin’io tetezana io no avy hatrany ihany koa dia mamaly amina fiolahana tsy ahita-mitsinjo izay mety ao aloha. Tamin’izay fotoana izay no nifanena tampoka tamina kamiô iray avy aty Andrenivohitra ity fiarabe, izay nambara ihany koa fa somary nangalatra lalana. Niezaka niala an’io ny mpamily kanefa voakasoka ihany ilay kamiô. Vokatry ny dona, dia voakipily ilay nandona ka nifatratra ihany koa tamina fiara kely iray taoriana, ary namarana ny lalany tany ambany tetezana nony avy teo. Vokany dia ireo olona telo naratra ireo : ny roa tamin’ilay kamiô avy any Atsinanana, ny iray kosa tao amin’ilay fiara kely voadona. Efa samy nentina namonjy toeram-pitsaboana avokoa moa ireo naratra. Samy nahitana fahasimbana betsaka kosa ireo fiara telo nifandona.

m.L

Midi Madagasikara59 partages

Réforme de la Sécurité : Les ministères concernés supplantés par la Présidence

Le président de la République et le SG de la Présidence, le Général de Corps d’Armée Ralala Roger, lors de la manœuvre militaire « TINTOTRY 2017 » à Tampoketra.

Les ministères en charge du maintien de l’ordre et de la sécurité sont mis sur la touche.

Le pilotage et la mise en œuvre des stratégies définies dans le cadre de la fameuse Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) échapperont aux ministères concernés, à savoir le ministère des Forces Armées, le secrétariat d’Etat en charge de la gendarmerie et le ministère de la Sécurité Intérieure.  C’est ce qui a été décidé lors du Conseil des ministres de mercredi dernier. Un Conseil qui a adopté le décret instituant le Bureau National de Coordination de la Réforme du Secteur de la Sécurité (BNC-RSS). L’organisation et les attributions de ce Bureau ont été également fixées par le Conseil des Ministres de mercredi. La mission des ministères de tutelle s’arrête donc à l’élaboration des stratégies qui ont été, rappelons-le, remises entre les mains du président de la République lors d’une grande cérémonie qui s ‘est déroulée au CCI Ivato le 12 septembre dernier.

Alternative. A l’allure où vont les choses, la Présidence de la République va prendre en main la lutte contre l’insécurité qui continue de sévir dans toutes les parties de l’île. Pour bon nombre d’observateurs, le régime HVM a battu le record du taux de recrudescence de l’insécurité dans le pays. En tout cas, l’intervention de la Présidence peut être interprétée comme une alternative à l’inefficacité des responsables des hauts commandements militaires. Bon nombre d’analystes politiques s’attendaient au limogeage de certains de ces derniers lors du dernier remaniement. Mais, le président de la République, à la grande stupéfaction de tout le monde, n’a pas pris des décisions dans ce sens. A-t-il peur de ces hauts gradés ?

R. Eugène

Madagascar Tribune54 partages

Les 13 coupures différentes sèment la confusion

Les petites coupures de la nouvelle gamme de billets sont en circulation depuis peu et la confusion est totale chez les citoyens. Le fait est qu’actuellement la monnaie malgache est composée de 13 billets différents qui ne représentent pas des coupures uniques. En ce sens qu’il circule légalement en ce moment deux sortes de billets de 100 Ariary, deux sortes de 200 Ariary, deux sortes de 500 Ariary, deux sortes de 1 000 Ariary, deux sortes de 2 000 Ariary, deux sortes de 5 000 Ariary, deux sortes de 10 000 Ariary et enfin le billet de 20 000 Ariary. Par ailleurs, la Banque centrale de Madagascar n’a pas encore annoncé quand les anciennes coupures qui étaient censées être remplacées allaient être retirées définitivement de la circulation. Aussi, nombreux ont été les citoyens qui ont déploré la situation. De plus, les anciennes et les nouvelles coupures se mélangent facilement de par leurs couleurs sans que leurs valeurs soient identiques. Ainsi, on pourrait aisément confondre un billet de 2 000 Ariary de la nouvelle coupure avec le billet de 10 000 Ariary de celle-ci même. Un cas concret nous a été rapporté lorsqu’un usager a voulu encaisser un chèque de banque à Toamasina. Le montant qui devait être encaissé s’élevait à 3 millions d’Ariary. Payé par la banque en coupure de 20 000 Ariary, le client en question s’est rendu compte plus tard que entre quelques liasses de 20 000 Ariary avaient été placés des billets de 5 000 Ariary de l’ancienne coupure qui à vu d’œil ressemblaient à des billets de 20 000 Ariary. La banque a par la suite décliné toute responsabilité vis-à-vis de cette arnaque. Il est vrai que le client victime aurait pu être plus vigilant mais il est clair que les billets en circulation y sont aussi pour quelque chose, facilitant les escroqueries de ce genre.

Question qualité

D’autre part, il a circulé sur les réseaux sociaux ces derniers jours une photo de trois billets de 10 000 Ariary de la nouvelle coupure : tous différents les uns des autres. Aucun des trois billets ne se ressemble, notamment en termes de dimension et de placement des éléments sensés permettre l’identification de ces billets ou tout simplement leurs signes distinctifs. Or, il a été martelé à plusieurs reprises que grâce à ces signes distinctifs, les nouveaux billets de banques récemment émis sont difficiles à falsifier ou à copier. Il s’avère maintenant que même entre trois vrais billets de banque de même valeur, aucune ressemblance n’en ressort. Quid alors des fausses monnaies qui pourraient facilement se propager étant donné le nombre et les sortes de billet en circulation. L’opinion se demande si l’Etat a pêché dans la conception de ces billets en acceptant un travail bâclé des fournisseurs payés à prix d’or ou bien s’il s’agit tout simplement de cas d’exception qui d’ailleurs ne devraient pas être admis.

News Mada54 partages

Peste pulmonaire : Toamasina classée zone rouge,Tana menacée

La peste pulmonaire continue de secouer les villes d’Antananarivo et deToamasina, où des nouveaux cas et décès sont enregistrés, presque chaque jour, depuis le début de cette semaine.

Le bilan de la peste s’alourdit, notamment dans la ville de Toamasina. Hier encore, un homme âgé d’une trentaine d’années a perdu la vie des suites d’une suspicion de peste pulmonaire au Centre hospitalier universitaire d’Analakininina. Ceci est le quatrième décès enregistré cette semaine dans cette partie de l’île.

Cette fois les responsables sanitaires locaux ont avoué que la propagation de la maladie est maintenant difficile à contrôler. Ces derniers ont déclaré la situation d’urgence, en classant la ville du Grand port comme étant une zone rouge face à la peste pulmonaire. Des sources concordantes ont informé qu’un nouveau malade suspect de peste vient d’être admis, avant-hier, au Centre hospitalier anti-peste (Chapa) à Ambohimiandra.

Les réactions des autorités compétentes, notamment à Toamasina, semblent être tardives. Il a fallu que le nombre des décès se multiplie pour que les mesures de préventions soient mises en place pour de bon. Les messages de sensibilisations, via tous les canaux de communications, ont été renforcés en vue d’inciter la vigilance de tout un chacun. Les responsables compétents se sont rués pour afficher des messages clés sur les modes de contamination de la peste. Les chefs fokontany ont été convoqués à une réunion d’’urgence avant-hier soir en vue d’une série de sensibilisation en termes d’assainissement et d’hygiène dans leurs circonscriptions respectives tout en incitant les communautés à venir à l’hôpital dès que les premiers signes de peste apparaissent.

109 cas et 20 décès

De son côté, le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo, à l’occasion d’une rencontre avec les gens des médias, hier à l’hôtel Colbert, a admis qu’ «on ne peut pas dire que la situation sera maîtrisé à 100%, en dépit des efforts entamés». D’après les statistiques enregistrées, hier après-midi, au sein de la Cellule de crise du ministère de tutelle, 109 cas suspects de pestes pulmonaire et bubonique confondues et 20 mortalités ont été notifiés.

Face aux craintes de la population dans la capitale et dans la ville de Toamasina, le chef de service de la Lutte contre la peste au sein du ministère de la Santé, Marcelin Randrema, a fortement déconseillé l’automédication. Ce dernier de faire savoir que, «La prise de médicaments de chimioprophylaxie est réservée uniquement aux personnes ayant eu un contact direct avec le malade». Ce, avant de poursuivre que «Des cas de réactions cutanées allergiques, dues à la consommation de Cotrim par des personnes saines, sans prescription médicale, notamment dans la capitale, à Vatomandry ou encore à Sava, ont été notés».

Fahranarison

 

Madagascar Tribune52 partages

Le bilan s’alourdit

Le ministère de la Santé informe que les dernières statistiques tenues jusqu’au 28 septembre dernier enregistrent 104 personnes infectées par la peste contre 93 quelques jours auparavant. Dix-neuf (19) personnes ont succombé à cette maladie moyen-âgeuse qui est présente dans 17 districts à travers l’île.

Le ministère de la Santé met en garde la population contre les différentes rumeurs et autres désinformations sur la peste. Les autorités sanitaires réitèrent qu’il ne faut pas prendre le médicament Cotrim sans avis du médecin et n’importe comment. Face à la ruée vers le Cotrim, ce sulfamide se vend jusqu’à 15 000 ariary la plaquette contre 1 000 ariary normalement dans certaines contrées, se désolent les autorités sanitaires. Selon ces dernières, la peste ne se transmet pas automatiquement ni facilement que cela mais à partir des puces infectées ou de projection salivaire.

L’hygiène d’une manière générale dont l’hygiène de l’environnement reste le meilleur moyen pour lutter contre la peste. Il faut éliminer tous les lieux sales qui attirent les rats, porteurs de puces vecteurs de la peste bubonique. Nul n’est obligé de vivre avec les rats, ni avec la saleté d’ailleurs.

Midi Madagasikara39 partages

Football – Simon Tsangandahy : « Il est temps de faire participer les grosses sociétés pour sauver le ...

Revenant sur la débâcle du football féminin à Bulawayo, Simon Tsangandahy, l’ancien CTR de la Ligue de Vatovavy Fitovinany devenu aujourd’hui sénateur et vice-président de la Fédération Malgache de handball, relativise cet échec en s’en prenant à l’immobilisme des grosses sociétés. Interview…

Midi Madagasikara : Le football féminin a fait naufrage au Cosafa Cup, au Zimbabwe, s’inclinant lourdement devant le Zimbabwe (4 à 0), le Malawi (6 à 3) et la Zambie (7 à 1).  Est-ce à dire que c’en est fini de ce football féminin ?

Simon Tsangandahy : « Le propre d’un sportif est de pouvoir rebondir après un échec. C’est son challenge de tous les jours. Et à mon avis, il ne faut jamais baisser les bras. Notre football féminin comme tous les sports malgaches du reste, souffre de problèmes financiers à même de mettre en place une vraie politique sportive. Sans la participation de toutes les 22 ligues régionales, cela reste compliqué pour espérer rivaliser dans un premier temps avec les grandes nations africaines.»

Midi : Mais quelle est donc la solution pour pallier à ces problèmes financiers que vous évoquez ?

S.T. : « Ce n’est pas sorcier car il suffit d’impliquer dans le développement du sport à Madagascar, tous les acteurs. A commencer par les grosses sociétés qui ont un rôle prépondérant comme cela a été le cas avec la BTM ou la BFV de l’époque avec la particularité d’avoir embauché chez eux tous leurs sportifs. Et croyez-moi, ce fut une grande source de motivation pour les jeunes.Mais pour que cela se concrétise dans la réalité, il appartient à l’Etat de trouver un accord avec ces sociétés qui s’occupent des clubs.

Si on parvient à trouver une formule consensuelle, je suis certain que Telma, Jovenna ou Galana parviendront en mettre en place des équipes championnes dans les disciplines de leur choix pour peu qu’ils bénéficient d’un juste retour de manivelle.»

Midi : Mais ce n’est pas toujours vrai au handball dont vous êtes le vice-président de la fédération, où Toliara reste et restera toujours le vivier de cette discipline même sans l’aide des sociétés.

S.T. : « C’est vrai. Mais en remontant un peu loin dans l’histoire du handball à Toliara et plus particulièrement de l’ASCO, il y avait le Frère Romain qui servait d’interface non seulement aux grosses sociétés mais aussi aux autres personnalités politiques de la région qui subvenaient aux besoins du club. Et là, l’ASCO n’est qu’un nom car l’équipe est soutenue par tous les Tuléarois avec en toile de fond ce sentiment d’appartenance ravivé à chaque sortie du club. La ville vit pour l’ASCO et vice versa. C’est exceptionnel et cela a marché.»

Propos recueillis par

Clément RABARY

News Mada37 partages

Tout chocolat : des découvertes gustatives selon Chef Johary

Dans le cadre de la Journée mondiale du cacao et du chocolat, le Café de la Gare organise une soirée tout en chocolat, demain, à Soarano. Un dîner spécial sera présenté par Chef Johary qui nous dévoilera ses secrets. Interview.

* Les Nouvelles : l’année dernière, vous avez déjà organisé une soirée tout en chocolat, y aura-t-il un changement pour cette prochaine édition ?

– Chef Johary : Effectivement, il y aura du changement, que ce soit au niveau de l’animation ou au niveau du menu. L’année dernière, nous avons surtout démontré que le chocolat est un produit raffiné, dans tous les sens du terme. Un défilé de mode était au programme. Et j’avais confectionné les accessoires qui ont été réalisés avec du chocolat, par exemple des colliers… Cette année, la soirée sera animée par Faniah, une jeune chanteuse talentueuse. Ensuite, pour pimenter davantage l’évènement, nous essayerons de proposer diverses animations, telle une séance de badigeonnage sur un mannequin. Côté culinaire, notre objectif est de vulgariser le chocolat en proposant un menu plus abordable.

* Un dîner tout en chocolat signifie que, dès l’entrée jusqu’au dessert, cet ingrédient sera toujours présent dans chaque plat, même les boissons…

–  Par expérience. J’imagine sur la manière d’associer les goûts, des fruits de mer avec de la sauce cacao d’Ambanja, du foie gras et du chocolat…  J’essaie ensuite les plats et si nécessaire, je les rectifie pour avoir un juste milieu. Bref, la soirée sera donc une découverte gustative pour les passionnés et amateurs de chocolat. Au fait, j’ai déjà travaillé avec Patrick Roger, l’un des meilleurs ouvriers de France en termes de chocolat, depuis 2010. A chaque fois qu’il est de passage au pays, nous effectuons des échanges d’expériences gustatives. Grâce à notre rencontre, il a découvert le mélange exotique du chocolat et des brèdes «mafana» ou «Anamalaho». Actuellement, il présente ce produit dans ses dizaines de boutiques éparpillées dans toute l’Europe.

* Il existe d’autres produits qui méritent d’être marqués, pourquoi avez-vous choisi le chocolat ?

– Parce que j’aime cet aliment et son histoire. Le chocolat a été découvert par le peuple aztèque comme étant une nourriture aphrodisiaque. Dans la tradition, le jeune couple marié est badigeonné entièrement de chocolat, durant la nuit de noce. Par ailleurs, son goût procure une sensation de bien-être.

Propos recueillis par Holy Danielle

Midi Madagasikara33 partages

La peste, un fléau qui n’a plus sa raison d’être

C’est un fléau qui n’a plus sa raison d’être en ce début du XXIe siècle, mais il est en train de se répandre dans la grande île. La peste est en train de faire des ravages et si on n’y prend pas garde, ce n’est plus une centaine de cas confirmés que l’on va avoir, mais le risque d’une véritable épidémie est avéré. Les autorités reconnaissent qu’elles n’ont pas encore réussi à mesurer l’ampleur du désastre qui s’annonce.

La peste, un fléau qui n’a plus sa raison d’être

Les nouvelles alarmantes qui parviennent de différentes localités de la Grande île ravivent les souvenirs des anciens qui ont vécu il y a des années les affres de cette épidémie de peste ayant fait des milliers de morts dans la population. Certes, ils étaient encore tous petits, mais ils étaient conscients du désarroi de leurs parents ayant perdu de nombreux proches. Aujourd’hui, on n’en est pas là et il existe un traitement de cette funeste maladie, mais encore faut-il prendre le problème à bras le corps et mettre en place  des dispositions draconiennes  pour empêcher le bacille de Yersina Pestis de se répandre. Les autorités sanitaires sont conscientes de la gravité  du problème, mais elles reconnaissent qu’elles n’ont pas réussi à le maîtriser. Il y avait un mort au début du mois, puis le nombre de décès est monté à six et il augmente de jour en jour. Jusqu’à hier, il s’élevait à 19 et des dizaines de cas suspects avaient été  dénombrés. Il est donc nécessaire de prendre le taureau par les cornes et d’établir un véritable plan d’urgence. Le ministère de la Santé est décidé à le faire, mais comme il a été dit hier lors d’une conférence de presse, il faut éduquer la population et prendre des mesures préventives. Les services sanitaires sont prêts à prendre leurs responsabilités et traiter tous les cas suspects qui se présentent. Néanmoins, pour le moment, ils semblent dépassés par la rapidité avec laquelle la maladie se répand. Il n’y a pas lieu de paniquer, nous assure-t-on, mais tout le monde commence à se poser des questions. Il est plus que temps de multiplier les séances d’information et de mises en garde pour pousser la population à prendre des précautions.

Patrice RABE

Midi Madagasikara31 partages

IFTM Top Resa 2017 : 9e participation de Madagascar au salon

Le stand de Madagascar au milieu des îles voisines.

Depuis 2009, Madagascar est présent Porte de Versailles à Paris. Pour sa 9e participation à ce salon du Tourisme, le stand de l’île Trésor est moins grand ou plus petit (c’est selon) par rapport à la précédente édition. C’est à la mesure même de la destination Madagascar qui n’est pas toujours ou encore à la place qui devrait être la sienne. Sur le stand de Turkish Airlines par exemple, le slogan est : « Discover the world ». Avec juste au-dessous, les noms des Maldives, Maurice, Zanzibar et Seychelles. Madagascar n’est pas mentionné expressément par la compagnie aérienne turque qui fait, si l’on peut dire, une sorte de promotion en live en choisissant pour décor de son stand, un intérieur d’avion. Avec de vrais sièges, des plateaux repas comme ceux servis à bord et de véritables hôtesses en chair et en os qui sont là pour …servir les visiteurs et non moins clients potentiels de Turkish Airlines qui dessert Antananarivo même si cette destination semble avoir été oubliée pour ne pas dire occultée, en raison peut-être de la part de marché que la Grande Ile représente au niveau des touristes turcs. En revanche, sur le stand d’Ethiopian Airlines, Antananarivo est inscrit noir sur blanc parmi les « excellents connexions » au départ de Paris.

Moyens. C’est dire que la destination Madagascar a une place mitigée au niveau des professionnels du Tourisme et du Voyage alors que l’objectif de la participation au salon IFTM Top Resa est justement de donner ou de redonner à la Grande Ile, une place au …soleil, quoique ce soit un euphémisme de le dire. Comme point n’est besoin de souligner le manque de moyens pour faire la promotion de la destination Madagascar. Et ce, par rapport aux autres pays qui mettent le paquet – au propre comme au figuré – dans ce salon où le tourisme durable a été mis en relief à l’occasion de la Journée Mondiale du Tourisme. Un créneau écologique créateur d’emplois et de nouvelles opportunités que Madagascar devrait exploiter faute de se mettre à l’ère du tourisme digital qui a eu droit de cité hier Porte de Versailles avec le « Digital Day ». Comme son nom l’indique, il s’agit de mettre les technologies numériques au service de l’industrie du tourisme qui est un moteur de développement.

La journée d’hier a été également marquée par la « soirée After TO » oragnisée par IFTM Top Resa et le Village des Tours Opérateurs. Quant au dernier jour du salon, il est particulièrement dédié ce vendredi aux « étudiants, futurs gestionnaires de l’industrie », dixit le directeur du Salon, Frédéric Lorin dans son « Morning Briefing » d’hier.

R. O (Paris)

Midi Madagasikara30 partages

Gold Amigo : Le dernier-né de la Star

Sombrero et tacos, pour accompagner la Gold Amigo !

Après la Gold Blanche, la Gold Blanche en canette et la Gold 8, voici un petit malin qui a fait ses apparitions sur les étales des boutiques, des restaurants et des grandes surfaces : la Gold Amigo. Aromatisée à la téquila et au citron, cette bière blonde est produite localement par la Nouvelle Brasserie de Madagascar, et veut accompagner les soirées et rencontres festives entre amis. Avec comme inspiration le Mexique, c’est toute une ambiance colorée qu’elle évoque. Le lancement de cette bière s’est tenu le 18 septembre dernier à l’occasion d’une grande manifestation culturelle, elle sera bientôt disponible dans tout le pays !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara30 partages

RSS : Revalorisation de l’Andrimasompokonolona

Un atelier portant sur les comités d’auto-défense villageoise ou Andrimasompokonolona s’est tenu, hier, au ministère du Plan, à Anosy. Placé sous l’égide du Comité technique d’Organisation de la Réforme du Secteur de la Sécurité (CTO-RSS). Selon la coordonnatrice nationale du comité national de vigilance, Rahantasoa Florence, « l’objectif est de revaloriser l’Andrimasompokonolona en sachant que c’est la seule issue pour la restauration de la sécurité à Madagascar ».  Ce comité revendique également des amendements sur le décret 94-608 du 28 septembre 1994 relatif à la participation active de la population par le biais des « Andrimasompokonolona ». Les autres objectifs de cet atelier, sont entre autres, de renforcer et assurer la sécurité dans chaque Fokontany, sensibiliser, mobiliser et influer pour que les Dina soient mis en place dans toutes les régions suivant le principe du « Fihavanana ». Notons que ce projet portant sur la RSS a débuté par le district d’Atsimondrano.

Dominique R.

Midi Madagasikara28 partages

Ambovombe : Olona voarohirohy ho namono olona, nomena fahafahana vonjimaika

Nitokona teo anoloan’ny Fitsarana ambaratonga voalohany eto Ambovombe ny fianakaviana maromaro. Am-pilaminana tanteraka ny fitokonana, tsy nisy fanakorontanana. Teo am-pamakiana ny “banderole” nentin’izy ireo no nahalalana fa mitaky ireto fianakaviana ireto ny hamerenan’ny fitsarana ao am-ponja olona iray izay navoakan’ny fitsarana amin’ny alalan’ny fahafahana vonjimaika. “Tsy misy dikany amin’ny fitsarana eto Ambovombe ny ain’ny zanakay maty. Vonjeo izahay ry Fitondram-panjakana fa voahitsakitsaky ny fitsarana eto Ambovombe ny zonay”, izay no naverimberin’ireto fianakaviana ireto. Raha nanontaniana ny solontenan’ny fitsarana, dia milaza fa resaka fandratrana tsotra no nanenjehana ity olona takian’izy ireo ity fa tsy resaka vono akory. Izay no namotsorana azy. Ny tompon’ny maty sy ny vavolombelona anefa miziriziry fa an’isany namono io lehilahy io. Raha ny filazan’ny nahita dia toa hoe nanao fety ity olona ity rehefa nivoaka ny fonja. Izany hoy ny mana-manjo no tsy tantinay ka mba tsy hisian’ny fitsaram-bahoaka dia aleo aloha izahay hitaky am-pilaminana ny hamerenana azy ao am-ponja. Raha tsiahivina mantsy dia ny 17 jona lasa teo no novonoin’olona enin-dahy ho faty ny vehivavy iray. Tamin’ny fomba feno habibiana satria dia vely famaky sy antsy lava no namonoana azy. Taorian’ny fitsarana dia nampidirina am-ponja vonjimaika izy enina. Ny 19 septambra teo anefa dia voalaza fa toa hoe navoaka ilay olona tena namono. Ka io no nahatonga izao fitokonana izao. Ho an’ny olona ao Ambovombe dia tokony hojeren’ny Sendikan’ny Mpitsara (SMM) izao fandehan-javatra izao, mba tsy hilazana fa ny antony angatahan-dry zareo fahaleovantena dia mba hahafahany manao ny toy izao.

A.R

Midi Madagasikara28 partages

Bye bye vacances : Lôla et plusieurs grosses pointures au Club nautique

Lôla et plusieurs grosses pointures dont Stéphanie seront à l’affiche de « Bye bye vacances » au club nautique Ivato ce dimanche 1er octobre.

Le 1er octobre, Lôla revient sous les feux des projecteurs. Il partagera la scène avec Stéphanie, Shyn, Gangstabab, Lion Hill et Elidiot.

Plus que quelques jours et bonjour la rentrée ! Pour terminer en beauté les vacances, M production a décidé d’organiser « Bye bye vacances » qui se tiendra au Club nautique Ivato ce 1er octobre. Une fête dédiée à toute la famille. « L’endroit est idéal pour pique-niquer. Il y a des vedettes sur lesquelles on peut faire un tour, sans oublier les aires de jeux pour les tout-petits et le plus important : le grand spectacle qui va s’y tenir » explique le responsable de M production. Grande figure de la variété, connue et reconnue dans toute la Grande Ile, Lôla fera partie des artistes à l’affiche de cet évènement. « Mettre de l’ambiance ? Lôla sait y faire. C’est d’ailleurs de cette manière qu’il a construit sa réputation ». D’autres grosses pointures, notamment Stéphanie, Shyn et Gangstabab vont également être du rendez-vous. Raison pour laquelle le public pourra apprécier et découvrir Lion Hill et Elidiot. « Ce ne sont pas vraiment des inconnus puisque l’un comme l’autre se sont déjà produits dans plusieurs grandes villes. Pour Elidiot, ce sera le premier grand concert en plein air. Je sais cependant qu’il va faire grande impression, comme ses pairs déjà connus ».Mahetsaka

Midi Madagasikara24 partages

Pétanque : Le tournoi de Rotary Club Ivato pour dimanche

L’ancien président de la Fédération Malgache de pétanque, Gérard Naturel, est très actif au sein du Rotary Club Ivato.

La pétanque des entreprises va pouvoir s’animer à l’occasion du traditionnel tournoi de Rotary Club Ivato de dimanche au paddock de Mahamasina.

Pour un tournoi qui sert de levée de fonds pour les actions sociales du club, c’est presque une certitude qu’il va y avoir du monde. La formule en triplette non seulement plaît à tout le monde mais comme le Rotary Club Ivato tient aussi à son image, il va pratiquement dérouler le tapis rouge aux participants. A preuve les 250 000 ariary de droit par équipe couvrent même la participation à la consolante mais également le repas des trois joueurs et même les boissons.

C’est dire que le but n’est pas d’amasser autant d’argent mais surtout de faire plaisir aux invités pour cette journée dominicale qui commence dès 7h30 pour les formalités et le défilé des participants d’usage tandis que le coup d’envoi du tournoi sera donné à 8h30.

Les inscriptions peuvent se faire auprès de Gérard Naturel ou de Marius Rabe avant le samedi 30 septembre.

Clément RABARY

Midi Madagasikara24 partages

Député Hary Andrianarivo : Au chevet du « Toby Filadelfia » Fandriana

Le 59e « Isan-taonam-Pifohazana » du « Toby Filadelfia » Andranoraikitra Fandriana s’est déroulé du 23 au 28 septembre dernier. La journée du 24 septembre a été consacrée à l’ordination des six nouveaux pasteurs qui étofferont ceux qui sont déjà en exercice et durant laquelle le député et non moins vice-président de l’Assemblée Nationale, Hary Andrianarivo a été invité. Compte tenu de ses obligations, il n’a pu être  présent à la cérémonie mais a dépêché ses représentants dont Dina Rakotomalala et l’un de ses conseillers techniques. Par ailleurs, le député a apporté son soutien à ce « Toby » qui fait partie du « Tobilehibe Farihimena ». Pour ce faire, 100 kg de riz et d’autres produits de première nécessité tels que le sucre, de l’huile, du lait concentré et des nouilles ont été distribués lesdits représentants au nom du député Hary Andrianarivo. Notons que le « Toby Filadelfia » prend en charge les malades et les personnes nécessiteuses.

Aina Bovel

Midi Madagasikara22 partages

Football – AS TOPDOM : Avec la bénédiction de Rasolomampionona Hasimpirenena

Ils seront au second tour de la Telma Coupe et affronteront Elgeco Plus à Fianarantsoa pour les prochaines rencontres.

L’équipe de l’AS TopDom “Association Sportive Topo et Domaine” a eu les bénédictions de leur président d’honneur Rasolomampionona Hasimpirenena. « On entre dans une phase plus sérieuse, a lancé ce président d’honneur. Nous étions partis de club, de rencontres régionales et nous voila en seconde phase d’une compétition nationale ». Leur coach Razafindraherimbola Raphaël Michel a parlé de victoire et de tout faire pour aller même à l’étranger représenter Madagascar. « C’est l’image de tout le ministère ainsi que tous les employés qui sont en jeu » a conclu le Directeur Général des Domaines et non moins président d’honneur. Et aux joueurs de donner le meilleur d’eux-mêmes pour aller le plus loin possible.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara19 partages

Accès à l’information : « Le temps du culte du secret est révolu », dixit Zo Rakotoseheno

«Toutes les informations détenues par le gouvernement et les institutions devraient être publiques ». En somme, c’est le message adressé par le président de la Commission Sociale, Culturelle et Communication du Sénat, Zo Rakotoseheno, aux pouvoirs publics en marge de la journée internationale de l’accès universel à l’information, hier. C’était une occasion pour le sénateur d’apporter un message d’espoir et surtout d’indiquer à quel point l’accès à l’information est plus que primordial d’autant plus que c’est un droit universel. Lorsqu’il s’est adressé aux pouvoirs publics, il a mis principalement l’accent sur l’accès aux sources ; une notion qui ne peut être séparée de l’accès à l’information. Dans son allocution, il a laissé entendre qu’« elles (toutes les informations détenues par le gouvernement et les institutions) ne peuvent être cachées sauf pour des raisons légitimes comme le respect de la vie privée et la question relative à la sécurité nationale. Le temps du culte du secret est révolu, la rétention permanente de l’information n’a plus lieu d’être ». Depuis le temps où la censure a été effacée de l’histoire du pays, l’accès aux sources restent néanmoins très limité notamment en ce qui concerne les sources institutionnelles. Une situation qui bloque les journalistes quand ces derniers sont appelés à effectuer une investigation sur tel ou tel sujet.

Redevabilité. Zo Rakotoseheno est convaincu que l’accès à l’information a un grand impact sur la gouvernance et le développement du pays. En s’adressant aux citoyens, il a rappelé que « l’information est le pouvoir de demander des comptes ». En d’autres termes, la redevabilité serait automatique avec des informations ouvertes. Mais pour cela, les citoyens devraient en être conscients et être actifs. Par rapport à ce point, le sénateur recommande que « toutes les institutions aient un site web », un site web riche en infos et actualisé. Aussi, a-t-il un message pour les journalistes. « Le code de la communication consacre leur accès aux sources d’infos publiques. Nous attendons des informations complètes, vérifiées et objectives. En toute humilité, menez votre noble mission avec rigueur et honnêteté intellectuelle », soutient-il. Notons que pour la capitale, la célébration de la journée internationale d’accès universel à l’information s’est déroulée à la bibliothèque nationale.

Aina Bovel

Midi Madagasikara19 partages

West center Anosizato : Bazar flash et bazar de noël s’annoncent déjà

C’est dans ces box que les participants vont exposer pendant toute la tenue du bazar flash et du bazar de noël au West center.

Du 27 octobre au 17 décembre, le West center Anosizato accueille le bazar flash et du 17 au 31 décembre, il enchaînera avec le bazar de noël.Un évènement qui va certainement plaire aux mamans et férus de mode ! Du 27 octobre au 17 décembre, le West center Anosizato accueille le Bazar Flash. Plus d’explication de la part du gestionnaire du centre commercial : « Bazar flash est un concept inédit. Les exposants ne sont effectivement pas tenus de louer leur box pendant toute la durée de l’évènement. Ils peuvent réserver l’espace pour un week-end, le libérer pour le suivant et le reprendre la semaine d’après. Une formule qui bénéficie également au public qui, de cette manière, aura plus de choix et pourra toujours découvrir de nouvelles boutiques, d’autres choses. Boutiques, vendeurs en ligne, restaurateurs… tout le monde est la bienvenue ». Après le 17 décembre, la fête continue au West Center puisque le centre commercial enchaîne tout de suite avec le bazar de noël. Cet évènement se tiendra par contre du 19 au 31 décembre. Pendant toute la durée de l’évènement, diverses animations : zumba, karaoké live, face painting… sont prévues au programme afin que les  grands comme les tout-petits puissent s’amuser.

Sécurisés. Pour l’instant, des stands sont encore disponibles. Les éventuels participants peuvent donc réserver dès maintenant et demander plus d’explications au West Center Anosizato. Sécurisés, à l’abri du soleil, du vent et de la pluie, les  stands ne se trouvent effectivement pas à l’extérieur mais dans le centre même. « Ici, les visiteurs n’ont pas à gérer les pickpockets. Je précise effectivement qu’ici, nous avons des box sécurisés qui n’ont rien à envier aux grandes boutiques. De plus, nous avons déjà dans notre enceinte différents services et banques sans oublier le grand parking ». Pour ceux qui hésitent encore, il faut donc décider dès maintenant.Mahetsaka

News Mada16 partages

11e Salon de l’Auto : participation des institutions étatiques

La 11e édition du Salon de l’Auto aura lieu, du 5 au 8 octobre prochain, au Centre de conférences international (CCI) Ivato. Les sponsors et partenaires ont été présentés officiellement à la presse, hier, à Akoa Ivandry.

Organisé par le Groupement des concessionnaires automobile de Madagascar (GCAM), le Salon de l’Auto est devenu un rendez-vous incontournable des fans de l’automobile, des passionnés de l’innovation et des technologies. Aux côtés du GCAM depuis quatre éditions maintenant, Telma est le sponsor officiel de l’événement.

Si le Salon de l’Auto représente 7 à 8% de la vente annuelle des membres du GCAM, Moustafa Hiridjee, président du GCAM constate que la concurrence avec les véhicules d’occasion est « déloyale » vu qu’ ils sont principalement dans l’informel. « C’est une concurrence que nous sommes en train de perdre », a-t-il indiqué.

Les discussions avec l’Etat n’ont pas abouti jusque-là mais les concessionnaires essayent de se rapprocher des institutions. « La nouveauté de cette année, c’est de faire participer les institutions, afin de constater que nous, secteur formel, sommes un vrai collecteur de taxes pour l’Etat et que lorsque nous perdons, l’Etat perd. C’est ce genre de discussion qui nous permettra d’essayer de faire avancer les choses », a expliqué Moustafa Hiridjee.

La particularité de cette 11e édition sera ainsi la présence d’un Pavillon regroupant les partenaires institutionnels du GCAM, à savoir le ministère des Transports, le ministère du Commerce et de la consommation, la Direction générale des douanes, celle des impôts, de la sécurité routière ou encore le Centre immatriculation.

Arh.

 

Midi Madagasikara16 partages

Salon de l’Auto 2017 : 25.0000 visiteurs attendus pour la 11e édition

Le Salon de l’Auto 2017 se tiendra du 5 au 8 octobre au Centre de Conférence Internationale Ivato. Organisé par le GCAM (Groupement des Concessionnaires Automobiles de Madagascar), cette manifestation présentera, pour cette 11e éditon la présence d’un Pavillon regroupant les partenaires institutionnels du GCAM, notamments les Ministères en charge des Transport, du Commerce et de la Consommation, l’Administration de la douane et des impôts, le SAMIFIN, le Centre Immatriculateur et la Direction générale de la sécurité routière. Selon le président de la GCAM, Moustafa Hiridjee, plusieurs exposants constitués de concessionnaires automobiles, de constructeur, de banque, de compagnie pétrolière, etc. seront au rendez-vous pour exposer leurs offres sur une surface totale de 16.248m². Telma qui est sponsor officiel de l’événement marquera également sa présence. « Nous avons appuyé ce Salon de l’Auto depuis maintenant 4 éditions, car le secteur de l’automobile regorge d’innovations. Cela va de pair avec le secteur des TIC, qui est également en pleine évolution, chaque jour », a indiqué Lalaina Ralaiarijaona du département Communication au sein du Groupe Telma. En effet, Telma va présenter ses nouveautés de cette année, entre autres, la clé Wingle 4G pour une connection internet via wifi pouvant accueillir 10 utilisateurs, le Tag-IP pour la géolocalisation de véhicules, et bien d’autres. De plus, les visiteurs auront l’occasion de jouir de l’Internet très haut débit de Telma, durant les 4 jours du Salon au CCI Ivato.

Antsa R.

Midi Madagasikara15 partages

Festival Hay : Un grand concert gratuit à Anosy le 1er octobre

Voots Kongregation organise à l’occasion de la journée internationale de la musique, le 1er octobre prochain, un festival dénommé Hay pour mettre en valeur la musique et la culture de Madagascar.

Hay, pour le savoir et la connaissance, pour la musique et la culture malagasy, et surtout pour la journée internationale de la musique, célébrée chaque année le 1er octobre. Pour Voots Kongregation, cela s’inscrit dans leur objectif, celui de promouvoir l’art et la culture malagasy à travers la musique-éducation. C’est donc en grandes pompes qu’il organise, pour ce 1er octobre, un festival haut en couleurs : un grand carnaval Fetibe, qui fera le tour d’Anosy, suici d’un concert sur la petite scène, avec plusieurs artistes émergents, puis le grand concert à partir de 14h30 sur la grande scène où l’on retrouvera Natior’All, Marolafy, Sarandra Beloba, Holly Zion, Sa Roy, Samba Reniala, Loharano, Nindry, Voots Kongregation, Joey Aresoa, Ibemaso Co, UXT, Belongo et Nully Ratomosoa.

Conférences. Ce festival ne se résume pas seulement à une série de prestations musicales. Il se veut être plus grand, avec une dimension plus culturelle et une piste de réflexion pour la culture malagasy. Aussi, en marge de la célébration musicale du 1er octobre, il y aura une série de conférences à thème, dont « Validation théorique de la vision de Voots Kongregation » ce jour à l’HDA Analakely, avec comme intervenant Vahombey. Demain, place à « la culture et le monde du numérique » avec Andry Ravololonjatovo à l’HDA Analakely à partir de 14h30. Et durant tout le mois d’octobre, une exposition sur tout ce que Voots Kongregation a réalisé depuis des années sera ouverte au grand public, toujours à l’HDA Analakely.

Anjara Rasoanaivo

Madagate14 partages

Antananarivo. L’état terrorise et envahit le tribunal pour casser la grève

Incroyable mais vrai! Au lieu de chercher une solution au problème de la non indépendance effective de la justice, voilà que le régime Hvm/Rajaonarimampianina envoie des éléments des forces armées pour envahir littéralement le tribunal sis à Anosy Antananarivo. Du jamais-vu de mémoire de journaliste sur près de 4 décennies.

Rasolo Élise Alexandrine (à l'extrême-droite sur la photo) qui a succédé à Andriamiseza Charles qui espère sans sortir sans casse, après son intervention nocturne sur l'affaire Claudine Razaimamonjy (ministère de la Justice Faravohitra, 5 avril 2017 à 22h). L'illusion d'un diapason avec le SMM n'a duré que le temps d'une entrevue

Tandis que la nouvelle ministre de la Justice (?) ne fait que promettre, atteinte du virus Hvm (Harcelusium verbalus e milicis: harcèlement verbal et militaire), des ordres venant d’en haut ont amené des hommes en tenue et en armes -surtout des gendarmes- a créé le désordre au sein des magistrats en grève légitime entamée le mercredi 27 septembre, en parallèle à l’amorphisme de cette ancienne présidente de la cour de cassation, magistrate de carrière, devenue, dès lors, portefaix du régime malgache actuelle. Quand ce décidera-t-elle à démissionner avant d’être démissionner comme Béatrice Atallah, une autre magistrate?

Il était à peu près 13h, ce 28 septembre 2017, après que l'huissier ait cassé le cadenas ayant fermé les grilles de l'entrée du tribunal. Les hommes en treillis et armés ont envahi les lieux ayant en face d'eux des syndicalistes et des magistrats qui n'en sont pas revenus

Ils étaient partout dans les couloirs du tribunal pour tenter de casser le mouvement. Mais l’effet sera contraire à l’impact escompté.

A moins d’arrêter carrément la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM). Mais jusqu’où ira cet état terroriste? Jusqu’au bout de ses turpitudes qui semblent ne pas avoir de fin? Droits de l’Homme? Droit de grève? Liberté d’opinion? Et ces magistrats syndicalisés ne sont même pas descendus sur la voie publique…

Trêve de bavardages: voici les preuves de cette invasion irréfléchie en quelques photos. Inouï, atroce. En tout cas, y avait-il des criminels dangereux à déloger au tribunal pour qu'on procède à un déploiement de forces armées si important?

Une petite vidéo a aussi été prise. Au cas où...

Jeannot Ramambazafy – 29 septembre 2017 - Photos prises par des magistrats de l'intérieur du tribunal inaccessible aux journalistes

Midi Madagasikara13 partages

DNI Metals : De nombreux investissements sociaux réalisés à Brickaville

Cette compagnie a distribué des kits scolaires d’une valeur de 20 millions Ar pour 500 élèves bénéficiaires d’Ambatolampy et de Vohitsara, mercredi dernier.

Malgré le fait que la société canadienne DNI Metals est encore en phase de recherche de minérai que le graphite dans le fokontany d’Ambatolampy, commune rurale d’Ambinaninony, dans le district de Brickaville, elle a réalisé de nombreux investisseurs sociaux au profit de la population locale. A titre d’illustration, cette compagnie minière a construit des routes desservant plusieurs localités allant de la RN2 vers son site d’intervention. « Ce qui nous a permis d’évacuer nos produits agricoles », témoigne la population locale.

20 millions Ar. En outre, elle a alloué 10 millions Ar pour la construction de huit puits servant à assurer l’adduction en eau potable. Quatre puits seront ainsi installés à Ambatolampy, un autre pour l’école et le reste pour la population locale. « Nous avons également construit un CEG équipé de mobiliers et d’enseignants ainsi qu’un hôpital et une maternité dotés d’équipements modernes et de médecins, et ce, malgré le fait que la compagnie soit  encore en phase de recherche », a soulevé Njara Raoily, Account Manager au sein de DNI Metals. Il a saisi cette occasion pour démentir qu’il n’est pas du tout un conseiller à la Primature. Ce n’est pas tout, la compagnie a distribué des kits scolaires d’une valeur de 20 millions Ar pour 500 élèves d’Ambatolampy et de Vohitsara, mercredi dernier.

Compensations. Parlant de DNI Metals, « ses activités de recherche s’achèveront d’ici à deux mois. C’est un investissement à risque car les résultats de cette recherche et l’analyse en laboratoire des échantillons lui permettront de prendre des décisions de continuer ou non. Elle a bel et bien un permis d’exploration et d’une autorisation environnementale, pour ce faire. Par contre, il lui faut encore un permis d’exploitation si ces résultats sont concluants », tient à préciser Amable Benjamin, le directeur inter-régional des Mines à Atsinanana. Quant aux mesures de compensations à une trentaine de ménages affectés par le projet, « 27 ménages ont déjà reçu leurs compensations qui peuvent aller de 300 000 Ar à 2 millions Ar. Certains ménages se plaignent que la valeur de leur compensation est minime par rapport aux autres alors que cela varie en fonction de la superficie de leurs parcelles touchés par le projet. Et il ne s’agit pas d’une transaction foncière. Une rencontre entre les deux parties et en présence du Tangalamena aura lieu ce jour », a fait savoir Ranaivo Cécilien, maire de la commune rurale d’Ambinaninony.

Navalona R.

Midi Madagasikara12 partages

Conférence Economique de Rome : Opportunités pour booster les exportations

L’EDBM et le Chambre de Commerce Italie-Madagascar organiseront une conférence économique du 17 au 18 octobre 2017 à Rome. « L’objectif est de promouvoir les opportunités d’affaires en Italie en appuyant les entreprises exportatrices à prospecter le marché de ce pays pour booster les exportations qui se chiffraient à 22,9 millions USD l’an dernier », a exposé Dominique Randrianarivony, directeur de communication de l’EDBM, lors d’une conférence de presse hier à l’Ibis à Ankorondrano. Nous exportons notamment des vêtements, du nickel, des produits halieutiques, des combustibles, des pierres gemmes et des métaux précieux ainsi que des huiles essentielles. L’Italie se procure des produits made in Madagascar dans les autres pays comme la France. Il y aura également des rencontres B to B avec la Confédération des Industries italiennes et de l’union des PME locales ainsi que le secteur privé malagasy lors de cette conférence économique. « Le but est aussi d’attirer des investissements italiens dans le pays car les IDE en provenance de ce pays restent encore faibles atteignant 19,6 milliards Ar en 2013 », a-t-il rajouté. Ces IDE n’ont cessé de diminuer depuis 2008 où l’on a enregistré 174,7 milliards Ar.

Navalona R.  

Midi Madagasikara11 partages

Culture et langue japonaises : De plus en plus démocratisées à Madagascar

Les jeunes s’y intéressent de plus en plus comme ce fut le cas lors du carrefour de la formation qui s’est tenue à l’AFT.

La culture japonaise gagne de plus en plus d’adeptes à Madagascar. A Tana, le nombre d’étudiants en japonais ne cesse d’accroître. Le responsable au sein du JCM (Japanese Club Manorintsoa) témoigne. « Nous avons participé au carrefour de la formation, des métiers et de l’emploi qui s’est tenu à l’Alliance Française. Nous avons reçu plus de 1 000 visiteurs. Par ailleurs, une cinquantaine de personnes ont assisté à la conférence axé sur le thème ‘les japonais, en quête d’employés et de collaborateurs’ (les avantages et les débouchés sur l’apprentissage de la langue japonaise).  Nous remercions d’ailleurs tous les étudiants qui nous ont prêtés main forte pour faire de cet évènement une réussite ». Pour ceux qui n’ont pu assister à cette manifestation à l’AFT mais souhaitent en connaître davantage sur la culture et la langue japonaise, les portes du JCM leur sont grandes ouvertes.Mahetsaka

Midi Madagasikara10 partages

Basket-ball- CCCOI : Vers une finale MB2All- Fandrefiala !

La messe est presque dite pour la Coupe des clubs champions de l’Océan Indien chez les dames. Et à moins d’un miracle, les débats vont déboucher vers la finale prévue depuis le début du tournoi en mettant face à face Fandrefiala et MB2All.

Hier encore, Fandrefiala a anéanti l’espoir de TAMIFA de ravir la première place en s’imposant avec de la marge par 57 à 49.

TAMIFA occupe la troisième place et aura MB2ALL comme adversaire lors des demi-finales de samedi au Palais des Sports lors d’un match prévu à 16h.

Quant à Fandrefiala, l’équipe aura au menu les Mahoraises du BCM qui n’ont laissé aucune chance aux Seychelloises de B Challenge en s’imposant par 74 à 60.

Une bonne prestation du BCM en fait mais il lui faut montrer un tout autre visage pour espérer battre, ce dimanche à 12h, un Fandrefiala au top de sa forme comme l’atteste sa victoire contre le MB2ALL de la petite Faneva.

Clément RABARY

Madagascar Tribune9 partages

La CENI s’inquiète des répercussions politiques

La CENI ou Commission Electorale Nationale Indépendante s’est enfin exprimé sur la tenue d’un référendum constitutionnel voulu par le régime actuel. Selon les explications données par le vice président de la Commission, l’organisation de ce référendum ne poserait aucun problème à la CENI si toutefois le référendum se tient au plus tard au mois de juin 2018. Passé ce délai donc, il serait difficile d’organiser le référendum constitutionnel tant souhaité par le régime Hery Rajaonarimampianina mais cela engendrerait également des retards dans la tenue des élections présidentielles de 2018. Les inquiétudes des membres de la CENI ne se limitent pas uniquement au respect d’un calendrier électoral qui devrait être suivi au jour prêt. En effet, les membres de la commission s’interrogent également sur les répercussions politiques que pourrait avoir le référendum constitutionnel que prévoit l’exécutif.

Ainsi, la CENI vient conforter l’opinion de la classe politique opposante au régime ainsi que celle de nombreuses organisations de la société civile sur la volonté du régime à modifier la Constitution. Des modifications qui s’apparentent de plus en plus à des calculs politiques en vue de rafler les élections prochaines ou du moins à conserver le pouvoir plus longtemps.

News Mada9 partages

Tsy voafehin’ny fitondrana intsony… : natao faritra mena i Toamasina,iray indray matin’ny pesta omaly

Tao anatin’ny efatra andro monja, efatra no matin’ny pesta any Toamasina. Iray isan’andro izany no mamoy ny ainy. Tovolahy 30 taona ity vao maty, omaly maraina. Miaiky ny tompon’andraikitra fa tsy voafehy intsony ny fihanak’ity valan’aretina pestan’ny havokavoka ity. Natao ho “faritra mena” i Toamasina… “Havokavoky ny toekarena Malagasy”.

Efa saika isan’ andro ny olona mamoy ny ainy noho ny aretina pesta amin’ny havokavoka, ary efa miaiky ny tompon’ andraikitra isan-tsokajiny eto Toamasina fa tsy voafehy ny pesta. Nofenoina peta-drindrina rahateo milaza an’ izany manerana ny fokontany hatramin’ny andrin-jiro rehetra eny rehetra eny. Raha renim-pianakaviana ny maty tato ho ato, hatramin’ny asabotsy no ho mankaty, tovolahy sahabo ho 30 taona indray maty omaly maraina, tao amin’ny hopitaly fitsaboana olona marary tratra sy havokokavoka « PHP » ary ireo aretina mifindra etsy amin’ny Hopitalibe. Faty fahefatra tao anatin’ny herinandro izy ity.

Vokany, voasokajy ho faritra mena i Toamasina sy ny manodidina azy, manampy trotraka rahateo ny tsy faneken’ ireo havan’ ny maty hanaovana fitsaboana manokana. Raha ny nambaran’ny mpitsabo iray, taorian’ny fandresen-dahatra, mora kokoa ny fifampiresahana tamin’ny fianakavian’ ity tovolahy maty ity na saika ho sarotiny sy hitaky ny hakana ny razana ihany aza ireo fianakaviana mba tsy hikitikitika ny razana.

 

Niaiky fa tsy voafehy ny aretina

Hatreto, tsy andrenesa-peo ny eo anivon’ny sampandraharaham-panjakana misahana ny fahasalamam-bahoaka ao amin’ny faritra Atsinanana, hatramin’ny minisitra tomponandraikitra aza. Eny rehetra eny no ahenoana amin’ny firesahana amin’ ireo tomponandraikitra isan-tsokajiny fa resy lahatra izy ireo amin’ny tsy fahafehezana ny aretina pesta amin’ny havokavoka eto Toamasina sy ny manodidina. Ny alarobia hariva teo, efa navory avokoa isaky ny boriborintany misy azy tsirairay ny sefo fokontany sy ireo komity miara-miasa aminy hanao fanentanana amin’ny fanadiovana ary hilaza fa mbola misy ny pesta eto Toamasina.

Tsy hisalasalana ny ho fiantraikan’izao fihanaky ny aretina pesta any Toamasina izao. Toamasina, izay voalaza fa “havokavoky ny toekarena Malagasy”. Hiantraika amin’ny lafiny fizahantany koa izao. Fa indrindra, ny lafiny ara-tsosialy. Marihina fa amin’ny fiandohan’io herinandro io no hanomboka hiverina an-tsekoly ny mpianatra. Izay fepetra hentitra avy amin’ny mpitondra foibe, tsy hita… tsy misy akory aza. Loza, loza, loza….

Sajo

L'express de Madagascar9 partages

Trophée HEC – La dernière ligne droite vient à grands pas

Suspense. Le rideau sera bientôt levé sur les gagnants du « trophée HEC Paris – Bernard Ramanantsoa 2017 ». Les lauréats seront connus, demain, à l’issue d’une cérémonie au palais d’Ambo­tsirohitra. Elle sera placée sous le signe de la promotion de la compétitivité, de la culture de la qualité ainsi que de l’excellence.Une quinzaine de sociétés finalistes se départageront une douzaine de tro­phées classés par catégorie. Notamment, dans le domaine du service clientèle, la notoriété, la gestion des ressources humaines, le prix du meilleur Manager, sous-traitant, et entreprise de l’année.Opportunité pour certains, confirmation pour d’autre, le concours HEC accorde les violons de tous sur la nécessité, la notoriété et la visibilité. Cependant, afin d’atteindre de tels objectifs beaucoup d’efforts ont dû être fournis par tous les candidats, notamment pour le cas de CFRH institut. Ce dernier entend « comparer les pratiques dans l’entreprise aux références de bonnes pratiques applicables dans le domaine du service clientèle pour HEC Paris ». Il en est de même  pour Annick Beauté qui table sur la visibilité nationale et internationale afin d’avancer en terme de performance économique.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar9 partages

Grève obligatoire

Où le syndicat des magistrats et celui des greffiers veulent -ils-en venir ? Autant on avait applaudi quand l’un réclamait l’indépendance de la Justice, autant on a du mal à suivre le film quand les deux syndicats ont décidé de faire front ensemble pour mieux faire passer leurs revendications qui ne sont pas les mêmes. À quoi ressemble un tribunal déserté par les juges et les greffiers ? C’est d’autant plus incompréhensible qu’ils ont eu une entrevue avec la ministre de la Justice, qui est membre du SMM et qui leur a promis de satisfaire les revendications au fur et à mesure. Il aurait été plus honnête de laisser la ministre concrétiser ses promesses . Une de ses missions est, d’ailleurs, de régler justement tous les problèmes de revendications sociales. Les magistrats et les greffiers voulaient du «cash» et sont donc passés à la grève. C’est leur droit le plus absolu garanti par la Constitution. Ce qui ne l’est pas, c’est de prendre le tribunal pour une propriété privée et de fermer tout accès. Ne pas vouloir faire la grève est également un droit reconnu et respecté. La grève peut donc se faire mais le tribunal doit être ouvert aux employés non grévistes ainsi qu’à tous les citoyens . Les grévistes n’ont pas le moindre droit de procéder à la mise sous scellé du tribunal qui peut fonctionner avec ce qui reste de personnel, assez important d’ailleurs. Le tribunal est un service public indispensable à tous les citoyens. Son fonctionnement est capital pour le pays aussi bien pour les besoins administratifs que pour la sécurité. La Justice est un des départements régaliens de l’État. Il est donc logique que l’État réquisitionne les forces de l’ordre s’il y a un risque de paralysie de l’appareil  judiciaire. Tout pouvoir procédera ainsi, quelle que soit sa nature.Si le SMM était sûr de sa puissance et de sa notoriété, il n’aurait pas dû avoir besoin de passer à une grève obligatoire pour ses membres. Sa cause aurait dû être unanimement partagée. Ce qui n’est visiblement pas le cas.Pour l’opinion et les profanes, on aurait aimé que le SMM pipe mot de l’absence au procès d’un magistrat inculpé dans l’affaire de kidnapping de deux enfants ainsi que de la moitié des accusés dont les principaux auteurs de l’enlèvement.Dès son arrestation, le SMM avait pris fait et cause pour lui. Et après avoir passé quelques mois en prison, le magistrat en question a été blanchi par on ne sait quelle procédure judiciaire sans que le SMM trouve à redire. Durant le procès, il n’a pas été fait aucunement mention de ceux qui ont pu quitter la prison avant l’audience, encore moins de l’origine des armes de guerre utilisées. Les juges ont purement et simplement occulté  la question. Quant au verdict, le père des enfants kidnappés a déploré le fait que le propriétaire de la maison où on a retrouvé son fils et les armes ait été acquitté.Le verdict est le fait des magistrats et non de l’État. Les juges sont désignés par le Parquet.Quand on réclame l’indépendance de la Justice et l’arrêt des interventions, on doit montrer l’exemple et faire abstraction de tout corporatisme. Que doit-on comprendre d’un jugement qui acquitte au bénéfice du doute un accusé qui ne daigne pas se présenter au procès ? D’habitude, un accusé qui snobe les juges est automatiquement condamné par contumace, fut-il un Président de la République comme Ratsiraka ou Ravalomanana. Mais visiblement, quand des magistrats jugent un magistrat, l’affaire tourne à un tour de magie.Le SMM aura beau revendiquer l’indépendance de la Justice, s’il reste silencieux et complice sur certains cas, sa plaidoirie sonnera toujours creux. Et les abus d’hier constituent des circonstances aggravantes qui alourdissent les peines.

Par Sylvain Ranjalahy

Midi Madagasikara7 partages

Rugby Analamanga : Journée décisive ce dimanche

Le championnat d’Analamanga de rugby aborde les choses sérieuses, ce dimanche au Malacam, avec l’avant-dernière journée des éliminatoires où les surprises ne sont pas à écarter.

Et compte tenu du classement assez serré où le XV Family et L’UASC respectivement à la 5e et à la 6e place, sont encore capables de brouiller les cartes car même l’actuel premier du classement, Iarivo RC et ses 20 points ne sont pas hors d’atteinte.

TAM et TFMA qui se trouvent à la seconde et à la troisième place avec 19 points, risquent de subir la révolte des sans – grade car ils seront opposés respectivement à TF Anatihazo à 15h, et aux Besetroka à 13 h.

La qualification semble plus facile pour le 3FB qui est 4e avec 17 points mais qui aura en face de lui, à 15h, le dernier du classement en l’occurrence le Matadorea qui n’a jusqu’ci que 2 points au compteur.

La bonne nouvelle pour la ligue d’Analamanga, c’est l’arrivée de la section de Vakiniadiana qui confirme la légalité des agissements du président Andry Ravelojaona.

On verra alors à 7h30, un match comptant pour le championnat de Manjakandriana avec la rencontre mettant aux prises le TFMA et le RCDA.

Un autre match du championnat de Tana Ville est prévu à 9 h avec une belle affiche haute et en couleur entre Dragon Rouge et Aigle Vert.

Bref, il y a de quoi meubler toute la journée de dimanche au Malacam. Le tout au grand bonheur des férus de l’ovale qui ont depuis choisi leur camp.

Clément RABARY

L'express de Madagascar3 partages

Cancer gynécologique – Le traitement des lésions précancéreuses disponible

Une bouffée d’oxygène dans la lutte contre le cancer du col de l’utérus. Les femmes peuvent, désormais, prévenir cette maladie fatale. Le matériel cryothérapie est disponible et fonctionnel au niveau de douze formations sanitaires et huit autres viennent d’en bénéficier. La cérémonie de remise officielle du matériel s’est tenue au centre hospitalier de référence du district (CHRD) à Itaosy, hier. Cette formation sanitaire est l’une des bénéficiaires. Celles d’Ambohi­dratrimo, de Toamasina, et de cinq centres Top réseaux à savoir celui d’Ambohi­ma­narina, de Sabotsy Name­hana, d’Andoharano­fotsy, d’Antsiranana et d’Andapa, en recevront, également. « Ce matériel permet de dépister et de traiter le plus tôt possible les lésions précancéreuses », a expliqué Daniele Nyiran­dutiye, directeur du bureau de la santé au sein de l’Agence des Nations Unies pour le développement international (USAID) qui a fait don du matériel. Le PSI appuie le gouvernement dans cette lutte.Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo, a précisé que les prises en charge seront gratuites.Le taux de mortalité lié au cancer du col de l’utérus est élevé, à Madagascar. On l’a estimé à 26,8 /100 000, à la Consultation nationale sur la prévention et le contrôle des cancers gynécologiques à Antananarivo, en juin. À Itaosy, 10 à 15% des cent vingt femmes analysées ont besoin de cette cryothérapie. Et sur vingt et un mille femmes dépistées au sein des formations sanitaires où la cryothérapie est déjà fonctionnelle, 7% ont présenté des lésions cancéreuses, selon le ministre.Le cancer du col de l’utérus touche particulièrement les femmes actives sexuellement. Elles doivent faire un dépistage, tous les ans.

M.R.

L'express de Madagascar3 partages

Inclusion – Le mobile money reste la meilleure solution

Le taux de bancarisation des Malgaches ne dépasse pas encore les 6%, d’après les derniers chiffres de la Banque centrale. Comment arriver à une inclusion financière et à l’amélioration de la bancarisation? Des questions débattues au salon Expofinance, hier. Les institutions financières, à l’instar de Microcred ou de Telma, proposent des solutions à travers les mobile banking. « Le paiement par mobile est facilitateur, de dépôt ou de retrait  d’argent. Les usagers ne sont pas contraints de se rendre auprès des banques. Ce qui réduit leur peur d’aller vers les banques, un enjeu à ne pas négliger dans les approches d’amélioration de l’inclusion financière et debancarisation », explique un responsable de Telma.« Les clients et usagers se cachent derrière les téléphones pour tous les besoins de transactions, ce qui amoindrit la difficulté d’accès et les frais de gestion », ajoute-t-il. Cet opérateur proposera, à partir d’aujourd’hui, une application incluant un service mobile vers banque ou IMF. Microcred, pour sa part, propose des produits de retrait et de dépôt par empreinte digitale pour éviter le recours aux divers documents nécessaires pour pouvoir bénéficier de prêts. Les clients auront juste besoin d’une pièce d’identité et d’un téléphone. Un service de proximité par la disponibilité d’agence mobile pour les ouvertures de comptes est également perçu comme une approche de bancarisation pour tous.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar3 partages

Stage de la solidarité olympique – Des dirigeants sportifs bouclent leur formation

Quarante huit dirigeants sportifs ont reçu le certificat du comité international olympique, à l’issue du stage subventionné par la solidarité olympique. Les cours se sont tenus à l’ESCA Antani­mena, du 24 au 28 septembre.Vingt-trois fédérations olympiques ont été représentées. Le stage a été animé par le directeur de cours, Ratoavinirina Ramaroson, assisté par le secrétaire général du comité olympique malgache, Jean Alex Hari­nelina Randriamanarivo et le directeur du sport fédéral, Rosa Rakotozafy.Les cours ont été axés sur la gestion des structures sportives à partir des athlètes au sommet, le CIO, en décortiquant la charte olympique, les statuts des fédérations nationales et interna­tionales, sans oublier l’historique des jeux olympiques.Organisés depuis 2011 par le comité olympique malga­che, huit cours décentralisés dans les régions sont programmés tous les ans. Le dernier s’est tenu à Maha­janga en décembre 2016, et le prochain est prévu à Morondava.

S.R.

News Mada2 partages

Forcing militaire à Anosy : « Répression antisyndicale », selon les magistrats

Le régime a décidé d’utiliser la force pour intimider les magistrats et les greffiers en grève, hier à Anosy.

Lors de la première journée de grève illimitée des magistrats et des greffiers à Anosy hier, des éléments des forces de l’ordre ont fait irruption dans l’enceinte du Palais de justice pour mater le mouvement. Visiblement, l’Exécutif n’a pris acte de leurs revendications car censé être le garant de l’indépendance de la justice, il n’a trouvé d’autre solution que de recourir à l’acharnement.

Hier, vers 9 h du matin, un huissier et des éléments des forces de l’ordre se disant avoir l’ordre émanant du ministère de la Justice ont investi le palais de justice. Une initiative qui a failli tourner au bras de fer entre les membres du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) et les greffiers, et les éléments des forces de l’ordre. Sans clés, ces derniers sont venus briser les cadenas du palais, tout en occupant les travées de l’institution. Les magistrats et les greffiers estiment que l’usage de la force en réponse à leurs revendications n’est plus ni moins qu’une manœuvre d’intimidation.

Mauvaise foi

«C’est de la mauvaise foi pure et simple», a déclaré la présidente du SMM, tout en demandant la lettre de réquisition justifiant la présence d’un huissier sur les lieux. «Hier encore, on a eu une discussion avec le ministère de la Justice et il a été convenu que nous poursuivrons nos revendications en attendant leur réalisation (…). Maintenant, il est clair qu’ils n’ont nullement la volonté de réaliser ne serait-ce qu’une partie de ces revendications», a-t-elle poursuivi.

A cette allure, «L’usage de la force ne fait qu’envenimer la situation», a rappelé pour sa part le président du Syndicat des greffiers face à la presse. Lors d’une intervention sur

une station privée de la capitale, hier dans la soirée, la présidente du SMM a rappelé que les magistrats n’ont nullement l’intention de faire barrage à ceux qui veulent travailler.

«Au contraire, nous militons contre l’entrave à la justice et de ses décisions», a-t-elle fait savoir.

La grève continue

Les magistrats et les greffiers s’accordent par ailleurs à dire que, malgré tout, «Nous continuons à faire la grève jusqu’à ce que la commission qui vient d’être mise en place boucle leurs travaux». Cette commission est censée voir le jour après la dernière rencontre avec la ministre de la justice.

Et les réactions ne se sont pas fait attendre. «Je condamne fermement l’utilisation de la force de quelque manière que ce soit pour résoudre la grève générale illimitée entamée par le syndicat des magistrats et celui des greffiers. J’appelle toutes les parties à se retrouver autour de la table des négociations et à ne jamais oublier l’intérêt de la nation», a noté le juriste Imbiki Herilaza dans une publication sur les réseaux sociaux.

C’est aussi le cas de la Solidarité syndicale de Madagascar qui n’a pas hésité à venir à Anosy pour afficher sa solidarité. «Les syndicats ne font qu’un. Désormais, nous militons ensemble pour le bien de la population et du syndicat quel que soit son corps d’origine», a déclaré Claude Raharovoatra, issu du Syndicat des enseignants de Madagascar.

Rakoto

Madaplus.info1 partages

Manifestation SMM et SGM : une entrée de force de l’EMMO-REG au portail du Tribunal d’Anosy

Le SMM et le SGM ont fermé les portes du Tribunal d’Anosy à l’aide d’une forte chaine et de cadenas afin d’empêcher l’accès au Tribunal.
D’après le rapport de la présidente de SMM, aucune décision concrète n’a pas été prise depuis trois mois. La présidente du syndicat fustige le forcing des éléments de l’EMMO-REG, traduisant la mauvaise foi de la part de l’État, mais principalement, le non-respect des droits des magistrats. Les revendications du SGM se portent sur les mêmes choses pendant trois ans, mais toujours en vain. Les éléments de la force de l’ordre de l’EMMO-REG et les notaires dépêchés par le Président du Tribunal de première instance sont entrés de force dans l’enceinte du Tribunal d’Anosy, en coupant les chaines du portail fermé. Ils ont ainsi mis de la pression aux magistrats et aux greffiers de reprendre leurs travaux. Le Président du Tribunal de première instance de déclarer qu’il n’empêche pas la manifestation d’intérêt des SMM et de SGM, mais exige par contre que les grévistes respectent leurs collègues qui ne veulent pas y faire part.
News Mada1 partages

Voots Kongregation : raikitra ny « Hay » andiany voalohany

Tafiditra ao anatin’ny fanamarihana ny « Andro iraisam-pirenena ho an’ny mozika » sy ho fanohizan’ny Voots Kongregation ny ezaka ataony amin’ny « fitondrana avo ny kanto sy ny kolontsaina malagasy », hisy ny hetsika « Hay » andiany voalohany. Ny alahady 1 oktobra izao manomboka amin’ny 8 ora sy sasany maraina, diabe « Fetibe » miainga eo amin’ny minisiteran’ny kolontsaina Anosy, manodidina ny ranon’Anosy, miverina eo amin’ny minisiteran’ny kolontsaina. Hanomboka amin’ny 11 ora ny seho an-tsehatra. Haneho ny talentany amin’izany ireo mpanakanto vao misondrotra. Amin’ny 1 ora sy 30 mn tolakandro ny fanokafana. Hanomboka amin’ny 2 ora tolakandro kosa ny fiakarana ny sehatra lehibe ho an’ireo mpanakanto efa manana ny maha izy azy.

Anio kosa, hisy ny velakevitra hotontosain’i Vahombey, ao amin’ny Hôtel de l’Avenue Analakely, arahin’ny « Masterclass Mimo Basse Vocal » ny tolakandro. Rahampitso « ny kolontsaina sy ny tontolon’ny nomerika » miaraka amin’i Andry Ravololonjatovo, mpandraharaha.

Manomboka ny 1 ka hatramin’ny 31 oktobra kosa ny fampirantiana « Voots » etsy amin’ny Hôtel de l’Avenue Analakely hatrany.

Nangonin’i HaRy Razafindrakoto

 

L'express de Madagascar1 partages

Mines – DNI Metals clôt ses recherches

Les embrouilles sociales n’entravent pas l’avancement des travaux de recherche de graphite à Brickaville.

Evitables. Les polémiques sur l’accaparement de terre, litige foncier ou expulsion, ne devraient pas avoir lieu dans cette activité de recherche de graphite par DNI Metals, dans la commune d’Ambi­naniniony, district de Brickaville. Un constat sur place, à Vohitsara et Ambatolampy, effectué par les journalistes, mercredi. Quatre kilomètres de routes reliant le site à la RN 2 et reliant les deux hameaux, sites d’exploration, de Vohitsara et d’Amba­to­lampy, sont praticables. Elles ont été réalisées par les habitants eux-mêmes. Jusqu’ici, le nombre de trous d’exploration dans les sites ne dépasse pas les dix. Ils sont espacés d’un kilomètre en moyenne, avec un diamètre à la taille d’un engin de sonde de dix centimètres et d’une profondeur maximum de 20 mètres. Au maximum, dix autres sont prévus. « La durée de perforation peut varier de deux à quinze jours. Elle dépend de la structure de la roche, composée principalement de matériau résistant appelé saprolite », indique Steven Goertz, responsable technique de DNI Metals Madagascar.

Compensations« La qualité de graphite voulue n’est pas toujours visible dans tous les trous, c’est la raison pour laquelle on perfore ici et là. Mais tout cela dépend des études préalables d’un géologue », ajoute-t-il.Il se peut que les trous ne soient plus utilisables en cas d’exploitation, selon encore les explications techniques obtenues sur place. « Avant  même de commencer les activités d’exploration, DNI, en collaboration avec les propriétaires fonciers locaux, a effectué un inventaire des cultures qui pourraient être affectées par leurs activités d’exploration sur le terrain », précise un communiqué de DNI Metals Canada.Les recherches sont prévues finir d’ici un à deux mois. Les analyses de roches de graphite obtenues assureront l’avancement ou non vers l’exploitation proprement dite. Pour l’heure, on ne parle pas d’achat de terres, indique-t-on. « Il n’est pas question d’accaparement de terres, ni d’achat, ni de vente de terres mais de compensation financière par la valeur des cultures sur le terrain où se déroulent les activités de la société. Elle varie de 30 000 ariary à 2 mil­lions d’ariary », a fait savoir le directeur interrégional des Mines et du pétrole pour Toama­sina. « Les dédommagements financiers sont évalués par la direction régionale de l’Agriculture », ajoute Amable André Benjamin.« 97% des demandes de compensation ont été honorées. Il se peut que certaines compensations soient revues à la hausse car beaucoup ont demandé des révisions », précise Njara Raouily, responsable des opérations auprès de DNI Metals.Les chefs traditionnels ou «Tangalamena» du district de Brickaville et ceux de la commune d’Ambina­niniony se sont réunis pour apporter des résolutions locales à la résistance de certains habitants. Une grande cérémonie allant dans ce sens est prévue se tenir, ce jour. Par ailleurs, DNI Metals a octroyé des kits scolaires à quelques cinq cents élèves d’Ambinaniniony, à part les puits, le terrain et bientôt un hôpital et un CEG.Le projet d’exploration de graphite a été approuvé par le conseiller municipal. L’ex-maire, indiqué comme opposant au projet en fait partie. Son opposition a, par la suite, engendré des conflits entre les inter-habitants locaux et entre les habitants et le projet d’exploration, apprend-on du maire d’Ambinani­niony, Cécilien Ranaivo. Ce dernier a justifié, ainsi, qu’il n’avait pas été intimidé dans le déroulement du projet.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Investissement – A la conquète de l’Italie

Les roadshow économiques se poursuivent. Après Londres, les autorités mettent le cap en Italie.

L’Italie ouvre ses portes aux investisseurs malgaches. Une centaine d’investisseurs italiens attendent, avec enthousiasme, les membres du secteur privé malgache pendant la conférence économique, organisée à Rome, les 17 et 18 octobre. Les opportunités de conquérir le marché italien et de nouer des partenariats d’affaires avec les investisseurs italiens se présentent ainsi pour les acteurs économiques malgaches. Cette manifestation est organisée conjointement par la Chambre de commerce d’industrie Italie Madagascar (CCIIM) et l’Economic development board of Mada­gascar (EDBM).« Les Italiens sont très enthousiastes à l’idée de travailler avec les entreprises malgaches », a déclaré Ciro Visone, président de la CCIIM, hier, lors d’une réunion d’information sur ce rendez-vous économique. Cette déclaration relève d’un grand espoir pour les membres du secteur privé malgache. « C’est un bon signe pour un éventuel partenariat », soutient un chef d’entreprise. Et le profil des investisseurs reste très intéressant.

PrometteursLa plupart d’entre eux sont issus de la  confédération générale de l’industrie italienne, connue aussi comme la Confindustria. Cette organisation regroupe principalement les entreprises et industries qui tiennent le socle de l’économie italienne. La Confindustria rassemble autour d’elle cent cinquante mille entreprises, membres de toutes tailles et issues des industries de la fabrication, de la construction, de l’énergie, des transports, de la nouvelle technologie, du tourisme et des services en Italie. D’ailleurs, l’évènement se tiendra dans des locaux de la Ville éternelle.D’après l’EDBM, les échanges commerciaux entre les deux pays restent encore très faibles mais promettent beaucoup. La valeur des exportations de Madagascar vers le marché italien est estimée à près de 23 millions de dollars. « Les Italiens sont obligés de passer par la France pour se procurer des produits malgaches. Ce rendez-vous renforcera les liens commerciaux entre l’Italie et Madagascar », continue le Président de la CCIIM.Pour cette mission économique, les opportunités d’investissements dans le secteur agro-alimentaire, agriculture, infrastructures, énergie et tourisme dans la Grande île, seront mises en avant.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Caravane de la fertilité – Première analyse de sol réalisée

Lancée lors de la foire de l’Agriculture, le 14 septembre, la caravane de la fertilité de sol a extrait ses premiers échantillonnages agronomiques, mercredi, dans deux fokontany. Il s’agit des fokontany de Soamavokatra et de Tsaravavaka, commune d’Andranomanelatra, région Vakinankaratra. Les analyses permettront de connaître les caractéristiques des sols,la texture et la structure, et les différentes cultures qui y sont adaptées ainsi que les organismes nécessaires à y apporter.Des représentants du ministère de l’Agricluture et de l’élevage, ceux du FOFIFA, des techniciens et ingénieurs ont expliqué aux paysans les méthodes et manières de recueillir les échantillons ainsi que le processus de réalisation des échantillonnages.« Près de mille quatre cents exploitants ont accepté et se sont engagés par écrit à ce que des analyses soient réalisées sur leurs parcelles », indique le directeur régional de l’Agricluture et de l’élevage. Un exploitant agricole reconnaît l’initiative comme innovante pour pouvoir augmenter la productivité. Les activités de la Caravane de fertilité se feront sur une surface de 30 000ha de la Région Vakinankaratra et se poursuivront dans la Région Alaotra Mangoro. Le but étant d’augmenter la productivité et atteindre l’autosuffisance alimentaire en 2020.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Commerce – L’intégration régionale au-delà du libre-échange

Liberté n’est pas obligatoirement synonyme d’équité. C’est à partir de cette affirmation qu’une présentation de résultat de recherche a été conduite, hier, à l’Espace DEGS de l’université d’Antananarivo. Intitulée « Madagascar : Enjeux et défis de l’intégration au commerce régional », cette thèse, en vue de l’obtention d’un titre doctoral, a été soutenue par Andriambelosoa Saminirina, Ingénieur Statisticien.L’impétrant a obtenu la mention très honorable. En défendant ces idées durant quelques heures de laïus, le nouveau docteur a martelé l’existence d’une balance commerciale inéquitable dans le concept de libre échange, souvent prôné par les pays développés. « Il en résulte, alors, de vives contestations auprès des pays en développement, d’où la controverse concernant les bénéfices, tous dans la participation aux commerces internationaux », déplore-t-il.Selon lui, les chances de profit réel d’un pays pauvre, membre d’un groupement étatique prônant le libre échange, sont quasi inexistantes. Le cas de l’Union Européenne a été repris par l’intervenant en guise d’illustration. Ce modèle n’est pas forcément adéquat entre des pays inégalement développés, à l’image d’une fusion de deux sociétés. La multinationale effacera toujours, la petite succursale.

H.R.

Midi Madagasikara1 partages

Kabary : Grand-messe des mpikabary en herbe au Cemdlac

La rentrée 2017-2018 s’annonce déjà ! Demain après-midi, la nouvelle promotion qui portera le nom de Rafidy Ravelomanantsoa va rencontrer la famille de ce grand nom du kabary malagasy. Né en 1924 et ayant tiré sa révérence en 1993, Rafidy Ravelomanantsoa n’est autre que l’un des fondateurs du Fimpima. Cet évènement qui va avoir lieu grâce à l’initiative des responsables au sein de l’association va donc permettre aux mpikabary  en herbe d’en savoir davantage. Un évènement inédit qui marque également l’ouverture de l’année scolaire 2017-2018 pour le Fimpima.Mahetsaka

Madaplus.info0 partages

Bilan de la peste : 19 morts et 113 cas suspects

Les malades qui sont décédés sont en général morts de la peste pulmonaire. Cette dernière se transmet en un rien de temps.
D’après la statistique du Ministère de la Santé Publique (MSP), les personnes qui ont trouvé la mort atteignent les 19 actuellement. Ces victimes atteintes de l’épidémie sont de différentes localités, entre autres de Tananarive et d’Antananarivo. Contre 93 cas suspects de mardi dernier, ce nombre a atteint les 113, dont 13 confirmés. À part la hausse des personnes décédées, le nombre des districts touchés augmente également. Ils en comptent 18 jusqu’à ce jour. Face à la recrudescence de l’épidémie pesteuse, le MSP de réitérer hier que le ministère maîtrise la situation. Les séances de désinfection et de désinsectisations ont déjà commencé. Les responsable du Ministère de marteler qu’il est inutile de prendre des cachets, à part les proches qui côtoient les personnes atteintes. Pour éclaircir la situation actuelle de la peste, le MSP a organisé une conférence de presse hier.
News Mada0 partages

« HEC Paris- Bernard Ramanantsoa » : ho fantatra ny 30 septambra ny hahazo ny loka

Mifototra amin’ny fahaiza-mifaninana ny hatsaran’ny kolontsaina sy ny fahamendrehana ny fifaninanana loka “Amboara HEC Paris-Bernard Ramanantsoa” natao ho an’ny orinasa. Ho fantatra rahampitso 30 septambra ny valin’ny fifaninanana hahazo ny loka.

Voakasik’ireo masontsivana ireo ny fomba fiasan’ny orinasa. Maromaro ny orinasa nandray anjara. Ho an’ny Smartella sarl, misehatra amin’ny fitantanana mpiasa, nandray anjara amin’ny fifaninanana izy ireo, ary nisafidy ny sokajy “mpampiasa mendrika indrindra”. Antony nandraisan’ny orinasa RDJ anjara ny hahalalan’ny mpanjifa azy bebe kokoa eo amin’ny tsena. Toraka izany koa ny orinasa Lexel juridique fiscal. Manamafy ireo voalaza ireo ny Gassy Tour, fa fantatray ny lanja sy lazan’ny HEC Paris, ary mahaliana ny zavatra ataony, hamantarana raha tsara na tsia ny asa ataonay.

Orinasa maro

Mikarakara ity fifaninanana ity ny CFRH Institute, nilazany fa “ilain’ny HEC Paris tokoa ny hamantarana sy ampitahana ny fomba fiasan’ny orinasa samihafa, hanatsarana ny fikarakarana ny mpanjifa.

Tombana ho an’ny orinasa koa ny fandraisana anjara amin’ny fifaninanana, toy ny orinasa Samad. “Mampirisika anay hanao ny tsara kokoa ny toy izao”, hoy ny Asisten travel.

Ampolony maro ny orinasa mandray anjara amin’ity fifaninanana ity sy te hisongadina, misehatra amin’ny sokajim-pihariana samihafa. Manampy ireo voalaza etsy ambony, ny Red Company, ny OTI, ny Ivenco, ny orinasa triangle immobilier, ny Delta audit, ny Red blue, ny Ymagoo, ny Annick beauté, ny Airtel, ny Socolait, ny G4S Madagasikara, sns.

Njaka A.

News Mada0 partages

Fampiasam-bola vahiny : karohina ny mpiara-miombon’antoka italianina

Hatao, ny 17 sy 18 oktobra ho avy izao, any Rome, Italia, ny fihaonana toekarena eo amin’ny mpandraharaha malagasy sy italianina. Marihina fa tsy foara na varotra fampirantiana ity hetsika ity, fa tena fihaonana sy fikarohana fiaraha-miombon’antoka amin’ny orinasa italianina. Tanjona ny hampiroboroboana ny sehatra azo atao sy hisarihana ny mpampiasa vola italianina ho aty Madagasikara.

Ny andro voalohany, hisy ny fampahafantarana ny fikambanana Confindustria sy ny mpikambana ao aminy. Mandritra ny 18 oktobra, fivoriana eo amin’ny mpandraharaha tsy miankina malagasy sy italianina, karakarain’ny Antenimieran’ny varotra sy ny indostria italiana-malagasy (CCIM).

Manafatra mivantana

Efa maro ny mpandraharaha sy orinasa italianina aty Madagasikara, saingy tsy tena mbola mivelatra sy tsy ampy. Tena maro amin’izy ireo ny misehatra amin’ny fizahantany. Eo amin’ny fifanakalozana ara-barotra, mitentina 22,9 tapitrisa dolara ny vokatra naondrana tany Italia, ny taona 2016. Anisan’ny misongadina amin’izany ny akanjo sy ny lamba ary kojakoja miaraka aminy, ny fikarakarana ny hena sy ny hazandrano, ny harena an-kibon’ny tany, ny taozavatra. Mikasika ity farany, fantatra fa mila ezaka tsara kokoa, satria any amin’ny firenen-kafa any Eoropa, toa an’i Frantsa ny italianina no mividy ny taozavatra malagasy. Liana izy ireo ny hanafarany mivantana avy aty Madagasikara.

Njaka A.

News Mada0 partages

Malagasy miara-miainga : “Aoka isika ho tonga saina”

 Tsy afaka ny hangina. “Manao antso avo ho an’ny Malagasy rehetra izahay, indrindra isika manana andraikitra eto amin’ny firenena, na ao anatin’ny fitondrana na ivelany, mba samy ho tonga saina ka hitsinjo ny tombotsoa ambonin’ny firenena sy ny taranaka fa tsy ho fitaovan’olom-bitsy hiarovany ny tombontsoany”, hoy ny fanambaran’ny antoko Malagasy miara-miainga. Nataon’izy ireo izany, manoloana ny tranga niseho tetsy amin’ny lapan’ny fitsarana, Anosy, omaly ary tena nohelohin’ity antoko naorin’Andrianainarivelo Hajo ity ny zava-nitranga. “Nampifandona ny mpitsara sy ny mpitandro filaminana… Mampiseho ny fihetsika tahaka izao fa mizotra mankany amin’ny krizy ny firenena satria korontanin’ny mpitondra ny andrimpanjakana noho ny fahatahorany ny toerany”, hoy ihany ny fanambarana.

Midika izany fa tsy mankasitraka ary mitsipaka mandrindrano ny fihetsika tahaka ireny ny antoko Malagasy miara-miainga.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fitokonan’ny mpitsara sy mpirakidraharaha : nanao amboletra hamoha ny fitsarana ny Emmo/Reg

Mitohy ny fifanenjanana, fifanenjehana… Nidina teny amin’ny lapan’ny fitsarana, Anosy, omaly, ny vadintany niaraka tamin’ny Emmo/Reg nirongo fitaovam-piadiana hamoha ny varavaran’ny fitsarana. Voalaza fa nisy ny fandrarahana vovoka mandatsa-dranomaso. Nampiaka-peo ny mpitsara…

« Nandefasan-dry zareo olona mitonon-tena fa vadintany sy Emmo/Reg izahay hamohana ny fitsarana », hoy ny filoha Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), Ernaivo Fanirisoa, teny Anosy, omaly, manoloana ny fidinan’izay nitonon-tena ho vadintany niaraka tamin’ny Emmo/Reg hamoha ny fitsarana. Tsy misy taratasy fa hoe baiko midina avy amin’ny minisiteran’ny Fitsarana.

« Gaga ihany izahay: olona mifampiresaka aminay izao milaza fa hotanterahina ny fangatahanareo, ary hovahana faran’izay haingana ny olana. Izay ve ny vahaolana natolotra? Tena mba tsy rariny kosa izany. Fanaovana tsinontsinona ny fitsarana indray mandeha izao », hoy izy.

Rehefa ny SMM no manao hoe mila tanterahina ny didim-pitsarana, tsy misy minisitra na praiminisitra mandefa Emmo/Reg hanatanteraka izany. Maninona rehefa mitokona ny mpitsara hoe mila tanterahina ny didim-pitsarana, izy ireo indray no itondrana vadintany sy Emmo/Reg?

Manoloana izany, nilaza tsy hanaiky amin’izao ny SSM Randrambaonny sendikà, fa hanao tambabe amin’ny fanohanana ny SMM.

Mahazo miasa izay te hiasa 

 « Mba tokony hoekena koa izay mpiasa miasa, fa misy tokoa izy ireo. Na mpitsara io, na mpirakidraharaha, na sekretera. Afa-miasa izy ireo rehefa te hiasa », hoy kosa ny tonia mpampanoa lalàna, fitsarana ambaratonga voalohany, Antananarivo, Razafimelisoa  Odette Balisama.

« Zo ny fanaovana fitokonana fa arovan’ny lalàmpanorenana, zo fototry ny olom-pirenena arovan’ny lalàmpanorenana koa ny tsy manao fitokonana », hoy ny filohan’ny fitsarana ambaratonga voalohany, Antananarivo, Razafiarison Heriarizandry. Tsy tokony hanohintohina ny fitohizan’ny raharaham-panjakana izany.

Manoloana izany sy ny zava-misy, nisy ny fandraisana fepetra naka vadintany nanao fitsirihana ny zava-misy. Rehefa vita izay, teo ny fepetra hamohana ny varavarana. Natao izany mba hahazoan’ny olom-pirenena rehetra mivezivezy malalaka ato amin’ny lapan’ny fitsarana, araka ny fanazavany.

Tsy nisy asa sy raharaham-pitsarana nandeha aloha, raha ny omaly. Hanao ahoana indray? Tsy vitan’ny fifampidinihana intsony ny raharaha? Lasa fampisehoana sy fampiasan-kery ny fampiharan-dalàna…

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Nitokona ny mpianatr’i Barikadimy : nirefodrefotra ny lakrimozenan’ny Emmo/Reg

Nirefodrefotra indray ny baomba mandatsa-dranomaso tao amin’ny faritry ny oniversiten’ i Barikadimy Toamasina, omaly maraina. Tsy nisy ny voasambotra tamin’izany…

Nitokona ny mpianatra, ireto farany izay nandrehitra kodiarana teo amin’ny lalam-pirenena faharoa hisakanana ny lalan’ny mpitandro filaminana tsy ho tafiditra ao amin’ny faritry ny oniversite. Noho ireo mpianatra tsy nijanona tao amin’ny tokontaniny nanao ny fitokonana fa nivoaka ivelany ka nandoro kodiarana.  Tsy nisalasala ny nandrefodrefotra ny baomba mandatsa-dranomaso ary niditra avy hatrany ny faritry ny oniversite ireo Emmo/Reg.

Tsy nisy fisamborana mpianatra tamin’ ity fitokonana ity fa kosa nohezahin’ny mpitandro filaminana ny nandravana ny hetsika ary niverenan’ ireo mpitokona tao amin’ny fefin’ny oniversite. Raha ny loharanom-baovao, fitakiana vatsim-pianarana sy tokony hizarana amin’

izay ilay trano misy rihana telo vaovao ao an-toerana ny fototry ny fitokonana. Hatramin’ny omaly aloha, tsy nisy vokany io hetsika io, izay ahina ny mety mbola hitohizany.

Miitatra

Tranga matetika miitatra amin’ny oniversite manerana ny Nosy ny hetsika toy izao. Miainga amin’ny oniversite iray ary manao koa ny hafa. Noho ny olana itovizan’ireo oniversite rehetra no anton’izany. Olana eo amin’ny vatsim-pianarana, ny tranon’ny mpianatra. Tsy manana vahaolana maharitra ny minisitera mpiahy azy ireo. Vahaolana vonjy tavanandro hatrany. Amin’ny ankapobeny, zavatra toy izany hatrany ny miseho eto amintsika amin’ny toe-javatra maro. Zary gaboraraka…

Sajo sy Yves S.

 

News Mada0 partages

Herisetra sy ady tany : gadra herintaona i Modjize Hassan

Voaheloka higadra herintaona sazy mihatra ny karana iray antsoina hoe Modjize Hassan, tany Toamasina, noho ny fikasihan-tanana sy ady tany.

Niakatra fitsarana ny raharaha ny talata teo. Faly, araka izany, ny rehetra satria nihaino ny fitarainana sy ny antsoantson-dry zareo ny fitsarana amin’ny ankapobeny. Voalaza mantsy fa mpanao ramatahora tany Toamasina ity karana ity, ary manao tsindry hazo lena mihitsy. Sahiran-tsaina kosa anefa satria tsy hita hizaka izay heloka vitany ity olona ity satria tsy eto an-toerana, fa lasa nialokaloka any ivelany na dia efa namoahan’ny fitsarana didy tsy hivoaka an’i Madagasikara aza. “Fiantombohana ihany iny didy nanameloka azy tamin’ny talata”,  hoy kosa ireo mbola manana fitoriana mahakasika azy, ka heveriny, fa tsy ho efa-bela manoloana an’ireo fitoriana toy ny ady tany, famonoana olona, hosoka, fanaparam-pahefana ireo ny tenany”, hoy ny filazan’ny olona mbola manana raharaha aminy. Iisaorana ny fandraisana andraikitry ny fitsarana amin’ny endri-javatra toy izao satria mbola betsaka ireo mitsinjo ny madinika na dia eo aza ireo sasany tsy mijery afa-tsy ny tombontsoan’ny vahiny noho ny ambadika”, hoy ireo mponin’i Toamasina.

Yves S.

News Mada0 partages

Fanafody : niteraka “allérgie” ny fihinanana tsy am-piheverana cotrim

 Nanambara ny minisitry ny Fahasalamam-bahoaka, ny profesora Andriamanarivo Lalatiana fa noho ny fihinanan’ny olona tsy am-piheverana ny fanafody “cotrime” iarovana amin’ny aretina pesta, nisehoana “allérgie” ny olona sasany tany amin’ny faritra Sava, Toamasina ary Vatomandry. Nanamafy izy fa ireo olona nanana fifandraisana mivantana tamin’ny marary ihany no tokony hihinana ny fanafody fiarovana ary ny mpitsabo ihany no manome izany fanafody izany. Mitera-doza ho an’ny fahasalamana ny fanaovana dokotera tena. Tamin’ny toerana sasany, efa tafakatra 10 000 Ar ny fanafody cotrime iray takelaka raha 400 Ar izany eny amin’ny toeram-pivarotana fanafody mahazatra. Nanana tahiry enim-bolana ny faritra iray amin’ny fanafody cotrime izay lany tao anatin’ny herinandro noho ny fihazakazahan’ny mponina nividy sy nihinana azy. Azo enjehina, araka ny lalàna, ny olona manararaotra mivarotra ny fanafody lafobe ary tsy any amin’ny farmasia fa eny anelakela-trano rehetra eny.

Nilaza ny tomponandraikitra avy ao amin’ny minisitera fa 19 ny isan’ny maty vokatry ny aretina pesta raha 104 ny tranga nampiahiahy hatramin’izay, manerana ny Nosy. 13 ny tranga efa voamarina teny anivon’ny toeram-pitilian’ny Insitut Pasteur de Madagascar fa aretina pesta. Vitsy sisa manaraka fitsaboana eny amin’ny tobim-pahasalamana fa efa nody any an-tokantranony avokoa ny ankamaroany. Teto Antananarivo, 21 ny tranga nampiahiahy, roa ireo namoy ny ainy tamin’ireo narary.

 

Mila vonoina ny parasy ary samborina ny voalavo

“Isorohana ny fiparitahan’ny aretina pesta, mila iadiana ny voalavo sy ny parasy. Mandraraka fanafody amin’ny toerana be olona mifamezivezy ny mpiasan’ny fahasalamana hamonoana ny parasy, amin’izao fotoana izao. Samborina velona amin’ny fandrika manokana kosa ny voalavo hisorohana ny fipitihan’ny parasy amin’ny olombelona indray. Mampandositra ny voalavo any an-tanàna koa ny fandorana ny tanety”, hoy ny tomponandraikitra misahana ny ady amin’ny aretina pesta ao amin’ny minisitera, ny dokotera Randrema Marcellin Bruno, omaly tenyAntaninarenina.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Ambatobevanja : tanin’ny kaominina no nisy ny trano ka narodana

Nitondra fanazavana mikasika ilay trano tsy maintsy narodana, tetsy Ambatobevanja, ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Voalaza fa an’ny kaominina ny tany. Trano hazo no naorin’ny olona teo. Ankehitriny ilain’ny kaominina ny tany, efa resy tany amin’ny fitsarana ilay olona nanorim-ponenana teo.Tao aorian’izay, efa nanao ny dingana rehetra sy fombafomba amin’ny fandravana trano izy ireo. Nohamarinin’ny vadintany rahateo fa tsy misy mipetraka intsony io trano hazo io. Niroso tamin’ny fandravana ny kaominina.

Tsy nisy fandikan-dalàna tao anatin’izany raha ny fanazavana hatrany. Nisy fangatahan’Atoa Andrianomenjanahary, tamin’ny 02 aogositra 2010, nangataka ny tany amin’ny alalan’ny “bail”, saingy tsy nanao sonia nanome alalana mihitsy ny PDS tamin’izany.

Nisy fidinana ifotony nataon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra  taorian’izay ka hita fa nisy fanorenana tsy ara-dalàna tao.

Ny trano hazo naorina tao koa lasa trano biriky. Nomena fampitandremana indroa miantoana ireo nipetraka tao saingy tsy noraharahiny izany. Ny voalohan’ny volana febroary 2016 , namoaka fanapahana ny CUA fa ho ravana ny fanorenana teo amin’ny tany.

Nitory tany amin’ny fitsarana Atoa Andrianomenjanahary saingy resy teo amin’ny fitsarana ny tenany araka ny didim-pitsarana IF 18 ny 11 novambra 2016, ary samy nomena dika mitovy amin’izany didim-pitsarana izany izy mpitory sy ny kaominina Antananarivo-Renivohitra. Averina ho zaridainan’ny kaominina io tany io manomboka izao ho endriky ny tanàna sy ho tombontsoa iombonan’ny mponina Antananarivo fa tsy tombontsoan’olon-tokana.

Tatiana A

Ino Vaovao0 partages

ASA RATSY : Manomboka miverina indray ny hala-jaza sy ny halatra taova manerana ny nosy

Nisy fotoana tena nahoraka be ireny tranga ireny teto Madagasikara, raha somary tsy dia voaresaka indraindray.

Ankehitriny dia hita fa tena nifanesisesy tokoa, raha ny tamin’ity taona ity manokana no asian-teny, ny resaka halatra olona, na ny teratany malagasy izany na ireo teratany vahiny izay monina eto amintsika. Matetika rehefa misy fahaverezana olona dia mitohy amin’ny fitakiana volabe ataon’ireo olon-dratsy foana izany. Kanefa misy ihany koa ny halatra olona no mitohy amin’ny fakana taova toy izay niseho tamina zazalahikely iray, vao fito taona monja, monina any amin’ny kaominina ambanivohitra Fieferana, ny 06 Aprily 2017 lasa teo.

Nanome fanazavana ny nahatonga ny fahaverezan’io zazalahy kely io ny reniny. Ity farany àry no nanambara fa vehivavy iray izay mpiray tanàna tamin’izy ireo tany an-toerana ihany no nanao ny fangalarana. Araka ny fanazavana dia tsy nandeha irery ity vehivavy mpangala-jaza ity tamin’io fotoana io fa nisy mpiray tsikombakomba taminy iray hafa no nahavitany naka an-keriny ilay zazalahikely tao an-trano.

Andro vitsivitsy taty aoriana dia hita tao anaty lava-bato ny fatin’ilay zazalahy kely rehefa natao ny fikarohana samihafa niaraka tamin’ny fokonolona sy fanadihadiana isankarazany. Efa nanaiky kosa ireo voarohirohy tamin’ity resaka hala-jaza ity, nandritra ny famotorana azy ireo, fa saika hakana taona ilay zazalahy kely. Mbola eo am-piandrasana ny didim-pitsarana ny raharaha amin’izao fotoana izao fa efa nampiharina tamin’ireo voapanga io kosa ny sazy mifanaraka tamin’ny heloka vitan’izy ireo.

Izay tena lehibe niketrika izao hala-jaza sy halatra taova izao kosa dia mbola tsy fantatra mazava hatreto.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

SAHAMBALA : Matin’ny fokonolona ilay biby mihinan’olona sy biby fiompy

Karazan’irony biby antsoina hoe « hyène » irony izy io. Mihinana biby fiompy. Tsy mifidy. Haniny na akoho na lambo na alika na piso sy ny maro hafa. Tsy vitan’izay fa sady mihinan’olona koa. Manana vangy mirefy 5 cm ny katraboagna. Ny fanazavana avy amin’ireo mponina Sahambala no nahalalana fa tao anatin’ny roa volana teo ho eo izay, dia lasibatr’io biby io ireo biby fiompy tao amin’ny faritra Sahambala. Manodidina ny dimy kosa ireo olona naratra voakaikitra izay samy efa nahazo fitsaboana sahaza tao amin’ny Hopitaly Be Toamasina avokoa.

Nametraka vela-pandrika

Niray hina niady tamin’io biby katraboagna io ireo mponina tao Sahambala. Nody ventiny izany fiaraha-misalahy izany. Ny alahady 23 septambra lasa teo tokony tamin’ny 2 ora maraina, dia tratran’ny vela-pandriky ny fokonolona tao amin’ny fokontany Sahambala io biby io.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

HETSIKA FARAN’NY HERINANDRO : Anjaranao sisa no misafidy izay metimety aminao

KILALAKY SY MANGALIBA Hahazo vahana ny kilalak’i Maitre Rufin etsy amin’ny Bonara-Be 67ha

Hanafana ny sehatry ny toeram-pilanonana Bonara be 67 ha i Maitre Rufin anio, alina manomboka amin’ny 8 ora. Ny gadona kilalaky indray no hanjaka ao amin’ity toerana ity, ary mampanantena ambiansy mafana ho an’ireo mpankafy tonga hanotrona ny mpanakanto sy ny mpikarakara. Miangaly ny gadona mangaliba sy milamindamina ihany koa i Maître Rufin. Avy any amin’ny Faritra Atsimo iny ity mpanakanto ity ary efa efatra taona eo ho eo no nahitana ny fisandratany teo amin’ny sehatry mozika izany. Hitondra ireo hira nahafantarana azy hatramin’izay i Maitre Rufin amin’io seho takariva tontosainy ity, toy ny “Café sy siramamy” sy “Déliberation”. Ambiansy tropikaly tanteraka no hanjaka mandritra io alina io.

MENABE TSY MIVAKY

Hampitotorebika an’i Cemess Soanierana ry Tsiliva, Khaleba, Dian-hay

Mpanakanto telo samy kalaza amin’ny sehatry ny mozika no hampanjofo ny sehatry ny Cemess Soanierana, anio manomboka amin’ny 9 ora alina. Hampikilalaky ireo mpankafy i Tsiliva amin’ity alim-pandihizan’ny zanak’i Menabe ity. Tsy ho latsan-danja ihany koa ny gadona tsapiky sy zouk love iarahana amin’i Khaleba sy Dian-hay. Tsiribihy miray no mikarakara ny alim-pandihizana miavaka ity, ka mampanantena ambiansy mafana ho an’ireo tonga hanotrona ny mpikarakara amin’io fotoana io. Hafana araka izany ny lanonana hiarahana amin’ireto mpanakanto telo manana ny lazany ireto amin’io seho takariva io. Tsy voafetra ny fotoana amin’io fa mandra-paharainan’ny andro.

MOZIKA TROPIKALY

Hampitsinjaka ny Le Glacier Analakely i Elodie

Hampitsinjaka ny Le Glacier Analakely, anio manomboka amin’ny 8 ora hariva i Elodie. Hitondra ireo hira nahafantarana azy hatramin’izay ity andriam-bavilanitra ity amin’io seho takariva hotontosainy ity. Fantatra amin’ny gadona mafana i Elodie nefa miangaly ny mozika milamindamina ihany koa i Elodie. Hokaloiny amin’io fotoana io avokoa ireo hira nampisongadina azy tamin’ny sehatry mozika izany, toy ny “Fihavanana” sy “Allo allo”. Ambiansy tropikaly tanteraka no hanjaka amin’io seho takariva io.

SEHO TAKARIVA

Hampiara-peo etsy Antanimena i Henri Ratsimbazafy sy Voahirana

Hampiara-peo, etsy amin’ny CCesca Antanimena, i Henri Ratsimbazafy sy Voahirana, anio manomboka amin’ny 7 ora sy sasany hariva. Hanatanteraka seho takariva miavaka indray ireto mpanakanto fanta-daza tamin’ny taona 80 tany ho any ireto. Hampiala voly ireo mpankafy ireo hirany milamindamina sy variété ireto mpanakanto ireto amin’io fotoana io. Samy hanasongadina ny talentany izy roa ireto fa misy ihany koa ny fampiaraham-peo hataony mandritra ny lanonana. Ankoatra ireo hira malagasy fihirany dia miangaly mozika amin’ teny vahiny ihany koa i Henri Ratsimbazafy.

VAZO MITENY Hampirevy ireo mpankafy azy etsy Andavamamba i Princio

Hanakoako eny Andavamamba avokoa ireo vazon’i Princio tsy afaka am-bavan’ny maro, toy ny “Mademoiselle tavoahangy”, “Fanja”... Hampifety sady hampiala voly ireo mpankafy ho avy etsy amin’ny La Cabane Lounge Bar Andavamamba, anio manomboka amin’ny 8 ora alina i Princio. Mpanakanto andrarezin’ny vazo miteny no hizara ambiansy ho an’ireo mpankafy azy hatramin’izay. Isan’ny tena ahalalana ity mpanakanto ity ireo hirany somary mivatambatana miresaka momba ny vehivavy sy ny tontolo. VARIÉTÉ

Hampifety ny toeram-pilanonana Piment Café Behoririka i Inah

Fety sy korana be izay anisan’ny hiavaka no hotontosain’i Inah, etsy amin’ny Piment Café Behoririka, anio manomboka amin’ny 9 ora alina. Hampiala voly ireo mpankafy azy hatramin’izay ity andriambavilanitra ity amin’io alim-pikoranana io. Mampanantena fahafaham-po ho an’ireo mpankafy hanotrona azy izy amin’io fotoana io.

SALEGY SY REGGAE

Ambiansy mafana hiarahana amin’ny Le pionnier du Salegy

Ela tsy tazana. Hanolotra ambiansy mafana ho an’ireo mpankafy reggae sy salegy i Mily Clement, anio manomboka amin’ny 9 ora alina. Etsy amin’ny Jao’s Pub Ambohipo, no mifanao fotoana amin’ireo mpankafy azy ity mpanakanto kalazalahy ity. Avy any amin’ny Faritra Sofia iny fiaviany. Efa mpitendry gitara tamin’ny tarika maro mivazo mozika mafanafana ny lehilahy vao nandeha irery ary dia nanana ny lazany sy tena nankafizin’ny mare. Hitondra ireo hira nahalalana azy ary mbola mitoetra any amin’ny fo mpankafy amin’io fotoana, toy ny “Mandrora matsilagny” sy “Ho meva”... Tsy voafetra ny fotoana hiaraha-mikorana.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

VONDRONA MAPAR : “Rebirebena amin’ny lalàmpanorenana ny saim-bahoaka mba hanadino ny fahoriana”

Naneho ny heviny indray ireo mpikambana ao anatin’ny vondrona Mapar, tamin’ny alalan’ny solombavambakoaka voafidy tao anatin’ity vondrona mpanao politika ity. 

Nambarany fa “efa nihanianan’ny mpitondra io lalam-panorenana io ka tsy tokony ho kitihina intsony ary io ihany koa no nahatongavany teo amin’ny fitondrana”. Nanamafy ihany koa ny Mapar fa tokony tsy asiana resaka mihitsy ny mahakasika ny taonan’ireo kandida izay ketrehin’ny mpitondra hasiam-panitsiana. 

“Rebirebena amin’ny fanovàna ny lalàmpanorenana ny saim-bahoaka mba ho adino ireo fahoriana iainany isan’andro, toy ny tsy fandriam-pahalemana, ny fidangan’ny vidim-piainana isan’andro”, hoy hatrany ny Mapar. Hentitra ny solombavambahoaka, Naivo Raholdina raha nilaza fa “mba tsy hanaovana kajikajy politika ny fanovàna ny lalàmpanorenana”. 

Voalazany ihany koa fa fahatahorana ny fametrahampialan’ny mpitondra sy tsy fahatokisan-tenan’izy ireo no  miafina ao ambadiky ny fikasana hanova ny lalàmpanorenana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

DIEGO : Nopotsirin’ny Depiote Jocelyne tamin’ireo minisitra ny maharary ny vahoaka

« Tsy misy fiaramanidina zotra mampitohy an’Antsiranana sy La Réunion », hoy izy tamin’ny minisitra Roland Ratsiraka. Manoloana ny fiakaran’ny vidim-piainana ao Antsiranana kosa dia niangavy ny minisitra Chabani Nourdine mba hanome baiko ny mpiasan’ny departemanta izay tantaniny i Jocelyne Maxime mba hanara-maso ny vidin-javatra, izay tsy mitsahatra miakatra isan’andro any Antsiranana.

Tehaka nirefodrefotra no nandraisan’ny vahoakan’Antsiranana ny kabary nataon’ity Solombavambahoaka ity izay fantatra fa tsy mikoso-maso amin’ny mpitondra fanjakana ankehitriny.

Tsara ny manamarika fa mialoha lalana an’ingahy Praiministra Mahafaly Olivier izay tonga any Antsiranana, omaly, ireto minisitra ireto. Fantatra ohatra fa nametraka ny mpikambana ao amin’ny birao vaovaon’ny Antenimieran’ny Varotra sy nanatrika ny foara « Meva » ny minisitra Chabani Nourdine tamin’ny fandalovany any Antsiranana izao.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

FIARAHAMONIM-PIRENENA : “Hiteraka krizy goavana ny amboletra hanova ny lalàmpanorenana”

Manoloana an’io indrindra no nilazan’ny fiarahamonim-pirenena mivondrona ao anatin’ny Osc fa “hiteraka krizy tsy hifankahitana ny amboletra hataon’ny fanjakana hanova ny lalàmpanorenana io”. Nambaran’ireo mpikambana fa efa maro ireo antoko politika, fiarahaonim-pirenena, fikambanana no nandà sy nitsipaka an’io fanapahan- kevitra io kanefa raha mbola misisika ny mpitondra dia tsy misy afatsy ny korontana no hitranga eto amin’ny firenena. 

Nambaran’ny Osc ihany koa fa fikendrena ambadika ny hifikitra eo amin’ny toerany no tian’ny mpitondra hatao amin’izao fotoana izao. “Kitihan’ny fanjakana ny lalàmpanorenana mba ho voaelingelina izay heveriny fa haharesy azy amin’ny fifidianana ho avy io”, hoy hatrany ny fanambaràna nataon’izy ireo. Fantatra fa anisany atahorana ny hikitihan’ny mpitondra ny andinin-dalàna mahakasika ny taonan’ireo kandida hilatsa-kofidiana ary azo antoka fa tsy maintsy hisy ireo voaelingelina ao anatin’izany. Tahaka an’ireo fiarahamonim-pirenena efa naneho ny heviny dia anisany mitsipaka marindrano ny fikasan’ny mpitondra hanova ny lalàmpanorenana ihany koa ny Osc.

Avotra Isaorana   

Ino Vaovao0 partages

BANKY BMOI : Laharam-pahamehana ny fanatsarana ny kalitaon’ny tolotra omena ny mpanjifa

“Ny banky izay natao ho anao”, io amin’ny ankapobeny ny teny filamatra voizin’ny Bmoi ary tanterahan’ireo tompon’andraikitra mba hifanaraka tsara amin’ny filàn’ireo mpanjifa ao aminy. Nohamafisin’ny tale jeneralin’ny Bmoi, Alain Maelot fa “hirosoana bebe kokoa ny fametrahana ny mpanjifa amin’ny toerany.

Hisy ny fanavaozana isankarazany hatao eo anivon’ity banky ity ka anisan’izany, ohatra, ny fampiasana ny teknolojiam-pifandraisana amin’ny tontolon’ny fanakalozana eo anivon’ny Bmoi. Tafiditra ao anatin’izany ny fampiasana ny Bmoinet izay azo ampiasaina amin’ny alalan’ireny finday avo lenta ireny, ny tablety ary ny solosaina”. Manoloana izany indrindra dia hotanterahina ireo tetikasa maro  izay hoentina hanatsarana hatrany ny tolotra ho an’ireo mpanjifa. Nambaran’ny tompon’andraikitry ny serasera sy ny fifandraisana eo anivon’ny Bmoi, Rabefaritra Karl kosa fa “maro ny zavatra hapetraka amin’ny taona ho avy mba hanatsarana hatrany ny kalitaon’ny tolotra omen’ny banky ho an’ny mpanjifa indrindra fa ho an’ireo tsy manam-potoana handehanana eny amin’ny foiben-toerana”. 

Fantatra fa manomboka izao dia efa mandeha ny fampahafantarana ireo zava-baovao  ao amin’ny Bmoi amin’ny alalan’ny fanaovana dokambarotra. Araka ny fanazavana voaray hatrany dia anisany manana petra-bola betsaka ao anatin’ity banky ity ny vondrona Bpce izay vondrona any Frantsa ary manana tambajotra goavana aty amin’ny Ranomasimbe Indianina.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

BUCAS : Nisy ny fihaonam-be natao ho fitadiavam-bahaolana amin’ny fahapotehan’ny ala

Tsy latsa-danja amin’izany koa ny tsy fandriam-pahalemana, ny fahantrana lalina ary ny kolikoly, izay zary mandrendrika ny firenena. 

Ho fandraisana anjara amin’ny fampivoarana ny fiainan’ny Malagasy dia anisany nametraka ho laharam-pahamehana ny fiarovana ny tontolo iainana ihany koa ny Ekar eto amin’ny Arsidiosezin’Antananarivo ka nisy ny fihaonam-be maharitra folo andro etsy amin’ny Bucas Antanimena.

Manoloana izay dia manana tanjona kendrena mandritra ny telo taona hitsahina  ny Bucas (Birao fandrindrana ny asa sosialy) mba ho fanarenana ny fahavoazana mikasika ny tontolo iainana amin’izao fotoana izao. Kendrena amin’izany ny fampandraisana andraikitra  ny olona amin’ny fikajiana ny voary ka anomanany isan-taona, toy ny tamin’ity taona ity, izay fihaonana iarahana amin’ireo  tompon’andraikitra avy amin’ny fanjakana, ny avy amin’ny Kaominina, ny mpandraharaha ekonomika, ny mpandraharaha avy any ambanivohitra ary ireo mpanjifa sy ny maro hafa. Izany hoe, amin’io fihaonam-be io indrindra no entina hitadiavana vahaolana momba ny fahapotehan’ny ala sy hikarohana angovo hafa ankoatra ny arina na ny “charbon”. 

Iaraha-mahalala ny fihazakazahan’ny fahasimban’ny tontolo iainana eto amintsika.  Tsy afa-misaraka amin’ny ala anefa ny fiainana andavanandrontsika  satria ny  antoka iankinan’ny fiveloman’ny 93% ny Malagasy  dia ny fisian’ny ala. Araka ny tombana natao ny taona  2005-2010  dia ala 9 220 040 ha na 15% no mandrakotra ny firenena. Ny ala arovana 6 000 000 ha ary ny ala natokana hotrandrahana dia mahatratra hatramin’ny 3 000 000 ha.  

Tsy maharaka ny tinady anefa  ny tolotra satria raha  36 000 ha isan-taona no fahapotehana eto amin’ny firenena dia  16 000 ha ihany no fambolen-kazo atao isan-taona. Ny fikarohana nandritra ny dimy ambin’ny folo taona farany no nahazoana  ny tahan’ny  fahasimban’ny ala izay mitentina 0,4% raha 0,8% tamin’ny taona lasa. Eo amin’ny Sehatra nasionaly, manodidina ny 23 600 000 m3 ny hazo ampiasaina isan-taona. Araka ny voalaza etsy ambony dia ny arina sy ny kitay no angovo fampiasan’ny 93%n’ny Malagasy. Atao kitay ny 82,2% ary 17% anaovana arina fandrehatra. 

Marihana àry fa eto an-drenivohitra no tena mandany ny ankamaroan’ny hazo raha 95% ny taona 2005 ary 93% ny taona  2010. Ekena fa mihena ny isa kanefa toa mihazakazaka hatrany ny fahasimban’ny harena voajanahary. Amin’izao fotoana izao dia mianjady amin’ny ala eto Madagasikara ny tsy rariny. Maro ireo lalàna natao hiarovana  izany, saingy toa zary natao ho dikaina ny ankamaroan’izany ka mahatonga ny fahapotehana lalina eto amin’ny firenena.

Tatianà R. sy Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FIKIRAKIRAM-BOLA : Mbola vitsy ny Malagasy mampiasa ireo teknolojia vaovao

Ireo renivohi-paritany na ny eny anivon’ireo distrika sasantsasany no tena ahitana ny rantsa- mangaikan’izy ireny raha ny eto amintsika. Rehefa natao anefa ny fanadihadiana dia hita fa tena mbola vitsy ny Malagasy no miditra amin’ny tontolon’ny banky satria dia tsy misy afatsy ny 6%-ny Malagasy ihany hatreto no manana petra-bola na mampiasa ny tolotra ataon’ireny banky ireny. 

Io taha io dia maneho fa tena mbola taraiky i Madagasikara raha ampitahaina amin’ireo firenena mitovy aminy aty amin’ny Ranomasimbe Indiana. Etsy ankilany, efa manomboka miroborobo maneran-tany ny fampiasana ny teknolojia amin’ny alalan’ny fikirakiram-bola elektronika amin’izao fotoana izao. Izany no natao dia ny mba hialana amin’ny fikirakirana lelavola mivantana izay fantatra fa misy ifandraisany ihany koa eo amin’ny sehatry ny toekarena. Ny “Salon expofinance 2017” izay notanterahana tetsy amin’ny Carlton Anosy nandritra ny telo andro, dia nanana tanjona ny hampiditra bebe kokoa ny Malagasy amin’izay sehatry ny banky sy ny teknolojia vaovao momba ny vola izay.  

Tsy ampy ny serasera manodidina ny banky sy ny teknolojia

Araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra dia ny Malagasy rehetra no tokony efa hiditra eo amin’ny tontolon’ny banky sy ny fikirakirana ny teknolojia momban’ny vola. Saingy, araka ny voalaza hatrany, dia tsy ampy ny fanazavana tonga eny amin’ny vahoaka eny ifotony na ireo serasera manodidina ireny fandrosoana ireny, hany ka lasa miahotra ny Malagasy hisehatra aminy. Izay olana eo amin’ny serasera izay ihany koa no mahatonga ny ankamaroan’ny Malagasy tsy mahafantatra ny zony ara-bola.

Notsindriana nandritra ny fanazavana fa na ireo Malagasy heverina ho any an-tany lavitra aza dia afaka misitraka ireo tombony azo amin’ny fampiasana ireo teknolojia ara-bola vaovao, rehefa misy fifandraisana an-telefaonina afaka atao fotsiny. Efa fanao any ivelany ny karazana hetsika tahaka izao raha toa kosa ka sambany teto Madagasikara no nisian’izany. Niarahana nikarakara tamin’ny ministeran’ny vola sy teti-bola ity hetsika ity.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

APMF - MAHAJANGA : Namory ireo mpanjono ny Apmf ny alarobia hariva teo

Nametraka izy ireo fa misy lalàna tokony harahan’ireo lakana mpanjono sy mpitatitra olona ary tsy maintsy manao ‘visite de sécurité’ amin’ny Apmf ny lakana rehetra ary tsy maintsy manana “permis de navigation” sy “rôle d’équipage” vao afaka miasa.

Misy ihany koa ireo fitaovana tsy maintsy ananana ka anisan’izany ny ‘gilet de sauvetage’, “écope” sy siny fanariana rano, finday, takamoa, fitaratra, bidons tsy misy ninoninona na flotteurs, fitaovana fiarovana amin’ny fidiran-drano tampoka (calfate na étoupe, ary marteau sy burin), fitaovana maro samihafa toy ny briquette sy radio.

Tokony hisoratra mazava eo amin’ny lakana ny anarany sy ny laharany. Nanambara ihany koa ireo tompon’andraikitra fa tokony hisy fandaminana eo anivon’ny fokontany na ny filohan’ny fikambanan’ny mpanjono mikasika ny fanomezan-dalana alohan’ny mandeha miandriaka. Tokony mahalala tsara ny toetrandro ihany koa ny mpiandriaka. Tokony mitandrina tsara ihany koa ny mpanjono mba tsy hametraka harato amin’ny fandalovan’ny sambo lehibe. Aorian’io fanentanana natao tany Antsahabingo io dia hanao fanentanana any Aranta sy petite plage ihany koa ny ao amin’ny Apmf.

Tsiahivina moa fa niangonan’ny tsikera ity sampan-draharaha ity tato ho ato satria tsy hita mihitsy rehefa misy loza miseho eny amin’ny torapasi-dranomasina. Mbola tsy hita toy izany koa rehefa misy mpanjono tsy hita popoka fa dia ny samy mpanjono ihany no mifanavotra.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FITOKONAN’NY SMM SY NY SGM : Tsy hifarana ary hanidy birao raha tsy misy ny vahaolana

Nanambara ny mpikambana eo anivon’ny Smm, Fanahimanana Tiaray fa ara-dalàna avokoa ny taratasy rehetra ahazoan’izy ireo manao ny fitokonana. Nambaran’ity farany hatrany fa tsy misy fetra ny fitokonana ataon’izy ireo raha tsy hita izay vahaolana mazava raisin’ny fanjakana eo anatrehan’izay fitakiana ataon’izy ireo izay. Nilaza anefa izy fa malalaka amin’ny safidiny ny mpitsara tsirairay na hitokona hanaraka ireo sendika na tsia. Ankoatr’izay, nandeha ihany koa ny resaka fa misy amin’ireo lehiben’ny fitsarana any amin’ny faritra no iharan’ny fandrahonana raha nanapa-kevitra ny handray anjara amin’io fitokonam-be iraisan’ny mpitsara io. 

Voalaza fa voatery ity farany tsy hitokona ary voatery ihany koa hanome baiko an’ireo mpitsara eo ambany fifehezany mba hanohy ny asany hatrany. Manoloana io zava-mitranga io dia nilaza mazava ny Smm tamin’ny alalan’ny mpikambana, Fanahimanana Tiaray hatrany fa tokony hanantona avy hatrany ny sendika ireo izay iharan’izay toe-javatra izay mba hahafahana mandray ny fepetra rehetra. 

Ny andrasan’ireo mpitsara sy ny mpiraki-draharaha amin’ity fitakiana ity dia ny mba hisian’ny hetsika azo tsapain-tanana amin’izay manoloana ireo teboka iompanan’ny fitakian’izy ireo. Tsy manaiky intsony ny hisian’ny adihevitra ambony latabatra ireo mpikambana izay tsy mety ahitam-bahaolana hatramin’izao.

Mitokona tsy misy fetra koa ny any Mahajanga

Nanomboka ny alarobia teo dia nitokona ihany koa ny mpitsara sy ny mpiraki-draharaha eto Mahajanga. Nanambara izy ireo fa minia manampin-tsofina ny mpitondra ary mbola tsy nahazoam-baliny ny fitakiana nataon’izy ireo dia ny fametrahana ny tany tan-dalàna sy ny fanajana ny fahaleovan-tenan’ny fitsarana ka izany no nampiverina azy ireo mitokona.

 Efa nisy valiny nataon’ny filoham-pirenena fa hatramin’izao dia mbola tsy misy ny teny midina avy amin’ny sampan-draharaha misahana izany, tsy misy ihany koa toky omen’ireo andrim-panjakana.  Ho an’ny mpiraki-draharaha indray dia miady ny ‘versements’ sy ny ‘émoluements’ izy ireo. 

Tsy eken’izy ireo ihany koa ny fanaovana fifaninanana hidirana ho ‘greffier en chef’ fa vitsy ny toerana ka mba ny ao anatiny ihany no tokony hisondrotra araky ny ‘promotion’. Miankina amin’ny famahana ny olana no ijanonan’ny fitokonana. Mijaly ny vahoaka, lasa takalon’aina ireo manan-draharaha ao amin’ny fitsarana. Mampirongatra ny asan-jiolahy ihany koa ny fitokonan’ny fitsarana satria dia tsy maintsy avotsotry ny polisy sy ny zandary ireo olon-dratsy rehefa tapitra ny fe-potoana araky ny lalàna azo itazonana azy ireo izany hoe 72 ora. Niverin-dalana ireo rehetra nanan-draharaha tao amin’ny fitsarana ny alarobia teo. Nitaraina izy ireo fa sady lany fotoana no lany vola tamin’ny fivezivezena. 

Voalaza rahateo fa tsy misy ny fiandrasan-draharaha fa mikatso tanteraka ny asan’ny fitsarana rehetra. Na izany aza dia manantena ny hiravonan’ny olana tsy ho ela ireo naneho hevitra ary manantena ihany koa mba ho azo ianteheran’ny vahoaka madinika ny fitsarana ka hitondra vahaolana ho azy ireo.

Avotra Isaorana  Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FITAOVAM-PITATERANA BAJAJ : Tsy afaka miasa sy mivezivezy intsony ireo tsy misy autocollants

Tapitra hatreo izany ny fifampisintonana tady teo amin’ny kaominina sy ny tompon’ny bajaj, fa izay tsy manara-dalàna ka tsy mandoa ny lisansy dia tsy mahazo miasa intsony. Tsy misy intsony ny fanentanana fa fanasaziana avy hatrany rehefa misy tratra, ary giazana izay tratra.

Afaka misava ny taratasin’ireo mpanao fitateram-bahoaka na taksibe na fiarakaretsaka na bajaj daholo ny zandary sy ny polisy ary ny polisy monisipaly. Ny ben’ny tanàna rahateo no tomponandraikitra amin’izy ireo eto an-tanàn-dehibe miaraka amin’ny Att. Manambara ihany koa ny tomponandraikitry ny fitaterana ao amin’ny kaominina ao fa hifarana ato ho ato ny fandraisana bajaj vaovao fa efa feno ny isan’ireo bajaj izay tokony hiasa eto Mahajanga.

Manentana ireo rehetra manana bajaj mbola hangataka fahazoan-dalana i Nourdine lehiben’ny sampandraharahan’ny fitaterana mba ho tonga haingana fa tsy ho ela dia hikatona vonjimaika.

Nandona zaza indray ny Bajaj iray tamin’ny alarobia lasa teo

Zazalahy iray nitondra bisikileta no nodomin’ny Bajaj iray, ny alarobia teo. Nipoka mafy teo amin’ny fitaratry ny Bajaj ilay zaza, vaky ilay fitaratra ary naratra mafy ny lohan’ilay zaza. Zaza 15 taona eo io voadona io. Niara-nizotra ny Bajaj sy ny bisikileta noentin’ity zaza voadona ity teny Ampasika tsy lavitry ny Epp barday iny ary samy nandeha mafy izy ireo.

Nanao misongona avy any an-kavanana ilay bajaj izay tsy azo atao amin’ny lalànan’ny fifamoivoizana ka izany no niteraka ny loza. Manakaiky ny biraon’ny Tvhfb no nisehoan’ny loza ka tonga dia nandray andraikitra avy hatrany izy ireo nitondra azy tany amin’ny hopitaloben’ny Androva. Tonga ara-potoana ihany koa ireo mpitandro filaminana misahana ny lozam-pifamoivoizana nanao ny asany. Misy amin’ireny mpamily Bajaj ireny no tsy mahafantatra ny lalànan’ny fifamoivoizana fa mitondra ihany ka mitera-doza. Tokony samy mitandrina ihany ny tsirairay fa samy tompon’andraikitra.

Vanessa sy Patricia(stagiaire)

News Mada0 partages

Commerce l’invasion des produits importés abordée

L’invasion des produits importés sur le marché local, dont une grande partie ne répond pas aux normes, reste un problème irrésolu à Madagascar.

A ce sujet, des représentants du Syndicat des industries de Madagascar (Sim) et le ministre du Commerce et de la consommation, Nourdine Chabani, se sont penchés sur la question lors d’une rencontre qui a eu lieu, mercredi, au ministère à Ambohidahy.

«Augmenter la production locale, soutenir les produits transformés et renforcer la présence sur les marchés intérieur et extérieur pour le développement économique du pays», telles sont les résolutions évoquées durant cette rencontre, apprend-t-on auprès du ministère du Commerce.

 Par ailleurs, le cas des grandes surfaces et supermarchés, qui présentent en majorité de larges gammes de produits importés, a été évoqué durant la réunion. Les opérateurs locaux ont d’ailleurs déploré une concurrence déloyale à ce sujet mais jusque-là, aucune réelle mesure n’a été prise. Améliorer les produits malgaches afin de couvrir ces marchés mais aussi les marchés régional et international figure parmi les solutions avancées.

En effet, la part du secteur de l’industrie  dans le Produit intérieur brut (PIB) de Madagascar a stagné depuis les années 80, en raison du ralentissement de la croissance économique et des crises politiques. A cela s’ajoute le problème de la concurrence déloyale touchant plusieurs filières de l’industrie locale.

Selon les chiffres du Sim, l’industrie enregistrait une part de 10% dans le PIB national, entre 1960 et 1975, pour atteindre 14%, entre 1982 et 2001, et a stagné à 15%, entre 2002 et 2016. Les industriels restent toutefois optimistes quant à l’essor de ce secteur qui va contribuer à hauteur de 25% du PIB national en 2025.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Trophée HEC Paris-Bernard R. : les nominés se disent satisfaits

Les gagnants du «Trophée HEC Paris-Bernard Ramanantsoa 2017», pour cette première édition, seront connus à l’issue d’une cérémonie organisée, demain. D’après les nominés au trophée, ce concours permettra de renforcer leur notoriété et leur visibilité dans leurs domaines d’activité respectifs.

«La notoriété et la renommée de l’Ecole ont toujours suscité notre intérêt. Ainsi, dès l’annonce du concours, nous n’avons pas hésité à saisir l’opportunité de nous inscrire dans la catégorie  Meilleur employeur», indique-t-on du côté de Smartelia SARL qui opère dans le domaine des Ressources humaines.

Par ailleurs, la société Lexel juridique et fiscale a souligné que «la renommée de l’entité organisatrice HEC est gage d’excellence et de l’opportunité d’accroître la visibilité de Lexel à travers son réseau».

En termes de résultats attendus à l’issue du «Trophée HEC Paris – Bernard Ramanantsoa» 2017, les nominés sont majoritairement unanimes sur le fait que ce concours constituera un plus non-négligeable pour leur notoriété et visibilité. A ce sujet, une entreprise, œuvrant dans la photographie, s’attend à une «meilleure visibilité et augmentation de la valeur ajoutée par rapport à la concurrence».

 Riana R.

 

News Mada0 partages

Régime de change flexible : « Le mieux approprié pour Madagascar », dixit Patrick Imam

« Le régime de change flexible que le pays a adopté depuis 1994 constitue le régime le plus optimal et le mieux approprié pour Madagascar ». C’est un avis qu’a soutenu Patrick Imam, représentant résident du Fonds monétaire international (FMI).

«Choix de régime de changes – Opportunité du régime de change flexible ». C’est le thème choisi par le Cercle de réflexion des économistes de Madagascar (Crem) pour son rendez-vous mensuel du Jeudi hier à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA). Les vues exprimées dans cette vision étaient celles du représentant résident du FMI à Madagascar qui a toutefois tenu à souligner que ces idées ne reflètent pas nécessairement celles du Conseil d’administration du FMI.

D’après Patrick Imam, « Le régime de change flexible que le pays a adopté depuis 1994 constitue le régime le plus optimal et le mieux approprié pour Madagascar étant donné ses caractéristiques propres et la structure économique du pays ».

Il a expliqué que pour Madagascar, ce régime de change présente une plus grande flexibilité par rapport aux différents chocs auxquels le pays est régulièrement exposé (catastrophes naturelles, chocs politiques, prix des matières premières…). Aussi, ce type de régime permet une plus grande indépendance de la Banque centrale dans la conduite de sa politique monétaire, une exposition limitée aux attaques spéculatives et aux crises monétaires y afférentes ainsi qu’une exigence moindre en termes d’accumulation de réserves.

Quid de l’ariary ?

Une des questions posées également lors cette conférence : « Pourquoi l’ariary s’est apprécié cette année ? » Les bailleurs de fonds, tel le FMI, et la Banque mondiale pensent que cette force est avant tout due au choc de la vanille qui s’est répété cette année. L’on sait effectivement que la production de la vanille n’a pas été si négativement affectée par le cyclone comme le craignaient les opérateurs. Ce qui a entre autres permis les rentrées relativement fortes en devises.

Dans leur rapport de mission pour la deuxième revue au titre de la Fec à Madagascar, les services du FMI assurent que

« La Banque centrale de Madagascar a géré de manière adéquate les tensions liées au choc positif du prix de la vanille, en accumulant des réserves de change additionnelles, alors que le taux de change s’est légèrement apprécié, conformément au régime de change flexible (…) ».

« Cependant, aucun régime n’est immuable. L’important, c’est que les autorités du pays l’ajustent en fonction des changements au niveau de ses différentes contraintes ainsi que de ses objectifs économiques », conclut Patrick Imam.

Arh.

 

News Mada0 partages

Madagascar – Italie : une conférence économique

La Conférence économique de Rome se tiendra les 17 et 18 octobre prochains. Il s’agit d’un événement dont le but est non seulement de promouvoir les opportunités d’affaires et de partenariat entre les secteurs public et privé, malgache et italien, mais également d’attirer les investisseurs italiens à Madagascar.

Le ministère de l’Industrie et du développement du secteur privé (MIDSP), l’Economic development board of Madagascar (EDBM) et la Chambre de commerce et d’industrie Italie – Madagascar concourent à l’organisation de cet événement.

La première journée sera consacrée à des rencontres entre les institutionnels malgaches et les industries membres de la Confédération des industries italiennes « Confindustria ». Les quelque 100.000 entreprises membres de l’« Unimpresa », le groupement des PME italiennes prendront le relais pour la seconde journée à travers des rencontres B to B.

La valeur des exportations de Madagascar vers l’Italie était de 22,9 millions de dollars l’année dernière. Dix principales lignes de produits sont disponibles sur le marché italien (vêtements et accessoires, produits halieutiques, huiles minérales, gemmes métaux précieux…). Le fait que les produits malgaches passent en France avant d’être expédiés en Italie réduit la compétitivité des produits. Autant dire qu’il y a encore énormément de marge pour les opérateurs malgaches sur le marché italien.

Arh.

News Mada0 partages

Nomen’ny Unesco tombony ireo mpianatra

 Tsy nandalo fotsiny ny fanamarihana ny Andro maneran-tany ho an’ny fahazoana vaovao. Nampihantain’ny Unesco ireo mpianatra 140 avy amin’ny sekoly miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana eto Analamanga, omaly. Mpikambana eo anivon’ity rantsan’ny Firenena mikambana misahana ny kolontsaina ity, izy ireo. Nisy ny fanofanana sy fitsidihana ny foibe ho an’ny antontan-kevitra sy ny fampahalalam-baovao. Teo koa ny fampahafantarana azy ireo amin’ny alalan’ny fitsidihana ireo minisitera sy ny parlemanta ireny andrimpanjakana ireny. Manampy izany ny fanofanana momba ny resaka nomerika. Nandray anjara amin’ny famelabelarana narahina adihevitra momba ny liana ny foiben’ny antontan-kevitra sy ny tranom-boky manoloana ny fihazakazaky ny nomerika koa izy ireo. Notanterahina tetsy amin’ny Tranombokim-pirenena, Anosy.

Tsiahivina fa tsy azo ihodivirana ary zava-dehibe ho an’ny olom-pirenena  ny fahazoam-baovao. Ahafahana mandrindra ny fampandrosoana izany ary mitondra fanovana koa. Manome andraikitra ny olom-pirenena ary mampandroso ny tsirairay sy ny fiarahamonina ny fahazoam-baovao.

Synèse R.

News Mada0 partages

Kitra – Fanomanan-tena : ny fihaonan’ny Barea amin’i Ogandà ihany no raikitra

 Ny fanomanan-tena, hikatrohana amin’ny The Cranes, Ogandà, ihany no raikitra tamin’ireo fihaonana telo voalahatra. Tsy afaka tamin’ny fotoana farany i Kaomoro sy ry zareo Irakianina. Hatao any Kampala  ny lalaon’ny roa tonta.

Na efa voalahatra fa hanao lalao ara-pirahalahiana amin’i Kaomoro sy i Irak aza, ny Barea de Madagascar dia fantatra izao fa tsy ho raikitra indray izany. Ny tsy fahafahan’ireo ekipa roa tonta ireo ny anton’izany, raha ny angom-baovao voaray. Ny fifandonana amin’ny The Cranes Ogandà, ihany izany sisa no hatrehin’ny ekipam-pirenena malagasy. Fihaonana tanterahina any Kampala, Renivohitr’i Ogandà, ny 4 oktobra, ho avy izao.

Ireo mpilalao mpila ravinahitra avy any Frantsa sy La Réunion ary Soisa no nantsoin’ny mpanazatra mirahalahy, i Nicolas Dupuis sy i Raux Auguste, handrafitra sy hiatrika io lalao io. Noho ireo mpilalao eto an-toerana ao anatin’ny fanatanterahana ny fifaninanam-pirenena ny nandraisana izao fanapahan-kevitra izao.

Marihina fa tafiditra ao anatin’ny fanomanan-tenan’ny Barea de Madagascar, eo amin’ny fifanintsanana, ho an’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can 2019), ity lalao hikatrohana amin’i Ogandà ity.

Samy hiady ny ho lohany ny Barea sy ny senegaley

Tsiahivina fa lalao manaraka hatrehin’ny Barea, amin’izany dia ny fifandonana amin’ny Lion’i Téranga, avy any Senégal, ny 19 marsa 2018. Fihaonana hotontosaina etsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Samy manana isa 3 avy ny Barea de Madagascar sy ny Lion’i Senegal, saingy manantombo eo amin’ny “goal difference” ry zareo Senegaley. + 3 ny azy raha + 2 ny an’ny Barea de Madagascar. Hiady izay ho lohany ao amin’ity sokajy “A” ity izany ny roa tonta amin’ity.

Marihina fa tsy ekipa vaovao amin’ny Barea de Madagascar, akory i Sénégal fa efa nifanandrina tamin’ny Barea, teo amin’ny fifanintsanana ho an’ny “Mondial 2018”. Nisaraka ady sahala, 2 no ho 2, teo Mahamasina saingy resin-dry zareo, nandritra ny lalao miverina.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Hiatrika ny “THB Champion’s League” : nandray ny tsodrano tamin’ny filoha ny AS TopDom

Association Spotive Topo et Domaine na AS TopDom. Anisan’ireo klioba voanfantina hiatrika ny fihodinana faharia amin’ny  “THB Champion’s League” , hotontosaina any Fianarantsoa izy ireo. Nandray ny tsodrano tamin’ny filoham-boninahitra, Rasolomampionona Hasimpirenena ireo mpilalao sy ny mpanazatra, tetsy amin’ny birao fiasany etsy Anosy, ny alarobia lasa teo.“Mafy ny efa natrehina tao anatin’izay telo taona nijoroan’ny klioba izay. Efa misy anefa ny amboara azontsika tahaka ny nandrombahana ny tompondakan’Analamanga. Niditra tamin’ny lalao rezionaly maromaro isika ary miditra amin’ny sehatra nasionaly amin’izao fotoana izao. Mafimafy ny ady atrehina kanefa tsy mitarain-tana-miempaka isika. Aza mandraraka ilo mby an-doha fa manaova izay ho afaka. Eo anoloan’izany, mankahery sy mitsodrano anareo izahay mpitondra. Ny tanjona dia azontsika ny sangany. Tsy hijanona eto Madagasikara isika amin’izany fa hiampita ranomasina hitondra ny lazan’ny baolina kitra malagasy sy ny AS TopDom” . Izay ny tsodranon’ny filoham-boninahitra, Rasolomampionona Hasimpirenena, tale jeneralin’ny Fananan-tany sy ny Fandrefesan-tany.“Tsy mora ny ady hatrehanay any Fianarantsoa ka efa niomananay fatratra ihany. Efa mipetrapetraka ny lafiny tekinika. Momba ny ekipan’ny Elgeco Plus efa nanao ady sahala taminay izy ireo tany amin’ny lalao farany tamin’ny fihodinana voalohany. Ekenay fa tsy maintsy hiomana izy kanefa izahay koa tsy maintsy hanao izay tratranay”, hoy Razafindraherimbola Raphaël Michel, tale teknikan’ny AS Top Dom.“Famolavolana ny mpiasa sy mpiara-miasa rehetra mba ho fitaizana ara-tsaina sy ara-batana no nanangananay ity klioba ity. Tena zava-dehibe ny fifamondronana ny tanora hanana firaisankina amin’ny fanatanterahana ny asa. Etsy andaniny, ho fampiroboroboana ny fanatanjahantena eto Madagasikara. Hanao ezaka ny hisondrotra hatrany ny AS TopDom ary tanjona ny hahatongavana eo anivon’ny sehatra iraisam-pirenena” hoy hatrany ny filoham-boninahitra.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Kitra any Eoropa – «Ligue des champions» : afa-bela tamin’ny Bayern de Munich ny PSG

 Ela ny ela, afa-bela tamin’ny ekipan’ny Bayern de Munich ihany ny Paris St Germain. Resiny tamin’ny isa mazava, 3 no ho 0, teo amin’ny lalao mandroso amin’ny fifanintsanana isam-bondrona, ity ekipan-dRainiboto  ity. Fihaonana natao tao amin’ny kianja Parc des Princes ny alarobia lasa teo.

Azo lazaina fa nahay nanararaotra ny tsy fahampian’ny mpilalao teo amin-dry zareo Bayern de Munich ny Parizianina. Anisan’ny lesoka be, teo amin’ny Alemà mantsy ny tsy fijoroan’ireo mpilalao tompon-toerana, toa an’i Neuer, mpiandry tsatoby, sy i Boateng, teo amin’ny fiarovantena. Toy izany koa i Franck Ribery, tsy tao anatin’ireo 18 voasoratra tao anaty taratasin-dalao. Efa tany amin’ny faramparan’ny fotoana ihany  vao nampidirin’ny mpanazatra i Roben.

Na izany aza, vao 2 mn nanombohana monja dia efa nanakobana ny harato, i Dani Alves. Mbola nampian’i Cavani indray izany teo amin’ny minitra faha-31 ary ny an’i Neymar, teo amin’ny fizaram-potoana faharoa, teo amin’ny faha-63 mn, nilalaovana.

Ankoatra io vokatra io, tamin’io isa 3 no ho 0 io ihany koa ny nanilihan’ny Celtic ny Anderlecht. Nomontsanin’ny Manchester United, tamin’ny isa mavesatra, 4 no ho 1, kosa ny CSKA Moscou. Resin’ny Juventus, 2 no ho 0 ny Olympiakos ary tamin’ny isa 5 no ho 0 ny nandresen’ny Basel ny Benfica. Ny AS Roma, nanilika ny FK Qarabag, 2 no ho 1. Ny 17 oktobra, indray ny tohin’ny fifanintsanana, eo amin’ity “ligue des champions d’Europe”, ity.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

Golf : la 2e édition pointe son nez

Et de deux ! Loin d’un effet d’annonce, le 2e championnat de Madagascar de golf se tiendra bel et bien au Foulpointe Azura golf club. Une compétition qui se déroulera sous les meilleurs auspices compte tenu de l’affiliation avec l’instance internationale de St Andrews.

Une bonne sensation fait toujours un bon swing. Pour rééditer le succès de la toute première édition du championnat national de golf en 2016, la fédération malgache, sous l’affiliation de St Andrews, donne rendez-vous aux ténors et passionnés de la discipline du 27 au 29 octobre prochain sur le green de l’Azura Golf ResortSpa. Un choix judicieux qui fait le bonheur des champions en titre et des autres sérieux prétendants. Tous les clubs existants seront représentés, notamment Golf du Rova, Pearls international golf course Nosy Be, Foulpointe golf club, golf club Antsirabe et Malaza golf.

D’après le président de la fédération malgache, Ranaivo Andrianasolo, «Pout tout public, petits et grands, novices et professionnels, ce championnat se jouera suivant la formule Stroke play dans les catégories Pro, 1ère série, 2e série, 3e série, seniors et juniors. Le champion chez les Pro ainsi que les trois premiers en brut et net seront primés».

Comme compétitivité rime avec convivialité, les organisateurs ont ajouté du piment à la sauce. Chaque tour sera suivi d’une soirée à thème outre les autres animations (mini golf kids, initiation et découverte du golf, tapis de practice, trous en un, concours de drive/put, clinique exhibition, tombola,…). En plus, les golfeurs participants seront choyés avec les packages spéciaux. Pour rappel, la première édition a rassemblé près de 106 golfeurs avec une victoire finale du couple Ratsimbazafy.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Basket-CCCOI : carton plein pour les équipes malgaches

La phase de poule de la coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) se déroule sur les chapeaux de roues pour les six équipes malgaches en lice. Elles se sont toutes qualifiées pour la phase finale qui se dispute à partir de ce jour au palais des Sports de Mahamasina.

Chez les dames, les trois formations locales ont trusté les trois premières places qualificatives en demi-finale. Mention spéciale pour Fandrefiala qui a réalisé un parcours sans faute jusqu’ici. Demain, en ouverture de la journée,  les protégées de Cyrille Rasoloarijaona affronteront BCM Mayotte. Un adversaire largement à leur portée. La seconde demi-finale verra le mano a mano entre deux équipes malgaches MB2All et Tamifa. Le facteur surprise n’est pas à écarter.

Côté homme, la phase finale débute ce jour avec les quarts de finale où les formations locales ont eu la chance de s’éviter. La GNBC semble la mieux lotie en croisant le fer avec Real Basket Maurice, dernier de la poule B. Les autres affiches semblent équilibrées mais devant leur public, les Malgaches partent favoris.

Naisa

Quarts de finale Homme

-GNBC (Madagascar) vs Real Basket (Maurice)

-Ascut (Madagascar) vs Premium Cobra (Seychelles)

-BCM (Mayotte) vs TCO (Mayotte)

-Beau Vallon (Seychelles) vs Cospn (Madagascar)

 

Demi-finales Dame

Fandrefiala (Madagascar) vs BCM (Mayotte)

MB2All (Madagascar) vs Tamifa (Madagascar)

 

 

News Mada0 partages

Hippisme : une journée riche en couleurs

Apprentis et jockeys chevronnés ont épaté la galerie dimanche dernier à l’hippodrome de Bevalala à l’occasion de la célébration des 21 ans d’existence de l’autotité hippique pour la course et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel). Cette dernière a accordé une semaine de repos bien mérité avant la reprise de la saison le 8 octobre prochain. Cette journée a tenu toutes ses promesses malgré les chutes de Tunie Nambinintsoa, en selle avec Littisia, et le jeune Mauricien Anojo Burtony lors de la seconde épreuve de 1.600 m.

Par contre, tout s’est déroulé sans encombre pour Rabearivelo qui a piloté Nenuphar du Val qui a remporté la première course aux dépens de Nuage de Fanorona associé à Eric Ravelonjanahary et Jonquille du Val de patrick Rakotoarivelo (tiercé : 4-2-3). Mais ce n’était qu’un avant-goût d’une réunion qui a tenu toutes ses promesses avec le doublé de Rabearivelo et les surprenantes consécrations de Sedera Ranaivoarisoa, Nicot Ramiliarimanga et Patrick Rakotoarivelo.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Hand : les championnats régionaux battent leur plein

Les tournois de zone approchent à grand pas chez les seniors. C’est la raison pour laquelle les ligues Analamanga et Atsinanana effectuent actuellement leur championnat respectif pour déterminer leurs représentants à cette compétition zonale.

A Toamasina, le verdict du match aller mettant aux prises Hasin’i Toamasina, AS Tsarahofana et Tilty, est tombé. Suite à ses deux succès, Hasin’i Toamasina prend le commandement. Tilty le talonne de près grâce une victoire aux dépens de l’AS Tsarahofana et suite à une défaite concédée devant Hasin’i Toamasina.

Dans la capitale, Cosfa aura l’occasion de conforter sa première place ce samedi à Mahamasina lors de la troisième journée du championnat d’Analamanga. Pour cela, il suffit aux militaires de battre Saint-Michel Itaosy, dernier du classement. Dans l’autre rencontre, le spectacle sera au rendez-vous entre les expérimentés du Sporting et les jeunes loups aux dents longues d’Ascaf Ambohipo. Deux formations sont créditées chacune d’un succès.

Naisa

Résultats d’Atsinanana

Hasin’i Toamasina-Tilty : 30-28

Hasin’i Toamasina-Tsarahofana : 27-17

Tilty-Tsarahofana : 27-19

Programme d’Analamanga ce samedi

Sporting-Ascaf

Cosfa-SM Itaosy

News Mada0 partages

« Manafana ny Fiesta » : nampahafantarina ny Gold Amigo

Roa herinandro teo izay, nahatsikaritra labiera vaovao eny amin’ny mpivarotra ny mpanjifa. Nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy omaly kosa, ny tena fivoahan’ny labiera Gold Amigo, hanampy ny Gold Blonde, Gold Ambré, Gold 8 ary ny Gold Blanche.Araka ny anarany maka ny endrika sy ny tsiron’ny labiera any Mexique izy ity: manitra tequila sy voasary makirana, kanefa mitazona ny maha labiera Gold azy. Vokarina manontolo any amin’ny ozinin’ny Nouvelle Brasserie de Madagascar ao Ambatolampy izy ity. Tazana eo amin’ny famantarana ny sarina olona iray manao ny satroka “sombrero”, gitara ary tsilo, miaraka amin’ilay loko mavo mampahatsiahy an’i Mexique. “Manafana ny fiesta”, hoy ny teny faneva, izay mamehy izay tontolon’ny fety sy ny hafanana izay.Natomboka teto Antananarivo ny fampahafantarana, ka efa nisy ny fotoana nanasan’ny orinasa Star ireo mpiara-miasa aminy akaiky, niara-nanandrana ny Amigo sy niaina ilay “Manafana ny Fiesta” tamin’izy ireo. Hiparitaka manerana ny Nosy izany manomboka amin’io volana oktobra mitsidika io.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Monina any Etazonia : « Mahavelona ny soradihy na misy aza ny sakana », hoy i Gwen

Eto Madagasikara, vitsy ihany ny mpanakanto, indrindra ny mpanao soradihy, afa-miaina sy mivelona amin’izany. Ny ankamaroany, tsy maintsy manao zavatra hafa. Tsy toy izany kosa ny any amin’ny tany mandroso, raha ny nambaran’i Gwen Rakotovao, monina any Etazonia. « Misy ny sakana… saingy, ampy ivelomako ny dihy. Na izany aza, tsy manan-karena aho akory », hoy izy. Dinidinika.

Gazety Taratra (*) : Nanomboka oviana ny nidiranao lalina kokoa ao amin’ny sehatry ny soradihy ?

Gwen Rakotovao (-) : Mbola kely aho, efa voasariky ny dihy. Tany Normandie no nanombohako ny fitrandrahana ity zavakanto ity, tamin’ny alalan’ny fandraisana anjara tamina « festivals » sy fampisehoana samihafa, toy ny Viva Cité. Ny taona 2002, nandray anjara tamin’ny filalaovana ilay soradihy « Classiquement dingue », fampiarahana ny « danse classique » sy ny amponga. Ny taona 2004, nianatra tao amin’ny Institut de formation professionnelle Rick Odums, any Paris, ary nahazo vatsim-pianarana. Nianatra dihy ankehitriny sy « techniques jazz » ihany koa aho ary mpikambana ao amin’ny Jeune Ballet jazz, nanomboka ny taona 2005. Roa taona taorian’io kosa aho no niditra tany amin’ny sekoly Alvin Ailey School any New-York ary nanangana ny kaompaniako, Gwen Rakotovao Company, ny taona 2011. Tamin’io fotoana io no azo lazaina hoe nanombohako nivelona tanteraka amin’ny dihy.

* Mahavelona àry ve izany ny dihy ?

– Mifandray amin’ny politikan’ny mpitondra, any Etazonia, ny lafin’ny zavakanto. Rehefa lany filoham-pirenena i Donald Trump, nesoriny ny fanampiana ho an’ny zavakanto. Izany hoe, misedra olana ny mpanakanto, satria tsy misy intsony ny vola avy amin’ny fanjakana enti-manohana ny zavatra ataony. Na izany aza, betsaka ny mpanakanto manana tsirin-kevitra hampaharitra hatrany izany asany izany. Hatreto aloha, azo lazaina hoe mahavelona ahy ny dihy na tsy manan-karena aza aho. Mahasambatra ahy, rahateo, ny dihy… Sady, any Etazonia, matetika, manao zavatra maromaro ny olona.

* Ankoatra ny fampianarana dihy, inona koa ny ataonao amin’izao fotoana izao ?

– Mbola mianatra, any Frantsa, aho. Efa nahazo ny « Licence arts du spectacle », izay ahafahako manohy, ahazoako ihany koa ny « master » sy ny « doctorat », avy eo.

* Any ivelany, mampianatra sy mizara ny fahalalanao any amin’ny foibe fanta-daza ianao. Ho an’ny aty Madagasikara kosa, inona ny azonao atao, indrindra ho an’ny tanora ?

– Tena mahaliana ahy ny tanora malagasy. Amin’ny fandalovako, toy izao, miezaka mampivelatra ny fifandraisako aho. Efa misy ny fandaharanasa « Masimihanta », nanomboka ny taona 2011 ary mbola mitohy. Ao anatin’io ny fampianarana dihy ireo ankizy sahanin’ny akany eny Vontovorona. Mandritra izao diako izao, ho any Toamasina ihany koa aho, hanofana ankizy sy tanora ka misy amin’izy ireo no manana fahasembanana amin’ny sofina.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Chronique Immunité : une protection relative

L’immunité parlementaire prête souvent à discussion, une majorité du grand public assimile ce privilège à une manière de soustraire à toute poursuite judiciaire ceux qui jouissent de cette protection. Ce qui n’est pas tout à fait faux, mais pas entièrement vrai. Les parlementaires, suspectés dans une affaire répréhensible, conservent une responsabilité pleine et entière de leurs actes, seule la procédure relative aux poursuites est soumise à des conditions particulières. Evidemment ceci ne vaut que théorie et ne s’applique que dans un état de droit. Pas de quoi s’étonner donc si dans la réalité du pays la pratique s’écarte du principe.

Le déroulement, les poursuites entreprises, et l’implication de deux personnalités de haut rang la première, membre de l’exécutif l’autre, parlementaire, lors de la douteuse évacuation sanitaire de dame Claudine Razaimamonjy évacuation qui laisse des traces d’une exfiltration d’une justiciable voire de l’évasion d’une détenue, constituent une belle illustration comme représentation de cas d’école relatif au statut d’«intouchables» de fait.

Jusqu’à preuve du contraire, malgré l’engagement de poursuites il semble bien que les deux dignitaires ne sont pas inquiétés. Vu l’état actuel la paix royale dont jouit le ministre s’explique : il n’est justiciable devant toute juridiction autre que la Haute Cour de Justice. Celle-ci pas encore en état de fonctionner, pour des faits et actes entrepris dans l’exercice de leur fonction ministres et leurs supérieurs même en cas de commission d’infraction jouissent d’une plénitude d’impunité. Les mauvais esprits ne manquent pas de trouver là l’essentiel de l’explication d’une apparente mauvaise grâce qui pénalise de retard (des lustres) la mise en place de cette Haute Cour de Justice.

Il en va tout autrement du sénateur qui, à ce qu’il parait, après avoir sensibilisé une opération de «caillassage» des locaux de l’organe instructeur (le Bianco en l’occurrence), a accompagné la «fugitive» dans son aventure rocambolesque. De certains avis, il aurait eu matière à constat de flagrant délit, circonstance suffisante pour dispenser des conditions particulières la levée de l’immunité parlementaire. Mais jusqu’ici rien ! L’impunité semble couvrir d’une chape mystérieuse les poursuites. Des bruits disent que des fissures se font jour à cet endroit et menacent de briser le béton de protection.

Quand la barque prend l’eau, le sauve-qui-peut oblige à se délester des poids encombrants.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : nouvelles de Ste-Marie de Madagascar (1)

7 septembre 1917.

Pendant qu’en France on s’est remué beaucoup pour avoir du charbon cet hiver, nous autres, à Madagascar

et dépendances, c’est la question du riz qui préoccupe, je crois, tout le monde. Aurons-nous à la récolte prochaine du riz en assez grande abondance pour que la cherté excessive de ce pain quotidien ne se renouvelle plus ? J’ai la confiance bien sincère que notre nouveau Gouverneur Général saura bien se renseigner auprès des vieux colons

de la brousse, plutôt qu’auprès des jeunes Administrateurs-adjoints, des commis de Résidence détachés des bureaux ainsi que de certains gardes de milice ; avec les colons d’expériences pratiques et compétents viendront les conseils utiles et réalisables. Alors, ce sera la résurrection des prix normaux de 150 à 200 francs la tonne de riz décortiqué.

À mon tour, colon établi à Madagascar depuis 1882, je demande la parole :

« Je suis heureux de déclarer que M. le professeur Carle, directeur et chef de colonisation, a beaucoup contribué à l’extension des rizières et à l’augmentation des récoltes par les indigènes. Il s’est toujours fait un devoir d’aider, de soutenir dans la mesure du possible et de faire prospérer les cultures de nos compatriotes.

« Faut-il dire que cela est suffisant ? Non. Et mon raisonnement peut mériter une modeste attention. Comme agriculteur, je reconnais mon insuffisance en connaissances théoriques, mais en ce qui concerne les connaissances pratiques, je suis un excellent planteur, cela dit sans aucune prétention et il n’y a qu’à visiter mon petit domaine de Ste-Marie pour être convaincu. »

Le journal La Tribune de Madagascar donne le bon exemple en publiant les excellents articles de ses précieux collaborateurs sur l’impérieuse nécessité d’intensifier la culture vivrière chez l’indigène. Pour effectuer cette évolution, il faut d’abord que M. le chef de colonisation ait à sa disposition un certain nombre de jeunes auxiliaires instruits et compétents pour les envoyer dans les contrées agricoles où chacun donnera toutes les indications pratiques nécessaires, le rendement supérieur par l’emploi des engrais et surtout de rompre avec les errements du passé.

(À suivre.)

Correspondant.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : pied de nez de la voyoucratie

De façon quasi concomitante, d’une part le prononcé du verdict sanctionnant les auteurs retenus pour le rapt, la séquestration de deux jeunes lycéens et pour l’assassinat de l’une de ces victimes,  d’autre part un nouvel enlèvement d’un jeune opérateur économique. Si dès fois on devait décrypter un message à travers la corrélation de temps, c’est une sorte de défi lancé à l’endroit des responsables de la sécurité publique. Considérant que, si la victime de ce dernier kidnapping appartient à la communauté Karana, dans le premier cas d’une rare violence il s’est agit de deux otages autochtones. Préférence serait donc de chercher un dénominateur commun : le langage des déclinaisons en milliards. Si en prime il fallait une preuve supplémentaire pour s’en convaincre, se rapporter à la confirmation des réparations des dommages fixées dans ces hauteurs.

 

News Mada0 partages

FLM : nahazo pastora enina i Fisakana

 Nahazo pastora enina ny synoda any Fisakana. Napetraka, ny alahady teo, izany ary natao hanampy ireo efa am-perinasa amin’iny faritra iny izy ireo. Nialohavan’ny isan-taon’ny fifohazana faha-59 natao tao amin’ny Toby Filadelfia Andranoraikitra Fandriana (Spafi),  Amoron’i Mania, izany. Anisan’ny tonga niatrika izany, araka ny fanasana, Rakotomalala Dina, nisolo tena ny filoha lefitry ny Antenimierampirenena, Andrianarivo Hary.  Tsy nitondra tanam-polo anefa izy ireo fa nitondra fanomezana ho an’ny Toby, mitaiza marary maro. Anisan’izany ny kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro (PPN), toy ny vary, menaka, sira, labozia, ronono mandry mamy, savony, paty… “Manana adidy lehibe amin’ny fanarenana ireo malahelo sy madiniky ny Tompo izahay”, hoy ireo nanolotra. Nanome toky koa izy ireo fa ho mpiara-miasa hatrany ny roa tonta ary hitondra ny anjarany izy ireo ho fanohanana ny toby.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Grevy, kidnapping, pesta, fonja vaky… : tsy mahavaha olana ny mpitondra fanjakana

 Manao amboletra sy mamaha olana petatoko na koa manao bemarenina. Maromaro ireo tranga miseho eto amin’ny firenena, saingy tsy maha rototra ny fanjakana.

Tsy noresahina tao amin’ny filankevitry ny minisitra, afakomaly teny Iavoloha, na indraimbava aza ny fihanaky ny pesta. Efa hananika ny 20 ireo maty hatramin’izao nefa na mangina na tsy manome vaovao, manidy varavarana ny minisiteran’ny Fahasalamana. Na koa miteny ihany saingy milaza fa voafehy izany pesta izany. Tsy mihetsi-bolomaso  ny minisitra nefa henatra izany aretina efa tany amin’ny fiafaran’ny taona 1900 izany. Mbola misy eto amintsika aty amin’ny taona 2017. “Vao 19 fotsiny maty”, hoy ny minisitry ny Fahasalamana.

Ny hany nisongadina tao amin’ny filankevitry ny minisitra ny fanoloana mpiasam-panjakana ambony, toy ny mahazatra. Anisan’izany ny fanesorana sefo distrika na préfet. Hiatrika fifidianana rahateo ka efa fametrahana paikady sy tetika avokoa izany.

Etsy andaniny, mbola ilana vaomiera indray ny fitakin’ny mpitsara sy ny mpirakidraharaha fitsarana. Tsy mila vola na asa be sy fitaovana anefa ny olana satria, fanomezana fahaleovantenan’ny mpitsara, tsy fitsabahan’ny mpanao politika sy ny mpitondra amin’ny asan’izy ireo. Eo koa ny fampiharana ny didim-pitsarana… Midika ho fandrirarirana ny mpitsara ny fihetsiky ny mpitondra. Tsy vitan’izany fa mampiasa mpitandro filaminana hampiasa hery sy mampanao amboletra… Tompon’andraikitra amin’izao fikatsoan’ny fitsarana izao ny mpitondra.

Misehoseho ivelany sy manao amboletra…

Ankoatra izany, mbola mitohy ny tsy fandriampahalemana sy tsy filaminana. Miverina indray ny fakana an-keriny. Mbola manjaka ny dahalo sy ny asan-jiolahy… Iandrasana telo volana hampiharana ny RSS izany ? Ho ripaka ihany ny omby ary ho maro ny maty ary mbola hifamono ny samy Malagasy. May ny tanàna ary rava ny fananana. Mifindra monina ny vahoaka ? Tsy vitan’izany fa efa aty amin’ny taonarivo fahatelo izao nefa ny fonja eto amintsika, mora vakiana amin’ny alalan’ny sotro…

Ny mpitondra anefa, manilika izany rehetra izany amin’ny mpitondra teo aloha  hatrany na variana amin’ny fandehanana any ivelany. Na koa mitady vahaolana amin’ny fanomezana fiara 4 x 4 ho tombontsoa manokan’ireo depiote sy hanambazana izany ho amin’ny resaka fanitsiana lalàmpanorenana… Manao biby fampitahorana sy amboletra ireo tsy mitovy hevitra aminy. Mampiasa herim-pamoretana, tsy ahafahana maneho hevitra. Mitondra vahaolana mamono afo. Izany ireo mpitondra ireo sy ny ataony. Tsy manana vahaolana fa misehoseho ivelany sy mievotrevotra am-pitoerana fotsiny.

Randria

News Mada0 partages

Boriborintany I : vonona hiatrika fahavaratra

Efa vonona amin’ireo paikady rehetra iatrehana ny fotoam-pahavaratra ny boriborintany voalohany. Nisy ny fivoriana faharoa mahakasika ireo fandaharanasa rehetra momba ny fanomanana amin’ny fidinana ifotony eny anivon’ny fokontany izay notarihin’ny delegen’ny boriborintany voalohany sy ireo mpiara-miasa aminy.

Nodinihina manokana tamin’izany ny mahakasika ny fanadiovana tanàna sy ireo lakandrano  ho fiomanana amin’ny fiavian’ny fahavaratra.

Ankoatra ny fanadiovana faobe izay hatao isaky ny fokontany, hisy ihany koa ireo karazana fanentanana  mahakasika ny fahadiovana sy ny fahasalamana izay iarahana amin’ireo ekipan’ny sampandraharaha sosialy sy ny sampandraharaha ny fanadiovana sy fahasalamana mba ho fisorohana ny fiparitahan’ny valan’aretina.

Ho avy eny anivon’ny fokontany ihany koa ireo ekipan’ny mpamonjy voina  hampianatra sy hanentana ireo mponina amin’ny fisorohana sy fiatrehana ny tondra-drano sy ny haintrano

Tsy mitsahatra ny miantso ireo hery velona rehetra manerana ny fokontany, araka izany, ny delegen’ny boriborintany voalohany mba hifanome tanana amin’ny fanadiovana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fenoarivo : la rage arrive

De source auprès du Centre de santé de base (CSB) de la commune rurale de Fenoarivo, du district d’Atsimondrano, un chien errant, a été testé positif à la rage, la semaine dernière dans cette localité. De ce fait, à partir de ce 2 octobre, une campagne de décanisation de deux jours, visant surtout les chiens errants sera menée dans la commune d’Alakamisy Fenoarivo et environ.

 En effet, d’après les explications d’un vétérinaire, l’exposition des chiens errants au virus de la rage est très forte par rapport aux chiens domestiques. De plus, dans la majorité des cas, les personnes atteintes de la rage, par la morsure ou la griffure de chien portant le virus, ne survivent pas à la maladie, surtout si elles ne bénéficient pas des traitements adaptés, notamment, les vaccinations.

Rage zéro d’ici 2030

Lors de la conférence mondiale sur l’élimination de la rage qui s’est tenue en 2015, l’Organisation mondiale de la santé, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, l’Organisation mondiale de la santé animale et l’Alliance mondiale contre la rage ont fixé un but commun, celui de zéro mort humaine causée par la rage canine d’ici 2030. Pour appuyer cet objectif, le thème de la Journée mondiale de la rage de cette année, qui a été célébrée hier, est «Rage : Zéro d’ici 2030».

Sera R

 

News Mada0 partages

Pharmacie : les prix des médicaments en hausse

Depuis quelque temps, les prix des médicaments auprès des pharmacies de la capitale partent à la hausse, avec un taux d’au moins 10%. «Les antibiotiques en sont particulièrement concernés», ont affirmé, hier, des pharmaciens officiant aux 67 ha, à Analakely et Ampitatafika.

A l’exemple, les comprimés d’amoxicilline et d’ampicilline se vendent actuellement à 1 500 ariary la plaquette de dix, contre 1 200 ariary auparavant. Le cotrim détient le record depuis que des décès suspects de peste ont fait couler beaucoup d’encre. Cet antibiotique s’achète 2 000 ariary la plaquette, contre 1 000 ariary il y a seulement trois semaines de cela, soit  une augmentation de 100 %.

D’autres catégories de médicaments contre l’hypertension, l’asthme, l’allergie sont également concernés par cette hausse. On peut citer le phenergan comprimé, utilisé dans le traitement des allergies. Il se vend 6 500 ariary la boîte actuellement, contre 5 000 ariary, il y a quelques mois.

Joint par téléphone, l’ordre des pharmaciens affirme être totalement étranger à cette situation.

Rupture de stock

A part l’instabilité de l’ariary, la rupture de stock a particulièrement été soulignée par les pharmaciens comme source de cette hausse. «Une opportunité dont certains grossistes ont profité pour réviser à la hausse leurs

prix, en particulier, pour les médicaments génériques. A l’exemple des pommades ophtalmiques», a témoigné une pharmacienne du côté d’Atsimondrano. Et d’affirmer qu’au moins quelque dizaine de médicaments, qui sont pourtant très pris sur le marché local, sont concernés.

Sera R

News Mada0 partages

Projet SIFPO 2 : Marie Stopes Madagascar dresse un bilan positif

Démocratiser le planning familial. Cet objectif ultime du projet Support for international family planning organisation, phase 2 (Sifpo 2), mis en œuvre depuis 2015 pour prendre fin ce mois, a été

largement atteint. Plus de 680.000 méthodes et services de planification familiael ont été distribués aux usagers à travers les 22 régions, via ce projet qui constitue la matérialisation de la mission de Marie Stopes Madagascar (MSM).

«Celle-ci consiste à permettre à toutes les familles malgaches de disposer des informations, des moyens de connaissance afin que chaque enfant né soit un enfant désiré», a souligné le directeur de MSM, Lalaina Razafinirinasoa avant-hier, lors d’un atelier de dissémination des résultats de ce projet, à l’hôtel Panorama à Andrainarivo. Le large choix de méthodes contraceptives que les jeunes ont pu choisir en fonction de leurs besoins, a singularisé  ce projet.

Ceci explique la hausse du taux de prévalence contraceptive chez les jeunes de moins de 20 ans, entre 2010 et 2016, en passant de 5 à 16% pour se mettre à l’abri des grossesses précoces et non désirées. «Sachant que bon nombre de femmes ont au moins leur premier enfant avant d’atteindre l’âge de 18 ans», a précisé notre source.

Après avoir bénéficié d’un financement de l’USAID  depuis sept ans, y compris la première phase, mise en œuvre depuis 2010, le projet Sifpo arrive à son terme  sans renouvellement, contrairement à l’engagement de MSM à poursuivre ses actions en matière de contraception.

«De nouveaux financements sont en train d’être conclus avec les partenaires de MSM qui reste fidèle à son engagement, dont celui de  permettre à chaque Malgache d’avoir le choix si il veut avoir un enfant et quand», a conclu  Lalaina Razafinirinasoa. L’adoption de la loi sur la PF, actuellement en stand by au sein du Sénat, après avoir été approuvé à l’Assemblée nationale, constitue également un point important dans l’atteinte de cet objectif.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

« Madajazzcar 2017 » : hiaka-tsehatra ry Samy Thiébault Quartet

Tarika vahiny anisan’ireo andrarezina amin’ny filalaovana mozika jazz ry Samy Thiébault Quartet avy any Frantsa. Hanome andran-tsira ho an’ny mpitia jazz izy ireo, ny 4 oktobra izao manomboka amin’ny 7 ora hariva, ao amin’ny IFM Analakely. Seho nampitondrain’izy ireo ny lohateny « Rebirth ». Hitsoka ny saksôfôna i Samy Thiébault, i Sylvain Romano hitendry  contrebasse raha hitendry piano i Andrien Chico ary hikapoka ny amponga maroanaka i Philippe Soirat.

Ho an’i Samy Thiébault, « azo hadikana ny « Rebirth » avokoa na fihaonan’ny sampanan-dalana na taratry ny tara-kevitra na hafaliana sy fahatsoram-po ». Ireo rehetra ireo, ho hita mandritra ny fampisehoana hotontosain-dry Samy Thiébault Quartet, mandritra izao fandraisany anjara amin’ny Madajazzcar andiany faha-28 izao.

Marihina fa anisan’ny mpitsoka saksôfôna anisan’ny manana ny maha izy azy any ivelany, indrindra ao Eoropa, ankehitriny, i Samy Thiébault izay ao anatin’ny fitetezam-paritra rahateo.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

« The best of rock » : fampisehoana metaly ranoray

Hatao ny alahady 1 oktobra ho avy izao, manomboka amin’ny 11 ora antoandro ao amin’ny efitrano malalaka Tony Club eny 67 ha ny fampisehoana rindran-kira rock, mifototra amin’ny gadona metaly. Handray anjara amin’izany ireo tarika valo kalaza eto an-toerana, Resurrection, Sasamaso, Angaroa, Allkiniah, Behind the mask, El Dino, Nisea ary Aurora The Revival. Mikarakara ity fampisehoana ity ny fandaharana Distorsion ao amin’ny radio RDJ, manohana ny tarika Mmalagasy mivoy ny rock sy ny metaly.

Samy manana ny gadona mampiavaka azy ireo tarika ireo, toy ny Thrash metal (Sasamaso), ny speed/symphonic metal (Resurrection sy Nisea), ny power metal (Allikiniah), ny Hardcore/metalcore (Behind The Mask), sns.

Nambaran’i Miora mitarika ny Resurrection fa anisan’ny hoentiny mandritra ity The best of rock ity ny hirany vaovao, “Rangotry ny maty”. Anisan’ny raki-tsariny faharoa io hira io.

Gix

News Mada0 partages

Gold Amigo : une nouvelle bière circule

Le groupe Star a présenté officiellement, hier, à son siège à Andraharo, une nouvelle boisson dénommée «Gold Amigo». Inspirée par l’univers festif mexicain, il s’agit d’une bière blonde produite à partir d’une recette spéciale et innovante. L’arôme de la téquila et du citron est surtout mis en avant. «Nous avons aussi une version panachée, mais elle sera produite seulement à la demande», a annoncé le responsable du produit. Le lancement s’est déjà tenu, le 18 septembre, et elle sera bientôt disponible dans tout Madagascar.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

La société civile Rohy exprime son refus de réviser la Constitution

A la veille de la saison des pluies, la réhabilitation de route de Besarety arrive à point nommé

Avant de quitter la Grande île, trois volontaires japonaises ont reçu un certificat de reconnaissance de la part de l’Etat malgache

« BMOI, la banque qui vous mérite » est le nouveau slogan de la Banque malgache de l’Océan indien.

L’Ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Vouland-Aneini a effectué une visite de courtoisie auprès du ministre des Affaires étrangères malgache

Après le procès, les coupables condamnés aux travaux forcés à perpétuité Procès dans l’affaire de kidnapping d’Arnaud et Annie se trouvent à l’heure actuelle derrière les barreaux

La première édition du salon Ouverture du salon ExpoFinance au Carlton a été un succès

Première journée de la grève illimité et sans service minimum des magistrats et des greffiers hier à Anosy, la tension monte d’un cran. Photos : Mamiherison et Tina R.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Un salon de la monétique et de la finance

13 exposants, des banque aux sociétés de high-tech en passant par des institutions de microfinance, des maisons d’assurance ou des organismes de financement sont présents au salon ExpoFinance Mada 2017 qui se tient à l’hôtel Carlton jusqu’au vendredi 29 septembre. Durant trois journées, ils auront essayé de présenter leurs activités respectives au grand public.

Pour la première édition de cet évènement signé Premium Publicix, le thème retenu a été : Financement inclusif et dématérialisation monétique. « L’utilisation de la monnaie dématérialisée pourrait-être un moyen de hausser le très faible taux de bancarisation à Madagascar », expliquent les organisateurs et leurs différents partenaires. Les utilisateurs de services bancaires pourraient, déjà, régler leurs factures et effectuer leurs achats depuis un simple téléphone gsm. Le « cash-less » (paiement sans liquide), très en vogue partout dans le monde, a surement un bel avenir dans le pays.

Des conférences ont animé ExpoFinance Mada sur des sujets très variés :  les services bancaires, les opportunités (et les risques) d’investissement à Madagascar, les solutions pour la viabilité des petites et moyennes entreprises (PME), le piratage des comptes bancaires… Les organisateurs souhaitent que cet évènement soit une occasion pour les entrepreneurs et professionnels de se rencontrer et éventuellement de conclure des contrats de partenariat.

Solofo Ranaivo

La Vérité0 partages

Festival Hay - Programmation alléchante pour satisfaire les mélomanes

S’affirmant comme une plateforme de rencontre et de partage entre les artistes, les producteurs, les acteurs culturels ainsi que les simples mélomanes, le festival « Hay » promet découverte et ambiance. Une initiative du Voots Kongregation annoncée depuis le mois de juillet, le festival sobrement intitulé « Hay » se déroulera enfin ce dimanche à la Bibliothèque nationale Anosy avec la participation de plusieurs artistes venus des quatre coins de l’île. Ainsi, les Malgaches pourront célébrer pour la première fois la Journée internationale de la musique car celle-ci l’est déjà tous les ans à l’étranger. Le spectacle gratuit ne sera que pour ce dimanche mais plusieurs activités dans le cadre de la manifestation ont déjà commencé depuis hier. Une conférence sur le thème de la « Validation théorique de la vision de Voots Kongregation » s’est tenue à l’Hôtel de l’Avenue Analakely avec comme intervenant Vahombey, ingénieur culturel. Un masterclass sur le Mimi Basse et le vocal a aussi été organisé au même lieu dans l’après-midi. Une autre conférence se tiendra ce jour et sera axée sur la culture et le monde du numérique. Un sujet intéressant qui servira en tout cas de professionnaliser le monde de la musique à Madagascar. Plusieurs artistes et acteurs culturels ne manqueront d’ailleurs pas de venir apporter leur avis sur le sujet.

Haut en couleur Par ailleurs, dimanche sera un jour de fête avec de la musique non-stop. Un grand carnaval « Fetibe » partira dans la matinée du ministère de la Culture Anosy et fera le tour du lac pour revenir à la Bibliothèque nationale. Ceux voulant  y participer pourront venir et s’habiller d’une manière plus exceptionnelle. De plus, les tenues traditionnelles et les déguisements seront les bienvenus. A partir de 11h, la petite scène commencera à accueillir les talents en herbe qui se sont inscrits sur les réseaux sociaux et ayant par la suite été sélectionnés par un comité. « Hay » entend contribuer  à l’émergence de nouveau talents. Presque tous les rythmes musicaux y seront représentés qu’ils soient du terroir ou bien international comme le rock, le rap, le jazz et bien d’autres encore. Le public de toutes les tranches d’âge y trouvera ainsi leur goût. Dans l’après-midi, vers 13h30 sera effectué la cérémonie d’ouverture en présence de tous les artistes ainsi que les personnalités publiques et éperons que le ministre de la Culture sera cette fois-ci présente car l’événement se passe juste dans sa cour.  Une ode à la musique et à la richesse de la culture malgache, « Hay » entame une nouvelle approche auprès du grand public, quant à la promotion de l’art et de la créativité de chacun. Plusieurs artistes ont travaillé dur pour mettre sur place le festival mettant un point d’honneur à valoriser la musique sous toutes ses formes. Ceci pour faire valoir l’échange, la découverte et l’éducation auprès du public mélomane. Par ailleurs, les spectacles sur la grande scène va débuter vers 14h et verra entre autres la participation de Natior’All, Marolafy, Sarandra Beloba, Holly Zion, Sa Roy, samba Reniala, Loharano, Nindry, Voots Kongregation, Joey Aresoa, Ibemaso Co, U.X.T, Belongo et Nully Ratomosoa. Une exposition Voots se tiendra aussi à l’Hôtel de l’Avenue Analakely du 1er au 31 octobre prochains.Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Rentrée scolaire - Un budget de 150 000 ariary par enfant

La période la plus difficile pour les parents d’élèves. Après les grandes vacances, la rentrée scolaire reste ardue pour la majorité des parents, avec les sommes colossales déboursées pour les divers frais d’inscription/ réinscription de leurs enfants jusqu’à l’achat des fournitures scolaires. A cela s’ajoute le budget alloué pour les tenues et habillements, indispensables pour la rentrée. Au total, un parent débourse en moyenne 150 000 ariary par enfant pour sa scolarité mais ce chiffre pouvant atteindre jusqu’à 300 000 ariary, selon l’exigence et le niveau (primaire-collège-lycée).Outre le budget conséquent, la plupart des parents ont doublé de prudence depuis les grandes vacances, notamment suite à la sortie d’une liste provisoire des 108 écoles œuvrant dans l’illégalité dans tout Madagascar. Alors que la plupart de ces établissements mis en garde se sont dépêchés de régulariser leur situation, les parents se sont renseignés non seulement auprès des établissements  mais aussi au niveau des Zap, Cisco et Dren avant d’inscrire ou réinscrire leurs enfants. Du coup, bon nombre d’établissements enregistrent un retard de réinscription.Pour sa part, le ministère de l’Education nationale (Men) avance dans la mise en œuvre du Plan sectoriel de l’Education (Pse). Celui-ci commence dès cette année, avec une phase transitoire qui s’étalera sur 4 ans. Pour sa première année de transition, certains contenus du programme scolaire ou encore le changement du calendrier scolaire constituent les principaux impacts. Ainsi, les examens officiels n’auront lieu qu’à fin juillet jusqu’en septembre. 

La réinscription revient à plus de 600 000 ariaryUne mère de famille témoigne qu’elle a déboursé plus de 600 000 Ariary pour la réinscription de ses deux filles respectivement en classe de première et de sixième dans une école privée catholique. « La réinscription de mes filles a coûté 380 000 Ariary », affirme-t-elle. Elle a également ajouté que « en plus, l’aînée a dû faire des cours de rattrapage parce qu’elle a eu des mauvaises notes en mathématiques et en physique-chimie donc j’ai payé la somme de 6 000 ariary en plus ». Quant aux fournitures, elle a acheté 3 paquets de cahiers 100 pages à 28 500 ariary, 5 paquets de 200 pages à 35 000 ariary et 6 cahiers de 50 pages à 3 600 ariary, tous de petits formats. Au niveau des accessoires comme les stylos, les crayons de couleur, les feutres et autres, la mère a choisi des fournitures de marques pour que ses enfants puissent bénéficier du meilleur. De ce fait, les dépenses sont un peu plus élevées. Par conséquent, plus les enfants sont nombreux, plus le budget est lourd. Des marques imposées aux parentsEduquer revient de plus en plus cher chaque année. Les parents se plaignent de la cherté de la vie mais également des écoles qui deviennent de plus en plus imposantes quant aux marques des fournitures scolaires requises. En effet, aujourd’hui, les marques sont notées dans la liste des fournitures scolaires, plus particulièrement au niveau des écoles privées d’expression française. Selon le témoignage d’une mère de famille, ces marques sont vraiment devenues une injonction.  « J’ai cru que les marques inscrites dans la liste n’étaient pas obligatoires, affirme-t-elle, donc j’ai juste acheté des feutres pour ma fille. Les responsables les ont ensuite renvoyés soi-disant qu’ils ne correspondent  pas à ce qu’ils ont demandé. Donc j’ai dû racheter de nouveaux feutres à ma fille ». Pourtant, ces fournitures de marque coûtent plus cher, ce qui augmente les dépenses des jeunes parents.  Fournitures scolaires : Comment reconnaitre les contrefaçons ?Les produits contrefaits affluent sur le marché. Ils copient les plus grandes marques, ce qui fait que certains parents sont perdus. En effet, ils croient acheter des produits de marque vu que c’est écrit dessus alors qu’e vrai ce sont des contre-façons. Pour éviter de se faire avoir donc, il faut en premier bien choisir les revendeurs auxquels on achète les fournitures. Afin d’acheter des marques authentiques, il faut alors s’adresser à des vendeurs et aux boutiques agréés. D’un autre côté, il faut également connaitre le produit pour éviter de se faire dupé. La reconnaissance de ces produits peut également se faire à travers des vérifications méticuleuses. Pour ce faire, il faut donc comparer sur plusieurs vendeurs pour bien voir les défauts des produitsmais également ses qualités et les vérifier avant de les acheter. Les copies se reconnaissent également à leur prix. Ces produits reviennent toujours moins chers que les marques originales. Donc, il faut éviter d’être attiré par des produits à prix réduits parce que derrière cette réduction, il y a toujours quelque chose qui ne va pas, plus particulièrement au niveau de la qualité. Il faut aussi éviter d’avoir peur des grands magasins parce que les prix des produits qui s’y vendent ne sont pas toujours exhorbitants. Au contraire, ils peuvent vous surprendre. Rova R.

La Vérité0 partages

Kidnapping à Isoraka - La victime de nationalité française

Sans doute, l’affaire de l’enlèvement survenu mercredi soir à Isoraka  et qui concerne un  jeune patron de 22 ans d’entreprise indopakistanaise, aura un impact sur la diplomatie étrangère du pays.  En effet, la victime, qui est de confession hindoue, a la nationalité française. C’est ce qu’a révélé une source auprès de la gendarmerie, hier.  A part cela, rien n’a vraiment encore  filtré de cette affaire, les informations étant divulguées au compte-gouttes. Rien ne permet donc encore d’avoir la moindre idée sur ce qu’est devenu l’otage actuellement.

Par ailleurs, le garde-corps de l’indopakistanais, un policier, devait être encore soumis à un interrogatoire après cet incident, selon une source de la gendarmerie. Quant à savoir  sur le genre de clause  ayant autorisé ou rattaché justement  des policiers  dans le service de sécurité  des personnalités ou autres  hommes d’affaires karana comme celui qui a été enlevé à Isoraka, Dieu seul le sait. « Cela relève d’un secret professionnel que seuls des hauts responsables au sein de la police seraient habilités à apporter des explications », nous a-t-on expliqué.  Et comme nous l’avons déjà rapporté dans l’une de nos précédentes éditions, les robinets de l’information sont donc pour le moment fermés au niveau de la police elle-même. Si la brigade criminelle a assuré qu’elle n’a pas été saisie du dossier, le ministre de la Sécurité publique a, lui aussi, donné une réponse évasive à la question posée par la presse à propos du kidnapping d’Isoraka. « La police multiplie ses descentes sur le terrain afin de quadriller les quartiers considérés comme les plus dangereux », a-t-il déclaré sur les ondes d’une radio privée mais aussi d’autres organes de presse lors de la journée nationale de la police à la bibliothèque nationale, hier.  Quant à la gendarmerie, aucune précision non plus pour tenter de savoir l’évolution de cette affaire. « Une enquête mixte tente d’élucider cette affaire. Cependant, les officiers de police judiciaire chargés de celle-ci ne veulent rien dévoiler encore, secret de l’enquête oblige », a-t-on appris du côté du Toby Ratsimandrava. Il y a quelques mois, l’ambassade de France a lancé une sévère mise en garde à l’endroit du gouvernement malagasy. Ce dernier doit faire part de résultats et montrer sa capacité à anticiper les enlèvements des ressortissants français de Madagascar selon  l’ambassadrice de France, lors de l’enlèvement d’Yanish Ismaël, ce fils d’un industriel de la communauté indopakistanaise.  L’on se demande donc à quoi rime la récente réforme sur la sécurité que le numéro 1 de l’Etat s’est pompeusement vanté aux yeux du monde quand on sait qu’il reste à protéger les quelque 20 000 membres de la communauté indo-pakistanaise du pays.Franck Roland

La Vérité0 partages

Atelier écologique - Pour préserver l’environnement

Le Fakotory organise des ateliers durant le Zero Waste Festival pour montrer à la population un meilleur moyen de préserver l’environnement. Les problèmes persistent encore face au respect de cet environnement.  L’éducation de la population à l’écologie permet de diminuer les gaspillages et d’avoir un environnement sain. Les organisateurs du festival ont donc programmé des ateliers dans lesquels les participants peuvent créer du matériel ou des objets faits en objet inutilisé comme les déchets de papier ou les plastiques. Ce festival s’est tenu hier jusqu’à aujourd’hui, rappelons-le. Le souci des organisateurs entre dans le cadre de la ville de plus en plus polluée. Ils ont constaté que tout le monde peut participer à la préservation de l’environnement.

« Il faut savoir qu’il n’y pas seulement les menuisiers ou les artisans qui sachent faire du recyclage », évoque le responsable. En effet, tout le monde peut participer à cette transformation de la matière. Les ateliers aident les non-artistes à entrer dans le monde de la création à partir de reste d’objet. Ils sont incités à faire la même chose en arrivant chez eux, à transformer les objets qu’ils n’utilisent plus. C’est aussi le meilleur moyen d’éviter de polluer la nature. Récupérer les restes, les transformer en d’autre choses, c’est également un moyen de faire des économies. Au lieu d’acheter, on obtient un nouvel objet. Grâce à ces ateliers donc, la population est sensibilisée sur l’importance de l’environnement.    Andrea Razafi.

La Vérité0 partages

Vie de parents - Les dépenses qu’engendre un bébé

De grandes dépenses pour un si petit être. Les parents, qu’ils soient grands salariés, fonctionnaires ou chômeurs, ils se doivent de prendre en charge leurs enfants. Tandis que les uns ne s’en sortent pas si mal, les autres ont des difficultés à satisfaire le matériel dont ont besoin leurs bébés. S’ils veulent ou pas, avec un bébé il faut dépenser. « Si on veut ce qu’il y a de mieux, ça a un prix. Mais dire que le bébé, ça coûte la peau des fesses c’est un peu exagéré », affirme une mère de famille. Et pour avoir ce qu’il y a de mieux pour lui, les parents pensent qu’il ne faut pas compter le prix. « Les bébés coûtent cher, mais il faut prévoir bien avant sa naissance les dépenses qu’il faut faire », témoigne une autre mère de famille. En effet, la solution la plus facile pour ne pas se perdre reste la prévoyance. Prévoir les dépenses aide les parents à mieux gérer. Dire que les bébés coûtent la peau des fesses dépend de la situation de chaque parent.

Les priorités, comme les médicaments, ne peuvent pas se substituer. Il faut les acheter, mais certains parents s’en privent faute de moyens. Les médicaments de base comment ceux qui atténuent la température, les pommades pour les petites inflammations sont en moyenne autour de 10 000 ariary. Il faut que les parents gardent de côté au moins cette somme, avec une marge pour les imprévus. En outre, les couches sont parmi les indispensables aux bébés. Avec les langes, drapeau et triangle, seul le prix du savon est à calculer avec 3 300ariary la barre et qui peut perdurer jusqu’à un mois. Acheter des paquets de couches revient à faire une dépense de 25 000 ariary en moyenne toutes les semaines.A part cela, il faut qu’il mange aussi. Les petits pots pour bébé coûtent en moyenne 4 000 ariary. Ou bien choisir les nourritures pour bébé fait maison. Face à toutes ces dépenses, les parents doivent faire le choix entre le prix à payer avec l’effort ou le confort.Andrea Razafi.

La Vérité0 partages

Toamasina - Situation explosive dans le campus de Barikadimy

Rien ne va plus au pays ! C’est du moins ce que l’on puisse dire avec tous ces bras-de-fer qui opposent actuellement  le pouvoir à tous les contestataires de tout acabit. Hier matin, la situation était particulièrement explosive au campus de Barikadimy  de Toamasina. Le mouvement de grève estudiantin a débordé et ce fut l’escalade : l’on dénombre des blessés. L’un d’eux a été tabassé sans ménagement par les éléments de l’Emmoreg. Des témoins ont  pu voir des grévistes  investir les salles où des étudiants en pleine soutenance,  ont été surpris par les contestataires déchaînés. Ces derniers ont alors déchiré les copies ou autres feuilles d’examen. Dans un mouvement de panique générale,  ceux qui étaient restés dans les salles d’examen ont voulu s’échapper par les fenêtres et se sont blessés.

 Et l’on ne parle plus des dégâts observés sur place : une voiture a été incendiée et plusieurs autres ont vu leurs pare-brises voler en éclats par les jets de pierre. Les étudiants en grève ont répliqué à coups de pierre la charge des forces de police anti-émeute, qui ont tenté de les repousser vers l’enceinte de l’université. Pour bloquer la circulation sur la RN2 et empêcher les forces de répression  pénétrer dans le campus, les émeutiers ont érigé des barrages de fortune en incinérant des vieux pneus. Jusqu’à l’heure où nous avons écrit ces lignes, aucune arrestation n’a été encore annoncée. Le calme, très précaire, n’était revenu que vers le début de la soirée, hier.  Depuis jeudi soir, la tension était donc montée d’un cran sur place. Les universitaires de la capitale Betsimisaraka ne se démordent pas devant la férocité de la répression, d’ailleurs sans fondement. Les contestataires sont las d’attendre face aux promesses d’ivrogne du ministère concerné avec tous ces impayés  pour leurs bourses d’études. Puisque la politique du logement a été trop minimisée par le pouvoir en place, ce sont donc les étudiants de Barikadimy qui paient le plus lourd tribut, comme tout le reste de la population d’ailleurs. D’où la radicalisation du mouvement. Franck Roland

La Vérité0 partages

Intimidations et représailles - Fanirisoa Ernaivo menacée d’arrestation

Le gouvernement serait-il toujours dans sa logique de musellement, d’intimidation et de violation des libertés fondamentales. Des bruits qui circulent dans les cercles restreints du régime font état   de ce que le pouvoir songerait à faire, celui de mettre sur pied un plan pour arrêter Fanirisoa Ernaivo, présidente du Smm. Selon les bruits de couloir persistants, certains au sein du cercle dirigeant du pays songeraient à prendre des mesures pour intimider des responsables syndicaux. On annonce à cet égard des menaces sérieuses de poursuite et d’arrestation contre la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) Fanirisoa Ernaivo ou encore le président du syndicat des Greffiers de Madagascar (Sgm) Haja Randriambololona. A l’origine de ces menaces, l’initiative de ces leaders syndicaux d’avoir cadenassé les portails d’entrée du Tribunal d’Anosy avant-hier.

Faut-il pourtant souligner que fermer les portails est une pratique courante à chaque grève, comme le rappelle la présidente du Smm, qui précise d’ailleurs que ce serait la sécurité du Tribunal qui a fermé les portails. En tout cas, selon les informations qui circulent, on fomenterait des dossiers avec des charges telles que « trouble à l’ordre public » pour faire mettre en prison les leaders syndicaux.  La menace d’une arrestation est une éventualité à laquelle Fanirisoa Ernaivo semble s’attendre, à en juger par ses nombreuses déclarations sur les médias ces deux derniers jours. « Arrêtez-moi », a-t-elle dit  à maintes reprises. Ceci étant dit, une arrestation ne fera que détériorer l’atmosphère déjà sous haute tension. Après la démonstration de force de l’Emmoreg,  jeudi dernier, qui a forcé le portail d’entrée cadenassé par les grévistes, le climat était toujours électrique hier à Anosy.  Les forces de l’ordre ont encore été massivement déployées sur les lieux et ses alentours. Leur nombre aurait doublé selon Fanirisoa Ernaivo. Une forte présence militaire qui contribue à la grogne dans les rangs des pénitentiaires qui y voient un manque de confiance envers leurs corps. En effet, les pénitentiaires estiment que la sécurité des tribunaux est de leur ressort. Notons par ailleurs que les grévistes n’ont pas eu le droit de tenir leur assemblée de grève dans l’enceinte du tribunal ou encore d’avoir des chaises pour leur sit-in.  Les magistrats et greffiers se sont ainsi regroupés à l’extérieur du Palais de Justice. Une forme d’injustice que dénonce le Smm. Détermination  Mais pour leur part, les syndicalistes du Smm et du Sgm semblent bien déterminés et très bien engagés.  Rien apparemment ne pourra les arrêter et les menaces semblent ne pas les émouvoir. Au refus de satisfaire leurs doléances plus que légitimes, combinées aux intimidations et représailles, les employés de la justice opposent un durcissement du mouvement. Les deux syndicats réclament la concrétisation des engagements pris par la ministre concernant l’indépendance de la Justice. Même si les portails du Palais de justice d’Anosy ont été ouverts hier, le Tribunal a été déserté par son personne, a précisé Fanirisoa Ernaivo, présidente du Smm au cours d’une interview. La quasi-totalité des audiences prévues hier au Tribunal d’Anosy ont été renvoyées à une date  ultérieure, selon toujours les précisions. La Cour suprême, le Tribunal administratif et financier, la Cour d’appel et le Tribunal de première instance sont en grève soutient-elle. Et la magistrate de préciser que la grève était suivie dans toutes les juridictions du pays.  Les grévistes ont annoncé hier également que le mouvement se poursuivra lundi.  La présidente du Smm de souligner par ailleurs qu’aucune tentative de dialogue n’a été entamée par la partie gouvernementale pour tenter de dégonfler la crise. « D’ailleurs, le dialogue est-il encore envisageable alors que les forces de l’ordre remplissent le Tribunal ? », s’est interrogée Fanirisoa Ernaivo. Le bras de fer entre les magistrats, les greffiers et en face le gouvernement risque donc de se durcir encore plus fort. D’autant que les déclarations, notamment ceux du ministère de la Justice, donnent l’impression que la satisfaction des revendications des grévistes n’est pas à l’ordre du jour de l’agenda du gouvernement. Recueillis par A.R.

La Vérité0 partages

Trafic de bois de rose - 3 personnes « Wanted » par le Bianco

Recherche pour arrestation. Tel est le sort qui attend trois individus (deux hommes et une femme) impliqués dans une affaire de trafic de bois de rose dans les Régions Sava et Analanjirofo durant la période en 2014 et 2015 à en croire les avis de recherche lancés par le Bureau indépendant anti – corruption (Bianco). Il s’agit des dénommés Zakaria Soilihi’Mze, opérateur économique originaire de Mintsinjo, Maminirina Jean Eddy, originaire de Mananara – Nord ainsi que Hantavololona Laurencia, commerçante originaire de Mahajanga. D’après les informations, ces personnes seraient liées dans une affaire d’exportation illicite d’une quantité importante de bois de rose durant la période précitée. La clôture de dossiers importants en cours attend donc l’arrestation de ces 3 présumés trafiquants.

Les personnes susceptibles de détenir des renseignements à propos de ces trois individus sont priées de contacter directement le Bianco ou aviser le poste des forces de l’ordre le plus proche (Police Nationale ou Gendarmerie). Après un long moment d’enquête et d’investigation plutôt orienté dans les affaires de détournements et autres magouilles dans les marchés publics, le Bianco table de nouveau sur les trafics de bois de rose. En effet, depuis le début de cette année, les affaires de trafic de bois de rose n’ont pas fait de grand bruit mais continue pourtant de défrayer la chronique dans les régions  concernées. L’affaire de corruption qui a beaucoup fait parler fut celle impliquant la tristement célèbre milliardaire Claudine Razaimamonjy qui, en principe, attend encore son jugement à la prison de Manjakandriana. Quant aux trafics de bois de rose, il reste à espérer que ces dossiers traités actuellement par le Bianco ne se limitent pas aux petits trafiquants mais remonteront jusqu’aux « gros poissons » comme on les appelle.S. R.

La Vérité0 partages

Kidnapping Arnaud et Annie - Ravola en cavale ou exécuté ?

En queue de poisson. Très attendu par la population, le procès concernant le kidnapping d’Arnaud et la défunte Annie est loin de satisfaire les attentes. Et pour cause, ni les commanditaires, ni leurs bras droit n’ont pas été condamnés pour la simple raison qu’ils ne se sont pas présentés devant le juge. Seuls les  « exécutants » ont subi la foudre de la justice qui leur a infligé la peine capitale, à défaut de condamnation à mort. Ainsi, les gros bonnets et leurs hommes de main courent toujours dans la nature et pourraient un beau jour récidiver. Une tentative encouragée par l’existence d’un vaste réseau qui les protège jusqu’au bout.

Parmi les bras-droit non concernés par cette décision de la justice, Marcellin et  Ravola. Ces derniers, grâce à la puissance de leurs protecteurs, ont été sortis en douce de la prison d’Ambatolampy où ils étaient incarcérés après leur transfert à Antananarivo avec les 70 autres accusés. Sans tambour ni trompette, Marcellin et Ravola se sont évaporés dans la nature et personne n’est en mesure d’indiquer leur tanière. Pire, certains s’interrogent s’ils sont encore en vie. C’est le cas notamment de Ravola qui, lors des deux jours d’audience, a été cité maintes fois par les co-accusés de les avoir enfoncés. En effet, celui-ci est celui qui harcèle au téléphone les parents des otages pour le paiement de la rançon. Ravola est la première personne arrêtée dans cette affaire qui par la suite a permis de libérer Arnaud. C’est seulement après que survient la série d’arrestations. De son statut, il est indéniable que Ravola était la seule personne en contact  direct avec le commanditaire et le connait. La relaxation au bénéfice de doute de certains inculpés est due, ou grâce, à l’absence de Ravola à la barre. Cette absence a également limitée la justice à pousser les enquêtes. Une pièce manquante, c’est le puzzle tout entier qui s’écroule. La largesse qu’a bénéficié Ravola démontre les différentes ramifications du réseau.Une largesse constatée et commentée dès l’arrestation des kidnappeurs. Plus d’un s’interroge en effet pourquoi, Ravola et  ses consorts n’ont  pas été placés  directement à la maison de force de Tsiafahy dans l’attente du procès mais à la prison d’Ambatolampy. Un choix délibéré afin de permettre de les sortir en douce le moment venu. La suite de l’événement confirme cette thèse…. Pour nombre d’observateurs, la recherche de la vérité est biaisée dès le départ.   R. Michel

La Vérité0 partages

La honte !

La presse locale, média officiel ou proche du régime, s’empresse  de communiquer que le pont de Vohiposa a été réparé. La circulation, rétablie ! La route nationale n° 1 (RN1), cet axe vital reliant la Capitale avec le grand Sud, fonctionne de nouveau. Rappel des faits, un camion surchargé d’un poids d’au moins 30 tonnes fit craquer le vieux pont de Vohiposa, près de la localité d’Alarobia-Vohiposa (Ambohimahasoa),  au moment où il le traversait. Notons que le poids total des charges (Ptc) admis ne devrait dépasser les 20 tonnes. Comme nous sommes dans un pays où la notion de «contrôle et suivi » reste un vain mot, ce genre de dégât gênant demeure le lot quotidien des usagers, sinon, des contribuables.  La Police routière (PR), gendarmes ou policiers, qui grouillait dans les parages n’a pas pu détecter l’anomalie. Plus exactement, elle laisse circuler du moment qu’on paie le… « péage » ou l’ «écolage ». 

Le rétablissement rapide du trafic n’est pas du tout à mettre sur le compte du ministère des Travaux Publics (Mtp) ni pour le soin de l’Etat malagasy.  Il n’y a rien de quoi à être fier ! Loin de là ! Si on devrait se tabler, uniquement, sur les interventions du MTP pour tout remettre en ordre, les usagers risqueraient d’attendre des semaines, sinon, des mois voire des années. C’est honteux de devoir le constater ainsi. L’Etat ne dispose pas la moindre espèce pour réhabiliter, à temps, des infrastructures de base endommagées. Fort heureusement, les Partenaires techniques et financiers (Ptf) du pays, en cas de réelle nécessité urgente et impérieuse, ont déjà pris des mesures. L’Union Européenne (UE), dans sa vision de se mettre toujours aux côtés et à la disposition des populations meurtries des pays les moins avancés (Pma) tels que Madagascar, se réserve une rubrique spéciale dédiée aux « interventions rapides » dans son Budget. De ce fait, en cas de catastrophe naturelle causant des dégâts importants dans un domaine précis et qui exige des actions rapides, elle est prête à intervenir. Un message fort que les tenants du régime ont intérêt à saisir. En effet, l’UE donne une « leçon » de bonne gouvernance, à prendre avec sérieux et en toute humilité, qu’elle adresse directement aux dirigeants politiques du pays. Problème, nos princes  ne savent même pas enregistrer et surtout appliquer. C’est une honte pour les 24 millions de malagasy  d’être sous la houlette des hommes et des femmes incapables ou indignes de gérer, correctement, le peu que l’on dispose. Normalement, cette « rubrique spéciale » consacrée aux interventions rapides devrait être remise au Département responsable, mais, les Partenaires doutant de l’utilisation à bon escient de l’argent préfèrent le garder « en sécurité ». Le penchant à détourner les fonds publics et la dérive maladive à la corruption ne sont plus un secret pour nos « amis » de l’extérieur. Quelle honte ! Ils ont bien leur raison d’imposer la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption comme conditionnalités non-négociables contre tout déblocage. Les contribuables lambda ne parviennent jamais à comprendre le comportement des dirigeants qui se conduisent en vrais pachas alors que le pays n’est même pas en mesure de s’offrir les moyens pour réparer fusse-t-il une infrastructure. De la honte !Ndrianaivo

L'express de Madagascar0 partages

Tribunal Anosy – Épreuve de force entre grévistes et l’Emmoreg

Le niveau des hostilités entre les grévistes du SMM et SGM et l’État central est monté d’un cran, hier. Des éléments des forces de l’ordre ont investi le tribunal d’Anosy.

Manu militari. Les justiciables ayant fait le déplacement au tribunal de première instance (TPI) d’Antananarivo, à Anosy, ont trouvé des portes closes, hier. La raison est que le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), et celui des greffiers de Madagascar (SGM) ont décidé de durcir le ton de leur grève.Les grévistes ont, ainsi, dressé des bancs devant l’entrée du palais de Justice et s’y sont installés. Si la porte principale du bâtiment était ouverte par intermittence, et que l’entrée sur l’aile droite restait accessible au personnel et au public, la grille principale était, cependant, scellée par une chaine cadenassée.En milieu de matinée, une personne se présentant comme étant un huissier de justice, accompagné d’éléments des forces de l’ordre, s’est présenté pour demander aux grévistes d’ouvrir la grille. Il a essuyé le refus de ces derniers, qui exigeaient au préalable de voir le mandat attestant sa mission.L’acte en question a mis plusieurs minutes avant d’être présenté aux syndicalistes. Entre temps, le ton est monté. L’huissier de justice et les forces de l’ordre ont pourtant insisté pour exécuter l’ordre qui leur aurait été donné par leur supérieur.La chaîne cadenassée, ayant scellé la grille, a alors été brisée à coups de marteau. Après quelques heures d’accalmie, la situation s’est une nouvelle fois envenimée.Une rixe entre des éléments des forces de l’ordre et grévistes s’est déclenchée dans les travées du palais de Justice, aux alentours de 15 heures. Des poudres asphy­xiantes auraient même été répandues pour disperser les grévistes, selon certains.

Sommation« C’est en utilisant la force qu’ils pensent donc avancer ? Devons-nous ainsi nous attendre à des arrestations ? Nous voulons savoir pourquoi était-il nécessaire d’envoyer un huissier de justice et des forces de l’ordre. Nous sommes dans l’enceinte du tribunal, et non pas sur la place du 13 mai », a réagi Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM. « Lors de la rencontre d’hier, on nous a promis que des efforts seraient faits pour réaliser rapidement nos revendications. Serait-ce donc la concré­tisation attendue ? », a pour sa part, déclaré Tiaray Fanahimanana, vice-président du syndicat des magistrats.En marge d’une cérémonie de remise de matériel informatique à son département, au même moment, Alexandrine Elyse Rasolo, ministre de la Justice, a déclaré:  (…) Je suis surprise d’entendre que la présidente du syndicat des magistrats, accompagnée d’individus, a placé des chaînes sur les grilles du tribunal. Il est inacceptable d’interdire l’accès à un bureau de l’administration publique aux employés et aux citoyens qui y ont des affaires à traiter. La garde des Sceaux a, du reste, ajouté que c’était pour ouvrir la grille qu’une réquisition des forces de l’ordre pour prêter main forte a été faite.Sur le plateau d’une chaîne privée de la capitale, hier soir, Fanirisoa Ernaivo, s’est défendue en soutenant que l’Exécutif veut juste prouver le mensonge selon lequel la grève n’est pas suivie. Au contraire. Et ce sont les services de sécurité du tribunal qui ont placé cette chaîne, car lorsqu’il n’y a pas d’employé, le palais de Justice doit toujours être fermé. Dans toutes les au­tres juridictions, les tribunaux ont été clos. Pourquoi, à Antananarivo, ont ils forcé l’entrée ?. À Anosy, dans la matinée, la magistrate a pesté contre le fait que l’autorité judiciaire soit piétinée.Une rencontre entre la ministre de la Justice et des représentants des deux syndicats s’est déjà déroulée à Faravohitra, mercredi. Cela n’a visiblement pas suffi à apaiser la tension. Le SMM et le SGM ont d’emblée affirmé qu’ils poursuivraient leur grève illimitée, jusqu’à la concrétisation des accords conclus durant le face-à-face.Dans une déclaration lue sur les médias nationaux, hier soir, le ministère de la Justice somme tous ceux qui referont pareils abus qu’il prendra ses responsabilités pour assurer la continuité des affaires judiciaires. Les hostilités sont déclarées.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Rapt d’Arnaud et Annie – Le juge Rabehaja rejoint le ministère central

Sorti de la prison de Manjakandriana où il a été incarcéré, le juge Jackie Rabehaja a été transféré au ministère de la Justice. Acquitté lors du procès, il semble sorti de l’auberge. 

Qu’est-il devenu du juge Jackie Arnest Rabe­haja? Voilà une question qui délie les langues  après le procès sur le rapt meurtrier d’Arnaud et de sa sœur Annie. Le procès s’est tenu à la Cour Criminelle Ordinaire (CCO) du tribunal à Anosy, de lundi à mercredi. La mise en détention préventive de cet ancien substitut général auprès de la cour d’appel de Toamasina s’est vue écourtée, contrairement aux communs des accusés.Depuis longtemps sorti de la prison de Manjakan­driana, il a été levé de la fonction qu’il a exercée auprès de la juridiction de la capitale du Betsimisaraka pour être muté à Tana, au sein du ministère de la Justice. Après un court périple carcéral, Jackie Ernest Rabehaja est, depuis quel­ques mois magistrat collaborateur auprès des affaires générales du ministère de la Justice, à Faravohitra.Placé à l’ombre lors des épisodes les plus sulfureuses de la saga Arnaud-Annie, après l’enlèvement commis le 23 novembre 2015, il a rejoint le nouveau poste en question, après son énigmatique sortie de prison.Au total, soixante-quinze personnes ont été embarquées dans cette histoire. Vingt-sept d’entre elles ont été les premières à se faire arrêter à Toamasina et Moramanga, après le meurtre d’Annie, en fin décembre 2015. Arnaud, quant à lui, était encore dans les griffes des ravisseurs.

Signes précurseursLe 11 janvier 2016, lors­que la police a pris d’assaut le repaire des kidnappeurs pour arracher au forceps la libération de l’adolescent captif, huit autres incriminés se sont fait prendre dans les mailles des filets. Des armes de guerre, dont quatre Kalachnikov et plus d’une centaine de munitions ainsi que des grenades, ont été saisies. C’est alors qu’une vague d’arrestations s’est abattue sur la ville, sous la houlette de l’Organe Mixte de Conception (OMC).Fin janvier 2016, des enquêteurs de la brigade criminelle ont été envoyés spécialement depuis Tana pour intensifier les investigations. Une trentaine de personnes, dont l’ancien substitut de la Cour d’appel, se sont fait arrêter. Le tribunal de première instance de Toamasina était dessaisi, la horde de suspects arrêtés transférée à Tana. À l’issue de son audition à la cour suprême, le juge Jackie Ernest Rabehaja a été placé sous mandat de dépôt au pénitencier de Manjakandriana. Le parquet d’Antananarivo a, en revanche, réparti les autres incriminés dans quatre lieux de détention distincts pour prévenir le raffermissement  en prison de l’organisation criminelle démantelée.En mai 2016, des signes avant-coureurs de la remise en liberté de Jackie Ernest Rabehaja ont suscité des remous lorsque le Syndicat des Magistrats de Mada­gascar (SMM) a fait passer la pilule comme quoi, rien ne retenait plus celui-ci sous les verrous. Pendant les trois jours de procès, le magistrat incriminé ainsi que trois accusés qui se sont volatilisés de la prison d’Ambatolampy étaient les grands absents de la session.Acquitté au bénéfice du doute, au même titre que cinquante-six autres personnes, le juriste ne pourrait donc pas être arrêté dans son élan de gravir les échelons du microcosme judiciaire. Roger Lala Stéphanie, indiquée comme étant sa protégée, a payé le prix fort. Elle écope de peines de travaux forcés à perpétuité aux côtés de seize compagnons carcéraux.

Les dix-sept condamnés à perpétuité

1-Daux Etienne2- Maminirina Eric3- NônôVolasandoka ( mandat  d’arrêt à l’audience)4- Marcelin  ( mandat  d’arrêt à l’audience)5- Ravola ( mandat  d’arrêt à l’audience)6- Gorily Jean7- Jimmy8- Anselme9- Jaonjara Vazaha10- Sily11- Dada Mainty12- Tida Kely13-Roger Lala Stéphanie14- Lejo15- Mahatody Jean Christian16- Mahatody Jean Cyrille17- Nathalie TFP

Condamnée à cinq  ans de travaux forcés Torine, dite Maman’i Vanà, propriétaire de lamaison où Arnaud a été séquestré

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Grèves des magistrats – Réactions à chaud

Personne n’a pu entrer dans le tribunal. En milieu de matinée, un huissier de justice, accompagné par des éléments de l’Emmo-Reg, est venu sur les lieux pour briser la chaine cadenassée du portail du tribunal. Il a ensuite forcé l’entrée pour permettre l’accès aux locaux.Réactions des différentes parties concernées par cette grève, hier.Le président et le procureur général du tribunal de première instance ont reconnu avoir pris des précautions par rapport à la fermeture du tribunal.

• Hery Razafiarison, président du tribunal de première instance« Le droit de grève est un droit fondamental reconnu par la Constitution. Mais le citoyen a aussi le droit de ne pas prendre part à la grève. Selon la Constitution dans son article 33, “le droit de grève est reconnu sans qu’il puisse porter préjudice à la continuité du service public, ni aux intérêts fondamentaux de la Nation”. De ce fait, nous avons envoyé un huissier de justice pour prendre note de tout ce qui se passe sur les lieux. Nous avons également pris la précaution d’ouvrir les portails du tribunal, ses portes et ses bureaux, afin que tous les citoyens puissent y circuler librement, surtout ceux qui sont venus de loin pour des affaires ».

• Odette Balsam Razafi­melisoa, Procureur général du tribunal de première instance« D’après les constats mercredi, le travail suit son cours au tribunal, car les portes n’étaient pas closes. À cause de la fermeture de ces portes, il nous fallait prendre des précautions. Il faut respecter le choix de ceux qui veulent travailler ».La présidente du syndicat des magistrats déplore ces actes qu’elle qualifie de mauvaise foi du ministère.

• Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM« Hier, on nous a appelés pour nous dire qu’ils vont exécuter nos revendications, et nous ont demandé de reprendre le travail. Nous avions dit que nous rendrions compte de notre entretien à nos collègues. Mais nous n’avions pas encore eu le temps de le faire qu’ils ont forcé l’entrée et intimé tout le monde pour qu’il reprenne le travail. Je pense qu’ils n’ont aucune volonté de répondre à nos revendications donc nous allons continuer la grève. Tout le monde est aussi en grève, dans les autres provinces de Madagascar ».Le ministre de la Justice a reconnu avoir

• Élise Alexandrine Rasolo, ministre de la Justice« Nous nous sommes réunis, mercredi, dans mon bureau avec le syndicat des magistrats et des greffiers représentés par leur président respectif. Après concertation, nous sommes arrivés à la conclusion que des efforts ont été fournis par le pouvoir en place. Ils devaient rendre compte de cet entretien à leurs collègues. Cependant, j’ai été étonnée d’apprendre qu’ils ont amené des gens pour sceller le portail et fermer les portes du tribunal. Cela est inacceptable. Je souligne que le tribunal est un bâtiment public, et que tout le monde peut y entrer librement ».

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Distribution d’eau – La Jirama rénove ses tuyaux

Des renouvellements s’imposent. Les tuyaux d’eau que nous avons existent depuis 1945. Des voies dans plusieurs parties de la ville sont perforées par la Jirama, ces temps-ci. Nombreux  citadins  se plaignent des désagréments. « Si la Jirama effectue des travaux sur une route, c’est qu’il y a deux raisons : le dépannage consistant à vérifier les tuyaux endommagés puis il y a les nouveaux branchements d’eau pour qu’elle arrive à nouveau au foyer ou dans le secteur concerné », explique Maurice Rija Rabemanana, responsable au sein de la Jirama Anala­mahitsy. Des prestataires privés aident la Jirama dans l’élaboration de ces travaux. Ces derniers s’équipent déjà du matériel nécessaire pour remettre la route en état après les travaux. Cela laisse, des fois, des bosses, différentes couleurs de goudron sur la route. « Pour piocher les vannes souterraines, la JIRAMA approfondit parfois 50 cm de creux », explique Maurice Rija Rabemanana.Avant, l’exécution de toute opération, la police est appelée pour intervenir afin de se charger de la circulation. En ce qui concerne le district d’Avaradrano, tout particulièrement, les tuyaux de cette partie de la ville sont très rouillés et la pression d’eau est très basse si bien que des rénovations s’imposent. D’où le fait que la route qui mène à Sabotsy Namehana est parsemée de trous, par exemple. Les travaux durent, en général, une semaine. Il est important de mentionner que 95% des tuyaux souterrains desservent l’eau et 5% acheminent l’électricité. Certains de ces travaux sont installés aussi pour l’amélioration des pressions d’eau dans la capitale. La Jirama invite aussi ses consommateurs à consulter les différentes sources d’information afin de connaître les travaux en cours et les raisons des coupures.

Domoina Randrianarivo

L'express de Madagascar0 partages

Festival – « Hay » affiche une programmation diversifiée

Un festival qui promet de marquer les esprits autant qu’il éveille les consciences sur les richesses musicales dont regorge notre culture. « Hay » égayera la capitale ce week-end. 

Fédératrice, solidaire et fraternelle à la fois. La célébration de la journée internationale de la musique s’affiche comme particulière, vibrant aux rythmes des musiques de la Grande île, cette année. Un événement inédit, célébré pour la première fois comme il se doit auprès des mélomanes nationaux, annoncé ainsi depuis le mois de juillet.Sobrement intitulé « Hay », cette journée mélodieuse sera célébrée ce dimanche, dans la cour du ministère de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine à Anosy.D’après l’initiative du Voots Kongregation, l’événement prend la forme de tout un festival à la programmation riche et variée où des artistes et groupes, tous hauts en couleurs et de toutes les générations et de tous horizons. De même, « Hay » entend également contribuer à l’émergence de nouveaux talents.Le festival débute ce jour même pour enchanter la capitale tout au long de ce week-end à travers des conférences ouvertes au grand public, un master class, une exposition et une belle série de concerts à Anosy. C’est tout un programme éclectique qui attend ainsi les mélomanes à l’occasion.

D’envergure nationale« On est plusieurs artistes à se fédérer autour de ce festival, mettant un point d’honneur à valoriser la musique sous toutes ses formes. Ceci étant, on prend à cœur aussi à faire valoir l’échange, la découverte et l’éducation auprès du public mélomane » souligne Imiangaly Razafindrakoto du Voots Kongregation. Une ode à la musique et à la richesse de la culture malgache, « Hay » entame une nouvelle approche auprès du grand public, quant à la promotion de l’art et de la créativité de chacun. Placé sous le patronage du ministre de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine Jean Jacques Rabenirina, le festival est également parrainé par l’illustre Vahombey.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Basket-Ball – CCCOI – MB2ALL-Fandrefiala, finale probable

Point final à la phase éliminatoire, et place ce jour aux quarts de finale hommes. Les demi-finales dames auront lieu demain. 

Les demi-finalistes dames connues. Après six jours de phase éliminatoire en poule unique, le calendrier des demi-finales des dames est formé, après la dernière journée d’hier.Après un parcours sans faute, Fandrefiala a arraché sa quatrième victoire en autant de matches hier, face à TAMIFA par 57 à 49. L’équi­pe prend la première place au classement final, à l’issue des éliminatoires.MB2ALL se trouve en deuxième position, avec ses trois victoires et une défaite face à Fandrefiala. La troisième formation hôte, TAMIFA et le Basketball Club M’Tsapere de Mayotte, respectivement troisième et quatrième au classement, complètent la liste des qualifiés aux demi-finales.Le club mahorais vient de décrocher, hier, sa première et unique victoire face à B. Challenge des Seychelles, au score final de 74 à 60 en faveur de BCM.Demain, en demi-finale, Fandrefiala retrouvera le BCM de Mayotte. Le club champion de Madagascar a déjà laminé celui mahorais par 109 à 39 lors de la cinquième journée des éliminatoires. De même pour la deuxième demie, MB2ALL jouera contre TAMIFA. L’équi­pe championne en titre s’est déjà imposée sur un score de 67 à 62 ce mercredi.

Domination malgacheÀ ce rythme, la finale tend vers le remake du duel final version 2016, malgacho-malgache entre MB2ALL et Fandrefiala.Chez les hommes, les trois équipes malgaches ont toutes validé leur qualification pour les quarts qui auront lieu ce jour, au palais des sports à Mahamasina. En ouverture, la GNBC, première du groupe A sera opposée au Real Basket de Maurice, quatrième de la poule B.L’ASCUT, championne en titre qui a fini en tête du groupe B, rencontrera le Premium Cobra des Seychel­les, quatrième de la poule A.La troisième rencontre sera une affaire entre équipes mahoraises, BCM contre TCO. Et en quatrième heure, le club de Beau Vallon des Seychelles rencontrera le COSPN. Les demi-finalistes hommes seront connus ce soir.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Football – THB Champions League – Cnaps Sport en quête de rachat

Après son élimination en huitièmes de finale de la coupe nationale, dimanche dernier, la Cnaps Sport Itasy va tenter de rebondir ce vendredi. Le club quadruple champion de Madagascar débutera la phase II de la THB Champions League avec une confrontation avec le FC Maeva Betsi­boka, au stade Alexandre Rabema­nanjara de Mahajanga.Les Caissiers doivent jouer sans Njiva, leur meilleur atout offensif, qui passe un test à l’étranger. Ce dernier devrait retrouver son équipe dans les jours à venir, mais il manquera probablement cette première journée.L’élimination de la Cnaps Sport Itasy a été une véritable surprise. Tenante du titre de cette coupe nationale, elle domine la scène nationale depuis plusieurs années. Mais cette période de domination a pris un sale coup.Cette situation servira de test, puisque la Cnaps Sport Itasy compte faire preuve de caractère, comme le font les grands clubs en se reprenant suite à un revers marquant. Statistiquement parlant, la THB Champions League réussit aux Caissiers cette année, les seuls à avoir gagné à cinq reprises lors de la phase I, avec un bilan probant de vingt buts marqués, quatre buts inscrits par rencontre en moyenne, et deux encaissés. Très certainement, ils espèrent connaître la même réussite afin d’effacer rapidement leur déboire d’il y a cinq jours.En ouverture de cette première journée à Maha­janga, on assistera à un duel entre HZAM Alaotra Mangoro et USSK Ambanja. Le troisième match sera l’affaire de l’Ajesaia Bongolava et du Varatraza Sofia.Du côté du stade moderne d’Ampasambazaha, Elgeco Plus Analamanga ouvrira le bal face au Top Dom Amoron’i Mania. Le champion d’Anala­manga reste sur une nette victoire en huitièmes de finale de la coupe, dimanche dernier, et entend poursuivre sur cette belle lancée. S’ensuivra la rencontre du Cosfa Anala­manga contre Zanakala FC. Les militaires sont aussi en quête de rachat, après avoir été éliminés de la coupe. Et enfin, RTS Jet Mada Itasy et FC Angele Anosy clôtureront la journée.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Malgamobile – Landis Automotive – La BMW X1 débarque à Madagascar

La grande nouveauté se nomme BMW X1, chez Malgamobile - Landis Automotive. À côté, deux autres modèles se distingueront aussi durant le Salon de l’Auto, la Fiat 500X 4×4 et la Jeep Renegade.

La politique de Malgamobile et Landis Automotive se tourne, désormais,  un peu plus vers le segment des SUV. Dans cette optique, le Salon de l’Auto (5-6-7-8 octobre au CCI Ivato) sera l’occasion de dévoiler la toute nouvelle BMW X1. D’une longueur de 4,44m, le tout-terrain allemand bénéficie d’une habitabilité améliorée, notamment à l’arrière, grâce aussi à une hauteur augmentée de 6 cm et une banquette pouvant coulisser sur 13 cm. Un empattement plus large a permis d’installer un coffre plus volumineux, soit 505 litres. Avec un tel gain d’espace, le moteur est alors positionné de manière transversale.Au niveau motorisation, la X1 est disponible avec un moteur trois-cylindres et un autre bloc quatre-cylindres. Le trois-cylindres, essence ou diesel, ne consomme que 3,9L/100 km, en version sDrive16d. Quant au quatre-cylindres, en version xDrive25d, il dispose d’une puissance impressionnante de 231 chevaux. Mais ici encore, la consommation est limitée à 5L/100 km.« BMW était un motoriste avant de devenir constructeur. De ce fait, il bénéficie d’un savoir-faire et d’une expérience uniques. Tous les modèles BMW sont disponibles chez Landis depuis 2016. Pour le Salon de l’Auto, nous réserverons aussi une grande surprise aux visiteurs de notre stand », souligne-t-on auprès du groupe EAM.

500X et RenegadeFiat et Jeep ne seront pas en reste au stand de Landis avec la 500X et la Renegade. Ces deux crossovers sont arrivés à Madagascar dernièrement. Ils sont pratiquement de la même famille. La 500X 4×4 partage la technique de la plus petite Jeep de l’histoire. Le rapprochement est évident en comparant leurs dimensions, soit 4,25 m de longueur pour la 500X, et 4,23 m pour la Renegade. Tous les moteurs utilisés par la Jeep sont repris par la Fiat, dont l’essence 1,4L turbo de 140 cv en 4×2, et 180 cv en 4×4. La firme italienne en revendique, d’ailleurs, la paternité.La Renegade vient compléter la large gamme de Jeep. Celle-ci comprend déjà le Cherokee, le Grand Cherokee ainsi que le Wrangler.« Jeep est la première marque mondiale de 4×4 », précise-t-on chez le groupe EAM.La Renegade reprend quelques traits du premier modèle du constructeur américain, à savoir la Willys, notamment, le feu arrière caractérisé par le motif en croix. Parmi ses atouts, l’on retrouve une transmission automatique à neuf rapports ou encore la possibilité de déconnecter l’essieu arrière pour un meilleur rendement énergétique et une meilleure utilisation des quatre roues motrices. Sa plate-forme 4×4, dénommée « small-wide », associe des capacités exceptionnelles en franchissement à un comportement routier de premier ordre. De quoi justifier l’installation de la calandre spécifique à tous les Jeep avec les sept fentes, qui représentent les sept continents, comme quoi les Jeep peuvent passer n’importe où sur la planète.

Fonctionnel mais aussi confortable, le pick-up Fullback se veut polyvalent.

Le Fullback amélioré par Jeep

Au stand de Landis, l’on retrouvera également le Fiat Fullback. Élu pick-up de l’année 2017 par le magazine français « 4×4 Magazine », il bénéficie de diverses améliorations apportées par Jeep. Il se vante d’une capacité de charge d’une tonne avec sa large benne et de trois tonnes cent de masse tractable. Pour ce qui est de l’architecture des suspensions, l’avant du Fullback prévoit une configuration, conçue par Jeep, à deux bras avec barre stabilisatrice. À l’arrière, l’essieu est équipé d’un ressort à lames pour un maximum de solidité. Fonctionnel et capable de franchir les terrains les plus accidentés, le pick-up Fiat offre aussi le confort d’un SUV haut de gamme.

La Fiat 500X partage les atouts de la Jeep Renegade.

EAM représente sept marques

Le groupe EAM couvre plusieurs segments. Il représente huit marques à Madagascar, à savoir Fiat, Jeep, BMW, Chevrolet, Kia et Land Rover pour les voitures. Sans oublier Suzuki, le numéro un mondial en moteur de hors-bord en termes de rapport poids/puissance, ainsi que la marque Eicher. Cette dernière propose des camions 10.80 et 10.70 avec blocage de différentiel.

La Ford F150 évolue dans l’univers du « heavy duty ».

Materauto – Les pick-up en force avec le Ranger et la F150

La nouvelle F150 avec son moteur V6 de 365 cv dominera le stand de Materauto. À côté, la large gamme de Ford comprendra également plusieurs SUV.

La Ranger a déjà fait ses preuves à Madagascar. Le pick-up de Ford fait partie des meilleures ventes dans la Grande île. Dans ce même registre, Materauto lancera la nouvelle F150 au Salon de l’Auto (5-6-7-8 octobre au CCI Ivato),un autre pickup plus imposant par sa taille mais aussi par son énorme moteur. À part ses dimensions impressionnantes, les roues de 18 pouces accentuent encore un peu plus cette impression de gigantisme. Il est poussé par un bloc V6 de 3,5L Ecoboost, qui développe 365 cv et qui est monté avec une boîte de vitesses automatique à dix rapports. Et pour lui offrir plus de punch, Ford a ajouté un mode Sport à son mastodonte. De quoi avoir des montées en régime plus franches. En termes de capacités, la charge utile maximale est de 1 469 kg, tandis que la capacité de remorquage atteint les 5 533 kg. On évolue clairement dans l’univers du « heavy duty » à l’américaine.Pour gérer la puissance et le gabarit de la F150, Ford a mis le paquet sur les aides à la conduite : ABS de série et distribution électronique du freinage, tout comme les caméras de recul, sont notamment de rigueur. À l’intérieur, l’écran tactile de huit pouces sur la console centrale et le système de connexion Ford Sync 3 rappellent qu’il s’agit bien d’une voiture de la dernière génération.

Confort recherchéLa ligne de produits Ford comprend également les Everest, Explorer et Edge. Autant de SUVs qui s’adaptent aux besoins et aux goûts différents d’un automobiliste à l’autre. Du côté des berlines, l’on retrouve les valeurs sûres, Focus et Fiesta. Et pour boucler la gamme, deux utilitaires feront aussi leur apparition à Ivato. D’un côté, on a le Ford Transit, un minibus moderne capable d’accueillir quatorze personnes. Il procure le confort tant recherché par les voyageurs, grâce à des sièges en tissu aux coussins doux, à l’air conditionné avant/arrière et à des astuces bien trouvées comme les porte-gobelets. Par ailleurs, on a le Ford Cargo, un énorme camion tracteur, poussé par un moteur 10,3L de 430 cv couplé à une boîte manuelle 16+2.

La Mustang demeure une véritable star.

La Mustang toujours exposée

Lors de l’édition 2015 du Salon de l’Auto, la Ford Mustang avait fait sensation. Il fallait patienter dans une longue file pour prendre une photo à côté du muscle américain. Sur les quatre exemplaires présentés par Materauto à l’époque, il en reste encore un. Très certainement, la Mustang attirera encore et toujours autant de monde, cette année. Rien de plus normal puisqu’il s’agit d’un modèle historique, avec son mythique V8 de 5L.

Des équipements de dernière génération

Toutes les voitures du constructeur américain sont équipées des dernières options technologiques. On note, en premier lieu, le système de connexion Ford Sync, mais aussi la technologie Ecoboost sur les moteurs. Sans oublier les diverses aides à la conduite et les signaux de sécurité, afin d’assurer à tout un chacun d’arriver à bon port sans accrocs.

Ford fait aussi dans les utilitaires, avec notamment le Transit.

Materauto et QuickLane assurent l’entretien

Toutes les Ford bénéficient d’une garantie de cinq ans avec l’entretien chez Materauto, ainsi que chez QuickLane et ses nombreux centres dans la Capitale (Ankorondrano, Iavoloha, Itaosy, Talatamaty, et Andohatapenaka) et en province (Toamasina). Un gage de qualité au niveau des services avec des techniciens qui ont, notamment, déjà gagné un concours mondial organisé par Ford.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tchek Julien Matsubara – « Il m’importe de promouvoir le fihavanana »

C’est un fait connu depuis toujours, pour certains artistes, il n’y avait qu’un pas à faire pour passer sur la scène politique. Autant ils voulaient définitivement changer de carrière, se sentant poussés par un élan de patriotisme et contribuer à l’épanouissement du pays. Ils sont encore tout aussi nombreux à conserver leur statut d’artiste et à conjuguer leur statut de nouveau politicien pour faire valoir l’art, ainsi que la culture nationale. C’est  dans cette optique que le chanteur et acteur Tcheck Julien Matsubara, lui, a surtout tenu à rejoindre le fameux « Conseil du Fampihavanana Malagasy » (CFM) récemment. Originaire de la région d’Ihosy dans le Sud, Matsubara a toujours mis un point d’honneur à valoriser la culture du terroir de la Grande île. Une passion qui l’anime et à travers laquelle il fédère et fraternise continuellement avec la population à travers son art. « Je suis tout aussi surpris de ce grand tournant dans ma vie et ma carrière. Ceci dit, c’est un privilège qui m’honore au plus haut point, je contribuerai, désormais, activement à promouvoir le fihavanana à travers les valeurs de notre culture » souligne-t-il. Apprécié du public pour sa maîtrise du genre « Karitaka » en ode à la splendeur du Sud. « Ce message de fraternité, d’amour et de paix, qui a longtemps animé mes compositions, reste et subsistera toujours comme mon leitmotiv» ajoute le chanteur. Pareil en tant qu’acteur du diptyque cinématographique « Malaso » produit par Madagascar Island Pictures. Un renouveau pour Matsubara donc, malgré son adhérence au CFM, il n’entend pas changer sa vision des choses et continuera en même temps sa musique.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Madagasikara Namako promeut l’apprentissage par le chant

Une nouvelle méthode d’apprentissage s’ouvre. Les enfants en bas âge jusqu’à l’âge de douze ans pourront maintenant apprendre tout en chantant. C’est le projet de l’ONG Madagasikara Namako et de l’école de music JEJY. Le but est d’encourager la culture des chants malgaches. « La raison pour laquelle nous avons eu cette idée c’est que la musique calme et apaise l’enfant. Elle lui confèrera également une grande capacité de mémorisation à partir des organes de sens tels que l’ouïe et la vue », retorque Miangaly Razakamahefa, directeur de Jejy music.On peut dire que toutes les écoles, que ce soit publi­que ou privée, sont invitées à se joindre à ce projet. Ce faisant,deux de leurs instituteurs pourront bénéficier d’une formation gratuite sur l’initiation dans le domaine de la musique. Ils obtiendront aussi un ticket de bus aller et retour, des petites collations, des polycopies et des CD offerts par Mada­gasikara Namako. Cette initiation à la musique et au chant se déroulera au Jejy music à Ampandrana de 8 h à 13h.Des échanges d’expériences, des exercices de chants, des cours pour apprendre aux enseignants des chansons malgaches et les instruments simples qui peuvent les accompagner, seront au rendez-vous. Douze écoles privées y ont participé, les écoles publiques n’ont pas pu assister malgré leur enthousiasme. « Des feedbacks ont été reçus après le 1er séminaire. Il a été vérifié que les enfants des écoles qui ont participé à ce projet sont  plus concentrés. C’est vraiment notre but d’éveiller le cerveau des enfants dès leur entrée au jardin d’enfants jusqu’en classe de 5e pour le moment » affirme Basilisse Pfluger Rakotomalala, vice présidente de Madagascar Namako.

Domoina Randrianarivo

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnats d’Afrique U14 – Toky et Lanja ratent la finale

Une vraie défaite, à défaut d’une belle victoire. Cet adage résume bien la prestation des derniers joueurs en piste hier, sur les courts de l’hôtel El Solaimaneyah Resort en Egypte, dans le cadre des championnats d’Afrique U14 sur terre battue.Bien lancés dans l’épreuve du double, Toky Ranaivo et Lanja Rakotozandriny ont tenu l’assistance en haleine durant quatre vingt dix minutes. Ils étaient opposés aux Marocains El Amine Hamza et Medhi Benchakroun en demi-finale.Après avoir empoché le premier set sur un score de 6/3, Toky et Lanja étaient en route pour marquer l’histoire du tennis malgache et se qualifier en finale. Malheu­reusement, ils ont fini par céder à 4/6 au second set, et perdent le super tie-break sur 11 points à 13.« C’était une demi-finale riche en émotion. On avait bien commencé, mais il y a eu des moments d’inattention. Après, on peut dire aussi que la chance n’était pas au rendez-vous, mais elle fait partie du tennis », estime Andrianafetra Hari­vony, entraîneur de la délégation malgache. Après cette défaite, la finale du double sera 100% marocaine.Les tombeurs des Malga­ches joueront contre leurs compatriotes Dlimi Yassine et Mekki Berrada, vainqueurs de Connor Van Schalkwyk (Namibie) et Ethan Sibanda (Zimbabwe) par 6/4, 6/4.Dans l’épreuve du simple, Toky Ranaivo a affronté le Marocain Medhi Benchak­roun en quarts de finale. Au terme d’un match haut en couleurs qui a duré deux tours d’horloge, Medhi Ben­chak­roun est finalement sorti vainqueur en trois sets 3/6, 7/5, 6/0.Un score qui signifie tout simplement que le Marocain a eu les nerfs un peu plus solides que le Malgache. Quelque part, le physique et le mental ont beaucoup joué.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Les droits et statut de l’esclave sous la royauté merina

Les édits et codes des souverains confirment largement ce que différentes sources citées dans de précédentes Notes affirment, notamment Bakoly Domenichini-Ramiaramanana et Jean Pierre Domenichini. Parlant de l’expression « andevo very », le couple indique qu’elle montre la possibilité de se racheter parce que cela figure parmi « les droits et statut de l’Andevo » et que seule une condamnation en bonne et due forme peut la lui retirer. Et encore, « l’ensemble des édits ne donne en tout et pour tout que deux délits passibles de cette peine qui fut abrogée par le Code des 305 articles » de Ranavalona II (1881).Ce droit d’affranchir est détenu par le seul maitre. C’est ainsi que, sous Andrianampoi­nimerina, le maître qui affranchit l’un de ses esclaves (« votsorana »), doit verser au roi le « volatsivaky » ou piastre entière. L’esclave qui se rachète (« miavo-tena ») n’étant pas encore son sujet, ne paie que la somme qu’il veut, ses grosses dépenses étant la somme qu’il donne à son maitre pour son rachat et celle qu’il dépense pour l’achat d’un bœuf en vue du repas qu’il doit au firenena ou au fokonolona qui le reçoit comme l’un des siens et « auquel est reconnu le droit d’exiger ce bœuf considéré comme un bœuf de purification ».Le choix du groupe d’intégration est aussi stipulé par la loi. « L’esclave d’origine andriana rejoint son groupe ancestral, tandis que le Zazahova stricto sensu s’intégrait parmi les Hova, et l’Andevo stricto sensu parmi les Mainty enin-dreny. » En même temps, en cas d’affranchissement, des restrictions à la liberté qui en résulte, sont prévues. Bakoly et Jean Pierre Domenichini explique qu’Andrianampoi­nimerina légifère à propos de ceux qui sont faits « vorom-potsy tsy mandao omby »- des oiseaux-blancs ou fausses aigrettes qui ne peuvent s’éloigner des bœufs- ou « valala fiandry fasana »- des sauterelles gardiennes des tombeaux-. Sous peine de retomber en esclavage, ils ne peuvent quitter le village ou les terres de leurs anciens maitres.De leur côté, ces derniers sont tenus de les traiter en fonction de leur nouvelle condition et dans le respect de la convention, « sous peine de tomber sous le coup de la loi relative aux homana olom-potsy »- ceux qui mangent des personnes blanches, c’est-à-dire ceux qui traitent des personnes libres en esclaves-. De ce fait, l’ancien esclave n’acquiert pas toujours d’emblée et totalement tous les droits de l’homme libre.Les deux historiens se réfèrent alors à l’article 48 du Code des 305 articles sur la révocation de l’acte- « surprenant »- par lequel « un ancien esclave a adopté son ancien maitre ou un enfant de celui-ci comme enfant ». Alors que les parents libres de naissance sont « masi-mandidy, totalement libres de disposer de leurs biens en faveur de qui ils veulent, pouvant déshériter un (des ou tous) de leurs enfants, la loi fait à l’ancien esclave le devoir d’établir l’indignité de ce genre d’enfant adoptif, avant de pouvoir le déshériter. » Cet acte n’engage que l’adoptant et n’implique aucune charge pour ses autres héritiers.Tous ces droits et statut sont à mettre en relation avec le fait que seul le roi se réserve le véritable droit de prononcer la condamnation de l’Andevo à la peine de mort, le maitre n’ayant que « le droit de le châtier sans jamais faire couler le sang et de le ramener à la vie ». Andrianampoinimerina établit solidement que l’Andevo, comme n’importe qui dans le royaume, nait et demeure « olona » (personne), au moins tant qu’il n’est pas « very », sans statut. « C’est en cette part de personnalité, qui lui est reconnue et lui reste acquise, que se trouve l’origine de la part de responsabilité que les édits des souverains laissent à l’Andevo. » C’est pourquoi si« le recel d’esclave en fuite » est moins sévèrement sanctionné que celui du bœuf, c’est parce que « à la différence du bœuf, l’esclave partage la responsabilité du receleur ».Par ailleurs, le droit monarchique interdit de lui céder une terre par « varo-maty (vente définitive) comme à un étranger. On ignore si c’est en le reconnaissant comme ressortissant d’un fanjakana autre que celui de l’Andriamanjaka ou si c’est en pensant à l’éventuel affranchissement qui le conduirait dans un autre territoire ». Enfin, les édits le font paraitre comme un éternel enfant mineur qui a toujours besoin de l’aval de son maitre, civilement responsable de ses actes.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Rallye – Ndrianja et Boana  au coude-à-coude

143,60 points pour Ndrianja Rajemison (Subaru Impreza N4), et 142,50 points pour Hariandry Razakaboana (Subaru Impreza M12). La situation en tête du cham­pionnat a de quoi appréhender plus d’un. 1,10 points séparent Ndrianja, copiloté par Fanja Rajemison, et Boana, navigué par Miangaly Raba­rijoely, en tête de ce classement.Ce Rallye Shell Helix constituera une manche décisive dans la course au titre, comme ce sera aussi le cas pour l’ultime échéance du calendrier, à savoir le Rallye International de Madagascar du mois de novembre.Il y a encore quelques semaines, Boana menait au championnat. Mais sa mésaventure lors du Rallye TMF a permis à Ndrianja de lui ravir le fauteuil de leader. Il n’avait pas pu prendre le départ en raison d’une panne mécanique, dans la liaison menant à la première épreuve spéciale.Le duel Ndrianja-Boana marquera le Rallye Shell Helix. Toutefois, ils doivent également surveiller leurs rétroviseurs, sachant que Haja Danielson (SsangYong Actyon T2M), associé à Alain Rasamimanana, ainsi que Yves Rabarijoely (Subaru Impreza N4), qui évolue avec Lanja Nitro Ralambo, les suivent de près.Ces derniers sont respectivement crédités de 133,80 et 121,80 unités. Mention spéciale à Yves, qui a remporté sa toute première victoire au Rallye TMF. S’il reste sur son nuage, il pourrait bien venir jouer les trouble-fêtes pour cette fin de saison.

H.L.R.

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi joli

Henri Ratsimbazafy et Voahirana : Deux rendez-vous à ne pas rater. C’est ce soir, au CC Esca. Comme déjà annoncé depuis quelques semaines, le duo historique de la variété malgache, Henri Ratsimbazafy et Voahirana seront sur scène pour reprendre les plus grands tubes qu’ils ont interprétés durant leurs dizaines d’années de carrière. Des chansons incontournables qui ont traversé des générations, devenues de vraies standards, que tout le monde connaît. Heureusement, ils seront là pour leur donner vie ce soir. Ceux qui ne peuvent pas rentrer trop tard le soir peuvent se rattraper dimanche prochain, à partir de 15 h, toujours au CC Esca Antanimena.

Princio à Andavamamba : Et pourquoi pas ? Il est plus ou moins rare de le voir sur scène ces derniers temps alors lorsqu’il s’y met, c’est presque un événement. Princio sera en cabaret ce soir à la Cabane à Andavamamba où il interprètera ses chansons à textes, qui donnent l’eau à la bouche. Sa prestation sera suivie d’une ambiance clubbing avec DJ Raynth.

Piment Café : Inah, tout en douceur. Elle fait son chemin discrètement, mais chacune de ses prestations est acclamée par son public. Douce mais puissante, sa voix transporte vers des sommets. Et ceux qui ont l’habitude de la voir sur scène apprécient certainement l’ensemble qui l’accompagne. Inah, puisqu’il s’agit d’elle, sera en cabaret au Piment Café ce soir à partir de 21h. De la bonne musique et de la bonne variété, pour une fois, pour changer de la cacophonie quotidienne des starlettes locales.

Café de la Gare : Poon pour toute la soirée. Au Café de la Gare, l’ambiance sera plus éclectique avec l’ancien lauréat de la téléréalité Pazzapa, Poon. Si le chanteur n’a pas choisi de faire une carrière dans le tropical, comme ses amis, il se démarque toujours par la qualité de ses prestations et de ses interprétations. Ce soir, il offrira une prestation exceptionnelle au public qui ne manquera pas de l’applaudir, à sa juste valeur !

Recueillis par Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Groupe VAG : Partager la passion VW Diesel

Quand la passion réunit. Parmi les fans de voitures, il y a les accros au Rallye, les collectionneurs de vieilles marques et aussi ceux qui ne jurent que par les “Belles allemandes”. Dans cette catégorie, le groupe VAG se distingue par sa passion pour la marque Volkswagen, Audi….

Créé en 2015, ce groupe rassemble les propriétaires de Golf de type 1 au dernier cri, mais aussi les Polos et les Audi. La motorisation diesel ou turbo-diesel (Tdi) n’est pas un hasard mais un choix. VAG dispose d’un statut légal depuis 2016. Le leitmotiv étant « Partageons notre passion», c’est en toute logique que les membres s’échangent et se donnent de bons conseils pour bichonner leur bolide. L’esprit d’entraide est aussi au rendez-vous. Samedi dernier, cette association a décidé de faire une petite virée sur la RN2 et à Imerikasinina pour renforcer la cohésion et encourager la convivialité au sein du groupe. A préciser qu’au-delà de la passion, VAG participe aussi à des disciplines sportives en matière de mécanique automobile. 3 participants se sont illustrés durant le dernier RUN dans la catégorie Diesel. L’objectif étant d’encourager les futurs adhérents  qui sont propriétaires de la même marque. Durant la randonnée, les membres ont profité de l’occasion pour élire leur Président Zo Tahiana Rasamoelison et Fidinirina Rasamimanana en tant que Vice-président.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Nampihaonina ny mpiasan’ny banky sy ny mpisambo-bola aty Alaotra

Nitondra fatiantoka lehibe ho an’ny tantsaha ny fahatongavan’ireo banky madinika  teto amin’ny renivohitry ny faritra Alaotra Mangoro,  hoy ireo ben’ny tanana marobe tonga nivory tao , betsaka ny nivaro-pananana toy ny tanimbary motoculteur, trano, noho ny tsy fisian’ny fanazavana maharitra hany ka lasan’olona avokoa ny antoka rehetra noho ny tsy famerenana ny vola. Noho io olana goavana io dia nikarakara fihaonana sy fifampiresahana  hampianarana ny vahoaka eo amin’ny fomba fisamboram-bola sy ny fampiasana vola ny loholon’i Madagasikara Atoa Rabenony  Day tao amin’ny efitrano malalaky  ny Médiathèque Ambatondrazaka, ny  27 septembra 2017 lasa teo , izay nanodidina ny valo teo ireo tompon’andraikitry ny banky tonga namaly ny antso. Nafana ny fifanakalozan-kevitra satria nahaliana ny olona maro, ary niaiky ireto banky ireto fa tokony hampitomboina ny fampianarana  ny vahoaka  amin’ny fampisamboram-bola sy ny fikarakarana ny antontan-taratasy ilaina amin’izany mba tsy hisian’ny fitaka amin’ireo tantsaha.

Janus R

Midi Madagasikara0 partages

Morondava : Mpizahatany sy tanora mpizaika notafihan’ny jiolahy mpanakan-dalana

Ankizy mpizaika, tonga tany Morondava, ary saika handeha hitsidika ny « baobab amoureux » tao Mangily no niharan’ny fanafihan-jiolahy ny talata lasa teo. Tsy vitan’izay, mpizahatany hafa ihany koa no lasibatra teo amin’io toerana io ihany, ny alarobia indray. Raha ny fampitam-baovao azo dia andian’olon-dratsy iray ihany ireto nanafika ireto, izay mitondra basy sy zava-maranitra. Raha ny mahasika ireo ankizy mpizaika, dia efa ny zoma teo izy ireo no tonga tany an-toerana saingy nikasa hijery ity faritra mampalaza an’i Bongolava ity. Teny an-dàlana anefa no sendran’ireo olon-dratsy. Saingy noho ny vintana mbola nitsiky tamin’izy ireo dia afaka teo ambany vahohon’izany ihany ireto ankizy ireto. Niezaka nitifitra mantsy ireto jiolahy ireto, saingy tsy nety nipoaka ny basy teny an-tànan’izy ireo ka afa-nitsoaka ireto farany nanavotr’aina. Tsy nahazo tamin’iny dia ireo mpizahatany tonga tany an-toerana ny ampitson’io no nifatrarany. Teo anatrehan’izany rehetra izany, dia niara-nientana ny fokonolona sy ireo mpitandro filaminana tany an-toerana, hisambotra ireto fanetriben’ny firenena ireto. Ka tsy niandry ela fa taorin’izay dia fantatra fa voasambotra ny enina tamin’ireo mpanakan-dàlana. Mbola sarona teny aminy ihany koa ny basy telo fentin’izy ireo manao ny asa ratsiny : basim-borona ny iray ary basy vita gasy kosa ny roa, araka ny fampitam-baovao azo. Nentina avy hatrany nanaovana fanadihadiana moa ireto jiolahy mpanakan-dàlana ireto alohan’ny hanolorana azy eny anivon’ny fitsarana.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Portrait – Farah : rappeuse, épouse, maman mais férus de mode avant tout !

Elle fait ses premiers pas dans le rap avec le clan Bogota. A la venue de Diam’s à Mada, elle est invitée pour faire la première partie du concert. Sa moitié est lui-même un rappeur. La mode ? Elle en est une inconditionnelle. Elle ? C’est Farah, l’une des poids lourds du rap malgache au féminin.

La plupart des personnes de sa  génération ont grandi en écoutant en boucles les mélodrames de Whitney Houston et les chansons d’amour de Mariah Carey. Pour Farah, Faratiana Andriambelona de son vrai nom, ce fut autre chose. « Quand tes frères et sœurs envoient du rap à longueur de journée, tu ne peux que suivre le mouvement. Membres du clan Bogota à Fianarantsoa, ils n’écoutaient que ça : du rap ». Elle qui écoutait du Hantatiana, Spice Girls, Unik… basculait dans le genre rap. Alors qu’elle était en classe de 5e, Farah décide de participer à la fête de son école. « J’ai mis la salopette jean de ma sœur que j’ai pris en douce, un T-shirt trop grand pour moi et enfilé des baskets pour avoir l’air d’un vrai rappeur et j’ai interprété ‘Soa ihany fa’ de Da hopp ». Ce n’est qu’en 2003 que les choses sérieuses commencent. « J’entrais en studio pour la première fois pour la prise d’une de mes chansons. A l’époque, j’intégrais également le clan Bogota ». Avec une de ses amies, elle crée en parallèle un groupe qui ne perdurera malheureusement pas. « Nos chemins se séparent mais de mon côté j’ai continué à avancer. Je rejoignais donc ‘Aroama’ avec lequel j’ai commencé à me produire un peu partout à Fianara et tourné des clips ». Après l’obtention du bac, elle quitte sa ville natale pour s’installer à Tana.

Solo. Pour Farah, c’est une nouvelle page qui commence. « J’étais décidée à tracer mon chemin, seule, comme une grande ». En 2006, Doodalah et Tongue la présentent à Bambs. Commence alors le début d’une belle collaboration entre les deux rappeuses. « Farah Bambs » voit le jour. Elles enregistrent des clips, quelques titres et multiplient les scènes. Ce n’est que quatre ans plus tard que son projet en solo se concrétise. En 2010, Farah signe donc son premier opus dans lequel elle se lâche sur les sujets qui lui tiennent à cœur, plus particulièrement ceux qui concernent les femmes.

Férus de mode. Rappeuse, épouse d’un Doodalah (lui aussi rappeur pour les non-initiés), maman d’une petite Davina mais une femme avant tout ! Inconditionnelle de shopping, grande amatrice de mode, la jeune maman ne laisse jamais rien au hasard. Le fait d’évoluer dans  un monde typiquement masculin n’est aucunement une excuse pour se laisser aller et adopter un look garçon manqué, même si dans son enfance, elle l’était. Pour travailler ou monter sur scène, madame Donovan est toujours sur son trente et un. Jamais de chaussures de sport ou si, mais très rarement ! Que des escarpins, des « peep toe », des plateformes, des « chunky heel »…Mahetsaka