Les actualités à Madagascar du Samedi 29 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara127 partages

Secteur environnement : Une nouvelle application mobile « fako.io » lancée à Tanà

« On peut télécharger cette nouvelle application gratuitement », a déclaré Raminoharijaona Tojo, le DG de la société Media Click.

Madagascar est bel et bien en phase de développement numérique. De nombreux secteurs commencent à se digitaliser grâce à l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC).

On peut citer, entre autres, le commerce avec l’expansion des ventes en ligne, les banques, l’éducation et la formation à distance. Et depuis le confinement en raison de cette crise sanitaire, le télétravail est en vogue. Concernant le secteur environnement, une nouvelle application mobile appelée « fako.io » est lancée à Tanà par la société Media Click, qui est une agence web spécialisée en matière de création de sites internet et de développement d’applications mobiles. « L’objectif consiste à aider les internautes à trouver les poubelles et les bacs à ordures dans chaque quartier de la ville d’Antananarivo pour qu’ils ne jettent plus leurs déchets partout mais uniquement dans les endroits prévus à cet effet. Il en est de même pour ceux qui veulent faire leurs besoins. En cas d’urgence, ils pourront localiser facilement les infrastructures sanitaires notamment les toilettes publiques dans un endroit où ils peuvent être égarés », a expliqué Raminoharijaona Tojo, le directeur général de cette entreprise éditrice ayant cinq ans d’existence.

Localiser les infrastructures de propreté. Et lui de rajouter que cette nouvelle application mobile peut être téléchargée sur Google Play Store ou via ce lien https://play.google.com/store/apps/details?id=com.fako.ioamp;hl=fr, pour les smartphone Androïd. En revanche, elle est téléchargeable sur App Store via le lien https://apps.apple.com/mg/app/fako-io/id1526971332?l=fr, pour les smartphones iOS. Plus concrètement, « le concept vise à localiser les infrastructures de propreté dans chaque ville. Il s’agit entre autres, des bacs à ordures ou des poubelles, des toilettes publiques, des centres de tri et des centres de recyclage de déchets. Grâce à un système de géolocalisation, cette nouvelle application mobile « fako.io » aide l’utilisateur à trouver les infrastructures les plus proches de sa position. Mais ce n’est pas tout ! Les utilisateurs pourront également donner un feed-back en émettant leur avis concernant l’état des infrastructures de propreté et leur accessibilité dans la capitale », a fait savoir cet opérateur spécialisé dans le domaine des NTIC. Il est à noter que cette nouvelle application peut être disponible dans tout Madagascar, et ce, d’une manière gratuite. En effet, « nous voulons contribuer à la protection de l’environnement en incitant la population à ne pas jeter des ordures partout », a-t-il enchaîné. Son slogan est d’ailleurs « Make our city clean again » ou textuellement « Rendre notre ville à nouveau propre ». « Nous allons commencer ce projet à Tanà avec plus de 50 infrastructures de propreté géolocalisées. Cela va s’étendre dans tout Madagascar », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara78 partages

Crise sanitaire : Augmentation de la prostitution à cause de la perte d’emplois

Avec la crise, on ne peut pas stopper la prostitution.

Une enquête menée par le ministère de l’Emploi, du travail, de la fonction publique et des lois sociales au mois d’avril de cette année révèle que 32% des entreprises affectées par la crise liée à la Covid-19 ont eu recours au chômage technique de leurs employés.

“Les entreprises ont dû envoyer leurs employés au chômage technique pour minimiser leurs charges”. C’est ce qu’on peut lire dans le bulletin d’étude sur les impacts de la Covid-19 au niveau des entreprises à Madagascar. Document signé ministère de l’Emploi, du travail, de la fonction publique et des lois sociales et datant du mois d’avril 2020 dernier qui constitue une source de données quantifiées sur les répercussions de la Covid-19 auprès des entreprises mais surtout sur le monde de l’emploi et du travail à Madagascar. Ainsi, le bulletin en question fait savoir que “32 % des entreprises affectées par la Covid-19 ont eu recours au chômage technique total ou partiel de leurs travailleurs”. Soit environ “24 634 emplois perdus sur les 69 100 objets de l’enquête”. Lesdits salariés étant éparpillés dans différentes catégories d’entreprises allant de la très petite entreprise à celle de taille intermédiaire. Aussi, l’étude menée par le ministère de l’emploi et du travail fait savoir que la plupart des entreprises enquêtées affirment avoir été durement affectées par la crise liée à la Covid-19.

Vieux. Allant du commerce de rue jusqu’à l’ouverture de gargote et snack, les activités génératrices de revenus de substitution ont fleuri depuis le début de la crise. La reconversion au plus vieux métier du monde fait partie de ces emplois de substitution et semblerait être l’ultime solution pour certains. Un fait de société qui témoignerait de la difficulté de nombreux ménages à faire face à la situation qui prévaut actuellement. Si les statistiques officielles ne semblent pas exister en matière de prostitution, surtout par les temps qui courent, quelque détour dans des quartiers d’Antananarivo renverrait à une éventuelle hausse du nombre des travailleuses du sexe dans la capitale. En effet, si voir beaucoup de jeunes femmes, voire de jeunes filles, se livrer à la prostitution semble être anodin dans les quartiers comme Analakely (sur l’avenue de l’indépendance), Tsaralalàna, Andravoahangy ou encore 67Ha, le phénomène est assez frappant lorsque cela touche des quartiers jusque-là “vierge” de ce genre d’activités. Occasionnelle ou régulière, volontaire ou par la force des choses, “la prostitution apporte des ressources financières confortables” aux personnes concernées. Et constituerait une meilleure alternative face à la perte d’emplois causée par la situation actuelle. Et avec la fin du confinement, la vérité semblerait être sortie de l’ombre.

José Belalahy

Midi Madagasikara32 partages

23 morts à Farafangana : L’aumônerie catholique de prison condamne

Le feuilleton sur l’affaire mutinerie à Farafangana est loin d’être clos. Les organisations de la société civile basées dans ce district sortent de leur silence et publient une déclaration, jeudi dernier, qui prend l’allure d’un réquisitoire contre les forces de sécurité, dans le cadre de la fusillade survenue dimanche dernier. Il s’agit notamment de l’aumônerie catholique de prison, de l’Ong Fiantso et la plateforme des Organisations de la société civile de Farafangana. Ces dernières condamnent la « poursuite meurtrière caractérisée par des tirs à bout portant contre les évadés de la prison ». D’après ces organisations, l’usage disproportionné de la force est constaté dans cette affaire.

Les forces de l’ordre ont ouvert le feu après l’alerte donnée suite à l’évasion. 20 morts ont été enregistrés du côté des détenus mutins et 3 autres ont succombé des suites de leurs blessures graves. Tandis qu’aucune victime n’a été signalée dans les rangs des forces de l’ordre. Les hauts responsables de la gendarmerie parlent d’un « cas de légitime défense » pour justifier les tirs. Cette thèse, pourtant, n’a pas été soutenue par le ministre de la justice, Johnny Richard Andriamahefarivo, qui a conduit une délégation à Farafangana, mercredi dernier, pour prospecter sur cette affaire qui crée une vague de polémiques. Ces organisations de la société civile œuvrant dans la défense des droits de l’homme à Farafangana, quant à elles, soutiennent que des « abus » ont eu lieu.

Pendant qu’elles espèrent des actions de la commission nationale indépendante des droits de l’homme, du haut conseil de la défense de la démocratie et de l’Etat de droit, et du haut commissariat des droits de l’homme, pour faire bouger les lignes dans cette affaire, ces organisations œuvrant à Farafangana condamnent également les intimidations de certains hauts responsables des forces de sécurité à l’encontre de certains défenseurs des droits de l’Homme dans le cadre du suivi de cette affaire de mutinerie.

Rija R.

Midi Madagasikara1 partages

Palais d’Iavoloha : 2 postes de directrices vacants dans l’entourage présidentiel

Qui va remplacer la magistrate Marie Michelle Sahondrarimalala ?

Les chasseurs de têtes au service du président de la République devraient trouver le calibre de Marie Michelle Sahondrarimalala et les expériences de Lila Andriambalo.

Deux directions au niveau de la présidence de la République cherchent actuellement de nouvelles têtes. Auparavant occupés par deux femmes, les postes à la tête de la direction du protocole de l’Etat et celle des études juridiques restent jusqu’à présent vacants. Récemment, la magistrate Marie Michelle Sahondrarimalala lâche la direction des études juridiques pour prendre ses nouveaux quartiers à Anosy, pour s’occuper du portefeuille de l’Education nationale. Très discrète, cette juriste et médecin de formation sillonne l’horizon présidentiel depuis l’accession de Andry Rajoelina à la présidence. Elle y a passé un parcours sans faute au palais et fait une sortie par la grande porte en rejoignant le gouvernement. La présidence est donc à la recherche du même calibre pour s’occuper des études juridiques.

L’Etat a déjà lancé un appel à manifestations d’intérêt pour trouver des compétences pour s’occuper des différents postes à responsabilités au sein de l’appareil d’Etat, mais cette partie de chasse, lancée tambour battant, n’a pas pu faire ressurgir le nouveau titulaire de la direction du protocole de l’Etat. Un an et trois mois après la démission de Lila Andriambalo, ce poste reste aussi vacant au niveau de la présidence de la République. Cette dernière a jeté l’éponge en mai 2019, juste 4 mois après sa nomination, mais celui ou celle qui devrait la succéder n’est pas toujours nommé(e) jusqu’à présent.

L’entourage présidentiel de ce quinquennat est surtout marqué par une présence remarquée de la gent féminine. Une autre différence qui fait se démarquer l’actuel locataire d’Iavoloha par rapport à ses prédécesseurs. La parité genre et la jeunesse sont des cartes jouées par le régime dans la composition de ses équipes dirigeantes. Et tout porte maintenant à croire que les descentes d’Eve ont beaucoup plus de chance à décrocher ces jobs dans le cercle de l’un des plus jeunes présidents d’Afrique. L’exemple de la récente retouche du gouvernement a déjà lancé le signal : deux femmes sortent pour laisser leurs places à deux autres femmes.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Examen du BEPC : Pas d’épreuves d’EPS pour cette année

La nouvelle vient de tomber juste après l’annonce qu’il n’y aura pas d’épreuves d’EPS pour le baccalauréat, il n’y en aura pas également pour le BEPC selon les déclarations des responsables au niveau du ministère de l’Education nationale.

Dans le souci de protéger les enfants    malgaches de la Covid-19, le ministère de l’Education nationale a pris la décision de retirer l’EPS de la liste des épreuves à passer pour l’obtention du Brevet d’études du premier cycle ou BEPC 2020. Les risques de propagation du virus durant ces épreuves sportives seraient trop élevés qu’il n’est pas concevable que les enfants les passent. Rappelons que cette épreuve se déroule normalement avant les autres et que certains établissements ont rappelé à l’école leurs élèves en vue de bien préparer l’examen d’éducation physique et sportive. Ce qui ne représente pas un effort vain puisque la pratique d’une activité sportive est bon pour la santé avec ou sans diplôme à la clé.

Ligne verte. Outre la suppression des épreuves d’EPS, le ministère fait également savoir la disponibilité d’une ligne téléphonique verte si jamais un problème lié aux convocations aux examens se présente. Il faut donc appeler au 020 30 807 86 en cas de problème alors qu’auparavant, il fallait se rendre auprès de chaque établissement pour résoudre les soucis sur les convocations.

Par ailleurs, une innovation a également été bien reçue par les parents et les candidats. Il s’agit d’un tutoriel vidéo mis en ligne sur la page Facebook et le site Internet du MENETP concernant la manière adéquate pour remplir les copies d’examen. Cela peut éventuellement réduire les éventuelles erreurs de la part des candidats. D’autant plus que les enfants n’auront pas assez de temps cette année pour se familiariser avec la procédure, la date de début des épreuves étant fixée au 21 septembre 2020, soit dans moins de 25 jours.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : Descente présidentielle dans le Vakinankaratra

Le président est allé à la rencontre de la population d’Antsirabe.

Une véritable offensive de charme en pleine crise sanitaire. Le Président de la République est actuellement en visite dans la région Vakinankaratra pour exprimer son soutien et sa solidarité envers la population locale, frappée de plein fouet par les difficultés socioéconomiques engendrées par la Covid-19.

 » L’Etat ne vous oublie pas et reste à vos côtés pour faire face à cette pandémie « , a-t-il martelé tout au long de son passage. Le TGV entend renverser la tendance à Antsirabe, une ville connue auparavant comme le fief de l’ancien président Marc Ravalomanana mais qui a choisi un élu Mapar lors des communales. Il a d’ailleurs choisi cette descente pour entretenir des contacts directs avec les  » Zanak’i Bira « . Bain de foule… Les gens étaient sortis dans les rues pour voir et/ou saluer le président. Un remake du temps de la propagande en quelque sorte. Andry Rajoelina a d’ailleurs donné des instructions au Gouverneur et à la ministre coach de la région Vakinankaratra, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, afin d’établir rapidement les listes pour que la population locale puisse bénéficier du Tosika Fameno dans les plus brefs délais. Hier, le chef de l’Etat a donné le coup d’envoi de la distribution du Tsinjo Fameno au profit des employés dans le secteur formel dans cette localité. 1 400 employés de la zone franche Laguna Aquarelle et 100 employés travaillant dans l’hôtellerie et la restauration, ainsi que des enseignants d’écoles, entre autres, du Collège luthérien Mangarivotra et du Collège Saint-Vincent de Paul, ont été les premiers bénéficiaires de cette initiative dans la région Vakinankaratra.

« Zava-bita ». «  La campagne de distribution va se poursuivre et s’étendra dans les autres secteurs « , a annoncé le président de la République. Mais cette descente d’Andry Rajoelina dans la ville d’Eaux ne se limite pas au domaine du social. Un an, ou enfin presque après son dernier passage, il est revenu pour inaugurer des  » zavabita  » et superviser les chantiers en cours dans le cadre de la réalisation de ses Velirano. Aussi, a-t-il ouvert sa visite par l’inauguration du nouveau bâtiment de la Direction régionale de la sécurité publique de la région Vakinankaratra à Mahazoarivo nord. Une infrastructure aux normes internationales, dotée de 22 bureaux et de violons séparés pour les hommes, les femmes et les mineurs, ainsi que différents services réservés pour la Police judiciaire, la Police économique, la Police des mœurs, la Police en charge des affaires financières et des ressources humaines, et les renseignements. Le bâtiment en question est érigé sur un terrain de 1 700 m2. «  Ceci prouve que malgré la crise, nous avions poursuivi les actions pour le développement « , a déclaré le président Andry Rajoelina qui a continué sa tournée par une visite des travaux de réhabilitation des routes dans le centre-ville d’Antsirabe. En effet, l’entreprise SMATP est actuellement à pied d’œuvre pour la réhabilitation de la route de l’hôtel des Thermes jusqu’au bureau de la région, la RN7 jusqu’à la route d’Ambositra et la route en pavés d’Antsenakely. La durée des travaux est de deux mois et le chef de l’Etat exige une garantie de 5 ans pour toutes ces infrastructures routières.

Promesses présidentielles. Toujours dans le cadre de la réalisation des promesses présidentielles, la cérémonie de pose de la première pierre pour la construction d’un abattoir dans le fokontany de Tsivatrinikamo a également été tenue. Cet abattoir qui aura une capacité de 75 têtes par jour sera finalisé d’ici le mois de mai 2021, a annoncé le ministre de l’Elevage. Andry Rajoelina s’est ensuite rendu au centre hospitalier de référence régionale qui vient de se doter d’une ambulance et de médicaments. Comme promis, il a distribué les primes pour le personnel de santé de cet établissement qui ont traité les malades de la Covid-19. Il a aussi assisté au Fandresena 2020 à l’Académie militaire d’Antsirabe. Ce jour, le numéro Un du pays aura encore une journée très chargée avec, entre autres, la visite des travaux de construction d’une université, la pose de la première pierre pour la construction de la Maison de la culture, la pose de la première pierre des logements sociaux à Vatofotsy, ainsi que la distribution des Vatsy Tsinjo.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Crise économique : Le secteur privé réclame une amnistie fiscale 2020

La situation actuelle est invivable pour les entreprises. Pour une possibilité de relance, il faut repartir sur de bonnes bases, selon les groupements d’opérateurs économiques, lors de leur rencontre avec l’Administration fiscale, hier.

Madagascar a déjà expérimenté l’amnistie fiscale en 2002, suite à une crise nationale. Aujourd’hui, c’est à une crise mondiale que les opérateurs économiques font face. « Ce qu’on a vu en 2002 était comme une toute petite crise, si on la compare à cette crise de 2020. Aujourd’hui, nous n’avons aucune visibilité pour les années à venir. Beaucoup d’entreprises ont déjà fermé leurs portes, mais ce n’est pas fini. Nous savons que les impacts économiques de la crise de 2009 se sont fait sentir durant au moins, 5 années. Beaucoup d’entreprises vont encore couler, si les dirigeants ne prennent pas des mesures exceptionnelles », a soutenu Harijaona Arija, administrateur auprès du groupement FIVMPAMA (Fivondronan’ny Mpandraharaha Malagasy). D’après ses explications, les entreprises sont aujourd’hui contraintes de prioriser les dépenses. Pour maintenir les emplois, de nombreux entrepreneurs choisissent de payer les salaires, en dépit des autres charges obligatoires. Les arriérés fiscaux s’accumulent, menaçant quotidiennement la survie des entreprises.

Requête commune. D’autres groupements étaient présents à la rencontre, si l’on ne cite que le GEM, le SIM, la CTM, etc. Chacun de ces groupements réclame des mesures exceptionnelles, pour cette situation exceptionnelle de 2020. Selon le porte-parole du FIVMPAMA, l’amnistie fiscale doit être appliquée à toutes les entreprises, sans exception. « Nous savons très bien que seulement moins de 10% des entreprises à Madagascar sont formelles, ce qui n’est pas juste. Si Madagascar veut atteindre l’émergence économique, il faut multiplier les entreprises formelles. Les dirigeants doivent appliquer un départ à zéro en 2021, pour que le secteur formel puisse se renouveler, mais également pour encourager les autres à formaliser leurs activités. Il faut un nouveau souffle, car les entreprises d’aujourd’hui sont obligées de s’endetter pour survivre. Ceux qui ne peuvent pas survivre doivent pouvoir sortir dignement du circuit, en réglant tous les salaires impayés, par exemple… », a expliqué Harijaona Arija du FIVMPAMA. Bref, cette revendication du secteur privé fera encore l’objet de longues négociations. D’autres rencontres entre les parties concernées sont déjà programmées pour les semaines à venir.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Karibotel Twenty Six : Solo Andrianasolo investit septembre en brunch

Solo Andrianasolo, un monument de la musique malgache.

La scène malgache commence à se réveiller de sa torpeur, Solo Andrianasolo sera ainsi sur la scène du Karibotel, plus précisément au restaurant Twenty–Six, Analakely le 6 septembre dans le cadre d’un buffet en famille à partir de 12 h 30 jusqu’à 15 h. Une bonne nouvelle pour les mélomanes, mais aussi un événement servant de baromètre pour l’avenir de ce secteur. C’est sûr que ce grand musicien aura toujours des inconditionnels voulant réentendre les « Isaky », « Ho zakaiko», « Ny lasako », etc… Un rendez-vous sous le signe de la convivialité, puisqu’il s’agit d’un buffet familial.

Comme il s’agit d’allier plaisirs de la table et de la scène, le menu proposé variera la terre et la mer. A titre d’exemple, en guise d’entre froide, les gourmets pourront s’essayer au « Poisson belle vue», ou encore à l’« akoho gasy sauce ». Un peu de sophistication et du terroir dans les assiettes. Il est temps que la scène musicale tananarivienne revienne à ses bonnes habitudes. Toutefois, le respect des consignes sanitaires est de rigueur au risque de faire reculer de nouveau la situation. Il est plaisant de penser que le mois de juin sera l’année du redémarrage des cabarets et des petites salles de la capitale.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Braquage d’une station à Morondava : L’arme de crime aurait appartenu à un élément des forces de l...

C’est vraiment une révélation surprenante. L’enquête menée par la police concernant l’attaque de la station-service Jovena à Anakabe, Morondava, région Menabe, le 20 août dernier a révélé que l’arme utilisée par les brigands aurait appartenu à un élément des forces de l’ordre. Selon les informations, le propriétaire aurait eu des antécédents suspects. Cet individu aurait été à l’origine de plusieurs fuites de personnes arrêtées et placées en garde à vue auprès du commissariat de Morondava depuis des années. Malgré tout, l’administration l’a toujours gardé dans ce corps de métier. Affecté à un autre poste, toujours dans la localité, il est actuellement soupçonné de complicité dans le braquage d’une station-service à Morondava. Son nom a été cité suite à l’arrestation des deux auteurs de ce crime. Ces derniers qui ont été capturés dans le district de Mahabo, à une centaine de kilomètres de Morondava et toujours dans la région de Menabe, le lendemain de leur forfait. Il est à rappeler que selon l’information émanant de la police, l’arme découverte sur les brigands qui ont commis cet acte de braquage de station-service était un pistolet de fabrication locale.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Diplomatie : Le russe Stanislav Akhmedov fait ses adieux à Rivo Rakotovao

L’ambassadeur russe Stanislav Anvarovich Akhmedov quittera le pays après avoir passé sept ans à la tête de l’ambassade russe. Il a ainsi commencé les visites de courtoisie auprès des autorités du pays avant de quitter définitivement Madagascar. Hier, il a rendu visite au président du Sénat, Rivo Rakotovao, pour faire ses adieux. Les deux parties ont échangé sur les fructueuses relations entre les deux pays, surtout dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus au pays. Pendant le régime Hery Rajaonarimampianina, où la famille politique de l’actuel président du Sénat a été encore majoritaire au pouvoir, la présence russe au pays s’est développée significativement, dans le domaine militaire et économique. Des opérateurs russes ont investi dans l’exploitation du gisement de chrome en partenariat avec la société d’Etat Kraoma. Dans le domaine militaire, la formation de cadres ainsi que la dotation en matériels de l’armée malgache ont fait partie des axes de la coopération conclue entre les deux pays.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Orinasa « AAA » Toamasina : Nakaton’ny fanjakana 15 andro ihany koa

Tokony ho tamin’ny 03 ora tolakandro teo, ny zoma teo, no tonga nanatanteraka ny fanakatonana ny orinasa « AAA » teto Toamasina ny sampan-draharahan’ny hetra sy ny vadintany ary ireo andian-tafika marobe nentin’izy ireo. Nisy aloha ny fifampiresahana nilazan’izy ireo ny anton-diany tamin’ny tomponandraikitry ny orinasa « AAA » Toamasina. Taoriana izay dia niroso tamin’ny fanakatonana ny orinasa izy ireo, tokony tamin’ny 03 ora sy sasany. Raha ny voalaza tamin’ny taratasy narantin’izy ireo teo am-panakatonana ny orinasa « AAA », dia ny tsy fisian’ny karatry ny mpandoa hetra, ny tsy fanaovana ny taratasay ara-dalàna amin’ny fisiana, ary ny tsy fahalovana ny hetra ara-potoana. Tsy nisy nanaiky niteny moa izy ireo omaly io raha nanontaniana , na teo anivon’ny sampandraharahan’ny hetra notarihan’ny taleny, na ilay vadintany netin’izy ireo nanatontosa ny fanakatonana, ary ny teo anivon’ny orinasa « AAA » Toamasina. Ny hany fantatra fotsiny dia mikatona 15 andro mikaonty nanomboka ny datin’ny 17 aogositra nandraisan’ny orinasa ny taratasy “mise en demeure” izy ireo noho ireo antony telo voalaza teo aloha ireo. Misy indro kely anefa ilay datin’ny 17 aogositra, satria ny datin’ny 10 aogositra no naharaisan’ny orinasa « AAA » ilay « lettre de mise en demeure » nambaran’ny sampandraharahan’ny hetra teto Toamasina. Ho hita eo izany ny tohin’ny raharaha, fa efa manomana ireo taratasy rehetra takian’ny fanjakana aminy ny orinasa amin’izao fotoana, raha ny fanazavana voaray avy amin’ny orinasa « AAA ». Na feno miaramila sy zandary ary polisy aza nentin’izy ireo nandritra ity fanakatonana ny orinasa « AAA » Toamasina ity, dia nilamina ny fandehan-javatra rehetra nandritra izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Football : Guy Beloha toujours solide à 41 ans

Guy Beloha, un des meilleurs milieux défensifs malgaches.

Incroyable mais Guy Beloha, de son vrai nom Mamihasindrahona Guy Hubert, joue encore à 41 ans, il est né le 25 août 1979. Mieux encore, il porte le brassard de capitaine du BTU United, une formation de la troisième division thaïlandaise. La même équipe où joue l’ancien capitaine de l’Académie Ny Antsika Jean Marc Guillou à Antsirabe, Thierry Ratsimbazafy. Un record de longévité puisqu’il est le seul joueur sociétaire de l’USJF Ravinala à être encore en activité. Ses amis dont Dida et Ando, devenus aujourd’hui des officiers de Police, pour ne citer que les membres de l’équipe nationale, ont raccroché depuis plusieurs années. Guy Beloha, après avoir transité par l’AS Adema, a choisi de vivre une nouvelle aventure en Thaïlande. Et pour longtemps encore car il n’est pas à exclure que ce technicien hors pair qui parle couramment le thaï, fasse partie de l’encadrement du club ou pourquoi pas dans une autre formation du championnat thaïlandais. Une belle récompense pour celui qui avait pourtant sa place dans un grand club en Europe tant il reste le meilleur au poste de milieu récupérateur après Fidy Rasoanaivo, mais qui a préféré choisir la sécurité en allant en Thaïlande. Une vie bien tranquille qui lui convient bien, modeste comme il l’est.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Après la crise de la Covid-19, de nouveaux défis à relever

Alors que la situation sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19 s’est nettement améliorée et que tous les esprits semblent s’être rassérénés, ce sont les multiples problèmes économiques et sociaux ayant été mis entre parenthèses qui vont resurgir. Les séquelles de ces cinq mois de crise seront bientôt visibles. La situation économique qui s’est fortement dégradée fera ressentir ses effets dans les semaines à venir. L’interpellation faite par le président du GEM, Thierry Rajaona, est alarmiste et la perte de 100.emplois dans le secteur des entreprises est dramatique. Les solutions à trouver pour y remédier sont complexes et c’est une synergie de toutes les forces de la nation qui doit s’opérer. Le pouvoir en place est en première ligne car c’est vers lui que tout le monde se tourne. Les mois à venir seront difficiles pour tous les Malgaches car l’Etat ne sera plus en mesure de fournir ces aides financières très utiles durant ces cinq mois passés.

Dans ce contexte de sortie de crise sanitaire, c’est la tragédie de la mutinerie de Farafangana qui a marqué la semaine écoulée. Le bilan très lourd de la reprise en main par les forces de l’ordre de la situation a fortement ému les opinions tant nationales qu’internationales. Les organisations de défense des droits de l’homme sont montées au créneau pour dénoncer le drame humain. Le ministre de la justice qui s’est rendu sur place a voulu avoir une vue exacte du déroulement des événements. Il a tenu à préciser qu’aucun ordre délibéré de tirer n’avait été donné et qu’une enquête établirait les circonstances exactes dans lesquelles le tir a été déclenché. Cette tuerie a de nouveau permis de mettre en lumière les conditions déplorables dans lesquelles se trouvent les prisons malgaches. Des efforts sont cependant menés pour y remédier avec la construction de nouvelles maisons d’arrêt.

Sur le plan international, la crise sanitaire générée par l’épidémie de Covid-19 paraît s’être stabilisée. La situation n’est plus aussi dramatique qu’au début quoique la propagation du virus a repris. Les Etats-Unis, l’Inde et le Brésil ont été toujours aussi sévèrement touchés, mais dans les pays d’Europe, l’augmentation des cas de contamination oblige les autorités sanitaires à redoubler de vigilance. Les mesures de précaution se multiplient et la crainte de la deuxième vague est réelle. En France, le relâchement constaté un peu partout a contraint le pouvoir à rendre obligatoire le port du masque et à ordonner la fermeture des bars et restaurants à partir de 23h, suscitant une certaine incompréhension du public. En Espagne , le confinement de certaines localités a eu lieu. L’inquiétude commence à gagner la population qui pensait que le retour à une vie normale était acquis.

Aux Etats-Unis, les primaires de la présidentielle qui auront lieu en novembre prochain ont permis de connaître le nom des candidats républicain et démocrate. C’est sans surprise que Joe Biden a été désigné par la convention démocrate. Ce dernier est en tête dans les sondages et distance largement son rival Donald Trump, lui aussi désigné avec acclamation par les siens lors d’une cérémonie à la Maison Blanche. Le champion des républicains ne doute pas de sa victoire malgré sa gestion catastrophique de la crise de la Covid-19 ; il oppose sa vision de progrès pour les USA à celle passéiste de son rival.

Madagascar est en train de sortir de cette longue épreuve de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, mais le pays n’est pas pour autant quitte. Les Malgaches doivent maintenant affronter la conjoncture économique plutôt sombre qui est en train de se dessiner. Ce sont de nouveaux défis qui vont devoir être relevés.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Andohatapenaka : Manamboninahitra miaramila nangalatra « pont Bailey » nadoboka am-ponja

Mahagaga ihany  no mampahalahelo ity tranga izay niseho tao amin’ny foiben-toeram-panjakana iray eny Andohatapenaka ity. Ekena fa efa tsy am-perinasa intsony ity toerana ity ary betsaka ireo mahafantatra izany nefa mbola manana fahefana hiditra ao no manararaotra manao izay tiany atao tao. Isan’izany ity Kolonelin’ny Tafika izay nahavita namoaka an-tsokosoko ireo vy rehetra mandrafitra « Pont Bailey » iray nipetraka tao amin’ny toerana fitobian’entana teny Andohatapenaka io. Ireto fitaovana izay voalaza fa navoaka antsokosoko tao amin’ny OTU (Office des Travaux d’Urgence) izay nanana foiben-toerana teny Andohatoerana, rehefa natao ny fanamarinana, ary rantsana teo ambany fiahian’ny ministeran’ny fanajariana ny tany sy ny asa vaventy, saingy efa nofoanana ankehitriny. Isan’ireotomponandraikitra nanana fahefana  tao ity Manamboninahitra ity ary angamba nahafantatra tsara ny zava-nisy tao ka nahatonga azy nahasahy nanao izao asa ratsy izao. Efa niakatra teny amin’ny Fitsarana ny raharaha ary niakatra teoanivon’ny Fitsarana ambaratonga voalohany Antananarivo tamin’ny herinandro lasa iny.

Naverina ny alatamisy 28 aogositra teo ny raharaha satria tsy  tonga ilay kolonely tamin’ny fotoana nampakarana ny raharaha voalohany, sady mbola niandry ny fanomezan-dalana avyamin’ny lehibe ny nahafahana manenjika azy (autorisation de poursuite). Nidoboka am-ponja eny Antanimora ilay kolonely taorian’izay, toy izany koa ny mpamily nitatitra ny vy izay voarohirohy tamin’ity raharaha ity.

Mbola karohina kosa ny mpividy na mpandray ny entana.

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Place maintenant au redressement de l’économie du pays

La pandémie de Covid-19 est maintenant, semble-t-il, derrière nous. C’est vers de nouvelles priorités que nos dirigeants vont se tourner. Les crédits alloués par les bailleurs de fonds, et qui ont été décaissés ont été épuisés. Ils avaient été accordés dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. A présent, ce sont les conséquences de la crise qu’il va falloir gérer. Il est nécessaire de rebâtir une économie détruite par ces cinq mois d’arrêt des activités. Pour relancer la machine, ils sont sur le qui-vive et interpellent les pouvoirs publics pour qu’ils ne tardent pas à agir.

Place maintenant au Redressement de L’économie du pays

Le président de la République avait rencontré le secteur privé alors que l’épidémie de Covid-19 était en pleine expansion. Il avait été sensible aux inquiétudes des chefs d’entreprises étranglés par la conjoncture. Les réponses apportées par le chef de l’Etat ne les ont que partiellement satisfaits. Ils espéraient qu’un dialogue aurait lieu. Il n’y en eut point. Ils n’ont pas pu avancer leurs propositions. Le plan Marshall du président qui allait être la solution à la crise ne répondait pas à leurs attentes. A présent, il va falloir faire face aux réalités. Les organisations patronales reviennent à la charge et affirment que ce sont cent mille emplois qu’il faut sauver. La situation est alarmante. A présent, il faut que des solutions soient trouvées pour sauver toutes ces entreprises qui alimentent l’économie du pays. Il va falloir, dans un premier temps, les aider financièrement pour qu’elles puissent relancer leurs activités. Elles demandent à l’Etat la suppression des impôts et des taxes qu’elles doivent payer. Ce sont les crédits accordés par les bailleurs de fonds qui vont devoir être utilisés à bon escient pour que la machine économique redémarre. C’est maintenant que se dessine l’avenir du pays. Une synergie de toutes les forces vives du pays doit s’opérer, l’Etat étant le catalyseur de tous les efforts à fournir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Andriba-Mevatanàna : Mpandanja volamena nisy namono, olona dimy voasambotra tany Antsirabe

Tsy nanaiky hatramin’ny farany ireo mpitandro ny filaminana raha tsy voasambotra ireo olona miisa dimy tompon’antoka tamin’ny famonoana mpandanja volamena tao Antsirasira, tamin’ny 28 jolay lasa teo. Nahazo loharanom-baovao tamin’ny olon-tsotra ny Zandary avy ao Andriba fa misy olona dimy lahy nampiahiahy tany amin’ilay toerana voalaza etsy ambony, ny herinandro lasa teo. Tany amin’iny faritr’Andriba iny no voasambotry ny fokonolona sy ny mpiray dina ary ny miaramila izy dimy ireto, ary efa namoahana didy fampisamborana. Teny am-panaovana fisafoana ny miaramila ao Antsirasira no naheno vaovao momba azy ireo. Ireto farany no voatondro ho tompon’antoka tamin’ny famonona an’Atoa François, tao Antsirasira, fokontan’Antsitabe, any amin’ny kaominin’Andriba, ato anatin’ny disitrikan’i Maevatanàna. Nentin’ireo mpitandro ny filaminana sy ny mpiray dinam-pokonolona niverina aty Maevatanàna avy hatrany izy dimy ireto. Notazonina amin’ny fonjakelin’ny Zandary eto Maevatanàna ireo olona  ireo sady hatao famotorana. Araka ny vaovao voarainay hatramin’ny fotoana nanoratanay ny lahatsoratra dia hatolotra ny fampanoavana tsy ho ela ny raharaha, aorian’ny fanadihadiana azy roa.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Ligue des champions – Tours éliminatoires : Ludogorets éliminé avec Abel Anicet titulaire

Ludogorets jouera ses prochains matchs à la qualification de la Ligue Europa.

Fin de parcours. Ludogorets de Abel Anicet est éliminé de la course par le club danois Midtjylland sur le score de 1 but à 0. Cette rencontre est l’avant-dernière étape avant la phase des groupes de la ligue des Champions. Neuf fois champion de Bulgarie, Ludogorets s’est montré timide et inoffensif à domicile. Quant aux Danois, ils ont dominé et se sont affichés meilleurs sur le terrain en créant de belles occasions. L’unique but de cette rencontre a été marqué par Santos Junior à la 78e minute. Abel Anicet, le capitaine des Barea était titulaire ce mercredi soir durant cette rencontre. Il a joué la totalité de la première partie jusqu’à ce qu’il ait été remplacé par Bernard Tekpetey à la 55e minute. Pour rappel, Ludogorets a dominé largement le FK Buducnost sur le score de 3 à 1 lors du premier tour. Pourtant, le club aura encore une chance à la Ligue Europa, comme le CS Fola de Sylvio Ouassiero qui disputera le deuxième tour de qualification en septembre. Pour le FC Midtjylland, il doit jouer deux matchs supplémentaires pour décrocher son ticket qualificatif à la Ligue des champions de l’UEFA.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

EPP Soanierana II : 143 écoliers gatés par le MMF

« Nous remercions le MMF » telle est la phrase qui résonnait à l’EPP Soanierana II hier. Des fournitures et des masques ont été distribués aux 143 écoliers. Il s’agit d’une initiative de l’association MMF (Mpampianatra Mpanabe hoan’ny Fanovana). Lors de son discours, le président Alain Ramananjato a fait savoir que l’objectif de cette action est d’encourager les élèves candidats à l’examen du CEPE qui se déroulera dans quelques jours. Par ailleurs, cette action allège également les charges parentales. Sylvie Ravololohanitriniaina, mère d’un élève a remercié le président de MMF pour son soutien. «  C’est un genre d’action dont nous avons besoin dans ce pays » s’est-elle exprimée sourire aux lèvres. Cette contribution aux actions sociales entre également dans le cadre du soutien au Président de la République dans sa politique au niveau du secteur éducation. Créée en mai 2018, l’association MMF compte plus d’un millier de membres.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

CUA : 10 millions d’ariary pour la construction d’un parking

Le budget rectificatif de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) fait l’objet de critiques, notamment par certains membres du Conseil municipal. Ainsi, pour Hilda Hasinjo, conseillère municipale élue sous les couleurs de Komba, les amendements que cette dernière rejette portent notamment sur les 10 millions d’ariary octroyés par l’Etat et qui seront attribués à la construction d’un parking pour les vendeurs de voitures. Elle estime que l’adduction d’eau potable pour la capitale devrait être la priorité. Plus précisément, multiplier les bornes fontaines dans la Ville des mille.

A l’insu. Parmi les sujets abordés lors de cette session extraordinaire de la CUA figure aussi la lettre émanant de l’entreprise Tom. Lors de son intervention, le maire Naina Andriantsitohaina a fait savoir que cette demande du Tom ne doit pas faire partie de l’ordre du jour tout en signalant au passage qu’un directeur au sein de la CUA l’a introduite comme faisant partie de l’agenda de cette session extraordinaire à l’insu de tout le monde. Notons que les activités de Tom sont centrées sur la construction de tours de télécommunication et l’hébergement de matériels de télécommunication. Sur ce sujet, notamment, la conseillère municipale Clémence Raharinirina se pose des questions sur la nature de la gestion au sein de la CUA.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Région Anosy : 1 450 masques distribués par la ministre Voahary Rakotovelomanantsoa

Remise de dons dans la région Anosy par la ministre Coach, Voahary Rakotovelomanantsoa.

Les actions de lutte contre la pandémie de Covid-19 se poursuivent jusqu’à l’extrême sud de la Grande île. Mercredi dernier, Voahary Rakotovelomanantsoa, ministre coach de la région Anosy et non moins native de Fort-Dauphin, a fait une descente sur les lieux pour remettre 1 450 masques. Ces masques sont dédiés aux écoliers de la Cisco de Fort-Dauphin, qui vont passer les examens du CEPE, selon la ministre. « Nous travaillons avec différents groupements de personnes qui œuvrent pour le développement. La lutte contre cette pandémie nécessite plus d’actions dans ce cadre », a indiqué la ministre, qui s’est montrée active depuis le début de la lutte contre la pandémie. Outre les masques, d’autres produits ont également été remis, si l’on ne cite que le riz, les médicaments, etc. Parmi les groupements qui collaborent avec la ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène figure l’association Hoavinign’Anôsy, composée de jeunes intellectuels de la région. Cette association vise un développement durable pour la région Anosy, selon ses membres. Ceux-ci font appel aux communautés locales, ainsi qu’aux dirigeants étatiques pour travailler main dans la main, afin d’atteindre les objectifs de développement.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Jazz : Dix ans de « Jazz@tohatohabato » et un concours de jazz

Le Jazz@tohatohabato fait des étincelles chaque année sur les escaliers d’Antaninarenina.

Avis aux amateurs et amatrices de jazz, le « Jazz@tohatohabato » organisé par le Cgm Analakely lance un concours d’interprétation pour les dix ans de cet évènement majeur de la capitale. Les participants peuvent ainsi envoyer leur performance d’ici le 20 septembre à 23 h 59. Ils devront tout simplement, « faire une vidéo d’au moins douze mégapixels, en mode paysage et d’envoyer » la vidéo d’une résolution de 720 p HD au moins à l’adresse « il@cgm-mada.de ». En toute logique, la qualité graphique et sonore seront des atouts pour mettre les chances de son côté. Selon les organisateurs, « il s’agit d’une chanson qui a pour thème l’anniversaire – par exemple, celle de Stevie Wonder ou tant d’autres mélodies célèbres d’anniversaires, que chacun aura à reprendre à sa manière et à sa sauce, le tout évidemment avec une sacrée touche jazzy ». Il faut préciser que le concours est ouvert à tout résidant à Madagascar. Pour ce concours, les internautes peuvent voter via le compte « Facebook » du Cgm/Gz. Le morceau qui « aura le plus de votes sera diffusé à nouveau dans le cadre d’un grand événement télévisuel pour la célébration du Jazz@tohatohabato, mais pourra également rejoindre la grande scène de l’événement l’année prochaine ».

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Commission mixte paritaire : L’IRD a raflé les 5 sièges sur 7

Les membres composant la commission mixte paritaire de l’Assemblée nationale sont connus depuis hier. Comme il fallait s’y attendre, la plateforme IRD est fortement représentée au sein de cette commission. Ainsi, selon l’un des membres de la Chambre basse, l’IRD a raflé 5 sièges et un siège de chaque pour le TIM et le GPR. Notons que ladite commission est composée de 7 membres titulaires et de 7 membres suppléants.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Fitaterana an-tanety : Misokatra anio ny lalam-pirenena faha-02

Anio sabotsy 29 aogositra no misokatra ny lalam-pirenena faha-02 mankany Antananarivo avy eto Toamasina sy avy ao Vatomandry – Mahanoro, raha efa nisokatra ny alarobia 26 aogositra teo kosa ny lalam-pirenena faha-05 mankany avaratr’i Toamasina. Amin’izao fisokafany indray izay taorian’ny fihibohana naharitra 05 volana teo ho eo, dia nisy ny fanovana nentin’ny fanjakana sy ny fanovana nifanarahana tamin’ireo mpampily sy ny mpitatitra napetraka hanatsarana ny fitateram-bahoaka. Mielanelana adiny iray ny fiaingana eo amin’ny “gare routière” ka manomboka amin’ny 07 izany hatramin’ny 10 ora maraina, raha tsy maintsy alohan’ny amin’ny 11 ora antoandro kosa ny fandalovana amin’ny “barrage sécuritaire” an’ny mpitandro ny filaminana. Tsy miova ny saran-dalana fa mijanona ho 20.000 ariary ihany, tsy maintsy atao amin’ny alalan’ny antso amin’ny finday ny famandrihan-toerana. Ireo mpitatitra no miantoka ny “gel hydroalcoolique” ampiasan’ny fiarany, na dia nanolotra fanomezana mikasika izany ihany aza ny “Agence du Transport Terrestre” (ATT) foibe omaly ho azy ireo. Nomarihan’ny tale jeneralin’ny ATT, ny jeneraly Reribake Jeannot, fa tena hentitra ny fampanajana ireo fepetra noraisina niaraka tamin’ny mpitatitra ireo. Ireo feptra hafa kosa dia ny samy mpitatitra ihany no manatanteraka azy, arakaraka ny filana sy ny zava-misy ao aminy. Nambaran’ny tale jeneralin’ny ATT hatrany fa na nifanarahanan’ny mpitatitra sy ny governoram-paritra tao Analanjirofo aza ny fampiakarana saran-dalana ankehitriny noho ny fepetra amin’ny fanaraham-penitra ny isan’ny mpandeha anatin’ny fiara, dia tsy mety izany fa efa navoakan’ny filoham-pirenena tamin’ny lahateniny fa tsy azo ekena ny fampiakarana saran-dalana atao ho an’ny mpanjifa. Tsy maintsy miverina amin’ny laoniny izany saran-dalana miakatra izany, hoy ny tale jeneralin’ny ATT. Tsy maintsy miavaka ny fitaterana entana sy ny fitaterana olona, fa tsy toy ny taloha intsony ho fitsinjovana ny mpandeha.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Football-Ligue Haute Matsiatra : De nouveaux règlements sur le stade Ampasambazaha

La ligue régionale de football Haute Matsiatra est en pleine préparation avant que la nouvelle saison ne soit lancée. En effet, la Direction régionale de la jeunesse et des sports et les dirigeants de la ligue ont organisé une réunion mercredi dernier. Il s’agit notamment du renouvellement des règles régissant l’utilisation du terrain synthétique Ampasambazaha. Un comité directif du stade a été déjà élaboré, dont Tafita faisait partie des membres. Trois points importants ont été décidés à l’issue de cette réunion. D’abord, la transparence de la gestion du terrain serait dorénavant prioritaire. Le comité serait aussi strict sur le respect des infrastructures. Enfin, le stade serait ouvert à tout le monde suivant les ordres définis par l’administrateur.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Fokontany Ankorondrano : Le « Resto du cœur » se poursuit avec 900 repas chauds

Initié au mois de juillet, le « Resto du cœur » est une action sociale du Rotary club Antananarivo Ivandry. D’ailleurs, la première distribution de repas chaud de cette année s’est déroulée à Ivandry. Pour poursuivre ce geste de générosité envers les personnes défavorisées, le Rotary club présidé par Larissa Ratsiraka a enchaîné cette fois-ci avec le quartier d’Ankorondrano où 900 repas chauds ont pu être servis aux habitants le samedi 22 août 2020. Cet événement a vu la présence de l’ambassadeur de l’Iran à Madagascar, Ali Bakshi, mais aussi de quelques sympathisants et bénévoles qui ont prêté main-forte.

Notons que, pour l’occasion, le membre d’honneur du Rotary club Antananarivo Ivandry était l’ambassadeur d’Iran et il s’agissait de sa première action sur terrain. « C’était une action très émouvante et à laquelle j’ai été ravi de participer. Je remercie le club de m’avoir invité et je suis très honoré de participer à des actions sur terrain qui répondent à des besoins urgents », a-t-il déclaré par rapport à son ressenti vis-à-vis du « Resto du cœur ».

Et concernant les donateurs, le Rotary club Ivandry a travaillé étroitement avec son partenaire habituel qui n’est autre que la Bijouterie Pala pour financer cette deuxième distribution du « Resto du cœur ». « Plus que jamais, nous devons agir, être solidaires et aider les populations vulnérables et dans le besoin », s’est exprimée la présidente, Larissa Ratsiraka.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Banque Mondiale : Suspension de la publication du rapport Doing Business

Face aux suspicions récurrentes sur la sincérité des données fournies, la Banque Mondiale a décidé de suspendre provisoirement la publication du rapport Doing Business

« Un certain nombre d’irrégularités ont été signalées concernant des modifications de données dans les rapports Doing Business 2018 et Doing Business 2020, publiés en octobre 2017 et 2019 ». C’est ce qu’a notamment déclaré la Banque Mondiale dans un communiqué publié jeudi dernier. Le temps donc pour cette institution de Bretton Woods d’examiner et de rectifier les irrégularités signalées dans les données antérieures.

Publication phare

Doing Business, une publication phare du Groupe de la Banque mondiale est une série de rapports annuels mesurant les réglementations favorables et défavorables à l’activité commerciale. Il présente des indicateurs quantitatifs sur la réglementation des affaires ainsi que sur la protection des droits de propriété de 190 économies. Doing Business mesure les réglementations concernant 12 domaines du cycle de vie d’une entreprise. Dix de ces domaines sont inclus dans le score et le classement sur la facilité de faire des affaires : création d’entreprise, l’obtention d’un permis de construire, raccordement à l’électricité, transfert de propriété, obtention de prêts, protection des investisseurs minoritaires, paiement des taxes et impôts, commerce transfrontalier, exécution des contrats et règlement de l’insolvabilité. Doing Business mesure également la réglementation du marché du travail et la passation des marchés public. Ces domaines ne sont pas inclus dans le score et le classement sur la facilité de faire des affaires.

Critiques

Même s’il est plébiscité par de nombreux pays comme un indicateur probant de leur attractivité économique, le rapport fait également l’objet d’un certain nombre de critiques. Notamment de la part d’anciens économistes de l’institution comme Kaushik Basu qui avait admis que « Doing Business a tous les ingrédients pour être à la fois important et controversé, ce qu’il n’a manqué pas d’être », Avant sa démission en janvier 2015, un autre économiste en chef de la Banque mondiale, l’Américain Paul Romer avait mis l’organisation dans l’embarras en s’interrogeant notamment sur l’intégrité du rapport. Pour l’éminent économiste, des biais méthodologiques et les modèles adoptés affectaient les performances de certains Etats. Par ailleurs, le rapport est attaqué par des organisations de la société civile qui l’accusent de pousser les pays africains à alléger la réglementation afin de favoriser l’implantation des multinationales. En Afrique notamment, nombreux sont les pays qui font tout pour être en bonne place dans le classement Doing Business. Le Togo, le Nigeria, le Congo et la Côte d’Ivoire ont par exemple mis en place des cellules spéciales pour bâtir des stratégies et adapter la législation en matière de climat des affaires, dans le but de satisfaire aux critères du Doing Business.

Régression

En ce qui concerne Madagascar, le rapport Doing Business 2020 fait état d’une régression du climat des affaires sur certains points. « Madagascar est classé à la 161e place sur 190 pays. Le score de la facilité de faire des affaires s’est légèrement régressé : de 48.84 dans le rapport 2019 à 47.7 dans le rapport Doing Business 2020 », lit-on notamment dans ce rapport. Ce qui ne veut, pour autant pas dire que rien n’a été fait pour améliorer les conditions d’investissements à Madagascar. « Une réforme majeure a été enregistrée, à savoir plus d’informations partagées publiquement par les tribunaux de commerce », précise le rapport qui remarque cependant que le délai d’exécution de certaines réformes n’a pas été respecté. Notons que la Banque mondiale soutient les efforts fournis par le autorités pour l’amélioration du climat des affaires à Madagascar. L’objectif étant de rattraper le retard et de se mettre au rythme de certains pays africains où des progrès significatifs sont enregistrés.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Volleyball – Euro U19 : L’équipe de Ratahiry affronte la Serbie en demies

L’équipe de France juniors où évoluent deux Malgaches joue sa place en finale face à la Serbie, ce jour à Zenica en Bosnie Herzégovine.

C’est la dernière ligne droite. Après un break de 48 heures, les hostilités vont reprendre pour les joueuses à la 14e édition du Championnat d’Europe de volley-ball U19 en Bosnie-Herzégovine. Auteure d’un parcours sans faute, la troupe à Leia Ratahiry de l’équipe de France U19 affrontera les Serbes ce soir pour la deuxième demi-finale du sommet européen junior. Une formation serbe à la portée des « petites françaises » qui a terminé deuxième de la poule I. L’équipe de France junior dans son ossature peut compter sur l’expérience de ces joueuses. La jeune réceptionneuse-attaquante française Guewe Diouf (1m82, 18 ans) s’est distinguée en tant que meilleure marqueuse des 3 premiers matchs contre la Croatie (28 points), la Bulgarie (20 points) et la Turquie (22 points) à l’EuroVolley U19F 2020. Elle a été annoncée à partir de la saison prochaine dans l’équipe de l’Université d’Oklahoma (Etats-Unis). La joueuse Leïa Ratahiry d’origine malgache a également brillé sur le terrain lors de la dernière journée des éliminatoires contre les Turques en marquant 15 points. Contre les Bulgares, la réceptionneuse-attaquante Leia Ratahiry sort du match avec la meilleure réception (31% de réception parfaite). En ouverture, Hope Rakotozafy, la libéro d’origine malgache et ses camarades se sont imposées par 3 sets à 2 contre les Croates avant de dominer les Bulgares par 3 sets à 0 au terme d’un match à sens unique. Trois victoires sur autant de sorties qui placent les juniors françaises en tête de la poule I, créditées de 8 points. L’autre demi-finale verra la confrontation entre la Turquie et la Biélorussie. La finale de cette édition 2020 de l’Euro-Volley U19 se disputera demain.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Vono olona mahatsiravina : Novelesiny tamin’ny baramina ny renim-badiny, nitsoaka tany amin’ny sipany ...

Mpanampy no nidiran’ity tovolahy iray tao amin’ny fiakanaviana. Kanjo nony taty aoriana dia lasa tena fianakaviana mihitsy rehefa nanambady ny zanaky ny mpampiasa azy. Nahafantatra ny tsiambaratelo rehetra tao an-trano araka izany ity farany, indrindra moa ny fisian’ny vola. Nitsiry tamin’izay ny hevitra ary niafara tamin’ny famonoana olona mihitsy izany.

Nandray an-tanana ny raharaha ny polisy misahana ny heloka bevava ary tratra tany amin’iny faritra Faratsiho iny ny lehilahy, izay efa niara-nipetraka tamin’ny vehivavy hafa indray ! Ny zava-nisy : tonga avy any ambanivohitra ity tovolahy ity mba hikaroka asa. Teny amin’iny fokontanin’i Soavimasoandro ny lehilahy ary nahita asa tamin’ny tokantrano iray. Rehefa nivadibadika ny volana sy ny taona dia nahababo ny zanaka vavin’ny tompon’ny trano izy ary lasa zanaka an-trano mihitsy fa tsy vitan’ny mpanampy intsony. Niafara tamin’ny fanambadiana mihitsy moa izany ka dia efa nivadika ho fifandraisan’ny fianakaviana ilay fifandraisan’ny mpanampy sy ny mpampiasa tany aloha. Tsy nisy niafina tamin’ity vinanto araka izany ny zava-drehetra tao an-tranon-drafozana fa indrindra ny fidiram-bola. Tnamin’io fotoana io dia fantany tsara ny fisian’ny vola mitentina 15 tapitrisa ariary tao an-trano sy ny fitoeran’izany. Nitsiry nanaraka izany ny hevi-dratsy ny amin’ny fomba hangalarana io vola io. Nandrasany araka izany ny naha-tsy teo intsony ny vadiny, izay lasa niasa sy ny rafozan-dahiny izay nandeha nivarotra. Nandrasana ihany koa ny nivoahan’ilay rafozam-baviny ny trano nanaraotany naka ilay vola. Sendra tonga tampoka angamba ity farany ary tratra ny anao lahy. Ny hamita ny asa ratsiny ihany moa ny tao an-tsainy ka dia tsy nisalasala mihitsy ity farany namono nahafaty ilay renim-pianakaviana izay sady rafozany ihany. Vely baramina teo amin’ny lohany no  nataony araka ny fanazavana azo avy amin’ny pôlisy. Nitsoaka toy ny teo moa izy rehefa nahavita ny ratsiny

Araka izany nametraka fitoriana avy hatrany teny amin’ny pôlisy ireto fianakavian’ny maty izay niahiahy avy hatrany ity vinanto tsy vanona, izay tsy hita teo an-toerana intsony moa. Rehefa natao ny fikarohana dia fantatra fa hoe niverina any Faratsiho izy ka notongavana tany. Tratra tao amin’ilay trano voalaza tokoa ity farany, izay tsy tahotra tsy henatra fa dia nandany ny vola azo tamina vehivavy hafa indray tany an-toerana. Nentina niakatra taty an-drenivohitra avy hatrany moa ity farany ary efa atao andrimaso sy famotorana etsy amin’ny biraon’ny pôlisy misahana ny heloka bevava sakelika fahadimy etsy Anosy. Fantatra moa atolotra ny Fampanoavana amin’ny fotoana mahamety azy moa ny raharaha.

m.L