Les actualités à Madagascar du Jeudi 29 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara39 partages

Antanarivo, une ville : difficile à conquérir

La ville d’Antananarivo est un bastion que le régime en place convoite. Elle ne se laisse pas facilement conquérir. De tout temps, ses électeurs ont toujours eu l’esprit frondeur, manifestant une certaine défiance envers le pouvoir central. Cela a été vrai avant-hier et hier et cela risque de se vérifier encore aujourd’hui. Les rapports tendus entre l’Etat et la CUA se traduisent par ce blocage budgétaire qui nuit au développement de la Capitale. Le climat politique actuel n’augure rien de bon et la guerre larvée entre l’actuelle maire et le pouvoir central mène à un véritable désastre pour la Ville des mille, dont l’image continu de se dégrader lentement mais sûrement.

Antanarivo, une ville : difficile à conquérir

Les régimes qui se sont succédé ont pu vérifier que les habitants de la Capitale ont toujours manifesté une certaine défiance à leur égard. Cela était vrai du temps de la Ière république, ce fut le cas durant la IIe république. Si on ne remonte pas aussi loin dans le temps, la conquête de la mairie par Marc Ravalomanana ou le triomphe d’Andry Rajoelina en 2008 montrent que les Tananariviens font preuve d’un véritable esprit d’indépendance. Aujourd’hui, le même scénario peut se dérouler. Les rapports entre l’Etat et la Commune urbaine d’Antananarivo ont été plutôt tendus et cela a nui à la gestion de la ville. Les reproches mutuels que se sont faits les deux parties ont exaspéré les Tananariviens. Des travaux de réhabilitation des rues ont été réalisés par l’Etat et des critiques à peine voilées ont été adressées aux responsables de la mairie. Le ramassage des ordures, un temps suspendu, a repris lorsque ceux qui en avaient la charge ont compris l’urgence de la situation. La guerre médiatique ne fait que commencer. La mairie d’Antananarivo ne se laissera pas conquérir facilement du fait du tempérament rebelle des Tananariviens. Pour le moment, on ne voit pas quel candidat peut remporter la victoire.

Patrice RABE

Midi Madagasikara17 partages

Année scolaire 2019-2020 : Le retour à l’ancien calendrier confirmé

Les examens officiels relevant du MENETP se dérouleront entre le mois de juillet et le mois d’août 2020.

La rentrée scolaire est fixée pour le 28 octobre 2019 prochain si les examens du CEPE sont fixés pour le 7 juillet 2020.

Le ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et professionnel vient de publier le calendrier scolaire 2019-2020. Un document qui tire un trait sur les débats enflammés de ces dernières semaines en ce qui est de la nécessité de revoir le Plan Sectoriel de l’Education. Et qui confirme bien le retour à l’ancien calendrier scolaire. Ainsi, l’année scolaire sera subdivisée en trois trimestres. La rentrée scolaire est fixée pour le 28 octobre 2019 prochain si la fin des classes est prévue pour le 30 juin 2020. Le premier trimestre est compris entre le 28 octobre et 20 décembre 2019. Le second, quant à lui, va du 06 janvier 2020 au 08 avril de la même année. Le dernier semestre est fixé se dérouler du 20 avril au 30 juin 2020. Il conviendrait de noter que les trimestres seront alternés par des pauses et/ou des vacances de quelques jours à quelques semaines. Les vacances de Noël, par exemple, iront du 21 décembre 2019 au 05 janvier 2020 prochain, suivies des vacances de Pâques qui iront du 09 avril au 19 mai 2020 prochain.

Examens et concours. L’arrêté N°17484/2019/MENETP du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et professionnel a également fixé les dates des examens et concours nationaux. La session du CEPE est dans ce cas prévue pour le mardi 7 juillet 2020. Les sessions pour l’obtention du BEPC quant à elles iront du 20 au 24 juillet de la même année. Les concours pour l’obtention du Certificat d’Aptitude à l’Enseignement de l’Education Primaire (CAE/EP) seront prévues entre le 29 et 30 septembre de l’année prochaine. Les épreuves du CAP/EP ou Certificat d’Aptitude Pédagogique de l’enseignement primaire quant à elles se dérouleront les 27 et 28 octobre 2020. Pour l’enseignement technique et professionnel, divers examens et concours sont également prévus. Les sessions pour l’obtention du BEP ou Brevet d’Etude Professionnelle devraient avoir lieu du 10 au 13 août 2020. Si l’on est fixé sur le calendrier scolaire, on l’est moins sur le contenu du PSE, sur le programme scolaire.

José Belalahy

Midi Madagasikara10 partages

Organisation des Communales : 28 milliards d’ariary à trouver impérativement cette semaine

La crédibilité des prochaines Communales risque d’être compromise faute de déblocage à temps des financements nécessaires.

Le gouvernement n’a plus le droit de tergiverser, il doit trouver 28 milliards d’ariary cette semaine au plus tard.

Si l’Etat ne trouve pas cette semaine au plus tard cette somme de 28 milliards d’ariary, tout le chronogramme de l’organisation des Communales du 27 novembre prochain serait chamboulé. C’est le moins qu’on puisse dire des déclarations faites hier par le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo. 21 milliards d’ariary de ces 28 milliards d’ariary doivent être directement alloués par l’Etat malgache à la Commission Electorale Nationale Indépendante pour que celle-ci puisse entamer tous les préparatifs de l’élection. 7 milliards d’ariary seront gérés par le gouvernement qui aura ses propres obligations dans le processus électoral. Ce budget de 28 milliards d’ariary est  très réduit par rapport à la prévision à en croire le vice-président de la CENI. A rappeler que c’est au moment où la commission électorale a élaboré sa première proposition de calendrier électoral qu’elle a été soumise à la validation du gouvernement, elle a proposé un budget qui se trouve entre 35 milliards d’ariary et 40 milliards d’ariary. « Cette fois-ci, on aura à organiser deux élections distinctes. », a expliqué la CENI pour justifier le montant estimé.

Mal organisée ? Le vice-président de la Commission Electorale Nationale Indépendante n’a pas caché ses inquiétudes en laissant entendre que le retard dans le déblocage de ce financement de l’Etat aurait des impacts négatifs sur l’organisation technique des élections et la qualité de la démocratie à Madagascar. En un mot, l’élection des maires et des conseillers communaux risque d’être mal organisée. La question qui se pose est donc de savoir comment l’Etat, visiblement en difficulté financière, va trouver ces 28 milliards d’ariary. A rappeler que si le gouvernement a tergiversé dans l’adoption du décret de convocation des électeurs pour les prochaines Communales et Municipales, c’est parce qu’il avait ce souci budgétaire. Mais, finalement, il a cédé aux pressions de l’opinion publique, de la société civile et de la classe politique en général. D’après des indiscrétions, l’organisation des Communales ne faisait pas partie des priorités du pouvoir en place. Le contenu de la lettre adressée il y a une semaine au gouvernement par le président de la République en est la preuve. Dans cette lettre, le chef de l’Etat veut des actions concrètes pour résorber les problèmes sociaux qui restent non résolus. Parmi ces problèmes sociaux figure le problème de délestage qui persiste ces derniers jours dans la Capitale et dans certaines parties de l’île malgré le limogeage du directeur général de la JIRAMA Jaomiary Olivier.

Jour-J. Le délai imparti au dépôt des candidatures aux Communales et Municipales du 27 novembre court à partir d’aujourd’hui. Les candidats maires et conseillers communaux auront jusqu’au 12 septembre pour ce faire auprès des OVEC  (Organes de Vérification et d’Enregistrement des Candidatures). La CENI a précisé que les associations et les ONG ne sont pas autorisées à présenter des candidats à ces élections. « Seuls les candidats présentés par les partis politiques et les groupements politiques ainsi que ceux qui se présentent en indépendant peuvent être acceptés. », a affirmé le vice-président de la CENI. Outre le problème relatif aux montants des cautions, force est de constater que l’absence des précisions sur le nombre des conseillers communaux et des conseillers municipaux à élire pour chaque commune constitue un autre obstacle. Le décret n° 2019-1542 se contente de fixer le montant de la contribution des candidats et liste de candidats aux frais d’impression des bulletins de vote par rapport aux nombres des conseillers communaux et municipaux à élire, sans faire le lien entre ces nombres des conseillers et ceux de la population des communes concernées. En tout cas, la balle se trouve dans le camp du gouvernement. Celui-ci doit trouver 28 milliards d’ariary cette semaine au plus tard si l’on veut organiser une élection crédible répondant aux normes exigées.

R. Eugène

Madagate3 partages

Yokohama Ticad 7, Zéro Violence: Rajoelina, son nom est Mialy Rajoelina

« La violence n’est jamais excusable ». Cette phrase peut résumer le discours du mercredi 28 août 2019, de la Première Dame malagasy, également Présidente de l’Association Fitia, Madame Mialy Rajoelina. Cela, dans le cadre d'une conférence ayant eu pour thème : « Zéro violence basée sur le genre pour l’avenir de l’Afrique : ensemble, nous pouvons ».

Conférence organisée dans le cadre de la tenue de la 7ème Conférence internationale pour le développement de l’Afrique (TICAD 7) qui a officiellement débuté ce jour à Yokohama au Japon.

Après cette conférence, les premières Dames d’Afrique se sont mises d’accord et ont fait une déclaration commune relatant leur ferme volonté à lutter contre les violences basées sur le genre ainsi que contre le mariage précoce. Il convient de noter que des Chefs d’États, époux de ces femmes engagées dans cette lutte, ont assisté à cette conférence dans le cadre de la TICAD 7, dont le Président Malagasy, S.E.M. Andry Rajoelina, spécialement venu épauler son épouse. La Première dame du Burkina Faso, également Présidente de l’Organisation des Premières dames d’Afrique pour le Développement, a félicité l’engagement de la Première dame malagasy, Mialy Rajoelina, dans cette lutte commune qu’est la violence basée sur le genre.

La présidente de l’OPDAD a, par ailleurs, souhaité la bienvenue à la Première dame malagasy pour son entrée dans cette sororité, et les autres « First Ladies » d’Afrique lui ont démontré par leur présence qu'elles sont là pour l’épauler dans cette lourde responsabilité. Voici, d'ailleurs, la liste des Premières Dames présentes lors de cette conférence :

- S.E. Mme Adjoavi Sika Kabore, Première Dame du Burkina Faso, Présidente de l’OPDAD

- S.E. Mme Mialy Rajoelina, Première Dame de Madagascar, Présidente de l’Association FITIA, championne de l’UNFPA – Madagascar pour la lutte contre la Violence basée sur le Genre

- S.E. Mme Denise Nyakeru Tshisekedi, Première Dame de la RD Congo

- S.E. Mme Monica Geingos, Première Dame de la République de Namibie

- S.E. Mme Ambari Azali Assoumani, Première Dame de l’Union des Comores

Ont également marqué de leur présence cet évènement de haut-niveau :

- S.E. Mme Akie Abe, Première Dame du Japon

- Dr Natalia Kanem, Secrétaire Général Adjointe des Nations Unies et Directrice Exécutive de l’UNFPA

- S.E. Mme Cessouma Minata Samate, Commissaire aux affaires politiques de l’Union Africaine

- Mme Bience Philomena Gawanas, Conseillère spéciale pour l’Afrique, Bureau du Conseiller spécial pour l’Afrique

Discours de Madame Mialy Rajoelina

Yokohama, le 28 Août 2019

Excellences Messieurs les Chefs d’États et de Gouvernements,

Chères Premières Dames,

Madame la Sous-Secrétaire Générale des Nations Unies, Directrice

Exécutive du Fonds des Nations Unies pour la Population,

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs,

Bonjour!

 

L’honneur m’échoit de m’adresser à vous, au cœur de cet événement : la 7ème Conférence Internationale de Tokyo pour le Développement de l’Afrique, qui nous réunit ici à Yokohama City, au Pays du Soleil Levant.

Je tiens d’abord à remercier la générosité du Gouvernement et du Peuple Japonais pour l’accueil chaleureux et pour l’organisation de la TICAD.

Je suis honorée par la présence remarquable de toutes les délégations, ainsi que par notre distingué panel d’aujourd’hui. Cela témoigne de la dynamique, de la diversité et de l’inclusion des défenseurs de l’élimination de la violence basée sur le genre. Merci à toutes et à tous de l’attention que vous portez sur ce sujet grave et important.

 

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Nous allons consacrer du temps à discuter de la violence basée sur le genre, sur les droits et la protection de la femme et de la jeune fille. Et nous avons de bonnes raisons de le faire. C’est un sujet dont on parle souvent, sans parvenir à appliquer toutes les solutions et résolutions, pour lesquelles la plupart de nos pays se sont engagés : Zéro violence basée sur le genre pour l'avenir de l’Afrique et je voudrais vous dire qu’Ensemble, nous pouvons !

 

Mon nom est Mialy Rajoelina, Première Dame de Madagascar, Fondatrice de l’Association Fitia, Ambassadrice de la FNUAP pour la Lutte contre les Violences Basées sur le Genre, et surtout mère de 3 enfants. Des enfants que j’ai d’ailleurs laissé seuls, comme des grands, en période de rentrée scolaire. Ils ne m’en veulent pas pour autant, je le sais. Je m’en veux plus à moi-même… les mamans dans la salle sauront de quoi je parle. Ils ne m’en veulent pas car ils savent que cet engagement que j’ai pris, celui de défendre la cause des plus faibles, des femmes et des enfants, me tient particulièrement à coeur. Ils savent que le combat que je mène est aussi le leur.

Selon les estimations, 35% des femmes dans le monde subissent, à un moment de leur vie des violences physiques ou sexuelles de la part d’un partenaire intime ou des violences sexuelles de la part d’une autre personne.

On estime qu’en 2017, 87.000 femmes dans le monde ont été intentionnellement tuées.

Plus de la moitié soit 58%, ont été tuées par leur conjoint ou des membres de leur famille.

Cela signifie que chaque jour en moyenne dans le monde, 137 femmes sont tuées par un proche.

Plus d’un tiers, environ 30.000, par un conjoint ou ex-conjoint.

Plus de la moitié des victimes du trafic d’êtres humains dans le monde soit 51% sont de sexe féminin.

Les femmes et les filles représentent 71% des victimes du trafic d’êtres humains.

Concernant le trafic d’enfants, 75% sont des filles et trois individus sur quatre, de sexe féminin, sont victimes d’exploitations sexuelles au sein de ces trafics.

 

On estime qu’à l’heure actuelle, 650 millions de femmes et de filles dans le monde ont été mariées avant l’âge de 18 ans.

En Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale plus de quatre jeunes femmes sur dix ont été mariées avant leur 18eme année.

Le mariage d’enfants, se solde souvent par une grossesse précoce, un isolement social, il interrompt la scolarisation, limite les possibilités de la jeune fille et l’expose davantage à la violence familiale.

Nombreuses sont celles qui contractent le VIH SIDA.

Dans 30 pays disposant de données représentatives, au moins 200 millions de filles et de femmes actuellement en vie ont subi de mutilations génitales.

Dans la plupart de ces pays, la majorité des filles a subi une excision avant l’âge de cinq ans.

Environ 15 millions d’adolescentes, de 15 à 19 ans ont subi des rapports sexuels forcés, à un certain moment de leur vie.

De 11 à 15 ans, au niveau mondial, 1/3 des élèves, a été victime d’intimidations par ses camarades à l’école.

Et ce phénomène se produit au moins une fois par mois pour les filles et les garçons qui sont exposés.

Cependant, les garçons sont davantage la cible des intimidations physiques que les filles. Celles-ci, en revanche, sont victimes de harcèlement de nature psychologique.

La violence, sous quelque forme qu’elle se manifeste, est un échec.

L’échec de celui qui la perpétue, et non de celui qui la subit.

L’échec, est aussi celui d’une société qui accepte cette violence, qui la tolère, qui l’excuse, qui l’ignore, qui la transmet qui la cultive…

Est-ce un péché d’ignorance ou d’indifférence ?

Est-ce un échec prémédité ?

Est-ce que nous nous sommes fait rattraper par ce statu quo ? par les préjugés sexistes et racistes ? Par ces valeurs inéquitables et inégalitaires que l’on a laissé germer et se répandre en nous ?

Est-ce que nous nous sommes fait rattraper au fil des siècles ……

• Parce que… c’est la tradition ?

• Parce que c’est la culture ?

• Parce que c’est ce qui se dit « habituellement »

• Parce que c’est ce qui se fait « chez nous » ?

• ou peut-être même parce que c’est « normal » !

A-t-on laissé cette insidieuse violence s’installer et proliférer parce que l’on crut que les préjugées était innocents ? sans conséquences !

A-t-on échoué depuis tout ce temps ?

OUI !

 

Cette violence à l’égard des femmes et des filles est l’une des violations des droits fondamentaux les plus fréquentes dans le monde.

Elle ne connaît pas de frontières.

La violence n’est ni sélective ni tatillonne. Elle pousse là où on l’autorise, là où on l’entretient et là où on la pratique.

• Un coup, est une violence,

• Le viol, est une violence,

• Une insulte, est une violence

• Le mariage forcé, est une violence

• L’excision, est une violence

• Le racisme, est une violence

• Les remarques sexistes, sont des viols

 

L’indifférence aussi est une violence. L’une des PIRES, car détourner les yeux et se taire, font perdurer ce mal.

Mais il existe un mal plus grand, plus souterrain, aux racines profondes: je veux parler du carcan des traditions et de la mentalité.

La mentalité et les traditions en sont la cause

Les violences basées sur le genre en sont les symptômes.

Notre engagement et nos actions sont vitaux pour le futur de ce monde.

 

Et je vous le répète avec force : Zéro violence basée sur le genre pour l'avenir de l’Afrique

Ensemble, nous le pouvons !

Dans ce combat, plus que jamais, les femmes ont un rôle clé à jouer.

C’est par nous que passe la transmission.

Nous avons la lourde et honorable tache de sculpter l’adulte que deviendra notre enfant.

C’est notre rôle de rappeler à nos enfants que leur référentiel, n’est pas la violence.

Mais qu’ils doivent prendre en compte leurs propres valeurs, leurs idées et leurs ambitions.

Nous avons la charge de la narration.

Nous racontons l’histoire. Ainsi, nous avons le pouvoir de la changer.

Tant que les femmes sont debout, l’histoire n’est pas écrite.

ÉCRIVONS-LA ENSEMBLE !

 

Je réitère, ici, un appel lancé le 8 mars dernier.

Joignez-vous à moi, à la FNUAP, à l’Association Fitia, à la sororité des femmes engagées pour le changement de mentalité, l’égalité des sexes et la fin des violences basée sur le genre.

Notre objectif est d’éradiquer en profondeur et de façon durable les violences basées sur le genre.

RÉALISONS-LE ENSEMBLE !

 

Et c’est le choix de mon combat, de mon engagement : Agir pour le changement !

Brisons le silence.

Sensibilisons la société civile : Hommes comme femmes, jeunes et adultes, sur le fait que la violence n’est pas une norme.

Qu’elle peut être explicable mais pas justifiable et jamais excusable.

Déclarons la violence illégale et condamnable.

Changeons les mentalités l’éducation et l’enseignement.

Modifions :

• les comportements,

• les attitudes,

• les normes et les valeurs qui influencent les rôles et la perception des genres dans notre société actuelle.

Rassurons les victimes qu’elles ne sont pas seules, que des structures pour leur rétablissement, et leur épanouissement existent.

• Défendons leurs droits.

• Plaidons leur cause et portons leurs messages.

• Incitons le plus grand nombre à s’engager.

• Portons nos regards à la source de vie : les femmes.

• Donnons-leur le meilleur de nous-même.

Comme on dit chez nous à Madagascar : « Izay mitambatra vato, izay misaraka fasika », ceux qui s’unissent, deviennent un roc, ceux qui marchent seul demeurent sable.

Cela passera bien sûr par nous les femmes, nous les mères. Mais cela passera aussi par les hommes, qui nous rejoignent toujours plus nombreux pour combattre ce fléau. Nous disons non à la violence et oui à la bienveillance !

La lutte contre les violences basées sur le genre se mène et se gagne sur le terrain au plus proche de l’Homme, dans la confidence d’une femme, dans nos villages, à travers un regard et au milieu de ces femmes et filles pour qui, nous nous mobilisons.

A cet égard, l’UNFPA et l’Association Fitia, que je préside, ont déjà conjointement réalisé la mise en place et l’équipement, de 2 unités de brigades féminines de proximité dans la Capitale Antananarivo, et dans une province au Sud du pays.

Nous soutenons activement la campagne de sensibilisation de la lutte contre les violences basées sur le genre.

Nous avons initié les conventions avec les ministères compétents et partenaires, pour la création d’une plateforme chargée de la rédaction d’une loi, qui sera très prochainement discutée à l’Assemblée Nationale.

Notre participation est effective dans les différentes conférences internationales relatives à notre sujet, comme par exemple à Oslo et au Niger.

Mesdames et Messieurs,

Je préfère les actes à la parole. Et je pense en avoir déjà trop dit.

Je sais surtout que le chemin est long et que le travail qui nous attend est colossal.

 

Mesdames et Messieurs,

Mes chères amies, mes chères sœurs.

Un grand homme a dit un jour : « un monde sans espoir est irrespirable ».

 

Nous portons en nous l’espoir et le pouvoir de changer l’histoire.

Insufflons un nouvel air de changement.

Respirons à nouveau.

Je vous remercie de votre attention.

Respirons à nouveau.

Je vous remercie de votre attention.

Midi Madagasikara2 partages

TICAD 7 : Offensive diplomatique d’Andry Rajoelina

Le président Andry Rajoelina a assisté hier à la cérémonie d’ouverture de la TICAD 7.

Ce jour, le président de la République va prononcer un discours durant la séance plénière sur le thème « Sécurité alimentaire et Agriculture ».

Présent actuellement au Japon pour assister à la 7e édition de la Conférence Internationale sur le Développement de l’Afrique (TICAD 7), le président de la République Andry Rajoelina lance une véritable offensive diplomatique. Hier, le Chef de l’Etat a rencontré deux hautes personnalités importantes pour la mise en œuvre de l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar. Il s’agit, consécutivement, de la Directrice Exécutive de l’UNICEF, Henrietta FORE et le nouveau Directeur Général de la FAO, Qu DONGYU. Une occasion pour le numéro Un malgache de souligner les actions concrètes menées jusqu’ici par le régime en faveur des enfants. Andry Rajoelina a annoncé durant la rencontre que dès son retour au pays, il organisera une réunion avec les représentants des instances internationales présentes sur place pour trouver une solution durable face aux problèmes de la malnutrition. Il a aussi saisi l’occasion pour exposer à la Directrice exécutive de l’UNICEF les projets visant à améliorer la qualité de l’éducation à Madagascar, à savoir la construction de 1000 salles de classe pour cette année, la distribution de manuels scolaires et de tablettes surtout pour les élèves en classe d’examen et la modernisation du programme scolaire. Un audit sera engagé pour identifier les failles du programme actuel, a-t-il annoncé. Pour sa part, Henrietta FORE a encouragé le président Andry Rajoelina à venir assister à la prochaine Assemblée  générale des Nations  unies qui se tiendra aux Etats-Unis au mois de  septembre pour exposer les plans d’actions malgaches, notamment dans le domaine de l’éducation et des enfants.

Forum international. Sa rencontre avec le nouveau Directeur Général de la FAO, Qu DONGYU a surtout été axée sur le volet de l’autosuffisance alimentaire. Issu d’une famille d’agriculteurs de la ville d’Hunan en Chine, ce haut responsable a encouragé le président malgache à identifier les terres cultivables et fertiles, créer des centres de semences hybrides de riz et d’organiser à Madagascar au mois de décembre prochain, un forum international de l’agriculture. Et ce, afin d’obtenir un rendement plus abondant et accéléré. Des chercheurs et des experts internationaux en agro-business se rendront dans la Grande  Ile pour assister à ce forum. A noter que la cérémonie d’ouverture de la TICAD 7 s’est tenue hier après-midi. Ce jour, Andry Rajoelina prononcera un discours lors de la séance plénière sur le thème « Sécurité alimentaire et Agriculture ».

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre la violence basée sur le genre : Soutien des Premières Dames d’Afrique à Mialy Rajoelina

« La violence n’est jamais excusable ». C’est en ces termes que la Première Dame, Mialy Rajoelina exprime sa détermination à lutter contre les violences envers les femmes. Elle a assisté hier à la conférence ayant eu pour thème : « Zéro violence basée sur le genre pour l’avenir de l’Afrique : ensemble, nous pouvons ». Une conférence organisée dans le cadre de la TICAD 7. La présidente de l’Association FITIA est aussi l’initiatrice de cet évènement de haut niveau co-organisé par l’UNFPA et l’Organisation des Premières Dames d’Afrique pour le développement (OPDAD), en collaboration avec l’Union Africaine. Les premières Dames africaines sont unanimes sur le fait qu’ensemble, elles peuvent changer les choses dans le but d’éradiquer toutes formes de violences envers les femmes. 35% des femmes ont été victimes de violence au moins une fois dans leur vie. Selon les statistiques, 87. 000 femmes ont été tuées intentionnellement en 2017. « Des efforts devront être déployés pour éradiquer les violences », selon Mialy Rajoelina. Le trafic d’êtres humains est également une autre forme de violence dont des filles et des femmes sont victimes. La mentalité et les traditions sont des freins à l’atteinte de l’objectif de Zéro violence basée sur le genre. Pour Madagascar, depuis la nomination de Mialy Rajoelina comme Ambassadrice de l’UNFPA contre les violences basées sur le genre, un progrès considérable a été noté, notamment avec la création de la « Brigade féminine de proximité » et surtout, la rédaction d’un projet de loi sur la violence basée sur le genre.

Déclaration commune. Après la conférence, les premières Dames d’Afrique se sont mises d’accord et ont fait une déclaration commune relatant leur ferme volonté à lutter contre ce fléau, ainsi que contre le mariage précoce. Il convient de noter que des Chefs d’Etats, époux de ces femmes engagées, ont assisté à la conférence d’hier, dont le Président Andry Rajoelina, spécialement venu épauler son épouse. La Première dame du Burkina Faso, non moins Présidente de l’Organisation des Premières dames d’Afrique pour le Développement, a félicité l’engagement de la Première Dame malgache. La présidente de l’OPDAD a, par ailleurs, souhaité la bienvenue à la Première dame malgache  pour son entrée dans cette sororité, et les autres « First ladies » d’Afrique lui ont démontré par leur présence qu’elles sont là pour l’épauler dans cette lourde responsabilité.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Antanimena : Deux voitures endommagées dans un accident spectaculaire

Hier, vers 15 heures 30, deux voitures, une Renault Espace et une Hyundai Getz ont été endommagées lors d’un accident spectaculaire survenu à Antanimena. Roulant à une vitesse  normale en provenance d’Ankadifotsy en direction d’Antanimena, la Getz a soudainement quitté sa file à grande vitesse pour entrer dans le couloir menant au « Skate Park » qui se trouve juste à quelques mètres de l’arrêt bus situé devant la Pharmacie du quartier. Sur sa lancée, elle a percuté le portail de cette aire de jeux puis la Renault Espace qui était stationnée sur le parking à l’intérieur. Heureusement, aucun blessé ni perte de vie humaine n’est à déplorer.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

HJRA Ampefiloha : Mpivady maratra mafy voatafika tany Behenjy tsy misy havana

Efa ho efatra andro izao no tsaboina etsy amin’ny hopitaly Joseph Ravohangy Andrianavalona Ampefiloha (HJRA) Razanakolona Harisson sy Razanajoary Florine vadiny, vokatry ny ratra nahazo azy ireo ny alin’ny alatsinainy 26 aogositra lasa teo tokony ho tamin’ny 8 ora alina. Teo am-pisakafoanana hariva ireto mpivady no nisy nanao herisetra toa an-tranony ao amin’ny fokontany Amboanjobe, kaomina Behenjy, distrikan’Ambatolampy. Voavely famaky ny lohan’ilay rangahy. Mangana noho ny vono nahazo azy kosa ny maso sy ny vatana manontolon’ilay ramatoa. Tsy fantatra mazava izay anton’izao fanafihana izay voalaza fa olona monina tsy lavitra ny tanàna ihany no nahavanon-doza. Ny mponina tao an-toerana no nitondra azy ireo niakatra aty an-drenivohitra mba hamonjy hôpitaly. Ireo mponina ireo no nifanome tanana mba hiatrehana ny fitsaboana ny maratra satria tsy hita ny havan’ireto mpivady ireto. Tsy niteraka izy ireo fa ramatoa kosa no voalaza fa manan-janaka amin’olon-kafa. Koa miangavy ny mpiara-monina amin’izy ireo mba hampita an’izao vaovao izao amin’izay mahafantatra ireto niharam-boina ireto ka hanatona ao amin’ny HJRA Ampefiloha.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Usurpation de titre : Un faux colonel arrêté par la gendarmerie

Un faux colonel a été arrêté par la gendarmerie à Port-Bergé dimanche dernier. Son arrestation a été effectuée suite aux renseignements fournis par un notable de la localité indiquant l’existence d’un homme prétendant être un commandant de compagnie de la gendarmerie à Maintirano. Et celui-ci aurait voulu demander sa fille en mariage. Selon les renseignements, le suspect et la fille du notable accompagnés par un autre homme étaient à Port-Bergé. Le commandant de compagnie de la gendarmerie de Port-Bergé et quelques gendarmes sont alors descendus sur les lieux et les deux individus suspects ont été appréhendés. Ils sont vêtus de tenue militaire. L’enquête a révélé que l’un d’entre eux qui se dit colonel n’est qu’un usurpateur de titre. Déférés au parquet, ces deux individus ont été placés sous mandat de dépôt en attendant leur procès.

Voarisoa Davidson (Stagiaire)

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Les travaux et infrastructures pour accueillir la messe dirigée par le Pape terminés à 99%.

Lors de la visite de la délégation précurseur de l’arrivée du Pape François à Madagascar, le terrain à Soamandrakizay est en cours de finalisation. A seulement 10 jours de l’arrivée du Pape, la grande île semble être bien prête pour ce grand événement.
Sur une superficie pouvant atteindre les 70 hectares, plus de 8 millions de fidèles chrétiens, catholiques ou non, seront attendus pour la messe de célébration. D’une autre part, des mesures spéciales pour une circulation plus fluide. Le Pape est prévu rester deux jours à Madagascar et tous les préparatifs, tant en termes de décoration qu’en sécurité sont en cours de finalisation.
Tia Tanindranaza0 partages

Imerimandroso AmbohidratrimoOmby 100 very nandritra ny iray volana

Mirongatra ny tsy fandriampahalemana any amin’ny kaominina ambanivohitra Imerimandroso, distrikan’Ambohidratrimo Avaratra. Omby miisa 100 no lasan’ireo dahalo tao anatin’ny iray volana,

 

 

 

 ary mandeha mianavaratra ny dian’izy ireo, raha araka ny fanazavan’i Dadafara Bera, mponina any an-toerana. Mandry andriran’antsy avokoa ny mponina, indrindra ireo zaza amam-behivavy izay voatery mandry any an-tsaha mihitsy. Efa nisy ny fametrahana mpitandro ny filaminana tao amin’ity kaominina ity saingy be no ho ny vitsy izy ireo. Mampiasa paikady hafa mihitsy ireo dahalo amin’ny fisafidianany izay fotoana hidirany ao an-tanàna ka tsy misy sahy manohitra ny mponina. Raha ny fanazavan’i Dadafara Bera hatrany dia tsy ho foana ny fanondranana omby izay nampanantenain’ny filoham-pirenena matoa mbola mahazo vahana tahaka izao ny halatr’omby any ambanivohitra sady mampiahiahy ny lalana hivoahan’izy ireny. Voakasik’ity asan-dahalo ity ihany koa ireo mponina ao Antanetibe Mahazaza Mahitsy.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Angovo sy rano fisotro madioHisitraka izany ny any Ambovombe

Nampanantena ny depiote Jean Michel Henri fa tsy maintsy ho vita ny tetikasa rano fisotro madio ao amin'ny distrikan’Ambovombe amin'ny taona 2020.

 

Efa manomboka ny asa fanatanterahana fotodrafitrasa amin'ny alalan'ny angovo azo havaozina sy masoandro. Nijery ifotony ny momba ny fanamboarana ny fitarihan-drano miainga avy ao amin'ny reniranon'i Mandrare sy Amboasary Atsimo. Anisan'ny mampijaly ny mponina nandritra ny taona maro tao amin'io distrika Ambovombe io ny tsy fisian'ny rano fisotro madio, indrindra rehefa main-tany. Voatery mandeha an-tongotra lavitra ihany koa ny mponina ao Ambovombe vao afaka mitsabo tena noho ny tsy fisian'ny hopitaly ka nilaza ity solombavambahoaka ity fa tsy maintsy hojerena izay fahasahiran'ny mponina amin'ny lafiny fahasalamana. Tsy zakan'ny fahefa-mividin'ny mponina ihany koa ny vola 15 000 ariary ampandoavina azy ireo. Tombony ho an'ny vahoakan'Ambovombe no nahalany azy ho kestora voalohany ao amin'ny Antenimieram-pirenena, hoy i Jean Michel Henri, satria afaka mampatsiahy matetika ireo fahefana mpanatanteraka izay amin'ny fanatanterahana ny fampanantenana nataon'ny filoham-pirenena.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Ambohimanga RovaRongony 30 kg saron’ny zandary

Rongony roa kitapo milanja 30 kg no saron'ny tobim-paritry ny zandarimaria nasionaly Ambohimanga Rova ny marainan'ny zoma teo tokony ho tamin'ny 7 ora sy sasany.

Nandritra ny fisafoana natao dia nifanena tamina lehilahy iray mitondra sakaosy ny mpitandro ny filaminana karehefa nosavaina dia rongony rarany no hita nameno io kitapo io. Nanondro ny olona mpamongady fakana ireo entana ity farany rehefa nohadihadiana.  Nandritra ny fisavana natao ny tranon'ireto farany dia nahatratra rongony iray kitapo sy tapany hafa ny zandary. Olona telo moa no voasambotra mahakasika izao raharaha izao ary roa hafa mbola karohana. Natolotra ny fampanoavana ny talata 27 aogositra teo ny raharaha rehefa vita ny famotorana natao azy ireo. Anisan’ny nampanjaka ny tsy fandriampahalemana tamin’iny avaradrano iny ny fitosahan’ny zavamahadomelina.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Roa vavy mpanao trafikam-bolamenaNiara-nidoboka amin’ireo saika handroba

Nisy olona telo lahy nikasa handratra ireo roa vavy nangalatra bolongam-bolamena.

 Nahatraran’ny mpitandro filaminana fitaovana tahaka ny tady sy fehivava ary zavatra hafa izy ireo. Niakatra fampanoavana tamin’ny herinandro ny raharaha ary samy miandry ny fitsarana azy any am-ponja izy 5 ireo raha ny tafa manokana tamina loharanom-baovaon’ny zandarimariam-pirenena any an-toerana. Etsy an-daniny, mitantara ny tranga sy ny vokatry ny fanadihadiana ny seraseran’ny polisim-pirenena fa ireo roa vavy no voasambotry ny polisy misahana ny sisin-tany miasa tany amin’ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena Nosy-Be Hell ville, ny 22 aogositra 2019 teo noho ny resaka fanondranana an-tsokosoko “Lingo d’or”.

Mpiasa amina fitaterana ana habakabaka iray izy roa vavy ireto ary nitondra “lingo d’or” haondrana any ivelany. Efa misy olona miray tsikombakomba aminy mpanatitra ilay entana eny amin’ny seranam-piaramanidina ka izy roa vavy mpiandraikitra ny fanadiovana no mitondra izany ao anatin’ny fiaramanidina ary apetrak’izy ireo ao amin’ny toerana fidiovana. Efa fanintelony amin’izao izy ireo no nanao io asa ratsiny io ary karamaina 2 000 000 ariary isaky ny fanondranana. Mitohy ny fanadihadiana ho an’ireo mpiray tsikombakomba amin’izy roa vavy sy iretsy telo lahy nikasa handratra azy ireto.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivarotam-panafody eto IarivoTafahoatra ny elanelam-bidiny

Fanafody iray ihany, mitovy kazarana sy fiaviana, mitovy mpamatsy,

 sahala tanteraka ny marika na amin’ny baoritra fonosana na amin’ny taratasim-panondroana ny fampiasana ny fanafody na ny soratra eo amin’ilay fanafody na ny fetra farany ampiasana azy nefa samy hafa ny vidiny. Avo efatra heny ny elanelan’ny vidim-panafody amin’ny farmasia nefa samy eto an-drenivohitra. Mila mampitaha ihany raha tsy tena maika.

“Adrenaline” iray vidiana 9 000 ariary amin’ny faritra Andravoahangy, midina 3 900 ariary eny Mahavoky Besarety, 5 000 ariary mahery izany amin’ny hopitaly lehibe, kanefa 2 300 ariary eny Behoririka sy Antanimena. Samy eo Antanimena ihany dia misy mivarotra 4 000 ariary nefa 100m ny elanelany amin’itsy farany. Tsy entina hanalana baraka farmasia sanatria fa mba hitsinjovana ny olom-pirenena. Raha mandray andraikitra moa ny holafitra vao mainka tsara.

Mampitaha

Ekena fa ambony ny fahasalamana sy ny aina noho ny vola, saingy mila mandanjalanja mampitaha ihany. Rehefa manana ny marary izay mantsy amin’ny maha vonjy aina azy dia tsy misy fotoana hivezivezena fa izay mpivaro-panafody misy no idirana. Amin’ny fotoana mahasalama indray tsy mieritreritra ny hampitaha vidim-panafody. Izao fanadihadiana lalina izao dia heverina fa mety hahasoa ny vahoaka Malagasy.

Haja Nirina

Tia Tanindranaza0 partages

Olan-drano eto AntananarivoNanomboka ny taona 2007

Nanomboka ny taona 2007 no niofo tsikelikely notantanina fikambanana anaty fokontany ireo paompin-dranom-panjakana teto Antananarivo, izany hoe,

 fotoana fohy taorian’ny nandraisan’ny filoham-pirenena ankehitriny ny toerana maha ben’ny tanàna ny renivohitr’i Gasikara azy. Teo ihany koa no nanombohan’ny fandoavam-bola rehefa mantsaka eny amin’ny paompim-panjakana. Araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra amina boriborintany iray dia anisan’ny miteraka fahasahiranana amin’ny fanaraha-maso ny vola miditra amin’izy ireny anefa ny tsy fisian’ny rosia akory omena ireo mpantsaka. Tsy ferana ny mety ho fakampanahin’ireo mpiandry mpaompy na ireo mpitarika ny fikambanana hanodina ny volan’ireo fikambanana ho amin’ny tombontsoany manokana. Zava-misy tamina fokontany iray mampitaraina ireo mponina, ohatra, ny fanenan’ireo mpitantana ny paompy mihitsy ny fandehanan’ny rano ka miteraka filaharana zerikanina mavo lavareny. Hampitombo ny vola miditra amin’ireo fikambanana ve no antony ? Etsy an-kilany, ny famatsian-drano isan-tokantrano avy eo anivon’ny orinasa Jirama koa anefa mampikaikaika ny maro. Andrasana ny fidinana ifoton’ity orinasa ity hanarahany maso ny zava-misy marina sy handraisany ny fepetra tandrify.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tobim-pamokarana rano Hitarina ny any Antsiranana

Vola mitentina 2 miliara Ariary no hatokana amin’ny fotodrafitrasa hanavaozana sy hanitarana ny tobim-pamokarana rano ao amin’ny PK7 Antsiranana.

 

Vinavinaina hatomboka amin’ny volana oktobra izao ny asa fanamboarana. Tsiahivina fa 17000 m³ isan’andro monja ny rano vokarin’ireo tobim-pamokarana rano miisa roa ao amin'ny PK 7 sy Sahasifotra any Antsiranana amin’izao fotoana, raha toa ka 24000 m³ isan’andro no tena mahasahana ny filan’ny mponina any an-toerana. Ho an’ny tobim-pamokarana rano ao Sahasifotra manokana dia ny 35%-n’ny rano ihany hatreto no mbola voatrandraka. Anisan’ny antony mahatonga izany ny fanodinan’ireo mpamboly sasany any an-toerana ny rano ho amin’ny fambolena ataony kanefa miantraika mivantana ary mampidina ny tahan’ny rano vokarina izany, araka ny nambaran’ireo teknisiana. Ilaina paikady matotra ny famahana ny olan’ny famatsiana rano ao anatin’ny faritanin’Antsiranana, hoy ny minisitry ny angovo, ny rano ary ny akoranafo, Vonjy Andriamanga nandritra ny fidinana sy fijerena ifotony tany an-toerana. Tsy maintsy  havaozina sy hitarina haingana ireo tobim-pamokarana rano ao amin’ny PK7 Antsiranana ireo, hoy izy mba haharaka ny filàn’ny mponina satria fantatra fa tsy ampy mihitsy ny rano vokarin’ny Jirama any an-toerana amin’izao, araka ny tatitry ny teknisian'ny Jirama. Tsy omena tsiny ihany koa anefa ireo mpamboly manodina ny rano mba hahatsara ny fambolena ataony ary ilaina ny ezaky ny fanjakana amin’ny famatsian-drano mba hahasehaka tanteraka ny mponina.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

NOSYBE SYMPHONIEHanomezan-danja ny gadona klasika

Hotanterahina manomboka ny zoma 30 septamba ho avy izao ny fankalazana ilay hetsika « Nosy Be Symphonie » izay karakarain’ny « Comité d’Organisation d’Activités Culturelles ».

 

 Andiany fahenina izy ity, izay   haharitra sivy  andro ka ankoatra an’i Nosy be izay hijananony mandritra ny roa andro dia handalo eto Antananarivo izy ireo. Toerana telo no ahitana izany toy ny eny Andralanitra misy an’ny mompera Pedro, ny ao amin’ny IFM Analakely ary ny hotely Tsanga Tsanga etsy Tsaralalana. Hivoitra mandritra ny fampisehoana hataon’izy ireo ny hampiainana indray ny malagasy ny gadona klasika izay tsy dia  mahazatra ny rehetra loatra.  Mahakasika ny fandalovan’izy ireo eny Andralanitra manokana dia nambaran-dRahaingomanana Bodo, anisan’ireo mpikarakara fa ny hanampiana ireo ankizy sahirana eny an-toerana hankafy ny gadona klasika no tena tanjona. Manana fikasana ny hanokatra ivontoerana fianarana mozika klasika maimaimpoana ho azy ireny mantsy izy ireo. Efa manomboka ny fanangonana ny fitaovana ilaina amin’izany ho an’ireo malala-tanana eny fa na dia efa misy simba aza izany ka ilana fanamboarana. Tsiahivina moa fa mpanakanto malaza eto an-toerana sy fantatra maneran-tany miisa 30 no ho avy hanafana ny fotoana mandritra izany ka anisan’ireny ilay mpitendry piano  Elizabiata Dekek, ilay hanafana ny cantiamo….

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Vidin’ny menaka midanganaNampitandrina ny ANMCC

Misy ireo mpivarotra sasany no manararaotra mampiakatra ny vidin’ny menaka fihinana eny an-tsena, hoy ny avy ao amin’ny rafitra mpanao fanadihadiana momba ny lalàn’ny fifaninanana ara-barotra na ny ANMCC.

 

 

Taorian’ny fanambarana ny hanaovana fanadihadiana mikasika ny fandraisana fepetra toy ny fampitomboana ny hetra alaina amin’ireo menaka miditra avy any ivelany no nisy avy hatrany izay fanararaotana izay. Natao ny fepetra ho fiarovana ny fanondranana sy ny tsena anatiny eto Madagasikara. Mbola miandry ny fiaraha-midinika eo amin’ny minisiteran’ny varotra sy ny Indostria ary ny asa tanana, ny avy amin’ny fadin-tseranana ary ny ANMCC iarahana amin’ireo mpandraharaha mpanafatra entana izany. Nilaza ny teo  anivon’ny  ANMCC fa tsy handefitra amin’ireo mpanararaotra ireo ary hitsinjo hatrany  ny orinasa Malagasy amin’ny fanapahan-kevitra rehetra horaisina.

Tsirinasolo

.

Tia Tanindranaza0 partages

RAHARAHA FJKM ANALAKELY

Mangataka mba hanakatona vonjimaika ny FJKM Katedraly Analakely aloha ny Pasitera Rasolomanana Jafetra hitrandrahana ny tena marina amin’ny raharaha.

 

Mizarazara mantsy ny mpivavaka ka ny tsy mankao misy ny mihainohaino fotsiny,…raha ny nambarany. Mila jerena hatramin’ny fotony ny olana, hoy io mpitandrina io.

KIANJA MITAFO ANKATSO

Nasiana fanamboarana nanomboka tamin'ny herinandro teo ny "gymnase couvert" eny Ankatso. Toerana fandraisana fifaninanana ara-panatanjahantena isan-karazany izy ity na ho an'ny mpianatra na ho an'ny mpiasa na ho an'ireo olona avy any ivelany.

LOZA TENY ANTANIMENA

Fiara marika Huiyndai Gets no nisosososo, namaky vavahady teny amin’ny Skate Park Antanimena omaly tolakandro.  Nifaoka fiara iray teo amin'ny parking izy io vao tafajanona.

Tia Tanindranaza0 partages

Jiolahy voatifitra teny AmpefilohaMpanafika “cash point” sy tobin-tsolika…

Andry no anaran’ilay jiolahy voatifitra teo Ampefiloha. Efa jiolahy raindahiny izy io, hoy ny loharanom-baovao iray avy ao amin’ny polisim-pirenena.

 

Anisan'ny atidoha sady nandray anjara tamin'ireo fanafihana “cash point” teto Antananarivo izy. Nandray anjara tamin’ny fanafihana tobin-tsolika sy ilay fanafihana ny volan'ny orinasa Dzama teny Anosibe saika haterina tany amin’ny banky ny 22 janoary, raha ny voalaza hatrany. Mitentina 90 tapitrisa ariary no lasa raha araka ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro ny filaminana tamin’izany. Nandritra ilay fanafihana saika hatao teny Antsahamanitra ny 23 aogositra teo kosa dia nanao taingin-droa ry zalahy nandeha “scooter”. Ilay iray tafaporitsaka, nitsoaka tany anaty elakela-tranon’ny “cité Ampefiloha fa io Andry io no tavela teo. Jiolahy 3 nanao iny fanafihana teny Antsahamanitra iny no mbola karohana fatratra. Adihevitra mitohy taorian’ilay hoe tsy tokony ho novonoina, zon’olombelona,… ny momba ny fampidirana am-ponja ilay polisy nitifitra. Samy manana ny ambarany sy ny fahitany azy ny rehetra, ka ao ny manome rariny ary ao ny tsy mankasitraka. Raha hampifandraisina kely amin’ny toe-draharaha misy eto amin’ny firenena ihany dia sao zara ihany koa aza misy an’iny toe-javatra tetsy Ampefiloha iny hahafahana manenjika sy manaratsy endrika ny polisy izay toa ratsiratsy fifandraisana amin’ny fanjakana foibe ?

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

FITSARANA NY CEPEMizotra araka ny tokony ho izy

Nanomboka omaly alarobia 28 ny fitsarana ny fanadinana CEPE izay notanterahina ny talata teo manerana ny Nosy.

 Ho an’ny  foibem-panadinana CEG Ampefiloha manokana miaraka amin’ny lisea maoderna Ampefiloha dia nizotra an-tsakany sy an-davany izany. Tonga avokoa ireo mpitsara fanadinana miisa 153 raha ny fanadihadiana natao, asa haharitra roa andro. Misy mihitsy ny polisy miambina azy ireo mandritra izany. Nambaran-dRasoanjanahary Hery Vololona, anisan’ireo tompon’andraikitra ao an-toerana fa aorian’ny fitsarana dia manambatra ny  taratasim-panadinana rehetra  amin’ireo taranja miisa fito natrehin’ny mpiadina tsirairay avy ireo mpitsara. Mampiditra ny naoty ao anaty solosaina izy rahampitso zoma ka eny amin’ny CEG Antanimbarinandriana no hanatanterahana ny asa.  Roso amin’ny fijerena ny naotin’ireo mpiadina tsara indrindra indray ireo mpikarakara aorian’io. Kasaina hivoaka mialoha ny alatsinainy kosa ny vokatra.  Tsy ho an’ny fari-piadidiam-pampianarana rehetra anefa izany fa ho an’Antananarivo Renivohitra ihany aloha.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampiakarana ny voka-baryIlaina ny voka-pikarohana mahomby

Ambentin-teny mandrakariva amin’izao fotoana izao ny hoe “tokony hahavita tena ara-bary i Madagasikara ny taona 2020”.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Haingo ambony tsikoko indray?

Nafana ny adihevitra tamin’ilay raharaha fitifirana olona voalaza fa jiolahy, ka samy nanana ny nambarany ny tsirairay.

Samy manana ny heveriny ho rariny sy ny hitsiny ihany koa. Porofo iray ireny ahahafaha-milaza, fa tsy mipetraka na tsy voafehy ny atao hoe tany tan-dalàna, ary manjavozavo ny lalàna matoa samy mandrirotra amin’izay hitiavany azy sy metimety aminy eny. Tsy tena mipetraka ihany koa ny fahefam-panjakana, ka tsy afaka mifehy ny fiarahamonina sy ny firenena, hany ka ny politikan’ny famonoana afo sisa ady eo. Toa tsy misy zavatra mandeha eto, fa toa miaina amin’ny kisendrasendra, mifototra amin’ny kifetifety, ary mampanantena tsy misy amin’ny kilaingalainga,… Betsaka ny zavatra ambara fa hatao, ary saika izay aleha mahazo fampanantenana avokoa, kanefa hoy ilay mpanohana nahafatra-po ny filoha hoe: ajanony hatreo aloha ny fampanantenana dia aseho amin’izay ny fa tena vita. Ho adino hatrany izay olana mianjady, fa ny zava-dehibe izao, dia ny fitsenana vahiny indray aloha. Any mety hahazoana doka? Tsara ary mendrika ny ezaka, fa kosa mba tokony hovaina amin’izay ity politikan’ny mpihaingo ambony tsikoko ity. Hatsaraina sy diovina ny tanàna fa handalo ny vahiny, fa avy eo atao fahirano, tsy taomina ny fako,… Sao dia mba efa tokony hovaina ilay fijery fa hahazo haim-panahy vaovao e!

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Taranja Basikety malagasy« Mbola sahirana amin’ny halavana isika. »

Niha tsara ny vokatra eo amin’ny taranja basikety Malagasy tato ho ato, hoy ny teknisianina sady mpanazatra ny MB2ALL, Ndranto Rakotonanahary.

 

Ohatra niaraha-nahita ny tany amin’ny lalaon’ny nosy farany teo fa ny basikety ihany no taranja iombonana nahazoana medaly miisa 2. Tany amin’ny 13 taona lasa isika no nahita izany farany, hoy izy. io taranja io ihany koa no feno tao anatin’ny taona iray satria ny sokajy na “catégorie” rehetra dia nahatontosana fifaninanana avokoa. Mila manana vina anefa isika, hoy hatrany izy, ary mbola hita ho sahirana amin’ny halavana ny Malagasy. Tokony hihamafy ny fitiliana eo amin’io resaka io dia mba tsy ho latsaky ny 1,90 metatra ny vehivavy ary 2 metatra ny lehilahy. Nahitantsika tombony anefa ny tsy fahampiana halavana ka nahazoantsika medaly volamena tany amin’ny lalao afrikanina. Ny antony, hoy hatrany izy, dia mahazo vahana isika amin’ny lalao 3x3  na kianja tapaka satria haingana kokoa saingy hita ho nanahirana foana io rehefa lalao 5x5 na kianja feno.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taranja Basikety Nahazo mpitsara iraisam-pirenena

Nahazo Mpitsara Iraisam-pirenena miisa 5 sy « Commissaires » Iraisam-pirenena 2 vaovao hiasa mandritra ny fe-potoana 2019-2021

Tia Tanindranaza0 partages

Tompondakan’ny “Basket 3x3”Fandraisana olo-manankaja no natao

Araka ny efa nitaterana azy teo amin’ity gazety ity omaly dia tafaverina an-tanindrazana omaly alarobia 28 aogositra 2019 tolakandro ny delegasiona Malagasin’ny taranja basikety 3 x 3

Tia Tanindranaza0 partages

Zatovo noroahina tsy ho miaramika“Nisy nampiasa antontan-taratasy hosoka”

Tsy namono olona, tsy nanary basy, tsy niray tsikombakomba tamin’ny dahalo, sns, nefa dia nahazo taratasy fandroahana izahay.

Tia Tanindranaza0 partages

Fihiran’ny ankizy eny amoron-dalana« Mila tandreman’ny fitondrana ! »

Nalaza teo anivon’ny tontolon’ny kanto Malagasy tao ho ao ny fisandratana ankizy mpihira amoron-dalana ho lasa nalaza teo amin’ny tontolon’ny hira sy mozika.

Tonga tany Ejipta nanatrika ny CAN 2019, nandalo tao Maorisy koa nandritry ny lalaon’ny nosy ary ankehitriny dia atsy maraoka manentana ny mpanohana ireo atleta Malagasy mandray anjara amin’ny lalao afrikanina ny Zazakanto. Marihina, hoy ny tomponandraikitr’izy ireo, Lova Rakotoniaina fa ankizy niaina teny amin’ny sisin-dalana ireo 8 mirahalahy ao anatin’ny tarika ary niaina fijaliana sy fahoriana nialohan’izy ireo nampitolagaga vahoaka, eny, izao tontolo izao mihitsy. Namaly ny hetahetan’ny vahoaka momba azy ireo koa ny fitondrana tamin’ny alalan’ny minisiteran’ny kolontsaina avy eo. Nokarohana ireo ankizy sy ny ray aman-dreniny ary nanaiky teo anatrehan’ny minisitera fa izaho, hoy izy, no tompon’andraikitra voalohan’ireo ankizy ireo. Na izany aza, efa tafaresaka tamina olon-kafa koa ireo ray aman-dreny dia tapaka fa hatsangana ny komity ary nampisahanina ny resaka sosialin’ireo ankizy ny tenako. Ny filoha lefitry ny CFM, Gerard Ramamimampionona, miandraikitra ny fanabeazana maha olompirenena ary Rajery sy Rija kely, samy mpanakanto, no miandraikitra ny kanton’ireo zaza, hoy izy. Natao laharam-pahamehana moa, raha ny fanazavany, ny fampidirana hianatra ireo zaza. Ankoatra ny kanto dia tanjona ny hahitan’ireto ankizy ireto ho avy mamiratra ary efa narindra ny fampiarahana ny mozika sy fianarana. Ny tsikaritra ankehitriny dia mitombo isa ireo zaza mihirahira amoron-dalana ary na ireo tsy mponina eny aza dia misy manatevin-daharana koa. Antony nametrahako tanjona hanalana tanteraka ireo zaza amoron-dalana izany, hoy izy, satria mila mitandrina amin’io tranga io ny fitondrana mba tsy ho lasa ohatra ratsy ny nanampiana ny Zazakanto. Mangataka ny mpitondra sy ny malala-tanana rehetra, noho izany, ny tenany mba hanampy azy satria tsy mora ny fanabeazana ireo ankizy ireo.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asa eny amin'ny kaomininaFampandehanan-draharaha sisa...

Namoaka fanapahana mahakasika ny ben'ny tanàna sy mpanolotsaina ny teo anivon'ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC). Hanohy ny fampandehanan-draharaha ireo ben'ny tanàna sy mpanolotsaina manomboka ny 22 septambra izao.

 Ho an' ireo ben'ny tanàna mbola hirotsaka hofidiana dia ny lefitra voalohany no hampandeha ny asa hatramin'ny famoahana ny vokatra ofisialy ny 14 janoary 2020. Ny mpanolotsaina kosa dia tsy maintsy mametra-pialàna vantany vao mametraka ireo antontan-taratasy eo anivon'ny OVEC. I Thierry Rakotonarivo, filoha lefitry ny CENI dia nanamafy hatrany fa miantoka ny fampandehanan-draharaha fotsiny ireo ben'ny tanàna lefitra fa tsy afaka mandray fanapahan-kevitra goavana. Araka ny fanamafisana nataon'ny HCC ihany koa dia ireo ben'ny tanàna tsy hirotsaka dia manohy ihany koa io fampandehanan-draharaha io. Marihana fa ben'ny tanàna miisa telo no lasa solombavambahoaka ankehitriny. Ireo lefiny avy no miantoka ny asa amin'izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanTsy misy hofetsenareo

Io indray ianao ry Jean fa mody manao mampalahelo be an ! Sao dia heverinao fa misy hofetsenareo amin’izany ary eo ! Tsy misy io Jean a !

Tadidinay iny tamin’ny 10 taona lasa iny ka ! Sitraponao anie no milingilingy haka an’io toerana io e ! Aza mampihomehy e ! Tsy mahamenatra anie ny miteny hoe tsy poinsa ilay izy fa mba mangataka ny fanomezan-tananareo nifaninana koa e ! Isika samy isika ihany ireto ry Jean a ! Aza matahotra, hoy aho. Tsy tohizako ny teniko fa sao ianao dia hangididy loha be eo indray. Izay fa korazy e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Fametrahana ny depioten’AmbohidratrimoTezitra ny mpampianatra fa navezivezy

Tezitra, sorena, sosotra ireo mpampianatra saika hanatrika ny fametrahana ny samboadin’ny depiote IRD voafidy tao Ambohidratrimo, ny sabotsy lasa teo, tao amin’ny kianjan’Ambohidratrimo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kajikajy politikaSefom-pokontany 14 nesorina

Mahatratra 14 ny isan’ireo sefom-pokontany nesorina tamin’ny toerany, omaly.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Heriniaina Razanadrakoto“Nandany vola fotsiny ny lalànan’ny fanoherana”

Ny zava-nisy dia notapahan’ny antenimieram-pirenena ny sata mifehy ny mpanohitra ary iny tsy nahitam-bahaolana teny amin’ny antenimierandoholona iny ka votery naverina eny Tsimbazaza indray,

 

 hoy ny fanazavan’ny mpandrindra ny tanora TIM eto Analamanga, Heriniaina Razanadrakoto, raha nanontaniana ny mety ho tohin’ny raharaham-pirenena. Raha tsiahivina dia nampalahelo ny zava-nitranga, hoy izy, satria lalàna tsy nampiharina akory ary nanaovana fitsapan-kevi-bahoaka kanefa dia nokitihina sahady. Somary mirona amin’ny fandinihana io resaka fanoherana io moa izao ny antenimiera kanefa etsy ny resaka sosialim-bahoaka dia midangana ny vidim-piainana. Lasa tsy mifantoka amin’ny asa tena maha solombavambahoaka azy ireo depiote vokatry ny fandroritana ity resaka fanoherana ity, hoy ny fanazavany. Ny tokony hatao anefa dia tsy kitihina intsony raha tsy efa nampiharina ny lalàna efa misy. Lasa sintomina sy andaniana volam-panjakana fotsiny ilay izy. Mikasika ny antoko Tiako I Madagasikara sy ny fifidianana ben’ny tanàna kosa dia nanamafy ity mpanao politika mpikambana ao ity fa tsy resy akory ny TIM fa mpandresy foana satria niarahan’ny rehetra mahalala ny zava-nitranga ary hanana kandida maro izy ireo amin’ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo RenivohitraHangotraka ny fifidianana

Hifantoka bebe kokoa amin’ny fifidianana ben’ny tanàna indray ny fiainana ara-politika eto Madagasikara manomboka anio, fotoana hisokafan’ny fandraisana ny antontan-taratasin’ireo kandida.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lisi-pifidiananaEfa vita ny fanatsarana, hoy ny CENI

Efa azon’ny olom-pirenena jerena eny anivon’ny fokontany ny lisi-pifidianana amin’izao, hoy ny fanazavana nentin’ny teo anivon’ny vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana na ny Ceni. Nisy ny fanatsarana ary efa tonga eny anivon’ny fokontany 192.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana eto an-drenivohitra Manilika goaika antitra ny IRD

Anarana efatra no efa voatana amin'ireo mivezivezy fa kandidan' ny IRD ho an' Antananarivo Renivohitra, hoy i Hery Rasoamaromaka sekretera jeneralin'ny antoko TGV. Nambarany fa olom-baovao eo amin'ny tontolo politika ny ankamaroan'izy ireo.

 

Antony, mila olom-baovao ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) mba ahafahana mitondra fijery vaovao. Tsy voatery mpanao politika no miaraka amin'ny filoha Andry Rajoelina fa olona mahavita azy no ilaina. Manilika ireo goaika antitra izany ny IRD raha halalinina io. Andrasana izay olona afaka hifaninana amin'ny antoko Tiako I Madagasikara amin'ny fifidianana ben'ny tanàna eto Antananarivo Renivohitra. Milaza ho vonona ny IRD amin'ny fifidianana kaominaly sy monisipaly ka tsy maintsy hametraka kandidà manerana ireo kaominina 1695 mba hahazoana ny maro an'isa. Raha ny fantatra anefa, misedra olana ny antoko amin'ny fandaminana izay napetraka ho an'izay ho kandidà noho ny fahamaroan' ireo antoko nanohana ny filoha Rajoelina tamin'ny fifidianana filoham-pirenena.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Kandidan’ny TIM eto IarivoHivoaka amin’ny faran’ny herinandro

Miankina amin'ny fanapahan-kevitry ny filoha Ravalomanana ny filatsahany hofidiana, hoy i Olga Ramalason, sekretera jeneralin'ny antoko TIM.

Nambarany fa antoko mbola manana ny tanjany ny Tiako I Madagasikara. Andrasan'ny besinimaro ny firotsahan'ny filoha nasionalin'ny TIM ho kandidà ben'ny tanàna eto Antananarivo Renivohitra. Nohamafisiny fa i Marc Ravalomanana no tompon'ny teny farany. Mbola mandresy lahatra azy ny antoko, ka miandry isika, hoy izy. Amin’ny faran'ny herinandro ity no ho fantatra amin'ny fomba ofisialy izany. Mbola manamafy ny tanjany hatrany ny TIM manerana ny nosy satria mameno ny faritra izy ireo, hoy hatrany ny fanazavana. Ny olom-boafidin'ny antoko TIM tamin'ny fifidianana depiote dia nanaraka fiofanana sy atrikasa maromaro vao tonga tamin'ny toerany. Antenaina ho toy izay ihany koa ireo kandidà ben'ny tanàna.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Valifaty politikaRaikitra ny adin’ny IRD sy ny HVM

Nosamborina sy naiditra am-ponja eny Tsiafahy i Mbola Rajaonah mpanolotsain’ny filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina. Nohetsehina ny dosie ka nohelohina higadra sy hiasa an-terivozona i Claudine Razaimamonjy.

 

 

Namoahana didy tsy fahafahana mivoaka an’i Madagasikara na IST ny minisitry ny paositra teo aloha Maharante Jean de Dieu, ny Tale jeneralin’ny Artec Briand Randrianirina ary niely tato anatin’ny fotoana fohy fa tratran’izany ihany koa Rtoa Onitiana Realy vadiny izay minisitry ny mponina teo aloha ary Talen’ny fampielezan-kevitr’i Hery Rajaonarimampianina tamin’ny fifidianana. Maro ny afera ambara fa mahasaringotra ireo olona henjehina toy ny fanangonan-karena tamin’ny fomba tsy ara-dalàna, fanodinkodinana volam-panjakana,... Zava-dehibe tokoa ny resaka ady amin’ny kolikoly sy ny fametrahana ny tany tan-dalàna, ka izay nanao ny tsy mety na iza na iza dia mendrika ny hofaizina araka ny lalàna tokoa raha mitombina ny fiampangana. Miezaka mampiseho amin’ny sehatra iraisam-pirenena rahateo ny fitondrana fa mampihatra ny tany tan-dalàna sy miady amin’ny kolikoly mba hirotsahan’ny famatsiam-bola ezahina tangirihina etsy sy eroa. Karazan’ny miharo valifaty politika anefa ireny rehefa jerena avy aty ivelany. Toa nifanandrify tamin’ny resaka famoaham-baovao somary manindrona ny fitondrana, fanehoan-kevitra tsy sitrany, toy ny vaky bantsilana nataon’ny filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao fa asa efa nataon’ny HVM sy notokanany ny fitarihan-drano lehibe na ny “Pipeline” any Atsimo. Raha kolikoly tsy vao izao, ary maro ny olon’ny fitondrana ankehitriny manana dosie maloto. Nisy, ohatra, ny ampamoaka nataon’i Fleury Rakotomalala izay nilazany fa ananany dosie sy porofo mivaingana tamina fakana 80 miliara Ariary tao amin’ny JIRAMA tamin’ny tetezamita, izay fifanarahana maloto tamina tsenam-baro-panjakana, toy ny resaka milina tsy mihodina akory, fikojakojana tsy misy akory … Atao mahagaga ve raha milaza ny praiminisitra Ntsay Christian ankehitriny fa 1.000 miliara ariary ny fatiantoky ny Jirama. Minisitra iray teo aloha ary mbola manana andraikitra any an-dapa any manana dosie any amin’ny Bianco sy ny PAC mombana fanodinkodinana fiara tsy mataho-dalana 9 fa mangina ilay dosie.

Toky R

 

 

La Vérité0 partages

Audiences de Mialy Rajoelina au Japon - L'éducation et l'environnement à la loupe

Deux rencontres coïncidant aux 2 domaines d'activités de l'association Fitia. Mialy Rajoelina, Première Dame de Madagascar et non moins présidente- fondatrice de ladite association caritative, a eu des rendez-vous avec des personnalités japonaises pour s'échanger sur l'éducation et la protection de l'environnement. Le premier tête- à -tête s'est tenu mercredi dernier avec le président de l'association caritative baptisée « Ashinaga ». Celle-ci prend en charge des orphelins pour qu'ils puissent poursuivre leurs études. Le fondateur de l'association étant lui-même orphelin, ayant perdu sa mère très tôt.

A la fin de ses études, il a fait les promesses d'aider les orphelins. Nilaina, une jeune malagasy, figure parmi les premiers boursiers de cette association. Elle est d'ailleurs la première malagasy à en bénéficier.

Pour la reforestation de Madagascar

La seconde rencontre de Mialy Rajoelina s'est tenue hier, avec le Professeur Kazue Fujiwara. Il s'agit d'une enseignante- chercheur de l'université d'Yokohama, spécialiste de la reforestation. Son attachement pour Madagascar est né très récemment, depuis qu'elle y est venue une fois. « Je regrette le fait que Madagascar, avec sa richesse en biodiversité, soit un pays aussi ravagé par la déforestation ». Pour pallier ce problème, la Professeure suggère la reforestation. La Première Dame malagasy se joint à cette idée, en soulignant que « pour atteindre l'objectif de reforestation de Madagascar, il faut tout d'abord mener une éducation civique environnementale ».

A noter qu'en dehors de ces entretiens, la présidente de l'association Fitia a également répondu présente à l'invitation de la Première Dame du Japon, Akie Abe, pour un diner offert aux « First Ladies » d'Afrique pour la traditionnelle « cérémonie du thé ».

Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Refuge des couards

Qu'il nous soit permis de revenir à la charge, tant soit peu, sur l'escapade verbale scandaleuse, humiliante voire dangereuse, par réseaux sociaux interposés, de cet énergumène  jouissant d'une bi-nationalité, franco-malagasy, résident en Métropole, Rakotomalala Fleury. La France, traditionnellement réputée d'être la « Terre d'asile », serait-elle en phase de mutation vers la « Terre de refuge des poltrons » ? Depuis toujours, le sol français accueillait gracieusement, des personnes du monde entier victimes des exactions, notamment politico-religieuses, pour les protéger.

La législation française en vigueur offre une opportunité aux militants politiques étrangers réfugiés ayant bénéficié le droit d'asile en Hexagone d'être sécurisés. Des Vladimir Ilitch Lénine à Ho Chi Minh à d'autres. Des Ayatollah aux célèbres dirigeants musulmans, etc. Presque toutes les grandes figures des mouvements de contestation ont trouvé refuge en France.  

Depuis que les mouvements de migrations des zones en conflits d'Afrique ou du Moyen-Orient  vers l'Europe aient pris de l'ampleur, la France par réflexe de sécurisation commençait à fermer les portes. Des mesures légitimes à cause des recrudescences du terrorisme qui vont de pair avec les déplacements massifs de migrants. Mais certaines figures indésirables dans leurs propres pays ont pu  élire domicile sur le sol français. Dommage, là où ils se terrent, dans leurs tanières, ils crachent leur venin. Tel un serpent cracheur, ces « réfugiés » pas comme les autres, déversent leur poison sur la figure des autres.

On se souvient d'un certain Houcine Arfa dont les « aventures » défrayaient les chroniques au pays. Franco-algérien de nationalité, Arfa réussit par on ne savait pas de quel truchement à infiltrer le cercle très restreint de la haute sphère à Madagascar. Il côtoyait même le couple présidentiel qui le confiait d'ailleurs une stratégique et confidentielle mission à savoir dispenser des formations aux élites de la garde présidentielle. Mais pour des raisons qui échappent au grand public, Houcine Arfa fut condamné aux réclusions à Tsiafahy. Et de là, par une évasion que l'on qualifiait de « rocambolesque », le célèbre ancien conseiller spécial du Président Rajaonarimampianina parvint à prendre le large et a pu rejoindre la France. Une fois atterri dans son

« pays », le célèbre évadé tirait à boulets rouges les hauts dignitaires malagasy dont le Président Rajaonarimampianina en personne. Il crachait sans la moindre gêne des informations strictement confidentielles en éclaboussant le cercle du pouvoir HVM.

Même topo pour Rakotomalala Fleury, à la différence près que ce dernier n'est pas pour le moment sous peine d'aucune condamnation judiciaire du moins de son pays d'origine. Ce Franco-malagasy résident en France se délecte tout particulièrement à dénigrer les sommités du pouvoir de son pays. L'ancien Président Rajaonarimampianina Hery en savait trop. De sa tanière, il proférait des injures contre cet ancien numéro un du pays. De même avec Zandry kely, l'actuel homme fort du pays, ce poltron le fustige des insultes barbares.

Se croyant être hors d'atteinte par le fait de résider en France, des lâches du genre Houcine Arfa ou Rakotomalala Fleury crachaient des propos calomnieux contre des Chefs d'Etat, des symboles de la souveraineté nationale. Ils osent agir ainsi car ils savent pertinemment que son pays d'accueil, la France, les protège contre vents et marées. De ces faits gênants, la France devient le refuge des couards.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Mandela Day à l'université d'Antananarivo - La valorisation des déchets demeure une priorité

Promotion de l'Esprit Nelson Mandela à l'université. Dans le cadre de la Journée internationale de ce militant de la cause anti-apartheid et premier Président noir d'Afrique du Sud, la fondation Telma avec  l'ambassade de l'Afrique du Sud  à Madagascar ont choisi trois axes d'intervention dont l'assainissement et la gestion des déchets. Cette année, le grand nettoyage de l'université d'Antananarivo et de ses alentours a mobilisé l'attention et  les intérêts de tous les acteurs . « Un grand  problème de gestion de déchets  est constaté sur le campus universitaire.

La fondation Telma s'est mobilisée pour en apporter des solutions » affirme Jay Ralitera, responsable des projets environnement et développement durables au niveau de la fondation Telma. Et cette action entre dans la réalisation des activités s'y rapportant. Outre cette opération d'assainissement, la valorisation des déchets  à Ankatso consiste également à initier le compostage et le triage des ordures à Ankatso. A cela s'ajoute la  formation des étudiants ainsi que la population environnante. Pour le président de l'université d'Antananarivo, Mamy Ravelomanana, une telle action représente des gestes pour l'humanité que Mandela a toujours soutenue de son vivant.

Toujours dans cette optique de lutte contre la justice sociale tant voulue par ce grand défenseur des droits de l'homme,  l'année dernière, un Centre de santé de base niveau II   (CSB II)  a été même inauguré dans l'enceinte du campus, poursuit-il. Et depuis, son  opérationnalisation, une centaine de bébés y  sont nés. Ce qui démontre que les services offerts représentent ainsi un soulagement  au niveau de la santé pour les habitants avoisinants, des résultats qui répondent, encore une fois, à la valeur de Nelson Mandela, confirme la fondation Telma. En ce qui concerne la troisième phase du projet, elle va se concentrer sur le développement du concept d'évènement. « Nous allons œuvrer à ce que les actions concrètes se traduisent en impact direct touchant toutes les personnes », indique Jay Ralitera.

Rappelons que trois ans de cela, l'ambassade de l'Afrique du Sud a mandaté les entreprises opérant à Madagascar  pour les parrainer dans leurs actions autour de Mandela au niveau des 6 universités publiques de Madagascar.  Et c'est l'université d'Antananarivo que le groupe Axian a mobilisée. « A l'époque, notre contribution s'est  juste limitée à l'organisation dudit événement. Mais en tenant compte de notre manière de penser et d'agir, nous nous sommes dit  que nous n'allons pas juste faire un événement, nous voulons  avoir des impacts durables des actions entreprises sur toute la population que ce soit universitaire ou dans les proximités d'où la naissance du projet avec l'université d'Ambohitsaina », raconte Jay Ralitera.

K.R.

La Vérité0 partages

Série d’accidents meurtriers à Ankazobe - Deux morts et 17 blessés enregistrés

A nouveau, la localité d’Ankazobe a été le théâtre d’une série d’accidents meurtriers, tous survenus dans la seule nuit du mercredi. Deux personnes dont un enfant en bas-âge, ont perdu la vie au cours de ces drames et 17 autres sont grièvement blessées. A commencer justement par ce dernier fait survenu vers 23h à Fihaonana dans le même District. Un minicar Mercedes-Benz 508 d’une coopérative de transport assurant la liaison entre Mahajanga et la Capitale y a fait une embardée, provoquant ainsi la mort de cet enfant et les graves blessures sur 17 autres passagers du véhicule. Selon des témoins, l’accident s’est produit juste à un moment où le chauffeur du car a voulu dépasser un camion semi-remorque. Malheureusement, la manœuvre du conducteur a échoué au dernier moment. Une voiture a surgi en face de lui. Face à cette situation imprévue, le conducteur, ne sachant plus quoi faire, a complètement perdu le contrôle de son bus. Le véhicule  a fait aussitôt une embardée à la suite d’une série de coups de volant impromptus. Une partie des victimes a été évacuée à l’hôpital de Bejofo à Mahitsy tandis qu’une autre le fut à l’hôpital d’Ampefiloha, dans la Capitale. Puisqu’il y eut mort d’homme, le chauffeur du car devrait être placé en garde à vue, situation qui préludera donc à son prochain déferrement. Mais il devra, lui aussi, être soigné car figurant dans la liste des victimes. « Une fois qu’il sera rétabli, il devra être soumis à une enquête », a assuré le commandant de Brigade de gendarmerie locale.

La mort d’un motocycliste à la suite d’une collision a été le deuxième accident qui s’est produit sur cet axe de la RN4, précisément à Andranovelona. Deux motos dont l’une venant du nord et l’autre en provenance de la Capitale s’y étaient télescopées dans un brutal face-à-face, causant la mort du pilote de cette dernière.  Puisque la date de l’arrivée du Pape François au pays approche, la Brigade de gendarmerie locale aura du pain sur la planche en matière de contrôle de la circulation. Bien que la Police de la route soit momentanément suspendue, cela n’empêchera pas la Gendarmerie de veiller ou de verbaliser les usagers qui se montreront les plus récalcitrants dans l’observation de la loi régissant la circulation. Enfin, l’action des gendarmes visera aussi d’éviter à ce que des drames susceptibles de sacrifier de nombreuses vies, comme cela s’est passé en 2017.Franck R.

La Vérité0 partages

Raoul Arizaka Rabekoto - Son élection à la tête de la FMF attaquée pour corruption

Alors que d'aucuns croyaient que, avec l'exploit de l'équipe nationale lors de la dernière CAN et la récente tenue de l'élection du président de la Fédération malagasy de football (FMF), le ballon rond malagasy allait enfin pouvoir entamer une phase ascendante d'une manière sereine,  une nouvelle qui va assurément fait l'effet d'une bombe, aussi bien au sein du microcosme sportif qu'auprès de l'opinion publique en général, a atterri dans les desk dans la journée d'hier. Le scrutin qui a placé officieusement le nommé Raoul Arizaka Rabekoto à la tête de la  FMF le 24 août 2019 à Toliara est attaqué auprès de la Commission de recours électoral pour corruption.

 

Une requête y afférente a été déposée le 26 août dernier, soit 2 jours après la tenue de l'élection, par des présidents de ligue, avec à leur tête les nommés Rakotoarimanana Henintsoa et Randriatsoaniaina Rasamoelina Nirilanto en leur qualité de membres de l'Assemblée générale élective de la FMF. Ces derniers soutiennent dans leur requête que les présidents de ligue, qui ne sont autres que les membres exclusifs du collège électoral à l'élection du président de la FMF, « ont pour certains fait l'objet de corruption par un candidat élu au poste de président de la FMF ».  Bien que son nom ne soit pas mentionné explicitement, tout le monde aura compris qu'il s'agit de Raoul Arizaka Rabekoto, le candidat sorti vainqueur  à l'élection attaquée.

A l'appui, les requérants  ont versé au dossier des procès-verbaux de témoignage de Velontsara Romuald, président de la ligue d'Alaotra Mangoro ainsi que de transcriptions téléphoniques et de SMS entre ce dernier et  trois autres de ses pairs, des éléments de preuve établis par exploit d'huissier. Dans les enregistrements audio des conversations téléphoniques entre le témoin et deux autres présidents de ligue, l'on entend clairement ces derniers affirmer qu'ils ont déjà reçu « leur part » et que celle-ci s'élève à « 5 000 » pour l'un, « 2 500 » pour l'autre. D'après le témoignage ci-dessus, l'unité dont il est question serait l'euro. Pour avoir une idée de la somme totale en jeu, rappelons que le vainqueur à l'élection en question a été élu par 15 voix sur 22. Un simple petit calcul fait apparaître une fourchette allant de  37 500 euros à 75 000 euros (soit 153 750 000 ariary à 307 500 000 ariary, ou encore 768 750 000 fmg à 1 537 500 000 fmg au cours du jour), selon que l'électeur ait été payé à 2500 ou 5000 euros.

La requête déposée par Rakotoarimanana Henintsoa et consorts se limite à demander l'annulation par  la Commission de recours électoral des élections du président de la FMF qui se sont tenues le 24 août dernier 2019. L'on croit savoir cependant qu'une action parallèle serait incessamment engagée  -  à moins qu'elle ne le soit déjà  -  auprès du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO).

Hery Mampionona

La Vérité0 partages

Investissements à Madagascar - Les parcs nationaux mis en concession

Favoriser le développement de l’écotourisme. Après la mise en concession des terrains agricoles, c’est maintenant au tour des parcs nationaux. Ainsi, les gestionnaires de réserves naturelles à l’exemple de Madagascar National Parks (MNP) mettront en location une partie de la zone protégée dans le but de permettre leur autonomie financière. « Dans cette idée de concession, nous souhaitons surtout développer le tourisme de luxe. Pour des parcs nationaux tropicaux comme les nôtres effectivement, le tourisme de masse n’est pas vraiment adapté pour la conservation. Il ne faut pas oublier que plus le nombre de visiteurs est élevé, plus la gestion et la préservation des ressources naturelles est difficile. La mise en concession de nos parcs nationaux va favoriser la venue des investisseurs locaux mais aussi internationaux et donc la rentrée de revenus supplémentaires » explique le docteur Mamy Rakotoarijaona, directeur du Madagascar National Parks, lors d’une entrevue. De ce fait, un terrain allant de 5 à 10 hectares sera mis à disposition dans chaque parc concerné. Pour les réserves naturelles gérées par le MNP, il en comptera alors 14 à savoir Andasibe Mantadia, Ankarana, Ranomafana, la Montagne d’Ambre, Ankarafantsika, Isalo, Bemaraha, Tsimanampesotse, Andringitra, Andohahela, Lokobe, Kirindy Mite ainsi que Marojejy et Nosy Hara.  Etudes  Ces zones exploitées seront placées dans les zones tampons de la réserve. « Un parc se divise en trois parties. Il y a la limite du parc, puis les zones tampons et les noyaux durs, la zone qu’il faut impérativement protéger. Pour pouvoir définir exactement la limite de ces concessions, une étude est spécialement faite par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Mais cette étude ne considère pas seulement la délimitation et la durée de la concession, mais aussi ceux qui pourront investir la réglementation en vigueur. Pour ce type d’investissements, un cadre juridique bien défini doit être mis en place pour que la conservation des réserves naturelles soit maintenue », soutient le directeur général du MNP. Dans ce contexte, cette étude de l’UICN devrait se terminer dans six mois, sauf si d’autres paramètres pourraient venir la modifier. En tout cas, six parcs seront présentés aux investisseurs le mois prochain, dans le cadre du Wave Madagascar, l’événement dédié aux investissements dans le domaine du tourisme et toutes les filières rattachées. « Au cours des rencontres, un ou plusieurs investisseurs se décident, le processus de mise en place pourrait être accéléré, pour que tout le monde puisse en profiter le plus vite possible, allant des gestionnaires des parcs aux communautés environnantes, sans oublier les investisseurs», notifie le Dr Rakotoarijaona. En tout cas, la conservation de la nature devra s’accompagner du respect des coutumes et traditions locales. Rova Randria

La Vérité0 partages

UE - Madagascar - 85 milliards d’ariary pour le développement rural et la promotion de l’exportation

Une nouvelle somme dans la caisse de l’Etat. Le ministre de l’Economie et des Finances, Richard Randriamandrato ainsi que le ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat (MICA) Lantosoa Rakotomalala ont procédé à la signature de deux conventions de financement hier à Antaninarenina. L’Union Européenne subventionne le pays de 85 milliards d’ariary pour une durée de 5 ans. Le Gouvernement investira cette somme dans deux secteurs stratégiques notamment l’agriculture et l’exportation. Deux programmes seront ainsi mis en œuvre à savoir le programme AFAFI CENTRE et le programme PADEIR pour une durée de cinq ans. « Le programme AFAFI CENTRE  vise à améliorer durablement les revenus des ménages ruraux dans leur sécurité alimentaire et nutritionnelle, en particulier celle des femmes et des enfants, dans un souci de préservation de l’environnement naturel dans la zone préurbaine d’Analamanga, et notamment sur 105 Communes des Régions d’Analamanga et Itasy. Le Programme PADEIR, de son côté, améliore la compétitivité des filières exportatrices notamment le textile, le tourisme et les technologies de l’information et de la communication vers les marchés de l’Union Européenne et les marchés régionaux » ,  explique le ministre Richard Randriamandrato.

 Accélération Le Gouvernement n’attendra pas longtemps pour mobiliser cette subvention. Les programmes démarreront cette année. «Nous travaillons dans le cadre d’un nouvel état d’esprit  à savoir rattraper le retard de développement pour que Madagascar devienne un pays à économie émergente dans les prochaines années. Nous n’allons plus nous retarder sur les procédures. Le Gouvernement fera en sorte que les programmes démarrent très rapidement. Le montant alloué sera mis à l’échelle cette année pour que tous les bénéficiaires en profitent le plus tôt possible. En effet, ces deux programmes changeront véritablement la manière de travailler dans l’agriculture et pour l’exportation », souligne le ministre de l’Economie et des Finances. A noter que plusieurs autres programmes sont déjà dans le pipeline avec l’Union Européenne pour l’année prochaine.  Solange Heriniaina

Madagate0 partages

Catholicisme. Madagascar à l’honneur sur KTO TV

À l’approche du voyage du pape à Madagascar, KTO a souhaité aller à la rencontre des habitants de la Grande Île afin de mieux comprendre leur quotidien. Retrouvez l’émission Hors-les-Murs spéciale Madagascar, vendredi 30 août à 20h40 (21h40, heure de Madagascar).

 

Pauvreté, éducation, agriculture : les défis pour l’Église de Madagascar

La rédaction de KTO vous propose de parcourir cette terre marquée par la diversité et la cohabitation de dix-huit ethnies de cultures et de religions différentes. Face à de nombreux défis, notamment une population qui a quadruplé en quarante ans et dont plus de la moitié vit sous le seuil de pauvreté, comment l’Église participe-t-elle à renouveler en profondeur le pays et aide-t-elle les jeunes à être acteurs de leur avenir?

La rédaction est allée sur le terrain, auprès d’agriculteurs dans la brousse du centre du pays, d’une paroisse à Ambohibary, d’une école sur la côte Est, près de Toamasina et à la rencontre du père Pedro et des Malgaches sortis de l’extrême pauvreté, à Akamasoa, la Cité d’espérance.

Stéphanie Dupasquier recevra également le cardinal Désiré Tsarahazana, Archevêque de Toamasina et Président de la Conférence des évêques de Madagascar (CEM), pour mieux comprendre les enjeux du pays et de l’Église locale.

En partenariat avec les Missions étrangères de Paris ou MEP

L’engagement auprès des Chinois de Madagascar, avait motivé l’arrivée de confrères MEP dans les années 1960. Puis le groupe s’est davantage tourné vers les Malgaches à partir des années 1970.

Il répond aujourd’hui aux besoins des diocèses, notamment pour la création de nouvelles paroisses et l’administration diocésaine: Mgr Georges Varkey, MEP, est évêque de Port Bergé, un autre père est économe diocésain. Un père est au service de l’océan Indien à la Réunion.

En ce pays, les confrères travaillant beaucoup à la fondation de paroisses, à leur croissance, ainsi qu’à la construction d’églises, dispensaires et d’écoles. Pour ce faire, ils vont jusque dans des régions inaccessibles par les véhicules, ce qui implique pour certains de faire des tournées de plusieurs jours à pied.

Un prêtre est économe et formateur dans un petit séminaire. À la demande de son évêque, Jean-Yves Lhomme, s’est engagé à élaborer et construire un hôpital qui a pour vocation d’être un hôpital de qualité et un hôpital pour les démunis. Entre 10 et 18 volontaires de courte durée viennent à Madagascar chaque année.

Quatre pères du groupe missionnaire de l’océan Indien sont à l’île Maurice comme curé et vicaire.

À PROPOS DE KTO

Créée en 1999, à l'initiative du Cardinal Lustiger, KTO est depuis 2009 une chaîne associative. Elle entretient des liens de fidélité avec l'Église catholique, et en particulier la Conférence des évêques de France.

KTO a été fondée afin de donner à l’Église les moyens d'annoncer le message de l’Évangile par tous les médias modernes, c'est-à-dire la télévision, Internet, et aujourd'hui les téléphones mobiles, tablettes, TV connectée... La chaîne est complémentaire de l'émission du dimanche matin "Le Jour du Seigneur" sur le service public (un partenariat a été crée en 2007 entre le CFRT et KTO). KTO s’adresse non seulement aux catholiques, mais à tous les « chercheurs de sens », croyants ou non.

KTOest diffusée 7 jours/7 ; 24h/24 via le satellite, la TV par ADSL, le câble, et par Internet (www.ktotv.com) en direct et en plein écran. KTO est la chaîne catholique francophone accessible dans la plupart des pays francophones. Elle offre des éclairages sur des sujets de réflexion ou de débats et accompagne la vie de prière des téléspectateurs. KTO propose plus de 250 heures de documentaires religieux et plus de 900 heures de direct, notamment lors d’événements exceptionnels comme les voyages du pape. Elle est disponible gratuitement via les réseaux câbles/ADSL, sur le satellite et sur www.ktotv.com. Enfin, Près de 25.000 vidéos sont en accès gratuit sur le même site.

 

Hors-les-Murs spéciale Madagascar

Rediffusions sur KTO : vendredi 30/08 à 0h25, samedi 31/08 à 11h, dimanche 01/09 à 14h30, lundi 02/09 à 9h10, mercredi 04/09 à 18h30, jeudi 05/09 à 16h et vendredi 06/09 à 13h40.

 

Contact Presse

Morgane-Hélène Le Goff

Service communication

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Madagate0 partages

Yokohama TICAD 7. Le PM Shinzo Abe promet des soins médicaux de base accessibles à 3 millions de personn...

Yokohama, Japon. Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, a réaffirmé, le mercredi 29 août 2019, la promesse du Japon de renforcer les investissements du secteur privé en Afrique, à plus de 20 milliards de dollars sur les trois prochaines années, dans l'espoir de faciliter le développement de cet immense.

"Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour aider les entreprises japonaises à progresser en Afrique", a déclaré le Premier ministre Abe aux dirigeants africains réunis pour cette 7ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l'Afrique ou TICAD 7.

Dans son discours d'ouverture de cette TICAD 7 de trois jours à Yokohama, M. Shinzo Abe, a déclaré que le Japon insistait depuis longtemps sur le développement des ressources humaines en Afrique. Il a même ajouté : "Nous sommes à une époque où les défis auxquels l'Afrique sera confrontée seront résolus par la science, les technologie et l'innovation ".

Pour ce faire, M. Abe a aussi proposé un ensemble de programmes de développement des ressources humaines pour l’Afrique, comprenant, notamment, la formation de 3.000 personnes au Japon sur une période de six ans, qui seront susceptibles de contribuer à la promotion des affaires entre le Japon et le continent africain. Selon le ministère japonais des Affaires étrangères, c'est un total de 20,6 milliards de dollars qui ont été investis en Afrique par le secteur privé japonais entre 2016 et 2018,

Cet engagement entend prouver que le gouvernement japonais incitera son secteur privé à investir davantage dans l'objectif de dépasser le montant total des trois années précédentes, bien qu'il se soit déjà fixé un objectif chiffré. Cette septième session de la TICAD mettra davantage l'accent sur les opportunités commerciales, par rapport aux réunions précédentes. En effet, «Tokyo estime que les investissements du secteur privé sont indispensables à la réalisation d'une croissance économique durable du continent, riche en ressources naturelles», ont déclaré des responsables gouvernementaux.

Le Japon souhaite que ses entreprises nationales tirent parti de la croissance du continent africain, dont la population devrait atteindre 2,5 milliards d’habitants en 2050, soit un quart de la population mondiale. Cela, dans un contexte de concurrence acharnée avec la Chine, les États-Unis et d’autres rivaux.

Les entreprises japonaises avaient près de 800 bureaux de commerce en Afrique en 2017, soit une augmentation d'environ 50% par rapport à il y a 10 ans, selon l'Organisation japonaise du commerce extérieur (JETO - Japan External Trade Organization).

Au cours de cette TICAD 7, les dirigeants ou représentants d'environ 50 nations africaines, ainsi que des représentants d'organisations internationales, aborderont d'autres sujets et thèmes comme la promotion de sociétés résilientes et durables, ainsi que la paix et la stabilité.

Dans le cadre des efforts du Japon pour promouvoir la couverture maladie universelle, Le Premier ministre Shinzo Abe a également promis de rendre les soins médicaux de base accessibles à 3 millions de personnes supplémentaires sur le continent africain.

Rappelons que cette TICAD 7 est co-organisée par le gouvernement japonais, les Nations Unies, la Banque mondiale, le Programme de développement des Nations Unies et la Commission de l'Union africaine.

PHOTO-SOUVENIR GRAND FORMAT ICI

Les participants adopteront une déclaration commune et des plans d’action lorsqu’ils clôtureront la conférence, ce vendredi 30 août 2019.

Traduit de l'anglais par Jeannot Ramambazafy

Source: kyodonews

Midi Madagasikara0 partages

Concours régional Energies : Une éco-école soutenue par MNP

Ils défendront leur projet ce jour à Maurice.

Un programme mondial « Eco-Ecole » est initié par la Fondation pour l’éducation Environnementale, reconnu par l’UNESCO et l’UNEP en tant qu’une bonne initiative pour l’éducation pour le développement durable dans le monde.

Il encourage les jeunes à s’impliquer dans leur environnement en leur permettant de le protéger activement. Cela commence dans les salles de classe, s’étend aux écoles et favorise le changement dans la communauté en général. A Madagascar, ce programme d’envergure est coordonné par Madagascar National Parks (MNP). Celui-ci gère 37 éco- écoles en quête de l’obtention de la certification internationale « Green Flag ». Un concours régional Energies est lancé en février dernier par le programme Energies, financé par l’Union Européenne et mise en œuvre par la Commission de l’océan Indien et le réseau Eco-Schools Océan Indien. L’objectif vise à sensibiliser les jeunes en les impliquant dans un projet concret en lien avec les énergies renouvelables et/ou l’efficacité énergétique.

Récompense. Une éco-école qui a été pré-sélectionnée au niveau national, est soutenue par MNP, pour défendre son projet ce jour à Maurice. Elle fait partie des quatre éco-écoles sélectionnées pour participer à la finale de ce concours dans cette île voisine. Il s’agit du lycée public Andrianampoinimerina Sabotsy Namehana. Ainsi, Veloarivony Miora Fandresena et Randrianarimanana Herinomena, élèves en 1ère C de ce lycée accompagnés par leur professeur de physique Rakotoroalahy Vonjy Nirina, y représenteront Madagascar en tant qu’ambassadeurs des énergies renouvelables. Ils ont reçu hier leurs billets d’avion et les encouragements de Madagascar National Parks et de la grande famille de leur lycée ainsi que de l’argent de poche de la part de la Commune de Sabotsy Nahamena. « En tant que coordinateur du programme mondial Eco-Ecole à Madagascar, la participation d’une éco-école malgache  à ce concours est déjà considérée comme une récompense pour Madagascar National Parks, sous tutelle du Ministère de l’Environnement et du Développement Durable, car la promotion de l’utilisation de l’énergie renouvelable par les jeunes est un des facteurs qui réduiront la déforestation, causée en grande partie par l’utilisation des bois pour l’énergie » a souligné le Dr Mamy Rakotoarijaona, Directeur général de MNP.

Biogaz. Notons que le projet de ces lycéens s’intitule « du biogaz au lycée de Sabotsy Namehana ». « Cela consiste à produire du gaz, destiné à la cuisson avec le recyclage des ordures organiques. C’est très écologique car non seulement nous avons du gaz après la fermentation de ces déchets mais aussi des engrais naturels » a expliqué Rakotoroalahy Vonjy Nirina. Un projet à la fois réaliste et utile pour la société et l’environnement. En effet, « Nous allons collaborer bientôt avec la commune de Sabotsy Nahamena est en vue pour ramasser des ordures organiques des marchés afin d’y être recyclées au lycée. Nous ne ménagerons pas nos efforts pour remporter le prix mais si jamais nous ne gagnons pas, nous chercherons des financements locaux pour réaliser ce projet » a poursuivi ce professeur de physique du lycée. A part le fait de rencontrer les jeunes et enseignants de la région qui œuvrent pour la transition énergétique ainsi que les professionnels dans le domaine, lors de ce concours régional Energies, le projet permettra au gagnant de remporter le financement à hauteur de 3.000 euros

Quinze projets. Il faut savoir que le programme Energies a invité les écoles secondaires qui le désiraient à constituer une équipe d’élèves qui avait pour défi la conception d’un projet d’installation fonctionnant avec une énergie renouvelable, et/ou répondant à une approche valorisant l’efficacité énergétique, pouvant être utile à l’école et, par extension, à l’ensemble de la communauté. Coordonné par Madagascar National Parks, cinq régions de la Grande Ile, à savoir, Analamanga, Anosy, Boeny, Vatovavy, AtsimoAndrefana ont participé au concours national. Quinze projets proposés par les éco-écoles, gérées par MNP, ont été reçus officiellement en juin 2019 et ont ensuite été dépouillés et évalués par les membres du comité d’évaluation constitué des représentants de MNP, le Comité National Eco Ecole et les sponsors. Toujours dans le cadre de la protection de nos joyaux de la biodiversité, Madagascar National Parks aspire à ce que tous les établissements scolaires dans la Grande île deviennent des éco-écoles. Et à part la contribution à la protection de l’environnement, la reconnaissance par l’UNESCO et l’UNEP comme une initiative modèle pour l’éducation au développement durable, le sens des valeurs acquis par les élèves fait partie des milliers d’avantages offerts par ce projet.

 Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Aft : Bekoto et Af Jazz sortent l’artillerie lourde

Bekoto sera la tête d’affiche pour cette 5e édition du « Jazz it up ».

Le jazz avec Bekoto du groupe Mahaleo et l’Af Jazz, ou le club de jazz de l’Alliance française d’Andavamamba. Ce sera à l’Aft Andavamamba vendredi à partir de 19 h. Cet évènement dénommé « Jazz it up ! », qui ravira surtout les mélomanes, servira également de célébration des 30 années d’existence du jazz club de ce centre culturel français. Bon nombre de personnes connaissent Bekoto, parolier et musicien incontestable, étant plus accolé à l’image d’un « folkeux » que d’un « jazzman ». Ce membre du groupe Mahaleo possède cependant une panoplie musicale très élargie.

Il pourrait autant jouer avec un set de variété, autant avec un jazziste émérite comme Silo. D’ailleurs, dans quelques-uns de ses morceaux, on sent un fond plutôt « jazzy-bluesy ». Il est temps donc de découvrir une autre facette de cet artiste. D’autant qu’il sera entouré par des jeunes talentueux. L’Af Jazz est un club réputé de la Capitale. Il a produit plusieurs musiciens de ce genre musical qui se retrouvent souvent sur les meilleures scènes jazz d’Antananarivo. Ensuite,30 ans de musique et de partage, cela se fête avec la manière.

Pour ce spectacle de vendredi, la première partie sera du « cover » durant lequel les musiciens de l’Af Jazz vont revisiter « les standards malgaches ». La deuxième partie se fera avec Bekoto, il sera épaulé aussi par les musiciens du club. On pourrait donc s’attendre à un « Paisoràkena » inédit, ou un « Mofotantely » surprenant. Il faudra être sur place pour en avoir le cœur net. Toujours dans le cadre de la célébration des 30 années d’existence de l’Af Jazz, un feu de camp avec jam session sera organisé samedi à partir de 19 h. La soirée s’intitule « Afon-jazz ».

MaminirinaRado

Midi Madagasikara0 partages

Football – U.S Open Cup : Romain Métanire et Minnesota United sacrés vice-champions

Malgré la défaite, Métanire, le grand joueur des Barea avait assuré son poste de défenseur latéral.

La grande finale de l’ « US Open Cup » de football opposant Minnesota United à Atlanta United, s’est tenue la nuit du mardi dernier au stade de Mercedes-Benz d’Atlanta. L’équipe de Romain Métanire a raté sa première finale dans leur jardin pour ce champion des Etats-Unis. Minnesota United s’est incliné face à son adversaire sur le score de 2 buts à 1. Pity Martinez a marqué le deuxième but à la 16e minute, six minutes après que les hôtes aient pris l’avantage par un but inhabituel, notamment un but contre son camp de Chase Gasper. À la 47e minute, Robin Lod a retranché un but à l’avance des favoris locaux.

Malgré une rare soirée sans but de l’attaquant Josef Martinez et le renvoi à la 74e minute de Leandro Gonzalez Pirez (Carton rouge), l’Atlanta, composée de dix joueurs, a réussi à remporter la Coupe grâce à ces deux buts rapides marqués en début de match. C’était la troisième grande victoire de l’Atlanta United FC pour cette saison. Il a d’abord vaincu les Portland Timbers pour remporter la Coupe MLS 2018 en décembre dernier. Puis, le 14 août, Atlanta a battu le Club America sur le score de 3 buts à 2 de la Liga MX’s Club pour devenir la première équipe de la MLS à remporter la « Campeones Cup ». Quant aux Métanire et Minnesota United, ils vont jouer la 28e journée du championnat américain de « Major League Soccer » prévue le 2 septembre prochain. Ils rencontreront l’équipe de Los Angeles FC de Carlos Velas.

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

De-ci de-là

# Ifanihy au « Soaina Feeling »

Ténor du Vazo miteny, Ifanihy est un chanteur toujours agréable à (re)découvrir. Ce week-end, c’est au Soaina Feeling qu’il compte rencontrer ses inconditionnels. Habitué des one man show, le chanteur refera peau neuve avec ses titres incontournables. Les « Ikala  Dauphine », « Ilesabotsy », et « Eny Rahavako » seront donc du répertoire, tout comme les titres dans « Mitsongoloka », sa dernière ponte. Adoptant cette formule qui gagne, il aime dialoguer avec les spectateurs. Intimiste, Ifanihy a toujours privilégié les scènes restreintes. Un fois de plus, il sera seul avec sa guitare en chœur avec son public. Les titres comme « Izakakely », « Eny rahavako », « Indreto » ou encore « ’Ty vava » figureront dans son répertoire. Une occasion pour tous les inconditionnels de découvrir ses dernières compositions.

# « Exslam ta personne » en slam

C’est reparti pour une 3e  édition d’ « ExSlam Ta Personne ». Ce concours de Slam aura lieu le 31 août à Toamasina. Dans le cadre d’un projet de développement personnel ciblant particulièrement les jeunes qui sont incités à s’exprimer, faire des mots des armes et un outil à utiliser à bon escient. Pour l’organisateur, « SEEDS Learn Share », l’idée est de leur donner une tribune d’expression où les personnes sur scène déclament leurs poèmes dans la forme qu’elles désirent. Dans la même foulée, pourquoi ne pas découvrir des diamants bruts d’artistes, et leur permettre de polir leur art devant un public passionné et affûté.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Medair : Une expo de Pierrot Men pour marquer ses 30 ans

Pierrot Men, lors du vernissage de l’expo avec Medair au Louvre, hier.

Une image vaut mille mots, dit-on. Une photo signée Pierrot Men en vaut encore plus, car l’œil avisé de l’artiste qui scrute la réalité pour en dépeindre une œuvre d’art apporte bien plus qu’une image, mais des émotions. Ces photos, Pierrot Men, ambassadeur de ce projet « Réveillons l’humani-terrien en nous », qui marque les 30 ans de l’ONG Medair, sont exposées au Louvre du 28 août au 12 septembre. Ensuite, l’exposition itinérante circulera dans plusieurs endroits dans la Capitale: au « Tana Water Front » du 14 au 26 septembre, puis au DHL à Ankorondrano du 28 septembre au 10 octobre, avant de faire escale au BNGRC à Antanimora du 14 au 24 octobre, à la Fondation H à Andraharo du 26 octobre au 04 novembre, pour terminer à l’université à Ankatso du 11 au 21 novembre. Ces images, Pierrot Men les a prises durant son road-show du Nord au Sud, pendant les activités sur terrain de l’ONG Medair. « J’ai été touché par ce contraste entre le Nord et le Sud, notamment sur l’accès et l’abondance de l’eau. Dans le Sud, la sécheresse, c’est une réalité. La vie y est dure » raconte Pierrot Men. Cette exposition montre également l’engagement des volontaires du Medair à travers les missions d’aide apportées aux populations locales dans les conditions les plus difficiles.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Befandriana Avaratra : Basy gasy miisa sivy sy bala 80 saron’ny pôlisy

Nokasaina hanaovana fanafihana angamba ireto fitaovam-piadiana hita tao Befandriana Avaratra ireto saingy tsy tontosa aloha izany  fa izao tra-tehaka izao. Sakaosy iray feno basy vita gasy sy bala ary ody gasy maromaro tokoa mantsy no saron’ny pôlisy tao amin’ny fokontany Manongarivo, distrika Befandriana Avaratra ny faran’ny herinandro teo. Tsy fantatra hatreto izay mety ho tompony ary efa miroso amin’ny fanadihadiana izany ireo mpitandro filaminana.

Araka ny fampitam-baovao azo tokoa dia olon-tsotra, mpamily fiara mpanao « ramssage » no nahita ity sakaosy mainty ity teo am-povoan-dalana, tao amin’io fokontany io. Nampiahiahy ilay sakaosy ka nentin’ireo nahita azy tany amin’ny biraon’ny pôlisy tao an-toerana. Rehefa nosavaina tany tokoa dia nahitàna fitaovam-piadiana, basy vita gasy miisa sivy be izao, niaraka tamin’ny balam-basim-borona « calibe 12 » miisa 80, moara ary lamba fitafy niaraka tamin’ny karapanondrom-pirenenana lehilahy iray. « Azo heverina, hoy ireo mpanao fanadihadiana, fa ilay tompon’ny karapanondro io no mety ho tompon’ny sakaosy sy ireo fitaovam-piadiana tao anatiny ». Tsy niandry ela moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana fa avy hatrany dia nikaroka ilay olona voalaza anarana tao anaty kara-panondro ary nidina tany amin’ny fokontany voalaza fa misy ny fonenany. Indrisy anefa fa mbola nandamoka izany aloha hatreto satria voalazan’ireo mponina fa efa tsy mipetraka tao amin’io tanana io intsony io olona io fa efa lasa any Mandritsara. Na izany aza anefa dia mbola mitohy ny fikarohana azy, izay inoana fa hitondra fanazavàna mahakasika ireto basy sy bala tra-tehaka ireto.

Tato ho ato tokoa izay isan’ny toerana voafaritra ho mena amin’ny resaka tsy fandriam-pahelamana ny ao Befandriana Avaratra. Tsiahivina mantsy fa tany an-toerana no nisian’ilay fanafihana misesisesy ary tao anatin’izany ny nahafaty ny kaomandin’ny tobim-paritry ny zandary tany an-toerana niaraka tamin’ny olom-boafidy iray.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Forum économique national : La 2e édition axée sur les sources de financement

Quelques membres du CREM, organisateurs du Forum économique national, avec le PCA Rado Ratobisaona.

Une grande concertation pour trouver des solutions au développement du pays. C’est ce que représente le Forum Economique National, selon le CREM (Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar). Interview du PCA de l’organisation, Rado Ratobisaona.

 Midi Madagasikara (MM). En quoi consiste le Forum économique ? Pourquoi organiser cette rencontre ?

Rado Ratobisaona (CREM). Durant ces longues années, les économistes ont apporté leurs contributions d’ une façon ou d’ une autre. La dernière décennie a été marquée par des interventions et interpellations du CREM, voulant apporter plus de rigueur dans la liaison entre économie et politique. C’est pour cela que le CREM organise annuellement un Forum dans le but de contribuer fortement à relever des défis, dans une démarche inclusive, de faire participer les acteurs économiques du pays dans le choix et l’élaboration de la stratégie de développement. Outre qu’il vise à ce que toute classe politique ait conscience de l’étendue du chantier de développement. Ainsi, le débat politique ne devrait plus se limiter à la prise de pouvoir pour y perdurer, si les politiciens sont de vrais patriotes, comme ils le prétendent.

Des résolutions ont-elles été prises lors de la dernière édition? Y a-t-il eu des suivis de réalisation ?

CREM. Les forces vives existantes à Madagascar, ont pris nos recommandations, mais elles ont chacun leur manière de les appliquer dans leurs domaines respectifs. Mais le plus important est que ce forum, a changé le point de vue et le comportement de beaucoup de gens, au niveau de l’économie de Madagascar. Les résolutions des problèmes sont prises en compte dans la politique nationale.

En tant que Think Tank, la principale mission du CREM est d’effectuer des analyses, des critiques constructives et réflexions sur le contexte socioéconomique mais surtout d’émettre des propositions concrètes et réalisables. Il est difficile d’évaluer la mise en œuvre des recommandations à court terme. Pour évaluer les impacts des résolutions prises lors de la 1ère édition du Forum, nous avons besoin d’un certain laps de temps.

Qu’en est-il du prochain forum? Qui seront les parties prenantes? Quels seront les sujets abordés ?

CREM. Comme il a toujours été dit, le CREM envisage d’organiser annuellement un Forum économique national. Et ce mois à venir, nous allons organiser la 2e édition, qui portera sur « Les stratégies possibles pour le financement du développement de Madagascar ». Nous avons pour objectif principal de proposer quelques scenarii en ce qui concerne les stratégies possibles de financement du développement économique de Madagascar. A l’issue de ce forum économique national, nous espérons que les principales informations recueillies puissent constituer un outil d’aide à la décision des responsables étatiques d’une part et de mettre en lumière les points à améliorer en ce qui concerne le financement du développement économique et social de Madagascar d’autre part. Comme lors de la première édition, tous les acteurs de la vie économique du pays sont les bienvenues. Outre les économistes du CREM, qui seront présents, les représentants des institutions publiques, les praticiens issus des institutions financière locales, les bailleurs de fonds représentatifs de leur Etat ou institution financière internationale sont aussi conviés à ce forum; sans omettre le président de la  Banque nationale de Rwanda et l’ambassadeur de la Corée du Sud pour le partage d’expériences.

Y a-t-il eu engagement des dirigeants pour l’application des résolutions ?

CREM. Nous souhaitons vraiment l’implication et l’engagement de l’Etat dans la mise en œuvre des résolutions prises, lors de ce Forum, vu qu’elles émanent de toutes les forces vives du pays. Nous essayerons de montrer aux dirigeants l’importance socioéconomique de l’application de ces résolutions.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Développement agricole : Des appuis mieux ciblés, évoqués par la FAO au TICAD

Les petits agriculteurs africains, les éleveurs, les pêcheurs et les communautés forestières sont essentiels pour lutter contre la faim et assurer l’accès de tous à une bonne nutrition. Leur capacité à produire de la nourriture et à tirer un revenu de cette activité est néanmoins menacée par les effets du changement climatique, les conflits et les crises économiques. C’est ce qu’a indiqué Qu Dongyu, directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO). « En Afrique, un travail considérable doit être fait afin d’atteindre l’objectif Faim Zéro et d’éradiquer la pauvreté. Comme le rappellent les Objectifs du développement durable, personne ne doit être laissé pour compte. Il s‘agit maintenant d’établir des partenariats qui verront la participation des gouvernements et du secteur privé mais aussi des petits agriculteurs et de la société civile. La FAO est au premier rang de ces efforts mondiaux. Elle reconnaît le rôle essentiel de l’agriculture pour lutter contre la faim et la pauvreté de manière inclusive », a soutenu le DG de la FAO.

Situation grave. Selon cette Organisation, 140 milliards USD d’investissements supplémentaires seront nécessaires chaque année afin d’éradiquer la faim et la pauvreté à travers le monde d’ici 2030 et la majeure partie de ces investissements devront cibler l’Afrique subsaharienne. Par ailleurs, la FAO met en avant le rôle crucial de la mécanisation durable. « Soulager les fermiers d’un travail manuel particulièrement difficile, en particulier les femmes, peut permettre de passer d’une agriculture de petite échelle à des entreprises plus orientées vers la logique de marché, d’améliorer les rendements et d’aider les fermiers à sortir de la pauvreté », soutient l’organisation. La forte croissance démographique à travers le monde aggrave les répercussions du changement climatique, telles que les sécheresses et les inondations. Selon la FAO, ce sont les principales causes de la hausse récente des souffrances liées à la faim, réduisant ainsi à néant les nombreux progrès réalisés dans ce sens ces dernières années. En Afrique, où depuis le début des années 90, le nombre de catastrophes liées aux conditions météorologiques extrêmes a doublé, 257 millions de personnes vont se coucher avec le ventre creux, soit 20 pour cent de la population. Sur le continent, les cas de sous-alimentation chronique coexistent avec ceux en surpoids, d’obésité et avec d’autres formes de malnutrition. En examinant ensemble les différents moyens d’intensifier leurs efforts conjoints avec les pays africains, la FAO et le Japon affirment à la 7e TICAD (Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique) qu’une aide ciblée et apportée en temps opportun est essentielle afin de protéger et de restaurer les moyens d’existence agricoles des populations touchées par des crises.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Rénovation du stade de Mahamasina : Bras de fer entre le régime et la CUA

Des employés de la CUA ont refoulé une délégation d’ingénieurs chinois qui allait mener une étude de mise en œuvre du projet.

Le 13 juillet dernier, le jour de l’accueil des joueurs des Barea de Madagascar après l’élimination de l’équipe nationale de football en quarts de finale de la Coupe d’Afrique des Nations, le président Andry Rajoelina a annoncé son initiative de rénover le stade de Mahamasina en un stade aux normes internationales pouvant accueillir jusqu’à 60 000 personnes. Certainement, ce jour-là, le Chef de l’Etat ne s’attendait pas à ce que ce projet rencontre un blocage. En effet, la rénovation du stade de Mahamasina est actuellement source de conflit entre le régime et l’Administration communale dirigée par la Maire Lalao Ravalomanana. Mardi dernier, une délégation de la Présidence de la République, accompagnée de trois ressortissants chinois qui sont des responsables de l’entreprise en charge de la réalisation de ce projet selon les informations, a été refoulée à l’entrée de Mahamasina par des policiers municipaux et des personnes assurant la garde dudit stade. Ces derniers auraient reçu l’ordre de ne laisser entrer personne. Et ce, malgré l’insistance des visiteurs chinois. Une autorisation émanant de la Maire serait nécessaire pour mener une étude de mise en œuvre de ce projet. Il convient de noter que pour le moment, nous n’avons pu confirmer si cette délégation a avisé les responsables de la Commune Urbaine d’Antananarivo avant cette descente. Questionnés sur cette décision, des employés de la CUA ont expliqué que ce serait « une décision politique venant d’en haut lieu ». Hier matin, ces ingénieurs chinois sont encore revenus à Mahamasina mais n’ont pas encore pu entrer.

Enjeux politiques. En tout cas, un bras de fer est désormais engagé entre le régime et la CUA. La question est cependant de savoir si la Maire Lalao Ravalomanana envisage délibérément de bloquer la mise en œuvre du projet de rénovation du stade de Mahamasina. En tant que Premier magistrat de la Ville des Mille, elle a le pouvoir de décision dans la mesure où ledit stade est un patrimoine appartenant à la CUA. On se demande aussi si le parti « Tiako i Madagasikara » de son époux et non moins Conseiller spécial, Marc Ravalomanana, envisage d’assurer la réhabilitation de cette infrastructure sportive. Un projet que Lalao Ravalomanana n’a pas réalisé durant cinq ans de mandat. Il convient de rappeler aussi qu’à l’époque où il était maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo, « Dada Ravalo » a déjà bloqué la rénovation de Mahamasina prévue être financée par la FIFA. Un projet de grande envergure qui engendrait la construction du terrain, d’un siège pour la Fédération Malgache de Football et d’un vestiaire aux normes. Ravalo a même fait fermer Mahamasina à l’époque, forçant la tenue d’un match Madagascar-Nigeria qui avait dû être organisé au stade d’Alarobia. Quoi qu’il en soit, cette initiative risque d’être fatale pour le clan Ravalomanana, notamment en cette période où tous les enjeux politiques tournent autour des élections communales.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Sem Michaël Pelletier : Pour le renforcement de la démocratie à Madagascar

Le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Palais de Verre d’Anosikely avant-hier.

Le nouvel ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Michaël Pelletier a rendu avant-hier une visite de courtoisie au président du sénat Rivo Rakotovao. Une occasion pour ce diplomate américain d’affirmer que l’Etat et ses citoyens ont l’obligation de préserver et de renforcer la démocratie à Madagascar. « Sans la démocratie, un pays ne peut pas se développer. », a déclaré Sem Michaël Pelletier. Avant de rajouter : « Les institutions comme le Sénat y ont le rôle majeur à jouer. »

Opposition. Avec un langage diplomatique imposé par le principe de non-ingérence dans les affaires internes d’un pays, l’ambassadeur des Etats-Unis Michaël Pelletier a souligné à l’issue de sa rencontre avec le président du sénat Rivo Rakotovao que l’existence d’une opposition contribue au renforcement de la démocratie et de l’Etat de droit. A rappeler que la proposition de loi modifiant la loi n° 2011-013 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition se trouve actuellement bloquée au niveau du Parlement. L’Assemblée nationale et le Sénat ne s’entendent pas sur certaines dispositions de la loi en question. Les opposants extraparlementaires dénoncent une pure manipulation juridique qui vise à instaurer un simulacre de démocratie à Madagascar.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Amboasary Marotsipohy : Dahalo rain-dahiny tratra teo am-panaovana mariazy

Ela nampihorohoroana ny mponina i « Dakosy ». Dahalo malaza sy raindahiny any amin’iny kaomina Amboasary sy Marotsipohy iny no voasambotry ny miaramilan’ny « Das ».

Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny Ministeran’ny fiarovam-pirenena dia isan’ireo nampitondra faisana ireto kaominina maromaro ireto ity dahalo ity sy ny namany. Efa nifampitadiavana rahateo aza moa ity lehiben’ny jiolahy ity saingy tafaporitsaka foana. Ny fokonolona teo an-toerana ihany no nampandre avy hatrany ireo miaramila avy amin’ny « détachement autonome de sécurité » na ny DAS tany an-toerana fa niomana ny hampiaka-bady tany amin’ny tanana iray tany an-toerana ilay dahalo rain-dahiny. Nidina avy hatrany tany amin’io toerana voalaza io ireo miaramila ka tao anatin’ny lanonam-panambadiana mihitsy no nosamborina Ingahy Dakôsy. Na izany aza anefa dia mbola nikasa ny hilefa ihany Ingahirainy saingy nanampy tamin’ny fanenjehana sy ny fisamborana azy ireo fokonolona tao an-toerana. Tamin’ny fanadihadiana dia nanoro ireo mpiray tarika aminy ity lehiben’ny dahalo ity ary nisy anaran’olona efatra notononiny. Tsy niandry ela koa teo ny fisamborana ireto farany rehefa fantatra ny tanana misy azy ireo. Saingy ny roa ihany aloha hatreto no fantatra fa voasambotra raha tafatsoaka ireo roa ambiny. Raha ny vaovao voaray hatrany dia nisy basy poleta tra-tehaka tany amin’Ingahy Dakosy ary efa natolotra ny zandary, izay tompon’ny fanadihadiana moa izany. Marihana ihany koa fa « efa eo am-pelatanan’ny manam-pahefana tompon’andraikitra izy ireo ary mbola mitohy ny fikarohana an’ireo namany ambiny ».

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Gangstabab et élection : Déclaration officielle pour sa candidature à Tana ce jour

Rakotoarisoa Faniry Alban, plus connu, sous le nom de Gangstabab va annoncer officiellement sa candidature aux élections municipales de Tanà-ville. Il va se présenter notamment sous les couleurs de son parti « Antoko Politika Madio » (APM) de Gangstabab. Connu pour son franc-parler, l’artiste ne va pas manquer probablement une partie de son programme pour la Ville des Mille. Comme le nom de son parti l’indique, ce prétendant à la course à la tête de la Capitale a toujours avancé comme leitmotiv, la transparence et qui constitue pour lui comme une innovation.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Fédération malgache de football : Va pour l’élection des vice-présidents

Le nouveau président Raoul Arizaka Rabekoto prendra officiellement les commandes de la Fédération malgache de football ce lundi. Les trois vice-présidents devraient être aussi connus  la semaine prochaine.

Une autre élection interne reste encore à faire pour dévoiler les noms des vice-présidents de la FMF. Qui obtiendra le maximum de voix, notamment du président et des dix membres du comité exécutif ? Suite à l’élection à Ifaty Tuléar, samedi dernier, les trois premiers candidats qui ont récolté le maximum de voix auront beaucoup de chance cette fois-ci. A la première place, Jocelyn Razafimamonjy avec 17 voix. Ce PDG de Nino Design Internationnal est très célèbre dans le monde du football malgache. Il est passé de plusieurs clubs de Toliara jusqu’à Toamasina et doté d’un diplôme d’entraîneur. Etant technicien de la Confédération africaine de football (CAF), le club Galactic  qu’il a gère a connu le succès dans son parcours. Après lui se trouve Lay Mein Alexandre. Peu connu mais très actif dans la promotion du beach soccer, surtout dans la ligue Atsinanana. Il est depuis 2011, le président fondateur de l’association « Dôla Beach » partenaire de la fédération pour cette discipline. Il détient le certificat d’arbitrage en beach soccer. Ce Jeune entrepreneur était déjà candidat à ce poste de CE en 2014 à Mahajanga, mais il a échoué, de même pour Jocelyn Razafimamonjy. On l’a spécialement connu par la fondation de la DRA (Direction Régionale de l’arbitre) et le championnat national de beach soccer à Vatomandry en 2016. C’est évident s’il a recueilli les 15 voix du fait qu’il s’est familiarisé des présidents des ligues. Le troisième nom, il s’agit de Mario Raharimino, 15 voix ex aequo au second tout cela n’est qu’une simple hypothèse mais il pourrait encore y avoir de grandes surprises. Le résultat de l’élection définira le futur de notre foot national.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar-Etats-Unis : Des projets à fortes retombées sur la sécurité alimentaire et agriculture

Les intervenants des projets lors de la rencontre avec l’ambassadeur des Etats-Unis, le DG de l’USAID et le directeur de l’agribusiness du MAEP.

Plusieurs projets dans le domaine de l’agriculture et de la sécurité alimentaire ont été mis en œuvre à Madagascar dans le dessein d’améliorer les pratiques agricoles, les rendements, la sécurité alimentaire et la nutrition dans le pays. Une rencontre entre les représentants des projets et l’ambassadeur des États-Unis, Michaël P. Pelletier, le directeur général de l’Agence des États-Unis pour le Développement International (USAID), John Dunlop, et le directeur de l’agribusiness au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche (MAEP), Marina Rakotoniaina, a eu lieu récemment pour discuter des problèmes clefs du secteur agricole à Madagascar. Il s’agissait notamment de trouver les voies et moyens d’aider les agriculteurs à accéder aux nouveaux marchés locaux, régionaux et internationaux et les moyens efficaces d’introduire de nouvelles innovations et améliorations auprès d’agriculteurs habitués à une agriculture traditionnelle.

« Asotry » et « Fararano ». Deux projets, baptisés « Asotry » et « Fararano », ont été mis en œuvre au cours des cinq dernières années dans le domaine de la sécurité alimentaire, et financés par l’USAID à hauteur de 75 millions de dollars. Le projet « Asotry », géré par ADRA (Adventist Development and Relief Agency), vise la réduction de l’insécurité alimentaire dans les communautés des régions Amoron’i Mania, Haute Matsiatra et Atsimo Andrefana. Plus de 260.000 personnes ont bénéficié de ses activités. Quant au projet « Fararano », géré par CRS (Catholic Relief Services), l’objectif est de réduire l’insécurité alimentaire dans 464 villages dans les régions Atsinanana, Vatovavy Fitovinany et Atsimo Andrefana. Le projet est axé sur des objectifs liés à la santé, à la nutrition, à l’agriculture et aux moyens de subsistance et à la préparation aux catastrophes. 35.000 agriculteurs ont ainsi été formés, 95.000 mères et enfants ont bénéficié d’un appui nutritionnel, et des infrastructures d’irrigation et de drainage ont été mises en place sur 2704 hectares, tandis que 203 communautés ont été accompagnées dans l’obtention de la certification « débarrassée de la défécation à l’air libre ».

 “Peace Corps” et “Farmer-to-Farmer”. Peace Corps fait venir à Madagascar des bénévoles américains, pour travailler pendant deux ans aux côtés des dirigeants locaux afin de relever des défis urgents dans les domaines de la santé, de l’agriculture et de l’éducation. 35 bénévoles de Peace Corps travaillent actuellement dans l’agriculture au sein des communautés de 13 régions du pays, et collaborent avec leurs homologues malgaches pour résoudre les problèmes de production alimentaire et de nutrition dans leurs communautés. Quant au Programme Farmer-to-farmer, financé par l’USAID, il consiste à recruter des agriculteurs et techniciens agricoles bénévoles hautement qualifiés et expérimentés des États-Unis, pour des partenariats à court terme dans les pays en développement. L’objectif est de créer une croissance économique durable et diversifiée dans le secteur agricole. Le programme de Madagascar est axé sur les chaînes de valeur de l’horticulture, de l’élevage, de l’aquaculture et du riz et cherche à améliorer la qualité des cultures, les rendements et les revenus des agriculteurs.

PEER. Le programme « Subventions de partenariats pour une participation accrue à la recherche » ou PEER, finance les travaux de scientifiques et d’ingénieurs des pays en développement en partenariat avec des chercheurs financés par le gouvernement américain pour relever les défis du développement mondial. Un des bénéficiaires des subventions PEER à Madagascar, le Dr. Andrianjaka Ravelomanana, travaille avec une équipe dont l’universitaire et chercheur américain Brian Fisher, pour créer une nouvelle source commerciale de protéines à base de grillons pour Madagascar. Substituer la protéine de grillons aux protéines de vache dans certains produits alimentaires peut réduire considérablement les impacts environnementaux de la consommation de viande et réduire la malnutrition à Madagascar.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Appui à la filière bois énergie à Itasy et Analamanga : Préservation de 3000 hectares de forêts par an

La reforestation de Madagascar figure parmi les projets du ministère de l’Environnement.

Ce mercredi 28 août 2019 a eu lieu l’atelier de clôture du projet AFIBERIA (Appui à la filière bois et énergie dans les régions Itasy et Analamanga) entamé en mars 2015. Les techniciens et responsables du projet ont parlé de résultat plus que satisfaisantdurant l’atelier de clôture qui s’est tenu à l’hôtel Colbert Antaninarenina.

Tous les objectifs ont été atteints, voire dépassés, tels ont été le verdict annoncé pendant l’atelier de clôture du projet AFIBERIA du programme ASA. Pour tous les volets du projet, les résultats obtenus dépassent les attentes. En matière de reboisement par exemple, si AFIBERIA visait la formation de 33 pépiniéristes pour les 47 mois de mise en œuvre du programme, ce sont au final 44 pépiniéristes qui ont été formés. Même chose pour le volet carbonisation, 24 maîtres- charbonniers et 1.599 charbonniers ont été formés sur un objectif de 1.500. Un bilan qui a ravi les différents acteurs : les producteurs, le bureau d’appui à la coopération extérieure ou encore le ministère de l’Environnement. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle un autre projet similaire va être signé dès demain entre le gouvernement malgache et l’Union européenne, baptisé AFAFI, ce nouveau programme sera la suite logique d’AFIBERIA d’après le représentant du bureau d’appui à la coopération extérieure.

Les foyers améliorés. Le volet foyer amélioré fait partie des trois volets qui composent le projet AFIBERIA. Il s’agit de la production de foyers améliorés ou Fatana Mitsitsy qui permettent de réduire considérablement la consommation de charbons de bois. Ainsi, AFIBERIA a permis de préparer 45 artisans producteurs de foyers améliorés qui sont désormais fidélisés au niveau de neuf ateliers. En quatre ans, ce sont près de 55.625 unités de foyers améliorés qui ont été vendus, offrant un revenu supplémentaire à hauteur de 98 millions d’Ariary pour les artisans. Et bien évidemment, la commercialisation de ces foyers n’a pu se faire comme cela, par magie, une équipe était là pour assurer la campagne de marketing et la sensibilisation de la population sur les bénéfices à utiliser ce produit. Certains ont certainement remarqué les camions baladeurs qui ont parcouru la ville ou encore le spot publicitaire qui passait sans cesse sur les chaînes de télévision nationales. Quoi qu’il en soit, l’utilisation d’un foyer amélioré par les ménages réduit la consommation annuelle en bois de 130.000 tonnes, soit une préservation d’environ 3.000 hectares de forêts par an. Ce qui représente tout de même un énorme point pour l’environnement.

Des charbonniers convaincus. Quant au volet carbonisation, force est de constater que les charbonniers sont majoritairement satisfaits d’avoir acquis les nouvelles techniques de production. Si les uns ont été formés via le programme AFIBERIA, les autres n’ont pas hésité à apprendre de ces derniers. Une initiative louable puisqu’ensemble, ils ont pu générer un revenu supplémentaire de 232 millions d’ariary via une production supplémentaire de 3.454 tonnes.

A noter qu’AFIBERIA a touché 18 communes des régions Itasy et Analamanga dans le dessein de contribuer durablement à la lutte contre la pauvreté et à la préservation de l’environnement. Toutefois, le ministère de l’Environnement espère que le programme s’étendra dans d’autres régions d’après le discours de son représentant à cet atelier de clôture.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Autour des Jeux Africains

Basket

Les champions accueillis en héros

Ils ont écrit l’histoire. Les Elly, Livio, Arnold et Fiary ont débarqué hier après-midi à l’aéroport d’Ivato. Médaillés d’or du tournoi de basket-ball 3 x 3 des Jeux africains, les basketteurs malgaches ont éte accueillis par le ministère de la Jeunesse et des Sports et la fédération malgache de basket-ball et  ont eu droit au salon d’honneur. A Rabat, ils ont remporté la premiére médaille d’or du basket 3×3 dans l’histoire des Jeux africains en remportant 6 matches sur les 7 qu’ils ont disputés.

Lutte

Entrée en compétition de Julienne

La compétition de lutte des 12es Jeux africains a débuté hier à El Jadida. Madagascar est représenté par deux lutteurs ici au Maroc. Marie Julienne Rasendrasoa entre en compétition ce jour au Centre Olympique de El Jadida dans la catégorie des moins de 57 kg. Cette lutteuse a déja participé aux Jeux de la Francophonie il y a deux ans à Abidjan, Côte d’Ivoire. C’est demain que Bienvenue Andriamalala toujours dans la catégorie des moins de 57 kg monte sur le tapis. Trois fois vice-champions d’Afrique et ancien pensionnaire du centre de Thiès au Sénégal, l’espoir de chance de médaille repose sur Bienvenue.

Athlétisme

Sidonie disqualifiée de la finale 

Engagée en finale du 100m haies, Sidonie Fiadanantsoa a heurté la 6e haie et disqualifiée. Sur les 8 finalistes, seules 5 athlètes ont franchi la ligne d’arrivée si elles sont trois disqualifiées. Elodie Embony entre de nouveau en piste ce jour pour les séries du 200 m tout comme Olga Razanamalala engagée en 400 m haies.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Dénonciations contre l’Armée sur les réseaux sociaux : Les hauts responsables du RM1 apportent leur ve...

Face aux publications faites par des personnes déclarant victimes d’abus et d’injustices commis par l’Armée malgache sur les réseaux sociaux ces derniers temps, les hauts responsables de cette entité au niveau de la Région militaire n°1 (RM1) ont convoqué la presse, hier, pour apporter leur version sur ces faits. Conduits par le Commandant du RM1, le Général de Brigade Jean Claude Rabenaivoarivelo, ils ont parlé de l’expulsion des enfants et jeunes membres d’un club venus s’entraîner au complexe sportif militaire de Betongolo la semaine dernière d’une part et de l’affaire portant sur des militaires accusés d’avoir perpétré des actes de violence au quartier des 67 ha, la nuit du 25 août dernier, d’autre part.

En ce qui concerne le complexe sportif de Betongolo, le commandant de garnison et chargé de la coordination et de la gestion des infrastructures des camps militaires existant à Betongolo, le Général de Brigade Rambinintsaotra Lantoniaina affirme que l’Etat-Major a agi dans la légalité, par application du texte régissant l’utilisation de ce stade. L’Etat-Major général de l’Armée malgache l’a décidé parce que ce club n’a pas rempli les conditions requises pour avoir accès aux lieux. D’après lui, l’utilisation du stade exige une autorisation délivrée par le Chef d’Etat-Major Général de l’Armée malgache. Cela entre dans le cadre de la normalisation de la gestion des patrimoines de l’Armée. Il souligne que les responsables de ce club ont déjà été avertis de l’existence de cette procédure depuis l’année 2017 mais ils n’ont rien fait. Cette expulsion a eu lieu le jour où une délégation de l’Etat-Major s’est rendue sur place et a constaté que ce club n’est pas en règle. En effet, ce général affirme être indigné par la réaction des responsables de ce club accusant l’Armée malgache d’empêcher les enfants et les jeunes de ce pays de se distraire et de jouir du droit de faire du sport. Parlant de ce qui s’est passé au quartier des 67 ha la nuit du 25 août, le commandant du RM1, le Général Jean Claude Rabearivelo explique que ces militaires n’ont fait que leur travail qui entre dans le cadre de la sécurisation urbaine. En patrouille dans la localité, ces militaires sont intervenus après avoir entendu des bruits dans un bar. Parlant de la plainte déposée par le propriétaire de ce bar auprès de la brigade de la gendarmerie de Tana-ville à Betongolo, le Général estime que cela est tout à fait normal à cause des dégâts engendrés par cet incident. « Il a le droit de le faire » dit-t-il. Quoi qu’il en soit, il rapporte qu’en tant que premier responsable de  tous les corps de l’Armée existant à Antananarivo, il a déjà pris toutes les mesures qui s’imposent. Des enquêtes et des recoupements ont été effectués, conclut-il.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Avaratr’Ankatso : Mpanendaka nifanenjehan’ny fokonolona

Ela nitoratorahana. Lehilahy iray no voasambotry ny fokonolona teny amin’iny faritra Avaratr’Ankatso iny raha teo am-panendahana tovovavy iray teny an-toerana. Ny talata hariva teo no nitrangan’izany. Araka ny vaovao voaray dia efa narahan’ity mpanendaka ity ela ilay tovovavy ary niandry fotoana fotsiny izy hanaovana ny asa ratsiny. Efa teo am-pamohana ny vavahadin’ny tranony izy no nohararaotin’ilay olon-dratsy nalaina ny zavatra teny aminy. Nisy nahita izany zavatra izany ka nifanenjehan’ny rehetra ilay totakely, ary tsy namelàna raha tsy tratra. Natolotra ny pôlisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahatelo avy hatrany moa ity olon-dratsy ity.

Anisan’ny iray mbola mampirongatra ity resaka tsy fandriam-pahelamana ity, na asan-jiolahy io na fanendahana sy harom-paosy dia ny fahafantaran’ireo mpanao ratsy fa tsy misy sahy hitoroka na hisambotra azy ireo fokonolona, na izay mahita ny asa ratsy ataony. Izany dia noho ny tahotry ny valifaty sy ny fampihorohoroana ataon’ireo totakely ireo. Kanefa rehefa misy ny firaisan-kina ary sahy manohitra izany sy mandray andraikitra avy hatrany ny fokonolona dia azo inoana fa maro amin’ireo mpanao ratsy no hipetraka tsara. Tsy misy lehibe noho ny vatolampy tokoa mantsy hono fa rehefa tsy miteny dia hanaovan’ny vorona maloto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Nosy-Be Symphonies- 6e édition : Manifestation culturelle dans un esprit humanitaire

La conférence de presse qui s’est tenue hier à l’hotel Tsanga Tsanga

Après le concert privé qui se déroulera à Akamasoa ce vendredi 30 août à 16 heures, l’ouverture de la 6e édition du Nosy-Be symphonies aura lieu le samedi 31 aout à l’Institut Français Madagascar.

Après le concert à l’IFM, la musique classique débarquera dans l’Ile aux parfums à partir du 03 jusqu’à 07 septembre prochain. Le Festival permet de découvrir de jeunes artistes mais aussi des musiciens de renom. Ces derniers offriront du classique pour organique puissant et incisif. A part les meilleurs musiciens malgaches Cantiamo de Natacha Rajemison, Cordistes de Madagascar, LMM Quartet de Seta Ramaroson ainsi que la marraine du festival, la pianiste belge d’origine polonaise, Elzbieta Dedek, trois grands musiciens seront invités à cette sixième édition.

Invité de marque. Guy Lukowski, après avoir été champion d’athlétisme, professeur de lettres et guitariste amateur, a tardivement consacré sa vie à la guitare classique, dont il est devenu un des tout bons interprètes. Son plus grand mérite fut de créer à Liège un festival international de la guitare où défilèrent les plus grands noms de la guitare et où furent créées un grand nombre d’œuvres nouvelles. Il est ouvert à la fusion, sans barrière et au-delà des catégories. Guy Lukowski promet un grand show au festival Symphonies avec son instrument fétiche. Quand à Karol Sosinski et Jakub Muszynski, ils présentent la musique classique comme nul autre. Ils combinent audace et virtuosité. Familier des scènes populaires qui tranchent avec la tradition classique, ils encouragent l’implication du public, et crée ainsi un dialogue vibrant avec leurs spectateurs.

La musique au service du développement. A part l’évènement culturel, cette année, les organisateurs de Nosy-Be Symphonies « garde en tête le volet humanitaire avec de grand projet de création d’une école de musique classique pour les enfants des rues déscolarisés ». Compte tenu du manque de moyens de sensibilisation dans certaines zones défavorisées, peu d’enfants ont accès à une pratique musicale. Les enfants malgaches ne bénéficient du même accès à la culture qu’en fonction des revenus et habitudes culturelles de leurs parents. L’éducation artistique joue en effet un rôle important dans le développement des enfants, ouvrant les plus jeunes à une large appréciation des arts et de la culture et apportant des bienfaits dans nombreux autres domaines : meilleure socialisation, impact pour l’estime de soi. Conscients de tout cela, les organisateurs décident de créer une école à Ambohimanarina. « Non seulement ces enfants vont s’épanouir, mais c’est aussi pour les aider à avoir la foi en leur avenir » a expliqué la musicienne Natacha Rajemison.

Le festival de musique classique de l’Océan Indien a pris de l’ampleur. Cette 6e édition tourne autour du thème fusion. Une occasion pour les artistes de partager leur expérience. La musique classique résonnera au fief du « salegy » !

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

HJRA Ampefiloha : Mpivady maratra mafy voatafika tany Behenjy tsy misy havana

Efa ho efatra andro izao no tsaboina etsy amin’ny hopitaly Joseph Ravohangy Andrianavalona Ampefiloha (HJRA) Razanakolona Harisson sy Razanajoary Florine vadiny, vokatry ny ratra nahazo azy ireo ny alin’ny alatsinainy 26 aogositra lasa teo tokony ho tamin’ny 8 ora alina. Teo am-pisakafoanana hariva ireto mpivady no nisy nanao herisetra toa an-tranony ao amin’ny fokontany Amboanjobe, kaomina Behenjy, distrikan’Ambatolampy. Voavely famaky ny lohan’ilay rangahy. Mangana noho ny vono nahazo azy kosa ny maso sy ny vatana manontolon’ilay ramatoa. Tsy fantatra mazava izay anton’izao fanafihana izay voalaza fa olona monina tsy lavitra ny tanàna ihany no nahavanon-doza. Ny mponina tao an-toerana no nitondra azy ireo niakatra aty an-drenivohitra mba hamonjy hôpitaly. Ireo mponina ireo no nifanome tanana mba hiatrehana ny fitsaboana ny maratra satria tsy hita ny havan’ireto mpivady ireto. Tsy niteraka izy ireo fa ramatoa kosa no voalaza fa manan-janaka amin’olon-kafa. Koa miangavy ny mpiara-monina amin’izy ireo mba hampita an’izao vaovao izao amin’izay mahafantatra ireto niharam-boina ireto ka hanatona ao amin’ny HJRA Ampefiloha.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

La mort de Nadine Ramaroson : « Le flou entoure sa disparition », selon sa famille

La famille ne s’en remet pas encore de la disparition de Nadine Ramaroson.

Une tragique disparition qui reste encore gravée dans la mémoire de ses proches. Ces derniers ont d’ailleurs souligné que c’est l’ancienne ministre de la Population qui a prôné le « sosialim-bahoaka ».

28/08/11-28/08/19. Cela fait huit ans déjà la disparition de Nadine Ramaroson. Un culte religieux s’est tenu ainsi à l’Orchidée blanche à Androhibe, en la mémoire de cette ancienne ministre de la Population. En marge de ce culte, la famille de la défunte a tenu une conférence de presse. Selon les parents de cette dernière, elle est à l’origine des termes « sosialim-bahoaka». En ce qui concerne cette disparition tragique, sa mère a déclaré : « Cela a été un véritable choc pour nous ». Elle a ainsi fait savoir qu’il y avait quelque chose qui n’était pas très clair sur la mort de Nadine Ramaroson. « Le flou entoure sa disparition », a-t-elle soutenu.

Conseil économique et social. Sa mère a tenu également à souligner que sa fille aurait dû prendre le bateau mais ce ne fut pas le cas car elle a pris une vedette rapide. Avant d’enchaîner « qu’elle savait nager, il n’y avait pas eu de vague, tout d’un coup, il y avait une explosion. » Ses parents estiment par ailleurs que  pour l’amour de la patrie, elle s’est battue contre le trafic illicite des bois de rose. Un point de vue que certains individus ne partagent pas. Est-ce à dire que sa disparition est liée au trafic de ce bois précieux ? Ils ont, en outre, confié que « c’est Nadine qui est à l’origine de la mise en place du Conseil Economique et Social »  mais qui jusqu’à preuve de contraire n’a pas encore vu le jour pourtant c’est prévu dans la Constitution.

Apporter la lumière. Faut-il rappeler que le drame est survenu un dimanche, le 28 août 2011 au large de Soanierana Ivongo alors qu’elle revenait d’une visite à Sainte- Marie. Selon la version officielle, Nadine Ramaroson est décédée dans « un accident mortel survenu entre Soanierana Ivongo et Sainte Marie ». Un point de vue que la famille refuse d’admettre. D’ailleurs, elle a saisi le tribunal pour apporter la lumière sur cette affaire et qu’elle reste toujours confiante en la justice.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Beach Volley : Une autre alternative pour la fédération

La fédération malgache de volley-ball a décidé de changer de fusil d’épaule après ce demi-échec aux Jeux des Îles de Maurice où les deux équipes hommes et dames ont terminé à la seconde place.

Place maintenant au Beach volley qui va tenir son premier Open pour ce week-end à Toamasina, à côté du Bateau Ivre ! C’est le nouveau défi de la fédération malgache de volley ball qui veut ainsi revenir à une formule moins coûteuse mais qui réussit bien dans le passé pour les joueurs malgaches. Les primes de 300.000 ariary offertes aux vainqueurs et un peu moins aux finalistes constituent une sérieuse motivation pour cette grande première du président Tahina.

Autant le dire que le Beach volley a connu ses heures de gloire lorsque certains joueurs ont pu intégrer le circuit sud-africain mais faute de suivi, l’initiative n’a pas fait long feu.

N’empêche que certains joueurs se sont surtout révélés dans cette discipline notamment lors des tournois privés comme ceux de Big Soma à Mahajanga. Là même où Lalah, le pion essentiel de l’équipe féminine malgache, est sortie fut lot pour ravir le titre pour ensuite se faire un nom.

L’exemple peut aussi être étendu à son frère Fenozara qui reste un des meilleurs attaquants du GNVB et bien évidemment de l’équipe nationale.

Le point commun de cette famille vraiment pas comme les autres, c’est cette détente verticale hors normes et qui constitue l’arme principale au Beach volley.

Le moins qu’on puisse dire est que Madagascar a le potentiel pour réussir au Beach volley non seulement en raison des joueurs de talent mais surtout des plages disséminées dans les quatre coins de l’île.

Et puis de toutes les façons, rien ne coûte d’essayer comme l’a si bien réussi le basket 3×3 récemment médaille d’or des Jeux Africains au Maroc mais pas champion d’Afrique comme on s’acharne à le faire croire. Au championnat d’Afrique à Lomé, le vrai championnat, Elly et ses camarades ont fini à la troisième place avec une médaille de bronze au cou. C’est toute la différence.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Explosion d’un transformateur à Ambodivona-Ankadifotsy : Les habitants privés d’électricité toute l...

Grande fut la surprise des habitants d’Ambodivona et d’Ankadifotsy Mandialaza hier matin. Dès cinq heures du matin, les quartiers n’avaient plus d’électricité. La raison ? Un transformateur de la Jirama (Jiro sy Rano Malagasy) a explosé causant une coupure de courant durant toute la matinée. Un problème qui n’a pu être réglé que dans l’après-midi vers 14h20, puisque les techniciens de la Jirama ont dû changer certaines pièces brûlées pour remettre en marche le transformateur grillé.

Comme d’habitude. Interrogé sur ce petit trouble, les habitants n’étaient plus étonnés. L’explosion de ce transformateur ne constitue plus une surprise d’après une femme résidant dans ce quartier, « quand il y a une coupure de courant, c’est souvent suite à la disjonction d’un transformateur » a-t-elle fait savoir. Toujours d’après elle, un de ces transformateurs lâche souvent, à plusieurs reprises dans l’année. Puis, en ce qui concerne les raisons qui ont pu faire sauter ce dispositif, les habitants supposent que c’est vraisemblablement un ménage qui a encore utilisé une puissante machine électrique. En tout cas, il ne s’agit pas d’un énième épisode du délestage qui irrite tant la population mais bel et bien d’un accident regrettable.

Anja RANDRIAMAHEFA