Les actualités Malgaches du Mardi 29 Août 2017

Modifier la date
Madagascar Tribune796 partages

Mahafaly Olivier se donne 3 mois pour l’éradiquer

Tout Madagascar est devenu zone rouge en terme d’insécurité, se plaignent bon nombre de citoyens. Et ce ne sont pas les habitants aux alentours de Camp Robin voire de tous les environs du district d’Ambohimahasoa ou de Beroroha qui viennent contredire, eux qui viennent d’être attaqué par une horde de dahalos le week-end dernier. En tout cas, il ne se passe pas un jour sans attaque de dahalos et d’agressions armées des bandits contre des villageois ou contre citadins. Pareils pour les grossistes, épiceries et épi-bar de la capitale attaqués en plein jour par des bandits lourdement armés. Et ce n’est pas l’augmentation du nombre des éléments de force de l’ordre et la dotation de nouvelles tenues qui vont changer quoi que ce soit. Les responsables de la sécurité multiplient les dispositifs et stratégies mais en vain. Certains responsables déplorent par moments une campagne de dénigrements sinon une campagne de rumeurs sans fondement plutôt destinée à affaiblir le régime.

Le Premier ministre face aux critiques acerbes de tous sur la question d’insécurité a promis qu’en trois (3) mois il va éradiquer l’insécurité. On ne sait pas trop comment mais il s’est donné 3 mois pour mettre fin à la terreur quotidienne des contribuables. Bon soldat de Rajaonarimampianina, le 3 mois c’est aussi son chiffre fétiche peut-être.

La réforme de la sécurité qui a englouti l’argent public l’année dernière en réunion en tout genre n’a finalement rien donné, à part les conférences. Sur terrain, rien au contraire. Et le gouvernement de combat de Mahafaly Olivier est vaincu par les dahalos en tout genre.

L'express de Madagascar332 partages

Transport aérien – Incident sur un vol vers Tolagnaro

Le Boeing 737-800 de la compagnie Air Madagascar a connu un incident technique. Cette panne s’est répercutée sur le programme des vols.

C’était un week-end noir pour la compagnie Air Mada­gascar et ses passagers. L’un des appareils de la compagnie aérienne a connu un incident technique en plein vol. Plus de peur que de mal pour les passagers à destination de Tolagnaro car le pire a été évité et les passagers sont sortis indemnes. Cet incident est survenu sur le Boeing 737-800 de la compagnie, obligeant les pilotes à faire demi-tour et de rebrousser chemin en plein vol. « Il y avait une panne sur l’appareil et c’était la meilleure solution. Nous voulons prendre les choses en main. Maintenant, l’appareil peut reprendre ses vols », a expliqué une responsable auprès de la compagnie aérienne.Cet incident a provoqué un grand chamboulement dans le programme des vols. Par exemple, les passagers à destination d’Antananarivo ont été bloqués à l’aéroport de Toliara pendant plusieurs heures. Samedi, le vol devait quitter le tarmac de cet aéroport à 13h40 mais finalement, il est reporté à 20 heures 30. « Les vols devraient revenir à la normale à partir de demain (ndlr : ce jour) et récupérer les passagers en souffrance », a fait savoir la responsable.

AvertissementDevant ces incidents, les agences de voyages restent très prudentes. Des messages d’avertissement ont été envoyés à ses clients. « Beaucoup de perturbations sur les vols de Air Madagascar. Confirmez vos horaires en cas de vols », balance sur son compte Twitter une agence de voyage.Ce Boeing 737-800 d’Air Madagascar avait foulé pour la première fois le tarmac malgache, à l’aéroport Ivato le 20 août 2015. En provenance de la ville chinoise de Shanghai, cet aéronef fait partie de la dernière génération des 737 du constructeur américain. Toutefois, ce n’est pas la première fois que cet aéronef a connu un tel incident. En août 2016, l’appareil était immobilisé à l’aéroport de Tolagnaro à la suite d’une défaillance d’un de ses actionneurs. La compagnie s’est vue obliger d’affréter un autre appareil pour assurer le transport des passagers bloqués à Tolagnaro à l’époque.

Lova Rafidiarisoa

News Mada146 partages

Recueil de poèmes : le monde littéraire accueille «Revy hafa»

Un recueil de poèmes tout aussi passionnants les uns que les autres, le second volet de «Revy hafa» signé Riva Andriamalala a été présenté samedi dernier à la Bibliothèque nationale d’Anosy.

L’auteur innove avec un langage moderne et familier.  Dans ce livre, il décortique l’amour au delà du sens propre du terme et  la vie quotidienne avec un ton satyrique et déroutant. Résolument en langue malgache, cet ouvrage de 100 pages se trouve donc dans la ligne des précédents, «Antaranoana» sorti cette année, «Kalo Fitia» en 2016 et «Revy Hafa I» en 2015. «Les critères pour publier un livre résident dans son visuel et sa qualité, parce que l’écrit reste. Cela pourrait avoir un impact sur l’auteur mais également et surtout sur les lecteurs», apprend-t-on.

Ainsi à travers ce recueil, Riva propose une autre manière pour étancher la soif de la lecture. «Déjà qu’on éprouve une difficulté à s’approprier des manuels scolaires, les autres catégories de livres n’ont quasiment pas leur place sur les étals du marché. Et les bibliophiles représentent une minorité de la population à Madagascar».

«Revy hafa» a été présenté à l’occasion d’un récital de poèmes au cours duquel  Riva a partagé le micro avec des illustres poètes comme Na Hassi, Tsiahy Andrianina ou encore Anjara Tsy Ahy. «C’est la passion pure qui nous anime à continuer dans cette aventure périlleuse», a-t-il souligné.

Et cette cérémonie a été une occasion pour le poète de faire un état des lieux de la littérature malgache. «Etre écrivain c’est un métier qui nourrit bien son homme sous d’autres cieux. Ce qui n’est pas le cas chez nous, dans la Grande île. Contrairement aux albums de musique, les manifestations de promotion de livre et de la lecture sont entièrement gratuites. C’est par la vente du livre que l’auteur tire un modique bénéfice», a-t-il conclu.

Joachin Michaël

 

Midi Madagasikara132 partages

Besarety : Niditra avy eny amin’ny tafo ny jiolahy mitam-basy

Maloto izy ireo ary tsy mikiraro. Toa ireny mpanendaka eny an-dalambe amin’ny antoandro ireny. Saingy ny indro kely dia manana basy soa aman-tsara. Ny alin’ny alahady teo, tamin’ny 12 ora sy sasany, raha mbola ao anaty torimaso tsara ny olona tao an-trano, ireo jiolahy kosa nandavaka tsimoramora ny tafon’izy ireo. Trano misy rihana ilay voatafika ary asa izay fomba nataon’ireto olon-dratsy fa tsy nisy naheno mihitsy ny fanagoahan’ireo ny tafo sy ny « plafond ». Efa tafiditra tao anatiny ary nanambana basy izy ireo vao taitra ny olona. Nofatorana izy mivady izay tao anaty efitranony. Notampenana ihany koa ny vavan’ireo mba tsy ho afaka hiantso vonjy. Nitazona poleta iray sy antsy ireo olon-dratsy. Lasa tao anatin’ny fotoana fohy ny finday rehetra tao an-trano ary nobataina koa ireny « home cinéma » ireny. Ankoatra izay dia lasa ihany koa ny vola izay mba natao fiandry tao an-trano. Nivoaka ny trano, tsy taitra akory ny olon-dratsy sady nibata ny entana nalainy.  Nivoaka soa aman-tsara teo amin’ny varavarana iombonana izy ireo fa tsy teny amin’ny…tafo intsony. Izany ankehitriny no iainan’ny olona. Na dia efa mba niomana amin’izay zavatra mety hitranga aza, toy ny fanamafisana ny varavarana, eny amin’ny tafo indray ireo olon-dratsy no miditra. Tsy kely lalana ny ratsy saingy na izany aza ny fananan’ireo basy isak’izay manafika no tena mahavariana. Avy aiza ihany ny fitaovam-piadiana ? Hatreto dia tsy mbola nisy fanadihadiana izay tena namaly ny fiparitahan’ny basy sy bala eto an-drenivohitra na dia efa saika isan-kerinandro aza no misy lavon’izany ny olon-tsotra. Vao ny faran’ny herinandro teo no nisy voatifitra ary namoy aina teny Ampitatafika, ary mbola tao anatin’izay fotoana fialan-tsasatra izay koa no nisy sefo fokontany iray voatifitra teo amin’ny feny rehefa nilatsahan’ny jiolahy tao an-tranony. Ireo tranga roa ireo fotsiny dia afaka manamarina fa miparitaka ny basy. Raha tsy lasa lavitra ny fanadihadian’ny tompon’andraikitra amin’izany dia tsy ho azo inoana ny hihenan’ny asan-jiolahy izay mampikaikaika ankehitriny…

D.R

Midi Madagasikara120 partages

Marc Ravalomanana : Rencontre avec les dirigeants catholiques, hier, à Morondava

Poignée de main hier à Morondava entre Marc Ravalomanana et Mgr Odon Razanakolona.

« Je n’ai aucun problème avec les dirigeants catholiques. La preuve, je viens d’avoir une rencontre avec eux et nous avons discuté des problèmes socio-économiques, dont entre autres l’insécurité et l’inflation que connaît la population de la région de Menabe. » C’est en ces termes que l’ancien président Marc Ravalomanana a décrit hier, à Morondava, l’état de ses relations avec les dirigeants de l’Eglise catholique à Madagascar. En effet, après la messe qui a été organisée dimanche dans la capitale du Menabe dans le cadre de la célébration de la Journée nationale des Enfants catholiques, le Nonce apostolique Mgr Paolo Rocco Gualtieri a demandé à rencontrer de nouveau hier l’ancien président. La rencontre a vu la présence d’évêques catholiques dont entre autres Mgr Odon Arsène Razanakolona (archevêque d’Antananarivo) et Mgr Fabien Raharilamboniaina (Evêque de Morondava).

Laïcs FJKM. Interrogé par les journalistes locaux sur les polémiques concernant sa présence lors de la messe de dimanche à Morondava, Marc Ravalomanana d’expliquer : « On s’est convenu à l’avance avec les dirigeants catholiques que je ne pouvais pas assister à la réception pour la simple raison que j’avais un autre rendez-vous à honorer avec les laïcs FJKM qui organisaient ce dimanche leur assemblée à Morondava. Les dirigeants catholiques m’ont excusé et m’ont dit que je pouvais partir discrètement au moment du « Tsinjaka ». Ce que j’ai fait. Il est donc faux de dire que j’ai brusquement quitté le culte parce que je n’ai pas droit à la parole. » A noter que les laïcs FJKM ont également tenu dimanche dernier leur assemblée dans la capitale du Menabe. Marc Ravalomanana était présent au rendez-vous en tant que président du comité de 50e anniversaire de l’Eglise réformée.

R. Eugène

Midi Madagasikara115 partages

Basket – Metz Club : Sariaka Totofidy dans l’équipe senior

Sariaka Totofidy, l’étoile montante du basket-ball malgache.

L’international malgache Sariaka Totofidy vient d’étoffer le rang des joueuses seniors de l’équipe du Metz Basket Club. A 17 ans, Sariaka joue dans la cour des grands.

Evoluant dans la catégorie cadette au sein du Metz basket Club, Sariaka Totofidy fait partie des quatre joueuses qui vont étoffer le rang des seniors. Agée actuellement de 17 ans pour 1 m 68, elle va évoluer en pré-nationale et peut-être N3. « J’intègre donc un groupe dans lequel il y a des filles plus âgées, certes plus mûres et mieux bâties, mais en vérité ça ne m’inquiète pas. Au contraire, je suis même contente, car ça va me permettre de m’endurcir et de progresser niveau basket. Après, c’est sûr qu’il y aura de la concurrence, mais j’aime ça et il en faut dans une équipe. De plus, les filles sont super sympas et les coachs très à l’écoute. Nous sommes vite intégrées et j’espère que durant l’année on aura une bonne cohésion de groupe, que ça soit au basket ou en-dehors, car c’est important. Pour terminer, je suis pressée de reprendre la saison qui sera j’espère remplie d’émotions et de plaisirs ! » a-t-elle expliqué. Sariaka évolue dans les postes 1 et 2. Elle a été formée au Sluc de Nancy et a joué pendant deux ans dans l’équipe Union Sluc-Metz, en minimes et cadettes puis elle a rejoint Metz. En 2015, elle a défendu les couleurs malgaches à l’Afrobasket Women U 16 à Antananarivo. A 17 ans, elle est l’une des étoiles montantes et relèves par excellence du basket-ball malgache. « Sariaka est une fille susceptible de jouer avec les deux équipes, elle fera un peu la navette entre les deux. Elle s’entraînera avec la N3 comme ses trois copines. C’est une très jeune joueuse avec un vrai potentiel, très intéressante sur les lignes arrière. Elle peut développer un gros volume de jeu. Une chose que j’apprécie chez elle ? Son esprit de battante. Tout à fait le genre d’esprit que j’essaie d’inculquer à mon équipe. Elle, elle l’a. Elle veut travailler, veut progresser et elle amène de la fraîcheur et de la bonne humeur au groupe » a fait savoir son coach, Damien.

T.H

Midi Madagasikara103 partages

Nicolas Randrianasolo : « On aurait dû limoger 75% des membres du gouvernement »

Suite au remaniement du gouvernement, le député de Betroka Nicolas Randrianasolo a apporté son point de vue. Ce proche du régime de souligner que le limogeage des trois ministres n’est pas suffisant : « On aurait dû limoger 75% des membres du gouvernement ». Et lui d’enchaîner que « des hommes qui connaissent vraiment le terrain sont les plus indiqués, et ce, en tenant compte notamment de la pauvreté toujours galopante et l’insécurité qui ne cesse de gagner du terrain. De ce fait, une obligation de résultats incombe à ceux qui siègent au sein du gouvernement ». Toutefois, il ne cache pas qu’il reste toujours fidèle au Président Hery Rajaonarimampianina. Ce député de Betroka a évidemment parlé du phénomène  « dahalo » qui sévit dans le Sud du pays. Il a ainsi réitéré l’importance de l’utilisation des hélicoptères pour déloger ces bandits de grand chemin.

Experts. Notons que ce parlementaire est rentré au pays, avant-hier, après avoir assisté à la conférence internationale des parlementaires africains qui s’est tenue du 22 au 26 août dernier à Yaoundé, au Cameroun. Et qui a vu la participation d’experts, universitaires, partenaires au développement, leaders politiques africains et législateurs.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara99 partages

Manjakandriana: Raikitra ny rombo teo amin’ny mpanao famadihana sy ny miaramila

Rava tanteraka ny famadihana nokarakaraina tokantrano iray tao amin’ny fokontany Anosimanarivo, ao Manjakandriana, ny Zoma lasa teo. Andiana miaramila zazavao miisa telopolo lahy no nirotsaka nandrava izany rehefa niady tamin’ireo vatan-dehilehy teo an-tanàna noho ny resaka vehivavy, raha araka ny fanazavana. Vokany, nisy ny naratra teo amin’ireo mpifanandrina, ary sivily iray no voalaza fa namoy ny ainy rehefa tsy maintsy nalefa notsaboina taty an-drenivohitra. Araka ny vaovao, nisy miaramila zazavao vitsivitsy ao an-toerana namonjy io fety io. Nandritra izany, nisy tamin’ireto miaramila ireto nisary adala na nikaotikaoty vehivavy. Tsy zakan’ireo tovolahy tao an-tanàna izany ka raikitra ny fikasihan-tanana izay niafara tamin’ny sakoroka. Noho ny isa tsy mitovy anefa, dia nitsoaka ireo miaramila ka niantso ny namany tany amin’ny toby. Rehefa niverina izy ireo dia voalaza fa tena fanafihana no azo amehezana ny zava-niseho. Sady nidaroka ireo olona izay noheverin’izy ireo fa namono ny namany izy ireo no nanapotika entana :  fanamafisam-peo, latabatra. Rava tanteraka noho izany ilay lanonana.

Iray no maty. Rehefa rava ny lanona dia voalaza fa lasa nitsoaka ireo miaramila. Ireto farany izay voalaza fa mety tsy nilaza na inona na inona tamin’ny lehibeny, satria ny sabotsy angaha vao nahalala ny zava-misy ireto farany. Ny sabotsy maraina, miaramila zazavao iray no nitambotsitra tampoka sy nandoha rà teo an-daharana nandritra ny « rassemblement ». Teo vao fantatra fa voadaroka ity miaramila ity, izay voalaza fa tsy maintsy nampakarina avy hatrany hotsaboina aty Antananarivo. Nandritra izany, tonga tao amin’ny toby ihany koa ny fampandrenesana milaza fahafatesana sivily iray noho ny daroka nandritra iny sakoroka iny.  Teo vao samy nandray ny andraikiny avy ireo manam-pahefana isan’ambaratongany. Avy hatrany ny teo anivon’ny toby dia nanidy ireo zazavao ireo tsy hahazo mivoaka ety ivelany intsony. Mikasika ilay sivily maty indray, dia fantatra fa nandray an-tanana ny fikarakarana ny razana miaraka amin’ny tompo-majo ny miaramila. Nisy ihany koa ny famangiana nataon’ireo tompon’andraiki-panjakana isan-tsokajiny ny mana-manjo, izay notarihain’ny lehiben’ny distrika, omaly. Arak’izany, azo heverina, raha araka ny vaovao avy amin’ny zandarimariam-pirenena, fa tsy atahorana ny hanakorantona ny filaminana any an-toerana ity raharaha ity. Na izany aza, milaza ny eo anivon’ny zandarimaria fa noho ny fisian’ny faty olona tamin’izany dia tsy maintsy hanokatra fanadihadiana ry zareo ao aorian’ny fandevenana ny maty izay hontaterihina ny Alarobia izao.

T.M.

News Mada92 partages

Foot : hausse des indemnités des arbitres

La nouvelle a été annoncée hier au siège de la Cnaps à Ampefiloha par l’instructeur technique de la Fifa, le Mauricien An Yan Lim Kee Chong. Selon lui, l’heure est au changement pour les arbitres africains, surtout après le symposium de la Confédération africaine de football (Caf).

«Les retombées du symposium de la Caf ont fait le bonheur des arbitres africains. En effet, l’instance africaine a jugé bon d’augmenter les indemnités des arbitres africains qui officient les rencontres internationales», a-t-il déclaré, sous l’ovation des 26 stagiaires malgaches ayant suivi une formation d’es arbitres d’élite durant cinq jours à Ampefiloha.

Plusieurs points ont été abordés en marge de la remise des certificats dont le budget alloué par la Fifa pour la formation des hommes en noir. Une somme qui s’élève à hauteur de 50.000 dollars par an. D’après An Yan Lim Kee Chong, «Les formations théoriques et pratiques ne suffisent pas pour promovoir ce domaine. Pour un arbitre de haut niveau, il est nécessaire d’avoir recours aux outils modernes (ndlr, oreillettes, drone,…) pour assurer pleinement son rôle».

Notons que 17 parmi les 26 stagiaires sont des arbitres internationaux à l’image de Hamada Nampiandraza, Andofetra ou encore Pélagie.

Rojo N.

 

Midi Madagasikara84 partages

AIKIDO : Début de stage demain mercredi

Madagascar compte plus de 45 clubs d’Aïkido répartis sur toute l’île avec un total d’environ 1.600 pratiquants. Art martial fondé sur les principes de la non-violence, l’Aïkido a pour vocation première celle de mettre l’individu sur la voie de la recherche de ses qualités humaines, tout cela par l’étude, la pratique et le perfectionnement des gestuelles propres à l’Aïkido. Avant d’entamer ses trois jours de stage, l’expert Philipe Léon 7e dan sera à la disposition de la presse demain mercredi de 8h15 à 8h45.  Le stage sera donc réservé aux pratiquants d’Aïkido et il est recommandé aux participants d’être assidus. Les organisateurs ont défini l’âge minimum à 14 ans avec autorisation parentale écrite. Le 7e dan Léon est directeur technique régional de la Fédération Française d’Aïkido (FFAAA) et il enseigne dans son dojo à Pessac (France) et donne des stages dans plusieurs pays. Il en est à son second passage à Madagascar.

Programme

Jours et horaires : 30, 31 août, 1, 2 septembre 2017

9h00-11h le matin

15h-17h l’après-midi

Lieu du stage : Gymnase Couvert Ankorondrano

Participation : 5.000 ariary par séance (il y aura huit séances en tout).

Anny Andrianaivonirina

Tia Tanindranaza78 partages

Marc Ravalomanana“Tsy manana olana amin’ny Katolika aho”

Nihaona sy niresaka manokana tamin’ny Nonce Apostolika sy ny Eveka telo mirahalahy, dia ny Evekan’Antananarivo, Morondava ary Tolagnaro ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana omaly.

 

 Nisy ny valandresaka sy fanehoan-kevitra nataony taorian’izay, ka nilazany fa tena mihetsika ny kristianina ao amin’ny faritra Menabe, ary rehefa mihetsika izy dia mitondra am-bavaka. Ny herin’ny vavaka no hahazoantsika famonjena satria tena mila vonjy ny olona amin’ny tsy fandriampahalemana, ny fahantrana. Niaraha-nanaiky, fa tsy maintsy hampiraisina ny feon’ny Kristianina rehetra ary hetsehina izay azo hampitana vaovao rehetra. Mila vonjy ny olona any an-toerana amin’izao fotoana, mila famonjena izy satria tsy mandaitra aminy mihitsy ny zavatra rehetra hampitainy amin’ny mpitondra hoe mila fandriampahalemana ny vahoaka, hoy i Marc Ravalomanana. Tsotra ny hevitra, dia ny hoe tsy maintsy atao ny serasera sy ny fampitam-baovao. Nitondra fanazavana momba ilay fanaratsiana azy fa nailiky ny katolika ny tenany na koa hoe nandeha nody tampoka, ka nandao ny lanonana ny alahady lasa teo. Hatramin’ny haino aman-jerim-panjakana TVM, izay tokony hanabe ny fiarahamonina no zary nampiasaina ho fitaovam-panaratsiana sy fandokafana be fahatany ny mpitondra. Araka ny fanazavany dia efa niresaka taminy mialoha ny vikera hoe “ianao ve afaka miandry ny fandraisana sy fiaraha-misakafo ?”, saingy nilaza ho tsy afaka izy noho ny adidy hafa satria mbola nisy ihany koa ny fikarakarana fihaonambe nataony ny harivan’io. Namaly ny mpitarika fivavahana fa rehefa tapitra ny fotoana, ary mandeha ny tsinjaka, dia afaka mandeha mitsaitsaika Atoa Ravalomanana, raha ny fanazavan’ity farany. Tsy nisy velively ny fifandirana na ny tsy fifankahazoana, izay ezahina voizina. Aoka samy ho matihanina tsara amin’ny asany sy ny zavatra ataony, hoy i Marc Ravalomanana fa tsy hanely tsaho ary ahitsiko tanteraka fa matoa ny Nonce Apostolika nihaona sy nifampiresaka tamiko, dia diso daholo ny resaka voizina be etsy sy eroa. Ezahina lotoina sy hampiadiana amin’ny EKAR i Marc Ravalomanana, saingy voaporofo ny firahalahiana sy ny fiombonana. Nandritra ny diany tany Morondava iny, dia nisy ny fanomezana nomen’ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana ho an ' ireo ankizy marobe tany an-toerana, ary nambara teo ampahibemaso ny nanolorany “yaourt” tsirairay ho an’ireo ankizy 5200 sy ny mpanabe azy ireo izany hoe Ankizy 5 mpanabe 1, saingy tsy mba noresahina, fa aleo namorona vaovao diso mifono fanalam-baraka.

 

Toky R

 

 

 

Midi Madagasikara78 partages

Fraude monétique : La filiale d’un groupe malgache mêlée dans un scandale

Un scandale dans le milieu des affaires à Madagascar. On apprend, en effet qu’une des  filiales d’un groupe opérant dans l’immobilier, mais aussi d’autres secteurs d’activité est actuellement impliqué dans une affaire de fraude monétique à grande échelle. Spécialisée dans l’export, la filiale en question, utiliserait selon nos sources des cartes de crédits frauduleuses. Une fraude d’envergure internationale, puisque l’entreprise concernée réalise des opérations hors territoire dans le dessein de faire transiter de l’alcool et des cigarettes vers Hong Kong en utilisant des terminaux de paiement électronique malgache. Des opérations qui sont bien évidemment contraires aux réglementations en matière de commerce international.  En tout cas, l’entreprise en question n’est pas à son premier méfait. Ses dirigeants, qui sont des entrepreneurs d’origine française, ont été déjà impliqués dans des affaires louches qui leur ont valu l’expulsion du territoire. Une nouvelle affaire à suivre.

R.Edmond.

Midi Madagasikara73 partages

Affaire Riana Andriamandavy : La présidente du SMM dénonce un escamotage du dossier

Le Syndicat des Magistrats de Madagascar prévoit d’effectuer une visite de courtoisie auprès de la nouvelle ministre de la Justice Rasolo Elise Alexandrine.

« Nous ne reculerons point et nous poursuivrons notre revendication jusqu’à ce que la Justice soit faite sur cette affaire ». C’est ce qu’a déclaré hier la présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM), Fanirisoa Ernaivo par rapport à l’affaire Riana Andriamandavy VII. Le numéro Un du SMM dénonce « un escamotage du dossier par des hauts responsables ». Et ce, afin de tenter de soustraire la Justice et de couvrir le Sénateur élu sous les couleurs du parti au pouvoir. A entendre les explications de Fanirisoa Ernaivo, « les responsables concernés se renvoient la responsabilité ». La semaine dernière, les avocats des plaignants se sont rendus à la Brigade des recherches afin de s’informer sur l’évolution du traitement du dossier. Sans surprise, la gendarmerie a expliqué que le dossier n’a pas encore été transféré à Fiadanana. Mi-mai, les enquêteurs ont envoyé le dossier auprès du Procureur général près la Cour d’Appel, « pour demander la conduite à tenir », selon le Commandant de la Brigade des recherches. D’après les informations, le dossier a également atterri au bureau du Procureur général près la Cour de cassation. La recherche effectuée par les avocats du Syndicat des Magistrats de Madagascar auprès du Ministère de la Justice a également été infructueuse. A entendre les explications de Fanirisoa Ernaivo, tous ces hauts responsables se renvoient la balle.

Lettre de réclamation. La question est donc de savoir si Riana Andriamandavy VII ne bénéficie pas d’un soutien en haut lieu. « Si nous, magistrats, sommes victimes de cette politique de dissipation de dossier, qu’en est-il des simples citoyens ? », se demande-t-elle. La semaine prochaine, les avocats du SMM vont envoyer une lettre de réclamation auprès de tous les responsables concernés, mais aussi au Ministère de la Justice. Reste à savoir si cette nouvelle démarche obtiendra une suite favorable. Il convient de rappeler que le Sénateur Riana Andriamandavy VII est poursuivi pour deux dossiers. Le premier est une plainte pour diffamation, menace de mort par SMS, violence et voie de fait, tandis que le second dossier concerne une dénonciation d’infractions qui devrait inciter le parquet à se saisir d’office. D’ailleurs, d’après la présidente du Syndicat des Magistrats de Madagascar, la Cour de cassation a déjà donné une autorisation pour lancer une poursuite contre le sénateur HVM. A noter que les membres du SMM prévoient d’effectuer une visite de courtoisie auprès de la nouvelle ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine dans les jours qui viennent. Reste à savoir si la nouvelle Garde des Sceaux donnera suite à leur demande d’audience.

Davis R

Midi Madagasikara68 partages

Baisse du taux de réussite au baccalauréat : La faute aux sujets-types selon le MESUPRES

75 193 nouveaux bacheliers vont intégrer les universités et instituts supérieurs durant l’année 2017-2018.

75 193 sur les 181 014 candidats aux examens du baccalauréat ont reçu leurs diplômes cette année. Un bilan négatif du point de vue statistique.

3,43%. C’est l’écart entre le taux de réussite de cette année et celui de l’année dernière. Ledit écart signifiant une baisse considérable, toujours dans la comparaison des deux années. En effet, l’année 2016 a enregistré un taux de réussite de 44,97% si cette année n’a pu faire que 41,54%. Une situation qui aurait comme cause la prolifération des cours particuliers communément appelés « Faradoboka » selon les explications du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Monique Rasoazananera. Cette dernière de faire savoir que « l’existence de ces cours et des sujets-types traités induisent les candidats en erreur ». « Ils (les cours faradoboka et les sujets-types) favorisent le « par coeurisme » et limitent les capacités de raisonnement des candidats. Si bien que cette année, bon nombre d’entre eux se sont plantés parce que les sujets des examens ont été modifiés » a-t-elle renchéri. Outre ces raisons que le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique partage avec le ministère de l’Education nationale (les mêmes explications faites pour expliquer la baisse du taux de réussite lors des examens du BEPC de cette année), d’autres raisons ont provoqué cette « chute » du taux de réussite aux examens du baccalauréat.

Niveau. Le bilan dressé par le Mesupres ne se limite toutefois pas au plan statistique. En effet, « une hausse du niveau des étudiants a été enregistrée cette année » d’après le ministre Monique Rasoazananera. « La qualité de l’enseignement s’est développée. Ce qui s’est manifesté par l’augmentation du nombre des candidats qui ont eu des mentions cette année » a lancé la ministre. Avant d’ajouter que « ce nombre est passé de 4 000 à 6 700 cette année pour Antananarivo ». Le même résultat aurait été enregistré dans les autres régions selon toujours les dires de la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Accueil. 75 193 nouveaux bacheliers vont donc rejoindre le monde de l’Enseignement supérieur durant l’année universitaire 2017-2018. Un « hic » se pose toutefois quant à la capacité d’accueil des universités publiques. En effet, interrogé sur la question, la ministre Monique Rasoazananera d’expliquer que « lesdites universités ne peuvent accueillir qu’environ 20 000 étudiants ». Ce qui laisse donc 55 193 autres « en proie » aux instituts et universités privés. « En proie » parce que nombre de ces institutions ne respectent pas les normes établies par l’Etat en matière d’Enseignement supérieur. Ce dernier est, en effet, devenu un « business lucratif » si bien que le nombre d’institutions privées ne cesse de croître. Ce qui est tout à fait logique parce qu’il faudrait bien caser ces nouveaux bacheliers quelque part. Consciente de la situation, la ministre Monique Rasoazananera a fait savoir « qu’il est impossible de se défaire des institutions privées ». « Il faut toutefois qu’elles remplissent les conditions d’habilitation pour être aux normes, mais surtout pour l’avenir des jeunes malgaches » a-t-elle ajouté.

José Belalahy

Midi Madagasikara68 partages

Hery Rajaonarimampianina au CEMES : Le Président courtise la Grande muette

Le chef suprême des forces armées lance un clin d’œil, à l’endroit des hommes en treillis.

Avec les séries d’inaugurations et de dotations le Président de la République est-il déjà en précampagne ?  Même si ses partisans affirment que cela rentre dans le cadre de la fonction normale d’un Président. Mais curieusement ça y ressemble.

Après avoir assisté à la manœuvre militaire à Tampoketsa, dénommée « Tintotry 2017 », le 18 août dernier, le Président Hery Rajaonarimampianina s’est rendu, hier, au CEMES Soanierana. A cette occasion le chef suprême des forces armées a remis plus de 2000 tenues militaires aux nouvelles recrues de la classe 2017 de l’Armée Malagasy. Ces derniers temps, le Président de la République reste très actif du côté des hommes en treillis. On a l’impression que le chef de l’Etat est en train de courtiser la Grande muette. Un appui de taille pour le Président Hery Rajaonarimampianina qui compte sur le soutien de cette dernière. Faut-il rappeler que les forces armées ont tenu un rôle important dans la chute du régime Ravalomanana. Une leçon que le Président actuel a apparemment bien retenue.

Insécurité. Pour en revenir à la cérémonie au CEMES, le chef suprême des forces armées a déclaré « Sachez faire preuve de discernement, car la population a confiance en vous ». Et lui d’ajouter que « L’Armée se doit d’assurer la paix et la sécurité de son territoire et de sa population pour un développement socio–économique harmonieux. Vous êtes redevables envers la population qui vit encore sous la tourmente, l’insécurité et les diverses menaces. Mais soyons vaillants et sachez que je serai toujours le premier à vous soutenir ». Le Président de la République l’a dit ainsi ouvertement qu’il est toujours auprès de l’armée. Mais l’on se demande si c’est plutôt le chef de l’Etat qui aurait besoin du soutien de l’armée.

Zones rouges. Il a par ailleurs conseillé de renforcer les effectifs dans les zones rouges pour asseoir l’autorité de l’armée et rassurer la population par une visibilité effective. Un souhait tant émis par les concernés, mais dont la réalité est toute autre. A l’endroit des nouvelles recrues, le Président a recommandé de faire montre de responsabilité et d’actions patriotes. En outre, Hery Rajaonarimampianina, lors de son allocution, au camp Capsat, a abordé également le volet social en déclarant que « l’une des priorités de l’actuel régime est de réhabiliter et surtout de doter de matériels et de personnels qualifiés, ces hôpitaux de proximité, afin que les populations locales puissent bénéficier rapidement de leurs services». Pour le chef de l’Etat, cela relève du devoir de l’État, notamment de veiller au bien-être des mères et des enfants. L’Etat va ainsi procéder à la réouverture de ces centres de santé de base qui ont été fermés pour diverses raisons. Même si la journée d’hier a été marquée par une cérémonie militaire, le Président de la République en a profité pour lancer aussi un clin d’œil à l’endroit de l’ensemble de la population, avec à l’horizon 2018.

 Dominique R.

Midi Madagasikara63 partages

Gervais Rakotoarimanana : Ministre démissionnaire

Une précision mérite d’être apportée à notre article d’hier intitulé : « Gouvernement, 28 ministres limogés en trois ans. » L’ancien ministre des Finances et du Budget a été cité parmi ces 28 membres du gouvernement limogés. Or, ses proches viennent de nous préciser que Gervais Rakotoarimanana a démissionné de son poste. Malgré cette précision, le résultat est le même. En fait, l’ancien Grand Argentier a été poussé vers la sortie. Le président de la République a d’ailleurs maintes fois réitéré que les responsables étatiques défaillants doivent rendre leur tablier.

Passation. En tout cas, les passations qui s’imposent après le dernier remaniement gouvernemental ont débuté dès hier. C’était le cas entre le ministre Tazafy Armand (nouveau ministre de l’Industrie) et Chabani Nourdine (nouveau ministre du Commerce). Ce matin, c’est au tour d’Atallah Béatrice (ministre des Affaires étrangères) et de son successeur Henry Rabary-Njaka.

Eugène
La Vérité56 partages

Bekopaka Antsalova - Un tir en l'air à l'origine de fausses nouvelles

éunion d'urgence hier à Bekopaka, Antsalova. Le maire Francklin Miandrizoky a formellement démenti une information qui s'est répandue à la vitesse de la lumière sur les réseaux sociaux. Celle-ci a fait état d'une soi-disant attaque d'envergure ayant causé la mort de plusieurs personnes, dont des visiteurs internationaux, au chef-lieu de la Commune.

« C'est complètement faux. Le commandant de brigade et moi avons discuté à ce sujet », a mentionné l'élu qui a toutefois souligné que la montée de l'insécurité dans les zones rurales est des plus inquiétantes en ce moment. « Les dahalo ont abattu un homme dans une contrée comprise dans la circonscription de Bekopaka cinq jours plus tôt », a-t-il indiqué.Quant au fait rapporté sur Facebook, un tir en l'air a été à son origine. « Un des membres du groupe qui s'est lancé aux trousses d'un troupeau volé par les bandits a fait tonner une seule fois le fusil pour informer les gens que les zébus ont été retrouvés. C'est ce qui s'est passé à Bekopaka lundi soir », a raconté Honoré Andriatahina Solondrainy, président de l'Association des guides de Bemaraha.Selon sa remarque, la propagation de fausses informations en ce début de haute saison touristique peut avoir des effets néfastes. « Nous peinons toujours à convaincre les tours opérators à ramener leurs clients ici lorsque ce genre de nouvelle se produit », regrette-t-il.En effet, le tsingy de Bemaraha, un patrimoine mondial, attire chaque année plus de 20 500 visiteurs internationaux générant plus de 1 400 millions d'ariary rien que pour les entrées au parc dont la moitié profite de droit, théoriquement, aux collectivités territoriales décentralisées riveraines. D'ordinaire, l'insécurité rurale n'est pas une raison pour eux de faire une croix sur la destination Menabe (cf. notre édition d'hier).Manou Razafy

Midi Madagasikara56 partages

Mahaleo : Il y a trois ans, Nônô tirait sa révérence !

29 août 2014 – 29 août 2017, trois ans déjà que Nônô nous aura quittés et laissé un grand vide dans le cœur de ses frères de scène et de ses inconditionnels.

29 août 2014, une date qui aura marqué à jamais les inconditionnels de Mahaleo. Ce jour-là, ils apprenaient le décès du bassiste du groupe. Une nouvelle qui en a attristé plus d’un. Depuis plusieurs mois, Nono Rakotobe Andrianabela de son vrai nom, luttait contre le cancer. Il s’est vaillamment battu, mais la maladie aura finalement eu raison de lui et laisse un grand vide dans le groupe. Aujourd’hui, sa famille ainsi que ses inconditionnels se souviennent encore cependant de l’homme qu’il était : discret, mais efficace. Comme la plupart des membres de la formation, lui aussi travaillait à rendre chaque morceau meilleur. Car oui, il n’était pas seulement bassiste, mais également arrangeur. Trois ans après sa disparition, Mahaleo continue de faire résonner de plus belle ses plus grands succès dans les quatre coins de Mada. Le plus bel hommage que les membres restant pouvaient rendre à leurs frères disparus. En 2010, Mahaleo avait effectivement déjà perdu Raoul. Aujourd’hui, ils continuent leur chemin, comme l’auraient certainement voulu Raoul et Nono. Après plusieurs concerts à Tana et en provinces, Mahaleo, aujourd’hui, se prépare donc à émerveiller les inconditionnels d’ailleurs. En octobre, ils entameront leur tournée européenne. Ils se produiront entre autres à Savigny-le-Temple « Le Millénaire, à Paris, à Toulouse et plusieurs autres villes et probablement dans d’autres pays. Des informations qui seront communiquées ultérieurement, mais pour l’heure, souvenons-nous de Nônô, le bassiste de Mahaleo qui un 29 août comme celui-ci, tirait sa révérence.Mahetsaka

Midi Madagasikara44 partages

Ambatondrazaka : Nanampy ara-bola ny vahoaka hananganana oniversite

Namaly ny antso nataon’ny kaomity natsangana amin’ny fanaovana fitia tsy mba hetra  amin’ny fanangonam-bola hanampiana amin’ny hananganana ny oniverisite aty Alaotra Mangoro  ny vahoakan’Ambatondrazaka .Araka ny  loharanom-baovao dia fantatra fa ny fanjakana foibe no hanangana Oniverisite ho an’ny faritra Alaotra Mangoro ho fanampin’ny ao Ambohitsilaozana  ary ny vahoaka sy ny mpitondra aty an-toerana no hijery ny toerana hanatanterahana izany .Tapaky ny rehetra  araka izany  fa ao Andrarabary Ambatondrazaka no hanatanterahana izany ,satria nisy ny olona tsara sitrapo nanolotra ny tany  taorian’ny fidinana ifotony nataon’ireo  tompon’andraikitra taty an-toerana nijery ilay toerana .Raikitra ny fanombohana ny asa rehetra tamin’ny alalan’ny fanarenana ilay tendrombohitra hisian’ilay oniverisite, ny loholon’I Madagasikara samy irery no nitarika ny asa. Somary maisamaisatra ny asa ka nanapa-kevitra ny fikambanan’ny ben’ny tanana sy ny loholon’i  Madagasikara, Atoa Rabenony Day, ny hanao fitia tsy mba hetra ho fanafainganana ny asa  ,ka tontosa ny faha 24 ,25  sy ny faha 26 Aogositra 2017 teo izany fitia tsy mba hetra izany izay nahazaoana vola mitentina 1 426 200 AR .Nanampy betsaka tokoa ny vahoaka ary miandrandra fampandrosoana haingana, indrindra amin’ny tontolon’ny fampianarana  aty  Alaotra Mangoro ;ary nisaotra ny loholon’i Madagasikara sy ny fikambanan’ny ben’ny tanana izy ireo ary maniry ny hisian’ny mangarahara amin’ny fitantanana ny vola voangona  mba hitsanganan’ny oniverisite aty Alaotra ,ary nisaotra ny mpanao gazety rehetra tamin’ny fanentanana tamin’ireo onjam-peo.

Janus R

Tia Tanindranaza42 partages

Fampihavanam-pirenenaTsy vonona amin’izany ny TVM

Mahamenatra ny afitsoky ny fahitalavi-pirenena (TVM) amin’izao fotoana izao.

Toky R

 

Midi Madagasikara40 partages

Vangaindrano : Nalefa any farafangana ireo ahiana ho mpamono olona

Olona enina voarohirohy amin’ny raharaha vono olona niseho tao Vangaindrano no tazonina vonjimaika ao Farafangana mandram-pahavita ny famotorana azy ireo. Noraisina izao fepetra izao, araka ny fanazavan’ny lehiben’ny zandary any an-toerana, mba ialana ny mety hisian’ny fitsaram-bahoaka toy izay efa niseho tamin’ny faritra maro teto amin’ny Nosy. Zava-doza tokoa mantsy ny hitazonana ireto olona ireto. Ahiahiana ho izy ireo no tompon’antoka tamin’ny nahafaty ilay Ramatoa hita faty efa nosavoritahan’ny alika tao anaty kirihitra ny Alarobia lasa teo tao amin’ny tanàna atao hoe Ampasy. Araka ny vaovao, novonoina tamin’ny fomba feno habibiana ity Ramatoa ity. Nofatorana izy ary tsy teo intsony toy ny notapahana tamin’ny zava-maranitra ny nonony ilany. Tany amin’ireto olona enina ireto no niantefan’ny ahiahy noho ity Ramatoa nilaza fa hametraka fitoriana an’ireto  olona noho ny resaka vaki-trano andro vitsy nialoha ny nahafaty azy izao. Nisy namaky ny tranon’ity Ramatoa ity ka ireto olona ireto izay havany ihany ny sasany no ahiahiany fa nahavita izany. Tsy vitan’izay fa araka ny fizahana dia heverina fa efa tamin’ny Alatsinainy mialoha ny nahitana ny razana no nahafaty ity vehivavy ity. Ny marainan’io Alatsinainy io anefa, nisy nahita nivoaka vao maraina be ireto olona enina ireto. Fivoahana maraina izay tsy fantatra mazava ny antony ka izay no nanamafy ny ahiahy. Andrasana noho izany ny fivoaran’ity raharaha ity.

T.M.

Tia Tanindranaza37 partages

Famonoana an’i Nadine RamarosonNandaniana 30 miliara ariary ?

Feno 6 taona katroka omaly alatsinainy 28 aogositra 2017 ny nahafatesan’i Nadine Ramaroson, minisitry ny mponina tamin’ny andron’ny tetezamita.

Niniana novonoina

Manamafy hatrany ireo olona akaiky azy fa nisy ny teti-dratsy nampamonoana ity minisitra ity. Nanana dosie maro momba ny fanondranana andramena sy afera maloto maro izy ary efa nahazo fandrahonana ho faty, raha ny fanambarana efa nataon’ny fianakaviany. Niady izy mba ho anjara masoandron’ny Malagasy, dia ireny niaraha-nahita ireny hoe maty novonoina, hoy Ramatoa Zarah. Efa ny volana martsa 2011 no nanomanana ny famonoana, raha ny voarakitry ny antontan-kevitra miendrika ampamoaka. Voalaza ho olona tsara toerana ho filoham-pirenena, hany ka ny fanaperana ny ainy no hany vahaolana ary nofafana ireo soritra sy porofo nananany momba ny afera maro. Raha ny resaka sy ny ampamoaka efa nandeha hatrany, dia tsy Malagasy ihany no voalaza ho tao ambadiky ny famonoana fa nisy teratany vahiny namatsy vola satria nanelingelina azy ireo ny fijoroan’i Nadine Ramaroson hiaro ny resaka fibodoana tany sy fangoronan-karena samihafa. 10 tapitrisa Euros na 30 miliara ariary teo ho eo ny vola notsinjaraina ho an’ireo nandray anjara tamin’ny famonoana mivantana sy ankolaka, raha ny antontan-kevitra hita amin’ny tranonkala “http://collectif-gtt.org”. Ny alin’ny 13 jolay 2011, dia voalazan’io loharanom-baovao io ihany fa nisy fivoriana miafina nataona manampahefana ambony teto amin’ny firenena, minisitra maromaro, manamboninahitra ambony, teratany karana maromaro,… tamina lapam-panjakana iray. Tsy fantatra mazava ny antony, saingy ny resaka nandeha koa ny hoe mba handinihana sy hanatanterahana io teti-dratsy maloto io. Mbola misy amin’ireo olona voatonona tamin’izany no ao anatin’ny fanjakana HVM amin’izao fotoana. Toa efa naman’ny dosie tsy misy tohiny intsony anefa ity raharaha ity, fa vitavita ho azy toy ny raharaha Ratsimandrava, 10 aogositra 1991, 7 febroary 2009.

Toky R

 

Midi Madagasikara36 partages

« Start-up Week-end » Antananarivo : Victoire de la marque de ketchup « Tôma’tsiro »

L’équipe gagnante du « Start-up Week-end » Antananarivo.

De plus en plus de jeunes se regroupent en équipe pour participer à l’évènement Start-up Week-end. Pour Antananarivo, l’équipe initiatrice de la première marque de ketchup malgache a gagné l’édition 2017.

 2.900 événements organisés à travers 150 pays ; 193.000 participants regroupés en 23.000 équipes. Telles sont les réalisations enregistrées depuis le lancement de l’événement « Start-up week-end » en 2007, par l’incubateur californien Techstars. Cette manifestation qui encourage la création de startups par l’action et l’expérimentation a porté ses fruits, car 12% des projets créés donnent lieu à une véritable création d’entreprises. Pour la dernière édition qui s’est tenue à Antananarivo ce mois d’août, la lauréate est l’équipe qui a créé la marque de ketchup « Tôma’tsiro », 100% bio, sans additif ni conservateur. Il s’agit de l’équipe de Riantsoa Mialinarindra, Tiana Razakandisa, Candy Randrian et Adrien Tip Leung. D’après ces jeunes, ce ketchup « Vita Malagasy » défie les ketchups importés. « Nous utilisons des tomates, du vinaigre, du sel, du sucre et des épices malgaches pour la production de Tôma’tsiro », ont-ils indiqué. Avec son succès au concours, cette équipe s’est vue récompensée de plusieurs prix, principalement en services et accompagnements.

Diversifiés. D’autres gagnants ont également été récompensés, dans le cadre du « Start-up Week-end » Antananarivo. Le deuxième lauréat de l’évènement est l’entreprise sociale Green’up qui lutte contre le gaspillage alimentaire. Avec une application mobile, le projet permet aux commerçants de jeter moins et gagner plus, aux consommateurs de manger moins cher et aux orphelinats de recevoir des repas gratuits. Tout cela, en incluant un système de livraison vert et collaboratif, selon les explicatons de l’équipe de Green’up constituée de Dimby Andriambinintsoa, Menjaniaina Rambeloharison, Julia Venn et Natacha Betombo. Par ailleurs, la troisième place du concours a été attribuée à Sylph, un projet qui vise à produire des casques audio à caisson en bois, pour promouvoir la qualité des bois malgaches et également pour le respect de l’environnement. Il s’agit d’un produit modulaire, qui s’adapte aux demandes des consommateurs et à tous types de revenus, selon ses promoteurs.

Performances. Outre ces trois gagnants, d’autres prix ont également été décernés. Le projet ABE (Agricultural Business Exchange) a été le Coup de Cœur du Jury et a également gagné le 24h Logo. Cette participante est une entreprise qui vise à approvisionner les régions de la GrandeIle en produits agricoles tout en améliorant le niveau de vie des cultivateurs. Ensuite, le projet Paika a gagné le 24h Site Web. « Paika », un « chatbot Messenger » spécialisé dans la facilitation de la recherche d’évènement en cours ou non, a été créé en vue de leur offrir une fonctionnalité montrant ces évènements, qu’ils soient de nature conférence ou festival. En ce qui concerne le 24h Community Management Twitter, ce prix a permis à l’équipe « Tôma’tsiro » de montrer, une fois de plus sa meilleure performance. Le 24h Chatbot a, par contre, été remporté par le projet Diary. Enfin, le Team Activity a été gagné par Seeds LearnShare. Ce projet propose de donner des emplois aux jeunes universitaires en leur offrant un mentoring en développement personnel pour qu’ils puissent à leur tour enseigner aux collégiens et aux lycéens d’Antananarivo. Bref, des projets très diversifiés se sont fait remarqués durant l’événement « Start-up Week-end » Antananarivo. D’après les organisateurs, cet événement se tiendra l’année prochaine, probablement au mois d’août. Pour la première fois, cet événement sera également lancé, pour Madagascar, hors de la Capitale, avec le « Startup Week-end » Fianarantsoa, qui aura lieu en mai 2018.

Antsa R.

Tia Tanindranaza35 partages

Tsy filaminana eto MadagasikaraMangataka fiarovana ny mpiasany ny firenena mikambana

Tonga nanao fitsidihana ara-panajana ny Jeneraly Randriamahavalisoa Girard, sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena (SEG) tao amin’ny birao fiasany tetsy amin’ny Toby Jeneraly Ramarolahy Betongolo ny Consul honoraire an’ny repoblikan’i Roumanie miasa eto Madagasikara omaly maraina.

 

Noresahana manokana ny fifandraisana eo amin’ny zandarimariam-pirenena Malagasy sy i Roumanie amin’ny lafiny fanofanana, fampitaovana sy ny fifanakalozana traikefa eo amin’ny fanatanterahana ny asa. Fantatra fa hohamafisina sy hohatevenina hatrany ny  fiaraha-miasa. Ny tolakandro  kosa dia solontena avy amin’ny firenena mikambana notarihan-dRamatoa Violet Kakyomya, no nitafa sy nanao dinik’asa tamin’Andriamatoa Jeneraly sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria ka notsipihina manokana ny mikasika ny fiarovana ireo mpiasan’ny firenena mikambana miasa sy mamita iraka eto Madagasikara, indrindra ireo izay miasa any amin’ireo faritra mena toy ny faritra Atsimo. Nanamafy ihany koa ny SEG fa tsy maintsy mandray andraikitra ny zandarimaria amin’ny fiarovana ireo teratany vahiny mamita iraka eto amintsika ho fiarovana ny voninahitry ny firenena sy handraisan’ireo vahoaka ny fanampiana avy amin’izy ireo ary ho fampandrosoana an’i Madagasikara. Midika io fitsidihana io fa sokajian’ny firenena mikambana ho faritra mampanahy fa tsy hitenenana hoe faritra mena amin’ny herisetra sy ny tsy filaminana i Madagasikara ka manahy ny amin’ireo mpiasany izy dia izao mangataka antoka sy fiarovana amin’ny mpitandro ny filaminana izao.

RTT

 

 

News Mada33 partages

Antsakabary : novatsina ireo mponina may trano

Nidina tany Antsakabary ny minisitry ny mponina sy ny fiahiana ara-tsosialy, nanolotra tamin’ny fomba ofisialy ireo fanampiana ho an’ny mponina niharam-boina nandritra ny nahafatesana polisy roa sy nahamay trano maro tany an-toerana.

Tsiahivina fa nisy ny fitsaram-bahoaka nataon’ireo mponina ka nahafaty polisy 2 tany an-toerana tamin’ny 18 febroary teo tao amin’ny tanànan’Ambalamanga. Nidina nampandry tany tany ireo polisy 40 lahy taorian’izay ka nilazan’ny mponina fa nandoro ny tanàna manontolo ka nampahantra ny mponina tany.

Nahazo vary 7 taonina ny vahoaka tany izay natolotry ny minisitry ny mponina ny 25 aogositra teo. Tonga amin’ny ilana azy koa ny fitaovam-pianarana ho an’ny ankizy 752 any amin’ny EPP. Tsy hadino ny milina fanjairana ho an’ny fikambanam-behivavy.

Nisy ihany koa ny asa tana-maro izay nentina nanarenana ireo fianakaviana voa mafy any an-toerana. Manodidina ny 800 ireo olona hiasa amin’ny fanadiovana ny tanàna mandritra  ny 5 andro misesy.

Mitentina 5.000 Ar isan’olona ny vola omena azy ireo.

Nahaliana ny mponina koa ny tohin’ny fanadihadiana mikasika ny raharaha niseho tany an-toerana. Fantatra tamin’izany fa nampidirina am-ponja vonjimaika ao Antsohihy ny olona roa ahina ho nahafaty ilay polisy roa.

Tatiana A

Midi Madagasikara30 partages

MDN/SINU : Deux conventions pour le respect des droits de l’Homme

La signature des deux conventions entre le MDN et le SNU voudrait relever les défis de la politique de défense et de sécurité nationale.

Dans l’accomplissement de leur fonction de maintien de l’ordre, de la paix et de la sécurité, les éléments des forces armées font l’objet de critiques virulentes sur « le manquement au respect des droits de l’Homme ». Le récent rapport du département d’Etat américain (datant de l’année 2016) sur la situation des droits de l’Homme et des libertés fondamentales dans les pays du monde donne des exemples de cas dudit manquement. Entre autres, celui concernant les « abus des forces de l’ordre » comme « les cas des exactions » voire « les homicides arbitraires ou extrajudiciaires de suspects criminels » effectués lors des missions de lutte contre les voleurs de bovidés. Points de vue non partagés par le ministre de la Défense nationale, le Gal Xavier Béni, lors d’une interview pendant la signature d’un protocole d’accord entre le SNU (Système des Nations unies) et le MDN (Ministère de la Défense nationale) hier. En effet, le ministre a rappelé que « les militaires sont soumis à des dispositions légales et réglementaires qui garantissent le respect des droits de l’Homme lors de leurs missions ». Lesdites dispositions étant le préambule de la Constitution, les parties faisant part de la charte internationale des droits de l’Homme et le code de conduite de l’armée « malagasy » dans ses articles 48 et 50. Et qui « démontrent l’importance que l’Etat malgache donne au respect, scrupuleux, des règles et principes de droit international humanitaire » selon toujours les dires du ministre.

Conventions. Entrant dans le cadre d’un partenariat avec le SNUet le ministère de la Défense nationale, elles consistent en une assistance et à des conseils techniques dans le domaine de l’éducation des droits de l’Homme dans les programmes de formation des Ecoles nationales des Forces armées. Ce qui se ferait tant au niveau de la formation initiale qu’au niveau de la formation des agents déjà opérationnels. Lesdites conventions concernent également le transfert de compétences en matière de droits de l’Homme et de droit international humanitaire. Notamment, à travers la formation des élèves des Ecoles nationales des Forces armées et des agents déjà opérationnels. A travers également, la formation des formateurs au niveau de l’école d’Etat-major. Le dernier et non le moindre, la signature des conventions devrait permettre la mise en place d’un système de filtrage et de certification en matière de principe et de standards internationaux dont les droits de l’Homme. Cette dernière partie tenant également compte de la mise en œuvre de la diffusion du guide « Human rights Due Diligence Policy ».

José Belalahy

Midi Madagasikara24 partages

Analila- Antanimbary : Lehilahy roa hita faty natsingevan’ny rano

Hataraina ny an’ireo mponina raha handeha hiasa volamena nahita olona roa nitsingevana ambony rano. Lehilahy roa no hita faty teo amin’ny ranon’Ikopa, tao Analila fokontany Jaomava, Kaominina Antanimbary, disitrikan’i Maevatanàna, ny alatsinainy 28 aogositra lasa teo tokony tamin’ny 10 ora maraina. Araka ny fanazavana voaray, nampandre ny mpitandro ny filaminana ireo olona raha vao nahita ilay vata-mangatsiaka. Raha ny fantatra dia efa tsy hita nanomboka ny harivan’ny alahady lasa teo, araka ny fiazan’ireo olona ao an-toby Analila, izy roalahy. Nidina tany an-toerana ny Zandary sy dokotera nanao ny fizahana. Araka ny filazan’ny dokotera, vokatry ny hamaroan’ny rano sy hamamoana be loatra, no nahafaty ireo olona ireo. Ny olona sasany kosa misy nilaza fa nahita an’izy roa nisotro toaka gasy tao an-toby, izay fady hisotroana an’io toaka gasy io, ka nolazaina fa nonota fady izy ireo, ary mety nalain’ny lolon-drano, hoy hatrany ireo manaraka ny fomba tany sy nahita an’ireto nisotro toaka, ka izao namoy ny ainy izao. Efa nomena ny fianakaviana any Betafon’ Antsirabe ny razana, taorian’ny fizahana nataon’ireo tompon’andraikitra. Ny Zandary ao Antanimbary no manao ny

Ratantely

Midi Madagasikara21 partages

Ils ont fait le buzz…

Remaniement du gouvernement : Retour de certaines figures politiques. Vendredi dernier, l’attente a été interminable pour les observateurs et l’opinion publique, qui s’impatientaient pour connaître les nouvelles têtes du gouvernement, après l’annonce du remaniement gouvernemental. Trois nouvelles têtes donc, en la personne de Henry Rabary-Njaka qui prend la place de Béatrice Atallah au ministère des Affaires étrangères, Rasolo Elise Alexandrine qui succède ainsi à Charles Andriamiseza au poste de ministre de la Justice. Enfin, l’ancien ministre de l’Environnement, de l’Ecologie, de l’Eau et Forêts du gouvernement Ravelonarivo refait son come-back en prenant le ministère des Transports et de la Météorologie. Ces nouvelles nominations ont animé la Toile tout le week-end.

Meurtre à Tsaralalàna : Zahid Razah assassiné. L’ancien consul honoraire de la Malaisie Zahid Razah a été froidement assassiné la semaine dernière. Alors qu’il était dans sa voiture, une berline noire, un individu à moto est passé et l’ a criblé de balles. La victime a été maintes fois touchée et a péri à ses blessures, car il a été touché à la poitrine et à la tête. Le débat est donc ouvert, car selon l’opinion publique, l’affaire sentirait le règlement de compte. En tout cas, aucune preuve pour confirmer ou infirmer cette hypothèse, les enquêtes sont en cours. Malgré tout, cela montre une fois de plus l’insécurité qui règne dans la Capitale. Règlement de compte ou banditisme, personne n’est à l’abri du danger.

Accident sur la route Digue : Berkeley et Jonathan ont perdu la vie. Grave accident de la circulation sur la route Digue, la semaine dernière.cela a alimenté les discussions dans les réseaux sociaux. Une berline Renault Mégane a percuté de plein fouet le mur du remblai à la hauteur de la bifurcation vers Ambohitrimanjaka. Trois personnes ont été dans la voiture, dont Berkeley Andrianarivo, candidat à la présidence du Fizafato et Alain Jonathan Serge, jeune élève-pilote prometteur qui ont perdu la vie pratiquement sur le coup. La troisième personne a survécu. Les trois jeunes hommes ont apparemment roulé trop vite, car le tableau de la Mégane a été bloqué sur 120km/h, ce qui laissait penser qu’ils roulaient à cette allure.

Recueillis par Anjara Rasoanaivo

L'express de Madagascar17 partages

Rivo Rakotovao – « L’autosuffisance en riz est possible d’ici 2020 »

Malgré les problématiques subies par la filière rizicole cette année en raison notamment des conditions climatiques, où la production nationale a diminué de moitié, le ministre en charge de l’Agriculture et de l’élevage, Rivo Rakotovao, lance le défi d’atteindre l’autosuffisance en riz d’ici 2020. Explications de la stratégie nationale du développement du Riz.

• C’est un grand défi que de lancer l’autosuffisance en riz annoncée depuis des décennies dans notre pays ? Comment votre ministère compte-t-il s’y prendre avec ce que la filière rizicole a enduré cette année ?- Produire pour des marchés cibles. C’est le point essentiel à retenir. Le marché local est un grand marché de même que les marchés régionaux et internationaux. Il s’agit alors d’appuyer les paysans riziculteurs afin qu’ils puissent honorer ces marchés.  La production actuelle à l’hectare n’est pas concurrentielle par rapport à ces marchés. Si la filière rizicole subit sans cesse le poids de l’importation, c’est toute l’économie rurale qui vacille.  Aussi, plusieurs facteurs et indicateurs on-ils été pris en considération dans la Stratégie nationale de Développement Rizicole (SNDR) qui s’étale de 2016 à 2020. En effet, beaucoup me demandent personnellement si la réalisation du plan de développement du Riz est effectivement réaliste pour atteindre une autosuffisance en riz d’ici 2020, et je réponds « oui ». Notre pays possède quelques trente millions de terres arables encore non exploitées alors que les Malgaches figurent parmi les plus grands consommateurs de riz au monde, mais qui doivent importer pour subvenir aux besoins. Ce ministère reçoit des centaines de projets de développement de l’agriculture et notamment du riz depuis les divers régimes qui se sont succédés, alors que peu d’entre ces projets arrive à concrétisation ou à des résultats palpables pour le réel développement du riz. Nous avons toujours fait face à de la riziculture de subsistance et non de production comme le Vietnam ou l’Inde. La SNDR 2016-2020 vise loin mais applique le concept qui devient habituel depuis quelques temps, le Rapid result initiative ou RRI.

• N’est-ce pas un peu trop ambitieux car nous sommes à deux ans et demi, soit à trente mois de l’année 2020 ?– La Stratégie nationale de développement rizicole est basée sur le contexte, la réalité des paysans producteurs, l’accès physique et économique aux terrains exploités et encore non exploités, les problématiques liées aux terrains domaniaux et privés, le matériel et semences actuellement utilisés, la maîtrise de l’eau, les infrastructures telles que barrages et canaux disponibles. Le ministère a alors développé de nouvelles approches pour développer ce qui existe déjà et apporté quelques touches d’innovation pour pouvoir produire plus. Car le principal souci, depuis des années, est la faible production rizicole contraignant le pays à toujours en importer. La production ne restera plus dans les deux ou trois tonnes à l’hectare.

• Justement, cette année, le pays a triplé son volume d’importation  pour atteindre 247 000 tonnes en raison de la mauvaise production rizicole due aux vicissitudes climatiques, comment combler le gap pour ne pas en importer autant à la prochaine saison ?- Le ministère de l’Agriculture et de l’élevage, avec ses partenaires, a commencé ce que nous appelons «la caravane de la fertilité». Une activité consistant à identifier les terres, effectuer une analyse pédologique et tester la fertilité du sol, allant de région en région, par le biais de laboratoires ambulants. C’est un projet mis en œuvre avec les Marocains. Faut-il savoir en effet que notre sol vieillit et qu’à la longue, il ne produit ni en qualité, ni en quantité. La caravane de  la fertilité sillonnera pour commencer, cent mille hectares, notamment dans les pôles de production pour pouvoir en déduire par la suite si tel sol dans telle localité peut encore produire du riz. Les laboratoires fixes seront établis dans l’Alaotra et le Vakinankaratra. Une usine de production d’engrais sera bientôt en place à Ambatondrazaka. Un centre semencier est mis en place à Ambohitsilaozana Ambatondrazaka. Les questions sur le foncier, les semences et engrais, le matériel agricole et les infrastructures ont bien sûr été répondues dans la stratégie pour dépasser les quatre millions six cent mille tonnes de production annuelle. Nous avons  développé l’approche par proximité en mettant en place des services de proximité pour appuyer les paysans riziculteurs. Cinq tonnes à l’hectare suffisent pour une autosuffisance en riz.

« Les paysans producteurs ne sont pas les seuls opérateurs de développement de la filière rizicole. L’opérationnalisation de ces services agricoles se fait avec l’État et le privé. »

• Quel genre de services de proximité ? Est-ce différent des CSA (centres de service agricole) ?- La dualité entre ce qu’on appelle «petits paysans producteurs» et les opérateurs privés doit être redéfinie d’une autre manière. Les paysans producteurs ne sont pas les seuls opérateurs de développement de la filière rizicole. L’opérationnalisation de ces services agricoles se fait avec l’État et le privé. Je m’explique : notre production de semences n’arrive qu’à rentabiliser au grand maximum 100 000 ha de surface rizicole en tout. Alors que pour une meilleure production, il est utile de changer de type de semence au moins, une fois tous les trois ans. Les paysans producteurs de Bas Mangoky par exemple où il n’y a aucun centre, n’ont pas toujours la possibilité financière d’en disposer, ou ne sont pas toujours informés des types de semences utiles à la rentabilisation de leur production, aussi, appartient-il à l’Etat et aux opérateurs privés de les appuyer dans ce sens. On prévoit  de redynamiser et d’ajouter les centres de service agricole. C’est l’approche que j’ai expliquée plus haut : la mise en place des services de proximité pour un accès physique et économique des paysans producteurs.  Je ne suis pas pour l’endettement des paysans à travers les microcrédits car on n’enregistre que 5% de taux d’investissement des paysans producteurs pour le monde rural.

• Vous avez évoqué la mise à disposition de terrains domaniaux à des riziculteurs et agriculteurs lors de la foire de la mécanisation agricole à Antsirabe dernièrement ? Où en est cette promesse ?– Effectivement. Et je le confirme. L’image de Madagascar aux yeux des investisseurs n’est pas très bonne à ce sujet car l’Etat est dénoncé comme étant loin de protéger des investisseurs surtout sur la sécurisation foncière. Les investisseurs craignent  d’être délogés par des pseudo-propriétaires ou des vrais propriétaires justement en raison  de diverses ambiguïtés foncières.  Je donne un autre exemple : les terrains d’Ifanja Miarinarivo dans l’Itasy sont des terrains domaniaux aménagés par l’Etat à hauteur de six milliards d’ariary  d’investissement en infrastructures mais sont restés inexploités depuis presque vingt ans. Alors je pose la question, pourquoi n’a-t-on jamais autorisé l’utilisation de ces terrains par des opérateurs ou des paysans ? Là revient l’approche proximité. Nous mettons en place des comités ad-hoc dans pareils cas afin de justifier avec des leaders paysans, des autorités locales, des enseignants locaux et autres, la propriété réelle des terrains.  Notre approche sur l’exploitation des terrains domaniaux  est en bonne voie avec le ministère auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du Territoire et de l’équipement (M2PATE).

• Qu’est devenue la stratégie de mécanisation agricole élaborée depuis 2014 ?La mécanisation agricole fait partie intégrante de la stratégie de développement rizicole. Car depuis longtemps, elle n’arrive pas à combler les besoins des riziculteurs. Une famille exploitant un hectare de surface rizicole obtenant un rendement de cinq millions d’ariary l’année n’utiliserait jamais un tracteur qui coûte 50 millions d’ariary.  L’approche par proximité permet à ces riziculteurs de louer par exemple des motoculteurs ou autres afin de booster la productivité en soit en se faisant aider par la mécanique outre l’angady.  D’un autre côté, afin de satisfaire des besoins qui se font sentir dans d’autres régions productrices, un partenariat avec l’usine Farmtrac en Inde a été conclu. Une usine d’assemblage de tracteurs sera mise sur pieds incessamment dans la Grande île. Ces investisseurs sont intéressés en raison de l’incitation fiscale proposée par la partie malgache. Les véhicules peuvent en outre être réexportés dans les marchés africains ou autres.

• Madagascar a failli à La convention de Malabo (Convention sur Croissance accélérée de l’agriculture en Afrique). Peut-on toujours espérer une autosuffisance en riz ?– Ne soyez pas si pessimiste! Valorisons le travail de nos paysans.   Le ministère travaille avec des bailleurs et d’autres ministères comme les Travaux publics ou encore le Tourisme. Nous arriverons à au moins cinq tonnes à l’hectare d’ici 2020. La convention de Malabo de Guinée demande aux pays africains les étapes franchies dans la transformation de l’agriculture vers une prospérité en tenant compte de quelques indicateurs, telles que la sécurisation foncière, l’adaptation au changement climatique. Certains des indicateurs conceptuels demandés  ne concernent pas les paramètres existants dans la Grande île. Je dirais que les questions sont trop standardisées. Ainsi, il a été impossible d’y répondre.  Toutefois, sur les questions de recherche, nous avançons de par les activités développées par le Fofifa, (Centre national de recherche pour le développement rural)  notamment sur les variétés de riz résilientes.

Propos reccueillis par Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar17 partages

Antananarivo – Des quartiers privés d’électricité

L’alimentation en électricité à Antananarivo et ses périphéries a connu depuis quelques jours une grande perturbation. Certains quartiers ont été privés d’électricité pendant plusieurs heures durant le week-end. C’est le cas de la cité des 67Ha, Ampitatafika, Andohatape­naka, Ivato et bien d’autres encore. D’après les explications de la Jirama, les coupures sont généralement dues à des incidents techniques ou tout simplement des coupures programmées pour cause de travaux d’entretiens ou élagage.Pour le cas de la cité des 67 Hectares, un incident technique sur un transformateur a provoqué cette coupure depuis le week-end. « À Andohatapenaka ou encore Ankasina, un poteau électrique a été victime d’un accident de voiture. L’alimentation en électricité est actuellement revenue à la normale », a expliqué un responsable de la compagnie.Ces différents incidents provoquant la coupure d’électricité ne font que ternir l’image de la Jirama.Cela rappelle les mauvais souvenirs vécus par ses abonnés avec la coupure intem­pestive ou le délestage de l’année dernière. Pourtant  les discours des responsables ne vont plus dans ce sens, et parlent de la fin du délestage pour le pays, ou du moins pour les villesalimentées par le réseau interconnecté d’Antana­narivo (RIA).

L.R.

Midi Madagasikara16 partages

Cinéma : Décès de Mireille Darc

La comédienne Mireille Darc est décédée hier. Atteinte depuis l’enfance d’un souffle au cœur, elle avait subi en 1980 une opération à cœur ouvert, avant d’être de nouveau opérée en 2013. Elle avait été hospitalisée fin 2016 pour des hémorragies cérébrales. L’actrice avait subi une troisième attaque cérébrale dans la nuit du 28 au 29 septembre 2016 et avait été hospitalisée pour deux hémorragies cérébrales depuis le 19 septembre à Paris. Elle avait failli mourir à ce moment-là, avait déclaré son mari Pascal Desprez. « Quand elle a fait une deuxième hémorragie cérébrale, il y a eu un grand moment de panique, elle ne voyait plus, elle ne parlait plus« , ajoutait-il. Née en 1938 à Toulon, Mireille Aigroz avait choisi « Darc » pour pseudonyme en référence à la rivière de son enfance « l’Arc ». Actrice emblématique des années 1960 et 1970, elle avait tourné dans une cinquantaine de long métrage pour le cinéma, dont treize avec le réalisateur Georges Lautner. Victime d’un accident de voiture très grave en 1983 ayant entraîné des fractures multiples, Mireille Darc s’était éloignée du cinéma. C’est à la télévision qu’elle est revenue sur le devant de l’affiche dans les années 1990 dans plusieurs feuilletons et notamment « Les Cœurs brûlés » et « Les yeux d’Hélène » diffusés sur TF1. Elle a également réalisé plusieurs documentaires dans les années 2000. Elle était mariée depuis 2002 à l’architecte Pascal Desprez.

Midi Madagasikara14 partages

Vision minière nationale : Premier atelier de travail à partir de ce jour

Comme tous les autres pays africains, Madagascar a souscrit à la Vision minière africaine (VMA) en 2009. Afin d’assurer la mise en œuvre du cadre continental, les autorités malgaches ont manifesté leur intérêt à lancer le processus de la vision africaine nationale (VAN)  afin d’accroître la part du secteur minier dans l’économie et ainsi profiter au mieux des retombées. Afin de démarrer les discussions sur le lancement du processus, un atelier de travail se tient à Madagascar du 29 au 31 août 2017. L’atelier se tient dans le cadre d’un programme de collaboration entre Madagascar et la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) en vue d’appuyer certaines activités nationales dans des secteurs socio-économiques émergents. La réunion verra le lancement du profil pays ainsi que des discussions autour des questions minières et de l’économie bleue.

Profil. La CEA a lancé une nouvelle série de profils pays, en marge de la semaine du développement en Afrique qui s’est tenue au mois de mars 2017, à Dakar, au Sénégal. Pour Madagascar, le profil fournira donc un aperçu de la situation socio-économique actuelle. Il comporte également une analyse thématique qui porte sur les zones franches et l’industrie textile, et leur rôle dans la transformation structurelle du pays. L’économie bleue a été identifiée par Madagascar comme un pilier essentiel à cette transformation lors de la 19e session du Comité intergouvernemental d’experts (CIE) du bureau sous-régional pour l’Afrique de l’Est (BSR-AE) de la CEA qui s’est tenue à Antananarivo, au mois de mars 2015, sur le thème « Exploiter l’économie bleue pour le développement de l’Afrique de l’Est ». L’économie bleue est au centre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine (UA) et recouvre, dans ce contexte, à la fois le milieu marin et les eaux douces, y compris les océans et les mers, les côtes, les rivages et les berges, les lacs, les cours d’eau et les nappes souterraines. Elle embrasse un éventail d’activités, directes, ou dérivées, qui vont de la pêche à l’exploitation minière sous-marine en passant par l’aquaculture, le tourisme, les transports, la construction navale, l’énergie, ou la bio-prospection.

Antsa R.

Midi Madagasikara14 partages

Protection sociale : Les natifs d’Iharana ont leur antenne CNaPS !

La 49e agence de la CNaPS est dédiée à la population de Vohémar.

Mounir et Zaïra forment un couple de retraités affiliés à la Caisse nationale de Prévoyance sociale (CNaPS) ; ils vivent à Antsirabe Nord, Vohémar. Tous les trimestres pour encaisser leur pension de retraite, ils devaient se rendre à l’antenne de Diégo-Suarez en parcourant 327 km- dont 160 km de route secondaire délabrée- en taxi-brousse ! Heureusement, une antenne de la CNaPS vient enfin d’être inaugurée à Vohémar, leur vie de retraités sera désormais plus posée.

Inaugurée le 24 août dernier, la 49e agence de la CNaPS à Tanambao est maintenant pleinement opérationnelle. La cérémonie s’est tenue sous un ciel ensoleillé et la brise agréable du Varatraza qui souffle sur toute la province d’Antsiranana de mai à décembre. Rehaussée par le sénateur de la province d’Antsiranana Tomboson Sylvestre, le chef de région de la SAVA, Velomaro Faustin et le DG de la CNaPS Arizaka Rabekoto Raoul, elle a également fait la part belle à la population locale, principale bénéficiaire de la protection sociale. La CNaPS entend effectivement poursuivre et renforcer sa politique de proximité. Notons par ailleurs que cette cérémonie d’inauguration fut doublée d’une remise de certificats suite à un atelier de formation et de sensibilisation à l’application et à la compréhension du Code de Prévoyance sociale.

Sur place. Désormais, exit les attentes et les voyages épuisants que ce soit vers Sambava ou Diégo-Suarez, les dossiers de la population en terme de protection sociale peuvent être traités par l’agence de la CNaPS à Tanambao Vohémar. Les agriculteurs, les pêcheurs et les éleveurs ont également poussé un ouf de soulagement en écoutant le chef de région qui a annoncé leur affiliation prochaine à la CNaPS. Arizaka Rabekoto Raoul a par ailleurs réitéré que l’étude de faisabilité de la mise en place d’un régime de retraite est en cours pour ces paysans et travailleurs indépendants qui vont être affiliés prochainement à la CNaPS ; sans oublier les allocations familiales, les rentes et les pensions qui ont été revues à la hausse, respectivement à hauteur de 100% et de 20%.

Luz R.R

Midi Madagasikara14 partages

Volley / GNVB : Nouvel enjeu, les Seychelles en novembre

Ils sont champions d’Analamanga et là, ils vont défendre leur titre national à Toamasina. Avant cela, les jeunes garçons de GNVB seront en lice chez les moins de 18 ans à partir du 4 septembre prochain et ils partiront le 2 septembre. Le club de GNVB tient à asseoir sa suprématie nationale et pour cela, il se prépare en conséquence. « Nous avons déjà fait depuis plusieurs semaines des séances en salle. Mieux, nous sommes en préparation intense. C’est  mieux ainsi que la finale Analamanga soit très tardive ce qui nous permet d’être vraiment en forme » a dit Honoré Razafinjatovo, coach. Ils sont en train de renforcer et d’améliorer les services et la défense. Comme le sommet national des jeunes est prévu à partir du 4, ils seront tous à Toamasina déjà pour s’acclimater. Ils, ce sont les joueurs de toutes les équipes de la GNVB, deux de la ligue de Vakinankaratra et une d’Analamanga. Ils jouent en match triangulaire pour éviter les mauvaises surprises.

Pour eux, l’enjeu est de taille reste, les Seychelles, pour la zone 7 « Nous espérons être présents et ravir le titre à la Zone 7 aux Seychelles du 16 au 23 novembre prochain » a-t-il conclu.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara12 partages

Beboarimisa Ralava et Benjamina Ramanantsoa : Prise de fonction officielle

Prise de fonction officielle pour le ministre Beboarimisa Ralava. En effet, la cérémonie de passation de service au Ministère des Transports et de la Météorologie, entre le ministre sortant Benjamina Ramanantsoa et son successeur Beboarimisa Ralava s’est déroulée hier. Une occasion pour l’ancien patron, qui vient de bénéficier d’une promotion pour diriger le Ministère en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement, de faire le tour d’horizon des travaux réalisés durant son passage à ce département. Il a cité entre autres, la mise en place de balisages nocturnes à l’aéroport de Toliara, le début des chantiers pour l’extension de l’aéroport de Nosy- Be et de Toamasina, l’élaboration de  la politique nationale du secteur aérien et l’extension en cours du Port de Toamasina et du Port de Toliara. Actuellement, les responsables sont en train d’élaborer le Schéma directeur des Ports à Madagascar. En ce qui concerne le domaine de la Météorologie, l’installation de radars dans les zones les plus touchées par les cyclones est en cours d’étude. Un projet qui sera réalisé avec la collaboration du gouvernement coréen. A noter que Beroarimisa Ralava prend également service en tant que président du Comité interministériel de l’ASECNA. La passation de service au M2PATE s’est également tenue hier. Une occasion pour le ministre sortant Narson Rafidimanana de remercier le président Hery Rajaonarimampianina de lui avoir fait confiance pendant ces trois ans de service à la tête de différents ministères. L’ex-numéro Deux du gouvernement a confirmé qu’il sera nommé à un autre poste, « probablement à l’extérieur », a-t-il laissé entendre. D’après les rumeurs, il sera nommé ambassadeur, tout comme l’ancienne MAE, Béatrice Atallah. De son côté, le ministre Benjamina Ramananstoa a affirmé qu’il est prêt à relever les défis pour son nouveau poste.

Davis R

Midi Madagasikara11 partages

Lutte contre les essais nucléaires : Une cause mondiale à défendre

Le 2 décembre 2009, à sa 64e session, l’Assemblée générale a proclamé le 29 août Journée internationale contre les essais nucléaires en adoptant la résolution 64/35.

Sensibilisation et éducation. Cette résolution appelle à éduquer le public et à le sensibiliser  « aux effets des explosions expérimentales d’armes nucléaires et autres explosions nucléaires et à la nécessité d’y mettre fin, en tant que moyen parmi d’autres de parvenir à l’objectif d’un monde sans armes nucléaires ». Cette résolution a été initiée par la République du Kazakhstan, à laquelle se sont joints un grand nombre d’auteurs et de co-auteurs, afin de commémorer la fermeture du polygone d’essais nucléaires de Semipalatinsk, le 29 août 1991.

Objectifs. La Journée internationale vise à mobiliser l’Organisation des Nations unies, les États Membres, les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, les milieux universitaires, les réseaux de jeunes et les médias aux fins de l’information et de l’éducation du public et de sa sensibilisation à la nécessité d’interdire les essais d’armes nucléaires en tant que pas majeur vers l’édification d’un monde plus sûr. La célébration de la Journée internationale contre les armes nucléaires est indispensable à la promotion de la paix et de la sécurité autour du monde.

2010. L’année 2010 a marqué la célébration inaugurale de la Journée internationale contre les essais nucléaires. Depuis cette date, chaque année la Journée est célébrée par des activités organisées à travers le monde, notamment par des colloques, des conférences, des expositions, des compétitions, des publications, des programmes diffusés par les médias, etc. Depuis la proclamation de la Journée, nombre d’avancées bilatérales et multilatérales au niveau des gouvernements ainsi que de vastes mouvements de la société civile ont contribué à faire progresser la cause de l’interdiction des essais nucléaires.

Perspectives. La Journée internationale contre les essais nucléaires, s’ajoutant à d’autres manifestations et actions, a également contribué à ouvrir des perspectives plus favorables quant à l’instauration d’un monde exempt d’armes nucléaires. Des progrès visibles ont été observés sur divers fronts, comme l’a mentionné le Secrétaire général dans son discours à la Conférence sur le désarmement, toutefois des problèmes demeurent.

Source : ONU

Midi Madagasikara10 partages

L’opération de séduction faite par le régime

Depuis  une quarantaine d’année, l’armée est une des institutions qui garantissent la stabilité des régimes. Elle a, qu’elle s’en défende ou non, joué un rôle important dans l’histoire de la grande île et c’est donc à raison que ceux qui sont au pouvoir essaient de s’attirer ses bonnes grâces. Le pouvoir actuel ne déroge pas à la règle et a des égards pour ces militaires

L’opération de séduction faite par le régime

Dans l’histoire de ces dernières décennies, les hommes politiques qui se sont succédé  à la tête du pays n’ont jamais pu asseoir leur pouvoir sans s’appuyer sur l’armée. Elle représentait une force dissuasive, permettant de contenir toutes les contestations populaires.  Elle a donc joué un rôle important dans les crises qui ont eu lieu. 2002 et 2009 ont permis de se rendre compte de leur influence dans le déroulement des événements.  Madagascar, quoique disent les observateurs extérieurs, ne jouit pas de cette stabilité politique qu’ils disent constater. Le régime ne peut pas se prévaloir d’une véritable popularité et doit faire face à une opposition de plus en plus virulente. Il lui faut se prémunir de ses adversaires politiques qui ne sont pas inactifs et qui comptent de nombreux partisans. C’est donc la raison pour laquelle le chef de l’état actuel multiplie les clins d’œil aux forces armées. L’objectif est de se ménager ses bonnes grâces pour qu’elles  lui restent fidèles. En filigrane, se profile  la prochaine élection présidentielle qui risque de ne pas être de tout repos. On affirme que l’armée est traversée par des courants qui seraient favorables à l’ancien président de la transition. Pour l’instant, ce dernier reste silencieux, mais ce mutisme inquiète le pouvoir au plus  haut point. Il n’y a aucun signe de division en apparence pour le moment. Les chefs militaires tiennent bien leurs hommes. Ces derniers obéissent, dit-on, au doigt et à l’œil. C’est pourquoi le régime fait tout pour qu’ils ne soient pas séduits par les chants des sirènes leur étant adressés.

Patrice RABE

News Mada8 partages

Groupe Assist : fraude monétique de haut vol

Un scandale de fraude monétique impliquant la société AGF Export qui n’est autre qu’une filiale du groupe Assist Développement, est révélé au grand jour. Le groupe fait de nouveau parler de lui.

Assist Développement est de nouveau dans l’œil du cyclone. AGF Export, une filiale du groupe est impliquée dans une fraude monétique de grande ampleur. Un fait qui s’ajoute aux autres dossiers dans lesquels il a été mouillé auparavant et qui ont déjà fait parler la poudre.

Mais cette fois-ci, il s’agit d’un recours à des cartes de crédit frauduleuses, non reconnues par leurs vrais utilisateurs. D’ ailleurs, une banque a déjà officiellement dénoncé l’utilisation de ces cartes.

Parallèlement, pour des opérations à l’international et avec dans l’objectif de faire transiter de l’alcool et des cigarettes de la Tanzanie vers Hong Kong, l’entreprise est passée par des Terminaux de paiement électronique (TPE) malgaches. A l’évidence, toutes ces opérations effectuées en-dehors du territoire malgache enfreignent la loi et les procédures réglementaires qui régissent le commerce international.

Pas la première affaire

Quoi qu’il en soit, ce n’est pas la première fois que le groupe Assist développement et maintenant donc une de ses filiales, est impliqué dans un dossier controversé. Car les deux principaux responsables à la tête de la société, Alain Moyon et Lucien Llinares, ont déjà fait couler beaucoup d’encre. A rappeler notamment l’affaire dans laquelle un de leurs associés a porté plainte pour corruption, fraude, de faux et usage de faux dans le litige commercial portant sur l’immeuble Assist à Ivandry, il y a quelques années.

Sans parler des fortes objections formulées pratiquement par l’ensemble des opérateurs nationaux qui sont contre les agissements de ces personnes, ce qui a d’ailleurs failli leur valoir une expulsion du territoire malgache. Mais jusqu’à présent, ils continuent d’opérer en toute quiétude au pays dans le cadre de leurs activités…

Haja R.

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien8 partages

Gestion des aires marines : l’application du « dina » attendue

Edmond Ramadany est le président de l’organisation communautaire qui gère les aires marines autour de son village d’Antenina, dans la baie d’Ambaro, à 35 kilomètres d’Ambilobe. Son village se trouve dans le Nord du Canal de Mozambique, un des quatre paysages prioritaires du WWF à Madagascar et dans l’Océan Indien Occidental. Selon lui, «  l’application du dina est très importante. Une fois que le dina a été homologué au niveau du tribunal, c’est comme une loi. Le dina renforce la protection et conservation des ressources naturelles. »

Rappelons que le dina est une règlementation traditionnelle et communautaire pour gérer les ressources naturelles d’une façon efficace. Et Edmond Ramadany en est bien conscient : « Le dina est appliqué également pour tout le monde, et ceci augmente la confiance des gens envers notre comité de gestion. Dans la vie quotidienne, le dina renforce la cohésion car une bonne règlementation efface les conflits sociaux au niveau de notre communauté. »

Mais plus qu’un simple travail d’élu communautaire, pour Edmond, la gestion des mangroves d’Antenina est l’engagement de toute une vie. «Être président est une tâche très difficile, c’est un engagement avec la nature. A l’heure actuelle, notre structure est respectée par les villageois. Il n’y a plus de charbon fabriqué à partir du bois de mangroves à Antenina. C’est notre plus grande fierté. »

Au forum national MIHARI des Aires Marines Gérées Localement de Madagascar, qui a eu lieu en août 2017, trois résolutions majeures ont été adoptées par les 150 organisations communautaires qui gèrent des aires marines, avec les 20 ONGs qui les supportent, dont WWF. Ces résolutions portent sur l’officialisation et mise en œuvre des dina en matière de gestion des ressources naturelles, la règlementation des engins de pêche et la création d’un droit de pêche communautaire exclusif sur la bande littorale.

Les résolutions prises lors du forum national ont été présentées au Ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche ce 14 août 2017. Edmond et sa communauté attendent ainsi que tous les dina des communautés littorales de Madagascar puissent également recevoir la reconnaissance de l’Etat pour plus d’efficacité et une gouvernance renforcée.

L'express de Madagascar6 partages

Dématérialisation – Le Trésor Public lance le SIG-OC

Dans la poursuite du chantier de la dématérialisation des procédures administratives, le Trésor public a mis en place le SIG-OC.

Contribuer à l’amélioration de la bonne gouvernance et la transparence de gestion. Tel est l’objectif principal du «Système intégré de gestion des opérations de change» (SIG-OC). Il s’agit d’un système informatisé qui consiste en l’information et l’automatisation du processus de traitement des dossiers liés au change. « La création du SIG-OC a été décidée pour pallier aux diverses limites observées dans le traitement des dossiers sur support papier », a indiqué le directeur général du Trésor Public, Herivelo Andriamanga, hier en marge du lancement officiel du sig-oc, à Antani­narenina.Initié en 2016 au niveau de la direction des opérations financières/service de la finance extérieure (Finex), c’est à partir du 1er septembre que le volet «domiciliation Import et Export» du SIG-OC sera intégralement opérationnel et accessible pour tous les opérateurs, nous a-t-on communiqué, hier lors du lancement officiel du système auprès de la direction générale du Trésor, à Antani­narenina.

AvantagesPour l’heure, le Finex traite des dossiers sur support papier émanant des usagers, et exploite les comptes rendus envoyés par les banques et les bureaux de change relatifs aux domiciliations des opérations d’importations et d’exportations, aux transferts et aux allocations de voyage.« Ce dispositif présente plusieurs avantages car il permet, entre autres, le suivi en temps réel des opérations de change, l’obtention de statistique en temps réel et facilite la détection des infractions à la réglementation de change », a souligné le DG du Trésor.À titre d’exemple, «le délai concernant  le rapatriement des devises sera également disponible dans ce système. En ce sens, le sig-oc enverra des notifications auprès des opérateurs, une opération qui a été effectuée sur papier auparavant», a t-on compris lors de ce lancement officiel.En outre, les opérateurs économiques figurent parmi les grands bénéficiaires des avantages de la mise en place de ce dispositif : «le sig-oc permet de déposer directement en ligne les demandes sans avoir à se déplacer auprès des banques», a poursuivi le DG du Trésor.D’autre part, «La douane procédera au blocage des marchandises dans le cas où l’opérateur ne posséderait pas un compte au niveau du sig-oc», a indiqué Chuk Moi Tine, Chef de service auprès des Finex. Ainsi, « les opérateurs sont  invités à l’inscription et à la création de compte SIG-OC. En outre, ceux qui ont déjà effectué des domiciliations au titre de l’année 2017, doivent se rendre auprès de leur banque domiciliataire pour la création de leur compte», a fait savoir la direction du Trésor. Environ quatre vingt mille dossiers de domiciliation liés aux opérations commerciales sont recensés chaque année au niveau du Finex, at-on apprit.

Soa-Mihanta Andriamanantena

L'express de Madagascar6 partages

Météorologie – De la pluie orageuse à Antananarivo

La pluie légèrement orageuse constatée à Antananarivo, hier, se reproduira ce jour, en fin d’après-midi. Les parties Sud et Est des hautes terres centrales en bénéficieront. «La formation d’un amas nuageux qui fait suite à la présence d’un front dans le Sud-Est de la Grande île, et accompagnée de la hausse de la température, produit ce temps», rapporte un responsable de la communication au sein de la direction générale de la Météorologie, hier. Dès mercredi, ce temps se dissipera. Il sera sec à Antananarivo.Par ailleurs, tout au long de cette semaine, de pluies faibles se manifesteront à Antalaha, l’après-midi, selon toujours le rapport de la prévision des techniciens de la direction générale de la Météorologie. Ces précipitations apparaîtront la nuit au Nord et au Nord-Est. Les régions d’Alaotra Mangoro, de Vatovavy-Fitovinany et d’Atsimo Atsinanana bénéficieront des averses. Ce jour, les températures prévues seront de 15°C à 21°C pour Antananarivo. À Antsirabe, elles seront autour de 12°C et 20°C.

Miangaly Ralitera

News Mada5 partages

Tsy fandriampahalemana : milaza ho misy mandrahona isan’andro ny filoha

Mampiteny ny moana sy mampitampim-bava ny tsy fandriampahalemana. Na ny filoha aza, milaza ho misy mandrahona isan’andro.

« Miatrika fampitahorana ataon’ny sasany ny filoham-pirenena isan’andro isan’andro, miatrika izany fandrahonana ataon’ny hafa izany, miatrika izany famendrofendroana ataon’ny hafa isan’andro izany. »

Io ny kabarin’ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny fanomezana fanamiana miisa 2 000 ireo miaramila zazavao teny amin’ny Capsat, Soanierana, omaly. « Fa sahy mijoro izaho filoham-pirenena, ary mitarika », hoy izy. Mpialoha lalana ny rehetra hatrany ny filoham-pirenena.

Ady no atrehina eto amin’ny firenena isan’andro. Iainana ny tsy fandriampahalemana na an-tanàn-dehibe na any ambanivohitra. Heveriny fa hitondra fitoniana sy filaminan-tsaina ho an’ny vahoaka malagasy ny fanomezan-danja ny fanapahan-kevitra matotra nataon’ny miaramila amin’izany.

Mampisa ny tetika rehetra ny mpampihorohoro

Efa ampiasain’ny mpampihorohoro ny tetika rehetra amin’izao fotoana izao mba hiadiana. Raitra lavitra noho izay an’ny Tafika ny fitaovana ampiasain’ny Tafika misy manerana an’izao tontolo izao, na eto Madagasikara io na any am-pitan-dranomasina.

Ny dikan’izany, aza matoritory ary aza zatra mionona fotsiny amin’ny tetika natao tany am-pianarana. Goavana ny fialohavan-dalana ny atao amin’izay hitranga sy ny fahaizana mandanjalanja hitarika amin’ny asa.

Mila andefasana olona any amin’ireny faritra saro-pady, omena antoka ny olona. Mila zava-mivaingana izany ao anatin’ny tamberin’andraikitra. Andrasan’ny vahoaka malagasy amin’ny miaramila izay. Na inona na inona fahasahiranana, hanampy ny miaramila ny fitondram-panjakana. Mila mijoro amin’ny andraikiny ny miaramila: mifanome hevitra, tsy mifampiandry.

Manao vain-drahalahy tsy marary

Fampitahorana, fandrahonana, famendrofendroana izany no mahazo ny filoha. Vao mainka izay mihatra sy iainan’ny vahoaka ifotony isan’andro vaky? Miady irery, tsy manana afa-tsy tanam-polo, very fanahy mbola velona amin’ny tsy fandriampahalemana…

Tsy  hita sy tsy tsapa hatramin’izao izay hoe mpitandro filaminana miaro ny vahoaka sy ny fananany. Misy aza ny manjakazaka any amin’ny tany lavitra fanjakana foibe. Sao sanatria mbola hanampy isa indray ny herim-pamoretana miaro ny mpitondra sy toerany, fa resaka tian-kateza ihany?

R. Nd.

News Mada4 partages

Fitohanana amina kilaometatra maro… : kamiao mpitondra kaontenera nivadika, nanapaka ny lalana

Nianjera avy eny ambonin’ny kamiao nitondra azy, ka nibahana nanapaka tanteraka ny lalam-pirenena faharoa ny kaontenera be iray, teo anelanelan’i Ranomafana sy Andasibe, omaly.  Fahoriana ny an’ireo mpampiasa ny lalana; tsy misy ”déviation” azy nialana, ny herika nifafy tsy nifankahitana…

Nitsivalana teo afovoan’arabe mihitsy ilay fiarabe ka tsy nahafahan’ny fiara hafa nandeha, na nanao hitsin-dalana fotsiny aza. Araka ny fantatra, nalama ny lalana noho ny erika matevina amin’iny ilany atsinanana iny, ka anisan’ny nampisosa ilay kamiao izany. Ity farany rahateo izay nitondra entana ka mora nalefan’ny lalana malama ny “remorque”. Tsy nisy ny olona naratra tamin’ity loza ity fa ny fahatapahan-dalana kosa no tena nampimenomenona ny mpitondra fiara.

Nambaran’ny olona fa efa ho iray andro ny fahatapahan’ny lalana. “Fiara niala tany Toamasina tamin’ny 7 ora maraina, mbola taraiky eo amin’ity kamiao ity tamin’ny 4 ora hariva. Taraiky avokoa na ny fiara avy any Toamasina ho aty Antananarivo na ny mifamadika amin’izay”, hoy ny olona. Miandry ny fiara hanala ilay kamiao io avy aty Antananarivo vao afaka ity fiara ity, raha ny fantatra ihany.

Matetika isehoana kamiao mivadika amin’iny lalam-pirenena faharoa iny. Noho ny lalana malama sy miolakolaka ka mahatonga ny loza matetika. Vao ny fiantombohan’ny volana aogositra lasa teo, kamiao nitondra menaka iray nivadika teo afvoan’arabe teo Ambatolaona. Tsy lavitra teo, kamiao roa nifandona ka ireo no nanapaka ny lalana efa ho iray andro sy iray alina. Nitohana efa amina kilaometatra ny fiara ho any  Toamasina sy ho aty Antananarivo vao afaka teo an-toerana.

Ny lalana aloha hatreto tsy afaka ovaina fa ny mpamily no samy hitandrina amin’ny fitondrana fiara. Tsy ny kamiao ihany fa na ireo taksiborosy sy fiara madinika aza, mba hisorohana ny loza mety hitranga”, hoy ny fanazavan’ny mpitandro filaminana tonga teny an-toerana.

Fiara nitondra entana nivadika

Fiara mpitatitrentana iray no nivadika teo anelanelan’Antsohihy sy Port-Berger miala kely an’i Betomendry, omaly, tokony ho tamin’ny 4 ora maraina. Tsy nisy ny aina nafoy fa ny entana no simba. Raha ny fanazavana azo, resin-tory hono ilay mpamily ka izay no nahatonga ny loza. Niparitaka eto amin’ny arabe ny entana. Mba tsy nisy kosa anefa ireo olona nifarombaka izany tahaka ny nahazo ny labiera teny Ambohibao sy ny toaka teny Ambatofotsy.

Endriky ny fahantran’ny olona amin’ny lafiny rehetra mihitsy ity fandrombahana entana very ity. Tsy ny hanampy na hamonjy ny olona tra-boina no ataon’ny olona fa ny hangalatra ny fananan’olona. Azo enjehina araka ny lalàna ny olona maka ireny entana very amin’ny arabe ireny. Sady fandikan-dalàna no fahafaham-baraka noho ny fahantrana diso tafahoatra ka zara aza misy hamaharana hihinanana kely?

Yves S.

News Mada3 partages

Festival de la gastronomie : Haify Mampihavanana innove

La 4e édition du festival de la gastronomie baptisé «Haify Mampihavana» se tiendra au Jardin d’Andohalo les 30 septembre et 1er octobre prochains. Selon l’association Women tourism association for Madagadascar (WTMA), organisateur de l’évènement, plusieurs activités seront programmées.

Par rapport aux précédentes éditions, les organisateurs proposeront cette année des ateliers «Haify» avec Chef Mariette Andrianjaka, la marraine et présidente d’honneur de WTAM. Ils seront réservés aux lauréats du concours Jeune Chef des deux éditions 2015 et 2016.

Plusieurs thèmes seront étudiés, entre autres l’apprentissage sur les rouages, les techniques de l’art de la gastronomie malgache, la production du gusto-olfactive du «Tsirogasy»… Ces ateliers seront soutenus par le CS2PC-THR, une plateforme public-privé en charge de la mise en œuvre des réformes dans la formation professionnelle du secteur tourisme. Après les ateliers, les participants seront introduits dans la base de données de cette plateforme.

Des stands et des concours culinaires

Une quarantaine de stands seront érigés pour cette quatrième édition de «Haify Mampihavana». En fait, son objectif est de promouvoir l’art culinaire malgache à travers un partage et la découverte des goûts, des saveurs et des matières qui existent à Madagascar. Par ailleurs, d’autres pays, comme l’Indonésie par exemple, y présenteront aussi leurs plats traditionnels. Un voyage gustatif sera donc au programme.

Enfin, le festival servira aussi d’opportunité pour encourager les nouveaux talents grâce à divers concours culinaires. La quatrième édition du concours «Tsikonina» sera intégrée au programme.  Selon les organisateurs, 150 enfants ont été aux fourneaux lors de la dernière édition.

Holy Danielle

 

L'express de Madagascar3 partages

Nosy Be -La musique classique résonne

Après le Donia et le Sômarôho, Nosy Be est encore le carrefour d’un autre festival. La quatrième édition de « Nosy-Be Symphonies » s’y déroulera du 29 août au 2 septembre.

Place au festival. La quatrième édition du festival international de Musique Classique de l’océan Indien « Nosy-Be Symphonies » se tiendra du  29 août au 2 septembre, en cette fin de saison estivale. Certes, son envergure et sa dimension ne sont pas comparables à ses deux ainés, mais il a déjà acquis une notoriété sur l’île aux Parfums, malgré la fidélité des populations locales à leur rythme tropical fétiche, le « salegy ». Cette nouvelle édition promet d’être innovante.Les concerts nocturnes auront lieu dans de beaux établissements et sites magnifiques de Nosy Be, tels Vanila Hôtel  Spa, Ravintsara Hôtel  Spa, Nosy Be Hôtel  Spa et Sarimanok Hôtel d’Ambatoloaka. Et comme il est de tradition depuis la  naissance du « Nosy-Be Symphonies », la clôture du festival se fera sur le pic du Mont Passot, l’endroit le plus culminant de l’île aux Parfums, sur fond de soleil couchant.Depuis la toute première fois, les objectifs de l’événement ne varient pas: d’abord, favoriser des échanges culturels entre les îles de l’océan Indien et l’ouverture de la jeunesse à une autre culture musicale ; ensuite, développer et promouvoir l’image culturelle de Nosy Be; enfin, faire connaître et reconnaître la musique classique à Madagascar. C’est la raison pour laquelle le Comité d’organisation des activités culturelles ou COAC a, cette année, proposé deux spectacles à Antananarivo comme préambule et  comme innovation. Ils ont précédé la soirée d’ouverture officielle à l’hôtel Vanilla  Spa, ce jour.

Artistes remarquablesDe fait, « Nosy-Be Symphonies » mettra en contact les plus grands artistes internationaux avec les plus  grands talents de l’océan Indien. Durant cinq jours, plusieurs artistes remarquables, malgaches comme étrangers, monteront sur scène. Les répertoires seront interprétés dans des tendances différentes du classique. Citons, parmi tant d’autres, la marraine du  festival, la pianiste belge d’origine polonaise, Elzbieta Dedek, et non moins ambassadrice de Chopin. On aura également l’accordéoniste Jonathan de Neck, le pianiste et compositeur Vincent Rouard, et le groupe mauricien « L’Ensemble 415 ! ». Du côté malgache, il y aura la formation  vocale Cantiamo, l’orchestre à cordes Mozartiana, le LMM Saxophone Quartet, ainsi que les artistes de l’ile aux Parfums. Trois ou quatre artistes sont programmés par soirée. Les spectateurs sont limités suivant la capacité du site d’accueil, mais tous les soirs, une vingtaine de lycéens ou collégiens malgaches seront gracieusement invités avec certaines autorités de l’île. Et chaque soir, un cocktail dinatoire sera offert aux invités.En 2016, « Nosy-Be Symphonies » a acquis ses lettres de noblesse, en étant labellisé « évènement officiel des Iles Vanille ». Mais, selon le communiqué du COAC, cette grande reconnaissance prendra tout son sens lorsque le festival touchera toutes les îles de la région.  Maintenant l’organisation s’attèle à ce projet.

Raheriniaina 

L'express de Madagascar3 partages

Handray mpitsoam-ponenana hoe ?

Izany indray izao no malaza, hoy Tselonina araky ny hirany. Manetsiketsika ny ONU fa tokony handray mpitsoam-ponenana avy any ivelany noho ny ady mangotraka any Syrie, Irak, Lybie sy ny hafa ny governemanta malagasy ?Marina fa tsy voatery ny governemanta hanaiky satria, araky ny fantatra dia tsy nanao sonia ny momba ny fiaraha-miasa amin’izany ny Fitondrana malagasy.Nefa raha voan’ny « maso mahita vola » ve ny mpitondra tsy hanaiky n’inon’inona hitranga ?Nisy fotoana nanondranan’ny mpitondra malagasy miaramila tany Seychelles nandamina ny fitondrana tany. Tsy nitondra voka-tsoa hoan’ny tafika malagasy izany, hafa tsy ny hoe niantohana ny saran-dàlany sy ny fitsangatsanganan’ny sasany tany.Tamin’ny taona 1999 dia voateniteny tao amin’ny Minisiteran’ny Fitsarana fa hoe halefa higadra aty Madagasikara ireo voaheloka noho ny ady an-trano tany amin’ny Firenena sasany ao Afrika (tsy ho lazaina eto ireo Firenena) ; ary  efa natomboka namboarina mihitsy nytoerana hoe tokony ho nisy azy ireo teny Anjanamasina, akaikin’ny fanabeazana zaza mania. Nirotsaka ny mpahay lalàna sy ny mpanara-maso politika malagasy ary ny sarababem-bahoaka naheno io fikasana io ka nihemotra tanteraka ny fitondrana malagasy tamin’izany fotoana izany. Nisy dia nisy ny tambim-bola tokony ho nomena ny fitondrana malagasy fa tsy nahomby ilay resaka noho ny antony maro dia maro ( ara-pitondrana eto amintsika ; ny tsy fitovian-kevitra teo amin’ny mpifandinika iny raharaha iny).Taty aoriana indray dia nalefa tany  Afrika ny sasantsasany tamin’ny tafika malagasy hanarina ny tany sy ny Firenena nisy korontana tany (tsy ho lazaina eto koa ny anaran’ireo Firenena niady an-trano) ; ny fijalian’ny miaramila malagasy vitsivitsy nalefa tany dia nampivarahon­tsana ny fianakavian’izy ireo teto an-tanin­drazana. Ny sasany tamin’ireo nanam-boninahitra dia tsy nitodi-doha intsony ho aty Madagasikara fa lasa nitsoam-ponenana any Eoropa na toeran-kafa.Amin’izao taona 2017 izao dia hoe  hiangaviana ny Firenena malagasy handray ampahany amin’ireo mpitsoam-ponenana noho ny antony izay iaraha-mahalala.Sao dia te ho derain’ny alika isika dia mikiky taola-maina ?Ny an-tratra tsy lavo ka antsoy koa Rainilahibe ? Asio  fiheverana ihany ry mpitondra sy manam-pahefana malagasy fa tsy ho tantinareo ny vokatr’izany aoriana ao. Malaza ho mahay mandinika ianareo koa dia alaivo ambony, alaivo ambany.Tsy hitondra soa velively hoan’i Madagasikara ny hanekena izany fangatahan’ny ONU izany na dia tiana fatratra aza ny hiara-monina amin’ny olom-pirenena hafa.

Par Rakotobe Jean François

News Mada2 partages

Vie de la nation : quand la politique se mêle à la religion

Voilà ce qui arrive lorsque les politiciens se rencontrent à la messe. La présence de l’ancien Chef de l’Etat à Morondava, lors d’une cérémonie religieuse en dit long.

Ces derniers temps, plusieurs acteurs politiques se bousculent à la porte des églises pour avoir la faveur des dirigeants confessionnels. A Manakara, à Antsiranana ou encore à Morondava, tous les moyens sont bons pour raviver la flamme christiannisme afin d’amadouer les éventuels électeurs. Cela proque souvent des conflits entre les acteurs politiques. La dernière en date c’est le cas de l’ancien Président Marc Ravalomanana à Morondava où il a été annonce qu’il a quitté les lieux faute d’avoir pu pronnoncer un discours devant les fidèles de cette réligion.

Il a fallu que l’ancien président Marc Ravalomanana soit intervenu sur une station privée de la capitale pour démentir les informations selon lesquelles, il a été persona non grata lors de la journée nationale des enfants catholiques à Morondava le week-end dernier.

Commentaires

En fait, d’après les infos relayées sur les réseaux sociaux et qui se sont répandues comme une traînée de poudre, l’ancien Président aurait reçu l’ordre de la part de l’équipe de la présidence de quitter illico presto la cérémonie religieuse bien avant sa fin.

Apparemment, selon les commentaires, Marc Ravalomanana n’était pas le bienvenu. On a même révélé qu’ayant été privé de prise de parole en public, Marc Ravalomanana n’aurait eu d’autre choix que de se retirer tout en profitant de saluer au passage les milliers de fidèle. Ses «selfies» avec les enfants ont fait même le tour des réseaux sociaux.

Réponse du berger à la bergère, les partisans de Ravalomanana ont publié les photos de l’ancien président accueilli par les dirigeants de l’Eglise catholique romaine à Madagascar. Des photos de Ravalomanana assistant à une réunion du «Vondrona fototra laika», une branche de l’Eglise protestante réformée ont été publiées via les réseaux sociaux.

Rakoto

 

News Mada2 partages

Beroroha : voaroban’ny dahalo ireo mpampianatry ny GEG hamonjy fiofanana

 Notafihin’ny andian-dahalo nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika ny taksiborosy roa, nitondra ireo mpampianatry ny GEG hamonjy fiofanana any Sakaraha. Olona iray naratra mafy…

 

Tratran’ny vela-pandriky ny dahalo ny taksiborosy nitondra ireo mpampianatra avy avy amin’ny GEG Beroroha hamonjy fiofanana any Sakaraha, omaly maraina tao Beroroha. Araka ny fampitam-baovao voaray, tamin’ny 9 ora sy 30 mn no nitranga ity fanafihan-dahalo ity, 20 km miala an’i Beroroha. Lasan’ireo mpanafika avokoa ny vola sy ny entana rehetra tany amin’ireo mpandeha. Indray niainga tamin’io fotoana io ny fiara roa fa afaka ny sakana nataon’ireo dahalo ilay fiara voalohany raha lasibatr’ireo malaso kosa ny fiara faharoa. Norahonan’izy ireo avy hatrany ireo olona tao anaty fiara ka tsy afa-nanoatra manoloana ny fitaovam-piadiana teny am-pelatanan’izy ireo. Tsy nisy ny aina nafoy fa naratra mafy nodarohan’ireo dahalo ireo ny olona iray. Na teo aza anefa izany, afa-nanohy ny dia ihany ireo mpampianatra. Nalefa notsaboina avy hatrany kosa ilay naratra.

Tonga teny an-toerana ny zandary taorian’izay ka nisy ny fanarahan-dia. Vokany, voasambotra ny roa tamin’ireo dahalo tompon’antoka tamin’ity fanafihana ity.

Fantatra izao fa isan’ny faritra mena amin’ny tsy fandriampahalemana iny faritra iny amin’izao. Mikaikaika hatrany manoloana ny asan-dahalo ny mponina. Misy ny ezaka ataon’ny zandary amin’ny fampandriana fahalemana, saingy tsy kely lalana ny ratsy ka manao antso avo amin’ny tompon’andraikitra mba hijery akaiky iny faritra iny ny mponina ao an-toerana.

J.C

 (Tahirin-tsary)

Midi Madagasikara2 partages

Entreprise : Le vol parmi les risques « corporate » à Madagascar

Ambatovy figure parmi les entreprises qui jouent un rôle majeur pour le développement économique.

Le mauvais environnement des affaires peut aussi parfois découler du mauvais comportement de certains employés des entreprises.

Une fraude sur un montant faramineux d’un million de dollars dans une grande entreprise comme Ambatovy.  La nouvelle a vite fait le tour des salons, la semaine dernière. Une nouvelle qui, en fait, démontre une fois de plus les risques qui peuvent miner l’environnement des affaires à Madagascar.

Grands moyens. Histoire de se faire facilement de l’argent, des cadres d’entreprises n’hésitent pas à user des grands moyens pour devenir milliardaire du jour au lendemain. Une banque privée était d’ailleurs déjà victime de ce genre d’actes frauduleux, puisque un de ses cadres avait profité de la pause du midi pour s’enfuir avec des millions d’ariary récemment versés par des clients. Pour Ambatovy, la tentative émane de deux cadres, pourtant bien traités au sein de l’entreprise. Ce genre de risques ne concerne d’ailleurs pas uniquement les grosses boîtes, puisque même dans les petites et moyennes entreprises, des vols existent. Sur ce point justement, les études réalisées, au niveau international démontre que le vol est l’un des plus gros risques « corporate » à Madagascar.

Antiéconomique. Bref, malgré un système de surveillance très moderne, le « zéro vol » n’existe pas, même dans les grandes entreprises. Heureusement que certains employés, comme c’était le cas dans cette affaire à Ambatovy, font preuve d’intégrité en dénonçant ce genre d’agissements frauduleux  dont les victimes  sont avant tout les membres du personnel, mais également l’ensemble de l’économie nationale. En effet, porter atteinte à une entreprise, qui joue un rôle éminemment important pour l’économie nationale, comme c’est le cas d’Ambatovy constitue ni plus ni moins qu’un acte antiéconomique.

R.Edmond.

News Mada1 partages

Madagascar il y a 10 0 ans : l’industrie du graphite à Madagascar

D’après les conclusions de M. Bourdariat, présidant une séance de la Chambre des mines de la Grande Île, la production du graphite a suivi une marche ascendante malgré les difficultés dues aux circonstances actuelles : pénurie de main-d’œuvre que le recrutement intensif des indigènes a encore augmenté, nombreux vides laissés par la mobilisation dans le personnel des exploitations minières, manque de bateaux pour l’exportation des produits.

Les difficultés de transport coïncidant avec l’intensification générale des exploitations, provoquée par un pressant appel du gouvernement, pouvaient faire craindre, soit un accroissement dangereux des stocks existants déjà considérables, soit des arrivages très importants et saccadés sur les marchés de la métropole, d’où méventes. Grâce aux démarches pressantes et répétées de la Chambre des mines auprès des pouvoirs publics et du ministère des Colonies, cette crise a pu être écartée et la réduction du nombre des navires desservant Madagascar annoncée par le ministère des Colonies n’a pas atteint la proportion d’abord indiquée.

La Chambre des mines a pu également obtenir l’abrogation de l’interdiction d’exporter le graphite en Amérique. Aussi, l’exportation directe de cette substance minérale sur les États-Unis a-t-elle pu être reprise depuis septembre dernier, ce qui a eu pour résultat de régulariser les cours.

Le Courrier colonial

Les Dames de France

à Tamatave

On nous écrit :

L’autre mardi, je me trouvais à la gare, au train du soir, au moment où se sont embarqués pour Tananarive des militaires venant du front.

« De fortes têtes ! » me dit à l’oreille un voisin se disant bien renseigné. Possible, mais français avant tout, ayant fait leur devoir sur le front, comme le témoignaient les nombreuses brisques et crois de guerre épinglées sur leurs vêtements. Et comme pour corroborer mon opinion, au moment où le train s’ébranlait, ils se mirent à crier : Vive la France !

Eh bien ! vous ne me croirez pas ; mais à ces soldats français, dont beaucoup paraissaient dans le plus grand dénuement, il n’a pas été offert le moindre subside, pas même une cigarette !…

Que font donc les Dames de France de Tamatave ? ou bien n’existent-elles plus par suite de la sacrée union qui règne par chez nous ?

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Tia Tanindranaza1 partages

Inona no dikany ?

“Izay no lahatra”, hoy ilay fomba fitenenana izay. Nahatratra 28 ny mpikambana teo anivon’ny governemanta efa nalana tamin’ny toerany tao anatin’ny 3 taona, raha natao ny kajy.

J. Mirija

Orange Madagascar1 partages

Premier Eco-Village, soutenu par Star Madagascar

Le concept Eco-village prend de plus en plus d’ampleur à l’étranger et Madagascar n’est pas en reste. Ainsi, dans cette même optique et l’association « My Crew » ambitionne de créer le premier Eco-Village dans la Grande île. Et pour ce faire, le groupe Star Madagascar a offert 2 000 bouteilles d’Eau Vive 150 cl vides, afin que l’association puisse déjà travailler sur le concept.

Il est à noter qu’un éco-village est un regroupement de maisons alternatives qui a pour objectif l’autosuffisance à différents niveaux, et où l’écologie a une place centrale.  L’harmonie entre l’homme et son environnement, le désir de réduire au maximum son impact sur la nature motive la création d’un éco-village.

Pour ce faire, « My Crew » a choisi la côte Est pour s’implanter. Un terrain de 2.620 m² dans la cité Vohitsara, en bord de mer après la Cité Canada sera consacré au projet.

Les bouteilles vides du Groupe Star serviront à la construction des murs des maisons de l’éco-village. Une séance de remplissage de sable de ces bouteilles vides s’est tenue le samedi 19 août à Tamatave. De nouvelles vagues de dons de bouteilles vides seront faites prochainement.

Les infrastructures seront inaugurées lors du festival Art Iary en novembre prochain. A long terme, l’association ambitionne que ce premier éco-village devienne un lieu culturel et touristique dans la région de Toamasina. Pour le Groupe Star, prendre part à ce projet marque sa volonté d’apporter sa contribution à la préservation de la nature. Cette action rentre dans l’axe environnemental des actions citoyennes que le Groupe Star effectue chaque année.

Recueillis par Faly R.

La Vérité1 partages

Echecs du Gouvernement - Mahafaly Solonandrasana Olivier, l'inamovible

Premier ministre depuis 2016 et ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation depuis 2014, Mahafaly Solonandrasana Olivier sort « renforcé » du récent  toilettage gouvernemental.

Indéracinable, indétrônable et indéboulonnable. Les adjectifs qualificatifs ne manquent pas.  Malmené à la fois par l'opinion nationale qui dans sa grande majorité souhaite son départ du Gouvernement, par certains élus du Parlement  et une certaine presse, Mahafaly Solonandrasana Olivier, le Premier ministre et ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation reste inamovible. Le récent remaniement reste un sujet d'actualité dans les milieux politiques. Pour beaucoup, ce changement a provoqué la stupeur. D'une part parce que deux ministres inattendus ont été limogés. A savoir notamment Béatrice Atallah et Narson Rafidimanana, qui géraient respectivement les portefeuilles des Affaires étrangères et des Projets présidentiels, de l'Aménagement du territoire et de l'Equipement auprès de la Présidence. Des limogeages étonnants d'autant que ces deux ministres étaient considérés comme des soutiens indéfectibles de Hery Rajaonarimampianina et comme les chevilles ouvrières de la « réussite » des Sommets du Comesa et de la Francophonie l'an dernier dont se vante le Chef de l'Etat. La question que se posent bon nombre d'observateurs est qu'est-ce qui a donc bien pu leur valoir ces évictions aussi brutales qu'inattendues ?D'autre part, si ce remaniement a provoqué la surprise, c'est surtout parce qu'il a beaucoup déçu. L'opinion était ces derniers temps demandeuse d'un véritablement remaniement avec en ligne de mire le Premier ministre et non moins ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, critiqué pour les échecs de son Gouvernement à résoudre les problèmes de la population.En avril 2016 à sa prise de fonction, Mahafaly Solonandrasana avait indiqué qu'il allait mettre en place un Gouvernement de combat pour parvenir à relever le pays. Près d'un an et demi après l'installation de celui-ci à la Primature, Madagascar peine à connaître les germes d'un décollage. En proie à d'immenses difficultés, l'homme et son équipe semblent ne pas être capables de sortir le pays de l'ornière. Le Gouvernement n'enregistre que des échecs.La réalité vécue au quotidien par la majorité des Malgaches est plus que jamais marquée par l'insécurité alarmante, la cherté de la vie et la corruption généralisée. Rappelons également que le Premier ministre avait indiqué faire une priorité de la lutte contre la mauvaise gouvernance dans l'Administration. Soupçonné dans des affaires concernant des subventions exceptionnelles, un directeur au sein de l'immeuble patte d'éléphant à Anosy avait été placé sous Md avant d'être relâché 24 heures. Bon nombre d'observateurs estiment que ce haut fonctionnaire n'est cependant que du menu fretin et s'interrogent sur les raisons pour lesquelles le ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation n'est pas inquiété jusqu'ici alors que sa responsabilité ne saurait être dégagée ? Faut-il souligner qu'en effet en tant que ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier est le signataire de toutes les décisions d'octroi de subventions exceptionnelles ? Ces derniers temps, les bruits de coulisse laissaient entendre que le département de l'Intérieur et de la Décentralisation serait enlevé au Premier ministre. Une tendance que le Chef de l'Etat a vite balayée d'un revers de la main. Lors du dernier remaniement, l'immeuble à la patte d'éléphant est resté à Mahafaly Solonandrasana.De ce remaniement en forme de toilettage, Mahafaly sort donc renforcé.  Malgré ses échecs, il reste à la fois Premier ministre et garde son portefeuille de ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation. A l'image d'un baobab, le chef du Gouvernement semble aujourd'hui plus que jamais indéracinable.A.R.

L'express de Madagascar1 partages

Aéroport d’Ivato – Des corps dans la zone d’extension

Les ouvriers ont déterré des dépouilles mortelles dans la zone d’extension de l’aéroport qui s’étend dans un ancien domaine militaire. 

Des corps enfouis sous le terrain d’aviation. Découverte macabre à l’aéroport international d’Ivato jeudi après-midi. Les ouvriers travaillant sur le projet d’extension sont tombés sur un os. En effectuant un terrassement du côté de la Base Aéronavale d’Ivato (BANI) où seront bâties de nouvelles infrastructures aéroportuaires, le godet d’un excavateur est tombé sur une sorte de cercueil. Rongée par la rouille au fil des décennies, la caisse métallique dans laquelle ont été retrouvés les restes humains en question était devenue friable. Elle a été de ce fait déterrée à la pelle, pour ne pas l’abîmer davantage. Lors de son ouverture, une vingtaine d’os longs quasi-intacts s’y trouvaient encore. Cette découverte macabre a été effectuée à près de trois mètres de la surface. Ceci est une première bien que les travaux battent leur plein dans la zone d’extension depuis le mois de juin.«Aucun tombeau n’est répertorié sur le terrain où ces ossements ont été retrouvés. En revanche, les lieux ont un passé riche en  histoire. De ce fait, il pourrait bien s’agir  de corps de nos compatriotes qui ont bataillé contre l’emprise coloniale, au prix de leur propre vie»,  analyse une source auprès de la commune d’Ivato.Néanmoins, le fait qu’ils ont été mis en bière et enterrés isolément jusqu’à une  telle profondeur, dans un ancien domaine de l’armée, a de quoi titiller l’esprit.En tout cas, il serait  peu probable qu’il y ait eu des funérailles de fortune ou que des dépouilles y aient été enterrées à la hâte.

Casse-têteLa détermination du nombre exact des corps déterrés relève d’un  casse-tête et leur identification est une autre paire de manche. Les ossements ont été déplacés après un rituel de coutume.«Le cimetière d’Ivato étant arrivé à un point de saturation, les restes mortels retrouvés ont été enterrés samedi dans celui de la commune d’Anosiala. Nous avons fait le nécessaire pour que la mise en terre se fasse dans le respect de la dignité des morts», poursuit la même source auprès de la commune d’Ivato.À l’aéroport, les travaux se poursuivent. Ils sont prévus s’achever en 2020.  Les coûts s’élèvent à 120 millions d’euros.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar1 partages

Système de paiement – La SADC veut faciliter la transaction bancaire

Les pays membres de la Communauté des États de l’Afrique australe ou SADC ont développé un nouveau système de paiement électronique. Connu sous le nom de système de paiement électronique intégré régional de la SADC (Speirs),  cette plateforme a pour but de connecter les banques de la région à un réseau de paiement transfrontalier. Le système remplace ainsi les instruments de paiement à base de papiers, tels les chèques bancaires.Selon Maxine Hlaba, secrétaire exécutive de l’Association des Banques de la SADC, citée par Frayintermedia, le système porte déjà ses fruits dans la région. « Nous avons présentement quatre vingt trois participants dans le système dont soixante seize banques commerciales et sept banques centrales. Quatorze pays sont maintenant enregistrés et nous continuons à attirer plus de banques. À la fin du mois d’avril, le nombre total des transactions effectuées était de sept cent trente trois milles six cents pour une valeur totale de244.7 milliards de dollars », explique cette responsable.L’utilisation d’un tel système facilitera les échanges commerciaux de la région.

L.R.

L'express de Madagascar1 partages

Mandrorona : latsaka iva lalina

Afisy lehibe CENI : «Zah’ anaty lisi-pifidianana ary ianao ?» Ny CENI («Commission électorale nationale indépendante») moa dia napetraka teto araka izay efa natao tany amin’ny firenena hafa sasany marefo demokrasia na tafahitsoka anaty krizy politika (tahaka an’i Madagasikara nanomboka taona 2009). Ny CENI no teraka teto dia tahaka ny nanapariahana, tamin’ny fotoan’androny, ny «programme d’ajustement structurel», ny «conférence nationale», na ny «réconciliation nationale» : birao any ampitan-dranomasina any no mamorona «formule» dia heverin’ny ao amin’ny Firenena Mikambana (ONU) fa azo atao «copier-coller» hatraiza hatraiza na dia samy hafa foko, samy hafa tantara, samy hafa kolontsaina, aza ny isam-pirenena.Fa ndao hiverina amin’ilay soratra navoakan’ny CENI. Hay hono efa tamin’ny volana janoary 2017 io antso fanairana io no naparitaka. Andraikitry ny CENI moa ny mandrisika ny olona hisoratra anarana amin’ny lisi-pifidianana. Saingy ilay fomba fanoratra ny teny malagasy no manafintohina.Satria hoe mivantana amin’ny tanora hono ny hafatra dia soratsoratana ho «zah’» izay tokony ho «izaho». Ka raha teny ratsy izany no mahavantana ny olona resahina dia ho atao teny ratsy «4×3, helvetica, corps 100» manerana ny arabe ?«Zah», «enao», «elà» : haingana ery isika mitaraina sady malahelo hoe «very ny fomba, simba ny teny» : izao anefa sampan-draharaham-panjakana mihitsy no manoratsora-poana mandiso ankitsirano ny tsipelina.Ankoatra ny tanora, marobe iaraha-mahalala ny Gasy mbola tsy mahay mamaky teny. Inona moa no mba boky na gazety handalo ambany masony any ambanivolo rehetra any, lalovan’ny Lalampirenena fotsiny, tsy mba ametrahany tranomboky isan-tanàna, sekoly isam-bohitra. Ka raha mba hibada hamaky teny izy ireny izany dia «zah anaty lisitra ary enao» no mba ho hitany ? Rakibolana aiza no manoratra teny gasy tahaka izany !Manginy fotsiny ny efa afitsoky ny orinasa mpivarotra : manatsotsotra ny fanoratana araka ny feo henony, tsy misahirana velively amin’ny fitsipi-pitenenana. Manelingelina azy ny «ka-tra-na», tsy raharahiny na misy na tsy misy «H-haintso». Ny sasany aza moa mamoromporona teny tsy fantatra : «Akoor», hono, fa inona izany, «manao akory» ianareo  sa «manakora» anareo ?Mibanaka ny seranan’i Madagasikara : tafiditra eto daholo izao tsy fantam-piaviana rehetra izao, tafaporitsaka avokoa na sokatra, na volamena, na andramena, na jiolahy handositra fonja. Mivaralila ny fiaraha-monina : tsy lahy tsy vavy manditsaka ankalamanjana ; tsy andro tsy alina mitabataba mifanelingelina ; tsy andrenivohitra tsy ambanivohitra manjaka ny dahalo. Ifandimbiasana dorana ny Rova. Tetezina vakiana ny fasana isam-bohitra. Atao fanao politika ny mamaky ny tranon’izay sahy manohitra ny «13 mai». Amporisihina ny «vahoaka» handroba. Tselarana afo na «Hôtel de Ville», na «Radio Madagasikara».Dia izao izany atao latasy ho simbaina ny teny malagasy. Tsy SMS-n’ny ankizy ihany. Tsy PUB manao «marketing phonétique» ihany. Fa CENI sampandraharampanjakana mihitsy koa. Asa, hatraiza no handrorona ity firenena ity.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara1 partages

SADC : Une Association Bancaire pour favoriser la bancarisation

Des initiatives sont menées dans la zone de la SADC pour briser les obstacles à la bancarisation. (Photo : Frayintermedia)

L’initiative de la SADC (Communauté de Développement d’Afrique Australe) pour le service bancaire régional a incité les Etats-Membres à améliorer leurs systèmes bancaires et à étendre l’accès aux citoyens de la région.

Le secteur banquier demeure hors de portée pour la plus grande partie de la population d’Afrique australe. Ceci enjoint le secteur bancaire à rendre les services accessibles au-delà de la minorité privilégiée. En effet, beaucoup d’individus des zones rurales de la région pourraient ne jamais voir l’intérieur d’une banque. Les statistiques publiées par la Banque de l’Etat de Maurice illustrent, par exemple, qu’environ 80% de la population adulte africaine n’a pas accès aux services bancaires pour diverses raisons. Le Protocole de la SADC sur la Finance et l’Investissement, signé en 2006, se penche sur quelques-uns de ces défis. Ce protocole cherche à accélérer la croissance, l’investissement et l’emploi dans la région via la coopération, la coordination et la gestion des politiques macroéconomiques, monétaires et fiscales. Ce protocole vise à établir et soutenir la stabilité macroéconomique comme pré-condition pour la  croissance économique durable et pour la création d’une union monétaire.

Inclusion. Une des initiatives pour une intégration financière accrue a été l’introduction du Système de paiement électronique intégré Régional de la SADC (SPEIRS) comme une solution de paiement transfrontalier. Toutes les monnaies de la SADC, y compris le dollar américain, ont été approuvées par le Comité des Gouverneurs des Banques Centrales comme mode de paiement de ce système. Selon Maxine Hlaba, secrétaire exécutive de l’Association des Banques de la SADC, le système porte ses fruits dans la région. « Nous avons présentement 83 participants dans SPEIRS, dont 76 banques commerciales et sept banques centrales. Quatorze pays sont maintenant enregistrés et nous continuons à attirer plus de banques. A la fin du mois d’avril 2017, le nombre total des transactions effectuées par SPEIRS était de 733.597, pour une valeur totale de 244.7 milliards USD », indique-t-elle. A l’échelle locale l’association bancaire soutient les banques des Etats membres pour atteindre les niveaux requis de service afin de promouvoir l’inclusion financière. Malheureusement, Madagascar ne fait pas encore partie de l’Association Bancaire de la SADC et ne bénéficie pas de ces avantages, comme l’Angola, le Botswana, la RDC, le Lesotho, la Namibie, le Maurice, le Mozambique, les Seychelles, l’Afrique du Sud, le Swaziland, la Tanzanie, la Zambie, le Zimbabwe et récemment, le Malawi.

Elargissement. L’Association bancaire de la SADC pourvoit une plateforme de leadership bancaire régionale pour l’élaboration d’une direction stratégique et de promouvoir et transformer toute la région en un seul bloc économique. Son établissement était lié au besoin d’une fédération des associations des banques comme interface pour les problématiques ayant trait à l’intégration financière régionale en général et sur le Protocole de Finance et Investissement spécifiquement. Dans plusieurs pays, le SPEIRS permet aux banques d’étendre leur clientèle, jusque dans les zones les plus reculées. En effet, comme au Malawi, les partenariats entre les banques formelles et informelles se sont accrus. Au travers de tels arrangements, les banques sont capables d’offrir des produits au-delà du paiement de factures et les revenus issus des économies, du crédit et des assurances. Bref, avec l’évolution du marché, les opérateurs financiers équipés des outils technologiques appropriés et appuyés par le Protocole d’Investissement et de Finance de la SADC sont destinés à être mieux à même d’élargir et de servir leurs clients. Par ailleurs, dans le dessein d’accélérer la croissance, l’investissement et l’emploi dans la région de la SADC, les Etats-membres ont adopté en 2006 le Protocole de la SADC sur la Finance et l’Investissement. Ce protocole a pour but d’améliorer et faciliter le libre mouvement des capitaux, des personnes, des biens, et des services et de créer des institutions et mécanismes appropriés pour l’amélioration de la bancarisation.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Commerce et consommation : Les PPN seront priorisés, selon le nouveau ministre

Passation entre le ministre Tazafy Armand et le nouveau ministre du Commerce et de la Consommation, Nourdine Chabani.

L’approvisionnement en PPN (Produits de première nécessité), ainsi que la lutte contre la concurrence déloyale, auront une attention particulière du ministère du Commerce et de la Consommation. C’est ce qu’a annoncé le nouveau ministre Nourdine Chabani, lors de la passation de service qui s’est tenue hier à Ambohidahy, avec le ministre Tazafy Armand, affecté au département ministériel en charge de l’Industrie. « Beaucoup reste à faire. Nous allons prioriser les PPN, notamment le riz, la farine, l’huile et le sucre, pour le bénéfice des consommateurs malgaches », a-t-il affirmé. Il a également souligné l’importance de la lutte contre la concurrence déloyale et l’intérêt des normes et qualités, dans la mesure où Madagascar est ouvert au marché international. D’après ses dires, il est primordial que les entreprises locales soient professionnelles si l’on veut améliorer nos exportations. « Afin de renforcer les flux commerciaux générateurs de devises, le commerce des services doit, lui aussi être amélioré, notamment, le transport, les télécommunications et les marchés en ligne », a ajouté le ministre Nourdine Chabani.

 Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Ministère du Commerce et de la Consommation: Chabani Nourdine mise sur la continuité et la maîtrise des...

Passation des services hier entre Chabani Nourdine et Tazafy Armand.

Passation des services, hier entre Chabani Nourdine et Tazafy Armand. Ces deux membres du gouvernement, rappelons-le, ont fait l’objet d’une simple permutation de postes lors du dernier remaniement.

L’ancien ministre de l’Industrie et du Développement du Secteur Privé, Chabani Nourdine, est ainsi devenu le nouveau ministre du Commerce et de la Consommation. Tandis que Tazafy Armand, l’ancien titulaire de ce dernier poste ministériel, prend dorénavant les rênes de l’industrie et du développement du secteur privé.

Innovations. Pour Chabani Nourdine, un des ministres les plus performants du gouvernement Mahafaly, le mot d’ordre lancé, hier est la continuité des actions déjà réalisées par son prédécesseur. « En tant que membres du gouvernement responsable de secteurs qui sont complémentaires, nous avons travaillé ensemble sur certains dossiers et mon prédécesseur a déjà réalisé de bonnes choses, mon rôle est maintenant de poursuivre ses actions au nom de la continuité des services publics » a-t-il déclaré. Et lui d’ajouter qu’il y aura également des innovations, car beaucoup reste encore à faire. Et la priorité des priorités pour Chabani Nourdine est le commerce intérieur. « Nos actions seront orientées vers la maîtrise des prix des PPN, plus particulièrement le riz, l’huile, la farine et le sucre » Sur ce point d’ailleurs, l’importation de 200.000 tonnes de riz déjà entamée par Tazafy Armand se poursuit et la prochaine étape sera la distribution. Une importation qui devrait normalement stabiliser les prix du riz. En tout cas, le nouveau ministre du Commerce et de la Consommation travaillera sur cette stabilisation des prix. Toujours sur le plan du commerce intérieur, des actions concrètes seront également menées pour lutter contre la concurrence déloyale.

Intégration régionale. Chabani Nourdine réalisera également des efforts en matière de normes et de qualité. Et ce, à la  fois dans l’intérêt des consommateurs du marché intérieur que pour la compétitivité des produits malgache sur le commerce international. « Nous devons être compétitifs dans nos échanges avec l’extérieur » a-t-il déclaré. Dans le domaine des échanges, d’ailleurs, le nouveau ministre du Commerce et de la Consommation,  n’est pas un novice en la matière, puisqu’il a déjà été vice-président de la Conférence Permanente des Chambres Consulaires Africaines et Francophones et Président de la Zone Afrique de l’Est et Océan Indien de la même entité. A cet effet, dans son mandat à Ambohidahy Chabani Nourdine travaillera particulièrement sur l’intégration régionale.

R.Edmond.

Madaplus.info0 partages

Anicet Abel attire les yeux des grands sélectionneurs européens.

L’international Malgache, Anicet Abel qui évolue au sein du groupe bulgare Ludogorets est trait convoité par plusieurs Clubs cet été.
Mais jusqu’à maintenant, la star malgache ne sait pas encore la suite de son périple. Il est très apprécié par Claudio Ranieri à Nantes, le milieu malgache se trouvait également dans le viseur du Stade Rennais et de Leicester. Selon nos informations, la balance pencherait plus vers le club évoluant en Premier League. Preuve du regain d’intérêt des Foxes, ces derniers ont contacté le joueur via leur entraîneur Craig Shakespeare nous a révélé une source proche du dossier. Une démarche qui n’aurait pas laissé insensible Abel. Outre Leicester, un autre candidat suivrait avec attention la situation du joueur de Ludogorets : l’Olympique de Marseille. Affaire à suivre...
Madaplus.info0 partages

Délestage revenu dans les 67 Ha

Le délestage fait son retour aux 67Ha, depuis vendredi dernier. La coupure de l’électricité sévit notamment à un moment donné où les habitants ont en plus besoin.
L’interruption se produite de deux à trois fois la journée et la population enregistre une heure de coupure. Ce sont les restaurants et les commerçants qui sont les victimes par ces coupures répétitives. Selon les explications émanant de la JIRAMA, cette panne technique est due à l’effondrement d’un poteau portant le transformateur qui alimente cette zone qui a été percuté par un véhicule. Le câble a été réparé le lendemain même, mais le transformateur a sursauté à nouveau à cause d’un excès de consommation. Les personnels chargés de résoudre les problèmes techniques de JIRAMA procèdent actuellement à la réparation sur place.
Madaplus.info0 partages

Siteny Randrianasoloniaiko, nommé Directeur du Développement international de Judo

Lors de la tenue de la dernière Assemblée Générale des Fédérations Internationales de Judo (AG-FJ) à Budapest, Siteny Randrianasoloniaiko a été nommé le nouveau Directeur du Développement International de Judo.
C’est la nouvelle mission de Siteny Randrianasoloniaiako après avoir accompli les fonctions d’un Chairman du Judo au niveau de l’Union Africaine de Judo (UAJ). Siteny n’a jamais cessé de gravir l’échelon et voilà arrivé à cette instance internationale. Deux malagasy, à savoir Fetra Ratsimizava et Daniella Rakotonomenjanahary concourent actuellement au Championnat du monde de Judo à Hongrie.
Madaplus.info0 partages

Ministre du Commerce : vers la stabilisation du cours du riz

Le prix du riz a eu une tendance à la hausse depuis plusieurs mois. Le nouveau ministre du Commerce, Chabani Nourdine a promis de trouver une nouvelle stratégie à appliquer sur le marché, afin de baisser le prix du riz, lors de la passation qui a eu lieu hier.
Chabani Nourdine n’est pas du tout étranger au monde du commerce. Avant sa nomination au poste de Ministre du Commerce, il été le Président de la Chambre du Commerce pendant 9 ans et déjà élu à la Présidence de Chambres de Commerce del’Océan Indien pendant 6 ans. L’importation de 200 000 tonnes de riz est actuellement en cours et les dossiers y afférents sont déjà transmis à Chabani Nourdine.
News Mada0 partages

Fikarohana : sisan-taolana androngobe teto Madagasikara

Anisan’ny tao anatin’ilay kaontinanta lehibe taloha i Gondwana i Madagasikara. Nahitana sisan-taolana karandoha androngobe tany amin’ny tapany andrefana, karazana dinaozaoro niandohan’ny voay.

Nahita sisan-taolana karandohan’androngobe vaventy teto amintsika ny mpikaroka vahiny. Nomena ny anarana hoe Razanandrongobe sakalavae ity sisan-taolana ity satria hita tany amin’ny tapany andrefan’i Madagasikara. Tombanan’ny mpikaroka ho tany amin’ny 170 tapitrisa taona tany ny taon’ity androngobe ity, mirefy 7 m, ary milanja 800-1.000 kilao. Voalaza fa karazam-biby niandohan’ny voay ity hita ity, mitovitovy amin’ny karazam-boay anaty ranomasina (crocodylus porosus) sy ny tyrannosaures, nisy 100 tapitrisa taona tany aloha sy ny notosuchiens, nisy 42 tapitrisa taona tany aloha. Manana nify hatrany amin’ny 15 sm ny halavany.  Lava ny lohany, avo sy vaventy ary matanjaka ny tongony.

Nilaza ny mpikaroka, Simone Maganuco, avy ao amin’ny tranombakoka, ny mozean’i Milan any Italia, manamafy sy manamarina ity valim-pikarohana ity fa avy aty atsimon’i Gondwana ny fiavian’ny karazana androngobe notosuchiens. Kaontinanta ahitana an’i Afrika, i Madagasikara, i Amerika Atsimo,  i Aostralia, i Nouvelle-Zélande, i India ary i Antarctique i Gondwana ary nizara taty aoriana.

Njaka A.

News Mada0 partages

Mahajanga : nifarana ny foara “Mionjo”

Nifarana, ny asabotsy 26 aogositra teo, ny foara ara-toekarena “Boeny Mionjo” tany Mahajanga, andiany fahefatra. Manankarena amin’ny lafiny jono ny any Boeny, ka lohahevitra noraisina ny hoe « ny jono sy ny fiompiana trondro, fanoitra ho an’ny fampandrosoana ny faritra Boeny ». Nanatrika ny fotoana ny minisitry ny Jono, Gilbert François, sy ny lehiben’ny faritra Boeny, Saïd Ahamad Jaffar. Nilaza ny minisitra fa maro ny tetikasa mitondra fampandrosoana any Boeny, ary hampahafantarina ny besinimaro tsy ho ela, mandritra ny filankevitry ny minisitra hatao tsy ho ela any Mahajanga.

Nomen’ny faritra sy ny Antenimieran’ny varotra sy ny indostria taratasy fanamarinana ireo mpandray anjara mendrika tamin’ny fampirantiana, nandritra ny foara « Boeny Mionjo ».

Njaka A.

News Mada0 partages

Harena an-kibon’ny tany : mitaky antontanisa ny FMI

Nangata-baovao mikasika ny harena an-kibon’ny tany ny FMI. Mbola mihantona kosa ny famolavolana ny lalàna vaovao mifehy azy raha efa vita ny mikasika ny solika.

Nihaona tamin’ny minisitry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny vokatra ara-tsolika, Zafilahy Ying Vah, ny solotenan’ny Tahirimbola irasiam-pirenena (FMI) miasa eto Madagasikara, Imam Patrick. Nilaza ity farany fa liana te hahafantatra bebe kokoa mikasika ny tontolon’ny harena an-kibon’ny tany eto Madagasikara ny FMI, ka anisan’izany ny antontanisa, ny tarehimarika samihafa manodidina azy. Te ahalala mikasika ireo orinasa sy fandaharanasa mikasika ny harena an-kibon’ny tany koa ity rafitra iraisam-pirenena ity, ireo efa miasa sy mikasa ho avy aty Madagasikara. Toraka izany koa ny tetikasa akaiky tsy mihoatra ny telo taona, ohatra. Eo koa ny olana samihafa eo amin’ity sehatra ity, sy ny vahaolana raisin’ny fanjakana.

Tena andraikitry ny FMI ny lafiny fitantanana ny toekaren’ny firenena amin’ny ankapobeny. Nangataka fanazavana tamin’ny minisitra Zafilahy Ying Vah ity solotenany ity mikasika ny anjara toeran’ny harena an-kibon’ny tany amin’ny harinkarena faobe (PIB). Nilaza ny minisitra fa efa nisy fotoana nahatratra 14% ny entiny, ary tokony ho mihoatra noho izany aza.

Hivoaka tsy ho ela ny lalàna mifehy ny solika

Noresahan’ny roa tonta koa mikasika ny solika. Nambaran’ny minisitra fa maro ireo orinasa miasa eto amintsika, saingy mbola ao anatin’ny dingan’ny fikarohana avokoa. Ny Madagascar Oil irery ihany no efa mitrandraka menaka mavesatra (fuel) any Tsimiroro. Mila fotoana maharitra ity sehatra ity satria maharitra valo taona farafahaingana ny fikarohana fotsiny.

Fantatra koa fa efa vita ny volavolan-dalàna mifehy ny solika, raha toa ka mbola mihantona ny an’ny harena an-kibon’ny tany.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Tsy ampiharina ny lalàna : tena misy ny fanondranana omby any ivelany

Araka ny fanadihadiana notaterina teto (Taratra, 21 aogositra 2017), ahitana fatin’omby manodidina ny 60 miparitaka any amin’ny fokontany sy kaominina Antetezambaro, distrika Toamasina II. Ahitana izany ao amin’ny valabe, mirefy 95 ha tantanin’ny orinasa Mada Ranch, voalaza fa mitantana omby aondrana any ivelany. Omby reraka avy any atsimon’ny Nosy ireo maty ho azy ireo, avy notaterina tamin’ny kamiao. Tsy iverenana ny mikasika azy ireo, saingy manamarina izao tranga izao, fa misy tokoa ny fanondranana omby any ivelany.

Tranga iray ihany ity nosinganina ity, saingy maro ny tranga hitan’ny fiarahamonina amin’ny fanondranana omby toy ireo kamiao marobe mandeha amin’ny lalam-pirenena fahenina (RN 6), mihazo an’Antsohihy sy ny mianavaratra ary voalaza fa omby haondrana any ivelany ireny tateriny ireny.

Nakatona ny orinasa teny Vontovorona

Tsy nahenoana fanazavana izao tsy fampiharana ny lalàna izao ny fanjakana. Vao tsy ela anefa ny fanjakana nanamafy fa voarara tanteraka ny fanondranana omby velona sy henan’omby any ivelany, saingy mahavariana misy orinasa mahazo fahazoan-dalana ihany. Mety ho marina amin’ny ampahany ny filazany izany raha raisina amin’ny fanakatonana ny orinasa famonoana omby sy fikarakarana henan’omby teny Vontovorona sy any Toliara, notantanin’ny orinasa sinoa. Saingy, mahavariana fa milaza ho manana fahazoan-dalana hanondrana omby velona any ivelany ary hanangana toeram-pamonoan’omby (abatoara) koa ilay orinasa any Antanandava, Toamasina II. Voalazan’ny tompon’andraikitra ao fa afaka mamono omby 150 isan’andro io abatoara io. Midika izany fa mety hanondrana henan’omby any ivelany koa ity orinasa ity.

Randria

News Mada0 partages

Minisitry ny Varotra : hatao laharam-pahamehana ny PPN

Vita, omaly, ny famindram-pahefana teo amin’ny minisitry ny Varotra sy ny fanjifana vaovao, Nourdine Chabani sy ny teo aloha, Tazafy Armand, ity farany nifamadika lasa minisitry ny Indostria sy ny fampiroboroboana ny sehatra tsy miankina indray. Tsotra ny nambaran’ny minisitra Tazafy Armand, ny fanatsarana hatrany ny vokatra, maro ny vita fa betsaka koa ny asa miandry.

Ho an’ny minisitra Nourdine Chabani, hataony laharam-pahamehana ny zavatra ilaina andavanandro (PPN), indrindra ny vary, ny lafarinina, ny menaka, ny siramamy, mba ho tombontsoan’ny Malagasy rehetra.

Varotra ivelany

Notsindriny manokana koa ny handraisana fepetra manokana mikasika ny fifaninanana tsy ara-drariny, ny fanajana ny fenitra sy ny kalitao, ny fametrahana ny lanjan’i Madagasikara eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Mila mampiseho ny maha matihanina ny orinasa eto an-toerana raha tiana ny hanondrana entana any ivelany.

Nambarany koa fa tokony hatsaraina ny varotra misehatra amin’ny tolotrasa na servisy entina hampitomboana ny vola vahiny miditra. Voakasik’izany ny lafiny fitaterana, ny fifandraisan-davitra, ny varotra amin’ny internet. Eo koa ny fidiran’i Madagasikara ao anatin’ny tsenam-paritra, ny fanatsarana ny sehatra ahafahan’ny orinasa mifaninana, indrindra ny fanondranana entana any ivelany.

Njaka A.

News Mada0 partages

Ndriandahy Mahamoudou : « Mila jerena ny kandidà tsy hangalatra… »

« Miezaka izahay hijery hoe: fomba ahoana no hahazoana manana kandidà ho filoham-pirenena mendrika. Hatramin’izay eto amintsika, lasa kandidà nefa olona hangalatra fotsiny raha tenenina amin’ny fomba mivantana. »

Io ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny firaisamonina sivily Voifiraisana/PFNOSCM, Ndriandahy Mahamoudou, teny Analakely, momba ny fiatrehana ny fifidianana filoham-pirenena, taona 2018.

Ahoana no hahazoana kandidà mendrika? Hijery sy hiaro marina  ny tombontsoan’ny firenena malagasy sy ny vahoaka izany. Tsy izay tsy mieritreritra hampandroso firenena izany, fa ny tombontsoany manokana fotsiny.

Mila tena arahi-maso ny fifadianana

 

Ny fanaraha-maso ny fifidianana manerana an’i Madagasikara, ahazoana milaza hoe: mifanipaka tanteraka amin’ny vokatra avoakan’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC), ohatra, ny vokatra avoakan’ny fanjakana, araka ny fanazavany.

Izay, farafaharatsiny, ahazoana mifehy sy mametra ny fahavoazana  amin’ny alalan’ny fanaraha-maso. Izay no ezaka ataonay. Raha avelantsika malalaka io, anarany fotsiny ny hoe fifidianana fa efa fantatra mialoha ny vokatra.

Ao anatin’ny fahasahiranana tanteraka ny ankamaroan’ny vahoaka malagasy, manjaka ny tsy fandriampahalemana… Izay ny zava-misy. Ao ny milaza hoe andao hahemotra ny fifidianana. Anjaran’ny fanjakana ny mifehy izay tontolo manodidina izay, anjaran’ny olom-pirenena ny mandray ny andraikitra tandrify azy, ary anjaran’ny mpanao politika ny manaja ny fifandimbiasan-toerana demokratika araka ny lalàmpanorenana. Satria tombontsoan’ny firenena no ao ambadik’izay sy ny vahoaka 25 tapitrisa.

R. Nd.

News Mada0 partages

Basikety eto Toamasina : ankizy 150 niofana tamin’ny Sepa

Efa ho roa taona izay ny nisian’ny Sport éducation pour l’Avenir (Sepa), rantsana fitaizana ankizy sahirana Akamasoa ao Antananrivo eto Toamasina ary sekoly fanabeazana fototra efatra loha ny ahitana ireo ankizy miisa 150 tezaina ara-panatanjahantena amin’ny taranja basikety, araka ny fanazavana nomen-dramatoa Andrianivoson Vero, sekretera jeneralin’ny ligin’Atsinanana, nandritra ny famaranana ny lasy ara-piofanana basikety. Naharitra efatra andro izany izay natao tao amin’ny CEG Ratsimilaho, nahitana mpampiofana espaniola efatra mianadahy, tarihin’i Argel Monzano Polo, izay sady mpanazatra ny ekipam-pirenena. Tetikasa eo anivon’ny federasionan’ny basikety izy ity  ary ireny ankizy avy amin’ny fianakaviana sahirana no nantsoina sy nanaovana fanentanana isaky ny sekoly. Nambaran’Andrianivoson Vero fa tsy mandoa vola ireo ankizy, manao azy ity. Tanjona ny hanana dimby eo amin’ ity taranja iray ity ary fanampiana ihany koa ireo ankizy sahirana ara-pivelomana. Ny alakamisy 24 aogositra teo ny fizarana mari-pankasitrahana ho an’ ireo ankizy nahavita ny fiofanana.

Sajo

News Mada0 partages

Mpitsara baolina kitra : nahazo fiofanana ireo mpitsara 26 mianadahy

Ho fanatsarana ny tontolon’ny fitsarana ny baolina kitra eto Madagasikara, nisy fiofanana  nomena ireo voakasik’izany, avy amin’ny teknisian’ny federasiona iraisam-pirenena (Fifa).

Nahavita fiofanana  nomen’ny federasiona iraisam-pirenena (Fifa), ny mpitsara baolina kitra malagasy 26 mianadahy ka vehivavy ny valo, izay nifarana omaly alatsinainy, rehefa nanaraka izany nandritra hadimiana. “Mihazakazaka sy mivoatra be ny fitsarana ny taranja baolina kitra ka mila maharaka izany ny rehetra. Izany indrindra ny anton’izao fiofanana avy amin’ny Fifa sy ny Caf, izao izay saika atao isan-taona”, hoy i An Yan Lim Kee Chong, anisan’ireo mpampiofana. Nomarihiny fa na misy aza ireo lalàna mifehy ny fihaonana samy hafa, tsy voatery arahin’ny mpitsara fa azony dinganina, amin’ny fandraisana  fanapahan-kevitra, na tsy mifanitsy amin’ilay lalàna aza, izay tsy maintsy eken’ny rehetra.

Na eo aza izany, ampiasain’ny Caf sy ny Fifa ireo «caméra» marobe, ahafahana mijery sy manitsy  izay mety ho fahadisoana tsy ninian’ny mpitsara natao eny ambony kianja, araka ny nambarany hatrany.

Noraisiny ho ohatra ho an’ireo mpiofana i Hamada Nampiandraza, izay reharehan’ny fitsarana baolina malagasy, tamin’ny zavatra vitany tamin’ireo lalao iraisam-pirenena rehetra nahavoatendry azy. “Tokony halainareo tahaka  ny dingana natrehiny”, hoy izy. Tsiahivina fa anisan’ireo voatendry hitsara ny “Mondial U17”, amin’ity taona ity, i Nampiandraza.

Marihina fa  mpitsara efa sangany sy manana ny lazany ny ankamaroan’ireo nanaraka ity fiofanana ity, raha tsy hilaza afa-tsy ry Pélagie, i Andofetra sy i Abdoul Kanoso ary i Nirina sy ny hafa.

Nanamafy ny hafatra nomen’i An Yan Lim Kee Chong ny filohan’ny komisiona ny mpitsara eo anivon’ny federasiona, nisolo tena ny filohan’ny federasiona, ny mba hampiharana an-tsakany sy an-davany izay norantovina, ary hizara ny traikefa ananan’ny mpitsara, rehefa tafaverina any amin’ny faritra niaviany izy ireo.

Torcelin

 

News Mada0 partages

«Sport scolaire 2017» : voalohany ny Atsimo Andrefana

Nandrombaka ny laharana voalohany, Atsimo Andrefana, teo amin’ny fifaninanam-pirenena amin’ny fanatanjahantena an-tsekoly na ny «sport scolaire 2017», natao tany Mahajanga izay nifarana ny alahady lasa teo. Nahazo medaly 12 izy ireo ka ny 7 tamin’izany, volamena avokoa. 3 volafotsy ary 2 alimo. Anisan’ny nampisongadina azy ireo, ny teo amin’ny atletisma, ny basikety ary ny handball, sokajy lehilahy. Ankoatra izay, mbola izy ireo ihany koa no voatendry ho delegasiona mendrika, noho ny hamaroan’ny mpianatra sy ny mpanabe ary ny raiamandreny, tonga tany an-toerana. Notoloran’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, amboara manokana izy ireo, tamin’izany.

Nitana ny laharana faharoa, Alaotra Mangoro. Medaly volamena 4 sy volafotsy 1 ary alimo 1, no lasan’izy ireo, tamin’izany. Fahatelo, ry zareo avy any Melaky rehefa niravaka medaly volamena 4 sy volafotsy 1. Teo amin’ny laharana fahefatra, i Boeny mpampiantrano izay nahazo volamena 2 sy volafotsy 1, narahin’i Vakinankaratra, tamin’ny fahazoana volamena 2 sy volafotsy 1 ary alimo 3.

Tsiahivina fa 22 ireo fari-piadidiam-pampianarana (Dren), nandray anjara tamin’ity “sport scolaire 2017”, ity.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra – «Telma coupe de Mada» : ekipan’Analamanga 7 tafita amin’ny 1/8-n-dalana

Tontosa ny faran’ny herinandro lasa teo, ny dingan’ny ampaha-16-n-dalana amin’ny fiadiana ny amboaran’i Madagasikara, taranja baolina kitra «Telma coupe de Mada». Saika tafavoaka avokoa ireo ekipa sangany, afa-tsy ny Ajesaia, tompondakan’i Bongolava izay resin’ny FC Rabaza avy any Atsimo atsinanana, tamin’ny isa 1 no ho 0.

Hatreto, mbola misongadina Analamanga, izay mbola manana solotena fito, tafita any amin’ny ampaha-16-n-dalana. Anisan’ireny ny Tana Formation, izay nanamontsana ny FCA Avaradroa Alaotra Mangoro, tamin’ny isa mavesatra 6 no ho 1. Toy izany koa ny AS Adema, nanilika ny FCB Matsiatra Ambony, tamin’ny isa mazava, 3 no ho 0.

Ny Cosfa, nandresy ny Racing Nelly Boeny, tao amin’ny kianja filalaovany, tamin’ny isa 3 no ho 1. Mbola tamin’io isa io ihany koa ny nanilihan’ny Cnaps Sport Analamanga ny Fisakana FC Amoron’i Mania. Sahirana kosa vao nahazo fandresena ny Elgeco Plus, raha nifanandrina tamin’ny MI 20 Analamanga ihany. Tamin’ny isa tokana, 1 no ho 0 ny isa nisarahan’ny roa tonta.

Efa tany amin’ny fanalavam-potoana kosa vao tafavoaka ny Uscafoot sy ny Mama FC. Ny ekipan’ny kaominina izay nandresy ny Enac Boeny, tamin’ny isa tokana 1 no ho 0 ary tamin’io isa io ihany koa ny nanilihan’ny tranom-piantohana, ny Fifafifi Atsinanana. Hiato aloha ny fihaonana ary hiditra amin’ny  1/8-n-dalana, ireo ekipa rehetra tafakatra.

Torcelin

News Mada0 partages

Tennis – Maurice : Miary Zo et Finaritra passent le 1er tour

Les deux porte-fanions malgaches au tournoi Mauritius Juniors Open Grade 5 ont réussi leur entrée en matière hier au tennis club de Petit Camp, Maurice. Ils accèderont ainsi aux huitièmes de finale ce jour.

Aller de l’avant. Après avoir fait une croix sur l’Open Grade 4, Miary Zo Rakotondramboa et Finaritra Andriamadison ont fait une entrée fracassante lors de la première journée du Mauritius Juniors Open Grade 5. Chez les filles, Finaritra a passé le cap des 16e de finale aux dépens de la jeune indienne Smita Bharat. Cette dernière n’a rien pu faire pour repousser les coups puissants de la jeune raquette malgache qui a signé une victoire facile en deux sets (6/0 ; 6/1).

Quant à Miary Zo, il a visiblement repris du poil de la bête si l’on se réfère à ses précédentes prestations. Classé 1381e mondial, le champion de Madagascar U18 s’est imposé devant le Belge Alexander Van Nieuwenhove (850e mondial). «C’est une grande performance pour Miary Zo qui est parvenu à un meilleur niveau», s’est réjouit le DTN de la Fédération malgache de tennis (FMT), Dina Razafimahatratra.

Les protégés de ce dernier seront sur le front ce jour pour tenter leur ticket pour les quarts de finale. Finaritra (1918e mondial) va défier une joueuse hôte. Une certaine Amélie Boy qui est actuellement en 215e position au classement mondial. Chez les garçons, Miary Zo Rakotondramboa va croiser la raquette avec le représentant des Etats-Unis, Parker Collins Flores (1578e mondial). Un adversaire qui est manifestement à sa portée.

Rojo N.

Résultats 16e de finale

– Finaritra Andriamadison (Madagascar) bat Smita Bharat (Inde)

– Miary Zo Rakotondramboa (Madagascar) bat Alexander Van Nieuwenhove (Belgique)

Programme 8e de finale :

– Finaritra Andriamadison  vs Amélie Boy (Maurice)

Miary Zo Rakotondramboa vs Parker Collins Flores (Etats-Unis)

 

News Mada0 partages

Foot – Ligue des champions : les clubs fixés sur leur sort

Le tirage au sort et la répartition des poules étant effectués, le coup d’envoi de la THB Ligue des champions sera donné vendredi dernier dans quatre sites de compétition, à Mahajanga, Antananarivo, Toamasina et Fianarantsoa. Fosa Juniors FC (Boeny) est sans aucun doute le grandissime favori du groupe A. Lors de la première journée, il jouera dans son propre jardin au stade Rabemananjara de Mahajanga. Il va en découdre avec MTM (Melaky) avant d’affronter les militaires de Cosfa (Alfa II) le lendemain.

Pour leur part, les footballeurs de l’Ajesaia (Bongolava) sont dans le groupe B avec FCV (Vakinankaratra), un club habitué à cette joute nationale. La confrontation entre les deux formations est prévue se dérouler le 6 septembre. Une affiche incontournable pour les férus du ballon rond à Toamasina. Le malheureux finaliste de la version 2016, Elgeco Plus, a hérité d’une poule C peu ou prou compliquée.

Les vice-champions de Madagascar affronteront tour à tour FC Menagnara (Atsimo Atsinanana), Top Dom (Amoron’i Mania), VFM (V7V), FC Malaimbandy (Menabe) et FC Maeva (Betsiboka). A Fianarantsoa (poule D), Cnaps Sport (Itasy I) devra livrer une bataille sans merci aux autres participants. A commencer par Zanak’Ala FC (Haute Matsiatra) qui, outre son statut de plus sérieux prétendant, jouera à domicile. Ce n’est que le début d’un tournoi riche en challenges.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Chronique : une exécution en plein jour en pleine rue – Débattre avec modération sans hypocrisie

L’assassinat du patron de ZZ Center non seulement ravive une purulence dont souffre le pays, le problème Karana, mais alourdit d’une autre forme de violence l’escalade de l’insécurité : la bravade de procéder à une exécution en plein jour sur la place publique, et peut-être l’activation d’un mercenariat de tueurs à gage. L’avancement de l’enquête ne permet de négliger aucune piste mais rien n’interdit de favoriser l’hypothèse d’un règlement de compte sur commande, exécuté par des spadassins professionnels de la gâchette. Des circonstances troublant davantage encore un climat d’insécurité, déjà par trop délétère, nourrissant psychose, fortifiant un marché noir de vente d’armes à feu. De cette ambiance qui incite au pessimisme, les partisans du système d’autodéfense puisent justification d’une dangereuse prétention. Le fait que la première victime d’un crime style gangster, se trouve être un Karana, s’ajoute pour ne pas détendre l’atmosphère.

 Si cynique que ça puisse paraitre il faut pourtant faire de la circonstance une opportunité pour tenter de mettre un terme au problème Karana, de crever l’abcès en osant mettre le fer dans la plaie afin d’en extraire les racines de ce mal. Les incriminations réciproques ne servent à rien tant qu’elles renferment des méchancetés alors qu’on ne les exprime qu’avec moult non-dits et nombreux sous-entendus. Alors osons !

L’information concernant cet assassinat a provoqué parmi d’autres deux réactions opposées : «un Karana de moins» se disent certains autochtones sans pour autant sans réjouir, « encore un Karana » s’indignent se plaignent et accusent nombreux membres de la communauté, comme si la population entière était liguée derrière cet abominable crime.

Dans la réalité, une partie de la population cultive des Karana une image d’Epinal. Comme tout jugement globalisant, basé sur une généralisation, le raccourci de mettre les Karana à une seule et même enseigne, ne court pas seulement le risque d’erreur mais promet la garantie de commettre une injustice. Les Karana ne sont ni meilleurs ni pires que d’autres, et soit dit au passage cette remarque vaut aussi pour les natifs de ce pays. S’imposent des nuances que ne couvre pas un jugement global. A l’égal ou un peu plus que le taux d’individus appartenant à d’autres communautés, chez les Karana il ne manque pas de membres en cheville avec des gens du pouvoir et des autorités de l’administration. Il se raconte même que des puissants envieux du dynamisme productif des Karana n’ont pas résisté en ne résistent pas à les traiter et à les traire en vache à lait. Situation que ceux-ci subissent en cherchant et parvenant parfois  à exploiter pour obtenir des passe-droits et à défaut de cette sorte de compensation sur le dos de la bête, l’Etat, comme les rackettés se remboursent sur le compte du marché en en faussant les règles de la concurrence. Il serait intéressant de connaitre lequel en premier a tendu la pomme et lequel a croqué dans le fruit interdit, mais il n’est plus temps de juger cette histoire. L’urgence et la priorité consistent à mettre fin à ce genre de manège d’échanges de service hautement coupables, et à sévir sans distinction quelles que soient les origines et les qualités de ceux qui y prennent part.

La population fait surement des erreurs de jugement, mais elle n’est ni aveugle ni aussi niaise qu’on ne veuille le faire croire. S’il est besoin de lui écarquiller les yeux, une telle opération n’est possible que si tous les concernés ne balaient auparavant avec énergie devant leurs portes.

Les autorités nationales peinent à faire aboutir les enquêtes. De cette incapacité les affaires dans lesquelles des Karana sont victimes ne sont pas les seules en souffrance. Aussi il est mal venu et malsain de la part de communautés étrangères et de pays tiers d’émettre des condamnations en faisant peser sur le pays une « présomption de maltraitance des Karana et de mauvais traitement des dossiers de poursuites policières et judiciaires dans des affaires où des Karana sont victimes ».

Pour respecter le Droit la Justice ne saurait faire montre de plus de diligence et manifester davantage de dynamisme selon que la victime soit un manant indigène ou un magnat expatrié.

Dans le climat d’insécurité doublé d’une ambiance politique où s’installe la haine, l’exécution du patron de ZZ Center par des motards menace de faire école si les enquêtes n’aboutissent pas rapidement à des résultats édifiants : des scènes où les limiers mettent la main au collet des tueurs et trainent les commanditaires menottés, boulets aux pieds, pour les jeter dans des culs de basses fosses, sans accès aux infirmeries, les antichambres des évacuations sanitaires.

Dans la société actuelle une promiscuité de cohabitation entre la richesse et la pauvreté est accusée de contribuer à la dépravation des mœurs. Les valeurs se perdent en même temps que les malheurs augmentent. L’incapacité de l’Etat à réguler les facteurs d’équilibre en est la cause. Le problème Karana ne trouvera réponse qu’à condition que l’Etat ne revienne à la normale et ne recouvre son autorité légitime afin que la société s’épanouisse en harmonie. Les notions auxquelles il est fait référence, qu’il s’agisse de normalité, d’épanouissement, d’harmonie, n’ont de chance à avoir de sens que dans une démarche faite de cohérence. Aussi on ne peut d’un côté agir en complicité voire en soutien actif d’un système qui se singularise par ses incohérences, et de l’autre aspirer à avoir place respectable au sein d’une société que l’on souhaite harmonieuse. La cohérence entre les actes et la parole, au niveau individuel conditionne la réconciliation avec soi-même, tant que chacun n’ait procédé à ce travail d’élévation personnelle, on ne peut entrevoir une réconciliation à l’échelle nationale. Seulement lorsque tout le monde se sera hissé à ce niveau ne restera à la réconciliation que la valeur d’une bulle de savon.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Herin’ny fanovana : “Tsy ekena intsony ny fitondrana mandika lalàna …”

 “Tsy azo ekena intsony ny fitondrana mandika lalàna sy manondinkodim-bolam-panjakana. Mahazo loza isika raha izao no miseho hatramin’ny taona 2018…”, hoy ny eo anivon’ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo na i Doudou, omaly tamin’ny resaka nifanaovana taminy. Ankoatra izany, nohitsiny fa  te handrara amin’ny fomba rehetra ny fampiharana ny zo ananan’ny olom-pirenena eto amin’ny firenena ny fitondrana. “Atao ahoana  ny ahafahana manao fifidianana demokratika sy malalaka eto raha ny zo kely ananantsika aza, tsy ekena ? Manentana ny rehetra aho ho saropiaro amin’ny zony”, hoy ihany izy. Momba ny hetsika famoriam-bahoaka kasain’izy ireo hatao kosa, nambarany fa hametraka fangatahana  indray izy ireo amin’ity herinandro ity. Notsiahiviny ny lalana efa nodiavin’ny Herin’ny fanovana ka nilazany fa nanapa-kevitra ny hanao fihetsiketsehana manerana ny Nosy,  hanetsika ny Malagasy hitaky ny zony izy ireo, nanomboka ny fiandohan’ny volana aogositra teo.

Tsy maintsy ravana io governemanta io

Teo koa ny fangatahana fampiatoana didy, ny herinandro teo nefa nolavina satria hoe tsy manana fahefana hanao izany ny Herin’ny fanovana noho izy tsy fikambanana mitsangana ara-panjakana.  “Ataonay amin’ny anaran’ny Dinika ho an’ny fanavotam-pirenena (DFP) izany. Tsy hihemotra intsony izahay manomboka eto”, hoy ihany izy.

Nitondrany fanazavana avy eo fa tokony havahina ny hetsi-bahoaka sy ny fanonganam-panjakana. Zo fototra eken’ny lalàna sy ny sehatra iraisam-pirenena ny hetsika. “Ilay faharoa kosa mifanohitra amin’izany. Izahay tsy hanongam-panjakana fa hanao hetsi-bahoaka. Tsy tokony ho olana  raha maharava io governemanta io izany. Aminay, tsy maintsy ravana io governemanta io”, hoy ny Herin’ny fanovana.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fanitarana seranam-piaramanidina Ivato : nahita taolam-paty tanaty vata vy ireo mpiasa

 Hatairana ny an’ireo mpiasa manao ny fanitarana ny seranam-piaramanidina eny Ivato raha nahita taolan’olona maromaro, ny herinandro teo. Araka ny fanazavan’ireo mpiasa nahita izany, tao anaty vata vy no nahitana ireo taolana ireo. Sendra nihady tany amin’ny alalan’ny angady ireo mpiasa no nahita zavatra hafahafa voatohitry ny angady. Nohadina ihany hita teo ny taolan’olona maromaro. Hatreto aloha tsy fantatra mazava hoe iza na an’iza ireo taolam-paty ireo fa nampandrenesin’ny tompon’andraikitra misahana ny fanitarana avy hatrany ny teo anivon’ny kaominina Ivato. Ny teo anivon’ny kaominina kosa no nandray an-tanana ny fikarakarana sy nanao ny fombafomba ara-pomba Malagasy rehetra ireto taolana ireto. Toerana anisan’ny manan-tantara iny manodidina ny seranam-piaramanidina Ivato iny ka ahin’ny rehetra ho misy ifandraisany amin’izany izao fahitana taolan’olona izao, araka ny fanazavan’ireo mponina mahalala tsara izany. Na teo aza anefa izany, mitohy hatrany ny asa fanitarana eo anivon’ny seranam-piaramanidina Ivato.

J.C

News Mada0 partages

Fifamoivoizana : fiarakaretsaka tsy ara-dalàna 11 voasazy

Efa tafiditra  amin’ny andiany faharoa amin’ny hetsika fandaminana ny fiarakaretsaka ny ekipan’ny fitaterana ao amin’ny CUA. 11 indray  ireo fiarakaretsaka tsy ara-dalàna tratran’ireo polisy monisipaly sy  polisim-pirenena ary efa nogiazana etsy Anosipatrana fa tsy eny  Antsakaviro intsony.

Nomena sazy, toy ny “fourriérè” 10 andro sy ny onitra tsy maintsy aloa ary afaka 48 ora aorian’izay 10 andro izay dia tsy maintsy  mandoko ny fiarany tsy ho “beige crème” intsony. Marihina fa tsy ny taxi tsy ara-dalana ihany akory no savaina fa ireo lany fitsirihana teknika sy “assurance” ihany koa.

Nambaran’ny talen’ny fitaterana sy ny fivezivezena an-tanàn-dehibe, Raveloson Landy, ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra   fa   efa misy ezaka koa ny fandaminana sy ny fandrindrana ireo fijanonan’ny taxi-be izay be mpampiasa indrindra eto Antananarivo toy ny etsy Behoririka, Ankadivato … . Hotanterahina amin’ity herinandro ity ny fandaminana ny eny Anosy hatrany 67 Ha.

 Misy koa ireo “arret” novain’ny kaominina izay hita fa mampitarazoka ny fifamoivoizana  toy  ny tetsy Ankadimbahoka izay novaina ho eo ampitan’ny Leader Price. Nitondra fanazavana koa ny talen’ny fitaterana sy fifamezivezena an-tanàn-dehibe ny antony nanovana sy namindrana ny fijanonan’ny taxi-be maromaro  eny Ankorondrano.

Fantatra fa manomboka eo amin’ny fiangonana Jesosy Mamonjy ka hatreny Anosivavaka dia antsoina hoe “Voie Rapide”,   izany hoe misy fenitra sy fepetra ny  fametrahana “Arret”  izay tsy tokony hifanety ka tsy maintsy hajaina  ny elanelana   izay  antony namindrana ny “arret” ho eny amin’ny toerana malalaka  sady  hisorohana rahateo ny fitohanana  sy  ho fanajana ny lalàna.

Tsara ho marihana koa  fa “Double Voie” iny  Ankorondrano rehetra iny kanefa anisan’ny mampitohana ny fifamoivoizana eny amin’ny  “rond poind” eo amin’ny Sodiam ny fisian’ireo fiara mbola mijanona  afaka ny arret manolona ny Coloris hatreny amin’ny farmasia Principale  izay efa nametrahan’ny kaominina takela-by fampahatsiahivana.

Tatiana A

News Mada0 partages

Cité Vohitsara –Toamasina : hanamboarana trano ireo tavoahangy

Vina lavitra ezaka, kanefa efa manomboka ny an’ny fikambanana My Crew: hanao tanàna iray mitsinjo ny tontolo iainana. Nisafidy ny Cité Vohitsara any Toamasina ny fikambanana, hananganany ny tanàna voalohany amin’ity tetikasa ity. Anisan’ny hafakely ao anatin’izany ny fampiasana ireo tavoahangy efa niasa, hatao rindrin’ny trano. Fenoina fasika ireo tavoahangy ireo, mba ho lasa akora mahasolo biriky.Mifanandrify indrindra amin’ny vina napetraky ny orinasa Star izany, mahakasika ny fikajiana ny tontolo iainana. Nanome tavoahangy efa tsy misy rano intsony, miisa 2.000 izy ireo ho an’ny fikambanana, ka efa nanomboka tamin’ny famenoana fasika izany ireo mpikambana sy mpiara-miombon’antoka. Mbola hisy ny andiany tavoahangy ho avy manaraka, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny Star.Hotokanana mandritra ny “Festival Art Iary”, izay hotontosaina amin’ny volana novambra ho avy izao ireo fotodrafitrasa hatomboka ireo. Kasain’ny fikambanana hatao toerana ho an’ny kolontsaina sy ny fizahantany any Toamasina ity tanàna vaovao ity.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Recensement de la population : le calendrier du dénombrement reporté

En se référant au rythme du travail actuel, l’échéance fixée au début pour la réalisation du Recensement général de la population phase 3 (RGPH3) ne sera pas atteinte.

Contretemps. La phase de la cartographie censitaire, étape obligatoire qui précède le recensement proprement dit, ne sera pas achevée comme prévue. Les travaux de collecte de données sur terrain, prévu s’achever au mois de septembre n’arriveront à leur terme que vers la fin octobre, si toutes les contraintes liées à  leur réalisation son levées.

«L’équipe sur le terrain a terminé jusqu’à maintenant 31% des travaux à réaliser», a informé le Coordonateur de la Cellule centrale d’exécution du recensement (CCER), l’organe d’exécution technique du RGPH3 au sein de l’Institut national de la statistique (Instat), Tovonirina Théodore Razafimiarantsoa, hier à l’occasion de la remise de 50 ordinateurs desktops, de la part du Fonds des Nations unies à la population (UNFPA) pour renforcer la CCER.

900 agents cartographes supplémentaires

Le numéro un du CCER a évoqué entre autres le retard du début des travaux relatifs à la cartographie comme cause du non respect   du calendrier déjà établi. D’ailleurs, les opérations n’ont pas démarré en même temps vu les procédures à suivre pour le déblocage des fonds.

«A ce propos, la phase pilote a démarré au mois d’avril pour deux arrondissements de la capitale et la région Itasy, mais les deux prochaines vagues de cartographes ne se rendront sur le terrain qu’au mois de juin et juillet», a fait savoir le numéro un de la CCER. Par ailleurs, des contraintes liées à la santé, au retard du paiement des indemnités des agents sur le terrain – causé par la procédure de paiement –  ou  encore à l’insécurité de certaines zones ont retardé l’opération. Sachant également que certains agents ont démissionné en pleine mission.

Malgré tout, une prise de responsabilité à tous les niveaux a permis de résoudre ces contraintes. Parmi les dispositions à prendre figure le recrutement de 900 agents cartographes et 153 chefs d’équipes supplémentaires pour renforcer respectivement les 650 et 162 déjà opérationnels. Cette donation de l’UNFPA, qui est la troisième du genre, en complément du matériel informatique déjà fourni depuis 2016, permet d’accélérer la numérisation des cartes suivant les données collectées sur le terrain.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Préservation de l’environnement : un Eco-village pour Toamasina

Un Eco-village pour préserver l’environnement. C’est un concept que l’association «My Crew» développe actuellement avec le Groupe Star à Toamasina. Il s’agit d’un projet de construction de maison avec des bouteilles usagées. A noter qu’un éco-village est un regroupement de maisons alternatives qui a pour objectif d’atteindre l’autosuffisance à différents niveaux, et où l’écologie occupe  une place centrale.

Pour son premier Eco-village à Madagascar, l’association My Crew a choisi la côte Est pour s’implanter. Un terrain de 2.620 m2 dans la cité Vohitsara, en bord de mer après la Cité Canada, sera consacré au projet.

Ainsi, le Groupe Star a commencé à fournir une première vague de 2.000 bouteilles vides d’Eau Vive de 150 cl à l’association. Ces bouteilles remplies de sable serviront à la construction des murs des maisons. De nouvelles vagues de dons de bouteilles vides seront attendues prochainement. Les infrastructures seront inaugurées lors du festival Art Iary en novembre prochain.

A long terme, l’association ambitionne de faire de cet Eco-village un lieu culturel et touristique pour Toamasina. Pour le Groupe Star, prendre part à ce projet marque sa volonté d’apporter sa contribution à la préservation de la nature et qui cadre dans l’axe environnemental des actions citoyennes que le Groupe Star effectue chaque année.

Arh.

News Mada0 partages

Police de l’aménagement : une centaine de constructions illicites recensées

Neuf mois après sa mise en place, la police de l’aménagement du territoire a constaté une centaine de constructions illicites du côté d’Ampitatafika.

«Parmi ces constructions, il y a celles qui ont pu être régularisées, si pour d’autres, les travaux ont été totalement arrêtés », a indiqué le Directeur général de l’aménagement du territoire et de l’équipement (DGATE), Gérard Andriamanohisoa, lors de la mise en place d’un pôle économique dans la commune rurale Ampitatafika, district d’Atsimondrano, vendredi dernier.

La délivrance d’un permis de construire par certains maires, sans prendre en considération les procédures à suivre conformément aux textes en vigueur, a été particulièrement soulignée comme une des sources de cette situation.

Un pôle économique

Après approbation du M2PATE et dans le cadre du projet d’aménagement du Grand Tana dans 38 communes,  Ampitatafika aura bientôt son propre pôle économique, au même titre qu’Ankorondrano pour Antananarivo renivohitra, Laniera pour six communes d’Avaradrano et prochainement Vontovorona dans  la commune rurale d’Alakamisy Fenoarivo. «On n’attend plus que le conseil des ministres et l’amendement de l’assemblée nationale pour que cette initiative soit officialisée», selon les indications du DGATE.

Sera R

News Mada0 partages

Baccalauréat 2017 : le taux de réussite national en baisse de 3,43%

Conformément aux résultats dans les six provinces, qui ont tous connu une baisse par rapport à l’année dernière, sauf pour Toliara, le taux de réussite au Baccalauréat au niveau national a régressé. Avec un taux de réussite de 41,54%, une diminution de l’ordre de 3,43% par rapport à celui de 2016 où 44,97% des candidats ont empoché leur premier diplôme universitaire est noté.

La ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), Marie Monique Rasoazananera, a évoqué «L’innovation dans la confection des sujets d’examen, lesquels ne sont pas conformes à ceux traités d’habitude dans les cours particuliers et les cours intensifs à la veille des examens, comme l’une des causes de la baisse de l’effectif des admis». C’était hier, lors d’une rencontre avec la presse en marge d’une séance de partage des résultats de la session du baccalauréat de cette année qui s’est déroulée à Fiadanana.

Cette nouvelle mesure a permis de donner une opportunité aux candidats d’école qui accordent plus de sérieux dans leurs études tout au long de l’année scolaire et faisant des exercices pratiques dans toutes les matières sans bachoter. La chute du taux de réussite des candidats libres, ainsi que l’augmentation des candidats d’école qui ont obtenu une mention en témoignent.

Quoi qu’il en soit, comme chaque année, une évaluation sur cette session sera menée à Toamasina au mois de novembre. Cette initiative, qui verra la participation des trois ministères en charge de l’éducation, permet de voir les défaillances et tirer les bonnes leçons en vue d’améliorer les prochaines sessions du baccalauréat.

Capacité d’accueil

En tout, 75.193 candidats sur les 181.014 à travers le pays qui ont participé aux épreuves, ont obtenu le diplôme de baccalauréat. Fianarantsoa affiche le taux de réussite le plus haut, où 49,95% des candidats ont réussi. Antsiranana se trouve en queue de peloton avec 29% de taux de réussite. Compte tenu de leurs capacités d’accueil, seuls 20.000 nouveaux bacheliers peuvent intégrer les  six universités publiques, mais le numéro un du Mesupres a souligné que «Les nouveaux diplômés ne devraient pas être dans l’impasse dans la mesure où d’autres établissements privés peuvent les accueillir, mis à part les universités annexes, les centres de télé-enseignement publics et les Instituts supérieurs de technologie (IST)».

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Passoba-Santé : le CSB de Bemanonga de nouveau opérationnel

Grâce au projet d’appui aux secteurs sociaux de base (Passoba) Santé, financé par l’Union européenne (UE) à hauteur de 32 millions d’euros et mis en œuvre par l’Unicef et le ministère de la Santé publique, le centre de santé de base (CSB II) de Bemanonga (Morondava), touché par la crise, est de nouveau opérationnel.

Actuellement, ce centre de santé répond aux attentes de la population locale. «Nous sommes absolument satisfaits du service. Nous n’avons aucun mal à accéder aux différents soins grâce au professionnalisme de l’équipe soignante. Nous leur faisons entièrement confiance et nous n’hésitons aucunement à venir au centre en cas de besoin. D’ailleurs, les médicaments sont à notre portée», a témoigné le père de Francette, une jeune fille de 16 ans, habitant à 20 km du CSB, qui est venue consulter la sage-femme Maria Soafarahanitra.

Cette dernière a été recrutée en 2013 par le projet puis intégrée dans la fonction  publique en 2016 pour assurer le service de la maternité et de l’IST-Sida du centre. «Avant ce projet, le CSB II a été confronté à un certains nombre de problèmes comme le manque de personnel. Actuellement, grâce au Passoba-Santé, nous pouvons consulter tous les patients journalièrement».

Au bénéfice de la population

En effet, le projet a pour objectif de «Permettre de rouvrir les centres de santé, d’améliorer la gestion des structures, la qualité des soins dispensés, l’apport en médicaments et l’opérationnalisation des fonds d’équité dans les neuf régions ciblées à savoir la  Sava, Analanjirofo, Menabe, Atsimo Andrefana, Anosy, Vakinankaratra, Boeny, Betsiboka et Atsinanana. Ce projet permet le maintien et la remise à niveau du secteur santé».

Mis en œuvre pendant cinq années, ce projet touche à sa fin actuellement et l’on s’achemine vers sa pérennisation par la dotation de kits de fidélisation.

Nadia

 

News Mada0 partages

Analavory : les coupeurs de route sèment la terreur

Le problème sécuritaire dans la préfecture de Miarinarivo, particulièrement sur la RN 1, était au centre des préoccupations des autorités locales.

Les coupeurs de route bravent les forces de l’ordre. A l’instar des autres localités de l’île, le district d’Arivonimamo, plus précisément la commune d’Analavory, n’est pas épargné par l’insécurité. Pas plus tard que vendredi, les occupants d’une camionnette ont failli tomber entre les mains d’une horde de bandits qui avaient placé un tronc d’arbre sur la chaussée. Le chauffeur a réussi à se frayer un passage.

Il faut dire que les occupants d’une Mercedes Sprinter transportant des passagers en partance pour la capitale, l’ont échappé bel. L’on sait en effet que l’alerte, rapidement donnée, a permis d’éviter le pire.

Une autre source a révélé qu’une autre Mercedes Sprinter a été caillassée par des bandits à l’ouest d’Analavory. Tout en gardant son sang froid, le conducteur a accéléré à fond et a réussi à passer.

Face à cette insécurité qui tend à prendre une proportion alarmante, les membres de l’Organe mixte de conception (OMC), sous la férule du chef de district, se sont réunis hier au bureau du district afin de discuter des mesures à prendre. Des représentants de la commune urbaine de Miarinarivo, de la police et de la gendarmerie ont participé à la réunion qui ne s’est terminée qu’en début de soirée.

Parmi les mesures adoptées durant la rencontre ont figuré entre autres le contrôle des étrangers ainsi que la mise en place du comité de vigilance.

Mparany

 

News Mada0 partages

Extension de l’aéroport : découverte de restes humains à Ivato

Un mélange de stupeur et de peur a frappé les ouvriers qui travaillaient sur le chantier d’extension de l’aéroport international d’Ivato. Ils ont en effet fait une découverte macabre dans la soirée de jeudi.

 Lors de l’excavation d’une fosse, ils ont découvert un coffret métallique à l’intérieur duquel se trouvaient plusieurs ossements humains. Le coffret en question était enfoui à près de trois ou quatre mètres sous terre. Se trouvant dans une sorte de cavité, le cercueil métallique, sous le poids de l’âge, était entièrement rongé par la rouille. En l’ouvrant, les ouvriers ont découvert les ossements.

Les responsables du chantier ainsi que les autorités locales ont été immédiatement alertés. Personne n’a pu identifier les restes humains qui dataient probablement de l’époque coloniale.

Samedi, les ossements ont été enterrés au cimetière d’Anosiala.

Mparany

 

News Mada0 partages

Analamanga : appui aux riziculteurs de la région

La région Analamanga bénéficie de l’appui technique et matériel nécessaire au développement de la riziculture. La Direction régionale de l’agriculture et de l’élevage prévoit le dispatching d’une soixantaine de tonnes de semences dans ses 7 districts.

Les techniques rizicoles améliorées dont le système Papriz sont dorénavant priorisées pour redynamiser la filière par de meilleurs rendements dans la région Analamanga. La Direction régionale de l’agriculture et de l’élevage (DRAE) a renforcé la sensibilisation dans ce sens lors de la cérémonie de remise de 5 tonnes de semences de riz améliorées X265 destinées aux riziculteurs du district d’Anjozorobe, la semaine dernière.

Les dotations seront octroyées aux agriculteurs des communes les plus touchées  par les aléas climatiques de cette année dont le manque de précipitations, le passage du cyclone Enawo ainsi que des pluies de grêle entraînant une perte importante au niveau des récoltes, pour qu’ils puissent préparer la prochaine campagne 2017 – 2018.

Sensibilisation sur la politique d’appui.

Le directeur de cabinet du ministère auprès de la Présidence chargé de l’agriculture et de l’élevage (MPAE),  Luc Marcel Rakotonirina a révélé que l’importance du secteur agricole au sein de l’économie nationale explique la forte implication de l’Etat dans la filière par la multiplication des appuis aux acteurs du secteur.

L’objectif de la politique menée par le pouvoir consiste en l’augmentation de la production et du niveau de vie des agriculteurs, a-t-il ajouté. Ce haut responsable a également tenu à sensibiliser les paysans sur la préservation de leur environnement et les méfaits des feux de brousse pour garantir la réussite des stratégies mises en place par le département.

Manou

 

News Mada0 partages

Basket – U16 : Analamanga sur sa lancée

Les clubs venant de la ligue d’Analamanga avancent à pas de géant vers la qualification au championnat national U16 garçons et filles qui bat son plein à Ambositra. Pas plus tard qu’hier, les filles de MB2All n’ont pas fait de cadeau aux joueuses de Serasera (Vakinankaratra) malgré l’acharnement de ces dernières jusqu’au quart-temps ultime. Par contre, les filles du CBAM n’ont pas eu cette chance. Elles ont concédé une courte défaite face à SGPI (Sava). Les deux équipes se sont séparées sur le score de 79 à 60.

Du côté des garçons, DTSC a terrassé les jeunes basketteurs de Fandrasa (Haute Matsiatra) en s’imposant sur le score sans appel de 94 à 59. Asa a également remporté son face-à-face contre Serasera. Il a signé une victoire sur le fil sur le score de 61 à 67. Pour le cas des clubs de la ligue hôte, Tamifa a disposé de BBCA (Atsimo Atsinanana) sur le score de 73 à 52. Le sommet national se poursuit ce jour avec les chocs Kingers-Asa, Tamifa-CBAM, MB2All-Fandrasa,…

Rojo N.

Filles :

– Tamifa (Amor/Mania) vs BBCA (Ats/Atsina) : 73 – 52

– CBAM (Analamanga) vs SGPI (Sava) : 60 -79

– Ascov (A/mania) vs Mega Info (Atsinanana) : 51 – 46

– Serasera (Vakina) vs MB2All (Analamanga) : 31 – 42

Garçons :

– Texas Rangers (Analanjirofo) vs FFA (Vakina) : 63 – 102

– Serasera (Vakina) vs Asa (Analamanga) : 61 – 67

– Ascut (Atsinanana) vs ESPA (H/M) : 63 – 58

– Kingers (An/jirofo) vs Mega Info (Atsinanana) : 62 – 42

– Tamifa (Amor/Mania) vs BBC (Bongolava) : 44 – 92

DTSC (Analamanga) vs Fandrasa (H/M) : 94 – 59
News Mada0 partages

Festival des arts martiaux : un défi pancrace

La préparation du prochain festival des arts martiaux se fait en catimini. Cette version 2017 est prévue se dérouler le 3 septembre au palais des Sports de Mahamasina. D’après le président de la Commission malagasy de kempo et arts martiaux mixtes Madagascar (CMKAMM), Parfait Rakotonindriana, les pratiquants de pancrace feront une démonstration de force pendant cet évènement.

Des combats de pancrace chez les moins de 61 kg seront au programme. Une manière de débuter la saison 2017-2018 dans les règles de l’art. Parfait Rakotonindriana et ses protégés ont un agenda chargé en termes de recyclage et d’échanges sur les différentes disciplines. Le rendez-vous le proche étant le stage qui se tiendra les 9 et 10 septembre à l’ANS à Ampefiloha.

Rojo N.

News Mada0 partages

Alliance française Antananarivo : nohavaozina ny lampihazo sy ny efitrano fianarana

Anisan’ny toerana iray mitana anjara toerana lehibe amin’ny fampivelarana ny kolontsaina malagasy sy ny avy any ivelany ny Alliance Française Antananarivo (AFT) etsy Andavamamba. Tsy mitsahatra manatsara ny toerana rahateo ny tompon’andraikitra.

Hotokanana, anio tolakandro, ny asa fanavaozana sy fanatsarana etsy amin’ny Alliance française Antananarivo (AFT) Andavamamba. Nosoloina lampihazo raikitra manaraka ny fenitra iraisam-pirenena ilay sehatra teo aloha ao anatin’ny efitrano lehibe. « Hanatsara ny tolotra omenay ato amin’ny AFT ny fananana io lampihazo io », hoy Rabetsimba Heritiana, tompon’andraikitry ny serasera eo anivon’ny AFT.

Manana ireo kalitao takin’ny fenitra iraisam-pirenena amin’ny fanatanterahana seho an-tsehatra ity lampihazo vaovao ity. Anisan’ireny ny « rideau » manoloana ny sehatra, ny tohatra, ny ravaka, sns. Afaka mandray tsara tantara filalao an-tsehatra, fampisehoana rindrankira, alim-pikoranana na « cabaret », sns.

Nasiana fanitarana sy fanatsarana ihany koa ny efitrano roa fianarana teny frantsay eny an-toerana. Nohavaozina sy nitarina ny toeram-pisakafoana sy ny zaridaina ary ny seza mba hahafahan’ireo mpianatra miandry ny ora fidirana sy ho an’ireo mpaka mpianatra amin’ny ora firavana.

Marihina fa aorian’ny fitokanana ireo fotodrafitrasa nohavaozina ireo no hanatanterahana ny « Veloma » ho an’i Marc Sarrazin, tale jeneralin’ny AFT izay nipetraka 4 taona teto Madagasikara.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Antsohihy : nahitam-pahombiazana ny « Lampogno »

Notontosaina tany Antsohihy, ny 24 hatramin’ny 27 aogositra lasa teo, ny andiany fahafolo amin’ny “Festival Lampogno”. Raha tsiahivina, hetsika iray enti-mamerina indray ny lanjan’ireo karazana kolontsaina sy soatoavina isam-paritra izy ity ary karakarain’ny fikambanana mitondra izany anarana izany ihany.

Fahombiazana tanteraka ny Lampogno ary tsy hita taratra akory izay noheverina ho vokatry ny sakantsakana samihafa. Porofon’izany, marobe ireo nandray anjara tamin’ny “carnaval” tamin’ny fanokafana ny hetsika. Miisa 52 ny fikambanana namaly ny antso ka tonga nilahatra”, hoy ny fanazavan’i Jean Rigo, mpanakanto sady mpikarakara ny Lampogno.

Niavaka ity “carnaval” ity, satria nentina nanehoana ny kolontsaina sy ny fomba amam-panao isam-paritra. Niompana tamin’ny lohahevitra hoe “Tamborô” izany. Nisy mihitsy ny fifaninanana ka nibata ny loka voalohany, izay loka omby, ny fikambanam-behivavy Ambalakida.

Tetsy ankilan’izay, tomefy olona ny toerana nanatontosana ny fanapoahana afomanga, tamin’ny fotoana nanokafana ny hetsika, ny 24 aogositra hariva. Toy izany koa ny fampisehoana niarahana tamin’i Dadi Love, izay nentina namarana tanteraka ny Lampogno, ny alahady hariva teo. “Lany tanteraka ny tapakila tamin’io”, hoy i Jean Rigo, izay nampanantena ny hanohizana hatrany ny hetsika.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Gestion des opérations de change : la dématérialisation effective

Le traitement des dossiers liés au change dans le domaine des importations et des exportations est désormais dématérialisé. Le Système intégré de gestion des opérations de change (Sig-OC) a été lancé officiellement hier par la Direction générale du Trésor à Antaninarenina. Et le volet «domiciliation Import Export» de ce système intégré est opérationnel au niveau des banques primaires depuis le 24 juillet dernier. Il sera accessible pour tous les opérateurs à partir du 1er septembre.

«Les premiers avantages de la dématérialisation de traitement des dossiers liés au change portent sur la simplification des procédures et est d’avoir les statistiques en temps réel», a avancé le directeur général du Trésor, Herivelo Andriamanga. Celui-ci a également précisé que « Le système permet une meilleure traçabilité et un suivi de l’évolution des opérations de change. Il facilite la détection des infractions à la réglementation».

A ce propos, Moi Tine Chuk, chef de service auprès de la Finance extérieure (Finex) a précisé que  « Le Sig- OC permet de suivre le respect du délai de rapatriement de devises issues des recettes d’exportation. Le système envoie un signal une fois que le délai donné aux opérateurs est dépassé». A titre informatif, environ 80 000 dossiers de domiciliation liés aux exportations commerciales sont recensés chaque année au niveau du Service Finex.

Riana R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

IVATO

Nandritra ny fanitarana ny seranam-piaramanidina eny Ivato, dia nahita taolambalo tao anaty vata vy ireo mpiasa teny an-toerana.

TOETR’ANDRO

Nirotsaka ny orana omaly tolakandro tokony ho tamin’ny efatra ora teto an-drenivohitra. Tsy naharitra kosa anefa na dia nivatravatra aza.Manomboka mipetraka tsikelikely eto Madagasikara amin’izao fotoana ary handrafitra ny toetr’andro mandritra ny herinandro eto amintsika mihitsy ny alizay malefaka. Na izany aza, fantatra fa hanorana  hatrany ny  any avaratra atsinanana izay  hihamatevina  amin’ny faran’ny herinandro. Mety hisy orana mahalana ihany koa any atsimo atsinanana. Handrahona vitsy indray izany ho an’ny ny faritry ny afovoan-tany fa ho maina miandalana manomboka amin’ny alakamisy ho avy io.

POLITIKA

Tokony ho afaka milatsaka hofidiana ho filoham-pirenena avokoa izay rehetra te hirotsaka, indrindra fa ireo efa nitantana teo aloha. Mizotra ho any amin’ny korontana ny mifanohitra amin’io, hoy ny FFM izay vao voafidy teo ny mpikambana ao aminy.

TRANGAM-PIARAHAMONINA

Nihetraketraka ny miaramila zazavao tao Manjakandriana izay niteraka fatiolona. Nidiran’izy ireo ny famadihana iray tao an-toerana ary nanaovany toetra tsy mendrika ny zazavavy tao anatin’ilay fety. Tezitra ny vatan-dehilahy ary raikitra ny sakoroka. Olon-tsotra iray no maty ary miaramila iray amin’ireo telopolo nanafika no nandoa ra.

 Niditra teny amin’ny tafon-trano ny jiolahy tetsy Besarety. Nambanana basy avy eo ny raim-pianakaviana sy ny vadiny izay avy hatrany dia teo an-doham-pandrinan’izy ireo no nitontona ny olon-dratsy mitam-basy sy antsy. Lasa avokoa ny entana tsaratsara tao an-trano. Lasa koa ny vola nampirimina tsara hiatrehana ny fiainana andavanandro. 

Garazy mihidy tsara sady misy tamboho no misy alike nefa mbola tafiditry ny jiolahy ihany. Nalain’ireo ny jantes sy kodiarana izay mipetraka amin’ny fiara tao anatiny. Nipetraka tsara tamin’ny vato ny fiara rehefa maraina ny andro, tetsy Androndra.

FAHATAPAHAN-JIRO

Tapaka in-telo isan’andro ny jiro tato ho ato etsy 67ha ary nahatonga ny fahasorenan’ny mponina. Raha ny fanazavan’ny Jirama dia nisy nandona ny andrin-jiro iray no antony. Efa namboarina io ary nosoloina ny « transformateur » kanefa miverina ihany ny fahatapahana. Mitaraina ireo mponina eny an-toerana fa midina hatrany amin’ny 90 V ihany koa ny herinaratra raha tokony ho 220 V  ka tsy ahafahana manao zavatra. Mitohy ny fanamboarana omaly.

SOSIALY

Ao amin’ny UPRIM Andavamamba indray no andrasana manomboka anio hariva ny nofo mangatsiakan-dRakotovaoarison Justin, fantatry ny maro amin’ny anarana Dame de Coeur taorian’ny niandrasana azy teny Antanetibe Itaosy Cité. Rahampitso alarobia amin’ny 10 ora sy sasany maraina kosa no hiala ao ny nofo mangatsiakany, entina hanomezam-boninahitra an’Andriamanitra farany ao amin’ny Ekar Masimbavy terezin’i Jesoa Zazakely Ankorona Alarobia mialoha ny hametrahana azy any amin’ny fasan-drazany any an-toerana ihany.

Voatery nafindra maika ao Vangaindrano ireo lehilahy izay namono vehivavy tamin’ny fomba feno habibiana tao Farafangana. Notakian’ny olona ny hanaovana fitsaram-bahoaka azy ireo ka nahatonga ny zandary nitondra azy ireo niala tao an-toerana avy hatrany.

Tanimbary efa tsy azo ampiasaina intsony satria efa tsy nety nahazo rano hatramin’izay sady efa feno lavadavaka vokatry ny fanamboaran’ny tompony biriky taminy no totofana tany eny Ampitatafika amin’izao fotoana, hoy ny lefitry ny Ben’ny tanàna tamin’ny mpanao gazety. Tsy alain’ny kaominina fotsiny anefa izy ireny fa novidiana tamin’ny tompony. Ho an’ireo vitsy mpandova dia tsy nisy ny olana. Miandry ny taratasy rehetra ilaina mifandraika amin’izay kosa ny an’ireo maro mpandova.

Tra-tehaka ny mpivady mpamatsy rongony ao Imerintsiatosika. Araka ny fanazavana dia efa fotoana maro no nikarohan’ny mpitandro ny filaminana ao an-toerana azy roa ireto. Efa mirongatra mantsy ny fidorohana rongony manomboka amin’ireo adolantsento ka hatramin’ireo efa nahazo taona. Rehefa mamo izy ireo dia manaotao foana, indrindra amin’izao fotoanan’ny famadihana izao.

FAMPIANARANA

Betsaka amin’ireo  ankizy mpianatra eto amintsika no tsy liana intsony amin’ny fianarana ny taranja siantifika, antony mampihena ireo ankizy misafidy ity sokajy iray ity rehefa hiatrika  ny fanadinana Bakalôrea. Hisy, araka izany, ny ezaka hataona fikambanana tsy miankina iray hanampiana ny mpianatra ka lisea miisa 16 eto an-drenivohitra no fantatra fa hanaovany hetsika mifandraika amin’izany.

FANISAM-BAHOAKA

Tonga nanatrika amin'ny fomba ofisialy ny lanonana fanolorana solosaina 50 avy amin'ny UNFPA izay natolotra ny INSTAT, ao amin'ny birao miandraikitra ny fanisam-bahoaka na ny CCER tetsy Anosizato Atsinanana omaly 28 aogositra 2017 ny praiminisitra, Lehiben'ny Governemanta, Mahafaly Solonandrasana Olivier. "Zava dehibe ny fanisam-bahoaka noho izy hahazoana ny antontan'isa maro eo amin'ny mponina. 

 

Ny fananana ireny antontan'isa ireny, araka izany, no hahafahana maka fanapahan-kevitra" hoy ny Praiminisitra. Ny Fanjakana malagasy no tompomarika amin'ny fanisam-bahoaka. Niantso ireo tompon'andraiki-panjakana ny praiminisitra mba hanampy ireo olona ao amin'ny Instat mba ho vita amin'ny fomba matihanina ny fanisam-bahoaka. Marihina etoana fa efa 20 taona mahery izay no tsy nisy ny fanisam-bahoaka.

 

TOEKARENA

Tontosa omaly ny fifamindram-pahefana teo amin’ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana, Tazafy Armand sy ny minisitry ny Indostria Chabani Nourdine, izay nifanakalo toerana. Nanambara ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana vaovao Chabani Nourdine fa homena lanja kokoa ny momba ny entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro na ny PPN: vary, menaka; lafarinina,…mba hitsinjovana ny Malagasy. Ho henjana ihany koa ny ady amin’ny fifaninanana tsy ara-dalàna eo amin’ny tontolon’ny orinasa. Eo ihany koa ny fitandrovana ny fenitra sy ny kalitao amin’ny famokarana satria efa misokatra amin’ny tsena iraisam-pirenena i Madagasikara.SARY Tazafy Nourdine

Nitsidika tamin’ny fomba fanajana ny minisitry ny Harena ankibon’ny tany sy Angovo Ying Vah Zafilahy teny amin’ny amin’ny toeram-piasany ny solontena maharitry ny Tahirimbola iraisampirenena omaly.

Hanomboka anio ny atrikasa momba ny vina harena ankibon’ny eto Afrika iarahan’ny firenena Malagasy amin’ny kaomisionina ekonomikan’ny Firenena mikambana ho an’i Afrika. Horesahana manokana amin’izany ny sehatry ny harena ankibon’ny tany sy ny toekarena manga na ireo vokatra mikasika ny hazandranomasina. Ny taona 2009 i Madagasikara no nirotsaka ho mpikambana ao anatin’ny VMA (Vision Minière Africaine).

Nivoaka ny antontanisa momba ny fanjifana nandritra ny enim-bolana voalohan’ny taona 2017. Hita ao anatin’izany ny fiakaran’ny taham-bidin-javatra izay nahatratra hatrany amin’ny 4,5%, araka ny tarehimarika navoakan’ny ivontoerana mpikirakira ny antontanisa na Instat.

Hanomboka amin’ity herinandro ity ny fanentanana amin’ny fampiasana herinaratra tsy ara-dalàna avy amin’ny Jiro sy Rano Malagasy. Mandrafitra ny 18%-n’ny vola fatiantoka tsy miditra ao amin’ity orinasam-panjakana ity moa io halatra angovo tsy manara-penitra io, araka ny fampitam-baovao avy amin’ny Jirama.

Miomana fatratra amin’ny fanatontosana ilay hetsika Sorogno izay natao hanandratana ny fihariana kakao amin’izao fotoana izao ry zareo ao Ambanja ao. Araka ny fantatra moa dia hisy ny famelabelarana arahana adihevitra entina hampahafantarana izany ao anatin’io 30 aogositra ka hatramin’ny 3 septambra io ankoatry ny fampirantiana isan-karazany. Tsy ho latsa-danja koa anefa ny fanafanan’ireo mpanakanto malaza avy any an-toerana, toa an-dry Big MJ sy  Fandrama, ireo 4 andro ireo.

Raikitra ihany koa ny varavarana misokatra iarahana amin’ny fikambanan’ireo tantsaha avy any Atsimo Atsinanana ao Farafangana. Ny tetikasa FDA izay misehatra eo amin’ny lafiny fampandrosoana ny tontolon’ny famokarana no manohana ireo tantsaha ary ao anatin’ny ady tena hatrehin’izy ireo indrindra ny famongorana ny Sakave na ny mosary. Manana fotoana tsara rahateo ireo tantsaha hiomanana amin’ny fiatrehana izany satria ny volana aprily no tena hisehoan’ny mosary.

Tafapetra ao an-toerana ny drafi-pampandrosoana an’i Vatovavy Fitovinany ary tanjona ny hametrahana foibem-paritra ho an’ny toekarena sy teti-pivoarana any amin’iny faritra iny. Miisa 17 kosa hatreto ireo mpiara-miombon’antoka amin’ny faritra ao anatin’ny fanatontosana ilay drafi-pampandrosoana.

 

TONTOLO IAINANA

Ho hentitra ny sazy ampiharina amin’ireo olona zatra ny lalan-dririnina mpandoro tanety, hoy ny minisiteran’ny Tontolo iainana. Efa mipetraka moa ny komity isaky ny distrika iadiana amin’ity fomba mamohehatra ity ho fiarovana ny tontolo iainana eto Madagasikara, araka ny fanazavan’ny minisitra mpiahy.

BRICKAVILLE

Nanatanteraka famoran-jaza maimaimpoana tany amin’ny distrikan’i Brickaville ny faran’ny herinandro teo ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka. Zazalahy kely miisa 120 no nahazo tombontsoa tamin’izany izay sady mbola notolorana kilalao sy vatomamy ihany koa. Raha tsiahivina, efa mahatratra 80.000 Ar amin’izao ny manao didim-poitra amin’ny fomba amerikanina raha 15.000 Ar kosa ny fomba gasy.

TOAMASINA

 

Nivory nandinika ny asa vita sy ny asa atao manaraka amin’ny fanabeazana ara-skoto tao amin’ny Akany “Fialofana” Ambohijafy Toamasina ny komity lehibe izay vovonana mpanapa-kevitra eo anivon’ny mpanazava sy tily eto Madagasikara. Nambaran’ny filoha lefitry ny komity Ramatoa Rasoanirina Zoe fa “sampana iray ao anatin’ny fiangonana amin’ny fanabeazana ny tanora ho olom-banona, ny mpanazava sy ny tily, koa ilaina ny dinika tahaka izao hahafahana mamaritra ny vita sy asa mbola miandry”.

 

Nohamafisin’ny filohan’ny KOPA atsinanana ny Me Rasamimaka Mahefalahy, fa “ny tatitra asam-panabeazana vita sy ny volavolana asa miandry amin’ny taom-panabeazana manaraka eo anivon’ny mpanazava sy tily, dia asa goavana miandry anay mpitarika ka tsy azo atao tsinotsinona. KOPA miisa 27 manerana ny nosy izay notarihan’ny filohan’ny komity lehibe, no tonga tao Toamasina nihatrika izao komity lehibe izao, izay teo anivon’ny synodam-piangonana FJKM, EEM, FLM, FTMA, ary ny Anglikana.

 

AMPANIHY

Ho an’ny distrikan’i Ampanihy andrefana kosa dia tafajoro tao amin’ny kaominin’i Ampanihy ny antsoina hoe birao ifoton’ny fikaonan-doha. Iraka avy amin’ny fitondram-panjakana mihitsy no antony nananganana izany, raha ny fanazavana, ary hikaon-doha amin’ny fikarohana izay hahafahana mampandroso ny faritra no antony. Lehiben’ny fokontany, ben’ny tanàna, solontena avy amin’ny fiarahamonim-pirenena, izany hoe, saika ny vondron’olona rehetra dia ahitana solontena ao anatin’ny birao mandrafitra azy ity.

 

AVY ANY IVELANY

Manoloana ny firongatry ny trafikana rongony ao Filipinina dia maro ireo fitarainana voarain’ny avy eo anivon’ny fitandroana ny filaminana ao an-toerana fa diso mitrifana loatra ireo mpidoroka sy mpamatsy izany ka sahy manohitra ireo mpitandro ny filaminana mihitsy. Nanome alalana hitifitra avy hatrany ireo izay tena tsy voafehy, araka izany, ny fitondram-panjakana ao an-toerana rehefa raikitra ny sakoroka ka mety ahitana izay tranga izay.

Nodimandry omaly teo amin’ny faha 79 taonany ilay mpilalao sarimihetsika frantsay Mireille Dark. Azo lazaina ho anisan’ireo nahavita be teo amin’ny tontolon’ny sarimihetsika tao an-toerana ity andriambavilanitry ny zavakanto faha-7 fahizany ity. Hisy moa ny fahatsiarovana azy manokana ho fampatsiahivana izay heverina ho mamy napetrany.

Nandravarava tao Texas, Etazonia, ilay Ouragan Harvey. Vokany, olona 2 no maty ary tafakatra 65 santimetatra ny haavon’ny fiakaran’ny rano ao an-toerana. Raha ny fanazavan’ireo mpamantatra ny toetr’andro dia tsy mbola nisy mafy nihoatra ity rivodoza ity na dia izay nitranga tamin’ny taona 1961 aza.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fotodrafitrasa tsy ara-dalànaMampirongatra ny tsy fandriampahalemana

Hiakatra avo roa heny be izao ny isan’ny mponina eto Antananarivo afaka 15 taona raha tsy mandray fepetra miaraka amin’ny paikady hentitra ny fanjakana,

 

 hoy ny tale jeneralin’ny sampandraharahan’ny Fanajariana ny tany Gérard Andriamanohisoa. Hitombo avo 10 heny ihany koa anefa ny olana ara-tsosialy misy amin’izao fotoana izao toy ny fitohanan’ny fifamoivoizana, ny fivangongon’ny fako ary ny tsy fandriampahalemana. Antony iray goavana mampirongatra ny tsy filaminana eto amintsika rahateo ny firoborobon’ny fanorenana fotodrafitrasa tsy ara-dalàna sy tsizarizary, araka ny fanamarihany. Ezaka arahin-tosika lehibe kirakirain’ny minisiteran’ny Fanajariana ny tany moa ankehitriny ny fametrahana tanana hitondra mankany amin’ny fampandrosoana mirindra. Am-perinasa rahateo ny fanatontosana ny drafi-panajariana faobe an’Antananarivo misandrahaka na ny «projet Grand Tana» ahitana ny minisitera sy ireo kaominina miisa 38 tohanan’ny fitondrana japoney ao anatin’ny 18 volana, hoy ity tompon’andraiki-panjakana ity. Mifanindran-dalana amin’io ihany koa anefa ny drafi-panajariana antsipiriany eny anivon’ireo toerana stratejika samihafa hamoronana faritra famokarana ara-toekarena vaovao. Ohatra amin’izany izao ny fokontany Ankorondrano izay ifandrombonan’ny minisitera mpiahy amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy filaminana eny AmpitatafikaAverina hatsangana ny andrimasom-pokonolona

Averina hatsangana indray raha somary natoritory kely ny andrimasom-pokonolona eo anivon’ny kaominina Ampitatafika distrikan’Antananarivo Atsimondrano, raha araka ny fanazavan-dRakotomavo Albert

 

lefitra faharoan’ ny Ben’ny tanàna. Hisy ny famoriana ny sefom-pokontany rehetra  sy ireo filohan’ny vohitra manerana ireo fokontany 13 ato ho ato, hoy hatrany izy hahafahana miady amin’ny tsy fandriampahalemana. Anisan’izany ny asa fanafihan-jiolahy toy ny nitranga teny an-toerana ny sabotsy hariva teo ka nahafatesana olon-tsotra iray. Tsiahivina moa fa mpivarokena no notafihina jiolahy miisa telo tamin’io andro io saingy olon-tsotra iray tsy manan-tsiny no namoy ny ainy tsy fidiny.  Teo Atsimombohitra no nitrangan’izany tokony ho tamin’ny 7 ora. Ny roa tamin’ireo jiolahy nandroba ilay mpivarokena izay nahazoan’izy ireo 1 tapitrisa Ariary. Ny iray kosa niandry teny ivelany niaraka tamin’ny basy ka nitifitra avy hatrany ity lehilahy avy ao Tsararay  ity izay marihina fa  avy nisotrosotro tao amin’ilay bar akaikin’ilay mpivarokena voatafika. Lasa  miteraka tebiteby goavana ho an’ireo mpivarotra eny Ampitatafika moa ny fisian’ity tranga iray ity izay fantatra fa efa tsy nisy intsony tao anatin’ny telo taona.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

EPP AntandrokombyNiakatra ho 22.000 Ar ny saran-pisoratan’anarana

Mikaikaika avokoa ny ankamaroan’ireo ray aman-drenin’ny mpianatra mampiana-janaka ao amin’ny EPP Antandrokomby kaominina Anosizato Andrefana amin’izao fotoana izao.

 

 Nakarin’ny talen-tsekoly  ho 22.000 Ar mantsy ny saram-pisoratan’anaran’ny mpianatra  eo anivon’ity  EPP iray ity raha 14.000 Ar izany tamin’ny taon-dasa. Raha ny fanazavan-dRakotozandriny  Jean Fidele  filohan’ny fikambanan’ny ray aman-drenin’ny mpianatra (FRAM) eo anivon’ity  EPP  ity   anefa dia tsy mba nisy dinika nifanaovana taminy  akory izao fa hevitra novolavolain’ny talen-tsekoly  samy irery  izay narahiny  famoriana maimaika ireo ray aman-drenin’ny mpianatra ny 01 jolay lasa teo. Tokony hihena aza ny vola satria efa voaray ho mpiasam-panjakana avokoa ireo mpampianatra FRAM enina teo aloha. Nomarihiny fa mpatsaka ranon’olona, mpanao biriky… avokoa ny ankamaroan’ ireo ray aman-dreny ao ka mila fifampitsijovana. Ny 28 sSeptambra ho avy izao no farafisoratana anarana. Nanomboka tamin’ny heriny androany ny fandraisana anarana. Tsy manaiky izao fampiakarana izao ny lehiben’ny fari-piadidiam-pampianarana Atsimondrano. Miaina ao anatin’izany ihany koa ireo ray aman-drenin’ny mpianatra ao amin’ny EPP Antokotanitsara.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Voatendry ny IJF na ny Federasiona Iraisam-pirenen’ny taranja Judo

, ny zoma lasa teo nandritra ny Fivoriamben’ity rafitra ity natao tany Budapest, Hongrie, ho Tale Iraisam-pirenena ho an’ny fampandrosoana ny Judo ,na « Directeur international du Développement du Judo » ny filohan’ny Federasion’ny Judo Malagasy, Siteny Randrianasoloniaiko.

 

Tafita hiatrika ny lalao 1/2-famaranana avy hatrany ny ekipan’ny Askam sy ny Aso tao amin’ny vondrona A amin’ny lalao kitra vehivavy « Division Elite » andiany faha-2 raha nandresy avy ny Prescoi 6-0 sy ny Mifa 3-2 tamin’ny andro faha-2 notontosaina tamin’ny  alahady 27 aogositra 2017. Fiadian-toerana voalahany sisa ny andro faha-3. Ny Ac Sab Nam nandresy ny Ascuf 5-0 kosa no efa tafita ao amin’ny vondrona B hiaraka amin’ny Ascuf na Som.

 

Afa-tsy ny Ajesaia  Bongolava izay resin’ny Fc Rabaza Atsimo Atsinana 1-0 dia saika tafakatra hiatrika ny 1/8-ndalana ho tontosaina ny 24 setambra 2017 avokoa ireo kalaza toy ny Tanà Formation, Elgeco Plus, Fosa Juniors Boeny, Cnaps Sport Itasy sy Analamanga, Zanakala Fc, As Adema, Uscafoot, Cosfa, Jet Mada, Mama Fc, Black Star V7V. Ny lalaon’ny Tam  Port-Berger sy ny Osba Ambanja dia nahemotra amin’ny 17 septambra izao.

Nanomboka ny sabotsy 26 aogositra 2017 teo any Ambositra ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara 2017 taranja basikety sokajy U 16 zatovolahy sy zatovovavy. Tsy hifarana izany fifaninana izany raha tsy ny alahady 3 septambra ho avy izao. Lalao 8 no hatrehana ao amin’ny kianjan’Antaponivinany anio talata 29 aogositra andro faha-4 ny fifaninanana ary lalao 5 kosa no hatrehana ao amin’ny kianjan’ny kolejy St Louis ao Ambositra ihany.

Tia Tanindranaza0 partages

Foot à 7 sy à 9 andiany faha-XVIIIFamaranana teny Antanandrano

Lavo ny andrarezina, izay no azo hamitinana ny ampahany tamin'ny lalao famaranana Foot à 07 sy Foot à 09 andiany faha-XVIII nokarakarain'ny Amitie Sportive et Socio-Culturelle Avaradrano, ho an'ny sokajy 10 , 13 , 15 , 17 taona ary ny senior sy veteran ary ny vehivavy,

 

 teny amin'ny kianjan'ny club 3FA Avaradrano teny Antanandrano ny alahady 27 aogositra 2017 lasa teo. Tsy nipoaka teto ny 12 Bombes Ambohitrarahaba tamin'ity lalao famaranana ho an'ny senior ity fa hain'ny Bta Andrononobe ny nanararaotra ny tsy fahatongavan'ireo mpilalao sasany niatrika lalao ka nampitsefotra azy ireo. Tsy io lalao ho an'ny sokajy senior io ihany no nampitsanga-nitoetra ary nampitaintaina ny mpijery tonga maro be teny an-toerana fa teo ihany koa ny lalao famaranana ho an'ny sokajy zandriny sy ny ankatokiny famaranana ho an'ny sokajy véteran izay samy tontosa an-tsakany sy an-davany. Notolorana ondry iray avy moa ny voalohany tamin'ireo sokajy zandriny ireo sy ny laharana faharoa teo amin'ny sokajy senior raha notolorana vola vidina Omby miaraka amin'ny kalisy kosa ny Bta Andrononobe izay voalohany teo amin'ny sokajy senior. Hisento kely moa ity fifaninanana amin’ity faran'ny herinandro ity fa maro no hiatrika ny fifaninanana Dandjy- 3fa any mahajanga. Toy izao irao vokatra azo :

 

1/2-famaranana véteran : Amtm Ambohitrarahaba 01 – 03 Ravinala Ambatomitsangana (tirs au but)

 

Famaranana U 10-Ersa Antanandrano 0 - 2 Ajax Androhibe

U 13-Ersa Antandrano 0 - 1 Fcbnb Belanitra

U 15-Ravinala Ambaomitsangana 3 2  3fa Avaradrano

U 17-Ersa Antanandrano 1 - 0 Asm Ambatomainty

 

Sénior-Andrononobe 3-2 12 Bombes Ambohitrarahaba (tirs au but)  

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby à 7 teny AndohatapenakaHisafidianana ireo mpilalao ho any Ouganda

Nanatontosa “Tournoi Rugby à 7” teny amin’ny kianjan’ny Makis teny Andohatapenaka ny sabotsy 26 sy alahady 27 aogositra teo ny Malagasy Rugby mba hahazoana mifantina ireo mpilalao ho any Ouganda hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika taona 2017 eo amin’ity taranja ity.

Tia Tanindranaza0 partages

Fjkm Ambodihady VaovaoTontosa soamantsara ny “Ezaka Faradoboka”

Tonga niombombavaka tamin’ny Kristianina tao amin’ny FJKM Ambodihady Vaovao ny alahady 27 aogositra 2017 teo ny depiote Rasoanoromalala Marie Horace ka nanolotra ny anjara fanomezana ho famitana ny Sekoly Lovanavela Vaovao ao anatin'ilay hetsika EZAKA FARADOBOKA.

 

 Simenitra 10 lasaka no natolony ho famitana izany. Mbola hisy ny ezaka hotratrarina hamitana ny asa na dia efa antomotra aza ny fotoana ka iantsoana ireo malalatanana araka ny hafatra nataon'ny Mpitandrina Raveloson Mamy. Noho ny sitrapon'Andriamanitra dia hotokanana ny alahady 10 septambra 2017 izao ny fotodrafitrasa izay naharitra 7 taona teo no nanatanterahana azy, ary handray mpianatra amin’ny fidiran’ny taom-pianarana vaovao 2017 ny 12 septambra 2017 izy. Niova ho Lycée Prive FJKM Lovanavela Ambodihady Vaovao rahateo ny anarana entiny ankehitriny.

Tia Tanindranaza0 partages

Karana nidaroka olona tao ToamasinaHiakatra fitsarana ny 31 aogositra izao

ranga iray anisan'ny nitana ny sain'ny mpanara-baovao tao an-drenivohitr'i Toamasina,

 

Tvolana vitsy lasa izay, ny famonoana sy fikasihan-tanana olon-tsotra sady vahoaka madinika tsy manan-tsiny nataona teratany Karana iray malaza ho mpanefoefo eto amintsika. Potika sy naratra mafy ary voatery nentina nozairina teny amin'ny hopitaly mihitsy ny tavany vokatry ny daroka nahazo azy. Tsy afa-nanohitra noho ny hery tsy nitovy. Na nanao fitarainana teny anivon'ny manampahefana azy ilay voavono dia tsy nisy fampiantsoana natao tamin'ilay Karàna hatramin'izao. Ny 31 aogositra izao no hiakatra eny amin'ny tribonaly ny raharaha. Heverin'ny fianakaviana fa hisy ny fitsarana amin'ny fo tsy miangatra ny zon'ny mpitory, ka hanamelohany izay nanao ny tsy nety. Ankoatra ny famonoana tamin'io fotoana io dia norobain'ity Karana ity avokoa ny entany izay mapametra-panontaniana ny olona. Hatreto, manaraka akaiky ny raharaha ny fianakaviany, ny vahoakan'i Toamasina ary ireo "diaspora" any ivelany. Raha ny angom-baovao avy any an-toerana anefa dia fantatra, fa tsy eto Madagasikara ity vahiny mpisetrasetra ity, fa lasa nitsoaka any an-dafindriaka na dia efa namoahana IST sy tokony hosamborina  aza raha ny baikon'ny praiminisitra Lehiben'ny Governemanta Malagasy. Ankoatra io famonoana olona io dia maro be ireo fitoriana nataona orinasa (banque, assurance) mbola mahakasika azy, Marihina fa tsy mahavita tena hirehareha toy izao ity mpanefohefo ity, fa manana lamosina mpiaro azy, ka hanairana ny sain'ny tompon'andraikitra satria mampijaly sy mambotry ny firenena.   

Tia Tanindranaza0 partages

Famatsian-drano an’AntananarivoTsy tokony hisy olana intsony

Tsy tokony hanana olana eo amin’ny resaka fahazoan-drano fisotro madio intsony hatry ny omaly ireo tambajotra antsinanan’ny Jirama eto Antananarivo,

 izany hoe, iny Ambohimangakely sy ny manodidina ary Andraisoro iny. Tafiditra ao anatin’izany koa ireo faritra iva amin’iny tapany atsimon’Antananarivo iny, raha ny fanazavana voaray, manomboka izao. Efa mamaramparana ny asa mifanandrify amin’izany ankehitriny ny eo anivon’ny Jirama toy ny eny Andohan’i Mandroseza sy Ankadivoribe. Efa misy koa ankehitriny ny fametrahana fotodrafitrasa fanampiny mba tsy hampiasana be loatra intsony ireto ivontoerana famatsian-drano 2 voalaza ireto.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hery RajaonarimampianinaManambitamby ny tafika

Nanolotra fanamiana miisa 2.000 ho an’ny Tafika Malagasy tetsy amin'ny CEMES Soanierana omaly ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina.

 

 Nandritra ny fihaonana dia nampahatsiahy hatrany ny filoha sady filoha faratampon’ny Foloalindahy fa mila manao arak’izay tratrany ny miaramila rehetra mba hiarovana ny firenena sy ny vahoaka Malagasy, izay antoka hisian’ny fandriampahalemana mitarika any amin’ny fampandrosoana sy loharanon’ny firindran’ny fiarahamonina. Taorian'ny lanonana sarin'ady teny Tampoketsa moa dia maro ireo fanatsaran'asa napetraky ny Tafika mba hametrahana bebe kokoa ny tena fandriampahalemana. Nambaran’ny minisitry ny tafika sy ny fiarovam-pirenena Rasolofonirina Beni Xavier fa mivondrona sy miray hina ny tafika mba hampanaraka ny toetr’andro ny toromarika sy ny paikady hiarovana ny firenena sy ny vahoaka. Manao ranolava ny fanambazana sy ny pi-maso ataon’ny filoha amin’ny Tafika. Inona no tena tanjony ? Tena fitsinjovana ny tafika amin’ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananany tokoa ve sa fiarovana ny HVM sy ny sezany ? Tsy takona afenina ny tsy fahombiazan’ny mpitandro ny filaminana ankehitriny, ary manaporofo izany ny firongatry ny tsy fandriampahalemana. Ny hita aloha dia lasa fitaovana politika tanteraka ny tafika, ka any amin’ny asa famoretana izay manelingelina ny fitondrana HVM no tena tarigetra. Resaka mivoaka amin’izao fotoana izao ihany koa ny fikononkonana amin’ny fibodoana fahefana aorian’ny fifidianana 2018, ka ny tafika no hatao fitaovana hiarovana ny HVM, izay efa tsikaritra fa haloan’ny vahoaka ankitsirano, raha tena mandeha ara-drariny sy ara-dalàna ary mangarahara ny fifidianana.

Toky R

 

Ino Vaovao0 partages

FANAPARITAHANA VOLA SANDOKA : Olona enina voasambotry ny polisy tao Moramanga

Ny zoma 25 aogositra tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany hariva, dia nisy vehivavy roa nividy fahana teo amin’ny Hazo Midoroboka Moramanga. Fahana 1 000 Ariary iray no novidian’izy ireo tamin’ny vola 5 000 Ariary.

Rehefa nozahan’ilay mpivarotra fahana tsara anefa ilay vola, dia vola sandoka. Niantso polisy manao fandaminana fifamoivoizana tsy lavitra teo ny tenany. Mbola tsy lasa lavitra ireo vehivavy roa nitondra ilay vola sandoka no voasambotry ny polisy. Tafaverina tamin’ilay mpivarotra fahana kosa ny famerim-bolany 4 000 Ariary sy ilay fahana 1 000 Ariary. Nentina teny amin’ny biraon’ny polisy natao fanadihadiana kosa izy roa vavy. Natao ny fisavana ny paosy. Mbola nahitana vola sandoka 10 000 Ariary miisa 137 teny amin’izy ireo. Nandritra ny fanadihadiana natao, nanondro ireo namany ireto ramatoa anatina tambajotra mpanaparitaka vola sandoka ireto.

Nitontonan’ny polisy Moramanga tao Andasibe ny roa lahy. Mbola nahatratrarana vola sandoka 5 000 Ariary tany amin’ireto farany. Raha natao ny fitambarany, dia miisa 145 ny vola sandoka sarona ka ny 140 dia vola sandoka 10 000 Ariary raha 5 000 Ariary kosa ny 5. Araka ny fanazavana nentin’ny Kaomisera Divizionera Rakotoarivony Michael Hermann, lehiben’ny Kaomisaria ao Moramanga, dia miisa enina ireo olona voasambotra amin’ity raharaha vola sandoka tao Moramanga ity. Vehivavy ny roa amin’izy ireo.

Fantatra nandritra ny fanadihadiana natao fa tany Ambatolampy Antananarivo no nakana ireo vola sandoka nokasaina haparitaka tao Moramanga ireo.

Ny Kaomisera Divizionera Rakotoarivony Michael Hermann, izay nitondra fanazavana fa mampiasa fandokoana hoho na “vernis” ireo mpanao vola sandoka. Raha mijery tsara dia mora fantatra ireo vola sandoka sarona tao Moramanga ireo, raha ny fanazavany hatrany. Manify tsy mivoitra ny mari-bola amin’ilay sandoka ary mbola misy fofona “vernis”. Miantso ny rehetra mba ho malina ny tenany.

Ny angom-baovao hatrany no nahalalana fa amidy 2 500 Ariary vola tena izy ny vola sandoka 10 000 Ariary raha 1 500 Ariary kosa ny vola sandoka 5 000 Ariary.Kamy

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA NOSYBE VOHEMAR : Mangataka ny hanesorana ilay dokotera voalaza fa nanolana

Nanamafy ihany koa izy fa tsy azo lazaina amin’ilay mpitsabo tokony hisolo azy ny tranga nisy tao an-toerana satria baraka ho an’ny kaominina ny zava-nisy. Voalaza fa nanomboka tamin’ny nahafantaran’ny mponina ao an-toerana io tranga io dia nihena ny mpanjifa tonga mitsabo tena ao amin’ity hopitaly iasany ity.

Fantatra ankehitriny fa efa in-droa ny fihetsika mamoafady nataon’ity mpitsabo voatonontonona ho mpanolana vehivavy ity. Efa nitrangana fanolanana vehivavy iray tonga nitsabo tao aminy talohan’ity tranga iray izay mampisavorovoro ireo tompon’andraiki-panjakana any an-toerana izao, araka ny loharanom-baovao. Tsy nitory ilay vehivavy voalohany nokasainy haolana io satria tafatsoaka ary tsy sahy nilaza tamin’olona fa raha vao naheno ny fitarainan’ilay farany vao nampandre ny lehiben’ny fokontany tao an-toerana.

Fantatra ihany koa fa hopitalim-panjakana ny toerana iasan’ity voalaza fa nahavanon-doza ity ary roa ihany izy ireo no mpitsabo ao. « Mampalahelo sy maha menatra ny zavatra nisy teto aminay fa tsy maintsy hoesorina amin’ny asany ihany io dokotera io », hoy ny Ben’ny tanànan’i Nosy-Be.Raha tsiahivina dia voalaza fa nanolana renim-pianakaviana iray ity mpitsabo miasa amin’ny hopitalim-panjakana ity, ka nitory tamin’ny lehiben’ny fokontany sy ny Ben’ny tanàna ilay ramatoa milaza fa lasibatra.

Nitady tsy hiditra lalina tamin’io raharaha io anefa ireo tompon’andraikitra roa ao an-toerana ireo noho ny fahatahorana ny tsy hisian’ny dokotera hitsabo satria ambanivolo loatra ny toerana. Tsy nanaiky anefa ilay niharam-boina ka naparitany teo an-tanàna ny nahazo azy ary dia naheno avokoa ny ankamaroan’ny mponina tao amin’io kaominina io ka niafara amin’izao fandraisan’andraiktry ny Ben’ny tanàna izao ihany.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

MATSIATRA AMBONY : Zazavavikely roa taona naratra mafy ahiana ho naolan’ny rainy

Raha ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia nitomany tsy hay nampanginina ilay zaza,ny alahady hariva.

Gaga ny reniny rehefa niditra ny trano fonenany raha nahita ny fivavian-janany nivonto sy masaka ary nivoaka rà. Araka ny voalazan’ny reniny anefa dia tsy mbola nahitana aretina tahaka izany ity zaza ity hatramin’izay,ka avy hatrany dia noentina tany amin’ny tobim-pahasalamana mba hatao fizahana. Vokatr’izay dia nilaza ireo mpitsabo fa nisy nanolana io zaza io.

Teo ihany dia niahiahy ny reniny sao ilay rainy ihany no nahavanon-doza satria dia tsy hita tao an-trano ny tenany nandritra ny tontolo andro nefa napetraka tamin’ilay rangahy ity zaza ity. Rehefa tonga ny hariva dia taitra ity ramatoa ity raha nahita ny zanany nikiakiaka irery tao an-trano.

Ny toerana misy azy ireo ihany koa somary nangingina ka tsy nisy nahare ny teo amin’ny manodidina raha tsy nampilaza ny mponina ny zava-nisy ny renin’ilay zaza.

Ny mpiara-monina no niara-nisalahy taminy nitondrana ny zaza nandeha nitady mpitsabo. Noho ny tsy fahitana ity rangahy rainy dia niahiahy azy daholo ny rehetra ka nampilaza tany amin’ny mpitandro filaminana avy hatrany ny fokonolona.

Mbola karohina izy io amin’izao fotoana izao ary misokatra ny fanadihadiana ka andrasana hatreto ny tohin’ny raharaha.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

DIDIM-POITRA FAOBE TAO BRICKAVILLE : Zazalahy kely miisa 120 natao maimaim-poana

Zazalahikely niisa 120 tany ho any no nahazo sitraka izany mba hanamaivanana ny fahasahiranan’ireo ray aman-dreny. Famorana amin’ny fomba amerikanina no natao ary mpitsabo maromaro no tonga tao an-toerana nifanotrona tamin’izy ireo.

Manoloana ity hetsika ity dia namoaka fanambarana i Vaonala Rohy solombavambahoaka voafidy tao amin’ny faritra fa “hisy ny fiaraha-miasan’izy ireo miaraka amin’ny ministeran’ny fahasalamana ato ho ato mba hitsinjovana ireo mponina ka hitohy hatrany izany hatramin’ny taona ho avy ary atao maimaimpoana avokoa mba hanampiana ny vahoaka madinika”.

Tsy ny lafiny ara-pahasalamana ihany anefa no entina hanampiana ireo mponina fa ezahana hatao ny sehatra maro samihafa. Misy araka izany ny famoronana asa ho an’ireo tanora ao an-toerana ary hisy ny fangatahana fiaraha-miasa amin’ny fanjakana mba hahitana fahombiazana amin’izany .

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

TOLIARA : Ramanevy Saroy Soarae, Zazavavy mpianatra 11 taona afaka bakalorea sokajy D

Vao 11 taona ity zazavavy kely ity ary ny sokajy D no nosafidiany. Tao amin’ny sekoly Memorial School Toliara ao an-tampon-tanànan’i Toliara no nianarany. Voalaza fa tsy tany an-tsekoly i Soarae tamin’ny fahakeliny, fa nisy mpampianatra nampianatra azy manokana nandritra izany tany an-tranon’ny ray aman-dreniny.

Nanomboka ny kilasy faharoa vao niditra an-tsekoly i Soarae rehefa avy afaka BEPC. Avy any Ambovombe ny fiaviany ary ny ray aman-dreniny dia mpampianatra amin’ny oniversite, araka ny loharanom-baovao. Voalaza ihany koa fa ny taranja Frantsay, matematika ary ny Siansa no tiany ka nahatonga azy nisafidy ny sokajy D. Arahabaina fa afaka soa aman-tsara, mirary azy ho tonga amin’ny tanjona iriny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Tsy misy mampilaza amin’ny fokontany ireo mpivahiny tonga miala sasatra

Raha ao Mahajanga dia betsaka ny mpivahiny tonga miala sasatra avy amin’ny faritra hafa. Raha ny voarakitra ny lalàna dia tokony manao fanamarinam-ponenana amin’ny fokontany izay ipetrahany ireo mpitsidika izay vao afaka mipetraka amin’ny fokontany iray.

Tsy izany anefa no zava-misy fa zara raha mampilaza eny anivon’ny fokontany ireo vahiny ireo. Ilaina ny fandehanana eny amin’ny biraon’ny fokontany milaza fa mivahiny sy monina amin’ny toerana iray.

Tsy sarotra akory ny manao izany ary tsy ilàna taratasy maro ihany koa raha ny tatitra avy amin’ny lehiben’ny fokontany Tsaramandroso Ambony izay nanaovana ny fanadihadiana. Dika mitovy amin’ny kara-panondro na pasipaoro no hamantarana ny olona monina ao amin’ny fokontany izay misy azy. Miverina any amin’ny biraon’ny fokontany indray rehefa hody any amin’ny tany niaviany.

Ireo no dingana tokony harahina raha toa ka mivahiny amin’ny toerana iray mba hialana amin’ny mety ho fisian’ny mpanao ratsy tonga amin’ny fokontany iray sy ny loza mety hitranga.

Patricia (stagiaire)

La Vérité0 partages

Football féminin-Division Elite 2017 - Som Boeny s’invite dans le carré final

Comme prévu, une des équipes demi-finalistes de la première phase a été privée du carré final pour cette deuxième phase. Il s’agit de la Mifa Analamanga. Par contre,  le Som Boeny s’est rattrapé le temps perdu et s’invite dans le carré final en s’adjugeant la victoire (2-0) face à l’Ascuf lors du dernier match de poule hier. Mais le plus dur reste à venir pour la formation de Boeny.

Elle croisera le fer contre l’équipe vainqueur de la première phase, l’Askam Itasy pour la première demi-finale prévue ce jour au centre technique national de Carion. La tâche ne sera pas également aisée pour l’Asot en défiant l’équipe tenante du titre, l’Ac Sabnam dans une demi-finale de derby entre Analamanga. Les rencontres de demi-finale se dérouleront à Carion dans l’après-midi du jeudi 31 août. Avant ces affiches, Mifa et l’Ascuf lutteront pour la 5e place, tandis que le Fc Prescoi et l’As Comato essaieront d’éviter le fond du tableau avant la troisième phase. Rappelons qu’aux résultats de la dernière journée dans le groupe B, l’Ac Sabnam a effectué une balade de bonne santé devant l’As Comato Atsimo Andrefana (3-0) au score dans le groupe B sur un doublé de Suraya (49e et 74e) et sur une œuvre de Nivo à la 64e. Le Som a validé son ticket devant l’Ascuf Haute Matsiatra. C’est Sissia qui a réalisé le premier but libératoire pour Boeny si les deux équipes étaient à égalité de points sur le classement au tableau du match de poule. Quant à la Mifa, sa victoire (3-1) devant la Prescoi Vakinankaratra n’était pas suffisante car l’équipe d’Analamanga a déjà encaissé deux défaites lors des deux journées précédentes. L’Askam a conforté son avance sur le minima (1-0) devant Asot.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Haify mampihavana – 4e édition - La richesse gastronomique malgache à l’honneur

Madagascar, l’île-continent, l’île rouge, peu importe le nom qu’on lui doit, cette contrée demeure une destination de choix pour les touristes souhaitant partir en vacances dans la région de l’océan Indien. S’il y a une raison qui fait d’elle l’un des pays les plus prisés par les voyageurs en Afrique, c’est sa richesse, autant naturelle que culturelle. La grande ile dispose d’une richesse gastronomique inouïe  attirante et alléchante.

C’est cette diversité des plats et spécialités malgaches que l’événement « Haify mampihavana » organisé par l’association Wtam ou women tourism association for Madagascar va mettre en lumière. Une manifestation appuyée par la national tourism development s.a (ntd s.a), dans son objectif de soutien à toutes initiatives locales permettant la promotion de la destination Madagascar. Valoriser l’art culinaire national, tout en mettant un point d’honneur à promouvoir les produits et les spécialités qui font briller Madagascar aux yeux du monde dans la scène gastronomique internationale, c’est dans cette optique que ce rendez-vous a vu le jour. Entamant déjà sa 4e édition, la manifestation se déroulera dans la fameuse place historique du jardin d’Andohalo le samedi 30 septembre et le dimanche 1er octobre. Encore une fois, « Haify mampihavana », invite les professionnels à se joindre à eux et à faire valoir leur savoir-faire, quant à l’art culinaire typiquement malgache et leur maîtrise des produits du terroir mais surtout réconcilie, par la même occasion, le public avec ces plats propres à la Grande île. Partage, découverte, promotion seront donc les mots maitres de l’événement. Selon l’organisateur, une quarantaine de stands seront mis en place de 9h à 17h30 durant les deux jours de festivités pour étaler les différentes saveurs du terroir, des mets des régions de l’ile. L’art culinaire indonésien mais aussi  les créations ou les plats traditionnels revisités seront aussi présents pour le plaisir des gourmands. Concours et ateliersComme chaque année, dans le cadre de cet événement s’organise, en collaboration avec la ville d’Antananarivo, le concours dédié aux tout-petits intitulé « tsikonina ». Arrivant également à sa 4e édition, le challenge verra la participation de 150 enfants finalistes lors des sélections réalisées par la Municipalité en juin 2017. Par ailleurs, les jeunes cordons bleus auront aussi leur part du gâteau. Des « ateliers d’apprentissage haify » seront organisés pour les lauréates des concours « jeune chef haify » des éditions 2015 -2016, avec chef Mariette Andrianjaka, leur marraine, présidente d’honneur de Wtam. Ces vainqueurs sont des jeunes diplômés du  réseau de centres de formation membres en « thr » du Conforth. Leurs apprentissages se baseront notamment sur les rouages et technicités de l’art de la gastronomie malagasy et sur la production du gusto-olfactive originale du « tsirogasy » ; le plateau technique sera l’il giardino du jardin d’Andohalo. Ces apprentis seront attestés par le Cs2pc-Thr et le Wtam et listés dans une base de données qui permettra de suivre leurs insertions professionnelles et leurs compétences. A noter que la plateforme Cs2pc-Thr qui soutient cet atelier est en charge de la mise en œuvre des réformes dans la formation professionnelle du secteur tourisme, dont l’un des axes stratégiques est le transfert de savoir-faire par l’apprentissage. Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Justice - Les magistrats et les greffiers font bloc

 « Izay mitambatra vato » (ndlr : l'union fait la force). Ce fut en ces termes que la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), Fanirisoa Ernaivo a annoncé la décision des juges et des greffiers de faire bloc dans leurs revendications. « Nos démarches ont toujours été similaires », a - t - elle affirmé. Des démarches qui se sont caractérisées par des demandes de rencontre et des manifestations  accompagnées de cessation de service. Hier, le leader du Smm ainsi que celui du syndicat des greffiers de Madagascar ont assisté à la passation de service entre le nouveau ministre de la Justice, Rasolo Elise Alexandrine et son prédécesseur, Charles Andriamiseza. Les revendications des magistrats et des greffiers font partie des dossiers chauds que la nouvelle patronne de Faravohitra  aura désormais à traiter au lendemain de sa prise de fonction officielle.

A la suite d'une demande d'audience déposée hier même, les deux syndicats devront rencontrer le nouveau ministre de la Justice demain. Un rendez - vous confirmé par la nouvelle garde des Sceaux, elle - même. Interrogée par les journalistes en marge de la passation de service, la patronne de Faravohitra a été néanmoins très avare en commentaires. Elle s'est contentée de répondre que « nous allons en discuter au cours de la rencontre prévue avec les magistrats ce jeudi  (Ndlr : demain) ». Dans ses priorités, la Garde des Sceaux a réitéré la poursuite  et le renforcement de la lutte contre la corruption tout en mettant l'accent sur l'importance du respect de la hiérarchie.Rumeurs Cette première rencontre sera déterminante pour la suite du mouvement des deux syndicats, étant donné que les précédentes négociations avec le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonandrasana ont été infructueuses. Pour les magistrats, la revalorisation et le respect de l'indépendance de la Justice constituent leur cheval de bataille tandis que les greffiers se battent pour une revalorisation de leur statut.  Pour sa part, la présidente du Smm s'interroge sur les obstacles dans la concrétisation de leurs revendications. D'autant plus que la revalorisation de la Justice a été évoquée au cours de la cérémonie de passation d'hier. Faut - il rappeler que le Smm n'a pas eu l'occasion de rencontrer le ministre de la Justice sortant durant sa période d'exercice car ce dernier a délégué cette tâche à son secrétaire général. Par ailleurs, des fortes rumeurs auraient laissé entendre que le nom de la nouvelle ministre de la Justice aurait été proposé par le Smm. Une information démentie par le syndicat dans un bref communiqué publié sur les réseaux sociaux hier. « L'affirmation selon laquelle le nom de la nouvelle ministre de la Justice vient du Smm est complètement fausse. Le Smm n'a jamais été questionné à ce sujet et aucun membre du bureau du Smm n'a proposé de nom. Quiconque ayant rejoint Iavoloha ou Mahazoarivo au nom du Smm est un usurpateur », peut - on lire dans ledit communiqué.Sandra R.

La Vérité0 partages

Ministère de l'Emploi et de l'Enseignement technique - Une visite du Bianco s'impose

Favoritisme. Tel est le qualificatif approprié de ce qui se trame au sein ministère de l'Emploi, de l'Enseignement technique et de la Formation professionnelle (Meetfp ). En effet, des zones d'ombre entourent les appels d'offres des marchés publics dudit département de la ministre Toto Raharimalala Lydia.

Comme nous l'avons décrié lundi, des responsables de ce ministère achètent tous les exemplaires des journaux dans lesquels sont insérés les appels d'offres lancés par le Meetfp. Le journal « Inona no vaovao » du samedi a été victime de cet achat groupé réalisé par ces responsables indélicats qui du coup transforment l'appel d'offres, censé à large diffusion, en cercle très restreint. C'est certainement le but de cette opération pas très catholique dont est la cible auparavant un journal de la place. Le coup de samedi n'est pas ainsi le premier réalisé et ne sera pas aussi le dernier. A moins que le bureau indépendant anti-corruption (Bianco) y jette un regard afin de mettre un coup de frein à cette pratique. Dans la foulée de l'inspection, cette entité pourrait également apporter des éclaircissements à cette suspicion de favoritisme. La ministre Toto Raharimalala Lydia, lors de la réunion hebdomadaire du staff lundi dernier, aurait tiré la sonnette d'alarme en enjoignant ses collaborateurs à accomplir dans les règles leurs tâches. Suite à cet article qui a fait sortir la ministre de ses gongs, des langues commencent également à  se délier  en confortant la thèse de favoritisme. D'après la rumeur, à charge au Bianco de la confirmer ou de l'infirmer, une dame qui accapare les marchés juteux de ce ministère, et dont la diffusion est restreinte, ne serait autre qu'une proche, voire « intime », d'un des responsables qui tirent la ficelle. Notons que le favoritisme figure parmi les chefs d'inculpation d'une autre dame de renom à savoir Claudine Razaimamonjy. Cette dernière croupit actuellement en prison en attendant son procès…Kamy

La Vérité0 partages

Sambava - Une tentative de viol vire au drame

Au moins 10 blessures recensées sur tout le corps, toutes occasionnées avec un couteau. Fait plus grave, la victime fut amputée d’une main ! C’est le triste bilan de la tentative chez un jeune homme pour abuser sexuellement une agricultrice à Ambatamandry, Commune de Tanambao Daoud, District de Sambava. La victime était sur le chemin qui a dû la mener vers son champ lorsqu’elle était tombée sur l’agresseur.

Cependant, la femme était loin de se laisser faire facilement et a ainsi résisté aux assauts du violeur. Frustré d’avoir raté le coup à si près du but, ce dernier a vu tellement rouge qu’il n’a pas hésité à poignarder sa victime avec un couteau. Et on connait le résultat. Seule consolation pour la concernée : elle est en vie ! Evacuée d’urgence vers un centre de santé de base local puis au centre hospitalier de Besopaka à Sambava, elle serait encore dans un état critique. Quant au violeur, il a pris rapidement la fuite mais les Forces de l’ordre n’ont pas voulu le laisser filer ainsi en toute impunité. Le fugitif a fini par être repéré, hier matin. Les Forces de l’ordre l’ont aussitôt embarqué de façon plus discrète vers leurs locaux et presque à l’insu de la population. Selon un renseignement véhiculé depuis dans cette Région de l’île, le souci des gendarmes était surtout d’éviter que la foule soit au courant de son interpellation avec la conséquence désastreuse que cela pourrait entraîner pour le concerné. A vrai dire, il n’échappera pas vivant à la foule. Toujours à propos de viol qui s’est produit cette fois-ci dans la Capitale, nul n’a vraiment su qui s’en était pris à une fillette de 12 ans. L’affaire remonte le 26 décembre 2016 tandis que le soupçon du père de la victime a été porté sur son neveu, un jeune homme de 24 ans. Ce dernier a été surtout accusé d’acte contre nature sur la petite fille dont l’état de santé semble le confirmer, du moins selon toujours son père. Arrêté puis déféré, son neveu fut placé en détention provisoire en janvier dernier. Traduit devant la justice lundi 28 août dernier, l’accusé a été pourtant relaxé au bénéfice du doute. Motif invoqué : le certificat médical n’a mentionné aucune trace de ces rapports évoqués dans la plainte. Depuis, le fait que la victime aurait perdu sa virginité à cause justement d’un viol, restera à jamais non élucidé.Franck Roland

La Vérité0 partages

Etudes universitaires - Des millions d'ariary à prévoir pour les instituts privés

Un véritable investissement. L'enchantement après l'obtention du diplôme de Baccalauréat s'avère être temporaire surtout pour les parents. Au lendemain de la proclamation des résultats, tout ne semble plus parfait. Il faut déjà songer à accueillir la nouvelle année universitaire. Or, cela signifie une somme importante à dépenser. Les frais relatifs au concours d'entrée en première année, les frais de déplacement, les fournitures fondamentales, ainsi que le droit d'inscription et les frais d'études universitaires  s'élèvent jusqu'à des millions d'ariary. En première année, un établissement supérieur se localisant dans la Capitale propose aux étudiants 15 matières pour pouvoir passer en licence II.

Or, les cours d'une matière sont transmis moyennant 100 000 ariary, soit 1 500 000 ariary à payer pendant une année universitaire. Cette somme s'ajoute également au 20 000 ariary en guise d'un droit d'inscription par session. En outre, pour décrocher le diplôme de licence, 42 matières doivent être apprises toujours en payant ce même prix. Pour d'autres instituts, le chiffre peut diminuer jusqu'à 500 000 ariary par année. « Trois universités privées ont été contactées au cours de mes recherches. La somme minimale et maximale demandée par niveau est estimée entre 400 000 et 2 000 000 d'ariary », explique Fania, un nouveau bachelier en série A2. « Pourtant, pour ma part, les dépenses d'un étudiant ne se limitent pas aux frais d'études. Les dépenses occasionnées par les déplacements, les appels téléphoniques, les photocopies et les repas de midi, sans y ajouter les imprévus, figurent tous dans la liste de mes priorités », continue-t-il. Ceci dit, il faut disposer de plusieurs millions pour être diplômé des universités privées à Madagascar. Actuellement, nombreux sont les étudiants voulant poursuivre leurs études dans des instituts privés après avoir échoué aux différents concours à l'université d'Ankatso. Néanmoins, même la préparation des études supérieures à l'université d'Ambohitsaina requiert un autre budget. Rien qu'avec les périples dans la préparation des dossiers à fournir et les frais des cours préparatoires, un seul étudiant peut dépenser énormément d'argent. Kanto R.

La Vérité0 partages

Vision minière africaine - Pour une croissance forte et inclusive à Madagascar

« Vision minière africaine », tel est l’intitulé de l’atelier organisé conjointement par la commission économique des Nations unies pour l’Afrique (Cea) et le Gouvernement malgache. Cet atelier se rapporte au secteur minier à Madagascar et se tient pendant 3 jours, du 29 au 31août 2017, à l’hôtel Panorama, Andrainarivo.

 Il s’agit d’une rencontre des acteurs du secteur minier, tant nationaux qu’internationaux, aussi bien  que les responsables étatiques, les opérateurs miniers et des représentants de la société civile. Ces derniers se concerteront pour trouver les moyens efficaces par l’établissement d’un plan d’action, pour faire de la richesse minière de Madagascar un secteur porteur, susceptible d’améliorer le Pib du pays. En rappel, la première démarche similaire à celle-ci, initiée par l’union africaine, a eu lieu en 2009. Les sujets étudiés portent sur trois principales rubriques à savoir : profil pays, vision minière africaine et économie bleue… Au final, à la fin de la 3e journée, il s’agira d’établir une sorte de feuille de route minière qui contiendra la synthèse des stratégies permettant d’améliorer la situation minière à Madagascar.  Concernant la situation minière à Madagascar, il a été su que ce secteur à connu au cours de la dernière décennie une croissance remarquable qui a atteint le taux de 3,5% du Pib malgache, en 2016, contre moins de 0,5% en 2015, et que plus d’un tiers des exportations sont celles du nickel et du chrome. Et c’est ainsi que Madagascar souhaite s’engager dans la mise en place d’une vision africaine minière nationale, en partenariat avec le Centre africain de développement minier, dans le but d’accroitre la part du secteur minier dans l’économie, et profiter au mieux  les retombées.L’économie bleue incluant tout ce qui est richesse aquatique, tant marine que d’eau douce, repose essentiellement sur l’optimisation de plusieurs secteurs porteurs, dont le secteur minier, les infrastructures portuaires, le transport maritime, les pêches, le tourisme, les énergies renouvelables, et cela à travers une coordination intersectorielle renforcée et une gestion durable des ressources impliquées. Pour Madagascar, l’économie bleue constituant un des piliers de son intégration régionale au sein de la Commission de l’océan Indien, détient un très fort potentiel pour une croissance socio-économique soutenue, à moyen et à long terme. Quant au profil pays, ce concept a démontré que malgré l’engagement de Madagascar dans une dynamique de croissance par le biais du plan national de développement (2015-2019) la reprise économique reste toutefois fragile, en raison des risques environnementaux de la persistance de la pauvreté, et des faiblesses de la structure économique. Dans ce sens, les entreprises franches pourraient jouer un rôle plus important de croissance, en renforçant l’intégration de l’économie malgache. Ce sont autant de messages qui ont été diffusés lors du lancement du profil pays, qui a été suivi par la présentation de la nouvelle loi de politique industrielle du Gouvernement malgache. Rivo S.

La Vérité0 partages

Les amis d’abord !

Quelque soit les motifs avancés, les versions officielles ou officieuses apportées, un limogeage est un limogeage. Les noms de Béatrice Attalah et de Narson Rafidimanana ne figuraient plus dans le Gouvernement remanié. D’emblée, on s’empresse quelque part de balancer sur la place publique des rumeurs « officielles » selon lesquelles ils seraient appelés à d’autres responsabilités plus intéressantes, ailleurs. De qui se moque-t-on !

Béatrice Atallah fut le maître artisan de l’élection du candidat portant le dossard n°3 au poste de président de la République. Elle bossait durement dans la gestion, en amont et en aval, de tous les travaux relatifs à la réalisation du scrutin des deux tours en 2013. Société civile, acteurs politiques y compris les candidats en lice, Communauté internationale et les simples citoyens ont reconnu, en dépit de quelques incidents, que l’élection s’était passée dans le calme et dans la régularité. Les observateurs nationaux et internationaux ont été unanimes pour attester que les votes se déroulaient normalement et que le choix des uns et des autres ont été respectés. En somme, l’objectif fut atteint : une élection crédible et acceptée par tous. Mme Béatrice Atallah avait fait un travail colossal et formidable. Le Président élu, pour manifester sa gratitude nommait Béatrice Atallah, Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI),  au poste de Ministre des Affaires Etrangères (MAE), un Département de souveraineté. Certains n’hésitaient pas d’affirmer qu’elle méritait de cette promotion. Juriste de formation et Magistrate de son état, Mme Atallah assurait avec prestance sa fonction et assumait avec compétence ses responsabilités. La diplomatie malagasy a connu une certaine ouverture. Elle y était pour beaucoup sur la réussite du Sommet de la Francophonie. Seul bémol, elle n’a pu nommer qu’un seul ambassadeur. Mais, sur ce point, il faudrait voir du côté d’Iavoloha.Narson Rafidimanana, « Coco » pour les intimes, l’homme que Monsieur Tout le monde considérait comme l’inamovible devait céder sa place.  Il n’a jamais quitté le Gouvernement en occupant, tour à tour, des postes de premier plan au point de ravir, au final, le rang du Numéro deux. Apparemment, Rafidimanana tenait bien. Si le Sommet de la Francophonie s’était déroulé avec succès, c’est lui ! Les infrastructures d’accueil, fin prêtes au moment voulu grâce à la prestation du Ministre en charge des Projets présidentiels. Enfin, le Gouvernement a pu tenir ses engagements !Coup de théâtre ! Les deux fers de lance conduisant à la réussite de la Francophonie furent absents à l’appel du nouveau Gouvernement ce vendredi 25 Août. Tout simplement, ils étaient remerciés ! Ils ne pouvaient plus continuer la route les Paul Rabary, Rivo Rakotovao, Roland Ratsiraka et bien d’autres « inécartables ». Le Chef de l’Etat n’a plus besoin de leurs services ou de leurs compétences.Tombés en disgrâce, pour des raisons occultes et inavouées au grand public, Béatrice Atallah et Narson Rafidimanana furent écartés. A titre de compensation, ils seraient casés dans les confortables postes d’ambassade au sein de nos grandes chancelleries occidentales. Dans les pays comme le nôtre, les meilleurs devraient s’attendre, à tout moment, à la « couronne » de la disgrâce tandis que les proches du « roi », fussent-ils médiocres,  primés ou… promus.En politique, une loi immuable régit la contexture, les amis d’abord !Ndrianaivo

Madagascar Tribune0 partages

Les transporteurs urbains annoncent 3 jours de grève à partir du 1er septembre

C’en est fini avec « l’arrêt de travail » en guise d’avertissement qu’ils ont déjà lancé avec grand succès quelques mois plus tôt pour tirer la sonnette d’alarme. Les transporteurs regroupés au sein de l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU) entreront en grève pendant trois jours dans la capitale. Du 1er au 3 septembre, aucun « taxi-be » ou transport en commun ne circulera officiellement dans les rues d’Antananarivo. Cette décision a été prise par ces transporteurs afin de contester la hausse galopante et continue des prix des produits pétroliers à Madagascar.

La dernière journée de cette grève coïncide exactement avec le début de l’examen officiel de BEPC qui aura lieu la semaine prochaine, du 3 au 7 septembre.

Apparemment, rien ne semble arrêter les transporteurs de tenir ce mouvement de grève et leur stratégie semble bien ficelée.

Depuis quelques mois, les transporteurs redoutent une nouvelle augmentation du prix à la pompe à chaque début du mois. La dernière hausse remonte au début de ce mois d’août. Tous les produits pétroliers avaient connu une augmentation de 50 ariary le litre. Depuis, l’essence est vendue à 4100 ariary, le gasoil à 3450 ariary et le pétrole lampant à 2530 ariary. Les explications ne changent pas depuis plusieurs années et notamment à chaque augmentation : « la nécessité d’atteindre la vérité de prix ».

Pour Lova Randrianatoandro, président de l’UCTU, ce sont les compagnies pétrolières qu’ils accusent d’être de connivence avec les dirigeants malgaches qui fixent à leur guise le prix au grand dam des consommateurs malgaches, plus particulièrement les transporteurs. « Le prix du carburant doit être largement plus bas s’il y a transparence dans le calcul », estiment les transporteurs. Et pour le premier responsable de cette union de coopératives, il n’y a que le retour du marché de la raffinerie à l’Etat qui peut résoudre ce problème récurrent dans le domaine de l’énergie.

Outre ce mouvement de grève prévu à partir de samedi prochain, l’UCTU a également décidé d’augmenter le frais de transport à 500 ariary à partir du 1er septembre. Une augmentation déjà appliquée depuis le début du mois d’août pour certaines lignes regroupées au sein de la coopérative FMA.

Les avis des usagers sur cette prochaine grève des transporteurs divergent. Certains accusent l’UCTU de prendre en otage la population. Si les transporteurs n’y trouvent pas leur compte, il devrait faire autre chose, clame une mère de famille dont le fils va passer les examens de BEPC la semaine prochaine.

Dans tous les cas, si l’UCTU ne revient pas sur sa décision, le risque de perturbation n’est pas à écarter.

L'express de Madagascar0 partages

Présidentielle 2018 – Un nouveau code électoral en vue

Un comité interministériel en charge de l’élaboration d’un nouveau code électoral est mis en place. Il dispose moins de soixante jours pour tout boucler.

Du pain sur la planche. Le code électoral actuel compte ses derniers jours. La révision de l’encadrement juridique du processus électoral malgache entame une nouvelle étape.Un comité interministériel a tenu sa première réunion, la semaine dernière au palais de Mahazoarivo. Composé de la primature, du ministère des Finances et du budget (MFB), du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation (MID), du ministère de la Commu­nication et de la relation avec les institutions (MCRI), ce comité a pour mission d’élaborer un projet de loi régissant les élections à Madagascar.« Cette loi doit entrer en vigueur d’ici la fin de l’année étant donné qu’il faut du temps pour informer les électeurs sur les changements opérés », martèle Thierry Rakotonarivo, vice président de la Com­mission électorale nationale indépendante (CENI), joint au téléphone, hier.Fruit d’un long processus, le projet de loi régissant les élections est basé sur les travaux d’une commission consultative de réflexion et de proposition au sein de la CENI. Cette commission est constituée de représentants de la société civile, des partis politiques et des techniciens de trois ministères, du Bianco, du Comité de la sauvegarde de l’intégrité et le Samifin. Elle a soumis son rapport au gouvernement fin juin. Il appartient au comité interministériel, présidé par le Premier ministre de traduire les recommandations de ce rapport en projet de loi.

AutosatisfactionEn marge d’une cérémonie de remise de matériel informatique à la Cellule centrale d’exécution du recensement à Anosizato, Solo­nandrasana Olivier Mahafaly se félicite des avancées dans le processus. « L’initiative de loi appartient au gouvernement et au Parlement. Toutefois, nous avons tenu à organiser une large consultation dans l’objectif d’avoir des élections crédibles, fiables et acceptées par tous», soutient-il.À la lumière de la consolidation des recommandations issus des consultations, le nouveau projet de loi doit tenir compte sept points. Il s’agit entre autres du plafonnement du financement des campagnes électorales à cent milliards d’ariary, les conditions d’éligibilité des candidats, la nature et la durée de la précampagne ainsi que la fixation de manière pérenne et définitive dans un texte de loi, la date de la tenue des élections. Par ailleurs, l’indépendance décisionnelle et financière de la CENI y est également soulevée.Selon les explications de Thierry Rakotonarivo, le nouveau code électoral doit être disponible au moins six mois avant les élections. Étant donné que le mandat du président de la République prend fin le 25 janvier 2019, la date probable de la tenue des élections est autour du 30 novembre. Selon la Consti­tution, les élections doivent se tenir au moins soixante jours avant la fin de mandat du président en exercice.Ainsi, le projet de loi doit être soumis à la prochaine session parlementaire sinon, les six mois nécessaires ne sont plus respectés. Ainsi le comité interministériel chargé d’élaborer le nouveau code électoral dispose de moins de soixante jours pour tout boucler. Autrement dit, ils doivent cravacher pour être dans les temps.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Enseignement supérieur – Infrastructures d’accueil insuffisantes

L’étude supérieure est incertaine pour les nouveaux bacheliers. Très peu de places leur sont disponibles.

Des milliers de nouveaux bacheliers risquent une expulsion prématurée de l’étude supérieure. Beaucoup ne pourraient pas être admis aux universités, à cause du manque crucial d’infrastructure. À entendre le ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la professeure Marie Monique Rasoazananera, la capacité d’accueil des universités publiques de Madagascar et de leurs annexes serait autour de vingt mille étudiants. C’était au siège du ministère à Fiadanana, hier, lors de la présentation du bilan des résultats du baccalauréat dans les six provinces.Ainsi, sur les soixante quinze mille nouveaux bacheliers, seuls vingt mille auront la chance de poursuivre leurs études dans les universités publiques. La moitié sera reçue à l’Univer-sité d’Antananarivo. «Nous ne pourrons recevoir qu’autour de huit mille à dix mille nouveaux étudiants à la prochaine année universitaire», explique le président de cette Université, le professeur Panja Ramanoelina. L’autre moitié sera répartie dans les cinq autres provinces, ainsi que les universités annexes. «Nous disposons aussi des Centres nationaux de télé-enseignement, ainsi que des Instituts supérieurs de technologie où pourrons s’inscrire nos jeunes bacheliers », se veut être rassurant la ministre.

ExtensionLa proposition de rendre fonctionnelle l’université numérique, ainsi que l’optimisation de la gestion des salles ont été déjà présentées au ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. La première concerne la formation à distance, la seconde de ne pas laisser libre les salles pour permettre à un maximum d’étudiants à poursuivre leurs études dans les universités publiques.Mais les places ne seront jamais suffisantes car il reste encore cinquante cinq mille nouveaux diplômés sans issue. Même toutes les universités privées de Madagascar ne disposeront pas des places nécessaires pour tout ce monde. De plus,  peu de parents auront les moyens d’inscrire leurs enfants dans ces universités, où il faut au moins investir un million d’ariary en une année d’étude.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Max Exception sort un nouvel album

Max Exception marque depuis trois décennies le paysage musical malgache. Le chanteur revient en force avec la sortie de son nouvel album « 30e anniversaire » au rythme « choc-choc ». 

La sortie du nouvel album « 30e anniversaire » de Max Exception est prévue dans les prochains jours.  Le nouveau produit audio comporte deux albums en un avec une vingtaine de titres parmi lesquels figurent de nouvelles compositions et les meilleurs morceaux par lesquels  on a connu Max Exception depuis sa carrière en solo en 1987. Un mélange de funky musique avec les rythmes spécifiques de la région Boeny, dont l’artiste est passé maître, caractérise la couleur et le rythme de ce nouvel album.« Je suis Mahajanga de culture. J’aime écrire dans le dialecte de cette région qui est une ville cosmopolite. On y rencontre un mixage de cultures. Ce mélange stimule mon inspiration et ma créativité.  Le rythme de ma musique reflète principalement l’ambiance et la douceur de vivre de cette partie de l’île. Ceci ne m’empêche pas d’utiliser le malgache officiel dans certains de mes textes. Je continue toujours d’écrire et de composer même si on ne me voit pas sur scène, ces derniers temps. J’ai aussi fait des recherches pour améliorer mes acquis. Et je compte faire plaisir et reconquérir le cœur de mes fans et séduire la nouvelle génération avec ce huitième album », a confié Max Exception.Il compte faire le tour de l’île, par la suite, pour faire la promotion de ce nouvel album et célébrer pendant deux ou trois ans ce trentième anniversaire de différentes façons selon ses dires.

Ondes de chocMax Exception rêve de collaborer prochainement avec Rira, l’interprète de « Baban’i Rokia » et d’une jeune chanteuse majungaise au nom de La Sainte.Max Floret a pris le nom d’artiste Max Exception en 1987 après avoir intégré dans plusieurs formations musicales de l’époque. L’album « Choc-choc » l’a révélé au grand public en 1992 où il a été élu l’artiste de l’année. Cet album a enregistré la meilleure vente pour la même période et l’a conduit pour son premier voyage à l’étranger en 1993. « Vacances à Nosy-Be » s’est vendu comme des petits pains et a rencontré le même succès en 1998, puis « Ajila » en 2003. Le chanteur Njakatiana lui a suggéré d’écrire pour d’autres artistes. Firmin, Lianah, Melky entre autres sont les artistes de la nouvelle génération adeptes de ses textes. « Pour ma carrière artistique, je dois beaucoup à un certain Cyrius Parfait qui m’a formé en tant qu’auteur, compositeur et arrangeur. Je suis arrivé au stade où je suis actuellement grâce à ses conseils », a confié Max Exception. Il n’a pas manqué de faire des remarques sur la médiocrité des textes et le manque de créativité de certains artistes de nos jours.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Volleyball – Championnat de Madagascar – GNVB et Stef’auto favoris

Les championnats nationaux seniors et jeunes se tiendront à Toamasina du 4 au 16 septembre. Les sommets seront ouverts à tous les clubs affiliés. 

Déplacés à Toama­sina au lieu de Maha­janga. La fédération malgache de volleyball a décidé que les cham­pionnats de Madagascar de catégories U18, U20 et seniors hommes et dames s’étaleront cette saison dans la capitale Betsimisaraka du 4 au 16 septembre.« Le championnat sera ouvert à tous les clubs qui désirent participer et non seulement à ceux qualifiés de chaque ligue… Mais la dénomination reste championnat et non pas Open national », a précisé le directeur technique national, Serge Saramba.Les sommets se dérouleront en deux parties, ceux des jeunes U18 et U20 garçons et filles se tiendront du 4 au 8 septembre et les sommets seniors en première division du 8 au 16 septembre. Trois sites abriteront les rencontres, à savoir le gymnase CRJS, celui Soavita et le dojo d’en face.Avec cette formule open la fédération compte réunir bon nombre de participation à ces sommets nationaux destinés aux jeunes et aux seniors.

Septième titreLes deux clubs cham­pions en titre, la GNVB Anala­manga chez les seniors hommes, et Stef’Auto Atsina­nana chez les dames remettront en jeu leur titre respectif à ces cham­pionnats nationaux.Les Gendarmes qui viennent de rajouter un deuxième titre de champion d’Anala­manga joueront pour un septième titre national à Toama­sina. L’année passée, les protégés du coach Honoré Razafinjatovo, alias « Noré kely », ont défait en finale le Volleyball club Diamant Analamanga.Chez les dames, Stef’auto qui vient aussi de décrocher son treizième titre régional jouera à domicile pour son dixième succès national. Du côté des U20, le titre a été ravi par l’Akany Sambatra Itaosy chez les garçons et 3FANS Analamanga chez les filles. Et pour les U18, ce sera une toute première pour l’équipe de cette fédération.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Analakely – Une prostituée scélérate mise  en prison  

Présentés au procureur après deux jours d’une garde-à-vue, une racoleuse de 24 ans et un mineur de 17 ans ont été placés sous mandat de dépôt, le weekend à Antanimora. Ils font partie d’une bande de scélérats du premier arrondissement. Ce gang opérait en pleine nuit. Mercredi 23 août, aux environs de 21h, un jeune homme est tombé dans leur piège. « La prostituée l’a amené dans un coin au milieu des pavillons d’Analakely où il s’est fait ensuite dépouiller de son argent, de son portable et de sa bague en or », a indiqué une source sécuritaire. La victime aurait été menacée d’un couteau sous la gorge, et les trois assaillants  l’ont détroussé pour disparaître dans les ruelles.La jeune femme était la tête pensante de cette bande, selon la police. Son mari, ayant pu s’échapper pendant l’arrestation, est activement recherché.La victime a rejoint le commissariat pour donner l’alerte. La patrouille a été renforcée et l’on a pu mettre la main sur deux suspects dont la prostituée répondant au signalement fourni. Un dernier co-auteur a pu s’enfuir. La chasse à l’homme et le guet se poursuivent de jour et de nuit.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Population – Report du planning du dénombrement

Changement. Le calendrier du Recensement général de la population et des habitations, troisième édition (RGPH-3) sera reporté à une date ultérieure. La cartographie censitaire ne se terminera que fin octobre, ainsi, le recensement proprement dit ne pourra débuter en octobre comme il a été prévu, selon Tovonirina Razafimiarantsoa, coordonnateur de la Cellule centrale d’exécution du Recensement auprès de l’Institut national de la statistique (Instat). «Le commencement de la phase cartographie censitaire a pris du retard, cela aura de l’impact sur le planning du dénombrement», explique ce technicien. C’était à la Cellule centrale d’Exécution du recensement à Anosizato, hier, lors de la remise de cinquante ordinateurs desktop du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), dont le but de la meilleure réalisation de ce recensement.À l’heure actuelle, 30% de la phase cartographie censitaire sont effectuées. Il faudrait recruter neuf cent nouveaux agents cartographes, cent cinquante trois chefs d’équipe et trente deux contrôleurs, en étoffe des sept cent agents déjà sur terrain, pour que cette phase de préparation du recensement soit terminée en fin octobre. L’avis de recrutement devrait être publié ce jour ou dans les jours qui viennent.Des techniciens restent sceptiques. «Nous n’avons plus que soixante dix jours avant la date butoir. Techniquement, il est incertain de terminer 70% des travaux restants, en un si peu de temps», confie un technicien. Ce problème sera ramené au conseil national du recensement (CNR), ce jeudi.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis ITF U18 Mauritius Open – Miary Zo et Finaritra débutent bien

Une journée de succès. Les joueurs malgaches engagés au tournoi ITF U18 du Mauritius Open Grade 5 ont gouté au succès sur une victoire au premier tour. Cette performance signifie directement le gain de cinq points au classement mondial des juniors pour Miary Zo Rako­tondramboa et Finaritra Andriamadison.Cette dernière s’est imposée devant l’indienne Smita Bharat en deux petits sets (6/0, 6/1) en un tour d’horloge dans un match où son adversaire a tardé à prendre ses marques.En huitiemes de finale, elle retrouve ce jour la Mauri­cienne Amélie Boy, tête de série numéro deux du tournoi et gagnante du Petit Camp Open de la semaine passée.Un match qui s’annonce intéressant dans le sens ou les deux joueuses ont un fond de jeu assez similaire se basant sur la puissance en fond de court.Pour Miary Zo Rakoton­dramboa, les choses se sont bien passées. Il a pu revenir a un meilleur niveau que celui du Petit Camp Open et a pu surclasser le Belge Alexander Van Nieuwe­nhove, 850e mondial en deux sets 6/3, 6/1.« Je me sens mieux mentalement et j’ai pu rester très concentré durant les points importants. Je suis très confiant pour mon prochain match », explique Miary Zo, qui a pu boucler la rencontre malgré un début de crampe qui l’a un peu handicapé durant son dernier jeu de service.Ce jour, il affronte l’américain Parker Collins Flores, tombeur du Mauricien Jason Espitalier en deux sets 6/3, 6/2.Dans l’épreuve du double, en huitiemes de finale, Finaritra qui s’est associé a la sud africaine Janneke Turck et jouera la paire indienne Gutta Muskan et Ramesh Sharma.Miary Zo et son partenaire mauricien Kenny Ah Chuen auront comme adversaire l’hongrois Bence Kisgezi et le Mauricien Anthony Kwok Yin Song Yen.Ces matches de doubles sont prévus se jouer cet après midi même sur les courts du Tennis Club de Petit Camp.

Dina Razafimahatratra (Maurice)

L'express de Madagascar0 partages

Antsahamanitra – « Rock Dona Be » déçoit les métalleux

Une rencontre au sommet entre deux groupes phares de la scène rock national. « Rock Dona Be » devait conjuguer sur une même scène les rythmes fumeux et endiablés des groupes Apost et Tselatra à Antsahamanitra, hier après-midi. À la place, c’est dans la stupeur totale que les spectateurs ont assisté au montage même de la scène à Antsahamanitra, à 14 h, heure prévue pour débuter le show. Quelle ne fut l’étonnement des fans de trouver à la place une grande scène vide, des techniciens qui procèdent aux installations et des musiciens qui n’ont même pas encore procédé aux balances.  Il était évident que les organisateurs souffraient d’un sérieux décalage horaire, et qu’une grande négligence de leur part s’est amplement fait ressentir sur place.Dans les coulisses, les langues se délient et on affirme que les sonorisations prévues être louées pour l’occasion se sont désistées. De même, le premier responsable de l’organisation de ce concert aurait omis de payer quelques factures. Les installations se sont donc faites à la dernière minute, les artistes eux-mêmes ont dû mettre la main à la pâte. C’est ainsi qu’Eric du groupe Tselatra s’est débrouillé pour louer un matériel de sonorisation à l’arrache.Ce n’est que vers 16 h 30 que les premières notes se sont faites entendre, vaille que vaille. Les organisateurs n’ayant même pas prévu de quoi illuminer la scène, « Rock Dona Be » a dû être écourté une fois le soleil couché. Autant de défaillances qui ont finis par mettre le public au comble de la colère et qui n’a pas hésité à faire comprendre son mécontentement.

A.P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Poésie – « Gitara mitomany » rend hommage à Nono de Mahaleo

En ce jour, ils sont une communauté de fans irréductibles à se retrouver aux côtés de la famille d’Andrianabelina Rakotobe dit Nono pour lui rendre hommage. Trois ans maintenant que ce compositeur et guitariste émérite, membre incontournable du mythique groupe Mahaleo s’en est allé. Depuis, il a laissé un grand vide au sein du groupe, de ses proches, autant que dans le cœur de ses fans. C’est pourquoi, des inconditionnels de Nono ont choisi de commémorer ponctuellement à cette date la mémoire de Nono. Un mélomane hors du commun, dont la modestie et la discrétion n’a d’égal que son amour et son talent pour la musique. C’est ainsi qu’ils décrivent Nono et ce le temps d’un vibrant hommage, qu’ils ont décidé de retranscrire en commun à travers un poème inédit. C’est sous la plume de Rado Rakotondralambo que se fédèrent ces fans de Nono, évoquant leur passion intarissable pour l’artiste. Sobrement intitulé « Gitara mitomany » ou la guitare en pleur, c’est ainsi que s’intitule ce poème exclusif de la part de la famille de Nono et de ses fans. « Les œuvres demeurent et son passage dans le groupe Mahaleo aura marqué les esprits. Nono a créé un mythe, avec un aura éternel. Plusieurs générations de guitaristes ont appris la guitare sur ses airs », soulignent ses fans dans une lettre commune. Retrouvez le poème « Gitara mitomany » dans toute son intégralité dans nos pages.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Amborovy – Hausse du droit de visite technique des voitures 

60%. C’est le taux d’augmentation du droit à payer au Centre de visites techniques des voitures, depuis quelques mois à Mahajanga, et c’est aussi valable dans tous les centres des différentes provinces, semble-t-il. L’année passée, pour une voiture particulière, la validité est de douze mois, et le taux était à 15 700 ariary. Hier, le droit de la visite technique est de 20 000 ariary THT pour un an avec un TVA de 20%. Soit 24 000 ariary.Et c’est pareil pour tous les véhicules. «Cette hausse est effective depuis longtemps pour tous les véhicules, qu’ils soient affectés au transport de voyageurs, ou à la location, ou encore qu’il s’agisse de voitures de plaisir»,  explique un technicien du Centre à Amborovy. Les voitures particulières, de plus de cinq ans d’âge, sont soumises à une visite technique annuelle. Celles affectées aux transports publics de personnes y sont assujetties tous les quatre mois et, pour les véhicules de transport de marchandises, la visite est semestrielle.Les cartes grises, la carte de visite technique et le PV de réception technique sont exigés durant le contrôle. En outre, les véhicules utilitaires doivent présenter la carte violette, une licence ainsi que le carnet d’entretien et l’attestation de non-imposition. Aux véhicules importés, neufs ou d’occasion, qui ont reçu des aménagements, transformations ou modifications, plusieurs documents sont exigés, tels une demande manuscrite, une photocopie de la carte grise étrangère (véhicule importé).La photocopie du certificat pour servir à l’immatriculation (modèle1) et celle de la déclaration d’importation ainsi qu’une note descriptive du véhicule et un plan côté des sièges (si transformation) sont nécessaires. Les véhicules destinées aux transports publics sont concernées par cette dernière disposition, tels que ceux de marque Mercedes Sprinter et les fourgonnettes transformées en bus.Le Centre de visite technique de Mahajanga est ouvert de 7 heures à 15 heures, mais après 14 h30, aucune voiture ne pourra être reçue. Les visites ont surtout lieu très tôt le matin à Amborovy, vu l’éloignement du site, à 7 km de la ville.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Football - THB Champions League – CNaPS Sport Itasy  évolue à Fianarantsoa

La THB Champions League 2017 débutera ce vendredi. La CNaPS Sport Itasy évoluera dans le groupe D de Fianarantsoa. La quadruple tenante du titre y affrontera le Zanakala FC Haute Matsiatra, l’AS Espoir Androy, le FC Angèle Anosy, le 3FB Atsimo Andrefana et le JSA Ihorombe. Pour sa part, Elgeco Plus aura le privilège de jouer à domicile.Le champion d’Anala­manga se retrouve dans le groupe C d’Antananarivo, avec le FC Menagnara Atsimo Atsinanana, le Top Dom Amoron’i Mania, le VFM Vatovavy Fitovinany, le FC Malaimbady Menabe et le FC Maeva Betsiboka. Quant au Cosfa, deuxième représentant d’Analamanga dans ce championnat national, il a été tiré dans le groupe A de Mahajanga, en compagnie du Fosa Juniors Boeny, de l’USSK Diana, du FC Iharana Sava, du MTM Melaky et du Varatraza Sofia.Enfin, dans le groupe B de Toamasina, l’on retrouve le Fifafifi Atsinanana, le FC Vakinankaratra, le HZAM Alaotra Mangoro, le RTS Jet Mada Itasy, le STF Analan­jirofo et l’Ajesaia Bongolava. Comme cité précédemment, la phase I de la compétition débute ce vendredi 1er septembre. Elle s’étalera jusqu’au 10 du mois.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Transport – Urgence de la constitution du code fluvial

Benjamina Ramarcel Ramanantsoa, ancien ministre du Transport et de la météorologie a annoncé à son successeur, Beboarimisa Ralava, qu’il aura la charge de constituer le code fluvial malgache dans l’urgence. «Jusqu’à présent, Madagascar ne dispose pas d’un code fluvial, alors qu’un méga projet avec le Maroc est en cours, concernant la sauvegarde du flux sur le canal des Pangalanes. D’autres projets sont en cours sur d’autres fleuves», lance-t-il à ce nouveau ministre, hier, lors de leur passation au siège de ce ministère à Anosy.Toujours en termes de transport maritime et fluvial, une autoroute nautique desservira la Grande île et les grands ports de l’Afrique australe, prochainement. «Cette autoroute nautique reliera Toliara et Durban, Kenya et Mozambique», souligne le ministre sortant. L’accord entre la direction générale de l’Agence Portuaire, Maritime et Fluviale (APMF) et une société sud-africaine, qui va assurer la logistique, s’est tenu en décembre 2016.La réalisation de ce flux maritime nécessite l’extension du port de Toliara à la hauteur de celui des pays africains comme Durban et dont le projet a été déjà présenté au président de la République Hery Rajaonarimampianina, lors de sa visite sur place en juin.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Portrait – Sa-Roy, fier porte étendard du « Banaiky »

Un jeune groupe qui affiche un attachement particulier pour cette culture du terroir du Sud. Également fort d’une identité musicale bien ancrée dans ses racines, le groupe Sa-Roy continue à faire parler de lui. Comme pour la majorité de ses pairs, il fait partie de ces groupes qui se forgent une modeste réputation dans le milieu musical, tout en affichant une créativité et un talent qui lui sont propres. Sa-Roy signifie « Sairy mitandroy », qui se veut être une désignation plus littéraire des artistes ou « Sairy » originaire de la région d’Androy dans le Sud de la Grande île. Le groupe affiche ainsi une simplicité bien à lui, le tout conjugué avec une personnalité représentative de sa musique à travers ses compositions, mais par dessus tous ses engagements. Le fait est que depuis ses débuts en 2014, Sa-Roy se définit comme un fervent défenseur de la nature, de même que de la culture et des richesses de sa région natale. Ce qui lui a valu d’avoir été le premier lauréat du concours « Hira maintso » organisé par l’agence allemande de coopération internationale pour le développement, le« Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit » ou GIZ, l’année même de sa création, pour son programme germano-malgache pour l’environnement.Digne représentant du genre « Banaiky » dont il est l’un des fiers portes flambeaux, il s’est d’entrée démarqué avec son morceau« Arovy ’ty ala » ou protégeons la forêt dans la langue de Molière. Un titre évocateur de sa noble cause et qui lui a permis de conquérir pas à pas le cœur des inconditionnels des mélodies du terroir. Sa-Roy se compose de Soaraza au chant et jouant entre autres d’une mandoline traditionnelle, Sambeto aux percussions et Ando à la basse, adoptant ainsi un format trio dynamique et mélodieux. S’ensuivent diverses collaborations qui ont étoffé le parcours du groupe au devant de la scène, notamment avec la troupe du Forest Jam originaire de la Suisse.Continuant depuis deux ans maintenant son petit bonhomme de chemin, donc, le trio tout aussi à l’aise en à cappella que jouant de ses instruments ne cesse de faire parler de lui. Déjà fort d’une tournée internationale où il s’est découvert le temps de quelques festivals de musique au Zimbabwe, en Mozambique ou encore en Afrique du Sud où il affichait toujours fièrement son attachement à ses racines malgaches. Sa-Roy a sorti cette année son premier album intitulé « Pelak’Olo » et il est l’une des têtes d’affiches de l’événement « Hay», initié par le Voots Kongregation dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la musique dans la capitale. Avec ses rythmiques de fusion traditionnelle, sublimées par les mélodies du « Banaiky », Sa-Roy conquiert des mélomanes de tous horizons, manifestant tout autant une fraternité intarissable.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Des ordures déchargées à Manapatànana

Les opérations d‘embellissement de Mahajanga, initiées par la commune urbaine, se focalise surtout sur la ville et sur les grands axes de la cité des Fleurs. Le bord de mer, les alentours de l’hôtel de ville et les endroits très fréquentés se sont améliorés car assainis.Pourtant aujourd’hui, la route qui mène vers Amborovy et Manapatànana est de nouveau transformée en une décharge publique provisoire.  Des inconscients y ont jeté des tonnes de déchets et ordures ménagères depuis plusieurs mois. Des sachets en plastique, des bouts de papiers et autres détritus inondent aussi le canal en face de l’allée.À ce rythme, l’endroit deviendra bientôt une seconde décharge si les responsables de la municipalité et le service de la voirie ne réagissent pas rapidement. La route de Manapatànana est pourtant la porte d’entrée des touristes et des visiteurs venant des autres îles et régions. Par ailleurs, le maire de Mahajanga, Mokhtar Andriantomanga, continue son action d’assainissement de la ville chaque vendredi. Avec des associations de jeunes et les employés de la commune urbaine, il se lance dans le balayage des rues tous les vendredis matins.Hier, c’était au tour des employés de la région Boeny, dirigés par Jaffar Saïd Ahamad, de procéder au nettoyage du boulevard Poincaré au littoral de Mahajanga-be, après la tenue de la Foire économique qui a duré trois jours devant la Chambre de commerce et d’industrie. Des restes de nourritures  ont envahi le bord de la mer, mais les responsables ont décidé de réagir en nettoyant les lieux.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Basketball-U16 – ASA, Dream Team  et Serasera en roue libre

Trente-six prétendants aux titres en lice. Deux clubs d’Analamanga et un autre de Vakinankaratra sont en démonstration au cham­pionnat de Madagascar U16 garçons à Ambositra. Ce sommet national se jouera sur deux sites entre autres au terrain Antamponivinany et celui de St Louis, du 26 août au 3 septembre.Ce week-end, ASA et Dream Team SC d’Anala­manga ainsi que Serasera de Vakinankaratra ont effectué un parcours sans faute en arrachant chacun deux victoires en autant de rencontres. ASA a défait Mega Info Atsinanana par 76 à 42 samedi puis a écrasé SSS Sofia par 106 à 30, dimanche. DRSC a, pour sa part, laminé OPM Menabe (74-28) lors de la première journée et CBAM Alaotra mangoro (70-29) lors de la deuxième.Serasera défend bien également les couleurs de sa ligue d’origine en s’imposant 70 à 31 face à ASS Sofia et Kingers Analanjirifo, 85 à 64. Vingt équipes réparties en quatre poules de cinq y sont en course chez les garçons et seize pour les filles, reparties en quatre poules de quatre. La phase éliminatoire se poursuivra jusqu’au mercredi 30 août et les huitièmes de finale à partir du jeudi 31 août.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Football féminin – L’Askam reste sur son nuage

Deuxième sortie et deuxième festival pour l’Askam, en phase II du championnat de Madagascar de football féminin division Élite. Dimanche à Carion, le champion de l’Itasy n’a fait qu’une bouchée du FC Prescoi Vakinankaratra. Score final six buts à zéro.Des doublés de Lalao, Christina et Sarah ont permis au vainqueur de la première phase de réaliser un nouveau carton. L’autre score fleuve de cette deuxième journée est à mettre à l’actif de l’AC Sabnam Anala­manga, vainqueur de l’Ascuf Haute Matsiatra, cinq buts à zéro. Sophie a inscrit un triplé au passage.Les deux autres rencon­tres ont été plus disputées. L’Asot a disposé du Mifa dans un duel 100% Anala­manga, trois buts à deux. Le SOM Boeny a battu l’AS Comato Atsimo Andrefana sur la plus petite des marges, un but à rien.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Passation dans les minis­tères

La passation entre le nou­veau ministre du Commerce et de la consommation,  Nourdine Chabani et l’ancien ministre Armand Tazafy s’est déroulée, hier après midi.  En outre Dans la même foulée, d’autres ministères ont également effectué des passations de services, notamment celui de l’industrie et du dévelop­pement du secteur privé, celui du transport et de la météorologie, et du M2pate, a-t-on appris.

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Région et secteur privé main dans la main

Partenaire du groupement des entreprises  Fiova, la région Vakinankaratra participera à l’organisation de  la vingtième édition  de l’évènement économique dénommé « Vitrine du Vakinankaratra » qui se déroulera sur l’avenue de l’Indépendance à Antsirabe, ce weekend. Cette édition sera axée sur le développement rural afin de sensibiliser et d’encourager les paysans à se lancer dans les produits de marché, que ce soit au niveau régional et national qu’au niveau international. Elle favorisera aussi le lancement des  petites et moyennes entreprises ainsi que la vulgarisation des produits agricoles qui font la renommée de la région et les différents  produits auxquels le région centralise son activité de développement tels le maïs, le soja, le lait, la production et l’utilisation de l’engrais biologique composte.« En tant que responsable étatique, la région est responsable du développement économique et sociale de la population des quatre vingt dix communes qu’elle englobe », indique le chef de la région, le général William Rakotonarivo. Pour la concrétisation de ces projets, elle se doit de créer une collaboration efficace avec le secteur privé qui tient un rôle important dans l’économie régionale.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Les vols de bœufs, une plaie pour l’Administration

L’administration française rencontre de nombreux problè­mes avec les Sadiavahe, du fait du contexte dans lequel ces derniers mènent leur mouvement en 1919-1917 (lire précédentes Notes).Faranirina V. Esoaveloman­droso en fait le sujet d’un Essai publié en 1975.Parmi ces « plaies », les vols de bœufs. Selon l’historienne, l’administration coloniale considère ces pratiques fortement ancrées dans les sociétés pastorales du Sud comme à l’origine des troubles qui secouent la région. D’après Gerbinis, chef de la province de Toliara, ils sont « source de conflits, rivalités et haines qui existent et naissent entre tribus et qui sont souvent la cause de meurtres ». C’est pourquoi dès que le mouvement Sadiavahe éclate, l’Adminis­tration la présente comme une simple affaire de vols de bœufs.Durant l’année 1914, chefs de provinces et de districts du Sud, très préoccupés, proposent diverses solutions au phénomène,solutions qui diffèrent d’une province à l’autre : jugement par le tribunal correctionnel en tant que délit dans la province de Fort-Dauphin ; recours aux coutumes locales et arrangement par simple kabary dans celle de Toliara qui engage la responsabilité collective dans les affaires de vols de bœufs (coutume du « sasalia » ou « sasatemboke » chez les Mahafaly, du « sasahotry » ou « volikotry » chez les Antandroy). Ce qui implique la participation de toute la communauté villageoise à la recherche des bêtes, lorsqu’il est démontré que les traces se perdent dans son territoire (pratique du « lian’aombe »).L’historienne explique que le « sasalia » permet d’exiger la restitution des animaux volés et l’indemnisation non seulement du propriétaire, mais aussi de toute la communauté qui apporte son aide (le coupable doit restituer deux fois plus de bêtes qu’il en a volées). Bien que l’administration française ne puisse sévir sur le plan pénal (amendes ou emprisonnements), la plupart des administrateurs sont prêts à conserver cette solution pour différentes raisons. « Des raisons d’ordre politique : le caractère tout spécial que revêtent dans la province les vols de bœufs rendent indispensable le maintien de cette loi coutumière dans son principe. Sa suppression serait annihilée pour partie les résultats à attendre des diverses mesures insérées dans le projet d’arrêté et destinées à restreindre les vols de bœufs. Car le jour où les communautés de village sauront qu’elles ne peuvent plus être inquiétées en tant que collectivités pour les vols commis sur leur territoire, elles mettront beaucoup plus d’empressement à en rechercher les auteurs » (projet d’arrêté portant organisation de l’administration indigène dans la province de Tuléar, novembre 1915).Faranirina V. Esoaveloman­droso donne comme dernier point méritant d’être évoqué sur les circonstances qui entourent le mouvement des Sadiavahe, la situation économique du Sud durant la grande guerre. Tous les rapports des administrateurs au gouverneur général sont optimistes. En 1913, le chef de la province de Fort-Dauphin, Delpit, souligne « la tranquillité qui règne dans sa circonscription, aucun danger ne semble menacer la paix française ». « J’ai visité toute la province, sauf le district de Ranomafana où rien ne m’inquiétait. Ailleurs, j’ai pu constater que malgré les nombreux vols de bœufs et crimes qui en sont la conséquence, il n’y a pas lieu de s’alarmer du point de vue politique. »Ainsi, l’année 1914 voit un projet de réductions successives des effectifs dans les postes de Fort-Dauphin, Behara, Ambo­vombe, Tsivory, Antanimora, Bekily et Beloha. Toutefois, précise l’historienne, les autorités locales sont assez inquiètes « à cause des difficultés économiques qui risquent d’être préjudiciables à la domination coloniale et qui leur dictent une attitude souple ».En effet, la plupart des villages de l’Androy, du pays mahafaly ou karimbola vivent dans une pauvreté presque chronique en raison des pluies rares mais violentes. Certaines années sont particulièrement difficiles : en 1913, les pluies torrentielles qui s’abattent sur la province de Fort-Dauphin, provoquent des dégâts importants et « indigènes et colons se trouvent dans beaucoup d’endroits, dans la misère ». Aux pluies succède une sècheresse excessive entrainant la disette « en partie surmontée grâce à l’abondante récolte de mil ». Puis, la sècheresse sévit de nouveau.Ce qui conduit Delpit, dans son rapport de septembre 1914, à insister sur la précarité de la situation économique dans l’Androy. Il parle de la « nécessité qui, à mon avis, s’impose, de retarder l’établissement d’un impôt sur les bovidés dans les districts de Tsihombe et d’Ambovombe. Cette mesure provoquera un mécontentement général chez les Antandroy. »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Rugby à 7 – CAN – Vingt-et-un présélectionnés en regroupement

Le staff technique du Malagasy Rugby a organisé, ce week-end, au stade des Makis un tournoi de sélection en vue de la coupe d’Afri­que des nations de rugby sept prévue en Ouganda les 5, 6 et 7 octobre.Seize équipes étaient en lice, dont onze de l’élite fédérale et cinq autres de l’élite régionale issues des sections. La fédération a confié la sélection ainsi que la préparation des joueurs à trois entraîneurs nationaux, à savoir Eric « Sefo » Randrianarisoa, Alain « Ralay » Andriamihaja et Maminarivo Rahajason.À l’issue du tournoi, vingt-et-un joueurs seront présélectionnés et suivront le regroupement à partir de mercredi prochain. « Nous sommes très sévères sur le profil des joueurs, qui devraient se mesurer au moins 1,70 m. On exige aussi la vitesse de course sur terrain et l’efficacité en plaquage », a souligné Éric « Sefo » Randrianarisoa à propos des critères de sélection.Ce rendez-vous continental regroupera huit pays entre autres l’Ouganda, pays hôte, le Zimbabwe, la Nami­bie, Madagascar, la Côte d‘Ivoire, la Tunisie, le Maroc et le Kenya. Le champion à l’issue de ce sommet continental représentera l’Afrique à la coupe du monde de rugby à sept à Las Vegas en 2018.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Le « servicification» du commerce de Service

Le transport des marc­handises et des produits manufacturés, l’octroi de financement, la recherche de marchés et la commer­cialisation passent par le commerce de Service qui occupe la moitié du PIB et 40% des exportations de Mada­gascar. Un atelier d’assis­tance technique nationale sur le commerce de Service s’est tenu à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antana­narivo la semaine dernière avec des représentants de l’OMC afin de renforcer la capacité du pays  dans l’amélioration de la coopé­ration entre les autorités des divers secteurs de service et de mener à bien les négociations commerciales des services.

L'express de Madagascar0 partages

Cinq « wanted » insaisissables

La gendarmerie recherche activement, depuis janvier, cinq individus dont une femme pour diverses incriminations. Leur photo et signalement circulent déjà au niveau de toutes les unités de la gendar­merie et de la police nationale. Le deuxième auteur principal du meurtre de l’ancien ministre Jacky Tsiandopy compte parmi ces cinq « wanted ».

L'express de Madagascar0 partages

Capacité opération­nelle de l’armée

Le grand rapport annuel de l’armée malgache s’est tenu la semaine dernière à Soanierana. L’évaluation de capacité opérationnelle des commandos dans le cadre de différentes opérations militaires, notamment dans le Sud a fait l’objet de ce rapport.

L'express de Madagascar0 partages

Recherche infruc­tueuse d’un fratricide

Tombé dans l’oubli. Après cinq mois de recherche infructueuse, l’auteur du fratricide survenu à Andapa, dimanche 2 avril demeure toujours introuvable. La police locale saisie de l’affaire s’est tout simplement arrêtée au lancement d’un avis de recherche contre le meurtrier dans le district.

Midi Madagasikara0 partages

Manakambahiny : Nanjavona ny « jantes », niantona ny fiara

Fiara efa tsy misy kodiarana sy jantes intsony no hitan’ny tompony vao maraina. Nanjombona vao maraina ny andro hoa azy ireo.  Tsy vitan’izay fa mbola nobatain’ny jiolahy ihany koa ny fitaovana rehetra fanamboarana fiara. Sady tokontany mantsy no garazy io toerana io ary misy vavahady mihidy tsara saingy mbola tafiditry ny olon-dratsy ihany. Mbola misy tamboho ihany koa aza. Teo Manakambahiny, làlana mizotra ho any Androndra no nisehoan’izany ny alin’ny alahady teo. Mitombina ve ny fisian’ny « fonoka », irony fitaovana doran’ny jiolahy ary ampiasainy mba tsy hahenoan’ny olona ny asaratsiny. Sa kosa ny olona no tena matory tanteraka rehefa alina ny andro ? Na ny alika aza mantsy indraindray dia tsy maheno ny fandalovan’ny jiolahy.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Alaotra Mangoro : Nitory ny Faritra ny mpiasa noroahina

Hiakatra fitsarana amin’ny ady amin’ny fanjakana amin’ny  Alarobia faha 30  Aogositra 2017  izao  ny raharaha mahakasika ny mpiasa voaroaka tao amin’ny faritra Alaotra Mangoro izay noroahan’ny lehiben’ny faritra  .Niteraka resabe tokoa teo anivon’ny fiaraha-monina  ny faha 31 Desambra 2016 teo ny fandroahana ny mpiasa  miisa 8,  ECD avokoa, tao amin’ny faritra. Nambaran’ireto mpiasa ireto ny tsy fanajana ny tombontsoan’izy ireo talohan’ny fandroahana, ary  miampy ny  zo maha-olona azy  na dia efa intelo nandefa taratasy tany amin’ny faritra amin’ny fampahafantarana izany aza izy ireo. Ny   Asabotsy faha 26 Aogositra 2017 teo no nihaonan’ny  mpiasan’ny faritra voaroaka ireto tamin’ny mpanao gazety ,izay nanambaran’izy ireo fa misy  ny tombontsoa  tokony ho azo amin’ny maha mpiasa ara-dalana azy ireo, nefa dia  tsy nohajaina izany . Efa niala nenina tamin’ireo tompon’andraikitra maro eto an-toerana izy ireo kanefa tsy nohajaina, hoy ny fanazavana , raha tsy hiresaka afa-tsy ny tao amin’ny prefekitiora ,ny parlemantera ,ny tany amin’ny minisitera  ,eny fa hatrany amin’ny fiadidiana ny repoblika ,ka izao niafara tamin’ny fitoriana amin’ny  fitsarana miady amin’ny fanjakana izao .Nanambara firaisankina ireto mpiasa ireto ,ary miantso ny fanjakana hijery  ny  maha olona mba ho tombontsoan’ny mpiasa malagasy

Janus R

Midi Madagasikara0 partages

Tsimbazaza : L’IFC chez Jean Max Rakotomamonjy

SATYAM Ramnauth, Country manager de l’IFC (International Finance Corporation) de la Banque mondiale a été reçu hier par le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy. L’entretien entre les deux personnalités a été focalisé sur l’aide conséquente proposée par la Banque mondiale par le biais de l’IFC pour la reforestation de Madagascar.

R. Eugène