Les actualités à Madagascar du Samedi 29 Juillet 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1230 partages

Betongolo: Voaendaka daholo ny iray taxi-be

Amin’ny andro atoandrobe no nitranga ny fanafihana. Niditra toa ny mpandeha rehetra ireo olon-dratsy ary rehefa tafiditra dia namoaka basy amin’izay. Tsy nisy azo natao ankoatry ny nanaraka izay nolazain’ireo efa-dahy. Ary dia nanam-potoana mihitsy izy ireo nanao ny asany. Nitohy  nandeha ihany ny fiara fitaterana mba tsy hanintomana ny mason’ny olona. Ireo jiolahy kosa dia tsy niteny firy intsony tao anatiny satria efa samy nahafantatra ny tanjony ny rehetra. Notatazana tamin’ny satroka, toa ireny rakitra ireny, ny entana rehetra izay azo nomena. Ny vola, ny solomaso, ny firavaka volamena sy izay rehetra mora nendahina dia nalefan’ny olona tao daholo. Tsy afa-niala ihany koa ny mpamily sy ny resevera satria tsy maintsy nomena ireo jiolahy ny vola izay maty hatramin’ny folo ora. Rehefa vita izany dia nidina mormora ny fiara fitaterana ireo ary tsy mba nitsoaka nihazakazaka akory. Manome endrika ny fahasahian’ireo olon-dratsy izany. Nefa dia tanàna fivezivezen’ny mpitandro ny filaminana iny Betongolo iny satria sady misy toby maromaro no misy birao koa. Toa efa nomarihan’ireo mpanafika angamba fa isaky ny amin’ny folo dia efa any anaty birao avokoa ireo ka tsy hatahorana ny hahita ny asaratsy. Rehefa vita ny fanafihana izay vao nijanona ny fiara ary natao ny fiantsoana mpitandro ny filaminana. Noezahina nojerena ihany teo amin’ny manodidina, fanao mahazatra ihany, saingy tsy nahitam-bokany. Amin’ny atoandro be nanahary ary koa miditra  ao anaty toerana be olona. Tsy vitan’izany aza fa mbola eny amin’ny toerana mbola betsaka mpitandro ny filaminana. Mahatalanjona ny fahasahian’ireo olon-dratsy amin’ny fanatontosana ny asany. Mampihorohor tanteraka…

D.R

Midi Madagasikara216 partages

Gouvernement: Quatre revenants

Le gouvernement Mahafaly semblerait actuellement affaibli par une crise de confiance

Le président Hery Rajaonarimampianina et son premier ministre Mahafaly Solonandrasana font appel à des anciens collaborateurs d’Andry Rajoelina.

Le gouvernement Mahafaly n’est pas uniquement composé des personnalités qui n’ont pas encore occupé d’importants postes de responsabilité dans l’Administration. Des revenants forment également l’actuelle équipe gouvernementale. Pour ne citer que l’actuel ministre du Commerce et de la Consommation. Nommé directeur général des Impôts à l’époque de la transition d’Andry Rajoelina, Tazafy Armand a été limogé de ses fonctions par le ministre des Finances et du Budget Gervais Rakotoarimanana. Le premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier l’a « ressuscité » en le plaçant à Ambohidahy. Le ministre de la Communication et des relations avec les institutions Harry Laurent Rahajason fait également partie des revenants du gouvernement Mahafaly. Dernier ministre de la Communication de la transition, l’ancien journaliste a retrouvé le même poste quatre ans après, contrairement à un autre « Laurent », Guy Laurent Ramanakamonjy, qui est au ministère depuis la transition jusqu’à présent, en tant que directeur général de la Communication et puis secrétaire général. L’actuel ministre de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures Lantoniaina Rasoloelison n’est pas aussi à sa première entrée dans le gouvernement. Il était le premier ministre des Finances et du Budget de la transition d’Andry Rajoelina. Avant d’être nommé à ses fonctions actuelles, Lantoniaina Rasoloelison a été président du Conseil d’Administration de la JIRAMA.

Anciens compagnons d’Andry Rajoelina. La nouvelle ministre des Finances et du Budget, celle qui vient de succéder au démissionnaire Gervais Rakotoarimanana, est aussi une revenante au sein de l’équipe gouvernementale. Vonintsalama Andriambololona a déjà travaillé pour ce prestigieux département ministériel en tant que directrice générale du Trésor et puis secrétaire générale. Elle été numéro Deux (SG) du ministère du temps où l’actuel président de la République Hery Rajaonarimampianina était ministre. La question qui se pose est de savoir si c’est grâce à leur compétence particulière ou pour des raisons purement politiques  dictées par la stratégie « diviser pour affaiblir » que ces anciens hauts responsables ont été récupérés dans l’actuel gouvernement. En tout cas, force est de constater que Hery Rajaonarimampianina confie actuellement des postes de haute responsabilités aux anciens compagnons d’Andry Rajoelina avec qui il a rompu complètement après l’élection présidentielle de 2013.

Eugène
L'express de Madagascar175 partages

Ankadifotsy – Mamy Rakotoarivelo trépasse

L’ancien président du Congrès de la Transition a été retrouvé mort à son domicile, à Ankadifotsy. La thèse d’un suicide n’est pas écartée.

Circonstances troubles. L’alerte a été donnée à Ankadifotsy hier en fin de matinée. Mamy Rakotoarivelo, ancien président du Congrès de la Transition (CT), a été retrou­vé mort à son domicile.Le commissaire principal Jean de Mata Rakoton­drasoa, chef de service central des affaires criminelles auprès de la direction de la police judiciaire, a conduit les éléments de la police scientifique et de la brigade criminelle qui ont constaté les faits. Selon ses explications, le décès de l’ancien chef d’institution est estimé aux alentours de 11 heures. « D’après le constat, l’on peut affirmer qu’il est mort dans sa chambre », a-t-il déclaré.Le corps de celui qui a été le chef de la délégation de la mouvance Ravalo­manana, durant les négociations de sortie de crise durant la  Transition, a été immédiatement transporté au Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU-HJRA) pour une autopsie. D’après le commissaire Rakotondrasoa, « une plaie pénétrante, faite probablement par une balle, a été constatée sur sa tête. Seul le rapport d’autopsie pourrait cependant dire ce qui s’est réellement passé ».Un pistolet a été retrou­vé près du corps sans vie de Mamy Rakotoarivelo. L’employée de maison de l’ancien président du CT, qui a donné l’alerte, affirme par ailleurs avoir entendu deux coups de feu venant de la chambre de son employeur. Ce qui l’a amené à s’y précipiter, l’y retrouvant gisant et sans vie. Selon le commissaire Rakotondrasoa, une enquête est déjà déclenchée pour connaître les tenants et aboutissants des faits d’hier à Ankadifotsy.

Thèse d’un suicideL’employée de maison a d’ores et déjà été conduite à la brigade criminelle pour y faire sa déposition. Sur les lieux hier, la thèse d’un suicide a été chuchotée. Ques­tionné sur cette éventualité, le chef de service central des affaires criminelles a cependant refusé de s’avancer, préférant attendre les résultats des investigations. Certains faits amènent, néanmoins, à penser que l’ancien ténor du parti « Tiako i Madagasikara » (Tim) était dans un état d’esprit préoccupé les heures ayant précédé son décès.Sur sa page Facebook hier, Mamy Rakotoarivelo a publié un statut portant l’indication « a le cœur brisé ». Dans cette longue publication, l’ancien chef d’institution rapporte : « Je voudrais me confier à mes amis sur Facebook, de mes soucis graves actuels ». L’homme politique y relate les péripéties de son divorce en 2004, concernant le partage des biens qui n’aurait été effectif qu’en 2016. L’ancien président du Congrès de la Transition aurait déjà tenté de mettre un terme à sa vie en 2015.

Un passage à vide

Outre le fait d’avoir été le président du Congrès de la Transition durant la seconde partie de la période transitoire, Mamy Rakotoarivelo s’est surtout fait connaître du public comme homme politique, lorsqu’il a été nommé ministre de la Communication en 2002 par Marc Ravalomanana, ancien chef d’État. Celui-ci l’a désigné chef de sa mouvance dans les négociations de sortie de crise pendant la Transition. Un rôle qu’il a joué à temps plein, jusque dans les discours officiels, comme durant les présentations des vœux des corps constitués et diplomatiques, et le banquet des fêtes d’indépendance à Iavoloha, où il n’a cessé de plaider la cause de sa mouvance. Ancien député du 3e arrondissement d’Antananarivo, le parcours politique de Mamy Rakotoarivelo a connu un passage à vide jusqu’à aujourd’hui, lorsqu’il a été tenu à l’écart du noyau dur du parti « Tiako i Madagasikara », au lendemain du retour d’exil de Marc Ravalomanana.Il a divorcé du Tim après son éviction à la tête de la station « Malagasy broadcasting system » (MBS) en 2016. À part la politique, l’ancien président du CT a également été président du comité olympique malgache, président de la fédération de Judo et directeur général d’un groupe de presse. Mamy Rakotoarivelo s’est également forgé une solide réputation en tant qu’expert comptable. Sa dernière apparition publique était lors de la célébration du 15e anniversaire du Tim, le 8 juillet au Carlton, Anosy.

Loïc Raveloson et Garry Fabrice Ranaivoson 

Midi Madagasikara145 partages

Is’Art Galerie: Alalà à Mada

Alalà by Goul ce soir, avec Vahombey.00

C’est à l’âge de 19 ans que Goul, auteur, compositeur, chanteur et guitariste du groupe Alalà débarque en France, principalement pour des études en arts graphiques et en vidéo d’animation. Il monte alors le groupe avec Laurie Rakotomanga et Alice Fearne, puis le percussionniste Juan Diégo Jimenez et le bassiste Mohammed Sayon Nafi en 2013. Depuis, le groupe a conquis le public et s’est produit dans plusieurs villes. Avec cette âme malgache qui se démarque des autres styles , Alalà ne passe pas inaperçu. Son agenda est plein toute l’année. Pour son passage au pays, Goul va partager, sinon faire découvrir sa musique au public local. Il sera en cabaret-concert ce soir à l’Is’Art Galerie où il partagera la scène avec Vahombey.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara130 partages

Ivato: Fiara efatra nifandona, olona iray maty, enina hafa naratra mafy

Nandriaka ny rà teny amin’iny lalan’Ivato iny ny alakamisy hifoha zoma lasa teo. Nahatsiravina ny fifandonana teo amina fiara efatra teny an-toerana. Vokany, olona iray no maty tsy tra-drano, olona enina hafa naratra mafy ary samy potika avokoa ireo fiara efatra nifandona. Ny iray izay tena voa mafy aza moa dia potika nizara roa mihitsy. Raha ny fanazavàna azo dia fiara iray, marika Peugeot 3008, avy eny Ivato hiakatra aty an-drenivohitra no fositr’ity loza ity. Nandeha mafy izy io, ary tsy fantatra na olana ara-teknika na hadisoan’ny mpamily tao anatiny fa nofaohiny ankitsirano ny fiara kely iray nifanena taminy. Mafy dia mafy ny fifandonana satria dia nizara roa mihitsy ity farany. Ary noho izay fifandonana izay hatrany dia nipitika ity fiara kely ity, nidona tamina fiara tsy mataho-dalana taoriana, ary namarana ny lalany teny amin’ny andrin-jiro. Raha ny filazan’ireo teny an-toerana dia tsy nisy afa-tsy olona roa  tao anatin’ity fiara voa mafy indrindra ity. Ny mpamily sy olona iray taoriana. Ity farany no namoy ny ainy avy hatrany, naratra mafy kosa ilay mpamily. Toraka izany ihany koa ny tao amin’ilay fiara nandona. Fa fotoana fohy taorian’izay, raha mbola samy jenjina tamin’ny loza ny rehetra, no nisy fiara nirimorimo fatratra ihany koa avy any Talatamaty, nandona fanindroany an’ilay fiara tsy mataho-dalana. Nisy olona maromaro voafaoka tamin’izany, ary samy naratra avokoa. Nifamonjena avy hatrany ireo naratra ary nentina tany amin’ny toeram-pitsaboana teo akaiky teo. Tonga nijery ifotony teny amin’ny toerana nitrangan’ny loza kosa ireo mpitandro filaminana misahana iny faritra iny, ary nanokatra avy hatrany ny fanadihadiana mahakasika ity loza mahatsiravina ity.

m.L

Midi Madagasikara121 partages

Toliara – « Manala azy vita Bacc » Tovovavy iray torana, vaky loha, tovolahy iray voatsindron’antsy

Lasa lamoady tao anatiny taona maro ny «  Manala azy vita Bacc ». Misy tsy mahafehy tena ny tanora sasany mandritra izany, ka manaotao fahantany, ary saika isan-taona dia misy foana ny gidraka, vokatry ny tsy fahazakana zava-mahadomelina. Afak’omaly alina, tovovavy iray nanala azy vita baka no naratra mafy niboba rà torana vaky loha voavely tavoahangy tao Bazaribe Toliara. Raha ny fantatra araka ny tati-baovao azo, andian-tanora maromaro no niara-nirevy tamina « bar » iray. Noho ny resaka ady sipa, nifandramatra ny tovovavy roa. Tsy nahatanty tsindry sy taim-bava ny iray ka tezitra, ary avy hatrany naka tavoangina labiera mbola feno teo ambony latabatra sady nively izany tamin’ny lohan’ilay tovovavy nifamaly taminy. Tao anatin’ny « Manala azy vita Bacc » izay hatrany, dia tovolahy iray mpikarakara lanonana nitaky vola “cotisation” dimy arivo no naratra mafy voatsindron’ny antsy teo amin’ny takibany havia, ary mbola miady amin’ny fahafatesana amin’izao. Raha ny fanazavana azo, tsy nety nandoa vola nifanarahan’ny rehetra ity tovolahy iray nilaza ho tsy manana, kanefa nisotro foana sady mbola nitondra namana iray nanao “mimi” niaraka taminy ihany koa. Tsy nijanona tao anatin’ilay toeram-pialamboly iray teny Amoron-driaka ny fifamaliana fa nitohy taty ivelany. Tampoka teo, nihiaka mafy ilay tovolahy mpikarakara ny fety voatsindron’ny antsy. Raha vao nahita an’izany ireo namany dia nanenjika an’ilay nahavanon-doza, kanefa tsy tratra ity farany, ary mbola karohina fatratra amin’izao, raha ny loharanom-baovao maripototra voaray farany.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara102 partages

FEDERATION MALAGASY DE TENNIS « Osons changer », dixit Stéphane Rakotondrainibe

FEDERATION MALAGASY DE TENNIS

Un nouveau visuel, un site web à lancer, une nouvelle équipe, Stéphane Rakotondrainibe veut remettre le tennis malagasy sur orbite et les activités avec.

 « Osons changer », tel est le mot d’ordre du Président Stéphane Victor Rakotondrainibe, qui a inspiré ce renouveau visuel de la Fédération Malgache de Tennis. A travers ce nouveau logo, c’est une nouvelle équipe, avec une nouvelle méthode de travail, des moyens plus conséquents et des soutiens plus solides, qui marquent sa volonté de dynamiser le monde du Tennis à Madagascar. Le site web aussi est à lancer très prochainement. Dans son dynamique, il est appuyé par de fidèles partenaires tels que Sogroma, Hay, MJS, Arabesque, Live Sport, Akanjo, Sohot…

Notons que la Fédération malagasy de tennis a envoyé le 27 Juillet dernier Tsantaniony Iariniaina au Zimbabwe pour une tournée de 3 tournois ITF U18. « Ces tournois lui permettront de gagner des points CAT/ITF et notamment afin d’améliorer son classement » selon le DTN Dina Razafimahatratra. Pour la prochaine Assemblée générale de la Fédération internationale,  la FMT tentera aussi de négocier une meilleure assistance technique et plus d’avantages pour nos joueurs boursiers, ainsi que l’obtention d’un plus grand nombre de places aux centres de formations de tennis, doublée d’une intégration dans le circuit junior et professionnel. « La FMT veut proposer aussi la mise en place d’un circuit U12/ U14/ U16/ et U18 à partir de l’année prochaine, voire même le retour du zonal U16 pour Madagascar ».

Le milieu du tennis est à la veille du sommet national 2017 qui sera doté de 3.800.000 Ariary, à répartir aux gagnants. Les ligues aussi ont été appuyées pour la tenue de leurs championnats. Cette année, il y aura à peu près 300 joueurs pour tenter de remporter les diverses coupes en jeu. « Lors de la remise des trophées, les gagnants se partageront une prime de 3.800.000 Ariary. Les finales du Championnat de Madagascar 2017 seront retransmises en direct sur la chaîne nationale TVM ».

Programme

 07 Aout-13 Aout : catégorie Juniors et Vétérans

14 Aout-20 Aout : Toutes catégories

13 Aout : Finale Juniors et Vétérans

20 Aout : Finale Toutes catégories

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara94 partages

La circoncision: En passe d’être remise en question en France

Didimpoitra : La circoncision est en passe d’être remise en question pour cause de droit de l’Homme

La circoncision est une mutilation légère, pratiquée sur un enfant qui n’y a sans doute pas consenti. Est-ce assez pour l’interdire, alors qu’elle figure parmi les traditions essentielles à deux religions du Livre ? Un tribunal de Cologne l’a estimé dans une décision récente, qui a remis en question la retenue traditionnelle du droit étatique à l’égard des règles religieuses. S’il devient invasif, plus qu’il ne l’était, on se retient mal de penser que c’est parce que l’idéologie des droits de l’homme exige de soumettre toute règle à son arbitrage, aussi éprouvée fût-elle. Il y aurait pourtant d’excellentes raisons de tenir certaines d’entre elles hors du contrôle étatique, si l’on excepte les hypothèses d’incompatibilité flagrante

L'express de Madagascar80 partages

Recommandation à mes enfants

Deux évènements récents me confortent dans certaines recommandations à mes enfants. Le premier est la frénésie Facebook à l’annonce du décès (supposé suicide) d’un homme d’affaires devenu politicien. J’ai toujours dit à mes enfants : n’étalez jamais votre vie sur les réseaux sociaux. Donner sa vie en spectacle expose à une propension malsaine naturelle chez certains de nos congénères humains. Ceux-là se délectent du malheur des uns et des autres. Commentaires déplacés et propos indécents deviennent alors le lot de ceux qui ont eu la mauvaise idée de se donner en pâture aux destructeurs d’honneur ceux dont la posture psychologique est la calomnie.N’étalez donc jamais votre vie sur Facebook et les réseaux sociaux. En corollaire, ne vous mêlez jamais non plus de la vie d’autrui. Plutôt que de regarder les autres vivre, et peu importe ce qu’ils font de leur vie, vivez pleinement la vôtre. Ne perdez pas votre temps à commérer sur l’adultère d’Untel, l’insoutenable légèreté de vie d’Unetelle, les moeurs et autres débauches qu’on prête aux uns et aux autres. C’est leur vie, pas la vôtre.Ne succombez pas à la tentation trop facile de cette société hyperconnectée de la mise en scène de soi et du voyeurisme d’autrui. Quoique. À son époque, le milieu du XIXème siècle, Balzac croquait déjà avec croustillance les regards qui s’attardent, les oreilles qui traînent, les mille et une indiscrétions dès la loge de la concierge, dans l’escalier, sur chaque palier, d’une porte à une autre. Comme si on ne pouvait pas s’empêcher d’écouter aux portes, d’épier à la dérobée, de commenter chaque fait et geste, chez les autres. Et vivre par procuration, chez soi.Le deuxième petit évènement a trait à cette bataille rangée entre les membres d’une secte et les villageois des abords de Soanierana-Ivongo, sur la côte Est. J’ai toujours recommandé à mes enfants un scepticisme distant envers les religions. Ne croyez jamais à l’existence d’un messie. Ne vous égarez pas à suivre un prophète auto-proclamé. Ne vous laissez jamais subtiliser votre esprit critique au prétexte de croire, de croire simplement.N’aliénez jamais votre libre-arbitre et empêchez qu’un quelconque gourou vous instrumentalise : ce n’est pas un apôtre, encore moins un dieu, juste un vulgaire criminel qui s’arroge privilège de dépucelage sur les vierges, droit de cuissage sur les épousées, racket sur les revenus des adeptes. Il est d’ailleurs un fait dans cette affaire de Soanierana-Ivongo : si j’ai bien compris, les adeptesde la secte se trouvaient à la merci d’un multi-récidiviste, un «dahalo» soi-disant repenti, comme tant d’autres comédiens qui s’inventent une vocation évangélique ou jihadiste en prison. Alors, je dis à mes enfants : si le bon sens était réellement la chose du monde la mieux partagée, et que les crimes étaient punis à la hauteur de leur horreur, la récidive n’aurait jamais lieu. Un condamné à mort ne récidive pas.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

Midi Madagasikara77 partages

Somaroho Tour: Wawa, Stéphanie, Toofan et les autres vont enflammer le Coliséum

Stéphanie sera la seule artiste fille de ce concert.

Ce week-end sera marqué par le grand concert organisé par Wawa. le Somaroho tour qui débutera à Tanà, demain au Coliseum. Avec le soutien de Telma, lee festival prend de l’envergure.

Ils sont tous bien là, et fin prêts à faire chauffer l’ambiance au Coliséum demain à partir de 10h. Le festival Somaroho, appuyé par Telma, commence en fanfare. Des artistes internationaux invités expressément pour l’occasion,  Toofan qui cartonne dans tous les pays actuellement, Singuila, Bacoili et Serge Beynaud vont faire chavirer le public malgache avec leurs chansons. Côté artistes nationaux, Wawa, organisateur de Somaroho Tour sera de la partie, ainsi que Stéphanie. On n’attend plus que le public.

Nosy Be. Cet avant-goût du festival Somaroho est une aubaine pour les tananariviens, qui vont découvrir l’ambiance avant tout le monde. Car le festival en soi se déroulera à Nosy-Be du 2 au 6 août avec tous les soirs des concerts où se produiront les plus grandes stars locales, partageant ainsi la scène avec ces artistes internationaux. Le roi du salegy jouera pratiquement à domicile, Jaojoby sera de ce festival. Black Nadia, Lico Kinikike qui succède dignement à sa mère et qui acquiert sans cesse de la notoriété à Nosy Be, Stéphanie bien sûr, Shyn qui est adulé par ses fans de toute l’île, et plus étonnant, Ny Ainga, qui connaît un grand succès dans tout le pays, malgré la disparition tragique de son leader Om-Gui.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara75 partages

Hery Rajaonarimampianina: Visite du chantier à l’aéroport de Fascene

Arrivée du couple présidentiel à Nosy Be.

Le Président Hery Rajaonarimampianna accompagné de son épouse a rallié Nosy Be, hier. Le couple a été accueilli par plusieurs personnalités dont le Président du Sénat, Honoré Rakotomanana, ainsi que des élus et des responsables locaux de l’île aux parfums. Ce fut une occasion pour  le Président de la République de déclarer que « nous viendrons souvent à Nosy Be pour démontrer le développement dont c’est la ville pilote. Tous les domaines sont concernés allant du tourisme auxinfrastructures portuaires, la santé, l’éducation et l’économie. Vous devez responsabiliser la population dans ce sens, surtout en matière de sécurité ». Notons que le chef de l’Etat a procédé à la visite du chantier à l’aéroport de Fascene et l’inauguration du centre Vonjy à l’hôpital de Nosy Be. 

Recueillis par Dominique R.  

Midi Madagasikara73 partages

Mamy Rakotoarivelo: Retrouvé mort hier à son domicile

Le corps sans vie de Mamy Rakotoarivelo a été transporté hier même à l’hôpital HJRA

Le mystère reste encore  total sur ce qui s’est réellement passé hier au domicile de cet ancien président du Congrès de la transition à Ankadifotsy.

La mauvaise nouvelle a fait l’effet d’une bombe hier. C’était vers 11h30 que la mort brutale et tragique de Mamy Rakotoarivelo, ancien Directeur Général de Midi Madagasikara et parmi les fondateurs du quotidien en malgache « Gazetiko », a battu le record jusqu’ici réalisé en termes du nombre de   commentaires dans les réseaux sociaux. Après avoir été informés de la tragédie, des éléments de la Brigade Criminelle (BC) et des Forces d’Intervention de la Police nationale (FIP), se sont immédiatement rendus à son domicile à Ankadifotsy. Le résultat de l’enquête va donc permettre de connaître la vérité sur cette disparition tragique d’une personnalité politique qui a occupé des postes de haute responsabilité dans le pays. Le corps sans vie de Mamy  Rakotoarivelo a été transporté hier même par sa famille et ses proches à l’hôpital HJRA pour autopsie. Sa domestique a été conduite à la Brigade criminelle à Anosy pour nécessité d’enquête. Après l’hôpital HJRA, la dépouille mortelle de l’ancien président du Congrès de la transition a été transférée à Ambolokandrina.

Personnage politique. Le fait que le concerné est un personnage politique très connu du public a suscité de nombreuses réactions, tant dans les rues, que dans les réseaux sociaux. Au lendemain de l’accession au pouvoir de Marc Ravalomanana en 2002, Mamy Rakotoarivelo a été nommé ministre de la Communication et de l’Information. Il a été deux fois élu député dans le IIIe arrondissement de la Capitale. A l’Assemblée nationale, il a été vice-président (Ière législature) et puis Questeur I (IIe législature) en charge des Finances et de l’Administration. Durant la transition consensuelle de 2011, plus précisément suite à la signature de la fameuse feuille de route de sortie de crise soutenue par la communauté internationale, Mamy Rakotoarivelo, à l’époque président de la « Mouvance Ravalomanana », a été président du Congrès de la Transition (CT). Il était également connu dans le monde des sports  car il a été pendant des années président du Comité Olympique Malgache (COM) et président de la Fédération Malagasy de Judo. La dernière apparition en public que Mamy Rakotoarivelo a faite, c’était lors de la célébration du 15eanniversaire du TIM qui s’est déroulée au Carlton le 08 juillet dernier. A rappeler que l’ancien président du Congrès de la Transition s’est éclipsé de la vie politique nationale depuis le retour au pays de Marc Ravalomanana en 2014. La rédaction de Midi Madagasikara présente ses condoléances à sa famille et à ses proches.

Eugène
Midi Madagasikara65 partages

Sambava: Olona valo tra-tehaka nangalatra lavanila 60 kg, naiditra am-ponja vonjimaika

Rehefa avy natolotra ny fitsarana Ambaratonga voalohany tao Antalaha, dia naiditra am-ponja vonji maika, ny talata teo, ny valo mianadahy voasambotra ; izay voarohirohy tamin’ny halatra lavanila 60 kg tany Marojala Lokoho, any amin’ny Distrikan’i Sambava, ny 11 jolay lasa teo. Anisan’ ireo voarohirohy tra-tehaka ka nadoboka am-ponja tamin’ity raharaha ity ny mpanam-bola iray nividy ireo lavanila halatra sy “Commissionnaire » iray mpibizina lavanila. Ity farany moa, raha ny fanazavana azo araka ny tati-baovao voaray, no nivarotra ireo lavanila halatra amin’ity « Patron » ity.  Raha tsiahivina ny zava-nitranga, ny talata 11 jolay io, dia olona 11mianaka tompon’io lavanila very io no niara-nandamaka sady safotra taorian’ny fanapoizinana ny sakafo sy ny zava-pisotro nasiana fanafody nohanin’ izy ireo. Rehefa tsy nahatsiaro tena ireto fianakaviana dia nobatain’ireo olon-dratsy ny lavanila rehetra tao an-tranony, maherin’ny 60 kg. Avotra ihany anefa ny ain’ilay lehilahy tompon’ny lavanila voapoizina rehefa notsaboina teny amin’ny hopitaly, ka vaky am-batolampy ny afera maizina avy eo. Ny nanaitra ny rehetra tamin’ity raharaha ity, dia ny anabavin’ilay voaroba ihany, izay nokaramaina valo hetsy ariary, no nanome zava-pisotro nisy poizina mba hahafaty haingana ny anadahiny tompon’ny lavanila. Rehefa voasambotry ny Zandary avy ao Farahalana ity mpamono fianakaviana ity, dia nofotorana lalina ka nanondro ireo namany, ary notsimponin’ny mpitandro filaminana tsirairay avy teo ireo olon-dratsy.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara56 partages

Madagascar-Suisse Coopération dans les domaines de l’économie rurale

Discussion à bâtons rompus entre le Premier ministre et l’ambassadeur Suisse.

La célébration de la fête nationale suisse s’est tenue, hier, à la Résidence de Suisse, à Ambohibao. Faut-il rappeler que le 1er août est une date importante dans l’histoire de la Suisse parce qu’elle  commémore la conclusion du traité d’alliance de 1291,  un événement considéré comme le début officiel de la Confédération. La célébration de la fête nationale témoigne ainsi de la volonté du peuple suisse de vivre ensemble et dont la devise est « Un pour tous, Tous pour un ». Lors de son allocution, le Premier ministre Mahafaly Olivier a souligné que depuis 1961, la Suisse a développé plusieurs programmes de coopération au développement avec Madagascar, notamment dans les domaines de l’économie rurale, de la foresterie, du changement climatique et de l’eau. Cette collaboration se manifeste, à travers des entités économiques et des organisations sociales et culturelles.

Accès à la formation. Les retombées positives de ce partenariat entre Madagascar et la Suisse sont palpables. En effet, des familles paysannes ont pu bénéficier du soutien de la coopération Suisse leur fournissant un accès au marché international du commerce équitable pour leurs produits. Notre coopération contribue largement à améliorer les conditions de production et aide à gérer les problèmes écologiques, ainsi qu’à améliorer l’accès à la formation et aux soins médicaux de base. Citons également les différents projets de la Coopération Suisse (DDC) dans plusieurs communes rurales de Madagascar notamment du  Menabe, du  Betsileo et de l’Imerina à travers l’Organisation Non Gouvernementale HELVETAS Swiss Intercooperation présente  à Madagascar depuis plus de 30 ans.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara49 partages

Mahajanga: Une opération « titre foncier » dégénère en conflit sanglant

L’opération « titre foncier et bornage collectif » menée par le service des domaines dans le district de Mahajanga à l’heure actuelle a tourné mal. Elle a généré de conflit entre les bénéficiaires comme ce qui s’est passé à Andrehitra Ampitolova, la semaine dernière. Des agents du service de la Topographie sont descendus sur place pour procéder à la délimitation du terrain de chaque bénéficiaire de cette opération par la pose des piquets. Après cette étape, ce sera au tour du propriétaire de procéder à l’implantation de bornes définitives. Le service des domaines a pris cette disposition à cause de l’importance des travaux que leurs topographes doivent accomplir ailleurs.

Le problème s’est produit quand un groupe de personnes s’est rendu sur le lieu pour enlever les piquets implantés par les agents du service des Domaines, une fois que ces derniers sont partis. Ils ont également agressé une mère de famille qui a tenté de les empêcher d’agir ainsi. Puis ils ont pris la fuite. Grièvement blessée à la tête, la victime se trouve jusqu’ici sur son lit d’hôpital.

T.M.

Tia Tanindranaza48 partages

Antoko Tiako I MadagasikaraManaja lalàna fa tsy manaiky lembenana

Nivory teny Faravohitra ny birao politikan'ny antoko Tiako I Madagasikara (TIM) sy ny mpitarika omaly zoma 28 jolay 2017, notarihin’ny filohany Ravalomanana Marc.

  Mitandro mandrakariva ny fitoniana (apaisement)  ny antoko Tiako i Madagasikara, hoy izy ireo. Tsy milavo lefona fa hanohy hatrany ny fankalazana ny tsingerin-taona faha-15 nijoroany ao amin'ny kianjaben'i Mahamasina. Voizina hatrany ny hoe “never give up” na aza kivy sy leo, fa mila manohy hatrany ny efa natomboka na inona na inona sakana. Na oviana na oviana dia tsy maintsy ho tanteraka ny fankalazana ary ao anatin’ny teny faneva rahateo ny hoe: “aza matahotra fa  minoa fotsiny ihany”. Manaja lalàna kosa anefa ny antoko ary tsy midika faharesena mihitsy ny fanekena ny jadon’ny fanjakana, izay mihevi-tena ho mpandresy eo anatrehan’ny fanitsakitsahana ny lalàna. Tsy mitombina sy tsy ara-dalàna rahateo izany hoe didim-pitondrana navoakan’ny Prefektiora izany no hanakanana ny fampiharana ny didim-pitsarana sy ny fanapahan-kevitry ny filankevi-panjakana, saingy hodian-tsy hita izany eto amintsika. Efa izay metimety amin’ny mpitondra no atao eto, ka izay saim-patany sy mahasoa azy no zava-dehibe fa tsy izany tany tan-dalàna na demokrasia izany velively. Efa malemy sy modraka ny fanjakana, matoa mahana tsy henjehina, ka manao didy jadona sy didin’ny be sandry lava tahaka izao. Tsy mbola eo ambony ringan’ny fifidianana, dia efa mihorohoro, mainka rehefa raikitra tokoa ny tokoa.

Toky R

 

Madagascar Tribune46 partages

Fin tragique de Mamy Rakotoarivelo

Mamy Rakotoarivelo est mort d’une balle dans la tête ce 28 juillet 2017 vers la fin de matinée. Il se serait suicidé, mais la brigade criminelle ne confirme pas encore la cause exacte de son décès. La Police nationale reste prudente en attendant le résultat de l’autopsie et des éventuelles enquêtes. N’empêche, Mamy Rakotoarivelo a publié sur son compte Facebook la veille de sa mort des messages relatant ses problèmes personnels et qui semblent déjà comme un message d’adieu. Sauf qu’au moment de sa publication personne n’a pensé qu’il va mettre fin à ses jours. Selon ses explications, les femmes, l’argent et accessoirement la politique ont eu raison de cet ancien chef de mouvance Ravalomanana, ancien président du Congrès de la Transition, ancien député TIM. D’après sa publication, ses déboires conjugaux, son divorce difficile et le partage conflictuel des biens entre lui et son ex-femme ont eu des conséquences graves sur sa vie personnelle. Son ex-copine aussi lui aurait fait des misères sur le plan financier en disparaissant avec l’argent de la vente de ses montres de luxe.

Bien qu’il n’ait pas relaté dans sa dernière publication sur Facebook ses problèmes avec la mouvance Ravalomanana notamment avec l’ancien Président, il fut un temps où il avait publié ses griefs avec son ancien patron. Mais comme il a été aperçu au Carlton lors de l’anniversaire du TIM, on a pensé qu’ils se sont réconciliés. Mais en politique, il n’y a jamais d’amitié durable !

Les commentaires foisonnent sur les réseaux sociaux notamment sur Facebook sur cette disparition tragique de l’ancien leader du TIM. Certains ne comprennent pas qu’un homme de cette envergure puisse mettre fin à ses jours pour des raisons « bassement matérielles » si l’on suit bien ce qui est publié sur son compte. D’autres supputent le piratage de son compte mais comme il avait l’habitude de s’épancher sur sa page Facebook sur ses déboires personnels sa publication paraît normale. D’autres notent que ce n’est plus la peine de l’accabler, aucun homme ne mérite une pareille fin de vie. Qu’il repose en paix !

L'express de Madagascar43 partages

Nosy Be – Visite de travail du Président  de la République

Une forte délégation présidentielle et gouvernementale débarque à Nosy Be. « Nous sommes là car beaucoup de choses nous attendent pour mener un vrai développement ». Tels ont été les propos du Président de la République Hery Rajaonari­mampianina, à l’arrivée à l’aéroport de Fascène Nosy Be, hier dans la matinée. Son épouse et ses enfants font partie de ladite délégation. Dans le salon d’honneur, des parlementaires conduits par leur président du Sénat, Honoré Rakotomanana, étaient aussi présents.Le couple présidentiel assistera ce jour à l’inauguration du Centre d’écoute féminine pour les victimes de violence Vonjy, un don  du peuple japonais, implanté au Centre hospitalier de référence de Nosy Be. Il visitera aussi le chantier de l’aéroport de Fascène.Quant au Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, il a procédé à l’inauguration du nouveau bâtiment abritant le bureau de la délégation locale de l’Aménagement du territoire. Il a lancé le projet de sécurisation des terrains  afin de rassurer les étrangers voulant investir dans l’Île aux parfums.

Raheriniaina 

Midi Madagasikara43 partages

BAD à Madagascar: Mohamed Abdallah Cherif, nouveau représentant résident

Le représentant résident de la BAD à Madagascar, Abdelkrim Bendjebbour est décoré Officiel de l’Ordre National.

Le Groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD) a déjà nommé son nouveau représentant résident à Madagascar, avant même le départ d’Abdelkrim Bendjebbour, qui occupe actuellement ce poste. D’après celui-ci, cela témoigne de l’importance que la BAD accorde à Madagascar. En effet, le représentant résident Abdelkrim Bendjebbour quittera la Grande-île, cette semaine, pour prendre sa retraite. Une cérémonie en son honneur a été organisée hier au Ministère des Affaires Etrangères, en présence du ministre AtallahBéatrice, du ministre de l’Agriculture et de l’Elevage, Rivo Rakotovao, du ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona, ainsi que des représentants diplomatiques. Pour ses réalisations à Madagascar depuis février 2011, Abdelkrim Bendjebbour a été décoré, officier de l’Ordre Nationale. Depuis sa prise de fonction au pays, la BAD a accordé 12 dons d’urgence à Madagascar, ainsi que plusieurs projets dans divers secteurs comme dans les infrastructures, l’agriculture, la promotion des investissements, la gouvernance, le transport, l’eau et assainissement, etc. Dernièrement, les projets financés par le Groupe de la BAD concernent la réhabilitation de la RN9, des infrastructures d’irrigation du périmètre Bas Mangoky, la construction du pont Bevoay de près de 1Km. A la Conférence des Bailleurs et des Investisseurs, la BAD a également annoncé un financement d’un milliard USD pour l’agriculture et l’énergie. En ce qui concerne le nouveau représentant de la BAD à Madagascar, il s’agit de Mohamed Abdallah Cherif, qui arrivera très bientôt, selon le ministre des Affaires Etrangères, AtallahBéatrice.

 

Antsa R.

Midi Madagasikara40 partages

Emploi et Travail: Christian Ntsay, 10 ans de représentation au sein de l’OIT/BIT à Madagascar.

« Christian Ntsay, le seul chef de mission diplomatique d’origine malgache à Madagascar». Photo Anastase

Au terme de l’assemblée générale des membres du Réseau des Journalistes Spécialisés en Emploi et Travail  (RJSET) et  qui s’était tenue, les 17 et 18 juillet derniers à Toliara en collaboration avec le BIT.  Christian Ntsay, directeur  bureau de Pays de l’OIT  pour Madagascar, les Comores, Maurice et les Seychelles, a été invité à nous présenter un bilan de ses dix années passées au sein de cet organisme onusien  plus singulièrement, dans la Grande Ile.

Priorités nationales. Christian Ntsay, ce diplomate d’origine malgache, se se réjouit de surcroît de pouvoir servir son pays en tant que chef de mission diplomatique représentant de l’OIT à Madagascar. Dix ans de représentation à Madagascar que Christian Ntsay a mis à profit pour  appuyer le pays dans les  démarche de créér des emplois en général et de l’emploi des jeunes en particulier, une des préoccupations majeures. Ce diplomate de souligner que ceci a été rendu possible et nécessaire grâce à l’ensemble des actions de sensibilisation et de mobilisation à la fois du gouvernement, des employeurs et des travailleurs à Madagascar avec l’appui du BIT.  Dix ans qui ont permis également à Madagascar de prendre connaissance des intérêts stratégiques en matière d’emploi et de travail, de citer la migration du travail qui demeure un problème crucial dans ce pays.  Ce qui justifie qu’aujourd’hi que   l’agenda du travail décent soit au centre des priorités  nationales, se félicite le représentant de l’OIT à Madagascar et que les journalistes ont un grand rôle à jouer dans ce sens.

Christian Ntsay de conclure, qu’il n’y aurait pas de développement, de lutte contre la pauvreté, de paix sociale, sans placer l’emploi et le travail au centre des préoccupations nationales.

Recueillis par CHAN-MOUIE  Jean Anastase

Midi Madagasikara39 partages

Vavatenina: Tovovavy nandeha niandry omby hita faty tany an’ala

Hatairana ny an’ireo mponina ao amin’ny tananan’Anivorano, kaominin’i Vavatenina, raha nahita ity fatina tovovavy manodidina ny 18 taona tany anaty ala ny marainan’ny alakamisy 27 jolay teo. Raha ny angom-baovao natao izay nomarihan’ny mpitandro ny filaminana any an-toerana diah andeha hiambina omby no nialan’ity tovovavy ity ny tanàna misy azy ny alarobia 26 jolay; saingy hagagana ny an’ireo fianakaviany fa tsy nody izy ny takarivan’ny alarobia io. Nisy ihany ny fikarohana saingy tsy hita na maty na velona ilay tovovavy tamin’izay, ny omby nambenany kosa hitan’ireo ray aman-dreniny. Ny alakamisy maraina anefa dia hita tao anaty ala tsy lavitra ny tanana misy azy ireo ny fatin’ity tovovavy ity, saingy mifamahofaho ny antony nahafaty azy, satria raha ny fanazavana azo dia mety ho fanolanana faobe no nahazo azy, noho ny fahitana ny fitafiana teny aminy nisy faharovitana. Izy rahateo tamin’ny nahitana azy tsy nipetraka tamin’ny laoniny ny tako-kenatra nanaovany. Avy hatrany dia nitory teny anivon’ny mpitandro ny filaminana ny ray aman-drenin’ity tovovavy 18 taona ity, efa misokatra noho izany ny fanadihadiana sy ny fizahan’ny mpitsabo ny tena antony nahafaty ity tovovavy ity. Ny olana anefa izao dia tsy misy sahy mandeha miambina omby any anaty ala avokoa ireo tanora ao Anivorano Vavatenina taorian’ity tranga ity…

Malala Didier

Tia Tanindranaza38 partages

Tabera RandriamanantsoaNampiongana mpitondra ny sakantsakana teto Madagasikara

Matoam-baovao hatreto ny fandavan’ny prefektioran’Antananarivo ny fankalazana malalaka ny faha-15 taona niorenan’ny antoko Tiako I Madagasikara ao amin’ny kianjaben’i Mahamasina.

Ramano F.

Tia Tanindranaza33 partages

Mamy RakotoariveloMaty nitifi-tena

Nodimandry omaly zoma 28 jolay filohan’ny kongresin’ny tetezamita teo aloha Mamy Rakotoarivelo.

 

 Nambaran' ny mpanampiny fa poa-basy in-2 no nipoaka tao amin'ny efitrano fatoriany. Raha ny zavatra hita teny amin’ny trano fonenany dia namono tena tamin’ny alalan’ny basy tao amin’ny efitrano fatoriany izy, saingy ny fanadihadiana no hamaritra izay tena marina, hoy ny mpitandro ny filaminana. Nentina natao fizahana teny amin’ny hopitaly HJRA ny razana omaly tolakandro. Nialoha izao toe-javatra izao dia nisy ny hafatra sy resaka nivoaka teo amin’ny kaonty “facebook” amin’ny anarany, izay mitantara resaka olana ara-pianakaviana sy ara-bola, dia ny nisarahany tamin’ny vadiny, Juliana Faralalao Andriambelo ny taona 2004. Tamin’ny teny vahiny izy io saingy toy izao raha adika tsotsotra amin’ny fiteny Malagasy : Ny fitsarana dia nanapaka fa zaraina ny fananana taorian’ny fisarahana, saingy tsy tanteraka raha tsy ny taona 2016 noho ny antony samihafa, ka rehefa nisy ny dinika tamin’ny lehiben’ny fampanoavana dia tapaka fa hozaraina ao anatin’ny fihavanana ny fananana iombonana. Efa nampiasa vola betsaka tao anatin’ny Midi Madagasikara aho ny taona 1994-2002 ary izaho no namokatra ny Midi Turf an’aliny isan’andro teo anelanelan’ny taona 1997-1999 ary nanorina ny Gazetiko, izay gazety mpivoaka isan’andro voalohany teto Madagasikara. Efa nifampiresaka tamin’ny rafozako Marthe Randriambelo, izay manana petra-bola betsaka aho talohan’ny nidirako tao anatin’ny Midi Madagasikara ary nifanarahana fa zaraina antsasany antsasany ny tombony. Niditra ny vola tamin’izany, ka na io rafozako io aza dia tsy te hamorona ny Midi Turf sy ny gazetiko, ka tany an-kafa no nanaovako printy ireo gazety roa ireo. Nankiniko tamin’ny vadiko ny fitanana ny anjara vola, izay tamin’ny alalan’ny kaonty manokana. Taorian'ny tsy fifanarahana dia nanaiky ny vadiko taloha fa hanome ahy 200 tapitrisa ariary. Niseho anefa ny olana taorian’ny fifanarahana ny volana desambra 2016, fa 10 tapitrisa ariary monja no azoko. Nanontaniako azy im-betsaka ny fanomezana ahy ilay 200 tapitrisa fa hividy fiara aho, saingy nilaza ho tsy manam-bola hatrany izy. Taorian’izay, dia nankany Kanada nanao vakansy, ary nila 5 tapitrisa, kanefa nilaza ho tsy nanana izy. Nilaza moa i Mamy Rakotoarivelo fa 190 tapitrisa ariary no anjara volany ao anatin’ny Midi Madagasikara, ka raha toa misy zavatra hitranga aminy dia tsy maintsy haloa amin’ny anabaviny, Misaharivoloniaina Razakahajaina Rasolofo ny vola. Nisy ihany koa ny resaka fampivarotana famantaranandro lafo vidy ny olon-tiany Andrianivoson Tiavina Corinne (fantatra kokoa amin'ny anaram-bositra tao amin'ny “Facebook” Corinne Asmiël). Tamin'ny fiandohan'ny volana mey, dia nangataka taminy mba hanome ahy ny 20 tapitrisa ariary sisa tavela, saingy nambara ho lasan’ny mpangaro-paosy, kanefa mety ho nampiasaina tamin’ny zavatra hafa, raha fintinina ny hafatra tao amin’ny kaonty “facebook”-n’i Mamy Rakotoarivelo. Omaly tolakandro ihany anefa dia efa tsy nandeha io kaontin’io tovovavy io. Tsy hay araka izany na famoizam-po na antony nahafaty azy na namonoany tena, fa ny fanadihadiana no hamaritra izany.

Toky R

 

 

Midi Madagasikara33 partages

Création d’entreprises: Les investisseurs chinois en première ligne

« Il y a des investisseurs étrangers venant à Madagascar qui ne sont pas sérieux », affirme Eric Andriamihaja Robson, le directeur général de l’EDBM.

L’EDBM a annoncé la création de 883 nouvelles entreprises durant le premier semestre de l’année. Et près de 46% de ces sociétés appartiennent aux investisseurs étrangers.

En hausse de 14%. Le nombre d’entreprises créées durant ce premier semestre l’est comparé à l’année précédente, et ce, pour la même période. Soit, en tout 883 nouvelles entreprises. Le directeur général de l’Economic Development Board of Madagascar (EDBM), Eric Andriamihaja Robson, l’a annoncé lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier dans ses locaux à Antaninarenina.  Et parmi ces 883 entreprises créées, près de 46% appartiennent aux investisseurs privés. « Ils sont en tout issus de 33 nationalités, mais ce sont les investisseurs chinois qui sont en première ligne avec 154 sociétés créées. Viennent ensuite les Européens qui ont monté 85 entreprises. Et 35 nouvelles sociétés sont dirigées par des investisseurs en provenance de l’Afrique Sub Saharienne et 12 autres par des Américains », a-t-il poursuivi. 

Road shows. Parlant de secteurs d’activité, ces investisseurs opèrent notamment dans les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication). Certains effectuent des activités minières tandis que d’autres s’implantent dans l’agri-business. Le tourisme et le textile les intéressent également. Et tout cela est dû au road show organisé par cette agence de promotion des investissements à l’étranger. Toutefois, le directeur général de l’EDBM a affirmé qu’il y a des investisseurs étrangers venant à Madagascar qui ne sont pas sérieux. « En principe, on ne peut les identifier qu’à la fin de l’année de démarrage de leurs activités surtout quand ils ne veulent pas effectuer une déclaration au fisc », a-t-il précisé. A la suite de la création de ces nouvelles entreprises, près de 2 300 emplois formels créés sont estimés. 

ZES. Dans la même foulée, l’EDBM ne ménage pas ses efforts pour améliorer le climat des affaires dans le pays, en facilitant entre autres, la création de nouvelle entreprise. « Les promoteurs n’ont plus besoin d’effectuer une publication officielle dans les journaux car il suffit d’afficher dans notre site web. Une création d’entreprise en ligne est également en vue », a enchaîné Eric Andriamihaja Robson. Mais ce premier responsable de l’EDBM a entre temps soulevé qu’il y a encore des contraintes à l’attrait des investisseurs surtout étrangers à Madagascar. Il s’agit notamment du problème au niveau du foncier. « L’Etat a déjà entrepris la mise en place d’une Zone Economique Spéciale pour y remédier. Une ZES dédiée au secteur textile habillement  dite « Textile City » est en gestation. C’est une zone industrielle sur plus de 100ha composée d’usines, d’entrepôts ainsi que diverses prestations en lien avec cette activité », d’après toujours les explications du directeur général de l’EDBM.

Secteurs porteurs. Par ailleurs, cette agence de promotion des investissements tant pour les opérateurs étrangers que les nationaux, a fait savoir qu’il y a des sous-secteurs porteurs comme le Bâtiment et Travaux Publics, les NTIC, le Transport et Transit. Les secteurs du textile, du tourisme et des TIC enregistrent également  une croissance rapide. En effet, des grandes marques et géants internationaux s’y sont installés ces deux dernières années. Une hausse de 12% des exportations de textile a été entre autres enregistrée entre 2015 et 2016. Dans le domaine des TIC, huit centres d’appels en entreprises franches créées depuis 2014 emploient directement au moins 3 000 personnes avec plus de 15 millions USD d’investissement. Et dans le secteur du tourisme, un hôtel six étoiles a été créé à Nosy Ankao dans la partie nord de l’île. L’EDBM a identifié trois sites touristiques qualifiés de classe mondiale intéressant les investisseurs.    

Navalona R.

Midi Madagasikara32 partages

Football: Rafizy André courtisé par les Sud-Africains

Le jeune André Todisoa Rafizy est cette pépite qui a manqué au football malgache

Le feu des projecteurs s’est arrêté  sur André Todisoa Rafizy, un jeune Tuléarois plein de talent et qui fait le bonheur de Fosa Juniors et peut-être pour plus tard des Sud-Africains.

La participation malgache au COSAFA Cup des moins de 16 ans à l’île Maurice n’a pas été un fiasco malgré les trois défaites.

Gardien transparent. Nonobstant la lourde défaite de 7 buts à 1 devant la Zambie, la sélection d’Analamanga est créditée de 75% de possession de balle. Autrement dit, elle avait dominé son vis-à-vis mais elle ne pouvait rien faire devant un gardien transparent et un remplaçant qui est venu pour ne pas jouer. Sur l’ensemble des trois matches, le gardien d’Analamanga  Avo devait faire face à 12 tirs cadrés et il  en a laissé filer  11 dans ses filets.

Un bien triste record même si face aux Sud-Africains et une troisième défaite de 5 à 3, ce fut un Malgache en l’occurrence Johary qui a été élu meilleur joueur par les techniciens du COSAFA.

De même et devant le Mozambique, le titre de meilleur joueur est revenu, malgré une défaite de 2 à 0, à un autre Malgache en l’occurrence Rafizy André. Mieux encore le milieu récupérateur de Fosa Junior a tapé dans l’œil du sélectionneur sud-africain et qui avait fait part de son désir d’avoir ce jeune Tuléarois dans son effectif, c’est-à-dire dans une des académies de football en Afrique du Sud.

Le « Sud-africain André ». Une aubaine que Fosa Juniors ne va pas laisser passer car c’est plus dans son intérêt que celui du joueur qui est non seulement truffé de talent mais qui a déjà le look d’un Sud-Africain.

A notre question si l’idée ne viendrait pas au sélectionneur sud-africain de l’intégrer tout de suite dans l’équipe sud-africaine, il n’a pas nié totalement en rajoutant avec le sourire qu’il va encore falloir lui donner un nom zoulou du genre Radebe.

Une chose est certaine, ce André Rafizy là a du talent, un énorme talent comme son coéquipier du Fosa Fosa, Mamisoa, ou encore Johary de l’AS Adema.

Le plus incroyable dans toute cette histoire c’est d’avoir su de la bouche d’André Rafizy qu’il n’avait même pas de club à Toliara mais on l’a appelé en sélection durant le Critérium de la Génération 2000 alors qu’il est né le 3 mai 2001. Il a ensuite fait partie des Barea avant d’être appelé dans les rangs de Fosa Juniors. Un parcours tout simplement extraordinaire.

Clément RABARY

Midi Madagasikara31 partages

Rugby: Le feuilleton « Analamanga – fédération » continue

Malagasy rugby

Le Malagasy rugby persiste et signe. La ligue Analamanga s’est elle-même détachée de Malagasy rugby avec ses agissements, a annoncé Marcel Rakotomalala lors du point de presse d’hier à Ankorondrano. Tous ceux qui suivent le mouvement de la ligue aussi ont pris leurs décisions d’agir en dehors de Malagasy rugby.  Le comité ad’hoc continue ses matches donc.

Selon toujours Marcel Rakotomalala, la décision du conseil d’Etat est une pure ingérence dans les affaires du sport et il s’approchera du ministre des Sports pour en discuter. La Malagasy rugby a donné une sanction sportive à la ligue d’Analamanga alors qu’il a pu donner d’autres sanctions plus dures. Et le comité ad’hoc continue ses compétitions pour éviter une année blanche.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara29 partages

Alliance Française d’Andavamamba: Métiers, formation et emploi au rendez-vous !

Le carrefour de la formation, des métiers et de l’emploi prendra fin aujourd’hui.

Deux jours de découverte pour les jeunes malgaches durant le carrefour de la formation, des métiers et de l’emploi.

Les initiatives à l’endroit des jeunes en matière de métier, d’emploi et de formation sont nombreuses. Le pourquoi desdites initiatives correspondrait à la difficulté pour les jeunes de trouver du travail (Madagascar traversant actuellement une crise de l’emploi) mais aussi l’inadéquation emploi-formation. Le second étant la cause de la première. Le carrefour de la formation des métiers et de l’emploi à l’alliance française d’Andavamamba arrive donc à point nommé. Organisé par l’organisme, l’événement se trouve être « une opportunité pour les jeunes malgaches de trouver du travail, d’être orientés sur les filières de formation qu’ils doivent suivre par rapport aux métiers qu’ils veulent exercer un jour » selon Heritiana Rabetsimba, responsable communication auprès de l’Alliance Française Antananarivo. Se déroulant jusqu’à ce jour, « l’initiative est également l’occasion pour les entreprises et sociétés de recruter soit des stagiaires soit des employés ». A cet effet, plus de stands  participent à l’évènement. Lesdits participants sont « majoritairement des entreprises » selon toujours Heritiana Rabetsimba.

Alternatives. Les  initiatives comme les salons dédiés à l’emploi et à la formation peuvent certes aider les jeunes à être mieux informés mais elles ne suffisent pas à résoudre le problème de la crise de l’emploi  traversé par les jeunes malgaches actuellement. La mise en œuvre de la politique nationale de l’emploi et de la formation professionnelle pourrait aider à résoudre en partie le problème. Le seul souci serait que ladite mise en œuvre prendra du temps avant de porter ses fruits. Trouver de l’emploi non-conforme à  la filière choisie ou encore peu rémunéré est   pour le moment la solution qui s’offre aux jeunes. Comme l’a indiqué Hasina R., jeune femme à la recherche d’emploi depuis une année, « le plus important pour moi serait de trouver (enfin) un travail ». « Il est temps que je quitte la liste des jeunes chômeurs malgaches » , a-t-elle ajouté avec détermination.

José Belalahy

Midi Madagasikara24 partages

K-fashion store: Le style asiatique très en vogue avec « K-lamina »

: Avec « K-lamina », tous les articles sont vendus au prix exceptionnel de 10 000Ar chez K-fashion store

La tendance est actuellement à la mode asiatique ! Maria Andria l’a bien comprise. Raison pour laquelle elle a ouvert, il y a moins d’un mois, K-fashion store Ankorondrano, une boutique mettant en avant la mode made in Corée. A la fois épurée et excentrique, elle englobe tous les styles : du plus prude au plus osé. Le paradis pour les fashionistas ! « Nous proposons des effets vestimentaires haut de gamme avec les dernières tendances et le meilleur du marché coréen à un prix accessible à toutes les bourses ». K-fashion store, pour ce mois d’août lance « K-lamina » pour donner satisfaction aux amatrices de mode et à celles qui leur sont déjà fidèles. « Après l’offre de lancement K-Doa en Juillet où nos fidèles clients ont été gâtés par nos cadeaux, allant jusqu’à 5 articles offerts sur un simple achat, on propose pour cette fois-ci l’offre K-Lamina où  tous les articles en boutiques sans exception seront au prix exceptionnel de 10.000ar », explique Maria Andria. K-lamina débute dès ce jour et prendra effet sur tout le mois d’août. Jean en vogue, ensemble sport, tee-shirts manche longue, col roulé de différents modèles, robe, pull, robe tee-shirt, maxi robe tendance de cet été 2017, costard … il y aura de tout ! La boutique, pour celles qui projettent d’y faire un saut, est ouverte de 9h à 18h non-stop.Mahetsaka

Midi Madagasikara23 partages

Lions Club Antananarivo Iarivo: L’existence légale de 126 enfants d’Ampitatafika

Les membres du Lions Club Antananarivo Iarivo aux chevets des familles vulnérables de la commune rurale d’Ampitatafika.

En plus d’être un droit fondamental, l’existence légale est une condition sine qua non pour chaque individu de jouir de ses droits en tant que citoyen. Une condition que de nombreux enfants malgaches ne peuvent encore remplir actuellement faute de moyens surtout mais également d’ignorance de leurs parents. L’initiative du Lions Club Antananarivo Iarivo de lancer une campagne de distribution de jugement supplétif dans la commune rurale d’Ampitatafika durant la journée d’hier arrive donc à point nommé. Entrant dans le cadre de la célébration des cent ans dudit club, présidé par le lion CMJ Prisca Tang et représenté par le Lion Norolalaina Rasoamanana (président de la commission œuvre), l’action, fruit d’un partenariat  a visé les familles vulnérables de ladite commune.   Par ailleurs, d’autres actions entrant dans le cadre de la célébration des centièmes anniversaires de ce club cibleraient la jeunesse, l’action contre la faim, la protection de l’environnement, le diabète et le cancer infantile. Et dans cette optique, le prochain rendez-vous pour une action sociale est donné pour le 12 août prochain.

José Belalahy

Midi Madagasikara20 partages

BFV- Société Générale : A la rencontre des étudiants à l’Alliance Française d’Andavamamba

Le stand de la BFV SG à l’Alliance Française d’Andavamamba. A visiter

La BFV-SOCIETE GENERALE  répond toujours présente aux grands événements. C’est encore le cas avec le  Carrefour de la formation, des métiers et de l’emploi  qui se tient actuellement  à l’Alliance Française d’Andavamamba.

 Il s’agit d’un événement organisé par l’Alliance Française de Tananarive autour du thème « La maîtrise des langues vivantes : un atout pour les métiers d’avenir ». Une manifestation qui voit la présence des universités et des centres de formation, des entreprises, mais aussi et surtout des étudiants, des jeunes diplômés et des personnes à la recherche d’un emploi.

2e position

Une occasion pour la BFV-SOCIETE GENERALE de  rencontrer les étudiants et les jeunes diplômés pour les aider à mieux comprendre la banque et de faire des échanges. En effet, selon une étude réalisée par le cabinet FTHM en 2016, la BFV-SOCIETE GENERALE est en 2e position des entreprises que les étudiants souhaitent intégrer, tous secteurs confondus. Ainsi, avec comme objectif de participer à l’insertion des jeunes dans le monde professionnel, la BFV-SOCIETE GENERALE présentera lors de cet événement ses offres d’emplois afin de renforcer ses équipes. Depuis le début de l’année 2017, la banque a déjà procédé au recrutement de plus de 70 collaborateurs et prévoit d’en recruter d’autres encore à venir.

Compétences

La BFV-SOCIETE GENERALE compte également contribuer au développement des compétences des jeunes et à la construction de leur parcours professionnel en recevant durant cet évènement les candidatures de stages. En accompagnant leurs premiers pas dans la vie active, la banque noue une relation gagnant-gagnant permettant aux stagiaires de renforcer leurs compétences et de mieux se préparer aux réalités du monde professionnel.

R.Edmond

Midi Madagasikara17 partages

Hippisme: Patrick Rakotoarivelo de bout en bout !

La journée du dimanche à Mahazina a été incontestablement celle de Patrick Rakotoarivelo qui a offert au public toute l’étendue de son talent. Un talent fou hérité de son père, le multiple cravache d’or Anselme connu pour son bravoure.

On a surtout eu l’occasion d’apprécier le talent de ce jeune jockey dans la course phare qui s’est terminée dans un mouchoir de poche mais sur un nuage Patrick Rakotoarivelo a poussé au bout Nabab qui parvint d’une petite encolure à brûler la politesse à Kathy Pleasure monté par  l’autre fils d’Anselme, Eric Ravelonjanahary, mais aussi L’Oiseau Bleu, le grand favori du lot sous la selle de Nicot Ramiliarimanga, lui aussi fils d’un illustre jockey du nom de Bloum.

Dans la 4e course, le même Patrick Rakotoarivelo conduisit Nouvelle Star à la victoire. Et comme si cela ne suffisait pas, il était aussi sur le dos d’Orchidée quand cette dernière s’offrit la deuxième course.

Comme c’est une journée de la famille d’Anselme, Eric Ravelonjanahary remporta également la troisième course avec Miorenasoa tandis que Sedera Ranaivoarisoa s’illustra à la toute première course avec Littissia.

Après cette très belle journée, les courses de l’AHCEL reprendront le 6 août toujours à l’hippodrome de Mahazina.

Clément RABARY

Midi Madagasikara17 partages

Startimes: Deux nouvelles chaînes en accès gratuit

Les abonnés de Startimes sont gâtés. A partir de lundi et jusqu’au 13  août,  les deux nouvelles chaînes ST Novela Plus et ST Kung Plus sont mises gratuitement à leur disposition. Mieux, cet accès gratuit est également valable avec d’autres types de décodeur comme Canal +, Blueline et Parabole. Pour capter ces deux nouvelles chaînes il suffit de procéder à une recherche manuelle et choisir la fréquence 562.0 Mhz pour ST Novela Plus et 522.0 Mhz pour ST Kungfu Plus. Deux chaînes de prestige puisque si ST Novela Plus est avant tout une gamme dédiée aux femmes, Kungfu Plus, pour sa part se consacre aux arts martiaux ainsi qu’aux paysages, à la culture, à l’art et aux coutumes de la Chine. Des séries populaires comme La Légende de Hua Qiangu, les derniers films, dessins animés et documentaires sur le kung-fu et la culture chinoise seront diffusés en exclusivité.

R.Edmond.

Madagascar Tribune16 partages

La Police intensifie la lutte

Les responsables au sein de la Police nationale ont décidé hier 28 juillet d’intensifier leur lutte contre le trafic de drogues dans la capitale malgache. Ceci du fait que ce trafic ne cesse de s’intensifier un peu partout et surtout affecte de plus en plus les jeunes. Depuis le début de l’année, la Police nationale aurait saisi pas moins de 400 kilos de cannabis, 885 grammes d’héroïne et près d’un kilo de cocaïne à Antananarivo. Ces saisies se font surtout dans les quartiers qualifiés de « zone rouge » par la police. Notamment les quartiers de 67 Ha, d’Ankazomanga ou encore d’Andranomanelatra. Près de 70 personnes ont également été arrêtées pour trafics de drogue. L’apparition des drogues dures à Antananarivo et dans tout Madagascar commence à inquiéter les autorités. Pourtant, la saisie des marchandises ou la traque des trafiquants est particulièrement difficile. Ceci du fait que les produits stupéfiants vendus à Antananarivo sont pour la plupart importés et non fabriqués sur place. En ce qui concerne l’héroïne et la cocaïne par exemple, les trafiquants les font venir non pas par avion mais par bateau. Pour les faire entrer plus facilement sur les côtes malgaches où la police a du mal à intervenir. Pour le cannabis, Antananarivo est fourni par les villes côtières mais il semblerait que certains en cultivent également dans la capitale.

L'express de Madagascar16 partages

Investissement – Début des retombées positives

L’EDBM a lancé des promotions outremer. Les investis­sements étrangers commencent à affluer.

Croissance continue. Pré­senté par l’Eco­nomic Develo- pment Board of Madagascar (EDBM) hier à Antaninarenina, son rapport d’activité affiche des chiffres éloquents. Huit cent quatre vingt trois entreprises nouvellement créées, rien que durant le premier semestre de cette année. Soit un taux de croissance de 14 % par rapport à l’année dernière, avec un délai de création réduit à seulement cinq jours. Par ailleurs, quarante nouvelles entreprises ont été créées pour le secteur TIC, une vingtaine pour le secteur minier et autant pour l’agribusiness, ainsi que le tourisme et le textile.Cette croissance positive s’explique en partie par les démarches de promotion effectuées par l’EDBM un peu partout à travers le monde. Notamment en Afrique, en Asie, en Europe ou encore aux États-Unis. Selon les estimations du rapport, la création de ces nouvelles entre­prises a engendré près de deux mille trois cent em­plois formels, rien que pour Antananarivo et ses environs.

Promotion La promotion et la facilitation des investissements étant l’essence même de l’existence de l’EDBM en tant qu’agence de promotion, ce dernier cible les secteurs et sous-secteurs afin d’y rediriger les investisseurs.« Madagascar possède des atouts indéniables, mais ils ne sont que faiblement exploités. C’est pourquoi la promotion joue un rôle considérable, afin d’attirer les IDE vers les secteurs prioritaires, et dans lesquels le pays possède des avantages comparatifs », explique Johary Rajosefa, Directeur des Services aux Investisseurs au sein de l’EDBM. Raison pour laquelle l’agence insiste sur le développement du textile, du tourisme et des TICs, dans la mesure où ces derniers contribuent à tirer l’économie malgache vers le haut.Par ailleurs, des road­shows sont encore prévus pour ce second semestre, afin de promouvoir l’image de la Grande île au-delà de ses frontières maritimes. Si Pékin et Berlin ont été visités auparavant, l’Italie, l’Angleterre ainsi que le Canada verront prochainement la délégation de l’EDBM débarquer. « Il est primordial de procéder à ces promotions dans le cadre de la politique de diplomatie économique. C’est uniquement de cette façon que nous pourrons redorer l’image de Madagascar, dans la mesure où celle-ci est souvent plus connue pour sa réputation de pays à haut risque en matière d’investissement, après les crises successives », conclut le Directeur.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara15 partages

Ainga Vao: Un nouveau souffle pour l’agriculture de Miarinarivo

Arizaka Rabekoto Raoul, DG de la CNaPS a été décoré Grand Officier de l’Ordre national lors de l’inauguration de la Foire « Ainga Vao ».

Le développement socio-économique de la ville de Miarinarivo dans la région Itasy, repose en grande partie sur l’agriculture et les activités connexes. Néanmoins, le potentiel de cette agriculture gagnerait à être mieux exploité, raison pour laquelle la foire « Ainga vao » a été organisée. Elle se tient depuis mercredi jusqu’à demain.

Les paysans ont pu exposer leur savoir-faire et leurs produits de prédilection, allant des fruits à la soie, la région étant également célèbre pour son « ala tapia ». Par ailleurs, les autochtones ont avancé que l’état de délabrement des routes et des infrastructures, telles que les marchés, demeurent jusqu’à ce jour les principaux obstacles à l’essor de l’économie de Miarinarivo en général et de son agriculture en particulier. Pourtant de par sa situation géographique et son climat, la région est fertile et productive à souhait. Ayant inauguré la Foire, le Ministre auprès de la Présidence en charge des Projets présidentiels et de l’Aménagement du Territoire, Narson Rafidimanana a reçu ces doléances parvenant de la population locale. Il a notamment annoncé la prise en charge par le M2PATE des travaux de réhabilitation du marché pour booster l’économie de Miarinarivo et harmoniser sa vie sociale. Concernant, l’état défectueux des routes, il a indiqué qu’il « fera un rapport auprès du Président de la République ».

Vie sociale. Notons qu’Arizaka Rabekoto Raoul, Directeur Général de la Caisse nationale de Prévoyance sociale, figure parmi les initiateurs de la foire « Ainga Vao », raison pour laquelle il a été élevé au rang de Grand Officier de l’Ordre national. Par le biais de cette foire, tous les acteurs de la vie paysanne pourront en effet faire front commun pour le développement communautaire. L’évènement a donc vu la participation de divers projets et programmes, ainsi que des organisations civiles, dont les associations paysannes, ainsi que les institutions publiques comme la CNaPS. Durant la foire, les travailleurs affiliés à la caisse nationale ont pu, comme il l’est d’usage consulter leur compte et demander divers renseignements relatifs à la protection sociale. Il a été annoncé durant les 3 premiers jours de la foire, que la CNaPS envisage la mise en place d’un régime de retraite pour les paysans producteurs.

Luz R.R

Midi Madagasikara12 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo: La liste continue de s’allonger !

L’édition 2017 des Jeux Corporatifs d’Antananarivo s’achemine vers un record de participation. L’offre de la CNaPS pour son site 5 étoiles a fait qu’aujourd’hui on assiste à un engouement sans précédent.

Du tennis sur du surface rapide, un terrain de football avec une pelouse synthétique, un grand gymnase mais également une piste d’athlétisme à huit couloirs. C’est ce que nous propose la CNaPS, le principal partenaire de l’épreuve. Cerise sur le gâteau et comme les Jeux Corporatifs d’Antananarivo ont été toujours perçus comme un week-end récréatif et donc par ricochet une grande fête familiale.

Ce qui expliquant cela, c’est carrément la ruée pour les inscriptions. Si SICMA a été le premier à réagir, il va être suivi par Ambatovy qui est en train de voir les moyens pour permettre à sa section de Moramanga de venir avec une autre équipe.

Les fidèles exacts au rendez-vous. A cela s’ajoutent les fidèles dont North and South Connexion de l’ami Nary mais aussi l’Institut Pasteur de l’arbitre internationale Nirina et bien entendu la CNaPS qui va se scinder en deux pour éviter la frustration de son personnel.

Si SICAM ne sera pas au rendez-vous, une de ses branches en l’occurrence Loxea Avis s’est empressée de faire les inscriptions. Une sacrée équipe conduite par Théo qui entend prendre du plaisir. Beaucoup de plaisir. Ce qui explique tout. Notamment la présence de deux directions du ministère des Finances notamment celle du Trésor et celle des Impôts apportant ainsi une couleur ministérielle à l’événement.

Si d’autres ministères sont du reste attendus, les fidèles ne vont pas se faire prier à l’image de Aro, Jirama, Value Data et Value UT, Gasy Plast mais également Aviation Civile de Madagascar sans oublier Midi Madagasikara qui restera présent avec son équipe de foot.

C’est presque une certitude que cette liste va encore s’allonger dans les jours à venir puisque les inscriptions ne prendront fin que le 24 août lors de la séance de travail prévue se tenir à 14h30.

Clément RABARY

Midi Madagasikara12 partages

Wake Up Madagascar « Il faut prendre des mesures concrètes !»

Il est temps de se réveiller, prendre des mesures concrètes que de faire des promesses et des annonces. Que des mesures soient prises ! En général, c’est le message que transmet le mouvement « Wake Up Madagascar » sur sa page facebook. Avec des arguments à l’appui, il fustige les agissements des dirigeants qui se limitent à répéter la phrase subséquente : « nous allons prendre des mesures ». Effectivement, comme l’avait écrit Wake Up Madagascar, les autorités « condamnent, vont prendre des mesures ou compatissent » mais au final les mêmes problèmes se produisent et se répètent. A cet effet, les faits paraissent plus nombreux que les mesures prises. Pas plus tard qu’avant-hier, des bandits ont été tués par le « Fokonolona » dans le Nord du pays après avoir effectué des attaques à mains armées dans les Districts de Sambava et d’Antsohihy. Il en est de même pour ces brigands qui, sur les routes nationales, font leur loi. Sans parler de ces « pickpockets » dans le centre-ville qui ne sont presque pas inquiétés nonobstant le fait que, quelquefois, certaines autorités arrivent à reconnaître leur visage. A côté de ces problèmes qui frôlent souvent « les petits » citoyens lambda figurent ceux qui touchent ceuxde la haute sphère. Malversations, détournements des deniers publics, corruptions, trafics et la liste est loin d’être exhaustive. Le sort de Claudine Razaimamonjy tend à s’évaporer alors que c’est une affaire…de réseau risquant de faire un effet domino. Le Premier ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier est cité dans cette affaire mais aucune enquête y afférente n’est diligentée. D’autres proches des autorités le sont également mais la Justice – qui est en pleine « Révolution »  –  torpille.

Bilan embarrassant. Pour le régime Rajaonarimampianina, le bilan est embarrassant. Toujours en matière de corruption, la note de Madagascar a encore chuté et le pays voit toujours…rouge selon le rapport de Transparency International Initiative Madagascar dans son rapport relatif à l’Indice de Perception de la Corruption. Sans parler, entre autres, de la famine, des kidnappings, de la pauvreté, des litiges fonciers qui font l’identité du pays. Ou encore, les défis identifiés dans la Politique Générale de l’Etat (PGE) mais  qui ne sont toujours pas relevés. Néanmoins, il faudrait reconnaitre que l’Etat s’est focalisé sur la construction d’infrastructures de base qui impactent peu sur le social de la population. « Cessez les  promesses et les balivernes. Commencez plutôt à travailler concrètement », conclut Wake Up Madagascar.

Aina Bovel

Midi Madagasikara11 partages

Reconnaissance internationale

Madagascar est une fois de plus à l’honneur. C’est le cas de le dire avec la tenue en terre malgache de  la  réunion statutaire de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar.

Reconnaissance internationale

Un honneur puisque 20 ans après, la Grande Ile abrite de nouveau la réunion au sommet de cette organisation continentale  dont les missions principales sont, entre autres : le contrôle de la circulation aérienne, le guidage des avions, la transmission des messages et de trafic, l’information de vol, ainsi que le recueil des données et enfin la prévision et la transformation des informations météorologiques. Un honneur également puisque au début, la réunion statutaire était prévue d’être organisé au Togo, mais finalement Madagascar a été choisi pour différentes raisons. Dont notamment la performance enregistrée ces derniers temps par le secteur aérien malgache.  Dans les discussions entre les participants, on parle d’ailleurs de reconnaissance internationale de Madagascar dans le domaine de  l’industrie aérienne. Une reconnaissance internationale qui ouvre d’ailleurs à d’autres perspectives de coopération régionale. L’Aviation Civile de Madagascar (ACM), dont le Directeur Général James Andrianalisoa est statutairement, membre du Conseil d’Administration de l’ASECNA, vient de nouer un partenariat avec l’aviation civile congolaise. Un mémorandum d’entente a été ainsi signé hier entre Madagascar et le Congo dans le cadre du développement de la connectivité entre les deux pays et du renforcement du partenariat entre les compagnies aériennes, et ce, pour un intérêt mutuel des deux parties. L’objectif étant la croissance du trafic en provenance de nouveaux marchés qui contribuera au développement du tourisme à Madagascar.  Une fois de plus, et après la sortie de l’annexe B  et l’obtention du certificat du Président du Conseil de l’OACI par l’ACM, l’industrie aérienne malgache démontre plus que jamais qu’elle est réellement dans une phase ascendante. Le redécollage est maintenant une réalité.

R.Edmond.

News Mada10 partages

Investissements: le textile, le tourisme et les TIC en croissance continue

Le textile, le tourisme et les TIC enregistrent une croissance continue. La part d’investissement et les recettes générées par ces secteurs d’activités dépassant largement le milliard d’ariary.

Les secteurs de l’agrobusiness, de l’industrie légère, des infrastructures, des mines, des TIC et du tourisme engendrent de forts potentiels de croissance à Madagascar. Le textile, le tourisme et les TIC sont ceux qui enregistrent une croissance notable ces dernières années a relevé l’Economic development board of Madagascar (EDBM) dans son rapport d’activités pour le premier semestre de l’année, présenté, hier, dans ses locaux à Antaninarenina.

L’EDBM a enregistré la création de 883 sociétés pour le premier semestre de cette année, soit une évolution de 14% par rapport à l’année dernière. 46% d’entre elles sont des sociétés étrangères. Les entreprises asiatiques se trouvent au premier rang, d’après Eric Robson Andriamihajamananirina, directeur général de l’EDBM. Le nombre de sociétés nationales créées a aussi augmenté ces deux dernières années, a-t-il ajouté. L’agence estime à plus de 1.400 le nombre de sociétés devant être créées, cette année.

Trois secteurs en expansion

De 2015 à 2016, le secteur textile a connu une augmentation de 12% des exportations d’articles textiles et habillements. De 412,176 millions de dollars, les recettes d’exportations sont passées à 462,559 millions de dollars. 69% des articles sont exportées en Europe, 18% aux Etats-Unis, 11% en Afrique du Sud et 2% dans le reste du monde.

Dans le domaine des TIC, les Centres d’appel / BPO ont été l’un des principaux domaines de croissance. Les 8 centres d’appel en entreprises franches créés depuis 2014 emploient directement au moins 3.000 personnes avec plus de 15 millions de dollars d’investissement.

Le secteur tourisme a généré 748 millions de dollars de recettes l’année dernière avec l’arrivée de 293 000 touristes, traduit autrement par une augmentation de 20% du nombre d’arrivées aux frontières.

En tant qu’Agence de promotion des investissements (API), l’EDBM prévoit de prendre part à une des plus importantes avancées dans la promotion du secteur textile avec le lancement prochain d’une Zone économique spéciale (ZES) dénommée «Textile city».

Le projet de loi sur les ZES est élaboré et en attente d’adoption par le Parlement. Particulièrement pour le secteur tourisme, des prospections et des raodshow ont été menés et seront menés dans plusieurs villes (Rome, Londres, Pékin, Berlin…). L’arrivée d’investisseurs sud- africains est par exemple attendue dans les prochains mois, a fait savoir le directeur général de l’EDBM.

Des missions de prospections. Les problèmes fonciers sont devenus un frein aux investissements et une contrainte pour bon nombre d’investisseurs. A cela s’ajoute la méconnaissance de Madagascar et ses potentiels.

Arh.

L'express de Madagascar9 partages

Transport aérien – Un accord entre Madagascar et le Congo

En marge des réunions statutaires de l’Asecna, un mémorandum d’entente a été signé le 27 juillet entre Madagascar et le Congo. Le directeur général de l’Aviation civile de Madagascar, James Andrianalisoa a représenté les autorités aéronautiques malgaches et a signé le mémorandum avec les autorités aéronautiques congolaises.L’accord a pour objectif de développer la connectivité entre les deux pays, de renforcer le partenariat entre les compagnies aériennes. Ce qui aura pour effet escompté la croissance du trafic en provenance de nouveaux marchés qui contribueront au développement du tourisme à Madagascar.Par ailleurs, ce mémorandum permettra également à une entreprise de transport aérien d’une partie contractante de conclure des accords de coopération commerciale tels que les accords de bloc-sièges, de partage de code avec une ou des entreprises de transport aérien de l’autre partie contractante ou avec une ou des entreprises de transport aérien d’un Etat tiers.La tenue des réunions statutaires de l’Asecna à Antana­narivo profite bien ainsi à l’industrie du transport aérien malgache. Prévues au Togo, ces réunions ont été transférées à Antana­narivo grâce aux performances réalisées par l’Aviation civile de Madagascar depuis 2014. Les dix huit pays membres, à travers le comité des ministres, composé des ministres en charge de l’aviation civile des Etats membres, ont été unanimes au choix de Madagascar qui a regagné la confiance des partenaires.L’Asecna assure la conception, la réalisation et la gestion, aussi bien pour la circulation en route que pour l’approche et l’atterrissage, des installations et services ayant pour objet l’information des aéronefs en vol, la transmission des messages techniques et de trafic, le contrôle de la circulation aérienne ainsi que la prévision et la transmission des informations météorologiques.L’Asecna gère trois aéroports à Madagascar en l’occurrence Ivato, Toamasina et Mahajanga. Elle a consenti d’énormes efforts pour doter les plateformes aéroportuaires d’équipements de dernière génération afin d’améliorer la coordination avec les Regions d’information de vol voisines et partant, la sécurité de la navigation aérienne dans l’océan Indien.

 

News Mada8 partages

Loza nahafatesana olona: fiara efatra nifadona, fiara iray nizara roa tanteraka

Mafy ny fifandonana ! Fiara iray nizara roa mihitsy teny Talatamaty, vokatry ny fifandonana tamina fiara iray teny an-toerana. Fandehanana mafy sy fisingonana nahatonga ny loza, izay nahafatesana olona…

Nitrangana loza mahatsiravina teny Talatamaty, omaly tamin’ny 2 ora maraina teo, izay nifandonana fiara efatra. Ny iray tamin’ireo izay nizara roa mihitsy ilay fiara ka nipitika lavitra ny tapany. Voalaza fa maty tamin’ity loza ity ny olona iray. Ankoatra ireo naratra, nisy mihitsy ireo vehivavy tao anaty fiara. Divi-janahary ny tsy nahafaty azy.

Araka ny fanazavana azo, nahatonga ny loza ny fandehanana mafy. Fiara iray Peugeot 2008 nandeha mafy avy any Ivato nisongona fiara maro no nifandona tamin’ny fiara nifanena taminy tao anaty fiolanana eo Talatamaty.

Nirefotra tamina fiara Opel iray io fiara io ka io no nizara roa tanteraka. Avy eo, mbola nifatratra tamin’ny fiara roa hafa tao aoriana sy teo anilany izy. Samy voa mafy ireo fiara rehetra ireo, ary samy nisy naratra avokoa ny tao anatiny.

“Tsy mbola fahita ny loza tahaka ity, indrindra ny fahitana ilay fiara nizara roa ity. Mafy dia mafy ny fifandonana ny dikan’izany. Fandehanana mafy loatra ihany koa satria malalaka ny lalana”, hoy ny fanazavan’ny olona eny Talatamaty.  Tonga teny an-toerana ny zandary nanao ny fanadihadiana. Ny olona teny an-toerana nilaza fa nahenoana fofona alikaola ny olona ny fiara nahatonga ny loza.

Anisan’ny toerana ahitana loza matetika iny lalana Ivato Talatamaty iny, ankoatra ny eny amin’ny Digue, raha ny eto an-dRenivohitra sy ny manodidina. Malalaka ny lalana, kanefa tery ihany manoloana ny mpampiasa azy mirimorimo tahaka ity nitranga ity.

Nilaza ny avy eny amin’ny kaominina Ivato ny mba hitandreman’ny rehetra amin’ny fandehanana mafy eny amin’iny lalana iny.

Tsy misy fepetra manokana

Tsy misy fepetra manokana amin’ny fisorohana ny lozam-pifamoivoizana sy ny fandehanana mafy ankoatra ny fanentanana ny mpamily mba samy hitandrina. Azo atao ihany anefa ny mandrara ireo mpamily mandray alikaola tsy hitondra fiara intsony, satria ny 90%-n’ny lozam-pifamoivoizana, araka ny isa avy amin’ny mpitandro filaminana, vokatry ny fandraisan’ny mpamily zava-mahadomelina sy alikaola avokoa.

Anisan’ny mamono olona be indrindra eto amintsika ihany koa ny lozam-pifamoivoizana, araka ny tatitra  nataon’ny avy amin’ny minisiteran’ny Fitateranan vao herinandro izay. Misy ny fanentanana nataon’izy ireo mba hitandreman’ny rehetra. Anisan’ny singa iray nivoaka tamin’izany ny  mety fisian’ny kolikoly amin’ny fanomezana fahazoan-dalana mamily fiara, ka mety hisian’ny irika ho amin’ny tsy fahafehezana ny fiara sy ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana. Mbola asa be ho an’ny tompon’andraikitra, noho izany, ny hamehy na hisoroka ny lozam-pifamoivoizana eto amintsika.

Yves S.

Midi Madagasikara7 partages

Forum économique de l’Afrique: Un millier de participants attendus à l’édition 2017

Six chefs d’Etat africains et plus de 1000 participants issus de 45 pays ont assisté au Forum économique de l’Afrique, l’année dernière. Pour cette année, cette manifestation organisée par le ministère de l’Investissement et de la Coopération Internationale, avec l’Agence régionale d’investissement COMESA (RIA), aura pour thème « Conduire un investissement pour une croissance inclusive». Selon les organisateurs, l’événement mettra l’accent sur le renforcement des investissements intra-africains et les coopérations du secteur privé. Si le forum se tiendra du 7 au 9 décembre prochain, plusieurs intervenants de haut niveau et experts internationaux ont déjà confirmé leurs participations et parleront, entre autres, des perspectives de croissance économique. Pour ses promoteurs, ce Forum est l’événement de cette année le plus important en Afrique, pour le secteur privé. Selon le programme, la journée du 7 décembre sera dédiée aux jeunes entrepreneurs, qui pourront échanger et présenter leurs talents. Les conférences et les ateliers de travail, par contre, se tiendront les 8 et 9 décembre. Par ailleurs, des tables rondes seront également organisées en marge du Forum, avec la participation de chefs d’Etat.

 

Antsa R.

News Mada6 partages

Kaominina Ambondro: nihena ny zaza tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo

« Voaray an-tanana eo amin’ny Crenas Ambondro, kaominina Ambondro, distrika Ambovombe avokoa ny zaza tratran’ny tsy fanjarian-jakafo mahery vaika, ka tsy voatery alefa any amin’ny Creni Ambovombe », hoy ny fanazavan’ny dokotera Haingosoa Nirina Lalaina, lehiben’ny mpitsabo ao amin’ny CSB II Ambondro. Tao anatin’ny telo volana nisahanany ny CSB II, 10 ny ankizy noraisina an-tanana tao amin’ny CSB ary nihena roa amin’izao fotoana izao. Ny zaza valo volana hatramin’ny 20 volana no tena voan’ny tsy fanjarian-tsakafo. Azo ambara fa nihena ny tsy fanjarian-tsakafo noho ny ezaka amin’ny fanentanana amin’ny fahadiovana sy fisian’ny rano tonga ao amin’ny paompy iraisana. 45 ny fokontany karakarain’ny CSB ary any amin’ny 23 km ny lavitra indrindra. Ny kohoka sy ny sery no aretina mpahazo ny ankizy ao an-toerana amin’ny ankapobeny. Rehefa nahazo rano ny tanàna vokatry ny forage nataon’ny Unicef, afaka nikirakira rano madio ny CSB. Manohana amin’ny famatsiana fanafody sy vaksiny koa ny Unicef. 30 km miala ao Ambovombe ny kaominina Ambondro.

Vonjy A.

News Mada4 partages

Noêly Sakelidalana: «Il n’y a pas de bonne ni de mauvaise musique…»

Sakelidalana, un nom qui résonne encore aujourd’hui et signe la «success story» du sextuor malgache le plus connu de sa génération. Atteint de cécité, Noely, le ténor du groupe, perpétue la tradition du «Bagasy» à travers ses nouvelles compositions et ses multiples tournées aux quatre coins de la Grande île.

La grandeur d’un être ne se mesure pas à sa hauteur. Une expression qui trouve toute sa signification comparée à la carrière de Tyd Noël Robiaritovo ou tout simplement  Noely kely  pour ses inconditionnels admirateurs. Tailleur de profession et malgré son âge, Noely ne cesse toujours de séduire par le timbre de sa voix aigüe et veloutée.

«J’ai fait mes premières armes auprès de Stanislas Rakotozanany en 1965, à 13 ans. Après chaque  partie de foot dans les rizières, on chantait du vakisova. C’est là qu’il m’a repéré et proposé d’intégrer sa troupe de Vakodrazana.  C’est à Antsahamanitra que j’ai fait mes premiers pas en tant qu’artiste, en partageant la scène avec Ny Railovy», se remémore-t-il.

«En 1979, la troupe s’est dissoute. A l’époque où notre morceau intitulé Voahangy est sorti, c’est le mot «Sakelidalana» dans la chanson qui a été le plus retenu que le titre lui-même, nous  avons décidé de le garder comme nom du groupe depuis 1980».

52 ans de scène

«Stanislas Rakotozanany était à la fois artiste et journaliste accompli, il m’a inculqué les valeurs culturelles malgaches. Ce qui se reflète dans ma propre musique», selon Noëly.  Cela fait bientôt maintenant une décennie qu’il vit avec la cécité, ce qui ne l’a toutefois pas empêché de poursuivre sa carrière artistique. «Les deux plus belles choses qui me soient arrivées dans ma vie sont ma première tournée en France à l’occasion du festival de la Francophonie et mes deux adorables petits-enfants».

Du haut de ses 60 piges, Noely a déjà collaboré avec une ribambelle d’artistes pour ne citer qu’Abel Ratsimba, Volatiana et Bodo. Il va marquer d’une pierre blanche ses 52 ans de scène, ce dimanche, au palais des Sports et de la culture Mahamasina.

«Il n’y a pas de bonne ni de mauvaise musique, mais seulement la musique, dans la neutralité des notes, des rythmes et des portées qui la composent. Ceci étant, les paroles constituent le seul défaut de la musique actuelle parce qu’il faut rappeler que nous faisons partie de l’époque où la censure fait rage, et même prononcer le mot chien dans les paroles est interdit».

Avec une discographie qui se résume en trois albums, Sakelidalana est resté fidèle au «Bagasy». Le groupe s’est maintes fois reformé et porte actuellement le nom de Noely Sakelidalana, composé de Richard, l’ancien bassiste du groupe, Noely et son fils unique.

Joachin Michaël

Madagate3 partages

Mamy Rakotoarivelo. Les faire-parts de son définitif départ

LES RAISONS POSSIBLES DE SON "AUTO-DÉPART" ICI

News Mada2 partages

MEDAIR – Ambatovy: 30.000 dollars pour Maroantsetra

L’ONG humanitaire suisse Medair et Ambatovy, représentant ses trois actionnaires (Sumitomo Corporation, Korea Resources Corporation, et Sherritt International Corporation) octroie 30.000 dollars (environ 88.000.000 d’ariary) aux communautés de Maroantsetra pour épauler le projet «Samia Mitakogno», mis en œuvre par l’ONG Medair. L’accord de partenariat y afférent a été signé jeudi dernier à Toamasina.

Le projet vise à renforcer la résilience des communautés de Maroantsetra qui comptent plus de 60 000 personnes dans les  9 communes les plus affectées par le cyclone Enawo, pour faire  face aux futurs cyclones et inondations. Il s’agit de financer la réhabilitation des maisons refuges construites par Medair lors de précédents projets, mais durement touchées par le cyclone Enawo.

Chaque maison refuge est capable d’accueillir 200 personnes pendant plusieurs jours ou semaines. La participation financière des actionnaires d’Ambatovy contribuera ainsi à l’achat des matériaux nécessaires à la réhabilitation et à la réalisation des travaux. En outre, le fonds servira aussi à financer la formation de nouveaux artisans locaux sur les techniques de construction d’habitations résistant aux cyclones.

Cette contribution des actionnaires d’Ambatovy s’ajoute aux 200.000 dollars (600 millions d’ariary) provenant du Fonds d’investissement social de la compagnie consacrés à l’aide des communautés sinistrées dans ses zones d’intervention.

Arh.

News Mada2 partages

Namono tena marina sa? Ahiana ho nitifi-tena tao an-tranony Rakotoarivelo Mamy

Misaona ny tontolo politika. Ahina ho maty nitifi-tena tao an-tokantranony, tetsy Ankadifotsy,  omaly, Rakotoarivelo Mamy. Efa nosoratany tao amin’ny tambajotra sosialiny (FB) ny olana nosedrainy ary anisan’ny antony mety ho nandraisany izao fanapahan-kevitra izao izany. Naheno poa-basy indroa tao an’efitrano fatoriany ny mpanampiny tao an-trano ary niditra tao an’efitranony ary nahita azy efa maty mihosin-dra eo am-pandriana, tokony ho tamin’ny 11 ora. Niantso ny polisy misahana ny heloka bevava avy hatrany ilay mpanampiny taorian’izany. Tonga nanao fitsirihana ny razana teny an-toerana ny polisy siantifika, ny polisy misahana ny heloka bevava, ny polisy avy ao amin’ny kaomisarian’ny boriborintany fahatelo eo Antaninandro. “Naheno feom-basy indroa izy raha ny filazan’ny mpanampiny ka niditra nijery tao amin’ny efitrano nisy an’i Mamy Rakotoarivelo ka izy efa maty no hitany. Nisy basy PA hita tao ary efa manomboka ny famotorana. Efa vita avokoa ny fitsirihana tao amin’ny toerana nisy ny razana. Nalefa any amin’ny tranom-patin’ny hopitaly HJRA izy anaovana “autopsie”, ahafantarana ny marina ”, hoy ny kaomisera Rakotondrasoa Jean de Matha. Nohamafisiny hatrany fa nentina hohenoina any amin’ny polisy misahana ny heloka bevava momba ny zava-niseho tao an-trano ilay mpanampy vavy. Nahitana diam-bala teo amin’ny lohany nandritra ny fitsirihana nataon’ny polisy.

Fantatra kosa fa efa intelo nikasa hamono tena izy. Mety ho  nahatonga azy namono tena ny olana momba ny fiainany manokana sy ny fisarahany tamin’ny vadiny teo aloha ary ny resa-bola tamin’ilay tovovavy niarahany farany. Manaporofo izany rahateo ny fisian’ny hafatra nosoratany mitantara izany ary naparitany any anaty FB mialoha ny nahafatesany. Namela kamboty mirahalahy, any am-pitan-dranomasina, Rakotoarivelo Mamy.

Mpanao politika feno sy olon’ny fiaraha-monina

Tsiahivina fa efa nisahana andraikitra maro teto amin’ny firenena izy. Efa minisitry ny Fifandraisaina ny taona 2002. Efa depioten’i Madagasikara. Lehiben’ny delegasion’ny ankolafy Ravalomanana tamin’ny famahana ny krizin’ny 2009, nisolo ny toeran-dRakoto Andrianirina Fetison. Filohan’ny kongresin’ny Tetezamita (CT), ary mbola nitaky hatrany ny zo sy ny tombontsoany, amin’ny maha lehiben’ny andrimpanjakana azy izy, fony fahavelony. Filoha tale jeneralin’ny MBS, nialoha ny nialany tsy ho mpikambana Tim intsony. Na izany aza, mbola niara-nanamarika ny faha-15 taon’ny Tim tetsy amin’ny Carlton Anosy ny tenany ny 8 jolay teo.

Ankoatra izany, efa naiditra am-ponja noho ny resaka baomba tetsy Masay, voalaza fa nifofoana ny ain-dRajoelina ny tenany ny taona ny marsa 2011. Navoakan’ny fitondrana Tetezamita ihany anefa rehefa nandeha ny tsindrin’i Frantsa. Nitarika vahoaka an-dalambe koa ny tenany niaraka amin’ny ankolafy telo, Ravalomanana  sy Zafy ary Ratsiraka ny aogositra 2013, nitsipaka ny fitondrana Tetezamita.

Etsy andaniny, fanaony isan-taona ny manolotra fanomezana ireo zokiolona sy sahirana etsy amin’ny boriborintany III rehefa 26 jona na ny taona vaovao.

Jean Claude sy Synèse

 

News Mada2 partages

Toamasina: mampiasa vehivavy atao jono ny mpangalatra moto

Miketrika ireo mpangalatra moto any Toamasina, ka ny vehivavy no atao jono amin’izany. Arahi-maso ny olona mitondra moto ary raha vao tia miditra trano filanonana sy fisotroana ary tia vehivavy, arahin’ izy ireo avy eo ka misy vehivavy mandrebireby. Izay ny fomba noentin’ dry Lanto Eric sy Noret ary Iharisoa nangalarana moto tany an-toerana. Ity farany  ilay vehivavy natao jono.

Ny 22 jolay lasa teo, very teo amin’ny lalana Anjoma raha norobain’ olona telo lahy ny moto marika ARN. Nametraka fitoriana teo anivon’ny borigadin’ny zandarimariam-pirenena Toamasina Renivohitra ny niharan’ny fandrobana. Nametraka ny paik’ adiny amin’ny fikarohana ilay moto very ny zandary. Nahazo antso ny zandary fa misy olona mivarotra moto marika ARN ary amin’ny vidina 1.720.000 Ar ny 27 jolay teo.

 Natao ny vela-pandrika, noho izany, ka sarona ireo mikasa ny hivarotra ny moto ary voasambotra niaraka tamin’ ny roa lahy nivarotra Iharisoa raha mbola karohina kosa ny naman’ ireo iray.

Raha ny fanadihadiana, natao sorona tamin’ ilay raim-pianakaviana hangalarana moto ilay vehivavy tao amin’ny trano fandihizana tao Anjoma. Izy no mitarika ilay olona

amin’ny lalana haleha amin’ izay hiandrasan’ ireo mpandroba. Ilay vehivavy io izay sakaizan’ ireo mpandroba moto ihany ka mody manao izay fomba hiarahana amin’ny olona horobaina. Rava ny tetika tamin’ity.

Sajo sy Yves S.

News Mada1 partages

Jeux de la francophonie: Madagascar bat de l’aile

La 8e édition des Jeux de la Francophonie bat son plein actuellement en Côte d’Ivoire. Outres les athlètes, une vingtaine d’artistes malgaches sont également sur le devant de la scène à Abidjan dans le volet culture. Après plusieurs épreuves disputées jusqu’à ce jour, l’hymne nationale n’a pas encore été fredonnée aux Jeux.

A l’issue du concours littéraire qui s’est tenu cette semaine, Madagascar représenté par  Mossieur Njô a occupé la 24e place. Toutefois, dans sa page officielle, il a félicité

le Nigérian Razak René, le grand gagnant de la catégorie. En matière de création numérique, Koloina Famenontsoa Rakotoarisoa n’a pas fait écho contrairement à l’équipe canadienne qui décroché la timbale.

Madagascar pourrait encore se rattraper dans d’autres épreuves au programme ce week-end par le biais Tsilavonarivo Andrianavalona (Peinture),  de Mahefa Dimbiniaina Randrianarivelo (Photographie) et de Solofoniaina Maherisoa Rakotomalala (Sculpture). Le groupe Tahala Compagny sera en lice dans le concours de danse de création et la compagnie Zolobe dans celui des marionnettes géantes.

A noter que Madagascar brille par son absence dans d’autres disciplines comme les contes et conteurs, la danse hip hop, la jonglerie et surtout la chanson.

Holy Danielle

News Mada1 partages

Hépatite B: une maladie mal connue, mais redoutable

Placée sous le thème «Eliminer l’hépatite virale», la journée mondiale de l’hépatite a été célébrée hier au CHU Joseph Ravoahangy Andrianavalona Ampefiloha. Cette maladie  est encore mal connue par le grand public.

Pourtant, sa prévalence est très élevée dans la Grande île, avoisinant les 23% de la population générale. Selon la dernière estimation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), elle est de 5,4% dans les grandes villes, contre 30,5% en milieu rural. L’hépatite B est une infection virale qui s’attaque au foie. Dans 60%  à  90% des cas, en cas de complication et selon l’individu, la maladie évolue vers la cirrhose et le cancer du foie.

Une maladie transmissible

L’hépatite B se transmet par voie digestive, sexuelle, sanguine par l’utilisation d’aiguille et de séringue contaminées, ainsi que de la mère à l’enfant. Même guérie, une personne porteuse du virus de l’hépatite B peut contaminer un autre. A la différence de l’hépatite A qui se manifeste par les symptômes de la grippe ou des maux de ventre. Alors que la plupart des personnes atteintes de l’hépatite B ne se sentent jamais malades et peuvent être guéries s’il n’y a pas de  complications. La présence de la jaunisse de la peau et des yeux est le point commun de ces deux maladies.

Des séances de sensibilisation, une conférence scientifique et des vaccinations ont marqué cette journée. Durant les mois d’août et septembre, une réduction du prix du vaccin contre l’hépatite sera observée. Pendant cette période, les trois vaccins, nécessaires pour une immunisation totale, seront vendus pour un montant total de 40 000 ariary. Le premier est suivi d’un premier rappel après un mois. Quant au troisième, il est à effectuer après six mois.

Sera R

Tia Tanindranaza1 partages

Fomba fanoherana eto MadagasikaraLojika, hoy ny pasitera Mailhol

Nilaza ny fahitany ny raharaham-pirenena ankehitriny indray ny filoha mpanorina ny fiangonana Apokalipsy, ny pasitera Mailhol, omaly, tetsy amin’ny foibeny etsy Isotry.

Tsy zava-baovao teto amin’ny firenena fa efa niainana tao anaty fitondrana mifanesy ny mpanohitra milaza ny mpitondra ho tsy nahavita azy. Aty amintsika dia asa ny fanaovana politika, izany hoe rehefa tsy ao anaty fitondrana izy ireo dia lasa tsy an’asa. Io toe-javatra io no antony ilana mpitondra fivavahana hitondra ny tany sy ny firenena satria ny mpitondra fivavahana rehefa hiala eo amin’ny fitondrana dia hiverina ho mpitondra fivavahana ihany. Mila miova ny fanaovana politika eto amintsika satria, raha ny zava-misy hatramin’izay dia lasan’izay nitondra hatrany ny 90%-n’ny tombontsoa ary 10% sisa no an’ny vahoaka raha misy. Raha mpitondra fivavahana no ho eo dia mino aho fa ny hifamadika amin’izany no hitranga, hoy hatrany ny fanazavany.

J. Mirija

L'express de Madagascar1 partages

Emploi – Le secteur offshore recrute en masse

Plus de cinq mille visiteurs sont attendus pour l’évènement « Carrefour de la formation, des métiers et de l’emploi », qui se tient en ce moment à l’Alliance Française d’Andavamamba. Avec une quarantaine de stands, exposants d’entreprise, d’université et de centres de formation accueillant ces visiteurs, l’évènement se veut être une plateforme d’échanges, en rassemblant en un même lieu l’offre et la demande.Sur cette quarantaine de stands, l’on notera la présence de différents secteurs d’activité, notamment le bancaire avec la Bfv-Société Générale, qui saisit cette opportunité pour rencontrer les étudiants, et procéder à des séances de recrutement sur place.Cependant, les sociétés de traitement de données et de call-center sont représentées en masse. Secteur porteur pour les investisseurs étrangers, le domaine de l’externalisation (offshore) devient ainsi une manne pourvoyeur d’emplois pour la plupart de ces quelques 400.000 jeunes diplômés débarquant chaque année sur le marché du travail malgache.« Afin d’atteindre les objectifs, l’évènement a été réparti en trois catégories, dont les entreprises pour ceux qui cherchent un emploi, les centres de formation pour s’orienter et enfin, les universités pour les nouveaux bacheliers. L’affluence a surtout été constatée auprès des stands entreprises », souligne Rindra Dupré, directeur adjoint de l’Allliance française.

H.R.

News Mada0 partages

Mamy R. retrouvé mort à son domicile: la thèse du suicide privilégiée

La classe politique est en deuil. L’ancien président du Congrès de la Transition Mamy Rakotoarivelo a été retrouvé mort hier à son domicile à Ankadifotsy.

Hier vers midi, les réseaux sociaux se sont enflammés. Les internautes ont relayé la mort de Mamy Rakotoarivelo qui s’est répandue comme une traînée de poudre sur la toile. A vrai dire, l’ancien président du Congrès de la Transition a été retrouvé mort à son domicile à Ankadifotsy. Suite à une descente policière sur les lieux, une trace de balle a été décelée au niveau de sa tête. Et d’après toujours les commentaires, à prendre au conditionnel, apparemment il se serait tiré une balle dans la tête avec un pistolet automatique, retrouvé à côté de lui sur le lit. C’est le personnel de maison qui aurait entendu deux coups de feu venant de la maison qui a prévenu la police.

Très vite, outre les curieux rassemblés devant les lieux et les médias, les éléments de la Brigade criminelle et de la police scientifique et technique sont également arrivés pour  constater le décès et ouvrir une enquête dans le dessein de déterminer les causes exactes de la mort.  Puis, le corps a été emmené à l’HJRA pour autopsie. A part le constat de décès, le représentant des forces de l’ordre est resté prudent avant de tirer une conclusion, si Mamy Rakotoarivelo a réellement mis fin à sa vie.

«Seule l’autopsie pourra confirmer s’il s’agit d’un suicide ou non», a annoncé le Commissaire principal Jean de Matha Rakotondrasoa présent à Ankadifotsy vers midi. Pour le moment, et selon plusieurs sources, la thèse du suicide est privilégiée.

Parcours

Ces derniers temps, Mamy Rakotoarivelo a fait part de ses émotions par rapport à sa vie privée et politique sur les réseaux sociaux. La dernière en date sonne comme un testament, notamment à l’endroit de sa sœur.  Ceux qui l’ont connu le décrivent comme une personne avenante, attachante et simple.

Mamy Rakotoarivelo a  fait sa dernière apparition publique au cours de la célébration du XVe anniversaire du parti Tiako i Madagasikara (Tim) récemment au Carlton. Il figure parmi les personnalités qui ont connu les soubresauts de cette formation politique.

Au niveau de sa carrière politique, il a été le Chef de file de la mouvance Ravalomanana durant la crise de 2009 à 2013. Toutefois, cet expert-comptable faisait aussi partie des dirigeants du journal Midi Madagasikara entre 1994 et 2002, et était ministre de la Communication dans le premier gouvernement Sylla entre mai et décembre 2002. C’est aussi un féru de judo.

«Président du judo club de Saint-Michel, président de la fédération malgache de judo, président du comité olympique malgache, beaucoup de sportifs l’ont côtoyé. Chacun a ses interprétations, ses souvenirs, mais moi, je garderai en moi le souvenir d’un homme qui a vraiment beaucoup donné au monde du sport et au judo en particulier», a posté une journaliste qui a tenu à lui rendre hommage sur la toile.

Par ailleurs, il était vice-président de la Chambre basse sous la première année du régime Ravalomanana et ensuite président de la Chambre basse, dénommée Congrès de la Transition durant la crise suite à la signature de la feuille de route en septembre 2011.

Rakoto

News Mada0 partages

Conseil pour le fampihavanana malagasy: les nouveaux membres connus dans 20 jours

Un nouveau report. Les membres du Comité de sélection national (CSN) devant désigner les nouveaux membres du nouveau Conseil pour le fampihavanana malagasy (CFM) ont bénéficié d’un délai supplémentaire de 20 jours pour examiner les dossiers de candidature.

Normalement, le dernier délai de dépôt des dossiers était prévu lundi dernier et la promulgation de la liste des nouveaux membres ce jour. Mais à cause de plusieurs inconvénients, les candidats auront encore jusqu’à lundi prochain pour envoyer leur dossier.

«Nous avons demandé à l’Exécutif de nous accorder un prolongement de délai pour donner à chacun la chance de postuler et par conséquent de nous permettre de consacrer plus de temps à étudier les dossiers», a indiqué le président du comité, Emmanuel Jacob Tehindrazanarivelo, joint au téléphone hier.

Cependant, les dépouillements ont déjà commencé depuis cette semaine afin de respecter le délai imparti. «Les candidats devront également passer des enquêtes de moralité avant d’être sélectionnés», a-t-il fait savoir. Le nombre de dossiers sélectionnés devrait ainsi être déterminé dans les prochains jours et les nouveaux membres du CFM seront dévoilés vers la mi-août.

Des contraintes

Néanmoins, le CSN fait face à plusieurs difficultés tant logistiques que financières. «Nous n’avons que trois ordinateurs pour traiter des centaines de dossiers», a indiqué le président du comité en indiquant que cela pourrait ralentir le travail. «Nous manquons de véhicules de transport et de budget pour la revue de presse», a-t-il souligné. Cependant, «Cela ne devrait pas être un grand obstacle dans notre travail», a-t-il conclu.

T.N

 

News Mada0 partages

France – Coopération: le DGA de la mondialisation s’engage

En vue d’une prochaine assise sur la coopération décentralisée qui se tiendront en octobre prochain à Madagascar, le directeur général adjoint de la mondialisation de France, Emmanuel Puisais-Jauvin a rendu visite hier à Mahazoarivo le premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana, à Mahazoarivo. «La France sera aux côtés de Madagascar pour faire de cet évènement un grand succès. Elle envisage de mobiliser un maximum de participants autour d’une table  ronde, surtout les collectivités locales françaises et malgaches afin d’identifier dans quel domaine on pourra élargir la coopération bilatérale concernant l’eau, l’assainissement, l’agriculture ou en matière de gouvernance. Cette assise permettra aussi de déterminer les besoins concrets de Madagascar et les aides que  la France pourrait apporter à la Grande île… Les liens historiques entre les deux pays sont extrêmement forts ne serait-ce que dans le domaine de la culture et l’importance que les deux pays accordent à la Francophonie. D’ailleurs, le Sommet de la Francophonie de l’année dernière qui s’est tenu à Madagascar a été un succès», a-t-il déclaré.

Nadia

News Mada0 partages

Jeux de la francophonie: Madagascar retombe dans ses travers

Les athlètes malgache rentrent de Côte d’Ivoire avec trois médailles seulement dont une en argent et deux de bronze. Une campagne infructueuse.

Le calcul est vite fait ! Sur les 58 athlètes malgaches engagés lors des Jeux de la Francophonie, ils ne sont que trois à terminer sur le podium et ce, dans deux des cinq disciplines auxquelles Madagascar a participé. Ces trois médailles malgaches sont toutes l’œuvre des filles, en l’occurrence, la médaillée d’argent obtenue par la lutteuse, Elisa Emma P. Rasoanantenaina (53 kg), les deux judokates, en bronze, Diana Kwan Hu (-48 kg) et Aicha Isilo (+78 kg).

Pourtant, avant son départ pour Abidjan, la délégation malgache a manifesté une ambition de taille comme si ce retour aux Jeux de la Francophonie serait triomphal que les éditions précédentes. Malheureusement, l’objectif est loin d’être atteint..

Les dirigeants, en promettant de primes conséquentes aux médaillés, se sont complètement trompés dans leur entreprise. Les athlètes malgaches étaient dans l’incapacité d’arracher une place sur le podium  et l’obtention d’une médaille de bronze était une délivrance. Une manière de sauver l’honneur.

Résultats décevants

Une médaille d’argent ne reflète pas la carence collective de la lutte malgache. Elle s’apparente à un exploit individuel dans une équipe en détresse. La preuve, aucun de ses coéquipiers n’a brillé autant qu’Elisa Emma P. Rasoanantenaina.

Avec deux médailles de bronze à son actif, le judo malgache, malgré ce bilan, continue son ascension après une campagne africaine morose. Composée de jeunes judokas, la sélection nationale a de l’avenir devant elle. Que dire de l’athlétisme et du tennis de table si ce ne sont que les deux grandes déceptions de ces Jeux du côté malgache.

Rakoto

News Mada0 partages

Volley-CJSOI: Madagascar vers un forfait !

Sans visa sans jeux ! L’équipe nationale malgache de volley-ball pourrait vivre un tel scénario. A une journée de son départ pour La Réunion, la délégation malgache qui va participer aux Jeux de la CJSOI est toujours en attente de visa. De ce fait, les joueuses malgaches qui disputeront leur premier match ce lundi contre les Seychelloises, risquent de se déclarer forfait.

Une situation que déplore le président de la Fédération malgache de volley-ball (FMVB), Jocelyn Andriamandimbisoa. «Le volley-ball malgache n’a jamais foulé au pied la loi relative au séjour en terre réunionnaise», a-t-il déclaré. «L’absence de Madagascar à ces Jeux de la CJSOI mettra en stand-by la signature d’une coopération bilatérale entre les deux parties que nous devrions effectuer sur place», a-t-il poursuivi.

En tout cas, de son coté, la partie réunionnaise a déjà fait le nécessaire. Mais cela s’avère insuffisant sans l’obtention du visa d’entrée. Le ministre de la Jeunesse et des sports (MJS) malgache a été informé du problème et a promis de trouver des solutions.

Naisa

News Mada0 partages

Tennis – FMT: la feuille de route est tracée

La Fédération malgache de tennis (FMT) tape dans l’œil des passionnés avec une formule de championnat innovante, une nouvelle identité, un nouveau logo (ndlr, Osons changer) et un agenda bien garni pour marquer d’une pierre blanche une «nouvelle ère» de la discipline à Madagascar. La feuille de route de cette institution est toute tracée pour l’équipe de Stéphane Rakotondrainibe si l’on ne cite que la première participation de Madagascar (ndlr, depuis 15 ans)  à l’Assemblée générale annuelle de l’International tennis federation (ITF) du 1er au 4 août au Vietnam.

«L’heure est à la rénovation et la fédération a du pain sur la planche. Notons entre autres la participation de Tsantaniony Iariniaina au championnat d’Afrique U18 en Afrique du Sud, la réussite du lobbying pour l’organisation du championnat d’Afrique U12, U14, U16 et U18, outre la Coupe Davis 2018. Par ailleurs, Madagascar sera représenté au championnat d’Afrique par équipe U12 du 10 au 12 septembre à Casablanca, Maroc», a déclaré Stéphane Rakotondrainibe, hier, à l’Acsa à Ambohidahy. Pour ce qui est de la formule du championnat national, la FMT place la barre haut avec la participation de 300 joueurs, toutes catégories confondues. En effet, la compétition sera dotée d’une prime alléchante de 3,8 millions d’ariary distribuée aux méritants.

Rojo N.

Programme du sommet national :

7-13 août : Juniors et vétérans

14-20 août : Toutes catégories

13 août : Finale juniors et vétérans

20 août : Finale toutes catégories

 

News Mada0 partages

Coliseum: Somaroho Tour prêt à enflammer la scène

Après son dernier concert hier à Acoua (Mayotte),  Wawa, l’ambassadeur de Telma et le prince du salegy rentre au bercail pour retrouver ses inconditionnels admirateurs dans la capitale, au coliseum d’Antsonjombe ce dimanche à partir de 10 h.

Pour cette journée dominicale, les organisateurs proposent une ambiance post-Bac aux couleurs de la musique africaine avec de grosses pointures comme Wawa, Stéphanie, Serge Beynaud, Singuila, Bacoili et notamment Toofan qui a déjà fait un tabac dans nos murs en 2015. S’ensuivra du 2 au 6 août à Nosy Be, le festival international Somaroho qui réserve une ambiance de folie avec la participation d’au moins 30 groupes nationaux et étrangers.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Vita Bac: Olombelo Ricky égal à lui-même

La 25e édition de l’évènement «Manala azy vita bac» a connu un franc succès, jeudi dernier, à Antsahamanitra, malgré la coupure de courant. Si le concert «Manala azy vita bac» est conçu et réservé aux bacheliers qui viennent de passer leur examen officiel, le public d’hier a surtout été composé de personnes plus âgées qui ont surtout la nostalgie de leur jeunesse. «Je n’ai jamais raté un concert d’Olombelo Ricky, dans le cadre de cet évènement «Manala azy vita bacc», a annoncé fièrement un fan.

Pour ses 25 années de scène, l’artiste n’a invité que des chanteuses aussi exceptionnelles les unes que les autres. Liva Andrianavalona a ainsi ravivé le souvenir avec le morceau «Naleoko ihany». Dina Voakaly a impressionnée le public dans le morceau «Ditsoka». Et le groupe Women, composé de Elsie, Manoa, Faniah et Grace Loren, a surtout séduit tout le monde sur les titres «Mbola zaza» et «Iray lalana». Rosah Zanamiarintsoa est aussi montée sur scène lors de la chanson «Izy indrindra».

Par ailleurs, la célébration de la 25e année de «Manala azy vita bac» continue. Olombelo Ricky sera de nouveau derrière ses percussions et son micro, le 4 août, à l’Arena center à Ivandry. Ce sera une soirée VIP pour ceux qui ont raté le grand concert de jeudi.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Festival Baobab: mettre en avant l’écotourisme

Le «Cryptoprocta ferox», communément connu sous le nom de «Fosa», un mammifère carnivore endémique de la région, a été le point de mire lors de la première édition du festival Baobab du Menabe qui vient de se clôturer à Morondava.

L’objectif  est de démontrer le lien entre la culture locale et la conservation de la nature. «L’interaction entre les deux est essentielle au développement du tourisme dans le Menabe», a indiqué le directeur exécutif du tourisme de Menabe, Hoséa Randriamanantena.

En effet, au cours de ce festival, des touristes nationaux et internationaux ont visité le parc de Kirindy, réputé pour sa richesse faunistique et floristique. En matière de culture, la danse et la musique traditionnelle comme le «Kilalaky» ont également fait vibrer les visiteurs à travers un grand carnaval sillonnant la capitale de Menabe. En un mot, Morondava a été à l’honneur.

Sera R

 

News Mada0 partages

Pérégrinations hebdomadaires: à l’unisson sur le même ton

Pouvoir et opposition se retrouvent sur le même registre et chacun de son côté entonne le même air. La chansonnette n’est pas toute fraiche, une vieille rengaine, seule nouveauté pour retenir l’attention, la coïncidence du moment pour rééditer un disque rayé. Les uns et les autres sont en panne d’imagination, si tant est qu’ils en aient un jour possédée pour enrichir les pauvres idées, poncifs qu’ils ne cessent d’agiter comme des clochettes pour battre le rappel des chalands.

Aujourd’hui les deux camps s’accordent pour faire le même constat : l’enfer. Chacun de son côté se propose de sortir le pays de cet enfer, et ils se retrouvent à nouveau  à resservir la formule rayée d’avoir trop servi : paver la route des mêmes bonnes intentions. Morceau que connait bien la population pour en avoir expérimenté et pour continuer à y vivre cernée par les flammes d’affreuses difficultés au centre de ce grand feu qu’ entretiennent les promesses.

Vade retro ! Certains acteurs se plaisent à les renvoyer dos à dos, escomptant jouer les troisièmes larrons et tirer les marrons du feu, sans n’avoir de solution salvatrice autant que constructive à la place des mêmes bonnes intentions qu’ils enfourchent à leur tour.

Déclarations de guerre

De peur d’être le dernier à se positionner pour secourir le pays, le gouvernement se cabre de façon théâtrale afin de marquer sa détermination et ouvre les hostilités en désignant les ennemis : insécurité, inflation, corruption. Le public sourit sans applaudir le côté comique, c’est qu’il ne s’agit pas d’un spectacle, il joue pour du vrai même si ça peut sonner faux à certaines oreilles. Certes on peut s’interroger à bon droit sur les raisons de ce retard à l’allumage : la distance entre le nid d’aigle et le marais est-elle si importante que les informations tardent à parvenir au Chateau et à convaincre les gens d’en haut sur l’enfer que vit le peuple d’en bas. Mieux vaut tard confessent les apparatchiks, presque tous tentent de se défausser de leur responsabilité. Facile de montrer pattes blanches quand on n’a pas mis la main à la pâte pour remplir ses obligations. A l’exception des commissions d’infractions de corruption, le constat relève davantage des conséquences d’une inaction que des résultats d’action. Face au constat, même bombant le torse au moins savent-ils ce qu’ils ont à faire, dans l’affirmative pourquoi avoir tant attendu avant de manifester aujourd’hui cette détermination ?

En supplément pour ajouter au doute qui plane, un zeste de naïveté se mêle parfois aux déclarations, entachant la pureté du comportement passé. Désormais le maillage ne laissera plus sans poursuites les tripatouillages de deniers publics menace et promet en quelque sorte le Chef de l’Etat. Les esprits malins y décèlent un aveu implicite d’une tolérance auparavant pour des faits convaincus de gabegie, en avoir conscience implique en avoir connaissance, une bonne foi dans les engagements pour l’avenir ne suffit pas à exonérer de l’obligation d’entreprendre des poursuites à l’encontre des malfaiteurs du passé.

De leur côté nombreux opposants, faisant le même constat sur le présent, oubliant les boulets (de grosses boulettes) du passé qui les enchainent aux chevilles, se préparent en mémoire d’un certain 10 Août à faire tomber les « murs » pour reconstruire sur des ruines. La perspective n’enchante pas la population : la Mer qui s’ouvre sur une longue marche de ruines en ruines ne promet que larmes et sang, les gens estiment en avoir suffisamment versés et ne donneraient leurs suffrages qu’à une solution ouvrant sur une alternative autre que la formule d’une simple alternance dans la bousculade.

Incohérence dans la lutte en faveur du droit

Le combat que mènent les magistrats en faveur du rétablissement d’un régime de droit, a contribué à une prise de conscience dans l’opinion sur cette nécessité. De l’idée tout le monde s’empare en voulant jouer les premiers rôles et passer pour des parangons d’une rectitude de légalité. Toutefois y compris dans l’espace judiciaire des faits, initiatives et actes ne correspondent pas toujours à ce qu’attend le public. Entre autres faits d’actualité, deux décisions judiciaires concluant des affaires médiatisées ont interrogé par les condamnations prononcées : d’un côté un an ferme pour des questions de plusieurs milliards, de l’autre une lourde peine de cinq ans allégée par un sursis couvrant l’intégralité de la condamnation. Dans un cas comme dans l’autre l’opinion décèle une sorte d’incohérence pour régler  l’hésitation pour se faire une conviction balançant entre doute et certitude.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Merlin

Si la nouvelle du départ de M. Garbit a soulevé dans tout Madagascar une si profonde émotion, ce n’est pas seulement parce que la Colonie perdait en lui un homme de grande valeur, colonial expérimenté, ayant fait montre de rares qualités comme administrateur, mais aussi – et peut-être surtout – à cause de la menace, suspendue sur nos têtes, de voir arriver, pour le remplacer, un parlementaire ou arriviste quelconque, dont le nom était déjà chuchoté, ignorant tout des colonies en général, et de la nôtre en particulier, et pour qui celle-ci n’aurait été qu’un fief à gros bénéfices.

Mais quand on a été renseigné sur son successeur, plus colonial encore et de plus d’expérience que M. Garbit, comme on a pu le voir par ses états de service, il s’est produit dans tous les esprits une grande détente et un grand soulagement qui ont fait tourner vers lui les espérances que l’intelligente initiative de M. Garbit avait fait naître.

On s’est dit, avec juste raison, qu’un Gouverneur tel que M. Merlin, titulaire d’un poste que M. Garbit n’occupait que comme intermédiaire, aurait – à tous les points de vue – plus d’autorité que ce dernier pour mener à bien tant de travaux d’utilité publique sans lesquels le développement rationnel de la Colonie est impossible.

Du reste voici de quelle manière Le Phare de Majunga présente M. Merlin à ses lecteurs :

D’une correction parfaite, de caractère calme et froid, d’un esprit pondéré et juste ; d’une expérience qui a fait ses preuves. M. Merlin a laissé les meilleurs souvenirs aux nombreux fonctionnaires d’Afrique qui ont servi sous ses ordres et aux colons qui, dans ces contrées aux difficultés multiples, ont rendu hommage à ses qualités de chef.

L’œuvre d’organisation et de pacification accomplie dans les immenses territoires qu’il commande avec une autorité et une science incontestées depuis quinze ans prouve que c’est un vrai chef que la France nous envoie et nous pouvons avoir confiance dans la façon dont il envisagera à solutionner les multiples problèmes qui se posent en ces temps troublés pour l’avenir et la fortune de Madagascar.

Nous saluons donc bien respectueusement M. Merlin à son arrivée dans notre colonie, où il peut être sûr de voir se grouper autour de lui toutes les bonnes volontés..

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Carrefour des métiers: une dizaine de demandes toutes les 5 minutes

Les demandeurs d’emploi affluent toujours au cours d’un événement qui offre des opportunités d’emploi. Ce fut le cas lors de la première édition du carrefour de la Formation, des métiers et de l’emploi (FME), qui a ouvert ses portes hier à l’AFT Andavamamba.

Depuis l’arrivée de l’internet et de la connexion haut débit au pays, le secteur de l’informatique est en pleine expansion et devient un créateur d’emploi potentiel. Cela a été confirmé lors de la première journée de la (FME) hier car en quelques minutes, les demandes d’emploi dans le domaine de l’informatique se comptaient par dizaine. De nombreux postes sont sollicités : opérateur de saisie, PAO, webmaster…Le secteur du marketing et de la gestion arrive en deuxième place où le dynamisme accru de la gente féminine est toujours constaté. A la fin de cette journée, 3000 CV ont été collectés et 500 personnes ont passé le test gratuit  de niveau.

En matière de recrutement, le téléopérateur caracole en tête avec plusieurs centaines d’offres exigeant le niveau bac au minimum, ainsi que la maîtrise d’une langue étrangère.

Succès du carrefour

Le carrefour de la FME sera clôturé ce jour, mais déjà l’on peut dire qu’il s’agit d’une première édition à succès. Un véritable engouement des jeunes a été observé très tôt le matin à l’AFT Andavamamba dès son ouverture officielle. «Plus de 2 000 dépliants ont été distribués à l’entrée jusqu’à 10 h 30, si l’objectif prévu est de 5 000 visiteurs durant les deux jours de cet événement», a indiqué le responsable communication de l’Alliance française d’Antananarivo (AFT), Heritiana Ratsimba.

Les visiteurs ont été composés essentiellement de jeunes qui sont d’ailleurs les cibles de la FME. En effet, le principal objectif est d’aider les jeunes à trouver un emploi, ainsi que de les orienter professionnellement et pédagogiquement dans le domaine de la formation. Car, outre les offres d’emploi, diverses formations dans plusieurs secteurs (téléphonie, communication marketing, opérations bancaires, informatique, rédaction web, traitement de données, textile, relation client, journalisme et média), ainsi que des conférences, attendent les visiteurs.

Le carrefour de la FME a aussi pour objectif de faire croiser l’offre et la demande. Cette rencontre a été organisée en partenariat avec plusieurs entreprises ainsi que des universités publiques et privées.

Sera R

 

News Mada0 partages

Meurtre du maire à Ampefy: quatre suspects écroués

Près de trois semaines après le meurtre de Fidy Harivony Randrianaralahy, maire de la commune rurale d’Ampefy, la gendarmerie a réussi à mettre la main sur quatre suspects. Après l’enquête préliminaire et à l’issue de leur présentation devant le Parquet, mercredi, ils ont été placés sous mandat de dépôt.

Rondement menées par les enquêteurs de la brigade territoriale de Soavinandriana et ceux du Groupe d’appui à la police judiciaire du Groupement de gendarmerie de la région Itasy, les investigations ont permis de confondre les quatre suspects dont le plus jeune est âgé de 27 ans. Les gendarmes ont agi sur la base d’un certain renseignement.

Trois des suspects ont été arrêtés à Analavory, tandis que le quatrième, celui âgé de 27 ans, s’est fait cueillir à Ampefy. Un treillis, deux paires de rangers ainsi qu’un sabre ont été découverts sur eux.

Mparany

News Mada0 partages

Sainte-Marie: soutien au rétablissement des droits d’une sexagénaire

Des originaires de la région Atsinanana montrent leur mécontentement suite à la mésaventure d’une grand-mère de Sainte-Marie qui s’est vu refuser le droit de visiter sa famille en France depuis 2015.

Ceux qui soutiennent la lutte menée par cette sexagénaire dans le rétablissement de son droit ont crié à la violation des droits de l’homme dans la décision de lui refuser le visa d’entrée en France pour rendre visite à sa fille et ses petits-enfants qui y résident en jouissant de la citoyenneté française.

N’ayant jamais voyagé hors de Madagascar, cette grand-mère n’arrive pas à comprendre les raisons des refus qu’elle a essuyés depuis 2015 malgré les documents complets qu’elle a présentés. Saisie de l’affaire lors du premier refus de visa en février 2015, la commission de recours contre le refus de visa d’entrée en France n’a guère réagi jusqu’à présent. Elle a encore raté pour la deuxième fois la délivrance de ce visa lors d’une nouvelle demande au mois de juin dernier sans raison valable.

Indigné par la situation, son gendre, un militaire français retraité, résidant en France et marié à sa fille depuis plus d’une décennie, a usé vainement de toutes les voies de recours pour lui permettre de passer des vacances  chez eux.

Plusieurs membres de la communauté «Antimaroa», dont est issue la victime, interpellent actuellement le pouvoir pour rétablir les droits de cette citoyenne à la libre circulation des individus.

Manou

News Mada0 partages

Antsirabé: nouvelle disposition des marchés

La commune urbaine d’Antsirabe a pris des dispositions pour coordonner les activités des marchands dans les rues de la ville depuis cette semaine.

La recrudescence des marchands informels étant incontournable dans la situation socio-économique actuelle, les responsables communaux de la ville d’Antsirabe, dans la région Vakinankaratra, ont dû s’en accommoder. Pour réduire l’encombrement des rues que les marchands de chaussures occupent tous les après-midi, il a été décidé d’instaurer un marché dédié à cette filière, les après-midi, dans la zone d’Antsenakely. L’incendie ayant ravagé une grande partie du marché communal de la ville d’Antsirabe a pesé certainement dans la décision, d’après les concernés puisque le manque d’infrastructures a obligé ces marchands à sortir dans les rues.

Les parties en lice sont satisfaites des résultats de

l’initiative depuis son application puisque le débordement des marchands a pu être maîtrisé et leur secteur bien cerné pour assainir le marché.

Manou

 

News Mada0 partages

DGD – Secteur privé: Ensemble contre la corruption

La Direction générale des douanes (DGD) et les différents groupements d’entreprises du pays (Sim, Gem, GPCAD, GEFP, GOPTM, ATPSM…) se sont réunis, hier, dans la capitale autour d’une table- ronde intitulée  «Lutte contre la corruption par un partenariat Douane/entreprises».

A cette occasion, l’administration des douanes a présenté  les efforts et les réformes entrepris dans la lutte contre la corruption notamment le contrat de performance, l’engagement  sur l’éthique, la mise en place du tableau de sanction pour  les douaniers… La Douane malgache a également tenu un exposé sur l’Observatoire du délai de dédouanement.

Dans son allocution, Fredy Rajaonera, président du Syndicat des industries de Madagascar (Sim), représentant également le Groupement des entreprises de Madagascar (Gem), a tenu a précisé que «Pour le secteur privé, la lutte contre la corruption, c’est la lutte contre la concurrence déloyale». La concurrence, a-t-il déclaré, peut se manifester sous diverses formes en terme de fraudes douanières : entrée illicite, fausse déclaration, non respect des normes en vigueur et réalisation de ventes sans factures.

La seconde partie de cet événement consistait à discuter des questions et remarques des usagers sur les opérations de dédouanement au sein du bureau des douanes Antanimena, notamment la Procédure prise en charge, le circuit rouge…

Le secteur privé a ainsi interpellé l’administration sur le fait que la DGD doit prêter main forte au secteur privé pour lutter contre ces tares. Eric Narivony Rabenja, directeur général des Douanes a assuré pour sa part que son département poursuit les efforts déjà entrepris pour améliorer et faciliter les opérations de dédouanement tout en tenant compte de la gestion efficace des ressources humaines…

Arh.

 

News Mada0 partages

Elaboration de la LFI 2018: rencontre avec la société civile

Après l’établissement de la lettre de cadrage de la loi des Finances 2018, les membres de la société civile ont apporté leur avis. C’était lors de la rencontre organisée par la Direction générale du Budget (DGB).entre le ministère des Finances et du budget, les institutions, les ministères sectoriels et les organisations des sociéts civiles, hier, à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina.

D’après Alexandre Randrianasolo, secrétaire général du ministère des Finances et du budget, cette rencontre entre dans le cadre du processus d’élaboration de la LFI dans un souci de processus participatif et de transparence.

La société civile a renforcé pour sa part sa demande de transparence dans la présentation de la loi de Finances, notamment au niveau des allocations budgétaires. Demande pour la mise en place d’un mécanisme qui permet vraiment de suivre à la base les réalisations des ministères et institutions.

Après sa finalisation, le projet de loi devrait être remis au Parlement vers la fin du mois d’octobre pour adoption.

Arh.

News Mada0 partages

Tsy ampy ny indostria: ny orinasa amin’ny informatika no tena maro

Namoaka ny tatitra 2017 ny sampandraharaha mampiroborobo ny toekarena, Economic Development Board of Madagascar (EDBM), mikasika ny fampiasam-bola sy ny famoronana orinasa eto amintsika. Nahatratra 883 ny orinasa niforona, nahitana fitomboana +14% miohatra amin’ny taona 2016. Sehatra tena iharian’izy ireo ny Teknolojian’ny informatika sy ny fifandraisan-davitra (Ntic), izany hoe, ny lafiny ara-barotra, niisa 43.

Sehatra faharoa ny harena an-kibon’ny tany. Nambaran’ny tale jeneralin’ny EDBM, Andriamihajamananirina Eric Robson, fa raha firenena tena mpampiasa vola teto Madagasikara i Frantsa hatramin’izay, nihoaran’ny avy any Sina izany, indrindra tato anatin’ny telo taona farany. Manampy ireo sehatra roa ireo ny sehatry ny fambolena sy ny fanodinam-bokatra (agri-business), ny fizahantany. Tsikaritra koa, hoy izy, fa manomboka mitombo tsikelikely ny orinasa misehatra amin’ny fanorenana sy ny asa vaventy (BTP).

Azo adika manamarina izany ny fahitana ireo teratany sinoa marobe mividy na mitrandraka harena an-kibon’ny tany eto amintsika, ny trano vaventy aorin’ny Sinoa etsy sy eroa, raha tsy hilaza afa-tsy ny eto an-dRenivohitra sy ny manodidina, toy ny eny Ivato, ohatra. Eo koa ny fanamboaran-dalana sy tetezana ataon’ny orinasa sinoa sy frantsay.

Tsy milamina ny fananan-tany

Nitsotra ny DG-n’ny EDBM fa anisan’ny olana diavin’ny mpampiasa vola, indrindra ny vahiny eto Madagasikara, ny lafiny fananan-tany. Maro ny tany tsy mazava ny sata mifehy azy. Hita tokoa ireo tany efa jarin’ny vahoaka an-taony maro, nefa ahitana ady satria misy ny olom-bitsy mampiseho taratasy tsy mazava. Eo koa ny tany mipetra-potsiny, na misoratra amin’ny vahiny fony fanjanahantany, nefa tsy ampiasainy intsony.

Anisan’ny paikady vaovao hampiroboroboana ny fampiasam-bola amin’ny lafiny famokarana lamba sy akanjo ny Faritra manokana ara-toekarena (ZES) amin’ity sehatra ity. Andrasana ny fankatoavan’ny parlemanta ny lalàna mamaritra azy.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Fanofanana sy asa: mila tanora ny sehatra rehetra

Nanokana fotoana momba ny fanofanana sy asa, omaly, ny Alliance française, nafantoka tamina lohahevitra  « Fahaizan’ny tanora malagasy ». Nasaina nandray anjara tamin’izany ny tale jeneralin’ny BNI Madagascar, Alexandre Mey, nitondra ny fijeriny. « Harena lehibe fananan’i Madagasikara ny fahamaroan’ny tanora. Misongadina izany amin’ireo tanora mpandraharaha eto an-toerana na ivelany », hoy i Alexandre Mey. Ho an’ny tale jeneraly, Alexandre Mey, fotoana iray iny nahafahana naneho fa mila tanora tokoa ny toekarena malagasy.

« Tsy miankina amin’ny taona ny lanjan’ny zava-bita ary hita fa ny tanora iray manana fahafahana manafaingana ny asany noho ny fahaizany ary ny safidiny mampitombo hatrany ny fahaizany », hoy izy. « Ankoatra ny fifantohana amin’ny asa iray, eo koa ny fitiavana izay atao sy ny kolontsaina manome lanja ny asa ».  Ireo no hita mampiavaka ny tanora iray, araka ny famelabelaran-kevitra nataon’ny tale jeneraly, Alexandre Mey.

Nasian’ny tale jeneraly fanazavana ny politikan’ny BNI Madagascar momba ny mpiasa ao aminy. Betsaka ny fandraisana ireo vao mianatra asa sy ireo vao manomboka miasa, ny taona 2016. Ahafahan’ny tsirairay misafidy izay asa mifanandrify aminy ireo karazana sehatra asa rehetra misy ao amin’ny banky, araka izay fianarana nataony sy ny fahaizany. Hita ao amin’ny fianakaviamben’ny mpiasan’ny BNI Madagascar avokoa ireo. Najoro rahateo, taona 2016, ny masoivoho iray ho fanohanana ireo vao miditra. Azon’ny rehetra atao tsara manomboka izao ny mihevitra hiditra ao amin’ny BNI Madagascar.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Taitra sy gaga ny Sendikàn’ny mpitsara: nahazo LP ilay tale nampidirina am-ponja iray andro

Manjavozavo tanteraka . Nahazo fahafahana vonjimaika (LP) rehefa notanana vonjimaika (MD) iray andro teny Antanimora, ilay tale eo anivon’ny Fitsinjaram-pahefana, ahina ho nanodinkodim-bolam-panjakana.

Misy majika eo amin’ny fitsarana ? Niakatra ny Fitsarana misahana ny ady amin’ny kolikoly (CPAC), tetsy 67 ha ity tompon’andraikitra ambony ity ny alatsinainy teo, nofotorina momba izany raharaha izany. Ahina ho mpiray tendro amin-dRazaimamonjy Claudine koa ny tenany ka nampidirina am-ponja vonjimaika, taorian’ny fanadihadiana. Nivoaka avy hatrany anefa ity tale ity ny ampitson’io (talata 25 jolay) rehefa nahazo LP.  Tsy mazava hatreto ny antony nahazoany izany tampoka indray. Anisan’ny namotorana azy ny fanahiana ho nanodinkodina ny vola tokony hanampiana ny kaominina any amin’ny distrikan’Analalava. Mitentina hatrany amin’ny 190 tapitrisa Ar zany ary tokony ho hanavaozana kianja filalaovana baolina kitra any an-toerana.

Naneho ny heviny avy hatrany ny teo anivon’ny Sendikàn’ny mpitsara (SMM), tamin’ny alalan’ny filohany, Faniry Ernaivo. “Tena nahagaga anay izany fanapahan-kevitra izany… Na izany aza, tokony hitondra fanazavana ho an’ny rehetra momba izao raharaha izao ny mpitsara fa tena tsy nampoizinay”, hoy izy.

Manambady loholona ary akaikin’ny vadin’ny mpitondra

Anisan’ny manaitra amin’ity raharaha ity ny tsy tokony hahazoan’ny olona ahina ho nanodinkodim-bolam-panjakana LP izany mihitsy, mandra-pahatongan’ny raharaha eny anivon’ny fitsarana. Efa nanamafy izany ny eo anivon’ny SMM, ka anisan’ny tsy nahazoan-dRazaimamonjy LP izany na efa nangataka aza ny mpisolovava azy.

Manoloana izany, nisy tsindry avy aiza na lava tanana niditra amin’izao raharaha izao ka nahazoan’ity tale ity nahazo LP ? Tsy mitombina ny vesatra niahiahiana azy ? Inona anefa ny nandefasana MD azy raha izany ? Etsy andaniny, voalaza fa manambady loholona ity tale ity ary akaiky ny vadin’ny mpitondra. Misy ifandraisany izany ?

 Tsiahivina fa efatra ireo niakatra tetsy amin’ny CPAC ny fiandohan’ity herinandro ity. Nahazo LP ny telo ary MD kosa ny ben’ny Tanànan’i Ialanindro, anisan’ny ho mpiray tendro amin-dRazaimamonjy Claudine. Nialoha izany ny nampidirana am-ponja io tale io nefa izao nivoaka izao sahady.

Randria

 

News Mada0 partages

Frantsa sy i Madagasikara: hiara-kiasa isam-paritra

Hatao eto amintsika ny volana oktobra izao ny atrikasa ho amin’ny fitsinjaram-pahefana iarahana amin’i Frantsa. Tonga eto ho fanomanana izany ny tale jeneraly lefitra frantsay, misahana ny fanatontoloana, Emmanuel Puisais-Jauvin. Niaraka taminy ny  ambasadaoro, Veronique Vouland-Aneini ary noraisin’ny Praiminisitra Mahafaly teny Mahazoarivo, omaly. “Hanetsika ny mpandray anjara frantsay izahay ho amin’ny fiaraha-miasa, indrindra eo amin’ny tontolon’ny fitsinjaram-pahefana frantsay sy malagasy. Hofaritana amin’izany ny ireo sehatrasa ahafahana mampivelatra kokoa ny fiaraha-miasa. Tafiditra ao anatin’izany ny rano madio fisotro sy ny fanadiovana. Ny fambolena ary ny fahaiza-mitantana”, hoy ny vahiny. Nambarany fa miainga amin’ny hetahetan’ny malagasy ny hitondrana ny fanohanana. Tsiahivina fa efa eo am-panomanana ny soridalana sy ny hametrahana ny laharam-pahamehana ho amin’izany fiaraha-miasa isam-paritra izany ny roa tonta, indrindra fa ny ho fandraisantsika ity fihaonana lehibe ity.

Synèse R.   

News Mada0 partages

Rugby – Fihaonana tetsy Mahamasina: foanana ny «licence»-n’ireo mpilalao

Nomen’ny Malagasy Rugby sazy henjana ireo mpilalao nandray anjara, tamin’ny fifaninanana, nampanaovin’Analamanga Rugby. Ankoatra izay, miala ao anaty rafitra federaly ihany koa ny ligy.

Nanambara, tamin’ny feo hentitra sy mazava, Rakotomalala Marcel, filohan’ny Malagasy Rugby, omaly tetsy amin’ny foibe toerany etsy Ankorondrano, fa manala tena tsy ho anisan’ny mpikambana ato anatin’ny rafitra federaly  intsony ireo mpikambana ao amin’ny ligin’Analamanga. Porofon’izany ny tsy fahazoan-dalana avy amin’ny Malagasy Rugby sy ny tsy fametahana ny anaran’ny federasiona teny ambonin’ny afisy misy ny lalao, izay rafitra faratampony amin’ny rugby eto Madagasikara.

Ankoatra izay, foanana ary tsy manankery ny kara-pilalaovana “licence”-n’ireo mpilalao rehetra nandray anjara tamin’ny fihaonana, nataon’ny ligy ny alahady 23 jolay lasa teo, tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina. Nambarany fa tsy nahazoana alalàna izany lalao izany.

Ny fiziriziriana mbola hampiasa izany dia mitarika any amin’ny fanomezana sazy henjana. Nomarihiny fa mitohy hatrany ny lalao karakarain’ny «comité ad’hoc»,  mba tsy hisian’ny taona fotsy.

Nomarihin-dRakotomalala Marcel fa fitsabahan’andraikitra «ingerence» ny fanapahan-kevitra navoakan’ny filankevi-panjakana «conseil d’etat». Nilaza moa ny tenany fa hifampiresaka mivantana amin’ny minisitry ny Fanatanjahantena mahakasika ity raharaha mampifanolana ny federasiona sy ny ligy ity.  «Tsy marina ny filazana fa tsy mandeha ny rugby eto Madagasikara, satria mizotra araka ny tokony ho izy avokoa ireo fandaharanasa rehetra. Tsy maintsy vita amin’ny volana desambra ny fifaninanam-pirenena rehetra», hoy izy, namarana ny teniny.

Tompondaka

News Mada0 partages

« Sômaroho! Tour”: efa eto ireo vahinin’i Wawa

Hahazo ny anjarany mialoha amin’ny “Sômaroho!” ny eto Antananarivo. Hiaka-tsekatra etsy amin’ny Coliseum ireo vahinin’i Wawa, izay ho any Nosy Be koa.

Tsy vahiny eto Madagasikara intsony ry Toofan, Serge Beynaud ary Bacoili. Efa samy nasain’i Wawa sy ny ekipany hiseho taty, ary tsy mahafoy ka mbola tonga ihany, izy ireo, handray anjara amin’ny “Sômaroho! Tour” 2017. Hanampy azy ireo i Singuila, izay efa nizara ny fahamaizany hihaona amin’ny mpankafy aty Madagasikara, tamin’ny alalan’ny “video” miparitaka anaty tambajotra sosialy.Samy hanafana ny seho goavambe, izay hotontosaina etsy amin’ny Coliseum Antsonjombe ireto vahinin’i Wawa ireto, ny alahady 30 jolay ho avy izao. Amin’ny 10 ora dia efa hanomboka ny fety ka hanokatra izany ireo mpanakanto malagasy nasaina manokana koa, toa an’i Stéphanie sy Toyah.Vantany vao vita io seho goavana io, hihazo avy hatrany an’i Nosy Be ny rehetra. Any rahateo ny tena ivon’ny fanamarihana ny “Festival Sômaroho!”, izay hotontosaina ny 2 hatramin’ny 6 aogositra izao.Mikasika izay “Festival Sômaroho!” any Nosy Be izay indrindra, mampilaza ireo mpanjifa any an-toerana ny orinasa Telma, amin’ny fisiana olona mitady hisandoka. Misy olon-dratsy mandefa SMS milaza fa misy fisarihana mety hahazoana fiara mantsy, mandritra ny hetsika. Amin’ny maha mpanohana ofisialy ny Telma, manao fanambarana izy fa tsy misy mihitsy karazan-dalao na fifaninanana, na amin’ny alalan’ny SMS izany, na amin’ny alalan’ny antso, na amin’ny tambajotran-tserasera isan-tsokajiny, nokarakaraina anatin’ny “Somaroho Tour! 2017”.  Mamarana  ny “Somaroho! Tour” ny “Festival Sômaroho!” Any Nosy Be, ary mbola manamafy ny Telma sy ny komity mpikarakara fa tsy nisy ihany koa fifanarahana amina hetsika hafa nataon’izy ireo nandritra ny fihodinana.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Tsingerin-taona: 25 taona namoronan-kira Rakotoarijaona Julien

Feno 25 taona amin’ity taona ity ny nilomanosan-dRakotoarijaona Julien teo amin’ny tontolon’ny famoronan-kira, ankoatra ny maha mpihira azy ihany koa. Angamba, tsy faheno firy izany anarana izany, kanefa tao ambadiky ny fahombiazan’ny mpanakanto maro, toa an’i Rija Ramanantoanina.

Tsy handalo fotsiny ity tsingerin-taona ity fa hosantarina amin’ny hetsika lehibe, mitondra ny lohahevitra hoe “Miara-mihira sy midera”. Izany hoe hotontosaina rahampitso tolakandro eny amin’ny FJKM Ambohidroa Antehiroka. Hizara roa ny fandaharam-potoana ka amin’ny ampahany voalohany, hisy ny fanompoam-pivavahana. Antsan-kira fiderana kosa no handravaka ny tapany faharoa.

Maromaro ireo antoko mpihira handray anjara amin’izany, toy ny Gadhona Artistika, ny SLK Mpihira, ny Tsantan’ny famonjena, ny AMFF ary ny Feon’ny famonjena. Nambaran-dRakotoarijaona Julien fa samy hikalo ireo hira ara-pilazantsara nosoratany avokoa ireo antoko mpihira ireo. Hiara-hiaka-tsehatra amin’izy ireo ihany koa ny tompom-pety.

Ankoatra izany, nasaina manokana amin’ity fanokafana ny fanamarihana tsingerin-taona ity i Rija Ramanantoanina. Amin’ny maha fankalazana tsingerin-taona azy, tsy hadino ny fanapahana mofomamy sy ny fizarana vatomamy ho mariky ny fifaliana.

Santatra ambavarano ihany ny rahampitso fa mbola hisy ny hetsika goavana, hatao etsy amin’ny CC Esca Antanimena ny 9 septambra izao, ho fanamarihana ny 25 taona namoronan-dRakotoarijaona Julien hira.

Landy R.

News Mada0 partages

Mpivarotra sy mpifoka rongony: 15 lahy indray voasambotry ny polisy

Noraisim-potsiny ireo lehilahy miisa 15 voarohirohy ho mpivarotra sy mpifoka rongony tratran’ny polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina teny Manarintsoa sy Anosibe, afakomaly…

Mitohy hatrany ny ezaka ataon’ny polisy misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina Anosy amin’ny famongorana ireo mpidoroka sy mpivarotra rongony. Nanao bemidina tampoka teny amin’ny faritra mafampana amin’ny fiparitahan’ny rongony, ny alakamisy 27 jolay 2017 ny polisy. Isan’ireo toerana nidinan’izy ireo tampoka ny eny Manarintsoa, IVO Antohomadinika ary Anosibe. Tratra tamin’izany ny lehilahy miisa 15. Nisy tamin’ireo no voasambotra teo am-pifohana rongony teo amin’ny lakandranon’Andriantany, teo amin’ny toerana antsoina hoe Vorodamba. Ny sasany kosa tratran’ny polisy teny amin’ny IVO Antohomadinika. Nahatrarana rongony marobe tany amin’izy ireo nandritra ny fisavana nataon’ny polisy. Ankoatra ireo mpanao trafika, mpividy sy mpifoka avokoa ny ankamaroany. Avy any amin’ny faritra Atsimo ireo rongony ireo araka ny fanazavany nandritra ny fanadihadiana nataon’ny polisy. Vidiana 1 hetsy Ar ny iray selofanina lehibe ka tsinjaraina anaty fonosana kely indray.

Hatreto tsy misy politika mazava raisin’ny fanjakana amin’ny hamongorana ity zava-mahadomelina ity. Misy ny ezaka ataon’ny mpitandro filaminana amin’ny fisamborana ireo mpanao trafika, saingy very an-javony ihany izany ezaka izany satria miditra am-ponja izay tratra. Tonga indray ny manaraka, dia toy izay hatrany ny zava-miseho. Efa fantatra hoe any Atsimo ny fiaingan’ireny rongony nefa tsy misy fepetra raisin’ny fanjakana manoloana izany.

J.C

News Mada0 partages

Anivorano: tovovavy hita faty tao anaty ala

 Tovovavy iray 18 taona no hita faty tao anaty kirihitr’ala iray ao Anivorano, fokontany Marofinaritra Vavatenina omaly maraina. Tsy fantatra izay antony nahafaty azy fa araka ny fanazavan’ny ray aman-dreniny, niala tao an-tranony afakomaly antoandro hoe hiandry omby ity tovovavy ity ka tsy hita intsony taorian’izay. Ny fatiny anefa sisa hita ka nahataitra ireo olona teo an-tanàna. Olona sendra nandalo no nahita ny fatiny ka nampilaza tamin’ireo ray aman-dreniny satria fantatr’ireo olona nahita ny razana ny toerana misy azy. Nahitana mangana ny vatany nandritra ny fitsirihana nataon’ny polisy sy ny dokotera nanao fizahana razana. Mbola hita teny amin’ny avokoa ny fitafiana nanaovany. Tsy mbola fantatra mazava, araka izany ny antony nahafaty azy fa aorian’ny fanadihadiana ataon’ny polisy ny hamantarana ny marina rehetra. Efa lasan’ny fianakaviana ny razana taorian’ny fitsirihana nataon’ny polisy.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

CHRR Ambovombe: zaza telo maty tao amin’ny Creni

 

 

Miasa mafy ny mpanentana ara-pahasalamana eny ifotony ao amin’ny Crenam ka tsy tonga eny amin’ny Creni intsony ny zaza tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo ao Ambovombe. 

 

Tao anatin’ny herinandro, tsy nisy zaza tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika miaraka amin’ny fahasarotana noraisina an-tanana ao amin’ny centre de récupération et d’éducation nutritionnel intensif (Creni) ao amin’ny CHRR Ambovombe, araka ny fanazavan’ny tomponandraikitry ny fanjarian-tsakafo amin’ny sampandraharaham-paritra misahana ny fahasalamana ao Androy, Retofa Germaine. Azo  ambara fa mihatsara ny tsy fanjarian-tsakafo amin’ny ankapobeny. Efa voaray an-tanana mialoha eny amin’ny Crenas eny anivon’ny CSB sy Crenam ao anatin’ny fokontany ny tsy fanjarian-tsakafo ka tsy tonga amin’ny Creni intsony.

Ny volana janoary ka hatramin’ny jona lasa teo, 35 ny zaza tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo niditra tao amin’ny Creni. 31 tamin’ireo nalefa eny amin’ny Crenas nanohy ny fitsaboana, telo sitrana, telo hafa kosa maty. Ireo eo anelanean’ny 24-59 volana no tena tratrany indrindra rehefa amin’ny volana janoary hatramin’ny avrily, fotoan’ny maitsoahitra. Misy maty ny zaza voan’ny tsy fanjarian-tsakafo raisina an-tanana noho ny aretina mahazo azy ka mamparefo ny fahasalamany. Zaza iray tratran’ny tsimokaretina VIH Sida no namoy ny ainy satria sady voan’ny fivalanana izy no niampy aretina tiberkilaozy koa.

 

Omena ronono sahaza sy fanafody

Maimaimpoana ny fitsaboana ny zaza voan’ny tsy fanjarian-tsakafo ao amin’ny hopitaly. Mahazo sakafo sy bodofotsy koa ny reny. Dimy ka hatramin’ny 13 andro no karakaraina ao amin’ny Creni ny zaza arakaraka ny fivoaran’ny lanjany sy ny fahasalamany.

Indraindray rehefa mitombo lanja ny zaza, alefa amin’ny Crenas akaiky azy izy ireo hanohy ny fitsaboana. Misy nefa ireo miverina eny amin’ny Creni indray satria tsy ampy ny sakafo any an-tokantrano ka mihen-danja indray ilay zaza.

Rehefa tonga ao amin’ny hopitaly, omena ronona sahaza miaraka amin’ny fanafody plumpy nut ilay zaza. Manome ny fanafody sy ny ronono ary ny fitaovana rehetra amin’ny fanaraha-maso ny fitombon’ny zaza (fandanjana, metatra) ny Unicef. Misy toeram-pitehirizana fanafody sy fitaovana ao amin’ny CHRR Ambovombe niasa nanomboka ny taona 2015. Napetraka izany hamatsiana ny distrika rehetra ao Androy miampy ny distrika any Anosy ary ny distrika roa ao Atsimo Andrefana. Maharitra hatramin’ny enim-bolana ny tahirim-panafody sy ronona ary fitaovana 37 t 500.

 

11% ny tahan’ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika

Ho an’ny faritra Androy, ny taona 2017, nahatratra 11% ny tahan’ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika araka ny fanadihadiana ary tafiditra ao amin’ny sokajy fanairana.

Manana CSB 74 ahitana Crenas ny faritra ary mandeha avokoa izy ireo, efatra kosa ny Creni.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Tsy hita ny soritraretina fa misoko mangina: 23% ny tahan’ny aretina hépatite eto Madagasikara

“70%-n’ny tranga hepatite B mamely ny aty izay mpiseho betsaka eto Madagasikara tsy ahitana soritraretina ety ivelany nefa mitondra ny tsimokaretina ilay olona”, araka ny fanazavan’ny profesora Ramanampamonjy Rado, tomponandraikitry ny unité gastro-entérologie, HJRB. 30% kosa miseho amin’ny ngorongosy (ictère na jaunisse) ary ny 0,1% efa tonga amin’ny homamiadan’ny aty mitarika amin’ny fahafatesana matetika.

Fiarovana mahomby indrindra ny fanaovana vaksiny raha mbola tsy voan’ny aretina hepatite ny olona iray. Misy ny vaksiny maimaimpoana atao ny zaza vao teraka rehetra isorohana ny aretina eny amin’ny CSB manerana ny Nosy. Atao intelo ny vaksiny dia voaaro tanteraka ilay zaza. Ho an’ireo efa nahazo ny tsimokaretina kosa, misy ny fitsaboana atao mandritra ny taona maro amin’ny fihinanana fanafody isan’andro. Azo fantarina amin’ny fitiliana ny ra na mitondra ny tsimokaretina heptatite B na tsia. Mifindra amin’ny alalan’ny ra, ny reny mitondra vohoka ary ny firaisana ara nofo ny tsimokaretina.

Any ambanivohitra 30,5% ny tahan’ny hépatite B

Eto amintsika, ho an’ny tanàn-dehibe, 5,4% ny tahan’ny olona mitondra ny tsimokaretina, any ambanivohitra, tafakatra hatramin’ny 30,5% ny tratran’ny aretina hépatite B. Any amin’ny toerana lavitra, tsy mazoto mitondra ny zanany atao vaksiny ny olona ary mbola ampiasaina betsaka any amin’ny mpanety volon-dehilahy ny areza tokana ho an’ny mpihety rehetra.

60 ka hatramin’ny 90%-n’ny tranga hépatite B sitrana amin’izao, 10 ka hatramin’ny 20% lasa manao hépatite mitarazoka mety hihafara amin’ny fahasimban’ny aty tanteraka mitranga amin’ny homamiadana ho an’ny 2 ka hatramin’ny 5%. Ho an’ny olona voan’ny aretina, ilaina ny miala sasatra tanteraka ary manajanona ny fanafody rehetra. Tsy azo atao mihitsy ny mihinana paracétamol, hoy ny fanazavana.

Ho an’ny hépatite mitarazoka, misy ny fanafody roa eto amintsika fa manodidina ny 50 000 Ar ny vidiny ho an’ny marary iray ary maharitra aman-taonany ny fitsaboana.

Vonjy A.                     

Nahena ny vidin’ny vaksiny fiarovana 

Nanambara ny sampandraharahan’ny Firenena mikambana momba ny fahasalamana (OMS) fa olana ho an’ny fahasalamam-bahoaka eto Madagasikara ny aretina hépatite B satria 30,5% ny taha any ambanivohitra. Mandritra ny volana aogositra sy septambra izao, misy ny hetsika fampidinana ny vidin’ny vaksiny telo tsy maintsy atao hiarovana amin’ny tsimokaretina. Afaka manatona ny hopitaly, farmasia ireo rehetra hanao ny vaksiny.

Maneran-tany, 400 tapitrisa ny olona mitondra ny tsimokaretina ary ny 95% amin’izy ireo tsy mahalala akory ny toe-pahasalamany ary mamindra amin’ny hafa. 6 ka hatramin’ny 1 tapitrisa isan-taona ny tranga vaovao voatily. Hametraka sampandraharaha iray vaovao ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka hisahana ny ady amin’ny aretina hépatite satria tafiditra ao amin’ny firenena manana taha ambony isika eto Madagasikara, hoy ny tale jeneralin’ny minisitera, Andriamboavonjy Adrien. Nomarihina teny amin’ny HJRA, omaly ny andro maneran-tany iadiana amin’ny hepatite vokatry ny virus.

News Mada0 partages

Carrefour FME Andavamamba: Nahasarika tanora ny tolotrasa nisy

Nisokatra omaly ary hitohy, anio, tontolo andro ny Carrefour de la formation, des métiers et de l’emploi atao eny amin’ny Alliance française Andavamamba. Nahasarika olona betsaka toy ny mahazatra rehefa misy tolotrasa sy fanomezana fiofanana ny hetsika ho an’ny andiany voalohany. « Vao ny tapakandro maraina fotsiny, 2 000 ny olona tonga nitsidika ny tranoheva sy ny tolotra marobe », hoy ny mpikarakara ao amin’ny AFT, Ratsimba Heritiana. Nisongadina ny tanora nitady asa, nila torohevitra amin’ny lalam-piofanana hotrandrahiny amin’ny fampianarana ambony.

Tanjon’ny mpikarakara ny carrefour FME ny hampihaona ny tolotra sy ny tinady eo amin’ny fiofanana sy ny asa misy. Mpiray ombon’antoka amin’ny AFT ny orinasa, oniversite tsy miankina sy tantanin’ny fanjakana nahatratra 40. Nisy tamin’ireo toeram-piasana no nanao fifampiresahana mivantana amin’ireo mpitady asa ary nandray ny taratasy fampahafantarana (CV) ny tsirairay. Afaka nanatrika ny famelabelarana momba ny asa ireo liana tamin’izany, hanampiana ny mpitady asa sy hiomanany.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Eulaly: « Tanjona ny hahatafita hafatra »

Groupe Eulaly, mivoy ny hira evanjelika, nanomboka ny taona 2011. Mampiavaka azy ireo ny fitadiavana ny fomba rehetra hahatafita ny hafatra, izay zava-dehibe indrindra amin’ny fitoriana ny Tenin’Andriamanitra, ny fiderana Azy, amin’ny fankaherezana sy ny fitarihana ny olona tsy hisaraka Aminy.

Mirona kokoa amin’ny famolahana ireo gadon-kira mihetsiketsika (sud’af, salegy, tsapiky, sega, mangaliba) ny tarika, izay naorin’i Eugene sy i Larissa ary i Lydia, saingy ahitana mpikambana 15 ankehitriny. Nomarihan’i Eugene fa miova, arakaraka ny toerana anaovan’izy ireo fampisehoana, ny fianjaika eny an-tsehatra. Toy izany koa ny handrafetana ny fandaharan-kira. Ezahina ny hanakaiky kokoa ny gadona sy ny fitafin’izy ireo.

“Ny anton’izany, ny hanamorana ny fampitana ny hafatra amin’ny mpijery”, hoy ihany i Eugene, sady mpitendry, mpihira ary mpamoron-kiran’ny tarika. Na izany aza, tsy mijanona hatreo amin’ny fiangaliana ny hira sy ny dihy tropikaly evanjelika ny groupe Eulaly fa miangaly gadona hafa, toy ny bagasy sy ny “slow”.

An-dalam-piketrehana rakikira sy sary andiany fahefatra, ankehitriny, ny tarika. Anisan’ireo handrafitra izany ny “Tano mafy i Jesosy”, narindra amin’ny gadona avy atsy Afrika Atsimo. Mitohy koa ny fitetezam-paritry ny tarika, izay efa manana sanganasa maherin’ny 75.

Nanangona: HaRy Razafindrakoto

 

Sary: EULALY.JPG

News Mada0 partages

Tenisy – «Afrique U18»: hiatrika fifaninanana any Egypta i Tsantaniony

Mbola tsy manana isa fa aotra ny ao anatin’ny kaonteran’i Tsantaniony, ankehitriny. Noho izany, handeha hanatrika fifanintsanana “circuit mondial”, hakana isa atsy Afrika ny tovovavy, ho an’ny sokajy U18. Handray anjara amina fifaninanana telo izy raha ny fandaharam-potoana, nambaran’ny federasiona. Hisy ny atsy Afrika Atsimo, ary avy eo hihazo an’i Egypta indray izy , ka ankoatra ny fifaninanana mbola handray anjara amin’ny fiofanana omen’ny federasiona iraisam-pirenena, ihany koa i Tsantaniony.

Manana fikasana ihany koa ny federasiona vaovao, tarihin-dRakotondrainibe Stéphane, ny hampiantrano ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, sokajy U12, U14, U16, U18 ary ny amboara Davis, sokajy fahatelo, ho an’ny taona 2018. Etsy ankilany, nanamafy ny fandraisany anjara amin’ny fiadiana ny ho tompondaka isan-tarika sokajy zandriny U12 i Madagasikara, izay hatao any Casablanca Maraoka, ny 10 ka hatramin’ny 12 septambra izao. Hiatrika izany i Johny sy Hugo ary Mahefa eo amin’ny lehilahy ary i Miotisoa sy i Maholy ary i Randy, eo amin’ny vehivavy.

Lelavola be ny loka

Ho an’ny eto an-toerana, hanomboka ny 7 ka hatramin’ny 20 aogositra ho avy izao, ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara, taranja tenisy. Fihaonana hotanterahina eo amin’ny kianja ACSA Ambohidahy. Nambaran-dRakondranibe Stephane, filohan’ny federasiona fa lelavola hatrany amin’ny 3.800.000 Ar no hozaraina, miampy amboara sy medaly. Handray anjara amin’izany ireo ligim-paritra fito dia Analamanga, Boeny, Vakinankaratra, Antsinanana, Matsiatra Ambony, Atsimo Andrefana, Amoron’i Mania. Nohamafisin’ny filohan’ny federasiona fa noraisin’izy ireo avokoa ny 75 isan-jaton’ny vesatra, tamin’ny fifaninanana, nataon’ireo ligim-paritra rehetra.

Farany, niova ny endriky ny sary famantarana ny federasiona malagasin’ny tenisy.

Tompondaka

Tia Tanindranaza0 partages

FLSH sy DEGS -AnkatsoEfa-bolana tsy nandray vatsim-pianarana

Velon-taraina sy mimenomenona noho ny tsy mbola naharaisan’izy ireo vatsim-pianarana efa ho efa-bolana ny mpianatra ao amin’ny Sampana Haisoratra sy ny DEGS eny amin’ny oniversiten’Antananarivo.

  Nilaza kosa anefa ny filohan’ny oniversite Pr Panja Ramanoelina fa efa vonona ny vola fa miandry ny fandaminan’ny lehiben’ny departemanta isanisany ny famoahana azy. Inona no antony tsy hizarana azy raha efa ao tokoa ny vola ? Mety misy ve ny fanodinana hakana tombony vao zaraina ? Miandry fitokonana ve ny tompon’andraikitra vao handray andraikitra manoloana ny fitarainan’ny mpianatra ? Ireo mpitarika fikambanana ara-pedagojika etsy an-daniny toa tsy taitra sy tsy mihetsika manoloana ny fitakiana ny tombontsoan’ny mpianatra amin’izao fotoana izao, raha ny fanamarihan’ny mpianatra avy amin’ny Sampana haisoratra, ka maro no manome tsiny hoe tsy miady ho an’ny mpianatra ary mamono afo mihitsy. Paikady napetraky ny minisiteran’ny fampianarana ambony sy ny Fiadidian’ny anjerimanontolo kosa anefa ny hoe hanomezana vahana ny fifampiresahana sy ny fifanakalozan-kevitra, saingy toa fampandriana adrisa no betsaka raha ny fanehoan-kevitr’ireo mpianatra tsotra hatrany. Somary hentitra kosa anefa ny fandrangarangana sazy na ny fiakarana fitsipi-pifehezana, ka aleon’ny mpianatra miandry ny rariny sy ny hitsiny.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fizaham-pahasalamana eny AnalakelyNatao hanampiana ny rehetra

Hetsika ara-pahasalamana maro no tanterahin’ny fikambanana “Club Ominsports Avaratranjoma” etsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely nanomboka omaly.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina Hépatite BMandripaka any ambanivohitra

5,4% no tahan’ireo mitondra ny otrikaretina hepatite B ety an-tanàn-dehibe.

 Manodidina ny 18,9%  ka hatramin’ny 30,5% kosa izany ho an’ny tontolo ambanivohitra, raha ny fanazavan’ny profesora Rado Ramanampamonjy, izay manampahaizana manokana namelabelatra ny mikasika ny aretina Hepatite nandritry ny fankalazana ny andro iraisam-pirenena hiadiana amin’izany tetsy amin’ny hopitaly CHU-JRA etsy Anosy omaly. Ny 70%-n’ity trangan’aretina izay mpahazo ny tsinay ity moa dia tsy hita soritra ety ivelany fa manodidina ny 20 hatramin’ny 30% ihany no hita. Nanentana ny rehetra mba hanao vaksiny fisorohana ity aretina ity, araka izany, ireo mpitsabo satria sarotra ny mitsabo ary raha tsy mitandrina dia mety hivadika homamiadana. 30.000 ariary ankehitriny ny tsindrona 3 raha 40.000 ariary ny 1 teo aloha. Hatramin’ny fiandohan’ny septambra izao moa ny fanentanana mikasika ity fanaovam-baksiny ity ary ho hita eny amin’ireo farmasia mahazatra ny tsindrona, raha ny fanazavana hatrany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Miantso fanaratsiana

Mahagaga ihany raha ny eo anivon’ny fitondram-panjakana amin’izao fotoana izao no mamerimberina matetika fa tsy fotoanan’ny fifanaratsiana intsony izao.

 Mba mijery ny antony mahatonga izay fanaratsian’ireo ankolafin-kery lazainy ho misakana ny lalany izay ny fitondrana ankehitriny ? Tsy efa nilaza avokoa ve ny sokajin’olona rehetra na mpanao politika io na mpandraharaha na olon-tsotra sy mpandinika raharaham-pirenena fa tsy mihaino ny tsikera atao aminy ary mila mianatra mihaino izany ny filoham-pirenena ? Tsy ny mpitondra ihany ve no miantso fanaratsiana ho an’ny tenany, raha ny zava-mitranga, hitan’izao tontolo izao afitsony  no resahana ? Ny fahalalahana hiteny sy maneho hevitra efa mampiady hevitra. Ankehitriny, tsy mbola nisy teto ambonin’ny tany raha tsy teto amintsika ihany izany hoe tandindomin-doza izany ihany koa ny fahalalahana hanao fety na hankalaza tsingerin-taona no marimarina kokoa. Mety hamaly indray ny solontenan’ny fitondrana hoe tsy mbola mitovy amin’ny any ireo firenena jadona no misy eto tahaka ny efa nitenenana solontenana mpitondra fanjakana iray tamin’ny taon-dasa hoe mbola tsy mitovy amin’ny any amin’ny tany hanjakan’ny asa fampihorohoroana ny eto amintsika. Handrasana ho faran’izay ratsy hatrany ve ny toe-draharaha rehetra vao handraisana fepetra ?

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Lozam-pifamoivoizana teny Ivato1 maty, 7 naratra mafy

Olona 1 maty ary 7 naratra mafy vokatry ny lozam-pifamoivoizana mahatsiravina niseho teny Antanetibe Ivato, akaikin’ny lalana mivily any amin’ny Hotely Paon d’Or ny alin’ny alakamisy teo tokony ho tamin’ny 11 ora sy sasany.

 Fiara iray marika peugeot 3008 avy any Ivato no nifandona tamina fiara hanatitra olona hihazo ny seranam-piaramanidina Ivato. Nirifatra mafy io fiara io, saingy tsy tana ny familiana rehefa tojo fiolonana, ka nandona fiara marika roa 2 dia Toyota Prado sy Opel Combo, ka ireo indray no nitarika ny fifandonan’ny fiara hafa ka tafakatra 5 ireo fiara tra-doza. Ilay fiara Opel Combo no tena nifatraran’ilay Peugeot 3008, ka tapaka nizara roa mihitsy ary tao anatiny no nisy ilay namoy ny ainy, izay vehivavy. Nifamonjena tao amin’ny hopitaly Loteranina ireo naratra, izay 7 no tena voa mafy, saingy ny nampalahelo, hoy ireo niatrika ny loza dia fiara 10 no nosakanan’ny olona tsy nisy nandray. Raha ny fanazavana nomen’ny nanatri-maso dia mamo ny mpamily ilay Peugeot ary mbola nahitana tavoahangin-toaka tao anatin’ilay fiara. Nifanandrify tamin’ny fetifety nahavitan’ny fanadinana bakalorea rahateo ny nisehoan’ny loza. Efa hitrangana loza matetika eo amin’io toerana io, ary misy mihitsy no milaza fa tsy mifanaraka amin’ny toerana ny tondro momba ny fandrindrana ny fifamoivoizana, ka tokony hasiana fanitsiana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Familiana MitsitsyHo fantatra tsy ho ela izay hibata ny fandresena ho an’Antananarivo

Andro vitsy monja sisa dia ho fantatra izay ho mpandresy amin’ilay hetsika familiana mitsitsy, karakarain’ny tobim-pivarotan-tsolika Shell, eo anivon’ny orinasa Vivo Energy.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

« Carrefour de la formation des métiers et de l’emploi »Mahasarika olona marobe tokoa

Nosokafana tamim-pomba ofisialy omaly tetsy amin’ny Alliance Française Andavamamba haharitra roa andro ilay “ Carrefour de la formation des métiers et de l’emploi” karakarain’izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fiompiana omby teny AmbolokandrinaTsy neken’ny kaominina intsony

Namoahan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra didim-pitondra ireo fianakaviana mpiompy omby eny Ambolokandrina ka tsy afaka manohy ny asa fiompiany intsony.

 

 Efa notenenin’ny sampandraharaha misahana ny fahadiovana sy ny fahasalamana eo anivon’ny kaominina mba hanaraka an-tsakany sy an-davany ny fahadiovan’ilay valan’omby sy ny fotoana tokony hanalana ny zezika ao anatin’izany mantsy izy ireo raha araka ny fanadihadiana natao saingy fotoana vitsy monja no nanatontosany  izany dia nijanona teo. Vokany, zazakely iray tsy manan-tsiny no tsy nahazaka ilay fofona ka narary mafy tampoka ary  nomen’ny dokotera “certificat medical” mihitsy.  Tonga teny am-pelatanan’ny kaominina ny fitarainana ka nisy ny famindrana toerana ilay zaza mba hizahana marina raha ilay fofona no tena nankarary azy. Sitrana soa aman-tsara anefa ilay zaza, araka ny fanazavan- dRamboasalama Emilien, lefitra voalohan’ny Ben’ny tanànan’Antananarivo taorian’ny namindrana toerana azy saingy raha vantany vao niverina tao amin’ilay tanàna indray izy dia niverina ilay aretina. Ny fahasalaman’ireo vahoaka eny Ambolokandrina  mihitsy no tena mampanahy mafy ny kaominina noho izany, antony nandraisan’izy ireo izao fepetra izao. Ny filohan’ny mpiaro ny zon’ny mpanjifa RNDC Rabetsara Lita teo an-danin’izay dia tonga nanatona ny fitsarana etsy Anosy mba hanoherana io didim-pitondrana navoakan’ny kaominina io. Omaly no nanatanterahany izany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Filoham-pirenena mivadyMiliba any Nosy be indray ?

Any Nosy Be ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina mivady amin’izao fotoana izao.

 

 Omaly maraina dia nandray ny filohan’ny Antenimierandoholona sy minisitra vitsivitsy ao anatin’ny governemanta, ary ireo olom-panjakana sy olom-boafidy ao an-toerana, izy mivady. Tanjona ny hanaporofo ny fandrosoan’ny tanàna eo amin’ny lafiny fizahantany, fotodrafitrasa ao amin’ny seranan-tsambo, fahasalamana, fanabeazana ary ny toekarena. Nambara fa hampandraisina andraikitra amin’ireo lafiny ireo ny mponina, indrindra fa ny lafiny fandriampahalemana. Hisy ny fitsidihana ny asa fanamboarana ao amin’ny seranam-piaramanidina sy ny ivontoerana Vonjy anio. Zavatra tsy dia manao ahoana loatra no toa mahamaika ny filoham-pirenena mivady, ary zara aza misy hitsoahana ny raharaha mafana eto amin’ny renivohitra. Toa atao fitaovana fotsiny ilay hoe misy zavatra hatao saingy efa tsy vaovao intsony ny mahita ny filoha mivady miliba sy manao fiainana, ary efa matetika ny fandehanana any Nosy Be ankoatra ny mankany ivelany. Vola be no atosaka satria tsy vitan’ny filoha mivady ihany no manao fiainana fa maro ireo tompon’andraikitra ambony any an-toerana amin’izao fotoana izao. Efa niaraha-nahita ihany koa ny resaka filankevitry ny governemanta mitety faritra izay efa in-telo nisesy izay, saingy fitsangantsanganana sy fandaniam-bola no betsaka, toa fanesoana ny fahantran’ny Malagasy efa mitrongy vao homana tsotr’izao.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mamy RakotoariveloNahavita be teo amin’ny firenena

Manampahaizana manokana momba ny fikirakirana sy ny fanamarinana ara-bola na “Expert comptable” i Mamy Rakotoarivelo.

 

 Mpiara-miombon’antoka tao amin’ny kabinetra Ramaholimaso ny taona 1994-1996. Nitazona ny toeran’ny Tale jeneralin’ny orinasa Midi Madagasikara ny taona 1994-2002. Efa nanao ny asana “Consultant freelance” tao amin’ny World Bank Group ny taona 2014-2015. Nitantana ny orinasan-tserasera MBS (Malagasy Broadcasting System) ary efa talen’ny orinasa Tiko tany Andranomanelatra Antsirabe. Efa filohan’ny federasionina Judo. Efa filohan’ny komity olimpika Malagasy (COM). Raha ny resaka politika kosa, dia tao anatin’ny Antoko Tiako I Madagasikara no tena nahafantarana an’i Mamy Rakotoarivelo, ary efa nitazona ny toeran’ny sekretera jeneralin’ny antoko nandritra ny naha filoham-pirenena an’i Marc Ravalomanana. Minisitry ny serasera tamin’ny fitondran’i Marc Ravalomanana ny taona 2002 (mey-desambra). Lany ho depioten’i Madagasikara tamin’ny anaran’ny antoko TIM tamin’ny 2002 ;  rehefa raikitra ny fifandaminana tany ivelany noho ny krizy 2009 toy ny tany Maputo, dia izy no lehiben’ny movansy Ravalomanana ary izy no nanasonia ny tondrozotra tamin’ny 2011. Taorian’izay  dia lasa filohan’ny kongresin’ny tetezamita tamin’ny alalan’ny movansy Ravalomanana i Mamy Rakotoarivelo ny taona 2011-2014. Niala tanteraka tao anatin’ny Antoko TIM kosa ny tenany ny taona 2016. Na izany aza anefa dia nanatrika ny fanamarihana ny faha-15 taonan’ny Antoko TIM teny amin’ny Carlton ny 8 jolay teo izy ary io no nahitana azy farany teo amin’ny tontolo politika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antoko TAMAMIMiandrandra governemanta iraisana

Fotoana izao handraisan’ny filoham-pirenena sy ny rehetra fanapahan-kevitra hentitra hitsinjovana ny ho avin’ny taranaka faramandimby,

J. Mirija

Madagascar Tribune0 partages

Marc Ravalomanana se veut chef de file de l’opposition

Marc Ravalomanana s’est officiellement prononcé par rapport au statut opposant de son parti. Hier, lors d’une conférence de presse tenue à Bel Air, le président national de Tiako i Madagasikara (TIM) a manifesté son souhait de diriger l’opposition. Un poste qui lui revient de droit selon ses partisans vu qu’il a terminé deuxième aux élections présidentielles et que le parti est deuxième à avoir disposé d’un certain nombre de parlementaires à l’Assemblée nationale.

Sur le plan juridique, c’est le Tim qui s’est constitué légalement opposant auprès du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation conformément à la loi en vigueur. Cela n’empêche pas l’ancien président de la République de faire appel à tous les autres partis politiques qui partagent ses visions de l’opposition, constitués légalement et disposant des projets de société.

Concernant le projet de l’Etat de procéder à une modification de la loi en vigueur concernant le statut de l’opposition dans une nouvelle proposition de loi qui va être soumise au parlement à partir du 12 août et dans lequel le mis à l’écart du chef de l’opposition de la chambre basse n’est pas exclu s’il n’est pas député est plus que probable, Marc Ravalomanana a déclaré qu’il n’a pas besoin de siéger à Tsimbazaza. Il veut tout simplement qu’on respecte la loi en vigueur et qu’on valorise la démocratie dans le pays.

Madagascar Tribune0 partages

"Il faut transformer cette situation en opportunité pour Madagascar", selon Zazah Ramandimbiarison

La situation sociopolitique dans le pays ne peut laisser indifférent personne. Zaza Ramandimbiarison, ancien ministre du régime Ravalomanana, et ancien directeur de cabinet de la présidence de la transition, sort de son silence. En s’adressant à tous les leaders dont le président de la République et les politiques ainsi qu’aux citoyens. « Il est temps de mettre en place les vraies conditions d’une émergence effective de Madagascar si nous ne voulons pas que les futures générations soient laissées pour compte dans les prochaines décennies », déclare-t-il.

« L’environnement socioculturel malgache se trouve encore en 2020, à plusieurs égards, en antinomie avec la modernité construite depuis le printemps de l’humanité créatrice : une révolution totale, scientifique, technologique, industrielle, intellectuelle et morale qui a été initiée et entretenue depuis des siècles par les nations reconnues actuellement comme pays développé, même si depuis le 18e siècle, Madagascar eut épousé les valeurs chrétiennes qui véhiculent : modernité, liberté, tolérance et démocratie », lâche cette personnalité politique du pays.

Il estime que « Madagascar doit se développer dans le contexte actuel de la transformation mondiale, de l’importance de l’indépendance actuelle entre toutes les sociétés du monde et des défis que tous les pays doivent faire face. Il faut reconnaître que notre apport est marginal sur le marché mondial et au niveau du concert des nations, pour influer aux grandes tendances universelles. Mais il faut être pragmatique et réaliste sans état d’âme », lance-t-il avant d’ajouter que « Les idées extrémistes, tirées d’un esprit nationaliste et souverainiste, esprit d’une époque révolue, ne sont plus justifiées dans le contexte de la mondialisation actuelle du 21e siècle ».

Dans le contexte socioéconomique encore fragile, à cause entre autres de l’épidémie du coronavirus, « la priorité des priorités reste les défis sanitaires et de survie à court terme », souligne-t-il. Certes, beaucoup d’actions ont été faites, « mais plus d’effort financier est nécessaire surtout au niveau de l’économie pour sauver des milliers d’emplois et d’entreprises qui génèrent des revenus de survie pour plusieurs pauvres », analyse-t-il. Il faut aussi, « améliorer continuellement la gestion de la lutte, un défi collectif, pour avoir une réponse rapide, vigoureuse et efficace », indique-t-il puisqu’il soutient que le monde entier va continuer de vivre avec le virus, pendant encore quelque temps.

Transformer cette situation en opportunité

L’ancien directeur de cabinet de la présidence de la Haute autorité de la Transition de lancer alors qu’il « faut absolument transformer cette situation en opportunité pour Madagascar, c’est le moment ou jamais pour profiter d’un effet de bascule créé par la crise sanitaire planétaire pour agir pour le changement. Toutes les forces vives de la nation et tous les amis internationaux se doivent de travailler ensemble pour oeuvrer vers un meilleur futur tout en faisant face aux défis urgents. Il faut s’engager ensemble, avec un esprit d’ouverture, de coopération et de collaboration franche et efficace, pour un changement réel pour un vrai progrès de Madagascar ».

Malgré tout, et face notamment à la crise politique latente qui plane pourtant dans le pays, il lance qu’ « il ne faut pas que l’espoir obtenu après la dernière élection présidentielle de 2019 se transforme en désespoir : il est donc temps d’agir résolument et enclencher le vrai tournant vers le vrai changement tant attendu. Il faut que tous les responsables nationaux et internationaux détenant un pouvoir, les sociétés civiles, religieuses et laïques, les organisations du secteur privé et tous les leadeurs d’opinion s’alignent sur un plan d’action commun, avec une grande sagesse, une très grande ouverture d’esprit qui met de côté l’égo, une volonté d’écouter pour apprendre et un esprit de coopération et de collaboration ». Zaza Ramandimbiarison estime qu’ une transformation en profondeur est nécessaire pour aller réellement sur la voie de l’émergence.

L'express de Madagascar0 partages

Un an avant les élections – Le parti ADN en marche ? 

Une séance de travail s’est tenue hier, entre le bureau politique du parti ADN et le secrétaire général de l’International Liberal. Il a été question de la stratégie électorale de la formation politique.

Prêt au combat. À un peu plus d’un an des élections de fin de mandat des élus, à l’issue des votes de 2013, le parti Antoka sy dinan’ny Nosy – Arche de la nation (ADN), est en ordre de bataille afin d’être fin prêt pour les prochaines échéances électorales.La visite d’Emil Kirjas, secrétaire général de l’Inter­national Liberal à Mada­gascar, est justement l’occa­sion pour la formation libérale malgache de peaufiner la tactique à mettre en place, afin d’arriver en pole position à l’issue des scrutins. Une réunion stratégique entre le bureau politique du parti ADN et son hôte macédonien s’est tenue durant tout l’après-midi, jusqu’en début de soirée, hier, au siège du parti à Ankorondrano.Comme l’a expliqué le secrétaire général de la fédé­ration mondiale des entités politiques libérales, « la réunion d’aujourd’hui, est une réflexion stratégique pour la campagne électorale au niveau politique et programmatique, pour préparer le parti, non seulement pour la campagne, mais aussi pour la gouvernance ». L’objectif de tout parti politique est aussi de conquérir le pouvoir. Et comme il a été affirmé durant la réunion d’hier, l’Arche de la Nation est prête pour le combat électoral.À l’issue de la séance de travail, le secrétaire général de l’International Libéral n’a pas tari d’optimisme quant aux chances du parti ADN à conquérir le pouvoir. « Il y a un sentiment que l’espoir et la confiance sont déjà là », a-t-il souligné. Durant les échanges, l’invité du parti libéral malgache a, en effet, martelé que « une bonne idée sans conviction, ne peut pas gagner des élections ».Des idées et de la conviction pour les défendre et convaincre ses concitoyens d’y adhérer, le bureau politique de l’Arche de la nation n’en manque pas, et l’a affirmé à son hôte hier, comme le Fédéralisme « Sahaza ».

Pour l’avenir du paysArrivé à Madagascar dans la soirée de jeudi, le secrétaire général de la fédération internationale des libéraux est à Madagascar, pour débattre et échanger avec « ses amis et collègues de l’ADN », pour voir ce que l’International libéral peut leur apporter sur le plan politique et afin d’améliorer la vie des citoyens malgaches.Une visite qui vise aussi à capitaliser les opportunités ouvertes par l’appartenance du parti ADN à la fédération mondiale des libéraux. Ne lésinant pas sur l’enthousiasme, Emil Kirjas a réaffirmé le fait que l’Inter­national Liberal sera derrière le parti ADN, notam­ment lors des joutes électorales. Durant la réunion stratégique d’hier, les expériences acquises par l’International Liberal, dans des processus électoraux dans d’autres pays, ont été soulevées afin d’éviter toute fausse note dans le combat qu’il engagera pour sortir vainqueur de la bataille électorale.De la présence sur terrain, l’intensification des actions déjà engagées, jusqu’à la question du financement d’une campagne élec­torale, ou encore la posture du parti vis-à-vis de ses concurrents dans l’arène politique, toutes les questions afin que l’Arche de la Nation soit fin prête le moment venu ont été soulevés et débattus hier. « Ce que nous faisons ici, ce n’est pas juste pour quelques mois, mais aussi pour l’avenir du pays », a du reste soutenu l’ancien ministre macédonien.La réunion stratégique entre le bureau politique du parti ADN et le secrétaire général de l’International Liberal a aussi été une manière de se préparer à la gouvernance après les élections. « Il faut que la population sache que le parti est prêt à gouverner », a souligné Emil Kirjas. Là encore, il a été dit que « le gouvernement libéral pourra compter sur le soutien de ses amis libéraux dans le monde pour réussir ». L’Arche est en marche.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Santé – L’hépatite B fait des ravages

Méconnue du grand public, l’hépatite B est une maladie très répandue à Madagascar. Une campagne de vaccination a été lancée pour la prévenir. 

Le nombre des  personnes touchées par l’hépatite B augmente ces dernières années, d’après  le professeur Rado Ramanampamonjy, hématologue gastro-entérologue. Le taux de mortalité s’élève à 6,43 % en 2016, contre 2, 86 % dans le service Gastro entérologie du Centre hospitalier universitaire de Befelantanana. « En 2016, neuf malades parmi les quarante-et-un ont perdu la vie à cause de cette maladie. Le taux de mortalité entre 2012 et 2016 est de 22,86 %. Ce taux ne cesse de s’accroître jusqu’à nos jours », selon nos sources auprès de l’hôpital Befelatanana. «Une lutte contre quatre maladies a été priorisée par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Il s’agit de la tuberculose, du VIH/SIDA, du paludisme et de l’hépatite. Seule l’hépatite se répand beaucoup, actuellement», explique t-il, lors de la célébration de la journée mondiale contre l’hépatite, à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA) à Anosy, hier.23% de la population malgache est affectée par l’hépatite B, 5% dans le milieu urbain et 18 % dans le milieu rural, d’après le professeur.

Campagne de vaccinationA l’échelle mondiale, un million de personnes meurent chaque année à cause de cette maladie. C’est une infection virale qui touche le foie. Elle provoque une inflammation, une cirrhose jusqu’au cancer de foie. Il se transmet par le sang, par d’autres fluides corporels, comme les sécrétions génitales lors d’un rapport sexuel et la salive. Une mère enceinte porteuse du virus de l’hépatite B le transmet directement à son enfant. « L’hépatite n’apparaît pas directement, on ne peut pas la reconnaître immédiatement. Seulement 30% des personnes atteintes de l’hépatite présentent les symptômes comme le jaunisse, la fatigue », précise le professeur. S’agissant d’un virus, la vaccination est le moyen le plus efficace pour se protéger de cette maladie.Le traitement de l’hépatite B s’élève jusqu’à 48 millions d’ariary. Afin de prévenir et protéger la population, une campagne de vaccination a été lancée par le ministère de la Santé publique, depuis le mois de janvier. Environ trente milles doses ont été utilisées jusqu’à maintenant, incluant les personnes qui ont effectué le premier et le deuxième vaccin. Une personne doit effectuer trois vaccinations successives. « Les gens font d’abord la première vaccination. Puis, après un mois, ils doivent faire la deuxième. La troisième s’effectue six mois après la seconde », explique le professeur Rado Andriam-pamonjy. Les personnes prêtes pour la vaccination bénéficieront d’une réduction. « Norma-lement, une séance de vaccination contre l’hépatite coûte 40 000 ariary mais, durant la campagne, les trois vaccins successifs sont à 40 000 ariary, jusqu’au mois d’août », affirme ce professeur. Il a ajouté que  les enfants nés en 2002 jusqu’à maintenant sont vaccinés mais cette campagne de vaccination est destinée aux personnes qui sont nées avant 2002.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Meurtre du Maire d’Ampefy – Quatre personnes jetées en prison

Pour le meurtre du maire d’Ampefy, quatre individus ont été incarcérés. L’un des prévenus n’est autre que l’amant de la jeune femme qui travallait pour lui. 

Dénouement de l’enquête sur le meurtre de Fidy Harivony Ran­drianaralahy, maire de  la commune rurale d’Ampefy. Traduits devant le parquet de Miarinarivo mercredi, quatre individus, dont le plus jeune est  âgé de vingt-sept ans, ont été placés en détention  préventive au terme de leur instruction. Travaillant de concert avec le groupe d’appui judiciaire auprès du groupement de la gendarmerie nationale de la région Itasy, les enquêteurs de la brigade territoriale de Soavinandriana ont procédé dimanche à une série d’arrestations. Trois des suspects se sont fait cueillir à Analavory. L’arrestation du quatrième, le plus jeune de la bande, a suivi dans la journée à Ampefy. Ce dernier fréquentait une jeune femme qui travaillait pour le défunt avant que le crime ne soit commis.«Notre investigation a été diligentée sur  la base de renseignements. Après recoupement  et vérification, nous avons réussi à remonter  jusqu’à la bande. La gendarmerie a dans la foulée mis la main sur du matériel de banditisme dont deux paires de brodequins des éléments des forces de l’ordre, un treillis ainsi qu’un sabre. La recherche des armes à feu  utilisées se poursuit en revanche», explique le commandant de la brigade territoriale de la gendarmerie à Ampefy.

Ombre horrifianteFidy Harivony Ran­drianaralahy a été exécuté dans son domaine dans la soirée du samedi 8 juillet aux alentours de 18h30. Tombé nez-à-nez sur six individus munis d’armes de poing, il a été arrosé de balles. Frappé de projectiles en pleine poitrine, dans le ventre, au niveau de la cuisse et sur le bras, il n’a pas survécu.Parmi les mobiles ayant été avancés, celui d’un vol de numéraire a été évoqué. Le défunt tenait un commerce à l’entrée Ouest d’Ampefy. Lors des enquêtes préliminaires, ses proches ont déclaré que les malfaiteurs ont fait main basse sur des fonds s’élevant à deux millionsd’ariary. Les gendarmes du poste fixe d’Ampefy  patrouillaient aux abords de Sahapetraka, à environ un kilomètre du lieu du crime lorsque la bande a sévi.L’ombre horrifiante de l’assassinat de maires élus sous la bannière Tiako I Madagasikara (TIM) ressurgit néanmoins avec ce drame. Moins d’un mois plus tôt, le maire de Bemokoatra Maevetanàna, également élu sous les couleurs du parti de l’ancien prési­dent Marc Ravalomanana, a été fusillé sur son lieu de résidence, devant sa femme.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Antsahamanitra – « Manal’Azy » célébré en lumière noire

Malgré une longue coupure de courant, la 25e édition du « Manal’Azy » de Olombelo Ricky a brillé dans le noir à Antsahamanitra, suscitant de nouveau une liesse populaire.

Vêtu d’habits aux couleurs chaleureuses tout à son image. C’est vers 18h30 tapante que Olombelo Ricky, ses choristes et ses musiciens ont fait leur entrée en scène. Le ton est de suite donné, cette 25e édition de « Manal’Azy » sera des plus harmonieux. Enchainant de suite deux de ses compositions les plus iconiques, « Imamohamandry » et « Tonga ihany », Olombelo Ricky exalte son auditoire et rameute la foule encore à l’extérieur. Plus d’une demi-heure plus tard, Antsahamanitra était rempli comme un œuf et reprend en chœur chacune des chansons interprêtées par l’artiste.Organisé, cette année par Ivenco, toujours sous la bienveillance du Vazimba Mpanazary, le concert de cette année s’est vu auréolé d’une touche plutôt moderne, à travers la mise en scène et la musique qui la sublimait. Les mélodies du terroir, jouées par Olombelo Ricky, se sont vues teintées d’une touche de jazz et de blues. S’ensuivent les uns après les autres les grands tubes, des morceaux qui n’ont pas du tout pris une ride au fil des générations.La deuxième partie du concert s’enchaîne tambour battant. Olombelo Ricky a tenu à faire un vibrant hommage à la douceur et aux talents de ses invitées de la soirée. Une amie de longue date, Liva Andrianavalona, s’est redécouverte en reprenant leur duo sur « Naleoko ihany ». La prestation était refroidie par une soudaine coupure de courant, de près d’une demi-heure. Aussitôt l’électricité revenue, Liva Andrianavalona et Olombelo Ricky reprennent, notamment avec « Folaka », une composition de la chanteuse. Apparemment, la coupure n’a en rien entaché le déroulement du concert que Olombelo Ricky a tenu à assurer de bout en bout sans accrocs.

Intergénérationel L’une de ses fidèles protégées, Dina Voakaly, l’accompagne à son tour sur « Hira no tsara », Rosa Zanamiharintsoa l’a accompagné avec « Menamasoandro», « Distoka » et « Izy indrindra». Invitées inédites, le groupe The Women, composé d’Elsie, de Faniah, de Grace Loren et Manoa Ralisiari­manitra, s’est découvert aux inconditionnels de l’événement. Clôturant le concert avec son folklorique « Bango saritaka », Olombelo Ricky remercie ses fans d’un sobre « Mandrosoa hasina daholo! ».Un rendez-vous d’exception, la 25e édition du « Manal’Azy » n’a pas dérogé à cette règle, laissant la part belle à la nostalgie de ses fans de la première heure.  Les retrouvailles avec Olombelo Ricky auront tenu ses promesses jusqu’au bout en enchantant toute une génération de mélomanes dans la soirée du jeudi, à Antsahamanitra.Ceci étant, si, à la base, il était surtout destiné aux jeunes fraîchement débarqués de leurs salles d’examen du baccalauréat, force est de constater que cette série de concerts se destinerait plus au grand public et à la famille en général. En tout, 25 ans de « Manal’Azy » aura entre autres vu les bacheliers d’antan devenir les parents des bacheliers d’aujourd’hui.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Croissance économique – Besoin de reconsidérer les institutions morales

Comment obtenir des institutions fortes pour assurer le développement du pays ?  C’est la problématique principale débattue, hier, pendant la séance hebdomadaire du Jeudi au Centre de réflexions des économistes de Mada­gascar (CREM) à la Chambre de commerce et d’industrie d’Antaninarenina. « Les institutions selon la Consti­tution,  sont définies comme des entités publiques assurant  la prévisibilité et la garantie des  affaires politiques, sociales, économiques et juridiques », précise d’emblée Freddie Mahazoasy, vice-président de l’Assemblée nationale, intervenant à la conférence-débat.Seulement l’État en tant qu’institution sociale, dans ses pratiques, n’arrive pas toujours à assurer la croissance économique pour atteindre le développement préconisé. « La qualité des pratiques institutionnelles est déterminante pour l’instauration d’une croissance soutenue, assurant le développement économique du pays », avance pour sa part, David Rakoto, Doyen de la faculté de Droit, d’économie, de gestion  et de sociologie (DEGS) de l’université d’Antananarivo, autre intervenant. Ce dernier, dans ses explications,  s’est alors basé sur le modèle de la croissance économique de Robert Solow, c’est-à-dire la mise en relation du capital, la production et le progrès technique.

EcartéesLa croissance économique  de Solow passe par la bonne gouvernance, l’unité nationale, la liberté, une monnaie fiable, un service public efficace et un cadre juridique transparent. « Il importe de prendre en compte d’autres facteurs comme les bonnes morales et valeurs qui garantissent alors la bonne gouvernance », ajoute David Rakoto. « Il ne s’agit pas d’une démocratie populiste mais d’une considération des valeurs mises en place au niveau local et qui sont devenues des institutions », explique-t-il. Le vol de zébus en tant qu’institution a été pris comme exemple.Un docteur en économie, présent dans l’assistance a proposé la reconsidération de l’économie institutionnelle. C’est la prise en compte des comportements, des pensées et des manières d’agir d’une nation. « Ce sont quelque part des comportements antiéconomiques mais ce sont des institutions considérées comme des institutions morales, des institutions non-dites, des institutions imbéciles, mais sérieuses et importantes dans la société malgache », a souligné l’interlocuteur.L’innovation technologique en mariage avec les pratiques institutionnelles a également été mise en exergue lors de cette conférence-débat sur « les enjeux  des pratiques institutionnelles à Mada­gascar ». De nombreuses catégories de personnes ne sont pas représentées dans le pays vu l’ampleur du territoire de Madagascar, mais dont les institutions morales peuvent peser lourd dans les décisions politiques et économiques d’amélioration de la qualité de vie de la population qu’on appelle développement.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar0 partages

Carrière de sable – Risque d’éboulement à Maroala

À cause de l’exploitation abusive de la carrière d’extraction de sable d’Amborovy, le site est menacé d’effondrement généralisé. Des maisons risquent de s’écrouler. 

Alerte ! L’exploitation de la carrière de sable à Maroala n’a pas encore cessé définitivement. En dépit des mesures prises par le chef de la région Boeny, Jaffar Saïd Ahamad, dont l’interdiction de toute activité, depuis l’année dernière.La situation sur place constitue un grave danger pour l’environnement local et pour des habitations alentour. Des exploitants illicites continuent d’extraire du sable à des fins commerciales. Or, un grand gouffre est déjà constaté tandis que quelques maisons commencent à subir les dégâts de cette action. D’après les riverains, des camions continuent d’effectuer de va-et-vient, tous les jours.« Nous avons dénombré quatre puits qui ne sont plus comblés mais ils sont maintenant situés à une dizaine de mètres au-dessus du sol. C’est dire que la situation est très grave et que le trou est très profond. Une maison se trouve également isolée et elle est menacée d’effondrement avec plusieurs mètres de gouffre autour d’elle. Il paraît que son propriétaire accepterait de vendre le sable autour de son habitation », a témoigné un couple habitant près de la carrière.

MenacesD’ici quelques années, l’environnement sera détruit et des villas risqueront de disparaître. Les voies pourraient aussi être obstruées. En périodes de pluie, le chemin qui mène vers cette carrière d’extraction de sable n’est pas accessible à cause justement de son exploitation illicite.En tout cas, le chef de région a été très catégorique, lundi.« J’ai déjà interdit d’utiliser cette carrière. Les exploitants devront plutôt aller à Marohogo pour extraire du sable. Nous allons prendre des mesures adéquates afin d’arrêter rapidement les dégâts », a promis le numéro de la région Boeny.Avant-hier, sur la route de Manapatanana vers Amborovy, trois camions transportant du sable revenaient de la carrière d’Amborovy. L’un des poids lourds était tombé en panne à Manapatanana.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Études politiques – La polyvalence et la mobilité internationale assurées

Le carrefour de la formation, des métiers et de l’emploi, tenu hier et ce jour, à l’Alliance française de Tananarive (AFT), rassemble des acteurs de la formation et ceux de l’emploi  pour accompagner les jeunes dans leurs choix. Les langues étrangères, l’informatique, le droit, la communication,  le management constituent les filières qui passionnent les jeunes. Depuis quelques années, la science politique a fait son entrée dans les modules de formation et des jeunes se lancent dans cette étude en raison du bloc de savoir qu’ils souhaitent maîtriser. Landy Harimanana, bachelière, indique que la science politique ne la fascine pas.  »Peut-être que les comportements des politiciens me répugnent et la politique est destinée aux personnes très intelligentes. Franchement, je ne pourrais pas faire preuve d’assiduité dans cette branche », raconte-t-elle.Par contre, d’autres jeunes songent à apporter du changement et voient cette filière autrement.  »En tronc commun, tout semble difficile et complexe avec les matières comme la sociologie, l’économie, le droit, la communication, l’anthropologie, le management. Tout compte fait, elles nous forgent, parce qu’en politique, on fait appel à la pluridisciplinarité », témoigne Nosoavina Besa, étudiante en L1 à l’Institut d’Études politiques à Madagascar.Dès la première année, chaque étudiant intègre un club de vie politique en s’adhérant soit dans la politique publique, soit dans les relations internationales, soit dans la presse. Un bon parcours assure, par la suite, une mobilité internationale qui offre aux étudiants les échanges dans les écoles de science politique de Paris, de Toulouse et de Strasbourg. D’autres partenariats se développent avec d’autres universités, instituts et les étudiants malgaches pourront incessamment rejoindre Tunis, Maroc ou Pretoria.Jocelyn Rasoaveloson, conseiller programme et orientation au sein de l’institut, rajoute que la science politique encourage les jeunes à renforcer les connaissances et la capacité d’analyse dans leur futur métier.  »La philosophie, le droit, la communication, l’histoire font que la science politique, une science pure et dure, se distingue des autres domaines. Quand les étudiants décrochent le master, ils seront capables de recommander et de proposer des projets de société », conforte-t-il.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

VIIIes Jeux de la francophonie – Aicha Isilo se pare du bronze

Madagascar remporte en tout trois médailles aux jeux de la francophonie d’Abidjan. Aicha a arraché la troisième et dernière. 

La judokate Aicha Isilo, dans la catégorie plus 78 kg filles, offre la troisième et dernière médaille malgache aux VIIIes Jeux de la Francophonie, à Abidjan Côte d’Ivoire.La vice-championne d’Afrique junior 2015, Aicha, a écarté jeudi soir, en final bronze, la Congolaise Loko Mapela. La Malgache a raté son entrée, mais a su remonter la pente en repêchage. Les autres judokas, en lice jeudi, ont perdu à la fois au premier tour et au repêchage, entre autres Mahandry Rabenja Randrianasolo catégorie -90 kg hommes et Haingoniaina Ramiandraisoa chez les -78 kg dames.La Grande île a aligné quatre combattants en lutte africaine jeudi, mais ils ont tous échoué d’entrée. L’athlé­tisme n’a ramené aucune médaille, plus comme avant, à de tels jeux.Madagascar a tout de même disputé deux finales. Le quarto malgache, une formation composée de Lucka Mackastro Raherin­drainy, Bezara Jean Robert, Tahiana Olivier Rakotoarivelo et le pensionnaire du centre international de Maurice, Todisoa Franck, a fini cinquième avec au chrono 3.15.88. Le titre de cette épreu­ve a été ravi par l’équi­pe suisse (3.10.70) suivie de celle sénégalaise (3.10.98) et celle française (3.12.23). Les Canadiens se trouvent au pied du podium (3.14.29) devant l’équipe malgache.

Pas de podiumEn 1 500 m, Donné Efano­mezantsoa termine dernier, douzième sur douze partants, à l’issue de la finale en réalisant la distance en 4.02.72. « Nous n’avons aucun athlète médaillable à ces jeux de la Fran­cophonie, il n’y avait que des athlètes qui ont obtenu de justesse les minimas. Donc il était plus que prévisible que le podium soit inenvisageable sauf par miracle… Mais les athlètes ont tout de même donné leur maximum », a confié Toussaint Rabenala, vice-président de la Fédération malgache d’athlétisme et chef de la délégation de la discipline.Avec vingt-trois athlètes alignés, Madagascar a donc ravi trois médailles aux jeux d’Abidjan, l’unique argent remporté par Emma Rasoanantenanina en lutte catégorie -53 kg dames et le premier bronze arraché par la judokate Diana Kwan Hu, catégorie -48 kg filles.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – coupe Davis – Madagascar pose sa candidature

La Fédération malgache de tennis a déposé dernièrement un dossier, pour accueillir la Coupe Davis l’année prochaine, a annoncé Stéphane Rakotondrainibe, hier à l’Acsa Ambohidahy. La réception du rendez-vous annuel des sélections nationales masculines fait partie des compétitions, auxquelles Madagascar se propose d’être le pays hôte.Dans le temps, la Grande île a déjà accueilli la Coupe Davis à trois reprises, en 2000, 2012 et 2016. À l’heure actuelle, elle se trouve dans le groupe III. En 2016, elle avait réussi à grimper à l’éta­ge supérieur, suite à un succès sur la terre battue de l’Asut Ankatso. Mais après deux défaites face à la Lituanie et la Finlande au début de cette année, elle est redescendue dans ce groupe III. Sans aucun doute, la sélection malgache aura plus de chance de remonter à nouveau si elle évolue à domicile.En attendant les suites de ce projet de réception de la Coupe Davis, l’univers de la petite balle se focalisera prochainement sur le cham­pionnat de Madagascar, sur les courts de l’Acsa. Celui-ci débutera au lendemain des finales du championnat d’Analamanga toutes catégories confondues.Soit une semaine de compétition pour les juniors et vétérans, du 7 au 13 août, puis une deuxième semaine pour le tournoi toutes catégories confondues, du 14 au 20 août. Deux semaines de compétition au terme desquelles les champions se partageront une dotation consé­quente de 3 800 000 ariary.La conférence de presse d’hier a également été l’occasion pour la FMT de dévoiler son nouveau logo. « Notre mot d’ordre est ‘osons changer’. À travers ce nouveau logo, on a une nouvelle équipe, avec une nouvelle méthode de travail, des moyens plus conséquents et soutiens plus solides », a poursuivi Stéphane Rakoton­drainibe, à ce propos.Apparu quelque peu affaibli devant les journalistes, le numéro un de la FMT est en proie à des soucis de santé. Il devait participer à l’assemblée générale de la Fédération Internationale de Tennis (ITF), du 1er au 4 août, au Vietnam.Il devait également se présenter comme candidat à un poste au sein du comité exécutif de l’entité mondiale de la petite balle jaune. Mais, en raison de son état de santé, il ne pourra finalement pas se rendre en Asie du Sud-Est.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Carambolage à Ivato – Une trentenaire succombe à ses blessures

Le bilan s’alourdit après un carambolage dû à la vitesse survenu à Antanetibe Ivato dans la soirée de jeudi à vendredi vers 23h30. Grièvement blessée, une femme âgée d’une trentaine d’années, installée sur le côté arrière gauche d’une fourgonnette de marque Opel Combo lorsque le pire s’est  produit, a succombé sur son lit d’hôpital. Sept blessés sont en revanche répertoriés parmi les rescapés. Ces survivants se trouvaient à bord des trois véhicules impliqués dans cet accident dramatique.L’accident s’est produit lorsque le chauffeur d’une Peugeot 3008 en provenance d’Ivato a commis l’irréparable en roulant à tombeau ouvert à l’approche d’un tournant qui se fige au niveau de l’intersection menant à l’hôtel Paon d’Or. Devenu incontrôlable, le véhicule fou, a loupé le virage pour débouler à toute vitesse  vers l’Opel Combo, venant du sens opposé, la sectionnant littéralement en deux après un violent choc en plein flanc gauche. En continuant sa course folle, la Peugeot 3008 a pulvérisé la face avant d’un tout-terrain de marque Toyota Prado qui suivait la fourgonnette. Le véhicule à l’origine du cambriolage meurtrier a été réduit en amas de ferrailles inextricables.

A.M.

L'express de Madagascar0 partages

Bemiray – « Pour que la mer ne soit plus la limite de notre rizière »

Tom Andriamanoro s’indigne contre l’attentat terroriste djihadiste de Nice, d’il y a un an, le 14 juillet 2016 exactement, où des enfants figurent parmi les victimes. A contrario, il s’extasie devant l’habileté du sculpteur Solomon Rakotomanana. Quant à la notion de coopérative de consommation, il faut retrouver son origine à Saint-Claude, dans le Jura français.

Nice, un an déjà – Les terroristes sont méchants

Bemiray serait-il retombé en enfance, pour choisir un titre pareil ? Que non, et c’est bien dommage. Ce choix vient de ce que, dans beaucoup de pays différents du mien où une famille de huit personnes peut mourir carbonisée par les dahalo dans l’indifférence générale, pardon, nationale, dans ces pays un malheur « n’arrive pas qu’aux autres ». On accourt sur les lieux de l’attentat pour y déposer pêle-mêle fleurs, bougies, photos, lettres d’hommages… Et quand des enfants figurent parmi les victimes, on y verra des lapins ou des ours en peluche, des poupées, des dessins comme, à Nice, celui représentant naïvement un cœur et deux larmes, avec pour unique légende cette phrase : « Les terroristes sont méchants ».Car l’attentat de ce soir du 14 juillet 2016 est celui qui a fait le plus de victimes mineures. Il n’y en a eu qu’une lors de la tuerie du Bataclan du 13 novembre 2015 : Lola Ouzounian, une lycéenne de 17 ans. La recherche des disparus dans les urgences pédiatriques, auprès de particuliers au téléphone, dans les réseaux sociaux ou, dernier cas repoussé par les familles jusqu’à l’extrême limite, à la morgue, a été un véritable chemin de croix. L’annonce concernant Tylian, un bébé de huit mois, récupéré après la publication par sa tante d’un message sur Facebook, a été relayée 22 000 fois : « Petit garçon perdu pendant le mouvement de foule (…) typé malgache ou laotien dans une poussette bleue ». Il avait été recueilli par une Niçoise. Au pays qui est le mien, cette dame aurait été accusée d’être une « mpangala-jaza » voleuse d’enfant et promise à la vindicte. Quant à Yanis, 12 ans, il était au feu d’artifice avec sa mère et ses deux cadets. À l’arrivée du camion, il a sauté sur la plage à deux mètres en contrebas. Il n’arrête pas de répéter qu’il a été lâche d’avoir sauté…Récupéré par Daech pour sa spectaculaire efficacité, le mode opératoire du camion fou était à l’origine une idée d’Al-Qaida. Il le détaille dans sa publication « Inspire » dans des termes qui donnent froid dans le dos : « Utilisez un camion comme une tondeuse à gazon, pour faucher les ennemis d’Allah. Vous pouvez prendre un pick-up, mais le plus gros est le mieux (…) Pour réussir un carnage, il faut rouler aussi vite que possible tout en gardant le contrôle du véhicule pour maximiser votre inertie, et être capable de renverser autant de gens que possible dès votre première tentative ». L’article conseille de choisir « un lieu où il y a le maximum de piétons et le moins possible de véhicules », tout en rappelant de ne pas oublier d’emmener des armes à feu « pour finir le travail ». Pour ne pas être à la traîne dans cette foire à l’horreur, Daech a inclus le camion faucheur parmi d’autres suggestions : « Débrouillez-vous pour vous retrouver seul avec un infidèle américain ou français, fracassez-lui le crâne avec une pierre, tuez-le à coups de couteau, renversez-le avec votre voiture, jetez-le d’une falaise, étranglez-le, empoisonnez-le ».

Des fleurs, des lettres, des bougies allumées et des poupées pour rendre hommage aux victimes de l’attentat terroriste.

Obsession sécuritaireEt maintenant ? Le philosophe Frédéric Worms fait un parallèle avec le 11-septembre où une machine a également été utilisée pour détruire le plus de vies possible. Certains n’avaient-ils pas senti un basculement et annoncé des répétitions ? Il y en a eu, partout. Alors, comment vivre avec ?« Tout se passe comme si, malgré la répétition, nous considérions encore ces évènements comme des faits isolés, comme des crises. Mais ils sont le signe, dans leur répétition, de quelque chose de plus profond. Des crises peut-être, mais dans un mal qui devient chronique. Non pas des accès de fièvre qui passeront avant un retour à la normale, mais des signes d’un autre mal avec lequel on peut vivre, à condition de lutter contre lui ». Le Pr Michael Foessel met néanmoins en garde contre l’obsession sécuritaire. Il prône plutôt le « phronesis » grec, qui consiste à agir avec mesure dans un monde que l’on sait menacé en permanence : « Dans la tragédie antique, le chœur invite presque toujours le héros à ne pas sombrer dans la démesure, par exemple celle qui consisterait à vouloir tout maîtriser, même au risque de sacrifier la liberté ».Mohamed Lahouaiej Bouhlel, le boucher de la Promenade des Anglais de Nice. Son nom a fait le tour du monde. Il n’est pas le premier, et ne sera pas le dernier car la chute de Mossoul, d’Alep ou d’autres bastions de l’islamisme n’y changera rien. Ce n’est pas avec des victoires acquises par une armée conventionnelle opérant sur d’autres fronts que l’on pourra éradiquer les initiatives individuelles menées ailleurs. À preuve, bien que décrit comme un déséquilibré hyperviolent, Lahouaiej Bouhlel ne s’est radicalisé que très peu de temps avant son passage à l’acte. Il n’était même pas fiché « S », n’avait aucune affinité avec une quelconque mouvance salafiste. Les services antiterroristes n’ont rien vu venir. Deux heures avant le massacre, il se prenait encore en photo en bord de mer et envoyait deux clichés-souvenir à son petit frère en Tunisie. Puis il a attendu que les visages se rivent vers le ciel, dans la féérie des feux multicolores. Devant lui, une foule compacte comme il le voulait. C’était le moment. Jusqu’à la  fin, son sourire ne l’a pas quitté. Bilan : 86 morts dont dix enfants et adolescents, 19 personnes au pronostic vital engagé, 202 blessés.À l’endroit où il a été abattu, les Niçois ont entassé une montagne d’ordures et écrit en lettres rouge sang le mot « Assassin ! » Mais peu lui importait désormais, il a récité jusqu’au bout sa partition, sans trébucher une seule fois. Lahouaiej Bouhlel a gagné son ticket d’entrée au paradis des salauds.

La Fraternelle et La Maison du Peuple à Saint-Claude, dans le Jura français, sont à l’origine du mouvement coopératif.

Société – Les premiers pas des coopératives

Saint-Claude est une agglomération comme des dizaines d’autres, quelque part dans le Jura. Des constructions en hauteur, avec l’église tout au sommet. Son originalité est dans ce penchant des habitants, ouvriers et artisans, pour les vertus de la vie en association, et ce, depuis le début du XIXè siècle. Comme les Sanclaudiens ont aussi l’art de laisser du temps au temps, ce n’est qu’en 1881 qu’y naît une société d’alimentation du nom de La Fraternelle, se fixant comme but de procurer à ses membres des produits de qualité au meilleur prix. Un ouvrier tourneur et militant socialiste, Henri Ponard, en prend la tête en 1896. S’inspirant de l’expérience des socialistes belges de Gand et de Bruxelles, il modifie les statuts pour que les bénéfices ne soient plus seulement distribués entre les sociétaires, mais également affectés à un fonds destiné à financer des œuvres sociales et la construction d’un nouveau local.C’est ainsi qu’est inaugurée en 1910 une Maison du Peuple unique en son genre, dont les coopérateurs veulent faire, en plus du service aux consommateurs, un lieu de rencontre, de solidarité, et d’éducation ouvert même aux non-sociétaires. Dans l’immeuble d’une superficie de 4 000 m2, on trouve  non seulement les entrepôts et les bureaux de la coopérative, mais également des salles de réunion de l’antenne locale de la SFIO et des syndicats, une bourse du travail, le journal Le Jura socialiste  et son imprimerie, une mutuelle et sa pharmacie. L’éducation et les loisirs ne sont pas en reste, puisque la Maison du Peuple abrite aussi des salles de classe, une bibliothèque, un café, un théâtre, et une salle de sport. Devenue un pôle économique, social, et culturel, elle développe des succursales dans les quartiers et toute la proche région.L’apogée de la coopérative se situe dans les années 1930, arrêtée net dans la décennie suivante par la Deuxième Guerre mondiale. De nombreux habitants s’engagent dans les maquis de la Résistance, ce qui vaut à Saint-Claude une sévère répression. Mais c’est dans les années 1960 que s’amorce lentement mais sûrement le vrai déclin : comme beaucoup d’autres coopératives de consommation, il devient de plus en plus difficile de rivaliser avec les supermarchés. Le dépôt de bilan est inéluctable, on est alors en 1984.Une association régie par la loi de 1901 est créée pour recueillir l’héritage, et poursuivre autant que faire se peut certains volets des activités de cet établissement inscrit à l’inventaire des monuments historiques français. La Maison du Peuple revêt une importance capitale pour l’histoire du mouvement coopératif, non seulement français mais également de toute l’Europe, dont elle conserve un des fonds d’archives les plus riches, et les plus complets.

Solomon Rakotomanana est le maître du « Sikobontolo » consistant à tailler le sujet dans un bois sans toucher au pourtour du matériau.

Art du bois et de la pierre – Solomon Rakotomanana, sculpteur pour la vie 

L’histoire aurait pu commencer, comme un conte, par « il était une fois ». Les techniciens de la restauration de Manjakamiadana  avaient bien identifié la pierre utilisée par James Cameron pour les chapiteaux des colonnes. Il s’agissait du « vato didy » ou chloritoschiste, seulement en trouver, et en quantité suffisante, était une autre histoire. Le « vaton’akoho » ou pierre rose de Mantasoa aurait visuellement parlant pu faire l’affaire, mais il n’était pas assez résistant. C’est en faisant ses emplettes au marché artisanal de la route-digue, que le superviseur-formateur envoyé par l’entreprise française Quélin, tomba, par le plus grand des hasards, sur des objets fabriqués dans « sa » fameuse pierre. L’artisan se proposa de l’emmener à la carrière qui se trouvait à une dizaine de kilomètres de Mahitsy, à proximité de la tombe de Rambolamasoandro, une des épouses d’Andrianampoinimerina. L’artisan s’appelait Solomon Rakotomanana, il décrocha tout naturellement le marché des 64 chapiteaux comportant un total de 2 048 modules, un travail méticuleux d’équipe qui lui prit deux années pleines. Et sur le chantier, on ne parla plus de cette pierre rose qui brunit avec le temps que comme de la « pierre de Solomon »…Ce grand nom, plus connu dans la sculpture sur bois, a baigné dans l’univers de ce matériau depuis sa lointaine enfance dans l’Amoron’i Mania, aux portes du pays Zafimaniry. Entre une mère tisseuse de soie sauvage « landibe » et un père ébéniste, il commença à faire parler le bois  à l’âge de 10 ans. Mais c’est vers sa 17è année qu’il monta dans la capitale où il découvrit de nouvelles sources d’inspiration, dont certaines sont résolument aux antipodes de la tradition malgache. Mais ce n’était pas un problème, au contraire, puisque évoluer en vase clos équivaut pour un artiste à se condamner à la sclérose.Solomon Rakotomanana est intarissable quand il s’agit de parler de la richesse, malheureusement en danger, du bois malgache. Personnellement, il ne travaille que sur du bois mort, comme les chutes provoquées par les dégâts cycloniques ou les vieilles racines, qu’il choisit soigneusement lors de ses descentes en forêt, et à qui ses mains magiques promettent une nouvelle vie. Car l’artiste ne doit pas être un prédateur, d’autant plus que beaucoup de ces essences ont d’autres vertus, notamment médicinales.

Le chapiteau d’une colonne du palais Manjakamiadana, ciselé par l’artiste.

Une exclusivitéC’est le cas du Hazotokana, du Fanazava, du Katrafay, ou du Masonjoany, auxquels on pourrait ajouter les qualités du Vandrika et du Kija. Alors que dans d’autres pays, les bois blancs sont souvent délaissés à cause de leur légèreté, à Madagascar beaucoup d’espèces sont appréciées par les connaisseurs pour leur densité et leur beauté : une fois travaillées avec art et leur poids insoupçonné aidant, elles peuvent ressembler à s’y méprendre à de l’ivoire. Concernant les bois dits de valeur comme le palissandre (Hazovola ou Sovodrano), ou le bois de rose (Andramena), Solomon Rakotomanana tient à sa conviction comme quoi un bois n’est précieux que par la valeur artistique qui lui est ajoutée.Comment définir le processus de la création, depuis une idée encore vague et qui peut changer de cap en cours de route, jusqu’au produit fini ? La masse initiale a beau être encore informe, elle peut déjà donner de précieuses indications sur ce qui lui conviendra le mieux. Le concept est certes personnel, mais certains de ses ouvriers sont avec lui depuis des dizaines d’années, ce qui facilite l’existence, entre eux, d’une indispensable osmose. Un artiste finit toujours par s’identifier à son œuvre. C’est le cas du « Sikobontolo », une exclusivité de Solomon Rakotomanana qui consiste à tailler son sujet dans un bois sans toucher au pourtour. Le contraste obtenu entre le travaillé et le brut, entre le teinté et l’écru est saisissant. Il a déposé cette technique auprès de l’Office malgache de la propriété intellectuelle en 2001, avant de la laisser entrer dans le domaine public une dizaine d’années plus tard. En bon croyant, l’hommage qu’il rend au Créateur est de n’avoir pas enterré le talent qu’il a reçu, et d’être à son tour un « petit » créateur au service perpétuel du Beau. On comprendra pourquoi le corps humain tient une place importante dans son œuvre, parfois à travers un bras, des lèvres, ou une chevelure. Honni soit qui mal y pense, quand on sait que la plus parfaite représentation de l’homme en tant que créature est encore la femme…Solomon Rakotomanana a déjà exposé dans de nombreux pays pour ne citer que les îles de l’Océan Indien, la France, le Burkina Faso, la Chine. Très curieusement, il ne s’insurge jamais contre les imitateurs, car « eux aussi trouveront un jour leur voie ». C’est tout le mal qu’il souhaite aux nouvelles générations. L’expérience est un escalier dont chaque marche est une montagne.

Rétro pêle-mêle

Premier génocide de ce XXIè siècle, le conflit oublié du Darfour est de ceux qui s’enlisent et paraissent sans fin, puisque personne ne semble s’être soucié de leur début. Cette guerre civile oppose des milices arabes alliées au gouvernement soudanais à des rebelles noirs locaux. De 2003 à 2006, il a fait entre 200 000 et 300 000 morts, et jeté plus de deux millions de personnes sur les routes d’un hypothétique exil.Des collectifs se sont quand même créés pour ouvrir des brèches dans les murs de l’indifférence générale. On pourrait citer l’initiative américaine « Save Darfur », ou encore « Urgence Darfour » qui n’hésite plus à faire le parallèle entre cette province soudanaise et le Rwanda. Elle réclame qu’une intervention des Casques bleus soit décidée quelles que soient les réticences de Khartoum, et « que cesse l’utilisation de la sémantique comme prétexte à la non-intervention ». La trêve conclue en septembre 2003 et confirmée en avril 2004, tout comme l’Accord de paix d’Abuja sont en effet resté lettres  mortes. Les mesures préconisées sont peut-être trop simplistes pour correspondre aux réalités du terrain.

Omar el Bechir n’en a cure de la Cour pénale internationale.

On est aujourd’hui en 2017, et Omar El Bechir, principal instigateur du génocide, continue à narguer la Cour pénale internationale avec la complicité de ce Club de chefs d’État qu’est l’Union africaine.Les velléités de candidature aux présidentielles américaines de 2008 sont fortement marquées par la religion, ce qui, somme toute, fait partie de « l’american way of politics ». Le républicain Mitt Romney a pour handicap majeur le fait d’être un mormon de l’Église de Jésus Christ des Saints des derniers jours. Beaucoup de chrétiens conservateurs  de l’électorat républicain hésitent à lui accorder leur confiance. Hillary Clinton ne se prive pas d’affirmer que c’est son éducation méthodiste qui a sauvé son ménage. Son rival Barack Obama est membre d’une « Fiangonana zandriny », l’Église Unie du Christ, et se définit comme un simple chrétien qui a une relation personnelle avec Jésus. L’ex-gouverneur de l’Arkansas Mike Huckabee est un ancien pasteur baptiste, et l’ancien maire de New-York Rudolph Giuliani a envisagé de devenir prêtre à un certain moment de sa vie.

Lettres sans frontières – Edouard J. Maunick – In Ensoleillé vif

J’ai autant de poèmes dans la tête

… J’ai autant de poèmes dans la têteQue j’ai de cheveux sur la têteMa tête toute tignasse drueMa tête toute métisse folleComme folie de pluie et ventTramant cyclone qui lavera la terreDe tous les apartheids…

Je ne dis plus mourirJe ne dis plus souffrirJ’aborde le temps diamantJ’aborde le temps ébèneJe les taille je les tailleSortira mon visage le nôtreRace demain déjà chantante…

Je ne dis plus prièreJe ne dis plus merci missiéJ’avoue une apocalypseNiant le refus : je suis

… J’ai autant de vivre dans ma mortQue j’ai de jardins dans les veinesSang rouge d’OccidentSang rouge d’OrientSang rouge d’AfriqueSang rouge du Sang :Mon fils dit qu’il est beau : Soleil !Je n’écris plus guerreJe n’écris plus peurJe cours en retard sur le soleilIl est seul sans moi seul sans toiPlus seul sans nousIl va boire à la mer amère de solitudeDe brûlure inutileD’incendie de pacotille

Je n’écris plus le divisé le séparéJe danse devant vos portesUne danse sans passé un complotIl s’appelle amour :Viens allumer tes reins à mes reinsLes tambours sont des parolesOn n’atomise pas les parolesElles survivent au désastreElles ont survécu à notre mise à mortAux marées acides de la mer négrière…

… J’ai autant d’épices en réserveQue ma peau hurle de pigmentsSouviens-toi de mon bonheur :Je suis bâtard de colonPetit-fils de coolie et de marron :Je te donnerai grains de cardamoneBoules de massala écraséEnceintes de safran et d’anisJe te brûlerai douce de piment et d’arackPuis vêtirai nos faces de masques de danse

En fin de corpsJe te couvrirai d’australEt nous serons Ile de la TerreLa Mer nous ayant désertésPour d’autres péninsulesEn d’autres mondes…

Textes : Tom AndriamanoroPhotos : L’Express de Madagascar AFP - fournies

 

L'express de Madagascar0 partages

Natation - Mondiaux – Sarah Valisoa quatrième de sa série

À sa toute première participation aux Mondiaux de natation, Sarah Valisoa Raharvel termine quatrième de sa série en 50 m papillon. La nageuse de Cosfa, troisième au classement national a bouclé la distance en 30’’89, sa meilleure performance qui est encore loin du record national.Sarah Valisoa disputera ce jour sa deuxième course, l’épreuve du 50m nage libre. Et pour clôturer en beauté la participation malgache à la XVIIe édition des cham­pionnats du monde sur grand bassin, l’équipe malgache compo- ­sée de Mickael Raso­lon­jatovo, Lalanomena Anthony Andria­nirina, Elodie Razafy et Sarah Valisoa Raharvel , disputera la course relais mixte 4x100m nage libre.Deux membres de cette équipe malgache, à savoir Mickael, ont préparé ces Mondiaux à Thaïlande depuis fin mars et Elodie, quant à elle, a évolué à l’Hexagone.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Cinquante incarcérations

Arrêtées pour exploitation illicite d’un  gisement de saphir à Andampy Ambanja lundi, une cinquantaine de personnes ont été traduites devant le parquet avant-hier. Ces suspects ont été   tous placés sous mandat de dépôt.

L'express de Madagascar0 partages

Toamasina – Une circoncision collective initiée 

Les autorités sanitaires régionales ont choisi la journée du jeudi 27 juillet pour organiser une circoncision collective dans la ville de Toamasina. L’opération s’est déroulée au gymnase couvert du CRJS sis au Bazary kely, sous la houlette du directeur interrégional de la Santé publique d’Atsinanana, et a bénéficié d’aides matérielles et financières de la Société du port à gestion autonome de Toamasina (SPAT) et de particuliers.Des médecins et des paramédicaux, au nombre de trente-cinq, ont participé à cette initiative d’ordre social. Comme les inscriptions des garçons à circoncire ont eu lieu au niveau des cinq arrondissements et des 138 fokontany de la commune urbaine de Toamasina, on a dénombré 700 garçons opérés du prépuce, dont l’aîné était  âgé de 16 ans.Les circoncisions ainsi que les médicaments pour prévenir d’éventuels bobos ont été gratuits. De même, les nouveaux circoncis ont reçu gracieusement des jouets et des confiseries. En tout cas, les opérations se sont déroulées dans le calme et sans anicroches.

Falinah Safidinirina

L'express de Madagascar0 partages

Football – Europe – Défaite à l’aller du Ludogorets

Le Ludogorets Razgrad d’Abel Anicet Andrianan­tenaina s’est incliné, mercredi soir, sur le terrain de l’Hapoel Beer Sheva. Les Israéliens ont emporté ce match aller du troisième tour préliminaire de la Ligue des Champions de l’UEFA, sur le score de deux buts à zéro. Deux réalisations signées Nwakaeme et Ohana.Titulaire comme à son habitude, Abel Anicet a disputé la rencontre jusqu’au bout et a bien tenu son rôle de milieu. La deuxième confrontation entre les deux clubs est prévue ce mercredi 2 août, en Bulgarie.Le Ludogorets est donc condamné à marquer à trois reprises, au moins, pour se qualifier.

H.L.R. 

L'express de Madagascar0 partages

Portrait – Loharano, un groupe  à découvrir dans « Hay »

Pour Mahalia, Natiana et Njaka, la musique est un bonheur à partager sans modération et elle doit inonder le monde. C’est la raison pour laquelle ils ont décidé de nommer leur groupe Loharano, synonyme de source d’eau en malgache. Mahalia, la seule fille du groupe déborde d’énergie quand on lui parle de son domaine, celui de la musique. Njaka à la guitare basse, Mamitiana à la batterie et la jolie Mahalia au micro savent brillamment faire de la bonne fusion à leur façon. Ils se sont rencontrés pour la première fois grâce à la musique «métal», il y a quelques années. À force de se côtoyer et en ayant la musique comme intérêt commun, leur groupe Loharano a pris forme en 2014. Ils ont abordé tous les styles pour une histoire de performance.L’événement Hay se tiendra le 1er octobre au Kianjan’ny Kanto Mahamasina. Il leur offrira une grande occasion pour montrer au grand public de quoi ils sont capables. «Nous ferons de notre mieux pour marquer notre participation à Hay.», confie Mahalia d’un air confiant.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

CCESCA Antanimena – Farakely présente « Tafaray isika roa »

Une carrière garnie de belles expériences musicales en laissant la part belle à de diverses collaborations qui ont enrichi sa musique. C’est ce que Farakely retranscrit à travers son premier album.

Une chanteuse à la voix aussi douce et charmante, qui a depuis longtemps bercé les oreilles du public à travers ses balades romantiques. Farakely de son vrai nom Fara Randrianarivo se redécouvre désormais en solo au devant de la scène en présentant le fruit d’un travail passionné où la musique est reine. Le temps d’un concert inédit donc, la jeune femme se plaira à chanter pour les mélomanes férus de folk song et de bà-gasy au CCESCA Antanimena ce 18 août à partir de 19h. Une soirée qui s’annonce mélodieuse et auréolé d’un romantisme tout à son image donc, durant laquelle elle chantera essentiellement l’amour dans toute sa splendeur. À l’occasion, elle présentera une nouvelle facette d’elle-même à travers son tout premier album, sobrement intitulé « Tafaray isika roa ». Émotion et légèreté sont aussi au rendez-vous tout au long du répertoire que la chanteuse proposera à son auditoire durant ce concert, le tout en étant toujours armée de sa guitare. « J’ai hâte de vivre ces retrouvailles avec le public. Le temps de ce moment de convivialité et de générosité musicale que je me plairais à partager du début jusqu’à la fin au rythme des notes de ma guitare » annonce-t-elle.

Sensible et poétique

Tout au long de l’année passée, outre sa collaboration avec le groupe Randrantelo entre autres aux côtés de Fara Gloum, dans lequel elle a su s’affirmer pleinement, Farakely s’est démarquée en solo aussi bien à travers ses reprises des grands standards du folk de la Grande île, qu’en chantant ses propres compositions. Son duo, « Tsy foiko ianao » avec le chanteur Laza a d’ailleurs largement contribué à son épanouissement sur la scène artistique et à se faire connaître d’un large public. Depuis, elle a sans cesse continué son petit bonhomme de chemin, élargissant son éventail artistique en collaborant de plus en plus aux côtés d’artistes émérites. Son album « Tafaray isika roa » finit alors par voir le jour, accompagné de plusieurs compositions inédites de sa part. Telles que « Fitia mangina », « Samy tiako ianareo » ou encore « Ry aiko » dans lesquelles se conjuguent  surtout un slow acoustique, du bà-gasy et un peu de jazz funky. Ce 18 août au CCESCA Antanimena, Farakely a conviée Laza, Alain Rabetrano et Dama à la rejoindre sur scène, de même que la formation de Randratelo. Au-delà de ce concert, elle continuera à enchanter les mélomanes de sa musique à travers un programme qui s’annonce d’ores et déjà complet d’ici jusqu’à la fin de l’année.

Andry Patrick Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Mission secrète française sur la côte Est

Par un contrat conclu à une date imprécise, entre 1826 et 1828, Radama Ier accorde à la maison Blancard un monopole extrêmement préjudiciable au commerce de Bourbon avec Madagascar. Ce qui suscite des réactions assez violentes de la part des autorités françaises.Celles-ci, après avoir tenté vainement d’élaborer une politique commune avec les autorités anglaises de l’ile Maurice, « dont le commerce est tout autant lésé » (Jean Valette), se décident à agir seules, par la force s’il le faut. Mais à Paris, si on comprend les préoccupations de Bourbon et si on accepte l’idée d’une intervention militaire, on reste néanmoins très prudent. Essentiellement, semble-t-il, pour des raisons de crédits.À l’époque, les quelques renforts composés en grande partie de troupes noires- Yolofs- recrutées au Sénégal, et destinés à compléter la garnison de l’ile Sainte-Marie ne constituent que des forces dérisoires, empêchant une quelconque action. « Par contre, elles inquiétèrent les autorités merina et ne pouvaient que les rendre plus réticentes à accepter, par d’éventuelles négociations, une reprise des relations commerciales que, faute de moyens, les autorités françaises ne pouvaient obtenir par la force.»Finalement, dans le but de rassurer les autorités merina, le gouverneur de Bourbon doit, à plusieurs reprises, envoyer sur les côtes malgaches des officiers de marine. Ils seront chargés, d’une part, de se rendre discrètement compte de l’état des esprits; d’autre part, « de rassurer sur les intentions de la France ». Parmi ces officiers, le capitaine de frégate Louis Joseph Victor Carpentin, commandant la corvette « Seine » accomplit une courte mission à Foulpointe et à Toamasina. La veille de son départ pour la Grande ile, le comte de Cheffontaines, gouverneur de Bourbon, lui remet des « instructions ».Selon Jean Valette, deux points méritent d’être soulevés concernant ces instructions. Le premier concerne l’intérêt subit porté à Robin. Jusqu’en 1827, en effet, les autorités françaises négligent ce personnage, le suspectent même en raison de sa désertion. Le second point se traduit par une allusion à la possibilité de la présence de Radama à Toamasina. Et cette allusion montre « toute l’ambiguïté de la politique française à l’égard du souverain ». Les autorités françaises souhaitent négocier avec lui, pourtant elles se refusent à reconnaître son autorité sur Madagascar. Et engager avec lui des négociations reviendraient à le reconnaître. Ce qui ne manque pas de compliquer les choses.Carpentin embarque donc avec des vivres, des médicaments, des soldats d’artillerie et des ouvriers militaires qu’il laisse dans la colonie de Sainte-Marie, dont le commandement par intérim est assuré par Jean-Louis Carayon. Ceci fait, il se dirige vers Foulpointe. Pour obéir aux instructions, il s’occupe essentiellement de réunir des renseignements sur les forces merina en garnison dans ce poste et sur les fortifications qui y sont élevées, « ainsi que sur les dispositions envisagées en cas d’attaque ».À Toamasina, l’aspect militaire occupe également une place importante, mais l’essentiel est consacré à Robin. Carpentin a plusieurs entretiens avec ce dernier. Le portrait qu’il en trace est assez fidèle. Pourtant, Jean Valette souligne que plusieurs renseignements obtenus par le capitaine manquent d’une extrême précision. « Il est curieux de relever certaines erreurs, sur la présence anglaise en particulier, mais aussi sur les rapports entre Merina et Sakalava. »La distance est assez grande entre les côtes occidentale et orientale, et les nouvelles de l’Ouest ne doivent parvenir que déformées à Toamasina. « Si la chose est déjà sensible dans des entretiens avec un personnage aussi bien placé et donc bien informé que Robin, que devait-il en être chez les traitants et autres particuliers ? »

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Wawa clôt son « Mayotte Tour »

Un artiste des plus dynamiques. Connu pour son énergie sur la scène et son charisme intarissable, Wawa sera de nouveau au pays pour enivrer les férus de musique chaleureuse. Donnant rendez-vous au grand public au Coliseum Antsonjombe tout au long de la journée de demain pour son « Sômaroho Tour », Wawa est fin prêt à enivrer les fêtards mélomanes de tous âges et de tous horizons à l’occasion. Avec son groupe, il entend y célébrer ses quinze ans de carrière au courant de cette année qu’il prévoit de marquer d’une pierre blanche. En attendant de débarquer au pays, Wawa clôt sa chaleureuse tournée à Mayotte, ce jour, en se redécouvrant sur scène aux côtés de son fidèle camarade et artiste ivoirien, Serge Beynaud. Un lien de fraternité et de convivialité unique unissent ces deux artistes, le concert se tiendra au Plateau de Bandrelle, à Mayotte.

À l’image de tous les concerts de la tournée de Wawa, de même que « Sômaroho », son fidèle partenaire, l’opérateur Telma, y sera fièrement représenté. Se plaisant comme toujours à partager la scène avec les artistes locaux, Wawa sera accompagné des meilleures danseuses de coupé décalé de l’île, le duo Zota et Falone. Le rendez-vous de demain au Coliseum Antsonjombe sera, quant à lui, tout aussi bien d’envergure internationale. Serge Beynaud, le groupe de gwetta togolais Toofan, le Mahorais Bacoilli et le chanteur Franco-Sénégalais Singuila, ainsi que Stéphanie y seront.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Banditisme à Tana

La direction de la police judiciaire auprès du ministère de la Sécurité publique a traduit devant le parquet d’Antananarivo hier des individus arrêtés pour culture de cannabis, détention d’effets militaires et  association de malfaiteurs. Trois d’entre eux ont été placés sous mandat de dépôt  à la  maison centrale d’Antanimora.

L'express de Madagascar0 partages

Analamanga – Fandrefiala – Dream Team en finale

Les finalistes des cham­pionnats d’Analamanga de basketball catégories jeunes U12 et U14 sont connus après les demi-finales d’hier. Fandrefiala retrouvera Dream Team SC, en duel final des U12 garçons ce dimanche.En demie, Fandrefiala a écrasé BCNA sur un score large de 53 à 18 d’une part, et DTSC a écarté BCSM par 47 à 35 de l’autre.Chez les filles, MB2ALL sera opposé à JCBA en finale. A sens unique, MB2ALL a laminé TSBB sur un score fleuve de 53 à 8 et JCBA pour sa part a souffert pour obtenir sa qualification en finale, en battant de justesse ASF par 24 à 22.Chez les U14 filles, ASA rencontrera ACA en finale. ASA a souffert pour arracher le ticket pour la finale, en battant au bout du suspense sur un score de 52 à 50 Fandrefiala. ACA a, de son côté, défait de justesse JCBA par 48 à 45.Toutes les finales auront lieu dimanche au gymnase de Mahamasina. Ces sommets régionaux détermineront les porte-fanions de la ligue d’Analamanga, aux championnats nationaux U14 filles et garçons et vétérans hommes et dames à Tsiroanomandidy, du 5 au 13 août.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Bandits repoussés

Neuf gendarmes appuyés par le fokonolona ont donné du fil à retordre à une vingtaine de dahalo munis de fusils de chasse et d’armes blanches à Tsararano Maevatanana mardi. Les voleurs de bétail ont battu en retraite après la fusillade . Soixante-dix  têtes de bovidés qu’ils venaient de dérober ont été récupérées en totalité.

L'express de Madagascar0 partages

Ankizy ?

Ankizy ou enfant, une appellation bien malgache qui a plusieurs significations bien des fois paradoxales. Les enfants d’une famille sont appelés « ankizy ». À ce même titre, les employés de maison sont aussi des « ankizy ». Au travail, quand on parle des collabo­rateurs, peu importe l’âge, on dit également « ankizy ». Par exemple, si un représentant expose des demandes auprès des dirigeants d’une boîte, il est très fréquent d’entendre « mitondra tenin’ny ankizy » qui veut dire qu’il est porteur des messages des enfants. Un concept social qui dériverait peut être du fait que les dirigeants sont considérés comme des raiamandreny : des parents. Parents dans deux sens : père et mère, et aussi dans le sens de « famille ». Il y a donc une classification sociale de ce que l’on peut définir comme enfant mais pour le Malgache, un adolescent, un adulte peut encore être un enfant.Les différentes organisations interna­tionales et locales ont aussi leurs définitions de ce qu’est un « ankizy ». En général, c’est une classification basée sur l’âge de la personne. Pour l’UNICEF, de 0 à 15 ans, on parle d’enfant ; de 15 à 19 ans on classe les êtres humains comme des adolescents. Pour les autres organisations des Nations Unies, de 15 à 24 ans on parle d’adolescent. La politique nationale de la jeunesse et la Charte africaine de la jeunesse expriment l’état des mœurs en Afrique et à Madagascar. Car entre 15 et 35 ans, on est encore considéré comme adolescent.49,3% des jeunes et adolescents de 15 à 24 ans ont leurs premiers rapports sexuels avant d’atteindre l’âge de 15ans. 48,3% des adolescentes de 18 ans ont déjà commencé leur vie reproductive. Parmi eux, 5,4% sont enceintes du premier enfant et 42,9% d’entre elles ont eu au moins un enfant. Pour simplifier, la moitié de nos « ankizy » sont sexuellement actifs dès 15 ans. L’âge du premier rapport sexuel est de plus en plus précoce, alors que l’âge légal pour le mariage à Madagascar est de 18 ans, exposant ainsi les jeunes à des grossesses précoces qui mettent en danger leur vie. Notons que ces rapports sexuels sont soit volontaires soit forcés. La moitié de nos « ankizy » a eu au moins un enfant avant 18 ans! Il faut savoir que les complications de la grossesse et de l’accouchement sont la deuxième cause de décès pour les jeunes filles âgées de 15 à 19 ans.« Ankizy » quand les vrais enfants, que ce soit du point de vue de l’âge, de la maturation physique et psychologique deviennent généralement des parents malgré eux, l’explosion démographique est une bombe à retardement. Le Sénat a fait le pas d’écouter les organisations locales et internationales qui œuvrent dans la protection des droits des femmes, des jeunes. Ces dernières, en présentant le dividende démographique, ont mis sur le tapis des données plus qu’alarmantes. Avec la décision du Président Américain de réduire les aides extérieurs au développement, notamment celles liées à la planification familiale, la réalité sur le terrain est plus que fragilisée.Le Sénat a écouté. Espérons que nos sénateurs ne prennent pas ce qui a été dit comme des…paroles d’enfants.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihan-dahalo tao Mahatsinjo: Trano sivy kila forehitra, olona roa vaky loha voatoto vodim-basy

Dahalo 15 lahy nirongo basy nandravarava tao an-tanànan’ i Mahatsinjo any amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Tsiandro, Distrikan’ Antsalova, afak’omaly naraina. Rehefa tafiditra ny tanàna ireo malaso nanapoapoaka basy dia nidaroka izay olona hitany, ka lehilahy roa naratra mafy vaky loha voatoto vodim-basy. Teo anatrehan’ny horohoro sy tahotra dia tsy afa-nanohitra ny mponina, ka niliba ireo dahalo nandroaka ny omby rehetra teo an-tanàna manodidina ny 50 isa teo, avy eo nandoro trano ireo malaso, ka trano sivy tao Mahatsinjo may kila forehitra hotohoton’ny afo. Ny mahagaga anay, hoy ny Ben’ny tanànan’i Tsiandro, Amir Sebastien Chebany, fa  “misy “Poste Avancé” sy  trano ipetrahan’ ireo Zandary nahazo taratasy fanendrena hiasa eto Mahatsinjo, kanefa nanomboka ny 15 jolay teo no niala teto aminay ireo Zandary voatendry hiasa eto, ary tsy mbola niverina hatramin’izao, na dia efa nividianana ny fitaovana rehetra sy kojakojan-dakozia ilain’izy ireo, ary ny Fokonolona no miantoka isan’andro ny sakafon’ireo Zandary, ka ifandimbiasan’ireo vehivavy eo an-tanàna ny miketrika (mahandro) izany », hoy ny tolokon’ity olom-boafidy mahatsiaro tena ho kamboty ity nitatitra ny zava-misy, sady manaitra ny sain’ny tompon’andraikitra hamaha ny olana haingana. Raha ny fanamarihana azo, dia vao ny taona 2014 teo no niforona ny Kaominin’i Tsiandro (50 km miala an’Antsalova renivohitry ny Distrika), ary Fokontany dimy no mandrafitra azy.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Zava-mahadomelina: Mpifoka sy mpivarotra rongony 15 nampidirina am-ponja

Olona 15 no indray naiditra am-ponja eny Antanimora noho ny fidorohana sy fivarotana rongony rehefa avy natolotra ny Fitsarana, omaly 28 jolay. Nandritra ny fisafoana nataon’ny polisy avy ao amin’ny sampana misahana ny ady amin’ny zava-mahadomelina etsy Anosy teny amin’ny faritra mafampana toa an’Anosibe, Antohomadinika IVO, sy Manarintsoa, ny alakamisy 27 jolay no nisamborana azy ireo. Ny efa-dahy voasambotra teo am-pifohana rongony teo amin’ny “canal Andriantany” teo amin’ny toerana atao hoe vorondamba. Ny 11 lahy kosa dia teny Antohomadinika IVO ka ny iray amin’izy ireo dia mpivarotra rongony ka mbola nahatratrarana rongony 850 fonosana. Ny ambiny kosa dia mpividy sy mpifoka daholo. Tamin’ny fanadihadiana dia niaiky ny helony izy ireo. Tamin’ny fanadihadiana ihany koa no nahafantarana fa avy any Atsimo ireo rongony amidy ireo ka 300 hatramin’ny 500 Ariary ny fonosana iray, ary alaina 100.000 ny iray sachet lehibe.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Halatra môtô tao Anjoma Toamasina: Ny sakaizany ihany no niray tsikombakomba tamin’ireo mpangalatra

Morongatra ankehitriny ny halatra môtô eto Toamasina araka ny fitoriana sy ny fitarainana voarain’ny mpitandro ny filaminana. Ireo môtô antsoina hoe “scooter” no tena lasibatra amin’izany, saingy ity niseho tao Anjoma Toamasina ny alin’ny 22 jolay nifoha ny 23 jolay ity no hafa kely, satria ny sakaizany ihany no niray tsikombakomba tamin’ireo mpangalatra noho ny iray tamin’izy ireo mbola sakaizan’ity tovovavy. Ny alin’io 22 jolay io dia niaraka ity tovolahy ity sy ity sakaizany ity namonjy lanonana tao Manangareza, tokony tamin’ny 10ora noho ny hamamoana teo amin’ilay tovolahy dia nody izy ireo. Teo am-pidirana ny lalam-pasika mihazo ny tranon’ilay tovolahy dia nosakanan’ireo andiana tovolahy 2 izy ireo, noho ny hamamoany dia tsy afaka nanohitra ny tenany izay mbola niharan’ny daroka ihany koa. Nitory ny nanjo azy teny amin’ny borigadin’ny zandary ity tovolahy ity ny 23 jolay ka nanomboka teo ny fanadiadiana rehetra mikasika ny raharaha. Noho ny fiaraha-miasan’ny zandary tamin’ireo mpanome ny vaovao azy araka ny fanazavan’ny komandan’ny kaompanian’ny zandary Toamasina, Chef d’éscadron Randrimanantena Léon, dia teo am-pamarotana ilay môtô 1,72 tapitrisa ariary taman’olona no tratra ambodiomby ireto mpangalatra, teo vao vaky ny nafeina rehetra fa hay sakaizan’ilay tovovavy koa ity nangalatra môtô ny sakaizany hafa ity. Niakatra fitsarana omaly ny raharaha ka miandry fitsarana am-ponja izy telo mianadahy voasambotra nandritra ny raharaha halatra môtô tratra ambodiomby ity…

Malala Didier