Les actualités Malgaches du Samedi 29 Juin 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara23 partages

Paris : Hery Rajaonarimampianina chante Bessa

L’ancien président a plusieurs cordes à son arc. (Photo d’archives)

L’ancien président Hery Rajaonarimampianina séjourne actuellement à Paris. A l’occasion de l’anniversaire d’un ami dans la capitale française, l’ancien président et son épouse ont assisté à cette fête. Hery Rajaonarimampianina a pris le micro, à cette occasion, pour entonner une chanson. Il n’a pas chanté « Alina Parisy » de Jérôme Randria mais plutôt « Andrimanitra Fitiavana » de Bessa. Une chanson qui tient à cœur à l’ancien président. Toujours est-il que lors d’une rencontre avec la presse au Palais d’Iavoloha dans le temps, il a chanté la même chanson.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara19 partages

Mozika Project Madagascar : De la world-music au No Comment Bar

Philippe Murcia (avec la guitare) et sa bande sont prêts à emmener le public dans un voyage au cœur de la musique.

Né en 2018, le groupe Mozika Project Madagascar commence à se faire connaître à travers ses clips sur Youtube, diffusés sur les chaînes locales. Pour le grand plaisir des mélomanes, il se produira ce 4 juillet, à partir de 20 heures, au No Comment Bar à Isoraka.

Un rendez-vous « mélomane ». Mozika Project Madagascar sera sur la scène du No Comment Bar à Isoraka le 4 juillet prochain. Les guitaristes Andry Ramamonjisoa et Philippe Murcia, ainsi que la célèbre jazz woman Joël Claude, la chanteuse congolaise Déo Gratias, les percussionnistes de renom Bim Andrianariseheno et Tiana Ramarokoto, entraineront leur public dans leur univers musical. Une ambiance world music, avec des rythmes traditionnels malgaches mélangés aux influences latino-américaines, de la bossa nova au reggae à la salsa cubaine, figure dans le répertoire. La chorégraphie sera assurée par Priscillia Stephen et son crew Miara-Dihy.

Mozika Project Madagascar est né en 2018 de la rencontre de deux guitaristes, Andry Ramamonjisoa et Philippe Murcia. Les chansons ont été proposées à des artistes peu connus et connus. La célèbre chanteuse de jazz, Joëlle Claude, a rejoint la formation, puis la Congolaise, Déo Gratias, ainsi que les autres membres du groupe, Bim Andriantseheno et les autres. Le public a découvert le Mozika Project Madagascar grâce au morceau « Je m’appelle Tatoo » en avril 2018 et « Soava Tsara » en novembre 2018. Au mois de mai, la bande à Philippe Murcia a sorti « Tant qu’il y aura des fêtes », une chanson qui dévoile déjà l’ambiance « caliente » qui aura lieu au No Comment Bar, ce jeudi 4 juillet.

Recueillis par Maharindra

Midi Madagasikara7 partages

Gouvernement : Remaniement attendu après le 2 juillet

Le sort de chaque ministre est lié aux résultats obtenus au premier semestre.

Le premier semestre pourrait être écourté d’une ou de deux semaines pour les ministres dont la première évaluation devrait avoir lieu après le 24 juillet 2019.

« Dans le cadre du respect des délais légaux, et compte tenu de l’application des délais francs et du nombre très élevé de requêtes en contentieux, la proclamation des résultats officiels des élections législatives du 27 mai 2019 aura lieu le mardi 2 juillet 2019, à 16 heures au siège de la Haute Cour Constitutionnelle ». A la lumière de ce communiqué, publié hier par la HCC, les nouveaux membres de la Chambre basse seront convoqués à Tsimbazaza le 16 juillet prochain. Et ce, en vertu de l’article 78 de la Constitution qui dispose que « l’Assemblée nationale se réunit de plein droit en session spéciale le deuxième mardi qui suit la proclamation des résultats de son élection pour procéder à la constitution de son bureau et à la formation des commissions ».

Ouverture. Le nouveau président ou la nouvelle présidente de l’Assemblée nationale sera donc connu(e) le 16 juillet 2019. D’une chose, on est sûr, il ou elle sera issu(e) des rangs de l’IRD qui détient une majorité écrasante dans les travées de l’Hémicycle. Le nom de Naharimamy Irma circule entre autres dans les coulisses de la plateforme …IRMAR ou « Isika Rehetra Miaraka amin’i Andry Rajoelina ». Entre le verrouillage total et l’ouverture du Bureau permanent, les 84 députés IRD choisiront probablement la seconde option en direction des Indépendants, qui viennent d’ailleurs de faire une déclaration de soutien ou de ralliement au président Andry Rajoelina.

Premier ministre. Il appartiendra également à l’IRD ou à l’IRMAR (c’est bonnet orange, orange bonnet) de proposer le nom du locataire de Mahazoarivo, conformément à l’article 54 alinéa 1er de la Constitution qui prévoit que « le président de la République nomme le Premier ministre présenté par le parti ou le groupe de partis majoritaire à l’Assemblée nationale ». Sans écarter les autres Premiers ministrables potentiels, l’actuel titulaire du poste a des chances d’être reconduit pour la seconde fois à la tête du gouvernement. En revanche, dans l’un comme dans l’autre cas de figure, la composition de l’équipe gouvernementale pourrait être retouchée car il n’est pas exclu que des député(es) intègrent ou reviennent dans le gouvernement. Le premier semestre risque d’être écourté d’une ou de deux semaines pour les ministres nommés le 24 janvier 2019. L’ampleur du remaniement – à la fois technique et politique – sera fonction des résultats obtenus par chaque ministre au cours des six premiers mois.

Décision et Avis. La question qui se pose est de savoir si la nomination du PM et le remaniement du gouvernement interviendront après le 2 juillet ou au lendemain du 16 juillet. En effet, d’un côté, la HCC considère dans sa Décision du 13 février 2019 que : « le titre juridique de député de Madagascar est constitué par la proclamation officielle des résultats de l’élection », soit le mardi 2 juillet. De l’autre, la haute juridiction de préciser que : « cette session spéciale constitue l’entrée en fonction de la nouvelle législature ». De toute façon, tel que l’a signifié la HCC dans son Avis du 18 janvier 2019, « la délibération relative à la proposition de nomination du Premier ministre ne se fait pas dans le cadre d’une session parlementaire ordinaire ou extraordinaire ».

Suspendu d’office. En tout état de cause, cela doit se faire après la proclamation officielle des résultats ou au lendemain de la session spéciale. « Le député nommé membre du gouvernement est suspendu d’office de son mandat », selon l’article 71 alinéa 2 de la Constitution. En d’autres termes, il faut que l’intéressé(e) ait acquis au préalable le titre juridique de député de Madagascar pour qu’il ou elle soit suspendu(e). L’intérêt de ces dispositions est qu’un(e) député(e) nommé(e) ministre puisse retrouver son siège à Tsimbazaza s’il ou elle venait à perdre ultérieurement son fauteuil de ministre.

R. O

Midi Madagasikara4 partages

Vingtaine de députés : Soutien à Andry Rajoelina

Après la proclamation des résultats provisoires par la Ceni, des candidats élus provisoirement commencent à se manifester. Au nombre d’une vingtaine, ils ont demandé une audience auprès du Directeur Général des Affaires Politiques (DGAP), auprès de la présidence de la République, Pierre Houlder,  afin de procéder à une déclaration. Leur point commun : ce sont tous des députés indépendants. Ces députés issus, entre autres de Moramanga, Sambava, Antalaha, Brickaville et Mampikony, ont fait savoir qu’ils sont prêts à soutenir le président Andry Rajoelina et la concrétisation de l’IEM. L’objectif étant la stabilité de l’Assemblée nationale et du régime, tout en soulignant au passage qu’ils ont fait cela de leur plein gré. Ils n’ont pas attendu la proclamation des résultats officiels par la Haute Cour Constitutionnelle pour se positionner.  Un clin d’œil à l’endroit du régime, en sorte. Mais les candidats proches du régime sont majoritaires avec 84 députés, du moins pour les résultats provisoires.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara4 partages

KRAOMA : Acquisition de deux nouveaux groupes électrogènes

La compagnie minière KRAOMA (Kraomita Malagasy) est en cours de redressement. Les dirigeants actuels qui travaillent en étroite collaboration avec leurs partenaires russes, sont en train de rénover tous les équipements industriels en vue d’améliorer la performance de la compagnie. Après l’acquisition d’une nouvelle motopompe, qui permettra aux employés de la KRAOMA d’opérer dans les carrières d’exploitation même en période de pluie, deux nouveaux groupes électrogènes seront introduits à Madagascar. « Ces équipements débarqueront demain au port de Toamasina. Ils serviront non seulement à faire fonctionner l’usine de la Kraomita Malagasy à 100%, mais aussi à améliorer l’alimentation en électricité de la ville de Brieville, l’un de nos grands sites d’exploitation », selon les explications d’un responsable technique de la compagnie.

16 millions USD par an. En effet, « les groupes électrogènes actuels ne permettent plus de satisfaire les besoins en énergie de l’entreprise, ainsi que ceux de la ville concernée, en raison de leur obsolescence. D’où la nécessité de l’acquisition de ces nouveaux équipements. Cette action entre toujours dans le cadre du partenariat gagnant-gagnant entre la Kraomita Malagasy et son partenaire russe », a-t-il rajouté.  La compagnie prévoit ainsi une nette amélioration de sa production qui a atteint les 800 tonnes de chromes concentrés par jour, en ce moment. Même si cette compagnie minière commence à se redresser, ses dirigeants reconnaissent que de nombreux efforts doivent être encore déployés afin d’atteindre sa vitesse de croisière. Notons que la KRAOMA fait partie des plus grandes compagnies pourvoyeuses de recettes pour l’Etat. Les prévisions de la compagnie sont de générer ultérieurement une recette de l’ordre de 16 millions de dollars par an, grâce aux activités d’exploitation de chrome.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

Région Androy : L’arrivée de l’eau redonne espoir

Les bidons jaunes commencent à faire la queue, signe que l’eau est bien présente.

L’inauguration du pipeline de la région Androy va se faire aujourd’hui. Une excellente nouvelle pour la population locale, après de longues années de souffrance.

« L’insuffisance de l’eau dans le Sud est à l’origine du sous-développement de cette partie du pays ». Ce sont là les propos de Gabriel Andriamanambina, président du Fokontany de Nikoly Centre. Ce responsable de noter que « l’eau a toujours été problématique pour la région Androy, plus particulièrement pour le Fokontany de Nikoly Centre. […] Pour survivre, les habitants doivent dépendre des approvisionnements effectués par des charretiers. Lesdits approvisionnements n’étant pas réguliers et dont le prix du bidon de 20 litres change d’un charretier à l’autre ». Propos confirmés par Soa, mère de famille. « Le bidon de 20 litres d’eau coûte aux environs de 2000 ariary en saison sèche. Nous n’avons pas forcément les moyens de nous offrir un bidon. Du coup, nous nous approvisionnons en eau en collectant des eaux stagnantes que l’on fait bouillir avant de consommer. Des fois, on ne la fait même pas bouillir, on la consomme directement », a-t-elle déploré. Les conséquences sont nombreuses si l’on ne cite que les maladies diarrhéiques ou encore la malnutrition chronique et/ou aigüe. Des situations qui empêchent l’épanouissement de la population et par ricochet, une situation qui constitue un frein au développement de la région.

Migrants. L’annonce de l’inauguration du pipeline situé à Ampotaka et destiné à approvisionner en eau six communes des districts de Tsihombe et de Beloha, région Androy, permet beaucoup de changement pour la population locale. « Nous  espérons une baisse considérable des maladies diarrhéiques qui font beaucoup de victimes chez les enfants de la région », s’est exclamée Zefeline, une autre mère de famille du Fokontany Nikoly Centre. Le président dudit Fokontany quant à lui, est optimiste : « nous avons un bon sol pour l’agriculture. Nous avons déjà essayé de cultiver des légumes comme des carottes et des pommes de terre et cela a marché. Il suffisait juste qu’il y ait de l’eau et tout changeait. Ce que nous avons actuellement avec le pipeline. A présent, nous pouvons penser à investir et à vivre sainement ». Profitant de l’occasion, Gabriel Andriamanambina de noter qu’avec « l’annonce de l’arrivée de l’eau, il y a un retour progressif des fils et filles de la région qui avaient

préféré migrer ». Si l’eau pour la (sur)vie, destinée à la consommation est prévue arriver avec l’opérationnalisation du pipeline. L’eau pour le développement est encore à chercher. Quoi qu’il en soit, la région peut déjà s’en réjouir.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

« Velirano » présidentiel : Le ministère de l’Emploi accompagne les jeunes

Le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales contribue à la mise en œuvre du programme présidentiel.

Emploi décent pour tous. Cet axe n°6 du « Velirano » présidentiel se trouve au centre des principales préoccupations du ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales. C’est dans ce cadre que la première édition du SERA’B ny ASA 2019 se tient depuis hier au Palais des Sports de Mahamasina. Ce Salon de l’Emploi a été un succès, à voir l’affluence monstre constatée lors de son ouverture. « Ce salon sert de plateforme d’échange entre le patronat et les jeunes en quête d’emploi. Il est de la responsabilité de mon département d’accompagner ces jeunes », a déclaré hier la ministre Gisèle Ranampy, durant la cérémonie d’ouverture du Salon SERA’B ny ASA 2019. Ce membre du gouvernement de mettre les points sur les « i » : « L’objectif est surtout d’accompagner non seulement les jeunes fraichement diplômés, mais aussi ceux qui ont perdu leurs emplois,afin qu’ils puissent créer leurs propres emplois. » 120 stands sont depuis hier installés au Palais des Sports de Mahamasina. Des milliers de jeunes ont fait la queue pour déposer leur CV. L’engouement a été au rendez-vous. « Cette affluence est la preuve que nos jeunes sont actuellement confrontés au problème d’emploi. Mon département fera tout son possible pour leur permettre d’accéder à un emploi décent, conformément à l’axe n°6 du ‘Velirano’ présidentiel. »

A décentraliser dans les régions. Les grandes sociétés de la capitale exposent depuis hier au Salon de l’Emploi, qui se termine ce jour au Palais des Sports de Mahamasina. Elles ont déjà reçu des CV dans l’objectif de recruter suivant leurs besoins. « Ce salon n’en est qu’à sa première édition. Son organisation sera décentralisée dans les régions pour répondre au principe d’emploi décent pour tous », a précisé la ministre du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales, Gisèle Ranampy. La deuxième édition du SERA’B ny ASA 2019 sera organisée à Toamasina au mois d’août. A noter que le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales (MTEFPLS) participe considérablement à la réalisation des programmes contenus dans le « Velirano » présidentiel.  Tout dernièrement, le travail réalisé par le MTEFPLS a permis de remettre à Genève, par le biais du président de la République dans le cadre du centenaire de l’OIT, six accords internationaux sur le travail ratifiés par Madagascar. Et tout récemment, dans le cadre de la célébration de la Journée africaine de la Fonction Publique, la ministre Gisèle Ranampy a réitéré la volonté de son département à aller de l’avant pour l’instauration d’une fonction publique performante, levier de développement du pays.

R.Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Ravan’ny kizon’i Soahazo, dahalo dimy maty

Omby nahatratra 329 isa tany ho any ho azo teo am-pelan-tanan’ireo dahalo, omaly nandritry ny famakiana ny kizon’i Soahazo, ao amin’ny kaominina Ivahona distrika Betroka, nataon’ny zandary. Dahalo dimy kosa no maty nandritry ny fifandonana mahery vaika tamin’izany.

Efa an-taonany maro no noezahina novakiana ity toerana fiheren’ny dahalo sy fanafenana omby halatra ity any amin’iny distrikan’i Betroka ity saingy miveri-maina avokoa ireo mpitandro filaminana, rehefa tratry ny fandrik’ireo olon-dratsy noho ny tsy fahafantarana lalana mankao an-toerana. Tamin’ity indray mitoraka ity anefa, rehefa nahazo loharanom-baovao mahakasika ny lalana mety ahafahana maka ity toerana ireo zandary avy eo anivon’ny Vondron-tobim-pileovana Betroka dia nidina avy hatrany tany an-toerana. Tafiditra ao anatin’ilay hetsika fampandriana fahalemana ireo faritra mena amin’ny halatr’omby rahateo moa izany. Vao tazan’ireo andian-dahalo lavitra fotsiny anefa ireto zandary ireto dia nanao tifitra variraraka avy hatrany izy ireo. Raikitra teo ny fifandonana sy ny fifampitifirana. Tsy nahaleo tosika ireto mahery fon’ny firenena ireto anefa ireo andian-dahalo tratry ny tampoka ka nisy dimy tamin’izy ireo no lavo. Nitsoaka kosa ireo namany sasany. Hany ka mora foana no nifehezana ity kizo malaza ho tsy mety vaky ity. Omby an-jatony ireo moa no azo tao an-toerana ary nentina niakatra nihazo an’i Betroka sy nampidirina « fourriere ». Omaly ihany dia efa nezahina nantsoina ireo olona very omby ary nasaina nijery izany tamin’ireo omby vao azo teny am-pelan-tanan’ny dahalo izany. Fantatra ary fa nisy omby 50 hatreto no nambaran’ny tompony fa omby very, araka ny loharanom-baovao avy any an-toerana hatrany. Inoana fa mbola ho maro ireo ho tonga hamantatra ny ombiny aoriana kely ao. Marihana fa manao ny ainy tsy ho zavatra ireo mpitandro filaminana, indrindra fa ireo zandary any amin’iny faritra Atsimon’ny nosy iny amin’ny famerenena tsikelikely ny fandriampahalemana amin’ny resaka asan-dahalo. Raha tsy hiteny fotsiny afa-tsy ny hoe nisy tananan-dahalo vitsivitsy amin’izao, any an-toerana vonon-kiara-hiasa amin’izy ireo. Efa namerina ny basy sy fitaovam-piadiana maro fampiasany amin’ny asa ratsy rahateo moa izy ireo. Ary mbola mitohy izany hatreto …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Nécessité d’une prise de conscience collective

Les lendemains de fête sont toujours pénibles car il faut retrouver les problèmes d’un quotidien peu reluisant. Les réjouissances de ces derniers jours ont laissé des traces qu’on voit encore maintenant. Les monceaux de détritus laissés par les Tananariviens à Analakely ont été enlevés par les éboueurs de la commune, mais cette attitude déplorable de nos concitoyens doit amener à une prise de conscience collective. Il est temps de se mobiliser pour retrouver ce sens civique que semble avoir abandonné nos concitoyens.

Nécessité d’une prise de conscience collective

Cette semaine qui vient de se terminer fut celle des réjouissances. Les Tananariviens ont  donc pu se détendre et profiter de toutes les attractions mises à leur disposition. Mais ils se sont très vite relâchés et  ont perdu le sens de la civilité. Les notions de propreté et le sens de la discipline ont disparu durant les trois jours qui ont précédé la célébration de la fête nationale. L’Avenue de l’Indépendance et les principales artères de la ville sont devenues de gigantesques lieux de rassemblement. On  s’y est défoulé et on y a festoyé. On a jeté sans aucune retenue ses détritus et on y a fait ses besoins. Personne n’a gardé ce sens de la mesure que l’on a chez soi. Le spectacle de ces rues jonchées de détritus vues ici et là a retourné le cœur de tous ceux qui ont parcouru la ville le lendemain. Antananarivo, la capitale de Madagascar, ne mérite pas ça. La conscientisation et  l’éducation des citoyens est nécessaire.  Cependant, elles doivent s’accompagner de mesures édictées par les autorités. Elles doivent être comprises par tous et acceptées. On sait ce qui est advenu de la réglementation de la circulation des pousse-pousse et des charrettes ; les concernés les ont allégrement violées. C’est donc toute une politique de persuasion, et à défaut de sanction qui est à revoir. Il est temps de lancer un cri d’alerte à nos concitoyens, car on ne peut plus rester sans réaction devant une situation aussi déplorable.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Journée santé et sécurité : Orange Madagascar, soucieuse du bien-être de ses salariés

Visite de quelques stands par les dirigeants d’Orange Madagascar. (crédit photo : Kelly)

Les salariés d’Orange Madagascar et leurs familles ont pu profiter de la journée spéciale dédiée à la santé et à la sécurité, organisée par la société, dans ses locaux à La Tour Ankorondrano, ce 28 juin 2019. Cette journée a été mise en place afin de mettre en exergue la santé et la sécurité, deux points essentiels de la politique des Ressources Humaines de la société, selon les explications de Madame Liva Robson, Responsable Projets et développement des ressources humaines d’Orange Madagascar. La société, soucieuse de la santé, du bien-être et de la sécurité de ses employés, organise ce type d’événement tous les ans. La prochaine journée spéciale est donc prévue pour le mois de décembre, d’après Madame Liva Robson.

Dépistage sur place. Pour cet événement, les 450 salariés de la société ainsi que leurs familles se sont rendus sur place soit pour se faire dépister du VIH Sida, du diabète, du cancer du col de l’utérus, ou encore pour mesurer leurs tensions artérielles. Mais ce n’est pas tout, d’autres entreprises œuvrant dans le secteur de la santé, de la beauté, de l’assurance, ont été également aperçues sur place. Ainsi, chaque personne conviée à cette journée pouvait s’offrir une séance de maquillage, acheter des produits de beauté et de bien-être en profitant de promotion, mais surtout, se faire vacciner.

Intégration professionnelle des personnes en situation de handicap. La Responsable Projets et développement des ressources humaines d’Orange Madagascar a aussi fait savoir que, la société adopte une politique qui vise l’inclusion des personnes en situation de handicap. La société met donc tout en œuvre pour se munir de tous les moyens nécessaires qui pourraient faciliter l’insertion de ces personnes.

Un après-midi culturel. Puisque l’un ne va jamais sans l’autre, cette matinée sociale a été accompagnée d’un après-midi culturel. Joyfull Music, la chorale, ou association musicale, formée par les salariés d’Orange Madagascar a effectué un mini-concert, à partir de 14 h.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

MD eny Tsiafahy : Misandoka ho mpanolotsaina ny Filoha

Niakatra teny amin’ny fampanoavana omaly ny raharaha. Nidoboka am-ponja vonjimaika eny Tsiafahy ilay lehilahy rehefa notorian’ny olona noho ny fisandohana andraikitra sy ny fisolokiana. Nilaza ho mpanolotsain’ny Filoha ary tsy vitan’izay ihany fa mbola nanonona ho akaiky ny Praiminisitra koa aza. Izany lainga izany no nahafahany nandresy lahatra ny vehivavy iray ka nahazoany volabe. Izy ireo dia mpiserasera tamin’ny tambajotra sosialy facebook no niantombohany. Nihatsara ny fifandraisana ary hain’ilay lehilahy rahateo ny nandresy lahatra avy amin’ny filazàna izao antsanga tsy aman’orana rehetra izao. Isan’izany ny hoe mahavita mamoaka fiara ao amin’ny ladoany, mpitarika hira ao am-piangonana sy ny sisa rehetra. Nisy vola izay nindraminy tamin’ny mpifanerasera taminy ary dia tena azony tokoa, raha araka ny fanazavan’ny mpitory. Vao azo anefa izay dia nijanona tampoka ny fifandraisana. Nokarohina ny anao lahy ka tsy hita intsony, na tamin’ny facebook izay nifandraisana aza. Rehefa izany dia tapa-kevitra ny nitondra ny raharaha teny amin’ny mpitandro ny filaminana ilay nahatsiaro tena ho voasoloky, volabe rahateo ny very taminy. Raha ny fantatra dia mipetraka any an-dafy ity ramatoa mpitory ity. Sarona ihany ny mpisoloky ary niaiky fa naka volan’olona na dia nitory koa aza ny tenany. Fomban’ny efa mpanao azy ihany ny mitory rehefa toriana, mba entina hanataràna ny fandehan’ny raharaham-pitsaràna. Niakatra omaly ny raharaha ary eny Tsiafahy izy no miandry ny fotoam-pitsaràna izay hotontosaina amin’ny tapaky ny volana aogositra. Betsaka ny olona mbola mora roboka ary manome vola rehefa maheno fa olona akaiky ny olona ambony no miresaka aminy. Raha ny marina, izany mpanolotsaina izany dia olona tsy mipoipoitra ary miasa mangina. Eo koa no mora hamantarana ny mpisoloky, rehefa izy no mieboebo dia tokony efa mora fantatra izay fa olon-dratsy…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Les Barea prêts à en découdre avec les Nigérians

Les Barea devront confirmer leur qualification pour les huitièmes de finale demain soir à Alexandrie.

Un match à ne pas perdre. La dernière rencontre des Barea de Madagascar dans le cadre des matchs de poule du groupe B, se disputera demain, à 19 heures (18 heures, heure locale) au Stade d’Alexandrie. Un match qui n’impactera pas la qualification des Super Eagles du Nigeria pour les huitièmes de finale de la CAN si la Grande île venait encore conforter son ticket. Les protégés de Nicolas Dupuis ne minimisent pas cette confrontation et veulent profiter à fond de l’aventure. Ils ont déjà fait leurs preuves lors des deux précédents matchs, mais, ils ont encore soif de victoire et la rage de vaincre. Devenus la révélation de cette première CAN à 24 équipes, les Barea sont devenus des stars à Alexandrie et la presse internationale se rue vers l’équipe. Hier après-midi, les joueurs se sont entraînés au Stade de l’armée de Borg El Arab. Si depuis le début de la compétition Jeremy Morel s’entraine seul et à l’écart du groupe, il a rejoint sa bande, hier.

Changements. « C’est la séance décrassage et ce sont les joueurs qui n’ont pas été titulaires qui se sont entraînés. Il y aura la possibilité de changement au milieu et en attaque. Notre objectif est la victoire, on ne cherche pas un match nul contre le Nigéria. Ça va être compliqué, mais on va jouer et le moral de l’équipe est au top. On a de fortes chances de se qualifier même si mathématiquement ce n’est pas encore fait. La température pose aussi un problème à nos joueurs », a fait savoir le coach, lors de la conférence de presse d’hier. Et de continuer «  l’entrée de Voavy Paulin a changé la physionomie du jeu de l’équipe. En regardant les données GPS des joueurs, le déplacement et les résultats ont atteint l’organisme de nos porte-fanions. On s’est mis en danger à la seconde période, lors de la rencontre contre le Burundi et c’est la raison du changement et l’entrée de trois joueurs. Le capitaine Faneva Ima a perturbé la défense adverse ». A moins de quarante-huit heures du match, Nicolas Dupuis entreprend le suspens sur la future composition et la tactique à adopter face aux géants nigérians. En attendant, les entraînements se poursuivent pour les Barea qui vont encore avoir une très belle histoire de football africain et malgache. Soutenus par 23 millions de Malgaches à la télévision, et quelques centaines sur place, les Barea peuvent être fiers car ils ont réussi à fédérer tout un peuple et ont ravivé l’espoir de la jeunesse.

T. H

Midi Madagasikara0 partages

Parachutistes accidentés : Un colonel toujours sous soins intensifs

Le colonel Rapanarivo et le lieutenant Toky Rakotonirainy aurait dû participer a cet événement du 26 juin

L’incident survenu le 24 juin 2019, lors de l’entraînement des parachutistes de l’Armée Malgache, ne serait inaperçu par les Malgaches. Cet entraînement s’est déroulé en vue de la séance de démonstration de la Force d’intervention de l’Armée malgache à la célébration de la Fête nationale du 26 juin, au stade de Mahamasina. Le ministre de la Défense nationale, le Général de Division Jean Richard Rakotonirina, a affirmé quant à lui que cet accident l’a beaucoup affecté. Portant respectivement le grade de colonel et celui de lieutenant, les deux officiers accidentés auraient dû présenter aux Malgaches quelque chose de fantastique, pour démontrer la valeur de l’armée malgache. Une parade qui aurait dû confirmer, avec l’acquisition de nouveaux aéronefs dotés par le président de la République Andry Rajoelina, le nouvel élan de la Force aérienne de l’Armée Malgache. D’après lui, ce nouvel élan ne concerne pas simplement la force navale, mais également toutes les entités des Forces de l’ordre, ainsi que les organisations étatiques et civiles œuvrant au développement de ce pays. Raison pour laquelle le Général Richard Rakotonirina espère que la célébration de ce 59eanniversaire du retour à l’Indépendance de Madagascar, et les 59 ans de la création de l’Armée malgache, vont réveiller l’esprit du patriotisme et de la solidarité chez les Malgaches, comme il est recommandé par le slogan de la célébration de cet événement pour l’année 2019. Selon les informations recueillies auprès du service de la communication du ministère de la Défense nationale, le lieutenant Toky Rakotonirainy, qui est l’un des blessés dans cet accident, est sorti de l’hôpital militaire de Soavinandrina, hier. Toujours mal en point à cause d’un traumatisme au niveau du fémur, le colonel Rapanarivo suit encore un traitement auprès de cet établissement hospitalier.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

La belle aventure des Barea soude le peuple malgache

On se souviendra longtemps de cette semaine qui vient de s’écouler.  Ce fut celle des joies et des peines, particulièrement riche en émotions. Elle fut dominée par  la célébration du 59e anniversaire de l’Indépendance,  différente de toutes les dernières fêtes du 26 juin. Elle fut marquée par la présence du président Paul Kagamé, l’un des leaders de cette nouvelle Afrique en marche. C’est son exemple que le régime d’Andry Rajoelina veut suivre pour impulser un véritable changement. L’organisation des festivités fut réglée comme sur du papier à  musique. Néanmoins, cela n’empêcha pas l’introduction de quelques grains de sable dans une machine qui se voulait bien huilée. La parade militaire fut particulièrement réussie  avec la présentation des nouveaux matériels de l’armée. Cette journée du 26 juin fut endeuillée par la tragédie qui eut lieu après la cérémonie.  On n’arrive pas à comprendre comment un tel drame a pu survenir.  Les services de sécurité chargés de canaliser la foule désireuse de rentrer dans l’enceinte du stade ont été débordés et la bousculade fut meurtrière.  Les 15 morts et les 90  blessés sont  en majorité des enfants. On ne sait pas qui accabler, les responsables des forces de l’ordre ou ces gens pressés d’entrer à l’intérieur agissant comme des automates. Le constat est amer et l’on ne peut que déplorer l’indiscipline qui est à l’origine de cette catastrophe, mais on ne peut pas exonérer pour autant les autorités de leur responsabilité. La leçon doit être retenue. Plus jamais, cela doit-on dire maintenant. Après cette  tragédie est venue l’immense joie apportée par les footballeurs malgaches. Les Barea ont entamé la CAN avec panache, créant la surprise de ce grand tournoi. Ils ont rendu fiers leurs compatriotes qui ont fait bloc autour d’eux.  La liesse populaire ayant  accompagné la victoire des Barea est  sans égal depuis que le football existe à Madagascar.

Sur le plan international, il n’y a pas de véritable rebondissement dans la crise américano-iranienne. La tension est toujours palpable entre les deux pays, mais Donald Trump a fait baisser la pression militaire qu’il avait semblé exercer sur l’Iran. Il a préféré appliquer des sanctions contre les  dignitaires  du régime. Ces derniers se sont  mis à hausser le ton et menacent de reprendre l’enrichissement  de leur uranium. Dans le conflit israélo-palestinien, les pourparlers de paix entamés sous l’égide du  gendre de Donald Trump, Jared Kushner, sont au point mort. Le pan qu’il a présenté prévoyait 50 milliards d’investissement dans les territoires palestiniens, mais le négociateur s’est heurté au refus catégorique de ces derniers qui lui reprochent de négliger totalement le volet politique. La Tunisie quant à elle est confrontée au terrorisme de l’Etat Islamique qui a envoyé deux kamikazes se faire exploser devant le quartier général des services de sécurité. Plusieurs manifestations de protestation ont eu lieu pour dénoncer ces actes.

Aux Etats-Unis les primaires de la présidentielle ont déjà commencé dans le camp démocrate. Un deuxième débat a opposé Joe Biden, Bernie Sanders et Kamela Harris. Cette dernière a crevé l’écran et acculé l’ancien vice-président de Barack Obama.

Après une semaine où joie et peine se sont succédé, c’est le grand bonheur apporté par les Barea que l’on veut retenir. La merveilleuse aventure de nos footballeurs  continue ; ils vont faire vivre de grands moments d’émotion dans les jours à venir. C’est un rêve devenu réalité pour tous les Malgaches.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : Test de crédibilité pour la HCC

Dans le communiqué publié hier sur son site, la HCC a fait part du « nombre très élevé de requêtes en contentieux » concernant les législatives. Bon nombre de candidats et d’électeurs de rapporter l’existence massive de fraudes, irrégularités et anomalies dans plusieurs circonscriptions. Et de citer entre autres, les districts de Betroka, Ambovombe, Soalala, Ambositra, Toliary II, Tsihombe, Ambanja, Mitsinjo, Mahajanga II… Bref, des « tany lavitra andriana » où les élections n’étaient pas toujours conformes à l’Etat de droit, à la bonne gouvernance et à la « tolérance zéro » contre la corruption prônés par le régime en place et requis par la communauté internationale.

Olomboavidy. Le « vahoaka » censé être représenté à l’Assemblée nationale craint que la nouvelle législature ne commence mal avec des députés dont certains auraient été élus d’une manière illégitime et illégale. Les gens font confiance à la HCC pour redresser ce qui doit l’être et non pas se contenter de la formule habituelle : « recevable mais non fondée ». Ils se demandent si le juge électoral pour qui les législatives constituent un test de crédibilité, va cautionner des députés élus grâce à des irrégularités et autres manœuvres illicites comme la corruption et le trafic d’influence. Des pratiques plus ou moins courantes durant la précédente législature qui ont valu à bon nombre de députés d’être taxés de « olomboavidy » au lieu d’être des « olomboafidy ». Ils se demandent aussi si le président Andry Rajoelina accepterait de travailler avec ce genre d’élus.

R.O

Midi Madagasikara0 partages

Sport Mécanique – Club VTF : Invité d’honneur du Slalom Liquimoly 2019

Elles sont près de 600 femmes à se regrouper dans le Club Vehivavy Tia Fiarakodia (VTF). Ces dames seront les invitées spéciales du Madagascar Sport Automobile (MSA), à la troisième édition du Slalom Liqui Moly, qui se déroulera à Bevalala, ce week-end. Créée au mois de mars, l’association est présidée par Ony Fy Ralambo. « C’est une occasion à saisir pour l’association car ce sera notre première rencontre officielle avec la fédération, ainsi, nous leur présenterons notre programme, dans la même foulée, qui consiste à faire un atelier de partage d’expériences de la maintenance automobile », précise-t-elle.

Comme son nom l’indique, l’association vise à promouvoir l’amour de la voiture chez la gent féminine. Bien que le Club VTF n’existe que depuis quelques mois,  les centres d’intérêt des  membres ne se limitent pas uniquement aux voitures et aux automobiles. Effectivement,  elles participent également au développement de la communauté et à son bien-être. Pas plus tard que jeudi dernier, l’association a fait une donation aux personnes démunies, plus précisément aux sans-abris au cœur de la ville des Mille.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Agenda culturel

Tempo Gaigy et Tif a Tif à Antsahamanitra

Stars d’une autre époque, Temps Gaigy et Tif a tif  célèbrent leurs 20 ans. Les rares boy’s and girl’s band ayant survécu tant bien que mal au temps, Faniry, Popol, Micky et Chriscy retrouveront les fans au théâtre de verdure d’Antsahamanitra. Demain sera un grand jour pour revivre les tubes des années 2000. Evidemment, strass et paillettes seront de mise. Comme au bon vieux temps, les chanteurs seront accompagnés par des danseurs sur des chorégraphies qui mettront sûrement à l’épreuve plus d’une hanche.

Rheg au CFM Anosy

Allant sur ses vingt ans, le groupe Rheg n’attend plus que les fans pour le grand rendez-vous de demain. Live intégral en acoustique et heavy metal,  la bande à Rega ne laissera rien au hasard au CFM Anosy. Du décor au show, en passant par l’accueil et le bar, le tout est un pur produit de l’Otoprod by Rheg, une bonne raison pour les rockeurs de ne pas rater ce fameux appointement.

Sokaf’hehy au CGM/ GZ Analakely

Pour la énième fois, la comédie club du Cercle Germano-Malagasy/Goethe-Zentrum revient avec Sokaf’hehy.  Le concept est simple,  « tu ris, tu perds ». Une scène ouverte de fou-rire à 100 %, cet après-midi à Analakely, rassemblera ces jeunes humoristes qui percent dans le milieu encore très vaste de la discipline. Si les éditions précédentes ont fait découvrir de nouveaux noms comme Sombiniaina, Za Rery et bien d’autres encore. Sarcasme, dérision, plaisanterie… tous les coups sont permis. Un moment de détente pour le public et une plateforme pour les humoristes.

Maminirina Rado/Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Stage en Chine : Le niveau technique des athlètes malgaches s’améliore

Les judokas en démonstration.

Ils sont soixante athlètes malgaches à avoir suivi une formation pendant trois semaines en Chine. Leur niveau technique s’améliore de plus en plus, selon un communiqué de l’ambassade de Chine publié hier.

Les 60 athlètes malgaches qui sont en Chine termineront leur formation la semaine prochaine. Une petite évaluation a été faite avant la dernière ligne droite de ce stage pour les six disciplines soit l’athlétisme, l’haltérophilie, le tennis de table, le badminton, le judo et la natation. « La formation des athlètes malgaches se déroule avec succès aussi bien sur le plan technique que physique », a résumé un communiqué de l’ambassade de Chine, hier. Comme nous l’avons déjà précisé, les athlètes sont  répartis dans les deux villes chinoises, Harbin et Kunming. « La condition physique des athlètes malgaches s’est  considérablement améliorée, ils sont confiants  pour les épreuves qui les attendent dans quelques semaines », selon encore le communiqué. Ces résultats sont dus à des entrainements intenses. Lino Razafindralambo, un des pongistes malgaches,  a confirmé que « le stage se fait deux fois par jour, entre 9h et 11h le matin, et de 15h à 17h l’après-midi. Le jour du samedi est réservé au repos et le dimanche pour visiter la ville ».

L’organisateur chinois a exprimé sa volonté de continuer à fournir une assistance professionnelle aux sportifs malgaches. Rappelons que 98 athlètes malgaches ont déjà bénéficié du même stage l’an dernier, la preuve d’une collaboration étroite entre Madagascar et la Chine. Les officiels malgaches n’ont pas manqué d’adresser leurs  remerciements au  gouvernement chinois pour cette coopération. Cette fois-ci, la délégation malgache devrait réaliser une belle performance aux Jeux de l’Océan Indien, à Maurice.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Hippisme : Doublé de Denis Rakotoarivony

La bataille faisait rage à Mahazina avec des chevaux en grande forme.

Chevaux et jockeys ont eu à braver le froid hivernal de Mahazina, lors de la journée de dimanche dernier. Une situation qui n’a pas réussi à doucher les ardeurs des férus de courses de chevaux, qui sont venus en masse pour assister, en direct, au premier doublé de Denis Rakotoarivony.

Il a ouvert son compteur dès la première course avec Madona, pour récidiver lors de la troisième course avec Lolita Star, qui a su tenir à distance un Navigateur très en verve sous la monte du jeune Roméo Radotiana.

La deuxième course a été remportée par Osarus bien prise en main par Maminirina Randriamahenina. Jean Baptiste Rakotohanja était aussi au rendez-vous en signant une très belle victoire avec Rolling Fly.

La course phare de cette journée, perçue comme une préparation au Grand Prix de l’Indépendance de ce dimanche, a été remportée par le « maître », en l’occurrence un Patrick Rakotoarivelo, qui prépare aussi les deux Grands Prix de dimanche. Ce dernier finissait très fort sur le dos de Mascotte de Star qui a toutefois dû s’employer pour battre l’Oiseau Bleu, monté par Nicot Ramiliarimanga.

Comme Patrick Rakotoarivelo, Nicot vise les Grands Prix de dimanche, une réunion à ne rater sous aucun prétexte.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Mampikony : Intrusion d’un candidat dans une station privée

Le jour du scrutin, plus précisément le 27 mai dernier, un candidat a fait une intrusion dans une station privée, sise dans le district de Mampikony. Portant le dossard n°4, plus connu sous le nom de Tano, il a induit en erreur les employés de cette station en disant qu’il a eu l’autorisation du propriétaire du lieu.  Selon des informations concordantes, ce candidat indépendant a déclaré qu’il pouvait faire de la propagande, étant donné qu’il en avait eu l’autorisation. Cependant, il est formellement interdit de faire de la propagande durant le jour du scrutin. Pourtant, c’est ce qu’il a fait. Il a notamment déclaré qu’il faudrait se fier au candidat d’Etat qui pourrait procéder à des fraudes électorales. Nombreux sont ceux qui sont prêts à témoigner pour dénoncer cet acte qui n’est pas conforme à la loi. Toujours est-il qu’en ce jour de scrutin, il s’est rendu dans différents bureaux de vote. Selon toujours notre source, il a incité les gens à voter pour lui, et ce, le jour J, ignorant ainsi la loi qui l’interdit strictement.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Madagascar – BAD : Un financement de 1274 millions d’unité de compte pour le DSP 2017 – 2021

Comme nous l’avons déjà annoncé  dans notre édition d’hier, la 2e réunion de négociation pour la 15e reconstitution du Fonds Africain de Développement (FAD-15) se tiendra, à Antananarivo, du 1er au 3 juillet prochain. Une réunion qui revêt une importance capitale pour les pays membres de la BAD en général, et pour Madagascar en particulier.

Précisons tout d’abord que le FAD  est le guichet concessionnel du groupe de la Banque Africaine de Développement (BAD).  Le Fonds compte à ce jour, 27 pays contributeurs, qui œuvrent en faveur de 40 pays en Afrique.

Défi de taille. Parmi les 40 pays éligibles au FAD, il y a d’un côté, ceux qui renforcent leurs capacités économiques pour  devenir de nouveaux marchés émergents, et de l’autre, ceux qui sont encore fragiles et ont besoin d’une aide spécifique pour garantir la prestation des services de base. Avec près de la moitié de ses pays emprunteurs considérés comme des États fragiles, le FAD se voit confronté à un défi de taille, dans la mesure où des économies stables peuvent elles-mêmes devenir fragiles, sous l’effet d’un choc interne ou externe.  Le FAD contribue à promouvoir le développement économique et social dans les pays africains les moins développés, en octroyant des financements concessionnels dédiés à la mise en œuvre de projets et de programmes, et une assistance technique pour mener des études et des activités de renforcement des capacités. Les investissements cumulés du Fonds au fil de ces 40 années d’opérations sur le continent africain s’élèvent à 29.4 milliards d’UC (45 milliards de dollars US).

DSP. En ce qui concerne Madagascar, les relations de coopération avec la BAD datent de 1976. Actuellement, cette coopération est opérée dans le cadre du document de stratégie pays (DSP) 2017-2021. Le DSP 2017-2021 est financé par les différents guichets de la BAD, à hauteur de 1 574 millions d’UC (contre une allocation d’environ 60 millions d’UC par an durant les années antérieures). Ce document DSP est subdivisé dans les grandes catégories que sont les suivantes : le financement des infrastructures agricoles et routières ; le financement des projets d’envergure pour l’électrification du pays, et enfin ; le développement du commerce avec la zone économique spéciale (ZES). L’exécution de quelques grands projets sera programmée cette année pour Madagascar, à savoir : la continuation du projet routier RN9 de Tuléar à Morondava ; la route Tolagnaro – Vaingandrano RN 12 A, et  le renforcement de la capacité énergétique de Madagascar, par la construction des barrages à Sahofika (192 MW) et Volobe (90 MW).

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

4e Salon RSE & IDD : Expositions, ateliers et conférences les 3 et 4 juillet

La 4e édition du Salon RSE IDD se tiendra les 3 et 4 juillet 2019 à la Gare Soarano.

La quatrième édition du Salon de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) et des Initiatives pour le Développement Durable (IDD), se tiendra la semaine prochaine à la Gare Soarano. « Investir pour le développement durable de Madagascar », tel sera le thème de cet évènement, qui réunira une soixantaine d’exposants et plus d’une dizaine de milliers de visiteurs. Selon l’Ur-CSR Consulting et BuyYourWay,  qui sont les organisateurs de la manifestation, le thème choisi cherche à mieux orienter les investissements à Madagascar, qui prennent de l’ampleur dans les secteurs de l’énergie, des ressources naturelles, des infrastructures publiques, de la protection de l’environnement, et surtout dans les secteurs sociaux. Selon Ulrichia Rabefitiavana, directeur fondateur d’Ur-CSR, et Carine Danielson du cabinet BuyYourWay, des conférences et des ateliers solutions seront au programme de l’événement. « Plusieurs sujets seront discutés, notamment l’investissement responsable et durable ; l’acceptabilité sociale des investissements ; la conservation de la biodiversité ; la jeunesse et l’entrepreneuriat rural ; les investissements dans le capital humain ainsi que dans l’économie verte et les énergies renouvelables ; les jeunes et l’agenda 2030, etc. », ont-elles indiqué. En tout, cinq conférences et trois ateliers-soutien sont au programme, outre les expositions des participants. D’après les organisateurs, le nombre d’entreprises participantes, des partenaires et des exposants a augmenté pour cette édition 2019. Ils attendent la même tendance chez les visiteurs, durant les deux jours, suite aux succès et à l’évolution enregistrés durant les trois précédentes éditions.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Accès en énergie des zones rurales isolées : Les « mamies solaires » cartonnent

Ces femmes du village d’Ambakivao, près de l’embouchure du Tsiribihina, sur la côte Ouest de Madagascar, font partie des mamies solaires formées au Barefoot College en Inde.

Le concept a largement montré son efficacité à Madagascar et sied davantage aux zones rurales isolées de Madagascar. Il consiste à former des femmes avec un faible niveau d’instruction, voire analphabètes, à la technologie solaire et permettre, par la suite aux ménages de leurs villages respectifs, situés en zone rurale isolée, d’avoir accès à l’éclairage et à l’électricité.

Ce concept du Barefoot College, en Inde, a permis à plusieurs centaines de grands-mères d’être formées et à leurs communautés respectives d’avoir accès à l’énergie solaire. Car une fois formées, ces femmes « ingénieures solaires » mettent leurs acquis au service de leurs villages. En 2012, WWF Madagascar et Barefoot College International ont scellé un partenariat dont l’objectif est de promouvoir l’approche « Femme ingénieur solaire », afin de favoriser l’accès à une énergie durable. Faut-il rappeler qu’à Madagascar, seulement 6% de la population rurale a accès à l’électricité. A ce jour, 27 femmes « ingénieures solaires » malgaches ont été formées au centre Barefoot College de Tilonia, en Inde. Plus de 1 600 ménages ont bénéficié de leurs acquis, une fois de retour au pays. Elles reçoivent des outils et des pièces de rechange, et sont en mesure de fabriquer les composants du système solaire domestique et des lanternes solaires, de les assembler et de les installer. Il leur appartient également d’assurer l’entretien et les réparations. Un comité solaire de village assure la durabilité du service d’électricité.

Tsiafajavona. Le concept Barefoot College vient d’être importé à Madagascar et en 2018, un premier centre de formation Barefoot College a été mis en place. Il vient d’ouvrir ses portes dans la commune rurale de Tsiafajavona, dans le district d’Ambatolampy, à 70 km au sud d’Antananarivo. Ce centre de formation fait partie du programme national Barefoot College, mis en place sous la direction du ministère chargé de l’Energie. Selon Voahirana Randriambola, présidente de l’ONG Barefoot College Madagascar, de WWF Madagascar et membre du conseil d’administration, le concept a démontré son efficacité : «L’approche mamie solaire est unique car les membres vulnérables d’une communauté apportent un accès à l’électricité à l’ensemble de la communauté. De plus, grâce à ce programme national, les mamies solaires pourront répandre leur savoir-faire en proposant des formations sur l’énergie solaire aux autres femmes du centre de formation. C’est un excellent modèle de transfert de compétences et d’amélioration des capacités pour parvenir à un accès universel à l’énergie durable en Afrique, en tenant compte des personnes vulnérables, pour qu’elles aient accès à des services d’électricité propres, fiables et abordables », a-t-elle déclaré.

Formation intensive. Le centre de formation du Barefoot College à Madagascar ambitionne de former un réseau de 744 mamies solaires – toutes issues de zones rurales isolées – pour la fabrication, le montage, l’installation et la maintenance de systèmes solaires photovoltaïques. Grâce à elles, 630 000 ménages auraient accès durablement à des services d’électricité solaire. Pour sa part, le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, Vonjy Andriamanga, a souligné l’impact positif de ce programme sur les conditions de vie des communautés rurales isolées à travers l’amélioration du bien-être de la population et le développement des activités génératrices de revenus.Durant cinq mois, quatre instructrices solaires issues des promotions précédentes et 12 nouvelles apprenantes vivent dans le centre de Tsiafajavona. Les femmes suivent non seulement le programme d’enseignement solaire (fabrication, installation et maintenance de systèmes solaires photovoltaïques) mais bénéficient également de formation sur divers autres domaines : inclusion financière, micro-entreprise, activités génératrices de revenus, droit, environnement, santé reproductive, conscience de soi, sans oublier l’outil numérique appelé programme Enriche. Au terme de la formation, une fois l’étape de l’électrification du village terminée, et lorsque le comité solaire aura atteint un degré de rigueur dans la gestion du service d’électricité, ce comité et les mamies solaires bénéficieront de l’appui des partenaires du programme sur le terrain dans le développement de l’entrepreneuriat solaire. Plus concrètement, les mamies solaires fabriquent des lanternes solaires portables et les comités solaires les vendent à des ménages qui en sont encore dépourvus dans leurs villages, et pourquoi pas, un peu plus loin dans les localités environnantes. Bref, de quoi amorcer un ensemble de processus dynamique qui sortira de l’obscurité les villages ruraux enclavés.

Hanitra R.

Source WWF Madagascar

Midi Madagasikara0 partages

Recouvrement des avoirs illicites : Dernière ordonnance présidentielle

Un conseil des ministres s’est tenu hier à Ambohitsorohitra. A l’ordre du jour, l’ordonnance sur le recouvrement des avoirs illicites qui est la dernière à être prise par le président de la République. En effet, son pouvoir de légiférer par voie d’ordonnance prendra fin le jour du début de la session spéciale de la nouvelle Assemblée nationale prévue le 16 juillet prochain.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

« Sera’B ny asa » Des milliers de personnes en quête d’emploi

Parmi les demandeurs d’emploi apportant leurs CV à cet événement.

Le ministère du Travail, de l’Emploi, de la Fonction Publique et des Lois Sociales organise, en partenariat avec First Evenementiel, la première édition de l’évènement intitulé « Sera’B ny asa », pendant deux jours au Palais des sports, à Mahamasina.

Hier à la première heure, on a observé une longue file de personnes qui s’étalait en face du CEG Antanimbarinandriana jusqu’au portail d’entrée du Palais des sports, et du côté de Gerb’Or à Mahamasina. Cette longue file d’attente faisait presque le tour du stade de Mahamasina, alors que nous n’étions que vers la fin de la matinée, soit environ deux heures après l’ouverture officielle de l’événement. Il y a des milliers de personnes en quête d’emploi, dont la plupart constitue des jeunes, qui font la queue pour y entrer. En effet, « Sera’B ny asa » promet des recrutements directs et des offres de formation proposés par une centaine d’entreprises et de centres de formation participants. « Les nouveaux diplômés, les employés en activité qui sont à la recherche d’une promotion, ou bien les jeunes qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat sont nos cibles. Près de 120 stands y sont érigés. Les jeunes à la recherche d’emploi peuvent déposer directement leurs CV auprès des stands des entreprises exposantes », a expliqué Andrinirina Rasamoelina, représentant du groupe First, organisateur de l’événement.

Travail décent. A titre d’illustration, la BGFI banque recrute un responsable d’agence et des contrôleurs. Quant à L’lnkeo, il cherche des rédacteurs web marketing, des assistants marketing et un manager de développement. Pour les opérateurs en téléphonie, Airtel propose, entre autres, des postes de zonal business manager et de legal manager, tandis qu’Orange recrute un attaché commercial, un chef de département partenariat et un responsable régional Orange Money. Ravinala Airports fait également partie des recruteurs, dans le cadre de cet événement. Le ministère de l’Industrie et le ministère de l’Agriculture, quant à lui, propose des offres de formation pour les jeunes. En outre, l’entreprise de confection de prêt à porter de luxe, Akanjo, expose sa démarche RSE contribuant à un travail décent de ses employés ou de ceux qui veulent intégrer son équipe, dans le cadre de « Sera’B ny asa ».  « Mais force est de remarquer que, les demandeurs d’emploi s’intéressent particulièrement au secteur des TIC. En effet, il y une révolution des calls center à Madagascar. Nombreux sont les jeunes qui y travaillent, étant donné que les salaires sont plus motivants. Par ailleurs, des échanges d’expériences se tiendront durant cet événement. Ce qui permettra aux jeunes de se lancer dans la création de leurs propres entreprises », a conclu Andrinirina Rasamoelina.

 Navalona R.