Les actualités Malgaches du Vendredi 29 Juin 2018

Modifier la date
Midi Madagasikara92 partages

Douanes – Impôts : La majorité des bureaux ouverts et fonctionnels

La grande majorité des recettes fiscales est versée à la Direction des grandes Entreprises sise à Ampahibe.

L’administration douanière et celle  fiscale continuent d’assurer leur mission de services publics malgré les perturbations  provoquées par la grève des syndicats.

La douane qui intercepte une Brésilienne avec 730 grammes de cocaïne, la Direction générale des Impôts qui organise un atelier de formation sur le contrôle fiscal. Ces nouvelles lues dans les journaux attestent que ces deux administrations continuent de fonctionner malgré la grève déclenchée par les syndicalistes depuis des semaines avec l’appui du mouvement politique pour le changement.

Réalité. Des syndicalistes dont les dirigeants ont déclaré avant-hier qu’il n’y aura plus de service minimum, car le mouvement va encore se durcir. Pourtant sur le terrain, la réalité est toute autre, car de nombreux  bureaux des douanes et des impôts sont ouverts et sont encore fonctionnels. « Sur les 111 bureaux des impôts existant dans tout Madagascar, 107 sont ouverts »  a précisé le Directeur général des Impôts, Razafindrakoto Youri Garisse, que nous avons pu joindre, hier au téléphone. Tout en reconnaissant qu’il y a effectivement grève d’une partie du personnel, il a précisé que  l’administration fiscale continue de fonctionner avec la partie du personnel qui n’est pas en grève. « A Antananarivo, 58% des agents et cadres des impôts travaillent encore » a-t-il ajouté. Un effectif limité qui ne paralyse pas l’administration fiscale, mais qui provoque bien évidemment quelques perturbations, puisque dans certains bureaux, les usagers sont obligés de faire la queue pour être servis. En ce qui concerne les recettes fiscales,  une contre-performance a été constatée au mois de mai dernier. Mais grâce aux efforts de recouvrement réalisés par les agents et cadres de la DGI, le gap est en train d’être comblé.  « Au niveau de la Direction des grandes Entreprises, on a enregistré, un résultat de 103% par rapport aux objectifs, du mois de juin » précise le Directeur général des Impôts.

Un droit pour tous. Même topo au niveau de la Direction générale des Douanes qui continue également de fonctionner avec l’effectif non gréviste. « La plupart des recettes des douanes sont ouvertes et continuent de servir les contribuables » assure Rakoto Andriantiana, Directeur général des Douanes par intérim. On rappelle d’ailleurs que les  douanes malgaches   ont enregistré ces derniers temps des résultats encourageants en ayant dépassé les prévisions de plus de 80 milliards d’ariary. Plus particulièrement au mois de mai, où les syndicalistes ont annoncé la grève générale, la réalisation mensuelle a connu une hausse plus soutenue par rapport à celle enregistrée au cours de janvier à avril. Bref,  le service des impôts ainsi que celui des  douanes continuent de travailler pour les contribuables et pour l’intérêt économique du pays.  En ce qui concerne, la grève, les deux directeurs généraux ont tous déclaré que c’est un droit pour tous, mais que les autres ont aussi le droit de travailler. Sur ce point, d’ailleurs et au niveau de la DGI, les textes sur les droits syndicaux sont clairement affichés afin de servir de référence aux travailleurs. Quant aux  douanes, les syndicats sont membres à part entière du Comité de modernisation de ce secteur  où ils ont le droit d’exprimer leurs  desiderata. En somme, ces deux administrations ne sont pas du tout contre les revendications syndicales du moment qu’elles restent dans la limite de la défense des intérêts des travailleurs.  En somme quand la politique et les insultes entrent en ligne ce n’est plus un mouvement syndical.

R.Edmond.

News Mada72 partages

HJRA: Eric Fou Hehy évacué en Inde

Eric Rakotoarimanana, du Sitcom «Fou Hehy», peut enfin voir la lumière au bout du tunnel, plus de 3 mois après son hospitalisation à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), des suites d’une insuffisance rénale.

 «Toutes les conditions sont enfin réunies pour mon évacuation à l’étranger, que ce soit physiquement, moralement et surtout financièrement», a écrit l’animateur, hier, sur son compte facebook.

A rappeler que les médecins au niveau du service néphrologie de l’HJRA, lui ont recommandé une transplantation rénale en Inde, ce qui nécessite d’importants moyens financiers. Le coût de l’opération est évalué à 30 000 dollars, soit 95 999 587 ariary, incluant les divers examens biologiques. Sans compter aussi qu’il doit y séjourner pendant deux mois. Depuis lors, un appel à solidarité a été lancé à son égard.

Joachin Michaël

News Mada16 partages

DIANA: amélioration de la mobilité urbaine à Nosy Be

La vie reprend ses droits dans la commune urbaine de Nosy Be.

Le maire Aly Aboudou a révélé la poursuite de ses activités de développement, après les cérémonies de célébration de la fête de l’Indépendance. Le renforcement des infrastructures locales a été confirmé par la commune lors d’une conférence de presse tenue à cet effet.

Le maire Aly Aboudou, de la commune urbaine de Nosy Be, a annoncé un vaste programme axé principalement sur la réhabilitation du réseau routier de sa circonscription, au cours de sa rencontre avec la presse convoquée à son bureau, le 27 juin dernier. «Prenant en compte les effets probables du boom démographique sur la mobilité urbaine dans l’Ile aux Parfums, la mairie a décidé de prioriser la prévention des risques d’embouteillage», a affirmé le maire en présentant ses projets.

«L’afflux massif des touristes et autres visiteurs a été anticipé dans ce cadre», a-t-il dévoilé, pour expliquer l’affectation d’une grande partie du budget communal aux travaux routiers. Les travaux de réhabilitation de la route du Jardin, reliant le quartier d’Andavakotoko à Antragnomanoigny, sont ainsi en cours, en plus de l’axe Sarimasigny Antsimaramara-Ambodivoanio.

La réfection des périphériques, dont la route desservant les fokontany de Mangirankirana, Maromaniry et le tronçon vers Mahabo-Ambalarafia, est prévue dans le programme d’activités de la commune urbaine de Nosy Be au cours de ce deuxième semestre.

Manou

News Mada14 partages

UCTU: Vers une nouvelle paralysie du transport ?

Et rebelote ! De source auprès d’un responsable de l’Union des coopératives des transports urbains (UCTU), joint par téléphone hier, il se peut que face à l’insouciance de l’Etat de ne satisfaire qu’une infime partie de leur requête, le débrayage qui

a largement perturbé le transport en commun, soit à refaire à partir de ce week-end et ce, pour une durée de 72 heures.

Mais, «tout dépend de l’issue de notre Assemblée générale qui va se tenir demain (ce jour)», a indiqué notre source. De continuer ensuite que l’arrêt de travail durera cette fois-ci 72 heures, si l’Etat persiste à faire la sourde oreille.

Selon toujours notre source, l’arrêt de travail ne signifie pas une grève. De ce fait, les véhicules resteront dans leurs garages respectifs et les chauffeurs et receveurs à leurs domiciles. Pour dire que tout acte de vandalismes à l’encontre de ceux qui préfèrent travailler, sera perpétré par des mercenaires payés pour faire capoter la manifestation.

Sera R.

 

News Mada12 partages

Andry RAJOELINA à Maroantsetra: la population sollicite sa candidature

C’est avec beaucoup d’enthousiasme et d’espoir que la population de Maroantsetra a accueilli le leader du Mapar, Andry Rajoelina, à Maroantsetra, hier. La population commence à réclamer sa candidature.

D’Analalava à Bealanana en passant par Befandriana et Mandritsara avant d’arriver hier à Maroantsetra, Andry Rajoelina est allé à la rencontre de la population qui réclame sans cesse sa candidature. Mais cette tournée est surtout une occasion pour lui de présenter son projet pour Madagascar à travers l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM).

«J’ai entendu votre appel et j’ai longtemps attendu ce moment. Je sais à présent que vous m’aimez et je vous aime également», a-t-il déclaré face à une foule immense. Il est clair, Maroantsetra souhaiterait la candidature de l’ancien chef de la Transition à l’élection présidentielle.

«Notre présence ici est la preuve de notre confiance en vous, et nous vous demandons de vous présenter à l’élection», a indiqué le représentant des maires élus, en évoquant les divers problèmes de la localité. La population estime en effet que Maroantsetra n’est plus ce qu’il était depuis que le président Tsiranana n’était plus au pouvoir.

Conscient de la situation dans laquelle Madagascar se trouve, Andry Rajoelina a tenu à rassurer la population de Maroantsetra à travers son programme pour l’IEM. «Ce district est riche mais le peuple n’en bénéficie pas. C’est pour cela que je suis venu ici pour voir ensemble quelle solution pourrait être prise», a-t-il expliqué. L’initiateur de l’IEM rappelle ainsi ses réalisations durant la Transition, période où le pays était privé de financement. Cela pour ne citer que les hôpitaux «manaram-penitra».

Les jeunes de Maroantsetra ont ainsi profité de cette occasion pour exposer leurs problèmes, notamment le pont coupé, les hôpitaux qui manquent cruellement de moyen ou encore le mauvais état des routes mais également le chômage

 «Nous avons besoin de travail, plusieurs entreprises peuvent être créées du fait de la pluralité des activités, pour ne citer que la vanille et le litchi», ont-ils indiqué.

A ceux-là s’ajoute le cas de la Jirama. «J’apporterai de la lumière à Maroantsetra et dans tout Madagascar, cela d’autant que les factures sont très élevées», a répondu Andry Rajoelina en soutenant qu’il a la solution à ce problème.

«L’IEM sera la solution pour Madagascar. J’ai pu travailler avec la plus grande société productrice d’énergie à l’étranger, General Electrics, et je ferai en sorte qu’elle arrive ici pour résoudre le problème de l’énergie». Il réitère ainsi que l’aide de la population lui sera utile pour qu’il puisse l’aider en retour.

«Je réalise toujours mes promesses contrairement à ces politiciens qui arrivent et qui repartent aussitôt», a-t-il noté. Andry Rajoelina et son équipe sont ainsi restés à Maroantsetra jusqu’à ce jour pour évaluer de près les efforts à fournir. La présentation de l’IEM s’est alors tenue dans le Cercle royal de Maroantsetra.

 Rakoto

News Mada10 partages

1ER Juillet: mahajanga, capitale du reggae

La musique et le reggae en particulier, c’est ce que «Hay Reggae Day» s’attelle à partager au public de la Cité des Fleurs, du 30 juin au 1er juillet, à l’occasion de la Journée mondiale du reggae.

 «Hay Reggae Day» est née d’une envie commune de Voots Kongregation et Mada Pride Foundation de véhiculer les valeurs de la culture rastafari prônant l’unification des peuples et l’esprit de partage

Suite à l’annulation du Festival Hay au mois d’octobre 2017, compte tenu de la situation sanitaire qui a prévalu au pays, le comité d’organisation essaie cette année de panser les plaies. «Le fil conducteur de l’organisation s’articule autour de la Journée internationale du reggae, ce 1er juillet, tout en soulignant notre vision de contribuer au développement  du pays, à notre niveau, par la promotion de l’art et les artistes».

Une soirée de représentation privée sur la plage, au coucher du soleil, fera office d’inauguration du festival ce samedi. Puis, le 1er juillet,  Soma beach à Mahajanga  accueillera des artistes locaux, comme Dex,  Doslahy Dread, Flash Jump, Mike Killah, mais également des figures bien connues du genre musical, à l’instar de Holly Zion, Jahroots, Kheman, Krutambull, Mashmanjaka et Mr Razah .

«Hay Reggae Day» à Mahajanga ne constitue qu’un prélude d’une série de projets itinérants sur lesquels Voots Kongregation et son équipe travaillent. Le festival Hay compte célébrer la musique dans toute sa diversité.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara9 partages

Véhicules administratifs : Restauration de la plaque rouge !

Il s’agit d’une mesure qui ne va pas réjouir plus d’un. Hier, toujours dans le cadre de la présentation de la nouvelle Politique générale de l’Etat, le chef de l’Administration, Ntsay Christian, a fait preuve d’un grand engagement par rapport, justement, à l’Administration et à ses pathologies. Il prône une « efficacité de l’action publique » et une amélioration au niveau de la gestion des affaires publiques. Sur ce point, Ntsay Christian a mis en exergue que « l’utilisation des deniers publics fera l’objet d’un contrôle strict afin d’éviter le laisser-aller et les dépenses dispendieuses ». Toujours dans cette même optique, le chef de l’Administration a décidé de restaurer le système de la « plaque rouge » pour les véhicules administratifs, utilisés à tort et à travers par quelques-uns des fonctionnaires et leurs proches à des fins strictement privées. Finies donc les balades en famille avec les véhicules administratifs, les petites sorties officieuses et privées abusant desdits véhicules et toutes les autres formes d’abus…

Recueillis par Aina Bovel

News Mada5 partages

Christian NTSAY-PGE: la présidentielle, un défi et une responsabilité partagés

La Politique générale de l’Etat (PGE) sera axée sur trois grands points, dont la sécurité, la gestion des affaires de l’Etat et surtout les élections, principale mission du nouveau gouvernement en place. Et Christian Ntsay appelle tous les responsables étatiques à se donner la main pour rélever les défis au programme.

Le premier discours officiel du Premier ministre Christian Ntsay a été très attendu non seulement par les députés à Tsimbazaza, mais également par la population malgache. Cette dernière aspire à une alternace démocratique par la voix des urnes et dans un climat plus serein qu’à l’heure actuelle.

D’ailleurs, le chef du gouvernement a beau souligner que les garants d’une élection transparente aux yeux de la population et de l’opinion publique sont les préparatifs techniques bien rodés menant vers la campagne, le vote proprement dit et surtout le comptage des voix.

Lourde responsabilité

“ J’ai une grande responsabilité dans la résolution de la crise politique, suite à la décision de la HCC du 25 mai dernier”, a déclaré le Premier ministre Christian Ntsay, hier, à Tsimbazaza.

Parmi les grands points à mettre en oeuvre figure alors la préparation de la présidentielle. “Le gouvernement que je dirige se doit d’organiser une élection inclusive, libre, transparente et acceptée de tous les Malgaches”, a-t-il fait savoir.

Une élection inclusive qui n’écarte aucun candidat, est une nécéssité et devra se dérouler en toute sérenité. “ L’instauration d’un climat de sécurité sera parmi mes priorités car il sera difficile d’organiser une élection dans l’insécurité”, a souligné Christian Ntsay.

Et à ce sujet, les médias jouent un rôle important, “Le Gouvernement et les différents départements de l’Etat, dont les médias publics, appuyeront la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) dans le processus électoral”, a indiqué le chef du Gouvernement.

La liberté d’expression

Sous cet angle, le Premier ministre a soulévé un autre point important : la liberté d’expression à respecter en premier lieu par les responsables étatiques chargés d’organiser les scrutins qui sont ainsi appelés à rester neutres et impartiaux dans leur mission, “La liberté d’expression devra être respectée, selon l’article 10 de la Constitution et les représentants de l’Etat devront s’y conformer”.

Toutefois, le processus ne pourrait être officiellement enclenché avant la détermination de la date de l’élection présidentielle et des textes à appliquer. “Le décret d’application des textes électoraux récemment adoptés sera promulgué dans peu de temps”, a rassuré le chef du Gouvernement.

Tahina Navalona

News Mada5 partages

Iscam-Le Cocoon-Le Ceentre: tanora mamolavola tetikasa ao anatin’ny 24 ora

Tsiahivina ny fisian’ny fifaninanana hampanaovin’ny Le Cocoon, fikambanana any Frantsa, sy ny Le Ceentre (Centre d’excellence en entrepreneuriat), ny 20 sy 21 jolay ho avy izao ao amin’ny Iscam. Fifaninanana hamolavolan’ny tanora tetikasa ao anatin’ny 24 ora. Tanjona ny fanentanana ny tanora hamorona asa miainga avy amina tetikasa azo antoka. Mihidy mandritra ny 24 ora izany ny ekipa isanisany mamolavola ny tetikasany.

Tanora mpianatra 60 eo ho eo avy amin’ny sekoly ambony samy hafa ny hifaninana amin’io fotoana io. Mivondrona isaky ny ekipa ireo tanora mpianatra ireo, samy manana ny mpitarika azy miaraka amin’ireo mpanoro lalana matihanina eo amin’ny lafiny lalàna, ny fitantanana sy ny vola, ny varotra, ny fifandraisana. Maro ireo ivontoerana sy orinasa miara-miombon’antoka.

Ny Ceentre, ONG mijery izay fomba hanampiana ny tanora hifantoka amin’ny fandraharahana. Ny Cocoon kosa, fikambanana any Frantsa nanjoro ny taona 1901, efa nanana tanjona ho fanamafisana ny fandraharahana sy ny famoronana.

R.Mathieu

News Mada5 partages

Brezila sa Meksika ?

Lalao ny 27 jona, tsy sarotra tamin’i Brezila ny nanilika an’i Serbia, 2 no ho 0. Baolina matin’i Paulinho, teo amin’ny minitra faha-36,  sy Thiago Silva, minitra faha- 68. Voalohany i Brezila ao amin’ny sokajy E, hihaona amin’i Meksika, faharoa ao amin’ny sokajy F, amin’ny 1/8  n-dalana. Tsy nahafaty baolina mihitsy i Neymar na nitady izany tamin’ny fomba rehetra aza.

Samy avy any Amerika Atsimo izany no hihaona amin’ny 2 jolay. Tsy fantatra fotsiny izao raha ho afaka hilalao i Marcelo, ao amin’i Brezila, voadona tamin’iny lalao nifanaovana tamin’i Serbia iny. Ny lalao voalohany nataon’i Brezila, ady sahala nihaonany tamin’i Soisa, 1 sy 1, ary lalao faharoa, nandreseny an’i Costa Rica, 2 sy 0.

Suède sy Soisa

Ao amin’ny sokajy F kosa, voalohany i Suède, nanamontsana an’i Meksika 3 sy 0. Baolina telo maty tamin’ny fidirana faharoa avokoa ireo, iray teo amin’ny minitra faha- 74, namono tena i Edson Alvarez ao amin’i Meksika. Tafita ihany anefa i Meksika, laharana faharoa, nandresy an’i Alemaina , 1 sy 0 sy mbola nandresy an’i Korea Atsimo , 2 sy 1. Hifampitana amin’i Soisa izany i Suède amin’ny 1/8 n-dalana, samy Eoropeanina koa ireo. Tsy dia nampoizin’ny maro koa izao fiakaran’i Soisa izao, na i Suède aza, raha nozahana ireo firenena eoropeanina efa malaza any an-toerana, toa an’i Alemaina izay efa raraka.

R.Mathieu

News Mada3 partages

“Mondial 2018”: raraka noho ny karatra mavo i Senegaly

Sambany teo amin’ny tantaran’ny Mondial. Nihintsana noho ny karatra mavo betsaka azony, enina, ny Senegaly.

Nitovy isa tanteraka ny Japoney sy ny Senegaley ao amin’ny sokaky H. Samy efa naharesy, samy nanao ady sahala, ary izao samy resy izao. Resy 1 sy 0 avy, izy ireo, tamin’ny lalao fahatelo, omaly. Ny Senegaley resin’i Kolombiana ary i Japoney resin’i Pologne. Saingy io karatra mavo io no nampihemotra an’i Senegaley eo amin’ny laharana fahatelo.

Tafita amin’ny dingana manaraka izany, voalohany ao amin’ny vondrona H i Kolombia ary faharoa i Japana.

Raha tsiahivina anefa, izy no firenena afrikanina nahita fandresena voalohany, nihaona tamin’i Pologne, 2 sy 1, Hafaliana tanteraka ny an’ny mponina any dakara niara-nanadio ny tanànany. Lalao faharoa nanao ady sahala tamin’ny Japoney 2 sy 2. Teo no efa tokony ho tafita ny Senegaley, nefa tsy nahay nitazona ny tombon’isa azony, ary efa izy rahateo no nitarika hatramin’ny voalohany. Taorian’ny nahararaka an’i Egypta, i Nizeria, i Tonizia, i Maraoka, i Senegaly sisa no nantenaina ho tafavoaka, saingy mbola henjana ny Kolombianina. Izay izany no vita ny ekipa afrikanina rehetra, amin’ity “Mondial 2018” any Rosia ity.

R.Mathieu

News Mada2 partages

Violence basée sur le genre: mieux vaut prévenir que guérir

Sous l’initiative de l’ONG «Youth first», un guide de formation sur la lutte contre la Violence basée sur le genre (VBG) a fait l’objet d’une présentation, hier, à l’«Infinithé» Ivandry.

La prévention de la VBG a été particulièrement soulignée dans ce document, en sensibilisant les filles et les garçons, dès leur jeune âge, sur ces violence et brutalité commises sur les femmes. «Il est important que ces jeunes sachent à l’avance ce qu’est la VBG, par le biais de l’éducation, à titre de prévention, pour qu’ils n’en soient pas les auteurs ni les victimes», a souligné le directeur exécutif de «Youth first», Tina Razafinimanana.

Mis à part la prévention, ce guide de formation s’articule autour de cinq grandes lignes. A savoir, les droits de l’homme, la masculinité, la féminité, les normes sociales sur la promotion du genre et l’agenda des services qui s’occupent des victimes de la VBG.

Un atelier de formation des formateurs de deux jours a précédé cette présentation du guide, à l’issue duquel une vingtaine de participants de différentes organisations et associations, ont chacun reçu un certificat.

La VBG en chiffres

L’Enquête nationale sur le suivi des indicateurs des objectifs du millénaire pour le développement (ENSOMD), réalisée en 2016, a sorti que 30% des femmes, de 13 à 49 ans, ont subi au moins une forme de violence dans leur vie.

La violence physique arrive en deuxième position avec 12% des cas. Elle se traduit par des sévices corporels infligés aux victimes. La violence sexuelle se trouve à la troisième place avec 7,2% des cas, dont la moitié se manifeste au sein du ménage même. 35,4% des cas sont commis, soit par un membre de la famille, soit par des voisins. Alors que 20% seulement sont perpétrés par des inconnus. La violence économique se trouve en quatrième position avec 5,3% des cas.

Et d’après la revue semestrielle 2018 «Press Release», sous la coordination du ministère de l’Economie et du plan, présentée, hier à l’hôtel Panorama Andrainarivo, 19 914 victimes de la VBG ont bénéficié d’une prise en charge, dont 3 290 durant le premier semestre de cette année.

Sera R.

News Mada2 partages

Tetikasa Ambatovy: tsy atao ambanin-javatra ny fanofanana ny mpiasa

Vaindohan-draharahan’ny Tetikasa Ambatovy ny ahafahan’ny mpiasa manatratra ny tanjona apetraka ahazoana vokatra tsara. Hanatanterahana izany ny fanofanana tsy tapaka ny mpiasa isan-tsokajiny avy.

Misy ny toerana manokana any Toamasina, hanofanana ny mpiasa, arakaraka ny sokajin’asa sy andraikitra ananany avy, hanamafisana ny fahaiza-manao sy ny traikefa. Hampazoto azy ireo sy hanatsara ny fahaiza-manaony sady hahafahany mahazo andraikitra ambony kokoa avy eo. Malagasy miisa 69 ny miantoka izany ka enina ny vahiny. Tsara marihina fa efa Malagasy avokoa ny 93%-n’ny mpiasa mivantana sy tsy mivantana (maherin’ny 10.000) ao amin’ny Tetikasa Ambatovy.

Raha fintinina, misy karazany dimy lehibe ny fanofanana mikasika ny lafiny teknika sy ny tsy teknika ao amin’ity orinasa ity, anisan’ny sambany ahitana ny toy izany eto Madagasikara. Voalohany, mikasika ny aroloza sy ny fahasalamana manaraka ny fenitra iraisam-pirenena sy ny orinasa manara-penitra, mba ho tompon’andraikitra sy manaraka ny fepetra mifehy ny orinasa ny mpiasa tsirairay. Faharoa ny fiofanana hifehezana ny pitsompitsony teknika amin’ny famokarana samihafa ao amin’ny ozinina fanodinana nikela sy kobalta.

Fikojakojana ny fitaovana

Fahatelo ny fomba fikojakojana ny fitaovana samihafa, miainga amin’ny vaventy ka hatramin’ny madinika indrindra, satria saropady avokoa ny fifehezana azy ireny. Fahefatra ny any amin’ny fitrandrahana ny nikela sy kobalta, ny fampiasana sy ny fikojakojana ny fitaovana any amin’ny toeram-pitrandrahana any Ambatovy Moramanga.

Fahadimy ny lafiny fitantanana, fitarihan’olona, fandaminana asa sy fandrafetana fandaharanasa na tetikasa na paikady. Eo koa ny fifehezana ny teny vahiny, indrindra ny teny anglisy fiteny tena ampiasaina amin’ny lafiny rehetra. Manampy ireo ny fanoroana lalana ho an’ireo mety hiova andraikitra.

Tsiahivina fa misy koa ny fanofanana manokana ireo mpiasa mamily ny fitaovana vaventy mitrandraka ny akoran-tany any Ambatovy Moramanga, ary misy vehivavy malagasy amin’izy ireo.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada2 partages

Very hasina ny Malagasy sy i Madagasikara: tsy naneho ny maha Malagasy ny « fête » natao

Andro vitsy no lasa ! Fotoana fohy nahafahana nandinika ireo zava-niseho saika nanerana ny Nosy tamin’ny nankalazana ny faha-58 taona niverenan’ny Fahaleovantenam-pirenena.

… Ny ankamaroan’izy ireny, fihetsika naneho an-karihary fa very hasina i Madagasikara sy ny Malagasy tompony. Vao mitsidika ny volana jona, efa re eny ho eny ny hoe « Fetim-pirenena ». Tsy teny malagasy ny « fety ». Tsy nanao « fety » velively ny Malagasy fa nanao lanonana. Zavatra roa mifanipaka toy ny atsimo sy avaratra ireo.

Tsy mitovy mihitsy ny asa sy ny hevitra voajanahary fonosin’ny « lampion »  (taratasy nolokoina, asiana labozia mirehitra ao anatiny) sy ny harendrina malagasy izay manana hery tsy voatohitry ny ratsy. Io antony io no anisan’ny nanafoanana ny tena harendrina. Ny ankoatra izay, fampandriana adrisa nataon’ny vahiny.

Rehefa raikitra ny « fête », na notondroina tamin’ny fitombenana aza ny Malagasy, toa vao mainka faly sy tsy nahatsiaro ho very hasina akory ! Fa nankaiza ny hiragasy,  ny varibotry,  ny latsitanana, ny dihin’ny Ntaolo, ny marakely, ny salegy, ny horija, ny vakodrazana, ny tsapiky, ny dombolo, ny kilalaky, ny asampinga, sns ? Mety ho hita nandritra ny fankalazana ny 26 jona nanerana an’i Madagasikara ihany ireo fa zara raha nitana ampaham-potoana vitsy dia vitsy.

Fa maninona moa ny mpitondra no voatery handaha-teny amin’ny teny frantsay amin’ny vanim-potoana tahaka ireny fa raha ireo vahiny ireo no manao izay hahazoany ny lahateny amin’ny fiteny malagasy ? Fanontaniana tsy nahitam-baliny hatramin’izao !

… Ampahany ihany ireo, hoenti-maneho fa very hasina i Madagasikara sy ny Malagasy. Tsy tsapan’ny Malagasy anefa izany. Niala teo amin’ny Malagasy sasany ny fahafantarana ny maha izy azy (tany,  teny, fomba…). Mahazo vahana sy omena vahana eto Madagasikara ny kolontsaina sy ny foto-pisainana vahiny. Tahaka izany ve no atao hoe « firenena mahaleo tena » ?

HaRy Razafindrakoto

News Mada2 partages

Voaporofo ny tsy fahaiza-mitantana: tratry ny angaredon’ny fitakiana ny fitondrana Rajaonarimampianina

Olana miverimberina fa tsy nahitam-bahaolana  noho  ny petatoko sy  ny  tsy fahaiza-mitantana. Mahazo laka indray ny hetsika fitakiana sy fitokonana samihafa, taorian’ny fetim-pirenena. Ahitana izany ny sehatra rehetra amin’izao fotoana izao.

Anisan’izany ny  famoriam-bahoaka eny Ankorondrano hataon’ny olom-pirenena tsy mankasitraka ny fiakaran’ny vidim-piainana, anio. Takin’izy ireo ny hampidinana ny vidin-tsolika fototry ny fidangan’ny vidim-piainana. Miantso ny rehetra, indrindra ny mpitatitra toy  ny taxi-be, ny fiarakaretsaka, ny vehivavy eny anivon’ny tokantrano, izy ireo hanao izany fitakiana izany.  Efa nialoha lalana izany koa ny fitokonana ataon’ny eo anivon’ny  fadintseranana sy ny ao amin’ny hetra. Fitakina ny hialan’ny minisitry ny Vola indray ny azy ireo noho ny lafiny fitantanana.

Tsy mbola miala ny eny amin’ny kianjan’ny 13 mey

Manohy ny tolona  eny amin’ny kianjan’ny  13 mey, miaraka amin’ny depiote ho an’ny fanovana, kosa ny sendikà sy fikambanana mpampianatra.  Ahitana ny naman’izy ireo koa eny amin’ny minisitera, mitokona. Tsy nahafa-po ny dinika sy ny  fampanantenana  poakaty nataon’ny minisitra vaovao misahana ny Fanabeazana. Ho tonga amin’ ny taona fotsy,  tsy hisy fanadinam-panjakana ihany ny  raharaha.  Tsy vitan’ny lahateny fiantsoan’ny mpitondra ny hiverenan’izy  ireo hampianatra intsony  izy ity fa mila valiny sy vokatra azo tsapain-tanana avy amin’ny tompon’andraikitra.

Etsy andaniny, nanao ny hetsika  fanairana,  tsy niasa ny mpitatitra eo anivon’ny UCTU sy ny UCTS. Ekena fa gaboraraka ny fitaterana eto amintsika, saingy mitombina ny fitakiana.

Tratra farany sy mandraingiraingy ny vahoaka

Tratra farany hatrany anefa  ny mpanjifa, mizaka ny  tsy eran’ny aina  sy mandraingiraingy. Tsy mety ahitam-bahaolana  koa ny  olan’ny Seces sy ny mpianatra.  Resaka  tambiny samihafa sy ny vatsim-pianarana. Niandrasana ny hetsika sy fitokonana, omaly vao nikoropaka, nilaza ny minisitera fa efa any amin’ny Tahirim-bolampanjakana ny momba  izany. Miverimberina anefa io olana  io, saingy tsy misy manana finiavana hanatsara ny fomba fiasa ireo nomena andraikitra, hanamorana ny  fandoavana izany.  Tsy mbola mivaha, tahaka izany koa ny olan’ny  mpianatry ny oniversite any Mahajanga.

Mampanonofy amin’ny vina fisandratana

Tsy mahagaga raha miseho avokoa izany rehetra  izany noho ny tsy fahaiza-mitantan’ny mpitondra. Tsy manana paikady mazava fa mampanonofy ny vahoaka amin’ny fisandratana 2030, mbola any an-kibon’ny omby. Ilana mpitondra manana vahaolana azo tanterahina sy mivaingana anefa izao olana sosialy izao. Tsy ho lany andro mikaroka fanazavana fialana andraikitra na koa hanilika ny tsy fahombiazana amin’ny hafa sy ny teo aloha.

Randria

 

News Mada2 partages

Praiminisitra Ntsay Christian: « Andraisan’ny rehetra anjara ny fanomanana ny fifidianana »

Maika amin’izao governemanta izao ny fifidianana. Manana anjara amin’ny fanomanana izany ny rehetra, raha ny nambaran’ny Praiminisitra tamin’ny fanolorana ny politika ankapoben’ny fanjakana. 

« Andraisan’ny rehetra anjara ny fanomanana ny fifidianana. Fifidianana malalaka, madio, mangarahara, eken’ny Malagasy no laharam-pahamehan’ny governemanta tarihiko. Hajaina, araka izany, ny zo sy ny fahalalahan’ny mpifaninana haneho hevitra, araka ny And. 10 ao amin’ny lalàmpanorenana. »

Io ny nambaran’ny Praiminisitra Ntsay Christian momba ny fanomanana ny fifidianana, tamin’ny fanolorany ny politika ankapoben’ny fanjakana (PGE), teny amin’ny Antenimierampirenena, Tsimbazaza, omaly, araka ny voalazan’ny And. 99 amin’ny lalàmpanorenana.

Ny solontenam-panjakana isan-tsokajiny no hampihatra sy handrindra ary hampanaja izany.   Izany indrindra no itakiana ny fandraisana andraikitra tsy mitanila eo amin’ny solontenam-panjakana mikirakira mivantana ny fanomanana ny fifidianana. Hanome tanana ny Ceni ny governemanta sy ireo sampandraharaham-panjakana isan-tsokajiny. Anisan’izany ny haino aman-jerim-pirenena.

Hampahafantarina ny dingana rehetra atrehina

Antoka hahazoan’ny Malagasy mahatsapa fa malalaka sy madio ary mangarahara tanteraka ny fifidianana ny fampahafantarana ny dingana rehetra hiatrehana izany, araka ny nambarany. Manomboka amin’ny fanomanana teknika izany, ny fampielezan-kevitra, ny andron’ny fandatsaham-bato, indrindra ny fikirakirana ny valim-pifidianana.

Fepetra hamafisina ihany koa ny mba handraisan’ny rehetra anjara amin’ny fifidianana, ka tsy anilihana ireo olom-pirenena maniry hirotsa-kofidina ho filoham-pirenena. Havoaka ao anatin’ny fotoana fohy ny didim-panjakana hampiharana ireo lalàna vaovao momba ny fifidianana, iantohana ny fanatanterahana ireo fepetra voalaza ireo.

Maika ny fampanjakana ny fandriampahalemana

« Sarotra ny fanomanana ny fifidianana, raha tsy misy ny fandriampahalemana« , hoy izy. Izay indrindra no maha laharam-pahamehana ny filaminam-bahoaka. Apetraka sy hamafisina isaky ny « faritra mena » ny mpitandro filaminana hisorohana ny asan-dahalo, haparitaka eo anivon’ny fiarahamonina ny mpitandro filaminana hisorohana ny asan-jiolahy sy ny fampihorohoroana ary ny fakana an-keriny.

Ankoatra ny fanomanana ny fifidianana sy ny fitandroana ny filaminana, anisan’ny laharam-pahamehany ihany koa ny fanatsarana fitantanan-draharaham-panjakana.

R. Nd.

Midi Madagasikara2 partages

Violence basée sur le genre : 800 cas de violence sexuelle durant le premier semestre

Le viol a représenté 178 cas d’agression sexuelle, observés durant le premier semestre 2018 et cette jeune fille du district d’Ambovombe fait partie des victimes.

L’agression sexuelle occupe 44% des cas de violence basée sur le genre. Les femmes de 15 à 25% sont les principales cibles. En revanche, 98 cas ont été observés chez les hommes de la même tranche d’âge.

La publication de la revue semestrielle 2018 du VIIe programme de coopération entre Madagascar et l’UNFPA alerte sur la situation de la violence basée sur le genre. S’effectuant quotidiennement, les cas concernent les deux sexes, contrairement à l’imaginaire collectif qui attribue les cas de violence basée sur le genre uniquement à la gent féminine. «Les hommes aussi sont des victimes de violence et ils viennent se plaindre comme les femmes auprès des centres d’écoute et de conseils juridiques» a fait savoir Joëlle Razanamasy, Coordonnateur national du programme genre auprès du Ministère de la Population. Cette dernière d’ajouter que «les violences peuvent prendre trois formes distinctes: la violence sexuelle, la violence physique et la violence économique». Des faits sociaux qui sont considérés comme normaux pour bon nombre de Malgaches. En effet, le poids de la culture, les pratiques néfastes (mariage des enfants plus particulièrement des jeunes adolescentes) et la considération que la société donne à la femme – particulièrement – font partie des premières causes des cas observés. Les mêmes causes font également que les premières victimes de violence basée sur le genre sont – dans la majorité des cas – des femmes. Par ailleurs, les régions de Vatovavy Fito Vinany et d’Atsimo Andrefana «constituent actuellement les foyers de la violence basée sur le genre».

Statistiques. Les faits rapportés par la revue semestrielle du VIIe programme de coopération entre Madagascar et l’UNFPA ont été observés dans cinq zones: Atsimo Andrefana, Vatovavy Fito Vinany et Androy (zones d’intervention de l’UNFPA), Antananarivo, Mahajanga et Taolagnaro. En effet, 44% des cas traités durant le premier semestre concernent la violence sexuelle, 36% la violence physique et 18% concernent la violence psychologique. La violence économique ne concernerait que 2% des cas traités selon le rapport semestriel 2018. Ledit rapport de faire savoir que les personnes victimes de violence économique et psychologique ont tendance à recourir aux services de centre d’écoute et de conseils juridiques tandis que les victimes de violence sexuelle et physique aiment plutôt se tourner vers les services de la police judiciaire. La situation offre toutefois des signes positifs, 19 914 femmes victimes de violence basée sur le genre ont bénéficié d’une prise en charge dont 3 290 pour le premier semestre 2018.Toujours dans ce côté positif, 1 596 ménages et individus ont été sensibilisés sur le mariage des enfants la même période. Pour le cas de la Grande Ile, le poids de la culture, plus précisément la difficulté pour les acteurs de procéder au changement de mentalité, fait que la lutte contre la violence basée sur le genre est encore longue et parsemée de difficultés.

José Belalahy

Midi Madagasikara2 partages

Concurrence déloyale : Favorisée par la pauvreté et la défaillance du système, selon le CREM

L’économie souterraine s’impose davantage et devient presque une norme pour la société malgache.

Les fausses déclarations, les fraudes, la faiblesse du pouvoir d’achat et les ventes sans factures sont fortement nuisibles aux activités productives, selon le PCA du CREM, Rado Ratobisaona.

Le commerce figure parmi les activités les plus lucratives à Madagascar. Pourquoi produire si l’on peut importer moins cher ? C’est dans cette optique que les spéculateurs mènent leur business dans la Grande Ile. Mercredi dernier, un atelier sur la concurrence déloyale à l’importation s’est tenu au Café de la Gare, avec la participation de l’Autorité nationale chargée des Mesures correctives commerciales (ANMCC), du Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar (CREM) et des représentants du secteur privé. Cette rencontre de travail avait pour objectif d’identifier les facteurs qui favorisent cette pratique déloyale et d’avancer des solutions. A noter que plusieurs mesures ont déjà été prises, d’autres sont en cours de mise en œuvre pour mettre fin à la concurrence déloyale dénoncée à plusieurs reprises par les industriels. Ces derniers martèlent d’ailleurs qu’ils peuvent être compétitifs, si l’environnement était favorable aux activités productives et si les règles du jeu étaient équitables.

Pratiques. Dans son intervention, le président du Conseil d’Administration du CREM, Rado Ratobisaona a mis en avant une approche  systémique. Malgré tous les textes de loi et les mesures qui visent directement à lutter contre la concurrence déloyale, cette mauvaise pratique persistera toujours, d’après ses explications. « Il faut résoudre le fond du problème. Nous savons qu’avec un faible pouvoir d’achat, les consommateurs ont toujours la préférence pour les produits les moins chers, sans donner une grande importance à la qualité. Dans la pratique, les importateurs choisissent les produits qui approchent déjà la péremption, pour avoir des prix très bas. Arrivé à Madagascar, ils falsifient les dates limites de consommation et introduisent ces produits sur le marché. Certes, les produits locaux qui suivent bien les normes ne pourront jamais concurrencer ces produits importés », a-t-il évoqué. Outre ce cas de fraude, le PCA du CREM a également évoqué les cas de fausse déclaration, pour amoindrir les charges fiscales et douanières. « La Douane a parfois intercepté de la farine déclarée comme étant du riz. Ce genre de fausse déclaration permet aux importateurs d’avoir des réductions ou parfois même une exonération douanière », a-t-il indiqué. Par ailleurs, de fausses déclarations sur la quantité des marchandises importées sont également fréquentes. Selon l’économiste du CREM, ce sont ces pratiques frauduleuses qui favorisent par la suite les ventes sans factures et le développement de l’économie souterraine.

Antsa R.

Midi Madagasikara2 partages

« Ho Maitso ny Tontolo » : Des actions pour lutter contre le tourisme sexuel

Parmi les bénéficiaires de la décentralisation des activités RSE de Guanomad.

L’association « Ho Maitso ny Tontolo » est à pied d’œuvre pour la décentralisation des activités RSE (Responsabilité sociétale d’Entreprise) dans tout Madagascar. Ainsi, « des actions ont été entreprises tout récemment dans la ville d’Antsiranana afin de lutter contre le tourisme sexuel », a déclaré Ialy Rakotoarivelo, la coordinatrice de cette association lors d’une entrevue avec la presse hier. En fait, « nous avons choisi cette région étant donné que la ville de Diégo est toujours réputée être une ville riche alors qu’il y a quand même une partie des quartiers dans lesquels, des couches de population vulnérables ont été identifiées », a-t-elle poursuivi.

Concours de dessin. Ainsi, l’association a organisé une semaine de l’enfance dans le cadre de la célébration du mois de l’Enfance et du respect des droits des enfants et ce, en collaboration avec ses différents partenaires. Des lampions ont été distribués au profit des 350 enfants issus des quartiers d’Anamakia et de Lazaret après avoir effectué un partage de goûters. Ensuite, « Ho Maitso ny Tontolo » a emmené ceux qui n’ont jamais eu l’occasion de jouer au manège pour pouvoir en profiter durant cette semaine de l’enfance et ce, tout en visitant le centre Carroussel de Diégo. Ce n’est pas tout ! Un concours de dessin illustrant la fête de l’Indépendance de Madagascar a été également organisé. « Les trois premiers ont gagné des prix. Par contre, les dix enfants ayant réalisé les meilleurs dessins ont pu suivre une formation en la matière en coopération avec « La Mozer Action » pour pouvoir approfondir leurs talents et leurs connaissances », a fait remarquer Ialy Rakotoarivelo.

Autre vision. L’objectif de l’association « Ho Maitso ny Tontolo » étant de mobiliser les enfants à se lancer dans d’autres activités ludiques et créatives afin qu’ils puissent y consacrer plus de temps. En effet, la mobilisation de ses enfants dès leur jeune âge permet de les éduquer à avoir une autre vision de la vie, plus large et plus productive. « Ce qui permet d’éviter une convergence vers le tourisme sexuel », a conclu la coordinatrice de l’association.

Navalona R.

Midi Madagasikara2 partages

EITI : La validation de Madagascar bientôt connue

Depuis la réintégration de Madagascar à l’EITI ((Initiative pour la Transparence dans les industries extractives), de nombreuses étapes ont été réalisées afin d’entamer le processus de validation de la Grande Ile à la conformité à la norme  internationale sur la bonne gouvernance de ressources pétrolières, gazières et minières. Des missionnaires du Secrétariat international de l’EITI ont entre autres, effectué une visite à Madagascar en novembre 2017 pour évaluer la performance du pays. Des rapports concernant les années fiscales antérieures ont été ensuite publiés. Et les validateurs ont émis quinze recommandations. « Le Conseil d’Administration international de l’EITI décidera vers la fin de ce mois de juin la validation de Madagascar suivant son niveau de progrès à Berlin en Allemagne », a déclaré le ministre des Mines et du Pétrole, Henri Rabary-Njaka, lors d’un « team-building » du Comité national qu’il préside qui a été organisé par l’EITI Madagascar à Ampefy dernièrement.

Petite mine. En fait, « la gestion transparente du secteur extractif garantit l’attrait des investisseurs internationaux tout en contribuant à la croissance économique du pays », a-t-il rajouté. Du côté des industries extractives, la mise en œuvre de l’EITI permettra d’améliorer leur leadership  en vue d’une meilleure collaboration avec les communautés locales et les autres parties prenantes du secteur. Par ailleurs, le ministre de tutelle a soulevé qu’à part la collaboration entre l’Etat, les industries extractives et la société civile dans le processus de validation de Madagascar à la norme internationale sur la transparence des secteurs minier, pétrolier et gazier, l’implication du secteur de petite mine est également de mise. En effet, « ce secteur emploie plus de 500 000 personnes tout au long de l’année. Il faut que ces petits exploitants miniers puissent en tirer profit », a-t-il enchaîné.

Faisable.  En ce qui concerne  les quinze recommandations émises par le Secrétariat international de l’EITI, « c’est tout à fait faisable. On peut citer, entre autres, le renforcement de capacité des acteurs notamment les membres de la société civile en matière de bonne gouvernance du secteur extractif. Les rapports publiés au niveau de l’EITI ont été réalisés en concertation entre toutes les parties prenantes dont entre autres, l’Etat, les industries extractives et la société civile », a fait savoir Daniella Randriafeno, le Secrétaire exécutif de l’EITI Madagascar.

Navalona R.

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans

Pour enrayer le renchérissement du riz à Madagascar

Ayant constaté que le cours du riz atteignait presque partout dans la Grande Île un taux nullement en rapport avec les quantités disponibles de cette céréale, M. Merlin, gouverneur général, a adressé aux administrations provinciales des instructions sur les mesures à prendre désormais pour ramener le cours du riz à des prix plus normaux.

Déclaration des stocks ; obligation de ne vendre que sur les marchés en demi-gros et au détail, au détail seulement s’il est nécessaire ; taxation ; réquisition ; poursuites contre les accapareurs et commerçants réalisant des bénéfices illicites.

Après avoir invité ses collaborateurs à lui accuser réception de ces instructions, M. Merlin a ajouté :

« Je ne désire nullement entrer dans la vie des restrictions et de la coercition, encore moins vous y encourager ; je tiens simplement à vous signaler les différentes questions qui doivent retenir particulièrement votre attention et à vous indiquer les dispositions légales dont, le cas échéant, l’administration peut faire usage pour éviter le retour d’une hausse anormale des cours. »

L’enseignement à Madagascar

Nous apprenons que deux postes sont vacants au collège de Tananarive.

1° Un poste de professeur de mathématiques, pourvu de la licence d’enseignement de mathématiques. Traitement de début : 6 000 francs.

2° Un poste de professeur de dessin, pourvu du certificat d’aptitude (1er degré) à l’enseignement du dessin dans les lycées et collèges. Traitement : 5 000 francs. Ce professeur pourra avoir au moins dix heures supplémentaires d’enseignement par semaine, payées au taux annuel de 200 francs l’heure.

Adresser les demandes au ministère de l’Instruction publique, direction de l’enseignement secondaire, 2e bureau.

Le Courrier colonial

Incendie

Dans la nuit du dimanche au lundi, un incendie s’est déclaré au village indigène de Tanambao. Deux cases ont été complètement brûlées.

Exportations

La vapeur anglais Clan Macrae a embarqué dans notre port, à destination de Londres, 1 499 599 kilos de graphite.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada1 partages

Andry Rajoelina: « Fifidianana ihany… »

« Ny fifidianana ihany no hany lala-mahitsy sy lalan-tokana, satria ny vahoaka no tompon’ny fahefana. Ianareo vahoaka no handatsa-bato: hampiala izay olona tsy tianareo, ary hampiakatra izay olona tianareo hitondra ny tany sy ny fanjakana. »

Io ny kabarin’ny filohan’ny Tetezamita teo aloha sady filoha mpanorina ny vondrona politika Mapar, Rajoelina Andry, tamin’ny fitsidihana hanazavany ny Finiavana ho amin’ny fampandrosoana an’i Madagasikara (IEM), tamin’ny vahoakan’i Befandriana Avaratra, faritra Sofia, afakomaly.

Mila hatao amin’ity taona ity ary ao anatin’ny fotoana maintany ny fifidianana, araka ny didy fanapahan’ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC). Koa raha mirotsaka ny filoham-pirenena ankehitriny, tsy maintsy mametra-pialana 60 andro alohan’ny fifidianana. Raha hatao amin’ny volana septambra, ohatra, ny fifidianana, tsy maintsy  mametra-pialana amin’ny volana jolay izy: afaka iray volana izany, araka ny fanazavany.

Fitiavan-tanindrazana no manosika azy

« Hotanterahintsika avokoa izay lazaiko sy hiarahantsika hatao. Isika no hiara-kanatanteraka ny vina hapetratsika hanavotana ity firenena ity », hoy izy tamin’ny velirano nataony tamin’ny vahoaka. Mila miray fo sy saina ny rehetra, mifankatia… Fitiavan-tanindrazana no manosika azy handray andraikitra lehibe kokoa. Ny zavatra voalohany tokony hilaina aloha, ny hisian’ny fifandimbiasam-pahefana amin’ny alalan’ny fifidianana.

Tsy manao politika fa tia tanindrazana izy, araka ny nambarany. « Mifanome fotoana eto isika, afaka fotoana fohy: hoentiko eto avokoa ireo zavatra hatao eto… Velirano no ataontsika: hataoko izay zavatra rehetra holazaiko, hotanterahina izay zavatra rehetra hapetraka », hoy hatrany izy.

Taorian’ny distrikan’i Befandriana Avaratra, ny distrikan’i Mandritsara no namaranany fitsidihany ny vahoaka ifotony any amin’ny faritra Sofia.

R.Nd.

Midi Madagasikara1 partages

Guerre d’usure entre le MEN et les enseignants : La situation est en train de pourrir

La grève menée par les syndicats des enseignants risque-t-elle de durer encore longtemps ? (photo d’archives)

Les dernières propositions du Ministère de l’Education nationale et de la cellule de crise, dont notamment l’élaboration de la feuille de route de sortie de crise, n’ont pas suffi à débloquer la situation, au contraire, les enseignants intensifient leur mouvement.

Les syndicats d’enseignants ne lâchent pas l’affaire. Après l’échec de la dernière tentative, il y a une semaine, de sortir de cette crise, les enseignants en grève depuis plus de deux mois, persistent et signent : il n’y aura pas de reprise des cours « tant que les enseignants ne sont pas entendus ». Hier, jour indiqué pour intensifier le mouvement, ils étaient particulièrement nombreux à avoir répondu présents à Antanimbarinandriana, là où a débuté une marche et brandissant des banderoles où sont inscrits leurs « maux ». Pour ces enseignants, il n’est pas question de reprendre le travail sans avoir obtenu satisfaction. Rappelons que les syndicats réclament, entre autres, 400.000 ariary d’indemnités de craie, d’éloignement, de risque et de logement, ainsi que le recrutement de 10.000 enseignants.

Grève illimitée. Ainsi, on entame maintenant une guerre d’usure. Et la situation est en train de pourrir, car les propositions du ministère de l’Education nationale, dernièrement, incluant la mise en place d’une feuille de route de sortie de crise, n’ont pas suffi à débloquer la situation. Encore moins l’appel au dialogue lancé par le chef de l’Etat à l’endroit des grévistes issus de diverses entités, en particulier, les enseignants. Les syndicats s’estiment « menés en bateau » et cette feuille de route de sortie de crise qui leur a été soumise est considérée comme un moyen de mater le mouvement. Le seul paiement des arriérés concernant les vacations, unique point qu’ils estiment positif, sorti des négociations, n’est pas une raison suffisante pour « oublier les principales revendications », estiment-ils. La grève illimitée déjà annoncée par les syndicats va ainsi se poursuivre. Et les grévistes d’affirmer qu’ils sont « plus que jamais déterminés ». Dans les rangs, on souligne que les enseignants poursuivront le mouvement aussi longtemps qu’il le faudra.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Sylvain Rabetsaroana : « Confusion de priorités entre les tenants du pouvoir »

L’ancien sénateur Sylvain Rabetsaroana a réagi au  discours du Président Hery Rajaonarimampianina à Iavoloha, lors de la célébration de la Fête de l’Indépendance. Il a ainsi déclaré qu’« en entendant  les discours d’Iavoloha, tout est vain et on ne peut parler de développement tant que la sécurité n’est pas instaurée sur tous les plans, et que les exactions financières restent toujours impunies. Qui ose parler de pouvoir de l’argent  ou de mauvaise utilisation de l’argent ? A peine il y a quelques mois, des faits qui ont défrayé la chronique ». Il a cité notamment « le vote à haute corruption des lois électorales controversées à l’Assemblée nationale ». Il n’a pas manqué également de parler de la non-exécution de la décision de la HCC du 25 mai 2018.

Insécurité. Toujours d’après l’ancien sénateur, il y a confusion de priorités entre les tenants du pouvoir. Il a touché mot aussi des prochaines consultations populaires. Le nouveau gouvernement de consensus a été mis en place ayant pour mission d’organiser et d’aller vers les élections anticipées : libres, transparentes, inclusives et acceptées par tous. Côté technique et organisationnel, la CENI semble être prête et a affiché sa détermination en proposant des dates. Il estime, par ailleurs, que la Communauté internationale suit de près la situation et encourage la tenue des élections dans les plus brefs délais.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Transports collectifs : Les « taxis-be » reprennent du service

Grand soulagement pour la population hier, les « taxis-be » ont repris leur service. L’UCTU a reçu une promesse étatique quant au paiement d’une partie des 11  mois de subventions.

« Ouf ! ». Pour la plupart des Tananariviens qui n’ont ni voiture ni pas forcément les moyens de se payer un taxi, le « ouf » de soulagement est exactement le terme approprié. Fini le calvaire de la marche- certains ont dû faire plusieurs kilomètres à pied pour aller travailler (Itaosy-Tsimbazaza par exemple)-, avec ce que cela implique de retards et d’épuisement. Sans parler des dépenses forcées en taxi, pour ce que cela suppose d’impacts négatifs sur le budget familial. Un soulagement aussi, car la rumeur aidant, les usagers avaient peur que cette grève ne s’éternise. Or un membre d’une coopérative précise : « Dès le début, nous n’avions jamais pensé à prolonger notre grève, nous avons conscience que cela est très dur, voire invivable pour la majeure partie de la population. Les dirigeants de l’UCTU nous ont fait parvenir une note officielle lundi dernier que la « grève » allait se tenir uniquement mercredi 27 juin. C’est la désinformation et le phénomène d’entropie qui ont fait que la population ait cru à une grève prolongée. Par ailleurs, les tarifs restent les mêmes, pour préserver le portefeuille des consommateurs. ».

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara1 partages

FJKM Antsahamaina Famonjena : Mitohy ny asa fanitarana

Tafiditra tanteraka ao anatin’ny asa fanitarana ny trano fiangonana ny  FJKM Antsahamaina Famonjena amin’izao fotoana izao. Efa vita avokoa ny fototra iray manontolo ary mampiakatra ny rindrina ankehitriny ny mpianakavin’ny finoana. Hita taratra amin’izany fa mandray anjara ao avokoa ny taranaka rehetra avy ao amin’io fitandremana io.Nanomboka tamin’ny volana febroary lasa teo, nifandimby ireo taranaka manatanteraka  rakipisaorana any an-tanindrazana hanaovana ny asa. Isaky ny voalohan’ny volana no hanaovana izany. Amin’ny alahady 01 jolay 2018 izao,  anjaran’ireto taranaka manaraka ireto no hanefa izany :  Randriamanantena Edmond, Rakotonirina Eugène, Raheliarisoa Beby, Randriamanana, Rasoamihaja Meltine, Rakotomandimby, Rasoamanambelo, Nary Manitra Iarivo, Ramanoelina Joseph André sy Rasoamanarivo, Rakotoarisoa Jean de Dieu, Rantoanison, Razakalambo Mamisoa, Razakamiadana Modeste , Ratovontsoa Nomenjanahary ary Jaonarimanana. Manomboka amin’ny 9ora sy sasany ny fanompoam-pivavahana.

Manaraka izay, amin’ny alahady 08 jolay 2018 no hiaraka hitsangatsangana eny Ambohiboahangy Imerinkasinina ny taranaka rehetra. Eny an-toerana ny fotoana amin’izany. Mandritra io fotoana io,  hisongadina ny sampana velona ao amin’ny fitandremana fa izy ireo no hanolotra sakafo ho antsika izay amidy amin’ny vidiny mirary ( 3000 ar. sy 5000 ar.) mba hifalian’ny rehetra.

H.R.

Midi Madagasikara1 partages

BNI – CNaPS : Une convention pour moderniser le paiement des pensions

BNI Madagascar et la CNAPS s’associent pour moderniser la distribution des prestations sociales. Les deux entités ont signé la semaine dernière une convention destinée à faciliter la tâche des usagers de la CNAPS. En effet grâce à ce partenariat, les membres et notamment les pensionnés  retraités privés affiliés à la CNaPS bénéficient d’un package de services bancaires pratiques conçu spécialement pour eux. Ils peuvent ainsi accéder gratuitement au « Pack Mitsinjo », un compte de dépôt, un compte MVola et le service « Bank to Wallet/Wallet to Bank » afin d’effectuer gratuitement des virements entre le compte MVola et le compte BNI à partir du téléphone MVola ; puis une carte de retrait utilisable sur tous les GAB de la BNI Madagascar, 24heures/24 et 7jours/7. De plus, pour tous ceux qui souhaitent épargner, la BNI Madagascar leur propose un compte épargne rémunéré à un taux avantageux. En exclusivité, les pensionnés  retraités affiliés à la CNaPS pourront bénéficier de « Mitsinjo », un crédit à la consommation pouvant aller jusqu’à 8 000 000 Ariary avec un délai de remboursement de six  à 24 mois. Le personnel de la CNaPS n’est pas en reste, puisque des offres spéciales à conditions préférentielles leur sont adressées tel que le « Pack Agent CNaPS », le « Pack Mpiasam-panjakana », le compte Epargne, le Crédit à la Consommation et le Crédit Immobilier.

R.Edmond.

Midi Madagasikara1 partages

Organigrammes ministériels : Chamboulement à cinq mois des élections

La réforme de l’Administration figure parmi les préoccupations du PM Ntsay Christian.

Visiblement, le Premier ministre Ntsay Christian veut s’attaquer aux vrais problèmes de ce pays avant de passer à une élection.

Modification des organigrammes et nomination aux hauts emplois de l’Etat. Tels sont les deux principaux menus des deux Conseils de gouvernement qui se sont succédé depuis la formation de l’actuelle équipe gouvernementale. La publication du calendrier électoral semble reléguée au second plan alors qu’elle constitue, d’après le Premier ministre de consensus Ntsay Christian lors de sa passation de service avec son prédécesseur Mahafaly Solonandrasana Olivier, l’une de ses principales missions. Lors du premier Conseil de gouvernement, six ministres ont pu faire adopter les nouveaux organigrammes ou les organigrammes modifiés de leurs départements. Et mercredi dernier, cinq autres ministres y étaient parvenus. Sur le plan technique, il ne devrait y avoir aucune raison pour justifier la modification de l’organigramme d’un ministère si le nouveau ministre ne serait là que pour cinq mois. C’est le cas actuellement, car le gouvernement Ntsay est un gouvernement d’élection. Normalement et si  les conditions techniques, matérielles et financières réelles pouvant assurer des élections libres, honnêtes et transparentes sont réunies (décision HCC n°18-HCC/D3 du 25 mai 2018), une élection présidentielle anticipée devrait se tenir avant le 24 novembre de cette année. Par contre, pour les ministères nouvellement créés ou ceux dont les intitulés ou les dénominations ont subi des changements, la modification des organigrammes s’impose. C’est le cas du ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène (nouveau ministère), du ministère de l’Aménagement du Territoire et des Services fonciers ou du ministère de la Fonction publique, de la Reforme de l’Administration, du Travail, de l’Emploi et des Lois sociales.

Réformes. Ces changements au niveau des organigrammes et des hauts responsables au niveau des différents ministères sont autorisés par le Premier ministre Ntsay Christian, qui est le chef de l’Administration. Mahazoarivo donne cependant des instructions aux membres du gouvernement pour éviter les abus. « Le népotisme et le favoritisme sont des comportements à éviter concernant les nominations des membres des cabinets et du staff technique en donnant priorité aux compétences. Il est formellement interdit de nommer des membres de cabinet par complaisance. Chaque membre de cabinet doit avoir une description des tâches. » recommande la Primature. En cinq mois donc, les ministres doivent d’une part, modifier les organigrammes de leurs ministères et placer les personnalités en qui ils ont confiance à la tête des secrétariats généraux, des directions générales et des directions de leurs départements ministériels et d’autre part, entreprendre les actions proprement dites qui contribuent à l’accomplissement des missions assignées à l’équipe gouvernementale. Sur le fond, les objectifs et les réformes annoncés hier par le Premier ministre devant le Parlement sont ambitieux. Or, ce n’est pas en cinq mois qu’on peut en même temps éradiquer l’insécurité, reformer l’Administration et préparer les élections. Le Premier ministre Ntsay Christian l’a même reconnu lors de la présentation de son programme de mise en œuvre de la politique générale de l’Etat en soulignant qu’il serait difficile d’organiser une élection dans des conditions qui ne permettent pas aux citoyens d’exprimer librement leurs choix. L’insécurité et la mauvaise gouvernance (politique, économique, juridique, ou encore sociale…) constituent un frein à la restauration de ce climat favorable à la tenue d’élections. Raison pour laquelle l’Administration Ntsay veut visiblement s’attaquer aux vrais problèmes de ce pays avant de passer à une élection qui ne pourrait que plonger Madagascar dans une nouvelle crise postélectorale si les conditions ne sont pas réunies. Le chef du gouvernement veut-il enclencher le processus de refondation de Madagascar ? En tout cas, on attend ce matin à 10 h ses déclarations par rapport à ces multiples questionnements.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Les difficultés rencontrées par le Premier ministre

On aurait pu croire que la crise serait derrière nous après la nomination du Premier ministre de consensus et la formation du gouvernement. Les sceptiques ont vite fait de dire que l’équipe en place ne pourrait pas agir à sa guise. Cette dernière semble être impuissante devant les multiples revendications qui ont surgi. Elle est confrontée à différents mouvements de grève. L’apaisement tant recherché n’est pas au rendez-vous.

Les difficultés rencontrées par le Premier ministre

Le Premier ministre affirme que sa première tâche est l’organisation des élections, mais pour le moment, sa détermination est mise à mal par une sorte de blocage  interne. Il n’a pas pu jusqu’à présent  établir un véritable chronogramme permettant de rassurer l’opinion. Il s’est plusieurs fois rétracté après avoir assuré pouvoir annoncer la date des élections. Malgré les assurances de  son entourage, le doute s’est installé dans l’esprit des observateurs. On  a l’impression qu’il n’est pas libre de son action. Il doit aussi faire face, comme nous l’avons dit plus haut, aux mouvements revendicatifs qui paralysent certains secteurs. Les transporteurs ont commencé leur démonstration de force et bien qu’ils aient repris leur activité, ils continuent d’exercer une pression très forte sur leur ministère de tutelle.  On retrouve le même problème au niveau des douanes et du service des impôts. Il semblerait que la situation dans ces services n’est aucunement alarmante, contrairement aux dires des grévistes. Mais le secteur le préoccupant est celui de l’éducation où les contestataires n’entendent faire aucune concession. La situation est particulièrement tendue et on s’achemine lentement, mais sûrement vers l’instauration d’une année blanche. Ce sont donc nos enfants qui vont pâtir de ce raidissement des enseignants qui estiment être lésés. Tous les yeux se tournent donc vers le chef du gouvernement, premier responsable de l’exécutif. Il a devant lui de nombreux obstacles à franchir.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

PM au Parlement : Incertitude sur la date des élections !

Le Premier ministre, Ntsay Christian, et les membres du gouvernement, hier à l’Assemblée nationale.

Hier, l’Assemblée nationale et le Sénat ont accueilli le Premier ministre et les membres du gouvernement, à l’occasion de la présentation de la nouvelle Politique générale de l’Etat (PGE). Comme toute politique, la PGE est aguichante a priori. Mais toutes les mesures drastiques et prioritaires qui y figurent restent à concrétiser. De surcroît, le PM pense d’ores et déjà au-delà de la période qui lui a été impartie, notamment, l’après élections.

Aucun mot. Et puisque l’on en parle, les élections et toutes les questions y afférentes font partie des priorités du chef de gouvernement, Ntsay Christian. Il souhaite à ce qu’elles soient « inclusives, libres, transparentes, crédibles et acceptées par les Malagasy ». Et pour ce faire, quelques mesures seront mises sur pied, dont, la sortie des décrets d’application des lois électorales bancales et incomplètes – déjà promulguées par le président de la République, nonobstant les controverses – une assistance à la Ceni (Commission électorale nationale indépendante) – l’assistance en question n’a pas été détaillée – et l’égalité de chances de tous les candidats qui peut se manifester par la liberté d’expression que ce soit sur les places dédiées à cela ou sur les médias publics. Malgré ces efforts, le Premier ministre n’a émis aucun mot sur la sortie du calendrier électoral, attendu de pied ferme, et par l’opinion publique et par la Ceni. Et ce, même si non seulement le délai impératif de 90 jours de convocation des électeurs doit strictement être observé, mais aussi et surtout que « les élections anticipées » exigées par la HCC – dans sa décision du 25 mai dernier – doivent être effectuées « durant la saison sèche ». Quoi qu’il en soit, le Premier ministre Ntsay Christian a souligné que « la stabilité politique et la sécurité sont des conditions sine qua non pour la préparation des élections ».

Kidnapping. Par ailleurs, le Premier ministre n’a pas omis les problèmes relatifs à l’insécurité. En effet, s’est-il engagé à adopter des mesures draconiennes  pour lutter contre les « dahalo » et contre le kidnapping, devenu le pain quotidien de certains. Parmi ces mesures figure, entre autres, la « marche manœuvre » étant un raid effectué par les militaires au cours duquel ils font des exercices tactiques ou de combat tout en sécurisant la zone. Le Premier ministre, Ntsay Christian, n’a pas manqué de préciser que la question relative à la sécurité est une affaire de tous et que, pour cela, il faudrait la mobilisation des collectivités territoriales décentralisées, des citoyens et des élus…

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Maroantsetra : La candidature d’Andry Rajoelina réclamée

Andry Rajoelina brandit le « V » de la victoire.

La pluie n’a pas empêché Andry Rajoelina de rencontrer hier la population de Maroantsetra. En effet, après la Région Boeny et la Région Sofia, l’ancien président de la Transition poursuit son périple dans la partie Est de la Grande Ile, dans la Région Analanjirofo.

Une foule immense a assisté au meeting qui s’est déroulé au stade municipal local. « Nous avons attendu ce moment depuis belle lurette, enfin vous êtes venu », a annoncé le Tangalamena et non moins président de l’association des « Zokiolona ». Le tout Maroantsetra a exprimé son amour pour l’ex-homme fort du pays. D’ailleurs, la population locale a réclamé hier la candidature d’Andry Rajoelina pour la prochaine course à la Magistrature suprême. « Madagascar est malade, vous êtes notre espoir, aidez-nous, sauvez ce pays », a martelé le représentant des maires élus sous les couleurs du « Tanora malaGasy Vonona ». Une déclaration qui s’apparente à un cri de détresse face à la pauvreté qui frappe la majorité des Malgaches. En retour, l’ancien numéro Un de la Révolution orange a, lui aussi exprimé son amour envers la population de Maroantsetra.

Projets. Difficulté d’accès à cause d’un pont coupé et la vétusté des routes, le chômage et le délestage. Ce sont, entre autres, les problèmes qui caractérisent le quotidien de la population locale. Des problèmes que le président national du MAPAR prévoit de résoudre dans les plus brefs délais. « J’ai fondé l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM) pour apporter des solutions durables afin que les Malgaches puissent jouir du développement souhaité depuis l’indépendance », a-t-il déclaré tout en réitérant que l’IEM propose de nombreux projets faramineux concernant tous les domaines de la vie sociale et qui apporteront l’innovation et le développement au pays.

Reconstruction. Andry Rajoelina a aussi laissé entendre que Maroantsetra pourrait bénéficier d’un stade et d’un hôpital « manara-penitra », ainsi que des « trano mora ». « Durant la Transition, alors que le pays ne bénéficiait pas de financements extérieurs, j’ai fait construire de nombreuses infrastructures aux normes au niveau des chefs-lieux des Provinces », a-t-il rappelé. Avant de soutenir au passage : « Je suis un homme de parole, quand je promets de faire quelque chose, je le réalise toujours ». Et lui de citer comme exemple la reconstruction de l’hôtel de ville d’Antananarivo qu’il a inauguré durant la période transitoire. En tout cas, la vague orange a encore frappé hier du côté de la Région Analanjirofo. Après le meeting au stade municipal, Andry Rajoelina a présenté son projet IEM à la population de Maroantsetra. Une occasion pour lui d’écouter les difficultés subies au quotidien par la population locale, mais aussi et surtout, pour recueillir les propositions de tout un chacun par rapport aux projets de développement adéquat pour ce district. Ce jour, l’ancien président de la Transition est attendu à Mananara Nord.

Davis R.

Midi Madagasikara1 partages

« Les Orchidées blanches » Androhibe : Inauguration de la rue « Jean Charles Rasoanaivo »

La plaque de la rue « Jean Charles Rasoanaivo » à Androhibe.

La rue « Jean Charles Rasoanaivo » (l’un des doyens des pensionnaires du centre « Les Orchidées blanches ») qui jouxte le centre médico-éducatif a été inaugurée hier à Androhibe.

Reconnaissance. Il s’agit d’une marque de reconnaissance envers le centre médico-éducatif « Les Orchidées blanches » sis à Androhibe. Mais elle est particulièrement adressée à l’un de ses plus anciens pensionnaires, dénommé Jean Charles Rasoanaivo, qui a été atteint par la maladie de Parkinson. Surnommé affectueusement « Razoky » par ses amis pensionnaires et le personnel du centre, Jean Charles Rasoanaivo était pour eux, simple, plein de joie de vivre et de gratitude. Malgré sa maladie de Parkinson, il a pu franchir le cap des 75 ans. Selon les dires du représentant du staff dirigeant du centre, l’intégration de Jean Charles au sein du centre en 1976 a été bénéfique pour « Les Orchidées blanches ».

1 000 personnes. Depuis son arrivée, les infrastructures n’ont cessé de s’améliorer et de s’agrandir pour avoir permis, jusqu’à maintenant, la prise en charge de 1 000 personnes atteintes de déficience intellectuelle ou de handicaps  psychomoteurs. C’est donc surtout pour matérialiser le sentiment de reconnaissance qu’ils éprouvent à l’égard de Jean Charles, alias « Razoky » que les cadres au sein du centre  « Les Orchidées blanches » ont déposé une demande auprès de la CUA, de baptiser à son nom, la rue qui y mène. La demande a été approuvée par le premier magistrat de la ville d’Antananarivo, Mme Lalao Ravalomanana. L’inauguration de la rue a été effectuée hier, suivant l’arrêté municipal  n°955/CUA/17.

Historique. Pour mieux comprendre son histoire, revenons aux débuts de Jean-Charles Rasoanaivo. Fils de M. Charles Rasoanaivo et de Mme Rasoanirina Christine (tous deux décédés), Jean Charles a été diagnostiqué porteur de handicap mental et atteint par la maladie de Parkinson. Il a été pris en charge par sa famille, avec amour et compassion. Toutefois, sa mère avait fait un testament, selon lequel, elle confiait la prise en charge de Jean Charles à une association compétente, le jour où sa famille ne sera plus en mesure de s’occuper convenablement de lui. Chose faite en 1976 où Jean Charles Rasoanaivo a été pris sous les ailes du Centre médico-éducatif « Les Orchidées blanches ».

Luz Razafimbelo

Madaplus.info0 partages

Mgr Désiré Tsarahazana, le futur cardinal malgache dénonce l'islamisation du pays

Mgr Désiré Tsarahazana, archevêque de Toamasina et président la Conférence des évêques de Madagascar, sera créé cardinal par le pape François le 29 juin. Il a accordé un entretien à Ayuda à la Iglesia Necesitada (Aide à l’Église en détresse, Espagne), dont Christianophobie Hebdo a traduit des passages.
« L’augmentation de l’islamisme est palpable [à Madagas­car] ! C’est visible ! C’est une invasion ! Avec l’argent des pays du Golfe et du Pakistan on achète les gens : il y a des jeunes qui vont étudier en Arabie saoudite et quand ils reviennent à Madagascar, ils exercent les fonctions d’imam. Nous avons organisé une réunion avec les imams pour leur exposer nos préoccupations, et l’un de ces imams était un ancien séminariste. Bien sûr, il nous a dit que ce qui l’avait attiré, c’était l’argent, mais cela arrive du fait de la pauvreté qui règne chez nous.
Il existe vraiment une pression. Par exemple, dans le nord, ils donnent de l’argent aux femmes pour qu’elles portent le voile intégral, la burqa, dans les rues, afin de donner de la visibilité à l’expansion de l’islam dans le pays. Et quand la nuit est tombée, les femmes remettent leurs robes normales.
Dans mon diocèse, ils construi­sent des mosquées partout… bien qu’il n’y ait pas suffisamment de musulmans. Il existe un projet qui consiste à construire plus de 2600 mos­quées à Mada­gascar. Ils font venir aussi en masse des musulmans de Tur­quie, ce qui est un phénomène qui nous inquiète beaucoup : en­tre une et deux fois par semaine, la compagnie aérienne Turkish Airlines apporte des groupes de musulmans qui s’installent dans le pays. Y compris dans les campagnes. On ne sait pas trop ce qu’ils viennent faire ici, mais ils s’installent et ne repartent pas chez eux. La population est pauvre mais le pays est riche et immense pour 22 millions d’habitants, c’est pourquoi il y a de l’espace pour eux.

Pour l’instant, il n’y a pas grand­ chose qui se manifeste, mais on ne sait pas ce que le futur nous réserve. Ils commencent à s’installer et, dès lors que le nombre de fondamentalistes aug­ente, on se de­mande quand ils vont se montrer tels qu’ils sont, et cela nous inquiète vraiment. Dans les Co­mores, au large [de Madagascar], une grande partie de la popula­tion vit un islam radical, et ces gens aussi débarquent en masse à Madagascar, principalement à Mahajanga. Là, ils se marient avec des femmes malgaches et les enfants qui naissent de ces unions sont élevés dans un islam radical. »
Source dreuz.info
Madagate0 partages

Ntsay Christian : fandaharan’asa ho fanatanterahana ny Politika Ankapoben’ny Fanjakana

(...)

« Vao avy nankalaza ny faha-58 taonan’ny Fahaleovantenan’i Madagasikara isika. Koa isaorana Andriamanitra nahafahantsika nanamafy tamin’ny alalan’ny firaisankina ny maha-ambony ny fiandrianam-pirenentsika. Misaotra Azy koa isika fa tanteraka soa amantsara ny fihaonantsika voalohany anio aty amin’ny lapam-panjakana Tsimbazaza amin’ny maha-Praiministra, Lehiben’ny Governemanta ny tenako.

Mankasitraka sy mankatelina anareo rehetra tsy ankanavaka ny tenako nohon’ny ezaka vita teo amin’ny fandaminana izao fotoana anio izao.

Eny, mandalo fotoan-tsarotra ny firenena. Eny, tsy azo takonana ny fisian’ny savorovoro ara-politika sy ara-piarahamonina. Kanefa mbola ao dia ao ny fanahy maha-malagasy eo amintsika ka mipetraka ho zava-dehibe hatrany ny fahaizana miara-miaina ary ny finiavana hitandro hatrany ny Soatoavina toy ny Fihavanana.

Ka izany indrindra no nampatsiahiviko hatrany fa ilaina dia ilaina ny fikatsahana ny fitoniana, ny fifandeferena ary ny fifankatiavana eo amin’ny samy Malagasy. Izany Tompokolahy sy Tompokovavy ny toe-tsaina entiko manoloana anareo anio, hanolorako ity FANDAHARAN’ASA HO FANATANTERAHANA NY POLITIKA ANKAPOBEN’NY FANJAKANA ity.

Araky ny voalazan’ny Andininy faha-99 ao amin’ny Lalàmpanorenan’ny firenentsika dia voninahitra ho ahy izany ny manolotra anareo etoana ny fandaharan’asa momba ny fanohizana ny fampiharana ny Politika ankapoben’ny Fanjakana. Tsara ihany ny mampatsiahy fa araky ny voalazan’ny Andininy faha-55 ny Lalàmpanorenana, ny Filoham-pirenena no manoritra sy manapaka izany Politika izany.

Manana endrika manokana ny andraikitra nankinina tamiko amin’ny maha-Praiministra ahy, araky ny toro-làlana ao amin’ny Fanapahan-kevitra mitondra ny laharana faha-18 tamin’ny faha-25 mey 2018 izay noraisin’ny Fitsarana Avo Momba ny Lalàmpanorenana mikasika ny ivoahana amin’ny krizy politika.

Hozaraiko amin’ny teboka telo lehibe ny lahateny arosoko amin’ny fanolorana ity fandaharan’asa ity :

Dia ny voalohany amin’izany ny mikasika ny fifidiananaNy teboka faharoa dia ny filaminam-bahoaka sy ny fahandriampahalemanaNy teboka fahatelo dia ny fitantanana ny raharaham-panjakana.

1.FIFIDIANANA

Ny fanomanana fifidianana izay andraisan’ny rehetra anjara, fifidianana malalaka, madio, mangarahara ary eken’ny Malagasy no laharam-pahamehan’ny governemanta tarihiko.

Hajaina arak’izany ny zo sy fahalalahan’ny mpifaninana haneho hevitra araka ny voalazan’ny Andininy faha-10 ao amin’ny Lalàmpanorenana. Ny solontenam-panjakana isan-tsokajiny no hampihatra, handrindra sy hampanaja izany. Izany indrindra no hitakiana ny fandraisana andraikitra tsy mitanila eo amin’ny solontenam-panjakana mikirakira mivantana ny fanomanana ny fifidianana.

Hanome tànana ny Vaomiera mahaleotena misahana ny fifidianana ny governemanta sy ireo sampan-draharaham-panjakana isan-tsokajiny, anisan’izany ny haino aman-jerim-pirenena.

Antoka ahafahan’ny Malagasy mahatsapa fa malalaka, madio ary mangarahara tanteraka ny fifidianana ny fampahafantarana ny dingana rehetra hiatrehana izany, manomboka amin’ny fanomanana ara-teknika, ny fampielezan-kevitra, ny andron’ny latsa-bato, ary indrindra ny fikirakirana ny valim-pifidianana.

Fepetra hamafisina ihany koa ny mba handraisan’ny rehetra anjara amin’ny fifidianana, ka tsy anilihana ireo olom-pirenena maniry ny hilatsaka ho fidiana ho Filoham-pirenena.

Havoaka ao anatin’ny fotoana fohy ny didim-panjakana hampiharana ireo lalàna vaovao momba ny fifidianana hiantohana ny fanatanterahana ireo fepetra voalazako teo aloha.

2.FILAMINAM-BAHOAKA SY FANDRIAMPAHALEMANA

Averina haingana ny filaminam-bahoaka. Nomena toromarika ny mpikambana rehetra ao amin’ny governemanta hanao laharam-pahamehana ny dinika sosialy amin’ireo mpiara-miombon’antoka rehetra, indrindra ny sendikan’ny mpiasa sy ny fiaraha-monim-pirenena mba hampitony ny disadisa samihafa.

Hamafisiko fa tsy tokony hisy ny fanapahan-kevitra miendrika valifaty na avy amin’iza na avy amin’iza. Hotanterahina koa ny fampiharana ny didim-pitsarana mahakasika ireo olana mianjady amin’ny Délégués syndicaux tany amin’ny orinasam-panjakana vitsivitsy mba hanamafisana ny fitoniana katsahina.

Ny tenako manokana dia efa nandray ary mbola handray hatrany ireo sendika maro samihafa izay manao fitakiana amin’izao fotoana izao ary efa naneho ny fahavonon’ny governemanta hihaino azy ireo, ary hamaha ny olana arak’izay azo atao ao anatin’ny fifampidinihana hatrany.

Ho fanamafisana ny fomba fijery vaovao amin’ny fametrahana ny dinika sosialy ho laharam-pahamehana dia ataoko fanamby ny hankatoavan’i Madagasikara ny « Convention 151 » ny Fikambanana iraisam-pirenana momba ny Asa amin’ny fivoriana ara-potoana faharoa ny parlemanta mba tena hiainana any amin’ny sehatrin’ny Asam-panjakana sy ny Fitantanana ny raharaham-bahoaka ny dinika sosialy ary ny fijerena hatrany ny tombontsoa iombonana.

Asa ifandrimbonan’ny rehetra ny fampanjakana ny fitoniana koa hasaina isika tompon’andraikitra isan-tsokajiny, ao anatin’izany koa ny mpitondra sindikaly, mba hitandro izany na amin’ny fihetsika na amin’ny fandraisam-pitenenana ary indrindra amin’ny fandraisana fanapahan-kevitra. Mifanaraka rahateo amin’ny kolotsaina malagasy izany mba hitsinjovana hatrany ny Fihavanana.

Efa nambarako matetika koa fa sarotra ny fanomanana ny fifidianana raha toa ka tsy misy ny fandriampahalemana. Izay indrindra no maha laharam-pahamehana ny filaminam-bahoaka.

Apetraka sy amafisina isaky ny faritra mena rehetra ny mpitandro ny filaminana hisorohana ny asan-dahalo. Aparitaka eny anivon’ny fiaraha-monina ireo mpitandro ny filaminana hisorohana ny asan-jiolahy sy ny fampihorohorona ary ny fakana an-keriny.

Paikady atao ny fametrahana fandriampahalemana ifotony mba hameranana ny filaminam-bahoaka.

Hisy ny fanaovana ny « marche manœuvre » hataon’ny foloalindahy mba hanamafisana ny fandriampahalemana any ambanivohitra. Mitohy ny fametrahana ireo andian-tafika iraisam-piadiana na “Bataillon interarmes”.

Tanjona hapetraka ihany koa ny famerenana arak’izay azo atao ny omby lasan’ny dahalo. Fantatra fa fitaovana mahomby entina iadiana amin’ny asan-daholo ny fampiasana ny angidim-by, tsy maintsy manao ezaka ny fanjakana mba hahafahana mampiasa ireo izay efa eo am-pelatanana.

Saingy tsy ho foana ny asan-dahalo raha mbola tsy misy ny fanenjehana ireo olona izay manadio ny omby halatra, na izay mividy azy ireny, ary ireo mamatsy fitaovam-piadiana.

Mivoana tanteraka amin’ny fiaraha-monina malagasy ny fakana an-keriny noho izany fepetra entitra no raisin’ny governemanta hanatsarana ny rafitra iadiana amin’ny fakana an-keriny. Hatevenina ny asa avy amin’ireo mpanao famotorana mba hanatsarana koa ny fandehan’ny raharaham-pitsarana.

Andraikitry ny rehetra ny miaro sy manatevina ny fandriampahalemana. Koa entanina ny vondrom-bahoaka itsinjarampahefana, ny olom-boafidy ary ny olom-pirenena ifarimbona amin’ny mpitandro ny filaminana.

3.FITANTANANA NY RAHARAHAM-PANJAKANA

Miandry fanovàna eo amin’ny fitantanan’ny raharaham-panjakana ny vahoaka eo amin’ny fanatanterahana ireo tanjona stratejika mandrafitra ny Programan’asam-panjakana.

Izany dia mitaky ireto zavatra manaraka ireto :

Fanatsarana ny fomba fitantanana ny raharaham-panjakana, ny fampiharana sy fanajana ny didy aman-dalàna ary ny fametrahana fitsarana tsy mitanilaFampiroboroboana ny fiharian-karena amin’ny alalan’ny fampitoniana ny tontolo politika sy sosialy, ny fampiorenana ny lafiny ara-toekarena sy ny fametrahana tontolon’ny fandraharana hanintona ny fampiasam-bola eto amintsikaary Fanitarana ny fahazoan’ny rehetra fahefana hisitraka ny asa fototra ataon’ny fanjakana izay kendrena mba ho tsara kalitao.

Noho izany ny governemanta dia haka ireto fepetra manokana ireto :

Tohizana ny fampiharana ny Plan national de développement ary ny paquet de réformes nifanarahana tamin’ny mpiara-miombon’antoka amintsikaHikendry hatrany ny ahitana vokatra amin’ny asam-panjakana rehetra izay atao (efficacité de l’action publique)Ho entitra ny fanaraha-maso ny amin’ny fampiasana ny volam-panjakana mba hisorohana ny fandaniam-poana sy ny gaboraraka. Ao anatin’izany dia singanina manokana ny famerenana ny plaque rouge ho an’ny fiaram-panjakana.

Fantatsika fa dimy amby fitopolo (75%) isan-jaton’ny ny volam-panjakana dia andoavana ny karaman’ny mpiasam-panjakana ary ampandehanana ny raharaham-panjakana. Ary izay indrindra no anisan’ny antony lehibe ny amin’ny tokony hankatoavana ny Loi des finances rectificative.

Ekena fa mbola maro ny ezaka tokony atao mba hanatsarana ny tontolon’ ny asam-panjakana fa saingy manana adidy isika hikatsaka mandrakariva ny fahombiazana eo amin’ny fanatanterahana ny asa sy hanome fahafaham-po ny vahoaka izay misikim-ponitra mandoa ny hetra sy ireo trosam-pirenena.

Ireo voatanisa ireo ny fomba handaminana ny asan’ny governemanta eo amin’ny fanatanterahana ny PGE ao anatin’ny vanim-potoana iatrehana ny fifidianana. Raha ireo no tanteraka dia azo lazaina fa miroso amin’ny filaminana isika.

Noho izany, ao anatin’ny fiatrehana ny fanomanana ny fifidianana dia tsy maintsy atrehina ihany koa ny fanohizana ny programan’asam-panjakana mifanaraka amin’ny ministera tsirairay avy. Marihiko etoana fa efa nankatoavina teo anivon’ny filan-kevitry ny governemanta ny firafitry ny ministera tsirairay mba hahafahan’izy ireo miasa avy hatrany.

Zavatra telo no tiana resahina ato anatin’ity fanatsarana ny fitantanan’ny raharaham-panjakana ity :

Voalohany dia ny mahakasika ny ToekarenaFaharoa dia ny SosialimbahoakaFahatelo dia ny ady amin’ny kolikoly.Toekarena

Amafisin’ny governemanta ny mikasika ny fanatsarana ny tontolon’ny fampiasam-bola sy ny fampananan’asa. Maro ireo fanapahan-kevitra tsy maintsy ho raisina eo anivon’ny governemanta mba hamahana ireo olana maro samihafa mety mamparefo ny fitomboan’ny arikarena ary ireo sakatsakana tsy hiteraka asa.

Hohatsaraina ny lalàna mikasika ny fananan-tany mba ahafahan’ny tantsaha indrindra indrindra hisitraka ny vokatry ny ezaka atao.

Hojerena manokana ihany koa ny mikasika ny lalana izay hanampy tokoa amin’ny fifamoivoizana izay tena mifandray mivantana amin’ny fifidianana.

Ho raisina tsy misy hatak’andro ireo didi-panjakana fampiharana ary hoentina hanatsarana ny tontolon’ny fambolena, fiompiana, jono, ny harena ankibon’ny tany.

Torak’izany koa ny mahakasika ny indostria sy ny orinasa afak’haba izay efa nahazoana tolo-kevitra naroson’ny vondron’ny mpampiasa.

Ho jeren’ny governemanta akaiky ireny tolo-kevitra manamafy ny fahefana mifaninana eo amin’ny tsena ato anatiny na ivelany.

Ny momba ny fizahan-tany dia fantatsika tsara ny tsy fahandriam-pahalemana atrehin’ireo mpandraharaha. Efa mandray fepetra isika mba hiarovana ireo faritra misarika ny fizahan-tany. Efa nisy fanapahan-kevitra rahateo nametrahana ny paikady manokana mahakasika an’izany.

Hamafisina ihany koa ny fepetra hiadiana amin’ny fanondranana antsokosoko ny harena Malagasy. Efa diso tafahoatra loatra ny fanaovana tantely afa-drakotra ny harem-pirenena ka tsy azo ekena intsony izany.

Mikasika ny angovo manokana sy ny famatsiana herinaratra dia sorohina araka izay azo atao ny tsy hisian’ny fahatapahan-jiro mba hitsinjovana ny mpanjifa. Ezaka anankiray manokana voarakitra ao anatin’ny LFR koa izany. Amin’ny ankapobeny, ho tohizana ny ezaka amin’ny fampivoarana ny angovo madio ary azo havaozina eto amintsika.

Sosialim-bahoaka

Napetraka ho anisan’ny laharam-pahamehan’ity governemanta ity ny fitsinjovana manokana ny faritra atsimon’i Madagasikara. Anisan’izany ny famatsian-drano, ny fanjarian-tsakafon’ny reny sy ny zaza, ady amin’ny dahalo. Hojerena manokana ny ady atao amin’ny fanararaotana ny fampiasana zaza tsy ampy taona amin’ny sehatra maro. Fantatro tsara ireo lesoka manahirana ireo ary isaorako ny fianakaviambe iraisampirenena mitondra ny anjara birikiny amin’ny fisorohana izany.

Mikasika ny fampianarana dia hiezaka ny governementa hamaha ny olana mba hiverenan’ny ankizy any an-tsekoly mba tsy hisy taona fotsy.

Eo amin’ny fiatrehana ny Pesta sy ny valan’aretina hafa mety hiparitaka sanatria amin’ny faran’ny taona dia ho jerena akaiky amin’ny herinandro ambony sahady ny fepetra rehetra tokony ho raisina izao dieny izao mba hitsinjovana ny fahasalamam-bahoaka.

Manome toky anareo ny tenako sy ny governemanta fa hitohy ny fiarahamiasa amin’ireo mpiara-miombon’antoka iraisampirenena amin’ireo asa niarahana hatramin’izao.

Efa hisy rahateo ny fihaonana eo anivon’ny Groupe de Dialogue Stratégique amin’ny herinandro ambony hijerena manokana ny fomba handrindrana ny asa miaraka amin’ireo mpiara-miombon’antoka amintsika ireo.

Ady amin’ny kolikoly

Anisan’ireo sehatra hisian’ny fitohizan-draharaha ny ady atao amin’ny kolikoly. Ireo ministera isan-tsokajiny misahana ny fitantanana ny raharaham-panjakana dia hanamafy ny andrimaso, indrindra indrindra ireo sehatra mahakasika ny fitantanam-bola, ny harena ankibon’ny tany, ny tontolo iainana, ny fahandriam-pahalemana, ny filaminam-bahoaka, ny atitany, ny fitsinjaram-pahefana ary ny fitsarana.

Ny eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena dia hanohy ny hetsika hoe « Tsy azon’ny mpamily atao ny manome vola ireo miasa eto fa voararan’ny lalàna ary mampiditra am-ponja na ny manome na ny mandray”. Hanao ohatr’izany koa ny eo anivon’ny Polisim-pirenena.

Mahatonga ny kolikoly ihany koa ny tsy fahafantaran’ny vahoaka ireo mpitsopitsony, na ny lalana tokony arahina rehefa hikarakara taratasim-panjakana. Tsy maintsy hapetraka ny mangarahara mba afahan’ny vahoaka mahafantatra ny dingana rehetra arahina rehefa manantona ireo birao-panjakana izy. Tsy maintsy hampiharina ireo toro-lalana enti-miasa na “standards de service” ka fantatra mazava ohatra ny fe-potoana hamoahana taratasim-panjakana mba tsy hivezivezy lava ny vahoaka.

Efa am-perinasa ny “Pôle anti-corruption” eto Antananarivo, dingana iray goavana ny fametrahana izany satria dia nohamafisina ny fahaleovantenan’ireo mpitsara misahana manokana ny ady amin’ny kolikoly ary izany dia mahakasika koa ny tompon’andraikitra ambony maro samihafa. Hapetraka tsy ho ela koa ny Pôle anti-corruption any Toamasina.

Ny vokatra andrasana amin’ny fotoana haingana dia ny fanafoanana hita mivaingana ny kolikoly amin’ny sehatra rehetra ary ny isam-baratonga amin’ny fitantanana ny raharaham-panjakana fa indrindra izay mahakasika ny fiainana andavan’andron’ny vahoaka.

Mitaky fanovana toe-tsaina ny ady amin’ny kolikoly satria efa lalim-paka eo anivon’ny fiaraha-monina misy antsika ny fanaovana izany. Mila haverina amin’ny laoniny ny toe-tsaina ka tsy ny tranga manokana “na “exception” intsony no zary lasa fitsipika na règle. Ny ezaka ara-toekarena sy ara-tsosialy hanatsarana ny fiainam-bahoaka dia hanampy amin’ny ady atao amin’ny kolikoly.

Mila sahy mijoro ny vahoaka ka tsy hanome tsolotra intsony ireo izay mitaky izany, eny amin’ny lalam-pirenena, any amin’ny tobim-pahasalamana, eny amin’ny biraon’ny asampanjakana isan-tsokajiny ary anatin’izany ireo fitsarana isan’ambaratongany. Mety hilaza isika fa kolikoly madinika izany fa saingy aza adino fa maharary ny vahoaka ny toe-java-misy. Adidin’ny fanjakana sy ny rantsa-mangaika napetraka ho amin’izany no miaro ireo izay sahy mijoro manohitra ny kolikoly.

Voafaritra mazava tsara ny andraikitra napetraka tamiko amin’izao vanim-potoana mialohan’ny fifidianana izao. Fantatsika tsara anefa fa tsy ho vita mora foana ny fanatanterahana ireo asa notanisaiko teo ireo. Misy ny dingana efa natomboka. Fa mbola maro koa ireo asa ho atao. Miangavy anareo izay misolo tena ny vahoaka ny tenako, hifarimbona sy hifanome tànana amin’ny governemanta eo amin’ny fanatanterahana ireto fanamby iankinan’ny aim-pirenena ireto :

Fanamby hampanjaka ny fitoniana ary hampandry fahalemana ny firenena amin’izao vanim-potoana hirosontsika any amin’ny fifidianana izaoFanamby hamerenana ny hasin’ny fitantanana ny raharaham-panjakana eo anivon’ny governemanta sy ny sampan-draharaha rehetra mipaka any amin’ny FokontanyFanamby hanampiana ny tanora hiatrika amim-pahendrena ny ho avinyFanamby hampitraka indray ny voninahitry ny Malagasy.

Eto am-pamaranana dia tiako ny misaotra eto ampahibemaso ireo mambran’ny governemanta rehetra. Tsy nikely soroka ianareo teo amin’ny fanomanana ity fandaharan’asa momba ny fanohizana ny fampiharana ny Politika ankapoben’ny Fanjakana ity. Miandrandra vokatra maika izao ny mpiray tanindrazana amintsika ka mila mahay miara-miasa isika amin’ny Solombavambahoaka tsy ankanavaka.

Farany, manantitra ny fisaorana ho anareo eto anivon’ny Antenimieram-pirenena nampiantrano, nanome voninahitra ary naharitra nihaino ny fanolorana ity programan’asa ity ny tenako. Sitraka enti-matory izao, Tompoko, satria manome hasina ny fandrindrana ny fitantanana ny raharaham-pirenena, satria koa manome hasina ny Firaisankinam-pirenena ary ny Fihavanana.

Misaotra Tompokolahy, Mankasitraka Tompokovavy ».

Ntsay Christian, Praiminisitra Lehiben’ny Governemanta malagasy

Tsimbazaza, Lapan’Antenimierampirenena, 28 Jona 2018

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Raim-pianakiavana iray saika matin’ny mpianatra

Nandeha moto miisa roa, nandalo manoloana ny toeram-ponenan’ny mpianatra eny Ambondrona iny no nisy mpianatra miisa efatra nanakana ny moto iray nentin’ilay zanany, araka ny fitantaran’ ilay renim-pianakaviana. Nirongo vato sy hazo maranitra ireto mpanakan-dalana ka niantso ny rainy ilay zanany. 

Nanatona ireo ray aman-dreniny izay teo ambony kodiarandroa faharoa ary nanontany ny zava-misy ilay raim-pianakaviana, saingy daroka avy hatrany no valiny. Nodarohan’izy ireo izy mianaka saingy tafaporitsaka ilay zanany. Nandositra ilay reniny sy ny zafikeliny ka ity raim-pianakaviana no nanamparan’ireto andian-jatovo ny habibiany. Notaritarihiny hiditra ny campus Ambondrona ilay raim-pianakaviana ary nisy andian-jatovo hafa tonga nanatevin-daharana azy ireo, nidaroka sy namono azy. Mbola niantso andiana mpianatra hafa izy ireo hiaraka hamono ilay raim-pianakaviana. 

Nisy ankizy teo an-tanàna izay mpianatra nilaza fa havany ilay rangahy ary tompon’ny bar Vietnam. Fantatr’ireo mpianatra ireo fa misy mpianatra maro ihany koa mipetraka amin’ireto fianakaviana ireto ka heverina ho natahotra izy ireo ary namoaka ilay raim-pianakaviana tao amin’ny campus. Nentina notsaboina teny Androva haingana ilay lasibatra. Tonga namangy sy namakafaka ny zava-misy ihany koa ny filohan’ny oniversite sy ireo mpikambana ao amin’ny kabinetrany.

Niala tsiny ny filohan’ny oniversite ary nilaza fa tsy maintsy hatao ny famotorona mikasika izao famonoana izao. Ampy izay famonoana natao tao amin’ny campus an’ ny oniversite izay, hoy ny filohan’ny oniversite ka tsy maintsy handray fepetra izy ireo. Tsiahivina moa fa efa maro ireo olona matin’ireo mpianatry sasany ao amin’ny oniversite Ambondrona. Zary fiafenan’ny mpamono olona sy olon-dratsy isan-karazany ao noho ny herisetra ataon’ireo mpianatra.

Lazaina hatrany fa mpangalatra ireo olona vonoin’izy ireo nefa rehefa mivoaka ny havan’ilay olona dia zavatra hafa mihitsy no misy. Ny olana hatreto dia tsy misy bedy ary mbola tsy nisy voasazy mihitsy ireo milaza ho mpianatra nefa mpamono olona. Raim-pianakaviana sady ray aman-drenin’ny mpianatra mianatra ao ihany koa no saika matin’izy ireo tamin’ity indray mitoraka ity ka ho hita eo ihany ny tohiny.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

AKON’NY 26 JONA TAO SAMBAVA : Tovolahy iray nanindrona antsy ny sipany matin’ny fitsaram-bahoaka

Raha ny tao amin’ny faritra Sava tao Sambava  manokana no asian-teny dia nafampana izany taorian’ny fety. Tovovavy iray no notsindromin’ny sipany ny antsy ny alin’ ny 26 jona lasa teo. Tsy fantatra mazava ny antony namonoany azy fa resaka hasarotam-piaro no antony raha ny resaka mandeha. Araka izany, voasambotry ny zandary ilay zalahy nahavanon-doza. Tao Anketrakabe Bevontro Sambava no nitrangan’izany loza izany. 

Ny alarobia 27 jona teo dia nanara-dia ny zandary avy ao Amboangibe nisambotra ilay tovolahy ireo fokonolona avy ao Anketrakabe. Voasinton’ny fokonolona teo am-pelatanan’ny zandary ilay tovolahy. Noentina niverina tao an-tanàna izy ka nanamparan’ireo vahoaka ny hatezerany ary maty. Andrasana eo amin’ny tsangambato ao Anketrakabe ny fatin’izy roa dia ilay tovolahy niharan’ny fitsaram-bahoaka sy ilay sipany notsindrominy ny antsy.

Tovolahy iray maty voatsindrona tavoahangy

Tovolahy iray hafa sahabo ho 21 taona indray no maty voatsindrona tavoahangy tao Sambava. Vokatry ny fifandonana teo amin’ny samy tanora avy namonjy fampisehoana an-tsehatra, ny alin’ ny 27 jona no nisehoan’ny loza. Araka ny vaovao voaray farany dia nanao diabe teo anoloan’ny zandary ao Sambava ny andiana tanora naman’ilay maty. Manoloana izany dia miezaka ireo zandary manamafy ny fiarovana ny biraon’ ny birao amin’izao, mba tsy hisian’ny fihoaram-pefy. Hita araka izany fa lasa fahazaran-dratsy ho an’ny sasany ny fanaovana fitsaram-bahoaka na dia fantatra aza fa voararan’ny lalàna izany. Andrasana araka izany izay mety ho tohin’ny raharaha ao Sambava. Mahatsiaro miaina ao anatin’ny tsy fandriampahalemana ny vahoaka any an-toerana manoloana ny tranga misy.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

LALANA RELAX AO TOAMASINA : Voasambotra i Gino, mpanendaka raindahiny

Manomboka avy eo amin’ny fidirana ka hatrany amin’ny lapan’ny prefektiora, dia malaza ratsy amin’ny fisiana mpanendaka.

Ny marainan’ny alakamisy 28 jona tokony ho tamin’ny 4 ora sy sasany, dia ramatoa iray bevohoka tonga avy any Antananarivo hamonjy fodiana no nisy nanendaka teny amin’ny lalana Relax. Tsy afaka nanohitra ilay ramatoa noho izy sady bevohoka. Vokany, lasa ny sakaosy teny an-tanany. Nifanome tanana tamin’ny fanenjehana an’ilay mpanendaka ny mpiambina eo anivon’ny orinasam-piambenana Dirickx sy ny Fip. Tsy lasa lavitra, dia voasambotra ilay olon-dratsy. Tafaverina tamin’ny tompony ilay sakaosy. Mpanendaka efa ikoizana ity tratra ity. Andrianarison Gino no anarany, 18 taona izy ary monina ao Ankirihiry-Avaratra parisela 11/51.

Ny angom-baovao no nahalalana fa anisany nandray anjara tamin’ny fanendahana naharatrana mason-jaza tao Mangarano i Gino. Tranga izay niseho ny zoma 13 avrily lasa teo tokony ho tamin’ny 8 ora alina. Telo mianaka nandeha moto no nosakanan’ny jiolahy miisa fito. Niezaka nanohitra ilay raim-pianakaviana ka norarafan’ireo jiolahy vely sabatra ny tanany ka nivantana tamin’ny zanany lahikely teny ambonin’ny moto ilay sabatra.

Kamy

News Mada0 partages

Vanille: tension palpable à l’approche des récoltes

Le prix de la vanille n’a cessé d’augmenter ces cinq dernières années. A quelques semaines du 15 juillet, date de l’ouverture officielle de la campagne dans la Sava, les spéculations battent leur plein. Les planteurs protègent leurs champs contre les vols. Les exportateurs tentent de lutter contre les agissements néfastes.

Et à l’approche de l’ouverture de la campagne, prévue le 15 juillet prochain pour la Sava, fief de la vanille, les spéculations vont bon train. Un producteur de la région nous a confié qu’il espère vendre le kilo de la vanille verte au-dessus des 200.000 ariary, soit quelques milliers d’ariary de plus que l’année dernière. Mais, l’éclatement ou non de la bulle spéculative va dépendre, dit-il, des industriels.

Madagascar demeure le premier producteur mondial de vanille. En 2017, d’après les chiffres officiels, la Grande île a produit 82% de la production mondiale, soit 1.500 tonnes, devant l’Indonésie (5 %), l’Ouganda (4%).

De par cette notoriété, la Grande île détermine au gré de sa situation, le prix sur lesquel tous les autres membres de la chaîne de valeur de l’industrie sont appelés à s’aligner. Une circonstance qui a mis de nombreux acteurs à la merci de l’instabilité de prix depuis plus d’une décennie.

De la barre des 20 dollars le kilo en 2009, le cours de la vanille préparée a grimpé jusqu’à 600 dollars en septembre 2017. Des «prix intenables, irrationnels pour la qualité actuelle», voilà ce que des exportateurs ont confié à RFI. Pendant ce temps, les acteurs de l’industrie agro-alimentaire entament le développement de la vanille de synthèse, afin d’améliorer les marges bénéficiaires.

Entre-temps, les planteurs et producteurs s’organisent pour sécuriser les champs dont la valeur représente plus de 80% de leur revenu annuel.

Crise de qualité persistante

«A Madagascar, la qualité de la vanille devrait poursuivre son déclin durant la campagne 2018». C’est ce qu’estime Aust Hachmann Canada, un des principaux marchands de vanille du monde dans sa mise à jour sur le marché mondial de la gousse, publiée le 18 mai dernier. D’après la compagnie, l’emballement sous vide et la récolte précoce de vanille verte qui ont rythmé la saison dernière, persisteront en 2018 et porteront un coup dur à la réputation de la gousse malgache, déjà plus au bas sur le marché mondial.

Afin de lutter contre ces pratiques, le gouvernement malgache a déployé un arsenal de mesures qui obligent les exportateurs et les collecteurs, à enregistrer leur stock de vanille destiné à être expédié après la mi-mai. L’exécutif a aussi fait savoir que les exportations de la saison 2018 ne seront réalisées qu’après le 15 octobre. Il envisage d’imposer un ban sur les expéditions d’ici au 30 juin.

Dans tous les cas, si ces mesures sont considérées comme salutaires pour la filière, l’inquiétude demeure. Les vols et les récoltes précoces des gousses vertes continuent. Le Gouvernement, les autorités peinent à appliquer les législations.

Arh.

News Mada0 partages

AMBATOVY: 93% du personnel composé de ressources humaines locales

Le transfert de compétence vers la main d’œuvre locale, l’une des valeurs ajoutées de l’implantation d’Ambatovy à Madagascar, se concrétise. 93% du personnel est actuellement composé de ressources humaines locales et 90% des travaux effectués auparavant par des spécialistes étrangers sont actuellement menés par des agents malgaches.

Ce sont, entre autres, des indicateurs attestant la capacité des agents locaux à prendre le relais quelques années après le début de l’exploitation. Ce défi constitue le fruit de l’initiative de cette industrie minière, qui accorde une importance particulière à la formation de ses employés, un moyen d’améliorer leur performance, d’avoir des mains- d’œuvre qualifiées et plus efficaces pour un meilleur rendement.

Dans ce cadre, plus de 10.000 employés, directs ou ceux de ses sous-traitants, ont bénéficié des sessions de formations au Centre de formations d’Ambatovy (CFA),  sis au site de l’usine à Toamasina, qui a fait l’objet d’une visite de presse hier.

La formation dispensée comporte cinq catégories, à savoir la formation en santé et sécurité, en procédé de l’usine, en technique de maintenance, à la mine ou encore en leadership et autres volets non techniques, tels que la langue anglaise, l’informatique…Depuis son opérationnalisation en 2010, cette structure, composée majoritairement de formateurs nationaux, a pour mission de pallier les manques de pratiques dans les centres de formation ou les universités.

Valeurs ajoutées

Raison pour laquelle la méthode de formation est surtout basée à plus de 60% sur des pratiques. Des outils de simulations sont même disponibles au sein du CFA pour mieux encadrer les apprenants et les confronter aux erreurs pour qu’ils les évitent une fois sur le site. C’est notamment le cas de l’utilisation d’un simulateur de conduite «ThoroughTec», équipé de la technologie «Cybermine 4» pour améliorer la formation des conducteurs d’engin sur le site de la mine, depuis l’an dernier.

Mis à part les formations de base, des formations spécifiques, suivies de recyclages périodiques, menées en fonction des besoins de chaque département et chaque poste, sont également programmées, aussi bien en salle qu’en ligne, à tout moment. Ces formations ne manquent pas également de générer des valeurs ajoutées pour cette industrie minière dans la mesure où les coûts de production ont certainement connu une nette baisse puisque la majorité des travaux de réparation des engins ont été externalisés depuis l’an dernier.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Tourisme: l’enjeu reste le développement

Sans conteste, le tourisme sera un vecteur de développement si toutes les conditions exigées sont réunies. L’ensemble des acteurs du secteur tourisme à Madagascar est unanime sur ce point, comme cela a été soulevé lors de la dernière rencontre le 20 juin dernier.

Interviewé par une chaîne privée de la capitale, hier, Jean Brunnelle Razafintsiandraofa, ministre du Tourisme, a souligné une nouvelle fois que Madagascar dispose de tous les atouts touristiques de par sa riche biodiversité. Cette richesse, dit-il, attire déjà les touristes, mais il faudra également que d’autres mesures soient prises en compte.

Concernant les cas d’insécurité dénoncés par les opérateurs touristiques ces dernières semaines, le ministre a assuré, sans plus de précision, que des mesures sont déjà appliquées dans les zones concernées et ce, en collaboration avec les forces de l’ordre et les opérateurs locaux.

«Comme mesures d’accompagnement pour le développement du secteur, on notera notamment le renforcement de la sécurité dans les circuits touristiques, ainsi que l’amélioration de la qualité des services au niveau de chaque département», a-t-il affirmé. Ce qui semble bien loin de rassurer les opérateurs, en particulier les transporteurs.

En effet, la réussite des stratégies de développement du secteur qui contribue à hauteur de 7% du PIB national, plus que la contribution du secteur minier, repose sur chaque acteur, allant des autorités concernées aux simples artisans locaux, en passant par les opérateurs œuvrant dans le tourisme. Les opportunités de développement du secteur sont encore énormes.

Arh.

 

News Mada0 partages

Masters en pétanque: l’équipe malgache se relance

Une deuxième étape magistrale de l’équipe malgache au Masters de pétanque hier. Elle a échoué en finale du Puy-en-Velay en faveur de l’équipe Fazzio sur le score serré de 13 à 12. Madagascar a dû se contenter de la deuxième marche du podium et pointe à la 3e place au classement général

Rien n’est plus comme avant ! La débâcle de l’étape inaugurale des Masters de pétanque est de l’histoire ancienne. L’équipe de Madagascar a montré son vrai visage lors de la deuxième étape en étrillant tout sur son passage avant la finale. La bande à Allain Samson Mandimby a damné le pion à l’équipe de France composée des inusables Quintais, Lacroix ou encore Suchaud, sur le score de 13-7 lors de la demi-finale.

Malheureusement pour les boulistes malgaches, le sort en a décidé autrement en finale qui a coupé d’un seul coup cette belle relance dynamique. Bien que les joueurs de la Grande île aient fait une entame de partie remarquable, en prenant le devant lors de la 4e mène (4-3) face à l’équipe de l’ancien champion du monde, Christian Andriantseheno dit Racl, la suite de la rencontre a été très serrée entre les deux parties.

Entre égalisation et échappée, Madagascar a pêché au moment de finir la partie. Pourtant, ce n’était pas l’occasion qui manquait. En effet, à la 8e mène, Cocklet et consorts étaient à un point de conclure en menant 11-4 mais la chance a tourné en leur défaveur. L’équipe Sarrio a grappillé les points dès la 9e mène sans que les Malgaches aient eu leur mot à dire et ce malgré le carton rouge obtenu par l’un des joueurs de l’équipe adverse.

Après deux heures de jeu, la Grande île était scotchée à 12 points tandis que son vis-à-vis a continué de faire pression. Et en deux temps trois mouvements, la messe a été dite pour Tonerre, Cocklet et Lahatra qui ont perdu sur le fil : 12-13.

Montée en flèche

L’équipe de Racl, détentrice du titre, retrouve le sommet du classement général, deux points devant l’équipe de France, vainqueur de la première étape, qui totalise 15 points actuellement. Grâce à son parcours mémorable lors de la deuxième étape, l’équipe de Madagascar se classe au 3e rang avec le même nombre de points et au même titre que Robineau et Loy «Wild card».

Il faut remonter à 2015 pour voir une équipe malgache figurer dans le dernier carré des étapes des Masters de pétanque.

Naisa

News Mada0 partages

Rugby scolaire: Ambositra au centre des attentions

Le ballon ovale atterrira dans la capitale d’Amoron’i Mania ce samedi ! En fait, Ambositra abritera le championnat régional du Sud-Est comptant pour la qualification au championnat national de rugby scolaire. Plusieurs districts de la région ont annoncé leur participation, à l’instar de Manandriana, Fandriana et Ambatofinandrahana.

Rendez-vous au stade d’Ankorombe pour une compétition marathon qui verra la participation des garçons âgés de 14 à 15 ans ainsi que les filles de 16 à 17 ans, tous issus des différents collèges de cette partie de l’île.

Et, comme le stipule le règlement, les vainqueurs de la joute régionale dans les deux catégories, garçons et filles, obtiendront leur ticket pour le Championnat de Madagascar, le 23 septembre prochain, dans la capitale.

Après Ambositra, tour à tour, trois autres régions prendront le relais du Sud-Est, à commencer par le Nord-Est à Toamasina, ensuite, le Nord-Ouest à Ambanja, pour se terminer à Antananarivo pour les Hauts-Plateaux.

Naisa

News Mada0 partages

Réunion de l’AHBOI : la CCCOI à la loupe

Le doute est levé ! En dépit de la grève du personnel de Tafita, le palais des Sports de Mahamasina abritera bel et bien la réunion de l’Association de handball de l’océan Indien (AHBOI) les 30 juin et 1er juillet.

Durant cette grand-messe de deux jours, les représentants de Madagascar, Mayotte, Seychelles, Maurice et La Réunion se pencheront, parmi tant d’autres sujets, notamment sur la tenue  de la Coupe des clubs champions de l’océan Indien (CCCOI) de cette saison à Madagascar. Ce sera une occasion pour la Grande île qui va accueillir le gotha du handball de l’océan Indien d’entrer dans le vif du sujet.

En effet, les membres conduits par leur président et non moins président de la ligue de Mayotte de handball, Hairoudine Anzizi, devront passer au crible cet évènement programmé du 26 novembre au 2 décembre.

Bref, la Fédération malgache de handball (FMHB) va de l’avant dans la réalisation de son programme d’activités de la saison 2018. Plusieurs autres rendez-vous attendent l’équipe du président Fidèle Razafintsalama dont le lancement du beach-hand à Madagascar.

Naisa

News Mada0 partages

Cinéma: «Mpanendaka» révélé au grand jour

L’attente aura été longue pour les cinéphiles malgaches. «Mpanendaka», le long- métrage réalisé par Madagascar island pictures (MIP) qui succède aux deux volets de «Malaso Madagascar», sortira en salle, ce jour et dimanche, au Plaza Ampefiloha.

L’intrigue s’articule autour de Johnny, un jeune diplômé qui se retrouve au chômage, après avoir quitté l’université. En couple et père d’un enfant, il n’a pas les moyens de subvenir aux besoins quotidiens de sa famille. Et comme le malheur ne vient jamais seul,  son enfant tombe malade.

Désemparé, il finit par côtoyer un réseau de bandits réputés pour les vols à la tire, à l’étalage et le cambriolage,  qui opèrent dans les lieux très fréquentés de la capitale. Plus tard, il décide de quitter le groupe de malfrats quand ces derniers ont tenté de l’assassiner.

«Jusqu’ici, nous nous sommes inspirés des faits de société. Ce long- métrage se veut être surtout une sonnette d’alarme face au chômage et à l’insécurité grandissante auxquels le pays fait face», a fait savoir René Fulgence, le numéro un de MIP.

Une tournée nationale 

Avec un scénario bien ficelé et une réalisation bien étudiée, «Mpanendaka» a bénéficié d’un très grand travail d’équipe polyvalente devant et derrière la caméra. René Fulgence s’est entouré de figures bien connues du cinéma malgache, à l’instar de Ratrema, Isabelle, Bonanga et Gégé Rasamoely.

Des précurseurs de la musique urbaine, comme Lamtah et Alson, y font également leur apparition.  «Après cette grande première, le grand public aura le loisir d’apprécier ce film dans les salles obscures de Ritz et Rex Analakely avant que nous n’entamions une tournée nationale», a-t-il conclu.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Magazine: Kristel dans les colonnes de Rolling Stone

«Good Morning! Se lever voir son nom en 1ere de couv de Rolling Stone France puis voir qu’il y a 1 full page», les propos sont de Kristel qui fait son apparition dans la toute dernière édition de ce prestigieux magazine de la pop culture.

Décidément, Kristel ne finit pas de faire parler d’elle sur les tabloïds internationaux. Le trio insuffle du sang neuf dans le monde de la musique malgache depuis notamment sa participation au Transmusicales de Rennes, qui lui sert d’ailleurs de ticket pour se faire un nom sur le plan international. Christelle Ratri et sa bande volent de succès en succès.

«Dans les gargotes, dans les bars, dans les quelques clubs des grandes villes… Ici, la musique est partout», a fait savoir la chanteuse de «Izy» dans les colonnes de Rolling Stone France.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Guide du week-end

Triple Dose au Glacier Analakely

L’union fait la force, dit-on. Pour donner davantage d’ambiance, les trois chanteurs Bawar, Nancy et Jeffro Color vont chauffer ensemble, ce soir, la scène du Glacier Analakely. Durant cette soirée baptisée «Triple Dose», l’objectif est de démontrer les exploits de ces nouveaux talents qui commencent actuellement à s’imposer dans le monde de la musique tropicale malgache. Nancy prépare un cocktail de ses titres phares qui ont cartonné depuis l’année dernière, tels que «Ho tanteraka» en featuring avec Jerry Marcos ou encore «Aza ela»… De son côté, après avoir participé à un podium qui s’est tenu dans les périphériques de la capitale, puis à un autre spectacle à Antsirabe, le 26 juin dernier, Jeffro Color se sent prêt à se mettre de nouveau sur scène, en interprétant ses tubes, tel «Matoky anao zaho»… Et enfin, Bawar propose ses morceaux incontournables, entre autres, «Antalaha»…

 Kiaka au 26 Analakely

La soirée rock de la semaine se déroulera, ce soir, au Twenty Six sis à Analakely. Kiaka sera à l’affiche. En promettant d’être au grand complet, le groupe proposera non seulement les interprétations de ses propres compositions, mais se lancera aussi dans des reprises des grands titres de rock étrangers. L’objectif est de réunir dans un seul lieu les passionnés de rock, surtout dans la catégorie old school. Une sorte de retrouvailles pour terminer en beauté la semaine.

Lico Kininike au Jao’s Pub

Et la fête continue chez Jao’s Pub Ambohipo. Ce soir, LD Company présentera une soirée spéciale avec Lico Kininike à travers «Valirombon’ny 26 juin», entrant toujours dans le cadre de la célébration de la Fête nationale. Ainsi, Lico Kininike assurera l’ambiance en interprétant ses titres tels que Tsisy miala eo», «Ianao anah» et même ses premiers tubes comme «Vita bornage».

Olo Blacky à l’Is’art

«Après la légende des petits hommes verts, voici les grands hommes noirs, Olo Blacky». C’est ainsi qu’Is’art galerie présente son prochain spectacle, ce soir, à Ampasanimalo. Adoptant le genre «black music», Olo Blacky se lance surtout dans le genre black music.  Sa particularité est qu’il fusionne à la fois le Hip hop, le roots et le tribal. Ayant comme leader Naty Kaly, qui est à la fois un grand passionné du street art, le groupe propose donc un voyage plein de découvertes musicales. A part l’interprétation de ses anciens titres comme «Tsy fantatro» qui a buzzé sur le Net en 2016, le groupe donnera un aperçu de ses nouvelles compositions.

Madagascar célèbre l’Asteroide Day

Depuis l’année dernière, notre pays participe à la Journée mondiale des astéroïdes dénommée «Asteroide Day». Pour cette année, plus précisément demain, au siège de Habaka /CIDST à Tsimbazaza, Madagascar propose une journée spéciale qui mettra en scène un jeu dénommé Asteroid Day Quizz Contest dont les thèmes seront axés sur l’astronomie, les astéroïdes et les explorations spatiales. Ensuite, durant l’après-midi, une conférence aura lieu avec la participation de plusieurs experts du domaine. Et enfin, la journée se terminera par une séance d’observation du ciel de la capitale, au parking de Habaka /CIDST. Espérons donc que le ciel ne sera pas couvert de nuages.

DJ Natal et Jaovavy sur la même scène

Pour la première fois, DJ Natal envahira la salle du Glacier à Analakely, demain soir. Il accompagnera la jeune chanteuse Jaovavy  et ensemble, ils proposent un show case, à couper le souffle. L’organisateur a même décidé d’intituler la soirée «Samy mafy». Si Jaovavy est encore une nouvelle étoile dans le monde la musique malgache, elle commence actuellement à s’imposer, surtout avec ses styles au taquet, les cheveux en mode slide rasé… Souvent comparée à Tence Mena, elle ne passera pas inaperçue.

Une soirée Drag Queen chez no comment bar

Pour finir en beauté la semaine, il n’y a de plus divertissant que de passer une soirée originale. Ainsi, demain soir, la boite no comment bar sise à Isoraka propose un évènement Drag Queen qui sera assuré par le groupe Tha plastics. Au fait, cet événement a pour objectif de soutenir les causes des communautés du LGBT de la capitale.

Joëlle Claude au Fara West

Demain soir, Fara West sis à Faravohitra propose une soirée jazz avec Joëlle Claude qui sera accompagnée par des jeunes musiciens talentueux, à savoir Njaka Rakotonirainy au clavier ou encore Tsanta Randriamihajasoa à la trompette, Hents à la guitare basse et Nini à la batterie. Au programme, la chanteuse offrira un répertoire «Jazz atmosphère» durant lequel elle va fredonner ses anciennes compositions issues de son premier album intitulé «I’ll sing for you». Par ailleurs, elle ajoutera quelques titres internationaux pour mettre davantage le public dans l’ambiance du «Jazz atmosphère». Et, la chanteuse précise que dorénavant, elle essaiera de se produire tous les mois pour renouer avec ses fans.

 

News Mada0 partages

TGC: un concert au profit de la maison Aina

Comme tous les ans, le groupe Tana Gospel Choir ou TGC se produira au palais des Sports et de la culture à Mahamasina. Soutenu par Airtel, le concert se déroulera, le 1er juillet, à partir de 15 heures. Selon le communiqué relatif à l’évènement, ce sera un concert de levée de fonds au profit de la maison d’Aina, une association qui s’occupe des enfants orphelins et défavorisés de la région d’Ambatolampy.

Par rapport à ses précédents spectacles, cette année, TGC présentera ses nouvelles compositions. C’est pour cette raison qu’il a baptisé le concert «Efa lera» ou «C’est l’heure». Le titre «Hody any amin-draiko», un clip récemment sorti en donne un aperçu. Et comme à l’accoutumée, le groupe mettra en avant l’identité malgache dans chacune de ses chansons, en fusionnant le genre gospel aux autres styles musicaux issus des 18 ethnies qui sont présentes au pays. «Notre objectif est d’emmener le public à voyager à travers notre musique, nos tenues, le décor… Bref, le spectacle s’annonce plein de surprises et de découvertes», a annoncé Fidy Rabearisoa, le chef de chœur de TGC.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Chronique: sud-américaine à la frontière, méfiance

Les diseurs de mauvaise fortune n’avaient pas totalement tort quand depuis une décennie ils n’ont cessé de sonner l’alerte sur le mauvais destin de Madagascar à devenir tête de pont du trafic international de la drogue. Il ne s’agit heureusement pas encore d’une autoroute, mais de chemins de traverse qu’empruntent des mules. Toutefois le petit nombre de Sud-américaines qui ont été prises non la main dans le sac mais les boulettes au ventre, prête à penser que les gros traders mettent à l’essai un ou des circuits transitant par Madagascar, pour renforcer le transport vers leur marché traditionnel et pourquoi pas vers de nouveaux marchés à prospecter. Le marché de la drogue on le sait va de pair avec une aggravation du climat de violence, au niveau actuel d’insécurité le pays se dispenserait bien d’un tel supplément.

Les services de douane sont en alerte, et les coups de filet à leur actif témoignent de leur professionnalisme et du flair que nécessite le métier. L’arrestation des mules et les sévères condamnations à l’avenant qu’on leur inflige, ne suffisent pas toutefois à garantir la destruction totale des filières, ces mules ne sont que des pions, elles méritent de lourdes sanctions, se venger sur elles de l’incapacité à mettre la main au collet des barons non seulement dénote d’une relative lâcheté mais surtout révèle l’impuissance à résoudre le problème qui constitue pourtant un danger pour le pays.

Rien ne garantit que pour les deux ou trois personnes arrêtées à Ivato ou à un autre aéroport de débarquement quelques autres n’ont pas réussi à passer au travers les mailles des filets de la douane. N’est pas nécessairement erronée l’hypothèse que ces Sud-américaines selon le plan devaient être contactées par des correspondants qu’elles ne connaissaient peut-être pas, ce qui semble sûr en tous cas c’est qu’existent des réseaux même encore à l’état embryonnaire sur place, peut-être constitués d’un ou de deux commis et d’un petit parrain local. Rien n’interdit de penser que celui-ci a surtout pour rôle de tempérer les ardeurs des responsables nationaux et de leurs agents. Dans cette optique les barons internationaux considèrent sûrement la tâche facile, la corruption ayant la réputation d’être une pratique des plus démocratisées, dans tous les secteurs et du bas en haut des échelles.

Aussi sérieux que soit ce problème du trafic de la drogue, il ne constitue pas un sujet particulier, pareillement à cette question pourtant douloureuse concernant les kidnappings. Plus on fait de cas particuliers plus on diluera la politique d’ensemble indispensable pour lutter contre l’insécurité. Encore faut-il établir une politique générale qui ne soit pas un conglomérat de solutions faites de bric et de broc. Après seulement apparaît l’obligation de créer des unités spécialisées, encore qu’ici pléthore de spécialités nuit à l’unité d’action.

Léo Raz

News Mada0 partages

Hevitra mandalo, resaky ny mpitsimpona akotry: toko telo ho an’ny fitateram-bahoaka

Olana miverina matetika tsy misy fiafarana ity fifandirana ateraky ny tsy fisian’ny fifanarahana mazava momba ny fitantanana ny fitateram-bahoaka eo amin’ny fivezivezen’ny mponina an-tanan-dehibe ity. Mahagaga ihany tany am-piandohana no tsy nirotsahan’ny fitondrana foibe sy ny fitantanana monisipaly tamin’ny fomba fanatanterahana an’io adidy ho an’ny besinimaro (service public) ivelan’ny fametrahana lamina ho an’ny fanefana io sehatra io.

Tsy voararan’ireo mpamatsy vola zandary toy ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI) sy Banque Mondiale angamba ny fandraisan’ny fitondrana anjara amin’ny orinasa fanamaivanana ny andavanandron’ny mponina. Na any

amin’ny firenena mandroso aza, toy ny Frantsa izay na amin’ny alàlana orinasa tsy miankina izay ny fanjakana na ny kaominina no anisan’ny tompon’ampahany matanjaka, na amin’ny fanaovana fanarahana amin’ny mpandraharaha ao amin’ny sehatra tsy miankina, dia mandray anjara ireo fitantanana ireo mba tsy hizaka irery ny vesatra ireo mpandraharaha sy ny mponina mampiasa an’ilay servisy. Raha ny fahamarinam-bidy vetsovetson’ny FMI no ampiharina, mba tsy ho maty antoka ny mpandraharaha dia tsy maintsy mampidangana ny saran-dàlana any amin’ny tsy zakan’ny tsenan’ ny maro, ka rehefa ela ny ela dia ara-bakiteny ny hoe tsy hahaleo ny sarany ny vidiny.

Sarotra, indrindra ho an’ny aty amin’ny firenena sahirana, ny ahitana ny fetra ahafahan’ny mpandraharaha mahita tombom-barotra sady mampifanandrify izany amin’ny fahefa-mividin’ny mpandeha sy mba ahazoan’izy ireo fahafaham-po.

Tsy azo adinoina anefa, fa na ny fitaovana (fiara) sy ny fikojakojana azy ireo ary koa ny solika dia vokatra avy any ivelany, izany hoe dollar na euro no mifehy ny vidiny any am-potony. Ny eto an-toerana, ariary no resaka na momba ny karama na mikasika ny vidim-bokatra. Tsy hoe sanatria hampiady biby tsy miady, nefa mazava ho azy fa sarotra no ahitana fomba hampifandanjana ny fahafam-po ho an’ny roa tonta mampiasa vola izay mifanalavitra sanda.

Ankehitriny ary ahiana fa mbola hitohy mitombo tsikelikely hatrany ny elanelam-bidy eo amin’ny vola vahiny sy ny ariary, izany hoe tsy maintsy miha sarotra hatrany ny famerana faritra izay ahitan’ny mpandraharaha tombontsoa eo

amin’ny asany sady ahafahana mitsinjo ny saran-dàlana tsy ho tafahoatra ny fahefa mividin’ny mpandeha. Izay no mahatonga ny firobohan’ny fitondrana ao amin’io sehatry ny fitateram-bahoaka io ho adidiny. Fifanarahana mateza mitsinjo ny lavitra no tsy maintsy apetraka, fa raha izay vonjy maika toy ny teo aloha sy amin’izao fotoana izao dia rahampitso ihany dia mety hiseho indray ny olana. Maika ny fametrahana rafitra ifamatoran’ny fanjakana, ny kaominina sy ny mpitatitra. Enga anie anefa mba tsy izay mahamaika azy izay indray no araraotina hanaovana asa koropaka.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes: rien de garanti dans les résultats

Les bookmakers se frottent les mains, les grosses écuries jouées favorites au Mondial du Football, ont été à la peine, et même l’équipe nationale allemande au départ ayant recueilli l’une des cotes les plus flatteuses a causé la plus grande surprise en chutant dès la phase de pool. Ainsi vont les jeux, mais l’élection qui se prépare n’en sera pas un, les résultats peuvent pourtant réserver des surprises.

 

News Mada0 partages

Nalain’ny olona teny ampelatanan’ny zandary… Matin’ny fitsaram-bahoaka ilay namono ny sakaizany

Maty tsy tra-drano notsatohan’ity tovolahy iray antsy ny sakaizany, tany Sambava, ny andron’ny 26 jona teo. Maty niharan’ny valifaty sy fitsaram-bahoaka avy eo ilay tovolahy, na efa teny am-pelatanan’ny zandary aza.

Maty tsy tra-drano tamin’izany ilay tovovavy novonoin’ny sakaizany. Voalaza fa vokatry ny hasarotam-piaro ny nahatonga ny fihetsika tsy am-piheverana nataon’ilay tovolahy io. Voasambotry ny zandary io alina io ihany ity farany. Ny ampitso anefa, raha nitondra ilay tovolahy io ny zandary, narahin’ny fokonolona avy ao aoriana. Nalain’ny olona teny ampelatanan’ny zandary ilay  tovolahy nahafaty ny sakaizany ary nentin’ireo niverina tany an-tanàna. Niharan’ny fitsaram-bahoaka izy io noho izany, ary tsy namelan’ny olona raha tsy niala ny ainy. Tsy nisy azon’ny zandary natao tamin’izany. Voalaza fa samy andrasana any amin’ny tsangambato any Anketrakabe ny fatin’izy io sy ilay tovovavy sakaizany.

Tranga mitovitovy amin’izay ihany, resaka fitakiana fitsaram-bahoaka. Vokatry ny fahafatesana tovolahy iray 21 taona noho ny tsindrona tavoahangy, tany Sambava ihany ny alin’ny 27 jona, nirohotra teny amin’ny tobin’ny zandary ny andiana tanora nitaky ny hamoahana ilay nahavanon-doza. Voasambotry ny zandary izy io mantsy ary notanana. Niezaka ny zandary niaro ny toby ary nanazava tamin’ireo andiana tanora ny fandikan-dalàna mety hataony raha misisika hanao fitsaram-bahoaka, sns. Nilamina ihany ny toe-draharaha.

Olana hatrany fitsaram-bahoaka

Hatramin’izao, tsy mbola nahitam-bahaolana ny resaka fitsaram-bahoaka. Tsy voatana ny olona rehefa hanao azy io. Miafara amin’ny faty olona sy faharatrana izany rehefa tsy voafehy. Tsy nisy ny paik’ady mahomby hatreto hisorohana azy io. Ny taona 2009 noho makaty ny tena nampirongatra azy io. Mifangaro amin’ny resaka krizy sy ny tsy fahatokisan’ny olona ny mpitondra rahateo ny raharaha. Milaza ny lehiben’ny mpitandro filaminana fa hanao ny fomba rehetra hisorohana izany kanefa tsy hita mivaingana ny vokany fa mitranga hatrany. Tsy laharam-pahamehan’ny fitondrana rahateo ny misoroka azy ity ka samy manao izay saim-pantany ny rehetra. Mety ny mpitondra no hiharan’ny fitsaram-bahoaka vao hisy fepetra matotra raisin’izy ireo.

Yves S.

News Mada0 partages

Vie d’église: Mgr Désiré Tsarahazana créé cardinal

En la veille de la fête des saints Pierre et Paul, le pape François a convoqué hier un consistoire pour la création de 14 nouveaux cardinaux, parmi lesquels figure Son Eminence Mgr Désiré Tsarahazana, cardinal de Madagascar.

Au cours de cette assemblée, les nouveaux cardinaux ont reçu leurs trois insignes, à savoir la barrette, l’anneau et le parchemin indiquant à quelle paroisse de Rome ils sont rattachés. Lors de son homélie, le souverain pontife leur a mis en garde contre «la recherche des premières places, les jalousies, convoitises, intrigues, arrangements et accords» et à «ne pas se laisser corrompre et emprisonner par des logiques mondaines qui détournent le regard de l’essentiel».

S’adressant au Pape François, le patriarche des Chaldéens en Irak, Sa Béatitude Louis Raphaël Ier Sako, a indiqué : «Votre appel paternel envers nous est pour nous un encouragement dans nos souffrances». L’annonce de leur création a été faite par le pape François lors du Regina Caeli, dimanche 20 mai dernier, à la basilique Saint-Pierre de Rome. Le pape présidera, ce jour, à la place Saint-Pierre, la messe de solennité des saints apôtres Pierre et Paul, en présence du collège cardinalice et des nouveaux cardinaux.

Notons au passage que Mgr Désiré Tsarahazana, archevêque de Toamasina, président de la Conférence des évêques, est le quatrième malgache à être nommé cardinal.

Mparany

News Mada0 partages

Lutte contre l’insecurité: aux grands maux les grands remèdes

Le retour à l’ordre public et la lutte contre l’insécurité figurent parmi les principaux objectifs du gouvernement Christian Ntsay.

Face à la situation qui prévaut actuellement au pays, et ce depuis quelques mois où l’insécurité n’a cessé de s’amplifier, le nouveau chef du Gouvernement, Christian Ntsay, à l’occasion de la présentation de la Politique générale de l’Etat (PGE), hier, devant l’Assemblée nationale et le Sénat, a indiqué l’intention du Gouvernement de s’investir concrètement dans la lutte contre l’insécurité, car selon lui, la tenue des élections, principal objectif de son Gouvernement, ne peut être atteinte dans un climat de tension et d’insécurité.

 Au vu de la multiplication des actes de banditisme (kidnappings, attaques sur les routes, raids de dahalo, terrorisme,…),  de nouvelles mesures vont être, selon lui, adoptées afin de rétablir l’ordre. La mobilisation de plus d’éléments des forces de l’ordre, que ce soit en ville ou dans la brousse, est à la base de la lutte contre l’insécurité. Et cela en vue de prévenir les attaques, d’une part, mais également pour avoir plus d’éléments à envoyer à la poursuite des bandits, d’autre part.

 Concernant particulièrement le phénomène dahalo, l’installation de nouveau «Bataillon interarmes» sera poursuivie dans les zones rouges. Et dans l’optique d’avoir de meilleurs résultats, le Gouvernement projette l’utilisation d’hélicoptères dans le cadre de la traque des voleurs et de la récupération des zébus volés.

La chasse des personnes, impliquées dans le blanchiment de bovidés, principal facteur du phénomène dahalo, sera renforcée. Mais surtout, leur poursuite devant la justice.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

Revendications du SECES tana: le ministère fait une cote mal taillée

Dès le début du sit-in des membres du Seces, hier sur l’esplanade d’Ankatso, la tension est montée d’un cran. En fait, aux dernières nouvelles suite à leur revendication, l’Etat par le biais du ministère de l’Enseignement supérieur n’a payé qu’une partie de leur indemnité…et ce d’une manière sélective.

«Fidèle à son habitude, voilà que l’Etat joue de nouveau au pompier, une fois que ce sit-in a été véhiculé dans les médias», a indiqué le président du Seces section Antananarivo, le Pr Sammy Grégoire Ravelonirina, au cours d’une interview à l’esplanade d’Ankatso.

En effet, selon ses explications, mercredi dernier, les responsables ont subitement viré l’équivalent d’un mois de bourses des étudiants, plus les équipements,  sur le compte bancaire de l’Agence comptable d’Antananarivo. Toujours dans la même journée, une annonce a été faite que la deuxième tranche des heures complémentaires 2015-2016 a déjà été transférée à la caisse de l’université d’Antananarivo.

Quant aux indemnités de recherches des retraités chercheurs de la Faculté des lettres et des sciences humaines, elles sont versées au Trésor public. Et ce n’est pas disponible dans l’immédiat à constater les différentes procédures, avant la sortie des bons de caisse.

 «Une stratégie de l’Etat pour nous diviser, car n’oubliez pas qu’il existe sept facultés et sept centres de recherches à l’université d’Antananarivo», a conclu le président du Seces section Antananarivo.

Sur ces faits, le Seces Tana regroupant le syndicat de l’Administration universitaire d’Antananarivo, les centres nationaux des recherches et l’association pédagogique des étudiants d’Ankatso ont réaffirmé leur détermination de poursuivre le sit-in, jusqu’à la satisfaction totale de leurs revendications, et cela sans discrimination.

Sera R.

News Mada0 partages

Extremiste violent: les jeunes en concertation en vue de solutions

«Porter la réflexion sur la problématique de la radicalisation et l’extrémisme violent chez les jeunes, en dressant l’état des lieux et le contexte national dans chaque pays membre. Et ensuite, formuler les stratégies adaptées et identifier les actions concrètes à entreprendre durant les échanges». Ce sont les objectifs majeurs du séminaire sur les politiques publiques de jeunesse et la prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent chez les jeunes, qui a débuté avant-hier dans la capitale.

Placé sous la présidence du ministre de la Jeunesse et des sports, Tsitohara Eugène Faratiana et du directeur du bureau régional de la francophonie pour l’océan Indien (BROI), Malik Sarr, ce séminaire est le couronnement des efforts de l’OIF qui vise à atteindre les objectifs compris dans la stratégie jeunesse de la francophonie 2015-2022.

Dans cette perspective, l’OIF envisage d’accompagner les institutions et les acteurs  nationaux de la jeunesse, dans le but de consolider leurs capacités et leurs compétences pour une meilleure intégration des jeunes.

Nadia

News Mada0 partages

Alaotra: des projets pour Andingadingana

Le fokontany d’Andingadingana fera peau neuve dans quelques semaines suite à une descente des autorités régionales d’Alaotra-Mangoro sur les lieux.

Des projets de réhabilitations d’infrastructures ont été annoncés récemment par le chef de région de l’Alaotra-Mangoro, lors de son passage dans le fokontany d’Andingandingana, pour satisfaire les besoins de la population locale. Les travaux à réaliser ont été déterminés durant une séance de travail avec les notables locaux et les responsables de la commune d’Ambatondrazaka suburbaine. La route menant vers l’hôpital ainsi que le pont situé à l’entrée du fokontany, en plus de celui d’Ambohipananina, seront refaits, selon nos sources, qui ont aussi mentionné la réhabilitation du bâtiment du Collège d’enseignement général d’Andingadingana, avec la contribution de la région à hauteur d’une tonne de ciment.

Le Fonds de développement local (FDL) assurera le financement des travaux qui seront réalisés sur des devis effectués par les techniciens de la région.

Manou

News Mada0 partages

Up the rap « H’ombà », hip-hop maneho ny lalan’ny ampitso

Up the rap, tarika azo lazaina ho kintan’ny dihy hip-hop malagasy, nanomboka ny taona 1990. Fotoana maro no tsy nahitana azy intsony. Tsy nipetrapetraka akory anefa ny tarika fa nanohy hatrany ny lalana. Anio hariva sy rahampitso no hahitana ny vokatra tao anatin’izany, samy etsy amin’ny IFM Analakely.

« H’ombà » ny lohatenin’ny seho hoentin’ny Up the rap, mandritra ireo roa andro misesy ireo. Azo lazaina ho efa ela niketrehana izy ity, ny taona 2006. Araka izany, samy manana anjara tamin’ny famoronana sy fandrindrana an-tsehatra ny seho ireo mpirahalahy, nanorina ny tarika, i Angeluc sy i Rudi Rehava, izay nodimandry ny volana oktobra 2017. Fantatra fa hanomezam-boninahitra ity kintan’ny dihy hip-hop ity, rahateo, ny fampisehoana.

Raha tsiahivina ny tantaran’ny tarika Up the rap, anisan’ny nampiavaka azy ny fahaizany maneho hevitra, miresaka sy mampahafantatra ny fihetseham-pony amin’ny alalan’ity kanto an-tanàn-dehibe ity. Tsy izay ihany. Raha tany Etazonia tany no tena niaingan’ny hip-hop, hain’ny Up the rap ny nametraka ny maha Malagasy azy ao anatin’izany fironana vahiny izany.

Hita taratra izany amin’ny fihetsika, izay ifangaroan’ny filantolantoan’ny vatana sy ny herisetra entiny. Eo koa ny fampivadiana ny mozika ankehitriny amin’ny gadona hafa, izay heverin’ny maro ho tsy mifanaraka amin’ny rap, toy ny « modern jazz ». Manampy izany ny gadon-tongotra sy ny tehaka ary ny dobok’amponga.

Tsy nanaraka fahatany ny fironana, toy ny amin’ny fihetsika sy ny fiakanjo, nahafantarana ny mpankafy hip-hop, tany ivelany any, ny Up the rap. Notazoniny kosa ny firaisankina eo amin’ny vondrona na tropy, ny fanehoana kokoa ny firaisana amin’ny mpiara-monina ary ny fahavononana hatrany.

Marihina fa maharitra 50 mn ny « H’ombà ». Miisa dimy kosa ireo mpandihy hitondra an-tsehatra izany : Rehava Ange Patrick, Razafindrakoto Jean Jacques, Rakotoarisoa Rivellino Rodolphe, Razanakolona Heriniaina Frédéric ary Rehava Angéluc. Mbola i Rudi sy i Angéluc hatrany no namolavola ny feon-kira, izay lalaovin’i Volahasiniaina sy i Nini ary i Mbasa.

Landy R.

News Mada0 partages

IVO Antohomadinika: nanao hetsika manokana ny polisy, jiolahy efatra indray voasambotra

Saron’ny polisy miady amin’ny fiparitahan’ny zava-mahadomelina teny amin’ny faritra IVO Antohomadinika, ny alatsinainy 25 jona 2018 teo ny jiolahy efatra raindahiny amin’ny fifohana rongony…

Nidoboka am-ponja eny Antanimora ireo jiolahy efatra voasambotry ny polisy noho ny fifohana sy fivarotana rongony amin’iny faritra iny. Araka ny fanazavan’ny polisy, entina hiarovana ny vahoaka amin’ny mety ho tsy fandriampahalemana nandritra ny fetim-pirenena lasa teo sy amin’ny ankapobeny, nanao hetsika manokana nanenjehana ireo mpivarotra zava-mahadomelina ny polisy. Nahazo loharanom-baovao ny polisy momba ny toerana fivarotana rongony eny amin’iny faritra Antohomadinika  iny tamin’io fotoana io. Nilatsaka teny an-toerana avy hatrany ny polisy ka noraisim-potsiny ny jiolahy iray niaraka tamin’ny fonosan-drongony marobe. Roa hafa kosa tratra teo am-pifohana rongony. Niaiky izy ireo nandritra ny famotorana nataon’ny polisy fa sady mifoka no mivarotra. Ny fanadihadian’ny polisy hatrany no nahafantarana fa efa mivarotra rongotra an-taonany maro ny iray amin’izy ireo. Eny Ambohimanarina ny fividianany rongony ka 15 000 Ar ny vidin’ny iray haron-kely ary tsinjaraina anaty fonosana izany avy eo amidiny 500 Ar.

J.C

News Mada0 partages

Ho fiderana an’ilay Mpahary « Efa lera », hoy ny Tana Gospel Choir

« Efa lera », fampisehoana iray lehibe ataon’ny Tana Gospel Choir (TGC) ao amin’ny lapan’ny Kolontsaina Mahamasina, ny 1 jolay ho avy izao amin’ny 3 ora. « Efa lera tokony hitodihana amin’Andriamanitra Mpahary nanome antsika an’i Madagasikara ny harena rehetra sy zavaboahary rehetra, nefa mahantra ny Malagasy, i Madagasikara », hoy Rabearisoa Fidy, avy ao amin’ny TGC. « Tsy hoe akory tsy nijery an’Andriamanitra isika Malagasy hatramin’izay fa sarintsariny fotsiny, raha zahana ny fahamaroan’ny kristianina eto amintsika », hoy ihany Rabearisoa Fidy.

« Maison de Aina » Ambatolampy

Ampiarahina amin’io andro io ny fanohanana ny « Maison de Aina » any Ambatolampy, trano fitaizana ankizy kamboty na avy amina fianakaviana sahirana. 200 eo ho eo izao ireo ankizy ao amin’izany “Maison de Aina” izany, tsy fantatry ny maro. Ny sasany aza moa, mahita vola ariana fotsiny hanaovana politika sy fampielezan-kevitra tsy mitondra fampandrosoana mankaiza. Hita mihitsy fa vola tsy nisasarana !

Hetsika sy fampisehoana  amin’ny endriny samihafa hoentina hiderana an’ilay Mpahary io fotoana karakarain’ny TGC io hanairana antsika foko 18, samy manana ny fombany, ny fitafiny, ny taovolony, sns, nefa Malagasy iray ihany. Hira sy dihy maneho ny maha iray ny Malagasy manontolo, avaratra ka hatrany atsimo, atsinanana hatrany andrefana. Mpanohana lehibe izao fampisehoana izao ny Airtel Madagascar sy ny Mass’In. Mandritra ity taona 2018 moa ny Airtel, miara-miombon’antoka amin’ny Ivenco.

R.Mathieu

News Mada0 partages

DGPN – Rafanomezantsoa Roger: hametraka fandriampahalemana manerana ny Nosy

Hapetraka ny fandriampahalemana manerana ny Nosy amin’ny alalan’ny fandrakofana ny faritra stratejika rehetra sy ny fametrahana polisy hita maso. Eo koa ny fiantohana ny filaminana mialoha, mandritra ary aorian’ny fifidianana. Ny fitohizan’ny fampanajana ny fitsipi-pifehezana, ny ady amin’ny kolikoly sy ny ady amin’ny fakana an-keriny”, hoy ny tale jeneraly vaovao ny polisim-pirenena (DGPN), ny contrôleur général de police, Rafanomezantsoa Roger nandritra ny fifamindram-pahefana teo amin’ny DGPN teo aloha izay voatendry ho minisitry ny Filaminam-bahoaka ankehitriny, ny contrôleur général de police i Erick Michel Wouli Souma Idrissa, omaly. Nanentana ireo polisy koa ny DGPN vaovao mba hifanome tanana sy hiray hina eo anivon’ny minisitera.

Jean Claude

News Mada0 partages

Toamasina: tovolahy mpanendaka 17 taona tratran’ny Fip

Lasibatry ny asan-jiolahy ny renim-pianankaviana iray bevohoka vao tonga maraina tamin’ny taksibrosy avy aty Antananarivo iray indray tamin’ny fanendahana ambony posy raha nihazo ny lalam-baovao Relax avy eny amin’ny cite Haras hatrany Andranomadi,  ny marain’ny alakamisy 28 jona, tokony ho tamin’ny 4 ora sy 30 minitra. Tsy afa-nanohitra ilay ramatoa teo anoloan’ny antsibe tany amin’ilay mpanendaka. Tsy nanano sarotra an’ilay tovolahy vao 17 taona ny naka ny poketran’ ilay ramatoa.

 Nisy nahatsikaritra anefa izany rehetra izany ka niezaka niantso polisin’ny Fip izy io. Nanara-dia moramora ilay mpanendaka ny polisy. Vokany, voasambotry ny polisy ilay tovolahy raha mbola tsy tonga tany an-tokatranon-dray amandreniny any amin’ny parisela 11/51 Ankirihiry.

Tafaverina amin’ny tompony, noho izany, ny poketra ary mbola tsy nisy very ny tao anatiny.

Nandritra ny famotorana ity jiolahy ity ihany koa ny nahalalana fa anisan’ny tompon’ antoka tamin’ny fanendahana mpivady nandeha posy ka naharatràna ankizikely teo amin’ny masony izy io, ny volana avrily lasa teo. Nitondra takaitra mihitsy ilay zaza vokatr’izany. Mitohy ny fanadihadiana.

Sajo

News Mada0 partages

Fanafihana fiara: olona roa voatifitry ny dahalo

Miseho hatrany ny fanafihana fiara. Ny alarobia teo tamin’ny 12 ora sy sasany antoandro, nanakana kamiao ny dahalo ampolony nirongo basy ka nampijanonana azy tamin’ny alalan’ny kiririoka sy ny poa-basy. Teo amin’ny tanana antsoina hoe Firehitra no nitrangan’izany, 47 km miala an’i Tsaratanana. Olona valo niampy ny mpamily ny tao amin’ity fiara voatafika ity, ary ankizy ny efatra tamin’ireo. Nitifitra variraraka ireo dahalo ka voa teo amin’ny feny ilay mpamily ary teo amin’ny ranjony kosa ny renim-pianakaviana iray teo akakin’ny mpamily. Tafajanona ny fiara, tsy nisy nahetsika intsony ny mpandeha rehetra. Noterena hamoaka vola ilay mpamily kanefa tsy nisy afa-tsy hividianana solika tany aminy. Ny entana sy ny poketra ary ny findain’ireo mpandeha no nalain’ireo jiolahy, noho izany.

Araka ny fanazavana, nanararaotra ny mpitandro filaminana tsy niasa ireo dahalo. Misy ihany mantsy ny mpitandro filaminana manao fisafoana sy miasa amin’ilay lalana nisehoan’ny fanafihana. Na izany aza, mampitaraina ny olona ny fanafihan-dahalo matetika any amin’ny distrikan’i Tsaratanàna. Miantso vonjy mihitsy ny mponina any an-toerana.

Yves S.

News Mada0 partages

44 ny mpampianatra mpikaroka tapaka karama: hihamafy ny fitakian’ny Seces, mpandrahraha ary ny mpianatra

Araka ny efa nambarany, nanao hetsika niaraka ny Seces sy ny mpandraharaha ary ny mpianatra eny amin’ny oniversiten’Antananarivo omaly. “44 ny mpampianatra mpikaroka nahazo “dérogation” avy any amin’ny primatiora fa mbola voatazona hampianatra sy hikaroka ao anatin’ny tontolon’ny oniversite izay tapaka karama nanomboka ny volana febroary lasa teo ka hatramin’izao fotoana izao vokatry ny fitarazohan’ny antontan-taratasy mifandraika amin’izay. 10 mahery amin’izy ireo eto Antananarivo avokoa ary efa feno 60 taona no ho mihoatra”, araka ny fanazavan’ny filohan’ny sendikàn’ny mpampianatra mpikaroka sampana Antananarivo, Ravelonirina Grégoire Sammy,omaly teny Ankatso. Ankoatra izay, nihantona ao amin’ny minisiteran’ny Fitantanam-bola ny fanamboarana ny “indice”-n’ny mpampianatra ho mpikaroka raha efa nisy ezaka nataon’ny mpiasan’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony nandrindra ny antontan-taratasy. Voalaza fa noho ny olana momba ny vola no nampiatona ireo zavatra roa ireo amin’izao fotoana izao. Fanampiny ny “indemnité de recherché” ho an’ny mpampianatra mpikaroka efa misotro ronono fa mbola manohy ny asa. Efa tonga ao amin’ny mpizara vola kosa ny saran’ny ora fanampiny tapany faharoa 2015-2016 miaraka amin’ny vatsim-pianaran’ny mpianatra iray volana ary ny vola fampitaovana. “Tsy mitsahatra ny fitokonana satria famonoana afo fotsiny no nataon’ny fanjakana amin’ireo vola  voalaza fa vonona ireo. Mitaky vahaolana maharitra ny mpampianatra sy ny mpianatra ary ny mpandraharaha fa tsy rehefa isaky ny misy hetsika vao mikoropaka hatrany ny minisitera mitady vola.

14 000 Ar ny “indemnité” ho an’ny trano fonenana

Ho an’ny sendikàn’ny mpandraharaha, (Spatuant) kosa, mitaky ny hanefana ara-potoana ny karama izy ireo satria hatramin’izay ny fiadidiana ny onivesiten’Antananarivo no manefa ny karama noho ny fahataran’ny fahatongavan’ny vola hampihodinana ny oniversite. Angatahiny ny hanamboarana ny “indemnité” ho an’ny trano fonenana (14 000 Ar amin’izao fotoana izao) sy ny fitaterana ny mpiasa hitovy amin’ny mpiasam-panjakana hafa rehetra. “Mila fiantohana amin’ny fahasalamana koa ny mpandraharaha ary tokony hojerena ny latsakemboka hitsinjovana ny fisotroan-dronono any aoriana”, hoy ny nambaran’ny filohany.

Naneho firaisankina ny toko telo eny amin’ny oniversite, naneho ny fanatsarana entina amin’ny tontolon’ny fampianarana ambony, omaly teny amin’ny Esplanade Ankatso. Efa miaina amin’ny rafitra LMD ny oniversite nefa tsy maharaka ny tohana eo amin‘ny vola.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Lalana eny Androhibe: nomena ny anaran-dRasoanaivo Jean Charles

Notokanana omaly ny lalana Rasoanaivo Jean Charles, mirefy 2 km manoloana ny tanàna iorenan’ny akany fibeazana ireo olona manana fahasembanana amin’ny saina Les Orchidées Blanches, eo Androhibe ary mitohy hatrany amin’ny sekoly ambony Enam. Olona manana fahasembanana amin’ny saina sady tratran’ny aretina parkinson izy ka ho fitsinjovana azy, nametraka didy miafina ny reniny nilaza fa amin’ny fotoana tsy ahafahan’ny fianakaviana mitaiza an’i Jean Charles intsony noho ny vesatry ny fahasembanany, atolotra ny fikambanana manabe olona toa azy ny fananany rehetra. Io fikambanana io no hikolokolo sy hikarakara azy mandra-pahafatiny.

Noraisin’ny fikambanana Les Orchidées Blanches an-tanana i Jean Charles fantatry ny rehetra amin’ny anarana hoe Razoky, ny taona 1976. Tena ela velona izy satria nahatratra 75 taona ary niavaka tamin’ny fahaizany mankasitraka ny fanehoana fitiavana nomena azy, hoy ny mpitantana ny akany, Randrianarivony Faralalao, omaly teny an-toerana.

Nitondra soa ho an’ny fikambanana ny fandraisana an-tanana azy fa niitatra ny fotodrafitrasa. Olona 1 000 no efa nahazo tombontsoa teo amin’ny akany hatramin’ny niorenany. Andro fahatsiarovana ny nahaterahan-dRasoanaivo Jean Charles, omaly ka nampifanandrifiana amin’ny fitokanana ny lalana mitondra ny anarany.

Vonjy A.            

Tia Tanindranaza0 partages

Sendikan’ny mpiasan’ny MPTDN“Tsy mila minisitra efa ratsy laza izahay”

Mitohy ny grevy ataon’ny sendikan’ny mpiasan’ny minisiteran’ny paositra sy ny fifandraisan-davitra ary ny fampivoarana ny haitao ara-kajy mirindra (MPTDN) eny Antaninarenina izay efa naharitra 2 herinandro izao.

Tsiry

  

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitari-tolon’ny 13 meyTambazam-bola sy fahefana fa tsy manaiky

Matoa isika nijanona eto amin’ny 13 mey dia tsy mbola vita ny tolona, hoy ny depiote Hanitra Razafimanantsoa omaly.

 Depiote TIM ho an’ny fanovana izy izao, ary tsy mitsoaka ady isika fa manao izay zavatra rehetra hampandresena ny tolona. Ny depiote dia manao fitakiana politika, ary ny sendika manao fitakiana sendikaly, ka dia mifanohana isika, hoy izy niantso ny rehetra tsy ho kivy. Nisy ny zavatra maro be, ary tsy vita ny hoe: “miala Rajao izao dia izao” niarahana, fa rehefa nisy ny nitsoa-pahana dia ny “miala” sisa no nambarany, fa ilay izao dia izao tsy nisy intsony, hoy io depiote io. Ny seza no hampizarazana antsika ka rariny izahay raha tsy nanaiky izany, fa raha izay no nekena efa tapitra ny tolona, hoy izy. Tsy izay ilay fomba fisainana fa ny hoe ahoana ny hahatafitana ny tolona ?. Toromarika nataony ny hoe : isika tsy maintsy mijoro na iza mamendrofendro na iza manao tsindry. Nambarany moa fa misy ny fanambazana na ara-bola na zavatra hafa hatramin’izao amin’ny hoe: inona no homena anao, ary inona no tambiny fa hajanony amin’izao io ? Fitiavana ny vahoaka sy ny firenena no mbola antony hijoroana na eo aza ny fanambazana samihafa, hoy ny setriny na dia teo aza ny mety ho nametrahana azy ho praiminisitra lefitra na toerana hafa, saingy nolaviny. Anio dia hiatrika ny fampandaniana ny lalàna mifehy ny tetibola ireo depiote, ka nambaran’ny eny an-kianja fa miankina amin’ny fisian’ny fanitsiana mifanaraka amin’ny fitakiam-bahoaka na tsia no hampandaniana na handavana izany. Noho ity toe-draharaha mafana eny amin’ny antenimiera anio ity, dia amin’ny sabotsy vao  hiverina eo an-kianja ny mpitolona, ka miantso ny rehetra hanohy izany ny mpitarika.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

RGPH-3Afaka efa-bolana ny fanisana vonjimaika

Ny 95%-n`ny fanisana ankapoben`ny mponina sy ny toeram-ponenana (RGPH-3) no vita hatramin`ny omaly.

Marigny A.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

PGE teny TsimbazazaNy hevitr’ireo depiote

Depiote Randriamahefa Henri CharlesTsara ilay fanolorana ny PGE nataon’ny praiminisitra Ntsay Christian teo, hoy ny depiote Randriamahefa Henri Charles voafidy tany Moramanga, fa tokony hataony izay hahitana vola hanatanterahana ny fifidianana.

 

Depiote Andrianjanahary  Fanomezantsoa

Tsy misy afa-po amin’io govenemanta tarihan’ny PM Ntsay Christian io ny rehetra fa noho ny didy avoakan’ny HCC tsy azo hivalozana dia nekena ihany ny govenemantan’ny marimaritra iraisana fa mila fitoniana isika. Amiko dia voahaja ny voalazan’ny lalàmpanorenana ny amin’ny tsy maintsy hanoloran’ny praiminisitra ny PGE aorian’ny 30 andro nanendrena azy eo amin’ny toerany.

 

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fanjarian-tsakafo eto MadagasikaraMisy akony ratsy amin’ny toekarena

Nampahafantarina tamin’ny alarobia teo tetsy amin’ny Ofisy Nasionalin’ny Fanjarian-tsakafo (ONN) Anosy ny fisian’ny andro iraisam-pirenen’ny fanjarian-tsakafo ny 6 sy 7 jolay ho avy izao.

 

 Hotanterahina any Antsirabe ny hetsika satria tena mbola avo ny tahan’ny tsy fanjarian-tsakafo mahery vaika any amin’ny faritra Vakinankaratra. Miteraka sakana amin’ny fitomboana ara-batana ny tsy fanjarian-tsakafo  ary tsy mampivelatra ny ara-tsaina ihany koa. Hisy ny fanentanana lehibe amin’io fotoana io ary hampahafantarina ny maro ny asa sy ny fandraisan’andraikitra ataon’ny mpisehatra rehetra amin’ny ady atao amin’ny tsy fanjarian-tsakafo. Ankoatra izay dia hentanina ihany koa ny vahoaka ny amin’ny fahazarana ny amin’ny sakafo tokony hohanina, indrindra ny amin’ny kalitao. Rehefa misitraka tsara ny sakafo sahaza sy tsara kalitao mantsy ny fianakaviana dia tsy ny olana ara-pahasalamana ihany no voavaha fa hisy akony lehibe amin’ny fampandrosoana ara-tsosialy sy toekarena izany. Hihena ny fahafatesan’ny reny sy ny zaza, hisy akony amin’ny fivelaran’ny atidoha sy ny fanabeazana, ny asa andavanandro ary ny  famokarana izay mampandroso ny toekarena manontolo ny fahalavorarian’ny sakafo hohanina.

Tsiry

  

 

Tia Tanindranaza0 partages

BREZILIANA NIDOBOKA ENY ANTANIMORA

Nidoboka eny Antanimora rehefa natolotra ny fampanoavana omaly ilay breziliana vavy. Raha tsiahivina fohy dia nanafina rongony mahery vaika tao anatin'ny kibony io farany avy amin'ny fitelemana an'izany. Voaporofo tanteraka izany fa toerana fandalovan'ny zava-mahadomelina iraisam-pirenena i Madagasikara

MINISITERA

Vitsy ihany hatreto ny minisitera nanova ny Staff eo aminy. Ho an’ny fanabeazam-pirenena dia mitaky tsy misy hatak’andro ny hanalana ireo tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny minisitera ny sendikan’ny mpampianatra. Raha ny filazan’ireo mpitolona dia ireo no mibahana ny tambin-karaman’ny mpampianatra. Efa manomboka milefitra ny minisitera ary milaza fa efa eo an-dalana mamaha ny olana izy ireo. Tsy afaka hiandry ela anefa ny fitakiana raha ny filazan’ny sendika.

TAKSIBE

Niverina tamin’ny laoniny ny fiasan’ny zotra rehetra an’ny taksibe omaly na tsy mbola nivoaka aza ny tambin-bidin-tsolika tokony ho nomena azy ireo. Nilaza ny UCTU fa efa nampanantena ny minisiteran’ny fitaterana saingy tsy voaray na ny kely aza. Etsy an-kilany, nilaza ny minisitera tompon’andraikitra fa efa misy ny  vola fa mbola ampahany ihany.

QMM

Nanao fanambarana iombonana ny mpiara-miombon’antoka amin’ny orinasa QMM ao Faradofay omaly. Amin’izy ireo dia tsy vahaolana velively ny fanakanan-dalana sy fampijanonana ny asan’io orinasa io. Ny antony dia hiteraka zava-dratsy maro, indrindra fa ny fahaverezan’ny asa ary koa ny fahatapahan’ny jiro. Nilaza izy ireo fa hanao hetsika atsy ho atsy ary hampiseho ny tombontsoan’ny faritra avy amin’ny fisian’ny QMM. Namono afo avy hatrany izany ny mpiara-miombon’antoka manoloana ny fitokonana.

FANAFIHANA TENY SABOTSY NAMEHANA

Telo lahy no niditra an-keriny tao amin’ny tokantrano iray tetsy Sabotsy-Namehana. Nofatoran’izy ireo avy hatrany ny mpanampy an-trano sady nodarohany. Nisy naheno antso vonjy nataon’io vehivavy io ary vetivety dia nisy nampandre ny polisy. Ny iray tamin’ireo jiolahy no voasambotra fa tafaporitsaka ny ambiny. Rehefa nandeha ny fanadihadiana dia voasambotra ihany ny namany. Fandrobana efa maty paika izy ity saingy mba nahavita nandray andraikitra ny mpiara-monina ka tsy tontosa.

MPIASANA ORINASA FANAOVAN-GAZETY MATY

Lehilahy iray mpiasan’ny orinasan-gazety lehibe eny Ankorondrano no maty tsy tra-drano vao maraina omaly rehefa avy nidina bus teo an-toerana ihany. Saika hamonjy ny toeram-piasany izy no nitolefika tampoka ary dia nojeren’ny olona fotsiny teo. Mpamily no asany ary vao avy nahazo fahafahana tsy miasa kely izy mba hitsabo tena. Izy handeha hiverina hiasa indrindra no namoy ny ainy.

MINISITERAN’NY SERASERA

Hanjakan’ny HVM tanteraka ny minisiteran’ny serasera. Hatreto dia tsy nisy olona nosoloin’ny minisitra Riana Andriamandavy VII ny olon’i Rolly Mercia izay namotika tanteraka ny asa fanaovan-gazety teto amin’ny nosy. Kivy tanteraka io tontolo iray io satria ny politika maloto nataon’ny minisitra teo aloha no tohizin’ny minisitra vaovao. Samy Hvm tokoa fa tsy misy fitsinjovana ny tombontsoan’ny asa intsony.

ASAN-JIOLAHY ANY TOAMASINA

Vehivavy mitondra vohoka mbola nisy nanendaka ihany ary tena tsy nananany antra. Mafana tanteraka ny asan-jiolahy ao Toamasina na dia miezaka ny miasa mafy aza ny mpitandro ny filaminana. Tamin’ity indray mitoraka ity dia voasambotra ilay jiolahy izay miaraka amin’ny sabatra. Orinasam-piambenana sendra nandalo teo amin’ilay toerana no nahatsikaritra ary nisambotra sy nampandre ny Fip.

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanendaka eto AntananarivoNahavitan’ny MIP horonantsary vaovao

Hivoaka manomboka anio zoma 29 jona etsy amin’ny Plaza Ampefiloha ilay horonantsary mitondra ny lohateny hoe : “Mpanendaka” novokarin’ny Madagascar Island Pictures ( MIP).

  Ny fiainan’ny mponina eto an-drenivohitra amin’ny ankapobeny no horesahiny ao toy ny hamaroan’ireo mpanendaka etsy sy eroa  izay tsy matahotra mamono olona intsony. Anisan’ny hoborahan’ity sarimihetsika ity koa ny fomba fiasan’ireo mpanendaka, ny fomba fisafidianany ireo toerana hanaovany asa ratsy …. Fa tena mampalahelo, hoy i Réné Fulgence dia ny fisian’ireo tanora Malagasy nahavita fianarana nefa  tsy mahita asa, hany ka miroboka amin’ny asa fanendahana… mba hahafahany mamelona ireo vady aman-janany. Teto an-drenivohitra avokoa no nanodinana ny horonantsary ahitana ireo mpanakanto sy olo-malaza izay milalao sy manome aina azy. Hitohy amin’ny alahady fiandohan’ny volana jolay ho avy izao ny fandefasana azy ity ao amin’ny Plaza hahafahan’ny besinimaro mankafy azy sady hisintonana lesona amin’ny fiatrehana ny fiainana ihany koa.

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Oniversiten’AntananarivoNiara-nitokona avokoa ny mpianatra, mpampianatra, mpandraharaha

Niara-nitokona nanomboka omaly ireo mpianatra, mpampianatra, mpandraharaha, mpampianatra mpikaroka eny amin’ny anjerimanontolo.

 Niato tanteraka ny fampianarana noho  ny tsy fihainoan’ny fanjakana azy ireo mikasika ireo zony  efa voafaritry ny lalàna. Anisan’ireny ny fahataran’ny fanampiana omen’ny fanjakana ny oniversite antony mahatara lava  ny fandoavana ny karaman’ireo mpampianatra, ny mpandraharaha, ireo mpikaroka efa misotro ronono. Tsy latsa-danja amin’izay ny vatsim-pianaran’ny mpianatra. Mikasika ity farany dia nambaran-dRtoa Faniry Herinaivo, mpikambana eo anivon’ny sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara fa vatsim-pianarana efa noraisiny tamin’ny 21 taona lasa ihany no mbola raisin’ireo mpianatra eny amin’ny anjerimantolo ankehitriny ka tena tsy rariny intsony. 30.000 Ar no sora-bola efa noraisiny tamin’izany, ary tsy mbola misy fiovana mandraka ankehitriny nefa tsy hahafahan’ireo mpianatra mividy fitaovam-pianarana ara-dalàna intsony.  Nilaza moa ny filohan’ny SECES Sampana Antananarivo, Dr Sammy Gregoire fa raha toa ka tsy mihaino ny fangatahan’izy ireo ny fanjakana dia  haharitra herinandro ity fitokonana eny amin’ny anjerimanontolo ity. Omaly anefa dia efa re fa nisy olona tonga nizara vola teny an-toerana mba handravana ny hetsiky ny mpianatra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ECCOVAHanampy ny tanora amin’ny fitadiavana asa

Anisan’ny olana sedrain’ny tanora maro manerana ny Nosy ny tsy fahitana asa, eny fa na dia ho an’ireo nahavita fianarana aza.

 Vonona ny hanampy an’ireny tanora ireny ny Ecole de Coupe et Couture Volana na ny ECCOVA, tarihin-dRazanamanalina Volana. Ho azy ireo mantsy, ny fanofanana arak’asa dia anisan’ny lalana iray ahafahan’ny tanora mamorona asa ho an’ny tenany, fa tsy voatery hiasa aman’olona foana. Lalana iray hahafahana mampiroborobo ny vita malagasy, hoenti-miady amin’ny fitobaky ny « friperie » ihany koa, ny fanofanana mpanjaitra matihanina,  izay nomarihiny manokana fa  tsy anavahana na lahy na vavy. Hitondra paikady vaovao entina hanatsarana ny fanofanana ny mpianatra hatrany izy ireo, araka izany, hetsika izay efa natombony tamin’ny fiandohan’ny taona. Ankoatra izay dia hohatsaraina hatrany koa ny fitsipika mifehy ireo mpianatra, mba hahazoana vokatra tsara sy mahomby. Marihina moa fa anisan’ireo mpianatra efa nampiharana ilay fomba fampianarana vaovao ireo havoaka anio eny Ampitatafika. Mpianatra an-jatony no ao anatin’ity andiany ity.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitra Beboarimisa RalavaEfa nojerena ny « déblocage » ny vola ho an’ny mpitatitra

Nisy fifandaminana nifanarahana tamin’ireo mpitatitra fa hatsahatra nanomboka omaly alakamisy 28 jona ny fitokonana nataon’izy ireo, hoy ny minisitry ny fitaterana sy famantarana ny toetrandro, Beboarimisa Ralava, fa efa nojerena ny « déblocage » ny vola fanampiana fanome azy ireo.

Tia Tanindranaza0 partages

Tetezana mampifandray an’Ankadivato sy AmpahibeHotapahana manomboka amin’ny jolay

Hita ho efa somary tranainy ihany ny tetezana mampitohy an’Ankadivato sy Ampahibe na ilay eo amin’ny antsoina hoe Vallée de l’Est iny, raha ny fanazavan’ny tale misahana ny fitaterana eo anivon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra, Landy Raveloson.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanana zatra mitsotra

Sarotra ny miala amin’ny mahazatra, hoy ilay fomba fiteny izay. Na ho tonontononona sy takitakiana isan’andro aza ity atao hoe fiovana dia toa samy manana ny petra-keviny avy mikasika izay antsoina hoe fiovana izay ny rehetra.

Maro amin’ireo mpanao politika no miventy ny amin’ny tokony hanombohana fanorenana ifotony fa rehefa zohiana dia toa izy ireo amin’ny maha tsangan’olona mpanao politika malagasy azy tsirairay avy koa dia isan’ny mila manarina ny foto-pisainany avy. Tsy maintsy mila tetezana tokoa ve rehefa hanarina fototra? Na dia ny mandre izany aza ve tsy hafahafa be? Toa resaka ka atao fotsiny ity lamaody iray ity fa raha ny fahavononana hiditra aminy aloha dia mbola hita fa toy ny mahazatra hatramin’izay dia ny hahazoana seza foana no vaindohan-draharahan’ny mpanao politika vao hitondra anjara biriky hahafahana manarina ny fireneny tokoa. Toa kajikajy handroritana datim-pifidianana fotsiny izy ity, indrindra, ho an’ireo matahotra ny hifaninana amin’izany. Etsy ankilany moa izany dia efa samy manao izay ho afany kosa ireo sahy manda ho “mpangalatra fiaingana” rehetra na dia efa hita miharihary izao aza fa izany no ataon’ny sasany amin’izy ireo. Ny sasany mahavita tsy manatrika lanonam-panjakana mihitsy fa mamoron-dia manao fihetsiketsehana tany avaratra andrefana  tany hanaitairana ny mason’ireo mpifidy atsy ho atsy. Ny sasany mamingana an-kolaka ireo kandida atahorana ho matanjaka amin’ny alalan’ny kapa vava ranjo madinidinika. Izay tokoa angaha ilay hoe tanana zatra mitsotra ka sarotra avokona kanefa dia tsy azo ianarana mihitsy ve ny dingana vitan’ireo firenena nilahatra tamintsika fahiny izay nisongona antsika ankehitriny na dia nandalovana sedra avo 10 heny tamin’ny nahazo antsika aza? Aiza ho aiza isika izao mitaha amin’ny Sinoa sy nyJjaponey na koa ny Roandey? Ny Etiopianina kere fahiny aza efa manana Metro.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mondial 2018Miala sasatra kely anio zoma ireo mpifaninana

Nisongadina omaly alakamisy 28 jona ny fihintsanan’ny solontena Afrikanafarany dia i Sénégal izay lavon’i Colombie 1-0 tao amin’ny vondrona H teo amin’ny andro faha-15 farany amin’ny fifanintsanam-bondrona.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hetraketraka atao amin’ny QMM TolagnaroOlona 4 nampidirina am-ponja vonjimaika

Naiditra am-ponja vonjimaika omaly hariva ny 4 amin’ireo mpitarika grevy sy mpanao barazy eny amin’ny lalana mankany Mandena misy ny ozinina noho ny fitoriana nataon'i QMM mivantana teny amin'ny manampahefana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Digy mihazo an’IvatoLasa toerana fanahazan-damba

Lasa feno lamba avy sasana miahy eny amin’ny digy mihazo an’Ivato amin’izao.

 

 

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Paul RabaryMampisongadin-tena fa ho kandida ?

Miendrika ho propagandy ny ataon`i Paul Rabary, izay minisitry ny fanabeazam-pirenena teo aloha, raha tarafina amin’ny fihetsiny sy fitakosonana amin`ny tantsaha sy ny mpianatra raha ny hita eo anivon`ny tambajotra serasera.

 

 Manao fihetsika hanasongadinana ny tenany sy  misintona vahoaka hifidy azy raha toa ka kandidà ho filoham-pirenena. Efa notaterina teto amin`ny gazety Tia Tanindrazana ihany ny faran`ny volana febroary lasa teo fa toa miomana ho filoha izy ary tena hainy tokoa ny mampiasa sy milalao ny maha mpahay fiarahamonina azy. Mirehareha tamin`ny asa vitany tamin’ny naha minisitra azy tamin’ny fandraisana mpampianatra FRAM maro lasa mpiasam-panjakana. Miparitaka ny sariny mandeha any ambanivohitra mitakosona amin’ny zanaka Malagasy na koa mifanakaiky amin`ny ankizy nandritra ny fankalazana ny fetim-pirenena. Raha tsiahivina, nahazo tsipaka ambavafo ity ranamana ity satria nampiseho tamin`izany fa miasa ary tsy manao bizina sy afera tahaka ny sasany. Nahatsiaro ho takona angamba ny filoham-pirenena, ka nialona satria raikitra ny gidragidra teo amin`ny roa tonta taty aoriana. Voaporofo fa manana tanjona ho lasa filoham-pirenena tokoa i Paul Rabary amin’ny fihetsiny ary tsy azo hiadian-kevitra aloha fa minisitera anisan’ny tena fanalahidy amin’ny fifidianana ny tontolon’ny fampianarana niantsorohany satria io no tena mahenika an’i Madagasikara. Ny fifidianana no hitsara izany eo.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Praiminisitra Ntsay ChristianHaverina ho « plaque rouge » avokoa ny fiaram-panjakana

Haverina ho « plaque rouge » avokoa ny fiaram-panjakana rehetra eto amintsika, hoy ny praiminisitra Ntsay Christian omaly teny amin’ny Lapan’i Tsimbazaza, tamin’ny fotoana nanolorany ny fandaharan’asa momba ny fanohizana ny fampiharana ny PGE na Politika ankapoben’ny Fanjakana teo anatrehan’ireo solombavambahoakan’i

Ntsoavina Evariste sy Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ho famotehana an-dRavalomananaHampirisihana mafy hihavana Rajao sy Rajoelina

Mivoaka tsikelikely ny feo, fa misy ny vondron’olona Frantsay sy karana mikotrika sy mandrisika mafy an-dRajaonarimampianina sy Rajoelina hifanohana mafy handavoana an-dRavalomanana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jean Jacques RatsietisonKandida ho filoham-pirenena ihany koa

Nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy tetsy amin’ny Hotely Le pave Antaninarenina omaly fa ny filoha mpanorina ny antoko politika Fahefa-Mividy izao no Ilain’ny Malagasy (FMI Ma), Jean Jacques Ratsietison, ihany ho kandida atolotry ny antoko amin’ny fifidianana ho filoham-pirenena amin’ity taona ity.

 

 Noho izany dia nosoniavina iny omaly iny ihany koa ny fifanarahana izay efa nambarany hatrany fa hifanaovany amin’ny Malagasy rehefa vonona ny hilatsaka izy. Voarakitra ao anatin’ity fifaninana ity moa ny hoe miaraka ho apetrany ny taratasy filatsahan-kofidiany sy ny taratasy fametraham-pialany raha toa ka tsy midina amin’ny atsasany ao anaty 1 volana ny vidim-piainana rehefa lany izy. Ao anatin’ny 2 taona, hoy izy, raha tsy midina amin’ny atsasany indray ilay atsasany manaraka dia mbola hametra-pialana koa ny tenako satria mino 100% aho fa ho tanterako ny fampanantenako izay tsy miankina afa-tsy amina didim-panjakana. Izay sahy manaraha, hoy ity filoha mpanorina ny FMI Ma ity.

J. Mirija

 

Ino Vaovao0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANA TETO MAHAJANGA : Mpamily moto tavela tao ambany bajajy

Mpamily moto iray no tafiditra tao ambanin’ilay bajajy, niaraka tamin’ity fitaovam-pitaterana nentiny ka naratra mafy, araka ny fitantaran’ireo nanatri- maso.  Misy moa ny milaza fa nisy fiara sprinter nandona ilay kodiaran-droa ka nipitika nanitsy ilay bajajy izay nifanena taminy ary tafasitrika tany  ambaniny mihitsy. Voalaza moa fa tsy nijanona fa nandositra ilay fiara sprinter. 

Betsaka ny mponina no manome tsiny hatrany ny mpitondra bajajy satria maro amin’izy ireo no tsy mahay ny lalànan’ny fifamoivoizana akory ary tsy manaja izany mihitsy. Indraindray anefa dia lasibatry ny tsy fitandreman’ny hafa koa izy ireny, tahaka ilay loza namoizana aina zaza mianadahy teo amin’ny pont Fitim ihany iray taona lasa izay. Noho izany dia tokony samy hitandrina ihany ny rehetra fa ny aina tsy ananam-piry.

Vanessa

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanàna : Fiarabe notafihan’ andian-jiolahy, olona roa naratra mafy voatifitra

Asa na hoe efa manakaiky indray ny fialan-tsasatra, dia mirongatra ny fanakan-dàlana amin’ireo lalam-pirenena. Ny alarobia lasa teo mantsy, dia fiarabe iray indray no lasibatry ny andian-jiolahy mirongo basy mahery vaika, tany amin’iny faritra Tsaratanàna iny. Vokany, mpandeha roa tao anatin’ity fiara ity no naratra mafy voatifitr’ireo olon-dratsy, ary entana mitetim-bidy an-tapitrisany any ho any no lasan’izy ireo tamin’izany. Tao amin’ny tanàna iray antsoina hoe Firehitra, eo amin’ny 40 km miala ny tampon-tanànan’i Tsaratanàna no nisian’ity trangana fanakanan-dalana ity, amin’ny 12 ora antoandro. Somary mangingina ny làlana ary tsy dia misy tànana firy amin’io toerana io, ka teo ireo olon-dratsy no nanararaotra nanao ny asa ratsiny. Am-polony mahery any izy ireo, izay samy mirongo basy sy zava-maranitra avokoa no nivoaka avy tany amin’ny niafenany, toa efa miandry kendry tohina ireo fiara izay mandalo. Sady manapoaka basy manao tifi-danitra no mitoraka ary mitsoka kiririoka ireto olon-dratsy ireto nentina nampijanonana ilay fiara sy hampitahorana ireo mpandeha. Tsy nanaiky mora izany anefa ny mpamily, fa mbola niezaka niala sy nitondra ny fiara nandositra. Tamin’izay no variraka amin’izay ny tifitra niantefa teny amin’ilay fiara, ka nahavoa ny mpamily sy ny olona iray tao anatiny. Tsy nisy afa-tsy vola kelikely ihany, izay voalaza fa hividianana solika no azon’ireo mpanafika, hany ka tany amin’ireo olona nentin’ilay fiara indray izy ireo no nanampatra ny asa ratsiny. Lasa avokoa izay entana sarobidy rehetra tao anaty fiara sy teny amin’ireto olona lasibatra ireto. Nitsoaka avy hatrany moa izy ireo raha vao nahavita izany. Taorian’izay kosa vao afaka niantso mpitandro filaminana sy namonjy ireo naratra ireo voatafika. Efa nandray ny andraikiny avy hatrany moa ireo tompon’andraikitry ny filaminana, nanatanteraka ny fikarohana ireto olon-dratsy mpanakan-dàlana ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Police nationale : Passation dans la continuité au niveau de la direction générale

Effectuée hier en début de la matinée, la passation de pouvoir entre l’ancien directeur général de la Police nationale (DGPN), le contrôleur général de Police Erick Michel Wouli Souma Idrissa et son successeur, le contrôleur général de Police Roger Rafanomezantsoa, s’est déroulée dans la fraternité et dans le respect mutuel. Nouvellement nommé à son poste lors du Conseil des Ministres du 20 juin 2018, Roger Rafanomezantsoa était le directeur provincial de la Sécurité publique à Toliara. En effet, le DGPN sortant qui devient ministre de la Sécurité publique dans le Gouvernement de consensus du Premier ministre Christian Ntsay n’était avant que le supérieur hiérarchique immédiat du nouveau venu. C’est pourquoi, cette passation marque la continuité des actions déjà menées par le premier quand il était à ce poste. Tels sont  le rétablissement de la sécurité dans l’ensemble du territoire national à travers la couverture de toutes les zones stratégiques et la mise en place de la police de proximité ; les efforts pour faire respecter la discipline au niveau de la police nationale ; la lutte contre la corruption ; et l’éradication du kidnapping. Le cinquième axe et faisant partie des missions principales du Gouvernement actuel, dont l’objectif est d’organiser une élection transparente, inclusive et acceptée par tous. Il porte sur l’instauration de la sécurité avant, pendant et après la Présidentielle à venir. Le DGPN n’a pas manqué de solliciter le renforcement de la solidarité au niveau des employés de ce ministère ainsi que celle entre les policiers en général pour que ces derniers puissent accomplir les missions que le peuple  malgache attend  d’eux. Outre les hauts responsables des directions et services existants au sein de la Police nationale, le secrétaire général du Ministère de la Sécurité publique, le contrôleur général de Police Josoa Jacques Lalao Andrianomenjanahary et le Directeur de la Sécurité publique, le contrôleur général de Police Herilala Rakotoarimanana ont honoré de leur présence la cérémonie.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tennis – ITF CIRCUIT U18 : Madagascar rafle les deux titres en double

Madagascar a ravi les deux  titres en double garçons et filles, hier, sur les courts du Club olympique de Tananarive (COT) en finale du tournoi ITF Circuit U18 Madagascar Open Juniors grade 5. Chez les filles, Sariaka Radilofe et Fitia Ravoniandro ont pris le dessus sur les Indiennes Trisha Vinod et la Turque Selya Rakki en deux sets 6/3 et 6/3. Une nette domination des Malgaches qui les ont sacrés à domicile. Lors de la finale double garçon, Lanja Rakotozandriny et Toky Ranaivo se sont imposés devant Luka Petrovic (Grande Bretagne) et Luka Dragoljic (Serbie) en deux sets serrés 7/6 6/4. Au premier set, les Malgaches ont eu beaucoup de mal à s’imposer. En simple filles, Sariaka Radilofe a éliminé  Finaritra Andriamadison en deux sets à 0,  (6/0  et 6/1). Dans l’autre demi-finale, Tsantaniony Iariniaina a battu la Turke Selya Rakki en trois sets (6/4 0/6 6/0). La finale va opposer  Sariaka à Tsantaniony ce jour.  « C’était un match assez difficile », explique Tsantaniony Iariniaina.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

THB Ligue des champions : Les trois qualifiés par groupe presque connus !

Les deux journées qui restent dans le cadre de la première phase de cette THB Ligue des champions, risquent de ne pas pouvoir servir à grand-chose, tant l’écart est trop grand entre les ténors et les autres.

Trois clubs ont réalisé un sans-faute pour qui la première phase reste simplement un tour de chauffe. On notera la prestation de la CNaPS qui a remporté ses trois matches et qui se distingue des autres formations en gardant sa cage inviolée.

L’Ajesaia en roue libre. Toutefois et pour un même goal différence de +11, Fosa Juniors occupe la première place du groupe de Mahajanga avec 12 buts marqués pour un seul encaissé.

La troisième place qualificative dans ce groupe majungais se joue entre le FC Métal Diana et TAM Port Bergé respectivement à la 3e et à la 4e place avec 4 et 3 points.

A Tsiroanomandidy, l’Ajesaia continue de dicter sa loi avec ses trois victoires en autant de sorties au même titre que la CNaPS Sport et Fosa Juniors. Le FCA reste solide au poste de dauphin à Bongolava mais la troisième place va se disputer entre l’ASCOIMI Mahanoro et le Racing Soma Beach majungais.

Faible opposition. A Toliara, il n’y a rien à dire, puisque les deux premières places sont déjà prises par le 3FB et l’Akon’Ambatomena tant l’opposition est bien trop faible pour espérer un réveil du VFM et Fils D’Eléphant  troisième à seulement trois points dans un groupe réduit à cinqclubs.

Dans le site d’Antsirabe, trois équipes disputent la palme avec sept points chacune, mais à y voir de près, la première place va se jouer entre Elgeco Plus et JET Mada pour la simple et bonne raison que le FC Vakinankaratra a fait une très mauvaise opération à la suite de son match nul contre le FC AZ d’Ambositra. Comme le dernier match du champion d’Antsirabe l’oppose à JET Mada pour dimanche, alors on pense que les choses vont se régulariser d’autant plus que JET récupère ses internationaux notamment Carlos et Tsito. Si on y ajoute le retour sur blessure du talentueux Hery, alors on ne donne pas cher à la peau des Antsirabéens. Sauf peut-être si les arbitres vont encore soutenir qui ils veulent. Suivez mon regard…

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanana : Fanafihan-dahalo, olona roa maty, fito lasa takalonaina

Mampihorohao ny dahalo ato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna. Nisehoana fanafihan-dahalo indray tany amin’ny fokontany Anjiakely andrefana, kaominina Madiromirafy, ny talata 26 Jona lasa teo, tokony ho tamin’ny 5 ora maraina. Dahalo manodidina 54  nirongo basy kalaky sy poleta no nirohotra nanafika tany amin’io tanàna voalaza etsy ambony io. Tsy nisy sahy nanohitra ny fokonolona nanoloana ireo fitaovam-piadiana nentin’ireo mpanafika, ka omby maromaro tao am-bala izay tsy voafaritra isa no azon’ireo malaso tamin’izany, ary olona fito no nalain’izy ireo natao takalonaina, hoy ny loharanom-baovao azonay hatrany.Nampandrenesina malaky ilay Zazamainty mpiandry tanàna ao amin’ny fokontany Anosibe, vantany vaolasa ireo dahalo, ka nisy ny fanarahan-dia nataon’izy ireo niaraka tamin’ny fokonolona. Nifankatratra tamin’ireo dahalo izy ireo, ka raikitra ny fifandonana ary io nahafaty Zazamainty iray sy olon-tsotra iray io. Efa tany amin’ny 60km nitondran’izy ireo izany vao navotsotra ireo vehivavy telo sy lehilahy efatra natao takalonaina, fa ny omby ihany no nentin’izy ireo nanaraka azy. Manoloana ny firongatry ny asan-dahalo mahazo laka ankehitriny ato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna, izay toa tsy misy fanefitra intsony, dia mandry andriran’antsy sy miaina ao anaty tebiteby sy ranomaso ny ankamaroan’ny mponina mahatsiaro tena ho tsy misy mpiaro sy mpikararaka intsony.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Trafika « drogue » : Nidoboka eny Antanimora ilay breziliana

Nateliny ireo zava-mahadomelina  20 izy efa anaty kapsily miendrika fanafody. Izany dia mba hahafahany mitatitra azy ary miala amin’ny fitsirihana rehetra izay mety hatao amin’ny mpandeha fiaramanidina. Dia tongany teto Madagasikara tokoa izany rehefa niala tany Sao Paulo, tany Brésil. Izany hoe efa nitety firenana maromaro. Sarona anefa izany tetsy amin’ny seranam-piaramanidina Ivato, ny 24 jiona lasa teo. Omaly no natolotra ny fampanoavana ilay vehivavy ary nidoboka am-ponja vonjimaika etsy Antanimora mandram-pahatongan’ny fotoam-pitsaràna azy. Roa izany izao ny teratany vahiny izy tazomina am-ponja ankehitriny ary samy vehiavy avokoa izy ireo. Ny iray ankoatr’io dia ilay Boliviana izay nitondra zava-mahadomelina izay nafenina ihany koa tao anatin’ny taovany. Io indray dia voatery nentina teny amin’ny hopitaly avy hatrany ary nomena fanafody izay mampivoaka avy hatrany ny tao anatiny. Dia nivoaka tsikelikely tao ireo cocaine marobe izay nafenina. Maromaro ny trafika izay nokasaina natao tato ho ato. Vao tamin’ny voalohan’ny herinandro teo koa no nisy malaiziana roa izy nosamborina rehefa saika hanondrana sokatra ho atsy amin’ny nosy maorisy. Miisa 22 ireo biby arovana no nafenin’izy ireo tao anatin’ny valizy efatra. Sarona teo amin’ny fitsirihana natao tetsy Ivato koa ireo lehilahy ireo ary nosamborina avy hatrany. Hatramin’ny omaly, dia mbola mitohy ny fanadihadiana ary tsy mbola natolotra fampanoavana izy ireo. Mbola vao tsy ela koa, raha tsiahivina kely, no nahazoana ireo maorisiana telo tetsy Manjakandriana izay mbola saika hanondrana zava-mahadomelina mahery vaika. Amina miliara avokoa ny teti-bidin’ireo “entana” rehetra izay sarona ireo ary tsy misy hamidy eto Madagasikara, fa mivoaka any ivelany avokoa.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque – « Masters » : Les Malgaches frappent fort

Après la débâcle d’entrée, l’équipe nationale malgache a frappé fort à la deuxième étape des Masters de Pétanque, disputés, actuellement en France. Hier, les Tiana Lorens « Tonnerre », Allain Samson Mandimby,  Lahatra Randriamanantany ont surclassé leurs adversaires à Puy-en-Velay. En quarts de finale, ils ont battu l’équipe internationale par 13 à 9 avant d’éliminer les Français en demi-finale par 13 à 2. L’autre demi-finale a opposé l’équipe de Sarrio et Loy « wild-card » à une équipe de Puy-en-Velay où les Sario et consorts se sont imposés par 13 à 7. Lors de la première étape, l’équipe malgache a eu beaucoup de difficultés faute de visa, mais cela a été résolu  plus tard, à l’exception de Tita qui n’a pas pu obtenir le sien.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Vohémar : Dahalo mpamono olona voasambotra, matin’ny fitsaram-bahoaka

Leom-boan’anana amin’ny firongatry ny asa ratsiny izay arahina vono olona hatrany, ny ankamaroan’ny mponina any amin’ny Faritra Sava, fa izay jiolahy na dahalo tra-tehaka, dia iharan’ny hatezeram-bahoaka hatrany. Taorian’ny fanafihan-dahalo nahafatesana olona iray, izay nitranga tao an-tanànan’i Befiana Fokontany Belambo any amin’ny Kaominina ambanivohitr’ Antsirabe Nord, Distrikan’i Vohémar, ny alin’ny fetim-pirenena 26 jona teo, tokony ho tamin’ny 11ora alina. Nandritra ny fanarahan-dia nikarohana an’ireo olon-dratsy, dia tra-tehaky ny Fokonolona mpanara-dia ny dahalo iray, ka maty niharan’ny fitsaram-bahoaka afak’omaly naraina tokony ho tamin’ny sivy ora, tao Befiana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Socio……… ….Scopie

RGPH3. Des obstacles se sont dressés contre la réalisation du 3e recensement général de la population (RGPH3). Outre les soucis liés à la communication et à la sensibilisation, il y a eu les obstacles liés à l’enclavement des zones de dénombrement. Comme c’est le cas de la région SAVA, plus particulièrement dans le district de Sambava, où «des questionnaires n’ont toujours pas pu être remontés». Par ailleurs, «le dénombrement de la population est actuellement effectué entre 95 et 100%» selon les dires d’Ida Rajaonera, directeur général de l’Instat (Institut national des Statistiques).

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Kaominin’i Toamasina Renivohitra : Nikomy tsy nanao matso ny mpiasa, lehiben-tserivisy efatra nisolo tena...

Sambany tamin’ny tantaran’ny kaominina ambonivohitry Toamasina no nikomy, tsy nandray anjara tamin’ny matson’ny fetim-pirenena 26 jona ny mpiasa tao aminy. Tamin’ny naha-ben’ny tanana an’Ingahy Ratsiraka Elisé Laurent no nisian’izay, hatramin’ny taona 1958 nisian’ny ben’ny tanana voalohany teto Toamasina. Hagagana ny an’ny rehetra nandritra ny matson’ny fetim-pirenena teto Toamasina, ny talata 26 jona, teo amin’ny araben’ny fahaleovantena, fa tsy nisy afa-tsy olona efatra izay samy lehiben’ny servisy teo anivon’ny kaominina ihany no nandray anjara sy nitondra ilay sora-baventy milaza ny fandraisana anjaran’ny kaominina tamin’ny matso. Nitodika tany amin’ny ben’ny tanàna avokoa ny mason’ireo olom-boafidy, olom-boatendry, ireo masoivoho vahiny, ary ireo tale samihafa eto Toamasina niray lampihazo tamin’Ingahy Ratsiraka Elisé Laurent mivady raha vao nandalo ireo olona efatra hany nisolo tena ny kaominina ireto. Raha nanontaniana ireo mpiasan’ny kaominina ny antony tsy nandraisan’izy ireo anjara dia nilaza, fa ho fampahalalan’izy ireo ny ben’ny tanana, fa tsy vitan’izy sy ny ekipany ary ireo « gros bras »-ny sy ireo mpiasa vitsy an’isa mpisolelaka aminy, ny fampihodinana ny kaominina. Nohamafisin’ireto mpiasa hatrany koa, fa mazoto mamoaka vola ny ben’ny tanàna raha hampirevy olona, saingy tsy mahavita izany kosa raha hamoaka ny karaman’ny mpiasa sy izay mba tombontsoany amin’ny fetim-pirenena tahaka izao. Roa volana amin’ity volana ity rahateo, araka ny fanazavana, no tsy nandray karama ireto mpiasan’ny kaominina ireto, araka ny filazan’izy ireo. Ankoatra izany, asa hanao ahoana indray izany ny zoma 29 jona izao ; izay fotoana hitokanana ny tsena mampisy olana goavana eo amin’ny kaominina sy ireo mpivarotra nesorina ao Bazary kely, izay voalaza araka ny angom-baovao, fa hisy filanjana sorabaventy tsy fankasitrahana ny ben’ny tanàna sy fomba fanaony mandritra izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Midi Madagasikara : Namoy mpiara-miasa, nodimandry omaly i Richard Mpamily

Teo amin’ny faha-42 taonany no nodimandry ny mpiara-miasa aminay eto amin’ny orinasa Midi Madagasikara Randriamandimby Jean Richard, omaly Alarobia 27 jona 2018. Richard no nahafantaran’ny maro azy teto amin’ny toeram-piasany ary mpamily no andraikitra nosahaniny izao izy lasa nody any amin’ny Ray izao. Araka ny fantatra, dia aretina nandazo azy efa elaela ihany no nahatonga ny fahafahatesany. Ny alarobia no efa namonjy toeram-pitsaboana ny tenany ka nomen’ny mpitsabo fialan-tsasatra iray andro. Ny Alakamisy anefa, raha hamonjy ny toeram-piasany izy no tratran’ny aretina teny an-dàlana ka nitarika izao fahalasanany tampoka izao.

Tampoka ho an’ny mpiara-miasa aminy tokoa, satria efa 9 taona no niasan-dRatompokolahy teto amin’ny orinasa. Lehilahy mavitrika sy matanjaka ary nahay nifandray tamin’ny rehetra. Mpiambina no nidirany niasa voalohany izao izy lasa mpamily izao. Isan’ny andraikitra notanany ny fanaparitahana ny gazety vokarin’ny orinasa any amin’ireo toerana fanjifana isan-karazany eto Andrenivohitra. Ny mpiara-miasa rehetra eto amin’ny Midi Madagasikara, dia mirary fiononana feno ho an’ny fianakavian-dRatompokolahy.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Vendredi Joli

# Bonara-Be 67 haLico Kininike en fanfare

Jeune, il l’est, le talent, il en a à revendre! Digne fils de sa mère, Lico reprend le flambeau du Kininike depuis la disparition de sa maternelle. Aujourd’hui, le jeune homme monte sur les scènes en véritable metteur d’ambiance. Ce soir, c’est au tour des habitués du « Bonara Be » d’apprécier l’ascension de l’interprète de « Vita bornage ». Cela fait environ trois ans qu’il est sur certaines affiches en le partageant avec les grosses pointures de la musique tropicale. Faisant preuve de maturité, en dépit de son jeune âge, Lico Kininike semble avoir trouvé sa place dans les cœurs des amateurs de « mozika mafana ».Récemment encore, son « Ianao anah »  à peine sorti qu’il est sur toutes les lèvres. Les inconditionnels auront donc l’occasion de profiter des morceaux comme « Toliara», « Mamo Baba», « Tsisy miala eto », ou encore « Mangehakenaky », ambiance assurée !

# « Twenty six » AnalakelyAmbiance rockn’roll  avec Kiaka 

Pour l’amour du rock, le groupe Kiaka partagera cet amour aux noctambules, ce soir, à partir de 21h30 au « Twenty six » Analakely. Cela promet comme à l’accoutumée pour   ces groupes phares du « old school » du rock malgache. Les inconditionnels auront l’occasion de partager une soirée nostalgique des années 80 et 90. Au programme, les tubes et les incontournables, sans oublier les bis et l’ambiance bon enfant. Des plus anciennes aux plus récentes compositions. Oui, un cabaret est souvent l’occasion pour le chanteur de montrer toutes ses facettes sans pour autant perdre de vue l’ambiance rock’n’roll.

#Glacier AnalakelyCabaret triple dose

Tout semble sourire à Jeffro Kolor! Ce jeune protégé de Jerry Marcoss entre désormais dans la cour des grands. Ce  soir, le jeune homme sera sur les planches du Glacier Analakely. Comme les jeunes talents émergents du moment, il verse surtout dans la musique urbaine teintée de  la chaleur des sons des tropiques. Ce soir, il ne sera pas seul, car le jeune Bawar prendra une partie de la programmation, effectivement, l’interprète de  « Tsara Velogno » ne sera pas en reste.  Mais pour parfaire le « cabaret triple dose », rien de mieux qu’une chanteuse à la plastique bien faite en la personne de Nancy. Si la chanteuse n’a fait ses premiers pas dans le monde du showbiz que l’année dernière, elle peut tout à fait charmer plus d’un en jouant avec délice et sensualité.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Portrait : Youri Lenquette, le photographe des grandes stars

Youri Lenquette au « Libertalia festival » en mai dernier.

Derrière les beaux clichés, il y a toujours un photographe travaillant d’arrache-pied. Pour Kristel, avoir été repérée par Youri Lenquette a été une aubaine. Ce photographe qui a travaillé avec les plus grandes stars dont Kurt Cobain.

Kristel, ce groupe d’électro pop, perce sur le marché international, à tel point que de nombreux  professionnels s’intéressent à lui. Parmi ces professionnels se trouve Youri Lenquette. Ce photographe qui a immortalisé bien des scènes et bien des stars aux quatre coins du monde depuis des lustres. En atomes crochus avec la bande à Christelle Ratri, ses clichés couvriront le prochain single du groupe bientôt disponible. Se laissant emporter par sa passion, cet illustre « follower » était dans nos murs durant le « Libertalia festival » qui s’est tenu à l’Ile de Nosy-Be au mois de mai.

Fusion. Grand amoureux de l’Afrique, le photographe mise sur les jeunes groupes qui correspondent à ses envies. Cette inflexion  dans les goûts musicaux ne lui est pas totalement étrangère, car il a vécu à fond dans la mythologie du rock and roll, « vivre à fond et mourir jeune ».  D’une autre part, il a trouvé dans la musique africaine cette rage de vivre, cette joie colorée qui remonte le moral et qui réchauffe le cœur.  « Kristel m’a tout de suite accroché pour la simple raison qu’il reflète deux genres que j’aime, c’est-à-dire le rock et le genre de musique chaleureuse de l’Afrique. Ces deux entités, je les ai vues chez Kristel et j’ai tout de suite flashé sur lui. Ce jeune groupe est arrivé à joindre les deux branches du vrai rock et l’essence même de la musique africaine et avec talent en plus » justifie-t-il.

Bon fan. Véritable globe trotter, cet ancien journaliste s’est converti dans la photographie tout en restant focalisé sur la musique.  « Au départ j’ai  toujours aimé la musique, qui a toujours été le fil rouge dans ma vie, mais je ne suis  pas un bon musicien, donc il vaut mieux être un bon fan qu’un mauvais musicien. C’est là que je me suis demandé si  je pouvais faire quelque chose dans le métier ».  Repéré par  le magazine Best en tant que correspondant à Londres, il s’est plongé dans la photographie en tant qu’amateur éclairé vers les années 80. Trois ans plus tard, il  a décidé de troquer sa plume contre un appareil photo. «Contrairement au travail de critique musicale, j’ai trouvé que faire de la photographie me permettait d’être plus responsable » relate-t-il.

Kurt Cobain. Parmi ses plus grandes réussites, si l’on peut  se le permettre, il a été l’auteur de la fameuse  photo de Kurt Cobain avec un revolver sur la tempe. Cependant, pour le photographe, cette dernière session photo de Kurt Cobain a été lourde de sens, car la mort tragique du chanteur, a donné  tout d’un coup une espèce de valeur historique au « shooting » prémonitoire.  « Ce que je peux dire, c’est que cette photo n’est ni la meilleure que j’ai faite ni la plus marquante toutefois,  la notoriété de cette session pèse tellement lourd qu’elle finit par occulter tout le reste » constate-t-il.  Une chose est sûre, les groupes malgaches ont fait un tilt dans la tête du photographe, car depuis le festival Libertalia, il a découvert d’autres perles comme Loharano et Gafunk.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Andapa : Tovolahy nanindrona antsy nahafaty ny sipany, matin’ny fitsaram-bahoaka

Nitrangana fitsaram-bahoaka indray tany amin’ny Distrikan’ Andapa, Faritra Sava, afak’omaly alina. Tovolahy iray nanindrona antsy ny sipany, ka nahafaty an’ ity tovovavy ity, no matin’ny fitsaram-bahoaka, tao Anketrakabe any amin’ny Kaominina ambanivohitry Bevontro. Raha araka ny tati-baovao voaray, dia ravan’ny Fokonolona mpanara-dia sy ny fianakavian’ny maty teo am-pelan-tanan’ny mpitandro filaminana nisambotra azy, raha saika hoentina any amin’ny tobin’ny Zandary ao Amboangibe ity tovolahy namono nahafaty ny fofombadiny, ny alarobia hariva teo tokony ho tamin’ny dimy ora. Nentin’ny Fokonolona niverina avy hatrany namonjy ny toerana namonoany ny olon-tiany ity mpamono olona, ary novonoin’ny Fokonolona izy avy teo. Raha ny fantatra, dia samy andrasana eo amin’ny tsangambato ao Anketrakabe amin’izao ny fatin’ireto mpifankatia roa. Ary efa misokatra ihany koa ny fanadihadiana ataon’ny mpitandro filaminana, mahakasika an’ity vono olona ity.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Danse : « Up The Rap », de nouveau en selle avec « H’Ombà »

Les « Up The Rap » figurent parmi les pionniers de la danse hip-hop.

Ces derniers temps, les danseurs de l’« Up the rap » ont versé dans la danse en tant que travailleurs de l’ombre. Mais ce soir, la bande à Rehava se remet en selle et représentera un « Chemin vers l’avenir » qu’ils ont baptisé « H’Ombà ».

“The show must go on”! Après la disparition de Rudy Rehava, ses complices de scènes continuent à perpétuer la passion pour la danse. Ce soir, la compagnie donnera vie à la pièce « H’ombà » des frères Rehava avec Ange Patrick Rehava, Jean Jacques Razafindrakoto, Rivellino Rodolphe Rakotoarisoa, Razanakolona Heriniaina Frédéric et Angéluc Rehava sur le devant de la scène. Pour ce faire, les valeurs sûres de la danse urbaine du moment se donneront la main pour ce « chemin vers l’avenir » Avec Rudi Rehava, très présent, il a apposé son empreinte sur la chorégraphie, les costumes, la régie générale, la création lumière, mais également sur la musique originale.

Hip-hop. Antananarivo se trouve  bien loin des banlieues occidentales, pourtant, au cœur de la capitale malgache, les danseurs et chorégraphes de la compagnie « Up The Rap » ont su trouver dans les codes et les gestes du hip-hop le moyen de s’exprimer et de dire ce qui leur appartient. Sur les techniques de cette danse originellement issue  des ghettos noirs new-yorkais, ils intègrent une gestuelle revisitée par la culture malgache et offrent un travail original, alliant performances athlétiques et délicatesse, “ énergie, lenteur et fluidité ” selon les maîtres mots revendiqués par les chorégraphes et danseurs. Sans renier le côté traditionnel « beko » et les sons de « marovany »,  ils mixent musique contemporaine de l’île, modern jazz, frappe des pieds et des mains, percussions, mouvements lents et rythmes hip-hop.

“Up The Rup” à l’affiche du week-end.

Danse métisse. Un hip-hop dont ils ont délaissé les attributs vestimentaires habituels, la surenchère et l’esprit de compétition pour n’en garder que le dynamisme, l’implication sociale et la connivence du groupe. Un greffon malgache sur une expression elle-même fondamentalement métisse, un parfum de capoeira brésilienne, une poésie du quotidien et de la rue, une empreinte “ suave et alanguie ”, un humour distant, une authenticité de la confluence. L’occasion de voir danser la “ Grande Ile ”.

Richesse culturelle. Avant de devenir le nom d’une compagnie de danse connue, « Up The Rap » était, depuis 1990, celui d’un événement, une plateforme d’expression pour les jeunes férus de danse hip hop. La danse métissée de la compagnie témoigne ainsi de l’évolution du mouvement hip hop. Ses membres ont fait forte impression, partout où ils sont passés. A titre de preuve, les articles élogieux régulièrement parus dans la presse internationale tout au long des années 2000 : « Pas besoin de porter des Nike pour savoir bien danser le hip hop », a-t-on lu dans Le Monde. De fait, à chacune de ses apparitions, la compagnie « Up The Rap » offre sa danse métissée au public comme un témoignage de la richesse culturelle de la population de Madagascar.

Zo Toniaina

Madagate0 partages

Madagascar Projet SWIOFish2. La Banque mondiale chez le ministre Augustin Andriamananoro

Antananarivo, 28 juin 2018. Coralie Gevers Country Manager et Julien Million Senior Fisheries Specialist, de la Banque mondiale, ont effectué une visite de courtoisie jumelée à une mission d’évaluation concernant le Projet SWIOFish2, auprès du nouveau ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Augustin Andriamananoro.

« Amélioration de la gouvernance des pêches prioritaires, appui à l’adhésion des populations cibles à la gestion durable des pêcheries et promotion des activités alternatives ». Tels sont les objectifs de ce projet SWIOFish 2 financé par la Banque Mondiale à hauteur d’environ 74 millions de dollars. Débutée en juin 2017, la 1ère phase du projet était prévue s’étendre sur 6 ans, à compter du mois de juin 2017, avec la possibilité d’une seconde phase d’une durée de 9 ans avec également une possibilité de l’extension des zones d’interventions. Mais il semble, qu’entre-temps, avoir été mis en stand-by pour des histoires de malversations financières (impunies à ce jour) concernant une partie des fonds alloués…

Le projet est prévu être mis en œuvre dans les zones d’intervention ultra-prioritaires suivantes : Baie d’Ambaro-Ampasindava dans la Région Diana ; Baie d’Antongil dans la Région Analanjirofo, la Région Melaky, et dans les zones prioritaires que sont la Région Atsimo-atsinanana et la Région Androy. Les filières prioritaires concernent le crabe, la crevette, la langouste, le poulpe, les poissons démersaux (vivant au-dessus des fonds maritimes de façon non permanente), l’holothurie et le thon. Enfin, il faut savoir que le projet SWIOFish2 concerne spécialement Madagascar. Son prédécesseur, SWIOFish1 était destiné à 5 Etats du sud-ouest de l’Océan Indien, à savoir, le Mozambique, la Tanzanie, les Comores, le Kenya et la Somalie.

En regard du nouveau concept de l’économie bleue, le ministre Augustin Andriamananoro et les deux experts de la Banque mondiale sont convaincus qu’avec ce projet SWIOFish2 Madagascar devrait réussir le défi de l’émergence économique, tout en encourageant la gestion responsable de ses ressources halieutiques et de la mer.

Par ailleurs, dans la même journée de ce 28 juin 2018, Patrice Talla Takoukam, Représentant de la FAO à Madagascar a effectué une visite de courtoisie auprès du Ministre Augustin Andriamananoro. Ce, dans le cadre de l’accompagnement et appuis stratégiques de cette Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.

« La Gestion durable et responsable du secteur de la Pêche est un des volets importants du programme de la FAO, notre Ministère doit faire preuve de bonne volonté pour combattre les pratiques de pêches illégales et doit donner le signal fort de sa bonne gouvernance, tout en redynamisant nos filières », a déclaré le Ministre Andriamananoro.

Jeannot Ramambazafy – Photo : Harilala Randrianarison