Les actualités à Madagascar du Jeudi 29 Juin 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara406 partages

Toko telo. « Toy raha toy » numéro un du top 10 World Music Albums de Spin The Globe’s

Toko telo est formé de Monika Njava, Régis Gizavo et D’gary.

« Toy raha toy » est décidément bien parti ! Deux mois à peine après sa sortie, le premier opus de Toko Telo s’illustre déjà en première place du Top 10  World Music Albums de Spin The Globe’s, Olympia, Washington, USA et a reçu un accueil des plus chaleureux, en France et en Belgique.

Madagascar ? Un pays lointain, au fin fond de nulle part dont la plupart n’ont jamais entendu parler. Ou plutôt si, mais pour le grand nombre, cela évoque, non pas un pays mais ce célèbre film d’animation qui a été à la tête du box-office. Grâce à Toko telo, regroupant Monika Njava, D’gary et Régis Gizavo, cependant, beaucoup en sont musicalement tombés amoureux et veulent le découvrir. Avec leur premier-né « Toy raha toy », une petite merveille de treize titres, les mélomanes du monde entier, enfin, ceux de France et de Pays-Bas (et bientôt le reste du monde), ont découvert la Grande Ile sous son meilleur jour et ont eu un coup de foudre. A travers sa voix puissante et reconnaissable entre mille, ornée des sons de la guitare de D’Gary et mêlées aux  sonorités de l’accordéon de Régis, Monika Njava, avec ses complices, met ses auditeurs en transe et les font voyager  dans sa ville natale et celles de ses compagnons.

Top 10. « Toy raha toy », c’est effectivement un album qui nous emmène en terre malgache, nous met face à la dure réalité des Mikea qui luttent tant bien que mal pour survivre à cause de la dégradation de leur environnement. L’album met également en évidence les problèmes d’insécurité. « A travers ‘be tepotepo’ par exemple, on fait vivre à ceux qui nous écoutent, la peur quotidienne des gens qui, pour une raison ou pour une autre, sont retardés quelque part mais n’osent pas rentrer  à cause de l’insécurité », raconte Monika Njava.  Tout cela, de manière artistique et toujours poétique bien sûr et c’est certainement ce qui a séduit les auditeurs de la Radio Spin the Globe, Olympia, Washington, USA à écouter « Toy raha toy » et a fait de l’album, le numéro Un du top 10 World Music Albums du mois de juin. Mais Toko telo ne compte pas s’arrêter là !

A la conquête du monde.  Pour Monika Njava, D’gary et Régis Gizavo, ce n’est que le début d’une longue et prometteuse aventure musicale. Ils vont continuer leur tournée. Leur agenda, jusqu’au mois d’avril 2018 est même déjà chargé. « Il y a encore de la place pour la musique malgache dans le monde. La preuve ? Ces excellents échos et critiques de la presse internationale qui nous font chaud au cœur et nous motivent à nous surpasser davantage. Les nombreux jeunes et talentueux artistes malgaches émergents pourraient s’en apercevoir et en bénéficier s’ils se donnaient la peine d’approfondir, de rechercher et de valoriser la culture qui nous est propre, au lieu de tracer leur route dans des sentiers battus et à copier coller des musiques déjà vues, déjà entendues et reflètant d’autres cultures d’autres pays. Oui, nous voulons porter haut le flambeau malgache mais nous voulons surtout donner le bon exemple à nos jeunes et bien sûr, marquer de nos empreintes le milieu musical mondial », selon toujours Monika. En espérant influencer les jeunes, elle et les gars de Toko telo se mobilisent, pour faire connaître la musique malgache dans le monde entier et ils y arriveront, enfin, on le leur souhaite !Mahetsaka

L'express de Madagascar341 partages

Bodybuilding – Europe – Fitiavana Michael champion junior

Un autre nom apparaît sur la scène internationale, après celui Narindra Razafin­drabeza. Ce dernier est connu pour avoir déjà défendu les couleurs de la Grande Ile, au championnat du monde de bodybuilding.Le jeune relève, Fitiavana Michael Randriamiandrisoa âgé de 22 ans, a participé pour la première fois, à une compétition internationale, au championnat d’Europe organisé par Muscle Mania et a, de suite, remporté le titre dans la catégorie classique junior. Ce sommet européen mais qui a invité de nombreux pays en dehors du continent, s’est tenu le 18 juin 2017 en Espagne.Fitiavana Michael Randria­miandrisoa a fini sur la plus haute marche du podium parmi les vingt-et-un concurrents en lice dans sa catégorie. « Mes atouts résidaient dans la qualité musculaire, le bas du corps et le tour des bras », a précisé le champion.Fitiavana Michael a débuté la pratique de la discipline à l’âge de 16 ans. Il n’était au début qu’un simple passionné, et plus tard, un organisateur de compétition aux États Unis l’a remarqué dans les réseaux sociaux, puis l’a sollicité à participer à ce sommet européen. Michael n’a participé qu’à une seule autre compétition, celle inter-clubs dans la capitale en 2015, avant cette première sortie internationale.Il a préparé le cham­pionnat en Espagne pendant un an. « Je m’entraine en salle deux heures par jour. Et je prends sept repas et compléments alimentaires du matin au soir », a-t-il ajouté.

ProfessionnelIl a dû passer par un sérieux casting, avant de pouvoir disputer la compétition internationale, entre autres la vérification du tour de bras, jambes, mollets, taille, poitrine,… Michael a été, pendant toute sa carrière, encadré par son coach préparateur, Antsa Ranaivosoa.« Mon objectif est de devenir un professionnel, car ma préparation nécessite déjà  beaucoup de dépenses. Et je veux personnellement m’impliquer à fond à cette discipline qui me tient à cœur », a-t-il mentionné.En guise d e reconnaissance à cet exploit de Fitiavana Michael Randriamiandrisoa, la fédération malgache d’haltérophilie, de musculation et de culturisme a remis un chèque de 600 000 ariary au champion d’Europe au siège du comité olympique malgache à Ivandry.« La fédération a vulgarisé et promu le bodybuilding depuis déjà douze ans et voilà le fruit de nos efforts », a dit le président de la fédération, Jean Alex Harinelina Randriama­narivo, lors de sa prise de parole. « Nous n’avons plus trouvé les perles rares afin de renforcer l’équipe nationale pour le Mondial de Mongolie en début octobre. Nous allons donc consacrer les trois mois restants à la préparation des sept sélectionnés lors du Big Tanà et du Big Mada », a confié Georges Vernier, président de la commission bodybuilding au sein de la fédération.

Serge Rasanda

Midi Madagasikara302 partages

Ambatondrazaka : Filahiana sy ran-jaza vao mafana hanaovana sorona hitrandrahana vato sy merikiora

Olona roa no efa voasambotra tamin’ilay fangalarana taovam-pananahana nitranga tany Tanambao Besakay  , ka nahafantarana  fa hanaovana sorona ireny zavatra nalaina ireny  .Raha tsiahivina dia tamin’ny fomba feno habibiana no nahazo azy mirahalahy satria nalana ny taovam-pananahin’ilay zokiny izay tsy nisy napetraka hatramin’ny voany roa  ,nodidiana tahaka ireny mandidy tendan’akoho ireny ny tendan’ilay zandriny talohan’ny nikapana ny lohany,  ka notatazana ny rà ka samy nentina nilefa avokoa izany . Nanao ny ezaka hatramin’ny farany ny teo anivon’ny zandarimariam-pirenena ka nahasaronana azy roalahy nanao ny asa ratsy ireto raha olona 4 izy ireo no nanatanteraka ny famonoana. Mbola karohina kosa ilay roalahy izay sady nitondra nilefa ilay filahiana sy ny ràn ‘ilay zaza .Miteraka resabe aty Alaotra iny tranga iny sy ity fitrandrahana vato toa mitady sorona zavatra hafahafa foana, satria talohan’ny nitrangan’ny vato sarobidy tany amin’ny faritra Didy iny an-taonany  maromaro lasa izay,  dia nisy ihany koa ny fangalarana fivaviana vehivavy bevohoka  sy ny mason’ilay zaza tao an-kibo (zaza tsy vaky maso) ,mba hoentina hanaovana sorona hivoahan’ny vato , ka asa aloha na hisy karierana vato hisokatra  indray  na ahoana amin’izao tranga mampivarahontsana izao  . Mandray ny andraikitra ny eny anivon’ny mpitandro ny filaminana amin’izao fotoana izao ny mba tsy hitrangan’ny zavatra tahaka izao intsony ary tokony ho mailo ny rehetra. Araka ny loharanom-baovao voaray dia naiditra am-ponja vonjimaika izy roalahy ireto izay olona avy any ivelan’ny faritra Alaotra avokoa. Salama tsara kosa ilay tovolahy afaka filahiana.

Janus R

Midi Madagasikara268 partages

Les travailleurs de l’ombre : Ando Ratre, un entraîneur rigoureux et efficace !

Ando Ratre, un coach passionné.

Derrière le succès de l’Association Sportive Malgache (ASM) Paris se cache bien évidemment un coach qui fait profil bas, mais dont la contribution a été tout aussi importante. Ando Ratre fait partie de ceux-là.

Ando Ratre a connu un parcours exceptionnel ces derniers temps. Passionné par le football depuis tout petit, Ando reste encore très actif jusqu’à actuellement.

Doublé. Après avoir fait ses classes en tant que joueur au sein de la CNaPS Sports puis l’Association Sportive Malgache (ASM) Paris, il a rapidement été jeté dans le grand bain en tant qu’entraîneur. C’est à l’âge de 12 ans qu’il a commencé à jouer au football. A 16 ans qu’il a décroché son licence de première division avec la CNaPS Sports. Il a évolué au sein du club jusqu’à son départ pour la France à 21 ans. « J’ai essayé la boxe, mais, cela n’a pas duré », a-t-il expliqué. Après son service militaire, il est revenu à son premier amour qu’est le football. En 2006, Ando a intégré le rang de l’Association Sportive Malgache (ASM) à Paris. Après 11 ans de carrière en tant que joueur, il est devenu coach de l’équipe en 2015. « Notre ancien entraîneur Mparany Rakoto a décidé d’arrêter et comme je fais partie des cadres de l’équipe, c’est moi qui ai pris le relais » a-t-il fait savoir. Après deux années à la tête de l’encadrement de l’ASM, son club a remporté le tournoi de football de la Rencontre Nationale Sportive (RNS) en 2016 à Lyon, un exploit réédité cette année à Poitiers pour un second titre. « Ayant eu une formation militaire, la rigueur et la discipline sont de mise au sein de l’équipe. J’ai opté pour l’amélioration des conditions des joueurs. D’ailleurs, on a renouvelé l’ossature de l’équipe avec de jeunes éléments », a-t-il indiqué. Et lui de continuer « On a gardé la même formule que 2016, les joueurs étaient beaucoup plus matures. Le sacre de cette année est plus facile qu’en 2016 ».

Manager. Ayant fait ses preuves en tant que coach en remportant deux fois de suite la RNS, un nouveau défi s’est présenté devant lui. Avec la 7e édition du tournoi de la DOM TOM Cup, Ando a été choisi pour coacher la sélection malgache. « Dès que Jaona de l’UFICASM m’a sollicité pour encadrer la sélection, je n’ai pas hésité. C’est un honneur de pouvoir coacher la sélection malgache à cette compétition. Je dirais, c’est un cadeau et un nouveau défi pour moi. L’équipe a raté de peu le titre en finale en échouant à la séance de tirs aux buts face à la sélection guadeloupéenne », a expliqué Ando. Pour lui, un entraîneur devrait avoir les qualités d’un manager. Il a comme idole le technicien portugais, José Mourinho, coach de Manchester United. « Un bon coach sait gérer ses joueurs. Mourinho, c’est un entraîneur atypique considéré comme le meilleur du monde ». Ando n’a pas suivi une formation spéciale en coaching, mais, en tant qu’ancien joueur, il connaît toutes les bases et les rouages de la discipline. « Après mûres réflexions, je pense que je vais suivre une formation pour pouvoir mieux évoluer dans ce monde du ballon rond », a-t-il conclu.

T.H

L'express de Madagascar264 partages

Énergie – Hausse de 7,5% du tarif de l’électricité

Le business plan de la Jirama prévoit une hausse des tarifs d’électricité. Cette révision est nécessaire pour une compagnie en difficulté financière.

La facture risque d’être salée pour les abonnés de la Jirama. Le mois de juillet débute avec une hausse des tarifs de l’électricité pour les ménages à Madagascar. Le business plan de la compagnie dans le cadre de son redressement prévoit une hausse moyenne de 7,5% à partir de la date du 1er juillet. Le document a été récemment validé par le conseil d’administration. Aucun détail n’a été donné  sur cet ajustement. Contactés, les différents responsables au sein de la Jirama ne souhaitaient pas encore s’exprimer sur ce dossier jugé tabou.Cette hausse était déjà prévisible après la déclaration de l’actuel directeur général de la Jirama lors de sa prise de fonction le 3 mai. Olivier Jaomiary avait annoncé une révision progressive des tarifs d’électricité. « Nous allons ramener le coût de l’énergie à la baisse pour atteindre l’équilibre opérationnel en 2020.  En même temps, une révision progressive des tarifs est aussi envisagée. Mais il faut ménager la chèvre et le chou », avait-il déclaré devant la presse.Devant les difficultés financières rencontrées par la Jirama, les dirigeants de la société n’ont pas d’autre choix que de relever les tarifs. Jusqu’ici la société ne fait que des ventes à perte. À titre d’exemple, en 2016, le prix de revient du kilowatt­heure d’électricité distribuée par la Jirama peut atteindre 2 946 ariary dans certaines centrales. Le prix de vente auprès des abonnés varie pourtant entre 141 et 893 ariary. Ce qui amène la Jirama à réclamer des subventions.

Zéro subventionDepuis 2009, l’État ne cesse d’injecter des subventions dans la caisse de la Jirama. En 2016, elle a bénéficié d’une enveloppe d’aide de 340 milliards ariary. Ce transfert atteignait les450 milliards ariary en 2017. Pourtant, le busines plan transmis devant le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre du programme Facilité élargie de crédit (FEC) prévoyait  zéro subvention en 2021.Pour ce faire, le gouvernement envisage de réduire les coûts et d’accroître les recettes, notamment, par des relèvements graduels des tarifs, si nécessaire, pour assurer un recouvrement total des coûts opérationnels, comme il a annoncé dans la lettre d’intentionau FMI l’année dernière. L’utilisation des centrales thermiques fonctionnant au fuel lourd ainsi que la révision des contrats des fournisseurs figurent parmi les mesures nécessaires pour réduire le coût de production de la Jirama.La dernière révision des tarifs d’électricité date de l’année dernière. Juste avant la conclusion de l’accord avec le Fonds, la Jirama a relevé à deux reprises les tarifs c’est-à-dire de 10% en juin puis de 5% en juillet. Il ne reste plus qu’à attendre l’application de cette dernière révision.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara195 partages

Ambatondrazaka : Tsy tonga ilay artista, nodoran’ny olona ny fanamafisam-peo

Raikitra ny sakoroka tao amin’ny kaominina iray tany Ambatondrazaka tamin’ny alatsinainy, fankalazana ny fetim-pirenena teo. Tsy tonga ilay artista malaza saika hanafana ny sehatra ka nitroatra ny vahoaka, naneho ny hatezerany. May tanteraka tsy nisy noraisina ny fanamasim-peo, raha potipotika kosa ny lampihazo. Araka ny fampitam-baovao azo tany an-toerana dia tokony hanao fampisehoana, hanafana ny fankalazana ny fetim-pirenena tany amin’ity kaominina ity ny mpanakanto fanta-daza iray. Ny alatsinainy teo, tamin’ny efatra ora hariva ny nifampitaoman’ny rehetra tamin’izany. Ora maromaro talohan’io dia efa vory lanona ireo vahoaka. Nipaika anefa ny tamin’ny efatra ora hariva, tsy mbola hita nanangasanga akory ity mpanakanto  ity. Noheverin’ny maro fa nisy fahatarana teo amin’ny lalana ka dia niandry hatrany ireto mpijery. Nandroso ihany ny fotoana. Tonga ny tamin’ny enina ora hariva, efa niha-maizina ny andro kanefa tsy mbola niaka-tsehatra ihany ilay mpanakanto. Nandeha tamin’izay teo ny feo fa hoe tsy tonga any amin’ilay toerana mihitsy izy. Nanomboka ny fimonomononana isan-karazany ary teo no tsy voafehy intsony ireo vahoaka maro. Niafara tamin’ny fanimban-javatra maro mihitsy izany ary izay tonga hatramin’ny fandoroana ny fanamasim-peo izao. Voatery niditra an-tsehatra teo ny mpitandro filaminana niezaka nandamina ireto olona marobe. Raha ny fantatra dia toa hoe voatana tany amina fampisehoana hafa tany amin’ny kaominina iray hafa ity mpihira malaza ity, ka tsy afaka intsony nakany an-toerana. Fantatra moa fa efa eny am-pelatanan’ny mpitandro filaminana eny an-toerana ny raharaha mahakasika ity fetim-pirenena niafara tamin’ny sakoroka ity.

m.L / Janus

Midi Madagasikara118 partages

La Réunion : Malagasy iray namoy ny ainy, roa hafa naratra mafy

Ny asabotsy lasa teo no nitrangan’ny loza. Fianakaviana malagasy handeha hamonjy fodiana no nisy fiara nifaoka tampoka. Raha ny fitateran’ny Malagasy izay monina ao an-toerana dia fiara tsy mataho-dàlana marika Hummer no nandona. Niverina tampoka ilay fiara raha tokony handroso noho ny tsy fahaizan’ny mpamily. Nifatratra avy hatrany tany amin’ireo fianakaviana kely izany. Telo no naratra mafy ary samy nentina faran’izay haingana teny amin’ny toeram-pitsaboana tao amin’ny hopitaly Félix Guyon de Bellepierre ao Saint-Denis. Ny mpamonjy voina tao an-toerana no niandraikitra izany fitaterana izany ary teo an-toerana ihany ireo dia efa nahatsikaritra fa nijanona ny fon’ilay rangahy noho ny fahavoazana nanjo azy. Nahasorena ny  teratany malagasy monina ao amin’io nosy rahavavy io ny fitateran’ny gazety tao an-toerana ilay lozam-pifamoivoizana. Ny antony dia satria nisy nilaza fa tsy dia tena ilay fahavoazana loatra no nitarika ny fahafatesana fa ilay raim-pianakaviana izay maherin’ny 60 taona no misy aretim-po. Tsy nisy porofo akory ny haino aman-jery sasany tao La Réunion dia sahy nitatitra an’izany.  Nanara-maso akaiky ity raharaha ity ny fikambanana “Feo Madagascar” izay ivondronan’ny fikambanana miisa 25 ao an-toerana. Amin’ny alahady ho avy izao izy ireo dia hikarakara fotoam-pivavahana mba ho fialan-tsasatry ny namoy aina ary koa mba ho fitrotroana am-bavaka ny marary roa izay mbola any amin’ny hopitaly. Niteraka resa-be tamin’ny tambajotra sosialy tany La Réunion ity tranga ity. Eo ihany ny fanamelohana ny tsy fahaizan’ilay mpamily nitondra fiara dia izao nitera-doza izao, fa kosa ilay lafiny fanovàna ny vaovao no isan’ny nahatohina ny maro. Ary raha mba Malagasy no nandona dia asa fotsiny izay nanjo azy, raha araka ny fanamarihan’ny olona sasany…

D.R

Tia Tanindranaza107 partages

Andry RajoelinaNasain’ny TIM ho eny Mahamasina

Antomotra ny 8 jolay, fotoana hanatanterahan’ny Tiako I Madagasikara (TIM) ny fihaonambe hanamarihana ny faha-15 taona nijoroan’ity antoko naorin’i Marc Ravalomanana ity.

Fotoana lehibe hoentin’ny TIM maneho ny heriny io, ary hanasana ny vahoaka Malagasy tsy ankanavaka amin’ny maha tsy mialon-jafy ny antoko. Noporofoin’ny TIM sy i Marc Ravalomanana ihany koa fa mandala ny fihavanana, ary vonona amin’ny fisokafana amin’ny herivelona sy hery politika eto amin’ny firenena izy, ka nandefasana fanasana avokoa ireo lehibena antoko politika eto amin’ny firenena. Isan’izany ny filohan’ny tetezamita teo aloha Andry Rajoelina, izay tompon’antoka tamin’ny raharaha 2009.  Raha ny tantara no zohiana dia tsy azo eritreretina ny hisian’ny fifanasana sy ny mety ho fifanatonana eo amin’ny roa tonta, saingy manaporofo hatrany i Marc Ravalomanana fa olon’ny fihavanana sy ny fifampiresahana, ka tsy ho izy mihitsy no ho sakana amin’ny fifanatonana mba hitsinjovana ny soa ho an’ny firenena. Tsy hay aloha hatreto na hamaly ny fanasana azy ny filohan’ny Tetezamita teo aloha Andry Ra        joelina na handefa solontena na koa tsy hisy olona avy amin’ny MAPAR mihitsy hanatrika ity lanonambe eny Mahamasina amin’ny 8 jolay ity.

Toky R

 

L'express de Madagascar106 partages

Célébration – Le Reggae retrouve ses fidèles

La journée mondiale du reggae ou « International reggae day » sera célébrée une fois encore à l’Is’art Galerie Ampasanimalo, ce 1er juillet. Initiée par l’association Youth’Nity Madagascar, ainsi que l’association Sarondra, cette célébration, qui en est à sa 49e édition, promet d’être aussi chaleureuse que fraternelle. Comme toujours, animée par cette passion commune pour le reggae ainsi que pour la culture rastafari, la journée convie les férus du genre à festoyer aux rythmes de cette musique.Arborant des dreadlocks qui regorgent d’histoire et de vécu, tout en dansant vigoureusement sur les morceaux de Bob Marley ou de Lucky Dube, ils seront nombreux à se laisser porter par les mélodies qui égayeront les lieux. La journée mondiale du reggae éveillera les sens de tous ceux qui se retrouveront à l’Is’art Galerie, dans la joie comme dans l’allégresse, comme d’habitude.« Protéger l’environnement tout en promouvant la musique reggae à Madagascar », le leitmotiv reste inchangé pour cette célébration. L’ouverture de cette journée de célébration débutera à 14h, avec une conférence – débat ayant pour thème « Développer le reggae malgache ». S’ensuivent une exposition éphémère sur la musique reggae et un concert avec des jeunes groupes : Rootskillah, Maintso Nation, Doug’l and the wave ou encore Holly Zion.

A. P. R.

Midi Madagasikara104 partages

Bodybuilding – Championnat du monde : Randrianantoanina ira en Mongolie

Antoine, hier, lors d’une séance d’entraînement à la salle de l’Aéro Sport à Ivato. (Photo Yvon).

Il s’est distingué lors des compétitions organisées sur place. Deux fois champion de Madagascar dans la catégorie « Big Taille », Randrianantoanina dit Antoine s’est imposé samedi à la Galerie Smart à Tanjombato lors du tournoi Body Perfect. Ayant déjà représenté la Grande Ile au tournoi aux Seychelles, Antoine va cette fois-ci participer aux Championnats du monde de la discipline au mois d’octobre en Mongolie. Depuis son retour des Seychelles, il s’entraîne à la salle d’aéroport à Ivato. Et pour cette joute mondiale, il attend le soutien des sponsors selon ses dires hier à Ivato. « Je vais attaquer une préparation intensive et continue en vue de ce championnat du monde à partir du fin juillet » a expliqué Antoine.

T.H

Midi Madagasikara91 partages

Airtel Madagascar : Modernisation de son réseau pour améliorer la zone de couverture

Airtel modernise son réseau.

Airtel Madagascar veut couvrir davantage les villages les plus enclavés. Pour un désenclavement total de Madagascar, cet opérateur poursuit l’extension de son réseau de couverture dans toute l’Ile. Au cours de ces derniers mois, de nouveaux sites ont été déployés pour que les villages les plus enclavés et difficiles d’accès soient couverts à l’instar de Manampatrana sur le réseau ferroviaire FCE (Fianarantsoa – Côte Est) … Les régions d’Antsiranana, Mahajanga et Toliara ont également bénéficié de nouveaux sites de couverture. En effet, parmi d’autres, les villes comme Tsivory se trouvant à plus de 100 kilomètres de Betroka dans la région Anosy ou encore Ikongo, située à 67km d’Ifanadiana dans la région Vatovavy Fitovinany  sont désormais couvertes par le réseau des smartphones. Les périphéries comme Belobaka et Kiranomena, respectivement à 45km et 60km à vol d’oiseau de Tsiroanomandidy  viennent également d’avoir accès au réseau.

Densification. Au vu de l’accroissement du nombre d’abonnés et du trafic voix et data, Airtel a également procédé à la densification de son réseau à travers des rajouts de nouvelles cellules, antennes  et parfois de sites  supplémentaires. D’après les explications, ce procédé vise à améliorer la qualité. « Pour assurer l’absorption du flux, 40 sites déjà implémentés dans les quatre coins de l’Ile ont fait l’objet de cette densification du réseau durant ces derniers mois. En d’autres termes, les villes qui étaient déjà couvertes par le réseau Airtel bénéficient à présent d’un réseau de qualité optimale, à savoir, entre autres : Ramena, Antsohihy, Mananara, Ambatolampy, Ifaty… Cette démarche s’inscrit dans la politique d’Airtel Madagascar qui est d’être en quête permanente de solutions pour améliorer la qualité de service sans cesse », ont annoncé les représentants d’Airtel.  A noter que cet opérateur a entrepris la densification du réseau, depuis 2016. Cela a été effectif grâce à la technologie U900,  déployée avec Nokia ; une technologie Radio permet d’améliorer les services requérant les hauts débits, même dans les endroits les plus hostiles pour les ondes comme à l’intérieur des bâtiments et immeubles, au niveau du sous-sol etc. Une forte délégation de Nokia composée entre autres  de Pius Angasa, Directeur Régional et Rajiv Aggarwal, Directeur Expérience Client,  a d’ailleurs fait le déplacement à Madagascar pour suivre de près cette innovation. Murs et bétons ne sont désormais plus des contraintes pour capter le réseau Airtel.

Single RAN. Le domaine des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication évolue rapidement. La technologie Single RAN (Radio Access Network), désormais utilisée, offre une flexibilité aux abonnés pour capter sans interruption les réseaux 2G, 3G et 4Gn selon Airtel. Quand on sait les problèmes que connaissent certains abonnés passant d’une technologie à une autre, cette innovation est à saluer. « Il n’y a pas de développement économique et social sans infrastructures, notamment Telecom. C’est pourquoi, nous dotons les entreprises et la population des solutions technologiques de pointe et à moindre coût, pour leur permettre de réaliser leurs activités dans les meilleures conditions et ainsi, créer de la valeur économique ». a déclaré Maixent Bekangba, DG d’Airtel Madagascar. Puis de rajouter,  « C’est dans ce sens que s’inscrivent nos investissements passés, actuels et futurs ».

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara90 partages

HCC : Feu vert à l’endettement du pays

Les voitures de fonction des membres de la HCC ont-elles aussi fait l’objet d’un accord de prêt ?

Quatre lois adoptées à Tsimbazaza et Anosikely sont passées comme une lettre à la poste à Ambohidahy.

Lors de son audience privée du 23 juin dernier, la HCC les a effectivement déclarées « conformes à la Constitution et peuvent être promulguées ». Il s’agit de trois accords de prêt conclus entre la République de Madagascar et l’Association Internationale de Développement (IDA) et d’un autre accord de prêt avec la Japan International Cooperation Agency (JICA).

Volume. Comme leur nom l’indique, il s’agit de prêts et non pas d’aides financières non remboursables. En somme, c’est le cas de le dire, ils devront être remboursés le moment venu. Même si la HCC a jugé qu’« elles ne contiennent aucune disposition contraire à la Constitution », force est de reconnaître que les lois autorisant la ratification de ces accords de prêts vont augmenter le volume (et le service) de la dette malgache. Et ce ne sont pas les dirigeants actuels qui seront tenus de les rembourser, quoique les prêts aient été contractés par eux, même s’ils arrivent à rester en place après 2018. Idem pour les députés et les sénateurs qui ont ratifié presque machinalement mais pas massivement les lois y afférentes.

Opportunité. Dans le cas de figure peu probable où les 151 députés et les 63 sénateurs réussissent à rester dans leur …Chambre respective au lendemain des prochaines élections, ce ne sont pas eux qui seront redevables de ces prêts durant les 5 années à venir, c’est-à-dire durant la seconde législature. Ce ne sont pas non plus les 9 membres de la HCC même s’ils ont un mandat de 7 ans. S’il est vrai que la HCC n’a pas à juger de l’opportunité ou pas de ces prêts, le fait est qu’elle cautionne l’endettement du pays. Y compris vis-à-vis de banques primaires tel que c’était le cas avec le prêt de soutien budgétaire entre la République de Madagascar et la Deutsche Bank AG qui est révélateur des problèmes de trésorerie de l’Etat. En tout cas, face au feu vert systématique de la HCC, les générations futures risquent de voir les choses en …noir.

R. O

L'express de Madagascar88 partages

Grève des douaniers – Les activités des entreprises paralysées

La situation devient de plus en plus difficile pour les entreprises malgaches avec le mouvement de grève du syndicat des douaniers.

C’est la première conséquence de la grève des douaniers. Des entreprises se trouvent actuellement dans des difficultés face au mouvement de grève entrepris par les membres du syndicat des employés de douanes (Sempidou) depuis hier et pour une durée indéterminée. Des marchandises sont bloquées au niveau du Port de Toamasina. Les exportations deviennent de plus en plus difficiles voire impossibles.« Ce mouvement (de grève) se ressent dans les activités de nos clients. Leurs productions tournent au ralenti en attendant le dédouanement de certaines marchandises. Et cela entraîne un problème de trésorerie », se lamente une chef d’entreprise d’une société de transit. Et c’est à peu près le même cas de figure pour son entreprise.

PénalisationsPour les entreprises, la situation est de plus en plus difficile avec les pénalisations liées au magasinage des marchandises. D’après ses explications, ces frais avoisinent les 40 000 ariary pour les dix premiers jours pour les conteneurs de 20 pieds et de 70 000 ariary pour les 40 pieds. « Passé ce délai, le montant pourrait atteindre les 62 000 ariary par jour pour les 20 pieds et 124 000 ariary par jour pour les 40 pieds », explique-t-elle. Et cela sans parler des frais versés aux compagnies maritimes qui varient entre 12 à 40 euros par jour selon la taille du conteneur.Des responsables étatiques ont même avoué l’importance de cette perte pour des entreprises. Le cas de la société Ambatovy a été évoqué par exemple par Alexandre Ran­dria­nasolo, secrétaire général du ministère des Finances et du budget, sur la chaîne TV Plus hier. « Cette société encaisse maintenant la baisse des prix du nickel et devait encore subir les conséquences de ce mouvement de grève des douaniers. Elle n’est pas la seule. D’autres sociétés exploitant des carburants comme les producteurs d’électricité sont aussi parmi les victimes », a-t-il déclaré. Pour calmer la situation, le ministère des Finances annonce dans un communiqué que « les services publics liés au dédouanement seront assurés et que des mesures sont déjà prévues, dans ce cadre ».L’objet de la grève des douaniers concerne des primes de rendement visant à motiver les douaniers à améliorer les recettes de l’État. Après une grève d’avertissement lancé fin mai, ils sont entrés dans une grève illimitée le 27 juin. Les négociations entre les syndicalistes et le ministère restent infructueuses. « Le budget de l’État reste limité. Malgré cela, le ministère a proposé le paiement d’une partie des reliquats selon le nouveau mode de calcul revendiqué par les douaniers. Notre porte reste  ouverte à toutes discussions », a conclu Alexandre Randria­nasolo. Les syndicalistes maintiennent encore leur pression. Mais jusqu’à quand

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara67 partages

Antsirabe : Lehilahy iray tsy manan-kialofana, matin’ny hatsiaka

Lehilahy iray no hita faty teo amoron-dalana omaly maraina tao Ampatana. Tsy manan-kialofana izy fa eny an-tsena na eny amoron-dalana eny no monina sy matory. Mpitari-posy no asany taloha saingy niala tamin’izany izy, hoy ny rahalany, faralahy  hany sisa tavaela amin’izy mianakavy. Nambaran’io zandriny io fa efa maty avokoa ny fianakaviany ka tsy misy afa-tsy izy roa lahy sisa. Samy tsy manan-kialofana izy roa lahy ireo fa dia lanitra hatrany no tafo rehefa alina ny andro. Asa aloha izay tena nitranga marina omaly maraina fa vatana tsy nisy aina intsony no nahitan’ny olona azy. Teo amina toeram-pivarotana iray  izy no natory ny alin’ny talata lasa teo, hamelatra entana maraina ireo mpivarotra no saika hamoha azy kinajo vatana efa mihitsindra be no hitany. Nampandre avy hatrany ny fokontany ireto farany, ary tonga teny io maraina io ny teo anivon’ny BMH sy ny  polisy nanao ny fizahana. Tsy nahitana ratra na mangana ny vatany, voalaza fa tsy nisy fofon-java pisotro misy alikaola koa ny vatany. Tombana noho izany no ilazana fa  matin’ny hatsiaka io lehilahy io. Hiaraha-mahita rahateo ny hatsiaka eto Antsirabe tato ho ato izay fa dia mamirifiry tokoa, izy rahateo tsy nitafy lamba fa dia ny lamba teny an-kodiny ihany no firakony. Ontsa no sady nangoraka ireo nahita ka nanao tsipaipaika ny fokonolona teo amin’ny manodidina niaraka tamin’ny fokontany mba hividianana lamba mena sy hikarakarana ny fandevenana azy. Nambaran’ny lehiben’ny fokontany fa vola 35000 no vaoangona hikarakarana ny razana. Tsy nandoavam-bola koa ny fikarakarana ny taratasy rehetra tao amin’ny kaominina. Eny Ampasambihiny no andevanan’ny fokonolona sy ilay zandriny azy, izay nalevina  omaly ihany.

Andry N.

Midi Madagasikara66 partages

Tsimbazaza : Une grenade offensive trouvée sur le parking de Roland Ratsiraka

Le ministre du Tourisme n’était pas présent dans son bureau, il a assisté au Conseil du gouvernement qui s’est tenu à Mahazoarivo.

Au lendemain de la célébration de la fête de l’indépendance, les actes de déstabilisation et de trouble reprennent. Hier, une tentative d’attentat à la grenade s’est produite au Ministère du Tourisme à Andoharano Tsimbazaza. Une tentative ratée puisque la grenade en question n’a pas explosé. Elle n’a donc fait aucune victime. Vers 9h, un employé au sein du Service logistique de ce département ministériel a découvert une grenade « offensive » sur le parking. Cet engin explosif se trouvait pile sur la place réservée pour le véhicule du ministre Roland Ratsiraka. D’après les témoins, elle se trouvait sous les pneus d’une moto d’un coursier venu déposer des courriers destinés au Ministère du Tourisme. Après la découverte de cette grenade, celui qui a conduit cette moto a déjà quitté le lieu. Pour l’heure, l’on ignore son identité. Il fera certainement l’objet d’une convocation pour enquête. Par le plus grand des hasards, la grenade était dégoupillée mais n’a pas explosé. Un Officier technicien en explosifs de l’Armée est venu sur le lieu pour désamorcer complètement l’engin. Quelques minutes seulement après la découverte de cet explosif, le bâtiment du Ministère du Tourisme était déjà investi par des éléments mixtes de la Gendarmerie, de l’Armée et de la Police nationale. A noter que l’enquête relative à cette affaire a été confiée à une équipe mixte composée entre autres, de la Brigade des recherches de Fiadanana et de la Brigade criminelle. Des techniciens de la Police scientifique étaient également présents sur le lieu.

Fausse manipulation. La question est toutefois de savoir si le ministre Roland Ratsiraka a été visé particulièrement par l’auteur de cette tentative d’attentat. Bon nombre d’observateurs estiment que ce n’était pas par hasard si la grenade a été placée sur l’aire de stationnement de sa voiture. L’on se demande également pourquoi une grenade qui était dégoupillée n’a pas explosé ? Certains observateurs soupçonnent un « cinéma ». En tout cas, tous les hauts gradés présents à Tsimbazaza lors de la découverte de cette grenade offensive ont confirmé que seuls les éléments des forces de l’ordre peuvent posséder ce genre d’explosif. Au cours d’une conférence de presse, le ministre Roland Ratsiraka a déclaré que la grenade comportant un numéro qui devrait faciliter l’enquête en cours. « L’on ne peut pas tolérer ce genre d’intimidation. Je suivrai de près l’enquête sur cette affaire », a-t-il soutenu. Roland Ratsiraka a également confirmé que « la grenade était dégoupillée mais n’a pas explosé soit à cause d’une fausse manipulation, soit parce qu’elle est périmée ». Selon ses dires, cet engin explosif a été fabriqué en 1976. A la suite de cette tentative ratée, le ministre Roland Ratsiraka envisage de placer des caméras de surveillance à l’extérieur de son bureau à Andoharano Tsimbazaza.

Davis R

Madagascar Tribune63 partages

Les îles éparses à peine évoquées, les Malagasy n’osent pas insister

Le chef de l’Etat malagasy, Hery Rajaonarimampianina a rencontré son homologue français Emmanuel Macron le 28 juin au palais de l’Elysée à Paris. Selon le communiqué officiel et d’après l’interview que le président malagasy a accordée à la radio France internationale, plusieurs sujets ont été évoqués dont la coopération entre les deux pays, le changement climatique, la sécurité des indopakistanais de nationalité française et la question des îles éparses. Conclusion sur les îles éparses «  les discussions devront se poursuivre  ». En tout et pour tout, c’est le résultat de la discussion sur les îles éparses. Donc, rien ou presque. Apparemment, le côté malagasy n’ose pas trop insister. Même si les Nations Unies ont donné raison à Madagascar sur ce sujet, c’est la France qui occupe et exploite ces îles éparses et les Malagasy n’osent pas trop insister auprès de son ancien colonisateur.

Le journaliste du RFI a évoqué dans ses questions un « relent de colonialisme » dans cette affaire, mais le Chef de l’Etat a éludé, préférant une question juridique. Donc, en gros avec ce genre de dirigeants ce n’est pas demain que les îles éparses seront rétrocédées à Madagascar. Les revendications des opposants et appels des sociétés civiles de tous bords voire le recours aux Nations unies ne sont que verbiages tant que l’Etat malagasy n’insiste pas auprès de l’Etat français. D’autant que le nouveau président français, Emmanuel Macron, semble dégager une nouvelle vision.

En matière de coopération entre les deux pays, lit-on dans le communiqué « il s’agissait de se pencher sur le renforcement de la coopération entre les deux pays » notamment par les voies traditionnelles mais surtout d’encourager les investisseurs privés français à venir à Madagascar qui est ouvert à tout le monde. Le président malagasy a cité pour souligner cette présence française, les grandes entreprises françaises actuellement à l’œuvre dont Bouygues, Colas et Aéroport de Paris dans les travaux d’’extension de l’aéroport international d’Ivato.

Midi Madagasikara62 partages

Le SMM prêt pour un nouveau bras de fer avec le pouvoir

Le syndicat des magistrats de Madagascar ou SMM revient à la charge après avoir observé une accalmie de plusieurs semaines. Ses membres qui avaient  suspendu leur mouvement de grève avaient donné l’impression de tempérer leurs exigences. Il ne s’agissait  pas d’une reculade, mais d’une stratégie bien pensée. Aujourd’hui, ils sont prêts à reprendre leur action pour appuyer leurs revendications qui n’ont pas été prises en compte par le pouvoir. L’ultimatum qu’ils ont posé à l’issue de leur assemblée générale est une première étape.

Le SMM prêt pour  un nouveau bras de fer avec le pouvoir

Les membres du SMM ont été très présents tout au long de l’affaire Claudine Razaimamonjy et ils ont fait en sorte qu’elle ne soit pas enterrée. La  presse et l’opinion publique leur ont su gré d’avoir poussé les défenseurs de la dame dans leurs derniers retranchements. Il s’agit d’un des aspects du combat qu’ils mènent pour une justice responsable et indépendante. Il existe d’autres revendications qui entrent dans ce cadre. Ils les ont mises en avant à plusieurs reprises et n’ont reçu aucune réponse satisfaisante. C’est pour montrer leur détermination qu’ils avaient organisé la paralysie de l’appareil judiciaire. Le ministère de la Justice avait devant la menace décidé d’engager un dialogue avec le syndicat. Les pourparlers ont eu lieu, mais ils n’ont pas été concluants. Et les magistrats, pour ne pas pénaliser les justiciables, avaient décidé de suspendre leur mouvement de grève tout en laissant planer la menace de le reprendre plus tard. Un certain temps s’est écoulé depuis et aucune avancée n’a été constatée. L’assemblée générale du syndicat a eu lieu hier et il a donc été décidé de mettre le pouvoir au pied du  mur. C’est un ultimatum de dix jours qui est posé. Il est appuyé par toute une série de motifs qui justifient  la reprise de la grève. Les membres du syndicat ont attendu un geste du pouvoir. Las de ne pas être écoutés, ils sont prêts pour un véritable bras de fer.

Patrice RABE

Midi Madagasikara58 partages

Zouzar Bouka : Importance du contexte de la mondialisation

Le P-Dg de ViMa Zouzar Bouka (à droite sur la photo).

Le dirigeant d’une entreprise a émis son point de vue concernant le discours du Président Hery Rajaonarimampianina lors de la célébration de la fête de l’indépendance. « Le discours était tonique, puissant, qui allait droit au but et si je retiens une chose c’est qu’il a parlé, du contexte qui est très important pour Madagascar, c’est le contexte de la mondialisation. On a un pays souverain, et il souhaite comme à l’instar des autres pays, c’est le cas aussi pour les USA, la France, les Pays-Bas, l’Angleterre, la Corée du Sud, le Singapour… Il faut que les investisseurs à Madagascar viennent de tous les pays du monde. Il a bien souligné que nous sommes un pays souverain, et nous devons avoir des investisseurs qui viennent de partout et je pense que c’est très bien de sa part d’avoir insisté là-dessus », a souligné Zouzar Bouka, P-DG de ViMa. Le deuxième point que ce dernier a soulevé dans ce discours « c’est lorsqu’il parlait d’insécurité et je pense que si un Chef de l’Etat parle de sécurité, c’est qu’il a conscience du bien-être de sa population quelle qu’elle soit, de quelle origine qu’elle soit et c’est bien qu’il en ait parlé ».

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara56 partages

PPN : Importation de 200 000 tonnes de riz

Le fournisseur, Hunt Technology Trading, assurera l’arrivée des marchandises aux Ports de Toamasina, Mahajanga, et Antsiranana. Les opérateurs malagasy s’approvisionnent auprès de cette Société fournisseur, suivant leurs commandes.

Le riz, qui est une principale denrée alimentaire de la population, devient un produit de luxe. En effet, le prix de ce Produit de Première Nécessité (PPN) n’a cessé d’augmenter depuis ces derniers temps atteignant un niveau inaccessible au pouvoir d’achat des consommateurs malagasy.  C’est dû notamment à la chute de la production de riz à Madagascar suite au passage du cyclone Enawo ainsi qu’à la longue période de sécheresse, d’après les explications au niveau du ministère du Commerce et de la Consommation. Pour faire face à cette situation, l’Etat a lancé un appel auprès de ceux qui désirent collaborer avec lui afin d’assurer un approvisionnement régulier en riz avec une quantité suffisante à un prix raisonnable et stable. Il s’agit notamment de l’importation de 200 000 tonnes de riz avec 25% de brisure pour une période de 2017-2018.

Convention. La Société Internationale M/s Hunt Technology Trading FZC a répondu à cet appel. Ainsi, le Gouvernement Malagasy, représenté par le Ministère du Commerce et de la Consommation, a établi une convention de partenariat avec la Société Hunt Technolgy Trading pour la fourniture de ces 200.000 tonnes de riz blanc aux opérateurs  malagasy durant cette période. Cette convention a été signée le 23 juin 2017, entre le Ministre du Commerce et de la Consommation, Monsieur  Tazafy Armand, et le représentant de la Société Internationale M/s Hunt Technology Trading FZC, Monsieur Rajiv Kumar. « L’objectif consiste à approvisionner le marché local en riz, d’une quantité suffisante, de manière régulière, et à un prix stable et raisonnable. Toutefois, la présente convention n’exclut pas d’autres offres venant d’autres opérateurs,  tant que les critères exigés sont respectés », a souligné le ministre de tutelle.

Facilitateur. Notons que ce fournisseur, Hunt Technology Trading, assurera l’arrivée des marchandises aux Ports de Toamasina, Mahajanga, et Antsiranana. Les opérateurs malagasy s’approvisionnent auprès de cette Société fournisseur, suivant leurs commandes. L’État reste facilitateur dans l’exécution de cette convention.  Une réunion avec les opérateurs en riz et le fournisseur, aura lieu ce jour dans l’après-midi, au Ministère du Commerce et de la Consommation. Cette réunion sera dirigée par le Directeur Général de la Concurrence et de la Consommation et aura pour objet d’informer les opérateurs sur les modalités pratiques de l’importation, a-t-on conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara41 partages

SMM : Ultimatum de 10 jours contre le régime

Comme prévu, les membres du Syndicat des Magistrats de Madagascar ont tenu hier au bureau de la Cour suprême à Anosy leur Assemblée générale extraordinaire. A l’issue de la réunion, le SMM a lancé un ultimatum de 10 jours contre le régime afin d’apporter des réponses à leurs revendications. En effet, les magistrats prévoient d’interpeller les autorités étatiques en déposant un mémorandum relatif à leurs revendications auprès de la Présidence de la République, la Primature et le Ministère de la Justice. Le délai de 10 jours commencera donc après ce déplacement à Iavoloha, Mahazoarivo et Faravohitra. A la fin de cet ultimatum, les membres du Syndicat des Magistrats de Madagascar prévoient d’observer une grève générale. « Une grève illimitée est fortement envisagée », a laissé entendre le vice-président du SMM Fanahimanana Tiaray. Un nouveau blocage total de l’appareil judiciaire n’est donc pas à écarter. En effet, les magistrats prévoient de mettre la pression sur le régime HVM afin de mettre en application les résolutions prises durant les assises nationales de 2012. Parmi les revendications figurent également la modernisation de la gestion de carrière, la lutte contre la corruption et la cessation de l’instrumentalisation de la Justice. Reste à savoir si le Ministère de tutelle et les dirigeants HVM prendront en considération ce énième ultimatum du SMM.

Davis R

Tia Tanindranaza37 partages

Sendikan’ny MpitsaraMampitandrina ny fanjakana

Taorian’ny fivoriambe tsy ara-potoana notanterahiny omaly teto Antanananarivo,

dia nivoaka ny fehin-kevitra sy ny fanambaran’ny Sendikan’ny Mpitsara eto Madagasikara (SMM). Manome fe-potoana 10 andro amin’ny fanjakana aorian'ny fandefasany taratasy amin’ny filoham-pirenena sy ny praiminisitra mikasika ny famaliana ny fitakiany ny sendikan’ny mpitsara. Tsy eken’izy ireo ny fitsabahana sy ny teritery atao amin’ny mpitsara. Tsiahivina fa notakian’ny SMM ny Fanenjehana ara-pitsarana ny loholona Riana Andriamandavy VII, izay notorian’izy ireo noho ny resaka fandrahonana ho faty tany anaty tambajotram-pifandraisana sy ny fihoaram-pefy teny amin’ny Bianco, ny fifonana ampahibemaso ataon’ny loholona Riana Andriamandavy sy ny loholona avy any Ampanihy Andrianjaka Goulzar, izay voalaza fa nanohintohina ny fitsarana sy nandrahona ny mpitsara nanao ny asany. Teo ihany koa ny fampiharana ny fampidirana am-ponja an’i Claudine Razaimamonjy, izay efa tanteraka, saingy tsy misy mangarahara raha ny fahitana azy. Nilaza ny SMM fa hiroso amin’ny fitokonana lavareny izy ireo raha tsy misy ny valiny mahafa-po. Marihina fa tonga nanatrika ny fivoriambe notarihin’ny Biraon’ny SMM natao omaly ireo filoha lefitra avy amin’ny faritany. Tsy eto an-tanindrazana kosa ny filohan’ny sendika Faniry Ernaivo, fa any ampitan-dranomasina.

Toky R

 

Midi Madagasikara34 partages

Budget Participatif : Le « réseau des communes BP » malgaches, le plus grand en Afrique

Parfait Andrianitovina, représentant le ProDéCID, lors de l’atelier de restitution des résultats au DLC Anosy.

Le budget participatif (BP) rend effectif la participation citoyenne dans les prises de décision politico-économiques. Par ailleurs, de par la bonne gouvernance qui en découle, il favorise le développement local à long terme.

Introduit à Madagascar en 2004 suite à l’initiative de la commune d’Ambalavao Atsimondrano, le budget participatif est actuellement appliqué par 221 sur les 1 695 existant à Madagascar. Ce chiffre démontre que le processus ne fait encore que commencer à Madagascar, mais les premiers résultats sont quand même encourageants. En 2014 par exemple, 184 communes ayant appliqué le processus ont décidé d’un commun accord de créer un réseau. Ce dernier a été reconnu comme étant le plus grand réseau du budget participatif en Afrique, en mai 2016 lors de la seizième conférence de l’OIDP (Organisation internationale pour la promotion de la démocratie participative). Dans la foulée, des communes malgaches, comme Ambalavao Atsimondrano et Ampasy Nahampoana Anosy ont ravi le prix OIDP sur la bonne pratique et la participation citoyenne.

Capitalisation. Les débuts du BP à Madagascar sont donc plus ou moins prometteurs. Ces résultats ont donc été capitalisés pour une meilleure pratique de ce processus. Ce fut chose faite à travers l’atelier de restitution des résultats de la capitalisation des expériences budget participatif à Madagascar, qui s’est achevé le 23 juin. Suite à cet atelier, un document capitalisant les acquis du processus BP est actuellement en cours de rédaction pour permettre aux communes l’ayant déjà entamé d’améliorer le leur et à d’autres ne l’ayant pas encore adopté, de l’intégrer peu à peu dans la gestion de leurs communes. Notons que le projet ProDéCID de la Coopération allemande et le MID (Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation) accompagnent les communes dans cette transition vers le BP, pour un Etat de droit et une démocratie plus « effectifs ».

Luz R.R

Midi Madagasikara31 partages

Cosafa Cup U17 : La sélection d’Analamanga à Maurice

Finalement la Fédération Malgache de Football a décidé d’engager la sélection d’Analamanga pour le tournoi de Cosafa des 17 ans et moins qui va se tenir au mois de septembre à l’île Maurice.

Une très bonne option d’ailleurs justifiée par les actions de la Ligue d’Analamanga qui a tenu son championnat U17 avec la finale prévue pour le 15 juillet prochain probablement au stade d’Alarobia.

Une finale qui mettra aux prises Elgeco Plus au Centre de Formation de Football Analamanga. Si la qualification d’Elgeco n’est pas une surprise, le CFF Analamanga constitue la révélation de ce championnat avec en son sein le gardien des Barea U17, Black, mais également son coéquipier Kevin. Comme le groupe est pris en main par Yves Rabemaromanga, l’un des meilleurs entraîneurs des jeunes sinon le meilleur qui a enfanté les Bolida, Sedera, Voavy Paulin,  Ando, Abel et Deba Kely quand il était à l’Ajesaia.

Comme dans un club professionnel, Yves Rabemaromanga s’est également entouré  de deux autres techniciens en l’occurrence Naya et Navalona.

Inutile de rajouter que le CFFA fera figure de favori lors de la finale du 15 juillet où va également se tenir la finale de la Ligue 2 d’Analamanga et opposant la CNaPS Sport Analamanga au Fosa Juniors Analamanga. Une manière pour les deux clubs d’intégrer le très relevé championnat tananarivien. Ce qui rend encore plus forte cette Ligue d’Analamanga dirigée d’une main de fer par Tota Henintsoa Rakotoarimanana.

Clément RABARY

Midi Madagasikara25 partages

Ambositra : Fête du 26 juin célébrée dans la dignité et dans la joie

« Le préfet d’Ambositra Randrianaivo Voahangindraibe Ravakiniaika, lors de la revue des troupes ». (Photo Anastase)

D’une manière générale, à Ambositra et ses environs, les festivités du 26 juin marquant le 57e anniversaire de l’indépendance et de l’armée, se sont déroulées dans la dignité et dans la joie. Ces festivités qui les 15 jours durant, ont non seulement donné à la ville une ambiance festive, mais aussi à tout un chacun, l’occasion de se réjouir d’une manière comme une autre, en s’orientant bien particulièrement sur l’aspect socio-économique, culturel, cultuel et sportive, comme c’est de mise dans une telle circonstance. Pour ne citer parmi tant d’autres que les différentes activités qui se sont déroulées sur la place d’Antamponivinany et un peu partout à travers la ville (kermesse, manifestations sportives et artistiques, cultes religieuses, nettoyages de la ville, etc.).

Grand Croix. Toujours sur la fameuse place d’Antamponivinany, le grand défilé du 26 juin et précédé la veille par les feux d’artifices ont été sans contexte les points culminants de cette chaude commémoration. Une occasion également pour le préfet d’Ambositra Randrianaivo Voahangindraibe Ravakiniaina qui a présidé la cérémonie  de procéder à la remise des distinctions honorifiques aux 50 récipiendaires. Exceptionnellement pour la circonstance, une délégation de pouvoir émanant du Grand Chancelier a été remise à madame le préfet d’Ambositra, pour procéder à la remise des décorations aux récipiendaires aux grades de Grand Croix au Chevalier de l’Ordre National. Trois ont été promus au grade de Grand Croix de 2e classe, il s’agit de : Ramidson Avenel, administrateur civil en chef de classe exceptionnelle retraité ; du général de brigade de gendarmerie retraité, Randevoson Jean Fulgence Arsène et de Rakotoralahy Dominique, conseiller pédagogique retraité. Si l’exécutif a été fortement représenté à cette célébration dans la tribune officielle, les élus n’ont pas été en reste avec la présence du vice-président de l’assemblée nationale, le député Hary Andrianarivo et de son épouse le maire de la commune urbaine d’Ambositra.

Anastase

Midi Madagasikara23 partages

Toliara : Toeram-pivarotana firavaka, notafihana efa-dahy nitam-basy

Miverina indray ny fanafihan-jiolahy nitam-basy ao Toliara, raha nangigina izany nandritra ny volana vitsivitsy. Ny tolakandron’ny talata teo, tokony ho tamin’ny 3 ora sy sasany, dia toeram-pivarotana volamena sy volafotsy lehibe iray ao Bazaribe, tantanana teratany karana no notafihana efa-dahy tsy nisaron-tava nitondra basy. Raha vao tafiditra tao amin’ity toeram-pivarotana amoron-dalana tsy lavitra biraona mpitandro filaminana ity ireo jiolahy, dia nanambana basy ary nanery an’ilay karana tompon’ny magazay hamoaka vola. Nihanahana tsy nahahetsika anefa ilay karana, ka nototoin’ireo olon-dratsy ny vodibasy, ary mbola nakapokapok’izy ireo teo ambony latabatra fivarotana ihany koa ny lohany, ka naratra mafy sady vaky nihosin-drà. Mbola manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitalibe kosa ny niharam-boina hatramin’izao. Mihorohoro ny karana rehetra. Raha ny fanazavana azo, dia ilay karana mpivarotra irery no tao tamin’ny fotoana nitrangan’ny fanafihana, fa nirahiny nankany amin’ny zanany ny mpiasany. Tonga tampoka anefa ity farany, ka nahita ny famonoan’ireo jiolahy ny patiraony, dia nitsoaka haingana niantso mpitandro filaminana. Raha vao tsikarik’ireo jiolahy fa ho tonga ny Polisy, dia nivoaka moramora izy ireo, ohatra ny olona tsy nanao zava-dratsy ireny, ka tsy nisy voasambotra. Raha ny fantatra dia tsy nahazo na vola na volamena na zava-tsarobidy hafa ireo jiolahy. Nanoloana iny trangana fanafihana iny, raha ny ny fampitam-baovao voaray, dia matahotra sy mihorohoro avokoa ankehitriny ireo teratany karana rehetra mpivarotra ao Bazaribe sy any Toliara.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara22 partages

Mise en œuvre du PNEFP : Un pas de plus vers le travail décent à Madagascar

La mise en place de la politique nationale de l’emploi devrait permettre de pallier à la situation actuelle de l’emploi.

Validé hier, le plan de mise en œuvre du composant emploi de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation s’affiche comme une véritable avancée pour Madagascar dans la lutte pour la mise en place du travail décent.

La situation actuelle du Pays en matière de travail et emploi est déplorable. En effet, la Grande-île connait depuis une dizaine d’année une crise de l’emploi sans précédent. Ladite crise se manifeste par un « fort taux de chômage chez les jeunes,  un taux de sous emplois qui touche les 80% des actifs, une économie informelle qui comprend neuf emplois sur dix et qui mine l’essor économique ». La situation fait actuellement place à « une importante migration du travail ». Notamment des jeunes femmes et filles malgaches qui se ruent vers les pays arabes pour travailler en tant que domestique. Des faits préoccupants qui nécessitent des mesures appropriées mais surtout des actions tout aussi adéquates. L’atelier de validation du plan de mise en œuvre de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation, dans sa composante Emploi, arrive donc à point nommé. S’étant déroulé à l’hôtel Colbert, l’évènement était l’occasion pour les  divers acteurs œuvrant dans le domaine de permettre un grand pas pour Madagascar dans cette lutte.

Stratégiques. La validation de ce plan se définit dans ce cas comme étant le résultat d’inombrables efforts menés aussi bien par le gouvernement malagasy, à travers le ministère de l’Emploi, mais également des autres partenaires comme le BIT. D’ailleurs, le directeur du Bureau de Pays pour l’OIT pour Madagascar, Comores, Maurice et Seychelles Ntsay Christian a affirmé que : « la validation de ce plan confirme l’engagement de Madagascar sur la ratification de la convention 122 de l’OIT ». Ladite convention définissant les standards internationaux et fixant les chemins à suivre en matière de politique de l’emploi. A cet effet, cette avancée est stratégique pour Madagascar mais également elle se définit comme une réponse appropriée pour la réalisation du programme pays pour le travail décent 2015-2018. La continuité des actions déjà entreprises doit toutefois se faire. Notamment dans « l’amélioration de la qualité des formations pour une meilleure employabilité des jeunes ou encore l’amélioration de la qualité des emplois existants ». Des défis pour Madagascar pour asseoir véritablement le travail décent.

José Belalahy

Midi Madagasikara20 partages

MLE : Grande mobilisation le 7 juillet prochain

Une Assemblée générale des membres du Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE) s’est tenue hier à Antanimena. La reprise de la mobilisation a été décidée à l’issue de cette réunion. Aussi, une grande mobilisation est prévue le vendredi 7 juillet prochain pour marquer le 365è jour de l’adoption du Code de la communication médiatisée jugé liberticide aussi bien par la presse malgache que par les associations et organisations internationales œuvrant dans le domaine de la défense de la liberté d’expression. Pour l’heure, les tenants et aboutissants de cette nouvelle manifestation n’ont pas été dévoilés. Le MLE lance toutefois un appel à l’endroit de toutes les forces vives de la Nation, les syndicalistes, les membres de la Société civile, les politiciens et les simples citoyens « afin d’unir les forces et soutenir les journalistes jusqu’à l’aboutissement du combat ». Pour ce premier anniversaire de l’adoption du Code de la communication médiatisée, le MLE prévoit le lancement d’une émission hebdomadaire dénommée « Tsy mahaleo ny sampona », en réponse à celle produite par l’équipe de la Communication de la Présidence de la République intitulée « Fotoam-bita », et qui sera diffusée sur les réseaux sociaux et sur des chaînes de télévision locales.

Concertation. La poursuite judiciaire contre le quotidien « Free News » a également été évoquée durant l’Assemblée générale d’hier. « Une affaire entachée d’irrégularités flagrantes », soutient le MLE qui estime également que « la méconnaissance de ce texte par les diverses entités qui doivent l’appliquer, la faire respecter ou sanctionner sa violation constitue un danger réel pour les journalistes dans l’exercice de la profession. D’autant plus que ces diverses entités semblent plus motivées par la volonté de s’acharner contre les organes de presse dont les propriétaires n’épousent pas les mêmes opinions que les dirigeants ». Comme solution, le MLE réclame un avant-projet de texte élaboré de manière consensuelle. L’association interpelle également l’opinion par rapport à la manière avec laquelle le Ministère de la Communication compte procéder pour mettre en place un espace de concertation afin de discuter du Code de la communication. Une démarche considérée par le MLE comme « une manœuvre visant à diviser la presse malgache ».

Davis R

Midi Madagasikara18 partages

Réseau QualiREG : Une 6e édition des Rencontres de l’Agroalimentaire en Océan Indien

« La recherche et l’innovation pour la qualité et le développement du secteur agroalimentaire en Océan Indien ». Tel sera le thème choisi dans le cadre de la 6e édition des Rencontres de l’Agro-alimentaire en Océan Indien qui sera organisé par le réseau de coopération scientifique QualiREG du 20 au 24 novembre 2017 à la Faculté d’Agriculture à l’Université de Maurice. Plus de 250 participants opérant autour  de la recherche, de l’innovation et du développement du secteur agro-alimentaire et représentant les sept pays de l’Océan Indien, seront attendus à cet événement.

Occasion unique. Durant ces Rencontres, des conférences seront organisées pendant trois jours. Et les deux autres journées seront consacrées à la formation. A part les visites des stands des exposants composés de plus d’une cinquantaine d’intervenants, des rencontres B to B auront lieu également. Rappelons que le réseau QualiREG organise chaque année les Rencontres de l’Agroalimentaire, une occasion unique dans l’Océan Indien d’échanger entre chercheurs et professionnels de l’agroalimentaire autour des enjeux de la qualité des aliments. Ils peuvent également faire le point sur les projets de recherche en cours, sans oublier la promotion  des innovations et du savoir-faire identifiés dans la région Océan Indien. La programmation des coopérations à venir et l’établissement de nouvelles collaborations, ne sont pas en reste.

Appui aux filières. Parlant des thèmes abordés durant cet événement, on peut citer, entre autres, « les aliments, la santé et le bien-être », « la Sûreté des aliments et contrôle de la qualité » et « l’appui aux filières et aux entreprises ». Et pour cette 6e édition, les Rencontres de l’Agroalimentaire en Océan Indien se dérouleront à la Faculté d’Agriculture à l’Université de Maurice. De plus, ces journées seront largement ouvertes aux jeunes afin de les impliquer au mieux dans l’avenir des filières. Les étudiants auront l’occasion de présenter leurs retours d’expériences sur leurs projets et stages réalisés, a-t-on conclu.

Navalona R.

Madagascar Tribune16 partages

Le gouvernement face à de sérieux problèmes

Le gouvernement américain n’est pas près de mettre fin à la pression sur le régime dans la rubrique respect des droits humains, plus exactement dans le type d’esclavage moderne. Le rapport américain qui note un recul de deux points de l’Etat malgache dans la lutte contre l’esclavage moderne, n’a pas oublié de regretter les déclarations sans concrétisation de la part des gouvernants à propos de responsables de corruptions et de détournements identifiés mais qui ne comparaissent pas dans aucun procès devant le tribunal.

Pendant ce temps, les syndicats remettent la grève en selle. Le syndicat des agents de la Douane malgache (SEMPIDOU) a repris depuis mardi 27 juin la grève. Le syndicat des magistrats (SMM) brandit la sienne. Le SMM qui a organisé des assemblées dans les cinq chefs lieux de province, a tenu son assemblée générale extraordinaire (AGE) ce 28 juin. Il a été décidé lors de cette AGE, qu’un mémorandum des revendications des magistrats sera rédigé et sera déposé auprès des autorités et du gouvernement. Un délai de dix (10) jours leur sera accordé pour ouvrir le dialogue et apporter des solutions aux revendications des juges. Faute de quoi, ce sera la grève générale et illimitée.

Quant aux autres leaders d’opinion, dont les gens des médias (le 4è pouvoir) et la société civile et politique, ils ont commémoré le premier anniversaire du Mouvement pour la Liberté d’Expression (MLE). Ils prévoient pour le 7 juillet prochain, une grande manifestation dont la forme n’a pas encore été précisée. Toujours est-il, que le bureau du MLE lance un appel à tous les citoyens, à toutes les formations civiles (syndicat et association), à tous les groupements et partis politiques pour ce rassemblement contre le « code liberticide » adopté par le Parlement et en vigueur mais que d’après le MLE, n’est même pas respecté par ce gouvernement. Le MLE envisage de déposer auprès du PNUD, une autre proposition de code de communication.

A noter que le MLE refuse la proposition du ministère de la communication et du gouvernement de création d’un espace de concertation, car à son avis, le mode désignation ou la composition des membres de cet espace n’est autre que diversion et ne peut que diviser les gens des médias et notamment les journalistes.

L'express de Madagascar16 partages

Menace de grève – Le SMM lance un ultimatum de dix jours à l’État

À l’issue de son assemblée générale, le SMM durcit le ton. Il annonce une grève si l’État n’accède pas à leurs revendications d’ici dix jours.

La grève. C’est ce que l’Assemblée générale extraordinaire du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), a décidé, hier. Avant de passer à l’acte, toutefois, le SMM remettra une lettre contenant leurs desiderata aux responsables étatiques et leur donne dix jours pour cogiter sur la réponse à y apporter.« Le délai de dix jours sera compté à partir du moment où la lettre sera remise aux responsables. », a déclaré le juge Tiaray Fanahimanana, vice-président du SMM, lors d’un point de presse, à l’issue de l’assemblée générale d’hier, à la Cour suprême, Anosy. Certaines indiscrétions indiquent que la lettre devrait être remise, ce jour et devrait contenir des revendications sur l »arrêt de « l’instrumentalisation » de la Justice .La modernisation de la gestion de carrière des magistrats, ou encore, le renforcement de la lutte contre la corruption, figureront, aussi, dans cette missive. Tout ce qui a été dit dans les communiqués et déclarations du SMM, jusqu’ici, resterait, également, d’actualité. La lettre devrait, également, exiger l’application des résolutions de l’assise nationale pour l’indépendance de la Justice, en février 2012.« État de droit par l’instauration d’une Justice indépendante, crédible et respectée », est le thème de cette assise d’il y a cinq ans, dont le déclencheur est « l’assassinat », du magistrat Michel Rehavana, par des éléments de la police, à Toliara, en décembre 2011. Deux principes qui sont encore, mis en avant dans le bras de fer que le SMM compte engager contrel’État, aujourd’hui. Pour se faire entendre, les magistrats ont fait un sit-in, le 3 mai.

SignalUn appel à Hery Rajaonarimampianina, président de la République, pour qu’il fasse « une déclaration officielle et publique en faveur de l’indépendance de la Justice », a été lancé ce jour-là. S’esti­mant ne pas avoir été écoutés, les juges ont arrêté le travail durant deux jours pour affirmer leur « indignation », face aux maux de la Justice. « Si l’État garde, une nouvelle fois, le silence, nous entrerons en grève », a soutenu le juge Fanahimanana, hier.Parmi les résolutions de l’assise nationale de la magistrature de 2012 figurent, entre autres, « la mise en oeuvre de l’indépendance de la Justice », le respect de l’autorité de la Justice ou encore, « la restructuration de l’administration judiciaire ». Changer la composition du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), en y écartant le président de la République et le ministre de la Justice, a, aussi, été décidé, en février 2012. Des points non-concrétisés, depuis, et qui, visiblement, sont toujours d’actualité.« Nous, magistrats, pensons que dix jours sont amplement suffisants pour refléchir à la réponse à donner à nos demandes », a ajouté le juge Fanahimanana qui s’est fait porte-parole du Syndicat, hier. De prime abord, cependant, plusieurs des desiderata du SMM touchent à des questions de fond nécessitant des modifications de loi et même de la Constitution. Ce qu’a affirmé Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM, alors invitée sur le plateau de TV5 monde, samedi, où elle a pris comme exemple la recomposition du CSM.Une source avisée expli­que que dans l’esprit de l’assemblée générale d’hier, le délai de dix jours a été fixé pour permettre à « l’Exécutif d’étudier la question durant un conseil des ministres et d’y apporter des réponses ». Sans quoi, après les préavis légaux, la grève démarrera, le 10 juillet. Seulement, « certains d’entre-nous ont fait remarquer que ce délai ne suffirait pas pour répondre aux questions de fond ».Durant ce délai de grâce de dix jours, et lors du prochain conseil des ministres, notamment, le SMM semble surtout attendre un « geste politique fort » du pouvoir éxécutif, quant à ses revendications. La forme et le ton de ce « geste », pourraient déterminer la suite du processus déclenché par les magistrats, hier. Reste à voir si l’ultimatum d’hier, fera réagir l’État.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara15 partages

Groupe Condorcet : 46 ans d’existence

Les vingt étudiants qui sont sortis officiellement le jeudi 23 juin dernier.

Cette année est tout simplement festive pour le groupe Condorcet. En effet, trois séries de célébration se sont déroulées le jeudi 23 juin dernier à l’église Ecar Saint Jean Baptiste Faravohitra. Outre, les 46e anniversaires du groupe, la journée a fait place à la célébration des quinze années d’existence de l’Etablissement d’Enseignement et de Formation Professionnelle Supérieur Condorcet. Un département compris dans ledit groupe qui forme des jeunes afin de leur permettre de faire face au monde du travail. Et la troisième festivité est le fruit des investissements intellectuels entrepris au sein dudit établissement. Vingt étudiants diplômés de Master dans le domaine des sciences et de l’ingénierie ont officiellement effectué leur sortie de promotion ce jour et ont reçu la bénédiction des responsables auprès du Groupe. Œuvrant dans la formation des jeunes, le groupe Condorcet contribue dans les actions devant permettre un développement humain du Pays par l’épanouissement de sa jeunesse.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara14 partages

Kick-boxing – Gala International : Les Malgaches étrillent les Réunionnais

Au gala international disputé dimanche au Gymnase d’Ambatomena, les combattants de la zone sud se sont imposés face aux Réunionnais en remportant trois victoires contre une pour leurs adversaires Réunionnais.

Ces derniers  temps, le public fianarois a été gâté à travers les nombreuses compétitions de kick-boxing.

Domination. Les kickboxeurs du Sud de l’Ile ont justifié une fois de plus, qu’ils maîtrisent bien cette discipline. A l’initiative de Zanakala Sports et de Tsimitsitsy, ce grand gala a permis aux combattants de tâter l’international et de se mesurer face aux Réunionnais. La première victoire a été l’œuvre de François chez les moins de 71 kg en s’offrant du Réunionnais Eddy Demery. Il a dominé de la tête et des épaules son adversaire. Le Fianarois, Tafita engagé en moins de 67 kg n’a pas fait de dentelle face à Fabrice Monaiche. La vedette de la compétition était sans doute Rojolalaina. Habitué des compétitions majeures, Rojo absent du ring durant un certain temps a fait un retour réussi. Opposé à Thierry Ruitz, Rojolalaina a remporté la victoire à l’unanimité des juges dans la catégorie des moins de 63,5 kg. L’unique défaite revient à Tolotra de Manakara encaissée face à Bedan William.

Encourageant. Dans les combats entre malgaches, les présélectionnés au sein de l’équipe nationale en provenance de la zone sud, Lavakely, Dicot, Joe, Brown ont tous triomphé dans leur duel respectif. « Ils ont prouvé qu’ils sont forts et matures. Au vu des résultats et du niveau, c’est très encourageant » a souligné Briand Andrianirina, président de la Fédération malgache de kick-boxing et disciplines associées. Le combat retour est prévu pour le 26 août à La Réunion, mais en attendant, un duel avec les combattants de l’Afrique du Sud sera au programme. De belles bagarres en perspective…

Résultats

71 kg : François (Toliara) bat Demer Eddy (La Réunion).– 67 kg : Tafita (Fianarantsoa) bat Monaiche Fabrice (La Réunion).5 kg : Rojo Lalaina (Fandriana) bat Ruiz Thierry (La Réunion).

– 54 kg : Bedan William (La Réunion) bat Tolotra (Manakara).

Tia Tanindranaza13 partages

Rakotomanana Hery“Tsy mpangala-bato ny CENI”

Nifamotoana tamin’ny fianakaviamben’ny antoko politika indray ny CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) teny amin’ny foiben-toerany Alarobia, omaly.

Ramano F.

Sary fampihaingoana : Vitsy hatrany ireo solontenan’ny antoko politika miatrika ny dinika karakarain’ny Ceni eny Alarobia

 

 

Midi Madagasikara13 partages

Assemblée nationale : Evaluation des politiques publiques

Un atelier d’échanges sur l’évaluation des politiques publiques s’est tenu, hier, à l’Assemblée nationale. Organisé à la demande du Parlement, cet atelier entend répondre aux besoins et préoccupations des  sénateurs et des députés quant à leur rôle dans l’évaluation des politiques publiques. Entrant notamment dans le cadre de la mise en œuvre du Programme « Africa Democracy Strenghtening», l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique (EISA) apporte son appui au Parlement malgache. Ce projet, financé par l’Agence de coopération suédoise (SIDA), a pour objectif de contribuer au renforcement du processus de démocratisation à Madagascar à travers la promotion d’une action parlementaire efficace et effective.

Appui technique. Dans cette optique, EISA apporte, depuis septembre 2014, un appui technique spécifique aux parlementaires malgaches dans l’exercice de leur mandat. Il s’agit pour l’Institut de soutenir les initiatives déterminées par les plans stratégiques des deux Chambres visant à doter les parlementaires de tous les outils nécessaires à la mise en œuvre de leurs différentes missions et responsabilités. Ainsi, des ateliers et séminaires portant sur les différents aspects du mandat parlementaire sont régulièrement tenus afin de leur permettre d’être systématiquement au fait des exigences et compétences qu’exige leur statut.

Evaluation. Parmi les obstacles au plein exercice de cette fonction parlementaire figurent la méconnaissance et/ou l’inexistence de mécanismes et d’outils facilitant l’évaluation. Cette lacune affecte l’exercice effectif de cette attribution par les membres du Parlement et, par conséquent, leur efficacité dans ce domaine particulier. Ainsi, afin de leur permettre de renforcer leur rôle en la matière, cet atelier d’échanges vise à clarifier le rôle des parlementaires en matière d’évaluation des politiques publiques. De façon plus spécifique, il s’agira de les doter des compétences et outils pour une évaluation effective et efficace des politiques publiques. Il leur permettra également d’identifier les bonnes pratiques dans ce domaine particulier.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara13 partages

Ressources naturelles dans l’Itasy : Signatures de 21 contrats de transfert de gestion lors de la JME

Les autorités présentes à Arivonimamo, lors de la JME. (Photo Anastase)

La direction régionale de l’environnement, de l’Ecologie et des forêts de l’Itasy en collaboration avec la direction régionale des Ressources Halieutiques et de la Pêche et en partenariat avec le projet « SATA » (Sahan’Andraikitra, Teti-pitondrana, Arohevitra) financé par l’Union Européenne et mis en œuvre par l’Ong Saha, ont tenu à marquer la célébration de la journée mondiale de l’environnement, le 15 juin dernier à Arivonimamo et placée sous le thème « Réconcilier la population avec la nature ».

« Dina » régional. Le point fort de cette manifestation a été sans nul doute la signature de 21 contrats de transfert de gestion des ressources naturelles dont des forêts de « tapia » et des lacs ainsi que la remise des lots aux VOI (communautés locales de base) lauréats du concours organisé sur la pratique de bonne gouvernance dans la gestion des ressources naturelles. Autant d’actions à même de refléter bel et bien le thème de cette journée qui est de réconcilier la population avec la nature.

Auparavant, Rakotomalala Christian Léonard, coordonnateur du projet « SATA » qui est un projet de renforcement des organisations de la société civile gestionnaires des forêts de « tapia » et des lacs, de mettre l’accent sur la nécessité et l’urgence de l’homologation du « dina » régional de l’Itasy dans la gestion et la préservation des ressources naturelles, de son utilité, de son objectif, des étapes du processus accomplies dans son élaboration et le stade d’avancement actuel qui est à son étape ultime, c’est-à-dire au niveau de la préfecture de l’Itasy et du tribunal pour homologation. Toujours, selon Rakotomalala Christian Léonard, le projet Sata a longuement contribué à l’élaboration de ce « dina » régional qui a suivi un long processus partant de la base (fokonolona) et des différentes hiérarchies, depuis 2015 et piloté par la plateforme régionale des « VOI » « Soa Iombonana ».

Frein. Des lourdeurs administratives que les organisations de la société civile ne cessent de dénoncer dans la gestion des affaires de l’Etat et qui constituent un frein au développement et surtout dans la préservation de nos ressources naturelles constamment menacées. D’autant plus que ce « dina » régional, tout comme les transferts de gestion, sont des outils pertinents pour faciliter la cohésion, la confiance mutuelle, l’interaction et la synergie entre les différents acteurs concernés pour la gestion et la préservation des ressources naturelles. En bref, « réconcilier la population avec la nature ». Certes, concluent ces organisations, nos partenaires sont là, pour aider dans la mise en œuvre du plan national de développement, mais ne peuvent en aucun cas se substituer à l’Etat. A noter également la participation à cette rencontre, des artistes comme, le groupe folklorique « Bakomanga » et le groupe artistique local « Ala Tapia Music » porteurs de messages clés.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

Midi Madagasikara13 partages

SEMPIDOU : Revendication satisfaite, d’autres requêtes formulées

Les services publics liés au dédouanement sont toujours assurés, selon l’Administration douanière.

Les membres du Syndicat des employés des Douanes (SEMPIDOU) poursuivent leur grève, avec de nouveaux motifs. De son côté, l’Administration assure que les services publics liés à la douane seront toujours assurés.

Les douaniers en grève n’ont toujours rien à déclarer. Malgré leurs multiples interventions devant les médias et la poursuite de leur grève, aucune affirmation officielle n’a été émise quant au motif exact de ce mouvement syndical. Cependant, certains d’entre eux laissent entendre qu’il s’agit d’une nouvelle revendication. En effet, la première requête formulée par le SEMPIDOU au mois de mars, a déjà été satisfaite point par point, selon un mémorandum qui nous a été présenté. D’après les informations fournies, l’objet de la grève concerne des primes de rendement visant à motiver les douaniers à améliorer les recettes de l’Etat. Cette fois, le nouveau motif des grévistes concerne toujours ces avantages, mais avec des « améliorations » surenchéries. Pourquoi cette ambigüité dans les revendications ? Pourquoi ce changement constant de langage durant les négociations ? Autant de questions se posent toujours, jusqu’au jour où les grévistes décideront d’éclaircir l’opinion. Pour l’heure, le secteur privé et les économistes n’ont pas manqué de s’exprimer sur cette affaire, en évoquant un sabotage économique.

Dédouanement. Du côté de l’Administration, la Douane a affirmé que les services publics liés au dédouanement seront assurés et que des mesures sont déjà prévues, dans ce cadre. Au port de Toamasina comme dans les autres bureaux de la Douane, les points de vue sont divisés. Alors que les meneurs de grève au sein du SEMPIDOU visent davantage plus haut, certains membres de ce syndicat parlent d’acquis, quant à la réclamation de « primes de motivation ». Pour l’opinion, les douaniers figurent déjà parmi les mieux payés, au niveau de la fonction publique. Le nombre de candidats ayant postulé au dernier concours de recrutement organisé par la Douane, témoigne d’ailleurs de l’intérêt, que portent les nouveaux diplômés au métier de douanier. Cette tendance se poursuit alors que ceux qui sont en poste refusent aujourd’hui de travailler… Il faut noter que parmi les employés de la Douane à travers le pays, 700 ne sont pas membres du syndicat SEMPIDOU. Avec ceux qui n’adhèrent pas à la grève, les services de dédouanement devraient toujours être assurés, selon l’Administration.

Antsa R.

La Vérité9 partages

Affrontement à Betroka - Exécution sommaire d’un adjudant-chef de la Gendarmerie

 

Alors que l’opération spéciale destinée à traquer et mettre les dahalo bat son plein dans le massif d’Andriry, Commune de Betroka, les assaillants continuent de sévir, et de façon meurtrière. Vers 4h hier matin, un adjudant-chef au sein de la Gendarmerie a payé de sa vie pendant sa mission en vue justement de poursuivre des malaso dans la localité de Bekijohy, Commune d’Antamarina située à quelques kilomètres à l’ouest de Betroka.

Dans l’affrontement qui s’est déroulé dans l’obscurité matinale, les agresseurs ont pu s’emparer de l’adjudant-chef et l’ont entraîné sur quelques distances avant de l’exécuter d’une balle en pleine poitrine. Pire, les assassins ont réussi à s’enfuir avec la kalachnikov chargée de munitions de la victime. En revanche, ils ont échoué dans leur tentative afin d’emporter le cadavre du défunt avec eux. « Les dahalo ont préféré battre en retraite lorsque les Forces de l’ordre incluant des gendarmes et des militaires les ont harcelés jusque dans leurs retranchements », apprend-on auprès du service de renseignement de la Gendarmerie nationale. Dans le chaos qui a alors mis face-à-face les Forces de l’ordre et  le fokonolona d’une part et les dahalo d’autre part, ces derniers ont également perdu un homme dans leurs rangs tandis qu’un villageois fut grièvement blessé. Tout a commencé vers 1h du matin hier par l’alerte liée à cette razzia où ses auteurs se sont emparés de quelque 119 bovidés dans cette localité de Bekijohy. Un peloton de gendarmes fut dépêché  sur place en vue de couper la voie aux brigands dans leur fuite avec le bétail volé. Par la suite, la section de gendarmes mobilisée s’est scindée en deux équipes dans l’espoir de prendre en tenaille les dahalo. Alors que la première équipe de gendarmes n’a encore réussi à prendre position sur le chemin par où devait passer le troupeau, les dahalo l’ont prise en embuscade. « Même le véhicule des gendarmes a essuyé quelques tirs. Mais heureusement, l’on ne déplore aucune victime », renchérit cette même source. Parallèlement et à dix lieues de ce premier point de contact entre les Forces hostiles, la deuxième équipe dont faisait partie l’adjudant-chef,  a subi le même déboire que la première où les Forces de l’ordre se trouvent subitement sous  les tirs nourris  de leurs adversaires. Il y eut alors un échange de tirs. C’était dans cette confusion totale que les agresseurs ont réussi à emmener de force l’adjudant-chef pour le tuer ensuite.Quelques moments après cette situation confuse, le commandement de la Gendarmerie a envoyé un hélicoptère dans la région pour déclencher les poursuites et la traque des assaillants depuis le ciel. Tous les éléments des forces engagés sur place restent toutefois injoignables, rendant ainsi impossible toute tentative afin de mieux connaître l’évolution de la situation sur le terrain. Mais une chose est sûre : les dahalo ont réussi à continuer à fuir avec le bétail dont les Forces de l’ordre n’arrivent toujours pas à localiser leurs traces, du moins pour le moment.

Franck Roland

 

News Mada8 partages

Itampolo : naiditra am-ponja ilay nangalatra sokatra 40

Naiditra am-ponja ny zoma lasa teo, tao Ampanihy, ilay nangalatra sokatra miisa 40, ny 17 jona 2017 tao amin’ny tanànan’Andomotsy, fokontanin’i Tariboly, kaominin’Itampolo, distrikan’Ampanihy Andrefana. Saika noentina ho any Toliara ireo sokatra ireo, izao tratra miaraka amin’ny mpanondrana azy izao. Marihina fa vokatry ny vela-pandrika napetraky ny MNP sy ny zandary avy ao amin’ny kaominina Beheloky, distrikan’i Toliara faharoa no nahitana ny vokatra. Nifandroritana ny fitondrana ity raharaha ity teny amin’ny fitsarana ao Ampanihy sa Toliara. Manana fianakaviana mpitondra ambony ao Toliara ilay lehilahy tompon’antoka tamin’ny fanondranana sokatra ity.  Taorian’ny fidinan’ny OMC avy any Ampanihy tany an-toerana,  tapaka fa natolotra ny fitsarana any Ampanihy ny raharaha. Nogiazana vonjimaika ao amin’ny fokontany Marofijery, kaominin’i Efoetse distrikan’i Toliara faharoa, ireo sokatra 40 ireo ary haverina avy hatrany any amin’ny ny toerana niaviany any Itampolo.

Araka ny vaovao azo, efa tratra tamin’ny fanondranana sokatra ity lehilahy ity ny taona 2013, ary izao namerina izao indray. “Tokony hohamafisina ny sazy azon’ireo mpanondrana antsokosoko ny harem-pirenenana an-tsokosoko toy izao”, hoy ny filohan’ny vovonam-paritry ny fiarahamonim-perenena misehatra amin’ny fifampitondrana tsara tantana Miranga.

Nifanindran-dalana tamin’io fotoana io koa ny fanolorana ny fitsarana ireo olona telo hafa voarohirohy amin’ny fandikan-dalàna momba ny fanimbana ny tontolo iainana. Tao ny nanapaka ala tsy ara-dalàna, nandoro tranon’olona ary nanao asa fanakorontanana tany amin’ny kaominin’Itampolo io ihany.

CMS

Midi Madagasikara8 partages

Is’Art Galerie : Danse et Bling Bling pour vendredi

Judith Olivia Manantenasoa sera en duo avec Virginie Lavenant dans « Abandonne-moi ».

La soirée promet d’être très colorée ce vendredi à l’Is’Art Galerie, avec deux performances aussi animées l’une comme l’autre. De la danse pour une mise en bouche, avec Judith Olivia Manantenasoa et Virginie Lavenant, puis de la musique folklorique et populaire avec la fanfare Bling Bling. La fête continue !

Deux événements en un, c’est ce que l’Is’art Galerie propose ce vendredi soir pour qu’elle soit la plus belle de toute la ville. De la danse d’abord, avec Judith Olivia Manantenasoa et Virginie Lavenant, qui vont effectuer une performance live dans la pièce intitulée « Abandonne-moi ». Un concept, une œuvre, mais surtout une grande surprise comme à chaque fois, surtout si l’on connaît déjà les capacités de ces deux artistes. D’une part Judith Olivia Manantenasoa, danseuse et chorégraphe, qui s’illustre par son charisme et ses œuvres classées contemporaines. Timide et réservée, Judith est pourtant la plus expressive lorsqu’elle danse. Et son entrain est contagieux, ce bonheur dans la danse se transmet très rapidement, l’histoire qu’elle raconte avec son corps est émouvant. Avec Virginie Lavenant, de la compagnie L’Aléas des Possibles, le duo ne peut être que surprenant. Virginie Lavenant  est une artiste de cirque, une chorégraphe qui est installée à Madagascar depuis 2005. Au sein de la compagnie L’Aléa des Possibles, elle a  transmis sa passion aux jeunes artistes locaux et a fait d’eux des artistes citoyens et créateurs, qui développent leur identité au sein d’une troupe. Pas de synopsis pour cette pièce chorégraphique, les deux artistes laissent le soin au public d’apprécier l’œuvre à sa juste valeur.

Bling Bling. En deuxième partie de la soirée, place à la musique. Une fanfare pour faire du bruit, et pour apporter la bonne humeur. Avec la fanfare Bling Bling, qui mélange les styles avec leur fanfare éclectique et électrique. Avec un répertoire composé de musiques balkaniques, le voyage est offert et le dépaysement garanti. Un tour vers l’Europe de l’Est avec ces instruments de musique à vent qui interprètent des tubes inattendus, la soirée promet d’être colorée !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara7 partages

Polibrèves

*Le Consulat de Madagascar en France organisera demain 30 juin une cérémonie axée sur la célébration de l’accession de Madagascar à l’indépendance au Consulat Général à Marseille. C’est le nouveau consul, en la personne de Pascal Rajaonarison, qui la dirigera à partir de 18heures. Des discours, un cocktail dinatoire et diverses animations seront au rendez-vous.

*Une délégation du ministère auprès de la Présidence en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement (M2PATE), conduite par le directeur général de l’Aménagement du Territoire, Gérard Andriamanohisoa, s’est rendue hier au Sénat. Le but étant de remettre aux sénateurs des brochures relatives à la loi n°2015-051 sur l’Orientation de l’Aménagement du Territoire (LOAT) et à la loi n°2015-052 relative à l’Urbanisme et à l’Habitat (LUH). Durant cette visite, la délégation a été reçue par Honoré Rakotomanana, le président du Sénat et quelques membres du bureau permanent.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara7 partages

Camille Vital : Pour une observation internationale en 2018

« Il faut avant tout combattre l’insécurité », déclare le général Camille Vital.

L’ancien poulain de « Hiaraka Isika » évoque la prochaine course à la magistrature suprême.

« En tant que militaire, je connais la recrudescence de l’insécurité, c’est malheureux ce qui se passe », déclare le général Camille Vital. Et de citer le cas de Kassam, frère du député Rochelin de Toliara II qui vient d’être attaqué à Soahazo, près d’Analamisampy à 107 km de la capitale du Sud. Opérateur économique bien connu pour sa sociabilité et sa générosité, Kassam a été agressé par 4 individus qui lui ont dérobé la somme de12 millions d’ariary, recette d’une vente de produits locaux. Il a reçu une balle à son bras gauche.

Kidnappings. « Je dis ce que je constate », poursuit Camille Vital, à la sortie d’un restaurant à Ifaty dans l’après-midi du 26 juin. « Les kidnappings sont de plus en plus fréquents. Je dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas. Quand l’économie ne va pas, rien ne va. Avec l’inflation galopante, tout devient cher. Les politiciens ne pensent pas à la misère du peuple alors qu’ils ne sont détenteurs de pouvoir que par le mandat que leurs électeurs leur ont accordé. Ils ne pensent qu’à eux-mêmes ».

Fraudes. Depuis qu’il a quitté Mahazoarivo, il est venu s’installer sur ses terres d’Andoharotsy. Son domaine est visible de loin sur la RN7. Il pourrait vivre une retraite paisible, mais il ne peut fermer les yeux sur la misère du peuple. Interrogé sur ce qu’il faut faire, face à la situation, le général de répliquer qu’« il faut avant tout combattre l’insécurité ». Concernant l’échéance de 2018, l’ancien poulain de « Hiaraka Isika » est « pour une observation internationale afin d’éviter les fraudes et autres magouilles électorales ». Pour le candidat à la dernière présidentielle de 2013, « que le meilleur gagne et que la démocratie soit de mise pour faire élire un président déterminé à œuvrer au vrai développement de Madagascar, après 57 ans d’indépendance ».

Charles RAZA

Midi Madagasikara7 partages

Run Total Quartz : Une 5e manche décisive ce dimanche

Un avant-goût du derby final. La cinquième manche du championnat de Madagascar de run se disputera  ce week-end sur la piste du BATAC à Arivonimamo. De belles bagarres en perspectives dans les catégories Pro-run et celle Run. Dans la catégorie « Prorun », on s’attend à un mano à mano entre le triple champion de Madagascar (2014-2015-2016) Jean de Dieu Rafanomezantsoa, alias Vazaha avec sa Mitsubishi Lancer Evo IX et Jaona « Elite » Randriarimalala au volant de sa Smart Dragster. Avec une seule victoire obtenue lors de la troisième manche, Jaona Elite n’aura pas droit à l’erreur ce dimanche pour espérer rester en course pour le titre final. L’occasion sera d’ailleurs idéale pour lui de se faire un nom durant la course que son club Antananarivo moto auto (AMA) en partenariat avec Total Madagascar. D’autres voitures à l’image de la BMW de Tahiana Rasolojaona dit Jaytaxx, de la Smart de Jean Teddy Ramanandraitsiory, de la Ford Mustang de Boarilaza Rafidinarivo participeront aussi à cette avant-dernière manche décisive à Arivonimamo.

T.H

La Vérité6 partages

Evangélisation à Antananarivo - Les missionnaires envahissent la ville

En explosion. Les missionnaires évangéliques s’accroissent  de jour en jour à Madagascar notamment dans la Capitale d’Antananarivo. Ceci dit, leur surgissement résulte entre autres des problèmes frappant le pays ou d’autres explications à déterminer. Des versions bibliques sont criées et adressées à tous les passants de nombreux quartiers du centre ville.

Que ce soit du côté d’Analakely, Tsaralalàna, Ambodifilao, les attroupements s’aperçoivent. Ils sont groupés de cinq à dix personnes de tout âge dans leur mission. Ces fidèles, que ce soient des femmes ou des hommes, ne s’arrêtent pas de se prononcer. Le contenu de leur action se focalise sur les messages de Dieu et les versions bibliques. Toutefois, appartenant à des églises connues et fidèles à leur croyance, les spectateurs notamment les passants et les marchands mettent des réserves par rapport à ces personnes. Par ailleurs,  ces prédicateurs  sont trop nombreux depuis quelques années et même les publicités des médias sont occupées par ces personnes.  Dans leur évangélisation, des supports et des outils les aident amplement à savoir les pancartes, les mégaphones et les prospectus si nécessaire.  « Après les portes à portes, voilà l’évangélisation en public », a fait part Anne, une mère de famille qui a fait sa course du côté d’Analakely hier et qui  a été témoin de cette action.  Un tel mouvement religieux est accordé par la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua). D’autant plus, des semaines auparavant, Lalao Ravalomanana, avec son équipe, s’est engagée dans cette voie. Il s’agit d’un projet effectué au niveau de tous les Arrondissements de la Commune. Leur but était de  conduire le peuple dans le droit chemin. Pour cela, la laïcité de l’Etat est remise en cause. Dans la journée d’hier, ils étaient beaucoup plus nombreux et plus enthousiasmés. Certes, les Tananariviens n’y mettent pas trop d’attention mais ces évangélisateurs ne se découragent pas pour autant.        Kanto R.

L'express de Madagascar5 partages

Compagnie aérienne – Air France mise sur la force de son hub

Vingt-huit agents de la compagnie aérienne Air France ont été décorés chevaliers de l’ordre de mérite et de médailles d’argent après des années de bons et loyaux services. Ce sont tous des agents de nationalité malgache car il faut savoir que sur les trente- sept agents travaillant au sein de la compagnie, cadres compris, deux seulement sont Français. Les uns, en effet, ont servi la compagnie depuis près de vingt-huit ans, et beaucoup depuis quinze ans au moins. Parmi les responsables  et agents de la délégation commerciale, financière ou ressources humaines et agents d’exploitation de l’aéroport,  nombreux ont reçu des distinctions honorifiques, hier, de la part du professeur Lala Rabarihoelina, de la grande chancellerie de la République dans les locaux de l’Hôtel Ibis Ankorondrano.Le secrétaire général de la Fonction publique et de la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales s’est d’ailleurs félicité des compétences louables des agents de la compagnie aérienne. Nombreux cadres et non cadres de la compagnie française dans d’autres pays ne sont pas issus de la métropole. « L’approche en gestion des compétences et des ressources humaines d’Air France tend vers l’embauche de personnes locales dans les délégations internationales», indique Sandra Nelly Andrianjafitrimo, directeur administratif et financier et ressources humaines de la compagnie Air France.  Mais une approche qui ne passera à Madagascar que dans quelques années, apprend-on.C’était également l’occasion pour l’ancien directeur Air France Madagascar, Iles Comores et Seychelles, Frédéric Burban, de passer le flambeau au nouveau, Jean-Luc Lagarrigue, après cinq années de service à Madagascar. Frédéric Burban sera affecté en Égypte et Jean-Luc Lagarrigue a travaillé dernièrement au Congo. Frédéric Burban, apparemment ému, hier, a prononcé quelques phrases en malgache pour témoigner sa satisfaction avec l’équipe de la capitale. « J’aurais souhaité accompagner un peu plus Madagascar dans le développement économique du secteur aérien », souligne l’ancien directeur. « Nous misons plutôt sur la force de la destination Paris qui constitue un hub fort pour Air France. Raison pour laquelle nous n’avons pas développé des lignes régionales ou intérieures », précise encore Frédéric Burban.  Toutefois, nous avons déjà songé au concept de «code share», un système d’alliance commerciale avec la compagnie nationale ou avec d’autres compagnies. Une alliance qui consiste à commercialiser des billets Air France pour la destination Paris au départ des provinces de la Grande île mais relayés par Air Madagascar ou autres jusqu’à Antana­narivo. Le nouveau directeur, Jean-Luc Lagarrigue se penchera incessamment sur la question.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar5 partages

Découverte – « Land Lover Mada club » souffle sa première bougie

À la cinquantaine d’associations sportives, culturelles, patriotiques, à caractère d’automobile déjà existantes, est venue s’ajouter une autre, depuis le mois de juillet 2016. Sa dénomination est quelque peu particulière, car cette fois, il s’agit de la marque Land Rover.Le premier grand rassemblement s’est tenu au Palais des Sports et de la Culture Mahamasina, 24 juin, durant le salon de Grand tuning de l’indépendance. Une belle occasion pour tous les membres de se retrouver et de parler des perspectives de l’association. « Le but est d’abord de regrouper tous ceux qui sont fans des tout terrain Land Rover, et surtout tous ceux qui possèdent la marque. Ensuite, il faut faire connaissance entre passionnés, organiser des balades ou des manifestations mais aussi constituer une bourse d’échanges de pièces autos et de documentation », explique Tiana, l’un des membres du club.Étonnante voire détonante, cette constellation des plus beaux modèles de la marque, dont des pièces uniques jusqu’ici cachées au grand public, se veut le reflet de la vision des amateurs et fanatiques de la voiture Land Rover. L’association prévoit d’organiser une autre rencontre ce samedi 1er juillet, à l’espace Dera Tsiadana, toujours avec des destinations et événements nouveaux. Land Lovers Mada Club compte actuellement quarante membres actifs.

S. R.

News Mada4 partages

Kalaza amin’ny marovany : nodimandry i Tombo Daniel

Vaovao ratsy ho an’ny tontolon’ny zavakanto. Fantatra fa nodimandry, omaly, tany Toamasina i Tombo Daniel. Mpanakanto kalaza tamin’ny fitendrena ny valiha, indrindra ny marovany izy.

Napetraky ny rehetra ho dimbin-dRakotozafy mihitsy i Tombo Daniel noho izay talentany izay.Nanomboka tao amin’ny tarika Patrice Tombo Daniel tany Toamasina. Nahazo ny laharana voalohany tamin’ny fifaninanana fitendrena valiha marovany izy, ny taona 1983. Nanomboka teo, nisongadina tsikelikely ity mpanakanto ity.Nanangana ny tarika Tropy Valiha, niaraka tamin’ny vadiny izy taorian’izay. Manaraka azy eo amin’ny kantsa na korintsana rahateo ito farany, izay zanak’ilay nanomorona ila yhira “Anamalaho ambany lalana”, hira naverina tarika maro toa an-dry Rossy, Triatra, sns.Ny taona 1995, notsoingaina ho isan’ireo mpanakanto nandrafitra ny Malagasy Selection, tanatin’ilay tetikasa Madagasikara maintso volo i Tombo Daniel. Niaraka taminy nandritra izany ry Tôty, Pana, Ricky, Seta, Misa, Raprôsy, Pana, sns. Nitety an’i Soisa izy ireo avy eo nitety faritra maro teto Madagasikara ihany koa.Nahazo ny laharana voalohany tamin’ny fifaninanana mamerina ny hiran-dRakotozafy i Tombo Daniel ny taona 1996, ary namoaka ny rakikirany voalohany, “Managna tsy mijaly”, ny taona 1997. Ny taona 2001 kosa vao tontosa ny vokatra faharoa, “Toamasina sérénades”.Nandray anjara tamina “festivals” maro teto sy tany ivelany i Tombo Daniel. Toraka izany koa ireo fifaninanana iraisam-pirenena, toa ny “Découvertes RFI”, sns.Ho an’ireo tena nahalala azy, mpanakanto andrarezina ary efa nitondra avo ny mozika malagasy i Tombo Daniel. Miraradraraka ny fanomezam-boninahitra avy amin’ireo mpanakanto  ao anatin’ny tambajotra “Facebook”, raha tsy hilaza afa-tsy ry Rossy, Michel Raharison, Jaojoby, Lego, Ifanihy, Hajazz, sns.

Zo ny Aina

News Mada4 partages

Location de véhicules : la plateforme « Pimp » opérationnelle

Le concessionnaire automobile ID Motors devient un partenaire majeur de la plateforme de location automatisée «Pimp» avec comme associé technique Orange Madagascar.

En fait, Pimp est une plateforme de location de véhicules développée par DPO Consulting Sarl. Pour les initiateurs de ce projet innovant, il s’agit d’apporter une nouvelle dynamique avec un nouveau modèle économique, compte tenu du contexte actuel.

«Notre objectif est de mettre en relation les loueurs de véhicules et la demande sur la ville d’Antananarivo et ses périphéries avec comme spécificité la location de très courte durée : à partir de 30 mn ou 5 km», a expliqué Eric Andrianarivelo-Razafy, co-fondateur associé chez DPO Consulting Sarl, lors de la présentation de la plateforme à la presse, hier. Ce qu’a renchéri David Ralambofiringa, chief executiv officer d’ID Motors, en affirmant que «L’idée générale, c’est vraiment de répondre à une nouvelle demande qui permet d’aller vers un usage ponctuel. Aussi, il est question d’améliorer la qualité et la sécurité du transport».

Globalement, avec l’application Pimp, le client spécifie un lieu de départ et une destination, puis choisit un mode de paiement (en espèces ou en portefeuille électronique). Il va pouvoir également noter la prestation à la fin de la course. Et du point de vue tarifaire, Pimp propose toute une gamme de prix, tant pour les deux- roues que les quatre- roues.

Pour un modèle économique viable

Par ailleurs, la plateforme souhaite non seulement servir les particuliers, mais également les entreprises et les professionnels. Ces derniers pourront effectivement assurer le suivi des déplacements de leurs personnels et la traçabilité de tout ce qui est transaction. Et côté prestation, la plateforme ne s’est pas limitée dans le partenariat avec les concessionnaires et professionnels, mais s’ouvre également aux particuliers, notamment les taxis, qui souhaitent fournir un service de qualité. Bref, c’est un modèle économique qui veut offrir une activité rentable et viable.

Arh.

 

La Vérité4 partages

Dans un enregistrement audio… - Claudine Razaimamonjy accule Hery Rajaonarimampianina

Un enregistrement audio circule depuis quelques jours, dans la sphère médiatique. Il s’agirait d’une conversation téléphonique entre une femme supposée être Claudine Razaimamonjy et un enquêteur au niveau du Bureau indépendant anti-corruption (Bianco).

 

Le feuilleton Claudine Razaimamonjy ne semble pas prêt de s’arrêter. Un fichier audio qui circule actuellement sous les  manteaux  vient en effet relancer la polémique autour de cette affaire. Il s’agit d’une conversation téléphonique dans laquelle on peut entendre une voix supposée être celle de Claudine Razaimamonjy, discutant avec un agent du Bianco.  En tout cas, dans la  discussion, on y entend notamment la supposée voix de cette opératrice économique, réputée proche du couple présidentiel, répondre avec des cris et des insultes à l’employé  de la villa La Piscine d’Ambohibao, durant un peu moins de 6 minutes. Le document audio n'a pas pour l’heure été authentifié. Seules quelques sources indiquées affirment que l’enregistrement est authentique. En tout cas, pour ceux qui ont pu l’entendre, le contenu de l’enregistrement met les autorités malagasy et le Président Hery Rajaonarimampianina en particulier dans  une position très délicate. En effet, le moins que 

l’on puisse en dire c’est que la femme entendue dans le fichier audio  accable le Président de la République malgache, citant nommément à plusieurs reprises le Chef de l’Etat, se prévalant incontestablement d’être sous la protection de ce dernier. La dame dont la voix est enregistrée n’est également pas tendre envers le Bianco et envers certaines personnalités de l’opposition… « Ne serait-il pas préférable que vous attendiez   le départ du pouvoir du  Président Hery (ndlr : le 

Président Hery Rajaonarimampianina) avant de m’appeler ? », réplique la présumée voix de Claudine Razaimamonjy, enchaînant « Vous êtes instrumentalisée par l’opposition ».  Le nom d’un opérateur proche de l’ancien président de la Transition est d’ailleurs cité par la voix féminine. « Nous savons ce que vous tramez », indique-t-elle vers la fin de l’enregistrement.  Au milieu de la discussion, la voix féminine poursuit en narguant littéralement l’organe chargée de la lutte anti-corruption : «Venez me prendre ici à Iavoloha si vous osez. Je suis au Palais d’Iavoloha de Monsieur Hery Rajaonarimampianina ». Des informations indiquent que le document sonore date de la période où le Bianco  a envoyé les premières convocations à l’endroit de Claudine Razaimamonjy dans le  cadre de l’affaire ayant trait à un détournement de 396 millions d’ariary dans cette Commune rurale d’Ambohimahamasina. « Pourquoi avoir entendu le maire d’Ambohimahamasina ? » interroge par ailleurs la voix féminine.  Gardant son calme, celui qui est à l’autre bout du fil indique : « Nous pouvons nous rencontrer soit ici dans nos bureaux soit dans n’importe quel bureau qui vous conviendra ». Ce à quoi celle qui est supposée être la propriétaire de l’AC répond : « Il en est hors de question », « Et m’enquêter pour quoi d’ailleurs ». « Nous allons nous revoir » et, « Prenez une audience auprès de M. Hery Rajaonarimampianina si vous voulez me rencontrer », ont fait partie des phrases dites par la dame dans la publication. « N’oubliez pas que c’est nous qui sommes au pouvoir maintenant », tonne la femme avant de menacer de s’en prendre à la carrière de son interlocuteur. Une réaction officielle est attendue…

      Recueillis par  A.R.

Ino Vaovao3 partages

FAMPISEHOANA TAO ILAFY : Nodoran’ny olona ny fanamafisam-peo fa tsy tonga i Jerry Marcoss

Fantatra fa ilay mpanakanto fanta-daza, Jerry Marcoss no nikasa hanao fampisehoana tao an-toerana tamin’io fotoana io.

Tamin’ny 4 ora tolakandro no fotoana nifanomezana tamin’ny vahoakan’ Ilafy, raha ny loharanom-baovao voaray saingy mbola voatazona tany amin’ny Kaominina Ambohi-tsilaozana ilay artista. Tonga ihany ny tamin’ny 6 ora hariva fa mbola tsy tonga ity nandrasan’ny vahoaka ity. Fantatra avy eo fa mbola nofikirin’ny mpikarakara lanonana tany Ambohitsilaozana io mpanakanto io na dia efa nilaza fa hanao fampisehoana any Ilafy aza.

“Niakatra ny maripanan’ny olona izay efa vory marobe tokoa ka niafara tamin’ny fandorana ilay fanamafisam-peo”, hoy hatrany ny loharanom-baovao avy any an-toerana.Velon-taraina, araka izany, ilay mpikarakara lanonana tao Ilafy izay nametraka fa tsy avy amin’izy ireo ny fahadisoana kanefa dia izy ireo no misedra ny voka-dratsiny amin’izao fotoana izao noho ny fahapotehin’ny fitaovana.

“Mahatsiaro ho menatra ny vahoaka izahay noho iny tranga iny”, hoy ireo mpikarakara izay fantatra fa efa nampakatra ny raharaha amin’ny ambaratongam-pahefana mahefa.

Hariliva R.

News Mada2 partages

Droits de l’Homme : l’Union européenne se dit préoccupée

Enormément préoccupant. C’est le terme utilisé par l’ambassadeur de l’Union européenne  Antonio Sanchez Benedito à propos de la situation du respect des droits de l’Homme à Madagascar, principalement concernant les vindictes populaires.

«Quand on parle de vindicte populaire, il y a quelque chose qui ne marche pas. Quand la population se fait justice elle-même, cela veut dire que la  confiance vis-à-vis des forces de sécurité, de la justice n’existe pas», a-t-il déclaré hier, en marge de l’octroi de matériel informatique à la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme, aux 67 Ha.

Le diplomate espagnol a indiqué au passage que le respect des droits de l’Homme «Est une priorité pour l’Union européenne». Quant à la présidente de cette Commission, Mireille Rabenoro, elle a également  constaté  cette absence de confiance entre les responsables étatique et la population, en particulier au niveau des régions. «Nous avons pu visiter une dizaine de régions de Madagascar, (…). Nous avons appris notamment combien elles se sentent délaissées du pouvoir central, ce qui a pour résultat une méfiance à l’égard de tout ce qui est droit de l’Homme et une justification du phénomène de justice populaire», a-t-elle déclaré, en notant aussi l’existence de la loi du plus fort de la part des autorités.

J.P

Madaplus.info1 partages

Un vaccin aurait tué un enfant de deux mois

Après l’histoire des vermifuges dans le sud entrainant l’hospitalisation de plusieurs enfants de l’éducation primaire Public, les médias parlent du vaccin qui aurait tué un enfant de deux mois.
L’enfant décède dans les bras de sa mère après avoir été vacciné. Selon cette mère de famille, l’enfant était en bonne santé, mais après qu’on lui a inoculé le vaccin, l’enfant n a plus voulu téter. Le père de dire que l’état de santé de l’enfant a changé après le vaccin. En prévenant les médecins sur l’état de santé de son enfant, ce dernier reçoit une prescription de deux paracétamols, mais cela n’a pas eu d’effet sur l’enfant qui décède. On se demande alors s’il y a des contrôles sur les médicaments utilisés à l’endroit des enfants malgaches. Une affaire surement à suivre.
Madaplus.info1 partages

Les Sénateurs revendiquent une codirection du Comité Locale du Développement

Les sénateurs revendiquent la direction conjointe du Comité Locale du Développement (CLD) avec les députés.
En effet, pour eux : la structure actuelle du CLD ne leur semble pas convenable et la direction du CLD devrait se faire ensemble. Une rencontre a eu lieu ce jour, au SENAT, entre le gouvernement, représenté par le premier ministre, et les Parlementaires de la chambre haute, en vue d’exprimer la revendication des sénateurs sur la direction de ce comité. Après l’intervention du sénateur MANESOR Bernard, la présidence de CLD devrait leur revenir. Des reformes et des mises au point à apporter, ont été aussi discutées pendant la rencontre, pour le partage du CLD.
Madaplus.info1 partages

Betroka : un adjudant-chef tombe sous les balles des dahalo

Betroka devient, jour après jour, une véritable poudrière. Selon les sources d’information locale, un adjudant-chef de la Gendarmerie Nationale s’est fait tirer dessus, par les bals des dahalo, ce matin, dans la Commune Rurale de Betroka.
D’après le récit du Colonel Théodule, du Commandant de la Gendarmerie de la région d’Anosy, les malfrats ont abordé leur attaque meurtrière dans le canton de Bekijolo dès l’aurore. Deux équipes se sont rapidement formées et se lancent à leur poursuite. L’adjudant-chef était tombé sous les balles des voleurs de zébus à Antranovato, le lieu de la confrontation entre les Forces de l’ordre et les malfaiteurs. Selon toujours les informations reçues, les Dahalo étaient au nombre de 50, et ont pu s’échapper avec 100 zébus.
Orange Madagascar1 partages

(vidéo) Rajaonarimampianina à l'Elysée, les déclarations

Le 28 juin 2017, le président Hery Rajaonarimampianina a rencontré le président français Emmanuel Macron au Palais de l'Elysée, comme prévu. Une session de travail a été organisée entre les délégations malgaches et des membres du gouvernement français, le tout présidé par les deux chefs d'Etat.

Le président malgache a tenu à s'exprimer à l'issue de la rencontre.

 

 

News Mada1 partages

AKFM : « Mbola iadiana ny Fahaleovantena hatramin’izao »

Nankalazaina ny faha-57 taon’ny Fahaleovantena. Hatramin’izao, mbola iadiana izany, raha ny fijerin’ny antoko AKFM.

« Vokatry ny toe-draharaha iraisam-pirenena naharava ny vondron-tany sosialista, taona 1991: nipoitra ny hoe fanatontoloana, endrika vaovaon’ny fanjanahantany ara-toekarena sy vola. Hatramin’izao, ao anatin’izany isika. Mbola iadiana ny Fahaleovantena. »

Io ny fanehoan-kevitry ny filoha nasionalin’ny Antokon’ny kongresin’ny Fahaleovantenan’i Madagasikara (AKFM), Rakotomanga Eric, amin’izao tsingerintaon’ny Fahaleovantena izao. Noho izany, dingana ny fiadiana ny Fahaleovantena ho an’i Madagasikara sy ireo zanatany frantsay.

Mbola ao anatin’ny gejan’ny fanjanahana ara-bola i Madagasikara. Satria voahosihosy hatramin’izao ny fiandrianam-pirenena. Tsy manana fijery ho amin’ny tena Fahaleovantena sy ny fiandrianam-pirenena marina ny mpitondra, fa miankin-doha amin’ireo rafitra mpanjanaka.

Marina, tsy i Madagasikara irery no tratran’izany, fa ny sokajina frantsay sasany koa aza: mbola mitaky ny Fahaleovantena, ohatra, i Gresy, baikoin’ny Tahirim-bola iraisam-pirenena (FMI), ny Banky iraisam-pirenena, ny Banky eoropeanina… Fahaleovantena hafa amin’ny endriny vaovao no takina ary amin’ny fomba vaovao ny fitakiana azy, fa endrika vaovao ny fanjanahana.

Efa niady ny Fahaleovantena hatramin’izay ny Malagasy

 

Nanomboka tamin’ny fanjanahantany, efa niady ny Fahaleovantenany ny Malagasy tamin’ny tolon’ny Menalamba, VVS, MDRM… Rehefa naato ny antoko politika taorian’ny 47, taona 50 vao afa-niasa indray: nisian’ny AKFM tao Toamasina, taona 1958.

Tamin’izany, tsy nanaiky hamotsotra ireo zanataniny ny Frantsay. Izay no nametrahana ny hoe Repoblika malagasy, ny 14 oktobra 1958,  nanakontakonana ny fitakiana Fahaleovantena. Ny AKFM manokana, nitaky Fahaleovantena fa tsy Repoblika.

Tonga ny 26 jona 1960, nipetraka ny hoe Fahaleovantenan’i Madagasikara ao anatin’ny firaisambe frantsay. Voalaza an-taratasy sy am-bava ny fahaleovantena politika, fa mbola teo an-tanan’ny mpanjanatany ihany ny fahaleovantena ara-toekarena. Mbola ny Frantsay ny momba ny raharaham-bahiny, ny vola, ny fiarovana…

Izay no nilazan’ny AKFM fa fanjanahantany vaovao ny Repoblika I. Mbola vao ny fahaleovantena politika no azo, na sarintsariny aza. Niady ho an’ny tena Fahaleovantena ny AKFM tamin’ny Repoblika I. Dingana faharoa ny fahaleovantena ara-toekarena, izay niadiana koa tamin’ny Repoblika II.

R. Nd.

 

Tia Tanindranaza1 partages

Minisiteran’ny FizahantanyNisy nikasa hamono i Roland Ratsiraka ?

Omaly alarobia 28 jona tokony ho tamin’ny 9 ora maraina no nahitan’ny mpiambina tanàna eo anivon’ny minisiteran’ny fizahantany eny Tsimbazaza grenady, teo amin’ny toerana fametrahan’ny minisitra Roland Ratsiraka ny fiarany.

Toky R

 

Madagate1 partages

Madagascar - Groupe Banque mondiale. Autre programme, autre annonce d’engagement…

Bon, seule et sempiternelle question: à quand le décaissement réel? Pas avant la rentrée d’octobre en tout cas. D'ici là, tout peut arriver, tout peut se produire, tout est possible. Même... l'impossible.

COMMUNIQUE DE PRESSE

Madagascar: le nouveau Cadre de partenariat pays soutiendra la résilience et la croissance inclusive

1,3 milliards de dollars du Groupe de la Banque mondiale appuieront l’objectif du gouvernement d’accroître la résilience et parvenir à une trajectoire de croissance plus forte, inclusive et durable pour réduire la pauvreté

Washington, 27 Juin 2017 – Le Conseil d’Administration de la Banque mondiale a approuvé aujourd’hui le nouveau Cadre de partenariat pays pour soutenir les efforts de Madagascar visant à accroître la résilience des personnes les plus vulnérables, à favoriser une croissance inclusive, et à mobiliser d’importants investissements privés pour le développement, tout en renforçant les institutions nationales et locales afin de réduire la fragilité. Cette stratégie couvre la période 2017-2021.

A la Conférence des bailleurs et des investisseurs en décembre 2016, le Groupe de la Banque mondiale avait annoncé un engagement de 1,3 milliards de dollars pour les trois prochaines années. Le Cadre de partenariat pays, élaboré en consultation avec le gouvernement et d'autres parties prenantes, définit les domaines prioritaires que ces fonds appuieront. Il vise avant tout à accroître la résilience des populations en renforçant le capital humain dès le plus jeune âge, en améliorant les moyens de subsistance grâce à une agriculture et une pêche plus productives et à une meilleure gestion des ressources. La deuxième priorité de ce nouveau Cadre de partenariat est de réduire la fragilité du pays en soutenant les efforts des autorités pour une décentralisation plus efficace et une meilleure redevabilité. Enfin, il entend favoriser une croissance inclusive en aidant les autorités à augmenter leurs ressources internes, en encourageant les investissements privés pour soutenir le développement de chaînes de valeur productives et en investissant dans l'expansion de l'accès à l'énergie.

Malgré ses nombreux atouts, Madagascar a pris du retard sur plusieurs dimensions de développement : près de 80 pour cent de la population vivent avec moins de 1.90 USD par jour, le pays est classé au quatrième rang des pays avec un taux de malnutrition chronique les plus élevés et le cinquième ayant le plus grand nombre d'enfants non scolarisés, et le taux d'accès à l’énergie est parmi les plus bas avec 13%. Le Cadre de partenariat pays, aligné sur le Plan national de développement, vise à aider le pays à atteindre des objectifs ambitieux tels que la réduction du taux de malnutrition chronique et le doublement du taux d'accès à l'énergie en mobilisant ses propres ressources intérieures, en utilisant efficacement les aides financières, et en facilitant des investissements privés.

« La Société Financière Internationale (IFC) s'engage à mobiliser plus d'investissements à Madagascar pour aider les investisseurs privés à jouer un rôle déterminant dans le programme de développement. IFC entend étendre son investissement et assistance technique dans des secteurs critiques de Madagascar, et à tirer avantage du nouveau Private Sector Window (PSW) de l'Association Internationale de Développement (IDA) pour réduire les risques associés au pays pour les investissements privés qui peuvent créer des marchés, renforcer les chaînes d'approvisionnement et créer des emplois », souligne Satyam Ramnauth, Représentant de l’IFC à Madagascar.

« Avec une stabilité politique et économique continue, Madagascar a une unique opportunité de rompre avec les tendances passées et de permettre à sa population de réaliser son potentiel. Le Groupe de la Banque mondiale s’engage à collaborer avec les autorités et à apporter ses ressources et son expertise à cet objectif commun de réduction de la pauvreté et de promotion d'une croissance inclusive », affirme Coralie Gevers, Représentante de la Banque mondiale à Madagascar.

L'express de Madagascar1 partages

Vindicte populaire au campus Ambondrona – Un intrus lynché par les étudiants

La justice populaire prônée par les étudiants provoque la colère et l’indi­gnation du président de l’université.

Trop c’est trop ! Tel a été le propos du Président de l’Université de Mahajanga, Professeur Emmanuel Rakotoarivony, hier durant un point de presse. Les étudiants ont battu à mort une personne, la 3e en moins d’une année, mercredi matin vers 1h, dans l’enceinte du campus.« Je ne peux plus accepter ce genre de comportement. Les étudiants n’ont pas le droit de tuer ou d’ôter la vie. Ils devaient seulement l’arrêter et le livrer à la police. Je ne pense pas qu’à 2h du matin, des gens circulent à l’intérieur du campus, vu que l’accès y est réglementé. De plus, la sécurité est très rigoureuse. Il est interdit d’y pénétrer. Cette situation ternit l’image de l’université, après les séries d’incendie, de meurtres et la justice populaire. L’ouverture récente d’un bar, dans l’enceinte de l’université, est la goutte de trop », a déploré le Président de l’Université.La victime, appelée Heritiana Ando Aimé, né le 18 avril 1990 à Betafo, d’après sa CIN trouvée sur le cadavre, était soupçonné de cambrioler le bloc 18. Ensuite, on l’aurait pris sur le fait au bloc 22, en train de voler un téléphone portable. D’après les étudiants, une foule a commencé à se rassembler pour tenter de le battre.

DénonciationLe soi-disant cambrioleur a été tabassé à mort avec un bâton clouté et une roche de moellon jetée sur sa tête. D’après les témoignages, les étudiants n’étaient pas tous d’accord pour le tuer. Un groupe a tenté de le protéger et de le livrer aux forces de l’ordre.« Nous avons tenté d’appeler les forces de l’ordre mais ils ne sont pas venus. La foule a commencé à se rassembler.On n’a pas pu la retenir », a rapporté un étudiant.Le Prof Emmanuel Rako­to­a­rivony a déclaré que seuls les étudiants et les enseignants avaient le droit de circuler à l’intérieur de la cité universitaire, surtout à cette heure matinale. « La famille de la victime pourrait porter plainte. Je veux que la vérité éclate une bonne fois pour toute, les enquêtes sont en cours. Les auteur doivent être dénoncés », a ajouté le Président.Rappelons que la première action de vindicte populaire a eu lieu l’année dernière. Un jeune homme originaire du Vakinankaratra a pénétré dans l’enceinte lors d’un bal. Il a été tué par des étudiants. La seconde s’est déroulée fin janvier quand un voleur a tenté de se réfugier dans le campus, avec une marmite et une volaille. Il a également été tabassé à mort.Par ailleurs, des étudiants menacent de descendre dans les rues, suite à l’enquête effectuée par la police sur deux étudiants. Mais d’après certaines sources, ceux-ci veulent témoigner sur le meurtre.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Commerce extérieur – Pallier le déficit de la balance commerciale

Concocté depuis 2005, le programme multi-donateurs qui aide les pays moins avancés est enfin mis en place pour le cas de la Grande île. Un programme visant à développer l’exportation, malgré une balance commerciale chroniquement déficitaire. Le lancement du programme Cadre intégré renforcé (CIR) s’est déroulé hier au Carlton sous l’égide du secrétariat exécutif du CIR de l’OMC Genève et du ministère du Commerce et de la consommation. « Le programme a pour principal objectif d’intégrer le commerce dans les stratégies nationales de développement, de mettre en place les structures nécessaires à la coordination technique et de renforcer la capacité de faire du commerce au-devant des contraintes du côté de l’offre », explique Johnny Raharindranto, coordonnateur national du programme CIR.La balance commerciale est, en effet, déficitaire de quelque deux mille milliards d’ariary, 2 243 314 720 469 ariary en 2016. Et la Chine domine encore l’importation à hauteur de 21.31%. Le pays exporte, par ailleurs, 22.97% des produits vers la France et 3.50% vers l’Afrique du Sud. « Bien que nous ne profitions pas assez des intégrations régionales, on observe toutefois, une légère amélioration du rapport import-export depuis quelque temps », indique encore l’interlocuteur lors de la présentation du programme CIR. Les actions prioritaires se porteront alors sur la politique économique et commerciale, la facilitation du commerce, la politique de règlementation et surtout la politique institutionnelle du soutien au commerce. « On attend du programme CIR en général, qui assiste actuellement cinquante pays moins avancés, un rôle catalytique pour une meilleure intégration transversale dans les décisions », conclut la présentation. Un rôle catalytique et une intégration qui veut dire processus continu et inclusif permettant le  renforcement de la position de Madagascar sur le marché international.

M.I.

L'express de Madagascar1 partages

FIVMPAMA – Implication de la diaspora nord-américaine

Après avoir invité la diaspora malgache de la France et du Benelux à défendre les intérêts des opérateurs économiques malgaches, le président du groupement du patronat malgache (Fivmpama), Eric Rajaonary a conquis les Malgaches outre-Atlantique. Ceux de Montréal au Canada ainsi que les membres de la diaspora de New York connaissent mieux à présent l’opportunité d’un ralliement qui est une porte ouverte pour devenir un véritable acteur du développement de la Grande Ile.La branche du Fivmpama Canada a été mise en place « Une rencontre a été organisée pour constituer le bureau du Fivmpama Canada, le 13 juin 2017. Vingt-et-un Malgaches d’âges et de profils divers ont répondu présents. Il a été convenu que les membres du bureau n’étaient pas tenus d’être entrepreneurs, l’objectif étant, avant tout, de constituer un groupe suffisamment solide et engagé afin d’impacter positivement l’avenir de Madagascar », indique un communiqué du Fivmpama.Le président du Fivmpama, qui devient désormais président des branches internationales du groupement a également rencontré la diaspora malgache aux États-Unis, notamment celle installée à New-York et ses environs. Les participants ont alors soulevé l’intérêt de cette mise en relation avec des acteurs économiques locaux et l’opportunité d’un partenariat gagnant-gagnant entre les deux entités. Les échanges ont permis  d’avoir des informations pertinentes sur la situation actuelle du pays. En vue de la création d’une branche de la Fivmpama aux Etats-Unis, rendez-vous a été donné dans la troisième semaine de juillet pour une rencontre avec la diaspora malgache, notamment, à Washington DC où la communauté malgache est importante.La mise en place d’une branche dans les trois pays du Benelux (Belgique, Pays-Bas, Luxembourg) au mois de mai va permettre, à terme, à la diaspora malgache d’apporter une contribution durable au développement de Madagascar.

Mirana Ihariliva

L'express de Madagascar1 partages

Le Japon renforce les relations bilatérales avec Madagascar

Dans le cadre des consolidations de la coopération entre les deux pays, le ministre délégué auprès du ministre des Affaires étrangères du Japon, Kentaro Sonoura, effectue, en ce moment, une visite en territoire malgache. Ayant rencontré le Secrétaire d’Etat auprès du ministère des Affaires étrangères chargé de la Coopération et du Développement, Barry Emmanuel Rafatrolaza, hier, Kentaro Sonoura discutera aussi de sujet de coopération et de relation d’amitié avec les hauts responsables du gouvernement, notamment le premier ministre Olivier Solonandrasana Mahafaly.

L'express de Madagascar1 partages

Une enveloppe de la Banque mondiale

Le groupe de la Banque mondiale soutiendra Madagascar dans son objectif de résilience et de croissance inclusive. Une somme de 1,3 milliards de dollars a été octroyée dans le cadre de ce partenariat. « Cette aide contribuera à accroître la résilience des  personnes les plus vulnérables, à favoriser une croissance inclusive et à mobiliser d’importants investissements privés pour le développement, tout en renforçant les institutions nationales et locales afin de réduire la fragilité. Cette stratégie couvre la période 2017-2021 », rapporte-t-on dans un communiqué. Il s’agit, précisément, d’une meilleure gestion des moyens de subsistance dans les secteurs agriculture et pêche.

L'express de Madagascar1 partages

Mission économique au Canada

Le marché de l’importation canadien représente à lui seul 580 milliards de dollars. Un marché où Madagascar peut se positionner comme fournisseur de choix sur certaines tendances de consommation, tels que les produits ethniques, produits alimentaires de spécialités et la santé/bien-être. C’est dans ce contexte que la Chambre de commerce canadien (CanCHam) proposera  8 jours de missions pour rencontrer et nouer des relations d’affaires avec des acteurs économiques dans deux provinces : le Québec et l’Ontario.

L'express de Madagascar1 partages

Infrastructure sportive – La piscine olympique de Toamasina fait peau neuve 

Une nouvelle qui fait le bonheur des nageurs malgaches. Après 38 ans d’existence, la piscine olympique du centre régional de la jeunesse et des sports (CRJS) de Toamasina a été restaurée.Cette réhabilitation est le fruit du partenariat entre la ligue régionale de natation de la région Atsinanana, du CRJS et de Malagasy Boisson, la société productrice de la marque BIG. Le nouveau cadre de la piscine olympique, dorénavant plus attractif, motivera les athlètes à être plus assidu aux entrainements et plus performant au fil des compétitions.Pour marquer cet évènement, le CRJS et la ligue de natation de la région Atsina­nana ont organisé une compétition inter-établissement suivie d’une réception officielle des lieux. Deux nageurs venant de quarante cinq établissements scolaires, lycées et établissements supérieurs confondus étaient en compétition. Les trois premières places étaient revenues respec- tivement aux élèves de Stella Maris, de Christelle Parc et de la Petite Bulle.« C’est pour nous une aubaine d’avoir eu l’aide de la société Malagasy Boisson pour pouvoir restaurer les lieux. Nous sommes vraiment satisfaits sur ce qui a été fait et on adresse nos vifs remerciements à Malagasy Boisson. C’est un vrai coup de pouce pour les nageurs de notre région. Nous espérons que notre collaboration s’étendra sur une longue durée et dans d’autres disciplines », rapporte Olivier Ndrianantenaina, président du CRJS.À savoir que la faible teneur en sucre de la boisson pétillante Big peut convenir aux sportifs et peut les accompagner dans leurs parcours compétitifs. C’est l’une des raisons qui ont motivé Malagasy Boisson à prendre cette initiative.

D.R.

L'express de Madagascar1 partages

Des infrastructures à Ambovombe

La tribune officielle d’Andalambalo sise au centre ville d’Ambovombe, dans la région Androy a subi un grand réaménagement. Une infrastructure longtemps laissée pour compte et dont l’amélioration a été maintes fois revendiquée par les différentes autorités successives. Elle a été inaugurée hier par le grand partage de la viande de zébu à tous les habitants.

Midi Madagasikara1 partages

Elysée : Hery Rajaonarimampianina reçu par Emmanuel Macron hier

Hery Rajaonarimampianina et Emmanuel Macron sur le perron de l’Elysée hier.

Le président de la République Hery Rajaonarimampianina a été reçu hier après-midi à l’Elysée par le nouveau président français Emmanuel Macron. Au cours de cette visite d’Etat, le locataire d’Ambohitsorohitra a conduit une forte délégation composée de membres du gouvernement dont la ministre des Affaires Etrangères Atallah Béatrice et celui auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement Narson Rafidimanana. Après avoir été accueilli sur le perron du Palais de l’Elysée par Emmanuel Macron, le président Hery Rajaonarimampianina a eu hier même une rencontre de travail avec son homologue français.

R. Eugène

Midi Madagasikara1 partages

Chefs de région : Partage d’expériences

Ils étaient 9 sur les 22 chefs de région que compte le pays à assister à leur première réunion semestrielle  pour cette année-ci. Selon le chef de région  Analamanga, Ndranto Rakotonanahary,  les absents n’ont pas pu assister à la réunion pour diverses raisons.  Ces genres de rencontre sont mis à profit pour des partages d’expériences. Les thèmes abordés portent notamment sur le développement socio-économique, l’amélioration des recettes fiscales et le plan régional de développement. Chaque chef de région va ainsi parler des points forts et des points faibles de leur Faritra respectif. D’autres thèmes seront probablement abordés, entre autres l’insécurité, sans parler des directives émanant d’en haut.

Dominique R

Madaplus.info0 partages

Une alerte à la grenade devant le ministère du tourisme

Hier matin, une grenade offensive a été découverte sur le parking du Ministère du Tourisme à Tsimbazaza.
C’est un employé du Ministère qui a trouvé cette grenade offensive sur le parking. Il a alerté les responsables au sein du Ministère concerné puis, ce sont ces derniers qui ont tout de suite fait appel aux forces de l’ordre. On se demande comment cette grenade a pu se retrouver sur le parking du ministère du tourisme Est-ce qu’on aurait essayé d’orchestrer un attentat devant ce ministère ? Forte heureusement, la personne qui l’a manipulé n’a pas su comment la faire exploser. Un expert a été dépêché sur les lieux, il a affirmé qu’il s’agit bien d’une grenade qui est mortelle en cas d’explosion.
Madagate0 partages

Madagascar PMO: mise en œuvre du Programme Pays pour le Travail Décent 2015-2019

CLIQUEZ ICI

COMMUNIQUE DE PRESSE

Madagascar valide son Plan de Mise en Œuvre de la Composante Emploi de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle

Hôtel Colbert Antananarivo, 28 juin 2017

Le Gouvernement de Madagascar, à travers le Ministère de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (MEETFP), ne cesse de déployer des efforts considérables dans la recherche d’initiatives pour la promotion d’emplois décents à Madagascar. Le Plan de Mise en Œuvre (PMO) de la Composante Emploi de la Politique Nationale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (PNEFP) a été validé aujourd'hui par les acteurs du monde du travail.

En effet, depuis le début de cette année, avec l’appui du Bureau international du Travail (BIT), le MEETFP a enclenché le processus d’élaboration de ce PMO Volet Emploi, en consultation avec les partenaires sociaux et les organisations de la société civile au niveau national et régional. L'appui du BIT est permis grâce au financement de la France dans le cadre du projet APERP - Appui à la promotion de l'emploi pour la réduction de la pauvreté.

Des spécialistes du BIT Genève, Mme Claire Harasty, M. Jean Paul Barbier du Département CEPOL (Country Employment Policy) et Mme Marie-Christine Dubroca Cortesi, Experte du Pôle Emploi France, ont apporté leur expertise et facilité les réflexions durant les travaux de validation.

Ce PMO est en effet un impératif stratégique car Madagascar vit depuis une dizaine d'années une crise de l’emploi sans précédent avec:

-Un taux de sous-emploi très élevé de plus de 80% des actifs ;

-Un marché du travail se caractérisant par des travailleurs jeunes, pauvres et ruraux ;

-Un marché du travail totalement déséquilibré avec une politique de la demande insuffisamment soutenue par le faible niveau d'investissements ;

-Seulement 2% des jeunes qui sont capables de créer leur entreprise ;

-Une économie informelle occupant 9 emplois sur 10 ;

-Une migration du travail très préoccupante avec l'afflux de jeunes femmes en particulier vers les pays du Moyen-Orient pour le travail domestique ;

-Seulement 6% des travailleurs qui exercent des emplois protégés.

Tout cela démontre pourquoi ce PMO constitue une réponse appropriée et une étape importante pour Madagascar dans la mise en œuvre de son Programme Pays pour le Travail Décent 2015-2019.

Le PMO suggère ainsi à la fois une série d'actions cohérentes et adaptées ainsi qu'une clarté dans les méthodologies de la mise en œuvre de la politique de l'emploi par ses trois objectifs principaux: (i) Favoriser la création d’emplois par le soutien aux initiatives privées dans les secteurs porteurs et par des interventions directes en faveur des groupes les plus vulnérables, (ii) Consolider et structurer les appuis aux très petites entreprises informelles et faciliter la transition vers l’économie formelle et (iii) Améliorer l’intermédiation du marché du travail dans un cadre de meilleure gouvernance de l’emploi.

Dans son discours lors de la cérémonie d’ouverture, Mme Marie Lydia Raharimalala TOTO, Ministre de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle a ainsi proclamé: «La rencontre de ce jour démontre que mon Département ministériel avance davantage dans la mise en œuvre de la Politique de l’Emploi et de la Formation Professionnelle. Cette fois-ci, la composante emploi va se doter d’un Plan de Mise en Œuvre. Nous allons continuer une nouvelle étape, celle de rendre effective la réalisation des mesures favorables à la création d’emploi. Car nous sommes convaincus que l’emploi reste l’une des meilleures voies possibles pour lutter contre l’extrême pauvreté».

M. Claude Jeannerot, Délégué du Gouvernement de la France auprès du Conseil d'Administration de l’OIT, a salué l’engagement de Madagascar dans le développement de ce PMO et affirmé la volonté de la France d’accompagner Madagascar avec une démarche de fraternité respectueuse des choix et attentes du pays. Mr Jeannerot s’est également engagé à partager avec la Ministre en charge de l’Emploi en France ces avancées de Madagascar pour se doter des moyens de lutter contre la pauvreté par l’emploi.

«Madagascar honore aujourd’hui son engagement à respecter et appliquer la Convention 122 de l’OIT qu’il a ratifié en 1966 en se dotant de ce PMO qui respecte les standards internationaux et en offrant ainsi au pays un document stratégique majeur qui fixe pour les 3 années à venir le chemin à suivre en matière de politique de l’emploi. Il est évident de souligner que la réussite de ce PMO repose sur un grand nombre de facteurs et d’acteurs. La coordination inclusive et efficace des acteurs et des processus, la mobilisation permanente de ressources humaines, budgétaires et financières, la recherche systématique de l'alignement à la politique macro-économique ainsi que la création des synergies entre les politiques sectorielles afin que la dimension de l'emploi soit et demeure au cœur des priorités, la capitalisation sur ce qui a été fait et ce qui est en cours, et sur la base aussi d’autres expériences réussies dans des conditions similaires ailleurs constituent ainsi autant d'éléments majeurs à considérer tout au long de ces trois années de mise en œuvre que de conditions de pérennité des résultats qui seront obtenus et atteints de ce PMO», a souligné M. Christian Ntsay, Représentant de l’Organisation internationale du Travail, Directeur du Bureau de Pays de l’OIT pour Madagascar, les Comores, Maurice et les Seychelles.

Plus de 120 responsables nationaux et régionaux ont participé activement à ces travaux de validation du PMO.

Pour plus d’informations, veuillez contacter:

Emma Raboanaly – Assistante à la communication et à l’information publique

Bureau de Pays de l’OIT pour Madagascar, les Comores, Maurice et les Seychelles

Maison commune des Nations Unies – Zone Galaxy Andraharo

Email : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. – Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Madagate0 partages

Mohamed Hassan Mojize. Taratasy misokatra ho an’ny Filoha Rajaonarimampianina

Ino Vaovao0 partages

VONO OLONA TAO TETEZAMPOTSY : “Mbola misy ny olona tokony hosamborina”, hoy ny havan’ny maty

Nambaran’izy ireo fa efa any am-ponja ny olona voarohirohy ho nahavita izany vono olona izany saingy mbola misy ireo olona tokony hosamborina, araka ny fanazavan’ilay Mpisolovava.

Ny alatsinainin’ny Pentekosta hariva lasa teo no nisehoan’ny raharaha ity, tany amin’io toerana io.Voalaza fa olona nitondra fiara tsy mataho-dalana no nahadona ny tovolahy iray avy nijery fampisehoana. Niteny avy hatrany ilay voadona avy eo hoe efa amin’ny sisiny ve izahay mbola doninareo ihany ? Nijanona ilay fiara tsy mataho-dalana, hoy ihany fanazavan’ny maitre Didier Luc ary nivoaka ny mpamily izay nifamaly tamin’ny rahalahin’ilay voadona. Niakatra ny feo hoy izy ary niafara tamin’ny ady saritaka.

Nivoaka ihany koa ireo tao anaty fiara ka nanindrona antsy ireo tovolahy teo. Ny iray maty ary ny roa hafa naratra, raha ny fanazavana ihany.Nohamafisin-dRakotoniaina Roberts io resaky ny Mpisolovava azy ireo io izay nanamarihany fa olona manam-bola ireo voampanga ho namono ny zanany ireo ka ny iray efa any am-ponja. “Manahy anefa izahay amin’ny fananan’izy ireo vola fa sao dia mety ho vita mora ny raharaha. Manankina betsaka amin’ny fahendren’ny fitsarana izahay ka mba tena ny marina no hiseho na dia sarotra tadiavina aza izany” hoy izy ireo.

Etsy an-kilany kosa dia ao anatin’ny fametrahana Fitsarana tsy mitanila ary mampihatra ny marina ny Fitsarana ambaratonga voalohany ao Ambatondrazaka amin’izao fotoana izao. “Efa misy ny lamina asa napetraka hoentina manatsara ny fomba fiasa ka tsy tokony hisy hiahiahy izay manan-draharaha ao”, hoy ny Filohan’ny Fitsarana ao Ambatondrazaka. “Miady amin’ny kolikoly izahay amin’izao fotoana izao” hoy izy.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

ONIVERSITEN’I MAHAJANGA : Lehilahy iray maty novonoin’ny mpianatra tao amin’ny campus

Nolazain’ireo mpianatra fa nangalatra finday tao amin’ny “Bloc 22”, varavarana faharoa, io lehilahy io,ka tratran’ireo mpianatra ambodiomby ary teo ity farany ka niharan’ny daroka avy hatrany.

Voalaza fa notsindronina tamin’ny hazo ary notontana tamin’ny vato ny lohan’ity lehilahy ity ka izay no tena nanapitra ny ainy. Tsy nisalasala ireo mpianatra namono ity tovolahy izay nolazaina fa nangalatra finday ary nitambaran’izy ireo. Tsy afaka nitsoaka noho ny hamaroan’ireo mpianatra ity voalaza fa mpangalatra ity.

Tamin’ity taona ity dia intelo ireo mpianatra no nilaza fa nahatratra mpangalatra ary notaperin’izy ireo ny ainy ireo mpangalatra ireo. Tranga iray voalohany ny nahafaty ilay mpiambina soavaly tany Amborovy, telo lahy izy ireo no niaraka ary sendra nandalo nandalo tao anatin’ny campus Ambondrona avy namonjy fety ary novonoin’ireo mpianatra. Ny faharoa dia lehilahy nangalatra vorona sy vilany ka ny ainy no nanefa ny nataony izay mbola ireo mpianatra ihany no nandatsa-dra azy ary farany ity niseho ny maraina ny alarobia ity. Teo amin’ny kianjabe eo anivon’ny afovoan’ny Oniversite no namonoan’ireo mpianatra ny mpangalatra tratra tao. Lasa toerana famonoana olona io kianja io.

Raha hiverenana io tranga niseho afak’omaly io, dia tafiditra lalina teo amin’ny lohan’ity lehilahy ity ny hazo ary potika ny lohany voatonta vato raha ny fizahana nataon’ny BHM azy. Nentina teny amin’ny trano-paty ny hôpitaly Androva ny razana niandry ny fianakaviany. Tranga mateti-piseho ity famonoana olona ataon’ny mpianatra ity ary samy nangina tanteraka ny raharaha hatramin’izay tsy nisy sahy nanokatra ny fanadiadina.

Tsy nisy sahy nilaza anefa ny mpianatra raha nanontanian’ny filohan’ny oniversite. Tazana teny an-toerana ihany ny mpitandro filaminana nijery ny zava-nisy.Misokatra indray ny fanadihadiana mikasika ity raharaha ity. Zary lasa fanaon’ireo mpianatra ny mandatsa-dra olona ka tokony hisy ihany ny fandraisana andraikitry ny mpitantanana ny Oniversite. Tokony ho tsapan’ireo mpianatra fa fandrantovana fianarana no ataon’izy ireo eny amin’ny “campus” fa tsy fianarana famonoana olona.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

MINISTERAN’NY FIZAHAN-TANY : Grenady “offensive” hita teo amin’ ny toeram-piantsonan’ny fiara

Nalaky tonga teny an-toerana ireo mpitandro filaminana nandray an-tanana izany mba tsy hipoaka.

Tokony ho tamin’ny 9 ora, omaly maraina, no nahitana grenady “offensive” mbola tsy nipoaka teny amin’ny biraon’ny minisiteran’ny Fizahan-tany eny Tsimbazaza. Olona manana andraikitra ambony eo anivon’ny minisitera sendra hamonjy ny birao fiasany no naha-tsikaritra zavatra hafahafa tao anatin’ny toeram-pian-tsonan’ny fiara voatokana (parking reservé) ho an’ny minisitra, Ratsiraka Roland.

Lehilahy iray hafa anisany mpiasa eo anivon’ity minisitera ity ihany koa dia nilaza ho nahita tovolahy iray niaraka tamina môtô skotera teny an-toerana. “Tokony ho tamin’ny 9 ora teo ho eo no nisy môtô scooter nijanona tsy lavitra ny toerana nahitana an’ilay grenady ary lasa ity farany vao tsikaritro ny fisian’io zavatra io, ary teo vao nikoropaka niantso ny lehibe tao am-piasana”, hoy ny fitantarany.Tao anatin’ny fotoana fohy dia vory lanona teny an-toerana ny mpitandro filaminana avy amin’ny Zandary sy ny Polisy siantifika manana traik’efa momba ny grenady. Rehefa samy nanontaniana ireo mpiasa dia nilaza fa tsy nahatsikaritra loatra olona nivezivezy ahiana ho nanatitra an’io grenady io tao.

Raha ny zava-nisy aloha no jerena dia ny minisitry ny Fizahantany, Roland Ratsiraka no tena nokendren’ireo olon-tsy fantatra tamin’ity trangan-javatra ity. Voalaza mantsy fa teo amin’ny toerana fijanonan’ny fiarany mihitsy no napetraka ilay grenady. Soa ihany anefa fa tsy mbola tonga ny minisitra tamin’io fotoana io ary soa ihany fa nalaky hita ny fisian’io grenady io. Misy mifofo ve ny ain’ny minisitra sa fanakorontanana tsotra izao no misy eto ?

Raha tsiahivina mantsy, tsy vao sambany no nisy nikendry tahaka izao ny minisitra Roland Ratsiraka. Tamin’ny fotoana mbola naha minisitry ny Asa vaventy azy ihany koa no efa nisy nitifitra ny fiara nitondra azy rehefa avy nitokana fotodrafitrasa tamin’iny lalam-pirenena fahafito iny. Nieren-doza hatrany anefa izy tamin’izay satria tsy tao anatin’ilay fiara notetehin’ireo olon-dratsy. Manoloana ity tranga ity indray kosa dia azo antoka fa manana tanjona manokana ireo olona tompon-kevitra tamin’ny fisian’io grenady io.

Ny valin’ny fanadihadiana lalina hataon’ny mpitandro filaminana manoloana ity raharaha ity ihany no ahafahana mamaly izany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

ATLETISMA HO AN’NY JAMBA : Nomena mari-pankasitrahana manokana i Zéphirin Clément

Jamba ny lehilahy saingy mampiteny ny anarany amin’ny atletisma natokana ho an’olona jamba.

Ny taona 1999 izy no nanapa-kevitra niroso tao anatin’ny atletisma. Nisesisesy ireo vokatra azony. Manavanana azy ny hazakazaka 200m. Ny taona 2003, izy no nisolo tena an’i Madagasikara tamin’ny Lalaon’ny Nosy natao tao Maurice. Teo amin’ny laharana fahatelo no nisy azy tamin’izany fotoana izany. Ny taona 2012 dia nandray anjara tamin’ny Lalao Afrikanina natao tany Maputo, ka nahazoany medaly alimo ihany koa. Ny taona 2013, dia nisy ny fandraisana anjara tamin’ny «  Meeting des athlètes  », izay natao tao Frantsa nandraisan’ny mpihazakazaka avy amin’ny firenena maro anjara. I Zéphirin ihany anefa no atleta voafidy nisolo tena an’i Madagasikara. Ny taona 2003 ka hatramin’izao, dia izy hatrany no voahosotra ho tompondakan’i Madagasikara eo amin’ny sokajy 200 m.

Manambady i Zepherin ary manan-jakana lahy iray. Na dia jamba aza ny tenany, dia mitondra avo ny lazan’i Madagasikara maneran-tany eo amin’ny taranja hakazakaka 200m natokana ho an’ny olona jamba. Ny volana jolay izao izy dia handray anjara amin’ny fifaninanana hatao any Antsiranana ny tenany. «  Hazakazaka lavitr’ezaka anaty kirihitr’ala no hatao amin’io fotoana io  », araka ny fanazavany. Mendrika hotohanana fatratra ity atleta malagasy ity. Izy izay nilaza ny mbola hanohy hatrany ireo zava-bita tsara mba ho reharehan’ny Malagasy. 

Nangonin’i Kamy

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA MANGORO : “Korontanin’ny Talem-paritry ny Tanora ireo mpitia volley-ball”

Ny Talem-paritry ny Tanora sy ny fanatanjahantena aoAlaotra Mangoro no voalazan’izy ireo fa rangory fototry ny afo mahatonga izany.Voalazan’ity mpitarika ity hatrany fa hidiran’ity Talem-paritra ity hatramin’ny raharahan-tokatranon’ny klioba ary mitady handidy manapaka mihitsy izy amin’izany.

“Efa tena nidirany mihitsy aza ka izao lasa misavoritaka izao”, hoy ity mpitarika klioba sady mpanao gazety ara-panatanjahantena ity. “Milaza ho mahay loatra ny lehilahy satria efa nianatra tany ivelany toy ny hoe tany Etazonia sy tany Senegaly, hany ka tsy mahafantatra fa ilaina ny mampihatra ny fianarana amin’izay toerana hipetrahana saingy tokony hifanaraka amin’izay toerana iainana no hampiharana izany” hoy ihany Ra-Est.

Nomarihiny manokana fa ny Andreba Gara no hany tarika manana ny lazany sy mbola mitsangana amin’izao fotoana izao ho an’ity taranja volley-ball ity aty Alaotra Mangoro ary nisolo tena hatrany ny faritra teo amin’ny sehatra nasionaly saingy tsy fantatra izay ho aviny noho izao fandaraisana fepetra tsy ara-drariny nataon’ny Talem-paritry ny Tanora sy fanatanjahantena izao.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

KITRA AMBOARAN’NY 26 JONA : Nobatain’ny FC Vim Fokontany Vinaninkaren ny Amboara

Ny FC Vim sy Tsaratanàna no nifandona teo amin’ny lalao famaranana ka nivoaka ho mapndesy rehefa nandresy tamin’ny isa 2 noho 0 ny FC Vim.

Vola mitentina 60 000 Ariary niampy akanjo fanaovam-baolina sy baolina no azon’izy ireo tamin’izany raha 40 000 ariary miampy baolina iray sy akanjo filalaovam-baolina no azon’ny mpilalao avy ao amin’ny Fokontany Tsaratanàna. Ankoatra izay dia nahazo fanomezana ihany koa ireo niady ny laharana faha-3 sy faha-4.Marihana fa ny Depioten’i Madagasikara, Ravelohanitra Nirina, voafidy tao Antsirabe Faharoa no nanome ireo loka lehibe ireo. Fa ankoatra izay dia nahazo vola ihany koa ny Kartie mobila izay niandraikitra ny fandriampahalemana nandritra ny Fetim-pirenana. Nahazo ny anjarany ihany koa ny mpikaraka ny lalao sy ny mpitsara baolina kitra.

Nambaran’ity olom-boafidy ity fa vonona ny hanampy hatrany ny mpanao fanatanjahantena eo anivon’ny Distrika ny tenany.

Efa hanomboka afaka roa volana indray mantsy ny fifaninana hiadiana izay ho tompondakan’ny Distrika izay hifanandrinan’ny Kaominina rehetra mandrafitra an’Antsirabe Faharoa, ka izy no hanolotra ny amboara sy hikarakara ny lalao rehetra. Nomarihany fa tsy maintsy hanangana ekipa iray matanjaka afaka hifaninana amin’ny faritra hafa manerana ny Nosy ny Distrikan’antsirabe 2 noho ny fananany tanora maro sy tia ny taranja baolina kitra.

Mifanandrify indrindra amin’ny filàn’ny tanora izany satria vitsy tokoa ny Malagasy afaka mampivoatra tanora, tahaka ny Depiote Ravelohanitra Nirina.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

ALAOTRA : Nahomby hatrany ireo fampisehoan’ny tarika Fanah nandritra ny Fetim-pirenena teo

Hafaliana tsy homby tratra no niarahan’ny mpankafy sy ity tarika ity nandritra ny fampisehoana nataony.

Efa masaka tamin’ny olona rahateo ny hira nentin’ny tarika, hany ka saika tsy afa-bela teo ambony lampihazo ny tarika noho ny fangatahan’ny olona izay vory marobe tokoa. Taorian’ Ambatomainty sy ny tany Ambatosoratra dia iny no fampisehoana lehibe sy nahavory vahoaka nataon’ny tarika. Ity tarika iray ity ihany hatreto no azo lazaina fa mahavory vahoaka amin’izao fotoana izao raha ampitahaina amin’ireo tarika hafa avy aty an-toerana.

Fantatra fa hiparitaka amin’ireo haino aman-jery manomboka amin’ny volana jolay ho avy izao ny hiran’ny tarika Fanah amin’ilay vokatra vaovao izay novokarin’izy ireo ka nampitondraina ny lohateny hoe : “0 ariary TTC”.

Ny maraina dia efa nanafana ny lanonana ara-panjakana tao amin’ny kianja Rasolonjatovo ny tarika tamin’ny 26 jona teo izay niventesan’izy ireo ny hira nampahalaza azy sy nitondrany ihany koa ireo hira vaovao.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

FANKALAZANA NY FETIM-PIRENENA : Tsy nisy ny hetsika kolotoraly tao Toliara

Nikaikaika ihany koa ireo mpivarotra satria dia tsy mandeha ny tsena noho ny tsy fisian’ny vola.

Efa mahazatra ny mampilalao ankizy amin’ny alalan’ny arendrina rehefa Asaramanitra tahaka izao, ka voatery namorona ny tsy misy ny ray aman-dreny. Nisy tamin’ireto farany no nilaza fa tsy maintsy nanao izany mba hampitovy ny zaza ao an-trano amin’ny zanaky ny hafa, izany hoe, na dia tsy misy aza ny hoenti-manana dia tsy ampijaliana ny sain’ny ankizy, ka tsy maintsy mividy kilalao ho azy ireo. Porofon’izany dia maro ny fianakaviana no nandeha nitondra ny zanany, nanao arendrina teny Amorondriaka, ny alin’ny 25 jona mialoha ny Fetim-pirenena sady nijery afomanga ihany koa.

Ankoatra izay dia tsikaritra fa tsy nisy mihitsy ny hetsika kolotoraly, nentina nanamarihana ny faha-57 taona niverenan’ny Fahaleovantenam-pirenena, afa-tsy ny fankalazana ny Fetin’ny mozika, izay nokarakarain’ny avy ao amin’ny Aliance Francaise, Toliara. Tsy nisy nahatsapa izany ireo mpitondra na ireo minisitra zanak’i Toliara.

Ny filaharana tamin’ny 26 jona no nanehoana ny fahatanjahana ara-politika, ka samy niseho ho manana olona daholo ny mpanao politika tao an-toerana. Na izany aza, dia ny fikambanana Tomira no tena manana olona hatramin’izay ka hatramin’izao. Ny antokon’ny Fitondrana moa dia nofenoin’ireo izay avy nilahatra, satria may ny te hahazo vola indrindra ireo vehivavy, izay maro an’isa.

Bems

News Mada0 partages

Harena an-kibon’ny tany : tokony handroso haingana ny faritra Atsimo Andrefana

Nitsidika ny sampandraharaham-paritra misahana ny harena an-kibon’ny tany any amin’ny faritra Atsimo Andrefana ny minisitra Zafilahy Ying Vah, nandritra ny fandalovan’ny governemanta tany an-toerana ny herinandro lasa teo. Notsiahivin’ny minisitra ny toeran’ny fihariana ny harena an-kibon’ny tany izay tokony hampidi-bola betsaka ho an’ny faritra sy ny fanjakana foibe. Harena rehefa lany dia lany, tsy azo havaozina intsony.

Koa politikan’ny minisitera ny hisian’ny mpandraharaha ara-dalàna ao anatin’ity sehatra ity, hanentanana ireo ivelan’ny ara-dalàna hiditra ao anatin’ny rafitra ara-dalàna. Paikady entina amin’izany ny fametrahana ny Birao miandraikitra ny fitantanana ny harena ny an-kibon’ny tany (Bam). Tanjona ny fitrandrahana voalanjalanja, maharitra, manara-dalàna sy mikajy ny tontolo iainana. Samy mahita tombontsoa amin’izany ny mpandraharaha sy ny toerana nivoahan’ny vokatra.

Nankasitraka sy nisaotra ny minisitra sy ireo mpiara-miasa aminy akaiky ny talem-paritra Atsimo Andrefana sy Androy noho ny fiaraha-nidinika nataon’izy ireo, nandraisana tolo-kevitra sy toromarika hoentina hanatsarana ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany. Manana karazany maro ny faritra Atsimo Andrefana, vatosoa sy vato indostrialy, mbola ao koa ny charbon Sakoa, solika any Bezaha. Tokony hitondra fampandrosoana goavana sy haingana ho an’ny faritra ireo harena rehetra ireo.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Asa fampihorohoroana sa inona indray ? : « Alerte grenady » teny Tsimbazaza

Grenady tena mahafaty (offensive) iray, saingy tsy mbola nipoaka sy telefaonina finday iray. Ireo no hita teo amin’ny “parking” an’ny minisiteran’ny Fizahantany, etsy Tsimbazaza, omaly maraina. Avy aiza ? An’iza ? Saika hatao inona ? Manao fanadihadiana mikasika izany ny mpitandro filaminana.

Tsy nipoaka ilay grenady (offensive) na efa nisokatra aza ny “goupille”! Hitan’ny mpiasan’ny minisiteran’ny Fizahantany teny Tsimbazaza teo amin’ny fiantsonan’ny fiara ity fitaovam-piadiana ity, omaly maraina. Tsy nisy sahy nikitika io fa samy raiki-tahotra raha vao nahatazana ilay grenady. Niantso ny tompon’andraikitra avy hatrany ireo mpiasa teny an-toerana, ary nampandre ny mpitandro filaminana. Tonga teny Tsimbazaza ny zandary sy ny polisy ary ny tafika nizaha ity toe-javatra ity. Amin’ny maha fitaovana an’ny mpitandro filaminana itony grenady itony, izy ireo ihany no afaka nikitika sy naka azy ity teo amin’ny toerany. Rehefa nodinidinihina nandritra ny fotoana naharitra teo izy io, nentina niala nanaovana fanadihadiana.Araka ny fanazavana azo, nisy moto iray nijanona teo amin’ny toerana nahitana ilay grenady io. Rehefa lasa io moto io vao nisy nahatsikaritra ilay grenady teo amin’ny tany. Fantatra fa nisy finday iray koa teo akaikiny. Tsy mbola nanao fanambarana ofisialy momba ity grenady ity ireo mpitandro filaminana tonga teny an-toerana. Tsy fantatra raha misy ifandraisany amin’ilay mpitondra moto ity grenady hita ity.

Misokatra ny fanadihadiana ary tokony ho fantatra ny toerana nihavian’ity grenady ity satria hita daholo ny laharany sy ny karazany”, hoy ny fanazavana. Karazan’ireny grenady fampiasa amin’ny ady ireny ity ary mahafaty ny olona akaiky azy raha mipoaka. Am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha.

Mpitandro filaminana ihany?

Amin’ny ankapobeny, ny mpitandro filaminana ihany no manana grenady manerana izao tontolo izao. Izy no mahay mampiasa sy ny pitsopitsony amin’ireny. Hain’olon-tsotra aiza ny hampiasa grenady? Mety hipoaka eny an-tanany aza ary efa nitranga izany ka naharatrana olona. Ekena fa tonga eny am-pelatanan’ny jiolahy ny fitaovam-piadiana mahery vaika toy ny Kalachnikov, saingy tsy mbola nampiasa grenady ireo olon-dratsy teto amintsika. Mihodina eo amin’ny mpitandro filaminana ihany, araka izany, ny mety ho ahiahy amin’ny fivoahan’ny grenady tahaka izao. Inona ny tanjon’izay nahavanona izao? Fampihorohoroana sa sinema indray?

Ny toe-javatra tahaka izao no tena ilana ireo “camera” fanaraha-maso ny manodidina. Tsy efa fotoana ametahana azy ireny isaky ny minisitera, ny tranom-panjakana, ny faritra mena rehetra, ny toerana be olona, sns, izao? Mba ampiasaina amin’ny tokony ho izy amin’izay fa tsy rehefa misy tombontsoan’ny mpitondra ihany vao aderadera ny vahoaka ny fampiasana fitaovana izay efa somary tara ihany raha ny eto amintsika mitaha amin’ny any ivelany.

Yves S.

News Mada0 partages

Naratra mafy, nihosin-dra… : Karana mpivarotra volamena notafihin’ny jiolahy

Nihosin-dra ilay teratany karana vokatry ny daroka nataon’ireo jiolahy miisa efatra niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana mahery vaika, ny talata tolakandro teo. Nototoin’ireo jiolahy ny vodibasy izy ka naratra mafy teo amin’ny lohany…

 

Ny talata tokony ho tamin’ny 3 ora sy 30 mn no nisy jiolahy efatra mitondra basy nanafika ny trano fivarotana volamena sy volafotsy ao Bazaribe Toliara.  Araka ny vaovao azo, tsy nisaron-tava ary tsy nisalasala niditra ilay trano fivarotana volamena ny jiolahy ary tsy nanampo na inona na inona kosa ilay karana.  Nony tafiditra tao amin’ilay trano fivarotana izy ireo vao namoaka ny  basy  ka nanambana  ilay Karana. Noteren’izy ireo hamoaka ny vola sy novelesiny tamin’ny vodibasy poleta vita gasy ny lohan’ilay Karana ary nakapony teo ambony latabatra fivarotana ny lohany. Nandritra izany rehetra izany, nifanojo amin’ny naha sendra tsy tao ny mpiasany sy ny mpiambina ny mangazay fa nirahin’ilay karana  tany amin-janany raha ny vaovao azo ihany. Tonga tampoka anefa ilay mpiasa ka nodarohan’ireto jiolahy fa mpiambina kosa niantso mpitandro filaminana kosa ilay mpiambina. Raha vao nahatsikaritra fa miala any ny mpitandro filaminana dia nivoaka moramora ireo olon-dratsy toy ny tsy nanao na inona na inona. Nentina haingana teny amin’ny hopitaly ilay Karana naratra mafy nandritra ity fanafihan-jiolahy ity. Araka ny vaovao farany, mbola tsy hita ny nanjavonan’ireto jiolahy ireto hatramin’izao ary marihina fa tsy nahazo na vola na volamena ireo jiolahy ireto.

CMS sy J.C

News Mada0 partages

Oniversite Antsiranana : noho ny fipoahana herinaratra, may ny tranon’ny mpianatra

 Raikitra ny fifanjevoana tao amin’ny tranon’ny mpianatry ny Oniversiten’Antsiranana, omaly maraina. Nitrangana fahamaizana tampoka tao amin’ny Bloc G ka nampijoalajoala ny afo. May avokoa ny ampahan’ny trano rehetra tao amin’ity Bloc G, araka ny fanazavan’ireo mpianatra. Fipoahana herinaratra no voalaza fa nahatonga ny loza tamin’io fotoana io satria nahefo fipoahana mitselatselatra ireo mpianatra mialoha ny firehetana. Ny afo efa mijoalajoala narahina setroka maintibe no nahataitra ireo mpianatra teo amin’ny manodidina. Nifanome tanana tamin’ny famonoana ny afo ireo mpianatra mialoha ny nahatongavan’ny mpamonjy voina avy ao amin’ny kaominina ambonivohitra Antsiranana. Niteraka hatezerana tamin’ireo mpianatra ity loza nitranga omaly ity. Olana matetika ho an’ireo mpianatra mipetraka eny amin’ny tranon’ny mpianatra ny tsy fahalavorarian’ny fotodrafitrasa ka miafara amin’ny loza toy izao izany.

J.C

News Mada0 partages

SMM : une grève générale illimitée se profile

Suite aux différentes revendications non satisfaites, le SMM envisage d’entamer une grève générale. Le syndicat lance un ultimatum à Etat.

«Nous donnons dix jours à l’Etat pour réexaminer nos requêtes. Sinon, une grève dans toute l’île est envisageable», a indiqué le vice-président du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), Tiaray Fanahimanana, hier à Anosy, après la tenue de l’Assemblée générale extraordinaire des magistrats.

En effet, après les différentes Assemblées générales du SMM dans les provinces qui ont été clôturées dans la capitale hier, plusieurs résolutions en sont sorties et seront présentées aux autorités étatiques. Et l’ultimatum de dix jours entrera en vigueur une fois que lesdites résolutions soient entre les mains de l’Etat.

Déterminé

«Nous sommes actuellement en train de peaufiner les derniers détails, mais nous ne sommes pas encore en mesure de déterminer la date exacte à laquelle nous pourrons les envoyer», a répondu le vice-président du syndicat en précisant toutefois que la lettre sera envoyée dans les plus brefs délais. Mais une fois la grève entamée, «Elle ne s’arrêtera qu’après avoir obtenu gain de cause», a expliqué le SMM. «Elle pourrait durer des jours, des semaines, voire des mois», a soutenu Tiaray Fanahimanana.

Parmi ces revendications figurent l’application des résolutions prises lors des Assises nationales de 2012. Celles-ci évoquent entre autres les responsabilités de l’Etat, des magistrats, ou encore de la société civile. Néanmoins, les magistrats demandent également que cesse l’instrumentalisation de la Justice favorisant la culture de l’impunité. La modernisation de la gestion de carrière des magistrats y est également incluse, ainsi que la lutte contre la corruption sur laquelle les magistrats se penchent sérieusement actuellement.

Objectifs en vue

Pour l’heure, les autorités compétentes ne donnent aucun signe de vie, du moins, concernant les affaires internes de la justice. Cela pour ne citer que des grèves successives des magistrats, des greffiers et peut-être plus tard, des huissiers de justice qui ne cessent de relancer leurs révendications.

Dans tous les cas, le SMM maintient ses objectifs et envisage même de porter l’affaire sur le plan international. La présidente du syndicat, Fanirisoa Ernaivo, est d’ailleurs actuellement en mission à l’étranger et les lobbyings pourraient déjà débuter.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Herin’ny fanovana : « Hiara-mihetsika ny fiangonana sy ny vahoaka »

« Fiaraha-mihetsika amin’ny fiangonana sy ny vahoaka rehetra. Izay no imasoan’ny Herin’ny fanovana izao. » Io no nambaran’ny mpitondra tenin’ny Herin’ny fanovana, Ratolojanahary Maharavo, teny Andravoahangy Ambony, omaly, momba ny tohin’ny hetsik’izy ireo ho amin’ny fanovana ny fitondrana.

Amin’izao fotoana izao, mifandamina ny Herin’ny fanovana. Miainga amin’ny fivoriambe sy ny vaomiera politika izay. Hiverina amin’ny fandaminana tany am-piandohana ry zareo: fanetsehana ny vahoaka amin’ity faran’ity volana jona ity sy amin’ny fiandohan’ny volana jolay, araka ny fanazavany.

Hetsika manokana natao tamin’ny antoko politika sy ny fikambanana teny Andavamamba, ny 23 jona. Nisy lafiny tsara, nisy lafiny ratsy noho ny tsy fahampian’ny fandaminana ny vita. Hita tamin’ny hoe hatraiza ny fetran’izy ireo. Ireny ny zava-bita. Tsy manova ny programan’ny Herin’ny fanovana amin’ny fiarahana sy fihetsehana amin’ny vahoaka izany. Izay no irosona izao…

Hisy hetsika ato ho ato

« Ho hita eo izay hiseho amin’ny  faran’ny volana jona sy fiandohan’ny volana jolay », hoy izy. Manomboka izao, manana fandaminana izy ireo: tsy misy antoko politika afa-miteny amin’ny anaran’ny Herin’ny fanovana. Ratolojanahary Maharavo no mpitarika ny Herin’ny fanovana, izay tarihin’ny DFP. Izy no mpitondra teny. Misy ny fifandaminana amin’ny fanendrena izay hisolo azy.

Mihamitombo an-dalana ny Herin’ny fanovana amin’izao… hiroso ho amin’ny fanovana amin’ny alalan’ny fiaraha-mitantana. Amin’izany, asa inona no hataon’ny fitondrana? Lazaina fa fahombiazana ny omaly, fandresena ny ampitso. Inona no eo?

R. Nd.

News Mada0 partages

Filohan’ny SMM tao amin’ny TV 5 Monde : « Misy ny fanerena sy fandrahonana mpitsara eto »

Aiza ho aiza ny fahaleovantenan’ny fitsarana eto Madagasikara? Mbola iadiana… « Misy ny fanerena sy fandrahonana mpitsara », raha ny nambaran’ny filohan’ny SMM tao amin’ny TV 5 Monde.

« Eny, fandrahonana. Ampiasaina tokoa ho amin’ny fisian’ny tsimatimanota ny fitsarana.«  Io ny navalin’ny filohan’ny Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), Ernaivo Fanirisoa, ny mpanao gazety, Xavier Lambrechts, tao amin’ny TV5 Monde, ny 25 jona, ny amin’ny fisian’ny fanerena sy fandrahonana mpitsara eto Madagasikara indraindray.

Any ambony ka hatrany ambany ny kolikoly, ary tena ao anatin’ny rafitra izany. Izay no mahatonga ny mpitsara eo anivon’ny SMM nanapa-kevitra hiady amin’ny kolikoly amin’ny fitakiana ny fahaleovantenan’ny fitsarana, izay mbola petra-kevitra ihany fa eo ambany fahefan’ny mpanatanteraka.

Voaresaka ny momba an-dRazaimamonjy Claudine

« Tsy afaka ny fitsarana, indrindra amin’ny raharaha kolikoly lehibe. Misy ny fanadihadiana sy fisamborana, nefa amin’izao fotoana izao: tsy tonga hatramin’ny farany izany », hoy izy. Voaresaka ny momba ny vehivavy izay milaza fa mpanolotsain’ny filohan’ny Repoblika. Nefa milaza ny fiadidiana ny Repoblika fa tsy mpanolotsaina manokana izy.  

Enjehina izy io noho ny fanodinkodinam-bolam-panjakana sy fiangarana amin’ny fahazoana tsenam-baro-panjakana. Maro ny fandikan-dalàna mahakasika azy. Anisan’ny voampanga izy ao anatin’ny olona valo hafa nitsoaka, tsy nentina eo anatrehan’ny fitsarana. Misy mpitsikombakomba mbola tokony hosamborina.

Ny marina, mbola mahabe resaka ny amin’ny hoe fanjakana tan-dalàna ao Madagasikara. Satria misy olona miala ny lalàna, ary ny tsy fisian’izay fanjakana tan-dalàna izay no tsy eken’ny sendikàn’ny mpitsara.       

 

Tokony ho andrimpanjakana ny fitsarana     

 Mitaky bebe kokoa ny fahaleovantenan’ny fitsarana izay tokony ho andrimpanjakana ny SMM, araka ny nambarany. Mitovy laharana amin’ny fahefana mpanao lalàna sy mpanatanteraka izany. Fomba hahazoana miady amin’ny kolikoly sy mametraka ny fanjakana tan-dalàna eto Madagasikara izay, raha tena misy.      

Misy ny lalàna tokony hovaina. Ny momba ny Filankevitra ambony momba ny mpitsara (CSM), izay ny filohan’ny Repoblika no filohan’ny CSM ary ny minisitry ny Fitsarana no filoha lefitra. Misy koa ireo mpikambana mizaka izany zo izany tsy tokony ho mpikambana ao. Tokony hilaza ny lalàmpanorenana fa misy ny fahefana mpitsara eto Madagasikara, satria tsy mbola ao izany.

R. Nd.

News Mada0 partages

Fanohiza Claude : « Tokony hanana finiavana hiady amin’ny kolikoly isika… »

 Nivahiny tao amin’ny fandaharana “Ambarao” ao amin’ny radio Alliance 92 FM, omaly, ny tale mpanatanteraky ny Transparency international initiative Madagascar, Fanohiza Claude. Anisan’ny nitondrany ny heviny ny momba ny ady amin’ny kolikoly.

 

Feno sy tsara ny lalàna eto amintsika na misy tokony havaozina aza. Tsy izany ny ny mahatonga ny kolikoly fa ny finiavana sy ny rafitra tokony hojerena sy hamboarina…Tokony haka andraikitra ny fanjakana”, hoy izy. Nambarany fa tokony hamafisina ny fanabezana ny vahoaka ary hampianarina dieny any an-tsekoly izany. Etsy andaniny, omena fahaleovantenany ohatra ny Bianco sy ny Samifin. “Eo amin’ny fitaovana, toy ny vola mba tsy miankina amin’ny mpitondra. Ohatra, ny Tahiry ho an’ny fanamboaran-dalana (Fer), tsy miankina amin’ny fanjakana izy ireo fa manana loharanom-bola manokana. Lany fotoana eto isika raha hiresaka fahaleovantena raha tsy atao tahaka izany ireo rafitra miady amin’ny kolikoly”, hoy ihany izy. Anisan’ny efa nitondran’izy ireo famelabelarana sy nihaonana tamin’ny vahoaka ny momba ny volam-panjakana, karaman’ireo mpiasam-panjakana ka mahatonga ny sasany amin’izy ireny voasarika amin’ny kolikoly. “Takina ny mangarahara. Eo koa ireo manana sata manokana satria misy tsy faly. Miteraka kolikoly izany satria mahita ny sasany mahazo tombony ny hafa….”, hoy ihany ny Transparency international initiative Madagascar.

 

Volamena miondrana an-tsokosoko

Nanteriny fa ahitana kolikoly ny fananantany,  ny harena voajanahary sy ny fitantanana ifotony ary koa ny fikirakirana ny volam-panjakana. Noraisiny ho ohatra amin’izany ny volamena miondrana an-tsokosoko. “ Mahagaga fa tsy mifanaraka amin’ny antontanisa voaray any ivelany  ny aty. Tokony hamafisina ny fomba fiasantsika ahalalana ny tena fivoahany sy ny vidiny. Marefo eo amin’ny ara-pitaovana sy olona isika mba hifehezana ny fivoahan’izany any ivelany. Tokony hijery ny hanatsara ny rafitra sy ny fomba fiasa ny fanjakana mba hahitana izany rehetra izany”, hoy izy.  Notsiahiviny fa efa mihetsika ny fiarahamonim-pirenena toa azy ireo sy ny Alliance Vohary gasy (AVG) momba ireny fivoahan’ny harem-pirenena ireny.

Ankoatra izany, nambarany fa hiezaka hanaiky vahoaka kokoa izy ireo amin’ny fametrahana ireo foibe fihainoana hanomezana torohevitra ny olona momba ny kolikoly. Eo koa ny tetikasa filamatra any amin’ny kaominin’i Belobaka ka nametrahana fitaovana avo lenta iarahana amin’ny fanjakana sy ny mpiara-miombona antoka. “Hampihena ny kolikoly eo amin’ny fananantany izany satria mijery ifotony izahay ary mihaino ny maharary ny olona. Azo antoka kokoa io fomba fiasa io…”, hoy ihany izy.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Solontenan’ny UE, Beneditto Sanchez : « Tokony handray andraikitra amin’ny zon’olombelona ny mpiton...

 Niantso ny fitondram-panjakana mba hijery akaiky momba ny zon’olombelona ny solontenan’ny Vondrona eoropeanina, Beneditto Sanchez , omaly tetsy 67 ha. « Misy antony  matoa ny olona mifampikasi-tanana. Tokony handray andraikitra ny mpitondra mba hametrahana ny fifampitokisana eo aminy sy ny vahoaka », hoy izy. Notsiahiviny fa efa nampanantena izany ny filoha Rajaonarimampianina tamin’ny kabariny teny Iavoloha farany teo ka tokony hanampy ny CNIDH  amin’ny fanadihadiana tokony hotanterahina.

Etsy andaniny, nambaran’ity vaomiera mahaleo tena misahana ny fiarovana ny zon’olombelona ity fa mijanona ho mpanolotra hevitra sy manaitra ny rehetra amin’ny tsy fanajana ny zon’olombelona izy ireo satria tsy anisan’ny fahefana mpanatanteraka. « Ohatra, miditra amin’ireny raharaha momba ny tanin’olona lasan’olon-kafa tsotra izao ireny izahay izao. Fa eo koa ny tokony hanonerana ny simba sy ireo rava fananana tany Antsakabary”, hoy ny filohany, Rabenoro Mireille.

Synèse R.

News Mada0 partages

IFM : “ #31#”, soradihin’ny kaompania My crew

Taorian’ny mozika sy ny tantara an-tsary, ny dihy ankehitriny indray no hahazo laka, ao amin’ny Institut français de Madagascar (IFM) etsy Analakely, amin’ity faran’ny herinandro ity. Hisantatra ny volana jolay ny kaompania My Crew, amin’ny alalan’ny piesy mitondra ny lohateny hoe “#31#”.

Soradihy noforonin-dRabemananjara Claudio, ao anatin’ny kaompania My Crew, ny “#31#” ary izy ihany no hitondra azy an-tsehatra. Fotoana iray hitantaran’ity mpanakanto ity ny momba azy sy ny fifandraisany amin’ny tontolon’ny dihy ny amin’io asabotsy io. Fantatra mantsy fa tohin’ny soradihy maromaro noforoniny sy lalaoviny irery ary entiny indrindra milaza izay momba azy izay ny “#31#”.

Tsy hifarana hatreo ny fotoana fa hitohy amin’ny fandefasana horonantsary mitondra ny lohateny hoe “Polina, danser sa vie”. Tantara nosoratan’i Valérie Müller sy i Angelin Preljocaj ary namoronan’ito farany soradihy.

Araka izany lohateniny izany, tantarana tovovavy iray mpanao irony dihy klasika irony izy ity. Tamin’ny fotoana tokony nisondrotany ambony kokoa amin’izany tontolo izany no nahitany fampisehoana dihy ankehitriny, izay nambabo azy, nanomboka teo, ary nitarika azy hiova taranja tanteraka. Maharitra ora iray sy 48mn ny tantara, izay inoana fa hampahery sy hanosika ireo tanora liana amin’ny dihy.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Littérature : la nouvelle génération d’écrivains se fait connaître

Sous la houlette de la Synergie nationale des auteurs, éditeurs et libraires de Madagascar (Synael), sept jeunes écrivains ont assuré une animation littéraire, hier, au Centre de ressources des arts actuels à Madagascar (Craam) à Ankatso. Selon Michèle Rakotoson, présidente de Synael, la nouvelle génération d’écrivains est assurée.

Sous la houlette de la Synergie nationale des auteurs, éditeurs et libraires de Madagascar (Synael), sept jeunes écrivains ont assuré une animation littéraire, hier, au Centre de ressources des arts actuels à Madagascar (Craam) à Ankatso. Selon Michèle Rakotoson, présidente de Synael, la nouvelle génération d’écrivains est assurée.

Les sept œuvres primés :

«Prestataire de plaisir, je sais parler» de Sitraka Rafanomezantsoa (23 ans), – «Voyage dans l’au-delà» d’Adèle Lefèvre (19 ans), – «Exile dans la brousse» de Saholy Mampianina Randrianarisaona, – «Rencontre au carrefour des rêves» de Haingomalala Viviane Mara (24 ans), – «Entre les livres» d’Andréa Razafindraibe, – «Une rencontre fracassante» de Josette Aline Rasoafara, – «Tu t’en vas déjà ?» de Manajtiana Faniry Muriella Randrianary

 

News Mada0 partages

Sahobin’i Fidasiana : 500 enfants sont à la fête

Chaque année, l’Office du site culturel d’Ambohimanga Rova (Oscar) et le Lion’s club Ambohimanga organisent un évènement baptisé «Sahobin’i Fidasiana». Cette année, l’évènement s’est tenu samedi dernier et a attiré plus de 500 enfants, venant de la colline Ambohimanga et ses environs.

Plusieurs jeux et concours ont été au programme. Une douzaine d’enfants ont obtenu une récompense dans les concours de danses et de poèmes. Les trois premiers ont reçu des dictionnaires et des livres, des sacs… Cette manifestation a pour objectif de divertir les enfants et les jeunes à l’occasion de la Fête nationale malgache et les organisateurs en ont profité pour promouvoir le site culturel.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Hiatrehana ny maitsoahitra : hanafatra vary 200.000 t avy any India

Iaraha-mahalala ny fidangan’ny vidim-bary. Mba tsy hisian’ny fanararaotana ataon’ny sasany, hisy vary 200.000 t avy any India, hamidy amin’ny vidiny mirary sady tsy ho tapaka ny famatsiana.

Vita sonia, ny 23 jona teo, ny fifanarahana eo amin’ny minisitry ny Varotra sy ny fanjifana, Tazafy Armand, sy ny solontenan’ny orinasa indianina, M/S Hunt Technology Trading FZC, Rajiv Kumar. Votoatiny ny hanafarana vary fotsy milanja 200.000 t hamatsiana ny taona 2017 sy ny 2018, hiatrehana ny maitsoahitra. Nambaran’ny minisitra Tazafy Armand fa tanjona ny hisian’ny tahirim-bary ampy, tsy tapaka ary amin’ny vidiny tsy miova sy mirary mba ho  zakan’ny fahefa-mividin’ny rehetra. Nambarany koa fa miantoka ny fahatongavan’ireo vary hatreo amin’ny seranan’i Toamasina, Mahajanga ary Antsiranana ny orinasa M/S Hunt Technology Trading, ary 390 dolara ny vidin’ny iray taonina tonga eo (0,39 dolara/kg=.1.170 Ar/kg) Maka araka izay famandrihana ilainy ny mpandraharaha eto an-toerana ary manamora ny fanatanterahana izany sy manampy amin’ny fanapariahana azy ny fanjakana Malagasy.

Hihaona amin’ny mpandraharaha

Misy fihaonana eo amin’ity orinasa indianina ity sy ny mpandraharaha amin’ny vary eto amintsika, anio, tarihin’ny tale jeneralin’ny fifaninanana sy ny fanjifana ao amin’ny minisitera. Hampahafantarina azy ireo ity fifanarahana ity sy ny pitsopitsony mikasika ny fanafarana ireo vary.

Tsy manakana ny mpandraharaha hanafatra vary hafa avy any ivelany ity fifanarahana ity. Izany hoe, mitombina foana ny fahalalahan’ny tsena ary tsy mitsabaka amin’izany ny fanjakana.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Partenariat : la Banque mondiale insiste sur la stabilité

Le Conseil d’administration de la Banque mondiale vient d’approuver la stratégie de partenariat avec Madagascar pour la période 2017-2021. Et pourtant, la stabilité reste de mise.

«Le nouveau cadre de partenariat entre la Banque mondiale et Madagascar soutiendra la résilience et la croissance inclusive», indique le communiqué officiel de l’institution, publié hier. Pour rappel, le financement de ce programme élaboré avec le Gouvernement et d’autres parties prenantes a été annoncé lors de la Conférence des bailleurs et investisseurs (CBI) à Paris en décembre dernier. Et la Banque mondiale a manifesté son engagement en octroyant 1,3 milliard de dollars pour les trois prochaines années.

Toutefois, la stabilité reste un élément clé pour atteindre ces objectifs et permettre un réel développement dans le pays. A ce propos, le country manager de la Banque mondiale à Madagascar, Coralie Gevers, d’affirmer qu’ «Avec une stabilité politique et économique continue, Madagascar a une unique opportunité de rompre avec les tendances passées et de permettre à sa population de réaliser son potentiel».

Les indicateurs au rouge

En effet, les indicateurs restent au rouge pour Madagascar, d’après les chiffres avancés par cette institution.  «Madagascar a pris du retard sur plusieurs dimensions de développement : près de 80% de la population vit avec moins de 1.90 USD par jour, le pays est classé au quatrième rang des pays avec un taux de malnutrition chronique le plus élevé et le cinquième ayant le plus grand nombre d’enfants non scolarisés, et le taux d’accès à l’énergie est parmi les plus bas avec 13%», indique la Banque mondiale.

Ce cadre de partenariat pays priorisera avant tout le capital humain. Il appuiera également les investissements privés et favorisera une croissance inclusive. Les objectifs portent notamment sur la réduction du taux de malnutrition chronique et le doublement du taux d’accès à l’énergie en mobilisant ses propres ressources intérieures, en utilisant efficacement les aides financières et en facilitant des investissements privés.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Intégration des marchés : le projet ANMO lancé

Renforcer la compétitivité de Madagascar sur le commerce mondial, c’est le principal objectif du Projet de soutien aux arrangements nationaux de mise en œuvre (ANMO) lancé officiellement, hier, à Anosy.

L’ANMO fait partie des actions prioritaires de l’Etude diagnostique sur l’intégration du commerce (Edic), élaborée par Madagascar en 2001. A noter dans ce sens que la Grande île a adhéré au Cadre intégré (CI) en tant que pays pilote, avec le Cambodge et la Mauritanie. Le projet a été approuvé en novembre dernier et a pu bénéficier d’un financement de 900.000 USD impliquant une contrepartie malgache d’un montant de 132 000 USD sur une période de trois ans.

Au même titre que les autres Pays les moins avancés (PMA), Madagascar bénéficie de l’appui de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à travers le Programme du Cadre intégré renforcé (CIR). Mis en place en 1997, le Cadre intégré (CI) est un programme multi-bailleurs destiné à aider les PMA pour tirer profit de la libéralisation des échanges commerciaux.

Le Cadre intégré renforcé (CIR) a été ensuite mis en place en 2009 pour permettre aux PMA de jouer un rôle plus actif dans le système commercial mondial et les aider à remédier aux contraintes en matière de l’offre. Le programme, qui fournit actuellement une aide à 49 pays, parmi les plus pauvres au monde, est financé par un fonds d’affectation spéciale multi donateurs, s’élèvant à 250 millions de dollars.

Mise à jour de l’Edic

Depuis que Madagascar a intégré en 2001 le CI,  la Grande île a pu effectuer l’Etude diagnostique sur l’intégration du commerce (Edic) avec l’appui de la Banque mondiale et élaborer une matrice des actions prioritaires en reprenant les grandes lignes de cette étude.

A ce sujet, deux programmes ont été sélectionnés et financés, entre autres le Programme de renforcement des capacités dans les négociations internationales et le Programme d’appui aux exportations. Mais en raison de la crise de 2009, le processus du CIR à Madagascar a été  suspendu pour ne reprendre qu’en 2014. Une mise à jour de l’Edic et de la matrice des actions prioritaires a donc été effectuée en 2015. Et, cette nouvelle version a abouti à l’élaboration du Projet de la Catégorie I, notamment l’ANMO.

Riana R.

News Mada0 partages

Ivato : nanangana foibe fitaizam-batana ny Adema

Manitatra hatrany. Tafatsangana indray koa izao ny foibe fitaizam-batana eo anivon’ny Adema, eny Ivato, tafiditra amin’ny “aero-sport” izany. Nambaran’ny tompon’andraikitra fa natao ho an’ny mpiasa sy ny avy any ivelany izany toerana izany ary ahafahana manao fanazarantena sy hetsika ara-panatanjahantena samihafa. Tafatsangana miaraka amin’izany koa ny klioba ho an’ny taranja “Bodybuilding” ka anisan’ny atleta eo anivon’ny Adema amin’izany ilay tompondakan’i Madagasikara 2017 eo amin’io taranja io, Antoine Culter, +87 kg. Tsy vitan’izany fa eo koa ny nibatany ny tompondaka eo amin’ny “Body perfect classic”, natao ny asabotsy teo teny amin’ny Americain Center eny Tanjombato. Anisan’ireo hiatrika ny fiadiana ny tompondaka maneran-tany hatao any Mongolie amin’ny volana oktobra izao ity atleta ity ary mivonona ho amin’izany amin’izao fotoana izao.

Synèse R.

News Mada0 partages

Rugby – «Can 1B» : nantsoina hanatevina ny Makis ny zafikelin’i L’avant-Bras

Vonona ny Makis de Madagascar, hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika ho an’ny sokajy 1B. Mpilalao 25 no nantsoin’ny mpanazatra sy ny Malagasy rugby. Misy mpilalao avy any Frantsa, manatevina ny Makis, amin’ity.

 

Niova endrika ny Makis de Madagascar, handeha ho atsy Maraoka, hiatrika ny fifanintsanana hiadiana ny ho tompondakan’i Afrika (Can), sokajy 1B. Ankoatra ireo mpilalao eto an-toerana mantsy, nantsoina hanatevina ny Makis, Ramonjiarivony Yorhann, zafikelin’i L’avan-bras, izay milalao any Frantsa. Mirefy 1, 85 m izy ary milanja 106 kg. Midika izany fa hanampy ny “pack d’avant”, izay matetika lesoka ho an’ny Makis, ny tovolahy. Ankoatra izay, mbola ao anatin’ny Makis avokoa ry José sy ry Biby ary i Tolotra sy i Zobe, miampy an-dry Radadatoa.

Marihina fa lalao manasa-dalana avy hatrany no hatao ka ny Makis hifanehatra amin’i Maraoka ary i Côte d’Ivoire kosa hifanazava amin’i Botsoana. Lalao hatao ny alarobia 5 jolay. Hiatrika ny famaranana, ny asabotsy 8 jolay, ireo ekipa roa mivoaka ho mpandresy eo. Miakatra any amin’ny sokajy 1A kosa izay ho tompondaka.  Tsiahivina fa efa resin’ny Makis, teo amin’ny kianjaben’i Mahamasina, ry zareo Maraokanina, tamin’ny taona 2012.

Hanainga, ny alahady 2 jolay ho avy izao, ny delegasiona malagasy, tarihin’ny filoha lefitry ny Malagasy rugby, Solofoson Bien-Aimé.

Tompondaka

Ny lisitry ny Makis de Madagascar :

1-Haja Vazaha (3 FB) ; 2-Tahiana Ilda (Cosfa) ; 3-Landry Johnson Tortue (3FB) ; 4-Hasina Botso (Ikopa) ; 5-Tolotra Zoky Machine (3FB) ; 6-Anthony Dalle (US Ankadifotsy) ; 7-Bryan Raglady (Cosfa) ; 8-Tsivery Danger (Tam) ; 9-Jean Fabrice Mainty (US Ankadifotsy) ; 10-François Carlas (TFA) ; 11-Hery Zo (3FB) ; 12-Tanjona Grand (3FB) ; 13-Hery Nantenaina Dame (US Ankadifotsy) ; 14-José (3FB) ; 15-Hery (Cosfa) ; 16-Herizo Dadatoa (IRC) ; 17-Fenohasina Baine (US Ankadifotsy) ; 18-Pascal (3F5 Amboditsiry) ; 19-Safidy Gervais (FTM) ; 20-Sidonie Rabiby (3FB) ; 21-Saidy Bakary (Tam) ; 22-Hery Zhino (TFA) ; 23-Mohamed Said (TFA) ; 24-Sylvain Betsen (Tam) ; 25-Yorhann (Stade Aurillacois Frantsa).

News Mada0 partages

Run Total Quartz : l’heure de vérité

La 2e course sous la houlette du club Ama comptant pour la 5e manche du championnat de Madagascar de run s’annonce décisive ce dimanche sur la piste de la base aéronavale d’Arivonimamo.

La course au sacre en Run et Prorun reprendra de plus belle. Et autant dire que elle promet déjà vu que tout le gotha national de la discipline, à l’instar du leader du Prorun, Jean de Dieu Rafanomezantsoa dit Vazaha sera sur la ligne de départ avec un seul objectif, ravir les titres. Mais John Andriamalala n’a pas encore dit son dernier mot malgré son abandon lors de la précédente manche. C’est le moment où jamais pour le fer de lance du club Ama de renverser la vapeur et de  détrôner Vazaha de son piédestal. John Elite n’a plus droit à l’erreur au risque de dire adieu au titre. En fait,  avec une seule victoire au compteur, il a intérêt à survoler la piste et d’engager la vitesse supérieure.

En Run, rien n’est également acquis pour Fred Andriamaharo. Les pilotes du club organisateur manifestent aussi leur ambition de faire la différence. En somme dans cette catégorie, la surprise n’est pas à écarter. Comme il ne reste plus que deux manches au programme, à coup sûr, tous les concurrents en lice vont jouer leur va-tout. A noter que cette course clôturera les activités du club pour cette saison 2017.

Public gâté

Comme à l’accoutumée, la manche organisée par Ama s’annonce spectaculaire grâce aux diverses animations concoctées pour l’occasion. Ainsi, ce dimanche, le public sera bien servi avec une prestation d’un grand nom du hip hop malgache qui plus est de la gent féminine. Le sport extrême et le trial show ne sont pas en reste.

Naisa

News Mada0 partages

Hippisme : cinq courses, cinq gagnants

Les bêtes de course les plus chevronnées n’ont pas eu du mal à s’imposer lors de la journée de l’indépendance, 5e réunion organisée par l’Autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel), dimanche dernier, à l’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy. Hejerenasoa monté par Nicot Ramiliarimanga a ouvert le bal lors du prix Asaramanitra (1.500 m) suivi de Nuage de Fanorona associé à Rivoson Andriamparany et Littisia de Sedera Ranaivoarisoa (tiercé : 3-2-4).

Noblesse de Carmen a également voulu la part belle lors de la seconde épreuve de 1.600 m avec Gil Chézard Ralaivonitsara qui a rendu un carnet complet en confirmant son rang de favori. Le jockey de renom a effectivement placé son attaque à partir de la ligne droite opposée après s’être détaché du peloton de tête qui a vu Orchidée de Patrick Rakotoharivelo et Oiseau d’or pris en main par Jean Baptiste Rakotohanja (tiercé : 1-4-6).

Et Gil a signé sa seconde victoire sur le dos de Lutteur d’or lors du prix Arendrina (1.700 m) en battant ainsi sur le poteau Madona monté par Patrick Rakotoarivelo et Luna bella associé à Michel Randriamanantena (tiercé : 3-2-4). Quant à Jean Baptiste Rakotohanja, il est revenu de loin avec Koldikova en repoussant toutes les attaques lancées par Lolita star de Nicot ou encore Navigateur de Rivoson Andriamparany (quarté spécial : 5-2-3-1).

L’Ahcel a réservé le meilleur pour la fin avec l’habituel Grand prix Fahaleovantena (2.000 m) en rassemblant les meilleurs chevaux des 1ère et 2e catégories sur la piste. Ce qui a mis les parieurs dans l’embarras. Au final, l’Oiseau bleu chevauché par Nicot s’est imposé sur le fil face à Mascotte de star bien pris en main par Jean Baptiste et Kamar’all star piloté par Gil Chézard (quinté : 1-4-5-2-6).

Rojo N.

News Mada0 partages

Fikambanana Mamiko ny taniko : afaka mampandroso ny tenany ny Malagasy

Nampahafantarina, tamin’ny fomba ofisialy ny 25 jona teo, ny fikambanana Mamiko ny taniko izay miasa eo anivon’ny distrikan’Ambohidratrimo manontolo. Mifototra amin’ny asa sosialy izy ireo ary manohana ny fikambanana mitovy tarigetra aminy. Anisan’ny efa mpiara-miasa akaiky ny fikambanana Miray Aina izay mitaiza zaza kamboty etsy Ivato.

Tsapan’ny fikambanana Mamiko ny taniko fa afaka mampandroso ny tenany ny Malagasy indrindra fa ny tanora raha tena miverina sy mikarakara ary mitia ny taniny.

Hamoha izany  fitiavan-tanindrazana miainga ao anatin’ny tanora izany indrindra no tanjon’ny fikambanana, indrindra amin’izao gaboraraky ny fanatontoloana mandemy ny sain’ny tanora izao. « Tokony tsy hisy eto Madagasikara izany fahantrana izany satria sady midadasika no manan-karena isika na tany izany na olona », hoy ny filohan’ny fikambanana, Andriamanana Ranaivomalala Mamihanitra.

Tanora maro samy manana ny traikefany avy amin’ny sehatra mivelatra sy marolafy ireo ao anatin’ny fikambanana Mamiko ny taniko. Mifanakalo traikefa izy ireo ary miara-miasa amin’ny sehatra maro hisian’ny fampandrosoana ifotony.

Manam-pikasana hanampy ny tantsaha amin’ny  fanomezana masomboly sy fiofanana ihany koa izy ireo ato ho ato mba hampitombo ny vokatra eo amin’izy ireo.

Hanentana ny vehivavy sy ny reny amin’ny resaka fitaizana sy fahasalamana ihany koa ny fikambanana aoriana kely.

Tatiana A

News Mada0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny mpamatsy vola : hampiroboroboana ny varotra ivelany

Anohanana ny firenena tratra aoriana amin’ny fandrosoana (PMA) toa an’i Madagasikara ny Fandaharanasa lasitra iraisana nohamafisina na « Cadre intégré renforcé » (CIR). Mamatsy vola azy ny Fikambanana iraisam-pirenena misahana ny varotra (OMC), ny Cnuced, ny CCI, FMI, ny Banky iraisam-pirenena ary ny Pnud. Misy dingana roa ao anatin’ity fandaharanasa ity, fandaminana ao anatin’ny firenena ny sokajy I (ANMO) ary fanamafisana ny fahaiza-manao mikasika ny varotra iraisam-pirenena sy ny tolotra ary ny fotodrafitrasa ny sokajy II.

Niditra tao anatin’ny fandaharanasa iraisana (Cadre intégré) i Madagasikara, ny taona 2001. Nanomboka ny taona 2009 kosa ny CIR ho an’ny PMA, saingy tsy afaka notanterahina ny an’i Madagasikara noho ny krizy politika teto amin’ny firenena. Tafaverina ny taona 2014 taorian’ny fandaharanasa tomban’ezaka (Edic) natao. Novolavolaina ny tetikasa sokajy I, ary nankatoavina ny famatsiam-bola 900.000 dolara, ny 7 novambra 2016, ka manana fandraisana anjara 132.000 dolara ny fanjakana malagasy. Anisan’ny hatao firenena filamatra miaraka amin’i Cambodge sy Maoritania i Madagasikara.

Nampahafantarina, omaly, ny mikasika ity tetikasa sokajy I ity. Mifantoka amin’ny paikadim-pirenena hampiroboroboana ny varotra ivelany, fananganana ny rafitra mandrindra ny lafiny teknika mikasika ny varotra, fanamafisana ny fahaiza-manao hiatrehana ny olana na sakana amin’ny lafiny tolotra eo amin’ny tsena. Miahy ny CIR ny minisiteran’ny Varotra sy ny fanjifana.

Njaka A.

 

News Mada0 partages

Bongolava : zandary roa voaroaka fa nanao kolikoly

 Mitohy hatrany ny fanadiovana anatiny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Zandary roa miasa ao Bongolava indray nesorina tamin’ny asany raha 35 hafa kosa anaovana fanadihadiana noho ny fanaovana kolikoly ao amin’ny faritra Bongolova. Naharay fitarainana momba ny fakam-bola ataon’ireo zandary ireo mandritra ny fitsirihana ireo omby amidy, ny lehiben’ny fari-piadidin’ny zandarimariam-pirenena eto amin’ny faritra Analamanga (CIRGN) ka nandray fepetra haingana nanao fanadihadiana mikasika izany. “Marina tokoa fa nisy ny fanadihadiana momba ireo zandary maromaro ireo ary efa vita ny famotorana amin’izao fotoana izao. Efa misy ireo voasazy fa mbola handeha koa ny fandefasana ny antontan-taratasy eny anivon’ny fitsarana rehefa vita ny fanadihadiana rehetra. Fanaovana kolikoly amin’ny fandraisam-bola amin’ny fanaovana fitsirihana omby ny anenjehana azy ireo. Noraisaina anaovana fanadihadiana izany rehetra izany hoe mitombina sa tsy mitombia izany”, hoy ny lehiben’ny CIRGN Analamanga, ny Jly Andrianjanaka Njatoarisoa.

Hampianarina ireo zandary…

Misy, araka izany, ny sazy ao anatin’ny fitsipi-pifehezana eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Ao kosa ireo tsy maintsy hatolotra ny fitsarana ho fanohizana ny fanadihadiana.

Nohamafisiny fa nahitam-bokany ny fampiatoana ireo zandary manao fisavana eny amin’ny lalam-pirenena satria mihena ny fahafaham-barakanay eny an-dalana. “Miteraka fahafaham-baraka eo anivon’ny zandarimaria ny fisian’ireo zandary manao kolikoly eny an-dalambe. Noho izany, mbola miato hatreto izany satria mbola misy fampianarana atao amin’ity herinandro ity momba fisavana fiara. Rehefa izany, eritreretina indray ny hamerenana izany”, hoy hatrany ny Jly Njato namarana ny fanazavany.

Jean Claude

News Mada0 partages

Fanatsarana ny tolotra Vivo energy : 500 ny mpanjifa naneho hevitra

Nikarakara hetsika « Feon’ny mpanjifa” ny Vivo Energy, ny volana desambra lasa teo, ahafantarana ny hevitr’izy ireo manoloana ny tolotra eny amin’ny toerana mpaninjara solika Shell. Nisy ny tranonkala manokana nahafahan’ny mpanjifa nanome soso-kevitra sy ho fanatsarana ny tolotra. Nomena fanomezana ireo nandray anjara tamin’ny Feon’ny mpanjifa isam-bolana nandritra ny telo volana misesy, tamin’ny alalan’ny antsapaka. Nahasahana ny toerana mpaninjara solika manerana ny Nosy ny hetsika. Maherin’ny 500 ireo nanome ny heviny ary nahita fiovana tsara amin’ny tolotra avokoa ny ankamaroan’izy ireo. Fivahiniana any Sainte Marie, taratasy ahafahana mividy solika eny amin’ny toerana mpaninjara solika ny loka lehibe natolotra. Mbola misokatra tsy tapaka ilay tranonkala ahafahan’ny rehetra mitondra soso-kevitra hanatsarana ny fomba fiasa, hoy ny tomponandraikitra.

Vonjy A.   

News Mada0 partages

Antanimbarinandriana : mahazaka fiara 215 ny fiantsonana

Notontosain’ny kaominina Antananarivo Renivohitra ny talata vao mangirandratsy ny famindrana ireo fiara amidy tetsy Analakely sy ny eo amin’ny Esplanade.

Efa nisy fivoriana intelo miantoana niarahana tamin’ireo solontenan’ny mpivarotra sy ny tomponandraikitry ny CUA ao amin’ny sampandraharaha misahana ny fitaterana.

Ny zoma 24 jona teo, nanao ny fandaminana farany ho fandrindrana ny eny Antanimbarinandriana izy ireo, izay toerana malalaka nomen’ny kaominina.

Nankatoavina ny fandaminana sy ny famindran-toerana natao.

Hatramin’ny 9 ora maraina, manodidina ny 122 ny fiara efa nafindra eny Antanimbarinandriana. Marihina fa fiara 215 no antonona eny an-toerana.

Efa nomena toerana etsy amin’ny “square point carré” manoloana ny zaridaina ampitan’ny kianjan’i Mahamasina kosa ireo mpanatitra sy mpaka mpianatra ao amin’ny Sekoly St Michel. Mahazaka fiara 80 ny toeram-piantsonana natokana ho azy ireo.

Natao izao fandaminana izao mba hialana amin’ny fitohanan’ny fiara sy ny fibahanana  eny amin’ny arabe, raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra.

Tatiana A

News Mada0 partages

Faciliter la mobilité des PSH : des transporteurs donnent l’exemple

Les sensibilisations ont porté leurs fruits. Après deux mois de plaidoyers pour une meilleure mobilité des personnes en situation de handicap (PSH), un changement de comportement est déjà perçu au niveau des transports en commun dans quelques lignes desservant les zones urbaines et suburbaines dans la capitale.

Sur la bonne voie. Cette initiative entrant dans le cadre du projet «Lalan-jotra miaty ny namana» ou  en abrégé «Lamina», mis en œuvre par l’ONG Lalana et cofinancé par l’Union européenne prend forme.   Selon les constats, après une série de sensibilisations menée par des membres des PSH, des chauffeurs et receveurs des taxi-be commencent à appliquer les consignes nécessaires permettant d’atteindre cet objectif.

Il s’agit notamment de réserver des places aux personnes à mobilité réduite à l’intérieur des taxi-be et de faciliter dans ce sens leur déplacement en montant et en descendant du bus selon les arrêts…Des attitudes qui sont d’une importance capitale, notamment pour les personnes ayant une déficience visuelle.

Difficultés

Jean Mamode Ravaojanahary, un malvoyant demeurant à Itaosy, a confié sa difficulté à prendre le taxi-be dans les arrêts. «Je suis resté plus d’une heure dans un arrêt sans  savoir quel bus emprunter dans la mesure où  les receveurs ne mentionnent pas parfois l’itinéraire», a-t-il déclaré. Un autre de témoigner qu’il a dû payer le double du tarif pour un trajet puisqu’il n’est pas suffisamment informé sur la destination finale du taxi-be.

Ayant débuté au mois de mai, les plaidoyers se poursuivent jusqu’en novembre. Jusqu’ici, 439 chauffeurs, 437 receveurs de bus, et 39 pointeurs issus des 28 coopératives de l’Union des coopératives des transports urbains (UCTU) et six de l’Union des coopératives des transports suburbains (UCTS) ont été touchés par les activités de sensibilisation.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Dividende démographique : investir dans les jeunes

A Madagascar, les adolescents et les jeunes de 10 à 24 ans représentent environ un tiers de la population. Un peu moins de la moitié d’entre eux  dont 42% des filles sont déjà mères avant l’âge de 18 ans. En outre, moins de la moitié des femmes malgaches,  environ 44% ont accouché avec l’assistance d’un personnel médical. Ces statistiques ont été dévoilées lors de la cérémonie d’ouverture de la table ronde ayant pour  thème : «Population et développement – Investissement dans la jeunesse pour la réalisation du dividende démographique  à Madagascar», qui s’est tenue récemment à Anosy.

Un projet pour les délinquants

Le projet «Jeune délinquant» a été mis en œuvre et touche l’alphabétisation fonctionnelle, l’opération jugement supplétif d’acte de naissance, la carte nationale d’identité, et la dotation de charrues et de zébus, de distribution de semences et d’engrais. En investissant dans la jeunesse, Madagascar mise sur la sécurité, la stabilité et la croissance à long terme. La représentante résidente de l’Union Africaine à Madagascar, Hawa Ahmed Youssouf,  a déjà manifesté sa volonté de nous accompagner dans ce processus. A ce sujet,  la loi portant sur la politique nationale de la jeunesse a déjà été promulguée.

A cette occasion, le chef du gouvernement Olivier Mahafaly Solonandrasana a évoqué la situation des jeunes délinquants du grand sud, appelés «malaso» ou bandits. «La plupart d’entre eux n’ont jamais eu la chance d’aller à l’école. Ces bandits sont à l’origine

du phénomène d’insécurité dans les villages. Actuellement, grâce aux efforts déployés par le gouvernement à travers la mobilisation des forces de l’ordre, ils ont déposé les armes. Ces quelque 5000 jeunes sont devenus l’une des pièces maîtresses de l’autodéfense villageoise. Ils ont besoin de formation et d’emploi. Nous sommes en train de finaliser un projet permettant la réinsertion sociale de ces jeunes délinquants».

Recueillis par Nadia

 

News Mada0 partages

Tsimbazaza : attentat à la grenade au ministère du Tourisme

Un attentat à la grenade visant le ministère du Tourisme à Tsimbazaza s’est produit dans la matinée d’hier.

Aucune perte en vie humaine ni dégât matériel n’a cependant été signalé pour la bonne et simple raison que l’engin n’a pas explosé. Selon les premiers éléments de l’enquête, la grenade a probablement été jetée depuis le trottoir jouxtant le bâtiment du ministère. Elle est tombée près d’un scooter, plus précisément à l’endroit où est garé habituellement le véhicule du ministre sauf que ce dernier n’était pas encore arrivé à ce moment-là.

Selon des sources convergentes, un passant a fait la découverte et a immédiatement donné l’alerte. Sitôt sur les lieux, les forces de l’ordre ont immédiatement mis en place un périmètre de sécurité. Un spécialiste de l’armée, entouré de divers responsables de la police, de l’armée et de la gendarmerie, a par la suite récupéré la grenade. L’on apprendra plus tard qu’il s’agit d’une grenade offensive.

Des zones d’ombre  

Pourquoi la grenade n’a pas explosé ? Est-ce dû à une fausse manipulation ou est-ce qu’il s’agit d’une volonté délibérée ? Pourquoi viser le ministère du Tourisme ? Le résultat de l’enquête permettra certainement de répondre à ces questions. En attendant, les réactions ont fusé de partout. Sachant que l’événement est survenu deux jours après la célébration du 57e anniversaire de l’Indépendance, d’aucuns pensent qu’il a été «organisé» afin de justifier l’utilisation de vitre de protection blindée à Mahamasina.

Soit dit en passant, la gendarmerie a affirmé que l’enquête concernant l’attentat commis durant la célébration de la fête de l’Indépendance en 2016 se poursuit.

Mparany

 

News Mada0 partages

Chronique : sept filles et sept garçons, pour le meilleur et pour le pire

«L’avortement n’est pas conforme à la coutume malgache. Notre bénédiction aux mariés incite même à donner naissance à sept filles et sept garçons. Les jeunes vont en profiter si l’avortement n’est pas interdit, c’est la raison pour laquelle le Sénat doit réfléchir sur cela», explique le sénateur Olivier Rakotovazaha* pour justifier les réticences du Sénat devant la proposition de loi sur le planning familial.

Si l’avortement n’est pas conforme à la coutume malgache, il n’est probablement conforme à aucune coutume dans le monde. Connaît-on une tradition qui, par des proverbes ou des contes, encourage les femmes à interrompre une grossesse ? Y a-t-il une héroïne qui soit glorifiée pour avoir avorté ? On plaint plutôt la femme qui ne connaît pas les joies de la maternité, on la rejette si elle ne peut pas arborer le ventre qui prouve qu’elle n’est pas stérile et si l’histoire se termine bien : « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ».

Les ancêtres nous souhaitaient de contribuer avec ardeur à la prospérité de la lignée en lui offrant une belle descendance. Quand on ajoute du bicarbonate dans l’eau de cuisson du riz, quand le sucre est un produit de luxe qu’on s’autorise à peine le dimanche et que la volaille des jours de fête se réduit à un bouillon de poule, on veut croire que, dans leur grande mansuétude, les ancêtres comprennent qu’à défaut d’abstinence, on puisse envisager la contraception comme un moindre mal.

Il se trouve pourtant en 2017 de nombreuses voix pour s’insurger contre la contraception. Ces voix ne sont pas uniquement celles de vieux barbons machistes et misogynes. Les femmes elles-mêmes expliquent que les Malgaches supportent mal les contraceptifs, raison pour laquelle elles optent plus facilement pour la pilule du lendemain (qui fait la fortune des pharmaciens) ou, quand il est vraiment trop tard, pour l’avortement.

Si la loi actuelle était appliquée, il n’y aurait pas assez de prisons pour accueillir les femmes qui ont avorté. Même si l’avortement n’est pas conforme à la coutume malgache.

Kemba Ranavela

*Planning familial- Les sénateurs contre l’IVG, L’Express de Madagascar, édition du 28 juin 2017.

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : croquis à la plume

Nos confrères de la Grande Île ne cessent de s’élever contre les spectacles que présentent un peu partout, en dépit des circonstances actuelles et du manque de main-d’œuvre, les principales villes malgaches ; les indigènes y ont élevé le farniente à la hauteur d’une institution.Voici ce que, d’après notre confrère les Petites Affiches de Majunga, on peut voir, quand il fait beau, près de la mairie de la ville, non loin de la poste, en pleine avenue Gillon.Les Ramatoas sakalaves se rassemblent par groupes, paresseusement allongées sur leurs nattes, au beau milieu du trottoir, sans souci du passant affairé ; elles se font mutuellement la toilette, c’est-à-dire qu’elles se coiffent et écrasent leurs totos, tout en faisant circuler en mains la tabatière de l’escouade, afin de varier les plaisirs, les unes prisent, d’autres chiquent, d’autres enfin, délaissant Nicot pour Bacchus, dégustent la limonade ou le« coco-soldat », une trouvaille métaphorique et géniale des poilus bourbonnais. Il fait «soif» dans l’océan Indien.Pour compléter le tableau, une marmaille laborieuse autant que bruyante trie du riz ou épluche des brèdes, avec leurs mamans.Quant au passant… eh bien ! il en est quitte pour descendre du trottoir et risquer d’être tamponné par un pousse-pousse.

Lettre de Nossi-Bé

Un de nos correspondants nous écrit :C’est aujourd’hui seulement qu’on peut juger à peu près exactement les dégâts causés par le cyclone dans la province.C’est ainsi qu’une inondation considérable a eu lieu dans la plaine de Sambirano. Des villages entiers, des troupeaux de bétail, des champs de manioc, de très grandes étendues cultivées ont été entraînés par les eaux.Sur les arbres emportés par un violent courant, se réfugiaient les animaux domestiques et sauvages les plus divers se mêlant aux indigènes qui se cramponnaient désespérément aux branches. On signale plusieurs noyés, et l’on est sans nouvelles d’un bon nombre d’indigènes.Par surcroît, en ces temps de disette, la place de Nossi-Bé est complètement dépourvue de farine.Les habitants se soumettent, mais sans enthousiasme exagéré, au régime de la farine de riz.Peut-être ces braves Nossi-Béens préféreraient-ils la farine exquise qu’on sert aux Parisiens, qui ne donne qu’un pain gris et aigre !

Le Courrier colonial www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : aro fatratra ilay rindrina fitaratra

Izay mihetsika ity toa itarina atao resabe. Na inona na inona moa mitranga dia tsy lany ny tsikera rehefa tiana ho soketaina na zimbazimbaina mihitsy aza. Fa efa manambara ny tsy fitiavana mihitsy rehefa toy izao ny fanenjehana an’ izay miseho sy teny rehetra manodidina ny Fiadidiana ny Repoblika. Eran-tany ny firenena rehetra dia samy manao an’izay afany hiarovana manokana ny filoham-pirenena. Ezaka sy vola no atokana manokana sandan’izany. Na fantapantatra aza ny halafom-bidin’ilay fitaratra tsy mataho-bala natao hiarovana ny Filoha Rajaonarimampianina teny Mahamasina nandritra ny lanonana nentina nankalazana ny Fetin’ny fiverenan’ny Fahaleovantena dia tsy ampahafirin’ny fandaniana izany. Ireny aza ny tsaho tsy mari-pototra, resaky ny tsy miala vola, manitatra momba izany fanaparitahana vola tany amin’ny faritra iva natao hanambazana ny mponina hiezaka hanatevin-daharana ny mpijery matso. Ny vola anie mitobaka any ho any. Sendra natokana ho an’izay mahitahita, takona ho an’ny besinimaro na ny loharano nipoirany na ny làlana ombany.

Marina moa fa nanaitra ny ambanilanitra ilay fefy fitaratra niarovana ny Filoha noho ny maha zava-baovao tsy fahita an’ilay izy. Milaza izany fa mikarokaroka fatratra ny sampana miadidy ny fiarovana ny Filohan’ny Nosy. Mety hampisento tokana ny fahenoana an’izany tonga dia miteny mivantana any an-tsaina ny anjaran’ny mponin’ny Nosy izay atao zandrin’adidy na ny fiarovana aza ao anaty fandriampahalemana fotsiny aza no atao anton-dresaka. Iny rindri-pitaratra iny hoy ny mpitsikera dia toy ny ravaka mahamenatra mitory ny elanelana mampisaraka ny mpitondra sy ny entina, mifankatazana fa tsy mifampikasoka.

Porofo kosa anefa izany fa matoa anaovana fiarovana fatratra toy izany ny Filoha dia efa tonga saina ny fitondrana fa tsizarizary ny fandriampahalemana eto amin’ny Nosy. Dingana lehibe izany. Inona moa no fanovana azo antenaina entiny hanarenana ny ratsy raha toa tsy tonga saina mikasika an’ilay tranga ratsy ny tompon’andraikitra. Mazava izany izao, ka miandry ny fampisehoan’ny mpitantana an’izany fahaizany ny vahoaka.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : avant, pendant, après

Il y a avant, pendant et après. Avant le défilé, les hommes, tout de beaux vêtus, sont allés se donner du courage à l’épi-bar du coin, histoire de se réchauffer  le corps avec une bonne rasade d’eau de feu. C’est qu’il faisait frisquet au petit matin ! Pendant le défilé, eh bien, ils ont défilé. Après le défilé, il fallait se détendre et reprendre des forces. Ils se sont donc détendus et pour participer à la fête, ils ont repris de cette eau de feu roborative. Bien leur en a pris. Parce qu’après il a fallu réparer le camion, oui celui qui avait défilé et qui a eu la mauvaise idée de tomber en panne sur le chemin du retour…

News Mada0 partages

Saisie de 1 kg d’héroïne : le Malgache se rend

Accompagné de son avocat, Andry Ramahaimandimby s’est rendu de son plein gré au QG de la Brigade anti-drogue de l’île Maurice (ADSU), aux Casernes centrales, dans la matinée de mardi. Impliqué dans une affaire d’importation de 1,260 kg d’héroïne, ce directeur d’entreprise de 42 ans a fait l’objet d’un avis de recherche.

Lors de l’enquête préliminaire, il a indiqué qu’il était au mauvais endroit au mauvais moment. «Je me suis rendu aux toilettes après ma descente d’avion car j’avais eu une envie pressante. Il s’agit d’une pure coïncidence que le policier se soit rendu aux toilettes après moi», a-t-il déclaré. Poursuivi provisoirement pour importation d’héroïne, Andry Ramahaimandimby a été placé en détention avant d’être traduit devant le tribunal de Mahébourg, hier.

Le 11 juin dernier, le quadragénaire malgache est arrivé par le vol MK 289 en provenance de Madagascar. Forts d’un renseignement, les limiers de l’ADSU ont suivi les faits et gestes de certains passagers. Ainsi ont-ils aperçu Andry Ramahaimandimby entrer dans les toilettes avec un sac à main avant de ressortir les mains vides. A son tour, le policier Basana Reddi s’est introduit dans les toilettes, éveillant ainsi les soupçons des policiers.

Une enquête a été ouverte et a permis de découvrir le lendemain la quantité d’héroïne dont la valeur marchande avoisinerait les 650 millions d’ariary. Un troisième suspect, patron d’un fastfood a également été arrêté.

Mparany

News Mada0 partages

Mahitsy : le marché sort du noir

Le marché communal de Mahitsy, dans le district d’Ambohidratrimo, se refait une jeunesse sous l’impulsion du chef de subdivision du marché, Maminiaina Johnny Rakotondranaly.

Outre les travaux d’assainissement des infrastructures, la sécurisation de ce lieu de grande affluence figure parmi les priorités du responsable du marché communal de Mahitsy, selon ses explications. Il s’est investi, de ce fait, dans la remise en état du réseau électrique de tous les secteurs de ce marché par ses propres moyens avant la Fête nationale, pour donner un cachet particulier à ce lieu public, fleuron socio-économique de la commune. Il s’est ainsi procuré une quinzaine d’ampoules électriques en attendant la décision communale, à la grande satisfaction des usagers.

La panne d’électricité qui a frappé ce marché depuis quelques années favorise les risques d’insécurité, selon Maminiaina Johnny Rakotondranaly. Il a révélé toutefois avoir pris l’initiative d’engager des agents chargés de la sécurité de ce marché où divers produits sont entreposés de jour comme de nuit.

Faisant partie de l’équipe du maire de la localité, il a toujours contribué au développement de la commune, à titre privé parfois, en initiant des travaux à Haute intensité de main d’œuvres (Himo) dans la réhabilitation des routes communales et la reconstruction de réseaux hydro-agricoles.

Manou

 

News Mada0 partages

Ambohimanarina : des projets de développement réalisés

Les enfants du 6e arrondissement de la capitale ont pu jouir de leurs droits cette année grâce aux efforts de l’ONG Affami. Le Mois de l’enfant a été  respecté textuellement dans les activités menées par cet organisme dans la circonscription.

Outre les séances de circoncisions collectives procédées dans les 31 fokontany du 6e arrondissement durant ce mois de juin, l’ONG Affami a tout fait pour valoriser les droits des enfants durant cette période qui leur est dédiée. Sa présidente fondatrice, la députée Vololona Victorine Raherisoa, a satisfait certains des besoins des centaines d’enfants de l’arrondissement dans le cadre de la célébration de ce mois de l’enfance 2017 qui tire actuellement à sa fin.

Plus de cinq centaines d’enfants issus de la couche défavorisée du 6e arrondissement ont déjà bénéficié des paquets de jouets dans le cadre d’un partenariat de l’ONG avec le projet «Tetikasa ankizy krismasy» avant la Fête de l’ Indépendance mais la députée élue d’Ambohimanarina a précisé que l’application des droits de l’enfant doit être une action pérenne pour assurer son efficacité. Prévalant l’éducation morale dans le quotidien des contribuables, elle invite ainsi les parents et leurs enfants à la séance de prière initiée par le projet prochainement au théâtre de verdure d’Antsahamanitra.

Manou

 

Tia Tanindranaza0 partages

FAMPIANARANA

Tsy maintsy hivoaka amin’ity herinandro ity avokoa ny voka-panadinana CEPE manerana ny Nosy. Lohalaharana amin’izany ireo faritra tsy namoaka toy ny any Fianarantsoa

. Antony manokana  moa raha araka ny fanazavana azo no antony mampitsitaitaika ny fivoahan’ny vokatra tahaka izao fa tsy zavatra hafa araka ny feo mandeha akory.*

SOSIALY

Nosokafana tamim-pomba ofisialy tetsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely  omaly haharitra telo andro ilay hetsika “Festival mère et enfant”, karakarain’ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka sy ny company Mahasoa. Ireo tranoheva nahitana fizaham-pahasalamana maimaimpoana no tena nifanotofana, indrindra fa ho an’ny ankizy madinika. Raha araka ny fantatra mantsy dia 20.000 Ar raha kely indrindra ny vola aloa rehefa hanatona pédiatre ny renim-pianakaviana iray.

Tsy nety nidina intsony ny vidin’ny kafe ranony hamidy eny amin’ny mpivarotra rehetra eny taorian’ny niakaran’ny vidin’ny kilaon’ny voakafe ho 22.000 Ar. Efa nidina ho 14.000 Ar anefa ity farany saingy dia mbola mijanona ho 300 Ar ihany ny kafe tapany misy ronono.

Ho tohin’ny fankalazana ny fetin’ny Asaramanitra 26 jona  dia hisy ny fizarana bodofotsy mafana ho an’ireo sahirana ara-pivelomana sy zokiolona ao amin’ny kaominina ambanivohitra Talatamaty anio alakamisy. Ao amin’ny fokontany Ankadivory  no hisantarana izany, hotarihin’ny Ben’ny tanàna Rado Razafindratsimba.

Ho an’ny kaominina ambanivohitra Ambohibao Antehiroka kosa dia mitohy ny asa fanampiana ny vahoaka izay tsy mijanona amin’ny andro fety toy ny Asaramanitra sy ny Krismasy ihany. Zokiolona sahirana manodidina ny 100 no nahazo tombontsoa tamin’izany raha mbola nozaraina vatomamy  ihany koa ny kilonga madinika.

FITATERANA

Efa manomboka misokatra ny karama ho an’ireo mpitatitra mivoaka ny renivohitra. Taorian’ny fetin’ny 26 jona mantsy dia efa manomboka mahazo vahana ihany koa ny famadihana  ka anisan’ny lohalaharana ny amin’ny faritra andrefana sy atsimo. Vokany, feno hatrany ireo taksibrosy miainga rehetra etsy amin’ny Fasan’ny karana isan’andro.

Mbola mampitaraina ny mponina hatrany ny hafitsok’ireo taksibe mihazo an’Andoharanofotsy amin’izao fotoana izao. Saika mihodina an-dalana avokoa mantsy ny ankamaroan’izy ireo na dia efa manao saran-dalana 500 Ar aza. Efa nisy moa ny hetsika fanentanana nataon’ny kaominina saingy na izany aza mbola misy ihany ireo tsy mety fay fa manao ny ataony. Eny Tanjombato izy ireo no mihodina, indrindra fa ny hariva.

FANDRIAMPAHALEMANA

Mitaraina noho ny firongatry ny tsy fandriampahalemana ireo mponina any amin’iny distrikan’i Tsiaroanomandidy iny. Vao ny talata alina mantsy no nihanika tanana taoAnkiranomena sy ny manodidina indray ny  dahalo ka saika lasan’izy ireo avokoa ny omby tao am-bala rehetra. Rehefa miakatra an-tanàna dahalo izao moa ny dahalo dia fantatra fa na ireo mpitandro ny filaminana aza tsy sahy manohitra azy fa miafina avokoa.

Tia Tanindranaza0 partages

Zandarimariam-pirenenaHenjana ny fanadiovana

Zandary miisa 2 teto amin’ny faritra Analamanga no noroahina vokatry ny tsy fanarahan-dalàna tao anatin'ny 6 volana voalohan'ity taona 2017 ity.

Efa misy ihany koa ny famotorana momba ireo zandary miisa 35 eo ho eo voasaringotra tamina kolikoly sy resaka fitakiana vola tany amin’ny faritra Bongolava toa an’i Tsiroanomandidy. Tsy ho ela ny fandefasana ny antontan-taratasy any amin’ny ambaratongam-pitsarana momba ity raharaha ity aorian'ny fahavitan'ny famotorana tanteraka, araka ny fanambaran'ny lehiben'ny fari-piadiadin’ny zandarimaria Antananarivo na CIRGN ny jeneraly Andrianjanaka Njatoarisoa omaly. Manaratsy endrika ny zandary izany, ka efa nafindra toerana ireo zandary voarohirohy  mandritra ny fanadihadiana azy. Nilaza ihany koa ny lehiben’ny CIRGN fa nahitam-bokany ny fampiatoana ny fisavan’ny zandary eny amin’ny lalam-pirenena (PR) ary zava-dehibe ny fihenan’ny fahafam-barakan’ny zandary, hoy ity tompon’andraikitra ity. Ao anatin’ny fandinihana izy ireo amin’ny fanohizana ny PR, saingy mbola misy aloha izao ny fampiharana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mivoatra hatrany ny ECCOVAMpianatra 400 mianadahy indray no nahavita fianarana

Fahombiazana tanteraka ho an’ny “Ecole de Coupe et Couture Volana” ny fanadinam-panjakana natrehin’ireo mpianany manerana ny Nosy,

tamin’ity taona 2017 ity. 100 % mantsy ny salam-pahafahana, ho an’ireo nianatra momba ny lamaody sy ny zaitra, ary ny fanaingoana ny atin-trano. Teo ihany koa ireo nianatra momba ny kiraro sy ny pôketra. Havoaka amim-pomba ôfisialy tsy ho ela avokoa izy ireo. Ho an’ireo mpianatra eto Antananarivo manokana dia ny zoma ho avy izao no hanatanterahana ny lanonana mifandraika amin’izany, eny Ankadindratombo. 270 mianadahy no indray havoaka. Hisy, mandritra io fotoana io, ny filatroana goavam-be hanehoan’ireo mpianatra ny sangan’asany, ka ho hita mandritra izany avokoa ny karazan-damaody ankehitriny sy ny taloha rehetra. Hisy ihany koa ireo tranoheva manokana hampahafantarana ny asa vitan’ny mpianatra, araka ny  fanazavan-dRazanamanalina Volana. Nomarihiny manokana fa efa miomana sahady amin’ny “cours de vacances” izy ireo ankehitriny, izay haharitra roa volana. Ny 3, 4 ary ny 8 jolay ho avy izao no fidirana voalohany.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

KIS Madagascar sy ny minisiteran’ny fahasalamanaHanatanteraka fizaham-pahasalamana maimaimpoana

Tsy manana fahafahana ny hitsabo tena intsony ny ankamaroan’ny olona ankehitriny, noho ny hasarotan’ny fiainana.

 

 Anisan’ny antony nanosika ny fikambanana Kis Madagascar hikarakara ilay hetsika fizaham-pahasalamana maimaimpoana etsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely ny 06 ka hatramin’ny 08 jolay ho avy izao, hiarahany amin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Ankoatra ny fanaovana didimpoitra faobe ho an’ireo manan-janaka lahikely tsy mbola vita, iarahana amin’ny dokotera Fidy Bariniaina, dia hisy ihany koa ny fitiliana maimaimpoana ny aretina Vih/sida, ny diabeta, ny homamiadan’ny vozon’ny tranonjaza sy ny nono,  izay harahina torohevitra momba ny fahasalamana. Tanjona ny mba hahafahana manamaivana ny olana sedrain’ny tsirairay amin’ny fiainana andavanandro, indrindra fa ireo sahirana ara-pivelomana sy tsy manam-piahy. Ho an’ny Clinique Fidy Ambatomainty manokana dia an-jatony ireo tapakila efa nozarain’izy ireo nefa mbola betsaka ireo tsy nahazo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Haitarika momba ny fahasalamanaHampiharina hatrany an-tokantrano

Taorian’ny fanadihadiana nizahana izay faritra ahitana taha ambony amin’ny resaka fahafatesan’ny reny sy ny zaza natao tany amin’ny faritra Matsiatra ambony sy atsinanana ary

Analamanga dia mitohy hatrany ny fampiofanana haitarika eo amin’ireo mpisehatra anatin’ny tontolon’ny fitsaboana eto amintsika izay tontosain’ny MSH na ny management Science of Health izay rantsana iray miara-miasa amin’ny rafitra amerikanina Usaid sy ny minisiteran’ny fahasalamana. Efa natolotra nandritry ny atrikasa tetsy amin’ny hotely Panorama Andrainarivo ny zoma teo moa ny fandaharan’asa LDP+ izay miompana amin’izay resaka hitarika any anaty fitsaboana izay ary hita ho nahomby izany, hoy ny mpandrindra, Virginia Razafindrakoto, raha ny fivoarana momba ny fandraisan’ireo mpitsabo ny marary tamin’ireo toerana niarahana niasa. Ny tanjona dia ny hitaran’ny vokatra isan-tokantrano mba hihena, ohatra, ireo mpisotro toaka sy mpamono vady.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mpianatry ny oniversiten’AmbondronaMandrahona ny hidina an-dalambe

Taorian’ny fahatrarana lehilahy iray 30 taona tao amin’ny faritry ny oniversiten’Ambondrona,

 ao Mahajanga, izay nampangain’ireo mpianatra ho nikasa hangalatra tao amin’ny toeram-ponenan’izy ireo ka niharan’ny fitsaram-bahoaka ary maty tsy tra-drano ny alin’ny talata teo dia nosamborin’ny mpitandro ny filaminana tao an-toerana omaly ny roalahy voalaza fa nitarika ny hetsika. Araka ny fampitam-baovao, omaly maraina ihany dia efa nanao fitokonana nitakiana ny amoahana ireo namany nosamborina ireo mpianatra ary nandrahona ny hidina an-dalambe. Fitsaram-bahoaka faharoa tao anatin’ny faritry ny oniversite tao an-toerana tamin’ity taona ity iny nitranga iny.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Mitohy ny fahazarana

« sinema indray ! » raha nisy iny garana voatr’olombelona lany daty tsy nipoaka nanoloana ny minisiteran’ny fizahantany omaly iny.

Azo antoka fa anisan’ny voateny eny imolotr’ireo mpanara-baovao ny hoe « efa mankaleo » na koa hoe  Iny indray izany no tranga nanampy trotraka ny raharaha Claudine AC, izay tena azo antoka fa efa mankaleo ny rehetra amin’izao fotoana. Mitohy hatrany ny fahazarana mitranga eo amin’ny andavanandrom-piainan-dramalagasy hahavariana azy na eo aza ireo fahasahiranana nitombo iainany tao anatin’izay efa-taona izay. Manampy izany koa, etsy an-kilany, ireo fitokonana samihafa tsy nahitam-piovana stratejia mandrak’ankehitriny ary dia hampoizina ihany koa fa tapi-maso toy ny mahazatra hatrany no ho valin’ny fitakian’izy ireo. Baomba tsy nipoaka, fitokonana miverimberina, ilay resaka « ultimatum » ihany angamba no mba nisy fiovana satria dia sambany no nisy izany hoe 10 andro be izao miteraka vazivazin’ny eny an-jorony hoe efa nanome ultimatum 5 taona ny fitondrana ny vahoaka.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Zokiolona sy olona sahirana ao AnkazomangaNotoloran’ny Airtel sakafo sy fanampiana

Tsy nanadino ireo olona sahirana ara-pivelomana sy marefo ny orinasam-pifandraisana Airtel rehefa fetin’ny Asramanitra tahaka izao.

 

 Zokiolona miisa 100 sy sahirana ao amin’ny fokontany Ankazomanga Avaratra sy Andraharo no notoloran’izy ireo fanampiana andro vitsy lasa izay toy ny harona feno sakafo sy kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro, notarihin’ny tale jeneraliny Maixent Bekangba. Ho an’ny fokontany Andraharo manokana dia nosafidian’ny orinasam-pifandraisana Airtel  izy ireo  mba ho fikolokoloana hatrany ny fihavanana Malagasy. Nisaotra sy nankasitraka tanteraka izao fihetsika nasehon’ny Airtel izao moa ny sefom-pokontany ao an-toerana. Mbola hitohy any amin’ny faritra ny hetsika.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fihainoana ny feon’ny mpanjifaOlona enina notoloran’ny Vivo Energy loka

Olona enina no notoloran’ny Vivo Energy loka omaly nandritra ilay hetsika nokarakarainy momba ny fihainoana ny feon’ny mpanjifa mikasika ireo tobim-pivarotan-tsolika Shell misy eto amintsika.

 

 Anisan’ny tanjon’izy ireo ny hanomezana fahafaham-po ny mpanjifa manerana ny faritra Afrika. Betsaka tamin’ireo mpanjifa no afa-po, nisy ihany koa ireo nanolotra hevitra entina hanatsarana hatrany ny fifandraisana eo amin’ny roa tonta tamin’ny alalan’ny tranonkalam-pifandraisan’izy ireo. Tao anatin’ny telo volana dia mpanjifa telo samihafa toa an-dRaharinoro Arimanana, Rabe Christophe ary Rasolofoniaina Orlando no notolorana faran’ny herinandro ho an’olon-droa tany  Sainte-Marie.  Notolorana solika mitentina 160.000 Ar kosa ny laharana faharoa izay mbola nisy olona telo samihafa ihany koa. Nihoatra ny 500 ny isan’ireo mpanjifa nandray anjara  tao anatin’io telo volana io.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ONG Dago GreenHikarakara fifaninanana momba ny fanodinana fako

Ny loto, ny fiparitahan’ny fako etsy sy eroa amin’ny ankapobeny no tena manimba ny tontolo iainana eto amintsika izay zary misy fiantraikany goavana amin’ny fiovaovan’ny toetr’andro.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanondranana olona sy fanararaotana ara-nofoNokianin’ny Amerikanina ny mpitondra eto

Nivoaka ny tatitry ny Amerikanina momba ny resaka fanondranana olona an-tsokosoko, izay tena vely kanonta ho an’ny fanjakana sy ny mpitondra eto Madagasikara.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanànan’ Antananarivo sy Nice-FrantsaHavadika asa ny maha mpirahavavy

Homena aina vao ny maha mpirahavavy ny tanànan’Antananarivo sy Nice any Frantsa izay somary natoritory teo aloha. Hiditra amin’ny lalindalina kokoa ny fiaraha-miasan’ny tanàna roa tonta.

 Nisongadina io nandritra ny fihaonan’ny solontenan’ny tanànan’i Nice misahana ny teknika Franck Garneron sady filoha lefitry ny Fikambanana A.F.G Consult sy ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana omaly alarobia 28 jona 2017 tetsy amin’ny lapan’ny tanàna Analakely. Misy avy hatrany  ny vinan’asa hotanterahana toy ny fanatsarana sy ny fanadiovana ny tanànan’ Antananarivo Renivohitra, fanadiovana  ny  lakandrano. Hanolotra  fitaovana ny tanànan’i Nice. Ho an’ny Boriborintany faha-5 manokana dia efa nisy ny fidinana nataon’ny kaominina sy ny tompon’andraikitra nijery ny asa tokony hatao toy ny  fanatsarana  ny  tsena eny  Analamahitsy tanàna sy ny   tombim-pahasalamana eny an-toerana izay mila fanavaozana noho ny fahanterany. Vonona hanampy ny tetikasa ny tanànan’i Nice. Hiditra an-tsehatra amin’ny fampanofanana ny fitantanana tanàna sy ny teknika ary ny tetikasa momba ny fananganana fotodrafitrasa ity tanàna iray any amin’ny Cote d’Azur Frantsa ity.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanVoadingana i Jeanne.

Miarahaba aho ry Jean ! Hono aho rangahy ity, fa maninona kosa no voadingana foana i Jeanne rehefa mba misy miteniteny azy any ambadika any e ?

 Toa mba harovanao daholo rehefa fianakaviana akaiky fa rehefa i Jeanne andefimandrinao kosa ve rangahy no voateniteny dia tsy mba hita mihitsy ianao ? Tamin’iny i Jean zandriny nisy nanohintohina tonga ianao dia hitako niaka-pofona mihitsy niaro azy. Na ny akamanao ilay tena akaiky rehetra aza hitako midingin-drambo mihitsy matetika satria akamanao e ! Fa rehefa i Jeanne kosa ho aho dia maninona no dia atao an’ireny e ? Mifindra any an-kafa eo anie iny ry Jean e !

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Mojize Mohamed ao ToamasinaAzo tazonina amin’ny teniny ny filoham-pirenena

Ny talata 27 jona lasa teo no tokony hiakatra fitsarana tao Toamasina ny raharaha mahakasika ny fikasihan-tanana niniana nataon'ingahy Mojize Mohamed tamin’ny olona iray.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fotoam-piasan’ny filohaIlaina faranana milamina, hoy Rajaonarivelo

Naneho hevitra mikasika ny fahitany ny raharaham-pirenena ankehitriny, indrindra ny mety ho tohin’ny tantaram-pirenena taorian’ny fankalazana ny faha-57

 taonan’ny fahaleovantena tetsy amin’ny Carlton Anosy taminin’ny talata ny loholona Pierrot Rajaonarivelo. Fotoana ireny tokony hanaovana tombana ny tantaram-pirenena araka ny kabary nataon’ny filoham-pirenena, Hery Rajaonarimampianina, hoe nisy mpitondra 13 teo no efa nandalo ary saika tsy nahatody hatramin’ny farany avokoa ny fotoam-piasany. Midika izany, hoy izy fa ny fitondrana rava antenantenany dia tsy maintsy niteraka korontana.

Mirija

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA MAHAJANGA : Homena endrika vaovao sy manara-penitra ny Zaridaina Ralaimongo

Tonga nanotrona izany ireo Mpitondra ao an-toerana, nahitana ny avy ao amin’ny Préfet-n’i Mahajanga, ny Lehiben’ny Faritra Boeny, ny Ben’ny tanàna ary ny Solombavambahoaka Mapar.

Mitentina 78 000 000 Ariary ny fanamboarana ny zaridaina, izay hita eo afovoan-tanànan’i Mahajanga ity. Mirefy 48 amin’ny 32 metatra io toerana izay hanana endrika vaovao atsy ho atsy io.Ny orinasa Azam Bakhresa no hamatsy vola sy hanao ny fanamboarana rehetra. Ity farany izay isan’ireo orinasa malaza sy matanjaka ao Afrika ary miasa amina tanàn-dehibe 15, ka maniry ny hiara-hiasa amin’ny fanatsarana ny tanànan’i Mahajanga. Hanomboka ny alakamisy 29 jona izao ny asa fanamboarana izay haharitra roa volana.

Mirakitra tantara maro raha io zaridaina io ka mbola tiana hotanana hatrany izany. Toerana natokana ho fakana aina tanteraka izy io fa tsy natao ho fivarotana velively sy hanaovana fety na andefasana mozika mafy. Izany hoe ezahina ny hisian’ny filaminana tanteraka eo amin’ilay zaridaina. Olon-tsotra iray no voalaza fa nifandray tamin’ny tompon’ilay orinasa izay rahalahin’ny Ben’ny tanàna ihany, ka nampita taminy ny hetahetan’izy ireo ary dia noraisiny tamim-pifalina tanteraka izany. Toy izany koa no nandraisan’ny Préfet sy ny Lehiben’ny Faritra Boeny azy ireo.

Hanorina orinasa fanodinana lafarinina eto Mahajanga no tena fikasan’ity orinasa ity, izay mbola miandry fankatoavana avy amin’ireo ambaratongam-pahefana ao amin’ny Fanjakana foibe. Tsy nataon’izy ireo ho sakana anefa izany fa niroso avy hatrany amin’ny fanamboarana ny zaridaina Ralaimongo izy ireo. Nitondra ny anarana “jardin Maurièce” ity zaridaina ity taloha, izay Miaramila frantsay, ka rehefa nahazo Fahaleovantena ny Malagasy dia novana ho zaridaina Ralaimongo ary mbola mitoetra hatramin’izao.

Mpampianatra i Jean Ralaimongo, nandray anjara tamin’ny Ady Lehibe natao tany Frantsa izy ary niezaka hatrany nitolona mba hametraka ny fitoviana eo amin’ny maha samy olona. Izany hoe isan’ireo maherifo amin’ny Firenena izy. Marihina ihany koa fa izy dia Betsileo fa tena nametraka soa taty amin’ny faritra avaratra andrefan’ny Nosy.

Fety

La Vérité0 partages

L’exemplarité

 

Emmanuel Macron, dès son accession au pouvoir, prit pour mot d’ordre : l’« exemplarité ». Une empreinte qu’il voudrait coller à son image et un style de gouvernance qu’il entendrait appliquer. Le numéro deux de l’Exécutif, Edouard Philippe, le  Premier ministre, en marge de la victoire écrasante de la République en marche (Rem), aux dernières Législatives, abonda dans ce sens. Ses premiers mots pour aborder l’exploit furent, entre autres, l’exemplarité.

En effet, les deux têtes de l’Exécutif français s’insèrent sur la même longueur d’onde en prenant pour « référence-clé », la conduite exemplaire, dans la gestion des affaires nationales, applicable à tous les membres du pouvoir central de la République. L’exemple, le bon, vient d’en haut ! Sous d’autres cieux, notamment en Afrique, c’est le monde à l’envers ! Dans un pays comme le nôtre, où tout marche à contre-sens, sinon, de travers, la haute sphère du pouvoir de l’Etat montre, justement, l’exemple d’une pratique qu’on doit éviter, de ce qu’il ne faut jamais faire. Bref, un mauvais exemple à ne jamais suivre ou nocif pour le pays ! A Iavoloha, au sommet du pouvoir, le locataire agit comme un despote. Il dirige le pays selon sa propre volonté. Il n’a rien à f… des avis des autres. A la limite, il est difficile de croire qu’il écoute les conseils du collège des conseillers qui l’entoure. Société civile, l’opinion publique et tous les gens de bonne volonté ne cessèrent de crier au scandale du gaspillage des deniers publics auxquels les barons du régime s’adonnent. Madagascar, pays parmi les plus pauvres d’Afrique, et de surcroît, du monde, ne peut, en aucun cas, se permettre de malmener, de cette manière, la frileuse caisse de l’Etat. Tout devrait être géré de façon correcte et sévère. Aucune fausse note sur les dépenses publiques ne mérite d’aucune tolérance. Le train de vie des dirigeants doit suivre les règles strictes de l’austérité.  Seulement voilà, nos princes se conduisent en  véritables nababs et se fichent, complètement, 

de la misère de la Nation. La lutte contre la corruption bat son plein, du moins en apparence, dans le pays. Le Chef de l’Etat avait signé, publiquement, à Iavoloha, l’engagement solennel de l’Etat de faire en sorte que la lutte aboutisse. Mais l’exemple que nos dirigeants offrent, aux yeux de tous, laisse désespérément perplexes les citoyens. Non seulement, les tenants du régime ne montrent pas le bon exemple à suivre mais ils protègent, d’une manière ou d’une autre, les fauteurs pris entre les mailles du filet des services en charge de mener la bataille. Emmanuel Macron, à l’Elysée, fidèle au principe priorisant l’exemplarité qu’il voulait incarner, 

n’hésita point d’écarter ou de se débarrasser des  éléments gênants qu’ils soient issus des Alliés, chers à la Rem, du genre Mouvement Démocrate (MoDem). En effet, François Bayrou et deux de ses proches en ont fait les frais. La loi de l’exemplarité que le nouveau Chef de l’Etat veut, à tout prix, imposer n’admet aucune compromission. Où en est-on dans notre cher pays ? La notion de l’exemplarité aurait-elle un jour la chance de débarquer ici ? Dieu seul le sait. En tout cas, la Grande île subit, pour le moment, la loi de « faites  ce que je dis, mais pas ce que je fais ! ».  

Ndrianaivo

 

La Vérité0 partages

Décentralisation bancale à Madagascar - Les députés et sénateurs font du surplace

Dernier face-à-face en direct entre les parlementaires et l’équipe gouvernementale hier et aujourd’hui. Nos élus sont indéniablement de peu d’utilité aux yeux des citoyens. Ils jouent à peine leur rôle au profit des particularismes. Ils doivent avoir beaucoup de compte à rendre aux électeurs en matière de décentralisation en particulier. Mais très peu sont certainement disposés à en parler de long en large à la population. La décentralisation est capitale pour le développement durable et harmonieux au niveau des Communes, Régions et Provinces autonomes qui constituent les Collectivités territoriales décentralisées (Ctd) reconnues par la loi en vigueur.

« Elle n’est pas encore effective chez nous. Le processus est en cours. Nous sommes en train de mettre en place les instruments juridiques et les structures correspondantes », affirme Anjara Manatsara, directrice générale de la décentralisation.

 Malaise

 Selon ce haut responsable, la création des Structures locales de concertation ou Slc est impérative aux termes de l’article 15 de la loi organique 2014-018 portant sur la décentralisation. « Elles constituent un espace démocratique où les citoyens participent pleinement à la gestion des affaires publiques. La transparence de toute prise de décision y est le maître-mot incontesté », précise la source. La responsabilité citoyenne ne s’arrête pas au vote. Les citoyens ont aussi mandat d’être impliqués dans l’élaboration et la mise en œuvre des programmes et projets de développement qui répondent à leurs attentes. Puisque l’effectivité de la décentralisation est loin d’être acquise, les citoyens ne se sentent jamais responsables de la réussite ou de l’échec du développement. Au moindre malaise, ils réclament le départ immédiat de l’Exécutif communal qui s’occupe du service public de proximité.

 Membres d’office

 Anjara Manatsara persiste et signe que le rôle des Slc est très important. Viviers de la culture du dialogue, elles renforcent la cohésion à la base et la cohérence des actions à entreprendre. Elles mettent en exergue la notion de redevabilité. Le travail de synthèse qui se fait à leur niveau aide à éviter à l’avance les éventuelles disputes et rend les intérêts contradictoires complémentaires. Grâce à elles, les acteurs connaissent le potentiel existant au niveau local et maîtrisent mieux les manières de le faire fructifier au profit de tous. Pour les Communes, sont membres d’office de la Slc l’organe exécutif, l’organe délibérant, les chefs

« Fokontany », les opérateurs économiques, la société civile, les leaders traditionnels, les organisations politiques locales… Pour les régions, elles sont composées de députés, de représentants des Communes et de représentants. Pour les Provinces autonomes, les sénateurs et les représentants des Régions siègent à la Slc. Dans tous les cas de figure, la présidence de cette structure revient de droit au chef de l’exécutif de la collectivité. Il est autorisé à se faire seconder par des partenaires pour les missions qui lui sont dévolues.

 Blocage majeur

 Jusqu’ici, l’absence de ces structures dans le fonctionnement de l’Etat est vue comme un blocage à l’effectivité de la décentralisation à Madagascar. « Les efforts de développement seraient vains sans elles. Ensemble, les humains peuvent se conseiller efficacement et les idées de plusieurs aident à mieux saisir les réalités », remarque le sénateur Olivier Rakotovazaha. Pourtant, les attitudes des parlementaires eux-mêmes sont considérées comme un obstacle majeur à la mise en place des Slc. Ceux-ci ne font que flatter le Gouvernement à la moindre réalisation dont l’initiative doit émaner des Communes ou des Régions. Moins de 5% seulement du budget de l’Etat leur sont affectés alors que plus de 95% des dépenses publiques sont mises sur le compte de l’Etat central. Les membres du pouvoir exécutif se vantent ainsi de crier à tout bout de champ qu’ils travaillent pour la population.

 Taper fort sur la table

 Cette tendance demande à être inversée pour amorcer le processus de développement chez nous. L’ambition du Plan national de développement (Pnd), une émanation du régime Rajaonarimampianina, est de faire augmenter à 10% la part du budget à allouer aux Ctd d’ici 2019. Nous sommes encore loin du compte pour l’instant. Surtout à voir la prolifération des initiatives à coup des fameux « projets présidentiels ». L’adoption de la loi de Finances est une occasion en or pour les parlementaires de taper fort sur la table. Pourtant, ceux-ci ne font que se tourner les pouces le moment venu. Pas d’analyse en profondeur ni de discussions utiles avant tout vote parlementaire. Le vice-président de l’Assemblée nationale, Freddie Mahazoasy, tient quand même à nuancer. « Nous avons désormais le droit de participer directement à la conférence budgétaire où le projet de loi de Finances est discuté. Les citoyens peuvent donc souffler des idées à leurs parlementaires à ce propos », a-t-il dit.

 Privation chronique

 Par ailleurs, le texte régissant la décentralisation prévoit la mise en place de la commission d’évaluation préalable des charges correspondant à l’exercice des compétences à transférer aux Ctd. Elle relève du Parlement. Mais, là aussi, la défaillance de ce dernier est éloquente. C’est pourtant l’un des maillons forts de la décentralisation. Pour le Sénat en particulier, il doit se doter d’un observatoire de la décentralisation en vertu de l’acte de décentralisation tel qu’observé sous d’autres cieux. Chargé de gérer toutes les informations relatives à la décentralisation, un tel organe est d’une grande efficacité. L’autonomie financière des Ctd et leur libre entreprise constituent la toile de fond de tout cela. En théorie, les Régions ont pour tâche de coordonner les activités de développement des Communes si les Provinces autonomes œuvrent pour le développement socio-économique. Les services techniques déconcentrés (Std), en raison de leurs expertises techniques, viennent en appui aux Ctd qui ont besoin d’être accompagnées. Mais la privation chronique des ressources adéquates à mettre à leur disposition et la forte concentration des techniciens dans des centres urbains sont encore un autre frein à donner le vertige.

Manou Razafy

La Vérité0 partages

Football-Cosafa Cup La Zimbabwe en tête, le Mozambique garde espoir

Ainsi, à l’issue de la seconde journée de la Cosafa Cup du groupe B, le Zimbabwe et Madagascar comptent chacun 4 points, mais au classement, les Warriors,  passent devant grâce à une différence de buts avantageuse (+4 contre +2) pour les Barea. Le Mozambique se pointe à la 3e place avec 3 points après avoir battu 2-1 les Seychelles qui ferment le tableau du groupe.

En revanche, le Mozambique peut encore croire à une qualification pour les quarts de finale mais la sélection dirigée par Alcides Paulo Chambal n’a pas son destin en main. Les Barea de Madagascar, qui ont senti le besoin de gagner le match afin d’aborder sereinement la dernière journée de la phase de groupe, ont bien entamé leur début de rencontre, contraignant les Warriors à reculer durant les 10 premières minutes.  Cependant, au fil de la partie, les Zimbabwéens ont remonté en puissance et ont imposé petit à petit leur jeu face à une équipe malagasy qui a manqué d’inspiration sur les occasions de but. Pourtant, les Malgaches ont fait un exploit car sur six matchs internationaux, ils ont concédé 5 victoires et un match nul, ce qui fait de cette équipe la favorite devant le Mozambique ce soir. Madagascar devra battre son adversaire de 6 à 7 et 0 pour espérer une qualification en quarts de finale face aux avantages des Zimbabwéens dans le goal average. La dernière journée de la poule B qui s’annonce excitante verra, d’une part, la confrontation très attendue entre le Mozambique et Madagascar à Moruleng, d’autre part, le duel des extrêmes entre le Zimbabwe et les Seychelles à Bafokeng. Les deux rencontres se joueront simultanément à 17h ce vendredi 28 juin. Nous saurons le sort du groupe à l’issue de ces deux dernières oppositions. Elias Fanomezantsoa

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Concours scolaire sur les changements climatiques

Jeune organisation malgache, DaGo Green contribue à la sensibilisation sur les risques du changement climatique. Ses actions s’adressent notamment aux jeunes. C’est dans ce sens qu’elle organise un concours de produits recyclés destiné aux collégiens et aux lycéens de la capitale. Dénommé « Les Petites Fines Mouches », le concours aura lieu dès la prochaine rentrée scolaire 2017-2018.

Ainsi, l’objectif est de démontrer aux jeunes l’importance de trier, de recycler les déchets et de les transformer en des matières réutilisables. Le concours aura pour finalité d’inciter les écoles et leurs responsables d’introduire une formation écologique dans leur programme. Il servira également de plateforme pour détecter ceux auront proposé le meilleur projet.

«En intégrant les jeunes dans ce projet, nous voulons qu’ils soient des acteurs du changement de comportement et qu’ils puissent contribuer à préserver notre environnement et donc de sauvegarder nos ressources naturelles. La prospérité et le développement durable du pays en dépendent » déclare Mbolatiana Rakotoarimalala Président Fondateur de DaGo Green.

Madagascar Tribune0 partages

Le mouvement de l’UCTU en suspens

Le ministre du transport et de la météorologie Ralava Beboarimisa a rencontré hier les membres de l’Union des coopératives de transport urbain (UCTU). La ministre des Finances et du Budget, Vonintsalama Andriambololona et les responsables au niveau de l’Agence de Transport Terrestre (ATT) ont également assisté à cette réunion qui consistait à trouver une solution suite à l’arrêt de travail des transporteurs en commun mercredi dernier.

Selon Ralava Beboarimisa, son ministère a déjà déboursé des milliards d’Ariary pour payer les compensations des transporteurs. Et les subventions pour le mois de juillet 2018 sont déjà disponibles. Il ne s’agirait toutefois pas de la totalité des compensations demandées par les transporteurs. Ces derniers réclament les 11 mois d’arriérés de la part de l’Etat. Le ministère n’est pourtant pas prêt à payer tous ces arriérés. Ralava Beboarimisa ayant affirmé que dans la conjoncture actuelle, il existe certaines priorités auxquels l’Etat doit d’abord répondre. Il a également insisté sur le respect du cahier des charges de la part des transporteurs, précisément sur le bon état des véhicules servant au transport des passagers. Les subventions allouées à l’avenir seront également à ajuster selon la variation des prix à la pompe du carburant.

Face à la réponse du ministère, l’UCTU se réunira à nouveau pour déterminer si la solution est acceptable ou s’il est nécessaire de faire une autre démonstration de force afin d’alerter le pouvoir public. Un autre arrêt de travail ne serait toutefois plus envisageable, les revendications se feront sous d’autres formes.

Madagascar Tribune0 partages

Christian Ntsay pas très convaincant sur la mise en œuvre de la politique générale de l’Etat

La présentation de la mise en œuvre de la politique générale de l’Etat (PGE) par le nouveau premier ministre Ntsay Christian s’est déroulée hier successivement dans les deux chambres du Parlement, à l’Assemblée Nationale et au Sénat. Celle-ci tiendrait en trois points : les élections, la lutte contre l’insécurité et la bonne gouvernance.

Elections

« La préparation d’élections inclusives, libres et transparentes sera la priorité de mon gouvernement » a réitéré Ntsay Christian. « C’est pour garantir cela que la neutralité de tous les responsables publics attelés à la préparation de ces élections est demandé. L’appareil d’Etat prêtera main forte à la commission électorale nationale indépendante (CENI) notamment en ce qui concerne les médias publics » a-t-il rajouté, lors de son discours.

Paix sociale et lutte contre l’insécurité

Concernant la restaurant de la paix sociale, des instructions auraient déjà été données aux responsables au niveau des ministères concernés afin de privilégier les dialogues sociaux notamment avec les syndicats de travailleurs afin de rétablir au plus vite l’ordre dans le fonctionnement de l’administration publique. « J’ai reçu personnellement et prévoit encore de recevoir les syndicats qui ont des revendications encore insatisfaites. Cela prouve la volonté du gouvernement à trouver des solutions au possible et toujours dans le dialogue » a-t-il déclaré.

Quant aux problèmes d’insécurité, le déploiement des éléments des forces de l’ordre dans les zones rouges sera renforcé a assuré le chef du gouvernement. Aussi, d’autres bataillons interarmes seront mis en place dans les zones reculées.

Bonne gouvernance et apaisement

La continuation de la mise en œuvre du Plan national de développement (PND) sera suivie de près, ainsi que la gestion des dépenses et des finances publiques en général. L’efficacité de l’action publique serait le critère d’évaluation pour les quelques mois de travail du gouvernement selon toujours Christian Ntsay.

Toutefois, selon le premier ministre lors de son discours devant les députés, « il est indéniable que le pays traverse des troubles politiques et sociaux (…) et c’est là que se situe l’importance de trouver et d’instaurer l’apaisement selon les valeurs malgaches ». Aucune de ces priorités et surtout les élections ne pourra être réalisé dans un climat de trouble et d’insécurité.

Les réactions des députés ne se sont pas fait attendre. Pour certains, le gouvernement devrait d’abord penser à répondre aux problèmes sociaux concrets auxquels sont confrontés la population, comme la hausse du coût de la vie. D’autres jugent son discours trop flou sans plan de travail concret. D’autres députés ont fait remarquer que tous les premiers ministres qui se sont succédé durant le mandat de Hery Rajaonarimampianina ont tous su présenter la politique générale de l’Etat mais n’ont pas abouti à la réalisation de leur beau discours. Espérons donc que celui de Christian Ntsay, le dernier gouvernement du régime HVM, fasse autrement.

Madagascar Tribune0 partages

Date des élections présidentielles : Premier tour pour le 7 novembre 2018, deuxième tour le 19 décembre

C’est confirmé. Le Premier ministre Christian Ntsay a officialisé la date de l’élection présidentielle ce matin lors d’une conférence de presse. Le premier tour de la présidentielle aura bel et bien lieu le mercredi 7 novembre 2018, conformément à la proposition de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Le deuxième tour se déroulera le mercredi 19 décembre 2018. Madagascar devra alors avoir son nouveau président à partir de la seconde quinzaine du mois de janvier 2019.

Lire aussi : La CENI propose la date du 7 novembre 2018 pour le premier tour des présidentielles

Madagascar Tribune0 partages

326 zébus récupérés et 5 dahalo tués à Betroka

329 zébus, tous volés, ont été récupérés hier matin par les forces de l’ordre dans un lieu dit Soahazo, fokontany de Mangalahy, commune rurale d’Ivaho, district de Betroka. Ayant reçu des informations et de nombreuses plaintes comme quoi les bovidés volés sont rassemblés dans cet endroit, le commandant de la compagnie de Betroka a fait appel à des renforts de deux unités de l’Unité spéciale anti-dahalo (USAD) de Mahabo.

« Nous avons beaucoup entendu parler de cet endroit par le passé. Il est réputé impénétrable parce que des bandits lourdement armés protégeraient le site. C’est la raison pour laquelle nous avons fait appel à ces renforts pour avoir un effectif plus important et pour pouvoir faire face à ces bandits en cas de résistance », explique le gendarme responsable de la compagnie de Betroka.

Arrivées sur les lieux vers 6h du matin dans l’espoir de surprendre les malfaiteurs, les forces de l’ordre ont été reçues par des coups de feu des bandits, n’ayant pas eu le temps de mettre en place des dispositifs. A l’issue des échanges de tirs, cinq (05) dahalo sont tombés sous les balles des forces de l’ordre. Trois habitations ont également pris feu à cause de l’utilisation des balles incendiaires par les gendarmes.

En plus des zébus, les forces de l’ordre ont également récupéré sept (07) armes dont quatre (04) fusils de chasse et trois (03) pistolets automatiques de fabrication artisanale, ainsi que de nombreuses balles différentes. Une source auprès de la gendarmerie nationale confirme que des hauts responsables civils sont cités comme étant derrière les bandits de grand chemin de cette commune d’Ivaho. Pour rétablir la sécurité et la paix dans le district, les forces de l’ordre annoncent en effet l’ouverture d’une enquête profonde dans cette affaire.

De leur côté, les victimes de vols de zébus dans le district de Betroka se sont précipitées dans la ville où les bovidés ont été rassemblés, pour y identifier leur bétail. Parmi eux, il y a ceux qui ont perdu leurs animaux plus d’un an plus tôt et qui ont pu y récupérer plus d’une dizaine de têtes, effectivement sur présentation de dossiers attestant qu’ils sont réellement propriétaires et qu’ils ont été victimes des attaques de dahalo autrefois.

Madagascar Tribune0 partages

Les résultats officiels seront connus le 2 juillet

L’heure de la vérité approche pour les candidats aux élections législatives. La proclamation des résultats officiels des élections du 27 mai dernier aura lieu le mardi 2 juillet à 16h au siège de la Haute cour constitutionnelle (HCC) à Ambohidahy. Les noms des 151 nouveaux députés de Madagascar qui siégeront à l’Assemblée nationale seront officiellement connus à partir de cette date. Ils prendront leur fonction quelques jours plus tard, à l’issue d’une première réunion ordinaire.

Il a fallu en effet plus de deux semaines après la proclamation des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) aux hauts conseillers constitutionnels pour traiter les résultats. Dans un communiqué relatif à la proclamation de ces résultats officiels des élections législatives, la HCC précise que le nombre des requêtes en contentieux reçues à Ambohidahy a été très élevé.

Le directeur de cabinet de la HCC, Andrianirina Ratsarazaka Ratsimandresy, a évoqué que cette juridiction a reçu au total 684 plaintes alors que le nombre des candidats qui se sont présentés à ces élections est au nombre de 804. Bien que ce responsable n’a pas clairement indiqué sur quoi les plaintes sont principalement focalisées, on n’a pas besoin de recourir à une boule de cristal pour savoir que la plupart d’entre elles dénoncent des irrégularités et des anomalies ainsi que de fraudes, avant pendant et après le scrutin.

En sont principalement mis en cause les candidats de la plateforme avec le président Andry Rajoelina (IRD) qui, selon les résultats provisoires prononcés par la Ceni, ont raflé plus de 80 sièges. L’organe en charge de l’organisation des élections a d’ailleurs déjà signalé, entre autres, l’utilisation de faux bulletins uniques dans une circonscription électorale de la région de Sofia. Le candidat de l’IRD dans ce district est principalement pointé du doigt dans cette situation.

De nombreux autres candidats qui se sont regroupés au sein des collectifs avec le parti Tiako i Madagasikara (Tim) de l’ancien président de la République, Marc Ravalomanana, avaient également dressé des plaintes demandant l’annulation du scrutin pour cause de nombreuses irrégularités constatées un peu partout. Mais au vu de la forte mobilisation du personnel de la HCC ces derniers jours, et la détermination de ses hauts conseillers, cette demande risque de ne pas aboutir.

Le directeur de cabinet de la HCC indique en effet que le personnel de cette institution a travaillé d’arrache-pied dès le lendemain du scrutin pour traiter les résultats. « Avec le nombre des requêtes reçues, nous avons dû redoubler d’efforts en travaillant jour et nuit », explique-t-il. Il arrive même que les hauts conseillers constitutionnels aient demandé les plis et les documents de vote auprès de la Ceni pour effectuer des confrontations des procès-verbaux ou encore au recomptage des bulletins de vote.

Notre interlocuteur précise en effet que la HCC a dû procéder au recomptage des voix dans au moins une soixantaine de cas. Ce, afin d’établir la vérité et garantir la crédibilité des élections et bien entendu pour soigner également ses images, ternies par les décisions controversées qu’elle a prises ces derniers temps dans le pays et qui ont suscité beaucoup de critiques à son égard.

Madagascar Tribune0 partages

Madagascar reçoit le soutien de la SADC

Madagascar passe à l’offensive dans son combat diplomatique visant à récupérer les îles Eparses entre les mains de la France. Le sujet a été évoqué lors du conseil des ministres de l’Organe de coopération en matière politique, de défense et de sécurité (CMO) de la communauté de développement de l’Afrique australe (SADC) les 25 et 26 juin derniers.

Dans un communiqué relatif à cette réunion, le ministère des Affaires étrangères indique avoir « obtenu le soutien à l’unanimité des Etats membres de la SADC dans sa réclamation de l’application des résolutions du conseil des ministres de l’Organisation de l’Union africaine (OUA) et de l’Assemblée générale des Nations Unies ».

La résolution du conseil des ministres l’OUA qui date du 20 juillet 1979 indiquait que « les îles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India font partie intégrante du territoire national de la République démocratique de Madagascar ». Ayant pris note de cette résolution, la résolution 34/91 de l’Assemblée générale des Nations Unies, adoptée le 12 décembre 1979, avait appelé le gouvernement français à entamer des négociations avec le gouvernement malgache en vue de la réintégration des quatre îles en question, qui avaient été séparées arbitrairement de la Grande île au moment de son indépendance.

Le dossier des îles Eparses a été inscrit par le secrétariat de la communauté à l’ordre du jour du CMO suite à l’envoi le 9 juin par le ministère des affaires étrangères malgache d’une verbale de protestation contre le projet de la France de créer « une réserve naturelle nationale » couvrant toutes les eaux prétendument sous juridiction française limitrophes des îles Glorieuses et leur environnement terrestre.

Lors de cette réunion, la délégation malgache conduite par le ministre de Affaires étrangères, Dr Alain Tehindrazanarivelo « a fait appel au soutien et à la solidarité des États membres de la SADC face à cet acte unilatéral de la France qui est susceptible de porter atteinte à la souveraineté de Madagascar sur ces îles et, partant, de nuire au processus de leur restitution au pays ». Ce, en invoquant notamment « la solidarité de l’Afrique australe dans la lutte de libération de la région », « l’éradication des vestiges du colonialisme et la libération de tous les territoires africains sous occupation ».

« Madagascar sait qu’il peut compter sur l’esprit de solidarité et d’union de la Communauté pour l’épauler dans cette réclamation d’une partie de son territoire », a déclaré le chef de la diplomatie malgache. Ce plaidoyer de la délégation malgache a reçu le soutien unanime du Conseil des ministres de l’organe de coopération en matière de politique, de défense et de sécurité de la SADC. Reste à savoir maintenant, comment ce soutien peut-il être transformé en levier pour convaincre la France à restituer les Iles Eparses à Madagascar.

Madagascar Tribune0 partages

Déconfinement progressif maintenu à Analamanga, allègement à Atsinanana

L’état d’urgence sanitaire a été prolongé de 15 jours, selon la décision du conseil des ministres de samedi dernier. Pas de modification des mesures restrictives pour la région Analamanga malgré la multiplication des cas. Le déconfinement progressif est maintenu. par contre un assouplissement des mesures de confinement a été décidé pour les districts de Toamasina I et II, de Fénérive-Est et de Moramanga.

Pour Analamanga, toutes les mesures prises sont maintenues : arrêt des activités à 17 heures, circulation des transports en commun jusqu’à 19 heures, couvre-feu de 22 heures à 4 heures du matin. Pour les districts de Toamasina I et II, Moramanga, et Fénérive-Est, un allègement des mesures de confinement a été décidé suite à la diminution des cas dans ces localités. Ainsi, l’horaire des activités y sera prolongé jusqu’à 17 heures, les transports en commun, tels les bajaj pourront circuler jusqu’à 19 heures. Les élèves des classes d’examen retourneront en classe à partir de jeudi prochain.

Christian Ntsay lors de son intervention à la télévision hier a annoncé que le déconfinement total est appliqué dans le reste du pays, toutefois le regroupement de plus de cinquante (50) personnes reste interdit. De même les événements culturels et sportif ne sont pas encore autorisés. Les vols domestiques transportant des passagers restent suspendus tout comme les transports nationaux et régionaux à Analamanga et dans les districts de Toamasina I et II, de Fénérive-Est et de Moramanga à l’exception des transports de marchandises.

Les examens nationaux se tiendront bien cette année mais cela dépendra de l’évolution de la crise sanitaire, c’est pourquoi, il n’y a pas encore de calendrier officiel selon le premier ministre.

Madagascar Tribune0 partages

Les fonctionnaires vulnérables au Covid-19 en arrêt de travail

Le ministère du Travail, de l’emploi, de la fonction publique et des lois sociales (MTEFPLS) a publié hier, une note indiquant l’arrêt de travail immédiat pour tout fonctionnaire jugé vulnérable en raison de leur état de santé et qui risque de présenter une forme grave du Covid-19.

« En application de la déclaration du président de la République Andry Rajoelina, du 14 juin, tous les agents de l’Etat faisant partie des personnes vulnérables doivent cesser immédiatement leur travail durant l’état d’urgence sanitaire », selon la note signée par la ministre du Travail, de l’emploi, de la fonction publique et des lois sociales, Gisèle Ramampy.

Qui peut bénéficier de cet arrêt de travail ?

les personnes âgées de 60 ans et plus les asthmatiques les diabétiques les hypertendus les personnes présentant une pathologie chronique les personnes présentant une insuffisance rénale les malades atteints de cancer les personnes ayant des antécédents cardiovasculaires

La note du ministère souligne que seuls les médecins fonctionnaires auprès des ministères et des institutions publiques peuvent attester la vulnérabilité des fonctionnaires et établir un certificat médical la confirmant.

Secteur privé

Pour le secteur privé, une discussion sera tenue cette semaine pour étudier l’application de l’arrêt de travail pour les salariés vulnérables au coronavirus, a affirmé hier le premier ministre.

Ainsi, le secrétaire général du syndicat des chrétiens Malgaches (SEKRIMA), Rémi Henri Boutoudi a indiqué qu’une consultation urgente du secteur privé a été menée par le ministère dans le cadre de l’application de l’arrêt de travail pour les employés vulnérables du privé. Les syndicalistes demandent le paiement intégral des salaires pour ces derniers jusqu’à la reprise de leur travail. « Nous attendons la publication du décret d’application de cet arrêt de travail. », affirme le SEKRIMA.

L'express de Madagascar0 partages

Traite de personnes – Madagascar tenu à l’oeil

L’envoi de femmes dans les pays du Moyen Orient continue. En un mois, une cinquantaine de femmes ont été arrêtées à l’aéroport d’Ivato.

D’après le Responsable de la surveillance de la migration, au niveau de la Police nationale, l’expédition des femmes, ménagères, dans les pays du Moyen Orient persiste.  «Des femmes, entre 21 et 35 ans, ont été surprises dans un avion. Des sources confidentielles ont permis d’identifier ces personnes vers la fin du mois de mai. À cause de cet incident, trois agences de voyages ont été suspendues et plusieurs gérants ont été arrêtés. Il est actuellement interdit d’envoyer des femmes dans certains pays arabes», affirme le Responsable de la surveillance de la migration.

InsuffisantMalgré les efforts que le gouvernement y consacre, il a été souligné dans un rapport, TIPReport, du département américain chargé de la surveillance de la traite des personnes, que Madagascar a rétrogradé quant à la liste de surveillance de la Catégorie 2. D’après ce rapport, le gouvernement  n’a pas redoublé d’efforts à la période de rapport précédente. Le gouvernement a réduit sa performance dans la poursuite et la condamnation des auteurs de traite présumés. Malgré l’existence de rapports supposant la complicité des responsables publics au cours de l’année, aucun agent n’a été tenu pour responsable et aucune enquête n’a été menée sur les rapports mentionnant des fonctionnaires ayant facilité l’exploitation sexuelle des mineures.Le gouvernement ne dispose pas encore de dispositifs formels pour une identification proactive des victimes de traite parmi les populations vulnérables. Il n’a pas assuré une prise en charge systématique de toutes les victimes et n’a pas fourni efforts sur la sensibilisation. Quelques recommandations ont été avancées, dont la poursuite et la condamnation des auteurs, le financement convenable du Bureau National de Lutte contre la Traite des personnes et les agences menant des activités dans ce domaine.Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Droits de l’Homme – L’Union Européenne équipe la CNIDH

L’Union Européenne appuie les travaux de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH). C’est à l’occasion de la remise de dons à la CNIDH par l’Union Européenne (UE) hier qu’Antonio Sanchez-Benedito, ambassadeur de l’UE a donné son avis sur l’insécurité qui règne à Mada­gascar, notamment sur l’affaire de l’incendie d’une commune entière dans la région de la Sofia et la recrudescence des cas de vindicte populaire. « Le cas d’Antsaka­bary est, je dirais, symbolique dans la mesure où il y a une question de confiance. entre la population et les forces de sécurité. Il faut avancer dans la création de cette base de confiance,  démontrer que les forces de sécurité et les forces de l’État sont au service des citoyens », a-t-il déclaré.L’UE appuie les efforts fournis par la CNIDH dans les travaux d’investigation sur cette affaire : « Il y a des questions qui n’ont pas été suffisament éclaircies et c’est la raison pour laquelle la CNIDH a pris la décision d’  i nvestiguer, de voir  ce qui s’est passé pour mettre certaines informations à la disposition de l’État, d’un côté, et à l’ensemble de l’opinion publique, de l’autre ». Selon l’ambassadeur de l’UE, « il est important d’ enquêter, de travailler dans la transparence et l’engagement ». Entre autres, l’UE a octroyé des tables de bureau et des ordinateurs portables aux membres de la commission pour leur permettre de poursuivre leur enquête sur ce qui s’est réellement passé à Antsakabary.Concernant l’enquête, la présidente de la CNIDH, Mireille Rabenoro, a expliqué qu’ une équipe de trois personnes avaient été envoyées sur place pour faire des investigations.« Des dialogues avec les témoins du drame ont été effectués », a-t-elle affirmé. Un rapport et des recommandations ont été envoyés au gouvernement et aux autres entités de la société civile sur les mesures à prendre pour éviter que ce genre de scénario se reproduise.Le cas d’Antsakabary n’est pas l’unique cas d’insécurité pour le peuple. Dans certaines situations, la population estime que les forces de l’ordre ne sont d’aucune utilité et encore moins dignes de confiance. Interrogé sur la recrudescence des vindictes populaires, Antonio Sanchez-Benedito pense qu’il y a une anomalie au sein de la population.Quant à l’intérêt que porte l’UE aux droits de l’Homme, Antonio Sanchez-Benedito affirme que les droits de l’homme sont une priorité absolue pour l’UE.L’ambassadeur de l’UE a salué l’effort que l’État fournit en matière de lutte pour les droits de l’Homme, mais a aussi fait une remarque sur les travaux à réaliser en matière de la défense et du respect des droits de l’Homme : « On voit une volonté d’avancer dans la lutte contre l’impunité et la défense des droits de l’Homme. La mise en place de la CNIDH est un grand pas en avant. Il faut reconnaître qu’il y a un souhait et une volonté de la part de l’État malgache et du gouvernement d’avancer dans la défense des droits de l’Homme », a-t-il déclaré avant de soutenir : « On voit qu’il y a toujours un schéma à parcourir car s’il est vrai que la commission a déjà été installée avec une équipe formidable de grands experts nationaux sur les principales matières qui touchent les droits de l’Homme avec une présidente d’une grande réputation nationale, maintenant il faut continuer à appuyer ».

Loïc Raveloson etTafita Razafindravahy

L'express de Madagascar0 partages

Jeux de la Francophonie – Place aux artistes contemporains

Des artistes d’horizons divers porteront l’étendard de la Grande île lors de la VIIIe édition des Jeux de la Francophonie

Pour sa VIIIe édition, les Jeux de la Francophonie se tiendront en Côte d’Ivoire, dans la ville d’Abidjan, du 21 au 30 juillet. Ils sont ainsi vingt-deux artistes toutes  disciplines confondues à y concourir pour la Grande île. Ils seront placés sous le signe des valeurs de solidarité, de diversité et d’excellence, de la promotion de la langue française, de la paix et du développement à travers les rencontres de jeunes francophones.Arborant la fierté nationale, ce sont principalement de jeunes artistes contemporains, talentueux et prometteurs qui composent la sélection malgache dans le volet culturel. Huit disciplines artistiques y seront ainsi représentées, selon le Ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine. Elles concernent la création numérique, la littérature, la peinture, la sculpture, le marionnettisme, la création pour le développement durable, la photographie et la danse de création.

PluridisciplinaireParmi ces artistes se retrouve, notamment, le jeune Koloina Famenontsoa Rakotoarisoa, dit Tanguy, dans la catégorie création numérique. « Graphic – designer », il a forgé ses expériences en collaborant avec plusieurs boîtes de création numérique de la capitale. Avec une maîtrise exceptionnelle des derniers logiciels de traitement d’images, Tanguy s’affirme comme un atout majeur de la sélection malgache.De même, Anjoanina Harivahy Ramaroson, dit Mossieur Njo, jeune auteur contemporain va porter haut le drapeau malgache. Il s’est pleinement découvert en fin d’année grâce à son roman dystopique « Lisy Mianjoria », suivant les traces d’E.D. Andriamalala et de Clarisse Ratsifandrihamanana. Un jeune gaillard, aussi créatif que fraternel, issu de l’écurie Is’Art Galerie Ampasa­nimalo, Taka Andrianavalona concourra pour la peinture. Maherisoa Rakotomalala concourt dans la catégorie sculpture en y affichant une identité propre à lui-même. Travaillant surtout à partir de recyclage et de récupération, il y illustrera le savoir-faire malgache sous toutes ses formes. La compagnie Zolobe d’Antsiranana promet d’émerveiller aussi bien les yeux que les oreilles à l’occasion. Armée des marionnettes géantes de papiers mâchés, la compagnie et ses membres réjouiront le jury des jeux en affichant lefolklore enivrant de Madagascar.

Les heureux élus au complet

Création numérique : Koloina Famenontsoa Rakotoarisoa dit Tanguy.Littérature : Anjoanina Harivahy Ramaroson dit Mossieur Njo.Peinture :Taka Andrianavalona.Sculpture : Maherisoa Rakotomalala.Marionnettes géantes : la compagnie Zolobe composé de Cléopâtre Rasoafara, Jean Luc Nomenjahary Rakotobe, Hugues Nasainjanahary Rakotobe, Fenoarivelo Razakanirina Behavana, Paul Edwardo Jaomazava et leur coach Eric Dama.Création pour le développement : Marcel Ramiandravola.Photographie : Mahefa Dimbiniana Randrianarivelo.Danse de création : Angelico Kirkou, Fabrice Mora, Nomenjahary Todihasina Randriamanantena, Anitah Fidélise Joma, Robson Manjarison, Julienne Njarasambatra, Oliva Randrianasolo, Nasia Thonny Randriamanantena, ainsi que leur coach Zoé Johnson Dinampitia Randrianjanaka et Jean Richard Randrianarison comme technicien aux lumières.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Football – Cosafa Castle Cup – Madagascar et Zimbabwe dos à dos

Les Barea et le Zimbabwe se sont neutralisés sans marquer, hier. La qualification se jouera lors des derniers matches.

Rien n’est acquis. Les Barea de Mada­gascar sont encore en course pour la qualification en quarts de finale de la Cosafa Cup qui se poursuit en Afrique du Sud, mais il leur faudra s’employer davantage.Evoluant dans le grou­pe B et après une première victoire contre les Seychelles sur deux buts à zéro, les protégés d’Auguste Raux ont joué le Zimbabwe hier au stade Royal Bafokeng Sports Palace et ont enregistré un match nul et vierge.Avec une assez sérieuse domination sur la possession de balle, les Barea de Madagascar ont, certes, eu des occasions, mais qui ne se sont pas concrétisées. Le tandem était pourtant assez bon entre Rinjala et Ando, le capitaine des Barea de Madagascar, qui, à la trentième minute, a dû être sorti sur civière, mais a pu revenir sur terrain une minute plus tard.De l’autre coté, ce sont les joueurs du Zimbabwe qui se sont montrés très menaçants. Leur occasion la plus franche s’est présentée à la cinquante troisième minute quand Ovidy Karuru s’est trouvé tout seul dans la surface de réparation. Heureusement pour les Malgaches que Leda était dans un grand jour pour sortir un énorme arrêt.Le même Leda a, une nouvelle fois, dégagé en corner un coup franc direct de l’attaquant ‘Ocean Mushure à la soixante dix-neuvième minute.Malgré les remplacements faites par Auguste Raux et les changements d’options offensives, les Barea n’ont pu trouver le chemin du succès. Outre la belle prestation de Leda, Johny Rafelambolasoa a été sacré meilleur joueur du match contre le Zimbabwe. Côté zimbabween, coach et capitaine se sont plaints sur deux cas de « penalty » qui auraient dû être sifflés en leur faveur.

Goal averageAprès ce match nul contre le Zimbabwe, les Barea de Madagascar devront absolument battre largement le Mozambique demain et, en parallèle, compter sur une courte victoire du Zimbabwe contre les Seychelles. Dans ce schéma, il faudra départager Madagascar et le Zimbabwe au goal average. Le schéma qui conviendra le mieux aux Barea, serait un succès contre le Mozam­bique contre une défaite ou un match nul du Zimbabwe contre les Seychelles.L’équipe qui se classera première de ce groupe B aura le privilège d’affronter le Swaziland en quarts de finale. Dans les autres quarts de finale se joueront, le vainqueur du groupe B où figurent la Tanzanie, l’île Maurice, l’Angola et le Malawi jouera l’Afrique du Sud. Le Botswa­na et la Namibie quant à eux joueront respectivement la Zambie et le Lesotho.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Tsimbazaza – Une grenade périmée sur le parking du ministre du Tourisme

Une grenade offensive, mais désuète a été découverte sur le parking du ministre du Tourisme à Tsimbazaza, hier, aux alentours de 9h. Une enquête a été ouverte.

Une grenade offensive dont la goupille était déjà retirée a été retrouvée à Tsimbazaza. Elle aurait été déposée sur le parking du ministre du Tourisme, Rolland Ratsiraka. « Cet explosif d’origine douteuse trouvée près de la roue d’une moto garée au parking du ministre était déjà rouillée et périmée », selon un expert du CAPSAT.La voiture du ministre n’était pas là. « Je venais d’arriver et j’ai aperçu un objet rond ayant la forme d’une grenade. J’ai appelé mes collègues, mais nous n’avons pas osé le toucher », a indiqué Eric Razafiarilambo, qui a vu en premier la grenade.Il fallait prévenir la police et la gendarmerie, selon les explications reçues. Alerté sur les faits, des policiers du cinquième arrondissement de Maha­masina et ceux de la brigade criminelle, renforcés par la section de recherche, ont fait le déplacement sur les lieux pour l’examen. Lors du constat, le lieu était calme.Une foule s’est pourtant massée devant le ministère du Tourisme. Quelques minutes après l’arrivée des forces de l’ordre, des experts en désamorçage d’explosifs du Capsat sont venus. Ces derniers ont indiqué qu’il s’agissait réellement d’une grenade, mais  périmée, elle était devenue inoffensive.

Fouille« C’est l’effet du souffre qui tue ou blesse des personnes. Une fois que la goupille estretirée, la grenade explose. Pour celle-ci, le souffre était obsolète. Donc, la grenade n’explosepas», a signalé un spécialiste en bombe du Capsat.Par peur d’un éventuel acte terroriste, les éléments des forces de l’ordre ont immédiatement procédé à une fouille minutieuse de certaines pièces douteuses du ministère. Ce qui n’apermis d’obtenir, jusqu’ici des indices.Le résultat de l’examen de situation effectué d’hier matin n’a pas encore abouti, a signalé une source auprès de la brigade criminelle (BC), saisie de l’enquête.La grenade aurait été transférée à la BC en attendant une requête auprès du tribunal sur le fait qu’elle soit déposée au Capsat où des armes de guerre et des explosifs saisis sont placés, d’après les explications policières.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Grave incendie au campus

Un incendie a détruit deux dortoirs du campus de l’Université d’Antsiranana. Le vent violent venant de la mer a attisé le feu devenu non maîtrisable.

Ce n’était pas un cauchemar, c’était la réalité. Mardi, à leur réveil, les étudiants du  bloc G au campus universitaire d’Antsiranana ont été pris de court. Panique, angoisse et nervosité, tels ont été leur vécu durant la matinée car les « portes 27 et 28 », deux dortoirs, ont été entièrement calcinés par le feu. Le sinistre est apparu au  moment où certains étudiants étaient en plein examen ou assistaient à des cours. Selon les premières informations, un court-circuit, causé par une installation extérieure vétuste, a engendré un incendie sans précèdent à l’Université d’Antsiranana.Selon les explications des étudiants voisins, tout a commencé aux environs de 7h quand les locataires ont pris une douche matinale à l’extérieur de leur bâtiment.« Seule une étudiante, un peu nerveuse, se trouvait à la « porte 27 » où le feu a commencé. En apercevant une petite flamme au-dessus de la fenêtre, elle a tenté de l’éteindre avec de l’eau. Toutefois, son geste  a provoqué l’embrasement. Prise de panique, elle s’est  enfui », a relaté un de ses collègues.En peu de temps, le feu a dévoré tout ce qui a existé dans ces deux dortoirs du deuxième étage. Puis, il s’est  propagé rapidement dans les dortoirs voisins.

PrécipitationHeureusement, les sapeurs-pompiers sont arrivés assez rapidement, mais  l’incendie, très violent à cause du vent, a tout détruit jusqu’à la toiture.« Un retard de quelques minutes pouvait ravager le bâtiment en entier, car le  vent venant de la mer a attisé le feu avec force », a déclaré le chef des sapeurs-pompiers.Stressés par l’incendie, les étudiants logés au premier étage ont aussi décidé de vider le lieu et de tout évacuer en urgence. Ils ont sorti leurs biens en les jetant par les fenêtres. Certains d’entre eux ont même sauté depuis le premier étage. Aucun blessé grave ni perte de vie humaine n’ont été déclarés. Une étudiante habitant le bloc F s’est évanouie et a été hospitalisée.Au  total, 36 étudiants sont victimes de cet incendie dont treize se retrouvent sans-abri. Un téléthon a  été lancé pour aider les sinistrés. La présidente de l’Université Nord d’Antsiranana, Cécile Manorohanta, était venue rendre visite aux étudiants victimes de l’incendie et leur a remis une somme d’argent à titre d’aide.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Commerce illicite – De belles affaires avec les produits de contrefaçon

Depuis plusieurs années, les produits contrefaits inondent le marché local. Des commerçants de la Capitale brassent des milliards d’ariary grâce à la vente de telles marchandises.

Reproduction ou imitation d’un objet, d’une œuvre ou d’une marchandise, en indiquant ou en laissant présumer que la chose est authentique, tel se définit, d’une manière générale, la contrefaçon. Depuis les outils high-tech jusqu’aux médicaments, en passant par les articles d’habillement et accessoires, sans oublier la parfumerie personne n’est à l’abri de la contrefaçon. Parmi les principales victimes du phénomène, les grandes marques de produits high tech, notamment la marque à la pomme, Apple, Samsung ou encore Hewlett Packard.Pourtant, cette mauvaise pratique fait le bonheur de bon nombre de commerçants de la Capitale. De sources auprès d’une boutique qui étale des téléphones portables, le propriétaire peut réaliser de un à dix millions d’ariary de chiffre d’affaires par jour.

Des montres comme les Rolex vendus comme de vulgaires babioles car ce sont de viles copies.

En majorité en provenance de la Chine, le prix de ces produits convient au pouvoir d’achat de la plupart des Malgaches. En effet, le plus souvent, ces articles contrefaits se négocient largement moins chers par rapport aux prix des marques authentiques. Par exemple, on peut acquérir une montre de grande marque Rolex à 7 000 ariary auprès des marchands de rue d’Analakely ; des sacs contrefaits Chanel, Céline Paris ou encore Gucci sont vendus à partir de 15 000 ariary chez des démarcheurs de produits chinois de Behoririka. Ainsi, de tels produits suscitent l’engouement des acheteurs au détriment des revendeurs agrées. Par ailleurs, un sac authentique, par exemple, coûte un million ariary, voire plus de cinq millions ariary.

Les vêtements de marque contrefaits sans vergogne.

« High copy »À ce jour, ce phénomène prend de l’ampleur, et les vulgaires copies chinoises souvent mal façonnées laissent place à des créations quasi-semblables aux authentiques. Il est de plus en plus difficile de faire la différence entre le Yin et le Yang d’un article donné. En effet, il existe aujourd’hui ce que l’on appelle « High copy » qui est une copie presque parfaite du vrai produit. De véritables trompe-l’œil, les consommateurs peuvent facilement s’y perdre et certains choisissent d’acheter le produit. D’autre part, les commerçants ne se gênent pas pour vendre ce type de produits presque au même prix que les authentiques et révèlent à leurs clients qu’il s’agit, en fait, du « High Copy ».De réels dangers planent sur les consommateurs de produits de contrefaçon. Articles d’habillement, accessoires de mode contrefaits peuvent encore passer sans engendrer de dégâts majeurs. Mais lorsqu’il s’agit de produits cosmétiques ou pharmaceutiques, les acheteurs des produits falsifiés pourraient payer le prix fort. En effet, certains de ces produits conduisent régulièrement à des effets dangereux dans le domaine de la santé.« J’ai été tentée par une rouge à lèvres soi-disant vraie marque et en provenance d’Angleterre. Après une semaine d’utilisation, mes lèvres ont commencé à noircir, puis à gonfler et des boutons sont apparues », témoigne Hary, une mère de famille. Par conséquent, « il m’a fallu suivre un traitement médical de plusieurs semaines à un coût conséquent pour rattraper ma bévue », poursuit-elle.En dépit de ces méfaits, beaucoup de consommateurs, en parfaite connaissance de cause, font quand même le choix d’acquérir des produits illégaux, en étant convaincus de faire une bonne affaire, compte tenu de leurs prix.

Pour être sûr d’acquérir des vêtements de vraies marquesà moindre prix, il faut chercher dans les friperies.

Le rôle du ministère du Commerce

Selon Valonirina Randrianarisoa, commissaire du Commerce et de la concurrence auprès du ministère du Commerce et de la consommation, l’Administration ne peut intervenir que si et seulement si le propriétaire d’une marque ou encore le représentant exclusif de la marque se manifeste directement et adresse une plainte auprès de l’État malgache, face à un produit imité. Ce n’est qu’à partir de là que le Code des douanes peut être appliqué et peut interpeller son entrée sur le territoire national et le refouler.Dans le cas d’interpellation, deux cas peuvent se présenter. Si le produit contrefait n’a pas donné l’effet voulu et indiqué dans sa notice, le commerçant encourt le remboursement de dommages et intérêts auprès de la victime et doit payer une amende auprès de l’État. Dans le cas où le produit a engendré de réels dommages, notamment sur la santé de son utilisateur, l’affaire devient pénale.Inversement, le ministère de tutelle fait aussi face à des contrefaçons de produits malgaches. En ce moment, il travaille sur un dossier qui concerne des légumes qui porteraient des étiquettes « Vita Malagasy », vendus en Russie.

Des sacs imitant ceux de marque de prestige mais vendus à bas prix.

Astuces pour déceler le vrai du faux

Il existe maintenant des « faux authentiques », pour dire que les contrefaçons (sacs, chaussures, parfums…) se déversent sur le marché et même à des prix abusifs. Comment reconnaître le vrai du faux ?Les dénominations Abidas, Chanele… c’est de la camelote. La meilleure manière d’éviter les arnaques c’est d’effectuer ses propres recherches sur les sites officiels des marques. On y vérifie les modèles et les couleurs. Le mieux aussi est de s’assurer que la boutique figure parmi les distributeurs exclusifs et agréés.Ensuite, place aux petits détails: les boutons, les finitions, les fermetures, les coutures. Par exemple, Louis Vuitton estampille ses rivets. Et sur les sacs griffés, les chaînes sont fabriquées dans un matériau lourd comme le platine, donc si c’est léger, il faut s’en méfie…Les étiquettes : les mentions obligatoires sont les compositions, le lieu de confection… Si tout cela n’est pas indiqué, c’est sûr qu’il y a quelque chose de louche!Une autre astuce, notamment pour les parfums, c’est de vérifier l’emballage et les fautes d’orthographe. S’il y’a un code-barres, on le scanne. Et puis un faux « Petite Robe Noire » ne va pas tenir une demi-journée, en senteur ! Pour le cuir, c’est un peu similaire, c’est au niveau de l’odeur et de la texture. Le vrai cuir a plus d’élasticité que le synthétique. Une autre astuce également: le vrai cuir est difficile à percer avec une aiguille, contrairement au synthétique.

Hasina Rasamimanana – « Les produits authentiques sont garantis »

Ce revendeur travaillant pour un distributeur agréé d’une marque de smartphone donne son avis sur 

Pourquoi faire ses achats auprès d’un revendeur agréé  ?D’abord, nous sommes agréés par le fabricant du produit. Les articles que nous vendons sont couverts par des garanties et des services après-vente. D’autre part, la seule façon de s’assurer qu’on se procure un produit authentique est d’acheter chez les distributeurs agréés. Autrement, le client risque de payer des produits contrefaits, d’occasion ou encore défectueux.

Dans le domaine du high tech, quels sont les articles les plus sujets à la contrefaçon ?Ce sont surtout les grandes marques de smartphones qui sont les principales victimes de contrefaçon.

Justement, y a-t-il un moyen de différencier un smartphone authentique  d’un faux  ?En général, l’aspect est quasi identique entre un faux smartphone et un de vraie marque. C’est au niveau de la configuration qu’on peut s’apercevoir de la supercherie. Car il y a, par exemple, des configurations qui sont affichées mais lorsqu’on clique dessus, rien ne s’ouvre. Par ailleurs, les smartphones authentiques possèdent généralement un code introduit par son fabricant qui, une fois tapé sur le téléphone, fait apparaitre les caractéristiques du mobile.Il existe également de nos jours des logiciels susceptibles de détecter les produits contrefaits.

À quel point ces produits contrefaits affectent-ils votre business ?À cause de la mauvaise qualité des copies usurpant une marque, la notoriété de celle-ci en paie le prix. Par ailleurs, les clients ont tendance à se ruer vers les produits moins chers ainsi, nous perdons un bon nombre d’acheteurs.

Les médicaments contrefaits

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, un médicament contrefait est un médicament qui trompe délibérément et frauduleusement sur son identité et sur sa source. La contrefaçon peut concerner à la fois les produits de marque et les produits génériques. Le médicament contrefaisant peut ainsi être un produit contenant le bon principe actif, ou un mauvais principe actif, ou sans principe actif, ou encore un principe actif avec un mauvais dosage ou un faux emballage.

L’Office malgache de la propriété industrielle protège les marques qui y sont déposées et enregistrées.

La contrefaçon de marque constitue un délit douanier

Extrait du Code des douanesArt. 29.-1°/-Sont prohibées à l’importation et à l’exportation toutes marchandises contrefaitesToute copie, importation ou vente d’une invention nouvelle, sans le consentement du titulaire du brevet.Pour ce qui concerne la contrefaçon de marque, le service des douanes peut mettre directement en œuvre la procédure de saisie douanière chaque fois que la contrefaçon est manifeste. L’Administration des douanes est habilitée à la détruire sans dédommagement d’aucune sorte ou à lui attribuer toute autre destination prévue dans le cadre de ses compétences, à condition qu’elle ne soit pas introduite dans les circuits commerciaux et qu’il ne soit pas porté préjudice au titulaire de la marque enregistrée ou du détenteur du droit d’auteur.

Textes :  Soa-Mihanta Andriamanantena Photos : Tojo Razafindratsimba

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret – Samoëla s’invite pour la première fois au Cfm

L’annonce vient de tomber. Le grand monsieur du « Vazo miteny », Samoëla, va se produire, pour la première fois, au Cercle franco-malgache(Cfm) Anosy, demain à partir de 21 heures. C’est une grande nouvelle pour Samoëla. L’artiste s’y produira pour la première fois de sa longue carrière.Depuis plus de vingt-ans, en cabaret, il avait pris l’habitude de chanter dans de petites salles de cabaret, lors de ses soirées dans la capitale. Sa dernière soirée en cabaret au Jamaica Chill By pass, il y a quelques jours, avait été largement applaudie par son public.Demain, il change donc de salle et de taille, puisque la salle du Cercle franco-malgache peut accueillir entre deux cents et deux cent cinquante personnes-contre les cent à cent cinquante dans les autres salles de cabaret de la capitale. Par contre, il promet une soirée de gaieté comme à son habitude.« Hafaliana foana tsiky lava miaraka aminao… », comme sa chanson l’indique

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Taekwondo ITF – Coupe de l’indépendance – Domination des combat­tants de Vontovorona

Madagascar International Taekwon-Do Federation (M-ITF) a organisé le 24 juin à Alasora, la Coupe de l’Indé­pendance version 2017. L’asso­ciation M-ITF dirigée par Andriamisaina Rasami­manana est la seule à Mada­gascar, homologuée par la fédération internationale dirigée par le professeur Ri Yong Son.La compétition a été ouverte à toutes les catégories d’âge. Les combattants de l’ACRV Vontovorona de la section d’Atsimondrano ont dominé en combat (matso­gi) catégorie senior. En tul, la section de Tanà ville, celle d’Avaradrano et Vakinan­karatra ont départagé les ti­tres chez les jeunes.Le président de M-ITF veut faire le rassembleur comme l’a fait le président de l’ITF, Ri Yong Son qui a assisté au championnat du monde WTF (World Taekwondo federation), en 2016 en Corée du sud .Le style ITF, plus ancien et plus conservateur a aligné une équipe de démonstration à ce sommet mondial. Et l’inverse, le style WTF sera aussi présent au prochain championnat du monde ITF à Pyongyang en septembre.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Le Jardin Ralaimongo embelli 

La commune urbaine de Mahajanga prépare déjà l’arrivée des premiers visiteurs, à l’approche de la période des vacances. C’est dans cette optique que la pose de la première pierre des travaux d’aménagement du Jardin Ralaimongo a démarré, hier matin à Mahajanga be.La place historique subira un total relooking. Le projet entre dans l’embellissement de la ville. L’usine de farine de blé Azam Bakrhesa, basée en Afrique, prend en mains la réalisation de ces travaux financés à hauteur de 70 millions ariary. Leur durée est de deux mois. Une cérémonie officielle s’est tenue hier sur place en présence des autorités locales dirigées par le chef de la région Boeny, Jaffar Saïd Ahmad.Le maire, Mokhtar Andriantomanga, a été catégorique. « Cette place sera réservée au délassement familial. Aucune animation bruyante ni sonore ne sera autorisée. De plus, aucun marchand de brochettes ni autre vendeur n’aura droit d’y tenir un commerce. Ce sera un lieu de repos et de détente pour la famille », a-t-il déclaré.Le bassin du jet d’eau sera rénové et fonctionnera en permanence. Des pavés autobloquants seront installés sur toute la surface. Les espaces verts encadreront les lieux. Les travaux consisteront également à préserver les pergolas.Des nouvelles banquettes seront installées ainsi que huit points lumineux comme éclairage de l’espace. Les dimensions  du Jardin Ralaimongo sont de 48m par 32.60m.L’ancien sénateur, Bachir, a dressé un bref rappel de l’histoire de l’espace. De son vivant, Ralaimongo fut le cauchemar des colons qui voyaient en lui un ancien indigène anti-français, un agitateur communiste, un prolétaire malgache soutenu par le prolétaire mondial.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Drone d’histoire

Le défilé militaire célébrant le 57e anniversaire des Forces armées ainsi que le megaspectacle , clou des festivités marquant la 57e pige du retour à l’indépendance à Mahamasina, dimanche, se sont déroulés sans la moindre anicroche. Le volet sécurité a été maîtrisé à la perfection par les forces de l’ordre. Il faut dire qu’elles ont employé les grands moyens mettant à contribution les dernières innovations technologiques. Pour la première fois, des drones ont été utilisés pour superviser les alentours du stade sans oublier les moyens humains mobilisés pour scruter tout mouvement douteux dans les gradins. Tout s’est terminésans le moindre tesson. L’État a mis le paquet poussant là précaution jusqu’à l’acquisition d’une vitre blindée pour protéger le Président et sa suite dans les tribunes. Des investissements onéreux qui ne serviront peut-être qu’une fois par an. Le coût de toutes ces acquisitions n’a, d’ailleurs, pas été révélé au public.Les forces de l’ordre ont, en tout cas, montré que tout est question de volonté et de moyens. L’opinion publique attend désormais, la transposition de cette belle performance à la sécurisation de tout le pays. D’aucuns rêvent d’une capitale quadrillée par des milliers de drones qui sillonnent le ciel de Tana guettant le moindre kidnappeur, filant tout braqueur impénitent. D’autres voient pleins d’objets volants bien identifiés sur les routes nationales traquant les redou­tables coupeurs de route.Les Indiens espèrent bien avoir chacun un drone sur leur tête pour les protéger d’un kidnappeur invisible pendant leur jogging matinal ou lors d’un culte à la mosquée.Qui peut le plus peut le moins. L’État a prouvé que quand il veut, il peut. Même s’il s’agit de défendre la vie de quelques hautes personnalités.Pour le moment, le rêve risque de ne jamais muer en réalité a l’allure où vont les choses. La découverte d’une vieille grenade à Tsimbazaza, hier, montre que le danger est là, partout et à tout moment. Pire, les voyageurs de la RN 7 vivent un cauchemar en permanence et passent une véritable roulette russe jusqu’à destination. La portion de route entre Ambositra et Ambohimahasoa, en particulier à Ialatsara, est un véritable couloir de la mort avec la présence en permanence de dahalo dont la méthode change avec les précautions prises par les taxis-brousse. Il y a des postes de gendarmerie à l’entrée comme à la sortie de cette portion mortelle mais le problème semble impossible à résoudre. Des touristes se sont fait dépouiller à cet endroit, récemment, et ils ne sont pas les derniers.Le gouvernement a annoncé qu’une nouvelle stratégie serait bientôt mise en place pour mettre un terme à l’insécurité. L’opinion piaffe d’impatience pour la voir. Mais il s’agit plutôt et, avant tout, de s’armer d’une réelle volonté pour juguler le fléau que de s’équiper d’un kalachnikov pour mater les bandits. Il s’agit moins d’histoire de drones que d’une réelle détermination à venir à bout d’un drame social qui prend de plus en plus d’ampleur.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Belazao – Le manque d’eau handicape les activités des bailleurs

Connue pour ses activités dans le domaine de l’éducation, l’association Mada Breizh, à vocation sociale, vient d’ouvrir une porte sur l’adduction d’eau et le domaine de la santé, par l’intermédiaire du syndicat des eaux et un financement de la commune de Quimperlé France. Ainsi, afin d’aider la population de la commune rurale de Belazao en matière d’hygiène et d’assainissement, elle a lancé la construction d’un bloc sanitaire comportant quatre salles. Le coût des travaux s’élève à 3 720 euros, soit plus de douze millions d’ariary. Toutefois, l’approvisionnement en eau reste encore un problème à résoudre.Bien qu’elle se situe à seulement quatre kilomètres du lac Andraikiba qui est le principal réservoir d’eau des Antsirabéens, la commune rurale de Belazao, dans le district d’Antsirabe II, a toujours des difficultés en matière d’adduction d’eau potable. Ses habitants doivent faire quelques kilomètres pour se procurer de l’eau, malgré l’existence de bornes fontaines qui y sont installées depuis des années mais qui ne fournissent pas d’eau, à cause de la situation géographique de la commune. Les femmes accouchant au  Centre de santé de base doivent même apporter deux bidons d’eau pour assurer l’hygiène de leur accouchement.  Aussi, le développement tant souhaité par la population et évidement par les autorités est-il handicapé.Face à cela, le député José Randrianantenaina, élu dans le district d’Antsirabe II, en collaboration avec la région Vakinankaratra, est actuellement en train de chercher des solutions pour faciliter l’adduction en eau potable dans la commune rurale de Belazao.Les habitants de la localité espèrent donc bénéficier des infrastrutures déjà existantes, les bornes-fontaines, ainsi que de la nouvelle construction, le bloc sanitaire. C’est du moins le vœu du président de l’association Mada Breizh, Guy Douville, lors des débuts des travaux.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Une dignité difficile à sauvegarder

Instruit par les leçons du passé, le roi Tsimiaro des Antankarana doit faire preuve de plus de circonspection à partir de 1850, en raison des pressions et des risques de représailles des Merina comme des Français et des autres. D’après l’historienne Micheline Ramiaramanana (Colloque international d’histoire du 27 juillet au 1er août 1987 à Antsiranana), il va néanmoins essayer de tirer parti des avantages qu’ils peuvent lui offrir.La possibilité pour Tsimiaro de résider à une trentaine de kilomètres de la Grande Terre, à Nosy Mitsio, ile placée sous la protection des Français et hors de portée directe des attaques merina, lui donne une certaine latitude de mouvement qu’il n’aurait pas s’il avait vécu dans le voisinage immédiat des conquérants. Bien que cet avantage ait son importance, le nombre élevé des populations des iles, obligées de se rendre régulièrement sur la Grande Terre pour leurs cultures et leurs troupeaux, ne lui permet pas pour autant de maintenir un état de guerre  permanent. « L’insécurité et l’appauvrissement, qui en résultaient, entraîneraient à moyen et à long terme une généralisation de la famine dont les Antankarana seraient les principales victimes. »Pour les Merina, revers ne signifie pas renoncement, « mais la nécessité de concilier à la fois la ferme intention d’intégrer la région dans le Royaume de Madagascar, et l’impossibilité matérielle de la contrôler entièrement par un quadrillage systématique, leur dicte aussi une politique fondée non seulement sur la force mais également sur la persuasion ».Les indispensables concessions se concrétisent par des actes de bonne volonté. Ainsi en 1853, lorsque deux militaires merina originaires de Sisaony et de l’Avaradrano désertent et se réfugient à Nosy Mitsio, le roi les fait ramener à Ambohimarina par des Loha­vohitra (chefs de village). Ces derniers sont chargés de rassurer les autorités sur ses bonnes intentions puisqu’il se considère comme un Ambaniandro (Merina), un enfant de Ranavalomanjaka (Ranavalona Ire, 1828-1861), ayant déjà prêté serment de fidélité (velirano) et offert le hasina ou la piastre entière, symbole de reconnaissance et de confirmation du pouvoir royal. Les deux déserteurs, jugés par la suite pour complot, sont condamnés à mort par pendaison, afin de dissuaderd’éventuels déserteurs.En 1854, le roi des Antankarana délègue à Ambohimarina ses représentants pour assister à la fête du Fandroana, occasion obligatoire pour les grands du Royaume de Madagascar et ceux qui exercent quelque autorité de renouveler leur serment d’allégeance. Le gouverneur profite des festivités pour offrir des vivres à la délégation. « Il faut, néanmoins remarquer qu’en dépit des invitations qui lui sont adressées et de ses promesses de les honorer, Tsimiaro évite et évitera soigneusement de se rendre en personne dans une garnison merina, par prudence sans doute, se contentant le plus souvent de bonnes paroles. »Attitude peu étonnant d’ailleurs dans la mesure où il n’est pas rare que les déclarations d’intention soient immédiatement démenties par les actes. En effet, en même temps que les gestes de bonne volonté, les escarmouches peuvent continuer de part et d’autre. Lesrazzias répétées des Betanimena (groupe de Betsimisaraka alliés des Merina) contre les Antankarana décident justement leur roi et les princes de Nosy Faly à se rendre à Nosy Be en août 1856, pour faire part au commandant particulier d’un projet d’expédition contre la garnison merina d’Anontsangana dans le Nord-Ouest du pays. Pour les Antankarana, en effet, « il n’y a de pires ennemis et traitres que les Betanimena. Ces derniers étaient associés aux Antankarana dans les trafics d’esclaves africains et comoriens. Ils rasaient la côte orientale de l’Afrique et les iles Comores pour les vendre ensuite à Madagascar. Par traitrise, les Betanimena s’emparaient des Antankarana  pour les vendre comme esclaves. Ce mauvais souvenir se raconte et persiste  jusqu’à ce jour. »De nombreux Sakalava se déclarent prêts à marcher avec les Antankarana, soit un total de 6 000 à 8 000 hommes. Le commandant particulier, ne sachant pas ce qu’il peut  y avoir de fondé dans les bruits circulant sur une expédition française à Madagascar, leur demande de différer leur projet pour éviter une complication de la situation.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Cassam Aly Ndandahizara

L'express de Madagascar0 partages

Trois voleurs dont deux récidivistes arrtés

Trois individus dont deux récidivistes se sont fait arrêter par la police du deuxième arrondissement, après avoir dérobé un sac à main et un portable d’une dame, à Androndra. Les faits se sont déroulés, hier, vers 8h du matin. Une délégation judiciaire a été déjà ordonnée par le tribunal, à l’encontre de ces récidivistes qui viennent d’être arrêtés. Ces derniers auraient pris part dans de nombreuses attaques à main armée perpétrées dans la ville, selon la police.

L'express de Madagascar0 partages

Billard – Dago Black Tour – Deux tickets pour l’Afrique en jeu 

Une nouvelle formule de tournoi à cinq étapes s’étalera à partir de ce week-end jusqu’en décembre. Les deux meilleurs représenteront Madagascar en Afrique.

Après le succès du Grand Open de billard en décembre 2016, revoilà le trio Jean Claude Ravelo­manana, alias J-Kil, Mamisoa Bruno Raharijaona, dit Mamih Masters, et Haram­bato Andriamanalina Raza­fin­drakoto pour une autre formule plus appétissante baptisée « Dago Black Ball Tour ».Ces trois anciens cham­pions organiseront, à partir de ce week-end, un tournoi à cinq manches, pendant tout le deuxième semestre. « Il y aura un système de classement à chaque tournoi, du premier au dernier en décembre. Et les deux meilleurs au classement représenteront Madagascar au cham­pionnat d’Afrique en 2018 », a dévoilé un des organisateurs, Harambato. Les concurrents ont donc intérêt à ne rater aucune des manches pour obtenir le maximum de points.Madagascar a obtenu les deux tickets continentaux grâce à l’invitation reçue par Arena Pool Club d’Amparibe. « La délégation à ce sommet africain, sera composée de cinq membres dont deux joueurs et trois dirigeants… », a-t-il ajouté.Le coût de cette sortie est évalué à 10 000 euros soit environ 35 millions d’ariary, billets d’avion et hébergement compris. La date du championnat n’est pas encore publiée mais se déroule d’habitude entre mars et mai, en Afrique du Sud ou en Tunisie.

Cinq étapesTrois catégories seront au programme du tournoi, entre autres, l’habituel défi, réservé aux séniors plus de 25 ans et juniors U25 messieurs, l’open dames et celle par équipes de trois. La première étape dénommée « Black Ball Independance Tournament » se tiendra du 30 juin au 2 juillet, au gymnase couvert de Mahamasina. Les trois suivantes auront lieu dans les régions, à savoir le « Holiday Black Ball Days » au C.COMS à Mahajanga en août, le « Black Ball Antsirabe Cab » au Jardin le Cocoa dans la capitale du Vakinankaratra et « Overseas Black Ball Road » à Toamasina en novembre.Le tournoi sera de retour dans la capitale pour la dernière manche. Celle-ci sera dénommée « Grand Open de Noël », prévue du 15 au 17 décembre au gymnase de Mahamasina.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

« Refondation » dites-vous. Osera-t-on ?

Madagascar est-tel, qu’il est, un État-nation. Il ne s’agit donc pas de refonder la nation. C’est la notion de République que les Malgaches n’arrivent pas à assimiler. Oserons-nous aller au fond de la question?La date de la première des Républi­ques à Madagascar, initiative de Malga­ches, n’est pas le 14 octobre 1958. C’est le 2 avril 1947. Il s’agit de La République indépendante de Namontana, dans le district de Mananjary, proclamée dans les circonstances du soulèvement du 29 mars 1947. Elle fut l’œuvre de soldats malgaches, ayant fait partie des troupes coloniales de l’armée française, puis démobilisés à l’issue de la Deuxième Guerre mondiale. Une structure de commandement a été mise en place, de même qu’une logistique pour soutenir la lutte armée engagée.Le passage à une cinquième Répu­blique est sur les lèvres de ceux qui parlent ici et là de cette idée de « refondation ». On ne peut pas… puisque la Première ne l’a jamais été. La nouvelle République à mettre sur pied n’est donc pas la continuité des quatre précédentes. D’où elle devra avoir un nouvel hymne et un nouveau drapeau. Ce rouge, vert, blanc représente l’errance en dégringolade de cinquante-neuf ans de pseudo-République ;Zanahary n’a pu bénir un pays qui court d’échec en échec.La France s’est immiscée brusquement dans l’évolution interne de Madagascar lorsqu’elle a commencé à annexer l’île à l’issue de la guerre de 1883-5. À son retrait progressif de l’administration du pays aux termes de la colonisation, ses habitants, autrefois sujets de monarques (puis indi­gènes d’une métropole), se trouvent subitement citoyens libres et égaux. Le vécu d’un peuple ne se décrète pas du jour au lendemain sans une assimilation par voie d’expérience ; la colonisation n’a pas été un apprentissage pour intério­riser les valeurs républicaines. Déjà que la « Répu­blique » du 14 octobre 1958 ne l’est que de nom, la population qu’elle est censée admi­nistrer s’avère être des pseudo-citoyens. Cette logique sera suivie par ses trois autres succes­seurs. Et nous voilà en train d’évoquer la refondation de la Répu­blique. Allons-y, allons au fond de la question !

PS : Le retour à la souveraineté marqué par la proclamation d’une « république » puis l’octroi de l’indépendance le 26 juin 1960 n’est pas l’aboutissement des luttes nationalistes. Il est le fait essentiel de facteurs extérieurs, raison pour laquelle presque toutes les colonies françaises reçoivent leur indépendance à la même année (et plusieurs au même mois –juin-, dans une succession de jours).

Par Hasina A. Raveloson

L'express de Madagascar0 partages

Frais unique

Les vacanciers ne pourront plus marchander les frais. Les coopératives pensent que c’est une opportunité d’équilibrer les choses. « Nous n’augmentons pas les frais de transport mais les prix seront fixés », affirme Andry Luciano Rakotoarinelina, responsable du coopérative Kofiam à Ambodivona. Pour cette coopérative, les frais pour l’axe  Mahajanga restera à 30 000 ariary et ne peut être marchandé à 25 000 ariary, comme auparavant.

L'express de Madagascar0 partages

Deux blessés dans un accident

Une vieille dame âgée de 71 ans et son petit enfant de 7 ans ont été percutés par une voiture de marque Peugeot 406, mardi vers 10h, à Ampitatafika. Ils ont été sur le point de prendre l’autre côté de la route, lorsque le véhicule les a fauchés. Les deux victimes grièvement blessées ont été immé­diatement conduites à l’HJRA.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Afrique U14 – Madagascar s’incline devant le Maroc

Une mauvaise entrée en matière. L’équipe nationale malgache en U14 garçons qui est en lice à Tunis, dans le cadre des championnats d’Afrique par équipes, a enregistré une première défaite contre l’équipe marocaine sur zéro victoire à trois.Durant le premier match qui a opposé le duel des numéros deux, Lanja Rako­ton­zandriny s’est incliné en deux sets (2/6, 3/6) contre Walid Naouda. Le deuxième match était une confrontation des numéros un Toky Ranaivo et Medhi Benchekroun .Après avoir enlevé la première manche sur 6/3, Toky Ranaivo n’a pas pu conclure sur une victoire et a perdu les deux derniers sets 2/6 et 4/6. Il concède ainsi sa deuxième défaite devant son adversaire avec qui il a déjà joué durant le circuit CAT grade 1 en Afrique du Sud au mois de mars.Voulant se rattraper dans le match de double, Solofo Tiana Randrianaivo, capitaine de la sélection malgache a préféré aligner Toky Ranaivo et Lanja Rakoto­zandriny, laissant ainsi Fenosoa Ranaivo sur le banc. Résultats des comptes, Toky et Lanja perdent 0/6, 5/7 contre Medhi et El Amine Hamza.Aujourd’hui Madagascar affronte l’Égypte qui est composée d’Abdelrahman Hassan, de Mohamed Salah ainsi que de Youssef Sadek. Solofo Tiana Andrianaivo, pour cette fois, alignera en simple numéro Fenosoa Rasendra et en simple numéro un Toky Ranaivo.Il gardera, cependant, la paire de double Toky Ranaivo/Lanja Rakotozan­driny. Durant ces cham­pionnats d’Afrique par équipes des U14 garçons, Madagascar aura encore à jouer contre la Côte d’Ivoire, le Kenya et la Tunisie. L’équi­pe qui remportera la première place se qualifiera pour le mondial.

D.R

L'express de Madagascar0 partages

Tetezampotsy Morarano-Chrome – Un prétendu légionnaire soupçonné de meurtre

Quatre jeunes garçons venus assister à un spectacle à Tetezampotsy ont passé  le pire quart d’heure de leur vie dans l’après-midi du lundi de Pentecôte vers 17h à cause d’une dispute qui a viré d’abord à un affrontement et finalement à un homicide, selon un témoin oculaire. L’un des garçons est mort sur le coup et les trois autres sont grièvement blessés. Un prétendu légionnaire d’origine malgache serait parmi les impliqués dans l’affrontement.« Les principaux auteurs du crime ne figurent ni dans le dossier ni dans la déclaration du chauffeur du tout-terrain. Avant que je me sois enfui, j’ai bien vu que des hommes descendus de la voiture avaient des armes tranchantes dans leurs mains », a mentionné Sambatra Randriamitan­dritsoa, témoin. En tout cas, le présumé assassin est placé sous mandat de dépôt.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Un corps sans vie repêché

Un cadavre humain en état de putréfaction a été repêché dans un canal près de l’Akany Sambatra Itaosy, commune rurale d’Ambohidrapeto, mardi vers midi. Le corps sans vie n’est pas encore identifié. La gendarmerie et un médecin ont fait la levée du corps et ont livré la dépouille au fokontany, pour être enterré. Une enquête a déjà été ouverte.

L'express de Madagascar0 partages

Hold-up Anosi­masina

Deux blessés ont été cons­tatés lors d’une attaque à main armée survenue mardi, vers minuit, à Ampasika, fokontany d’Anosimasina, commune rurale de Bemasoandro. Le nombre des assaillants encagoulés n’est pas connu. Deux millions cinq cent mille ariary, deux sacoches contenant de couvertures et de bibles ont été emportés par les malfrats. Les victimes ont été transportées à l’HJRA.

Midi Madagasikara0 partages

HVM Atsimondrano : Au chevet de 500 personnes nécessiteuses

La population nécessiteuse d’Andohatanjona Itaosy ont fait la fête nonobstant les problèmes du quotidien. En effet, le HVM Atsimondrano a effectué, le 24 juin dernier, un don de riz blanc aux populations dans le besoin qui étaient au nombre de 500. Ce don n’est autre que la traduction de la décision issue du congrès régional effectué récemment à Tuléar durant lequel les membres du parti ont décidé de regarder dorénavant le côté social de la population. Après les familles en manque qui ont pu récupérer leurs vivres au Palais des Sports Mahamasina, et la population d’Andohatanjona, d’autres familles dans le besoin attendent également leur tour.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Deux gendarmes blessés dans un accident

Deux gendarmes de la Brigade de l’aéroport d’Amborovy ont du être évacués d’urgence à l’hôpital après avoir été blessés dans un accident de la circulation. Le drame s’est produit le 25 juin vers 17h30 quand ils étaient sur route pour rejoindre en moto leur lieu de travail. Leur moto a été percutée par une automobile qui avait un problème de frein. Fortement endommagée, la moto est presque réduite en un tas de ferrailles. Le choc a brisé la pare-brise et les phares de la voiture. Selon les informations, l’état de santé des deux gendarmes n’est plus à craindre après avoir reçu les soins nécessaires. L’enquête est en cours.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Tapatapany

Toliara : Tovovavy iray nilaozan’ny olon-tiany, maty namono tena tamin’ny fanafody. Tsy nahantaty ny fandaozan’ny olon-tiany tampoka azy ity tovovavy iray 19 taona, ka nitelina fanafody maromaro nanaperany ny androm-piainany. Raha ny fantatra dia lasa nanaraka vehivavy iray mpizahatany efa nahazoazo taona any ivelany ity lehilahy sakaizany, ny talata teo. Ankona ny rehetra, omaly naraina, fa ny vantana mangatsiak’ilay tovovavy namoy fo tsy nisy aina intsony no novantanin’ny havany tao amin’ny efitrano fatoriany, hoy ny vaovao.

 Mahajanga : Mpangalatra iray maty nataon’ny mpianatry ny Oniversiten’Ambondrona fitsaram-bahoaka.  Omaly naraim-be, tokony ho tamin’ny roa ora, tratra ambodiomby teo am-pangalarana finday, ity tovolahy iray, ka nentin’ny mpianatra teo ampovoan-kianja filalaovam-baolina nanaovana fanadihadiana tsotsotra, saingy teo dia efa nandeha ny daroka sy vono ary tora-bato, ka nahafaty an’ity voatondro ho mpangalatra. Taorian’izay, dia nosamborin’ny mpitandro filaminana ny mpianatra roa tompon’ny entana nangalarina. Mitaky ny hamoahana ny namany nosamborina anefa ireo mpianatra, ary mandrahona ny hanao fitokonana raha tsy havoaka izy ireo.

 RN 44 : Olona 3 maty vokatry ny fifandonan’ny fiara. Nitrangana lozam-pifamoivoizana nahatsiravina namoizana ain’olona indray tamin’ny lalam-pirenena faha-44 mampitohy an’i Moromanga sy Ambatondrazaka, afak’omaly tokony ho tamin’ny 2 ora sy sasany tolakandro. Fiara Mazda sy Renault Express no nifandona 4km miala an’i Moramanga.

 Ambositra : Dahalo iray matin’ny fokonolona, iray hafa notapahin-tanana. Dahalo roa lahy no tra-tehaky ny fokonolona teo am-panaovana ny asa ratsiny, tao Antanamahalana Ambositra, afak’omaly alina. Matin’ny fitsaram-bahoaka ny iray, ary notapahin’ny mponina kosa ny tanana ankavian’ny malaso iray. Raha ny vaovao voaray, dia nanafika tranon’olona ireo dahalo, ka rehefa voasambotra teny am-pitsoahana ny roa dia izao tsy namelan’ny fokonolona izao raha tsy nitondra faisana. Taorian’ny fanadihadiana nataon’ny mpitandro filaminana dia fantatra fa avy any Antsirabe izy roa lahy ireto, no tonga nanafika tany Ambositra. Fa tany amin’ny Distrikan’ Ambatofinandrahana kosa, dia dahalo miisa 10 no voasambotry ny mpitandro filaminana noho ny fanatanterahana ny hetsika “Operation Mazava”.

Nangonin’ i Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Processus électoral : Vers l’audit international des listes électorales

Le cadre de concertation entre la Ceni ou commission électorale nationale indépendante et les partis politiques s’est tenu, hier, à Alarobia, à son siège. N’ayant pas réuni, comme à l’accoutumée, nombreux politiciens, ceux qui étaient présents n’ont pas manqué de le constater et le soulever. Et pourtant, le cadre de concertation d’hier a été axé, en général, sur l’élaboration du code de conduite des politiciens en période électorale et la conduite par la Ceni du processus électoral. Sur ce point, il est mis à la connaissance du public que le code de bonne conduite élaboré en octobre dernier par les partis politiques prévoit, entre autres, des sanctions jusqu’à cinq ans de suspension dans la politique des politiciens qui transgressent les textes en vigueur en matière d’élection ; il y a également la garantie de l’égalité de chance des candidats durant les campagnes électorales à travers la répartition égalitaire des temps d’antennes sur les médias nationaux et les dépenses conséquentes.

Audit international. Hery Rakotomanana, président de la Ceni, a réitéré l’engagement de la commission « à organiser des élections libres, justes, transparentes, crédibles et acceptées par tous » tout en reconnaissant la difficulté des missions de la Ceni car, estime-t-il, « il est véritablement très difficile de gagner la confiance de tout le monde ». Sur ce point, les listes électorales en sont une parfaite illustration. A Madagascar, et surtout lors des dernières élections, l’on a pu constater plusieurs anomalies au niveau de ces listes telles que l’inscription (toujours) des noms des personnes décédées ou l’omission des jeunes qui ont tout juste atteint l’âge de 18 ans. Pour éviter que cela se reproduise une fois de plus en 2018, la Ceni a pris un nouveau dispositif. « Après les révisions annuelles des listes électorales (RALE) pour la période 2016-2017, nous sommes actuellement au stade de l’audit interne de ces listes électorales. Mais il n’y a pas que cela, viendra également l’audit international », a informé Hery Rakotomanana. Et quid des listes électorales issues des prochaines RALE ? « Nous espérons que cela aura lieu », a-t-il répondu. Quoi qu’il en soit, le président de la Ceni exhorte tout un chacun à avoir en sa possession toutes les recommandations des parties prenantes concernant l’amélioration du cadre légal des élections, les textes relatifs aux élections et les différentes réalisations de la Ceni, en consultant le site web de la commission www.ceni-madagascar.mg .

Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Football / COSAFA Castle Cup 2017 : Un nul entre Madagascar – Zimbabwe

Dans la rencontre entre les deux leaders du Groupe B, Madagascar et le Zimbabwe au Cosafa Castle Cup disputé hier au Stade Royal Bafokeng, Afrique du Sud, le match s’est soldé sur un score nul et vierge partout. Pourtant, les Malgaches ont dominé la première partie de la rencontre. Les premières actions chaudes pour Madagascar ont survenu à la 28e minute quand Boura n’a pas pu bien exploiter un centre en retrait de Tantely. À la 30e minute, un une-deux entre le capitaine Ando et Rinjala a engendré le premier tir de Madagascar. De retour des vestiaires, les Malgaches passent à la vitesse supérieure. A la 53e minute, Bila a eu un tir cadré, mais, heureusement le portier adverse était là. Une minute plus tard, Rinjala a vu son tir passer au dessus de la barre. Mais la réplique ne se fait pas attendre. A la 55e minute, le filet de Leda a failli trembler sur une tête de d’Ovidy Karuru. À la 79′, Leda a une nouvelle fois dégagé en corner un coup franc direct d’Ocean Mushure. En dépit de nombreuses occasions de part et d’autres, les deux équipes ont quitté le terrain sur un match nul. Zimbabwe reste toujours provisoirement en tête.  Lors de la première rencontre, les Barea de Madagascar ont eu le dessus des Seychelles sur le score de 2 buts à 0 avec un but d’Ardino Raveloarisaona (45’) et de Rinjala Raherinaivo (75’).

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

TAEKWONDO : Atsimondrano a dominé les joutes d’Alasora

La coupe de l’indépendance 2017 du Madagascar international Taekwondo Federation M ITF a abouti à une domination des combattants de Vontovorona Atsimondrano au combat ou matsogi. En tul ou kata, les clubs de Vakinankaratra, d’Antananarivo-Renivohitra et d’Avaradrano se sont partagé les titres. Toutes les catégories d’âge ont participé à partir de 4 ans. Cela s’est tenue à Alasora le 24 juin dernier. Sous la houlette de Ri Yong Son, le M-ITF de Madagascar est dirigé par Rasamimanana Andriamisaina.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara0 partages

Ordre National Malagasy : Vers un bras de fer entre la Présidence et le Parlement

Les députés pourraient tenir tête au chef de l’Etat.

La nouvelle délibération de la loi n°012/2016 demandée par le président de la République risque de faire exploser la majorité présidentielle au Parlement.

« Le président de la République promulgue les lois dans les trois semaines qui suivent la transmission par l’Assemblée nationale de la loi définitivement adoptée. Avant l’expiration de ce délai, le président de la République peut demander au Parlement une nouvelle délibération de la loi ou de certains de ses articles. Cette nouvelle délibération ne peut être refusée. » C’est en vertu de ces dispositions de l’article 59 de la Constitution que le président Hery Rajaonarimampianina a renvoyé à l’Assemblée nationale la loi n°012/2016 du 02 juin 2016 instituant l’Ordre National Malagasy. Cette loi fraîchement adoptée par les députés et les sénateurs a été déjà transmise à la Haute Cour Constitutionnelle pour contrôle de conformité à la loi fondamentale. Après Ambohidahy, ladite loi a été envoyée à la Présidence de la République pour promulgation. La où le président Hery Rajaonarimampianina a constaté une entorse à l’article 58 de la Constitution qui stipule que le président de la République confrère les décorations et les honneurs de la République. Autrement dit, l’octroi des décorations et des honneurs de la République fait partie des pouvoirs exclusifs du chef de l’Etat.

Commandeur de l’Ordre national. Or, la nouvelle loi sur l’Ordre National Malagasy prévoit qu’une fois élus ou désignés, les députés et les sénateurs ont d’office droit au moins au grade de Commandeur de l’Ordre national. Si des parlementaires ont déjà ce grade, ils peuvent accéder au grade supérieur à celui qu’ils possèdent. C’est le cas par exemple pour le député Jao Jean qui, si les députés et les sénateurs campent sur leur position, sera élevé au grade de Grand Croix de Deuxième Classe. Le projet de loi élaboré par le gouvernement n’a pas prévu cette « exception » revendiquée par les parlementaires. Mais, ces derniers ont amendé ce projet de loi en y incluant des dispositions qui semblent remettre en cause le pouvoir exclusif et discrétionnaire du président de la République. A l’Assemblée nationale, les députés seront amenés à partir d’aujourd’hui à réexaminer les dispositions controversées de la loi n°012/2016 du 02 juin 2016. A entendre les réactions des députés qu’on a pu contacter hier, ils sont prêts à aller jusqu’au bout. La loi en question pourrait atterrir demain au Sénat. Visiblement, la nouvelle délibération sur la nouvelle loi relative à l’Ordre National Malagasy risque de constituer une source de bras de fer entre le président de la République et les parlementaires. A suivre.

Eugène