Les actualités à Madagascar du Lundi 29 Mai 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar753 partages

Tsarahonenana – Un politicien subit une vindicte populaire

Samedi, la population de Tsarahonenana s’abat sur un membre du parti politique du régime soupçonné d’avoir détourné des aides financières au fokontany.

C’est le ras-le-bol dans le fokontany de Tsarahonenana. Un politicien était à bout de force samedi, suite à une punition sanglante du peuple. Ce dernier l’a roué de coups après qu’il est sorti de sa maison le matin, selon un témoin local. Toujours d’après les explications, la victime a été impliquée dans des affaires de détournement de fonds, au niveau du fokontany. « Des aides financières valant des millions d’ariary ainsi que des vivres octroyés par différentes organisations non gouvernementales (ONG) avaient été accaparées », a indiqué un enseignant.Les forces de l’ordre se sont dépêchées sur les lieux pour le constat et les investigations. Une source proche de l’enquête a signalé que la victime n’a pas encore pu être entendue à cause de ses blessures et de son état de santé. « Elle se trouve toujours à l’hôpital et suit des soins intensifs », a-t-elle souligné. La foule furieuse avait été dispersée après avoir livré le politicien à une vindicte populaire. Aucune arrestation n’a toutefois été confirmée par les éléments de la gendarmerie qui se sont diligentés sur les lieux d’assaut. La famille de la victime promet d’aller déposer une plainte à la gendarmerie contre les assaillants.

RapportUne source au sein des deux ONG partenaires du fokontany de Tsarahonenana a appris que ces dernières ont réclamé la semaine dernière, un rapport écrit des infrastructures construites depuis le mois de décembre 2016. « Cela n’a pas pourtant été remis au jour prévu, voire, aucun résultat », a-t-elle regretté. Une inspection requise par les partenaires sera menée à partir de cette semaine, selon la meme source.La victime fait partie d’un parti politique proche du régime, mais aucune version du comité local n’a pas encore été avancée. La population locale aurait attendu un changement des leaders au sein de son quartier, si l’on s’en tient aux dernières recommandations pour l’année 2017 reçues par une ONG collaboratrice.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar406 partages

Jeunesse – La prostitution attire les lycéens

Les jeunes se lancent à la prostitution. Les réseaux sociaux, à l’exemple de facebook, favoriseraient cette activité.

Selon le rapport du réseau international Ecpat France en 2016, dans le cadre de l’exploitation sexuelle des mineurs à des fins commerciales, la prostitution des mineurs s’est développée à Madagascar.En 2013, les enfants déscolarisés se prostituent dans les rues. Actuellement, les lycéens s’introduisent dans des maisons de divertissements. «De nos jours, les lycéens se lancent aussi dans la prostitution mais cela  se manifeste souvent dans les maisons de karaoke», confirme Honoré Rafalimaro, chargé de mobilisation sociale et communautaire au sein de l’Ecpat France.Les réseaux deviennent un moyen de contact rapide dans le monde de la prostitution. « L’utilisation de facebook favorise les rencontres entre client et prostituée. Les filles font une comparaison et désignent les clients. En effet, certains offrent beaucoup d’argent et d’autres ne dépassent pas les 10 000 ariary. Avec une invitation dans les salons de massage, les prix remontent jusqu’à 50 000 ariary », ajoute t-il.Selon l’enquête menée par l’Ecpat, seulement un parent sur dix est au courant des activités de leurs enfants sur facebook.

Contrainte« Sur cent cinquante jeunes issus d’Antananarivo et Nosy Be enquêtés, les jeunes entre 15 à 17 ans sont les plus influencées et sont victimes d’exploitation sexuelle. Toutes les catégories sont incluses : les scolarisés et déscolarisés », explique toujours Honoré Rafalimaro. Ces trois dernières années, la prostitution des garçons apparaissent dans notre pays, d’après l’Ecpat France.L’Esec existe à Madaga-scar, sous toutes ses formes : la violence sexuelle intrafamiliale, le mariage précoce ou l’exploitation sexuelle des enfants dans le tourisme et le voyage, la pornographie mettant en scène les enfants.« Il y a une méconnaissance des lois. Nous avons commencé à former des hommes de lois dans les régions de Madagscar afin de les éclaircir sur ces sujets», affirme Arisoa Ambinina Raveloharison, chargé de travail social à l’Ecpat. La loi de 2007-038 sur la traite des personnes à des fins commerciales a été modifiée à travers la loi 2015-040. De plus, des nouveaux termes comme la pédopornographie n’apparaissent plus dans cette réforme.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara341 partages

Analanjirofo : Taolan-dava 107 namidy 600.000 ariary

Araka ny vaovao azon’ny polisy ny FIP Toamasina, dia nanao ny fanaraha-maso ny lalam-pirenena sy tonga tany Ampasibe Onibe izy ireo nitady ireto voalaza fa mpangalatra taolam-paty. Tao anatin’izany dia tratra am-bodiomby niaraka tamin’ny vata roa nisy taolam-paty izay saika taolan-dava mbola vao avokoa izy ireo izay 107 teo ny isany.

Ingahy Rakotoarivelo 28 taona mponina ao Antenina sy ingahy Pascal Pasy mponina ao Sahateza Raimbato, izay samy ao amin’ny kaominin’Ampasimbe Onibe izy ireto. Nokasaina hamidy teto Toamasina araka ny hiraka nampanaovin’izany ingahy “Milive” avy any Ambovombe monina ao Mangarano Stadium ihany izy ity, ka mitetina 600.000 ariary ny kilao saika nivarotana azy tamin’izao halatra taolam-paty izao. Araka ny fanazavan’i Rakotoarivelo sy Pascal Pasy hatrany dia tsy izy ireo no namaky ny fasana tamin’ny fangalarana ireto taolambalo ireto, fa mbola nanarama olona ihany koa, ka ny fivarotana ilay taolan-dava vao misy ny fandoavam-bola, izay hoe saika fasan-drazan’ireo nirahina ireto taolam-paty tratra ireto, izay tsy mbola fantatra iza marina ireto fianakaviana tratran’ny vaky fasana ireto. Eo am-pikarohana ireo naman’izy roa tratra ireto ny polisy amin’izao fotoana izao. Ankoatra izay, dia nomarihan’ny komandan’ny FIP Toamasina, ny kaomisera Rafaliarivo Jules, fa tsy hanaiky lembenana amin’ny fanasoketana azy sy ny polisy ary ny olom-panjakana eto Toamasina, ataon’ingahy Rico sy Tojo Rakotonirina amin’ny alalan-ny tamban-jotra “facebook” amin’ny fanelezana vaovao tsy marina.

Efa mandeha ny fikarohana sy ny fanadiadiana ka tsy ho ela dia hisy ny vokatra, satria efa eto Toamasina ireo mpitandro filaminana mahay manokana mikasika ny “cyber-criminalite”. Mbola nomarihany ihany koa fa vonona hatrany ny polisy eto Toamasina hiaro ny vahoaka sy ny fananany, na eo aza ny fanaratsiana sy ny fanasoketana mahazo azy ireo isan’andro…

Malala Didier

Midi Madagasikara253 partages

Education Nationale : Des enseignants peu formés répartis dans la Grande Ile !

Les représentants de la Banque Mondiale et du MEN lors d’un atelier de concertation vendredi dernier.

Le manque d’enseignants compétents et disposant du savoir-faire en matière de pédagogie fait partie des causes de la dégradation de la qualité du système éducatif malgache.

 « Une grande partie des enseignants à Madagascar n’ont pas été formés académiquement et pédagogiquement ». Ce sont là les propos d’un représentant de la Banque mondiale qui résument au mieux la situation actuelle qui prévaut au niveau de l’éducation nationale malgache.  Une situation qui est le fruit de nombreux « essais » et « tâtonnements » sur le « bon système éducatif » par les régimes succecifs. Et la situation ne pourrait s’améliorer pour les années à venir car sur les dix milles enseignants non fonctionnaires recrutés par le ministère de l’Education Nationale, environ 2,5 % seulement sont détenteurs de CAPEN ou Certificat d’Aptitude Pédagogique de l’Ecole Normale. C’est-à-dire les seuls qui sont aptes à enseigner aux enfants si l’on se réfère aux normes. La situation est pourtant autre, des personnes en manque de compétences s’occupent de l’avenir de millions d’enfants malgaches. Ce qui peut laisser présager l’avenir de la Grande-Île. Le financement d’un montant de 46 millions de dollars prévu par la Banque Mondiale au système éducatif malgache tenterait de faire basculer les choses.

Destinée. En cours de préparation et étant prévue pour être débloqué d’ici au mois de décembre prochain, ledit financement aurait pour but le renforcement des capacités des enseignants  et des directeurs d’établissements dans la gestion de leurs écoles. A cet effet, le financement a pour but de permettre un encadrement des enseignants. Car selon un représentant de la Banque Mondiale, le manque d’enseignants compétents engendre un effet négatif sur l’apprentissage et donc sur l’avenir des enfants malgaches. Le financement a également pour but d’appuyer les directeurs d’école dans la gestion de leurs établissements. Une façon de les aider à mener à bien leur travail. Par ailleurs, et toujours dans le cadre de l’amélioration du système éducatif malgache, un autre financement d’un montant de 55 millions de dollars (soit 1072 milliards d’ariary) est prévu par la Banque Mondiale pour l’éducation fondamentale. Ledit financement devant permettre de soutenir l’apprentissage des enfants de 3 à 5 ans. Les enseignants étant les socles du système éducatif, le projet de renforcement de leur capacité est tout à fait légitime et prioritaire pour l’avenir du Pays. L’on pourrait donc s’attendre à une réelle amélioration du système éducatif malgache d’ici peu… si le financement est utilisé à bon escient !

José Belalahy

Midi Madagasikara193 partages

Ambatoaranana : Saika niharan’ny fitsaram-Bahoaka ny hehiben’ny zandary

Teo no nandrasan’ny olona ilay zandary (Sary Malala Didier)

Lasa leo zandary ireo vahoaka ao Ambatoaranana, sy ny manodidina azy, noho ny zava-misy, satria tsy natao hiaro ny vahoaka ny fananany intsony izy ireo fa manao fanararaotam-pahefana mandroba indray ny fananan’ny tantsaha; hany ka tsy misy afa-tsy ny 25% ny vokatra sisa no misy na faha-03 amin’ny vokatra lavanilina ny ao Ambatoaranana izay mamokatra 3 taonina isan-taona. Tamin’ny fanadiadiana ifotony natao tany an-toerana dia betsaka amin’ireo tantsaha no sahy nijoro tamin’ny nanjo sy niainany, na fantatra izy ireo ny hanjo azy taorian’izao fijoroana vavolombelona izao. Teo ny lefitra ny ben’ny tanana ao Ambatoaranana, Atoa Kalo Sylvain, izay nosaivaina trano noho ny tondro molotra nefa tsy mpamboly na mpanangom-bokatra; Atoa Martin izay nosamborina sy nentina teo amin’ny fitsarana raha niharo ny lavaniliny sisa na halatra, saingy nohafahan’ny fitsarana izy nefa teo am-pamerenana ny lavaniliny araka ny didim-pitsarana ny zandary dia tsy nisy afa-tsy 50kg tamin’ny lavaniliny 170kgs no mba tafaverina  taminy, ny vadiny Rtoa Perline aza naratra noho ny daroky ny zandary nandritra izany; Atoa Zakaria kosa dia nakan’ireo zandary vola 200.000 ariary ny tenany noho ny fiarovany ny lavaniliny 05kgs sisan-jiolahy ihany koa.

Ny tena mahavariana amin’ity raharaha lavanilina ao amin’ny distrikan’i Fenerivo atsinanana ity, dia ireo mpibizina afaka manofa zandary miaraka aminy, tsy misy sahy manakana sy mandeha ho azy avokoa, tahaka ity fiara 4×4 fotsy nitondra lavanilina 850kgs tao anatiny, nefa mpitandro ny filaminana in-03 no misava vao tonga ao Fenerivo atsinanana. Leo tanteraka amin’ny ataon’ny zandary ny tantsaha sy ny vahoaka ka lasa mahery fihetsika; isany nampiharan’izy ireo izany ny fisamborana olona nataon’ny lehiben’ny zandary eto Toamasina sy ireo ekipa nentiny niisa efatra ny talata 23 may teo. Nanaovan’ny olona sakana ny lalana niverenany nisambotra olona roa voalaza fa mpividy lavanilina, raikitra noho izany ny tora-bato sy ny sakoroka, ka voatery nampiasa ny basy tany aminy ireto zandary nanaparihana ny tantsaha nanakana tamin’ny tifi-danitra.

Raha ny angom-baovao anefa dia ny 20 jona izao vao hisokatra ny fihotazana sy fividianana lavanilina ao Fenerivo atsinanana, Vavatenina, Soanierana ivongo ary Sainte-Marie; mandra-pahatonga izany anefa hatahorana ny lavanilina 25% sisa tavela amin’ny ataon’ny zandary sy ireo mpiray tsikombakomba aminy. Ny volana jolay kosa izany ho an’i Mananara sy maroantsetra…

Malala Didier

Midi Madagasikara167 partages

Ankadindramamy : Nifanenjehana ilay mpamily mamo nanitsaka olona roa

Tsy namelan’ny zandary raha tsy voasambotra ilay mpamily nahavanon-doza izay nitondra Land Rover. Teo Ambohimangakely PK 6+400 no nanomboka ny fifanenjehana ka teny Ankadindramamy vao voasambotra ilay lehilahy 33 taona izay saika hihazo ny fonenany eny Ankadivato raha ny fihevitry ny mpitandro ny filaminana. Mamo izy ary nanitsaka olona roa 18 sy 22 taona ary tsy vitan’izany aza fa mbola nandona fiaran’olona nipetraka antsisin-dàlana koa. Tsy nijanona izy rehefa nitranga ny loza fa kosa nanohy ny diany ary mainka aza nirifitra. Nisy nampandre ny zandary ary niezaka nanao ny fanarahana ilay fiara. Teo amin’ny mifanandrify ny hotely Ravinala no sarona ilay fiara nitsoaka. Nosamborina avy hatrany ny mpamily ary nentina teny amin’ny poste avancé etsy Soamanandrariny. Koa satria anefa teny Ambohimangakely no nitrangan’ny loza dia nentina tamin’ny birao miandraikitra iny faritra iny ny tenany. Nafindra tao amin’ny biraon’ny zandary Soamanandrariny ary natomboka avy hatrany ny fitazomana sy fanadihadiana azy. Ny harivan’ny zoma no nisehoan’ny lozam-pifamoivoizana noho ny hamamoana. Nentina teny amin’ny Hjra sy Befelatanana ireo naratra. Mbola noho ny hamamoana ihany koa no nahatonga ny lozam-pifamoivoizana iray hafa teny Mahitsy, eo amin’ny tetezana izay fividianan’ny olona saribao. Fiara Renault 5 iray izay nentin’ny lehilahy 47 taona no nandona olona iray. Tapaka ny tongotra roa an’ny voadona ary vaky tanteraka ny lohany. Nentina tao amin’ny hopitaly ao Bejofo ny naratra mba ho fanavotana ny ainy ary notazomina ao amin’ny borigady Mahitsy kosa ny nahavanon-doza. Mbola ny zoma alina ihany koa no nitrangan’izany. Mbola lozam-pifamoivoizana iray hafa ihany koa no nitranga tetsy amin’ny fikaran’i Tsimbazaza mihazo an’Ankadilalana omaly. Io indray dia fiara Peugeot 206 no nandona andrin-jiro izay noho ny hamafisan’ny fifandonana dia nianjera. Potika tanteraka ilay fiara kely miloko mena ary naratra mafy ny mpamily azy. Ny pôlisy misahana ny fanadihadiana momba ny lozam-pifamoivoizana (BAC) no nanazava fa tokony ho tamin’ny dimy ora no nitranga ny loza saingy mbola tsy fantatra mazava kosa izay tena antony. Nohamafisin’io loharanom-baovao io kosa fa tena voa mafy ny saofera. Marobe arak’izany ny lozam-pifamoivoizana nitranga teto an-drenivohitra sy ny manodidina azy ary ny tena nitarika izany dia hamamoana no betsaka.

D.R

Midi Madagasikara117 partages

Présidence du HVM : Rivalité latente entre ministres et proches du président

Voahangy Rajaonarimampianina (au second plan derrière Rivo Rakotovao et Jaobarison Andrianarivony) aurait-elle son mot à dire lors des élections des nouveaux membres du bureau politique du HVM ?

Le « Hery Vaovao ny Madagasikara » aura son premier bureau politique élu début 2018 au plus tard.

L’actuel bureau politique du parti au pouvoir a trois ans aujourd’hui. Il a été mis en place le 29 mai 2014 et a été officiellement présenté le même jour au Carlton Anosy. Ce bureau politique a été constitué sans élection. Les 13 membres qui le composent ont été désignés en fonction des postes qu’ils occupaient au sein du régime et de leurs origines géographiques. Il s’agit de Rivo Rakotovao (président national), Jaobarison Randrianarivony (vice-président), Rachid Mohamed (vice-président), Tata Ambroise (vice-président), Henri Rabary Njaka (secrétaire général), Paul Rabary (secrétaire général adjoint), Razanadrakoto Herisoa (trésorière), Ulrich Andriatiana (trésorier adjoint), Arsène Rakotoarisoa (conseiller),  Nicole Andrianarisoa (conseillère), Hugues Ratsiferana (conseiller), Kolo Roger (conseiller) et Anicet Andriamosarisoa (conseiller). Entre-temps, les donnes ont changé. Au moment de sa nomination, Rivo Rakotovao était numéro deux du gouvernement, actuellement il est relégué à la troisième place. De même, Kolo Roger était encore à Mahazoarivo au moment de sa désignation au sein du bureau politique du HVM. Quant à Henri Rabary Njaka, il était directeur de cabinet du président de la République lors de la mise en place du bureau politique du parti au pouvoir,  actuellement il ne l’est plus. Tata Ambroise a démissionné de son poste de vice-président. Et Ulrich Andriatiana ne fait plus partie du gouvernement.

Nouvelles donnes et nouvelle équipe. D’après nos sources, le parti au pouvoir aura son premier bureau politique élu au plus tard début 2018, qui est d’ailleurs une année électorale, avec les présidentielles en décembre. A l’allure où vont les choses, la constitution de cette nouvelle équipe dirigeante ne pourrait pas tenir compte des nouvelles donnes politiques et gouvernementales qui s’installent. Il y a eu d’ailleurs un moment où le président national Rivo Rakotovao était en disgrâce vis-à-vis du locataire d’Iavoloha, ce qui a expliqué le fait qu’il n’est plus le numéro Deux du gouvernement, une position que Narson Rafidimanana dont la côte de confiance vis-à-vis du chef de l’Etat monte ces derniers temps, vu ses réalisations au sein de son département ministériel, occupe depuis le dernier changement gouvernemental. L’actuel ministre auprès de la Présidence en charge des projets présidentiels, de l’Aménagement du territoire et de l’Equipement, serait bien parti pour siéger à la présidence du HVM. Mais Narson Rafidimanana ne serait pas sans adversaire. Paul Rabary, qui est toujours aux commandes au ministère de l’Education Nationale, et Jaobarison Andrianarivony, qui fait toujours également partie du cercle restreint des conseillers spéciaux du président de la République, seraient aussi en bonne position. Ulrich Andriatiana, qui viserait un poste d’ambassadeur, et Henri Rabary Njaka, qui est devenu simple proche du président de la République, auraient peu de chance . Bref, le chamboulement n’est plus loin au sein du parti au pouvoir. Le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » serait même confronté à une guerre intestine qui ne serait aplanie que par la consigne de celui ou de celle qui tient les commandes à Iavoloha.

R.Eugène

Midi Madagasikara96 partages

G5 : Une finale en émoi, la carrière commence là

Les 5 membres du G5. (photo Nary)

La finale de l’émission G5 sur une télé privée a été un grand moment lors de ce week-end. Manantsoa, Nathan Gabri, Larry et Tojo raflent la finale. Une nouvelle vie s’ouvre à eux.

Emotion au maximum samedi, alors que les finalistes du jeu de téléréalité G5 se sont disputés les 85 premières places pour faire partie de ce nouveau « boys band » totalement fabriqué sur mesure pour répondre aux attentes des potentiels fans qui ont suivi l’émission depuis des mois maintenant. Toute la mise en scène, diffusée sur la chaîne de télé organisatrice, a été impressionnante, à la fois pour les candidats, mais aussi pour le public et bien sûr pour les fans. Les sept gars ont chanté en groupe, histoire de montrer que malgré tout, ils ne font… ou ne feront plus qu’un à la fin du jeu. Puis une prestation en individuelle pour faire l’étalage de chaque performance. Chant, danse, prestation scénique, de quoi séduire les fans. Et puis, chaque candidat a chanté « la » chanson qui l’a le plus marquée durant le jeu. La séquence émotion était à son comble.

Album. Au bout de quelques heures de prestation, le jury a donné son verdict : Mahery a ravi la première place. Un résultat bien mérité, à en croire les opinions, car le garçon a tout pour devenir un artiste de grande envergure, remplissant les conditions pour faire une carrière prometteuse. Manantsoa prend la 2e place, Nathan Gabri en 3e position, Larry en 4e et Tojo pour la 5e marche. Ils bénéficieront d’un accompagnement pour le développement de leur carrière, avec l’enregistrement d’un album et une tournée promotionnelle qui débutera à Toamasina, le tout pour une valeur de 100 millions Ar. Les deux malheureux perdants ne feront pas partie du G5 mais seront tout de même épaulés par les organisateurs.

Anjara Rasoanaivo

Tia Tanindranaza88 partages

Fanonganam-panjakanaHo raikitra amin’izay ?

Miala any indray ny fitakiana politika mikendry ny fiaraha-mitantana ny firenena noho ny fiheveran’ireo mpanao politika nivory tetsy Andrainarivo ny faran’ny herinandro teo fa tsy tokony ho ny HVM irery intsony no hitantana ny firenena

. Nilaza mihitsy ny vondrona vaovao “Hery ho an’ny Fanovana”, ahitana ny Dinika Fanavotam-Pirenena (DFP) tamin’ny alalan’i Tolojanahary Maharavo na Doudou fa ao anatin’ny 10 andro no hamitana ny sata hifanarahana amin’ny fiaraha-mitantana izay hampahafantarin’izy ireo ny sehatra iraisam-pirenena. Sinema indray ity sa vonona amin’ny zava-drehetra na inona na inona ataon’ny mpitondra ireto ? Vonona amin’ny fanonganana sy fandrodanana izao fitondrana izao ve ireo mpanao politika raha toa ka minia midingin-drambo sy tsy hanaiky lembenana amin’ny fiaraha-mintantana ny HVM ? Raha ny lojika politika mantsy dia tsy hanaiky lembenana ny fitondrana Rajaonarimampianina izay lany tamin’ny fifidianana demokratika. Efa maro ihany izay nilaza handrodana ny fitondrana izay fa tsy nisy tafavoaka ary mbola resaka no betsaka. Tsy azo tsinontsinoavina kosa ny fanehoan-kevitra sy fanehoan-kery narahina fanambarana goavana tahaka ireny fa efa mety manana ny hoenti-miatrika sy manatanteraka ny tanjony izy amin’ny fandrodanana ny mpitondra eto amin’ny firenena ; fandrodanana izay tsy voatery hoe hitrangana gidragidra sy poa-basy.Efa niaraha-nahita rahateo ny fanonganana ny filoha Rajaonarimampianina nataon’ny depiote herintaona mahery lasa izay saingy ny HCC no nanavotra an’ingahy filoha. Na ireo hery politika sy mpanao politika sokajiana ho manana ny tanjany eto amin’ny firenena aza efa somary miandany sy mankasitraka ny fanambaran’ity vondrona vaovao ity. Manampy trotraka ny hetsika sendikaly tombanana hirarakopana amin’io herinandro io, izay midika fa mafampana tanteraka ny toe-draharaha.

Toky R

 

 

 

Midi Madagasikara87 partages

Qui sont nos hommes politiques ? : Christine Razanamahasoa « La IVe République est la moins performante e...

La coordonnatrice nationale du groupe politique MAPAR est notre invitée ce jour pour la rubrique « qui sont nos hommes politiques ? ». Magistrate du premier grade à la retraite, elle est mariée et mère de quatre enfants. Elle a également six petits-enfants. La députée de Madagascar élue dans le district d’Ambatofinandrahana qui n’a pas sa langue dans sa poche a notamment déclaré ce qu’elle aime et ce qu’elle déteste dans la vie. « Je suis attachée aux valeurs suivantes et j’essaie de les appliquer dans ma vie quotidienne, bien que la perfection n’est pas de ce monde: la tolérance, la charité, la sobriété et l’honnêteté. Au-dessus de tout, j’aime ma Patrie. Je déteste les mensonges, l’hypocrisie et toutes formes d’infidélité ».

Mémoire. Quant à son meilleur et mauvais souvenir, l’ancienne conseillère à la Cour suprême de Madagascar de confier que « Mon meilleur souvenir reste la victoire de la Révolution Orange de 2009. Sinon, un mauvais souvenir qui reste gravé dans ma mémoire est celui d’une période où  j’ai dû me séparer de ma petite famille – mon mari et mes 3 enfants en bas âge – pour suivre un traitement médical d’une longue maladie. La perte subite de mon frère préféré, un officier de l’Armée Malagasy ainsi que celle de mes sœurs, demeurent un douloureux souvenir ». Pour ce qui est de son plat préféré, « Etant Malagasy et native de la région de l’Amoron’i Mania où poussent les tapias (arbres endémiques), j’apprécie particulièrement les « zana-dandy » des tapias à la viande de porc. Figure également parmi mes plats préférés, le « vary sosoa mena » accompagné du traditionnel « kitoza ». Sinon parmi les plats occidentaux, j’ai un faible pour les carpaccios de poisson ».

Insécurité. A propos de sa carrière politique, ce qu’elle envisage dans un futur proche et à l’avenir se résume en une seule phrase,  « En vue des prochaines échéances électorales, je me mets à la disposition de mon parti politique ». L’ancien ministre de la Justice n’a pas manqué également de parler de l’insécurité qui sévit dans le pays « J’ai connu les quatre Républiques mais celle que nous traversons est la moins performante en matière de gouvernance. Les tenants du pouvoir ne sont pas à même d’assurer la protection ni la promotion des droits fondamentaux de la personne. L’insécurité est à son état extrême, le pouvoir n’arrive pas à juguler la recrudescence des vindictes populaires. Et par voie de conséquence, on ne saurait espérer le développement  du pays ». Par ailleurs, lors de son passage au ministère de la Justice, elle a notamment participé à la mise en place de nouvelles Cours et juridictions ainsi que la création de nouveaux établissements pénitentiaires. En outre, elle a également concouru à l’élaboration de plusieurs textes législatifs et réglementaires dans le cadre de la politique générale de l’Etat, entre autres, la loi d’amnistie, loi sur la Cour électorale spéciale, loi sur le contrôle et le suivi de l’application de la Feuille de route et la loi sur la mise en place du conseil national des droits de l’homme.

Recueillis par Dominique R.  

Midi Madagasikara86 partages

Air Madagascar – Air Austral : L’accord de partenariat stratégique en cours de finalisation

Les compagnies aériennes Air Madagascar et Air Austral peaufinent les contours du partenariat stratégique. La finalisation de l’accord est en bonne voie.

 « La phase de négociation exclusive sera bouclée dans les prochains jours, avant de procéder à la signature du contrat de partenariat stratégique, dans le courant du mois de juin. Cette phase finale a été appuyée par une série d’évaluations et de vérifications (due diligence) portant notamment sur les finances, les ressources humaines, les opérations et le système d’informations de la compagnie malgache », explique-t-on de source auprès de la compagnie.

 Grandes lignes. La même source de rappeler que « les grandes lignes du business plan pour le redressement de la compagnie aérienne nationale ont été présentées aux différentes parties prenantes, dont les employés, au cours de ce mois de mai. « Ce plan prévoit notamment une première phase de redressement d’une durée de trois ans (2017-2020), afin qu’Air Madagascar puisse renouer avec les bénéfices. La seconde phase (2020-2027) sera une phase de croissance, tablant à terme sur un chiffre d’affaires de 420 millions de dollars, avec un taux de rentabilité de 4,6% ».

Elément central. En tout cas, les collaborateurs sont considérés comme un élément central de ce partenariat. Les dirigeants de la compagnie Air Austral et son équipe ont insisté sur l’apport majeur que le personnel d’Air Madagascar sera amené à jouer dans le redressement de la compagnie malgache. « Nos domaines d’expertise sont complémentaires. Il s’agit de valoriser les compétences de chacun. Dans ce projet, le personnel d’Air Austral ne se substituera pas à celui d’Air Madagascar. Les forces vives de chacun seront chez lui. Il y aura certainement des échanges dans des instants particuliers, par exemple sur les volets financiers ou informatiques. Inversement, en termes de maintenance, vous avez les compétences et certains atouts dont nous pouvons bénéficier », a affirmé Joseph Brema, Directeur Général d’Air Austral lors de sa rencontre avec les employés.

Plusieurs étapes. Après la signature du protocole d’accord, début avril, entre la compagnie Air Austral « preferred bidder » et l’Etat actionnaire d’Air Madagascar, plusieurs étapes ont été accomplies. L’Etat malgache s’est penché sur les différents schémas de traitement du passif net de la compagnie. Les deux parties ont également poursuivi les négociations afin d’affiner les dispositifs finaux du business plan pour le redressement effectif de la compagnie malgache. Ce business plan final fera encore l’objet de rencontre avec les employés dans les jours prochains. Bref, « Toutes les conditions sont réunies pour permettre aux deux parties de finaliser l’accord de partenariat. D’une part, les investissements annoncés par la compagnie réunionnaise, prévus pour un montant de 40 millions USD, sont d’ores et déjà assurés. D’autre part, l’Etat malgache dispose désormais des garanties nécessaires concernant l’apurement du passif net de la compagnie nationale », précise-t-on du côté du Conseil d’Administration d’Air Madagascar. A noter que l’État malgache restera actionnaire majoritaire dans le cadre de ce partenariat stratégique ».

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara52 partages

Infrastructures numériques : « Smart Africa » présenté à Madagascar

Les représentants de Smart Africa avec le ministre Neypatraiky Rakotomamonjy.

Vingt pays africains s’unissent dans le projet Smart Africa pour réduire la fracture numérique. Pour l’Afrique Subsaharienne, cette alliance compte réunir 300 milliards USD, d’ici 2020, pour les infrastructures et les équipements numériques.

 Une conférence sur la transformation numérique s’est tenue, le 26 mai dernier, au Carlton Anosy. Organisé par le ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique, ce partage a été animé par le Dr Hamadoun Touré, Directeur Exécutif de Smart Africa, et non moins ex SG de l’Union Internationale des Télécoms (UIT) pendant dix ans. En effet, ingénieur en système satellite, membre non exécutif du conseil d’administration d’Immarsat depuis mars 2015, Dr Touré est actuellement l’un des africains les plus influents dans le domaine des télécoms. La conférence de vendredi dernier, présidée par le ministre Neypatraiky André Rakotomamonjy portait sur le thème : « La transformation numérique d’un pays, partage d’expériences » ; et s’était déroulée en présence d’une centaine de personnes, issues du secteur privé et public mais du domaine des TICS.

Africa First. Tous les acteurs de l’économie numérique sont unanimes quant au caractère stratégique des TIC, dans le processus de développement des économies africaines. Pour sa part, le Dr. Hamadoun TOURE  a partagé sa vision de l’Afrique de demain. « Africa First » cette ode est l’objectif des projets avancés par l’alliance que forme plus de 20 pays africains qui ont décidé de se réunir pour vaincre la fracture numérique, dans l’optique de « transformer l’Afrique en un marché unique numérique », connu sous le sigle : Smart Africa.

« Nous avons atteint un milliard d’habitants vivant sur le continent africain. Si nous voulons que ce milliard d’individus soit connecté, allons-nous importer 1 milliard de tablettes, de laptops, de smartphones ? N’est-il pas indispensable que l’Afrique commence à se donner les moyens d’attirer les industries numériques sur son territoire, pour que les équipements internet, les logiciels, les produits “hardware” soit produits dans les pays africains ? La révolution numérique africaine ne se fera pas sans une nouvelle révolution industrielle. Et cela commence par la création d’un marché numérique commun, parce que 54 États africains qui se tournent le dos ne parviendront jamais individuellement à être suffisamment attractifs pour attirer des investissements industriels massifs et créateurs d’emplois », a-t-il soutenu.

Piliers. Les pays africains de la Smart Africa Alliance comptent lever 300 milliards USD pour connecter l’Afrique sub-saharienne aux travers d’infrastructures et équipements TIC clés. Afin de permettre la croissance économique et la création d’emploi dans le secteur du numérique et de domaines qui s’y rattachent, Smart Africa prévoit 5 piliers (la politique, l’accès, l’e-gouvernement, le secteur privé / entrepreneuriat, le développement durable), catalysés sur 4 axes d’actions concrètes, dont l’innovation, la communication/promotion,  le renforcement des capacités, la mobilisation des ressources.

Avancées. La place des jeunes, la parité dans la société, le self-estime, la rigueur, ainsi que la volonté du concret, ont été évoqués, avec un message destiné pour la Grande Ile. « Madagascar est un des pays africains, dotés des meilleurs outils et équipements quand nous parlons d’Autorité de régulation (…) sans compter le nombre de jeunes malgaches qui ont un talent sans pareil dans le domaine de l’ingénierie et des Tics (…) Que Madagascar soit ou non membre de Smart Africa, le pays doit pouvoir s’inspirer de notre vision et ne pas attendre que les autres avancent pour soi. Il faut agir dès maintenant ! (…) Chaque pays membre a son projet phare, et nul doute que si Madagascar intègre un jour Smart Africa, nombreux sont les types de projets qui pourront être développés », a indiqué l’expert.

Résultats. Dans le cadre de ses activités, Smart Africa a déjà permis de mettre en place le free roaming africain qui a été opérationnel le 31 mars 2017, sur un réseau unique permettant d’appeler et recevoir des appels au tarif local sans taxes supplémentaires.  Neuf pays africains ont déjà adopté cette nouvelle pratique.

Antsa R. 

Midi Madagasikara51 partages

Examen INFA : 683 candidats à recruter !

L’examen d’admission au sein de l’INFA tant attendu, approche à grands pas. Il aura lieu au mois de juin, plus précisément les 19,20 et 21, selon les dires du DG, Dupont Herilala. Le DG de rappeler : « Tous documents relatifs et les termes de référence aux examens peuvent être retirés au niveau des bureaux régionaux du ministère des Fonctions publiques. » Ainsi, l’envoi des dossiers par poste ne serait plus obligatoire… « Les responsables régionaux les prendront en charge », toujours selon les propos de Dupont Herilala. Cette procédure constitue une première à Madagascar, tout en étant un défi pour les organisateurs, attendus au tournant. Un accord sera signé conjointement par l’INFA et le BIANCO (Bureau Indépendant Anti-corruption) dans le but de garantir la transparence dans le déroulement du concours et la fiabilité des résultats.

Un nombre important de ministères étant à la recherche de nouvelles recrues (pour ne citer que celui de l’Agriculture, l’Environnement, etc.), ce chiffre n’est pas le fruit du hasard. A l’approche des examens, le DG saisit l’occasion de rappeler que l’élaboration d’un nouveau « curricula de formation » est sérieusement envisagée ; de même que la mise en place d’un parc informatique, avec la mise en exergue des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication). Par ailleurs, la situation de ceux qui s’approchent de la retraite sera particulièrement considérée. Cette aspiration à la modernité et la performance prend tout son sens dans l’atteinte des objectifs fixés par le ministre de la Fonction Publique, Maharante Jean de Dieu : faire de l’INFA un établissement de référence pour la Fonction Publique, à Madagascar comme dans l’Océan Indien.

Luz R.R

Midi Madagasikara48 partages

Fetin’ny maman’ty : Carton plein pour les humoristes

Honorat et Eric ont été décorés par le ministère de la Culture. (Photo Nary)

Succès sur toute la ligne, les deux spectacles « Fetin’ny maman’ty » ont affiché complet deux jours de suite. LH Pro prévoit d’organiser les prochaines éditions au Coliseum à Antsonjombe.

De surprise en surprise. Déjà la satisfaction de voir la foule remplir chaque siège et chaque millimètre carré des quelques milliers de places d’Antsahamanitra pour LH Pro, organisateur du Fetin’ny maman’ty. Mais aussi la reconnaissance du ministère de la Culture qui a fait « Officier de l’Ordre du Mérite des Arts et des Lettres » à Luc Hervé, organisateur, Francis Turbo, Honorat et Eric. C’était tout simplement un grand jour pour ces messieurs. Mais dans le quotidien, ceux qui font leur joie sont certainement leurs fans. Samedi et dimanche, les humoristes stars de la place ont fait rire tout le monde. Pas une seule minute de répit, ils ont assuré le spectacle. Un déguisement en « femme » pour faire honneur à maman et rien que dans le look, tout le monde s’esclaffe. Et chacun d’entre eux joue le jeu.

Antsonjombe. Succès sur toute la ligne donc pour LH Pro, qui, depuis quatre ans, organise ce spectacle. La semaine dernière, ils étaient à Antsirabe, et ce week-end, c’était tout Antsahamanitra qui a applaudi les artistes. Plus de billets, le spectacle s’est joué à guichet fermé, et deux fois d’affilée. De quoi motiver l’organisateur quant aux prochaines éditions. Car pour 2018, le « Fetin’ny maman’ty » se fera au Coliseum à Antsonjombe. Ceux qui ont du rebrousser chemin hier, faute de billets, seront avertis et à la fois rassurés. Le meilleur reste à venir !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara37 partages

Ambanja : Sinoa roa lahy voatafika tao an-tranony

Mpanangom-bokatra no asan’izy ireo. Ireny dingadingana ireny no vidiana ao amin’ny fokontany antsoina hoe Ankofafahely, ao Ambanja. Ny zoma teo dia nidiran’ny jiolahy efatra nitazona antsy lava izy ireo ary norahonana tamin’izany. Tokony ho tamin’ny telo ora maraina no niditra avy eo amin’ny varavaran-kelin’ny efitrano fidiovana ireo olona rehefa tsikaritr’izy ireo fa natory ny mpiambina. Norahonana ny Sinoa dia nasaina nanome ny vola rehetra izay nisy tao an-trano. Raha araka ny fanampim-panazavana momba ity raharaha ity dia mitentina 14 tapitrisa ariary ny vola azo tao amin’ilay trano. Isan’ny mijaly ny mpandraharaha madinika satria lasibatry ny jiolahy matetika izy ireo eto amintsika. Indrindra amin’izao vanim-potoan’ny lavanila sy ny jirofo izay hisokatra tsy ho ela izao ka efa manomboka tonga any an-toerana ny mpandray vokatra mijerijery izay hovidina. Ny samy mpitoetra ao an-tanàna aza dia tsikaritra koa fa misy amin’izy ireo no lasa mifamono noho ny herin’ny vola. Tsy vitsy izay mpangalatra lavanila maitso izay niharan’ny famonoana ho faty izay. Torak’izany ihany koa, ireo noheverina ho manam-pahefana kinanjo mitatitra vokatra tsimoramora avy amin’ny fanamparam-pahefana…

D.R

Midi Madagasikara29 partages

Conflit foncier à Ampefy : 167 personnes expulsées de leurs habitations

Un conflit foncier dans la commune d’Ampefy. (Photo d’archives)

Le directeur régional du ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la

Promotion de la Femme (MPPSPF) de Miarinarivo s’est rendue le 25 mai dernier au village

d’Ambatoasana du Fokontany Miadanandriana Moratsiazo, dans la commune d’Ampefy. Suite à l’exécution d’un récent jugement de la Cour d’Appel relatif à un conflit foncier, 26 maisons on été démolies : 167 personnes sont directement concernées. 27 d’entre elles sont sans-abris, 27 habitent dans des logements démolis partiellement, 15 sont hébergées par le Fokontany et 85 chez leurs voisins ou leurs familles. L’historique du foncier remonte à soixante ans en arrière. En 1957, sept chefs de familles ascendants des habitants du village d’Ambatoasana ont formé un groupe pour demander une réquisition de terrain domanial. En 1983, suite à un conflit interne, trois d’entre eux ont été écartés du groupe.

Forte délégation. Un premier jugement prononcé en 1996 autorise l’expulsion de leurs familles. Mais suite à l’intervention du président de la République de l’époque, venu sur place avec une forte délégation, l’expulsion n’a pas été exécutée. L’affaire a connu un rebondissement avec un nouveau jugement rendu tout récemment par la Cour d’Appel, toujours en faveur du groupe. Les autorités locales, notamment du District de Soavinandriana, ont organisé une réunion de toutes les parties concernées en vue de trouver une solution à l’amiable. Mais aucun accord n’a pu être trouvé et les opérations de démolition ont démarré le 10 mai dernier  avec les conséquences décrites ci-dessus. Le directeur Régional du MPPSPF n’a cessé de lancer un appel au calme et à l’apaisement, lors de ses rencontres avec les autorités et les représentants des camps opposés.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara29 partages

Solibad Days 2017 : La promotion du badminton en milieu scolaire lancée

Le Solibad Tour Challenge a été un succès pour BAOBad dans la politique de vulgarisation du badminton.

Un des acteurs majeurs du badminton à Madagascar, le club BAOBad Badminton Club poursuit ses actions. Lancé en mars 2015, BAOBad a signé la charte Solibad qui a engagé le club non seulement dans la promotion su badminton avec fair-play et sportivité mais aussi de soutenir les jeunes badistes issus des milieux défavorisés. Ainsi, depuis 2015, le club participe aux Solibad Days, journées internationales pour la promotion du badminton et des actions humanitaires de Solibad. Plus de 45 pays y participent tous les ans comme l’Inde, la Chine ou l’Espagne. Et Madagascar n’est pas en reste avec les actions originales menées par BAOBad.

Découverte. Plusieurs manifestations ont été prévues entre autres une séance de découverte du badminton et  le Solibad Tour Challenge, pendant tout le mois d’Avril. Au menu : Zumba’minton à l’échauffement, initiation d’un minimum de base technique, et jeux : l’objectif étant de faire passer le virus comme il se dit dans le milieu. Les écoles pourront par la suite intégrer le badminton en tant qu’activité parascolaire, voire créer leurs propres clubs de badminton avec l’appui de BAOBad. Une séance a été organisée au Lycée Français d’Antananarivo sous l’égide des coachs du club BAOBad. Totalement séduits, les séances de badminton en tant qu’activité parascolaire au Lycée Français vont se mettre en place tous les samedis. Les meilleurs badistes pourront rejoindre le club BAOBad pour un accompagnement plus adapté aux joueurs en compétition. L’école Arimbahy a également pu bénéficier d’une première séance de découverte. La communauté Ismaelienne à Tanjombato a également fait appel au club pour l’organisation d’un tournoi de découverte dans le cadre de leur JIOI2017. Occasion pour les membres de cette communauté d’apprendre les règles du badminton et comment organiser un tournoi. BAOBad va par la suite l’accompagner dans la mise en place d’un club de badminton avec comme objectif de former des joueurs performants pour leur rencontre annuelle et internationale à Dubaï.

1000 raquettes. BAOBad a également organisé une séance de découverte du badminton à l’Université d’Antananarivo. Ainsi pas moins de quatre clubs pourraient voir le jour dans les mois à venir suite au Solibad Challenge Tour. Et cela n’est qu’un début puisque vu le succès du concept des séances de découverte, le club BAOBad continue d’en organiser avec tous ceux qui souhaitent s’initier au badminton. Ainsi une séance de découverte a été planifiée pour ESCAME en collaboration avec la Fédération Malagasy de Badminton, le Sporting Club Itaosy, le Lycée Saint Michel Itaosy dans l’objectif de créer le Badminton club ESCAME. Il en est de même à l’Ecole Active Internationale où les élèves âgés à peine de 6 à 12 ans qui ont participé à la découverte en redemandent sérieusement. A ce rythme, le nombre de pratiquants de badminton va fortement progresser. Le succès du projet 1 000 raquettes pour Madagascar initié par BAOBad va répondre au problème de matériels, il est maintenant primordial de faciliter à l’accès aux gymnases pour que ces actions de vulgarisation soient réellement bénéfiques.

Recueilli par T.H

Tia Tanindranaza28 partages

Praiminisitra MahafalyManambitamby an’ireo silamo

Nanokatra ny volan’ny Ramadan tetsy amin’ny Moske 67 ha ny sabotsy ireo mpino silamo. Tonga nanotrona teny an-toerana ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier.

 Nitondra fanomezana toy ireo entana ilaina amin’ny andavanandro dia  vary 7 kitapo, lafarina 10 kitapo, siramamy 5 kitapo, menaka 5 baoritra, ronono 2 baoritra ary macaroni 2 baoritra ihany koa ny tenany ho fanampiana ireo mpino hahatontosa ity fankalazana ity. Manaja ny fahasamihafana ara-pinoana amin’ny maha fanjakana laika azy ny governemanta Malagasy, hoy ny praiminisitra, ary mila avahana ny atao hoe finoana silamo sy ny fihetsika mahery ara-pinoana (integrisme religieux). Ity farany, hoy izy, dia tsy azo ekena ary efa mandeha amin’izao fotoana ny fanadihadiana, indrindra, ireny fikambanana ara-kolontsaina tsy ara-dalàna ireny. Manodidina ny 4 tapitrisa isa amin’izao fotoana izao ireo mpino silamo eto amintsika, izany hoe ny 18%-n’ny Malagasy.

Mirija  

L'express de Madagascar22 partages

Fêtes des Mères – L’association des femmes ADN aide les vulnérables

L’association des femmes Arche de la Nation (ADN)  donne leur appui aux mères. Ses membres ont remis des vivres à des familles vulnérables du quartier de Tsimbazaza, samedi. «De telle activité est opérée pour que les mères de famille puissent célébrer la fête. D’autant plus, sensibiliser les femmes à prendre en main leur avenir fait partie de notre programme», indique un communiqué envoyé dans le cadre de cette donation, hier.Ces mères membres de l’ADN ont eu pour cible les personnes âgées de ce quartier, ainsi que les orphelins pris en charge au centre des sœurs Nazaréennes à Tsimbazaza. Au total, quatre vingt treize familles et soixante quinze enfants ont bénéficié de ces vivres. Ceux-ci sont composés entre autres de riz, de légumes secs, des bonbons et des biscuits. Cette association a tenu à informer que ce n’est pas la première activité qu’elle a effectuée. « Nos membres et celles qui en ont grand besoin ont bénéficié des formations sur la couture», précise le communiqué.L’association des femmes ADN remercie particulièrement Edgard Razafindravahy, le chef de file national de ce parti politique. « Il nous a fait confiance et nous a poussées à aider nos concitoyens », cite Francia Raharinavalona, chef de file de l’association des femmes ADN à Antananarivo, dans ce communiqué. Elle invite celles qui souhaitent soutenir les femmesP à remplir le rang de l’association, pour rehausser la valeur des femmes à Madagascar.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara21 partages

Batou Beach Ambohimanambola : Ambiance soft et folk Pour le lundi de Pentecôte

Poopy sera à l’animation pour ce lundi de Pentecôte.

Le week-end de la Pentecôte s’annonce festive. Les organisateurs événementiels sont sur le qui-vive pour proposer les meilleures affiches pour attirer le public. Au Batou Beach Ambohimanambola, pour le lundi de Pentecôte, c’est toute la famille qui sera ravie de passer toute une journée de détente : au programme, des jeux, de la bonne gastronomie et surtout de la musique. Dès 10h, les premières notes du groupe légendaire Lôlô sy ny Tariny, car à l’animation, Bebe, Benny, Sammy et Sefo feront tout le répertoire du groupe. Histoire de faire monter l’ambiance dès la matinée. Masikita et les canettes, avec modération bien sûr, pour chanter en chœur et les « Hono ho’aho, an’iza hoy aho ? » qui racontent justement ces sorties en pique-nique familiales. En début d’après-midi, place aux femmes avec Poopy, qui va chavirer le cœur de ces dames. Depuis près de deux ans maintenant, Poopy refait surface et reprend ses tubes d’antan. De quoi replonger tout le monde dans la nostalgie. Mais pour ce lundi de Pentecôte, elle entonnera certainement d’autres chansons plus entraînantes, histoire de faire danser tout le monde !

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara18 partages

Bonne fête à toutes les petites mamans sans exception !

Jour heureux que celui de la Fête des mères. Pères et enfants font tout pour que la joie règne et que la Mère soit reine. Cependant, tout n’est pas si rose comme la fleur qu’on lui offre, il est bien des cas où la fête leur rappelle des malheurs qu’elles endurent (et pas seulement chez les petites gens).

Bonne fête à toi petite maman, toi qui es entourée de tes enfants et de ton mari qui t’aiment.

Bonne fête à toi petite maman, toi qui es entourée de tes enfants qui t’aiment et dont le mari n’est jamais là.

Bonne fête à toi petite maman, pourvoyeuse de devises du barman de papa.

Bonne fête à toi  petite maman, punching- ball favori de ton mari.

Bonne fête à toi petite maman, toi qui es entourée de tes enfants qui t’aiment et dont le mari est parti, hélas faire d’autres mamans ailleurs.

Bonne fête à toi petite maman dont le mari souhaite la même fête à d’autres mamans en ce même jour.

Bonne fête à toi petite maman dont l’enfant engendré n’a pu voir le jour.

Bonne fête à toi petite maman dont le mari n’est plus ainsi que tes enfants disparus avant toi.

Bonne fête à toi petite maman, dans les bras de ton mari avec vos rêves d’enfants que vous n’avez pu avoir.

Bonne fête à toi petite maman dont le bon dieu a fait femme mais pas toujours mère.

Bonne fête à toi petite maman biologique renommée X, parce que tu as abandonné ton enfant, malgré toi.

Bonne fête à toi petite maman appelée mère adoptive. 

Bonne fête à toi petite maman ignorée de la fête des mères.

Bonne fête à toutes les petites mamans exclues de cette « fête commerciale » des mères qui fait mine d’ignorer leur solitude et qui ne les interpelle pas pour ne pas les blesser davantage.

M.Ranarivao

News Mada17 partages

TIC : la création d’un marché numérique commun en vue

« L’enjeu du marché numérique dans les pays africains », c’est autour de ce sujet que le ministère des Postes, des télécommunications et du développement  numérique (MPTDN) a organisé une conférence le 26 mai dernier à l’hôtel Carlton.

«La transformation numérique d’un pays, partage d’expérience », tel a été le thème de la conférence menée le président du projet « Smart africa » et ancien secrétaire général de l’Union internationale des télécoms, Hamadoun Touré sous la houlette  du ministre Neypatraiky André Rakotomamonjy.

Le développement de l’économie numérique est devenu stratégique pour la croissance en Afrique, d’après les acteurs des TIC présents à cette conférence. Hamadoun Touré a également saisi l’occasion pour présenter les projets en cours dans ce domaine, entre autres  le projet « Smart Africa », lancé par l’alliance de 20 pays africains qui ont décidé de se réunir pour vaincre la fracture numérique et à « Transformer l’Afrique en un marché unique numérique ».

D’après Hamadoun Touré, « L’Afrique compte un milliard d’habitants actuellement. Il est indispensable que le continent commence à se donner les moyens d’attirer les industries numériques sur son territoire. Cela commence par la création d’un marché numérique commun ». Celui-ci de poursuivre que « La coalition des 54 Etats africains est nécessaire pour attirer des investissements industriels massifs et créer des emplois ».

Connecter l’Afrique sub-saharienne

En effet, les pays africains de la Smart Africa Alliance comptent lever 300 milliards de dollars pour connecter l’Afrique sub-saharienne au travers d’infrastructures et équipements TIC clés. Ce projet prévoit cinq piliers, à savoir la politique, l’accès, l’e-gouvernement, le secteur privé et le développement durable qui seront catalysés par quatre actions, notamment  l’innovation, la communication et la promotion, le renforcement des capacités et la mobilisation des ressources.

Pour le cas de Madagascar, la place des jeunes, la parité dans la société, le self-estime, la rigueur, la volonté du concret, tous ces points ont été abordés lors de la rencontre. Le président du projet Smart Africa a poursuivi dans ce sens que « Madagascar est un des pays africains dotés des meilleurs outils et équipements en termes d’Autorité de régulation ( …) sans compter le nombre de jeunes Malgaches qui ont un talent dans le domaine de l’ingénierie et des TIC (…) Que Madagascar soit ou non membre de Smart Africa, le pays doit pouvoir s’inspirer de cette vision. Chaque pays membre a son projet phare et nul doute que si Madagascar intègre un jour Smart Africa. Nombreux sont les types de projet qui pourront être développés ».

Riana R.

 

Tia Tanindranaza17 partages

Manindry mafy ireo gadra politika fahinyFampihavanana aloha vao fifidianana

Nanatontosa ny fihaonambe nasionaly ny sabotsy teo teny amin’ny Telozoro Andrefanambohijanahary ny FEDeP (Fédération des Ex-Détenus Politiques de Madagascar).

 Vontoatin’ny fihaonana ny fifanakalozana sy fampitam-baovao teo amin’ireo mpikambana manerana ny faritany 6. Efa tontosa hatreto ireo andininy vitsivitsy voalazan’ny tondrozotra mikasika ny fampihavanam-pirenena izay fepetra napetraky ny fianakaviambe iraisampirenena toy ny fanendrena ireo olona 9 ao amin’ny komity hitsonga ireo mpikambana eo anivon’ny CFM (Conseil du Fampihavanam-pirenena Malagasy), araka ny fanehoan-kevitra teny an-toerana. Efa nandefitra rahateo ny fikambanana tamin’ny tsy fahitana olona avy amin’ny FEDeP tao anatin’ny komitin’ireo manampahaizana namolavola ny lalàna velona momba ny fampihavanam-pirenena na koa ireo komity hisafidy ireo mpikambana 22 handrafitra ny CFM, araka ny fanazavana. Takian’ireo gadra politika kosa noho izany ny tsy maintsy hanatanterahana ny fampihavanam-pirenena mialoha ny fifidianana amin’ny taona 2018. Tompon’andraikitra feno amin’ny tranga mety hiseho moa ny fanjakana raha miziriziry hanao fifidianana tsy hampihavana ny samy Malagasy, hoy ny filohan’ny fikambanana Rakotomalala Henri.

Ramano F.

 

Midi Madagasikara17 partages

Grande Braderie : Prochaine édition au mois d’août

Une grande foule lors de la Grande Braderie.

Rideau sur la Grande Braderie de Madagacar. L’événement commercial de Madavision a pris fin hier au Palais des Sports avec un bilan plutôt positif. Une fois de plus, la Grande Braderie de Madagascar a enregistré une affluence record. Rappelons que c’était une édition spéciale fête des mères. La majorité des participants sont sortis satisfaits de cette édition où ils ont réalisé en seulement 5 jours, des chiffres d’affaires de plusieurs semaines. Les visiteurs eux, ont également affiché de la satisfaction dans la mesure, où globalement, les stands ont appliqué à la lettre l’obligation d’au moins 15% de remise sur tous les produits vendus au Palais des Sports. En tout cas, pas mal de familles ont préféré la Grande Braderie pour faire leurs achats de fête des mères. La prochaine édition de la Grande Braderie de Madagascar est prévue au début du mois d’août.

R.Edmond

L'express de Madagascar11 partages

Infrastructures – Les routes font souffrir le Vakinankaratra

Pour démontrer que l’État malgache ne reste pas les bras croisés face aux problèmes endurés par la population, le ministre auprès de la présidence en charge des Projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2PATE) est descendu dans le Vakinan­karatra, le week-end dernier. Narson Rafidi­manana est passé par Antanifotsy où il a pu constater de visu l’état délabré de la route communale de 26 km qui la relie à Ambohi­topoina. « Cette portion de route se fait en cinq jours », rapportent les habitants. « Il nous est impossible de faire sortir nos produits. En plus, l’insécurité grandissante nous inquiète au plus haut point », ajoutent-ils.Le ministre a ainsi promis d’améliorer la situation. Des cases des élèves de l’école de l’église luthérienne d’Antanifotsy ont été victimes d’incendie, et des vivres et produits de première nécessité leur ont été offerts. À Ambatomiady, le ministère a offert du riz car nombreux sont victimes de grêlons. La route y est également  catastrophique. « La réfection des routes communales dans cette partie d’Ambato­miady sera réalisée par système HIMO », a annoncé le ministre Narson Rafidimanana.En outre, son ministère prévoit de réhabiliter quelques écoles telles que celles d’Am­boa­vaha et d’Antsahanan­driana, ainsi que les CEG, construits à mains propres par la population locale, mais lesquels nécessitent une importante rénovation. Le passage à Ambohimandroso, a permis la pose de la première pierre de  la clôture du terrain de sports. Enfin, le M2PATE prévoit l’extension de la ville d’Antsirabe à Antsoatany, une commune située non loin de la ville dans le district d’Antsirabe II. La descente a permis de cerner la faisabilité technique du projet.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara10 partages

Basket-ball Championnats de Madagascar : MB2ALL et ASCB Boeny champions !

L’équipe de MB2ALL sacrée chez les filles.

Les filles du MB2All et les Majungais de l’ASCB ont justifié qu’ils sont les favoris dans leurs catégories.

 Les titres de champion de Madagascar de Basket-ball des dames de la N1B et des garçons de moins de 20 ans sont revenus respectivement à MB2All et l’AS Boeny au terme des finales intenses qui ont charmé le public du gymnase Soavita de Toamasina. 

M BALL à remporté haut la main la finale de la N.B Dames grâce à Faneva, un petit bout de femme dont le talent est inversement proportionnel à sa taille.

L’ASCUT était pourtant devant jusqu’au milieu du quatrième quart, temps par 44 à 41 mais sortie d’on ne sait où, Faneva ajuste un tir magistral à trois points. Le tournant du match en fait car le MB2All a ensuite pris le devant pour gérer son avantage et conclure la partie par 53 à 46.Un écart qui fit dire au coach du MB2All, Ndranto Tagg Rakotonanahary que le niveau s’est nettement amélioré. A preuve, il y avait de très bonnes joueuses même dans les rangs de l’ASCUT notamment Angeles sa, Carène, Sambatra et Mali.

Chez les garçons, la partie a pris l’allure d’un mélodrame pour l’ASCUT rejointe à 2 minutes de la fin par l’ASC Boeny et se faire corriger par 67 à 64.

Tout avait pourtant bien commencé pour les Tamataviens transcendés par la présence dans la loge officielle de leur président d’honneur, le ministre Narison Rafidimanana. Et avec le talent de Nantenaina, le meilleur du lot, l’ASCUT parvient à dominer le sujet.

En face par contre, les Majungais parviennent à surnager grâce à l’international Elie et Faralah intraitables sous les panneaux. 

Deux atouts qui ont d’ailleurs permis à Mahajanga de ravir un autre titre. Dans les matches pour la troisième place, BBC Ambositra a battu les dames de l’OTIV Ambatondrazaka par 65 à 55 tandis que les Antsirabéens du BCHFF Soma s’imposaient par 83 à 62 devant US Fianarantsoa. 

Clément RABARY

Midi Madagasikara9 partages

Stage self défense : Les participants satisfaits

La photo de famille des participants.

« Je suis satisfait du déroulement du stage avec l’affluence des participants de toutes disciplines. Cela aurait été mieux si la formation s’était déroulée un jour férié. Les participants étaient très assidus et réactifs », a expliqué le sensei Teliav Geffroy vendredi au Gymnase de Mahamasina. Ils étaient une trentaine  dont des karatékas, des boxeurs, des kickboxers, judokas et taekwondoins à participer au stage. Une formation axée surtout sur le self défense. Des techniques de combat mieux adaptées au grand public. Parmi les stagiaires figurent l’ancien champion du monde de Muay-thaï Stéphane Rakoto, des anciennes gloires du taekwondo, Dimby Pharlin et Narinja Ramamantsoa et Gildas Zafindalana en kick-boxing. Ce stage a été organisé en collaboration avec l’association « Les Amis de Madagascar » ou Alamine. Comme annoncé, en 2018, le grand champion français Dominique Valera, 9e dan en karaté et 9e degré de full contact sera attendu au pays pour dispenser un stage et partager ses expériences aux férus des arts martiaux malgaches.

T.H

Midi Madagasikara9 partages

Seho : Le New Tech Event, L’événement Geek de l’année

Promouvoir les nouvelles technologies, c’est avoir un dialogue enrichissant avec les jeunes qui ont un potentiel incroyable. Ce premier salon dédié aux NTICs organisé par Seho se tiendra au Palais des Sports les 1, 2 et 3 juin prochains. Deux concours pour les jeunes seront au programme : un concours de développement de site web en 10h selon un thème défini et donné le jour du concours, et la 4e édition du Science Hack Day qui vise à construire et à réaliser un projet électronique ou un gadget technologique durant 48h. Mais ce ne sera pas tout, car ce salon vise à faire connaître les nouvelles innovations en matière de NTIC au grand public. Bien au-delà des ordinateurs, des téléphones mobiles et des autres services numériques, les NTICs sont de vraies révolutions qui appellent à un changement, notamment dans les grandes villes. Ce salon permettra de découvrir les talents malgaches.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara8 partages

Tennis – Open Premium BMOI : Véronique et Mamialisoa sacrées chez les dames

Eric et Stéphane s’imposent dans le groupe Steel masculin. (Nary)

De nouvelles reines, Véronique – Mamialisoa ont détrôné Fitia et Murielle chez les dames et s’offrent du titre.

Grandes favorites de la compétition dans le tableau féminin, le duo Fitia Randriamifidimanana (ComCo/ Pok Pok) et Murielle Rampanarivo (ESSAgro) ont raté de très peu leur troisième titre d’affilée. Le premier set a été enlevé par Véronique Boyaval (DMT Photo) et Mamialisoa Rahajarizaka (APC Ressources) par 4 à 3. Malmenées, les tenantes du titre ont rattrapé leur retard en s’imposant au second set par 4 à 2. Avec un set partout à la fin du temps imparti et comme stipulait le règlement, il a fallu passer à la « mort subite ». Sur un coup impressionnant de Fitia qui est sortie de la ligne, véronique et Mamialisoa se sont emparées du titre. Dans le tableau père et fils, la victoire finale est revenue au duo Hery et Haritiana Rajaonson (Masindray). Plus techniques que leurs adversaires, ils se sont imposés en deux sets à zéro devant Stéphane et Etienne Bruno (Madauto). Le premier set a été assez serré où le duo gagnant l’a remporté en 4 à 3. Le second set a été une simple formalité pour Hery-Haritiana avec un score sans appel de 6 à 1.  

Engouement. Avec vilngt équipes engagées réparties en deux poules, cette année en groupe Titanium et Steel, l’engouement des participants n’est plus à présenter. Dans le groupe Titanium, la finale a tenu en haleine le public du Country Club à Ilafy. C’est à l’issue de la « mort subite » après un set partout que Nantenaina Rakotobe (Ministère de l’Education Nationale) et Aro Rampanarivo (Cabinet dentaire Rampanarivo) se sont offerts le titre. Ils ont battu Jérôme Valentin (Telma) et Frédéric Wybo (Ultramaille) en 5/1 et 0/7. Dans le groupe Steel, Eric Lavergne (Casa Nou) et Stéphane Rajaonson (Links) ont battu les frères Lenny Burban et Matis Burban (Air France) en deux sets à 0, 4/3 et 5/1. Ces derniers âgés de 16 et 14 ans sont parvenus jusqu’en finale. « L’expérience a fait la différence. On a manqué de régularité et on a perdu des points importants qu’il fallait gagner. Ils sont plus puissants que nous », a expliqué les frères à l’issue du tournoi. Rideau alors sur cette édition 2017 du Premium Challenge BMOI.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Manœuvres à la direction du parti au pouvoir

Le parti au pouvoir tout comme l’opposition s’organise. Chaque camp essaie d’avancer ses pions, mais pour le moment, ce sont ceux qui soutiennent le président qui ont le vent en poupe. Néanmoins, au HVM, les appétits s’aiguisent et les rivalités ont du mal à se cacher.

Manœuvres à la direction du parti au pouvoir

Quoique l’on dise et quelque soient les critiques que l’on peut émettre vis-à-vis du régime, c’est bien le chef de l’Etat et son équipe qui sont maîtres du jeu politique pour l’instant. Comme ces derniers verrouillent bien le pouvoir et que la population manifeste beaucoup de réticence à descendre dans la rue, ils ont pour l’instant un boulevard devant eux. Les yeux se tournent donc vers le parti présidentiel qui va être à la manœuvre lors de l’élection présidentielle de 2018. Comme dans toute formation politique de cette importance, il existe une émulation pour ne pas dire une certaine rivalité entre les barons du parti. Jusqu’à présent, le président Rivo Rakotovao tenait fermement la barre, mais d’autres figures commencent à émerger. Certains noms circulent dans le microcosme. Il s’agit de ministres en exercice et de personnalités proches du pouvoir. Le HVM va renouveler son bureau au début de l’année prochaine. Ses membres seront élus. Donc, Il faudra qu’ils procèdent à une véritable campagne de séduction auprès des militants pour en faire partie. Il reste donc un peu plus de six mois pour arriver à convaincre. C’est surtout la présidence du parti qui va être le véritable enjeu de cette élection. Certains des candidats peuvent mettre en avant leur compétence et leurs réalisations. D’autres peuvent se prévaloir de leur promiscuité auprès du couple présidentiel. L’enjeu pour les uns et les autres est de taille. Celui qui sera à la tête du parti sera le chef d’orchestre de la campagne du président Hery Rajaonarimampianina. Il reste un peu plus de six mois pour que les tractations en coulisses aboutissent. D’ici là, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts et ce qui est vrai aujourd’hui ne le sera pas à ce moment là.

Patrice RABE

L'express de Madagascar7 partages

Assemblée Nationale – Un élargissement du pouvoir de la CENI proposé

Une proposition de loi faite par député Djaosera élargit les compétences de la Ceni dans l’organisation des élections. L’initiative réduit grandement le rôle du pouvoir Exécutif.

Exclusif. Une proposition de loi déposée par le député Irenée Djaosera, élu à Analalava, tend à attribuer exclusivement à la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) l’organisation des élections.L’initiative de l’élu d’Ana­lalava ne propose que d’amen­der deux articles de la loi concernant la Ceni, à savoir les articles 38 et 39. En cas d’adoption par les deux Chambres parlementaire, ces modifications proposées devraient donner les pleins pouvoirs à la Commis­sion électorale. Une proposition de rajout à la première partie de l’article 38 prévoit que la Ceni soit chargée « de gérer, dans le respect des normes et règlementations en vigueur, les crédits destinés aux élections ».Dans ce sens, la proposition ajoute un nouvel alinéa à cette disposition. Un paragraphe, qui propose que l’entité électorale ait aussi comme attribution « d’établir le budget des élections correspondant aux calendriers fixés, et que le gouvernement assure son insertion dans le projet de loi de finances initiale de l’année des scrutins ».Un autre alinéa, proposé en amendement à l’article 38, prévoit également que « la Commission électorale nationale indépendante fixe, par son arrêté, et publie par tous les moyens les calendriers électoraux, avant la deuxième session ordinaire de l’Assemblée nationale de l’année précédant celle des scrutins ». Une prérogative du pouvoir Exécutif, selon les textes en vigueur, d’après les responsables de la Ceni.

RéduitLa loi organique portant code électoral, entre autres, prévoit que « les collèges électoraux sont convoqués quatre-vingt-dix jours au moins avant la date du scrutin par décret pris en conseil de gouvernement (…) ». Concernant l’article 39 de la loi sur la Com­mission sise à Alarobia, la proposition de loi prévoit comme amendement de retirer la mention « avec le concours de l’État ».Cette disposition, en son état actuel, dispose que « la Ceni procède avec le concours de l’État », notamment, au recensement des électeurs, à la refonte ou la révision des listes électorales, la confection, impression et distribution des cartes électorales. La proposition d’amendement ajoute à l’article 39 que la Commission électorale procède « à toutes les opérations relatives aux candidatures ».Joint au téléphone, le député Djaosera concède que sa proposition de loi « réduit considérablement le pouvoir de l’Exécutif en matière d’organisation des élections ».Il explique toutefois que « c’est pour permettre à la Ceni d’avoir une véritable indépendance dans l’organisation et la gestion des élections ». L’élu d’Analalava ajoute que son initiative est dictée par un souci d’« égalité des chances des candidats, car tous, qu’ils soient au pouvoir ou non, connaîtront à l’avance le calendrier exact des votes (…). Il s’agit aussi d’assurer un apaisement post-électoral ».Que le calendrier électoral soit fixé par la Ceni est une recommandation largement soutenue par les participants aux ateliers organisés par la Commission l’année dernière. Des consultations des acteurs politiques, de la société civile et des médias en vue de la réforme du cadre juridique des élections.Un processus déjà engagé, et qui devrait accoucher d’avant-projets de loi à soumettre au pouvoir Exécutif. Aussi, certaines voix indiquent que la proposition de loi du député d’Analalava pourrait gêner la Ceni.« Le processus est déjà en cours. Une démarche parallèle pourrait ne plus être nécessaire, d’autant plus que cette proposition coïncide avec les recommandations faites durant les ateliers consultatifs », indique une source avisée. Les projets de texte pour réformer les élections ne devront pas être opérationnels avant la fin de cette première session du Parlement.L’initiative du député Djaosera pourrait permettre d’avoir une idée sur la position du gouvernement par rapport à certaines recommandations des ateliers de consultation.

Garry Fabrice Ranaivoson

News Mada4 partages

«Les nouvelles» disparaissant des kiosques : magouilles ou atteinte à la liberté d’expression ?

Depuis quelque temps, beaucoup s’étonnent que le journal «Les Nouvelles» disparaisse des kiosques et qu’il soit régulièrement introuvable auprès des crieurs et des lieux habituels des vente de journaux. Après constat, des personnes rafleraient tous les exemplaires du quotidien auprès des grossistes et des crieurs à Ankorondrano.  Leur modus operandi : ces individus se rendraient sur les lieux en voiture pour acheter tous les exemplaires auprès des grossistes et des crieurs, et proféreraient même des menaces au cas où ces derniers  refusent d’obtempérer.

Tout porte à croire que cette initiative n’est pas sans objectif. Cela a-t-il quelque lien avec des motifs politiques ? D’autant que ces derniers temps, ce ne sont pas les faits «intéressants» qui manquent ?

Et coïncidence ou non car il apparaît que ce genre d’opération est mené lorsque des annonces portant sur des avis d’appel d’offres fourmillent dans les colonnes du journal. Si tel est le cas, il semblerait que certains veulent empêcher que les informations sur ces offres parviennent jusqu’aux intéressés et éventuels soumissionnaires. Sous cette optique, il s’agit tout simplement d’une pratique peu recommandable, mais aussi et surtout préjudiciable pour le respect de la procédure d’obtention des marchés publics.

De surcroît, ce serait tout simplement porter atteinte à l’accès à l’information, dans la mesure où les journaux n’arrivent pas entre les mains des lecteurs.

Rakoto

 

News Mada3 partages

Fitondrana omby eto an-dRenivohitra : nahazo rariny ny MadaOmby tamin’ny fitakiana nataony

Nahomby ihany ny kaoperativa MadaOmby teo amin’ny fifanolanany tamin’ny fanjakana. 10 andro lasa izay somary sahirana ny tsena eto an-dRenivohitra tsy ampy famatsiana henan’omby ny tsena noho ny fitokonan’ny MadaOmby.

Nitokona tsy nitondra omby niakatra teto an-dRenivohitra nandritra ny andro maromaro, ny kaoperativa MadaOmby noho ny halatra na asan-dahalo miantraika amin’izy ireo, nitarainan’izy ireo koa ny fitakiam-bola ataon’ny zandary sasany amin’izy ireo. Noho izany rehetra izany, tsy ampy ny famatsiana henan’omby tamin’ny tsena maro eto Antananarivo sy ny manodidina ka nampisondrotra tampoka ny vidin’ny kilaon’ny hena hatramin’ny 11.000 na 12.000 Ar ny kilao raha manodidina ny 8.000 Ar izany teo aloha.

Roa andro nifanesy tamin’iny herinandro lasa iny, nifampiraharaha ny MadaOmby, niaraka tamin’ny tantsaha tompon’omby sy ny mpitantana ny faritra ao Bongolava. Niarahan’ny rehetra nanapaka ny hametrahana guichet unique avy amin’ny rehetra mikirakira ny sehatry ny fihariana omby. Hapetraka ao Tsiroanomandidy io guichet unique io hanamora ny fomba fiasan’ireo olona rehetra ireo, hisorohana izay mety ho fitakiana ataon’ny mpitandro filaminanana sasany eny an-dalana. Noraisina izao fepetra izao sady niarahana nanapaka mba hisian’ny mangarahara.

Manomboka izao izany, mahafanatatra mazava izay vola tokony haloany ireo mpijirika omby ireo. Tapaka eo anivon’ny faritra fa 12.000 Ar izao ny taratasin’omby iray. Fantatra avy amin’izany taratasy izany ny toerana fiavian’ilay omby sy ny olona nividy azy. Zava-dehibe ny fisian’io taratasin’omby io hialana amin’ny varotra omby halatra.

Araka izany, manomboka miverina tsikelikely amin’ny ara-dalàna izao ny famatsiana omby eto an-dRenivohitra. Manamafy hatrany ny kaoperativa MadaOmby mitaky amin’ireo mpitandro filaminana hisian’ny fandriampahalemana any amin’ny faritra manontolo, indrindra ny any ambanivohitra hiadiana amin’ny dahalo. Marihina ihany anefa fa ny isan’ny omby mihitsy eto no mihena. Mila politika vaovao mamaritra ny fiompiana azy any amin’ny faritra rehetra hampitombo ny taranany.

R.Mathieu

L'express de Madagascar3 partages

Secteur numérique – À la quête du marché océan Indien

Le groupement des opérateurs de la technologie compte rassembler en un seul bloc les acteurs du secteur pour ouvrir le marché au monde.

Ouverture, le développement du secteur des services de technologies de l’information et de la communication (TIC) à Madagascar se voit redonner un second souffle. C’est dans le cadre de la normalisation de ce marché des TIC dans la grande île que le groupement des opérateurs de la technologie de l’information et de la communication (Goticom) a présenté, hier, à la chambre des commerces et des industries d’Antaninarenina le lancement du projet pilote «Démarche Cluster TIC» que le groupement réalise avec le programme d’Appui à l’Emploi et à l’Intégration Régionale Procom de l’Union Européenne. Du fait même du sens de la démarche «cluster» visant à rassembler en un seul bloc les professionnels du secteur, l’objectif principal du projet étant de contribuer au développement du secteur des services TIC, se veut être un moteur de mutualisation des ressources et compétences des entreprises locales pour des projets à grande valeur ajoutée dans une démarche rassembleur des différents acteurs de ce secteur dans le pays, afin de permettre à ces derniers une facilité d’accès quant à la con­quête du marché régional de l’océan Indien, voire même au niveau international.

Exemplaire« Madagascar a des ressources et des potentiels mal exploités pour la plupart. Reste à cadrer le tout dans une politique de gestion et de gouvernance visant à capitaliser les bonnes prati­ques de la démarche cluster TIC », explique Dominique Bourgault, coordonnateur du programme Procom. La mise en œuvre du projet pilote s’effectuera au terme de onze mois. De février à décembre, quatre entreprises dont Ibonia, Ingenosya, Ambre Associates et Orchid System montreront l’exemple en apportant chacune ses compétences et maîtrises dans un esprit de complémentarité afin de mettre en avant les capacités des acteurs du numérique malgaches au niveau océan Indien lorsque ces derniers arrivent à former un seul bloc. « La démarche régionale est déjà engagée pour faire connaître le Cluster TIC malgache chez nos îles voisines, notamment à l’île Maurice et prochainement à La Réunion », conclut Jean Luc Rajaona, président du Goticom.

Harilalaina Rakotobe

News Mada2 partages

Me Razafinjatovo Willy : « Tsy ara-dalàna intsony i Claudine eny amin’ny hopitaly »

« Raha mbola ao amin’ny hopitaly HJRA izy, efa tafahoatra ny voalazan’ny lalàna izay: 45 andro. Noho izany, efa tsy ara-dalàna intsony. Nefa tsy Rtoa Claudine irery no tratran’izay, fa be dia be ny olona ao amin’ny hopitaly ao. »

Io ny fanehoan-kevitry ny Me Razafinjatovo Willy na Olala, ny faran’ny herinandro teo, momba an-dRazaimamonjy Claudine, mbola mitsabo tena eny amin’ny hopitaly HJRA, Ampefiloha, raha nanomboka ny 7 avrily izy no tokony hotanana am-ponja vonjimaika. Tsy tokony hasiana tombo sy hala ny amin’izay fijanonan’ny voafonja eny amin’ny hopitaly izay, fa jerena koa ny hafa.

« Ampiharo ny lalàna rehefa tena ampiharina, fa tsy atao amin’ny olona iray fotsiny », hoy izy. Ny fanajana ny lalàna no maha firenena ny firenena iray. Ny antony ametrahana lalàna, mba hiarovana ny fiarahamonina. Noho izany, tokony hohajaina ny lalàna.

Azo enjehina hatrany ny loholona Andriamandavy VII Riana

Marina ny tenin’ny fitsarana, fa ny tonia voalohany mpampanoa no lehiben’ny polisy mpanao famotorana rehetra eto amin’ny faritra Analamanga, raha amin’ny fitsarana Antananarivo, raha ny fanazavany momba ny « Raharaha Andriamandavy VII Riana ».

Noho izany, rehefa mandefa raharaha ny tonia voalohany mpampanoa: manana adidy sy andraikitra izay hiantefan’izany hanatanteraka ny torolalana. Raha misy mandà na zandary na polisy, mpikaroka fandikan-dalàna, andefasana izany: tomponandraikaitra amin’izay ataony izy.

« Raha hanenjika izany ny tonia voalohany mpampanoa, zony izay amin’izay olona mandà tsy mety manao ny asa ampanaovina azy », hoy ihany izy. Nahoana no ihazakazahana ny fombafomba na gadraina ny sasany, nefa avela amin’izao ny hafa? Tsy ifidianana olona ny fahamarinana, na akaiky sy fantatry ny tena aza. Izay ny hoe tany tan-dalàna.

Raha tsy manatanteraka izay ny fanjakana, endriky ny amin’izao fotoana izao tsy manaraka sy tsy mandraharaha lalàna izany; eny, hatramin’ny didim-pitsarana aza. Tsy rariny fa tsy mandeha amin’izay izy intsony ny fitondram-panjakana. « Izay, angamba, no mahatonga ny DFP mitarika ny hoe aleo aloha hajanona ity fitondrana ity fa andao hiaraha-mitantana », hoy izy.

R. Nd.

L'express de Madagascar2 partages

Le prix du riz baisse

Le stock tampon s’achète actuellement à 430 ariary le kapoaka, le même prix pour le tsipala et encore 500 ariary pour le riz rouge ou vary mena.  Le prix du makaolika varie entre 450 et 480 ariary le kapoaka. Ces divers types de riz ne s’achetaient pas à moins de 500 et 600 ariary il y a encore un mois, notamment dans quelques quartiers de la capitale. 80% des pertes dues aux conditions climatiques ont été comblés par d’autres importations. L’État a importé 40 000 tonnes de plus pour palier la période de soudure.

Madaplus.info1 partages

Traites d’êtres Humains, mobilisation de la société civile

Quand on parle de traites d’êtres humains, on pense souvent à ces femmes malgaches qui travaillent dans les pays du Golf. Mais C’est un concept très large en science sociale.
C’est la sensibilisation de ce qu’on appelle traite d’être humains que l’association, « za Malagasy tsy manaiky fanandevozana » (je suis malgache contre l’esclavage) œuvre. En effet, cette association a reçu un financement de l’UNESCO pour lutter contre la traite d’êtres humains. Cette dernière existe lorsqu’une personne est déplacée d’un lieu à un autre, et que ce déplacement a fait l’objet d’une procédure illégale et enfin quand elle est mal payée et subit toutes formes de violence. L’association descend au sein des différents « fokontany » pour implanter des centres d’écoutes.
News Mada1 partages

Fianarantsoa : natsinkafon’ny Ekar ny tsy fahombiazan’ny mpitondra

 Nandinika sy namakafaka ny hafatry ny fivorian’ny fivondronamben’ny eveka, ny 13 mey teo ny eo anivon’ny fiangonana katolika (Ekar) ao Fianarantsoa, ny faran’ny herinandro teo. Anisan’ny nitarika izany ny eo anivon’ny Justice et Paix. Voaresaka tamin’izany ny fitantanana ny firenena amin’ny ankapobeny.

 

Namatrapatratra avokoa ireo nandaha-teny avy amin’ireo hery velona sy ny fiarahamonim-pirenena manoloana izao mahazo ny firenena izao. Novakin’izy ireo bantsilana ny tsy fahombiazan’ny mpitondra. Ny fahantrana  iainan’ny firenena sy ny vahoaka, ny tsy fandriampahalemana. Eo koa ny fandikan-dalàna mahazo laka.  « Tsy ekena  intsony ny hitohizan’ny raharaha tahaka izao ary tsy lakolosy fanariana intsony izao fa mitaky fiovam- penitra mahery vaika isika manomboka eto », hoy ireo nandray fitenenana. Na eo aza ny ezaka ataon’ny fanjakana, hita taratra be koa anefa fa tena mikororosy fahana tanteraka ny firenena. « Tena tsy misy mandeha amin’ny laoniny mihitsy amin’izao fotoana izao », hoy ihany izy ireo. Nambaran’ny hafa fa tokony hatomboka any ifotony ny fanovana. Eo koa ireo nilaza fa tokony hoesorina izao fitondrana mampijaly vahoaka izao…

Araka izany, mijoro aloha izany izao ny hery velona any Fianarantsoa sy ireo vondron-kery miaraka amin’ny fiarahamonim-pirenena.  Nampiaka-peo izy ireo ary haka fanapahan-kevitra amin’ny dingana hirosoana noho ny tsy fanekena intsony izao tranga eto amin’ny firenena izao. Anisan’izany ny tsy fahafehezana ny fandriampahalemana sy ny olana sosialy.

Araka izany, andrasana ny ho tohiny… ho amin’ny fanovana mahery vaika.

Synèse R.

News Mada1 partages

Gasy Bulles : dernière ligne droite pour les organisateurs

Le festival de bande dessinée Gasy Bulles en est à sa 13e édition cette année. Il se déroulera du 3 au 17 juin dans plusieurs sites de la capitale. Le comité d’organisateurs se dit prêt à assurer l’évènement.

« Organiser un festival n’est pas chose facile. Il faut jongler entre les diverses expositions, les ateliers, les conférences, le concours et même les spectacles », a annoncé l’un des membres du comité d’organisation du festival. Il débutera le 3 juin prochain par une journée

« Bazar Bulles » qui se déroulera au Skate park à Ankadifotsy. Au programme, il y aura un concours de dessin, un défilé de cosplay, des ventes-dédicaces de quelques bandes dessinées telles que « Ho avy an-tsary ». Njaka et Shinato assureront les visuels du festival. A cette occasion, ils donneront donc quelques démonstrations de dessins numériques…

Cette année, plusieurs expositions ayant respectivement chacune son propre thème sont au programme. Deux expositions se dérouleront à l’Ivon-toeran’ny kolontsaina malagasy (IKM) à Antsahavola , du 5 au 17 juin dont  l’une sera axée sur « Ambohimanga », et l’autre sur « BD Skoto ». La bande dessinée « Libres ensemble » sera réexposée à l’Institut français de Madagascar (IFM) Analakely, du 1er au 29 juin. Sans oublier, le

« Sary Cover » qui aura lieu du 7 au 14 juin à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT) et mettra en avant 12 compositions de l’artiste Olombelo Ricky. Et enfin, une exposition des œuvres des candidats sélectionnés lors du concours organisé par la BMOI Amie des Arts, ayant choisi comme thème « Madagascar de demain » se tiendra du 7 au 16 juin

au jardin d’Antaninarenina durant laquelle le public aura le droit de voter son œuvre préférée.

Holy Danielle

 

News Mada1 partages

Relèvement après Enawo : vers le renforcement de la sécurité du logement

Un sombre constat. Selon une évaluation approfondie réalisée par la Croix-Rouge Malagasy (CRM) après le passage du cyclone Enawo dans le pays, 14.012 maisons ont été détruites, 18.871 inondées, et 13.799 autres ont été décoiffées. A cet effet, 20.000 ménages ont besoin d’une aide humanitaire pour réparer, voire reconstruire leurs habitations. Plus de la moitié de ces foyers sinistrés, notamment dans les districts de Maroantsetra et d’Antalaha, ont bénéficié d’appuis technique et financier de la CRM et ses partenaires pour qu’ils puissent avoir un endroit où vivre même de manière temporaire, via la distribution de bâches, de kits abris et de kits de cuisine.

Au-delà de cette intervention ponctuelle, la CRM investit dans une action de prévention à long terme dans le souci d’aider ces populations à maîtriser un tel problème de façon pérenne, en organisant une formation des formateurs sur l’approche participative pour la sécurité du logement ou Passa. Cette approche a pour but de faire prendre conscience aux communautés les risques auxquels est exposé leur habitat et de les aider à développer des aptitudes à analyser, apprendre et prendre ensemble des décisions en vue de réduire ces risques.

Cette formation de cinq jours, qui se déroule depuis le 26 mai dernier à Maroantsetra, est dispensée  par un membre de l’équipe nationale et un membre de l’équipe régionale de réponse aux catastrophes de la CRM avec l’appui d’une experte en abris et établissements humains de la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) à une vingtaine de volontaires des districts d’Antalaha et de Maroantsetra. Les formations théoriques seront suivies directement d’une implémentation au niveau de la communauté dans les districts d’Antalaha et de Maroantsetra. A l’issue de cette formation, en tant

que lead du Groupe Sectoriel (cluster) Abris au niveau National au sein du CRIC, la CRM assurera également l’introduction de cette approche et le partage de compétences aux partenaires membres du groupe.

Fahranarison

 

News Mada1 partages

Vol d’ossements humains : arrestations en flagrant délit à Ampasimbe-Onibe

Deux marchands de bestiaux, victimes de leur cupidité, sont actuellement entre les mains de la Force d’intervention de la police (FIP) de Toamasina qui les ont surpris en flagrant délit de vol d’ossements humains dans la commune rurale d’Ampasimbe-Onibe, dans le district de Toamasina II.

Rakotoarivelo et Pascal, demeurant respectivement dans les fokontany de Sahafary et de Vohimbato, dans la commune rurale d’ Ampasimbe-Onibe ont été pris en flagrant délit de triage d’un tas d’ossements humains au domicile de Pascal dans la nuit de dimanche dernier. Ils ont avoué préparer le paquet pour l’acheminer sur Toamasina où un acheteur les attend.

600 000 ariary le kilo

La police a saisi des paquets contenant 57 os du fémur et une cinquantaine d’os de l’avant-bras prêts à être livrés au cours de cette descente inopinée. Ces criminels ont révélé qu’un certain Milvin Olivier, un négociant en bois qui lui fournit des porcs, leur a proposé ce nouveau business pour se faire plus d’argent, et qu’il se charge d’écouler les marchandises qui lui seront livrées à raison de 600.000 ariary le kilogramme. Un avis de recherche a été lancé à l’encontre du nommé Milvin Olivier, supposé résider dans la zone du stadium de Barikadimy-Toamasina actuellement.

Les deux compères ont exhumé ces ossements des restes mortels des familles enterrées au tombeau «Akoba Fasadiana» dans la commune rurale de leur résidence.

Manou

 

Tia Tanindranaza1 partages

Fitakiana sendikalyNiharan’ny rombo ny HVM

Ny eo tsy mivaha, ny eo misosoka ihany ! Izay no azo hamaritana ny zava-misy eto amin’ny firenena manoloana ny fitakiana sy ny fitokonana isan-karazany vokatry ny tsy fahaizan’ny HVM mitantana ny firenena.

 Maro ny kolikoly avo lenta eto amin’ny firenena, ka olom-bitsy no migalabona amin’ny harena sy ny volam-panjakana. Izay no mahatonga ny fitakiana isan-karazany. Mila manana fahefana manao izany ny fanjakana raha jerena amin’ny resa-bola be mihodina anaty afera maloto isan-karazany ataon’ny mpitondra. Mampiato ny asany ny Sendikan’ny mpampianatra mpikaroka sy mpikaroka mpampianatra na ny SECES amin’izao fotoana izao noho ny tsy fanatanterahan’ny fanjakana ny fifanarahana sy didim-panjakana efa vita sonia ny 10 septambra 2015. Milaza ny hiroso amin’ny fitokonana faobe izy ireo raha tsy voavaly alohan’ny fivoriambe tsy ara-potoana ataon’izy ireo ny 1-2 jona ny fahazoan’izy ireo ny zony. Ny mpianatra koa mety tsy hipetra-potsiny manoloana ny fitokonan’ny SECES. Ny fitakiana nataon’izy ireo momba ny fampiakarana ho 100% ny vatsim-pianarana sy ny fampidinana ny saran’ny fisoratana anarana tsy nivaly hatreto. Milaza ny hanao fitokonana mandritra ny 2 andro manomboka ny 29 mey ihany koa ny mpiasan’ny ladoany mba hamaliana hanomezan’ny fanjakana ny zon’izy ireo, ary hampitomboina ho 5 andro izy io raha mbola minia be marenina ny mpitondra. Raha ny fanazavan’ny eo anivon’ny fadin-tseranana anefa dia 5 miliara ariary eo ho eo ao anatin’ny iray andro ny fampidiram-bolany. Hisy fiantraikany lehibe amin’ny fampidiram-bola ao anatin’ny kitapombolam-panjakana izany satria 10 miliara no ho very mandritra ny hetsika ary ho tonga 25 miliara ariary raha mitohy ho 5 andro. Miraviravy tanana anefa ny fitondrana ary mamono afo amin’ny fanaovana hetsika sosialy raha dinihina amin’ny fihetsiky ny filoha.

Toky R

 

La Vérité1 partages

Boxe-Championnat d’Afrique - Madagascar de retour dans les échéances internationales

Après des années sans activités et de silence radio, la fédération malgache de boxe  (Fmbo) remet la pendule à l’heure.  Après cinq ans d’absence, les boxeurs malgaches seront de retour dans les échéances internationales. La Fmbo vient de dévoiler la liste des sept pugilistes malgaches qui feront un grand retour sur la scène africaine ce mois prochain. Ils défendront l’honneur du pays sur le ring africain du 17 au 25 juin prochain au Congo Brazzaville.

Sur quinze athlètes présélectionnés, sept ont été retenus. Apparemment, la Fmbo a misé surtout  aux boxeurs qui évoluent dans les poids légers. Il s’agit de cinq hommes à savoir Cedrick Mahatonga d’Atsinanana chez les -64kg, Aimé Nirina Andriamirija de Cosfa Analamanga chez les -56kg, Marco Jérôme Randrianarivelo d’Atsinanana chez les -52kg,  Tony Heriniaina Nomenjanahary de la Haute Matsiatra dans la catégorie -49kg, Julien Nomenjanahary Rajaonarison d’Analamanga dans la catégorie -60kg et de deux dames, Tiana Andriamiarisoa, -48kg et Manitra Tsiory Aina Rasoazanany dans la catégorie -60kg, toutes les deux d’Analamanga. La délégation malgache sera accompagnée par deux encadreurs techniques et dirigée par le vice-président de la fédération, Gérard Andriamanampisoa, alias Gégé Bosco. Les nouveaux membres fédéraux, récemment reconnus par la Confédération africaine de boxe (Cab), misent beaucoup sur celle-ci pour montrer le nouvel élan qu’ils veulent imprimer à ce sport à Madagascar. Cette liste a été limitée par le ministère de la Jeunesse et des Sports(Mjs) faute de budget. Rappelons que le Mjs veut soutenir les boxeurs malgaches car, ce championnat qualifierait les Africains pour les Mondiaux 2017 qui auront lieu à Hambourg en Allemagne. L’équipe nationale s’entraine deux fois par jour à l’Ans à Ampefiloha sous l’encadrement du directeur technique national, Simon Rajosivah et les entraineurs nationaux, Marc Razafindraibe, Claude Razanakolona et Félice. Maintenue à Brazzaville prévue  le 27 mai au 5 juin, le pays hôte n’était pas prêt du côté préparation pour organiser cette messe continentale à l’issue d’une visite d’un émissaire de l’Aiba (Association internationale de boxe amateur).  Ainsi, l’instance internationale a décidé de reporter les dates de championnats.Elias Fanomezantsoa

L'express de Madagascar1 partages

Tsimbazaza – Face à face contre un poteau

Le pire a été évité de justesse hier soir à Tsimbazaza. Une Peugeot 206 avec quatre personnes à bord a heurté de plein fouet un poteau électrique, à proximité des bureaux de la préfecture de police.Roulant à vive allure en direction de Mahamasina selon des témoins oculaires, le véhicule s’est retrouvé dans le sens contraire après le choc. Le poteau électrique conduisant une ligne de haute tension s’est pliée, mais a été retenu par le toit de la voiture.Les occupants ont été légèrement blessés selon les médecins. Le conducteur s’est luxé l’épaule tandis que celui qui se trouvait à sa droite a été touché à la tête. Les deux autres passagers assis derrière, dont un enfant de cinq ans, ont été indemnes. Jusqu’à tard dans la soirée, aucun élément de la Jirama n’est venu dégager le poteau qui constitue un réel danger, autant pour la population que pour les automobilistes.

Fredo Rakotoarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Boxe olympique – Afrique – Priorité aux petits poids

La fédération malgache de boxe olympique a publié ce week-end la liste de sélectionnés pour le championnat d’Afrique à Congo Brazzaville, en mi-juin.

L’équipe de la fédération malgache de boxe olympique a publié ce week-end la liste de boxeurs retenus pour défendre les couleurs nationales au cham­pionnat d’Afrique. Depuis le début de ce mois de mai, les présélectionnés ont suivi un entraînement biquotidien à l’académie nationale des sports à Ampefiloha.Sept sur les quinze présélectionnés sont retenus pour faire le voyage à Congo Brazzaville. Les techniciens ont plutôt choisi les catégories en dessous de 64kg, où nos pugilistes ont plus de chance de médaille. Les retenus chez les hommes sont Tony Heriniaina Nomen­janahary de la Haute Matsia­tra dans la catégorie -49kg, Marco Jérôme Randriana­rivelo d’Atsinanana chez les -52kg, Aimé Nirina Andria­mirija de Cosfa Analamanga chez les -56kg, Julien Nomen­janahary Rajaonarison d’Anala­manga dans la catégorie -60kg et Cedrick Maha­tonga d’Atsi­nanana chez les -64kg.Les deux sélectionnées chez les dames sont Miora Tiana Andriamiarisoa, -48kg et Manitra Tsiory Aina Rasoa­zanany dans la catégorie -60kg, toutes les deux d’Ana- lamanga. Les porte-fanions de la Grande île y seront accompagnés de deux encadreurs techniques, et la délégation malgache sera dirigée par le vice-président de la fédération, Gérard Andria­manampisoa, alias Gégé Bosco.Ces membres de l’équipe nationale s’entrainent deux fois par jour à l’ANS à Ampe­filoha sous l’encadrement du directeur technique national, Simon Rajosivah et les entraineurs nationaux, Marc Razafindraibe, Claude Raza­nakolona et Félice.

Qualificatif au MondialLes dirigeants de la fédération malgache ont également annoncé que ce sommet continental prévu se tenir du 25 mai au 5 juin est reporté de trois semaines. Le cham­pionnat africain aura finalement lieu du 17 au 25 juin, toujours à Congo Brazzaville.« Les émissaires de l’AIBA (association internationale de boxe amateurs) ont effectué une visite au Congo Brazaville en mi-mai pour observer l’avancement de la préparation de l’organisation. Il a été constaté que le pays hôte n’était pas fin prêt. Par conséquent, l’instance internationale a décidé de reporter les dates du championnat continental » a expliqué le vice-président de la fédération malgache de boxe de ce décalage.Nos boxeurs auront donc trois semaines de plus pour mieux se préparer. Ce sommet sert de qualificatif pour le championnat du monde prévu se tenir en mois d’août à Hambourg, Allemagne. Les trois meilleurs de chaque catégorie, c’est-à-dire les finalistes et le vainqueur du combat de classe­ment pour la troisième place, seront qualifiés pour le Mondial.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

La forêt de Menabe disparaît

L’alerte est au rouge. WWF appelle à la prise de conscience de tous devant la grave déforestation que subit Menabe Antimena. Les 1 820 ha de forêt  sont menacés de disparaître totalement d’ici quelques années. Les Tsingy de Bemaraha, l’allée des baobas et la forêt de Kirindy qui sont abrités dans cette grande forêt de Menabe sont gravement menacés. 75% des espèces végétales de la grande île ont déjà disparu et la forêt ne couvre plus que 20% de la surface du pays.

L'express de Madagascar1 partages

Une lugubre mascarade à la Cour

L’accession de la princesse Ramavo appelée aussi Rabodonandrianam­poinimerina sur le trône d’Antanana­rivo en 1828, se fait dans un conflit entre ses opposants qui veulent y élever Raketaka, la fille que Radama Ier a de son épouse sakalava, la princesse Rasalimo, et ses partisans dont Rainimahay et Andriamihaja qui contribuent à l’installer. Rainimahay est l’un des Grands du royaume du début du XIXe siècle. Il est d’ailleurs le premier Hova à tenter de prendre en main les affaires du royaume. Cela ne lui réussit pas, car il a minimisé la force du jeune officier qu’est Andriamihaja.Celui-ci est un jeune protégé du prince Ramanetaka qui le recommande à Radama Ier. Bien vite, il sait conquérir l’amitié du roi. Et, raconte-t-on, fort sans doute de cette amitié et des faveurs qui en découlent, après la mort du roi, il arrive facilement à supplanter Rainimahay en tant que commandant en chef de l’armée royale avec le grade de 11 honneurs, et est accepté comme époux de la reine. Il serait, du reste, le père de Rakoto-Radama.Lors de sa nomination à la tête des troupes royales, l’un des grands Sages du royaume, Rainibetsimindrana, ne lui ménage pas les conseils pour que, en tant que jeune officier et époux de la reine, il puisse tenir son rôle et assumer ses responsabilités dans la dignité. Ces conseils, en fait, portent sur les qualités dont il doit faire preuve (souplesse et affabilité vis-à-vis de la population, mais aussi rigueur dans l’application de la loi).Mais l’entente ne dure pas longtemps entre Ranavalona Ire et Andriamihaja, du fait de leurs deux caractères bien trempés. Mais aussi et surtout parce que les autres Grands, notamment Rainiharo et  le chef des Voromahery Rabosela accablent Andriamihaja de calomnies, dont la moindre est d’être jaloux de son autorité, la pire de profiter des sentiments de la reine pour la traiter « comme une simple épouse, une femme d’intérieur». En fait, ils ne supportent pas de voir la reine sous l’emprise de son époux.Ils arrivent à convaincre Ranavalona Ire de participer à une comédie qui n’est pas prévue se terminer par une mort. Elle devra simuler la maladie pour qu’ils puissent exiger une mise à l’épreuve générale de ses proches par le tanguin.La reine feint donc d’être malade pendant quelques jours et Andriamihaja, dit-on, interdit à ses parents- dont les « Douze épouses » de souverains-, aux Andriambaventy et aux chefs des Tsimahafotsy et des Tsimiamboholahy de la voir. Puis la reine exige leur présence pour une consultation par l’art divinatoire, car « ma maladie empire ». Ce qui est fait.On fait alors appel à deux « mpisikidy » professionnels, les Zanadralambo Rainivaondriana et Razakanandriamidarohasina. Après avoir consulté, ils passent la nuit à réfléchir et, au matin, essaient d’engager la conversation avec la souveraine. Mais elle s’y refuse, arguant une grande fatigue.Les devins font part de leurs inquiétudes aux personnes convoquées par la reine- toutes dans le secret de cette lugubre comédie- et qui se proposent à subir une ordalie pour déterminer « l’auteur du sortilège » et pour sauver la vie de la reine. Comme, évidemment, toutes survivent, on demande à Andriamihaja de passer, lui aussi, par l’épreuve du tanguin.Mais à la demande de la souveraine, l’épreuve se déroule non en plein air, mais chez lui, au Palais d’Andafiavaratra, car « il n’est pas n’importe qui ». Là, on lui administre la forte dose dont il ne réchappe pas.Jugé par certains auteurs comme un être injuste et cruel, Andriamihaja est présenté par d’autres comme un fervent partisan du progrès comme son maître Radama Ier, et du christianisme. Ce qui aurait expliqué les inimitiés du parti conservateur. Après lui, affirme-t-on, on assiste à une recrudescence du paganisme.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar1 partages

Une histoire au premier degré

Un type a partagé une histoire invraisemblable sur les réseaux sociaux : l’effondrement du tunnel d’Ambanidia. La scène créée de toutes pièces est relayée, les uns par crédulité, les autres parce qu’ils ont compris la blague et voulaient faire un canular, eux aussi. Dans ma vie très ordinaire, j’appelle ça une plaisanterie de très mauvais goût. Ce n’est pas le premier canular que l’on reçoit et ce ne sera sûrement pas le dernier. En pareil cas, on se rend compte qu’on s’est fait piéger, on rit de sa propre naïveté et on revient vaquer à ses occupations. Du moins, c’est ce qu’il se fait, dans ma vie très ordinaire, où on a d’autres situations extraordinaires à affronter : enlèvements d’enfants, insécurité très galopante, kidnapping très inquiétante, pauvreté très persistante, pour ne citer que les faits les plus flagrants. Embouteillages, délestages, vols à la tire, ivrognes sur place publique, pour les plus courants.Mais apparemment, prendre chaque chose au premier degré est un sport national. Ce qui était un canular prend une tournure polémique, épique, extravagante. On s’étouffe d’indignation, on fait appel à une sanction exemplaire et on se réjouit de ce que l’interpellation du plaisantin ait été aussi prompte. Mais il n’y a pas eu mort d’homme, il n’y a pas eu humiliation publique, ni incitation à la violence ou à la haine raciale, ni scènes de panique – certes, une foule qui s’attroupe et un haut personnage qui se déplace,mais c’est si commun, ces derniers temps (sans ironie, bien sûr).L’expression «trouble à l’ordre public» a été évoqué pour le cas du blagueur… mais à la tournure des évènements, ce n’est plus un trouble à l’ordre public mais un public à l’ordre troublant. Aujourd’hui, un homme est interpellé pour un canular un peu cucul. Demain, un autre le sera pour avoir ouvert la bouche, tandis que des millions se féliciteront de l’avoir fermé. L’argument massu étant «la loi dit que». La loi dit aussi que nous avons le droit de vivre en paix et le bon sens dit de ne pas s’emporter pour trois fois rien.À travers cette tempête dans un verre d’eau, on ne peut que constater la tristesse de ce pays, au propre et au figuré. Triste, par un désespérant manque d’humour. Triste, par une affolante perte de valeurs, de proportions et de priorités. Mais encore plus triste, de voir la réaction détestable de certains internautes qui lâchent fiel et bile, presque soulagés de trouver quelqu’un sur qui lâcher sa charge de glaire nerveuse. Tant de haine, tant de violences gratuites, tant d’agressivité pour un prank. En valait-ce la peine ?Que l’histoire inventée de toutes pièces fut relayée par des centaines d’autres personnes n’est que le seul reflet de notre société, encline à s’emparer «d’on-dit», à gonfler les rumeurs et à user d’hyperboles qui affectent les proportions. Une propension que l’usage d’internet et des réseaux sociaux a porté à une petite apogée et ne cessera pas de prendre de l’ampleur, ici ou ailleurs. Aux profession­nels de recouper les informations et à chacun de cultiver son sens de l’humour ou son sang froid.Ceci étant : j’aurais une pensée amie pour le 1er avril, ce doit être un jour de grand rush, non ? Puisque tous les farceurs du monde seront de sortie.

Par Mialisoa Randriamampianina

Madaplus.info0 partages

G5: La téléréalité malgache qui va changer la vie de 5 jeunes garçons.

L’organisation de la finale a été au top pour cette téléréalité nommée G5 sur une chaine de télévision privée à Antananarivo.
Ceux qui ont suivi cette émission depuis le début ont savouré cette finale. Cette émission peut se comparer à ces téléréalités à l’étranger que ce soit du côté organisation, scènes, décors,…..Elle va changer la vie de Nathan Gabri, Manantsoa, Larry, et Tojo. Ces derniers sont les vainqueurs de cette finale. Cette dernière a surement explosé l’audimat malgré qu’elle soit légèrement en différée. Le but de l’émission est de créer une bande de 5 garçons qui sachent à la fois chanter et danser. Les G5 ont gagné la recompose d’une valeur de 100 millions Ar dont un accompagnement pour le développement de leur carrière, avec l’enregistrement d’un album et une tournée promotionnelle qui débutera à Toamasina. On entend également qu’ils vont aussi faire une tournée à l’étranger.
L'express de Madagascar0 partages

Football – Ligue 1- Elgeco Plus se rapproche du titre

À trois journées de la fin de la saison, Elgeco Plus est pratiquement assuré d’un deuxième titre consécutif de champion d’Analamanga. Hier à Mahamasina, durant la quinzième journée, le leader du classement général a enregistré une nouvelle victoire, cette fois-ci face au MI20 (4-1).En parallèle, son dauphin, l’AS Adema, a concédé une défaite face au Mama FC (0-1). L’écart entre les deux clubs vient ainsi de grimper à six points. Dans les autres rencontres d’hier, Cosfa a disposé du Sabnam (3-1).Tana Formation a décroché un court succès face au COSPN (1-0). Et enfin, l’Usca­foot a écrasé la lanterne rouge, FC Tana (3-0). Au classement général, Elgeco Plus caracole en tête avec 36 points. Suivent AS Adema (30) et Tana Formation (28) sur le podium. Cosfa et Mama FC sont à égalité derrière (27).Dans la deuxième partie de tableau, l’on retrouve l’Uscafoot (21), MI20 (16) et COSPN (12). Sabnam (9) et FC Tana (5) sont toujours coincés dans la zone rouge. La relégation est proche pour ces deux équipes.

Haja Lucas Rakotondrazaka

News Mada0 partages

« Fampiasana nomerika » : miantoka ny fampandrosoana ny toekarena

Tonga teto Madagasikara ary nitondra famelabelaran-kevitra goavana momba ny fivoaran’ny teknolojia nomerika ny Dr Hamadoun Touré, ny 26 mey lasa teo, tao amin’ny Carlton. Efa nitana andraikitra maha sekretera jeneralin’ny Fikambanana iraisam-pirenena momba ny fifandraisan-davitra izy nandritra ny enin-taona ary ankehitriny talen’ny Smart Africa izy. Lohahevitra nentiny tamin’izany ny « Fampiasana nomerika ao amin’ny firenena iray sy fizarana traikefa”. Nitarika io fotoana io ny minisitry ny Fifandraisan-davitra, Rakotomamonjy Neypatraiky André, natrehin’ny teknisianina sy olona anjatony miasa amin’ny tontolon’ny teknolojian’ny fifandraisan-davitra avy amin’ny sehatra tsy miankina sy ny fanjakana.

Miantoka ny fampandrosoana toekarena aty Afrika ny teknolojian’ny fifandraisan-davitra. Mitovy hevitra amin’izany daholo ireo nanatrika ny fotoana. Nizara ny heviny sy nampahafantatra ny traikefany momba izany ny Dr Hamadoun Touré ho an’i Afrika rahampitso.  Kendrena tsy ho tratra aoriana i Afrika amin’io sehatra io ary ankehitriny, efa misy tambajotra iombonan’ny firenena afrikanina. Tanjona ny hanova an’i Afrika ho tsena tokana avy amin’ny nomerika na Smart Africa.

« Tokony ho laharam-pahamehana aty Afrika izao ny mitady lalana hisarihana ireo indostria nomerika hiditra eto miaraka amina kojakoja nomerika isan-karazany. Atomboka amin’ny fametrahana tsena nomerika izany, satria tsy maintsy mitodika amin’izany ny firenena afrikanina raha hitady marina famatsiam-bola indostrialy sy hanome asa vaovao”, hoy ny Dr Hamadoun Touré.

Afaka miroso i Madagasikara

Anisan’ny fototra hiaingana ny sehatra tsy miankina ary tokony hipetraka ny politika ho an’ny fampandrosoana maharitra. « Manana fahafahana betsaka miroso amin’izany i Madagasikara, raha jerena fotsiny ny fahamaroan’ny tanora manampahaizana momba ny teknolojian’ny fifandraisan-davitra. Tsy voatery ho mpikambana ao amin’ny Smart Africa fa afaka manomboka avy hatrany. Any aoriana, rehefa mpikambana i Madagasikara, betsaka ny tetikasa azo hampitomboana”, hoy ihany io teknisianina afrikanina io. 19 aloha izao ireo firenena ao amin’ny Smart Africa miampy fikambanana iraisam-pirenena sy sehatra tsy miankina 14.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Echec des négociations avec l’Etat : les douaniers en grève de 48 heures

Après cinq mois de discussions, le Syndicat des employés des douanes (Simpidou) et le ministère des Finances et du budget (MFB) n’ont pas encore trouvé un compromis à propos de cette fameuse prime tant réclamée par les douaniers. La grève est inévitable.

«La grève prévue par le syndicat pour ce lundi dépendra des décisions prises à l’issue de cette rencontre», a avancé le président du Simpidou, Herizo Andrianavalona, vendredi dernier avant la rencontre décisive avec le ministère des Finances et du budget samedi. Et comme il fallait s’y attendre, les négociations entre les deux parties relatives à des primes non payées depuis 2013 n’ont pas abouti. C’est pourquoi la grève de 48 heures annoncée par les douaniers est effective à compter de ce jour. Tous les bureaux des Douanes seront donc fermés jusqu’à demain. Un service minimum sera toutefois assuré.

«Les membres du Simpidou ont été reçus par le directeur de cabinet du ministère des Finances et du budget, samedi dernier, mais celui-ci nous a annoncé qu’il faudrait attendre la décision du ministre. Nous avons donc décidé de maintenir la grève», a avancé le président du Simpidou, Herizo Andrianavalona. Pour information,  le Simpidou a déjà été reçu par le directeur général des douanes, mais ce dernier a avancé que l’affaire ne relève pas de sa compétence. C’est pourquoi le directeur de cabinet et le secrétaire général du ministère des Finances et du budget a pris le relais.

La grève va s’intensifier

A partir de ce jour donc, les douaniers tiendront une grève d’avertissement de 48 heures. Dans le cas où l’Etat continue à faire la sourde oreille, le Simpidou annonce que les revendications vont s’intensifier dans le dessein de se faire entendre. Le régime dispose donc de deux jours pour revoir sa copie et de relancer les négociations. Une fois passé ce délai et que la situation reste la même, les employés des douanes prévoient de faire la grève du 1er au 5 juin prochain.

«Nous avons décidé de travailler le 31 mai, c’est-à-dire après la grève de 48 heures pour éviter l’accumulation des marchandises. Les employés poursuivront la grève le 1er juin si aucune mesure n’est prise», a déclaré le président du Simpidou.

Rakoto

News Mada0 partages

Imbiki Anaclet : « Fampihavanana aloha… « 

« Alohan’ny hidirana amin’izany fanovana lalàmpanorenana izany, tsy maintsy haroso ny fampihavanam-pirenena. Raha mbola mifandroritra ny hery matanjaka eto amin’ny firenena fa tsy mifanaraka amin’ny dingana hatao: mbola ho olana indray. »

Io ny fanehoan-kevitry ny mpahay lalàna sady mpikamban’ny komitin’ny mpanampahaizana namolavola ny lalàna mifehy ny fampihavanam-pirenena, Imbiki Anclet, ny faran’ny herinandro teo, momba ny tokony hanovana lalàmpanorenana. Ao anatin’izay fampihavanam-pirenena izay no hanovana ny lalàmpanorenana.

Tsy maintsy hajaina ny lalàmpanorenana amin’izao fotoana izao, rehefa hanova vaovao. Tsy misy hoe hanao bontolo fotsiny amin’izao, raha tsy hoe hanongam-panjakana: zavatra hafa izay. Tsy maintsy miainga amin’ny lalàmpanorenana efa misy ihany ny fanovana.

Raha misy fanovana lalàmpanorenana: na avy amin’ny filohan’ny Repoblika ny tolo-kevitra voalohany, na avy amin’ny parlemanta, na izy roa ireo: tsy maintsy mandalo fitsapan-kevi-bahoaka ihany ny fanovana ny lalàmpanorenana.

Sarotra ampiharina ny lalàmpanorenana amin’izao

Hita amin’izao fotoana izao ny fampiharana ny And. 54 amin’ny lalàmpanorenana, na ny And. 71 sy 72 momba ny parlemantera miala amin’ny vondrona nahavoafidy azy tamin’ny taom-pifidianana. Nefa hafa izany rehefa tonga any amin’ny Antenimierampirenena na ny Antenimierandoholona.

« Hitantsika fa manano sarotra ny fampiharana ny andininy sasany amin’ny lalàmpanorenana, izay tena ifotoran’ny fandehan’ny raharaham-pirenena. Noho izany, tsy maintsy misy lalàmpanorenana vaovao », hoy izy.

Tokony hiaraka amin’izany lalàmpanorenana vaovao izany ny lalàm-pifidianana vaovao, indrindra ny fametrahana fitsipika momba ny fampielezan-kevitra sy ny antoko politika.

Amin’izao fotoana izao, izay manam-bola amin’ny fampielezan-kevitra ihany no tena mpifaninana, fa raharaha fividianana olona ny fifidianana eto amintsika amin’izao fotoana izao.

Mety hitranga: ho moramora voafidy fa manam-bola sy manao bontolo fotsiny amin’izao ny olona nahay nangalatra, nanao kolikoly, nanodinkodim-bola teo amin’ny fitondrana…

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Atletisma : hiatrika ny tompondakan’i Afrika i Nantenaina

Hisolo tena an’i Madagasikara, amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja atletisma sokajy “junior”, hatao any Alzeria ny 27 jona ka hatramin’ny 2 jolay ho avy izao, Rakotoarinirina Nantenanina Frederic, mpihazakazaka avy amin’ny 3FB Analamanga. Handraisany anjara amin’izany ny halavirana 200 m.

Nahatratra ny fe-potoana kely indrindra na ny “minima” 10 s 6, hahazoana miatrika izany mantsy ny tovolahy, nandritra ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ligin’Analamanga, natao ny 20 mey lasa teo. Araka ny fantatra, efa nankatoavin’ny ekipa teknika sy ny federasiona malagasin’ny atletisma izany. Marihina fa 10 s 61 ny nahavitany ny 200 m.

18 taona i Nantenaina ankehitriny. Efa nandrombaka ny medaly volamena, tamin’ny “relais medley”, sokajy “cadet”, tamin’ny lalao CJSOI notontosaina teto Madagasikara, tamin’ny taona 2016, ny tovolahy.

Ankoatra izay, nahazo ny medaly alimo, tamin’ny “Meeting d’Etang-salé”, natao tany La Réunion, ny volana avrily lasa teo. Anisan’ny namolavola azy Rafenomanjato Johnson. Raha tsiahivina, nitana ny laharana voalohany, tamin’ny fifaninanana nampanaovin’Analamanga, ny 3FB izay nahazo medaly volamena 22. Faharoa, ny 3 FANS, nandrombaka volamena 17 ary fahatelo ny Taf, medaly volamena 15.

Tompondaka

News Mada0 partages

Rugby Analamanga : «Efa ho voasazy vao vonona hiova hevitra», hoy Rakotomalala Marcel

 Tsy mbola tena voavaha tanteraka ny olana misy eo amin’ny taranja rugby, ifanolanan’ny Malagasy rugby (federasiona) sy ny Analamanga rugby (ligy). Tsy manara-dalàna ny fivoriambe nataon’ny ligy, araka ny nambaran-dRakotomalala Marcel.

 

Nahitsy ary tsotra ny tenin-dRakotomalala Marcel, filohan’ny Malagasy rugby, mahakasika ny fanakorontanana niseho teny amin’ny kianja Makis, ny alahady 21 mey lasa teo, fa tsy maintsy hiharan’ny sazy ireo rehetra nitondra fanakorontanana. Nambarany fa manaja sy manaraka ny lalàna mifehy ny fanatanjahantena ary ny fitantanan-draharaha rehetra ny Malagasy rugby.

«Ny tena mampalahelo fa toy ny manao fisainan-jaza, efa ho voasazy vao mahalala miova hevitra, izay efa tara loatra. Amiko, fanadiovan-tena amin’ny tontolon’ny rugby izany”, hoy izy. Nomarihiny fa hatramin’izay, efa nomena hevitra sy notolorana vahaolana ny filohan’ny ligin’Analamanga, saingy niziriziry, tamin’ny di-dohany, ny amin’ny hanaovana «Top 16». Ankehitriny, efa miala any ny sazy vao vonona ny hiova hevitra.

Notsindriny ihany koa fa tsy mitombina ary tsy mahalala ilay fivoriambe, nataon’Analamanga rugby, ny tenanay satria tsy nanara-dalàna. “Tokony ho fantany tsara ny lalàna ny amin’izany fa 15 andro, farafahakeliny, ny fiantsoana ny mpivory ary na izahay federasiona mpiahy aza dia tsy voaasa akory  tamin’izany. Aminay, fivoriana tsotra iny fa tsy fivoriambe izany”, hoy Rakotomalala Marcel.

Nanamarika ny filohan’ny Malagasy rugby fa raha nanaraka ny rafitra sy ny fandaminana ny mpitantana eo anivon’Analamanga rugby, tsy tonga tamin’izao mety ho fanasaziana izao. Marihina fa mbola manana fotoana hiarovany tena ireo mpitantana eo anivon’Analamanga rugby, ny amin’izao fihoaram-pefy sy fandikan-dalàna nataony izao, araka ny fanazavana hatrany.

Tompondaka

News Mada0 partages

FM Tenisy : hatao rahampitso ny fifidianana

 Hotontosaina, rahampitso talata etsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina, ny fifidianana izay ho filoha hitantana, mandritra ny efa-taona manaraka, ny federasiona malagasin’ny tenisy (FMT). Araka ny fantatra, hifaninana hiady izany toerana izany ny kandidà telo mirahalahy.

Anisan’ireny ny filoha teo aloha, Rakotondrainibe Stéphane, izay nitondra ny federasiona nandritra ny roa taona (2010 – 2012). Eo koa, Andriantsalama Manan’Iala talen’ny informatika, eo anivon’ny Cnaps, ary Razafindratsimba Vincent. Samy olona mahafantatra tsara ny tontolon’ny tenisy avokoa izy ireo na misy aza ny tsy heno anarana loatra, raha tsy vao izao. Samy manana ny fandaharanasa mirindra sy tsara rafitra avokoa, entina mampandroso ity taranja ity.

Tsiahivina fa tsy nirotsaka hofidina intsony ny filoha am-perinasa, Rajaobelina Tsialiva. Hanomboka ny fotoana ny fivoriambe ara-potoana, hanaovan’ny komity mpitantana teo aloha, ny tatitra ara-bola sy moraly, izay hiandrasana ny “quitus” avy amin’ireo ligim-paritra. Aorian’io vao hiroso amin’ny fifidianana ny rehetra.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra : vaky ny ady eo amin’ny filohan’ny ligy sy ny federasiona

 Miharihary, ankehitriny, fa tsy mitovy fomba fijery intsony ireo filohana ligy sy ny komity mpitantana eo anivon’ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF), eo amin’ny tokony hanatontosana ny fifidianana.

 

Tsy miova fa mitaky ny hampiharan’ny komity mpitantana eo anivon’ny, federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF) izay voalaza ao amin’ny satan’ny kaonfederasiona afrikanina ny baolina kitra (Caf) ny amin’ny tokony hanatontosana ny fifidianana izay ho filoha hitantana ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF) ireo filohana ligy miisa 19. Amin’izy ireo, tokony hotaperina amin’izay ny fitondrana tetezamitan’ny baolina kitra. Manoloana izany, namaly azy ireo ny federasiona, tamin’ny alalan’ny taratasy nalefan’izy ireo ho an’ny minisiteran’ny Fanatanjahantena, ny 12 avrily lasa teo, amin’ny fangatahan’ireo filohana ligy mitaky hisian’ny fivoriambe hanatontosana fifidianana, izay tokony hovitaina ao anatin’ny 60 andro.

Namaly izany ny minisitera, ny 24 mey lasa teo, izay nilaza fa azo raisina ny fangatahana, rehefa voasonian’ny ampahatelon’ny mpikambana. Ny komity mpitantana no mampiantso izany, ao anatin’ny roa volana nametrahana ny fangatahana. Tsy nanome hevitra kosa anefa  ny minisitera ny amin’ny hampandrosoana ny fifidianana sy ny fanovana ny sata mifehy ny federasiona. Na izany aza, misy ireo fepetra manaraka ny didy sy ny lalàna laharana faha-128-17/MJS. Etsy ankilany, efa tsy nandray io fitakiana nataon’ireo filohan’ny ligim-paritra ireo io ny komity mpitantana eo anivon’ny federasiona.

Manoloana izany, mametra-panontaniana ny rehetra ny amin’ny antony tsy mamparisika ny federasiona handroso ny fifidianana. Mametraka olana eo amin’ny fanampian’ny federasiona iraisam-pirenena, eo amin’ny fampandrosoana ny baolina kitra, mantsy ny fitarazohana amin’ity tetezamita eo amin’ny fitantanana ny baolina kitra eto Madagasikara ity.

Ankoatra izay, misaona ny tontolon’ny kitra satria nindaosin’ny fahafatesana, i Mboty Annette, anisan’ireo filoha nitantana ny klioban’ny FC BFV, tompon’ny amboaran’i Madagasikara, tamin’ny taona 1985. Ekipa voalohany, tonga teo amin’ny manasa-dalana, fiadiana ny amboaran’i Afrika.

Tompondaka

News Mada0 partages

Roa lahy tratran’ny vela-pandriky ny polisy… : 6 hetsy Ar no hivarotany ny kilaon’ny taolam-paty

Tsy afa-nanoatra intsony fa saron’ny vela-pandriky ny polisy ireto roa lahy, malaza ratsy amin’ny vaky fasana sy halatra taolam-paty, any amin’ny kaominina ambanivohitra Ampasimbe Onibe, Toamasina. Fantatra fa hoe 6 hetsy Ar no hivarotan’izy ireo ny taolam-paty iray kilao.

Voasambotry ny polisy ny asabotsy 27 mey 2017 teo tao Ampasimbe Onibe Toamasina II ireto roa lahy voarohirohy ho nahatrarana taolam-paty miisa 107 ireto. Tao anaty vela-pandrika nataon’ny polisy no nahatrarana azy roa lahy (Rakotoarivelo Gistar, 28 taona sy Pasy Pascal, 57) ireo rehefa nokarohin’ny polisy hatry ny ela. Mpamaky fasana ao amin’ny kaominina ambanivohitra Ampasibe Onibe ry zalahy ireto ka tratran’ny polisin’ny Fip teo am-pikononkononana nanamboatra fonosan’entana sady niandry ilay olona haka izany tao an-tranon’i Pasy Pascal izy roa lahy. Nojerena avy hatrany ilay fonosan’entana ka taolam-paty marobe miisa 107 ny hitan’ny polisy tao anatiny. Saika haondrana ao Toamasina ireto taolam-paty ireto, saingy izao saron’ny polisy tampoka izao. Nilaza izy ireo nandritra ny famotorana nataon’ny polisy fa 6 hetsy Ar ny iray kilao amin’ireo taolam-paty ireto. Nolazain’izy ireo fa handray ireto taolam-paty ireto lehilahy iray mpivaro-kazo sy mpividy kisoa amin’izy roa lahy tratra ireto.

Eo am-pikarohana ity lehilahy ity rahateo ny polisy amin’izao fotoana izao. Nandritra ny famotorana, fantatra fa fasana iray antsoina hoe “Akoba fasan-diana” ao Ampasimbe Onibe no novakin’izy roa lahy ireo. Miisa 57 ny taolan-dava tratra tany amin’izy ireo raha taolan-tanana amin’ny lanton-tsandry kosa ny 50. Nilaza ry zalahy fa mpivarotra kisoa ny tena asan’izy ireo fa nirahin’ity lehilahy ity karohin’ny polisy ity izy roa lahy mba hangalatra taolam-paty fa hoe ahitam-bola misimisy kokoa ity ketrika ity.

Tsy mety fongana…

Tsikaritra fa tsy mety ho fongana mihitsy ity resaka halatra taolam-paty ity. Efa ny maro jiolahy mpamaky fasana sy mpangalatra taolam-paty saron’ny polisy sy zandary fa vao mainka mihamirongatra hatrany izany. Manginy fotsiny ireo efa matin’ny fitsaram-bahoaka noho ny hatezeram-pokonolona. Atao inona marina itony taolam-paty itony mahatonga ireo mpangalatra manao sorona ny tenany mihitsy? Voalazan’ny manamboninahitra iray fa hoe eto an-drenivohitra ihany ny olona mandray ambongadiny ireny taolam-paty ireny. Anaovana inona sy/na atao inona? Fantatra fotsiny fa tambajotra goavana ny ao ambadik’izy ity. Mitovy lasitra amin’ny halatr’omby sy ny trafikana andramena. Tokony hojeren’ny mpitondra fanjakana akaiky mihitsy ity raharaha vaky fasana sy halatra taolam-paty ity. Fotoana izao tokony hijerena paikady maharitra hamongorana azy ity fa tsy vitan’ny mievotrevotra fotsiny ny raharaha toy izao.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Nitrongy poto eny Tsimbazaza : ny fiara potika, ilay saofera tsy nahatsiaro tena

 Nitrangana lozam-piarakodia nahatsiravina teny Tsimbazaza, omaly hariva tamin’ny 5 ora. Nifatratra tamin’ny andrin-jiro iray eny an-toerana ny fiara P.206 ka nianjera teo ambonin’ilay fiara. Araka ny fanazavan’ny polisy ao amin’ny brigade des accidents de la circulation (BAC), naratra mafy ny mpamilin’ilay fiara ary mbola tsy mahatsiaro tena eny amin’ny hopitaly izy hatramin’ny omaly noho ny ratra nahazo azy. Potika tanteraka ilay fiara vokatry ny dona nahazo azy tamin’ilay andrin-jiro. Nohamafisin’ny polisin’ny BAC rahateo fa mbola ao anatin’ny fanadihadiana momba ny antony nahatonga ity lozam-piarakodia ity izy ireo ka aorian’izay no hahafantarana ny marina rehetra.

Fa maty tsy tra-drano koa ny mpitondra moto iray nifandona tamin’ny kamiaobe nitondra vato moellon teny Ambaniandrefana Behitsy Ambohimangakely, ny zoma alina teo. Avy any Ambohimangakely ilay kamiaobe ary hiakatra aty an-dRenivohitra no nifandona tamin’ilay moto scooter. Tazonina ao amin’ny borigadin’Ambohimangakely ilay mpamily sy ilay kamiaobe.

Nandositra saingy voasambotry ny zandary koa ilay mpamily nandona olona telo sy fiara iray tamin’ny fiara Land Rover iray teny Ambohimangakely, ny zoma tolakandro teo. Teny Ankadindramamy vao tratran’ny zandary ity lehilahy nahavanon-doza ity rehefa nifanenjehana avy any Ambohimangakely.

J.C

News Mada0 partages

Fitsaram-bahoaka… : matin’ny olona ilay nandevina vehivavy teo an-tokotaniny

Novonoiny, avy eo, teo an-tokotaniny ihany no naleviny ilay vehivavy izay tsy hafa fa havam-badiny ihany. Voasambotry ny fokonolona ity lehilahy nahavanon-doza ka ny ainy no nanefa. Tany Ambodivaina, distrikan’Andapa no nitrangan’ity fitsaram-bahoaka ity, ny 10 mey lasa teo.

 

Matin’ny fitsaram-bahoaka ny zoma hariva teo ilay lehilahy tompon’antoka tamin’ny vonoan’olona nahafatesana renim-pianakaviana iray tao Ambodivaina Andapa, ny 10 mey 2017 lasa teo. Fantatra taorian’ity vonoan’olona feno habibiana ity fa havam-badin’ilay lehilahy matin’ny fitsaram-bahoaka ity novonoiny ity. Nalevin’ilay nahavanon-doza teo an-tokotany ny fatiny rehefa avy novonoiny tamin’io fotoana io. Lasa nandositra kosa izy taorian’izay.

Niroso tamin’ny fikarohana sy ny fanadihadiana rehetra ny fianakaviana ka fantatra fa nalevin’ilay nahavanon-doza teo an-tokotaniny ihany ny razana. Mbola manjavozavo ny tena anton’izao vonoan’olona feno habibiana izao fa araka ny fanazavan’ireo fianakaviana sasany, olana ara-tokantrano no antony nahatonga azy hamono ilay renim-pianakaviana. Misy olana matetika eo amin’ny vadiny sy ilay raim-pianakaviana novonoin’ny fokonolona ka nilatsaka ho mpanelanelana tamin’izany ilay renim-pianakaviana niharam-boina. Nampiakatra ny hatezeran’ny olona anefa ny fihetsik’ity raim-pianakaviana ity ka tsy namelan’ny olona raha tsy tapitra koa ny ainy.

J.C

News Mada0 partages

Fiainam-piangonana : efa noraran’ny eveka ny fandehanana any Anosivolakely

 Mbola nohamafisina indray manoloana ny amboletra ataon’ny sasany. Nambaran’ny vikera jeneralin’ny diosezin’Antananarivo, ny Mgr Rabenantoandro Ludovic, ny faran’ny herinandro teo, fa tsy eken’ny fiangonana ny fandehanana sy fivahiniana atao any Anosivolakely sy Soaniroa any Mahitsy ary ny any Anjeva.

Nahitsy ny fanamafisana ny fanambaran’ny eveka, indrindra ho an’ny eto amin’ny diosezin’Antananarivo, eo anivon’ny fiangonana katolika. « Anisan’ny fanapahan-kevitry ny fivorian’ny fivondronamben’ny eveka farany teo izany. Mbola misy hatrany anefa ireo mikasa handeha any koa tsy amin’ny anaran’ny fiangonana izany », hoy izy.  Anisan’ny anton’ny fanapahan-kevitra ny tsy fahafenoan’ny fepetra rehetra fa tena nisehoan’i Masina Maria ireo toerana ireo ary izao nandrasain’ny eveka fanapahan-kevitra izao . Midika ho tsy fanajana ireo ray amandreny sy ny antanan-tohatra eo anivon’ny fiangonana ny mbola fandehanan’ny sasany amin’ireo toerana ireo.

Midika ho tsy fiombonana eo anivon’ny fiangonana

Nanteriny fa efa nampahafantarina izany ny eo anivon’ny mpitandra filaminana ary afaka handray ny fepetra rehetra mifandraika amin’izany. Tokony hizaka ny mety ho vokatra izany koa ireo mbola mikiry handeha amin’ireo toerana ireo. « Tsy eken’ny fiangonana izany ary midika ho tsy fiombonana amin’ny fiangonana intsony ny  fandehanana amin’ireo toerana ireo na iza na iza », hoy ihany izy.

Tsiahivina fa tsy nahazo fankatoavana avy amin’ny fiangonana ny momba ireo toerana telo ireo : Anosivolakely sy Soaniroa ary Anjeva.  Mifanohitra amin’ny evanjely ny tranga sasany amin’ireo toerana ireo ka nahatonga ny fiangonana naka fanapahan-kevitra.

Synèse R.

News Mada0 partages

« Hira kanto ho an’i Neny » : nianohan’ny reny hira 50 mahery

Seho tsy nanam-paharoa ! « Tena kanto, afa-po izahay », niverimberina teny am-bavan’ireo reny rehetra nanontaniana, omaly teny amin’ny CCEsca Antanimena, io. Fampisehoana « Hira kanto ho an’i Neny », nitondran’i Rolland Raelison sy ny tarika MR Razafy, Ny Nanahary, i Rija Ramanantoanina, i Mahery, i Fanja ary i Faniry Raelison.ireo hira maherin’ny 50 teny an-tsehatra.

Saika nangatahin’ny mpijery haverina avokoa ireo hiran’ny tarika tsirairay. Tsy fahita matetika eny an-tsehatra rahateo ny tarika sasany toa an-dry Ny Nanahary, MR Razafy, hany ka nisy avy hatrany ilay firaiketam-po eo amin’ny mpanakanto sy ny mpijery. Toraka izany koa ny nameloman’i Fanja sy i Faniry Raelison indray ny hiran’i Vola sy Noro sasantsasany. Nahatamana ny feomangan’i Rija Ramanantoanina sy i Mahery.

Anisan’ny nahitana fihetseham-po lehibe tokoa i Rolland Raelison nandritra ity seho natolotra ho an’ny reny ity.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Hira evanjelika : hanao pao-droa ny TDL

Ho tanteraka tsy ho ela ny fangatahan’ny mpankafy hira evanjelika. Fantatra tamin’ny faran’ny herinandro teo fa hanao pao-droa ny tarika True Direction Life na ny TDL. Fampisehoana goavana ao Antsahamanitra ny alahadin’ny Pantekoty 4 jona izao manomboka amin’ny 2 ora sy sasany sy famoahana ny rakitsary (DVD) faharoa nampitondraina ny lohateny « Tsy hanan-java-mahory ». Rakitsary ahitana rindrantsary mahatratra 15.

Raha tsiahivina, mihira amina karazan-gadona maro ny TDL. Voarakitra ao anatin’ity rakitsary faharoa ity izay ireo. Ao ny milamina toy ny slow fa tsy vitsy koa ny mihetsiketsika tahaka ny reggae. Anisan’ny hira voarakitra ao anatin’ny DVD « Tsy hanan-java-mahory » ny « Andriamanitra lehibe », « An’i Jesosy ny voninahitra ».

Nomarihin’i Fanja, mpikambana ao amin’ny tarika fa anisan’ny mbola manahirana ny famoahana ny vokatra vaovao (rakitsary) toy izao satria mbola tena tsy voafehy ny tontolon’ny piraty.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

« Fetin’ny Maman’ty » : teny Antsahamanitra avokoa ny sokajin-taona rehetra

Feno tanteraka Antsahamanitra ! Tazana teny avokoa ny sokajin-taona rehetra. Zary fanomezana lehibe ho an’ny reny ny « Fetin’ny Maman’ty ». Ireo reny efa lehibe, nentin’ny zanany. Ireo reny tanora nitondra ny zanany. Ny raim-pianankaviana, nitondra ny andefimandriny, sns. Saika nifantoka manokana tamin’ny reny rahateo ny tolotra avy eny an-tsehatra.

Tao ihany koa ireo somary nivelatra kokoa ka tsy nijanona tamin’ny reny fotsiny fa niraika bebe kokoa tamin’ny tontolon’ny vehivavy. Anisan’ireny i Gothlieb izay nitondra an’i Syril an-tsehatra. Tolotra teny an-tsehatra anisan’ny nahafinaritra ny mpijery tokoa. Tsy latsa-danja tamin’izany koa anefa ny nentin-dry Foy Hehy, Francis Turbo, sns.

Miandry ny andiany manaraka indray ireo mpijery marobe tonga teny an-toerana !

HaRy Razafindrakoto

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Raim-pianakaviana tsy manaiky ny fomba nahafatesan-janany vao roa taona

Efa iray volana nahafatesan’ny zanany dia mbola tsy misy ny mangarahara taorian’ny fitoriana napetrany teny anivon’ny Biraon’ny Zandarimariam-pirenena ao an-toerana.  Raha tsiahivina  fa ny 12 avrily lasa teo nisy trangam-piarahamonina namoizana ain-jazalahy vao 2 taona tao an-tampon-tanànan’i Sambava. 

Latsaka tao anaty lava-drano ity zazalahy ity ka maty. Tsy nanaiky io fahafatesan’ny zanany io ilay rainy satria voalazany fa tsy nandray andraikitra ny reniny niteraka azy sy ny dadiny, hoy ity raim-pianakavina ity.

An-tsokosoko mantsy no voalaza fa nitondran’ny reniny ilay zaza niala tao amin’ny trano misy ny rainy ary nateriny tamin’ny trano misy ny dadiny avy amin’io reniny io, ka tao no nahafaty ity zazalahy ity, araka ny loharanom-baovao. Efa maty io zaza io vao nampandre azy izy ireo. Manoloana izany dia nametraka fitoriana teny anivon’ny biraon’ny Zandariamariam-pirenena ao Sambava ilay raim-pianakaviana. Nitory io renin-janany io sy ilay reniny  ity lehilahy ity satria tsy mandray andraikiny izy ireo, ary tsy nisy fahazoan-dalana avy aminy ny nitondrana io zanany io nivoaka ny tranony, raha ny vaovao voaray avy any an-toerana.

Noterena hanaiky raharaham-pihavanana

Taorian’izay dia noentina teny amin’ny biraon’ny Zandary izy mianaka ireto ary natao famotorana. Tsy nanaiky ny fiampangana azy kosa izy ireo, raha ny loharanom-baovao ihany. Niantso io raim-pianakaviana io kosa  ny Zandary ny 13 avrily, ka voalaza fa noterena hanaiky raharaham-pihavanana ity farany ary mandray ilay vola latsaky ny 4 tapitrisa Ariary noteneniny amin’ny fitoriana nataony io. Nilazana koa izy fa hiala maina amin’io raha io toa ka hampiakatra izany eny amin’ny Fitsarana. Tsy nanaiky izany ity farany ka niandry ihany, hoy ity raim-pianakaviana ity. Mbola niverina niantso azy ihany nefa ireo mpitandro filaminana, andro maromaro taty aoriana ary nilaza fa «  naverin’ny Fitsarana ao amin’izy ireo ny raharaha, ka ny ao ihany no miandraikitra izany  ». 

Araka ny fanazavan’ilay raim-pianakaviana dia «  teren’ny mpitandro filaminana hanaiky ny fifanarahana momba ny raharaham-pihavanana izy  ». Hatramin’izao dia mbola tsy ahitana mangirana ny raharaha nahafaty ny zanany io raha efa iray volana taorian’ny nahafatesan’ilay zaza no nametrahany ny fitoriana. Omaly kosa izy no naneho ny alahelony sy ny fitarainany  tao amin’ny radio tsy miankina iray ao Sambava momba ny fitantanan’ny Zandary io raharaha namoizana aina io.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

HERISETRA ATAON’NY JIOLAHY : Mitsoaka matory any anaty ala ny mponin’i Fierenana ao Moramanga

Ankoatra ny fahaverezana omby dia eo koa ny fahaverezana fananana sy harena isan-tokatrano toy ny vola, volamena, zava-maneno. Ny tena loza dia ny fampijaliana ataon’ny dahalo ka misy ireo olona robainy no tapahiny tanana.

Hatramin’ izao dia tsy misy afa-tsy Zandary telo avy ao amin’ny borigadin’ Amboasary mifampisolosolo tonga manome tanana ny mponina efa fadiranovan’ ny asan-dahalo, hoy ny ben’ny tanànan’ny Kaominina ambanivohitra Fierenana, Razafimandrato Richard. "Efa imbetsaka ary efa nandefasako taratasy fangatahana ny tokony hametrahana "poste avancé" miisa roa an’ny Zandarimariam-pirenena aty amin’ny Kaominina ambanivohitra Fierenana, Distrikan’ i Moramanga Faritra Alaotra Mangoro ka ny iray ao amin’ny Fokontany Amparihivola ary ny faharoa eto amin’ny renivohitry ny Kaominina Fierenana, fa hatramin’ izao mbola tsy nahitam-baliny", hoy hatrany ny ben’ny tanàna.

Vokatr ’ireo rehetra ireo, dia mitsoaka matory any anaty ala ny mponina, mba ho fiarovany ny ainy. Manoloana io tsy fandriampahalemana io, dia mandrahona hiala ao amin’ io Kaominina Fierenana io ireo mpiasam-panjakana toy ny mpitsabo, mpampianatra, mpiasa eo anivon’ny Kaominina sy delegem-panjakana ao an-toerana.

Manao antso avo amin’ny tompon’andraikitry ny filaminana noho izany ireo vahoaka ao Fierenana manoloana izao fitongatry ny tsy fandriampahalemana izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

LOPARY-VANGAINDRANO : Notafihin’ny jiolahy ny Cecam, renim-pianakaviana nalain’ny jiolahy an-keriny

Lasibatra avokoa izay toerana noheverin’ireo olon-dratsy ho misy vola, anisan’izany ny biraon’ny Cecam niaraka tamina toeram-pivarotam-panafody sy tranom-barotra iray hafa.

Manodidina ny tamin’ny 1 ora maraina tany ho any no nisehoan’ilay fanafihana. Mbola tao anatin’ny fahanginany tanteraka ny tanàna tamin’io fotoana io. Voaroba voalohany ny biraon’ny Cecam tao an-tanàna, novakian’ireo jiolahy ny varavaram-ben’ny trano. Avy hatrany dia ny efitrano misy ny fitahirizam-bola no namantanan-dry zalahy izay nahazoan’izy ireo vola mitentina telo tapitrisa Ariary tahiry tavela tao.

Tsy nionona fotsiny tamin’izay anefa fa nifindra tamina toeram-pivarotam-panafody indray izy ireo taorian’izay. Nitovy hatrany ny tetika noentin’ireto olon-dratsy nidirana tao anatin’ny trano sy nakana ny vola. Mitentina fito hetsy Ariary indray kosa ny lasan’izy ireo tao amin’ity voatafika faharoa.

Mialoha ny tena nitsoahan’ireo jiolahy dia mbola nanao an-keriny niditra tamina tranom-barotra iray hafa izy ireo. Novantanin’ireo mpanafika tao ny renim-pianakaviana tompon-trano izay avy hatrany dia noentin’izy ireo an-keriny hanaraka azy niaraka tamin’ny vola telo hetsy. Fantatra fa naratra mafy noho ny vono sy daroka nihatra taminy ihany koa ilay vehivavy.

Nahavita fanafihana telo nifanesy tao anatin’ny indray maraina ireo andian-jiolahy vao lasa nitsoaka. Nazava ny andro vao nahazo antso ny Zandary tany Vangaindrano sy ny ben’ny tanàna.

“Tampoka, hoy ny tompon’andraikitry ny tanàna, iny fanafihana nitranga iny ary tsy nampoizina mihitsy”. Ireo mpitandro filaminana kosa nanome toky fa hanao ny ezaka rehetra ahatratrarana ireo nahavanon-doza ao anatin’ny fotoana vitsy.

Avotra Isaorana}

Ino Vaovao0 partages

FIFANINANANA TOP FOOT : Betsaka ireo talenta miafina mivoaka masoandro ao Mahajanga

Hita tamin’izany fa efa mirindra tsara ny ekipan’i Aranta, izay maro mpilalao tokoa. Ny ekipan’i Mahajanga be kosa dia manana tovolahy mahavita hazakazaka 100 metatra anatin’ny 10’ 7”, izay sady kapitenin’ny ekipa. Ny ekipan’i Marovato Abattoir kosa dia manana mpiandry tsatokazo mahavita mitsambikina sy mahambina tsara ny tsatokazony.

Ny ekipan’ Amborovy sy Aranta dia samy mbola tsy resy mihitsy hatrizay.Soatoavina maromaro no ezahina fohazina amin’ity top foot ity dia ny firaisan-kina ; ny fananana toe-tsaina mpanao fanatanjahantena : mba mahazaka resy no tsy manakora ny resy koa raha mandresy ; fifampianarana ny toe-tsainana ekipa ary fahavitrihana. Hita tamin’izany fa manomboka mipetraka ny fahaiza-miara-monin’ny tanoran’i Mahajanga. 

Tamin’ny sabotsy teo ohatra, nandritra ny lalao tao amin’ny kianja Rabemananjara dia nizara ny ranom-boankazo sy tohan’aina nokarakarainy ho an’ny ekipan’i Fiofio izay nifanandrina taminy ny ekipan’i Mahajanga be.  Tsy dia manan-katao mantsy ny Fokontany Fiofio amin’ny ankapobeny nefa dia nanohana azy ireo hatrany ny ekipan’i Mahajanga be.

Misy hatrany ny fanentanana ny mponina eny amin’ny kartie hanohana ny ekipany izay tsy entina miady fa amin’ny toetsaina maha olom-pirenena tanteraka.

INV

Ino Vaovao0 partages

KAOMININA AMBANIVOHITRA BOANAMARY : Tsy naharototra ny mponina loatra ny tsena vaovao

Teo aloha teny ankalamanjana no nivarotra ireo mpivarotra ary sahirana araka izany koa ireo mpividy. Vita anefa ny tsena ahafahana miala amin’izany fahasahiranana izany izao satria nametrahana sy notokanana ny tsena vaovao ao Boanamary sy biraon’ny Fokontany ao an-toerana mba ahafahan’ireo vahoaka mifanerasera ara-barotra.

Ny Fanjakana no namatsy vola ny fanamboarana ny tsena ao Boanamary saingy tsizarizary izany satria tsy misy latabatra na iray aza ao anatin’ny tsena ity fa eny ambany no mivarotra ireo mpivarotra raha toa ka tsy misy latabatra entin’izy ireo. Eo koa ny tsy fisian’ny rano manodidina ity tsena ity raha toa ka tsy misy ny fanadiovana atao azy isan-kerinandro. Anisany olan’ireo mponina tokoa ny tsy fisian’ny herinaratra sy ny famatsian-drano ao ao an-toerana. Rano amin’ny vovo sisa no sotroin’ireo vahoaka ao izay tsy azo antoka.

Nangatahin’ireo vahoaka amin’ny fitondrana ny tokony hamatsiana herinaratra ao an-toerana. Ny Praiminisitra no nitokana ity tsena ao Boanamary ity ary niantefan’ny hafatra avy amin’ireo vahaoaka. Nilaza hatrany anefa ireo vahoaka “ fa tsy ny tsena no laharam-pahamehana ho azy ireo fa ireo rehetra notanisaina teo aloha.

Midika izany fa tsy naharototra ny mponina ity fotodrafitrasa napetraky ny fitondrana ao amin’izy ireo ity.

Tolin

Ino Vaovao0 partages

FANATANJAHANTENA : Vonona handray ny lalaon’ny Asoimada ny tanànan’i Toliara

Tonga taty an-toerana mihitsy ny filoha nasionalin’ity lalao Asoimada, Randimbiarisoa Oliva, nitsidika sy nijery ny fikarakarana. Nanambara izy tamin’izany fa ny Asoimada nasionaly no hiantoka ny lany amin’ny fikarakarana rehetra.

Hisy ny taranja vaovao hampidirina izay tsy maintsy atao mba hanatsarana izany amin’ity taona ity. Ao Toliara no hanombohana izany toy ny lalao baolina eny amin’ny tora-pasika. Hovoizina mandritra izany koa ny momba ny kolontsaina maha Malagasy, ny fizahan-tany ary ny maro hafa. Nanambara ihany koa ny filoha rezionaly Rampinjoso Honore fa vonona ny handray ity lalao ity i Toliara.

Nambarany koa fa efa nisy ny fanentanana sy ny fanatonana ny manam-pahefana eto an-toerana, fa vonona ny hanampy izy ireo. Notolorany fisaorana ireo manam-pahefana ireo noho ny fahavononan’izy ireo hanampy ity lalao Asoimada izay hatao eto Toliara ity. Novaina ho Asoimada ny lalao tamin’ity taona ity raha Asoimi izy teo aloha.

Mpikatroka maherin’ny fito arivo no andrasana ary taranja fito ambin’ny folo eo ho eo no hifaninanana.

Bems

News Mada0 partages

Cyclisme : mise en jambe avant le sommet régional

Un avant-goût du championnat d’Analamanga prévu le 11 juin sur un parcours de 130 km sur l’axe RN4 dont le coup d’envoi sera donné au PK 12 à Andranotapahana. Le pourtour du Marais Masay a fait le bonheur des coureurs de la ligue d’Analamanga hier. Et ce, dans toutes les catégories. Pour l’épreuve de 80 km, Célestin Rakotohasimbola (VCA) a bouclé la boucle en 2h14’33 ». L’un des meilleurs grimpeurs de la troupe, Emile Randrianantenaina (FCSA), était sur ses talons (2h14’40″00).

Herimandranto Manovosoa (Pharmacie Anosibe) a complété le podium avec un temps de 2h14’40 » 50. La victoire a été, encore une fois, partagée entre les grands clubs de la capitale à l’image de VCA, FCSA, Mbike ou Pharmacie Anosibe dont les coureurs ont su se frayer un chemin parmi les plus chevronnés. Effectivement, outre Herimandranto, Sandaniaina a également intégré le top 5 en devançant sur le fil Bruno Randrianarimanana (Mbike). Chez les cadets, Nambinintsoa Rakotondrasoa (VCA) a parcouru les 20 km en un temps de 35’04″09 contre 35’04″45 pour Johnny Raheritovo (VCA) et 35’25″02  pour Elie Marcel (Pharmacie Anosibe).

Rojo N.

Top 5 (80 km) :

1-Célestin Rakotohasimbola (VCA) : 2h14’33 »

2-Emile Randrianantenaina (FCSA) : 2h14’40″00

3-Herimandranto Manovosoa (Pharmacie Anosibe) : 2h14’40″50

4-Sandanianina (Pharmacie Anosibe) : 2h14’41″02

5- Bruno Randrianarimanana (Mbike) : 2h14’42″05

 

News Mada0 partages

Basket-N1B : le sacre à MB2All

Une fois de plus, le basket-ball féminin a vu la domination de MB2All Analamanga. Cette fois-ci, cette équipe a remporté le sommet national N1B au nez et à la barbe de l’Ascut dans son fief à Antsinanana.

L’honneur est sauf pour la ligue d’Analamanga ! Le feu était au rouge après l’hécatombe de ses représentantes en demi-finale. Mais grâce à une équipe de MB2All, la seule rescapée de la troupe, le titre rentre dans la capitale. En terrain hostile, celui de Grand port, cette formation a su maîtriser son adversaire à savoir l’Ascut de Toamasina de bout en bout pour garantir un succès tant mérité. Poussé par un public acquis à sa cause en effet, Ascut a tenté le tout pour le tout dans sa quête de la victoire. Malheureusement pour elle, le retard à la marque était difficile à rattraper.

A la mi-temps, l’écart était de 10 points et malgré les tentatives des joueuses locales, elles n’ont pu le réduire que de 3 points le score au tableau. Insuffisants pour pouvoir rafler le sacre à domicile. La seule consolation pour Ascut est la montée dans la division reine, la N1A la saison prochaine avec l’équipe championne et celle arrivée en 3e position. A ce jeu, CBBOA a une fois de plus laissé passer sa chance, comme c’était le cas l’année dernière, en flanchant au moment crucial et de perdre un match à sa portée, synonyme de la montée en N1A au profit de BCCA Amoron’i Mania.

Inédit

Par ce sacre de MB2All, le championnat national de la division reine verra pour la première fois la participation de deux équipes issues d’un même club. Il y aura MB2All 1 qui vient d’être sacré championne de Madagascar et le MB2All 2. En tout cas, avec SBBC et Ascut, MB2All possède également une équipe masculine en N1A en plus des dames de la même division.

Naisa

Résultat de la finale 

MB2All-Ascut : 53-46

3e place:

BCCA-CBBOA : 65-55

 

News Mada0 partages

BMOI Premium Challenge : une édition à succès

Le tournoi BMOI Premium challenge organisé annuellement au Country club à Ilafy s’est achevé sur une bonne note hier pour Nantenaina Rakotobe (ministère de l’Education nationale) qui a déjà survolé la version 2016 aux côtés de Murielle Rampanarivo. Cette fois, il a récidivé dans le tableau final double homme avec Aro Rampanarivo, représentant du cabinet dentaire Rampanarivo. Ce duo de choc s’est imposé en toute aisance dans le groupe Titanium face à Jérôme Valentin (Telma) et Frédéric Wybo (Ultramaille) au terme d’une mort subite suite à une partie de 1 set partout (5/1 ; 0/7).

Dans le groupe Steel catégorie masculine, Eric Lavergne (Casa Nou) et Stéphane Rajaonson (Links) ont eu raison de Lenny Burban et Matis Burban (Air France) sur le score de 4/3 ; 5/1. Chez les dames, Fitia Randriamifidimanana (ComCo/ Pok Pok) et Murielle Rampanarivo (ESSAgro) n’ont pas pu rééditer leur exploit des deux dernières éditions. Elles ont concédé la couronne à Véronique Boyaval (DMT Photo) et Mamialisoa Rahajarizaka (APC Ressources) après la mort subite (4/3 ; 2/4). Pour ce qui est de la catégorie père/fils, les Rajaonson Hery et Heritiana (Masindray) ont disposé de Stéphane et Etienne Bruno (Madauto) en finale sur le score de 4/3 ; 6/1.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Volley-Analamanga : le sort en est jeté pour la première division

A l’issue de la dernière journée comptant pour le cham-pionnat d’Analamanga de volley-ball le week-end dernier, les huit équipes qualifiées pour les  quarts de finale dans les catégories homme et dame de la première division sont connues.

Chez les hommes, sur les neuf formations en lice, seul CSA a raté le coche, les autres dont les gendarmes de la GNVB qui sont au premier rang continuent la route. Cosfa a arraché la deuxième place devant VBCD.  Plus surprenant est le 5e rang de l’Asi derrière As Voara. Ce qui ne s’est plus produit depuis quelques saisons.

Côté dame, VBCD1 a dicté sa loi cette saison au détriment de Bi’As, championne en titre qui se classe en 4e position. JMVB a également étonné plus d’un en se hissant devant l’AMVB, à la deuxième place. Voara et ASSM ferment la marche, au 9e et 10e rang.

Naisa

Résultats  de la dernière journée :

1ère division féminine :

JMVB-Asi : 3-1 (25-18/ 15-25/ 25-9/ 25-19)

VBCD1-AMVB : 3-0 (25-20/ 25-12/ 25-21)

VBCD2-Afa : 3-2 (16-25/ 25-16/ 23-25/ 25-20/ 15-11)

Asi2-ASSM: 3-1 (21-25/ 25-23/ 25-18/ 25-18)

Bi’As-Voara: 3-0 (25-11/ 25-06/ 25-07)

1ère division masculine :

COSFA-VBCD: 3-0 (25-16/ 25-20/ 25-22)

GNVB-ASI: 3-0 (25-16/ 25-10/ 25-20)

VOARA-CSA: 3-1 (25-15/ 25-13/ 21-25/ 25-17)

RVB-MVBC: 3-1 (17-25/ 25-23/ 25-19/ 25-20)

Classement

Dames : 1-VBCD1, 2-JMVB , 3-AMVB, 4-Bi’As , 5-Asi1, 6-VBCD2, 7-Afa, 8-Asi2, 9-Voara, 10-ASSM

Homme : 1-GNVB , 2-Cosfa, 3-VBCD, 4-Voara, 5-Asi , 6-JSA , 7-RVB, 8-MVBC, 9-CSA

 

News Mada0 partages

Echos du week-end : les spectacles « Fête des mères » ont fait recette

Plusieurs spectacles se sont tenus durant le week-end dernier. La plupart d’entre eux ont été organisés à l’occasion de la fête des mères, entre autres celui de Bodo, « Fetin’i Maman ‘ty », qui ont séduit le public. En revanche, d’autres évènements ont eu quelques difficultés à remplir la salle.

Depuis vendredi dernier, plusieurs cabarets-concerts  ont animé la capitale, entre autres Tselonina et Fara Gloum qui ont chantonné au Piment Café à Behoririka. En empruntant le genre acoustique, le duo a tout de même séduit le public qui arrivait petit à petit. Ensuite, dans le cadre de la promotion de son dernier album, Eusébia a tenu deux concerts le week-end dernier. Le premier s’est déroulé à l’hôtel Le Louvre, vendredi dernier et le second à l’Is’art galerie à Ampasanimalo. Entre la danse et le chant, la chanteuse a su captiver son public. La particularité d’Eusébia est qu’ elle a une endurance exceptionnelle qui n’affecte pas le côté artistique de ses shows. Même si la salle n’est pas remplie, elle préfère multiplier ses shows. En effet, après ces deux concerts, elle a annoncé de faire un autre grand cabaret le 2 juin prochain au Glacier avec le chanteur Dat’kotry.

Par ailleurs, plusieurs autres spectacles ont été boudés par le public, comme le « Live Mail’Hit up » qui s’est tenu au palais des Sports et de la culture, hier. En effet, l’objectif est d’effectuer une sorte d’évènement spécial pour les jeunes entre les ambiances DJings et les prestations des artistes du moment. Beaucoup ont pensé que l’échec vient peut être d’un manque de communication ou d’une erreur sur la date. Notons que le spectacle s’est tenu un dimanche après-midi. Pourtant, Mr Sayda, Rak Roots, Arione Joy, Martiora Freedom, Jess Flavy One… étaient en tête d’affiche.

Les spectacles à l’occasion de la fête des mères

Beaucoup d’artistes se disent qu’il est aussi difficile de remplir le Dôme RTA

à Ankorondrano avec ses quelques milliers de places. Pourtant, Bodo a facilement réussi le défi hier en faisant carton plein. Vêtue d’une robe blanche qui mettait en valeur sa féminité, la diva illuminait la scène et envoûtait le public avec sa voix d’or et ses belles compositions. « J’étais particulièrement touché lorsqu’elle a interprété le titre « Sombinaiko », a annoncé un fan, hier.

Et enfin, l’incontournable « Fetin’i maman ‘ty » a connu un franc succès, hier à Antsahamanitra. Tous les humoristes célèbres étaient montés sur scène pour divertir le public. Il s’agissait de Francis Turbo, Fou Hehy, Barhone, Etsetra Etsetra, Gothlieb et même Dadavy avec son nez rouge était de la partie. A part les sketchs de divers styles de ces humoristes, l’animation assurée par Bolo a davantage mis une touche particulière au spectacle.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Dégradation de la biodiversité : l’écotourisme menacé

La Grande île est plus connue par sa richesse inestimable en biodiversité, ce qui fait d’elle l’écrin d’une faune et d’une flore à 90% d’espèces endémiques. Cette réputation risque pourtant de faire partie de l’histoire si le rythme de dégradation actuelle de cette biodiversité unique se poursuit.

La situation est alarmante. Des milliers d’hectares de forêts par an sont détruits chaque année à cause des différentes pressions anthropiques, engendrant ainsi une lourde menace sur la biodiversité, qui a pourtant un taux d’endémicité élevé. En l’occurrence, 80% des plantes à fleurs, 95% des reptiles, 98% des grenouilles et 100% des lémuriens trouvent exclusivement leurs abris sur l’île. Economiquement parlant, la perte de cette capitale naturelle pourrait être fatale si on ne cite le fait que 70% des touristes viennent au pays pour sa biodiversité selon la Fondation des aires protégées et de la Biodiversité de Madagascar (FAPBM).

Sans évoquer les autres conséquences, les milliers d’emplois créés par l’écotourisme sont aussi menacés, ce qui signifie le tarissement des sources de revenus impactant l’économie du pays. Le Directeur exécutif de cette institution, Gerard Rambeloarisoa, a souligné dans son allocution lors de la célébration de Journée internationale de la Biodiversité, célébrée la semaine dernière, que « si la biodiversité n’est pas durable, il ne pourra y avoir de tourisme durable ». Celle-ci avait pour thème : « Biodiversité et tourisme durable ».

Sonnette d’alarme

Face aux menaces qui pèsent sur ce capital naturel unique, la FAPBM tire la sonnette d’alarme tout en lançant un appel à l’endroit de tout un chacun (simple citoyen, acteurs étatiques, partenaires actuels et potentiels) à affermir ses engagements dans la conservation de ces richesses naturelles.

« Chacun à son niveau peut agir et contribuer à inverser la tendance actuelle de la dégradation de la biodiversité », a ajouté notre source. Elle de soulever que la perte latente de la biodiversité impacte directement notre existence. « La sécheresse, due au manque de pluie, la baisse de fertilité des sols ou encore la mauvaise qualité de l’air constituent autant de conséquences que nous subissons actuellement », a-t-elle mentionné.

3 millions de dollars

La FAPBM, qui a pour mission de contribuer au développement humain durable par la conservation et la valorisation de la biodiversité à travers la mobilisation de financement  en faveur du système des Aires protégées de Madagascar, ne cesse de déployer ses efforts pour défendre la cause de la biodiversité au niveau international. Grâce à l’augmentation du capital investi par les partenaires sur les places boursières internationales, la FAPBM pourrait augmenter le financement alloué aux Aires protégées et Parcs nationaux malgaches de l’ordre de 3 millions de dollars par an à partir de 2018, au lieu de 2 à 2,5 millions de dollars ces dernières années.

Les partenaires techniques et financiers, les organismes internationaux comme WWF et Conservation international ainsi que l’Etat malgache déposent des fonds dans ce compte, dont les bénéfices sont utilisés pour financer la conservation de la biodiversité, qui se situent en fin de l’année dernière à 70 millions de dollars. La coopération allemande ainsi que la coopération française ont injecté des sommes importantes avec respectivement 22 millions d’euros et 40 millions de dollars. Actuellement, 41 Aires protégées et Parcs nationaux sur les 123 existants bénéficient du financement de la FAPBM.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Trafic de vanille : les producteurs accusent des personnalités

Le trafic de vanille verte provoque des différends entre les autorités dans les zones de production. Le fokonolona les accuse de vol de ses produits.

La crise de la vanille est à son paroxysme dans la région Analanjirofo. Les autorités s’accusent de vols et détournements de vanille suite aux initiatives incontrôlées de certains gendarmes.  Lors d’une réunion à Ambatoharanana, dans le district de Fenoarivo Atsinanana, la coopérative des cultivateurs de vanille «Taratra» a accusé le maire de cette localité d’être de connivence avec différentes autorités pour spolier ses biens. Différents témoignages corroborant avec des rapports de la police nationale ont fait état de confiscation illégale de ses produits, selon son porte-parole.

Le chef de la région Analanjirofo ainsi que le Procureur du tribunal de Toamasina se sont déjà exprimés pour tirer leur épingle du jeu dans cette affaire.

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : il y a candidats et candidats…

Une Malgache candidate aux élections législatives françaises, pouvait-on lire dans la presse et sur les réseaux sociaux.

L’ascendance malgache d’Aina Kuric ne fait pas de doute quand on regarde son visage aux traits familiers pour nous qui vivons sur la Grande Île. Le prénom de madame Kuric est également une  preuve, s’il en fallait, que les racines de la candidate de la République en marche dans la deuxième circonscription du département de la Marne sont ancrées dans la terre des ancêtres chère aux Malgaches.

Sur les réseaux sociaux, on se félicite ici de cette candidate dont on partage fièrement l’engagement politique ; là, des commentateurs acerbes s’attardent sur le nom de famille d’une Malgache qui aurait renié ses origines. On en oublierait presque que Aina Kuric n’est pas une candidate malgache à une élection malgache mais une candidate française à un scrutin français.

Dans la très assimilationniste République française, on évoquera la diversité et un modèle d’intégration à la française encore efficient en évitant de souligner que tel candidat français est aussi ressortissant d’un pays étranger.

Imaginons une Aina Kuric à Madagascar… Imaginons qu’un(e) Malgache d’origine française se fasse une place dans le milieu politique local. Montrerions-nous autant d’enthousiasme si la presse française et les réseaux sociaux se réjouissaient qu’un Français perce dans notre panier de crabes ? En toute honnêteté, nous serions autrement plus circonspects. Quant aux plus virulents d’entre nous, on en compte un nombre certain, ils crieraient à l’ingérence sans oublier de rappeler que la colonisation est un lointain et mauvais souvenir.

Nous n’en sommes pas encore là. Les Malgaches d’origine française ne sont pas si nombreux qu’il faille craindre une nouvelle forme d’ingérence.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : canal du Sud, Canal du Nord (2)

(Suite et fin.)

Dans tous les cas, il eut apporté la compétence et l’énergie suffisantes pour que ces travaux ne fussent pas interrompus, rendant inutiles les dépenses faites.

Vous me direz peut-être que nous sommes desservis par les annexes des M. M. Vous oubliez combien difficiles et dangereuses sont, dans nos rades ouvertes, les opérations d’embarquement et de débarquement qui, trop souvent, hélas ! ne peuvent avoir lieu en raison de la mauvaise mer, laquelle oblige les bateaux à passer au large, en nous brûlant la politesse, ce qui fait qu’il n’y a pas d’itinéraire fixe possible. Tandis que par un canal bien abrité en eau douce, nos chalands et nos pirogues pourraient circuler de jour comme de nuit avec toute la régularité désirable…

Mais si, dans le Sud, nous sommes desservis par les bateaux annexes des M. M., les régions du Nord le sont également avec en plus toute une flottille de voiliers, chose qui nous est absolument interdite, car aucun voilier, même aucun bateau de faible tonnage ne peut s’aventurer dans nos parages, le mauvais état constant de la mer offrant trop de dangers. Ainsi donc la région du Nord, en plus des M. M. et des voiliers, aura un canal… tandis que nous…

Mais voilà ! Dans notre région écartée et d’accès difficile, nous nous trouvons trop loin du soleil ; quoi d’étonnant, dès lors, que ses rayons aient tant de peine à arriver jusqu’à nous !

L. B.

Mouvements maritimes

(De la Tribune.)

Le Syndicat des Chargeurs vient d’être informé que la paquebot Natal a quitté Marseille le 26 avril pour Madagascar.

D’un autre côté, des renseignements particuliers nous font connaître que le courrier de France pour Madagascar a quitté Aden dimanche dernier, 6 courant, – probablement par la Nera.

Le Tamatave

Le mouvement du commerce

Le mouvement du commerce général de Madagascar pendant le troisième trimestre 1916 a atteint le total de 55 949 952 francs, dont 30 704 687 francs à l’importation, et 25 245 262 fr. à l’exportation.

La part de la France a été de 34 445 610 francs.

Importations : 14 458 729 francs.

Exportations : 18 986 881 francs.

Les Annales coloniales

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : devine qui vient jouer

Le Ramadan, mois de la repentance et du pardon a commencé samedi. Pendant cette période, les musulmans doivent «s’abstenir corporellement, spirituellement et au niveau du comportement», explique le Centre Rassouloul Akram (C.R.A). Le communiqué du C.R.A ajoute que des émissions seront programmées à la radio pour que les croyants puissent «se consacrer et s’approcher beaucoup plus de Dieu» et des jeux de questions/réponses seront proposés à la RNM et la RTM. En jouant vous gagnerez peut-être un ordinateur ou un réfrigérateur ou une télévision… L’annonce ne précise pas si les non musulmans qui ne s’abstiennent ni corporellement, ni spirituellement ni au niveau du comportement peuvent jouer.

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fanararaotana ny fahasarotana

Iaraha-mahita fa maro sosona ny fari-piainan’ny olona mifanerasera eto amin’ny fiarahamonina. Fiarahamonina mankaiza moa, tsy mifandray ny lanjan’ny fahasahiranana manalavitra hatrany amin’ny fijalin’ny maro rendriky ny fahasahiranana na fahantrana mihintsy aza ny fisitrahan’ireo mpanana ny fiadakadanana. Miray fonenana fa arabe no hany iraisana, samy mizotra ny làlany. Raha ny eto Iarivo aloha, nohon’ny fahamaron’ny mponina sy ny fahateren’ny làlana dia lasa fisisihana no ifaninanana ary tsy ilaozan’izay manao do-tandroka sy fivatravatrana mba ahafahan’izay sahy an’

izany isongona ny be sy ny maro. Fonenana no iraisana fa eny an-dalambe hany toerana ifaneraserana : jifa ny firaisan-kina, na ny fifanajana aza dia anarany fotsiny sisa. Very hasina ny rariny rehefa tsy mahita mangirana ny fampiharana ny lalàna. Firenena toy ny tanàna tsy misy fanjakana hoy ny betsaka, maro no miaina arak’izay. Tsy hita ho lavina fa tsy mahavita ny adidiny izany fanjakana izany, ny fisehon’ny faharavaravan’ny atao hoe fandriampahalemana ampy itory fa tsy mahefa ny andraikiny ny fanjakana izay tompon’antoka voalohany mikasika ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananana. Mbola ny fanjakana ihany koa no miandraikitra ny fandrarina ny tontolon’ny toe-karena, araky ny toe-draharaha tazana anefa tsy misy toerana ho an’ny rariny ao amin’io sehatra io, eo ireo olom-bitsy afaka manangon-karena tsy fanta-pototra ary tsy mifehy tena ideradera an’izany, eo ankilan’izany ny maro an’isa dia tototry ny fitombon’ny fahasahiranana.

Diso anefa ny filazana hoe tany tsy misy fanjakana, mbola ao ny hery izay ampiasain’ny fitondrana ho fitaovana famoretana. Nohon’ny tahotr’izany tsy manana sehatra anehoana fitarainana intsony ny vahoaka, anarany fotsiny ny hoe fahalalahana, any amin’ny sisiny any no afaka mimenomenona ary any am-po no gejaina ny hatezerana. Mizarazara ny fiarovana ny tombotsoa iombonana, fitiavan-tena sisa manjaka. Tsy mila mamorona ny fitondrana, tetika ratsy efa tranainy be no ampisain’izay mifandimby : zarazarao ny vahoaka amin’ny fanatotofana ny mponina ao anaty fahasahiranana, ahafahan’ny tena anjakazaka.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Ambohimanarina : la Fête des mères en grande pompe

Les mères du 6ème arrondissement d’Antananarivo-Renivohitra ont célébré la fête des mères en compagnie de la députée Vololona Victorine Raherisoa, élue de leur circonscription samedi. Cadeaux et conseils pratiques leur ont été prodigués à cette occasion.

Trois cent cinquante mères de famille sélectionnées dans les 31 fokontany du 6ème  arrondissement de la capitale ont marqué ensemble la fête des mères sur l’initiative de la députée Vololona Victorine Raherisoa, samedi dernier à Ambohimanarina. Elle a organisé cette fête en groupe, selon ses explications, pour mettre en valeur les mères qui sont la base de la société malgache et garantes de son développement. Dans cette optique, les femmes leaders de l’arrondissement, invitées d’honneur à la manifestation, ont sensibilisé leurs consœurs sur leur rôle dans la famille et au sein de la nation.

La femme-parlementaire a réaffirmé à ces mères sa détermination à aller de l’avant pour la promotion de l’approche genre pour la revalorisation des femmes à cette occasion.

L’ambiance familiale a primé

En général, la fête des mères a été célébrée comme il se doit dans la capitale, notamment au niveau des églises, qui ont accordé une importance particulière à cet évènement, ainsi que dans les cercles familiales. Chaque ménage a fait de son mieux pour immortaliser ce moment, via un repas en famille avec des menus qui sortent de l’ordinaire. Cette fête était synonyme de profit pour les commerçants qui ont su satisfaire les besoins de la clientèle, qui a fait de son mieux pour procurer de la joie à celle qui lui a donné la vie, en lui offrant des cadeaux.

Manou

Ino Vaovao0 partages

CNEMD ETSY AMPEFILOHA : Mitaraina ireo ray aman-dreny mampianatra ny zanany ao

Noho ny tsy fisian’ny fotodrafitrasa sy tsy fahampian’ny fitaovana ampiasain’ny mpianatra ao an-toerana no mampitaraina azy ireo.

Nilaza izy ireo fa tsy misy intsony ny fandraisana andraikitra ataon’ny avy amin’ny minisiteran’ny Kolontsaina  amin’io sekoly fampianarana mozika sy dihy ity ankehitriny. Efa tsy zarizary avokoa ireo trano fianarana, tsisy hita intsony ireo fitaovana avy any ivelany  mba fanampiana nomena ny sekoly. 

Tamin’ny taona 2010, nahazo fitaovana iray kaotenera ny sekoly nefa tsy misy hita izany ankehitriny, hoy hatrany ireo ray aman-drenin’ny mpianatra. Ankoatra izany dia nanomboka ny volana janoary efa tsy nandray karama ihany koa ireo mpampianatra sy mpandraharaha ao amin’ity toerana ity hatramin’izao. Miisa dimampolo sy fiton-jato ireo mpianatra misehatra ny fianarana mozika sy dihy ao amin’ny CNEMD, ary manefa saram-pianarana ara-dalàna avokoa izy ireo, hoy ihany ireto farany. 

Maro ireo mpitondra fanjakana sy ireo tsy miankina navoakan’ny sekoly, nefa tsy misy mijery na mba manome fanampiana izy ireo, hoy ihany ireo ray aman-drenin’ny mpianatra. Manoloana izany, hanatanteraka fivoriana manokana izy ireo handinihana ny fanapahan-kevitra horaisina hanairana ny tompon’andraikitra manoloana io raharaha io amin’ity herinandro ity.

Pounie  

Ino Vaovao0 partages

VOLANA RAMADANY : Nitondra fanomezana ho an’ny mpino silamo ny Praiminisitra

Dingana iray tsy maintsy ataon’ny mpino silamo rehetra  isan-taona izany. Tsy vitan’ny fifadian-kanina fotsiny fa miezaka mifehy tena mba  hialana amin’ny toetra ratsy izay mety fanao andavanandro ny mpino silamo mandritra ny volana Ramadany.

Volan’ny famelana, fandeferana, fifanampiana ihany koa  ny volana Ramadany, ka tsy vitsy ireo olona na fikambanana manolotra fanampiana ho an’ny mpino silamo mandritra ity farany. Anisan’izany ny Praiministra Mahafaly Olivier izay tonga tao amin’ny Mosquée 67ha niarahaba ny mpino silamo ary nanolotra  izay voatsirambin’ny tanana nahitana vary, siramamy, ronono, menaka ary macaroni ho an’ny mpino silamo amin’izao volana Ramadany izao. 

«  Na dia tsy mitovy aza ny finoana dia azo atao tsara mifanaja  », hoy i Mahafaly Olivier. Nitondra fanazavana mikasika ny atao hoe  «  intégrisme religieux  » ity farany tamin’ny fandalovany tao amin’ny «  mosquée 67ha  » mba hialana amin’ny fanaratsiana ny finoana silamo eto Madagasikara. Voaresaka ihany koa ny momba ny sekoly koranika. Araka ny fantatra efa milamina ny raharaha taorian’ny resaka nifanaovan’ny minisitra Paul Rabary sy ny solontenan’ny fikambanana silamo malagasy farany teo.

 A.Lepêcheur

Tia Tanindranaza0 partages

FITATERANA

Taksibe iray laharana 194 mampitohy an’i Mausolée sy Andranomena ny sabotsy teo no nibahana mpandeha tsy hiditra tao anaty fiara. Ilay mpanampin’ny mpamily no nikomy.

Mitaraina fatratra ny amin’ny tsy fisian’ireo kojakoja ilaina amin’ny fiainana andavanandro amin’izao fotoana ireo mponina ao Maroantsetra. Noho ny fiatoan’ny sidina mampitohy ity distrika iray ity amin’i Toamasina no anisan’ny antony mahatonga izany. Manararaotra ireo mpivarotra manana ambim-bava ka misy mihitsy ireo sahy mivarotra ny singana sigara iray ho 300 Ar.

FITSARANA

Hivoaka ny 21 jona ho avy ny didim-pitsarana mikasika ilay Ramatoa mpampianatra nikasi-tanana mpianatra tao amin’ny sekoly tsy miankina La Croyance Anjanahary. Ny herinandro teo no niakatra Fitsarana ity renim-pianakaviana ity izay tsiahivina fa efa nangataka fahafahana vonjimaika saingy tsy nahazo.

TEKNOLOJIA

Hotanterahina eto amintsika ny 1-3 jona ho avy izao ilay hetsika New tech Event entina hampahafantarana ireo vokatra farany entin’ny fivoaran’ny teknolojia eto amintsika. Etsy amin’ny lapan’ny kolontsaina sy ny fanatanjahantena etsy Mahamasina no hanatanterahana izany, hetsika tohanan’ny orinasam-pifandraisana Orange Madagascar.

FIZAHANTANY

Anisan’ny migoka ny tombontsoa azo avy amin’ny fametrahana fizahantany maharitra ny any amin’ny Faritra Amoron’i Mania amin’izao fotoana. Mampidi-bola 120 tapitrisa Ar isan-taona ny toerana fandraisana mpizahatany iray eny an-toerana, izay midadasika amina toerana 20 ha. Mahatratra 11.000 ka hatramin’ny 13.000 isan-taona ireo mpizahatany vahiny tonga mitsidika ity Faritra iray ity isan-taona  ary mandray karama avokoa ireo mpitarika mpizahatany miasa ao anatiny.

SOSIALY

Rongony milanja 150 kg no saron’ny mpitandro ny filaminana tao anatina taksibrosy iray avy any Farafangana hihazo an’Antananarivo ny faran’ny herinandro teo. Telolahy no tompon’antoka tamin’izany raha araka ny fantatra. Rongony nokasaina haparitaka teto an-drenivohitra izy io.

 

Efa manomboka mahazo vahana sahady amin’izao fotoana izao ny fanapoahana tsipoapoaka eny an-dalana eny. Ireo amboarina any an-trano aloha hatreto no tena hampiasain’ny ankizy. Tsy dia mbola hita eny an-tsena kosa ireo tsipoapoaka vita sinoa.

 

Ny takelaka misy tenin’Andriamanitra sy ny teny mamy ho an’i Neny ny sabotsy teo no tena be mpividy teny Analakely. 2.000 Ar dia efa nahazo ka nifanotofana tanteraka ny toeram-pamonosana fanomezana. Ankoatra izay, be mpividy ihany koa ny akanjo mafana sy ny kiraro mafana fanao ao an-tokantrano.

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hira ho an’i Neny tetsy amin’ny CCESCALatsa-dranomaso i Rolland Raoelison

Tao anatin’ilay fampisehoana « Hira kanto ho an’i Neny » niangalian’i Rija Ramanantoanina sy Mahery, Fanja, Faniry Raoelison, ny tarika Ny Nanahary ary ny tarika M.R.

 Razafy nanasongadina ny hiran-dRolland Raoelison izay mandalo eto an-tanindrazana ankehitriny dia latsa-dranomaso ity andrarezin’ny hira Malagasy izay efa hananika ny faha-80 taona niainany amin’io taona 2018 ho avy io ny namerenana indray ilay hira noforonina “ Neny” . Nambarany fa vao 8 taona monja izy dia efa nindaosin’ny fahafatesana ny reniny ka izay no tsy nahatanany ny ranomasony teo.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

CNEMD AmpefilohaEnim-bolana tsy nandray karama ireo mpampianatra mozika

Ivontoerana iray mampianatra momba ny mozika ny CNEMD etsy Ampefiloha, rantsana iray eo anivon’ny minisiteran’ny kolontsaina sy ny vakoka.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly ambony GSINamoaka mpianatra 200 mianadahy

Namoaka mpianatra 200 mianadahy ny zoma lasa teo ny sekoly ambony GSI etsy Antaninarenina.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly ambony GSINamoaka mpianatra 200 mianadahy

Namoaka mpianatra 200 mianadahy ny zoma lasa teo ny sekoly ambony GSI etsy Antaninarenina.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Aleo manonofy aloha

Mba fahalalam-pomba angamba no mahatonga ny olona sasany mitoraka voninkazo ny fitondrana HVM misy eto Madagasikara amin’izao fotoana, fa raha hoe ny asa atao sy ny fomba fitantanana ary ny fanolorana vahaolana mahomby dia ratsy dia ratsy ny naoty

.Hita hoe miezaka manazava ihany ny tompon’andraikim-panjakana maro, anisan’izany ny filohampirenena saingy efa lalina loatra ny hantsana, saron’ny fahantrana sy ny fahasahiranana ny olona koa tsy manam-potoana handinihana sy handalinana izay fanazavan-kevitra ataon’ny mpitondra intsony.Ilay izy rahateo moa 3 taona aty aoriana vao atao.Efa lasa solon’anaran’ny filoha ankoatr’ilay hoe ra-evotrevotra ny hoe i Rainitelo na ilay sahy nilaza fa ho foana ao anatin’ny 3 volana ny delestazy.Vao omaly alahady fetin’ny reny anefa izao no nisy faritra maro teto Antananarivo no tsy nisy herinaratra nandritra ny 3 ka hatramin’ny 7 ora.Na ahoana na ahoana fanazavana omen’ny Jirama dia efa tsy te hahalala intsony ny olona satria leon’ilay fampanantenana poakaty sy ny filazana fa sahirana sy mila mihafy isika kanefa ny mpitondra toa miha matavy isan’andro ary misolo fiara isaky ny mihetsika.Famahana ny olana ara-tsosialy miaraka amin’ny asa fanarenana ny firenena sy ny fandaminana no tontolo politika..ireo no laharampahamehana 3 goavana tokony handanian’ny governemanta ron-doha isan’andro sy isany.Mety ho vitan’izy ireo ve izany sa mijanona ho nofinofin’ny olom-pirenena manantena tsy misy fotsiny ?

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Faha 50-taonan’ny FjkmHanomboka ny 18 aogositra any Antsiranana

Tontosa omaly tolakandro teny amin’ny Fjkm Tranovato Faravohitra ny fanompoam-pivavahana fametrahana ara-pombam-piangonana ny komitin’ny jaobily ho an’ny Fjkm.

 

Atoa Marc Ravalomanana moa no filoha mitarika izany ary maharitra roa taona ny fotoam-piasany. Toromarika no nomen’ny filohan’ny Fjkm ny mpitandrina Irako Andriamahasozoa Ammi nandritra ny toriteniny dia ny hoe : “miasà ianareo amin’ny fifaliana sy ny fitiavana, miasà amin’ny fahazavan-tsaina sy ny fahendrena, miasà amin’ny finoana sy fanantenana. Ny teny tao amin’ny Timoty II 1,8 manao hoe : “koa aza menatra ho vavolombelon’ny Tompontsika” no lohahevitra nitantanana ity fanompoam-pivavahana omaly teny Faravohitra ity. Nanentana ny mpino Kristianina Fjkm rehetra kosa i Marc Ravalomanana mba hifanampy sy hifanome tanana, hifampitondra am-bavaka satria goavana ny asa atrehana. Mila manam-pitiavana isika manao asa, hoy izy miasa am-pitiavana fa tsy sanatria an-katerena ary hombam-bavaka isan’andro. Aoka tsy ho menatra fa tena ho vavolombelon’i Kristy tokoa ary tena mijoro amin’ny maha Fjkm, hoy hatrany i Marc Ravalomanana. Ny mpitandrina Andriamasinoro Fidimalala no nitarika ny fotoana teny Faravohitra io omaly io. Tsara homarihana ihany koa fa ny 18,19 ary 20 aogositra izao no fanokafana amin’ny fomba ofisialy any Antsiranana  ny jobily faha-50 taonan’ny Fjkm.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

True Direction LifeHamoaka ny rakikirany faharoa

Hamoaka ny rakikirany vaovao faharoa ny tarika TDL ( True Direction Life). Ny 4 jona ho avy izao, alahadin’ny pentekosta no hamoahana amim-pomba ofisialy izany etsy Antsahamanitra mandritra ilay fampisehoana goavambe izay hotanterahin’izy ireo eto an-drenivohitra.

 

 Toy ny fanaon’izy ireo  raha araka ny fanazavan’i Fanjanirina Rasoarimalala, tompon’andraikitra ao amin’ny tarika dia tena hiavaka tokoa ity rakikira vaovao ity satria dia ahitana hira miisa 15 be izao. Ankoatra izay, hoy izy, dia maro amin’ireo hira efa tsy afaka am-bavan’ny maro no horaketina ao anatin’io rakikira vaovao io toy ilay mitondra ny lohateny hoe : “tsy hanan-java-mahory” izay efa rentsika eny anivon’ny vata fandrenesam-peo isan-karazany eny. Nomarihin’i Fanja manokana moa fa anisan’ny antony tsy dia hanaovany fampisehoana matetika eto an-drenivohitra ny tsy fisian’ny toerana. Betsaka anefa, hoy ireo mpikambana ao amin’ny tarika no nahita fahasoavana tamin’ny hira navoakan’izy ireo toy ireo sitrana, ireo votsotra teo am-bavam-pamoizam-po … Ny sabotsy mialoha ny pentekosta vao hatonta ity rakikira vaovaon’ny TDL ity hialana amin’ny piraty.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kolikoly avo lentaSaika re matetika ny ao amin’ny atitany

Ry zareo avy eo anivon’ny vovonana politika dinika ho fanavotam-pirenena (DFP) no tena nanitrika hatramin’ny fiandohan’ny taona fa ao amin’ny minisiteran’ny atitany ao no tena fositra amin’ny

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Faritra BoenyNitokana fotodrafitrasa 3 ny praiministra Solonandrasana

Nidina ifotony tany amin’ny renivohitry ny faritra Boeny ny delegasiona notarihin’ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier notronin’ireo minisi-panajakana maromaro ny zoma 26 mey 2017.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendrena masoivoho Tsy mety teraka Ambatobevohoka

Taona iray mahery izao no niketrehan’ny fanjakana Malagasy ireo masoivoho hisolotena an’i Madagasikara any ivelany.

Olana ara-bola

Talohan’ny taona 2009 nisian’ny fanonganam-panjakana nandritra ny fitondrana Ravalomanana no nisy fanendrena ambasadaoro Malagasy farany niasa tany ivelany. Tsy afaka nanendry masoivoho noho ny tsy fankatoavana avy amin’ny fianakaviambe iraisampirenena moa ny fitondrana tetezamita lavareny. Tsy kapoakan’ny fitondrana Rajaonarimampianina kosa io lafiny fifandraisana ara-diplomatika io na dia mivoaka matetika any ivelany aza ny filohan’ny Repoblika, araka ny fahitan’ireo mpandinika ny fiainam-pirenena. Manampy trotraka ihany koa ny tetibola manify natokan’ny minisiteran’ny Raharaham-bahiny ho an’ny diplaomasia sy ny fiaraha-miasa. Manodidina ny 1,5 miliara ariary hatrany mantsy izy io nanomboka ny taona 2016 hatramin’ny taona 2019.   

Ramano F.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanManazatra hangataka

Miarahaba ry Jean a ! Tena henjana aloha ity stratejia anareo ity sady tsy mety misy maharaka mihitsy na dia fika efa tranainy aza e ! Miaiky koa aho izay !

 Dia tena tsy vonon-kanova mihitsy moa izany ianareo ity ry Jean fa dia ny hanazatra ny olona hangataka tahaka izao foana no atao a ! Fantatrareo tsara fa sarobidy izany entana ilaina amin’ny andavanandro izany kanefa hatramin’izao dia tsy mbola ilay azo hampiroboroboana hatrany no omenareo fa ireo azo androany dia lany eo no ho eo hatrany. Hitako mihitsy i Jean Fidikely sy ny madamanareo nitety faritra dia mody hoe fetin’ny reny, hono, kanefa toy ilay amin’ny herintaona angamba no tena tsinjovina e ! Na i Jean be koa aza kay nanao ilay fikanareo amin’izay na dia nanakiana aza teo aloha teo.

Marco

 

 

Orange Madagascar0 partages

Le Premier Ministre reçoit la visite de China Civil Engineering Construction Corporation

Une délégation chinoise conduite par George Guan, Directeur Général de la Société « China Civil Engineering Construction Corporation  (CCECC) »  Département d'exploitation de la région Afrique de l'Est et du Sud, a rendu une visite de courtoisie auprès du Premier Ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier ce jour.

Cette visite a pour objet un projet de coopération entre Chine et Madagascar dans le secteur infrastructure, notamment la construction d’infrastructure ferroviaire comme le chemin de fer, l’infrastructure routière, et d’autres infrastructures telles que pour les logements sociaux et  l’adduction d’eau potable.

Le Premier Ministre a remercié la délégation chinoise pour sa première visite au Palais de Mahazoarivo, il a confirmé par la suite « l’engagement du Gouvernement à travailler main dans la main avec un état d’esprit gagnant-gagnant pour la réalisation dudit projet en commençant  d’abord par la construction du chemin de fer ».  Le Chef du Gouvernement a également indiqué que « nous sommes soucieux du bien-être de la population à travers des projets qui auront des impacts directs sur leur vie quotidienne ».

Il y a lieu de noter que cette délégation est en mission à Madagascar du 27 au 31 mai 2017, et qu’actuellement, la Société « China Civil Engineering Construction Corporation  (CCECC) » possède 13 filiales.

La Vérité0 partages

Enlèvement d’Yanish Ismaël - Ses proches préfèrent la presse étrangère

Depuis plus de deux semaines, l’opinion ignore totalement ce qu’est actuellement devenu Yanish Ismaël (26 ans), l’otage de ses ravisseurs depuis. Et cette même opinion a bien raison de s’inquiéter car les informations concernant ce rapt se font de plus en plus rares, pour ne pas dire qu’elles se font tirer au compte-gouttes.

Et pour cause, il serait faux de dire que les proches de la victime soient également mis à l’écart de ces informations à propos de l’évolution de la situation. A preuve, cette étonnante disposition des premiers à s’ouvrir abondamment sur le sujet du kidnapping d’Yanish à des confrères étrangers et non à la presse locale. 

Les nouvelles sur le récent contact, du moins téléphonique ou par d’autres moyens, entre la famille d’une part et les ravisseurs d’autre part, ont été largement rapportées dans les colonnes d’un magazine africain. Nos confrères de cette revue ont même obtenu un renseignement sur  la rançon exigée, 1 million d’euros, avant de rectifier ensuite l’information. Parallèlement à cela, les journalistes de Madagascar restent à leur faim et ne trouvent le moindre créneau auprès des proches de la victime. 

Même les Forces de l’ordre du pays semblent être mises également sur la touche. Interrogée, une source auprès de la Police nationale qui enquête sur cette affaire, a affirmé ne plus rien comprendre. Elle n’a pas caché que toutes les nouvelles sur ce contact des deux bords, ont été fournies par la presse. « Il semble qu’on évite à nous parler quoi que ce soit, si bien que les enquêteurs ne soient informés qu’à travers les médias », déclare sans ambages cette source policière du pays. Les journalistes et les policiers se trouvent ainsi sur le même bateau, appelé « exclusion ».

Les enquêteurs nationaux semblent également dès fois atteints de ce virus de ne parler qu’aux étrangers. L’affaire du double meurtre de jeunes français ayant œuvré dans la protection des baleines à l’île Sainte-Marie, a été probante à cet égard. Bavardes avec la presse étrangère, les autorités ne livrent que des bribes d’information aux médias malagasy en arguant le sacro-saint secret de l’enquête… 

Franck Roland

La Vérité0 partages

Monde virtuel - Des arnaques à profusion

Avec la vulgarisation de la téléphonie mobile, les arnaques se multiplient. Les arnaqueurs utilisent les messages pour soutirer de l’argent à leurs victimes. Récemment, quelqu’un a envoyé un message dont le contenu s’est fondé surtout sur le fait que la personne propriétaire du numéro mobile a gagné une voiture (4x4) suite à un tirage. Ce message été envoyé à plusieurs numéros et gare à ceux qui mordent à l’hameçon. Certains réfléchissent et se rendent compte que cela est improbable vu qu’ils n’ont participé à aucun tirage. Cependant, d’autres croiront que c’est la chance de leur vie et ils suivront à la lettre les directives de l’arnaqueur. « Ma femme a déjà perdu 150 000 ariary pour les frais de sortie d’un certain véhicule 4x4 que nous aurions, soi-disant, gagné après un tirage », témoigne un père de famille.

La démarche est donc la suivante : ils envoient des messages, ils notifient dans leur message que ceux qui veulent avoir plus d’informations peuvent les appeler. Ensuite, ils trouvent un prétexte pour que ceux qui les appellent leur envoient de l’argent. Et enfin, quand ils reçoivent l’argent, ils coupent toute communication.

Aucune solution ?

Beaucoup de personnes ont déjà été dupées par ces messages. Pourtant, elles ne peuvent pas recourir à la Justice vu qu’elles ne savent pas les démarches à faire. En effet, avec l’initiative de l’Etat qui a exigé que chaque numéro mobile soit identifié à la personne qui l’utilise, retracer le propriétaire d’un numéro doit être plus facile. Mais en vain. Jusqu’à maintenant, il n’y a aucune enquête ni arrestation de ces arnaqueurs sur téléphone mobile. Mais est-ce que ceux qui se font arnaquer osent porter plainte, vu que sans plainte aucune enquête ne pourra se faire ? Ainsi, il faut se méfier des messages que l’on reçoit.

Rova R.

La Vérité0 partages

Ramadan - Les marchands de vivres en tirent profit…

« Nos recettes ont grimpé de 25% depuis la semaine dernière, avec les provisions que font les musulmans dans le cadre du mois du Ramadan», se réjouit un gérant de magasin de vivres du côté de Tsaralalàna. Comme lui,

bon nombre de commerçants, notamment ceux de produits de première nécessité, tirent profit de ce mois sacré des pratiquants de l’Islam. « Nous arrivons à écouler jusqu’à 5 cartons de vermicelles dans une journée, sans parler des autres produits comme la farine, le sucre, l’huile ou encore le lait concentré», ajoute une responsable de magasin à Analakely. Les marchands n’ont pourtant pas révisé à la hausse le prix des produits malgré cette forte demande du côté des consommateurs. « L’accroissement des demandes est habituel en cette période. Nous en sommes préparés depuis le début du mois, en augmentant nos commandes auprès des fournisseurs », fait part un commerçant. 

Budget spécial

« Ma famille, composée de 4 membres, a mis de côté 100 000 ariary pour les provisions du Ramadan de cette année. En jeûne dans la journée, nous nous accordons un repas spécial à partir du coucher du soleil et dans la soirée. Ceci non seulement pour se nourrir mais surtout pour gagner de la force et affronter la journée d’abstinence du lendemain, et ainsi de suite », nous confie Noor, mère de famille habitant aux 67ha. En général, les familles musulmanes concoctent des plats caloriques contenant souvent du féculent et de la viande, consommés dès la rupture du jeûne (vers 17h30). Les fruits et légumes ainsi que les produits laitiers sont aussi privilégiés, sans oublier les boissons sucrées. Puisque le Ramadan est un moment de partage, le repas peut être pris en famille ou en groupe. Des distributions de nourriture sont également organisées dans les mosquées, salles de prière ou autres et ce par les diverses associations ou communautés musulmanes.

Un mois d’abstinence 

Les musulmans à travers le monde ont pratiqué le jeûne, dans le cadre du mois du Ramadan, depuis vendredi dernier et ce jusqu’au 25 juin prochain, selon le calendrier lunaire. Ceux de Madagascar, constituant 12% de la population, ne sont pas en reste. Ce mois sacré prône l’abstinence et le partage, des vertus que les pratiquants de l’Islam devraient appliquer et véhiculer dans leur entourage. Durant le Ramadan, les jeûneurs sont privés de se nourrir et de s’abreuver, de fumer, de faire des rapports sexuels, de vomir volontairement ou encore de dormir toute la journée. Ils peuvent toutefois se rattraper si un de ces actes interdits a été accompli involontairement. Cependant, certaines personnes,âgées et faibles à la fois, sont autorisées à ne pas jeûner ainsi que celles gravement malades ou encore les enfants impubères, les femmes indisposées ou celles enceintes ainsi que les voyageurs sur une longue distance. Ces derniers ont le droit de reporter le jeûne.

Patricia  Ramavonirina 

 

La Vérité0 partages

Arrêt inédit

Les opérateurs locaux, issus des 18 tribus de la Grande île, évoluant dans la production et la distribution de la filière bovine et regroupés au sein d’une plate-forme dénommée « Fimpiomby F18 », menacèrent de mettre en exécution la suspension de livraison des bœufs sur les marchés. Ils avaient décidé le 13 mai dernier à Tsiroanomandidy l’arrêt de la livraison.Et pour cause, les opérateurs n’arrivèrent plus à supporter les multiples exactions dans l’exercice de leurs activités. Le président du « Fimpiomby F18 », Randimbiherison William, dénonce le caractère de plus en plus dangereux du métier. En effet, deux faits majeurs enveniment et détruisent, en ce moment précis, l’exploitation de la filière bovine.

Le phénomène « dahalo » qui, ces derniers temps, atteint le niveau le plus traumatisant, pour ne pas le dire, le plus atroce en termes de perte en vies humaines, dans tout le territoire national, particulièrement, dans les quatre Régions suivantes : Menabe, Bongolava, Melaky et Bongolava. Justement, Régions où il est question, depuis toujours, de la plus grande concentration d’élevage de zébus et les activités économiques y afférentes. Le porte-parole du « Fimpiomby F18 » attire l’attention des autorités compétentes sur l’existence d’un puissant réseau de contrebande, bien organisée dans le District de Miandrivazo, le point de ralliement des quatre Régions sus-mentionnées, qu’il faut, par tous les moyens, démanteler urgemment. A défaut de quoi, le circuit de la livraison des bœufs sur les grands marchés comme ceux de Tsiroanomandidy, d’Ambalavao, d’Ampanotokana et de Mandoto, demeure du domaine strictement de l’impossible.

A cette malédiction de l’insécurité s’ajoute l’impact de plus en plus insupportable des patentes et taxes diverses que les opérateurs devaient s’acquitter, par tête de bœufs, à chaque transaction jusqu’aux marchés. Des montants que les grossistes devraient récupérer chez les détaillants qui, à leur tour, se rattraperaient  sur les prix affichés aux consommateurs, sur les étals. Sans parler des sommes indues exorbitantes que les Forces de l’ordre soutireraient au cours des contrôles routiers sur le trajet du bétail ou qu’elles exigeraient pour assurer les accompagnements sécuritaires.

Tout compte fait, l’opérateur subit les exactions inhumaines des « dahalo » et croulent sous le poids des espèces sonnantes qu’on leur impose. Ainsi, se sentant coincés à l’épicentre de ces graves perturbations, les acteurs économiques répartis à travers l’île et opérant dans la filière « bœuf » ne trouvent d’autres issues que de suspendre leurs activités, et cela, dans tout Madagascar au cas où les autorités compétentes à tous les niveaux ne prendraient pas leurs responsabilités. Inutile de mettre en évidence les effets délétères collatéraux d’une telle éventualité. C’est du jamais vu !

Madagascar disposait du plus grand parc d’élevage de bœufs dans l’océan Indien et même dans toute l’Afrique australe. Jusqu’à la fin de la Première République, le nombre de tête de zébus était supérieur à celui des habitants. L’élevage de bœufs tient une place prépondérante dans les activités rurales malagasy. Dans le Sud comme à l’Ouest du pays, le bœuf occupe le noyau central dans l’ancrage économique et culturel de la communauté villageoise. La tête de zébu symbolise, depuis toujours, la souveraineté nationale. Une figure emblématique de la Nation toute entière. Et voilà, la filière bovine se trouve au centre des préoccupations, non seulement de la population, mais aussi de l’ensemble des opérateurs, en amont et en aval, engagés dedans.   Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Conseil du fampihavanana malagasy - Le comité de sélection national à l’œuvre

Les 9 membres du comité national chargé de sélectionner celles et ceux qui siègeront au sein du futur Conseil du fampihavanana malagasy (Cfm) s’attellent à leur mission, selon Alphonse Maka, un des rédacteurs du texte régissant ledit comité. Présidé par le théologien Emmanuel Djacoba Tehindrazanarivelo, l’organe a pour lieu de travail le bâtiment abritant la délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie à Antaninarenina qui jouxte le Palais présidentiel d’Ambohitsorohitra à Antananarivo.

 

Les membres du comité de sélection national ont démarré leur travail le 15 mai dernier, cinq jours après leur nomination en Conseil des ministres. Pour rappel, ils sont : Harimisa Razafindrakoto, Claudine Ratsimbazafy, Colette Voahita, Emmanuel Djacoba Tehindrazanarivelo, Aristide Velompanahy, Nirina Rabenirainy, Andry Fiankinana Manantsaina Andrianasolo, Lantonirina Randriamampionintsoa et Ismaël Mounibou. Autant d’anciens hauts dignitaires de l’Etat malgache.

Critères à retenir

Au vu du cadre juridique du processus, les 9 personnalités ci-dessus énumérées disposent de 75 jours à partir de leur notification pour sortir la liste des membres du Cfm. Leur nombre est de 22 à raison d’un représentant par Région, plus les 22 suppléants. S’y ajoutent les 11 membres dont la nomination reviendra de droit au Président Hery Rajaonarimampianina. De plus amples informations sur les critères à retenir pour la sélection des intéressés seront bientôt rendues publiques. Ce moment tiendra aussi lieu de l’ouverture de l’appel à candidature.La constitution du Cfm sera attendue vers fin juillet ou début août au plus tard. L’équipe d’Emmanuel Djacoba Tehindrazanarivelo jouira d’une pleine souveraineté dans la sélection et la désignation des membres du Cfm qui relèvent de son ressort. Ce faisant, le Conseil des ministres ne fera que valider le résultat par voie de décret. S’ensuivra alors la cérémonie de prestation de serment qui précédera l’élection des membres du bureau dudit conseil dont le mandat durera 5 ans. En gros, celui-ci sera focalisé sur la réconciliation politique, économique et culturelle.

Sceptiques

A considérer alors le retard pris par le processus de réconciliation nationale tel que stipulé par la feuille de route de septembre 2011, intégré dans l’ordonnancement juridique de Madagascar, la réconciliation nationale à proprement parler aura de fortes chances de ne se tenir qu’après les échéances électorales de 2018, contrairement aux souhaits émis par ici et par là. Plusieurs entités et politiciens ont certes réclamé son effectivité avant l’organisation des élections pour garantir leur sérénité.

A l’instar de Serge Nirina Zafimahova (cf. article ailleurs), certains sont tout de même sceptiques quant à l’aboutissement de la voie dans laquelle est engagée la démarche actuelle de la réconciliation nationale. Pour sa part, le politologue André Rasolo, qui ne cache pas son lien d’amitié avec Hery Rajaonarimampianina, pour avoir été un des ses professeurs à l’université d’Antananarivo, a avoué, dans un entretien privé, son intention de rejoindre le Cfm.

Constellations

Ministre des Transports sous le professeur Albert Zafy (1992-1996), le spécialiste de la sociologie politique natif de Fandriana, où il s’était une fois présenté avec insuccès aux législatives, a le mérite d’avoir été, dès la fin de la crise post-électorale de 2002, le premier à mettre sur les rails la machine de la réconciliation nationale à Madagascar au cours d’une réunion à l’hôtel Panorama Andrainarivo. Le professeur Albert Zafy et consorts qui y ont assisté s’y sont par la suite accrochés bec et ongles.

Ainsi a vu le jour le Comité de réconciliation nationale (Crn, 2002), secondé plus tard par la Solidarité pour la défense de la démocratie et de l’unité nationale (Spdun, 2003) du sénateur Ramasy Adolphe et du Rassemblement des forces nationales (Rfn, 2004) sous la férule de l’ancien président de l’Eglise protestante réformée, la Fjkm, le pasteur Edmond Razafimahefa (1992-2004). Ce sont en tout cas des constellations dont beaucoup ne connaissent même pas ni l’appellation ni l’existence. A l’image peut-être du futur Cfm!

Manou Razafy

La Vérité0 partages

Dossier Riana Andriamandavy VII - Une anomalie judiciaire frappante

 

Aucune convocation, ni la moindre audition. L’affaire Riana Andriamandavy VII laisse perplexe le simple citoyen quant à l’effectivité de l’Etat de droit et l’égalité devant la Justice à Madagascar. Au même titre que l’affaire Claudine Razaimamonjy, le dossier de son beau – frère retient également l’attention au plus haut point. Deux affaires qui devront pourtant connaître de nouveaux rebondissements dans les prochains jours. Rappelons que d’après les précisions du procureur général près la Cour Suprême, les agents de la Brigade de recherches au sein de la Gendarmerie nationale ont décidé de lui transmettre le dossier Riana Andriamandavy VII pour une demande de conduite à tenir. 

Il faut savoir que l’origine de l’affaire est étroitement liée avec l’affaire Claudine Razaimamonjy car les infractions commises par le sénateur ont été faites dans le but de protéger la milliardaire. Outre les actes de déstabilisation et d’incitation à la rébellion devant l’enceinte du Bureau indépendant anti – corruption (Bianco) à Ambohibao,  le sénateur en cravate bleue a fait l’objet d’une plainte pour menaces et voie de fait, entre autres, par la présidente du Smm Fanirisoa Ernaivo. A la suite de ladite plainte, un soit-transmis (St) du procureur général près la Cour d’Appel, Randrianasolo Jacques a été envoyé à la Gendarmerie. En dépit de ce St, les agents de la Brigade de recherches ont tardé à donner une suite au dossier.

Confusion

En marge de la cérémonie d’ouverture de la première session ordinaire du Parlement, au début du mois de mai, Riana Andriamandavy VII avait clamé que seul le procureur général près la Cour Suprême était compétent à lancer une poursuite judiciaire contre sa personne. Une affirmation démontée par le procureur général près la Cour d’Appel en tant que président du ministère public. Après cette transmission au procureur général près la Cour Suprême,  le dossier demeure donc en suspens. Ce n’est qu’après retransmission du dossier à la Brigade de recherches de la gendarmerie que l’enquête pourra reprendre. Reste à savoir quand ce dossier atterrira-t-il de nouveau  sur la table des enquêteurs. Plus d’un craigne qu’il « traîne » sur la route  comme celui d’Alain Ramaroson. Une confusion judiciaire à s’y perdre pour les novices. L’une des procédures utilisées respectivement pour le cas  du sénateur Lylison René de Rolland et celui du sénateur Riana Andriamandavy VII comporte une anomalie. 

Force est de se demander pourquoi la Gendarmerie n’a pas effectué la même demande de conduite à tenir pour le sénateur Mapar. Ayant fait l’objet d’une poursuite judiciaire, ce parlementaire élu sous la bannière Orange a été obligé de se cacher depuis exactement une année. D’ailleurs, le traitement de son dossier jusqu’à l’annonce du verdict le condamnant à un an de prison s’est effectué à une vitesse impressionnante. En revanche, le sénateur Riana Andriamandavy VII continue d’exercer librement ses fonctions de parlementaire sans être inquiété. Dans ce cas, la procédure ayant conduit à la condamnation de Lylison pourrait être frappée de nullité…

S.R.

 

Madagascar Tribune0 partages

Premier ministre de consensus : le Mapar n’a pas encore de candidat

Trois jours après la publication des dispositions prises par la Haute cour constitutionnelle (HCC), Christine Razanamahasoa, coordinatrice nationale de ce groupe politique, confirme que pour l’instant le Mapar n’a pas encore les trois noms de Premier ministrables à présenter au chef de l’Etat pour la mise en place du gouvernement de consensus. « Nous avons quelques jours, je crois d’ici, vendredi, et nous allons bien sûr la présenter dans les jours à venir », nous confie cette élue Mapar. Une concertation entre les dirigeants de ce groupe politique devra avoir lieu à partir de ce jour.

Selon l’article 54 de la Constitution et l’article 4 de la décision prise vendredi par la HCC concernant la destitution de l’actuel gouvernement et la nomination d’un Premier ministre de consensus, la proposition des noms du premier ministrable revient au Mapar, le parti ou groupe de partis légalement constitué ayant obtenu le plus grand nombre de députés aux élections législatives à l’Assemblée nationale.

Madagascar Tribune0 partages

La première Haute Cour de Justice malgache voit enfin le jour

Plus de 50 ans après son indépendance, Madagascar a enfin sa première Haute cour de justice (HCJ), cette instance judiciaire compétente pour juger le chef de l’État, les présidents des assemblées parlementaires et les membres du gouvernement sur les éventuels fautes graves commises durant leur mandat. Le décret de constatation de la désignation de certains membres de cette juridiction a été rendu public hier par la présidence de la République.

Les membres de cette Haute cour de la justice sont, au titre de l’Assemblée nationale Houssene Abdallah, Richard Jean Bosco Rivotiana ; au titre du Sénat, Bienvenue Manjany et Luc Ramparison ; au titre du Haut conseil pour la défense de la démocratie et de I’Etat de droit (HCDDED), Annick Tsiazonangoly et Ravelonarivo Koera.

L’article 136 de la Constitution indique que cette Cour est composée de 11 membres titulaires. Ainsi, la liste communiquée par la présidence de la République hier sera complétée par « le premier président de la Cour Suprême, Président, suppléé de plein droit, en cas d’empêchement, par le président de la Cour de Cassation ; deux présidents de chambre de la Cour de la Cassation ; deux premiers Présidents de Cour d’Appel ». Ce même article indique que « le ministère public est représenté par le Procureur Général de la Cour Suprême assisté d’un ou plusieurs membres de son parquet général » et que « le greffier en chef de la Cour Suprême est de droit greffier de la Haute Cour de Justice ».

Un cap est alors franchi dans la mise en place d’un État de droit à Madagascar ; la mise en place de la HCJ a certes eu lieu dans un contexte politique difficile et ambigu, mais l’essentiel, du moins pour l’instant, est qu’elle existe.

Reste à savoir comment cette instance suprême de la justice malgache va agir et réagir. Son indépendance et impartialité seront-t-elles effectives pour ne pas décevoir l’opinion comme c’était déjà le cas avec les instances judiciaires déjà en place actuellement qui seraient minées par la corruption grandissante sévissant au pays ? L’avenir nous le dira.

Madagascar Tribune0 partages

Amoron’i Mania : Rajaonarimampianina dénonce les velléités de déstabilisation

À deux reprises, lors de son déplacement dans la région Amoron’i Mania, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a évoqué la situation politique actuelle. À Fahizay, district d’Imadiala, Ambositra, lors d’une série d’inaugurations, il s’est adressé à l’assistance pour dénoncer « les velléités de déstabilisation, pour une prise de pouvoir par la voie anticonstitutionnelle ». À Ambolosary où le nouveau bureau communal a été inauguré suite à une réhabilitation, il a « mis en garde contre les menées visant à créer le trouble, au mépris du fihavanana ».

Visiblement rassuré d’être maintenu au pouvoir par la récente décision de la HCC en réponse à la requête en déchéance déposée par les 73 députés pour le changement, Hery Rajaonarimampianina se lance à l’offensive. Profitant de l’éloignement des manifestations visant la chute de son régime, il a pointé du doigt l’opposition, tout en lançant une pique à l’endroit de celle-ci. «  Ils (ndlr, les députés pour le changement, ndrl) savent que nous sommes sur la bonne voie pour relever le pays et assurer son développement. Ensemble, nous devons persévérer dans nos efforts pour sortir le pays de la pauvreté  », a-t-il déclaré.

Ainsi, pour le chef de l’État, son équipe a fait un grand pas pour le développement du pays, nonobstant ainsi la constatation amère aussi bien au niveau national qu’international que Madagascar est entrée dans la liste des 5 pays les plus pauvres au monde durant les quatre ans et demi depuis qu’il a les manettes du pays. Il exhorte alors le peuple à choisir. « Le peuple sera le seul juge, il sera libre de choisir lors des élections ».

« Des élections libres, transparentes, et acceptées par tous constituent une garantie pour la démocratie. Madagascar est un État de droit, sur la voie de l’Émergence, et un retour en arrière est inacceptable », a déclaré le Président Rajaonarimampianina à Fahizay.

Madagascar Tribune0 partages

La nomination du Premier ministre divise les députés de l’opposition

Le nom du nouveau Premier ministre (PM) qui dirigera le gouvernement de consensus imposé par la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) devra être connu dans les jours qui viennent. Pourtant, dans le camp de l’opposition, sortir ce nom ou du moins ces noms semble poser quelques difficultés.

Selon Brunel Razafitsiandraofa, député Mapar, « la désignation du Premier ministre revient à la majorité selon l’arrêté de la Cour électorale spéciale, en ce sens au Mapar. Et il appartient au chef de ce parti majoritaire de donner des propositions de noms ». En d’autres termes, les propositions devront venir du Mapar et notamment d’Andry Rajoelina, ancien président de la Transition. La question avait déjà été débattue après l’éviction de Christine Razanamahasoa à la tête de l’Assemblée Nationale et la formation d’une majorité présidentielle via les indépendants élus dans cette institution.

Selon Christine Razanamahasoa sur la place du 13 mai hier, le Premier ministre doit absolument être issu du groupe de parti majoritaire dont le Mapar, le TIM et le MMM. Le fait est pourtant que parmi ces députés du changement, si les uns bataillent pour que la proposition du nom du futur Premier ministre leur échoie, d’autres affirment encore que les députés du changement ne participeront pas au gouvernement de consensus.

Selon les observateurs, cette non-participation ne sera que d’ordre formel car les partis MAPAR et TIM prendront bel et bien part au gouvernement de consensus, seulement à travers d’autres personnes que les députés.

Les députés du changement ont scandé également hier sur la place du 13 mai qu’il n’y a jamais eu de députés HVM élu dans ce mandat. Et qu’en ce sens, il n’existe pas non plus de majorité présidentielle. Dans la réalité en tout cas, il existe une majorité qui soutient le régime en place qu’elle ait été élue ou non au nom du HVM. Cette majorité en nombre acquis au président de la République, si elle ne dévie pas de sa ligne de conduite, pourrait bloquer toute initiative du nouveau Premier ministre et de son gouvernement et même ceux des députés du changement en relation avec le pouvoir législatif. Ainsi, jusqu’à de nouvelles élections législatives, l’Assemblée Nationale risque d’être bloquée ou de bloquer également le gouvernement de consensus.

Madagascar Tribune0 partages

First Global Challenge 2018 : Le kit robotique de la Team Madagascar bloqué au Port de Toamasina

Après avoir remporté la médaille de bronze lors de la première édition du First Global Challenge aux Etats-Unis en juillet 2017, la Team Madagascar de cette édition 2018 devrait à nouveau briller lors des Jeux Olympiques de la robotique qui auront lieu à Mexico City au mois d’août prochain. Ce concours est un événement annuel organisé pour mettre en valeur les jeunes talents scientifiques du monde entier. Madagascar sera ainsi représenté à travers 5 jeunes ambassadeurs de moins de 18 ans.

Seulement, l’équipe malgache n’a pas encore à ce jour reçu les kits qui doivent servir au montage de leur machine pour cette compétition. Les kits robotique sont encore bloqués au port de Toamasina. La Team malgache lancent ainsi un appel pour ceux qui pourront les aider à sortir de cette situation.

« Les kits sont coincés au port de Toamasina depuis le 15 mai 2018. Et oui, il y avait une date butoir pour les récupérer : le 17 mai 2018 ». Selon les explications des membres de la Team Madagascar, toutes les formalités relatives au dédouanement des kits ont pourtant été effectuées. Les membres de l’équipe de poursuivre « nous devrions nous présenter à Mexico City la semaine du 13 août 2018. L’équipe malgache partira du pays 3 jours avant cette date, c’est-à-dire le 10 août 2018. Et toutes les équipes participantes doivent monter leurs propres robots dans leurs pays respectifs (…) l’équipe ne pourra se présenter à cette compétition que si elle a monté correctement son propre robot ».

En effet, chaque pays participant reçoit un kit de l’organisateur ; à partir de ce kit, l’équipe devra faire la conception et la programmation d’une machine, en respectant le thème choisi par le First Global Challenge. Pour cette année, le thème pour cette édition est l’« Energy Impact ». Le FCG 2018 explorera ainsi les différents types d’énergie utilisés, et chaque équipe fera découvrir les solutions adoptées pour les rendre durable. N’ayant pas encore les kits en main, la Team Madagascar aura moins de temps pour la conception de leur robot.

Madagascar Tribune0 partages

« Il est temps pour nous de communiquer, de dialoguer pour bâtir ensemble une Nation »

Ancien vice-Premier ministre durant la première partie du régime Ravalomanana et ex-directeur de cabinet de présidence de la Haute autorité de la Transition d’Andry Rajoelina, Zaza Ramandimbiarison réagit sur la situation socio-politique et économique nationale actuelle. Dans un livret en version électronique intitulé « Madagascar, une nation à bâtir » (en pièce jointe), il énumère les gros problèmes du pays et en propose un programme qui résulte d’une étude faite sur « l’analyse du passé, de nos forces et de nos faiblesses ». Mais contrairement aux politiciens qui misent sur le pouvoir, le technocrate qu’il est mise également sur le développement sous tous les angles : économique, sociale, spirituelle, psychologique et culturelle.

Zaza Ramandimbiarison constate que « Plus de cinquante ans après l’indépendance, Madagascar qui était reconnue comme une « Terre de contrastes » est en train de se débattre pour sortir d’un cycle infernal de troubles politiques périodiques ». Pour lui, la perversion de la diversité par des groupes sans scrupules, pour des raisons sordides d’intérêts bassement matérialistes, politiques et économiques en est cause. « La diversité ethnique devient un berceau de frustrations, d’agressivités, de haines, de violences entre malgache et par conséquent, génératrice de pauvreté et de déchéance pour le peuple », ajoute-t-il.

« Nous ne nous connaissons pas, nous ne nous comprenons pas entre nous »

Concernant la politique, elle « n’a pas dépassé l’indentification de l’Etat au pouvoir d’une coalition ethnique », analyse-t-il. « Lorsque le régime politique ne parvient pas à créer une identité nationale susceptible d’épouser les contours de l’Etat, les opportunistes séparatistes s’insinuent pour créer l’instabilité », constate cet ancien ministre des Travaux publics. Ainsi, l’Etat s’effondre-t-il faute de légitimité politique et cette déliquescence est génératrice de crise de souveraineté. « Ne nous trompons pas d’ennemis. Nous sommes convaincus que notre avenir passe par une entente nationale en bâtissant ensemble notre nation avec son identité ».

Pour Zaza Ramandimbiarison, la situation actuelle démontre que « nous ne nous connaissons pas et nous ne nous comprenons pas entre nous ; nous ignorons l’histoire de nos origines ; nous ne sommes pas vraiment conscients de nos richesses naturelles et humaines actuelles et ponctuelles ». Mais pour s’en sortir, il n’y a pas 36 solutions : il faut faire l’inventaire de nos ressources, régler nos différends dus aux préjugés hérités du passé et entretenus à des fins politiques. Il lance alors qu’il est temps que toutes les bonnes volontés rassemblent ce qui est épars et surtout, qu’il est également temps pour nous de communiquer, nous rencontrer, dialoguer réellement pour bâtir ensemble une Nation capable de relever les défis du nouveau millénaire et de la mondialisation.

Il n’y aura pas de miracle en trois mois

« L’analyse sans complaisance du système actuel permet de relever une faiblesse de la gouvernance et l’absence d’un gouvernement efficace », constate notre interlocuteur dans son livret. Malheureusement, « cette situation renforce l’inégalité et l’injustice, les deux causes fondamentales de l’insécurité et l’instabilité socio-politique ». Ainsi, Madagascar est-il devenu l’un des pays les plus pauvres au monde. Son développement a été entravé par des crises politiques à répétition, se produisant tous les dix ans en moyenne depuis l’indépendance. « La crise survenue à un changement de régime anticonstitutionnel en 2009, a duré plus de cinq ans, laissant dans un état de délabrement et conduisant à une forte hausse de pauvreté », regrette-t-il.

Pour ce qui est alors du renversement du régime à travers une manifestation dans la rue à seulement quelques mois de la fin du mandat du président de la République, il estime que ce n’est pas évident. « Même s’il quitte le pouvoir, personne ne saura faire un miracle en trois mois », nous explique-t-il.

Zaza Ramandimbiarison n’est pas allé par quatre chemins pour dire que « les causes profondes de la pauvreté sont marquées par la mauvaise gouvernance au niveau régionale, notamment la corruption, la centralisation excessive des centres de décision, le déséquilibre des pouvoirs, l’absence de système de contrôle et de redevabilité, la politisation à outrance de l’administration publique, la faiblesse de la participation citoyenne, la faiblesse des institutions publiques ainsi que les mauvais choix en matière de politiques socio-économiques ».

« Il faut mettre en place une politique du changement »

« Pour avancer ensemble dans la même direction, nous devons avoir les mêmes bases de compréhension de l’interprétation de la réalité et de l’économie de développement pour fonder correctement notre nation », suggère-t-il. Le développement économique ne se fera pourtant pas ressentir que lorsqu’il y a transformation positive des conditions de vie à la fois d’une communauté et de chacun de ses membres. Pour que Madagascar devienne un pays émergent, « il lui faut définir et mettre en place une politique du changement », propose le technocrate.

En dix points, il propose ainsi les « valeurs que nous devrons partager et entretenir pour s’assurer un avenir paisible et meilleurs pour toutes les génération ». Mais par rapport au contexte actuel, « le renforcement du processus démocratique et la mise en place d’un gouvernement juste représentatif de la population et irréprochable, des institutions indépendantes, fortes et efficaces, le respect des libertés individuelles et politiques, à la liberté d’information et d’opinion à ce que chaque citoyen prenne part aux décisions prises par notre pays et à l’établissement d’un système électoral fiable, équitable, opérationnel et immuable » semble être primordial.

Consensus national

Il y évoque, entre autres, la nécessité de reconstruire Madagascar en une nation unie, l’obligation d’œuvrer pour une société juste, libre et ouverte et la défense de la liberté, la dignité et le bien-être de chaque malgache ; la nécessité de redonner le pouvoir aux citoyens et de décentraliser effectivement le pouvoir pour favoriser l’implication de chacun afin d’avoir une représentation équitable des régions dans les instances du pouvoir. Il faut également que nous rejetons sans ambiguïté toute discrimination et tous les préjugés fondés sur l’ethnie, la couleur, la religion, l’âge, le handicap et le sexe. Tout le monde doit également accepter sa responsabilité pour la justice et la liberté de toute l’humanité…

« Je suis convaincu que la mise en œuvre d’un tel programme suivant un consensus national permettra d’améliorer significativement la vie de chaque malgache », lance-t-il. « Pour y parvenir, il faut une compréhension commune de la définition du développement pour nous tous et du contexte socio-politique national et international dans lequel nous vivons actuellement. Il faut aussi que nous créons un climat dans lequel chaque citoyen puisse poursuivre ses activités quotidiennes sereinement et avoir le sentiment qu’il vaut la peine d’investir dans l’avenir tout en respectant des valeurs que nous devons respecter, vivre, et partager quotidiennement »

Recueillis par Vavah Rakotoarivonjy

Madagascar, une nation à bâtir
Madagascar Tribune0 partages

Andry Rajoelina conclut des accords de partenariat économique

Le président malgache, Andry Rajoelina, est depuis ce lundi en France. Le Chef de l’État rencontrera ce jour le président français Emmanuel Macron. Cinq mois après son arrivée au pouvoir, l’homme fort du pays aura ainsi un entretien officiel avec le président français. A Nairobi au mois de mars, en marge du sommet « One planet Summit », les deux chefs d’État on déjà eu un bref échange.

Hier, la délégation malgache a rencontré les dirigeants des entreprises françaises regroupées au sein du MEDEF. Andry Rajoelina a déclaré qu’au delà d’une visite d’État, sa délégation est venue présenter un partenariat gagnant-gagnant avec la France. Le développement de Madagascar doit se faire par l’industrialisation et par des partenariats positifs, a-t-il affirmé lors de son allocution.

Quatre accords de partenariat ont ainsi été signés lors de cet évènement. La première, une convention de partenariat entre le Ministère de l’Énergie et des Hydrocarbures et le Groupe Eiffage Concessions, dénommé Projet Sahofika. Le projet permettra la production de 200 Mgw d’électricité et assurera l’approvisionnement du 1/3 des besoins en électricité du pays. Il réduira le coût de l’électricité dans le pays qui est l’un des plus chers en Afrique.

La deuxième convention de partenariat a été signée entre le ministre des Affaires étrangères malgache et le Groupe Atos. Ce projet consiste à la digitalisation de l’agriculture, particulièrement la riziculture, à Madagascar. Un projet économique, social et environnemental. Le troisième accord est un projet d’hybridation d’un centrale thermique basé à Toliara entre les sociétés Akuo Energy et Enelec Madagascar. Enfin un quatrième accord de partenariat entre le Ministère de l’Énergie et des Hydrocarbures et la Compagnie Générale d’hydroélectricité de France, consistant à la mise en œuvre d’un projet hydroélectrique à Volobe. Un projet pouvant produire 120 Mgw d’électricité.

Mis à part, les partenariats gagnant-gagnant, les observateurs se demandent en tout cas si le président malgache oserait évoquer lors de sa rencontre avec Emmanuel Macron la question épineuse des îles éparses ? Source de tension entre la France et les chefs d’État malgaches qui se sont succédé au pouvoir, les Iles Éparses continuent d’alimenter le débat politique et ont été le cheval de bataille de certains candidats à la magistrature suprême. Andry Rajoelina lui-même lors d’une visite d’État à l’île Maurice lors de la célébration du 51ème anniversaire de l’Indépendance de l’île sœur avait déclaré : « Le triomphe de votre combat (pour la restitution de l’archipel des Chagos, ndlr), nous sert d’exemple de courage et renforce notre volonté à mener le même combat pour la restitution des Iles Eparses à Madagascar ».

Madagascar Tribune0 partages

La Ceni propose une révision spéciale de la liste électorale pour les communales

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a proposé des solutions par rapport aux problèmes majeurs liés aux absences des noms de nombreux électeurs dans la liste électorale signalés lors des dernières élections législatives.Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Ceni indique que l’organisation d’une révision spéciale de la liste électorale s’avère être une solution rapide et efficace.

L’effectivité de ce projet de révision spéciale de la liste électorale dépend de l’Exécutif, affirme-t-il. Il faudra en effet que le gouvernement décrète l’organisation de cette révision dans le plus bref délai si ou veut utiliser une nouvelle liste électorale à moindre erreur pour les élections communales prévues se tenir cette année ou pour un éventuel référendum.

La deuxième solution consisterait à autoriser les citoyens inscrits et disposants de cartes électorales lors de l’élection présidentielle, quatre mois plus tôt, mais qui ne figuraient plus dans les listes électorales utilisées lors des législatives lundi dernier. Aucun texte de la loi en vigueur dans le pays ne permet pourtant pas de mettre en œuvre ce projet. Alors, « il faudra voir avec l’Exécutif et la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) son effectivité », ajoute Thierry Rakotonarivo.

La Ceni explique que les mêmes problèmes liés à ces listes électorales risquent de se reproduire lors des élections communales si aucune mesure ne sera pas prise. Sinon, il faudra attendre la prochaine Révision annuelle de la liste électorale (RALE) qui aura lieu entre le 1er décembre 2019 et le 15 mai 2020, mais ce sera trop tard pour les prochaines communales.

Madagascar Tribune0 partages

Le général Richard Ravalomanana accuse des députés de complicité avec les dahalo

L’ambiance a été très tendue au Centre de conférences international (CCI) à Ivato, entre quelques membres du gouvernement et les députés. Le ton est notamment monté entre le secrétaire d’État chargé de la gendarmerie nationale, le général Richard Ravalomanana et le député de Betroka, Nicolas Randrianasolo ainsi que le député d’Ampanihy, Keron Idéalson, que la présidente de l’Assemblée nationale a dû s’interposer et suspendre la séance. La question d’insécurité dans le pays en est principalement en cause.

En effectuant son rapport sur la lutte contre l’insécurité dans le pays, le général Ravalomanana n’a pas mâché ses mots. Il a froidement déclaré qu’il y a des députés qui sont de mèche avec les voleurs de zébus, les « Dahalo », mais ils se cacheraient derrière leur immunité parlementaire. « Cela existe. Mais si vous voulez qu’une telle gabegie passe inaperçue, vous n’avez qu’à élaborer de nouvelle loi y afférente, d’autant plus que vous êtes les faiseurs de lois », a lancé le secrétaire d’État en charge de la gendarmerie nationale.

Choqués par cette déclaration, des députés ont commencé à bourdonner dans la salle de réunion du CCI Ivato. Le député d’Ampanihy et non moins président de la « Commission justice » au sein de l’Assemblée nationale s’est levé pour rappeler à l’ordre le membre du gouvernement et solliciter un minimum de respect envers les élus, sans vouloir pour autant « polémiquer ». Mais cela n’a pas empêché Richard Ravalomanana de continuer sur sa lancée.

Cette fois-ci, le membre du gouvernent a nominativement pointé du doigt le député de Betroka, Nicolas Randrianasolo. « Par rapport à vos demandes d’affectation du Chef de Brigade de Betroka et à la suspension de l’emprisonnement des gendarmes, j’ai le regret de vous annoncer que nous allons jeter en prison les gendarmes qui sont de connivence avec les dahalo, que cela plaise ou non. Nous allons également les révoquer de notre corps et vous pouvez les emmener chez vous, si vous voulez », a-t-il déclaré.

Cette remarque n’a pas tardé à provoquer l’ire du député de Betroka. Ayant certainement senti le roussi, la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa, a appelé à « dépassionner le débat » en levant la séance. Tard dans la soirée, le député d’Ampanihy a réagi sur les réseaux sociaux, depuis sa page Facebook. « L’Assemblée nationale est une institution de la République… On n’est pas dans un directoire militaire » lance-t-il. Une publication qui fait sans doute référence à la déclaration faite par le secrétaire d’Etat chargé de la gendarmerie nationale à la salle de réunion de fortune des députés à Ivato.

Madagascar Tribune0 partages

« L’État doit encore beaucoup d’argent aux compagnies pétrolières »

Le prix des produits pétroliers s’est invité à l’Assemblée nationale, dans le cadre du rapport des activités de développement de quelques membres du gouvernement, sous la houlette du Premier ministre, Christian Ntsay. Ce dernier a confirmé que « L’État doit encore beaucoup d’argent aux compagnies pétrolières ». C’est la raison pour laquelle les prix à la pompe n’ont pas baissé, malgré la chute du cours du baril sur le marché international.

Depuis environ trois mois, le cours du pétrole brut n’a cessé de baisser à cause de la crise sanitaire mondiale due au coronavirus. Mais cela n’a eu aucun impact sur les prix à la pompe qui restent stationnaires depuis plus d’un an. Une situation qui a suscité de vives polémiques auprès des consommateurs mais le Premier ministre a expliqué que c’est avec la différence entre les « prix à la pompe et les prix de référence que l’État paie les compagnies pétrolières ».

« Nous devons nous préparer à la situation d’avenir et c’est le maintien des prix actuels qui nous permettrait de maîtriser une éventuelle hausse de prix au niveau mondial », argumente-t-il.

Christian Ntsay a également dans son rapport d’activités que « l’Etat a facilité la rencontre entre le ministère de l’Économie et les secteurs privés afin de permettre d’éviter une éventuelle inflation face à la crise sanitaire mondiale. L’Etat a, entre autres, fait le nécessaire pour maintenir les prix de produits de première nécessité, mais également les produits pétroliers », déclare-t-il.

L'express de Madagascar0 partages

Gouvernement-Député – Un rapport bien d’actualités

Le gouvernement se présentera devant les députés demain et mercredi. Une rencontre où inflation et insécurité, notamment, devraient être au centre des échanges.

Deux jours. Une fois n’est pas coutume, l’Assemblée nationale a décidé dans son ordre de réserver deux journées pour le premier face-à-face avec le gouvernement. Un premier rendez-vous entre les députés et l’équipe gouvernementale qui servira, pour cette dernière, à présenter un rapport d’exécution de son programme.« En début de chaque première session ordinaire, le gouvernement présente à l’Assemblée nationale un rapport d’exécution de son programme. La présentation sera suivie d’un débat portant sur les résultats des actions du gouvernement et l’évaluation des politiques publiques », dispose l’article 101 de la Constitution. A l’institution de Tsimbazaza, des députés expliquent que « réserver deux jours au face-à-face avec le gouvernement permettra d’avoir plus de temps pour les débats ».Dans le programme voté en séance plénière, ce sera Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, qui ouvrira le bal. Il présentera le rapport global des activités de l’équipe gouvernementale et, spécifiquement, celui du ministère de l’Intérieur et de la décentralisation. Autant à la Chambre basse qu’auprès du gouvernement, l’on s’apprête à mettre un accent particulier sur l’insécurité et l’inflation durant les interventions.

ActualitésDans le camp de l’Exé­cutif, en tout cas, la consigne a déjà été donnée lors du conseil du gouvernement du 9 mai. « Dans le cadre de la séance de questions-réponses que le gouvernement aura à faire devant le Parlement, le Premier ministre (…) a enjoint les membres du gouvernement à jouer pleinement la transparence, arguments efficaces et convaincants à l’appui, dans le traitement notamment des sujets d’actualités (inflation, insécurité, etc.) », rapporte le communiqué du conseil du gouvernement du 9 mai.Les envolées du prix du riz, du carburant, celui du sucre dernièrement, entre autres, vindictes populaires, razzias de « dahalo », exactions policières, ainsi que les rapts d’hommes d’affaires et leur famille pourraient être soulevés à Tsimbazaza. Comme ils l’avaient déjà soutenu devant la presse, des députés pourraient interpeller le gouvernement au sujet de l’affaire Claudine Razai­mamonjy, ou encore celle d’Antsakabary.Comme à chaque face-à-face avec le gouvernement, les membres de la Chambre basse devraient profiter de l’occasion pour aborder avec les ministres concernés les problèmes et manques dans leur circonscription respective. Le cas échéant, les deux jours d’échanges entre les députés et l’équipe gouvernementale, diffusés en direct à la télévision et à la radio nationale, épargnera le public d’un marathon de monologues de complaintes, flagorneries et «quémandages» des députés.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Antsahamanitra – « Fetin’ny Maman’ty » confirme sa popularité

Le spectacle a encore une fois fait un carton plein. « Fetin’ny Maman’ty » est le spectacle à ne pas manquer dans le cadre de la fête des mères.

À guichet fermé, deux fois de suite. Le spectacle humoristique « Fetin’ny Maman’ty » confirme son excellence auprès du public féru d’humour, de comédie et de divertissement. Le temps de deux rendez-vous exceptionnels qui ont ameuté une véritable marée humaine du côté d’Antsahamanitra, le spectacle amuse et réjouit grands et petits. Antsahamanitra était rempli comme un œuf, samedi et dimanche après-midi.Ayant comme principale vocation de célébrer comme il se doit la fête des mères, « Fetin’ny Maman’ty » a su s’affirmer comme une scène privilégiée pour les humoristes de toutes les générations. À l’affiche, les inconditionnels ont retrouvé Gothlieb, Francis Turbo et le duo Fou Hehy accompagnés du duo Etsetra et Barhone ainsi que l’infatigable clown Dadavy et le rappeur Bolo à l’animation.Entre sketchs et pitreries taquines en tout genre, des interprétations parodiques des musiques ont égayé le public. La première heure du spectacle s’affichait comme une pièce théâtrale improvisée. Les humoristes-à travers leurs alter-égos féminins : Olga pour Gothlieb, Francette pour Francis Turbo, Erica et Honorine pour le duo Fou Hehy, Zisy et Lenina pour le duo Etsetra et Berhine pour Barhone-se plaisaient à jouer au jeu de l’improvisation.

AltruistesEnsemble, ils interprétaient aisément des scènes de ménage, ainsi que les querelles de bonnes femmes. À l’instar de Berhine qui a parodié la fameuse chanson aux paroles évocatrices, « Malalaky » de Ajah’Reo. Francette rétorque avec un dialecte du sud « Bougre d’idiote, aucun mec ne voudrait d’une femme malalaky » tout en se dandinant sur scène.Il en est de même lorsqu’Erica, Honorine et Olga se retrouvent sur scène jouant des femmes allant à un marché de friperie. Dadavy, quant à lui, a assuré sa part en s’exposant à travers son personnage de clown intemporel. Le rappeur Bolo-accompagné de son ami beatboxeur Do Be-a transcendé le jeune public en affichant son « Clash infos ».Comme à chacune de ses éditions, « Fetin’i Maman’ty » convie un artiste ou un groupe d’artistes à se découvrir sur scène. Après le duo Etsetra, composé de Riri et Aldini, qui est désormais un membre titulaire de la troupe ainsi que Rajao Mianakavy et Nane lors des éditionsprécédentes, c’est au tour de Dadavy et de la poète Ny Eja de rejoindre la scène. Le jeune humoriste universitaire Miranto Godard a également eu le privilège de se présenter face au public d’Antsahamanitra, samedi. « Ce rendez-vous est une opportunité unique pour nous de faire valoir le talent de ces artistes et on est fier d’eux » confie Luc Hervé Andriamihaingo de LH Prod.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Mariages – Juliano et Mirana pour toujours

Marié a L’Express depuis dix ans après y avoir fait un stage, notre rédacteur politique Juliano Randrianja a décidé cette fois de lier son destin à celui de Mirana Luciana Rakotoarison. Ils ont convolé en justes noces samedi.Après un service religieux à l’église Saint-Joseph Maha­masina, le jeune couple a convié amis et proches au Kianjan’ny Kanto, juste à côté, pour une réception sympathique et originalerien que par le lieu. Issu d’une famille de musiciens et membre du groupe Amen, Juliano a montré qu’il manie aussi bien les baguettes de la batterie que la plume, une manière de montrer qu’il fait les choses avec passion et fidélité. Son attachement à L’Express, malgré l’appel des sirènes, prouve qu’il vient de signer un bail emphytéotique avec Mirana. Félicitations.

Un grand Oui pour Anja et Moïse

Une double fête pour la grande famille de L’Express de Madagascar. Alors que Juliano Randrianja du service politique disait oui à Mirana Rakotoarison à Mahamasina, Moïse Fanome­zantsoa Solofonomenjana­hary, correspondant permanent du groupe L’Express de Mada­gascar SA à Taolagnaro, a convolé en justes noces avec Anjaniaina Emilla Andria­miarisoa.C’est sur un émouvant You Raise Me Up que le jeune homme a attendu sa belle à l’autel, samedi. Celle-ci est entrée dans l’immense bâtisse de l’Eglise catholique Josefa Mpiasa d’Anatihazo Isotry au bras de ses parents.Après la cérémonie religieuse où il s’est dit oui, le couple a accueilli ses invités au Domaine Manerinerina d’Ambohibao pour le déjeuner. C’est encore sur You Raise Me Up que les deux tourtereaux ont ouvert le bal. Parents et amis se sont ensuite joints aux amoureux pour un bel après-midi de fête.Toutes nos félicitations aux nouveaux mariés.

Lova Rabary-Rakotondravony

L'express de Madagascar0 partages

Run – Vazaha reprend la main

Au volant de son Evo IX, Vazaha a battu Jaona Elite en finale de la catégorie Prorun. Tandis que Jim a aligné un deuxième succès de rang en catégorie Run.

Comme on s’y attendait, le Shifting Day s’est conclu par un duel entre Jean de Dieu Rafanomezantsoa dit Vazaha (Mitsubishi Lancer Evolution IX) et Jaona « Elite » Randriarimalala (Smart Dragster, en catégorie Prorun, hier à Arivonimamo. Et à ce petit jeu, c’est Vazaha qui l’a emporté. Un succès qui lui permet de reprendre la main, puisque les deux pilotes étaient à égalité, une victoire partout, avant cette troisième manche de l’exercice 2017.Après avoir éliminé respectivement Andry Andriamanoro (Peugeot 405) et Boarilaza Razafinarivo dit Bobo Jr (Ford Mustang), Vazaha et Jaona se sont retrouvés en finale pour la troisième fois consécutive cette saison. La Smart Dragster a franchi la première la ligne d’arrivée des 400 mètres. Cependant, Jaona Elite a été épinglé pour départ anticipé. « J’étais quelque peu aveuglé par le soleil au moment de prendre le départ et j’ai mal interprété le compte à rebours. C’est entièrement ma faute. J’assume mon erreur », a-t-il réagi à la fin de la course.

Vazaha évoluait sur sa Mitsubishi Lancer Evolution IX, hier.

Grandes rivalitésLe duel entre Vazaha et Jaona Elite est loin d’être terminé. Il reste encore quatre manches au calendrier, dont la prochaine est fixée pour le 11 juin, soit dans deux semaines. Leur mano-a-mano rappelle certainement les grandes rivalités de ces dernières années, notamment entre Mathieu Andrianjafy et Mamy Patrick Solofonirina alias Boom en rallye ou encore entre Fred Rabekoto et Hugo Louvel en slalom. Cette saison 2017 est certainement partie pour entrer dans les annales de la discipline.Du côté de la catégorie Run, la première place est revenue à Jimmy Andrianomena. En finale, Jim et sa Volkswagen Golf ont disposé de Tian et de sa Renault Clio. Il s’agit de sa deuxième victoire consécutive, puisqu’il s’était déjà imposé lors de la course du 30 avril, sur cette même piste de la Batac Arivonimamo.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Dôme RTA Ankorondrano – Bodo honore l’amour maternel

Bodo a retrouvé un public enjoué samedi au Dôme RTA Ankorondrano. C’était un instant musical voluptueux où charme et élégance se sont brillamment conjugués à la perfection qui a ainsi envahi le dôme. Les inconditionnels de la chanteuse étaient au rendez-vous et ils ne sont pas privés de faire entendre leur voix à l’occasion pour accompagner la diva à chacune de ses chansons.Intitulé « Amboaran-kira ho an’i Neny », ce concert rentre dans la continuité des retrouvailles ponctuelles que Bodo entreprend systématiquement au Dôme RTA Ankorondrano, depuis quelques années maintenant. Dès 15h, c’est tout un après-midi de communion musicale enivrante de mélodies qui a ainsi débuté. Dans son répertoire du jour, qui fut généralement garni d’une bonne trentaine de chansons, Bodo a comblé le public en chantant son amour pour les mamans.« À celles qui illustrent pour nous au quotidien force et courage. Celles à qui l’on doit la vie, à nos mamans qui représentent pour nous l’amour dans toute sa splendeur. Je leur dédie ce concert », confie la chanteuse sur scène. La chanteuse enchaîne ses plus belles chansons d’amour, de « Neny » à « Neny tiako » ou encore « Hafa ihany i Mama », Bodo émeut un public de tous âges dans la salle. Rija Ramanantoanina, l’un de ses fidèles camarades l’a également rejoint sur quelques morceaux. On se rappelle notamment des duos éblouissants et séraphiques de « Fa tsy ho ahy » ou encore « Mahery ny fitia » et « Fitiavana mamiratra » de la part de ces deux maestros. Bodo retrouvera de nouveau très bientôt son auditoire.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Vol de vanille – Un avocat libéré provisoirement

Sur les trois personnes arrêtées à Antsohihy, soupçonnés d’avoir volé deux sacs de vanille, l’avocat a été remis en liberté et ses deux acolytes ont été renvoyés derrière les barreaux à Ambalatavoahangy. La vanille est toujours gardée au parquet en attendant la décision sur leur destination, soit brûlées tout de suite, soit remises à leur propriétaire.Un procureur a pourtant souligné que les marchandises devraient être brûlées selon les textes en vigueur régissant les produits saisis. Les opérateurs de vanille dans la région d’Analanjorofo et dans l’Est en ont ras-le-bol face au vol récurrent doublé de meurtre qui s’est produit, ces derniers mois.Un confrère local a tenu à préciser que la campagne ne doit pas encore avoir lieu du fait que la vanille n’arrivent pas encore à maturité. C’est pourquoi, il est momentanément interdit de les transporter, vendre et exporter, d’après les explications d’un opérateur à Antsohihy. « N’importe qui semble actuellement en mesure de sa commercialisation et se rue vers cette filière. Et pour cause, le kilo s’élève aujourd’ hui à un million d’ariary, même si elle n’est pas parfaitement mûre», a-t-il indiqué.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

CCESCA Antanimena – Rolland Raelison émeut le public

« Hira kanto ho an’i Neny », un tourbillon d’émotions, entre fierté et nostalgie grandissante. Les retrouvailles entre l’illustre Rolland Raelison et ses inconditionnels au CCESCA Antanimena ont réveillé la passion intarissable d’une génération de mélomanes, hier après-midi. Ce musicien émérite a fédéré un public de fidèles et une jeune génération tous amoureux des « mélodies d’antan » à l’occasion. Vers 15h, ils étaient nombreux à avoir investi cette grande salle d’Antanimena, un lieu de prédilection pour l’artiste et ses invités qui ensemble ont eu le mérite d’envoûter leur auditoire.Ce rendez-vous inédit, avec Rolland Raelison, en tête d’affiche était un événement chaleureux et jovial pour toutes les mamans. En outre, les fans des mélodies nostalgiques des années 60 aux années 80 ont aussi eu l’exclusivité de retrouver les intemporels Nanahary et le groupe M.R. Razafy au devant de la scène.A leurs côtés, on retrouvait une nouvelle génération emmenée par Rija Ramanantoanina et Mahery, du groupe Johary, ainsi que Fanja et Faniry Raelison comme atouts charmes du concert. En général, le concert a ainsi laissé la part belle aux interprétations des compositions du patriarche Rolland Raelison qui officiait au piano, avec « Neny », « Vakana sarobidy» ou encore « Ekeko satria ». des chansons que les artistes invités et le public reprenaient, toutes en chœur.« Cet instant avec vous ici m’enivre de joie et comble mon cœur. Je suis heureux depouvoir jouir de ce concert avec vous aujourd’hui. Je vous suis reconnaissant de cet amour réciproque que l’on se partage à travers la musique » affirme Rolland Raelison, tout ému face à son auditoire.« Hira kanto ho an’i Neny », a été aussi l’occasion de redécouvrir les compositions de Nanahary et M.R. Razafy, comme annoncé, mais aussi de Vola sy Noro, Railola et tant d’autres. Vers la fin, le public en redemandait encore plus et a d’ores et déjà hâte de retrouver ces grandes figures de la musique sur scène.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Un motard percuté par un camion

Un homme d’une trentaine d’années circulant sur un scooter a terminé sa course sous un poids lourd, samedi sur la route de By-pass. La victime a été percutée malgré que le conducteur du véhicule ait tenté de le contourner. Le scooter est complètement détruit.

L'express de Madagascar0 partages

Une maison pour les élus de Boeny

La région Boeny a choisi de construire une maison spéciale pour les élus avec la subvention exceptionnelle de 100 mil­lions d’ariary. La « Maison des élus » de Boeny est située dans le centre régional des pompiers à Mahavoky avaratra. L’infrastructure a coûté près de 80 Millions d’ariary, et les travaux du bureau d’études ont été payés à sept millions d’ariary. Elle servira de lieu de réunion pour les élus et leurs partenaires. Les représentants du Fonds de développement local de Boeny utiliseront également une partie des bureaux.

 

L'express de Madagascar0 partages

Deux athlètes paralympiques aux Jeux d’Abidjan

Les noms des deux porte-fanions de la Grande-Ile en sport paralympique aux Jeux de la francophonie d’Abidjan Côté d’Ivoire, sont connus. Il s’agit d’Augustin Raherilalaina d’Analamanga chez les hommes et Faravavy Aurelie d’Analanjirofo chez les dames. Ces deux athlètes disputeront tous les deux les épreuves du 200m et du saut en longueur. Les Jeux d’Abidjan se tiendront du 21 au 30 juillet.

L'express de Madagascar0 partages

Lieux de refuge des dahalo ravagés

Après l’embuscade mortelle survenue jeudi à Vohidratsy, lieu de refuge d’une centaine de voleurs de bœuf, une autre s’est produit le weekend dans le district d’Ambatofinandrahana, dans le village de Vinany. Une dizaine de bandits ont été tués par balles et une centaine autres ont pris la poudre d’escampette. Les zébus volés ont été récupérés.

L'express de Madagascar0 partages

Homicide d’un Ampan­jaka

La famille de l’Ampanjaka ayant succombé à une vindicte populaire à Fara­fangana requiert un renvoi aux assises de huit personnes impliquées dans cet homicide qui ont été toujours placées en garde à vue dans les locaux de la gendarmerie à Fianarantsoa. Il n’est pas question que la justice passe sous silence cette affaire, selon les explications de la famille.

L'express de Madagascar0 partages

Harinelina Randriamanarivo numéro 2 en Afrique

Le président de la fédération malagasy d’haltérophilie et secrétaire général du comité olympique malagasy, Harinelina Jean Alex Randriamanarivo, vient d’être élu vice Président de la Fédération Internationale de Body Building pour l’Afrique, pour un mandat de quatre ans. L’intégration de ce dernier dans cette instance africaine sera un atout de plus pour la promotion de la discipline à Madagascar.

L'express de Madagascar0 partages

Appel du pied des anciens détenus politiques

Ayant convié la presse à Andrefan’Ambohijanahary, samedi, l’association des anciens détenus politiques a demandé à être représenté au sein du futur effectif du « Filankevitry ny fampihavanana Malagasy ». Un appel dans ce sens a été lancé au comité de sélection des membres du CFM. Elle a aussi soutenu que la réconciliation nationale devrait être concrétisée avant la prochaine présidentielle, afin d’éviter une éventuelle crise post-électorale.