Les actualités Malgaches du Lundi 29 Avril 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara18 partages

Football – Ligue des Champions : Fosa Juniors reste leader

L’équipe du Fosa Juniors triomphe à domicile.

La troisième journée de la ligue des Champions s’est disputée, samedi et dimanche, dans quatre sites de compétition. Au classement, le champion de Boeny, Fosa Juniors mène provisoirement la course en tête avec 7 points. Hier, sur la pelouse du Stade Rabemananjara, Fosa Juniors a pris le dessus sur Zanakala sur le score de 3 buts à 1. Pourtant, juste une minute après le coup d’envoi de la rencontre, Elio ouvre pour Zanakala FC suite à une mésentente dans l’arrière-garde de Fosa Juniors. Il a fallu attendre à la 18e mn pour que les locaux égalisent le score sur un but de Andry Max sur un corner tiré par Santatra. Trois minutes plus tard, sur un tir de Jean Yves dans la surface de réparation détourné par un défenseur de Zanakala et a pris à contre-pied son gardien. Les deux équipes quittent le terrain à la pause sur ce score de 2 buts à 1. A la 75e mn, Baggio marque le troisième but pour Fosa Juniors. A Mahamasina, l’AS Adema a été accroché par Jet Mada en quittant le terrain sur un score nul et vierge. Un nul qui place l’équipe aéroportuaire à la seconde place avec 5 points. A Toliara, la tenante du titre, la CNaPS Sports, a été corrigée par 3FB par 1 but à 0. Une défaite qui n’annonce rien de bien pour les Caissiers qui se contentent de la troisième place pour le moment. A Tsiroanomandidy, la rencontre entre Ajesaia et FC Ilakaka s’est soldée par un score nul et vierge.T.H

Midi Madagasikara15 partages

Football – CAN 2019 : Les Barea équipés par GARMAN

Les trois maillots aux couleurs du drapeau national rouge, vert et blanc.

200 maillots blancs floqués d’un Ravinala, 300 maillots rouges floqués d’un zébu et 300 maillots verts floqués d’Aloalo seront fournis par Garman pour l’équipe nationale.

Les Barea de Madagascar ont leurs équipements pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019 en Egypte. Le comité de normalisation de la Fédération malgache de football à travers sa présidente Atallah Béatrice et le président directeur Général de Garman Group, Osvaldo Scalvenzi ont signé la convention d’accord de fournitures, samedi au siège de la FMF, à Isoraka. Les maillots officiels de la sélection ont été présentés samedi. Ces maillots qui seront floqués de trois symboles : le « ravinala », le zébu et l’« Aloalo ». En plus de ces jeux de maillots, Garman Group dotera tous les kits pour les Barea dont des survêtements, des polos, des tee-shirts, des shorts, des pantalons, des tennis, des débardeurs, des sacs d’entraînement, des sacs à dos, des sacs de sortie officielle, des sacs de médicaments et des faux-bas. Ces kits ont été offerts gratuitement par la société italienne. « Les joueurs et le coach ont été au courant de ce choix. Le président de la CAF, Ahmad et le coach, Nicolas Dupuis ont visité l’usine de Garman à Brescia en Italie. Le design a été conçu par des Malgaches et a été validé par tout l’ensemble de l’équipe » a expliqué, Béatrice Atallah. Une commande de 10.000 maillots réplique a été effectuée pour permettre aux supporters de soutenir l’équipe nationale. Ces maillots seront vendus au pays et en Europe. En plus des kits Garman va soutenir financièrement le comité de normalisation pour la préparation de la CAN.

800 maillots. 200 maillots blancs floqués d’un « ravinala », 300 maillots floqués d’un zébu et 300 maillots verts floqués d’« Aloalo » seront fournis par Garman. Peu connue à Madagascar et en Afrique francophone, cette marque italienne est très connue en Afrique anglophone. « Je suis très content de ce partenariat. Nous avons rencontré le président de la CAF et plusieurs sélections africaines nous ont fait confiance. Nos équipements sont fabriqués entièrement en Italie. Ce sont des produits transpirants », a souligné le PDG du groupe italien, Osvaldo Scalvenzi. Ce partenariat durera jusqu’à la fin de l’année pour ne pas engager la nouvelle équipe dirigeante de la FMF. Créée en 1985, la marque équipe des clubs de football, de handball, de rugby, de volley-ball, de basketball et de karaté en Italie, au Cameroun, au Soudan, en Somalie, en Tanzanie. Comme les Barea, les Hirondelles du Burundi adversaires des Malgaches à la CAN seront équipés par Garman. A la demande des joueurs, dans chaque maillot figure « Miara-Mirona » ou « Tous ensemble ». « Pour nous, il n’y a pas de grande ou petite équipe. Nous espérons que Madagascar passera le premier tour », a continué Osvaldo Scalvenzi. « C’est une belle étape de franchie, et c’est une première pour Madagascar d’avoir un équipementier officiel » s’est exclamé Faneva Ima Andriatsima, capitaine de l’équipe nationale rapporte un site d’actualité. Les Barea porteront pour la première fois ces nouveaux maillots le 2 juin lors du match amical contre le Luxembourg.

T.H

Midi Madagasikara14 partages

100 jours d’Andry Rajoelina : Augmentation du SMIG à 200 000 ariary, diminution du prix des carburants

Le Premier ministre et la famille d’Andry Rajoelina étaient présents hier, au Palais des Sports à Mahamasina.

Le fondateur du parti TGV entend toujours enclencher la vitesse supérieure pour faire décoller le développement du pays.

Le Président Andry Rajoelina a dressé un bilan de ses 100 jours de son accession au pouvoir, hier, au Palais des Sports à Mahamasina. Il a ainsi annoncé lors de son intervention que le SMIG (salaire minimum interprofessionnel garanti) devrait être de 200.000 ariary. Sur ce point d’ailleurs, le chef de l’Etat a annoncé qu’il va rencontrer le secteur privé cette semaine. Dans la même foulée, il a déclaré également que le prix des carburants soit révisé à la baisse et que le tarif de la Jirama soit maintenu en son état actuel. Des dispositions qui auront probablement des impacts positifs sur l’ensemble de la population mais on se demande que sera l’avis des concernés ?

Actions. Le président de la République a aussi fait savoir que 200 millions de dollars seront alloués par la Banque mondiale à la Grande Ile, pour cette année-ci, et ce, entrant dans le cadre de l’aide budgétaire. Ce fut aussi évidemment une occasion pour le chef de l’Etat de parler des actions qu’il a entreprises durant ses 100 jours. Il a cité entre autres que, trois jours seulement après sa prestation de serment, il a procédé à la nomination du Premier ministre et que trois jours après, le gouvernement a été mis en place tout en soulignant au passage la réduction des ministères de 30 à 22. A lui de déplorer que l’effectif des fonctionnaires a été porté à 215.629, or d’après le logiciel de l’augure, il en est de l’ordre de 143.682. Ce qui fait environ 70.000 fonctionnaires fantômes. Et cela au détriment de l’Etat effectivement.

Face aux « Dahalo ». Dans le cadre de la lutte contre l’insécurité, le chef suprême des forces armées a souligné l’achat de 200 4X4 pour les forces de l’ordre, en revanche les ministères n’auront pas le droit d’acheter ces véhicules tout terrain, a-t-il indiqué. Et d’enchaîner que pour faire face aux actes perpétrés par les « Dahalo », on procèdera aussi à l’achat de trois à cinq hélicoptères qui seront disponibles avant la fête de l’indépendance (le 26 juin prochain). Il en est de même d’un avion cargo (transporteur de troupe) pour traquer les malfaiteurs. L’insécurité est un sujet que bon nombre de gens souhaitent éradiquer ou du moins atténuer.

Dominique R.

Midi Madagasikara6 partages

Révision de la Constitution : Risque de blocage au niveau du Sénat

Les sénateurs ne voteront pas un texte qui prévoit la suppression de leur propre Institution, le Sénat.

Il sera difficile de supprimer le Sénat sans le consentement des ¾ des sénateurs, à s’en tenir à l’esprit du récent avis de la HCC.

Le président de la République a encore une fois évoqué devant ses partisans réunis hier au Palais des Sports de Mahamasina son projet de supprimer le Sénat. Un projet qui devait être soumis au vote des malgaches au référendum constitutionnel avorté du 27 mai 2019. Andry Rajoelina a réitéré qu’avec les 42 milliards d’ariary du budget de la Chambre Haute, Madagascar peut construire six universités par an. Mais, depuis l’Avis n°07-HCC/AV du 25 avril 2019 où la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) a précisé que ce référendum doit attendre la mise en place de la nouvelle Assemblée nationale, le projet présidentiel consistant à supprimer le Sénat semble incertain, voire impossible à réaliser. Ayant émis son avis, le juge constitutionnel s’est basé entre autres sur l’article 162 de la Constitution qui dispose en son alinéa 2 : « Le projet ou proposition de révision doit être approuvé (e) par les trois quarts des membres de l’Assemblée nationale et du Sénat ».

Négociation. Autrement dit, le président de la République ne pourra pas ignorer le Sénat s’il veut faire passer son projet de loi constitutionnelle à soumettre à référendum. Pour que ce projet de loi constitutionnelle soit approuvé à Anosikely, il faudra obtenir le vote positif d’au moins 47 sénateurs (3/4). La question qui se pose est la suivante : « Les sénateurs pourront-ils voter un texte qui prévoit la suppression du Sénat avant l’expiration de leur mandat ? » La réponse est certainement « non ». Si « oui », ce sera un suicide. On s’achemine donc vers une impasse totale si le président de la République persistera à supprimer la Chambre Haute dans son projet de révision constitutionnelle. Pour débloquer cette impasse à la fois psychologique, relationnelle et juridique, le président de la République serait obligé de négocier avec les sénateurs. Là où une seconde question se pose : « Avec la tension politique qui existe ces derniers temps entre Iavoloha et Anosikely, cette négociation serait-elle encore possible ? »

Sénateurs désignés. Les 11 sénateurs désignés par l’ancien président de la République Hery Rajaonarimampianina sont également intouchables avant l’expiration du mandat en cours. La haute Cour Constitutionnelle a déjà émis un avis sur cette question face aux polémiques sur la possibilité pour le nouveau président de la République de remplacer les sénateurs désignés par son prédécesseur. Ce remplacement semble logique politiquement, mais il est confronté à un obstacle juridique. Pour bon nombre d’analystes politiques, si le nouveau chef de l’Etat ne voudrait pas négocier, il sera condamné à cohabiter avec ces sénateurs à majorité HVM dont le mandat n’expirera qu’en février 2021.

R. Eugène

Midi Madagasikara5 partages

Promotion de l’entrepreneuriat agricole : 870 340 000 Ar remis à 35 jeunes entrepreneurs

Ces jeunes participeront à la production de 300.000 tonnes de maïs prévues par le ministère de l’Agriculture cette année.

Après avoir suivi une formation, ces jeunes ont pu élaborer 27 business plans à réaliser en partenariat avec la BNI.

Dans le cadre de la mise en œuvre du programme PEJAA (Promotion de l’entreprenariat des jeunes dans l’agriculture et l’agro-industrie), financé par la Banque Africaine de Développement, 35 jeunes entrepreneurs issus des 22 régions, ont été sélectionnés pour effectuer une formation en entrepreneuriat agricole. Ils ont suivi une période d’incubation pendant douze mois au FIFAMANOR à Antsirabe. Ces jeunes formés ont pu élaborer 27 business plans. Afin de réaliser leurs projets, cette promotion pilote baptisée « Fanasana », vient de bénéficier un financement de l’ordre de 870.340.000 Ar sous forme de chèque.

Prêt à court terme. Plus précisément, ces 27 projets vont se faire allouer un chèque d’au maximum 10.000 dollars. Des projets viables et réalisables selon les critères d’éligibilité de la BNI Madagascar. Le financement des projets de ces jeunes entrepreneurs se fait sous forme de prêt à court ou moyen terme à travers cette banque, et ce, à un taux préférentiel. Par contre, le programme PEJAA constitue le garant des jeunes agripreneurs incubés vis à vis de la BNI. Il faut savoir que 35 autres jeunes entament déjà leur processus d’incubation pour devenir également des jeunes promoteurs de l’entrepreneuriat agricole. En fait, le programme PEJAA, qui est un programme du gouvernement sous la tutelle du ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pêche, est un programme d’incubation pour la promotion des entreprises agricoles et agro industrielles portées par les jeunes, le long des chaînes de valeurs. D’une durée de trois ans, soit étalé sur une période de 2018 à 2021, il veut promouvoir l’entrepreneuriat des jeunes dans l’agriculture et d’agro industrie et l’emploi décent pour tous. Les sites d’implantation du projet sont ceux offrant un fort potentiel de développement des chaînes de valeur. Les centres incubateurs de PEJAA se trouvent notamment dans trois régions, à savoir Vakinankaratra, Atsinanana et Vatovavy Fitovinany.

300 000 tonnes de maïs. En outre, les coûts engendrés par la formalisation des entreprises créées par les jeunes Agripreneurs sont supportés par le Programme PEJAA. Les deux parties, à savoir le programme et la BNI assurent le suivi et l’encadrement des jeunes Agripreneurs après leur installation en collaboration avec les coachs et mentors. Par ailleurs, la BNI poursuit à travers ce partenariat avec le MAEP sa politique d’inclusion financière, son engagement envers les jeunes entrepreneurs, et conforte sa place de banque de proximité. Les jeunes agripreneurs auront aussi l’opportunité de bénéficier de conditions préférentielles de prêt et des meilleurs services bancaires pour mener à bien leurs projets. Et à part cela, ils vont participer à la concrétisation du contrat-programme du ministère en charge de l’Agriculture visant à atteindre l’autosuffisance alimentaire. En effet, ce département ministériel prévoit de produire 300.000 tonnes de maïs destinées à l’agro-industrie et au marché domestique cette année. Ils exploiteront ainsi plus de 200 hectares pour la production de maïs et 30 hectares pour la production fourragère destinée à l’élevage des vaches laitières. Dans le cadre de la transformation agricole, une production de 3.5tonnes de provendes par mois, de 740 kg de farine infantile et de 1.000 tonnes de maïs collectées par an, sont estimées sans compter la transformation du lait.

Navalona R.

Midi Madagasikara5 partages

Douane Ivato : Saisie de cinq tortues d’espèce rare

Contrairement aux tortues, les douaniers n’ont pas été menés en… bateau par les trafiquants.

Face à la recrudescence des trafics de tout genre, la douane malgache redouble d’efforts en matière de contrôle et obtient de bons résultats.

La douane malgache multiplie les coups de filet. Samedi dernier, les agents du bureau de la douane de Mamory Ivato ont saisi cinq tortues d’espèce rare dénommées « Astrochelysradiata » lors du traitement d’un vol à destination de Bangkok.

Méthode classique

Les faits : les trafiquants ont soigneusement dissimulé les cinq tortues prohibées à l’exportation dans un paquet sensé être envoyé en groupage. Lors du passage au scanner, les douaniers qui ont fait passer le colis en circuit rouge ont suspecté une fraude. Effectivement, les tortues étaient dissimulées dans une maquette de bateau en bois. Une méthode devenue classique dans ce genre de trafic puisque les trafiquants ont pris cette habitude de dissimuler les objets prohibés dans des produits artisanaux. En tout cas, rien n’a échappé à la vigilance des douaniers surtout quand on sait que l’Asie est considérée comme une destination à risque pour ce genre de trafic. Ce d’autant plus que les tentatives de trafic illicite sont beaucoup plus fréquentes en week-end et jours fériés car les trafiquants pensent, à tort, que les correspondances se font plus facilement. Mais la Douane veille et protège le territoire sans distinction de date ou de moment. Le contrôle reste le même : haute vigilance.

Réseaux mafieux

Venu constater de visu la saisie, le Directeur général des douanes, Lainkana Zafivanona Ernest, a remercié ses agents pour cette prise. Il n’a pas manqué de féliciter les douaniers qui ont, une fois de plus réalisé du bon travail. Il les a par ailleurs encouragés à redoubler d’efforts pour éradiquer les trafics illicites. « Au fur et à mesure que les contrôles sont renforcés, proportionnellement, les trafics se font de plus en plus ingénieux et les trafiquants ne manquent pas d’imagination », a-t-il déclaré. Les fréquentes saisies de ces derniers temps prouvent en tout cas que, les réseaux mafieux persistent en matière de trafic de drogues, d’espèces protégées, et de produits illicites et prohibés ? Heureusement que la douane redouble d’effort et de vigilance afin de lutter contre ces trafics. Optimisation de l’analyse de risques, anticipation et proactivité sont les maîtres-mots de l’administration douanière.

R.Edmond.

Midi Madagasikara4 partages

Tsaralalàna : Maorisianina hita faty tanaty hôtely

Teratany maorisianina tokony ho 40 taona any ho any, no hita faty tanaty trano fandraisam-bahiny, ny sabotsy lasa teo, teny Tsaralalàna teny. Hatairana tokoa ny an’ireo mpiasan’ity trano fandraisam-bahiny raha nahita ity lehilahy iray nivalampatra sy tsy nisy aina intsony, raha iny izy handeha hanadio ny trano iny. Nantsoina haingana teo ireo tompon’andraikitra ary ireto farany no niantso ny mpitandro filaminana sy ny mpitsabo. Nisy namono ? Raha ny angom-baovao azo, dia toa hoe fahafatesana tsotra no nahazo azy. Tamin’ny fitsirihana ny razana teny an-toerana nataon’ireo mpitsabo mantsy, raha ny vaovao hatrany dia hita fa tsy nisy mangana na faritra naratra ny vatany. Saingy teo akaikin’ny razana kosa dia nahitana fitsindronana na « seringue », izay mbola tsy fantatra fa natao inona na natao inona ? Araka izany ny tombatombana rehetra, dia milaza fa mety hoe fijanonan’ny fo tampoka na fiakaranan’ny tosi-drà no nahazo ity teratany vahiny ity, antony nahafaty azy. Na izany na tsy izany aza anefa, ny fitsirihana lalina na « autopsie » ihany no hahafahana mamantatra izany. Etsy andanin’izay ihany koa, dia fantatra fa efa am-pelan-tanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha ahitana ny marina. Nisy aina nafoy tao  tamin’ny fomba mampiahiahy  mantsy ka tsy maintsy sokafana ny fanadihadiana.

m.L

Midi Madagasikara3 partages

Ankazobe : Trois blessés dans un accident de taxi-brousse Sprinter

Trois personnes ont été blessées dans un accident de la circulation sur la RN4, la nuit du 26 au 27 Avril dans le district d’Ankazobe. Le drame s’est produit vers 03 heures du matin quand un taxi-brousse Sprinter s’est renversé dans un caniveau à l’endroit appelé Sohiniky, « fokontany » Kiva, dans la commune et district d’Ankazobe, soit au PK 130+880. Affilié à la coopérative FMM et en provenance de Mahajanga en direction d’Antananarivo, le véhicule a fait une sortie de route sur le côté droit quand le chauffeur devait négocier un virage. Résultat, le véhicule s’est renversé, le flanc droit contre un talus. D’après les explications émanant de la gendarmerie, ce Sprinter n’a pas commis d’excès de vitesse. Le conducteur aurait perdu le contrôle de son volant suite à un ballotage. Raison pour laquelle, il n’y a pas eu de dégât important. Légèrement blessés, trois passagers ont été évacués à l’hôpital d’Ankazobe après avoir reçu un soin d’urgence sur les lieux de l’accident. La brigade de gendarmerie d’Ankazobe se charge de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara2 partages

Ambatofotsy et Itaosy : Deux morts dans des accidents de moto

Les deux-roues ont fait des ravages durant le week-end. Hier en fin d’après-midi, un homme a perdu la vie dans la collision entre un camion et une moto survenue sur la RN7, dans le district d’Antananarivo-Atsimondrano. Le drame a eu lieu à Ambatofotsy. Au moment où nous écrivons cet artocle, la cause de l’accident n’était pas encore déterminée. Le fait a laissé penser qu’il aurait été provoqué par l’état de la route qui était très glissante. La moto qui allait en direction d’Antananarivo a fini sa course sous le camion qui venait en sens inverse. Le choc aurait projeté le motard vers la roue arrière du camion qui a touché sa tête. Il a été tué sur le coup. L’enquête est en cours.

Toujours un accident de la circulation. Survenu le 26 Avril vers 17 heures à Ambavahaditokana-Itaosy, ce dernier était mortel. Venant de la ville d’Antananarivo pour rejoindre Itaosy, une moto a percuté un piéton sur la route d’intérêt provincial passant par le « fokontany » d’Amboatavo. Grièvement blessé, le piéton, âgé de 42 ans, a été évacué d’urgence à l’Hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona. Malheureusement, il y a rendu l’âme suite à la gravité de ses blessures.

T.M.

Midi Madagasikara1 partages

Nécessité impérieuse dites-vous ?

Dans son Avis sur le pouvoir du président de la République de soumettre directement au peuple le vote d’une loi constitutionnelle par voie référendaire, la HCC s’est prononcée sur la forme, mais encore sur le fond du projet de révision de Constitution.

Nécessité impérieuse dites-vous ?

« Aucune révision de la Constitution ne peut être initiée, sauf en cas de nécessité jugée impérieuse ». La loi fondamentale ne précise pas le contenu de cette notion prévue par l’article 161. « Il appartient à la Cour de céans d’en apprécier la réalité », énonce la HCC dans son Avis en date du 25 avril 2019. C’est à Ambohidahy de juger si l’initiative d’Iavoloha est une nécessité impérieuse ou pas. Pour cela, la HCC pourrait s’inspirer d’une jurisprudence du Conseil d’Etat français quoique ce dernier ait plutôt parlé de « nécessité impérieuse pour la sûreté de l’Etat ou la sécurité publique ». Dans le cas malgache, il s’agit de « pressing necessity » ou de nécessité pressante pour le président de la République de mettre impérieusement et rapidement sur les rails, le TGV du développement. Reste à savoir si la HCC partagera cet avis lorsqu’elle sera amenée à statuer sur le fond du projet, c’est-à-dire, sur la constitutionnalité des articles à amender et/ou à abroger. En fait, il serait plus judicieux pour l’initiateur de la révision et son brain-trust, de se baser sur les contradictions de la Constitution initiale de la Quatrième République pour invoquer le cas de nécessité impérieuse. La HCC elle-même a par exemple, relevé l’existence de « contradiction évidente » entre les articles 46 et 48 dans son Avis du 7 septembre 2018 sur les attributions courantes du président de la République. Et de reconnaître que « c’est inédit dans le droit comparé ». Pour le juge constitutionnel, « c’est propre au droit constitutionnel malgache » qui étaye d’un côté le principe de l’immutabilité du mandat, pour de l’autre, amputer de 6 mois le quinquennat du président en exercice qui se porte candidat. Face à ce genre de contradiction, la révision de la Constitution apparaît comme une nécessité impérieuse, pour reprendre la notion utilisée par le Conseil d’Etat français qui a visiblement aiguillonné le pouvoir constituant originaire à Madagascar. Un « imperious need » en droit anglo-saxon.

O
Madaplus.info0 partages

8 malgaches en détention aux Seychelles pour pêche illégale

Huit malgaches ont été placés en détention, après avoir été arrêtés dimanche dernier pour pêcher illégale dans les eaux des Seychelles.
« Ils ont été placés en détention provisoire jusqu'au 7 mai », a annoncé jeudi la police dans un communiqué.
« Les gardes-côtes des Seychelles et la Brigade de lutte contre les stupéfiants ont intercepté le bateau de pêche "SHANGRILA" et ont arrêté le capitaine et sept membres d'équipage », a précisé la police.
L'arrestation a eu lieu dimanche dans la baie de Cosmoledo, une île située à 1 030 kilomètres de Mahé, l’île principale des Seychelles.
Les pêcheurs ont été transportés par avion le même jour à Mahé.
La police a déclaré qu’elle avait reçu des informations sur la présence d’un bateau de pêche dans la région. L'information a été transmise à l'Autorité des pêches des Seychelles, puis aux garde-côtes qui ont procédé à l'arrestation.
Les suspects ont été présentés à un juge le mardi 23 avril qui a décidé de les placer en garde à vue jusqu'au 7 mai, date à laquelle ils seront à nouveau traduits en justice.
Il s'agit de la deuxième arrestation aux Seychelles pour pêche illégale en un peu moins d'un mois.
Trois citoyens des Comores ont été arrêtés le 26 mars après que leur bateau eut été intercepté près d'Assomption, pour pêche illégale.
Les Seychelles, un archipel de l'Océan Indien occidental, possèdent une vaste zone économique exclusive de 1,4 million de kilomètres carrés, ce qui représente un défi en matière de surveillance de la pêche illégale.
Lors de sa dernière conférence de presse en direct pour 2018, le président Danny Faure, en tant que commandant en chef de l’armée, a déclaré que des éléments de la Garde côtière seraient transférés à Assomption.
Source Seychelles Nex Agency
Madaplus.info0 partages

Madagascar: le projet de éférendum d'Andry Rajoelina refusé la HCC

Dans la soirée du 25 avril dernier, la Haute Cours Constitutionnelle a annoncé son refus face au référendum constitutionnel prévu pour le 27 mai prochain avec les législatives. En effet, ce projet apporté par le Président de la République en vue de la suppression du Sénat et la mise en place des gouverneurs a reçu un avis défavorabe de la HCC.
cette dernière conteste ce projet en avançant que dans l’article 55.5 de la constitution, le Président de la République dispose du droit d’initiative pour l’organisation d’un référendum de consultation ou de ratification, mais cela ne lui permet pas d’effectuer ce référendum. Il est quand même important de rappeler que durant les présidentielles, Andry Rajoelina a proclamé qu’il ne touchera pas à la constitution.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: le projet de référendum d'Andry Rajoelina refusé la HCC

Dans la soirée du 25 avril dernier, la Haute Cours Constitutionnelle a annoncé son refus face au référendum constitutionnel prévu pour le 27 mai prochain avec les législatives. En effet, ce projet apporté par le Président de la République en vue de la suppression du Sénat et la mise en place des gouverneurs a reçu un avis défavorabe de la HCC.
cette dernière conteste ce projet en avançant que dans l’article 55.5 de la constitution, le Président de la République dispose du droit d’initiative pour l’organisation d’un référendum de consultation ou de ratification, mais cela ne lui permet pas d’effectuer ce référendum. Il est quand même important de rappeler que durant les présidentielles, Andry Rajoelina a proclamé qu’il ne touchera pas à la constitution.
Madaplus.info0 partages

Madagascar: le projet de référendum d'Andry Rajoelina refusé par la HCC

Dans la soirée du 25 avril dernier, la Haute Cours Constitutionnelle a annoncé son refus face au référendum constitutionnel prévu pour le 27 mai prochain avec les législatives. En effet, ce projet apporté par le Président de la République en vue de la suppression du Sénat et la mise en place des gouverneurs a reçu un avis défavorabe de la HCC.
cette dernière conteste ce projet en avançant que dans l’article 55.5 de la constitution, le Président de la République dispose du droit d’initiative pour l’organisation d’un référendum de consultation ou de ratification, mais cela ne lui permet pas d’effectuer ce référendum. Il est quand même important de rappeler que durant les présidentielles, Andry Rajoelina a proclamé qu’il ne touchera pas à la constitution.
Ino Vaovao0 partages

“TAGNAMARO ANDRON’NY OLOM-PIRENENA” ANDIANY FAHAROA : Tafita ny hafatra

Niara-nientana tamin’ny mpiasan’ny Minisitera nanatanteraka ity asa «  Tagnamaro  » ity avokoa ny fokonolona mipetraka eny amin’iny faritr’Ambohipo sy ny manodidina iny, ny mpanabe ao amin’ity sekoly ity, ny ray aman-drenin’ny mpianatra ary ny fikambanana maro samihafa ao amin’ny boriborintany faharoa. Efa saika antitra avokoa ny fotodrafitrasa rehetra ao amin’ity sekoly ity satria dia efa tamin’ny 1962 no niorenany. Ahitana efitrano fianarana 17 eny an-toerana ary mahatratra 807 ny mpianatra manovo fahalalana ao amin’izany. Ny Minisiteran’ ny Serasera sy ny kolontsaina, tarihin-dRamatoa Minisitra, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo moa no tompon’antoka voalohany tamin’ ny famolavolana izany ka ny tanjona dia ny fanentanana ny daholobe hanao asa iombonana an-tsitrapo ho an’ny firenena, hamerenana indray ny soatoavina nampiavaka an’i Madagasikara sy ny Malagasy.

Miombon-kevitra amin’ny fitondram-panjakana hatrany koa ny eo anivon’ny zandarimaria

 Niditra tamin’ny andiany faharoa tamin’ny fanatanterahana ny « hetsika Tagnamaro » ny teo anivon’ny Sekreteram-panjakana Miadidy ny zandarimaria, izay  notontosaina teny amin’ny Toby Jeneraly Ramarolahy Betongolo sy ny Toby Lieutenant-colonel Mohajy Fort-Duchesne, ny sabotsy 27 avrily 2019 lasa teo. Nanomboka  tamin’ny  fito ora maraina ka nifarana tamin’ny folo  ora teo ho eo. Mitohy hatrany ny hetsika  ary  nahariharin’ireto farany fa miombon-kevitra tanteraka amin’ny fitondram-panjakana izy ireo ny amin’ny fanatanterahana izany. Hetsika  azo lazaina ho miavaka   sady manan-danja satria entina hampianarana ireo olona ho tia fahadiovana, tsy ho zatra toloram-potsiny ary koa ny fametrahana izany firaisankina mankany amin’ny fampandrosoana ny firenena izany. Tsy hijanona hatreo araka izany  ny ezaka efa natomboka fa mbola hotohizana mba ho modely ho an’ny hafa izy ireo. Entanina ny rehetra mba hahay haka tahaka fa ny soa  fianatra. Ny tena nampiavaka ity « Hetsika Tagnamaro” indray mandeha ity moa dia  ny fandraisana anjara mavitrika nataon’ireo mpiara-miasa sivily sy miaramila.

Nandray anjara ihany koa ny Zandary tao amin’ny Kaompania MiandrivazoNanatontosa ny asa Tagnamaro andiany faharoa ihany koa ny avy ao amin’ny kaompanian’ny Zandarimaria ao Miandrivazo, ny  27 avrily 2019 lasa teo.Niaraka nirodona nanadio ny lalana mamakivaky ny tanàna izy ireo sy ny sampan-draharaha rehetra misy eto an-toerana. Fanesorana ireo fasika manentsina ny lakan-drano sy ny famafana ny arabe. Adidy ho amin’ny andron’ny olom-pirenena vanona.

Betsaka no efa resy lahatra ao Antsiranana

Mbola tohin’ny famaliana ny antso avy tamin’ny Minisiteran’ ny Serasera sy ny kolontsaina mahakasika ny hetsika Tagnamaro dia azo ambara fa manomboka resy lahatra ny vahoaka malagasy amin’ny fanatanterahana izany. Araka izany dia tontosa ny sabotsy 27 avrily teo ny andiany faharoa ary nandray anjara tamin’izany taty amin’ny tapany avaratry ny Nosy. Tsy diso anjara tamin’ny fandraisana anjara ireo mpiasan’ ny serasera Diana  taty Antsiranana. Tao amin’ny foibem-paritra no nanatanterahan’ireo mpiara-miasa avy eo anivon’ny serasera sy ny kolontsaina ny « hetsika Tagnamaro » ny sabotsy teo, raha nanadio tao amin’ny toeram-pitsaboana ao Tanambao tamin’ny nanombohan’ny hetsika. 

Hatramin’ ireo mpiasa efa nisotro ronono tao amin’ity sampan-draharaha ny  serasera ity dia tonga namaly ny antso, izay resy lahatra sady nahatsapa fa ilaina ity « hetsika Tagnamaro » ity. Ankoatra ireo namaly ny antso taty Antsiranana, dia nandray anjara mavitrika ihany koa ireo vahoaka tao amin’ny kaominina Anivorano Avaratra, tamin’ ny fanadiovana ny tanàna ny sabotsy 27 avrily teo. Tsy tara fa naneho ny fahavononana tamin’ny fanatontosana ny hetsika Tagnamaro ihany koa ireo delegasiona avy tamin’ny serasera sy ny kolontsaina tao an-toerana. Tsy hijanona hatreo ihany fa hisy ny fandraisana andraikitra hentitra  amin’ny  fanaraha-maso ny asa natao.

N.A sy Tatianà R. ary Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

INO MARESAKA A TAMATAVE : Dimy taona nanaovana asa fampandrosoana

Nisongadina nandritra ny kabary nifandimbiasana fa nampiray tanora zanak’i Toamasina sy tia an’i Toamasina ny IMT. Raha 10 teo ho eo ny mpikambana tamin’ izany avrily 2014 izany, dia efa 190 000 mahery amin’izao fotoana izao.Tsy nijanona tao anaty facebook ihany mantsy fa nanjary fikambanana mijoro ara-panjakana.  Anisany nanampy ny filkambanana tamin’ny fikarakarana izao fifampiarahabana tratry ny tsingerin-taona izao ny kandidà ho depiote Naharimamy Irmah. Nanampy ihany koa ny kandidà Dr Benessy Harison Sébastien. Teo ny fanampian’ny lehiben’ny Faritra Analanjirofo, Ramaroson Jacques sy ireo mpiara-miombon’antoka hatramin’izay tamin’ny IMT.

Ho an’ny mpanorina ny fikambanana IMT, Ndiamahazo Mickaelys fantatry ny maro amin’ny anarana hoe Kamy, dia dingana maro no nolalovan’ny fikambanana. Niezaka nanova zavatra tao Toamasina ny IMT nandritra izay 5 taona nisiany izay. Tsy nijanona ho mpanakihana tsy fetezan-javatra ihany fa nandray anjara amin’ny asa fampandrosoana sy ny sosialim-bahoaka.

Omby roa no natao nofon-kena mitam-pihavanana narahina fanapahana mofomamy. Olona 300 teo ho eo no tonga nanotrona. Noferana ny olona nasaina nanome voninahitra ny fotoana noho ny fahateren’ny toerana nanaovana fety, izay voafetra ho mazaka olona 300.

Ino Vaovao

Ino Vaovao0 partages

ANTSIRANANA : Niverina indray ny delestazy lavareny sy miverimberina efa ho herinandro izay

Nifanandrify tamin’ny fandalovan’ny andro ratsy taty an-toerana, ny alatsinainy 22 sy talata 23 avrily lasa teo ity fahatapatapahan’ny herinaratra ity, izay noheverina fa vokatr’ilay andro ratsy nitondra orana nikija ny antony nahatonga izany.Nitohy ny alarobia 24 avrily izany fahatapahan’ny herinaratra taty Antsiranana izany. Amin’ny ankapobeny, amin’ny antoandro no tena ahitana fahatapahana. Miverimberina inefatra na indimy ao anatin’ ny andro iray izany, ary miafara amin’ny fihodinana ny fitsinjarana herinaratra ao anatin’ny fokontany.

Tahaka izay nitranga ny sabotsy 27 avrily teo, dia inefatra tapaka ny herinaratra saika manerana ny tampon-tanànan’ Antsiranana. Niverina tao anatin’ny adiny efatra izany ary tapaka indray nanomboka tamin’ny 5 ora hariva. Nahitana toerana izay tsy nahazo herinaratra mandra-maraina nanomboka tamin’io ora voalaza io. Nampanontany tena ny maro araka izany ny zava-misy. Moa ve niverina indray ny delestazy aty Antsiranana ? 

Nitombo araka izany ny fandaniana isan-tokantrano amin’ny fampiasana labozia. Efa tsy resahina intsony ny tebiteby amin’ny alina mandritra ny fahatapahan-jiro, izay anisany mampahazo vahana ny asan-jiolahy, manararaotra amin’ny maizina. Amin’ny ankapobeny ny fahazaran-dratsin’ny avy amin’ny Jirama aty Antsiranana, dia tsy mampahafantatra amin’ny vahoaka ny antony mahatonga ny fahatapahan’ny herinaratra tahaka izao. Tamin’ny fanadihadiana nataonay tamina tompon’andraikitra iray avy amin’ ny Jirama aty an-toerana dia nanambara izy fa misy fahasimbana ny milina roa miisa an’ny orinasa Enelec izay ofain’ny Jirama mamatsy ny herinaratra aty Antsiranana. 

Mbola ao anatin’ ny fanamboarana izany, izay arahana andrana no mahatonga ny fahatapahan’ny herinaratra aty an-toerana. Tsy vitsy anefa ny manahy amin’ny mety tsy fahafahana mandoa ny vidin’ny jiro amin’ilay orinasa Enelec ka mety hiafara amin’ny fitsitsiana solika mba tsy hampitombo ny trosa ananany amin’ny Jirama, ka miteraka fahatapahana lavareny tahaka izao. Ny mahatsikaiky dia hatramin’ny birao fiasan’ny Jirama dia tratry ny fahatapahana ihany koa, mandritra ny ora fiasana. Mimenomenona araka izany ny vahoakan’Antsiranana manoloana ny fisian’ny fahatapahan’ny herinaratra nisesy tato anatin’ny herinandro izay.

Anisany mitaraina mafy ihany koa ireo izay mampiasa an’ireny kaontera voalaza fa  "intelligent" ireny. Mikatso avokoa ny asa fiveloman’ireo izay tsy maintsy mampiasa herinaratra. Efa tsy lazaina ihany koa ny fahasimban’ireo sakafo atao tahiry ao anatin’ny vata fampangatsiahana. Mila vonjy araka izany ny vahoakan’ Antsiranana mahakasika ity resaka herinaratra ity. Mangataka amin’ny fitondrana foibe mba hamaha ny olana sy hitondra vahaolana maharitra fa efa matetika miverimberina ny tranga fahatapahan’ny herinaratra ity.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ADY TOTOHONDRY : Nahazo fampitaovana avy amin’ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena ireo hiatrika ny lalaon...

Ho fampirisihana ireo ekipa hiatrika izany dia nanolotra fitaovana maromaro ho azy ireo ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny jeneraly Richard Rakotonirina, izay sady Ray mpiahy manokana ny taranja ady totohondry eto Madagasikara. Arotanana (gants) miisa 20 sy aroloha (casque) miisa 20 no natolotony tamin’izany.

«  Ady no hatrehina ka mila mitondra medaly volamena maromaro isika mody satria izany no fomba fiasa miaraka amin’ny mpandresy  », hoy ny minisitra raha nanolotra ireto fitaovana ireto izy. Raha tsiahivina dia ity no andiany fahafolo andraisan’i Madagasikara anjara amin’ity ady totohondry ity ka i Maorisy no voafidy hampiantrano izany afaka volana vitsivitsy.

N.A

Ino Vaovao0 partages

ORINASA « BASE TOLIARA » : Hapetraka ny vovonana ifampiresahan’ny ankolafy rehetra

Misy amin’ireo mponina mankasitraka sy maniry ny hitohizan’ny asa fitrandrahana ataon’ity orinasa ity, misy ihany koa anefa ireo milaza fa tsy voahaja ny fifanarahana teo amin’ny orinasa mpitrandraka sy ny vahoaka monina manodidina ny orinasa. Io tsy fitovian-kevitra io koa moa no nitarika ny fandoroan’ny antokon’olona sasantsasany ny fitaovan’ity orinasa ity herinandro vitsivitsy lasa izay.

Ho famahana io olana io sy hikatsahana fandriampahalemana maharitra any an-toerana dia nandefa delegasiona manokana ny fitondram-panjakana foibe hamaha faran’izay haingana ity olana ity sy hijery ifotony ny zava-misy any an-toerana. Minisitra miisa 06 araka izany no nirahin’ny Filoham-pirenena sy ny praiminisitra hijery akaiky izany ka isan’izany ny minisitry ny Atitany sy ny fitsinjaram-pahefana, ny minisitry ny Fitsarana, ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena, ny minisitry ny Filaminam-bahoaka, ny minisitry ny Tanora sy ny fanatanjahantena ary ny minisitry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny loharanon-karena stratejika. 

Vantany vao tonga tany an-toerana ireto delegasiona manokana iraky ny Filoham-pirenena sy ny praiminisitra ireto dia nifampitafa mivantana sy nihaino ny hetahetan’ireo mponina, ny andaniny manaiky ny fitrandrahana sy ny ankilany manohitra  izany fitrandrahana izany. Ankoatra ny fihaonana sy ny fitafana mivantana tamin’ireo mponina ireo dia nisy ihany koa ny fihaonana nataon’ireto delegasiona ireto tamin’ireo fikambanana maro dia maro mieli- patrana any amin’iny Faritra iny.Tapaka nandritra ny fakan-kevitra sy ny fihaonana fa hatsangana ny vovonana ifampiresahan’ny ankolafy, natao ny taratasy fifanekena narahina fanaovan-tsonia ka samy niara-nanao sonia izany avokoa na ireo mpanohitra ny fitrandrahana na ireo nankasitraka ny hitohizan’izany.

«  Tsy maintsy hajaina ny lalàna ary tsy azo atao ny manao fihetsiketsehana tsy nahazoana alalana  na inona na inona endriny  », hoy ny minisitry ny atitany nampahatsiahy ny fihoaram-pefy nataon’ireo antokon’olona nandoro ny orinasa «  Base Toliara  ».  «  Samy miezaka isika mikatsaka ny hisian’ny filaminana ary ho hentitra ny fitandroana izany filaminana izany ho an’ireo minia mihoa-pefy  », hoy ireto iraka manokana ireto nanantitrantitra ny tokony hanajana ny lalàna velona misy eto amin’ny firenena amin’ny karazana olana madinidinika miseho eo amin’ny orinasa mpitrandraka sy ny vahoaka any ifotony tahaka izao.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I BEKILY : Dahalo miisa 3 maty, tafaverina amin’ny tompony ny omby miisa 123

Eo anatrehan’izany  anefa dia tsy mikely soroka ihany koa ny mpitandro filaminana, manavao ny paikady sy ny fomba entina hamongorana  azy  ireo, ho fanasoavana ny vahoaka. Ny zoma  teo, tokony ho tamin’ny iray ora maraina, dahalo manodidina ny enimpolo lahy no nigadona tao  Mikaikarivo,  Kaominina Bevoay, Distrikan’i Bekily. Avy hatrany dia nampihorohoro ny  vahoaka  ireto mpandroba tamin’ny alalan’ ireo fitaovam-piadiana marobe, hany ka samy tsy nisy nahasahy nanohitra avokoa ny fokonolona.

Nangonin’ireo malaso araka izany ny omby rehetra ary nentin’izy ireo nandositra. Nampandre haingana ny  vondron-tobim-paritra  misahana ny fandriampahalemana avy ao amin’ny Kaompania Bekily  ny mponina ka raikitra ny fanarahan-dia nihazo tany amin’ny kizo atao hoe Antsary. Nanampy ny fokonolona sy ny zandary tamin’io fotoana io ihany koa  ireo Kalony dimampolo lahy teo ho eo. Ny maraina  vao mangiran-dratsy ihany dia nifanehitra ireto mpanara-dia sy ny malaso. Raikitra ny fifandonana  ka maty tsy  tra-drano noho ny tifitra nisesisesy  nahazo  azy ireo ny dahalo miisa telo, ny ambiny kosa tafatsoaka.  

Vokatry ny fiaraha-mientana tahaka izao dia nahomby ny fanarahan-dia ka mora foana dia tafaverina amin’ny  tompony ny fananany. Amin’ny ankapobeny, miisa 123 ireo omby tafaverina. Miezaka hatrany  ireo zandary voairaka hiady amin’ny asan-dahalo amin’iny Faritra atsimo iny mba ho tena mpiaro ny vahoaka sy ny fananany tokoa, na dia mihatra aman’aina mihitsy aza  ny fifandonana atrehina amin’ireo dahalo. Misy ihany koa ireo andian-jatovo mitambatra  ho mpiaro ny  mponina  antsoina hoe “Kalony” , isany manampy  akaiky ireo zandary sy ny fokonolona mandritra ny asan-dahalo mahery vaika.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

AMBALAVAO TSIENIMPARIHY : Nanararaotra ny fahatapahan-jiro ireo jiolahy hamakiana trano

Mitombo isa ireo lasibatra noho ny hetraketrak’ireo  olon-dratsy. Etsy andanin’izay ny fiparitahana fitaovam-piadiana izay mahatonga vono olona mahatsiravina. Ankoatra izay, fantatra tamin’ny tatitra voaray ny faran’ny herinandro teo ihany koa fa  manararaotra  ny fahatapahan-jiro matetika ireo jiolahy. Araka ny tatitra voaray, fantatra fa mpivady  manana fivarotana lehibe iray  ao an-toerana no  notafihana  jiolahy  tao an-tokantranony. 

Tsy nihambahamba ireo olon-dratsy fa avy hatrany dia niditra tao an-tranony ka tonga dia nidaroka. Vokany, voafira antsy ny tongotra havian’ilay  ramatoa. Ilay rangahy vadiny kosa voakapoky ny iray tamin’ ireo jiolahy tamin’ny famaky tao amin’ny lamosiny.  Ny andro maizina vokatry ny fahatapahan-jiro ka  nanararaotra nitsoaka ireo nahavanon-doza. Manoloana izay fahasarotana izay dia  tsy  fantatra mazava hatreto  ny  fitambaran’ ireo entana navoakan’ireto farany.  Hatramin’izao dia mbola mitsabo tena  izy mivady ireo  ary voatery  noentina ao an-drenivohitr’i Fianarantsoa  satria  tsy  vita tao an-toerana intsony  ny fitsaboana noho ny ratra be nanjo azy ireo.

 Mbola tsy tena voafehy ny fahatapahan-jiro

Mbola faritra maro no lasibatry ny tsy fisiana jro eto amintsika. Manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana hatrany araka izany mba hitondra vahaolana. Marihana mantsy  fa betsaka ireo olon-dratsy no manararaotra izany ka tokony samy ho mailo ny rehetra  ny amin’ny fiambenana ny tanàna, indrindra indrindra fa ny hidin- trano. Efa maro ny  tranga hita tato ho ato  ary efa  lasa fomba fiadin’ny jiolahy indray  aza ny fanararaotana izany.

Tatianà R.  

Ino Vaovao0 partages

ANDRO MANERANTANY HO AN’NY DIHY : Nandray anjara ireo mpandihy avy eto Mahajanga

Natomboka tamin’ny diabe niainga teny amin’ny jardin Cayla izany,  nandalo teo amin’ny Lapan’ny tanàna ary niafara tao amin’ny tranoben’ny kolontsaina.  Nandray anjara mavitrika tamin’izany ireo mpandihy teto Mahajanga izay nahitana ireo karazana dihy rehetra.  Tao ireo danses urbaines,  danses contemporaines,  coupé décalé sy gweta na dihy afrikanina, ny dihy afro latino, danses traditionnelles ... 

Manoloana ny tranoben’ny kolontsaina no nanaovana ny kabary nifandimbiasana noelanelanin’ireo fampisehoana nataon’ny oasis dance, groupe cyclone, jeunes mamans sy ireo mpandihy danses urbaines ary ny mpanao dihy nentin-drazana. .. Nanambara ny talen’ny tranoben’ny kolontsaina fa sady fialamboly no fanatanjahantena ny dihy. Aza sakanana ny zanakareo raha manatona ireny "clubs de danses" ireny, hoy izy fa ny dihy dia manampy azy tsy hirona amin’ny zava-mahadomelina sy ny fialamboly mety mampidi-doza. 

Manan-karena mpandihy i Mahajanga, betsaka ireo mpandihy lehibe teto no efa malaza amin’ny sehatra nasionaly sy iraisam-pirenena. Anisan’izany i Navin izay mitondra ny groupe Divin. Nanatrika teo izy nanohana ireo mpandihy eto Mahajanga.  Tao ihany koa i Tombo Charline, izay tsy zoviana amin’ny maro eto Mahajanga sy hatrany amin’ny sehatra nasionaly raha ny dihy ankehitriny na danse contemporaine.  Tazana tao koa i Mme Mavo izay efa nitaiza zaza sy tanora an-jatony maro eo amin’ny dihy sy majorettes.

Ny sabotsy kosa dia natokana tamin’ny  fifaninanana dihy nentim-paharazana ny tapany maraina ary fizarana loka kosa ny tapany hariva.  Nahafinaritra ny fankalazana fa na izany aza dia tsy ampy ireo mpandihy ny fotoana niarahana.  Nanome voninahitra ny fotoana ny lehiben’ny Faritra,  ny fiadidiana ny tanàna ary ny filohan’ny ligim-paritra Boeny ny dihy mihaja sy ara-panatanjahan-tena. Ny zamanjaza moa dia ny talem-paritry ny serasera sy ny kolontsaina sy ny talen’ny tranoben’ny kolontsaina. 

Vanessa

La Vérité0 partages

Système « E-Visa » - Une société 100 % malagasy à l’œuvre

Installé auprès de 8 aéroports malagasy depuis 2018. Le système « E-visa » permet la délivrance de visas électroniques aux étrangers non-immigrants de passage à Madagascar. Ce moyen de contrôle, conçu et mis en œuvre par la société malagasy « MadaOzi » contribue non seulement à augmenter le nombre de touristes venus visiter le pays, mais il permet également le renforcement de la sécurité et assure la traçabilité des recettes de l’Etat. « Après une mise en régie suite aux conflits internes auprès de l’AMETIS, le ministère de la Sécurité publique, en tant qu’autorité délégante, nous a choisis comme société délégataire de la délivrance de visas électroniques. Une convention y afférente a été signée et ce pour une durée d’exploitation de 10 ans », informe Michel Lazasoa, directeur général de ladite société malagasy. Celle-ci, en tant qu’ancien sous-traitant d’AMETIS, s’est chargée du développement de toutes les techniques d’accueil des touristes, de la délivrance des visas électroniques ou encore de l’opérationnalisation du réseau de connexion auprès des aéroports. La société emploie une quarantaine d’employés, dont des jeunes techniciens qui ont développé le logiciel du projet « E-visa ».

Une fuite de capitaux à craindreFruit du partenariat public-privé, les prestations de délivrance des visas électroniques et l’accueil des touristes auprès des 8 sites aéroportuaires vont bon train. Pourtant, les tentatives de résilience du contrat affluent. Une société étrangère serait derrière ces magouilles, à en croire nos sources. La copie du contrat en question a déjà eu lieu, avec des erreurs considérables. Cette situation pourrait entraîner à la fois une fuite de capitaux et une entrave à la sécurité nationale puisque bon nombre de dossiers seraient déjà entre la main de la société étrangère. « Nous interpellons les autorités compétentes à suivre de près cette situation. Les prestations et services publics malagasy devraient être assurés par une société 100 % malagasy », avance Rivo Tahiana Nomenjanahary, directeur des Affaires juridiques auprès de ladite société. Ses employés, composés de jeunes ingénieurs développeurs, techniciens, opérateurs, etc., s’exercent auprès des 8 sites aéroportuaires, à savoir Antananarivo, Nosy Be, Antsiranana, Mahajanga, Toamasina, Sainte-Marie et récemment Fort-Dauphin et Toliara. Ensemble, ils disent « non à l’accaparement du projet par une société étrangère ». Affaire à suivre !Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Forêt de Vohibola - L’association « Razan’ny Vohibola » gestionnaire officiel

Pour une période d’essai. Une délégation du ministère de l’Environnement et du Développement durable, composée du ministre lui-même ainsi que de son secrétaire général,  des directeurs de l’environnement et des forêts ainsi que du développement durable, a effectué une descente sur terrain dans le fokontany d’Andranokoditra, samedi dernier. L’idée principale étant de rencontrer l’association « Razan’ny Vohibola » ainsi que le « fokonolona » des quatre fokontany autour de la forêt de Vohibola. Au cours des différents échanges, Alexandre Georget, ministre de l’Environnement et de Développement durable, a ainsi décidé de désigner ladite association comme gestionnaire officiel des lieux. « Auparavant, l’association « Razan’ny Vohibola » a déjà géré ce site. Toutefois, les membres n’ont pas respecté le cahier de charges se référant à la protection des forêts. Cependant, après des grandes discussions et débats, nous avons décidé de leur confier à nouveau la gestion de Vohibola pour un contrat d’essai d’une année. Le mois de mars de l’année prochaine, nous ferons donc une évaluation pour voir si tout a été fait dans les normes », a soutenu le ministre lors de sa descente.

Appui techniquePour rappel, l’association « Razan’ny Vohibola » est une association de villageois volontaires souhaitant protéger leurs forêts. Mais l’ancien directeur régional de l’environnement et du développement durable d’Atsinanana s’est tout le temps opposé à eux pour qu’ils puissent vraiment prendre en main la préservation de Vohibola. Aujourd’hui, les membres de l’association ont donc accepté leurs erreurs et ont promis au ministre de veiller au mieux sur la forêt de Vohibola. « En plus, ils ne seront pas seuls. Nos portes leur seront toujours ouvertes. Et nous continueront également de les appuyer techniquement pour qu’ils puissent être plus efficaces. Des techniciens et des agents forestiers viendront aussi les seconder dans leur travail », a ajouté le ministre.Respect des loisAinsi, tout sera fait pour que l’industrie forestière ne bénéficie plus qu’à une minorité. Lors de leur descente, le ministre et sa délégation ont par exemple croisé un bac rempli de bois coupé. « Et après avoir vérifié les papiers, il s’est avéré que ces derniers présentaient des anomalies. En effet, ils étaient signés à la date du 27 avril 2019 par le chef du cantonnement de Toamasina. Pourtant, à cette même date, le signataire était au bord du même bateau que le ministre », explique notre source. Il a donc été sévèrement réprimandé par le ministre pour que tout le monde prenne conscience que les actions de ce genre ne seront plus acceptées. Chacun doit respecter les lois en vigueur.  Rova Randria

La Vérité0 partages

Pour l'Emergence de Madagascar - La Banque mondiale offre 100 millions de dollars

C'est la première fois que Madagascar bénéficiera, d'un seul coup, d'une aide budgétaire de 100 millions de dollars de la part de la Banque mondiale. Auparavant, l'institution financière n'avait octroyé que 40 millions de dollars à la Grande île.  Du jamais vu. La Banque mondiale va augmenter à plus de 100 millions de dollars américains son appui budgétaire à Madagascar. L'annonce a été faite, hier dans le milieu de l'après-midi, par le Président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, au Palais d'Etat d'Iavoloha. Ceci en marge d'une journée de travail avec le nouveau président du  Groupe de la Banque mondiale David Malpass, actuellement dans la Grande île pour son premier voyage à l'étranger en tant que chef de cette institution internationale de développement. Il s'agit d'une première, historique, dans les relations entre Madagascar et le Groupe de la Banque mondiale. Auparavant, Madagascar n'avait en effet obtenu que 40 millions de dollars d'aide budgétaire. Un point qu'avait rappelé le Chef d'Etat malagasy Andry Rajoelina, dimanche, lors de la présentation du bilan de ses 100 jours. Destinée à oxygéner le budget de Madagascar, cette enveloppe de 100 millions de dollars est notamment le fruit des récents échanges entre le Président malagasy et le vice-président de la Banque mondiale Afhez Ghanem, en marge du Sommet de l'Union africaine au mois de février dernier. Le numéro Un malagasy avait sollicité la Banque mondiale à accroître l'aide budgétaire allouée à Madagascar. Le vice-président de la Banque mondiale avait alors exprimé sa volonté de faire tout son possible pour aider Madagascar, notamment en ce qui concerne le déblocage des fonds.

Passer à la vitesse supérieureCette augmentation de l'aide budgétaire s'ajoute aux financements de trois projets d'un montant de 292 millions de dollars déjà accordés par la Banque mondiale à Madagascar. Trois projets prioritaires qui vont contribuer  à l'atteinte du développement exclusif et durable. Pour bon nombre d'analystes de la place, l'octroi de ces fonds est une marque de confiance de cette institution envers le Président malagasy. Cela montre et démontre également que la Banque mondiale adhère aux priorités énoncées dans le programme présidentiel Initiative pour l'Emergence de Madagascar.  D'ailleurs, une autre aide serait en préparation, selon les prévisions.  « Ces financements approuvés qui vont nous permettre de concrétiser de nombreux projets en alignement avec la vision de l'IEM qui se transformera en plan pour l'émergence de Madagascar (…) Ces 392 millions de dollars auront un impact concret et durable sur la vie sociale du pays car ils seront directement investis dans ces défis prioritaires », indique le Président Andry Rajoelina. Celui-ci a montré sa volonté d'aller très vite pour redresser le pays qui a connu un retard de développement durant les 58 dernières années. Il est donc normal que la Banque mondiale l'appuie dans sa démarche, selon les observateurs.  Préalablement à la déclaration conjointe, une entrevue entre le président du groupe de la Banque mondiale avec le Chef de l'Etat malagasy a eu lieu dans la matinée. Une rencontre au cours de laquelle ce dernier a pu présenter l'IEM et dresser un état des lieux des défis prioritaires auxquels le peuple malagasy fait face. La construction de la route nationale 44 reliant Moramanga à Ambatondrazaka notamment a été discutée et programmée. « Nos échanges de ce jour vont nous permettre de passer à la vitesse supérieure dans la réalisation de ces divers projets de développement avec un impact mesurable et quantifiable », a indiqué le Chef de l'Etat malagasy. A la suite de ces échanges, les deux personnalités se sont envolées ensemble vers Soavina, dans le District de Betafo pour constater de visu la réalité du quotidien des malagasy.  La Rédaction

La Vérité0 partages

Carte sur table

Le Chef de l'Etat joue carte sur table. Il dévoile au grand public les micmacs « derrière la coulisse ». Une grande première dans la gestion des affaires nationales. Il passa outre la notion sacro-sainte de « Secret d'Etat ». Il mit à témoins les concitoyens des enjeux qui se trament « derrière le rideau ». Certes, l'Amiral Ratsiraka l'avait fait autant quand chassait de son lieu à Imerintsiatosika l'antenne de la NASA en 1977. Une des plus importantes antennes de la NASA dans le monde car elle couvre à elle seule toute l'hémisphère Sud. Il balançait sur la place publique toutes les informations ayant motivé la décision. Un geste que l'opinion appréciait beaucoup ! Le dernier grand show politique réussi du dimanche à Mahamasina au Palais des Sports nous retient toujours l'attention. On ne peut pas ne pas revoir certains grands sujets décryptés et développés. Au moins cinq grands thèmes ont été évoqués par le Chef de l'Etat : l'épineux problème du carburant et tout ce qui l'entoure ; l'éternelle question relative à la JIRAMA ; le salaire du secteur privé ; le financement des micro-projets à l'intention des jeunes ; la question sécuritaire. Le Président priorisait l'option de la transparence dans son exposé. Des informations, parfois délicates, ont été annoncées. Mais Rajoelina en avait voulu ainsi pour que les concitoyens prennent conscience de la délicatesse sinon la gravité de la situation et les invite à s'armer de patience s'il le faut. Le Président Rajoelina a étalé sans complaisance ni cache-cache le véritable enjeu autour de la transaction des produits pétroliers à Madagascar. Il dénonçait la mauvaise foi des compagnies pétrolières. Ils n'ont aucun scrupule à faire payer aux pauvres consommateurs locaux des prix exorbitants et injustifiés. Selon le Président, on peut très bien envisager la révision à la baisse du prix du carburant à la pompe. D'ailleurs, il va incessamment discuter avec les pétroliers sur la faisabilité de la chose.

De cause à effet, la baisse du tarif de l'électricité aux consommateurs entre également dans le domaine  du possible. Par ailleurs, il pointait du doigt l'emprise généralisée de la corruption à l'intérieur de cette Société nationale. Andry Rajoelina de réitérer qu'il se donne cinq ans pour tout mettre en ordre à la JIRAMA. Un défi colossal, mais il y aboutira. Pour une fois, les familles modestes du secteur privé pourront enfin jouir d'un minimum vital. En effet, le salaire minimum connaîtra une révision à la hausse pour atteindre le cap de 200.000 Ar. Bien sûr que ce n'est pas le grand boum des salaires mais à chacun de le bien gérer. Normalement, le Président entame ce jour avec le patronat ce délicat sujet.  Les jeunes en situation de précarité de travail doivent revoir la stratégie. Il faut miser plutôt sur la création de son propre entreprise. Un processus viable de financements des projets sera mis à la portée des jeunes. La question sécuritaire n'a pas été occultée. D'ailleurs, en 100 jours de pouvoir, des progrès notables ont été  déjà enregistrés. Et tous les efforts seront consentis pour maximiser les résultats escomptés. Entre autres, moyens matériels conséquents  et encouragements en direction des éléments méritants. En somme, le Président Rajoelina jouait carte sur table sur les défis qui attendent. Au final, l'espoir renaît !  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Désinformation sur internet - Les baobabs de Dubaï ne viennent pas de Madagascar

L'information circulait depuis quelques jours sur les réseaux sociaux avec  photos à l'appui. Six baobabs  endémiques de Madagascar auraient été exportés illicitement pour être plantés à Dubaï. Comme, bien entendu, les adversaires de l'actuel régime se sont relayés pour partager et commenter la publication, en s'empressant de mettre ce fait sur le compte de ce dernier.  Un quotidien de la place  (par manque de recoupement ou par excès de précipitation ?), refusant de donner du crédit à un début de démenti paru sur la Toile, tomba dans le panneau en annonçant la « nouvelle » à la Une. Il est avéré actuellement que, comme soutenu (timidement, il est vrai) par certains internautes,  les baobabs dont il s'agit proviennent effectivement d'Australie et non de Madagascar. En tout cas, c'est ce qui est en effet publié par l'entreprise ayant exporté ces arbres à Dubaï (voir capture d'écran) et qui, à voir sa raison sociale, y est spécialisée. Cette dernière est catégorique en affirmant que les baobabs qui trônent actuellement dans les Emirats Arabes unis ont pour nom scientifique « Adansonia Gregorii » tandis que ceux de Madagascar, lesquels figurent dans l'appendice 2 de la CITES en tant qu'espèce en danger, appartiennent à  l'espèce « Adansonia  Grandidieri ».

L'intox, il est vrai, est partie d'une publication citant un expert anonyme qui, apparemment à distance, avait conclu que les baobabs fraîchement plantés à Dubaï venaient de Madagascar, tout en précisant qu'il s'agissait des espèces les plus grandes et les plus célèbres que compte la Grande île. Une information qu'il fallait prendre avec des pincettes. A voir en effet les images prises lors du transport des arbres en question, il est pratiquement impossible que le convoi (plus qu'impressionnant) ait pu passer inaperçu à Madagascar, tout au long de son itinéraire jusqu'à l'embarquement. Dans tous les cas, il est significatif que depuis que l'information a fait son apparition, aucun signalement de disparition et/ou de transport illicite de baobabs n'a été fait jusqu'ici. Car il est clair que, s'agissant d'espèce protégée sur le plan international, tout ce qui concerne ces arbres en voie de disparition (endroits où elles poussent, leur nombre etc,) est répertorié.La Rédaction

La Vérité0 partages

Interview - Le sénateur Berthin Randriamihaingo répond au président du Sénat

Le Sénat a connu ces derniers temps une effervescence inhabituelle. Le président du Sénat Rivo Rakotovao parle d'une trahison de ses compagnons de route. Les sénateurs, presque toutes tendances confondues, accusent leur président de faire preuve de mauvaise foi manifeste, traduite par un immobilisme  total alors que la conjoncture demande un peu plus de synergie entre les institutions de la République. Le sénateur Berthin Randriamihaingo, en n'étant plus membre de ce parti qui domine cette Chambre haute, est plus disposé à livrer une vision plus objective pour éclaircir l'opinion car, en réalité, ce qui se passe au Sénat est presque  en grande partie un tour de bras de fer entre membres même d'un parti d'abord, avant de devenir une affaire de toute une institution. Interview.La Vérité (+) : Le bouillonnement au Sénat, ces derniers temps, a fait couler beaucoup d'encre et votre nom a été même cité pour être parmi ce que la presse appelle « les frondeurs » de la Chambre haute. Quelle serait votre version des faits ?Sénateur Berthin Randriamihaingo (=) : Si la presse interprète ce bouillonnement dans cette Chambre haute comme une manœuvre politique pour faire partir le président actuel, ce sera par ce que le Président Rivo Rakotovao l'a interprété ainsi à travers ses multiples déclarations dans la presse. En réalité, c'est une manière pour lui de jeter la responsabilité à propos du dysfonctionnement flagrant de la Chambre haute sur les sénateurs en général et quelques membres de cette institution, en particulier.

Depuis la prise du pouvoir du nouveau régime, les sénateurs, toutes tendances confondues se  sentent frustrés par la gestion de l'institution qui laisse à désirer et c'est la raison pour laquelle  l'atmosphère est délétère. L'opinion en général remarquera sûrement que cette institution était complètement absente des différentes affaires nationales brûlantes, ces derniers temps, alors que la loi fondamentale stipule clairement que la Chambre haute est en charge de conseiller  l'Exécutif et en même temps veille sur tout ce qui relève des questions sociales et économiques des collectivités territoriales décentralisées. Pire encore, dans la haute sphère politique et de la gouvernance, des bruits circulent selon lesquels le président du Sénat n'a jamais rencontré le Président de la République pour un tête-à-tête quelconque. Qu'on le veuille ou non, un tel comportement est interprété comme une non-reconnaissance du pouvoir en place. Peut-on alors parler d'un fonctionnement normal et méritoire de la Chambre haute et les sénateurs ont raison s'ils demandent une mise au point sérieuse avec le président Rivo Rakotovao.(+) : Néanmoins, le président du Sénat se porte victime de ce qu'il appelle « Trahison » des membres de son propre parti.(=) : Ce qu'il rapporte dans les colonnes de la presse est en quelque sorte vrai car ses compagnons de route sont en train de lui tourner le dos ces derniers se sentent complètement frustrés voire écœurés. Dans son faciès actuel, le Sénat  reste le bastion du HVM qui est considéré comme dans le camp de l'opposition mais ce n'est pas une raison pour traîner la Chambre haute soit dans l'indifférence totale face à tout ce qui se passe dans le pays, soit carrément se cantonner dans l'immobilisme total de celui qui est en charge de la présider. Par son geste, le président Rivo Rakotovao veut démontrer qu'il n'a rien à voir avec le régime actuel. Par contre, nos avis unanimes sont simples, chacun peut adopter le comportement politique qu'il veut mais une institution de la République doit par contre embrasser dignement les responsabilités que la loi fondamentale lui a assignées. Dans tous les cas de figure, le Sénat, de par ses rôles et responsabilités, doit être obligatoirement sur tous les fronts des problèmes sociaux et économiques dans cette phase de reconstruction nationale mais ne doit  pas être un problème en plus avec la résistance passive manifeste et gênante de son président. L'opinion doit être au courant, par exemple, que depuis l'avènement de ce nouveau régime du Président de la République Andry Rajoelina, aucune mission du Sénat n'est descendue sur terrain pour constater de visu et résoudre ces différents problèmes sociaux, se constituant en foyers de tension alors que tout cela relève avant tout de ses responsabilités.(+) : Cette situation s'explique-t-elle par le passé de cet ancien parti majoritaire ?(=) : A l'époque, on parlait de discipline de parti, de loyauté et de respect de la hiérarchie mais jamais de dialogue et d'échange d'idées. Qu'il soit à la tête du parti ou à la présidence du Sénat, il se considère comme le seul détenteur de la vérité, évitant chaque fois la concertation et le dialogue.Si les sénateurs HVM en ont ras-le-bol, en ce moment , c'est par ce qu'ils sont conscients que leur propre chef n'est autre que le fossoyeur de leur propre parti pour engendrer ces débâcles inédites dans l'Histoire politique de la Grande île et ce ne sera pas du tout l'ancien Président Rajaonarimampianina qui dira le contraire. Tout le monde se souviendra encore longtemps de ces manœuvres de « Rodobe ho an'ny fisandratana » ou encore le « Voromahery » pour créer des fissures au sein du parti majoritaire de l'époque et à l'origine de son piètre score à l'élection présidentielle. Au lieu de rassembler les sénateurs actuellement autour des intérêts  du peuple malagasy au-delà des clivages politiques, il continue ses manœuvres de division à sa manière et au reflet encore des scandales au Paon d'or. (+) : Est-ce que vous n'imaginez pas par exemple que les déclarations à maintes reprises  du Président  de la République Andry Rajoelina, concernant l'avenir du Sénat comme dimanche dernier, au palais des Sports, pourraient être un facteur majeur de la léthargie  de son président qui paralyse en fait  cette institution ?(=) : Que le Sénat ne survive que dans une petite période déterminée ou continue à vivre jusqu'au terme de son mandat légal, un président d'une Institution n'a pas le moindre droit de mettre à mal le rouage des institutions de la République ni par son angoisse politique ni par ses sautes d'humeur politique .Un homme d'Etat pense avant tout aux biens du peuple et de la Nation. La vraie valeur d'une institution est avant tout la cohésion de ses membres autour de ses missions partant du savoir-faire et du leadership de celui qui en charge de la diriger pour mieux embrasser ses responsabilités au service du peuple. Si ces valeurs s'éclipsent pour une raison ou pour une autre, l'essence même de  cette institution s'éteint comme c'est le cas actuellement. Pour illustration de ce flagrant dysfonctionnement, si tous les chefs d'institution étaient présents à la cérémonie de présentation du bilan des 100 jours du régime au peuple malagasy, notre président se permet le luxe de la snober.

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana mitam-piadiana eto Toamasina : Saika môtô halatra sy basy hofaina no fampiasan’ireo jiolahy

Miverina mahazo vahana indray ny fanafihana mitam-piadiana sy ny halatra môtô eto Toamasina ankehitriny. Misy ifandraisany anefa ireo tranga roa ireo,raha ny fanazavan’ny  mpitandro  filaminana tsy mitonona anarana, izay saika ahitana mpitandro filaminana ao anatiny, saingy mbola tsy tratra ny firaisan’izy ireo tendro hatreto aloha. Raha ny fanazavana, dia misy ireo ekipan’ andian-jiolahy no tsy manao afa-tsy ny fangalarana môtô fotsiny. Tsy izay môtô rehetra anefa no anaovany izany fa ny“Jog 100” sy “BW’s” ireny ihany. Raha mahazo ireo ekipa mpangalatra môtô dia manome izany ireo mpanao fanafihana mitam-piadiana indray avy eo, ka iny no entin’izy ireo manao ny fanafihana amin’ireo toerana heverin’izy ireo fa hahazoam-bola. Eo amin’izay indray dia manana ireo mpanangom-baovaony ireto ekipa mpanao ny fanafihana, ka izy ireo no manara-maso ny toerana misy mpitandro ny filaminana, sy maka ny vaovao ny fisiana vola amina tranombarotra na fivarotana tian’izy ireo hanaovana ny halatra. Mandritra izany, dia miray tendro amin’ny mpiasa ao amin’ireo toerana efa voatily mialoha ireto ekipa na andian-jiolahy ireto. Izay no mahatonga ny mpitandro ny filaminana tato ho ato lasa manao “operation” môtô scooter indray, satria saika ao anatin’izany no hanafenan’izy ireo ny basy, ka tsy mifidy na lahy na vavy ny fisavana ary nohenjanina tanteraka, satria saika basy hofaina no ampiasaina mandritra izany ary ireo vehivavy no mpitondra azy sy mpanafina azy alohan’ny fanafihana hatao, hoy hatrany ny fanazavana azo. Ho hita eo indray izay ho vokany amin’ny fanafaizana ireo jiolahy mpanao fanafihana mitam-piadiana hita fa mihantsy mpitandro ny filaminana mihitsy, raha ny zava-misy eto Toamasina no jerena…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

EPP Morarano Toamasina : De l’eau saine pour 650 élèves

Moment de joie des élèves lors du lancement du projet mercredi dernier

Boire de l’eau potable et saine à volonté pendant les heures d’école. Ce qui auparavant était un luxe est désormais possible pour 650 élèves de deux écoles primaires publiques ( EPP) de Morarano Toamasina. Ceci grâce à un partenariat entre le projet d’entrepreneuriat solidaire Ranontsika à Toamasina et le groupe Filatex.

Les deux entités ont procédé à un forage suivi d’une analyse et d’un traitement de l’eau en laboratoire. Processus au bout duquel les bactéries et éléments nocifs sont éliminés, tandis que les éléments nutritifs restent intacts : d’où l’appellation « eau de boisson saine ». Le projet a été lancé le mercredi 24 avril dernier. Dans la pratique, l’eau sera acheminée via des jerricanes stérilisés et les élèves auront des gourdes chacun. L’amélioration de l’état de santé des élèves et de leurs succès scolaires sont les principaux résultats attendus suite à cette initiative. Auparavant en effet, la plupart des EPP de Toamasina n’avaient pas accès à l’eau potable, mais se servaient d’une pompe manuelle, pour extraire une eau souterraine, boueuse et douteuse qui, bue immédiatement, engendre nombre de maladies diarrhéiques qui entravent la bonne marche et la réussite de l’apprentissage.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

PLAE III : 8965 ha de reboisement villageois individuel réalisés

Le Programme de Lutte Antiérosive dans sa phase III (PLAE III) a mené cinq campagnes de reboisement durant les périodes de 2014-2019 dans les 50 communes ruraux des sept Districts issues de ses trois régions d’intervention. Il s’agit notamment de Diana, de Boeny et de Betsiboka. Comme résultat, 8 965ha de reboisement villageois individuel ont été réalisés. C’est ce qu’on a appris lors de la clôture officielle des campagnes de reboisement de ce programme qui s’est tenue tout récemment dans la commune d’Ambondromamy, district d’Ambato-Boeny.

Fins énergétiques. Ainsi, près de 1.917,86 ha de bassins versants ont pu être aménagés grâce aux reboisements de protection et de l’agriculture de conservation. Notons que ce programme sous tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, vise à contribuer à la pérennisation de la gestion adéquate des bassins versants et à la réalisation de reboisement villageoise à des fins énergétiques. Ses objectifs pour ces cinq dernières années ont été ainsi atteints, selon ses dires. Et parlant de la situation foncière, 3.717 ha de surfaces de reboisement villageois individuels, ont été sécurisés. Et sur les 1.775 certificats fonciers édités, 661 certificats ont été délivrés.

14 131 paysans. Par ailleurs, le programme PLAE III procure des emplois aux paysans à travers la formation de pépiniéristes. De plus, l’approvisionnement des ménages en bois de chauffe ou de charbon induit à l’augmentation des revenus des groupes cibles ainsi qu’à la réduction de la pression sur les forêts naturels et la biodiversité. En outre, les reboisements renforcent la fertilité du sol et protègent les sites agricoles ,les périmètres irrigués contre l’érosion et l’ensablement. Pendant sa phase III, 14.131 paysans ont bénéficié de l’appui du PLAE. Et lors de cette cérémonie de clôture, des lots ont été remis aux meilleurs groupements de reboisements dans les sept districts d’intervention du programme qui prendra fin le 30 juin prochain.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Amoronankona-by pass : Un homme arrêté avec une voiture volée à Ankorahotra

Volée dans un garage à Ankorahotra, le samedi 20 avril 2019, une voiture de plaisir de marque Mazda a été retrouvée à Amoronankona,  soit près de la nouvelle gare routière au by-pass. Le présumé voleur de cette voiture a été appréhendé sur les lieux. Il s’agit de l’aide-mécanicien, travaillant dans ce garage. Appartenant à un particulier résidant à Ilafy, cette Mazda  y était en réparation  depuis le 15 avril, quand le suspect l’a volée le 20 avril alors que son patron est sorti pour faire des courses. Signalé par des riverains qui ont remarqué ce fait, le patron a tout de suite, alerté la Police et la Gendarmerie. Le constat du lieu a révélé que le voleur a également emporté quatre batteries qui se trouvaient dans le garage. Depuis, la poursuite a été enclenchée mais en vain. Ayant continué l’enquête, la brigade criminelle de la Police nationale à Anosy a repéré la voiture à Amoronankona le 23 avril dans l’après-midi. La descente effectuée par la police sur les lieux a permis d’arrêter le présumé voleur. Aussi, la voiture a été récupérée avec deux des quatre batteries volées qui se trouvaient encore dans son coffre. Durant son interpellation, le suspect a dénoncé la personne qui a acheté les deux autres batteries. Considérée comme receleur d’objets volés, cette dernière a été arrêtée, le 24 avril à Morarano-Alarobia. Cette Mazda aurait été sur le point d’être vendue quand la police l’a surprise. C’est pourquoi, la brigade criminelle s’attelle encore à la recherche du démarcheur.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

STAR : Sensibilisation sur les gestes éco-responsables

Karina Rajaona Razafindrakoto en pleine présentation de cette nouvelle campagne.

« Près de 80% de la production de Star sont dans des formats en verre, seuls 20% sont en plastique. Mais cela ne nous empêche pas d’inciter nos consommateurs à adopter un geste éco-responsable en choisissant le format en verre lorsque le produit est disponible, plutôt que celui en PET » a lancé Karine Rajaona Razafindrakoto de la Star, lors de la conférence de presse du lancement de la campagne de communication qui prône l’utilisation des bouteilles en verre, afin de contribuer à moins polluer la planète. La Star travaille déjà pour le mois prochain, avec une association qui va réutiliser les bouteilles en plastiques afin d’en faire des objets utilitaires, et affirme n’être pas fermée à toute autre proposition allant dans ce sens. Avec les artistes qui œuvrent dans l’éco-design et la récupération, les objets en fin de vie retrouvent très vite de nouvelles histoires et des fonctions différentes. Au-delà de ces projets artistiques ou de recyclage, les consommateurs, les simples citoyens, ont le devoir d’observer ce geste simple qui est de ne pas jeter les bouteilles en plastique n’importe où, voire de les réutiliser à d’autres fins. En tout cas, dans cette campagne de communication, c’est une réelle sensibilisation que la Star effectue en rappelant qu’il est possible de ne pas polluer en faisant un choix très simple: préférer les boissons en bouteille lorsque cela est disponible.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara0 partages

Tambajotra mpangalatra môtô : Dimy mianadahy nadoboka am-ponja

Vehivavy iray mpampiantrano sy mpanafina ireo môtô halatra, ny sasany kosa mpanamboatra izany tsy ho fantatry ny tompony intsony, ary ny hafa mpivarotra, ireo ambiny kosa dia ireo mpitily sy mpangalatra mihitsy. Misy dimy izy ireo aloha no voasambotry ny pôlisy avy etsy amin’ny kaomisarin’ny boriborintany fahavalo ; izay  tambajotrana mpangalatra môtô raindahiny eny amin’iny faritra Analamahitsy iny.

Isan’ny ikoizan’ny maro ny halatra môtô amin’izao. Efa miaka-bidy tokoa mantsy ny kodiaran-droa, izay mety ho tafakatra any amin’ny 10 tapitrisa ariary mahery any ho any, ho an’ireo môtô voalazan’ireo mpahay hoe « kité ». Manginy fotsiny ireo « gros cylindré », izay mety hotombanana any amin’ny 30 tapitrisa ariary no ho miakatra any . « Scooter » avokoa eto no resaka. Izany indrindra no antony manosika ireo mpangalatra hitsiriritra ireto kodiaran-droa mihamaro dia maro eto amintsika ireto.

Raha toy izany ny vidiny ara-dalàna, misy maromaro kosa ireo milaza fa manao fihenam-bidy na hoe « tataka » anaty tambajotra sosialy ao ; izay mampihena ny vidin’izany ho ambany dia ambany, ary mety hampiahiahy tanteraka ny fiavian’ireo môtô. Anisan’izany ireto olona voasambotra ireto. Araka ny fampitam-baovao azo avy tamin’ny pôlisy mantsy, dia saika mpivarotra avokoa ny sasany tamin’ireo voasambotra ; izay tra-tehaka tao amin’ny Parc Analamahitsy. Voalaza moa fa tarik’izany « Rija kely » izany izy ireo, izay tena rain-dahiny tokoa amin’ny fangalarana môtô, ary nampitondra faisana ny teny Analamahitsy sy ny manodidina. Efa maro, araka ny vaovao, ny fitoriana mahakasika ity Rija kely ity, saingy izao ranamana vao tratra ambodiomby. Marihana tokoa mantsy, fa tratran’ ny tompony teny aminy ny kodiaran-droa halatra, teny Tsarasaotra iny. Nampilaza avy hatrany ny pôlisy io tompony ka dia noraisim-potsiny Rija kely. Nanoro ny namany avy hatrany ity farany ka voapaingotra tao daholo izy ireo. Nahitana vehivavy iray mpiray tsikombakomba amin’izy ireo ; izay fantatra fa mpanafina sy mpampiantrano ireo olon-dratsy sy entana avy nangalariny. Ny sabotsy teo moa izy ireo natolotra ny Fampanoavana ary nadoboka am-ponja avy hatrany.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Haltérophilie – Championnats d’Afrique : Tojo Andriantsitohaina remporte trois médailles d’argent

Les frères Andriantsitohaina médaillés au Caire.

Rideau vendredi soir sur la participation malgache aux Championnats d’Afrique d’haltérophilie en Egypte. Après les six médailles d’or remportées par Rosina Randafiarisoa et d’Eric Herman Andriantsitohaina, Tojonirina Andriantsitohaina (-67 kg) a ajouté trois médailles d’argent au clan malgache. Tojo a remporté les trois médailles chez les moins de 67 kg hommes. Avec 1 kg de moins que l’Egyptien Ahmed, Tojo a raté les titres africains aussi bien en arraché (133 kg) qu’en épaulé-jeté (167 kg), et au total olympique (300 kg). Elysa Vania Ravololoniaina engagée chez les 64 kg dames échoue au pied du podium derrière deux Egyptiennes et une Tunisienne. Avec ces résultats, les leveurs et leveuses de fonte malgaches sont sur la bonne voie pour la qualification olympique. « C’est le début d’une route vers la qualification pour les J.O de tokyo 2020, Grand merci à la famille, les amis et surtout à la Fédération malgache d’haltérophilie », a posté Tojo sur son compte facebook. Ces performances ne font que réjouir le président de la Fédération malgache d’haltérophilie, de musculation et de culturisme, Harinelina Jean Alex Randriamanarivo. La délégation débarquera au pays ce mercredi.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Nouvelle technologie : ISCAM lance son application Android

Le 16e  forum entrepris par Iscam a été l’occasion pour l’Institut de présenter sa première application « Hello ISCAM ».

La nouvelle technologie au service de l’éducation. Telle est l’objet de la conception et de la création de l’application Hello Iscam. Compatible aux Smartphones sous système Androïde, l’application entend offrir des opportunités de visibilité et de partage entre les Iscamiens : élèves, anciens, enseignants et membres du personnel et les entreprises. Un produit obtenu grâce à la collaboration entre l’institut et la start up Pantone qui a été créé par une sortante de l’institut et dont la majorité des collaborateurs est composée d’anciens élèves de l’Iscam. Et dont, l’esprit de la création entre dans le cadre de la tradition d’innovation. Ce que Lova Rafenomanana, gérante de Pantone confirme en faisant savoir que : « l’équipe de créateurs a su développer des fonctionnalités répondant aux besoins vitaux des élèves tout en faisant la liaison avec ceux des entreprises ».

PK Zero. A été choisi pour accueillir – vendredi 26 avril 2019 dernier – la 16e édition du Forum Entreprise cette année. Un évènement marquant durant lequel différentes activités ont été organisées pour faciliter largement la recherche de collaboration entre les étudiants de l’institut ou encore entre les étudiants et les professionnels d’entreprises. L’édition de cette année s’est toutefois démarquée par le choix des thématiques (d’actualité) des conférences. Nouveaux métiers, les nouvelles technologies, les nouvelles techniques en marketing ou encore les enjeux du développement personnel dans la gestion de carrière, ne sont que quelques exemples des thématiques débattues durant les conférences organisées vendredi dernier. Si l’édition de cette année s’est qualifiée d’avoir eu une dimension innovante, la prochaine serait encore mieux.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Rencontres du film court : Les « Zébus d’or panafricains » reviennent à Madagascar et le Rwanda

Lova Nantenaina et Clémentine Dusabejambo raflent les « Zébu d’or panafricain 2019».

Clap de fin dur de la XIVe édition des Rencontres du film court. Neuf jours ponctués  par le triomphe de Madagascar et du Rwanda

Après neuf jours de fêtes et de cinéma à volonté, le rideau est tombé sur la XIVe édition des Rencontres du film court samedi. Un moment riche en émotion, en suspens et en bonnes ondes qui ont été partagés par des milliers de festivaliers et de passionnés du septième art sur le continent noir. Mettant la barre plus haute encore,  la crème du court-métrage africain a été récompensée à leur juste valeur.

Le film a fait sa première nationale à Madagascar, et remporte le « Zébu d’or » documentaire. Sacré Poulain d’argent au festival Fespaco, « Zanaka, Ainsi parlait Félix » est un hommage aux révolutionnaires de la libération de Madagascar. Un témoignage poignant d’un jeune de l’époque, révolté à cause de l’ordre colonial. Ravi de voir son film bien accueilli dans son pays, Lova Nantenaina a tenu à lever un tabou et parler d’un tournant dans l’histoire de la Grande Ile. Le  « Zébu d’or panafricain » de la catégorie fiction rentre au Rwanda grâce à « Icyacha » de Clémentine Dusabejambo. Elle raconte l’histoire d’un gardon passionné de football, et qui rêve d’intégrer l’équipe de son quartier. Toutefois, son caractère efféminé le disqualifie. Une facette de la vie dans laquelle beaucoup de personnes se reconnaissent.

Prix de la critique. Cette année, le prix de la critique a été attribué à « Je raconterai tout à Dieu » de l’Algérien de Mohamed Benabdallah. Selon le jury, essentiellement composé par les membres de l’Association de  « Ce film nous interpelle par son propos, très d’actualité, et qui interroge la légitimation des violences au nom d’une religion. Mais il est allé au-delà de cet aspect en rappelant la part d’humanité qui peut transcender la folie meurtrière. La cohérence du propos se justifie par cette esthétique baignée dans une lumière presque divine. » Vivement la prochaine édition !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Pop up culture : « DasHaus » ouvre ses portes

L’équipe de « DasHaus » avec le formateur Christophe Knoch.

Il y a un mois, le Cgm/Gz a lancé un appel aux artistes pour donner vie au tout premier, l’espace culturel temporaire. Aujourd ‘hui, « dasHaus » le « Pop-up Culture » ouvre ses portes. Pour cette fois, ‘est l’ancienne Ambassade d’Egypte sis à Ambatomitsangana qui se transforme en un grand atelier grandeur nature et s’ouvre aux artistes de tous horizons pour trois semaines à partir du 5 mai.

Une formule déjà adoptée dans divers pays, le concept d’espace culturel temporaire s’avère être un coup de pouce considérable pour le développement artistique et culturel dans le quartier ou la ville dans lequel il se trouve. Actuellement, des acteurs culturels, futurs médiateurs et des professionnels toutes disciplines artistiques confondues s’affairent à ce que les artistes participants aient une approche plus facile pour toucher et entraîner le public dans le monde merveilleux de l’art et de la culture.

« DasHaus » est un lieu de rencontre dédié à des projets novateurs de performances, de spectacles, de concerts, de conférences, de débats, d’expositions, de moments d’interactions d’œuvres d’art dans toutes les disciplines artistiques et culturelles. A visiter absolument du 05 mai au 25 mai !

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Asa Tagnamaro : La rue du Lycée technique Ampasapito réhabilitée par le MAHTP

Le ministre Hajo Andrianainarivelo avec la grande famille du MAHTP, durant la journée « Asa Tagnamaro ».

Plusieurs réalisations ont été constatées à la fin de la journée « Asa Tagnamaro » du samedi dernier. Pour le MAHTP (Ministère de l’Aménagement, de l’Habitat et des Travaux Publics), après le grand ménage à l’intérieur et le grand nettoyage aux alentours du ministère à Anosy, la grande famille de ce département, accompagnée par les représentants des différents partenaires, a procédé à la réhabilitation de la rue qui mène vers le Lycée Technique Ampasapito. Le ministre Hajo Andrianainarivelo, les membres du Cabinet ainsi que les employés de toutes les Directions et de tous les Services du MAHTP, et ceux des organismes rattachés, ont participé activement aux travaux. « Nous avons d’abord nettoyé les alentours de cette rue avant de traiter tous les nids de poules et les imperfections. Ensuite, l’équipe s’est mise à peindre la clôture au niveau de la façade du lycée. En tout, nous avons utilisé 22m cube de béton. Cela a été facilité par l’appui des partenaires. Nous avons donc pu réhabiliter ces 200m de rue qui mènent au lycée », ont indiqué les membres du Cabinet du MAHTP. A noter que plusieurs ingénieurs qui travaillent actuellement au sein de ce ministère, ont déjà étudié au Lycée Technique Ampasapito. « C’est pour cela que nous avons choisi de réhabiliter cette rue », a indiqué le ministre Hajo Andrianainarivelo. Cette journée marque également selon lui, la ferme volonté de son département à œuvrer pour le développement du pays. D’ailleurs, une réalisation de ce genre sera encore faite par le MAHTP dans un mois. Ce sera dans un autre endroit pour marquer une fois de plus, l’amour de la patrie et la volonté de développer le pays, a affirmé le ministre.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Ne nous hâtons pas de juger trop vite.

Ne tirons pas trop vite sur l’ambulance ! Il a failli par excès de zèle, peut-être sa fougue de bien faire et vite a emporté sur la prudence et la réflexion, que cela lui servira pour la suite. Avec tout l’honneur qu’on lui doit, qu’il sache qu’en toutes circonstances, il faudra discerner dans les conseils toujours nécessaires, entre ceux qui agissent pour le bien de la nation et ceux qui pour des raisons versatiles, ne cherchent qu’à se distinguer des autres. Que dans votre prière vous dîtes en permanence « Mon Dieu, garde moi de mes amis, mes ennemis je m’en charge » ; et « que par l’odeur alléché, tout flatteur vit aux dépens de celui qui l’écoute ». Qu’il ait toujours à l’esprit cette phrase d’Arthur Schopenhauer, un philosophe allemand du XIXe siècle : « Les amis se prétendent sincères, or ce sont les ennemis qui le sont » ou celle du prophète Mahomet : « Si tu aimes une personne, aime le avec modération, car elle sera peut-être un jour ton ennemi et si tu détestes quelqu’un, fais-le avec modération, car il sera peut-être un jour ton ami ».

Après tout, « Les Cent-jours » n’ont été édictés nulle part, comme une période d’état de grâce, de belles réalisations exemptes de faux pas qu’il faut taire mais surtout il faut retenir que son terme finit plutôt mal pour ce retour de Napoléon Ier qui se termine mal avec la défaite de Waterloo. Ce que vous ne souhaitez pas, même si l’analogie reste ce retour au pouvoir. Il faut y voir un temps d’adaptation nécessaire entre le Prince et le peuple.

Enfin, terminons avec les flatteurs. « Les cours des royaumes- disait Machiavel– sont pleines de flatteurs qui n’apportent donc rien dans leurs analyses. Un bon Prince doit avoir des sujets qui peuvent le conseiller en fonction de la situation et non pas en fonction du prince. Pour cela, il faut que les conseillers soient francs, qu’ils donnent leur avis et que le Prince tranche par la suite. Un prince doit toujours se faire conseiller quand il le désire, non quand le veut autrui. Par contre, un prince qui n’est pas sage lui-même ne pourra jamais être bien conseillé, car la décision finale doit être prise par lui-même pour imposer son autorité. Et le monarque doit pouvoir trier les conseils qu’on lui donne qui ne sont pas forcément pour le bien du royaume ». Oui, car les hommes prudents savent toujours se faire un mérite des actes auxquels la nécessité les a contraints.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Humour : Za’Rery frappe fort et séduit le public

: Zarery entre désormais dans la cour des grands.

Une première bonne impression, il l’a clairement donné ! Lui, c’est Za’Rery, ce jeune humoriste qui a fait son tout premier spectacle comme un grand et réussi magistralement du premier coup

 Inspiré de la vie au quotidien, son sketch de soixante pages aura fait son heure de gloire. C’est dans un CGM/GZ plein que Za’Rery a assuré son tout premier spectacle en tant que tête d’affiche. Dans une tenue semi-correcte, affichant un air tout simple, le jeune homme n’hésite pas à raconter une partie de sa vie. Transformant les moments les plus dérisoires en une anecdote à faire mourir de rire toute la salle. Adoptant une attitude plutôt douce, il capte l’attention de son public qui n’hésite pas à se lâcher dès que l’occasion se présente.

Bien qu’il ait fait sentir une infime trace de traque à ses premiers mots, il a finalement su gérer l’affaire. Juriste de formation, assistant dans un cabinet juridique à Toamasina, il décortique un quotidien plutôt banal mais par ses mots, chaque rencontre semble être un véritable sautoir d’humour. Allant des mésaventures qu’il vit dans la ville du port dès son arrivée, il gratte un peu le code de la route, le manque rond-point et les petits aléas dans les rues piétonnes et les voyage en pousse-pousse… Pour cette grande première, il a opté pour l’improvisation sans pour autant laisser son texte lui échapper.

« #Je_vise ». Comme il vit dans la société, comme tout jeune qui se respecte, Iharantsoa Andrianina, à l’état civil est très actif sur les réseaux sociaux. Evidemment, le jeune homme fait un clin d’œil à cette « génération écran »si l’on se réfère à son « #Je_vise », le titre même du show. A travers un spectacle de pas moins de deux heures, il jongle entre plusieurs thèmes selon l’humeur de son public, et quelques improvisations de temps à autre. Allant de la religion jusqu’à la vie de juriste, il parle de la femme et sa logique légendaire, ce sujet vieux comme le monde mais sur quoi on aura toujours à redire jusqu’à la fin des temps.

Pendant l’interview, l’artiste avoue quand même avoir un petit penchant pour la politique, cependant, il n’a pas encore sorti la grosse artillerie pour ce premier spectacle. Toutefois, avec plus d’un tour dans son sac, Za’Rery partage la scène avec une petite équipe de jeunes talentueux qui investiront sûrement les petites scènes d’ici là. Entre deux sketchs, l’humoriste a également dévoilé son autre talent. Et oui, le jeune homme aime pousser la chansonnette et le fait plutôt bien. Un moment de détente pour tous ceux qui ont assisté à ce premier pas d’ascension de ce jeune talent.

Dans tous les cas, il a répondu la question fatidique et, que les humoristes malgaches soient rassurés car la relève est assurée !

 

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Régions : Intérim prolongé

Le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation a nommé des intérimaires à la tête des 22 régions.

L’avis de la HCC sur le pouvoir du président de la République de soumettre directement au peuple le vote d’une loi constitutionnelle par voie référendaire, a freiné le processus de mise en place des gouvernorats de région annoncée par Andry Rajoelina durant sa campagne électorale. Ce processus a été enclenché par le limogeage en bloc des 22 chefs de région lors du Conseil des ministres du 20 février 2019. Deux semaines après ce limogeage en bloc, les intérimaires aux 22 postes de chef de région ont été nommés. Ce sont en général des anciens secrétaires généraux de région qui assurent l’intérim. Au début, le système d’intérim a été mis en œuvre pour remédier au vide à la tête des régions.

Collectivités Territoriales Décentralisées. Actuellement, suite à l’Avis n°07-HCC/AV du 25 avril 2019, on s’achemine vers le prolongement de l’intérim à la tête des 22 régions. A rappeler que conformément à l’article 143 de la Constitution, les régions sont des Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) au même titre que les communes et les provinces. Et en tant que collectivités territoriales décentralisées, les chefs de l’organe exécutif doivent être des personnalités élues au suffrage universel. Or, les chefs de région n’ont pas été élus sous la Quatrième République.

Eugène
Midi Madagasikara0 partages

Basket 3 x 3 – Tournoi des élitesh : Bombo Clate et Team Metisse raflent les prix

Une finale remake des rencontres de poule entre Team Metisse et JSYNC.

Ces deux équipes championnes remportent la prime de 500.000 ariary et des points pour le sésame au sein de l’équipe nationale pour les Jeux africains au Maroc et l’Afrobasket en Egypte.

Du lourd. Les férus du basket-ball ont été gâtés pendant ces deux jours de compétition sur le Parking du Palais des Sports de Mahamasina à l’occasion de la 1re édition du tournoi des élites. Les meilleurs et meilleures n’ont pas ménagé leurs efforts pour offrir du spectacle et du basket-ball de haut niveau. Tout le monde est rentré satisfait avec les chèques de 500.000 ariary respectivement pour les deux équipes championnes. Chez les dames, la victoire finale est revenue à l’équipe de Team Metisse. La troupe à Muriel, Rachou, Gabi et Abdoul s’est imposée sur le score de 16 à 13 face aux joueuses de Christiane du JSYNC. Elles ont pris leur revanche, battues en éliminatoires par 14 à 13 par JSYNC. Les deux formations ont livré de belles bagarres, mais, les Muriel et compagnie ont fait la différence lors de la finale. En demi-finales, Team Metisse a battu les 4 Fantastiques de Bri, et JSYNC a éliminé les Believe de Judith. Dans les hostilités masculines, Bombo Clate s’est offert le titre aux dépens de Gaza par 22 à 16. Les Damivelo, Pépin, Bila et Fiary ont vite pris le jeu à leur compte. Les Livio et consorts n’arrivent pas à contrer les offensives de la bande à Bila, plus rapide sur le terrain. En demi-finales, Bombo Clate a disposé de la formation du Ball Team de Mory si Gaza a pris le dessus sur les Frères d’armes de Stevel. « L’objectif a été atteint en réunissant le gratin du ballon orange local. Le programme de la Fédération malgache de basket-ball à travers la commission 3 x 3. D’autres tournois de ce genre seront organisés jusqu’à la veille des compétitions que la Grande Ile va honorer cette année à savoir les Jeux africains en août au Maroc et la 3e Afrobasket 3 x 3 en novembre en Egypte. Cette nouvelle formule a permis de voir le talent de chaque joueur et joueuse ainsi que les erreurs à corriger » a fait savoir, Rina Randrianarisoa, délégué 3×3. Le niveau est monté d’un cran à Mahamasina par rapport aux précédents tournois « Asio Telo Any ». La balle est dans le camp de la direction technique nationale pour la sélection des élites des élites.

T.H

Madagate0 partages

Madagasikara. Antenimieran-doholona ho foanana sa tsia?

Fa rahoviana ihany ny Malagasy sasany no ho tonga saina fa any amin’ny tsy mivonto foana no lazaina fa manain-taina. Ny sasany moa dia hoe: manindrahindra ny filohan’ny Sénégal ny filoha Andry Rajoelina. Fitsikerana maivana toa ny lohan’izay nanoratra izany. Na koa tena tsy mahafehy ny teny frantsay, teny fifandraisana amin’izao tontolo izao, fa tsy raisina toa teny fanjanahana akory.

Koa izao ny dikan-tenin’ny voalazan’ny filoha Macky Sall eo amin’ny sary (eo ambony) naseho tao amin’ny Lapan’ny Kolontsaina Mahamasina, ny Alahady 28 Aprily 2019. Sokafo tsara ny maso :

NOFOANAKO NY ANTENIMIERAN-DOHOLONA NAFAHAKO NANANGANA ITY TOBY MAMOKATRA HERINARATRA AVY AMIN’NY MASOANDRO MITENTINA 27 LAVITRISA ITY. NY FIRENEKO DIA MILA KOKOA ANGOVO FA TSY SENATORA KARAMAINA TSY ANAO N’INONA N’INONA.

42 miliara ariary mahery isan-taona no lany andoavana ny karaman’ireo senatora malagasy. Amin’ny fo tsy miangatra: mety ve izany sa tsy mety? Samia mandinika tsara ary fa atsy amin’ny nosy Maurice, izay mandroso izay tsy izy, tsy nisy ary tsy misy izany Antenimieran-doholona na Sénat izany.

Teto Madagasikara aza nisy fotoana no tsy nisian’izany koa. Oviana ? Mianàra ny Tantaran’i Madagasikara fa aza zatra toloram-potsiny.

Jeannot Ramambazafy