Les actualités à Madagascar du Samedi 29 Février 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara26 partages

“Talenta School” Ampahimanga : Une école de football pour le développement durable

 

Présentation officielle de la « Soirée Talenta » qui aura lieu ce soir au Carlton.

« Tanjona lova ezaka ho tafita » (Talenta) School est une école de football qui s’installe dans la commune rurale d’Ampahimanga, district d’Arivonimamo. Une initiative de Miora Rajaonesy, fondateur du club “Akademia” de Toamasina. 

Par vocation, “Talenta School” Ampahimanga initie les enfants de six à 15 ans au ballon rond. Pourtant, cette école de foot ne se limite pas seulement à ce point. Au-delà du football, selon son fondateur Miora Rajaonesy, un passionné, la mission de “Talenta School” est également d’assurer l’avenir de ces enfants en leur inculquant une bonne éducation. « Nous les encourageons dans leurs études, en donnant ce dont ils ont besoin. D’ailleurs, nous avons une collaboration étroite avec les établissements publics locaux. Certains d’entre eux ont pu aller à l’école avec l’appui de ce projet. Outre le football et l’enseignement en général, on les informe aussi sur l’écologie et le civisme » a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse ce jeudi. Ampahimanga est un projet pilote, et son objectif est de dupliquer l’initiative dans les autres communes rurales.

Le projet a commencé en août 2018 et affecte désormais 97 enfants dont 45 jeunes filles. Cela est dû, grâce à sa collaboration avec “Madagascar Discovery Agency” (MDA), son partenaire officiel. « C’est un vrai plaisir de s’associer avec Talenta School Ampahimanga, puisque notre agence a toujours été dans le combat social, notamment pour l’égalité et l’équité. Le projet qui a été apporté par le fondateur est vraiment intéressant et essentiel car il relie le sport et l’éducation pour l’émergence des zones rurales » a souligné le directeur de MDA, Davy Marechal.

“Talenta School” avait déjà organisé une levée de fonds comme « Un ami, un ballon » pour récolter des matériaux sportifs et « Un T-shirt, un cahier » pour les fournitures scolaires des enfants. Ce soir, Miora Rajaonesy de sa collaboration avec Adolphe Benera alias Dodol, un ancien joueur de l’équipe nationale et également un talentueux artiste, organiseront une soirée « Talenta Night » au Kudéta Carlton Anosy à partir de 19h. Cependant, “Talenta School” sollicitera les invités à parrainer et à accompagner ces enfants dans leur scolarité. Ce serait également une occasion pour que tout le monde de connaître davantage l’école. D’ailleurs, il y aura des ventes aux enchères d’équipements sportifs des footballeurs internationaux qui s’associent avec le projet, comme les maillots de Thomas Fontaine, de Matteo Guendouzi, de Jeremy Ebobisse, des joueuses du Paris Saint-Germain (PSG), ainsi que des ballons du PSG, des crampons de Dodol. En outre, il y aura des lots surprises qui cette fois-ci seront distribués.Manjato Razafy

Midi Madagasikara15 partages

TOLIARA : La bonne gouvernance pilier du développement

« La bonne gouvernance, c’est le pivot de l’Emergence». Pour un Etat de droit, la bonne gestion des affaires publiques est le meilleur chemin, pour améliorer la vie de la Nation. Cela ne convient pas à certains, habitués aux magouilles.

Il s’agit d’un atelier régional pour la Région Atsimo Andrefana, tenu le 25 février 2020.« Tous les anciens Chefs-lieux de Provinces seront consultés » dixit Brice Lejamble, secrétaire exécutif du Comité pour la Sauvegarde de l’Intégrité (CSI), (aidé par son équipe) qui a fait réunir la cinquantaine de participants à l’Hôtel Le Palétuvier. Un atelier national terminera la consultance, vers le mois d’avril.

La rencontre a permis de se rendre compte que l’administration publique est encore loin de la décentralisation effective. Ce fait handicape les fonctionnaires régionaux qui n’arrivent pas à donner des informations fiables, sans se référer à leurs supérieurs hiérarchiques à l’administration centrale. D’autre part, plusieurs cas vécus ont été soulevés et demandent prochainement des rectifications. Le système administratif lui-même semble obsolète et pointé du doigt. Les déficits étant identifiés, les participants ont été conviés à proposer des recommandations appropriées pour résoudre et faire marcher la machine administrative en adéquation à l’attente des citoyens pour la réalisation de la Politique Générale de l’Etat, pour une Émergence effective, en attendant les synthèses des résolutions nationales.

Charles RAZA

Midi Madagasikara11 partages

Doublons de numéro CIN : 1 162 512 électeurs concernés

Des anomalies persistent toujours dans la liste électorale. (Photo d’archives)

La commission électorale nationale indépendante a recensé 10 568 400 électeurs à l’issue de la clôture provisoire de la révision annuelle de la liste électorale pour cette année 2020. Pourtant, certaines anomalies persistent toujours dans cette liste. 

La commission électorale nationale indépendante a annoncé, hier à la presse, que les doublons de carte nationale d’identité sont bien une réalité. « Les cas de deux électeurs différents qui ont le même numéro de carte d’identité existent », a affirmé Thierry Rakotonarivo, vice-président de la commission électorale nationale indépendante. Ce cas concerne 1 162 512 électeur dans la dernière mise à jour de la liste électorale issue de la révision annuelle 2019-2020 qui vient d’être clôturée provisoirement, hier. En effet,  562 275 cartes nationales  d’identité portent un numéro qui revient alors au moins deux fois au cours de cette dernière opération périodique de recensement des électeurs, toujours selon la Ceni. « Ce doublon pourrait trouver sa source dans l’erreur durant la saisie de la liste par les agents de la commission électorale, ou peut être dû à une erreur lors de la délivrance de la carte nationale d’identité », a avancé ce commissaire électoral. Une liste des électeurs concernés par ces doublons est déjà disponible au niveau de tous les fokontany, selon Thierry Rakotonarivo, afin qu’on puisse avoir l’opportunité de les corriger.

Vérification finale. 1 électeur sur 10 est donc concerné par cette anomalie. Car à l’issue de la révision annuelle de la liste électorale, la commission électorale a recensé 10 568 400 électeurs. Une révision qui a débuté au début du mois de décembre 2019 et qui a pris fin hier. Pendant ces trois mois, 268 817 nouveaux électeurs apparaissent dans la liste électorale, soit une hausse de 2,61%, selon la commission, par rapport à la dernière version de la liste dans laquelle on a recensé 10 299 583 électeurs. Toutefois, la liste n’est pas théoriquement clôturée définitivement. Dans cette version, elle présente encore des anomalies comme les 110 629 doublons qui ont été identifiés par la commission électorale. De ce fait, cette liste passera encore par un circuit de vérification finale avant sa clôture définitive prévue le 15 mai prochain. Et après la clôture provisoire de la liste opérée, hier,  au niveau de chaque centre électoral des 119 districts, elle va être acheminée vers les fokontany au plus tard le 10 mars prochain. A partir de cette date, tous les électeurs disposent de 20 jours pour (re)vérifier leur inscription avant que la version revisitée de la liste ne soit acheminée définitivement à Alarobia pour sa clôture. Ce mécanisme permettra alors à la commission électorale de mener une opération de « dédoublonnage » pour livrer une liste assainie et améliorée pour l’échéance de 15 mai.

Rija R.

Midi Madagasikara3 partages

A and C : Saisie des biens pour évasion fiscale de 59 milliards d’ariary

Vers onze heures, hier, un huissier accompagné d’éléments de la gendarmerie a débarqué dans les locaux de l’hôtel A and C à Ivato, le fameux établissement hôtelier appartenant à la tristement célèbre Claudine Razaimamonjy, conseillère spéciale auprès de la présidence du temps de Rajaonarimampianina. Alors qu’elle continue de purger sa peine à la maison centrale d’Antanimora, les biens de son hôtel ont été évacués et transportés dans un camion par un représentant de la loi mandaté pour l’exécution d’une décision judiciaire. Sur les lieux, seuls des membres du personnel de l’hôtel étaient présents durant l’opération. Ce qui a rendu facile le transport des biens après la lecture du mandat. On a appris que la salle de gym a été vidée de tous ses équipements. Idem pour le restaurant et d’autres pièces. Deux voitures figurent parmi les biens saisis dont la luxueuse Ford Mustang du fils de la concernée. Etant donné que cet établissement compte une cinquantaine d’employés, face à la situation ces derniers craignent d’être envoyés au chômage.

Guerre d’huissiers. Hier même, l’établissement a fermé ses portes. En début de soirée, un autre huissier arrive au même endroit mais, cette fois-ci, pour défendre l’intérêt de l’établissement A C. A la lecture du document légal de son confrère, il a sommé d’arrêter la saisie. L’affaire a connu une toute autre tournure avec, en quelque sorte, un vice de procédure. En fait, on parle de saisie conservatoire et non de saisie tout court, selon ce second huissier. Suivant son point de vue, les biens ne devraient pas être mobilisés, et ce, à titre conservatoire. Tard dans la soirée, la discussion, pour ne pas dire dispute entre les deux huissiers continuait. Une procédure d’opposition serait engagée prochainement par la propriétaire de l’hôtel A C. Sur cette affaire, on parle de 59 milliards d’ariary de taxe impayée qui aurait généré une amende de plus de 20 milliards d’ariary. La requête est déposée au nom du ministère des Finances et suivant l’application des articles du code général des impôts. Outre Claudine qui croupit déjà en prison depuis presque trois ans, il y a aussi le bras droit de l’ancien président, en la personne de Mbola Rajaonah, qui attend son jugement à la maison de force de Tsiafahy. Décidément, la fin du régime HVM a été un coup dur, très dur, pour les acolytes de l’ancien président.

D.R

Midi Madagasikara3 partages

Coronavirus : Trois pays d’Afrique touchés

83 809 cas de contamination et 2.867 décès. Tel est le dernier bilan mondial de l’épidémie de coronavirus qui atteint maintenant 60 pays à travers le monde, dont 23 pays avec un seul cas de Covid-19 positif sur leur territoire. Les pays les plus touchés après la Chine sont l’Iran qui compte 34 décès sur 338 cas ; la Corée du Sud (2.337 cas dont 571 ces dernières 24h, et 13 décès) ; l’Italie (665 cas et 17 décès), et le Japon (228 cas et 4 décès, les cas recensés sur le « Diamond Princess » non inclus).

En Chine continentale, l’épidémie ralentit. Les autorités sanitaires chinoises ont annoncé, hier, 44 nouveaux décès. C’est le bilan journalier le plus faible depuis le 24 janvier 2020.

En Afrique, trois pays ont déjà été touchés : l’Egypte (1 cas), le Nigeria (1 cas) et l’Algérie (1 cas). Aucun mort à déplorer dans ces trois pays africains. Pour Madagascar en particulier, les mesures de  renforcement des dispositifs en vue d’empêcher l’épidémie d’atteindre le pays,  demeurent en vigueur, concernant notamment les passagers qui débarquent des vols régionaux et internationaux.

Hanitra R.

Midi Madagasikara1 partages

Parc Nosy Tanihely : Le seul site ayant une autonomie financière à Madagascar

Le parc national Nosy Tanihely est également le site le plus visité de Nosy-Be.

Sur les 43 Aires Protégées gérées par Madagascar National Parks (MNP), le Parc National Nosy Tanihely est le seul parc ayant une autonomie financière dans le pays, et ce grâce à ses recettes touristiques.  

Ce site se veut être en même temps un modèle exemplaire en matière de cogestion.  « Le fonctionnement, les investissements et les dépenses relatifs au parc pour son développement sont entièrement supportés par ses ressources propres. Aucun financement des bailleurs de fonds ou subvention n’a été reçu par le gestionnaire. Les ressources sont obtenues à partir des droits d’entrée et des autres services tels que la vente des articles de souvenir, des droits de recherche, des ventes de produits ou services effectués » a expliqué Dr Mamy Rakotoarijaona, le directeur général de Madagascar National Parks (MNP).

Site le plus visité. Ayant enregistré plus de 50.000 visiteurs sur les 165 428 touristes choisissant la destination Nosy-Be en 2019, le parc national Nosy Tanihely est en même temps l’une des destinations phares des sites les plus visités des Parcs et des Réserves gérés par MNP. En l’espace de deux ans, de 2017 à 2019, le nombre de visiteurs du parc a connu une hausse de 25,31 %. Surnommée « aquarium naturel », cette Aire Protégée par excellence fait partie des sites les plus conseillés et les plus visités de Nosy-Be. Elle est en même temps issue de l’Association des destinations phares de l’île aux Parfums regroupant six sites touristiques. Créée en 2017, celle-ci a pour objectif de prolonger le séjour des touristes sur place en les proposant de visiter ces six sites phares, y compris le Parc National Lokobe géré également par MNP. Il faut savoir que c’est la biodiversité marine qui attire les touristes à visiter le parc Nosy Tanihely. « Celui-ci est reconnu pour ses récifs coralliens comptant 110 espèces, ses différents types de poissons multicolores au nombre de 106 espèces et surtout ces deux espèces de tortues marines dont la verte et l’ imbriquée. Parlant de sa faune terrestre, on peut répertorier 15 espèces d’oiseaux, 2 espèces de lémuriens, 11 espèces de reptiles et une espèce de chauve-souris » a énuméré fièrement Landisoa Randimbison, directeur du parc.

Contrats d’accréditation. A part son autonomie financière dans la gestion du site, le Parc National Nosy Tanihely apporte également sa contribution au développement de l’île aux Parfums. Les actions se sont concentrées sur la construction d’infrastructures locales. On peut citer, entre autres, un bureau de fokontany comprenant un bureau de la section football ainsi que la réhabilitation des blocs sanitaires à Ambodivoanio. L’éclairage public, la maintenance des équipements et leur sécurisation pour 5 fokontany, ne sont pas en reste. Par ailleurs, le parc a également généré des emplois pour la population de Nosy-Be. A titre d’illustration, 83 opérateurs représentants de différents secteurs, tels que l’hôtellerie, les prestataires d’excursion, les clubs de plongée, les guides, les transporteurs des bateaux, provenant  de Nosy Be et d’autres régions, ont bénéficié de contrats d’accréditation. 

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Maintirano : Asan-dahalo nandritra ny fametrahana samboady olom-boafidy

Izany no nitranga tany amin’ny tanàna antsoina hoe Berevo sur Ranobe, ao amin’ny distrikan’i Maintirano. Nandritra ny fametrahana samboady ny ben’ny tanàna vaovao tao amin’io toerana io, ny 21 febroary teo, no tonga koa ny dahalo nanao ny asaratsiny.  Ny andaniny nanohy ny lanonana saingy ny tao ambadik’izay dia nanararaotra koa ireo andian-dahalo naka ny omby  tao amin’ny tanàna. Kivy ratsy ny olona satria amin’izy ireo dia efa mihoatra ny loha ny zava-mitranga. Natrehan’ny manam-pahefana rehetra ny lanonana ary araka izany dia misy mpitandro ny filaminana miambina. Toa tsy nahoan’ny jiolahy anefa izany na koa nanakana azy tamin’ny asaratsiny. Andro ratsy tanteraka ho an’ny  vahoaka tao an-toerana iny andro iny satria raha lanonam-pifaliana no natrehina dia fahavoazana kosa no nihatra. Ho an’ny olona mantsy dia harena be ny omby ary iny no solon’ny tahiry sy ny banky ho an’ny faritra maro, indrindra fa ny any atsimo. Mangataka ity tanàna ity ny mba hijerena akaiky ny raharaha, satria raha sahy manafika eo imason’ny manam-pahefana ary ao anatin’ny lanonana ôfisialy ny dahalo dia heverin’izy ireo fa efa tsy voafehy intsony ny fandriam-pahalemana any an-toerana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Accidents de la circulation : état d’urgence à proclamer 

Pour les automobilistes malgaches, c’est avec fatalisme qu’ils découvrent le chiffre des accidents de  la route qui augmente de jour en jour ; le décompte macabre est particulièrement lugubre. On le découvre tout au long de la journée sur les réseaux sociaux qui en rendent compte en temps réel. Le problème est si grave qu’on ne peut pas se contenter de le déplorer. La DSR (Direction de la Sécurité Routière) a commencé à monter au créneau pour réglementer la circulation à Madagascar. La discipline et le respect des règles sont prônés, mais il y a encore beaucoup d’efforts à faire pour parvenir à mettre fin à une hécatombe journalière.

Accidents de la circulation : état d’urgence à proclamer 

Les scènes que l’on découvre sur Facebook tous les jours et presque 24h sur 24 montrent que l’état d’urgence devrait être décrété. Les voitures défoncées et versant dans le fossé et les corps mutilés des personnes accidentées interpellent tous ceux qui les voient. Ce sont des freins qui ont lâché ou des dépassements non autorisés qui provoquent ces drames routiers. Il ne s’agit pas toujours d’une fatalité, mais bien d’un ensemble de faits graves qui s’accumulent. L’indiscipline et le laisser-aller ont fini par dérégler une circulation pourtant déjà mise à mal par l’étroitesse des rues. Le respect du code de la route semble avoir été oublié par beaucoup d’automobilistes. Bien évidemment, les tôles froissées et les piétons fauchés sont le résultat de ce laisser-aller. Les forces de l’ordre sont bien présentes, mais malgré cela, elles ne peuvent empêcher l’inéluctable. Les voitures qui roulent sans être passés par la visite technique sont légion. Les contrôles faits par les membres de la DSR le prouvent tous les jours. Les sanctions ont commencé à tomber, mais le travail effectué par les agents est encore loin de couvrir tout le parc automobile malgache. Le nouveau maire promet de faire d’Antananarivo une capitale où il fait bon vivre. Il a l’ambition de restaurer une certaine discipline et de mettre fin à la pagaille qui règne dans les rues de la ville. Beaucoup d’efforts doivent être fournis pour y arriver.

Patrice RABE,

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Le bord du Village Touristique éclairé par Enelec

La Cité des Fleurs est sans doute la première destination touristique du pays. Mahajanga est connu à travers le monde et le pays par son bord de mer où des milliers de touristes affluent la nuit tombée. Depuis quelques années, le bord du Village touristique renaît de ses cendres. Lieu de balade et des sports de plage lors des week-ends, ENELEC a offert 20 lampadaires solaires pour éclairer le Village touristique pour permettre aux Majungais et aux visiteurs de profiter des activités nocturnes. L’inauguration de ces infrastructures s’est tenue mercredi 26 février dernier. Cette action entre dans l’atteinte des objectifs de développement durable par la société dont l’utilisation des énergies propres et d’un coût abordable. Un des acteurs économiques majeurs dans le pays, le groupe Filatex, en tant qu’entreprise citoyenne, n’oublie pas la communauté avec qui elle travaille. « Ce travail est le fruit de la collaboration entre la société ENELEC et la commune Urbaine de Mahajanga. Cela va contribuer à l’embellissement de la ville, à l’amélioration de la sécurité sur cet axe, et n’augmente pas les charges mensuelles car il n’y a pas d’abonnement mensuel à payer » a souligné, Tanteraka Rakotoarisoa responsable RSE du groupe Filatex. Majunga est la quatrième ville ayant bénéficié de cette dotation par ENELEC après Antananarivo, Antsiranana, Morondava. D’autres villes vont s’ajouter à la liste, comme Toamasina et Toliara.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : Les ambassadeurs d’Egypte et de Turquie chez le PM

Le Premier ministre Christian Ntsay a reçu, successivement, SEM Mohamed Ahmed Fouad Raslan, ambassadeur d’Egypte et SEM Nuri Kaya Bakkalbasi, ambassadeur de Turquie, hier à Mahazoarivo. Arrivé au terme de sa mission, l’ambassadeur égyptien a rendu une visite d’adieu au chef du gouvernement, où il a salué la relation bilatérale entre les deux pays ainsi que les différentes coopérations avec le gouvernement malgache. Le diplomate d’expliquer que des signatures de partenariat en termes de financement de l’exploitation de l’électricité ont déjà été effectuées avec des  investisseurs égyptiens. Des projets ciblant d’autres domaines du développement sont également en vue, pour ne parler que de la promotion du tourisme et des infrastructures dont, du côté égyptien, les préparations ont déjà été initiées.

Visite de courtoisie. Quant à l’ambassadeur turc, il s’est rendu auprès du chef du gouvernement pour une visite de courtoisie, suite à sa nomination pour représenter la Turquie au pays. Il a manifesté la volonté de son pays de contribuer dans la réalisation des projets d’application du « Plan Emergence Madagascar », surtout pour ceux axés sur la promotion du tourisme et sur l’extension des infrastructures. Les deux personnalités ont échangé leurs visions pour envisager le développement du partenariat commercial existant, de manière à prévoir les intérêts de chaque partie. D’autre part, à propos du même sujet, l’ambassadeur a annoncé la prochaine tenue d’une rencontre qui aura essentiellement pour objectifs de maintenir les coopérations en cours et de permettre l’extension dans d’autres domaines ; tout en mettant en exergue les potentiels que Madagascar possède, si l’on se réfère, disait-il, à sa situation géographique. L’ambassadeur a aussi parlé de l’importance des relations extérieures que la Grande Île peut exploiter pour promouvoir son développement économique. A ce sujet, il a cité comme exemple les services offerts par la compagnie “Turkish Airlines”, à travers les vols reliant directement Madagascar à la Turquie.

Recueillis par Dominique R

Midi Madagasikara0 partages

“Operation smile” : La STAR renouvelle son appui au projet

La mission de l’ONG “Operation Smile” à Madagascar qui consiste à redonner le sourire aux enfants malgaches présentant des fentes labiales ou palatines se poursuit. Partenaire de cette cause depuis 2007, la STAR a renouvelé son engagement pour la troisième année consécutive en signant une convention de partenariat avec cette organisation le jeudi 27 février, en faveur des prochaines vagues d’opérations. Rappelons que l’ONG internationale “Operation Smile” offre une chirurgie gratuite à des enfants présentant une fente labiale ou une fente palatine. Les opérations ont lieu chaque année dans plusieurs pays et à destination des enfants défavorisés qui ne peuvent accéder à ce type de soins. Si ce programme mobilise plus de 6.500 volontaires dans le monde, chaque mission à Madagascar est assurée par 130 volontaires locaux et internationaux. Depuis le début de la mission, 7.400 enfants malgaches ont été dépistés dont plus de la moitié ont pu bénéficier d’une chirurgie réparatrice gratuite. 

Le programme de cette année. “L’Opération Smile” 2020 débutera à Antsirabe au mois de mars et s’étalera sur une semaine. L’ONG se déplacera ensuite à Toamasina en juin avant de venir à Antananarivo en septembre. « Appuyer ce type d’actions est primordial pour la STAR. Savoir que chaque année des centaines d’enfants retrouvent le sourire grâce à cette contribution et ces opérations est essentiel pour nous » a déclaré le chef du département “communication corporate” de la STAR, Karine Razafindrakoto. En effet, toutes les trois minutes, un enfant naît dans le monde soit avec une fente labiale, soit avec une fente palatine, soit les deux. D’où la raison d’existence de cette mission initiée par “Operation Smile”. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Connectivité par satellite : Le nouveau système O3b mPower lancé par Orange et SES

Avènement d’une nouvelle ère d’innovation en matière de connectivité par satellite. C’est ainsi qu’Orange et SES décrivent le lancement du O3b mPower, un nouveau système de solution qui fournira des solutions à haut débit et à faible latence, intégrables de manière transparente et fiable aux réseaux terrestres existants. En effet, Orange sera le premier opérateur mondial de télécommunication à intégrer dans son réseau ce système. Ce, pour répondre à la demande croissante de connectivité en Afrique. En effet, Orange va mettre à la disposition des 18 pays d’Afrique où elle est présente le système de communication par satellite en orbite terrestre moyenne (MEO) et de nouvelles générations des SES, pour accroître son offre auprès des particuliers et des entreprises sur le continents. Actuellement en cours de développement, O3b mPOWER est le seul système à large bande en orbite non géostationnaire (NGSO) dans le monde entier. « Située à seulement 8 000 kilomètres de la surface de la Terre, le système fournira des solutions à haut débit et à faible latence, intégrables de manière transparente et fiable aux réseaux terrestres existants. Lorsqu’il sera opérationnel en 2022, O3b mPOWER fournira des débits de plusieurs térabits pour favoriser la transformation numérique et l’adoption du Cloud partout dans le monde », ont indiqué les promoteurs du nouveau système.

Innovant. La constellation O3b mPOWER, très flexible, comprend des satellites MEO de très grande capacité, à faible latence et à haut débit, ayant chacun jusqu’à 5000 faisceaux entièrement configurables et orientables. Ces satellites peuvent être positionnés et orientés en temps réel pour répondre aux demandes des utilisateurs. Selon les explications, le système est parfaitement adapté aux applications de liaison pour les réseaux cellulaires domestiques et pour les applications internationales simultanées de “trunking IP”. A noter qu’Orange est l’un des premiers clients SES à avoir adopté, en 2017, les services gérés de première génération O3b MEO. Orange est un partenaire stratégique pour SES avec une forte présence en Afrique et au Moyen-Orient, et des “gateway” satellitaires dans plusieurs pays du continent. Avec O3b mPOWER, Orange augmentera considérablement ses capacités MEO à faible latence afin de soutenir la croissance de la demande en bande passante. Cette évolution est stimulée par l’augmentation constante de la clientèle, les nouveaux usages numériques et les services financiers. Ce système révolutionnaire permettra à Orange d’offrir une connectivité haut débit tout en étendant sa couverture géographique. « Ce nouvel accord marque une étape très importante pour nos deux entreprises et aussi pour l’industrie au sens large. Avec le système innovant O3b mPOWER, Orange et SES révolutionnent le marché des télécommunications et la manière dont les réseaux peuvent être étendus et améliorés », a déclaré JP Hemingway, CEO de SES Networks. A noter que la Centrafrique sera la première à bénéficier du système et sera suivie des autres pays où Orange est présente.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Santé publique : Des soins de qualité à destination du Grand sud

En vue de renforcer et d’améliorer les offres de service de santé auprès de la population des zones les plus enclavées, le gouvernement japonais a offert deux cliniques mobiles aux régions vulnérables du sud, à savoir Androy et Ambovombe, ceci dans le cadre du projet TOLISABO, financé par le peuple japonais. 

La cérémonie de remise de ces cliniques s’est déroulée, hier matin, au CHU HJRA Anosy sous le patronage du ministre de la Santé publique, le Pr Ahmad AHMAD, sous le parrainage de l’ambassadeur du Japon à Madagascar, Yoshihiro HIGUCHI et en collaboration avec l’UNFPA.

A travers ces cliniques mobiles, les habitants des régions du Grand sud qui doivent faire face à la sécheresse, à la famine et qui, surtout, n’ont pas souvent accès à des soins de qualité, peuvent bénéficier de services de santé reproductive gratuits : accouchement sécurisé, réparation de la fistule obstétricale, services gratuits de consultation prénatale, échographie, vaccination, dépistage des IST/VIH, planification familiale etc.

Les deux cliniques mobiles participeront à la caravane de prestation de services organisée dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme sur la RN7 du 1er au 8 mars 2020 avant de partir dans le sud de Madagascar.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Fuite de Raoul Arizaka Rabekoto : Un responsable arrêté

Le président de la FMF ne va pas être présent ce matin au palais des Sports.

L’ancien DG de la Cnaps aurait bénéficié d’une aide pour quitter le pays malgré son IST.  

Publication ce matin à 10 heures, au Palais des Sports, de la liste des sociétaires des Barea retenus pour le match contre la Côte d’Ivoire. C’est le coach Nicolas Dupuis qui va annoncer les noms des 23 joueurs. En revanche, il faut s’attendre à l’absence du président de la Fédération malgache de football (FMF) Raoul Arizaka Rabekoto qui est « wanted ». Le Bianco de « demander le concours de la Force publique en vue de rechercher et de procéder à son arrestation ». Il est donc peu probable que le concerné se présente ce jour à Mahamasina. Il n’est pas sûr non plus qu’il participera à la réunion mensuelle de la FMF, mardi prochain.

Mariage. Sauf report de l’événement, il est même peu probable que l’homme assiste au mariage religieux de sa fille prévu le 07 mars prochain à Mahamasina avant la fête au complexe de la Cnaps à Vontovorona. En effet, il serait bel et bien à l’extérieur, en dépit de l’Interdiction de Sortie du Territoire (IST) délivré à son encontre par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation, suite à la lettre émanant du chef du ministère public du Pole Anti-corruption (Pac) du second degré d’Antananarivo.

Corruption. On croit savoir qu’un responsable vient d’être arrêté pour avoir aidé Raoul Arizaka Rabekoto à quitter le pays en catimini. Selon la même source, celui-ci serait passé aux aveux. Reste à savoir si d’autres complices sont impliqués dans la fuite à l’étranger du président de la FMF car il est difficile de croire qu’une personne ait réussi à le faire tout seul. A l’instar de la cavale de l’ex-député Leva, il y aurait de fortes suspicions de corruption derrière la sortie du territoire de l’ancien DG de la Cnaps qui n’est pas passé par la police de l’air et des frontières. Il est parti, PAF !

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Guide du week-end

“Jao’s Pub” à l’heure Jaojoby

Le maître des lieux, Jaojoby Eusèbe, sera à l’affiche au “Jao’s Pub” Ambohipo ce soir à partir de 21h. Comme à son habitude, le roi du “salegy” se réserve quatre ou cinq soirées dans son antre. Celle-ci sera donc la première de cette année. Son répertoire, bien qu’il soit connu par cœur par ses inconditionnels, reste toujours un régal à chaque rencontre. Sans surprise, les fidèles issus de tous les coins de Madagascar et établis à Antananarivo rempliront la salle avant les fêtards.

Du rap conscient au CGM

Le groupe de rap Architeck investira la scène du CGM Analakely aujourd’hui à 15 h. il s’agit de la quatrième édition du mouvement hip hop initié par ce groupe/collectif : « Hevitra sy hetsika ». Depuis son existence, Architeck a toujours prôné un rap engagé dans la vie citoyenne, revendiquant la droiture, la responsabilité envers la communauté et un discours empreint de politique. 

Le jazz tous azimuts avec Fandresena

Fandresena sera sur les planches de Fara West Faravohitra ce soir à partir de 20 h. Ce guitariste est un très jeune bassiste sur les chemins du jazz qu’il affectionne particulièrement. Depuis déjà quelques années il ne manque jamais de prendre part à tous les événements Jazz de Tananarive et trace sa voie. C’est ainsi qu’il a repris, il y a peu, le répertoire du grand bassiste malgache «Tôty», non sans l’aval et la reconnaissance de la famille de ce dernier. Son répertoire pour le concert au Fara West reprendra Tôty Group , Bekoto version jazzy (Mahaleo), Santana, Benson et d’autres standards.

Du rock “old school” avec “Six Band”

Les amateurs de rock de la génération 70 à 90 seront servis avec le groupe “Six Band” ce jour à partir de 14 h au “Point d’exclamation”. L’intitulé du spectacle, « Rock’n metal old school » rendra hommage à Dream Theater, Europe, Bon Jovi, Europe, Dokken et Firehouse. Il ne faut pas se tromper, le rock band est composé de jeunes qui sont, tout au plus, trentenaires.    

Maminirina Rado/Iss heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Café-histoire : “Peintures et Peintres malgaches des années 1872 à 1972” au Musée de la Photographie

“La Betsiboka” par Rasolomanitra.

Dans le cadre de la vingt-et-unième édition du Café-histoire au Musée de la Photographie à Anjohy, l’historienne Pauline Monginot parlera de la peinture malgache. Un rendez-vous culturel à ne pas manquer ce jour dès 10h, dans une ambiance toujours aussi conviviale.

Formée en histoire de l’art et archéologie puis en Histoire de l’Afrique, Pauline Monginot a soutenu un mémoire de Master consacré à l’école des Beaux-arts de Tananarive (1922 – 1940). En 2019, elle soutient sa thèse de doctorat intitulée Artiste ou mpanakanto ? Construction sociale et stylistique de la figure du peintre dans les villes des Hautes Terres malgaches. Dans son travail, elle se pose la question sur la place de l’art dans la société malgache, que ce soit sur le plan économique (marché de l’art) ou patrimonial.

La deuxième moitié du XXe  siècle, une période charnière. Introduite à la cour royale en 1826 par les Européens, la peinture connaît un début timide avant de trouver petit à petit sa place auprès de la haute société tananarivienne. Avant d’être adoptée par les artistes de la capitale, la peinture se collectionne. Elle représente le désir d’une modernité occidentale et reste l’apanage des gens aisés. Dans les années 1880, quelques Malgaches sont progressivement formés par des artistes-peintres européens. Cependant, la capitale reste la zone d’influence de la peinture. Elle devient un enjeu de définition des identités et des hiérarchies sociales.

Ce Café-histoire est une invitation, à chaque participant, de découvrir un peu plus l’histoire de la peinture et de quelques peintres malgaches. D’autres informations tout aussi enrichissantes sur le sujet seront livrées par Pauline Monginot lors de cette rencontre. Une habituelle séance de partage et de questions-réponses clôturera son intervention.

 Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Sampan’ny fari-piadidiana Bianco Toamasina : Mbola laharana voalohany ny fitsarana, nidina laharana ny za...

Nandritra ny tatitry ny fari-piadidian’ny Bianco Toamasina izay nataony ny zoma misandratr’andro teo tao amin’ny birao fiasany, dia mbola mitana ny laharana voalohany amin’ny fitorihana sy fitorian’ny olona tonga eny amin’izy ireo ny eo anivon’ny fitsarana, satria miisa 151 izany ny taona 2019. Manaraka azy izay mbola mitana ny laharana faharoa sy fahatelo ny fitsinjaram-pahefana sy ny kaominina ary ny fananantany izay nahazoan’ny Bianco Toamasina fitorohana sy fitarainana miisa 134 sy 114 ny taona lasa. Ny nanaitra sy voahazon’ny zandary sy ny polisy ny fanamby nataon’izy ireo ny ho fampidinana ny laharan’izy ireo amin’ny ireo mpitoroka sy mpitory azy ireo eny amin’ny Bianco, ka ny taona lasa iny dia laharana faha-06 sy laharana faha-07 ny zandary sy ny polisy. Raha hatambatra dia miisa 865 ny fitorihana sy fitoriana voarain’ny fari-piadidian’ny Bianco Toamasina, saingy ny 129 no azo nanaovana fanadiadiana raha niisa 54 ireo nakarina teo anivon’ny fitsarana nisy ny heloka misahana ny raharaha tsirairay avy, ka ny antontan-taratasin’ady 20 tamin’izany ny fitsarana teto Toamasina isan’izany ny raharaha ny ben’ny tananan’i Toamasina teo aloha Dr Ratsiraka Elisé, sy ny antontan-taratasin’ady 06 nampidirina teo anivon’ny fitsarana manokana miady amin’ny kolikoly Antananarivo na ny PAC ka isan’izany ny raharaha nanenjehana an’Atoa Rajaonah Mbola. Raha tsinjaraina koa ireo antontan-taratasin’ady niakatra fitsarana ireo dia nahitana mpitsara sy mpirakidraharaha 02 avy, 11 ny mpiasan’ny kaominina, 05 zandary, 03 ny polisy, 04 eo anivon’ny fananantany,…raha miisa 08 ny eo anivon’ny fampianarana eto Toamasina.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

MIDIRAMA : La Grande Ile à l’épreuve du coronavirus

Quoiqu’on en pense, le coronavirus est bien le sujet de préoccupation principal de tout le monde. Les Malgaches, même s’ils ne montrent pas de signes d’inquiétude dans leur vie quotidienne, prennent leurs précautions. Les nouvelles distillées par les organes de presse sont, cependant, relativement rassurantes en ce qui concerne Madagascar. Les autorités sanitaires sont sur le qui-vive et les mesures de précaution prises paraissent efficaces. Les canaux d’information officielle font état de cas douteux qui ont été surveillés de près. Aucun mort n’a été signalé . Mas c’est vers l’extérieur de notre pays que l’on doit regarder. La propagation du virus prend de l’ampleur Aucune nation n’est épargnée à présent. Il n’y a pas encore de véritables foyers de contaminations, mais les autorités des différents pays de la planète réagissent très vite. Les mises en quarantaine des cas douteux sont systématiques. La France, l’Italie, l’Autriche et la Grèce ont vu l’apparition de leurs premiers morts du coronavirus. Tout le monde a maintenant intégré le fait que l’épidémie va se déclencher bientôt. L’information est prise avec une certaine gravité, mais elle permet une mobilisation générale. Madagascar n’est pas en reste, mais il reste à savoir si nous avons les moyens nécessaires pour faire face à la situation. L’actualité nationale est en quelque sorte reléguée au second plan. Cependant, elle mérite que l’on s’y attarde ; le déplacement du président de la République à Ambovombe Androy a permis de relancer les projets de développement de la région. Les promesses ont été renouvelées et on espère qu’elles ne seront pas vaines. Le feuilleton de l’IST du président de la FMF, Raoul Arizaka Rabekoto a occupé les colonnes de nombreux journaux. Un avis de recherche a été lancé contre lui, mais il est pour l’instant introuvable.

En dehors du coronavirus, qui est le sujet d’actualité et fait la Une des médias du monde entier, c’est la tension croissante entre la Turquie et la Syrie soutenue par la Russie qui préoccupe les chancelleries occidentales. L’offensive syrienne à Idleb se poursuit inexorablement. Les bombardements de l’aviation syrienne n’ont pas épargné les troupes turques. L’émotion a été très grande en Turquie après la mort de trente trois militaires turcs. La riposte a été tout aussi meurtrière. Les positions syriennes ont été noyées sous un déluge de bombes. Mais ce sont les civils qui ont été les plus touchés. Le président Erdogan a demandé l’appui des membres de l’OTAN et a menacé d’ouvrir les frontières et de laisser passer le flot de réfugiés  désireux de partir en Europe.

La Chine est en train de surmonter la crise née de cette épidémie de coronavirus. Son économie a tourné au ralenti ces derniers temps et elle a montré la part prépondérante qu’elle a prise aujourd’hui. Tous les pays industrialisés sont largement dépendants des produits manufacturés en provenance de Chine. Les grandes sociétés pharmaceutiques européennes utilisent des composants fabriqués dans l’Empire du Milieu et elles commencent à réfléchir à la possibilité de rapatrier les unités de production qu’elles ont délocalisées.

C’est depuis une quinzaine de jours que le sujet qui préoccupe le monde, le Coronavirus est devenu l’obsession de tous les médias. La presse malgache n’est pas en reste mais comme la situation n’est pas encore alarmante, elle sait garder une certaine mesure. L’épidémie est à nos portes et la vigilance est de mise. Le COVID-19 est le nouveau fléau du XXIème siècle.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Judo : Saint-Michel rameute ses membres pour son soixantenaire

Plusieurs festivités seront organisées dans l’objectif de réunir les anciens, les parents, les ceintures noires et les athlètes de l’ASSM judo.

1960-2020. L’Association Sportive Saint-Michel Judo célèbre cette année ses 60 ans d’existence. Un club qui a traversé les quatre Républiques et qui figure parmi les plus actifs dans le paysage du judo local depuis ces soixantes dernières années. Le Judo Club Saint-Michel a été créé en 1960 par un militaire français nommé Barthula et le père Givrain, responsable du sport du collège Saint-Michel de l’époque. Le premier dojo se trouvait au niveau de  la place Goulette Analakely avant d’être déplacé à sa place actuelle. En 1962, le Frère Fazio a pris ses fonctions et affectionnait particulièrement la section Judo – sport qu’il a d’ailleurs pratiqué et a ainsi marqué l’histoire du club. La même année, Me Barthula a été remplacé par Bégue Raymon et Amourette. Depuis et ce jusqu’à aujourd’hui, Saint-Michel reste un incubateur de talents et de médailles. Domoina Rabeantoandro, la championne d’Afrique de 1991 était pensionnaire du club avec bien d’autres médaillés d’or, que ce soit aux Jeux des Îles, aux Jeux africains ou aux Championnats du monde, sans oublier ceux qui ont participé aux Jeux olympiques. Et pour marquer ses 60 ans d’existence, l’ASSM Judo prévoit plusieurs festivités. « 60 ans d’art de vivre, d’éducation et de performances. Tous ceux qui y sont passés s’en souviennent encore. 2020 sera consacrée à la célébration de notre soixantième anniversaire. Une grande année pour tous les membres, anciens, parents, hauts gradés, professeurs, ceintures noires et pour tous les pratiquants. Notre ambition est de marquer l’anniversaire à travers des évènements symboliques et fédérateurs. Et bien sûr, toujours dans l’esprit  Saint-Michel  et l’esprit  du Judo  », a déclaré Eric Said, président du comité organisateur de la célébration. « Art de Vivre et Éducation », telle est notre conception du Judo. L’ASSM Judo tire de cette devise l’éducation de ses membres. Actuellement, le club compte près de 150 licenciés, plus de 50 ceintures noires et 3 hauts gradés 6e dan. « Nous allons miser sur la relève actuelle et reconquérir notre place d’avant. Pour cette célébration, nous projetons d’améliorer les infrastructures et de construire une salle de musculation », a fait savoir Seta Rasoanaivo. Ce samedi 14 mars, une grande messe au Collège Saint-Michel ouvrira les festivités, suivie d’une exposition photos retraçant l’histoire du club et d’un déjeuner dansant à la salle Jacaranda, toujours à Amparibe. Un événement sportif multi-activités inspiré des challenges de fitness et parcours du combattant dénommé Warrior Games se déroulera le samedi 25 avril sur les terrains du collège. A l’occasion de la fête du Collège, le samedi 23 mai, une compétition de Judo spécialement dédiée aux catégories poussines et benjamines sera organisée avec la participation de tous les clubs de la ligue d’Analamanga. Fin septembre, la compétition Tsukinami Shiai Elite et Master attendent les séniors et vétérans dont le concept de la compétition est basé sur des combats par équipe au vainqueur restant. Et une soirée de Gala et de clôture sera enfin organisée le samedi 31 octobre.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Tolom-panafahana 1947 : Homem-boninahitra manokana ireo 954 akanga sisa nanamborana

Hiavaka, tsy toy ny fahita isan-taona ny fanamarihana ny fahatsiarovana ny datin’ny 29 mars 1947. Nosokafana ny andron’ny 28 febroary, ka haharitra iray volana ny fanamarihana an’izany, izay eo ambany fiahian’ny Ministeran’ny Fiarovam-Pirenena. Tao amin’ny Toby Miaramila RM1 Analakely  izay misy ny Fitaleanan’ny Mpiady Tia Tanindrazana (Direction des Combattants Nationalistes) no nanatanterahana izany.

Nohavaozina tanteraka io toerana io, ary natao mba hirakitra ireo tantara sy sary maro mahakasika ny tolom-panafahana nataon’ireo maheryifon’ny Firenena, ka nahazoana ny fahaleovantenan’i Madagasikara izay hankalazaintsika amin’ny faha-26 jona ho avyizao ny faha-60 taonany. Tonga nanome voninahitra ny lanonana fanokafana ny Minisitry ny Fiarovam-Pirenena, ny Jeneraly Rakotonirina Richard. Nandritra izany  no nitokanany ny toerana Fitaleanan’ny Mpiady Tia Tanindrazana, izay vao nohavaozina ao Analakely ity. Nandritra ny lahateny nataony dia nanamafy ny Minisitry ny Fiarovam-Pirenena fa « Ny tantara tsy fanadino », ary tokony hotsarovana isan-taona, isan’andro, ary isa-minitra mihitsy ny nataon’ireo zoky raiamandreny teo aloha, maherifo, niady mafy ka nahatonga an’i Madagasikara amin’izao toerana misy azy ankehitriny izao. Firenena mahaleotena, manana ny fiandrianany eo anivon’izao tontolo izao. Izay indrindra no mahatonga ny fitondrana ankehitriny, ny tafika sy ny foloalindahy Malagasy, hanome lanja syvoninahitramanokanaitydatymanan-tantaraity, ka isan’izanynyfitsinjovanamanokanaireompiadytiatanindrazana, izaymbolamisy 954 no mbolavelonaamin’izaofotoanaizao.

Mahakasika ireto farany dia nambaran’ny Kôlônely Rasoloniaina Henintsoa Gabriel, izay lehiben’ny Fitaleavana ny MpiadyTiaTanindrazana, nandritra ny fandraisany fitenenana tamin’ity lanonana ity, fa efa vitany fanavaozana ny Karapotsy ho an’ny fiahiana ara-tsôsialy an’ireo olona ireo. Ankoatr’izay dia hisy ny hetsika manokana hizarana fanomezana ho azy ireo sy fitsaboana maimaim-poana ho an’ireo izay mihoatra ny 65 taona. Nambarany ihany koa fa izao hetsika fampirantiana izay natomboka teo Analakely izao dia hoentina mitety faritra, mba hamelombelomana indray ny fitiavan-tanindrazana ao am-pon’ny Malagasy, ka kendrena manokana amin’izany ireo ankizy sy tanora izay antoky ny hoavin’ny Firenena rahampitso. Ny tarakevitra noraisina hanamarihana ny fankalazana amin’ity taona ity moa dia ny hoe : « Tolom-panafahana 1947, Ilo tsy very enti-mampandroso ny Firenena ».

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

MAE : « Diplomatie verte »

A l’instar des autres départements ministériels, la grande famille du ministèredes Affaires étrangères a effectué un reboisement hier à Imerintsiatosika. Des représentants des Organisations non gouvernementales étrangères (ONGE) ont également apporté leur concours à cet acte citoyen. Près de 2 500 plantes ont été mises en terre à cette occasion. Etant donné que le ministre Tehindrazanarivelo Liva a été retenu dans ses obligations, ce fut le Secrétaire général, Tahirimiakadaza Ratsimandao, qui a été à la tête de l’équipe du MAE. Ainsi lors d’une courte allocution, ce dernier n’a pas manqué de rappeler l’importance de cette initiative qui s’aligne à la vision présidentielle de « Reverdir Madagascar ». « Au-delà de l’accomplissement de notre devoir de citoyens, le fait de prendre soin des arbres constitue également le gage d’un meilleur avenir pour nos enfants et pour la génération future », a indiqué le secrétaire général. Sur le plan international, la diplomatie malgache s’aligne au principe d’une « diplomatie verte ». Notons au passage que le ministère des Affaires étrangères a apporté un soutien matériel aux élèves de l’école primaire publique « Fonenako » d’Imerintsiatosika, entre autres une vingtaine de tables-bancs et des pots de peinture. Et pour cause, ces élèves assurent régulièrement le suivi des plantations du ministère dans cette localité.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Escroquerie : Une femme délestée de 400 000 ariary pour du faux mercure

Des personnes soi-disant opérateurs miniers ayant perdu de l’argent dans des affaires de mercure, on en voit partout de nos jours. Ce produit qui, selon les experts, existe à Madagascar mais les escrocs pullulent à chaque coin de rue pour tromper les affairistes avides d’argent facile. Tel serait le cas de cette femme qui a perdu 400 000 ariary pour rien. Se sentant victime d’escroquerie, elle a déposé, le 27 février dernier, une plainte auprès du commissariat de sécurité publique du quatrième arrondissement  à Isotry pour dénoncer un homme qui affirmait être en possession d’une certaine quantité de mercure à vendre. Cet homme a disparu après avoir perçu une somme de 400 000 ariary de cette femme, à titre d’acompte. Saisie de cette affaire, la police a tout de suite ouvert une enquête qui a débouché sur l’arrestation du présumé escroc le 27 février vers 17 heures. Il était appréhendé en train de circuler avec un bidon contenant du sable mélangé avec du miel qu’il disait être du mercure  en provenance d’Analavory. L’escroc a avoué ses méfaits. Déféré au parquet d’Anosy, hier, il a été placé sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

GEM : Thierry Rajaona, élu nouveau président

Le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM) a son nouveau président suite à une élection qui s’est tenue hier lors d’une Assemblée générale. Il s’agit de Thierry Rajaona, qui est l’associé-gérant fondateur du groupe FTHM Conseils ainsi que le PCA de Sipem Banque. Il remplace ainsi Noro Andriamamonjiarison. Par contre, Thierry Rajaona fait partie des vice-présidents du GEM avant d’être élu à la tête de ce groupement le plus ancien et le plus représentatif du secteur privé à Madagascar. Parmi ses priorités, il a évoqué entre autres, la restauration d’un dialogue public-privé. En effet, « il y a de nombreux défis qui attendent le Groupement des Entreprises de Madagascar, pour ne citer que les questions de fiscalité, d’énergie et d’infrastructures. En outre, il faut respecter l’éthique des affaires à Madagascar car on constate trop de pratiques prédatrices dans le monde des affaires. La lutte contre la corruption doit être également renforcée, sans oublier le développement d’une concurrence saine et la promotion d’un travail décent », a-t-il évoqué. Par ailleurs, « la réorganisation interne du GEM s’impose », a enchaîné le nouveau président. Quant à l’ancienne présidente du GEM, Noro Andriamamonjiarison a soulevé que les négociations sur deux grands points ont connu un succès durant ses mandats. Il s’agit de la non application du système ACD (Advance Cargo Declaration) par un prestataire étranger, la société ATPMS, dans les ports à trafic international et de la mise en place du Fonds Malgache de Formation Professionnelle (FMFP).

Navalona R.  

Midi Madagasikara0 partages

Fonds National Foncier : Nouvelle institution pour faciliter les réformes foncières

Cérémonie d’inauguration du Fonds national foncier (FNF) par le ministre Hajo Andrianainarivelo et son équipe, en présence du Conseil d’administration, de la direction générale, du personnel du FNC, de représentants des services fonciers et des autorités locales.

Le FNF (Fonds national foncier) a été inauguré hier à Ambodimita, par le ministre Hajo Andrianainarivelo et son staff. Cette structure est déjà opérationnelle avec son siège, son conseil d’administration, sa direction générale et son personnel.

Le développement du secteur foncier nécessite des actions à long terme. Pour cela, les partenaires techniques et financiers doivent comprendre la situation et avoir les mêmes visions que l’Etat “Malagasy”, selon le ministre de l’Aménagement et des travaux publics, Hajo Andrianainarivelo, lors de l’inauguration du siège du FNF, hier à Ambodimita. Selon les explications, le Fonds national foncier est un établissement public à caractère administratif placé sous la tutelle technique du ministère de l’Aménagement du territoire et des travaux publics (MATP) et sous la tutelle budgétaire et comptable du ministère de l’Economie et des finances. Il est institué suivant le décret n°2012-752 du 7 août 2012 mais n’est opérationnel que depuis fin 2019. Selon le MATP, le FNF est mis en place par le gouvernement en tant que dispositif de financement pour pérenniser la réforme foncière à Madagascar prescrite par la lettre de politique foncière adoptée en 2015. C’est ainsi que le FNF est chargé de mobiliser des fonds, de les coordonner et d’assurer le suivi de leur utilisation dans le cadre de l’appui à la réalisation du Programme national foncier.

Mobilisations. Selon le ministre Hajo Andrianainarivelo, le FNF a pour rôles, entre autres, de mettre en place le schéma directeur des réformes à entreprendre, au niveau des services fonciers et, bien évidemment, de réunir les fonds pour financer ces réformes. « Outre les ressources internes, les ressources extérieures comptent également parmi les fonds à mobiliser par le FNF.  Depuis son opérationnalisation, le FNF a déjà initié la collaboration avec quelques partenaires techniques et financiers comme la Banque mondiale à travers le Projet Pic et le projet Casef, ou aussi le Programme ARSF financé par l’Union européenne et l’AFD (Agence française de développement) et le Projet Picas financé par la BAD (Banque africaine de développement) », ont indiqué les représentants du FNF lors de l’inauguration d’hier. A noter que le FNF travaille de concert avec la Direction générale des services fonciers pour définir les activités de réforme foncière à appuyer.

Dématérialisation. Pour démarrer les activités du FNF, la dématérialisation de quelques services fonciers, l’appui à la mise en place des zones d’émergence ainsi que le renforcement de la lutte contre la corruption sont programmés pour cette année 2020. Sur le long terme, le “FNF” ambitionne de financer la réalisation des activités de réforme foncière prévues par la lettre de politique foncière 2015-2030. Parmi les challenges du FNF figurent le déploiement des appuis en vue de la mise en synergie de la déconcentration et de la décentralisation foncière, la valorisation du métier du Foncier, la couverture progressive du territoire en titres fonciers et en certificats fonciers, la mise en place d’un système d’information foncière consultable à distance ainsi que le basculement vers la numérisation « zéro papier », et enfin l’engagement vers la transparence et la redevabilité.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Sempiternelle pauvreté dans l’Androy : Des habitants dénoncent « une situation voulue et prolongée »

Ramener l’eau de la rivière Ifaho à Androy coûterait moins que les actions d’urgence auxquelles on habitue les populations du Sud.

L’eau de la rivière Ifaho, RN10 et RN13 sont les clés de voûte du développement de l’Androy selon la population locale. « Des solutions pérennes qu’elle propose aux dirigeants du pays au cas où ces derniers se demanderaient encore comment faire pour changer la donne dans cette partie du pays ». 

Les fils et filles de l’Androy ont exprimé leur soif de développement et de changement. « Nous avons besoin de développement car notre région est loin derrière les autres. Et lorsque nous  parlons de développement, nous voyons mal un stade manara-penitra dans le décor. Il y a plus urgent et il ne suffit pas d’être un cerveau comme on aime le dire actuellement pour s’en rendre compte. Même illettrés que nous sommes ici dans l’Androy, nous sommes capables de comprendre qu’il faut autre chose pour nous développer » avance Solo (nom d’emprunt), un quinquagénaire d’Ambovombe. En effet, la situation de précarité et de sempiternelle pauvreté commence à être lourde pour une frange de la population. « Je ne comprends pas pourquoi avec tous les financements que le Sud reçoit chaque année et avec tous les tapages médiatiques sur l’urgence d’initier le développement dans l’Androy, on en est encore là actuellement » s’est indignée Evelyne (nom d’emprunt), fonctionnaire travaillant dans un service public de Tsihombe. « Une situation quelque part voulue aussi bien par l’Etat que les organismes œuvrant dans l’humanitaire qui pullulent et qui bénéficient de financements – faramineux – chaque année grâce à notre pauvreté » selon un défenseur des droits des enfants et de la femme qui a préféré taire son nom par peur de représailles.

Pistes. Vu la situation, la population propose des solutions qu’elle juge « pérennes » et  qui devraient permettre de faire de l’Androy une région « émergente ». La première fait référence à faire table rase des problématiques d’approvisionnement de l’eau dans l’Androy. « Pourquoi ne pas ramener l’eau de la rivière Ifaho à une centaine de kilomètres d’Ambovombe via des pipelines ? Selon des études, il faut environ  365 millions de dollars pour concrétiser le projet et en finir une bonne fois pour toute avec le kere, la sécheresse et la pauvreté dans l’Androy. En effet, si ce projet est réalisé, nous aurons de l’eau pour la survie et nous en aurons également pour l’agriculture et l’élevage » a interpellé le défenseur des droits des enfants et des femmes d’Ambovombe. Interpellation partagée par Paul Sambo, leader traditionnel qui a noté: « Si l’on veut vraiment initier le développement dans l’Androy, il faut résoudre la problématique d’approvisionnement en eau. Et la solution, la vraie se trouve à Ifaho ». Le leader traditionnel de proposer la « réhabilitation des routes nationales numéro dix (RN10) et  numéro 13 (RN13) » comme deuxième solution. « Même avec la raréfaction de l’eau de pluie, notre région arrive à avoir de bonnes récoltes. Le fait est que le piteux état des deux routes nationales empêchent l’évacuation les produits de notre terroir et le déplacement de la population » a ajouté Paul Sambo. Avant de préciser que « le mauvais état des RN10 et RN13 provoque l’enclavement de l’Androy ». Avec de telles pistes de solutions et compte tenu de la situation de sempiternelle pauvreté, ne serait-il pas temps de revoir les plans de développement de l’Androy. En tout cas, à aucun moment, les personnes interviewées n’ont exprimé comme priorité de développement la construction d’un stade “manara-penitra”.

José Belalahy    

Midi Madagasikara0 partages

Flash Eco

La campagne de reboisement se poursuit pour atteindre les 60 millions d’arbres plantés cette année, selon le défi posé par l’Etat. Ce jour, c’est la grande famille du Ministère de l’Aménagement et des Travaux publics (MATP) qui organise un reboisement à Masindray, district Antananarivo Avaradrano. Nous en reparlerons.

Antsa R.