Les actualités Malgaches du Lundi 29 Janvier 2018

Modifier la date
News Mada1508 partages

AFT : niavaka ny « feon-dehilahy »

Azo lazaina ho nisongadina tamin’ireo hetsika, nandritra iny faran’ny herinandro iny ny tetsy amin’ny Alliance française (AFT) etsy Andavamamba, ny asabotsy hariva teo. Niavaka, satria lehilahy avokoa no naneho ny talentany amin’ny fihirana. Tsy fahita firy ny toy izany, hany ka tsy vitsy ireo nitolagaga sy nanaiky ny fahaizan’ireto tovolahy, nanolotra ny « Chœur d’hommes de Madagascar », ireto.

Tsara ny manamarika fa gadona klasika no nentin’ireto amboara-peo hafakely ireto. Tsy klasika toy ny mahazatra, ahenoana ireo hira vahiny malaza sy tsy zovina amin’ny maro koa anefa izany. Novain’izy ireo « endrika » kely ireo sanganasan-dry Mahaleo sy ny Lolo sy ny tariny ka tena hafa mihitsy. Na izany aza, nisy ihany ny hira vahiny nentin’ireo tovolahy nahamaro loko ny hira nohirainy.

Tsy fahita matetika ny fampisehoana toy itony. Raha ny hita tato anatin’ny taona vitsivitsy anefa izay, mihamaro hatrany ireo mpankafy mozika klasika, indrindra ny ankizy sy ny tanora. Eo koa ireo liana ka mianatra mihira na mitendry klasika. Ny seho toy ireny no ahitan’ireto farany taratra ny hoe matihanina ka mampirisika azy ireo hanohy hatrany ny lalana nosafidiny.

Landy R.

 

Midi Madagasikara513 partages

IEM à Paris : Plus de 200 invités de marque pour Andry Rajoelina

Comme prévu, l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina a lancé dans la soirée de vendredi son projet « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » (IEM) au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée au Petit Palais des Beaux-arts, dans le 8e Arrondissement de Paris. Plus de 200 invités de marque venant de différents horizons et représentant les quatre coins du monde ont fait le déplacement dans la capitale française pour honorer de leur présence cette initiative dont l’objectif est d’apporter des solutions concrètes aux enjeux du développement et aux problèmes de pauvreté qui frappent la Grande Ile. L’IEM est une plateforme de concertation et d’action rassemblant des experts malgaches et internationaux, des partenaires stratégiques et financiers, des fonds d’investissement et des personnalités engagées pour l’émergence du pays. La soirée de lancement a été marquée par des discours de personnalités, la projection d’un film sur la Grande Ile, des spectacles culturels et un cocktail qui s’est déroulé dans la galerie du Petit Palais. La journaliste de la chaîne de TV Public Sénat, Saveria Rojek était la maîtresse de cérémonie pour cette occasion.

Espoir. L’évènement a été ouvert par la projection d’un film d’une dizaine de minutes sur la Grande Ile, présentant le décalage entre son immense potentiel et sa situation économique dramatique, marquée par une extrême pauvreté. La dernière séquence du film redonne néanmoins espoir avec les mots du président Andry Rajoelina, l’Homme qui veut rompre avec cette spirale négative et qui annonce pour cela la création de l’IEM. L’ancien président de la Transition a ensuite fait un discours d’une quinzaine de minutes, revenant sur la situation du pays et les raisons profondes qui le poussent à créer cette initiative : le refus de baisser les bras, le devoir et la capacité de sortir la population malgache du sous-développement. Il a dressé un diagnostic sombre, mais a aussi présenté des axes de travail et insisté sur l’efficacité à venir de l’IEM. « S’il y a un vœu à formuler en ce jour, en cet endroit, dans ce Palais des Beaux Arts à Paris, c’est que l’avenir radieux de Madagascar soit inscrit comme sur un tableau qui illustre sa beauté rayonnante et promet au peuple malgache une fierté nouvelle ». C’est en cette phrase que l’homme fort de la Transition a exprimé son souhait de sortir la Grande Ile de la situation de pauvreté actuelle. En tout cas, pour la mise en œuvre de son IEM, Andry Rajoelina bénéficie du soutien de grandes firmes internationales présentes dans différents domaines.

« Road show ». Le Coordinateur général de l’IEM, Gérard Perceau a affirmé lors de cet évènement que ce qui a été organisé à Paris représente seulement le lancement de la démarche, mais Initiative pour l’Emergence de Madagascar ira par la suite à la rencontre de la population malgache. En effet, Andry Rajoelina fera le tour de Mada pour présenter son projet, mais aussi pour recueillir les propositions de tous les citoyens. Une première réunion de concertation sera d’ailleurs organisée incessamment à Antananarivo. Un « road show » dans divers pays, entre autres, aux Etats-Unis, en Asie, aux Émirats-Arabes-Unis et en Amérique latine est également prévu.

Soutien de David Douillet. C’est David Douillet, multiple médaillé d’or olympique et champion du monde de judo, ancien ministre des Sports français qui a entamé la série d’interventions. Il a clamé son amour pour Madagascar et son soutien total à l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar. En parlant d’Andry Rajoelina, David Douillet a notamment rappelé qu’un « Président, c’est avant tout, avoir trois qualités à la fois qui sont le charisme, la générosité et la fierté ».

Des personnalités, des experts nationaux et internationaux déjà engagés dans l’IEM. Après l’intervention du président Rajoelina, des intervenants nationaux et internationaux de haut niveau se sont succédé sur scène pour exposer des pistes de solutions, partager leurs expériences et exprimer leur soutien. Parmi eux figurait entre autres, Laurent Lamothe, ancien Premier ministre d’Haïti, une île qui partage des enjeux de développement similaires à ceux de Madagascar qui a notamment salué le sens du leadership dont dispose le président Andry Rajoelina ; Naina Andriantsitohaina, un des plus grands opérateurs privés de Madagascar qui est à la fois Président du Conseil d’Administration de la BMOI et président du Groupement des Entreprises de Madagascar, il a d’ailleurs plaidé pour la justice sociale ; Ruben Phoolchund, Directeur Afrique de l’International Trade Center qui est une branche de l’ONU et de l’OMC ; le président de l’association des producteurs indépendants solaire et photovoltaïque et non moins président de France Territoire Solaire (FTS) : Hadrien Clément Fromentel dont l’intervention technique a été très appréciée ; Hind Lahrichi, PDG de Pesca Group-Maroc ; le membre honoraire du Parlement français et non moins président de la Communauté des Communes Thelloise, Jean-François Mancel qui a martelé à quel point la Politique politicienne a détruit le peu qui restait à Madagascar ; ainsi que Zafar Jalil, Directeur du GE Stream Power System. Tous ont montré que l’émergence est possible et qu’ils sont prêts à aider Madagascar à travers cette initiative. En plus de ces intervenants, nombre de personnalités ont témoigné de leur soutien par leur présence; des personnalités politiques malgaches, plusieurs ambassadeurs en poste à Paris, des opérateurs privés français avec les sociétés Orange, Veolia General Electric, notamment, des journalistes et des invités venus de l’Europe, de la Chine, du Moyen-Orient, des Etats-Unis et d’Afrique.

Pragmatisme et efficacité. A l’image de ces interventions, l’IEM se voudra pragmatique et efficace. Elle apportera des idées phares, des projets d’envergure comme moteurs de croissance pour le développement des secteurs clés de l’économie, de l’épanouissement social, afin de traduire la vision d’Andry Rajoelina en action. Cette soirée a mis en lumière l’expertise technique, les soutiens de poids qui permettront de faire de cette initiative une réussite. Une première réunion de concertation se tiendra, prochainement à Tananarive.

Dossier réalisé par Davis R

Midi Madagasikara394 partages

« Rap gasy unity » : Un évènement sous le signe de la solidarité !

Quelques- uns des rappeurs ayant répondu présents au « Rap gasy unity », au « Kianjan’ny kanto » Mahamasina samedi dernier.

Près de 800 artistes du milieu hip hop et du rap au rendez-vous lors de la grand-messe au « Kianjan’ny kanto » Mahamasina, samedi dernier. Une première très réussie pour les organisateurs qui ne s’attendaient pas à tant d’affluence et d’engouement.

On disait de ces amoureux et acteurs de la culture hip hop, particulièrement du rap, désunis. Samedi dernier, ils ont prouvé qu’ils sont solidaires et qu’ils sont prêts à se soutenir pour faire avancer leur communauté. Pour preuve, la présence massive d’artistes issus du milieu, à la grand-messe des rappeurs au « Kianjan’ny kanto » Mahamasina. Effectivement, près de 800 personnes ont répondu présents à l’évènement baptisé « Rap gasy unity ». Pendant cette journée exceptionnelle qui leur était dédiée, les artistes se sont ainsi relayés, les premières à la génération actuelle, les puristes comme ceux qui ont choisi des voies plus commerciales et de faire de leur rythme de prédilection, des genres plus actuels comme le trap. Outre les différentes prestations, les participants ont également saisi l’occasion pour partager et échanger leurs points de vue. Selon Tanjona Andriamahaly, responsable de l’évènement, « Rap gasy unity » est une grande réussite. « On ne s’attendait pas à ce que l’évènement réunisse autant de monde. Bien sûr, nous avons convié tous les acteurs du milieu, les rappeurs comme les Mc mais vu les divergences d’opinion et les relations parfois compliquées entre les différentes générations, on était dans le doute mais au final, ce fut un grand moment de communion et de partage. On espère que ça va continuer dans ce sens et que les rappeurs feront toujours montre de tolérance et de solidarité ». Mahetsaka

Midi Madagasikara246 partages

Marc Ravalomanana : « Branchement illicite dans sa résidence d’Andranomanelatra », selon la Jirama

La Jirama a déposé le 3 novembre 2017 une plainte auprès du parquet d’Antsirabe contre Marc Ravalomanana pour « vol d’énergie électrique ».

La société d’Etat se base sur le décret n°2016-1307 du 26 octobre 2016 portant contrôle et répression des pratiques frauduleuses de vol d’énergie électrique qui dispose en son article 3 alinéa 3.5 que : « Toute distribution d’énergie électrique par un client à des tiers ou à des immeubles en dehors des limites soit de la demeure ; soit du domicile du client, ou de l’immeuble lui appartenant sans autorisation écrite de l’exploitant ».

Dispositifs. La Jirama avait de fortes suspicions de vol d’électricité suite à la requête déposée par Marc Ravalomanana pour le rétablissement de la fourniture d’électricité de sa résidence après la suspension des activités de la société AAA. Pour en avoir le cœur net, la Jirama a dépêché des agents – accompagnés d’un huissier – lors de la récente réquisition de l’OMC sur la vérification des scellés le 24 janvier dernier. Quand bien même ils n’auraient pas eu accès à la résidence de l’ancien président, les agents de la Jirama ont décelé à travers les installations de la société AAA les dispositifs qui ont servi à alimenter en électricité ladite résidence.

Conduite souterraine. Selon le rapport de la Jirama qui confirme l’existence de branchement illicite, « l’huissier de justice a dûment constaté l’enfouissement d’un câble venant de la société AAA vers la résidence. Le câble électrique sortant de la cour a été fixé au mur et entre dans un boîtier qui constitue l’arrivée de la source d’alimentation électrique. Sur place, ils ont découvert également un groupe électrogène d’une puissance de 500 KVA. Trois câbles de puissance (visibles de l’extérieur) sortant du groupe électrogène et entrant vers l’usine et branchés sur un disjoncteur triphasé commandant l’alimentation de la conduite souterraine vers le logement ont été mis à jour ».

5,5 milliards Ar. Cela prouve que le groupe électrogène est seulement un groupe de secours qui alimente l’usine et le logement en même temps en cas de coupure d’énergie fournie par la Jirama. Une constatation confirmée par l’officier de sécurité de la société AAA. « Le vol d’électricité constitue un délit passible de peines d’emprisonnement et d’amende », rappelle la société d’Etat pour qui les raccordements illicites sont l’une des causes des difficultés rencontrées par la société d’Etat. Sans parler des factures impayées, comme celles de Tiko qui doit encore la somme de 5,5 milliards d’Ar. à la Jirama qui entend lutter contre tout vol d’électricité. Sans distinction de quelque sorte que ce soit.

Recueillis par R. O

Midi Madagasikara217 partages

Olivier Mahafaly Solonandrasana : 68 conseillers techniques et chargés de mission

Mahafaly Solonandrasana Olivier, un Premier ministre « bien et beaucoup » conseillé, mais une Administration totalement délabrée.

Le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana emploie actuellement 68 conseillers techniques (CT) et chargés de mission (CM), toutes catégories confondues. Et il ne s’agit guère d’une désinformation. Le journal officiel en date du 10 juillet 2017 cite tous les décrets de nomination de ces 68 CT et CM qui, en principe, devraient stricto sensu conseiller le Premier ministre à bon escient. Parmi eux figurent des politiciens, des administrateurs civils et des journalistes. Nous mentionnons par exemple, Vaovao Benjamin, Zafinandro Armand, Jean, Ranaivomanana Bertrand, Mahazaka Clermont, Mounibou Patrick. Mais ils ne sont pas les seuls. Quelques éléments de la grande muette font partie de « l’équipe solide ». Il s’agit, en l’occurrence, du Général de Division Randriamahavalisoa Razafindramaitso Gérard, du Contre-Amiral Randriantsoa Michel, du Colonel Bemamy Bemananjary, du Colonel Andrianarisoa Rivo Hery et du Lieutenant-Colonel Rasehenosoa Raymond Patricia.

Bilan raté. Les débats sont alors ouverts. Comment se fait-il que le Premier ministre engage 68 CT et CM et que le pays soit toujours en détresse ? Fait-il preuve d’une incompétence flagrante dans tout ce qu’il entreprend qu’il doit absolument recourir aux « précieux conseils » de ces CT et CM ? Une question dont les réponses sont à trouver ou à constater à travers le bilan très négatif du gouvernement et de son chef ; un gouvernement qui a raté tous ses combats pour ne citer que l’instauration d’un Etat de droit, les luttes contre la corruption et l’insécurité, ou encore l’inflation.

Complaisance. Par ailleurs, tout porte à croire que derrière la nomination de ces CT et de ces CM se cache une certaine complaisance, une sorte de trafic d’influence, de copinage. En effet, outre les personnes « qualifiées » et « chevronnées » – au propre comme au figuré – la plupart des membres du Conseil de la Primature sont constitués  par des personnes relativement jeunes et de sexe féminin. De surcroît, sur les 68 CT et CM, y a-t-il des voix prépondérantes auxquelles le Premier ministre accorde plus d’importances dans ses prises de décisions ? Une autre question ouverte.

1,2 milliard d’Ariary. Un autre point suscitant l’indignation. C’est le fait que tous ces CT et CM jouissent, et des rémunérations, et des avantages. D’après nos sources, ils bénéficient d’une indemnité compensatrice de carburants et de crédits téléphoniques. En tout, un CT permanent perçoit – selon toujours notre source – dans les trois millions d’Ariary et la moitié pour les non-permanents. En général, la Primature dépense 1,02 milliard pour les CT et les CM. Une somme exorbitante, des deniers publics au service de particuliers, laissant le pays dans la misère et dans ce profond désenchantement.

Démission. Actuellement, des rumeurs sur la démission d’Olivier Mahafaly Solonandrasana circulent. Du côté de Mahazoarivo, on affirme que « ce dernier n’a aucune intention de le faire, ni lui ni son gouvernement ». Une autre source nous a confiés que « ces rumeurs émanent de certains barons du HVM pour produire une affaire Ravelonarivo bis ». Avec un bilan loin d’être positif, marqué par des séries d’insuccès et d’infertilité, ou encore de non-respect de la Constitution à travers la transgression du principe de la neutralité de l’Administration – et la liste est loin d’exhaustive – une démission est parfaitement la bienvenue, même si cela n’est pas très « réjouissant » pour Mahafaly Solonandrasana Olivier…

Aina Bovel

News Mada193 partages

Andry Rajoelina : « je veux redonner l’espoir »

Très attendu par la population après des années de silence, l’ancien Chef de la Transition, Andry Rajoelina, a officialisé vendredi dernier à Paris son plan « Initiative pour l’émergence de Madagascar ». L’enthousiasme a été au rendez-vous.

«Les Malgaches se trouvent actuellement dans le désarroi, et même pour beaucoup dans un désespoir total. Nombreux ne croient plus en l’avenir, encore moins à une quelconque amélioration de leurs conditions de vie. Je veux leur redonner l’espoir ». Cette phrase d’Andry Rajoelina, durant son discours au Palais des Beaux-Arts à Paris, résume la situation sociopolitique dans laquelle le pays se trouve actuellement, et les attentes de la population après cinq années d’espoir déçu suite aux élections de 2013.

L’ancien Président de la Transition estime désormais qu’il est de temps de prendre

le taureau par les cornes. « Je veux leur redonner foi en l’avenir, un avenir meilleur, un avenir synonyme de progrès (…)», a-t-il d’ailleurs plaidé. Intervenant à cette occasion, Jean-François Mancel, membre honoraire du Parlement français, a indiqué à quel point la politique politicienne a détruit  le peu qui restait à Madagascar. Selon lui, « Il (Andry Rajoelina) est le seul capable aujourd’hui de redonner espérance au peuple malgache ». Très optimiste quant à l’avenir du pays,  l’ancien locataire d’Iavoloha a  martelé qu’ « Il n’y a pire défaite que de penser qu’il n’y a plus de solution ».

Accumulation de retards

En effet, comme l’a fait savoir l’ancien homme fort de la Transition, depuis ces cinq dernières décennies, les Malgaches ont espéré et cherché la lumière pour Madagascar. Cependant, « Cette lumière restait peu visible dans le brouillard, mais elle s’est éclipsée dans l’obscurité durant ces dernières années, car effectivement, le peuple est sans repère ». A travers un discours d’une quinzaine de minutes, rassembleur et plein d’ambitions, Andry Rajoelina a mis les bases de son projet auprès de ses compatriotes. Il a d’ailleurs soutenu qu’« Il est temps d’ouvrir la porte de l’émergence économique et sociale comme objectif unique, pour le bien-être de la population ».

Car l’objectif c’est de rattraper le retard de développement. C’est d’ailleurs la raison principale de la fondation de l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM). Une plateforme de concertation, réunissant des experts nationaux et internationaux, des partenaires stratégiques et financiers, des fonds d’investissement, et des personnalités engagées, ainsi que de toutes les personnes de bonne volonté qui se concertent  en vue d’apporter des solutions aux maux qui minent le pays. En dépit des richesses dont le pays dispose, les retards accumulés, que ce soit sur le plan économique ou social, au niveau régional et continental, sont de plus en plus flagrants.

Acquis

Aussi paradoxal que cela puisse paraître d’ailleurs, durant la période de la Transition, lorsque Andry Rajoelina était à la tête du pays, il a pu démontrer que malgré l’absence de financement de la part des bailleurs de fonds traditionnels, il est possible de s’en sortir malgré un contexte politique et économique particulièrement difficile, sur le plan national et international. Et pour cause, « Nous avons démontré qu’avec une volonté réelle, du travail, nous pouvons bâtir, construire et réaliser de grands projets sociaux », a-t-il  souligné. A ce titre, il est indispensable de souligner  la  construction d’hôpitaux répondant aux normes internationales dans les six chefs-lieux de province, des stades et infrastructures sportives

et culturelles, des bâtiments publics prestigieux tels que des Hôtels de Ville, des Cités universitaires ou encore des logements sociaux pour les familles de milieux modestes. Sans oublier que le régime a pu assurer une gestion saine des finances publiques.

« J’ai parcouru les 4 coins du globe à travers des réunions et des conseils stratégiques d’évaluation. De conférences en forums en passant par d’innombrables visites, j’ai exploré les solutions concrètes pour notre Grand île. Et c’est dans cette perspective que j’ai travaillé ardemment durant ces quatre années. Car apporter, et proposer une solution pour Madagascar est un devoir », a-t-il ajouté.

J.P

Midi Madagasikara157 partages

Oniversiten’i Fianarantsoa : Lehilahy lehibe fotsy volo, voalaza fa saika hangalatra « disktop », matin...

Rangahy iray mananika ny 58 taona no matin’ny fitsaram-bahoaka, tao amin’ny faritry ny oniversiten’ Andrainjato Fianarantsoa, ny asabotsy teo. Raha ny tati-baovao voaray, dia saika hangalatra « disktop » ana mpianatra iray ity lehilahy lehibe efa fotsy volo ity no tra-tehaka, ka notontana  vatobe teo amin’ny lohany rehefa avy nodarohana. Maty noho ny ratra mafy nahazo azy vokatry ny fahaverezan-drà ity raim-pianakaviana ity. Na dia nifona mafy nandohalika ity rangahy namoy ny ainy, ary nilaza fa tsy hamerin-keloka intsony, dia tsy nananan’ilay tovolahy mpianatra indrafo mihitsy, fa novonoiny teo imasom-bahoaka. Ireo nanatri-maso an’ity vono olona nahatsiravina ity kosa, dia tsy nisy nandrara an’ilay mpamono. Ny sasany tamin’ireo mpitazana moa dia somotroka mafy naka sary sy nanao “selfie” ary nanaparitaka ny zava-nisy nitranga tany amin’ny “facebook”. Samy nanameloka an’ity vono olona niniana natao ity avokoa ny ankamaroan’ny olona, ary manaitra ny mpitandro filaminana mba hisambotra tsy misy hatak’andro an’io mpianatry ny oniversite namono olona.

Eric Manitrisa

Ino Vaovao143 partages

DISTRIKAN’IKONGO : Nivadika vokatry ny ranobe ny lakana, olona iray namoy ny ainy

Araka ny angom-baovao voaray dia  tokony ho tamin’ny efatra ora hariva tany ho any no rendrika io lakana io noho ny fiakaran’ny rano. Marihana fa renirano efa fiampitan’ny mponina mivezivezy eo an-tanàna ity nitrangan-doza ity saingy rehefa avy ny orana dia atahorana mafy ny fampiasana azy. 

Manaporofo izany indray ity tranga ity raha toa ka nisy nampandre ny Zandary tao amin’ny Borigadin’Ikongo fa olona atao hoe Velotia no hita faty  tao vokatry ny fiampitana tamin’ilay renirano. Avy hatrany dia natolotra ny fianakaviany ny razana rehefa avy natao fitsirihana sy fitiliana nokarakarain’ny zandary sy ny dokotera.

Tatianà R.

Midi Madagasikara78 partages

Paludisme : Près de 14 millions de moustiquaires imprégnées d’insecticide à distribuer

Pour se protéger du paludisme, il est indiqué de dormir toutes les nuits sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide et ce, toute l’année.

Le « palu » a fait 310 morts en 2017 à Madagascar, si en 2015, année d’une grande recrudescence de cette maladie, le nombre de décès s’élève à 866. Le taux de mortalité n’a, toutefois, pas cessé de diminuer depuis 2012.

 Depuis le début de l’année 2018, quelque 26 personnes sont mortes du paludisme dans la Grande Ile. Ces décès ont été localisés dans les districts du Nord d’Antananarivo (un cas unique importé), à Fenoarivobe, à Tsiroanomandidy, à Ihosy, à Amparafaravola et à Ambatondrazaka. En 2015, sur toute l’année, le nombre de décès s’élève à 866. Cette année-là, le paludisme a fait des ravages dans plusieurs points particulièrement « chauds », notamment dans la partie Sud de l’île où il est arrivé aux équipes médicales envoyées sur place de constater après avoir procédé aux tests de diagnostic rapide, que la population entière d’un « fokontany » était malade du paludisme. Cette recrudescence a, cependant, fini par se calmer. En 2016, la mortalité était réduite de moitié (443 décès), si en 2017, une hausse des cas de paludisme a été observée dans quelques régions enclavées. La mortalité a, cependant, été globalement décroissante depuis 2012. « Madagascar est maintenant entrée dans la phase d’élimination progressive du paludisme. Une pré-élimination qui s’amorce par la mise en œuvre d’un plan stratégique bien précis », a affirmé, le week-end dernier, le directeur de la lutte contre le paludisme, le Pr Arsène Ratsimbasoa, en marge de la réunion de plaidoyer sur le paludisme au Centre national de lutte contre le paludisme à Androhibe, et à laquelle ont participé, entre autres, les directeurs régionaux de la Santé.

MID. La distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide et l’aspersion d’insecticides à l’intérieur des habitations sont les principaux moyens de prévention du paludisme mis en œuvre à Madagascar. Ces deux activités figurent ainsi en bonne place dans le nouveau plan stratégique national de lutte contre le paludisme, lequel couvrira la période 2018-2022. Plus de 21 millions de personnes sont alors ciblées par la prochaine campagne nationale de distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide à effet durable (MID) qui sera réalisée cette année. Rappelons que la dernière campagne date de 2015.

Ces MID permettront de protéger les individus des piqûres de moustiques, à l’origine du paludisme et ce, sur une période pouvant aller jusqu’à trois ans, durée de vie des moustiquaires, du moins dans l’usage indiqué du dispositif. L’objectif est de protéger au moins 85% des populations des zones ciblées. Les moustiquaires usagées, quant à elles, pourront être recyclées en les réutilisant comme rideaux, ou encore en faire des rembourrages, et en aucun cas, comme filets de pêche, indiquent les techniciens de la direction de la lutte contre le paludisme (DLP), les moustiquaires pouvant encore dégager des résidus d’insecticides.

Traçabilité et détournement. La campagne de 2018 qui démarrera au mois d’août, permettra de distribuer plus de 13,8 millions de MID à travers 7094 sites de distribution, pour atteindre plus de 18500 « fokontany ». Cette campagne de distribution de MID, financée par l’USAID et le « Global Fund », concernera 106 districts sanitaires sur 113. Les seuls districts à ne pas être concernés sont les districts d’Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Avaradrano et Atsimondrano, Manjakandriana, Mahajanga I, Antsiranana I et enfin, Antsirabe I et II. Parmi ces districts, ceux situés sur les Hautes Terres centrales et particulièrement les districts d’Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Avaradrano et Antananarivo Atsimondrano se trouvent actuellement au stade de pré-élimination du paludisme. Afin de maximiser l’efficacité de cette campagne MID, la traçabilité de chaque unité de moustiquaire, ainsi que l’effectivité de leur utilisation par tous les membres de chaque famille bénéficiaire, une série de mesures visant à éviter les détournements des MID, ou encore le mauvais usage de ce dispositif de protection par les bénéficiaires, seront prises, assure la DLP.

CAID. L’autre action de prévention à réaliser est la campagne d’aspersion intra-domiciliaire (CAID). Dans le cadre de la célébration de la journée mondiale du paludisme (25 avril) qui se tiendra à Antananarivo Renivohitra, la direction de la lutte contre le paludisme au sein du ministère de la Santé publique prévoit de procéder à ces aspersions intra-domiciliaires dans les districts d’Antananarivo Avaradrano, Atsimondrano, Ambohidratrimo, Andramasina et Manjakandriana, ainsi que d’autres actions, notamment la distribution de MID dans les districts d’Ankazobe, Anjozorobe, Andramasina et d’Ambohidratrimo), sans oublier l’administration de médicaments aux femmes enceintes en prévention du paludisme et le dépistage et la prise en charge du paludisme dans toutes les formations sanitaires de tous districts.

Hanitra R.

Tia Tanindranaza72 partages

Kandida ho filoham-pirenenaTsy ho latsaky ny 15 isa…

Hatreto aloha, efa mihoatra ny 15 ireo heno fa hilatsaka ho fidiana filoham-pirenena amin’ity taona ity.

 

Sesilany tato ho ato ny fangatahan’ny avy eo anivon’ny antoko Hery vaovao ho an’i Madagasikara ny filatsahan’ny filoha mpanorina ny antoko, Hery Rajaonarimampianina. Na tsy mbola nahenoana valin-teny mikasika izany aza ity filoham-pirenena ity dia efa nilaza ny HVM fa hanana kandida. Anisan’ny kandida goavana efa nilaza ny filatsahany kosa ny filoha teo aloha, Marc Ravalomanana. Ho heno ato ho ato ny filohan’ny tetezamita teo aloha, Andry Rajoelina. Efa mazava fa hilatsaka  ny filoha mpanorina ny antoko GFFM, André Christian Dieudonné na ny pasitera Mailhol. Nanamafy koa ny sabotsy teo ny avy eo anivon’ny vovonana iraisan’antoko politika maro Armada fa hanana kandida tokana. Azo tombanana ihany koa anefa hoe raha tsy mifanaraka amin’ny ora farany ny avy eo anivon’ity vovonana mpanohitra ny fitondrana ity dia hiteraka kandida maromaro koa. Vovonana malaza efa niteny fa handray anjara ihany koa moa ny DFP (Dinika ho amin’ny Fanavotam-Pirenena) teo aloha izay efa niova Dingana ho amin’ny Fampandrosoam-Pirenena. Ireo antoko heverina ho matanjaka sy natsangan’ireo mpitondra teo aloha toy ny Arema sy Leader fanilo ary UNDD moa dia efa samy nanambara fa vonona handray anjara. Toy izany koa ny antoko Monima tarihin’ny praiminisitra teo aloha, Monja Roindefo. Praiminisitra teo aloha efa heno ho mivonona hifaninana koa ny praiminisitra faharoa tao anatin’izao fitondrana izao, Jean Ravelonarivo sy ny praiminisitry ny tetezamita farany teo, Jean Omer Beriziky. Andriambavilanitra miisa 2 mitantana fikambanana sosialy ihany koa ankehitriny no efa heno ho mihetsiketsika sy miomana. Ireo mpandraharaha malaza ho be vola indrindra, toa an-dry Orlando Raobimanana sy Ny Rado Rafalimanana moa dia efa hita ho nanomboka naha be resaka ny mpanara-baovao ihany na tsy nilaza tamin’ny fomba ofisialy aza. Efa heno ihany koa ilay mpandraharaha, Bruno Ravelonanosy. Niteraka fihetseham-po maro, toy ny hafaliana, fahasorenana, nefa mety nahatsikaiky ny maro ihany koa anefa ny fahenoana ireo nalaza ho mpaminany nanana raharaha manahirana teo anivon’ny fitsarana tato ho ato toy ny Apostoly Tsaratsara sy Marc Tatandraza ary ilay mpiketrika ctic ctac dou, Cohen Rivolala.

J. Mirija

 

Midi Madagasikara65 partages

Carburants : Vers une hausse des prix à la pompe

En France, les prix des carburants ont fortement augmenté. En raison notamment d’une forte augmentation des taxes sur les carburants, surtout le diesel. Avec l’approche de la fin du mois de janvier, les prix à la pompe risquent de suivre la même tendance haussière à Madagascar. Et ce, pour la même raison, puisque comme on le sait, le gouvernement malgache a aussi décidé dans la loi de finances 2018 d’augmenter les taux des taxes sur les produits pétroliers (TPP). A cela s’ajoute également la dégringolade de l’ariary sur le marché interbancaire des devises. On rappelle que le mois dernier, il n’y a pas eu de changement de prix car le gouvernement a estimé que les pétroliers perçoivent des super bénéfices. Un bras de fer s’est par la suite engagé entre le gouvernement et les compagnies pétrolières. Il reste à savoir si les deux parties ont finalement trouvé un terrain d’entente.

R.Edmond.

Midi Madagasikara65 partages

Andohatapenaka : Un 4×4 a tué un enfant, le chauffeur s’est enfui

Samedi, un enfant de sept ans a trouvé la mort sur la route digue d’Andohatapenaka après avoir été percuté par une voiture. Malheureusement, la voiture qui a commis le fait n’a pas pu être identifiée. Pourtant, des témoins ont signifié qu’après avoir vu que sa victime était pétrifiée et inerte le conducteur de la voiture s’est enfui. Ce serait un délit de fuite purement et simplement. Mais le pire est d’entendre que, selon les dires des témoins qui étaient sur les lieux, la voiture en question serait celle d’une haute personnalité de l’Etat. A l’hôpital de l’HJRA, un journaliste a constaté que le corps de l’enfant décédé est toujours déposé à la morgue. Un membres de la famille de la victime est passé selon les témoignages du responsable du service pour s’informer de la situation ; mais le problème est que jusqu’à hier vers dix-sept heures personne n’est venue prendre soin du corps. Cette fois-ci, l’impunité va encore sévir quand il s’agit d’un acte commis par des intouchables. Alors que même le Président de la République et le Premier ministre ont insisté et répété à maintes reprises que dans ce pays ils souhaitent faire régner l’Etat de droit. D’ailleurs, ils ont crié haut et fort que personne ne doit défier l’autorité de l’Etat. Affaire à suivre.

TM

L'express de Madagascar55 partages

Sous votre charme, mon cher Prési

Jeudi à onze heures cinquante-cinq du côté d’Andohalo, c’est là que tout a basculé. Le ciel s’est tu aux sons des anges de Prési qui sifflotaient si fort que même les oiseaux se sont arrêtés. Tout d’un coup, tel Moïse qui ouvrit la mer Rouge à la force de Dieu, les voitures se mirent miraculeusement à ouvrir un chemin. Les mourants dans les ambulances et les femmes enceintes retenaient leur souffle ; femmes et enfants se sont mis à l’abri. Les plus téméraires sentaient trembler leurs genoux à la seule vue des armes que brandissaient les militaires qui guettaient le moindre geste brusque.Un, deux, trois, quatre…on pensait finir de compter les motards qui annonçaient un miracle. Mais il y en avait encore. On attendait, les yeux rivés sur la scène, la valse des séraphins. Après les motards, on comptait : un, deux, trois, quatre voitures ouvreuses mais cela n’en finissait pas non plus ! Avec la douce musique de sirènes, accentuée par les magnifiques cris stridents des sifflets, les plus pressés avaient compris qu’il serait plus sage de couper le moteur et de profiter de l’instant. Carpe diem ! Car de toutes les manières, on n’y pouvait strictement rien.Les minutes semblaient durer des heures puis en une fraction la merveille se produit : Prési est passé ! Comme un ange que personne ne peut voir mais que tout le monde espère et imagine, vous nous avez fait l’honneur d’être, pour quelques secondes, si près de nous. Après presque quarante minutes d’attente sous la chaleur de midi, on pouvait presque entendre les soupirs de soulagement venant de chaque personne dans cette longue, très longue file de voitures qui attendaient votre furtive traversée.Quelle femme normale ne serait pas sous le charme ? Un seul homme se déplace et une cinquantaine d’autres se mobilisent pour son passage. Une vingtaine le précède, vingt autres se postent armés jusqu’aux dents dans la rue et une bonne dizaine le suit. Quelle virilité ! Zeus lui-même ne saurait mériter tant d’honneur. Toutes auraient voulu être là, à ce moment précis, pour sentir à quel point notre peau cuisait au soleil, comment on pouvait étouffer sous la chaleur dans la voiture. Un sauna fait un peu par forcing car des qu’on essayait d’ouvrir la porte pour ne pas être trop en chaleur à votre passage, le policier nous fixait avec une tête qui ne rigolait pas.Mais peu importe, nous avons eu la joie, le bonheur d’avoir frôlé du regard la vitre fumée de votre voiture. D’autant plus que le spectacle ne s’est pas arrêté là. Après vous, le déluge de motards et autres grosses voitures a continué. Eh oui, après l’homme fort, les hommes moins forts s’emparent de l’asphalte. Cela nous a pris une autre demi-heure. Mais ne vous en faites pas mon cher Prési, leur valse n’est point comme la vôtre.Un seul homme passe, et tout est asphyxié.

par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara54 partages

Présidentielle : Candidat unique pour l’ARMADA

La cérémonie de présentation de vœux des partisans du « Malagasy Miara-Miainga » s’est déroulée samedi dernier au siège du parti à Ankerana. Une occasion pour le président national du MMM, Hajo Andrianainarivelo de faire le bilan des quatre années de pouvoir de Hery Rajaonarimampianina. « Un bilan négatif, engendré par la mauvaise gouvernance, la corruption et le non-respect de la Constitution et des textes de loi en vigueur ». Il a cité comme exemple le refus du régime de se conformer à la Loi fondamentale, à propos notamment de la disposition relative à la mise en place de la Haute Cour de Justice, un an après l’investiture du président. « Quid également de la place du 7e vice-président réservée pour l’opposition au Bureau permanent de l’Assemblée nationale » ? Faut-il rappeler que le MMM s’est déclaré opposition officielle au régime HVM depuis novembre 2016. L’ancien vice-Premier ministre dénonce également le comportement des tenants du pouvoir qui font la sourde oreille et refusent le dialogue. Une attitude qui risquerait de provoquer des troubles postélectorales. Questionné sur sa candidature à l’élection présidentielle, Hajo Andrianainarivelo a déclaré que le « Malagasy Miara-Miainga » va soutenir le candidat de l’Alliance Républicaine de Madagascar (ARMADA). Ce groupement politique prévoit en effet de présenter un candidat unique. Un accord dans ce sens aurait déjà été trouvé entre le MAPAR, le MMM, le Liaraike, le Parti Vert, le Hiaraka Isika et le AVANA. Certainement, l’ancien président de la Transition, Andry Rajoelina qui a présenté à Paris vendredi soir son projet « Initiative pour l’Emergence de Madagascar » sera le porte-fanion de l’ARMADA pour la course à la Magistrature suprême.

Davis R

Tia Tanindranaza52 partages

Fifidianana 2018Hanolotra kandida tokana ny « Grand Sud »

Manomboka mifoha tsikelikely sy manomana ny paikadiny ireo antoko sy mpanao politika mihevitra ny handray anjara amin’ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny taona 2018.

 

Hiezaka ny hifanatona sy hitady izay marimaritra iraisana ny avy amin’ny « Grand Sud » na iny faritra Atsimon’i Madagasikara manontolo iny. Tsy misy ny zavatra efa tapaka, saingy re fa mikatsaka ny hanolotra kandida tokana izy ireo. Ny avy ao Fianarantsoa sy ny manodidina azy aloha no hihaona sy hiady hevitra ny volana febroary izao, raha ny loharanom-baovao. Re fa hifanatona sy hampitovy tadin-dokanga ireo sokajiana ho mpanao politika vaventy avy any an-toerana toa an-dry Tantely Andrianarivo (praiminisitra teo aloha), Jean Ravelonarivo (praimininisitra teo aloha), Randriampionona Joseph Martin na Dadafara (Kandida filoha tamin’ny 2013, minisitra teo aloha), Hiary Andrianarivo (Filoha lefitry ny antenimieram-pirenena), Michel Razafindrandriatsimaniry (Solombavambahoaka teo aloha, ambasadaoro tamin’ny andron-dRavalomanana), Rakoto Jean Pierre (Kandida filoha tamin’ny 2013) … Mihevitra ny hamoaka anaran’olona iray hifaninana ho kandida izy ireo. Hisy avy eo ny fandresen-dahatra ny avy any Toliara avy eo, ka mety handeha ny fifidianana savaronanando na fomba hafa raha toa ka manana olona heverina hatolotra ihany koa ny an-daniny. Ny zava-misy ihany koa anefa, dia tsy dia rototra sy tsy te hiditra amin’izany ireo efa ao anaty fitondrana izay hiezaka mafy hampandany ny kandidan’ny HVM. Ireo no tena olana goavana ao anatin’ity tanjona iombonana ity. Somary olana ihany koa ny avy amin’ireo sokajiana ho mpanohitra sasany, izay efa miaraka amina vondron’antoko ARMADA (Alliance Républicaine de Madagascar), ahitana an-dry Camille Vitale, Hajo Andrianainarivelo, Jean Louis Robinson, izay efa niomana ny hanolotra kandida tokana. Eo ihany koa ireo heverina fa efa zatra sy efa niomana ny handeha irery, toa an-dry Monja Roindefo. Tsy hay na hahomby ity fikatsahana hanolotra kandida tokana avy amin’ny ilany atsimon’i Madagasikara iray manontolo ity na hitsefotra.

Toky R

 

Midi Madagasikara42 partages

Douanes ; La modernisation se poursuit avec le nouveau système « Sydonia World »

La croissance du volume du commerce international nécessite un système de dédouanement plus moderne.

Mis en application le 15 janvier dernier, le « Sydonia World », le nouveau logiciel utilisé dans le système de dédouanement a été officiellement lancé à Majunga, le 26 janvier dernier lors de la célébration de la Journée Internationale des Douanes.

Le processus de modernisation de l’administration douanière malgache se poursuit. Après Sydonia ++, les douanes malgaches changent de logiciel et passent à « Sydonia Word » qui s’applique dorénavant pour toutes les opérations de dédouanement.

Standards. Plus évoluée et plus améliorée que la précédente, la version « Sydonia World » se base sur les nouvelles technologies de l’Internet, suivant les standards définis par les organisations internationales comme ISO, ONU, OMC et OMD. « Ce nouveau système apporte certaines améliorations par rapport aux lacunes et autres insuffisances constatées dans la dernière version Sydonia++ » selon les explications fournies par l’administration douanière qui précise que « le dispositif permet de garantir la traçabilité des opérations de dédouanement ». Ainsi, l’application offre le suivi dans le temps et dans l’espace, et permet de respecter les objectifs en termes de délai de dédouanement. Et ce, en simplifiant encore davantage les différentes étapes de dédouanement comme l’enregistrement du manifeste, la liquidation d’une déclaration, le paiement via le guichet unique, le bon de sortie par le transitaire, ainsi que l’introduction des principes régissant la constatation de sortie. En tout cas, cette initiative de la Direction Générale des Douanes marque un nouveau pas dans son objectif de modernisation et de professionnalisme. Cela rejoint les démarches de dématérialisation des procédures douanières. En tout cas, ce système a le mérite de faciliter et de sécuriser encore plus les opérations de dédouanement. Et ce, dans la mesure où les opérations se font totalement d’une manière dématérialisée.

Essor. Pour en revenir, à la Journée Internationale des  Douanes, elle a été célébrée en présence de la ministre des Finances et du Budget Vonintsalama Andriambololona. Avec comme slogan : « Un environnement commercial sûr au service du développement économique », la Journée était l’occasion de souligner l’importance du guichet unique et la participation des opérateurs dans le processus de modernisation. « L’essor du commerce international n’est pas une fin en soi mais plutôt un instrument par le biais duquel le développement économique peut être atteint. Nous devrions, par conséquent, nous efforcer de créer un environnement qui permette aux entreprises de participer pleinement au commerce, au bénéfice de tous ». a notamment déclaré Kuniyo Mikuriya le Secrétaire Général de l’Organisation Mondiale des Douanes, dans son message.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza37 partages

Groupe Vidy VarotraHanome ny tsara hatrany ho an’ny Malagasy

Ny sabotsy 27 janoary lasa teo no nisafidianan’ny vondron’orinasa Vidy Varotra izay misy ny Gazety Vidy Varotra, Job, Jejoo, Tia Tanindrazana sy ny onjampeo Top Radio 102.8 FM nifampiarahabana sy nifampirariana soa noho ny taom-baovao 2018.

  Orinasa Malagasy ana mpandraharaha Malagasy ary mitondra ny anjara birikiny amin’ny lafiny maro amin’ny fanabeazana sy fanampiana ny olom-pirenena mba tsy ho tompon-trano mihono amin’ny zava-misy eto Madagasikara. Manaitra sy manetsika ny rehetra ihany koa mba ho tompon’andraikitra fa tsy mpanara-drenirano fotsiny manoloana ny zavatra iainana eto. Feno 15 taona ny gazety Vidy varotra izay efa nitombo sy niampy gazety hafa ary hisy ny fankalazana manetriketrika izany amin’ity taona ity .Maro ny asa efa vita sy andraikitra efa noraisina, vavolombelon’ny tantaram-pirenena ny Gazety Tia Tanindrazana orinasa iray ao anatin’ny Groupe Vidy Varotra, mbola goavana koa anefa ny adidy miandry. Mivonona amin’ny fiatrehana izany ny orinasa , ny mpitantana sy ny mpiara-miasa rehetra ary manatsara hatrany ny zavatra atolotra ny mpamaky, maromaro ny fanovana hoentina ao anatin’izany. Asa sarotra kanefa mahafinaritra ny asa fanaovan-gazety satria fifampizarana sy fifanampiana no tena manjaka ao, fitaovana iray tena ilaina amin’ny fandrosoana ihany koa amin’ny alalan’ny fahalalahana haneho hevitra ao anatin’ny fifanajana sy ny fanajana ny lalàna.

Tia Tanindrazana

Midi Madagasikara37 partages

Travail au Koweït : Deux jeunes femmes et deux passeurs arrêtés

Alors que l’Etat malgache a déjà interdit l’envoi de femmes pour travailler dans quelques pays où le respect des Droits de l’Homme est jugé incertain, des personnes prennent encore le risque d’enfreindre cette disposition. Samedi 27 janvier, quatre individus dont deux femmes ont été déférés au Parquet du Tribunal de Première instance d’Antananarivo pour complicité de tentative d’émigration illicite au Koweït. Selon les informations, le Service spécialisé des enquêtes spécialisées (SCES) de la Police nationale à Anosy les a appréhendés suite à une dénonciation faite par une personne de bonne volonté. Cette dernière l’a informé que la personne qui est mouillée dans cette affaire réside à Andohanimandroseza. Descendant sur place, les enquêteurs du SCES sont tombés sur la bonne porte. Ils ont pu surprendre le suspect ainsi que deux jeunes femmes. Depuis, la suspicion se confirme dans la mesure où l’enquête préliminaire a permis de savoir que ces femmes sont toutes venues de la régionSAVA. Après enquête de la police, le suspect a dénoncé une femme et un homme à Ambohitrimanjaka. La perquisition des lieux a permis de saisir 31 passeports, quelques certificats de moralité, des copies d’acte de naissance, des certificats médicaux et tant d’autres documents. Pourtant, ce sont tous des faux. Ainsi les deux complices ont été arrêtés. Mais l’enquête a révélé que la femme du suspect d’Ambohitrimanjaka est également impliquée dans l’affaire, voire le cerveau. C’est pourquoi la police s’attelle à sa traque. Toujours selon les informations, ces trafiquants d’êtres humains s’enrichissent dans cette affaire. Le suspect d’Andohanimandroseza a avoué qu’il touche 2.400.000 ariary pour l’expédition d’une femme. Il perçoit cette somme parce qu’il se charge du recrutement des candidates, de leur hébergement à Antananarivo, de la préparation des paperasses pour l’obtention des passeports et enfin de leur expédition comme une marchandise. Cette histoire corroborerait la décision prise par la Police nationale de mettre en place le Service de Justification des voyages au sein de la Direction de contrôle des frontières et des migrations.

T.M

Midi Madagasikara35 partages

Chine-Madagascar : Une croissance de 20% du volume des échanges en 2017

La Rocade Estd’Antananarivo fait partie des infrastructures réalisées avec la coopération chinoise.

La Chine reste le premier partenaire commercial bilatéral, la première source d’importation de Madagascar et la 4e destination des exportations malgaches.

2017 aura été une année faste pour la coopération entre Madagascar et la Chine. Sur le plan politique, la visite officielle du président malgache Hery Rajaonarimampianina, en Chine a été sans conteste l’événement le plus marquant. Xi Jimping et Hery Rajaonarimampianina sont parvenus, lors de leur rencontre à Beijing, à une série de consensus importants sur l’établissement du partenariat de coopération globale et le renforcement de la coopération gagnant-gagnant, entre les deux pays. Les statistiques données par l’ambassadeur de Chine à Madagascar SEMme Yang Xiaorong lors du forum des médias qui s’est tenu vendredi dernier, à l’Ambassade de Chine à Nanisana, parlent d’elles-mêmes.

Croissance importante. En tout cas, ces dernières années, les relations économiques entre Madagascar et la Chine ont connu une croissance importante ces dernières années. « Des fruits abondants » pour reprendre les termes mêmes de Yang Xiaorong. Ainsi, de janvier à décembre 2017, les échanges commerciaux ont connu une croissance durable et stable. Le montant total des échanges bilatéraux a atteint 931 millions d’USD, représentant 14,4% du total du commerce extérieur malgache, avec une augmentation de 20,58% comparée à la même période de l’année précédente. Cette croissance a été rendue possible grâce aux efforts consentis par les parties chinoise et malgache. La partie chinoise notamment a décidé d’appliquer depuis 2015, le tarif douanier zéro pour 97% des marchandises en provenance de Madagascar exportées vers la Chine. En matière d’investissements directs étrangers, les entreprises chinoises sont de plus en plus présentes à Madagascar. Plus particulièrement dans trois secteurs clés que sont l’agriculture, les infrastructures, et le textile. Et ce, avec des investissements créateurs d’emplois, d’une valeur respective de 7,10 millions USD, en 2016 et de 4,48 millions USD de janvier à septembre 2017.

Projets structurants. En ce qui concerne les aides publiques au développement, en 45 années de coopération, la Chine totalise trois milliards de yuans RMB en faveur de différents projets. Et les aides continuent actuellement d’affluer avec des projets structurants comme la route des œufs reliant une zone de production d’œufs et Mahitsy, le projet d’accès à la télévision par satellite à des centaines de villages et le projet d’extension et d’aménagement de la voie rapide reliant le Port de Toamasina et la RN2.

Cadre global. A noter que les relations économiques entre la Grande Ile et l’Empire du Milieu entre dans le cadre global de la coopération Chine – Afrique. En effet, en décembre 2015, le sommet de Johannesburg du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC/FCSA) s’est tenu en Afrique du Sud où le président chinois Xi Jinping a promis un soutien financier de 60 milliards de dollars US en faveur des pays africains, destinés à financer dix programmes de coopération sino-africaine, à savoir l’industrialisation, la modernisation de l’agriculture, les infrastructures, les services financiers, le développement vert, le commerce et la facilitation des investissements, la réduction de la pauvreté et le bien-être, la santé publique, les échanges entre les peuples, et la paix et la sécurité. Jusqu’ici, une grande partie de cette somme a été bien utilisée et la majorité des projets a été réalisée. Attachant une plus grande importance à la mise en application du concept de développement centré sur le peuple dans la coopération, la Chine a œuvré pour que la coopération sino-africaine bénéficie davantage aux peuples chinois et africains et soit à la hauteur de leurs attentes.

180 projets. Dans le cadre du programme d’infrastructures, la Chine a signé avec le Maroc, la Guinée et Madagascar des documents de coopération intergouvernementaux en matière d’infrastructures ; des discussions sont en cours avec l’Union africaine pour fixer la liste des projets de la deuxième phase du programme de développement d’infrastructures transnationales et transrégionales en Afrique ; dans les domaines des transports, de l’électricité et des télécommunications, 180 projets d’infrastructures ont été achevés ou sont en cours d’exécution ou seront mis en chantier, dont notamment les lignes ferroviaires Addis-Abeba-Djibouti et Mombasa-Nairobi déjà construites. Cinq projets d’universités des transports, dont l’institut des Chemins de fer d’Ethiopie, seront lancés.

A noter par ailleurs que Madagascar est invité cette année à participer à l’Exposition Internationale d’Importation de la Chine qui se tiendra à Shanghai du 5 au 10 novembre prochain. Un événement majeur qui démontrera la très grande envergure du marché chinois marqué par une croissance rapide de la consommation et de l’importation. En effet, avec ses milliards d’habitants, la Chine est le 2e plus grand importateur et consommateur dans le monde. Elle envisage d’importer dans les cinq années à venir des produits et services valorisant plus de 10.000 milliards USD. Un marché à conquérir pour les opérateurs malgaches.

R.Edmond.

L'express de Madagascar35 partages

Rentrée politique – Andry Rajoelina propose son Initiative émergence Madagascar

Rattrapage. L’ancien président de la Transition enclenche son offensive. Après quatre années de mutisme total, Andry Rajoelina fait son entrée dans l’arène politique. Il a présenté, au Musée des beaux arts à Paris, son Initiative pour l’émergence Madagascar (IEM). Pour la deuxième fois depuis le début de l’année, il a fait une sortie médiatique. Il affirme ainsi avoir parcouru les quatre coins de la planète afin de participer à différentes réunions stratégiques pour le développement.  L’IEM est une plateforme de réflexion et de concertation pour attirer tous les talents, les bonnes volontés, d’écoute en vue de faire des propositions et de les transformer en actions.Dans une salle disposée en amphithéâtre, Andry Rajoelina prononce son discours  après la diffusion d’une vidéo relatant les potentialités de Madagascar, dressant un tableau noir sur la vie de la population. Il a comparé la situation en fin 2013 avec la situation actuelle, citant entre autres la dépréciation de l’ariary, l’inflation ou encore le coût des carburants. Il a également défendu son bilan à la tête de la Transition. « Sans aides budgétaires, nous avons pu augmenter le salaire des fonctionnaires à raison de 10% par an. Nous avons pu mettre en place des infrastructures socio-économiques dignes des standards internationaux », soutient-il. Il affirme ainsi avoir trouvé des solutions concrètes pour Madagascar. « Apporter des propositions pour Madagascar est un devoir devant la nation et pour les générations », soutient-il.Dans sa démarche, Andry Rajoelina propose « de rassembler les idées et les compétences pour bâtir le développement socio-économique  de la Grande île ». La conférence qui s’est tenue à Paris vise ainsi « l’engagement des partenaires stratégiques  de Madagascar ». Des séries de consultations sont également prévues à Madagascar pour trouver des solutions à la situation qui prévaut.Parmi les intervenants, une pléthore d’experts a partagé leur expérience. C’est le cas de l’ancien Premier ministre d’Haiti Rolland Lamothe qui a évoqué la reconstruction de son pays après le séisme par des micros prélèvements. « Tout réside dans l’humain », a expliqué l’ancien ministre français des Sports, David Douillet. Hind Lahriri, quant à elle, raconte le redressement du secteur de la pêche au Maroc et Ruben Phoolchan promet la création d’emplois pour les jeunes Malgaches.Avec les intentions à peine voilées, les déclarations et les échanges d’expériences, Andry Rajoelina, en bon orateur, espère ainsi reconquérir le pouvoir après quatre années de silence.

Andry Rialintsalama

Midi Madagasikara34 partages

Toamasina : Zazamenavava narian’olona tao ambany tetezana

Hatairana ny an’ireo mponina sendra nandalo vao maraina, teo ambonin’ny tetezana ao amin’ny fokontan’Antseranampasika, ny sabotsy maraina teo, fa zazamenavava miakanjo tsara sy nofonosina bodofotsy sy lambaoany no hitan’izy ireo. Vao nahita izany ireto mpandalo, dia niezaka  nijery sy nanaisotra ity zazamenavava tao ambany tetezana ity, saingy alahelo ny azy ireo fa efa tsy nisy aina intsony  io no nakarin’izy ireo avy tao. Avy hatrany dia nampandre ny filoham-pokontany ireto olona ireto, ny filoham-pokontany indray no niantso polisy misahana heloka bevava sy ny zaza tsy ampy taona, ny mpitsabo misahana ny fahadiovana eo anivon’ny kaominina, nijery ny zava-nisy. Raha ny fanazavana azo, dia tsy zaza nesorina ity zazamena vava hita faty tao ambany tetezan’Antseranampasika ity, zaza nateraka ara-dalana tsy misy fahasembanana ilay izy, saingy tsy fantatra ny antony namonoan’ny ray aman-dreniny azy, ka nanarian’izy ireo azy tao ambany tetezana. Raha ny fanazavan’ny mpitsabo dia  efa tsy nisy aina ity zaza ity no napetraka tao ambany tetezana raha ny zava-misy nozahany, saingy nentina nanafenana ny fomba nanariana azy tao ambany tetezana dia nataon’ireo ray aman-dreniny toa zaza mbola velona izy nandritra ny fitondrana azy. Manamarina izany ilay zazamenavava miakanjo tsara sy mbola norakofina bodofotsy ary nofonosina lambaoany. Nilaza anefa ny polisy misahana ny heloka be vava sy ireo zaza tsy ampy taona, fa ho an’ny mponina mahatsikaritra tokantrano vao teraka nefa tsy hita tampoka na voalaza fa maty ny zaza ao amin’izy ireo manodidina an’Antseranampasika sy Ambohijafy ary Ambalamanasy, mba hampandre azy ireo, fa heloka bevava ny tahaka izao.

Malala Didier

News Mada33 partages

Oniversite Andrainjato Fianarantsoa : lahiantitra tratra nangalatra, maty notontana vato

Nodarohin’ny mpianatra, avy eo notontan’ny tovolahy iray vato ny lohany… Maty vokatr’izany ity lahiantitra tratra nangalatra tao amin’ny oniversiten’Andrainjato Fianarantsoa.

  Lehilahy lehibe iray no tratran’ny mpianatry ny oniversite Andrainjato Fianarantsoa, ny asabotsy teo tamin’ny 9 ora. Voalaza fa tratra nanao hala-boty tao amin’ny faritry ny oniversite izy io. Niharan’ny daroky ny mpianatra izy rehefa tratr’izy ireo na efa nifona aza. Nisy tovolahy irany nanatonta vato ny lohany ka  nitarika ny fahafatesany izany, araka ny voalazan’ireo nanatri-maso. Voalaza fa tsy maty teo no ho eo ity rangahy ity fa mbola nentina any amin’ny hopitaly Antambohobe kanefa tsy tana intsony ny ainy rehefa tonga tany. Raha ny filazan’ny dokotera ny ratra be vokatry tonta vato teo amin’ny lohany sy ny kapoka nahazo azy ny nahafaty ilay rangahy.

Raha ny filazan’ny mpianatra tany an-toerana, tratra tao amin’ny “campus universitaire” ao amin’ny “cité” mihitsy ity lehilahy ity. Ireo mpianatra nahatratra azy ihany no niantso ny polisy avy eo.

Voalaza fa mbola tsy maty ilay olona tamin’ny fahatongavan’ny polisy teny an-toerana. Ireto farany izay tsy afaka nitsofoka avy hatrany tao amin’ilay toerana, noho ny fisian’ny   «franchise universitaire ». “Notambatambazana ireo mpianatra ka teo vao nanaiky nanolotra ilay olona tratra nangalatra. Mbola tsy maty anefa ity lehilahy ity raha tsy efa teny amin’ny hopitaly Antambohobe. Indrisy fa tsy tana ihany ny ainy”, hoy ny fanazavana.

“Mandeha ny fanadihadiana ny raharaha amin’izao”, hoy ny polisy ka ho hita eo izay mety ho tohiny. Fantatra fa mpanao hala-boty, mangalatra vilany sy lovia ary fitaovan-dakozia ny tena fanaon’ity lehilahy ity. Efa nigadra tany am-ponja ihany koa izy, araka ny fanazavana azo.

Tsy voafehy ny fitsaram-bahoaka

Niteraka adihevitra tamin’ny tambajotra sosialy ny momba ity tranga tany Fianarantsoa ity. Tena fitsaram-bahoaka sa vonoan’olona tsotra izao? Mpianatra amin’ny ambaratonga ambony namono olona na atao hoe mpangalatra aza. Miparitaka ny sary ny fomba namonoana azy, ary maro ny mitazam-potsiny. Aiza ny lalàna mifehy ny trangan-javatra tahaka izao?

Tsy voafehin’ny fanjakana sy ny manampahefana intsony ny resaka fitsaram-bahoaka eto amintsika. Mitazam-potsiny ny olona, ary maro aza ny mandrisika izany.

Eo ny olona mahavita mamono olona, fa eo koa ny tsy fisian’ny asa sy ny fahantrana ka mampitombo ny mpanao asa ratsy. Hany ka na halatra akoho sy halatra vilany, mety hamoizana aina amin’izao.

Yves S.

 

Midi Madagasikara27 partages

By-pass : Mpamily nahafaty olona, nitsoaka avy hatrany

Raim-pianakaviana iray no nisy nandona teny amin’ny By-pass ary nitarika ny fahafatesany izany. Nanararaotra ny haizina ilay mpamily izay nahavanon-doza ary dia tsy nijanona fa rifatra nitsoaka. Namoy ny ainy ny naratra. Andro vitsivitsy taorian’izay, nandritry ny fandevenana ny razana, dia mbola fahoriana hafa indra no nianjady tamin’ny fianakaviana : nisy nandroba ny tranon’ny maty. Foana tsy nisy noraisina intsony tao ary izany no novantanin’ny fianakaviana raha nandeha nody. Ketraka tanteraka ireo olona, satria vao tsy adim-pamantaranandro vitsy akory no nandeha taorian’ny fanitrihana ny razana,  dia efa fahoriana hafa indray no nitranga. Ketraka amin’ny zava-misy iainana ankehitriny indrindra indrindra. Ny saofera mamono olona dia mitsoaka. Ny mpangalatra miandry ny tsy hisian’ny olona ao an-trano fotsiny, dia manao ny asa ratsiny. Endriky ny firodanan’ny toe-tsainan’ny olona sasany ireo zavatra roa indray nitranga tamin’ny fianakaviana iray izao. Raha adika tsotsotra mantsy dia ny sotasotan’ny hafa hatrany no nitondra fahoriana ho azy ireo. Mendrika ny mba ho lasa lavitra ny fanadihadiana amin’ity raharaha ity, satria heloka bevava in-droa miantoana no nitranga ary raha tsy ho fantatra ny tompon’antoka dia ahiana hitarika fifankahalana eo amin’ny samy mpiara-miaina ny tranga toa izao. Ahoana tokoa moa no mbola hitiavana ny hafa izay efa namono ny an’ny tena ary koa nandroba ny fananana? Ny mba tsy hiterahan’ny toy izany no tena ilaina fanadihadiana mba lasa lavitra kokoa ka hisamborana ny olon-dratsy.

D.R

Midi Madagasikara26 partages

SKI / JO de Pyeongchang : Mia en lice le 12 février

La seconde délégation malgache pour des jeux olympiques d’hiver, pour le ski, est prête. Mialitiana Clerc courra le slalom géant le 12 février prochain et le slalom spécial le 14 février. Elle était à sa deuxième coupe du monde à Lenzerheide en GS après Courchevel. Ensuite, elle a continué à Santa Caterina Valfurva avec une première victoire en Géant sur un circuit homologué et engrange 45 points FIS d’un coup. Sponsorisé par Salomon, Century 21 et quelques boîtes, elle est habillée par les tenues LOLË qui sont estampillées Madagascar ! A 16 ans, elle a du cran et tout à gagner Mialitiana Clerc !

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar22 partages

Élections – Fin des ordonnances le jour du scrutin

Au-delà du 31 janvier, ceux qui ne sont pas inscrits dans la liste électorale ne pourront pas voter en décembre. Aucun recours n’est possible.

Aucun recours. Ces deux derniers jours du mois de janvier sont décisifs. La révision annuelle de la liste électorale (RALE) 2017-2018 sera close mercredi. Les électeurs qui n’y sont pas inscrits ne pourront pas voter en décembre. Selon le code électoral en vigueur, la révision de la liste électorale se tiendra chaque année du 1er décembre au 31 janvier  et l’arrêtage définitif est le 15 avril. Ainsi, plus aucun recours n’est possible une fois cette date dépassée. « Il n’est plus envisageable de délivrer des ordonnances le jour de l’élection comme auparavant. Seuls ceux qui sont inscrits sur la liste électorale à la date du 31 janvier pourront voter et se porter candidat », explique Thierry Rakotonarivo, vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).Le code électoral actuel, qui a été appliqué lors de la présidentielle et des législatives de fin 2013, a provoqué la grogne des électeurs car des milliers de votants n’ont pas pu jouir de leur droit. Les paroles de Fatma Samoura, alors représentante résident du Programme des Nations Unies à Mada­gascar n’ont rien arrangé car elle a déclaré à l’époque que « La liste électorale est ouverte depuis plusieurs mois alors tant pis pour ceux qui n’y sont pas inscrits ». Cette situation risque de se reproduire tant que les électeurs traînent des pieds pour s’inscrire sur la liste électorale, comme c’est le cas actuellement.

BoycottAuparavant, l’effectif de l’électorat n’était connu qu’à la proclamation des résultats définitifs des élections. Avant la loi organique 2012-005 relative au code électoral, « une révision spéciale de la liste électorale est effectuée quarante-huit heures après la sortie du décret portant convocation des électeurs. La liste électorale n’est close que cinq jours avant la date du scrutin. Par ailleurs, il a été possible de se procurer des ordonnances auprès du tribunal le plus proche le jour du scrutin », poursuit le vice-président de la CENI.Bien que la CENI ait mobilisé la société civile et les partis politiques pour sensibiliser les citoyens à s’inscrire, les résultats obtenus sont en-deçà des dix millions de votants escomptés. À part les difficultés socio-économiques amplifiées par l’insécurité dans les zones reculées, les descentes in situ de la CENI ont révélé que les chefs fokontany boycottent cette opération pour cause d’indemnités non payées. Dans ces constats, la CENI déplore que « l’opération de jugement supplétif et carte d’identité nationale initiée par le ministère de l’Intérieur et de la décentralisation ait eu peu d’impacts sur les inscriptions. Actuel­lement, ils n’ont inscrit que soixante mille sur un objectif de cinq cent mille », poursuit Thierry Rakotonarivo.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar21 partages

Coopération – Priorité à la diplomatie économique

Beaucoup de projets de développement tardent à se concrétiser. Le secrétariat d’État en charge de ce domaine rassure.

Promotion et prospection ont été les maîtres-mots définissant les perspectives d’activité formulées par le secrétariat d’État auprès du ministère des Affaires Étrangères en charge de la coopérationet du développement,vendredi, au cours de laprésentation de vœux de ce département ministérielà l’espace Maha­tehotia Andoharanofotsy. Indispensable en matière de recherche de partenariat économique, le secrétariat d’État occupe une place importante dans les relations avec des investisseurs externes en matière de développement qui est l’essence même de ce département.À cet effet, l’accord de promotion et de protection des investissements (APPI) est en cours d’élaboration afin de rassurer les potentiels futurs investisseurs désireux de s’implanter dans la Grande île. « Notre rôle est de mettre en avant les stratégies de prospection pour attirer les investisseurs à travers les potentialités exploitables de notre pays. L’APPI servira alors d’outils de persuasion à long terme », a expliqué Bary Emmanuel Rafatrolaza, secrétaire d’État auprès du ministère des Affaires étrangères. La mise en œuvre de l’APPI servira de balisage et de protection de tous les investisseurs afin que ces derniers puissent envisager des partenariats gagnant-gagnant avec l’État et les opérateurs économiques locaux.

Renforcement Tous les domaines d’activité seront englobés dans le cadre de ces accords. En commençant par le tourisme, l’agriculture, en passant par le secteur minier jusqu’à l’industrie, en plus du renforcement des actions au niveau régional, les promotions externes à l’instar des conférences des bailleurs et des investisseurs, ou encore les roads show de Londres et d’Afrique du Sud. La consolidation des méthodes de travail du département est aussi envisagée. « Notre département fera en sorte de parfaire la collaboration avec les agences consulaires. Ces derniers seront à la fois un relais de communication avec les investisseurs étrangers, mais aussi et surtout, serviront d’interface de la promotion de la Grande île sur le plan économique », souligne le secrétaire d’État. Ce dernier qui conclut « qu’après ces roads show ainsi que le financement obtenu l’année dernière, les projets de développement ne tarderont pas à se concrétiser ».

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar19 partages

Entrepreneuriat féminin – Le marché anglophone devient incontournable

Ouverture. Les femmes entrepreneurs d’Antanana­rivo (FEA) ont abordé cette nouvelle année d’activité à travers la tenue d’une assemblée générale, vendredi à la Chambre de commerce d’Antananarivo.L’occasion pour le groupement de faire le bilan par rapport aux accomplis de l’an passé. À un peu plus d’un an d’existence, le groupement a pu évoluer sur une base solide axée sur une vie associative pérenne. Ne comptant pas seulement se cantonner à une simple reconnaissance nationale, des missions internationales ont déjà été entreprises afin de porter haut le flambeau de l’esprit d’entrepreneuriat au féminin que le groupement s’efforce de promouvoir.Pour les années à venir, le groupement ambitionne de créer un réseau d’affaires francophone pour que les femmes entrepreneurs se rencontrent, tissent des liens forts à l’international.Cependant, le réseau francophone se limitant souvent à un niveau continental, le groupement des femmes entrepreneurs comptent conquérir des marchés beaucoup plus conséquents en termes d’envergure. «Le réseautage acquis grâce au groupement nous ouvre de nombreuses opportunités. Les rencontres internationales telles que le comité des femmes chefs d’entreprise mondial (FCEM), qui se tiendront  à New York en avril nous apporteront une occasion de conquérir le marché anglophone», explique Christina Razanatefy, membre de FEA.

H.R.

Midi Madagasikara18 partages

Filière cacao : Vers une feuille de route opérationnelle

« Pour une filière cacao durable à Madagascar ». Tel est le thème du séminaire sur le cacao qui se déroulera au Carlton à partir de demain. Organisé par le Conseil National du Cacao, le séminaire verra la présence de Jean Marc Anga, Directeur de l’Organisation Internationale du Cacao. L’événement, entre autres objectifs amenera l’ensemble des acteurs de la filière à réfléchir aux besoins et aux priorités en termes de recherche, d’infrastructures d’organisation et de communication pour rendre la filière durable. Il permettra également de restituer ces réflexions auprès d’instances politiques nationales et internationales, tout en les resituant dans un contexte plus global. A l’issue de ce séminaire, il serait donc possible de disposer d’une feuille de route aussi opérationnelle que possible pour les différents maillons de la filière que de mettre en valeur la filière, en termes de dynamique et d’image, auprès de la société civile, des instances internationales et des bailleurs de fonds.

R.Edmond.

Midi Madagasikara18 partages

EAU VIVE ATHLETISME POUR TOUS : Le sacre pour l’école Père Pedro

Quand une école croit en l’éducation par le sport, c’est plus qu’une bonne chose. Et quand le professeur de sport arrive à mener sa bande au titre, là, c’est la victoire. Simple et basique comme dit Orelsan. C’est le cas avec l’école de Père Pedro qui a été champion du relais hier lors de la course Eau Vive Athlétisme pour tous.

L’athlétisme pour tous Eau Vive a été une réussite hier au tour du Lac Anosy. Le cap de 1.000 coureurs a été dépassé et Norolalao Andriamahazo, présidente de la fédération a été la première à s’en réjouir. C’est la première fois que cette course voit la participation d’autant de gens après cinq éditions successives. Les athlètes de l’Ecole Père Pedro Ambohimangakely qui ont couru pour la première fois en relais inter-établissement ont réalisé une première : les deux kilomètres bouclés en 4 mn 26 secondes par Sarah, Nadia, Haingotiana, Natalia, Julien, Alicia, Patrick, Ferdinand et compagnie. Coachés Solofo Rakotoarimanana, professeur d’Education physique et sportive, ils seront sûrement une source de motivation pour d’autres écoles lors de la prochaine édition. La seconde place est allée au Lycée Mirva en 4 mn 32 et la 3e place au lycée technique commercial d’Ampefiloha en 4 mn 36. Dix écoles ont participé au relais contre quatre écoles l’année dernière. Côté participations, le trophée de la meilleure école est allé au Lycée Rabearivelo d’Analakely qui a fait courir 173 lycéens ! Le trophée de meilleure société a été décerné à l’OTIV avec 51 coureurs.

Ouverture de saison réussie donc hier et va pour  la suite du programme dont le plus proche rendez-vous est le sommet national du cross-country de ce 17 février dans la ligue d’Itasy.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara15 partages

Rugby – « Gold TOP 8 » : Le titre au FTM

Rideau sur le Gold Top 8 de rugby avec la victoire de FTM Manjakaray sur l’équipe des militaires.

Ce sera sur le score de 41 à 26 que le FT Manjakaray gagnera sa coupe, son trophée, ses primes et son zébu dans un Mahamasina des grands jours. Le match n’était pas assez équilibré. Peut-être au début dans les 10 premières minutes, mais après, le FTM s’est imposé jusqu’à la fin. Ainsi, champion de Madagascar 2016, il récidive pour 2017. La première partie a déjà été pour Manjakaray en 18 à 11 avec Koroka sacré meilleur marqueur avec 57 buts. Ce titre lui vaudra 400.000Ar de la fédération. Le titre de meilleur joueur sera pour Max qui reçoit 600.000Ar. Le score de 18 à 16 suite à un tir de Max pour les militaires a fait penser qu’il y aura encore des beaux jours pour les militaires. Ce sera sans compter Mbola et Mika qui ont marqué leurs essais. Pire, Bôlo a écopé d’un carton rouge et ce fut presque la fin malgré tous les efforts. Cette année, les primes ont été conséquentes avec 12 millions d’Ar dont 10 venant du Président de la République et 7 millions d’ariary dont 6 venant du Président, les deux équipes ont eu des trophées et des zébus suivant leurs classements respectifs.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara14 partages

Solomiral au CGM : Belle complicité fraternelle !

Les frères Rasolomahatratra ont ébloui le public de mélomanes, venu les apprécier sur scène vendredi dernier.

Une soirée qui méritait le détour ! Solomiral et ses compagnons de route ont fait preuve d’une grande virtuosité et d’un talent sans équivoque, sans oublier les moments complices des musiciens sur scène, laissant l’assistance submergée par des airs de jazz mélangés à différentes musiques du monde.

Il est 19 heures. Dans la salle de spectacle du CGM Analakely, là-même où il y a près de quarante ans, tout a débuté, l’ambiance commence à monter. Mélomanes, inconditionnels et même musiciens sont au rendez-vous. Dans le public, on a hâte de retrouver le groupe à l’œuvre, mais on prend son mal en patience. Les frères Rasolomahatratra sur une même scène, c’est effectivement un évènement à ne pas rater sous aucun prétexte. Le dernier concert de Solomiral au grand complet remonte à quatre ans passés. Quand un moment comme celui-ci se présente, on ne se pose donc pas la question. On répond juste présent. Une demi-heure plus tard, alors que la salle était déjà pleine à craquer, Hajazz et ses frères (Mendrika, Fanaiky et Ny Ony) montent enfin sur scène. Pour que le tout soit parfait, les frères Rasolomahatratra se sont entourés de leurs compagnons et complices de toujours : Seta au saxophone, Andrikely et Rivo Kely au clavier.

Eclectique. Certains s’attendaient à du jazz et il y en avait au menu. Ceux qui les avaient connus dans un registre plus traditionnel n’ont pas été déçus car le « salegy », avec un soupçon de rock ou encore de samba ont aussi composé le répertoire. L’ensemble de Solomiral était bien rodé. On a apprécié autant le jeu de batterie de Mendrika, que l’apport de Fanaiky à la guitare. La fratrie a donné une reprise à en donner le frisson de « Malala ». Elle a également dépoussiéré des pièces comme « Gasikara ». C’est bien sûr lorsqu’ils ont entonné leurs classiques comme « Hafatra », « Mahatsiaro », « Sasa-miandry », « Bako » ou encore le mythique « Nankaiza ny tanteliko teto » où ils n’ont pas manqué de faire parler leurs instruments et d’éblouir le public, que les frères Rasolomahatratra ont le plus fait mouche. Des retrouvailles appréciées, qui ont dessiné des sourires autant chez les musiciens que dans la foule qui espère que Solomiral n’attendra pas quatre autres années avant de retrouver son public.Mahetsaka

Midi Madagasikara14 partages

30e Sommet de l’UA : Rajaonarimampianina à Addis-Abeba

Le président Hery Rajaonarimampianina participe depuis hier au 30e Sommet de l’Union africaine qui se déroule à Addis-Abeba. « Gagner la lutte contre la corruption : un chemin durable vers la transformation de l’Afrique ». Tel est le thème choisi pour cette année. Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat a déclaré que « chaque année, la corruption entraîne un manque à gagner de 50 milliards USD pour tous les Etats, constituant ainsi un frein au développement. La corruption est aussi source de conflits sociaux et d’instabilité politique ». Avec de nombreux hauts responsables étatiques et proches collaborateurs du chef de l’Etat cités dans différents dossiers de corruption, le risque est assez élevé pour Madagascar. Cette année, c’est le président du Rwanda, Paul Kagame qui dirige les travaux dans le cadre du Sommet de l’UA. La mise en place de la zone de libre échange en Afrique, l’étude du dossier sur les réformes institutionnelles et financières de l’UA, ainsi que la question genre figurent également au menu des discussions de ce 30e Sommet d’Addis-Abeba.

Davis R

Midi Madagasikara13 partages

FOOTBALL FEMININ : SAB Nam et ASKAM toujours en tête

Le football féminin continue sur sa lancée. La deuxième journée de la troisième phase s’est tenue à Carion ce dimanche. Sab Nam reste en tête en poule A même si les joueuses d’ASCUF leur ont tenu tête par 3 buts partout. Toujours dans la poule A, les joueuses de la MIFA se sont fait surprendre par les Majungaises : 1 but à 3. Mais elles restent 2e au classement par poule. Dans la poule B, L’ASKAM d’Itasy reste en tête.

Le classement général

Poule A

1er Sab-Nam 4 points

2e  MIFA 3 points

3e SOM 3 points

4e ASCUF 0 point

Poule B

1er ASKAM 4 points

2e FC PRESCOI 3 points

3e ASOT 3 points

4e AS COMATO 0 point

Anny Andrianaivonirina

Madagate13 partages

Andry Rajoelina à Paris. Speech écrit sur l'IEM au Petit Palais

Midi Madagasikara11 partages

Piment Café : Rija, Luk et Mahery enchantent !

De la bonne humeur, de la bonne musique, un peu de folie… Tels étaient les mots d’ordre du trio Rija Ramanantoanina, Luk et Mahery et des noctambules qui étaient au Piment Café. Chacun de leur côté, Luk, Mahery et Rija excellent, mais c’est en trio que les gens les apprécient le plus. Vendredi soir, ces amis de longue date ont donc émerveillé les habitués du cabaret de Behoririka avec leur répertoire de prédilection où se côtoient « kalon’ny fahiny », chansons à texte, des titres plus jazzy sans oublier bien sûr leurs propres compositions. Outre les grands succès de Rija et autres tubes de Johary, les trois compères ont donc revisité ces chansons, autrefois très demandées sur les chaînes nationales mais malheureusement plus d’actualité. Le trio a même sublimé ces titres de « Raozin’ny paradisa », « Dadagaby » ou encore ceux de « Jeneraly ». Une soirée où d’autres redoutaient l’ennui mais qui, au final, a émerveillé tout le monde. Ce sont même ceux qui éprouvaient de la réticence au début qui y ont plus trouvé leur compte. Bref, une soirée comme les aiment les amateurs de bonne musique, les mélomanes.Mahetsaka

Midi Madagasikara9 partages

Emergent, immergent, émergent, immergent

Les vocables importent peu, les dirigeants qui se sont succédé à la tête du pays essaient tant bien que mal de redonner un second souffle à leur mandat , de redorer leur image en recourant à des appellations. Didier Ratsiraka a eu recours à « La République Humaniste et écologique », Ravalomanana Marc à « La vision naturellement via le MAP (Madagascar Action Plan) et Rajaonarimampianina  à  ce pari de 2030….. Tous visent le développement du pays, à positiver la dynamique du futur.

Mais l’analyse montre une constante à travers ces «  Républiques en marche » pour paraphraser le président français Emmanuel Macron. Tous les pouvoirs contemporains à Madagascar ont été ponctués de hauts et de bas. Les mathématiciens peuvent parler de courbes sinusoïdales à l’image du monstre écossais du Loch Ness où sur un lac calme de temps à autre apparaît un grand et long serpent dont régulièrement une  partie émerge et une  autre reste immergée sur sa longueur. Quand le pays a la tête hors de l’eau où les choses ont l’air d’aller mieux et qui se traduit par une relative forte croissance économique (  parfois plus forte que la moyenne africaine qui est la référence), que survient aussitôt une crise qui le plonge dans l’abîme du désordre et par conséquent de la pauvreté. A croire que la croissance nuit à la stabilité politique voire à un développement harmonieux. « La pire  des tsarines, la plus puissante est la Famine » a-t-on dit quelque part,  et certains dirigeants l’ont si bien compris que pour se maintenir au pouvoir, ils ont laissé s’installer une pauvreté structurelle (volontairement ?) parmi la population.

Mais pourquoi la création supplémentaire de richesses induit et conduit presque automatiquement à une crise socio-politique ? Parce que  les inégalités socio-économiques sont exacerbées, les riches deviennent plus riches et le sont plus par rapport à une masse qui n’est pas forcément plus pauvre mais qui se sent moins concernée de l’enrichissement auquel elle pense avoir droit. Il faut avoir les yeux en face  des trous pour voir qu’il faut distinguer entre  ceux qui dirigent et les autres (se référer aux  notions d’élites dans les précédentes chroniques). Elles ont acquis un pouvoir et choisissent, volontairement ou involontairement, d’accentuer les inégalités déjà existantes. Il suffit de rappeler les accaparements dans le foncier, dans le monopole des produits de rente, les injustices quant à l’accès à des postes publics ou des emplois dans le secteur privé, les différenciations en matière de santé entre celui qui peut payer et celui qui ne le peut pas, le transport dit en commun sans sécurité laissé aux mains de véritables réseaux se souciant que très peu du confort et de la sécurité des passagers, etc. La différenciation du « Grand » sur le « Petit » s’installe de fait et elle est en plus amplifiée  par les radios-trottoirs, les réseaux sociaux devant lesquels même les organes d’Etat  de communication  les plus objectifs restent  impuissants.

La solution, diriez-vous ? Une forte volonté  politique  de redevabilité c’est-à-dire rendre compte de tous les engagements  entrepris.

M.Ranarivao

News Mada7 partages

Sava : perturbation de la filière vanille

La filière vanille malgache est condamnée à disparaître suite à des opérations illicites menées par des acteurs  occasionnels, déplorent les professionnels du secteur dans la région Sava. Des anomalies sont enregistrées particulièrement au niveau de la collecte et de l’exportation de ce  produit depuis quelques mois.

Les opérateurs professionnels dénoncent des complicités tacites destinées à saper la commercialisation de la vanille à Madagascar depuis quelques mois. Le manque de prise de responsabilités des institutions étatiques met en cause le système sur toute la chaîne de la filière, de la production à l’exportation et le rapatriement des devises, d’après les explications d’un collecteur, hier. La hausse effrénée du prix à la collecte et la dégradation de la qualité à l’export mettent en jeu la compétitivité du produit  sur le marché international où les preneurs commencent à se tourner vers d’autres fournisseurs plus attractifs, selon ses déductions.

Des pratiques peu orthodoxes

Craignant la présence de certaines personnalités douteuses dans la perturbation de la filière, les opérateurs interpellent l’Etat pour prendre les mesures qui s’imposent afin de sauver le secteur. Les professionnels soupçonnent un système de blanchiment d’argent dans les pratiques actuelles d’ailleurs puisque les vanilles achetées à prix d’or ne se vendent même pas à cause de leur qualité moindre mais semblent servir à justifier des rapatriements de devises sur le territoire national. Paraît-il qu’un étranger non agréé perturbe la filière vanille dans le district de Sambava en faisant monter les enchères en exportant les produits de ses collectes sur autorisations spéciales du ministère du Commerce depuis quelques semaines.

Les conditions sont donc remplies pour le déclin de la filière dans les prochaines campagnes au détriment de ceux qui en vivent, des opérateurs professionnels mais aussi des planteurs qui ne savent même pas gérer les fruits de leur vente.

 

Tia Tanindranaza6 partages

Fanabeazana60 taona nanabeazana ny Cemeam

Nofaranana tamin’ny sabotsy 27 janoary lasa teo ny fankalazana ny faha-60 taonan'ny Centre d' Entrainement aux Méthodes d' Education Active à Madagascar (CEMEAM) rehefa nosokafana ny 10 jona 2017 tamin'ny taona lasa.

 

 Niara-nikorana, niara-nifaly sy nandihy ireo mpikambana sy ireo olona nasaina. Tonga maro be ireo mpikambana ary nifankahita indray ireo mpiofana tamin'ny taona 60-70 sy ireo taty aoriana rehetra. Marihina fa tamin'ny taona 1957 no nanomboka nandray ny asany ny CEMEAM teto Madagasikara. Raha ny fahafantaran'ny maro azy dia mpitondra colonie de vacances izy ireo ary mbola manohy izany hatramin'izao. Manofana ireo rehetra hitondra mpianatra ihany koa toy ny tale, ny ekònome ary ny mpanentana. Efa maro ireo nandalo tao amin'ny fikambanana satria izay nandray ny fanabeazana tamin'ny Cemeam mantsy dia tonga dia mpikambana avokoa araka ny fitsipika. Efa nisy tamin'ireo mpitondra teto Madagasikara no mpikambana tao o raha tsy hilaza afa tsy ny filoha teo aloha Philibert Tsiranana. Maro ireo mpikambana nandalo niofana tamin'ity fikambanana ity, anisany ireo conseillers pedagogiques, ireo élèves professeurs niofana ho mpampianatra. Efa maro be ireo nandray ny fanabeazana Cemeam nandritra izay taona maro izay. Mitohy ny asany fa tsy hijanona eo ary inoana fa hitondra vokatra tsara eo amin'ireo mpandray ny fiofanana, indrindra amin'ny fampandrosoana ny Firenena.

Marigny A.

Tia Tanindranaza5 partages

MPANAO GAZETY NIHARAN’NY HERISETRA

Voaendaka teny amin’ny Fiantsonan’ny taksibe teny Andranomena i Rivo Thein Swhe, mpanao gazetin’ny Top Radio ny sabotsy teo tokony ho tamin’ny 8 ora alina.

 Naratra ny tenany ary lasan’ireo olon-dratsy ny vola, ny finday, ny fitaovana fandraisam-peo (dictaphone), voandalana mba nentina ho an'ny vady aman-janaka, eny fa hatramin’ny fitafiana teny an-kodiny aza tsy namelan’ireo olon-dratsy. Tsy mbola tomombana tanteraka ny toe-pahasalamany ankehitriny.. Tsy milamina ny tanàna ary tsy an-tanàn-dehibe, tsy an-drenivohitra. Tsy andro tsy alina fa dia mirongatra ny asan-jiolahy sy ny fanendahana.

ANDRY RAJOELINA

Nahavalalanina ny maro sy vao mainka nampitombo ny fanakianana nahazo an’i Andry Rajoelina ny fanambarana nataony tany Frantsa momba ny hanavotany an’i Madagasikara, hono. Eto ny tanindrazany, saingy naleony tany an-toerana no nanao fanambarana. Ekena fa mety hisy ny fanenjehana ataon’ny HVM, saingy midika izany fa tsy sahy sedra sy matahotra Rajoelina. Mbola aiza ho aiza izany rehefa tena fifidianana, raha hirotsaka izy. Toa manamafy hatrany fa tsy tena sahy hirotsaka ho filoha ny tenany. 

NIPOITRA NY AO AN-DAMOSINY

Nazava ny fanambaran'ilay coordonnateur Gérard Perceau, fa izy sy ireo vahiny mpiara-dia aminy no handrindra ny tetika rehetra rehefa tonga eto Madagasikara momba ilay tetikasa IEM (Initiative Emmergence Madagascar) nambaran’i Andry Rajoelina tany Paris ny faran’ny herinandro teo fa hanavotana an’i Madagasikara. Ry David Douillet mpiangaly judo sy efa minisitry ny fantanjahantena fony andron'ny Filoha Nicolas Sarkozy no Ray mpiahy an'i Andry Rajoelina mikasika ity hetsika ity. David Douillet izay manana raharaha eny amin' ny fitsarana noho ny hosoka momba ny fanambaram-panana nataony.

 

VAHOAKA MALAGASY

Ny vahoaka malagasy mihitsy no  mahatonga ny firenena tsy mandroso noho ny hakamoana sy ny tsy fankatoavana ireo raiamandreny mpitondra amin’izao fotoana, hoy ny  mpamakafaka ara-politika sy mpanohana ny fitondrana, Harifidy Ramanandraibe. Efa manomboka hita taratra ny fisandratana mirindra tao anaty ny efa-taona ka tsy tokony hotsikeraina fa havela hanohy ny asany ny filoha. Tsy midika ny hijanona eo amin’ny fitondrana hatramin’ny 2030 ihany koa ny fananana vina, hoy ity mpamakafaka politika fatra-piaro ny Hvm ity.

 

MANADIO TENAFanadiovan-tena fotsiny ny ataon’ny filoham-pirenena tamin’ny fanehoany ny fisandratana mirindra, hoy ny filohan’ny Vondron’olon-tsotra Zoé Sarah. Vahaolana maika, ho an’ny fijaliana izay iainan’ny vahoaka amin’izao no andrasan’ny vahoaka fa tsy ny kobaka am-bava tsy fantatra na ho tanteraka na tsia. Miantso ny vahoaka hitsangana sy hitaky ny rariny ihany koa ny VOT satria efa tsy rariny intsony ny zava-mitranga ankehitriny.

 

VINAN’NY FILOHA

Mety amin’ny firenena malagasy mihitsy ny fananan’ny filoham-pirenena ny vina entina hanarenana an’ i Madagasikara, hoy ny filoha lefitry ny oniversiten’i Fianarantsoa. Mila mijery ny tena fampandrosoana eny ifotony anefa ny fitondram-panjakana sy mampihatra ny fitsinjaram-pahefana tena izy. Vao mainka hanatsara ny firenena raha toa ka samy mampiseho ny vina tiany hampandroso an’i Madagasikara ireo filoha teo aloha

 

ANTOKO POLITIKA Tsy tia miara-miasa amin’ireo antoko politika hafa sy ireo nanolo-tanana azy ny filoham-pirenena, hoy i Mamy Patrick Andrianjanaharison, mpamakafaka ara-politika. Antony mahatonga ny tsy mbola fampandrosoana ny tsy fahaizana mihaino ny sosokevitr’ireo olona hafa raha ny nambarany.  Mila avoaka haingana ihany koa ny datim-pifidianana mba hanalana ny ahiahin’ny rehetra ny amin’ny mety tsy hisian’ny fifidianana amin’ity taona ity.

 

BEN’NY TANANA NIGADRANidoboka am-ponja vonjimaika ny lefitry ny ben’ny tanànan’i Malaimbady. Izany dia taorian’ny raharaha fakàna an-keriny izay nitranga tao Morondava. Raha tsiahivina, niaro fanolanana koa ity raharaha ity. Etsy andaniny, nandefasana zandary maromaro nidina any an-toerana mba hampandry tany ny tanàna. Misy mamoy ankehitriny ny hoe misy adilahy politika izay mitranga ao an-toerana ary mifampiantsy ireo olom-boafidy any amin’iny faritra iny.

 

SECES

Tsy afaka miditra ao amin’ny tranon’ny minisiteran’ny fampianarana ambaratonga voalohany intsony ny mpikambana sasantsasan’ny sendikan’ny mpampianatra (SECES). Amin’izy ireo dia miendrika fanambaniana sy fanompana izany satria miasa eo anivon’io minisitera io izy ireo ary matoa mijoro amin’ny tolona sendikaly dia noho ny fikarohana fanatsarana ny fampianarana eto Madagasikara.

 

LOZA – BY PASS

Fahoriana in-droa miantoana no nianjady tamin’ny fianakaviana iray. Voalohany, nisy nandona tamin’ny fiara teny amin’ny By-pass ny raim-pianakaviana izay maty tsy tra-drano. Nitsoaka ilay fiara ary hatreto dia tsy fantatra ny mpamily izay nahavanon-doza. Manarak’izay, rehefa tonga indray ny andro fandevenana dia mbola nisy namaky koa ny trano ary foana tsy nisy entana intsony tao amin’ny tranon’ny maty.

TSARATANANA

Dahalo miisa 6 mitondra FC 2 nangalatra ny omby miisa 7 an’ny mponina antsoina hoe Razaiarisoa Georgine, monina ao Ambatovinaky, kaominin’ambanivohitra Bekapaiky ny 25 janoary 2018 tamin’ny 10 ora sy 30 minitra alina. Nanara-dia ny zandary avy ao amin’ny PF Bekapaiky sy ny fokonolona. Nisy ny fifandonana teo amin’ny zandary sy ireo dahalo tao Andranomangatsa ka tafaverina any amin’ny tompony ny omby rehetra ka tsy nisy ny naratra  na ny aina nafoy.

IKONGO

Nisy nampandre ny zandary tao amin’ny Borigady Ikongo tamin’ny  24 janoary taminy 4 ora folakandro fa nisy  olona atao hoe Velotia  maty an-drano  tao amin’ny  renirano Andranata  fokontanin’i Tsivoha noho ny fivadihan’ny lakana niampitany. Natolotra ny fianakaviany ny razana taorian’ny fitsirihana nataon’ny zandary sy ny dokotera.

MAHANORO

Nampandre ny zandary tao amin’ny Borigady Masomeloka ny sefom-pokontany Lemaka ny 25 janoary 2018  tamin’ny 5 ora sy 30mn hariva fa misy faty hita ao Marohasy, dia izany Zaravelo teraka ny 20 aprily 1968 tao Lemaka izany, zanak’i Ratody sy JAcqueline. Nahitana dian’antsy ny vatany ka ny Borigady Masomeloka sy ny Medecin chef Masomeloka no nanao ny fitsirihana sy ny fizahana ifotony.

 

 

 

Midi Madagasikara5 partages

HANDBALL CAN 2018 : La Tunisie, championne d’Afrique

La Tunisie a battu l’Egypte en finale de la Coupe des nations de handball. Elle a eu son 10e titre ce 27 janvier à Libreville sur le score de 26 à 24. La Tunisie, l’Egypte et l’Angola iront donc au prochain Championnat du monde du 9 au 27 janvier en Allemagne et au Danemark. Le Maroc a été écarté par l’Angola.

Le classement final

1.Tunisie

2.Égypte

3.Angola

4.Maroc

5.Gabon

6.Algérie

7.Congo

8.Rdc

9.Cameroun

10.Nigeria

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara5 partages

Ennemi coriace

301 personnes ont perdu la vie pour cause de paludisme en 2017. Ce chiffre reflète pourtant une baisse en termes de mortalité par rapport aux années précédentes. Il n’empêche, ce sont toujours 301 décès qui représentent, qu’on le veuille ou non, 301 morts de trop dans un pays où le paludisme reste un ennemi à abattre depuis des décennies, voire, des centenaires. On est, semble-t-il, sur la bonne voie de la pré-élimination de la maladie.

Ennemi coriace

Mais l’ennemi est coriace. En plusieurs décennies de lutte et des millions de dollars dépensés dans cette tâche ardue, dans ce pays où le paludisme est endémique, le vecteur a su déjouer les pièges des insecticides et… font de la résistance. Des recherches y sont consacrées pour prendre un temps d’avance sur l’ennemi, assure-t-on du côté des scientifiques. Mais ces moustiques aux grandes facultés d’adaptation au climat et à leur environnement – chimique – semblent ne pas vouloir lâcher l’affaire. Alors en attendant de gagner la guerre, il faut gagner une ou deux batailles.

Madagascar s’achemine vers l’élimination progressive du paludisme et certains districts des régions centrales de l’île sont même déjà au stade de pré-élimination, indique la direction de lutte contre le paludisme. D’aucuns s’en rappellent certainement, le dernier épisode de grande recrudescence du « palu » a fait un peu moins d’un millier de morts, 866 pour être précis. C’était en 2015 où le « palu » a particulièrement sévi avec de nombreux décès à Ambohidratrimo et dans l’Atsimondrano ainsi que dans d’autres régions dont la partie Sud-Est de l’île.

Depuis, les choses ont évolué, avec une baisse significative de la mortalité. Pour une riposte encore plus efficace, le pays mise, entre autres, sur une campagne de distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticides aux ménages dans toutes les zones où le risque de recevoir des piqûres des moustiques vecteurs du « palu » existe encore. Sachant que ce n’est pas la première fois qu’une telle campagne est menée dans le pays, que dire alors de ces centaines, voire ces milliers de moustiquaires, visiblement issues des circuits de distribution gratuite – l’emballage étant le témoin impuissant du méfait- mais détournées et atterrissent sur les étals des marchés, au vu et au su de tous, sans que personne ne soit véritablement inquiété. Des dispositions seront, cette fois, prises afin d’assurer une traçabilité de chaque produit et éviter ainsi toute manœuvre de détournement, assure-t-on du côté du ministère de la Santé. Une détermination qui, espérons-le, se traduira en résultats qui amèneront à gagner une bataille de plus contre un… ennemi coriace.

Hanitra R.

Midi Madagasikara5 partages

Fédération malgache de danse : Le sommet national pour ce 10 février

Bien discrète, la fédération malgache de danse est bel et bien là. Elle organisera le sommet national le 10 février 2018 prochain à Toliara.

Le président Leccia Jean Christian fêtera sa 3e année à la tête de la fédération de danse demain 30 janvier 2018. Une date qui marque aussi sa convocation au tribunal, car comme certaines fédérations, la sienne est en pleine houle et, ce de par deux des anciens membres de la fédération. « Deux membres de la fédération ne font plus partie du staff. Les ligues ont demandé à ce qu’ils ne soient plus là et samedi dernier, six ligues sur huit  ont refait une lettre pour renforcer leurs demandes pour que les deux personnes partent de la fédération » a-t-il annoncé. Dans leur statut et règlements intérieurs, cinq absences  successives non motivées valent aussi démission. « Et les ligues Atsinanana, Boeny, Vakinankatra, Sofia, Diana et Atsimo Andrefana veulent leur départ eu égard aux articles 23 et 25 du statut concernant des membres perturbateurs». Selon Leccia Jean Christian, le président de la ligue d’Analamanga a démissionné et la ligue de Haute Matsiatra est en stand- by. Samedi dernier au CEMDLAC Analakely, ils ont procédé à un amendement de statut et ce sera donc appliqué.

Pour le sommet national de Toliara, 70 athlètes sont attendus. « Il y aura un concours de danse latine en cinq danses et de danse latine en trois danses ». Comme d’habitude, pour les  cinq danses, ce sera chachacha, rumba, jive, paso doble et samba. « Mon objectif est de mettre en place la première équipe malgache de danse latine et la former ». Sous la présidence de la Première Dame, Rajaonarimampianina Voahangy et sous le haut patronage du ministre de la Jeunesse et des Sports, ce sommet national fera en toute logique partie des tests pour les futurs membres de cette équipe nationale.

Anny Andrianaivonirina

Madagate4 partages

Andry Rajoelina: «Adidy ny mitondra sy manolotra vahaolana ho an’i Madagasikara»

L'express de Madagascar3 partages

Tana by Night, de jour

a nuit des idées» : «C’est à croire que les nuits sont plus belles que nos jours. Qu’elles sont propices aux pensées chuchotées, aux manifestes proclamés, aux savants apartés. Que les nocturnes favorisent les dialogues impromptus, les sages exposés ou les idées déjantées. Et que le public averti aime déambuler dans les palais dorés ou les friches aménagées, les librairies ou les musées»…Ce texte évocateur figurait dans Le Monde du 25 janvier 2018, en prélude à la «Nuit des Idées».Nombre d’évènements festifs nocturnes, d’invention parisienne, rythment, désormais, l’agenda de plusieurs autres villes, françaises, européennes, malgaches… La «Fête de la Musique», officialisée par le ministre français Jack Lang en 1982, est l’occasion de concerts gratuits en plein air, le jour du solstice d’été, c’est-à-dire de la nuit la plus courte (en France, en Europe et dans l’hémisphère Nord, mais pas à Madagascar) ; durant la «Nuit Blanche», que la Ville de Paris organise le premier samedi d’octobre depuis 2002, des milliers de visiteurs déambulent librement dans les rues, allant d’une manifestation culturelle gratuite à une exposition en entrée tout aussi libre ; ou encore la «Nuit des Musées», créée par le Ministère français de la Culture en 2005, que, malheureusement, il serait problématique de dupliquer dans un pays n’ayant pas de musée : ah, si les anciens cinémas Rex, Ritz, Roxy, Rio, Ako, n’étaient pas devenus des églises, plutôt que des bibliothèques, des musées…des cinémas.Paris, la «Ville-Lumière», elle, ne craint pas la nuit ! Ce qui n’est pas le cas d’Antananarivo. La dernière édition de la «Nuit des idées», reprise d’une idée lancée par l’Institut Français, s’était partagée entre l’Institut Français de Madagascar («Dessine-moi une Ville») et l’Alliance Française d’Antananarivo («Repenser notre Ville») : mais, sur les deux sites, «l’imagination au pouvoir» a axé ses utopies bien réelles sur l’urbanisme tananarivien : un «urbanisme tenant compte de son histoire, de ses caractéristiques, du souhait et des besoins de ses habitants».Nous avons clairement mal à notre ville, Antananarivo. Une malédiction capitale. Si Antananarivo n’avait pas été la Capitale, jamais le Rova d’Antananarivo n’aurait été incendié en 1995, ni le palais d’Andafiavaratra brûlé, en 1976 : chaque fois, pour de basses manoeuvres politiciennes. Ni la plaine du Betsimitatatra ou les eaux de Laniera remblayées inconsidérément par des promoteurs immobiliers qui résidentialisent à outrance Antananarivo la rendant, chaque fois, un peu moins habitable. Ni la démographie devenue aussi galopante et exponentielle pour une Ville qui devait rester symbole, littérallement, la-ville-aux-mille-villages/la-ville-au-milieu. Ni des clivages de type ghetto (les deux quartiers des «67 hectares» et de la Cité Ambohipo, cette dernière phagocytée par une cité universitaire devenue hors de contrôle et qui n’a plus d’universitaire que le nom) menacer un développement qui aurait pu continuer de courir sur une erre plus tranquille, à lui propre, pour ainsi dire plus naturelle.Cette «malédiciton capitale» de l’Antananarivo historique empiète désormais, sur le Grand Tana proprement des douze collines. Voilà une vingtaine d’années, un conflit avait opposé le Ministère de l’Aménagement aux natifs du clan Andriandranando, à propos du lotissement immobilier sur la colline-nécropole d’Ambohimailala. Actuellement, et les annonces dans les journaux, sinon les récriminations qui remontent des «tanindrazana», en font foi, les projets immobiliers périphériques (Alasora, Imerimanjaka, Ambohidratrimo, Ilafy, Rangaina, Soavina, Fenoarivo, etc.) vantent tous la désormais proximité automobile avec le centre d’Antananarivo : une durée à vol d’oiseau qui ne tient nullement compte de la circulation au pas dans les interminables embouteillages…Embouteillages de jour, désert la nuit… À Bruxelles (Belgique), «Designer le futur» avait commencé à 18 heures 45 ; à Malaga (Espagne), «Kaliopolis vs. Utopia» à 18 h 30 ; à Milan (Italie), «Inventer la Ville», 20 h 30 ; à Alexandrie (Égypte), «L’imagination et la radicalisation», à 19 h ; à Addis-Abeba (Éthiopie), «Addis 2100», à 18 h 30 ; à Mexico (Mexique), «Mondes imaginaires», 20 h 30 ; à Jakarta (Indonésie), «L’imagination au pouvoir et pouvoir de l’imagination», à 19 h… Même à Port-Louis (île Maurice), «La Créativité au coeur de la société» était programmée à 19 heures !À Antananarivo, on s’était dépêché de tenir les conférences et les expositions de jour. L’utopie, d’accord, mais la réalité est encore à l’absence d’éclairage public. C’est très simple : Antananarivo by night ne brille que par la devanture des restaurants ou l’enseigne des stations-service 24/24 ! Cette contradiction entre «Nuit» tenue de «Jour» illustre la réalité kafkaïenne de notre Ville.

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada2 partages

Faran’ny herinandro an-tsary

 Nanamafy ny firaisankinany ireo mpiangaly rap, ny asabotsy teo tetsy amin’ny Kianjan’ny kanto etsy Mahamasina. Manodidina ny 60 ireo tarika nandray anjara tamin’ity « Rap gasy unity » ity.

  Nizara ireo hira tsy faheno firy, nitety vanim-potoana maro ry Mbola Talenta, Orad Manalina, Fara Gloum ary Fanilo Poppins ny alin’ny zoma teo, tetsy amin’ny Trass Tsiadana.

News Mada2 partages

Vidin-tsolika : tsy misy ny fifaninanan’ny mpaninjara

Tsy hita soritra mihitsy! Na lazaina fa malalaka aza ny tsenan’ny solika aza eto Madagasikara, tsy hita mihitsy ny endrik’izany. Mamaritra ny vidin-tsolika ny Ofisy malagasy misahana ny vokatra solika (OMH), mametra ny vidiny farany ambony. Niteraka resabe io vidiny farany ambony io, satria tokony hampidina ny vidiny ireo mpaninjara efatra, saingy tsy misy sy tsy tsapan’ny mpanjifa izany.

Ankoatra izany, mitombo ho 1.000.000 m3 ny solika lany teto amintsika, ny taona 2017, raha 600.000 m3 ny tany aloha. Mahatonga izany ny fitombon’ny fampiasana menaka mavesatra “fuel” ampiasain’ireo orinasa tsy miankina mamokatra herinaratra mamatsy ny Jirama.

Tombombarotra farany ambony

Nanamafy rahateo ny fanadihadiana notohanan’ny ny Banky iraisam-pirenena fa tombombarotra farany ambony io ampiharin’ny mpandraharaha amin’ny solika eto Madagasikara io. Mandeha ny fifampidinihana eo amin’ny tsy miankina sy ny fanjakana, hikarohana ny fomba fikajiana ny vidin-tsolika vaovao. Sarotra ny dinika, saingy azo antoka fa tsy maintsy misy ny marimaritra iraisaina. Tsy voafaritra kosa na rahoviana vao hisy ny vahaolana. Dikany, mizaka ny vokany ny mpanjifa, ary iaraha-mahafantatra fa misondrotra isam-bolana ny vidin-tsolika eto Madagasikara. Tsy nanampy vola ny vidiny intsony ny fanjakana, nanomboka ny oktobra 2015.

Njaka A.

News Mada1 partages

Migration et travail au koweit : trois passeurs arrêtés par la police

Il n’y a pas si longtemps, un réseau de traite de femmes malgaches vers la Chine a été démantelé. Cette fois-ci, la police a capturé dans ses filets trois passeurs impliqués dans l’envoi de femmes au Koweït.

Trois personnes dont une femme ont été capturées, jeudi dernier, par la police dans le cadre d’une enquête sur l’envoi de travailleurs migrants dans les pays à risque comme le  Koweït. Sur la base d’un renseignement, les éléments du Service central des enquêtes spécialisées (SCES) Anosy ont effectué une descente à Andohan’i Mandroseza, au domicile d’un homme soupçonné d’être un agent de recrutement. Sitôt sur les lieux, les policiers ont procédé à l’arrestation d’un suspect, un certain Dolin. Deux candidates en provenance de la région Sava et destinées à être envoyées au Koweït ont également été retrouvées sur place.

Cette première arrestation a permis aux limiers de remonter  au cerveau du réseau qui a été capturé à Ambohitrimanjaka avec sa complice. La police a également mis la main sur 31 faux passeports et plusieurs dossiers afférents à l’envoi de jeunes femmes à l’étranger. L’épouse du cerveau de cette affaire est encore recherchée par la police.

Selon la police, le dénommé Dolin se chargeait de trouver les candidates, de les recruter et aussi de les héberger dans la capitale. Par ailleurs, l’on sait que les passeurs exigent 2.400.000 ariary à chacune de leur victime pour préparer les dossiers.

ATs.

News Mada1 partages

Auxiliaires en douane : 240 sociétés de transit en situation d’irrégularité

La douane poursuit l’assainissement du métier de transit. Des mesures de réforme ont été apportées dans les réglementations qui régissent les activités des auxiliaires en douane. Ces derniers ont jusqu’au 1er avril pour respecter les nouvelles dispositions en place.

240 sur 428 sociétés de transit répertoriées par la douane ne respectent pas les règles en vigueur, suivant l’arrêté 35221 MFB/SG/DGD du 01/12/2015 et suivant la nouvelle décision n°1 MFB/SG/ DGD du 08/01/2018 aux fins de responsabilisation et de professionnalisation du métier de commissionnaire agréé en douane et de Transit-Maison. Les transitaires ont jusqu’au 1er avril pour régulariser leur situation, a-t-on annoncé lors d’une réunion d’information sur les nouvelles dispositions prises au niveau de l’administration douanière  le 19 janvier dernier, à la Chambre du commerce et de l’industrie d’Antananarivo (CCIA).

Assainissement

En effet, un tableau des sanctions des transitaires a été établi par la direction des douanes en vertu de l’article 15 de l’arrêté 35221 MFB/SG/DGD du 01/12/2015. Il s’agit d’une mesure d’accompagnement de l’assainissement du métier

de transit effectué en 2016. D’après les explications apportées par le directeur général des douanes, Eric Narivony Rabenja, «La douane a besoin de travailler avec des auxiliaires sérieux et fiables, qui collaborent assurément pour instaurer un climat de confiance afin d’accélérer les procédures de dédouanement et de rendre plus fluides les échanges».

Conditions

Dans cette nouvelle réglementation, il est souligné qu’un diplôme de maîtrise ou de six années d’expérience en matière de transit est exigé pour le directeur de la société, ainsi qu’un certificat de formation en douane pour le dirigeant et pour le déclarant. Par ailleurs, une hausse du cautionnement et de la garantie bancaire est également prévue dans le texte dans le souci de renforcer la garantie des créances douanières. En outre, la douane effectuera une enquête systématique du lieu d’établissement de chaque société pour constater son existence effective pour l’amélioration du recouvrement des créances douanières.

La nouvelle disposition a été élaborée avec quatre groupements de transit après des semaines de travaux depuis septembre 2017. La direction des douanes a également précisé que les infractions commises par chaque transitaire leur seront notifiées à chaque fin du mois, durant les trois premiers mois de l’année. L’application du décompte des infractions et des sanctions correspondantes sera effective à partir du 1er avril.

Riana R.

 

News Mada1 partages

Hevitra mandalo , Resaky ny mpitsimpona akotry : adin’ireo mpitsetsitra ny vokatry ny fahalemen’ny mpi...

Eo amin’ny soatoavina, araky ny fandinihana, tsy manana fahamendrehana ny loka ka raran’ny lalàny eo amin’ny fiarahamonina sasantsasany. Eto Madagasikara efa nihanalefaka ny lalàna. Nefa mba ho fiarovana ny mponina dia noraisin’ny fanjakana ho adidy ny fanaraha-maso akaiky ny fikarakarana lalao fanangonam-bola izay miankina amin’ny safidy lakalaka ny vokany.

Toy ireo mpikarakara, ny fanjakana koa dia mandroaka ampahany amin’ny vola maty arotsaky ny mpiloka alohan’

ny fizarana ny sanda homena ireo nahamarina ny valiny. Izany hoe ny mpikarakara sy ny fanjakana no mpandresy voalohany isak’izay miodina. Manana mpanara-maso manokana ny fanjakana izay antoka mba tsy hisian’ny lalao maizina na ny fitapitaka.

Mahasondriana ny fahainganana sy ny fahabetsahan’ny vola mihodina raha ny PMU no resahana. Mitobaka ny vola, manonja ny fakampanahy eo amin’ny fitsiriritana mba haka ny anjarany eo amin’ny tombom-barotra. Tranombarotra roa izy izao no mifaninana ary miady mihitsy ny fanangonana volan-doka mikasika ny hazakaza-tsoavaly any Frantsa. Araky ny fandinihana ny iray amin’izy ireo dia tsy ara-dàlana. Mahagaga anefa fa mbola samy misy Police des jeux, ilay sampana irahan’ny fanjakana manara-maso ny fahadiovan’ny loka sy ny fangaraharan’ny fitantanana ny volan-doka.

Inona no anton’izany ? Moa ve tsy mahavita mandamina izany korontana ateraky ny fandinkan-dalàna izany ny fanjakana sa sodoka sy sondriana mitango ny haba fotsiny? Mitaky moa ny filàna fandaminana ny fikambanana fahatelo izay na tsy tena mirotsaka ao amin’ny fikarakarana ny loka aza dia naman’ny mpiray vilia misitraka ny ampahan’ny latsakemboka arotsaky ny mpiloka tsirairay. Matsiro angamba ny saosy ka mangerona avokoa ny mpiray vilany. Ny fanjakana izay tompon-teny farany indray no tsy heno. Na amin’ny resaka toy izany aza ve dia efa tsy mahefa intsony ?

Ny mponina mpandray anjara amin’ny loka eo amin’ny hazakaza-tsoavaly any am-pita very hevitra avokoa, ary lasa saina feno ahiahy. Raha toy izao ny fitantanana ny raharaha dia afaka itokisana ve ny tsy fisian’ny fitapitaka hatramin’

izay teo amin’ny fitsinjarana sy famaritana ny ampaham-bola ho an’ny mpilalao nanome ny valiny marina? Ny toky anefa tsy afaka apetraka fotsiny amin’ny orinasa mikarakaraka ny loka fa mitoetra noho ny fanaovan’ny fanjakana fanaraha-maso akaiky izay hany antoky ny fahadiovan’ny lalao. Na itsy na iroa , ny antony nirotsahany tamin’io sehatra io anefa dia ny fikatsahana tombony. Efa samy minam-be izao ve dia mbola mety hisy ny fitsikombakombana ? Tsy ferana ny hatendana, ny hatendana tsy manam-petra, toa mitarika fahajambena.

Léo Raz

 

Ino Vaovao1 partages

FANAKANAN-DALANA TAMIN’NY RN-1 : Tovolahy iray namoy ny ainy, roa hafa naratra mafy

Trangan-javatra mahatsiravina sy nampalahelo no niseho tamin’iny lalam-pirenena voalohany na RN-1, ny alakamisy alina lasa teo. Tovolahy iray maty tsy tra-drano noho tifitra variraraka nihatra taminy, pasitera iray naratra voatifitra tao amin’ny lamosiny ary ny mpamily kosa voatifitra teo amin’ny tanany.

Tsy nisy nanam-po ny zavatra hiseho ny mpandeha rehetra tao amin’ilay fiara nitondra ireto olona niharan-doza, raha ny fitantaran’izy ireo. Araka ny fitantaran’ireo mpandeha dia nilaza fa hidina teo amin’ny sampanan-dalana mandefa Ivato ny roa lahy kinanjo avy hatrany dia nosokafan’ny iray ny varavaran’ilay mpamily ary nosintomina nivoaka avy tao ity farany.

Tampoka teo nisy efa-dahy hafa ihany koa nipoitra avy tao anaty ala ary nirongo basy PA sy Kalachnikov telo. Raikitra noho izany ny korontana ka niezaka nanohitra ny mpamily fa noho ny fitaovana tsy mitovy dia voatifitra ity farany. Noho ny tifitra variraraka nataon’ireo olon-dratsy dia tovolahy mpandeha tao anaty fiara no maty tsy tra-drano, olona iray hafa voatifitra avy tao amin’ny lamosiny, araka ny fitantaran’ireo nanatri-maso. Voalaza fa bala telo no niantefa tamin’ilay mpandeha iray maty. Fiara mpanao zotra rezionaly mampitohy an’Antananarivo sy Soavinandriana ity lasibatry ny jiolahy ity. Teo imason’ilay ramatoa vadiny no nahafaty io tovolahy noho ny tifitra nahazo azy, raha ny vaovao voaray ihany.

Voaroba avokoa tamin’izany ireo entana sy vola teny amin’ireo mpandeha tao anaty fiara, hatreto mbola tsy fantatra ihany koa ny tomban’ireo zavatra lasa tamin’ity fanafihana sady fanakanan-dalana nitranga tany amin’ny lalam-pirenena voalohany ity. Raha ny fanambaran’ireo mpitatitra manao zotra amin’iny lalam-pirenena iny dia efa indimy nitrangana fanafihana mitam-piadiana toy izao tamin’iny. Mitaky fandraisana andraikitra feno avy amin’ireo mpitandro filaminana ny fikambanan’ny mpamily noho trangan-javatra mihatra amin’izy ireo sy mpandeha.

Nanome soson-kevitra ireo mpamily amin’ ny fisavana ny mpandeha rehetra mialoha ny hiaingana amin’ny toerana iray.Pounie

La Vérité1 partages

Plan Emergence 2030 - Temps de présentation mal choisi

 « Ca suffit. Il faut qu'on avance pour le Fisandratana de Madagascar ». Tel était le mot de la fin lors de la présentation du plan Fisandratana (Emergence et renaissance) 2030 pour la Grande île qui a eu lieu au palais d'Etat d'Iavoloha dans la soirée de jeudi dernier. La chaîne nationale a rediffusé l'intégralité des interventions ce dimanche soir pour ancrer un peu plus dans la pensée collective que le pays a le président qui lui convient.

L'organisation de l'événement mérite quand même une observation. Le fait de le tenir dans la soirée, au coucher du soleil, est aux antipodes de l'esprit du plan Fisandratana. Selon la conception malagasy du temps, le soir correspond symboliquement au temps de la vieillesse alors que le matin et le midi sont considérés comme ceux de l'enfance et de la jeunesse.Ce n'est pas par hasard que les anciens optaient pour le « misandratrandro » (fin de matinée) pour tous les événements heureux alors que les événements malheureux sont réservés pour l'après-midi et les moments restants jusque tard dans la nuit. Là, le régime Rajaonarimampianina a exhibé ses trouvailles de développement à un moment qui serait mal choisi.Il est question d'émergence et de renaissance en cette fin de mandat électif du président. C'est peut-être pour cela que la soirée de jeudi 25 janvier, jour de quatrième anniversaire de son investiture, ait été retenue. Entre autres, le principal orateur a mis l'accent sur la nécessité impérieuse de conserver les valeurs traditionnelles. Pourtant, il est en contradiction avec lui-même en parlant de « fisandratana » à un temps à connotation de démence sénile.Mais, à l'entendre s'exprimer sur la maîtrise du temps (allocution chronométrée), l'on se rend compte que le maître du lieu aurait pris le temps de simuler son intervention durant toute la matinée. Voilà pourquoi il aurait fallu reporter dans la soirée la présentation car un repos méritant et des préparations supplémentaires se sont imposés entre temps. De plus, le fait de tenir le discours tantôt en langue nationale tantôt en langue française donne l'impression que le plan ne soit pas réservé uniquement pour les nationaux.Quel que puisse être le mérite du plan Emergence, le président Hery Rajaonarimampianina n'est pas le premier à coucher par écrit son plan et sa vision de développement national pour le moyen terme. Ses prédécesseurs ont eu aussi les leurs en leur temps. Il en était ainsi du président Philibert Tsiranana avec son Livre blanc du développement, du président Didier Ratsiraka avec le Livre rouge de la révolution socialiste et du président Marc Ravalomanana avec le Madagascar Action Plan.Si les prévisions contenues dans chacun de ces référentiels présidentiels étaient réalisées telles que leur concepteur respectif l'avait imaginé, la situation de notre île serait déjà différente de celle à laquelle nous assistons aujourd'hui. C'est le temps qui a joué plus contre nous qu'en notre faveur. Sans verser dans la superstition, le temps de la jeunesse (le misandratrandro) est celui de l'émergence et non celui de la vieillesse, le coucher du soleil.M.R.

Midi Madagasikara1 partages

Rallye Monte-Carlo : Le 6e titre pour Ogier (M-Sport Ford)

« Moins d’erreurs que les autres »

Le Français Sébastien Ogier (M-Sport Ford) a remporté dimanche son sixième Rallye Monte-Carlo, le cinquième d’affilée, en faisant « moins d’erreurs que les autres » lors d’un week-end « parmi les plus compliqués » qu’il ait disputés.Q: Quel est votre sentiment après cette victoire?

R:  » Cela a été un week-end difficile à négocier pour tout le monde. Un Rallye Monte-Carlo parmi les plus compliqués que j’ai disputés au niveau des choix de pneus et des conditions auxquelles on a dû faire face. C’était, je pense, mission impossible, sur un week-end comme ça, de faire la course parfaite. On a fait quelques petites erreurs mais on en a fait moins que les autres et, à la fin, on s’impose. (…)Mais ça n’est vraiment pas le rallye le plus facile pour gérer les écarts… »

Q: C’est beaucoup d’émotion?

R: « Si on n’est pas ému après une victoire au Monte-Carlo, je pense qu’il faut arrêter de faire du rallye! C’est certainement le plus compliqué des rallyes au monde et le plus beau également, en tout cas à mes yeux. C’est sûr que d’accrocher une sixième victoire ici, la cinquième en WRC, c’est top. c’est vraiment un rallye qui me réussit bien. »

Q: Comment expliquez-vous cela?

R: « J’ai un bon feeling avec ce rallye. Et en général, j’ai une bonne faculté à être constant, à savoir à quel moment il faut prendre des risques et à quel moment il ne faut pas. Et une faculté à faire un peu moins d’erreurs que mes concurrents. Normalement… »

Q: C’est le début de saison idéal?

R: « Tout le monde sait que le WRC version 2017-2018 est hyper compétitif. Il y a vraiment quatre équipes performantes, capables de gagner des courses, voire le championnat. Donc c’est bien de commencer avec des gros points parce que ça va certainement être très disputé. »

Q: Votre dauphin, l’Estonien Ott Tänak (Toyota), s’annonce comme votre principal rival?

R: « C’est encore trop tôt pour dire que ça sera le N.1 mais ça en sera un, ça c’est sûr. »

Propos recueillis par Raphaëlle PELTIER

Madaplus.info0 partages

Kidnapping des Indiens : l’Ambassadeur de l’Inde attend les mesures prises par l’État malgache

L’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar a annoncé au cours de la semaine dernière qu’il est encore en attente des mesures concrètes que l’État malgache prendra par rapport à la recrudescence kidnappings dans le pays.
En effet, 90 % des victimes d’enlèvement sont des natifs indiens. Une rencontre entre l’ambassade, l’État et tous les responsables traitants de ces affaires de kidnapping s’était tenue afin de trouver des solutions pertinentes contre les actes de kidnapping. Il a été également évoqué lors de cette entrevue, l’impact de ces séquestrations sur les opérateurs indiens qui résident à Madagascar par rapport à la recrudescence de l’insécurité, mais jusqu’à présent, aucune solution. Les décisions pour éradiquer le phénomène ont été proposées selon les explications de l’Ambassadeur de l’Inde. Pourtant, il a également évoqué qu’il fait confiance à l’État malgache pour prendre les mesures rigoureuses qui s’imposent face au problème de kidnapping actuellement. Un natif indien de nationalité malgache kidnappé dernièrement reste encore introuvable a affirmé l’Ambassadeur de l’Inde. La relation entre les deux pays reste pourtant inchangée et se renforce malgré ce fléau.
News Mada0 partages

Razafimalala Clovis : manelingelina ny mpanao trafika hazo ny mpizahatany

Amin’ny maha tany lavitra andriana any Maroantsetra, manjaka ny gaboraraka, manapotika ny tontolo iainana sy ny kolikoly. Samy manao izay saim-pantany ny olom-bitsy  mpandraharaha.

Tsy foana ny trafikana hazo sarobidy any Maroantsetra sy ny manodidina. Nambaran’ny filohan’ny Fiombonan’ny mpanao ady sisika amin’ny tontolo iainana (CNPE), Razafimalala Clovis, fa misy hatrany ny famoahana an-tsokosoko hazo any anaty ala, indrindra ny karazana voamboana raha niatoato kely ny andramena. Mahatonga izany, mety tsy mandray ny andramena ny Sinoa mpanao trafika any Sina.

Manampy izany, nilaza ity mpitolona amin’ny tontolo iainana ity fa manelingelina ireo mpanao trafika ireo ny mpizahatany vahiny mitsidika any Maroantsetra sy miditra any anaty ala. Satria, maka sary sy horonantsary ny zavatra hitany izy ireo, ary manao tatitra any amin’ny mpamatsy vola vahiny iraisam-pirenena sy any amin’ny mpitantana ny faritra arovana. Aparitak’ireo mpizahatany any anaty tambajotran-tsosialy koa ny sary sy ny feo ary ny horonantsary azony ary mahita izany avokoa ny rehetra maneran-tany.

Tsy mazava ny fiaramanidina sy ny solika

Mahavariana koa fa miova na foana matetika ny zotra ana habakabaka mankany Maroantsetra rehefa ao anatin’ny fotoana mahabetsaka ny mpizahatany. Lazaina fa mahatonga izany ny fahasimban’ny arabem-piantsonan’ny fiaramanidina. Mahavariana anefa fa miverina amin’ny laoniny ny zotra aty aoriana, nefa tsy nisy fanamboarana natao akory tao amn’ny arabem-piantsonana.

Etsy ankilany, mitaraina ny mponina sy ny mpanjifa any Maroantsetra, fa manjaka ny kolikoly amin’ny famatsiana solika. Tsy mazava mihitsy ny fitsinjaran’ireo tobin-tsolika roa any an-toerana ka takin’ny mponina ny hanovana ireo mpitantana azy.

Tena tany lavitra andriana ara-bakiteny ny any an-toerana, tsy hita soritra ny fitantanan-draharaam-panjakana, ary manjaka ny gaboraraka sy ny kolikoly, anjakan’ny mpandraharaha tsy miankina vitsy nefa mitazona ny ain’ny toekarena any an-toerana.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Andron’ny ladoany : iantohana ny hisian’ny tontolon’ny varotra madio

 Natao tany Mahajanga, ny 26 janoary teo, ny fankalazana ny « Andro eran-tany ho an’ny fadintseranana ». Mankalaza izany fotoana izany isan-taona ny mpikambana rehetra ao amin’ny OMD, anisan’izany isika eto Madagasikara, ka lohahevitra nosafidina tamin’ity taona ity ny hoe « Tontolon’ny varotra madio miantoka ny fampandrosoana ».

Izay nandray fitenenana rehetra, samy nanome lanja ny “guichet unique” mifandraika amin’ny lohahevitra nosafidin’ny OMD  sy amin’ny politika ankapobeny nofaritan’ny fadintseranana malagasy. Nisafidy io fotoana io rahateo ny fadintseranana eto Madagasikara rahateo nanambarana tamin’ny fomba ofisialy ny fampiasana ny “logiciel  Sydonia++”,  ho fiarovana ny varotra, indrindra ho fanatsarana ny asan’ny ladoany.

Lafiny teknika maro ny nentina nampahafantarana izany, toy ny fanambarana ny entana tonga, fandraisana sy famoahana izany, fandoavam-bola tany amin’ny “guichet unique”. Noporofoina ihany koa, tamin’io fotoana io ny fanafainganana ny asa rehetra amin’ny alalan’ny fanomezana “code barre” ho fantatry ny tompony avy amin’izany “logiciel” vaovao izany. Efa mampiasa io daholo izao ny biraon’ny fadintseranana rehetra manerana ny Nosy, nanomboka ny 26 janoary teo.

Nitarika ny fotoana tany Mahajanga Rtoa minisitry ny Fitantanam-bola sy ny tetibola, Vonintsalama nihaonany manokana tamin’ireo mpiasan’ny ladoany any Mahajanga. Marihina fa mila fanarenana goavana ny seranan-tsambon’i Mahajanga.  Ary mpiasa 20 avy amin’ny ladoany sy ny sehatra tsy miankina, notolorana mari-pankasitrahana noho ny ezaka vitan’izy ireo mifanandrify indrindra  amin’io lohahevitra nosafidin’ny OMD io.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Mpirakidraharaha : « mila hadihadiana ny « Raharaha Houcine »

 « Tokony hisokatra ny fanadihadiana momba izany, ary manentana ny fitondrana foibe izahay: mitodika amin’ny filoha Rajaonarimampianina, ny governemanta tarihin’ny praiminisitra mba tsy hiraviravy tanana. » , hoy ny filohan’ny Sendikàn’ny mpirakidraharaha fitsarana, Randriambololona Haja, momba ny « Raharaha Houcine Arfa« . Tsy tokony hangina fotsiny amin’izao amin’io raharaha io ny fitondrana foibe, fa horaisin’ny olona ho miray tsikombakomba ao anatin’izay hoe ry zareo samy ry zareo io.

Ny tena mahagaga: rehefa ny madinika no manao zavatra mahavoa azy, maika ery ny fanokafana fanadihadiana na fitorohana ankasomparana aza. Na fitoriana tsotra iray amin’ny raharaha azo tsaraina alefa any amin’ny firaketan-draharahan’ny fitsarana, misokatra avy hatrany ny fanadihadiana.

Mety hitarika ny tsy fahatokisan’ny olona ny fitsarana malagasy ny « Raharaha Houcine Arfa ». Tokony hametra-pialana ireo tomponandraiki-panjakana ambony voatonontonona, na manao fanazavana hentitra momba ny raharaha.

Fahafirin’ireo raharaha maizina vitavita sy tsy hitahita ho azy amin’izao io?

R. Nd.

 

News Mada0 partages

Andrianainarivelo Hajo : « tsy manara-dalàna izao fitondrana izao… »

Nanatanteraka fifampiarahabana nahatratra ny taona, teny amin’ny foiben-toerany, etsy Ankerana, ny asabotsy teo, ny antoko Malagasy miara-miainga, tarihin’ny filoha nasionaliny, Andrianainarivelo Hajo. Nitondran’izy ireo ny  heviny ny raharaham-pirenena.

Anisan’ny nisongadina tamin’ny lahateniny ny  fanitsakitsahan’ny mpitondra ny lalàna. Noraisiny ho ohatra ao anatin’izany ny tsy fametrahana ny filohan’ny mpanohitra eny anivon’ny Antenimierampirenena hatramin’izao. “Mazava  fa tsy manaiky ny hisian’ny fanoherana eto amin’ny firenena ny mpitondra. Tsy izahay ho lasa mpanohitra ny zava-dehibe fa ny foto-kevitra hoe manomboka izao, tokony hisy ny fanoherana ironan’ny maro anisa eto, mba hialana amin’ireo mpanao politika mivadibadika palitao manimba ny firenena”, hoy Andrianainarivelo Hajo.  Nohitsiny  fa voahitsakitsaka ny lalàmpanorenana. Manampy izany  ny momba ny didim-pitsarana manampy « jugemet supplétif ».  “   Depiote  valo no hany nandany izany teny amin’ny Antenimierampirenena.  Izany ve ny fitantanana ny raharaham-pirenena. Tsy mba  lalàna entina hijerena ny tombontsoam-bahoaka  fa ny hametrahana hoe tokony hofehezin’olom-bitsy », hoy ihany ny filoha nasionalin’ny antoko Malagasy  miara-miainga.

Kandidà tokana eo  anivon’ny Armada

Teo koa ny fampahatsiahivany fa tsy manaraka lalàna ny fanendrena lehiben’ny faritra. Tokony hapetraka amin’ny alalan’ny fifidianna izy ireo,  araka ny nambarany. “Ho olana eo amin’ny fampandrosoana hatrany ny tsy fanarahan-dalàna raha  mitohy izao”,  hoy izy.

Nitondrany fanazavana ny mety ho filatsahany hofidina ho filoham-pirenen.  Mazava ny nambaran’ny filoha nasionaly, Andrianainarivelo Hajo. “Mitazona ny teny nomena izahay. Noho izany, misy ny fifanarahana eo amin’ny Armada ny amin’ny tsy maintsy hanolorana kandidà tokana hanatanteraka ny fandaharanasanay ka hajainay izany  », hoy izy. Nanteriny  fa efa mamolavola ny paikady rehetra hampandaniana io kandidà tokana io izy ireo. Hambara tsy ho ela izany, araka ny fanamafisany.

Vonona amin’ny fifampiresahana, saingy…

Nanehoany hevitra avy eo ny momba ny fifampidinihana amin’ny  fitondrana. Nambarany fa efa tara loatra izany. Na izany aza anefa, vonona ny Malagasy miara-mianga  ny hifampidinika raha resaka momba ny lalàm-pifidianana sy ny datim-pifidianana. “Vonona izahay na rahariva aza ny hifampiresahana momba izany”, hoy ihany izy.

Etsy andaniny, nampitandrina ny fitondrana Andrianainarivelo Hajo raha kitihina hosoloina PDS  ny ben’ny Tanànan’i Manandriana, nodimandry. Hentitra ny nambarany.  « Tokony hatao ny fifidianana, saingy aza mifampikitikitika raha tsy ho tonga amin’izany  », hoy izy hentitra.

Synèse R.

News Mada0 partages

Rugby –«Gold Top 8 Mada» : voahosotra ho tompondaka ny FTM Manjakaray

 Tsy mbola niala teo am-pelatanan’ny FTM Manjakaray ny anarana maha tompondakan’i Madagasikara, ho an’ny taranja rugby. Resiny teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa mazava, 44 no ho 26 ny Cosfa, izay tsy mbola nety afa-bela tamin’izy ireo.

 Mbola noporofoin’ny FTM Manjakaray indray fa izy ireo aloha no laharana voalohany eto Madagasikara, ho an’ny sokajy Elite D1, taranja rugby. Nanamarina izany ny fandresena azon-dry zalahy, nanoloana ny Cosfa, tamin’ny isa, 44 no ho 26. Lalao notanterahina tetsy amin’ny kianjaben’i Mahamasina, omaly alahady. Fihaonana, nahasarika mpijery marobe, liana ny hijery ireo solontenan’i Madagasikara eo amin’ny “Top 6 Aroi”, hatao afaka iray volana. Niady ny fihaonana, ary nahafinaritra satria samy nahatonga baolina nentin-tanana, avokoa ny andaniny sy ny ankilany. Nitarika anisa hatrany ny FTM Manjakaray, nahitana an’i Mbola sy ry Mika ary i Lahatra sy ry Gervais, nampian’i Koroka. Nampiasa ny famezivezena ny baolina mahazatra azy izy ireo, izay haingam-pandeha.

Tetsy ankilany, tsy nitazam-potsiny ry Gougou sy ry Rahery fa tena nandona mafy mihitsy,  saingy mailaka sy kinga ny FTM ka matetika tafaporitsaka hatrany. Nitarika tamin’ny isa, 18 no ho 11, ny FTM teo am-pialan-tsasatra. Tsy voatazona intsony ny Manjakaray, teo amin’ny tapa-potoana faharoa, ka nanjary niitatra tsikelikely ny isa ary nihanalalaka ny elanelana teo amin’ny roa ronta. Tsy namotsotra ny baolina nodakany koa i Mika.

Lelavola sy omby mifahy

Ankoatra ny amboara, notolorana lelavola 2.000.000 Ar ny FTM Manjakaray. 600.000 Ar ny an’ny Cosfa. Samy notolorana omby mifahy avokoa ny ekipa roa tonta.

Voahosotra ho mpamono baolina be indrindra, tamin’ity, i Koroka, avy amin’ny FTM, izay nahazo isa 57. I Tahiana Ilda (Max), mpilalaon’ny Cosfa, kosa ny mpilalao mendrika.

Nitana ny laharana fahatelo, tamin’ity fifaninanam-pirenena ity, kosa ny US Ankadifotsy, nandresy ny STM (Savony), tamin’ny isa mazava, 22 no ho 14.

Marihina fa tonga nanotrona ity famaranana ny “Gold Top 8 Mada” ity Rajaonah Mbola, mpanolotsaina manokan’ny filoham-pirenena. Teo koa ny minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny jeneraly Rasolofonirina Beni Xavier, sy ny minisitry ny Fampiarana arakasa, Raharimalala Toto Lydia, ary ny minisitry ny Fanatanjahantena, Andriamosarisoa Jean Anicet. Teo koa ny sekretera jeneralin’ny Komity olympika malagasy, nisolo tena ny filohany, ary ny loholona Mananjara, ary ny Filoha lefitra voalohan’ny Ben’ny Tanàna, Andriamorasata Juline, nisolo tena ny Ben’ny Tanàna, sy ireo olo-manan-kaja maro.

Dingana manaraka ho an’ny taranja rugby ny fiatrehan’ny Cosfa sy ny FTM Manjakaray ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina “Top 6 Aroi”, hanomboka ny 14 marsa ho avy izao. Tsiahivina fa firenena efatra no hiatrika izany : i La Réunion, hanana solontena roa, i Maorisy sy i Mayotte, samy hanana ekipa iray ary i Madagasikara, ekipa roa. Hisy lalao hivoahana sy horaisina amin’ity andiany voalohany ity. Hatao any La Réunion ny famaranana, ny 14 avrily ho avy izao.

Tompondaka

 

News Mada0 partages

«Atletisma ho an’ny rehetra» : nisongadina ny fandresen’ny sekoly père Pedro

Tontosa, omaly alahady, ny andiany fahadimy amin’ny hazakazaka mifampitohy, nifaninanan’ireo sekoly miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana. Fihaonana, notanterahina manodidina ny farihin’Anosy, nokarakarain’ny federasiona malagasin’ny atletisma (FMA2). Nisongadina ny sekoly père Pedro Andralanitra, nahitana an’i Sarah, i Nadia, i Haingotiana, i Natalia, i Julien, i Alicia, i Patrick, i Ferdinand sy ny hafa izay nahatontosa ny hazakazaka mirefy 2 km tao anatin’ny fe-potoana 4 mn 26 sec. Nitana ny laharana faharoa ny lisea Mirva, nahavita ny fifaninanana tao anatin’ny 4 mn 32 sec, narahin’ny lisea Teknika ara-barotra Ampefiloha, nahavita izany tao anatin’ny 4 mn 38 sec.

Nomena ny Lisea J.J. Rabearivelo kosa ny amboara ho an’ny sekoly mendrika, noho izy ireo nanana mpandray anjara betsaka indrindra, nahatratra 173.

Nisy koa ny fifaninanana ho an’ireo orinasa ka nahazoan’ny Otiv ny amboara, izay nanana mpihazakazaka 51, raha 38 ny an’ny Tram Plus. Nahatratra 1 000 ny isan’ny mpandray anjara tamin’ity. Nihoatra lavitra no ho ny tamin’ny taon-dasa izay 700. Tsy nanafina ny hafaliany ny filohan’ny federasiona, Ramanantsoa Andriamahazo Norolalao.

Torcelin

News Mada0 partages

Ady totohondry : tsy miala amin’i Gege Bosco ireo ligy

Nohamafisin’ireo filohana ligim-paritra amin’ny ady totohondry miisa 11, niatrika ny fivoriambe tsy ara-potoana, ny alakamisy 25 janoary lasa teo, tetsy Mahamasina fa mitazona an’Andriamanampisoa Gege Bosco ho filoha lefitra voalohan’ny federasiona ry zareo mandra-pahatonga ny fifidianana. Ankoatra izay, mangataka ny hampisehoana ilay taratasy avy amin’ny AIBA, milaza fa voasazy, i Gege Bosco ireo filohana ligy fa tsy tononina am-bava fotsiny ka miteraka savorovoro, ato anatin’ny ady totohondry. Mitaky ny hanaovana fivoriambe iarahana amin’ny minisitera sy ny Komity olympika malagasy (Kom) ary ny filohan’ny federasiona ao anatin’ny 48 ora izy ireo. Anton’izany ny tsy fahavitan’ny filoha Rabarisoa Hery Mamy ny andraikitra napetraka aminy. Eo koa ny tatitra momba ny fifaninanana afrikanina tany Kongo Brazaville sy ny tsy nahafahana niatrika ny ho tompondaka eran-tany, tany Alemaina. Voalaza koa fa tsy nisy ny tatitra ara-bola sy ny ara-moraly, ary ny tsy fandraisana andraikitra tamin’ny fifaninanam-pirenena, tao anatin’ny efa-taona.

Torcelin

News Mada0 partages

Kitra – «Chan 2018» : tafita amin’ny manasa-dalana i Maraoka sy i Soudan

 Voahaja ny lojika teo amin’ny lalaon’i Maraoka sy i Namibia fa nitranga kosa ny tsy nampoizina teo amin’ny ampahefa-dalana, nikatrohan’i Soudan sy ny Zambianina, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, “Chan 2018”, taranja baolina kitra.

 Hiatrika ny manasa-dalana, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, taranja baolina kitra, natokana ho an’ireo mpilalao tsy matihanina “Chan 2018”, ny Maraokanina sy ny Sodaney. Fihaonana, notanterahina ny asabotsy lasa teo, tao amin’ny kianja Casablanca. Voahaja ny lojika teo amin’ny lalao voalohany nikatrohan’ny tompon-jaridaina sy ny Namibianina. Nivoaka ho mpandresy, tamin’ny isa mazava, 2 no ho 0, ny Lionan’i Atlas. Na izany aza, sahirana vao tafavoaka i Maraoka. Efa tany amin’ny minitra faha-36 vao afaka nanokatra ny isa i  Al Kaabi. Io isa tokana io no nentin’ny roa tonta niala sasatra. Nanampy ny isa faharoa i Salaheddine Saidi, teo amin’ny faha-55 minitra nilalaovana, taorian’ny “corner” nodakan’i Bencharki.

Namaly bontana ihany ny Nambianina, saingy tsara fiarovantena ry zareo Maraokanina ka tsy nahita irika hamonoana baolina mihitsy ry zareo.

Nitranga kosa ny tsy nampoizina tao amin’ny kianja Marrakech, teo amin’ny ampahefa-dalana faharoa. Lavo ny andrarezina, ny Zambianina, ekipa noheverina fa anisan’ireo “favori”, amin’ity “Chan 2018” ity. Baolina tokana, tafiditr’i Saifedin Bakhit, tamin’ny alalan’ny daka mandrivorivo, teo amin’ny minitra faha-32, ny nahalavo ny Chipolopolos avy any Zambia, tamin’ity fihaonana ity. Nanjakan’izy ireo anefa ny fihaonana, hatreo amin’ny minitra faha-25, saingy tsy nahatafidirany baolina mihitsy izany. Nanomboka teo kosa vao taitra tamin’ny torimasony ny Sodaney  ka nanao fanafihana ihany koa. Hifandona eo amin’ny manasa-dalana, ny alarobia 31 janoary ho avy izao, i Maraoka sy i Soudan.

Torcelin

 

News Mada0 partages

Kitra – «Mada vehivavy 2018» : efa tompondaka mialoha ny fotoana ny Askam

Nahazo fandresena roa, tamin’ny lalao roa vitany, ny Askam Itasy. Vokatra efa mitondra azy ireo any amin’ny maha tompondakan’i Madagasikara azy ireo, eo amin’ny fifaninanam-pirenena, baolina kitra vehivavy. Fihaonana, notanterahina teny amin’ny kianja Carion Manjakandriana, ny zoma sy omaly alahady. Raha tsiahivina, nandresy ny Asot, tamin’ny fandakana ny “tirs au but”, 4 no ho 3, teo amin’ny lalao voalohany ary nandavo ny FC Prescoi Vakinankaratra, tamin’ny isa 4 no ho 2, omaly, ny tovovavin’Itasy. Anisan’ny nisongadina tamin’izany i Sarah, nampidtira ny baolina telo. Mitarika eo amin’ny famonoam-baolina izy ankehitriny. Teo koa ny fahaiza-manaon’i Christinah sy ny hakingan’i Dinah, mpiandry tsatoby.

Nahazo fandresena roa toy izany koa ny FC Sab-Nam, izay nanilika ny Som Boeny, tamin’ny isa tokana 1 no ho 0 ary nandavo ny Ascuf Matsiatra Ambony, tamin’ny fandakana ny “tirs au but”, 7 no ho 6, rehefa nisaraka ady sahala 3 no ho 3 ny roa tonta. Hiala sasatra ny ekipa rehetra, amin’ity alatsinainy ity, ary hiditra amin’ny andro fahatelo rahampitso talata ka ny Asot, hifandona amin’ny Prescoi ary ny Som, hifanandrina amin’ny Ascuf. Ny Comato, hifanazava amin’ny Askam ary ny Mifa, hifampitana amin’ny Sab-Nam.

Tompondaka

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans

Politique indigène

Le Général Galliéni suivit une politique indigène que ses successeurs, les uns après les autres, s’efforcèrent d’effacer.

Galliéni voulait que, dans la colonie, il n’y eût aucune force perdue. Les résultats obtenus furent satisfaisants puisque, progressivement, la production du riz s’augmenta et, malgré les grands travaux entrepris, les chantiers ne manquèrent pas de main-d’œuvre. Ils étaient il est vrai moins nombreux qu’actuellement.

Depuis, on a cru bien faire en laissant à l’indigène son libre arbitre. L’État ne lui demandait qu’une chose, payer ses impôts, d’accomplir religieusement ses prestations, très limitées. Il est bon d’ajouter que très souvent les travaux prestataires n’avaient rien de commun avec ce qui s’appelle l’intérêt général.

On a souvent reproché aux chefs de province de ne pas intervenir efficacement pour faire disparaître ces tendances à la paresse des indigènes. Sans doute, mais à cette époque les chefs de province n’avaient aucune latitude, ils devaient se conformer strictement aux instructions venant d’en haut.

Ils ne devaient donc encourir aucune responsabilité.

Aujourd’hui, on semble vouloir revenir à un autre système, celui-ci : laisser aux chefs de province plus de latitude, partant plus de responsabilités.

Et cela est juste. Mieux que personne ils connaissent les besoins des colons des régions qu’ils administrent. Ils seront donc plus à même d’y faire face ; suivant les indications générales données au point de vue politique indigène, établie de la politique indigène suivant les méthodes de Galliéni, il est évident que des modifications seront apportées aux grandes lignes du programme suivi par le général, dans cet ordre d’idées. Le pays a évolué. Le Malgache a gagné beaucoup d’argent, par contre il est vrai ses besoins sont plus grands.

Il est toutefois inadmissible que des quantités d’individus restent bras croisés alors que les Européens travaillent. Il ne faut pas que les choses restent en l’état, pour cela il convient qu’un programme bien défini soit mis en application dans l’intérêt général.

Nous l’attendons de M. Merlin qui, très certainement, fournira sur ce sujet toutes les explications nécessaires aux colons du Sud et de l’Est qu’il visitera prochainement.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Chronique : c’est une fille !

Elle était émue en sortant du cabinet du médecin. C’était la deuxième échographie de cette grossesse qui se déroulait à merveille. Elle se réjouissait d’annoncer à son mari que le bébé se portait bien et que dans quelques mois ils auraient une magnifique petite fille. Une fois n’est pas coutume, elle ne se précipita pas sur son téléphone intelligent pour lui annoncer la bonne nouvelle. Elle ne le lui dirait pas mais elle savourait le plaisir d’être la seule à savoir, pendant quelques petites heures. Elle passa la journée en souriant béatement à tous ceux qui lui adressaient la parole et quand elle rentra chez elle, elle était prête à partager son secret avec le père de son enfant. Il l’attendait, tout sourire lui aussi. « C’est une fille !», lança-t-elle à peine arrivée. Le visage assombri, il répondit laconiquement : «Ah. J’étais sûr que ce serait un garçon. C’est bien un garçon, pour commencer». La gorge serrée, elle lui demanda s’il était déçu. Non, pas vraiment. La prochaine fois, ils y arriveraient, ils auraient un garçon.

Il était heureux. Après deux fausses couches et une troisième grossesse difficile, sa femme avait réussi à garder l’enfant qui était né à terme, 50 cm et 3,5kgs, cinq orteils à chaque pied et la même fossette que lui sur la joue gauche. La maman, épuisée par un accouchement qui avait duré toute la nuit, était fière d’avoir enfin donné un enfant à cet homme qui désirait tant être père. Il la regardait. Elle attendait qu’il lui parle. Il lui prit doucement la main et lui dit gentiment : «Tu vois que tu peux y arriver. Aujourd’ hui tu as fait une fille. Mais bientôt tu me donneras un fils, n’est-ce pas ?». Epuisée mais lucide, sa femme lui promit ce qu’il voulait entendre. Ce n’était ni le lieu ni le moment d’entamer une discussion sur l’égalité des sexes. Elle prit sa fille dans ses bras et s’endormit en songeant que la prochaine fois, elle y arriverait, elle donnerait naissance à un garçon et son mari serait alors vraiment très heureux.

Kemba Ranavela

News Mada0 partages

Maro ireo tsy tafiditra… : fahombiazana ny fiverenan-dry Solomiral

Elaela tsy hita ka tafahaona tamin’ny mpankafy indray izy efatra mirahalahy (Hajazz, i Mendrika, i Fanaiky, i Ny Ony), miampy an’i Rivokely, i Seta ary i Andrikely, miara-mandrafitra ny Solomiral. Feno fifaliana ny fihaonana, satria nahafa-po ny hetsika ary mampanantena ny hitohizan’izany ny tarika.

Hipoka tanteraka ny efitrano fampisehoana ao amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM) etsy Analakely, toerana niaingan’ny fahombiazan’ny tarika Solomiral, ny zoma hariva teo. Mbola maro koa aza ireo tsy tafiditra. Midika izany rehetra izany fa manana ny mpankafy azy hatramin’izay sy ireo babo tamin’izy ireo, teny « an-dalana » eny, ity tarika, izay efa ela nietezana teo amin’ny tontolon’ny mozika ity.

Azo lazaina ho tsy mahagaga loatra ny fahamaroan’ny mpijery. Sarotsarotra ny hisian’ny fotoana toy ireny, iarahan’ireo mpikambana rehetra. Mpitendry matihanina avokoa izy ireo ary samy manana ny fandaharam-potoany, toa an’i Hajazz, izay any ivelany any matetika. Araka izany, samy nanararaotra ny rehetra. Tsy hanindroa ny seho toy ireny, ao anatin’ny taona.

Ankoatra ny fihaonana indray, tsy nandiso fanantenana ny kanto nentin-dry Solomiral teny an-tsehatra. Tsy niova amin’ny nahafantarana azy ireo hatramin’izay, tsy nasiam-panovana, nampitamberina ny lasa, na tamin’ireo teny an-tsehatra na tamin’ny mpankafy tsirairay. Tsy hadino ihany koa ny jazz, manavanana azy ireo.

Raha fintinina, toa tsy hitahita akory ny ora roa mahery niarahana tao amin’ny CGM, fotoana fohy feno fifaliana sy fifampizarana ny mamy. Mampanantena anefa ny tarika Solomiral fa mbola hisy ny manaraka, izay inoana fa hanomezana fahafaham-po ireo tsy tafiditra tamin’ny zoma hariva teo.

Landy R.

 

News Mada0 partages

Fiparitahana basy : mpivarotra basy sarona niaraka tamin’ny PA

 

Voasambotry ny zandary avy ao Andaingo ny lehilahy iray, ny 26 janoary teo, rehefa nanaovana vela-pandrika noho izy io nilaza fa manana basy amidy. Sarona ihany koa io basy poleta namidiny io izay nogiazana.

“Nahazo vaovao ny zandary mikasika ny varotra basy ka nanao ny paik’ady rehetra hanatrarana azy. Tratra ihany izy io rehefa notsongoina dia naharitraritra ka rehefa nosavana nahitana ny basy PA iray. Basy vahiny tsy fampiasan’ny mpitandro filaminana malagasy mihitsy izy io”, raha ny fanazavana.

Mbola nahitana basy Mas 36 iray koa teo anelanelan’Ampandrana, ao amin’ny  fokontany Ankiripika sy ny fokontany Ambatomiankimbe,  samy kaominina Ampondrabe ny 27 janoary teo tamin’ny 12 ora antoandro, taorian’ny fifandonan’ny zandary tamin’ny andian-dahalo vao saika handeha hanao fanafihana tanàna.

“Ireo zandary mivondrona ao amin’ny Cogul (cellule opérationnelle pour la gestion des unités limitrophes) Betsiboka, Sofia, Alaotra/Mangoro,  no nifanena tamin’ny dahalo miisa telo nirongo basim-borona sy Mas 36, nandritra ny fisafona nataon’izy ireo”, hoy ny fanazavana.

Sady nitifitra ireo dahalo no nanao tari-dositra raha vao nahita ireo andiana zandary. Rehefa nahatsapa ireo dahalo ireo fa tsy haharesy ireto zandary ireto, vaky nandositra ka latsaka hatramin’ny basiny. Nanenjika ihany ireo zandary, saingy nanjavona tao anatin’ny haizina ireo olon-dratsy ka hita taorian’ny fisavana ny toerana ny basy Mas 36 nampiasainy izay mbola nisy bala efatra. Nogiazana ilay basy, notohizana ny fikarohana ary nentanina ny fokonolona mba ho mailo hatrany.

Yves S.

News Mada0 partages

Fanafihana taksiborosy teny Soamahamanina : telo lahy voasambotra niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana

Lehilahy miisa telo, voarohirohy tamin’ny fanafihana taksibrosy nitranga ny 25 janoary teo, tamin’ny 7 ora sy sasany hariva tany Soamahamanina, no voasambotry ny zandary teo Imerintsiatosika ny ampitson’ny fanafihana.

Araka ny fanazavana, ny 25 janoary hariva, nisy lehilahy efatra nandray taksiborosy mampitohy an’Antananarivo sy i Soavinandriana, teny amin’ny fiantsonana Fasan’ny Karana.  Niala  teo Ambatofolaka Soamahamanina izy ireo, ary efa nisy telo lahy hafa niandry azy ireo teo amin’io toerana io.  Noteren’izy ireo nidina ny fiara ilay mpamily izay nambanana basy. Nisy ny mpandeha iray niezaka nitondra ny fiara hitsoaka kinanjo voatifitra teo amin’ny valahany ka naratra. Navoak’ireo jiolahy ireo mpandeha ka nalainy avokoa ny finday sy ny vola ary ny fahitalavitra « ecran plat » iray. Tafatsoaka tany anaty alaala ny lehilahy roa mpandeha ary lehilahy roa hafa koa naratra nolalovan’ny bala.

Voalaza fa rehefa lasa ireo jiolahy, namonjy teny amin’ny hopitaly hitondra ny marary ny fiara sady nilaza tamin’ny zandary. Nanao ny fikarohana faran’izay haingana ny zandary izay nanao savahao ny manodidina rehetra, saingy efa tafaporitsaka ireo jiolahy.

Nahitana fitaovam-piadiana

“Ny 26 janoary, tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany, nahazo vaovao ny zandary fa misy lehilahy miisa efatra ahiahina ho isan’ireo mpanafika niakatra taksibrosy ny harivan’io teny  Fasan’ny Karana ka mikasa ny hanao toa an’io nataony io indray. Rehefa natao ny sakana teo Imerintsiatosika, nandositra avy hatrany izy efatra nahiahina ireo raha vao nijanona ny fiara nosavain’ny zandary”, hoy ny fanazavana. Voasambotra ny telo fa ny iray izay nahina ho nitondra basy, nibaby sakaosy, tafaporitsaka. Rehefa nosavana tsirairay ny entan’izy ireo, nahitana antsibe avokoa. Mbola nahitana odigasy toy ny fonoka ihany koa tamin’izy ireo. “Rehefa naseho ireo olona niharan’ny fanafihana fiara ny 25 janoary izy ireo, voamarina fa isan’ireo nanao io fanafihana io tokoa izy telo lahy ireo”, hoy ny zandary.

Hatolotra tsy ho ela ny fampanoavana ireo voarohirohy ireo ary mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo namany izay efa fantatra ny mombamomba azy ireo. Fantatra ihany koa fa namoy ny ainy ilay lehilahy iray voatifitra nandritra ity fanafihana ity. Efa notsaboina teny amin’ny hopitaly izy talohan’izao.

Yves S.

News Mada0 partages

Antsohihy : kamiao nivadika nahafaty olona roa

Nivadika tany Antsohihy ny kamiao iray nitondra entana fampiasa andavanandro, ny zoma tolakandro teo, ka nahafaty olona roa. Araka ny fantatra, nivarina tany anaty hantsana ity fiara ity. Tery tao ambaniny ny vehivavy iray sy ilay mpamily. Vetivety ihany ny nisokirana ny fatin’ilay vehivavy fa ilay mpamily kosa no nandaniana ora maro mihitsy vao azo.

Araka ny fanazavana, vokatry ny olana teo amin’ny lafiny mekanika nahazo ilay fiara nahatonga ny loza. Teo ihany koa ny fandehanana mafy. Nanampy tamin’ny famonjena ireo tra-doza ny olona teny amin’ny manodidina. Tonga teny an-toerana ny zandary nanao ny famotorana.

Loza iray koa ny nitranga tany Ankranibe, Analalava ny 26 janoary teo. Teo amin’ny lalana miolakolaka teo amin’ny toerana atao hoe  Anadroadro, tsy voafehin’ny mpamily intsony ny familiana ny fiara « camion frigorifique », izay nizotra ho any Ambanja. Olona efatra no niharam-boina ka maty tsy tra-drano ny telo ary ny iray naratra mafy fa efa nentina tany amin’ny hopitaly Ambanja. Mandeha ny famotorana.

Yves S.

News Mada0 partages

Famelabelaran-dRajoelina ny IEM tao Paris : « manana vina hanavotantsika miaraka ny firenena isika…”

 Mazava  ny resaka. “Manana vahaolana matotra sy vina hanavotantsika miaraka ny firenena isika”, hoy  ny filohan’ny Tetezamita, Rajoelina, tamin’ny famelabelarana ny “Finiavana ho amin’ny fanandratana an’i Madagasikara” (IEM), tao Paris ny faran’ny herinandro teo.

Marobe ireo nanohana azy sy nanatrika ny fihaonana, nahitana ny vovonana amin’ny sehatra rehetra, toy ny lafiny politika, ny toekarena, ireo mpamakafaka ny lafiny vola ary koa  havanana amin’ny haitarika, ny avy amin’ny sehatra iraisam-pirenena  sy ny avy aty Madagasikara. Naman’i Madagasikara avokoa ireo 200 mahery voaasa sy nanohana ary nanampy ny filohan’ny Tetezamita amin’ity IEM ity, mba hialan’ny firenena amin’izao fahantrana lalina mahazo azy izao.

Dingana nahatongavana amin’ny IEM…

 Narahina fanehoana amin’ny alalan’ny horonantsary ny vina izany  rehetra izany. Teo koa ny  fampahatsiahivana ny dingana nataony tao anatin’ny efa-taona farany. Nialohavan’ny nahavoafidy azy ho ben’ny Tanàna sy ny nitantanany ny Tetezamita, ny tsy nisian’ny famatsiam-bola avy any ivelany ary koa ny ezaka nataony hametrahana ny IEM. Voatanisa ao anatin’izany ny fahavitany ny Coliseum Antsonjombe, ny kianjan’ny Maki Andohatapenaka, ireo hoiptaly isaky ny renivohi-paritra… “Voaporofo amin’ireny fa azo atao ny maneho fitiavan-tanindrazana sy ny finiavana  handeha lavitra kokoa hiarahantsika amin’ny  vahoaka malagasy”, hoy izy. Nanteriny fa tsy afaka hitazam-potsiny ny  tenany. Tsy maintsy mikaroka ny fahaiza-manao hamoahana ny vahoaka amin’izao fahantrana izao. “Anisan’izany ny  namoronana ny IEM ho amin’ny fahombiazana ho an’ny  hoavy. Mila ny finiavana sy ny fanantenana ary ny tsara sitrapo izany”,  hoy ihany izy.

Ankoatra ny lahateniny sy ny fandefasana ny horonantsary, teo koa ny fidirana an-tsehatr’ireo manampahaizana sy teknisianina maromaro nitondra vahaolana sy nizara ny traikefany ary koa naneho ny fanohanany ny IEM.

Voaporofo amin’ny  fahaiza-mitarika… 

Anisan’izany ny mpitarika teo aloha ny indostria frantsay, Gérard Perceau. Teo koa ilay tompondaka eran-tany eo amin’ny taranja judo, David Douillet. “Manohana tanteraka izao  finiavana entin’ny filoha izao izahay”, hoy izy.  Nidera manokana ny fahaiza-mitariky ny filohan’ny Tetezamita ny Praiminisitra teo aloha an’i Haiti, Laurent Lamothe… Niray feo avokoa izy ireo fa azo atao tsara  ny manatanteraka ny IEM ary vonona izy ireo ny hanohana sy hanampy ho amin’ny fampiharana izany.

Mbola hitohy aty Antananarivo ny hetsika fampahafantarana ny IEM. Santatra am-bavarano  ihany iny tany Frantsa iny. Midika izany fa mifototra amin’ny zava-misy eto amintsika ary mahomby sy azo ampiharina ny IEM. Tsy misavoan-danitra na nofinofy tahaka ny an’ny sasany.

Randria

 

News Mada0 partages

Eto Antananarivo : ho avy foana ny orana

Mandritra ny telo andro manaraka, ho avy hatrany ny orana eto Antananarivo, indrindra amin’ny tapak’andro hariva, araka ny tomban’ny teknisianina eny Ampandrianomby, omaly. Mbola ao anatin’ny vanim-potoana fahavaratra tanteraka isika ka tsy misaraka amin’ny rotsak’orana.

Raha ny rotsak’orana, manodidina ny 75 mm ka hatramin’ny 100 mm ny refiny hilatsaka manomboka anio ka hatramin’ny faran’ny herinandro any amin’ny distrikan’i Mahajanga I sy II, i Morafenobe, Antsalova, i Miandrivazo, i Tsiroanomandidy, i Soavinandriana, i Betafo, Antsirabe II, Ambatofinandrahana, Ambositra, i Manandriana, Ambohimahasoa, i Fianarantsoa I sy II. « Momba ny fiforonan’ny rivodoza kosa, tombanana hisy andro ratsy fa kosa tsy vinavinaina hivadika ho rivodoza izany », hoy ny fanazavana azo.

Vonjy

News Mada0 partages

Mpianatra malagasy any Sina : 30 volana ny trosa amin’ny vatsim-pianarana tsy voaloa

 30 volana ny vatsim-pianarana trosa tsy mbola nefain’ny fitondrana malagasy amin’ny oniversite sinoa nandray ny mpianatra malagasy nanomboka ny taom-pianarana 2012-2013 no ho mankaty. 273 ny isan’ny mpianatra malagasy nandranto fianarana tany Sina ary novatsin’ny fitondrana vola amin’ny sakafo sy ny hofan-trano ary ny saram-pianarana. Mitentina 650 euros ny sora-bola homena ny tanora isanisany isam-bolana raha ny tokony ho izy, araka ny fanazavan’ny filohan’ny  fikambanan’ny ray aman-dreny manan-janaka mianatra any Sina ka iantohan’ny fanjakana malagasy (Apebeme), Randrianjanahary Alexandre, ny faran’ny herinandro teo teny Andrefan’Ambohijanahary. Vokatry ny fijaliana ara-bola sy teo amin’ny tsy fahampian’ny sakafo sy ny fitsaboana, roa ny mpianatra malagasy namoy ny ainy tany Sina tao anatin’ny fanarahana fianarana. Amin’ireo 273 niainga teto Madagasikara handranto fahalalana, 239 sisa mbola nanohy ny fianarany, ny sisa tsy fantatra intsony izay momba azy satria samy nanavotra ny tenany ny tsirairay.

Tsy vitsy amin’ireo efa nahavita fianarana no tsy afaka nanohana ny lohahevitra na nahavita ny boky aza satria mbola maro ny trosa tsy voaloa. Ny sasany nody maina an-tanindrazana tsy nitondra diplaoma akory ka tsy mahazo mitady asa fa miandry ny fandoavan’ny fanjakana ny vola hivoahan’ny taratasy.

 Omena mitsipotipotika ny vola 

Mangataka ny hamoahan’ny fanjakana ny mangarahara momba ny fandoavana ny vatsim-pianarana ho an’ny tanora any Sina ny fikambanan’ny ray aman-dreny. Mizaka ny mafy sy henatra ary manao fangala-piery amin’ny polisy ireo efa lany “visa”. Namoahana “avis de credit” ny vatsim-pianarana dimy volana ho an’ny taom-pianarana 2013-2014 ka mbola ny efa-bolana ihany no azon’ny mpianatra mivakivaky iray volana avokoa. Zara raha mahavita ny sakafo sy ny hofan-trano ny vola azo tsipotipotika fa ny saram-pianarana, mbola trosa hatrany hatramin’izao.

Tsy noraharahan’ny filoha malagasy akory, fony izy nandalo tany Sina nanatrika ny fivoriana ara-toekarena, ny fitarainan’ny mpianatra malagasy momba ny volabe trosa. Nanatona ny masoivohon’i Sina miasa eto amintsika ny Apebeme nitondra ny olana. Nanambara ny tomponandraikitra sinoa fa betsaka ny fanampiana natao ireo mpianatra malagasy any Sina. Nandefa taratasy misokatra ho an’ny filoha ny fikambanana satria tsy mahazo fihaonana aminy mihitsy hatramin’izao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Paludisme : plus de 500.000 cas et 300 décès en 2017

Le paludisme demeure un problème de santé publique majeur à Madagascar. L’ effort sur l’élimination de cette maladie a connu une nette régression l’an dernier si on se réfère au nombre de cas enregistrés. Une lueur d’ espoir est pourtant notée quant au taux de mortalité, qui ne cesse de diminuer.

Des efforts sont notés mais la bataille est loin d’être gagnée. Les statistiques actuelles reflètent l’ampleur des défis à relever dans la lutte contre cette maladie, qui a connu une nette recrudescence l’année dernière. Une nette augmentation du nombre de cas par rapport à celui de 2016, qui a diminué à 300.000 après un pic observé en 2015 (700.000 cas), a été enregistrée en 2017.

«L’augmentation des cas dans la partie Sud du pays, notamment à Sakaraha et Benenitra…et le passage du cyclone Enawo, qui a entraîné la flambée de l’épidémie dans quelques parties de l’île, a fortement changé la donne», a souligné le directeur du programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) au sein du ministère de la Santé, le Dr Arsène Ratsimbasoa, hier,  en marge d’un événement qui s’est déroulé hier à Androhibe. Quoiqu’alarmant, ce bilan ne reflète pas la régression des efforts dans la lutte contre cette pathologie dans la mesure où le taux de mortalité continue de baisser depuis 2012. «Les décès liés au paludisme se situaient à 800 en 2015, 500 en 2016 et 300 en 2017», a informé notre source, avant de dire que «le système de prise en charge des patients marche bien. Le PNLP rencontre quelques difficultés liées notamment à l’enclavement et la forte mobilité de certaines populations dans les zones concernées. Ce qui les rend en dehors de toutes les mesures de prévention entamées, dont l’aspersion d’insecticide et la distribution de moustiquaires imprégnées d’insecticide (Mid).

Des efforts sur les Hautes terres

La situation risque de s’aggraver cette année sans une intervention plus poussée dans la lutte contre cette maladie, surtout après le passage du cyclone Ava dans le pays. Rien que depuis le début du mois jusqu’à avant-hier, 26 décès ont été enregistrés, soit en seulement 26 jours, selon le Dr Arsène Ratsimbasoa. Pour y faire face, le ministère de la Santé, avec l’appui de ses partenaires, compte renforcer les préventions qui seront focalisées dans les districts des Hautes terres centrales (HTC), conformément au Plan stratégique 2018-2022.

Dans ce cadre, des campagnes de distribution de médicaments pour la prévention du paludisme aux femmes enceintes ou encore des aspersions d’insecticide dans les 106 districts cibles seront menées. A cela s’ajoute la distribution de Mid de plus de 13.000.000 unités dans ces zones.

Fahranarison

News Mada0 partages

Le troisieme cyclone est ne ; « Cebile » épargnera Madagascar

« Cébile », le troisième système cyclonique pour cette saison s’annonce plus intense. Ayant évolué dans le bassin de l’océan Indien depuis samedi en tant que dépression tropicale, il s’est intensifié en Cyclone tropical intense en mois de 24 heures. Heureusement que ce système, qui se situait hier à environ 2.500 km au Nord-Est de Maurice,  ne représente aucun danger pour Madagascar et les Mascareignes, selon les prévisions actuelles.

Les pluies qui se sont abattues hier sur la majeure partie des Hautes terres centrales (HTC), dont la Capitale, n’ont rien à avoir sur ce cyclone qui, selon les prévisions, n’affectera pas le temps qu’il fait dans le pays tout au long de sa trajectoire.

«Les précipitations seront au rendez-vous durant les trois prochains jours sur ces parties de l’île, surtout à Antananarivo, étant donné qu’on est actuellement en pleine saison des pluies», a souligné un prévisionniste.

Une bonne partie de l’île recevra une bonne dose de précipitations durant cette semaine, dont les districts de Mahajanga I et II, Morafenobe, Antsalova, Miandrivazo, Tsiroanomandidy, Soavinandriana, Betafo, Antsirabe II, Ambatofinandrahana, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa et Fianarantsoa I et II.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

RN 1 : les bandits se trouvaient parmi les passagers

Les bandits ne manquent pas d’imagination pour parvenir à leurs fins. A l’instar de ce qui s’est produit dernièrement sur la RN1, les malfaiteurs faisaient le voyage parmi les passagers d’un taxi-brousse.

Le soir du 25 janvier à la gare routière Fasan’ny Karana, quatre individus sont montés à bord d’un taxi-brousse reliant la capitale à Soavinandrina. Chemin faisant, ils ont dit au chauffeur qu’ils vont descendre au village d’Antsahalava, commune de Soamahamanina. Pourtant, c’était à cet endroit qu’ils ont réservé un mauvais coup aux occupants du taxi-brousse. En effet, trois autres individus attendaient de pied ferme le passage du véhicule à cet endroit. A peine le taxi-brousse s’est garé sur l’accotement que les trois hommes l’ont encerclé. Sur ces entrefaites, les quatre autres qui étaient restés à l’intérieur ont sorti leurs armes.

Trois suspects arrêtés

Les bandits ont fait sortir le conducteur, afin d’immobiliser le véhicule. Entre-temps, un passager a décidé de prendre la fuite en prenant le volant mais mal lui en a pris. L’un des bandits a ouvert le feu, le blessant à l’abdomen. Les bandits ont ensuite fait sortir tout les passagers avant de mettre la main sur tout ce qu’ils avaient en leur possession. Profitant d’un moment d’inattention des malfaiteurs, deux passagers ont réussi à s’enfuir dans les bois. Deux autres ont tenté de faire pareil mais les bandits leur ont tiré dessus. Heureusement que les projectiles n’ont fait que leur effleurer la peau. Les bandits ont quitté les lieux avec une certaine somme d’argent, des téléphones portables, une télévision à écran plat… Après le départ des coupeurs de route, les blessés ont été évacués d’urgence à l’hôpital. Une source locale a affirmé qu’un passager, touché par balles, a succombé à ses blessures.

A la suite de cette attaque, les gendarmes ont mené leurs investigations. Vendredi, trois suspects ont été arrêtés à Imerintsiatosika, alors qu’ils voulaient rééditer leur coup. Un autre a réussi à prendre la fuite. Lors d’un tapissage, les victimes d’Antsahalava ont identifié les bandits.

Ando Tsiresy

News Mada0 partages

MID : l’ariary continue de dégringoler

Malgré l’annonce d’une stabilité de l’ariary pour le début d’année, faite par la Banque foiben’i Madagasikara (BFM) ce mois-ci, la monnaie nationale continue de perdre de sa valeur par rapport aux monnaies de référence, l’euro et le dollar, sur le Marché interbancaire de devises (Mid). La valeur de l’euro qui a dépassé le seuil des 4 000 ariary n’est plus tout à fait un fait nouveau auprès des consommateurs concernés. Cela a été effectif au niveau du marché noir depuis la fin de l’année dernière, puis au niveau des banques commerciales et des bureaux de change ces dernières semaines.

D’après le cours des devises publié quotidiennement par la Banque centrale, la valeur de l’euro a dépassé le seuil des

4 000 ariary depuis le 25 janvier dernier. La valeur de l’euro par rapport à l’ariary est désormais à 4 005 ariary. Le maintien de la valeur de l’ariary, tel annoncé en début de l’année, n’est donc pas soutenu.

La dégringolade de la valeur de la monnaie nationale est constatée depuis le dernier trimestre 2017. En cette période, la BFM d’annoncer qu’il s’agit d’une situation normale vu la forte hausse des importations en période de fin d’année. Mais quoi qu’il en soit, la forte dépréciation de l’ariary présente d’impacts considérables sur le pouvoir d’achat des consommateurs malgaches.

Rakoto

News Mada0 partages

Les clichés de la semaine

Finale de rugby Gold top 8 : les joueurs du FTM ont battu les militaires du Cosfa.

Le meilleur de la culture indienne a été présenté par des artistes, lors de la célébration de la Fête de la République de l’Inde vendredi à la résidence de l’Inde à Analamahitsy.

: « Athlétisme pour tous » autour de lac Anosy hier.

: L’Association des parents des étudiants boursiers de l’Etat malgache à l’extérieur (Apebeme) affirme que des mois de bourses d’études restent impayés jusqu’à présent.

Exposition de Rija Emadisson à l’Is’art galerie Ampasanimalo.

 

Une soixantaine de groupes, issus de toutes les générations de rap malgache, ont participé à l’événement « Rap Gasy Unity » au Kianjan’ny kanto, samedi, à Mahamasina.

La réfection des rues de la capitale fait des mécontents.

 Photo : par Tina R.

 

News Mada0 partages

Foot féminin : une troisième phase riche en rebondissements

Les résultats de la seconde journée du championnat nationale division élite de football féminin, à Carion n’ont pas surpris les férus du ballon rond malgache. A l’issue de cette deuxième journée, L’AC Sabnam mène la danse dans la poule A avec 4 points à son compteur. Quant à l’Ascuf Haute-Matsiatra, le club a tenu en échec l’AC Sabnam (3 partout).

Dans le même groupe, les footballeuses de Mifa Analamanga se sont inclinées devant les majungaises. Mifa se positionne cependant au deuxième rang au classement par poule. Dans la poule B, l’équipe de l’Ascuf Itasy reste imbattable et occupe la première position de la poule et du classement général.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Jo – ski alpin : préparation géante pour Mia

Les jeux Olympiques (JO) d’hiver approchent à grand pas ! A deux semaines de ses premiers pas sur la piste olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud, du 9 au 25 février, l’unique porte-fanion malgache, en l’occurrence Mialitiana Clerc dite Mia, poursuit sa préparation de la plus belle des manières.

Pas plus tard que le week-end dernier, elle s’est frottée aux crèmes du ski alpin lors de la manche de la coupe du monde qui s’est tenue dans la ville suisse de Lenzerheide, sa deuxième coupe du monde après celle de Courchevel le mois de décembre dernier.

Alignée sur le slalom géant, l’une de ses deux épreuves aux JO, Mia a terminé sa course au 61e rang en 1’17’’74. Une baisse de performance à l’approche des JO par rapport à sa première sortie en coupe du monde à Courchevel le mois de décembre dernier où elle a fait un temps de 1’11’’38.

Son meilleur temps de la saison, elle l’a obtenu en Italie lors du slalom géant de Santa Caterina Valfurva en 1’06’’54. Un chrono qui lui a permis de ravir la première place lors de l’une des deux courses au programme.

Pour autant, il est loin les 58’’71 qu’elle a accomplis pour ses premiers pas sur le circuit mondial du slalom Géant le mois de septembre 2017 en Amérique du Sud. Depuis, ses chronos sont en dents de scie et qui coïncident avec son retour sur le vieux continent.

Slalom

Bien avant le slalom Géant, Mia s’est qualifié pour les JO grâce à sa performance en slalom pour son premier coup d’essai en Afrique du Sud,

le mois de juillet dernier. Le pays « arc-en-ciel » lui a bien réussi puisqu’en 10 courses, elle a réussi l’exploit de figurer dans le Top 10.

Mais durant le slalom Géant, une baisse de performance a été constatée depuis la fin de la saison dernière jusqu’à maintenant. Quoi qu’il en soit, en tant que grande professionnelle, malgré son âge, Mia est capable du meilleur dans l’adversité.

Naisa

News Mada0 partages

Jeu d’échecs : Alain R. à Gibraltar

Le Festival de jeu d’échecs, l’une des plus grandes compétitions de jeu d’échecs se déroule jusqu’au 1er février à Gibraltar.  208 échéphiles de différents pays se livrent  une bataille sans merci depuis le 23 janvier dernier parmi lesquels figure le maître international, Alain Ranaivoharisoa.

Après 6 rounds sur les 10 au programme, le numéro un malgache se classe au 223e rang. D’entrée de jeu, le Malgache a perdu ses trois premières rencontres face respectivement à un maître international espagnol, Santos Ruiz Miguel,  un grand maître Sud-Africain, Solomon Kenny, et un maître international indien, Hemant Sharma.

Le quatrième round du représentant malgache n’a pas été apparié avant qu’il n’annule la partie lors du 5e round face à un candidat maître, l’Autrichien Bozinovic Boban. Même scénario lors du 6e round face au Français Suez-Panama Gilles.

Les trois derniers rounds se dérouleront à  partir de ce jour jusqu’au 1er février. Alain Ranaivoharisoa n’a plus droit à l’erreur s’il espère figurer en haut de la liste.

Naisa

Programme

des compétitions nationales :

-10 février : Tournoi Elo FIDE (Open)

-29-31 mars : Tournoi Elo FIDE (Open et par catégorie)

-10-13 mai : Sommet national Rapide et Blitz

-23-30 juin : Open international de Madagascar

-16-17 juin : Tournoi Elo FIDE féminin (Open)

-21-22 juillet : Joute nationale par équipe Rapide et Blitz

-5-12 août : Sommet national senior, mixte et féminin

-25-28 août : Sommet national des jeunes

-2-4 novembre : Championnat national par équipe classique

 

News Mada0 partages

Rugby – gold TOP 8 : FTM au-dessus du lot

La bataille se déroulait sur un air de revanche pour les militaires de Cosfa. Ces derniers n’ont pas pu pour autant renverser la tendance face à la bande de Dakar (FTM Manjakaray) hier lors de la finale du tournoi Gold Top 8. FTM a dicté sa loi en faisant un parcours sans faute jusqu’au derby final. Ils ont effectivement disposé de Cosfa sur le score net de 44 à 26 au stade de Mahamasina devant un public émerveillé par la fougue et la prouesse technique de chaque camp.

Notons que ce tournoi est un tremplin pour le prochain tournoi indianocéanique aussi bien pour l’équipe championne que pour le club malheureux finaliste. Mika et Koroka ont su maintenir le cap et résister aux assauts des militaires pendant toute la partie. Le camp adverse avait beau répondre coup pour coup mais FTM a mené au score de 18 à 11 à la fin de la première période. Sur sa lancée, FTM a ainsi mis la main sur la coquette somme de 2 millions d’ariary, mais le plus dur reste à faire sur le plateau indianocéanique, notamment le Top 6 Aroi.

Rojo N.

News Mada0 partages

Henri Randrianjatovo : «le Fanandroana a pour but d’améliorer notre quotidien»

amedi dernier, Henri Randrianjatovo a animé un atelier spécial sur le «Fanandroana eo amin’ny fiainan’ny Malagasy», à la librairie Mille Feuilles, sise à Behoririka. Selon l’intervenant, l’objectif est de transmettre ses acquis et surtout de faire découvrir au public ce qu’ est vraiment le «Fanandroana».

«Lorsque l’on dit Fanandroana, nombreux pensent qu’il a toujours une relation avec la sorcellerie, que ce genre d’activité utilise les forces du mal. Et pourtant, c’est de l’astrologie utilisée par les Malgaches depuis des lustres. Ils observaient le soleil, la lune et les étoiles, parce que ces astres ont des répercussions sur notre vie quotidienne », a expliqué Henri Randrianjatovo, membre de l’association des astrologues malgaches. Ainsi, des documents, entre autres un calendrier spécial, ont été distribués durant l’atelier.

Beaucoup la pratique sans le savoir

Et pourtant, sans le savoir, beaucoup de Malgaches pratiquent encore actuellement certaines de ces croyances pour améliorer leur vie quotidienne. Par exemple, ils regardent la croissance de la lune avant de couper les cheveux, ou encore pour traiter et expulser les vers intestinaux… Le fanandroana donne une référence des dates  qui indiquent ce que l’on peut faire ou pas durant les phases lunaires. «Notre objectif est de chercher la lumière, afin d’améliorer la vie quotidienne», a-t-il expliqué.

Les remèdes ancestraux présentés

Par ailleurs, l’atelier a été riche en informations et en découvertes. A part l’astrologie, Henri Randrianjatovo a aussi dévoilé quelques remèdes naturels ancestraux. «Beaucoup d’entre nous suivent actuellement, et sans rétentions, les remèdes naturels issus des cultures occidentales ou orientales, et pourtant les Malgaches en possèdent aussi, et ils sont tout aussi efficace», a-t-il ajouté. En effet, le Fanandroana dévoile même les aliments qui sont à conseiller, suivant toujours l’évolution des phases lunaires. Les plantes, plus précisément les aliments ont une relation étroite avec la lune.

D’autres séances prochainement

«Cependant, le Fanandroana ne pourra pas s’expliquer en un seul atelier, j’espère que l’organisateur proposera d’autres séances», a ajouté l’intervenant. Ainsi, selon le responsable de la librairie Mille Feuilles, la prochaine date de l’atelier sera communiquée sur sa page officielle.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Faribolana sandratra : «tatibolana» a cartonné

L’année démarre bien pour le cercle des poètes et écrivains Faribolana Sandratra. Samedi dernier, la salle du Cercle germano-malagasy (CGM) à Analakely était comble. La deuxième édition du «Tatibolana» a séduit le public.

Le spectacle s’est tenu en deux parties. Durant la première, les œuvres poétiques ont été mises en avant. Andriniela, Ony Mihajanirina, Ariala, Soratra Fanahy, Liantso, Zo Sitrakiniavo et Nirihaja ont investi la scène. Pour innover, quelques membres du cercle ont donné une prestation de danse, durant la déclamation des poèmes.

Lors de la seconde partie, la scène a été animée par Eluart Andriatovonirina. A travers des photos et de films courts, des nouvelles écrites par quelques membres du cercle ont stupéfait le public. Le spectacle de Faribolana Sandratra a réuni plusieurs arts, entre autres, la danse, la photographie, la peinture…

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : On fait la queue, comme tout le monde

Une ambulance se fraie un chemin dans les embouteillages de la ville, sirène hurlante. C’est peut-être pour éviter de faire comme tout le monde. On peut aussi supposer que dans cette ambulance se trouve une personne dans un état critique. Si c’est le cas, on n’en a aucune preuve à moins d’aller voir ce qui se passe dans l’ambulance, il peut sembler judicieux de la laisser passer.  Eh bien non, oublions empathie et compassion, nous faisons comprendre à l’ambulancier qu’il devra attendre comme tout le monde. Dites, le malade, pensez-vous qu’on s’amuse dans les embouteillages ? Tout le monde subit ! Pour finir, on accepte de faire de la place à l’ambulance, au dernier moment, quand elle manque heurter le pare-choc arrière de notre voiture.  La bienveillance n’est plus au goût du jour. Il vaut mieux être riche et bien portant que pauvre et malade, dit l’adage. Il se trompe. Il vaut mieux être riche et bien portant, un point c’est tout.

News Mada0 partages

Marché : prolifération des matériels copiés

Des techniciens en créations dénoncent l’absence de mesures de protection des consommateurs et des propriétés intellectuelles à Madagascar. Des matériels copiés envahissent actuellement les marchés de la capitale.

Consommateurs et créateurs subissent des préjudices à cause de la mise sur le marché de matériels copiés, déplore Andriampanoa Ravalomanana, créateur d’antenne de télévision à Soarano. « Mes œuvres, brevetées à l’Office malgache de la propriété intellectuelle (Omapi) depuis 2005, faisant l’objet d’une copie brevetée, m’oblige actuellement à interpeler cette institution. Victimes de contrefaçon, plusieurs utilisateurs m’ont consulté et méritent protection », a-t-il révélé.

Ces mesures de protection ont des effets sur la promotion de la création intellectuelle locale pour développer l’esprit d’innovation nécessaire au pays, selon Andriampanoa Ravalomanana, lors d’un point de presse, hier.

Manou

 

Ino Vaovao0 partages

FANGADRANA MAMPIAHIAHY : Lahy antitra telo efa nisotro ronono sy tovovavy roa naiditra am-ponja

Tavela resabe aty Antsiranana ny mahakasika ity raharaha ity satria fantatry ny maro fa ahitana solontenam-panjakana maromaro manararaotra maka ny tany amin’ny fampiasana anaran’olon-kafa, ka io toe-javatra io no mampi korontana ny vahoaka. Araka izany dia mangataka fanadihadiana hataon’ny Bianco ny vahoaka. 

Tsiahivina fa nanomboka tamin’ny taona 2000 no efa tsy nitsahatra ny nandamina ny mahakasika ny tany an’ny orinasa ireo lahy antitra naiditra am-ponja ireo. Anisany mahagaga ny maro fa ny ady tany amin’ny fitsarana mikasika ny ady tany an’ny orinasa lehibe aty an-toerana ity sy ireo fokonolona efa 18 taona lasa izay, ka rehefa nivoaka ny arrêt dia nitsofoka ny fanjakana ary niafara tamin’ny fampidirana am-ponja ireo mpiaro ny vahoaka amin’io tany io.

Tsiahivina fa fanorenana hazo atao trano, tao anaty sombin-tany efa manan-tompo, ny sabotsy 20 janoary lasa teo ary nongotan’olo tsy fantatra ny alahady no nohararaotin’ireo mpanampatra fahefana ny nanamborana ireo lahy antitra telo ireo. Heverin’ny maro araka izany fa teti-dratsy efa nisy lamina napetraka ny zava-misy satria ireo lahy antitra mpiaro ny fokonolona sy tovovavy roa sendra nandalo no notondroin’ilay ramatoa ho nandravana ny hazo saika hanorenany trano tao anatin’ny sombin-tany efa misy tompony.

Mahatsiaro ho voan’ny tsindry hazolena, iharan’ny amboletra, fanamparam-pahefana ary azo adika fa lasa hery famoretana ho an’ny vahoaka ny fanjakana. Ny fanjakana izay heverina hiaro ny vahoaka, ho mpanelanena indray no lasa manararaotra ka niafara amin’izao fampidirana am-ponja izao.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

FITONDRANA ANKEHITRINY : "Tsy firaharahana vahoaka no manamarika ity fitondrana ity", hoy Me Botralahy Gerard

Araka ny fanazavany dia  dradradraina isan’andro ny fandrosoana kanefa tsy misy fandrosoana azo ao anatin’ny famaizinana noho ny delestazy. Ankoatra izany dia nambarany fa eo koa ny fandraisana fanapahan-kevitra, tsy miraharaha ny tombotsoan’ ny vahoaka na dia kely. Notsindriany tao anatin’izany ny fampidirana Sinoa ao Anketrabe hampianatra fambolena vary hono, hoy izy, kanefa dia manimba ny voly izay nataon’ireo tantsaha an-taonany maro. 

Nasiany resaka ihany koa ny raharaha ady tany an’ny orinasa lehibe aty Antsiranana , izay tetika entina hakana ny tany efa nipetrahan’olona aman-taonany maro. Voalazany fa mampiasa anaran’olona fantatra na koa fianakaviana ny mpitondra sasany hakana ny tanin’ireo vahoaka madinika ireo.

Nasiany tsindrim-paingotra ihany koa ny mahakasika ny rano izay vokarin’ny Jirama dia tsy ara-pahasalamana na dia kely, ka ny vahoaka marary sy marisarisa ve no afaka hiatrika fampandrosoana, hoy hatrany maitre Botralahy Gérard.

"Ny tenako dia niteny tamin’ny mpitondra teto an-toerana mikasika ny vidim-bary izay mihoa-pampagna tsy zakan’ny vahoaka, kanefa tsy misy fandraisana andraikitra na dia kely ", hoy ity minisitra ny fanatanjahantena teo aloha ity.

Nambarany fa amin’izao fotoana izao dia misy ny valan’retina gripa mahery vaika eto Antsiranana, kanefa tsy misy fandraisana andraikitra ataon’ireo mpitondra eto an-toerana.

Mpanjono

Ino Vaovao0 partages

ANTOKO MPANOHITRA : Hanolotra kandidà tokana hifaninana amin’ny F...

Hatreto dia mbola kandidà manodidina ny dimy teo no fantatra fa isan’ireo hilatsaka hofidiana ka anisan’izany ny Filoham-pirenena amperinasa, Hery Rajaonarimampianina. Ankilan’izay dia nisy ny fanambaràna nataon’ny filohan’ny vondrona politika Malagasy Miara-Miainga, Hajo Andrianainarivelo fa sahy ary vonona ny hanolotra kandidà tokana ny fikambanam-ben’ireo antoko mpanohitra misy eto an-toerana izay mivondrona ao anatin’ny antoko Armada.

Ny sabotsy lasa teo nanatanteraka lanonana ho fifampiarahabana tamin’ny nahatrarana taona ny vaovao teny amin’ny foiben-toerany teny Ankerana ny teo anivon’ny antoko Malagasy Miara-Miainga (MMM). Tamin’io fotoana no nanambaran’ny filohany fa matoa mbola tsy nisy nanao fanambaràna tamin’ny fomba ofisialy mahakasika ny filatsahan-kofidiany ireo filohan’antoko mpikambana ao anatin’ny vondrona politika Armada dia mbola samy mitana ny teny nomeny izy ireo fa tsy nisy nivadi-belirano, ary samy vonona ny handrotsaka kandidà tokana ho solontenan’ny antoko mpanohitra misy eto Madagasikara.

“Nisy ny fifanarahana niarahanay tao anatin’ny Armada hoe hanohana kandidà iray isika. Ho avy ny fotoana hivorian’ireo kandidà rehetra hifanaraka fa hanatanteraka ny fandaharan’asa izay hoeritreretiny hotanterahina, ka raha resy lahatra izahay fa tena hanatanteraka izany tokoa ilay kandidà dia manohana azy izahay”, hoy fanazavana nomen’ ny filohan’ny antoko VP Mmm, Andrianainarivelo Hajo. Nambarany ihany koa fa «  mbola ao anatin’ny fandinihana tanteraka ireo mpikambana ao anatin’ny Armada amin’izao fotoana izao, na ny antoko tarihiny aza dia nambarany ihany koa fa mbola mandinika lalina ary tsy ho ela, hoy izy, dia hivoaka ny anaran’izay olona hotohanan’izy ireo ary tsy maintsy mandresy izy ireo  ».

Ankoatra izay dia nohamafisin’ny filohan’ny antoko Malagasy Miara-Miainga nandritra io lanonana teny Ankerana io ihany fa tsy mivadika amin’ny teny nomeny ny antoko Mmm. Vonona tanteraka amin’ny fiatrehana izay fifidianana rehetra hisy eto amin’ny tany sy ny firenena izy ireo, ary efa vonona ihany koa   amin’ny fanatanterahana ireo fandaharan’asany izay efa voafaritra sy voavina hatry ny ela. “Isika niaraka nanangana ny vondrona niaraka tamin’ny Armada. 

Fa amin’ny ankapobeny dia dia hita fa hoe afaka isika hifanaraka amin’ny fifidianana manaraka, fifidianana Filoham-pirenena ary fifidianana solombavambahoaka. Nametraka isika fa isika tsy mba manohana olona fa manohana hevitra, fa ny tanjona dia izay lanin’ny rehetra eo ao anatin’ny Armada no hisolo tena antsika amin’ny fifidianana Filoham-pirenena. Tsy maintsy mandresy isika, na iza na iza tonga eo”, hoy hatrany ny fanambaràny. 

Manoloana ny famelabelarana ilay vinan’ny fisandratana 2030 izay notan terahin’ny Filoham-pirenena teny Iavoloha, ny faran’ny herinandro lasa teo no nohitsian’ny filohan’ny antoko Mmm fa “tsy misy antony akory hihainoana ny vina izay fantatra fa tsy ho tanteraka akory”.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TETIKASAN’NY FITONDRAM-PANJAKANA : Fianakaviana maro tsy maintsy hiala amin’ny taniny

Ho fanamboarana ilay lakan-drano izay tafiditra ao anatin’ny fandaharan’asan’ny fitondram-panjakana sy ny Kaominina no fantatra fa anton’izany. Araka ny loharanom-baovao voaray avy eny an-toerana dia efa ela no nandeha ny siosion-dresaka fa hisy ny fanalàna ireo trano izay miorina manandrify ny toerana hanatanterahana ilay tetik’asa. 

Ny sabotsy teo amin’izay vao nilatsaka ny baiko fa tsy maintsy miala amin’ny trano fonenany ny fianakaviana maromaro noho ny fandrodanana izay tsy maintsy hatao. Ketraka avy hatrany ireto farany vao nahare izany, velon-taraina ireo lasibatra satria vao mainka mampitombo indray ny isan’ireo tra-boina efa tsy manan-kialofana eto Antananarivo izao zavatra mihatra amin’izy ireo izao. 

Tsy rariny, ary fanampara-pahefana no andikan’ireo fianakaviana lasibatra ny zava-misy ankehitriny satria efa an-taonany maro izy ireo no voalaza fa nipetraka teo ka izao voatery tsy maintsy miala izao.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Raikitra ny asa tana-maro ho fitsinjovana ireo marefo ara-pivelomana

Manoloana izany dia tena mahatsiaro resy tanteraka ireo vahoaka madinika isany niharam-boina vokatr’iny rivodoza iny. Ho fitsinjovana ireo marefo ara-pivelomana taorian’ny fandalovan’ny loza voajanahary farany teo iny dia nisy ny fandaharan’asa ho amin’ny fitsinjovana ny mponina amin’ny fanaovana asa tana-maro izay maharitra folo andro eo eo. 

Araka ny fanazavana dia dimy arivo Ariary (5 000Ar) isan’olona no homena hatao asa atakalo sakafo mandritra io folo andro io, izay nanomboka tamin’ny herinandro lasa teo any Toamasina. Araka izany dia ireo marefo ara-pivelomana sy zokiolona no hahazo izay fanampiana izay. Ity tetik’asa ity izay hiarahan’ny Cid sy ny ministeran’ny Mponina izay vatsian’ny Banky Iraisam-pirenena vola. 

Teny Andranomadio Toamasina no nanaovana ny fanokafana ny lanonana ofisialy ka tonga nanotrona izany ny Lehiben’ny Faritra Atsinanana, Talata Michel, teo ihany koa ny prefen’i Toamasina sy ny talen’ny kabinetran’ny ministeran’ny Mponina. Araka ny fantatra dia kendrena ny hanaovana izao asa an tana-maro izao manerana ny distrikan’i Toamasina voalohany sy faharoa ary hatrany Brickaville. Hetsika izay tsy tombony ho an’ireo mila fanampiana ihany fa ho an’ny vahoaka manontolo mihitsy. 

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FONJAN’I TSIROANOMANDIDY : Gadra miisa 124 nahazo fanalefahan-tsazy

Ny famindram-po avy amin’ny Filoham-pirenena fanaoa isaky ny taona vaovao no nahatonga izao fahafahana sy fihenan’ny sazin’ireo voafonja izao. 

Araka ny fantatra dia mahatratra hatramin’ny 450 eo eo ny isan’ireo gadra ao amin’ity fonja ity. Ny lehilahy kosa no tena betsaka tamin’ireo nahazo fanalefahan-tsazy raha iray fotsiny ny vehivavy tafiditra tao anatin’izany ary zaza tsy ampy taona ny iray. Notsindrian’ny lehiben’ny fonja fa efa afaka tanteraka ireny olona ireny ary efa afaka miaina an-kalalahana mitovy amin’ny olona eny anivon’ny fiarahamonina.

Nanentana ireo mpiara-belona eny anivon’ny fiarahamonina tsirairay avy eny araka izany ity lehiben’ny fonja ity mba handray am-pitiavana, tsy misy fanilikilihana, ireny olona nivoaka ny fonja ireny. Araka ny fanazavana mantsy dia maro ny zavatra voarain’ireny sokajin’olona ireny teny anivon’ny fonja. Ity farany rahateo izay voalaza fa toeram-pitaizana. 

Tokony tsy ho vesatra ho an’ny fianakaviana sy ny fiarahamonina araka izany ireo vao nivoaka ny fonja satria efa nandrato fitaizana maro. 

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

DISTRIKAN’I MANDOTO : Efa nihena 20% ny trangana tsy fandriampahalemana

Faritra vitsivitsy eto Madagasikara izao ankehitriny no efa hanaovana hetsika manokana amin’izay lafiny fampandriana fahalemana izay. Fantatra àry fa manomboka mivoaka amin’ny maha faritra mena azy amin’ny tsy fandriampahalemana ny Distrikan’i Mandoto amin’izao fotoana izao. Anisany nahazo vokatra tsara mantsy ny ao amin’ny Zandarimariam-pirenena tany an-toerana tamin’iny taona 2017 iny, raha ny nambaran’ny kaomandin’ny vondron-tobim-paritra, kapiteny Rakotoarimanana Jaona Marc. 

Araka ny fanazavana dia nihena teo amin’ny 20% ny asan-jiolahy vokatry ny fanarahana ny toromarika avy any amin’ny foibe ny amin’ny hoe «  zandary mipaka eny ifotony  ». Nipetraka ihany koa ny fiaraha-miasa amin’ny vahoaka, ny Ben’ny tanàna, ny Sefo fokontany, ny Vaomieran’ny fandriampahalemana. Isany tena nahitam- bokany ihany koa ny fampitaovana sy fampitomboana isa ireo Zandary miasa any an-toerana. Na izany aza anefa dia mbola manao fangatahana ny hanampiana izany hatrany izy ireo.

Ho an’ity taona 2018 ity dia fandaharan’asan’ny Zandarimariam-pirenena ao Mandoto ny fanitarana sy fanatsarana ny tamboho manodidina ny kazerina. Eo ihany koa ny fanavaozana ny efitrano izay nirodana. Tsara ny manamarika fa ny vondrob-tobim-paritry ny zandari maria ao Mandoto no misahana ny Distrikan’i Betafo. Araka ny antontan’isa araka izany dia 156 no fitambaran’ireo zandary any amin’ireo faritra ireo amin’izao fotoana izao. 

Lucien R.   

Tia Tanindranaza0 partages

Halabotry tao amin’ny oniversiten’i FianarantsoaMaty nodobohana vato ilay rangahy

Rangahy iray maherin’ny 50 taona no maty vokatry ny vono sy daroka nahazo azy tao amin’ny faritry ny oniversiten’Andrainjato Fianarantsoa ny marainan’ny sabotsy 27 janoary lasa teo.

 

 Halabotry no namonoana azy. Nandeha resaka fa efa zatra mpanao izy io, ka nandrasana kendritohana mihitsy. Tra-tehaka tokoa satria voalaza fa nangalatra “desktop” na ireny fitaovana kely famahanana vatoaratry ny finday ireny, ary tsy fantatra kosa izay zavatra hafa mety nangalariny ankoatra izay. Raikitra ny vono sy ny daroka tsy an-kitsitsy ka naratra mafy ny tenany. Nafana tanteraka ny “ambiance” teo am-pamonoana azy, ka tsy nohenoina ny talahony sy ny fifonany. Anisan’ny azo sary, ohatra, ny lehilahy iray mitazona vato lehibe. Toa manamarin-tena sy mankasitraka izany ny ankamaroan’ny olona sy ny mpianatra satria hoe efa fanaony ilay izy. Nampandrenesina ny polisim-pirenena. Amin’ny maha faritry ny anjerimanontolo azy moa dia sarotsarotra ny miditra ao, ka somary taratara. Vantany vao tonga ny polisy dia naka azy sy nitondra azy tany amin’ny hopitaly satria mbola nisy aina ilay rangahy, ary tany no tapitra ny ainy. Ny fitsaboana aloha izany no nahamaika, ka tsy nisy ny fisamborana na fanadihadiana teo no ho eo, izany hoe tsy misy voasambotra na iray aza hatry ny omaly. Araka ny fampitam-baovao, dia tsy mbola nisy tompon’andraiki-panjakana na iray monja  nijoro manoloana io toe-javatra mafana io na ny avy eo amin’ny fiadidian’ny oniversite na ny avy amin’ny prefektiora ao an-toerana, ka toy ny tany tsy misy fanjakana. Manomboka mandeha kosa ny fanadihadiana sy ny fikarohana ataon’ny mpitandro ny filaminana. Tsy vao izao ity resaka fitsaram-bahoaka ao anatin’ny faritry ny anjerimanotolo ity eto amintsika, satria halatra dokotra miisa 2 no namonoan’ny mpianatra lehilahy iray tany Mahajanga ny 12 janoary 2017. Antony lehibe mety tsy hananan’ny olona tahotra ny fahitany fa tsy misy ny fandraisan’andraikitra na maivana ny sazy manoloana ireny, ka na voarara sy helohin’ny lalàna aza ny fanaovana fitsaram-bahoaka tsy ahoany. Raha ny tatitry ny zandarimariam-pirenena moa, dia nahatratra 64 ny trangana fitsaram-bahoaka tamin’ny taon-dasa, ka 6 no voasakana no tamin’izany. 68 no maty, ka mpitandro ny filaminana 3. Miisa 38 kosa ny olona voasambotra. Efa manomboka indray izany izy izao ho an’ny taona 2018 !

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanitarana ny seranan-tsambon’i ToamasinaHanomboka ny volana Aprily ny “VINA 2025”

Ny zoma hariva teo no nanao ny lanonana ho fifampiarahabana noho ny taona vaovao 2018 ny mpiasan’ny seranan-tsambon’i Toamasina notarihan’ny tale jeneraliny Avellin Eddy Christian sy ireo mpiara-miasa aminy, izay sambany no natrehan’ny filohan’ny komitim-pitantanan’ny Spat Rtoa Razanandrakoto Herisoa niaraka tamin’ireo telo mianadahy mpikambana eo anivon’ny komitim-pitantanana.

 

 

Rakoutou

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalana potikaTsy mitondra fampandrosoana ara-toekarena

Anisan’ny sehatra iray azo hitarafana ny fandrosoan’ny firenena iray ny fahatsaran’ny lalana misy ao aminy. Raha ny eto Madagasikara manokana ohatra, izay firenena miankin-doha tanteraka amin’ny fambolena dia ilaina ny fahatsaran’ny lalana mba amoahana haingana ny vokatra, indrindra any amin’ireny ambanivohitra ireny.

 

 Nahavelom-bolo ny tantsaha Malagasy mihitsy ireny  fanamboaran-dalana maro tamin’ny fitondran’ny filoha Marc Ravalomanana ireny. Tao ny lalana vaovao maro noforonina tamin’ireny ary tao ihany koa ny nasiam-panamboarana ka natao tsara fa tsy toy ilay hitantsika ankehitriny (15 000 km). Raha ny teto an-drenivohitra manokana dia tsara ihany ny mampatsiahy fa tsy nisy nahavita ny lalana tao Anosibe raha tsy tamin’io filoha io nefa ao daholo no tonga ny vokatra rehetra avy any amin’ny faritra maro. Amin’izay resaka izay ihany dia mahita isika ny fahapotehan’ny lalana eto Antananarivo izay saika hita amin’ny fokontany rehetra. Maro ny fantiantoka aterak’izany ankehitriny raha tsy hilaza fotsiny ny fotoana lany amin’ny fitohanan’ny fiarakodia izay mahatonga ireo fiara mpitatitra hiverina antsasa-dalana, ny fahapotehan’ny fiara, ny tsy faharisihan’ny vahiny hizahatany. Fa ny tena loza ihany koa dia ny fahapotehan’ny lalana maro any amin’ny faritany mamokatra toy ny any amin’iny lalam-pirenena faha-44 (Moramanga, Ambatondrazaka …), lalam-pirenena faha-5 (Fenoarivo Atsinanana, Vavatenina ?...), ny lalana any amin’ny faritra SAVA izay mpamokatra ny lavanila sy ny any amin’iny Atsimo Atsinanana iny izay misy ny jirofo sy dipoavatra. Ahoana tokoa moa no anantenana fampandrosoana haingana eto raha ny fotodrafitrasa nataon’ireny mpanjanaka ireny aza tsy tohizana ? Mbola vitsy ihany koa ny lalana vita tara (route goudronnée) ary maro ny faritra mbola mitoka-monina sy anjakan’ny fanakanan-dalana. Hisy ihany ve olona tsy hahatakatra ny tombony azo amin’ny fahavitan’ny lalana ka ho sahisahy hiteniteny foana hanao  hoe « ny lalana angaha fihinana ? ».

Tsiry

Tia Tanindranaza0 partages

Fahadiovana sy fidiovanaLasa tsy laharam-pahamehana ho an’ny Malagasy intsony

Lasa tsy laharam-pahamehana ho an’ny Malagasy intsony ankehitriny ny fahadiovana. Manomboka amin’ny fahadiovan’ny vatany izany, izay tena lehibe sy goavana indrindra ka hatramin’ny fanadiovany ny faritra misy azy sy ny ao an-tokantranony.

Sayan, 13 taona : Izaho mandro isan’andro. Izay no natoron’i Dadanay sy Neninay ahy. Rehefa manao gym anefa izahay any am-pianarana dia lasa in-droa isan’andro.

Ony, 15 taona : Tamin’ny tsy mbola nahalala aloha aho dia indray mandeha isan-kerinandro e ! Fa izao efa lehibe sady mifampizara amin’ireo namako koa dia efa isan’andro. Rehefa mifoha maraina iny.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mivonona indray

Koa raha ny mpiasam-panjakana aza moa no efa miaiky fa toy ny mihantsy azy ireo hanao fihetsiketsehana ny fitondrana ka mampanahy sao tetika hanemorana fifidianana izany, tsy aleo koa ve mivonona amin’izay mety hitranga indray isika mianankavy ?

J. Mirija  

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra Vehivavy “Division Elite” dingana faha-3NY Askam sy ny Ac Sab Nam hatreto no mbola tsy resy mihitsy

Tontosa ny zoma 26 sy omaly alahady 28 janoary teny amin’ny kianja sentetika Carion ny andro voalohany sy andro faha-2 amin’ny kitra vehivavy “Division Elite” dingana faha-3.

Tia Tanindranaza0 partages

Rugby à XVTompondakan’i Madagasikara ny FTM Manjakaray

Norombahin’ny fileovan’ny FTM Manjakaray ny anaram-boninahitra, tompondakan’i Madagasikara 2017 eo amin’ny taranja rugby à XV. Lavony tamin’ny isa mazava 44-20 omaly alahady 28 janoary 2018 tetsy amin’ny kianja Mahamasina tamin’ny lalao famaranana ny fifaninanana Gold Top 8 2017.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina ImerintsiatosikaNamboly zana-kazo 3.000 fototra

Miroso hatrany amin’ny ady amin’ny fiovaovan’ny toetr’andro sy ny fiarovana ny tontolo iainana ankehitriny ny kaominina ambanivohitra Imerintsiatosika.

 

Zana-kazo 3.000 fototra no indray novolen’izy ireo tany Fonenana ny faran’ny herinandro teo, niarahana tamin’ny Ministeran’ny Fambolena sy ny Fiompiana. Raha araka ny fanazavan’ny Ben’ny tanana Andriambolanarivo Parisoa dia hetsika efa fanaon’izy ireo isan-taona ny tahaka izao, ao anatin’ny fanatrarana ilay tanjona hahatonga ny kaominina iadidiany ho lasa kaominina fitaratra amin’ny alalan’ny tontolo maitso. Saika tonga nanohana feno izao hetsika izao avokoa araka izany ireo hery velona rehetra eo anivon’ny kaominina, notronin’ireo mpianatra avy any amin’ny Ceg sy ny liseam-panjakana. Tsiahivina moa fa natomboka tamin’io faran’ny herinandro io ihany koa ny asa fanamboarana ilay kianja filalaovam-baolina ao amin’ny Fokontany Laborosy, fantatry ny maro amin’ny anarana hoe : ambony atsimo. Anisan’izany ny lalao baolina kitra, ny basket baolina, ny volley baolina…Miainga amin’ny herin’ny tenany irery aloha ny kaominina amin’izao fiandohany izao, fomba fiasan’izy ireo toy ny mahazatra izay hita fa tena nahitana fahombiazana tokoa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Misaona ny Antoko AREMANodimandry i Solofoson Georges

Nodimandry teo amin’ny faha-75 taonany ny alakamisy 25 janoary teo ny minisitry ny varotra teo aloha Atoa Solofoson Georges rehefa niady tamin’ny aretina tao anatin’ny 5 taona.

 Namela vady sy kamboty telo mianadahy (roa vavy dia ray lahy). Manana maripahaizana Brevet élémentaire, Baccalauréat Sciences Expérimentales Licence en sciences économiques tao amin’ny oniversite Marbourg Lahn tany amin’ny Repoblika Federalin’i Alemaina. Toerana sy andraikitra maro no efa notazoniny teto amin’ny firenena. Efa solontena maharitra lefitra tany amin’ny Foiben’ny FAO tany Roma (1969-1971), mpanolotsaina teknika tao amin’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny (1973-1975), talen’ny kabinetra sivily tao amin’ny filohan’ny Repoblika Demokratika Malagasy (1973-1975), minisitry ny varotra (1982-1989), minisitry ny varotra sy ny Indostria (1989-1991), filohan’ny filankevi-pitantanan’ny JIRAMA (1997 PCA) ary nisehatra tamin’ny asa fandraharahana izy izao nodimandry izao. Tamin’izy nandranto fianarana tany ivelany no nahafantarany an’i Didier Ratsiraka, niaraka namolavola sy nanangana ny antoko AREMA ary nijoro ho mpikambana tao amin’ny « Comité Central » ny antoko izy ary mbola komity mpitantana ny AREMA misahana ny Faritanin’ Antsiranana izy lasa io.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Orinasa AIRTELNanampy ireo traboina nandalovan’ny AVA

Ireo mponina tany amin’ny faritra atsinanan’ny Nosy tamin’ny ankapobeny no tena nitondra faisana nandritra ny fandalovan’ny rivodoza AVA teto amintsika farany teo.

 Tsy nitazana fotsiny azy ireo ny orinasam-pifandraisana Airtel fa nitondra izay voatsirambin’ny tanany. Ekipa marobe mpiasa eo anivon’ity orinasam-pifandraisana ity avy any Antsiranana, Fianarantsoa, Toamasina ary Antsirabe no tonga nifanome tanana nizara fanampiana. Olona mihoatra ny 600 no nahazo tombontsoa mitsinjara amina tokantrano miisa 150. Fotsimbary, voamaina, kojakoja toy ny koveta, ny labozia, ny siramamy, ny menaka no natolotra azy ireo. Ho an’i Fianarantsoa manokana dia tonga nanolo-tanana amin’ny fanarenana ireo fotodrafitrasa eo anivon’ny kaominina ambonivohitra ny Airtel. Nambaran’ny tale jeneraliny Atoa Maixent Bekangba fa ny hanampy ny mpiara-belona lasibatry ny voina tahaka izao no antom-pisian’izy ireo.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady tany eny AmbohitrakelyTsy nilefitra ny miaramila

Ny marainan’ny zoma teo raha tsiahivina no tonga teo amin’ny tany misy ny toeram-piasan’ny mpanao asa tanana 1 vita amin’ny simenitra etsy Ambohitrakely ny andiana miaramila nitondra taratasy milaza fa tany miaramila no misy ity toerana fanaovana asa tanana ity ka tokony hiala teo ny tenany.

 Nomena fe-potoana hatramin’ny omaly moa ny lehilahy ahafahany mangorona entana. Raha ny fanehoan-kevitry ny solontenan’ireo mponina teny an-toerana dia tsy ara-dalàna ny fomba nanalana ity mpanao asa tanana ity teo amin’ilay tany. Trano efa am-polony taona ary misy mpandova no miorina eo ary raha ny tokony ho izy dia misy taratasy avy any amin’ny tribonaly. Ny miaramila ve, hoy izy ireo, afaka manome “préavis”? Tsy nisy vadintany akory tonga. Aiza ihany koa, hoy hatrany izy ireo, no misy tany miaramila ka misy sekoly miorina ao anatiny raha tsy ity tany ity ? Tsy fantatra mazava moa, raha ny nambaran’ireo mponina, ny hevitry ny filoham-pokontany eny an-toerana mikasika ity tany eo ampitan’ny toby miaramila etsy Betongolo ity.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fikirakirana teknolojiaFetsy ratsy i Tatandraza, hoy ny zandary

Tsy dia sarotra ho an’ny mpitandro ny filaminana intsony ny fikarohana ireo olona manao ratsy sy mandika lalàna amin’ny tambajotra “facebook”.

 

 Efa maro no voasambotra tamin’io resaka io. Ny filoham-pirenena rahateo efa nilaza tamin’ny 5 janoary lasa teo fa tsy hisy intsony ny fangala-piery elabe eo amin’ireo mpanao ratsy sy ny mpitandro ny filaminana. Nampametra-panontaniana ny maro kosa ny momba an’i Marc Tatandraza, izay nokarohina hatramin’ny ela, ary mahavita mandefa zavatra hafafaha sy fanadalana saim-bahoaka, saingy tsy tratra hatramin’izao. Ny resaka fandikan-dalàna anaty “facebook” dia efa manao fikarohana ny mpitandro ny filaminana, hoy ny avy amin’ny zandarimariam-pirenena. Ny maha samihafa ireo olon-tsotra manao heloka amin’ny fesiboky sy i Marc Tatandraza, dia iretsy voalohany tsy mihevitra ny hitsoaka ary raisim-potsiny ao an-tranony satria mihevitra ny tsy ho tratra sy tsy ho hita. I Marc Tatandraza kosa efa mailo sy mahafantatra tsara an’izay. Raha fantatra fa amina toerana iray amin’ny alalan’ny fikarohana amin’ny teknolojia izy anio, tsy hita ao intsony rehefa karohina. Ny fiaraha-miasa amin’ny rehetra no tena ampiasain’ny zandarimaria. Tsy resaka endrikendrika io fa noho ny fangatahana fiaraha-miasa tamin’ny olona ihany koa no efa nahazoana ireo namany 6, izay efa nidoboka any am-ponja, ka ny 2 tena akaiky azy ary 4 kosa nosokajiana ho mpampiantrano olon-dratsy. Tsy ny resaka finoany loatra no hanenjehana azy fa ny resaka fisolokiana, fitazonana olona an-keriny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Kolikoly aty Afrika50 miliara dolara isan-taona no very

Misokatra amin’ny fomba ofisialy amin’ity alatsinainy ity any Addis Abeba- Etiopia ny fivoriana an-tampony faha-30 an’ny vondrona Afrikanina.

 

 Manatrika izany any an-toerana ny filoha Hery Rajaonarimampianina sy ny minisitry ny raharaham-bahiny Henri Rabary Njaka. Ady amin’ny kolikoly. “Lalana mitondra an’i Afrika mankany amin’ny fampandrosoana maharitra” no lohahevitra amin’ity taona ity. Mitarika ny asam-baomiera sy ny adihevitra momba izany ny filohan’i Rwanda Paul Kagame izay efa nitarika ihany koa ny asam-baomiera momba ny fanatsarana ny rafi-pitantanana sy ny fitantanana ny vola eo anivon’ny vondrona Afrikanina. Areti-mandoza ho an’ny kaontinanta Afrikanina ity resaka kolikoly ity satria nambaran’i Moussa Faki Mahamat, filohan’ny vaomieran’ny vondrona Afrikanina fa vola 50 miliara dolara isan-taona eto Afrika no mihodina noho io resaka kolikoly io. Volabe tokoa izay tena ampy hampandrosoana firenena maro aty Afrika kanefa dia any am-paosin’olom-bitsy sy mandeha any amin’ny lalan-kafa tsy mitondra tombony azo tsapain-tanana ho an’ny afrikanina. Anisan’ireo firenena tena hanjakan’ny kolikoly i Madagasikara ary misy izany ny rafitra sy ny sehatr’asa eto na miankina amin’ny fanjakana io na tsy miankina. Voatonontonona hatramin’ny mpitondra ambony mihitsy aza, tranga iray izay mbola mahatonga ny mpamatsy vola sy mpiara-miombon’antoka tsy mazoto mampiasa vola be eto Madagasikara. Efa manana ny Bianco sy ny Samifin hiady amin’ny kolikoly sy ny famatsiam-bola ihany isika saingy tsy maharesy lahatra ny maro ny zava-bita hatreto. Miasa ao anatin’ny teritery mantsy ireto sampandraharaha roa ireto. Mampiahiahy koa ny fitsarana eto ka mijanona eo amin’ny sehatry ny fanadihadiana fotsiny matetika ny trangana kolikoly na olona 1 sy 2 no miditra am-ponja vonjimaika dia tsy hita intsony izay tohiny. Horesahana mandritra ity fihaonana an-tampony faha-30 any Addis Abeba ity ihany koa ny tsenabe iombonan’i Afrika izay manana mpanjifa manodidina ny 1,3 miliara amin’izao fotoana, izany hoe tena tsena matanjaka tokoa.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fiadidian’ny RepoblikaNamboly zanakazo 2850

Nanatanteraka fambolen-kazo tany Ilamaka, fokontany Ankadivola ao amin’ny kaominina Ambohijanaka ny avy amin’ny fiadidian’ny Repoblika notarihin’ny filoham-pirenena mivady ny sabotsy 27 janoary lasa teo.

 

Nambaran’ny filoham-pirenena fa zava-dehibe ny ady amin’ny fiovaovan’ny toetr’andro sy ny fiarovana ny tontolo iainana. Zanakazo isan-karazany miisa 2850 no voavoly, toy ny pibasy 600 isa, Zavoka 440, jatropha 320, acacia 310, paiso 170, voarohy hazo 150, manga 100, voasary 100, grevillea 100, dodonea 90, filao 60, lodisia 50, badamiers de Madagascar 37, Frênes 320, voatabia hazo 30, ary baobab 04. Nihaona tamin’ny filohan’ny fokontany tao Ankadivola ny filoham-pirenena. Hetahetany ny hisian’ny herinaratra sy ny hanavaozana ny EPP ary famatsiana masomboly ho an’ny mponina. Nampanantena ny handefa masomboly ny filoha amin’ity herinandro ity, ary any aoriana ny fametrahana herinaratra mandeha amin’ny herin’ny masoandro. Hampahafantarina ny toe-javatra ao Ilamaka ny Jirama, mba hahafahan’ny tanàna misitraka herinaratra. Mikasika ny EPP kosa dia mbola hifampiresaka amin’ny tompon’andraikitra ny filoha.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Zon’ny olom-pirenena amin’ny fifidiananaMaro ny tsy mbola fantatry ny olona akory

Manamarina ny anarana ao anaty lisitra hatramin’ny 31 janoary ihany hatreto no tena heno sy hita ho miverimberina matetika voizin’ny fitondram-panjakana eny amin’ny haino aman-jery fa na ny tokony hatao eo anelanelan’ny 31 janoary hatramin’ny 15 aprily, izay fotoana hikatonan’io lisitra io aza tsy ampy be dia be ny fanazavana mikasika azy.

 

 Tsy henoheno mihitsy, ohatra, ny voalaza ao amin’ny andininy faha-3 ao amin’ny lalàna mifehy ny fifidianana manambara fa ny olom-pirenena rehetra feno 18 taona “amin’ny datin’andron’ny fifidianana” dia manan-jo handatsa-bato rehefa tsy olona voararan’ny lalàna. Toy izany koa ny mikasika ireo vaomiera misahana  ny fanoratana ny anaran’ny mpifidy voalaza ao amin’ny andininy faha-10 sy faha-13 manambara fa solontena 4 isaky ny vakim-paritra eny amin’ny fokontany sy 2 avy amina fikambanana tsy miankina (ONG na hafa) nahazo alalana manokana hanao fanabeazana olom-pirenena sy hanara-maso no azo tendrena ho vaomiera mpanara-maso. Misy ny fanamarinana anarana azo atao aorian’ny datin’ny 31 janoary satria ny lisi-pifidianana nankatoavin’ny vaomieram-pifidianana eo anivon’ny distrika dia averiny eny anivon’ny fokontany aorian’io daty io mba hatao peta-drindrina eny amin’ny biraom-panjakana na toerana fivorian’olona. Izay nahita ny anarany dia omen’ny vaomiera tapakila fanamarinana izany. Izay voamarina fa tsy tafiditra ao anaty lisitra kosa dia afaka manao fitarainana am-bava na an-tsoratra ao amin’ny biraom-pokontany ary raketina ao anatin’ny rejistra manokana natokana ho amin’izany ny anarany ary atakalo tapakila ihany koa. Hatreto dia ny avy eo anivon’ny komity mpanara-maso ny fiainam-pirenena na ny KMF CNOE sy ny dingana ho amin’ny fampandrosoam-pirenena na DFP ihany aloha izany no heno fa nanana tetikasa hitety faritra hanao fanabeazana momba ny fifidianana saingy raha ny heno dia sahirana eo amin’ny enti-manana izy ireo. Ny KMF CNOE dia tsy henoheno intsony taorian’ireo atrikasa 2 herinandro vitan’izy ireo tamin’ny faran’ny taona 2017. Ny DFP kosa dia mbola ao anaty fitetezam-paritra hatrany saingy sahirana kosa amin’ny fanapariahana ireo kiboky (Prospectus) fampahafantarana izay tokony ho fantatra momba ny tontolom-pifidianana izay.

J. Mirija   

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana RajaonarimampianinaFihemorana mirindra, hoy ny SSM

Mbola manohy ny fitakiany hatrany manoloana ireo tsy rariny mianjady amin’ny mpiasa Malagasy ny randrambaon’ny sendikan’ny mpiasa eto Madagasikara na ny SSM, raha ny fanazavan’ny sekretera jeneraliny, Jean Raymond Rakotoniasy, tao amina fahitalavitra tsy miankina 1 ny alin’ny sabotsy teo.

 

 Fihemorana mirindra, hoy ny tenany, no tsapan’ny mpiasa Malagasy tao anatin’ity fitondrana ity. Ho an’ny mpiasam-panjakana manokana, raha 10% foana hatramin’izay no fisondrotan-karama noraisina dia tamin’ity fitondrana ity vao nisy izany hoe 7% izany ary tsy nisy mihitsy aza io fisondrontana io hatreto ho amin’ity taona ity. Amin’io mbola misy tapaka karama Krismasy koa. Tanala very sampy, ny manova izao fitondrana izao no mety, hoy hatrany ny sekretera jeneraly. Manararaotra ny faharefoan’ny mpiasam-panjakana ny mpitondra. Miakatra hatrany ny vidim-piainana, hafahafa ny fomba fanapahana karama ary tsy milamina toy izany koa ny ambiny hafa toy ny “rappel”, “avancement”, “indemnité”. Mitohy ny fitakiana ny fampiharana ny lalana sy zon’ny mpiasa saingy mitandrina izahay mba ho hetsika ara-dalàna sy ampahamendrehana, hoy ny tenany, no atao ndrao misy ambadika politika satria toy ny mihantsy anay hanao fihetsiketsehana izany ny fitondrana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Entana vokarin’ny Tiko AAAIfandrombahana eny amin’ny mpivarotra

Tsikaritra ny faran’ny herinandro teo fa nifandrombahana teny amin’ny mpivarotra ny vokatry ny orinasa Tiko AAA na ny épicerie tsotra na ireo toeram-pivarotana lehibe (grandes surfaces) eto Antananarivo.

Nangonin’i RTT

La Vérité0 partages

Université de Mahajanga - Quatorze étudiants arrêtés

Une guerre sans fin entre les étudiants et la présidence de l’université de Mahajanga. Samedi dernier, les étudiants au sein du Bureau de l’université de Mahajanga (Bdeum) ont de nouveau effectué une grève. A l’issue de cette manifestation, une voiture a été incendiée. En conséquence, 14 étudiants dont 5 jeunes femmes sont arrêtés par les membres des Forces de l’ordre.  Dans la matinée d’hier, les étudiants ont encore continué leur manifestation. Ils ont bloqué l’accès à la route d’Ambondrona à l’aide un barrage.

Même les habitants ont des difficultés à le franchir. Face à cette situation, les Forces de l’ordre sont descendues sur place pour dégager la circulation. Ainsi, 3 autres étudiants ont été arrêtés. Comme la manifestation précédente, la revendication des étudiants ne change pas. Ces derniers réclament toujours la démission du président de l’université de Mahajanga. Ils exigeaient également la tenue d’une table-ronde entre la présidence de l’université, les parents, ainsi que les étudiants, tout cela après un affrontement au campus d’Ambondrona au mois de mars de l’année dernière. En rappel, le conflit entre les étudiants a commencé après l’élection des membres du Conseil  consultatif des étudiants (Cce). Sur ce, l’association Bedum n’est plus reconnue par la présidence de l’université de Mahajanga. La première association regroupe les étudiants  originaires du Sud-est et du Sud, tandis que l’autre rassemble ceux issus du Nord et de l’Est de la Grande île. Après une assemblée générale ratée, un affrontement s’est produit. Les logements des étudiants des deux camps ont été saccagés. Face à cette situation, les activités pédagogiques au sein du Campus ont été annulées et 73 étudiants sont convoqués au conseil de discipline. Après la publication des verdicts au mois de décembre dernier, le Bdeum a apporté l’affaire devant la Justice. Pourtant, leur requête a été rejetée. Ces étudiants sont dorénavant chassés de leur cité universitaire jusqu’à la réhabilitation totale du bâtiment. Anatra R.

La Vérité0 partages

Préparation d'album - Le groupe G5 à Paris

Grâce à leurs talents mais surtout au concours de chant organisé par la télévision Viva Madagascar, les jeunes membres du groupe G5 sont actuellement devenus des stars. Des célébrités déja bien connues dans la Grande île et pourquoi pas une vraie carrière internationale. En tout cas, Mahery, Baggio, Nathan, Larry et Tojo sont en route vers le succès. Plus rien ne pourra les arrêter et d’ailleurs, les milliers de fans ne les laisseront jamais tomber.

La pluie d'encouragements lâchés par les groupies ne pourra que donner de la force à la formation. Le groupe est actuellement en pleine préparation de son premier opus. Justement, la semaine dernière, la bande à Nathan vient de quitter Madagascar pour l'Hexagone pour la concoction de son album. Ayant déjà attéri, plus précisement, à Paris, le groupe G5 est bien motivé pour prouver une bonne fois pour toutes ses capacités et talents. Une chose est sûre, c'est que la formation apportera de nouvelles sonorités à la musique malgache. Puisqu'au début du challenge, il a été convenu que les membres qui composeront le groupe seront formés pour être des créateurs. Le plagiat ne figurera donc jamais dans leur vocabulaire. Jusqu'à maintenant, Baggio et ses camarades préfèrent rester discrets et n'ont publié qu'une seule photo se régalant au KFC. Par ailleurs, Le nom du studio qui va produire le disque n'est pas encore connu mais sera sûrement communiqué très prochainement. Par ailleurs, l'oeuvre sera composée de 16 titres dont l'enregistrement a déjà débuté à Madagascar, selon l'explication d'une responsable au sein de la télévision organisatrice.« Ce qui a été prévu demeure inchangé. L'objectif du groupe est actuellement de se faire un nom dans le showbiz national, qui semble déjà être une réussite, mais également à l'international. Parmi les lots, c’est d’offrir aux membres une chance de percer dans un monde plus professionnel, entourés d'experts et de compétents. C'est ainsi le commencement d'une belle carrière musicale pour les membres du groupe G5. A noter qu'ils ont déjà commencé à enregistrer pendant qu'ils étaient encore dans la Capitale. Lors de leur voyage, ils finaliseront l'album dans un des plus grands studios de Paris. Jusqu'à maintenant, il n'a pas encore été communiqué leur retour dans la Grande île. Rien ne presse, ils prendront le temps qu'il faut pour préparer un bon album qui fera baver le public. Une belle surprise attend donc les fans à leur retour » , explique une responsable. Il est aussi à présicer que ce voyage n'est en aucun cas une tournée. Effectivement, durant la remise de lots pendant la finale du concours de chant, il leur a été promis qu'ils effectueront des concerts à l'étranger. Ce sera pour bientôt et les groupies à l'étranger et la diaspora ne devront pas s'en inquiéter. Tahiana Andrianiaina

La Vérité0 partages

Ile Maurice - Un passeur malagasy arrêté avec 600g d’héroïne

Les trafiquants de drogue du pays ne cessent de faire parler d’eux dans les îles voisines. Dimanche dernier, un passeur malagasy ainsi que ses deux supposées clientes, des Mauriciennes, ont été arrêtés à l’île Maurice par des limiers, équivalents de la Brigade des stupéfiants nationale. Leur arrestation s’était déroulée dans un hôtel très connu de l’île. Ils comparaîtront bientôt devant la Cour de l’île sœur, leurs accusations aggravées par des circonstances atténuantes. La mule malagasy répondant au nom de J.N. (37 ans) a importé de la Grande île 600 grammes d’héroïne valant près de neuf millions de roupies.

Au moment des arrestations où J.N. devait rencontrer O.C. (24 ans), mécanicienne de son état  et V.H. (21 ans), toutes les deux habitant dans différentes localités à Maurice, plusieurs sacs en plastique contenant de l’héroïne ont été retrouvés. D’après un rapport de l’enquête,  J.N. devait assurer la livraison des 600 grammes d’héroïne une fois sur le sol mauricien.  A peine donc que l’année 2018 venait d’être entamée et voilà que ce narco-trafiquant malagasy venait de la marquer à sa manière en important de la drogue dure dans l’île sœur. La seule question qui se pose : le jugement de J.N. servira-t-il au moins une leçon pour ses homologues ? Ou les lourdes sanctions encourues vont au contraire faire redoubler de vigilance les autres trafiquants de drogue du pays, sans qu’ils ne comptent pour autant délaisser ce trafic vraiment juteux. Seul l’avenir nous le dira. Recueillis par F.R.

La Vérité0 partages

Marché interbancaire des devises - Le prix de l’euro atteint les 4 000 ariary

Toujours dans le rouge. La dépréciation de la monnaie locale est toujours d’actualité. D’après les cours du Marché interbancaire de devises (Mid) du 29 janvier 2018, un euro équivaut à 4 000 ariary. Cette situation aggrave la situation économique du pays. Qui plus est, la diminution du volume des exportations n’annonce rien de bon.

Même si les exportateurs sont censés profiter de cette conjoncture, tant que la quantité de produits exportés n’augmente pas, l’économie du pays s’enlisera encore plus. Les importateurs sont les plus lésés par cette dépréciation de la monnaie locale. « Nous devons payer nos fournisseurs en devises, ce qui fait que notre prix de revient augmente au rythme de la dépréciation de l’ariary. Pour autant, étant un acteur opérant dans le domaine de l’importation, nous devons continuer nos activités. Et pour essayer de réduire au maximum les impacts négatifs qui planent sur notre marge bénéficiaire, nos commerciaux s’attèlent à mettre en place de nouvelles stratégies de vente », a expliqué un importateur. Les opérateurs économiques ne sont pourtant pas les seules victimes de cette chute vertigineuse de la valeur de l’ariary.Le pouvoir d’achat dégringole Du côté du citoyen lambda, les impacts de cette forte dévaluation de l’ariary ne vont pas tarder à se faire ressentir. D’après un économiste, tous les produits importés et payés en euro seront moins accessibles aux consommateurs, à cause de leur cherté. Le pouvoir d’achat des salariés diminuera aussi puisque leur salaire est stationnaire. Si la valeur de l’euro augmente, par déduction, le salaire payé en ariary perd de sa valeur. Ainsi, si un salarié veut acheter un produit importé, il devra réfléchir à deux fois avant de mettre la main dans le porte-monnaie. Cette baisse du pouvoir d’achat est inséparable de la montée de l’inflation qui continuera sur sa lancée. Cette dépréciation n’est pourtant pas une surprise pour les dirigeants car figure dans la prévision de la loi des Finances 2018 qui prédit une dévalorisation de 5,2% de l’ariary par rapport à l’année 2017 « à cause du creusement au niveau de la balance courante ». Reste donc à savoir quelles sont les mesures prises par le régime pour éviter que le taux d’inflation ne frappe la population de plein fouet.Marinà R.

La Vérité0 partages

De l'ire

De l'électricité dans l'air ! Les grands acteurs de l'économie nationale sortent de leurs gonds. En effet, ceux qui font tourner la machine industrielle et le moteur de l'économie du pays dénoncèrent, avec virulence d'une rareté exceptionnelle, le laxisme des dirigeants. Un camouflet « grandeur nature » à l'endroit des maîtres du pouvoir, civiles et militaires.

Ainsi, la plate-forme des groupements professionnels monte donc au créneau et crie son ras-le-bol. Au nombre de 25, les signataires du communiqué, voire de la « pétition » expriment, sans fioritures, leur colère face à l'atmosphère délétère qui prévaut au pays depuis un certain temps, notamment en matière de sécurité publique. La recrudescence des actes de banditisme est telle que le pays vit dans une terrible angoisse et une psychose maximale l'étrangle. Les opérateurs économiques se trouvent en première ligne de mire de ces « espèces nuisibles ». Victimes en première loge des incuries des dirigeants, ils n'en peuvent plus. D'après leur constat, Forces de sécurité et responsables étatiques manquent, cruellement, à leurs devoirs.Trois « haltes », en guise de sommation, résument le ressentiment exacerbé de ces capitaines d'industrie, des patrons de société et des dirigeants d'entreprise : « halte à la violence quotidienne », « halte au développement de l'industrie du kidnapping » et « halte à l'insécurité généralisée ». Une triple mise en garde sévère à l'endroit du régime. Les 25 signataires n'hésitèrent non plus à pointer du doigt la gabegie et la fuite de responsabilité que font montre les tenants du pouvoir. Ils ont, toujours selon eux, lourdement, failli à leurs charges et devoirs. Ils, les groupements industriels, mettent en doute, très sérieusement, la sincérité de certains gens hautement placés du pouvoir ainsi que des hauts gradés des Forces de l'ordre. Leur implication dans ce qu'ils qualifient de l'« industrie du kidnapping » serait à craindre. Sinon, pourquoi ces hors-la-loi agissent-ils en toute… aisance ?La communauté indienne ou indo-pakistanaise, pour la plupart jouissant de la nationalité française, en est la principale victime de ces rapts qui, ces derniers temps, ont émaillé l'environnement socio-économique du pays. Ils ont pris l'allure d'une affaire incontrôlée. Et le plus inquiétant dans tout cela réside dans le fait que presque toutes les victimes avaient à leurs côtés des éléments armés de la Police nationale ou de la Gendarmerie assurant le rôle de gardes personnelles rapprochées. Et au moment des faits, ils étaient tous d'aucune utilité. Seraient-ils, ces apprentis sorciers de « gorilles », de connivence avec les malfrats ? Au lieu de s'évertuer à de vains palabres, au palais, le Chef de l'Etat ferait mieux de proposer des solutions urgentes, concrètes et efficaces pour mettre un terme, une bonne fois pour toute, à cette situation préoccupante. Ce que tout le monde, opérateurs et simples citoyens, attend de lui, en tant que premier responsable de la vie de la Nation, qu'il s'occupe tout d'abord du malheur de son peuple, en ces temps précis, au lieu de délirer pour… 2030. Une démence que nos Anciens dénonçaient « Ny an-tratra tsy lavo ka aiza koa rainilahy be ! » S'il compterait rempiler pour un deuxième mandat, il doit veiller à finir, d'abord, en… beauté le premier.De l'ire dans l'atmosphère ! Les groupements industriels exigent que de vrais professionnels prennent en main la sinistre affaire.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Révision de la liste électorale - Clôture dans l'indifférence citoyenne

A J-1 de la clôture de la révision annuelle de la liste électorale (Rale) pour la période 2017 - 2018, les citoyens ne se bousculent pas au portillon des fokontany. Malgré le délai de deux mois stipulé dans l'article 26 du Code Electoral selon lequel la révision annuelle de la liste électorale s'étend sur la période entre le 1er décembre au 31 janvier de l'année suivante (ndlr : cette année 2018), les Malagasy ne se pressent pas.

Pire, certains responsables de fokontany craignent même que les citoyens n'attendent pas simplement le dernier moment pour s'inscrire mais ne veulent pas s'inscrire tout court. Alors qu'on se trouve dans la dernière ligne droite du Rale, les gens devraient normalement se ruer vers les bureaux du fokontany, mais ce n'est pas le cas. Les antagonismes politiciens semblent complètement détourner les citoyens de leur droit et devoir. A l'allure où vont les choses, l'objectif fixé par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) d'atteindre le cap des 10 millions d'électeurs inscrits sur la liste électorale cette année 2018 ne sera qu'une simple utopie.  Le Ceni a néanmoins fait savoir qu'après la date butoir du 31 janvier, chaque citoyen aura encore une vingtaine de jours pour vérifier dans les bureaux du fokontany et ce, avant l'arrêtage définitif de la liste électorale révisée.Un droit négligéDu côté des citoyens, cette nonchalance s'explique par diverses raisons. Certains rechignent tout simplement à le faire par manque de volonté de participer aux élections tandis que d'autres avancent des problèmes liés au déménagement. Dans ce 2ème cas, les procédures de nouvelles inscriptions au niveau du fokontany nécessitent du temps car le certificat de migration (fifindra - monina) est exigé.  Alors que du côté de la diaspora malgache à l'étranger, le droit de vote est fortement revendiqué, jouir d'un tel droit semble anodin pour une grande partie des malagasy. Pourtant, l'article 4 du Code électoral,  seuls « les individus condamnés pour crime ou délit ; les individus condamnés lorsque la condamnation empêche d'une manière définitive leur inscription sur la liste électorale ; les personnes pourvues d'un conseil judiciaire ; les interdits et les aliénés internés ; les individus privés par décision judiciaire de leur droit d'éligibilité, sont privés du droit de voter et ne doivent pas, en conséquence, être inscrits sur la liste électorale ». En attendant une prise de conscience collective face au devoir sacré de vote des citoyens, les actions des différentes Ong et membres de la société civile pour la sensibilisation des électeurs, des jeunes en particulier, continuent discrètement.S.R.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Nexthope, une nouvelle fois élu meilleur fournisseur HP

Pour la deuxième année consécutive, MC3, le distributeur officiel de la marque HP à Madagascar a remis à Nexthope le certificat de meilleur intégrateur et revendeurs de solutions HP.

Pour le Sales Manager de Nexthope Christian Rakotomavo, cette distinction est une reconnaissance des investissements effectués par la société pour se démarquer de la concurrence qui est particulièrement âpre dans le pays à cause des acteurs du grey market qui cassent les prix. Pour convaincre les clients, Nexthope a fait le choix de miser sur le sérieux. C’est la raison pour laquelle elle a beaucoup investi dans les certifications nécessaires. Il en est de même pour les ingénieurs et les commerciaux qui sont certifiés auprès de HP. Concrètement, les équipements proposés par la société sont non seulement authentiques HP mais passent également par les canaux officiels de distribution. Les clients bénéficient ainsi des garantis du constructeurs.

Nexthope est reconnu en tant qu’intégrateur de solutions réseau et télécom. Depuis deux ans, elle s’est lancée dans la microinformatique. Elle détient actuellement les certifications HP pour les consommables pour imprimantes (HP Gold Supplies Partner), les ordinateurs de bureau et ordinateurs portables (HP Gold Computing Partner), les imprimantes (HP Silver Printing Partner) et les serveurs et équipements réseaux (Business Partner). Nexthope n’est ni plus ni moins que le revendeur HP le plus certifié de l’île.

L'express de Madagascar0 partages

Consommation – Douze mille boîtes de lait brûlées

Hors de danger. Les boîtes de lait infantile Picot sur les étalages des épiceries et  des pharmacies peuvent désormais être consommées en toute sécurité. « Celles qui ont présenté des risques d’empoisonnement ont été toutes retirées du marché. Et le producteur a interdit la commercialisation et l’exportation des lots concernés», affirme Valonirina Randrianarisoa, directeur de la prévention des fraudes et de la protection des consommateurs au sein du ministère du Commerce et de la consommation. Douze mille boîtes de lait infantile « contaminées» ont été brûlées par le ministère du Commerce et de la consommation, jeudi.Le gouvernement français a décidé de suspendre la commercialisation et les exportations de quelques lots de produits de nutrition infantile, fabriqués par le groupe Lactalis, en raison d’un risque de contamination par des salmonelles, le 10 décembre 2017. Des cas de salmonellose chez des nourrissons ont été déclarés dans quelques pays comme la France, dont la présence de « salmonelle » dans ces produits a été annoncée comme «cause probable » de la contamination.A Madagascar, aucun cas d’enfant contaminé n’a été déclaré, jusqu’à présent.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Faneva Ima sur le banc

Faneva Andriatsima figurait bien sur la feuille de match de la rencontre de la 23e journée du championnat de France de football deuxième division, entre son nouveau club, Le Havre AC, et Nîmes. Mais le capitaine des Barea est resté sur le banc et devra donc attendre pour ses débuts. Le Havre s’est imposé deux buts à un dans ce duel de haut de tableau de la Ligue 2.

Madagate0 partages

Madagascar. HP informatique: Blog Nexthope certifié pour la 2è fois consécutive

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana taxi-brousse : Telolahy voasambotra niaraka tamin’ny fitaovam-piadiana sy ody gasy

Nisesisesy indray tao ho tao izay ny fanakanan-dàlana sy fanafihana taxi-brousse amin’ireo lalam-pirenena teo amintsika. Ny farany teo, izay nahavoatifitra olona iray, dia niseho tamin’iny RN1 iny teo Soamahamanina, ny herinandro nivalona iny. Nandray ny andraikiny avy hatrany ny teo anivon’ny zandary nanao ny fikarohana ireo olon-dratsy. Andro vitsivitsy taorian’io, dia voasambotra ny telo lahy, izay voalaza fa isan’ireo nanafika tamin’io fotoana io, ary mbola nikasa ny hamerina ny asa ratsiny indray. “Ny 26 janoary 2018 tokony ho tamin’ny 6 ora sy sasany,  dia nandre ny zandarimariam-pirenena fa misy lehilahy 4 ahiahiana ho isan’ireo mpanafika niakatra taksibrosy ny harivan’io, teny amin’ny fasan’ny karàna ka mikasa ny hanao toa an’io nataony io indray. Rehefa natao ny sakana teo Imerintsiatosika, dia nandositra avy hatrany izy 4 noahiahiana ireo raha vao nijanona ny fiara nosavan’ny zandary. Ny telo voasambotra, fa ny iray izay nahiana ho nitondra basy, nibaby sakaosy tafaporitsaka. Rehefa nosavana tsirairay ny entan’izy ireo dia nahitana antsibe avokoa. Mbola nahitana ody gasy (fonoka) ihany koa tamin’izy ireo. Rehefa naseho an’ireo olona niharan’ny fanafihana fiara ny 25 janoary moa izy ireo, avy hatrany dia voamarina fa isan’ireo nanao io fanafihana io tokoa izy telo lahy ireo” hoy ny fampitam-baovao azo.  Efa maty paika tokoa ny teti-dratsin-dry zalahy ireto, satria dia misy ireo mody manao mpandeha amin’ilay fiara, izay manome ny toromarika rehetra amin’ireo namany, izay efa miandry fotsiny amin’ny toerana hafa hanaovana ny fanafihana. Tamin’io andron’ny 25 janoary io, dia efatra izy ireo no nandray taxi-brousse mampitohy ny Renivohitra amin’i  Soavinandriana, teny amin’ny Fasan’ny karàna. Niala teo Ambatofolaka Soamahamanina izy ireo ary efa nandrasan’ireo namany izay niditra an-tsehatra avy hatrany amin’iny fanafihana. Olona telo no naratra voan’ny bala tamin’io fotoana io ary saika voaroba avokoa ireo mpandeha rehetra. Efa lasa ireto mpanafika vao afaka nampandre ny zandary ireo lasibatra, saingy tafaporitsaka iretsy voalohany. Soa ihany fa tsy niandry ela dia ireo voasambotra ireo. Mbola misy ny naman’izy ireo hafa, saingy efa an-dalam-pikarohana azy ireo ny zandary.

m.L

L'express de Madagascar0 partages

Accès aux soins – Mauvaise prestation de service à la santé

À peine la couverture universelle de santé lancée, l’indicateur de prestation de service, réalisé avec la Banque Mondiale, montre plusieurs failles graves.

L’accès au service de santé à Madagascar reste un défi majeur car il dépend de plusieurs points comme la disponibilité d’intrants, les infrastructures, la motivation des agents de santé.« Des médecins affectés dans des zones enclavées fuient leur lieu d’affectation », affirme le ministre de la Santé Lalatiana Andriamanarivo, lors de la sortie de la dernière intégration des paramédicaux en fonctionnaires. Ce n’est qu’un des problèmes parmi tant d’autres, mais la disponibilité des intrants dans les lieux enclavés constitue un autre.« Ayant eu une pénurie d’alcool lorsque j’étais à Ambato­finandrahana, nous avons dû utiliser du rhum pour désinfecter la plaie d’une malade », affirme un infirmier en retraite qui a requis l’anonymat. Les médicaments dans les centres de santé de base sont limités, la population doit ainsi avoir recours à des médecins privés plus chers.

RésultatsCertains centres de santé de base dans les campagnes utilisent le pétrole pour conserver les vaccins. Les résultats de l’Indicateur de prestation de service (IPS) détaillent encore plus ces failles.Il ne s’agit  pas de critique mais il faut combler les lacunes pour décupler les efforts que le gouvernement doit fournir. L’IPS révèle que « Plus de trois quarts (76 %) des formations sanitaires effectuent des accouchements mais seuls 18 % de l’ensemble des formations ont l’équipement nécessaire pour dispenser des services de soins obstétricaux d’urgence de base, la plupart étant concentrée au niveau des hôpitaux de  district en milieu urbain (90 %). Seule la moitié, soit 52 % des hôpitaux de district, ont l’équipement nécessaire pour offrir des services obstétricaux d’urgence ».L’accès à l’électricité devient un problème surtout en matière de conservation des médicaments et des vaccins.  « Moins d’un tiers (28 %) des formations sanitaires malgaches ont accès à l’électricité, à l’eau potable et à un assainissement amélioré. Même si la plupart des vaccins sont disponibles dans la plupart des formations sanitaires, 42 % des réfrigérateurs ne sont pas à la bonne température ».

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Port de Toamasina – Une paralysie menace le pays

Après le refus de réception de conteneurs vides émis par MICTSL, l’effet domino n’a pas tardé. Toutes les activités d’import-export risquent d’être submergées 

Au ralenti. Vu de l’extérieur, le terminal à conteneurs du port de Toamasina semble tourner à plein régime. De jour comme de nuit, les machines s’activent pour traiter le débarquement et l’embarquement des conteneurs sur les navires. Cependant, la récente décision de MICTSL (Madagascar International Container Service Limited), le concessionnaire gestionnaire du terminal, plus précisément son refus de recevoir des conteneurs vides, laisse entrevoir des soucis au sein de la société par rapport à la gestion même du terminal. « Le traitement d’un seul navire porte-conteneur peut prendre  de trois ou à quinze jours, si autrefois c’était réalisé dans un délai de douze heures », déplore un transitaire, contacté au téléphone.Ce dernier devait assurer le débarquement de quelques conteneurs de friperies pour un client, prévu le 4 janvier mais qui s’est vu reporté pour le début du mois prochain. Même conséquence de ce ralentissement des activités, une douzaine de navires bloqués en rade, en plus du terre plein qui commence à manquer pour le stockage des conteneurs vides en attente de restitution.

ConséquenceIl est évident que des frais de stockage en plus doivent sortir des poches des opérateurs, en plus des frais d’immobilisation réclamés par les transporteurs. Les conteneurs vides restent bloqués sur les camions au lieu d’être stockés gratuitement sur les terre plein des compagnies.La plupart des navires bloqués en rade transportent des marchandises qui doivent approvisionner les grandes enseignes de distribution du pays. Une autre partie s’apprête à débarquer le matériel et les consommables d’imprimerie. Un défaut d’approvisionnement qui a provoqué l’arrêt de la diffusion de quelques quotidiens de la capitale, la semaine dernière, ou encore la rupture de stock de certaines denrées alimentaires sur les rayons de plusieurs supermarchés.Par ailleurs, quelques milliers de conteneurs transi-tant à l’île Maurice en direction de la Grande île sont, en ce moment, bloqués à cause de ce ralentissement de traitement de MICTSL.«On ne comprend pas pourquoi ils n’arrivent pas à traiter ces marchandises plus rapidement, la seule raison réside sûrement dans le fait qu’ils n’utilisent pas à 100% la potentialité de leur machine, à l’image de certaines grues gottwald qui se détériorent sur place », souligne notre transitaire.Contacté sur le sujet, le concessionnaire du terminal avance comme argument la cessation de réception de conteneurs vides et sans plus. Un blocage qui n’a que des effets domino négatifs sur tout le système d’import et d’export du pays. En commençant par les grandes compagnies maritimes, les sociétés de distribution, en passant par les transporteurs, pour finir jusqu’à une répercussion sur le quotidien du citoyen lambda.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Gamin tué à Andohatapenaka – Le 4×4 d’un député commet un délit de fuite

Lancé à toute vitesse, le tout-terrain d’un député a fauché à mort un garçonnet de sept ans. Le chauffard a transporté le corps à l’hôpital puis a disparu.

Une scène atroce à fendre le cœur. Sombrant dans un mutisme sépulcral après avoir appris la disparition brutale de son fils de 7 ans, fauché à mort par le tout-terrain d’un député, Roger Nantenaina Randrianasolo se recroqueville sur un parapet de fortune, au pied d’un barbelé,  dans l’enceinte de l’hôpital d’Ampefiloha. Dans la salle d’autopsie, un responsable de la morgue, muni d’outils de cordonnier, s’affaire à recoudre le gamin éventré, dont la poitrine a été ouverte pour consultation par le médecin légiste.Le père de famille plein de tristesse, se fige dans un silence lugubre. Sa  famille peine encore à se relever de la disparition de  son épouse il y a trois ans, alors que ses deux enfants étaient encore dans la seconde enfance. Et soudain, la mort happe son  fils unique. « Je n’ai rien pu faire pour sauver mon petit bambin, mais il a droit à de dignes funérailles », confie-t-il d’une voix caverneuse. Le devoir paternel l’appelle à affronter les péripéties de la vie, et à veiller sur sa fille de 9 ans, rescapée de cette série noire.Le meurtrier accident de la circulation est survenu sur la route-digue, samedi  vers 16h 30, dans l’agglomération populeuse d’Andoha­tapenaka. « Le tout-terrain roulait à tombeau ouvert depuis la nouvelle gare routière lorsqu’il a fauché l’enfant de plein fouet, à hauteur de l’intersection menant vers les 67ha. Tout s’est passé très vite », se désole Jean René Razafi­narivo, habitant des environs. Des témoins oculaires révèlent que le garçonnet agonisait lorsque le chauffeur du gros 4×4 l’a embarqué pour aussitôt démarrer en trombe. Des riverains ont néanmoins  eu la présence d’esprit de relever le numéro du véhicule et de demander des informations  sur le propriétaire ainsi que sur le chauffeur.

Déclarations troublantesLe corps inerte du petit garçon a été conduit à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona. Cependant, les déclarations du chauffeur, transcrites dans le registre du service des urgences, puis  reprises  dans celui de la morgue n’en demeurent pas moins ahurissantes. Selon sa version, le drame se serait produit à Anosy et non à Andohatapenaka où habite le jeune défunt. Celui-ci serait, de surcroît, un sans-domicile fixe, d’après les déclarations notées de la main courante. L’enfant était, certes vêtu d’un short jean noir en lambeaux, incrusté de taches et de salissures, mais ces détails trompeurs, sont balayés par la réalité et les faits avérés.Sitôt la dépouille mortelle transportée  au HJRA, le chauffard a quitté le centre hospitalier pour ne plus y revenir d’après la famille endeuillée.« Un  témoin du drame nous a  remis  un  bout de papier qui faisait mention  du numéro du 4×4 et la fonction du propriétaire. À mon arrivée à l’hôpital vers 18h 30, mon neveu n’était plus aux urgences. L’information erronée concernant le lieu de l’accident  a faussé les pistes. Vers 21h 30, alors qu’on commençait à baisser les bras après des heures de recherches infructueuses, une dernière vérification à la morgue s’est avérée payante. L’émoi nous a saisis lorsqu’on a vu le corps ensanglanté du petit, allongé sur un chariot, dans la chambre froide », déplore Nirina Lolona Rasoarimalala, tante de la victime.Hier matin, les proches du petit garçon décédé se sont dépêchés à la brigade des accidents de la police nationale à Tsaralàlana.«Les enquêteurs nous  ont interrogés, mais jusqu’à maintenant nous n’avons pas encore pu voir ou parler au chauffeur ou au propriétaire du 4×4. La police nous a informés qu’ils ne s’étaient pas encore présentés sans nous révéler leurs identités», lance Nirina Lolona Rasoarimalala.Jointe au téléphone, la brigade des accidents ne livre aucune information. « Nous sommes encore en pleine enquête. Pour l’instant, nous  ne pouvons  encore rien communiquer », s’excuse,  au nom du secret de l’enquête, un officier de police, à qui aété demandé si les auditions du député et de son chauffeur ont déjà eu lieu au non.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Coopération – L’Inde renforce le traitement du cancer à Madagascar

La République de l’Inde compte collaborer avec Madagascar dans le traitement du cancer. « Nous savons que l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrinavalona (HJRA) est encore le seul hôpital qui s’occupe de traitement du cancer. Nous en avons discuté auprès des responsables et une étude de partenariat a été déjà faite », affirme Subir Dutta, ambassadeur de l’Inde à Madagascar lors de la fête de la république de l’Inde, hier à la Résidence de l’Inde à Analamahitsy. Le partenariat est de longue date.« Nous avons déjà envoyé plusieurs médecins et patients en Inde car notre pays possède plusieurs spécialistes en différentes pathologies. Même les Européens et les patients du monde viennent en Inde pour faire des cures sur telle ou telle maladie », ajoute t-il. Ce ne sont pas seulement les patients ou les médecins qui partent en Inde  mais ce pays, à travers son ambassade, offre aussi une opportunité aux jeunes Malgaches d’y poursuivre leurs études universitaires.« Nous sélectionnons  quinze à vingt jeunes Malgaches chaque année. Toutes les études universitaires, les diplômes de licence, master jusqu’au doctorat sont disponibles. Il suffit d’avoir une bonne note et une maîtrise de la langue anglaise pour pouvoir y accéder. L’inscription est encore ouverte jusqu’à la fin de ce mois», explique toujours cet ambassadeur.L’ambassadeur ne voulait pas faire plus de commentaires sur les affaires de kidnapping qui se sont succédé mais demande aux autorités malgaches de veiller à leur sécurité.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Jirama – Ravalomanana accusé de vol d’électricité

Une descente des techniciens de la Jirama confirme le branchement illicite au sein du domicile de l’ancien Président. La société a déposé une plainte.

La Jirama est actuellement en phase de croisière dans la répression des fraudes et dans la transparence. « Cette action d’assainissement se fait sans distinction. C’est une mesure énergique que la société doit prendre et pérenniser pour combler les pertes et améliorer les rendements », note un cadre de la Jirama.La Jirama a accéléré ainsi les réformes pour lutter contre les pertes « non techniques ». Dans ce sens, le 3 novembre 2017, la Jirama a déposé une plainte auprès du Parquet d’Antsirabe pour « vol d’énergie électrique » à l’endroit de Marc Ravalo­manana. « De fortes suspicions de vol d’électricité suite à la requête déposée par Ravalomanana pour le rétablissement de la fourniture de l’électricité de sa résidence après la suspension d’activités de la société AAA, abonnée de la Jirama, ont conduit la société d’État à agir », toujours selon le même cadre. Après que Marc Ravalomanana ait formellement nié les faits par voie de presse, selon lui, « sa résidence n’est pas branchée au réseau de la Jirama ». Mais il utiliserait un groupe électrogène.Pour démêler le vrai du faux, et conformément à ses missions envers les abonnés, la société d’État a dépêché sur place des agents, lors de la récente réquisition de l’OMC sur la vérification des scellés, accompagnés par un huissier de justice, le 24 janvier dernier.

DescenteCette action entre dans le cadre de l’application du décret n° 2016 – 1307 du 26 octobre 2016 portant contrôle et répression des pratiques frauduleuses de vol d’énergie électrique suivant Article 3 alinéa 3.5 : « Toute distribution d’énergie électrique par un client à des tiers ou à des immeubles en dehors des limites soit de la demeure, soit du domicile du client ou de l’immeuble lui appartenant sans autorisation écrite de l’exploitant ».Même s’ils n’ont pas eu accès directement à la résidence de l’ancien Président, les agents de la Jirama ont pu découvrir auprès des installations de la société Tiko les dispositifs qui ont servi à alimenter en électricité la résidence de l’ancien Président à travers les installations de AAA. Ce, depuis de longues années. L’huissier de justice a dûment constaté l’enfouissement d’un câble venant de la société AAA vers ladite résidence. Le câble électrique sortant de la cour a été fixé au mur et entre dans un boitier qui constitue l’arrivée de la source d’alimentation électrique. Sur place, ils ont découvert également un groupe électrogène d’une puissance de 500 KVA.Trois câbles de puissance (visibles de l’extérieur) sortant du groupe électrogène et entrant vers l’usine et branchés sur un disjoncteur triphasé commandant l’alimentation de la conduite souterraine vers le logement ont été mis à jour. « Cela prouve que le groupe électrogène de 500KVA est seulement un groupe de secours qui alimente l’usine et le logement en même temps en cas de coupure d’énergie fournie par la Jirama. Cette constatation a été confirmée par l’officier de sécurité de AAA à Madagascar présent sur place au moment de la descente », confirme un des techniciens qui a effectué la descente.Le vol d’électricité constitue un délit passible de peines d’emprisonnement et d’amende. Depuis des années, les raccordements illicites sont l’une des causes de la lente décadence de la société d’État. « Pour retrou­ver l’équilibre, et surtout les bénéfices, la Jirama doit s’attaquer frontalement aux contrevenants, nonobstant les couleurs politiques et les pressions. À noter que l’ensemble du groupe Tiko doit encore la somme d’environ 5,5 milliards d’ariary à la Jirama pour ses factures impayées et droit de recettes », souligne le cadre. Une procédure de recouvrement de créances suit son cours.

L'express de Madagascar0 partages

Vie universitaire – Scission au sein du Seces

Le syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants (SECES) section Antananarivo persiste et signe. Il s’écarte du bureau national.

Malaise au sein du syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants (SECES). La section Antananarivo a été aux abonnés absents lors de la réunion du bureau national du SECES qui s’est tenue à l’Université d’Antananarivo à Ankatso, vendredi. Les membres de son bureau ne reconnaissent pas les nouveaux membres du bureau national, élus en septembre lors de leur congrès national à Mahajanga. « Nous avons refusé de participer à cette élection. Elle a été faite à la va-vite, pour l’intérêt politique de quelques-uns», avance Sammy Grégoire Ravelonirina, président du SECES, section Antananarivo, hier. Lors de la réunion du SECES, section Antananarivo, qui a eu lieu le 11 janvier, ils ont voté la suspension de trois de leurs membres, élus lors de ce congrès national.Les membres du bureau national présents à cette réunion, dont les présidents et vice-présidents des cinq autres sections, ont déclaré à la fin de cette réunion, que « ces trois personnes sont affiliées au bureau national jusqu’aux prochaines élections, prévues en 2019. Elles ont été élues régulièrement ». Ils soulignent, en outre, que le Dr Dimby Ralambomanana est le président national du SECES reconnu des cinq sections.

RassembleursD’autres sources révèlent que c’est pour des raisons personnelles que le bureau national du SECES, section Antananarivo, n’a pas assisté à ce congrès national.C’est la deuxième fois en 46 ans d’existence qu’un malaise a eu lieu au sein du SECES. «Un nouveau syndicat a failli voir le jour lors du premier malaise », rappelle le professeur Panja Ramanoelina, président de l’Université d’Antananarivo. Cette fois, la section Antananarivo lance un avertissement. « Nous ne sommes pas responsables du bousillage du syndicat par des politiciens », assène Sammy Grégoire Ravelonirina. D’autres craignent que cette tension n’engendre la division des enseignants-chercheurs et chercheurs- enseignants, et la création d’un autre syndicat.Le président du SECES national, Dimby Ralambomanana, veut éviter cette division. « Nous restons des rassembleurs », conclut-il.

Versement des indemnités

Satisfaits. Le Dr Dimby Ralambomanana, président national du SECES, a remercié l’État et le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, pour avoir versé toutes les indemnités prévues dans les décrets 2009-1214/1215/1216. Les enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants ont commencé à toucher leurs indemnités de résidence et de logement. Il resterait à régler l’indemnité des retraités, mais aussi la détermination de l’obligation de service des retraités. Le SECES réclame, en outre, la régularisation des domaines universitaires.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Gold Top8 – FTM conserve son titre

Le club champion en titre, FTM confirme sa suprématie. Manjakaray a défait Cosfa, hier, en finale au stade de Mahamasina.  

Et de quatre pour FT Manjakaray. Le club champion en titre national, FTM remporte, pour la quatrième fois, le titre de champion de Madagascar en division fédérale élite une. Ce club a effectué un parcours sans faute, aucune défaite durant cette version 2018 du Gold Top 8. En finale, l’équipe de Manjakaray s’est nettement imposée face à Cosfa, score final 44 à 26. À dix minutes de la rencontre, le score était encore de six partout. Les deux camps ont réussi à transformer chacun deux coups de pied de pénalité.Plus tard, FTM a imposé à deux reprises des attaques bien organisées mais stoppées  à quelques mètres de la ligne de la «H». Après ces deux tentatives, les protégés du coach Maminarivo Hajasoa Andriamaro dit «Mamy kely» ont réussi à marquer leur premier essai, signé Koroka de son vrai nom Fanomezan­tsoa Rasoloniaina suite à une échappée sur le flanc droit, puis transformé par Mika. Deux minutes plus tard, les rugbymen de Manjakaray ont inscrit leur deuxième essai, aplati par le même Koroka. Les militaires ont réduit l’écart avant la pause grâce à l’essai de Rahery, suite à une longue passe décisive du côté droit de Bolo. Le score était de 18 à 11 au terme des premières quarante minutes, en faveur de FTM.Au retour des vestiaires, Gougou offre le deuxième essai aux militaires, mais il rate ensuite la transformation. L’équipe championne en titre a creusé l’écart en assurant ses transformations des coups de pied de pénalité et drop. Mika a réussi  la transformation de trois pénalités et un drop. Manjakaray a marqué les deux essais de KO dans les dernièresquinze minutes de jeu, le premier aplati par Mbola et le second par Mika, et ce dernier a réussi les transformations. Les militaires ont encore inscrit deux essais, signés Rahery et Chabal, mais tous les deux non transformés.

FTM et Cosfa qualifiés«Nous étions forts en mobilité, défense et aussi physiquement en optant pour un jeu d’ensemble. On a aussi réussi à réaliser de belles contre-attaques. Ces matches, comptant pour le championnat national, font partie de notre préparation à la coupe de l’océan Indien» a confié Maminarivo Hajasoa Andriamaro. De son coté le coach des militaires, Imboazafy Noé Rakotoarivelo alias Razily reconnaît que «ses protégés ont raté huit transformations qui valent 24 points et ont joué la plupart du temps à quatorze suite aux expulsions de ces joueurs… Nous devrions encore rectifier ces défauts avant d’attaquer la Coupe de l’océan Indien».L’équipe championne, FTM a reçu en tout 12 millions d’ariary de primes dont dix du Président de la république et deux du Groupe Star, en plus de la coupe et des médailles d’or. Les deux finalistes ont aussi eu chacun un zébu. Cosfa, club vice champion, a eu pour sa part 7 millions d’ariary dont six de la présidence et un million de Star outre la coupe et les médailles d’argent. Et US Ankadifotsy, classée troisième, a gagné 500 000 d’ariary et la médaille de bronze. Fanomezantsoa Rasoloniana dit Koroka a été élu meilleur marqueur avec 57 réalisations et Tahiana Ratsimandresy alias Max de Cosfa meilleur joueur.Le sponsor de la fédération a offert à ces derniers un chèque géant de 600 000 ariary chacun. Ces deux finalistes représenteront la Grande île à la Coupe des clubs champions de l’océan Indien. Les deux porte-fanions du pays joueront à domicile lors de la première journée le 11 mars. FTM, champion de Madagascar se trouve dans le groupe A avec la formation mauricienne et l’équipe vice-championne de la Réunion, tandis que Cosfa, vice-champion national, dans le groupe B avec l’équipe championne de la Réunion et celle de Mayotte. En match de classement pour la troisième place, US Ankadifotsy bat STM par 22 à 14. Les finalistes du championnat national dames sont aussi connues après la victoire de SC Besartey hier sur le score de 10 à 5  face à FTFA. Cette finale des dames entre FTM et SCB aura lieu le 25 février.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

RN1 – Des braqueurs de taxi-brousse arrêtés

Retour de manivelle pour des braqueurs de taxi-brousse. Vendredi, alors qu’il s’apprêtait à sévir, un trio criminel a été intercepté par les éléments de la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Imerin­tsiatosika. Un quatrième membre de la bande a, néanmoins, pu prendre la fuite.La veille, un gang auquel les trois individus arrêtés sont soupçonnés d’appartenir, a frappé sur la RN°1 à Ambato­folaka-Soa­mahamanina. Trois passagers ont été blessés par balle.Les malfaiteurs ont emprunté le véhicule de transport en commun comme de simples voyageurs. Vers 19 heures, dans un coin perdu d’Ambato­folaka, ils ont demandé à descendre. À peine le minibus arrêté, trois complices ont surgi de nulle part, en brandissant des fusils. D’emblée, ils ont tiré le chauffeur hors du véhicule. Un passager a voulu prendre le volant, mais les assaillants ont tiré sur lui, le  blessant à la hanche. Alertée, la gendarmerie s’est dépêchée sur place, mais la bande a réussi à s’enfuir. Sur la base de renseignements, la brigade d’Imerintsiatosika a arrêté  trois des malfaiteurs le lendemain, alors qu’ils allaient  récidiver.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Danse – Le marathon de la danse séduit

Quatre heures de chorégraphie non-stop, de toutes les disciplines de danse, ont fait le bonheur de deux générations à l’Académie de danse K’Art à Antanimena.

Dès 14h 30, bon nom­bre de jeunes ont manifesté leur vif intérêt  pour cette formule hors du commun qu’est le marathon de la danse, ayant eu lieu l’après-midi du samedi 27 janvier au K’Art Antanimena. « J’ai appris l’existence de ce marathon dans le journal. Comme je suis curieux de savoir comment ça va se passer, je suis venu. L’idée de pratiquer plusieurs disciplines de danse en un après-midi m’a séduit. J’espère pouvoir tenir jusqu’à la fin. J’aime danser. Ce sera l’occasion de dépenser quelque énergie dans la bonne humeur », a confié un jeune garçon de 16 ans, prêt pour cette séance extraordinaire. « C’est la première fois que je participe à ce marathon de la danse. La première séance du mois de novembre, je ne l’ai pas faite. Et on m’a dit que ça était super cool. Et je veux bien essayer. C’est l’occasion de pratiquer les autres disciplines de danse, sans forcément en faire partie », a fait savoir Larissia, une jeune fille de dix-neuf ans qui pratique la danse contemporaine, l’afro et le street jazz, au sein de l’académie de danse K’Art.Chaque professeur de chaque discipline a préparé deux chorégraphies pour le marathon.

Ambiance jovialeTour à tour, ils ont eu chacun, quinze minutes, pour les enseigner aux participants. Face à un grand miroir, un public de douze à quarante ans, composé majoritairement de la gente féminine, suit l’enchaînement chorégraphique d’un professeur. Ragga, hip-hop all style, street jazz, modern jazz, break dance, afro jazz, afro fusion, tae-bo, danse moderne se sont relayés pour démontrer leur spécialité respective.Chacun essaie de faire de son mieux pour reproduire chaque mouvement en suivant le rythme d’une musique. Au bout de quelques minutes, tout le monde est en sueur. L’ambiance est à la fois tonique et joviale. Certains se mettent à l’écart pour prendre quelques minutes de pose avant de reprendre. Mais la plupart tentent de garder le rythme jusqu’à la fin de la séance qui a duré quatre bonnes heures. Tout le monde en est sorti épuisé, mais bien content.

Ricky Ramanan 

L'express de Madagascar0 partages

Football – Thailande – Intégration réussie pour Njiva

Deux buts et deux passes décisives en trois matches. Les débuts de Njiva Rakotoarimalala au FC Sukhotaï sont vraiment prometteurs. L’ailier des Barea de Madagascar a déjà remporté un trophée avec son nouveau club thaïlandais, lors d’un tournoi sur invitation auquel l’équipe a participé. Lors de sa première apparition, en match amical, il a rapidement marqué les esprits en inscrivant son premier but. Sur une belle lancée, il a délivré une passe décisive lors de la première rencontre du tournoi cité précédemment. Et en finale de cette compétition, que le FC Sukhotaï a remportée, il a de nouveau fait trembler les filets et offert un autre caviar, pour le bonheur des supporters, qui l’apprécient déjà beaucoup. L’ancien joueur de la CNaPS Sport est en très bonne voie pour s’imposer en Thaïlande. «Ils ont un bon niveau ici. J’ai fait de mon mieux pour m’adapter rapidement à leur jeu et ça a plutôt bien fonctionné. Le FC Sukhotaï possède son propre système de jeu et j’ai bien suivi les consignes de l’entraineur pour m’imprégner de ce système», confie-t-il.Comme on dit, les statistiques ne mentent jamais. Et sur ce plan, Njiva apporte un véritable plus à sa nouvelle formation. «Je sens que j’apporte vraiment quelque chose à mon nouveau club et je veux continuer sur cette voie toute l’année. Le coach m’a affirmé qu’il a besoin de moi dans l’équipe et qu’il croit qu’on peut obtenir de bons résultats pour 2018», ajoute le numéro 7.Njiva retrouve un compatriote au FC Sukhotaï, en l’occurrence John Baggio Rakotonomenjanahary. Ce dernier confirme qu’il s’intègre bien à sa nouvelle équipe : «Il s’intègre bien dans l’ambiance du groupe. C’est aussi le cas à l’entrainement. J’essaie de faire de mon mieux pour l’aider. On discute tous les jours pour améliorer notre tandem et pour qu’il puisse réussir dans le championnat thaïlandais, qui débute ce 10 février. Je pense qu’on va réaliser une bonne saison cette année.» La présence de l’ancien joueur de l’Académie Ny Antsika constitue un véritable atout, puisque ce dernier connaît déjà les rouages du championnat thaïlandais, où il évolue depuis 2014. Ses précieux conseils sont certainement d’une grande aide.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Éducation – Création du club «Toast master»

L’anglais est la langue qui aide beaucoup de personnes à s’épanouir dans les lieux de travail ou au sein de la société. Un club d’anglais appelé « Toast master » a été lancé samedi, à l’Ameri­can Center à Tanjombato. Il s’agit d’une collaboration avec le ministère de l’Éducation nationale (MEN) et de l’Ambassade américaine. Cela fait 100 ans que le club toast existe aux États-Unis et il apprend aux gens le leadership, et le « Toast master» consiste à savoir parler en public. « Une personne doit maitriser un discours en anglais, pour se sentir calme et à l’aise dans un discours qui n’est pas préparé à l’avance. Une personne doit être capable de  mener une réunion tout en gardant le but de la réunion s’il y a des divergences de point de vue », explique Genevieve Balderstone, english language fellow.Il a été remarqué dans ce lancement que les Malgaches sont doués dans l’apprentissage de l’anglais mais n’osent pas parler en public.

 M. A.

L'express de Madagascar0 partages

Football féminin – Nette domination de l’Askam

L’Askam est en bonne voie pour décrocher le titre national. Le champion de l’Itasy a enregistré deux victoires consécutives, depuis le coup d’envoi de la phase III du championnat de Madagascar, dans legroupe B. Vendredi, sur la pelouse du centre technique national de Carion, le leader du classement général a disposé de l’Asot Analamanga, son dauphin, au terme de la séance fatidique des tirs au but (0-0, 4-3 tab). Par la suite, il a enchainé avec un deuxième succès en autant de rencontres, hier, toujours à Carion, en battant le FC Prescoi Vakinankaratra (4-2). Et ce, grâce à un triplé de Tina (38è, 55è et 72è) ainsi qu’une autre réalisation de Sarah (80è). Vainqueur des deux premières phases de ce sommet national, l’Askam est en très bonne voie de remporter cette troisième joute, ce qui lui permettra de rafler la couronne nationale. Ce mardi, il partira avec la faveur des pronostics face à l’AS Comato Atsimo Andrefana et visera donc une troisième victoire consécutive dans cette phase III.Dans les autres rencontres d’hier, l’AC Sabnam Analamanga et l’Ascuf Haute Matsiatra ont offert un festival offensif. À égalité trois buts partout, les deux équipes ont dû procéder à la séance des penalties pour se départager. Avantage à Sabnam, vainqueur par 7 à 6. Pour sa part, l’Asot a bien rebondi face à l’AS Comato (1-0), après sa défaite de vendredi. Tandis que le Mifa, le troisième représentant d’Analamanga, s’est incliné devant le SOM Boeny (1-3).Comme cité précédemment, le tournoi se poursuivra ce mardi, avec la troisième journée, toujours à Carion. Au programme, Asot contre FC Prescoi à 8h, SOM contre Ascuf à 10h, AS Comato contre Askam à 12h et enfin Mifa contre Sabnam à 14h.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Cabaret dancing – Fandrama en effervescence au Bonara Be

À peine la saison 2017 achevée, Fandrama s’attaque sans tarder à la nouvelle, avec des objectifs et des défis à réaliser. À la fois brillant, étincelant et impressionnant, le lead vocal a chanté à fond pour partager une ambiance de feu, de folie et de fête que les nombreux noctambules auront du mal à oublier.La petite piste du Bonara Be, envahie par une foule massive, a connu un véritable embouteillage durant toute la soirée qui ne s’est achevée qu’à 4 heures du matin. L’impatience de cette dernière de voir et de soutenir son idole préférée n’a été que de courte durée. Une fois devant son public, Fandrama, déchaîné, a rapidement fait monter la tension au plus haut degré. C’est à travers, une musique envoûtante, endiablée et explosive que cette formation a offert aux fidèles abonnés du Bonara Be chez Sa-Yah, l’endroit le plus branché du quartier populaire des 67 ha.Doté d’une bonne volonté et d’une grande ambition, ce chanteur au style varié, est tout à fait capable de parvenir à ses multiples souhaits. Comme à l’accoutumée, ses tubes « Ataova arrosage, Bonne année 2018, Dis-moi la vérité, Lalitra koa adala… », ont été accueillis par des sifflements, des battements de mains, des chorégraphies époustouflantes et des reprises en chœur. L’enchaînementdu répertoire a été à la hauteur des attentes de l’assistance, en euphorie et en délire. Bref, un véritable régal pour le grand plaisir des yeux et des oreilles.Sur scène, les animateurs ont transpiré au maximum. De même sur la piste, les bousculades ont été fréquentes et il était difficile de trouver le minimum de  confort car la salle a été remplie comme un œuf. « Sous aucun prétexte, il m’était impossible de rater cette soirée pour m’éclater à fond avec mon idole préférée. Pour moi, Fandrama reste le numéro 1 en matière d’animation. Son salegy gôma, son salemigôdro sont originaux et poussent les férus de la danse à rejoindre sans aucune hésitation la piste. C’est un grand ambianceur qui sait comment divertir et partager le maximum de liberté et d’évasion festive à travers ses chansons explosives et enflammées », a clamé haut et fort, Gisèle, une fidèle admiratrice, originaire d’Antsiranana.Il est bien loin l’année des débuts de Fandrama qui remonte à 2003. Cette nouvelle année sera marquée par la célébration de son 15e anniversaire dans le showbiz. « Dans l’ensemble, le bilan est concrètement positif et fructueux. À preuve, la sortie des albums, les tournées nationales, régionales (Mayotte, Île Maurice, La Réunion) et internationales (France, Belgique, Suisse, Italie) sans oublier les multiplesanimations cabarets et soirées dansantes, les participations annuelles aux festivals Donia à Nosy Be, Sorogno Cacao à Ambanja, Tsikaraka à Iharana (ex-Vohémar… Beaucoup reste à réaliser et pour le moment, je n’ai en tête que de passer à la progression », a expliqué avec fierté Fandrama.

Jean Paul Lucien  

L'express de Madagascar0 partages

Trois moyens pour échapper à la « mort au choix »

Comme nous sommes encore en pleine saison pesteuse, nous reprenons ici l’un des textes choisis par Faranirina Esoavelo­mandroso, en annexe de son étude (revue historique Omaly sy Anio N°11, 1980). Il est intitulé « La prétendue peste ».Durant l’apparition de la première épidémie de peste dans la capitale, le danger est vraiment là, mais ces « inventions » sont restées ancrées dans « ces cerveaux naïfs » qu’on aura du mal à les y déloger. Et quelles sont ces inventions ? Réponse.Les Malgaches croient que la prétendue peste est un moyen de camouflage employé par les Vazaha « pour faire disparaitre peu à peu les autochtones de Madagascar ». Les Malgaches croient fermement que la peste n’existe pas, mais que toutes les maladies peuvent être appelées « Peste » quand les personnes qui en sont atteintes, sont… « désignées à mourir » par l’Administration.Toutefois, ils espèrent y échapper. Ils croient que pour échapper à cette « mort au choix », il faut soit « être bien vu des Vazaha et de l’Administration », soit « bien payer les médecins, agents des Vazaha chargés de changer les maladies en peste », soit « se cacher ou cacher les malades si l’on n’a pas les deux moyens précédents ».L’auteur anonyme de cet écrit souligne l’importance pour les Malgaches de ces trois moyens d’échapper « à la mort au choix ». Différentes expressions voient ainsi le jour.« Mpanao peste » signifie « fabricants de peste ». C’est le terme méprisant utilisé pour désigner les médecins qui, par obligationprofessionnelle, ont « osé déclarer des cas de peste au titre de maladies contagieuses ». L’objectif étant de sacrifier les malades- autrement dit envoyer leurs familles au lazaret- et leur interdire l’accès à la tombe familiale, « dernière injure pour les Malgaches ».« Tsara tsetsim-bola » : terme à la fois sérieux et ironique employé pour qualifier les médecins et infirmiers préleveurs de sang, pour dire qu’ils sont bien payés.« Paiement destiné à acheter leur complicité et leur empêcher de changer les maladies en peste. »« Mahay Vazaha » sont les Malgaches « bénis du ciel » qui, « grâce à leur bonne relation avec l’Autorité peuvent échapper à la mort au choix », quand ils sont malades. L’auteur donne un exemple frappant de cette belle déviation de l’opinion, celui « de la récente maladie du Dr Charles Ranaivo », en 1933. La rumeur publique a voulu que le « Docteur Charles Ranaivo soit gravement malade ». Mais grâce à ses relations avec les Vazaha, « il ne sera pas pesté et n’est pas désigné à mourir ».« Azo anaovana raharaham-pihavanana », expression malheureuse qui dénote cependant la satisfaction d’un Malgache quand « malheureusement », il obtient la complicité du « Mpaka ra » (médecin ou infirmier) pour opérer « la substitution de frottis à la grande joie des familles ». Et de commenter : « C’est le type parfait du Judas populaire qui a sa clientèle florissante malgré les crises car très recherché par l’autochtone… au grand malheur du pays. »L’auteur anonyme donne aussi quelques réflexions des Malgaches sur la peste. Elles dénotent la « déviation malheureuse de leur opinion » et dictent aux dirigeants d’y porter remède au plus tôt.• « Parait-il, m’a-t-on dit, que l’Administration demande un grand nombre de pestes cette fin d’année : un chiffre est à atteindre au 1er janvier, alors les médecins ont reçu l’ordre d’en faire le plus qu’ils peuvent. Ils en font même à Befelatanana.»• « Connaissez-vous l’infirmier Untel ? Quel bon dokotera : il ne fait jamais de peste ! Nous regrettons son départ. »• « Oh ! Docteur ! Faites ce que vous pouvez ! Pensez à moi qui suis veuve ! Qu’est-ce que je deviendrai si on m’envoie au lazaret avec les petits… On dit qu’on en demande tant ! »• « Pour ma part (m’a dit un  de ces bavards dangereux), j’en ai vu des centaines et des centaines de frottis (sic). Pour notre mère défunte, jamais sang n’a été si propre ! N’empêche que l’animal (le médecin) l’a pestée quand bien même on l’a payé ! ».

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Archives personnelles

L'express de Madagascar0 partages

Motocyclisme – Remise de trophées  des lauréats de 2017

La Fédération Malgache de Motocyclisme procèdera à la remise de trophées du championnat de motocross, ce samedi 3 février, à l’Havoana Land Ambohi­malaza Imerikasinina. Les lauréats de la saison 2017, seront récompensés à cette occasion, à commencer par les champions de chaque catégorie, à savoir Claudi Tida en scratch, Léon «Bad Boy» Rakotonjanahary chez les vétérans, Cédric Tianiaina chez les juniors, Lalà Rasanjison chez les dames, Lucas Rasolofoniaina en division 2, ainsi que les plus jeunes, Aaron Rakotoari­manana en 85 cm3, Tommy Ratsimba en espoir et Yohan Tianiana en MV50.La FMAM présentera également le calendrier du championnat 2018, par la suite, ainsi que les teams engagés pour ce nouvel exercice. Dernièrement, une ébauche, non officielle, avait été publiée. Celle-ci comprenait huit échéances. La Fédérationinvite aussi tous les clubs de motards «on road», ce samedi, puisqu’elle y dévoilera les détails de la nouvelle commission « touring ». Cette dernière est entièrement dédiée aux clubs de randonneurs et œuvrera pour améliorer leur univers.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Transport – Meilleure accessibilité des personnes vulnérables

L’accès des femmes enceintes et des personnes en situation d’handicap (PSH) dans les véhicules de transport en commun sera facilité dans la ville d’Antananarivo. L’union des coopératives de transport urbain (UCTU) prévoit d’installer un escalier dans quelques bus, pour aider ces personnes à monter dans leur véhicule et pour éviter qu’elles se blessent. « C’est le fruit de notre collaboration avec l’Organisation non gouvernementale (ONG) Làlana, dans le cadre du projet Lamina (Lalanjotra miaty ny namana)», explique Jean Louis Emile Rakotonirina, vice-président de l’UCTU, jeudi, dans le cadre de la clôture du projet Lamina, financé par l’Union Européenne, au motel Anosy.Autour de dix véhicules par coopérative devraient disposer de cet escalier. L’installation devrait commencer au mois de février. Des arrêts spéciaux pour les PSH verraient également le jour.D’autres améliorations seraient apportées par les transporteurs, au bénéfice des PSH. Ils envisagent, par exemple, de remettre à jour les places « réservées » aux femmes enceintes et aux PSH, en mettant des autocollants à la place indiquée.

M. R.