Les actualités à Madagascar du Jeudi 28 Novembre 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara45 partages

Production d’électricité : Les solutions Malagasy snobées par le Gouvernement

Financé à hauteur de 70 millions USD, après avoir remporté le premier prix d’un concours international, le projet de production d’énergie renouvelable de Shysomada risque de ne jamais voir le jour, à cause d’un manque de volonté des dirigeants.

 

De l’énergie solaire et hydroélectrique à moindre coût. C’est ce que la société Shysomada, fondé par un technicien malagasy, a proposé pour soutenir la production d’électricité de la Jirama. En effet, cette société a déposé une proposition spontanée en février 2019, auprès du Ministère de l’Eau, de l’Energie et des Hydrocarbures (MEEH), et n’a obtenu un accusé de réception qu’au mois de mai. « Ce projet qui devrait être réalisé au sud d’Antsirabe, a été concocté depuis 2006. Mais pour diverses raisons, nous n’avons fait la proposition aux dirigeants que cette année. Nous pensons que c’est le bon moment, car le président Andry Rajoelina ambitionne d’accroître à 1000MW la production d’électricité dans le pays. De plus, nous avons obtenu un financement de notre partenaire Suisse, pour la mise en œuvre de ce projet, consistant au départ à la mise en place d’une centrale photovoltaïque de 20MW et d’une centrale hydroélectrique de 15MW », nous a confié le fondateur de Shysomada.

Moindre coût. Selon les promoteurs du projet, cette production d’énergies renouvelables devrait contribuer à renforcer l’approvisionnement sur le Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA). Si la Jirama a indiqué en septembre dernier, un coût moyen opérationnel de 983 Ariary par kWh, cause de ses ventes à perte, la société Shysomada est prête à vendre sa production à moins de 0,1 USD le kWh, soit environ 368 Ariary. « Ce prix que nous proposons peut encore varier à la baisse et devrait se situer, à terme, entre 0,06 USD à 0,08USD, soit jusqu’à 213 Ariary le kWh. Suivant notre calendrier, notre première livraison aurait pu se faire en novembre 2019. Cependant, le projet ne peut toujours pas commencer jusqu’à aujourd’hui. Nous avons pourtant un financement de 70 millions USD, qui était même à 100 millions USD au départ, grâce à notre partenaire suisse Stucky. Nous pouvons dire que pendant que ce projet ne se fait pas, la Jirama perd 110.000USD tous les mois. Mais on ne comprend toujours pas, pour quelle raison est-ce qu’on ne peut pas commencer. Si les dirigeants ne se décident pas très vite, et que le projet ne démarre pas avant le 10 décembre prochain, nous perdrons ce financement », a noté le fondateur de Shysomada.

Guerre d’intérêt. Mais qu’est-ce qui pourrait donc bloquer ce projet initié par un technicien Malagasy ? Selon les explications, une firme étrangère est apparue soudainement et veut réaliser le projet à la place de Shysomada. « Suite à une discussion avec le MEEH, il a été convenu de mettre en place plusieurs centrales solaires d’une capacité de 5MW, chacune. Le ministre nous a proposé de commencer par deux installations et de voir le reste pour plus tard. Pour nous, ce serait chose facile, car nous avons déjà achevé toutes les études nécessaires depuis des années. Suivant les procédures légales, un affichage a été fait. Quelques heures avant la fin du délai impératif d’affichage, on nous a indiqué qu’une firme étrangère s’est manifestée et affirme avoir concocté un projet pour ce même site, depuis 2016. Et pourtant, Shysomada y est depuis 2006, sans l’avoir remarqué. Aujourd’hui, nous n’avons ni l’autorisation du MEEH pour démarrer le projet, ni le PPA (Power Purchase Agreement) ou Contrat d’achat d’électricité de la Jirama. Ces deux documents sont indispensables pour pouvoir démarrer le projet. On nous oblige maintenant à coopérer avec la firme étrangère. Ce qui est décevant, car en tant que Malagasy qui apporte une solution au problème d’énergie, j’avais espéré le bon geste de nos dirigeants, d’autant plus que le projet peut toujours être réajusté, suivant les besoins exprimés. Des questions se posent. Si résoudre le délestage est si important, pourquoi une telle solution est ignorée par l’Etat ? L’on se demande même si le Chef d’Etat est informé de ce projet et de ce financement déjà accordé », a soutenu le fondateur de Shysomada. D’après lui, aucune facilitation n’est accordée pour favoriser l’entrée des financements dédiés aux projets Malagasy. Certes, une telle situation décourage les initiateurs de projets à Madagascar, surtout les jeunes qui ne peuvent faire du lobbying auprès des membres du Gouvernement.

Antsa R.

Midi Madagasikara10 partages

Fenoarivo Atsinanana : Novonoiny ny vadiny fa tsy nety nampodiana

Hafa ity raharaha niseho tao amin’ny fokontany Ankoba avaratra, kaominina Ampasina Maningory, distrikan’i Fenerivo atsinanana, ny alin’ny talata 26 novambra tokony tamin’ny 08 ora. Olana ara-tokantrano no nivadika ho vono olona tany an-toerana, ka nandriaka ny rà tao amin’ity fokontany ity tamin’io fotoana io, teo amin’ilay ramatoa antsoina hoe Lidy sy ny vadiny antsoina hoe Baban’i Franck. Noho ny zava-nitranga tamin’ny fiarahan’izy mivady ireto dia nisintaka ny tokantranony ilay ramatoa araka ny zony. Tao anatin’ny herintaona anefa dia niezaka ilay rangahy namerina azy tao an-tokantranon’izy ireo, fa tsy nety nody mihitsy ity ramatoa ity raha ny fanazavana avy any an-toerana, satria efa nanambady olon-kafa antsoina hoe Tony, izay mponina  tao amin’ity fokontany ity ihany. Vokatr’izany dia efa nanomana tetika Ingahy Baban’i Franck vadiny teo aloha, ka ny alin’ny talata 26 novambra teo dia tonga tampoka tao an-tranon’ity vadiny teo aloha ilay rangahy efa niaraka tamin’ny antsy be. Voalazan’ny vaovao azo avy any an-toerana fa nidiran’ilay ragahy avy hatrany ny trano ka novonoiny tao an-tranony tao ilay ramatoa vadiny teo aloha sy ny vadiny ankehitriny antsoina hoe Tony. Nisy tovolahy, zana-drahavavin’ilay ramatoa, tao an-trano nandritra izany, saingy tsy nahasaka izao vono olona feno habibiana efa nomanina izao. Naratra mafy tapa-tanana ity tovolahy ity nandritra izany. Noho ny vitan’Ingahy Baban’i Franck namono ny vadiny teo aloha sy ny vadin’ilay ramatoa ankehitriny, dia namono tena ihany koa ny tenany ka nahatonga ny faty tao an-tranon’ilay ramatoa Lidy ho telo be izao ny alin’ny talata 26 novambra ity. Ilay tovolahy naratra dia efa nahazo ny fitsaboana sahaza azy tao amin’ny hopitaly ben’i Fenerivo atsinanana.

Malala Didier

Midi Madagasikara4 partages

Tourisme et gastronomie : Médailles et distinctions pour des professionnels malgaches

Jean Eric Duluc, président de la Fédération Internationale du Tourisme, et son équipe attribueront   à des artistes et entreprises malgaches des symboles de reconnaissance de l’excellence.

Paul Emmanuel Bonnet des Arnoux, le représentant de la FIT, et son président Jean Eric Duluc

Ce jour, la médaille d’argent de la gastronomie art sera octroyée   au restaurant le Carnivore. Demain, c’est  à la direction de l’hôtel du Louvre qui recevra la médaille d’argent du tourisme international. Ensuite, plus de vingt  artistes  malgaches seront  également décorés. Puisque  Chef Lalaina est l’ambassadeur de Madagascar à travers le monde,  il   recevra  la « fourchette d’or » de la haute gastronomie mondiale.  Le président Jean Eric Duluc a souligné que  « Cela fait douze ans  que l’association  encourage les artistes et les entreprises malgaches à poursuivre leur engagement ».  D’ailleurs, le but principal  est d’aider la Grande île  et sa population  par l’intermédiaire  de distinction de remise professionnelle.  «Nous estimons que  la culture est aussi la manière de  découvrir un pays.  Madagascar a une très grande culture», a-t-il ajouté. Les membres de l’association invitent   tous les  professionnels du tourisme   à rejoindre  la Fédération.  Présente dans 58 pays, la Fédération du Tourisme Internationale  est créée en 1967 par Charles de Gaulle.  A présent, elle  enregistre plus de 180.000 membres.

Duluc le concepteur. Président de  la Fédération Internationale du Tourisme,   élu en 1998, Jean Eric Duluc  est désormais à son cinquième mandat. Ingénieur du tourisme, il est également l’un des fondateurs de l’excellence française.  Créée en 2009, cette formation  distingue chaque année dans différents secteurs d’activité les plus dynamiques de la France, des sociétés et des institutions représentées par des hommes et des femmes qui, par leur talent, leur créativité et leur capacité d’innovation, participent au rayonnement de la France dans le monde. Il est soutenu par les pouvoirs publics mais aussi par plusieurs ministères. Il distingue chaque année depuis, dix personnes jugées les plus représentatives des secteurs d’activité dans lesquels la France brille à l’échelon mondial. Ces secteurs d’activités varient d’une année à l’autre afin de faire valoir le savoir-faire national.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara2 partages

Iles éparses : Appel du Premier ministre sur la concertation nationale

Le Premier ministre a lancé un appel pour tout un chacun à venir pour cette concertation nationale sur les îles éparses.

La revendication ou la restitution, c’est selon, des Îles Glorieuses, Juan de Nova, Europa et Bassas da India, plus connues sous le nom de « îles éparses » ne sont pas pour le moment solutionnées, étant donné que les deux parties campent sur leur position.

Le Premier ministre Christian Ntsay et son épouse ont débarqué au Fokontany Androhibe, à 9h52 pour accomplir leur devoir de citoyen.  A sa sortie du bureau de vote n°2 dudit Fokontany, le Premier ministre a fait une déclaration à la presse. Outre les communales, il a répondu à la question des journalistes sur les îles éparses. Il a parlé notamment d’une concertation nationale qui se tiendra du 9 au 11 novembre prochain. Dans la même foulée, il a lancé un appel à tout un chacun à venir massivement à cette concertation. Il a tenu toutefois à préciser qu’aucune date n’a été encore avancée.

Enjeu. Faut-il rappeler que la commission mixte sur les îles éparse s’est tenue auparavant à Andafiavaratra mais à l’issue de cette rencontre, aucune résolution n’a été adoptée. La première réunion de la commission mixte sur les Iles Eparses s’est tenue à Andafiavaratra sans aucune résolution adoptée. Une seconde réunion devrait probablement avoir lieu d’ici peu à Paris. En attendant, une concertation nationale sera menée par le gouvernement. Force est cependant de constater que bon nombre de nos concitoyens ne semblent pas bien comprendre l’enjeu de ces îles éparses, ce qui a poussé notamment le pouvoir central à motiver les gens.

Rester prudent. Pour en revenir aux élections municipales et communales, le Premier ministre s’est félicité que dans son ensemble, l’élection s’est déroulée normalement sur tout l’ensemble du territoire. « Nous ne sommes pas à notre premier élection, rien que pour cette année, il y en avait eu deux », a-t-il rappelé. Toutefois, le chef de gouvernement a fait savoir que « tout un chacun devrait rester prudent à propos des élections  électorales, et ce, afin de défendre les résultats du vote ». Comme il fallait s’y attendre, il a invité tout un chacun à voter car cela y va de l’intérêt de la Nation, en outre, ce sont des élections de proximité.

Dominique R.

Midi Madagasikara2 partages

Les Maires d’Antananarivo

Antananarivo est une ville bouillonnante de vie et cosmopolite puisque toutes les cultures s’y mélangent de même que des gens de niveau de vie différent y cohabitent. Hier, la ville des mille vient de vivre une énième élection communale, l’occasion de revenir un peu sur son administration, plus précisément sur ses administrateurs (maires élus) depuis le milieu des années 50 jusqu’à aujourd’hui.

Stanislas Rakotonirina, le premier maire élu d’Antananarivo de 1956 à 1959

Le premier maire de la ville d’Antananarivo, Stanislas Rakotonirina. (photo d’archives)

La loi française du 04 avril 1894 avait déclaré que la Commune d’Antananarivo serait dorénavant gérée par une personne élue par les citoyens , mettant ainsi fin au système de gouvernance par un administrateur-maire  désigné. C’est donc en 1956 que le premier malgache accède au règne de la ville des milles et il s’agissait de Stanislas Rakotonirina, maire élu et qui siègera à ce titre jusqu’en 1959.

A la fin du mandat de Stanislas Rakotonirina, c’est le Pasteur Richard Andriamanjato qui lui a succédé  à partir de 1959, devenant ainsi le plus jeune maire d’Antananarivo, à seulement 29 ans. Une figure de la partie d’opposition de l’époque, à la fois communiste et protestante mais surtout un vif militant anticolonialiste malgache et fondateur du Parti du congrès de l’Indépendance de Madagascar vers la fin des années 50. Il sera le maire d’Antananarivo pendant une longue période, de 1959 à 1975. Et à partir de 1983 jusqu’en 1990, le troisième maire de la capitale était Andriantiana Rakotovao, succédant au Pasteur Richard Andriamanjato.

 

 

 

Guy Willy Razanamasy

D’abord Premier ministre et Chef du gouvernement, Guy Willy Razanamasy devient le maire d’Antananarivo en 1995 après avoir été présenté aux élections municipales par le parti IARIVO MANDROSO. L’ancien directeur de la société pharmacologique Cofarma restera le maire de la capitale jusqu’en 1999. A noter qu’on lui a confié les travaux de réhabilitation de la Ville ainsi que la rénovation de l’Avenue de l’Indépendance. Ce maire a tenté une fois de se présenter aux élections présidentielles en 1996 mais a été éliminé dès le premier tour.

Marc Ravalomanana

Marc Ravalomanana se présente aux élections municipales en décembre 1999 et est élu nouveau maire d’Antananarivo sous les couleurs de Tiako Iarivo. Son règne sur la ville des milles est marqué par des projets d’assainissement d’Antananarivo ainsi que des chantiers d’infrastructures urbaines. Ce dernier se présente ensuite à l’élection présidentielle de 2001 face au président de la République de l’époque, l’amiral Didier Ratsiraka. Une élection polémique qui va entraîner une crise politique intense à Madagascar et qui va se solder par la nomination de Marc Ravalomanana en tant que Président de la République.

Quand Marc Ravalomanana devient président, deux membres  de la partie politique Tiako i Madagasikara (TIM) se succèderont en tant que Maire d’Antananarivo : Patrick Ramiaramanana de 2003 à 2006 et Hery Rafalimanana pendant une courte période en 2007.

Andry Nirina Rajoelina et l’association Tanora Gasy Vonona

C’est le 03 novembre 2007 qu’Andry Rajoelina annonce sa candidature pour l’élection municipale. Malgré la force de la partie TIM du Président de la République Marc Ravalomanana, il parvient à obtenir la majorité des suffrages pour devenir le nouveau maire d’Antananarivo le 12 décembre 2007. Arrivé à la tête de la mairie, ce dernier constate que la mairie est lourdement endettée et annonce également que certaines pratiques du pouvoir entravent administrativement et financièrement l’exercice de son mandat. Le conflit entre le Maire de la capitale et le Président de la République ne va cesser de s’amplifier à partir de ce moment et aboutira à une manifestation populaire menant Madagascar à une nouvelle crise politique en 2009. A l’issue de la forte crise, l’ancien Président quitte le territoire malgache et Andry Rajoelina devient le Président de la Haute Autorité de Transition jusqu’en 2014.

Edgar Razafindravahy, le PDS d’Antananarivo

Pendant la crise de 2009, Guy Randrianarisoa sera le maire par intérim de la capitale, succédé par Michèle Ratsivalaka la même année. C’est ensuite au tour d’Edgar Razafindravahy de devenir le PDS ou Président de la délégation spéciale de la Commune Urbaine d’Antananarivo en 2009 suite à la nomination du Président de la transition, Andry Nirina Rajoelina. Il y restera jusqu’en 2013 avant de céder la place à un maire par intérim de 2013 à 2014, Olga Rasamimanana.

L’actuel maire, Lalao Ravalomanana

Les candidats à la dernière élection communale d’Antananarivo Renivohitra, le nom du nouveau maire connu bientôt.

Depuis 2015, l’épouse de l’ancien Président de la République Marc Ravalomanana, Lalao Ravalomanana est le maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Son successeur devrait être connu très prochainement entre les candidats au poste : Feno Harison, Eliace Ralaiarimanana, Alban Rakotoarisoa et les deux favoris Naina Andriatsitohaina  et Ny Rina Randriamasinoro. La grande ville d’Antananarivo était au calme pendant la journée d’hier, peut-être retient-elle son souffle ?

Dossier réalisé par Anja RANDRIAMAHEFA

Madaplus.info0 partages

Madagascar : duel entre le candidat Naina Andriatsitohaina et Rina Randriamasinoro pour la mairie d’Anta...

Le 27 Novembre 2019, les malgaches ont été appelés aux urnes pour les élections communales et municipales. Le taux de participation des électeurs est très faible : moins de 30 %. En général, le scrutin s’est déroulé dans le calme. Pour Antananarivo, c’est toujours un duel entre les deux personnalités politiques Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, à travers ses candidats : Naina Andriatsitohaina candidat numéro 4 et Rina Randriamasinoro candidat numéro2, qui s’est profilé après le décompte des voix dans les Bureaux de votes.
Le 27 Novembre 2019, les malgaches ont été appelés aux urnes pour les élections communales et municipales. Le taux de participation des électeurs est très faible : moins de 30 %. En général, le scrutin s’est déroulé dans le calme. Pour Antananarivo, c’est toujours un duel entre les deux personnalités politiques Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana, à travers ses candidats : Naina Andriatsitohaina candidat numéro 4 et Rina Randriamasinoro candidat numéro2, qui s’est profilé après le décompte des voix dans les Bureaux de votes.
Ino Vaovao0 partages

AMBOVOMBE-ANDROY : Jiolahy roa mpamaky trano voasambotra

 Jiolahy miisa roa saika nanolana tovovavy iray tao an-tranony no tra-tehaka tao Berary Ambovombe-Androy, ny alin’ny alatsinainy 25 hifoha 26 novambra lasa teo. Tokony ho tamin’ny 01 ora maraina, nahazo antso fanairana avy amin’ny olona tsara sitra-po ny teo anivon’ny vondron-tobim-paritry ny zandarimariam-pirenena, Androy. Voalaza fa misy fanafihana ao amin’ny tokantrano iray ao amin’ny fokontany Berary, kaominina Ambovombe Androy. Vao nahare izany ny zandary dia nandefa avy hatrany ireo ekipa mpanao vonjy taitra izay efa vonona sy miandry raharaha ny alin’io.

Rehefa tonga tany an-toerana, nohodidinin’ny zandary ilay trano nahiahiana ary nidirana araka ny haiady voaomana. Tratra tao tsy afa-nandositra ny zatovolahy roa samy mitazona antsy avy, nikasa ny hamono sy hanolana ity tovovavy iray 20 taona, izay mbola tratra nofatoran’izy ireo tao an-tranony sady naboridan’izy ireo tanteraka. Nosamborin’ny zandary ireto farany ary notazomina ao amin’ny sampana mpanao fikarohana eo anivon’ny vondron-tobim-paritra Androy, hanaovana ny famotorana ka hatolotra ny Fitsarana aorian’izany.

N.A

Ino Vaovao0 partages

AMPASINA-MANINGORY : Lehilahy iray namono tena rehefa avy nanatsatoka antsy ny vadiny

Resaka raharahan-tokantrano niafara tamin’ny fifamonoana no nitranga. Efa nisara-panambadiana iray taona teo ho eo i Ramatoa Lidy sy ilay rangahy vadiny. Ny vadiny izay fantatry ny mpiara-monina amin’ny anaran-jaza hoe  : baba Franck. Tao anatin’izay iray taona nisarahana izay, dia tsy nitsahatra niezaka namerina an’i Lidy ho vady indray i baba Franck. Tsy nety niverina intsony anefa i Lidy. Ity farany izay sady efa nanambady olon-kafa, dia tovolahy antsoina hoe  : Tony, mipetraka ao Anjoba Fenoarivo-Atsinanana.

Ny alin’ny talata 26 novambra, nitontonan’i baba Franck tampoka tao an-trano tao Ankoba-Avaratra i Lidy. Nohidiny avy any anatiny ny trano. I baba Franck izay efa nivatsy antsy maranitra. Vokany, notaperiny ny ain’i Lidy sy Thony. Nisy tovolahy iray tao an-trano izay zana-drahahavin’i Lidy niezaka mba nisakana izao fihetsika feno habibiana nataon’i baba Franck izao saingy tsy nahatohitra ihany koa ka naratra mafy ary tapaka ny tanany. 

Taorian’ireo fihetsika nataony, dia nanapa-kevitra namono tena i baba Franck. Nahatratra telo araka zany ireo faty nitsitra sy nafoy tao amin’ilay trano tamin’izao raharaha izao  : baba Franck, Lidy ary Thony. Iray kosa no naratra, dia ilay tovolahy mba niezaka nisakana. Ity farany izay nalefa notsaboina any amin’ny Hopitaly Be Fenoarivo-Atsinanana. Tranga tao Ampasina-Maningory ity maneho fa mandoro ny fitiavana raha ny fo hatrany no mibaiko.

TH

Ino Vaovao0 partages

ANDRANOMAVO – DISTRIKAN’I SOALALA : Noravan’ny andian-dahalo ny fifidianana

Voatery naato mihitsy aloha ny fifidianana tao amin’ny birao fandatsaham-bato tao amin’ny Fokontany Antsirabe, araka ny fampitam-baovao voaray avy amin’ny tompon’andraikitra misahana ny fifidianana ao anatin’ny Faritra Boeny. Araka ny fanazavana noentiny dia nisy trangana fanafihan-dahalo  tao an-toerana ka anisan’ireo nanenjika dahalo ilay nomena andraikitra ho tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ilay birao fandatsaham-bato. 

Hatramin’ny nahazoana ny vaovao, tamin’ny 1 ora antoandro latsaka teo dia mbola tsy nisy fifidianana tao amin’ny birao fandatsaham-bato tao amin’io fokontany io. “Nisy tompon’andraikitry ny fifidianana tao amin’ny fokontany Antsirabe tsy tao an-toerana fa lasa raha nisy fanenjehana dahalo tao amin’io fokontany io. Ny fepetra noraisina niaraka tamin’ny zandary dia nalana ny vata mangaraharaha handatsaham-bato ka mbola tsy nisy ny fifidianana tao amin’io tanàna io”, hoy ny fampitam-baovao voaray. Nambarany fa efa nisy ny fepetra hafa noraisina tao amin’io Kaominina Andranomavo io.

Tao anatin’ny Faritra Boeny hatrany, saingy tao amin’ny Kaominina Anosinalainolona, Distrikan’i Marovoay indray dia birao fandatsaham-bato iray no nahatratra vata mangarahara efa feno vato voaisy marika mialoha. Ireo solon-tenan’ny Kandida no nahatsikaritra izany ka rehefa natao ny fanadihadiana dia tra-tehaka io vata io. Hala-bato no azo andikana an’ity zava-niseho ity. Efa eo am-pelatanan’ny manam-pahefana sy mpikarakara ny fifidianana ity tranga ity. Ireo amin’ny ankapobeny ny tsy fahatomombanana hita raha tao anatin’ny Faritanin’i Mahajanga. Tany amin’ireo Kaominina sy birao fandatsaham-bato hafa dia saika nilamina izany tamin’ny ankapobeny.

Avotra Isaorana

La Vérité0 partages

Monnaie - Clap de fin pour les billets émis en 2003 et 2004

Vers la fin de la cohabitation entre les anciens et les nouveaux billets. Après environ une quinzaine d'années de circulation, les coupures émises en 2003 et 2004 arrivent à la fin de leur validité le 31 décembre 2019. Le ministère de la Communication et de la Culture a mis à la connaissance du grand public, hier, cette décision. En effet, le Conseil de Gouvernement a adopté mardi dernier un décret mettant fin à la circulation de ces coupures.

« Les billets de banque de 10 000 ariary, 5 000 ariary et 2 000 ariary émis par la Banque centrale de Madagascar suivant le décret n¬°2003-181 du 8 juillet 2003 ainsi que les billets de 1000 ariary, 500 ariary et 200 ariary et 100 ariary émis par la Banque centrale de Madagascar suivant le décret n°2004-1040 du 23 novembre 2004 ne sont plus valables sur tout le territoire de la République de Madagascar au-delà de cette date de 31 décembre 2019 » annonce Lalatiana Andriatongarivo, ministre de la Communication et de la culture, hier. Les coupures publiées en 2017 occupent ainsi petit à petit le marché.

Cette publication ne signifie pas pour autant que les anciens billets vont disparaitre du jour au lendemain. Les gens n'auront pas à s'inquiéter car ils auront toute une année pour les remplacer. « L'échange de ces billets pourra se faire à compter de 2 janvier 2020 et prendra fin le 31 décembre 2020 », précise la ministre. Bien sûr, à partir de l'année prochaine, on ne les utilisera plus pour régler les achats et les ventes mais leur valeur reste identique lors de l'échange. Les utilisateurs peuvent  ainsi se rendre auprès de la Banque centrale de Madagascar, des banques primaires dans toute l'île, du Trésor public et de ses démembrements dans toute l'île pour effectuer cette opération. Une fois ce délai dépassé, la Banque centrale de Madagascar est la seule institution autorisée à échanger ces coupures et ce, jusqu'au 30 juin 2021.

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Tana-Masoandro, à la base !

Retour à la case départ ! De sources concordantes, on concocterait au sommet de l’Etat la révision à la base de la méthode d’approche relative à la mise en œuvre du grand projet présidentiel Tana-Masoandro. Certes, il ne s’agit nullement de remettre en cause le projet mais plutôt de revoir la copie des responsables directs auprès des paysans afin de pouvoir démarrer le chantier à Ambohitrimanjaka et à Ambohidrapeto. Le projet Tana-Masoandro entre dans la ligne droite des stratégies annoncées au sein de l’IEM et confirmées par les Velirano (point X) que le candidat n° 13 Rajoelina Andry Nirina s’engageait à  concrétiser durant la campagne électorale. Une fois élu et investi de ses fonctions de Chef d’Etat, Rajoelina met en branle la réalisation de ses engagements.Tana-Masoandro s’inscrit dans l’objectif de désengorger Antananarivo. Par tous les moyens, il faut « éclater » la ville. C’est une option irréversible et incontournable. La création d’une ville nouvelle s’avère donc indispensable. La population s’étouffe, la ville vit dans l’étroit. Prévue pour abriter une population d’au plus 500.000 habitants, Tanà « loge » selon les dernières statistiques quelque 2.500.000 bonnes âmes. C’est effarant ! A l’état actuel des choses, l’extension de la ville est une question de … vie ou de mort ! L’expert en la matière, Mamy Rajaobelina, architecte urbaniste de son état, n’est pas allé sur le dos de la cuillère pour qualifier de « vital pour le futur de la Capitale » » le projet présidentiel Tana-Masoandro. Et notre architecte urbaniste de renom d’ajouter en substance que  le choix du site Ambohitrimamnjaka-Ambohidrapetro relève d’une option judicieuse. La localisation de Tana-Masoandro à cette partie Nord-Ouest de la Capitale résulte ainsi des études sérieuses et approfondies. Pour ce qui est du problème épineux de remblaiements des rizières, il ne faut pas trop fantasmer là-dessus. Et dire que nous nous sommes spécialisés dans des débats aux faux problèmes. Les remblais existaient depuis la nuit des temps à Antananarivo. Les grands rois Andriamasinavalona (1675-1710) ou Andrianampoinimerina (1787-1810) n’avaient pu rien faire pour ériger les digues sans recourir aux remblais. Plus près de chez nous, l’Hôtel de ville d’Analakely et la mythique Place du 13 mai ne seraient pas là sans avoir passé par des remblaiements. Et les exemples sont nombreux. Soulignons une bonne fois pour toute que la « Ville ou le Village des Mille » à l’époque d’Andrianjaka se limitait à de simples maisons d’habitation aux alentours immédiats de la case royale sur le haut de la colline Analamanga. Le reste, les « bas quartiers » d’aujourd’hui ne sont que des extensions nécessitant à tout moment à des remblais. Donc, il ne faut pas tromper les gens ! En dépit du caractère impérieux voire vital pour l’avenir d’Antananarivo, Tana-Masoandro peine à démarrer. En cause, l’échec de la méthode d’approche des techniciens du MATHTP auprès des paysans touchés par le projet. Une maladresse qui a donné l’occasion aux « ennemis de la Nation » de battre en brèche l’initiative. Il faut nécessairement revenir à la case départ et en parler en toute sincérité avec les paysans concernés. Mais avant toute chose, le locataire d’Iavoloha doit songer à remanier l’équipe jusqu’au plus haut niveau du Département. C’est une condition sine qua non de réussite.

La Vérité0 partages

Golf- MCB tour championship Madagascar - Place au choc des légendes !

Les gladiateurs entrent dans l'arène. A partir de ce jour jusqu'à dimanche, les 48 professionnels séniors vont se découdre sur le parcours du golf club du Rova à Andakana dans le cadre du MCB tour championship Madagascar, première étape des 3 derniers tournois du Staysure tour 2019. Pendant ces trois jours de compétition en stroke play à raison d'un tour par journée, les pros de plus de 50 ans dont le Malagasy Jean Baptiste Ramarozatovo, à titre d'invité, auront à défendre chacun leur notoriété dans cette compétition accueillie pour la première fois par Madagascar.

 

Le public et certains golfeurs de la Grande île ont déjà pu apprécier hier la prestance et la performance des professionnels au tournoi Pro-Am, remporté par l'équipe du professionnel Jean François Remesy et formée entre autres par les amateurs Ony Marchand, Douessy Tantely et Ramy Rabenja. Ces derniers à l'instar des amateurs et certains pros de Madagascar sont réduits à partir d'aujourd'hui en simples spectateurs pour admirer leur coéquipier d'hier Jean François Remesy, classé numéro 4 dans l'ordre du mérite 2019. A cette journée inaugurale, ce golfeur de Paris international Gc va concourir  dans le groupe de l'Autrichien Markus Brier, numéro 5 du Staysure tour et de l'Anglais Nigel Sweet. A titre d'information, un des golfeurs professionnels pour son galop d'essai sur le parcours d'Andakana a réussi 12 coups sous le par. Une performance qui fait déjà saliver plus d'un.

Le premier départ du MCB tour championship Madagascar de ce jour est annoncé à 8heures tandis que le dernier groupe se présentera au départ du trou numéro 1 à 10h45. Avec l'absence de cut, le public qui aimerait assister à des belles empoignades jusqu'à dimanche, sera bien servi.

 Le vainqueur sera déclaré à l'issue des 3 tours et 54 trous joués et en cas d'égalité, un play off au trou n°18 départagera les protagonistes.

Rata

La Vérité0 partages

Assaut meurtrier de bandits à Antsahamanitra - Un présumé auteur arrêté avec des munitions et des unif...

Tout a commencé à propos d’une information glanée par la Brigade criminelle (BC4) à propos  des agissements d’un présumé trafiquant d’armes. Mais son investigation a finalement produit l’effet domino. Car le principal suspect que les fins limiers de ladite brigade ont interpellé dimanche dernier à Antanimena, n’est  pas uniquement entrainé dans une affaire de trafic d’armes.  L’enquête a également révélé que l’homme serait à la fois le fournisseur d’armes des gangs, mais il a bel et bien aussi participé dans le sanglant assaut survenu en août dernier à  Antsahamanitra.  Ce dernier est incriminé d’activités de trafiquants d’armes. Dès octobre dernier, la Police était informée sur sa présence à Ankasina. A l’époque, il aurait confié être en possession de plusieurs types de fusil en vue de les revendre notamment.   Il a expliqué que les fusils de gros calibres sont tarifés à 3,6 millions d’ariary et que les revolvers le sont plutôt à 1 million d’ariary. Les Forces de l’ordre ont voulu donc le piéger. Elles ont dépêché leurs éléments auprès du suspect, histoire de lui faire croire que ses armes les intéressaient. Les deux parties se sont donc donné rendez-vous. Mais rendu méfiant par cette proposition, le suspect a préféré ne pas pointer au rencard. Pour en avoir le cœur net, la Police s’était donc rendue à son domicile. Malheureusement, le gibier lui a échappé. Il a été révélé que, l’homme avait déménagé depuis. 

Pourtant dimanche soir, la Police était informée sur le fait que le fugitif se trouvait dans une boîte de nuit à Antanimena. Effectivement, le concerné s’y trouvait et n’a songé un seul instant que la Police allait le cueillir à cet endroit. Lorsqu’on l’a fouillé, on a trouvé la gaine d’une arme de poing sur sa ceinture. En outre, la Police a découvert 22 munitions de 9 mm ainsi que des uniformes de la Gendarmerie et de l’Armée lors d’une perquisition à son domicile à Ampasika. Cela n’empêche pourtant pas la poursuite des recherches pour tenter de trouver où il aurait pu cacher ces armes prévues au trafic. Franck Roland

La Vérité0 partages

Impôt foncier sur la propriété bâtie - C’est une des ressources fiscales de la CUA

Notre article en date du lundi 25 novembre dernier relatif au scandale de l’Impôt foncier sur la propriété bâtie (IPBF) dans la Capitale a suscité moult réactions, notamment au sein des caciques du TIM. Nombre de ces derniers se sont mis à crier au « fakenews » en se basant sur des arguments plutôt superficiels, témoignant du même coup de leur méconnaissance des rouages des collectivités territoriales décentralisées. Ainsi, certains de ces fanatiques du TIM de soutenir que la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA)  n’a rien à voir avec l’IFPB, lequel serait collecté par l’Etat central et versé dans les caisses de ce dernier. Il faut savoir pourtant que, bien qu’il soit régi par le Code général des impôts, l’IFPB fait partie des ressources fiscales des collectivités décentralisées. Ceci est encore consacré par la loi 2014 - 020 relative aux ressources des collectivités territoriales décentralisées dans son article 184, lequel dispose que « les recettes fiscales des collectivités territoriales décentralisées comprennent les produits des impôts directs, droits et taxes suivants : (…) l’impôt foncier sur la propriété bâtie (…)». S’agissant d’impôt local, il est versé entièrement dans les caisses de la Commune. En ce qui concerne particulièrement la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), l’IFPB est collecté à partir d’une base de données qui, selon notre source d’information, est tenue par la direction financière de la CUA. Le fait de ne pas procéder à la mise à jour de cette base de données se traduira inévitablement par un manque à gagner pour la Commune, les nouvelles constructions échappant automatiquement à l’imposition. Le refus d’actualisation est d’autant plus incompréhensible  -  pour ne pas dire douteux  -  lorsqu’un recensement fiable est intervenu entre deux années fiscales. C’est le cas lorsque Randriamasinoro Ny Rina, alors directeur financier de la CUA, aurait refusé d’inclure les 15 000 constructions de plus détectées dans le 5e Arrondissement, suite au recensement financé par  l’agence de coopération allemande GIZ.

Des faits, rien que des faitsSi l’on se place au niveau de la CUA dans son ensemble, on constate  actuellement un gap de près de 183 000 constructions en moins. En effet, alors que la base de données sur laquelle s’appuie la CUA est encore au stade de 117 000 constructions depuis près d’une décennie, une estimation faite  récemment à partir des cartes numériques de l’IMV-IDF (Institut des métiers de la ville/Ile-de-France) fait apparaître l’existence de près de 300 000 toits dans la Commune urbaine d’Antananarivo. En somme, 61% des constructions échappent à l’IFPB dans la Capitale. Un monumental manque à gagner, mais pas pour tout le monde. Car peut-on raisonnablement croire que les propriétaires des 183 000 toits qui ne figurent pas sur les rôles  -  et pour certains depuis plusieurs années  -  n’effectuent aucun versement quelque part en échange de leur « omission » ? Notre article du 25 novembre dernier n’a fait que relater des faits, rien que des faits. Car il y a détournement à partir du moment où des sommes destinées à une caisse donnée atterrissent dans d’autres poches. Il suffira aux autorités judiciaires concernées de comparer les chiffres issus du recensement financé par le GIZ sur le 5e Arrondissement et la base de données utilisée pour l’IFPB l’année concernée pour la même circonscription, pour s’apercevoir qu’il y a eu « abstention coupable » de la part des responsables communaux.La Rédaction

La Vérité0 partages

Haute Cour Constitutionnelle - Le Gouverneur de Région est conforme à la Constitution

« Le décret n°2019-1866 du 25 septembre 2019 relatif au Gouverneur est conforme à la Constitution ». C’est ainsi qu’est libellé l’article premier de la Décision n°17-HCC/D3 du 28 novembre 2019 concernant le décret n°2019-1866 du 25 septembre 2019 relatif au Gouverneur. Cette décision de la Haute Cour Constitutionnelle (HCC), signalons-le, fait suite à l’initiative du président du Sénat, Rivo Rakotovao, demandant à la Cour d’Ambohidahy de statuer sur la constitutionnalité du décret suscité.Dans ses considérants, le juge constitutionnel reprend l’article premier du décret en question, lequel dispose que « la fonction exécutive de la Région est exercée par un chef de Région portant le titre de « Gouverneur.». Après avoir déclaré que les termes  « portant titre » signifient qu’il s’agit d’une simple dénomination, la HCC de conclure que « le changement d’appellation du chef de Région en « Gouverneur » ne contrevient pas aux  dispositions constitutionnelles ».  Ambohidahy de souligner par ailleurs que « la désignation de l’organe exécutif de la Région par le pouvoir central a un caractère temporaire en vue du passage effectif au statut de collectivité territoriale décentralisée des Régions », non sans avoir rappelé auparavant que « le transfert de compétences et des moyens financiers constitue un préalable pour le statut de collectivité décentralisée des Régions » avant de poursuivre « qu’il revient à l’Etat de mettre en œuvre dans les meilleurs délais ce préalable, afin d’organiser les élections régionales dans un délai raisonnable".Par cette décision, la HCC met en réalité fin à deux polémiques : d’une part celle portant sur la dénomination   « Gouverneur » qui ne figure pas dans la Constitution et d’autre part sur la désignation par le Président de la République dudit Gouverneur, donc du chef de Région,  lequel, selon la loi fondamentale, devrait être élu au suffrage universel (article 154).

Cavalier seulLe président du Sénat et non moins président du parti HVM s’entête à attaquer les actes du pouvoir central. A chaque fois, il est débouté par la Cour d’Ambohidahy. Ses efforts sont donc vains, des efforts qui s’apparentent à des gesticulations sans objet concret. Il ne requiert pas l’aval du bureau permanent et des sénateurs alors qu’il entreprend des actes au nom de cette institution. Rivo Rakotovao fait cavalier seul, il commence à être lâché de tout bord. D’ailleurs, le parti HVM lâche son dernier souffle en n’ayant pas d’élus issus des dernières élections. Pour rappel, sa dernière requête auprès de la HCC a été déboutée en quémandant la déchéance d’un sénateur démissionnaire de ce parti. Tout espoir de reconquête de pouvoir par Rivo Rakotovao et ses comparses s’est éteint. Un fait irrémédiable, quelles que soient les actions qu’ils entendent entreprendre et quelles que soient les promesses mirobolantes d’un avenir meilleur qu’ils lancent.Hery Mampionona

Midi Madagasikara0 partages

Université de Majunga :. Agression de la directrice du département Droit

Elle a toujours milité contre la squattérisation du territoire du département Droit et Sciences Politiques à l’université d’Ambondrona, à Majunga. Le terrain est litigieux et l’affaire a été traînée en justice qui, récemment, a rendu son verdict en faveur de l’université. Le jugement a été affiché sur le terrain, une manière de sensibiliser les squatters à quitter prochainement les lieux. Mardi dernier, des gens de bonne foi ont alerté que les occupants illicites ont détruit les affiches. La directrice s’est rendue illico sur place. Elle a constaté les faits tout en prenant des photos. En l’apercevant, des gens qui sont sûrement parmi les squatters ont arraché de force son téléphone portable. Les bruitsont circulé rapidement sur les réseaux sociaux que la dame a été blessée à la suite de cet événement. « Oui, il y avait des agressions verbales suivies de prise par force du téléphone portatif de la directrice du département Droit et Sciences Politiques. Par contre, il n’y avait pas de personnes blessées dans nos rapports », a expliqué le chef de la circonscription interrégionale de la gendarmerie. Les responsables ne sont pas des étudiants, selon toujours les renseignements de la gendarmerie. Sur cette affaire, notre source d’indiquer que la victime de l’agression va ester en justice via une plainte à Parquet. La squattérisation dans les enceintes de l’université publique est devenue banale dans le pays. Les cas varient entre constructions sauvages et occupations illicites des cités U. A Ankatso, on en voit de toutes les couleurs et ce type de problème devient récurrent. Des villas, des épiceries, des épi-bars, des mini-blocs médicaux et mêmes des marchands de rues s’y trouvent au point où les cités Universitaires sont en désordre. Et c’est ainsi que sont devenus ces endroits qui sont censés produire nos élites de demain.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Vol et meurtre à Iavoloha : Trois militaires et un ex-gendarme placés sous MD à Tsiafahy, un autre à re...

les huit présumés et les objets volés

Enfin, huit individus arrêtés dans l’affaire de braquage d’un camion ayant transporté une cargaison des cigarettes sur la RN7 dont le chauffeur a été retrouvé mort à Iavoloha ont été déférés au Parquet du Tribunal de Première instance d’Antananarivo, mardi. De sexe masculin, sept ont été placés sous mandat de dépôt à la Maison de force de Tsiafahy. De sexe féminin, la huitième a été envoyée à la Maison centrale d’Antanimora. Trois de ces suspects sont des militaires en activité. Un autre qui est reconnu comme étant le cerveau et commanditaire de cet acte est un gendarme révoqué. Mardi matin, juste avant la livraison de ces présumés au Parquet, le commandant de la Circonscription interrégionale de la gendarmerie nationale (CIRGN) d’Antananarivo, le Général Andry Rakotondrazaka, a indiqué que deux suspects dont un Caporal de l’Armée Malgache est encore à rechercher. A cette occasion, il a rappelé comment se dérouler cet acte de banditisme au préjudice d’une société de production et de distribution de cigarettes sise à Antsirabe. D’après son récit, à bord des deux voitures 4X4, les malfaiteurs ont intercepté le camion à Iavoloha la nuit du mardi 19 novembre. Le chauffeur a été tué par balle. Appartenant à un militaire qui fait partie des personnes déjà incarcérées, le pistolet automatique de marque Makarov a été saisi durant l’arrestation du propriétaire. Les assaillants se sont emparés le camion après avoir empoissonné l’aide-

Le CIRGN (à dr) et le commandant de la section de recherche des affaires criminelles (à g.) lors du point presse mardi.

chauffeur et les autres membres de l’équipage de ce poids lourd. Présent à ce point presse, le commandant de la section de recherche des affaires criminelles de la Gendarmerie nationale à Fiadanana tient à souligner que l’ex-gendarme impliqué dans cette affaire serait le cerveau de cet empoisonnement. Celui-ci qui fait déjà l’objet de plusieurs plaintes portant sur ce genre de crime déposées auprès de son service. Le CIRGN a précisé qu’au total, 824 cartons de cigarettes ont été transportés par ce camion. Evaluée à 1,2 milliard d’ariary, ces marchandises  ont été retrouvées  sur le bord de la route du côté d’Ambohimalaza, soit exactement à Andranosoa. L’enquête a révélé que ces marchandises ont été saisies juste au moment où les malfrats étaient en train de chercher de receleurs. Louant ces résultats de la Gendarmerie, le Général Andry Rakotondrazaka affirme que cela entre dans le cadre de la lutte contre les actes de banditisme sur les routes nationales à laquelle la gendarmerie s’attelle actuellement.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Communales : Participation en chute libre

Un très faible taux de participation a été enregistré à l’issue des Communales d’hier.

Provisoirement, les scores réalisés par les candidats du TIM et de l’IRK aux Municipales d’Antananarivo sont serrés.

Un très faible taux de participation. C’est le constat qui s’impose à l’issue de l’élection des maires et des conseillers d’hier. Deux scrutins dans le cadre desquels un peu plus de dix millions d’électeurs ont été inscrits. En effet, on a enregistré en moyenne un taux de participation de 30% au niveau national. Ce taux était de 40% lors des dernières Législatives. En ce qui concerne particulièrement la Capitale, le taux de participation est catastrophique. De 30% aux Législatives du 27 mai au 20% en moyenne à l’issue des élections d’hier. Dans certains bureaux de vote, pour ne citer que ceux situés dans les fokontany d’Ambohipo (IIe Arrondissement), on a enregistré un taux de participation de 10%. Le paradoxe est là : on a organisé des élections de proximité, alors que les électeurs n’ont pas massivement participé au vote. A qui la faute ? Est-ce la faute à la CENI qui était en charge de l’organisation des scrutins ? Est-ce la faute aux partis politiques qui auraient failli à leur mission d’éducation citoyenne ? Ou est-ce à cause du manque de crédibilité des politiques vis-à-vis de l’opinion publique qui a manifesté hier son désintéressement ? Quelles que soient les raisons, les futurs maires de Madagascar seraient mal élus.

Scores serrés. Au moment où nous écrivons cet article, il est encore difficile de fixer la tendance. En ce qui concerne Antananarivo-Renivohitra, le candidat du TIM Rina Randriamasinoro et celui de l’IRK Naina Andriatsitohaina sont au coude-à-coude. Si le premier mène dans certains bureaux de vote dont notamment ceux situés à Ankadifotsy, à Faravohitra et à Ambohimanarina, le second se trouve en tête dans d’autres bureaux de vote dont ceux d’Antanimena, d’Ankazomanga et d’Ankorondrano. Les scores sont serrés. Les trois autres candidats en l’occurrence Eliace Ralaiarimanana, Alban Rakotoarisoa et Feno Harison, sont loin derrière. On assiste également à des scores serrés au niveau d’autres grandes villes de Madagascar, pour ne citer qu’Antsiranana, Antsirabe, Toliara et Toamasina. Dans la Capitale, les Q.G des candidats du TIM (Bel’Air) et de l’IRK (Antanimena) étaient en effervescence durant la soirée d’hier. Au moment où nous mettons sous presse, les partisans des deux candidats attendaient les résultats collectés par leur staff respectif. En tout cas, malgré des imperfections et des défaillances notamment au niveau des listes électorales, les élections se sont déroulées généralement dans le calme sur toute l’étendue du territoire national. Dans certaines communes, on a décelé dans les listes électorales des noms différents, mais qui portent les mêmes numéros de carte d’identité nationale. A noter que les requêtes relatives aux Communales d’hier peuvent être déposées dès aujourd’hui auprès des instances et juridictions compétentes.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Ambalavao : Famonoana lehilahy 41 taona, olona 07 voasambotra, vehivavy ny iray

Mivoatra ankehitriny ny raharaha mahakasika ny famonoana tamin’ny fomba feno habibiana raim-pianakaviana iray 41 taona, izay hita faty nihosin-drà tany Iaritsena Andranoboboaka, distrikan’Ambalavao Tsienimparihy, ny narain’ny 24 novambra lasa teo. Raha ny loharanom-baovao akaiky ny mpitandro filaminana mandray an-tanàna ny famotorana, dia tafakatra fito amin’izao ireo olona voarohirohy voasambotry ny polisy tamin’ity vono olona nahatsiratsina ity, ka ny enina amin’ireo dia lehilahy, vehivavy kosa ny iray. Raha tsy misy ny fiovana amin’ny ora farany, dia hatolotra ny Fitsarana androany ireto fito mianadahy voarohirohy. Omaly moa no nalevina ilay lehilahy hita faty, izay norasarasain’ireo tsy mataho-tody tamin’ny zava-maranitra. Tsiahivina, fa tamin’ny fotoana nahitana ny razana, dia tsy nisy taova maromaro intsony toy, ny lela, fo, aty, ary betron-doha teny amin’ny vatana mangatsiakan’ ity raim-pianakaviana hita faty ity. Nandeha nisafo ny variny teny an-tsaha no nivoahan-drangahy ny tokantranony ny alina, saingy vatana mangatsiaka nihosin-drà nampihoron-koditra no nalain’ny havany nony naraina ny andro.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Football-Samuel Eto’o : Une star au grand cœur

La star camerounaise Samuel Eto’o Fils est en fait un grand homme au grand cœur.

Il a encore montré toutes ses qualités durant son séjour à Mahajanga en marge de la réunion de l’association des membres de la FIFA.

Il a des mots gentils avec tout le monde mais il a aussi passé une grande partie de son temps avec une bonne trentaine d’étudiants camerounais, le prenant un par un pour tenter de résoudre les problèmes.

Ce conseiller d’Ahmad est une très bonne pioche pour le président de la CAF qui peut compter sur l’ancien attaquant du Barça pour résoudre les problèmes car il reste un homme très écouté mais qui reste aussi à l’écoute de tous les amoureux du football.

Les deux hommes s’entendent très bien avec un profond respect mutuel. En dehors comme sur le terrain où Eto’o a encore marqué l’un des deux buts de l’équipe FIFA face à une sélection majungaise. C’était lundi au stade Alexandre Rabemananjara.

Cerise sur le gâteau, le président Gianni Infantino a remis ses champions au grand bonheur du public. Un grand coup médiatique en fait avec au bout l’objectif de faire savoir au grand patron du football mondial que cette pelouse du stade a besoin d’un sérieux coup de lifting. Une idée géniale en fait car dans les tribunes, tous les décideurs de la FIFA étaient là.

Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

Elections communales : Des petites imperfections constatées, peu d’enthousiasme des électeurs

Le Président Andry Rajoelina a lancé un appel à l’endroit des électeurs malgaches, les encourageant à se rendre aux urnes. « Voter est non seulement un droit mais aussi c’est un devoir », a-t-il soutenu.

Le scrutin d’hier se sont déroulées dans le calme, sans trouble ni heurt. Aucun incident majeur n’a été relevé.

A Faliarivo Ampitatafika, 24 bulletins uniques comportaient déjà des traces de stylo. Les partisans de certains candidats ont supposé que c’étaient des bulletins précochés. Le candidat du « Tiako i Madagasikara » dans cette localité a été accusé comme étant le responsable de l’infraction. Cependant, rien de plus grave puisque le scrutin a quand même pu se dérouler normalement.

A Andohan’Ilakaka, un ancien responsable local de l’ancien parti au pouvoir, « le Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » est accusé d’avoir fourni des fausses cartes d’identité à des électeurs. Suite à cette affaire, un collectif de candidats a été mis en place et une plainte a été déposée au niveau des forces de l’ordre et du démembrement local de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI). D’après les informations, des arrestations se sont succédé tout au long de la journée d’hier.

Dans d’autres bureaux de vote, le début du scrutin a connu un léger retard. Comme ce fut le cas du côté d’Ankadindramamy où un bureau de vote n’a ouvert ses portes que vers 7h30.

Pas d’affluence. Bien malgré ces imperfections constatées, les élections communales d’hier se sont déroulées dans le calme, sans trouble ni heurt. Aucun incident majeur n’a été relevé. Le cas des électeurs qui ont oublié ou ont perdu leur carte électorale, était cependant plus fréquent. Toutefois, des mesures ont été prises par les responsables des bureaux de vote pour les aider à trouver leur nom dans la liste électorale. Il est cependant important de signaler le manque d’enthousiasme des électeurs, non seulement à Antananarivo mais aussi dans les autres districts de la Grande île. Peu ou pas d’affluence devant les bureaux de vote. Il n’y avait pas la foule, pas la queue non plus. Au moment où nous mettons cet article sous presse, il est difficile d’avancer un pourcentage ou de se prononcer sur le taux de participation. Il faut quand-même s’attendre à ce qu’il soit inférieur à celui de l’élection présidentielle de décembre dernier, ou des dernières élections législatives. Dans la mi-journée, le taux de participation estimé au niveau des bureaux de vote d’Antananarivo n’excédait pas 30%.

Civisme et patriotisme. Ce manque d’enthousiasme des électeurs a incité le Premier ministre, Ntsay Christian à lancer un avertissement contre les entreprises qui ont encore forcé leurs employés à travailler dans la journée d’hier. « C’est contraire aux textes, donc passible de poursuites », a-t-il averti. Pour sa part, le président Andry Rajoelina, après avoir voté à Ambatobe, a lancé un appel à l’endroit des électeurs malgaches, les encourageant à se rendre aux urnes. « Voter est non seulement un droit mais aussi c’est un devoir », a-t-il rappelé. En effet, l’on a remarqué hier que bon nombre de malgaches ne se sentent pas concernés par le scrutin et ont choisi de poursuivre leurs activités au quotidien. Du côté d’Analakely, les « mpivarotra amoron-dalana » ont continué leur petit commerce depuis Andohan’Analakely jusqu’à Soarano, en passant pas l’avenue de l’indépendance et la Petite vitesse. Beaucoup de tananariviens ont choisi de faire leurs courses et leurs provisions, le jour du scrutin. Par ailleurs, des grands magasins de renom sis à Analakely ont ouvert leurs portes. Certainement, ce manque d’enthousiasme des électeurs aura des effets négatifs non seulement sur le taux de participation mais aussi sur les résultats des urnes. En se référant à cette journée électorale, les observateurs pourraient remettre en question le civisme et le patriotisme des Malgaches.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Thierry Rakotonarivo : Anomalies au niveau de 20 bureaux de vote

« Minimes ». C’est la réaction du Vice-président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), Thierry Rakotonarivo par rapport aux imperfections constatées durant les élections communales d’hier. Selon ses dires, les élections se sont bien déroulées et aucun incident grave n’a été relevé. « Sur les 1695 communes, seules 20 bureaux de vote ont fait l’objet de petites anomalies », a-t-il fait savoir. Et d’ajouter que ces anomalies n’ont toutefois pas entravé le déroulement des scrutins. Le Vice-président de la CENI a également touché mot du cas de l’ancien président de l’Eglise FJKM, le Pasteur Lala Rasendrahasina qui s’est plaint d’avoir été effacé de la liste électorale. Selon Thierry Rakotonarivo, cet Homme d’Eglise a quitté son domicile à Faravohitra Ambony depuis le 21 mars 2019 pour déménager dans un autre quartier. A l’époque, il a avisé les responsables du quartier de Faravohitra. C’est pourquoi son nom a été enlevé pour éviter un doublon avec son nouveau domicile. A entendre les explications du Vice-président de la CENI, le Pasteur Lala Rasendrahasina est le seul responsable de son absence dans la liste électorale car il n’a pas demandé à inscrire son nom dans le quartier de sa résidence actuelle.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

HOREB : Un nouveau label agricole plus que Bio

HOREB est un acronyme qui rassemble Hygiène, Organisation et Restauration de l’Environnement et de la Biodiversité. L’hygiène est la base du bien-être mais surtout de la santé dans une société. Ce principe a été mis en avant en premier dans l’HOREB afin d’assurer la sécurité sanitaire des producteurs et des consommateurs. L’Organisation, quant à elle, est une structure qui intègre dans un environnement harmonieux, les Organisations de Producteurs et les Opérateurs du Marché. Cette structure soutient une politique de la filière qui renforce chaque maillon de la chaîne pour une meilleure fluidité de la production et d’évacuation des produits. Et enfin, la Restauration de l’Environnement est l’ensemble des activités de HOREB intervenant dans la conservation de la Biodiversité et son équilibre biologique.  Raison pour laquelle, il a été évoqué que l’HOREB constitue un nouveau label agricole dépassant même la qualification de Bio à Madagascar.

Inclusif et mutualisé. Dans son approche, on s’aperçoit que le système HOREB illustre un équilibre entre les trois piliers du Développement Durable. Le Volet Hygiène qui assure la Sécurité sanitaire et un lien d’assurance entre producteurs et consommateurs. Le volet Organisation construit une structure qui supporte un développement économique équitable à travers l’inclusion et la mutualisation de tous acteurs en vue d’atteindre la sécurité alimentaire. Et enfin, le volet environnemental qui vise une restauration de l’équilibre de la Biodiversité dans les cultures, mais surtout entre l’homme et la nature, contribue à la pérennisation des activités agricoles. En bref, HOREB est un système qui intègre tout pour que l’Agriculture ne soit plus cette bulle marchande dédiée à la subsistance des pauvres et au profit des riches, mais bien une partie intégrante d’une société inclusive et équitable. Plus précisément, c’est un système agricole inclusif et mutualisé.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina : La capitale a besoin de renouveau

Le président Andry Rajoelina et son épouse, Mialy Rajoelina, ont effectué leur devoir de citoyens en allant voter au Lycée agricole d’Ambatobe hier à 9h45. Une occasion pour le Chef de l’Etat de rappeler que « voter c’est non seulement un droit mais aussi un devoir ». Selon ses dires, les élections communales sont importantes car elles permettent aux citoyens d’élire celui ou celle qui va diriger la commune et qui va déterminer la modernité et le développement de chaque ville. Pour Andry Rajoelina, ce scrutin ne constitue point un test pour le gouvernement en place. « Tous les 4 ans, les Malgaches sont toujours appelés aux urnes », a-t-il fait remarquer. Et de rappeler au passage que lors des dernières élections législatives, le régime a obtenu la majorité avec 84 députés contre 16 pour l’opposition. Une manière à lui d’exprimer sa sérénité en affrontant ce scrutin. Il reconnait cependant que les communales représentent une élection primordiale et importante pour tous les partis politiques. Pour ce qui est de la Commune Urbaine d’Antananarivo, le Chef des l’Etat de réitérer que la capitale a besoin de quelqu’un d’expérience. « Ces 4 dernières années, tout le monde voit bien que la capitale s’est  détériorée. Il y a l’insalubrité et la saleté. La capitale  a besoin de renouveau et il faut rattraper le retard de développement de la Ville des Mille », a-t-il lancé.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Baolai : Super promotion pour les fêtes de fin d’année

Une gamme de téléviseurs de grande qualité à petit prix est disponible chez Baolai

Après plus de vingt années de présence à Madagascar, Baolai est devenu une référence sur le marché  des téléviseurs, des subwoofers, des réfrigérateurs, des panneaux solaires…

En cette période de fêtes de fin d’année, Baolai, le champion de l’électroménager haut de gamme chinois, frappe fort. Une aubaine pour les  consommateurs, puisque Baolai applique une grande promotion sur l’ensemble de ses produits. « Notre objectif est d’offrir à nos clients des produits de grande qualité à des prix qui défient toute concurrence », explique Ren Yujie, le PDG de Baolai.

Remise

A commencer par les téléviseurs LED de marque Changhong, Hisense et Skyworth de 19 à 75 pouces. La remise va de 15% à 50%  pour satisfaire  les clients qui  ont le choix entre ces trois grandes marques. Et ce, avec un an de garantie et un service après-vente professionnel disposant de pièces détachées d’origine. En matière de sono haute fidélité, le subwoofer Jeyoo connaît toujours un succès inégalé chez Baolai. « C’est la marque fétiche des utilisateurs non seulement à Madagascar, mais également en Chine, et en Afrique », précise le patron de Baolai. Mais pour mieux satisfaire la clientèle, Baolai a ajouté une autre grande marque de subwoofer, en l’occurrence ENKOR qui est aussi mondialement célèbre. « Nous appliquons jusqu’à 30% de remise sur certaines de nos marques »  selon toujours Ren Yujie. Une remise qui s’applique également sur les différents  modèles de  réfrigérateurs  et de machines à laver, ainsi que les fours micro-ondes Hisense qui se vendent très bien même en Europe.

Très appréciées

Faut-il en effet rappeler que les grandes marques chinoises sont très appréciées, partout dans le monde. Les panneaux solaires Baolai qui sont aussi parmi les plus fiables sur le marché  continuent aussi à faire le bonheur des utilisateurs. Des panneaux solaires qui peuvent être vendus avec  leur kit complet. Notons que  Baolai opère également dans le secteur des meubles importés depuis Sichuan, une province chinoise très connue pour ce genre de produits. « Depuis 21 ans de présence sur le marché malgache, nous cherchons constamment à satisfaire nos clients avec des produits  proposés avec un rapport qualité-prix imbattable »  conclut le PDG de Baolai.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Santé sexuelle et reproductive : Plus de 306 millions d’ariary de matériels du Japon pour le Grand Sud

Des panneaux solaires pour l’hôpital d’Ambovombe ; une salle de planning familial et de la jeunesse équipée des matériels  pour le CSB II (centre de santé de base de niveau 2) de Beloha ; et une dizaine de milliers de carnets de santé pour les CSB dans sept districts des régions Atsimo-Andrefana, Androy et Anosy. Le tout représente les trois composantes des dons du Japon remis le 26 novembre dernier lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à l’Institut National de Santé Publique et communautaire (INSPC) de Befelatanana. Ces dons, d’une valeur de plus de 306 millions d’ariary, s’inscrivent dans le cadre du projet « TOLISABO », financé à hauteur de 800.000 dollars par le gouvernement du Japon, mis en œuvre par l’UNFPA Madagascar.

Ces équipements seront très prochainement acheminés aux régions du Grand Sud de Madagascar, bénéficiaires finaux.  Il s’agit, dans la première composante, de l’installation des panneaux solaires au sein du Centre Hospitalier de Référence Régionale (CHRR) d’Ambovombe, afin d’améliorer la qualité des soins, et dans la perspective d’avancer dans l’utilisation de sources d’énergie renouvelables et de garantir l’alimentation et le fonctionnement du bloc opératoire et du bloc maternité de l’hôpital, lesquels ont été également renouvelés et équipés en 2018, sur financement du Japon.  Le coût de l’intervention au CHRR d’Ambovombe est de 50.000 dollars, soit environ 184.388.200 ariary.

Le CSB II de Beloha, quant à lui, bénéficiera de travaux d’agrandissement  pour être doté d’une salle de Planning Familial et de la jeunesse, équipée des matériels adéquats afin de subvenir aux besoins en matière de santé reproductive et sexuelle. Ce CSB II sera ainsi un centre de santé « ami des jeunes ». Le coût total de la construction est de 9 845 dollars, soit, 35.995.000 ariary, tandis que le coût des équipements s’élève à 19.500 dollars, soit 71.385.000 ariary. Et enfin, la troisième composante consiste en un don de 10.560 carnets de santé, à acheminer vers les CSB des sept districts cibles du projet, dans les régions Atsimo-Andrefana, Androy et Anosy, dont le coût total est de 14.549.800 ariary. Ces carnets de santé permettront de suivre l’évolution de l’état de santé en consultation prénatale, accouchement et consultation post-natale des femmes bénéficiaires, et ainsi renforceront le système de référence et contre-référence que l’UNFPA est en train de mettre en place dans la zone d’intervention.

Midi Madagasikara0 partages

Soirée : Le Point d’Exclamation propose des soirées clubbing

: Les soirées au Point d’Exclamation se suivent et ne se ressemblent pas

Les périodes des fêtes arrivent à grand pas, le Point d’Exclamation Lounge Bar à Analakely annonce déjà les couleurs avec des soirées clubbing « tous les vendredis et samedis » à partir du 29 novembre. Selon les organisateurs, les rendez-vous hebdomadaires de défoulement démarreront ainsi à partir de 21 heures. C’est une manière de remettre au goût du jour les ambiances de l’«Antananarivo » de la belle époque. Où les clubs étaient de véritables repères culturels.

Aux platines, les noctambules retrouveront le célébrissime Dj Scotty Raz et Dj Cool. Ces deux faiseurs d’ambiance sont des références dans la capitale. Sachant mêler les ambiances des années ’80 aux sonorités actuelles. Dans un lieu convivial et situé en plein centre de la capitale. D’autant que les fêtards et les fêtardes peuvent aussi s’amuser au billard ou tout simplement discuter en cette fin de mois.

« Le dress code sera classe et décontracté, il y a d’autres loisirs comme le cinéma, la restauration, le casino », pour les plus téméraires, annonce-t-on au niveau de l’organisation. Pour ceux ou celles qui veulent aussi créer un petit espace privé durant la soirée, des places avec tables et fauteuils de luxe VIP.Bref, tout sera fait pour que les noctambules se remémorent ces soirées sans complexes et élégantes quand Antananarivo était la capitale des ambiances clubbing de Madagascar.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Pop up : Appel à endroit pour « Der Ort »

Pop up : Appel à endroit pour « Der Ort »

Suite logique du projet #dasHaus, voilà que Der Ort  se pointe à l’horizon.  Après le succès du pop up, le même concept de promotion d’art est de nouveau adopté.  Cette fois-ci le grand monde a l’opportunité d’apporter sa pierre à l’édifice.  Avec le projet  der Ort, l’idée des organisateurs est de continuer dans le sens de notre espace culturel temporaire  et organiser des projets artistiques dans des endroits non conventionnels qui seraient intéressés à accueillir des performances artistiques dans le domaine de l’art et de la culture.

Acteur culturel, entreprise, société ou particulier tout est à prendre. D’un grand espace vert jusqu’à la salle de séjour, en passant par le hall d’une banque, la cour d’un immeuble, ou d’un lieu de travail, l’art est à la portée de tous.  Comme introduction au projet, l’artiste allemande Theresa Hahl présentera le concept dans le cadre d’un atelier d’échanges ouvert à tous les artistes intéressés qui veulent participer au #derOrt en 2020. Organisatrice de festival de poésie sur des scènes non conventionnels en Allemagne, elle retrouvera le public le 4 décembre au Cgm/ Gz.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Barea : L’aventure continue avec Canal +

Canal+ Sport diffuse une émission spéciale sur les Barea

Fête de fin d’année oblige, les opérateurs en télévision par satellite offre le meilleur pour le public

L’aventure fantastique des Barea  continue. Au grand bonheur de  la population malgache qui attend encore  le meilleur en 2020 avec les éliminatoires du Mondiale 2022 et la suite de la CAN 2021.

Privilégiés

Les abonnés de Canal +  sont les privilégiés de cette épopée malgache  car  cet opérateur, qui  en est d’ailleurs le diffuseur officiel, offre aux téléspectateurs diverses émissions sur la CAN. Canal + vient encore de le démontrer lors du direct Madagascar-Niger à Niamey. Cette semaine, les  abonnés ont droit à une spéciale Barea, à travers P’tit Canal Instant Foot qui revient pendant une émission de 30 minutes sur le retour gagnant des Barea  qui ont décroché 6 points pour occuper la première place du groupe K.  Une émission qui fait bien évidemment la fierté de l’équipe malgache de Canal+ qui, lors d’une conférence presse donnée avant-hier au Canal Olympia Route Digue, est revenue sur le bilan positif de  l’année 2019. « L’effervescence et l’engouement générés par la première participation  des Barea à la CAN Total 2019 ont fortement marqué cette année »,   a déclaré Onjatiana Razafindrakoto, Directrice Générale de Canal + Madagascar. « On s’est investi à fond dans cette belle aventure en  soutenant l’équipe  et en transmettant intégralement ce championnat sur les chaînes Canal + Sports », a-t-elle ajouté.  Des diffusions en direct qui vont encore se poursuivre pour les prochaines étapes.

Promotion

Mais il n’y a que les Barea car le meilleur est encore à venir chez Canal+ en cette période de fêtes de fin d’année.  Avec notamment  l’intégration de RTA parmi les chaînes malgaches.  « Dorénavant  9 chaînes malgaches sont accessibles dès le premier bouquet ».  Les meilleures affiches sont également programmées, en cinéma  et en documentaires.  « Nous faisons le maximum pour offrir aux téléspectateurs malgaches, le meilleur contenu »  selon toujours la D.G de Canal+. Et en guise de promotion de fin d’année, Canal + offre le décodeur à 70.000 ariary pour tout nouvel abonnement sur Evasion afin de permettre au plus grand nombre de profiter des bouquets Canal+. Un super cadeau en somme.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

STAR-CHUMET Tsaralalàna : Neuvième convention de partenariat

Cela va faire neuf ans cette année que la STAR vient en aide aux patients du Centre Hospitalier Universitaire Mère-Enfant de Tsaralalàna (CHUMET). Mardi dernier, la brasserie a renouvelé son engagement envers le centre hospitalier en signant une nouvelle convention de partenariat L’hôpital va donc continuer de recevoir les 60 packs d’Eau Vive 50 cl tous les mois de la part de la société. Et comme d’habitude, les dons d’équipements et matériels pour le CHUMET seront aussi prévus. Pour cette signature, la STAR a d’ailleurs offert une pousse seringue électrique à simple voie dont le but est d’améliorer les conditions de prise en charge des jeunes patients de moins de 15 ans et des mères hospitalisés à l’hôpital.

Selon les explications des responsables lors de la signature de cette neuvième convention de partenariat, « ces dons serviront exclusivement aux soins des patients pour alléger les charges financières et matérielles des familles ». Pour les packs d’Eau Vive, ils permettent de faciliter les exigences thérapeutiques des enfants atteints de déshydratation, de diarrhée et de vomissement. Et concernant la pousse seringue, il s’agit d’un outil indispensable dans un centre de soin car elle assure un dosage précis pour l’administration de certains médicaments. Enfin, la STAR compte encore poursuivre son action sociale auprès du CHUMET pour de longues années, a déclaré Karine Razafindrakoto, chef du département communication corporate de la STAR, avant de remercier les responsables au sein de l’hôpital sur la transparence quant à la gestion des dons dont ils ont fait preuve au cours des huit précédentes années de partenariat avec la STAR.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Ambovombe : jiolahy roa tra-tehaka saika hanolana

Efa naboridana ilay vehivavy ary nofatorana. Saika hiroso tamin’ny fampijaliana azy mihitsy ireto olon-dratsy no tonga tampoka sy ara-potoana ny zandary. Noraisim-potsiny araka izany ny roa lahy. Tranga niseho tao Berary, Ambovombe Androy, ny alin’ny alatsinainy hifoha talata lasa teo, tokony ho tamin’ny iray ora maraina. Araka ny fampitam-baovao azo avy amin’ny zandary tany an-toerana dia nisy  ny fanairana avy amin’ny olona tsara sitrapo fa misy fanafihana tokantrano iray tao amin’io fokontany io. Nidina avy hatrany tany an-toerana ireto farany tamin’ny alalan’ireo ekipa mpanao vonjy taitra eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Nohodidininina avy hatrany ny trano ary napetraka avokoa ny paik’ady rehetra, hidirana ao aminy. « Tratra tao tsy afa-nandositra ny zatovolahy roa samy mitazona antsy avy, nikasa ny hamono sy hanolana ity tovovavy iray 20 taona ». Ity farany moa araka ny vaovao voaray hatrany dia « mbola tratra nofatoran’izy ireo tao an-tranony sady naboridan’izy ireo tanteraka ». Nosamborina avy hatrany ireto olon-dratsy ireto ary nentina natao famotorana sy notazomina ao amin’ny sampana mpanao fikarohana teo anivon’ny vondron-tobim-pileovanan’ny zandary ao Androy. « Ny zandarimaria dia mankasitraka tanteraka ny mpanome vaovao marim-pototra sy ara-potoana mba hoentina mamongotra ny mpanao ratsy ». Hatolotra ny fitsaràna tsy ho ela moa ireo mpanolana ireto, rehefa vita ny fakàna am-bavany azy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Le peu d’empressement : des électeurs de la capitale

Si un terme doit être employé pour parler ces élections communales,  c’est bien « quiétude ». Mais on peut ajouter « indifférence » d’une partie de la population.  Le taux de participation parle de lui-même. Mais  on ne peut jeter la pierre à personne parce qu’on ne peut pas forcer  les gens à voter s’ils ne le veulent pas. Hier soir, on ne connaissait que les tendances et on ne  pouvait pas se prononcer sur le nom du futur maire de la capitale.

Le peu d’empressement : des électeurs de la capitale

 La campagne électorale à Tana fut assez soutenue, mais si l’on se réfère au taux de participation, elle n’a pas réussi à convaincre une partie des Tananariviens d’aller voter. Ces derniers, même s’ils ont écouté les arguments des candidats, ne se sont pas sentis suffisamment motivés pour se déplacer. Hier, la population laborieuse a préféré vaquer à ses activités quotidiennes. Les magasins n’ont pas baissé leurs rideaux, les marchands ont continué à vendre, Analakelky grouillait de monde  comme à l’accoutumée. Les premiers résultats communiqués en fin d’après-midi reflètent cette désaffection des électeurs. Une des explications que l‘on peut apporter est la  plus utilisée pour attirer les électeurs. La montée sur scène d’artistes pour capter l’attention  des citoyens   est devenue contreproductive et agace même ceux qui viennent de bonne foi écouter le candidat. Chacun d’entre eux  se dit prêt à relever le défi de redonner à Antananarivo son lustre d’antan. Mais aucun d’entre eux n’a parlé des moyens qui seront utilisés pour le faire.  La déclaration du chef de l’Etat lors de son interview de lundi dernier donne une  indication dans ce sens, mais elle est arrivée peut être un peu trop tard. Cependant, malgré les appels réitérés par  les autorités, les électeurs ne se sont pas déplacés en masse pour faire leur devoir de citoyen.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Rugby – CAN 2020 : Les Makis dans la dernière ligne droite

Les Makis au Palais d’Etat Ambohitsorohitra

J-3, Les Makis sont fin prêts techniquement et moralement pour leur match contre les Black Stallions du Nigeria ce dimanche au stade Municipal de Mahamasina. Les protégés de Philippe Canitrot ont commencé à s’y entraîner depuis hier et pendant les trois derniers jours qu’il leur reste. Ainsi, dans le cadre de cette rencontre,  le président de la République, Andry Nirina Rajoelina a accueilli la délégation des XV Makis au Palais d’Etat d’ Ambohitsorohitra, mardi après-midi. Déjà un soutien décisif en 2012, qui a permis aux  Malgaches de devenir Champions d’Afrique aux dépens de la Namibie, le président a réaffirmé son engagement à œuvrer au succès des équipes nationales et a offert 100 millions d’ariary au Malagasy Rugby pour la bonne préparation de nos porte-fanions. Lors de son allocution, le président  a donné sa bénédiction et a réitéré l’importance de la victoire de l’équipe pour l’honneur et la fierté de la nation ainsi que du peuple malgache.

Le coach des Makis souligne qu’il est important de gagner ce match. En plus, Madagascar s’occupe la 51e place au classement mondial, soit 19 points au-dessus du Nigeria. « Une nouvelle aventure est sur le point de commencer. Toutes les équipes rêvent de la Coupe du Monde. L’équipe malgache s’est préparée sérieusement à ce premier match. Nous tâcherons de relever le défi imposé par le Nigeria et nous sommes prêts à disputer un grand match », a-t-il fait savoir. Rappelons que le vainqueur entre ces deux équipes  sera admis dans la phase du groupe A avec  la Namibie et la  Zambie.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Réunion FIFA à Mahajanga : Une très bonne opportunité pour le football malgache

Une sacrée équipe de la FIFA conduite par Gianni Infantino et incluant Ahmad et Raoul, Véron Mosengo et les deux stars Eto’s et Youri Djorkaef

La réunion de la FIFA de mardi à Mahajanga, même à huis clos et sans aucun communiqué, a tout de même permis au camp malgache de sortir grandi.

Il fallait voir la mine radieuse de Arizaka Rabekoto Raoul à la sortie de l’hôtel Baobab pour comprendre que tout a bien marché comme il le voulait.

“L’occasion est bien trop belle pour parler directement aux présidents Gianni Infantino de la FIFA et Ahmad de la CAF de nos besoins en matière de formation des arbitres et des entraîneurs mais le moment était aussi important pour parler de nouvelles infrastructures en accord avec les projets du président Andry Rajoelina”, confie Arizaka Rabekoto Raoul.

Mieux encore, ce dernier affirmait que tous les décideurs et néanmoins ses amis au sein de la FIFA sont prêts à l’aider.

C’est le cas notamment sur le stade de Mahamasina  où si nécessaire et pour que le projet aille plus vite, la FIFA apporterait son concours, selon Véron Mosengo-Omba le conseiller de Gianni Infantino, pour la pose d’une pelouse synthétique.

La FIFA a aussi promis à Arizaka Rabekoto Raoul d’apporter son aide pour la formation des cadres.

“On fera l’inventaire de nos besoins lors de la conférence nationale et on agira en conséquence”, explique encore le président de la FMF qui affirme que jusqu’ici tous les feux sont au vert et qu’il remercie de tout cœur la FIFA et la CAF, car en marge de cette réunion de l’association des membres, il a pu plaider la cause du football malgache. Une initiative où ce magistrat de formation a l’habitude d’exceller. Pour la bonne cause.

Clément RABARY

Madagate0 partages

Antananarivo Renivohitra. Tantara'ny Ben'ny Tanàna tsy fanadino

Tontosa omaly Alarobia 27 Novambra 2019 ny fifidianana kaominaly manerana ny firenena malagasy. Izany hoe nifidy ben'ny tananà sy ireo olona handrafitra ny filan-kevitra kaominaly ny mpifidy afaka sy novona nanao izany. Mbola tsy nivoaka aloha ny vokatra ofisialy. Izany anefa tsy manaka antsika hanao jery todika mahatsiahy ny Tantara. Antananarivo, Renivohitr'i Madagasikara ny resaka eto, ary fampahatsiahivina ireo Ben'ny Tanàna nifandimby teto Iarivo teo anelanelan'ny taona 1959 sy 2019. Tafiditra amin'izany ireo hoe PDS (Filohan'ny Delegasiona manokana) izay voatendry fa tsy voafidy. Ndao ary. Niniako tsy nasiako ny anaran'ny antoko niavian'izy ireo fa ny anaran'ny tsirairay no tokony banjininareo mpamaky. Misaotra mialoha e!

Ny Ben'ny Tanàna malagasy voalohany voafidy talohan'ny fiverenan'ny Fahaleovantenan'i Madagasikara (26 Jona 1960) dia i Rakotonirina Stanislas. Ny 24 novambra 1956 izy no voafidy ary nijanona tamin'io toerana io izy hatramin'ny taona 1959. Ny nandimby azy dia i Andriamanjato Richard Mahitsison, voadify tamin'ny 11 Oktobra 1959. Azo lazaina fa izy no tanora indrindra amin'ireo Ben'ny Tanàna voafidy satria 29 taona ny lehilahy fony izy nandray io toerana io. Ary naharitra ihany satria tsy niala teo izy raha tsy tamin'ny taona 1977.

Ireo roalahy nandimby an'Andriamanjato Richard Mahitsison indray dia nandalo toa kintana manidina (“étoile filante”) ihany. Tsy izy ireo fa Andriananja Charles (1978-1982) sy Rakotovao Andriantiana (1983-1989). Izany hoe fotoam-piasana iray ihany no nataon'izy ireo ary tsy dia hita sy tadidy loatra hoe inona marina no nataony fony izy ireo Ben'ny Tanàna...

Ny lehilahy nandimby azy ireo kosa dia tsaroana hatramin'ny androany. Tsy iza izany fa i Razanamasy Guy Willy. Izy no voatendry PDS voalohan'ny teto Antananarivo Renivohitra ary niasa teo anelanelan'ny taona 1989 sy 1991. Rehefa voatendry Praiminisitra izy, tamin'ny fiantombohan'ny Tetezamita tamin'izany fotoana izany, dia mbola PDS ihany no nandimby azy. Tsy iza izany fa i Désiré Lalao Andrianjafy izay nijanona teo amin'ny toerany teo anelanelan'ny taona 1992 sy 1995.

Antananarivo madio no tanjona ka tadidio”. Tadidika tokoa fa io no teny filamatr'i Razanamasy Guy Willy izay voafidy Ben'ny Tanàna tamin'ny 05 Novambra 1995. ary tsaroako fa nadio tokoa iny araben'ny Fahaleovan-tena iny, izay nolokoina mena “grenat” ny trottoirs rehetra. Niasa hatramin'ny taona 1999 ingahy Razanamasy ary izy no namindra ny tsena teo amin'ny “esplanade” Analakely ho ao amin'ny Pochard Soarano ankehitriny. Tsipihiko eto koa, satria toa vitsy ny mahalala, fa izy no efa nieritreritra ny fanitàrana an'Antananarivo ka nomeny ny anarana hoe “Projet Grand Tana”. Tsapany fa tsy maintsy hitombo ny mponina ary hanahirana afaka taona vitsy monja. 20 taona aty aoriana sempotra tanteraka ny tananàn'Antananarivo. Ny lasa, hoy aho, tsy fanadino.

Ny 14 novambra 1999 dia voafidy Ben'ny Tanàna i Marc Ravalomanana. Tsy nanapitra ny fe-potoana fa niala ny 06 May 2002 satria nilatsaka ho kandida filoham-pirenena izy. Ny mpiara-miasa taminy akaiky no notendreny PDS dia i Rajemison Rakotomaharo Guy izay niasa teo anelanelan'ny 2002 sy 2003. Nandimby azy indray dia mbola PDS ihany : Patrick Ramiaramanana izay nilatsaka ho fidiana ihany ary lany tamin'ny 23 Novambra 2003. Tsy nahatapitra ny fe-potoana niasany koa i Patrick Ramiaramanana satria voatendry ho minisitry ny Angovo sy ny Harena an-kibon-tany ny taona 2007 ka nolosoloina PDS hatrany, ny taona 2007. Tsy iza izany fa i Hery Rafalimanana izay nilatsaka ho kandida ben'ny tanàna ihany koa io taona io ihany.

Fa na dia teo aza ny fanohanana nivantana nataon'i Marc Ravalomanana, Filoham-pirenena tamin'izany fotoana izany, sy ny fampiasana ny rafim-panjakana tsy nisy tahotra sy henatra, dia resy tanteraka i Hery Rafalimanana. Iza no naharesy azy, na dia nangorom-potsy aza i Mahamasina tamin'ny fara-doboka, ny 11 Desambra 2007 ?Tsy iza akory fa i Andry Rajoelina izay nibata tsy nisy fanafana ny amboara ary teo amin'ny andro naha 58 taona an'i Marc Ravalomanana dia ny 12 Desambra 2007 izany... Izany ve no atao hoe fambara ? Asa aloha fa isika vahiny daholo no mandalo ety...

Tsy nahatapitra ny fe-potoana niasany koa ny Ben'ny Tanàna Andry Rajoelina noho ny revolisiona volomboasary notarihiny (matoa niongana i Ravalomana ka tsy tafaverina intsony eo amin'ny fitondrana dia ao raha fa aoka izay ny amin'ny resaka hala-bato sy “coup d'état” fa manompa ny maty izany) fa dia PDS vehivavy voalohany amin'ny Tantaran'ny tananàn'Antananarivo no nandimby azy teo anelanelan'ny volana Fevroary sy Jolay 2009, dia i Ratsivalaka Marie Michelle, teraka Raheriarivao, izay Lefitry ny Ben'ny Tanàna Andry Rajoelina tamin'izany andro izany. Noho ny zava-nisy ara-politika tamin'izany dia nasolo PDS afa ity vehivavy ity, dia i Randrianarisoa Guy Rivo izay efa niasa tao amin'ny Tanànan'Antananarivo fony Patrick Ramiaramanana Ben'ny Tanàna.

Ny 08 Aogositra 2009 dia i Edgard Marie Noé Razafindravahy no nandimby azy, izay PDS hatrany, ka niasa hatramin'ny volana Aogositra 2013 nialohan'ny nirotsahany ho kandida filoham-pirenena. Ny 05 mars 2014, tamin'ny nandraisan'i Hery Rajaonarimampianina ny toerana maha Filohan'ny Repoblika azy, dia voatendry PDS ihany koa Ny Hasina Andriamanjato, izay nametra-pialana ny 07 mai 2015. Tsy iza moa i Ny Hasina fa zanak'i Andriamanjato Richard.

Ny 31 Jolay 2015 dia lany ho vehivavy Ben'ny Tananàn'Antananarivo voalohany amin'ny Tantaran'i Madagasikara i Ravalomanana Lalao Harivelo, teraka Rakotonirainy, vadin'ny Filoha teo aloha izay notendreny ho mpanolon-tsaina manokana (“Conseiller spécial”). Marihina fa ny 06 Oktobra 2015 i “Neny” vao nandray ny toerana maha Ben'ny Tanàna voafidy azy. Tapitra tamin'ny volana Oktobra 2019 teo ny fe-potoana niasan'i Lalao Ravalomanana ary tsy nilatsaka ho kandida intsony izy.

Vita omaly, hoy aho, ny fifidiana. Iza ary ny Ben'ny Tananàn'Antananarivo voafidy handimby an'i Lalao Ravalomanana. Iza tamin'ireo kandida dimy nirotsaka no nandresy ? Ianareo, isika mpifidy no... nifidy. Tsy hiverina intsony io fifidiana io raha tsy afaka dimy taona indray. Misaotra anao aloha tsy nanary ny zonao, ka nanefa ny adidinao. Tadidio fa ianao irery no tao anaty “isoloir”. Ary biletà tokana tsy entina mody no nampiasaina, ka afa noho ny tamin'ny andron'i Dadabe Tsiranana sy Dadabe Ratsiraka (nisy nijery izay biletà entinao nivoaka tao ary tsy nahazo vola raha any aminao ny an'ny “kandidam-panjakana”).

Ho an'ireo tsy mahita atao afa-tsy ny mamendrofendro tena dia izao no amafisiko eto : sarotra dia sarotra ry zareo ny mangala-bato eto Antananarivo a ! Samy nanana delege daholo ny kandida rehetra ary nampiasaina ny teknolojia vaovao nafahana nampita vaovao eo no eo.

Matoa ianareo fahavalom-pirenena mikiribiby miresaka hala-bato dia efa kaontin'ny resy ianareo. Ary resy tsy niady akory. Manontania miaramila fa tsy misy dikany, tsy misy fotony mihitsy izany hoe resy tsy miady izany.

Nisy ny fotoana nanaovana propagandy, namelabelaran'ny kandida tsirairay ny praogramany. Nanana fotoana malalaka ny mpifidy tsirairay nandinika hoe : nandroso ve sa tsia Antananarivo? Ahoana ny ho avy? Rehefa mahatsapa fa Olompirenena (“citoyen”) marina sy feno ianao, isika, dia tokony miandry ny vokam-pifidianana ofisialy am-pitoniana.

Jeannot Ramambazafy