Les actualités Malgaches du Mardi 28 Novembre 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar624 partages

Présidentielle – Rajaonarimampianina en quête d’un second mandat

Des mots évocateurs. « En peu de temps, beacoup a été fait pour le développement du pays mais, il reste également, beaucoup à faire. Redresser le pays demande du temps. J’y parviendrai si vous me le permettez en me donnant plus de temps », a déclaré Hery Rajaonarimampianina, président de la République, dans un discours prononcé à Mahajanga, samedi.Lors d’une cérémonie d’inauguration, à Maintirano, dans le courant de la semaine dernière, le Chef de l’État a également, déjà tenu un pareil discours. Des mots qui indiquent que le Président de la République a l’intention de briguer un second mandat. Les médias d’obédience présidentielle ont même été au diapason, hier, pour donner le ton d’un ordre de bataille pour s’engager dans la course pour un second mandat.Bien que sollicité à plusieurs reprises par la presse sur la question, le locataire d’Iavo­loha a jusqu’ici, entretenu le suspense quant à sa candidature ou non à la présidentielle de 2018. A l’approche du début de l’année électorale, toutefois, le Chef de l’État semble changer de stratégie. Face à ses concurrents potentiels à la présidentielle qui battent le pavé depuis plusieurs mois, Hery Rajaonari­mampianina, semble avoir décidé de passer à l’offensive et de capitaliser les inaugurations pour faire un clin d’oeil aux « électeurs ».

Pré-campagneSi l’on en croit les informations, le Chef de l’État a des munitions en réserve. Rien que dans le domaine de l’énergie, une vingtaine d’inaugurations officielles seraient au programme. À Maha­janga, Rivo Rakotovao, président du parti « Hery vaovao ho an’i Madagasikara » (HVM), a souligné « c’est la cinquième fois que nous appelons à la candidature du président Rajaonari­mampianina, à la présidentielle ».Seulement, le locataire d’Iavoloha n’a, jusqu’alors, pas donné sa réponse. Comme l’indiquent les juristes, la démission préalable du Président candidat prévu par la Constitution est une manière de mettre tous les prétendants à la magistrature suprême sur un même pied d’égalité. Pour éviter qu’il y ait un amalgame entre les deniers et biens publics et la trésorerie de campagne du candidat et de son parti.Ne pas se prononcer à officialiser à l’avance sa candidature pourrait être une manière d’éviter d’être taxé de faire une « pré-campagne », aux frais de l’Etat. Comme le fait pour le parti au pouvoir dont sont membres presque tous les membres du gouvernement et leurs principaux collaborateurs. La tenue d’un congrés du parti au pouvoir en marge d’un conseil des ministres. Sans pièces justificatives, il serait difficile de convaincre l’opinion publique que les deniers et biens publics n’ont pas été mis à contribution.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara246 partages

Caisse de retraite Parlementaire : La proposition de loi déclarée irrecevable

Jean Max Rakotomamonjy s’entretenant avec la délégation du PFWB hier à Tsimbazaza.

Le gouvernement s’est opposé à la proposition de loi initiée par le député d’Antsohihy Jao Jean.

Annulée. La séance plénière prévue ce jour à Tsimbazaza pour l’adoption de la proposition de loi n°004-2017 portant création et réglementation de la caisse de retraite parlementaire ne va pas avoir lieu. La raison en est que cette proposition de loi initiée par le député d’Antsohihy Remi dit Jao Jean a été déclarée irrecevable par le gouvernement. Les alinéas 4 et 5 de l’article 86 de la Constitution stipulent : « Les propositions de loi ou amendements déposés par les parlementaires sont portés à la connaissance du gouvernement qui dispose, pour formuler ses observations, d’un délai de trente jours pour les propositions et de quinze jours pour les amendements. A l’expiration de ce délai, l’Assemblée devant laquelle ont été déposés les propositions et les amendements procède à l’examen de ceux-ci en vue de leur adoption. Les propositions ou amendements ne sont pas recevables lorsque leur adoption aura pour conséquence, dans le cadre de l’exercice budgétaire en cours, soit la diminution des ressources publiques, soit l’aggravation des charges de l’Etat, sauf en matière de loi de Finances. » Pour le gouvernement, la proposition de loi du député Jao Jean compromet l’équilibre comptable de la Loi de Finances pour 2018 qui vient d’être votée à l’Assemblée nationale.

Sauver la face. Le député d’Antsohihy n’était pas à son premier coup. Cet élu qui bat le record de longévité à l’Assemblée nationale s’est déjà démarqué de ses collègues lorsqu’il a soumis à l’Hémicycle une proposition de loi sur la légalisation du « Toaka gasy ». Cette proposition de loi n’a pas passé. Plusieurs années après, revoilà Jao Jean avec une proposition de loi portant création et réglementation de la caisse de retraite pour les députés et les sénateurs. Pour l’élu d’Antsohihy qui se considère comme un professionnel de la politique, les parlementaires devraient avoir droit à une pension pour pouvoir jouir dignement de leur retraite. C’est comme les agents de l’Etat qui ont la Caisse de Retraite Civile et Militaire (CRCM) et les employés du secteur privé avec la Caisse de Prévoyance Sociale (CPS). La proposition de Jao Jean a été soutenue par ses collègues de l’Assemblée nationale, mais elle a reçu une fin de non recevoir du gouvernement. Mahazoarivo a pour la deuxième fois en quelques semaines sauvé la face de l’Exécutif. En élaborant le projet de Loi de Finances pour 2018, le gouvernement a enterré la revendication des députés relative à l’achat des 4×4. Cette Loi de Finances ne comporte aucune inscription budgétaire sur l’achat de ces voitures Tout-Terrain. Et sur l’histoire de Caisse de Retraite Parlementaire, l’Exécutif a torpillé le rêve du député d’Antsohihy. En tout cas, la deuxième session ordinaire du Parlement, prévue être clôturée le 16 décembre, suit son cours normal à Tsimbazaza. Hier, le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy a reçu une délégation du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (PFWB) conduite par son président Philippe Courard.

R. Eugène

Tia Tanindranaza238 partages

Pesta an-tanàn-dehibeTapitra, hoy ny praiminisitra

Ambara fa tapitra ny fisian’ny valanaretina « peste pulmonaire urbaine » na ny pesta aretin-tratra eto Madagasikara raha tany amin’ny volana aogositra 2017 no nisehoany voalohany, hoy ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier omaly.

Ny 03 novambra 2017 no nisian’ny tranga voamarina farany. Tsy maintsy mailo hatrany anefa isika satria mbola amin’ny aprily 2018 vao hifarana ny vanim-potoana fipariahany. Vao 5 herinandro taorian’ny nisian’ny valanaretina dia nihena be ny trangan’ny olona mararin’ny pesta. Maneho izany fa nahomby ny fepetra noraisin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka niadiana tamin’io aretina io, hoy ny mpitondra. Amin’izao fotoana izao dia mbola misy tsikelikely ihany ny fisian’ny tranga ahiahiana any amin’ireo toerana nisehoany eto Madagasikara. Mitohy ny fanaraha-maso sy fitsaboana ireo marary ahiahiana ho voa na dia ny 3 novambra aza ny tranga farany voamarina. Ny governemanta Malagasy no nitarika sy nandrindra ny ady natao, niaraka tamin’ny fanohanan’ny Institut Pasteur Madagascar, ny Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ary ireo mpiara-miombon’antoka hafa. Niray hina ny Malagasy nanoloana izao olana tranga mampalahelo momba ny fahasalamana izao, anisany ireo tompon’andraikitry ny fahasalamana, ireo fianakaviana sy mpitarika samihafa eny amin’ny fiarahamonina, ny fiarahamonim- pirenena, ireo orinasa maro teto an-toerana ary ireo malalatanana avy any ivelany, izay samy nanampy avokoa. Vokatry ny ezaka natao hisorohana ny fiparitahan’ny valanaretina amin’ireo firenena hafa, dia tsy nahitana tranga mifandray amin’ny pesta niseho ivelan’i Madagasikara. Amin’izao fotoana dia miara-miasa ny governemanta, ny OMS ary ireo mpiara-miombon’antoka mba hitazonana ireo ezaka vita ho fisorohana ny mety hampirongatra indray ny aretina ary mamolavola paikady maharitra hisorohana sy hifehezana ny pesta eto Madagasikara. Volabe no azo tamin’ny sehatra iraisam-pirenena tamin’ny fisian’ny pesta, saingy tsy nisy mangarahara, izany hoe tena ampiasaina sy nampiasaina tamin’ny tokony ho izy ve sa efa tratry ny kopaka isasahana ?

Toky R

 

L'express de Madagascar168 partages

Société off shore – Douze personnes citées dans le « Paradise papers »

Le scandale Paradise Papers concerne aussi Madagascar. Les noms d’hommes d’affaires malgaches et étrangers sont divulgués par l’ICIJ.

Pointés du doigt. Douze nouveaux noms de personnes résidant à Madagascar s’ajoutent à la liste d’hommes et de femmes d’affaires impliqués dans les scandales financiers. Après l’Offshore leaks en 2003, le Panama papers d’avril 2016, douze noms dont cinq Malgaches sont cités dans le site de l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ). Révélée à partir du 5 novembre, la liste met en exergue des personnages publics mondialement connus.En ce qui concerne Mada­gascar, une société hébergée aux Bermudes détentrice de droits d’exploitation pétrolière est citée cinq fois dans la liste. Elle implique ainsi cinq personnes résidant à Madagascar. La liste cite une femme malgache résidant à Betongolo. Elle est à la fois actionnaire et directeur exécutif de la société entre 2006 et 2007. Dans un deuxième dossier, elle est domiciliée à Ambohi­trarahaba et  exerce la fonction de fondé de pouvoir et de directeur de 2004 à 2009. Quatre autres individus apparaissent dans cette liste en qualité de président et d’actionnaires.Dans le site de l’ICIJ, le président d’une société minière de renom à Mada­gascar est également cité. Par ses fonctions, il endosse les responsabilités d’autant que le siège de cette société se trouve également aux Bermudes. De par son nom, il est le deuxième malgache cité dans les Paradises Papers. L’affaire concerne également six autres individus qui gèrent des sociétés à l’Île Maurice et aux Seychelles. Leur nationalité n’a pas été dévoilée mais ils  résident à Madagascar en tant que directeur, actionnaire et bénéficiaires finaux.

Loi obsolèteLe journal allemand Süddeutsche Zeitung a reçu d’une source anonyme un dossier contenant treize millions quatre cent mille fichiers venant d’un cabinet d’avocat spécialisé en optimisation fiscale Appleby. Il les a donnés à l’ICIJ qui a collaboré avec quatre vingt quatorze médias et plus de trois cent journalistes. Après un an de dur labeur, les « leaks » ont été publiés au début de ce mois.Selon le numéro un de la lutte contre le blanchiment de capitaux, en tant que membre du Groupe d’action financière (GAFI) et le réseau de recouvrement des avoirs en Afrique australe (ARINSA), le Samifin peut agir à partir des transmissions spontanées venant des autres services de renseignement financier. Toutefois, à cause de l’obsolescence de la loi anti-blanchiment d’argent, oubliée dans les tiroirs depuis une année, les marges de manœuvre du service de renseignement financier malgache est limité. « Nous ne pouvons agir qu’à partir des déclarations d’opérations suspectes (DOS) », déplore Boto Tsara Dia Lamina directeur général du Service des renseignements financiers à Mada­gascar (SAMIFIN)..Evasion fiscale ou optimisation fiscale, il est encore difficile de qualifier les agissements de ces individus.« Il se peut que les sociétés profitent des brèches dans la législation d’un pays pour placer leurs affaires dans les paradis fiscaux. Ainsi on ne peut pas parler d’évasion fiscale mais d’optimisation fiscale », explique Boto Tsara Dia Lamina. Quoi qu’il en soit, les instruments juridiques contre la corruption et le blanchiment d’argent confirment leur insuffisance à Madagascar. Il est attendu incessamment l’adoption de la loi sur le recouvrement des avoirs et celle de la coopération internationale.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar158 partages

Agriculture – Le Japon au chevet des paysans de l’Alaotra

Les paysans de l’Alaotra reconnaissent l’importance de l’eau dans leurs activités. Avec l’appui du Japon, des associations des usagers de l’eau ont été créées.

Les paysans d’Alaotra tirent des leçons de la saison précédente. La sécheresse a frappé de plein fouet la campagne rizicole, avec une perte allant jusqu’à 50%. Maintenant, la gestion de l’eau s’organise grâce à l’appui technique du Japon. Kosuke Uzawa, un volontaire de Japan Overseas Cooperation Volunteers (JOCV), met tout son savoir-faire pour fédérer l’ensemble des usagers des canaux d’irrigation de Manana-Amontana autour d’une association. Chose qui était faite.« Les canaux d’irrigation étaient là, mal entretenus faute d’une fédération des associations des usagers d’eau très active. Depuis l’arrivée de ce technicien japonais, nos paysans reconnaissent l’utilité de cette organisation. Des actions ont été menées, allant jusqu’à la dynamisation de la création d’une fédération. Les travaux d’entretien commencent petit à petit », a déclaré Samuel Rakotondrabe, directeur régional de l’agriculture et de l’élevage (DRAE) de la région Alaotra Mangoro.Au niveau de la commune d’Ambandrika, près d’un millier d’hectares de rizière dépendent des canaux d’irrigation de Manana-Amontana. Deux associations d’usagers d’eau ont été ainsi créées dans les deux rives.Dans les rives droites, cinq cent hectares sont irrigués. Les quelques cinq cent foyers attendent ainsi des résultats concrets des travaux. Tout comme les autres paysans de la rive gauche, où trois cent hectares de rizières sont alimentés par ces canaux d’irrigation.

Meilleurs résultats « Conscients de l’importance de l’eau dans leurs activités, les paysans cotisent dans l’entretien des canaux d’irrigation. Actuellement, ils constatent un manque de débit pour toutes les surfaces de rizières. Un projet de déviation de la rivière d’Ankotrana est dans l’air. Ce qui permet d’obtenir de meilleurs résultats dans les prochaines campagnes », a expliqué Kosuke Uzawa.Ces propos ont été confirmés par Nirina, le président des associations des usagers de la rive gauche. « Pour les travaux d’entretien, ces paysans déboursent 16500 ariary par hectare. Le taux de recouvrement atteint jusqu’à 80% à la fin de campagne », expli­que-t-il.La région Alaotra est la principale région productrice de riz à Madagascar. Elle dispose de 150 000 hectares de rizières cultivables. La production rizicole pouvait atteindre près de plus de 500 000 tonnes chaque année. Mais pour la dernière campagne, elle n’était que 265 000 tonnes, selon les chiffres fournis par la DRAE.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara154 partages

Attaque contre des opérateurs chinois à Mananjary : Les auteurs sont des gardes du corps de hautes person...

Des sources dignent de foi, les deux caporaux de l’Armée impliqués dans l’attaque des chinois exploitants d’or commise la nuit du jeudi 23 novembre dans la commune d’Ambodibakoly, dans le district de Mananjary sont des gardes du corps de hautes personnalités. Selon les informations, l’un d’entre eux serait un soldat affecté à la protection d’un président de commssion au niveau de l’’Assemblée nationale. Le deuxième, toujours selon nos sources, est le garde du corps de la femme d’une personnalité occupant d’un poste important dans l’Exécutif. Revelée cette information un peu compromettante dans la mesure où les patrons de ces gens-là ne seraient pas responsables de ceux que ces derniers ont fait, s’avère être nécessaire. On admet que ces personnalités ne seraient pas impliquées dans  cette affiare, sil’on entend les explications du parlémentaire, employeur de l’un des suspects. Reconnaissant que l’un des malfrats est bel et bien son garde du corp, il affirme que c’était le colonel, chef du service de la Sécurité de l’Assemblée nationale qui l’a informé sur cette affaire. « Ce jour-là, j’étais à Antananarivo», précise-t-il pour dire qu’il n’était pas en mesure de connaître l’ emploi du temp de son garde du corps. Ce dernier qu’il considerait comme étant son homme de confiance. Ce militaire aurait abusé de cette gratitude qu’il lui a accordée pour passer outre?  Affaire à suivre.

T.M.

Midi Madagasikara151 partages

Maevatanàna : Voaheloka higadra mandaram-pahafaty ilay Lietnà nitifitra olona

Nivoaka tamin’niy Alakamisy teo ny didim-pitsarana momba ny raharaha fitifirana ny Rtoa Rondro tao Andriba ny 14 jolay 2015 lasa teo. Voaheloka higadra mandram-pahafaty an-tranomaizina sazy mihatra, miampy fandoavana onitra 20 tapitrasa ariary ilay Zandary tamin’izany. Nahafahana noho ny fisalasalana kosa ireo voampanga roa hafa niaraka tamin’izy ireo. Rehefa nandinika ny fitsarana, dia novana ho firaisana tsikombakomba tamin’ity fanfihana ity no namelohana an’ilay Lietinà. Tsy afa-po tamin’ny didy nivoaka i Rtoa Rondro, ka nilaza avy hatrany ny hano fampiakarana izany  amin’ny fitsarana any Antanànarivo. « Hita ho izy fa natao hikendrena olon-tokana izao raharaham-pitsarana izao, ka samy tokony ahazo fanameloana avy izy ireo, fa tsy asiana fanavahana, hoy hatrany Rtoa Rondro. Izay ny didy ka mampiakatra izany any amin’ny fitsarana any Antanànarivo no sisa no hataonay laharam-pahamehana» hoy hatrany Rtoa Rondro. Raha tsiahivina ilay raharaha , dia tamin’ny 14 jolay 2015, tokony ho tamin’ny 60 ora maraina, no nisy nitifitra teo akaikin’ny fiangonana Katolika Rtoa Rondro, ary nandalovan’ny bala ny tarehany, ny masony moa poaka tsy nisy noraisina ny lanilaniny potipotika vokatrin’ny tifitra natao taminy, ka teo no nahatonga azy nitory an’ireto olona voalaza etsy ambony ireto , tao amin’ny  ( Brigade de Rechercher tany Mahajanga.) Maro ireo olona tamin’ny fihainoana ny didim-pitsarana ny Alakamisy teo. Feno hipika ny efitranon’ny fitsarana ambaratonga voalohany eto Maevatnàna nanatanteraka ny fotoam-pitsarana. Marihina moa fa tsy teto an-toerana ilay Zandary voampanga fa lasa niasa any Diego, ireo namany voarohirohy kosa niatrika nampafantarana ny didy navoaka momba azy. Andrasa indray izany ny mety ho tohin’ity raharaha ity.

Ratantely

Midi Madagasikara122 partages

Gouvernement américain : Don de 800.000 dollars de fournitures médicales

Don de fournitures médicales par le gouvernement américain au centre hospitalier de Soavinandriana et à la direction centrale de service de santé militaire. (Photo Nary Ravonjy)

L’ambassade américaine a procédé à la remise de matériels et de consommables médicaux au profit du centre hospitalier de Soavinandriana et de la direction centrale du service de santé militaire, hier, au ministère de la Défense Nationale, à Ampahibe. Lors de son intervention, l’ambassadeur américain Robert T. Yamate a fait savoir le résultat de deux programmes de « DHAPP » qui ont été rendus possibles avec la coopération et l’assistance du ministère de la Défense de Madagascar. Le premier projet est une dotation de presque 800.000 dollars de fournitures médicales par une ONG américaine appelée « projet C.U.R.E », fournitures qui seront distribuées au centre hospitalier de Soavinandriana et à la direction centrale de service de santé militaire. Cet équipement aidera non seulement pour le dépistage et le soin de VIH/Sida, mais soutiendra également beaucoup de services médicaux de base dans ces deux hôpitaux.

Implication. En marge de cette cérémonie, le ministre de la Défense Nationale Rasolofonirina Beni Xavier a reconnu l’implication des deux militaires dans l’attaque des chinois qui exploitent de l’or dans la rivière de Kianjavato dans le district de Mananjary. Selon le ministre, « ils seront traduits devant la justice. Ils sont responsables de leurs actes et qu’il n’y aurait nullement d’intervention ».

Dominique R.

News Mada104 partages

Pancrace : Parfait R. change son fusil d’épaule

Son nom n’est plus à présenter dans le milieu des arts martiaux mixtes ou arts combinés car c’est l’un des pionniers de ce sport, qui est en train de prendre son envol. En effet, Parfait Rakotonindriana – puisque c’est de lui qu’on parle – qui est également président de la Commission malgache de kempo et arts martiaux mixtes (CMKAMM), a démissionné de son poste de président de la commission pancrace.

« Je crois que ma mission est accomplie et la commission de pancrace peut dorénavant voler de ses propres ailes. J’ai déjà fait les premiers pas et je préfère me consacrer entièrement au développement du kempo et du MMA ». La déclaration émane de Parfait Rakotonindriana qui préfère se tourner entièrement vers le kempo et MMA.

En effet, l’homme fort de la discipline a décidé de changer son fusil d’épaule et a choisi de se consacrer corps et âme pour le développement de la CMKAMM, depuis fin août. Ainsi, les nouveaux membres de bureau ont été présentés officiellement hier. Dorénavant, le président la commission malgache de pancrace submission sera présidé par Luc Andriambahoaka. Et ce, suite à une réunion ayant eu lieu samedi dernier à Mahamasina.

« Les clubs présents à la réunion se sont mis d’accord sur l’importance de l’affiliation et les avantages qui en découlent. Et cette étape passe par l’obtention des licences pour les coachs et les combattants. Une charte de compétition a également été signée pour mieux encadrer les participants pendant la saison 2017-2018. Le rendez-vous le plus proche étant l’Open de Madagascar, prévu le 17 décembre prochain. Ceci sera précédé par la journée Pancrace le 9 décembre au dojo Sonrang à Andavamamba », ont déclaré les têtes pensantes au sein de la commission malgache de pancrace.

La création d’un comité pancrace sur tout le territoire malgache est également de mise. L’on sait que Toamasina, Antsirabe et Haute Matsiatra ont déjà leur comité et on attend la réaction des responsables à Analamanga, Toliara et Mahajanga. Ces comités seront des branches sous les ailes de la commission.

Rojo N.     

 

Les membres de bureau :

Président : Luc Andriambahoaka

Secrétaire général : Lalaniaina Randriamanantena

Trésorier : Rocky Andriamalalason

Responsable technique : Franck Rabanoson

Entraîneurs nationaux : Fidèle Ravoninjanahary, Gaston Rakotomalala

Conseillers : Christophe Ratsimbaharison, Arson Rasoanaivo

Resposable de l’arbitrage : Claudia Andriamaminiaina, Sahoby Rafanomezantsoa

Midi Madagasikara100 partages

Volontaires japonais à Ambatondrazaka : Des impacts concrets à échelle humaine

Kosuke UZAWA, un « diplomate de terrain » en mission à Ambandrika.

Pour soutenir le développement communautaire de leur zone d’intervention, les volontaires japonais misent sur des impacts terre-à-terre à échelle réduite, mais duplicables à grande échelle. C’est le cas du jeune Uzawa Kosuke que nous avons rencontré hier.

Déployé à Ambatondrazaka par l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA) en juillet 2016, Uzawa Kozuke vit littéralement avec la population locale et parle couramment le français et le malgache. Concrètement, il se concentre sur le renforcement de la sécurité alimentaire de la région –qui n’est pas gagnée malgré son statut de grenier à riz national- ainsi que l’amélioration de la vie des ménages notamment par la formation des ménages à une meilleure gestion de leur budget. Il travaille ainsi en étroite collaboration avec les communautés de base avec qui il vit et la Direction régionale de l’Agriculture et de l’Elevage.

Budget familial. En effet, Kosuke a remarqué qu’il y avait peu de communication et de concertation entre les pères et les mères de famille dans la gestion du budget familial et cela impacte négativement sur le bien-être du foyer et par extension de la communauté. Lui d’ajouter : « La gestion logistique et budgétaire du foyer est trop souvent déléguée par défaut à la femme, alors que pour être réussie, elle nécessite une concertation mutuelle. Je convaincs donc les ménages de l’importance de cette collaboration entre mari et femme. Concrètement, ils apprennent également à éliminer les dépenses superflues pour économiser, voire investir vers d’autres sources de revenus supplémentaires ». Nirina, une mère de famille partage son expérience de ce mode de gestion de budget familial : « Depuis que nous avons appliqué ceci chez nous, notre portefeuille se porte mieux et notre bien-être est accentué. Kosuke nous a montré que des petits détails pouvaient faire la différence. »

Gestion de l’eau. Par ailleurs, la sécurité alimentaire de la région est également menacée par des lacunes notoires en matière de gestion de l’eau. Des lacunes auxquelles, avec la collaboration des techniciens de la DRAE et des communautés de base, Kosuke a pu trouver des solutions progressives. Il a notamment dynamisé la participation et l’investissement citoyen dans la gestion de l’eau, par la redynamisation de la fédération des associations des usagers de l’eau dans la région. Ce qui a permis de requinquer la production rizicole mise à mal par la sécheresse en début d’année. Le DRAE Rakotondrabe Samuel, d’expliquer : « Kosuke est très fort en communication interpersonnelle, il a réussi de réveiller la fédération de son sommeil. Les usagers de l’eau ayant adhéré à sa « cause », notre rendement rizicole s’améliore progressivement, il est actuellement de 3,5t à l’hectare, s’il était de 3t auparavant. »

Luz R.R

Tia Tanindranaza86 partages

Silamo mpitsoa-ponenanaMisy koa any Mahajanga

Miha mitombo isa ireo olona be volombava sy misarebareba fitafy hita mifamezivezy amina toerana maro eto Madagasikara.

 

 Taorian’ireo teratany Pakistanais 12 lahy tsy ara-dalàna nalefa nody, dia efa saika mielipatrana amina faritra maromaro eto Madagasikara izy ireo miaraka amin’ny entany. Enina no hita teny Antaninarenina ny alahady teo ; manodidina ny 20 ny tany Mahavelona Foulpointe ; nahitana maromaro tany Sainte Marie. Efa nisy maromaro ihany koa hita tany Mahajanga omaly, ary azo sary teny amin’ny seranan-tsambo. Tsy fantatra hatreto ny fiaviany ary tsy mazava ny fomba nidirany teto na ara-dalàna na tsia. Ny fananganana moske any amin’iny ilany atsinanan’ny Nosy ihany koa mihazakazaka sy mihamaro andro aman’alina, izay tsy fantatra na misy hifandraisany amin’ireto be volombava mameno tanàna ireto. Mangina sy tsy handrenesam-peo ny fanjakana manoloana izao toe-javatra izao. Sahy nanakiana mafy sy nanenjika ny famoaham-baovao momba ny fivoahan’ny resaka fampidirana mpitsoa-ponenana ny fanjakana. Inona izany izao mitranga izao ? Inona no tsy hitondran’ny minisitry ny raharaham-bahiny Henry Rabary-Njaka fanazavana momba ireny vahiny tsy fanta-pototra, tsy hay na efa silamo mahery fihetsika na inona ireny ? Tsy azo heverina mihitsy ho mpizahatany izy ireo. Tsy toy ny vahiny avy any Eoropa tonga hanao fiainana satria na ny manambady vehivavy Malagasy aza, toa fady ho an’ny ankapoben’ny silamo, izay saro-piaro amin’ny fomba amam-panaony. Miha henika azy ireo i Madagasikara. Mahagaga sy mahatalanjona ilay fahanginan’ny fitondram-panjakana ka mahatonga ny olona hieritreritra zavatra hafa. Manaiky matoa tsy miteny !

Toky R

 

Midi Madagasikara77 partages

Lions Force Mahamasina : La salle qui ne désemplit pas

Parmi toutes les salles de sport de Tana, on peut dire que celle de Lion Force de Mahamasina est celle qui ne désemplit jamais.

Selon Thommy Gilberto, premier responsable du Centre sis sous les gradins de Mahamasina côté gauche, le club Lion force est un centre qui souhaite éduquer via le sport. « Je suis entraîneur national de kickboxing. Notre club a déjà sorti des champions du monde. Donc il est tout à fait logique et normal que nous souhaitons éduquer les jeunes via le sport. Pas seulement via le kickboxing mais via surtout la pratique régulière du sport ». Ainsi, ils ont près de 1200 membres et 500 réguliers qui vont et viennent. Et il y a de quoi venir car le club ne se base pas seulement sur le kickboxing. « Nous offrons plusieurs activités sportives : full contact,, kickboxing, cardio dancing, fitness, musculation, danse de couple… »

Thommy Gilberto est clair « la compétition n’est pas tout. L’éducation est essentielle ». Il reste convaincu qu’on peut lutter contre la drogue aussi via cette pratique régulière. N’empêche, président du kickboxing par intérim, nageant dedans en permanence, il souhaite améliorer le niveau de cette discipline qui lui tient à cœur.

Notons que le club existe depuis 2009 mais la salle de musculation et toute la rénovation datent de 29 aout 2016. La salle est ouverte de 06 du matin à 7h30 du soir. Les coaches Gilberto, Mamy et Nini sont toujours là pour vous accueillir et diriger les séances. Et la salle fait partie des plus dynamique et des moins chers de la Capitale. Pour les séances de fitness par exemple, ce sera tous les jours de 12:30-13:30 et de 15:30-16:30 et les lundi, mercredi et vendredi de 6:30 à 7:30.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara76 partages

RN2 : Grève générale des transporteurs mercredi prochain

Illimitée. C’est l’expression qui définit la grève générale annoncée par les membres de l’ASTRAM ou Association des Transporteurs de Madagascar hier lors d’une conférence de presse organisée à Ambodivona. Une décision prise suite à la libération provisoire des deux personnes ayant été reconnues coupables d’avoir été les instigateurs d’attaques par jet de pierres sur plus de 90 véhicules de transport desservant la route nationale numéro 2. Une façon également pour les concernés d’interpeller les responsables étatiques sur “ la garantie de la sécurité des transporteurs “ d’un côté. Mais également, un moyen pour eux de sonner la sonnette d’alarme sur une décision qu’ils jugent “ injuste “. “ Nous réclamons que les responsables des attaques sur des transporteurs le mois de novembre dernier soient jugés comme il se doit ” a lancé Fredinard Rakotondrafara, président de l’ASTRAM. Avant d’ajouter que “ tant que des mesures adéquates ne sont pas prises à l’encontre des responsables, la grève ne va pas s’arrêter ”. Par ailleurs, et pour appyuer leur volonté, les transporteurs envisagent d’étendre les cessations d’activité au niveau des autres routes nationales.

José Belalahy

News Mada58 partages

Fikambanana Majia : « Aoka tsy hiseho ny korontana »

 “Manolo-kevitra izahay mba tsy hiseho eto amin’ny firenena ny korontana raha toa ka misy ny raharaha manahirana eo amin’ny firenena satria ny tanjonay ny haha iray ihany ny Malagasy”, hoy ny eo anivon’ny fikambanana Madagasikara antsika jiaby  (Majia), tetsy Andrefan’Ambohijanahary, omaly. Anisan’ny antso avo ataon’izy ireo ny fanomezana sosokevitra ny mpitondra mba hampitovy sy tsy hitanila amin’ireo faritra  rehetra manerana ny Nosy. “Tokony ho an’ny rehetra ny harena eto fa tsy misy ireo tokony hahazo tombony manokana ”,  hoy ihany izy ireo. Hiroso hanampy amin’ny famahana olana amin’ny mety fifanolanana ny  Majia. Eo koa ny handrafetan’izy ireo ny fandaharanasa amin’ny alalan’ny feon ’ireo madinika sy ny any ambanivohitra mba hamoahana fehinkevitra homena ny fitondrana. Manampy izany ny ny fampitambarana ny Malagasy mba hisian’ny fandrosoana. Ny fandraisana anjara eo amin’ny sehatra maro toy ny fambolena, fandriampahalemana, fahasalamana…

Efa ahitana  ny Majia amin’ny faritra 22. Tsy  manao politika izy ireo saingy, afaka miara-miasa amin’ireo fikambanana na koa ny fiarahamonim-pirenena…

Synèse R.

 

Midi Madagasikara57 partages

Peste Pulmonaire Urbain : Dernier cas confirmé le 03 Novembre

Les efforts déployés par les acteurs étatiques ou non dans la lutte pour contenir l’épidémie de la peste qui a récemment sévi semble porter leurs fruits. En effet, les statistiques récentes démontrent que “ le dernier cas confirmé de peste pulmonaire s’est produit le 03 Novembre 2017. Une situation obtenue par l’application de mesures de santé publiques efficaces durant l’épidémie “ selon les dires du Premier ministre Olivier Mahafaly lors d’une déclaration officielle sur la “ fin d’épidémie de la peste pulmonaire urbaine “ hier à Ambohitsirohitra. La situation serait actuellement le fruit d’une coordination efficace et efficiente des actions de riposte menées par tous les acteurs étatiques ou non. Lesdites actions ayant été coordonnées et pilotées par le gouvernement avec le soutien de partenaires tels que l’Institut Pasteur de Madagascar ou encore l’Organisation Mondiale de la Santé ainsi que les organisations de la société civile oeuvrant dans le domaine de la santé publique. Il convient toutefois de noter que “ la saison pesteuse continuer de courir jusqu’au mois d’avril 2018 prochain “. Et que “ des cas sporadiques ou suspects de peste continuent d’apparaitre dans les foyers naturellement pesteux de Madagscar ”.

José Belalahy

Midi Madagasikara50 partages

Tsiroanomandidy : Lehilahy mamo, maty voatifitra tsy nahy

Lehilahy iray tokony ho 43 taona no maty voatifitra ny sabotsy lasa teo tao Kiranomena, distrika Tsiroanomandidy. Araka ny tatitra azo dia miaramilan’ny Das tany an-toerana no tompon’ny basy ary voatifitra tsy nahy ingahirainy io, izay marihana fa mamo tamin’izay fotoana izay. Raha ny zava-nitranga, araka ny fampitam-baovaon’ny zandary hatrany dia, nisy fivoriam-pokolona tao amin’ny fokontany iray antsoina ho Mangavilany tamin’io sabotsy hariva io. Nizotra nilamina izany fivoriana izany, mandrapaha tongana lehilahy iray izay efa avy nisotro sy mamomamo avy any. Tsy nisy resaka fa avy hatrany dia ny haka ny basy kalach teny am-bozonan’ity miaramila ity ny tao an-tsaina. Vitany mihitsy no nitolona avy hatrany ity mpitandro filaminana. Nentiny dona mafy dia niara-nianjera izy roalahy ka voapotsitra tsy nahy ny fanapoahana ilay basy. Nirefotra indray mandeha ilay fitaovam-piadiana. Soa ihany anefa tamin’izay fa tsy nisy ny voan’ny bala. Voatery nandray andraikitra avy hatrany ireo  tompon’andraikitra teo nandrava ny fivoriana. Mbola tsy afa-po tamin’ny efa nataony anefa ity rangahy mamo ity fa mbola niverenany notolomina indray ilay miaramila. Ary niverina nipoaka fanindroany ihany koa ilay basy, izay nahavoa ity rangahy ity no niafaràny. Voan’ny bala teo amin’ny ila-kibony izy ary maty tsy tra-drano. Fitia te hamono tena mihitsy sa inona no tena tao an-tsain’ity rangahy ity ? Tsy fantatra hatreto aloha fa taorian’io tranga io dia efa nisy ny fidinan’ny zandary sy ireo lehiben’ity miaramila ity ary ny dokotera nizaha ifotony sy nanantateraka ny fanadihadiana  tany an-toerana.

m.L

Tia Tanindranaza47 partages

Vaky fasana teny MahitsyRazana 135 nangalana taolan-dava

Zava-doza no nitranga tany Soavinimerina ao anatin’ny kaominin’i Mahitsy ny alahady lasa teo. Nivoha nidanadana ny varavaran’ny fasana iray. Rehefa nojerena dia nisy namaky io fasana io ary nikorontana ambony ambany ireo razana tao anatiny.

RTT

Midi Madagasikara45 partages

Union Africaine : Respect des délais prévus pour les présidentielles et législatives

Ramtane Lamamra est le Haut Représentant de l’Union Africaine qui agit elle-même au nom de la communauté internationale en vertu du principe de subsidiarité.

A l’issue de la mission à Madagascar de son Haut Représentant Ramtane Lamamra, l’Union Africaine, agissant au nom de la communauté internationale en vertu du principe de subsidiarité,  a publié un communiqué à travers lequel Addis-Abeba met les points sur les « i » et les barres sur les « t » en ce qui concerne les échéances électorales.

« Il importe de souligner que l’investiture d’un nouveau Président de la République élu est quant à elle prévue le 25 janvier 2019 ». Une mise au point faite par l’Union Africaine par rapport à la Constitution de la Quatrième République qui dispose en son article 48 alinéa 3 que « le mandat présidentiel commence à partir du jour de la prestation de serment ». En effet, l’actuel président en exercice avait prêté serment le 25 janvier 2014 au stade de Mahamasina où il avait juré urbi et orbi de veiller comme à la prunelle de ses yeux au respect de la Constitution. Celle-là même qui ajoute d’ailleurs que « toute violation des dispositions du présent article, constatée par la Haute Cour Constitutionnelle, constitue un motif d’empêchement définitif du Président de la République ».

Déficit de confiance. Hery Rajaonarimampianina est tenu de respecter toutes les dispositions de l’article 48 sous peine de parjure et d’empêchement définitif. Il doit alors veiller à ce que les prochaines élections présidentielles se tiennent dans le délai prévu par l’article 47 alinéa 1er de la Constitution : « 30 jours au moins et 60 jours au plus avant l’expiration du mandat du Président en exercice ». Soit entre le 25 novembre et le 25 décembre 2018.  Ce délai constitutionnel ne saurait, en vertu de la hiérarchie des normes et pour quelque cause que ce soit, être modifiée par le code électoral et les lois organiques relatives aux législatives et aux présidentielles dont l’élaboration par le gouvernement ne respecte pas toujours le double principe de transparence et d’inclusivité recommandé par la communauté internationale. Ce qui a amené l’Union Africaine à « constater un déficit de confiance et de dialogue entre toutes les parties prenantes sur les préparatifs des prochaines élections législatives et présidentielles ».

Scrutins jumelés. En employant la conjonction « et », le communiqué de l’Union Africaine signifie que les deux scrutins devraient être liés, c’est-à-dire jumelés tel que c’était le cas en 2013 où les législatives s’étaient tenues simultanément avec le second tour de l’élection présidentielle. Un jumelage qui a le mérite de faire l’économie d’un scrutin au pays qui compte (au propre comme au figuré) du reste sur l’appui  de la communauté internationale. Tout particulièrement sur l’Union Européenne qui ne pourra et/ou ne voudra pas financer deux scrutins différents car on prête, à tort ou à raison, au président de la République, l’intention de dissoudre l’Assemblée nationale afin de provoquer des législatives anticipées dans les 60 à 90 jours qui s’ensuivent. Certes, il a une habilitation constitutionnelle pour prononcer la dissolution, mais ce ne serait pas politiquement correct de sa part, de le faire à un an de l’expiration de son quinquennat et de la fin du mandat des députés.

Dissolution et hypothèque. Pour bon nombre d’analystes, l’objectif inavoué d’une éventuelle dissolution de la Chambre basse serait, dans un premier temps, de dégager une majorité HVM quitte à user et abuser des prérogatives de puissance publique. Et dans un second temps, d’amener les députés nouvellement élus à faire campagne pour le président candidat, en les dotant notamment de 4 x 4 dont le budget y afférent est prévu dans la Loi de Finances 2018. A l’instar du projet de révision de la Constitution, la dissolution de l’Assemblée nationale ne serait pas non plus politiquement correcte dans la mesure où elle hypothèque les pouvoirs du prochain président élu. L’article 60 in fine de la loi fondamentale édicte effectivement qu’ « il ne peut être procédé à une nouvelle dissolution dans les deux années qui suivent ces élections ».

Elections crédibles. En dépit du langage diplomatique de son ambassadeur à Madagascar, l’Union Européenne ne peut pas faire abstraction des résolutions du Parlement européen qui « espère que les élections prochaines auront lieu dans un climat paisible et serein afin qu’elles puissent se dérouler de façon démocratique et transparente ; souligne que l’ordre constitutionnel et la stabilité politique doivent être préservés et que seuls le dialogue et le consensus entre tous les acteurs politiques sont susceptibles de garantir la tenue d’élections crédibles dans les délais prévus en 2018 ; invite la communauté internationale à adopter toutes les mesures utiles pour que les élections présidentielles de 2018 soient libres et régulières ».

Compétences. Contrairement aux déclarations du Premier ministre au sortir du Dialogue politique à Mahazoarivo, le Parlement européen est doté de compétences législatives, budgétaires et de surveillance. Entre autres, il établit le budget de l’Union conjointement avec le Conseil; « octroie la décharge », c’est-à-dire qu’il approuve la façon dont le budget a été dépensé. Le Parlement européen remplit aussi des missions d’observation électorale. En tout cas, on imagine mal le PM tenir le même discours lors du Sommet Union Africaine – Union Européenne qui se déroulera les 29 et 30 novembre prochains à Abidjan où parmi les priorités du partenariat UA – UE, figurent la gouvernance et la démocratie, gage d’élections crédibles. Il n’est pas effectivement exclu que Mahafaly Olivier représente Madagascar à cette rencontre entre les chefs d’Etat et/ou de gouvernement africains et leurs homologues européens. Pour ne citer que le président français Emmanuel Macron qui est attendu pour l’occasion dans la capitale ivoirienne. Ce qui pourrait inciter le président Hery Rajaonarimampianina à s’y rendre lui-même avant de poursuivre son périple à travers le monde au Japon où il effectuera une visite officielle du 3 au 7 décembre 2017. Et ce, après deux courtes escales à Mahajanga et Tana.

R. O

L'express de Madagascar42 partages

Prix de l’excellence – Des « ouvriers de la santé » récompensés

Excellence. Tel est le prix reçu par ces centres de santé et agents communautaires. Six centres de santé de base et quatre vingt huit agents communautaires et des centres pour l’Accélération de la Réduction de la Mortalité Maternelle et Infantile en Afrique (Carmma) ont été récompensés à ce titre par la première Dame, Voahangy Rajaonarimampianina, hier, au Palais d’Ambohitsirohitra. « Le Prix d’Excellence a pour objectif d’encourager les Centres de Santé de Base à avoir une culture de l’excellence en vue de l’amélioration de la santé de la mère et de l’enfant à Mada­gascar », a-t-on rapporté dans un communiqué.Les critères de l’excellence et de qualité après un suivi de leurs performances ont été exigés pour mériter ce prix. Du matériel informatique, du matériel médical et des outils de travail comme des téléphones portables et des gilets de travail font partie du prix de l’Excellence.

EnjeuxLe ratio de mortalité infantile et maternelle reste stationnaire actuellement. Chaque jour, dix femmes meurent suite à des complications de la grossesse ou de l’accouchement, parmi lesquelles  des adolescentes de moins de 18 ans. Plus de 43% des décès maternels surviennent chez les moins de 24 ans et plus du tiers parmi les adolescentes de 15 à 19 ans. Cette cérémonie de remise de prix vise également à sensibiliser les centres de santé de base et les agents communautaires sur les enjeux pour l’accès universel à la santé. Deux mille six cent centres de santé de base avec l’appui des partenaires techniques et financiers œuvrent ensemble dans le cadre de la promotion à l’accès de santé de qualité  pour la mère et l’enfant et contribuent à l’autonomisation de la femme.

Mamisoa Antonia

Midi Madagasikara38 partages

Crimes à Antsakabary : Le Cram exige la condamnation du donneur d’ordre !

Plus de neuf mois après les horreurs d’Antsakabary, le commanditaire reste impuni alors que les barbaries ont occasionné « trois décès, 504 maisons incendiées et 1 465 victimes collatérales », selon les témoignages. Par rapport à ce fait, le Cram ou Cercle de Réflexion pour l’Avenir de Madagascar interpelle, pour l’énième fois, les autorités étatiques à ce que cessent l’inertie et l’impunité dans cette affaire. Joint au téléphone, Joel Harison Marie René, le président de ce cercle, a mis les choses au clair. « Qui a fait de la désinformation ici ? N’est-ce pas le ministre de la Sécurité Intérieure (ndlr : de l’époque) qui a argué que la personne responsable des crimes commis à Antsakabary souffrait de démence ? », rappelle-t-il. Une sorte de réplique par rapport aux propos du chef de l’Etat qui lutte tant bien que mal contre la désinformation véhiculée en particulier sur les réseaux sociaux et sur les médias en général. Dans cette optique, jeudi dernier le Premier ministre Mahafaly Solonandrasana Olivier, a – devant les députés – indiqué qu’il n’y a aucune preuve irréfragable susceptible de « coincer » les 42 policiers taxés d’avoir incendié les maisons. Mais le lendemain, la vidéo qui décrit les faits a, justement, été remise au directeur du cabinet du ministre de la Sécurité Intérieure. Reste à savoir à quel genre de sésame le Premier  ministre aura-t-il recours après cette preuve. Dans un communiqué en date du 27 novembre, le Cram a soutenu que « cette affaire aurait pu être résolue au niveau du fokontany concerné et qu’on aurait très bien pu éviter ce drame si et seulement si les autorités étatiques ont pris diligemment les mesures adéquates et n’ont pas inventé ces fausses informations ». Quoi qu’il en soit, l’affaire Antsakabary demeure à suivre jusqu’à ce que lumière y soit faite.

Aina Bovel

Midi Madagasikara34 partages

40è Comité central à Antsirabe : Le FFKM dénonce l’utilisation des deniers publics pour des activité...

Les Chefs d’Eglises ont lancé des critiques acerbes contre les tenants du pouvoir.

Le 40è Comité central du Conseil Chrétien des Eglises à Madagascar (FFKM) s’est déroulée du 23 au 26 novembre dernier à Antsirabe. Mis à part les sujets relatifs à l’évangélisation et à la vie de l’Eglise, la situation économique et sociopolitique du pays y a également été évoquée. En effet, les Chefs d’Eglises n’ont pas mâché leurs mots et ont avancé des critiques plutôt acerbes contre les tenants du régime par rapport notamment à la pauvreté alarmante qui frappe la majorité de la population. Aussi, dans un communiqué signée par Mgr Odon Marie Razanakolona (EKAR), Mgr Ranarivelo Samoela Jaona (EEM), Pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi (FJKM) et Pasteur Docteur Rakotonirina David (FLM), le FFKM dénonce-t-il « un amalgame entre l’utilisation des deniers publics pour des  activités de parti ». Une allusion notamment au dernier Congrès régional du parti « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » qui s’est tenu le week-end dernier à Mahajanga. Un évènement qui a été organisé au même moment que le Conseil des ministres décentralisé qui  a eu lieu dans cette localité. Le ministre de la Communication Harry Laurent Rahajason a expliqué que ce sont les cotisations des partisans qui ont permis l’organisation de ce Congrès régional. Pour l’heure, aucune preuve n’a été avancée et aucun détail n’a été publié par les tenants du pouvoir en ce qui concerne le budget utilisé lors de ce Congrès à Mahajanga, ne serait-ce que pour rassurer l’opinion ainsi que les partenaires techniques et financiers. Une transparence est de mise en ce qui concerne la gestion de l’argent de l’Etat. Par ailleurs, le FFKM dénonce également le monopole des médias publics par le parti au pouvoir. « La population consomme uniquement des informations à sens unique car les médias publics sont focalisés sur les actions du parti », soutiennent les Chefs d’Eglises.

Mensonges et tromperies. A noter que cette nouvelle résolution est la suite logique de la déclaration faite à l’issue du 39è Comité central qui s’est tenu à Toamasina. Pour le FFKM, « le refus de l’application des résolutions du processus de réconciliation nationale basée sur les 4F (Fiaiken-keloka, Fibebahana, Fahamarinana, Fihavanana) qui s’est tenue à Antananarivo les 28 – 30 avril et les 1er – 2 mai 2015 est à l’origine des problèmes de Société qui sévissent actuellement, engendrés entre autres, par l’insécurité grandissante, la corruption, l’inflation et les cas de vindictes populaires ». « En outre, les Malgaches sont mis à l’écart dans les investissements et expulsés de leurs propres terres. Il n’y a aucune transparence pour les contrats et les accords signés avec les grandes firmes étrangères, notamment dans le cadre des grands projets d’exploitation des richesses nationales ». D’après les Chefs d’Eglises, « la situation s’est même aggravée ». Et eux de se demander qu’en est-il des procès des affaires d’exploitations illicites de bois précieux et d’autres richesses nationales, ainsi que des affaires de corruption. Les leaders du FFKM interpellent ainsi les dirigeants étatiques « afin d’écouter et de prendre en considération les propositions des Chefs d’Eglises et de proposer immédiatement des solutions concrètes aux problèmes vécues au quotidien par la population, mais aussi d’avancer un deadline pour leur réalisation ». La création d’une aumônerie spéciale pour les responsables étatiques et les élus, l’assainissement au niveau des Forces de l’ordre, ainsi que la refondation de la République figurent aussi parmi les solutions proposées par le FFKM. Cela signifierait-il que les dirigeants actuels nécessitent une délivrance car ils sont sous l’emprise du diable ? Pour les Chefs d’Eglises, « un changement radical est de mise au niveau des dirigeants et de l’Etat car la majorité silencieuse est abreuvée de mensonges et tromperies ».

Davis R

News Mada32 partages

Ambatondrazaka : mitondra fampandrosoana ny JOCV

Mitondra  fampandrosoana mivaingana ho an’ny mponina ny fanentanana ataon’ny mpilatsaka an-tsitrapo japoney (JOCV). Voaporofo izany any Ambatondrazaka. Iray amin’ireo JOCV 2 miasa any an-toerana i Uzama Kosuke, nandritra ny herintaona sy efa-bolana izay. « Miompana amin’ny zavatra madinidinika kanefa mitera-bokatsoa misongadina ny fanentanana ataony. Toy ny nanaitra ny hambom-pon’ny olona izany ary tena tadiavin’izy ireo », hoy ny ben’ny Tanànan’Ambatondrazaka, Rakotondrabe Samuel.

Miara-miasa amin’ny tokantrano i Uzama Kosuke ary manofana azy ireo amin’ny fomba fitantanana ny vola ao an-tokantrano. Tanjona lehibe amin’izany ny hanatsarana ny fari-piainana. « Ny mahavariana, misy ny olana tsy sahin’ny renim-pianakaviana lazaina eo amin’izay fitantanam-bola izay, kanefa zarainy amin’i Kosuke, satria tsapany fa mahomby ny fanofanana entin’ity mpilatsaka an-tsitrapo ity », hoy hatrany ny ben’ny Tanàna.

Manampy amin’ny fahaiza-mitantana ny rano i Kosuke

Etsy ankilan’izay, manentana amin’ny fahaiza-mitantana ny rano, manondraka ny tanimbary ihany koa i Kosuke. Miara-miasa amin’ireo fikambanana tantsaha izy amin’izany. Dingana lehibe voalohany vitany ny namelona indray ireo fikambanana ireo sy ny federasiona. Ny fisian’ny rafitra mazava toy izany mantsy no andry voalohan’ny fanatontosana ny asa.

Tafajoro ny tambajotra mitantana ny rano amin’ny ilany havanana sy havia amin’ny renirano ao amin’ny kaominina Ambandrika. Tsy misy ny rano ka niara-nitady vahaolana izy ireo : ny fitarihana ny rano avy any Ankotrana, any avaratra andrefan’ity kaominina ity. Efa vita ny lakan-drano mirefy 3km avy any amin’io toerana io ka misy ny latsakemboka aloan’ny tantsaha misitraka izany rano izany. 16.500 Ar/ha no aloan’ny tantsaha, ao amin’ny ilany havian’ny renirano. An-dalana kosa ny fandinihana io latsakemboka io ho an’ny ao amin’ny ilany havanana.

Ny mbola olana, vitsivitsy ihany aloha, hatreto, ny mandoa ny latsakemboka. « Mandeha tsikelikely ny fanentanana », hoy i Kosuke, manantena ny fiovan’ny toe-tsain’ny tantsaha. Ankoatra ny fanaovana ity lakandrano ity, manadio ny lakandrano efa misy sy mikojakoja ny tohodrano Manamontana, ao Ambandrika, koa izy ireo. Tapaka fa 20.000 Ar/ha ny latsakemboka amin’izany. Marihina fa maharitra roa taona ny iasan’ny JOCV amin’ny toerana iray nametrahana azy.

Landy R.

 

News Mada29 partages

Le FFKM dénonce : Madagascar à la dérive

La 40e réunion du comité central du FFKM s’est déroulée du 23 au 26 novembre dernier à Antsirabe. A l’issue de la rencontre, les dirigeants de cette institution ont de nouveau mis les pieds dans le plat des dirigeants.

Une nouvelle piqûre de rappel émanant des hommes d’église. A l’issue de la réunion du comité central du Conseil chrétien des églises à Madagascar (FFKM), dimanche dernier dans la Ville d’eaux, les Chefs d’église ont rappelé que le pays vit dans l’opacité totale. De la corruption au mélange du genre dans les affaires du parti et celui de l’Etat, en passant par l’insécurité, tout cela a été dénoncé par le FFKM.

Au niveau de la corruption, le Conseil a par exemple indiqué que ce fléau est à l’origine de l’arrêt de la poursuite des affaires liées aux trafics des ressources naturelles, car la corruption gangrène la vie du pays. En même temps, le FFKM fustige aussi le fait que « l’insécurité s’accroît autant que la pauvreté » et que  « la lutte contre les dahalo s’aggrave et ces derniers utilisent des moyens plus importants par rapport à ceux des forces de l’ordre ». Plus grave encore, les Chefs d’église notent que cette situation impacte sur la production de la population locale.

Sur le plan économique, le Conseil note que le pillage des richesses continue, tandis que les Malgaches deviennent des étrangers dans leur propre pays. Sur ce point, le FFKM dénonce, entre autres, l’opacité dans des accords de coopération qui, pourtant, importent à la génération future.

Confusion des pouvoirs

Par ailleurs, dans le communiqué du Conseil, les pratiques pas très… catholiques du parti présidentiel a été aussi mis à nu et ce, même si le nom de cette formation n’a pas été cité directement.

« L’information du parti accapare les médias nationaux et la population ne reçoit qu’une information à sens unique », ont déploré les Chefs d’église. Il en est de même sur le floue entre la gestion de l’argent des contribuables et celle du financement d’un parti.

Sur ce point, la Conférence des évêques du 8 novembre dernier avait déjà martelé la primauté de l’argent.  « C’est l’amour des richesses illicites, la corruption, l’argent, le pouvoir qui dictent la gouvernance. La compétence et la sagesse ont totalement disparu et ne sont plus les priorités pour développer le pays. Le conflit domanial n’est plus maîtrisé, ce qui fait que les héritages ancestraux sont perdus ou sont vendus aux étrangers », ont indiqué les évêques dans leur message, à l’époque.

En dépit des leurs prises de position, les chefs d’église constatent toutefois qu’ils semblent inaudibles auprès des responsables étatiques.  Comme ils l’ont souligné dans le communiqué du 26 novembre. « Il existe des nombreux rappels effectués par le bureau central lors des 38e et 39e réunions mais comme si le FFKM prêche dans le désert », a noté le groupe, qui estime que le pays a besoin d’un changement dans sa gestion d’autant qu’on vit dans la fourberie et le mensonge.

En effet, il est de coutume de constater que lorsque le pays traverse une crise, les acteurs politiques, tout comme les dirigeants, se tournent vers les hommes d’église. Cependant, paradoxalement, ces derniers ne sont jamais écoutés par les dirigeants. Ce qui n’empêche d’ailleurs pas le FFKM d’implorer les dirigeants à écouter la voix de l’église, et à répondre aux attentes de la population.

Rakoto

Midi Madagasikara28 partages

Ambatolampy : Tanana notafihan’ny dahalo, olona iray maty voatrobaka antsy, iray voatifitra

Tanana iray, antsoina hoe Ambatondrakalavao ao amin’ny distrikan’Ambatolampy indray no lasibatry ny andian-dahalo mirongo basy sy zava-maranitra ny faran’ny herinandro lasa teo. Vokany, olona iray no maty vaotrobaky ny antsy, ary olona iray hafa, no naratra mafy voatifitra. Aman-tapitrisany maro kosa no vola sy ny tetibidin’ireo entana lasan’izy ireo Tokony ho tamin’ny 10 ora sy sasany alina teo ho eo no nigadona tao an-tanana ireto malaso ireto. Nifedrefotra tsy hay nifandrenesana ny feom-basy tamin’io fotoana io, nanaitra ireo mponina izay efa rendrika tao anatin’ny torimasony. Tahotra, horohoro, izay no nanjaka tamin’io tanana kely io tamin’io alina io. Izay olona sendra ireto olon-dratsy, sahy nitsirika azy ireo no avy hatrany dia nonjinjainy. Trobaka antsy avy hatrany no niantefa tamin’ity lehilahy iray, nifanehatra tamin’izy ireo. Maty tsy tra-drano moa ity farany. Nisy lehilahy iray kosa, izay nambara fa mpampianatra iray tao an-toerana ihany koa no voan’ny balan’ireto dahalo ireto. Tokantrano maromaro tao an-tanana no voatafika taorian’io, izay nanaranan’ireto olon-dratsy ireto fo mihitsy. Rehefa lasa moa izy ireo vao afaka nifamonjy sy niantso vonjy ireo mponina. Efa tonga tany an-toerana kosa ireo zandary misahana ny faritra any, ary efa mandeha ny fikarohana ireto olon-dratsy ireto raha ny fantatra.

m.L

Midi Madagasikara28 partages

Raharaha mpitora-bato ao Brickaville : “Ny lalàna no mifehy ny mpitsara amin’ny didy raisiny”, hoy n...

Hevitra maro no nivoaka taorian’ilay raharaha nahazoan’ireo olona dimy fahafahana vonjimaika, taorian’ny fahatraran’ny zandary azy ireo noho ilay fitoraham-bato fiara ao Brickaville tamin’ireo 11 voasambotra, ka enina ihany no nahazo famonjana vonjimaika am-ponja eto Toamasina. Taorian’iny raharaha iny mantsy dia nampiaka-peo avokoa na ireo zandary nisahana ny raharahan fa tompo-marika amin’izay zavatra hitranga ao Brickaville sy ny amin’ny lalam-pirenena faha-2 ny mpitsara, hoy ny zandary. Ireo mpitatra ihany koa dia nanasoketa ny fitsarana ho mpanao kolikoly na tsy nivantana aza ny nanambaran’izy ireo izany, ka mahatonga azy ireo hanambana fitokonana ny alarobia izao, mbola hotapahana anaty fivoriam-be ny hetsika hataon’izy ireo. Ao anatin’izay anefa dia tranga maro no niseho taorian’ny nahazoan’ireto dimy mianadahy fahafahana, ka ny iray izay vavy tokana voalaza fa mpanarama ireto mpitora-bato koa isan’izany. Isan’izany ny nikasan’andian’olona namaky ny onjam-peo sy ny fahitalavi-panjakana tao Brickaville, sy ny fahamaizan’ny tranon’ny mpiasan’ilay vehivavy mpanarama mpitora-bato, ny sabotsy teo. “Malalaka amin’ny fanapahan-kevitra raisin’ny mpitsara mpanao famotorana, arakaraka ny antontan-taratasim-panadihadiana tonga”, hoy ny tonia mpampanoa lalana eto Toamasina, Atoa Lauret Rajaona Thierry. Nomarihany hatrany fa “ny lalàna no mifehy ny mpitsara amin’ny didy avoakany fa tsy manaotao foana akory izy ireo amin’ireo didy raisiny”. Ho an’ity tonia mpampanoa lalàna sady solontenan’ny mpitsara eto Toamasina eo anivon’ny filankevitra ambonin’ny fitsarana ity, dia ny tsy fahazavan’ireo nolazaina fa nokaraman’ity vehivavy iray ity nandritra ny fakan’ny mpitsara famotorana am-bavany azy ireo ho voakarama no nivoahan’ny didin’ny mpitsara nihazona ny antontan-taratasin’ady; satria resaka “fanaovana fikamban-jiolahy sy firaisana tsikombakomba” avokoa no manenjika azy 06 miarahaly “MD”, ka ankizilahy 15 taona ny iray sy ireo 05 “LP”. Ankoatra izany, naharitra adiny iray sy sasany ny fihaonana teo amin’ny tonia mpampanoa lalana, ny talen’ny filaminam-bahoaka eto Toamasina, ny komadin’ny fari-piadidian’ny zandary eto Toamasina, ny filohan’ny fitsarana ambaratonga voalohany, ary ireo mpitsara mpanao famotorana roa nisahana ny raharaha mpitora-bato ao Brickaville, noho izy nisy ankizilahy tsy ampy taona. Ny fomba hisahanana ny resaka fitoraham-bato fiara ao Brickaville no laha-dinika tamin’izany.

Malala Didier

Midi Madagasikara26 partages

Commerce international : Coûts élevés et procédures lourdes

Les importations s’intensifient en période de fin d’année.

Malgré les barrières imposantes à la frontière, les opérations sauvages se poursuivent encore pour les privilégiés des autorités, d’après les opérateurs qui exercent dans le commerce international.

Les industriels locaux se plaignent des importations sauvages. Et pourtant, le nombre de procédures et les coûts à l’importation, comme à l’exportation, rendent les opérations difficiles, pour les opérateurs « normaux ». D’après le rapport Doing business 2018 publié par la Banque Mondiale, Madagascar est au 138e rang sur 190 pays, en termes de facilité de faire du commerce transfrontalier. Cette place lui est due à sa note de 60,95 sur 100, supérieure à la moyenne de la région Afrique Subsaharienne. Malgré cette note … « passable », Madagascar affiche des indicateurs inquiétants. A cause des procédures légales obligatoires, le délai à l’exportation nécessite 70 heures. Ce délai est en moyenne de 12,7 heures dans les pays de l’OCDE et n’existe pas dans les 17 économies les plus performantes dans ce domaine. A l’importation, ce délai est de 99 heures à Madagascar, et n’existe pas dans 21 économies aux meilleures performances. En ce qui concerne les coûts, le respect des procédures pour une opération d’exportation engendre des charges financières de 868 USD, soit environ 2,77 millions d’Ariary. Pour les documentations obligatoires, il faut pour une opération d’exportation, 49 heures de traitement et un coût de 117 USD, soit environ 375 000 Ariary.

Filtrées. En ce qui concerne les importations qui s’opèrent de manière sauvage, selon l’optique des industriels locaux, les coûts et les procédures représentent encore des barrières au commerce. Les 99 heures nécessaires pour le respect des procédures s’accompagnent également d’un coût de 595 USD, selon le rapport Doing business 2018, soit l’équivalent de 1,9 million d’Ariary. En matière de documentations pour une opération d’importation, il faut un délai de 58 heures et de 150 USD, soit environ 478 000 Ariary. Dans tous les cas, les représentants du secteur privé, tout comme ceux des partenaires techniques et financiers pour le développement du pays s’accordent à dire que des opérateurs privilégiés réussissent quand même à contourner ces barrières tarifaires et non tarifaires, pour pratiquer une concurrence déloyale. Avec l’approche des fêtes de fin d’année et l’intensification des importations, ces pratiques seront encore de plus en plus visibles.

Antsa R.

Madagascar Tribune25 partages

Grève de 24h des transporteurs

Suite à la décision du Tribunal de première instance de relâcher les six personnes présumées être les commanditaires des jets de pierre contre les voitures passant à Brickaville, les transporteurs sur cette route nationale ont décidé de tenir une grève générale de 24 heures. Cette grève se tiendra ce mercredi selon les explications des transporteurs sur l’axe Antananarivo Toamasina. Selon ces derniers, la décision du Tribunal serait incompréhensible si la culpabilité des six personnes relâchées a déjà été établie par les gendarmes. Un peu moins d’une centaine de voitures auraient également subit ces jets de pierre à Brickaville. La décision du Tribunal amène donc l’incertitude auprès des transporteurs en ce qui concerne la suite de cette affaire. Les transporteurs réclament à ce que les présumés soient remis en prison. Dans le cas contraire, ils pourraient rallonger la grève de ce mercredi. Et cela avec l’appui des transporteurs sur les autres routes nationales. La grève aurait un impact considérable si elle est rallongée étant donné l’importance du trafic entre Toamasina et Antananarivo.

Manque de preuve

Selon le procureur auprès du Tribunal de première instance de Toamasina, la décision du Tribunal a été motivée par un manque de preuves contre ceux qui étaient présumés être les commanditaires de ces actes. Six personnes dont la culpabilité avait pourtant déjà été établie selon la gendarmerie. Le ministère public auprès du TPI de Toamasina a donc tenu une réunion avec les éléments de la gendarmerie ainsi que ceux de la police nationale afin de clarifier la situation. Martelant qu’il n’y a aucun problème en ce qui concerne la coopération entre les éléments des forces de l‘ordre et le Tribunal. Ces derniers ont fait savoir qu’il ne s’agissait pas du premier cas transmis à la justice de Toamasina en ce qui concerne les jets de pierre au niveau de Brickaville. Mais que le problème des preuves persiste toujours. D’autant qu’il est rare de prendre les auteurs de ces actes en flagrant délit.

News Mada24 partages

Morondava : le nombre des touristes a triplé

L’allée des baobabs figure parmi les sites touristiques qui attirent du monde, notamment des étrangers, dans la région Menabe. D’après le maire de Morondava, Kolo Frijof, en marge de l’inauguration du bureau de la Dren ce jeudi, « De 5 000 touristes en 2007, leur nombre avoisine actuellement les 15 000 ».

Une telle influence génère  des retombées économiques, non seulement pour la municipalité, mais également pour la région toute entière. En effet, bon nombre des riverains vivent de la présence de ces touristes, soit en offrant leur service comme guide ou autres activités similaires, mais surtout avec la vente de produits artisanaux.

Sera R.

Midi Madagasikara23 partages

Protection des défenseurs des droits de l’homme : L’ONU adopte à l’unanimité une nouvelle résolution

Les Nations Unies ont adopté le 20 novembre 2017 à l’unanimité une nouvelle résolution mettant en exergue le rôle que jouent librement et en toute indépendance les défenseurs des droits de l’Homme.

Un texte nouvellement adopté lors de l’Assemblée générale de l’ONU condamne les meurtres de défenseurs des droits de l’homme, la criminalisation de leur lutte et les entraves dont elle fait l’objet. Il exige par ailleurs, la libération des personnes incarcérées pour avoir fait usage de leur liberté d’expression et exercé leurs droits fondamentaux. La résolution demande également au Secrétaire général d’intensifier les efforts de l’ONU en faveur des défenseurs des droits de l’Homme.

C’est sans doute le message le plus offensif et le plus clair que les Etats membres aient jamais adopté unanimement au sujet de la protection des défenseurs des droits de l’Homme. Madagascar figure parmi les pays s’étant alignés à cette résolution et ce, pour la première fois.

Négociations difficiles. Les négociations relatives à cette résolution, placées sous direction norvégienne, ont abouti à une approbation unanime au sein du Conseil des droits de l’Homme, lors de l’Assemblée générale des Nations Unies. 76 pays étaient parties prenantes dans cette proposition, qui a donné lieu à un travail en étroite collaboration avec des organisations issues de la société civile. « Cette résolution a été précédée de négociations difficiles au fil de plusieurs années. Le fait que tous les États membres des Nations Unies aient réussi à se rassembler autour d’un texte fort est en soi une grande victoire. Il donne à entendre à tous les défenseurs des droits de l’Homme que les États doivent les considérer non comme une menace, mais comme une ressource »,  a alors déclaré Eriksen Søreide, ministre des Affaires étrangères de la Norvège.

 Réunion de haut niveau. Parmi les personnes qui s’élèvent contre les atteintes à leurs droits, beaucoup prennent de grands risques. Des études révèlent que, tous les deux jours, un militant des droits environnementaux est victime d’un assassinat. Or, sans porte-parole audacieux, qui ose dire que les objectifs écologiques planétaires doivent s’appliquer à tous, les groupes de population marginalisés, notamment les peuples premiers, seront exclus de cette évolution.

Afin de mieux promouvoir le contenu de cette résolution, les Nations Unies convoqueront l’année prochaine une réunion de haut niveau sur ce chapitre de la  protection des défenseurs des droits de l’Homme.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara22 partages

Entreprenariat et emplois : 380 personnes nouvellement formées par l’INSAR

« Agir pour l’avenir ». C’est le slogan actuel de l’Institut National des Informations et de Soutien à l’Amélioration des Revenus (INSAR). Lancé par la nouvelle direction de l’institut, ce slogan confère une vision incitant à préparer, dès aujourd’hui, un lendemain meilleur pour la patrie. Depuis quelques mois, le nouveau Directeur général, Ratovondrasantsoa Pierrot Bréchard, œuvre pour  la fluidité des informations sur le marché du travail. Le site web www.inisar.mg a été mis en place dans ce cadre et a déjà connu plus de 50 000 visiteurs. A cela s’ajoute le lancement de la première revue économique et sociale, véritable anticipation du futur. Par ailleurs, une collecte d’informations sur le travail des femmes et une formation des acteurs ont été menées à Toliara et dans la région Sud-ouest. Pour la mission de collecte d’informations, l’objectif est de fournir des statistiques fiables et à jour sur la situation des femmes vis-à-vis du travail. 1 200 ménages et 500 femmes ont été enquêtés par des agents contrôleurs et enquêteurs recrutés localement. Par contre, la mission de formation vise à inculquer de nouvelles attitudes et connaissances. Il s’agit de formations transversales (culture entrepreneuriale, culture d’épargne et de crédit, marketing, montage de projet, gestion simplifiée) et des formations techniques. Durant cinq jours, plus de 380 personnes ont pu bénéficier gratuitement de ces appuis en formation et ont reçu des certificats.

Antsa R.

Midi Madagasikara21 partages

Groupe STAR : 10 millions d’Ariary de table-bancs pour le LMA

De nouveaux table-bancs pour équiper les laboratoires de langues et la salle informatique du LMA.

Le Groupe STAR poursuit ses actions sociétales. Cette fois, c’est le lycée moderne Ampefiloha (LMA) qui bénéficie de table-bancs. La remise de don a été faite le 15 novembre dernier, par le secrétaire générale du Groupe STAR, Anna Rabary. Le LMA est le plus grand lycée public à Madagascar en termes d’effectifs et d’infrastructures : avec 65 classes, 220 personnels administratifs et enseignants ainsi que 3 179 élèves par année scolaire, de la seconde à la terminale. Il accueille généralement des élèves issus des quartiers environnants, y compris ceux des bas-quartiers, n’ayant pas toujours accès à l’informatique. C’est la raison pour laquelle, lors de la célébration du cinquantenaire de l’établissement en 2015, le lycée a fait construire des laboratoires de langues et une salle d’informatique, sans avoir pu les équiper.

Périodique. C’est de ce constat que le Groupe STAR a décidé d’intervenir. « On se réserve une enveloppe pour réaliser des actions citoyennes ciblées dans les axes de la santé, le social, l’environnement et l’éducation. Afin d’aider et de contribuer à l’éducation des élèves fréquentant le LMA, le Groupe STAR a fait dons de table-bancs, et des chaises d’une valeur de près de 10 millions d’Ariary pour équiper les laboratoires de langues et la salle informatique de l’établissement », ont affirmé les représentants du Groupe. « Nous prenons à cœur le fait de pouvoir apporter notre contribution à l’éducation de nos jeunes. La dotation de ces tables bancs constitue une infime partie face au travail qui attend les enseignants et le personnel pédagogique de l’établissement quant à la réussite des études de tous ces lycéens, néanmoins, nous tenons à soutenir ces actions afin de donner une chance en un avenir meilleur à ces nombreux jeunes qui représentent la génération future de notre pays », a indiqué Anna Rabary du Groupe STAR, lors de la cérémonie de remise de don.

Antsa R.

News Mada19 partages

Photographie : Matchbox.D se révèle à travers « Mitempo tsy miato »

Dans le cadre de la tournée Indie Mada, Mahefa Dimbiniaina Randrianarivelo,  alias Matchbox D, se fera découvrir par le biais d’une exposition photographique conceptuelle « Mitempo tsy miato » du 2 au 16 décembre au Madagascar Underground. Le vernissage se tiendra le 2 décembre, suivi d’un concert du groupe Moajia. D’ailleurs, « Mitempo tsy miato » est un des titres phares du groupe que notre photographe a emprunté  pour intituler son exposition.

Matchbox D évolue dans l’univers de la photographie professionnelle Krea Kart. Il se spécialise depuis quelques années dans la photographie conceptuelle pour illustrer des expériences humaines. Il vient de représenter Madagascar au « Concours de photographie des 8e Jeux de la Francophonie » à Abidjan – Côte d’Ivoire (2017).

Mahenina Randria

Midi Madagasikara18 partages

Wawa : Succès de sa tournée

Wawa entrainant le public dans une ambiance délire.

Décidément, Wawa semble bien porter son titre de prince de salegy. Son dernier tour en France a rencontré un franc succès. Avec un public de 8 000 personnes à Paris, le chanteur a frappé fort avec son « salegy mogodro »  

Réussir dans son pays est une chose, le faire sous d’autres cieux en est une autre. Une chose qui cependant, semble aisée pour Wawa. Si les malagasy l’aiment toujours autant, le succès de Wawa dépasse largement nos contrées. En deux mois, Wawa a assuré neuf dates pour la diaspora en France. Chaque spectacle étant une triomphe, que ce soit à Lyon, Bordeau, Rennes, Toulouse, Colmar et Limoges, c’est à Paris que le chanteur a clôturé en beauté la tournée France. Environ 8000 personnes ont répondu présents. Comme toujours, Wawa reste fidèle à son image. Si le chanteur a commencé le show à minuit, il n’a quitté la scène qu’à 5h du matin. Durant cinq heures d’affilées, le jeune homme s’adonne à la danse dont lui seul a le secret. Entraîné dans cette ambiance des tropiques,  le public s’est laissé gagner par le « salegy mogodro » sans répit.

Outre les chansons phares telles que « 400 volts » et « Mamiaka lamba », il a dévoilé de nouveaux titres qui figureront sur son prochain album. « Mila rano » semble être apprécié du public sous cet air de salegy ainsi que « Makao mena » qui décline quelque peu dans du reggae. Un avant-goût de l’opus qui sortira en 2018. Force est de constater qu’actuellement, il est difficile de rassembler un grand public surtout à Marseille et Paris, mais Wawa semble avoir conquis des inconditionnels et se trouver une place prépondérante auprès de la diaspora durant ces 15 ans.

En ce moment, le chanteur multiplie les prestations dans les régions jusqu’au mois de décembre. L’année prochaine, l’agenda du chanteur est déjà overbooké jusqu’au mois de mai. Il mettra le cap sur l’Europe pour aller en Belgique, Italie et en Suisse. Il enchaînera ensuite suite au Canada, et les Etats-Unis. Par ailleurs, sa collaboration avec Toofan continue d’emblée, le temps d’un featuring. Ceci précèdera  les spectacles dans les îles voisines dont La Réunion, Maurice, Comores et Mayotte.

Aina Maharindra

Midi Madagasikara17 partages

Energies renouvelables : Identification des risques des projets

On est champion du monde de vols de panneaux solaires. (Photo d’archives)

Jacquelin Ligot, expert en énergies renouvelables de ClimateEnergy solutions, a exposé quatre catégories de risques dans la mise en œuvre des projets d’électrification rurale

Madagascar s’est engagé dans le processus de la transition énergétique en promouvant les énergies renouvelables afin de doubler le taux d’accès à l’électricité à l’horizon de 2030. « Il est prévu que le mix énergétique sera dominé par ces énergies renouvelables à raison de 70% pour l’énergie hydraulique, de 5% pour le solaire et 5% pour l’éolienne. Nombreux projets sont déjà en cours pour ne citer que les trois grands projets de construction des barrages hydro-électriques de Sahovika, de Tetezambaro et de Ranomafana », a évoqué le ministre de l’Energie, de l’Eau et des Hydrocarbures, Lantoniaina Rasoloelison, lors de l’ouverture de l’atelier sur la gestion des risques de la mise en œuvre des projets d’énergies renouvelables hier à l’hôtel Carlton. En fait, au cours des différentes phases du développement des projets, certains promoteurs ou investisseurs ont identifié des risques affectant leurs capacités d’investissement.

Garantie. « Et Madagascar n’a pas encore suffisamment d’expériences en matière de gestion de ces risques. D’où, l’organisation de cet atelier en partenariat avec la GIZ et l’Union européenne, qui réunira toutes les parties prenantes dont entre autres, les promoteurs, les banques et les assurances », a-t-il poursuivi. Parmi ces risques identifiés, Jacquelin Ligot, expert en énergies renouvelables de ClimateEnergy solutions, a exposé quatre catégories de risques dans la mise en œuvre des projets d’électrification rurale. Il s’agit des risques techniques qui peuvent être liés aux constructions tardives entraînant un dépassement budgétaire imprévu. Les risques juridiques liés au non- respect des termes de contrats, les risques économiques et financiers liés au changement défavorable du taux d’intérêt ou du taux de change et le plus important les risques politiques et règlementaires, ne sont pas en reste. « Tous ces risques peuvent avoir des impacts sur l’équilibre financière des promoteurs des projets. Il faut ainsi connaître les solutions à ces risques. On peut citer entre autres, le recours à une garantie partielle de crédits auprès des organisations multilatérales comme la Banque mondiale et la souscription à une compagnie d’assurance » a-t-il indiqué.

Champion du monde. Selon le Secrétaire exécutif de l’ADER, Rakotoarimanana Mamisoa, les risques environnementaux dominent au niveau de la construction des centrales hydro-électriques. En effet, « l’exploitation aurifère illicite près de ces centrales entraîne un ensablement de la rivière alimentant la turbine et provoquant par la suite sa destruction comme le cas de Fandriana, Fénérive-Centre et Sahanivotry. On est également champion du monde des vols de panneaux solaires. Du coup, les propriétaires ont dû les placer dans leurs maisons. Les câbles servant à alimenter les foyers au départ d’une centrale sont également volés. Et à Ranomainty à Alaotra Mangoro, il ne reste plus que la carcasse d’une centrale hydro-électrique car l’alternateur et le transformateur contenant du cuivre ont été pillés pour être exportés. Ces vols se sont produits depuis 2012. Par ailleurs, un autre projet éolien a été arrêté à Faux Cap en raison de la méfiance des pêcheurs. Selon leurs croyances, ces vents provoquent des grandes vagues affectant négativement leurs activités de pêche », a-t-il exposé.

Navalona R.

Midi Madagasikara15 partages

Le coup de semonce du FFKM adressé au pouvoir

Après la déclaration publiée par la conférence  des évêques, c’est le communiqué du FFKM qui vient troubler la bonne conscience des dirigeants de notre pays. Alors que ces derniers préfèrent insister sur les perspectives d’avenir qu’ils esquissent pour 2018, les vérités qui sont assénées constituent un véritable pavé dans la mare. Les termes choisis sont mesurés, mais ils dénoncent tous les dysfonctionnements du régime actuel.

Le coup de semonce du FFKM adressé au pouvoir

 Le passage de l’émissaire de l’union africaine à Madagascar a jeté un certain trouble dans la stratégie élaborée par le régime en vue de la présidentielle de 2018. Ramtane Ramamra a insisté sur la tenue d’une élection libre et ouverte à tout le monde. Ses déclarations n’ont pas été appréciées par les représentants de l’Etat. Malgré cela, la machine électorale du HVM s’est mise en branle. Aujourd’hui, ce sont les autorités religieuses qui mettent en lumière tous les problèmes existant actuellement. Tout le monde est conscient de la gravité de la situation qui règne actuellement. Les membres du FFKM disent tout haut ce que la population murmure tout bas. Les organisations de la société civile ne cessent pas eux aussi de tirer la sonnette d’alarme et de dénoncer tous les travers du régime actuel. Mais les remarques faites ne semblent pas affecter nos dirigeants qui se réfugient derrière des formules lapidaires. Il est fort possible qu’ils manifestent la même indifférence à l’égard du FFKM. Il s’agit pourtant d’un coup de semonce qu’il serait regrettable de négliger. Les voix s’élèvent partout pour demander le retour à une bonne gouvernance. Fort de sa toute puissance, le régime est décidé à minimiser la portée de ces critiques. L’équipe qui entoure le président est décidée à se concentrer sur les tournées qui vont avoir lieu dans le cadre de la précampagne. Le FFKM est une autorité morale et ses remarques  ne sont pas faites à la légère.

Patrice RABE

Midi Madagasikara13 partages

Paositra Malagasy : Un nouveau système électronique de transfert d’argent

Une bonne performance pour la Paositra Malagasy. Celle-ci vient de lancer son nouveau système de transfert d’argent électronique baptisé E-MV ou E-Mandat Vaovao. En effet, la Paositra Malagasy suit le rythme de l’évolution des technologies les plus récentes, pour s’imposer davantage sur le marché. D’après ses représentants, ces innovations sont indispensables, face aux besoins évolutifs et exigeants de la clientèle ; et suivant la vision du Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique. Lancé la semaine dernière à Mahajanga, le système E-MV se veut être des plus accessibles et faciles d’utilisation pour toute la population malgache tant en ville que dans les zones reculées. D’après les explications, le transfert ne nécessite ni l’ouverture d’un compte ni l’utilisation d’un téléphone mobile pour le transfert et se fait de cash à cash.

Garantie. « Grâce au large réseau de la Paositra Malagasy, les envois sont payables dans les bureaux de postes à proximité des clients et la transaction est instantanée. La sécurité des transferts est assurée par la mise en place d’un système de Track and Trace (dont les SAV et réclamation). Face aux autres moyens de transfert, EMV bat tous les records avec son tarif très compétitif et son 0Ar à la réception. Les clients ont par ailleurs la possibilité de toucher leur argent pendant une durée de 30 jours. L’existence d’un avis de paiement, la sécurisation élevée avec un code secret et la gestion informatique sont les garantis du confort du service », ont indiqué les promoteurs du nouveau système. Ces responsables auprès de la Paositra Malagasy ont ajouté que E-Mandat Vaovao a été lancée officiellement le 23 novembre dernier à Mahajanga, afin de montrer que cette offre bénéficiera à toute la population à travers la Grande-Ile. D’ailleurs, ce lancement officiel a été marqué par des activités d’animation, illustrant ces objectifs du nouveau système électronique.

Antsa R.

Midi Madagasikara9 partages

SECES section Tana : Sit-in au MESUPRES

Après les enseignants chercheurs de l’Université de Toliara, c’est au tour de deux de la section Antananarivo du syndicat des enseignants chercheurs et chercheurs enseignants de l’enseignement supérieur (SECES) de hausser le ton face à la non perception de leurs indemnités de recherches et de les heures complémentaires depuis le début de l’année 2016. Le SECES Antananarivo prévoit ainsi de réitérer leurs revendications en tenant un sit-in ce jour ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.

Hanitra R.

Midi Madagasikara7 partages

LU POUR VOUS : « La femme parfaite est une connasse » d’Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard

La connasse, on a tous cru la rencontrer au moins une fois, certainement un de ces jours de “moins bien”. C’est typiquement la femme toujours pimpante, à la pointe de la mode avec un job “qui déchire”, des enfants parfaits, un mari ou un compagnon exemplaire, une ligne d’on ne sait pas d’où elle sort, elle est ponctuelle, sportive, drôle, directrice d’une association humanitaire en plus de celle des parents d’élèves, toujours fraîche même quand elle est saoule… Bref la liste est encore longue donc on va s’arrêter là. Vous avez l’impression qu’elle sait tout faire et bien. Elle est agaçante, on a envie de lui mettre des baffes car elle est là pour nous crier haut et fort que nous ne sommes pas à la hauteur ou plutôt à sa hauteur ! Oui mais, parce qu’il y a un mais : déculpabilisons mesdames car la femme parfaite, en plus d’être une connasse est surtout une extraterrestre ! Nous sommes toutes imparfaites et c’est ça qui compte ! La femme parfaite, Dieu merci, n’existe pas ! Si vous pensez la connaître, creusez un peu et vous verrez qu’il y a forcément une faille quelque part ! C’est le message que les jumelles Marie-Aldine et Anne-Sophie Girard nous font passer à travers ce petit livre humoristique.

Guide. Attention ce petit livre n’est pas un roman mais un guide. Vous n’avez qu’à piocher dans le sommaire ce qui vous intéresse ! Ce livre a clairement un petit goût de reviens-y ! Il est à prendre au 2e degré évidemment, peut-être même plus. Vous allez vous marrer c’est sûr, car il y a des choses super rigolotes, d’autres un peu plus lourdingues, voire clichés, je vous l’accorde mais ce n’est pas grave. Après tout, on ne peut pas être drôles à tous les coups. Soyons indulgents ! Lorsque vous ouvrez ce petit livre, c’est un petit peu comme si vous assistiez à un one-woman-show depuis votre canapé, c’est donc normal qu’il y ait des sketchs auxquels vous accrochez plus que d’autres.Détente assurée, pas de quoi sauter au plafond non plus mais c’est sympa. Ça change un peu et vous vous y reconnaîtrez certainement. C’est un petit bouquin idéal si vous êtes une stressée de la vie, si vous avez une petite baisse de confiance en vous, si vous avez l’impression de toujours tout faire de travers ou que vous avez envie de vous détendre avec vos amis. Dites stop à l’image de la femme parfaite que la société veut nous vendre à tout prix. Soyez imparfaites et tout va bien se passer !

Conseils, trucs, astuces. Mentions spéciales à la théorie du “foutu pour foutu”, à la liste des chansons honteuses mais qu’on aime quand même, aux filles qui ne mangent que des salades, à la star du collège qui a mal vieilli, à la liste des questions à ne pas poser si vous ne voulez pas entendre les réponses et bien d’autres encore! Ça se lit en deux temps trois mouvements et ça peut se ressortir facilement en soirée filles ! Vous verrez que certains “conseils, trucs ou astuces” des jumelles s’adressent plus aux trentenaires que nous sommes aujourd’hui qu’à d’autres générations. Si vous offrez ça à votre mère ou votre grand-mère, elles risquent de ne pas tout comprendre… Quoiqu’il en soit, ce petit bouquin ne pourra pas faire de mal à votre bibliothèque et aura au moins le mérite de vous faire sourire ; alors que demander de plus ?

Midi Madagasikara7 partages

Pétanque – Mini Masters : Belle victoire d’une équipe d’Antsirabe !

La 4e étape du Mini Masters Bemiray a enfanté une nouvelle triplette d’Antsirabe qui a survolé les débats de vendredi dernier à Mahamasina.

Adrien, Zakabe et Hery, car il s’agit d’eux, ont en effet battu en finale la triplette composée de Serge, Onja et Nanah sur le score de 13 à 10.

Auparavant, la bande à Zakabe bien décidée à ne pas rentrer bredouille, a écarté de la route de la finale l’équipe de Jean Jacques, Lesabotsy et Hery sur le score néanmoins serré de 13 à 11.

Serge et ses coéquipiers ont pour leur part, battu en demi-finale Tsiry, Bond et Daddy par 13 à 09.

Voici donc les quatre autres triplettes qualifiées à la grande finale de ce Mini Masters Bemiray dont Joro, Hery et Mamy ainsi que Jos, Glou et Ziquin. Rôla, Ndrema et Ando complètent la liste avec Rija, Avotra et Andet.

A noter que la 5e étape aura lieu ce vendredi dans l’enceinte du stade de Mahamasina.

Clément RABARY

Midi Madagasikara7 partages

Hygiène bucco-dentaire : Les élèves de l’EPP Amboditsiry sensibilisés

Coup de peinture sur les murs intérieurs du centre bucco-dentaire de l’école.

Les élèves de l’EPP (école primaire publique) Amboditsiry ont été sensibilisés sur l’hygiène bucco-dentaire à travers des animations pédagogiques et des affiches placardées dans chaque salle de classe. L’initiative est d’un groupe d’étudiants de l’INSCAE, amenés à réaliser des projets à but social dans le cadre de leurs études. Le projet de ce groupe, baptisé « Ivoire », était ainsi porté sur l’hygiène bucco-dentaire. « Nous nous sommes aperçus sur les élèves de cet EPP chaque année des frais relatifs aux soins dentaires, mais ce ne sont pas l’ensemble des élèves qui en bénéficient de manière effective, mais seulement ceux des classes d’examen, à savoir les élèves de 7e », a affirmé Rado Rabetokotany, un des membres du groupe. Leur initiative, au départ, devait comprendre des actions plus concrètes, notamment des séances de dépistage de caries dentaires avec l’intervention de professionnels de la santé bucco-dentaire. Mais épidémie de peste étant, ils ont dû remodeler leur projet. Celui-ci a pu être concrétisé les 22 et 23 novembre. Outre la sensibilisation des élèves de l’EPP sur l’hygiène bucco-dentaire, le groupe d’étudiants a également rafraîchi la peinture intérieure du centre bucco-dentaire de l’école.

Hanitra R.

News Mada6 partages

Fitantanam-panjakana sy fiainam-bahoaka : nokianin’ny FFKM mafy ny mpitondra fanjakana

« Efa maro ny fanairana natao tamin’ny Komity foibe faha-38 sy 39. Kanefa toa mitoriteny an-tany efitra ny FFKM, ka mila fiovam-penitra mahery vaika ny fitondrana ny firenena. Fitaka sy lainga marivo tototra no iainana, ka very fanahy mbola velona ny vahoaka malagasy maro anisa. » Io ny fanambaran’ny FFKM, afakomaly, tamin’ny fivorian’ny Komity foibe faha-40 tany Antsirabe, ny 23-26 novambra. Manao sonia izany ireo filoham-piangonana efa-tonta eo anivon’ny FFKM.

Herintaona lasa, voalazan’ny fanambaran’ny Komity foibe faha-39, tany Toamasina, fa ny tsy fanatanterahana ireo fehinkevitry ny fampihavanam-pirenena, mifototra amin’ny « F » efatra: fiaiken-keloka, fibebahana, fahamarinana, fihavanana, natao ny 28-30 avrily sy ny 1-2 mey, no miteraka ny tsy fandriampahalemana, ny fahalovana, ny fihanaky ny zava-mahadomelina…

Rakotry ny kolikoly ny fiainam-pirenena

Noho ny kolikoly, tsy hita ny fiafaran’ny fitsarana ny fanondranana tsy marina ny harem-pirenena. Rakotry ny kolikoly ny fiainam-pirenena manontolo: lasan’ny hafa ny tanin-drazana, lasan’ny vahiny ny tany. Mihamafy ny tsy fandriampahalemana sy ny  fahantrana. Mihamafy ny fiatrehana ny asan-dahalo, mampiasa fitaovam-piadiana avo lenta no ho ny an’ny mpitandro filaminana.

Mihena ny vokatra amin’ny lafiny rehetra, ary midangana ny vidim-piainana. Lasa tantely afa-drakotra ny firenena, ary lasa tompony mangataka atiny ny Malagasy. Tsy mangarahara ny fifanarahana ara-barotra iarahana amin’ny vahiny. Manome vahana ny vahiny ny fanjakana amin’ny fandraharahana, ka lasa ny vahiny indray no mahazo fanampiana. Tsy mangarahara ny fandraisana ny volam-panjakana, ka lasa mifangaro amin’ny asan’antoko.

Mila fitaizana ny olom-boafidy sy olom-boatendry

Eo anatrehan’izany, mangataka amin’ny mpitondra ny FFKM mba hihaino ny feon’ny fiangonana na maharary aza izany ka hamaha olana, hanome vahaolana, ary hanome maridrefy amin’ny fanatanterahana azy.

Vahaolana arosony ny fananganana aomoneria manokana hitaiza ny olom-boafidy sy olom-boatendry isan’ambaratonga, ny fiantsoana ny zanaky ny fiangonana hanao dina fampandrosoana ny firenena. Eo koa ny fanomezan-danja ny mpanabe sy ny teknisianina, ny fampirisihana ny mpitandro filaminana hanitsy ireo diso lalana ao aminy, ny tsy hanaovan’ny fanjakana dika mitovy ny lalàna any ivelany. Mila fanorenana ifotony ny rafitra rehetra eto amin’ny firenena.

Mba hahay hihaino sy handinika izany ve ny mpitondra? Izay manan-tsofina, aoka izy hihaino!

R. Nd.

News Mada6 partages

Projets d’énergies renouvelables : la gestion des risques scrutée à la loupe

Améliorer les connaissances des opérateurs et investisseurs. C’est l’objectif de l’atelier sur la gestion des risques pour des projets d’énergies renouvelables, organisé par le ministère de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures (MEEH), avec l’appui de l’agence de la Coopération allemande à Madagascar (GIZ) et en partenariat avec l’Union européenne, à l’hôtel Carlton Anosy, hier.

Madagascar s’est engagé à doubler l’accès à l’énergie et de faire en sorte que 80% du mixe énergétique soit d’origine renouvelable (70% pour l’énergie hydraulique, 5% solaire et 5% éolienne). Des projets sont engagés et nécessitent des financements conséquents du secteur public et privé pour l’électrification urbaine et rurale. Certains promoteurs ont toutefois identifié des risques affectant leurs capacités d’investissement.

Les risquesJacquelin Ligot, un spécialiste en énergies renouvelables de Climate Energy solutions, a cité quatre catégories de risques dans la mise en œuvre des projets d’électrification. Il s’agit des risques techniques qui peuvent par exemple être liés au délai d’exécution du projet, les risques juridiques relatifs au non- respect des termes de contrat, les risques économiques et financiers liés au taux d’intérêt ou au taux de change et surtout, les risques politiques, comme le changement des cadres juridiques ou un coup d’Etat. « Ces risques peuvent avoir des répercussions très fortes sur l’équilibre économique et financier d’un projet », a-t-il indiqué.

Mamisoa Rakotoarimanana, secrétaire exécutif de l’Agence de développement de l’électrification rurale (Ader), a énuméré des risques sociaux et environnementaux déjà vécus, comme la destruction de l’environnement en amont des rivières où sont installées des centrales hydroélectriques, comme à Fandriana et Sahanivotry.

Par ailleurs, les vols de panneaux solaires sont devenus fréquents. Pis, le projet de centrale éolienne dans le village touristique de Faux-Cap a été suspendu du fait que les pêcheurs locaux imputaient à l’implantation de la centrale lors de la montée inhabituelle des vagues autour de ce littoral.

Une étape franchie

Aucune statistique exacte sur l’évaluation des pertes dans les investissements n’a jusque-là été établie. La participation du secteur privé, des banques et institutions de microfinances ainsi que des partenaires techniques et financiers à cet atelier inciterait, entre autres, les investisseurs à s’engager dans le secteur et d’informer les opérateurs du secteur privé sur les différents instruments de financement et la gestion des risques des projets.

Au sujet des risques juridiques, l’adoption récente par le Parlement du nouveau Code de l’électricité et du Fonds national de l’énergie durable constitue une étape de franchie pour Madagascar, selon Lantoniaina Rasoloelison, ministre de l’Eau, de l’énergie et des hydrocarbures.  Ce responsable ministériel s’est en effet engagé à « sortir dans les trois mois, suivant la promulgation de ces lois, les décrets d’application y afférents ».

Par ailleurs le mapping pour la filière hydroélectricité est déjà disponible, le Plan de développement à moindre coût (PDMC) du secteur électricité est en phase de réalisation et la mise en œuvre des plans directeurs pour l’électrification rurale à l’échelle régionale est en cours. Ces textes visent, entre autres, l’instauration d’un cadre incitatif et sécurisant pour les investissements.

Arh.

Orange Madagascar6 partages

Peste : de nouveaux cas attendus jusqu’en avril 2018

«Le plus fort de la flambée est derrière nous mais nous devons pouvoir continuer à détecter les cas et à intervenir jusqu’à la fin de la saison épidémique en avril 2018», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

L’OMS souligne qu’il faut maintenir le soutien afin que la riposte se poursuive pour trouver l’ensemble des cas, recenser activement les contacts et les traiter, lutter contre les rongeurs et les puces et faire en sorte que les inhumations soient pratiquées de manière sûre et digne.

D’ailleurs, l’OMS continuera à aider les autorités sanitaires nationales à maintenir les moyens de surveillance et de riposte et à gérer efficacement les flambées futures.

Selon les données publiées par le ministère malgache de la Santé Publique, le nombre de nouveaux cas a régulièrement baissé ces dernières semaines. Ceci montre que les mesures prises pour endiguer la flambée ont été efficaces, mais de nouveaux cas de peste bubonique et de peste pulmonaire sont attendus jusqu’à la fin de la saison épidémique, en avril 2018, selon toujours l’OMS.

Entre le 1er août et le 22 novembre, le Ministère malgache de la Santé Publique a notifié 2348 cas au total, dont 202 mortels. La quasi-totalité des patients recensés et environ 7300 contacts ont bénéficié d’un traitement gratuitement.

«Il est tragique qu’une maladie qui existe depuis le Moyen Âge et qui est facile à traiter puisse menacer un pays tout entier et tuer plus de 200 personnes. Le financement de la recherche, de la prévention et de la préparation concernant la peste est très insuffisant et, cette année, des milliers de personnes à Madagascar ont subi les conséquences de cette situation», a déclaré le Dr Peter Salama, Directeur exécutif du Programme de gestion des situations d'urgence de l'OMS.

Pour rappel, l’OMS a débloqué 1,5 million de dollars de fonds d’urgence, livré 1,2 millions de doses d’antibiotiques et formé plus de 4400 personnes à la recherche des contacts afin que la peste ne continue pas à se propager dans des zones déjà durement touchées.

L’OMS et ses partenaires aident le gouvernement malgache à coordonner la riposte, à fournir des orientations cliniques, à recenser et à traiter les patients et leurs contacts et à renforcer le dépistage dans les aéroports et dans les ports parmi les passagers qui quittent le pays, afin de réduire le risque de propagation internationale.

Plus de 135 membres du personnel de l’OMS et du Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) ont été réaffectés ou dépêchés à Madagascar dans le cadre de la riposte à la flambée.

LDV

Midi Madagasikara6 partages

Hôtel Carlton : Vente aux enchères de sapins

Une exposition d’arbres de Noël créés par des artistes locaux contemporains dite « Shine Together » sera organisée par l’association « Teach For Madagascar » en partenariat avec l’hôtel Carlton, la Chocolaterie Robert et Dzama du 03 au 10 décembre 2017 au lobby de l’hôtel Carlton Madagascar. « C’est ouvert au public et ce sera suivie d’une vente aux enchères qui aura lieu le 10 décembre 2017 au Foyer de l’hôtel Carlton. Tous les fonds réunis à la suite de cette vente seront alloués au financement de deux projets. Il s’agit du projet « Street Project » destiné aux enfants de la rue qui vise à un programme d’alphabétisation et d’éducation civique et du projet « Vakana-Girls Exchange » qui est un programme d’échange entre les jeunes filles issues des milieux urbains et ruraux afin de les encourager à la participation au niveau communautaire », a expliqué Verena Konrad, coordinatrice de l’exposition lors d’une conférence de presse hier à l’hôtel Carlton. Notons que les 15 arbres de Noël à exposer sont des créations uniques.

Navalona R.

Midi Madagasikara5 partages

Théâtre : 35 acteurs et dirigeants de troupes formés

Le rideau est tombé sur la formation des formateurs de l’industrie culturelle du théâtre et renforcement de capacité des écoles de théâtre à Madagascar. Une formation qui a pris en compte la participation active de tous à travers le respect des genres et des individus. En effet, sur les 35 formés, on a vu la participation de 15 hommes et 20 femmes dont 2 malentendantes. Ils ont exprimé leur désir de continuer la formation en théâtre pour un meilleur acquis au niveau des compétences des comédiens-acteurs et des dirigeants de troupe.

Pour rappel, le projet, initié par le Ministère de la Culture, de la Promotion de l’Artisanat et de la Sauvegarde du Patrimoine, en étroite collaboration avec l’Organisation Internationale de la Francophonie, consiste à former les acteurs de théâtre sur les techniques de base du théâtre pour qu’ils puissent, à la leur tour, former les comédiens dans leur région respectif. Pareil pour les dirigeants des troupes théâtraux des régions, invités à améliorer la capacité des troupes de théâtre dans leur région.

Aina Maharindra

Midi Madagasikara5 partages

Rugby- Litige MR- Analamanga : La bourde de trop de Marcel Rakotomalala

Le Président de la Ligue d’Analamanga de rugby, Andry Ravelojaona, est prêt à participer à un dialogue avec Malagasy Rugby pour une rencontre de la dernière chance.

La guerre larvée entre la Fédération malgache de rugby et Ligue Analamanga refait surface après la tentative de destitution du président Andry Ravelojaona orchestrée par Marcel Rakotomalala en présence du SG du COM, Harinelina Randriamanarivo.

Jusqu’où Marcel Rakotomalala, l’actuel président de Malagasy Rugby ira-t-il dans sa volonté d’écarter le président d’Analamanga Rugby de son poste alors que le tribunal a déjà tranché sur le sujet.

Andry Ravelojaona en parle dans une interview en prenant à témoin le stade de Malacam plein à ras bord pour illustrer que le public a bel et bien choisi son camp.

Midi Madagasikara : Malagasy Rugby a organisé, jeudi dernier, une Assemblée Générale de la Ligue d’Analamanga dont l’objectif est de faire voter par les sections votre destitution. Qu’avez-vous à répondre ?

Andry Ravelojaona : « Les faits montrent qu’il s’agit là d’une bourde de trop du président Marcel Rakotomalala. Car de quel droit peut-il tenir une AG de la Ligue d’Analamanga alors que je n’étais même pas là et surtout en l’absence du ministère des Sports ? C’est ridicule car Malagasy Rugby ne peut pas se substituer à la Ligue dans une affaire qui ne la concerne même pas. C’est aussi valable pour le Comité Olympique dont la présence dans une AG d’une ligue constitue une aberration déjà que la tenue de l’AG en elle-même est une entorse aux règlements. »

Midi : Mais il y avait les sections ?

A.R. : « Mais quelle section ? J’ai ici avec moi le président de la Ligue de Vakiniadiana qui se plaint d’avoir été victime d’une machination car quelqu’un a pris sa place au nez et à la barbe du délégué du Sport sur place. Si c’est vrai que Malagasy Rugby a une autorité sur les sections, pourquoi elle ne l’utilise pas pour dire à tous les clubs d’aller au Stade Makis pour organiser ce championnat qu’elle n’arrive même pas à maîtriser car les gens ne sont pas bêtes pour savoir que les clubs d’Analamanga doivent se conformer à la Ligue d’Analamanga. C’est tout aussi simple que cette décision de justice sanctionnant la délégation spéciale que Marcel Rakotomalala a voulu mettre en place. »

Midi : Cette guerre larvée entre vous et Marcel Rakotomalala va finir à la longue par pénaliser tout le rugby malgache avec la suspension des subventions de l’IRB.

A.R. : « Et à qui la faute ? Quel intérêt Marcel Rakotomalala a-t-il de s’attaquer à une entité légalement élue et qui de surcroît représente 90% du rugby malgache voire plus. Mais la vérité est que le chantage consistant à ne pas prendre que des joueurs du Stade Makis en équipe nationale n’a pas marché comme il le voulait et cela a attisé sa colère. Alors subventions de l’IRB ou pas, la Ligue d’Analamanga que je préside n’en fait pas grand cas car malgré toute notre volonté, cet argent ne nous est pas destiné. »

Midi : A vous entendre, votre relation avec Marcel Rakotomalala a atteint un point de non retour.

A.R. : « Mais ce n’est pas ma faute. Ceci dit, si on veut réellement trouver une solution à ce problème, il n’y a rien de mieux que le dialogue entre les quatre yeux et en présence du ministère des Sports qui sait très bien la conduite à tenir dans une relation entre Ligue, Fédération et même Comité Olympique. Et le plus tôt sera le mieux pour les biens du rugby et par respect au public de plus en plus nombreux de Malacam où on commence à utiliser la piste car les gradins et la tribune sont devenus trop étroits. »

Propos recueillis par

Clément RABARY

News Mada4 partages

Jly Rasolofonirina Béni Xavier : “Tsy hiaro ireo miaramila nanao fanafihana izahay…”

Nahitsy ny  minisitry ny Fiarovana, ny Jly Rasolofonirina Béni Xavier raha nanambara fa tsy miaro ary tsy hanao fanelanelanana mihitsy manoloana ireo miaramila kaporaly roa lahy sy polisy iray, anisan’ireo nanafika ireo sinoa mpitrandraka volamena, tany Mananjary, ny herinandro teo…

Niaiky ny minisitry ny Fiarovana, ny Jly Rasolofonirina Béni Xavier fa tena nisy tokoa ireo miaramila nandray anjara mivantana tamin’ilay fanafihan-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika tao amin’ireo Sinoa mpitrandraka volamena, ao Mananjary, ny alakamisy alina teo. « Marina tokoa fa nisy miaramila teo anivon’ny tafika sy polisy avy ao amin’ny polisim-pirenena nandray anjara tamin’iny fanafihana iny. Efa eo am-pelatanan’ny mpanao famotorana izy roa lahy ireo ary ny famotorana dia mitohy », hoy izy raha nanontanian’ny mpanao gazety momba ny fisian’ireo miaramila nandray anjara mivantana tamin’ilay fanafihana. Nohamafisin’ity manamboninahitra ambony ity aza fa « tsy mpiaro ny olona sahala amin’izany izahay ary tsy miray tsikombakomba amin’izany fa rehefa manao ny asa ratsiny izy dia tompon’andraikitra tanteraka amin’ny maha olom-pirenena azy. Tsy hiditra hanao fanelanelanana amin’izany na ny minisitry ny Filaminana anatiny na ny minisiteran’ny Fiarovana”, hoy hatrany izy.

Voasaringotra ao anatina fanafihan-jiolahy hatrany ny mpitandro filaminana. Misy ireo mandray anjara mivantana toy ity tany Mananjary ity, misy kosa ireo miray tsikombakomba na mampanofa fitaovam-piadiana, toy ny basy Kalachnikov na PA.

Mpiambina tompon’andraiki-panjakana ambony…

Voalazan’ny loharanom-baovao marim-pototra fa mpiambina tompon’andraiki-panjakana ambony eto amin’ny firenena sy olom-boafidy iray ao Manakara ireto miaramila roa lahy nivadika nanao asan-jiolahy ireto. Miasa ao amin’ny kaomisarian’i Mananjary kosa ilay polisy niaraka tamin’izy roa lahy ireo. Isan’ireo tratra niaraka tamin’izy ireo ny vadina fonksionera ambony miasa ao amin’ny distrikan’i Mananjary.

Tsiahivina fa isan’ireo enina voasambotra tamin’ireo jiolahy miisa 12 tompon’antoka tamin’ny fanafihana ny toeram-pitrandrahana volamena an’ny Sinoa ao amin’ny reniranon’i Mananjary, fokontany Morarano, kaominina Ambalahody Atsimo, distrikan’i Mananjary, ny alakamisy 23 novambra 2017 lasa teo ireto miaramila roa lahy sy brigadier de police iray miasa ao amin’ny kaomisarian’i Mananjary. Tratran’ny zandary tany amin’izy ireo ny basy PA roa miaraka amin’ny bala.

Tsikaritr’ireo mponina teo an-tanàna ny fahatongavan’ireo jiolahy, saingy niteny tamin’ny mponina izy ireo hoe “aza mikoropaka ianareo fa ireto sinoa mitrandraka ny harenantsika ireto no ho tafihinay. Tsy hikasika ny Malagasy izahay fa haka ny anjaran’ny Malagasy any amin’ireo Sinoa”, hoy ireo jiolahy, araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana.

Mitohy kosa ny fanarahan-dia ataon’ny zandary ireo jiolahy naman’ireto efa voasambotra ireto. Voalazan’ny loharanom-baovao hatrany kosa fa mbola any am-pelatanan’ilay polisy voasambotra ny vola gasy niaraka tamin’ny volamena nalain’izy ireo tao amin’ireo Sinoa mpitrandraka volamena.

J.C

La Vérité4 partages

Epidémie de peste - Les propos du Premier ministre en décalage avec l’Oms

Au cours d’une déclaration à la presse avant – hier, le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana a annoncé la fin de l’épidémie de peste pulmonaire urbaine. Une déclaration qui semble pourtant en parfait décalage avec celle de l’Organisation mondiale de la santé (Oms). Cette organisation onusienne qui semble s’exprimer avec beaucoup plus de prudence par rapport au Gouvernement malagasy. En effet, l’Oms a annoncé, également avant – hier, sur son site web que « la flambée sans précédent de peste pulmonaire, qui a débuté à Madagascar en août dernier et a fait plus de 200 victimes, est en train de reculer. La riposte doit cependant être maintenue ».

Notons que la peste pulmonaire est la forme la plus mortelle de la peste et a causé la majorité de décès depuis le déclenchement de l’épidémie au mois d’août. D’après les chiffres du ministère malagasy de la Santé publique, 2348 cas dont 202 décès, ont été recensés sur la période entre le 1er août jusqu’au 22 novembre. Le chef du Gouvernement malagasy s’est référé au dernier cas confirmé de peste pulmonaire qui, selon lui, remonte au 3 novembre 2017. Il a appelé à la vigilance étant donné que la saison pesteuse ne se termine qu'en avril 2018. Il a notamment fait abstraction de toute transparence dans les gestions des fonds ou des dons alloués au Gouvernement malagasy par rapport à l’épidémie de peste. Une absence de transparence qui laisse perplexe quant à l’utilisation correcte et rationnelle de ces fonds qui s’élèvent à plusieurs millions de dollars.

 Autosatisfaction 

 Le Premier ministre s’est aussi hâté d’affirmer que « le nombre de nouveaux cas de peste a diminué considérablement dès la cinquième semaine après le début de l'épidémie. Ce qui indique que les mesures de santé publique prises pour contenir l'épidémie ont été efficaces». En revanche, l’Oms prévient que de nouveaux cas de peste bubonique et de peste pulmonaire sont attendus jusqu’à la fin de la saison épidémique, c'est-à-dire en avril 2018.  Contrairement au discours d’autosatisfaction du patron, de la Primature, l’Oms semble lancer une interpellation. «Il est tragique qu’une maladie qui existe depuis le Moyen Age et qui est facile à traiter puisse menacer un pays tout entier et tuer plus de 200 personnes. Le financement de la recherche, de la prévention et de la préparation concernant la peste est très insuffisant et, cette année, des milliers de personnes à Madagascar ont subi les conséquences de cette situation», a déclaré le docteur Peter Salama, directeur exécutif du programme de gestion des situations d'urgence de l'Oms. L’organisation a mobilisé plus de 135 membres de son personnel et de son Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (Goarn) dans le cadre de la riposte à la peste.

S.R.

Midi Madagasikara4 partages

Football – Elections : Une assemblée d’urgence des présidents le 4 décembre

Les élections au niveau des sections et des ligues régionales de football ne cessent d’alimenter les débats. La crédibilité et la neutralité de la commission électorale est remise en question.

Un nouveau rebondissement. La tenue des élections au niveau des sections provoque déjà des grognements et des problèmes dans la grande famille du ballon rond malgache. Les résultats publiés par la Commission Electorale Nationale (CEN) ne sont pas identiques à ceux sur place pour ne citer le cas des sections de Tsiroanomandidy (Bongolava), Beroroha et Ankazoabo (Atsimo-Andrefana) et Antanifotsy (Vakinankaratra). Les élections dans ces sections seront à refaire selon la décision du CEN.

Irrégularités. « Est-ce que le devoir de la CEN de valider et d’annoncer les résultats des votes au niveau des ligues régionales, mais, non pas à la commission électorale régionale. Il a été décidé au début que c’est la commission régionale qui se charge des élections au niveau des ligues t sections, mais, pour la CEN, elle ne s’occupe que du national. Mais actuellement, tout a changé, car, plusieurs de leurs candidats n’ont pas été élus » a fait savoir un président de ligue. Malgré la constitution d’une commission de recours au niveau régional pour statuer des litiges et des recours. C’est toujours la CEN qui a eu le dernier mot. Autre faits qui attirent l’attention, c’est le cas des sections de Ikalamavony (Haute-Matsiatra et de Nosy-Varika (V7V). Un président est élu à la tête de ces sections sans une élection. Pourtant, dans la règle de l’art, l’ouverture de la candidature devrait être annoncée à travers un affichage. A Ikalamavony, Zafimahaleo Razanajatovo a été élu président de la section et à Nosy-Varika, Germain Randrianasolo a été propulsé à la tête de ladite section. Et ces deux personnes font partie des sections votantes lors de l’AG élective au sein de leur ligue respective. Par contre, à Vohibato, une élection a été organisée en 2016 avec le certificat de conformité de la direction régionale de la Jeunesse et des Sports, mais, elle ne fait pas partie des votantes. Contrairement à l’arrêté 2020/10 fixant les modalités d’application du décret 2010-001, concernant la législation qui régit le mouvement sportif, un club ne peut former une section. Pourtant, c’est le cas à Sakaraha et à Ambohimasoa.

Assemblée d’urgence. Face à cette situation, 16 présidents de ligue régionale prévoient de convoquer une assemblée d’urgence le 4 décembre prochain dans la capitale. Une AG qui statuera des mesures à prendre face aux problèmes et compte tenu de la situation entre autres du rôle de la CEN et d’autres points importants. Cette même commission envisagerait (le conditionnel est de rigueur) d’éliminer plusieurs candidats à la prochaine élection au niveau des ligues pour ne citer que Giscar Andrianjo (V7V), Mamany Gan (Haute-Matsiatra), Brino (Amoron’i Mania). Comme annoncé, ces élections au niveau de la fédération malgache de football (FMF) reflètent déjà de la situation de l’élection de 2018…

T.H

News Mada3 partages

Groupe Wawa : une année couronnée de succès

2017 ne tire à sa fin que dans moins de deux mois, mais le groupe Wawa dresse déjà un bilan plus que positif.

De la Grande île aux îles sœurs, en passant par l’Hexagone, le prince du salegy vogue dans le succès. Wawa vit de sa musique, il est fier de sa culture et entend même la porter haut, là où elle mérite de l’être. Son but étant de déployer le « salegy » à l’international.

Ces deux derniers mois, il a réalisé 9 dates en France au plus grand bonheur des amateurs de musique tropicale mais également et surtout  de la diaspora malgache. On notera, entre autres, Lyon, Bordeaux, Rennes, Toulouse, Colmar et Limoges. Les Parisiens ont également été séduits par sa prestation, où plus 8000 inconditionnels admirateurs ont dansé sur le rythme des fameux salegy  « mamiakalamba » et « 400 volts ».

« Il faut savoir que ce n’est pas une sinécure pour  les artistes d’attirer un tel public dans une soirée vu la situation actuelle à Paris ces temps-ci. Nous avons quand bien même assuré les spectacles sans aucun incident. Pour ainsi dire que le groupe a pu préserve son rythme et sa notoriété depuis ses 15 ans de carrière », s’enthousiaste le chanteur de « Mila rano » et de «  Makao mena ».

Un nouvel opus en chantier

L’agenda de l’année prochaine est déjà bien établi pour le groupe Wawa. Une tournée européenne est en vue pour ne citer que Belgique, Italie, Suisse, Canada. Une petite  virée musicale sera également effectuée au pays de l’Oncle Sam et dans la zone océan Indien.

Outre une série de spectacles dans les quatre coins de Madagascar, Wawa concocte, le courant de l’année qui suit, son 9è album. Fidèle à son registre, cet opus renfermera 10 titres inédits.  Dans la foulée, il se rendra dans la capitale du Togo, non pas pour une balade de santé mais plutôt  pour une collaboration artistique avec Toofan, le précurseur du « gweta » le plus en vogue du moment.

Joachin Michaël

Midi Madagasikara3 partages

Ambohitrimanjaka : Lehilahy nananton-tena noho ny fitiavana

Nalainy ny lambohoany dia nampiasainy mba hanantonana ny tenany. Tsy naka lavitra izy fa teo amin’ny tohatra ihany izany no nafatony ary nitarika ny fahafatesany. Lehilahy iray 52 taona no nisafidy ny namoy fo ny alin’ny zoma hifoha alahady teo. Tokony ho tamin’ny iray ora maraina tany no nitranga izany tao amin’ny tokantrano iray etsy Ambohitrimanjaka. Raha araka ny tatitry ny zandary dia fandraràna azy tsy hiaraka amin’ny vehivavy iray no nitarika io famoizam-po io. « Nisy olona teo amin’ny fianakaviany tsy nanaiky ny fiarahan’izy roa, ary hatreto dia izay no eritreretinay ho antony namonoan’ilay lehilahy ny tenany », raha araka ny fanazavan’ny mpitandro ny filaminana. Na izany aza anefa, satria mahakasika fahafatesana ny raharaha, dia tsy maintsy misy ny fanadihadiana nosokafana. Betsaka ary tena marobe ny olona mamono tena eto amintsika na dia tsy fantatry ny fiarahamonina firy aza ny fisian’izany. Eny amin’ny hopitalim-panjakana no tena ahitàna taratra an’izany. Ny olona dia mamono tena amin’ny fihinanana poizina na koa fanafody no tena maro eny. Raha ny fanadihadiana tsotsotra dia mihodinkodina eo amin’ny olana ara-pitiavana miampy vesatry ny fiainana andavan’andro no mitarika ireo olona hamoy fo. An-jatony isam-bolana izany mba tsy hitenenana hoe misy isan’andro. Tsy mifidy sarangan’olona, raha ny fanazavan’ny mpitsabo, nefa na izany aza dia tsikaritra fa ireo olona efa manambady no tena matetika mamono tena. Isan’ny olana eto amintsika ny tsy mbola firoboroboan’ny asan’ireo mpitsabo izay manam-pahaizana amin’ny fitsaboana  saina (psychiatre). Any ivelany anefa, raha vao misy olana tsy zakan’ny sain’ny olona, dia manatona azy ireny avy hatrany. Tsy dia azo atao ny fampitahana satria ny hoenti-manana tsy mitovy ary isika Malagasy koa dia malaza ho « be saina ». Nefa dia ny mifanohitra tanteraka amin’izany ihany no mitranga raha tarafina amin’ny zava-misy eny amin’ny hopitaly. Manaraka izany, rehefa avotra soa aman-tsara ka miverina eo amin’ny fiarahamonina ireo olona nanandrana namoy fo, dia tsy mba misy ny fanaraha-maso ara-pahalasamana ny saina. Tsy vitsy araka izany ny miverina manao ny fanaony indray.

D.R

News Mada2 partages

Ivahona, Betroka : misahana fokontany hatrany amin’ny 50 km ny CSB

CSB iray nahazo loka ny ao Ivahona, ao amin’ny kaominina Ivahona, distrikan’i Betroka. « Tanjak’izy ireo ny fiaraha-miasa amin’ny olobe mpitana ny fomban-drazana sy ny mpitsabo nentim-pahazarana ary ny mpanentana ara-pahasalamana eny ifotony », araka ny fanazavan’ny mpitantana ny CSB Ivahona, Ralaiaritiana Alexis Théogène, teny amin’ny lapan’Ambohitsorohitra, omaly. Miasa mafy manentana ny vahoaka amin’ny fokontany sivy sahaniny ny mpanentana nefa ny fokontany sasany miorina any amin’ny 50 km avy eo amin’ny CSB Ivahona. Ny olona rahateo mazoto manatona ny tobim-pahasalamana. Na izany aza, sakana amin’ny fampandrosoana ny fahasalamana koa ny asan-dahalo izay manjaka rehefa maina ny andro. Amin’izao fotoana izao, ny aretim-pivalanana sy ny sery ary ny kohoka no mpahazo ny vahoaka ao amin’ny kaominina. Misy ihany ny aretina tazo saingy efa nihena ny isan’ny olona voany.

Vonjy A.

La Vérité2 partages

Affaire Antsakabary - Quid des commanditaires ?

Le cercle de réflexion pour l'avenir de Madagascar a fait une déclaration sur l'affaire Antsakabary. 9 mois après l'incident, l'affaire faisait partie des sujets évoqués parmi les résolutions du Parlement européen à Strasbourg.

Le parlement se réfère au rapport d'Amnesty International qui dispose de preuves que « des agents des forces de l'ordre ont cherché à se venger après des incidents de justice populaire (…) et auraient incendié cinq villages à Antsakabary au motif que deux de leurs collègues auraient été assassinés par des villageois, et qu'une femme âgée est décédée de ses brûlures pendant l'attaque parce qu'elle était incapable de s'enfuir;  que la police enquête à présent sur cet incendie alors qu'elle est impliquée dans celui-ci ». Dans ses résolutions, le parlement «  demande qu'une enquête indépendante et impartiale soit menée sur l'incendie de cinq villages à Antsakabary et qu'elle veille à protéger les victimes de tout acte de représailles si ces dernières devaient apporter des preuves ».Désinformation Le Cram soulève le fait qu'une affaire de canard a conduit à la mort de 3 personnes à savoir les deux policiers lynchés, et la femme aveugle morte de l'incendie, ainsi que la calcination de plusieurs centaines de maisons. Le cercle déplore également la désinformation de la population qui a donné de l'ampleur à cette affaire. Cela ramène à la déclaration de l'ancien ministre de la sécurité publique, Anandra Norbert qui prétendait que l'incendie était l'œuvre d'une malade mentale et non des policiers. Une contre - vérité qui lui a valu son éjection de la tête de ce département ministériel.Sur cette lancée, le Cram s'interroge sur les commanditaires de cette expédition punitive des 42 policiers à Antsakabary ainsi que des exactions commises  sur les habitants de cette localité. Des exactions qui sont parvenues aux oreilles d'Amnesty international et se sont même invitées dans les débats au sein de la Commission des Nations Unies pour les droits de l'homme. « L'affaire n'aurait pas eu une telle ampleur si l'Etat n'avait pas pris ses responsabilités », affirme le Cram. Ce cercle de réflexion exige ainsi une entière transparence dans la résolution de l'affaire.Recueillis par S.R.

Midi Madagasikara2 partages

Tapatapany

# Razana miisa 140 no indray nanjavona tao amin’ny fasana iray tetsy Soavinimerina. Vitsy kely sisa ny razana tavela tao am-pasana ary ireo taolana tsy nilain’ireo olon-dratsy dia natsipitsipiny fotsiny tao anatiny tao. Kivy tanteraka ny tompom-pasana manoloana ny zava-nitranga. Mizotra hatrany mankaty an-drenivohitra ity fanao ratsy ity.

# Gaga ny olona tao Sainte-Marie sy Mahajanga raha nahita ireo vahiny « be lamba » maro izay nitanjozotra nitondra entana sy tsy fantatra izay halehany. Tsy ela ihany koa dia niparitaka ny sary ary tsy mifanalavitra amin’ny mpitsoa-ponenana nosamborina teto an-drenivohitra izy ireo. Ny mahatalanjona dia tsy misy fanazavana avy amin’ny fanjakana intsony, io farany izay nanameloka ny gazety ho mpandainga raha niteny fa hisy mpitsoa-ponenana marobe hiditra eto Madagasikara

# Mpizaha tany roa no very vola vahiny sy fitaovana tany Antsalova. Izy ireo dia tonga mba hijery ny Tsingy de Bemaraha. Rehefa nody tao amin’ny hotely nipetrahany anefa dia tsy nisy tao  intsony ireo fananana voalaza etsy ambony. Ny varavarana anefa amin’io tsy nopitsohina. Nisy fanadihadiana nosokafan’n y zandary momba ity halatra manimba ny lazan’ny fizahan-tany eto amintsika ity.

D.R

Midi Madagasikara2 partages

Corsair : Nouvelle Business Class et nouveau Call Center

Une montée en gamme pour les clients Business Class de Corsair.

Opérant depuis 21 ans, sur le ciel aérien malgache, Corsair confirme son dynamisme en améliorant ses services aussi bien au niveau du confort de ses vols que celui des relations avec les clients.

Les deux nouvelles prestations ont été présentées  la semaine dernière en présence de hauts dirigeants de Corsair qui ont  fait le déplacement à Antananarivo.

Montée de gamme. Corsair vient en effet d’introduire une  classe Business sur l’ensemble de sa flotte. Un confort de plus pour les voyageurs puisque dorénavant,  chaque appareil  de Corsair dispose d’une cabine reconfigurée et privative proposant 12 sièges convertibles en lits. En mettant en place cette nouvelle configuration, Corsair répond ainsi à la demande de sa clientèle puisqu’il s’agit d’un produit prisé par les voyageurs pour le confort délivré et l’espace offert. Les sièges sont situés à l’avant de l’appareil pour les Airbus et au pont supérieur pour les Boeing de la flotte de Corsair. Placée sous le signe du raffinement, l’harmonie cabine est entièrement revisitée pour une ambiance chic et élégante. Une montée de gamme, en somme pour les clients Business de Corsair qui auront droit un service à bord exceptionnel et une attention personnalisée grâce à un personnel navigant dédié. Par ailleurs, les passagers auront un accès personnel aux programmes de divertissements encore plus riches et la mise à disposition de casques anti-bruit Sennheiser et d’Ipad pro 13 pouces avec accès au wifi interne « Corsair On Sky ». Les prestations gastronomiques proposées à bord ont été élaborées en collaboration avec le chef étoilé Michel Rostang et la Maison Petrossian. Le Menu Signature et le Menu Prestige – proposé en supplément – sont disponibles sur tous les vols au départ de Paris.

Meilleurs standards. « Le lancement de sa classe Business positionne désormais l’offre Corsair aux meilleurs standards du marché. Avec l’intégration d’une classe Business sur l’ensemble de ses appareils, Corsair propose un service de grande qualité, associé à un très bon niveau de confort pour une expérience de vol personnalisée pour chacun des clients de la classe Business. »,  ont déclaré les responsables de Corsair lors de la soirée de présentation qui s’est déroulée au Carlton.  Et si le confort est au rendez-vous à bord, il ne l’est pas moins au sol où les clients ont dorénavant droit à un call center de très haut niveau. En effet, Corsair vient de  signer une convention avec ADM Value, un spécialiste des relations clients. Le centre d’appel géré par ADM Value permettra ainsi à la clientèle de disposer  d’une équipe de 40 conseillers à leur écoute et pour les accompagner sur l’ensemble de leur parcours – client. « Offrir un service efficace et de qualité est une exigence de la compagnie concrétisée par la signature de ce partenariat. Je tiens à féliciter très chaleureusement les équipes qui sont engagées à nos côtés pour la plus grande satisfaction de nos clients. », a déclaré, Antoine Huet, Directeur général adjoint Affaires commerciales de Corsair, lors de la présentation de ce nouveau Call center.  « Nous nous félicitons de la concrétisation de ce nouveau partenariat, qui va nous permettre de consolider notre expertise dans le secteur de l’aérien. Avec 250 000 appels pris en charge à l’année et un délai de réponse de moins d’une minute, nous nous engageons à offrir un service de grande qualité aux clients de Corsair. » a indiqué pour sa part, Claude Briqué, Président de ADM Value.

R.Edmond.

L'express de Madagascar2 partages

Salon – La microfinance dans tous ses états à Analakely

Enfin. L’évènement devait se tenir en octobre au palais des sports. Il se tient finalement à l’hôtel de ville Analakely, à partir d’aujourd’hui. La première édition du Salon de la Microfinance, des Banques et des Assurances ou S’MBA Madagascar rassemblera, jusqu’à demain, les acteurs opérant dans le circuit financier.Les institutions de microfinance, les établissements de crédit, les banques et les compagnies d’assurances ainsi que les établissements se spécialisant dans les services de « mobile banking », de transfert d’argent et d’épargne, participeront ainsi à cette grande première.

e-commerceDurant cet événement, la numérisation ainsi que la dématérialisation monétique seront au centre des débats. S’adressant au public de tous les horizons, S’MBA première édition est ainsi dédié aux particuliers, entrepreneurs, fonctionnaires, agriculteurs, commerçants, artisans, transporteurs.Cependant, comme l’évolution technologique l’exige, le e-commerce sera plutôt mis en avant par rapport aux systèmes d’échange financier standard. Un concept qui améliorera sûrement le faible taux de bancarisation enregistré dans la Grande île, avec près de 5% de la population en ce moment. Rendez-vous est donné ce jour et demain pour redécouvrir le monde de la microfinance malgache

H.R.

Madagate1 partages

Madagascar. Pour l'OMS, l'épidémie de peste recule mais la riposte doit continuer

L’épidémie de peste à Madagascar recule mais la riposte doit continuer

Communiqué de presse

27 novembre 2017 | ANTANANARIVO, MADAGASCAR - La flambée sans précédent de peste pulmonaire, qui a débuté à Madagascar en août dernier et a fait plus de 200 victimes, est en train de reculer. La riposte doit cependant être maintenue, a averti l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

«Le plus fort de la flambée est derrière nous, mais nous devons pouvoir continuer à détecter les cas et à intervenir jusqu’à la fin de la saison épidémique en avril 2018», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS.

Selon les données publiées par le Ministère malgache de la Santé Publique, le nombre de nouveaux cas a régulièrement baissé ces dernières semaines. Ceci montre que les mesures prises pour endiguer la flambée ont été efficaces, mais de nouveaux cas de peste bubonique et de peste pulmonaire sont attendus jusqu’à la fin de la saison épidémique, en avril 2018.

«Je félicite le gouvernement de Madagascar pour la manière dont il a travaillé avec les partenaires pour contenir cette épidémie. C'est exactement le type de leadership nécessaire pour éviter que les épidémies ne deviennent incontrôlables», a ajouté le Dr Tedros.

Entre le 1er août et le 22 novembre, le Ministère malgache de la Santé Publique a notifié 2348 cas au total, dont 202 mortels. La quasi-totalité des patients recensés et environ 7300 contacts ont bénéficié d’un traitement gratuitement.

«Il est tragique qu’une maladie qui existe depuis le Moyen Âge et qui est facile à traiter puisse menacer un pays tout entier et tuer plus de 200 personnes. Le financement de la recherche, de la prévention et de la préparation concernant la peste est très insuffisant et, cette année, des milliers de personnes à Madagascar ont subi les conséquences de cette situation», a déclaré le Dr Peter Salama, Directeur exécutif du Programme de gestion des situations d'urgence de l'OMS.

Bien que la peste soit endémique à Madagascar, cette flambée est sans précédent en matière de vitesse de propagation et de portée. Elle touche des zones où la peste n’est pas endémique, comme les villes densément peuplées, et l’on compte plus de cas de peste pulmonaire que de cas de peste bubonique.

Face à cette situation, l’OMS a rapidement débloqué 1,5 million de dollars (US $) de fonds d’urgence, livré 1,2 million de doses d’antibiotiques et formé plus de 4400 personnes à la recherche des contacts afin que la peste ne continue pas à se propager dans des zones déjà durement touchées.

L’OMS et ses partenaires aident le gouvernement malgache à coordonner la riposte, à fournir des orientations cliniques, à recenser et à traiter les patients et leurs contacts et à renforcer le dépistage dans les aéroports et dans les ports parmi les passagers qui quittent le pays, afin de réduire le risque de propagation internationale.

Plus de 135 membres du personnel de l’OMS et du Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) ont été réaffectés ou dépêchés à Madagascar dans le cadre de la riposte à la flambée.

Il faut maintenir le soutien afin que la riposte se poursuive pour trouver l’ensemble des cas, recenser activement les contacts et les traiter, lutter contre les rongeurs et les puces et faire en sorte que les inhumations soient pratiquées de manière sûre et digne.

L’OMS continuera à aider les autorités sanitaires nationales à maintenir les moyens de surveillance et de riposte et à gérer efficacement les flambées futures.

Note aux rédactions

Pour la riposte à la flambée de peste à Madagascar, l’OMS a reçu, dans le cadre de son Programme de gestion des situations d’urgence sanitaire, un soutien financier de son fonds de réserve pour les situations d’urgence, ainsi que des gouvernements italien et norvégien.

La Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, ainsi que la Croix-Rouge Malgache, l’Institut Pasteur de Madagascar, Médecins sans Frontières (MSF), Médecins du Monde (MdM), l’équipe de pays des Nations Unies (dont UNICEF, UNFPA, UNDP), l’USAID, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) des États-Unis d’Amérique, Santé publique France, Public Health England, Action contre la faim, le Réseau mondial d’alerte et d’action en cas d’épidémie (GOARN) et d’autres partenaires soutiennent activement le gouvernement et les autorités sanitaires de Madagascar.

L’OMS assure un appui technique et opérationnel dans plusieurs domaines, dont la coordination et la planification, la surveillance, la prise en charge des cas, la participation communautaire et la logistique.

Pour plus d'informations, veuillez prendre contact avec:

Tarik Jasarevic Département de la Communication, OMS Téléphone: +41 22 791 5099 Portable: +41 79 367 6214 Courriel: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

News Mada1 partages

Mananjary- attaque d’un site aurifère : le ministre de la défense s’exprime

Le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense a blâmé les deux militaires et le policier impliqués dans l’attaque.

Questionné par les journalistes à propos de l’arrestation des deux militaires et du policier auteurs présumés du braquage d’une station aurifère située à Mananjary jeudi dernier,  le général Béni Xavier Rasolofonirina, ministre de la Défense, n’y est pas allé par quatre chemins. « Effectivement, deux caporaux et un policier ont été arrêtés dans le cadre de cette affaire. Ils font actuellement l’objet d’une enquête serrée, en vue de mettre la main sur leurs complices » a-t-il informé.  Il a également indiqué qu’aucune intervention de la part du ministère de la Défense ni de la part de celui du ministre de la Sécurité publique ne sera entreprise dans cette affaire. « Nous ne serons pas complices de tels actes. Il faut qu’ils assument leurs responsabilités » a-t-il conclu.

Rappel des faits

Les deux caporaux et le brigadier de police ainsi que trois autres individus ont été capturés par les gendarmes suite à l’attaque perpétrée par 12 individus armés de fusils et de pistolets automatiques dans une station aurifère exploitée par des Chinois à Morarano Mananjary, dans la nuit de jeudi. Les bandits se sont enfuis en emportant plusieurs grammes d’or ainsi que de l’argent  dont des devises chinoises.

D’après les explications, les deux militaires sont des gardes du corps d’une haute personnalité. Deux pistolets automatiques ont été retrouvés sur eux pendant l’arrestation.

Ando Tsiresy

News Mada1 partages

Insécurité à Betroka : les maires s’expliquent

Les membres de l’association des maires du district de Betroka s’insurgent contre ce qu’ils qualifient de campagne de dénigrement par voie de presse menée par des adversaires politiques à l’encontre du député élu dans leur district.

Porte-parole du groupe composé de 19 maires sur les 22 du district, Aubel Julien Raharivelo, présidant  l’association et maire de la commune rurale de Beampombo I, a démontré à la presse que ces manœuvres visent à dénigrer le député Jean Nicolas Randrianasolo à la veille des élections pour le battre. Il a rappelé les actions sociales du député pour le développement des 22 communes de Betroka au cours desquelles les sensibilisations à la lutte contre les vols de bovidés ont été priorisées. L’association dénonce les attitudes de ces maires qui ont été des candidats malheureux à la députation et les incite à se présenter de nouveau pour des concurrences loyales. Les maires de Betroka souhaitent des investigations approfondies sur cette guerre de communiqués par respect de la transparence.

Manou

Tia Tanindranaza1 partages

Mety ho zava-doza ny lalàna momba ny ZESAtaovy ny atrikasam-pirenena, hoy ny SECES

Nanatanteraka fivoriana ny Sendikan’ny Mpampianatra-Mpikaroka sy ny Mpikaroka-Mpampianatra (SECES) rantsana Antananarivo ny 24 novambra lasa teo.

Nisy ny fanambarana natao taorian’izay ka lafin-javatra 5 no tena nisongadina. Fisaorana ny mpitondra sy ny vahoaka, ary ny mpiara-miombon’antoka tamin’ny ady manoloana ny aretina pesta. Manentana kosa ny ho fametrahana lamina sy paika mba tsy hiverenan’ireny aretin-doza tokony ho nilaozan’ny vanim-potoana ireny. Mitaky ny fampiharana ny tany tan-dalàna eto amin’ny tanin’ny Repoblika sady milaza ho ren-tany ren-danitra fa fanetribem-pirenena ny fisian’ny tsimatimanota eto. Manoloana ny zava-mamohehitra ataon’ireo mpitondra sasantsasany toy ny fivarotana ny Villa Elizabeth, fampiharan-dalàna tsy mitovy amin’ny olona samy nandika lalàna, fanaparam-pahefana sy fihoaram-pefy ataon’ireo mpitandro ny filaminana sasantsasany … Ny SECES sampana Antananarivo dia milaza marin-drano fa tsy vahaolana velively ny fanilihana andraikitra ary mampahatsiahy fa azo hitarafana ny maha olo-mendrika ny fandraisana andraikitra ara-potoana na inona na inona zava-mitranga eto amin’ny fiarahamonina. Manahy mafy amin’ny mety hisian’ny krizy mialoha, mandritra ary aorian’ny fifidianana. Noho izany dia mila mamolavola lalàm-pifidianana voadinika tsara ary eken’ny rehetra hampiharina eto Madagasikara manomboka amin’ny fifidianana ho avy. Manoloana ny nandanian’ny antenimieram-pirenena ny volavolan-dalàna laharana 018/2017 tamin’ny 10 jolay 2017 mifandraika amin’ny fananganana Faritra ara-Toekarena Manokana (ZES), dia tsy afa-mangina ary tsy maintsy mitondra ny heviny mifandraika amin’ny lalàmpanorenana sy ny lalàna fehizoro mba tsy ho tsiny eo anatrehan’ny taranaka aoriana. Ilain’ny fampandrosoana ny firenena ny mpampiasa vola vahiny ara-dalàna mba hisian’ny famoronana asa, saingy toa ankamehana tanteraka ny famolavolana ny lalàna mikasika ZES. Takiana, araka izany, ny fanatanterahana atrikasam-pirenena, izay handraisan’ireo manampahaizana isan-tsokajiny sy ireo raiaman-dreny ara-pinoana sy ara-drazana anjara. Tokony hatao io mba hisorohana ny mety ho fatiantoka sy ny fahapotehan’ny firenena Malagasy. “Dia milamin-tsaina ve ireo solombavambahoaka izay nametrahana fitokisana hisolotena ny vahoaka Malagasy taorian’ny nandaniany io volavolan-dalàna io ? “, hoy ny SECES.

Toky R

La Vérité1 partages

Attaque d'une carrière chinoise à Mananjary - Implication des militaires confirmée

Le ministre de la Défense, le général Beni Xavier,  a reconnu l'implication de ses hommes lors de l'attaque menée par 12 assaillants jeudi dernier et ce, contre une société minière chinoise opérant  à Morarano, district de Mananjary.  Il a avoué hier que deux militaires ainsi qu'un agent de police du commissariat de la localité avaient bel et bien participé à l'agression.

« Ne compter jamais sur  le ministère de la sécurité publique, ni sur celui de la défense  pour agir ou intervenir en faveur de ces brebis galeuses, ni pour se montrer comme leurs complices. Laisser donc à la Justice le soin de les traduire car nous ne sommes pas là pour protéger des bandits. D'ailleurs, c'est pour cela qu'on s'est prononcé pour l'indépendance de la Justice », s'est-il exprimé.Les membres des forces entraînés dans cette affaire risquent donc gros et qu'ils se désillusionnent sur la clémence de leurs corps respectifs afin de les dédouaner.  Cependant, la population de Morarano, où l'assaut contre les chinois installés dans des embarcations mouillant dans ce fleuve de la région, aurait laissé faire ces éléments des forces de l'ordre. Au moment des faits,  ils auraient amadoué les civils de la région en leur expliquant qu'ils sont venus s'en prendre, non aux villageois, mais plutôt à  ces étrangers qui pillent les richesses nationales. Pendant l'attaque, les assaillants ont volé des devises étrangères dont des roupies appartenant aux victimes.Plus tard, des gendarmes de la brigade d'Antsenavolo, qui ont été informés sur cette situation, s'étaient dépêchés sur place et ont interpellé trois assaillants, des civils. Lors de leur audition, ils ont dénoncé leurs complices,  les membres des forces et ont argué que la somme d'argent volée sur les Chinois se trouverait entre les mains du policier. Ce qui aurait facilité la tâche des gendarmes pour retrouver ses pistes.Franck Roland

La Vérité1 partages

Gendarmerie – Justice - Les tensions refont surface

De vives tensions se font de nouveau ressentir entre la Gendarmerie et la Justice. En cause, la libération de présumés auteurs de jets de pierre sur les taxis-brousse arrêtés par les Forces de l’ordre la semaine dernière.

Entre la Gendarmerie et le milieu judiciaire, les rapports sont de nouveau tendus.  Le Tribunal de Toamasina est actuellement dans le viseur des Forces de l’ordre.  Après la libération de présumés bandits auteurs d’attaques armées, pris en flagrant délit sur la Rn2, relâchés par les juges, la Gendarmerie a accusé la Justice de laxiste et de responsable de ce qui pourrait se passer à Brickaville sur la Rn2. En réponse aux attaques perpétrées sur les juges, le procureur de la République du Tribunal de première instance de Toamasina Lauret Rajaona Thierry est monté au front pour réaffirmer que les juges d’instruction sont libres de leurs décisions, conformément aux dossiers en leur possession.

En outre, lui de soulever certaines irrégularités dans les enquêtes préliminaires menées au niveau de la Gendarmerie pour expliquer la liberté accordée aux présumés auteurs des jets de pierre à l’encontre des taxis-brousse. Le procureur de la République du Tpi de Toamasina parle notamment d’extorsion d’aveu. « Lors de leurs auditions devant les juges d’instruction, les prévenus ont indiqué avoir été forcés à donner les noms des présumés instigateurs des attaques », s’est indigné le juge. En tout cas, en réplique à la déclaration du procureur, certains éléments de la Gendarmerie ont indiqué qu’ils allaient  « sortir » les enregistrements sonores des auditions menées sur les présumés auteurs de jets de pierre. 

 Méfiance

 Cet événement a ravivé le conflit entre la Police et la Justice. Les tensions entre ces deux Corps ne sont pas nouvelles, mais elles sont de plus en plus souvent étalées en public. La dernière fois qu’un conflit avait eu lieu entre les deux Corps c’était il y a pas si longtemps. En juin dernier, la Gendarmerie était sortie de sa réserve pour annoncer qu’elle n’exécutera plus les décisions de Justice. La mésentente était due à la lecture et l’interprétation de la loi qui régit les vols de vanille, lesquels se sont multipliés ces derniers temps. La Circonscription inter régionale de la Gendarmerie nationale de Toamasina avait vivement reproché au Parquet de Première instance d’avoir remis en liberté des présumés trafiquants de vanille.  Les arguments sont toujours les mêmes depuis des années. Pour résumer, les  Forces de l’ordre disent :  « on arrête, les juges relâchent ». Il leur faut parfois des mois, des années pour trouver et arrêter un coupable, résoudre une affaire. Les Forces de l’ordre trouvent les juges laxistes, elles leur reprochent de ne pas assez punir les coupables. En face, la Justice estime que les Forces de l’ordre travaillent parfois à la limite de la loi avec des procédures mal bouclées. Il y a une méfiance et une absence de confiance entre ces deux Corps. En tout cas, la corde est donc à nouveau raide entre la Justice et la Gendarmerie, du moins dans la partie Est de la Grande-île. Cette affaire va-t-elle ralentir les recherches de la Gendarmerie pour tenter de mettre un cran d’arrêt au phénomène des jets de pierre sur les taxis-brousse en direction de Toamasina ?

  A.R.

Midi Madagasikara1 partages

Flash-Eco

Binastore lancera prochainement un guichet unique pour matériaux de construction. Partenaire et solution pour les constructions, Binastore présentera le premier réseau de franchise du  groupe LafargeHolcim. Il s’agit d’un réseau de distribution de proximité organisé en franchise. Les franchisés ont la possibilité de commercialiser les  produits du groupe LafargeHolcim. Les partenaires franchisés sont accompagnés à chaque étape de leur intégration pour la bonne prospérité de leurs activités. Avec Binastore le groupe  donne l’opportunité à tout un chacun de développer un commerce prolifique et contribue à la professionnalisation de la distribution des matériaux de construction.

La Zimbabwe Electricity Transmission and Distribution Company (ZETDC) a rempli la majorité des conditions d’obtention d’un financement de 150 millions $ pour la construction d’une ligne électrique de 400 kV. Les fonds nécessaires pour construire l’infrastructure, qui reliera les régions de Mutare et de Triangle, seront obtenus auprès de la China CAMC Engineering Company. Une fois achevée, la ligne de transmission permettra le renforcement du réseau électrique national ainsi qu’une meilleure intégration régionale de ce dernier.  Ce projet permettra également le raccordement au réseau électrique des régions traversées par la ligne.  Il est également prévu, pour la suite, la construction d’une autre ligne de 400 kV qui reliera Alaska à Sherwood. Elle coûtera 60 millions $ et sera financée sur fonds propres par la ZETDC.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara1 partages

Airtel Madagascar : Appui à la sécurisation routière des établissements scolaires

Le DG d’Airtel Maixent Bekangba, avec des responsables d’EPP de la capitale .

Une fois de plus, Airtel Madagascar démontre son statut d’entreprise citoyenne, à travers une action qui veille plus particulièrement sur la sécurité, aux abords des établissements scolaires.

Entreprise socialement responsable, Airtel Madagascar apporte également sa contribution dans le domaine de la sécurité routière.

Précautions particulières. Surtout quand il s’agit de veiller à la sécurité des écoliers. A cet effet, Airtel Madagascar a octroyé récemment  un don de kits de sécurité comprenant des barrières piétonnes ainsi que des panneaux STOP à 50 EPP de la capitale. L’objectif de ce don est à la fois de réduire et de prévenir les accidents qui se produisent le plus souvent aux abords des écoles.  Les environs des écoles représentent une zone où l’aménagement et la sécurité sont des conditions essentielles pour éviter les risques d’accidents dont sont généralement victimes les élèves.  Airtel Madagascar prend ainsi des précautions particulières afin d’assurer la sécurité des élèves. Une très bonne initiative en somme puisque cela évite les accidents surtout dans la capitale où les automobilistes ne respectent, très souvent, pas le code la route.

Engagement. « Sécuriser la traversée des piétons, plus particulièrement ceux des enfants s’inscrit dans l’essence même de ce projet de sécurité routière. Ce projet est à la fois une forme d’éducation et de sensibilisation que nous apportons aux élèves afin qu’ils prennent conscience des dangers encourus. C’est une initiative qui les incite à faire preuve de plus de prudence et de vigilance lorsqu’ils sortent de l’école » a déclaré, à  Maixent Bekangba, Directeur Général d’Airtel Madagascar lors de la cérémonie de remise de ce don. Une première à Madagascar, cette action illustre, une fois de plus,  l’engagement d’Airtel Madagascar à mettre en place des initiatives allant dans le sens de la protection et l’éducation des jeunes. Les directeurs des établissements ayant reçu ces dons ont salué cette initiative de l’opérateur et ont manifesté la volonté de prendre soins de ces équipements. Airtel Madagascar invite donc par la même occasion les parents d’élèves, leurs enfants ainsi que les enseignants à prendre connaissance des consignes de sécurité à respecter afin d’améliorer le niveau de sécurité dans les écoles et établissements.

R.Edmond.

L'express de Madagascar1 partages

Évènement – La connexion multi-pays au service de l’économie inclusive

Co-construire une économie inclusive pour atteindre les objectifs du dévelop­pement durable.Telle est la ligne de conduite de l’évènement international qui se déroulera le 1er décembre. Simultané­ment, à Antananarivo, Bordeaux, Brazzaville, Cotonou, Dakar, Kinshasa, Lomé, Nouakchott, Paris, Rennes et Yaoundé, des acteurs économiques témoigneront et partageront leurs expériences en matière d’inclusion économique.La Journée connectée vise à mieux comprendre les attentes de toutes les populations. Ces attentes se résument, en partie, au développement des produits et services répondant à leurs besoins, à la mise en place de chaînes d’approvisionnement responsables ainsi que des programmes de respect des droits humains.Le tourisme et l’agro-alimentaire seront ainsi au centre des débats dans la mesure où nous sommes actuellement dans le cadre de l’année internationale du tourisme durable pour le développement.

Session plénièreCette Journée s’inscrit dans le cadre du festival des Solidarités, sous le patronage de l’Organisa­tion Internationale de la Francophonie. Pour Mada­gascar, l’évènement se tiendra le 1er décembre à Anta­na­narivo au Pavé hôtel, de 9 heures à 15 heures (GMT+3). Le programme sera constitué d’une session plénière en ligne portant sur le thème : « Agroali­men­taire : comment favoriserl’inclusion des communautés locales dans les activités des entreprises ? ». Des experts dans ce domaine prendront part à la présentation,dont Rivonala Razafison, journaliste scientifique, Corres­pondant pour Africa  Review – Freelance pour  SciDev.Net SSA French

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Transpeur public

Les bornes sont dépassées. Pour une fois que des bandits auteurs d’attaques armées ont été pris en flagrant délit sur ls RN2, la Justice de Toamasina les a relâchés. L’indignation est à son comble aussi bien du côté des victimes que du côté de la gendarmerie qui a procédé à l’arrestation des malfrats. Les transporteurs contestent cette décision, qu’ils jugent injuste et irresponsable du tribunal de Toamasina. Ils ont annoncé une grève pour marquer le coup, mercredi. Un combat d’arrière-garde en fait car on voit mal le tribunal de Toamasina revenir sur sa décision quant on sait qu’il a fait pire dans les affaires de kidnapping en relaxant des bandits notoires.Les transporteurs ont beau faire une grève, ils ne tiendront pas longtemps, étant donné qu’en face, on est déterminés à ne rien lâcher. Une grève qui durera quelques jours, une semaine ou un mois est tout simplement intenable pour la trésorerie des transporteurs. La guerre d’usure donnera raison aux bandits. De deux choses l’une, soit ils continuent d’arpenter la RN2 à leurs risques et périls, soit ils décident de changer d’axe ou, carrément, de métier.Toutes les routes nationales sont devenues aujourd’hui, des axes dangereux, autant pour les transporteurs que pour les passagers. On risque de perdre la vie face à des bandits prêts à dégainer à la moindre résistance. Près d’une centaine de voitures ont été attaquées jusque-là sans que des mesures de sécurisation n’aient été prises. Sur la RN7 et la RN4, la situation est la même. Des dizaines de conducteurs et autant de passagers y ont laissé leur vie mais les malfrats continuent de régner en maître. L’état lamentable de la RN2 facilite la tâche des bandits.Les passagers n’ont pas d’autre choix que d’emprunter le transpeur public étant donné la cherté et la défaillance du transport aérien.Les attaques de taxis-brousse constituent un véritable problème socio-économique, étant donné qu’elles bloquent plusieurs activités. Pour le moment l’Etat n’a pas trouvé une solution idoine à cette situation malgré l’essai de plusieurs mesures. Et quand la Justice fait des siennes en libérant des bandits pris sur le fait, qu’il aurait fallu sanctionner pour l’exemple, la situation se complique. Les trafics vont s’amplifier au fur et à mesure que les fêtes de fin d’année approchent. C’est une période faste pour les transporteurs et une obligation pour beaucoup de personnes de rendre visite à des parents ou proches. On ne peut donc pas ne pas se déplacer comme le suggèrent certaines propositions aussi idiotes que simplistes pour éviter le pire.Cette attitude de la Justice ne fait qu’envenimer la situation sociale déjà très tendue et qu’une étincelle risque de tout embraser. La peste vient juste de partir laissant derrière elle deux cents victimes, que l’ariary prend le relais avec une dégringolade quotidienne. La hausse des prix des produits de base, en particulier le riz, constitue également un point névralgique de la situation sociale. Seul le ministre du Commerce voit une baisse du prix du riz, de la farine et du sucre. Quand on occupe un poste ministériel, on souffre naturellement de diplopie qui permet de tout voir de travers ou de bas en haut pour justifier l’efficacité des mesures prises, qui sont, hélas, totalement inopérantes.Avec les quiproquos sur les lois électorales et les polémiques qui s’annoncent, tout est réuni pour donner une situation explosive. Les fêtes de fin d’année serviront peut-être de sursis mais il n’y aura certainement pas une deuxième remise en liberté provisoire. Cette fois c’est la Justice immanente qui pourrait avoir le dernier mot. À défaut, la justice populaire est toujours prête à pallier toute défaillance. Et comme elle ne fait pas sourciller l’État, tout le monde s’en sert gaiement.

Par Sylvain Ranjalahy

Madaplus.info0 partages

Premier ministre : l’épidémie de la peste pulmonaire urbaine est officiellement jugulée

Suite au dernier cas suspect le 3 novembre dernier, le premier ministre a déclaré officiellement hier la fin l’épidémie de la peste pulmonaire urbaine, grâce à l’efficacité des mesures prises par le gouvernement malgache et le Ministère de la Santé publique.
Solonandrasa Olivier de réitérer qu’il faut toujours rester vigilant puisque Madagascar est actuellement en pleine saison pesteuse et des cas suspects de peste continuent d’apparaitre dans les zones naturellement pesteuses jusqu’au mois d’avril 2018. Le Ministère de la Santé publique prend en charge la surveillance et le traitement des patients suspects de peste dans ces lieux. En outre, avec l’appui monétaire de l’Organisation Mondiale de la Santé, le gouvernement malgache mettra en place les structures pour la lutte et la surveillance des épidémies. Le Premier Ministre d’ajouter que la lutte contre l’épidémie doit être l’affaire de tous. Il fait appel à tous les citoyens à préserver la propreté.
Madaplus.info0 partages

Grève générale des transporteurs sur la RN2

Depuis quelques mois, plus de 190 voitures aussi bien des transports en commun que des voitures de particuliers sont victimes des jets de pierres sur l’axe RN2, selon l’Association des transporteurs de Madagascar hier. Cette situation d’insécurité prend de l’ampleur et engendre des dégâts pour les voyageurs et pour les transporteurs. Plusieurs personnes ont été blessées par ces jets de pierres. Certains des conducteurs de ces véhicules de transports en commun doivent payer de leur poche les réparations des dégâts causés par ces attaques.
Malgré les mesures déjà prises par des Forces de l’ordre, le verdict du Tribunal de Tamatave la semaine dernière ne fait qu’aggraver la situation d’après toujours les transporteurs sur la RN2. Le tribunal de Tamatave a relâché les commanditaires de ces jets des pierres, alors que certains de ces auteurs de ce délit arrêtés par cette affaire malsaine auraient avoué leurs participations. Face à cette décision du Tribunal, les transporteurs de la RN2 tiendront une grève générale à compter de ce mercredi. Tous les déplacements, que ce soit vers Tamatave ou en provenance de cette région seront suspendus. Cette grève générale se prolongera si aucune décision n’est prise par les autorités compétentes. Les transporteurs exigent surtout l’arrestation des commanditaires qui auraient été libéré par le Tribunal de Tamatave.
News Mada0 partages

Ivontoerana INISAR – Atsimo Andrefana : vehivavy maro nanaraka fiofanana momba ny tsenan’ny asa

 Jerena amin’ny fomba maro samihafa ny tsara ho fantatra rehetra sy ny hanaparihana  momba ny tsenan’ny asa, nanomboka volana maromaro izay. Paikady eo anivon’ny Ivontoerena mahakasika ny fanohanana sy ny fanatsarana ny fidiram-bola (INISAR)*, any Toliara, eo ambany fiahian’ny minisiteran’ny Asam-panjakana sy ny asa.

Fomba iray hoentina hanaparihana ny tsenan’ny asa ny fanokafana site web www.inisar.mg. Tao anatin’ny efa-bolana izay, 50.000  ireo efa nanokatra izany. Ho   fanamafisana izay fikarohana sy fampahalalana ny tsenan’ny asa izay ihany, natonta ny gazety boky ho an’ny toekarena sy sosialy, hibanjinan’ny tanora ny ho avy.

Hita nisongadina izay vokatry ny politikan’ny INISAR izay ao Toliara sy ny faritra Atsimo andrefana nanomboka ny volana oktobra lasa teo. Natao tamin’izany ny fanangonam-baovao rehetra tsara ho fantatra momba ny asan’ny vehivavy sy izay tokony ho  fanofanana homena ireo miasa rehetra ho an’ny fampandrosoana.

Nangonina ho tsara fantatra ny antontanisa azo antok a rehetra amin’izaovanim-potoana izao mahakasika ny vehivavy sy ny asa. Tokantrano 1.200 sy vehivavy 500 nanaovana fanadihadiana .Nanao izany ireo mpanara-maso sy mpanao fanadihadiana noraisina ao amin’ny faritra ihany.Taorian’izay fanangonam-baovao rehetra izay, natao ny famakafakana ny antontanisa rehetra nialoh ny namoahana ny tatitra farany.

Arahi-maso akaiky ireo nanaraka fiofanana

Dingana lehibe manaraka izao ny fanovana ny fomba fisainana hifantoka amin’ny fomba fananganana tetikasa, fandraharahana, fitantanana tsotra, varotra. Ny 13 hatramin’ny 17 novambra teo, 380 ireo olona nanaraka izany fiofanana izany maimaimpoana.Nandray anjara betsaka ny fikambanana maro, izay mbola arahi-maso akaiky, manomboka izao, ny fampiharan’izy ireo ny fiofanana nomena. Anisan’ny fiofanana nomena, ohatra,  ny lafiny teknika maro, toy ny fanamboarana  zezika, fiompiana, sns.

« Miova andriana, miova sata », izay ny famaritan’ny INISAR izao asa izao ho fandraisana anjara amin’ny fanatsarana ny fidiram-bola isan-tokantrano. Sarotra fa azo atao, indrindra raha manana fahavononana amin’izany izay mpitarika azy. Nanatrika ny fanolorana fanamarinam-piofanana ny herinandro lasa teo, ny minisitry ny Asam-panjakana sy ny asa, Maharante Jean de Dieu, niaraka tamin’ny tale jeneralin’ny  INISAR, Ratovondrasantsoa Pierrot Bréchard.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fitongilanan’ny fampahalalam-baovao : notebahin’ny FFKM ny haino aman-jerin’ny fanjakana

Na  tsy nanondro mivantana aza, voavely  kanonta amin’ny fanambaran’ny FFKM koa ny minisitry ny Fifandraisana. Mazava  ny  fehinkevitry ny fiangonana nivoaka tamin’ny fihaonan’izy ireo  tany Antsirabe ny  herinandro teo.

 

« Momba ny filazam-baovao: Mibahana amin’ny haino aman-jerim-panjakana  ny vaovaon’antoko, ka tsy mahazo afa-tsy vaovao tokana ny olona araka ny tenin’ny mpaminany Izaia hoe: famoretana sy fikomiana ny resakay ary lainga fotsiny no foroninay ao am-po, dia  avoakan’ny teny ataonay (Izaia 59: 13)”, hoy izy ireo. Mitombina tanteraka izany fanambaran’ny FFKM  izany ho an’ny eo anivon’ny TVM/RNM. Tsy  mba  ahitana  loko sy endrika olon-kafa na feon’ny mpanao politika ivelan’ny antokon’ny fitondrana maneho hevitra na mba mahazo avara-patana amin’ireo  haino aman-jerin’ny fanjakana ireo. Na misy aza, fihatsaram-belatsihy fotsiny ihany amin’ny segondra vitsy. Nofy izany mpanohitra hahazo sehatra amin’ireo onjam-peo sy fahitalavitry ny fanjakana ireo izany. Mibahan-toerana sy mahazo laka ny antoko HVM. Zary lasa ampihimamba sy giazan’izy ireo izany. Iandrasana any amin’ny fampielezan-kevitra amin’ny  fifidianana amin’ny  taona ho avy vao mody homena sehatra ny hevitry ny hafa ? Efa mahazo tombony  isan’andro, herintaona mialoha ny antokon’ny fitondrana sy ireo mpanohana azy eo  anivon’ny TVM/RNM.

Tsy mahay maka lesona amin’ny tantara… 

Midika  izany fa tsy mahay maka lesona eo amin’ny tantara ny mpitondra  sy ny tompon’andraikitra amin’ny fitongilanana  na fitanilana amin’ ny famoahana vaovao. Niara-nahita ny  nanjo ireo  tranoben’ ny TVM/RNM etsy Anosy nefa vakoka nanana ny tantarany. Potika sy rava ary may… Anisan’ny  miteraka lonilony sy  valifaty ny fibodoan’ny antokon’ny fitondrana ny fananam-bahoaka tahaka  izao ary ahina hampifandrafy noho ny fitongilanana eo amin’ ny famoaham-baovao. Mitaky fahamaroan’ny vaovao  sy ny fahasamihafana ary koa hevitra maro  loko ny vahoaka.

Araka izany, tsy tokony hanao  bemarenina fa hijery  ny fomba  hanatsarana izany ny tompon’andraikitra voalohany, amin’ny alalan’ny minisitera. Efa mba ny raiamandreny eo anivon’ny fiangonana no miteny…

Randria

News Mada0 partages

Asan-dahalo : miahiahy an’i Paolo ny any Betroka

 Tsy milamina. “Herinandro taorian’ny nandalovan-dRaholinarivo Paolo tany Betroka, niseho ny asan-dahalo ary sarona tamin’izany ny basy sy bala tany amin’ny olona akaiky azy io… Efa mandeha ny famotoran’ny zandary ka  andrasantsika”, hoy ireo ben’ny Tanàna miisa 19 avy any an-toerana, tetsy Antaninarenina, omaly. Nohitsin’izy ireo fa administratera sivily tahaka izany nefa ao ambadiky  ny asan-dahalo.

Etsy andaniny,  nambaran’izy  ireo fa tsy mitombina  ny fanaratsiana ny depiote  voafidy any Betroka manoloana  ny firongatry ny asan-dahalo amin’izao fotoana izao. “Mpifaninana taminy nirotsaka hofidina ireo ben’ny Tanàna telo manao izany ireo”, hoy  ihany ireto ben’ny Tanàna ireto.

Niaiky koa anefa izy ireo fa tsy mbola nisy fiantraikany any Betroka ny fisian’ilay tobin’ny mpitandro filaminana (BIA) ao Ihosy. Mbola mahazo  laka  ny tsy fandriampahalemana.

Synèse R.

News Mada0 partages

Fikarohana : nivoaka ny boky momba ny safiotra teto Imerina

Avy aiza ny Malagasy? Tompon-tany sa mpihavy?, sns. Raha mbola maro tahaka izany ny fanontaniana hitadiavam-baliny, efa misy ny mpikaroka namoaka ny valim-pikarohany. Na tsy ny Malagasy rehetra aza no voaresaka, ilaina ny tahaka itony…

Mitohy ny fikarohana mikasika ny tantaran’i Madagasikara, ireo foko samihafa, sns, na efa maro aza ny fahalalana, navoaky ny manam-pahaizana mpikaroka, mikasika ireo rehetra ireo. Anisan’ny manaitra ary heverina fa tokony hahaliana, indrindra ho an’ny mpianatra, ohatra, ny fivoahan’ny boky mitondra ny lohateny hoe: « Etre métis en Imerina au XIXe-XXe siècles« , izay azo adika koa hoe “Ny safiotra teto Imerina tamin’ny taonjato faha-19 sy faha-20”. Nanoratra izany boky izany i Violaine Tisseau, mpikaroka, manam-pahaizana « doctorat » mikasika ny tantara, nivoaka tao amin’ny oniversite Paris Diderot, mpikaroka eo anivon’ny CNRS* ary mpikambana ao amin’ny Institut des mondes africains (Imaf).

Mbola manohy ny fikarohana, eto Madagasikara, ity manam-pahaizana frantsay ity ary mifantoka betsaka amin’ny tantaram-piarahamonina izany. Azo lazaina ho anisan’ny voka-pikarohany ny voarakitra ao anatin’ity boky ity. Fantatra fa tranga nandritra ny fotoan’ny fanjanahantany ny niantefan’ny fanadihadiana, saingy nohadihadiny ihany koa ny talohan’ny nahatongavan’ny mpanjanaka mba hanehoana hoe tamin’ny fomba ahoana ny nametrahan’ny fanjanahantany ny “sokajin’olona” safiotra na metisy. Voalaza ao anatin’ny boky ihany koa ny tohin’izany mandraka ankehitriny.

Efa tamin’ny volana mey teo no navoaky ny trano fanontana Karthala ity boky, nosoratan’i Violaine Tisseau, ity. Hisy kosa ny fampahafantarana azy, izay ataon’ny mpanoratra, ny 30 novambra izao, any amin’ny foiben’ny Inalco** any Frantsa.

Asa goavana ny fikarohana toy ity nataon’i Violaine Tisseau ity. Matetika ny vahiny hatrany no manoratra ny tantaran’i Madagasikara. Manana mpikaroka anefa ny Malagasy, saingy mbola olana hatramin’izao ny tsy fanomezan-danja ny fikarohana eto Madagasikara. Tsy ny sehatry ny kolontsaina ihany fa saika ny sehatra rehetra mihitsy, itrangan’izany avokoa.

Landy R.

 

*CNRS: Foibe nasionaly momba ny fikarohana siantifika (any Frantsa)

**Inalco: Institut national des langues et civilisations orientales.

 

News Mada0 partages

Teatra : « Tsy ampy ny fotoana niofanana »

Tontosa ny fiofanana momba ny teatra notanterahina teto Antananarivo, nandritra ny dimy andro. Niara-niaky ireo mpandray anjara 35 fa nahazo zava-dehibe sy fahalalana vaovao izy ireo. Nanamafy izany Rakotomalala Falimanana anisan’ireo niofana sady nitarika ireo mpandray anjara avy any Taolagnaro. « Tena zava-dehibe sy manan-danja tokoa ilay 5 niofanana, saingy tsy ampy. Mangetaheta fiofanana lalina izahay hoentina manatsara hatrany ny lenta efa ananan’ny tena », hoy izy.

Raha ny fanazavan-dRandrianierenana Henri, mpampiofana, « tsy mbola nisy fiofanana tahaka ity teo amin’ny tontolon’ny teatra malagasy satria saika nahatonga solontena avokoa ny faritra rehetra eto Mandagasikara. Noho izany, andro sarobidy tokoa ireo 5 andro ireo satria nahafahana nifampizara sy nifanakalo ».

Marihina fa ny minisiteran’ny Kolontsaina sy ny fampiroboroboana ny asa tanana ary ny fiarovana ny vakoka no tompon’antoka tamin’ity fiofanana ity. Niara-niasa akaiky kosa ny « Organisation internationale de la francophonie » na ny OIF.

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Vatovavy fitovinany : nosoloina ny kaomadin’ny zandary

Nisy ny famindram-pibaikoana teo amin’ny « commandant de groupement », miditra sy mivoaka, eo anivon’ny zandarimaria tany Vatovavy fitovinany, omaly.

Nandritra ny lanonana ara-miaramila fifamindram-pibaikoana izay notontosaina teo anivon’ny « Groupement ZP VA/FI », nisy ny fihaonana sy fifanakalozana teo amin’ny Jeneraly, talen’ny kabinetran’ny Seg, izay manao ny iraka mizaha ifotony sy manao tomban’ezaka any an-toerana amin’ny fanatanterahan’ny zandary ny toromarika avy amin’ny Seg, sy ireo mpitsara tompon’andraikitra.

Nahitana filohan’ny fitsarana sy ny tonian’ny mpampanoa lalana ao amin’ny fitsarana ambaratonga voalohany any Mananjary sy Manakara.

Voaresaka tamin’izany fa mahita sy mahatsapa ny fiovana eo anivon’ny zandary ireo tompon’andraikitra ireo ka maniry ny hitohizan’izany. “Hitondra ny anjara-birikiny ho fiaraha-mientana amin’izany ezaka tsapa amin’ny zandarimaria izany ireo mpitsara” raha ny tenin’izy ireo.

Misy, noho izany, ny fiaraha-miasa amin’ny ady atao amin’ny fitsaram-bahoaka izay efa nanaovan’ireo mpitsara ireo fanentanana ihany koa tamin’ireo raiamandreny rehetra any ifotony ka maniry izy ireo ny hitohizan’ny fifanomezan-tanana eo amin’ny zandary sy ny mpitsara izay samy nahatsapa fa samy manana andraikitra amin’izany.

Ny tany Vondrozo sy Antsenavolo, nahatsapa ireo mponina sy ny raiamandreny ary ny ben’ny Tanàna fa efa azo tsapain-tanana ny fiovan’ny asa ataon’ireo zandary ka mahavelom-panantenana ny fanatontosan’izy ireo ny andraikiny sy ny fiverenan’ny fifampitokisana eo aminy sy ny vahoaka ho amin’ny fandriampahalemana.

Ho any Manambondro indray ny dian’ireto tompon’andraikitra ambony ireto manaraka ary hifarana any Nosy Varika izany iraka fizahana ifotony izany .

Yves S.

 

News Mada0 partages

Nitsoaka ny mpamily… : taksiborosy nitondra mpivavaka nivadika, 8 naratra

 Niala lalana ilay taksiborosy ary nivadika ambony ambany . Nandratra olona valo mahery izany ary naiditra hopitaly. Nitsoaka ilay mpamily…

Fiara mpitatitra iray, ny sasany milaza fa ligne 13 ao Mahajanga, ny hafa milaza fa taksiborosy rezionaly no nivadika tany Berivotra, afakomaly maraina. Olona valo naratra mafy vokatr’izany ary voatery naiditra hopitaly any Androva. Araka ny fanazavana azo, nitondra mpivavaka miisa 27 ity fiara ity ka tamin’ny fotoana hanaterana ireo olona ireo no niharan-doza ilay fiara. Niala lalana ilay fiara ary nivadika ambony ambany. Nosokirina tao anaty fiara mihitsy ireo naratra tamin’izany. Fantatra fa nitsoaka ilay mpamily io. Nisy tamin’ireo mahafantatra ity mpamily ity no nilaza fa nandray zava-pisotro misy alikaola izy nandritra ny fitondrana fiara.

Efa tonga teny an-toerana ny zandary nanao ny fandihadiana momba ity loza ity. Anisan’ny miverimberina loatra ny lozam-pifamoivoizana amin’ny lalam-pirenena noho ny antony maromaro. Anisan’izany ohatra ny tsy fahampian’ny torimaso eo amin’ireo mpamily. “Olan’ny mpamily manao “dona miverina” indrindra ireo taksiborosy nasionaly. Tsy maka aina sady tsy ampy ny fotoana atoriany ireo mpamily ka lasa mitera-doza avy eo”, hoy ny fanazavan’ny tompon’andraikitra kaoperativa iray.

Tsy ampy rahateo koa ny fanaraha-maso ataon’ny mpitandro filaminana amin’ireo mpamily indrindra ireo mandeha lavitra. Tsy misy ny lalàna mipetraka mandrara ny fandehanana amin’ny alina, ny fitondran’ny mpamily iray fiara tsy miato amina lalana an-kilaometra maro. Manana anjara andraikitra ny manampahefana hametraka izany, fa mety hampihena ny loza miseho lava eto amintsika.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Lasa ny vola devizy… : mpizahatany vahiny roa norobain’ny jiolahy

Nisehoana fanafihana tao amina trano fandraisam-bahiny iray tany Bekopaky Antsalova ny faran’ny herinandro teo, ka nahavoaroba ny volan’ny mpizahatany vahiny roa nipetraka tao an-toerana. Araka ny fanazavana, rehefa avy niverina nitsidika ny Tsingin’i Bemaraha izy ireo no nahita fa very ny vola 400 dolara sy 1.200 euros ary 400.000 Ar, niampy ny finday rehetra tao amin’ny efitra fatorian’izy ireo. Tonga teny an-toerana ny zandary ary nahita fa tsy nisy fahavakisana ny efitr’ireo teratany vahiny. Misokatra ny fanadihadiana momba izany, izay ireo mpiasan’ny hotely avy hatrany no niantefan’ny ahiahy, noho ny trano tsy vaky.

Raha ny fanazavan’ny zandary ihany, efa fanintelony nisehoana halatra ka tsy nisy fahavakisana trano tao amin’ity hotely iray ity. Ireo teratany vahiny mandalo hatrany no lasibatra amin’izany. Mampihena ny tahan’ny mpizahatany tonga any amin’iny faritra iny ny tranga toy izao. Milaza ny zandary fa efa misy ny fepetra raisina amin’ny fanaraha-maso ireny toerana fandehanan’ny mpizahatany ireny. Eo ihany koa ny famotorana efa mandeha eo anivon’ny hotely amin’ireny fandraisana teratany vahiny ireny.

Yves S.

News Mada0 partages

Vao nikatona ny fotoam-panjonoana : miakatra ny vidin’ny hazandrano

Tato anatin’ny roa herinandro izay, voararan’ny lalàna ny fanjonoana. Mikatona ny taom-panjonoana ary mihidy ny rano. Zara raha hita eny an-tsena, araka izany, ny trondron-dranomamy.

Misy anefa ireo mbola mivarotra hita eny amin’ny talantalana ary lazain’ireo mpivarotra fa trondro nompiana tanaty dobo izy ireny. Manararaotra ny tsy fisian’ny trondro ireo mpivarotra ka mampiakatra ny vidin’entana.

Tafakatra 16.000 Ar ny kilao amin’ny trondron-dranomamy. Misy ireo tena vaventy, izay amidy 18.000 Ar ny kilao.  Miakatra manaraka izany koa ny vidin’ny hazandranomasina. Lasa ifanotofana ny hazandranomasina noho ny tsy fisian’ny hazandranomamy. Miakatra 2.000Ar ny kilao eny amin’ireo mpivaro-trondro.

Be mpanjifa ny trondro amin’izao fotoana satria efa voizin’ny dokotera fa anisan’ny hena tsara hanina  ho amin’ny fahasalamana. Betsaka ireo olona milaoka trondro sy akoho noho izy ireny hena fotsy ka mahatsara ny fahasalamana fa tsy mihinana henan’omby sy henan-kisoa intsony satria tsy tsara ho an’ny fahasalamana ny hena mena.

Anisan’ny mahatonga ny fanararaotan’ny mpivaro-trondro io fitomboan’ny mpanjifa io.

Tatiana A

News Mada0 partages

Nahazo fitaovam-pitsaboana : toeram-pitsaboana enina voasokajy ho mendrika

 Miditra amin’ny andiany faharoa ny fifaninanana toeram-pitsaboana mendrika. Nitombo ho enina ny isan’ireo voasokajy tamin‘ity taona ity ary notolorana fitaovam-pitsaboana avo lenta ny mpitantana ny CSB sy ny Carmma.

CSB dimy ary ivontoerana Carmma (toeram-pitsaboana entina mampihena ny taham-pahafatesan’ny reny sy ny zaza) iray no voafidy ho mendrika amin’ity taona ity noho ny tolotra ara-pahasalamana sy ny fotodrafitrasa ary ny fandraisana anjaran’ny mpanentana ara-pahasalamana tompondaka ao aminy mamaly ny filan’ny vahoaka. Notolorana fitaovam-pitsaboana entina hanatsarana ny fandraisana an-tanana ny CSB Ivahona ao Betroka,CSB Bedia ao Manjakandriana, CSB Mangily ao Toliara II, CSB Vinaninoro ao Ambositra, CSB Tanambao Antsiranana I ary ny ivontoerana Carmma ao Fiadanna, Tsiroanomandidy, omaly, teny Ambohitsorohitra.

Anisan’ny fitaovana sy kojakoja azo ny fitaovana fahazoana herinaratra avy amin’ny herin’ny masoandro, fahitalavitra,  latabatra fampiterahana… nomena fitaovana toy ny bisikileta sy finday koa ny mpanentana ara-pahasalamana eny ifotony (AC) ho famporisihana azy ireo hanohy ny ezaka. Tompon-kevitra amin’ny fikarakarana ny fifaninanana ny vadin’ny filoha, Rajaonarimampianina Voahangy, izay reny mpiahy ny ivontoerana Carmma 18 manerana ny Nosy. “Tanjona ny hanova ny toe-tsain’ny Malagasy hanana kalitao tsara amin’ny fahasalamana ka ilaina ny fifaninanana tahaka izao hanosika ny mpiasan’ny fahasalamana hiasa tsara”, hoy izy tamin’ny lahateniny.

Eto amintsika, mbola ambony ny taham-pahafatesan’ny reny. Vehivavy mpiteraka 478 amin’ny zaza teraka 100 000 ny reny mamoy ny ainy ka mbola mila ezaka ny fanatonana ny vahoaka amin’ny fanatsarana ny tolotra ho an’ireo CSB  2 614 miasa manerana ny Nosy.

Manohana ny asa hanamorana ny fahazoan’ny vahoaka fitsaboana tsara kalitao ny mpiray ombon’antoka maro toy ny USAID, OMS, Unicef, PSI, UNFPA…

Vonjy A.

News Mada0 partages

Kitay sy saribao : mila mamboly hazo 40.000 ha isan-taona

Tsy ampy mihitsy ny tahiry hazo hanaovana kitay sy saribao fahandro eto amintsika. Saika hampiasaina handrahoana avokoa ny 92%-n’ny hazo ho an’ny Malagasy. Araka ny antontanisan’ny fitantanana ny angovo azo havaozina ao amin’ny minisiteran’ny Rano, ny angovo ary ny akoranafo (MEEH), mahatratra 18 tapitrisa m3 ny filàna, ny fampiasana ny hazo eto Madagasikara raha 9 tapitrisa m3 ny tolotra avy amin’ny fambolen-kazo. Raha tiana ny hamenoana ny elanelan’ireo, mila mamboly hazo 35.000 ha hatramin’ny 40.000 ha ny eto Madagasikara.

Lafo ny gazy sy ny éthanol

Mora lavitra ho an’ny isan-tokantrano malagasy efa mahantra ny fampiasana ny hazo na ny saribao, miohatra amin’ny angovo hafa, toy ny gazy, ny herinaratra, ny avy amin’ny solika ethanol (angovo azo avy amin’ny fary na zavamaniry hafa), sns. Manodidina ny 250.000 Ar isan-taona isan-tokantrano ny tetimbidin’ny kitay lanin’ny Malagasy, 350.000 Ar raha mampiasa saribao, raha toa mahatratra 1.100.000 Ar raha mampiasa gazy ary 980.000 Ar ny fampiasana entona éthanol. Izany hoe, tsy mbola takatry ny tokantrano malagasy mihitsy ny fampiasana gazy na ny angovo ethanol, vokatry ny fahantrana lalina.

Njaka A.

News Mada0 partages

Baolina kitra : taona fotsy ny an’ny ligin’Analamanga

Tsy nisy noraisina ny vokatra, teo amin’ny baolina kitra, ho an’ity taona 2017 ity, ho an’ny ligin’Analamanga. Azo lazaina fa taona fotsy satria tsy nisy niangana ireo ekipa niatrika ny fifaninanam-pirenena.

 

Anisan’ny ligim-paritra lehibe eto Madagasikara, an’Analamanga eo amin’ny taranja baolina kitra. Lehibe amin’ny isan’ireo klioba misy ao aminy sy ny hamaroan’ny mpilalao. Goavana ihany koa, raha ny habetsahan’ny mpilalao mandrafitra ny ekipam-pirenena malagasy. Kely ary tsy mifanahaka amin’ny halehibeny kosa nefa raha ny vokatra eo amin’ny fifaninanam-pirenena no lazaina.

Taona fotsy mihitsy izany, tamin’ity taom-pilalaovana 2017 ity, satria tsy nisy azony ireo fihaonana, na ny ho tompondaka na ny teo amin’ny amboaran’i Madagasikara. Ny fitantanana ny fifaninanana anaty ny tena olana fototra mahatonga izany, raha ny nambaran’ireo tomponandraikitry ny klioba. Be loatra ilay vola tangosin’ny ligin’Analamanga, nefa ny kalitaon’ny fihaonana tsy mandeha amin’izay tokony ho izy. Notsiahivin’ireo mpitantana ekipa eto an-dRenivohitra fa an’Analamanga irery, amin’ireo ligim-paritra manerana ny Nosy, no hany lafo indrindra. «Manenjika isa fotsiny, hahazoana maka ilay saram-pisoratana anarana lafo vidy be”, hoy ny fitarainan’ireo raiamandreny, mitondra klioba.

Mbola nampidirin’ireo filohana seksiona kizo indray mandeha indray amin’ity ireo ekipa marobe eto Analamanga, amin’ny hifidianan’izy ireo indray mandeha indray ny mpitantana ankehitriny. Tsiahivina fa efa ela no tsy nisy ekipan’Analamanga, nanao pao-droa izany, teo amin’ny fifaninanam-pirenena. Ny ho tompondakan’i Madagasikara moa tsy lazaina intsony fa saika mionona, aty amin’ny amboara hatrany Analamanga.

Tompondaka

News Mada0 partages

Exposition : le sapin de noël dans tous ses états

Conçu et initié par l’artiste et art thérapeute Véréna Konrad, l’évènement dénommé « Shine together » du 3 au 10 décembre, au Carlton Anosy, réunira une quinzaine artistes autour d’une exposition d’arbres de Noël, suivie d’une vente aux enchères lors de la cérémonie de clôture. L’objectif est de collecter des fonds afin de financer les projets soutenus par l’association Teach for Madagascar (TFM).

« Il y aura donc diverses sortes d’arbres de Noël durant l’exposition, réalisés par différents artistes, entre autres, Carine Ratovonarivo ou encore Clipse Teean…Certains  adopteront le recyclage, d’autres opteront pour des graffitis… Sylvia création sera aussi de la partie. Elle présentera son œuvre créée avec des bijoux », a annoncé Ony Ratsifandriamanana,  une des responsables de TFM.

Ainsi, si dans les précédentes éditions, les recettes récoltées ont été versées au profit de l’hôpital des enfants, cette fois-ci, elles seront destinées à financer deux projets bien distincts, à savoir « Le street project » et « Le Vakana – Girls exchange project ».

« Le street project » est l’une des principales activités de l’association TFM. Il se focalise surtout sur un programme d’alphabétisation des enfants démunis dans les quartiers d’Ampefoliha, d’Anosibe et  d’Anjezika. Concernant  « Le Vakana – Girls exchange project », c’est un projet destiné aux jeunes filles dans des milieux urbains et ruraux pour lutter contre la discrimination liée au genre.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Ny Railovy : un retour inespéré, immortalisé en dvd

Ny Railovy, le groupe mythique de la musique pop malgache, signe son grand retour avec un DVD Live qui sera dans les bacs ce 14 décembre.

Alors que les inconditionnels désespéraient d’entendre parler un jour de la formation qui a brillé ces dernières années par son silence scénique, elle fait officiellement son comeback sous les spotlight par le biais de son nouvel album qui sera sans doute accompagné d’un concert promotionnel.

Pour tout mélomane qui se respecte, avoir une collection de Ny Railovy dans sa discographie est une nécessité. Effectivement, ce groupe fondé en 1956 par le quartet Jérôme Randria, Bruno Randriamahatana, Georges Ramilijaona et Tsileondahy Ramasindranto a vraiment marqué toute une génération.  Ayant connu une brillante carrière pleine de rebondissements, le groupe s’est reformé en 1988, après quelques années de stand-by, avec la nouvelle génération qui a repris le flambeau, dont notamment Hery, Rida, Nary. Depuis, l’interprète de « Volan’ny Kamboty » se produit à Madagascar comme à l’étranger avec toujours autant de succès.

2015 a été l’année à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire du groupe phare de la pop musique malgache. La formation a soufflé sur scène ses 59 bougies avec deux représentations, à savoir le 6 mars au Carlton Anosy et le 8 mars au CCESCA Antanimena.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Antsirabe : l’hygiène passe avant tout

La situation sanitaire à Andoharano Antanimenakely a touché Francesca Pridham, un partenaire britannique qui a travaillé avec Madagascar development fund (MDF) depuis 2014. Ayant déjà financé deux projets d’adduction d’eau en 2014 et 2015, à hauteur de 20 437 610 d’ariary, Francesca  Pridham a fait un don de 11.817.869 d’ariary cette fois-ci pour installer une infrastructure adéquate pour que les habitants de ce Fokontany puisse utiliser l’eau de source provenant de la grotte en toute quiétude. La nouvelle infrastructure a été inaugurée en novembre dernier.

Ces derniers ont longtemps été confrontés aux problèmes d’accès à l’eau potable et de source d’eau pour leur lessive. Pendant longtemps, l’existence d’une source naturelle d’une grotte a été d’une aide précieuse pour les gens du quartier étant donné que très peu d’entre eux avaient accès à l’eau de la Jirama dans leur foyer respectif. Pourtant, cette grotte présentait un grand danger car elle était susceptible de s’effondrer à tout moment.

Cette dernière a été démolie pour être remplacée  par un bassin pouvant accueillir six lessiveuses, avec une toiture. Avec ce financement, un nouveau réservoir de captage a été installé pour alimenter une fontaine publique reliée directement au bassin. Un nouveau livre s’ouvre pour les villageois d’Andoharano, un livre qui mettra l’empreinte d’une bonne hygiène de vie, mais surtout un livre qui marquera un changement dans l’histoire des générations à venir.

Fahranarison

News Mada0 partages

Armée- prévention du VIH/SIDA : les états-unis renouvellent leur engagement

L’aide directe du Programme de prévention du VIH/Sida du Département de la défense (DHAPP) américaine vient d’être relancée. Sans attendre, par le biais de l’ambassadeur des Etats-Unis, Robert T. Yamate, l’ONG américaine  Projet « Cure » a fait don de fournitures médicales d’une valeur de 800.000 dollars au ministère de la Défense nationale malgache.

Ces équipements serviront à appuyer le dépistage et les soins du VIH/Sida et soutenir plusieurs services médicaux de base dans les deux hôpitaux bénéficiaires, à savoir le  Centre hospitalier de Soavinandriana (Cenhosoa) et la Direction centrale de service de santé militaire (DCSSM).

« Nous sommes impatients de pouvoir étendre les programmes du DHAPP dans les années à venir, et de poursuivre  notre engagement d’avant 2009, où nous avons pu soutenir six centres médicaux dans tout Madagascar », a souligné l’Ambassadeur américain.

 Notons que l’assistance directe dudit programme auprès de l’Armée malgache ne date pas seulement d’aujourd’hui. Une première dotation d’équipement médical, d’une valeur de 24.000 a été opérée en 2009. Bien que les objectifs premiers de cette assistance aient été axés sur l’éducation, la prévention et le traitement du VIH/Sida, ils ne pourraient être atteints sans l’amélioration générale des infrastructures de soins médicaux auprès de ces établissements.

Recueillis par Fahranarison

News Mada0 partages

Personnes handicapées : la confiance en soi, un gage de réussite professionnelle

Marcellin Randrianaivo est handicapé des membres inférieurs. C’est un ébéniste faisant office dans le bas quartier de Tsaramasay. Selon lui, après 27 ans de métier,  la confiance en soi et la persévérance finissent toujours par payer. Interview.

. Les Nouvelles : Est-ce que vous êtes handicapé de naissance ?

– Marcellin Randrianaivo : Non. Je ne suis devenu handicapé des membres inférieurs qu’à l’âge de dix ans, des suites d’une maladie. Une situation qui ne m’a jamais permis de fréquenter normalement l’école. En effet, issu d’une famille défavorisée, j’ai dû abandonner les études et me résigner à mon sort.

. Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir ébéniste ? 

– A l’âge de 16 ans, j’ai fabriqué des mini-voitures à partir de boîtes de conserve pour les vendre ensuite, afin de subvenir à mes besoins. Un grand menuisier, du nom de Radada, a un jour remarqué mes œuvres. Séduit, il m’a proposé de donner des cours gratuits d’ébénisterie à son atelier sis à Ankadifotsy. Selon lui, au vu de mes ouvrages, je suis doué pour devenir ébéniste. Et c’est à partir de là qu’a commencé mon aventure…

. C’est-à-dire…

– Cette aventure a commencé dès l’apprentissage. Je vous laisse imaginer mon calvaire pour joindre Ankadifotsy en partant de Tsaramasay, mon invalidité ne me permet de se déplacer qu’à l’aide de mes deux mains. A cette époque, je n’avais pas encore de fauteuil roulant. J’ai terminé le stage d’apprenti à l’âge de 20 ans. A défaut d’offre d’emploi à cause de mon handicap et cela malgré mes compétences dans la fabrication de meubles de luxe, j’ai dû toujours travailler à mon propre compte. Ce n’est que 20 ans après que j’ai enfin acquis une certaine notoriété dans le secteur de l’ébénisterie. N’empêche que je me suis fait toujours avoir…

. Comment cela ?

– A cause de mon handicap, je ne peux pas, par exemple, faire un prêt auprès d’une banque. Mon niveau d’études m’empêche en quelque sorte de bénéficier d’un financement. A cela s’ajoute les problèmes liés au recouvrement de mes produits auprès des clients, dont la majorité est des marchands de meubles. En effet, profitant de ma situation, ces derniers n’acceptent mes livraisons qu’à titre de vente-dépôt, tout en vendant, cependant, mes ouvrages a au moins le double de leur prix.

Par exemple, je cède un lit à deux places de palissandre comportant deux tiroirs à 700 000 ariary, alors qu’ils le vendent au moins à un million d’ariary. Et il faut encore attendre leur bon vouloir pour qu’ils me remboursent, même si le meuble est déjà vendu depuis plusieurs semaines. Ne pouvant faire mieux, je suis toujours dépendant d’eux. Or, il m’a fallu trois semaines à un mois pour fabriquer un tel lit.

. Dans ce métier, quelle est votre vision ?

– De trouver un partenaire ou un sponsor pour m’aider à monter une petite entreprise ayant pignon sur rue. Avec l’aide de quelques menuisiers pour la fabrication des ouvrages et leur assemblage, je n’aurai plus à m’occuper uniquement que de la sculpture qui fait ma renommée.

. Le message pour les autres handicapés ?

– D’avoir confiance en soi et de persévérer dans ce qu’on entreprend, même si le parcours est difficile. Grâce à ces principes et malgré les embûches, j’ai pu élever correctement mes cinq filles. Deux d’entre elles ont déjà leur propre foyer. Les autres suivent leurs études dont l’une est à l’université et les deux filles au lycée.

Propos recueillis par Sera R.

News Mada0 partages

Peste pulmonaire urbaine : la fin de l’épidémie annoncée

Le gouvernement et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont déclaré officiellement la fin de l’épidémie hier à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée au Palais d’Etat de Mahazoarivo

Le délai de deux semaines sans nouveau cas confirmé, ni décès de peste pulmonaire, pour pouvoir confirmer la fin de l’épidémie de peste, est largement dépassé. La vigilance devrait pourtant rester de rigueur pour éviter d’éventuelles rechutes. Ainsi, l’épisode de peste pulmonaire urbaine, qui a touché une vingtaine de districts dans le pays depuis le début du mois d’août, a pris fin avec un bilan reflétant l’efficacité des mobilisations à tous les niveaux, aussi bien à l’endroit du gouvernement que des Partenaires techniques et financiers (PTF), dont l’OMS et l’Institut pasteur de Madagascar (IPM)…

Depuis le début du mois d’août, 2.384 cas de peste pulmonaire et bubonique confondus et 202 décès ont été enregistrés. Plus de 4.000 agents communautaires, 400 médecins et des centaines de paramédicaux ont été mobilisés pour lutter contre l’épidémie.

« Tous les paramètres sont réunis, notamment l’inexistence de nouveau cas et de décès de peste pulmonaire depuis plus de deux semaines dans les foyers de l’épidémie. Le dernier cas notifié remonte au 3 novembre dernier », a fait savoir le premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana.

Structure de prise en charge

Cette victoire ne veut en aucun cas dire que la lutte contre l’épidémie de peste s’arrête là. Au contraire, le gouvernement et les PTF entendent renforcer les mesures de surveillance pour éviter une éventuelle rechute, tout en contrôlant les cas sporadiques de peste bubonique, qui surviennent chaque année d’août à avril dans les foyers pesteux, dans plus de 13 districts sanitaires.

Pour y parvenir, le ministre de la Santé, le Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo, a soulevé la nécessité de conjuguer les efforts entamés avec des moyens efficaces pour la lutte contre les feux de brousse et le problème d’assainissement dans de nombreuses régions ainsi que dans les grandes villes. Le chef du gouvernement, quant à lui, a annoncé la mise en place d’une structure à part entière qui se charge de la lutte contre cette épidémie. « Un décret promulguant le mise à exécution de cette disposition sera pris prochainement en Conseil de gouvernement », a-t-il conclu.

Fahranarison

News Mada0 partages

Enseignants du primaire : les moins de 35 ans maîtrisent moins leur discipline

Dans le cadre du programme Passoba-Education, une évaluation académique des 629 enseignants du primaire en français, malagasy et mathématique a été réalisée au niveau de neuf Directions régionales de l’éducation nationale (Dren).

Il a été démontré que les enseignants âgés de moins de 35 ans maîtrisent moins leur discipline que leurs aînés.

Les 55 ans et plus se distinguent du lot en obtenant le score de 6/10 au test de malagasy, 4,8/10 en français et 4/10 en mathématique. Quant aux moins de 24 ans, ils ont eu la note de 5/10 en malagasy, 4/10 en français et 3,5/10 en mathématique.

« Il convient de noter toutefois que les scores des enseignants montent  proportionnellement en fonction  de la classe tenue », a indiqué le chef de l’équipe chargée  de l’évaluation des enseignants, Harrison Andrianivomanana. En effet, les meilleurs scores ont été attribués aux enseignants  titulaires de la classe de 7e ou T5. En général, les enseignants fonctionnaires, suivis de près par les contractuels, ont toujours obtenu les meilleurs résultats.

Cette évaluation a été faite au niveau de 103 écoles primaires, triées au hasard,  des neuf Dren qui sont en charge du programme Passoba-Education, entre autres, Atsimo Andrefana, Anosy, Sava, Atsinanana et Menabe.

Sera R.

News Mada0 partages

Sit-in ce jour à Fiadanana : le Seces tanà ne fera pas machine arrière

Après une rencontre avec la ministre Marie Monique Rasoazananera hier, le Syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants (Seces), section Antananarivo, ne revient pas sur sa décision de tenir un sit-in devant le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres) ce jour. Ils vont réclamer la satisfaction de leurs revendications relatives à l’amélioration de leur condition de travail.

Malgré donc l’appel au dialogue du ministère de l’Enseignement supérieur, « le Seces a décidé de poursuivre la manifestation prévue se tenir ce jour dans la mesure où les solutions proposées ne sont que des mesures provisoires qui ne répondent pas aux attentes des enseignants », a fait valoir le président du Seces Tanà, Sammy Grégoire Ravelonirina, joint au téléphone dans la soirée d’hier.

Le numéro un du ministère de tutelle a fait savoir que, « Le paiement des heures complémentaires des enseignants des universités, autre que ceux exerçant à Antananarivo qui ont déjà reçu leur part, va s’enchaîner. Ils vont toucher leurs indemnités de logement et de  résidence à partir de janvier 2018, si le volet relatif aux indemnités de recherche doit attendre le résultat du prochain dialogue entre le Mesupres, les universités, le Seces et le ministère des Finances et du budget ».

Fahranarison

News Mada0 partages

Ambatolampy un village tout entier ravagé par des bandits

Profitant d’une coupure d’électricité, une trentaine d’individus armés de fusils de chasse ont carrément assiégé la commune rurale d’Ambatondrakalavao, district d’Ambatolampy dans la nuit du samedi dernier. Presque tous les commerçants de la localité ont été braqués. Les bandits ont pris la fuite, des objets de valeur et une grosse somme d’argent.

Vers 22 h sous une pluie battante, alors que l’électricité était coupée dans le village, une trentaine de dahalo sont venus insufler la terreur. Les bandits ont attaqué presque tous les commerçants de la localité. Ils ont emporté des télévisons, des téléphones portables, des meubles, des ustensiles de cuisine et une certaine somme d’argent.

Un habitant qui est sorti pour voir ce qui se passait s’est fait poignarder devant la porte de sa maison. Il est mort sur le coup. Un autre habitant, un instituteur,  a reçu une balle sur la cuisse en voulant suivre la direction que prenaient les bandits. II a été conduit au dispensaire du coin. Les gendarmes n’ont été informés que vers minuit après le départ des bandits. Des habitants des villages voisins ont remarqué que la nuit de l’attaque, plusieurs individus transportaient des objets en direction d’Ambohimandroso.

ATs.

News Mada0 partages

Ankilizato : deux gendarmes et huit individus pris en otage

La situation sécuritaire dans la commune d’Ankilizato, district de Mahabo, est préoccupante. L’on sait en effet que des dahalo auraient pris en otage deux gendarmes et huit autres individus.

Très peu de détails sont disponibles sur cette affaire. L’on sait cependant que les négociations se poursuivent en vue d’obtenir la libération des otages. Une source locale a affirmé que les dahalo ont réclamé une forte rançon.

Cette prise d’otage a pris sa source dans la soirée de dimanche. Selon une source locale, une vingtaine de dahalo ont investi le village d’Ampandrabe. Ils ont fait irruption dans une maison et enlevé 8 personnes. Ils ont par la suite vidé les lieux avant de se retrancher dans une localité se trouvant à 7 km du village. Ils ont par la suite réclamé 21 zébus et 3 millions d’ariary de rançon en échange de la libération des otages.

« Au moment de la transaction, des gendarmes ont essayé de piéger les ravisseurs mais ce qu’ils ignoraient, c’est qu’ils étaient encerclés par un ramassis de dahalo. Des échanges de tirs ont eu lieu. Un gendarme a été grièvement blessé. Deux autres ont été capturés. Ce qui porte à dix le nombre des otages capturés par les dahalo. Ceci étant, les bandits ont revu à la hausse le montant de la rançon », a expliqué la source.

Quoi qu’il en soit, après de longues négociations, les ravisseurs ont accepté de fixer la rançon à 14 millions d’ariary, tout en réclamant les 21 zébus. Les proches des otages ont beau essayer de réunir cette somme mais n’auraient réuni que 7 millions d’ariary.

Selon les dernières nouvelles, la situation était au statu quo hier, du moins jusqu’à une heure tardive de la soirée. Selon les responsables de la gendarmerie, le compte-rendu des éléments sur place arrive au compte-gouttes si bien qu’il est difficile d’avoir des informations précises.

Mparany

News Mada0 partages

Volontaires Japonais : intervention dans la gestion des eaux à Ambatondrazaka

Apporter une assistance tangible aux communautés locales pour leur développement personnel et la valorisation des ressources existantes, c’est en partie la mission des 25 volontaires japonais présents dans quelques régions de Madagascar actuellement. Ils interviennent particulièrement dans trois domaines, notamment le développement rural, l’éducation et la santé.

Uzawa Kosuke, un jeune volontaire japonais de 26 ans, intervient dans le district d’Ambatondrazaka depuis un an et quatre mois maintenant. Après un entretien avec la Direction régionale de l’Agriculture et de l’élevage (DRAE) d’Ambatondrazaka, ce volontaire est intervenu au niveau des paysans pour redynamiser la fédération des Associations des usagers de l’eau (EAU), à travers une communication interpersonnelles entre les producteurs de riz.

Entretien du barrage de Manamontana

La gestion de l’eau est d’une importance majeure pour la production rizicole dans la région d’Alaotra Mangoro, qui est d’ailleurs l’un des greniers à riz du pays. Mais force est de constater que le manque d’organisation et de motivation au niveau des organisations paysannes a impacté l’irrigation des 150 000 ha de rizière à Ambatondrazaka.

« La fédération des AUE s’est endormi pendant des années. Une réorganisation était nécessaire et  Kosuke est alors intervenu à travers des formations organisées avec les techniciens en génie rural au niveau de la DRAE. Ce qui a permis de relancer petit à petit l’entretien du barrage de Manamontana qui irrigue une grande partie des rizières à Ambatondrazaka », a avancé Samuel Rakotondrabe.

« L’approche au niveau des communautés locales n’a pas été facile au début. Les paysans ont été réticents. Mais à force de vivre avec eux, de parler leur langue, on peut avoir des résultats », a pour sa part expliqué Uzawa Kosuke. A part la redynamisation de la fédération des AUE, ce jeune volontaire s’investit également au niveau des ménages sur l’optimisation du budget familial à travers la gestion des revenus.

Riana R.

News Mada0 partages

Foot-élections régionales : les ligues régionales désavouent la CNE

C’en est trop ! La situation n’est plus tolérable. Au vu des irrégularités constatées, mais approuvées malgré tout par la Commission nationale électorale (CNE) dans le déroulement des élections au niveau des sections, 16 présidents des ligues montent sur leurs grands chevaux et vont manifester leur indignation, lors d’une Assemblée générale d’urgence, le 4 décembre, dans la capitale.

Décidément, la Commission nationale électorale (CNE), rattachée à la Fédération malgache de foot, n’est plus crédible aux yeux de la majorité des ligues régionales. Sans scrupule, elle outrepasse son rôle et adopte même la politique de deux poids deux mesures au détriment de ses « adversaires ». Ainsi, les présidents des ligues dénoncent et haussent le ton. A vrai dire, ces derniers craignent que les élections régionales soient gérées de la même manière, ce qui risque dans ce sens de porter atteinte au développement du foot malgache.

Le pouvoir d’annuler l’élection !

La CNE soutiendrait-elle des candidats ? A travers ses agissements qui bafouent le texte en vigueur, il y a anguille sous roche. « Il a été décidé au début que les élections au niveau des ligues et sections sont sous  l’égide de la commission régionale. Mais quand on constate que la CEN s’en mêle et abuse de son pouvoir, car plusieurs de ses candidats n’ont pas été élus, c’est vraiment à l’encontre de l’éthique sportive », a déclaré un président de ligue.

En fait, plusieurs sections ont déjà bouclé leur élection, conformément au règlement, mais contre toute attente et à la grande surprise des présidents élus, la CNE a fait des siennes en annulant  catégoriquement les résultats des votes. Cela dépasse l’entendement car une telle décision ne revient pas à la CNE mais à une commission de recours qui a l’habilité à statuer. Pour les présidents des ligues, la CNE n’a ni le droit ni le pouvoir de valider et d’annoncer les résultats des votes au niveau régional.

A Tsiroanomandidy, un certain Gaëtan est sorti du lot en gagnant largement le scrutin (16 voix contre 4), mais la CEN a décidé de refaire l’élection. C’est également le cas à Beroroha, Ankazoabo (Atsimo Andrefana) et à Antanifotsy (Vakinankaratra).

Des irrégularités flagrantes

Autant dire que la CNE a le bras le long. Non seulement, elle annule des élections conformes au texte en vigueur mais également, elle approuve des faux semblants d’élections, tachées d’irrégularités. Aucun calendrier électoral n’est pour le moment établi à Ikalamavony et  Nosy Varika, mais grand fut l’étonnement en constatant que des présidents « élus » et reconnus par la CNE se trouvent déjà à la tête de ces deux sections.

Les présidents des ligues s’interrogent. La CNE serait-elle au-dessus des lois ? En tout cas, plusieurs irrégularités ont été constatées, comme à Sakaraha et Ambohimasoa où il n’existe qu’un seul club alors que c’est contraire au décret 2010-001 arrêté 202/10, concernant la législation qui régit les sections, ligues et fédérations.

JR

News Mada0 partages

Karting – Trophée International : John Andry Ratoby au pinacle

Le 16e Trophée international de Madagascar de karting a été remporté haut la main par John Andry Ratoby dans la catégorie Elite Evo, dimanche dernier, sur la piste de Total racing kart à Imerintsiatosika. Il s’est imposé devant Haja Rakotomalala qui s’est placé à la seconde position avec un maigre écart de 2 secondes. Pour sa part, Jordan Moussa s’est adjugé la troisième marche du podium aux dépens de Patrick et Eric.

Chez les Elite Max, Michael a arraché la victoire à Yorg et Lam. Carbonnel, lui, a échoué au pied du podium si Yan a complété le top 5 du classement. John Andry Ratoby est attendu sur la piste à l’occasion de la prochaine manche du championnat de Madagascar de slalom mais sa participation demeure encore incertaine. Pour sa part, Nathan Baumann s’impose dans la catégorie Espoir tandis que la victoire est revenue à Nathan Francesco Rambinintsoa Rakoto David en Open.

Rojo N.    

News Mada0 partages

Run : le bouquet final à Arivonimamo

A chaque saison, la Fédération du sport automobile à Madagascar (FSAM) garde le meilleur pour la fin. Après un passage réussi dans l’Est de la Grande île, à l’occasion de l’East coast Drag Racing à Toamasina, les férus de vitesse de la capitale se donnent rendez-vous à Arivonimamo pour assister au Final Round, le 3 décembre, soit la dernière manche du championnat de Madagascar de run.

Pour rappel, Herizo Boarilaza a remporté la première place en Prorun sur une surpuissante Ford Mustang. Jean Teddy Ramanandraitsiory s’est contenté de la seconde position à bord de sa Smart Dimma. Andry Andriamanoro (Peugeot 405 T8 Ramamany) a complété le trio gagnant de cette 6e manche. Dans la catégorie Run, Jimmy Andrianomena, sur une VR6 ACM, a remporté la première place, à la grande déception d’Andrinirina Razafimbelo (Golf 1 VR6). Sandratra Rabibisoa sur une Clio RS a complété le podium.

Rojo N.   

News Mada0 partages

Toliara : Inisar met en exergue une politique de visibilité

La politique «  agir pour l’avenir » de la nouvelle direction de l’Institut national des informations et de soutien à l’amélioration des revenus (Inisar) commence à porter ses fruits actuellement.

En effet, l’équipe dirigeante, conduite par Bréchard Pierrot Ratovondrasantsoa, a adopté la politique de la visibilité et de la fluidité des informations sur le marché du travail, caractérisée par la mise en place d’un site web qui a connu plus de 50.000 visiteurs en quatre mois.

A cela s’ajoute le lancement de la première revue économique et sociale. Au niveau régional, l’Inisar a laissé ses empreintes dans la ville de Toliara et dans la région Sud ouest. Une action de collecte des informations sur le travail des femmes et la formation des acteurs de développement s’es tenue depuis le mois d’octobre dernier.

Des formations professionnelles

La première mission a débuté le 20 octobre avec la présélection des équipes bénéficiant de la formation sur la collecte des données. Cette mission vise à fournir des statistiques fiables et à jour sur la situation des femmes vis-à-vis du travail. Elle a permis d’enquêter 1200 ménages et 500 femmes. Le travail a été effectué par des agents contrôleurs et enquêteurs recrutés localement. Après cette collecte, le processus de traitement de données s’est poursuivi jusqu’à la sortie du rapport final.

La seconde mission vise à inculquer de nouvelles attitudes et connaissances. Il s’agit des formations transversales  dont la culture entrepreneuriale, la culture d’épargne et de crédit, le marketing, le montage de projet, ou encore la gestion simplifiée et des formations techniques, comme la fabrication des composts.

Du 13 au 17 novembre, plus de 380 personnes ont pu bénéficier gratuitement de ces appuis en formation. Un bon nombre d’associations se sont constituées au terme de l’intervention. Ces associations feront l’objet d’un suivi à compter de la fin de l’intervention.

La remise de certificats pour les bénéficiaires de la formation ainsi que les acteurs pour la collecte de donnée recrutés localement a été organisée en présence du ministre de tutelle de l’institut, Jean De Dieu Maharante.

Recueillis par Nadia

News Mada0 partages

Us et coutumes : plus de saint à qui se vouer

Dans quel but les transporteurs exerçant leurs activités sur la Nationale 2 menacent de faire grève ? Plus personne n’entretient d’illusion quant à l’incapacité des pouvoirs publics à assurer la sécurité des personnes et des biens. En ville, dans les campagnes, sur les routes, règne l’insécurité. Les populations ont jusque là espéré que la Justice ferait preuve de sévérité, c’eut été sinon dans l’immédiat un moyen de dissuader les malfaiteurs, au moins sur la durée une manifestation de résistance dans le but qu’un jour le droit fasse loi. Hélas ! La mise en liberté provisoire des suspectés « caillasseurs », aux yeux des usagers de la route constitue le signe d’impuissance d’une autre institution républicaine.

News Mada0 partages

Chronique : pronostics insignifiants

A entendre certains observateurs de la vie publique les jeux sont à l’avance fermés à propos de la présidentielle. De leur point de vue, seuls trois candidats ont chacun une chance de se qualifier pour le duel du second tour. On pourrait n’accorder d’importance à ces propos qu’à celles réservées à de simples billevesées. Certes  Ravalomanana, Rajoelina, Rajaonarimampianina, (ordre chronologique) possèdent des partisans du fait de s’être succédé au pouvoir, une majorité des leurs soutiens respectifs étant composée de membres des cliques ayant bénéficié de profits particuliers grâce à leur système de gouvernance. A l’inverse chacun des trois a provoqué déception au sein de la population qui attendait chaque fois un air frais de changement : immense houle d’insatisfaction. Quand les gens reprochent au dernier en date son immobilisme et de ne créer que du virtuel, ils ne peuvent même pas s’accrocher aux prédécesseurs qui n’ont pas été des enfants de chœur et au compte desquels l’opinion retient l’impulsion d’une grande vitesse à la décadence de la mentalité et à l’évaporation des richesses naturelles, richesses qui avant l’avènement de cette succession des trois compères-adversaires n’avaient de valeur qu’à n’être que des potentialités. Pourtant parallèlement au temps de passage entre l’état de potentialité des richesses et au début de volatilisation des réserves, ne correspond aucun enrichissement de la population, au contraire les difficultés se sont aggravées et multipliées.En matière de communication il existe toutefois la théorie qui privilégie le bavardage au silence : « l’essentiel étant d’occuper l’espace, quitte à ce que l’on en dise du mal, plutôt que rester dans l’anonymat ou dans l’oubli par silence ». Dans cette optique, les trois portent chacun le pompon, à chacun sa réputation. Seulement une majorité de la population ressent d’autant plus les misères de la pauvreté que  dirigeants et  privilégiés paradent d’aisance et de luxe sans vergogne avec cynisme.Seule l’autocritique suivie de repentance avec la promesse de se gendarmer à changer, aurait des chances de sauver les trois soldats. L’ego surdimensionné risque pourtant de gêner à entreprendre pareille démarche.

Léo Raz  

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : hazakazaka lavitr’ezaka

Maro ny mpanakiana ny Filoham-pirenena izay ampangainy ho manomboka mialoha ny fotoana ny fampielezan-kevitra momba ny fifaninanana ny fifidianana izay ho Filohan’ny Repoblika, hatao alohan’ny faran’ny taona 2018 araka ny lalàna velona. Tsy misy misalasala intsony raha mikasika ny filatsahan’Andriamatoa Rajaonarimampianina eo amin’ny fifidianana izay handimby azy. Tsy eken’ny lalàna sy ny rariny na ny fangalana tombon-dàlana amin’ny fanaovana fampielezan-kevitra lasa aloha na ny fampiasana fitaovam-panjakana amin’ny fanatanterahana izany. Raha jery fohy dia mivandravandra ny fandinganan’ny Filoha ankehitriny izany didy izany, nefa eo andaniny dia noho ny mahafiloha azy dia zony ny manao fitsidiham-paritany toy ny nataony tany Mahajanga tamin’ny faran’ny herinandro ary ny fampiasany ny fitaovana amin’ny mahafiloha ny tenany.Eo anefa dia raha mifandipatra toy izany ny fepetra mipetraka dia ny fahadiovan-tsaina no manjaka : fahadiovan’izay mampiasa an’izay voalazan’ny lalàna, fahadiovan-tsaina sy fahalalahan’ny mpitazana koa eo amin’ny fitsarany an’izany any an-tsainy.Ny fiaingana diso aloha raha afaka ho lazaina hoe sitrany ahay aza ho tombon-dàlana, dia noho ny mahalavitr’ezaka azy dia arak’izay ny fitombon’ny sampona mety hitranga. Mila fitsofan-drano mba ho tody lavitra. Tsy avy any amin’ny mpifaninana kosa no afaka iandrasana tso-drano. Na tsy velom-pialonana aza izy ireo dia tsy afaka ho kianina raha milaza izany ho tsy rariny. Tsy miainga dia tsy mitovy ny fahafahana, noho izany dia azo lazaina fa misy fiangarana an-kolaka ao amin’ny lalàna. Nisy teo aloha teo fikasana hanao fanitsiana ny lalàna nefa tao anatin’ilay fikasana tsy nisy resaka mikasika an’ity fomba fiangarana ity. Ny mifanipaka amin’izany aza no saika hatranga. Adidy ho an’ny Filoha raha toa manam-pikasana hilatsaka amin’ny fifaninanana fandimbiasana ny toerana ny tenany, izay fepetra mitondra fanarenana mba hitoviana sata eo amin’ny fiadin-toerana, no saika foanana. Izany hoe ny fikasana dia ny fanesorana ny fepetra izay manalefaka ny tsy fitoviam-bitana. Izao tsy nirosoana amin’izany aza dia efa manorisory ny fiangaran’ny lalàna. Na izany na tsia, mbola malalaka ny sehatra ahafahan’ny tsy ampoizina hitranga.

Léo Raz  

Ino Vaovao0 partages

CEG MARCOZ : Najanona ny fampianarana fa ilain’ny HVM hampiantranoana mpizaika ny trano

Raha ny tokony ho izy dia maro ireo kilasy tokony hirava amin’ny 6 ora hariva noho ny fanenjehana ny fandaharam-pianarana izay tara noho ny fialan-tsasatry ny pesta teo iny. Tonga anefa ny baiko midina tamin’ny efatra ora fa tsy maintsy ravaina ny mpianatra satria ilain’ny Hvm ny trano hampiantranoana ireo mpizaika tonga hanaraka  ity fihaonambem-paritanin’ny Hvm ity. 

Zary  atao zandrin-draharaha  hatrany ny fampianarana satria isaky ny misy fihaonambe na fivorivoriana eto Mahajanga dia alaina hatrany ireto efitrano fianarana ao amin’ny Ceg Marcoz sy ny Epp Ampisikina ary ny sekolim-panjakana hafa eto Mahajanga. Misy anefa ny tsy manaja trano ka matetika dia simba ny fotodrafitrasam-pampianarana ka ireo mpianatra zana-bahoaka hatrany no lasibatra. Efa nisy fitarainan’ny ray aman-drenin’ny mpianatra mikasika izany ary nisy ny fanamboarana nataon’ny mpitondra fanjakana nandritra ny fotoam-pialan-tsasatra teo. Izao sahady dia efa atao fandraisam-bahiny koa ny efitrano fampianarana.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FILOHAM-PIRENENA TANY MAHAJANGA : Tsy nitsahatra namely akaiky ireo mpanohitra azy

Rakotra olon’ny Hvm ny tanàna, ankoatra ny fihaonam-bem-paritra dia nahavita nitokana fotodrafitrasa maro sosona tao anatin’ny fotoana fohy ihany koa ny filoham-pirenena.

Nandritra ny fandraisam-pitenenana nataony dia tsy nitsahatra namely akaiky ireo mpanohitra ny tenany. Tahaka ny efa fanaon’ny filoha hatramin’izay dia nitohy hatrany ny pi-maso nataony ho an’ireo antoko mpanohitra. Nolazainy tamin’izany fa amin’ny alalan’ny asa no tokony hifaninanana ary tsy tokony hampiasain’ny mpanao politika ho fitaovana ny vahoaka.

“Tsy ho vitantsika ao anatin’ny iray andro ny lalam-pampandrosoana ny firenena. Mandainga izay milaza fa vitany vetivety io, nefa nanao ary izy tsy nahavita. Isika no manomboka, isika no manarina, isika no manatsara ny tsy vita rehetra”, hoy ny ampahany tamin’ny kabarin’ny Filoham-pirenena tany Mahajanga. Manangasanga any sahady ny fampielezan-kevitra sy ny fambaboana ny fom-bahoaka hifidy ny olon’ny Hvm amin’ny fifidianana 2018. 

Nandritra io fihaonam-ben’ny Hvm tany Mahajanga io ihany koa no nilazan’ny filohan’ny antoko, Rivo Rakotovao fa ny filoham- pirenena ankehitriny ihany no atolotr’izy ireo ho kandida amin’ny fifidianana. Tany am-boalohany dia efa mazava ny paikady sy ny politika maloton’ireo mpitondra, tamin’ny alalan’ireo tetika rehetra napetrak’izy ireo hatrany am-boalohany, toy ny fikasana hanova ny lalàm-panorenana sy ny nanendrena an’i Rivo Rakotovao ho loholona dia hita mazava ny lalana tian’izy ireo ahatongavana. Manoloana ny toe-java-misy eto amin’ny firenena ankehitriny dia maro ireo antoko politika no nitondra ny fanehoan-keviny. 

Anisan’izany ny Vami (Vahoaka Miray) sy ny Akfm, ireto farany dia samy nilaza fa raha tena fifidianana madio sy mangarahana no misy eto dia tsy ho lanim-bahoaka intsony izay kandidan’ny Hvm eo. Ireto farany anefa manao izay ho afany amin’ny fambaboana ny fom-bahoaka sy ny fanaovana fampielezan-kevitra mialohan’ny fotoana etsy sy ero.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

AMBALAVAO : Najoro ny vovonana afaka mampiroborobo ny toekarena

Zava-poana ihany anefa izany raha tsy misy ny drafitra sy ny paikady mazava hahafahana manodina ireo singa sy zavatra ananana ho lasa tombontsoan’ny distrika. Noho izany àry dia nisy lamina sy drafitra napetrak’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny any amin’iny faritra iny mba hahafahana manome lanja izay toekarena izay. Fantatra mantsy izao fa tafatsangana, ny faran’ny herinandro lasa teo, tao Ambalavao tampon-tanàna, ny vovonam-pikambanam-pampandrosoana ara-toekarena izay nomena ny anarana hoe «  Tovosoa  ». 

Efa manao ireo asa sy hetsika sahaniny amin’izao fotoana izao izany vovonana najoro izany. Tsara ho fantatra fa ny avy ao amin’ny «  Centre d’Information Technique et Economique  » (Cite) ao Ambalavao no nitarika ny atrikasa ho fananganana izany sehatra izany. Ny Cite dia ivon-toerana fahazoana vaovao ara-teknika sy ara-toekarena, hita ao amin’ny distrikan’Ambalavao. Voasolotena ao anatin’izany vovonana izany avokoa araka izany ireo eo anivon’ny fitondram-panjakana any an-toerana, ireo sampan-draharaha sy  ireo firaisa-monim-pirenena, ny tetikasa sy fandaharan’asa samihafa ary ireo sehatra tsy miankina ihany koa. Araka ny fanazavana dia tetikasa izay tohanan’ny “Organisation international de la Francophonie” (Oif) no anisany harafitra sy hotanterahina ao anatin’izany sehatra hifanakalozana ara-toekarena izany.

Hojerena manokana araka izany izay azo atao hampiroboroboana ny seha-pihariana misy ao Ambalavao mba ho fampandrosoana, na izany ny asa an-tanana na ny fambolena sy ny fiompiana. Najoro ny birao izay havaozina isan-telo taona ary efa voadinika miaraka ny sata fototra hijoroan’ny vovonana. Anisan’ireo hanetsiketsika izany vovonana izany ny Cite, raha ny voalaza hatrany. Hanana teknisianina mpanatanteraka ihany koa ireo vovonana ireo sy ireo mpahazo tombontsoa ao aminy.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

FIKAMBANAN’NY MPIVAROTRA AO MANAKARA : Mankalaza ny fahafolo taonany amin’ity taona ity

Fantatra àry fa feno folo taona amin’ity 2017 ity izany fikambanan’ny mpivarotra bazary ao Manakara izany amin’izao fotoana izao. Araka ny fantatra dia ny 08 novambra 2007 no nijoroan’ny fikambanana, ka katroka tsara ny fahafolo taonany amin’ity novambra 2017 ity. 

Ny fikambanana izay hafohezina amin’ny anarana hoe “Fimpibama” na ny fikambanan’ny mpivarotra ao bazary ao Manakara. Hetsika ara-panatanjahantena, toy ny lalao baolina kitra ambony fasika no nentina nanamarihana ny fankalazana. Lalao izay nikatrohan’ny kaominina ambonivohitr’i Manakara sy ny ekipan’ny Fimpibama teny amin’ny torapasik’i Manakarabe ny alahady tolakandro lasa teo. Niondrika tamin’ny isa 3 noho 1 ny ekipan’ny kaominina, saingy ho fampanjakana ny «  Fair play  » dia natolotra an-kafaliana ho azy ireo ihany ny amboara lehibe. Izany no natao dia mba ho fahatsiarovana ihany koa ny fikambanana amin’izao fankalazana ny fahafolo taonany izao.

Nisy ny hetsika fankalazana tsy tanteraka

Etsy ankilany dia tokony notanterahina ny 20 novambra lasa teo ny fankalazana izay saika nanaovana ny hetsika fanadiovana faobe, ny ivelany sy ny ao anatin’ny bazary be ao Antanambao Manakara. Hetsika izay tokony mbola tafiditra ao anatin’ny ady amin’ny fiparitahan’ny valan’aretina pesta ihany koa. Tsy tanteraka anefa izany hetsika izany noho ny antony maro samihafa, isan’izany ny toetr’andro ka dia hahemotra amin’ny fotoana manaraka. 

Hofaranana amin’ny alim- pandihizana ao amin’ny toeram-pilanonana iray any an-toerana ny 02 desambra ho avy izao kosa ny fankalazana. Raha tsiahivina dia anisany tanjon’ity fikambanana ity ny hanome tombontsoa manokana ho an’ny mpanjifa sy ny mpivarotra. Eo ihany koa ny fanamafisana ny fifandraisana eo amin’ny fanjakana amin’ny fanaraha-maso ny lalànan’ny fivarotana. Ankoatr’izay dia anisan’ny antom-pisian’ny Fimpibama ny fanamafisan’orina ny firaisankinan’ny mpivarotra, mba hijerena ny eo amin’ny lafiny sosialy. Nanambara ny filohan’ny fikambanana fa mbola hisy ny hetsika manokana hanamafisana ny fankalazana ny fahafolo taonan’ny Fimpibama.

Lucien R.

Ino Vaovao0 partages

ANDRAMENA ANY SAVA - MILA VOLA : Teren’ny fanjakana hamidy 3000 Ariary ny kilao ?

Araka ny nambaran’ireo mpandraharaha sasany tompona andramena any an-toerana dia efa neken’ny Cites ny hamarotana ny andramena mba hahatongavana amin’ny «  stock zéro  ». Amin’izay dia mora ny hiadivana ny trafikana andramena   eto amin’ny firenena. Ny mampalahelo ary tsy eken’ireto mpandraharaha ireto dia ny fanerena ataon’ny mpitondra  ny amin’ny hamarotana ny andramena rehetra amin’ny fanjakana amin’ny vidiny tsizarizary  : 3000 Ariary ny kilao. «  Fanambakana anay izany. 

Tsy misy tsy mahafantatra ny vidin’ny andramena eny amin’ny tsena iraisam-pirenena. Sa efa akaiky ny fifidianana filoham-pirenena ka mitady vola hanaovana fampielezan-kevitra ny mpitondra ankehitriny  ? Tsy vitan’izany mpandraharaha 4 monja avy aty aminay no nomena alalana manondrana ny andramena any ivelany. Inona ny antony tsy amelana anay manao izany rehefa voamarina tsara fa anay ny andramena voatahiry  ?  », hoy ireto mpandraharaha tompona andramena ireto.

«  Tsy andrenesam-peo ireo solombavambahoaka  »

«  Manoloana izany toe-javatara izany, tsy andrenesam-peo ireo solombavambahoaka voafidy aty amin’ny faritra Sava. Tsy misy afa-tsy ny depiote Abdillah no miaro anay nefa tsy eto an-tanindrazana izy  », hoy hatrany ireto mpandraharaha ireto. Fantatra fa hisy fivoriana  any Genève ny 4 desambra ho avy izao. Inoana fa horesahana mandritra izany fivoriana izany  ny  famarotana ny andramena avy aty Madagasikara.

Na izany na tsy izany manao antso avo amin’ny fitondrana mahefa ny mpandraharaha any Sava ny amin’ny hamelana malalaka azy ireo hivarotra ny andramenany.

A.Lepêcheur

Tia Tanindranaza0 partages

FANAFIHANA SINOA

Nohamarinin’ny minisitry ny fiarovam-pirenena ny fisian’ny miaramila sy polisy izay niray tsikombakomba tamin’ny fanafihana sinoa mpandraharaha amin’ny volamena tany Ambalahosy-Mananjary.

Nilaza izy fa tsy hiditra an-tsehatra mihitsy amin’ny fanavotana an’ireo ary manome alalana ny fitsarana mba hiasa malalaka. Tsy nasiany teny kosa ny hoe mety hatezeram-bahoaka izay nitambatambatra no nitarika ity fanafihana sinoa izay mampiasa « mercure » amin’ny fitrandrahana ka manimba ny asan’ireo mpitrandraka kely eo amin’ny manodidina

.

 

Mpiambina ny vadin'ny praiminisitra ny voalohany ary mpiambina ny depiote iray ao Mananjary ny faharoa. Ireo ny asan'ireo kaporaly roa izay voasambotra tany Mananjary rehefa nanafika mpandraharaha volamena sinoa. Ilay polisy kosa dia miasa eo anivon'ny kaomisaria ao an-toerana.

 

ANTSALOVA

Vazaha mpizahatany roa no very vola sy fitaovana raha nandeha teny amin’ny Tsingin’i Bemaraha. Tao Antsalova, nisy niditra tao amin’ny hotely nisy azy ireo ary nalaina tao amin’ny efitranony ny vola vahiny izay nentin’ireo vazaha mba hialàna voly eto amintsika. Tsy vaky akory anefa ilay efitrano. Lasa hatramin’ny fakan-tsary, ny finday sy ny entana maro. Endrika iray mampiverin-dalana ny mpizahatany ny toy izao, fizahan-tany izay efa nopotehin’ny pesta mbola noharatsian’ny tsy fandriampahalemana koa.

TOETR’ANDRO

 Hiverina hirotsaka ny orana manomboka anio, raha ny vinavinan’ny mpamantatra ny toetr’andro etsy Ampandrianomby. Mandritry ny herinandro mihitsy, raha ny fijerin’izy ireo no hirotsakat sy an-kijanona ny orana eto an-drenivohitra.

MORONDAVA

 Nasesin’ny jiolahy ny kartie maro tao Morondava ny alahady lasa teo. Na ny olona teny an-dalana na ny olona izay niala voly teny amin’ny torapasika, hatramin’ny mpivarotra hani-masaka sy masikita aza dia samy nahazo ny anjarany avokoa. Ny tena nampalahelo dia ny fisian’ny olona izay nanatitra marary teny amin’ny hopitaly izay voaendaka sy noratrain’ny jiolahy. Mihorohoro ny mponina ao an-toerana.

 

FARITRA ARA-TOEKARENA

Tsy mifanraraka ny ao amin’ny lalàmpanorenana, toy ny andininy 1, 3, 16, 140, ary indrindra ny lalàna fehizoro 2014-018, 2014-019, 2017-020 ny andininy 11-12 ao amin’ny volavolan-dalàna momba ny Faritra ara-toekarena manokana na ZES, hoy ny SECES. Manahy mantsy ny SECES Sampana Antananarivo satria mifanipaka amin’ny andininy sasantsasany amin’ny foto-pisainan’ny lalàmpanorenana, raha toa ka tanterahina amin’io endrika io ny lalàna mifehy ny ZES.

FITSARANA

Nanao an-tsakany sy an-davany ny asany ny fitsarana eto Toamasina, hoy ny tonian’ny fampanoavana Lauret Thierry R omaly, momba ny famotsorana ireo olona nambara fa mpitora-bato ny taksibrosy amin’ny RN2 eny Brickaville.Nisy ny fihaonan’ny fitsarana sy ny polisy ary ny zandary tao Toamasina omaly momba ity raharaha ity.

EMMANUEL MACRON

Nandritra izay enim-bolana  nidiran’i Emmanuël Macron  tao amin’ny Lapan’i Elysée any Frantsa izay dia izao izy vao hanao fitsirihana voalohany aty Afrika ny 28-30 novambra izao. Hanao valandresaka ao amin’ny Oniversite an’ny Ouagadougou ao Burkina Faso anio, izay hiresahana mahakasika ny politika vaovao momba an’i Afrika miampy ny fametrahan’ny mpianatra fanontaniana manitikitika azy.

FENOARIVOBE

Mangantaka  ny fampiatoana ny ben’ny tanànan’Ankiramena ny mponina ao noho ny fanamparam-pahefana sy ny fanaovana antsojay ireo mpiasam-panjakana sasany.

INDONESIE

 Olona miisa 100 000 monina eo akaikin’i Mont Agung no tokony hifindra noho ny fihetsehan’ny Volcan ao aminy any amin’ny nosy Bali.

MANANJARY

Miaramila 2 sy polisy 1 voasambotra  anisan’ireo jiolahy nanafika ireo Sinoa nanao fitrandrahana tany morarano. Nialoha ny fanafihana dia voalaza fa nisy nahita izy ireo, ka nampitony ny sain’ny olona hoe aza mikorapaka fa ny sinoa mpandroba antsika no hofaizinay.

SAINTE MARIE

Teratany pakistanais silamo hanao fitsidihana moske ireo lazaina fa mpitsoa-ponenana, hoy ny ny solombavambahoaka voafidy tany an-toerana.

FAMPIANARANA AMBONY

 Hanantanteraka fitokonana ny mpampianatra mpikaroka sy mpikaroka mpampianatra noho ny tsy fandraisan’ireo mpampianatra 70 taona no ho miakatra mbola manohy ny asa fikarohany ny “indemnité de recherché”.

SAMBAVA:

Midangana ny vidim-piainana noho ny fisokafan’ny fiotazana “Vanille” ka lasa 1500 Ar ny kapokan’ny vary hoy ireo mponina.

HAZAKAZAKA AM-BISIKILETA

Norombahan’i Dama Miaritsoa ny amboara teo amin’ny fifaninanana “Trophée des As de cyclisme” izay notanterahana ny alahady lasa teo tany Imerinkasinina. Tao anatin'ny ampaham-potoana 3 ora sy 51 minitra ary 21 segondra amin’ny lalana mirefy 147km.

BANGLADESH

Omaly alatsinainy dia namoaka didy ny fitsarana avo Bangladesh fa gadraina mandrapahafaty ireo miaramila miisa 139 nanao fikomiana sy namono manamboninahitra am-polony tamin’ny taona 2009.

MONDIAL 2018

Hatao ny zoma 01 desambra izao ny antsapaka momba ny fizarana isam-bondrona ho an’ireo ekipa 32 tafakatra hiatrika ny “mondial 2018” eo amin’ny tontolon’ny baolina kitra hatao any Rosia.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tratra i Zaka lava jiolahy raindahinyMitaky fitsaram-bahoaka ireo nanaovany asa ratsy

Fanafihana ny lehiben’ny faritra teo aloha Ranaivonirina Jean Yves no nahafantarana an’i Zaka lava. Mpikambana amin’ny tambajotra jiolahy mahery vaika ao Ambatondrazaka ny lehilahy.

                                                             Niry A

 

Tia Tanindranaza0 partages

« 1 anala Dj » Manandratra soatoavina anaty mozika

« Andrianiko ny kantoko, feheziko ny an’ny hafa ». Io no teny filamatra entin’ny « 1 anala Dj » anatin’ny fikirakirana ny hira sy ny mozika. Fantatra tamin’ilay vazo « Zarako aza Gasy » ny tovolahy tany amin’ny taona 2015.

 Ny fitrandrahana ireo gadona vokatry ny tany malagasy tahaka ny kilalaky, salegy, vakisaova… laroina ban-kira vahiny toy ny afro beach mba ahafahan’izy ireny miampita ranomasina. Izay no raikipohy tsotra nefa mahomby hivoizany ny kanto malagasy. Tsongaina amin’ireo mozika vaovaon’ny « 1 anala Dj » ny namoahany ny hira « Kilalaky kindriandriana ». Maneho ny lalao nentim-paharazana malagasy ampiarahana amin’ny fomba fandihy kilalaky.  Manan-talenta amin’ny famolahana ireo voambolana sy teny malagasy hanjary taokanto ny tovolahy ary taratra mandrakariva anatin’ireo tononkirany ny maha saropiaro tanteraka azy amin’ny fitandroana sy fanandratana ny soatoavina malagasy toy ny fihavanana, fandalana ny fahamarinana…  Nahitsy ny hafatra nentin’i « 1 anala Dj » ho an’ireo Mpanakanto namany : « Tsara ny kolontsaina malagasy izay mirakitra soatoavina ary aza ampianarina ratsy ny Malagasy anatin’ny hira sy mozika ary ny dihy ». Teny atsipy ho an’ny « Manam-panahy » tokoa izany.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Sekoly ambony ISPFS LeaderNalana tamin’ny toerany izay ekipa tsy nahomby

Manatanteraka asa fanadiovana ny eo anivon’ny sekoly ambony ISFPS Leader( Institut Superieur de formation Paramédical Science et de la Société) tarihin’ny filoha tale jeneraliny Mahasoa Leader entina hanatsarana ny kalitaon’ny fampianarana hatolotr’izy ireo.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Za’Gasy Sahy MandrosoFokontany 4 no nandrarahana D.D.T

Araka ny efa nambarany tany aloha dia hanatanteraka hetsika fandrarahana fanafody famonoana bibikely isam-bolana eny amin’ny

Tia Tanindranaza0 partages

Fampihenana ny fahafatesan’ny reny sy ny zazaNankasitraka ireo mpitsabo Rtoa Voahangy Rajaonarimampianina

Mba hahafahana mampihena ny taham-pahafatesan’ny reny sy ny zaza eo am-piterahana dia notoloran-dRtoa Voahangy Rajaonarimampianina mari-pankasitrahana avokoa ireo tompon’andraikitra ara-pahasalamana eny anivon’ireo tobim-pitsaboana CSB II eto amintsika, manatanteraka ilay tetikasa CARMMA (Campagne pour l’Accélération de la Réduction de la Mortalité Maternelle et Infantile en Afrique).

 

Teny amin’ny lapam-panjakana Ambohitsirohitra no nanatanterahana izany, ho fampirisihina ireo tompon’andraikitra ara-pahasalamana ireo hanao ny tsara kokoa hatrany. Andiany faharoa ity fanolorana mari-pankasitrahana sy valisoa notanterahiny ity, tamin’ity taona 2017 ity. Tanjona ny hahafahana mampihena hatrany ny taham-pahafatesan’ny reny sy ny zaza eo am-piterahana aty Afrika, hetsika hiarahana amin’ny minisiteran’ny fahasalamam-bahoaka. Miisa 88 izy ireo no nahazo tombontsoa, narahina fanolorana fitaovana sy kojakoja toy ny solosaina, finday, fanamiana hanaovana rehefa mandray marary, fitaovam-pitaterana toy ny bisikileta… Nahatratra 478 amin’ny 100.000  ireo zaza namoy ny ainy teo am-piterahana, tamin’ny taona 2012, izay niakatra hatrany amin’ny 498 tamin’ny taona 2009. Vehivavy 10 isan’andro kosa no mamoy ny ainy eo am-piterahana, vokatr’ireo karazan’olana maro samihafa mifandraika amin’ny vohoka sy ny fiterahana, ka ny telo amin’ireo dia tsy ampy taona avokoa.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taksibrosy amin’ny RN2Hitokona rahampitso

Hitokona avokoa ireo taksibrosy sy kamiao mampiasa iny lalam-pirenena faharoa iny ka tsy hiasa rahampitso alarobia. Lohalaharana amin’izany ny mampitohy an’Antananarivo sy Toamasina.

 Notsindrian-dRakotondrafara Fredinard, filohan’ny ASTRAM fa mety hiitatra manerana ny Nosy raha tsy misy ny fepetra hentitra raisin’ny fitondram-panjakana. Antony handraisan’izy ireo ny fanapahan-kevitra ny fahafantarany fa navoakan’ny  fitsarana ireo olona dimy efa nosamborin’ny zandarimariam-pirenena, noho izy ireo atidoha nikotrika ny fitorahana taksibrosy tany amin’iny lalam-pirenena faharoa iny, indrindra fa ny eo Brickaville ary efa nahasimbana fiara miisa 80. Tsy latsa-danja ny naharatrana ilay mpandeha iray izay zary poa-maso mihitsy, vokatry ny potika fitaratra niditra tany anaty masony, ka niantohan’ny koperativa ny fikarakarana azy. Eo ihany koa ny haratsian’iny lalam-pirenena faharoa iny, izay efa mila fanamboarana, hoy izy ary hakana vola amin’ny alalan’ny vidin-tsolika takiana aminy izy ireo… Nanambara moa ity filohan’ny ASTRAM ity, omaly, fa anisan’ny tena mampanahy mafy azy ireo ny hisian’ny valifaty hataon’ireto mpitoraka fiara ireto, ka tsy maintsy manaitra ny mpitondra fanjakana izy ireo. Nisy ny fisaorana manokana nomeny ny zandarimariam-pirenena.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy azo antenaina

Asa aloha izay fahagagana hataon’ny mpitondra HVM fa raha izao zava-misy iainan’ny olona manerana ny nosy izao dia 1er Tour dia mihintsana ny kandida Rajaonarimampianina.

Nitombo 1000 Ariary be izao ny vidin’ny iray kilao amin’ny fotsimbary ny volana jolay 2017 ka hatramin’ny volana novambra izao. Atao ny fivoriana etsy sy eroa, eo koa ny fanambarana kanefa tsy misy vahaolana hita fa dia mbola midangana be ihany ny vidim-bary eny an-tsena. Efa iainana isan’andro ny fahantrana eo amin’ny Malagasy. Izao misy mpitsoa-ponenana hita mivingitra entana etsy sy eroa, hanabe isa ny efa sahirana eto indray ve, sa hanao inona marina ireny be volombava mirebareba ireny ? Mandeha indray ny kongresim-paritry ny antoko eo amin’ny fitondrana. Fety be mandritra ny roa andro. Nohafarana daholo ireo mpikambana mafana fo avy amin’ny lafivalon’ny nosy. Tsy nianto-tena izy ireo fa nisy nikarakara. Vola avy aiza io ? Mandeha ny sakafo sy ny revirevy, nisy hatramin’ny afomanga tahaka ny fetim-pirenena. Tsy iadian-kevitra intsony fa dia tsy hahazo famatsiam-bola goavana ny fitondrana HVM. Nitsingerina ihany ity ilay 1 sy 2 desambra nivoriana tany Paris ka nidedahana hoe mahazo 10,6 miliara dolara avy amin’ny mpamatsy vola isika. Ankehitriny anefa zara raha 2,3 miliara dolara amin’io ny fampanantenana fa ho azo. Mibaribary loatra eto ny tsy fahaiza-mitantana sy ny firongatry ny kolikoly ary asa na tena tsy manana paikady hiadiana amin’ilay izy mihitsy ny fitondram-panjakana na mahazo aina amin’ny gaboraraka koa dia aleo handeha eo ihany. Izany ve no mbola antenaina hampandroso ny firenena amin’ny 5 taona manaraka ?

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Karate Do sampana FihezamaMpikatrako 125 no nandray anjara

Nahatratra mpikatroka 125 avy amin’ny klioba 25 misy ireo mpikatroka nandray anjara tamin’ny fifaninanana Karate sampana Fihezama notontosaina ny sabotsy 25 novambra teo teny amin’ny kianja mitafon’Ankorondrano. Ity no namarana ny hetsika karate sampana Fihezama taona 2017.

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra-fifidianana filohana LigyMisy resaka tsy milamina

Manomboka mafampana ny tontolon’ny baolina kitra amin’izao fotoana, noho ny resaka fifidianana.

Tia Tanindranaza0 partages

Krizy eto amin’ny firenenaMiantso fanetren-tena sy firaisankina ny FFKM

Taorian’ny fivoriana nataony tany Antsirabe ny 23-26 novambra teo, dia vara-datsaka ary mahery ny fanambaran’ny FFKM.

 

 Eo amin’ny lafiny finoana, dia mbola mitohy ny famakiana sy fandrobana fanaka masina sy ny fandorana baiboly ary ny famonoana mpitondra fivavahana. Tsy voafehy ny lafiny toekarena ka lasa tantely afa-drakotra ny harem-pirenena satria lasa tompony mangataka atiny ny Malagasy, ary tsy mangarahara ny fifanarahana amin’ny vahiny. Tsy mangarahara ny fampiasana ny volam-panjakana ka lasa mifangaro amin’ny asan’ny antoko. Ny tsy fanatanterahana ny fehin-kevitra tamin’ny fampihavanam-pirenena ny 4F (Fibebahana, Fieken-keloka, Fivavahana, Fahamarinana) no antony tsy fandrimpahalemana, fahalovana, fihanaky ny zava-mahadomelina, hoy ny FFKM. Novakian’ny FFKM bantsilana ihany koa fanaovana ampihimamba sy fitaovana ny haino aman-jerim-panjakana. Ny vaovaon’ny antoko no mibahan-toerana amin’ny haino aman-jerim-panjakana, ka tsy mahazo afa tsy vaovao ny olom-pirenena, hoy ny FFKM. Miangavy ny fanjakana mba hihaino am-panetren-tena ny feon’ny fiangonana ny FFKM satria efa tena marary ny vahoaka, ary tsy ny vahiny no tokony hahazo vahana eto amin’ny tanin’ny Malagasy.

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandaminana ny tsena Petite VitesseManaiky ny ankamaroan’ireo mpivarotra

Na dia nisy tamin’ireo mpivarotra etsy amin’ny tsenan’ny Fihavanana Petite Vitesse aza no velom-panahiana teo aloha mikasika ny asa fanatsarana sy fikarakarana ity tsena ity hotanterahin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra dia tonga saina ihany izy ireo rehefa nohavazaina taminy ny tena marina.

 

 Manaiky ny fandaminana ny ankamaroan’ireo mpivarotra noho ny fahatsapany fa ho tombontsoany ihany no antony hikarakaran’ny kaominina azy io. Vokatry ny honohono, hoy ny lehiben’ny tsena Razafindrakoto Mbolatiana no niteraka ilay olana teo aloha. Tsy vao izao anefa no novolavolaina ny asa fanatsarana sy fanamboarana ny tsena Fihavanana Petite Vitesse fa efa hatramin’ny ela mba hahatonga azy hanara-penitra. Tafiditra ao ny fiavahan’ny toerana ahitana ireo karazan’entana sy kojakoja ilain’ny mponina andavanandro mba tsy hifangaro voraka. Hohatsaraina ihany koa ny trano efa misy izay handeha amina dingana lavitr’ezaka. Nomarihiny manokana moa fa efa nisy kaomisiona natsangana ahitana ny solontenan’ny mpivarotra sy ny kaominina ary ny delege  hahafahana mampita ny vaovao tena marina hisorohana ny mety hisian’ny korontana.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Bazary Marolaka MahajangaTezitra amin'ny ben'ny tanàna ireo mpivarotra

“Ajanony ny M'vola, hajao ny bokin'andraikitra, aoka izay ny didy jadona”.

Jean D

Tia Tanindranaza0 partages

AnalakelyNodiovina ny pavillon

Anisan’ny vinan’ny ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra Lalao Ravalomanana ny asa fanadiovana sy ny fandaminana ny tanànan’Antananarivo.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’i MorombeNomena fahalalana bebe kokoa momba ny asan’ny CNaPS

Vao miresaka CNaPS dia ny volan-jaza sy ny fisotroan-dronono no be mpahalala. Ho an’ny vahoakan’i Morombe, indrindra ireo mpiasa amin’ny sehatra tsy miankina dia sambany izy ireo no nahafantatra fa hay ny Tahirim-pirenena momba ny fiahiana ara-tsosialy (na ny CNaPS) ihany koa dia mandray an-tanana izay tra-doza am-perinasa na koa marary vokatry ny asa.

 

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fiakaran’ny vidin-jiro ho an’ireo mpanjifa vaventyHampiharina amin’ny taona 2018

Hampiharina manomboka amin’ny taona 2018 ho avy io ny fiakaran’ny vidin-jiro eo anivon’ny orinasa JIRAMA, araka ny drafitra fanarenana ny orinasa izay voasoritra ao anatin’ny lalàna vaovao hifehy ny famatsiana ny herinaratra eto amintsika.

 

 Ireo mpanjifa vaventy no tena hiharan’io fampiakarana io, hoy Atoa Lanto Rasoloelison minisitry ny angovo sy ny rano ary ny akoran’afo tamin’ny mpanao gazety, omaly. Mijanona ho 141 Ar hatrany kosa ny 1 kwh ho an’ny mpanjifa tsotra izay tsy hijanona eto an-drenivohitra ihany. Hiaina ao anatin’izany ihany koa ireo mpanjifa any ambanivohitra hatramin’ny taona 2030 ka hisy ny famatsiana herinaratra ho an’ireo tsy manana.  Tsy adinon’ny minisitra ny nanazava mikasika ilay feo mandefa fa nandroaka mpiasa be dia be ny orinasa JIRAMA. Nomarihiny manokana fa mpiasa iray ihany no voaroaka.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Terak’i Betroka teny AntaninareninaMiaro ny depiote Jean Nicolas

Mandalo eto Iarivo ny terak’i Betroka ahitana ben’ny tanàna miisa 19 any amin’ity distrika ity, notarihan’ny filohan’izy ireo, Raherivelo Abel Julien izay avy namonjy ny zaikabem-paritry ny HVM tany Mahajanga.

 

 Naheno ny fanaratsiana ny solombavambahoaka Randrianasolo Jean Nicolas voafidy tany amin’iny distrikan’i Betroka iny nataon’ny ben’ny tanànan’i Betroka tao amin’ny televiziona tsy miankina iray izy ireo ka tsy nahatsindry fa namaly bontana ny voateny teny Antaninarenina omaly. Niezaka ny tsy niteny ihany izahay hatramin’izay, hoy Atoa Abel Julien, nefa tafahoatra loatra ny voalazan’ity ben’ny tanàna avy any aminay  ity izay iray amin’ireo ben’ny tanàna 3 amin’ny 22 misy tsy ao anatin’ny fikambanan’ny ben’ny tanàna any Betroka. Ambaranay ben’ny tanàna 19 tarihako fa tsy mankasitraka velively ny fanaratsiana atao amin’io solombavambahoakanay io ankehitriny izay nahavita be teo amin’ny fanampiana ara-tsosialy ny vahoakan’i Betroka ary nanentana ny olona niaraka tamin’ny OMC amin’ny tsy tokony hironany amin’ny fangalarana intsony. Olona  tena tsy tia ny fampandrosoana entiny any amin’ny misy anay any ireo manakiana azy ireo. Tsy niangatra ity depiote Nicolas ity fa nanampy ny rehetra hatramin’ireo ben’ny tanàna manohitra azy ireo aza tamin’ny fanolorana ny kaominina 22 any Betroka rehetra milina Kubota sy zezika samihafa ary mbola nampiditra ao anatin’ny CLD-n’i Betroka koa ny fanomezana moto ho an’ireo kaominina 22 misy any an-toerana ireo. Saika kandidà nifaninana hofidiana solombavambahoaka tamin’ny depiote Nicolas avokoa ireo manaratsy azy ireo ka tsy mahagaga fa efa manakaiky indray ity ny fifidianana ho avy ka atao izay hanaratsy fotsiny izao ny sarin’ny solombavambahoaka Randrianasolo Jean Nicolas. Tsotra ny teninay, hoy i Abel Julien, mba mijere ianareo mpanaratsy fitaratra vao miteny olona ary amin’ny taona 2018 mifankahita.

Tia Tanindranaza0 partages

Fa inona foana ?

Fa inona foana ity mampievotrevotra ?Tsy misy asa vita, miseho ho be hevitraTokanana avokoa izay azo tokanana.Amidy daholo rehefa fananana.

Fa inona foana ity toky fitaka ?Ny sain'ny Malagasy efa mila hiparitaka.Lazaina daholo ny atsanga tsy aman'oranaNy kibonay noana, efa mila ho torana.Fa inona foana izato fivoriana ?Na andro alahady aza tsy misy hatoriana.Tsy hita akory izay zavatra tapakaNy vidim-piainana tsy sasatra miakatra.Fa inona foana ity mivoaka any ivelany ?Ny eto an-tanindrazana tsy misy alehany.Mba vakianao ve ny tononkaloko r'ilay Jean kely ?Mba henoy ihany re izahay rehefa miteny.

Tia Tanindranaza0 partages

TIM IhorombeEfa manomana ny fifampiarahabana ny taona vaovao

Nivory tao Ihosy renivohitry ny faritra Ihorombe ny antoko TIM any amin’iny faritra iny notarihin’ny Reg TIM, Velomana Roger, sy ny DISTIM Ihosy, Gabriel, ary notronin’ireo ComTIM ao amin’ny Distrika Ihosy sy ny DISTIM Ivohibe sy Iakora, ny sabotsy 25 novambra 2017.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Parlemantera Belza sy MalagasyManamafy orina ny fiaraha-miasa

Ao anatin’ny tontolon’ny fiaraha-miasan’ny samy parlemantera avy amin’ny firenena miteny frantsay, ny « Delegasion du Parlement de la Fédération Wallonie – Bruxelles (PFWB) » dia manatanteraka fitsidihana eto Madagasikara mandritra ny valo andro,

 ny 26 novambra 2017 ka hatramin’ny 03 desambra 2017 izao. Atoa Philippe Courard, Filohan’ny PFWB no nitarika ity delegasiona ity, izay ahitana an’Atoa Alain Destexhe, filoha lefitry ny PFWB sy Rtoa Isabelle Emmery (Parlementaire de la Fédération Wallonie – Bruxelles) ary Rtoa Gerard Viviane, tale jeneralin'ny fitantanana ankapobeny ny fifandraisana ivelany. Amin’ny maha parlemantera ireto vahiny ireto, dia tonga nitsidika ara-pomba ofisialy tao amin’ny Lapan’i Tsimbazaza izy ireo omaly alatsinainy 27 novambra 2017 tamin’ny 10 ora maraina, ka noraisin’ny filohan’ny Antenimieram-pirenena  Jean Max Rakotomamonjy tao amin’ny efitrano fandraisany vahiny. Taorian’izay dia nihaona tamin’ireo solombavambahoaka mpikambana ao amin’ny Vondrona Fifankatiavana Parlemantera Malgacho - Belge tao amin’ny efitrano BP ao amin’ny Antenimieram-pirenena izy ireo. Lohahevitra nodinihina ny fanamafisana ny fiaraha-miasan’ny parlemantera roa tonta,  izay efa nisy hatramin’ny taona 2001. Teo ihany koa ny fifanakalozana traikefa sy fahaiza-manao eo amin’ny asa fanaovan-dalàna. Noresahina sy nifanakalozana hevitra ny tontolo politika, ny toekarena, ny fanabeazana sy ny sosialy. Ny tanjona dia samy hahazo tombontsoa amin’ny fiaraha-miasa ny firenena roa tonta, indrindra fa ny vahoaka Malagasy. Nofaranana tamin’ny fanaovan-tsonia fiaraha-miasa eo amin’ny parlemanta roa tonta ny fihaonana tao amin’ny efitrano BP. Ho fahatsiarovana ny nandalovan’ireto mpikambana amin’ity delegasiona avy any Belgique ity teto amin’ny lapan’i Tsimbazaza dia nisy ny fakana sary niombonana sy ny fitsidihana ny efitrano fivorian’ny solombavambahoaka.

 

Toky R

La Vérité0 partages

Liquidation des stocks de bois de rose - Des opérateurs s'insurgent contre le prix fixé par l'Etat

L'Etat à travers le ministère de l'environnement procède depuis le 14 novembre dernier au contrôle des stocks de bois de rose dans la région Sava. Selon des opérateurs de la localité qui nous ont contactés cette décision a été prise d'un commun accord avec la CITES.

En effet pour combattre le trafic de bois de rose il serait judicieux de liquider tous les anciens  stocks de ce bois précieux. Mais ce qui inquiète au plus haut point nombre des opérateurs de la Sava c'est le fait d'avoir appris qu'ils doivent vendre à l'Etat leurs stocks de bois de rose à raison de 3000 ariary le kilo. « Les dirigeants actuels cherchent tout simplement à nous exploiter en nous imposant de vendre nos bois de rose à l'Etat  à 3000 ariary le kilo. C'est inconcevable quand on sait que  sur le marché international le prix du kilo de bois de rose est environ de 8 dollars. Faites le calcul. Nous sommes d'avis de croire qu'à l'approche des élections présidentielles les dirigeants actuels cherchent par tous les moyens à renfloueur leur trésor de guerre pour les prochaines campagnes électorales » ont-ils déclaré. Par ailleurs nos interlocuteurs  s'insurgent contre la décision du ministère de tutelle selon laquelle  4 opérateurs seulement  ont reçu l'agrément d'exporter les bois de rose stockés dans la région Sava.Silence complice des députésFace à cette situation toujours selon ces opérateurs aucun député de la Sava n'a daigné réagir. « Seul le député Abdillah nous a défendu. Malheureusement en ce moment il ne se trouve pas dans le pays. Le reste observe un silence complice » ont-ils indiqué avant de faire savoir qu'une réunion se tiendra le 4 décembre prochain à Genève et que la ministre de l'environnement quittera le pays le 28 de ce mois. A coup sur la liquidation des stocks de bois de rose du pays sera au menu.A.Lepêcheur

La Vérité0 partages

Incompétence du régime - Tirs à boulets rouges du Ffkm

Décidément, les relations entre le régime et les églises chrétiennes de Madagascar sont orageuses. Une dizaine de jours après le message de la Conférence des évêques de  Madagascar où les prélats catholiques dénonçant les turpitudes du régime, c'est au tour du Conseil chrétien des églises à Madagascar (Ffkm) de se prononcer sur le sujet.

Monseigneur Odon Marie Arsène Razanakolona (Ekar), Monseigneur Ranarivelo Samoela Jaona (Eem), Pasteur Irako Andriamahazosoa Ammi (Fjkm) et le Docteur Rakotonirina David (Flm) ont fait passer un message critique à l'endroit du pouvoir Rajaonarimampianina. Dès le début de leur message, délivré à la suite d'un conclave du comité central du Ffkm à Antsirabe en fin de la semaine dernière, le Ffkm dénonce les cambriolages, les pillages et les vols d'objets sacrés dans les églises, les meurtres de dirigeants d'églises, les calcinations de Bibles qui sont les bases de la croyance chrétienne. « Cela ressemble à une déclaration de guerre envers les chrétiens », selon le Ffkm. Concernant la vie nationale, le Ffkm rappelle que les faits dénoncés, dans sa précédente déclaration durant le 39è comité central de Toamasina, restent toujours d'actualité et ont même empiré.« La non application des résolutions prises lors des assises nationales pour la réconciliation nationale basée sur les 4F (Fiekenkeloka, Fibebahana, Fahamarinana, Fihavanana) du 28 au 30 avril et du 1er au 2 mai 2015, est à l'origine de la situation d'insécurité actuelle, la corruption, la propagation des produits stupéfiants, le non respect des structures, les imperfections dans le domaine de la Justice ». A ce sujet, les chefs d'église au sein du Ffkm dénoncent la corruption qui mine le secteur de la justice, empêchant les affaires concernant les trafics de richesse nationale d'aller à leur terme. La lutte contre les Dahalo qui utilisent des armes toujours plus haut de gamme par rapport aux forces de l'ordre devient de plus en plus difficile, selon le Ffkm qui déplore par ailleurs que cette situation d'insécurité, combinée à la sécheresse, impacte sur les productions agricoles et sur « le coût de la vie qui explose ». Appels dans le videDans son message, le Ffkm parle également de la liberté d'information et dénonce le verrouillage des chaînes publiques par les informations concernant un parti. « Les citoyens n'ont droit qu'à un seul son de cloche », pestent les dirigeants d'église. L'accaparement du pays par les étrangers et le manque de transparence dans les accords commerciaux passés avec les investisseurs étrangers ont également été pointés du doigt par les dirigeants du Ffkm qui reprochent par ailleurs à l'Etat de trop favoriser les investisseurs étrangers. Malgré ce tableau sombre, le Ffkm estime que tout n'est pas perdu et que des solutions existent pour redresser la situation. Au chapitre des solutions, les chefs d'Eglise demandent premièrement « aux dirigeants étatiques d'écouter la voix de l'église, même si cela fait mal ». D'autre part, le Ffkm recommande ainsi la mise en place d'une « aumônerie » spéciale pour les dirigeants et appelle les hommes d'Etat à penser avant tout au développement du pays.  Le comité central du Conseil chrétien préconise la promotion des éducateurs et des techniciens malagasy et encourage les efforts d'assainissement interne menés dans les corps des forces de l'ordre. Parlant d'un sujet d'actualité, le Ffkm demande aux dirigeants de ne pas faire de pâles copies des lois existant à l'étranger et préconise également la refondation des structures nationales. Pour conclure son message, le Ffkm déplore que ses interpellations, faites dans le cadre des 38è et 39è comités centraux du Ffkm, ont visiblement résonné dans le vide. Ce conseil des églises appelle ainsi le pouvoir à changer son fusil d'épaule. « La démagogie et le mensonge sont aujourd'hui le quotidien de la population, livrée à elle-même », conclut le message du Ffkm.L.A.

La Vérité0 partages

Insécurité sur la Rn2 - Une grève illimitée au stationnement d'Ambodivona

La remise en liberté de 5 personnes, incriminées pour jets de pierres et braquages des taxis-brousse dans la Région Atsinanana, notamment à Brickaville alimente encore la discussion. Après leur défèrement au Parquet de Toamasina, ces derniers ont reçu une liberté provisoire, malgré leur aveu.

Durant l'enquête, ces personnes ont avoué que chaque mission coûte 15 000 ariary par personne. Après la déclaration du commandant du Groupement de gendarmerie de ladite Région, les transporteurs nationaux et régionaux de la Rn2 ont fait les leurs. Hier, ils ont annoncé la tenue d'une grève illimitée à partir de ce mercredi, au stationnement d'Ambodivona. « L'impunité existe-t-il encore dans le pays ? Même si ces personnes ont avoué d'avoir fait le crime, la Justice a osé encore leur accorder une remise en liberté provisoire », avance le président de l'Association des transporteurs de Madagascar (Astram), Ferdinard Rakotondrafara. D'après lui, la grève ne s'arrêtera que lorsque ces personnes seront de nouveau derrière les barreaux. En outre, les transporteurs autant que les voyageurs ne se sentent plus en sécurité, suite aux attaques successives sur les routes nationales. Une raison de plus qui a causé une perte pour les coopératives. A l'issue de cette réunion qui s'est tenue à Ambodivona, les transporteurs sollicitent la mise en place d'une institution de protection pour eux, qu'ils soient des taxis-brousse ou transporteurs de marchandises opérant sur le territoire national. « Nous avons le droit d'être protégés puisque le transport est un service public. Si nous n'obtenons pas gain de cause à nos requêtes, la grève aura lieu sur toute l'étendue du territoire national », avancent-ils.En rappel, le commandant du Groupement de gendarmerie de la Région Atsinanana n'a pas caché son mécontentement face à cette décision du Parquet de Toamasina. D'après lui, il est très difficile de traquer cette bande de criminels. Et c'est la deuxième fois que ces bandits ont été pris dans les filets de la Gendarmerie. Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Qui vivra…

Le régime Hvm dégage la voie. Les travaux d'essartage ou de nettoyage politique, déjà en marche depuis un certain temps, atteignent la vitesse de croisière. Les « mauvaises herbes » ou les éléments « gênants » sont déblayés sans autre forme de procès.

A l'Assemblée nationale, des élus frondeurs, rejoignent docilement le camp du pouvoir. Des députés hostiles aux manœuvres scandaleuses des tenants du régime dans la gestion des affaires nationales se rangent impudiquement et en douceur à leur côté. C'est bien loin l'exploit d'une majorité qui adoptait la motion en vue de la déchéance du Chef de l'Etat en 2015. La pression de l'argent est tellement si puissante et si efficace que l'Assemblée nationale change, en deux temps trois mouvements, de cap. Mallettes, tablettes et dotation de véhicules tout-terrain ont eu raison de l'ensemble des parlementaires. Certes, il existe un petit lot de fidèles. Plutôt animés par une éthique politique en respectant la ligne directrice de leurs états-majors respectifs, ils restent, en dépit des gestes de séduction et les chants de sirène, inébranlables. Leur nombre s'amenuise au fil des temps mais ils sont là, imperturbables. Ainsi, les séances de face-à-face avec l'Exécutif censées être houleuses, vu les problèmes et attentes brûlantes de la population, se ramènent à une formalité, une lettre à la Poste. Les grands sujets pesants au quotidien de la vie des contribuables ont été, tout simplement, oubliés sinon snobés.  Le Premier ministre, Solonandrasana Mahafaly Olivier, très à l'aise, gesticulait devant les députés au cours du grand rapport des activités du Gouvernement. Au final, on est en présence d'une Assemblée de croupions. Le mouvement syndical traverse une période critique. Les titulaires du pouvoir font de telle sorte que la cohésion soit brisée. Les membres influents du bureau du tout puissant Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) quittent, un à un, la barque. En effet, le Smm se désintègre en laissant, pratiquement, seule au milieu de la « piste » la présidente, Mme Ernaivo. Le régime a réussi son pari. Le mouvement se disloque. Un coup de maître à mettre sur le compte de la ministre de tutelle ainsi que certaines grosses têtes du Palais d'Anosy. Les autres syndicats, en l'occurrence ceux des greffiers et gardes pénitentiaires, disparaissent de la circulation.  Bémols. Le Syndicat des enseignants-chercheurs de l'enseignement supérieur (Seces) persiste et signe. Il continue de tordre le cou de la ministre de l'Enseignement supérieur, en particulier, et du régime en général. Les enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants ne baisseront jamais les bras tant que leurs indemnités ne soient pas payées. Dans les faits, on conteste vivement les fausses promesses du pouvoir en place. Dans la même foulée, ils refusent toute tentative d'inféodation, encore moins toutes manœuvres de subordination.Les partis politiques et la société civile continuent, jusqu'au bout, de lever les boucliers aux fins de mettre en garde les hommes et les femmes aux cravates bleues à toute dérive ou dérapage en vue de verrouiller les préparatifs des échéances électorales de 2018.Mises à part ces voix discordantes, le déblayage est en marche, et la voie est libre. Le dernier congrès de Mahajanga semblerait le confirmer. Les ténors du Hvm osent clamer « 1er tour dia vita ». Quand bien même, certains observateurs doutent. En tout cas, qui vivra verra ! Ndrianaivo

Ino Vaovao0 partages

MAHANORO : Saron’ny polisy ilay tovolahy nanome poizim-boalavo ny zokiny

Tao amin’ny fokontany Mandroaligna, Kaominina Andranambomaro, distrikan’i Mahanoro no nisehoan’izany. Norarahan’i Zefasoa poizim-boalavo ny anjara varin’ny zokiny. Tsy vitan’izany ihany fa nalainy ny vola tahirin-jokiny mitentina 1 000 000 Ariary. Rehefa vita izay, dia nitsoaka tany Mahanoro izy nirevy nandany ilay vola nangalariny.

Nihevitra mantsy i Zefasoa fa maty ny rahalahiny. Mailo anefa ity farany vantany vao nahatsikaritra ny fahavakisan’ny fiteherizam-bolany ka tsy nohaniny ilay vary masaka nomen-jandriny. Nampandre ny polisy tao Mahanoro Rafanomezantsoa. Taorian’ny fikarohana, dia tra-tehaka tao Mahanoro ny alahady 19 novambra i Zefasoa. Niaiky ny heloka vitany ity farany. Rehefa natao ny fisavana ny tranony tao Andranambomaro, dia mbola nahitana poizim-boalavo tao anaty selôfana. Tsy nisy niangana kosa ilay vola 1 000 000 Ariary fa laniny tamin’ny rendrarendra. Ny talata 21 novambra lasa teo no natolotra ny Fampanoavana tao Vatomandry i Zefasoa ka voatazona vonjimaika any am-ponja miandry ny fitsarana azy.

Momba izay vono izay hatrany, dia tsy niraviravy tanana ny Polisy tao Mahanoro manoloana ilay vono olona feno habibiana tao Ampampanambo. Sarona i Baba sy ny sakaizany. Ireto farany izay tompon’andraikitra tamin’ilay vono olona nitranga tao amin’ny fokontany Ampampanambo-Mahanoro, ny zoma 10 novambra lasa teo. Ny zoma 17 novambra no voasambotra i Baba sy ny sakaizany. Taorian’ny famotorana no nahalalana fa rehefa avy nomamoiny ilay vehivavy novonoin’izy ireo dia nanaovany filan-dratsiny. Rehefa maty dia naterin’izy ireo teny amin’ny fasam-bahiny tao Mahanoro. I Baba sy ny sakaizany izay efa natolotra ny Fampanoavana tao Vatomandry ka voatazona am-ponja vonjimaika miandry ny fitsarana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

NIVADIKA NY FIARA NITATITRA IREO MPIVAVAKA : 11 naratra ka iray tapa-tongotra

Io no vokatr’ilay lozam-pifamoivoizana nitranga teo aminy Pk 524+200 teo amin’ny tanànan’i Mavozaza, fokontany Besely lalam-pirenena fahaefatra tao Berivotra ny alahady teo, araka ny tatitra azo avy amin’ny borigadin’ny zandarimaria misahana ny lalana. Nivadika ilay fiara mpitatitra ao amin’ny zotra faha 13 nofaina hitondra ireo mpino katolika teto Mahajanga, avy nanao fivahinianana masina teny Berivotra, hoy ny kaomandin’ny borigady Raharinasy Denis.

Tamin’ny iray ora sy 50 minitra no nipoiran’ity loza mahatsiravina ity, rehefa nitodi-doha nody ireo mpivavaka. Olona miisa 23 no tao anatiny. Tsy nahazo ny fiolahana ilay mpamily izay nandeha mafy ka nihorirana ny fiara, nivoaka ny lalana ary nivadika. Mpandeha miisa 11 no naratra ary nentina eny amin’ny hopitaly avy hatrany. Iray tamin’izy ireo dia tapaka mihitsy ny tongony.  Zazakely iray koa no tsy nahatsiaro tena araka ny nambaran’ireo olona nahita ny loza, izay nandray andraikitra avy hatrany namoaka ireo mpandeha tao anatin’ilay fiara. 

Ny fiaran’ny masera izay niara-dalana tamin’izy ireto ihany no nitondra ireo naratra teny amin’ny hopitaly. Voalaza moa fa mpivavaka ao amin’ny fiangonana Victoire Rasoamanarivo Tsararano ireo niharan-doza ireo. Ny harivan’iny ihany dia tonga teny amin’ny hopitaly i Mopera Abel, mpitarika ity fiangonana ity nandray an-tanana ny fikarakarana sy ny fitsaboana ireo naratra. Voalaza fa efa nody avokoa ireo naratra rehefa nahazo fitsaboana sahaza afa-tsy ilay tapa-tongotra ka voatery tsy maintsy tazomina tsaboina eny amin’ny hopitaly. Tsy mbola hita ilay mpamily, efa eo an-dalam-pikarohana azy ireo mpitandro filaminana manao ny fanadihadiana. Misy kosa milaza fa lasa nody any amin’ny mamany ilay mpamily rehefa nahazo fitsaboana satria anisan’ireo naratra koa.  

Ny mahavariana, hoy kosa ny olona sasany dia tsy voalohany no nitrangan’ny lozam-pifamoivoizana  ireo avy manao fivahinianana eny Berivotra Belobaka ity. Efa nisy toy izao koa vao roa taona lasa izay, izay namoizana ain’ny mpino maro ka mbola ireo fiara taksibe mpanao zotra aty ambonivohitra nahazo fifanarahana manokana hatrany no nahatonga ny loza tamin’izany. Matetika anefa dia zatra mitondra taksibe eto an-tampon-tanàna izy ireo fa tsy zatra lalam-pirenena. Manampy trotraka ny fisotrosotroana sy ny zesta fifaninana mandeha mafy ho an’ny samy mpamily tanora saina.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FIANARANTSOA : Tovolahy mpianatra, hita faty nifatotra tao anaty kirihitr’ala

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia nisy mponina teny amin’ny manodidina ny Fokontanin’i  Mahasoakely sy Sahalava no nahita io lehilahy io nifatotra tongotra aman-tanana  tao anatinà kirihitr’ala teo an-tanàna. Vao nahita izay izy ireo dia niezaka nampandre ny mpitandro filaminana sy ny mpitsabo mba hijery ny zava-misy.

Misy ireo andian’olona sasantsasany tonga dia nandefa ny sarin’ny razana tamin’ny tambajotran-tserasera hahafantarana haingana izay mety ho fianakaviany. Taorian’izay dia nandray  ny andraikiny avy hatrany ireto mpitsabo sy zandary ka hita soritra tamin’izany fa novonoina tamin’ny fomba  farany izay nahatsiravina ity lehilahy ity.  Rakotra dian’antsy sy  mangana avokoa ny vatany iray manontolo. Araka ny vinavina nataon’izy ireo ihany  dia karazany  efa nampijaliana tany amin’ny toeran-kafa fotoana elaela izy io ka rehefa tapitra ny ainy izay vao naterina  tao amin’ilay toerana. 

Tamin’ny fotoana nanatanterahana  ny fanadihadiana  no nahafantarana ihany koa fa mipetra-drery  ao amin’ny Fokontanin’i Bateravola izy io ary mpianatra ho mpitsabo ka mandranto fianarana ao Fianarantsoa. Hatreto aloha dia mbola tsy fantatra mazava ireo olona nahavanon-doza saingy raha ny  hevitr’ireo nahita maso dia mety ho  lonilony  no nahatonga azy novonoina tamin’ny fomba feno habibiana tahaka izao. Andrasana aloha ny fivoaran’ny  valin’ny famotorana, hoy ireo fianakaviana. Marihana fa efa eo am-pelatanan’ny ray aman-dreniny ny razana  amin’izao fotoana izao ka hoentina any Mahabako Manakara.

Tatianà R.

La Vérité0 partages

Symposium international - Les entreprises au service de l’histoire

L’histoire de Madagascar a défini ce qu’il est advenu aujourd’hui. Effectivement, elle a déterminé les différentes activités présentes actuellement, dans le pays, que ce soient politiques, économiques et particulièrement culturelles. L’histoire tient donc une très grande place au sein de la société, et les différentes entreprises comme la Bfv-Société générale ou encore le groupe Star en sont conscientes. Par conséquent, elles ont tenu à soutenir cette première tentative de réconciliation de Madagascar avec son histoire : le Symposium international d’histoire, de civilisation et de culture sur le thème de « l’Asie du Sud-est, Madagascar : l’Odyssée d’un peuple de la mer ». Cet évènement culturel incontournable a ouvert ses portes hier, au Centre de conférence international d’Ivato. Durant les 3 jours de discussions et de conférences intenses, chaque entreprise essaiera de se mettre au service de l’histoire selon son domaine de prédilection. 

 

Bfv-Société générale : contribuer à la découverte

« Développons ensemble l’esprit d’équipe ». C’est cette valeur qui définit toutes les activités de la Bfv-Société générale. Depuis son implantation dans la Grande île, la banque n’a pas cessé de contribuer au développement du pays, non seulement en ce qui concerne l’inclusion financière mais également en matière d’activités sociales. C’est dans cette optique qu’elle a tenu à soutenir la première édition du Symposium international d’histoire, de civilisation et de culture en devenant sponsor. « Au-delà du soutien financier, notre démarche est d’abord, un engagement pour que notre histoire culturelle soit accessible au grand public et aux jeunes », affirme  Tina Dreyer, directeur marketing stratégie de la Bfv-Sg. Il a également ajouté que « nous appuyons cette initiative, car elle met en avant un domaine méconnu et pourtant important, qu’est la recherche scientifique. Contribuer à la réussite de ce « Symposium international de l’histoire culturelle » est alors  l'expression directe des valeurs qui rassemblent les collaborateurs de la Bfv-Sg ».  Consciente de l’importance de ses échanges sur l’histoire culturelle et de l’identité, la banque a tenu à inclure les jeunes dans ce congrès international incontournable pour connaitre l’histoire de Madagascar. Pour ce faire,  elle a organisé une animation sur sa page Facebook suivie activement par des jeunes. 40 heureux ont été choisis et ont bénéficié d’ores et déjà d’un voyage-découverte aux frais de la Bfv-Sg. Pour une journée, ces jeunes ont donc fait la visite des sites historiques d’Antananarivo accompagnés par des guides de l’Office régional du tourisme d’Analamanga avant de venir participer aux diverses conférences octroyées par des professionnels de la recherche. En outre, un stand de « photobooth » a été mis en place dans le stand de la Bfv-Sg afin que les visiteurs puissent repartir avec de beaux souvenirs. 

La Vérité0 partages

Parti d’Etat

Le voile est tombé. Le parti « Hery Vaovaon’ny Madagasikara » (Hvm) se démasque. Le parti et l’Etat ne font plus qu’un ! Le Hvm noyaute l’Etat et l’Etat prend en charge les activités du Hvm. Les cadres dirigeants du parti verrouillent le système général de l’Etat tandis que ce dernier légitime les faits et actes des premiers. Et ainsi de suite… ! Le Hvm, le parti d’Etat, vient de tenir son congrès régional à Mahajanga. Après ceux de Fianarantsoa et Toliary, c’est au tour de la Capitale de l’ancienne Province autonome de Mahajanga de recevoir les barons du parti ainsi que les délégués venant des Régions que compte l’ancienne Province, à savoir de Boeny, Sofia, Melaky et de Tsaratanàna. Et même des représentants des autres Régions de tout le pays ont été aperçus.

La « ville aux fleurs » fut littéralement et complètement envahie, à vrai dire, investie. C’était la grande fête ou plutôt la grande pompe ! On était à deux doigts de la Convention des démocrates ou des républicains. Sauf qu’aux Etats-Unis, tout se joue dans la transparence. Les affaires du parti ne s’interfèrent nullement dans celles de l’Etat. Les observateurs, en particulier, et l’opinion publique, en général, s’interrogent sur les tenants et aboutissants de ce congrès de Mahajanga. Quid du financement du congrès ? Diverses questions pertinentes surgissent. Qui a ou ont financé cette assise régionale ? La caisse du parti pourrait-elle supporter les lourdes charges nécessaires ? Serait-elle en mesure de prendre en charge les frais de déplacement, d’hébergement et de repas de ces milliers de participants ? Sans doute, la réponse est non ! En dépit des apports significatifs des « mécènes » du parti, le trésor de guerre du Hvm ne pourra pas tout régler. Etant que la note est, assurément, salée. Alors qui ? Il n’y a pas 36 réponses. C’est l’Etat ! Au frais de la … princesse, dit-on ! Des motifs officiels déguisés ont été créés. Conseil des ministres décentralisé, séances de travail avec les autorités locales, inaugurations des « zava-bita », etc. Autant d’alibis « bidons », voire factices pour pouvoir soutirer, à satiété, l’argent de la caisse  publique. Le vrai objet central consiste à regrouper les représentants du parti, à travers le pays, pour une assise régionale.  Quid du thème central du congrès ? Y a-t-il réellement un ordre de jour ? Au final, rien que des balivernes ! L’essentiel consiste à une démonstration de force. Tout au plus, une occasion pour le parti de  claironner, haut et fort, fut-ce de manière indirecte, la candidature de l’actuel locataire d’Iavoloha et d’afficher la détermination de conquérir, d’un seul tour, le scrutin présidentiel. Suite logique, le parti d’Etat ne se gêne point et n’éprouve aucun inconvénient d’enclencher la machine électorale malgré que le coup d’envoi officiel n’ait pas été encore lancé. La campagne, avant terme, démarre ainsi à grande vitesse et avec… grand bruit, et cela, au grand dam des lois en vigueur relatives aux élections, tout en défiant la société civile nationale et les partis d’opposition.  Les tenants du régime, les ténors aux cravates bleues du parti d’Etat, se moquent royalement des mises en garde de l’ensemble de la société civile, des formations politiques se regroupant autour d’une plate-forme et de la Communauté internationale.

Ndrianaivo

 

La Vérité0 partages

Jirama - La situation reste tendue

La hache de guerre entre les dirigeants de la Jirama et l’intersyndical est loin d’être enterrée. Les points de discorde ont été mis sur table lors de la réunion entre les deux entités tenue la semaine dernière mais aucun accord n’a été trouvé. A preuve, l’intersyndical n’a pas apposé sa signature au bas du procès- verbal.  « C’est faux de dire que les divergences sont aplanies, la plupart des griefs des employés contre la gestion des dirigeants ne sont pas encore satisfaits d’où notre réticence à signer quoi que ce soit », explique un membre de l’intersyndical.

Pour lui, le risque de voir exploser cette tension latente au sein de la Jirama est bien réelle. Le harcèlement moral au quotidien vécu par les employés botte en touche la sérénité et la motivation. D’après les indiscrétions, ces coupures ou délestages enregistrés ces derniers temps dans la Capitale constituent la preuve de cette démotivation du personnel. Certes, le problème d’investissement est une des causes mais la nonchalance des employés à assurer l’entretien suite à cette  « crise interne » en est également une. Le courant ne passe pas ainsi dans la grande famille de la compagnie nationale de l’eau et de l’électricité.  Tout dernièrement des informations avancent que la bombe est en bonne voie d’être désamorcée  par les responsables de la Jirama. Ces derniers auraient réussi à faire tourner la tête d’un des dirigeants de l’intersyndical en lui promettant une promotion intéressante en contre- partie de ses actions à faire rentrer dans le rang les employés. Une information non confirmée, ni infirmée pourtant par notre interlocuteur.  « Je préfère avoir toutes les cartes de la vérité entre les mains  avant de dédouaner ou de charger qui que ce  soit », avance-t-il. Néanmoins, selon toujours ses dires, « je ne crois pas que les employés vont se résigner à accepter les conditions actuelles au profit de l’intérêt d’une seule personne ». Bref, pour lui, le coup de sifflet final mettant fin au bras de fer entre  une poignée des dirigeants et l’intersyndical tarde encore à se manifester.

R. Michel

La Vérité0 partages

Trail- Cercle trail malagasy - Vers la reconversion d’une fédération

Sous l’égide de la Fédération malagasy d’athlétisme (Fma), des athlètes trailers se sont regroupés au sein du Cercle trail malagasy (Ctm). Ils sont 22 athlètes avec 10 dirigeants au sein de ce groupement, dirigé par José Rasolojaona. Parmi ces athlètes il y a les vainqueurs de l’Ultra trail des ô plateaux (Utop) figure emblématique du trail malagasy si on ne cite que Prosper Randriasaoalaza, Clarisse Rasoarizay et Denis vainqueur de l’Utop 2014. Une demande de reconversion d’une fédération indépendante et à part entière comme la Fma a été envoyée à l’Iaaf (International association athlecs fédération) par le Ctm.

La structure du trail au sein de la Fma est illégale car plusieurs étapes ont été brûlées depuis le premier championnat de Madagascar de la discipline en 2013 », dénonce José Rasoloarijaona, président du commission national auprès de l’Iau (International association ultra-runners) une branche de l’Iaaf chargée d’organiser les championnats du monde du trail. Il est également l’initiateur du trail auprès de la Fma après avoir occupé le poste de secrétaire général de l’Utop pendant 2ans. « Mon plan d’action comprend deux volets. D’une part, une assise nationale dirigée par un expert international et  de l’autre des formations techniques et structure fédérale avant d’organiser un championnat qui n’ont d’ailleurs jamais été validées par les dirigeants de l’athlétisme. Ce qui m’a poussé a démissionné en décembre 2013 six mois après la présentation du plan d’action au siège de la Fma.  Pour le numéro un de l’athlétisme à Madagascar, sa réponse est sans détour. « Le trail est une discipline au sein de l’Iaaf donc le trail appartient à la fédération malagasy de l’athlétisme. Par ailleurs José Rasoloarijaona est démissionnaire vis-à-vis de la Fma ». 

Elias F.

La Vérité0 partages

Sainte - Marie - Des « touristes » douteux…en règle

Des photos des personnes qualifiées de réfugiés ont  fait le buzz sur les réseaux sociaux le week-end dernier. Tout est parti d’un post d’un habitant de l’île de Ste Marie qui mentionne l’arrivée dimanche matin dans la localité des touristes pas ordinaires avec des habits musulmans et des bagages composés entre autres d’ustensiles de cuisine. Quelques jours auparavant, ces personnes auraient été aperçues dans la Capitale et ont été taxées d’immigrants clandestins ou de réfugiés.  Le débat sur la présence de ces derniers à Madagascar a enflé les discussions tant sur les médias que dans les ménages.

Le démenti lancé par les autorités malagasy a été…démenti par la présence des Afghans au centre de développement d’Andohatapenaka (Cda) où ils apprennent la langue malagasy. Tout dernièrement des Pakistanais venus à Madagascar en tant que touristes ont été appréhendés par la Police nationale en train de vendre des smartphones dans les rues de la Capitale. Il a fallu des articles de la presse et les alertes des internautes pour que les autorités ont daigné bouger en mettant fin à ces activités illégales et d’expulser du territoire malagasy les auteurs. C’est cette inertie des dirigeants qui fait semer les doutes. Concernant ces personnes aperçues à Sainte- Marie, une voix autorisée a fini par donner des explications hier. Selon cette dernière, il s’agit des Pakistanais qui viennent pour accomplir des œuvres sociales à Madagascar tout en partageant les bonnes paroles du Coran. Ils seraient des émissaires de la fédération internationale musulmane. Tout semble ainsi en règle sauf si sur leur passeport le tourisme figure sur le motif du déplacement…

B.R.

La Vérité0 partages

Tribunal Anosy - Berija condamné pour menace de mort

Berija Ravelomanantsoa et Aimé Jean François dit Sambahita ont écopé d’une peine d’un an d’emprisonnement avec sursis pour menace de mort contre AndryAndriantongarivo,époux d’une  dirigeante d’un parti politique. Dans le jargon judiciaire pour qualifier les charges, il s’agissait d’une menace proférée par voie téléphonique et électronique.  Les accusés devront aussi s’acquitter de 100 000 ariary d’amende et d’un ariary symbolique à titre de dommages et intérêts.  Telle a été la sentence du Tribunal à Anosy, hier. Le procès sur cette affaire s’est tenu au cours de la semaine dernière. 

  A la barre,  les arguments avancés par les accusés pour leur défense, n’ont pas convaincu la Justice. Ils ont beau abreuver le juge de tonnes de raisonnements, entre autres l’hypothèse d’une utilisation d’un « compte fake » sur facebook, mais la pilule n’a pas passé !  En réalité, le juge était loin d’être satisfait, faute de preuve tangible pour que les incriminés puissent constituer le puzzle de leur défense. A la genèse de l’affaire, une simple discussion politique à propos d’une personnalité actuellement au pouvoir. Une discussion qui a rapidement dégénéré en une escalade pour finalement se terminer sur cette menace de mort.  L’un des accusés, Berija, n’est plus à présenter à l’opinion. Cet ancien universitaire est devenu un dirigeant d’association proche du régime actuel. Dans son ascension fulgurante, il cumule les titres car il occupe un  poste à responsabilité au sein du ministère de la Pêche à Sainte-Marie.  On peut dire que le récent verdict de la Justice le concernant s’avère clément.Berija et Sambahita l’ont échappé belle dans la mesure où pour le même délit Hiary Rapanoelina a été condamné à un emprisonnement ferme. 

 Franck Roland

La Vérité0 partages

Vih/Sida - Le couple homosexuel plus exposé

D’après la dernière étude effectuée par le Comité national de la lutte contre le Sida (Cnls), moins de 1 % soit 0,2 % des Malagasy sont séropositifs.  L’on décompte actuellement 31 000 personnes âgées entre 15 à 49 ans et 1 900 autres âgées de moins de 14 ans qui vivent avec le Vih. Par rapport aux autres pays africains, ce chiffre est beaucoup plus bas. Parmi les personnes ayant été découvertes comme étant porteuses du virus, 14 % d’entre elles sont des  hommes ayant des relations sexuelles avec des gens de même sexe. A cela s’ajoutent les 8 % qui sont des consommateurs de drogue injectable.

Les professionnels du sexe, notamment les prostitués ne sont pas non plus épargnés. Ils représentent 4 % des séropositifs dans la Grande île. Par contre, Antananarivo et Nosy Be Hell Ville demeurent les deux endroits qui présentent les plus nombreux cas dépistés.  Cela s’explique par l’agglomération urbaine au niveau de ces villes. Toutefois, les responsables n’arrivent pas encore à notifier toutes les personnes affectées dans toute l’île.  « Par crainte de l’exclusion sociale, nombreux malades du Sida décident de se cloîtrer et de fuir au traitement. Les gens qui ignorent leur séropositivité existent », a fait savoir Razafimandimby Andriamandranto, membre du Cnls. Afin d’éviter ce problème, les personnes à dépister doivent passer à une étape de « counseling » et de prise en charge psycho-sociale. Cela va les préparer mentalement à recevoir les résultats. Prochainement, une étude de séroprévalence nationale va s’effectuer par ce comité spécialisé afin de recenser les personnes vivant avec le Vih sans avoir suivi de traitement. 

« Courir contre le sida » au programme

Au profit des bébés nés avec le Vih et des enfants du père Pedro entre autres. Dans le cadre de la 17ème édition de l’événement sportif « Marathon international », une course dédiée à la campagne de Sida va se tenir les 2 et 3 décembre prochains. En parallèle avec la Journée verte sans circulation, « World Trade Center » Antananarivo va également organiser une autre activité sportive, faisant suite à une collaboration en deux années consécutives avec le Cnls. Il s’agit d’un sport qui consiste à courir contre le Sida. « Le sport constitue une activité fondamentale qui ralentit le développement de la maladie chez une personne séropositive », avancent les organisateurs. Outre cette course, ils tiendront également une animation et une sensibilisation.  De plus, un dépistage sera offert gratuitement à l’endroit de toutes les personnes qui y seront présentes.  En mettant à disposition cette méthode, le Cnls a pu identifier 2 personnes atteintes du Sida parmi les 215 dépistées, l’année dernière. Lors d’une conférence de presse donnée hier à l’hôtel Colbert, ce comité n’a pas omis d’inciter les Malagasy à rejoindre cette cause. 

 Kanto R.

Midi Madagasikara0 partages

Ambatondrazaka : Sarona ilay jiolahy nanafika ny lehiben’ny faritra teo aloha

Jiolahy  raindahiny iray ,izay  mirongo fitaovam-piadiana rehefa manafika, toy ny  ,basy ,sabatra ary efa nahafaty olona ihany koa,   no saron’ny polisim-pirenena   ny zoma faha-24 novembre 2017 teo, tao Antsahalava Ambatondrazaka , izay tovolahy vao  mananiky ny 20 taona monja  ary  efa  jiolahy ikoizana sahady. Manao fanamiana mpitandro ny filaminana ity jiolahy ity rehefa manafika miaraka amin’ny namany  ,ary saika tafiditra amin’ireo asan-jiolahy sy  fanafihana  teto Ambatondrazaka tato ho ato  izay  nahafatesana ain’olona hatrany  , izay mitondra ny anaram-bositra   hoe    « Zaka Lava «  .Tao amin’ny tranon’ny lehiben’ny faritra  teo aloha izy no nanafika farany izao sarona izao    ,izay nampihorohoro ny vady aman-janaky ny lehiben’ny faritra  ,ka lasa tamin’izany ireo entana sarobidy maro sy ny vary amin’ny gony ka nanaovan’itsy farany fitarainana  ka izao  sarona  izao.  Tsy mivoaka antoandro intsony ity jiolahy ity noho izy efa matetika misazy , ary milefa rehefa voasambotra,   ka efa fantatry ny mpitandro ny filaminana ny  endriny  Mandositra  any Moramanga na Toamasina izy rehefa mahavita ny asa ratsiny eto Ambatondrazaka . Araka ny nambaran’ny kaomisera  Rakotozandry Camille  dia mbola  karohina  ireo namany sy ny fitaovam-piadiana fampiasan’ireto jiolahy ireto amin’izao fotoana izao ary hatolotra ny fampanoavana  tsy ho ela.

Janus R

L'express de Madagascar0 partages

Conjoncture – Le FFKM recommande un changement radical

Le comité central du FFKM demande que les décideurs prennent en compte les recommandations de l’église et agissent en conséquence. Il suggère un changement radical des méthodes de gouvernance étatique.

Un changement radical. Le ver­dict de la résolution de la 40e réunion du comité central du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), a été sans appel. « La gestion des affaires étatiques nécessite un changement drastique », indique l’organe décisionnaire du Conseil dans la conclusion de sa déclaration lue dimanche, à Antsirabe et publiée hier.Comme les autres entités et autorités religieuses ces derniers mois et même ces dernières années, le comité central du FFKM est cash dans son appréciation de la conjoncture nationale. Que ce soit sur le plan confessionnel, en passant par les affaires nationales, l’insécurité, l’insécurité ou encore, le climat des affaires, il dresse un sombre tableau de la situation.« Plusieurs alertes ont déjà été lancées depuis les 38e et 39e réunion du Comité central. Il semble, pourtant, que le FFKM prêche dans le désert », déplore la déclaration faite à l’issue de la réunion d’Antsirabe. Cette fois-ci, cependant, la résolution de la 40e réunion demande aux tenants du pouvoir d’agir par rapport aux faits dénoncés. La déclaration requiert même de l’État, de fournir des données concrètes permettant l’évaluation de leur réaction.« L’église étant prophète, le FFKM se doit de dire les maux qui rongent le quotidien de la population (…) Face à la situation qui prévaut actuellement, nous demandons aux tenants du pouvoir d’écouter avec humilité, la voix de l’église même si elle peut faire mal. De rechercher les solutions idoines accompagnées d’éléments permettant d’évaluer la concrétisation des actions », soutient le comité central du Conseil œcuménique.

RefondationLes actes blasphématoires contre l’église, ou encore, la non réalisation des résolutions de la démarche réconciliatrice conduite par le FFKM, sur la base des 4 F (vérité, reconnaissance des torts, repentance et réconciliation), en 2015, ont été entre autres, pointés du doigt dans la déclaration d’Antsirabe. Pour le comité central du Conseil œcuménique, les maux qui rongent la société comme l’insécurité, la corruption, les injustices et l’incivisme qui règnent actuellement sont dus à la non concrétisation des résolution de la réconciliation nationale basée sur les 4F.Incontournable dans les débats sur la conjoncture nationale, le comité central du FFKM épingle également, l’insécurité chronique qui enfoncerait un peu plus la population dans la pauvreté car, limitant les capacités de production. L’église égratigne par ailleurs, les tenants du pouvoir sur l’absence de transparence dans les accords commerciaux conclus par l’État. Une situation qui pourrait entraîner un surendettement des générations futures, pourtant, argue la déclaration d’Antsirabe.Pour le comité central, la politique d’investissement, entrepreneuriale et industrielle de l’État donne la part-belle aux étrangers. La déclaration ajoute que ce sont les étrangers qui bénéficient des aides et facilités tandis que le Malgache reste sur la touche. Dans ses remontrances, l’instance décisionnaire du FFKM, recadre du reste, le pouvoir sur le verrouillage des médias publics, faisant en sorte que la population n’ait que des informations à sens unique.Outre le coup de semonce sur le fait de priver les citoyens du droit à une information diversifiée et une diversité d’opinion, la 40e réunion du comité central du FFKM dénonce aussi, l’opacité dans l’usage des deniers publics ». Il y est soutenu ainsi que « du fait de cette absence de transparence, il y une confusion entre l’utilisation de l’argent public et les actes d’un parti politique. Étant donné la conjoncture, la résolution d’Antsirabe qui veut un changement drastique de la gouvernance étatique propose, entre autres, de s’atteler à la refondation.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Peste pulmonaire – Les grandes villes libérées de l’épidémie

La peste pulmonaire urbaine arrive à son terme. Cette épidémie a tué deux cents personnes en trois mois. 

Sortie d’épidémie. Le Premier ministre, Olivier Mahafaly Solonan- drasana a annoncé officiellement, hier, la fin de l’épidémie de peste pulmonaire urbaine. « Le dernier cas confirmé de peste pulmonaire dans la liste linéaire de la récente épidémie de peste pulmonaire urbaine s’est produit le 3 novembre 2017 », lance-t-il. Une fin d’épidémie peut être annoncée quinze jours après le dernier cas, selon le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo. C’était au Palais de l’État à Mahazo-arivo, hier, lors de l’annonce de cette fin d’épidémie.Cette flambée de peste urbaine a vu le jour, fin août, lorsqu’un passager d’un taxi-brousse reliant Antananarivo et Toamasina a succombé subitement à Moramanga et a contaminé d’autres passagers du véhicule. Cette première victime, malade, provenait d’Ankazobe et allait rejoindre sa famille à Toamasina. Depuis, l’épidémie a sévi dans une cinquantaine de districts. Fort heureusement, aucun cas de peste pulmonaire ne serait détecté à Antananarivo et à Toamasina, depuis quelques jours.

Deux cent décèsLes partenaires qui ont mobilisé plusieurs millions de dollars pour lutter contre la peste, ont félicité le gouvernement malgache pour avoir réussi à contrôler la peste rapidement. « Je félicite le gouvernement de Madagascar pour la manière dont il a travaillé avec les partenaires pour contenir cette épidémie. C’est exactement le type de leadership nécessaire pour éviter que les épidémies ne deviennent incontrôlables», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’organisation mondiale de la Santé (OMS).Mais c’est seulement l’épidémie de peste urbaine qui arrive à son terme. La saison de peste ne s’achèvera qu’en avril 2018. Et des cas de peste endémiques apparaissent dans quelques foyers de peste.Selon les dernières statistiques du ministère sur la peste, du 1er août au 22 novembre, deux cent deux personnes ont perdu la vie, deux mille trois-cent cas suspects ou confirmés ont été pris en charge et sept mille personnes en contact avec les victimes ont été suivies, depuis août. « 76% de ces personnes décédées ont succombé à la peste pulmonaire », signale le professeur.La vigilance devrait être maintenue. « Nous venons de remporter la première manche de cette lutte contre l’épidémie de peste, mais ce n’est pas le moment de baisser les bras. C’est pour cela que j’invite mes compatriotes à rester vigilants », lance le chef du gouvernement. Une structure qui devra permettre de baisser le taux des personnes victimes de la peste sera mise en place incessamment. La représentante de l’OMS à Madagascar, la professeur Charlotte Ndiaye promet de continuer à soutenir le pays. « On va continuer à travailler intensément au niveau de tous les districts, de tous les fokontany, pour que les cas soient détectés précocement, et qu’immédiatement, la riposte soit faite », explique-t-elle.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Mahitsy – Une centaine de corps pillés 

Des pilleurs de sépultures se sont déchaînés sur un caveau ancien. En une nuit, 95% des corps se trouvant dans le caveau ont été dérobés et vandalisés. 

Des linceuls déchirés, des ossements éparpillés, des corps gisant à même le sol, des dépouilles démembrées. Un caveau de Soavinimerina Mahitsy était  sens dessus dessous après qu’une meute de pilleurs de sépulture s’y était abattue dans la nuit de samedi à dimanche. Plus d’une centaine de corps ont fait l’objet de pillage selon les explications recueillies auprès du fokontany de  Soavinimerina. Les informations communiquées par la brigade territoriale de la gendarmerie nationale à Mahitsy révèlent en revanche que le caveau a été pillé à 95%.À entendre les enquêteurs, les malfaiteurs se sont emparés des dépouilles ayant déjà perdu toute leur humidité. Sans foi ni loi, ils ont fait tomber de leurs lits de pierre les corps fraîchement enterrés, en état de décomposition, lesquelles étaient apparemment des colis bien encombrants.«Ce pillage de sépulture est l’œuvre de sept à dix individus. Rien que le déplacement des pierres tombales nécessite un tour de force même avec des outils adéquats. Et  encore, les vandales ont opéré en pleine nuit», indique un enquêteur auprès de la gendarmerie à Mahitsy.Vieux de plus d’une cinquantaine d’années, le caveau pris pour cible est situé à 13 kilomètres au Sud du chef lieu de commune.

Difficile identificationEnfoui au bout d’une voie de desserte, il est à l’abri des regards.Dimanche, à l’aube, un passant a alerté le fokontany lorsqu’il a découvert que les pierres tombales ont été ouvertes.Avertis vers 7h30 du matin, les gendarmes se sont dépêchés sur les lieux. Les auteurs de ce cambriolage de caveau seraient venus de loin d’après la piste privilégiée.Déterminer avec exactitude le nombre des corps pillés n’est pas évident d’après les enquêteurs.L’identification des corps épargnés par les malfaiteurs est un  casse-tête. Les familles des défunts ont passé la journée de dimanche à identifier les dépouilles avant qu’elles ne les remettent dans le caveau.Les auteurs des pillages ont pour leur part réussi à s’évanouir dans la nature. Il y a un an, des casseurs de caveau  avaient déjà essayé de forcer celui qui venait d’être cambriolé. Ayant raté leur cou, les voilà qui sont revienus à la charge.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Exposition – « Mitempo tsy miato » immortalise le passé

Une représentation plus contemporaine de l’histoire et du vécu de tout individu à travers la vision d’un photographe passionné et ingénieux. « Mitempo tsy miato » par Matchbox D. se découvre.

Un battement éternel, comme pour illustrer une continuité, une pérennité dans le temps de l’existence d’un être. Immortaliser l’infinie, tout en prenant compte le passé, c’est dans cette optique que le jeune photographe Mahefa Dimbiniaina Randrianarivelo de son nom d’artiste Matchbox D convie les férus d’art et de photographie à se joindre à lui le temps d’une exposition inédite.Un photographe de talent, qui a récemment représenté Madagascar au « Concours de photographie des 8èmes Jeux de la Francophonie » à Abidjan en Côte d’Ivoire. Intitulé « Mitempo tsy miato », c’est une rétrospective abstraite de l’histoire et du quotidien de la société que le photographe exposera à l’occasion, partant sur le concept de la photographie conceptuelle. Pour ce faire, Matchbox D convie le public à s’imprégner de son univers, ainsi que de sa créativité du 2 au 16 décembre au Madagascar Underground Antsahavola. À l’occasion, il présentera ainsi une série inédite de dix photographies, des œuvres qui représentent dans leur majorité des expériences humaines.

Style personnel L’idée de cette exposition, de la part de l’artiste, étant de ne pas faire table rase du passé pour se concentrer sur le futur, mais de respecter le passé et de s’en servir comme un atout pour l’avenir.« L’idée m’est venue en observant le mode de vie actuel des gens, ils ne vivent plus, ne se battent plus pour ce qu’ils aiment, que ce soit le métier, une opinion, ou même leur pays. Ils essayent juste de survivre en espérant que demain ira mieux. Je tenais ainsi à illustrer cela en utilisant le passé comme sujet. En effet, notre passé faisant partie de nous, définit notre personnalité. De ce fait, si nous ne nous battons pas pour nos convictions, ce passé que nous avons vécu disparaîtra et rien ne nous distinguera du reste du monde » affirme Matchbox D en décrivant l’exposition.De nature mélomane également, le photographe laisse souvent parler ses sentiments à travers ses clichés. Travaillant surtout le genre portrait créatif et la photographie conceptuelle, ses photos éveillent aussi l’imaginaire du public que sa propre vision de son œuvre. Riches en émotions, les œuvres du photographe respirent également une certaine finesse dans leur présentation. Fort d’un style bien à lui, Matchbox D a ainsi su se faire une place de choix aussi bien dans le milieu artistique que professionnel.Dix photos racontent une histoire, libre à nous de les interpréter le temps de cette exposition. Le temps, qui, d’après « Mitempo tsy miato » semble être illimité.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Tsiroanomandidy – Un soldat tire accidentellement sur un bagarreur 

Scène digne du Far West dans le Bongolava. Une rixe entre un soldat de première classe du Détachement d’appui à la sécurité (DAS) et un bagarreur s’est soldée par deux coups de feu mortels. Les faits se sont produits samedi soir, aux environs de 19h, à Mangavilany, commune de Kiranomena, district de Tsiroanomandidy.Une réunion sur l’indemnité des forces de DAS se déroulait au village, dans l’après-midi lorsqu’un homme ayant un verre dans le nez, selon la gendarmerie, est venu la perturber. « Il s’est jeté sur le soldat et a essayé de le dépouiller de son fusil d’assaut kalachnikov AKM. Brusquement un tir est parti  », a rapporté le commandant de brigade (CB) locale. Ce premier coup de feu a été tiré en l’air. La réunion a pris fin. Sur le chemin de retour chez lui, le militaire a été encore poursuivi. Son adversaire l’a bousculé une deuxième fois en attrapant son kalachnikov. Alors qu’ils étaient à terre, la gâchette a été accidentellement pressée, selon les informations du CB qui a dressé le constat avec deux sergents-chefs et le médecin.Le civil âgé de 43 ans a reçu une balle dans le ventre et est décédé sur le coup. Le corps de la victime a été acheminé au centre hospitalier de base II (CSBII) local. Le mobile du crime n’est pas  déterminé, d’après les explications du CB.

Hajatiana Léonard 

L'express de Madagascar0 partages

Tennis - Officiel international – Un premier juge arbitre international

Naina Razatovo devient le premier malgache titulaire du « white badge » de juge arbitre international. Il servira beaucoup au tennis malgache avec cette sérieuse référence.

Il l’a tant voulu, il l’a obtenu. Naina Razatovo, responsable du volet arbitrage au sein de la direction technique nationale de la Fédération malgache de tennis (FMT) est aux anges.Il vient de réussir son examen de juge arbitre international niveau 2 ou le level 2 officiating school. Avec cette réussite, il décroche le diplôme de white badge de la fédération internationale de tennis, une première dans l’histoire du tennis malagasy.Les cours que Naina Razatovo a suivi se sont déroulés à Stellenboch, du côté de Capetown en Afrique du Sud du 22 au 26 novembre, sous la houlette de quatre experts de la fédération internationale de tennis à savoir Soeren Friemel, Pascal Maria, Ian Smith et Robert Balmforth.Avec Naina Razatovo, trois autres candidats ont suivi le cours pour devenir juge arbitre international et treize autres se sont présentés pour devenir arbitre de chaise international. Deux de ces derniers ont échoué.Pour Madagascar, le fait d’avoir son premier juge arbitre international demeure un gros soulagement puisque désormais, la FMT ainsi que les autres organisateurs de tournois internationaux à Madagascar ne seront plus obligés de faire venir un juge arbitre international, payer son billet d’avion ainsi que ses indemnités se chiffrant en moyenne à 700 euros.

Ambitieux« Le stage en lui même était très intense avec beaucoup d’informations à assimiler de la part d’ instructeurs de très haut niveau. C’était difficile pour moi car je n’ai pas d’expérience au niveau international contrairement aux autres qui ont déjà des années de pratique. Mon ambition serait maintenant de réorganiser notre système fédéral de gestion des compétitions et des joueurs, former le corps arbitral ou encore organiser une formation des arbitres au niveau national. Je ferai une vraie détection de ceux qui veulent vraiment entrer dans l’arbitrage. Le niveau du corps arbitral malgache doit être à la hauteur du niveau des joueurs et ainsi répondre à leurs attentes », rappelle Naina Razatovo, qui a financé lui-même son voyage en Afrique du Sud.« Comme Naina Razatovo a réussi son examen, la FMT va le rembourser », promet Stéphane Rakotondrainibe, président de la FMT.En 2018, Madagascar aura à faire un tournoi U14 grade 1 en mars et un tournoi U18 grade 5 au mois de juin. Avec cette première grande expérience en Afrique du Sud, Naina Razatovo aura certainement un rôle à jouer. S’il ne sera pas juge arbitre de ces tournois, il sera tout de même assistant pour mieux apprendre le métier. Juste le temps pour Naina Razatovo de se roder un peu avant d’officier un peu partout dans le monde et plus particulièrement à Madagascar.

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Basse-Mahavavy – Clôture du projet Protocole sucre

La plaine de la Basse-Mahavavy a bénéficié d’un financement pour son irrigation. Le projet MAPS a touché près de six mille paysans.

Démarré en 2013, après cinquante mois de mise en œuvre, le projet MAPS, ou Mesures d’accompagnement du protocole sucre sur les périmètres de la Basse-Mahavavy, arrive à son terme. L’atelier de clôture dudit  projet se tient à l’hôtel Diana d’Ambilobe, ce jour, en présence des représentants des organismes partenaires et des bénéficiaires eux-mêmes.Le coût du projet s’éleve à près de 4,7 millions d’euros, financé par l’Union européenne, et mis en œuvre par BRL (Bas-Rhône Languedoc) Madagascar et l’ONG EFA (Ezaka Fampandrosoana ny Ambanivohitra). Son objectif a concerné  la réalisation des travaux de réhabilitation des infrastructures hydro-agricoles de la plaine de Mahavavy, composées notamment de canaux, d’un dessableur et des ouvrages tels que ponts, dalots, évacuateurs, déversoir latéral siphons partiteurs, avec un volet renforcement des capacités de la structure de développement agricole.Grâce aux réalisations, la superficie irriguée en contre-saison est passée de 2 231 ha à 5 646 ha. On peut même  initier trois cycles de riziculture par an. La mise en place de la vanne-wagon d’Andavakantsantsa a permis de doubler le débit d’eau pour un maximum de 16 m3 par seconde. L’irrigation des rizières et des champs de cannes atteint en ce moment les 80%. L’acquisition de la drague suceuse, pouvant dessabler jusqu’à 49 000 m3 par an de sable, a résolu beaucoup de problèmes.

Fin des conflitsAinsi, les pratiques agricoles sont améliorées et la productivité en culture de canne à sucre et en riziculture est renforcée. Du côté des planteurs de canne à sucre, si le rendement était  de 50 à 70 tonnes à l’hectare pour ceux qui ont les mauvais terrains ou pour ceux qui bénéficient quand même d’un peu d’eau, le rendement devrait être de 100 tonnes de canne à sucre à l’hectare, actuellement.De plus, les conflits d’eau ont été atténués grâce à la mise en place des associations des usagers de l’eau.  Ainsi lors de l’atelier de ce jour, un pacte sera signé en vue de la pérennisation du  projet.« Le projet MAPS a été mené au bénéfice des populations de la Basse-Mahavavy. Les activités ont ciblé le renforcement des capacités des paysans, leurs organisations et les acteurs en aval de la filière », a affirmé Romulda Ratefiarivony, technicien du  projet.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Concours – Le monde  de la pharmacie vu à travers l’art

Un domaine qui évoque la santé et le bien-être de tout individu, le monde de la pharmacologie s’ouvre au public de tous horizons. À travers la thématique « La pharmacie sauve des vies », le groupe pharmaceutique Somaphar a organisé un concours d’illustrations inédit qui s’est ouvert au mois d’octobre.Ouvert aux pharmaciens, mais aussi aux étudiants de 5e et 6e Année dans cette filière au sein de la Faculté de Médecine, ce jeu-concours a eu une grande affluence. Une bonne centaine de participants, issus de cinquante pharmacies d’officine à travers l’Ile y ont participé. Quatre vingt huit œuvres ont été ainsi sélectionnées par la suite.L’objectif de ce jeu-concours a été de tourner le projecteur sur la pharmacie d’officine. « La pharmacie demeure un maillon fort de la chaîne de santé et de la société en général mais le rôle de santé publique des pharmaciens d’officine et de leurs équipes ne semble pas assez connu. L’art reste le moyen le plus efficace pour montrer qu’effectivement, la pharmacie sauve des vies au quotidien » explique Jean-Christophe Court, directeur Général de Somaphar et principal initiateur de ce concours.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Infrastructures – Série d’inaugurations à Mahajanga

Le séjour présidentiel a été l’occasion d’inaugurer de nouvelles infrastructures, samedi. Elles démontrent l’importance de Mahajanga sur le plan du développement.

Après le Conseil des ministres élargi qui s’était tenu à l’Hôtel de ville de Mahajanga, la délégation présidentielle et sa suite ont effectué une série d’inaugurations-marathons. Elle a débuté par la pendaison de crémaillère du siège du commissariat central de police à Mahajanga. Sa construction, financée par l’État, a coûté 540 millions d’ariary. Les travaux ont duré trois mois et la réception technique a eu lieu au mois de février dernier.« À l’image de ce beau bâtiment, il faut que les responsables offrent une qualité de service optimale pour la sécurité et le bien-être de toute la population de Mahajanga », a exprimé le Président de la République.Par ailleurs, il a annoncé le renforcement prochain de l’effectif de la police locale.La délégation présidentielle a ensuite inauguré un laboratoire de semences et de pédologie. Le FOFIFA (Centre national de la recherche appliquée au développement rural) y effectue des analyses des sols, des plantes, des eaux, des semences et des engrais. À travers un tel centre de recherches, le président Hery Rajaonarimampianina a fait part de la nécessité d’accroître la qualité et la productivité agricoles dans la région Boeny et dans toute la Grande île. D’autres laboratoires de semences seront aussi implantés dans l’Alaotra et l’Itasy.

Le commissariat central de police de Mahajanga be, réhabilité.

Fleuron du paysL’une des plus significatives parmi les infrastructures inaugurées, samedi dernier, est le Centre de développement de l’aquaculture de crevettes (CDA) sis à Amborovy et réhabilité grâce à un partenariat public-privé sur une durée de cinq ans. Ce centre éleve et exporte des crevettes vivantes. En fait, son écloserie a été remise en état et les infrastructures pour le stockage des géniteurs ont été étendues.Dans le domaine des infrastructures routières, le ministère des Travaux publics a réhabilité, sur financement propre, la route entre le CEG Tsararano et l’Université d’Ambondrona, longue de deux kilomètres. Après la cérémonie d’inauguration, le président de la République a rencontré la population de Mahajanga sur un grand espace situé sur cette route. À l’occasion, il a rappelé que la Cité des Fleurs est un fleuron du pays, un modèle de développement. Il a également annoncé que d’autres projets seront initiés, notamment dans les domaines des énergies renouvelables, du tourisme, et de l’amélioration des infrastructures portuaires. C’est lors de cette rencontre que le chef de l’État a remis officiellement au Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) deux camions de sapeurs-pompiers, un tracteur et un tractopelle, ainsi qu’une ambulance. Ces équipements serviront à affronter la saison cyclonique et les catastrophes naturelles à Mahajanga.Le président de la République a mis en garde contre toute intention de louer ce matériel roulant et d’en tirer un intérêt personnel.

Du matériel roulant a été remis au BNGRC de Mahajanga.

Prôner la stabilité

Hery Rajaonarimampianina a tenu à souligner que le développement est une œuvre de longue haleine, notamment dans la construction d’infrastructures durables. Il a indiqué qu’il faut conforter la stabilité, unir les forces dans le travail, avoir le temps et la sérénité pour œuvrer davantage pour tout le pays.

Le laboratoire du FOFIFA produit des semences de qualité.

Campus d’Ambondrona – Un nouveau laboratoire et un amphithéâtre pour l’Université

Après sa rencontre avec la population, le président de la République et sa suite se sont rendus à l’Université d’Ambondrona pour y inaugurer le nouvel amphithéâtre et le nouveau laboratoire de recherche à l’Institut de biologie appliquée.Hery Rajaonarimampianina s’est adressé directement aux étudiants pour leur rappeler la responsabilité de tout un chacun, et surtout des jeunes et des étudiants, dans le développement du pays et le changement de mentalité et de comportement. De ce fait,  il a incité les étudiants à respecter les infrastructures universitaires et publiques.« Ce qui a été détruit en un instant peut prendre des années pour être rebâti. Soyez les jeunes d’une époque d’édification et non ceux de la destruction et de l’effondrement », a-t-il insisté.

Le président de la République a inauguré un amphithéâtre et un laboratoire de recherche à l’Université d’Ambondrona

Le président de la République a également déclaré que la mise en œuvre des chantiers de développement doit être initiée dans un esprit respectueux du fihavanana et de la solidarité nationale.« Nous avons choisi de relever des défis, sans critiquer personne, car l’objectif consiste à mettre en place des infrastructures solides et durables, créatrice d’emplois, répondant aux besoins d’amélioration et de progrès afin d’asseoir le développement », a précisé le chef de l’État.

Textes : Vero Andrianarisoa Photos : V. A. – Présidence de la République  

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Le cimetière des Vezo Tantavake purifié

Une cérémonie de purification du cimetière des Vezo Tandavake, à Tsimenatse près du bureau régional du Génie rural a eu lieu samedi dernier. En fait, au mois d’août dernier, neuf tombes en pierre appartenant pour la plupart à la communauté des Vezo Tandavake de Belalanda et de Tsimenatse ont été vandalisées et les sépultures ont été ouvertes par les auteurs de la profanation. Selon la famille proche des défunts, les tombes auraient été ouvertes par les profanateurs, qui restent à identifier, pendant la nuit, vraisemblablement attirés par des objets de valeur enterrés avec les défunts.« La tradition veut qu’on enterre nos ancêtres avec leurs bijoux ou la chaîne qu’ils portaient de leur vivant. Il y avait également des pièces de monnaie en argent ou Tsangan’olo », explique Mosesy Soveny, l’homme le plus âgé (Hazomanga), responsable de la communication avec les ancêtres.Tous ces objets de valeur ont été emportés par les voleurs. Ces tombes n’ont pas été refermées par ces individus. Pire encore, en constatant la profanation la population riveraine en a profité pour voler en partie les pierres tombales constituées de « Vato Hara » ou« récifs » pour s’en servir à des fins personnelles. En gros, le cimetière des Vezo à Tsimenatse a été méconnaissable à la suite cettetriste histoire.Selon le Hazomanga, si quelqu’un enfreint un fady, comme le cas de profanation des tombes ancestrales, la tradition exige que l’auteur de cet acte fasse une réparation ou le traditionnel « Hifikifike » qui consiste à purifier les tombeaux avec le sang du zébu tué pour la circonstance. Mais étant donné que ceux qui ont commis ces actes ne sont encore pas identifiés c’est la famille elle-même qui a décidé d’effectuer cette cérémonie de purification. Le sénateur Thierry Raveloson, descendant du clan, qui a contribué entièrement aux dépenses afférentes à cette cérémonie de purificationn s’est rendu à Toliara pour assister à cette coutume.« Je condamne avec fermeté ces actes de vandalisme et de profanation. Le lieu où reposent pour l’éternité nos ancêtres est sacré pour nous autres, et la cérémonie de ce jour permet de purifier cette terre de tout ce qui l’ a souillé », a expliqué le sénateur.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Des élèves primés par Cœur et Conscience

L’équipe de l’ONG Cœur et Conscience a mis en pratique son objectif qui repose sur l’éducation et la valeur humaine en organisant, samedi dernier une cérémonie de remise des diplômes aux 143 élèves méritants de l’année scolaire 2016-2017. C’était un moment de partage plein d’émotions avec leurs parents respectifs et  des dirigeants locaux ainsi que des représentants des écoles partenaires. Ces enfants sont issus des écoles primaires privées de la ville et du Lycée Mixte d’Antsiranana. Selon les explications, ils ont été sélectionnés selon leurs efforts à l’école et leur implication dans les activités de l’organisation axées sur les valeurs humaines universelles de respect, le « fihavanana », l’entraide, tolérance, fraternité et solidarité. Ils ont été récompensés pour leur comportement exemplaire en prouvant par leurs actes qu’ils étaient capables de se mettre au service des autres. La majorité d’entre eux ont  déjà participé au système de tutorat.« Cette année, 739 sur les 955 élèves parrainés par  Cœur et  Conscience ont réussi leur examen de passage en classe supérieure. De plus, le taux de réussite aux examens officiels s’est  élevé à 87% », a expliqué Sarah, coordonnatrice de l’ONG.Son président-fondateur, Amédée Louis-Fernand, a expliqué l’idée qui a poussé son organisation à mener ce projet dans la ville d’Antsiranana. Cette association a pour mission principale la scolarisation d’enfants défavorisés.Outre la remise de certificats et la distribution de cadeaux, des témoignages des enfants bénéficiaires ont  clôturé la séance.

R.

L'express de Madagascar0 partages

Musique – Wawa enchaine les tournées

Fort de sa grande aventure à travers l’émission Coke Studio, qui lui a valu cette année une grande visibilité à l’échelle internationale, le prince du salegy Wawa enchaîne une tournée nationale des plus chaleureuses après avoir embrasé de ses « 400 Volts » plusieurs scènes dans l’Hexagone.Tout au long du mois d’octobre jusqu’au début de ce mois de novembre, Wawa a arpenté les grandes villes de la France et a enflammé le public des diasporas locales avec sa musique transcendante. Apprécié pour son dynamisme et son énergie, Wawa et sa troupe y ont enchaîné, en tout, neuf dates. Allant de Lyon à Bordeaux, en passant par Rennes, Toulouse, Colmar et Limoges pour clôturer la tournée française à Paris où il a fédéré le plus de monde le temps d’une soirée des plus endiablées.La Grande île n’est pas en reste, car une fois de retour au pays, Wawa débarque à l’île Sainte Marie où il a déchaîné la foule le 19 novembre, puis il a rejoint Maroantsetra le week-end dernier remplissant comme à l’accoutumée tout un stade. Le 8 décembre, le prince du salegy retrouvera ses inconditionnels dans la capitale au Cemes Antanimora à 21h.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Dama Miarintsoa Njakatiana – « On sera prêt  pour gagner le Tour »

Gagnant la course en ligne de 147 km sur les hauteurs d’Imerinkasinina dimanche, Dama Miarintsoa revient sur son succès. Il explique aussi sa reprise après un long break de deux ans.

En analysant la forme de l’ensemble des coureurs, votre victoire était presque imprévue. Comment expliquez-vous votre exploit?Effectivement ce n’était pas facile. Cela fait deux ans que je n’ai pas couru et ce n’était pas évident de gagner tout de suite. La victoire s’explique juste par une bonne entente de l’équipe du Vélo Club d’Antananarivo (VCA) où j’avais comme coéquipier Mazoni Rakotoarivony, Joharivelo Andrianjaka ou encore Dino Mohamed Houlder et Célestin Rakotoha­simbola. Après je peux dire que c’est le mental aussi qui a joué même si les jambes ne sont pas encore à 100%

Après deux ans de break, comment voyez-vous votre forme actuelle?Pour tout dire, la meil­leure préparation que j’ai pu effectuer était celle avant les Jeux des îles de l’océan Indien de 2015 à la Réunion. J’étais dans une forme éblouissante et cela s’est traduit par l’obtention de la médaille de bronze dans l’épreuve de la course en ligne. Maintenant ma forme actuelle est encore bien loin par rapport à cette époque. Ceci dit le travail reprend et j’espère vraiment faire quelque chose durant le Tour cycliste international de Madagascar (TCIM)

En parlant de TCIM, il est toujours délicat de se mettre en équipe. Avez-vous plus d’affinité avec les coureurs du Vélo Club de Tana que les autres bons coureurs malgaches?Pour moi le plus important, c’est d’abord d’être retenu parmi les coureurs malgaches qui vont courir le TCIM  à partir du 7 décembre. Je reste confiant que je pourrai avoir avec moi de bons coureurs malgaches, peu importe leur club. Là il s’agit de défendre les couleurs malgaches. Je laisse la responsabilité de former les équipes performantes à la fédération malgache de cyclisme. Elle saura quoi faire et se mobilisera pour mettre ensemble des coureurs qui ont chacun leur spécificité.  L’adversité sera bien présente durant ce TCIM 2017 et nous sommes prêts pour gagner.

Propos recueillis par D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Transport – Suspension des lignes  vers Toamasina

Ceux qui envisagent de rejoindre Toamasina via les taxi-brousses devront chercher d’autres options. Aucun véhicule de transport en commun ne reliera cette ville de l’Est et celle d’Antananarivo, à la date du mercredi 29 octobre. Les transporteurs des zones nationales sont en grève et ont décidé de suspendre, temporairement, cette ligne pour tirer la sonnette d’alarme sur certains points. « Nous contestons la libération des présumés auteurs des jets de pierre à l’encontre des véhicules, par le tribunal de Toamasina, le 20 novembre. Ils ont été pris en flagrant délit. Nous réclamons que justice soit faite », argumente Nantenaina Rakotoarisoa, président du comité de gestion des gares routières à Ambodivona, hier.Quatre vingt véhicules auraient été déjà détruits par la troupe de ces fauteurs de trouble sur la RN2. Ils auraient déjà blessé quelques chauffeurs et passagers et détruit plusieurs pare-brises. Quatre vingt-dix véhicules partent quotidienne- ment vers l’axe Est. Des contrôles stricts seront effectués au niveau de chaque guichet à Ambodi-vona et à Toamasina, pour qu’aucun véhicule ne parte des deux côtés, demain.Ces transporteurs profitent de l’occasion pour réclamer la réfection de cette route nationale, qui est actuellement, dans un état lamentable. « Les malfaiteurs profitent de l’état de la route pour nous saccager. On peut finir en prison, suite à la disparition des marchandises », avance Hiango Abdu Tinot, président de l’association des Transporteurs camionneurs. Ils exigent, en outre, une solution pérenne pour la sécurité sur la RN 2.Les transporteurs menacent de faire perdurer cette suspension d’activités. « Si nous n’obtenons pas de réponse favorable à nos réclamations, si les auteurs de ces jets de pierre ne sont pas jetés en prison et n’écopent pas de sanctions, le transport vers l’Est ne reprendra pas et nous étendrons notre grève vers les autres lignes», conclut Fredinard Rakotondrafara, président de l’Association des Transporteurs de Madagascar (ASTRAM). Le procureur de la République du Tribunal de 1ère instance de Toamasina, Thierry Lauret Rajaona, avance que si le verdict ne satisfait pas ces transporteurs, ils pourront très bien faire opposition.

M. R.

L'express de Madagascar0 partages

Festival Avy Litchi e ! – Les Tamataviens rois du beach-volley

Franc succès pour l’édition 2017 du « Festival Avy Litchi e! » ce week-end à Toamasina. Le tournoi de beach-volley a réuni vingt-sept équipes dont treize chez les seniors et quatorze chez les moins de 20 ans.Les matches se sont déroulés sur la plage du restaurant Océane 501 à Sala­zamay. Chez les seniors hommes, le duo Rico-Antonio de HTM Atsinanana remporte le trophée en battant Toni-Rado de VBCD Anala­manga par 2 sets à rien en finale.Et chez les dames, les Tamataviennes ont également gagné la finale. La formation de Fifi et Julienne de Stef’auto s’est imposée 2 sets à 0 contre Ihoby et Clarel de VBCD. La finale des U20 garçons était un duel entre locaux du club Mami. Et l’équipe de Lala et Yvan a battu celle de Tahiana-Doda par 2 sets à 0 en duel final.Du côté des filles, la finale était 100% VBCD Anala­manga. Nandrianina et Fan­dresena remportent la victoire en écartant Angela et Oréa par 2 sets à 1. Peu nombreuses, seulement six équipes locales, ont été engagées en beach-soccer.Par conséquent, l’organisation a opté pour la formule à poule unique où tout le monde rencontre tout le monde. FC Anjoma termine premier au classement final après un parcours sans faute de cinq victoires en autant de matches. La deuxième place revient à FC Jet 2 et FC Jet 1 complète le podium.En pétanque, vingt six doublettes hommes étaient en lice. La coupe a été ravie par la formation de Clark et Serge qui s’est imposée en finale face à Naina et Hervé. Le sport mécanique n’était pas en reste car c’est une des disciplines qui attirent beaucoup de jeunes dans la capitale Betsimisaraka.Les courses se sont tenues du côté du port à Tsarakofafa sur la route vers Ambatovy, sur un circuit boucle slalom long d’environ 800m. Cette compétition a vu la participation de quarante quatre pilotes et a été marquée par le triplé réalisé par Claudio qui a raflé les trophées de la catégorie catal, la catégorie A pour des scooters kittés et la B réservée aux liquides.Après au moins quatre ans de pause, les autorités locales et les responsables de l’office du tourisme de la région d’Atsinanana ont décidé de relancer ce festival depuis l’année passée dans le but de redonner un nouveau souffle au tourisme de la côte Est, par le sport.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

 Un corps sans vie à Ambohimiandra

Il était à peine 6h30 du matin et les badauds se sont massés au bord de la route d’Ambohimiandra, hier. Le corps sans vie d’un homme d’une trentaine d’années a été découvert sur une pente. Il aurait été agressé, selon un riverain. Aucun policier ne s’est rendu sur place pour le constat. Les agents du Bureau municipal d’hygiène ont acheminé la dépouille à la morgue.

L'express de Madagascar0 partages

Karting – Trophée international – Victoire de John Ratoby

Le XVIe Trophée international de karting revient à John Ratoby dans la catégorie des élites. Ce dimanche sur le circuit du Serana Racing kart à Imerintsiatosika, il a franchi en premier la ligne d’arrivée au terme de quinze tours bouclés en 20 minutes 37 secondes et 8 centièmes.Il a devancé de 2 secondes 58 centièmes Haja Rakoto­malala et de 8 secondes 80 centièmes Jordan Moussa. Du côté des juniors, Nathan Baumann termine premier avec onze tours réalisés en 16 minutes 37 secondes et 37 centièmes, devant Mirija Randriantsarafara (+0 »14c) et Noa Pfau (+19 »89c). Le champion national en titre, Tommi Rajoelison a dû abandonner en finale suite à une panne mécanique : il n’arrivait plus à démarrer son kart.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Un nourrisson abandonné

Un nouveau-né a été abandonné près du chemin de fer à Isotry, hier matin. Des secours l’ont conduit d’urgence à un hôpital à proximité. Il est sain et sauf. Ses parents restent introuvables, selon la police du quatrième arrondissement saisie de l’enquête. Le bébé a été provisoirement pris en charge par le service de pédiatrie.

L'express de Madagascar0 partages

Karaté Fihezama – Kokaju et Maka plus forts

Les combattants de Kokaju et Maka ont dominé les débats lors de la Coupe de l’Amitié ce week-end au gymnase couvert d’Ankoron­drano. Le club Kokaju brille avec ses deux médailles d’or, arrachée par Jao dans la catégorie des -67kg et l par Ange chez les poussines de plus de 20kg.Chez les seniors, Jao a défait Dinah de Tiger’s en finale de sa catégorie et Ange s’est imposée pour sa part face à Avana de Makawa. De plus, Kokaju a gagné trois médailles d’argent chez les poussins de plus 20kg par Lija, chez les seniors dames de -50kg par Tiavina et les seniors hommes -60kg par Billy.Le club Maka a aussi remporté deux médailles. L’une a été décrochée par Victoria chez les seniors dames moins de 50kg et l’autre par Noah dans la catégorie plus de 20kg, poussin. Une habituée de la plus haute marche, Akka, s’est contentée cette fois de la troisième place en arrachant un seul titre chez les poussines -20kg, signé Jessica du club Akka d’Analamahitsy et une médaille d’argent ravie par Rubis d’Akka Mahitsy chez les poussins -20kg.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Deux portés disparus introuvables

Deux jours après le naufrage au delta d’Antsohy, à Masomeloka, district de Mahanoro, deux hommes sont toujours portés disparus. Six individus ont été remontés à la surface. L’équipage n’était pas parvenu à mettre les gilets de sauvetage lorsque le canot a coulé à cause d’une panne de moteur. Le pilote est toujours en garde-à-vue.

L'express de Madagascar0 partages

Marovoay inclus dans un ensemble défensif

C’est sur la colline de Tandrava ou Ampihonahy qu’est bâti le Rova de Marovoay. Selon l’archéologue Jean-Aimé Rakoto­arisoa, la date de sa construction est assez difficile à définir de manière précise.Lors de sa campagne dans le Boeny, Radama Ier campe en plusieurs endroits différents. Il aurait installé son armée en un endroit appelé Madiron-dRainivoanjo, à 21 km de Marovoay, l’ancien nom de la ville étant Fihaonana. Il est probable qu’après sa campagne, le roi merina installe une garnison à Mahatsinjo, à environ 2 km au nord-ouest de l’actuel Marovoay qui est une colline.La plupart des noms de lieu dans la région ont un rapport avec le passage de l’armée merina, en particulier celle de Radama Ier. Ainsi, un site comme Miadana correspond à un endroit où le souverain merina reçoit un message lui disant d’être tranquille parce que tout a été déjà mis en ordre en ce qui concerne la prise de Mahajanga.Le Rova de Marovoay sur Tandrava a son entrée à l’ouest, là où se trouve l’actuel Belvédère. Sur les collines qui entourent la ville, dans la moitié du XXe siècle, des traces du passage des Français sont encore visibles (vieilles boîtes de cartouches, casques…). La date de création du Fort se situerait vers 1844, selon Mantaux, sous Ranavalona Ire puisque Radama n’a installé dans la région que des postes fortifiés.Cependant, en 1834, il comprend déjà une garnison de cent hommes et deux canons, commandés par Rainivao. D’après Reibel, en 1895 on y trouve quarante six fusils Sniders et deux canons Hotchkiss.Marovoay fait partie de l’ensemble défensif formé par Ambohitrombokely, Mahabo, Miadana et Maevarano. Ce dispositif est contourné en 1895 par l’action des canonniers de la marine qui remontent la Betsiboka. Pourtant, la prise de Marovoay ne signifie pas l’anéantissement de l’armée malgache dans la région. Les Hova ont installé au sud-ouest de Marovoay, un poste fortifié à Mahabo, dont la position stratégique est loin d’être négligeable.« Le poste hova de Mahabo est situé à environ trois milles dans l’ouest-sud-ouest de Marouriba, sur la petite montagne Mahabou, dont les flancs sont assez rares et le gisement à peu près nord et sud. À sa partie nord qui est la plus élevée, se trouve le tombeau d’Andriamahatindi-Arivou et des autres rois de Bouéni, ses successeurs ; à l’autre extrémité est le poste hova, entouré d’une palissade défendue par quatre canons qui sont répartis à ses quatre portes… La garnison de Mahabou est de quatre vingt dix hommes commandés par Réentine, onzième honneur » (Guillain, 1845).Le village merina de Mahabo porte le nom de Marofolatra. Les Sakalava de la région n’ont aucune envie de défendre une cause qui n’est pas la leur. En cas d’attaque, les Merina doivent donc faire confiance en leurs seules armes. Mais l’armement du poste n’est pas du tout en mesure de donner la réplique face aux canons français.« Ses habitants, fort mal armés,… n’étaient nullement disposés à la résistance » (Galli, 1896). Ainsi, « une colonne placée sous le commandement du capitaine Rabaud débarqua de Mahabo, à 4 heures du soir, au point d’Ankaboka. Après avoir reconnu le terrain la veille, la colonne marcha sur le poste hova et l’enleva en prenant deux canons et en tuant huit hommes à l’ennemi » (Général Duchesne, 1897).Étant donné les mauvaises conditions matérielles du poste, il ne peut y avoir qu’une simple tentative de résistance. « Les Hovas et leurs chefs s’enfuirent vers les bois les plus proches, tandis que la section d’artillerie les poursuivait de ses obus et en tuait ou blessait un certain nombre. En s’enfuyant, les soldats hovas incendièrent quelques cases à Marofolatra qu’ils avaient fort mal défendues; ils abandonnèrent sur place deux mauvaises pièces d’artillerie » (Galli).Au cours de cette campagne 1895, tous les villages sur l’axe Mahajanga-Antananarivo deviennent des points de résistance, mais leur valeur militaire est très aléatoire. En bref, le rôle de ces postes défensifs, établis à la hâte, est surtout de retarder l’avance ennemie vers la capitale.