Les actualités Malgaches du Dimanche 28 Octobre 2018

Modifier la date
Madagate3 partages

Ntsay Christian. L'autre assainissement, physique et palpable

Madaplus.info0 partages

Madagascar: les “sakoroka” pendant les campagnes électorales commencent.

À J -10 du premier tour des élections présidentielles à Madagascar, les échauffourées entre partisans ont été observées pendant ces deux derniers jours. En effet, ce sont les manifestations en fin de semaine qui rassemblent le plus de monde. À Antsirabe, des heurts entre les partisans de Ravalomanana et de Rajoelina auraient eu lieu. Des arrestations ont été effectuées par les forces de l’ordre.
À Antananarivo, un partisan de Ravalomanana a été tué. « Je suis choqué par la dernière attaque de mes partisans à Antananarivo, qui a entraîné la mort de Razanaboahangy Marle Augustine dit Neny, 46ans. Il s'agit de la sixième attaque contre mes partisans » a fait savoir l’ancien président Marc Ravalomanana dans un message diffusé sur les réseaux sociaux. La campagne électorale prend une autre tournure. Les Malgaches vont finir par entre-tuer si aucune mesure n’est prise.
La Vérité0 partages

Basketball- Championnat N1A - CosPN gagne son premier titre, MB2All renoue avec, 5ans après

 Rideau sur les championnats nationaux N1A hommes et dames qui viennent de se terminer hier au Palais des sports de Mahamasina. L'ambiance était au rendez-vous grâce aux diverses animations et jeux organisés par  Telma, sponsor officiel du basket malagasy. Grace à sa connexion 4G, les amoureux du ballon orange ont pu suivre en temps réel le déroulement de la compétition jusqu'en finale, grâce à M'vola, les supporteurs ont pu réserver leur place grâce au mobil banking de l'opérateur avec sérénité. Après la coupe du président, Christiane,la meilleure marqueuse de la finale et ses camarades ont confirmé leurs statuts en gagnant le championnat national N1A dames (63-58) face au SBBC Boeny hier au Palais des sports de Mahamasina.

Les filles ont rempli leurs contrats en complétant le titre gagné par l'équipe avec la N1A. Un titre gagné dans la douleur car le score était déjà à 58-59 à 50 secondes de la fin mais Fanja et Christiane ont envoyé leurs camarades sur le toit national sur un lancer franc et un titre à trois points de dernière seconde.C'est une saison faste pour l'équipe car les protégés de Ndrato Rakotonanahary ont gagné le titre dans toutes les catégories filles cette année à partir des U14 filles U16, U18, N1B N1A. La dernière fois que MB2All a gagné ce titre de championnat N1A remonte à 2013. Entretemps, ce club se consolait avec deux coupes du Président et d’être trois fois vainqueur de la Coupe des Clubs de l'Océan Indien (CCCOI) durant ces 5ans.  C'est le troisième titre de l'équipe en N1A. « On a joué sur le collectif. Les 12 joueuses se sont battues ensemble sur le terrain. Tout le monde a donné ses apports dans l'équipe. MB2All n'a pas encore une vraie star donc on a fait jouer tout le monde », relate Ndrato Rakotonanahary, coach du MB2All. Cette année, c'est le rendez-vous continental qui passera avant le régional. Effectivement, MB2ALL représentera Madagascar aux championnats d'Afrique des clubs à Maputo le 16 au 26 novembre 2018. Financièrement, l'équipe est déjà prête, pour l'Afrique par contre sa participation à la CCCOI des Seychelles le 5 décembre reste encore interrogative. Rappelons que le SBBC Boeny n'a fait qu'une bouchée du  JEA Vakinankaratra en étrillant son adversaire du match (66 - 31).Dans l'autre carré, MB2ALL Analamanga confirmait sa supériorité devant le Fandrefiala Analamanga (73 - 61). Chez les hommes, COSPN Analamanga a détrôné l'ASCB Boeny en finale sur 75-57. Une grande première pour le Club omnisport de la Police nationale qui gagne son titre en N1A.  Les policiers ont éliminé MB2ALL Analamanga en demi-finale.  L'ASCB se console aussi avec le titre de meilleur joueur grâce à Livio.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Meeting à Antsirabe - Les pro-Ravalo s’attaquent aux partisans d’Andry Rajoelina !

Chassez le naturel, il revient au galop. L’expression définit parfaitement le caractère provocateur de Marc Ravalomanana et ses partisans. A  une dizaine de jours de la fin de la campagne électorale, le candidat n°25 et ses adeptes commencent à montrer leurs vrais visages en s’en prenant directement à son principal adversaire, Andry Rajoelina et ses partisans. En effet, samedi dernier, « les zanak’i Dada » ont provoqué un véritable « sakoroka » à la suite d’un meeting d’Andry Rajoelina à Antsirabe, devant la place de la Gare.

Tout a commencé lorsque le TIM entame un carnaval qui s’est tenu presque au même moment que le meeting du leader de la révolution Orange. Visiblement frustré à cause de la foule importante qui a préféré répondre présent au rendez – vous avec le candidat n°13, les pro – Ravalo ont commencé à montrer des signes de mécontentement. Après le départ d’Andry Rajoelina, le meeting devait encore se clôturer en beauté par un spectacle lorsque les « Zanak’i dada » ont débarqué sur les lieux. Ils ont semé le trouble à coups de jets de pierres qui ont provoqué plusieurs blessés. Le rassemblement a ainsi dû être mis à son terme et la foule dispersée.Violences physiquesSi les altercations se sont limitées aux affrontements verbaux au début de la campagne électorale, les violences physiques commence à se faire sentir et s’intensifier en ce moment. Souvent pointé du doigt à cause des agissements de ses fanatiques, Marc Ravalomanana en personne s’adonne également à la provocation. Ce fut par exemple le cas lors de deux meetings organisés respectivement à Fénérive – Est et à Ambositra. Au cours de ces deux rendez – vous, le meeting du candidat du TIM coïncidait avec celui du candidat du TGV. Mais le premier n’arrivait visiblement pas à réunir une foule conséquente. Du coup, il n’a pas trouvé mieux que de survoler pendant plusieurs minutes à bord de son hélicoptère la place où se tenait le meeting d’Andry Rajoelina. Si ce n’est pas de la provocation, cela y ressemble fortement. En tout, au fur et à mesure que la date du scrutin approche, l’ambiance devient de plus en plus tendue. Un climat de violence qui semble être volontairement installé par le candidat et ses partisans qui paraissent sentir la défaite approcher à grands pas. Un comportement de mauvais joueur qui n’est pas du tout de mise dans une telle compétition où la gouvernance d’une Nation entière est en jeu. En tout cas, à entendre les discours d’Andry Rajoelina, rien ne pourrait l’arrêter dans son élan pour viser la magistrature du pays. Que le meilleur gagne !La Rédaction

La Vérité0 partages

Emission « Demokr’Ankizy » - Quand des enfants se mettent à la place du Président

La parole aux enfants. Certains d’entre- eux ont pu s’exprimer ouvertement lors de l’émission « Demokr’ Ankizy » (la démocratie par les enfants), diffusée samedi dernier sur les chaînes de la Télévision nationale (TVM) et de Dream’In ainsi que sur la page Facebook de l’UNICEF Madagascar. Les enfants n’iront pas voter, leurs voix ne seront pas entendues. Pourtant, ces millions d’individus constituant 25% de la population malagasy ont quelque chose à dire au futur Président élu, d’où la raison d’être de l’émission. D’une durée maximale de 30 minutes, l’émission a été l’occasion pour eux de prendre la parole et présenter leurs idées et leurs attentes s’ils étaient Présidents de la République.

Sur les 5 films courts que les enfants ont tourné eux- mêmes, 3 parlent des actions qu’ils vont mener, arrivés à ce poste. « Je construirai un hôpital par Fokontany où les soins seront gratuits afin de privilégier la santé de la mère et de l’enfant », relate Hervé dans sa vidéo d’une minute. Pour sa part, Roy prioriserait l’éducation et sa gratuité, notamment pour les enfants des rues ou ceux qui n’ont pas les moyens, si elle serait Présidente. Fandresena construira, quant à elle, 3 bornes-fontaines par Fokontany par quartier. L’accès à l’eau potable sera ainsi gratuit et les longues files de bidons jaunes devant les bornes- fontaines n’existeront plus, selon sa vidéo. Bref, ces enfants privilégient les secteurs sociaux de base, tout en considérant leurs droits, entre autres l’accès à une éducation de qualité ou encore à l’hygiène ainsi que la protection contre toute forme de violence. Appel aux candidatsOutre le partage de leur vision et leur espoir, les enfants participant au « Demokr’Ankizy » ont pu plaider pour leur cause auprès des 36 candidats à l’élection présidentielle du 7 novembre. Une représentativité des enfants de Madagascar a été invitée à l’émission, en donnant le micro à ces porte-voix issus du Sud, de l’Est et du Nord de l’île ainsi que ceux des quartiers défavorisés et des enfants stars. Cette initiative fait suite à la lettre ouverte de l’UNICEF envoyée aux candidats au début de la campagne électorale. Pour cet organisme onusien, le message est simple pour la ou le futur Président : que les enfants soient au centre des priorités et que leurs droits de base soient respectés. Comme les enfants faisant partie du public, les internautes ont eux- aussi pu participer à l’émission, en écrivant leurs questions ou commentaires sur la page Facebook de l’UNICEF Madagascar. Après la rediffusion prévue pour le 20 novembre, une nouvelle émission sera au programme pour le 14 décembre prochain.Pour information, la situation des enfants reste des plus inquiétantes dans la Grande île. Une élection présidentielle est un tournant pour l’histoire d’un pays pour apporter le changement mais surtout pour améliorer la cause des enfants. Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Fianarantsoa - Un Sprinter fait un plongeon dans le vide, 4 morts et plusieurs blessés

Les accidents meurtriers engendrés par les taxi-brousse n’en finissent plus. Pas plus tard qu’hier, vers 7h du matin, un véhicule de la coopérative MAFIO venant de la Capitale, a fait un plongeon spectaculaire dans le vide à Mandalahy, une localité située à une trentaine de kilomètres de Fianarantsoa. Le drame a fait au moins 4 morts dont une femme enceinte. Cette dernière a succombé des suites de ses blessures quelques moments après son admission au centre hospitalier universitaire de Tambohobe à Fianarantsoa. Quant aux blessés, au nombre de 13, selon un bilan provisoire d’un témoin oculaire, 7 d’entre eux seraient des femmes.

Ils ont tous été évacués dans le même centre de soins. Bien entendu, ces chiffres sont susceptibles d’augmenter encore si l’on se réfère à la profondeur du plongeon du minibus. Le véhicule a ainsi plongé plusieurs dizaines de mètres plus bas et a atterri dans une rizière.La façon de conduire irresponsable affichée par le chauffeur d’un autre Sprinter roulant cette fois-ci dans le sens contraire, serait à l’origine de la tragédie. A part cela, le souci évident du chauffeur du véhicule de la coopérative MAFIO afin d’éviter de ne pas rester à la traîne du convoi, en serait également une autre. A vrai dire, il a forcé l’allure de crainte de se faire distancer par le reste de la caravane. Une passagère assise à l’avant du minibus, une rescapée de l’accident, relate ce qu’elle a vu : « Nous avons croisé un camion quand tout à coup, un Sprinter jaune a surgi derrière le mastodonte dans une tentative du chauffeur du minibus en question pour le doubler. Ce qui a failli provoquer une collision entre les deux Sprinter. Du coup, celui qui nous a transportés, dans un ultime réflexe d’éviter le Sprinter d’en face, a braqué vivement à droite, là où il n’y avait que le vide. Notre minibus y a basculé en faisant quelques tonneaux », a-t-elle relaté. De toute façon, quelqu’un a réussi à filmer le basculement du Sprinter dans le ravin et dont les images vidéo sur cette scène, ont été diffusées sur Facebook toute la journée d’hier. Un habitant de Sakaraha, qui est rendu impotent par une maladie, figure aussi dans la liste des rescapés. Dès hier même, il a lancé un appel à ses proches afin qu’il le récupère à l’hôpital de Tambohobe car il n’a personne pour l’assister.L’évacuation des victimes n’était pas sans problème. Néanmoins, des témoins sur place assurent qu’ils ont assisté à un ballet d’ambulances à l’endroit à ce dessein. Cependant, les dépouilles des passagers décédés, seraient toujours sur place. De son côté, le maire de la commune d’Alakamisy-Ambohimaha s’est particulièrement distingué par son assistance et l’aide qu’il a fournie. Rappelons que le Sprinter de MAFIO faisait route sur Ilakaka. Une enquête a démarré.Franck Roland

La Vérité0 partages

Jeune prodige !

« Je serai le plus jeune président en Afrique ! ». C’est en ces termes qu’Andry Nirina Rajoelina (ANR), l’un des benjamins parmi les 36 candidats dont les dossiers de candidature ont été formellement validés par la Haute Cour Constitution (HCC), s’exclamait à plusieurs reprises depuis le début de la campagne électorale. En effet, à 44 ans seulement, ANR brigue le poste de la magistrature suprême de Madagascar. Les chances de réussite se confirment au fil des jours et il fait partie des jeunes générations de leader du Continent noir. On entame la quatrième et dernière semaine pleine de la campagne électorale en vue du scrutin du 7 novembre.

Au terme de cette semaine décisive, il reste trois petits jours et le peuple choisira son Président pour les cinq années à venir.Le profil de celui qui va remporter cette âpre et dure bataille se précise à l’horizon. Il creuse l’écart. Le jeune candidat n° 13, car il s’agit de lui, marche royalement vers la victoire. Partout où il débarque, du Nord au Sud et d’Est en Ouest de la Grande Ile, Zandry kely cartonne. Sans coup férir, il fait le plein. Engouement populaire jamais constaté depuis des décennies. A Ambilobe, à Vohipeno, à Ambovombe ou partout ailleurs, le peuple semble l’attendre impatiemment pour prendre en main les rênes du pouvoir et d’entreprendre le changement nécessaire et tant espéré pour ... sauver Madagascar, plus exactement, les 25 millions d’âmes composant la population malagasy.L’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM), le fer de lance de la campagne du candidat Orange, séduit l’électorat. Elle comporte, en soi, un ensemble de programme structurant et opérationnel à court terme et répondant aux exigences les plus urgentes de la population. Ayant beaucoup souffert, le peuple ne peut attendre ... 2030 ! Tout doit démarrer dès l’année suivante. L’IEM en tant que projet de société entend satisfaire, dans les meilleurs délais, les besoins parfois coûteux et compliqués de la masse populaire, cette frange numériquement dominante de la population mais longtemps ignorée par les régimes successifs. Les domaines de la santé et celui de l’éducation, secteurs prioritaires, auront les premiers « soins » du nouveau régime, en cas de victoire du jeune prodige. En fait, de prodigieuses réalisations seront au menu. ANR, en homme de parole, mettra un point d’honneur à tenir ses engagements. Il n’est point du genre d’un homme politique « mampiesona » ou « mampiresaka ». Il le concrétisera ce qu’il a promis de faire. Partout, dans les Districts ou dans les Communes où il s’était rendu, l’ « homme » promet petits et grands travaux touchant directement le quotidien du peuple. D’ailleurs, certains ont déjà pu commencer. Le candidat portant le flambeau du TGV/MAPAR et soutenu par une nuée de formations politiques, d’associations actives et une pléthore de personnalités de divers horizons est plus que jamais conscient de la nécessité d’améliorer, sans tarder, les conditions d’existence de la grande majorité de la population.En dépit de son jeune âge, on dirait qu’il soit plus « adulte » sinon plus « mûr » que les participants plus âgés que lui. On serait tenté de conclure qu’il en soit l’ « aîné ». Capable à des prouesses exceptionnelles, le jeune prodige ANR se dirige vers le sacre.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Produits manufacturés - 110 milliards de dollars de pertes dans les aliments insalubres

Manque de contrôle. D'après les informations rapportées par Agence Ecofin, la presse africaine en ligne, « les produits alimentaires insalubres coûtent environ 110 milliards de dollars par an aux pays à faible et moyen revenu ». Cette facture représente surtout le montant de la perte de la productivité relative aux maladies alimentaires et les dépenses pour leur traitement. Effectivement, entre l'abondance des produits importés et le manque de contrôle, les consommateurs dans ces pays finissent par manger n'importe quoi. Aujourd'hui, les zones les plus touchées sont donc les pays d'Asie du Sud, du Sud-est et de l'Afrique subsaharienne, dont Madagascar.

Il ne faut pas nier qu'en matière de produits importés, la Grande île est une vraie passoire. Les étalages des différents magasins ou petits commerces se remplissent de produits en provenance des quatre coins du monde. Ainsi, les gens peuvent acheter des marchandises dont ils ignorent complétement les composants, vu que c'est écrit dans une toute autre langue. « Une fois, j'ai acheté de la margarine. Je ne connaissais pas la marque, c'était écrit avec une langue étrangère. Mais le vendeur m'a assuré que ce produit est bon. Donc, je l'ai acheté », témoigne Lila Ramorasata, une mère au foyer. Et ce n'est pas un cas isolé, vu que la plupart des consommateurs malagasy se fient aux vendeurs. Et ils finissent par avaler des produits nocifs, sans parler de ceux déjà périmés. Pourtant, les règlementations existent mais elles sont loin d'être appliquées. Une éducation à la consommation nécessaireSelon les estimations de l'Organisation mondiale de la Santé, « les denrées alimentaires dangereuses pour la santé ont causé 600 millions de cas de maladies et entraîné 420 000 morts en 2010 ». De ce fait, il est primordial de prendre de précautions et de rester vigilant par rapport aux produits que nous mangeons. « Beaucoup de personnes se présentent dans les hôpitaux pour une intoxication alimentaire, comme bon nombre de mes patients également. C'est pour cela que je leur conseille de toujours lire attentivement les emballages et de ne pas se ruer sur des produits, soi-disant que leurs prix sont bradés », souligne un médecin, H. Ranaivo. Face à cette situation, une éducation à la consommation est alors nécessaire afin de préserver au mieux les consommateurs, mais aussi d'améliorer le contrôle des produits importés et la qualité des produits locaux. Toutefois, il faut dire que ce ne sont pas toujours les produits importés qui sont concernés. Les intoxications alimentaires peuvent également être générées par la mauvaise gestion des établissements de restauration, surtout que tout le monde peut aujourd'hui ouvrir son « hôtely   gasy ». Rova R.

La Vérité0 partages

Hery Rajaonarimampianina - Le pire des traitres à Madagascar

Parmi les 12 apôtres, l’un d’eux a trahi le Christ. Dans une interview accordée au Monde Afrique, l’ancien locataire d’Iavoloha, candidat numéro 12, dans son intention de revenir à la tête de l’Etat, se montre le plus innocent de tous les politiciens à Madagascar. Pourtant, le vrai visage du traitre se cache derrière ses propos faisant penser à l’illusion de la transparence. Fier comme Artaban, rempli d’orgueil et d’autosatisfaction, il n’a jamais avoué ses multiples échecs à la direction du pays. Il a répondu de façon laconique aux brûlantes questions de corruption, de trafic de bois précieux, de fonds de campagne, de mauvaises pratiques électorales, de rapport avec la Justice… Interrogé toutefois sur son piètre bilan, il s’est montré assez prolixe.

Versatilité« Je parle de mon bilan parce que des candidats de mauvaise foi disent que mon Gouvernement et moi-même n’avons rien fait. Ce n’est pas vrai. Beaucoup de réalisations ont été faites dans différents domaines, aussi bien dans l’économie que l’éducation ou la santé. Des infrastructures ont été construites, notamment dans le secteur rural, où vivent la majorité des Malagasy. Nous avons construit ou réhabilité plus de 1 000 km de canaux pour améliorer la riziculture », a-t-il précisé d’entrée en matière.Pourquoi « de mauvaise foi » alors que l’honnêteté et la loyauté n’ont jamais été son fort ? Tout le monde est témoin de quoi il est capable. Le président Andry Rajoelina, candidat numéro 13, en personne a payé le prix de la versatilité de son ancien ministre des Finances et du Budget. Il devait son accession à la tête de la nation grâce au président de Transition. D’aucuns connaissent la suite de l’histoire à partir de 2014.Faire honteDans le contexte actuel d’élection, il a jeté son entourage immédiat dans le désarroi le plus total. Il a littéralement cocufié le parti qui porte son nom, le Hery Vaovao ho an’i Madagasikara (HVM). La preuve en est l’existence de deux quartiers généraux (QG) centraux : le siège du parti à Antanimena et celui à Andraharo entre les mains de la plateforme Voromahery.Il désigne les deux entités en ces termes : « J’ai un parti qui m’appuie. Il a ses propres financements et j’ai aussi des mécènes. » En réalité, l’homme au comportement fâcheux pour ses alliés politiques préfère de loin les derniers au premier. Il a alors tout simplement déshabillé la formation politique qui l’a toujours encensé pour faire honte à elle. L’ancien président du parti, Rivo Rakotovao, le chef d’Etat par intérim, figure aussi parmi ses victimes.Hery Rajaonarimampianina a également tourné le dos à ces candidats qui demandent la réouverture de la liste électorale. Présent à la rencontre initiée par la CENI le 19 octobre au cours de laquelle était émise cette demande, l’ancien Président de la République a désavoué ses compagnons de route. « S’ils disent que les conditions ne sont pas réunies, j’observe qu’ils se sont quand même présentés. La liste électorale, contrairement à ce qu’ils demandent ne peut être rouverte », lance Hery Rajaonarimampianina après avoir constaté l’échec de la tentative des candidats anti-7 novembre. Et pourtant quand un des candidats, en l’occurrence le pasteur Mailhol à cette réunion a proposé le nom de Hery Rajaoanarimampianina pour diriger la nouvelle transition, l’intéressé n’a pas donné son avis. Et comme ledit si bien l’adage « qui ne dit mot consent », dans son for intérieur, c’est certain qu’il l’approuve à100%.L’art de renierPar ailleurs, Hery R. a feint aux yeux du public d’écarter Mbola Joseph Rajaonah de son entourage. Son objectif est de priver le HVM de ce bailleur  de fonds qui a financé l’acquisition, à hauteur de 18 milliards selon les informations, du QG utilisé par la plateforme Voromahery à Andraharo. C’est encore une autre forme de trahison de la part du président démissionnaire.De surcroît, le menteur Hery Rajaonarimampianina reste égal à lui-même. Il a dans les veines l’art de renier sa propre parole. Les relents de la trop controversée signature d’accord de pêche avec un consortium chinois ne sont pas encore dissipés. Il a assisté à la cérémonie s’y rapportant trois jours avant sa démission en septembre. Lorsque l’affaire a éclaté au grand jour, il a osé dire en face qu’il n’a jamais été au courant d’un tel projet. Cela aurait été un des 12 travaux d’Her-cul, le pire des traitres à Madagascar.La Rédaction