Les actualités à Madagascar du Lundi 28 Septembre 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara11 partages

Eliminatoires CAN 2022– Préparation : La Côte d’Ivoire défiera la Belgique et le Japon

Les Ivoiriens défieront les Belges et les Japonais.

Les Éléphants prennent au sérieux la préparation pour la double confrontation face au Barea de Madagascar au mois de novembre.

Costauds. C’est ce qu’on peut qualifier des adversaires de la Côte d’Ivoire pour les matchs de préparation dans le cadre des journées FIFA au mois d’octobre. Les Eléphants de la Côte d’Ivoire vont défier les Diables Rouges le 8 octobre au Stade Roi Baudouin, Bruxelles. «C’est une équipe avec des talents individuels de très haut niveau qui se distinguent en ce moment par leurs belles performances, comme Wilfried Zaha (Crystal Palace) et Nicolas Pépé (Arsenal). Il s’agit d’un excellent partenaire d’entraînement pour notre première période de matchs internationaux au cours de laquelle nous disputons trois matchs. Nous espérons avoir l’opportunité de jouer en présence de quelques supporters, c’est quelque chose que nous attendons avec impatience», a annoncé Roberto Martínez, le sélectionneur des Diables Rouges sur le site de sa fédération. Les Belges caracolent toujours en tête du classement de la FIFA depuis septembre 2018. Les Ivoiriens auront un adversaire de taille dans le cadre de leur préparation de la double confrontation face aux Barea au mois de novembre. La crise sanitaire a chamboulé tous les calendriers des matchs amicaux de nombreuses sélections africaines. Le match prévu contre les Super-Eagles du Nigéria du 9 octobre en Autriche n’a pas eu lieu. Pourtant, un deuxième match amical figure dans le programme des Éléphants. Ils affronteront les Japonais, le 13 octobre à Utrecht aux Pays-Bas. Madagascar jouera contre l’équipe du Swift Hesperange du Luxembourg. Un choix qui ne fait pas l’unanimité auprès de l’opinion et surtout de la communauté footballistique. « L’idéal aurait été à mon avis de se frotter contre une équipe nationale. Ça aurait mis de la valeur au match qui se déroulera durant la journée FIFA, et donc comptabilisable pour le prochain classement FIFA. Par exemple notre adversaire la Côte d’Ivoire jouera contre la Belgique et le Japon en octobre. Après, l’organisation a eu des contraintes que l’opinion essaie de comprendre. Dans tous les cas, avec l’implication positive de l’Etat, je pense que les parties prenantes pourront trouver la solution la plus bénéfique à nos chers Barea. La double confrontation face aux Eléphants au mois de novembre se jouera à Madagascar et en Côte d’Ivoire, c’est-à-dire en Afrique. Quoi qu’il en soit, il faut jouer en Afrique. Si le lieu pose un problème, Portugal ou Maroc, pourquoi ne pas jouer le match contre le Burkina-Faso au Luxembourg ? », a expliqué Mirado Rakotoharimalala, SG du CFEM et spécialiste du football.

T.H

Midi Madagasikara8 partages

Affaire Danil Radjan : Un français ex-légionnaire et patron d’une agence de sécurité arrêté

L’enquête avance à pas de géant auprès de la police criminelle à Anosy. Vendredi dernier, ils ont mis la main sur quatre personnes dont le patron de la société de gardiennage Cops. Lui et trois de ses agents de sécurité ont été embarqués par les limiers de la brigade criminelle. L’information a été confirmée par plusieurs sources auprès du ministère de la Sécurité publique. Durant leur arrestation, le patron « vazaha » a encore tenté de résister. Obligeant ainsi la police à procéder manu militari. Les quatre individus sont respectivement accusés d’auteurs et co-auteurs de l’acte qui a coûté la vie à Danil Radjan. Samedi 19 septembre, ce ressortissant indo-pakistanais d’origine française a été atrocement abattu et son corps a été retrouvé par la suite, au sous-sol du centre commercial La City à Ivandry. Il avait les pieds et les mains liés, le visage plein de bleus et une marque de strangulation autour de son cou. Une enquête a été aussitôt ouverte et s’est focalisée sur l’analyse des images de la vidéosurveillance, ainsi que les récentes correspondances téléphoniques de Danil Radjan. Moins d’une semaine après, les investigations ont montré une forte soupçon envers les quatre individus. De sources informées, ils auraient opéré avec des cagoules mais cela n’était pas suffisant pour que les enregistrements vidéos ne montrent le  visage d’un « vazaha » dont l’allure correspondrait à celui de l’ex-légionnaire. Il se pourrait que la police organise un point de presse ce-jour, pour partager les résultats de leur investigation sur cette affaire, selon certaines indiscrétions. La question qui préoccupe maintenant est surtout le mobile du crime et les éventuels commanditaires de l’assassinat. Pour le moment, rien n’écarte la thèse que ces gens arrêtés auraient été payés pour tuer. Si cette piste s’avérait, on peut dire alors que le métier de tueur à gage existe bel et bien dans la capitale. Par ailleurs, les mauvais agissements de ce ressortissant français ont beaucoup fait parler de lui à un certain moment, surtout pour les noctambules du centre-ville. Les médias ont relaté dans ses colonnes, le caractère irascible de ce ressortissant étranger qui menace la vie sociale à Tanà. Malheureusement, l’interpellation était tombée dans l’oreille d’un sourd. En tout cas, il sera déféré au parquet ce jour avec ses trois agents, et cette fois-ci, l’affaire est beaucoup plus importante…D.R

Midi Madagasikara7 partages

Pharmalagasy : Inauguration de l’usine et lancement du CVO Plus gélule le 2 octobre

La semaine dernière, l’OMS a sorti un communiqué pour encourager les recherches sur les médecines naturelles contre le COVID-19.

« Les résultats obtenus dénotent la maîtrise de l’expansion du COVID-19 à Madagascar puisque le taux de guérison des cas confirmés est de 93%, le nombre de létalité est de 1,2% ». C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre Ntsay Christian lors de sa prise de parole à l’occasion de la 75è Assemblée générale des Nations Unies. « Madagascar s’est distingué avec le CVO », se félicite-t-il. En effet, le Chef du gouvernement a profité de cette occasion afin d’avancer un plaidoyer à l’international sur l’efficacité de ce remède traditionnel amélioré de l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA). Joint au téléphone hier, Holijaona Raboana, Président du Conseil d’Administration de l’usine Pharmalagasy, l’usine mise en place par l’Etat Malagasy pour assurer la fabrication du CVO Plus gélule, confirme l’efficacité de ce médicament. Selon ses explications, les effets cliniques effectués à partir de cette version gélule du CVO ont été concluants et ont certifié l’efficacité de la formule préventive. Actuellement, les responsables entament la phase 3 des tests, nécessaires pour avoir la confirmation pour la solution curative. Il convient de noter que tout le processus des essais cliniques a été réalisé sous la supervision du Centre National d’Application des Recherches Pharmaceutiques (CNARP). Pas plus tard que la semaine dernière, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui suit de près le processus de mise au point de ce remède malgache contre le coronavirus, a sorti un communiqué pour encourager la recherche sur les médecines naturelles en Afrique pour faire face au COVID-19. Une communication considérée par bon nombre d’observateurs, comme une reconnaissance à peine voilée au profit du Covid-Organics.

Etiquetage. Quoiqu’il en soit, les autorités Malagasy persistent et signent en soutenant l’efficacité du Tambavy CVO et du CVO Plus gélule. Lors de sa visite dans l’hôpital de Besopaka à Sambava le 18 septembre dernier, le président Andry Rajoelina a lancé officiellement l’utilisation du CVO Plus gélule dans le protocole de traitement du COVID-19. Il faut reconnaître en effet que, depuis quelques semaines, le nombre des cas a considérablement diminué. Mais le gouvernement n’entend pas faire machine arrière. D’après les informations, la cérémonie d’inauguration de l’usine pharmaceutique Pharmalagasy aura lieu la semaine prochaine. Le 2 octobre pour être plus précis. Une cérémonie qui marquera également la sortie officielle du CVO Plus gélule. A entendre les explications de Holijaona Raboana, tous les matériels nécessaires à la mise à marche de l’usine sont déjà sur place. Des matériels modernes répondant aux normes internationales en termes de qualité et de quantité de production, selon ses dires. En revanche, la mise en paquets et l’étiquetage sont assurés par des entreprises spécialisées dans les domaines.

« Made in Madagascar ». L’on peut donc espérer que Pharmalagasy pourrait lancer la mise sur le marché du CVO Plus gélule après ce lancement du 2 octobre. Reste à savoir si les pays européens qui vont incessamment entrer dans la période d’hiver et qui font face à une deuxième vague ravageuse du COVID-19, vont cette fois-ci accorder leur confiance à ce médicament « Made in Madagascar ». Force est aussi de noter qu’outre le CVO Plus gélule, l’usine Pharmalagasy produira aussi d’autres médicaments gélules à base de plantes endémiques de Madagascar, contre plusieurs maladies telles que le diabète, l’asthme et le paludisme. Selon les informations qui nous sont parvenues, cette usine pharmaceutique produira au total 13 médicaments.

Davis R

Midi Madagasikara6 partages

Hygiène de la femme : Les femmes incarcérées à Antanimora reçoivent des serviettes hygiéniques

(photo : Rotaract Club)

Zo Iray, voilà le nom donné à cette action Club Faneva où l’objectif est d’aider les femmes de la prison d’Antanimora à avoir une vie décente dans le contexte de la crise sanitaire actuelle. Selon les explications des donateurs, les femmes en milieu carcéral accèdent difficilement aux serviettes hygiéniques jetables et aux méthodes de prévention contre la Covid-19. C’est ainsi que dans une vision d’entraide et de mécénat, le Rotaract Club Faneva et quelques sociétés partenaires ont décidé d’offrir 200 serviettes hygiéniques lavables, et 100 masques en tissu, aux femmes de la section D d’Antanimora. Cette action s’inscrirait dans les axes stratégiques du Rotary Club International, à savoir la prévention des maladies et le respect de l’environnement. En effet, les serviettes hygiéniques lavables sont moins polluantes et plus respectueuses de l’environnement.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara5 partages

RN44 et RN3A : Des mesures prises pour éviter les coupures en période de pluie

Les travaux de reconstruction et de réhabilitation d’infrastructures routières avancent bien sur la RN44 et la RN3A.

Les travaux de reconstruction et de réhabilitation des routes nationales 44 et 3A se poursuivent. La semaine dernière, une délégation conduite par le ministre de l’Aménagement et des Travaux Publics, Hajo Andrianainarivelo, a fait une descente sur les lieux pour constater de visu l’avancement des travaux. Le gouverneur de la région Alaotra Mangoro, Richard Ramandehamanana et ses collaborateurs étaient également présents. D’après cette forte délégation, les travaux avancent bien pour l’axe reliant Marovoay et Amboasary. Il en est de même pour les infrastructures au niveau du fleuve Lohafasika (Kafe) et à Manainga Zipo. Selon le MATP (Ministère de l’Aménagement et des Travaux Publics), les contrôles sont stricts en ce qui concerne le respect du calendrier de mise en œuvre et surtout le respect des normes et qualités, comme il s’agit de grand investissement à long terme pour des infrastructures publiques. Par ailleurs, une seconde entreprise participera au projet, pour la réalisation des travaux sur l’axe qui part d’Amboasary jusqu’à Vohidiala. Les différents responsables se concertent également pour la suite des travaux qui commenceront à Vohidiala et se poursuivront jusqu’à Ambatondrazaka. D’après le MATP, d’autres travaux sont nécessaires à cause des dégâts cycloniques et des périodes de pluie en 2019. La délégation a donc visité ces infrastructures pour voir comment la réfection pourra se faire et quelles mesures doivent être prises pour qu’il n’y ait plus de coupure durant les périodes de pluie. Selon le ministre Hajo Andrianainarivelo, beaucoup reste encore à faire. Il a soutenu la nécessité du respect de l’environnement, ainsi que des infrastructures qui ont des impacts considérables sur la qualité de vie de la population dans son ensemble.

Antsa R.

Midi Madagasikara4 partages

Lutte contre le Covid-19 : Le Premier ministre pour le renforcement de la coopération sanitaire internat...

Le Premier ministre s’est exprimé sur le domaine de la santé portant notamment sur le Covid-19.

Le développement économique et le progrès social restent l’une des priorités de notre pays. Madagascar s’est exprimé lors de la célébration du 75e Assemblée Générale des Nations-Unies, par le biais du Premier ministre Ntsay Christian, et ce, au nom du Président de la République et du peuple Malagasy et en son nom personnel.

Le Premier ministre s’est exprimé sur la gravité de l’expansion planétaire de la pandémie du COVID-19 et des impacts incommensurables sur l’humanité entière engendrant entre autres, “près de 1 million de décès dans le monde, dont 216 dans mon pays, je voudrais exprimer ici à cette tribune le message de solidarité, de compassion et d’encouragement à toutes les nations et à tous les peuples du monde”.

Mobilisation. Lors de son intervention, le Premier ministre a déclaré que «  Madagascar a affronté la pandémie avec tous ses moyens ainsi que ses capacités de sensibilisation et de mobilisation afin de protéger au mieux sa population et de renforcer la résilience nationale face au choc du COVID-19. Citons entre autres, la commande de plus de 5 millions de masques auprès des entreprises franches et des petites entreprises privées, le lancement d’un grand projet d’investissements publics pour les infrastructures, l’appui à la recherche et à l’innovation pour la fabrication du Covid-Organics ou CVO comme remède traditionnel amélioré pour lutter efficacement contre le Covid-19 ».

Pratiques innovantes. Et de continuer « En effet, Madagascar s’est distingué avec le CVO, fruit d’importants travaux de recherche effectués par l’lnstitut Malagasy de Recherche Appliquée (IMRA), vu le statut reconnu de Madagascar comme sanctuaire de la biodiversité mondiale avec une pharmacopée traditionnelle très variée et riche. Madagascar considère qu’il est urgent de combler rapidement le retard que le monde a accumulé dans les réflexions et actions communes et synergiques face aux impacts du COVID-19. Dans cette perspective, il est devenu impératif de concevoir et promouvoir un nouveau concept avec de nouveaux instruments de réponse innovants favorisant les initiatives globales, régionales et locales dans la production des intrants médicaux, notamment des médicaments et des vaccins . Renforcer la coopération internationale dans le domaine de la santé pour favoriser les avantages comparatifs de chaque pays dans la multiplication des modèles adaptés au niveau de la technologie et de l’innovation atteint par les pays et pour promouvoir un accès universel aux pratiques innovantes et aux données scientifiques; et mettre en place des mécanismes de financement des systèmes de santé.

Prospérité partagée. “Vu le défi mondial sur le plan sanitaire insufflé par le COVID-19, ces propositions ne pourraient se réaliser que grâce à une coopération sans précédent entre les nations, le monde de la recherche scientifique et médicale, le secteur de l’industrie pharmaceutique et les partenaires multilatéraux. La question du développement économique et du progrès social reste l’une des priorités de notre pays, car seule une prospérité partagée peut engendrer un effet vertueux en faveur du bien-être social de nos populations et garantir un meilleur avenir pour nos enfants ”.

Il estime, en outre qu’aujourd’hui, la communauté internationale est à nos côtés en tant que partenaire de nos multiples actions pour relever ces défis importants de développement auxquels Madagascar fait face. “Je saisis cette opportunité pour remercier nos partenaires pour leur engagement total pour Madagascar et son peuple. A la lumière de nos défis communs, Madagascar appelle aujourd’hui à une nouvelle initiative universelle multilatérale, à travers l’adoption d’un « Agenda global post-COVID » placé sous la bannière des Nations Unies. Cette initiative, pouvant être limitée dans le temps, serait destinée à mieux diversifier et coordonner tous nos engagements multilatéraux et nos actions contre les risques socio-économiques importants que pose la crise sanitaire actuelle, en particulier sur les économies les plus vulnérables ”.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara3 partages

Assurance Aro : Bientôt des nouveaux produits adaptés au développement économique

Leader du secteur de l’assurance à Madagascar depuis plus de 45 ans, ARO est un partenaire du développement qui accompagne les entreprises et les particuliers dans leurs activités, les protège contre les aléas de la vie. Ses projets soutiennent  l’économie du pays.

Adoptée par les deux Chambres du parlement, la nouvelle loi sur les assurances n’attend plus que son décret d’application pour être effective. Les compagnies d’assurance se préparent déjà pour s’adapter à  la nouvelle législation résolument tournée vers le développement.

Assurance indicielle

A l’instar de Aro qui mettra bientôt sur le marché de nouveaux produits qui vont dans l’esprit de développement prévu par cette nouvelle loi. On peut citer, entre autres produits spécifiques, l’assurance scolaire, et surtout l’assurance indicielle. Si les deux premières sont  des classiques, par contre l’assurance indicielle est une nouveauté. Il s’agit d’un nouveau type d’assurance qui se développe pour  permettre aux agriculteurs de mieux faire face aux aléas du changement climatique.  Contrairement à l’assurance agricole traditionnelle qui définit son tarif en fonction de la probabilité de sinistre, sur la base du rendement de l’année précédente, l’assurance indicielle utilise des indices météorologiques, telles que l’humidité, la pluviométrie , la température, et la collecte des données satellitaires pour anticiper et gérer le risque. Cet outil innovant qui a l’avantage d’être plus abordable pour les agriculteurs est actuellement développé grâce au projet d’adaptation  des chaînes de valeurs agricoles au changement climatique par le Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage  sur financement de la coopération allemande.  Aro dont l’Etat est actionnaire majoritaire, est bien évidemment partie prenante  dans ce projet de développement très utile pour l’économie malgache  basée encore et toujours sur le secteur agricole.

Nouvelle vision

C’est justement dans cet esprit d’efficacité et de développement que le tout nouveau Directeur général de l’assurance Aro entend mener la compagnie. Nommée au mois de mai dernier par le Conseil d’Administration  sur la base d’un appel à candidature, la jeune Lantonirina Andrianary, première femme à occuper ce poste,  est le genre d’un manager qui a l’assurance dans la peau. Ancienne de la maison,  pour y avoir occupé auparavant un  poste de cadre dans le département technique, elle a été  choisie parmi 45 candidats. Elle entend appliquer une nouvelle vision au sein de la compagnie. Lantonirina Andrianary qui avait également un poste à l’extérieur est revenue pour répondre à ce qu’elle appelle «l’appel du pays » est disposée à mettre ses compétences au service de la compagnie Aro.  Son premier chantier qui est déjà en cours est la modernisation de Aro qui est déjà certifiée ISO 900-2015. « J’ai pris ma fonction en pleine période de confinement et malgré les contraintes, nous en avons profité pour démarrer le processus de  digitalisation »,  déclare celle qui veut faire de Aro une compagnie d’assurance visionnaire. Une vision moderne contenue  dans un plan d’action en 12 points, et dont le principal objectif est de faire de Aro, non seulement un assureur fiable, efficace et de confiance, mais également un partenaire pour tous les clients qui vont bénéficier d’un programme de fidélisation.

R.Edmond

Midi Madagasikara2 partages

CAN 2021 : L’exemple vient des Comores

Pour un comité qui se dit de la FMF, Alfred Randriamanampisoa et ses amis n’ont pas choisi le siège de la fédération à Isoraka. Étrange non?

Pour bien préparer les qualifications de la CAN 2021, il n’y a pas trente-six solutions. Il faut bien choisir ses sparring partners. Et à la guerre comme à la guerre autant fixer le choix sur plus fort que soi pour espérer en tirer les leçons.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le bel exemple nous vient des Comores. Les Coelacanthes n’ont pas choisi la facilité en optant de défier chez eux les Tunisiens le 8 octobre avant de revenir au pays pour accueillir la Libye le 12 octobre. C’est dire que les Comores ont su profiter au maximum la fourchette de dates imposées par la FIFA. Une très bonne initiative en fait contrairement, aux Barea qui iront au Luxembourg pour affronter le FC Swift Hesperange, un club qui vient de monter en première division luxembourgeoise. Et quand on sait le niveau du football de ce pays, on se demande ce que veut réellement Nicolas Dupuis qui a décidé seul de ce choix aussi étrange et difficile à expliquer lorsqu’on sait qu’il s’agit de se préparer contre les Eléphants de la Côte d’Ivoire blessés dans leur amour propre après cette défaite contre l’Éthiopie et qui vont rassembler toutes leurs meilleures armes. Même les anciens comme Gervinho et Max Gradel qui retrouvent une seconde jeunesse en Turquie, vont revenir épauler les jeunes dont, le Gunner Nicolas Pépé ou encore Zaha. C’est dire que la tâche des Barea ne sera pas facile surtout que le dernier match contre l’Ethiopie est loin d’être gagné. Mais le choix de Nicolas Dupuis est fait avec l’appui de cette aile dissidente de la FMF conduite par Alfred Randriamanampisoa propulsé au poste de deuxième vice-président à la suite d’un compromis, alors qu’il se trouvait à la 8e place sur les 10 membres du Comité élu aux élections de Toliara. L’histoire retiendra qu’il s’est rallié aux côtés de Nicolas Dupuis pour choisir un club ami comme sparring partner des Barea, contrairement aux autres nations qui ont opté pour des équipes nationales telles ce duel Gambie-Congo du 9 octobre à Lisbonne. Affaire à suivre.

Clément RABARY

Midi Madagasikara1 partages

Sainte-Marie : Reprise progressive du tourisme, des offres promotionnelles lancées

Le Lakana met en avant des offres promotionnelles pour attirer les touristes

Les impacts de la crise de la pandémie de Covid-19 sont énormes, pour les opérateurs du secteur du tourisme, entre autres, les hôteliers et les restaurateurs. Avec le retour progressif à la normale, les entreprises du tourisme lancent des offres promotionnelles, afin d’accélérer la reprise des activités. C’est le cas du site « Le Lakana », qui a rouvert ses portes et celles de ses bungalows en bord de lagon et sur l’eau, au début de ce mois de septembre 2020. « Nous proposons une évasion garantie avec un bol d’air marin pur… à la découverte de l’île Sainte Marie. Les clients y rêveront des aventures de la flibuste en longeant l’île aux forbans et en allant visiter le cimetière des pirates … ils iront vagabonder jusqu’aux Piscines Naturelles, déguster une langouste grillée ou jouer les robinsons à l’île aux nattes … ou encore découvrir la mangrove de la baie d’Ampanihy en bateau … Sur cette île, il y a des Saint Mariens vivant de la pêche et de la cueillette des nombreuses plantes, epices, fleurs, fruits, etc. Certes, les touristes vont en oublier qu’un virus existe quelque part », avancent les responsables auprès de Lakana Sainte-Marie. Mais ce n’est pas tout. Pour les passionnés de sport de plein air, ils ont également cité les virées en quads et motos, plongée, kite surf, paddle, VTT, golf (9 trous), escalade, kayak, et hamac. Bref, des attractions qui pourraient séduire aussi bien les touristes locaux qu’étrangers. D’après les informations, la destination Sainte-Marie bénéficie déjå actuellement de deux vols par semaine, le jeudi et le dimanche. Plusieurs nouvelles compagnies de transport par bateau sont également apparues dernièrement. En effet, tous les opérateurs touristiques de Sainte Marie « Nosy Boraha » travaillent main dans la main pour promouvoir cette destination sous le slogan « une île… un jardin… une histoire ».

 Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre le Covid-19 : Le Premier ministre pour le renforcement de la coopération sanitaire internat...

Le Premier ministre s’est exprimé sur le domaine de la santé portant notamment sur le Covid-19.

Le développement économique et le progrès social restent l’une des priorités de notre pays. Madagascar s’est exprimé lors de la célébration du 75e Assemblée Générale des Nations-Unies, par le biais du Premier ministre Ntsay Christian, et ce, au nom du Président de la République et du peuple Malagasy et en son nom personnel.

Le Premier ministre s’est exprimé sur la gravité de l’expansion planétaire de la pandémie du COVID-19 et des impacts incommensurables sur l’humanité entière engendrant entre autres, “près de 1 million de décès dans le monde, dont 216 dans mon pays, je voudrais exprimer ici à cette tribune le message de solidarité, de compassion et d’encouragement à toutes les nations et à tous les peuples du monde”.

Mobilisation. Lors de son intervention, le Premier ministre a déclaré que «  Madagascar a affronté la pandémie avec tous ses moyens ainsi que ses capacités de sensibilisation et de mobilisation afin de protéger au mieux sa population et de renforcer la résilience nationale face au choc du COVID-19. Citons entre autres, la commande de plus de 5 millions de masques auprès des entreprises franches et des petites entreprises privées, le lancement d’un grand projet d’investissements publics pour les infrastructures, l’appui à la recherche et à l’innovation pour la fabrication du Covid-Organics ou CVO comme remède traditionnel amélioré pour lutter efficacement contre le Covid-19 ».

Pratiques innovantes. Et de continuer « En effet, Madagascar s’est distingué avec le CVO, fruit d’importants travaux de recherche effectués par l’lnstitut Malagasy de Recherche Appliquée (IMRA), vu le statut reconnu de Madagascar comme sanctuaire de la biodiversité mondiale avec une pharmacopée traditionnelle très variée et riche. Madagascar considère qu’il est urgent de combler rapidement le retard que le monde a accumulé dans les réflexions et actions communes et synergiques face aux impacts du COVID-19. Dans cette perspective, il est devenu impératif de concevoir et promouvoir un nouveau concept avec de nouveaux instruments de réponse innovants favorisant les initiatives globales, régionales et locales dans la production des intrants médicaux, notamment des médicaments et des vaccins . Renforcer la coopération internationale dans le domaine de la santé pour favoriser les avantages comparatifs de chaque pays dans la multiplication des modèles adaptés au niveau de la technologie et de l’innovation atteint par les pays et pour promouvoir un accès universel aux pratiques innovantes et aux données scientifiques; et mettre en place des mécanismes de financement des systèmes de santé.

Prospérité partagée. “Vu le défi mondial sur le plan sanitaire insufflé par le COVID-19, ces propositions ne pourraient se réaliser que grâce à une coopération sans précédent entre les nations, le monde de la recherche scientifique et médicale, le secteur de l’industrie pharmaceutique et les partenaires multilatéraux. La question du développement économique et du progrès social reste l’une des priorités de notre pays, car seule une prospérité partagée peut engendrer un effet vertueux en faveur du bien-être social de nos populations et garantir un meilleur avenir pour nos enfants ”.

Il estime, en outre qu’aujourd’hui, la communauté internationale est à nos côtés en tant que partenaire de nos multiples actions pour relever ces défis importants de développement auxquels Madagascar fait face. “Je saisis cette opportunité pour remercier nos partenaires pour leur engagement total pour Madagascar et son peuple. A la lumière de nos défis communs, Madagascar appelle aujourd’hui à une nouvelle initiative universelle multilatérale, à travers l’adoption d’un « Agenda global post-COVID » placé sous la bannière des Nations Unies. Cette initiative, pouvant être limitée dans le temps, serait destinée à mieux diversifier et coordonner tous nos engagements multilatéraux et nos actions contre les risques socio-économiques importants que pose la crise sanitaire actuelle, en particulier sur les économies les plus vulnérables ”.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Evasion à Farafangana : Une prime de 2 millions Ar pour les dénonciateurs

Le Ministère de la Justice poursuit la recherche des prisonniers qui se sont évadés de la prison de Farafangana le 23 août dernier. Un mois après les faits, 17 prisonniers restent introuvables. Pour retrouver les fugitifs, le Ministère de la Justice décide d’offrir une prime de 2 millions d’Ariary pour chaque dénonciateur qui donne des informations concernant chaque prisonnier évadé. En effet, Faravohitra se fixe comme objectif de retrouver coûte que coûte tous les détenus qui se sont enfuis de la prison de Farafangana. L’opération de recherche s’effectue en collaboration avec le Ministère de la Défense nationale, le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie et le Ministère de la Sécurité Publique. Le Ministère appelle les prisonniers évadés à se rendre et promet qu’aucune poursuite judiciaire ne sera engagée contre ceux qui se rendent de leur plein gré. Et rappelle en revanche que le recel de fugitifs est un délit puni par la loi en vigueur.

Davis R

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Les vols spéciaux depuis Antananarivo pour Paris - annulés

La compagnie aérienne Air Madagascar a dernièrement annoncé l'organisation des vols spéciaux pour la liaison la plus fréquentée actuellement, Antananarivo-Paris. Le programme a déjà été établi : trois vols par semaine, dont deux par Air Madagascar, en passant par Marseille et un par Air France, sous l'autorisation des autorités malgaches correspondantes.
Pourtant, ce 27 septembre, Air Madagascar a annoncé l'annulation de ces vols spéciaux. Aucun transport ne sera réalisé par la compagnie aérienne, jusqu'à nouvelle ordre. Cette annulation est due, selon les informations à une note de l'aviation civile française stipulant que les vols d’Air Madagascar au départ d’Antananarivo ne pourront plus prendre de passagers jusqu’à nouvel ordre. Air Madagascar est « à la recherche de solutions » afin de résoudre le problème a-t-elle affirmé.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Transport terrestre - un nombre très élevé d'infraction

Les lignes de transport terrestre ont repris depuis quelques semaines. Après six mois de pause, les règles sont rappelées aux usagers et transporteur et le respect des disciplines est strictement contrôlé par les responsables de la sécurité routière. Beaucoup ont déjà procédé aux différentes régularisations, tandis que d'autres ne l'ont pas encore.
Selon la sécurité routière, les infractions sont nombreuses depuis la reprise. En moins d'une semaine de contrôle, plus d'un millier d'infractions ont été repérés concernant les numéros d'immatriculation, les papiers, les problèmes sur les visites. Pour les taxi-brousses, la modification des frais de transport, différents de ceux indiqués à la gare routière, est également considérée comme infraction.
Ino Vaovao0 partages

ANTANIFOTSY RN7 : Fiara 4X4 niala zaza nitondra bisikileta nivadika ambony ambany

Ny tatitra avy eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena dia nanambara fa ireo Zandary avy namita iraka tany Malaimbandy no sendra nahita ny fitrangan’ny loza, ka avy hatrany dia nandray andraikitra. Voalaza tamin’izany fa fiara tsy mataho-dalana iray avy any atsimo ho eto Antananarivo renivohitra no tojo tampoka zazakely nitondra bisikileta niala lavaka afovoan-dalana.

Vokany, nivadika ambony ambany ilay fiara rehefa niala io zaza io ny mpamily, ka olona miisa roa no naratra noentina tao amin’ny hopitalin’ Ambohibary tsy lavitra teo. Tsy misy atahorana ny ain’ireo naratra raha ny tatitra voaray farany, saingy manentana mandrakariva ny mpitandro filaminana ny amin’ny tokony samy hitandreman’ny tsirairay mba hisorohana ny faty olona efa matetika loatra. 

Efa nampandrenesina mikasika ny raharaha moa ny Zandary avy ao amin’ny Tobim-paritra Antanifotsy. Ireo mpampiasa lalana amin’iny RN7 iny kosa dia manaitra ny tompon’andraikitra ny amin’ny tokony hanavaozana ny lalana amin’izay satria mampidi-doza hatrany ireo lavadavaka be dia be.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ANDOHATAPENAKA : Olona roa maty noentin’ny fiara starex nifatratra tany an-tanimbary

Fiaran’olon-tsotra marika “Hyundai starex” no voalaza fa nisongona tampoka ny taksiborosy iray marika “Mercedes sprinter” teo alohany, samy hihazo ny “rond- point maki“ izy ireo saingy nifatratra tany anaty tanimbary avy hatrany. Raha ny fanazavana voaray ihany dia niezaka nisongona ity fiara taksiborosy ilay fiaran’olon-tsotra “starex” ka ny vodin’ilay “sprinter” havia anefa no voatronginy, tonga dia nifatratra tany amin’ny andrin-jiro teo amin’ny sisiny havanan-dalana ity “starex”, ka latsaka tany anaty tanimbary ny farany. Nifamonjena haingana noentina tany amin’ny Hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona ireo olona miisa enina tao anatiny iay samy naratra mafy, niaraka tamin’ilay mpamilin’ity starex. 

Rehefa teny an-dalana anefa dia tsy tana intsony ny ain’ny mpandeha miisa roa izay vehivavy 30 taona sy lehilahy 31 taona. Ilay mpamily sy mpandeha miisa efatra kosa avotra soa aman-tsara no sady efa nahazo fitsaboana ara-dalàna. Ireo tao anaty fiara sprinter tsy nisy naninona.

Efa eo am-pelatanan’ny mpitandro filaminana moa ny raharaha ankehitriny.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIVOARAN’NY “COVID-19” TATO ANATIN’NY 48 ORA : Nisy 64 ny tranga vaovao, 55 ireo sitrana ary iray n...

Anisany antony mbola nanohizan’ny Fitondram-panjakana ny hamehana ara-pahasalamana izany, indrindra nanentanana hatrany ny amin’ny tokony hanarahana an’ireo fihetsika fanakanana rehetra. Raha ny antontan’isa farany tato anatin’ny 48 ora dia nisy 64 ireo tranga vaovao voamarina, niampy 55 ireo sitrana ary iray kosa no namoy ny ainy. Ireo antontan’isa ireo no manamarina fa mbola tsy lefy ny herin’ity tsimokaretina “Coronavirus” ity.

Saingy amin’izao anefa dia betsaka amin’ny olona no mihevitra fa efa tsy misy eto an-toerana intsony ity valanaretina ity. Goragora tanteraka ny fanarahana an’ireo fepetra, ankavitsiana sisa ireo mitondra arom-bava sy orona eny an-dalambe. Tahaka izany ihany koa, maro ireo tsy manaja ilay tsy fahazoana mivorivory intsony. Raha mitohy anefa ny tandrevaka dia ahiana mafy ny hiverenan’ny firongatr’ity valanaretina ity indray indrindra ho an’ny eto ampovoan-tany, izay mety hiverenana amin’ny fihibohana indray. Ankilany, efa tsy dia tazana mampanara-dalàna ny olom-pirenena intsony ireo mpitandro filaminana. Tamin’ny sabotsy teo izao dia nisy 36 ny isan’ireo olona vaovao vita fitiliana voaporofo fa mitondra ny tsimokaretina. Faritra maromaro no nahazoana an’io vokatra io. 

Nahatratra 55 ireo sitrana soa aman-tsara ary iray no nindaosin’ny fahafatesana. Ho an’ny tatitra ofisialy omaly kosa dia nihena ho 28 ny tranga vaovao voamarina, tsy nisy ny sitrana ary tsy nisy ihany koa ny aina nafoy. Mbola misy 1 132 ireo marary manaraka fitsaboana eny amin’ny hopitaly amin’izao ka ny 17 amin’ireo no manao “forme grave”. Mananika ny 229 kosa ny fitambaran’ireo efa namoy ny ainy teto Madagasikara. Manoloana ny fiovaovan’ny tarehimarika tahaka izao, hoy ny mpitsabo, no ilàna ny fahamalinan’ny tsirairay izay iankinan’ny fahafahana mifehy tanteraka an’ity valanaretina ity.

Avotra Isaorana

Tia Tanindranaza0 partages

Fandaminana tsena any SambavaLeo famindran-toerana lava ireo mpivarotra

Miteraka savorovoro ny famindran-toerana ireo mpivarotra ao amin` ny kaominina ambonivohitra Sambava. Fanintelony izay no namindrana azy ireo.

 

Tany am-piandohana dia nafindra teo amoron` ny lalàm-pirenena RN5 A. Avy eo nafindra indray tany ambadikin` ny “Stade Municipale”. Izao indray dia niafara any amin` ny seranam-piaramanidina any Ambodisatrana izao. Manomboka mampiaka-peo ireo mpivarotra satria tsy mety hivarotana izany toerana izany. Antony maromaro no nahatonga izany, araka ny fanazavan'izy ireo: voaloany, amin'ny maha seranam-piaramanidina azy dia mitady hanidina avokoa ireo elobe izay natao hialokalofana, noho ny rivotra be loatra. Misy aza miafara amin'ny fahasimbany ireo fitaovana ireo. Faharoa, mampatahotra ihany koa ny amin'ny fidinan'ny fiaramanidina ary atahorana ho paohiny rivotra ireo elobe ka hitera-doza. Sarotra amin'ny mpanjifa noho teny amin'ny RN5A, satria mbola mora lavitra ny mijanona eny raha oharina eto amin'ny Manainga Zipo. Mitaky ny fiverenana amin` ny fanapahan-kevitra no raisin` ny ben` ny tanàna ireto mpivarotra ireto. Mitaky ihany koa ny hamerenana azy amin'ny toerana nivarotany teo aloha izay ambadika ny "stade municipale". Sarotra tokoa ny fandaminana ny tsena eto Madagasikara. Raha tsiahivina dia nitrangana savorovoro ihany koa ny tany Fianarantsoa ny zoma lasa teo ka nisy mihitsy ny fanpahan-dalana sy fidianana an-dalambe.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanendahana eny 67 HaMaty voatifitry ny polisy ny jiolahy iray

Mpanendaka miisa telo miaraka amin'ny sabatra lava lela no nanendaka lehilahy saika hanatitra olona tetsy 67 ha omaly. Rehefa azon'ireto olon-dratsy ny vola sy ny entana teny amin'ilay lehilahy dia nanendaka vehivavy andeha hivavaka indray izy ireo ka lasa ihany koa ny vola sy ny baiboly.

 

 

  Efa nisy Polisy nanao fanamiana sivily anefa teny an-toerana ka nanenjika azy ireo vantany vao nahita ny zava-niseho  . Saika hampiasa ireo fitaovana teny aminy moa ireto olon-dratsy ka voatery nitifitra ny polisy ka voan'ny bala teo amin'ny takibany ny mpanendaka iray. Noho ny ratra nahazo ity mpanendaka ity dia tsy tana intsony ny ainy. Ireo mpanendaka roa hafa kosa dia tafaporitsaka ary mbola mitady azy ireo ny Polisy amin'izao fotoana izao. Voasokajy ao anatin’ireo faritra mena amin’ny sintomahery sy ny fanendahana moa ny eny amin’ny 67 Ha, ka na eo aza ny hetsika ataon’ny polisim-pirenena dia tokony ho mailo sy hitandrina hatrany ny tsirairay mandalo na mitoetra eny.

 

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus maneran-tanyMiomana amin` ny fiatrehana ny andiany faharoa ?

Tsy mbola milanina ny fiatrehana ny ady amin` ny Covid 19 maneran-tany. Miha ratsy ny toe-draharaha any Etazonia: roa hetsy ireo namoy ny ainy.

 Tafiakatra roa tapitrisa ihany koa ireo tranga voamarina tamin` ny herinandro lasa teo raha ny tatitra farany. Inde sy Brésil kosa no manaraka azy akaiky amin` ny antontan`isa. Sina kosa dia nanambara fa voafehiny ny aretina ao aminy ary manambara izany ny fihetsika ataon` ireo mpitantana. Ny filoha Xi Jing-Ping dia nanasongadina sokajin`olona efatra ho mahery fo nandritra ny ady amin` ny “coronavirus”. Ireo mpikaroka dia nomena ny mariboninahitra “Médaille de la République”, izay mari-boninahitra farany ambony any Sina. Any Eoropa kosa dia miomana amin` ny fiparitahan` ny valanaretina andiany faharoa. Any Espagne dia mitady hevitra mba tsy hiverenana amin` ny fihibohana na dia nisy aza ny taha ambony teo amin`ny tranga voamarina ny herinandro lasa teo. Nisy mihitsy faritra no tsy maintsy niverina nihiboka. Any Frantsa dia nametraka paikady vaovao ny fanjakana Frantsay taorian` ny fitomboan` ny isan` ireo namoy ny ainy. Noferana ny ora fisokafan` ireo toeram-pisotroana sy trano fisakafoanana araka ny didim-panjakana nivoaka farany.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gadra 17 mbola tsy hita any Farafangana2 tapitrisa Ar ny valisoa ho an’izay manam-baovao

Namoaka filazana sy fampahafantarana ny Fanjakana tamin’ny alalan’ny Minisiteran’ny Fitsarana mpiahy ny fandraharahana ny fonja, nampian’ny avy amin’ny mpitandro filaminana telo lafy (Zandarimaria,

 

 

 polisim-pirenena, tafika) ny sabotsy teo mikasika ny fikarohana ireo gadra mbola tsy hita tafaporitsaka tao amin’ny Fonjan’i Farafangana ny 23 aogositra lasa teo. Valisoa 2 tapitrisa isaky ny voafonja iray no tambiny ho an’ireo manampy ny manam-pahefana amin’ny fikarohana. Tsy maintsy tafaverina ireo voafonja nandositra, hoy ny fanamby. Manana andraikitra goavana amin’ny fanomezam-baovao ny fokonolona amin’ny fikarohana ireo gadra miisa 17 mbola karohana , hoy ny fampitam-baovao. Vola 2 tapitrisa ariary isaky ny gadra iray tratra no homena izay olona manampy amin’ny fikarohana azy ireo. Nanentana ny tsy hisian’ny firaisana tsikombakomba amin’ny fanafenana na fandraisana azy ireo ny Fanjakana, ary naneho fa helohin’ny lalàna ary loza ho an’ny filaminam-bahoaka ny lositra. Ho an’ireo gadra izay mitolo-batana miverina am-ponja na manantona ny tobin’ny mpitandro filaminana dia tsy hihatra aminy fanamelohana na fanenjehana araka ny lalàna, hoy ity fampitam-baovao ity.

 

AIZA NY VALINY SY NY TOHIN’NY FANADIHADIANA

 

23 tamin’ireo gadra 88 nitsoaka no maty notifirin’ireo mpiambina. Niteraka adihevitra goavana izy ity, ary nisy ny fanamelohana samihafa na teto na avy any ivelany teo anatrehan’ny faty olona nirarakopana. Nambara fa hosokafana ny fanadihadiana, saingy tsy re ny tohiny hatreto. Ny fitarazohan’ny fitsarana no isan’ny voalaza fa nampitroatra ireo gadra. Isan’izany ny fanamarihana efa nataon’ny Depiote Brunelle Razafitsiandraofa, fa nisy tamin’ireo maty voatifitra no halatra akoho no nigadrany ary 4 taona tsy notsaraina.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Harena an-kibon’ny tany50 Ar no hividianana ny « Mica » any Betroka

Manao antso avo amin'areo mpitondra fanjakana , indrindra ny Minisitra misahana ny Varotra , ny Minisitra misahana ny Harena akibon'ny tany ny Solombavambahoaka Nicolas Randrianasolo voafidy tany Betroka. Mitotongana izay tsy izy intsony ny vidin'ny

 

 

 « Mica » na ny ela-drano aty Betroka amin'izao fotoana izao, lasa 50 Ar no anangonan'ireo mpanangom-bokatra azy amin'izao , izay tena fanambakana ireo tantsaha avy hatrany no hanasokajianay izany, ankoatra ny tsy fahafantarana na misy na tsia « ristourne » ho an'ny kominina, hoy izy. Kaominina fito any Betroka no efa misy mpitrandraka amin'izao, dia Kominina Ambalasoa , Benato Toby , Ianabinda , Ambatomivary , Mahasoa Est, Bekorobo. Olana be ho an’ny mponina ny tsy fahampian'ny fitaovana eo am-pelatanan'izy ireo ka lasa miteraka aretina izany, ary misy ny tsy maintsy tafiditra hopitaly mihintsy ary efa nisy koa ireo namoy ny aina nohon'ny aretina azo avy aminy araka ny nambaran'ireo Dokotera . Miantso ny Minisitera handefa manam-pahaiza hanao fandihadiana lalina mikasika ny fitrandrahana ary hanara-maso ihany koa ny antota-taratasy ampiasain'ireo mpitrandraka na ara-dalàna na tsia io depiote io. Mangataka ihany koa izahay ny hanampiana ireo mpitrandraka madinika, ohatra ny fanohanana azy ireo aminy alalan'ny Vatsy tsinjo na koa Tosika fameno na izay fanampiana ho menareo mpanatanteraka ho azy ireo, hoy ity olom-boafidy ity.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarenana ny toekarena“Tsy ho vita raha tsy eo ny sehatra tsy miankina”

“Tokony jerena ny fanarenana ny toekarena indrindra ny fanampiana ireo orinasa tsy miankina izay fototry ny fampandrosoana.

 

 Ireo no mamoron` asa sy mandoa hetra, izay vola ampiasain` ny fanjakana amin` ny ankapobeny hanodinana ny raharaham-pirenena, handoavana ny karaman` ny mpiasam-panjakana, hanaovana fotodrafitrasa, ankoatra ny avy amin` ireo mpiara-miombon` antoka” hoy Fetra Ralambozafimbololona, mpikambana eo anivon` ny vaomiera misahana ny vola eo anivon` ny Antenimieram-pirenena. Nambarany fa sarety mandeha aloha ny LFR 2020, satria efa lany ity lalàna ity vao nantsoina ny mpandraharaha. Hany ka lasa mitsambiki-mikipy ny fitondram-panjakana. Mampalahelo, hoy izy, fa raha nieritreritra ny teknisianina hoe fanarenana ny toekarena ny atao hoe “amnistie fiscale” dia nandà izany ny fitondram-panjakana. Nahena ho 18% indray ny TVA sy hetra samihafa saingy tsy nanaiky ny fanjakana. Notsipihany hatrany fa tsy azo tsinotsinoavina ny orinasa tsy miankina. Tokony hampidirana amin` ny ara-dalàna ihany koa ireo sehatra tsy ara-dalàna amin`ny fandraisana anjara amin`ny fampidiran-ketra, hoy izy.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisiteran` ny fahasalamam-bahoakaHamerina ny fitokisan’ny vahoaka aminy

Fanatsaràna sy fananganana foto-drafitrasa, fampitaovana, fampiofanana sy fanamafisana ny traikefan' ny mpiasan`ny fahasalamana, ady amin'ny kolikoly, ary fampiharana ny fitsaboana manaja ny maha olona (Humanisation des soins).

 

 

Ireo no programanasa dimy hitondran` ny minisitry ny fahasalamam-bahoaka, Rakotovao Hanitrala Jean Louis, ity minisitera ity raha ny nambarany nandritra ny diany tany amin` ny faritra DIANA ny herinandro lasa teo. Nandritra ny diany tany amin' ity faritra avaratry ny Nosy ity dia nihaona tamin'ireo mpiasan'ny fahasalamana tao amin'ny CHU Place Kabary, CSBU Tanambao Diego, BSD Diego I, BSD Diego II, Chefferie DRSP izy. Nohamafisiny nandritra ny fihaonana fa mila mijery lavitra ny mpiasan'ny fahasalamana, mailaka amin'ny fomba fiasa ary manara-maso sy manao tomban'ezaka hatrany ireo asa sahaniny. Tanjona iraisana ny hamerenana indray ny hasina sy ny fitokisan'ny vahoaka amin’ny Ministeran'ny Fahasalamam-bahoaka. Nitondra vahaolana ihany koa izy nanoloana ny fiakaran'ny tahan'ny isan'ireo olona vaovao voamarina fa nitondra ny tsimokaretina Covid 19 tany an-toerana izay tsapa fa nihamaro tato ho ato.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Aretina kitrotroAnkizy 82 000 no voa tao anaty dimy volana

Araka ny fanambarana nataon` ny vondrona iraisam-pirenena misahana ny fahasalamana (OMS) dia ankizy miisa 82 405 no voan` ny kitrotro teto Madagasikara teo anelanelan` ny volana septambra 2018 sy ny volana febroary 2019 ka 926 tamin`ireo matin`ity valanaretina ity.

 

 

Noho ny fahatsapahana ny maha zava-dehibe ny fiarobavna ny zaza amin`ny kitrotro dia nanomboka hetsika faobe fanaovam-baksiny “dose faharoa” ny minisiteran` ny fahalasamam- bahoaka tohanan` ireo mpiara-miombon`antoka aminy. Nanomboka ity volana septambra ity hatramin` ny volana desambra izao izay hetsika izany. Amin`ny maha “dose faharoa”ity vaksiny ity dia ireo zaza 15 hatramin` ny 18 volana no hisitraka izany ary afaka atao eny amin`ireo toeram-pitsaboina fototra (CSB) manerana ny distrika izany. Marihana fa efa nisy ireo faritra no nanomboka ny taom-baksiny toy ny tany Amparafaravola, Miarinarivo, Ambato-boeny, Antanifotsy, Manandriana, Fenoaribe, Ankazoabo... Mora mifindra sy mamono ny aretina kitrotro ary mbola olana lehibe eo amin`ny fahasalamam-bahoaka ity aretina mifindra ity.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

RN 32Ahiana ho tapaka ny lalana

Tsy vao izao no nikaikaika ny faharatsian` ny lalana ao amin` ny faritra SOFIA ny mponina any an-toerana. Ny lalàm-pirenena faha-32 izay mampifandray an` Antsohihy amin` i Mandritsara,

 

ohatra, dia efa mampitaraina an` ireo mpampiasa lalana. Manahy mafy ankehitriny ny mponina mampiasana izany lalàm-pirenena izany fa misy fahasimbana ihany koa ny tetezan'i Sofia na Pont Sofia, izay mampitohy ny distrikan' Befandriana Avaratra sy Mandritsara iny. Omaly dia nidina ifotony nijery ny fahasimban'izao tetezana izao ny solontenam-panjakana, izay nahitana ny olom-boafidy sy olom-boatendry vitsivitsy. Efa andro maromaro no nahitana izao fahasimbana izao. Vokany mijaly ny mpampiasa làlana satria ahiana hitera-doza ity fahasimbana ity.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Toby fiantsonana Fasan’ny KaranaTafapetraka ny tonelina fidiovana

Tafapetraka eny anivon’ny tobim-piantsonan’ny Fasan’ny Karana ny sabotsy teo ny « tunnel désinfectant » na tonelina fidiovana sy ireo afisy ahitana ny saran-dalana ara-dalàna ho an’ireo zotra rehetra miasa ao aminy,

 raha ny fampitam-baovao teo anivon’ny minisiteran’ny fitaterana omaly. Hampizotra antsakany sy andavany ny fandraisana ireo mpandeha, ho fanajana ireo fepetra ara-pahasalamana samihafa entina handresena ny Covid 19 no tanjona, hoy ny fanazavana. Tonga nijery ny fandaminana samihafa teny an-toerana ny avy amin’ny Ministeran’ny Fitaterana, ny Fizahantany ary ny Famantarana ny toetr’andro, notarihin’ny Sekretera Jeneraliny. Ho fitandroana ireo fitaovana samihafa, indrindra fa ny tonelina fidiovana dia napetraka ny fifanarahana ara-taratasy teo amin’ny ministera sy ny mpitantana ny tobim-piantsonana eny amin’ny Fasan’ny Karana. Isan’ireo tobim-piantsonana nametrahana « tunnel désinfectant » ihany koa ny eny amin’ny MAKI eny Andohatapenaka, hoy hatrany ny fanazavana.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Air MadagascarTsy avelan’ny Frantsay miditra any aminy

Namoaka fampitam-baovao sy hafatra ho an’ny mpanjifa ny Kaompania Air Madagascar omaly, fa nofoanana ny sidina MD050 tokony hihazo an’i Paris France anio alatsinainy 28 septambra.

 

 

Nahazo hafatra sy fampitam-baovao avy ain’ny « Aviation civile Française » ity Kaompania-pirenena ity fa tsy afa-miditra any Frantsa ny sidin’ny Air Madagascar mandra-pivoakan’ny toromarika vaovao. Efa mitady ny vahaolana manoloana io fandrarana ny kaompania, hoy ny fampitam-baovao. Naneho fialan-tsiny tamin’ny mpanjifa ny Air Madagascar. Ny 21 aogositra dia efa nisy olana ara-teknika ny MD050, ny 27 aogositra ihany koa ho an’ny sidina MD051 noho ny tsy fahafaha-niainga tao amin’ny seranam-piaramanidin’i Marseille. Tsy tena misy fanazavana teknika be, fa raha ny siosion-dresaka, dia lafiny ara-barotra no isan’ny sakana sy hilana kisa amin’ny Air Madagascar. Tsy afaka mitondra mpandeha avy aty Antananarivo mankany France i Air Madagascar  satria i Air France tsy afaka mitondra mpandeha avy any Paris mankaty Antananarivo, hoy ny fanamarihana. Andrasana anefa izay mety ho fanazavana ofisialy mafonja kokoa mba tsy hampiroaroa saina ny Malagasy, indrindra fa ireo mila mivoaka sy miditra ny firenena.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taxi be tsy manaja fepetraTokony mandray andraikitra ny koperativa

Raha ela indrindra, herinandro no voahaja ny fepetra ara-pahasalamana sy ara-pidiovana rehetra amin’ireo taxi be , fiara fiitateram-bahoaka eto Antananarivo.Inona moa izany ?

 

 Mihosotra « gel »  ny olona rehetra miditra ny fiara, manao arotava, manao visière manakona tsara ny orona sy ny vava ny mpamily sy ny resevera, tsy misy olona amin’ny seza afovoany.Efa nivaha ny zava-drehetra ankehitriny, tsy handany andro hiady hevitra hoe iza no taloha ny akoho sa ny atody fa ny tiana hotsindriana mafy dia ny andrakitr’ireo koperativa.Tsy hahavita hanara-maso ny taxi be tsirairay amin’ny zotra urbain sy sub urbain mihitsy kosa aloha ny mpitandro filaminana sy ny ao amin’ny ATT ; fa tsy maintsy mandray andraiikitra ny koperativa isanisany.Ireo no mahalala ny fiara rehetra misoratra ara-dalàna sy miasa ao aminy ; tsy ny fitakiana latsakemboka sy ny fanaovana pontage ihany tsy akory no asan’ny koperativa fa ny fandaminana ny asan’ny fiara rehetra ao aminy sy ny fampanajana ny fitsipika sy lalàna.Ary raha ny tokony ho izy , rehefa voahaja fotsiny ilay bokin’andraikitra (Cahier de charge) dia efa vita amin’ny ampahany betsaka ny fanajana ny fepetra.Fa ny zava-misy dia maro ireo mpamily sy resevera tsy mahalala akory ny lalàna mifehy ny asany fa hoe rehefa mahita vola aloha dia izay.Goavana arak’izany ny andraikitry ny koperativa izay elanelam-panahy eo amin’ny tompon’ny fiara miaraka amin’ny mpamily/resevera sy ny fanjakana.Mazava ho azy raha samy mahatsapa tena fa hanao asa matihanina ny tsirairay , tsy ilaina ny fanarahamaso hentitra sy ny fampatsiahivana isaky ny mihetsika.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Poizina

Poizina ho an’ny fanjakana iray rehefa ny Mpitondra no mihevi-tena ho mafy sy matanjaka ka tsy te hahalala ny hevitry ny hafa intsony amin’ny fitantanana firenena.

 

 

Zary lasa manenjana sy miezaka manao izay fomba rehetra hanamafisana ny toerana amin’ny alalan’ny fikitikitihana sy fanefena ny lalàna ho amin’izay maha mety azy, mampiasa ny fahefam-pitsarana ho amin’ny tombotsoa politika,… Manenjika, mamoritra, mampitahotra, managadra,… Tsy misy arofanina intsony satria sokajiana ho malemy sy tsy misy hafitsoka ny mpanohitra, hany ka dia manao izay danin’ny kibony ny mpitondra fa tsy misy arofanina intsony. Mafy sy nahazo isam-bato ambony tamin’ny fifidianana Filoha, nanana depiote sy ben’ny tanàna maro an’isa foana ireo Filoha niongana teto, saingy tsy naharo azy ireo izany. Efa tonga amina teboka iray sarotra indrindra hampirokoa azy na « point culminant » ny fanjakana anketriny, hoy ny mpanao politika sady mpandinika anankiray. Endrika ratsy an’ny firenena. Loza ho an’ny firenena rehefa mihevitra ny tenany ho tsy refesi-mandidy ny Fanjakana, mahatoky ny hery sy fahefana eo am-pelantanany,… ka mihevitra fa ny heviny sy izay masaka an-dohany ihany no mety sy tsy azo tanterahina. Ny tena manahirana anefa, dia tena manana fahamarinan-toerana ny mpitondra fanjakana. Fifidianana ambany ny taham-pandraisana anjara, ahiana ho nisy hosoka bevava, toherin’ny vondrona sy ankolafin-kery samihafa,… Atao hoe 50% tamin’ny mpifidy voasoratra anarana 10 tapitrisa no tonga nifidy. Ny antsasa-manilanilan’izay dimampolo izay no nandany ny Filoha izany hoe 2,5 tapitrisa. Misy amin’ireo no diso fanantenana, ny fanjakana mbola mampitombo fahavalo,… Aleo mitandrina sy manitsy ny dia fa ny mahery tsy maody tsy ela velona e

 

 Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara laharana vahiny sy “WW” 4587 no voasava tao anatin’ny 5 andro

Notanterahina ny 21-25 septambra 2020 teo ny fanatanterahana ny hetsika fisavana na “operation” an'ireo fiara mitondra ny laharana "WW" sy ireo fiara mitondra laharana vahiny ary ireo fiara efa mitondra laharana gasy.

 

 Nahatratra 4587 ny isan’ireo fiara voasava tamin'izany, araka ny tatitry ny DGSR (Direction Générale de la Sécurité Routière). 1121 no isan’ireo mitondra ny laharana WW, 985 ny isan ireo mitondra laharana vahiny, 2481 ny isan’ireo fiara mitondra laharana Malagasy. 430 tamin' ireo « WW » voasava no tsy nanana ny antotan-taratasy araka ny tokony ho izy. 238 tamin ireo voasava laharana vahiny no tsy nanana ny « réception tehcnique ». 107 tamin ireo 2481 laharana Malagasy voasava no efa lany paikandro na “visite technique expiree”. 542 no nahitana tsy fahatomombanana ara-teknika hafa. Tao anatin'izay dimy andro nanatanterahana ny hetsika fisavana izany dia nisy fiara niisa 1284 nanatona ny foibe fitsarana fiarakodia, nananteraka ny fanaovana « Réception technique » na fandraisana ara teknika. Niarahana nanatontosa tamin’ny Polisim-pirenena sy ny zandarimariam-pirenena ny hetsika. Naneho fankasitrahana an'ireo mpitandro filaminana tamin’ny fahafaham-po azo nandritra ny hetsika ny Jeneraly Nicolas Tsirivelo, Tale jeneraly ny Foibe fitsarana fiarakodia tamin’ny fanolorana ny taratasy fahafaham-po na « lettre de satisfaction » ho azy ireo.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanomanan-tenan’ny IvoirianinaAvo roa heny amin’ny an’ny Barea

Tsy matin-drizareo ivoirianina lolo mihitsy ny faharesena nihatra taminy nanoloana ny ekipam-pirenen’i Etiopia 2 noho 1 farany teo nandritry ny andro

faharoa amin’ny fifanintsanan’ny CAN 2022 eo amin’ny taranja baolina kitra. Mba tsy handisoana fanantenana ny mpanohana ny Elefanta dia tsy ataon’izy ireo ambanin-javatra ny andro fahatelo sy fahaefatra hifandonan’i Cote d’Ivoire sy ny ekipam-pirenena Malagasy amin’ny volana novambra. Avo roa heny amin’ny an’ny Barea, raha kely indrindra, ny fanomanan-tenan’ny Elefanta. Lalao hifanandrinana amina ekipam-pirenena goavana miisa 2 ankehitriny no ao anaty alimanakany. Lalao ara-pirahalahiana hifanandrinana amin’i Belzika ny 8 oktobra izao ao amin’ny kianjan’ny Roi Baudoin, Bruxelle. Amin’i Japon kosa ny faharoa ao amin’ny kianjan’i Galgenwaard d'Utrecht, Pays-Bas. Ny 5 oktobra izao kosa ilay mpanazatra frantsay vaovaon’izy ireo, Patrice Baumelle, izay voatendry ny volana martsa teo no hanomboka ny famondronana ao Bruxelle. Tsy manarina iny faharesena ny 19 novambra 2019 iny izahay, hoy ry Serge Aurier sy ny ekipany. Tsy mitsitsy ny lany izany ny an’olona ny federasionina saingy mampametram-panontaniana kosa ny eto hoe nankaiza ny fanampiana avy amin’ny FIFA sy CAF rehetra na dia ilay hoe hampandehanan-draharaha ato anaty fahamehana fotsiny aza ?

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Lova Ramisamanana“Mampalahelo sy maha tezitra ny fanomanan’ny Barea”

Ekipam-pirenena tody tany amin’ny ampahefa-dalan’ny CAN 2019 isika, hoy ny filohan’ny fikambanana, Alefa Barea, Lova Ramisamanana, naneho ny alahelo sy atezerany manoloana ny fanomanan-tenan’ny ekipam-pirenena malagasin’ny baolina kitra ny CAN 2022.

 

Tsy sanatria fanamaivanana ny ekipa divizionina voalohany atsy Luxembourg sy ny asa nataon’ny namako, Justin Randriatsoaray, izay efa manao izay azony atao hanampiana ny Barea fa mba mila fanomanana mendrika kokoa isika. Tsy toy izao mihitsy no tokony hanomanana fihaonana amin’I Cote d’Ivoire. Efa ao Luxembourg ihany, maninona raha mba manasa ireo firenena mifanolo-bodirindrina ao toa an’i Suisse, Autriche, Pays bas, Pologne, sy ny maro hafa? Mba manana ambom-po, hoy hatrany ny tenany. Resaka 50.000 Euros ve no hilalaovana ny ekipam-pirenena? Sarotra ho an’ny federasionina sy ny fanjakana ary ireo mpiara-miombon’antoka tany amin’ny CAN ve ny hiara-kiasa? Tena mampalahelo sy maha tezitra, hoy izy, saingy soa ihany isika fa efa manana fandresena miisa 2.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Kianja BareaVolam-panjakana manontolo no hanaovana azy

Nambaran'ny Komity Mpanataneraka na ny “Comité Exécutif” eo anivon’ny FMF ny faran’ny herinandro teo, fa tsy misy fanampiana avy any amin'ny FIFA ny fanamboarana ny kianjaben'i Mahamasina na ny Kianja Barea.

 

 

Ny fanjakana Malagasy no miantoka manontolo ny lany, 77 tapitrisa dolara na manodidina ny 277 miliara ariary eo raha ny resaka tany am-piandohana no tetibidin'ny asa. Amin’ny lafiny iray, dia karazana serasera io hoentina mandoka sy milaza fa miasa sy manam-piniavana ny Fanjakana na tsy misy aza ny tohana avy amin’ny FIFA, manam-bola,… Manana 77 tapitrisa dolara laniana amina kianja kanefa mitaloha amin’ny Tahirim-bola Iraisam-porenena (FMI) ka ny 27 agositra no nilazan’ny FMI fa nangataka ny hamenoana ny fanampiana “Facilité de Crédit Rapide” na FCR i Madagasikara. Nambaran’ny Praiminisitra Ntsay Christian fa haompana any amin’ny fandoavana ny karaman’ny mpiasam-panjakana sy hampiodinan-draharaha ny ankamaroan’ny fanampiana iraisam-pirenena. Aiza, hoy izy tamin’izany ny handoavana an’ireo? Ny vahoaka very asa etsy ankilany, ny orinasa sahirana tanteraka tsy misy mpiahy fa rehefa hitaky trosa maika ery ny mpitondra,… Nahavita izay vitany ho an’ireo very asa sy orinasa sahirana ny 77 tapitrisa dolara, raha tena nampiasaina amina sehatra mamokatra. Marina fa velirano angamba io, kanefa tsy ny kianja no ratsy fa ny tsy fahasahiana manapa-kevitra hoe ity aloha no laharam-pahamehana izao, fa ity ajanona kely, dia tohizana rehefa metimety fiainana ara-tsosialy. Izay tokoa angamba ilay hoe izahay aloha no eto dia izay tianay ihany io ?

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Masoivoho Koreanina Tatsimo« Hampianatra Taekwondo ny tafika Malagasy izahay »

Nanao veloma an’i Madagasikara ny sabotsy teo ny masoivohon’i Korea Atsimo niasa teto amintsika, Lim Sang Woo.

 

 Handao an'i Madagasikara aho, hoy izy, ary feno fahatsiarovana izay tsy hisaraka amiko mihitsy. Nanatrika ny fampisehoana goavana Taekwondo izay nataon’ny tafika Malagasy nandritra ny fetim-pirenena Malagasy aho. Ankehitriny dia miomana ny hampianatra ny Taek Won Do ny tafika Malagasy rehetra izahay. Nitsidika ny valan-javaboahary tao Marojejy ary nijanona tao indray alina teo anivon’ireo zava-boahary miavaka ny tenako. Naharesy lahatra ahy ny maha zava-dehibe ny fiarovana ny tontolo iainana. Izany no nahatonga anay hiara-kiasa amin'ny UNESCO manomboka ity taona ity amin’ny famatsiam-bola ireo tetikasa fiarovana ireo valan-javaboahary. Nitsidika ny zaridaina “potager” tamin'ny toerana maina sy makiana tany Itampolo aho. Amin'izao dia mandeha ny tetikasa hiarahana amin'ny PAM, izay mitetina 6.000.000 dolara, entina hiadiana ny tsy fananjarin-tsakafo any Atsimo. Nitsidika ny tanànan' Ivovona tao amin’ny Montagne des Français aho,ary tena variana aho nahita ny famokarana herinaratra avy amin’ny rivotra ao Antsiranana. Hamatsy herinaratra avy amin'ny rivotra tanàna iray hafa ao amin'ny “Montagne des français” koa izahay, hoy hatrany ny ampahan’ireo lahateniny.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fandoavana trosan’ny JiramaManomboka ny janoary 2021

Manomboka amin’ny volana janoary 2021 no haloha tsikelikely mandritra ny 5 hatramin’ny 10 volana ny fanefana faktiora nasiana fandeferana tamin’ny fihibohana.

 

 

 Hisy ny taratasy ho manamarina ny fandaniana homena ny mpanjifa. Manomboka amin’ity septambra ity, dia miverina amin’ny laoniny. Fanambin’ny Jirama ny hanatratra ny “équilibre opérationnel” na fifandanjana eo amin’ny fandaniana sy fidiram-bola. Nandritra ny atrikasa tanterahin’ny Jirama any Antsirabe no nilazan’ny Tale Jeneraly Atoa Vonjy Andriamanga an’io, ka any an-toerana no hisitraka ny tolotra vaovao voalohany homen’ny Jirama, hoy izy.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Naratra i Abel AnicetTsy afa-miakatra kianja telo herinandro

Naratra tamin'ny fanazaran-tena nataony tao amin'ny klioba izay ilalaovany dia ny Ludogorets Razgrad any Bulgarie ny kapitenin'ny Barean’i Madagasikara Abel Anicet ny zoma lasa teo.

 

Maharitra eo amin'ny 3 herinandro eo ho eo ny fitsaharana tsy ahafahany miakatra eny ambony kianja. Mazava ho azy fa tsy ho eo izy amin'ny fampivondronana izay hatao eto France amin'ny voalohan-dohan'ny volana oktobra, hoy ny Mpanazatra Nicolas Dupuis, izay niresaka taminy. Ho eo sy ho tafiaraka amin’ny Barea soamantsara kosa izy amin’ny fihaonana amin'ny Côte d'Ivoire (9-17 novambra), hoy ny mpanazatra. Nambarany fa mahakasika ilay fampivondronana indray dia any Luxembourg no mety hanatanterahana azy raha ny safidy noho ny fahatahorana an'ilay covid-19. Ny olona any koa mahay mandray olona rahateo, fa indrindra indrindra mba mampihena ny vola mivoaka avy amin'ny fanjakana Malagasy, hoy i Nicolas Dumpuis. Mirary fahasitranana haingana ho an'i Anicet Abel isika rehetra, hoy izy namarana ny hafatra nataony. Nirarakopana moa ny firariana fahasalamana haingana ho an’i Abel Anicet tamin’ny tambajotran-tserasera, ary efa naneho fisaorana sy fankasitrahana ity Kapitenin’ny Barea ity.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

FianarantsoaVaky loha ny soferan’ilay kamiao mpandrava tsena

Efa gidragidra ny fandravana nataon'ny fiadidian’ny tananan’i Fianarantsoa an'ireo trano aorian'ireo trano noravana andro vitsivitsy lasa izay, teo anoloana'ny « Descours et Cabaud »

 

 ao Fianarantsoa, raha ny fampitam-baovao voaray. Notorahan'ny olona vato ny fiaraben'ny CUF nanao ny fandravana. Nirifatra nitsoaka ny fiara miisa 3 tonga teny an-toerana. Vao maraina dia efa maro ireo olona niandry teny an-toerana nitondra sorabaventy manohitra ny ambaran'izy ireo fa didy jadona. Tonga ny mpiasan'ny kaominina handrava trano ary efa nanomboka ny asa. Niakatra ny maripana teo amin'ireo olona nanohitra fandravana ary niafara tamin'ny tora-bato. Potika ny fitaratry ny fiaran'ny CUF iray tamin’izay fotoana izay, raha ny fitantaran’ny nanatri-maso. Niala teo amin'ny toerana avy hatrany ireto fiarabe ireto niaraka tamin'ny mpiasan'ny kaominina. Nisy ihany ireo mpitandro ny filaminana nihaodihaody manodidina iny toerany iny, saingy nijery lavitra ihany. Nilaza moa ireo nanohitra ny fandrodanana sy ny vaditany nalain'izy ireo fa nahazo alalana avy amin'ny CUF ny fanorenana. Nitohy ny sabotsy teo ny fandravana ary nitohy ihany koa ny tora-baton’ireo mponina. Vokany dia vaky indray ny fitaratra anoloan’ilay kamiao mpandrava ary vaky loha ny sofera, hoy hatrany ny fampitam-baovao avy any an-toerana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

First Global Challenge 2020Ho fantatra ny 31 oktobra ny mpandresy

Nifarana omaly alahady 27 septambra ny fifaninanana “First global challenge 2020” eo amin’ny tontolonn’ny robotika. Natao hoa an’ny tanora 14 ka

 

 

hatramin’ny 18 taona io ka 5 mianadahy ireo tanora vao erotrerony mandrafitra ny ekipam-pirenena Malagasy, izay tafiakatra tamin’ny famaranana nahitana ireo 5 voalohany tamin’ny firenena 190 nandray anjara. Araka ny nambaran'ireo mpikarakara anefa, dia afaka iray volana no hivoaka ny valiny farany hoe: iza no voalohany hibata ny amboara. Ny sabotsy 31 oktobra no lanonana goavana hampahafantarana ny mpandresy sy hanakatonana ity lalao olaimpikan'ny robotika sy ny STEM ity. Isan-taona dia misy firenena iray mampiantrano azy ity, saingy niova ny endrina tamin’ity andiany 2020 ity noho fisian’ny valanaretina coronavirus. Tamin’ny alalan’ny teknolojia ampitain-davitra noho izany no nanatanterahana ny fifaninanana. Irariana hatrany mba ny tanora Malagasy no hivoaka ho mpandresy amin’ity indray mitoraka ity. Ny tsy azo lavina dia mamiratra ireo tanorantsika eo amin’ny tontolon’ny robotika, nomerika, informatika. Tsy vao izao no nandray anjara amin’ny fifaninanana tahaka itony ny Malagasy, ary mamiratra hatrany, ka mila jerena akaiky ny hitrandrahana an’ireny ho lasa fanoitra hampandrosoana ny firenena.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Toe-draharaha politikaMiakatra hatrany ny maripana

Efa miala tsikelikely amin` ny tahotry ny valanaretina “coronavirus” isika eto Madagasikara.

 

 

 Na dia efa tonga saina ny tsirairay fa misy ny aretina sy ny fiparitahan` izany dia miezaka miara-miaina amin` izany ny Malagasy amin`ny fanarahana ireo fepetra ara-pahasalamana samihafa. Miatrika ny aorian`ny krizy amin` izay isika izao. Miandry ireo fanapahan-kevitra ho raisin`ny fanjakana ary indrindra ny fomba hitantanany eo amin` ny fanarenana ny toekarena izay nisedra ny mafy nandritra ny dimy volana noho ny fihibohana. Etsy ankilany dia miverina miakatra kianja ireo mpanao politika. Mipoitra indray ireo hery politika samihafa raha nihiboka ny ankamaroany teo aloha teo. Ny an`ny fitondrana dia mazava: miroso amin` ny fanatanterahana ireo tetikasa nampanantenainy. Ny fifidianana loholona, ohatra, dia hotanterahina amin` ny volana desambra izao. Mitsipaka mafy izany kosa ny fanoherana. Porofon` izany ireo fitoriana maro eny anivon` ny Fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana (HCC). Torak` izany koa ireo fiarahamonim-pirenena. Raha ny valin-kafatra avy amin` ny fitondrana aloha dia manambara fa hikiry amin` ny fanatanterahana izany izy ary mitsipaka ireo karazana fanoherana samihafa. Ankoatra izay, miakatra koa ny mari-pana eo anivon` ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) izay mikasa hametraka ny drafi-pandaminana vaovao. Efa nisedra ny tsikera andiany voalohany ny ben` ny tanàna Naina Andriantsitohaina nandritra ny famelabelarana ny fitsipika misahana ny fikoloam-pahasalamana eo amin` ny CUA (Code d`hygiène municipale). Tsy maintsy mitondra fanazavana sy serasera goavana amin` ny mponina eto Antananarivo amin`ireo fehezam-pitsipika samihafa ny eo anivon` ny fiadiadin` ny tanàna. Ny fanapahan-kevitra amin`ny fandaminana ireo mpivarotra ihany koa dia mbola ady hafa ihany koa ho an` ny CUA. Ohatra ny korontana tetsy amin` ny tsenan`i Mahazo ny zoma lasa teo. Ny fialàna tsikelikely amin` ny valanaretina Covid 19 aloha dia manome vahana ny ady eo amin`ny fitondrana sy ny mpanohitra. Miha mafy rahateo ireo adihevitra sy miakatra ihany koa ny maripana.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsiazompaniry - AmbohimiadanaMitaky tamberim-bidy ny ben` ny tanàna

Efa hiditra ao anatin` ny vanim-potoanan` ny fahavaratra isika ato ho ato. Tsy an-drenivohitra ihany no mikaikaika fa na ny any ambanivohitra aza dia mitaraina hatrany

 

. Araka ny nambaran` ny ben`ny tanànan` ny kaominina ambanivohitra Ambohimiadana, distrika Andramasina, Rakotoarimanana Fidison, dia “roa hatramin` ny telo andro vao tonga aty Antananarivo rehefa fahavaratra kanefa lalana 79 kilaometatra (RUP +79) miala amin` ny renivohitra”. Efa nisy ny fotoana nandalovan` ny governoram-paritra Analamanga tany amin` ity distrika ity ka nanambaran`ity farany fa amboarina ny lalana mampifandray an` Antananrivo, Andramasina, Ambohimiadana ary Tsiazompaniry saingy tsy hita hatreto izay ny fanatanterahana izany, hoy hatrany ny fanazavana. Notsipihany manokana fa toerana tafiditra ao anatin` ny kaominina iadiadiny i Tsiazompaniry, izay faritra mamatsy herinaratra sy rano ho an` Antananarivo saingy tsy hiantefahan` ny fampandrosoana. Marihana fa na Ambohimiadana izay miala telo kilaometatra amin` i Tsiazompaniry aza dia tsy misitraka rano fisotro madio sy herinaratra. Na eo amin` ny lafiny fahasalamana aza dia tsy misy mpitsabo amin` ireo toeram-pitsaboina any amin`ity kaominina ambanovohitra ity kanefa ny mponina dia maherin` ny telo alina. “Lasa ankilabao ny kaominina, tsisy tamberim-bidy kanefa mamatsy ny renivohitra. Rehefa hita ve ny tombon-tsoa ilain`ny fanjakana dia hitan` i Tsiazompaniry? Fa rehefa tombotsoam-bahoaka dia tsy hita izany”, hoy hatrany izy.

Le

Marigny A. sy Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Kabarin’ny PM tao amin’ny ONU“Nampianay ireo orinasa, nahomby ny CVO…”

Ny sabotsy 26 septambra teo tokony ho tamin’ny 11ora alina tany ho any no niteny tao anatin’ny fivorian’ny Firenena Mikambana ny na ny ONU andiany faha-75 ny Praiminisitra Ntsay Christian.

 

 Nibahan-toerana ny resaka valanaretina covid-19 ka nitondrany hafatra firaisankiana sy fankaherezana ho an’ny vahoaka maneran-tany. Toy ny firesaka isan-tapa-bolana, dia noresahina ny famokarana ny CVO izay fanefitra nenti-paharazana nohatsaraina, vokatry ny fikarohan’ny IMRA, sady fisorohana no fitsaboana mahomby, hoy ny Praiminisitra. Miavaka amin’ny harena voajanahary rahareto i Madagasikara. Natomboka ny fotodrafitra goavana, toy indostrian’ny fanafody amin’ny alalan’ny fananganana ozinina lehibe mpamokatra io CVO io. 93% ny taham-pahasitranana, 216 ny namoy ny ainy ary 1,2% ny taham-pahafatesana. Nanomboka volana martsa nidiran’ny Covid 19 dia nambara fa nametraka ny paikady marolafy ara-toekarena, sosialy, tontolo iainana,... Asa goavara nametrahana ny Ivon-toeram-pibaikoana nasionaly (CCO) sy isam-paritra (CRCO), nanao kaomandina arotava maherin’ny 5 tapitrisa tamin’ny orinasa tsy miankina sy ny afaka haba. Ara-tsosialy, nanampy ny mponina sahirana, nanampy ny sehatra tsy miankina tamin’ny lafiny ara-ketra, nanome masomboly sy fitaovana ho an’ny tantsaha,…

 

FANJAKANA TAN-DALANA SY DEMOKRASIA

 Manenjika ny fahatarana amin’ny fandrosoana i Madagasikara ka isan’ny laharampahamahena ny fanamafisana ny ady amin’ny kolikoly indrindra fa amin’ny fitantanan-draharaham-panjakana, manome antoka amin’ny fahaiza-mitantanana, hamafisina ny fahamarinan’ny ny fitsarana,… Fanajana ny tany tan-dalàna sy ny fampiroboroana demokrasia. Asa raha izany tokoa no miseho eto ? Manomana ny fifidianana loholona amin’ny desambra 2020 noho ny fahataperan’ny fe-potoana amin’ny janoary 2021. Eo anilanay hatrany ny Fianakaviambe iraisam-pirenena amin’ny fanamby goavana ara-pampandrosoana entin’i Madagasikara, ka isaorana, hoy ny Praiminisitra. Nambara fa manana ny fanamby goavana “Global post-covid” I Madagasikara. Tsy nisy resaka kosa na kely aza ny raharaha “îles Eparses”.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana RajoelinaMimenomenona ny olona satria…

Fa nahoana moa ny olona no mimenomenona? Nahoana no mafy be ny fanakianana ny fitondrana ?

 

 

Tsy tokony hanana toetra miaro tena lava sy manilika ny rihitra any amin’ny hafa ny mpitantana sy mpitarika. Tsy hoe mety na tsy mety ny programan’asa, tsy tena any ny adihevitra aloha fa hoe inona ny olana, ka inona avy izany ireo vahaolana aroso ? Olan’ity fitondrana Rajoelina ity ny fahabetsahan’ny fampanantenana natao nandritra ny propagandy, tena hoe nampanofinofy ny olona. Rehefa nahazo fahefana anefa toa ny teo ihany no miverina. Tsy maharesy lahatra ny olona ireo ekipa misy koa moa ireo manondrana sy voatonona anaty afera hafahafa. Mahatsapa ny olona hoe tsy to teny ny Filoham-pirenena, ary misy fotoana mihitsy aza mijabaka na miteny zavatra tsy ho vita araka ny fampanantenana (puce omby, tsy mila mpamatsy vola mahazatra isika, Tana-Masoandro, karnie misy code QR, digitalisation…). Nanaratsy endrika ny fitondram-panjakana ilay resaka fizarana fanampiana tamin’ity fahamehana ara-pahasalamana ity. Tsy mazava amin’ny olona ny famaritana ny hoe: sahirana..iza no atao hoe sahirana ? F’angaha nisy tsy sahirana tamin’ny fiatoana sy fahaverezan’asa sy ny fihibohana lavareny teo ? Lazaina fa maika ny fampandrosoana isam-paritra ka izay no nanendrena governora, herintaona katroka ny 23 septambra ny andiany voalohany kanefa hatramin’izao misy tsy voatendry. Fa tsy maika izany ny fampandrosoana ireo faritra tsy mbola nahazo governora ? Inona io fampandrosoana resahana io, fanaovana fotodrafitrasa manarapenitra to any sekoly sy kianja, biraom-panjakana sy hopitaly ve ? Sa famoronan’asa, fametrahana fandriampahalemana, fisiana fiahiana ara-pahasalamana zakan’ny rehetra…sa inona ?

 

MANENJIKA MPANOHITRA NO LAHARAM-PAHAMEHANA

 Maro ny mila handanian’ny mpitondra ron-doha mba hikaroham-bahaolana fa tsy dia any amin’ny fanasoketana sy fanenjehana ny mpanohitra na ny tsy mitovy hevitra amin’ny tena angamba no laharampahamehana. Ny toa adino dia tsy manam-pahefana ary tsy eo amin’ny fitondrana intsony ireny. Efa ny Filoha Rajoelina no hoe lanim-bahoaka sy voafidy ara-dalàna, sa mahatsapa fa tsy mahazo ny fon’ny vahoaka intsony? Tsy misy adala eto akory ka zavatra madeha tsara no handaniana rora hokianina, misy tsy mety matoa maro be ny fanakianana sy fandrosoana soso-kevitra. Nijabaka tanteraka !

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Naina Andriantsitohaina“Maro be ny tsy mandoa hetra eto Antananarivo”

Efa mandeha ao amin’ny kaominina amin’izao fotoana ny fanadihadiana ataon’ny Inspection Générale de l’Etat (IGE) sy ny fitsarana misahana ny vola,

hoy ny  ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina nandritra ny fandaharana manokana tamin’ny haino aman-jery nataony omaly.Fampanantenana tamin’ny fampielezan-kevitra ary tena notanterahana io, hoy izy.Nambarany fa maro ny « afera »  tsikaritra ary ho maro ny antontan-taratasy alefa eny amin’ny fitsarana.Tsy sanatria manenjika ny teo aloha fa manomana ny ho avy isika, hoy i Naina Andriantsitohaina. Momba ny asa nampanantenaina fa hatao kosa dia nanambara ny ben’ny tanàna : fa 9 volana izy izay no nitantana ny tanàna ary tao anatin’ny krizy ara-pahasalamana ny enim-bolana tamin’ireo ; ny hoe afa-po, tsy afa-po aho saingy tsy kivy kosa hoy izy.Tsy dia tiako loatra ity resaka fametrahana vato fanombohan’asa na Pose de la première pierre, hoy ingahy ben’ny tanàna saingy ho avy kosa ny fampandrenesana rehefa hanomboka asa ny kaominina.Asa tafiditra tao anatin’ny programa sy ny fampanantenana tamin’ny propagandy ireo.Notsindriany tsara anefa fa arakaraky  ny eo am-pelatanana no hiasana, maro no tsy mandoa hetra eto Antananarivo Renivohitra hoy i Naina Andriantsitohaina.Aoka hofantatra ihany koa fa lava be ny fepetra (procédure) any amin’ireo mpiara-miombon’antoka ka mety izay no maha ela ny fanombohana ny asa ; tsy maintsy maindry ny fahavitan’ny « procédure » isika, hoy izy.Tsara ho marihana fa lany handoavana karama sy hampandehanana asa ny 90% n’ny tetibolan’ny kaominin’Antananarivo Renivohitra hatrizay ; hitohy tahaka izay ihany amin’ity taona ity io hoy i Naina Andriantsitohaina fa ny vola ampidirina kosa no tsy maintsy ampitomboina mba hahafahana manatanteraka ny programanasa.

 

Tsy rariny ny hoe 4 miliara ny vola miditra amin’ny Easy Park kanefa 100 tapitrisa no azon’ny kaominina, hoy ny Ben’ny Tanàna.Tsy maintsy foanana ny fifanarahana amin’ny Easy Park fa tsy foanana kosa ny fandoavam-bola amin’ny Parking.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Mivaha ny fanajana fepetraAhiana hirongatra indray ny Covid 19

Olona iray tany amin’ny Faritra Menabe no lavon’ny Covid 19 ny 55 ny sitrana ny sabotsy teo, ary 36 ny tranga azo tamin’ny fitiliana 647 manome taham-pahavoazana 5,56%.

 

 

 Teto Analamanga ny 3, Alaotra Mangoro 3, Matsiatra Ambony 1, Sava 9, Diana 18. Miisa kosa 28 ny tranga omaly, hita tamin’ny fitiliana 417, izay manome taham-pahavoazana 6,71%. Teto Analamanga 4, Vakinankaratra 6, Analanjirofo, Matsiatra Ambony 1, Vatovavy Fitovinany 1, ary Diana 15. Tsy nisy ny sitrana vaovao sy ny namoy ny ainy omaly, raha toa ka niampy 2 kosa ny marary mafy, ka 17 izany amin’izao. 77 778 ny fitiliana hatrizay, ary 16 285 ny tranga manome taham-pahavoazana ankampobeny 20,93%. Miisa 14992 no efa sitrana, ary 1132 kosa ireo mbola manaraka fitsaboana.

 

MIHA GORAGORA TANTERAKA

Mihatsara ny ny vokatra saingy tena mbola ao anatin’ny valanaretina isika amin’izao fotoana izao, hoy ny Pr Vololontiana Hanta. Mila mitandrina, tsy tokony ho varimbariana. Ny tranga any Eoropa ankehitriny, dia miakatra be indray, miparitaka ny valanaretnna, ary miverina mihiboka. Any ampitan-dranomasina dia mandoa honitra lafo dia lafo izay tratra tsy manao arotava. Ny zava-misy eto amintsika anefa dia miha goragora. Misy mandeha mamonjy mariazy tsy misy manao arotava. Any anaty toerana mihibokiboka anefa, dia mora kokoa ny hifindran’ny soritr’aretina. Tsy mbola vita anefa ny ady, tsy mbola voafehintsika ny Covid 19, ary tokony hahatonga saina io “2ème vague” amina firenena maro any ivelany io. Nihiboka ry zareo, avy eo novahana tsikelikely, ny olona tahaka ny soavaly tapa-kofehy koa tonga dia nandeha vakansy, nifamangy,... Niverina ny fianarana, ny asa aman-draharaha. Nihena ny fanajana ny fepetra dia niakatra ny tarehimarika, tena vokatry ny tsy fahamailoana ilay izy. Aoka tsy hanao tsirambina fa miankina amintsika ny fitazonana izao fivoarana efa tsara izao, hoy ny Pr Vololontiana Hanta.

 

Toky R

 

La Vérité0 partages

Santé et droits reproductifs - La révolution de l’éducation sexuelle…

Auparavant considérée comme un sujet tabou, souvent pervers. L’éducation sexuelle commence à être reconnue comme une priorité pour éviter divers maux touchant les jeunes, dont la grossesse précoce. La plupart des projets et programmes de santé et droits sexuels et reproductifs (SDSR) en tiennent compte. L’éducation sexuelle couvre plusieurs aspects, que ce soit physique, émotionnel, social, éthique et autres, à inculquer aux enfants dès qu’ils ont atteint l’âge de 5 ans. La santé sexuelle est même intégrée dans les droits humains. Nous rapportons dans ce dossier la grande révolution de l’éducation sexuelle ces dernières années, y compris les activités entreprises. A cela s’ajoutent les témoignages des générations qui ont bénéficié d’une éducation sexuelle et de celles qui en étaient privées. Pour sa part, un expert en la matière délivre des conseils aux parents sur la manière d’aborder le sujet à la maison.TEMOIGNAGESDes générations en parlentUn tabou pour certains, un sujet de discussion et de complicité pour d’autres. Bon nombre de personnes qui ont accepté de se livrer dans ce dossier n’ont pas bénéficié d’une éducation sexuelle chez eux. Ils se sont instruits à l’école, avec leurs camarades, dans les livres ou sur Internet. Certains ont quand même pu en jouir avec leurs parents, notamment leurs mères. Ils en témoignent…Soleille R., journaliste culturelleEtant fille unique, je n'avais vraiment de réelles explications sur les transformations que mon corps allait subir, ni sur ce que je devais faire ou pas. Je me rappelle juste des mises en garde de ma mère par rapport aux garçons. C'étaient plutôt les copines et mon professeur de sciences au collège qui m'apprenaient les choses essentielles. J'ai su, très jeune, comment on faisait les bébés, à la télé et dans les livres. J'aurais aimé que mes parents me fassent confiance et me disent directement que, une fois arrivée à un tel âge, je vais peut-être devenir sexuellement active et que je vais devoir me protéger. Au lieu de juste m'interdire tout rapport avec les hommes. A cause de leur réaction, je leur ai caché des choses. Entre interdire et expliquer les précautions à prendre, il y a un énorme gouffre. Je saurai au moins comment faire avec ma fille. Rado Randrianandrasana, chef du projet « Système d’information »Je n’ai pas vraiment reçu une éducation sexuelle à la maison. J’ai eu l’impression qu’à un certain moment où mon père s’est rendu compte que je commençais à fréquenter les filles, il s’est inquiété un peu. Le sexe a toujours été un sujet tabou chez nous, quoi qu’il ait quand même essayé. Un jour, quand on était rentré de l’école, il m’a juste prévenu sur le fait de pouvoir mettre enceinte une fille, etc. Mais en tout, j’avais beaucoup de questions en suspens. A part cela, j’ai tout découvert de par moi-même, à travers mes amis et mes lectures. Par conséquent, je n’ai pas de référence sur ce qui est normal ou pas, mais je pense que j’étais assez précoce sexuellement parlant, par curiosité et par avidité de curiosité sur « l’interdit ». Je ne dis pas que c’est la faute aux parents, j’aurais juste aimé avoir plus de confidence en matière de sexe…Manohiarivony, journalistePersonnellement, je fais partie de ceux qui n’ont pas été éduqués sur la reproduction par mes parents. Mon père partait souvent en mission, tandis que ma mère travaillait et s’occupait de nous en même temps. Au fil du temps, il y avait un problème de communication et un manque de complicité entre nous. C’est seulement en classe que j’ai étudié la reproduction. Maintenant que je suis une mère de famille, je me rends compte que l’éducation sexuelle doit être privilégiée à la maison et ce dès le plus jeune âge. Huguen Ida, sportiveJ’ai eu la chance d’être très proche de mes parents, et ce, sur tous les plans. Ma mère m’a tout inculqué depuis mon enfance, à l’exemple de l’hygiène intime, prendre soin de son corps, faire face à sa menstruation, etc. Mes parents sont au courant de tout sur moi, même jusqu’à maintenant. Ils connaissent où je vais, qui je fréquente et même ma décision d’avoir mon premier rapport sexuel. On parle de tout sans tabou mais avec un total respect. Maintenant que je suis une mère de famille, j’ai pris exemple sur mes parents et leur ouverture d’esprit. Ma fille de 10 ans me demande des conseils sur la gestion de l’hygiène menstruelle, tandis que mon fils de 5 ans me parle de son érection matinale en toute innocence. Leur père et moi n’hésitons pas à répondre à leurs questions, en tenant compte de leur âge et de ce qu’ils doivent savoir. Si j'ai un conseil à donner aux parents, c'est d'être ouverts aux enfants, être leurs amis, voire leurs confidents.Hasi A., Slameuse et étudiante en psychologieJ’ai eu ma première éducation sexuelle à l’âge de 2-3 ans, quand j’ai commencé l’école. A l’époque, ma mère m’a appris que les filles avaient des foufounes, et les garçons des zizis. Elle me rappelait également tout le temps qu’il ne faut laisser personne me baisser la culotte ou me toucher dans cette partie. J’ai aussi découvert assez tôt l’existence des cycles menstruels par rapport aux gens de mon âge, vers 5 ans. On habitait dans une grande pièce et ma mère s’habillait souvent devant moi, et j’étais curieuse de savoir à quoi servait cette couche qu’elle enfile alors qu’elle est déjà une grande personne. L’éducation sexuelle plus sérieuse a commencé quand j’avais 11ans, en classe de 6ème. Elle a vérifié mon programme en S.V.T. Et en voyant le thème « puberté », elle m’a dit de la prévenir quand on finira d’aborder ce thème en classe. Donc, une fois qu’on a le cours, je le lui ai dit, et elle m’a demandé ce que je savais déjà (je ne connaissais que le cycle de 28 jours). Ainsi, elle m’a expliqué - plus ou moins - à quel moment on risque d’avoir des enfants si on a des rapports sexuels, et bien évidement elle me mettais en garde sur le fait que je dois garder ma virginité avant le mariage, et de faire attention aux garçons, sinon j’aurai des problèmes plus tard. Néanmoins, ces instructions m’ont aussi, d’autre part, empêché de partager mes premiers exploits sexuels avec ma mère, par peur d’être punie ou de la décevoir, parce que je n’ai pas fait attention à mon corps comme elle le souhaitait. Au lieu de lui demander conseil, j’ai dû faire appel à l’Internet quand j’en avais besoin.Philémon Ndremana« Des parents sollicitent des formations en éducation sexuelle… »Expert en santé et développement des jeunes. Philémon Ndremana figure parmi les acteurs engagés dans la santé de la reproduction des adolescents depuis l’an 2000 ainsi que dans promotion de la santé et droits sexuels et reproductifs à Madagascar. Il fait d’ailleurs partie du réseau SDSR, récemment mis en place pour y arriver. Ce spécialiste de l’ONG Seed Madagascar nous livre quelques avancées et informations à retenir en matière d’éducation sexuelle, notamment l’implication des parents.La Vérité (*) : La difficulté des parents à aborder la question de sexualité à leurs enfants sont-ils toujours valables de nos jours ?Philémon Ndremana (=) : D’abord, je tiens à préciser que l’éducation sexuelle par les parents tient compte de diverses interférences de la société ainsi que de la culture, y compris les valeurs, les aspects et les tabous. Cependant, on a constaté une nette évolution en la matière ces 5 dernières années. Actuellement, ce sont les parents qui sollicitent les acteurs à leur dispenser des formations sur la communication et l’éducation sexuelle. L’ONG Seed Madagascar a mis en œuvre un programme d’éducation sexuelle pour les parents, précédée par une enquête à ce sujet.(*) : A quoi consiste ce programme et dans quelles Régions est-il mis en œuvre ?(=) : Quatre Régions sont classées comme pilotes dans la mise en œuvre de ce programme d’éducation sexuelle pour les parents, mené auprès des lycées. Il s’agit des Régions d’Analamanga, Boeny, Anosy et Androy. Concrètement, le programme vise à renforcer les compétences en communication parents-enfants, à alléger la réticence et les doutes et à instaurer la relation de confiance entre les deux parties. Au lieu d’insister sur le tabou, la prévention domine dans les séances. Les rôles des parents sont également mis en exergue, tout comme les droits humains, le genre et les normes sociales.(*) : Comment les parents doivent-ils aborder l’éducation sexuelle à leurs enfants ?(=) : Selon nos constats, les parents dans les côtes sont directs quand ils communiquent avec leurs enfants, contrairement à ceux des hauts plateaux qui semblent tourner autour du pot. Parler d’éducation sexuelle aux enfants ne se fait pas toujours d’une manière formelle. Cela peut se faire dans tous les contextes, en regardant un film ou des publicités à la télé ou encore à partir d’un cas social, à l’exemple de la grossesse d’un proche, le viol d’une voisine. La communauté, dont les tantes et oncles ou les grands-parents, peuvent également en parler aux enfants, sur demande des parents, puisque dans certains cas, c’est la communauté qui éduque l’enfant.(*) : A partir de quel âge un enfant doit-il en bénéficier ?(=) : L’éducation sexuelle peut se faire dès que l’enfant se pose des questions sur comment est-il sorti du ventre de sa mère. Ce besoin d’informations se constate à partir de 5 ans et jusqu’à 8 ans, la période de curiosité de l’enfant. A ce moment, les parents devraient l’inculquer la connaissance de son corps, l’hygiène corporel, etc. Entre 8 et 12 ans, le sentiment amoureux ainsi que la relation amicale et interpersonnelle de l’enfant grandissent. Les parents devraient en profiter pour renforcer la communication et devenir ses amis. Entre 12 et 15 ans, la menstruation, la puberté, les infections sexuellement transmissibles ou encore la prévention de la grossesse précoce devraient être discutées à la maison. Au-delà de 16 ans, les parents peuvent parler de tout à leurs enfants, d’autant plus que tous les aspects de la sexualité et la SDSR sont déjà traités au lycée. Bref, l’éducation sexuelle doit se faire par tranche d’âge.Dossier réalisé par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Covid-19 - 54 nouveaux cas positifs identifiés à Ihorombe

La Région d’Ihorombe a identifié 54 personnes testées positives au coronavirus après analyses en laboratoire utilisant la technique GèneXpert. Ces nouvelles contaminations au coronavirus ont figuré parmi les nouveaux cas positifs annoncés hier par le Centre de commandement opérationnel (CCO) - Covid-19, situé à Ivato. 404 analyses en laboratoire ont été réalisées par les laboratoires d’analyse, ce qui a permis d’identifier 63 nouveaux cas. Selon le Professeur Vololontiana Hanta Marie Danielle, porte-parole dudit centre, outre les 54 nouveaux cas déclarés à Ihorombe, la Région d’Analamanga a recensé 6 cas positifs. La Région de Haute-Matsiatra comptait aussi deux nouveaux cas infectés. A cela s’ajoute un porteur du virus à Diana. A la date d’hier, la Grande île a recensé au total 16 348 cas confirmés à la Covid-19. Le bilan quotidien sur la situation de l'épidémie de Covid-19 à Madagascar a également fait état de 25 patients ayant recouvré la santé. La Région de Diana a répertorié 8 individus porteurs du coronavirus ayant recouvré la santé. Les 17 patients restants qui ont rempli les critères de guérison sont situés à Vakinankaratra, Sava, Itasy, Alaotra-Mangoro et Ihorombe. Avec 14 947 cas de rémission depuis le 12 avril dernier, le pays enregistre un taux de guérison à plus de 90 %. Comme bonne nouvelle, aucun décès n’a été signalé au cours des dernières 24 heures. Ce qui fait un total de 229 morts du coronavirus depuis le début de l’épidémie. Toujours selon le dernier bilan établi par le CCO - Covid-19, il reste 1 170 patients en cours de traitement dont 17 cas positifs développant des formes symptomatiques graves. Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Cash point à Anosy - Un homme trompe un caissier avec de faux billets de 200 000 ariary

Après une assez longue période d’inertie, les faux-monnayeurs sont de nouveau entrés dans la danse. C’était le cas vers 9h30 dans les parages du marché de Soamanatombo, en face de l’HJRA à Ampefiloha, hier. Les limiers de la Compagnie urbaine d’intervention de la Police (CUIP) ont jeté un suspect de 31 ans dans leur filet. Ce dernier était cueilli sur place avec une somme de 200 000 ariary, constitués de faux billets de 20 000 ariary, soit au nombre de 10 au total.La cible de ce faux-monnayeur, le préposé d’un cash point du quartier. Le suspect a alors effectué un dépôt à l’endroit, et en plaçant les liquidités dans une enveloppe blanche et ce, en vue d’une soi-disant opération en mobile banking. Or, en voulant vérifier le compte, l’agent de service de ce kiosque a brusquement réalisé la supercherie. Toutes les coupures s’avéraient loin d’être vraies.Du coup, l’agent s’est empressé d’interpeller le suspect qui était sur le point de quitter précipitamment l’endroit. Mais au lieu d’obtempérer à l’appel de l’employé, l’inconnu a au contraire lancé le moteur, prêt à s’enfuir sur sa moto. Devant cette situation, le propriétaire du kiosque a dû le pourchasser, et il a réussi à mettre finalement la main sur le fugitif. Et a alerté la Police. C’était dans ces circonstances que les limiers de la CUIP de Tsaralalàna, encadrés par le commandant d’unité en intervention, ont procédé à l’interpellation.  Lors d’une fouille sur sa moto, la Police a trouvé des amulettes, une cartouche de 9mm ainsi qu’un faux billet de 5000 ariary.  D’après une source au niveau de cette équipe de Police, les suspects mis en cause dans cette affaire sont au nombre de deux. A part celui qui avait été arrêté, puis emmené au commissariat central de Tsaralàlàna, précisément auprès de la Sûreté urbaine d’Antananarivo, pour une enquête, son complice a réussi à prendre la poudre d’escampette, et avant même que les éléments de cette Compagnie de Police n’arrivent sur les lieux. L’enquête suit son cours.Franck R.

La Vérité0 partages

Assassinat de Danil Radjan - Trois Malagasy à Tsiafahy, un étranger en LP

Le déferrement des suspects incriminés pour meurtre survenu le 19 septembre dernier, du ressortissant Indopakistanais de nationalité française, Ameralli Danil Alibay Radjan (44 ans), a eu lieu au Tribunal d’Anosy, hier. Au terme d’un interrogatoire marathon au Parquet, le verdict tombe : trois accusés, des agents de sécurité travaillant pour le compte d’une entreprise de gardiennage local, ont été placés sous mandat de dépôt à Tsiafahy. Quant au quatrième, un ressortissant étranger qui serait le propriétaire de la société employant les trois autres accusés, a été placé sous contrôle judiciaire. Leurs auditions étaient particulièrement longues, car ils n’ont pris fin que vers 20h, « Il nous est impossible de révéler quoi que ce soit du moment que c’est désormais le Parquet qui a pris l’affaire en main. Il est donc difficile de savoir ce qu’il est reproché à cet employeur étranger incriminé dans cet assassinat. De même, il est difficile de savoir si l’assassinat de l’Indopakistanais relève de l’initiative des quatre hommes ou non, encore moins de remonter un peu plus la filière », indique une source auprès de la Brigade criminelle.  Cette réponse émanant de la Police à la question ne permet pas de confirmer, ni d’infirmer la thèse d’un règlement de compte fréquemment évoquée. Sauf peut-être que la réponse sera connue lors de la prochaine audience de l’affaire, mais dont aucune date n’a été encore fixéeRetraçons ce qu’on a vécu dans la journée d’hier. Avant que cet auditoire marathon des incriminés, ne se dénoue de cette façon, il y eut d’abord cette longue attente au tribunal. Il était midi et quelques poussières, lundi dernier, lorsque les quatre hommes mis en cause dans le meurtre du Franco-Indien ont finalement fait leur entrée, plutôt sous haute surveillance, car entourés par les hommes armés jusqu’aux dents de la Brigade criminelle (BC), sur le parvis du tribunal d’Anosy, hier. L’un des suspects, comme on l’a retracé plus haut, est le patron d’une entreprise de gardiennage de la place. Il est à la fois un étranger et un ex-légionnaire. Quant aux trois co-accusés, ils sont ses employés. Peu après, leurs auditions se sont poursuivies tout au long de l’après-midi. Par la suite, le dossier a dû être transféré au juge d’instruction auprès duquel les suspects ont dû être auditionnés jusqu’à une heure tardive de la soirée.Les faits méritent d’être retracés brièvement. Il a alors fallu une semaine pour que la Police mette la main sur le présumé funeste quartet.  Les investigations de cette entité tendent de plus en plus sur la piste de ce dernier. Après une analyse de la vidéosurveillance, les tueurs auraient agi les traits masqués, sans que le visionnage n’ait pas pour autant permis de confirmer la présence du « vazaha » dans le groupe.  Mais il y avait aussi une réquisition des dernières conversations au téléphone de Danil.  Tout cela a alors permis ces coups de filet. A commencer par celle concernant l’un d’eux à Ambohijatovo, vendredi dernier. La poursuite des recherches par les fins limiers de la BC a, par la suite, conduit à un deuxième d’un coup de filet à Anosibe, presque le même jour. Enfin, les deux restants le furent du côté d’Ambatonakanga. D’après une information, le propriétaire d’entreprise aurait tenté de s’opposer par la force à son arrestation qui a fini par devenir musclée.  Le meurtre de D.Radjan est survenu le samedi 19 septembre dans le Centre commercial La City à Ankorondrano, le lieu du crime, et où la victime résidait d’ailleurs. Les tueurs s ‘étaient particulièrement acharnés sur le malheureux. A preuve, sa figure comporte plusieurs traces de coups, sans parler du fait qu’il aurait été étranglé. Ce samedi après-midi-là, le défunt envisageait apparemment de rentrer chez lui, dans un appartement occupant un angle du bâtiment de ce grand magasin. Ce fut la dernière image que la vidéosurveillance a pu offrir de la victime. Car en cherchant à regagner son appartement, c’était la mort qui était au rendez-vous pour le malheureux. Cela laisse supposer que l’assassinat aurait dû se produire, soit dans les escaliers, soit dans un couloir de l’immeuble. Depuis, ses proches, après une brève période de silence, étaient montés au créneau.  A part la proposition d’appel à témoin véhiculée par le Collectif des Français d’origine indienne de Madagascar ou CFOIM pour retrouver les traces des assassins, ils ont lancé un appel à l’endroit des autorités en place, dont les grands chefs au sein des Forces de sécurité, pour que ces derniers se mobilisent, histoire de faire la lumière sur l’assassinat de Danil. Franck R.

La Vérité0 partages

Regroupement des Barea - Quatre joueurs absents pour Luxembourg

Les Barea de Madagascar ne seront pas au grand complet pour le regroupement durant la fenêtre FIFA du 8 au 12 octobre prochains. En effet, ils effectueront le stage au Luxembourg contre le Swift Hesperange, une équipe qui vient de monter en D2 au championnat luxembourgeois. La FMF et l’Etat malagasy semblent bien prêts à aider la sélection nationale pour effectuer la rencontre contre le Burkina Faso, mais Dupuis et ses protégés préfèrent l’espace Schengen, sauf contrainte venant des dirigeants pour le match amical au Maroc. Abel Anicet Andrianantenaina, à cause de sa blessure, le capitaine des Barea qui évolue en milieu défensif du club Bulgare Ludogorets Razgrad PFC, sera le grand absent de cette rencontre. Anoter que c’est une préparation de l’équipe nationale, et ce pour le compte de la troisième et quatrième journées des éliminatoires contre la Côte d’Ivoire au mois de novembre.Annoncée contre les Super Eagles du Nigeria, la rencontre amicale des Éléphants de Côte d’Ivoire se jouera plutôt contre la Belgique. Le match est prévu le 8 octobre au stade du Roi Baudoin à 20h45 locale. Quant au second contre le Japon, il aura lieu le 13 octobre (l'heure reste à confirmer) au Stade de Galgenwaard d'Utrecht aux Pays-Bas.Nous avons interrogé Nicolas Dupuis  sur un possible remplacement d’Abel Anicet suite à sa blessure qui l’empêchera de participer au prochain rassemblement en octobre. « Malheureusement n'étant plus dans les délais de convocation, nous ne pourrons pas le remplacer », évoque le technicien français avant d’annoncer la probable absence d’autres joueurs. Déjà prévisible à l’avance car vu l’évolution sanitaire mondiale liée à la Covid-19, beaucoup de pays ont fermé leurs frontières. Effectivement, certains joueurs ne pourront pas sortir du pays dans lequel ils évoluent respectivement.« Finalement il devrait  manquer quelques joueurs pour ce rassemblement, Abel et Romain Métanire par exemple et peut être Carolus et Ibrahim. Donc nous serons loin d'avoir l’équipe au complet.»Cela permettra par contre de se retrouver et d'intégrer les 5 nouveaux. Une opportunité pour les nouvelles recrues de faire leur preuve pour gagner le poste. A l’instar de Sylvio Ouassério (Fola Esch Luxembourg) au poste de défenseur, Alexandre Ramalingom (As Sedan France), au poste d’attaquant et de Hery Bastien Linfield FC (Irlande) milieux. Mais les absents seront bien évidemment parmi les Barea durant les éliminatoires de la CAN en novembre. Et il se pourrait aussi que Aro Hasina Andriamirado alias Dax rejoint l’équipe via Afrique du Sud.  « J'ai eu Dax ce matin au téléphone. Ça aurait été une solution. Nous sommes en train de voir.» L’Afrique du Sud aussi reste encore fermé à l’extérieur à cause de la pandémie de Covid-19.Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Sénatoriales - De quoi a peur le Groupe du Panorama ?

Une dizaine de partis politiques et de groupuscules de partis de l’Opposition se sont donné un second rendez-vous à l’hôtel Panorama d’Andrainarivo, en fin de semaine dernière. L’on compte notamment le Tiako i Madagasikara (TIM) ou le Hery vaovao ho an’i Madagasikara (HVM). Ces formations politiques annoncent qu’ils ne participeront pas aux élections sénatoriales du 11 décembre prochain. De nombreux arguments sont avancés pour motiver ce boycott. Ces opposants ont notamment deux cibles favorites : la Haute Cour constitutionnelle et la Commission Electorale nationale indépendante (CENI), qu’ils accusent de tous les torts.  L’Opposition multiplie les critiques et attaques ouvertes contre Ambohidahy à qui elle reproche notamment de prendre des décisions porteuses de troubles. Il est utile de rappeler pourtant que les membres de la HCC actuelle ont été placés dans cette institution par les dirigeants du régime HVM. Pour ce qui est du TIM, faut-il rappeler que c’est cette HCC qui a remis le parti fondé par l’ancien Président Ravalomanana en selle dans l’arène politique malagasy.  En effet, si ce n’était la HCC, le TIM n’aurait jamais pu réintégrer le Gouvernement lors des derniers mois d’agonie du régime HVM. La CENI en prend aussi pour son grade, accusée de manque de transparence dans l’organisation des dernières élections, par exemple. Dernièrement, ce groupe du Panorama a indiqué qu’il va rendre public des doublons dans la liste électorale. Faut-il pourtant rappeler que le TIM a participé aux élections organisées par cette Commission, à l’instar des Communales et Municipales, ou encore les Législatives. Des scrutins dont les résultats ont été validés par la HCC. Il est clair en tout cas pour beaucoup que la démarche de ce groupe de partis va aboutir à des contestations des résultats des sénatoriales. Pour les observateurs avertis, il ne s’agit toutefois que de gesticulations de la part de politiciens en proie à une peur panique de la traversée du désert pour certains, et la peur d’un cuisant échec pour d’autres. Ayant raflé un nombre important d’élus aux élections municipales et communales, la plateforme IRD, soutenant l’actuel Président de la République, part en effet favori pour rafler la quasi intégralité des 12 sièges de sénateurs à élire. Pour le HVM qui ne compte aucun élu communal et le TIM qui n’en compte pas beaucoup, les chances sont minimes de retrouver le Palais de verre d’Anosy. En tout cas, il faut souligner que le dépôt de candidature aux élections des futurs sénateurs a débuté hier. La machine est lancée. La Rédaction

La Vérité0 partages

Maire d’Antananarivo - Le grand « moral » de Naina Andriantsitohaina

Près de neuf mois après son investiture à l’Hôtel de Ville d’Analakely, le maire Naina Andriantsitohaina a effectué son premier grand oral depuis sa prise de fonction à la tête de la Commune urbaine d’Antananarivo. Ce fut à l’occasion d’une émission intitulée « L’interview du Maire » diffusée sur certaines chaînes de télévision de la Capitale ainsi que sur les réseaux sociaux officiels de la Commune et du maire. Le premier magistrat de la Ville des Mille a eu à répondre à une série de questions préparées par les journalistes et qui découlent des préoccupations actuelles de la population tananarivienne. Dans ce grand oral qu’il a voulu sérieux, concis et sobre, le maire de la Capitale a présenté aux Tananariviens de manière ouverte et avec beaucoup de pédagogie, les projets menés par l’équipe municipale. Une interview qui s’est muée, à certains moments, en une véritable leçon d’éducation civique et morale à l’endroit de ses détracteurs. Sur certaines dispositions du Code municipal d’hygiène, que beaucoup ont ironisé sur les réseaux sociaux, Naina Andriantsitohaina a expliqué simplement les choses, notamment la nécessité de faire la distinction entre taxe et amende. Il dit ainsi que lorsqu’une personne n’est pas fautive, il ne sera pas sanctionné. « Il y aura zéro ariary d’amende (pour ceux qui ne contreviennent pas au CMH) », indique l’édile. A ceux qui le critiquent, celui-ci de donner par ailleurs des explications sur la fonction de maire et le fonctionnement d’une municipalité rappelant notamment que le maire est le premier responsable de la sécurité publique ou encore de l’assainissement. L’organisation dans les lieux publics tels que les marchés, rappelle-t-il, fait partie du ressort du maire, en réponse à ceux qui critiquent la démarche de la Commune de démolir certaines infrastructures illicites dans la Capitale. S’il a martelé sa fermeté dans l’application de la loi, le locataire de l’Hôtel de Ville d’Analakely sait également être bienveillant. Parlant ainsi du Code municipal d’hygiène ou encore des marchés publics, le maire indique par exemple que certaines sanctions ne seront pas appliquées tant que les mesures d’accompagnement correspondantes ne seront pas disponibles. Il touche ainsi un mot notamment de la construction d’infrastructures sanitaires ou de nouveaux marchés. A ce sujet justement, le maire affirme que les appels d’offres pour la construction de ces infrastructures seront lancés bientôt. Le budget, dit-il, est prêt, pour la concrétisation de ces pans de son « Veliranon’Iarivo », visant à redonner à la Capitale son lustre d’antan. Un défi qui doit commencer à être visible d’ici le début de l’année prochaine, à l’entendre, mais nécessitant l’adhésion et le soutien de la population pour être effectif. Le changement de mentalité est plus important que les sanctions et les amendes, renchérit le maire, expliquant la nécessité de mettre en place les règles régissant la vie en société à Antananarivo. « Je vais être franc. S’il y a des personnes qui pensent ne pas être prêts à suivre les règles en vigueur dans la Capitale, ils ont notre bénédiction pour aller vivre dans d’autres villes où la saleté, le désordre et le bruit sont tolérés. En tout cas, nous allons restaurer les valeurs de la Capitale et de la population tananarivienne, et cela nécessite le concours de cette dernière », a-t-il conclu un premier grand oral, passé haut la main.La Rédaction

La Vérité0 partages

Flambée des cas de Covid-19 en Europe - Crainte sur la réouverture du ciel malagasy !

L’Etat malagasy tend vers une ouverture progressive du trafic aérien pour les liaisons avec les îles voisines, dans les prochains jours. Néanmoins, la nouvelle flambée des cas de Covid-19 en Europe, dont la France, en ce moment ne manque pas d’inquiéter puisque les îles en question ont déjà procédé à une levée de boucliers. Les médias internationaux ont, depuis le début de ce mois de septembre, évoqué une période difficile pour le continent européen à cause de cette épidémie. Les bilans journaliers sont à la hausse dans plusieurs pays comme l’Espagne, le Royaume Uni, etc. Aux dernières nouvelles, la plupart des grandes villes françaises sont actuellement en alerte maximale à cause de cette remontée de la pandémie avec une contamination plus importante chez les jeunes. La semaine dernière, l’Hexagone comptait plus de 13 000 nouvelles contaminations et plus d’une quarantaine de décès en 24 heures. La multiplication des contacts pendant la période des vacances et le non-respect des gestes barrières expliquent en grande partie cette nouvelle flambée.Cette situation sème le doute quant à l’imminente réouverture de nos frontières aériennes. Il va sans dire des opérations de rapatriement qui continuent de suivre leur cours en ce moment. A cela s’ajoutent les rentrées des passagers qui sont mises sur le compte d’un rapatriement opéré par la compagnie Air France mais qui représentent pourtant un risque pour le pays. Au même titre que les autres pays qui ont décidé de faire une ouverture de frontière sélective, Madagascar dispose d’une entière souveraineté pour limiter voire interdire les nouvelles entrées pour le moment.Des nouveaux  cas importés Faut – il rappeler que 6 cas importés figuraient parmi les nouveaux cas comptabilisés dans les statistiques du Centre de commandement opérationnel (CCO) la semaine dernière. Ce qui augmente davantage les craintes pour un retour à la case départ. D’aucuns n’ignorent que les premiers cas de contamination à la Covid-19 à Madagascar provenaient de cas importés, il y 7 mois de cela.La dernière intervention du Premier ministre Christian Ntsay, il y a une semaine, a été l’occasion de faire connaître les nouvelles mesures qui sont de plus en plus allégées, à savoir l’ouverture des restaurants avec une limitation de 200 personnes au maximum, ouverture de lignes de transport terrestre sur toute l’étendue du territoire, entre autres. La rentrée scolaire est même déjà en cours pour les écoles privées tandis que les établissements publics ouvriront leurs portes dans un mois au plus tard. Parmi les changements les plus notoires attendus dans les prochains jours, l’on peut citer l’ouverture de l’aéroport de Nosy Be aux vols internationaux à partir du 1er octobre ainsi que celle des autres aéroports nationaux aux vols régionaux. Ce retour à la vie normale nécessite pourtant un maximum de prudence aussi bien de la part des citoyens que des dirigeants. Ouvrir notre ciel à ce stade pourrait exposer l’ensemble de la population et nécessite davantage de réflexion car la bataille contre la Covid-19 n’est pas encore gagnée ! La Rédaction

La Vérité0 partages

Code de la communication médiatisée - La boucle est bouclée

Promulguée par le Président de la République de Madagascar Andry Rajoelina récemment, la loi portant modification de certaines dispositions du Code de la communication médiatisée a été présentée aux parties prenantes du monde de la communication à Mahajanga, hier. C’est dans cette même localité que les consultations régionales en vue de la réforme du Code de la communication médiatisée avaient été lancées en juin 2019. En un an, la boucle est donc bouclée. La réforme de ce Code avait, pour rappel, été lancée à l’initiative de l’actuelle ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Andriatongarivo. Cette réforme consistait à présenter au Parlement une nouvelle loi élaborée de manière participative et consensuelle par les parties prenantes de la communication, et qui tient compte des desiderata des acteurs et des nouvelles réalités du secteur, tout en protégeant les acquis de l’avant-projet de code validé de manière consensuelle en 2015. A l’issue des différentes consultations régionales, un atelier national de restitution avait été organisé aux fins de présenter un avant-projet de loi intégrant les recommandations validées. Examiné et adopté tel quel au niveau du Conseil de Gouvernement et du Conseil des ministres, l’avant-projet de loi avait été soumis au niveau du Parlement où il a été adopté. Le texte avait reçu le feu vert de la Haute Cour constitutionnelle récemment avant sa promulgation donc par le Chef de l’Etat. Outre le Code de la Communication, l’avant-projet de loi sur l’accès à l’information à caractère public a également fait l’objet d’une présentation, hier, dans le cadre de la journée mondiale de l’accès à l’information. La Rédaction

La Vérité0 partages

Immunité et impunité !

Le régime MAPAR de Rajoelina Andry Nirina s’investit énormément. En moins de deux ans au pouvoir, d’immenses progrès s’inscrivent déjà sur le tableau des résultats. D’énormes efforts ont été consentis et continuent afin d’exécuter, à la lettre, les termes du « Velirano ». Mais, beaucoup reste à faire et le parcours, encore loin et long, parsemé d’embûches, s’annonce âpre et éreintant. Du courage, de la volonté et de la bravoure, il en faut certainement.Le combat contre toute forme de malversation est une lutte de longue haleine. En dépit des tirs aveugles des détracteurs, la bataille bat son plein. Durant la campagne électorale, le candidat n°13 s’était engagé fermement à lutter contre la corruption comme étant la base de toute action destructive. En tandem du mal avec l’impunité, la corruption résiste. Et quand l’impunité croise en chemin l’immunité, le combat se corse davantage. Conscient de l’effet dévastateur, de la gravité sinon la dangerosité de la « pandémie », le Président ne minimise point l’importance voire la délicatesse de l’enjeu. L’Art. 73 alinéa 1 de la Constitution stipule en ces termes « Aucun député ne peut être poursuivi, recherché, arrêté, détenu ou jugé à l’occasion des opinions ou votes émis par lui dans l’exercice de ses fonctions ». Même cas au sénateur, en vertu du principe « par analogie » évoqué dans l’Art. 85. Jusque-là, rien à signaler forcément. Mais quand ce même Article 73 mais alinéa 2 et 3, prévoit qu’ « aucun député (sénateur) ne peut, pendant les sessions, être poursuivi ou arrêté en matière criminelle ou correctionnelle … sauf en cas de flagrant délit ». Alors là, l’immunité parlementaire va trop loin ! C’est un droit ou privilège exceptionnel qui ouvre la voie aux abus ou à la dérive. Une grande avenue menant tout droit à l’impunité. On ne peut pas se fier sur l’intégrité des membres du Bureau permanent des Assemblées parlementaires à trancher sans être tentés de se balancer vers le corporatisme entre parlementaires d’autant qu’il est difficile de trancher sur les limites de ce qu’on appelle « flagrant délit ». Par conséquent, l’immunité dont bénéficie le député (sénateur) lui offre l’opportunité d’abuser. Ainsi, l’immunité se rapproche de fait avec l’impunité. Le débat houleux à l’Assemblée nationale, tout récemment, entre un député du Sud dont la réputation dans les dérives autoritaires et les abus de fonction en tant qu’élu et le secrétaire d’Etat à la Gendarmerie illustre nettement le cas de litige lié à l’immunité parlementaire. En fait, les députés protégés par l’Art 73 de la Constitution, se croient tout permis. Il est temps pour le respect de l’Etat de droit d’opérer à des changements.Les hauts dirigeants au sommet de l’Etat, selon l’Art 133 du Texte fondamental, les présidents des Assemblées parlementaires, le PM et les autres membres du Gouvernement et le président de la HCC sont  pénalement responsables « uniquement » devant la HCJ. Et leur mise en accusation dépend du vote à l’Assemblée nationale. De lourde procédure qui porte préjudice à la célérité du traitement des dossiers des hauts responsables accusés de malversations à l’encontre des deniers publics. Un crime impardonnable aux yeux de l’opinion. Des fauteurs de détournements courent toujours dans la nature sans être inquiétés. Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Marché interbancaire de devises - Le dollar frôle la barre des 3 900 ariary

3 885 ariary. C’est la valeur d’un dollar américain converti en ariary, selon le cours de change de la « Banky Foiben’i Madagasikara » (BFM), publié hier. En un mois, cette monnaie étrangère n’a cessé de s’apprécier sur le Marché interbancaire de devises (MID), allant de 3 804 ariary vers la fin du mois d’août pour atteindre sa valeur énoncée précédemment. L’institution financière a, de sa part, constaté une dépréciation de 3,9 % de l’ariary par rapport au dollar depuis le début de l’année. Il faut dire que le Gouvernement a déjà pris en compte cette légère dépréciation de l’ariary dans le projet de loi de Finances rectificative (LFR) 2020. Le document apporte une explication selon laquelle « la diminution du taux directeur de la réserve fédérale américaine (FED) à presque 0,25 % pourrait réduire les espérances de rendement des placements en dollars et pousser les épargnants à opter pour des monnaies plus rentables. La baisse attendue des importations malagasy entraînera également une réduction de la demande de dollars américains de la part des sociétés importatrices ». Risque d’inflationEtant donné que la majorité des transactions économiques du pays sont opérés en dollars, les économistes n’excluent pas une hausse de prix des biens sur le marché. « Effectivement, comme le dollar reste la principale monnaie de paiement sur le commerce international à hauteur de 64 %, une hausse de prix des biens sur le marché est à prendre en compte », souligne un économiste. Malgré la situation, le Gouvernement s’attend à ce que la moyenne du cours soit maintenue à 3 700 ariary comme elle l’était il y a une année durant la même période, et cela grâce aux entrées de devises en provenance des pays partenaires et institutions financières, que ce soit à travers des aides budgétaires, emprunts, subventions, dons, projets, etc.   RééquilibreQuoi qu’il en soit, le meilleur moyen de valoriser l’ariary serait le rééquilibre de la balance des paiements du pays, selon la Banque centrale. Et ce, à travers la promotion de la diversification des exportations, la lutte contre les exportations illicites des métaux et pierres précieuses et l’intégration des recettes dans le MID, le renforcement du suivi des opérations d’exportation, de rapatriement et de cession des devises, ainsi que l’industrialisation à travers la production de biens pour lesquels les avantages comparatifs malagasy sont établis par rapport aux importations.Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

JIRAMA - Une quinzaine de quartiers d’Antananarivo privés d’électricité

Hier matin, dès leur réveil, plusieurs milliers d’usagers de la JIRAMA ont été pris de cours par une coupure de courant. Cette dernière est en effet survenue au milieu de la nuit. Près d’une quinzaine de quartiers d’Antananarivo ont ainsi été touchés, à savoir les 67 Ha, Ampasika, Bemasoandro, Itaosy, Vinany, Ambohidrapeto, Andohatanjona, Andohatapenaka, Ampefiloha Amnbodirano, Anosizato, Ampitatafika, Fasan'ny Karàna, Ankadimbahoaka, Tanjombato et leurs alentours. Selon les explications fournies par les responsables au niveau de la compagnie d’eau et d’électricité, l’origine de ces pannes n’est pas la même. « Pour la partie sud de la ville, la coupure est inévitable parce que le câble alimentant cette partie - situé à Anosizato - a grillé. Quant à la partie ouest, c’est le réseau en partance de la sous-station située à 67 Ha qui a rencontré des anomalies », a communiqué l’entreprise sur les réseaux sociaux. Pour les 67 Ha et ses environs, l’approvisionnement en électricité est revenu à la normale en début d’après-midi. Mais pour Anosizato, cela a pris bien plus de temps. Une fois le câble réparé, les techniciens ont également dû procéder à des travaux supplémentaires. « Effectivement, le parafoudre du poste transformateur situé à Leader Price Anosizato a grillé. Il est donc en cours de réparation, d’où la suspension de l’alimentation en électricité dans les quartiers alimentés par ce poste », notifient les responsables. Une fois de plus, cette panne de courant touchant plusieurs quartiers de la Capitale a généré de nombreuses réactions auprès des clients de la compagnie nationale d'eau et d'électricité. Des réactions particulièrement négatives. « La qualité des services fournis par la JIRAMA est à déplorer et ces coupures le prouvent bien. Cependant, les factures continuent de gonfler au fil des mois. Les responsables devraient prévoir des solutions de secours pour éviter qu’autant de quartiers soient privés d’électricité pendant aussi longtemps. Comme moi, plusieurs opérateurs n’ont pas pu travailler ce matin, vu qu’il n’y avait pas d'électricité », se plaint Tovo, propriétaire d’un cybercafé, du côté d’Itaosy. Outre le réseau de distribution d’eau, le réseau électrique de la JIRAMA rencontre également des problèmes de vétusté. Toutefois, des actions sont déjà menées par la compagnie pour améliorer la qualité des infrastructures, entre autres le programme « Une semaine, un quartier ». Malheureusement, jusque-là, les efforts ne sont pas encore vraiment ressentis par les abonnés. Les mauvais côtés sont toujours les plus considérés. Rova Randria

Madagate0 partages

Maho Anjinée Jeannette Vivyan s’en est allée discrètement

Peu de gens connaissent ce nom. Il s’agit de l’épouse de mon frère et confrère, Latimer Rangers, et la maman, entre autres -car j’ai peut-être oublié des prénoms-, de : Carson, Sunset, Laramie (qui nous a déjà quitté), Solosoa, Retovognae, Fiatoae (qui m’a annoncé la triste nouvelle, hier dimanche 27 septembre), Tsialigno, Fara, Seva.

Jeannette, comme on l’appelle communément, est décédée le samedi 26 Septembre à l'âge de 78 ans. Ayant des problèmes de santé (crise hémorroïdaire), je ne peux me déplacer à Faravohitra où Jeannette a rendu son dernier soupir.

Je ne sais pas quand auront lieu les obsèques mais il ne faut pas oublier que Latimer et Jeannette vient de l’Androy, dans le grand Sud de Madagascar.

Ci-après, en guise d’hommage à Jeannette, les paroles d’une chanson de Carson, intitulée « Izao retsy » :

Izao retsy a, aza mitomany,

Fa izaho, izaho eto ihany

Izao retsy a, fafao ny ranomaso

Fa ny tany tsy ilaozan'ankaso.

 

Izao retsy a, aza kivikivy foana

Fa mbola, mbola ho avy ilay fotoana,

Izao retsy a, izay hitondra fitsikiana

Hivimbina fifaliana.

 

Izao retsy a, izany no fiainana

Ka tsy misy hitarainana,

Izao retsy a, ao ny ratsy ao ny tsara

Ka samia mizaka izay anjara.

Jeannot Ramambazafy, lundi 28 Septembre 2020

Midi Madagasikara0 partages

Commune Urbaine d’Antananarivo : interview avec Naina Andriantsitohaina

Crédit photo: CUA – Commune Urbaine d’Antananarivo

Alors que le Code Municipal d’Hygiène fait polémique depuis sa présentation, le maire de la ville des Milles, Naina Andriantsitohaina, a défendu les idées et projets de la mairie lors d’une émission télévisée diffusée ce dimanche.

Serein et déterminé face aux journalistes de RTA, TVM, TVPlus et Dream’In, le maire de la capitale a mis l’accent sur le respect de la loi tout en montrant que la commune se montre coopérative dans l’exécution de ses actions. Ainsi, en ce qui concerne les installations sur l’esplanade Analakely, la mairie propose aux propriétaires de déménager au marché d’Anosy le temps que les travaux de la nouvelle infrastructure soient réalisés. A noter que seuls seize propriétaires sur quarante sont actuellement en règle.

Un autre sujet abordé concerne le contrat de gestion des parkings accordé à la société Easy Park. Un contrat jugé inéquitable et déséquilibré puisque seuls 100 millions d’Ariary sont reversés à CUA sur les 4 milliards d’Ariary perçus par cette société. Le maire a ainsi réaffirmé et que les fonds de la commune ne devaient pas être gérés par une entreprise privée et que le contrat de gestion avec Easy Park sera résilié.

Il a également été question des remblais illicites, notamment celui du lac de Tana Waterfront. Le maire de préciser que la commune ne délivrera aucun permis pour quelque projet que ce soit, à moins que les concernés exécutent les décisions prises par la CUA avec le Ministère de l’Aménagement du Territoire et l’AGETIPA.

JR

Midi Madagasikara0 partages

Atrikasa « Rano, fidiovana, fanadiovana » atsinanana : Tafapetraka tamin’ireo solombavambahoaka ny fehi...

Tontosa ny 24 sy ny 25 septambra teo ny atrikasa nataon’ireo mpisehatra rehetra amin’ny rano, fidiovana, fanadiovana, aty amin’ny faritra atsinanana ; nandray anjara tamin’izany ny OSCEAH – ny WATER-AID – ary ny RANO WASH. Nandritra izany no nandraisan’izy ireo  ny fehin-kevitra momba ny fanatsarana ny fanomezan-drano madio, sy ny fametrahana ny fidiovana sy ny finadiovana, satria tena mbola lavitra ny ezaka amin’ny taha 12% ny mponina ihany no misitraka izany. Velirano faharoan’ny filoham-pirenena, « angovo sy rano fisotro madio ho an’ny rehetra », ny fanomezana izany rano fisotro madio, ny fidiovana ary ny fanadiovana ho an’ny malagasy rehetra izany, ka tao anatin’ny fehin-kevitry ny fivoriana nomena ireo mpanao lalana malagasy ny sabotsy teo ny fampitomboana ireo teti-bolam-panjakana hatokana amin’ny famatsiana ity resaka rano sy ny fidiovana ary fanadiovana eto amintsika ity. Efa manao ezaka ihany ireo mpiara-miombona antoka amintsika manampy izany, isan’izany ny faritra atsinanana ka nahatratra 2,9 miliara no vola natokan’izy ireo tamin’izany izay nahatratra 219.000 ireo nahazo tombontsoa tamin’ny rano fisotro madio, raha nahatratra 21.547 ireo nahazo trano fivoahana. Na teo aza ireo ezaka ny mpiara-miombona antoka ireo dia mbola betsaka hatrany ny ezaka tokony atao, satria mbola maro ireo distrika mbola tsy misitraka izany rano fisotro madio sy ny fidiovana ary fanadiovana izany ka isan’izany ny ao Antanambao Manampontsy sy ny ao Marolambo izay toerana tany lavitra andriana. Nisy kosa anefa efa nanana ireny foto-drafitrasa ireny sangy efa simba sy nosimbaina tahaka ny tao amin’ny kaominin’i Ambodilazana, Ambodiriana, Mangabe, Vatomandry, ary Tsarasambo… . Voasokajy ho zo fototra ny fisitrahana ny rano fisotro madio sy ny fanadiovana ary fidiovana ity, sady fitsinjovana amin’ny fisorohana ny valan’aretina toy ny Coronavirus ihany koa. Ka ny andrasana amin’ny mpandray fanapahan-kevitra eto amintsika, dia ny fandraisana fepetra amin’ny fandaharan’asa Rano, Fidiovana, ary Fanadiovana, isaky ny distrika ny kaominina ; fanomezana fanazavana ara-dalana ny famatsiam-bola atao aminy ; fampiakarana ny taham-bola natokana amin’ny Rano, Fidiovana,  Fidiovana ; ary mila raisin’ny fanjakana ho tena loha-laharana amin’ny fanapahan-kevitra raisin’ny fanjakana ny fampiharana ny Rano, ny Fidiovana, ary ny Fidiovana…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Sauvegarde environnementale et sociale : Le projet CASEF implique les maires et les chefs de district

Les acteurs communaux participant à la session de formation organisée à Fénérive-Est.

Six sessions de formation en matière de sauvegarde environnementale et sociale ont été organisées dernièrement par l’AT CASEF au profit des maires et des chefs de district dans les régions Analanjirofo et Atsinanana.

L’AT CASEF constitue une assistance technique composée du bureau d’études INSUCO, du CIRAD et du Centre Technique Horticole de Tamatave, qui met en œuvre les activités du projet CASEF (Croissance Agricole et de Sécurisation Foncière) visant à développer des filières d’exportation sur la côte Est de Madagascar. Plus précisément, 46 personnes, dont une trentaine de maires, 7 chefs de district, des chefs de cantonnement forestier, des agents environnementaux des deux directions régionales de l’agriculture, élevage et pêche concernées, ont participé à ces sessions de formation. L’objectif global de cette formation consiste à sensibiliser les participants sur l’importance de la préservation de l’environnement et le respect des droits des personnes susceptibles d’être affectées par le projet CASEF. La formation vise également à présenter les effets négatifs potentiels des investissements du projet et les mesures d’atténuation prévues.

Gestion des plaintes. Il faut savoir que de nombreux thèmes ont été abordés dans le cadre de ces sessions de formation. On peut citer entre autres, la législation malagasy et les politiques de la Banque Mondiale sur lesquelles sont basées les mesures de prévention et d’atténuation des risques et effets environnementaux et sociaux négatifs potentiels. Les actions à conduire pour éviter ou limiter les effets négatifs des activités du projet sur l’environnement, les populations et leurs biens ou pour bonifier les effets positifs, y ont été également soulevés. A titre d’illustration, la sécurisation foncière des sites de plantation, la réalisation de reboisements compensatoires, la collecte et l’enfouissement des sachets plastiques après mise en terre des plants, s’imposent. Le mécanisme de gestion des plaintes, n’est pas en reste. Ce qui donne la possibilité à chaque partie prenante du projet de faire des doléances ou de déposer des plaintes qui seront transmises, sans déformation de leur contenu, et examinées dans les meilleurs délais par les personnes ou structures habilitées.

Synergie d’actions. Toujours dans le cadre de ces formations, des échanges fructueux ont eu lieu entre l’AT CASEF et les acteurs communaux. Ce qui permettra de renforcer la synergie d’actions entre les deux parties en ce qui concerne la préservation de l’environnement, la sécurisation foncière des plantations, la mise en œuvre du mécanisme de gestion des plaintes. Par ailleurs, c’était également une occasion de rappeler aux responsables des collectivités territoriales décentralisées les activités du projet CASEF sur les filières cannelle, curcuma, litchi et grenadelle touchant 29 organisations de producteurs réparties depuis le district de Mahanoro au sud jusqu’à celui de Soanierana au nord. Ses appuis se concentrent principalement sur la formation technique des producteurs, le renforcement institutionnel des organisations de producteurs et des coopératives, ainsi que sur la commercialisation de leurs produits. De leur côté, les participants ont salué l’initiative de l’AT CASEF tout en formulant des suggestions et des doléances, afin d’être mieux associés dans l’avenir aux activités du projet. Ils se sont engagés à veiller dans le cadre de leurs responsabilités, à l’application des mesures de sauvegarde environnementales et sociales dont ils sont maintenant bien imprégnés, afin d’assurer la durabilité des actions promues par le CASEF.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Haltérophilie : 19 entraîneurs diplômés !

Les nouveaux entraîneurs diplômés en haltérophilie. .

La formation d’entraîneurs organisée par la Fédération malgache d’haltérophilie a été clôturée par une remise de diplôme ce samedi, au gymnase couvert d’Ankorondrano. Après dix jours de formations, à compter de 17 septembre, vingt techniciens composés par des anciens athlètes, des dirigeants des ligues, des clubs et des entraîneurs, sous la houlette de Harimalala Solomampionona Rakotoariseheno, un expert international, ont bénéficié d’une formation pointue pour devenir entraîneurs de niveau 1 et niveau 2. En effet, parmi les participants, dix-neuf ont obtenu ce diplôme niveau 1. Mais il y en avait aussi neuf parmi eux qui ont validé tous les modules, à la fois pour le niveau 1 et niveau 2.

C’était un stage de haut niveau qui a permis aux participants de bien planifier le travail d’entraînement, de savoir plus sur l’anatomie et la sociologie. Le président de la fédération, Jean Alex Harinelina Randriamanarivo, a honoré la journée de samedi par sa présence. Il a annoncé que la formation comme celle-ci compte beaucoup afin d’améliorer le niveau d’entraînement donné aux athlètes. Le but c’est de les pousser à décrocher des médailles dans les grandes compétitions. D’autant plus que la Grande Ile avait toujours brillé en haltérophilie, que ce soit dans le continent africain ou dans l’Océan Indien.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Patrimoine : Une bourse pour les professionnels de la musique traditionnelle

Les artistes traditionnels malgaches peuvent renforcer leurs compétences avec la bourse ADAMI/FAMDT, comme Mamaly 2, les rois du mangenaky

La société civile pour l’administration des droits des artistes et des musiciens interprètes (ADAMI) et la fédération des acteurs et actrices des Musiques et de Danses Traditionnelles (FAMDT), lance un appel pour l’octroi de bourse de compagnonnage pour tous les artistes sans distinctions. Bien sûr, les malgaches peuvent aussi y participer. La date limite de candidature sera le 20 octobre. Tandis que les bénéficiaires feront la formation entre  le mois de janvier et juillet 2021, selon un programme déjà établi.

Le principe est que les demandeurs doivent être issus de la musique traditionnelle, ensuite, à eux de trouver des formateurs ou des formatrices pour compléter les sessions. Les deux participants seront ainsi accompagnés par ce projet durant ces sept mois. Le formateur (ou la formatrice) doit aussi être issu(e) de la musique traditionnelle pour pouvoir postuler. Les dossiers de candidatures comprendront entre autres une lettre de motivation , la biographie des candidat(e)s, un document sonore ou vidéo des deux collaborateurs (candidat et formateur).

Pour avoir plus de détails sur cette bourse de compagnonnage, il serait aussi mieux de visiter le site web des deux entités ADAMI et FAMDT. Ou chercher l’annonce en tapant sur un moteur de recherche.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Journée mondiale des pharmaciens : Une 2è édition plus discrète en raison de la Covid-19

Contrairement à la première célébration de la journée mondiale des pharmaciens en 2019, la deuxième édition était plus discrète vu les circonstances actuelles. Néanmoins, l’objectif reste le même : informer le public sur tout ce qui concerne le pharmacien.

La journée mondiale des pharmaciens a été célébrée par les pharmaciens malgaches le 25 septembre 2020 avec la participation de l’Ordre national des pharmaciens, le syndicat des pharmaciens, et l’association des pharmaciens de Madagascar. Si en 2019, ces entités ont pu mettre en place divers stands pour permettre au public de se familiariser avec le milieu des médicaments et de ceux qui les commercialisent ; cette année, cela n’a pu se faire en raison de la crise sanitaire due à la Covid-19. Néanmoins, les pharmaciens ont célébré cette journée localement en envoyant un message qui dit : « transformons la santé dans le monde, en priorisant les recherches et les pratiques qui améliorent la santé et l’équité en santé pour tous ». C’est désormais dans cette direction que les pharmaciens de la Grande Île sont engagés.

Le test de la Covid-19. Aux côtés des médecins, les pharmaciens ont joué un grand rôle dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. Les services de garde ont été renforcés durant cette période, les pharmacies restaient ouvertes 7 jours sur 7, et les prix des médicaments liés à la prise en charge de la Covid-19 ont été baissés. Outre cela, on se rappelle aussi des diverses donations  en médicaments et en consommables médicaux aux centres hospitaliers universitaires qui accueillent les personnes atteintes de la maladie. Trois pharmaciens ont même péri dans cette lutte contre l’inconnue qui ne semble toujours pas maîtrisée. Ce qu’on peut dire, c’est que cette pandémie était un réel test pour tout le système malgache et sa capacité de riposte. D’ailleurs, sans une mobilisation commune de tous les acteurs, la situation actuelle aurait pu être pire.

Madagascar et les pharmacies. Le pays compte actuellement 357 pharmaciens dont 286 officines, 40 grossistes, 25 fonctionnaires, et 6 organismes privés. Quant aux établissements, on dénombre 256   établissements pharmaceutiques et 29 établissements grossistes/fabricants. Cela reste insuffisant vu l’étendu du territoire national. De plus, le parcours à la faculté de médecine d’Antananarivo est contingenté. Cependant, ce secteur est encore voué à se développer davantage, surtout après le passage de la Covid-19.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

RN4 : Bajaj vaky kodiarana aloha, nandratra olona

Naratra ny mpamily. Mpandeha iray ihany koa mbola naratra mafy. Nandeha « Bajaj iray izy roa no tra-doza teny amin’ny lalam-pirenena fahefatra, teny amin’ny kaominina ambanivohitra Beanana, ato anatin’ny disitrikan’i Maevatanàna, ny Alakamisy maraina teo. Raha ny fampitam-baovao voarainay tany an-toerana dia vaky kodiarana izy ireo nony nandalo tamin’ny fiolahana. Ilay nitondra ny bajaj tsy dia naratra firy, fa ilay mpandeha iray kosa ny tena naratra mafy. Mbola manaraka fitsaboana eny amin’ny hopitaly be Morafenokely eto Maevatanàna. Potika tanteraka ny « bajaj » kodiaran-telo. Rehefa naheno ny zava-niseho teo anivon’ny mpitandro ny filaminana dia tonga nanao ny fizahana tany an-toerana. Marihina fa « Bajaj » avy eto Maevatanàna hanatitr’olona any amin’ny faritra Andranobevava izay misy tobim-bolamena malaza misy volamena amin’izao fotoana izao.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Distrikan’i Mananara Avaratra sy Maroantsetra : Notsidihan’ny Govenora ny faritra Analanjirofo

Nisy ny fotoana efa nangataka hatao faritra manokana, antsoina hoe“Ambatosoa”, ny tao Mananara avaratra sy ny tao Maroantsetra, noho izy lavitra andriana sy tsy hitan’ny faritra Analanjirofo mihintsy ny fampandrosoana azy aminy. Niova tanteraka anefa ny zava-misy ankehitriny, ka tsy voaresaka intsony ilay faritra vaovao saika nangatahan’izy ireo tamin’ny fanjakana. Nanao fitsidihana tany ny Governora ny faritra Analanjirofo, Dr Randriamanantena Marcellin, ny herinandro nivalona teo iny, ka tamin’izany no nahitan’ny governora ny haratsian-dalana iainan’ny mponina an-davanandro mampiasa ny lalam-pirenena faha-05 iny. Voaresaka tamin’izao dian’ny Governora nihazo an’i Mananara avaratra sy Maroantsetra izao ny momba ilay tetikasa “Vavasaha 2025”, izay tetikasa fambolena zava-maniry “Patchouli” ilay zava-maniry fakana menaka fampiasa amin’ny fanamboarana ranomanitra avo lenta any am-pitan-dranomasina any. Efa manomboka ny fanofanana ireo tanora amin’ny fambolena sy ny fikarakarana azy ao Antanambaobe, saria tena betsaka mpitady sy lafo vidy ity menaka “patchouli” ity ankehitriny eo amin’ny tsena iraisam-pirenena. Voalaza fa ravina “patchouli” 100kgs dia ahazoana menaka 02litatra, izay mahatratra 200.000 ariary ny litatra aminy. In-03 mioty ny ravina “patchouli” isan-taona raha ny fanazavan’ireo mpampihofana ary efa 03ha no voavoli izany zava-maniry izany izao. Ankilan’izany dia misy koa ny fanamboaran-dalana “pavé” amboarina ao an-tampon-tanana ny Mananara avaratra. Mirefy 900m ny fanamboaran-dalana ao amin’ny fokontany Androkaroka izay ho vitaina alohan’ny faran’ny taona 2020 izao ny asa. Lalana “pavé” mirefy 500m kosa no hatao ao Maroantsetra ao amin’ny fokontany Ambatomasina. Tsy adinony governora koa nijery ny momba ny lavanilina, nefa manondrana lavanilina 70t isan-taona ao amin’ny kaminina Ambodimanga isan’ireo kaominina tena mpamokatra lavanilina ao Maroantsetra. Ny olana ankehitriny dia ny fisiana aretina amin’ireo lavanilina ao Mananara avaratra sy ao Maroantsetra. Vokany potika tanteraka ireo fototra lavanilina maro any an-toerana. Nijery ny vahaolana mikasika izany ny Governora, na mbola tsy fantatra ny aretina sy ny fanafody mifandraika amin’izany. Nomarihan’ny Governora fa tsy hita ny fototry ny aretina, ary tsy maintsy ho hita koa ny fanafody mifandraika amin’izany aretin’ny lavanilina izany. Na izany tamin’ny fotoam-pisokany taom-pihotazana ny 15 septembre teo dia 45.000ariary hatramin’ny 80.000 ariary ny kilaon’ny lavanilina maintso; mahatratra 300.000 ariary hatramin’ny 650.000 ariary kosa ny lavanilina masaka.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Andralanitra …pas si près du ciel

Andralanitra, pour nous, veut dire Père Pedro, Akamasoa, les mouches  et la puanteur, à notre échelle, elle illustre la misère, l’enfer sur terre. Mais les déchets ne se ressemblent pas, il y a ceux que l’on dépose à Andralanitra ou d’autres décharges de grandes villes, composées de détritus des produits vraiment en fin de vie, ils ne servent plus à rien et ne peuvent plus être recyclés. Puis il y a ceux qu’on retrouve du côté de  « La Réunion Kely » où se vendent, s’achètent et s’échangent des objets, disons des poubelles qui vont connaître sous la même forme ou sous une autre, une continuité de vie et d’usage. Là s’étalent au grand jour des restes d’appareils électroménagers, de pièces  mécaniques, de mobilier etc. Pour la petite histoire, il paraît qu’à Dakar, l’équivalent de ce quartier s’appelle « Madagascar ». Ces déchets ont donc encore une  valeur ajoutée, c’est-à-dire qu’ils  peuvent être encore sources de richesses.

Vers la fin des années 70, le régime de la Ire République a été face à un dilemme, parce qu’il était question de construire un port en eau profonde dans la baie de Narindra, sur la côte Nord-ouest de l’île. Le projet en concurrence avec celui de Beira au Mozambique devrait servir à l’entretien, la réparation de tankers pétroliers et surtout de complexe de démantèlement de navires, à la suite de quoi, l’énorme « casse » formera avec le gisement de fer de Soalala et celui de charbon de la Sakoa un complexe sidérurgique. Le tout fera ainsi le socle de notre industrialisation. Malheureusement, le projet ne vit pas le jour pour la simple raison qu’il a été financé par l’Afrique du Sud, encore sous apartheid et la France n’a pas été très enthousiaste, pour des raisons de leadership dans cette zone de l’Océan Indien. Résultat, le cimetière de bateaux  a été monté en Corée du Sud, un pays qui n’a pas de matières premières, mais qui a réussi son industrialisation en grande partie grâce à au recyclage avec des performances qui ne sont pas à démontrer.

Aujourd’hui, les pays industriels croulent sous des déchets de tous ordres, mais avec des impératifs de préservation de l’environnement, de protection de la santé publique, ils les ont envoyés en Chine qui, hier n’en demandait pas tant. Pour des raisons d’employabilité, de besoins de matières premières, elle les a acceptés, mais maintenant, elle ne veut plus être « la poubelle des pays riches ».

La Malaisie serait sur les rangs d’éventuelles destinations moyennant fortes rétributions évidemment. Il est sûr et certain que quelque part, des tractations se trament pour Madagascar et que les tentations sont fortes, mais  tout se passe , comme vous le devinez sous le manteau.

M.Ranarivao

Midi Madagasikara0 partages

Un état d’urgence sanitaire qui n’a plus sa raison d’être

Les Malgaches se sont  habitués à cet état d’urgence sanitaire qui n’a plus tout à fait sa raison d’être. La vie a repris son cours normal et comme avant la crise, les gens vaquent  normalement à leurs occupations. Les règles sanitaires sont respectées, les habitudes acquises durant ces cinq mois étant adoptées. Gestes barrières et port du masque ne sont plus dédaignés par une population qui est consciente  du danger représenté par le virus. Le bilan présenté ce week-end par le professeur Vololotiana Hantanirina montre qu’il n’y a pas de grands foyers de  propagation actuellement. Pour l’épidémie de  Covid-19, il s’agit peut-être d’un clap de fin. Néanmoins, la  persistance  de cet état d’urgence pour le moment signifie que les autorités préfèrent rester prudentes.

Un état d’urgence sanitaire qui n’a plus sa raison d’être

Les informations qui sont distillées tous les jours sur l’épidémie sont de moins en moins alarmistes. Le nombre de personnes contaminées est en baisse, celui des décès se compte sur les doigts d’une main  mais, il en est de même pour les formes graves. Ils ne font plus la une de l’actualité. C’est tout juste si le bilan de la porte-parole du CCO n’est  pas relégué en fin de journal télévisé. Maintenant ce qui préoccupe les citoyens, c’est la réouverture des lignes nationales de taxi-brousse qui va permettre la libre circulation dans tout Madagascar. Les recommandations faites par les autorités sanitaires pour se prémunir contre le virus sont toujours là heureusement, mais elles ne frappent plus les esprits. Il s’agit d’un rappel destiné à empêcher le relâchement coupable de quelques inconscients. On a l’impression que le pouvoir prépare la sortie définitive de cet état d’urgence qui semble maintenant vidé  de toute sa substance. Tout le monde attend l’annonce qui va être , le week-end prochain. On ne devrait pas s’étonner de voir enfin la fin de cet état d’exception qui n’en est plus un.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Affaire kidnaping : Deux complices de Lama recouvrent la liberté

Cette histoire pose de problème dont la réponse reposerait au niveau de la Justice. Deux complices du célèbre cerveau et auteur de plusieurs actes d’enlèvements des ressortissants Karana sont actuellement en liberté alors qu’ils devraient être en prison. Ce fait étonne les observateurs des affaires judiciaires et au courant des dossiers relatifs à ces deux individus. Ces derniers qui ont été arrêtés en avril et mis sous mandat de dépôt depuis ce mois après avoir été dénoncés par Lama lors de son enquête. Ce dernier qui était déjà mis hors d’état de nuire en Avril. Les éléments des forces de l’ordre chargés de son enquête étaient obligés de tirer sur lui quand il avait tenté de s’évader lors de sa détention à la brigade de recherche criminelle à Fiadanana, rappelons-le. Lama qui était recherché depuis des années et a été appréhendé en avril dernier. Arrêté, il a dénoncé ses complices dont les deux personnes susmentionnées. Ces individus, à savoir Radonarivo Zo Mihanta et Andrianjatovo Parrany Michel , sont reconnus être impliqués dans plusieurs actes de kidnappings surtout durant l’année 2018 dont ceux d’Ivandry, de Soavimasoandro. Et d’Ilafy. La question se pose alors sur le motif de leur libération après avoir séjourné si peu de temps en prison. Ce sont tous des criminels et leur culpabilité a été prouvée lors de leur passage devant les juges d’instruction qui les ont placés sous mandat de dépôt. Ces présumés kidnappeurs ont été mis en liberté provisoire depuis le 7 septembre 2020.

T.M

Midi Madagasikara0 partages

Sénatoriales : Début du dépôt de candidature ce jour

L’élection des sénateurs qui  se tiendra ainsi le  11 décembre prochain,  le dépôt des dossiers de candidature se fera du 28 septembre c’est-à-dire ce jour à 9 heures, au 12 octobre à 17 heures. A titre de rappel, le montant de la contribution des listes des candidats aux frais d’impression des bulletins de vote est de 15.000.000 d’ariary. Par ailleurs, la liste définitive de candidature sera arrêtée le 29 octobre 2020. Quant à la campagne électorale,  elle s’étalera du 19 novembre à 6 heures, au 9 décembre à minuit. Reste à savoir s’il y aurait de l’engouement de la part des grands électeurs lors de ces sénatoriales ?

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

67ha : Mpanendaka voatifitry ny polisy

Niezaka ny nanohitra ireto polisy nanao fanamiana sivily ireo andiana mpanendaka nirongo fiadiana avy nanao ny asa ratsiny. Hany ka tsy maintsy namaly ireo mpitandro filaminana. Mpanendaka iray no naratra voatifitra. Efa malaza ratsy amin’ny tsy fandriampahalemana tokoa, raha iny faritra 67ha sy ny manodidina iny. Efa tsy vitsy ireo nitondra faisana manoloana ny asa ratsy ataon’ireo mpanendaka ; izay  tsy misy tahotra sy henatra intsony ary tsy mifidy ora fa na maraina na antoandro na hariva fa indrindra ny alina. Manoloana izay indrindra no nanaovan’ireo polisy avy eo anivon’ny sampana miady amin’ny asan-jiolahy mahery vaika na ny SAG hetsika manokana efa ho andro maromaro izay, hoy ny fampitam-bavao azo. Omaly ary, tokony ho tamin’ny efatra ora maraina tany no nisy olona roa niharan’ny fanendahana teny an-toerana. Olon-dratsy maromaro niaraka tamin’ny antsy lava lela no nanao angaredona tamin’ireto olona ireto. Soa ihany anefa fa nifanojo tsara tamin’ny fisafoana nataon’ireo polisy nanao hetsika izany, ka tsy nisalasala ireto farany nandray andraikitra tamin’ny famonjena. Marihana, fa tsy nanao fanamiana ireto farany tamin’izany. Noheverin’ireo jiolahy fa olon-tsotra niditra amin’ny tsy tokony hidirany angamba ka avy ry zalahy dia nanohitra sy nandrangaranga ny antsy teny an-tànany. Tena vonon-kamono tamin’ireo fitaovam-piadiana teny aminy ireto olon-dratsy ka voatery nampiasa ny azy niarovan-tena ihany koa ny polisy. Voatifitry ny bala ny iray vao tonga saina ny namany hitsoaka, fa efa tsy vazivazy intsony ny raharaha. Tafaporitsaka araka izany ireto farany, raha noraisim-potsiny kosa ilay voatifitra. Nentina namonjy tobim-pitsaboana moa io naratra io, ary natao tsara ambina. Voalaza kosa, fa lasan’ireo namany nitsoaka ny poketran’ireo olona roa voaendaka. Ireto farany moa dia nametraka fitoriana avy hatrany. Mitohy arak’izany ny fikarohana ireto roa lahy tafatsoaka ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Festival : La programmation de Madajazzcar assez riche

Le bassiste Nully Ratomosoa est l’une des têtes d’affiche du festival Madajazzcar 2020

L’édition 2020 du festival international Madajazzcar se tiendra avec une programmation qui n’a pas à rougir en ces périodes de crise sanitaire. Le programme recèle quelques pépites.

La programmation de l’édition 2020 du festival international Madajazzcar, du 1er au 4 octobre, contient quelques pépites malgré la situation actuelle. Tout d’abord, une bonne occasion pour les mélomanes, il y aura un concert « Podium jazz » le 3 octobre. Ce rendez–vous a permis de populariser ce festival et par ricochet le jazz. Ce sera donc samedi à partir de 14 h avec en majorité des formations issues des école de musique de la capitale.

Comme les incontournables Jazz Club du CGM–GZ, le Conservatoire National de Madagascar (CNEMD)… Moins connus, mais sûrement toutes aussi talentueuses, les écoles comme l’école de batterie de Mendrika Rasolomahatratra, Ivotoerana Ibeazana Ara–kolotsaina  de Volahasiniaina et bien d’autres, seront à la hauteur de l’évènement. Ensuite, faire jouer des écoles est une garantie pour rameuter du public, les parents et la famille ne bouderont pas le plaisir de voir jouer leurs progénitures.

Un cabaret d’ouverture se tiendra le 1er octobre à partir de 19 h 30 à l’Hôtel de l’Avenue Analakely, un scène incontournable de la musique tananarivienne. Et le plateau sera très relevé, avec Ravels Trilogy, Jax Ravel à la batterie et la basse, Misa Ravel au piano et la basse. Enfin, Vola Ravel au micro, au piano et à la batterie. Tout un programme qui réservera sûrement de belles surprises. Une deuxième formation suivra, Titan Randriamasindrazana Band. Ce quatuor est composé de pointures comme Manitra Rabarisoa ou Fy Rajaofetra.

Cinq jours de sprint. Le festival Madajazzcar 2020 ne s’étalera pas uniquement sur les concerts, d’autres activités sont aussi intégrées dans ces cinq jours dédiés au jazz. Entre autres, une conférence sur « l’Entreprenariat artistique post Covid–19 » à l’Alliance française d’Andavamamba à 14 h toujours le 1er octobre. Utile pour les professionnels du jazz, même pour tout le secteur de la musique, par les temps qui courent. Même lieu, mais à 10 h le 2 octobre, une autre conférence évoquera « La contribution des oeuvres artistiques à la citoyenneté et au civisme ». Par ailleurs, le génial bassiste Nully Ratomosoa fera une mini tournée à travers les alliances françaises d’Ambositra et d’Antsirabe.

En guise de concert d’ouverture, ce sera à l’Ifm que cela se tiendra le 1er octobre à 19h, mais dont les images seront diffusées en direct sur les réseaux sociaux du festival international Madajazzcar. Avec la participation de Big Band Kely et Weaver Trio. Le dernier concert de cette édition 2020 sera un « jazz brunch » à l’hôtel Ibis à Ankorondrano à partir de 11 h. Plusieurs artistes y participeront comme Tantely Rasoloarimanana, Andry Michael Randriantseva, Yrinaf et bien d’autres.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre les pollutions marines : L’OLEP et le CFIM main dans la main

Le danger de déversement d’hydrocarbures est omniprésent à Madagascar.

Une convention de partenariat centré sur l’importance des informations a été signée entre l’Organe de Lutte contre les Évènements de Pollution et le Centre de Fusion d’Information Maritime ou CFIM.

Madagascar entend raffermir les dispositifs de lutte contre les pollutions marines telles que les déversements d’hydrocarbures. En effet, avec ses 5.000 côtes environ, la Grande Île n’est pas à l’abris des catastrophes de ce genre. La convention de partenariat récemment signée entre l’Organe de Lutte contre les Évènements de Pollution (OLEP) et le Centre de Fusion d’Information Maritime  (CFIM) rentre dans le cadre de cette volonté de renforcement des dispositifs de lutte. Ce, dans la mesure où la collaboration entre les deux entités met l’accent sur l’importance de la collecte, du traitement et de l’analyse d’informations en cas de risque ou de survenance de catastrophes maritimes. La convention entendrait constituer un outils d’aide à la décision lorsque les déversements d’hydrocarbures se présentent. Dans le sens où la collaboration devrait permettre de mettre en place un « système d’alerte précoce »

Ripostes. Le cas récent de déversement d’hydrocarbures à l’Île Maurice aurait permis à Madagascar de prendre des leçons, aussi bien dans la prévention des catastrophes que dans les actions de riposte. La convention de partenariat entre l’OLEP et le CFIM voudrait permettre de déployer rapidement des actions de reponses en cas de déversement d’hydrocarbure. «Des leçons ont été tirées, c’est pourquoi Madagascar se prépare sur le plan matériel, mais surtout du point de vue du savoir-faire pour des prises de décision dans les temps», a-t-on interpellé durant la cérémonie de signature de la convention en question à Fort-Dauphin. Si d’un côté, le partenariat entre l’OLEP et le CFIM voudrait constituer le message selon lequel Madagascar dispose d’une vision, d’un programme bien défini destiné à faire face à d’éventuel déversement d’hydrocarbure, l’accord constitue un moyen de lutte contre les divers trafics d’espèces via les littorales malgaches.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Barea : Abel Anicet manquera le stage

Anicet manquera le rassemblement mais sera motivé pour les prochaines rencontres.

Blessé lors de l’entraînement, le capitaine des Barea, Abel Anicet, ne pourra pas participer au stage des Barea prévu se dérouler à Luxembourg dans quelques jours. Après des examens médicaux, une déchirure a été diagnostiquée au niveau de sa jambe gauche. Cela l’éloigne du terrain pendant environ trois semaines pour une période de convalescence. Cependant, interrogé par Madagascar foot actu sur une possibilité de remplacement, suite à cet accident, Nicolas Dupuis a répondu que

« malheureusement n’étant plus dans les délais de convocation, nous ne pourrions pas le remplacer. Finalement il devrait nous manquer quelques joueurs pour ce rassemblement, Abel et Romain Métanire par exemple et peut-être Carolus et Ibrahim. Donc nous serions loin d’avoir l’équipe au complet. Cela permettra par contre de se retrouver et d’intégrer les 5 nouveaux. J’ai eu Dax ce matin au téléphone. Ça aurait été une solution. Nous sommes en train de voir ». Entre autres, sans Abel Anicet Andrianantenaina, son équipe Ludogorets Razgrad s’est imposée face au Beroe Stara Zagora sur le score de 2 buts à 0, ce samedi, dans le cadre de la 7e journée du championnat de Bulgarie de football.

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Sampana DEGMIA Barikadimy Toamasina : Hifarana ny 30 septambra izao ny taom-pianarana 2018 – 2019

Nanao valan-dresaka tamin’ny mpanao gazety nilazany ny faran’ny taom-pianarana 2018 -2019, sy ny taom-pidirana, ny taom-pianarana 2019 – 2020, ary ny taom-pisoratana anarana eo aminy, ny sampam-pianarana DEGMIA ao Barikadimy Toamasina, araka ny nambaran’ny Sojabe, Atoa Razanakolona Diny. Fantatra manomboka izao fa hifarana ny 30 septambra 2020 izao ny taom-pianarana 2018 – 2019, ka nentanina tamin’izany ireo mpianatra rehetra mba hanatitra ny valin’ny laza adina nalaina tamin’ny tranonkalan’ny Oniversite, mba hanatitra izany eny amin’ny biraon’ny DEGMIA hahafahana mamoaka ny naotin’ny mpianatra amin’ity taom-pianarana mifarana ity. Manomboka amin’ny 08 oktobra any ho any kosa ny fanombohan’ny fisoratana anarana ho an’ny mpianatra, indrindra ireo hiditra taona voalohany, ary ny 02 novambra no miditra ny taom-pianarana 2019 – 2020 araka ny tapaky ny fivoriam-ben’ny filoha sy ny sojaben’ny oniversite manerana ny Nosy. Haharitra 07 volana ny taom-pianarana aorian’ny fidirana amin’ity taona ity. Ireo sampam-pianarana tsy miankina eo anivon’ny DEGMIA ao amin’ny oniversiten’i Toamasina ihany koa dia manaraka izay lalan’ny fidirana sy fisoratana anarana izany ihany koa. Isan’izany ny fampianarana ampitain-davitra ao aminy; izay misy ny sampam-pampianarana, lalàna (Droit) – sy ny toekarana (Economie) – ary ny fitantanana (Gestion). Ny sampam-pianarana momba ny tolobidim-panjakana (marché pubic) miaraka amin’ny PRMP; ary ny sampam-pianarana momba ny fitantanana ny seranan-tsambo sy ny manodidina azy (gestion portuaire et logistique) miaraka amin’ny SMMC. Samy sampam-pianarana tsy miankina hahazoana ny maripahaizana “licence professionelle” sy ny “master professionnel” avokoa izy rehetra ireo, ary afaka miasa avy hatrany ireo mivoaka avy ao. Mikasa ny hamoaka ny mpianatra ao aminy koa ny DEGMIA izay antsoina hoe “Masova”, izay efa namoaka andiany misy mpianatra 200 ny taona lasa, saingy mbola miandry ny fahavitan’ny hamehana ara-pahasalamana dia hatomboka izany. Nambaran’ny Sojaben’ny DEGMIA kosa, fa ireo efa nandoa ny saram-pianarana farany teo, 2018 – 2019, ho an’ny taona voalohany vao hiditra, dia ny 300.000 ariary ny saran’ny fiofanana ihany no haloany, hahafahany manomana dieny mialoha ny taona voalohany hidirany.

Malala Didier