Les actualités Malgaches du Jeudi 28 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara1041 partages

« Top international model of the world » : Le représentant malgache, élu comme étant le plus photogén...

Le représentant malgache n’a pas été sacré « Mister Top international model of the world » mais a été par contre élu comme étant le plus photogénique.

Pas de sacre pour Dicaprio Groubel ! Ces derniers temps, les filles, sur Facebook, ne parlaient que de lui. Le beau gosse originaire d’Ambilobe qui a décidé de représenter son pays d’origine pour le « Top International model of the world » qui s’est tenu à Bulgarie. Il n’aura malheureusement pas convaincu le jury qui a décidé de couronner Borislav Mihov, le représentant bulgare qui devient donc le «  Mister Top international model of the world ». Le jeune homme ne rentrera cependant pas bredouille. Il a été reconnu comme étant le plus photogénique des candidats. Le  « Top International model of the world », pour rappel, a mis en compétition, 25 autres jeunes gens venus d’Europe, d’Amérique Latine, des Etats-Unis, d’Asie et d’Afrique.Mahetsaka

Midi Madagasikara706 partages

Marché du soin et de l’esthétique capillaire : « BSH International » débarque à Madagascar

Nombreux sont les produits cosmétiques qui envahissent le marché du soin et de l’esthétique en général, y compris le capillaire à Madagascar. Les consommateurs ont ainsi du mal à bien choisir les produits qui sont mieux adaptés à leur cuir chevelu face aux diverses offres en provenance de différents pays dans le monde. D’autant plus, il y a des contrefaçons et des produits contenant de substances nocives à la santé humaine. En parlant de l’esthétique capillaire, les recherches ont attribué au fil des ans des produits spécifiques à chaque type et caractère de cheveux. Les traitements sont ainsi devenus de plus en plus personnalisés. Pour un pays tropical comme Madagascar où les cheveux sont exposés à différentes formes d’agressions, des formules et des produits appropriés sont recommandés par BSH (Brazilian Secrets Hair) International qui débarque dans le pays.

Notons que le lissage brésilien devient une tendance sur le marché du soin et de l’esthétique capillaire à l’échelle mondiale, au point de devenir une référence pour les professionnels du métier et pour les consommateurs, notamment dans les pays tropicaux. « BSH International » se démarque en revanche des autres produits cosmétiques, car sa marque a déjà fait ses preuves dans le traitement des cheveux abîmés et ce, dans plusieurs pays, selon les promoteurs. « Nous  proposons des produits 100% made in Brazil, fabriqués avec des essences rares et naturelles d’Amazonie. Sans formol, sans paraben ni ingrédient génétiquement modifié, ce produit innovant et breveté ne présente aucun dommage pour la santé des professionnels et de leurs clients », ont-ils enchaîné. Cette marque sera lancée officiellement demain.

Navalona R.

Midi Madagasikara305 partages

4×4 des députés : Vers une transaction douteuse

Le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy confirmant hier la possibilité pour les députés d’obtenir des 4×4.

Un achat à crédit de voiture d’une valeur de 100 millions d’ariary n’est pas faisable en 17 mois, notamment pour un député qui ne perçoit même pas mensuellement, salaire et avantages compris, 6 millions d’ariary.

Une mensualité d’au moins de 100 millions d’ariary à régler en 17 mois. 17 mois si les députés auront leurs 4×4 au début de la deuxième session ordinaire du Parlement d’octobre prochain et si leur mandat expire en février 2019. La faisabilité de cette transaction laisse planer des doutes car le délai est très court. Si chaque député a droit à un 4×4 d’une valeur de 100 millions d’ariary, il devra payer six millions d’ariary par mois à son concessionnaire.  Alors que le salaire et la somme des avantages perçus mensuellement par un député ne peuvent pas couvrir ces dépenses. Autrement dit, si les députés veulent avoir des 4×4, ils seront obligés de s’endetter. Hier, le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy, en marge d’un point de presse qu’il a tenu sur ses récents déplacements à Séoul (Corée du Sud), n’a pas démenti la possibilité pour nos élus de Tsimbazaza d’obtenir des voitures tout-terrains. « Ils (ndlr : députés) en ont besoin pour leur travail parlementaire, car ils sont tenus de faire le rapport de leurs activités dans leurs circonscriptions. Ils en ont également besoin pour aider leurs électeurs, car pour les députés qui en avaient déjà durant les précédentes législatures, ces 4×4 ont servi d’ambulance en cas d’évacuation sanitaire dans leur circonscription. », a-t-il expliqué. Le président de la Chambre basse a par ailleurs confirmé que l’Etat facilitera l’obtention de ces 4×4, car les députés n’ont pas la possibilité de payer au comptant. Ce rôle de facilitateur ou de garant de l’Etat laisse également planer des doutes. L’autre question qui se pose est de savoir si tous les députés auront affaire à un concessionnaire unique ou s’ils seront libres de le choisir .

Transparence. Visiblement, de nombreuses questions méritent d’être élucidées sur ce « dossier » qui risque de créer des scandales à l’Assemblée nationale d’une part et entre l’Exécutif et les députés d’autre part. Pourtant, l’annonce de la bonne nouvelle a été déjà faite par des députés pro-régime. L’Exécutif ne pourra plus reculer sur les promesses qu’il aurait faites. A Anosikely, des sénateurs s’interrogent sur leur cas. Jusqu’ici, il n’a pas été annoncé qu’ils auront également, comme les députés, leurs 4×4 pour la simple raison que l’Exécutif est sûr d’obtenir les voix des ¾ nécessaires à l’approbation du futur projet de révision constitutionnelle. En tout cas, pour dissiper les doutes des contribuables, l’Etat devrait jouer la transparence sur son véritable rôle dans cette affaire des 4×4 des députés. Que veut dire être facilitateur ou garant dans ce « dossier » politico-commercial ? Pour les observateurs avertis, les députés ne pourront jamais supporter une traite de voiture d’une valeur de 100 millions d’ariary en 17 mois. Là où toutes les suspicions et toutes les supputations sont permises. Ces suspicions et ces supputations sont notamment valables sur le cas des députés qui n’ont pas la chance d’être reconduits à Tsimbazaza  après les Législatives de 2018. A suivre.

R. Eugène

Midi Madagasikara281 partages

Pesta eto Toamasina : Norotahin’ny olona ny hôpitaly hakany ny havany maty

Mbola misy ary mbola mahafaty olona tato ho ato izay ny pesta amin’ny tratra eto Toamasina. Taorian’ireo vehivavy roa maty ny faran’ny herinandro teo, dia fantatra indray izao fa nisy vehivavy antitra manodidina ny 65 taona teo indray maty ny talata teo. Avy any Ampasimana Maningory ny fiaviany, saingy ao La Poudrette Ambolomadinika ny fokontany nipetrahany. Raha ny fanazavana azo dia efa narary mafy ity vehivavy antitra ity vao nampidirina hopitaly tao amin’ny hopitaly manara-penitra Morafeno Toamasina, ny talata maraina. Nandritra ny fizahana natao azy no nahalalan’ny mpitsabo fa pesta amin’ny tratra no nahazo azy, saingy efa tsy tana intsony ny ainy ny talata tolakandro. Avy hatrany dia nohidiana tsy nisy nahazo nikitika ny efitrano sy ilay razana ary ny fianakavin’ny maty, saingy tsy nanaiky izany ireto farany fa nitaky sy nikasa ny hanao amboletra haka ny fatin’ny havany hatrany ny talata hariva io. Nandritra izany dia efa nanomana ny handevina ilay maty ireo mpitsabo ho fisorohana ny fiparitahan’ny aretina, saingy efa alina ny andro. Omaly alarobia kosa dia mbola tonga nikasa haka ny fatin’ny havany niaraka tamin’ny vatampaty ireo fianakaviany ka nanomboka nitangorona teo amin’ny hopitaly manara-penitra Morafeno. Voatery naka mpitandro ny filaminana niaro azy ny hopitaly; sy niaro ihany koa ilay efitrano nohidiana noho mba tsy hiparitahan’ilay pesta amin’ny tratra amin’ny marary mitsabo tena tao sy ireo mpamangy ny havany marary ihany koa. Tsy faly tamin’izany ireto fianakaviana ireto ka nikasa ny hanakorontana, ka voatery nandray andraikitra maika nandevina ilay maty ny mpitsabo hiarovana ny fahasalamam-bahoaka amin’ ity pesta amin’ny tratra ity. Hatreto anefa dia mbola tsy faly amin’ny tsy fanomezana ny havany nalevina ireto fianakaviana ireto, ary nilaza fa tsy pesta izany no nanjo ny havan’izy ireo, na efa nanamafy aza ireo mpitsabo fa pesta amin’ny tratra no nahafaty azy. Nafenina mafy ny toerana nandevenana ity maty ity hisorohana ny mety hakan’ny havany azy antsokosoko ka hampitatao loza ny vahoaka amin’ny aretina indray…

Malala Didier

Midi Madagasikara193 partages

New York : Une délégation du TIM reçue à l’ONU

La délégation du TIM avec le sous SG adjoint de l’Onu hier à New York.

Pendant que la délégation officielle de Madagascar conduite par le président Hery Rajaonarimampianina participait à la 72e Assemblée générale des Nations unies,  le parti de l’ancien président Marc Ravalomanana menait ses lobbyings à New York en rencontrant des hauts responsables de l’ONU. Hier, une délégation du TIM dirigée par l’ancien ministre Rolland Ravatomanga et composée de Guy Rivo Randrianarisoa et de Jean- Pierre Rakotoarivony, a été reçue par le sous- secrétaire général adjoint de l’ONU en charge des Affaires Politiques Tayé-Brook Zarihoun. Cette délégation a parlé avec ce numéro 3 des Nations unies de l’évolution de la situation politique à Madagascar, notamment du projet de la révision constitutionnelle concocté par le régime HVM, de l’insécurité et de la corruption. A noter que l’ancien président Marc Ravalomanana ne s’est pas encore officiellement positionné par rapport à ce projet de révision constitutionnelle. Il poursuit cependant ses tournées politiques à travers l’île.

Recueillis par R. Eugène

Midi Madagasikara137 partages

Antsohihy : Voatifitry ny BC tao anaty akata i Georgie, mpaka an-keriny karàna

Izy no voatondro ho tompon’antoka tamin’ny fakàna an-keriny izay tsy tontosa saingy nahafaty an’i Fahrane tetsy Mangasoavina-Besarety. Izy ihany koa no mbola voatonona ho tompon’antoka tamin’ny kidnapping an’ilay karàna antsoina hoe Chandarana tetsy Behoririka. Tsy izay ihany fa mbola i Georgie ihany koa, no namoahana « avis de recherche » avy amin’ny sampan-draharahan’ny pôlisy misahana ny heloka bevava (BC), rehefa nitranga ny famonoana olona tany Antsohihy. Momba io raharaha farany io dia relijiozy fikambanan’ny Capucins ary manana andraikitra teo anivon’ny Ekar Ambendrana-Antsohihy, no maty notifiriny tamin’ny Kalachnikov tamin’ny volana aprilin’ity taona ity. Halatra lakolosy sy fandrobana vola no tena anton’ilay vonoan’olona. Lava ny lisitry ny asaratsy nataon’i Georgie, satria ankoatra ny fakàna an-keriny  dia mbola voatondro ho tompon’antoka tamin’ny fanafihana mitam-piadiana maro teto an-drenivohitra sy tany amin’ny faritra ny tenany. Isan’izany ny fandrobana ny MCB tany Mahajanga, ny Air Mad tetsy Ankorondrano, sy ny sisa hafa izay mbola fantarina anatin’ny fanadihadiana. Tapitra ny hazakazany omaly vao maraina rehefa nitontonan’ny BC tany Antsohihy, toerana niereny, izany rehefa niala teto an-drenivohitra. Nifampitady tao anaty akata ny roa tonta ary tao anaty fotaka mandrevo izy no lavon’ireo pôlisy. Nisy fifamaliana tifitra, raha araka ny loharanom-baovao eo anivon’ny pôlisy. Isan’ny vava efa nataon’i Georgie ny hoe tsy maintsy mahafaty iray amin’ireo mpanara-dia azy izy alohan’ny nahafatesany, ary izany no nahatonga ireo pôlisy nampiasa ny fara-heriny tamin’ny fisamborana, izay niafara tamin’ny fahafatesany. Ny fanontanina mipetraka dia hoe mijanona hatreo amin’ny fahafatesan’ity lehilahy ity ve izany ny fanadihadiana momba ireo raharaha azo lazaina fa arahin’ny besinimaro ireo ? Nentiny niara-maty aminy ve ny tsiambaratelo rehetra izay tokony havoakan’ny fanadihadiana ? Mazava mantsy fa tsy i Georgie irery no hahafantatra izay misy ny vola eto an-drenivohitra fa tsy maintsy misy miray tendro aminy.

D.R

Midi Madagasikara134 partages

Forum des idées de gauche : Pour la séparation stricte des affaires politiques et religieuses !

Le Forum des Idées de Gauche organise demain une conférence-débat portant sur le thème : « Instrumentalisation de la religion dans la vie politique : légitimation et maintien du pouvoir ». Ce sera à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina à partir de 16h30.

Un sujet qui intéresse plus d’un, un sujet d’actu. L’article 2, alinéa 2 de la Constitution actuelle prévoit noir sur blanc que « La laïcité de la République repose sur le principe de la séparation des affaires de l’Etat et des institutions religieuses et de leurs représentants ». Néanmoins, dans les différentes crises successives qui ont plongé le pays dans un profond marasme économique, l’Eglise – la FFKM (Confédération des Eglises Chrétiennes à Madagascar) – a toujours marqué une vive présence, voire une omniprésence dans leur résolution. Par ailleurs, nous n’ignorons pas que Marc Ravalomanana, quand il était au pouvoir, était également le vice-président de l’Eglise Protestante Réformée.

Réserve de voix. « La religion est l’opium du peuple », affirmait un certain Karl Marx. A Madagascar, force est de reconnaître que cet adage y trouve son fondement. En effet, imbriquer la religion et le politique est devenu la meilleure stratégie pour « acheter » des voix. Il y a même un chef d’église qui a déclaré d’urbi et d’orbi qu’il sera candidat aux prochaines présidentielles. Un chef d’Eglise, ses fidèles qui sont synonymes de « premiers votants » également. Toujours dans cette même optique, Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina ne cessent d’impressionner les fidèles protestants, loin d’être anodins en terme numérique. Ce fut le cas lors de la célébration du 50e anniversaire de la FJKM à Antsiranana, ou du passage successif des deux hommes protestants à Ankaramalaza.

Vide juridique. La laïcité de l’Etat est, certes, mentionnée dans la Constitution malgache, mais aucun texte qui lui est propre n’est en vigueur. Encore faut-il appliquer la loi française du 9 décembre 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Par ailleurs, les conditions exhaustives pour les aspirants au poste de président de la République ne comportent aucune mention selon laquelle les religieux ou les hommes d’Eglises ne peuvent pas se porter candidat à la présidentielle. Néanmoins, pour justifier l’alinéa 3 du même article 2 de la Constitution, la candidature des hommes d’Eglises risque d’être irrecevable le cas échéant. En effet, cet alinéa dispose qu’ « aucun Chef d’Institution ni membre de Gouvernement ne peuvent faire partie des instances dirigeantes d’une Institution religieuse, sous peine d’être déchu par la Haute Cour Constitutionnelle ou d’être démis d’office de son mandat ou de sa fonction » tout en sachant que la Présidence de la République elle-même est la première institution de la République.

Séparation stricte. Pour le forum des idées de Gauche, « il faut une séparation stricte en affaires politiques et affaires religieuses ou du moins limiter au maximum leur immixtion respective ».  D’après les explications que nous avons reçues, les activistes de gauche vont faire ressortir les limites de la relation entre la religion et l’Etat en attendant  que les citoyens soient « responsabilisés dans le choix de leurs dirigeants ; choix basé sur leurs aptitudes et compétences ainsi que leurs idéologies ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara134 partages

Kidnapping : 14 prévenus condamnés aux travaux forcés à perpétuité

Sur les 75 prévenus qui devaient comparaître devant  la barre, 14 ont écopé d’une peine de travaux forcés à perpétuité et une autre a été condamnée aux travaux forcés pendant cinq ans. Tels sont les verdicts prononcés, hier, en fin d’après-midi, à l’issue du procès de l’affaire portant sur le kidnapping d’Arnaud et d’Annie commis à Toamasina, tenu au Tribunal Anosy. Cette journée qui devrait être décisive pour trancher le sort des accusés a failli être avortée à cause de la grève nouvellement initiée par le Syndicat des Magistrats et celui des Greffiers. Ces derniers se sont emparés de la salle prévue pour cette audience. Le motif évoqué est que cet endroit est le lieu de toutes les manifestations organisées par les syndicats depuis toujours. C’est pourquoi, les juges et les greffiers ainsi que les assesseurs qui étaientdéjà présents sur le lieu ont en cherché un autre pour la continuité du procès. En effet, commencée tardivement, l’audience ne fut clôturée qu’en début de la soirée. Heureusement qu’elle a débouché par la publication des verdicts.

Les condamnés sont, par ailleurs, ordonnés à payer 4 000 000 d’euros ou 5 milliards d’ariary à la partie civile, à savoir le père d’Arnaud et la mère d’Annie. C’est l’équivalent de la rançon que les ravisseurs avaient réclamé à leur victime. En général, ces verdicts sont déjà prévisibles si l’on se réfère aux plaidoiries des parties adverses notamment celles du procureur qui n’a pas hésité à réclamer l’application de la peine sévère tout en se confiant à la sagesse des juges. La raison serait l’absence des personnes censées être les principaux cerveaux de cet acte, à savoir les nommés Marcellin , Ravola et Nono. Selon les informations, ces prévenus ont pu s’échapper de la prison d’Ambatolampy, une semaine avant ce procès. Un fait que la partie civile estime impossible dans la mesure où aucune déclaration d’évasion n’est rendue publique. C’était la réquisition des échanges téléphoniques des deux personnes qui  a permis d’épingler la plupart de ces individus qui ont été jugés hier. Egalement fortement suspect en tant que parmi les principaux exécutants de ce double enlèvement, Freddy a été abattu lors de l’assaut de la maison où étaient séquestrés Arnaud et Annie. En effet, les prévenus qui étaient présents à cette audience d’Anosy ont trouvé des alibis pour nier en bloc les accusations portées à leur encontre. Pour se défendre, ils ont tous imputé à ces gens les méfaits qu’ils avaient avoués durant leur interrogatoire à la police. En effet, cette affaire ne devra pas s’arrêter là. D’autant plus que la partie civile qui affirme ne pas être pas satisfaite de ces verdicts du Tribunal d’hier, compte faire appel. Le père d’Arnaud n’a pas caché son amertume du fait que rien n’a été soulevé sur l’origine des armes utilisées par les malfaiteurs.

T.M.

Midi Madagasikara112 partages

Morondava : La population monte au créneau !

Les habitants ne peuvent plus tolérer les agissements du député pointé du doigt.

Si l’Etat ne prend pas des mesures concrètes, les populations locales vont intensifier leurs revendications. C’est le message des habitants issus de trois communes de Morondava – dont la plupart sont des riziculteurs – qui ont été privés de l’eau du barrage de Dabaraha pendant quatre ans. L’origine ? Un élu de cette localité y fait sa loi en décidant unilatéralement de dévier le passage normal de l’eau de Dabaraha à son profit et au détriment de ces riziculteurs. D’après les explications que nous avons reçues, ce sont les zones intermédiaires et le delta qui souffrent le plus de cette mauvaise répartition de l’eau de Dabaraha. Pour montrer leur indignation, les habitants ont organisé, il y a deux semaines, une grande manifestation sur les routes nationales à l’issue de laquelle les principaux leaders ont été arrêtés puis relâchés. Mais si aucune mesure concrète ne sera prise d’ici peu, les habitants procèderont à une manifestation beaucoup plus intensifiée, car famine, sécheresse et pertes financières sont les principales conséquences de ces agissements du député. Affaire à suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara112 partages

Namontana : Vehivavy lehibe, hita faty voaolana

Vehivavy iray izay efa lehibe ihany no hitan’ny olona nitsirara teny amoron’arabe omaly teny amin’iny faritra Namontana iny, efa tsy nisy aina intsony. Ireo mpiantsena vao maraina teny an-toerana no nahita voalohany ity zava-nitranga ity, ka nampiantso avy hatrany ireo tompon’andraikitra. Tamin’ny voalohany dia noheverin’ny maro fa ireny tsy manan-kialofana namoy ny ainy, vokatry ny aretina na hanohanana ireny ity vehivavy hita faty ity. Somary nahagaga ny rehetra ihany anefa ny nahita azy zara raha nitafy. Tamin’ny fitsirihana nataon’ireo tompon’andraikitra no nahafantarana fa maty nisy nanolana izy io. Nahitàna ratra mantsy teo amin’ny fivaviany sy tao amin’ny fitombenany, antony nahafahana nilaza fa niharan’ny herisetra ara-nofo nataon’olon-tsy vanona izy io, araka ny angom-baovao azo. Nentina avy hatrany tany amin’ny tranom-paty ity ramatoa namoy ny ainy ity. Nosokafana kosa tetsy an-danin’izay ny fanadihadiana sy ny fikarohana izay mety ho nahavanon-doza.

m.L

News Mada97 partages

Basket – CCCOI : le dernier carré se profile chez les dames

Sauf miracle, la première place dans la catégorie féminine reviendra à Fandrefiala dans la phase de poule de la coupe des clubs champions de l’océan Indien qui se joue jusqu’au 1er octobre au palais des Sports de Mahamasina.

Hier, la bande à Tahiana, après une entrée sans faute, a une nouvelle fois dicté sa loi en dominant largement BCM Mayotte sur le score sans appel de 100-39. En dominant Tamifa dans un duel malgacho-malgache, MB2All s’est ressaisi et pointe à la deuxième place. Ces deux équipes risquent de se retrouver en demi-finale samedi si Tamifa perd  face à Fandrefiala ce jour lors de la dernière journée de la phase éliminatoire. De son côté, le vainqueur de la rencontre entre les B Challenge Seychelles et BCM Mayotte héritera de Fandrefiala.

Chez les hommes, les quarts de finale se feront sans les Seychellois de Premium Cobra. Battue par la GNVB, hier lors de la dernière journée, cette formation cède la quatrième place qualificative à Usoni Comores dans le groupe A.  Dans le groupe B, les quatre équipes sont toutes qualifiées pour les quarts mais Ascut reste le maître incontesté au classement final.

Naisa

 

Midi Madagasikara68 partages

Tourisme solidaire : Première expérience réussie à Kivalo

C’est dans un cadre exceptionnel que les habitants de Kivalo ont accueilli lestouristes. (Photo WWF)

C’est une première expérience plutôt concluante pour la communauté de Kivalo qui a accueilli tout récemment un groupe de touristes américains et français, dans un esprit d’échanges culturels, de conservation de la nature et de participation au développement local.  

Les habitants de Kivalo, un petit village situé près de la mondialement connue « Allée des Baobabs » dans la région Menabe, sur la côte ouest de Madagascar, ont fait l’expérience du tourisme durable et solidaire, en étant la communauté hôte d’un groupe de touristes français et américains. Ils ont accueilli la quinzaine de touristes dans un paysage exceptionnel pour l’observation des oiseaux des mangroves. Cette communauté composée essentiellement de pêcheurs a bénéficié, en 2016, d’une formation en écotourisme avec WWF. Cette première expérience dans l’accueil de touristes étrangers était une véritable mise en situation pour les villageois de Kivalo. Rogia Ravaonirina, éco guide locale, commente : « C’était un grand défi pour nous. Je suis heureuse d’avoir l’opportunité d’appliquer dans la vraie vie les formations que nous avons suivies».

Ce premier contact a permis aux villageois de prendre la mesure des réalités de l’accueil de touristes : surmonter la barrière des langues, assurer un service de qualité, avoir des infrastructures adéquates et suffisantes, etc.… « L’important aussi, c’est que nous avons de belles mangroves avec beaucoup d’oiseaux et de mammifères à montrer aux visiteurs grâce aux efforts de conservation de notre communauté de base », ajoute Rogia. Forts de ce premier pas réussi, les habitants de Kivalo sont déjà prêts à renouveler l’expérience. Ils accueilleront un autre groupe de touristes américains, le mois prochain.

Recueillis par Hanitra R.

L'express de Madagascar62 partages

Banque – La BMOI met le cap sur les entreprises

La BMOI affirme son positionnement de banque de référence des entreprises et du commerce international. « C’est la première vocation de la banque. Elle a été créée pour soutenir le développement du tissu économique du pays à travers l’accompagnement des entreprises basées à Madagascar », a expliqué hier Alain Merlot, directeur général de la BMOI Mada­gascar. C’était à l’occasion de la présentation du nouveau slogan de cette institution financière.Ces soutiens sont axés  sur les financements des besoins d’exploitation et des investissements ou  dans des opérations internationales. D’après ses explications, sur les trente cinq mille clients qu’elle compte, la banque gère un portefeuille de trois mille entreprises.Alain Merlot a aussi souligné l’importance de l’innovation, du développement du digital et de la qualité de service qui reste un des enjeux majeurs de la BMOI Groupe. « La finance digitale est incontournable pour les institutions financières comme la nôtre. En utilisant les technologies du numérique, du mobile, nous allons fournir des services financiers plus efficaces à nos clients », soutient le banquier.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara43 partages

Salon IFTM Top Resa : 14 exposants au stand de Madagascar

Le président de l’ONTM, devant le Stand de Madagascar au Salon IFTM.

En plus du ministère du Tourisme et de l’Office National du Tourisme de Madagascar (ONTM), 7 Tour opérateurs, 4 Hôtels et 1 compagnie aérienne composent les exposants au stand de Madagascar au Salon IFTM Top Resa qui se tient depuis mardi au Hall 1 du Parc des Expositions  à Paris.

« On a toujours les mêmes catégories d’exposants », fait remarquer le président de l’ONTM Joël Randriamandranto qui est présent Porte de Versailles. Et de souligner toutefois que « le stand de Madagascar est plus petit en termes de superficie par rapport à l’édition 2016 qui avait bénéficié d’un appui des bailleurs de fonds ». Ce n’est plus le cas pour cette année, car le soutien des bailleurs est ponctuel, explique-t-il. Avant d’ajouter que « les fonds propres de l’ONTM qui proviennent des vignettes touristiques ne suffisent pas à faire la promotion de la destination Madagascar ». C’est pourquoi il propose qu’une part des visas qui pourront prochainement se faire en ligne, soit versée à l’ONTM. « Sur 35 euros par exemple, 5 euros pourraient revenir à l’ONTM », suggère-t-il, Une proposition qui a été soumise aux responsables étatiques dans le cadre du Dialogue Public-Privé.

295.000 touristes. « Les pouvoirs publics ont donné leur accord de principe sur cette proposition de l’ONTM », rapporte Joël Randriamandranto. En signalant au passage que le secteur est en train de redémarrer avec 295.000 touristes enregistrés actuellement contre 150.000 après la crise de 2009, mais sans encore atteindre le niveau de 2008 qui était de 375.000 touristes. C’est dire que la destination Madagascar redécolle, enchaîne-t-il, En expliquant notamment cette progression par l’arrivée de nouvelles compagnies aériennes (Ethiopian Airlines, Kenya Airlines, Turkish Airlines…) qui desservent Madagascar. Plus précisément Antananarivo. « Il serait souhaitable que ces compagnies puissent assurer des liaisons directes dans les principaux pôles touristiques du pays, car les vols intérieurs sont actuellement trop chers », estime-t-il. Non sans reconnaître que l’arrivée de ces nouvelles compagnies aériennes entraînent une concurrence qui ne peut que favoriser la destination Madagascar.

Insécurité et peste. Le président de l’ONTM reconnaît aussi que des professionnels de l’industrie du tourisme et du voyage présents au Salon IFTM Top Resa se sont enquis de la situation sécuritaire et sanitaire avec la résurgence de cas de peste. « Je leurai expliqué que l’insécurité ne touche pas uniquement Madagascar, pas plus que l’épidémie de peste ne touche l’ensemble du pays et que de toute façon, les responsables prennent les choses en main« . Joël Randriamandranto, car ces propos sont de lui, de continuer que « le Salon IFTM Top Resa est un lieu d’échanges et de rencontre entre professionnels afin de connaître les nouvelles technologies, les besoins du moment et les tendances en vogue en matière de promotion du tourisme. « C’est un secteur transversal (transports, artisanat, agriculture…) qui occupe une place importante dans le développement du pays », rappelle-t-il. En insistant que « la compétitivité du tourisme malgache repose aussi sur la qualité des services ».

Propos recueillis par R. O (Paris)

Midi Madagasikara39 partages

OMAVET : Appuis aux étudiants de l’IST

Découverte. C’est le mot qui résume le mieux le sentiment des étudiants en première année, mention Gestion des Transports et Logistique au sein de l’Institut Supérieur de Technologie Antananarivo. Dans le cadre de leur cursus universitaire, ils (les étudiants de l’IST) doivent effectuer des stages auprès d’une société correspondant à leur filière. Ce que Falihery R. ,un étudiant, a confirmé. « Etant donné que nous sommes inscrits dans la mention gestion des Transports et Logistique, il nous est paru légitime et logique de choisir la société OMAVET » a-t-il fait savoir. Avant d’ajouter : « C’est également un moyen pour nous de comprendre l’actualité, particulièrement les différends entre la société et le syndicat des chauffeurs des taxis ». D’une durée de cinq jours, l’immersion des étudiants devrait déboucher sur la rédaction d’un rapport détaillant leurs découvertes et leurs appréciations sur le domaine du transport dans la capitale malgache. Interviewé sur la question, le directeur général d’OMAVET Hantaniaina Rabezandry a affirmé que « l’initiative de la société s’inscrit dans le souci de partage de compétences et savoir-faire pour une amélioration du transport dans la capitale et dans le pays par ricochet ».

José Belalahy

Midi Madagasikara31 partages

Andilanatoby Ambatondrazaka : Voasambotra ny roa tamin’ireo gadra nitsoaka

Gadra roa tamin’ireo iraika ambin’ny folo tafatsoaka tao amin’ny fonjaben’Ambatondrazaka no fantatra fa voasambotra omaly tany Andilanatoby, tanana manodidina ny 30 kilaometatra miala ny tampon-tanan’Ambatondrazaka. Tokony ho tamin’ny 11 ora tany ho any no azo babo izy ireo, hoy ny fanazavàna azo avy amin’ny tompon’andraikitry ny zandary misahana iny faritra iny, rehefa avy nifanenjehana. “Nisy ny loharanom-baovao azonay teo anivon’ny zandary sy ny mpiandry fonja mahakasika azy roalahy ireto, ka napetraka avy hatrany ny vela-pandrika ary dia izao nahitam-bokany izao”. Raha fampitam-baovao avy any an-toerana dia nitsoaka nihazo iny lalam-pirenena faha-44 iny ireto gadra nitsoaka ireto. Saika tanana andalovan’izany lalana izany avokoa mantsy no fantatra fa nandalovan’izy ireo. Ny alatsinainy teo izy ireo no voamarika, araka ny fampitam-baovao azo, fa tao amin’izany tananan’i Mangabe izany. Ny talata kosa dia Ambalavato, ary dia izao niafara tamin’ny fanamborana azy ireo tao Andilanatoby izao. Niezaka nitsoaka moa ireto farany ary voatery nanapoaka basy nanao tifi-danitra ireo mpanenjika izay nahitana zandary sy mpiandry fonja. Nilavo lefona avy hatrany izy ireo nony avy eo. “Mbola mitohy sy tsy miato ny savahao, ny fametrahana barazy mba hikarohana ireo sivy lahy ambiny, tafatsoaka ataonay mpitandro filaminana”, hoy ity tompon’andraikitra. Araka izany, manentana izay mety ho manam-baovao mahakasika azy ireo mba tsy hisalasala hiantso avy hatrany ny tompon’andraikitry ny filaminana akaiky azy ireo.

m.L / Janus

Midi Madagasikara30 partages

Pôlisin’ny harena an-kibon’ny tany : Hanome fiofanana ireo mpitrandraka volamena any Betsiboka

Manjaka loatra ny gaboraraka sy ny tsy fanarahan-dalàna eo amin’ny sehatry ny fitrandrahana volamena. Mazàna dia ny tsy fahaizan’ireo mpisehatra volamena ny lalàna velona sy misy eto amintsika no mahatonga izany. Eo anatrehan’izany mihitsy no nahatonga ireo tompon’andraikitra hanome fiofanana ireo mpisehatra ao anatin’izany resaka volamena izany. Ny faritra Betsiboka iny no nanombohana izany fiofanana izany, ary ny fampahafantarana ny lalana no laharam-pahamehana amin’izany. Efa nanomboka tamin’ny voalohan’ny taona ity fampiofanana omen’ireo tompon’andraikitra mahakasika ny resaka volamena. Mpitrandraka, mpividy, mpanangona maro no efa nahazo izany, ary efa manodidina ny 20 eo izany no vita. Amin’izao dia ao amin’ny distrikan’i Kandreho sy Tsaratànana ireto mpampiofana amin’izao fotoana izao. Tanjona amin’ity fampiofanana ity, hoy ireo tompon’andraikitra, ny mba hahafantaran’ny rehetra ny lalàna mahakasika ny resaka volamena ary ny hanarahan’ny rehetra izany, indrindra fa any amin’iny faritra Betsiboka iny, izay iaraha-mahalala fa maro mpitrandraka volamena. Aorian’ny fiofanana kosa, raha ny fanazavàna azo, dia tsy handefitra intsony ireo tompon’andraikitra ho an’ireo izay mbola minia tsy manaraka sy mivoaka ny vala ary ho avy tokoa amin’ny angady sy ny harona, na amin’iza io na amin’iza.

Ratantely

Midi Madagasikara24 partages

Madajazzcar : Plus de 70 artistes sur une vingtaine de scènes

Désiré Razafindrazaka et son équipe, cette fois encore, ont mis le paquet. Pour cette année, une soixantaine d’artistes locaux vont se relayer pendant douze jours. Une dizaine d’invités internationaux complètent l’affiche.La machine est en marche ! Dans quelques jours, Tana va vibrer au rythme du festival Madajazzcar. Pour le plus grand évènement dédié au jazz, plus de 70 artistes nationaux et internationaux vont se relayer sur les scènes de pubs, cabarets, alliances… Une vingtaine d’espaces, de l’Alliance française en passant par le Dôme rta, le Kudéta, le Carlton… à Antsahamanitra, collaborent avec Madajazzcar pour cette édition 2017 qui se tiendra du 2 au 14 octobre. Parmi les artistes à l’affiche, des jeunes musiciens et formations qui commencent à asseoir leur notoriété et n’ont cessé de faire parler d’eux tout au long de l’année. Nous retrouverons par exemple « Anaa quatuor » et Dina Mialinelina qui émerveillent les amoureux de bonne musique à chacune de leurs apparitions sur scène, Joro Rakotozafiarison qui a participé à l’aventure « Malagasy road show »,  Tahiry Andriamanoro qui n’a cessé de multiplier les scènes avec des noms connus comme Eric Rakotoary, ou encore son père Samy Andriamanoro qui vont d’ailleurs participer aux manifestations. Sity Rakoto et Tsiky, ces jolies demoiselles aux voix d’or seront,elles aussi, de la partie. Madajazzcar, étant également l’occasion de retrouver et de redécouvrir ces artistes qui se sont fait discrets ces dernières années, qui ont autrefois fait leur temps, mais sont restés loin de la scène ou du pays, sans oublier ces artistes qui sont plus connus pour leur côté artiste de variété qu’en tant que jazzmen. Fanja Andriamanantena, Solo Andrianasolo, Jaojoby, ou encore Lalatiana figureront ainsi parmi les participants.Internationaux. Qui dit festival dit ouverture aux autres pays. Pour cette édition 2017, le festival ne fait donc pas exception à la règle et a invité des artistes de jazz reconnus dans le monde entier.  Saxophoniste ténor et clarinettiste basse norvégien connu pour ses contributions aux orchestres Motif, le Norvégien Atle Nymo sera parmi les guests de cette édition 2017. Le batteur Damien Schmitt qui baigne dans le monde de la musique depuis son enfance, Eddy Rabary Rabeson, le fils cadet du maître incontesté du saxophone à Madagascar, « Dédé » Rabeson, « Arne Jansen Trio » qui peut créer de vastes paysages sonores, Larry Browne, chanteur, trompettiste,  compositeur et arrangeur, Samy Thiébault, le contrebassiste Stephan Kurmann, sans oublier « The Clarisse sisters » qui vont d’ailleurs partager la scène avec Teta animeront donc ces 12 jours de festival qui s’annoncent très prometteurs. Les amoureux de jazz, pour sûr, vont trouver leur bonheur.Mahetsaka

La Vérité23 partages

Régime de change - Le plus adéquat pour Madagascar

Le régime de change actuel à Madagascar est adapté au pays, affirme Patrick Imam, représentant résident du Fmi à Madagascar. C’est ce qu’il a exposé durant le jeudi du Crem à la Chambre de Commerce et de l’Industrie d’Antaninarenina hier. Face à la valeur de l’ariary par rapport aux devis étrangers, le régime de change dépend du niveau de l’offre et de la demande sur le marché. Le mieux pour Madagascar, dans le contexte actuel, reste le régime où l’ariary varie son appréciation face aux autres monnaies, un régime de change flexible donc. Avant les années 1990, la valeur de l’ariary a été plus au moins égale au dollar, avec un régime de change où son appréciation reste fixe. L’idée principale de la présentation de Patrick Imam tourne autour du fait que ce régime de change fixe présente des inconvénients si  Madagascar retourne vers ce régime. L’enjeu de ce changement réside sur le fait que le contexte à l’époque est différent de ce qu’il est aujourd’hui. Donc c’est un risque pour l’économie du pays d’effectuer ce changement, même fait étape par étape.

Par ailleurs, avec ce prix de l’ariary qui reste fixe face aux devises, il faut voir au-delà du fait que l’ariary ait la même valeur que ces devises. Il avance que derrière cette fixité, il existe d’autres problèmes que le pays doit faire face. Et le débat tourne autour de ce choix entre un régime fixe ou régime flexible, avec une valeur de l’ariary qui reste le même ou qui varie selon la situation des devises. C’est dans cette perspective là qu’il fait la comparaison entre les deux régimes, que les avantages de l’un présentent les inconvénients de l’autre. Il souligne également que ce régime de change reste souverain et qu’il dépend de chaque pays. Son adoption dépend donc de la situation de chaque pays. Et pour Madagascar, avec la diversification de son économie vu les échanges monétaires, surtout grâce au tourisme, la valeur de l’ariary ne devrait pas être fixée à un seul prix pour chaque change effectuée. Que ferait-on face à la variation du prix du pétrole ? Une question dont il faut se poser pour faire ce choix de régime. En final, il explique qu’il faut donc une politique économique compatible aux taux de change pour un régime de change adéquat.Andrea Razafi.

Midi Madagasikara23 partages

BFV- SG : Des produits adaptés à la dématérialisation

Le stand de la BFV- SG au « Salon Expofinance ».

La BFV- S.G est le partenaire institutionnel de la première édition du « Salon Expofinance ». Une participation qui coule de source dans la mesure où la BFV- SG figure parmi les banques qui proposent des produits adaptés à la dématérialisation. « La banque appuie les actions qui visent à promulguer les initiatives pour le bon fonctionnement de l’économie et de la croissance à Madagascar » déclare-t-on du côté de la BFV- SG, une banque qui est engagée dans l’innovation du secteur financier. En tout cas, les visiteurs du salon, professionnels, entreprises et même les simples particuliers ne seront pas déçus en visitant le stand de la BFV- SG.

R.Edmond.

Midi Madagasikara22 partages

Une affaire de 4×4 qui fait jaser

La possible acquisition de 4×4 par les députés a, dès son annonce, suscité certaines interrogations par l’opinion. Le souvenir des manœuvres ayant accompagné l’octroi du même genre de véhicule par leurs prédécesseurs provoque la méfiance des citoyens. Aujourd’hui, le doute subsiste après les explications avancées par les intéressés qui parlent d’une totale transparence dans l’affaire.

Une affaire de 4×4 qui fait jaser

Les députés ont, depuis toujours, et à chaque législature, réclamé des véhicules tout- terrain pour pouvoir accomplir leur tâche de parlementaire. Personne ne leur conteste ce droit, car ils doivent parcourir leur circonscription pour voir leurs électeurs. Néanmoins, le pouvoir a toujours manifesté une certaine réticence à satisfaire cette revendication. Une certaine forme de chantage a eu lieu entre les deux parties et ce dernier n’a accédé à ce souhait qu’après la certitude de l’Assemblée de servir ses intérêts. Néanmoins, cet octroi de 4×4 n’a pas eu bonne presse et l’opinion a glosé sur les manœuvres qui l’ont accompagné. Lors de la législature actuelle, les députés sont plusieurs fois revenus  à la charge, mais le pouvoir a fait la sourde oreille arguant qu’il était dans l’impossibilité de le faire.  Aujourd’hui, il semble que les députés vont enfin voir leurs vœux exaucés. La nouvelle a été annoncée par un parlementaire proche du régime. Mais il affirme qu’il ne s’agit pas d’un don, mais de la possibilité de faire des traites. Les explications apportées semblent si peu convaincantes que le doute s’est insinué dans l’esprit de nombreux observateurs. Nos confrères ont très vite démontré  leur peu de crédit. Ils ont vite fait le rapprochement avec le contexte actuel et cette possible révision de la Constitution souhaitée par le régime. Comme ils le disent,  les deux Chambres vont être mises à contribution pour autoriser ce projet. L’Assemblée nationale, dit-on, sera plus difficile à convaincre étant donné que le pouvoir ne dispose pas d’une majorité confortable pour faire passer le texte. Pour le moment rien n’est décidé, mais l’information a été véhiculée et on verra ce qu’il adviendra.

Patrice RABE

Midi Madagasikara21 partages

Incendie à l’EPP d’Alakamisy-Ambositra : La sécurité des établissements publics, une priorité mal...

Plus rien ne reste des salles de classe et des mobiliers scolaires.(Photo Anastase)

L’incendie qui s’était produit le 25 septembre dernier à l’EPP d’Alakamisy-Ambositra ayant pour objet un bâtiment préfabriqué de trois classes, remet sur le tapis la problématique de la sécurité des établissements scolaires publics face à l’insécurité grandissante.

Cet incendie s’était produit tôt le dimanche 25 septembre 2017 à l’EPP d’Alakamisy-Ambositra, touchant plus particulièrement une construction préfabriquée de trois salles de classe qui n’ont pas été épargnées par le feu. Un incendie volontaire, comme l’ont qualifié les responsables locaux de l’Education. Heureusement, la solidarité existante entre les riverains et les parents d’élèves a permis de maîtriser de peu la situation, car les dégâts sont considérables. Les trois salles de classe ont été la proie des flammes, des tables- bancs, des mobiliers ont été calcinés. Les 120 élèves de cette école ne pourront donc pas intégrer ces salles de classe à la prochaine rentrée scolaire qui aura lieu incessamment.

Vulnérable

Pour en revenir à l’état sécuritaire de l’EPP d’Alakamisy-Ambositra, cet établissement se trouve en plein centre  ville d’Alakamisy et côtoie le marché du même nom ainsi que la gare routière sud. Sa situation est donc très précaire,d’autant plus aggravée par une clôture qui n’a rien de telle et l’enceinte est dépourvue de gardien. Une fois la nuit tombée, l’EPP d’Alakamisy sert de refuge à des délinquants avides de discrétion, mettant donc en péril la sécurité de cet établissement, sans que les autorités locales ne daignent prendre les dispositions nécessaires. C’est regrettable !

300 millions d’ariary

Une situation qui risque difficilement d’être rétablie à en croire les dires des techniciens que la construction d’une salle de classe actuellement coûte au bas chiffre près de 100 millions d’ariary sans compter le mobilier.  Une somme de 300 millions d’ariary est donc nécessaire pour la reconstruction de ce bâtiment. L’insuffisance des établissements scolaires publics, encore fortement ressentie, face à la hausse démographique de la population justifie pleinement que l’on s’occupe réellement de la sécurité de nos établissements scolaires publics pour assurer l’éducation pour tous à toutes les générations futures.

Engager mensuellement 300 mille ariary  pour payer deux gardiens est tout à fait raisonnable par rapport aux coûts de ces infrastructures. Mais pour l’heure les préoccupations sont ailleurs et les priorités aussi. Le tableau est noir.

Anastase

Midi Madagasikara20 partages

RALLYE SHELL HELIX : 12 Spéciales pour 416km de parcours

Le 17e tour de Tana, qui comptera pour la 6e manche du championnat de Madagascar se disputera les 6, 7 et 8 octobre dans les environs de Tana. Organisé par l’ASATANA et sponsorisé par Vivo Energy Madagascar, ce rallye attend  40 équipages. 415,90km de parcours avec 142,60km d’épreuves spéciales, cette manche sera dotée de 1.4 de coefficient. Il y aura 12 spéciales réparties en deux étapes et huit sections. La Spéciale « spectateurs » se passera le vendredi sur le circuit de TMF Ivato sur deux pistes. Elle est obligatoire, mais ne compte pas pour le classement. Un nouveau tracé est proposé et selon Laza Randriamifidimanana de ASATANA, « La route sera parmi les meilleurs des tracés 2017 ». A la course au titre se trouvent Ndrianja suivi de Boana et de Haja Danielson qui a innové avec son pick- up. Et avec cela, ASATANA alignera ses grosses pointures ! Les inscriptions sont donc ouvertes jusqu’au 2 octobre 2017.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara19 partages

« Teknet Group »: Les solutions Evolis présentées au Carlton

Les solutions Evolis présentées par « Teknet Group » au Carlton.

Les professionnels sont de plus en plus intéressés par les solutions Evolis.  On a pu le constater, hier lors de la première journée du « Salon Expofinance Madagascar » au Carlton. Parmi les participants à ce salon, « Teknet Group » présente dans son stand les solutions Evolis, à travers une  gamme complète d’imprimantes de cartes qui répondent aux besoins des acteurs du secteur privé. Des solutions dédiées  également aux marchés bancaires et gouvernementaux.  La visite du stand de « Teknet Group » permet en tout cas aux entreprises de découvrir l’efficacité et les avantages des nombreux services et produits d’Evolis, une société française qui développe des solutions d’identification sur cartes plastiques. Des solutions qui permettent, par exemple de délivrer instantanément des cartes personnalisées, encodées et sécurisées pour tous types d’application. Les cartes Evolis sont des merveilles technologiques dans de nombreuses applications comme les cartes nationales d’identité, les cartes de paiement, les badges d’accès sécurisés, les permis de conduire et même les cartes d’électeurs.  D’immenses possibilités d’utilisation en somme. C’est la raison pour laquelle, d’ailleurs, les entreprises s’intéressent de plus en plus à ces solutions.

R.Edmond.

Midi Madagasikara19 partages

Ceni : Campagne de sensibilisation

La Commission électorale nationale indépendante (Ceni) mène actuellement une campagne de sensibilisation dans le district de Maevatanana (région Betsiboka), ainsi que dans les districts d’Ambatoboeny, Marovoay, Mahajanga I et II (région Boeny) et Ankazobe (région Analamanga). Cette descente s’est tenue du 20 au 25 septembre dernier. En revanche, à partir du 1er décembre prochain, la Ceni va procéder également à la révision annuelle de la liste électorale. Toujours est-il que l’équipe d’Alarobia a du pain sur la planche concernant notamment la liste électorale,  étant donné que ladite liste a toujours comporté des lacunes lors des différentes élections qui se sont tenues dans le pays.

Célérité. La campagne de

sensibilisation débutera à Mahajanga. Faut-il rappeler que l’objectif de la Ceni est de parvenir, voire dépasser le cap des 10 millions d’électeurs inscrits, en vue des élections de 2018. Pour plus de célérité dans l’inscription des votants, la CENI a décidé de mettre en place des guichets uniques qui seront en charge, entre autres, de la délivrance d’un jugement supplétif d’acte de naissance, jusqu’à l’inscription dans la liste. Comme stipulé à l’article 26 du Code Electoral, « Du 1er décembre au 31 janvier de l’année suivante, la liste électorale est révisée annuellement ».

Révision. Ainsi, tous ceux qui auraient été précédemment omis et tous ceux qui ont nouvellement rempli les critères fixés par la loi pour être électeurs (jeunes majeurs, personnes ayant déménagé…) pourront s’inscrire pendant cette période de révision. De même, il s’agira de retrancher les noms des personnes décédées et de celles  qui ont perdu leur éligibilité pour une raison ou une autre. La liste électorale sera définitivement arrêtée le 15 avril. Malgré ces différentes dispositions, une mauvaise surprise pourrait surprendre les électeurs qui constatent au dernier moment qu’ils ne figuraient pas dans la liste électorale.  Et ce ne sont pas les exemples qui manquent. Dans tous les cas, les gens sont dans l’attente d’une élection libre, transparente et inclusive.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara18 partages

LES TRAVAILLEURS DE L’OMBRE / Mamy Andriamamonjy : «Les politiciens passent, mais les techniciens resten...

On a tiré à boulets rouges sur lui récemment, car c’était lui l’arbitre central du match GNVB CNaPS. Qui est ce travailleur de l’ombre qui ose essuyer les quolibets et parler devant tout le monde ? « J’ai toujours eu mon franc-parler et on me blâme pour cela, dans le domaine du sport en général et en volley  en particulier. On m’appelle rarement pour discuter de volleyball. La fédération d’avant m’a carrément pris en grippe. Pourtant, j’ ai dit clairementaux membres de la fédération que c’est une question de principe et non une question de personne, mais ils confondent toujours »

« Je suis un sportif avant tout » nous répond Mamy Andriamamonjy ou Ratrà. Il a joué au basket avec le club de JSM, ou Jeunesse Sportive de Mahamasina. « J’ai fait aussi des études d’EPS à l’Université d’Antananarivo ». Bon joueur de volley-ball comme de handball, il a été champion de Tana en 2e série avec l’UJC et champion interfacultés. Dans les rencontres inter universités, ils ont été champions avant d’aller à Naïrobi. Il a aussi joué avec l’ASE handball et était devenu champion de Tana en battant Saint- Michel à l’époque. «J’ai été affecté à Fianarantsoa et là, j’ai été entraîneur de volley-ball avec le lycée Raherivelo Ramamonjy et entraîneur de handball avec le VIF. En volley, mon équipe a été championne de Fianarantsoa tandis que le handball est arrivé champion de Madagascar. C’était en 1985 ».

Ici entre l’ère de volley-ball pour cet arbitre : « J’ai suivi une formation d’entraîneur niveau 1 de la FIVB associée à une formation d’arbitre de volley-ball en 1987. Ensuite, j’ai continué avec  une formation d’entraîneur FIVB niveau 2 en 1991 ». Il a occupé aussi le poste de Conseiller Technique Régional ou CTR de Fianarantsoa de 1987 à 1995. Ayant le volley-ball dans le sang, le voici qui crée quatre écoles de volley à Fianarantsoa avant de revenir sur Tana en 1995. Depuis, d’arbitre, il est devenu instructeur national en 2010. « Le volley a été mon choix car mon mémoire de recherche s’est basé là- dessus. J’ai étudié le volley en tant qu’étudiant, en tant qu’arbitre, entraîneur et je continue. La vulgarisation est un mot clé »

Selon lui, « le niveau d’arbitrage est un peu flou en ce moment, car la fédération n’a pas confiance aux instructeurs nationaux alors que les arbitres étrangers sont convaincus de notre savoir-faire. Je ne suis pas un arbitre international et pourtant, lors des grandes rencontres chez nous, les arbitres étrangers me font confiance pour officier les matches importants tels que les phases finales. Nous essayons de rehausser le niveau de l’arbitrage par le biais des recyclages ».

Ce qui ne va pas dans le volley ? « C’est qu’il y a un peu de népotisme et dans la fédération et dans le niveau comité technique. Il faudrait mettre la bonne personne à la bonne place et la crédibilité de la FMVB sera sur de bonnes routes. La solution c’est de conscientiser les anciens férus de la discipline et de faire table rase pour recommencer à zéro la politique  de la relève, de la vulgarisation et de la promotion de cette discipline qui nous est chère ».

A lui de continuer qu’il faut la bonne personne à la bonne place, qu’il faut avoir de l’abnégation pour réaliser ce que les passionnés de la discipline veulent avoir, à savoir rehausser le niveau du volleyball malgache. « Ce que les gens ne savent pas, c’est que les politiciens passent, mais les techniciens restent toujours ».

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara15 partages

« Expofinance Madagascar » : Zoom sur l’inclusion financière et la monnaie électronique

De nouvelles solutions sur la finance, la monétique, la garantie et les assurances sont présentées à l’ « Expofinance Madagascar » au Carlton Anosy.

Le secteur financier commence à devenir de plus en plus sophistiqué à Madagascar.  De nouvelles solutions, pour la facilitation des transactions et de l’accès au financement sont présentées au Carlton Anosy, du 27 au 29 septembre.

La première édition de l’ « Expofinance Madagascar » a été lancée hier. Les innovations sur les services financiers sont mises en avant par les participants à ce salon de la monétique, des services financiers et des assurances. « Le secteur des finances n’est pas assez visible à Madagascar, alors que chaque activité qui s’opère dans l’économie passe par ce secteur. C’est pour cela que nous avons lancé ce salon « Expofinance Madagascar », qui se tiendra désormais tous les ans et qui verra la participation des divers acteurs du monde financier de la zone de l’Océan Indien. Nous avons déjà un participant venu de l’île Maurice pour cette première édition », ont annoncé les représentants de « Premium Publicix », organisateurs du salon « Expofinance Madagascar ». Outre les expositions des participants, des conférences sont également au programme de la manifestation. Pour cette édition, les discussions s’articulent surtout autour de l’inclusion financière et de la dématérialisation. En effet, avec la loi sur la monnaie électronique et les établissements de monnaie électronique, qui sera bientôt en vigueur, plusieurs services liés à la dématérialisation ont été présentés, si l’on ne cite que ceux de la société «  ARIARY.NET » qui propose une plateforme servant de passerelle sécurisée pour les transactions en ligne. « Telma Money » qui est à Madagascar depuis plus de sept ans a également mis en avant ses nouvelles solutions. Son administrateur général, Matthieu Mace a cité, entre autres, les possibilité de faire des retraits sur des GAB de banque primaire, des transferts d’argent à l’international qui permet de recevoir de l’argent de l’étranger directement sur un compte mobile MVola, le paiement d’impôts et taxe par mobile money, etc.

Stratégie nationale. Présent à l’ouverture officielle le secrétaire général du Ministère des Finances et du Budget, Falihery Rajaobelina a noté qu’une Stratégie nationale pour l’inclusion financière sera mise en œuvre pour la période 2018-2022. Celle-ci offrira plus de visibilité sur les orientations politiques du Gouvernement. La loi sur la monnaie électronique et les établissements de monnaie électronique vient également compléter la loi sur les transactions électroniques. « Notre département ministériel œuvre pour renforcer davantage le développement du système financier à Madagascar. Le Ministère encourage ce genre d’événement qui contribue à l’éducation financière du grand public et qui favorise la culture monétique », a-t-il affirmé. Bref, avec les avancées actuelles du secteur financier à Madagascar, les nouveaux textes de loi ainsi que la Stratégie nationale pour l’inclusion financière devraient transformer le monde de la finance dans la Grande Ile.

Antsa R.

Madagascar Tribune13 partages

Le passage à la version 2015 avant septembre 2018

Les entreprises malgaches qui ont été certifiées ISO 9001 devront se refaire certifier sur la version 2015 de cette norme avant la fin du mois de septembre de l’année prochaine, soit dans un an. L’information a été délivrée lors de la célébration des 20 ans de Via Conseil, un cabinet de certification à Madagascar. Actuellement, selon les chiffres émanant du cabinet, près de 100 entreprises malgaches seraient certifiées ISO 9001, dont 86 dans la version 2008 de la norme et 14 avec la nouvelle version 2015. Alors que l’on compte plus d’un million d’entreprises certifiées dans le monde. Démontrant donc que le norming n’est pas encore parmi les préoccupations majeures des entreprises malgaches. Toutefois, presque toutes les grandes firmes malgaches ainsi que d’autres structures étatiques se sont déjà conformés à cette norme internationale. La version 2015 de la norme ISO 9001 insiste surtout sur l’approche par les risques et ce à tous les niveaux, la prise en compte de toutes les parties prenantes, le renforcement de la responsabilité de la direction et la mise en place de normes moins prescriptives. Il faut savoir que les normes internationales offrent des avantages sur le plan technique, économique et sociétal. Elles contribuent à harmoniser les spécifications techniques des produits et des services permettant ainsi de renforcer l’efficacité de l’industrie et d’éliminer les obstacles au commerce international.

La conformité aux normes internationales est un gage de confiance pour les consommateurs que les produits sont sûrs, efficaces et sans danger pour l’environnement. Pour les entreprises, elles sont des outils stratégiques et des lignes directrices destinés à aider les entreprises à relever les défis les plus urgents pour l’économie moderne. Elles garantissent l’efficacité optimale des opérations commerciales, augmentent la productivité et aident les entreprises à accéder à de nouveaux marchés. Et pour les acteurs gouvernementaux, les normes ISO s’appuient sur l’expertise et l’expérience internationales et sont donc une ressource vitale pour les gouvernements lorsqu’ils établissent des réglementations.

Midi Madagasikara13 partages

L’Intelligence artificielle à portée de main.

On le savait, les gros ordinateurs ont déjà battu les grands joueurs de Go ou de jeu d’échecs puis curieusement les recherches sur l’intelligence artificielle ont connu une relative pause pour retrouver un regain d’intérêt avec la miniaturisation, mais toujours avec la même tendance de plus de vitesse et de capacité de mémoire. La conférence donnée par le Professeur Serge Miranda de l’Université de Nice Sophia Antipolis en France, au Carlton, vendredi 22 septembre dernier, a livré l’horizon non encore défini des possibilités informatiques. Le thème est assez ardu, mais l’on va essayer de le rendre accessible à tout le monde qui sans le savoir est aussi un acteur.

« On a dépassé l’économie  de la rareté pour entrer dans celle de l’abondance ». Les ressources naturelles rares ont demandé une gestion rationnelle des réserves (houille,pétrole ,gaz..),aujourd’hui, il est question de gérer des quantités gigantesques d’informations (données). De gestion de base de données, on est à celle des Big Data. La nouveauté est la démarche Bottom Up, c’est-à-dire que les données et leurs traitements viennent du bas vers le haut pour arriver à des applications utilisables pour tout le monde par le biais d’un objet devenu commun, le smartphone.  Ce dernier sera la télécommande universelle qui va gérer nos objets usuels comme la maison, la voiture …devenus intelligents. Ainsi, « la Mobiquité/Big Data » débouchera sur le « SMAC » (Social ; Mobile ; Applications ; Cloud), révolutionnera notre quotidien, sans pour autant délaisser les grands problèmes contemporains comme celui de l’eau ou de l’environnement. L’intelligence artificielle  sera  un concept  de moins en moins inaccessible .Il lui manque encore la touche humaine comme le flair, le bluff du joueur de poker ; mais les masses grandissantes de données en traitement couplées à la vitesse vertigineuse de calcul laisse entrevoir que les importantes aides à la décision nous rapprochent davantage du robot intelligent. L’auditoire assez fourni lors de cette conférence organisée avec l’IT University d’Andoharanofotsy, est restée sans voix devant les perspectives des applications informatiques et surtout les jeunes venus nombreux y ont vu sûrement naître des vocations.

M.R

Midi Madagasikara13 partages

Football- Ligue des champions : L’heure de vérité pour les 12 équipes en lice !

La deuxième phase de la Ligue des champions qui verra la participation de 12 équipes dont la moitié à Mahajanga et l’autre moitié à Fianarantsoa, promet d’être chaude. Logique, car ces clubs  ont l’étoffe d’un champion et donc capables d’assumer une participation à la Ligue des Champions d’Afrique. C’est tout aussi simple que cela.

Le coup d’envoi de la deuxième phase de la Ligue des champions et destinée à connaître les quatre équipes qui se disputeront la Poule des As, sera donné ce vendredi au stade d’Ampasambazaha, à Fianarantsoa et au stade Alexandre Rabemananjara de Mahajanga.

Surprenant HZAM. Deux groupes tout aussi équilibrés en fait, car à ce stade et après l’hécatombe des ténors en Telma Coupe, il serait hasardeux de sortir deux noms de chaque groupe. Enfin, bien avant les matches de ce vendredi ou même ceux de dimanche.

L’heure de vérité en fait pour certains clubs comme la CNaPS Sport qui a tout intérêt à rester concentrée pour espérer terminer dans les deux places qualificatives. Car les adversaires vont également chercher par tous les moyens à se qualifier. C’est le cas notamment du HZAM d’Amparafa qui a surpris tout le monde dans le groupe tamatavien.

L’autre sérieux client de la CNaPS Sport a pour nom Ajesaia, lui aussi éliminé de la Coupe et qui n’a que cette Ligue de champion pour sauver sa saison.

Trois équipes pour deux places. Cela pourrait être le cas à Mahajanga entre la CNaPS Sport qui reste le grand favori, HZAM et Ajesaia.

On pourrait tenir le même langage dans le groupe fianarois avec le COSFA qui vient d’être tourné en ridicule par le FC Rabaza, une équipe d’anciens joueurs, lors de la Telma Coupe. Les militaires n’auront que cette ligue des champions pour se refaire une santé.

Mais autant le dire et malgré la présence de deux attaquants des Barea locaux, Dimby et Nonot, le COSFA n’aura pas la partie facile devant deux autres favoris notamment le champion tananarivien, Elgeco Plus, et le dauphin de la CNaPS Sport à Itasy, le RTS-JET Mada.

Mais qu’on se le dise, d’autres formations seront à surveiller de près pour ne citer que le FC Angèle qui jouera son rôle de trouble-fête à Ampasambazaha, ou encore le FC Maeva à Mahajanga.

Comme le football est tout sauf un calcul mathématique, on s’attend à vivre d’autres surprises.

Calendrier. En attendant, voici le calendrier complet de cette deuxième phase de la Ligue des champions :

A Mahajanga- Stade Alexandre Rabemananjara

Vendredi 29 septembre

11h : HZAM Amparafa contre USSK Ambanja

13h : FC Maeva contre CNaPS Sport

15h ; Ajesaia contre Varatraza Antsohihy

Dimanche 1er octobre

11h : FC Maeva contre Varatraza

13h : HZAM contre Ajesaia

15h : CNaPS Sport contre USSK

Mercredi 4 octobre

11h : USSK contre FC Maeva

13h : HZAM contre Varatraza

15h : CNaPS Sport contre Ajesaia

Vendredi 6 octobre

11h : CNaPS Sport contre Vaeatraza

13h : USSK contre Ajesaia

15h : HZAM contre FC Maeva

Dimanche 8 octobre

11h : HZAM contre CNaPS Sport

13h : Ajesaia contre FC Maeva

15h : USSK contre Varatraza

A Fianarantsoa – Stade Ampasambazaha

Vendredi 29 septembre

11h : Elgeco Plus contre Top Dom Ambositra

13h : Zanakala contre COSFA

15h : RTS-JET Mada Itasy contre FC Angèle

Dimanche 1er octobre

11h : FC Angèle contre Top Dom

13h : COSFA contre RTS-JET Mada

15h : Zanakala contre Elgeco Plus

Mercredi 4 octobre

11h : COSFA contre FC Angèle

13h : JET Mada contre Elgeco Plus

15h : Zanakala contre Top Dom

Vendredi 6 octobre

11h ; Zanakala contre JET Mada

13h : COSFA contre Top Dom

15h : Elgeco Plus contre FC Angèle

Dimanche 8 octobre

11h : Zanakala contre FC Angèle

13h : Top Dom contre JET Mada

15h : COSFA contre Elgeco Plus

Clément RABARY

News Mada10 partages

Kivalo Morondava : premier accueil de touristes

La Journée mondiale du tourisme, célébrée le 27 septembre, a été marquée d’une pierre blanche pour le village Kivalo à Marondava (Menabe), situé près d’illustre Allée des Baobabs. En effet, après avoir suivi des formations en écotourisme, les villageois, composés en majeure partie de pêcheurs et de femmes au foyer, ont donné corps au thème de la célébration, «Tourisme durable – un outil au service du développement». Pour la première fois, et c’est un début prometteur, Kivalo a accueilli des touristes, une quinzaine de Français et dix Américains, dans un cadre exceptionnel. En fait, ce village offre une vue remarquable pour observer les oiseaux des mangroves.

Les habitants de Kivalo, pêcheurs et femmes au foyer, sont désormais de vrais hôtes, après avoir suivi une formation en écotourisme appuyée par WWF en 2016. «C’est la toute première fois que nous accueillons un groupe de touristes à Kivalo. C’était un grand défi pour nous. Je suis heureuse qu’on ait l’opportunité d’appliquer dans la vraie vie les formations que nous avons suivies», a indiqué Rogia Ravaonirina, une des éco-guides locales.

En tout cas, ce premier contact a mis les communautés de Kivalo face aux réalités de l’accueil de touristes : surmonter la barrière des langues, assurer un service de qualité, avoir des infrastructures adéquates et suffisantes…

Au final, le tourisme solidaire, c’est surtout des échanges qui mettent en lien les cultures et les personnes, la conservation de la nature et le développement économique local. Et les villageois l’ont bien compris. Tirant des leçons de cette première expérience, les habitants de Kivalo se préparent déjà pour accueillir un autre groupe de touristes américains dans leur village au mois d’octobre.

Arh.

L'express de Madagascar8 partages

Radio gisa mainty

Mitohana ny fifamoivoizana eto Antananarivo. Ny antsasaky ny andro dia lany ao anaty fiara. Ka mahatonga ny tena hitady radio. Indrisy anefa fa mbola tsy mandeha mivantana ao anatin’ny fiara rehetra ny radio avy any ivelany azo amin’ny «bouquet» Canalsat na Parabole (raha mba tena 4G ny hoe 4G, dia azo henoina amin’ny smartphone mivantana avy any lavitra rehetra any).Hatramin’ny fanonganam-panjakana tamin’ny 2009, izay nandraisan’ny radio sasany anjara mavitrika, dia tsy mihaino radio gasy intsony aho, indrindra fa ireny misora-tena hoe «famakafakana politika» ireny.Raha ny vovòn’ny mpiambin-tanàna ao an-dapa no asedra ny horakorakin’ny sahona eny an-dalambe, dia saina mandrorona ambany dia ambany no mitaiza ny Malagasy. Mampalahelo mantsy fa ireny fifanompana sy fifanendrikendrehana ireny no henon’ny sarababem-bahoaka any anaty taxibe na eny an-tsena.Samy manana ny famaritany ny hoe demokrasia tokoa. Ny ahy manokana ny fahalalahana ara-demokrasia dia tsy zo hanompa sy hiteny ratsy na hanao tondro molotra olona na hanesika lainga tsara lahatra. Impiry anefa izany fifanajana izany no mba tanteraka hatramin’ny nisokafan’ny sehatry ny Radio tamin’ny 1991 ?Andrandraintsika tokoa ny demokrasia any Eoropa na Amerika satria mba maha-sambatsambatra ny vahoaka any aminy : miaina ankalalahana, manana ambimbava, mandranto fianarana lafatra, mahazo manantena fitsaboana manara-penitra, tsy mitaintaina isan-tsegondra ny amin’ny halatra sy vaky trano na fanakanan-dalana sy fanafihana vohitra.Ireny firenena ireny no tonga demokrasia tahaka izao dia nandalo sedra taranaka maro : tsy mana milatsaka avy any an-danitra mantsy ny demokrasia fa ezaka isan’andro ary ifandovan’ny zanaka, zafy, zafiafy, mifandimby. Mbola tamin’ny 1945 no nisy tao Eoropa izany Hitler izany, izany Mussolini izany, izany Staline izany. Jadona, habibiana, ady nandripaka olona an-tapitrisa maro, mbola vao 72 taona lasa fotsiny izay. Fa hain’ny olona tany no naka anatra : soa ho lavo hahay hamindra.Nandray anjara goavana tamin’izany fiketrehana demokrasia izany ny gazety, ny boky, ny radio. Nitaiza tsikelikely, nanokatra ny saina, nampitombo fahalalana, namakafaka tantara, nitety kolontsaina isan-karazany, nivahiny tamin’ny firenena maro. Ny an’ny olona izany hoe avara-pianarana izany tsy atao faneso miharo fialonana fa nomena toerana hanao lanja miakatra ny besinimaro. Saina misandratra hatrany, fa tsy ory hava-manana, tsy hisintona hidaraboka, tsy hanetry ny nasondrotry ny tany.Rehefa ny karazam-pandaharana hita sy re amin’ny radio France-Culture, National Geographic, Discovery Science, Histoires, no voazara amin’ny Malagasy isan-tokantrano, tsy ho vaky trano na fandrobana magazay na fanaovana kitay ny Radiom-pirenena intsony no ho fanehoan-kevitra, fifandimbiasam-pahefana, demokrasia, eto Madagasikara.Vizana foana aho mitady radio gisa mainty : tsy misy hira hiakiaka-tabataba-dobodoboka manimba sofina ; tsy misy sain-jaza mivanitika sy miteniteny foana ; tsy misy mpaminany sandoka tampin-dalan-kaleha amin’ny boky iray dia iray ; tsy misy kobaka am-bava hanjono vahoaka amin’ny vary iray kapoaka ; tsy misy «famakafakana» poakaty…

Par Nasolo-Valiavo Andriamihaja

News Mada7 partages

ONG C3 : hitarina amin’ny morontsiraka rehetra ny fiarovana

Hanitatra ny fanentanana ny tanora ho mpitarika amin’ny fiarovana ny tontolo an-dranomasina sy hanofana ny mpanabe eny amin’ny EPP, ny CEG ary ny lycée ny Conservation centrée sur la communauté (C3). Raha faritra telo: i Diana sy i Sava ary i Boeny no niasana nanomboka ny taona 2011, hitarina amin’ny faritry ny morontsiraka manerana ny Nosy ny asa iarahana amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena. 60 ny sekoly niantefan’ny fampiofanana ary mpianatra manodidina ny 700 efa mahalala ny tombontsoa azon’ny vahoaka amin’ny fiarovana ny tontolo ao anaty ranomasina. Efa namolavola boky torolalana entina hanofanana ny mpampianatra ny tomponandraikitry ny C3. Manampy ny fanofanana ny fitondrana ny mpianatra ivelan’ny sekoly mamboly ala honko sy mijery ny toerana fanatodizan’ny biby any anaty ranomasina, hoy ny fanazavan’ny mpiandraikitra ny C3 eto Madagasikara, Rakotoarimino Lalarisoa, omaly teny Anosy.

Manana fitaovana rahateo enti-manentana sy mampianatra ny ONG. Biby telo ny iompanan’ny fanentanana ho amin’ny fiarovana ny fano, ny antsantsa ary ny lambohara samy biby miaina an-dranomasina ahina ho lany tamingana ka arovana eto amintsika. Natao omaly teny amin’ny minisiteran’ny Fanabeazana ny fanaovan-tsonia ny fiaraha-miasa teo amin’ny mpiandraikitra ny ONG C3 Patricia Davis sy ny minisitra Rabary Paul. Tonga eto Madagasikara ity mpitantana ny C3 avy amin‘ny foibe ity hanombana ny asan’ny C3 eto amintsika.

Vonjy A.

Midi Madagasikara7 partages

Association régionale : Robson Zafy Fihoara élu Président du PGSM

Alternance à la tête de la Plateforme du « Grand Sakalava de Madagascar » (PGSM). La Plateforme vient d’élire son nouveau Président national. Il s’agit de Robson Zafy Fihoara. Le renouvellement du bureau national a été effectué dans la capitale samedi, à l’issue des votes des représentants des associations composant la confédération. Le mandat de l’ancien bureau national ayant expiré depuis une trentaine de mois, les 52 associations constituant la Plateforme du « Grand Sakalava de Madagascar » tenu l’assemblée générale élective au cours de laquelle la présidence a échu à la région Menabe après le Diana et le Boeny.

En parlant de son programme d’activité durant son mandat, le nouveau président de du PGSM , Robson Zafy Fihaora définit trois grandes lignes d’activités dont le développement, la sécurité et la solidarité. « L’interdépendance de ces axes explique la priorité accordée à leurs réalisations, puisque les descendants de l’ethnie sakalava occupent les deux tiers du territoire national majoritairement classées zones rouges qui doivent être sécurisées pour permettre leur développement », a révélé le président du PGSM lors de son premier discours à l’issue de l’élection. Il a ainsi annoncé sa volonté de contribuer au développement national en tant que forces vives à forte potentialité par le nombre de ses membres présents dans toutes les structures socio-économiques du pays.

Luz R.R

L'express de Madagascar6 partages

Justice – Ministère et syndicats se rapprochent

Le SMM et le SGM ont entamé une grève illimitée, hier. Le ministère de la Justice a reçu les représentants des deux syndicats à Faravohitra.

La ministre de la Justice, Alexandrine Élise Rasolo, a reçu les représentants du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) et du Syndicat des greffiers de Madagascar (SGM), hier à Faravohitra. Cette rencontre qui a duré quelques heures, a abouti à une promesse de la ministre de la Justice de répondre à toutes les revendications des syndicalistes. « Après concertation avec la ministre, celle-ci nous a promis de répondre dans le détail à nos revendications », affirme Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM.Toutefois, les grèves ne prendront fin qu’avec la résolution de tous les problèmes. Selon la présidente du SMM, « nous ne reprendrons pas du service avant la résolution totale des problèmes ». Concernant les revendications, ni le ministère ni les syndicats ne semblent contredire le fait que des solutions ont déjà été trouvées pour régler les problèmes.Cependant, ces solutions ne satisfont pas les grévistes. « Certains de nos problèmes ont déjà été réglés, mais nous n’en sommes pas satisfaits », atteste le président du SGM, Haja Ran­driambololona.

Longue procédureQuant au ministère de tutelle, son secrétaire général, Louis Parfait Razafinjatovo, a confirmé que « dans un communiqué, nous avons déclaré que plus de la moitié des revendications des syndicats ont déjà trouvé des solutions ».Selon lui, une commission verra bientôt le jour pour appuyer le ministère dans la recherche de solutions.« Certaines revendications peuvent être facilement satisfaites, d’autres demandent une plus longue procédure », soutient-il.Malgré la grève du SMM et du SGM, les procès en cours ont cependant été poursuivis, notamment l’affaire du kidnapping du jeune Arnaud et de sa cousine. Aucun procès ne devrait plus être entamé par la suite. « Tout le parquet et le siège seulement ont été présents au tribunal », soutient Fanirisoa Ernaivo. Et de conclure que, « d’après des photos que nous avons reçues, les magistrats dans les régions sont aussi en grève ».

Loïc Raveloson

L'express de Madagascar5 partages

Éducation – La lutte contre la toxicomanie dans les lycées

Détacher les jeunes de la toxicomanie. Les résultats d’une enquête sur la consommation de drogues, effectuée dans un lycée public de la capitale en 2016, sont effrayants. 55 % d’entre eux ont avoué avoir déjà essayé du tabac, de l’alcool, du cannabis, et d’autres encore. Plus choquant encore, les 5 % sont déjà dépendants.Dans cette option, l’association Iza qui a effectué l’enquête, veut collaborer avec le ministère de l’Éducation nationale pour lutter contre la toxicomanie chez les jeunes. Lors de la signature de convention de partenariat entre les deux parties à Anosy, hier, il a été convenu que des séances d’écoute et de sensibilisation sur la lutte contre la toxicomanie seront organisées dans quatre lycées de la circonscription scolaire (Cisco) d’Antananarivo-ville et au niveau de trois lycées de la Cisco d’Avaradrano.Le ministère de l’Édu­cation nationale a aussi procédé à une signature de partenariat avec l’organisation non gouvernementale C3 Madagascar hier, pour la mobilisation des jeunes dans le renforcement de la gestion durable de l’environnement.

M.R.

L'express de Madagascar4 partages

Toamasina – Tension autour de la dépouille d’une pestiférée

L’inhumation d’une victime supposée atteinte de peste pulmonaire a failli virer au drame à Toamasina. Sa famille a revendiqué son corps.

L’épidémie de peste pulmonaire continue à sévir à Toamasina. Des éléments des forces de l’ordre de Toamasina sont intervenus dans l’inhumation d’une sexagénaire, suspectée d’être victime de la peste pulmonaire, mardi. Ils ont dû rester dans l’enceinte de l’hôpital pour empêcher que les proches de la défunte ne s’emparent du corps. Ces derniers auraient refusé le diagnostic des médecins et auraient revendiqué le corps pour procéder aux rituels funéraires. « Ils ont voulu effectuer une veillée funéraire et l’inhumer dans leur caveau familial », explique un élément de la gendarmerie à Toamasina, joint au téléphone, hier. Ces pratiques funéraires sont, pourtant, interdites en cas de peste pour éviter la propagation de la maladie, selon le Dr Hery Andrianjato, directeur du Partenariat et directeur par intérim de la Promotion de la santé au sein du ministère de la Santé publique.Cette femme a été admise à l’hôpital de Toamasina pour des problèmes respiratoires, en fin de semaine. Elle a succombé à sa malade, mardi. Les membres de sa famille ont eu du mal à accepter qu’elle ait souffert de cette maladie dévastatrice. « Ils ont plutôt pensé à une tumeur », enchaîne ce responsable du ministère.

Plus de victimesIl a fallu persuader ces personnes d’une possibilité de contamination par la peste, pour que les agents de santé de l’hôpital de Toamasina puissent enterrer cette femme de 65 ans, dans la fosse commune de Manangareza Toamasina, hier matin.Près d’un mois après l’arrivée de la victime dans cette ville de l’Est, une autre personne admise dans le service des maladies respiratoires de l’hôpital Be à Toamasina, a aussi perdu la vie suite à une suspicion de peste pulmonaire, samedi.Les dernières statistiques du ministère de la Santé publique sur cette épidémie de peste, ont encore augmenté. À 11 heures hier, on annonçait dix-sept décèssur cent quatre malades suspects, treize d’entre eux auraient été confirmés par l’Institut Pasteur de Mada­gascar (IPM). Mardi, on comptait encore quinze décès sur quatre-vingt-quatorze malades suspects. À part ces cas répertoriés à Toamasina, il y en a eu d’autres à Anosibe An’ala.Ce jour, le ministère de la Santé publique organise une réunion d’échanges et de discussions sur la peste, avec les responsables ministériels et experts en la question, à l’hôtel Colbert à Antaninarenina. Les professionnels des médias et les bloggeurs sont invités à y assister.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar4 partages

Salon Expofinance – Le « Cashless society » mis en avant

La dématérialisation monétaire ainsi que la bancarisation populaire auront été les axes définissant cette première édition du salon Expofinance.

Numérisation. Le mot était sur toutes les lèvres lors de l’ouverture officielle de la première édition du salon Expofinance qui s’est tenue hier, au Carlton Anosy. Ce salon dédié à la monétique ainsi qu’aux services financiers et aux assurances, continue encore aujourd’hui, et aura été pour les visiteurs, une occasion de se tenir au courant de toutes les informations nécessaires concernant les possibilités en matière d’utilisation des services financiers à Madagascar, que ce soit en extension d’activités, création d’entreprises et startup, prêts, ou utilisation des services financiers ainsi que leurs balises.Par ailleurs, la promotion de l’aspect technologique de la monétique était aussi parmi les priorités de la plupart des exposants du salon. En ce sens, différents partenariats entre institutions se sont démarqués pour la promotion de la dématérialisation de la monnaie, notamment entre la BFV-Société Générale, le groupe Telma et la startup Ariary Net, pour l’utilisation de masse du concept de mobile Money. Il en est de même de la numérisation des systèmes de gestion des institutions publiques à l’image du SIGMP ou système informatisé de gestion des marchés publics.

Éducation monétaire Ainsi, cette idée de dématérialisation de la monnaie, qui est déjà en marche, serait une opportunité pour tous les acteurs de la finance, qui se porteront en tant que régulateurs, et levier de croissance de l’économie malgache. Une idée qui arrive à point nommé dans la mesure où le décret d’application de la loi numéro 2016-056 sur la monnaie électronique et l’établissement de cette monnaie fut annoncé lors du dernier conseil de gouvernement, au titre du ministère des finances et du budget.Dans le contexte actuel, un faible taux de bancarisation dans la Grande île, soit à peu près 4 %, est relevé, selon la banque centrale. « Les usagers des banques et des établissements financiers de Madagascar, les petites et moyennes entreprises ont également besoin d’être éduqués et informés un peu plus sur le secteur financier, sur la valeur de la monnaie et sur la culture bancaire », souligne Matthieu Macé, Administrateur général de Telma money.

Harilalaina Rakotobe

News Mada2 partages

Secteur textile : sept compagnies envisagent de réinvestir

Le secteur textile connait une relance ces deux dernières années. Trois nouvelles entreprises se sont installées à Madagascar durant le premier semestre de cette année, selon les chiffres de l’Economic developpement board of Madagascar (EDBM). Par ailleurs, sept compagnies envisagent de réinvestir à Madagascar pour les trois prochaines années. Et leurs investissements durant leur présence dans le pays, c’est-à-dire, avant la crise, se sont élevés à 12 millions d’USD.

A travers ces chiffres, un réel dynamisme du secteur textile est constaté à Madagascar depuis 2015, notamment, après la rééligibilité de Madagascar dans l’accord de marché African growth and opportunity act (Agoa). «Plus de 35 000 emplois ont été créés ou rétablis en 2016 et suivant les analyses prospectives, le secteur devrait recouvrir 200 000 emplois d’ici cinq ans», rapporte l’EDBM.

69% des exportations vers l’Europe

Par ailleurs, une hausse de 12% des exportations d’articles textiles et habillements  a été enregistrée entre 2015 et 2016. D’après Johary Rajosefa, directeur des services aux investisseurs de l’EDBM, «En 2016, les exportations vers les Etats-Unis sous AGOA ont représenté 18% du total de nos exportations en textile et habillement contre 69% vers l’UE. L’ objectif est de pouvoir exporter plus de 500 millions d’USD vers les Etats-Unis à l’horizon 2019».

Seulement, le contexte qui prévaut à l’international pourrait être un facteur de blocage à cette prévision. Le Fonds monétaire international (FMI) en parle d’ailleurs dans son dernier rapport à propos de l’évolution économique à Madagascar. «La perte des préférences commerciales au titre de l’Agoa en particulier fait partie des risques substantiels d’évolution négative pour Madagascar», rapporte l’institution.

Riana R.

 

News Mada1 partages

Filohan’ny Antenimiera : « Avelao handeha ny adihevitra »

« Nisy nandà io lalàmpanorenana io. Nirosoana ihany izany na manahirana aza ny fampiharana azy. Mandeha ny adihevitra izao ho fijerena ny tombontsoan’ny firenena ka ho hita eo na hahitsy fa efa samy maneho hevitra izao ny rehetra”, hoy ny filohan’ny Antenimierampirenena, Rakotomamonjy Jean-Max, omaly teny Tsimbazaza. Nambarany fa ho hita eo amin’ny farany rehefa tonga ny fotoana hirosoana amin’izany na tsia. “Manao ny adidiny ny depiote rehefa tonga izany”, hoy ihany izy.

Tsiahivina fa avy niatrika ny fihaonana an-tampon’ny maneran-tany niresahana fandriampahalemana, natao tany Seoul, Korea Atsimo ny tenany. “Nivoitra tamin’izany ny fikatsahana filaminana, tsy misy ady satria miteraka loza ho an’ny firenena sy ny vahoaka izany. Tsy misy tombontsoa amin’izany rahateo”, hoy izy.

Synèse R.

 

Tia Tanindranaza1 partages

THE JACKSON BOYSHamelona ao am-pon’ny olona ny fitiavana an’i Michael Jackson

hamelona any am-pon’ny tsirairay ny fitiavana an’i Michael Jackson ilay mpanjakan’ny mozika Pop nodimandry ny taona 2009 ny tarika The Jackson Boys.

 

Tarika iray vao niforona manana tanjona  Enina mirahalahy izy ireo no mandrafitra ny tarika ka ny iray dia tena mitana ny anjara toeran’i Michael Jackson, fony ity farany mbola velona mihitsy toy ny fiangaliana ny hira sady mandihy. Ny taona 2010 no niorina ny tarika. Nandritra izay fito taona nijoroany izay dia tsy nitsahatra nitady ireo fomba hahafahana mampita ny hafatra tian’i Michael Jackson hampirona amin’ny rehetra ny tarika mba hipaka any anatin’ny tsirairay. Hasehon’izy ireo amin’ny alalan’ny fampisehoana lehibe hotanterahina ny 07 oktobra  ho avy izao etsy amin’ny tranompokonolona Analakely izany, iarahany amin’ny fikambanana  BeeZ’art.  Tsy fandikana ny hirany fotsiny no hatao amin’io fa hasongadina ihany koa ny maha Michael Jackson azy izay tsy mbola nisy mpanakanto nahavita ny vitany mandraka ankehitriny.

Pati

 

Tia Tanindranaza1 partages

ToamasinaTratra ilay biby mihinan’olona

Voasambotra tany amin’ny fokontany Sambala Toamasina ny biby iray nampitondrain’ny mponina ny anarana hoe Katraboagna.

  Io biby io dia voalaza fa mihinana olona,  lambo, akoho, alika sy zava-manan’aina hafa ary tena nampihorohoro ny olona tany ambanivohitra tokoa nandritra ny fotoana maharitra. Voalazan’ireo mponina any an-toerana fa  efa maro ny olona, alika sy biby hafa voakaikiny ary maro no maty. Misy  ny olona voalaza fa voakaikiny dia efa tsaboina ao amin’ny hopitaliben’i Toamasina amin’izao fotoana. Raha ny fitantaran’ireo olona nahita maso mivantana  dia manana vangy mirefy 5 santimetra ity biby mitovy  endrika amin’ny alika dia ity ary tena mailaka tokoa rehefa mihaza ny rembiny. Samy manana ny filazany moa ny olona fa alika ihany izy io fa ngeza sy matanjaka kokoa satria miaina anaty ala. Ao kosa ireo milaza fa biby hafa mihitsy izy io fa tsy alika tahaka ny mahazatra. Novonoin’ny olona tao amin’ny fokontanin’i Sambala avy hatrany ilay biby hafahafa. Andrasana izay mety ho tohin’ny fanadihadiana.

RTT

 

Madonline1 partages

Magistrats et greffiers : Difficile consensus avec le ministère de la Justice

Le syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) et le syndicat des greffiers ont lancé une grève illimitée depuis le 27 septembre dans tous les tribunaux du pays. Mais dès la deuxième journée de grève, un huissier et des membres des forces de sécurité se sont rendus au Tribunal d’Antananarivo pour procéder à la réouverture des portes fermées par les syndicalistes.

Les revendications tournent autour de leurs avantages respectifs et concernant la nécessité pour les autorités de garantir l’indépendance de la Justice et le respect des jugements « prononcés au nom du peuple malgache ».

Lors de la première journée de grève, les négociations ont pourtant repris avec les représentants du ministère malgache de la Justice. Mais aucun consensus n’a été trouvé pour le moment. Les syndicats ont ainsi décidé de maintenir le mot d’ordre de grève suivi à plus de 90% par les juges et les greffiers selon leurs leaders.

De leur côté, les représentants du ministère ont réaffirmé qu’au moins 50% des revendications des syndicats ont été satisfaits. « Nous nous attendons à un compromis d’ici peu », affirme le Secrétaire général du ministère.

La grève des magistrats et des greffiers est toutefois vilipendée par les sympathisants de l’équipe au pouvoir de diverses manières. Les médias proches du pouvoir n’ont pas cessé, au cours des derniers jours, de parler de « dessous politiques » en ce qui concerne ce mouvement initié par les magistrats et les greffiers.

« Les magistrats font partie des fonctionnaires les mieux payés à Madagascar, et je ne vois aucune raison à ce qu’il exige l’obtention de logements sociaux, destinés à des pauvres », a rétorqué un chroniqueur sur une station de radio privée appartenant à un conseiller à la présidence de la République.

Depuis l’annonce de la grève illimitée par le syndicat des magistrats et le syndicat des greffiers, les médias proches du parti au pouvoir n’étaient pas tendres à l’égard des syndicalistes. Les critiques ciblent souvent, plus particulièrement, la présidente du SMM Fanirisoa Ernaivo. Cette dernière a fait comprendre, pour sa part, que des actions de sensibilisation se poursuivront auprès des magistrats qui n’ont pas encore suivi le mot d’ordre de grève, tout en insistant qu’il s’agit d’un « droit » si aucun consensus n’est trouvé avec l’Exécutif malgache.

Midi Madagasikara1 partages

BMOI : Une expertise sur mesure proposée

Cette banque privée dispose actuellement de plus de 35 000 clients dont à peu près 3 000 entreprises dans tout Madagascar. Elle est toujours qualifiée de banque des entreprises. Ayant été la première banque malgache à obtenir la certification ISO 9000-2015 pour l’ensemble des activités de sa production bancaire l’an dernier, elle ne cesse d’apporter des innovations en faisant un « rebranding » afin d’offrir une meilleure qualité de service bancaire à ses clients  Ainsi, « une expertise sur mesure sera proposée. A cet effet, tous nos clients bénéficient d’une relation personnalisée avec un gestionnaire de compte dédié dont la mission est de leur apporter les meilleurs conseils par rapport à leurs  activités ainsi qu’à leurs besoins immédiats et futurs », a expliqué Alain Merlot, le directeur général de la BMOI lors d’une conférence de presse hier à son siège à Antaninarenina.

Plusieurs projets. Son nouveau slogan est d’ailleurs « BMOI, la banque qui vous mérite ». En outre, cette banque privée dévoilera plusieurs projets dans les mois à venir après la mise en place des outils de banque à distance comme BMOINET disponible sur smartphone, tablette et ordinateur. « Notre objectif est d’améliorer le confort et l’expérience client. Et pour maintenir le niveau de satisfaction élevé de nos clients, nos offres sont régulièrement actualisées et étoffées », a-t-il poursuivi. Il faut savoir que l’actionnaire majoritaire de la BMOI, le groupe BPCE, est le 2e groupe bancaire en France et possède un réseau international solide avec une présence remarquée dans l’Océan Indien. La BMOI vient également de changer son logo.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

L’Organisation de la Société Civile rejette une révision de la constitution

Les Organisation de la Société Civile regroupée au sein du Rohy, ont fait savoir leur position face à projet de référendum visant a retoucher la constitution par le régime actuel.
« Nous OSCs rejetons ce projet de référendum, car nous estimons que vu nos contextes historiques et les comportements des acteurs politiques, il n’appartient pas à un régime sortant d’en faire la révision. » En outre, pour les OSCs, ce projet de révision de la constitution serait un moyen des dirigeants de rester au pouvoir. « Elle révèle une volonté de se prolonger au pouvoir d’une part en remettant en question les articles qui gênent pour viser la victoire à la prochaine élection présidentielle.. ». Rohy de continuer que : « Si elle doit se faire, cette révision sera entreprise de manière approfondie et sans précipitation, dans une réflexion nationale multi-acteurs sur les aspirations de la population issue des 22 régions, sous tous ses secteurs socio-économique, environnemental et culturel, gouvernance, etc... Que les candidats du régime ou d’autres souhaitant la révision de la Constitution la proposent et l’intègrent dans leurs programmes de campagne respectifs car ce serait bien sûr un des sujets de débats et de discussions que nous tous devrions aborder en profondeur et dans la sérénité. »
Madaplus.info0 partages

ADN se focalise sur les projets de développement social

Le parti politique ADN Arche De la Nation continue ses travaux sociaux. Lors des descentes effectuées par le parti, la présence d’entassement de plastiques a été observée sur les routes et les endroits visités par le parti. Ainsi, le parti a décidé de faire du nettoyage le 26 Septembre 2017 dernier.
Rappelons-le, lors de la réunion des partis libéraux à Andorre, le leader du parti ADN, Edgard Razafindravahy, a organisé un atelier sur les soins écologiques. En effet, Madagascar figure parmi les pays les plus pollués au monde. Ne serait-ce que parler d’Antananarivo, nous sommes déjà au-delà du seuil limite de pollution de l’air émis par l’Organisation mondiale de la santé. Face à cela et pour poursuivre les travaux déjà initiés à Andorre, le groupe ADN s'est lancé dans des actions concrètes et les travaux de nettoyage. Le parti a choisi une partie de la route nationale N:2. Le travail de nettoyage effectué par les membres de la partie ADN a commencé au By-Pass, en passant par Ambohimalaza et finissant à Carion. Ces travaux de nettoyage se sont faits en même temps que les travaux sociaux des jeunes qui ont reçu une visite du parti ADN. Plus de 250 jeunes ont bénéficié de ces travaux sociaux. Il y a eu un concours de dessin dont des cahiers en guise d’aide de fourniture scolaire ont été remis aux gagnants par l'équipe de l'ADN. Ce projet appelé « Ecolobus » ne s’arrêtera pas là.
News Mada0 partages

Isoraka : un jeune opérateur «Karana» kidnappé

A peine le verdict dans l’affaire du kidnapping d’Arnaud et Annie à Toamasina tombé à Anosy qu’un opérateur karana a été  victime d’un énième enlèvement hier soir à Isoraka.

Au moment où tous les yeux sont rivés sur le tribunal à Anosy où le procès sur l’enlèvement de Jean Arnaud Ramiliarison et de Kwenty Andréa Annie Rajerison s’est déroulé durant trois jours, les kidnappeurs préparent déjà leur prochain coup. En fait, hier soir vers 19 h à Isoraka, plus précisément en face du Manson, un jeune opérateur karana, en rentrant chez lui au volant de sa voiture, a été pris en embuscade par des gangsters.

Sous le coup de la surprise, il n’a pu rien faire que de se résigner à suivre ses ravisseurs. A vrai dire, tous s’est passé très vite que l’opérateur karana n’a pas eu le temps de réagir. Sous le choc, même sa mère, assise à côté de lui dans la voiture, n’a pas pu intervenir.

A l’heure où la rédaction met sous presse, peu d’informations sont disponibles. On sait par contre qu’il s’agit d’un jeune opérateur économique karana, propriétaire d’un magasin de cosmétique en face de Conforma, à Tsaralalàna.

Kidnapping d’Arnaud et d’Annie

Après des débats et des plaidoiries dans l’affaire de kidnapping de Jean Arnaud Ramiliarison et de Kwenty Andréa Annie Rajerison, les juges ont rendu leur verdict hier  dans la salle n°3 du tribunal d’Anosy.

Ainsi, 9 parmi les 75 inscrits sur l’acte d’accusation ont écopé d’une condamnation à perpétuité avec travaux forcés tandis qu’un autre a été condamné à 5 ans de prison avec travaux forcés. Roger Lala Stéphanie, Ravola, Nônô Vola Sandoka,  Marcelin,  Tida kely et Mahatody Jean Cyril considérés comme les cerveaux  n’étaient pas présents à la barre des accusés durant ces trois jours. Un mandat d’arrêt a été lancé à leur encontre. En outre, la cour a prononcé une peine d’amende d’1 milliard d’ariary que les condamnés sont contraints de payer au père d’Arnaud.

Si la famille d’Annie a réclamé 4 millions d’euros à titre de dommages et intérêts, les juges ont fixé le montant de 2 milliards d’ariary. Dans cette affaire, Stéphanie, l’une des coupables a été envoyée à la maison centrale d’Antanimora. Quant aux autres, Do Etienne, Lejô, Nathalie, Sila, Torine, Mainty, ils ont été conduits directement à Tsiafahy. Les autres accusés ont été relâchés au bénéfice du doute et le juge Jacky a bénéficié de l’abandon des charges retenues contre lui et ne sera plus impliqué dans l’affaire. A noter qu’un délai de 3 jours est accordé aux deux parties d’interjeter appel à la décision.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

”Raharaha kidnapping Arnaud sy Annie” : sivy ireo voaheloka gadra an-terivozona mandrapahafaty

 Na voasembatsemban’ny fitokonan’ny SMM sy mpirakidraharaha aza, vita omaly ihany ny fitsarana ny ”Raharaha kidnapping Arnaud sy Annie”. Navesatra ny sazy, satria nisy sivy tamin’ireo voarohirohy voaheloka gadra an-terivozona mandrapahafaty, na tsy nanatrika teo aza ny dimy lahy izay tena atidoha.

Vita tao anatin’ny telo andro ny fitsarana ny ”Raharaha kidnapping an’i Arnaud sy i Annie” tany Toamasina ny 23 novambra 2015. Nivoaka, omaly, ny didy mavesatra indrindra ka olona sivy voaheloka gadra an-terivozona mandra-pahafatiny, raha nahazo dimy taona asa an-terivozona ny iray hafa. Anisan’ireo voaheloka asa an-terivozona mandram-pahafatiny ireo i Roger Lala Stéphanie, Ravola, Nônô Vola Sandoka, i Marcelin, i Tida kely,  i Mahatody Jean Cyril. Ireto dimy lahy ireto izay anisan’ny atidoha tamin’ity fakana an-keriny ity,  ary tsy nisy tonga teny amin’ny fitsarana. Namoahana didy fampisamborana avy hatrany izy dimy lahy ireo.

Niampy onitra 1 miliara Ar ho an-dRamilison Arlan, dadan’i Arnaud, raha 2 miliara Ar ny an’ny ray amandrenin’i Annie.

Anisan’ireo voarohirohy tamin’ity raharaha ity ary niatrika ny fitsarana i Stéphanie, izay nanda hatrany ny fiampangana azy. Toy izany koa i Do Etienne, Lejô, Nathalie, Sila, Torine, Mainty. Nihatra tamin’ireo avy hatrany ny didy ary nalefa eny Tsiafahy ireo olona ireo. I Stéphanie no nalefa eny Antanimora eny amin’ny fonjan’ny vehivavy.

Nahazo fahafahana noho ny fisalasalana avokoa ny ambin’ireo olona rehetra voarohirohy niatrika fitsarana. Natsahatra kosa ny fanenjehana ilay mpitsara, ary tsy misy idirany intsony ny raharaha.

Nifanindran-dalana tamin’ny fitsarana ity raharaha ity ny fitokonan’ny mpitsara eny Anosy. Nafindra tany amin’ny efitra ambany rihana ny fitsarana ny raharaha raha tany amin’ny efitra fahefatra any ambony tany am-boalohany. Tao anatin’ny fahamehana ihany ny fitsarana ny raharaha kanefa hita fa nitandrina ny mpitsara nandinika ny didim-pitsarana.

 

Afaka ireo polisy sy mpiandry fonja

Nanaitra ny maro kosa ny didy nivoaka ho an’ireo polisy sy mpiandry fonja, izay samy nohafahana noho ny fisalasalana. Samy nanda ny fiampangana azy rahateo izy ireo teny amin’ny fitsarana. Voalaza tamin’ny famotorana anefa fa tamin’ny fisamborana azy ireo no nahatrarana ireo fitaovam-piadiana ; basy Kalachnikov sy grenady nampiasaina nampihorohoroana tamin’iny fakana an-keriny iny.

Ny ankamaroan’ireo olona voarohirohy izay nanaiky ny fiampangana azy nandritra ny famotorana teny amin’ny mpitandro filaminana. Nanda izany avokoa anefa izy ireo rehefa teo anoloan’ny fitsarana.

Manana telo andro hampiakarana fitsarana ambony ny andaniny sy ankilany raha tsy afa-po amin’ny didim-pitsarana. Naterina avy hatrany tany amin’ny fonja itanana azy ireo voaheloka rehetra. Karohina avy hatrany kosa ireo namoahana didy fampisamborana.

Yves S.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitokonan’ny FitsaranaMandrahona hisambotra ny fanjakana

Tsy resa-be intsony fa raikitra ilay fitokonana faobe mandritra ny fotoana tsy voafetra hotanterahin’ny sendikan’ny mpitsara (SMM) sy mpiraki-draharaha (SGM) manerana ny Nosy.

 Hikatona avokoa, araka izany, ny Fitsarana rehetra eto Madagasikara ka tsy hisy na dia ny “service minimum” aza, hoy ny filohan’ny mpiraki-draharaha Randriambololona Haja. Ekena, hoy izy, fa nisy ny fampiantsoan’ny minisitry ny fitsarana  anay ny alatsinainy hariva teo.  Somary nanahirana anefa ny zava-nitranga satria dia nisy ny fampitahorana sy fandrahonana an-kolaka anay mba tsy hitokona. Nohazavaina  taminay  fa zonay  ny mitokona nefa tsy zonay ihany koa raha tsy voafetra  ny fotoana hanatanterahana izany izay notsindriany manokana fa tadiavin’ny Fitsarana havadika amin’ny endrika fisamborana. Misy amin’ireo mpitsara any amin’ny faritra no nahazo fandrahonana mba tsy hitokona, hoy ny avy ao amin’ny SMM omaly Na izany aza anefa, hoy ireo mpitsara sy mpiraki-draharahan’ny fitsarana dia tsy hihemotra izahay, indrindra raha tsy mbola tonga eo am-pelatananay ilay “versement” efa notakianay tamin’ny fanjakana hatramin’izay. Ny filohan’ny sendikan’ny mpitsara (SMM) Fanirisoa Ernaivo dia efa nanamarika ihany koa fa ampy izay ny fampanantenana fa mila zavatra azo tsapain-tanana, ka rehhefa tsy mbola misy io zavatra tanterahana avy hatrany io dia mitohy foana ny fitokonana.Nandamoka hatrany ny fifampidinihana nifanaovana tamin’ny minisiteran’ny fitsarana nanomboka ny volana jolay ka hatramin’izao septambra izao. Nisy moa ny fivoriana farany notanterahin’izy ireo omaly hariva nentina nandinihina ireo karazana paikady hitondrana ny fitokonana hanomboka anio alarobia.

Nanao fanambarana omaly hariva ny sekretera jeneralin’ny ministeran’ny fitsarana Razafinjatovo Honoré Parfait ka nanentana ireo mpitsara manerana ny nosy mba hiasa tahaka ny isan’andro ary niantso ireo lehibe eny anivon’ny fitsarana mba handray andraikitra ihany koa.Mamotika firenena ny fitokonana hoy izy ary miteraka fahasahiranana ho an’ny vahoaka ihany koa.

Pati

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Une banque «Haut de gamme»

Première banque malgache à obtenir la certification ISO 9001:2015 pour l’ensemble de ses activités, la BMOI (Banque Malgache de l’Océan Indien) entend demeurer leader au regard de la qualité de ses services, qu’elle affirme « unique à Madagascar ».Afin de conforter cette position, une nouvelle stratégie de communication se met en place autour d’un slogan « BMOI, la banque qui vous mérite» et d’une image : celle d’une orchidée dont l’une des fleurs se distingue par sa couleur à l’instar de la BMOI qui se différencie au sein de l’environnement bancaire du pays extrêmement concurrentiel.La BMOI vise clairement les principales entreprises du pays et les organismes institutionnels qui accompagnent son développement et continuera de tout mettre en œuvre afin d’actualiser ses offres et services qu’elle veut voir répondre aux attentes et besoins de ses « grands comptes ».Les dirigeants locaux de la BMOI dont l’actionnaire majoritaire est le groupe BPCE (2ème groupe bancaire français) affichent un bel optimisme. « Je n’ai jamais senti une telle assurance de la part des forces commerciales qui sentent qu’elles évoluent au sein d’une entreprise performante » déclare le DG, Alain Merlot. Pour sa part, Hervé FLIPO, DGA affirme « Je suis très fier d’être à la tête d’une banque qui assume un développement harmonieux, entouré de collaborateurs parfaitement orientés client».
News Mada0 partages

Tolotra tsara ho an’ny mpanjifa : hiova famantarana ny banky BMOI

  Banky voalohany eto Madagasikara natsangan’ny mpandraharaha malagasy ny Banky malagasy aty amin’ny ranomasimbe Indianina (BMOI). Manaraka ny toetrandro ny tolotra omena ny mpanjifa, ary fantatra eo amin’ny lafiny iraisam-pirenena rahateo.

Tsy mitsahatra ny mikaroka ny tsara hatrany ! Banky malagasy voalohany nahazo ny famantarana ISO 9001-2015 ny banky BMOI, vondrona BPCE, ny taona 2016. Taratry ny kalitaon’ny tolotra omena ny mpanjifa, fanehoana ny maha matihanina eo amin’ny sehatry ny banky sy ny tontolo ara-bola eto amintsika. Mitohy hatrany ny ezaka sy ny fanatsarana, ka hiova endrika sy famantarana kisary “orchidée”, voninkazo tsy fahita raha tsy eto Madagasiakra, ity banky ity, ankehitriny.

Nambaran’ny tale jeneraly (DG), Alain Merlot, omaly, fa mitovy avokoa ny asan’ny banky rehetra. Mampiavaka ny tsirairay ny kalitaon’ny fomba fiasa sy ny tolotra omena ny mpanjifa. Izay indrindra ny maha hafa ny BMOI, satria ananany ny traikefa ary miavaka ny fomba fikarakarana ny mpanjifa. Mahatsapa izany ny mpanjifa tsotra sy ny mpandraharaha na orinasa, ary fantatra eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ny BMOI amin’ny lafiny fifanakalozana na famindram-bola, ohatra.

Azo ampiasaina amin’ny lafiny maro ny niomerika

Manaraka ny toetrandro ny BMOI ary hainy ny mampiasa izany hifanandrify amin’ny filan’ny mpanjifa. Nanamarina izany ny DG-n’ity banky ity fa manamora ny filan’ny mpanjifa sy ny asan’ny BMOI ny fampiasana ny teknolojian’ny fifandraisan-davitra, ny niomerika. Tsy mila mankeny amin’ny masoivohon’ny banky ny mpanjifa, fa afaka manao fifanakalozam-bola amin’ny alalan’ny finday na ordinatera madinika (tablette), na aiza na aiza misy azy. Azo arahina koa ny toe-bolany, mamindra vola, mangataka karatra banky,

maka vaovao amin’ny BMOI, na eto an-toerana na any ivelany, sns. Tsotra koa ny fampiasana azy, amin’ny alalan’ny fidirana ao amin’ny www.bmoi.net.

Mafy orina maneran-tany

Manana ny petra-bola betsaka ao amin’ny BMOI ny vondrona BPCE, banky faharoa lehibe indrindra any Frantsa. Manana fifandraisana sy traikefa mafy orina, fantatra eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena, araka izany, ny BMOI, ary lohany aty amin’ny ranomasimbe Indianina (Maorisy, Mayotte, La Réunion, Madagasikara). Miara-miombon’antoka amin’ny banky iraisam-pirenena samihafa, toy ny Caisse d’epargne, ny Natixis, ohatra. Tsy mahagaga raha lany ho banky frantsay mendrika ny taona 2015, nokarakarain’ny gazety boky matihanina The banker.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

BMOI : une nouvelle stratégie pour une meilleure qualité de service

La Banque malgache de l’océan Indien (BMOI) innove. Un nouveau slogan, une nouvelle image traduisent aujourd’hui la volonté de la banque à offrir une meilleure qualité de service bancaire à Madagascar. Les dirigeants de la BMOI ont présenté, hier, à Antaninarenina, la nouvelle stratégie de la banque.

«BMOI, la banque qui vous mérite». C’est le nouveau slogan de la BMOI qui répond à sa nouvelle stratégie en se tournant davantage vers ses clients. «Nous sommes là depuis quelques années. Nous avons développé notre banque, notre fonds de commerce et nous n’avons pu réussir ce développement que grâce à la qualité et la satisfaction de notre clientèle. Il nous est apparu aujourd’hui qu’il fallait changer notre communication et mettre en place une communication plus proche de ce que nous sommes, de ce nous voulons continuer à être par rapport à nos clients qui constituent le centre de notre action», a déclaré à cette occasion Alain Merlot, directeur général de la BMOI.

En effet, conseiller les entreprises, leur proposer les meilleures solutions de financement et de services adaptés constituent le savoir-faire le plus important et historique de la BMOI, sachant qu’elle a commencé son histoire, d’abord, comme étant une banque d’entreprise et elle continue dans cette voie-là.

«Nos clients sont uniques mais très exigeants (…) Pour cela, il nous appartient de leur offrir la meilleure sécurité, la confidentialité, la performance et l’innovation pour construire chaque jour une relation de confiance profonde qui s’inscrit dans la durée», a ainsi lancé Alain Merlot. Ceci, à travers une expertise sur mesure.

Le digital, autre innovation

Parmi les innovations les plus marquantes figure le digital. Après la mise en place d’outils de banque à distance qui ont prouvé leur efficacité, à savoir BMOI NET et BMOI SMS, la banque continue sur cette lancée à travers la digitalisation des services bancaires.

Pour son directeur général, «Le digital, c’est le credo essentiel de toutes les banques du monde. Nous avons un phénomène de dématérialisation avec les nouveaux outils (smartphone, tablettes, ..) qui permettent d’atteindre les clients n’importe où, à tout moment, et qui permettent aux clients d’exprimer des demandes qui, hier encore, étaient compliquées …».

En tout cas, le nouveau slogan est un engagement de la part de la banque. BMOI s’apprête à dévoiler plusieurs produits innovants, dans les semaines et les mois à venir, lesquels auront pour objectif d’améliorer encore le confort et l’expérience client.

Arh.

 

News Mada0 partages

Komity mpitantana « Ferme d’etat Sakay » : « Aoka hohafainganina ny hahazoanay cité »

Mangataka izahay mba hamoahana haingana ny “titre” ahazoanay “cité” ao amin’ny Ferme d’etat Sakay (Fesa)”, hoy ny fanambaran’ny komity mpitantana izany, omaly. Nambaran’izy ireo fa tokony hotanterahina ny fanapahan-kevitra efa noraisina. Tsy tokony hatao sakana ireo andiana olona manohintohina izany na koa manakiana befahatany ny dingana tokony hirosoana, araka ny fanambarana ihany.

Tokony hisitraka velaran-tany 500m2 avy ireo mponina ireo miaraka amin’ny “cité”. Arakaraka ny efitrano kosa ny vola haloa eny anivon’ny sampandraharaha ny fananan-tany sy ny fandrefesan-tany. “Fandraisana anjara izany mba hahazoanay tanteraka ny tany sy ny trano”, hoy ihany izy ireo. Nohamafisin’izy ireo fa tsy tokony hitebiteby ireo mponina ao an-toerana ary niantso fitoniana ny eo anivon’ny komity. “Aoka ho tony isika fa tsy miala eo intsony isika. Efa nanao ezaka amin’ny fizarana, “titre” faobe ny fanjakana ary isaorana izy ireo amin’ny famaliana ny fangatahanay io tanana navelan’ny vazaha io”, hoy ihany izy ireo.

Randria 

News Mada0 partages

Service financier : la monnaie à l’ère de la dématérialisation

Développer le secteur financier à Madagascar à travers l’appui à l’inclusion financière et la dématérialisation de la monnaie, c’est dans ce sens que  la première édition du Salon Expofinance Madagascar a ouvert ses portes, hier, à l’hôtel Carlton Anosy.

Un pas a été franchi concernant la dématérialisation de la monnaie à Madagascar, à travers l’adoption de la loi sur la monnaie électronique et les établissements de monnaie électronique en décembre 2016. Le secrétaire général du ministère des Finances et du budget a précisé à ce sujet que «le décret d’application a été adopté en Conseil du gouvernement, mardi dernier». Ce responsable de poursuivre également qu’«une nouvelle loi sur la microfinance est en gestation en ce moment».

Une vingtaine d’acteurs dans le secteur financier, notamment les banques, les services de mobile banking, les établissements de capital risque ou encore les départements ministériels sont présents à cette rencontre qui prend fin ce jour.

 «La dématérialisation de la monnaie est devenue indispensable dans le contexte qui prévaut actuellement. Si ce n’est que pour la sécurité car la circulation des espèces se fait essentiellement dans le système informel. Ce qui présente d’importants impacts sur l’économie du pays», a avancé Nirianja Ralison, un des organisateurs de ce salon. Et d’après les chiffres d’une banque commerciale œuvrant dans le pays, la monnaie fiduciaire constitue encore les 48% de la masse monétaire à Madagascar

Réticence

Pour rappel, 32% des ménages malgaches ont recours aux services de microfinance, actuellement, selon les chiffres de la CNFI. Pour dire que la réticence des ménages malgaches à intégrer les services financiers en dépit des avantages que cela représente, est toujours constatée au pays.

Un long chemin reste encore à faire pour l’inclusion financière à Madagascar. Les dernières enquêtes menées dans ce domaine montrent que 41% de la population adulte malgache n’a accès à aucun service financier, entre autres, le crédit, l’épargne, l’assurance, le paiement…

D’après Tiana Ramaparany Ramanarivosoa, coordonateur national de finance inclusive, «La réticence à intégrer les services financiers vient surtout de la méconnaissance. Il se trouve également que les offres proposées ne sont pas adaptées à la réalité, surtout en milieu rural».

Riana R.

News Mada0 partages

FOFIFA : un projet de fertilisation des sols

Le Centre national de la recherche appliquée au développement rural (Fofifa) lance une étude sur la fertilité des terrains agricoles dans les régions Vakinankaratra et Alaotra Mangoro. La Caravane de fertilité a procédé à ses premières analyses de sol, hier, dans la région Vakinankaratra.

Les premiers échantillonnages agronomiques ont été effectués sur les parcelles de quelques exploitants agricoles de deux fokontany de la commune rurale d’ Andranomanelatra, notamment  à Soamavokatra et à Tsaravavaka. Les techniciens et ingénieurs ont également formé les paysans sur les méthodes et manières de recueillir les échantillons.

«Les analyses permettront de connaître les caractéristiques des sols (texture et structure), les différentes cultures qui y sont adaptées et surtout, de pouvoir améliorer la fertilité des sols en apportant les organismes nécessaires. Tout cela dans le but d’augmenter la productivité », rapporte le ministère de l’ Agriculture et de l’élevage dans une note publiée.

Par ailleurs, la Direction régionale de l’agriculture et de l’élevage (DRAE)  de Vakinankaratra a déjà effectué des séances de sensibilisation et d’information dans six districts de la région. Aussi, près de 1400 exploitants ont accepté et se sont engagés par écrit à ce que des analyses soient réalisées sur leurs parcelles. Les activités de la Caravane de fertilité se feront sur une surface de 30 000 ha dans la région Vakinankaratra et se poursuivront dans la région Alaotra Mangoro.

Riana R.

News Mada0 partages

Justice : les magistrats et les greffiers maintiennent la pression

Comme prévu, la grève illimitée des magistrats et des greffiers a débuté hier. La majorité du personnel de la justice, notamment en province, a suivi le mouvement.

La grève des magistrats et des greffiers a marqué le secteur de la justice hier. Dans les provinces comme à Toamasina et à Toliary, la grève a été suivie presque à cent pour cent. Des magistrats ont suivi à la lettre les consignes du Syndicat au point que, à Anosy et à Faravohitra, les responsables de cette instance ont été sur le qui-vive pour désamorcer la tension. C’est ainsi que dans l’après midi, la ministre de la Justice Alexandrine Élise Rasolo a reçu les représentants du syndicat des magistrats et du syndicat des greffiers de Madagascar à Faravohitra.

Cette rencontre n’a en tout cas pas permis de régler les différends au sein de cette instance. «Nous ne sommes pas satisfaits de la rencontre. Il n’y avait pas par exemple de lettre concrétisant nos revendications», a indiqué le président du Syndicat des greffiers, Haja Randriambololona qui a reconnu qu’une partie seulement de leurs revendications a été résolue.

Pareil pour les magistrats, «Après la concertation avec la ministre, elle nous a fait la promesse de répondre dans les détails à nos revendications» a déclaré Fanirisoa Ernaivo, présidente du SMM, tout en notant que les grèves ne prendront fin qu’à l’issue de la résolution de tous les problèmes. «Nous attendons cette concrétisation avant de reprendre le travail».

En attente

Face à la presse hier, le secrétaire général du ministère de la Justice, Parfait Honoré Razafinjatovo, a opté pour l’apaisement. «Le ministère a déjà répondu favorablement à la majorité de leurs revendications. Nous espérons qu’ils  (magistrats et greffiers) reprendront le travail après leur Assemblée générale où ils exposeront les fruits de la rencontre avec le ministère de la Justice», a-t-il plaidé, tout en annoncant qu’une commission mixte sera mise en place pour statuer sur les problèmes des magistrats et des greffiers. Selon lui, « Il y a des revendications qu’on peut réaliser tout de suite mais d’autres nécessitent des étapes et de dialogue.

Il faut cependant souligner qu’une commission mixte a été déjà mise en place récemment mais cela n’a pas abouti à des réponses concrètes. Cette fois-ci, l’attente semble plus importante mais la balle se trouve dans le camp de l’Exécutif dans sa volonté de miser sur la concrétisation ou non des revendications des magistrats et des greffiers.

Rakoto

News Mada0 partages

KMF/CNoe : « Tsy fotoana hanitsiana lalàmpanorenana izao »

 Nivahiny tao amin’ny fandaharana “Ambarao”,  radio Alliance 92  ny filoha nasionaly eo anivon’ny KMF/CNoe, Andriamalazaray Andoniaina. Voaresaka ny momba ny andraikitr’izy ireo, ny fifidianana ary koa ny lalàmpanorenana, mahabe resaka amin’izao fotoana izao. Ny ampahany amin’ny resadresaka…

Notsiahivin’ny filoha nasionalin’ny KMF/Cnoe aloha fa anisan’ireo tsy nankasitraka ny nandaniana io lalàmpanorenana io izy ireo. “Nipetraka hatrany amin’ny toerany sy amin’ny lalan-tsaina mibaiko anay hatrany izahay… Vao lany anefa ny mpitondra, nitondra sosokevitra izahay ny hanamboarana io lalàna fototra io, saingy tsy natao… Resy lahatra izahay fa mila amboarina io. Tsy resy lahatra kosa amin’ny fotoana hanaovana izany satria any amin’ny taona 2019 vao hikarakara fifidianana filoham-pirenena isika raha hirosoana izany”, hoy izy.  Nanteriny fa anisan’ireo nanao fanambarana miaraka amin’ireo fiarahamonim-pirenena koa ny KMF/CNoe ny amin’ny filazana fa hampidi-doza ny fikitihana ny lalàmpanorenana. “Mandinika ny tontolom-piarahamonina sy manara-maso ny fiainam-pirenena izahay ka mahita fa hiteraka savorovo ny fikitihana azy io. Mila misokatra sy mandinika isika. Mahatsara ny fiarahamonintsika ny tsy fanitsiana azy io…”, hoy ny KMF/Cnoe.  Momba ny ny elenalem-potoana eo amin’ny hanaovana ny fifidianana  fihodinana voalohany  sy faharoa, nambaran’ny mpitondra fa anisan’ny tokony hovana, nambaran’ Andriamalazaray Andoniaina fa tsy misy afaka haminany na hisy na tsia ny fihodinana faharoa. “Raha ekena indray ary fa marobe ny kandidà ka hisy ny fihodinana faharoa, efa tao anatin’ny lalàmpanorenana ny taona  1992, ny 1998, ny  2007 ary ny  2010 io And 47 io.  Efa teo hatrany io elanelam-potoana voalazan’ny lalàmpanorenana  io ary tsy nisy nanakiana sady tsy nisy nanana olana…”, hoy izy.

Manambany ny Ceni filoham-pirenena   

Nohitsiny, araka izany, fa tsy mitombina ary tsy mety ny tohan-kevitry ny filoha satria lasa manambany ny Ceni ny fomba firesany. “Tsy tokony hifanambany ny samy mpitantana… Tonga koa ny lalàmpanorenan’ny taona 2010. Nikarakara ny fifidianana nahalany ny filoha ankehitriny ny Ceni. Androany anefa izany, miteny ny filoha fa tsy mety ny fifidianana nokarakarain’ny eny Alarobia”, hoy ny KMF/CNoe. Nambarany fa mety ho tolokevitra vonjimaika avy amin’ny mpanolotsain’ny filoha io resaka lalàmpanorenana io satria tsy natsidiky ny praiminisitra ny And 46 nefa any amin’ny And 47 ny resaky ny filoha. “Tsy mitovy eo ny hevitra ary misy fiantrakany any amin’ny vahoaka sy ny mpifidy izany satria mampiroaroa saina ny maro ny ataon’ny mpitondra. Tokony hazava ny resaky ny mpitondra”, hoy ihany izy ireo.

Ankoatra izany, nitondran’ny KMF/CNoe fanazavana ny lalàm-pifidianana ary efa nitondran’izy ireo tolokevitra na fanakianana. Noraisiny ho ohatra fa 400 Ar ny vidin’ny kara-pifidianana ny taona 2006. Mety ho 1 000 Ar izany izao. Ampitomboina amin’ny mpifidy mihoatra ny 10 tapitrisa izany. Vola very anefa satria  afaka mifidy ny olona na tsy misy kara-pifidianana rehefa anaty lisi-pifidianana ary manana kara-panondro. Tokony hatsaraina izany, araka ny nambarany. Teboka hafa nitondran’izy ireo tolokevitra ny momba fanavaozana lisi- pifidianana. Mifarana ny 15 avrily ny famaranana tena izy ny lisitra. Ahoana ny fomba hijerena ny olona tsy maintsy mifindra monina aorian’io daty io. Tsy afaka mifidy izany izy… Eo koa ireo tsy ampy taona, ny 15 avrily nefa feno 18 taona ny 16 avrily. Tsy afaka mifidy koa rehefa tonga ny fifidianana. Eo koa ny lalàna hifehezana ny fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana, tokony hojerena. Manampy izany ny lalàna mifehy ny famatsiam-bolan’ny antoko politika.  “Tsy hahita ny tonga lafatra isika, saingy hatsaraina hatrany. Tsy midika hatao fialantsiny anefa rehefa misy zavatra tsy mahomby na hialokaloka amin’ny tsy tonga lafatra. Ohatra, tsy azo ekena ny anarana miverimberina. Midika ireny fa tsy alehany ny mpikarakara fifidianana ka tsy azo leferina izany”, hoy izy.

Atahorana ny hoavin’ny firenena

 Anisan’ny nandray anjara tamin’ny famolavolana ny lalàm-pifidianana rahateo ny KMF/CNoe ary efa any amin’ny governemanta izany ka miandry ny tohiny izy ireo.

Etsy andaniny, manentana ny olom-pirenena hatrany ny KMF/CNoe ary miezaka manazava fa tsy ratsy akory ny fanaovana politika. “Misy anefa ireo manondrana ka mitarika ny olona ho diso fanantenana ary zary leom-boanana. Mitady hizotra amin’izany isika raha tsy misy fomba fanao hamboarina haingana. Manao fanadihadiana izahay ary mitondra tolokevitra ho an’ny mpitondra satria raha tsy mitandrina isika, atahorana ny hoavin’ny firenena…”, hoy izy ireo.

Tsiahivina fa manentana ny olom-pirenena, hijery ny anarany  sy ny momba azy rehetra any anaty lisim-pifidianana izao ny eo anivon’ny KMF/CNoe satria anisan’ny varavarana iray anisan’ny tsy mampanjary ny fifidianana izany.

Synèse R.

News Mada0 partages

Vivo energy-Asatana : hangotraka ny rallye Shell Helix 2017

Manohana ny fikarakaran’ny fikambanana Asatana ny rallye Shell Helix ny orinasa Vivo energy. Anisan’ny mampiavaka azy ny fampiasana ny menaka motera.

 

Hatao ny 6, 7 ary 8 oktobra ho avy izao ny rallye Shell Helix, andiany faha 17. Fifaninanana hatao eto Antananarivo, karakarain’ny fikambanana Asatana (Association des sports automobile d’Antananarivo). Manohana mivantana ny hetsika ny Vivo energy Madagasikara, orinasa miara-miombon’antoka amin’ny toby fivarotan-tsolika Shell sy ireo vokatra ara-tsolika Shell helix. Tafiditra ao anatin’ity fifaninanana ity koa ny tapany fahenina amin’ny Championnat de Madagascar, taona 2017.

Anisan’ny miara-miombon’antoka amin’ny rallye Shell Helix koa ny orinasa Orange, Global motors Madagasikara (GMM), ny MakiCim, sns. Hatao eny amin’ny toerana manokana ao anatin’ny orinasa GMM eny Anosivavaka, ny fitiliana ara-teknika ny fiara mpifaninana ary hisy fanafanana ny lanonana amin’ny endriny samihafa.

Mampateza ny motera

Vokatra tena hamantarana ny marika Shell Helix ny menaka fanao amin’ny motera. Nalaina avy amin’ny gazy voajanahary, madio ary miaro sy mampateza ny motera sy ny fiara. Hita mandritra ny fifaninanana fiarakodia karakarain’ny Asatana hatrany ity vokatra ity.

Misy andiany telo ny fifaninanana. Miainga eny amin’ny orinasa GMM Anosivavaka, ary mitety ny manodidina an’Antananarivo. Anisan’izany ny eny Soavimasoandro, Anjomakely, Ambatolampy Tsimahafotsy, …. . Mitohy any Antanandrano, Ambohitrarahaba, mivoaka ny lalampirenena fahatelo (RN 3).

Eo koa ny eny Sabotsy Namehana, Manandriana, mivoaka any amin’ny lalampirenena faharoa (RN 2),…, Ambohimalaza, Anjeva, Ambohimanambola, …, Masindray, Alasora, …, mivoaka ny lalampirenena fahafito (RN 7) ary miverina indray avy eo. Mifarana eny Anosivavaka ny fifaninanana.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Tennis – Afrique U14 : les garçons sur leur lancée

Le trio masculin malgache a dominé lors des matchs en simple sur les courts égyptiens, hier. Toky Ranaivo, Fenosoa Rasendra et Sampras Rakotondrainibe ont tous les trois pris le dessus sur leurs adversaires respectifs. Chez les filles, Narindra Ranaivo n’a pas fait le poids face à la joueuse hôte Shaban Zeina Amr.

La troisième journée du championnat d’Afrique U14 s’est déroulée sous un ciel bleu pour la délégation malgache qui a nettement dominé le tableau masculin, en simple. Toky Ranaivo a frappé le premier. Il a disposé du Tunisien Zribi Mohamed Rayan en deux sets (6/3 ; 7/6 (4)). Fenosoa Rasendra a suivi le bon exemple lors de son duel contre le Gabonais Leo Besoux. Ce dernier s’est incliné sur le score de 6/3 ; 6/1 au terme d’une partie qui s’est déroulée largement en faveur du jeune Malgache. La tâche a été plus compliquée pour Sampras Rakotondrainibe.

Il a eu affaire à un adversaire plus résistant en la personne de Mutuku Mendwa (Kenya) qui n’a pas lâché prise qu’au dernier jeu du second set. Sampras a tout d’abord remporté le premier set en toute aisance (6/1) mais la riposte du camp adverse ne s’est pas fait attendre. Mutuku a failli arracher la victoire au second set mais Sampras a su reprendre le contrôle du match à temps (7/5). Chez les filles, Narindra Ranaivo avait beau contrecarrer les attaques de l’Egyptienne Shaban Zeina Amr, mais elle a raté le coche au troisième set. Score final : 6/2 ; 2/6 ; 6/3.

Elle doit ainsi se rattraper lors du match en double en vue d’une place en demi-finale contre la paire sud-africaine Kruger-Manyube. Toujours dans le tableau des quarts de finale double garçons, Toky Ranaivo et Lanja Rakotozandriny ont croisé la raquette avec les Sud-Africains Connor Kruger et Andreas Scott. Les résultats de ces deux rencontres ne nous sont pas encore parvenus à l’heure où nous glissons ces quelques lignes.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Marathon de Tana : Malaky comme mascotte officielle

World Trade Center, organisateur du Marathon international de Tanà, les 14 et 15 octobre prochains, voit grand ! Pour que cet événement sportif unique en son genre soit une réussite, des innovations ont été apportées, au même titre que des nouveautés. En effet, pour la première fois, la Marathon international de Tanà aura sa mascotte, dénommée Malaky.

«Malaky courra avec les familles lors du Maratoons de 1,5 km, et sera présent en permanence dans le Maratoons Land», a communiqué les organisateurs.

Les innovations au cœur de l’événement.

Ainsi, durant les deux jours de compétition, les spectateurs comme les participants seront bien servis. En fait, concernant la course spéciale Corporate sur les 10 km et 1,5 km, «On note la participation  de 30 salariés habillés aux couleurs de leur entreprise ainsi que les supporteurs aux couleurs de leur société aussi», a annoncé les organisateurs. Et pour satisfaire les demandes, des modifications ont été apportées au parcours des 10 km. Désormais, la course passera par la Rocade d’Andohatapenaka pour rejoindre le point d’arrivée à Analakely.

Naisa

 

News Mada0 partages

Chronique : en vérité, je vous le dis…

En vérité, je vous le dis, nous avons de la chance. Nous avons la chance de ne pas vivre en Afghanistan ou au Pakistan où les crimes d’honneur détruisent la vie d’êtres humains dont le handicap est d’être nés femmes. Nous ne vivons pas en Scandinavie mais que nous soyons nés filles ou garçons, nous avons la chance de pouvoir aller dans les mêmes écoles et dans les mêmes classes. Le pays n’a pas à rougir du taux de scolarisation des filles dans le premier degré. Les chiffres nous placent dans le peloton de tête des pays d’Afrique subsaharienne.  Apprécions…

Les femmes de Madagascar ont la chance de pouvoir envisager de servir leur pays dans un corps de l’armée et de pouvoir réaliser ce rêve si elles ont le courage de crever les plafonds de verre qui sont sans doute un peu plus nombreux qu’en Scandinavie. Elles peuvent aussi prêter serment comme Hippo-crate, soigner et guérir des enfants, des femmes et même des hommes sans qu’ils s’inquiètent du niveau de leurs compétences.

Les femmes de Madagascar peuvent jouer à la pétanque et au basket-ball, pratiquer le judo ou les arts du cirque, monter sur les planches, danser la zumba, se teindre les cheveux en fuschia, s’essayer à la pole dance, conduire une voiture, une moto ou piloter un avion. Elles ont le droit d’ouvrir un compte en banque sans en demander l’autorisation à leur mari, à leur frère ou à leur père. Elles ont, bien entendu, le droit de payer des impôts comme leur père, leur frère et leur mari.

En vérité je vous le dis, les femmes de Madagascar ont de la chance.

Il leur manque toutefois une école des maris. Oui, une école des maris, inspirée de celles qui existent au Niger, au Mali ou en Côte d’Ivoire. Ils y apprendraient qu’il ne faut plus prendre à la lettre la recommandation des anciens qui rêvaient pour nous, dit-on, d’une prolifique descendance. Ils y apprendraient surtout que la contraception n’ouvre pas nécessairement les portes de la paillardise et de la luxure.

Kemba Ranavela

 

News Mada0 partages

Madagascar i l y a 100 ans : une rente viagère pour la princesse Ramasindrazana

Arrêté allouant à la princesse Ramasindrazana, tante de l’ex-reine Ranavalona, à compter du 25 mai 1917, une rente viagère de 30 000 francs par an, représentant la moitié de la pension de

60 000 francs dont bénéficiait sa nièce.

Le Gouverneur Général de Madagascar et Dépendances, commandeur de la Légion d’honneur,

Vu les décrets des 11 décembre 1895, 30 juillet 1897 et 15 mai 1917 ;

Vu le décès de la reine Ranavalona, survenu à Alger le 24 mai 1917 ;

Le conseil d’administration entendu,

Arrête :

Art. 1er. – Il est alloué, à compter du 25 mai 1917, à la princesse Ramasindrazana, tante de l’ex-reine Ranavalona, une pension viagère de 30 000 francs par an.

Art. 2. – La princesse Marie-Louise continuera à bénéficier de l’allocation de

4 000 francs dont elle jouit actuellement.

Art. 3. – La dépense est imputable au chapitre 1er, article 2, du budget local.

Art. 4. – M. le directeur des finances et de la comptabilité est chargé de l’exécution du présent arrêté qui sera inséré au Journal Officiel de la Colonie et publié ou communiqué partout où besoin sera.

Tananarive,

le 11 août 1917.

Merlin.

Journal officiel de Madagascar et dépendances

Écho du Concours

agricole

On nous écrit :

Dans le compte-rendu du Concours agricole qui s’est tenu à Tamatave du 6 au 9 courant, vous avez oublié de signaler un incident qui mérite cependant de l’être, tout comme il mérite d’être applaudi.

Le concours agricole ayant obtenu un succès qu’on n’avait pas osé prévoir, les sommes allouées pour donner des primes aux exposants se sont trouvées tout à fait insuffisantes, et on ne pouvait raisonnablement renvoyer chez eux cette multitude d’exposants sans leur donner les primes auxquelles ils avaient droit, sous peine de compromettre le succès de tous les concours à venir. En présence de cette situation, quelques habitants de Tamatave se trouvant au café le vendredi soir 9, ont eu l’idée de compléter, par une souscription, la somme allouée. À l’instant, M. Baillet, toujours le premier pour des œuvres de cette nature, se met le premier en tête d’une liste qu’il fait circuler, et en deux minutes a été recueillie la somme de mille francs, qui a été suffisante aux fins qu’on se proposait.

N’ai-je pas raison de dire que le fait mérite d’être applaudi ?

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fiafenana ambadiky ny fahamaizinan’ny fitaratra

Olon-tsotra ? Voarara ny fitaingenana fiara manafina ambadika fitaratra matroka be. Amin’izao andro tsy misy fandriampahalemana izao dia ahiana ampiasain’ny olon-dratsy ivezivezena am-palalahana ny fiara izay tsy ahatazanana ny olona ao anatiny. Atokana ho an’ireo olona ambony manan-kaja ao amin’ny fitondrana ny fampiasana an’ireny fiara ireny. Na izay aza ny fanapahana tsy maintsy hajaina, an-drariny amin’ny maha olom-pirenena no mametraka fanontaniana mikasika ny antony ilan’ny mpitondra ho takona tsy tazan’ny mponina. Misy ratsy atao ve ka matahotra fiogaogana rehefa mifanena amin’ny vahoaka ? Sa nohon’ny fanelanelan’ny fitaratra matroka dia mahatsiaro kokoa manalavidavitra ny fahantrana ka mahaaro izany amin’ny fipitian’ny lotony ?

Raha amita-tena lalandava amina fisakafoanana anaty vilia bakoly ambony latabatra tsara rakotra lamba mangatsakatsaka mba tsy ahitana ny fako ao ambany latabatra sy ny fitsimponan’ny maro vary masaka raraka, tsy hisy fiovana afaka antenaina ! Mankadilo sofina hono ny fiteny hoe mitrongy vao omana, nefa izany dia sary mitory tsara ny zava-misy, izay asa na inian’ny fitondrana taizaina na tsy hainy resena.

Resaka fotsiny na tsy fahampina fandinihana ny filazana hoe fepetra ho an’ny fiarovana ny mpitondra. Vao maika mampiavaka azy toy ny kary an’efitra ireny fitaratra mainty ireny raha mandalo aty amin’ny fiarahamonina. Fanirina hiavaka amina fahazoana anjakazaka angamba, na angamba koa fitadiavana tombom-boninahitra solon’ny haja tsy feno nohon’ny tsy fahaizana mitantana. Tsy misy fitsaharana tokoa moa ny fikarokarohan’ireo mpitondra ahafahany manivaka ny fitsipika mandamina ny zony eo anivon’ny fifamoivoizana. Fandeferana mba ho fanajana ny an’ny tena no antony mampiataka ny mpandeha sasany, nefa ny fanilikilihana ataon’ny mpialoha làlana olona ambony sy ny fomba fanivatsivana ny zotran’ny rehetra lasa fampisehona fanimbazimbana ny mponina. Miavaka tokoa izy ireny nohon’ny fanjakazakana, sedra an’izay anefa kodiaran-tsarety ny fiainana dia rehefa tsy afaka hiafona intsony ambadiky ny fitaratra maizina lasa mety anaraka aloka rehefa mizotra an’arabe.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : vous aimez la musique?

Vous aimez la musique ? Surtout quand elle vous est imposée et qu’elle vous envoie chez l’ORL ?

La musique est partout et même là où vous n’en voulez pas : dans les supermarchés où elle se pose comme un casque sur votre liste de courses ; aux abords des salons, foires et autres manifestations publiques où elle attire les flâneurs et les badauds mais pas nécessairement les clients ; dans les voitures des particuliers qui veulent se distraire sans réveiller leurs vieux parents couchés avec les poules ; chez votre voisin qui sacrifie à la mode des veillées funéraires bruyantes et chante au micro des cantiques trois nuits de suite. Soyez heureux de vivre dans une ville où le sens du partage musical est excessivement développé.

 

News Mada0 partages

Ambatondrazaka : voasambotry i Christian sy i Bosco, gadra nitsoaka ny fonja

 Tapitra hatreo ny lalan’i Christian sy i  Bosco, anisan’ireo gadra nitsoaka tany Ambatondrazaka ny asabotsy alina teo. Tratra tany amin’ny kaominina Ambodinonoka ry zalahy ireo. Zandary nahasambotra azy.

Nahasambotra ny roa antsoina hoe Christian sy Bosco tamin’ireo gadra nitsoaka ny zandary omaly tokony ho tamin’ny 3 ora hariba tany Ambodinonoka Andilamatoky. Araka ny fanazavan’ny zandary, niparitaka tamin’ireo faritra rehetra mety ho nitsoahan’ireo gadra nitsoaka ny fonja izy ireo. “Nanao fanamiana sivily ireo zandary ka nanao fitsongoana dia tany amin’ity kaominina ambanivohitra ity. Any amin’ity toerana ity no misy ny vadin’ny  iray tamin’ireo gadra ka namonjy tany izy io niaraka tamin’ny namany”, hoy ny fanazavana.

Tsy nahalala ireo zandary nanao fanamiana sivily ireo gadra ireo raha tsy efa akaiky kely, ka nitsoaka avy hatrany. Raikitra ny fifanenjehana, ka tratra ireo roa lahy. Naverina any Ambatondrazaka avy hatrany ireto farany nanaovana fanadihadiana ny fomba nahatafavoahany ny fonja. Mbola misy sivy lahy karohina amin’izao ary efa fantatra ny mombamomba azy.

“Efa miparitaka ny zandary manao fanamiana sivily amin’ny faritra rehetra”, hoy ny zandary.

Andanin’izany, nisy ny fivoriana nataon’ny tompon’andraiki-panjakana any an-toerana. Lafin-javatra maro niresahan’izy ireo nandritra izany, ka anisan’izany ny fandriampahalemana sy ity resaka vaky fonja ity.

Anisan’ny fepetra noraisina ny fanaparitahana ireo zandary amin’ny faritra rehetra. Manampy ihany koa ny eo anivon’ny polisim-pirenena sy ny tafika. Lasa faritra mena tanteraka ny any an-toerana taorian’ity vaky fonja ity. Mitohy ny fikarohana an’ireo gadra sasany mbola miriaria any.

Yves S.

News Mada0 partages

Evasion de détenus : 5 agents pénitentiaires traduits en Codis

Suite à la série d’évasions de ces dernières années, de source auprès de l’administration pénitentiaire, huit agents pénitentiaires vont passer devant le Conseil de discipline (Codis), probablement ce mois de novembre. A ce propos, leurs procès verbaux (PV) ont été validés par le Conseil supérieur de l’administration pénitentiaire (Csap), la semaine dernière à Faravohitra,

Cinq d’entre eux sont compromis dans l’évasion massive de 37 détenus de la maison centrale de Toliara en mai 2016, qualifiée même de «Prison break» par les médias à cette époque. Quant aux trois autres agents pénitentiaires, ils sont inculpés d’abandon de poste.

A noter que le dernier bilan de cette évasion massive, établi trois semaines plus tard, a fait état de six détenus capturés, si plus d’une trentaine restent toujours en cavale.

300 dossiers consultés

Lors de cette réunion du Csap, environ trois cent dossiers relatifs à l’avancement du personnel ont été consultés, dont peu sont recalés. «Pas même le dixième», selon une source digne de foi.

En outre, les politiques générales de l’administration, pour l’année à venir, ont également été au menu, entre autres, la surpopulation pénale et l’alimentation des détenus.

Dotés d’un mandat de deux ans, les membres du Csap sont en fin d’exercice cette année, au même titre que les membres du bureau du Syndicat du personnel des agents pénitentiaires de Madagascar (Spapm), dont l’élection bat son plein actuellement.

Sera R

 

News Mada0 partages

Peste à Toamasina : le corps d’une défunte réclamé par sa famille

Deux nouveaux décès dus à la peste pulmonaire sont survenus, mardi, à Toamasina. La famille d’une des victimes, une sexagénaire, a fait un forcing pour récupérer le corps sans vie de cette dernière  alors que les règlements sanitaires en vigueur l’interdisent.

L’Emmoreg a dû intervenir. Des membres de la famille d’une sexagénaire, ayant perdu la vie au sein de l’hôpital de Morafeno, dans la soirée d’avant-hier, ont semé le trouble sur les lieux. «Ce, après avoir appris qu’ils n’avaient pas le droit de toucher le corps de leur proche ni de l’inhumer dans leur caveau familial», a informé le directeur de Partenariat au sein du ministère de la Santé, le Dr. Hery Andrianjato.

Une disposition appliquée depuis toujours pour les malades qui meurent des suites d’une peste, qu’elle soit bubonique ou pulmonaire, en vue d’éviter la propagation de  la maladie. «Un risque qui est valable lors des veillées funèbres, de l’enterrement et des prochaines ouvertures du tombeau concerné, dans la mesure où le virus pourrait y survivre encore plus longtemps, allant jusqu’à une dizaine d’années», a fait savoir notre source.

Les explications des médecins n’ont pas été assez suffisantes pour que ces personnes renoncent à leur décision de ramener le corps de la défunte à sa demeure sise au quartier la Poudrette à Ambolomadinika et de l’enterrer à Ampasina Maningory, dans la région Analanjirofo. Il a fallu l’intervention des éléments des forces de l’ordre pour que la situation s’arrange. La défunte a pu être enterrée, hier matin vers 11h, par les autorités sanitaires.

17 décès sur les 104 cas suspects

A l’allure où vont les choses, il faut reconnaître que maîtriser la propagation de la peste devient de plus en plus difficile. Toujours dans la ville du Grand port, un autre patient est décédé dans la nuit d’avant-hier. «Ce cas ramène l’effectif des décès à 17 depuis le début de la saison pesteuse au mois d’août jusqu’à hier à 11h. Durant ce laps de temps, 104 cas suspects de peste pulmonaire et bubonique ont été enregistrés», selon le Dr. Hery Andrianjato.

Le ministère de la Santé a convoqué une réunion d’urgence avec les partenaires techniques et financiers (PTF) ainsi que les responsables au sein du district d’Antananarivo, dans le dessein de voir les stratégies de lutte. Toujours dans le même objectif, le ministère de tutelle convie les professionnels des médias, les journalistes, les blogueurs et Facebookers à prendre part à une réunion d’échange technique autour de la peste, qui se déroulera, ce jour, à l’hôtel Colbert Antaninarenina.

Fahranarison

News Mada0 partages

Vatovavy Fitovinany : Ambohimanga du Sud se construit un lycée

Le district d’Ifanadiana priorise l’éducation dans son programme de développement. Une cérémonie officielle de pose de première pierre a été effectuée dans la commune rurale d’Ambohimanga du Sud, samedi dernier, pour la construction d’un lycée public.

Un bâtiment, comprenant six salles de classe, un bloc sanitaire et un château d’eau, destiné à accueillir les élèves du lycée public de la commune d’Ambohimanga du Sud, sera érigé prochainement dans cette circonscription de la zone nord du district d’Ifanadiana. Principal initiateur du projet, le député Razafindrafilo…. a annoncé à l’assistance l’objectif de cette action consistant à alléger les charges scolaires des parents pour promouvoir l’éducation en pays Tanala.

L’ONG Ny Tanintsika a largement contribué au financement des travaux, d’après les explications officielles, en tant que partenaire de longue date du district dans différents projets, notamment, en matière d’éducation.

La population participera directement aux travaux en apport bénéficiaire suivant le système appliqué lors des dotations en infrastructures de la commune rurale d’Androrangavola et des fokontany de Maromena, Andranomaintso, Ambiabe, Ambalavolo et Ambongo. Le député élu du district d’Ifanadiana a promis d’œuvrer à la concrétisation des aspirations des communes de sa circonscription, lors de son intervention, après avoir offert un zébu en «nofonkena mitam-pihavanana» à la population d’Ambohimanga du Sud.

Manou

 

News Mada0 partages

Rallye – Tour de Tana : ASA Tana met le paquet

Du 6 au 8 octobre prochain, le club ASA Tana fera vivre aux inconditionnels de rallye un moment inoubliable. La 5e et avant dernière manche de la saison sort de l’ordinaire.

Rien n’a été laissé au hasard ! Le rallye Shell Helix marquera les esprits si l’on en croit aux dires du président du club ASA Tana, Laza Randriamifidimanana. «D’un, cette manche sera décisive à juste titre étant la course au sacre est dans la ligne de mire des concurrents. Et de deux, nous avons concocté le meilleur parcours de rallye de cette année», a-t-il annoncé.

«Cela se traduit par le traçage de nouveaux passages ainsi que l’amélioration des meilleurs itinéraires pour les épreuves spéciales destinées à tous types de voitures de course», a-t-il poursuivi. Ce qui offre de beaux mano a mano parmi les équipages notamment ceux en haut du tableau. Avec un point de différence au classement général de la joute nationale, le duel entre le duo Ndrianja Rajemison-Fanja Ramiakatsoavina, premier du classement sur une Subaru PMU et son adversaire, la paire Hariandry Razakaboana-Miangaly Rabarijoely sera l’attraction principale.

Mais les autres n’ont pas encore dit leur dernier mot à l’image de Haja Danielson et Haja Rasamimanana au volant du seul pick-up de la compétition, la Ssangyoung Actyon qui se retrouve provisoirement sur la dernière marche du podium.

De plus, en offrant des primes aux meilleurs équipages, ASA Tana ne fait que décupler la motivation des participants. «Il faut remonter au rallye international de Madagascar de 2013 pour voir des pilotes primés», a rappelé Laza Randriamifidimanana. Outre les vainqueurs dans chaque catégorie, les équipages qui feront du scratch lors des épreuves spéciales auront droit à des primes.

Trié sur le volet

Cette année, le rallye Tour de Tanà s’effectuera sur une distance de 415,90 km dont 142,60 km d’épreuves spéciales (ES). Mais seules les ES qui seront courues lors des deux dernières journées seront comptabilisées au classement des pilotes, c’est-à-dire les 10 épreuves spéciales sur les 12 programmées.

Lors de la journée inaugurale du 5 octobre prochain, les deux super spéciales sur le circuit TMF d’Ivato sont obligatoires mais ne seront pas comptabilisées. «C’est du spectacle destiné aux spectateurs avec deux départs en parallèle sur les deux pistes. Chaque équipage devra courir sur les deux pistes», a expliqué le président d’ASA Tana.

Naisa

News Mada0 partages

Rallye virtuel : la 4e manche à Andohatapenaka

La 4e manche du cham-pionnat de Madagascar de rallye virtuel s’annonce électrique tant les écarts sont serrés entre les leaders dans toutes les catégories. Cette épreuvre sera disputée samedi prochain au Village Voara à Andohatapenaka. Histoire de changer de décor et de délocaliser la compétition. D’autant plus que le palais des Sports de Mahamasina accueille déjà d’autres compétitions sportives pendant cette date.

En tout, il pourrait y avoir jusqu’à 24 épreuves spéciales réparties en cinq sections outre l’habituel Power stage. Au classement général, Noriza sur Mitsubishi Lancer evo IX figure parmi les pilotes à suivre de près pendant cette 4e manche vu sa performance lors de la précédente épreuve au palais des Sports de Mahamasina. Cependant, Tovonen Junior (Opel Corsa), Hentsrana (Mitsubishi Lancer evo X) ou encore Serge Rktb (Mitsubishi Lancer evo X), vont lui rendre la tâche un peu plus difficile.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Loabary an-dasy : hifanakalozan-kevitra ny dikan-teny sy ny kolontsaina

Tsy afa-miala amin’ny fandikan-teny ny firenena tsirairay noho ny fisian’ny fifanakalozana sy ny serasera. Mifamatotra amin’ny kolontsaina ihany koa anefa ny dikan-teny. Misy rindrany tsara ve izy ireo ?

 

Ankalazaina, anio, maneran-tany ny « Andro iraisam-pirenena ho an’ny fandikan-teny ». Ho an’i Madagasikara, hotontosaina eny amin’ny Akademia malagasy eny Tsimbazaza ny loabary an-dasy hamaliana ny fanontaniana « sakana amin’ny fandikan-teny ve ny fahasamihafan’ny kolontsaina ? ».

« Anisan’ny kendrena hanatrika ity loabary an-dasy ity ny mpianatra sy ireo rehetra mampiasa sy mikirakira ny tontolon’ny fandikan-teny », hoy Ranjatohery Harilala, iray amin’ireo komity mpikarakara ny hetsika anio. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana rahateo ny fandraisana anjaran’ireo mpampianatra teny vahiny (sinoa, espanôla, anglisy, frantsay, sns). Haneho ny heviny avokoa izy ireny.

Ho an-dRanjatohery Harilala, « misy teny malagasy tsy ho voadika velively amin’ny teny vahiny. Ao koa ny tranga mifamadika amin’izay ». Noraisiny ho ohatra tamin’izany ireo teny mifamatotra akaiky sady tsy afa-miala amin’ny kolontsaina malagasy. « Inona no azo handikana ny « fihavanana » sy ny « fanahy » amin’ny teny frantsay na teny anglisy, ohatra ? », hoy izy.

Raha ny fanazavan’ny mpampianatra sy ny mpandalina momba ny teny, tsy ho hita ny dikan-teny amin’ny tahaka ireny fa tsy maintsy miainga amin’ny fanazavana ihany raha te hampita ny tiana holazaina. Ny mety ho olana anefa, hain’ny mpanazava ve ny hanazava, ary hain’ny mpandray (na mpihaino) ve ny ambaran’ilay hevitra ampitain’ny mpanazava ?

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Photographie : «La beauté de la nature», sous l’objectif

A l’occasion de la Journée mondiale du tourisme, l’ambassade des États-Unis à Madagascar, l’ USAID Madagascar et le ministère du Tourisme organisent un concours de photographie portant sur « La beauté de la nature à Madagascar» est ouvert aux passionnés du 8e art,  jusqu’au 16 octobre.

Dans un contexte où Madagascar se voit démuni de la majorité de ses richesses naturelles, il est temps d’agir et de lancer un signal d’alerte. Et c’est la raison d’être de ce concours. En moyenne, 10 photos seront retenues à l’issue de la sélection des membres du jury.  Elles seront par la suite exposées à la galerie de l’American Center à Tanjombato où 3 images jugées les mieux adaptées pour soutenir un message contre le trafic de ressources naturelles seront imprimées sous forme de cartes postales et distribuées dans des destinations touristiques à Madagascar.

Ce concours est ouvert à toutes les catégories de photographes dont les candidatures sont à soumettre sur la plateforme en ligne l’USAID Madagascar jusqu’au 16 octobre.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Réconciliation : Matsubara à la tête du CFM

Connu et reconnu comme étant un artiste et un acteur, Matsubara Tcheik Julien rajoute une nouvelle corde à son arc. Il vient d’être nommé parmi les 33 nouveaux membres du Conseil du Fampihavanana Malagasy (CFM), en tant que président provisoire de cet organe.

La culture est le levier de développement. Mais avant tout, il faut qu’il y ait réconciliation. Une conviction qui a poussé Matsubara à postuler comme membre de cette entité.  En effet, cette fonction est une nouvelle expérience pour le chanteur originaire d’Ihosy. «C’est à la fois une lourde responsabilité et un honneur de pouvoir représenter la sphère culturelle», confie-t-il.

Matsubara essaie de joindre l’utile à l’agréable. Dans ce dessein, le chanteur de «Akory anao aminahy» sortira un double album sous peu et compte aussi poursuivre sa carrière cinématographique.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

The Jackson Boys : quand une légende inspire les jeunes

Un spectacle qui sort du lot. The Jackson Boys ressuscitera le roi de la musique pop le temps d’une prestation sur les planches de la Tranompokonolona Analakely, ce 7 octobre.

«L’homme meurt, la légende reste», disait Nelson Mandela. Michael Jackson fait partie de ces légendes, qui inspirent des générations futures, malgré qu’il ait déposé définitivement le micro le 25 juin 2009 à Los Angeles. C’est effectivement à travers cette citation que la formation The Jackson Boys se découvre aux passionnés de la pop music. 

«Michael Jackson est non seulement un artiste au talent inégalable, mais il est également une star universelle. Ce spectacle que nous avons concocté depuis plus de 4 ans maintenant se déroulera sous l’aspect d’une comédie musicale. S’il était venu à Madagascar de son vivant, ce serait le genre de prestation à son image que la formation offrirait sur scène», argumente Voahirana Rasahilison, manager du groupe.

Hommage inédit

«Lieu de théâtre dans la plupart du temps, la Tranompokonolona Analakely s’avère être l’endroit adapté pour un tel évènement car non seulement elle possède les caractéristiques techniques requises mais offre également plus d’intimité entre les artistes et le public», détaille Iary, l’un des membres du groupe. Le sextuor va se mettre sous la peau du chanteur de «Billie Jean», en arborant les fameuses vestes militaires, gants pailletés, chapeaux Borsalinos, mocassins… tous ces accessoires qui ont fait la renommée du King of pop.

The Jackson Boys a vu le jour à l’orée de l’année 2010 et manifeste son ambition de perpétuer les œuvres de cet artiste internationalement connu. Composé de 6 membres, le groupe se plait à reproduire les prestations artistiques à la hauteur de la performance du chanteur, tant sur le plan chorégraphique que sur les apparitions scéniques. Une occasion de rendre hommage à Michaël Jackson avec notamment cet ambitieux projet qui est au four depuis un bon bout de temps. D’autres spectacles sont à venir.

Joachin Michaël

 

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Naverina am-ponja ilay mpanao trano nanolana zaza valo taona

Afak’omaly tolak’andro no niakatra atao tao amin’ny Fitsarana ao Antalaha, ity trangana fanolanana ity. Tsy ho amin’ity taona 2017 ity velively no hisy ny fitsarana manaraka mahakasika ny raharaha fanolanana ity. Mijanona any am-ponja araka izany ilay lehilahy.

Efa ho iray volana izay no nampidirana azy am-ponja.Raha tsiahivina dia ny alarobia 23 aogositra teo no naolan’ity lehilahy atao hoe Rafab tao amin’ny tranony ilay zazavavy.

Nandritra ny fotoana nivoahany reniny ny trano no nanatontosan’ity lehilahy ity ny filàn-dratsiny io. Olona efa zatra azy ireo Rafab, ka noho ny fahatokisany azy no nametrahan’ity renim-pianakaviana ity ny lehilahy io niambina io zanany io.

Taorian’ny fanolanana dia efa nangataka fifampirarahana ny nahavanon-doza mba tsy hitory ny renin’ilay niharam-boina, ka vola mitentina telo hetsy Ariary no natolony io fianakaviana io tamin’izany mba tsy hitoriana azy. Raha vao nandre io tranga io anefa ny Sampan-draharahan’ny mponina ao Sambava dia tsy nanaiky io fampiraharahana izany.

Voatery nampidirina am-ponja tao Antalaha ity lehilahy ity noho ny tsy faneken’ireo sampan-draharahan’ny mponina tao Sambava ity.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

ANKAZOBE : Lehilahy efatra sarona niaraka tamin’ ny vola sandoka mitentina 1.490.000 Ariary

Lehilahy miisa efatra indray no tratra tao amin’ny Distrikan’Ankazobe, ny faran’ny herinandro lasa teo.

Araka ny loharanom-baovao avy any an-toerana dia olona tsara sitrapo teo an-tampon-tanàna no nampilaza tao amin’ny Biraon’ny Zandarimaria, ka raikitra avy hatrany ny fikarohana sy ny fanadihadiana rehetra. Nandritra ny famotorana no nahafantarana fa olona avy aty an-drenivohitra no nanaparitaka azy tao amin’ny Kaominina ambanivohitr’i Fihaonana Distrikan’Ankazobe.

Marihana fa lehilahy miisa roa no tratra voalohany tao an-toerana, ny alakamisy 21 septambra lasa teo iny. Raha ny filazan’ireo mponina dia tamin’ny fomba hafetsena tanteraka no nanaovan’izy ireo ny fanaparitahana ny vola satria mody mividy vokatra sy vato amin’ny tantsaha izy ireo, ka izay tsy mahalala tonga dia mandray izany avokoa. Ny mpitandro filaminana efa naharay ny vaovao tamin’io fotoana io ka nandray ny andraikiny tamin’ny alalan’ny fisamborana. Rehefa voasambotra araka izany ireto roa lahy ireto dia nibaboka ka nanondro ny namany miara-miasa aty Antananarivo ihany koa.

Taorian’ny famotorana azy roa lahy no nijerena ifotony teny Talatamaty ka nahasamborana lehilahy roa hafa. Teo am-pikirakirana fanaovana vola sandoka tokoa ireto farany no tratra ka tsy afaka nandà intsony.

Araka ny fampitam-baovao voaray hatrany dia efa natolotra ny fampanoavana omaly izy efa-dahy ireto.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FETISON ANDRIANIRINA : “Fanosena ny satan’ny demokrasia ny fikasana hanova ny lalàmpanorenana”

Maro an’isa ireo mitsangana ka manohitra izany raha toa ka miziriziry amin’ny tokony hikitihana ireo andininy voalaza fa mila asiana adihevitra ao anatin’ny lalàmpanorenana ireo mahita tombotsoa ny amin’izany. Nitondra ny fanehoan-keviny ihany koa i Fetison Andrianirina, filohan’ny antoko Roso ho amin’ny Demokrasia Sosialy na Rds.

Nambarany fa “fanosihosena ny sata mifehy ny demokrasia ny fikasan’ny mpitondra hanova ny lalàmpanorenana sy hanaovana fitsapankevi- bahoaka mialohan’ny fifidianana”. Voalazany ihany koa ny tarazo tsy mampandroso ny firenena, ny fampiasan’ireo mpitondra ny fahefana izay eo am-pelatanany hanova ny fitsipi-dalao hoentina hanalavana ny fotoam-pitondrany. 

Araka izany dia heverin’ity mpanao politika ity ho fanaparam-pahefana izay ananan’ny mpitondra ankehitriny, ny amboletra hataony hikitika sy hanova ny lalàmpanorenana. Nambaran’i Fetison Andrianirina hatrany fa tsy fotoana hikitihana ny lalàmpanorenana mihitsy izao fa tokony ho fotoana hijerena manokana ny fahoriana mianjady amin’ny vahoaka.

Avotra Isaorana  

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA TAO TOLIARA : Vola 18 tapitrisa Ariary voaroba, jiolahy roa voasambotry ny Polisy

Voalaza fa efatra ireo olon-dratsy ka ny roa nanakana sady nandroba ilay vehivavy tamin’ny lalana, ny roa ambiny kosa niandry azy io tao amin’ny fiantsonan’ny fiara manao zotra nasionaly. Nisy taratasy misy ny anaran’ny kaoperativa andehanany sy nomeraony ilay Mazda hitondra io ramatoa io, araka ny tatitra voaray avy any an-toerana. Tsy lavitry ny toerana fiantsonan’ny fiara no nisakanan’ny roa lahy ny posy bisikileta nitondra ilay niharan-doza.

Lasan’ireo jiolahy tamin’izany ny poketra roa teny aminy. Vola mitentina 18 tapitrisa Ariary no lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany.

Niantso vonjy avy hatrany ilay niharam-boina ka raikitra ny fifanenjehana azy ireo. Vao nahatsikaritra izany anefa ny roa lahy tao amin’ny fiantsonana dia nandositra ihany koa.

Nifanenjehan’ny fokonolona sy ny Polisy koa izy ireo ka tra-tehaky ny fokonolona ny iray ary nanamparan’izy ireo ny hatezerany ka naratra mafy. Ny iray kosa rehefa tsy nety nijanona dia voatery notifirin’ny Polisy ka nandalovan’ny bala ny lohany ary lavo tamin’ny tany. Noraisim- potsiny ity farany ka noentina avy hatrany tao amin’ny biraon’ny Polisim-pirenena ao Toliara. Mbola tratra teny aminy ny vola sasany azon’izy ireo tamin’ilay ramatoa.

Ny roalahy kosa tafaporitsaka niaraka tamin’ireo vola ambiny, araka ny tatitra avy any an-toerana ihany. Mitohy ny fikarohana ireo roa lahy tafaporitsaka ataon’ny mpitandro filaminana any an-toerana. Mandeha ihany koa ny famotorana azy roalahy tratra ireo ankehitriny.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

MASOIVOHON’I SINA : Maniry ny hisian’ny fifidianana milamina eto Madagasikara

Nambarany tamin’izany fa maniry ny hisian’ny fahamarinan-toerana eto amin’ny firenena malagasy ny tenany ary ihany koa maniry raha maniry ny ahatanterahan’ny fifidianana Filoham-pirenena, amin’ny taona 2018 ho ao anatin’ny filaminana tanteraka. Manoloana ny raharaha izay mampisavorovo ny mpanao politika ankehitriny amin’ny fikasan’ny mpitondra hikitika sy hanova ny lalàm-panorenana dia nanambara ihany koa ny masoivohon’i Shina fa anjaran’ny vahoaka malagasy no tompon-kevitra farany mahakasika izany. Ireto farany, hoy izy, no manapa-kevitra eo amin’ny fampandaniana ny hisian’ny fitsapan-kevi-bahoaka na tsia.

Nohamafisiny fa tsy mitsabaka amin’ny raharaham-pirenena hafa i Shina ary tahaka izany ny eto Madagasikara dia tsy miditra amin’izay mety raharaha anatiny ny fiainam-pirenena Malagasy izy ireo.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FULGENCE : « Mivandravandra ny kajikajy politika ataon-dRajaonarimampianina »

Ny talata 26 septambra nandritra ny fihaonany tamin’ny mpanao gazetin’ny Ino Vaovao Faritra, dia nitondra ny heviny momba ny fikasana fanovana ny lalàm-panorenana konon- kononin’ny Hvm ny tenany. Tsy nitsitsy fitenenena ity mpanao politika zanak’i Toamasina ity tamin’ny filazana fa mivandravandra ny kajijaky politika ataon’ny Filoham-pirenena sy ny ekipany.

Lalàm-panorenana nanaovany fianianana tao Mahamasina, ny taona 2014, ihany io toheriny io ankehitriny noho ny fitiavan-tseza. Anisany nampandany io lalàm-panorenan’ny 11 desambra 2010 io rahateo ny filoha Rajaonarimampianina. «  Raha fony izy vao voafidy ho Filoham-pirenena no nanova na nitikitika ny lalàm-panorenana, dia tsy dia nampaninona loatra  », hoy hatrany i Fulgence. Efa akaiky fifidianana anefa vao mihazakazaka amin’izany. Mazava izany fa tetika maloto natao hijanonana eo amin’ny fitondrana io fikasana fanovana lalàm-panorenana io. Mibaribary koa fa mersenera politika mpahazo ranondranony amin’izao fitondrana izao ireo manohana ny fanovana ny lalàm-panorenana.

Ho an’i Fulgence, raha tena Filoham-pirenena madio fo sy mitsinjo vahoaka ny filoha am-perinasa dia tsy ny fanovana ny lalàm-panorenana no tokony laharam-pamehana fa ny fanarenana ny fiainam-bahoaka izay efa iaraha-mahalala fa latsaka an-katerena mafy.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

MARIE STOPES MADAGASCAR : « Efa marisika amin’ny fandrindram- piterahana ny vehivavy Malagasy”

Tsongaina manokana amin’izany ny fandrindram-piterahana izay anisany sehatra tena ahafantarana ny Marie stopes Madagascar na ny MSM.  Araka ny fanazavana nomen-dRazafinirianasoa Lalaina, talen’ny fandaharan’asa eo anivon’ny MSM fa “miakatra hatrany ny tahan’ny vehivavy miroso amin’ny fanaovana fanabeazan’aizana ary efa manomboka mirona manao izany ihany koa ny tanora amin’izao fotoana izao. 

Raha 11% ny tahan’ny tanora teo anelanelan’ny 15 taona ka hatramin’ny 19 taona nanao fanabeazan’aizana, ny taona hatramin’izay dia niakatra ho 16% kosa izany ny taona 2016. Ahitana izay taha ambony indrindra izay ny eto amin’ny Faritra Analamanga. Fantatra fa noho ny fomban-tany sy ny tsaho miely eo amin’izay mety ho voka-dratsin’ny fanaovana fanabeazan’aizana no anisany sakana tsy mamparisika ny vehivavy tsy hiroso amin’izany.

Nandritra ny lanonam-pamaranana an’ilay fandaharan’asa SIFPO andiany faharoa izay notanterahina omaly no nahafantarana izany. Tamin’io ihany koa nisaoran’ny vondrona Marie Stopes Madagascar ny vahoaka amerikanina tamin’ny alalan’ny USAID izay namatsy vola nahantanteraka ity fandaharan’asa ity tao anatin’ny telo taona izay mitentina hatrany amin’ny 3.500.000 dolara. 

Nambaran-dRazafinirianasoa Lalaina hatrany fa tratra tanjona tamin’ny fanentanana ara-pahasalamana rehetra natao nandritra ny SIFPO andiany faharoa ary afa-po tanteraka ny mpamatsy vola.  Nahavitana izay fanentanana ara-pahasalamana izay avokoa ny Faritra 22 manerana ny Nosy niaraka tamin’ireo Distrika 109 nipaka hatreny amin’ny Fokontany. Mbola mametraka vina ny Marie Stopes Madagascar dia ny hitady fomba hafa hatrany hoenti-mandresy lahatra ny vehivavy malagasy hanao fandrindram-piterahana.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

HAINTRANO BRICKAVILLE : Efa nahazo fanampiana ireo traboina aman-jatony

Araka ny loharanom-baovao voaray avy any an-toerana dia efa tamin’ny roa taona lasa no nahamaizana trano aman-jatony tao amin’ity toerana ity saingy izao vao nivaly ny fangatahana tamin’ny bngrc aty an-drenivohitra.

Ny Lehiben’ny Distrika sy ny solombavambahoaka ao amin’ny faritra no niara-nisalahy tamin’ny fangatahana raha ny fanazavana voaray ihany. Vary 44 gony, voamaina 10gony, lamba firakotra miisa 100 ary vilia 276 sy sotro 276 araka izany no nentina nozaraina . Marihana fa ny Lehiben’ny Distrika Charles Razafindrabary no nisahana ny fizarana ireo fanampiana ka nandritra ny fandraisam-pitenenana nataony tamin’io fotoana io dia nanambara ny tenany fa “tokony ho samy mailo amin’ny famonoana afo sy ho malina hatrany ireo mponina satria mety ho pitik’afo kely fotsiny dia mety hahatonga loza goavana izay tsy eritreretina”.

Velom-pisaorana ireto solombavambahoaka sy ny Lehiben’ny Distrika ireo mponina noho izay fandraisan’andraikitra lehibe izay satria efa saika tsy azo intsony ity fanampiana ity raha tsy nisy ny fifanampiana sy ny fandraisana an-tanana nataon’izy ireo.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

ASA VONJY VOINA : Hiroso hanasazy ireo mpananihany ny mpamonjy voina

Efa maromaro ireo laharana voaray miantso ireo mpamonjy voina, manadala sy manoro toerana tsy misy voina akory ka niarahan’izy ireo miasa amin’ireo orinasa misahana ny fifandraisan-davitra.

Fantatra ankehitriny ireo olona ireo, ka hiroso amin’ny fanadihadiana sy ny fanasaziana ato ho ato ny eo anivon’ny sampan mpamonjy voina.Ny volana mey iny no nisy famonoana afo be indrindra satria dia nahitana fahamaizana 18 be izao teto Mahajanga. Ny volana jolay indray dia hain-trano miisa valo no novonoina, folo izany tamin’ny volana aogositra ary folo ny volana septambra izay nahafatesana zazavavy kely.

Araka ny nambaran’ny lehiben’ny mpamonjy voina dia mampananosarotra ny famonjena voina eto Mahajanga ny haterin’ny lalana. Mitombo ny mponina ary manitatra lakoro any anaty lalana. Amin’ny tanàna vao miorina indray dia mahidy ampahan-tany ka zara raha misy lalana ahafahan’ny olona miditra. Hany ka tsy tafiditra ny fiaraben’ny mpamonjy voina rehefa misy ny loza.

Na izany aza dia tsy miraviravy tanana izy ireo fa miezaka manampy ny fokonolona na hampiasa siny amin’ny famonoana afo toy ny teny ampitan’ny PGM izay tsy tafiditra mihitsy ny fiarabe, ka voatery nijanona tany amin’ny 200 metatra amin’ny toerana misy ny trano may.

Nanafatra ny lehiben’ny mpamonjy voina mba samy ho mailo ny rehetra sy ny tsirairay fa tsy mbola tapitra ny rivotra.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

SOSIALY

Manoloana ny fidiran’ny aretina pesta eto amin’ny firenena sy ny fihanak’izany amin’izao fotoana izao dia hisy anio ny fihaonan’ny avy eo anivon’ny minisiteran’ny fahasalamana etsy Ambohidahy sy ireo mpikirakira fitaovam-pifandraisana rehetra

Hanaovana  atrikasa mandritra ny roa andro, nanomboka omaly ny momba ireo  olona marobe tsy fantatra tonga mipetraka eny amin’ny Cité Univesitaire eny Ambolokandrina, tantanan’ny CROUA. Raha araka ny fantatra mantsy dia tsy mpianatra avokoa ny ½-n’ireo olona mampiasa ny trano eny an-toerana. Hojerena araka izany ary hampahafantarina ny rehetra fa ny mpianatra ihany no manana zo hampiasa ny  trano noho izany tokony hanara-dalana ny rehetra.

Mitaraina noho ny fitsanganana pylone iray ao amin’ny faritra misy azy ireo mponina ao amin’ny Fokontany Malaho, Bevalala, kaominina Andoharanofotsy. Nilaza ireo olona nametraka izany, raha araka ny fitarainan’izy ireo hatrany fa efa nahazo alalana avy amin’ny tompon’andraikitra koa hanaovan’ny mponina antso avo dia tokony hidinan’ny Ben’ny tanana eny an-toerana hanazavana marina ny mikasika ity pylone natsangana ao Malaho ity.

Tsy vitsy amin’ireo sekoly tsy miankina eto amintsika amin’izao fotoana izao no manao fanentanana manokana momba ny ady amin’ny aretina Pesta. Tafiditra ao anatin’izany ireo sekoly tsy miankina sasany etsy Anosibe, hahafahan’ny ankizy mitandrina raha mahita voalavo maty miparitaka eny rehetra eny sy manao fanentanana ny fianakaviany mba samy hanadio ny tananany.

Hanaovana ezaka manokana ny fanadiovana ireo lakan-drano ao amin’ny Boriborintany fahaenina ato ho ato. Ny kaominina Antananarivo renivohitra no hiantoka ny fitaovana rehetra amin’izany hisorohana ny tondra-drano mandritra ny fotoam-pahavaratra. Nanamafy moa ny teo anivon’ny kaominina fa mbola izy ireo ihany koa no angady nananana sy vy nahitana ny asa fanamboarana ilay lalana mampitohy an’Ivandry sy Cité Analamahitsy. Efa ny 80%-n’ny asa no vita ankehitriny, vatsian’ny banky iraisam-pirenena vola.

Ao anatin’ny fankalazana ny faha 60 taona nisian’ny fiantohana sosialy ara-dalàna teto Madagasikara dia miainga ny tetikasa fametrahana eo anivon’ny tahirim-bola ho an’ny fitsinjovana ny sosialy na ny CNaPS etsy 67 ha ivontoerana natao hihainoana sy hijerena ny azo hanatsarana kokoa izay fitsinjovana ny sosialy izay. Tafiditra ao anatin’izay ny fiahiana ireo fianakaviana fadiranovana.

 

 

Nihaona tamin’ny kestora voalohan’ny antenimierandoholona, Morad Abdirassoul, tetsy amin’ny biraony etsy Anosy omaly ireo tompon’andraikitry ny kaominina ao Ambohimanga, distrikan’i Manjakandriana. Ny resaka ara-pahasalamana izay hita ho tsy tomombana ao an-toerana moa no tena anton’ny fihaonana satria araka ny fanazavana dia tsy ampy ireo mpitsabo any an-toerana sady tsizarizary ihany koa izay tontolon’ny fahasalamana izay.

 

ANGOVO

 

Efa tonga ao Mananjary amin’izao fotoana ny gropy lehibe mitondra tanjaka 320 kw hamahana ny delestazy izay tena nampikaikaika ireo mponina any an-toerana tao ho ao. Heverina, hoy ny solombavambahoaka izay lany tany an-toerana, Cathy, fa hivaha ato ho ato  ny olana. Efa mizotra tsikelikely ihany koa ankehitriny ny fitsinjarana vary avy amin’ny fanjakana ao an-toerana. Vokatry ny fandalovan’ny rivodoza sy ny tsy fahampian’ny rotsak’orana dia nisy fihenany ny voka-bary tany amin’iny distrika iny.

 

 

POLITIKA

 

Antsiranana no mandray ny andro manerantany ho an’ny fahazoam-baovao eto amintsika amin’ity taona ity. Misy ny fampiofanana ireo mpanao gazety avy amin’ny sehatra miankina sy tsy miankina amin’ny fanjakana mba hivelarana kokoa eo amin’ny sehatra maha matihanina ka ny any SAVA sy DIANA ary Sofia no tsara vintana afaka nisitraka izany tamin’ity taona ity.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Andro manerantany ho an’ny fizahantanyHisy fifaninanana sary

Ho fankalazana ny andro manerantany ho an’ny fizahantany, ny masoivoho Amerikanina eto Madagasikara, ny USAID Madagasikara ary ny minisiteran’ny fizahantany dia mampanao fifaninanana sary izay hatao sary karatra, mitondra ny lohateny hoe : “Ny hakanton’ny voary eto Madagasikara”.

 

 Tsy mihoatra ny folo (10) isa ka ny mpandray anjara ny sary mifaninana, sary tsara kalitao no alefa ary sary nalaina teto Madagasikara, ka amin’ny 16 oktobra raha ela indrindra ny fara fandraisana anjara. Hisy mpitsara hifantina ny sary folo (10) tsara indrindra, izay hatao printy sy hampirantiana ao amin’ny American Center Tanjombato, eto Antananarivo. Sary telo no hotsongaina, havadika sary karatra ka hozaraina manerana ny Nosy. Hitondra hafatra ny sary karatra tsirairay, mikasika ny fanondranana zavaboary an-tsokosoko sy ny maha zava-dehibe ny fikajiana ny hakanto sy ny fiarovana ny karazana sy ny fonenany. Hahazo mari-pankasitrahana sy loka samy hafa avy amin’ny Masoivoho, ny USAID ary ny minisitera ny mpandresy.  Tsy natao hanandratana ny talentan’ny mpaka sary eto Madagasikara ihany ny fifaninanana fa natao indrindra koa hanaraina ny saim-bahoaka amin’ny fiantraikan’ny fanondranana zavaboary an-tsokosoko. Hampirisika ny mpizahatany ihany koa mba tsy handray anjara amin’ny varotra tsy manara-dalàna.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

EXPO FINANCE 2017Hisarihana ny olona tsy hikirakira vola taratasy intsony

Tanterahina etsy amin’ny Hotel Carlton Anosy nanomboka omaly alarobia 27 septambra, haharitra andro vitsivitsy,

 ilay hetsika Expo Finance 2017 andiany voalohany natao hampahafantarana ny tsirairay fa tsy mampatahotra ny fikirakirana vola amin’ny alalan’ny finday hisorohana ny tsy fandriampahalemana mety hitranga eny am-pandehanana. Tranoheva am-polony no mandray anjara,  ahitana mpampindram-bola, ireo orinasa toy ny Telma izay mandefa vola amin’ny alalan’ny finday. Efa vita amin’ny alalan’ny teknolojia avo lenta avokoa mantsy ny fifandefasana vola amin’izao, hoy Randriamiharisoa Mandimbimanana, tompon’andraikitra voalohany eo anivon’ny Expo Finance ka tsy ilana fandaniam-potoana be toy ny teo aloha intsony. Mila miezaka, araka izany, ny

rehetra..

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fotodrafitrasa nilaozan’ny toetrandroHisy paikady vaovao hapetraka

Efa tena lany andro tanteraka ny drafitra fampandrosoana ny tanàn-dehibe misy eto amintsika, raha araka ny fanazavana azo omaly.

 

Drafitra fampandrosoana tamin’ny taona 1993 mantsy no mbola hampiasaintsika hatramin’izao nefa efa nitombo avo roa heny ny isan’ny mponina. Vokany, tsy maintsy mitady vahaolana ny minisiteran’ny fanajariana ny tany niaraka tamin’ireo ben’ny tanàna ivelan’Antananarivo Renivohitra rehetra omaly nanatontosa atrikasa nahafahana nanangona ny hevitry ny tsirairay. Ny tanjona  raha ny fanazavan-dRabe Harimanana, tompon’andraikitra misahana ny drafitra fampandrosoana ny tanàn-dehibe eo anivon’ny minisiteran’ny fanajariana ny tany dia tsy hisy intsony ny fifanomezan-tsiny. Hisy kosa ny asa fanamboarana sy fanajariana tsy maintsy hatao satria hevitra efa nifanekena. Kaominina 68 no voakasik’izany eto Madagasikara ao anatin’ilay tetikasa Antananarivo, Toamasina, Madagasikara, ( TATOM) vatsian’ny JICA vola.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

FifamoivoizanaMiha adala ny Malagasy

Na amin’ny haino aman-jery na amin’ireo gazety mpiseho isan’andro , eny hatrany anaty tambajotran-tserasera toa ny facebook dia isan’andro no ahitana lozam-pifamoivoizana, tsy iray na roa fa telo aman’efatra an-tanàn-dehibe na eny amin’ny lalam-pirenena eto Madagasikara .

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Miverina amin’ny taloha

Raha mba ilay tsara tamin’ireo zava-niainana fahiny no miverina ankehitriny, maninona moa ?

Miharihary hatrany anefa fa ireo fomba amam-panao niteraka fifandirana sy efa nilaozan’ny toetr’andro hatrany ankehitriny no haverina tsikelikely eto. Hatramin’ireo aretina sy tsy fandriampahalemana mitranga koa dia ireo efa nahitan’ireo firenen-kafa fanafana avokoa no mbola hikaroham-bahaolana eto foana. Toy ny firenena tsy mahay maka tahaka ny hafa isika rehefa tsara sy mahasoa fa rehefa revirevy sy haitraitra kosa dia toy ireny badraodra ireny ery vao tsy maharaka kely. Oviana moa ireo tany afrikanina namana no tsy efa niala tamin’ny bileta tokana hanaovana fifidianana ? Ny antsika, zara aza nisy namerina tamin’ny tetezamita farany teo ilay izy dia io mbola rirotina io hatrany. Tsy mba mahamenatra ve hoe aretina efa tany amin’ny fiafaran’ny taona 1900, toy ny tioberkilaozy sy pesta dia mbola tonga eto foana ? Sa hisy tompon’andraiki-panjakana indray hamaly fa mbola betsaka ny tany an-dalam-pandrosoana ahitana izany ? Mahagaga ihany hoe fonja aty amin’ny taonjato faha-21 dia mbola voavaky amin’ny alalan’ny sotro tahaka ireny tamin’ny andron’ny western tany Texas ireny ! Tsy voatery ho ratsy tokoa ny miverina amin’ny taloha saingy mila fadiana kosa raha tsy hahasoa.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra – Champion’s league MalagasyMahajanga sy Fianarantsoa no handray ny « Phase 2 »

Hotontosaina any amin’ny kianja sentetika Alexis Rabemananjara any Mahajanga sy any amin’ny kianja sentetika Ampasambazaha Fianarantsoa hanomboka ny zoma 29 septambra 2017 izao ka tsy hifarana raha tsy ny alahady 8 oktobra 2017 ny “phase 2”

 

Fandaharan-dalao andro voalohany 29 septambra 2017 :

 

Mahajanga : 11:00-Hzam # Ussk ; 13:00-Fc Maeva # Cnaps Sport ;  15:00-Ajesaia # Varatraza

Fianarantsoa : 11:00-Elgeco Plus # Top Dom ; 13:00-Zanak’ala Fc # Cosfa ; Rts Jet Mada # Fc Angele

 

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Basikety CCCOI 2017Niaiky ny vahiny, matihanina ny fikarakarana

Mizotra amin’ny an-tsakany sy an-davany ny fifaninanana basikety baolina fiadiana ny ho tompondakan’ny Ranomasimbe Indiana 2017 na CCCOI 2017 tontosaina etsy amin’ny Lapan’ny fanatanjahantena Mahamasina nanomboka ny sabotsy 23 septambra lasa teo,

Tia Tanindranaza0 partages

Fandrindrana ny fiainam-pianakavianaMitombo ny Malagasy manao azy

Tontosa omaly tetsy amin’ny Panorama Andrainarivo ny lanonana fisaorana an’ireo vahoaka amerikanina nosoloin’ny USAID tena izay namatsy vola ny Marie stopes Madagascar hahatomombana ny fandrindrana ny fiainam-pianakaviana ny fandrindrana ny fiterahana eto amintsika nandritry ny 7 taona.

 

Araka ny fanazavan’ny tompon’andraikitra dia hitan’ireo vahiny ho nisy fivoarana hatrany ny fahazotoan’ny Malagasy tamin’ny fandrindrana ny fiainam-pianakaviana amin’ny alalan’ny fampiasana ny toromarika mifanandrify amin’izany, toy ny fanabeazana aizana. Ny taona 2010 dia namatsy vola 800.000 dolara ny amerikanina ary niha niakatra hatrany izany hatraty amin’ny taona 2017 satria dia tonga 3.500.000 dolara. Saika voatety nanaovana fanentanana avokoa ny faritra 22 miampy distrika 109 ary fokontany 2.000 ka asa miisa 645 no tontosa. Na dia teo aza ny tsaho niely nanaratsiana ny fandrindrana fiainam-pianakaviana dia nitombo hatrany ireo nisafidy hanao izany. Ny taona 2010-2011 dia niampy 16%  ny taha. Isan-taona kosa dia ahitana fianakaviana miisa 300 vaovao eo hatrany miditra amin’ity lalana ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitokonana sy fitakianaNivaky roa ny mpitsara

Tsy nihemotra ireo mpiraki-draharaha sy ireo mpikambana eo anivon’ny sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara omaly fa niroso tamin’ny fitokonana ihany na dia nisy tamin’ireo namany aza no nanatanteraka ny asany toy ny mahazatra.

Nandamoka ny fifampiresahana

Nihaona tamin’ny minisitry ny fitsarana ny filohan’ny sendikan’ny mpitsara (SMM) sy ny filohan’ny sendikan’ny mpiraki-draharaha (SGM) tamin’ny 11 ora ka hatramin’ny 12 ora antoandro saingy tsy nisy ny fehin-kevitra nivaingana hamahana ny olana. Milaza ny minisiteran’ny fitsarana fa hatsangana ny vaomiera manokana handinika ny fanatanterahana ny fitakian’ireto sendika roa tonta ireto saingy tsy misy fe-potoana mazava voatondro fa hahavitan’ny asa momba izany. Manizingizina anefa i Fanirisoa Ernaivo filohan’ny sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara fa tsy misy mpitsara miverina miasa raha tsy hita sy azo tsapain-tanana ny valin’ny fitakiana. Ho an’i Toamasina, Mahajanga sy Toliara dia nikatso tanteraka ny raharaham-pitsarana omaly, tsy nisy kosa ny tatitra mazava avy any amin’ny faritra hafa momba ny fizotry ny fitokonana. Tsikaritra ihany fa mampihatra ilay politikan’ny zarazarao hanjakana ny fitondram-panjakana amin’ity fiatrehana ny fitokonana eo anivon’ny fitsarana ity. Ny manitikitika ny rehetra izao dia ny hoe : hatraiza marina ny tena herin’ny SMM sy ny SGM ? Hahavita hanohy ny fitakiana ve izy ireo sa hilefitra amina marimaritra iraisana amin’ny fitondram-panjakana izay tsy maintsy hampiasa ny fahefany rehetra hampanginana ity hetsika ity ?

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandravana trano eny AmbatobevanjaVoahaja tsara ny lalàna, hoy ny CUA

Manoloana ny vaovao navoaka tamin’ny haino aman-jery iray teto Antananarivo, momba ny fandravana trano teny Ambatobevanja,

 

 ao amin’ny Boriborintany faharoa, dia nanazava ny avy eo anivon’ny fiadidiana ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) fa an’ny kaominina ny tany. Trano hazo no naorin’ny olona teo ary ankehitriny dia ilain’ny kaominina ny tany. Efa resy tany amin’ny fitsarana ilay olona nanorina ny trano hazo. Taorian’izay, efa nanao ny dingana rehetra sy fombafomba  momba ny fandravana trano ny kaominina. Nohamarinin’ny Vadintany rahateo fa tsy misy mipetraka intsony io trano hazo io, koa natao ny fandravana. Tsy nisy ny fandikan-dalàna. Ny 2 aogositra 2010 dia nisy nangataka ny tany amin’ny alalan’ny “bail”, saingy tsy nanao sonia nanome alalana mihitsy ny filohan’ny delegasiona manokan’ny tanàna tamin’izany. Nisy fidinana ifotony nataon’ny kaominina Antananarivo Renivohitra taorian’izay ka hita fa nisy fanorenana tsy ara-dalàna tao. Ny trano hazo naorina lasa trano biriky. Nomena fampitandremana in-droa miantaona izy saingy tsy nohenoiny. Ny voalohan’ny volana febroary 2016 dia namoaka fanapahana ny CUA fa horavana ny fanorenana teo amin’ny tany. Nitory tany amin’ny fitsarana ilay nanana ady tamin’ny kaominina saingy resy teo amin’ny fitsarana, araka ny didim-pitsarana IF 18 ny 11 novambra 2016, hoy hatrany ny fanazavana. Samy nomena dika mitovy amin’ny didim-pitsarana izy mpitory sy ny kaominina Antananarivo Renivohitra. Manoloana izany, nanambara ny avy eo anivon’ny kaominina fa tsy hitan’izy ireo izay mahadiso na tsy maha ara-dalàna ny fandravana nataony. Averina ho zaridainan’ny kaominina io  tany io manomboka izao, hoy hatrany ny fanambarana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanDalton gasy

Manao ahoana ianao ao izao ry Jean ? Tena mbola lasa be ho aho ny saiko hatramin’izao tamin’ilay nanjo antsika hatramin’ny faran’ny herinandro iny e !

 Efa tamin’ny andron-dry Dalton anie no nisy an’izany toerana fanarenana maditra ravana sotrokely izany e ! Tsy mihomehy loza aho saingy tsy maintsy mikakakaka ihany ee ! Ha ha ha ha ha ! Fa dia manao ahoana loatra izao toeram-panarenana misy eto amintsika ao izao no dia mbola mora vakiana toy izany ihany ? Ary angaha dia tena tompondaka amin’ny fidororororoana koa ry zalahy mpiambina ao no dia tsy nahita an’izany ? Sao dia ny motivakan-dry leirony kosa ary no tsy ataonareo milay tsara ka mahatonga an-dry zareo hitazam-potsiny ny zava-miseho ? Mila fiheverana ihany koa aloha ry Jean io toeram-panarenantsika mibosesika be io ee !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

TIM tany New YorkNidinika tamin’ny ONU

Tsy eto an-toerana ihany no mihetsiketsika ny antoko Tiako I Madagasikara fa na eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena ihany koa aza.

  Nanana solontena tany New York nandritra ny fivoriamben’ny firenena mikambana Atoa Marc Ravalomanana sy ny TIM, dia Rolland Ravatomanga, minisitry ny rano teo aloha sy Jean Pierre Rakotoarivony masoivohon’i Madagasikara tany Etiopia teo aloha ary Guy Rivo Randrianariso, solombavambahoakan’i Madagasikara voafidy teny amin’ny boriborintany faha-5 Antananarivo. Nihaona tamin’Andriamatoa Graham Maitland, talen’ny raharaha politika ho an’ny faritr’i Afrika ao amin’ny firenena mikambana nandritra ny ora iray sy sasany ireto delegasionin’ny TIM ireto ny talata lasa teo. Omaly indray dia naharitra adim-pamataranandro iray no nihaonan’izy ireo sy nifampidinihana tamin’i Tayé-Brook Zerihoun, solontenan’ny sekretera jeneraly lefitry ny firenena mikambana momba ny raharaha politika. Diplaomasia sy politika no anton-dresaka tamin’ireo fihaonanana ireo ka anisan’ny nodinihana ny momba ny fanovana ny lalàmpanorenana eto Madagasikara sy ny zava-misy amin’ny ankapobeny eo amin’ny raharaha politika sy ny fiainam-pirenena. Teboka lehibe 4 no voaresaka nandritra ireo fihaonana. Ny voalohany dia ahiana hitarika korontana ny fanovana lalàmpanorenana ka tokony hahamailo ny fianakaviambe iaisam-pirenena fa tsy hihinana amam-bolony izay ambaran’ny mpitondra Malagasy fotsiny. Faharoa dia efa goavana loatra ny tsy filaminana sy ny fahantrana manerana ny nosy. Ny fahatelo dia momba ny kolikoly izay mahazo vahana amin’ny sehatr’asa sy ny rafitra rehetra eto Madagaskara. Ny fahefatra dia ny fijalian’ny vahoaka noho ny fanaovana bodongerina amin’ny tany ipetrahany. Azo ambara  fa mafy ary matanjaka eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena i Marc Ravalomanana sy ny ekipany ary tsy azo hamaivanina mihitsy. Fa ny tena zava-dehibe dia ny fananan’izy ireo finiavana hikaroka hatrany ny vahaolana rehetra amin’ny alalan’ny fifampiresahana sy fifampiraharahana mba hanomanana ho avy mendrika kokoa ho an’i Madagasikara sy ny Malagasy ka anton’izao dia tany New York izao. Miomana ny hitondra firenena indray ny Tiako i Madagasikara ka tsy miandry propagandy vao  mihetsika fa efa hatramin’ny 2009.Soa lavo hahay hamindra ary maro ny fomba fiasa sy ny paikady tsy maintsy navaozina, natsaraina mba hahafahana manatratra io tanjona io. Vonona ny mpiara-miasa eto an-toerana, vonona ihany koa ny any ivelany. Datim-pifidianana sisa andrasana .

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Mpitondra foibeSakana ho an’ny asa fampandrosoana

Ny mpitondra fanjakana foibe no sakana hoan’ny fampandrosoana eto Madagasikara ankehitriny, hoy ny TIM Faritra Atsimo Andrefana tarihan’ny mpandrindra nasionaliny, Atoa Sazalahy Tsianihy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Resaka lalampanorenana sy 4x4Nody fanina i Jean Max Rakotomamonjy

Nanao tatitra fohy mikasika ny diany tany Seoul – Korea Atsimo teny Tsimbazaza omaly ny filohan’ny antenimieram-pirenena, Jean Max Rakotomamonjy.

 

Araka ny nambarany dia dinika mikasika ny hisorohana ny ady maneran-tany no anton’ny fivoriambe izay natao sy natrehin’ireo firenena miisa 100 tany an-toerana ka samy nanaiky ny rehetra fa tsy tsara ny miady satria efa hita teo amin’ny tantara nisy hatramin’izay fa tsy nitondra voka-tsoa teo amin’izao tontolo izao. Mikasika ny resabe mandeha ny amin’ny tokony na tsy tokony hikitihana ny lalàm-panorenana amin’izao akatoky ny fifidianana izao moa dia nanambara ny tenany fa aleo aloha ny rehetra samy hamoaka ny heviny dia miainga amin’ny fanangonana izany no handraisana fanapahan-kevitra avy eo. Mikasika ilay fiara tsy matahodalana ho an’ireo solombavambahoaka kosa dia nanambara ny tenany fa raha ny fahafantarany azy dia ireo solombavambahoaka ihany no miantoka ny lany amin’ny fahazoan’izy ireo izany fa manampy amin’ny fanamorana ny dingana fotsiny ny fanjakana. Mbola ilaina ireo fiara tsy mataho-dalana, hoy ny fanazavany, hitateran’ireo solombavambahoaka izay vaovao voarainy amin’ny vahoaka, mety hanampiana amin’ny fanenjehana dahalo sy hitaterana marary ihany koa. Mbola amin’ny taona 2019 rahateo no hifarana ny taom-piasana ka mety tsara ny fifanarahana. Fantatra moa fa mitentina 100 tapitrisa ariary ny fiara tsy mataho-dalana iray ary dia hita ho tsy feno ny fanazavana mikasika azy io omaly fa dia mbola toa fialana bala hatrany.

J. Mirija

La Vérité0 partages

Peste - 19 morts et 104 cas suspects enregistrés

18 Districts concernés. Le dernier bilan émanant du ministère de la Santé publique, en date d’hier 28 septembre, fait état de 19 morts et 104 cas suspects de peste, que ce soit pulmonaire ou bubonique. 13 d’entre les décès sont confirmés, dont le dernier remonte à mardi dernier à Toamasina. « La saison pesteuse de cette année se démarque à la fois par son avancement et les cas graves en son début », rapporte le Pr Mamy Lalatiana Randriamanarivo, ministre de la Santé publique (Msp). Effectivement, le premier cas de cette saison était survenu la fin août, entraînant le décès de la victime suite à une peste pulmonaire. 7 de ces décès sont enregistrés à Toamasina et 2 à Antananarivo. Le reste est noté dans d’autres foyers pesteux comme Tsiroanomandidy, Itasy, Vakinankaratra, etc. L’insalubrité grandissante et les feux de brousse restent les facteurs favorisant la propagation de la peste à Madagascar, à en croire les techniciens du Msp. L’éradication de cette maladie s’avère impossible vu qu’elle est transmise par des animaux sauvages. Quoi qu’il en soit, la prise en charge des malades et leurs contacts reste gratuite. Il en est de même pour les activités de désinfection et de désinsectisation.

Cas d’allergies gravesDepuis la polémique liée à la peste, notamment à Toamasina et dans la Région Sava, la prise de « Cotrim » est devenue automatique pour bon nombre d’habitants. Un geste adopté suite aux fausses informations véhiculées, lesquelles avancent que cela pourrait aider à se protéger. Par conséquent, le prix d’une plaquette de ce médicament générique a grimpé jusqu’à 20 000 ariary.  Pourtant, les techniciens soulignent que « les  « Cotrim » sont à usage curatif, c'est-à-dire destiné pour les personnes qui étaient en contact avec les morts et malades de la peste, et non préventif. Les personnes saines ne devraient pas les consommer abusivement, au risque d’avoir d’autres maladies ». Effectivement, le Msp avance que des cas d’allergies graves se sont apparus ces derniers temps et ce dans de nombreuses localités comme Vatomandry, Toamasina ou encore dans la Sava. « Les allergies se manifestent par des éruptions cutanées jusqu’à des problèmes respiratoires aigus, nécessitant des soins immédiats », informe le Dr Marcellin Randrema, chef de service de lutte contre la peste par intérim. Notons qu’en ce moment, la vente de « Cotrim » se fait par ordonnance uniquement dans  les pharmacies et dépôts  de médicaments.Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Braquages en série dans la Capitale - Un colonel à la tête des gangs

Depuis plusieurs semaines, les braquages se multiplient dans les différents quartiers de la Capitale ou surtout dans la périphérie. Récemment, l’on a appris qu’un colonel serait à l’instigation de ces forfaits qui ont ensanglanté les commerces ou autres boutiques de cette ville et de ses environs, sans que la source n’ait pour autant dévoiler le corps d’appartenance de l’officier en cause. Cependant, il existe les preuves tangibles de son implication dans ces forfaits : sa comparution annoncée pour la journée du mercredi 27 septembre dernier au Tribunal d’Anosy. Une comparution qui a dû être par la suite reportée à une date ultérieure à cause de la grève actuelle des magistrats et des greffiers.

Mais l’homme n’a pas été seul. Comme nous l’avons indiqué plus haut, on a affaire à des gangs armés. Pour le ou plutôt les procès, ils sont au total 18 incriminés à répondre de leurs actes devant le Juge.  La plupart est composée d’individus provenant surtout du fin fond sud du pays, d’où leurs surnoms de Ndaty ou bien de la bande dirigée par une personne portant le même surnom. Il y a deux semaines, une partie de cette bande avec 10 prévenus, a été condamnée à une réclusion criminelle à perpétuité.Mercredi dernier, ils ont dû encore comparaître pour un autre dossier. Cette fois-ci 8 autres accusés ont renforcé les rangs de leurs acolytes. Tous devraient être jugés en même temps avec le colonel.Selon un renseignement, l’on pronostique d’autres condamnations à perpétuité à l’encontre des incriminés ! « Autres preuves de leurs incriminations : les bandits ont été souvent identifiés par leurs styles vestimentaires constitués généralement d’habits plutôt  légers et très simples même lorsqu’il faisait un froid de canard dont des shorts et des sandales. Mais ils sont surtout trahis par leur dialecte. Ils ont la gâchette facile et ont le sang de plusieurs victimes sur leurs mains. Ces gens là n’hésitent pas à tuer pour la somme de 500 ariary », déclare une source informée.  Cette grève vient donc paralyser le Tribunal qui devait trancher une bonne fois pour toutes sur le sort des incriminés. Il reste à savoir pourquoi les agressions ou autres hold-up se poursuivent toujours dans la Capitale malgré la conduite des incriminés devant la Justice.     Franck Roland

La Vérité0 partages

Bmoi - « La banque qui vous mérite »

Une nouvelle communication. La Bmoi a procédé, mercredi dernier,  à la mise en place de son nouveau slogan : «  la banque qui vous mérite » avec une orchidée comme nouvel visuel. A travers ce slogan alors, la banque deploiera tous les efforts possibles et nécessaires afin de mériter ses clients. En effet, la banque considère que chaque client est unique donc elle tient à lui offrir un accompagnement personnalisé  avec un gestionnaire de compte qui donnera les meilleurs conseils en rapport avec le développement de ses activités ainsi qu’avec ses besoins immédiats et à venir.

A travers ces services, l’équipe de la Bmoi met alors au profit de ses clients les valeurs de la sécurité, de la confidentialité, de la performance ainsi que l’innovation afin de bâtir une relation de confiance. Depuis son existence, la Bmoi a mis au centre de ces intérêts l’amélioration de la qualité de ses services suivant l’évolution du marché surtout en matière de technologie par exemple avec BmoiNet ou encore BmoiSms. A partir de là, la Bmoi essaiera d’apporter de nouvelles innovations à ses services pour les mois à venir comme la digitalisation et des canaux digitaux qui seront mis en place au début de l’année prochaine et bien d’autres encore. Rova R.

La Vérité0 partages

Football - Compétitions nationales - Deux clubs en course pour un doublé

Elgeco Plus (Analamanga) et Rt Jet Mada (Itasy). Ce sont les deux formations qui peuvent encore aspirer à un doublé, championnat national et coupe de Madagascar, cette saison. La première est sortie vainqueur des 1/8 de finale du trophée Telma du week-end dernier devant Black Star Fc (Vatovavy Fitovinany). Elle s’est qualifiée ainsi aux quarts de finale de la coupe de Madagascar tout comme Rt Jet Mada qui a pris le dessus sur Mama Fc Analamanga au tour précédent, 3 à 2. Champion de la ligue Analamanga, Elgeco Plus continue également sa route à la ligue des champions dont l’avant dernière étape pour la poule des As démarre aujourd’hui. La formation d’Analamanga dispute l’une des quatre places en jeu de cette dernière marche vers le titre national à Fianarantsoa. Elle a comme adversaire dans le groupe, Zanak’Ala Fc, Cosfa, Rts Jet Mada, Top Dom et Fc Angele. Les deux premiers de chaque groupe se qualifient à la poule des As qui comme l’année dernière se joue en match aller et retour. L’autre groupe de la ligue des champions dispute son tournoi à Mahajanga. Il est composé de la Cnaps sport, championne de Madagascar en titre, Hzam (Alaotra Mangoro), Ussk (Diana), Varatraza (Sofia), Fc Maeva (Betsiboka) et Ajesaia (Bongolava).

Si auparavant, à ce stade des compétitions, des clubs sont encore en lice sur les deux tableaux des épreuves, ce n’est plus  le cas pour cette année. Il ne reste plus que ces deux clubs et ce faisant suite à l’élimination surprise  des favorites. La Cnaps Sport (Itasy) qui a réalisé le doublé au niveau national l’année dernière a été battue, à la surprise générale, par la modeste formation du Tam Port Berger à la Telma Coupe, 0-1. La seconde formation annoncée comme un sérieux prétendant également à un doublé et passée à la trappe des supposées « petites équipes ». Il s’agit du club de Fosa Juniors de Mahajanga qui n’a pas pu passer le cap du 3e tour de la ligue des champions.La Cnaps sport et Fosa Juniors n’ont ainsi qu’une compétition sur leur corde pour s’illustrer sur la scène nationale. La ligue des champions pour l’équipe d’Itasy et la coupe de Madagascar pour celle de Mahajanga. Des bêtes blessées qui risquent ainsi de piétiner tout sur leur passage. Un club averti en vaut deux… Rata

La Vérité0 partages

Régime menteur !

Décidément, le régime Hvm de Hery Rajaonarimampianina serait-il condamné à mentir ? Le mensonge s’est-il érigé en système d’Etat ou en mode opératoire de gouvernance? Le ministère de la Santé publique s’empressa à déclarer que l’épidémie de la peste fut maitrisée. Une publication à la hâte, tout juste bien sûr, à calmer  la tension ou à évanouir la panique. N’en déplaise à Mr le professeur Mamy Lalatiana Andriamanarivo, de son honorabilité, ministre de la Santé, cravate-bleu convaincu, que le fléau continue de sévir. La maladie tue et ne cesse de créer des situations hypothétiques.

Elle se repend et le bilan s’alourdit. Selon une source autorisée, dix-sept Districts sont touchés par la peste bubonique. Essentiellement concentrés à Antananarivo-ville et les alentours immédiats jusqu’aux contours de Tsiroanomandidy, Maevatanana, Faratsiho, Moramanga. Mêmes des Régions peu concernées, auparavant, comme Toamasina, Vohémar n’échappent pas à la contamination. Bref, en deux mois, l’épidémie redouble sa capacité de nuisance, voire, sa force de frappe. On dit que la peste est la maladie des rats et par extension, elle se développe dans le milieu où la saleté règne et enfin, c’est le lot quotidien des pauvres. Les responsables, directement touchés au sein du département de la Santé, se complaisent dans des déclarations mensongères.  Les mesures prises, apparemment insuffisantes,  inefficaces et trop tardives, butent contre la  résistance du fléau. Le mouvement de grève jumelée du Syndicat des magistrats (Smm) et celui des greffiers (Sgm) se durcit. Ils ont décidé, chacun dans leur camp, de déclencher ensemble une grève illimitée. Au fait, les grévistes ont mis à exécution leur menace de débrayer du fait que le ministre de tutelle ne fasse point le moindre effort, ne serait-ce qu’une volonté de se mettre autour d’une table, à considérer le  fondement de leurs aspirations. Les magistrats et les greffiers, d’après leur énième déclaration, n’exigent nullement l’impossible ni le non-faisable, mais, seulement l’application des textes en vigueur. L’indépendance de la Justice, pour le cas des magistrats, est prévue dans la Constitution. L’Art.108, alinéa 1, stipule : « Dans leurs activités juridictionnelles, les magistrats de siège, les juges et les assesseurs sont indépendants et ne sont soumis qu’à la Constitution et à la loi. » Et le Chef de l’Etat, dans l’Art. 107, alinéa 1, est « garant de l’indépendance de la Justice ». Dans cette « boxe » interminable mettant aux prises les magistrats et le greffiers, d’une part, le pouvoir central, de l’autre, il y a forcément quelqu’un qui ment quelque part. Le Président claironnait, à chaque fois que l’occasion se présente, qu’il fait de l’indépendance de la Justice un point d’orgue de ses engagements. Quand le Smm rencontrait pour la première fois la nouvelle Garde des Sceaux, Mme Rasolo Elise Alexandrine, on en a fait état d’une rencontre pleine d’espoir. Elle partagerait, fait-on savoir,  l’avis que ses pairs. Les greffiers, pour leur part, avaient eu déjà gain de cause auprès de hauts responsables du ministère, pour le « réajustement » de leurs conditions salariales (avantages et primes divers…), il y a quelques années,  mais, aucunes réalisations concrètes. En réalité, il s’agissait plutôt des tactiques mensongères ou des leurres pour mâter l’ardeur des grévistes. Rien que de la…fumée !  Jusqu’à quand ce régime menteur irait-il mener  le peuple malagasy en bateau ?Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Double kidnapping à Toamasina - Des zones d’ombre persistent

Un flot d’interrogations.  Le verdict est tombé concernant l’affaire retentissante du double kidnapping  de Toamasina ;  Un immense brouillard continue toutefois d’envelopper cette affaire.  Certaines questions sont restées sans réponses. On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé pendant l’enlèvement et surtout qui a commandité l’enlèvement ni comment.

Au terme de trois jours d’audience, la Cour criminelle a livré son jugement.  Sur les 35 qui ont comparu, 15 individus ont été condamnés à la perpétuité. Dans la liste figure notamment Stéphanie Roger Lala ou encore un certain Ravola. Jugé en son absence, ce dernier fait l’objet d’un mandat d’arrêt. Une femme a écopé de cinq ans de travaux forcés, un mineur a été relaxé au même titre que 55 autres individus.  19 individus ont donc été acquittés.  Pour rappel, en novembre 2015 Arnaud et Annie sont kidnappés.  La petite Annie avait été retrouvée un mois plus tard sauvagement tuée. Visiblement exécutée après avoir été agressée sexuellement. Plus chanceux, Arnaud est libéré quelques semaines plus tard sain et sauf.   Près de deux ans après les faits à Toamasina et après plus de trois jours d'audience, certaines zones d'ombre persistent. Le verdict de la Cour criminelle laisse un goût d’inachevé. L’audience n’aura pas permis de faire toute la lumière et à établir toutes les responsabilités dans cette affaire. On ne sait pas vraiment ce qui s’est passé pendant l’enlèvement. On ne sait pas qui a commandité l’enlèvement ni comment. Les débats n’ont pas permis de délivrer une réponse à cette question qui taraude les esprits des observateurs.  Le degré d’implication de chacun dans cette affaire reste un sujet à questionnements. Qui sont les destinataires finaux de la rançon réclamée par les  ravisseurs ? Car il est certain que la rançon de près de 4 millions d’euros réclamée par les kidnappeurs à l’époque n’était pas destinée à atterrir dans les poches des « menus  fretins » condamnés par la Justice.  Pas clôturéParmi les incertitudes, bon nombre d’observateurs se demandent comment Ravola et Marcellin ont pu « sortir » de la prison d’Ambatolampy. Reconnus comme  étant les auteurs du rapt, le premier est « sorti » de sa geôle il y a un an tandis que le second a été  « libéré » une semaine avant le procès, selon les précisions de Maître Jeannot Rafanomezana avocat de la famille des otages. Etant donné qu’aucune information sur une  éventuelle évasion n’a été communiquée, personne ne saurait affirmer comment ces deux individus ont pu se retrouver en liberté. Un épais brouillard enveloppe également les circonstances de la mort de la jeune Annie. Laquelle ou lesquelles des 75 personnes qui devaient être entendues dans le cadre de cette affaire est l’auteur de l’exécution de la jeune fille  ? Un indice en particulier intrigue toujours : Qu’en est-il des armes portant des numéros de série retrouvées dans la maison où le jeune Arnaud avait été retrouvé. La presse  de la place avait d’ailleurs fait largement écho du cas de ces armes numérotées.  Jusqu’ici, la provenance de kalachnikovs retrouvées reste un mystère...  Aussi bien pour les  proches de la victime que les condamnés, le procès n’est ainsi pas « clôturé ». Le flou qui entoure ce double kidnapping avec des zones d’ombre encore à élucider ne permet pas  aux proches des victimes de faire le deuil de leur fille décédée et de tourner définitivement  cette page difficile dû à l’enlèvement durant 50 jours de leurs fils. A preuve, le père d’Arnaud fait part de ses craintes quant à sa sécurité et  celle de ses enfants étant  donné que les vrais  « commanditaires » et certains auteurs n’auraient pas été condamnés et  circulent encore  librement. …Lalaina A.

La Vérité0 partages

Magistrats et greffiers - Vers une intensification de la grève

Le ton monte chez les magistrats et les greffiers. Le 2e jour de grève illimitée observée par ces deux Corps a été mouvementé hier. En effet, des éléments de l’Emmoreg accompagnés d’un huissier sont venus briser le cadenas et la chaîne qui maintenaient le portail du Tribunal d’Anosy fermé. Un forcing que la présidente du Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm) a vivement dénoncé. « Alors que le ministre de la Justice nous a promis de satisfaire nos revendications le plus rapidement possible, la réponse est donc l’envoi d’Emmoreg. Cela traduit de la pure mauvaise foi de la part de l’Etat », a déploré Fanirisoa Ernaivo. Faut – il rappeler que  les deux syndicats ont obtenu des promesses du ministère de la Justice à l’issue d’une rencontre à Faravohitra, avant – hier. Les magistrats et les greffiers n’ont pas caché leur stupéfaction après ce nouveau coup de force.

 Elle souligne également que leurs revendications sont d’ordre syndical et n’ont nullement exigé la démission d’un quelconque responsable. « Nous connaissons parfaitement la loi et nous ne voulons que le bien du monde de la Justice », a – t – elle encore réitéré. Sur cette lancée, elle a annoncé une poursuite voire une intensification du mouvement à partir de ce jour. Quelques membres de la solidarité syndicale de Madagascar, sont également venus soutenir les magistrats et les greffiers dans leur combat. Un combat qui exige l’application de l’Etat de droit, l’indépendance de la Justice ainsi que l’amélioration des conditions de travail des deux Corps. De son côté, le procureur général auprès du Tribunal de première instance d’Antananarivo, Odette Balsama Razafimelisoa a affirmé que la fermeture du portail du Tribunal a été à l’origine de cette agitation survenue dans la matinée. « Certes il y a la grève. Mais, les secrétaires, greffiers ou magistrats qui veulent travailler doivent être autorisés à le faire », a – t – elle déclaré à la presse. Une manière d’affirmer que la grève ne fait pas l’unanimité. En tout cas, après cette irruption musclée des Forces l’ordre, quelques services ont pu ouvrir  leur porte à l’intérieur du Tribunal.  S.R.

La Vérité0 partages

Colonel Fiederch Behivoka - « Je ne baisse jamais pavillon »

Des semaines suivant le meurtre par balles de son oncle, le père capucin Djiva Lucien à Antsohihy en avril, le colonel Fiederch Behivoka, alors en poste à Antsiranana, est nommé à la tête de la Circonscription de la Gendarmerie nationale (Cirgn) de Mahajanga. Lors de sa prise de commandement le 19 août, il a ordonné à ses hommes de rétablir la sécurité dans toute l’étendue du territoire sous sa compétence. En réunion périodique depuis lundi au Toby Ratsimandrava, avec d’autres hauts responsables, l’officier supérieur accepte de répondre à nos questions. Interview.

La Vérité (+) : Votre prise de commandement est assez récente. Comment la situation a-t-elle évolué depuis ?Colonel Fiederch Behivoka (=) : On rencontre dans la province Mahajanga toutes les formes d’infraction que l’on puisse trouver à Madagascar. Je suis au commandement depuis trois mois. Mais on peut déjà en faire le bilan. Enormément d’efforts sont requis pour faire régner la sécurité dans plusieurs zones. Celles à proximité des installations industrielles sont relativement calmes. C’est le cas, par exemple, de Mahajamba en raison de la présence d’Aqualma. Pourtant, les gendarmes s’y tiennent toujours prêts à intervenir en cas de besoin.+ : Oui mais qu’en est-il des autres régions ?= : Le chômage figure parmi les causes de l’insécurité grandissante. Elle reste fragile dans les quatre régions de Mahajanga. Dans le Boeny, les Districts d’Ambatoboeny et de Mahajanga II constituent des points chauds. On y a mené de multiples actions. Pourtant, beaucoup reste à faire. Une franche collaboration avec le député de Mahajanga II qui nous a doté d’équipements a permis d’obtenir des résultats. On a récupéré des fusils. A Ambatoboeny, la Commune rurale de Sitampiky est problématique. Il y a un cas en cours en ce moment même (ndlr : jeudi après-midi). Mes hommes avec des éléments de l’Armée, tous soutenus par le fokonolona, y ont eu un accrochage avec 15 dahalo armés qui ont volé 30 bœufs à Manongarivo. Ils ont éliminé 11 dahalo si les 4 restants ont pu s’enfuir. Un membre du fokonolona est aussi mort alors que 6 autres sont légèrement blessés.+ : Melaky est aussi une des zones sensibles ?= : Il fait chaud là-bas. Surtout dans les Districts de Morafenobe et de Maintirano. C’est presque toujours ça le cas pour les zones limitrophes. Tout récemment, 80 bœufs ont été volés à Morafenobe. Nous avons lancé l’opération de poursuite et de bouclage. Deux dahalo sont tués lors de l’accrochage dans ce cadre tandis que le troupeau a pu être récupéré en totalité plus des fusils de chasse. Je tiens à souligner que les Kalachnikovs ne circulent pas dans la circonscription de Mahajanga. Par contre, des MAS36 y sont en circulation. On les trouve souvent dans le Betsiboka.+ : Vous parlez justement de Betsiboka qui est aussi réputé pour des actes criminels ?= :  Les deux Districts de la région sont concernés. Notamment Tsaratanana qui forme une zone limitrophe avec l’Alaotra-Mangoro comme je l’ai signalé tout à l’heure. Quoi qu’il en soit, le commandant de compagnie de Tsaratanana se voue corps et âme à la sécurisation des personnes et leurs biens. Il est constamment sur le terrain, 24/24 h. Il conduit une opération de poursuite au moment même où nous parlons. Des soldats se joignent aux gendarmes à cette fin. Un vol de bovidés a été signalé à Antsoha Tsarahova.+ : On a entendu parler d’une bavure dans la Sofia…= :  En effet, un de nos militaires à Anjalazala, Antsohihy, a commis un homicide involontaire. C’était un accident ou un incident comme tous les autres. Moi, je ne reproche rien à personne. Le cas s’est produit durant les rondes de nuit avec les membres du comité de défense villageoise. Le fautif et son chef de poste sont tous incarcérés à Mahajanga. C’est l’Organe mixte de conception d’Antsohihy qui a décidé leur transfert. Mais nous avons aussi obtenu des résultats probants là-bas. Dans la nuit de mercredi, mes hommes ont mis hors d’état de nuire un dahalo à Ambodimagnary Antsohihy. Ce matin de jeudi aussi, la brigade d’Anahidrano a récupéré en totalité des zébus subtilisés dans la commune éponyme.+ : Quel est alors votre vrai défi à partir de maintenant ?= : Tant d’efforts sont nécessaires. Je ne baisse jamais pavillon. Je ne suis pas découragé. J’estime que la mission qu’on m’a confiée me convient et j’y tiens. J’accomplirai ma mission. C’est tout ce que je sais et je le promets.+ : Mais vous êtes confrontés à des difficultés au plan matériel et ressources humaines ?= : Ce genre d’obstacle existe toujours dans un pays en développement comme le nôtre. Ceci n’est pas une barrière infranchissable. Quand une mission m’est confiée, c’est qu’elle sera menée à terme. Quoi qu’il en soit, vous devez savoir que même le commandant de compagnie d’Antsohihy ne dispose pas de voiture de fonction. Il en est de même de son homologue à Mahajanga.Propos recueillis par Manou Razafy

L'express de Madagascar0 partages

Rapt d’Arnaud et Annie – Dix-sept condamnations à perpétuité

Le verdict de l’affaire Arnaud-Annie a été rendu hier. Dix-huit accusés ont été condamnés alors que cinquante-sept autres ont été acquittés. 

Le rideau est tombé hier sur un double kidnapping meurtrier, perpétré à Toamasina le 23 novembre 2015. Sur les soixante-quinze accusés, dix-sept  ont écopé de peines de travaux forcés à perpétuité. Roger Lala Stéphanie, l’un des cerveaux, trois agents pénitentiaires ainsi que Ravola, un accusé en cavale, identifié comme étant l’un des auteurs de l’enlèvement et qui de surcroît a été reconnu comme étant celui qui a marchandé la valeur de la rançon et proféré des menaces aux proches des victimes, ont été entre autres condamnés aux travaux forcés à vie.Un mandat d’arrêt à l’audience a été lancé contre Ravola. Par des moyens qui laissent rêveur, ce détenu de la maison centrale d’Ambato­lampy a réussi à s’évanouir dans la nature avec deux de ses compagnons carcéraux, pendant leur mise en détention  préventive. Si la plus lourde sentence prévue par le code pénal frappe ces dix-sept principaux accusés, dont quinze hommes et deux  femmes, la propriétaire d’une maison, où Arnaud a été séquestré pendant une partie de sa captivité, a été quant à elle condamnée à cinq ans de travaux forcés.À côté, cinquante-sept accusés, dont le juge Jackie Arnest Rabehaja, ont été acquittés au bénéfice du doute. D’ailleurs, quarante-deux d’entre eux, dont le même magistrat, à l’époque substitut général auprès de la Cour d’appel de Toamasina, ont manqué à l’appel pendant les trois jours d’audience qui se sont tenus au palais du tribunal à Anosy.En face de l’escouade d’avocats de la partie civile, une dizaine de leurs confrères, commis d’office ont assuré la défense des prévenus.«Nous avions trois jours pour nous imprégner des dossiers. Pour ma part, je pense que certains éléments de ma plaidoirie n’ont pas été pris en considération. Ma cliente était en prison depuis 28 janvier 2015 jusqu’au 31 décembre de la même année. Il est de ce fait inimaginable qu’elle puisse avoir participé à un enlèvement commis le 23 novembre, à moins qu’il n’y eut une complicité avec les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire, ce qui n’a pas été abordé», lance l’avocat de Roger Lala Stéphanie.

Accusés insolvablesPour ce qui est des dommages et intérêts, la cour a ordonné le versement d’une somme s’élevant à deux milliards d’ariary à la famille d’Annie, l’adolescente souillée et assassinée par les ravisseurs pendant sa captivité. Ce montant représente le quart la valeur des réparations réclamées par ses proches.Arlan Ramiliarison, le père d’Arnaud, l’otage dont le calvaire s’est terminé à la mi-janvier 2015, a pour sa part arraché un milliard d’ariary de dommages été intérêts à des accusés insolvables.L’acte remonte à la matinée du 21 novembre 2015 lorsque les deux adolescents allaient en voiture à leur établissement scolaire. Ils sont tombés entre les griffes des malfaiteurs lorsque ces derniers se sont emparés du pick-up tout-terrain où ils se trouvaient, en leur tendant une embuscade à la sortie d’un point à Tanambao verrerie. Au bout de deux semaines, le 4×4 a été retrouvé alors que les bandits s’affairaient à sa transformation en vue d’une revente. Mettant la barre très haut, les ravisseurs ont exigé quatre millions d’euros de rançon. Faute d’avoir été payés, ils ont assassiné la fillette avec barbarie un mois plus tard.Une vingtaine de jours plus tard après ce crime odieux, Arnaud, le captif rescapé a été libéré sain et sauf lorsque les forces de police ont lancé un assaut contre le repaire de la bande. Quatre Kalachnikovs, plus d’une centaine de munitions ainsi que des grenades y ont été découvertes. Huit premières personnes se sont fait cueillir et les arrestations ont fait tache d’huile. Transférée à Tana, une horde de suspects arrêtés a été ventilée dans cinq lieux de détention. En marge du procès, la plupart des prévenus ont été rassemblés à la maison centrale d’Ambato­lampy.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Thierry Rakotonarivo – « Le référendum est techniquement faisable »

Selon le vice-président de la CENI, sur le plan technique, l’organisation d’un référendum est faisable. Mais il faudra régler le volet politique pour éviter une crise.

Faisable. Le mot a été dit par Thierry Rakoto­narivo, vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Lors d’un entretien, à son bureau, à Alarobia, hier, l’administrateur civil a déclaré que sur le plan technique, un référendum est réalisable.Toutefois, il souligne que, pour ne pas remettre en cause la tenue de la présidentielle en 2018, si référendum il y a, il devra se faire en juin. « Cela nous laissera le temps nécessaire pour préparer ensuite la présidentielle qui devrait se tenir entre le 25 novembre et le 25 décembre 2018 », explique-t-il. L’ancien secrétaire général du ministère de l’Intérieur rappelle néanmoins, que les textes en vigueur prévoient que la convocation des électeurs doit se faire quatre-vingt-dix jours avant le vote.Il faudra également prendre en compte la période de la campagne électorale et celle nécessaire pour la publication des résultats provisoires et la proclamation des résultats définitifs. « La CENI devrait mettre quinze jours pour publier les résultats provisoires et la Haute Cour constitutionnelle devrait mettre à peu près le même temps pour la proclamation des résultats définitifs », précise Thierry Rakotonarivo.

PolitiquePour lui, l’idéal serait que l’éventuel référendum soit programmé pour le 1er juin au plus tard, afin que les résultats définitifs soient proclamés le 30 juin. Ainsi, dès le début du mois de juillet, la Commission électorale pourra s’attaquer à l’organisation de la présidentielle.Sur la question du financement de l’organisation d’un référendum, Thierry Rako­tonarivo a indiqué qu’une ligne budgétaire à hauteur de 40 milliards ariary est prévue pour l’organisation des élections. « Ce budget sera ainsi alloué à l’organisation du premier scrutin qui sera programmé », relativise-t-il. Par ailleurs, à entendre les explications de son vice-président, hier, la CENI semble s’en tenir au fait que la présidentielle se déroulera en 2018.Lors du petit-déjeuner de presse qu’il a donné, à Iavoloha, le 16 septembre, le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, a affirmé que le référendum n’aura pas pour effet le report de la présidentielle. Dans ce cas, le budget prévu pour l’organisation des élections qui sera inscrit dans la loi de finances 2018, devrait être largement revu à la hausse afin de supporter les charges nécessaires à deux scrutins.D’autant plus que les fonds internationaux prévus dans le projet de soutien au cycle électoral à Madagascar (SACEM), ne serait destiné qu’à soutenir les charges de la présidentielle, tel que l’a indiqué Marie Dimond, représentante résidente du Program­me des Nations Unies pour le développement, en marge d’un événement à la CENI, le 15 septembre. Au delà du financement, la Commission électorale semble plus craindre les impacts politiques d’un référendum sur la présidentielle.« La principale inquiétude concerne les conséquences politiques du référendum. Ce scrutin apporterait-il un apaisement ou non ? Tous les acteurs devront s’atteler à éviter une crise post-référendaire. L’organisation d’une présidentielle dans une conjoncture trouble sera difficile. Si tous les acteurs s’accordent à accepter les résultats du référendum et à assurer un contexte apaisé en vue de la présidentielle, il n’y aura pas de problème », conclut le vice-président de la CENI.

Andry Rialintsalama et Garry Fabrice Ranaivoson 

L'express de Madagascar0 partages

Développement – Le secteur textile reprend son envol

La tête hors de l’eau. Après la période sombre de la crise de 2009, le secteur textile a repris son souffle. Le nombre d’emplois créés ou rétablis depuis l’année 2016 ne cesse de croître. D’après les chiffres publiés dans sa Newsletter, l’Economic development Board of Madagascar, EDBM, l’agence gouvernementale de promotion des investissements, indique que « plus de trente cinq mille emplois sont déjà créés ou rétablis l’année dernière, et suivant les analyses prospectives, le secteur devrait recouvrer deux cent mille emplois d’ici cinq ans ».Parallèlement, l’exportation d’articles textiles et habillement a connu une hausse de 12% pour la période de 2015 à 2016. Ces produits sont essentiellement exportés sur le marché européen. « En 2016, les exportations vers les États-Unis sous le régime de l’Africa growth opportunities act, AGOA, représentent 18% du total de nos exportations de textile et habillement contre 69% vers l’Union Européenne. En revanche, notre objectif est d’exporter plus de 500 millions de dollars à l’horizon 2019 vers les États-Unis », indique Johary Rajosefa, directeur des services aux investisseurs de l’EDBM.

Retombées économiquesCes chiffres témoignent de l’excellente santé du secteur depuis la fin de la crise politique qui a frappé Madagascar en 2009. Mais les autorités ne se contentent pas de cette performance. À travers l’EDBM, elles veulent aller plus loin pour faire du textile l’un des leviers du développement du pays. C’est ainsi que l’idée de la création d’une zone économique spéciale dédiée au textile, appelée Textile City, sort de terre en novembre 2016. Cette zone jouera un rôle de catalyseur pour la promotion des investissements.« L’objectif de Textile City étant, dans cette première phase, d’arriver à exporter environ un milliard de dollars de produits vers le monde, dont la majorité sera destinée au marché américain », explique l’EDBM à propos des retombées économiques de ce projet. En termes de création d’emplois, l’agence parle de deux cent mille nouveaux employés recrutés avec quatre vingt à cent grandes entreprises  dans le cluster textile et habillement et des services connexes ou d’appui. Pour le moment, Textile City est encore au stade de projet.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Planning familial – Les hommes se mettent aux contraceptifs

Les contraceptifs masculins commencent à avoir des adeptes. Environ trois cent hommes adoptent les méthodes contraceptives chaque année, d’après les résultats du projet Sifpo2 initié par Marie Stopes Madagascar, en partenariat avec l’Agence des États-Unis pour le développement international (Usaid), présenté hier, à l’hôtel Panorama Andrainarivo.Même si les femmes gagnent encore le record sur l’usage de méthodes contraceptives, les hommes commencent actuellement à s’y mettre. « Le planning familial n’est pas seulement l’affaire des femmes mais il s’agit d’une affaire familiale », insiste Lalaina Razafinirinasoa, directeur du programme au sein de Marie Stopes. Les hommes issus des Hauts plateaux comme Haute Matsiatra, Analamanga et Vakinankaratra sont les plus intéressés.« Nous incitons les hommes autant que les femmes à procéder au planning familial, car si nous avons atteint ce nombre, c’est parce que les hommes qui y ont trouvé des intérêts, ont sensibilisé leurs homologues. Il s’agit d’une méthode irréversible. Les hommes ayant atteint le nombre d’enfants désirés, décident de procéder à la vasectomie. Il n’y a pas d’âge limite car, actuellement, une fille de moins de 18 ans a déjà un enfant. À 22 ans, une jeune fille peut avoir accouché de deux enfants. Alors, il n’y a pasvraiment d’âge déterminé », ajoute-t-elle.

Contrainte de lieu et de cultureDe plus en plus de jeunes décident également d’utiliser des méthodes contraceptives d’après les résultats du projet qui s’est étendu dans plusieurs régions durant trois ans. « Si en 2010, 11 % des jeunes de moins de 20 ans ont opté pour l’usage des contraceptifs, ce chiffre a augmenté à 16 % l’année dernière », explique le directeur de ce programme.La perception des Malga­ches sur l’utilisation des contraceptifs est limitée par la culture mais aussi par l’éloignement et l’insécurité. « La sensibilisation est difficile à cause des rumeurs sur les effets secondaires suite à l’usage de planning familial. Certaines zones sont inaccessibles surtout dans les zones rouges en insécurité. Ceci entraîne des changements de sites au dernier moment. Il y a également la faible demande de méthodes permanentes surtout à Androy, Anosy, Atsimo Andrefana et Atsimo Atsinanana », rapporte Rija Rasolofonirina, directeur du projet Sifpo. La culture de chaque région ne peut aussi être ignorée. « Les rumeurs courent toujours sur les effets des contraceptifs mais cela dépend des régions. Après sept ans de sensibilisation à Androy, la vasectomie n’y a jamais eu lieu, car la virilité compte beaucoup pour les hommes Antandroy », explique Lalaina Razafinirinasoa.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Boues de vidange – Des boues déversées dans des lieux interdits

Illégale. Bakoliharisoa Rasoarimisa, responsable au sein du Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo (Samva), a dénoncé la prolifération des opérateurs de vidange et de transport des boues qui les déchargent dans des endroits interdits.Il s’agit entre autres des canaux d’évacuation et même de la rivière d’Ikopa de l’ancien site à Iarinarivo Ambohitrimanjaka, fermé depuis 2015. « Déverser des boues n’importe où présentent, pourtant, un risque grave pour la santé des habitants environnants. C’est pour cela que la commune urbaine d’Anta­nanarivo a élaboré un projet de traitement des boues », explique-t-elle.C’était à l’Institut des métiers de la ville (IMV) à Tsimbazaza, hier, dans le cadre de l’atelier de présentation des résultats de diagnostic sur la filière de vidange et de traitement des boues de latrines en milieu urbain, suivi d’échanges avec les opérateurs du secteur. Cinq sites de traitement de boues fécales sont enregistrés à Antananarivo, dont les trois sont gérés par le Samva.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Danse contemporaine – Trio d’artistes dans « Human & Esperanto » 

L'express de Madagascar0 partages

Rallye Shell Helix – Une avant-dernière manche décisive

Douze épreuves spéciales longues de 142 km sera au programme du Rallye Shell Helix. Ce sera la cinquième et avant-dernière manche du championnat national. 

Le club ASA Tanà et ses partenaires attendent une quarantaine de concurrents au Rallye Shell Helix qui se tiendra les 6, 7 et 8 octobre. Ce sera le XVIIe Tour de Tanà qui comptera pour la cinquième et avant-dernière manche du championnat de Mada­gascar des rallyes avec un coefficient 1,4.La distance totale du rallye sera de 416,36 km. En trois jours de course, douze épreuves spéciales longues en tout de 142,60km dont six différentes seront au menu des concurrents. Le poste de contrôle du rallye sera installé dans l’enceinte du Global Motors Mada­gascar à Anosivavaka. Des combats et spectacles seront au rendez-vous, «Cette manche sera décisive car les deux leaders au classement sont à un point d’écart » a mentionné Laza Randriamifidimanana, président de l’ASA Tanà.L’équipe championne de Madagascar en titre, Ndrianja Rajemison-Fanja Ramiaka­tsoavina est en tête provisoirement suivi de près par Hariandry Razakaboana « Boana »-Miangaly Rabari­joely, vainqueur du Rallye Haute Matsiatra. L’équipage Haja Danielson-Alain Rasa­minmanana sur SangYong occupe la troisème place.

Spécial spectateurLe rallye 2 sera également au programme pour garder l’ambiance jusqu’à la fin des trois jours de course. « Pour que les concurrents puissent bien apprécier le rallye sans trop se soucier des problèmes mécaniques après chaque manche, nous, organsiateur, allons faire de notre mieux pour niveler les tracées par exemple du côté de Tsiafahy. Cela fera du bien pour chaque groupe inclu les deux roues motrices », a souligné Laza Randriamifidimanana.« Ce rallye sera aussi marqué par le retour du spécial spectateurs dont la dernière fois date du Rallye international de Madagascar en 2013 », a précisé un responsable technique au sein du club organisateur. Deux supers spéciales sur le circuit de TMF Rally à Ivato, en formule de départs en parallèle sur piste A et B marque­ront la journée inaugurale du vendredi après-midi. Une des innovations de cette édition, en plus des trophées, le premier au classement général gagnera 200 000 ariary, et les auteurs du temps scratch à chaque spéciale aura pour leur part 30 000 ariary chacun.Côté public, pour ceux qui veulent suivre de près le déroulement de la course, l’organisation proposera un guide du rallye. Mais pour ceux qui ne pourront pas se déplacer dans les spéciales, le Live SMS d’ASA Tanà sera publié en temps réel. Le successeur de Loom-Lucas, équipage vainqueur de la précé­dente édition sera donc connu bien tôt.

Parcours

Vendredi 6 octobre13h30    ES1    Super spécial circuit TMF 1    (1,50km)15h00    ES2    Super spécial circuit TMF 1    (1,50km)Samedi 7 octobreES3    Ambohotsiry – Ankadindravololona 1    (20,30km)ES4    Anjeva – Ambohibato 1    (8,50km)ES5    Lapan’i Tsiafahy – Tsiafindramaso 1    (13,70km)ES6    Ambohidraondriana – Anjeva 1    (7,00km)ES7    Lapan’i Tsiafahy – Tsiafindramaso 2    (13,70km)ES8    Ambohidraondriana – Anjeva 2    (7,00km)ES9    Ankadindravololona - Ambohotsiry 1    (20,30km)Dimanche 8 octobreES10    Ambohotsiry – Ankadindravololona 2    (20,30km)ES11    Anjeva – Ambohibato 1    (8,50km)ES12    Ankadindravololona - Ambohotsiry 1    (20,30km)

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Boeny – Antrema, destination touristique de la région 

Le site bio culturel d’Antrema est en phase de démarrage. Il est situé à 12km de la commune rurale de Katsepy, dans le district de Mitsinjo.

De grands visiteurs dans la nouvelle aire protégée d’Antrema. Lundi, une délégation composée de l’ambassadeur de France, Véronique Vouland Aneini, et du président directeur général du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) de Paris, ainsi que des autorités de la région Boeny conduites par le chef de la région, Jaffar Saïd Ahamad, ont visité ce site bio culturel. Ce, dans le cadre des perspectives de la communauté villageoise du Fokontany d’Antrema d’en faire une destination touristique de Boeny, avec la collaboration de l’Institut de recherche et de développement en partenariat avec le MNHN.Les richesses naturelles y sont encore préservées, grâce à l’attachement à la culture sakalava initié par le Prince Tsimanendry. « La population respecte toujours ses traditions, honore son prince et désire ardemment s’épanouir grâce à ses richesses », confirme un doyen du village. Antrema regorge de cent cinquante trois espèces de plantes (76% d’endémicité), vingt trois espèces d’amphibiens et de reptiles, soixante quinze espèces d’oiseaux, cinq espèces de lémuriens dont le fameux « sifaka couronné » et des poissons marins et d’eau douce et saumâtre.

Respect des usLe Parc national d’Antrema offre une biodiversité unique avec vingt-trois lacs permanents, des mangroves, une forêt sèche, de la savane à « satrana », une faune et une flore exceptionnelles et des plages de sable blanc. Classé premier site bio culturel malgache en l’an 2000, à la demande de la communauté locale, avec l’appui de la Faculté des Sciences d’Antananarivo et du MNHN de Paris, la péninsule a pu attirer l’attention des scientifiques et des amoureux de la nature. C’est dans cette optique qu’un projet de préservation des lémuriens a été mis en place dans le but de développer également la communauté.Le côté tourisme écologique y trouve aussi sa place avec la création de trois circuits, celui des lémuriens, celui des lacs et des oiseaux aquatiques et celui du parc marin. La construction d’un écolodge sur la plage d’Ambanjabe ainsi que de bungalows et d’un restaurant écolo marquera ce projet. Le délai de la construction est de trois mois. À la suite de la mission de suivi des cahiers de charges environnementales, effectuée avec l’Office national pour l’environnement, le gestionnaire a pu entreprendre des efforts en matière de conservation.Le budget alloué à la lutte contre les feux est augmenté de cinquante heures de veille par mois à cent cinquante heures. C’est l’instruction donnée par le ministre de tutelle pour accentuer la lutte contre les incendies de forêt.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Nosy-Be – Les baleines au cœur de toutes  les manifestations

Actuellement, les baleines offrent des spectacles émouvants dans plusieurs endroits marins de Nosy-Be, au grand plaisir des promeneurs en mer. C’est la période où ces géants des mers côtoient cette zone. Sur la terre ferme, la cinquième édition de la fête de la baleine bat son plein avec une bonne dose d’humour, ce vendredi.Exposition de photos sur les baleines et représentation théâtrale unique intitulée « Les pintadines font leur grand bleu » de La compagnie des 3 Zébus marqueront la soirée au Sarimanok à Ambatoloaka Nosy-Be, ce vendredi à partir de 19 heures. Dans le cadre de la cinquième édition de la fête de la baleine, plusieurs clichés évoquant les baleines, orneront les murs de ce fleuron d’Ambatoloaka. Le vernissage est prévu à 19 heures 30. Ensuite, place à l’humour tout en restant sur le même thème. La compagnie des 3 Zébus est forte pour ça. Leur metteur en scène Jean-Vincent Lombard a concocté « Les pintadines font leur grand bleu ». Une piécette jouée par huit femmes fofolles interprétant les faunes sous-marines. Connaissant la performance de la compagnie depuis sa création en 2001, même les baleines vont pisser de rire.« Les pintadines font leur grand bleu » est la dixième création de la compagnie des 3 Zébus. La compagnie est composée d’une bonne vingtaine de gais lurons, des gourmands de spectacles.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Basket-Ball – CCCOI – ASCUT et GNBC en pole position

La GNBC peut remercier COSPN. Les policiers ont nettement dominé les Mahorais de BCM Mayotte, permettant aux gendarmes d’occuper seuls la tête de leur poule.

Un plus pour les Malgaches. Au terme des matches de Poule qui se sont joués au Palais des sports de Mahamasina dans le cadre de la Coupe des Clubs champions de l’océan Indien, deux équipes malgaches se trouvent dans une bonne posture chez les hommesL’Ascut, suite à sa victoire d’hier devant le TCO Mayotte sur 88 à 55 est en pole position du groupe B. De ce fait, elle aura à jouer les quarts de finale contre l’équipe du Premium Cobra des Seychelles, de Andry Rakotoarisoa, alias Danz, quatrième du groupe A.Le GNBC pour sa part a aussi terminé le parcours des éliminatoires en tête du groupe A,devançant le BCM Mayotte au goal- average.ASCUT et GNBC ont donc su s’éviter une confrontation dès les quarts de finale.Pour le COSPN, troisième du groupe A, les choses seront plus difficiles en ayant comme adversaire l’équipe seychelloise de Beau Vallon. Mais le COSPN a quand même une sérieuse carte à jouer. Avec leur victoire d’hier sur le BCM Mayotte sur 87 à 75, les joueurs ont retrouvé un regain de confiance pour prétendre au moins disputer le carré final de cette CCCOI.Chez les dames, les équipes du Fandrefiala, du MB2ALL et même le Tamifa ont prouvé qu’elles ont le niveau pour briguer les trois premières places de la compétition.Ce jour a 14h, on aura une rencontre intéressante qui opposera l’équipe de Fandrefiala a celle de Tamifa. Cette dernière qui a été surclassée hier par le MB2ALL sur 67 a 62 veut chercher une belle victoire à défaut de vraie défaite.

D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnats d’Afrique U14 – Toky Ranaivo sur une belle lancée

Dans une sphère positive. Toky Ranaivo, pensionnaire au centre d’entrainement de la fédération internationale de tennis de Casablanca a le vent en poupe en Égypte où se jouent actuellement les championnats d’Afrique U14 sur terre battue.En simple, après avoir battu l’Egyptien Michael Sobby au premier tour, il s’est permis une autre victoire hier devant le Tunisien Rayan Zribi Mohamed en hutièmes de finale sur le score de 6/2, 7/6. Ce jour, il affronte le Marocain Medhi Benchakroun, tête de série numéro deux du tournoi en quarts de finale.Durant les championnats d’Afrique qui se sont joués sur dur à Pretoria au mois de mars, Toky Ranaivo avait aussi atteint la phase des quarts de finale et s’est incliné devant le Sud- africain Connor Kruger. Cette fois-ci, il pense faire mieux et est disposé a tout donner pour prendre le dessus sur Medhi Benchakroun, vainqueur du Tunisien Oueslati Mohamed Amine (4/6, 6/1 6/0).Jusqu’ici, les précédentes confrontations entre Toky Ranaivo et Medhi Bencha­kroun font état de trois victoires partout en six ren­contres. Le dernier match a tourné a l’avantage du Marocain en quarts de finale du tournoi ITF/CAT grade 1 qui s’est joué à Pretoria une semaine avant les cham­pionnats d’Afrique sur dur. Toky avait le match en main en menant sur 5/3 au dernier set mais s’est incliné 7/5. Toky aura donc une revanche à prendre.En double, Toky Ranaivo et Lanja Rakotozandriny poursuivent également la course vers le titre africain. Les deux compères se sont imposés en quarts de finale devant les Sud- africains Connor Kruger et Andreas Scott en deux sets (6/4, 6/3). Ils auront comme adversaires les Marocains El Amine Hamza et Medhi Benchakroun.Pour Narindra Ranaivo, l’aventure s’est arrêtée en quarts de finale en simple suite à une défaite en trois sets devant l’Egyptienne Zeina Shaban (6/2, 2/6, 3/6). Une rencontre où on a vu une belle entame de match de Narindra mais qui, par la suite a dû abdiquer face à la ténacité de son adversaire. En double, avec.Mialy Ranaivo, ce n’était pas mieux puisque là encore la défaite était au rendez-vous face à la paire sud africaine Christine Kruger et Naledi Manyube (3/6, 2/6).

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Gendarme abattu

Le gendarme hors classe Luc Didier Rasaonina a trouvé la mort lundi en début de soirée lors d’un affrontement avec une quarantaine de dahalo armés de fusils de chasse. La fusillade a éclaté à Miandrarivo Tsiroano­mandidy. Les malfaiteurs ont dérobé quarante-cinq zébus et incendié des foyers.

L'express de Madagascar0 partages

L’ICANN au ministère Télécom

Durant son séjour à Antananarivo, la semaine dernière, Yaovi Atohoun, un cadre de la société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur internet ou ICANN, a rencontré les différentes parties prenantes dans l’écosystème à Madagascar dont les registrars, les revendeurs et les opéra­teurs internet, les Univer­sitaires. Il a aussi eu une entrevue avec le ministre des Postes, des télécom­munications et du dévelop­pement numérique, Neypa­traiky Rakoto­mamonjy. Les deux personnalités ont discuté des éventuels partenariats et projets entre les deux parties.

L'express de Madagascar0 partages

Boxe – Passeport pour intégrer la sélection de l’océan Indien

Coup d’envoi ce jour des championnats de Madagascar catégories jeunes et élites. Les sommets nationaux version 2017 se dérouleront du jeudi 28 septembre au dimanche 1er octobre. La phase éliminatoire pour les jeunes se tiendra ce jeudi et se poursuivra le vendredi toute la journée au gymnase couvert de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha.Les seniors et élites n’entreront en lice que le samedi au gymnase couvert de Mahamasina. Les finales seront programmées le dimanche au gymnase de Mahamasina. Cent-cinquante-trois pugilistes sont engagés pour disputer ces cham­pionnats nationaux.Onze ligues, à savoir Diana, Analamanga, Atsina­nana, Itasy, Alaotra mangoro, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra, Vatovavy Fitovi­nany, Menabe, Sud-Ouest et Sofia seront représentées pendant les quatre jours de compétition. Ce rendez-vous national servira de sélection des boxeurs qui intégreront l’équipe malgache en vue du regroupement et entrainement avec des pugilistes des Seychelles.La délégation seychelloise effectuera une tournée en terre malgache à la mi-octobre. Dirigée par son président et son secrétaire général, la délégation seychelloise sera composée de quinze membres dont neuf combattants de catégories élites -64kg, 69kg, 75kg, 91kg et de jeunes de moins de 17 ans et moins de 15 ans. Leurs combattants seront accompagnés par leur team manager, un coach et un arbitre.Une journée de combats amicaux clôturera en beauté la tournée seychelloise le 16 octobre. Après le passage des Seychellois, les sélections mauricienne et réunionnaise viendront à leur tour disputer des combats en guise d’échange entre boxeurs de la région. À l’issue de ces échanges, une sélection de l’océan Indien sera plus tard formée pour affronter l’équi­pe de France en décembre à la Réunion. La sélection française y effectuera une tournée avant la fin de l’année.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Alaotra-Mangoro – Bientôt un Parlement des enfants 

Liberté et droits. Le mardi 26 septembre, le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme, à travers sa direction régionale chargée de l’Alaotra-Mangoro, a regroupé des responsables de différentes entités – des directions régionales, entre autres – pour concevoir la création et la mise en place d’un Parlement. Il ne s’agit pas d’une institution travaillant en parallèle avec celui de Tsimbazaza ou d’Anosikely, mais d’un Parlement régional des enfants siégeant à Ambatondrazaka.Interrogés, les mêmes responsables ont souligné qu’une grande réunion réunissant tous les enfants inscrits par les entités dont ils sont issus, aura lieu dans l’après-midi du 4 octobre. Rencontre qui se tiendra dans les locaux de la direction régionale de la Population à Antsahatanteraka. Ce regroupement prendra la forme d’un forum au cours duquel des séances d’informations sur les droits (et les devoirs) des enfants et de vote de deux représentants régionaux s’effectueront. « Les deux représentants – des députés des enfants si l’on peut le dire ainsi– iront au Forum national où avec leurs homologues des autres régions, ils consolideront les différentes opinions de tous les enfants. »Avant d’aller à l’Assemblée nationale pour présenter leurs résolutions, ils éliront leur président et leurs vice-présidents pour les représenter à la réunion de la Commission sociale des « grands députés » … de Madagascar. Les mêmes sources indiquent que les enfants eux-mêmes auront le droit d’établir toutes les règles et les modalités des élections qu’ils feront, malgré l’éventuelle présence d’adultes et de parents à leurs réunions. En outre, les Réseaux de protection des enfants apporteront leur appui à cette toute nouvelle « Assemblée constituante » qui sera sous la responsabilité du ministère de la Population. Toutefois, un « pool » composé de responsables adultes et professionnels  l’encadrera et l’accompagnera.

Hery Fils Andrianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Sport scolaire – Championnats nationaux – Geste de reconnaissance envers les partenaires

Un mois après les cham­pionnats nationaux de sport scolaire à Mahajanga, le ministère de l’Education nationale a organisé lundi à Anosy une cérémonie de reconnaissance de ses partenaires. Représenté par son secrétaire général, le ministère a remis des certificats de reconnaissance aux représentants des partenaires.Dix huit sociétés, organismes et associations ont accompagné le ministère de l’Éducation nationale en collaboration technique avec le ministère de la Jeunesse et des sports dans l’organisation et la réussite des sommets de sport scolaire dans la Cité des fleurs. Brève récapitulation des résultats, l’édi­tion 2017 a été marquée par la domination de la direction régionale de l’éducation nationale du Sud Ouest qui a fini première au classement des médailles avec sept en or.Les Tuléarois ont surtout brillé en athlétisme. La DREN d’Alaotra Mangoro a occupé la deuxième place en obtenant quatre titres, devant Melaky qui a remporté trois métaux précieux. Cette édition 2017 se distingue surtout de la tenue de la première édition de l’Urban Cross qui a servi de détection des six meilleurs garçons et filles qui repré­sen­teront la Grande île au championnat du monde de cross country scolaire à Paris en février 2018. Au terme des championnats à Mahajanga, il a été décidé que la prochaine édition se tiendra à Toliara l’année prochaine.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Faux billets

Arrestation de quatre faux monnayeurs à Fihaonana Ankazobe et Talatamaty samedi. Au total, 1,5 millions d’ariary en faux billets ont été  retrouvés en leur posses­sion. Les gendarmes de la compagnie d’Ankazobe ont agi sur la base d’infor­mations. Les malfaiteurs allaient utiliser leur monnaie de  singe  pour acheter de pierres indus­trielles et des terrains selon les informations communiquées.

L'express de Madagascar0 partages

Énergie alternative

Le diocèse d’Antananarivo organise aujourd’hui et demain un atelier sur l’énergie alternative au Bucas Antanimena. Devant la déforestation excessive, l’Église catholique veut apporter sa pierre à l’édi­fice d’une protection de l’environ­nement, en propo­sant différentes solutions en énergies alternatives et domestiques. Différents cas dans les communes d’Ampa­neva, Ambohi­miadana, Ambohimanga Rova, feront l’objet de présentation.

L'express de Madagascar0 partages

Fusil retrouvé

Repoussés, des bandits ont fait tomber un fusil de chasse de marque Baikal à Sakalalina Ihosy dans la nuit de samedi à dimanche. L’arme a été remise à la gendarmerie après cette attaque avortée.

L'express de Madagascar0 partages

Cyclisme – Analamanga – Ravoatabia confirme son retour

Le multiple champion de Madagascar, Jean de Dieu Rakotondrasoa, alias « Ravoatabia » vient de confirmer son retour. Après avoir remporté la course sur la RN1 il y a deux semaines, le double champion du Tour cycliste international de Madagascar a gagné la course organisée par la ligue d’Anala­manga sur la RN4.Le coureur de FCSA a parcouru les 100km en 2h45’05’’. Deux cyclistes du club Mbike complètent le podium, Andriamirado Rakotondravao en deuxième position (2h46’01’’) suivi de Fredy Ramanampisoa (2h46’25 »). En VTT, Toloja­nahary a franchi en premier la ligne d’arrivée. Il a bouclé les 70km en 2h10’15 ». La prochaine course se tiendra le 8 octobre sur la RN7, dans le cadre toujours de la préparation au Trophée des as et le Grand Prix de l’amitié. Ces courses organisées par la fédération seront sélectives pour le tour cycliste international de Madagascar en décembre.

S.R.

Midi Madagasikara0 partages

Tsiaroanomandidy : Nandefasana hélicoptère indray

Nisy zandary lavon’ny dahalo ny talata lasa teo nandritra ny fanarahan-dia. Tao amin’ny fokontany Miandrarivo, ao Tsiroanomandidy, no nitrangan’izany ny alin’ny talata hifoha alarobia. Be noho ny vitsy ilay mpitandro ny filaminana izay niezaka niaro ny ainy sy ny ain’ireo fokonolona, kanefa lavon’ny olon-dratsy. Omaly dia nandefasana angidim-by tany an-toerana niampy komandô maromaro hihaza ireo olon-dratsy. Mampiteny ny moana ny asan-dahalo ao amin’ny faritr’i Bongolava ary saika isan’andro no hisian’izany. Tsy voalohany ihany koa no nisy mpitandro ny filaminana lavo amperinasa nandritra ny fanarahan-dia. Vao andro vitsy lasa izay no tsy afa-nivoaka ny tranony ny Ben’ny tanàna tao amin’ny fokontany Bemahatazana satria norahonan’ny dimampolo lahy izay manapoaka basy tsy an-kijanona, avy eo amin’ny tokotaniny. Toraka izany ihany koa ny biraon’ny zandary tao amin’io tanàna io. Izany dia mba hoentin’ireo dahalo manamora ny halatra nataony. Miady aman’aina ny mponina ao ambanivohitr’io faritra io, ary isan’andro sy isan’alina mihitsy izany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Grève illimitée des magistrats et des greffiers : Echec de la négociation avec le Ministère de la Justice

Pour ce qui est du tribunal d’Anosy, la grève du SMM n’a pas été suivie à 100%.

Echec. C’est ainsi que l’on peut qualifier la rencontre tenue hier à Faravohitra entre le Ministère de la Justice et les deux syndicats en grève, à savoir le Syndicat des Magistrats de Madagascar et le Syndicat des Greffiers de Madagascar. Comme prévu, les magistrats et les greffiers ont tenu une grève illimitée depuis hier. Le mouvement n’a pas été suivi à 100% à Antananarivo, car des audiences ont eu lieu au tribunal d’Anosy. Pour ne citer que le procès de l’affaire du kidnapping des jeunes Arnaud et Annie à Toamasina où 15 prévenus sur 35 ont été condamnés hier à une peine de travaux forcés à perpétuité. Lors d’une interview, la Procureure de la République, Razafimelisoa Balsama Odette a expliqué que « la grève n’a pas été suivie, car les magistrats ont travaillé ». Selon ses dires, « au niveau du parquet, seule la présidente du SMM était en grève ». Une information aussitôt démentie par Fanirisoa Ernaivo qui a déclaré que seules les audiences au niveau de la Cour criminelle ordinaire ont eu lieu. A noter qu’à cause de la grève, le troisième jour du procès du kidnapping d’Arnaud et Annie a connu un long moment de troubles et a dû être déplacé à la salle numéro 3. Alors que les prévenus, leurs avocats et leurs proches attendaient le début de l’audience, les magistrats et greffiers grévistes ont fait irruption et ont réclamé l’évacuation de la salle numéro 4 où ils ont tenu leur réunion. Cette initiative a provoqué la colère des proches et des avocats des prévenus. Le ton est même monté d’un cran pendant un moment. Il convient de noter cependant que la grève du SMM et du SGM a été suivie à 100% dans les provinces, notamment, à Toliara, à Mahajanga, à Manakara et à Toamasina.

Impunité. En tout cas, la négociation avec le Ministère de la Justice n’a pas donné le résultat escompté. Vers 11h30, les représentants des deux syndicats ont été reçus successivement à Faravohitra par le staff du Ministère. Même si le Secrétaire général du Ministère de la Justice, Razafinjatovo Honoré Parfait a annoncé la mise en place prochaine d’une commission mixte et l’établissement d’un calendrier en vue de satisfaire leurs revendications, le Syndicat des Magistrats de Madagascar et le Syndicat des Greffiers de Madagascar ont affiché leur insatisfaction. « Nous exigeons la concrétisation de ces promesses », a lancé le président du SGM, Haja Randriambololona. Après la rencontre à Faravohitra, les deux syndicats ont annoncé la poursuite de la grève jusqu’à ce que leurs revendications soient satisfaites intégralement. La décision de la grève illimitée ayant été prise au cours d’une assemblée générale, sa suspension ou son arrêt sera également pris en assemblée générale, a-t-on martelé. Le Syndicat des Magistrats dirigé par Fanirisoa Ernaivo continue de réclamer le respect de l’Etat de droit et l’indépendance de la Justice, la non-ingérence des autorités étatiques dans les affaires judiciaires, l’exécution des décisions de Justice, ainsi que l’amélioration des textes régissant la gestion de carrière. « Non à l’impunité ; nous réclamons l’Etat de droit ». Ce sont entre autres, les messages inscrits sur les banderoles. Sauf changement de dernière minute, le Premier ministre Olivier Mahafaly Solonandrasana se rendra à la Cour suprême Anosy ce jour pour assister à une cérémonie de remise de matériels informatiques. Une occasion de recueillir sa réaction par rapport notamment à la commission mixte mise en place pour résoudre les revendications du SMM.

Davis R