Les actualités à Madagascar du Vendredi 28 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara153 partages

« Tous ensemble pour Madagascar » : Rasamimanana Hilarion élu président

Les nouveaux dirigeants « Tous Ensemble pour Madagascar » (TEM). (Photo fournie)

L’association « Tous Ensemble pour Madagascar » (TEM) a tenu une Assemblée Générale extraordinaire le 18 juillet dernier au 177 rue de Charonne 75011 Paris. Parmi les décisions prises, lors de cette AG, citons entre autres, l’abrogation des anciens statuts de TEM, l’abrogation de tous les anciens mandats des responsables ou correspondants de TEM. On a procédé également à l’élection des membres du Conseil d’administration, organe suprême qui dirige l’association. D’après le communiqué, cette refondation vise notamment à atteindre l’émergence de Madagascar avec le président Andry Rajoelina. Ainsi, suite aux nouveaux statuts de TEM, Rasamimanana Hilarion a été élu président du Conseil d’administration avec comme vice-présidents, Ramambazafy Andrianasolo et Lantoniaina Ghislain Olivier. Quant à Ranaivombololona Diba Richard, il a été élu président de la Haute Autorité de Bienveillance. Dans la foulée de cette élection, Rabodomalala Yasmine a obtenu le poste de déléguée générale du bureau exécutif.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara36 partages

Ladoany Toamasina : “Télé écran plat” maro nanaovana fanambarana hosoka

Efa misy ireo olona atao fanadihadiana, ireo olona miasa amin’ilay sampan-draharahan’ny ladoany, misy raharaha hosoka, fialana fandoavana haban-tseranana any Toamasina.

Vao omaly ny omaly ity raharaha ity : misy karana iray mpanafatra entana, efa manafatra entana foana izy io fa manambaka ny Malagasy, volam-panjakana betsaka no very an-jatony tapitrisa maromaro, efa fanaony io fa izao  izy vao tratra, noho ny ezaka ataon’ny sampan-drarahan’ny ladoany amin’ny alàlan’ny fanaovana “contre visite”.

An-tapitrisany. Araka ny vaovao voaray teo am-pelatanan’izy ireo, dia “tele ecran plat” tao anaty “container” no tsy nanaovana fanambarana. Mati- antoka be ny fanjakana sy ny fadin-tseranana, satria dia aman-jatony ny tele tsy nanaovana fanambarana. An-tapitrisany maro ny haba tokony haloany amin’ny ladoany.

Contre-visite. Ny entana no tratra fa ny tompon’antoka dia ny famotorana no hahafantarana azy. Tamin’ny “contre visite” natao afakomaly tao amin’ny Port-I Toamasina no nahatrarana ity fanambarana hosoka ity. Mety fomba fanao mahazatra, na ny mpandraharaha na ny mpiasa sasantsasany; izay zatra manao kolikoly. Matahotra handoa “frais de magasinage” be loatra indraindary ny mpanafatra entana dia voatery manao “izay hifanarahana”.

Famotorana. Eo anivon’ny ladoany, dia misy ihany ireo te-hanao lalan-dririnina ireo mieritreritra, fa ho tompon’ny ladoany sy ho tompon’ny fandraharahana ohatr’io zavatra tratra io. Ny famotorana moa dia mandeha amin’izao fotoana amin’ireo mpamoaka sy mpanafatra entana, efa mandeha amin’ny ambaratongany, efa mihoatra ny 4 no natao famotorana any Toamasina. Famotorana izay ataon’ny brigady misahana ny heloka amin’ny ladoany.

Isa ahena. Ilay izy izany, tele ihany no anaovany fanambarana fa ny any amin’ny isany no ahenany, raha 600 isa ohatra no ao anaty container dia lazainy hoe 100 na 200 dia ny 500 izany, na ny 200 miditra fotsiny. Dia ireo entana tsy nanaovana fanambarana no ifanarahana amin’ireo tomponandraikitra dia samy mahazo ny anjarany avy eo, na ny tompon’andraikitra, na ny mpamoaka entana, na ny mpanafatra indrindra indrindra, fa ny fanjakana izany 0 ny azy.

Tambazotra. Efa tena “réseau” na tambazotra mihitsy ity tratra ity, izay lalana heverin’izy ireo hampanankarena azy, nefa tokony ho volam-panjakana ilay izy. Izay tsy manao kolikoly indray no ilan’ny sasany vaniny, fa ny mpanao dia mandeha ho azy. Mikasika ity vaovao any Toamasina ity, container 40 pieds, tele no ao anatin’ilay izy dia fanambarana isa sandoka sy lazaina, fa tele taloha ilay somary mivohitra ireny ny vodiny, ka ireny dia vitsy no tafiditra fa raha ilay ecran plat fisaka dia marobe no tafiditra.

T.M

Midi Madagasikara12 partages

Union des Français de l’étranger de Madagascar : Don d’une valeur de 200 millions d’Ariary pour les...

L’UFE Madagascar et FDM Madagascar, deux grandes associations reconnues d’utilité publique en France et représentant les Français à l’étranger, ont lancé une opération de collecte auprès de la communauté française de Madagascar. Le but ? Aider les services d’urgence et de réanimation des hôpitaux de province et l’hôpital des enfants de Tsaralalàna. Aussi, plus de 200 millions d’Ariary en fonds et en nature ont pu être rassemblés depuis le début du confinement au mois de mars de cette année. Ce qui a permis d’acheter divers matériels utiles, autant pour la lutte contre le coronavirus que les pathologies courantes en période normale. Des concentrateurs d’oxygène, des moniteurs multi paramètres, des appareils d’électrocardiogramme, des oxymètres, des nébuliseurs et bien d’autres encore ont été remis officiellement le 27 août 2020 dans les locaux de l’hôpital des enfants de Madagascar en présence des représentants du Ministère de la Santé publique et de l’Ambassadeur de France.

Selon le Président de l’UFE Madagascar, Philippe Castellan, cette initiative marque un peu plus l’amitié historique des deux peuples en précisant que depuis toujours « beaucoup de leurs compatriotes, entreprises et particuliers ont aidé le peuple malagasy de multiples façons, mais individuellement ».

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara9 partages

Toavina Raphaël Ramanantsoa : « Réussir pour être à même d’aider les autres »

« Nous avons tort de penser que la réussite sociale relève d’un statut politique ».

Dans un pays où les aides sociales se font de plus en plus nombreuses, nous avons voulu faire connaissance avec les personnes derrière ces associations qui ont à cœur de venir en aide aux plus vulnérables. C’est ainsi que nous avons eu l’occasion de nous entretenir avec Toavina Raphaël Ramanantsoa ; banquier, président de l’ONG Soatoavina et membre d’autres organisations humanitaires.

Toavina Raphaël Ramanantsoa vient d’une famille bien connue dans la haute sphère de la société malagasy. Son grand-père, Raphaël Ramanantsoa était un administrateur civil, et ancien secrétaire général du gouvernement à l’époque du président Tsiranana. Son père, Benjamina Ramarcel Ramanantsoa quant à lui, est professeur à l’Université, un ancien député et ministre. Deux figures familiales que respecte profondément Toavina, qui nous a raconté que ses parents avaient déjà pris cette habitude de venir en aide aux plus vulnérables, tradition qu’il souhaite dorénavant perpétuer en ayant pris la tête de l’ONG Soatoavina. « Je suis conscient de la chance que j’ai d’avoir grandi dans un milieu privilégié. Toutefois, j’aimerais revenir sur le fait que nous venons des zones qu’on appelle aujourd’hui bas-quartiers. A force de persévérer dans les études, ma famille est parvenue à s’en sortir. Néanmoins, je sais combien il est difficile de nos jours de sortir la tête de l’eau quand on ne vient pas d’un milieu aisé. C’est pourquoi actuellement, je consacre beaucoup de mon temps à vouloir aider les personnes vulnérables en essayant d’offrir les mêmes chances à tous », nous a-t-il expliqué au sujet de son engagement. D’ailleurs, il a fait savoir qu’outre les aides humanitaires de l’ONG Soatoavina, un volet insertion sociale et professionnelle est actuellement en cours de préparation.

Les études avant tout. Bachelier en 2002, sortant de l’INSCAE, Toavina Raphaël Ramanantsoa a par la suite poursuivi ses études à l’Université du Québec à Trois-Rivières où il compte décrocher très prochainement un MBA en concentration gestion de projet. Mais bien avant cela, il a également reçu dès son jeune âge, en 1997, le premier prix « Fanilo Miampita », un concours organisé par l’ancien président Didier Ratsiraka pour les jeunes malagasy. Pour ce dernier, les études sont très importantes : « les études et le comportement priment sur la couleur de la peau, l’origine ethnique et autres considérations à caractère racial. D’ailleurs, au sein de ma famille, c’est notre crédo », a-t-il souligné en parlant de la nécessité de s’acharner sur les études. Le jeune Ramanantsoa trouve dommage la société malagasy actuelle où les opportunités ne s’adressent qu’à une couche sociale privilégiée. Aussi, il ambitionne d’instaurer un égrégore pour une justice sociale au pays. « Si chaque personne qui a plus ou moins réussi, aidait son entourage, je pense qu’il y a de grandes chances que la qualité de vie des malagasy s’améliore », a-t-il souhaité en encourageant ceux qui peuvent venir en aide aux personnes vulnérables. Ainsi, pour lui, il était plus que nécessaire de revenir au pays afin de contribuer au développement local. « Suivre des études à l’étranger n’est pour moi qu’un moyen d’acquérir des compétences. Les étudiants peuvent décider de rester là-bas mais dans mon esprit, le choix a toujours été clair : revenir au pays une fois l’expertise recherchée acquise ».

A l’âge de 36 ans, Toavina Raphaël Ramanantsoa a la tête bien sur ses épaules. Banquier à temps plein, président d’une organisation non gouvernementale, marié, père de deux enfants, rotarien, étudiant, fortement attaché à sa famille et à son pays ; rien ne semble le troubler pour avancer dans la vie.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

Facebook à Madagascar : Forte progression durant le confinement, 2,8 millions d’utilisateurs en août 2020

Rija Randriamalalaniaina fondateur de malagasy.tech et expert en marketing digital.

L’accès à Internet évolue très vite à Madagascar, notamment durant la période de confinement. Facebook est l’une des plateformes en ligne les plus utilisées, pour des motifs très diversifiés.

Un taux de pénétration nationale de Facebook de 10,7% de la population. C’est l’indicateur publié par malagasy.tech, qui suit de près l’évolution du développement numérique à Madagascar. En avril dernier, le taux était encore à 9,14%, avec une audience de 2,4 millions de personnes. « Vue cette évolution, et comme nous l’avons toujours soutenu, Madagascar pourrait faire du numérique, un vrai vecteur de croissance », a affirmé l’expert qui a développé malagasy.tech, Rija Randriamalalaniaina, chef de Projet Trafic dans une agence digitale en France, et non moins enseignant en marketing Digital à l’Université de Franche-Comté. Selon les statistiques officielles de Facebook qu’il a avancées, l’audience de ce réseau social à Madagascar est de 2,8 millions de personnes le 20 août 2020, dont 1,5 millions d’hommes et 1,2 millions de femmes. Ces chiffres traduisent une forte progression de +16,6% par rapport à l’avant-confinement, en mars. Cependant, cette progression est plus faible dans la région Analamanga, qui n’affiche qu’une croissance de +5,9%.

Activités commerciales. Tout comme sur les bords de route et sur les trottoirs de la Capitale, Facebook est devenu une plateforme où s’opèrent d’importants flux commerciaux, qui échappent à l’Administration fiscale malagasy. Durant le confinement, une boutique de vêtements et chaussures à Analakely, nous a indiqué qu’elle arrive à faire jusqu’à 15 livraisons par jour, en optant pour la vente en ligne, via Facebook. Certes, la période de confinement a contribué à l’augmentation de l’audience de Facebook à Madagascar. Si le taux de pénétration nationale est de 10,7% de l’ensemble de la population, ce taux grimpe à 17,76%, si l’on ne considère que les individus de plus de 14 ans.  Dans la région Analamanga, le taux de pénétration de Facebook est de 45% pour l’ensemble de la population, et de 68,27% pour les individus de plus de 14 ans.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Reprise du tourisme : Ravinala Airports prêt pour la réouverture des frontières

Des équipements médicaux d’une valeur de 90.000 euros offerts par Ravinala Airports.

Le tourisme figure parmi les secteurs les plus touchés par la crise sanitaire. Du coup, l’annonce de la réouverture des frontières, notamment au niveau de l’aéroport international de Nosy- Be, réjouit les opérateurs du tourisme. Cette réouverture annoncée par le Président de la République se fera, rappelons-le, à partir du 1er octobre.

Une reprise qui se fera dans les conditions techniques et sanitaires requises puisque Ravinala Airports, le gestionnaire des aéroports internationaux d’Antananarivo et de Nosy- Be, ont pris toutes les dispositions nécessaires pour cela. « Nous sommes prêts pour la réouverture des frontières » a déclaré hier, Patrick Collard, le Directeur Général de Ravinala Airports, en marge d’une cérémonie de remise de don au ministère de la Santé Publique.

Protocole sanitaire. En effet, outre la mise en place des procédures de respect des gestes barrières, notamment le port de masques, la distanciation de 1,5m ; Ravinala Airports s’est aussi doté d’autres équipements, comme une machine pour un dépistage virologique capable de donner des résultats en 20 minutes à Antananarivo . Des caméras thermiques et des parois en plexiglas sont également en cours d’installation aux différents comptoirs où il existe une interaction agents/passagers dans le nouveau terminal. A l’aéroport de Nosy- Be, Ravinala Airports travaille en étroite collaboration avec le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie et les entités touristiques et aéroportuaires pour la mise en place d’un protocole sanitaire tel que l’installation d’une caméra thermique et d’auvents pour accueillir les passagers qui se feront dépister. « Ces dispositions permettront de garantir une ouverture des vols internationaux au 1er Octobre dans le respect des mesures sanitaires » selon le DG de Ravinala Airports. En somme, la reprise du tourisme prévue en octobre se fera dans la règle de l’art. Mieux , la mise en place de ces procédures sanitaires fera office de publicité pour la destination Madagascar qui, avec le nouveau terminal international d’Ivato est équipé d’infrastructures modernes dignes des grands aéroports internationaux.

Socialement responsable. En attendant, Ravinala Airports affiche sa détermination à être une entreprise socialement responsable. En effet, dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19, Ravinala Airports a fait don d’un important lot d’équipements médicaux au ministère de la Santé Publique. Ce don d’une valeur de 9O.000 euros ; soit près de 340 millions ariary , est composé notamment de 38 concentrateurs d’oxygène et de 9 respirateurs, ainsi que leurs consommables. Plusieurs entités pourront bénéficier de ces équipements. , Ainsi, l’hôpital de Nosy – Be, dans un esprit de renforcement de ses capacités en vue de la réouverture des vols internationaux, sera doté de 2 respirateurs et de 17 concentrateurs. La Commune Urbaine d’Antananarivo recevra 4 concentrateurs. D’autres centres hospitaliers à Madagascar bénéficieront de 7 respirateurs et 17 concentrateurs. Faut-il en effet préciser que cette action réalisée en partenariat avec l’association Souffle, Santé et Développement, s’inscrit dans l’engagement citoyen et responsable de Ravinala Airports auprès des municipalités où sont implantés les aéroports dont elle a la gestion notamment à Antananarivo et Nosy Be… En plus, les dons ont été réceptionnés hier à l’aéroport international d’Ivato, en présence des Secrétaires généraux du ministère de la Santé Publique et du ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie.

R.Edmond.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Reprise des vols locaux

Le président de la République, dans l'émission spéciale pour le coronavirus, ce dimanche dernier a annoncé la réouverture des vols locaux. Depuis, nombreux sont ceux qui s'y préparent déjà.
Le directeur général de la compagnie aérienne Tsaradia, Andriamamonjy Rafanomezantsoa confirme cette précipitation des gens en affirmant que la compagnie, en seulement trois jours a plus de 300 réservations. Pour le moment, seulement le transport aérien local est envisagé à reprendre. Pour les vols internationaux, seulement les rapatriements et les vols spéciaux sont autorisés jusque là.
Madaplus.info0 partages

Les traditions malgaches remises au goût du jour

Madagascar dispose d’une riche histoire et de belles traditions. Mais pour perdurer, celles-ci ont dû s’adapter à notre monde moderne. Voici un petit tour d’horizon de ce qui a changé pour certaines de nos traditions, en particulier le Moraingy, le Fanorona et le Hira Gasy, mais aussi l'artisanat traditionnel de l'île.


est une de nos traditions les plus suivies. On le compare souvent à la capoeira, car c’est un sport de combat qui peut se jouer en musique. Mais à l’inverse de la capoeira, il faut porter de réels coups de pied, de poing ou de tête, afin de mettre K.O. son adversaire. Le Moraingy peut se jouer en tenue traditionnelle, qui est composée d'une chemise large et d'un pantalon blanc.
À son origine, le Moraingy est un jeu réservé aux guerriers de la royauté. Depuis ses débuts au XVe siècle, le jeu s’est progressivement ouvert à toutes les catégories de population. Mais il est longtemps resté une affaire d’hommes, les femmes étant cantonnées au rang de spectateurs. Ces dernières années, ce jeu strictement masculin s’est aussi ouvert aux femmes de Madagascar.

Nous connaissons tous le Fanorona, ce jeu de société local qui ressemble aux dames. Les règles du Fanorona ont longuement été transmises par tradition orale, avant d’être inscrites dans des ouvrages. L’arrivée d’Internet a également permis de démocratiser le Fanorona. Il existe maintenant de nombreuses applications mobiles qui permettent de jouer au Fanorona depuis n’importe quel endroit. Et le jeu a connu un regain d’intérêt lorsqu’il a été intégré au jeu vidéo Assassin’s Creed III, où le personnage qu’on incarne dispute une partie contre un autre personnage.
Ce n’est qu’un exemple de la numérisation progressive des jeux de plateau dans le monde : l'Awalé a été parmi les premiers jeux africains à toucher un public plus large, grâce à son intégration sur les premiers téléphones Nokia. Côté jeux de table, des spécialités ancestrales comme la belote française ou le blackjack ont également dépassé les frontières. Et c'est avec une grande variété : on peut
en version Spanish 21 ou Switch, alors que le jeu date du XVIIIe siècle.

Le Hira Gasy a souvent été surnommé « l’opéra de Madagascar ». Coloré et vivant, ce spectacle permet aux Malgaches de proposer des performances de chant et danses traditionnels. Il apparaît dans de nombreuses cérémonies et célébrations,
. Apparu à la fin du XVIIIe siècle, le Hira Gasy est pensé comme un divertissement, mais aussi une leçon : chaque spectacle a en principe une morale.
Le Hira Gasy a progressivement intégré de nouveaux instruments. Au départ, seules les percussions (tambours langoraony et amponga be) existaient pour accompagner le spectacle. Puis les lokangas, des violons malgaches qui se jouent avec des calebasses, sont arrivés. Aujourd’hui, le Hira Gasy intègre cependant une grande variété d’instruments, comme des violons « classiques », des trompettes et des clarinettes.

L’artisanat traditionnel fait partie de la culture malgache, il est même historiquement au cœur des activités de l’île. À l’origine, l’artisanat avait surtout une vocation utilitaire : il était destiné aux tâches domestiques ou encore à l’agriculture. Mais l’ouverture progressive de Madagascar au tourisme a permis d’agrandir ce public.
Les objets artisanaux ont maintenant vocation à être des pièces d’art autant que des outils. Fierté des Malgaches, ils permettent d’exporter la culture traditionnelle lorsque les touristes les achètent en tant que souvenirs. Les matériaux ont également évolué. Le plastique peut souvent remplacer le bois, même si ce dernier, lorsqu’il est travaillé, permet de créer des objets emblématiques comme les masques. Les bois nobles typiques de Madagascar, comme l'ébène, restent cependant bien représentés.
Pour une île avec une culture aussi riche, il est crucial de préserver des traditions, tout en les adaptant afin d’assurer que les nouvelles générations continuent de les pratiquer. C’est pourquoi ces ajustements sont nécessaires : ils permettent à Madagascar de conserver son identité forte. Tout l'enjeu est donc de trouver l'équilibre entre des fondations stables, qui devraient perdurer encore dans les siècles à venir, et une nécessaire ouverture à la nouveauté. Madagascar continuera alors d'être visitée... pour le plus grand plaisir des voyageurs.
Tia Tanindranaza0 partages

Holafitry ny mpanao gazetyNanolotra arotava ho an’ny polisy

Sehatra roa samihafa saingy mifandray ny fitandroana ny filaminana sy ny asa fanaovan-gazety .

Ny andaniny manome ny vaovao ny mpanao gazety amin'izay tokony tsara ho fantatry ny olom-pirenena, ny ankilany mitatitra izany ho an’ny olom-pirenena amin'ny alalan'ireo karazana fitaovan-tserasera maro samihafa. Mifampiankina tanteraka araka izany ireo sehatra roa ireo ka ilaina ny fifankazahoana sy ny fahaizana miara-miasa mba tsy ho tompon-trano mihono ny vahoaka malagasy. Isan'ny fanamafisana ny fiaraha-miasa izay indrindra ny fitsidihana nataon'ny talen'ny holafitry ny mpanao gazety sy ireo mpikambana ao aminy tany amin'ny talem-paritry ny filaminam-bahoaka any Antsinanana no sady nanolorany arotava ho an'ireo polisy miasa any an-toerana.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Coronavirus 6 no maty tao anatin’ny 48 ora

Niampy 3 indray ireo lavon’ny covid-19, ka ny 01 teto Analamanga, 01 Vakinankaratra, ary 01 tany Diana, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta omaly.

 

 

 06 izany ireo lavo tao anatin’ny 48ora, ary 184 hatramin’ny nahatafidiran’ny valanaretina teto. 38 kosa ny tranga vaovao azo tamin’ny fitiliana 210 izay manome taham-pahavoazana 18,09%. Nihena ny antsasa-manila eon y tranga vaovao sy ny fitiliana mitaha amin’ny afak’omaly, fa mitovitovy kosa ny taham-pahavoazana. 26 tamin’ireo tranga 38 teto Antananarivo, ka ny 26 no teto Analamanga ; 01 Toamasina, 03 Fiaranantsoa, 02 Mahajanga izay tao Antsohihy Faritra Sofia avokoa. Niakatra ho 14592 ny tranga hatrizay.

 

722 SISA NO TSABOINA

104 ny sitrana vaovao, ka 44 teto Antananarivo (18 Analamanga, 12 Vakinankaratra, 04 Bongolava); 11 Toamasina (06 Ambatondrazaka, 05 Amparafaravola); 20 Fianarantsoa (17 Matsiandra Ambony, 03 Amoron’I Mania); 14 Mahajanga (08 Mahajanga I, 04 Antsohihy, 02 Mandritsara); 12 Antsiranana (07 Antsiranana I, 01 Antsiranana II, 04 Ambilobe); 13 Toliara (02 Atsimo Andrefana, 09 Menabe, 02 Anosy). 13686 ny sitrana hatramin’izay manome taha 93,79%. Miisa 722 na ny 4,94% sisa mbola manaraka fitsaboana. 68 ny "formes graves" izany hoe niampy iray. Ny 48 eto Analamanga, 02 Vakinankaratra (Antsirabe), 11 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa); 01 Atsinanana (Morafeno Toamasina), 04 Atsimo Andrefana, 01 Alaotra Mangoro, 02 SAVA; ary 01 Diana.

 

 Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Garduc Madagascar“Lafo loatra ny rano fisotro madio ao Betafo”

Tsy mitsahatra ny miakatra andro aman’alina ny saran’ny rano fisotro madio ao amin’ny Kaominina Ambonivohitra Betafo Antsirabe amin’izao fotoana izao ka mikaikaika noho izany ny mpanjifa any an-toerana ary velon-taraina amin’ny tompon’andraikitry ny Garduc Madagascar

“Vondrona Miaro ny Zo sy ny Tombontsoan’ny Mpanjifa” any amin’ny Faritra Vakinankaratra tarihin’Atoa Ratiariniaina Jean Theobert “Ra-Théo Fibemih”. Marihana fa orinasa iray tsy miankina no mitantana ny fizaran-drano ao Betafo ankehitriny ka raha 3 000 ariary isan-tokantrano isam-bolana no fandoan’ny olona tamin’ny fitantanan’ny Kaominina izany teo aloha dia lasa niakatra be tonga 400 % hatran’ny amin’ny 800 % izany ankehitriny. Lasa tompony mangatak’atiny sy mangetaheta am-pototry nyrano ny mponin’i Betafo. Efa nisy ihany ny hetsika natao tany aloha nanoherana izany tsy ara-drariny izany fa tena fambotriam-bahoaka tanteraka no azo ilazana azy. Mitombo ny vola mivoaka isan-tokantrano nefa ny vola miditra midina vokatr’ity fihibohana noho ny fahamehana ara-pahasalamana ity. Mbola manao antso avo sy fanairana ary fitarainana amin’ny tompon’andraikitra isan’ambaratongany hatrany amin’ny Filoham-pirenena ny Garduc Madagascar Faritra Vakinankaratra hijery akaiky faran’izay haingana ny zava-misy ara-pamatsian-drano any Betafo Antsirabe amin’izao ady amin’ny covid 19 izao.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Malagasy avy any EôrôpaNisy 274 tafaverina an-tanindrazana omaly

Nigadona omaly teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato ireo teratany Malagasy miisa 274, tavela tany Eôrôpa talohan’ny nikatonan’ny sisintanin’i Madagasikara noho ny valanaretina coronavirus.

 

 

 Ny fiaramanidin’ny kaompania nasionaly Air Madagascar no nitondra azy ireo an-tanindrazana. Araka ny fepetra napetraky ny fanjakana ny 10 aogositra teo, dia tsy maintsy manao fitiliana PCR avokoa ny mpandeha rehetra teo ampahatongavana teny Ivato. Ahiboka avy hatrany amin’ny toerana efa voatokana handraisana azy izy ireo aorian’izay, miandry ny valin’ny fitiliana Covid-19.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

MarolamboTonga handevina vao hita fa vaky ny fasana

Nitrangana vaky fasana tao Marolambo. Tsy fantatra ny fotoana namakian’ny olon-dratsy ilay fasana fa raha tonga handevina ny fianakaviana

tompom-pasana ny alarobia teo vao hita fa vaky ny fasana. Ankona izay nahita, ny fahoriana tamin’ny nahafantesan’ny havana atrehina nefa ny fasana nisy namaky ihany koa. Nanokatra fanadihadiana ny zandary, hikarohana ireo olon-dratsy.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

TsiroanomandidyNaolana ilay tovovavy, nodorana ny tranony avy eo

Zazavavy kely mpianatry ny ny CEG ao Antaniditra, kaominina ambanivohitr’Ambatolampy , Distrikan’i Tsiroanomandidy no naolan'ny tovolahy iray izay zanaky ny andrimasom-pokonolona ao amin'io tanana io ihany raha ny fantatra.

 

Vao 14 taona ity zaza ity ary bevohoka mihitsy. Rehefa noterena moa ity farany dia niteny ihany ka izay vao fantatra io zazalahy io sy ny Ray aman-dReniny. Nangataka fampihavanana ireto farany taorian’izany ka nanaiky ilay ray aman-drenin'ilay tovovavy. Nampiseho toetra ratsy anefa ilay tovolahy taorian’izany ka tsy navelan’ireo Ray aman-dReniny niaraka tamin’ity zazalahy ity intsony ny zanany. Namoaka vava mahery anefa itsy voalohany toy ny hoe " ho hitanareo eo ny hanaovako anareo".. . May tokoa ny tranon’ilay zazavavy kely roa andro taorian’izay ka ilay tovolahy no nahiana ho nanao izany. Nahare ity tovolahy ity nihaodiaody nanodidina ny tranon’izy ireo mantsy ny Ray aman-dRenin’ilay tovovavy talohan’ny nitrangan’ny loza. Nametraka fitoriana ireo niaram-boina vokatr’izany. Tsy nijanona teo anefa ny raharaha hoy ny vaovao fa mbola namoaka vava indray ny rain' ilay tovolahy fa tsy matahotra na inona na inona izy ireo fa manana olobe mpiaro azy.Niakatra fitsarana omaly ity raharaha ity. Na izany aza anefa dia mahay mafy ny amin’ny mety ho tohiny ny Ray aman-dRenin’ilay zazavavy izay mahatsapa tena ho toy ny atody miady amam-bato ihany.

 

Nangonin’i Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

SoavimasoandroNovonoiny ny rafozany dia nalainy ny vola

Mpanampy an-trano tamina tokantrano iray teny Soavimasoandro ity tovolahy ity izay vao 20 taona monja. Rehefa nandeha ny fotoana dia lasa olon-tian’ity farany ny zanak’ilay mpampiasa azy ka lasa tompon-trano izy.

 

 

Fantatr'ity lehilahy ity avokoa ny fiainana tao an-tokantrano noho izany ary tsikariny fa misy vola 15 tapitrisa Ar ao amin'ny efitranon'ny rafozany. Nitsiry tao an-tsainy ny hevi-dratsy noho izany ka rehefa lasa nandeha nivarotra ilay vadiny sy ny rafozan-dahiny dia novelesiny tamin'ny baramina tao ilay rafozam-baviny. Maty teo noho eo ity farany ka nalainy tao ilay vola notsoriritiny ary lasa nandositra izy.Tsy nipetra-potsiny ny polisy misahana ny ady heloka bevava sakelika fahadimy nanoloana izany fa nitady ilay nahavanon-doza. Fantatra tamin'izany fa nitsoaka tany Antanetibe Faratsiho ity lehilahy nahavanon- doza ity . Tsy niandry ela fa tonga tany an-toerana ny polisy ka tra-tehaka ilay tovolahy izay marihina fa efa naira-nipetraka tamin’ny sipany ihany koa izay nahafantatra tsara heloka nataony. Nosamborina avy hatrany moa izy ireo.

 

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

ItaosyNoratrain’ny mpanendaka ny tarehin’ilay vehivavy

Vehivavy iray no nendahina tovolahy iray mpanendaka teny amin’ny Cité des Assureurs Itaosy,

 

omaly maraina. Raha ny filazan'ity vehivavy ity dia nosintonin’ity mpanendaka ity ny finday teny an-tanany ary mbola narahiny antsy lava lela nandratrany ny tarehiny izany, taorian’izany. Tsy lasa lavitra anefa ilay mpanendaka fa vetivety ihany dia tratra saingy mbola nandà mafy ihany. Nisy olona roa nijoro vavolombelona nilaza fa nahita tsara ny zava-niseho anefa nandritra izany ka nentina teny amin’ny paositry ny polisy avy hatrany ilay tovolahy ary efa any am-pelatanan'ny mpitandron'ny filaminana. Tsiahivina moa fa lasa faritra mena amin’ny asa fanendahana ihany koa Itaosy tato ho ato. Amin’ny 05 ora hariva dia efa misy mpanendaka ka maro ireo efa lasibatra.

 

 

 

Sary nindramina

 

Tia Tanindranaza0 partages

ToekarenaTokony hirosoana ny drafim-panarenana

Soson-kevitra nomen` ny teo anivon` ny Antenimieram-pirenena ny tokony hirosoana sahady amin` ny drafim-panarenana ny toekarena izay efa nantsangana.

 

Efa afaka mampihatra avy hatrany izany ny fitondram-panjakana, hoy ity andrimpanjakana ity tamin` ny alalan` ny filohany, Chrisitne Razanamahasoa. “Ho amin` ny fanarenana ny toekarena dia heverina fa fotoana fa hampiarana ny drafitra efa voavola izao. Mba hirosoana amin` izay amin` ny fianteherana sy fitrandrahana ny haren` ny firenena . Tokony hampiana koa ireo tantsaha mpamokatra sy mpiompy fa tsy maintsy hitodika amin` izany ny seham-pihariana ny faharan` ny toekareana manomboka amin` izao. Fotoana izao hanomezana aina vao ny toekarem-pirenena sy ny seha-pihariana ary be ny fanantenana na teo aza ireny olana ara-pahasalamana.” Ankoatra izay dia nanamafy ny depiote fa tokony hiparitaka amin` ny faritra rehetra manerana ny nosy ireo hetsika sosialim-bahoaka toy ny Tosika Fameno, Vatsy Tsinjo, Sosialim-bahoaka fa tsy ajanona eto an-drenivohitra na renivohim-paritany ihany.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Serge Zafimahova“Vao mainka hampisy olana ny fampitrosana”

Ireo firenena any ivelany dia nanampy ny orinasa lehibe tao aminy. Mifanohitra amin'izay anefa no hita eto Madagasikara, raha ny fanehoan-kevitra nataon’Atoa Serge Zafimahova.

Ny fanjakana Malagasy hatreto dia tsy mbola nanampy ireo orinasa ireo izany mihitsy. Fampitrosana ireo mpiasa Malagasy indray no natao, hoy izy. Noho izany, ho maro amin'ireo olona ireo no tsy afaka hamerina io vola io. Vao manomboka izao ny resaka "impact " na fiantraikany ara-tsosialy sy ara-ekonomia. Mihena ihany koa ny fahefa-mividy na ny "pouvoir d'achat" satria tsy manana tahiry intsony ny fianakaviana. Na ireo nanana teo aloha aza lasa sahirana ihany koa noho ny fahalanian'ny tahiry tao anaty fihibohana. Mbola ho henjana izany ny toe-draharaha, ary ahiana ny fipoahana sosialy haterany, raha tsy mahay mandrindra sy mandamina, ary mametraka paikady mazava sy mahomby mifandraika amin’ny zava-misy ny Fanjakana ankehitriny.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Heloka ara-toekarenaTsy mitovy hevitra amin’ny depiote ny PAC

Misy tsy mety ny tolo-dalàna lany teny amin’ny antenimieram-pirenena momba ny PAC (Pôle Anti-Corruption).

 

 

Misy ny fanovana mba hetahetanay, misy ny natolotry ny depiote, kanefa tsy mety ny fijerinay azy, Ny Mpandrindra Nasionalin’ny PAC Rtoa Ratiaraisoa Harimahefa.. Eo amin’izay “stade” izay isika amin’izao fotoana izao. Nesorina, ohatra, ny andininy faha-19 sy faha-20, izay mametraka ireo karazana heloka ara-toekarena izay misy efa any amin’ny 20 isa satria nangatahin’ny depiote mba hoesorina daholo, kanefa ireo no tena fototry ny raharaha izay sahanin’ny PAC. Ny ankamaron’ireo karazana heloka ara-toekarena ireo dia misy foana ny karazana kolikoly, ka izay ny fahitanay azy hoe tsy tokony hisaraka amin’ny andraikitra raisin’ny PAC ireo karazana heloka ara-toekarena, hoy io Tompon’andraikitra ambony eo anivon’ny PAC io. Mikasika ny fitazonana ny fananan’ireo olona mbola tsy voaheloka, izay tsy dia sitraky ny depiote, dia “confiscation” ilay izy fa tsy “saisi”, ary izay voalazan’ny lalàna, hoy ny fanazavana. Alohan’ny didim-pitsarana raikitra io, ary tsy sanatria mbola tsy fantatra na meloka na tsia ilay olona dia avy dia handroba fotsiny ny fananana izay nohariany, fa misy ny ahiahy, misy ny raharaha izay efa miditra eny amin’ny Fitsarana indrindra fa ny PAC, misy fananana ahiana ho azy tamin’ny kolikoly, ka izay no hitazonana ilay entana fotsiny aloha, mialohan’ny didim-pitsarana raikitra. Misy ny ahiahy, ary tsy hita fa lasa ilay olona, ohatra hoe tafatsoaka any ivelany, dia fihazonana vonjimaika ilay fananana ahiana ho azo tamin’ny kolikoly aloha no atao.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo renivohitraMiisa 29.143 ireo mpiadina CEPE

Nanomboka omaly ary hitohy amin’ity anio ity ny fakana ireo taratasy fiantsoana ho an’ny mpanala fanadinam-panjakana CEPE ho an’ny CISCO Tana ville. Eny amin’ny toeram-pianaran’ireo mpianatra moa no akana izany.

 

 Ny 1 septambra izao moa no hanatanterahana ity fanadinana ity ary raha ny fantatra ho an’ny eto Antananarivo aloha dia miisa 29.143 ireo mpianatra hanala izany. 22 amin’izy ireo kosa dia manana tsy fahatomombanana ara-batana, raha ny fanazavana hatrany.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mahomby amin’ny inona moa ?

Ambara fa anisan’ny Filoham-pirenena 5 mahomby aty Afrika ny Filoham-pirenena Malagasy.

 

Raha raisina amin’ny lafiny miabo, dia rehareha ho an’ny firenena tokoa izany, ary voninahitra ho an’i Madagasikara ny laza ananan’ny Filohany. Raha ho an’ny lafiny miiba kosa, dia betsaka no azo tenenina ? Tena azo ireharehana sy azo ambara ho fahombiazan’ny fitondrana ve ny krizy amin’ny endriny maro miseho eto? Mpitondra ambony manondrana sy voarohirohy amina afera maloto, tompon’andraikitra ambony mihevi-tena ho ambonin’ny lalàna manalabaraka sy raisin’ny olona ho tandindon’ny fanjakana manontolo, ny firenena mikorontana sy tsy milamina raha tsy hilaza afa-tsy ny vaky fonja,… Ny zavatra tena nisongadina, dia ny fampalazana tena izay nisy akony tokoa tany Afrika. Serasera manaka-danitra, tonga hatramin’ny hoe handefa mpitsabo hanao andrana any Afrika ny Malagasy ary afaka 15 ny vokatra, hanangana ozinina ngeza indrindra aty Afrika,… Asa mby aiza sy manao ahoana ny vokatr’izany ankehitriny? Na tao anatin’ny hamehana ara-pahasalamana aza isika dia nisy ny famoronana “buzz” na toe-javatra lasa resabe teto amin’ny firenena dia ny fitakiana ny Nosy Eparsa amin’ny Frantsay. Inona ny asa vita sy natao taorian’ny resabe kanefa ny Frantsay nahavita dingana ho azy? Dila ihany ny fe-potoana. Mahay miresaka, mahay mampanantena, te hanangana sy hanao zavatra,… ny fitondram-panjakana, saingy hatreto aloha mety izy ireo no mahatsapa tena ho mahomby, fa ny vokatra misy akony amin’ny vahoaka Malagasy kosa mbola mitsiriritra ny firenen-kafa isika, ary ao anatin’ny rambony aty Afrika. Asa aloha na fahombiazana ny fampitrosana vahoaka mitaha amin’ny zava-misy toy ny any Ghana izay tsy mampandoa saran’ny herinaratra hatramin’ny faran’ny taona ny fanjakana any? Ny antsika ny volam-bahoaka ihany no hampitrosaina aminy, izay mbola ho trosany mandavan-taona amin’ny taona ho avy. Sao dia mba zavatra hafa no tokony hireharehana fa tsy ny tsy fahombiazana ?

 

 Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taniketsan’ny baolina kitraMampiroborobo izany koa ny FMF

Hatramin’ny tapaky ny volana martsa 2020 dia fantatra fa anisan’ireo Federasion’ny Baolina kitra maneran-tany manatanteraka ny tetika "Développement des talents –

 

Analyse de l’écosystème du football" voizin’ny FIFA ny FMF Malagasy. Mifototra amin’ny fampitana ireo fototra tsara harahina sy famaliana ny fanontaniana ampitain-davitra mahakasika ny « aspects techniques » eo amin’ny baolina kitra miainga eny amin’ny fototra ka hatrany amin’ny ekipa nasionalin’ny firenena tsirairay na lahy na vavy izany tetikasa izany. Hisy ao anatin’izany ny fifanakalozan-kevitra ataon’ireo mpanazatra, Tale Teknika, Talen’ireo ligim-paritra isan’isany, tompon’andraikitry ny baolina kitram-behivavy, mpanolontsaina teknika amin’ny « consultants » manokan’ny FIFA. Any amin’ny faran’ny taona 2020 any, hoy i Arsène Wenger « Directeur du Développement du football mondial », dia hisy fomba fijery hiraisana amin’ny filan’ny baolina kitra lehilahy sy vehivavy maneran-tany ka hitondran’ny FIFA fanampiana eo amin’ny lafiny rehetra mba ho fandraisana anjara amin’ny fampiroboroboana ny baolina kitra avo lenta ary hampaharitra an’izany.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Akademia Miaramila Antsirabe Andiany maromaro nivoaka omaly

Tontosa omaly alakamisy 27 aogositra 2020 ny lanonana fanolorana ny mari-pahaizana ho an’ireo andiany nahavita fiofanana tao amin'ny Akademia Miaramila Antsirabe,

 

 

 dia ny andiany mivantana faha-41, ny andiany iraisam-piadiana faha-21, ary ny andiany manokana faha-25 mpianatra ho manamboninahitra mpanamory. Teo ambany fitarihan'ny Minisitry ny Fiarovam-pirenena, ny Jeneraly Rakotonirina Léon Richard sy ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena ny Jeneraly Ravalomanana Richard.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny fitsarana“Manaja ny zon’olombelona fanjakana”

Nisy ny fanararaotana ny fahavitsian’ny mpiambina izay 4 monja.

 

Nisy fitorahana, ary tsy nahatohitra ny mpiambina, ka tafoaka ireo 88 tena nikotrika ny fitsoahana. “Tamin’ny 12ora sy fahefany tao amin’ny fonjan’i Farafangana ahitana voafonja 350 voalaza fa nikomy tampoka hanao lositra faobe. Nanararaotra ny fahavitsian’ny mpiambina izay efatra monja”, hoy ny Minisitry ny Fitsarana Jhonny Richard Andriamehefarivo. Niaiky izy fa vokatry ny tsy fisian’ny fitsarana ka nahatonga fahasorisorenana, ary ekena fa mety antony niteraka io tetika io izany, raha ny fanehoan-kevitr’io minisitra io. Hatreto ny voalaza dia noho ny hahenjanan’ny herisetra sy ny savorovoro, ataoko hoe “hono” no nahatonga ny fitifirana, tsy niantso ny OMC teo an-toerana, hoy ity Minisitra ity. Voalaza fa nahazo basy iray moa ireo mpikomy. Mpiambina 4 ve izany no nitifitra ireo rehetra maty 23 ankoatra ny naratra? Nambaran’io minisitra io fa mibahan-toerana hoan’ireo mpitandro filaminana dia ny hitady ny filaminan’ny vahoaka sy hisambotra ny azo samborina. Misy milaza fa tsy miraharaha ny zon’olombelona ny fanjakana, samy manenjika ny mpanohitra. Ity Filoha Rajoelina ity no nandeha tao Antanimora nijery ny zava-nisy, ary nanao fanapahan-kevitra namotsitra voafonja rehefa nahita ny zava-misy, hoy ny minisitra. Sambany nampidirana ao anatin’ny lalàna mifehy ny tetibolam-panjakana hanaovana fonja vaovao. Nambarany fa mitomby ny asa ratsy (criminalité) kanefa ny fotodrafitrasa kely.

 

 Hentitra kosa ny fanambaran'ny Amnesty International (AI) tamin’ny alalan’i Deprose Muchena Talen’ny AI Sampana Afrika, fa "Tokony homena baiko ireo mpitandro filaminana hanatsahatra tsy misy hatak'andro ny fampiasan-kery sy famonoana mahafaty".

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsimialonjafy MahamasinaZaza telo taona niharan’ny fanolanana

Nisy tranga fanolanana tetsy Tsimialonjafy Mahamasina omaly. Zazakely vao 3 taona no niharan’izany herisetra ara-nofo izany, ary bandy kely tsy mbola ampy taona no nahavita ny asa ratsy.

 Nentin’ny fianakaviany teny amin’ny HJRA avy hatrany ilay zaza nojerena ny fahasalamany ary voaporofo tamin’ny fitsirihana nataon’ny mpitsabo fa simba ilay zaza. Saika niharan’ny fitsaram-bahoaka ilay zazalahy nahavanon-doza taorian’izany. Voalaza fa efa saika namono tena tamin’ny antsy io bandy kely io tamin’ny taona lasa fa mbola tsy anjarany ny ho faty. Efa eo ampelan-tanan’ny Polisy Boriborintany fahadimy Mahamasina izy, atao famotorana.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Asa fanaovan-gazetyNotorian’ny OJM ny minisitra

Nitory ny Minisitry ny serasera any amin’ny Filankevi-panjakana ny Holafitry ny mpanao gazety eto Madagasikara na ny OJM noho ny fitsabahan’ny

 

 

Minisitera amin’ny famoahana ny karatra maha mpanao gazety. Mandika lalàna ny Ministera, hoy Atoa Gérard Rakotonirina Filohan’ny OJM omaly tany Toamasina. Mizara fitaovana fiarovana amin’ny valanaretina ho an’ny mpanao gazety moa ny OJM amin’izao fotoana izao, ka isan’ny misitraka ny any amin’ny faritra Antsinanana. Efa nisy ny kaomisionina natsangana, ary nilamina ny tany Toamasina momba ny resaka karatra maha matihanina ho an’ny mpanao gazety. Misy faritany tsy nametraka izany, fa baikon’ny Minisitera no nametraka ilay izy. Notsabahany sy nidirany, ka tsy haiko ny tanjony, dia lazainy fa izahay no sakana, hoy i Gérard Rakotonirina. Tsy maintsy hisy ny fifidianana, ary tsy maintsy vita ny karatra maha matihanina, hoy ny Filohan’ny OJM. Nandritra io fotoana io no nilazany ihany koa fa misy ny tsindry avy amin’ny tompon’andraikitra ambony tsy handraisan’ny mpiasan’ny orinasam-panjakana ny fanampiana avy amin’ny OJM, fa voaroaka voaroaka raha vao mandray izany. Firaisankiana ve no tadiavin’ny minisitra amin’izany? Ny mpanao gazetin’ny fanjakana ve izany afaka miaro tena? Tao Antananarivo dia natao hoe: izahay tsy mila fa omeo ny hafa, hoy hatrany fanazavan’ny Filohan’ny OJM.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha FITRAMANotorian’ i Jean Nirina i Jean Pierre

Notorian-dRafanomezantsoa Jean Nirina, tale jeneralin’ny orinasa Mpitsabo Malagasy FITRAMA, Rakotondranaivo Jean Pierre izay mpitsabo nentim-paharazana niara-niasa taminy teo aloha.

 

Raha araka ny fanazavan’ny mpitory dia maro loatra ireo antsojay sy zavatra mihoatra ny lalana hataon’ity mpitsabo nentim-paharazana ity mikasika ny orinasa tantanany izay manana taratasy ara-dalana sy mijoro ara-panjakana. Maro ireo fampirohoroana raha araka ny fanazavany toy ny nitranga tao amin’ny ivon-toeran’ny Mpitsabo Malagasy FITRAMA ao Toamasina omaly maraina ka voatery ny tenany nametraka fitoriana eny anivon’ny procureur de la Republique ary efa nalefa ao amin’ny borigadin’Antananarivo renivohitra izany fitoriana izany. Raha tsiahivina ihany koa moa dia nandefasan’ny fikambanam-pirenen’ny Mpitsabo Nentim-paharazana eto Madagasikara na ny ANTM/FMNPM taratasy tamin’ny alalan’ny vadin-taniny ity mpitsabo nentim-paharazana iray ity mikasika ny tokony hampiatoany ny asa fitsaboana tanterahiny tsy misy hatak’andro. Noho ny tsy fanarahan-dalana nataony no voalaza fa anton’izany toy ny fanaovana dokam-barotra manana endrika fitadiavam-bola mikasika ny fahombiazan’ny fitsaboana sy ny fanafody hampiasainy. Eo ihany koa ny fampiasany solon’anarana sy fisandohana titra ilay milaza fa dokotera ary farany dia ny fampiasana fitaovana toy ny bioscan sy ny fitaovam-panorana maoderna. Efa tamin’ny taona 2017 moa Rakotondranaivo Jean Pierre no nalan’ny ANTM tsy ho mpikambana tao aminy intsony.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hosoka amin’ny haban-tserananaSarona ny afera goavana “Ecran Plat”

Fahitalavitra “écran plat” tao anaty kaontenera nanaovana fanambarana hosoka sy diso sarona ny alarobia 26 aogositra 2020 teo tao amin’ny seranantsambon’i Toamasina.

 

 

 Mandeha ny fanadihadiana amin’ireo mpamoaka entana sy mpanafatra entana, ka efa mihoatra ny 4 no natao famotorana any Toamasina hatramin’ny omaly, iantsorohan’ny borigady misahana ny heloka amin’ny ladoany. Vahiny iray eto an-drenivohitra mpanafatra entana  no voalaza fa isan’ny tompon’antoka. Efa fanaony io fa izao izany izy vao tratra, noho ny ezaky ny Fitantanana ny fadin-tseranana amin’ny alalan’ny fanaovana « contre visite », hoy ny fanamarihana. Tele ihany no anaovany fanambarana fa ny any amin’ny isany no ahenany, raha 600 isa ohatra no ao anaty kaontenera dia lazainy hoe 100 na 200 dia ny 500 izany, na ny 200 miditra fotsiny. Kaontenera 40 pieds, tele no ao anatiny, fanambarana isa sandoka sy lazaina fa tele taloha ilay somary mivoitra ireny ny vodiny, ka ireny dia vitsy no tafiditra fa raha ilay “écran plat” fisaka dia marobe izany ny isany. Ireo entana tsy nanaovana fanambarana no ifanarahana amin’ireo tompon’andraikitra dia samy mahazo ny anjarany avy eo, na ny tompon’andraikitra, na ny mpamoaka entana, na ny mpanafatra, fa ny fanjakana izany 0 ariary ny azy. Efa tena tambajotra mihitsy ity tratra ity, ka ilay izy sady mpiasan’ny fadin-tseranana no “transitaire, izany hoe “juge et parti” ny olona manao azy, izany hoe sady mpiasa no mpamoaka entana, hoy ny fanamarihana. Andrasana ny tohiny !

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Commission Mixte ParitaireVoatendry ireo solontenan’ny Antenimeram-pirenena

Voatendry ireo solontenan’ny Antenimeram-pirenena ao anatin’ny Commission Mixte Paritaire (CMP), izay vaomiera hiara-hidinika amin’ny solontenan’ny Antenimierandoholona ny volavolan-dalana laharana 001/2020.

 

Solombavam-bahoaka miisa 14 no voatendry amin’izany, ka 10 avy amin’ny IRD, 2 avy amin’ny GPR ary 2 avy amin’ny TIM. Tompon-toerana ny 7 amin’ireo dia Velontsara Paul Bert, Mohamad Ahmad, Assimo Bruno, Idealson ary Rajoelina Seth ireo avy amin’ny IRD ; Randrianasolo Augustin avy amin’ny GPR ary Razara Pierre avy amin’ny TIM. Mpisolotoerana ny 7 dia Razakandrainy Dominique, Ratsimandriona Aida Hardy, Ramenason Rio Merci, Andrianambinina Djohary Lee ary Rahasimanana Paul Bert ireo avy amin’ny IRD, Satra Augustin avy amin’ny GPR ary Ratsimbazafy Alain Jean ny mpisolotoerana avy amin’ny TIM. Hametraka ny birao ireo Solombavam-bahoaka ao anaty Vaomiera ireo anio, ary raha tsy misy ny fiovana dia anio hariva ihany izy ireo dia hiara-hivory amin’ny Solontenan’ny Antenimierandoholona.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Manampahefana nihoa-pefy tato ho atoTsy voataiza firy tanatina antoko politika

Ny zava-misy teto amin’ny firenena tato ho ato dia mahatonga ny fitondram-panjakana ho lasibatrana fijery ratsy eo imason’ny vahoaka, hoy ny mpandinika raharaham-pirenena, Dany Rakotoson.

Tadidio fa ireo mpitondra ireo dia nofidian’ny vahoaka hanatsara ny fiainany fa tsy hanao fampisehoana faktiora hoe izao no vidina fahitalavitra fisaka na “bonbon sucette”. Voatifitra eo amin’ny fifidianana ny olona miara-miasa aminy ny mpitondra fanjakana. Izay zavatra izay no hijerena foana ny mahatonga ilay olana. Eo no hijerena ny fanovana ifotony tokony atao, hoy hatrany ny fanazavany. Ny antony dia satria ireny olona nanao fihoaram-pefy ireny raha tonga teo amin’ny toerana misy azy dia resaka kiantranoantranon’ny samy mpitondra sy filana tombony na “opportunisme” fa tsy olona niainga tamina antoko politika nisy firehana sy fanabeazana. Taloha, ohatra, nisy ny AKFM Fanavaozana, AKFM KDRSM, Leader Fanilo, Arema, PSD, MFM, TIM sy ny hafa. Nisy fanabeazana nampitovy fomba fisainana tao anatin’ireny, hoy hatrany izy. Samy nahita ny fivoaran’i Madagasikara tamin’ny resaka telefonia isika. Ny minisitra nametraka tsara izany dia tadidio fa olona nobeazina tanatina antoko politika, hoy izy. Matoa manao fihoaram-pefy kosa ireny mpitondra ankehitriny ireny dia satria tsy novolavolaina tanatina antoko politika sy ideolojia. Miainga avy amin’ny filoham-pirenena io ka hatrany amin’ny minisitra. Mampalahelo, hoy izy, ny mahita hoe minisitra tekinisianina dia tabatabaina ka raha tena te hanova isika dia azo harenina ao anatin’ny fotoana fohy izany rehetra izany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Governora LylisonMisy manangon-tsonia mitaky ny hanesorana azy

Olobe maromaro zanak’i Sofia no milaza ankehitriny fa diso fanantenana sy nanenina amin’ny governoran’ny Faritra Sofia, Lylison René de Rolland Urbain.

 

Misy ny fanangonan-tsonia miainga amin’izao fotoana, mitaky ny hanesorana an’ity manamboninahitra jeneraly ity amin’izany toerana sy andraikitra nankinin’ny filoha Andry Rajoelina aminy hitarika ny asa fampandrosoana ao amin’ny Faritra Sofia izany. Isan’ireo iraika ambin’ny folo lahy, andiany voalohany, notendrena ho Governora tamin’ny septambra 2019 ny jeneraly Lylison René de Rolland Urbain. Loholona IRD, voafidy tao anatin’ny Faritany Mahajanga izy talohan’ny nanendrena azy ho governoran’ny Faritra Sofia.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rivo Rakotovao« Mila fanadihadiana ny raharaha Farafangana »

23, raha ny tambatr’isa farany hatreto no gadra nitsoaka ka maty voatifitra tao Farafangana nanomboka ny fivakisan’ny fonja ny 23 aogositra teo ka hatramin’ny omaly 27 aogositra.

 45 no voasambotra ary 19 no mbola miriaria any ivelany any. Nahetsika avokoa ireo ratsa-mangaikan’ny fonja ao an-toerana hanampy ny mpitandro filaminana amin’ny fisamborana, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Niantso fanadihadiana eo anivon’ireo antenimiera roa tonta moa ny filohan’ny antenimieran-doholona, Rivo Rakotovao, mikasika ity raharaha Farafangana ity. Ilaina ny fahazavana momba ny zava-niseho marina, hoy izy.

 J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

ToamasinaNakaton’ny Fanjakana ny Tiko sy AAA

Taorian'ny Magro AAA Behoririka dia nakaton'ny fanjakana omaly 27 aogositra ihany koa ny orinasa Tiko sy AAA ao Ambodioanambo Toamasina.

 

 

Ny Sampan-draharahan'ny hetra niaraka tamin'ny vadin-tany no tonga nanao izany omaly tokony ho tamin'ny 3ora sy sasany. Tsy nahalala an'io ny mpiasa, ary teo am-piasana mihitsy no tonga ny tompon'andraikitra ara-panjakana. Taorian'ny fifampiresahana dia nakatona ny orinasa ary nanatrika izany ny vadin-tany avy amin'ny Tiko. Nakatona ny varavarana rehetra miditra amin'ny Tiko sy AAA ary ny MBS izay toerana iray no misy azy. Olana amin'ny tsy fanambarana fisiana sy fandoavan-ketra no ambara fa antony. Fikatonana mandritra ny 15 andro io natao io, taorian’ny ambara fa taratasy fampahafantarana, ka andrasana ny tohiny aorian'izay. Mifangaro amina lonilony politika ny toe-draharaha, hoy ny mpanara-baovao. Tsiahivina fa tafiditra ao anatin'ny tondrozotra tamin'ny fandaminana ny krizy nateraky ny raharaha 2009 ny fanonerana ny fananan'i Marc Ravalomanana norobaina sy nodorana, saingy mbola fanakatonana no miseho 11 taona aty aoriana noho ny mety ho fisiana hambo-po politika diso toerana. Tsy mitsitsy ny mpitondra, tsy miraharaha izay fiainan'olona sy fiainan'ny mpiasa izany eo anatrehan'ny krizy efa misy. Raha resaka hetra sy ny manodidina azy mety azo halamina, ary mila jerena ny lafiny toekarena sy ny maha olona, fa ity toa efa miharo zavatra hafa mihitsy. Andrasana ny tohiny.

 

Toky R

 

La Vérité0 partages

Match de gala - FC Gasy s’impose face aux Nigérians

Les ressortissants malagasy de l’île Maurice, regroupés dans l’association « Malagasy Miray Hina », ont disputé un match de gala organisé par le Mouvement Civique de Fort Albert de l’Ile Maurice sur le terrain de Bain Tombeau. Le FC Gasy, l’équipe de sélection de l’association, représentant Madagascar, a affronté le groupement des joueurs professionnels nigérians évoluant à Maurice. La Grande île a remporté le match après les tirs au but sur le score de 4 buts à 1 si les deux équipes se sont partagé le score de parité d’un but partout durant le temps règlementaire et à l’issue de la prolongation. Dès la 5ème minute, les Malagasy ont ouvert le score avant que les Nigérians égalisent dans les arrêts de jeu.

 

L’association « Malagasy miray hina » est une initiative de James Andriamalala, le frère de Rôrô, créée il y a à peu près deux ans et demi. De base, l’association a pour but d’organiser des évènements sportifs, plus précisément des matches de football pour ses démembrements. Elle regroupe désormais 16 clubs différents.

Chaque année, l’association organise deux grands tournois à savoir « le tournoi du 26 juin » et le grand tournoi « Gasy iray » en décembre. En outre, lors d’un match de gala, l’association organise une sélection des joueurs pour constituer une seule équipe portant le nom FC Gasy. Par ailleurs, « Malagasy miray hina » regroupe aussi des supporters actifs surtout quand une équipe ou un athlète malagasy viennent à Maurice.

L’association prévoit d’organiser prochainement la troisième édition de ses tournois annuels mais cela dépendra entièrement de l’ouverture officielle de la saison sportive à Maurice, après la pandémie de Covid-19.

Recueillis par E.F.

La Vérité0 partages

Baccalauréat 2020 - Les épreuves d’éducation physique et sportive annulées

A titre exceptionnel. Pour cette année 2020, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la  Recherche  scientifique a décidé de supprimer les épreuves théoriques et pratiques d’éducation physique et sportive (EPS) pour l’examen du baccalauréat. Cette annonce implique que le calendrier des épreuves sera modifié. Entre autres, l’examen écrit pour l’enseignement général prendra fin jeudi dans l’après-midi au lieu de vendredi.

 

Comme l’EPS est notée sur 20, c’est-à-dire de coefficient 1, le calcul de la moyenne générale sera établie différemment suivant une organisation interne et technique du ministère de tutelle. « Etant donné qu’un logiciel spécial est utilisé pour le baccalauréat, il serait fort probable que la ligne de note d’EPS va être bloquée. Le coefficient total sera ainsi calculé en fonction de la somme des coefficients restant », nous a expliqué une source. Toujours d’après ses explications, comme les responsables se sont déjà préparés pour la date des épreuves écrites du 5 octobre 2020, et qu’une partie des convocations des candidats inscrits ont été imprimées, aucune modification des informations mentionnées n’a pas pu être apportée. Dans ce cas, les candidats doivent tenir compte de cette dernière déclaration précisant les nouvelles dates d’examen et les matières à concourir.

De telles décisions ont ravi la majorité des candidats. « Même si j’ai essayé de m’entraîner régulièrement à la maison, je sens un manque de préparation physique. Je suis ainsi reconnaissante envers les responsables qui ont pris cette décision », se réjouit une candidate en série C. Quelques professeurs d’EPS partagent également cet avis. « Les candidats n’arriveront jamais à courir sur une distance de 1 000 mètres ou à jouer une partie de basketball pendant 5 minutes après une période de confinement d’environ 5 mois. Même un athlète professionnel a besoin de temps pour récupérer des forces suite à cette situation sanitaire. Rien qu’avec le stress, les élèves risquent de s’évanouir avant même de prendre le départ du demi-fond », s’exprime l’un des leurs.

Il est à noter que cette décision pris lors du Conseil du Gouvernement datant du 26 août dernier joint également les directives données par le Président de la République lors de son allocution du 23 août dernier, portant sur la suspension de toutes compétitions sportives sur tout le territoire. « Les candidats ne sont pas suffisamment préparés pour les épreuves d’EPS et ce manque d’entrainement physique risque de favoriser des malaises corporels. De plus, les épreuves collectives constituent des facteurs favorisant la propagation de la Covid-19 », constate le ministère de tutelle. Et d’ajouter que le risque de chevauchement des épreuves pratiques avec les examens écrits dans les autres matières est assez important, ce qui pourrait engendrer une forte perturbation au niveau de l’organisation des sessions du baccalauréat.  

Par ailleurs, si les épreuves écrites de BEPC sont prévues se dérouler du 21 au 24 septembre prochain, celles d’éducation physique et sportive viennent également d’être annulées par le ministère de l’Education nationale, d’après son communiqué datant d’hier.

Recueillis par K.R. 

La Vérité0 partages

Secrets d'Etat - Les langues se délient

Chacun à sa manière, ceux s'estimant avoir été dans le secret des dieux révèlent des renseignements que le commun des mortels a ignorés pendant longtemps. D'anciens dirigeants défilent à l'écran pour révéler des informations tenues cachées sur le passé récent du pays. La teneur de leur message capte évidemment. De l'incendie du Palais de la reine au déroulement des négociations politiques lors des crises, tout y passe.

 

Après Serge Zafimahova qui a levé un pan de voile sur le tragique événement ayant décimé une partie de l'histoire de la royauté, Ny Hasina Andriamanjato a récemment fait connaître quelques informations saisissantes sur la crise de 2009. Mais les actuels dirigeants, leurs alliés, les opposants et même les simples citoyens apportent aussi leur lot de révélations sur les affaires nationales. Ainsi le manquement au devoir fiscal des uns et des autres est-il porté à la connaissance du public.

Les révélations, tout intéressantes qu'elles soient, laissent quand même les observateurs avides d'informations véridiques sur leur faim. Il est des informations que personne n'ose révéler. Par exemple, l'identité des commanditaires de l'assassinat du colonel Richard Ratsimandrava n'est jamais connue. Il en est de même des mobiles et des auteurs de l'incendie du bureau des finances. La destruction des preuves troubles est d'ailleurs une pratique courante, même sous d'autres cieux comme en France.

Accès à la parole

Ny Hasina Andriamanjato qui était victime d'un empoisonnement en pleine crise post-électorale de 2002 ne veut même pas aborder ce sujet en public. Beaucoup d'informations sensibles sur les troubles de 2002 et de 2009 sont gardées hors du regard indiscret jusqu'ici. Entre autres, le lundi noir du 26 janvier et le samedi rouge du 7 février 2009 recèlent tous des mystères à élucider. L'incendie du siège de l'Office national pour l'environnement en juillet rallonge sûrement la liste.

Quoi qu'il en soit, le foisonnement des révélations des secrets d'Etat est révélateur, lui aussi, du fonctionnement de la démocratie à Madagascar. L'on assiste en effet à une sorte de libération de la parole qui devient de plus en plus accentuée, notamment depuis seulement quelques années. Sous le régime en place, l'accès à la parole n'est plus l'apanage d'une minorité privilégiée ou protégée. Il est en passe de devenir la « spécialité » de monsieur tout le monde.

La libération de la parole est un acquis majeur en matière de démocratie. Il s'agit d'un saut qualitatif attribuable aux dirigeants actuels. C'est l'un des points positifs de leur mode de gouvernance dans la mesure où, auparavant, les gens s'abstenaient de dire quoi que ce soit comme ils le font aujourd'hui. Ils se gardaient de l'effet de force familier du régime de la terreur et de la peur qui régnait à l'époque. Ce n'est plus le cas à présent où les citoyens se permettent de critiquer ouvertement et vertement leurs dirigeants.

Parole de prince

A un moment donné, les charlatans de tout acabit et les vrais-faux prophètes endormaient les habitants par leurs discours enchanteurs. Les politiciens, même les plus habiles, n'ont pas leur facilité langagière. Ils savent manier le verbe et les autres restent pantois en face d'eux. Ce type de discoureur semble s'éclipser actuellement. Une nouvelle catégorie d'acteurs occupe davantage la scène. Peuvent y être rangés les animateurs de la société civile et les activistes, hormis les syndicalistes.

Ils sont devenus de plus en plus inquisiteurs et critiques. C'est un grand changement dans une démocratie. « Nous sommes toujours dans la démocratie à la malagasy. Nous nous acheminons vers une évolution de la conception populaire de la politique et de la démocratie. Tous les dirigeants doivent faire attention », estime une sociologue. Selon elle, le libre accès à la parole tel que vécu aujourd'hui doit servir de balise au pouvoir. A son avis, la parole de prince n'aurait plus que quelque temps devant elle car les gens tiennent beaucoup à la parole donnée.

M.R.

La Vérité0 partages

Région Vakinankaratra - Les promesses du Président Andry Rajoelina se concrétisent

Le Président Andry Rajoelina est en visite dans la Région Vakinankaratra depuis hier. Ce déplacement est l’occasion pour le Chef de l’Etat de constater de visu l’avancée des projets de développement engagés dans cette Région. Des projets qui font partie des promesses de campagne du Président à la population du Vakinankaratra et qui consistent à la construction de nombreuses infrastructures. Pour entamer ce programme chargé, l’homme fort du pays a inauguré le nouveau bureau de la Direction régionale de la sécurité publique (DRSP) à Mahazoarivo Nord. Il s’agit d’une grande première pour la Police nationale qui se dote ainsi de son premier bureau « manara – penitra » depuis 60 ans d’indépendance.

 

Cette infrastructure s’étend sur 1200m2 et comporte un étage. Elle est composée de 22 bureaux ainsi que de 4 cellules de détention avec une distinction particulière pour les hommes, les femmes et les mineurs. Plusieurs branches sont rassemblées au sein de ce bureau dont la Police économique, la Police judiciaire, la Police des mœurs, la Police des affaires financières  ainsi que les ressources humaines. A l’instar du Vakinankaratra, les 21 autres Régions de la Grande île seront dotées de bureaux du même genre.

Le développement continue

La mise en place de cette infrastructure est donc la preuve que les activités liées au développement ont suivi leur cours malgré la crise sanitaire à Madagascar. Le Président Andry Rajoelina l’a d’ailleurs souligné clairement dans son discours. « Nous pouvons actuellement constater l’avancée des nombreuses constructions à Antsirabe comme l’Université manara – penitra », a indiqué le Chef de l’Etat. En effet, les jeunes bacheliers sont contraints de quitter la ville d’Eaux pour rejoindre Fianarantsoa ou Antananarivo afin de poursuivre leurs études supérieures.

Le Président a profité de l’occasion afin de réitérer ses promesses pour la mise en place d’autres infrastructures au profit de la population du Vakinankaratra comme des logements sociaux accessibles aux plus vulnérables, ainsi qu’une maison d’accueil destinée à héberger les personnes âgées qui n’ont pas de famille. Le Chef de l’Exécutif a également promis de soutenir la réhabilitation de l’EKAR Miaramasoandro à Antsirabe.

Programme chargé

Après l’inauguration du bureau de la Sécurité Publique, le Président a pris la direction du centre – ville d’Antsirabe pour s’enquérir de l’avancée des travaux de réfection des routes qui mènent vers la route nationale n°7 en direction d’Ambositra. Ces travaux ont été entamés depuis le 11 août dernier après les consignes du Président. Les ouvrages s’étendent sur 7km avec des réfections en pierres et goudron.

A l’instar des employés de la Capitale, ceux des entreprises privées dans le Vakinankaratra ont aussi bénéficié du « Tsinjo Fameno » qui se traduit par un crédit accordé par la CNAPS sans taux d’intérêt. Des travailleurs du collège luthérien de Mangarivotra et de Saint-Vincent de Paul se sont vu remettre symboliquement des chèques au cours d’une cérémonie tenue à l’école luthérienne Farimbona.

Le Président a aussi procédé à la pose de la première pierre pour la construction d’un abattoir aux normes à Tsivatrinikamo Avaratr’i Star conformément à la demande du maire de la ville d’Eaux. La journée marathon à Antsirabe du Président a continué par une visite au Centre hospitalier de référence régional du Vakinankaratra. Le Chef de l’Etat a rencontré les membres du personnel soignant pour apporter de l’encouragement et leur remettre des indemnités en guise de motivation. Il a aussi remis des véhicules 4x4 équipés sous-forme d’ambulance pour transporter les malades. Le numéro « un » du pays a clôturé sa première journée de visite dans le Vakinankaratra par sa présence à la cérémonie de sortie de promotion des élèves de l’Académie militaire d’Antsirabe.

La Rédaction

La Vérité0 partages

Esplanade Analakely-MBS Anosipatrana - Réaction du préfet de police

Les conseillers municipaux élus sous les couleurs du TIM ont déposé des doléances auprès de la Préfecture d'Antananarivo, concernant la démolition des bâtiments sis à l'Esplanade Analakely et l'affaire Malagasy Broadcasting System (MBS). Des requêtes pour savoir si les actes pris par l'Exécutif de la Commune urbaine d'Antananarivo ont passé le contrôle de légalité d'une part. Et d'autre part pour avoir l'avis de la Préfecture par rapport à ces sujets. Le préfet de police d'Antananarivo a émis ses avis sur ces questions hier au cours d'un point de presse. Il soutient ainsi que la CUA demande systématiquement l'avis préalable de la Préfecture, conformément à l'article 22 du 2014/021 concernant la représentation de l'Etat. Par rapport au contrôle de légalité, le Général Ravelonarivo Angelo a, par ailleurs, fait comprendre que les actes pris par les responsables communaux dernièrement n'étaient pas entachés d'illégalité.

 

Concernant la démolition des constructions sur l'esplanade d'Analakely, en particulier, le préfet de police évoque l'existence d'une demande d'arrêt des travaux de la part du ministère de l'Aménagement du territoire du temps du précédent régime, au motif de non-respect de l'alignement, défaut de permis de construire, occupation sans titre de domaine public. Il rappelle également que l'esplanade est classée parmi les domaines publics et à ce titre, seules des occupations temporaires et révocables à tout moment peuvent y être érigées, selon les textes. En outre, il souligne que les constructions sur l'esplanade n'ont pas fait l'objet d'appel d'offres ouvert.

Inobservation d'une clause du contrat

Ceci étant dit, le préfet explique que si la Mairie a des projets sur ce domaine, elle doit procéder à une expropriation pour cause d'utilité publique pour 16 constructions légales sur le domaine.

Les autres bâtiments restants font partie de conventions standards conclues entre la CUA de l'époque et les propriétaires, peuvent être démolis, et ce sur la base d'une délibération datée de 2016 autorisant le maire de l'époque à démolir les constructions irrégulières sur ce domaine. Cette délibération n'étant pas abrogée jusqu'ici, autorise donc l'actuel maire à démolir les constructions sur ce site, de l'avis du Général Ravelonarivo Angelo.

S'agissant de l'affaire de la station MBS, le préfet de police rappelle que le bail emphytéotique entre cette société et la CUA date de 2000.  Il rappelle qu'une délibération de consolidation a été adoptée en 2016.  Le locataire d'Ankadilalana remarque toutefois que cette récente délibération

est irrégulière, étant donné qu'elle ne figurait pas dans l'ordre du jour mais a été insérée dans la rubrique « Divers ». Il pose la question de savoir s'il y a abus de majorité au sein du Conseil municipal. Par ailleurs, le préfet de police constate une inobservation des clauses du contrat liant MBS à la CUA, notamment en ce qui concerne le non-paiement du loyer. Or, il indique que conformément à l'article 5 du contrat de bail, en cas d'inobservation d'une clause du contrat par le cocontractant, la CUA peut donc résilier unilatéralement le contrat, ce qui lui fait dire que le maire est dans son bon droit actuellement.

La Rédaction

La Vérité0 partages

En simultané

Sans répit, sans repos et sans transition ! Le pays s'achemine vers la sortie de la crise sanitaire due à la pandémie de Covid-19. Sauf rebondissement imprévisible du funeste bilan (contaminés, formes graves et décès), la Grande île se débarrassera du SARS-Cov-2 vers la fin du mois de septembre. Pour l'heure, la bataille continue. On n'est pas encore sorti de l'auberge. Certes, le Gouvernement lâche du lest et desserre de façon conséquente l'étau du confinement. Mais, la rigueur des  consignes demeure intacte et chaque citoyen est appelé à se soumettre au respect strict des mesures incontournables. Durant ces cinq mois de lutte contre la pandémie, le Gouvernement n'a concédé aucun répit ni repos. Et même temps, en simultané, les machines  dans les chantiers des grands travaux entrant dans le cadre des promesses présidentielles ne cessent de tourner. Après la Covid-19, il n'y aura pas non plus de transition car on va s'attaquer immédiatement à la relance de l'économie dont les contours ont été déjà prévus.

 

Dès l'entame de la bataille contre Covid-19, le Chef de l'Etat annonça une série de dispositions à caractère social pour soutenir la population et des secteurs porteurs de l'économie victimes des consignes obligatoires entre autres le confinement. En effet, les effets négatifs de la pandémie frappent durement les populations vulnérables vivant dans l'informel et des milliers de travailleurs perdent leurs emplois.

Des actions sociales, le « sosialim-bahoaka », dénommées « Tosika fameno », « Vatsy tsinjo », « Tsinjo fameno » entrent en jeu visant à accompagner les couches sociales vulnérables et les salariés handicapés par  la crise. Le Président Rajoelina en personne supervise l'organisation des distributions dans les Fokontany, à problèmes. Par ailleurs, à Ambatomaro, accompagné de son épouse, il est venu   sur place pour apporter les aides, « Tsinjo Fameno », destinés aux salariés comme c'est le cas de l'entreprise franche « Akanjo ». L'Etat s'engage en coordination avec la CNAPS et la BFV-SA  à mettre à la disposition des travailleurs une enveloppe de 52 milliards Ar. Des prêts à taux zéro allant de 200.000 à 250.000 Ar et remboursables de 12 à 24 mois. Les membres du Gouvernement désignés coachs auprès des quartiers de la Capitale ou des Régions touchées par la pandémie se démènent sur terrain et s'occupent directement des répartitions des vivres.

D'autres, les sociétés et entreprises ne sont pas en reste. Dans le cadre du Plan Marshall décrété par  le régime, une enveloppe de 1.043 milliards sera consacrée à soutenir les secteurs d'activités économiques du pays. Entre autres, le crédit « Miarina » se chargera d'accompagner les PME et PMI sous-forme de prêts au taux d'intérêt de 8%. 15 milliards Ar ont été déjà débloqués jusqu'à maintenant favorisant 280 unités de production (PMI, PME).

Dans le domaine sportif, les grands chantiers de construction des stades ou des piscines « Manara-penitra » promis par le Président à travers le pays n'ont pas connu d'arrêt. En simultané avec la guerre contre la Covid-19, les travaux avancent et seront livrés à temps du moins avec un léger décalage. A noter que 61 stades, 2 piscines olympiques et 18 gymnases sont à construire selon le programme du Chef de l'Etat. A Mahamasina, au Stade Barea, comme ailleurs, les édifices et les terrains prennent forme.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Changement climatique - Le tarissement du lac d’Andranobe menace la pisciculture

Une situation alarmante. Dans la Région de Vakinankaratra, après l’agriculture, c’est la pisciculture qui est actuellement menacée par le tarissement du lac d’Andranobe. La vulnérabilité de Madagascar face aux impacts du changement climatique se manifeste de jour en jour. Aujourd’hui, ces impacts ne se limitent pas simplement au climat. Les activités de production en pâtissent également, plus particulièrement dans le domaine agricole. Ce dernier repose sur les conditions climatiques. Si celles-ci changent à tout bout de champ, il y aura des effets indirects mais aussi directs sur toutes les activités. Pour le cas d’Andranobe, à cause du manque de pluies, le lac se dessèche à une vitesse alarmante.

« La dégradation des zones forestières de la région s’est intensifiée, accentuant les impacts du changement climatique tels que la variation des températures et la perturbation au niveau des saisons. Les pluies se raréfient et deviennent plus intenses. Les zones de production sont alors soumises à l’érosion et l’ensablement, tout comme le lac d’Andranobe. L’élevage de poissons court de gros risques », expliquent les responsables. Cette menace va impacter considérablement l’économie de la région vu que plus de la moitié des exploitants agricoles pratiquent également de l’élevage de poissons.

Face à cette situation, une concertation d’urgence s’est tenue cette semaine entre la Direction régionale de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, mais aussi celle de l’Environnement et du Développement durable de Vakinankaratra, le responsable du projet APDRA (Association Pisciculture et Développement Rural en Afrique tropicale humide) et la Coopérative des opérateurs en élevage de poissons d’eau douce. L’idée est de trouver des solutions écologiques pour remédier à ce problème. Toutefois, jusque-là, la seule solution évidente reste le reboisement. Pour la prochaine campagne, les parties prenantes entendent donc intensifier le reboisement pour protéger les bassins versants. A noter que le cas d’Andranobe n’est pas isolé car plusieurs lacs sont soumis aux mêmes conditions. Il est donc important de les identifier pour empêcher que ce problème nuise pour de bon aux producteurs et éleveurs.

Rova Randria

La Vérité0 partages

« Fako.io » - La première application axée sur l’éducation environnementale à Madagascar

Les déchets de toutes sortes représentent la principale origine de la pollution de l’environnement, plus particulièrement dans les grandes villes. A Antananarivo par exemple, les mauvaises habitudes prédominent encore. Les habitants continuent de jeter leurs ordures n’importe où et de faire leurs besoins là où bon leur semble. Pour prévenir ces mauvaises pratiques, l’entreprise Media Click a décidé d’associer le numérique avec l’éducation environnementale. Pour ce faire, elle a notamment créé la première application « fako.io » axée sur l’éducation environnementale. Cette application permet de repérer facilement les infrastructures de propreté dans la ville, à savoir les toilettes publiques, les poubelles ainsi que les centres de tri et de recyclage des déchets.

 

« Grâce à un système de géolocalisation, l’application aide l’utilisateur à retrouver l’infrastructure la plus proche de sa position. Lors de nos déplacements, nous nous demandons toujours où nous pourrions trouver des toilettes ou des poubelles. Avec cette application, la question ne se pose plus », a expliqué Tojo Raminoharijaona, directeur général de la société Media Click. « Avec cette application, notre principal objectif est de sensibiliser les internautes à la propreté et au respect de l’environnement qui l’entoure, vu qu’ils ne jetteront plus leurs ordures que dans les endroits prévus à cet effet », rajoute-t-il. D’autre part, les utilisateurs pourront également émettre des avis et des retours sur la qualité des infrastructures.

Pour l’entreprise, c’est surtout une contribution aux actions de préservation de la nature. Pour avoir le maximum d’impacts, tout le monde doit contribuer, aussi petite soit l’action entreprise, comme le dicton le dit : « les petits ruisseaux font les grandes rivières ». De surcroît, l’application est téléchargeable gratuitement. Plus d’une cinquantaine d’infrastructures y ont déjà été répertoriées. Après la Capitale, « fako.io » entend s’étendre dans tout Madagascar.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Réouverture de la RN2 - Ruée inévitable vers la mer !

Toutes les places réservées. La majorité des coopératives de transport national desservant Antananarivo et Toamasina affichent un guichet fermé. Ceci dès la première journée de réouverture de la RN 2, annoncée par le Président de la République Andry Rajoelina. Parmi ces voyageurs figurent des vacanciers, lesquels ont attendu depuis des semaines la réouverture des frontières pour humer le vent marin. La ruée vers la mer semble inévitable dans les prochains jours pour ceux qui en ont les moyens. « Nous nous étouffons à Antananarivo depuis ces 5 derniers mois. L’évasion, le changement d’air et les vacances au bord de la mer constituent nos besoins fondamentaux face à la crise sanitaire actuelle.

Au départ, nous avons prévu de faire nos vacances à Mahajanga, mais les frontières y restent fermées, d’où le changement de direction à Toamasina », nous confie Hasina R., jeune cadre travaillant dans la télécommunication. Sa famille, composée de 4 membres, a mis de côté 600 000 ariary pour quelques jours de vacances dans la partie Est de Madagascar. Effectivement, cet axe reste la seule option pour les vacances puisque les autres restent fermés pour les gens de la Capitale.

Une aubaine pour les commerçants et opérateurs

La réouverture de la RN2 représente un grand soulagement pour les opérateurs et commerçants œuvrant sur cet axe. Les restaurateurs de Marozevo et de Moramanga, les commerçants de fruits et leurs dérivés ainsi que détaillants des produits artisanaux à Antsampanana font partie de ceux qui se réjouissent de cette décision présidentielle. Ils ont travaillé à perte, voire chômé depuis des mois à cause de la fermeture des routes. « Le retour des vacanciers est une aubaine pour notre commerce. Nous envisageons même de rappeler les employés que nous avons licenciés à cause de la crise », avance Freddy, propriétaire d’un mini-resto à Antsampanana.

D’un autre côté, la plupart des hôtels à Toamasina, Vatomandry et Foulpointe notent des réservations complètes depuis mercredi dernier. Bon nombre d’établissements hôteliers ont même augmenté leur tarif, en profitant de la forte demande en ce moment. « Nous avons fait une réservation d’une chambre familiale au sein d’un hôtel à Foulpointe depuis lundi dernier, même si notre voyage ne se fera que la semaine prochaine. Ma benjamine doit d’abord passer son examen du CEPE ce mardi », fait part Théo R., fonctionnaire de l’Etat. Bref, la réouverture de la RN2 profite aux transporteurs, aux voyageurs, aux opérateurs et aux employés œuvrant sur cet axe.

Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Kidnapping d’enfants albinos - Les commanditaires sur le point d’être démasqués ?

Dans le Sud, les enfants albinos ne peuvent plus vivre en paix comme leurs camarades à pigmentations ordinaires. Ils sont constamment exposés au risque d’être enlevés, notamment depuis ces deux dernières semaines. Ce qui a récemment fait sortir de sa réserve l’un des chefs de « Dinabe » au sein des collectivités locales. A ce leader de groupe d’auto-défense locale de faire alors une mini-révélation à propos de la filière. D’après ses dires, et ce, sur la base d’un renseignement, le réseau aurait établi sa base dans la ville de Sakaraha. « Tous les petits innocents qui ont été enlevés avaient été emmenés là-bas », s’est-il alors exprimé devant le micro d’une station privée locale.

 

Les commanditaires du forfait, du moins ceux qui sont les plus fréquemment cités, seraient connus. Pour étayer les preuves, ce chef local de « Dinabe » affirme détenir divers renseignements à propos des suspects et de leurs agissements. « Le petit albinos qui avait été enlevé à Manja saura dire beaucoup de choses à ce sujet », s’est-il contenté de dire. Pour l’heure, le concerné ne demande qu’une chose : que les enquêteurs fassent le plus rapidement possible la réquisition des appels sur trois téléphones appartenant à des dahalo ayant perdu leurs vies au cours d’une opération militaire. Pour

ce chef de « Dinabe », les contenus de ces téléphones permettront sans doute de lever un coin de voile sur le mystère de ces kidnappings d’albinos dans le Sud. « Je m’adresse particulièrement au secrétaire d’Etat à la Gendarmerie pour qu’il agisse avec la plus grande fermeté et rapidité pour ficeler le sort des personnes impliquées, certaines d’entre-elles étant déjà entre les mains de la Gendarmerie », martèle-t-il. Enfin, il a rappelé la mission du « Dinabe » qui consiste à aider les Forces de l’ordre à rechercher les suspects dans cette affaire.

F.R

La Vérité0 partages

Braquage d'une station-service à Morondava - L'arme utilisée appartiendrait à un élément des Forces

Le 20 août dernier, une station-service Jovena du quartier d'Andakabe, à Morondava, fut le théâtre d'un braquage. Depuis, l'enquête de la Police a débouché sur l'arrestation de deux suspects qui, par la suite, ont été placés sous mandat de dépôt. Mais l'affaire ne s'est pas arrêtée là. La poursuite de l'investigation des Forces de l'ordre a conduit à une révélation. Bien que l'information soit officieuse, et en attendant que tout soit confirmé, l'arme de poing que le gang a utilisée durant son forfait, appartiendrait à un membre de ces Forces de sécurité.

 

L'on ne peut s'empêcher de s'interroger s'il s'agit ou non de ce troisième suspect évoqué dans l'affaire, mais actuellement en cavale. Des bribes d'information glanées auprès de certaines sources, et avant le hold-up de cette station, l'élément des Forces en cause aurait été déjà pris en faute, par au moins deux fois de suite dans l'exercice de sa fonction. On lui reprocherait d'avoir facilité, intentionnellement ou accidentellement, la fuite des individus incriminés dans des affaires louches et auxquels ses supérieurs lui ont confié la garde et la surveillance au cours d'un déplacement.

Pour le moment, la Police n'a confirmé, ni infirmé. Néanmoins, le service de Police local a promis une enquête à ce niveau, et déclaré ne devoir tolérer en aucun cas l'élément mis en cause, si jamais il s'avère coupable.

Pour revenir brièvement aux faits, les assaillants, au nombre de trois, avaient attaqué par surprise les pompistes de cette station. Pendant qu'un agresseur a délesté un pompiste du sac contenant la recette de la journée, non sans que le premier ne l'ait brutalisé, les deux autres ont fait le guet dans le périmètre tout en continuant également de menacer de tuer les agents de cette station en cas de résistance.

Franck R.

Midi Madagasikara0 partages

Holafitry ny mpanao gazety : Nanolotra « gel hydroalcoolique » sy ny aro tava teto Toamasina

Taorian’ny tao Ambatondrazaka sy Moramanga, dia nitohy teto Toamasina I ny fitsidiham-paritra ataon’ny holafitry ny mpanao gazety notarihan-dRakotonirina Gerard sy ireo mpiara-miasa aminy. Nandritra izao fitsidihana nataon’izy ireo izao no nanoloran’izy ireo ny « gel hydroalcoolique » sy ny aro tava ho an’ireo mpanao gazety teto Toamasina I. fiaraha-miasan’ny holafitra tamin’ireo malala-tanana sy ireo mpiara-miombona antoka amin’ny mpanao gazety, nahitana ny firenana mikambana – ny Unesco, no nahazoana ireto fanomezana ireto. Tsy tara akory ny fanampiana natao, fa tena tafiditra ao anatin’ny ady atao amin’ny Coronavirus mihitsy, satria tsy mbola tapitra akory ny Covid19 na efa miverina tsikelikely amin’ny fiainana andavanandro ny vahoaka amin’ireo faritra maro manerana ny Nosy, ka izay no tokony mbola hitandremana ho an’ny be sy ny maro. Nanipika koa ny filohan’ny holafitry ny mpanao gazety nandritra izao diany teto Toamasina izao, fa aoka tsy hosarasarahan’ny hevitra tsy mitovy sy ny hadalan’ny mpampisaraka isika mpanao gazety, satria asa iray isika, noho izany aina iray ihany koa ka mila mifanohana. Ankoatra izany dia tsy tonga tamin’ity fivoriana nataon’ny holafitra fanolorana fanampiana ity ireo mpanao gazety avy amin’ny fanjakana teto Toamasina. Ny antony dia baiko avy amin’ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina ny tsy handraisan’izy ireo izany fanampian’ny holafitra izany. Hitohy any Fenerivo Atsinanana faritra Analanjirofo indray ny dian’ny holafitra tarihan’ny filohany amin’izao fitsidiham-paritra atao mitondra fanampiana izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Football : Upamecano, une vraie force de la nature

Le Canadien Davies constitue une pièce essentielle de la défense du Bayern de Munich

S’il y a un homme qui a marqué cette Ligue des champions 2020, c’est bien Upamecano,le tour défensif du RB Leipzig. Elu meilleur joueur du match contre l’Atlético, il a manifestement sa place chez les Bleus de Didier Deschamps tant il a montré qu’il se trouve aujourd’hui au plus haut niveau.

Certains avancent déjà que Dayot Upamecano peut prendre la place de Varane qui a complètement raté sa Ligue des champions 2020. Le poids de l’âge peut-être. Une raison suffisante pour renouveler l’effectif de l’Équipe de France. Lui qui s’est mis à l’école française dès son plus jeune âge malgré ses origines car ses parents sont nés en Guinée Bissau. Upamecano par contre est né à Evreux en octobre 1998, pour ensuite poursuivre son apprentissage du football à Valenciennes où il a été appelé en Equipe de France championne d’Europe chez les moins de 17 ans en 2015.

Ses qualités athlétiques  font de lui un défenseur idéal, tant il sait utiliser sa puissance. Une vraie force de la nature qui a séduit le RB Salzbourg (2015-2017) puis le Red Bull Leipzig depuis janvier 2017.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la corruption : Bianco doté en matériels par le Japon

Le gouvernement japonais a doté le Bianco en matériels pour lutter contre la corruption. (Photo fournie)

Le nouvel ambassadeur du Japon à Madagascar, SEM Higuchi Yoshihiro, a effectué une visite de courtoisie auprès du Directeur général du Bureau Indépendant Anti-corruption (BIANCO), Andrianirina Laza Eric Donat, hier, au siège du BIANCO sis à Ambohibao.

L’ambassadeur du Japon voulait s’enquérir davantage de la situation de la lutte contre la corruption à Madagascar, notamment en ce qui concerne des avancées et des perspectives de la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Lutte Contre la Corruption dans la Grande Ile. En réponse, le DG du BIANCO lui a dressé le panorama global de la situation de cette lutte depuis sa création en 2004 en insistant sur son action depuis qu’il est nommé à la tête du Bureau en 2019. Après lui avoir fait part des différentes contraintes auxquelles le BIANCO fait face, les deux personnalités évoquent ensemble les voies de l’approfondissement de la coopération bilatérale dans l’avenir dans le domaine de l’anti-corruption.

Nouveau bâtiment. Il convient de rappeler que le gouvernement japonais a soutenu les activités du BIANCO à travers son agence d’exécution JICA, puis notamment à travers le financement de la construction d’un nouveau bâtiment, baptisé TOKYO, ainsi que l’équipement de matériels composant le parc automobile et informatique du Bureau. Très engagé dans la promotion et la préservation de la bonne gouvernance à Madagascar, le Japon, à travers sa représentation diplomatique, a promis de continuer son appui technique et financier en faveur du BIANCO dans l’acquittement de ses missions. En marge de cette cérémonie, le DG du Bianco a tenu une conférence de presse. Ce fut une occasion pour lui de souligner que le bureau indépendant anti-corruption n’a pas cessé de travailler notamment par le télétravail. Et que durant le confinement, il n’a pas manqué aussi de réceptionner les doléances.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Kaominina Fanandrana : Nitsidika ireo asa mandeha ny governoran’Atsinanana

Taorian’ny fitsidihan’ny governora Atoa Rafidison Richard Théodore ny tapany atsimon’i Toamasina, ka nijereny ireo asa mandeha amin’ny fanamboarana ny kianja manara-penitra ao Brickaville, sekoly manara-penitra tao Vatomandry, ary kianja manara-penitra ihany koa tao Mahanoro, farany teo; dia nitsidika ny tao Fanandrana ny governoran’Atsinanana omaly. Tamin’ity fitsidihana nataony ity no nahatsapana fa miroso ny asa fanamboarana ny sekoly Lycée ao Fanandrana izay efa vita hatrany amin’ny 60% amin’izao raha ny fanazavana. Raha ny fanazavan’ny governora dia heverina hovitaina alohan’ny fidiran’ny taom-pianarana 2020 – 2021 ity sekoly vaovao ao Fanandrana ity, satria ireo kaominina manodidina sy ireo fokontany 10 ao anatin’ny kaominina Fanandrana rehetra dia saika mandrato fianarana ao amin’ity Lycée Fanandrana ity avokoa. Ny fanazavan’ny DRENTP Atsinanana dia hahitana efitranon-tsekoly 12, efitrano fisakafoanana, efitrano ho an’ny tranom-boky, efitrano ho an’ny mpampianatra, ary efitrano ho an’ny talen’ny sekoly ity sekoly vaovao amboarina ity. Ankoatra izay koa dia nijery ny fanamboarana ny siniben-drano miaraka amin’ny “ZaraRano” ny ekipa sy ireo delegasionina niaraka tamin’ny governora Rafidimanana Richard Théodore. Famatsian-drano amin’ny alalan’ny fisintonan-drano any ambanin’ny tany no mamatsy ity siniben-drano ity, ka mahazaka hatrany amin’ny 30m3 ilay izy mandritra izany. Amidy ny rano raha vita eo fa tsy omena fotsiny, ka 0,5ariary isaky ny litatra ho an’ny daholobe sy 05ariary isaky ny litatra izany ho an’ny tokantrano manokana mangataka. Ny Ong NMS no miantoka ny famarotana sy ny fitantanana ny rano, ka raha mety tsara ny fitantanana dia hitatra amin’ny faritra hafa izany, satria atao mpitari-dalana ao Toamasina II izao asa famatsian-drano izao. Heverina ho vita amin’ny 15 septembre izao ny asa, ka amin’izay ny famarotana azy voalohany ho an’ny mponina.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

HOREB : Vers une digitalisation de l’agriculture

Les acteurs de l’HOREB sont fiers de réaliser une bonne récolte de pois de cap.

La sécurité alimentaire fait partie des axes stratégiques inscrits dans le référentiel HOREB (Hygiène, Organisation et Restauration de l’Environnement et de la Biodiversité).

Les acteurs qui adhèrent à ce système sont convaincus que c’est un des moyens efficaces face aux conséquences socio-économiques de la crise sanitaire liée à la pandémie de covid-19 à Madagascar. « D’aucuns constatent qu’il y a une importante suppression d’emplois suite à la baisse voire à la cessation d’activités des entreprises impactées par cette crise sans précédent. Aucun secteur d’activité n’en a pas été d’ailleurs épargné. Un risque d’explosion sociale est ainsi à craindre tant que la sécurité alimentaire ne sera pas assurée. Booster la production agricole s’impose ainsi. Pour ce faire, nous allons lancer une digitalisation de l’agriculture, en étroite collaboration avec l’opérateur en téléphonie Orange Madagascar et le CRS. Un projet pilote est mené dans les communes rurales de Milenake et Ankililoaka, district de Toliara II dans la région Atsimo-Andrefana », a déclaré Faly Rasamimanana, l’initiateur du référentiel HOREB, qui plus est le directeur général de Faly Export.

Interventions des techniciens. Dans le cadre de cette digitalisation de l’agriculture, un poste téléviseur dit Smart TV avec un convertisseur sera mis en place sur les champs afin que les techniciens puissent encadrer directement les paysans, et ce, via une connexion internet gratuite fournie par Orange Madagascar. « Force est de reconnaître que le nombre de techniciens agricoles est insuffisant pour couvrir toutes les zones d’exploitation éparpillées dans tout Madagascar. Les techniciens qui travaillent en partenariat avec les acteurs de l’HOREB interviennent ainsi par le biais de cette nouvelle technologie pour vulgariser les techniques de production appropriées au profit des paysans résidant dans ces deux communes pilotes. Il y aura des interactions en simultané entre les deux parties durant ces encadrements techniques. Dans la même foulée, les partenaires de l’HOREB, notamment Orange Madagascar vont distribuer des tablettes pour permettre aux paysans leaders locaux de prendre en photo ou en vidéo les éventuels problèmes  liés à l’agriculture. On peut citer, entre autres, les maladies affectant la culture. Les interventions des techniciens agricoles se feront ensuite plus rapides », a-t-il expliqué. A part cela, des téléphones portables seront mis à la disposition de ces paysans leaders afin de faciliter les réunions entre les communautés villageoises pour un partage de bonnes pratiques agricoles, et ce, sans se déplacer.

Faire face à la concurrence. Il faut savoir que 151 exploitants agricoles familiaux dans les communes rurales de Milenake et Ankililoaka, qui sont membres de la coopérative dénommée « Miharo Raiky », s’engagent à se lancer dans cette digitalisation de l’agriculture. Ce projet pilote qui va démarrer le 1er septembre 2020 touchera une superficie totale de 230 ha. Et ces producteurs ont déjà bénéficié de l’appui des acteurs de l’HOREB concernant l’accès aux semences sélectionnées de pois du cap et de black eyes depuis le début de cette année. « La première récolte de pois de cap a été bonne. En effet, les exploitants agricoles ont enregistré un rendement de productivité atteignant les 2 tonnes à l’hectare si auparavant c’était entre 600 kg e t 1 tonne/ha au maximum en raison de la dégénération de la filière. En plus, le calibre de la production obtenu répond bien aux normes d’exportation. On peut ainsi dire que, désormais, Madagascar pourra faire face à la concurrence des autres pays producteurs comme le Californie et le Pérou », d’après toujours Faly Rasamimanana, qui est l’un des opérateurs assurant la vice-présidence de cette coopérative qui a également adhéré au référentiel HOREB.  « Nous avons donné une opportunité aux paysans de devenir de vrais entrepreneurs ruraux. C’est pourquoi, ils sont représentés à la tête de cette coopérative. Mieux encore, les membres sont considérés comme des actionnaires. Ils perçoivent tous des dividendes à part la vente de leurs récoltes. D’autant plus, une industrie rurale sera bientôt mise en place. Ce qui permettra d’asseoir un développement durable et inclusif », a-t-il enchaîné.

Plan de mitigation. En tout, toutes les parties prenantes reconnaissent que l’amélioration de l’agriculture via cette technologie numérique contribue à la sécurité alimentaire de la population. « Cela fait partie du plan de mitigation permettant d’atténuer les impacts de cette crise sanitaire liée à la covid-19. Mais à part cela, le secteur privé et l’Etat doivent collaborer pour atteindre cet objectif. Le second ne devra pas ainsi mettre trop de pression sur les entreprises en réclamant d   es impôts alors que celles-ci sont au bout du gouffre à cause de la crise. En revanche, le secteur privé a l’obligation de contribuer au développement social dans le cadre de ses activités de RSE. Seule une collaboration et une entraide entre les parties prenantes  permettront d’assurer le développement socio-économique du pays », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Retour à l’école : L’UNICEF complète les mesures sanitaires

Le retour en classe des enfants a commencé dès le début de cette semaine dans certaines régions. Une réouverture des écoles qui devait s’accompagner de mesures sanitaires bien strictes dans le contexte actuel. Aussi, le gouvernement a déjà procédé à la distribution de masques aux élèves et enseignants concernés. L’UNICEF a lui aussi décidé de prêter main-forte aux autorités en complétant les mesures avec une campagne de désinfection des établissements scolaires au niveau des régions. Outre la désinfection, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance a également mis en place des installations de stockage temporaire, a amélioré les dispositifs de lavage des mains accompagné de savons, des produits de nettoyage et des affiches de promotion de l’hygiène dans les écoles.

Pour ce qui est de l’examen du CEPE prévu la semaine prochaine, apparemment, tout serait déjà en place et il y aura deux élèves par table-banc. Les sujets sont également prêts et peuvent être récupérés par les directeurs d’établissements.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Mutinerie à Farafangana : « Aucun ordre de tirer n’a été donné », dixit le ministre de la Justice

Johnny Richard Andriamahefarivo a conduit une délégation gouvernementale à Farafangana, mercredi dernier.

Le ministère de la Justice a  diligenté une enquête pour élucider les zones d’ombres sur l’affaire de mutinerie de dimanche dernier dans la prison de Farafangana. Alors qu’on dénombre actuellement 23 morts, le ministre affirme n’avoir donné aucun ordre de tirer.

Presque une semaine après les faits, le ministre de la Justice, Johnny Richard Andriamahefarivo, sort de son silence après l’affaire de mutinerie survenue dans la prison de Farafangana.  Selon lui, « aucun ordre n’a été donné » pour tirer sur les évadés et les mutins, et les responsables locaux « n’ont reçu l’ordre de qui que ce soit » allant dans ce sens, a-t-il soutenu devant la presse hier. Le bilan des victimes, est pourtant lourd avec 23 détenus morts, dont 20 ont succombé aux balles des forces de l’ordre et trois autres suites de blessures graves. Il a ainsi affirmé l’ouverture d’une enquête interne pour apporter la lumière sur les circonstances de ce drame. L’objectif d’une telle initiative, selon Johnny Richard Andriamahefarivo, est de déterminer si réellement des abus des autorités civiles, militaires, pénitentiaires, ont eu lieu au moment des faits, aussi de confirmer ou non « la thèse de légitime défense véhiculée par certains » selon ce dernier. Quoiqu’il en soit, l’affaire qui a attiré la foudre des critiques des organisations de défense des droits de l’Homme, a mis le ministère de la Justice sous les feux des projecteurs.

Mauvaise foi. Les organisations de défense des droits humains ont dégainé contre le gouvernement et évoque une « violation du droit de toute personne à la vie ». Amnesty International parle d’une « terrible atteinte au droit à la vie ». Le ministre de la Justice est dans la ligne de mire de ces organisations. Et la situation carcérale dans le pays, toujours un sujet de discorde, est pointée du doigt par ces défenseurs des droits humains. « Nous avons signalé à de nombreuses reprises aux autorités que les conditions de détention sordides à Madagascar, exacerbées par la surpopulation et le manque de ressources, auraient des conséquences tragiques », a déclaré Deprose Muchena, directeur régional pour l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe d’Amnesty International. Mais dans le cas de Farafangana, si « les détenus se sont évadés afin de protester contre leur maintien prolongé en détention provisoire » selon l’Amnesty International, il n’y a lieu d’aucune « question de mauvaise foi » s’est défendu le ministre, mais plutôt d’une « question de procédure ». Car, selon Johnny Andriamahefarivo, les dispositions prises dans le cadre de la crise sanitaire ont conduit à la suspension des activités judiciaires, entre autres, le traitement des dossiers criminels.

Dysfonctionnement. Toutefois, ce dernier a reconnu que le « manque de moyens, le manque de magistrats, certaines attitudes des gardes pénitentiaires, ainsi que l’état de délabrement des prisons du pays dont beaucoup datent des années coloniales »  ont conduit à des dysfonctionnements au niveau de la justice qui peuvent se dégénérer dans certains cas comme celui de Farafangana. Ceci dit, selon Johnny Richard Andriamahefarivo, le gouvernement, conscient de la gravité de la situation carcérale plombée par une surpopulation flagrante, a fait beaucoup pour sauver la face en construisant des nouveaux établissements pénitentiaires dans plusieurs districts comme celui de Fianarantsoa, Sambava, Toamasina, Imeritsiatosika, Antananarivo Avaradrano et Sainte-Marie. D’autres sortiront de terre l’année prochaine, selon toujours le garde des Sceaux.

Sanction immédiate. Une enquête indépendante est vite réclamée par les organisations de la société civile pour élucider les zones d’ombres qui planent sur cette affaire. « Une commission d’enquête regroupant parlementaires et éléments compétents de la société civile, dont les responsables religieux, doit être mise en place rapidement pour déterminer les responsabilités et proposer des solutions, comme l’identification et la sanction immédiate des responsables du désespoir qui ont conduit les détenus à la mutinerie », a déclaré mardi dernier, la commission nationale indépendante de droit de l’homme. « Les autorités doivent immédiatement diligenter une enquête indépendante sur la mort de ces détenus, et traduire en justice les responsables présumés de ce recours injustifié à une force meurtrière. Il faut ordonner aux forces de sécurité de cesser immédiatement d’employer illégalement la force létale », a quant à elle, réclamé l’organisation Amnesty International.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Hack Ur Culture : Hackathon pour façonner les institutions Glam africaines

Hackathon au Goethe-Zentrum au Pérou en 2019.

Initiative du Goethe-Institut Johannesburg et la Credipple, Hack Ur Culture appelle tous les pionniers créatifs et technologiques à un Hackathon du patrimoine culturel pour façonner l’avenir des institutions Glam africaines. Hack Ur Culture est une plateforme virtuelle qui regroupe des institutions Glam incluant les galeries, bibliothèques, archives, musées, avec des esprits créatifs et des passionnés de technologie pour créer des collaborations et des innovations provenant de données culturelles ouvertes.Ce Hackathon est ouvert aux jeunes professionnels enthousiastes dans les industries créatives et culturelles de l’Afrique subsaharienne dont Madagascar, comme les développeurs de jeux, développeurs d’applications, designers, chercheurs, médias, journalistes, écrivains. Si Le Hackathon commence le 24 septembre 2020. L’événement s’étendra sur une période de trois semaines et les soumissions finales de projets seront soumises le dimanche 18 octobre 2020 à 23:59.h.

L’équipe gagnante aura une place pour participer au Hackathon de coding Da Vinci qui aura lieu en Allemagne en 2021 au mois d’avril ou août, selon les restrictions de voyage internationales. Les projets les plus impressionnants recevront des prix, et seront présentés dans l’exposition Fak’ ugesi 2020.

Le but est de contribuer à rendre les données sur le patrimoine culturel accessibles au public. Le Hackathon permettra aussi d’offrir un apprentissage et un développement efficaces, tout en mettant la question des données sur le patrimoine culturel à l’ordre du jour. Ceci pour aboutir à la mise en place d’une plateforme d’expérimentation et de découvrir ce qui est possible pour l’avenir des institutions Glam.

Zo Toniaina/ Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Football : La classe « biberon » débarque !

La dernière Ligue des champions a offert un tout autre visage avec la confirmation de jeunes pousses à peine sorties de l’adolescence mais, qui sont en train de mettre de l’ombre aux supposées stars. A leurs côtés en effet, les 33 ans et plus tels Messi, Muller, Suarez, Piquet et autres, ont tout l’air d’un vétéran. Même Mbappé, trop moyen en demi-finale qu’en finale, est plutôt dépassé par cette arrivée d’une nouvelle vague, voire d’une nouvelle classe biberon.

Mais autant le dire que c’est le résultat de cette course aux pépites enclenchée par les grands clubs européens. Et sur ce chapitre, le Paris Saint Germain a fait très fort en faisant signer depuis 2017 jusqu’en 2023 un jeune de 15 ans du nom d’El Chadaille Bitshiabu.

On cite également ceux qui ont fait parler d’eux au cours de cette Ligue des champions 2020. On fera d’ailleurs des portraits de ces jeunes dont le talent est inversement proportionnel à leur âge. Dans la foulée, on parle du tour défensif de RB Leipzig, Upamecano, du Brésilien du Real, Rodrygo, du Barcelonais Anssu Fati, du Canadien du Bayern, Alphonso Davies mais aussi de Vinicius, le feu follet du Real de Madrid. Bref les stars de demain et qui vont faire monter les enchères au cours des prochaines années.

Le phénomène El Chadaille Bitshiabu. Une belle pioche. C’est le moins qu’on puisse dire de cette recrue du Paris Saint Germain. El Chadaille Bitshiabu a débuté en tant qu’attaquant avant d’être replacé en défense centrale lors de son arrivée au PSG. Un vrai phénomène car à 12 ans, il mesurait déjà 1,90m.

Aujourd’hui on a affaire à un géant de 2m qui servait les intérêts de l’Équipe de France U16 avant une année d’avance.

Ses débuts n’avaient pourtant rien d’extraordinaires avec l’US Saint Denis à 6 ans puis l’AC Boulogne- Billancourt lors de la saison 2016-2017 avant le grand saut au PSG où le staff le met dans la formation des moins de 19 ans. En attendant mieux.

Rodrygo, la pépite brésilienne. Comme la plupart des professionnels brésiliens, Rodrygo a signé sa première licence au Santos à 6 ans. Un passage obligé en quelque sorte. Mais tout s’est vite accéléré par la suite, tant son talent est immense et son jeu à la Neymar, son idole, fascine.

Il a d’ailleurs signé son arrivée au Real de Madrid par la plus belle des manières en marquant un but contre Osasuna le 25 septembre 2019. La récompense est presque immédiate car Tito, le sélectionneur du Brésil, l’intègre dans l’équipe première même s’il s’agit d’une suite logique de sa carrière au sein de la seleçao où il était présent à toutes les tranches d’âge depuis les moins de 13 ans.

Mais dans un effectif pléthorique du Real, Rodrygo a réussi à se frayer une place en réalisant notamment un retentissant triplé contre le Galatasaray en coupe de l’UEFA. Lentement mais sûrement, le jeune Brésilien de 19 ans se positionne comme un cadre de Zinédine Zidane.

Alfonso Davies, l’homme des situations difficiles. C’est l’homme des situations difficiles. Sur le terrain comme en dehors. Sa vie n’a pas été du tout facile pour ce Ghanéen de souche et Canadien d’adoption après que sa famille ait fui la guerre civile.

A 5 ans, Davies débarque au Canada sans rien. Il n’avait même pas les moyens de se payer une licence pour jouer au football, mais il a pu intégrer un club grâce un programme d’aide.

Repéré par la franchise MLS des Whitecaps de Vancouver, à 14 ans, il a commencé à faire parler de lui. L’année d’après, Davies est devenu le plus jeune buteur de la 3e division nord-américaine. Un palmarès qui lui ouvre les portes du Major Soccer League.

Presque logiquement, il obtient la nationalité canadienne en 2017 et intègre le même jour l’équipe nationale.

Il signe au Bayern le 25 juillet 2018 alors qu’il avait tout juste 18 ans. Aujourd’hui, Hansi Flick l’utilise pour marquer à la culotte le meneur de jeu d’en face, même s’il est officiellement sur le flanc gauche de la défense. Il se faisait rarement débordé tout comme il arrive à adresser des centres lumineux pour les attaquants munichois.

Anssu Fati, la perle… espagnole. Plus jeune buteur de l’histoire de la Ligue des champions de l’UEFA, à 17 ans, Anssu Fati ,de son vrai nom Anssumane Viera Fati, est devenu un pion essentiel du FC Barcelone depuis son arrivée lors de la saison 2019-2020.

Un miracle ou presque pour ce jeune garçon de 18 ans, il est né le 31 octobre 2002 en Guinée Bissau mais qui a opté pour la nationalité espagnole. A raison du reste car sitôt fait, il a été appelé en équipe d’Espagne Espoirs le 10 décembre 2019.

Une voie toute tracée pour ce jeune attaquant aux dribbles déroutants mais qui devait malheureusement attendre son heure face à une concurrence très fournie pour ne citer que Antoine Griezmann ou encore Luis Suarez.

Vinicius Junior, le polyvalent du Real. Comme tout Brésilien qui se respecte, Vinicius Junior a aussi un nom très long, tout aussi long que son palmarès alors qu’il a à peine 20 ans. Il s’appelle effectivement Vinicius José Paixao de Oliveira.

Le jeune natif de Sao Goncalo, au centre de Rio de Janeiro, est connu pour sa polyvalence car il est tout aussi à l’aise sur les ailes qu’à la pointe de l’attaque. Mais il lui arrive aussi de défendre avec les qualités hors normes tant dans sa pointe de vitesse que sa maîtrise du ballon. Un vrai Brésilien comme on a l’habitude de voir avec en plus, une force physique et mentale qui font de lui la confiance de Zinedine Zidane. Essentiel en fait dans un groupe de stars mais des stars quelques peu vieillissantes. Une raison, une de plus, pour le staff du Real de miser sur la relève dont Vinicius en fait partie.

Dossier réalisé par

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Tsiroanomandidy : Nanolana zazavavy 14 dia nodorany ny tranon’ilay zaza

Ankizivavy kely iray vao 14 taona monja no niharan’ny fanolanana, tany amin’iny faritry Bongolava iny. Nangataka raharaham-pihavanana anefa ilay tovolahy nanao ny asa ratsy ary neken’ny fianakavian’ny an-daniny. Tsy vita anefa, fa taty aoriana may ny trano nipetrahan’io ankizivavy io ary nahiahiana tamin’izany ilay tovolahy.

Araka ny fampitam-baovao azo, dia ankizivavy kely iray vao 14 taona ary mbola mpianatra tamina sekoly ambaratonga faharoa fototra, no niharana fanolanana; izay nataona tovolahy iray teo an-tananan’izy ireo ihany. Tsy fantatra mihitsy ny zava-dratsy nataon’ity farany, raha tsy nitondra vohoka noho izay fanolanana nahazo azy izay ilay ankizivavy. Nony fantatra ny rain-janany, dia niezaka ny nifampiraharaha tamin’ny fianakavianan’ilay zazavavy  ny  fianakavian’ilay tovolahy izay marihana raha ny vaovao azo, fa manana ny maha izy azy eo an-tanana. Nanaiky izany iretsy an-kilany, saingy tsy maintsy mandray ny adidiny kosa ilay tovolahy nanolana sy nahabevohoka zaza tsy ampy taona. Nony taty aoriana, naneho ny maha ratsy toetra azy ilay lehilahy ary tonga hatramin’ny fampijaliana ilay vehivavy. Nanapa-kevitra ny hiditra ny fianakavian’ny vavy ka ny hampisaraka ny roa tonta. Andro vitsy taorian’izay anefa, nitrangan-javatra mampahonena indray iny avy aty amin’ny vavy, satria dia may kila hotohoto  tsy nisy noraisina intsony ny tranon’ilay vehivavy.

Nivantana avy hatrany tany amin’ilay lehilahy  nahiahian’ny rehetra. Satria raha ny voalaza dia toa hoe izy no hita farany nihaodihaody teo amin’ilay trano talohan’ny nahamay azy. Tsy nihanona intsony tamin’ny fanaovana raharaham-pihavanana ny fianakavian’ilay vehivavy lasibatra, fa nampiakatra ny raharaha teny anivon’ny tomponandraikitra. Nandray an-tanana izany avy hatrany moa ireo mpitandro filaminana, ary efa nalefa teny anivon’ny fitsarana izany taorin’ny fakana am-bavany ireo voarohirohy tamin’izany, omaly raha ny fampitam-baovao azo.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara0 partages

Musique : Bibiana la chanteuse malagasy qui trace sa voie aux USA

Bibiana, une chanteuse à suivre de près.

Active comme jamais, Bibiana, la chanteuse malagasy installée aux States, travaille actuellement sur son album. Mais en attendant, la chanteuse vient de sortir Wifi en featuring avec Jason Martin. Sur le même tandem, le duo livre une musique aux couleurs neo-funky, proche de The Week-end. L’influence américaine se ressent autant sur le clip qu’à l’audio. Wifi pourrait certainement plaire aux adeptes de Lion Hill, Shadow Bangz ou encore de Ga Ei Ren.

Bibiana est une artiste motivée, talentueuse et exotique. Née et ayant grandi à Madagascar, elle a commencé à chanter et à écrire très tôt. Bibiana s’efforce d’apporter une ambiance insulaire dans sa musique. En 2016, elle a sorti son premier EP le plus personnel intitulé «Ça c’était avant». Décrivant les détails de son passé à mesure qu’elle avance et espère de meilleures choses dans la vie. Quelques mois après sa sortie, Bibiana a signé chez Bentley Records, un label international basé à New York. Avec des chansons exclusives et inédites, elle continue de se produire dans et hors des États-Unis avec son groupe live et ses danseurs. Bibiana a eu l’occasion de se produire avec Twenty Øne PilØts. Elle s’est ouverte à des artistes africains majeurs tels Fally Ipupa et J.Martins. Alors qu’elle continue de grandir en tant qu’artiste, elle a une vision du monde, de la vie et une voix aux reflets uniques. À travers ses histoires, elle espère continuer à faire de la musique qui rassemble les gens mais aussi à faire de la musique qui égayera le quotidien de ses fans.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Ambohimangakely : Deux maisons attaquées par une bande de malfaiteurs en une nuit

L’insécurité reprend de l’ampleur dans les périphéries de la ville d’Antananarivo. Depuis ces dernières semaines de l’application de l’état d’urgence sanitaire alors que les forces de l’ordre concentrent davantage leurs efforts dans la ville, les malfaiteurs font la loi dans les campagnes. Tel fut le cas dans la commune d’Ambohimangakely, dans le district d’Antananarivo Avaradrano, la nuit du mercredi 26 au 27 août dernier vers 23 heures. Une bande de malfaiteurs, au nombre indéterminé, armée d’un fusil de chasse et d’armes blanches, portant des caches-bouches ont semé la terreur dans le village d’Antamponandranovao, fokontany Andranovao. Ils avaient comme cible deux maisons du quartier. Pour investir les lieux, ces individus ont lancé des jets de pierres sur les  toits des maisons, selon les  témoignages des victimes. Puis, ils se sont introduits de force dans les maisons ciblées après avoir fracturé les portes principales. Une partie de la troupe s’est introduite dans l’habitation et s’en est prise à toutes les personnes qui se trouvaient dans la maison pour les maîtriser. Alors que l’autre groupe entame la fouille de la maison. Au total, 2 millions 600.000 ariary et plusieurs objets de valeur dont deux bagues en or, deux téléphones portables et deux postes téléviseurs, ont été dérobés. Après leur acte qui n’a duré que quelques minutes, ils ont pris la fuite. C’était à ce moment que les victimes ont pu alerter le chef de village, qui à son tour, a téléphoné la brigade de la gendarmerie d’Ambohimangakely. Saisis tardivement, des éléments de patrouille des forces de l’ordre appuyés par quatre gendarmes de la brigade d’Ambohimangakely ont débarqué sur les lieux vers 23 heures 50. Après constatation des faits, ils sont partis à la poursuite des malfaiteurs. Malheureusement, cela  n’a pas porté ses fruits. Jusqu’à cet instant où nous écrivons cet article, aucun suspect n’ été arrêté. C’est pourquoi, le commandant de la brigade d’Ambohimangakely affirme avoir  renforcé  la sécurisation de sa circonscription à travers la redynamisation de l’autodéfense villageoise, et la multiplication des patrouilles de nuit dans la localité. L’enquête préliminaire effectuée par la gendarmerie a soulevé que la plupart des membres de cette bande étaient pieds nus, des gens de la campagne, qui sait ?

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Covid-19 : 03 décès de plus, 104 guérisons et 38 nouveaux cas

Lors de son intervention habituelle sur la chaîne nationale, le Pr Vololontiana Hanta a fait le point sur la situation de la Covid-19 à Madagascar. Pour hier, 03 nouveaux décès et 38 nouveaux cas ont été recensés dans le pays. Quant au nombre de personnes guéries, les chiffres restent très encourageants avec 104 en 24 heures. Pour les formes graves, aucun nouveau cas n’a été signalé. Notons toutefois le petit lapsus du professeur lors de son intervention et qui n’a pas échappé aux internautes, elle a dit à l’antenne que, Madagascar a recensé 30 nouveaux cas or les chiffres indiquent bel et bien 38 nouveaux cas. Et c’est ce dernier chiffre qui est réel pour ceux qui ont suivi l’émission spéciale à la radio.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Faire d’Antananarivo, une capitale où il fait bon vivre

Antananarivo n’est plus la Ville des Mille, mais elle est aujourd’hui une capitale de 2,6 millions d’habitants. Elle supporte cette charge humaine tant bien que mal. Les Tananariviens se sont adaptés à cette surpopulation et malgré tout l’inconfort que cela suppose, ils arrivent à vivre à peu près correctement. Le changement promis par le nouveau maire ne pourra se réaliser que petit à petit. La capitale de Madagascar ne peut pas se transformer en un laps de temps aussi court. Il y a encore beaucoup d’efforts à fournir pour que la ville devienne cette capitale moderne dont tout le monde rêve.

Faire d’Antananarivo, une capitale où il fait bon vivre

Les Tananariviens, du moins une partie importante d’entre eux, ont partagé l’ambition du nouveau maire de redonner à Antananarivo ses lettres de noblesse.Dès son installation à la mairie, il s’est tout de suite attelé à la mise en application de toutes les résolutions qu’il avait présentées durant sa campagne électorale. Mais comme on dit, il est difficile de passer à la réalisation de ses projets quand on se heurte à une opposition décidée à ne pas se laisser faire. Les démolitions de boxs et de magasins installés sur les trottoirs de la ville ont suscité un véritable tollé, mais elle a fini par être acceptée à la longue. La décision de dégager l’esplanade de pavillons, ayant été construits durant la mandat du précédent maire, a fait l’objet de nombreuses critiques; des menaces de porter l’affaire en justice ont été faites par les propriétaires de magasin se sentant lésés. Pour le moment, l’affaire est laissée en l’état, mais l’équipe de la CUA entend aller jusqu’au bout de ce qu’elle a décidé. C’est le nouveau visage d’Antananarivo qui est en train d’être esquissé. Il se heurte à une résistance acharnée de tous ceux qui ont cru disposer d’un titre de propriété légal. Le bras de fer ne fait que commencer. La population dans sa grande majorité ne prend partie. Elle attend l’issue de cette confrontation avec sérénité. Pour elle, l’essentiel est que la ville devienne une capitale où il fait bon vivre.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Transports et mobilité urbaine : Déplacement et suppression d’arrêts de taxi-be par la CUA

L’arrêt rapide de Soarano n’est plus.(photo Fb)

Amélioration de la mobilité urbaine et des transports publics dans la capitale de Madagascar, tels sont les motifs avancés par la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) pour appuyer sa note n°767-CUA/MI:AM IDU/DTM.2020 publiée en date d’hier. Ladite note déplace et supprime quelques arrêts de Taxi-Be d’Antananarivo. “L’arrêt minute” situé à Soarano est désormais supprimé si ‘l’on s’en tient toujours à la note émanant de la CUA. Aussi, l’arrêt “Paompy” du quartier d’Amboditsiry devient un “  arrêt rapide” et se situe dorénavant “devant la “charcuterie Lewis”. De même, l’arrêt intitulé “quincaillerie sambatra” sis à Mascar est supprimé. Un autre arrêt est aménagé devant le CSB II du même quartier si l’on s’en tient toujours à la note de la commune urbaine d’Antananarivo. Enfin, la note en question a supprimé le terminus de la ligne E.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Baccalauréat 2020 : Reporté au 19 octobre 2020, épreuves d’EPS supprimées à titre exceptionnel

Le baccalauréat de cette année est encore reporté.

Le report des dates des examens du BEPC de cette année a inévitablement entraîné le report des sessions du baccalauréat 2020. La décision de report a été prise en conseil du gouvernement du 26 août dernier. 

Donner plus de temps de préparation et d’assimilation des connaissances aux candidats, leur permettre un renforcement des acquis afin de les aider au mieux à faire face aux épreuves”, telles sont les motifs de la décision de report des dates des examens des sessions du baccalauréat de cette année si l’on s’en tient au communiqué émanant du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Prise en conseil du gouvernement en date du 26 août dernier, la décision en question, suivant l’arrêté N° 17851/2020-MESRS du 27 août 2020, reporté “au lundi 19 octobre prochain à 7 heures, le début des épreuves pour la session du baccalauréat d’enseignement général”. Ladite session devant prendre fin le vendredi 23 octobre 2020. Il conviendrait de noter que le même calendrier – 19 au 23 octobre – se chevauche avec celui de la première partie du baccalauréat technologique, ainsi que du baccalauréat professionnel et technique. La deuxième partie de la session du baccalauréat technologique, technique et professionnel devant se dérouler du lundi 26 au jeudi 29 octobre prochains à 7 heures. La décision de report est également motivée par l’impératif pour le ministère de tutelle de procéder à la préparation et à la désinfection des salles d’examens. Le nombre de ces dernières ont d’ailleurs connu une hausse compte tenu des mesures sanitaires telles que la distanciation physique d’au moins un mètre d’après le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Exceptionnelle. Le conseil du gouvernement du 26 août dernier a également décidé de supprimer de façon exceptionnelle, les épreuves d’Education physique et sportive pour cette année. Ce, afin de “ respecter les mesures sanitaires relatives à la lutte contre la propagation de la Covid-19” mais surtout “conformément aux directives données par le président de la république lors de son allocution en date du 20 août 2020 dernier suspendant toutes les compétitions sportives sur tout le territoire de la république”. Par ailleurs, le ministère de tutelle fait savoir dans son communiqué que “les études menées afin d’apprécier les différents critères et paramètres rentrant dans le cadre de la préparation des épreuves d’EPS de cette année révèlent que : les candidats ne sont pas suffisamment préparés pour les épreuves d’EPS et que ce manque de préparation risque de favoriser des malaises corporels ; les épreuves collectives constituent des facteurs favorisant la propagation du Covid-19 et qu’il y a un risque assez important de chevauchement des épreuves pratiques avec celles écrites des autres matières. Ce qui pourrait engendrer de forte perturbation sur l’organisation des sessions du baccalauréat d’après toujours le ministère. Avec ce report, les candidats disposent d’un temps additionnel pour combler les vides causés par la Covid-19.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Maevatanàna : Mirongatra ny vaky trano

Sesilany indray ny vaky trano eny amin’ireo fokontany maromaro eto Maevatanàna an-tapon-tanàna. Tokantrano maro no lasibatra, hatramin’ny fiandohany volana Martsa makaty. Izany hoe nandritra ny dimy volana nisihan’ny fihoboana makasika ny fisoroana ny fianakin’ny aretina « Coronavirus » no hita fa nanjaka ny vaky trano tato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna. Ankoatra ny fitaovan-dakozia sy ny vorona isan-karazany dia alain’ireo mpangalatra ny fahitalavitra sy ireo fitaovan-tokantrano lafo vidy, toy ny solosaina ary ny moto. Tsy ré tsaika ireo mpangalatra raha ny voalazan’ireo niharam-boina fa ny trano efa voaroba sy ireo entana banga amin’ny maraina vao samby mikoropaka ny rehetra. Raha ny tao amin’ny fokontan’Ambatofotsy dia moto scooter ira » niaraka amin’ny  kojakoja an-dakozia samy hafa kosa no nasesin’ireo olon-dratsy.Ny fokontany Ambatofotsy dia andrenesana tranga vaky trano sy hala-botry matetika. Manao antso avo amin’ny tompon’andraikitra mahefa ambony sy ny mpitandro ny filaminana mba hijery akaiky ny resaka vaky trano izay matetim-pitranga eto Maevatanàna ny mponina.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

CUA : Délibération du budget rectificatif 2020

Les conseillers municipaux de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA) ont tenu une session extraordinaire depuis le 26 août dernier, portant notamment sur la délibération du budget rectificatif 2020 de la CUA. Et ce durant trois jours. Selon le maire Naina Andriantsitohaina, il y aura un budget de 6 milliards d’ariary qui sera consacré à la réhabilitation, entre autres, des routes des 67 Ha, d’Ambondrona et d’Andravoahangy. Il n’a pas manqué aussi de souligner au passage les 5 milliards d’ariary de subventions du président Andry Rajoelina, ainsi que de 5 millions de dollars de la Banque mondiale qui vont servir notamment à la construction de blocs sanitaires et marchés municipaux. Nous en reparlerons.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Vatomandry : Mpamily cyclo-pousse voarohirohy nanolana zaza tsy ampy taona

Mahazo vahana mihitsy tato ho ato ity resaka fanolanana zaza tsy ampy taona ity. Saika handrenesana fitarainana momba izany avokoa na ambanivohitra na an-tanandehibe. Lehilahy iray mpamily cyclo-pousse no nosamborin’ny polisy tao amin’ny distrikan’i Vatomandry, faritra Atsinanana, ny 26 Aogositra lasa teo. Voapanga mantsy izy fa nanolana zaza tsy ampy taona. Nosamborina tao Antanambahiny ity lehilahy ity rehefa nisy solotenan’ny mponina tao an-toerana nampandre ny polisyny fisiana lehilahy iray izay nanolana zazavavy kely vao 9 taona monja. Nitranga izany ny 18 aogositra teo. Nandray andraikitra avy hatrany ny polisy ka nikaaroka ilay voalaza fa nahavanona io heloka io. Efa misokatra moa ny fanadihadihana momba ity raharaha ity ka andrasana ny vokany mialoha ny hanolorana ny Fitsarana ny voampanga.

T.M