Les actualités à Madagascar du Mardi 28 Avril 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara94 partages

Fano Andriamahefazafy, un Economiste : « On peut s’attendre à une baisse modérée des prix des carbur...

« Il faut tenir compte des autres paramètres qui déterminent la structure des prix des carburants », explique l’Économiste Fano Andriamahefazafy.

Les impacts de la chute brutale du cours de baril de pétrole sur le marché international suite à la pandémie du Covid-19, sont mitigés pour Madagascar. 

L’Economiste Fano Andriamahefazafy, qui de plus est un Enseignant-Chercheur à l’Université d’Antananarivo, l’a évoqué lors d’une entrevue avec la presse. En effet, « On parle ici de pétrole brut alors que le pays importe notamment des produits finis.  Il faut voir donc l’impact de la baisse sur le prix des produits raffinés avec ce que cela suppose comme décalage. La baisse au niveau du brut est surtout dictée par un effondrement de la demande. A titre d’illustration, la consommation mondiale est passée de 100 millions à 20 millions de barils par jour. A Madagascar, il y a eu une chute de la consommation nationale de 50% de carburants selon l’OMH (Office Malgache des hydrocarbures). Cependant, l’offre est abondante et s’est aggravée par la saturation des capacités de stockage », a-t-il expliqué. 

Moyen d’apurement des dettes. En revanche, « s’il n’y a pas de dépréciation de la monnaie nationale, on peut s’attendre à une baisse mais modérée des prix à la pompe au cours du second semestre de cette année, et ce, tout en tenant compte de l’évolution des autres paramètres qui déterminent la structure de prix des carburants », a-t-il enchaîné. Il est à noter que la prochaine vague d’importation de carburants se fera au mois de mai, et ce, suivant l’évolution de stock de Madagascar. « Et puisque nous ne disposons pas de raffinerie, on doit se conformer à l’évolution des prix des produits pétroliers affichés par les industries de raffinerie. Ceux-ci dépendent de ce qu’on appelle « marge brute de raffinage » qui se situe en moyenne à 4 USD/baril cette année pour le Brent ( pétrole brut) traité sur le marché boursier de Londres », selon toujours ses dires. Par ailleurs, l’Économiste Fano Andriamahefazafy a soulevé que le maintien des prix ou une baisse limitée pourrait être un moyen d’apurement des dettes de l’Etat vis à vis des compagnies pétrolières. Ces dettes s’élèvent à 172 milliards d’ariary à la fin de 2019, d’après les statistiques publiées par l’OMH. 

Éliminer les intermédiaires. « Il faut également remarquer que les recettes de l’Etat sur les produits pétroliers sont proportionnelles aux prix à la pompe. C’est un autre paramètre à prendre en compte. On comprend aussi les interrogations actuelles car, quand il y a une hausse sur le prix du pétrole brut sur le marché international, la répercussion sur les prix à la pompe n’attend pas trop », a-t-il précisé. Interrogé sur le projet d’importation directe de carburants par l’Etat, cet économiste a exprimé qu’un approvisionnement direct n’est pertinent que si ça permet d’éliminer des éventuels intermédiaires dans le circuit d’approvisionnement, ou d’encadrer les marges appliquées par les compagnies d’importation. « C’est comme le concept de circuit-court en vogue dans le domaine agricole notamment où les producteurs agricoles et les consommateurs trouvent un intérêt dans la configuration », a-t-il conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara37 partages

Covid-Organics : Des effets indésirables rapportés par des internautes

Le suivi des personnes ayant consommé le tambavy Covid-Organics est nécessaire.

La recommandation faite par l’Académie nationale de Médecine de Madagascar sur la nécessité de mettre en place un système de suivi des personnes ayant consommé le tambavy amélioré Covid-Organics trouverait tout son sens actuellement. Un système qui devrait permettre de « répertorier les éventuels effets secondaires ou encore les éventuels effets indésirables du tambavy CVO » d’après les explications du directeur de cabinet auprès du ministère de la santé publique interviewé par téléphone la semaine dernière. Des personnes qui se sont portées volontaires n’ont pas attendu que le système en question soit mis en place pour rapporter sur le réseau social facebook leur expérience après quelques jours de prises du Tambavy. Vahombey Rabearison, dans une publication faite sur facebook le 27 avril dernier rapporte que, la prise de la potion a entraîné un certain déséquilibre sur « le système de son état de santé en général ». Ainsi, Vahombey Rabearison aurait été atteint d’une « bouffée de chaleur soudaine ». Un effet qui a été poursuivie par des « démangeaisons sur tout le corps » selon toujours son témoignage et qui aurait été suivi de « cauchemars ». D’autres personnes ont également rapporté des effets indésirables comme « la nausée, la céphalée ou encore le besoin d’uriner fréquemment ». Il conviendrait de noter que les personnes qui ont partagé ces vécues ont affirmé vouloir continuer la prise du Tambavy, mais que leur publication servirait à alerter les autorités compétentes sur la nécessité d’élargir le champ des « contre-indications ».  

Recueillis par José Belalahy   

Midi Madagasikara37 partages

CVO : Une possibilité d’engranger d’énormes ressources financières, selon Gabriel Djankou, ancien Di...

Gabriel Djankou, ancien Directeur adjoint de l’OIT à Madagascar

De nombreuses personnalités s’expriment actuellement sur le fameux Covid-Organics,  la remède malagasy contre le Coronavirus. 

« Le CVO met en lumière Madagascar, pas seulement sur le plan médiatique mais cette solution permettra d’engranger d’énormes ressources financières damant ainsi le pion aux grandes multinationales pharmaceutiques ». C’est du moins l’avis de Gabriel Djankou, ancien Directeur adjoint de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) à Madagascar.

Dans une lettre ouverte adressée au peuple malagasy, ce haut fonctionnaire des Nations-Unies qui a passé dix années à Madagascar affirme haut et fort que, grâce au Covid-Organics, Madagascar peut devenir un sauveur de l’Afrique.  « Je pense,  sur la base de la réalité vécue mais analysée,  pouvoir éclairer l’opinion nationale malagasy que  cette opportunité sans précédent  permet enfin de vraiment   faire connaître Madagascar, plus seulement comme une île touristique mais désormais comme le « sauveur » de l’Afrique et de l’humanité face à cette pandémie du COVID 19 », déclare-t-il dans sa lettre, dont voici un extrait : « Peuple Malagasy. Personne ne doit vous voler votre fierté, car vous êtes la fierté de l’Afrique. Vous devez protéger votre Président et surtout son courage de faire valoir aux yeux du monde une solution Malagasy  à la pandémie mondiale. Je voudrais dire au peuple malagasy de ne pas se laisser perturber par les sirènes internes qui s’opposeraient à la démarche actuelle de faire du CVO une solution crédible pour la prévention, voire la guérison du Coronavirus.

Les opposants au processus sont dans leur rôle politique de ne pas applaudir l’adversaire. Très souvent, ils sont soutenus et financés par les lobbyings étrangers qui ne voient pas d’un bon œil cette initiative malagasy. Et pour causes: Madagascar a touché la fierté et l’orgueil des grands pays

Un « petit pays pauvre » – africain de surcroît- a pris une avance médiatique sur les grands :  Annoncer en grande pompe une solution à leurs problèmes. Ils n’acceptent pas cela.  L’esprit de colonisation et des colons a toujours voulu laisser croire que les solutions aux problèmes africains doivent fatalement  venir de l’Occident. Aujourd’hui, il y a une solution conçue par Madagascar pour les Malagasy et dont  l’Afrique et les africains peuvent s’enorgueillir.  Cette solution peut aider les pays du Nord s’ils laissent tomber leur orgueil scientifique légendaire.

Madagascar empêche les lobbyings internationaux du médicament de glaner de l’argent grâce au COVID 19. Des prétextes sont avancés pour exprimer des réserves voire interdire la potion malagasy. Ailleurs, certains pays vaccinent  leurs ressortissants avec des molécules qui n’ont pas respecté les délais cliniques. Mais parce que c’est des pays du Nord, ils ne sont pas frappés de la même réserve ni interdiction ».

Recueillis par R.Edmond. 

Midi Madagasikara13 partages

REGION MENABE : INSECURITE A MORONDAVA

L’insécurité connait une certaine hausse à Morondava.

Depuis le début du mois de mars, commencement du confinement, beaucoup de personnes oisives ont changé de vocations : le vol à la tire, grâce aux cache-bouches.

Bardés de cache-bouches, armés de haches, de coupe-coupe et de grandes coupe-chaines, des jeunes issus du quartier de Tsimahavaobe, Morondava, absolument méconnaissables avec leur accoutrement. Ils prennent d’assaut un passant du côté de Betela, vendredi 24 vers 18h. Ils ont détroussé le père de famille du gain de la semaine et l’ont roué de coups de gourdin. Les autres piétons s’enfuirent dès qu’ils ont entendus des coups de bâtons.

La semaine dernière, à Ambalanomby, un enseignant est tombé nez à nez, à 2h du matin, sur des cambrioleurs qui s’apprêtaient à voler des porcs chez lui. Celui qui faisait le guet lui  assena, par derrière, un coup de hache sur la tête et ils disparurent dans l’obscurité avec leur butin, laissant le professeur agoniser sur le sol. Et pourtant, nous sommes bien en état d’urgence sanitaire avec couvre-feu de 21h à 4h du matin, Région Menabe y compris. Aucune patrouille de police en vue, les malfaiteurs font leur besogne aisément. « Ils connaissent même l’itinéraire des forces de l’ordre car ils patrouillent en voiture » dit un habitant d’Antsakoameloka. Il avoue qu’il vaut mieux faire appel à la solidarité des voisins, au lieu de compter sur polices ou gendarmes.

Charles RAZA

Midi Madagasikara2 partages

Covid-Organics : La Guinée-Bissau entend affréter un avion spécial

Des dirigeants africains s’intéressent au Tambavy CVO. Après Félix Tshisekedi, président de la République Démocratique du Congo, et Macky Sall, président du Sénégal, ce fut au tour du président de la Guinée-Bissau, Umaro Sissoco Embalo, d’entrer en contact avec le président Andry Rajoelina à propos du remède traditionnel amélioré, Codiv-Organics. Dimanche dernier, les deux hommes se sont entretenus par visioconférence. La Guinée-Bissau vient d’enregistrer pendant le week-end son premier décès dû au coronavirus. Lors de cet entretien, Umaro Sissoco Embalo a félicité Madagascar et ses chercheurs. Il n’a également pas manqué d’exprimer son intérêt pour ce Tambavy découvert par l’Institut Malgache des Recherches Appliquées (IMRA). A travers une publication sur son compte Twitter, le président Andry Rajoelina annonce que le numéro Un de la Guinée-Bissau entend affréter un avion spécial pour récupérer à Madagascar des Covid-Organics. Ce dernier se proposerait d’approvisionner son pays, ainsi que les autres pays de l’Afrique de l’Ouest, de ce remède de l’IMRA. Pour le moment, aucune date n’a été fixée pour l’arrivée de ce vol spécial. Nul n’ignore que depuis le 15 mars, la Grande île suspend ses liaisons aériennes avec le reste du monde. La réouverture pourrait avoir lieu vers la mi-mai, selon une source au niveau du Ministère des Transports. Quoiqu’il en soit, l’Afrique et les africains commencent à s’intéresser à ce remède Malagasy. Hier, ce fut au tour d’un Haut fonctionnaire des Nations Unies, en la personne de Gabriel Djankou, ancien Directeur du Bureau International de Travail (BIT) qui a servi pendant dix ans à Madagascar, de publier une lettre de soutien et d’encouragement à l’endroit du peuple Malagasy.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

Morondava : L’insécurité gagne du terrain

Depuis le début du mois de mars, commencement du confinement, beaucoup de personnes oisives ont changé de vocations : le vol à la tire, grâce aux cache-bouches.

Bardés de cache-bouches, armés de haches, de coupe-coupe et de grandes coupe-chaînes, des jeunes issus du quartier de Tsimahavaobe, Morondava, sont absolument méconnaissables avec leur accoutrement. Ils prennent d’assaut un passant du côté de Betela, vendredi 24 vers 18h. Ils ont détroussé le père de famille du gain de la semaine et l’ont roué de coups de gourdin. Les autres piétons s’enfuient dès qu’ils ont entendu des coups de bâtons. 

 La semaine dernière, à Ambalanomby, un enseignant est tombé nez à nez, à 2h du matin, sur des cambrioleurs qui s’apprêtaient à voler des porcs chez lui. Celui qui faisait le guet lui  assena par derrière, un coup de hache sur la tête et ils disparurent dans l’obscurité avec leur butin, laissant le professeur agoniser sur le sol. Et pourtant, nous sommes bien en état d’urgence sanitaire avec couvre-feu de 21h à 4h du matin, Région Menabe y compris. Aucune patrouille de police en vue, les malfaiteurs font leur besogne aisément. « Ils connaissent même l’itinéraire des forces de l’ordre car ils patrouillent en voiture », dit un habitant d’Antsakoameloka. Il avoue qu’il vaut mieux faire appel à la solidarité des voisins, au lieu de compter sur policiers ou gendarmes.

Charles RAZA

Midi Madagasikara1 partages

Lutte contre le Covid-19 8 joueurs expatriés des Barea apportent leur part de briques

Généreux. Les Barea prennent leur responsabilité envers la population malagasy en cette crise sanitaire mondiale. Une preuve exacte de la continuité de la solidarité et de la communion qui a commencé depuis la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019. À l’arrivée du coronavirus à Madagascar, les membres des Barea ont fait appel sur les réseaux sociaux au respect des consignes d’hygiène pour éviter le Covid-19. Les joueurs étaient pleinement conscients de l’ampleur et de la gravité de la situation. Ils sont venus l’un après l’autre apporter leur soutien avec plein de générosité. A présent, huit joueurs ont fait leur devoir de citoyen à titre individuel. C’est l’attaquant de l’Al-Adala en Arabie Saoudite, Andria Carolus, qui a ouvert la marche en mars. Ce joker des Barea a parrainé trente familles malagasy pour un mois durant la période du confinement, en allouant une somme d’argent importante afin de couvrir leurs équipements ménagers, leurs fournitures, leurs besoins en nourritures et en désinfectants. Ensuite, Melvin Adrien et Thomas Fontaine, ces deux membres de Barea évoluant en France, ont décidé d’apporter leur soutien avec un don de 500 000 masques chacun ; tandis qu’Ibrahim Amada, le milieu du club d’Al Khor au Qatar, a financé 400 familles du quartier d’Ambohitrakely. Pour sa part, le capitaine des Barea Anicet Abel a donné 40 millions d’ariary de sa poche pour soutenir plusieurs secteurs dans la lutte contre le Covid-19. D’ailleurs, il en a fait spécialement don à son quartier d’origine à Andraisoro et aux habitants de « La Réunion Kely » en offrant des dons alimentaires. Quant à l’ex-capitaine, Faneva Ima Andriatsima, il n’a pas oublié le personnel de santé qui est en première ligne dans cette lutte, et leur a offert 50 sacs de riz blanc. L’attaquant de l’Abha Club en Arabie Saoudite a aussi promis de poursuivre ses actions dans les autres régions, notamment en Haute Matsiatra et à Atsimo-Andrefana. Quant à Bapasy, il s’est tourné vers la partie sud. Le défenseur de la JS Saint-Pierroise a fait don d’équipements sanitaires pour les élèves en classe d’examen dans la circonscription scolaire d’Amboasary Atsimo. Enfin, Voavy Paulin a également apporté sa contribution en aidant une association d’étudiants malagasy résidant en Egypte. En espérant que les autres membres de l’équipe de Barea vont rejoindre le mouvement, ces belles actions ont déjà touché tous les férus du ballon rond malagasy, et elles confirment encore la présence d’une forte solidarité et communion entre l’équipe et le peuple .

Recueillis par Manjato Razafy

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Anil Karim victime d’enlèvement hier matin

Anil Karim, distributeur de médicaments et produit pharmaceutiques à Madagascar, a été victime d’enlèvement le matin du 27 avril 2020. Selon les sources, l’acte a été perpétré à Ambatobe , quand il a dû s’arrêter à cause d’un barrage en pierre mis sur son chemin. C’est à ce moment que les malfaiteurs sont montés de force dans sa voiture, à mains armées et ont pris le volant. Sa voiture a été ensuite retrouvée non loin de l’enlèvement.
L’acte s’est passé vers neuf heures quarante-cinq du matin et les recherches ont déjà commencé. Le Collectif Français d’Origine Indienne de Madagascar a annoncé la nouvelle sur les réseaux sociaux sachant qu’Anil Karim est indien mais possède une nationalité française.
Madaplus.info0 partages

Présidence CAF : Ahmad confirmera lorsqu’il prendra sa décision

Le mandat du président de la Confédération Africaine du Football (CAF), Ahmad prendra fin cette année 2020. Quant à la présentation à un deuxième mandat, il a affirmé qu’il fera part de sa décision le moment voulu.
Les bruits ont circulé sur la décision qu’il va prendre. C’est ce qui l’a amené à tweeter qu’il est encore, actuellement, concentré sur la gestion du coronavirus, qui est un problème principale en ce moment. Ainsi, il a précisé que l’annonce de sa décision se fera par lui-même. Il met ainsi fin aux hypothèses médiatiques sur le sujet, en faisant cette annonce.
Madagate0 partages

Gabriel Djankou. Covid-Organics : Lettre ouverte au peuple Malagasy

Ry Malagasy rahalahy sy anabavy ary Ray aman-dReny havako,

J'ai passé 10 bonnes années à Madagascar. Je peux vous affirmer que votre pays est séduisant par son charme et attachant par ses Hommes.

De ma position de Haut fonctionnaire des Nations unies, j'ai côtoyé les hautes sphères, fréquenté les décideurs dans tous les secteurs, parcouru le pays de Tuléar à Diego ou de Tamatave à Fianarantsoa. Je me suis aussi fait beaucoup d'amis dont certains parmi vous sont des frères et sœurs avec qui aujourd'hui l'appellation « Namana » est de rigueur.

De ces préalables, je pense,  sur la base de la réalité vécue mais analysée pouvoir éclairer l'opinion nationale malagasy et sur cette opportunité sans précédent qui permet ENFIN de VRAIMENT connaître Madagascar, plus seulement comme une île touristique mais désormais comme le "sauveur" de l'Afrique et de l'humanité face à cette pandémie du Covid-19.

Peuple Malagasy. Personne ne doit vous voler votre fierté, car vous êtes la fierté de l'Afrique. Vous devez protéger votre Président et surtout son courage de faire valoir aux yeux du monde une solution Malagasy  à la pandémie mondiale.

Je voudrais dire au peuple malagasy de ne pas se laisser perturber par les sirènes internes qui s'opposeraient à la démarche actuelle de faire du CVO une solution crédible pour la prévention voire la guérison du coronavirus.

Les opposants au processus sont dans leur rôle politique de ne pas applaudir l'adversaire. Très souvent, ils sont soutenus et financés par les lobbying étrangers qui ne voient pas d'un bon œil cette initiative malagasy. Et pour cause:

Madagascar a touché la fierté et l'orgueil des Grands pays.

Un "petit pays pauvre" - africain de surcroît- a pris une avance médiatique sur les grands  et annoncer en grande pompe une solution à leur problème. Ils n'acceptent pas cela. L'esprit de colonisation et des colons a toujours voulu laisser croire que les solutions aux problèmes africains doivent fatalement venir de l'Occident. Aujourd'hui, il y a une solution conçue par Madagascar pour les Malagasy et dont  l'Afrique et les Africains peuvent s'enorgueillir. Cette solution peut aider les pays du Nord s'ils laissent tomber leur orgueil scientifique légendaire.

Madagascar empêche les lobbying internationaux du médicament de glaner de l'argent grâce au Covid-19.

Le CVO met en lumière Madagascar pas seulement sur le plan médiatique mais cette solution permettra d'engranger d'énormes ressources financières damant ainsi le pion aux grandes multinationales pharmaceutiques.

Des prétextes sont avancées pour exprimer des réserves voire interdire la potion malagasy. Ailleurs, certains pays vaccinent leurs ressortissants avec des molécules qui n'ont pas respectées les délais cliniques. Mais parce que c'est des pays du Nord, ils ne sont pas frappés de la même réserve ni interdiction.

Peuple Malagasy. Tout n'a pas été parfait compte tenu de l'urgence. Mais la Planète entière sur les plans médical, scientifique et même médiatique est à tes pieds. C'est le moment pour toi de montrer ton ingéniosité déjà appréciée dans le textile, l'artisanat, l'agriculture et le tourisme. C'est le moment de te mobiliser pour soutenir les institutions techniques et scientifiques qui travaillent sur le Tambavy COV afin que  les étapes scientifiques et cliniques éventuellement encore nécessaires aboutissent rapidement.

ALEFA MADAGASIKARA, ALEFA AFRIKA

Souvenirs émus et fidèles amitiés

MISAOTRA TOMPOKO.

MIRARY SOA. SAMY HO TAHIAN' ANDRIAMANITRA.

Gabriel Djankou

Ancien haut fonctionnaire OIT 2004- 2014  à Madagascar

 

Tia Tanindranaza0 partages

Madagasikara sy KaomoroManamafy ny fifandraisana hiatrehana ny Covid-19

Nifandray an-telefaonina ny minisitry ny raharaham-bahiny Kaomorianina, SOUEF Mohamed El-Amine sy ny ministry ny raharaham-bahiny, Tehindrazanarivelo Djacoba,

 

omaly. Niara nanao jery todika ireo ezaka vita nandritra ny fametrahana ara-pahasalamana ny roa tonta. Teo ihany koa izay ho mety akony eo amin`ny sehatry ny toekarena sy sosialy. Nanararaotra niarahaba ny fanjakana Malagasy aminn` ny ezaka vitan` ny IMRA (Institut Malagasy de Recherches Appliquées) momba ny Covid-Organics ny ministra SOUEF Mohamed El-Amine. Mankasitraka ihany koa ny tenany amin` ny fanaparitahana ny tambavy eo amin` ny tsena. Ny nosy Kaomoro sy Madagasikara moa dia efa mifandray ara-tantara ka samy mivonona hifanohana ny roa tonta ka niara nijery izay azo hifanampiana indrindra amin`ny fiaraovana ny ain` ireo terantany kaomorianina monina eto Madagasikara na koa ireo Malagasy monia sy miasa any Kaomoro amin` izao ady amin` ny “coronavirus” izao.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Covid Organics“Mila mailo amin`ny fiarovana azy”

“Voalohany, raha misy firenena manafatra ny tambavy Covid Organics na firenena asiatika io na afrikanina na tandrefa dia midika fa hankatoa ny firenena Malagasy izy ireo. Misy, araka izany, ny laza politika.

 

 

 Ianao tsy nampoizina hitondra fanefitra eto izao tontolo izao Faharoa, ny « enjeu économique ». Tsy maintsy hanana hambo-po ireo firenena matanjaka amin` ny hoe firenena mahantra no nahita ny fanafody nfanefitry ny aretina COVID-19. Farany, ny “enjeu scientifique”. Ireo Malagasy kely no nahita ity fanafody ity. Midika izany fa hanan-danja ny manam-pahaizana Malagasy. Ny fahavoazana eto amintsika anefa hatramin` izay dia tsy ny fanomezan-danja ireo manam-pahaizana Malagasy. Marihana fa na ny vaksiny anglisy sy alemaina aza mbola tsy nandalo andrana “Clinique” ary mbola ela izany!” hoy Radanoara Julien, mpahay ny fifandraisana iraisam-pirenena, raha naneho ny heviny mahakasika ny toe-draharaha eto amin` ny firenena. Mila fahamailoana kosa isika amin`ny fiarovana amin`izany vokatra izany mba tsy hisy hanao hosoka. “Tsy maintsy mametraka ny valim-pikarohana any amin` ny OMAPI (Office Malgache de la Propriété Intellectuelle). Toy izany ihany koa ny eo anivon` ny iraisam-pirenena toy ny OMPI (office mondiale de la propriété intellectuelle) » hoy izy. Notsipihany koa fa tokony hamafisina rahateo ny fanaraha-maso amin`ny fitsinjarana ny tambavy CVO mba tsy hanimba ny vokatra tsara izay nentina ireo mpikaroka Malagasy.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Lalatiana AndriatongarivoMiaro mafy ny tambavy CVO

Mitohy hatrany ny fizarana maimaim-poana ny tambavy Covid Organics (CVO) eto an-drenivohitra sy faritra maro hafa ihany koa.

Manoloana ireo feo sy resaka miparitaka amin` ny tambajotra serasera dia nanambara ny minisitry ny serasera sy ny kolontsaina no sady mpitondra-tenin` ny governemanta, Lalatiana Rakotondrazafy Andriantongarivo fa maro ny ezaka natao nahafahana nahita ny fikarohana mba ho tombontsoan` ny isam-batan` olona. Tsy arakaraky ny famendrofendron` ny olona eny amin` ny fesiboky sy eny rehetra eny. Tsy vao izao ny Malagasy no nampiasa tambavy na fisorohana aretina io na koa fitsaboana mihitsy. Efa voaporofo ireo lafin-tsara avy amin`ny zava-maniry, hoy izy. Namafisiny hatrany fa tsy adala ny IMRA nanao izay fikarohana izay. Profesora, dokotera, siantifika… nandinika ela sy nanao fikarohana manaraka ny fenitra. Tsy marina ny filazana fa tsy nandalo andrana sns… Nomarihany fa ny tambavy tsy mila mandalo sedra aminà andrana ara-tsiantifika sy ara-medikaly takiana tahaka amin` ireny fanafody simika. Notsindriany hatrany fa tsy ahiana hoe hisy voka-dratsy amin` ny toe-batana ny CVO. Tsy misy atahorana ka hoe hanimba taova anaty. Mandritra ny fito andro dia manamafy ny hery fiarovana anaty entina miady amin`ny “coronavirus”, hoy hatrany ny fanazavana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

AIRTELNanome fanampiana hitsinjovana ny sahirana

Sahirana avokoa ny ankamaroan’ny isan-tokantrano amin’izao fihibohana ateraky ny fiparitahan’ny tsimok’aretina COVID 19 eto amintsika izao.

 

 

 

 Tsy nanadino azy ireny ny orinasam-pifandraisana Airtel izay nanolotra fotsim-bary 2 taonina ho an’ny kaominina Antananarivo renivohitra sy 1 taonina ho an’ny foiben-toeram-pibaikoana na CCO any Fianarantsoa. Nahazo 1 taonina ihany koa ny CCO any Toamasina hozaraina amin’ireo marefo sy sahirana mba tsy hivoahany ny trano. Tanjona hoy ny tale jeneralin’ny Airtel Atoa Eddy Kapuku ny hamporisihina ny olona tsy hivoaka ny trano na dia ho an’ny ankohonany ihany aza hahafahana mandresy haingana ity valan’aretina ity. Tsiahivina moa ho an’ny kaominina Antananarivo renivohitra fa mandray an-tanana ireo olona mpatory an-dalana natoby eny Anosizato sy Nanisana izy ireo amin’izao fihibohana izao izay omena sakafo in-telo isan’andro, beazina hahalala fahadiovana ary hampianarina hahavelon-tena ihany koa rehefa miverina amin’ny fiainana andavanandro ara-dalana.

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Association Mitia-Soa Nizara fanampiana sy arotava teny Ambohimanambola

Nahazo alalana tamin’ny ben’ny tanàna am-perinasan’ny kaominina ambanivohitra Ambohimanambola ny “Association Mitia-Soa” tarihan’ny filoha mpanorina,

 

 

 

Zoky Datina, sy ny filoha am-perinasa, Mme Mirana, ka afaka nizara fanampiana hoan’ireo sahirana ao amin’ity kaominina ity niaraka tamin’ireo mpiasa ao aminy sy ireo sefo fokontany 10 mianadahy ao amin’ity kaominina ity ary nizara aro-vava ihany koa hoan’ireo mpivarotra amoron-dalana ao aminy tamin’ny sabotsy 25 aprily 2020 lasa teo. “Tena isaorana eram-po tokoa ireo sefo fokontany 10 mianady ireo tamin’ny fanampiana nahafahana nijery an’ireo tokantrano tena sahirana ao amin’ity kaominina ity izay tena mila tohan’aina, hoy Rtoa filohan’ny Association Mitia-Soa, nefa dia hisaorana manokana ihany koa ireo mponina notsidihana isam-pokontany izay nandray anay mpanolotra tamin'ny tsiky sy fifaliana ary ny nanolotra teny fampaherezana ihany koa . Voatsirambin’ny tanana kely ihany no azo natolotra, hoy hatrany ity filohan’ny Association Mitia-Soa ity, fa ny fo manolotra feno fitiavana no tena betsaka. Santatra am-bavarano ihany iny hetsika nataonay iny, hoy izy, fa hanao izay ho afaka araka izay vitanay izahay”.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy manao arotavaMahazo sazy henjana kokoa ireo be famaliana

Tsy hisy indrafo ny fampiharana ny lalàna ho an’ireo tsy manao ny arotava, izay nanomboka omaly ny fanasaziana ireo izay tratra tsy manao izany.

 

 

Raha misy tsy manaiky ny fanatanterahana ny sazy, dia hiditra amin’ny lalindalina kokoa ny fanjakana. Tsy ny sazy no tokony hatahorana fa ny fahatsapan-tenan’ny tsirairay. Raha mandà ny sazy  famafana làlana, fanadiovana zaridaina,… izay tombotsoan’ny rehetra dia mihatra aminy fehezan-dalàna famaizana, hoy ny Minisitry ny atitany sady Filohan’ny CCO Covid-19. Miditra amin’ny mafimafy kokoa. Hatreto aloha, dia manao an-kitsim-po izay tratra, ary andeha tsy hatao hoe sazy, fa adidy ilay izy, hoy ity minisitra ity.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mieli-patrana ny CoronavirusAiza ny fitiliana 1000 isan’andro nampanantenaina?

Fampanantenan’ny Filoham-pirenena ny hamelona sy hanokatra ireo laboaratoara maro eto amin’ny firenena, ka olona 1000 isan’andro no hatao fitiliana noho ny fisian’ny coronavirus.

Nambara fa efa misy ny fanofanana ireo mpiasan’ny fahasalamana satria nanaiky ny hanao izany ny Institut Pasteur de Madagascar na ny IPM. Isika rahateo nahazo tohana ara-bola tamin’ny OMS, ary raha izany 1000 isan’andro izany, dia efa karazana fitiliana faobe io. Tsy nisy tohiny anefa io resaka io, tahaka ilay hoe handeha hanangana toeram-pamokarana fanafody ka tsy ho hita firy, araka ny fanambarany tamin’ny 8 aprily. Ny herinandro lasa teo, dia 29 no notiliana ny alatsinainy, 32 ny talata, 35 ny alarobia, ary 17 ny alakamisy. Hatramin’izay dia 2313 no natao fitiliana PCR teny amin’ny IPM, raha ny tatitra. Nitsitaitaika ny fitiliana, ka tsy atao mahagaga raha tsy nisy voamarina fa voa firy tamin’ny herinandro. Ny alahady teo anefa tao anatin’ny fitiliana 82 izay somary niakatra kely, dia nisy olona iray voa. Omaly tao anatin’ny fitiliana natao tamina olona 146, dia 4 be izao no voamarina fa tratry ny covid-19.Ny iray kosa dia olona any Tolagnaro izany hoe ao amin'ny faritra Anosy. Mety hiteraka fahadisoan-kevitra lehibe sy hahatonga ny olona tsy hanan-tahotra firy ny tsy fahampiana fitiliana kanefa efa marobe no ahiana fa efa voa miparitaka any rehetra any. Ny marary iray rahateo, dia mety hamindra amina olona 3, ary mifindrafindra hatrany hatrany. Mila hampitomboina ny fitiliana !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo sy FianarantsoaMiisa 588 ireo namafa lalana

Nanomboka omaly alatsinainy maraina 27 aprily ny fampiharana ny dingana fanasaziana ho an’ireo izay minia tsy manao aron-tava ho fiarovana amin’ny fiparitahan’ny COVID 19.

 

Miisa 588 ireo tratra tsy nanao izany ho an'Antananarivo [500] sy Fianarantsoa [88] ; anisany nahitana izany ny teny Itaosy, Talatamaty, Ampitatafika, Andoharanofotsy, Mahitsy, Ambatolaona, Ambohimangakely... Nampamafana lalana avokoa ireo tratra na vahiny iro na malagasy.Tsara ho marihina fa tsy nanda fa nanao an-kitsi-po izany asa famafana lalana izany ireo izay tratra araka ny tatitra ny mpitandro filaminana. Na izany aza dia tsikaritra fa vitsy an’isa izy ireo. Raha misy olona folo mandeha mantsy eny amin’ny arabe dia ny telo monja amin’izy ireny sisa no tsy manao aron-tava. Ho an’ireo 588 mianaka ireo moa dia nisy ny Ray aman-dReny, vehivavy , lehilahy, ankizy.Ao anatin'ny fanentanana sy ny fifanabeazana dia  nampahatsiahivin’ny zandarimariam-pirenena ireo izay tratra aloha ny antony tena ilana ny arotava izay vao nasaina nanefa ny saziny izy ireo. Amin'ity anio ity vao mihatra ny sazy ho an'ny Toamasina 1 sy 2 satria omaly vao tonga tany an-toerana ny arotava tokony ho zaraina.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

100.000 ar ho an’ny isan-tokantrano Efa mandeha ny fizarana

Tokantrano 24.000 isa miparitaka amina Fokontany 47 ao anatin’ny Boriborintany voalohany sy fahaefatra no nozaraina ilay lela-vola 100.000 Ar fanomezana avy amin’ny Fitondram-panjakana ato anatin’ny 10 andro.

 Raha araka ny fanazavan-dRtoa Ieja Ranaivoarivo, tompon’andraikitry ny PAM dia eny amin’ny banky BOA no hakana io lela-vola io. Tsy voatery hanokatra kaonty ilay mpahazo tombontsoa fa mitondra karapanondrom-pirenena sy taratasy mazava dia mahazo ilay lela-vola. Hisy ihany koa no hahazo izany amin’ny alalan’ny western union, asa hiarahan’ny kaominina Antananarivo renivohitra sy ny FID ary ny PAM miara-manatontosa. Tao amin’ny Fokontany III G Hangar moa omaly no nisantarana ny fizarana izany fanampiana izany ka ny tanjona dia ny mba hananan’ireo fianakaviana sahirana lela-vola ho entiny manangaina ny asa fivelomany indray.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Lazaina-AvaradranoZaza tsy ampy taona nentin-dRainy nangalatra

Raim-pianakaviana iray no tratran’ny fokonolona namaky trano omaly maraina tokony ho tamin’ny 05 ora sy sasany teny Lazaina Avaradrano.

 

Raha ny fitantaran’ireo manodidina dia nazeran’ity lehilahy ity mihitsy ny andrin-jiron’ny JIRAMA iray teny an-toerana mba hahafahany mamono ny herinaratra teny amin’ilay faritra norobainy. Nentiny nanaraka azy nandritra izany zanany lahikely vao 10 taona izay marihina fa naratra noho ny fanoherany ilay mpiandry tànana teo akaikin’ilay trano novakian’izy ireo. Efa naoron’izy mianaka avokoa moa no entana rehetra tao amin’ilay trano novakiany. Ilay rangahy koa teo an-daniny mbola mamo ihany noho ny fisotroany ilay labiera tao anaty vata fampangatsiahan’ilay trano novakiany. Raha ny filazan’ilay zazalahy kely moa dia nisy olon-kafa niaraka tamin’izy mianaka nanao izao asa ratsy izao saingy tsy tratra iretsy voalohany.

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ora fiasana noferanaMampikolay orinasa maro

Nanomboka ny 21 martsa no niditra tamin’ny fihibohana isika noho ny fahatafidiran’ny coronavirus.

Noraisina ny fepetra Fampiharana ny vanim-potoana manokana tamin’ny alalan’ny lalàna 91-011 tamin’ny 18 jolay 1991 sy ny didim-panjakana hafa mametra ny hamehana ara-pahasalamana. Nikatso ny asa aman-draharaha, nihantra ny fepetra maro samihafa, nofehezin’ny fanjakana ny haino aman-jery, tsy afa-nivezivezy ny fiara, elanelana iray metatra, fanaovana tampim-bava,… Hatramin’ny mitataovovonana no mila nihidy ny tsena ary tena mila mihiboka. Amin’ny 12ora atoandro angaha vao mivoaka sy mahery vaika ny coronavirus? Nifanindran-dàlana tamin’ireny ny fizaran-javatra nataon’ny olom-panjakana, nandeha ny tsena mora, izay tsy nisy fepetra voahaja,... Somary niova nanomboka ny 19 aprily fidirana tamin’ny tapa-bolana fahatelo, saingy mbola mihantra ny hamehana, na miala tsikelikely amin’ny fihibohana aza. Amin’ny 1ora dia mitsahatra ny asa aman-draharaha. Ny fepetra fiarovana no mila hamafisina, fa tsy hoe rehefa mody aloha dia afa-bela amin’ny covid-19. Inona moa izany no maha samihafa ny mirava amin’ny 1ora atoandro sy ny mirava amin’ny 5 ora hariva. Mitovy ihany ny lalana aleha sy taksibe raisina. Sa kosa manomboka amin’ny 1ora no fivoahan’ny coronavirus ? Ny famokarana no mihena, izay mamotika hatrany ny toekarena. Orinasa maro no mikolay. Nambaran’ny Filoha fa 100 miliara ariary mahery no tsy hiditra amin’ny fanjakana ho tambin’ny tsy fandroahana mpiasa, saingy orinasa maro no tsy ara-manoatra. 444 tapitrisa dolara mahery kely no noresahina, fa mbola misy ankaotra izay tato aoriana. Sady natao hiatrehana ny valanaretina io no hoenti-manarina ny toekarena, saingy hatreto mbola baraingo izany resaka toekarena sy sosialy izany, fa olom-bitsy no voatsinjo, kanefa ny sarambabem-bahoaka no efa mikaikaika. Ny fiainam-bahoaka miha mitotongana ihany, miha sahirana, ny orinasa vizana avokoa,… Tsy atao mahagaga raha efa misy ny manohitra ilay amin’ny 1ora na hitondrana basy aman-tafondro aza. Noana, sahirana, tsy misy hohanina,… Tsy aleo ve ny rehetra hiasa sy hivelona fa kosa ampiharina sy hamafisina ny fepetra fiarovana, fa tsy ny vahoaka no toa atao takalon’aina amina fepetra toa misy kajikajy hafahafa hanaporofoana ny fandaniana ny volabe azo, kanefa izay fitsinjovana tsy misy afa tsy ampahan’olona ihany no misitraka izany.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Fiaraha monina ambany tanànaTsy manaja ny fitondrana arotava

Atahorana mafy ny fifindran'ny tsimokaretina covid-19 eny amin ny faritra ambany tanàna. Raha ny resaka ataon' ireo mponina eny dia tsy matahotra izy ireo ary tsy mitondra arotava.

 

Ilay antsoina hoe cas contact na fifindrana avy amin'ny alalan'ny fifampikasohana anefa no tena saropady satria miady amin'ny aloka. Ny ao amin'ilay tokantrano samy tsy manao,ny ao an-tanàna resena lahatra. Na miantsena aza ry zareo tsy mitondra. Eny Ampasika tetezana anefa omaly izay tsy manao tonga dia ajanon'ny polisy miandry sazy. Ny teny Bevalala Atsimondrano nanasa tranon-tsovaly izay tratran'ny zandary nanao arotava. Tetsy mahamasina,hatramin ny Sinoa nosaziana namafy lalana. Tsy nijerevana tavan' olona ny famolahana manerana ny faritra. Raha terena toy izany koa ny fampandrosoana eto amintsika mety hahay hanaja lalàna vetivety ny Malagasy.

Rabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Mponin’AmbohipoTsy manaiky ny fanesorana ireo mpitantana ny fokontany

Nitokona nanoloana ny biraom-pokontanin’Ambohipo omaly ireo mponina tsy manaiky ny fanalana ireo tompon'andraikitra eo anivon’ity birao ity.

 

Araka ny fanazavan’ny filoham-pokontany teo aloha, Henry Razafimanantsoa, dia tsy fantatra mazava no anton’izay fanesorana izay. Saika notontosaina omaly moa ny fifamindram-pahefana saingy tsy tonga teny an-toerana ireo tokony hanolo, raha ny fampitam-baovao. Isan’ny nitarainan’ireto mponina ireto ihany koa ny fandringan’ny fitantanana ny rafitra Loharano ao an-toerana sy ny fitsinjarana ireo fanampiana ao an-toerana. Ny tenako izao mihitsy, hoy ity filoham-pokontany teo aloha ity, no isan’ireo mbola tsy nahazo izay fanampiana izay kanefa ny anarana efa in-droa nalaina. Manao antso avo amin'ny fitondram-panjakana izy ireo, noho izany, mba hijery akaiky ny zava-misy marina.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Egypte20 no maty tao anatin’ny iray andro

 

1428 no maty aty Afrika, ary 32 182 kosa ireo olona efa voamarina fa tratry ny coronavirus. I Afrika Atsimo no ahitana olona voa be indrindra izay efa 4793 no voa ary efa 90 no maty. Any Egypte dia 4782 no voa ary efa tafiakatra 337 no maty, ka 20 be izao no tao anatin’ny 24ora raha kely indrindra. 4120 kosa ny voa any Maroc, ary 162 ny maty, ka ny iray no omaly. 3 517 kosa ny voa any Algerie, ary 432 no maty, ka 7 amin’ireo dia tato anatin’ny 24ora farany.

 

 Raha mba efa nidina 242 ny maty tany Frantsa ny alahady teo, dia niverina nidangana indray ny isa omaly alatsinainy satria nahatratra 437 izany. Tafiakatra 23 293 ny maty hatramin’ny niantombohan’ny valanaretina, 166 000 eo ny voa any Frantsa, ka ny 4 608 amin’ireo dia any amin’ny toeram-pameloman’aina. Andrasana anio ny drafitra fialana tsikelikely amin’ny fihibohana.

 

Raha notaterina teto fa ny 39% sisa ny taham-pitokisana ny Governemanta Frantsay, dia nivoaka indray omaly ny valin’ny tsapan-kevitra nataon’ny Ifop, fa ny 7 amin’ny Frantsay miisa 10 na 71% eo no resy lahatra amin’ny tokony hananganana ny governemantan’ny Firaisam-pirenena mba hiadiana amin’ny coronavirus sy ny fiantraikany. Efa hitahita soritra ny hoavy ara-politikan’i Emmanuel Macron izay Filoha tanora vao herotrerony, fa ho sarotra ny hahatafavere

 

nany amin’ny toeran’ny filoham-pirenena amin’ny fifidianana manaraka eo

 

 

 

Raha toa ka efa 26 tapitrisa ny Amerikanina very asa ankehitriny noho ny krizin’ny coronavirus, dia mitombo kosa ny harenan’ireo miliaridera Amerikanina izay nikatra ho 282 miliara dolara hatramin’ny niantombohan’ny krizy, izany hoe nisy fitomboana 10%, araka ny fanadihadiana nataon’ny Institute for Policy Studies. Taorian’ny fitotonganana kely (-164 miliara dolara) nahazo ireo mpanefoefo Amerikanina 600 isa tany amin’ny fiandohan’ny taona, dia 2 947 miliara dolara ny tomban’ny volan’izy ireo ny 18 martsa no lasa 3229 taty amin’ny 10 aprily, hoy io fanadihadiana io. Maherin’ny 1 tapitrisa no voan’ny coronavirus any Etazonia, ary 56 500 eo ny olona efa maty.

 

 Kianin’ny Firaisamonim-pirenena ho tsy mifanaraka amin’izay mety amin’ny vahoaka ny fihibohana. Hamafisina fa tsy tokony ho tahaka ny any Eoropa na any Etazonia ny fihibohana. Mila mieritreritra ny momba ireo vahoaka Congolais ny mpitondra. Noho izany, dia mila manao fihibohana mifanaraka amin’ny fiainam-bahoaka ny fanjakana, ary tokony hizara tohana mafonja, hoy I Jo Washington Ebina, isan’ireo mafana fo ao anatin’ny Firaisamonim-pirenena any Congo-Brazzaville.

 

Nangonin’i Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Kim Jong UnVelona sy salama tsara

Nahoraka hatramin'ny alahady hariva teo fa nodimandry rehefa tsy nahazaka ny fandidiana natao tamin'ny fony ny filoha Koreanina tavaratra, Kim Jong Un ary efa mivonona handimby azy ny anabaviny, Kim Yo Jong.

 

 

Ny 25 aprily teo moa no efa nanomboka niely tsikelikely tamin’ireo haino aman-jery Sinoa sy Japoney ity tsaho ity. Nandiso io vaovao io kosa omaly ny tao an-dapa ary nilaza fa tena velona sy salama tsara ity mpitondra mbola tanora dia tanora ity. 36 taona amin’izao fotoana izao ny lehilahy ary tsiahivina fa ny taona 2011 izy no nandray ny fahefany. Mbola mitohy indray izany aloha ny Jadona ao an-toerana, hoy ireo mpamakafaka.

 

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Resaka 3 tapitrisa ArNovonoina sy nalevina an-tsokosoko ilay ramatoa

Tany Ampanihy Andrefana no nisehoan’ity tranga ity. Araka ny fitantarana nataon’ny Sampan-draharaha misahana ny serasera na ny DRCC Atsimo Andrefana, dia nindram-bola 3 000 000 Ar

 

tamin-dRtoa Vero ny Rtoa Mpampivelona tsy miankina amin’ny fanjakana antsoina hoe Tatamo. Rehefa takiana dia mangata-potoana lava foana, ka ny zoma teo dia nifankahita an-dalana izy roa, ka nasain’ilay ananana haka ny volany any an-tranony Rtoa Vero, hoy ny fampitam-baovao. Nanomboka teo dia tsy hitan’ny fianakaviana Rtoa Vero. Rehefa nanontanian’ny zandary ilay ramatoa mpampivelona, dia milaza ny tsy nahita izay nalehany. Ny sabotsy alina anefa dia nisy nahita ny mpifanolo-bodirindrina amin-dRtoa Tatamo fa nanganady lavaka tamin'ny andro alina izy, ka nisy nilaza an’izany tamin'ny fianakavian-Rtoa Vero. Nanao fangatahana tamin'ny manam-pahefana ny hanao fisavana ny tranon-dRtoa Tatamo ny fianakaviana. Tsy nahitana na inona na inona. Nohadiana amin'izany ny lavaka akaiky ny tranony, ka hita nihohoka tao anaty lavaka ny fatin-dRtoa Vero. Nosamborina Rtoa Tatamo hialana amin'ny fitsam- bahoaka , ary efa eo am-pelatanan’ny zandary izy sy ny iray voalaza fa niray tsikombakomba taminy, hoy ny vaovao azo.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Guinée BissauMilaza fa hividi Covid Organics

Mitombo isa hatrany ireo firenena Afrikanina mieritreritra ny hanjifa ny tambavy Covid Organics.

Taorian` i RD Congo sy Senegal, izay nangataka santionany (échantillons) dia i Guinée Bissau no nanamafy ny fahavononany amin` izao. Nisy ny resaka nifanaovan` ny filoha Rajoelina sy ny filoham-pirenena any Guinée-Bissau, Sissoko Embalo, tamin` ny alalan` ny “Visio conference”. Nilaza ny filoha Embalo fa zava-dehibe no nahitan`i Madagasikara ity tambavy ity hahafahana miroso amin`ny fisorohana ny tsimok`aretina. Mila mahatoky an`Afrika isika, hoy izy. Manampy betsaka amin` ny fitsaboana ny fisotrohana tambavy vonona ka hanafatra avy hatrany ho an` ny mponina ao aminy ity filoham-pirenena ity ka tsy ho ela dia hisy ny ampahan'entana voalohany avy aty Madagasikara halefa any Guinée-Bissau.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemanaRotiky ny bala ny tarehin'ilay rasazy

Mirongatra ny tsy fandriampahalemana any amin’ny distrikan’i Morombe. Rasazy na mpampivelona iray no nisy nitifitra teo amin’ny tarehiny ny sabotsy lasa teo tokony ho tamin’ny 07 ora sy sasany hariva tao amin’ny hopitaly Ambahikily.

 

Vokatry ny hetraketraky ny dahalo no nahatonga izany, izay fantatra fa nahazo vahana tanteraka tokoa, taorian’ny nampangingina ny resana dinabe tany an-toerana. Ankoatra ity rasazy ity dia olona iray ihany koa herinandro lasa izay no notifirin’ny dahalo teo amin’ny tongony ankoatra ny halatr’omby izay efa tena mampiteny ny moana tokoa. Miantso ny Fitondram-panjakana mba hamerina ilay dinabe any amin’ity distrika iray ity araka izany ireo olom-boafidy any an-toerana ho fiarovana ny ain’ny mponina sy ny fananany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miverina indray ny kidnappingNisy nibata teny Ambatobe i Anil Karim

Nanao fampahafantarana sy fanairana tamin’ny tambazotra serasera ny CFOIM (Collectif Français d'Origine Indienne de Madagascar) fa nisy naka an-keriny tetsy Ambatobe Panoramique i Anil Karim,

 

 

karana mizaka ny zom-pirenena frantsay, mpamongady fanafody sy fitaovana ara-pitsaboana. Raha niala teny Ambohibe Ilafy ilay Karana tokony tamin'ny folo ora latsaka fahefany tany ho any, dia nisy sakana vato ny lalana nandehanan'ny fiara nitondra azy. Vao nijanona izy dia nisy olona tonga nitondra moto nanambana basy, dia ny fiaran'ilay Karana ihany no nitondran’ireo olon-dratsy azy. Najanon’ireo mpaka an-keriny tamin'ny lalana Ambatobe Panoramique miazo an'Ambohimangakely ny fiara Ford Escape, miloko manga antitra, fiaran’ilay Karana vao niala kelikely ny toerana nisakanan’izy ireo azy. Fiara hafa no nitondra azy avy eo. Mandeha ny fikarohana amin’izao fotoana izao. Efa misy Brigady manokana natao hiady amin’ny mpanao fakana an-keriny eo anivon’ny Zandarimariam-pirenena amin’izao fotoana izao. Araka ny loharanom-baovao dia tara ny fampandrenesana mpitandro ny filaminana fa natahotra ny fianakaviana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

CEG Lohanandro-AndriambilanyMiantso vonjy ny ray aman-dreny

Manaitra ny tompon’andraikitra, hanohana ny ezaka vitany ireo ray aman-drenin’ny mpianatra ao amin’ny CEG Lohanandro, ao anatin’ny kaominina ambanivohitra Andriambilany distrikan’Ambatolampy.

 Nahatsangana tranon-tsekoly telo ahitana efitrano fianarana enina misy rano fisotro madio ny fokonolona tao Lohanandro, hialana amin’ny fandehanan’ny ankizy amin’ny halaviran-dalana 9 kilaometatra hamonjy fianarana eny amin’ny CEG Andriambilany tamin’ny taona 2017. Ny talen-tsekoly ihany no niantohan’ny fanjakana saingy nampanantena handray ireo mpampianatra Fram nanampy tao ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena tamin’izany, hanalana ny vesatra ho zakain’ny ray aman-dreny. Manahy amin’ny ho avin’ity sekoly ity anefa ny fokonolona ao amin’ny fokontany Lohanandro ankehitriny satria tsy mbola nisy voaray ho mpiasam-panjakana, araky ny fampanantenana tany am-boalohany, ireo mpampianatra Fram ka mety ho kivy. Tsy mbola nandefa mpampianatra fanampiny any an-toerana anefa ny minisitera ary tsy nomeny fahazoan-dalana hisokatra akory ity sekoly ity hatramin’izao na dia efa mihoatry ny 150 isa aza ny mpianatra ao amin’izao fotoana izao. Miantso ny fanjakana hanohana izao fampiroboroboana ny fanabeazana niezahany izao ny fokonolona ao Lohanandro-Andriambilany, noho izany.

 Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Fiatrehana krizyAmpirisihina ny fambolena isan-tokantrano

Ao anatin’ny atao krizy ara-pahasalamana tanteraka ankehitriny izao tontolo izao. Isan’izany i Madagasikara.

 

 

Lojikan’ny aorian’izay ny krizy ara-toekarena izay tsy maintsy hifanindra-dalana amin’ny krizy ara-tsosialy, raha ny fahitan’ireo mpamakafaka raharaham-pirenena azy. Hitarika amin’ny atao hoe krizy politika mihitsy aza izany raha tsy hay ny mamindra ao anatiny, hoy ny minisitry ny serasera iray teo aloha izay. Efa maro ireo malagasy very asa sy orinasa nikatona tao anatin’izay iray volana mahery izay. Mbola sarotra ihany koa ny haminavina ny tena atao hoe fisokafana tanteraka na resaka tsena anatiny io na iraisam-pirenena. Ny vokatra isan-karazany moa mikatso avokoa satria mbola tapaka ny lalana. Manoloana izay mbola tsy fisiana ankapobeny eo amin’ny fiakaran’ny vokatry ny tany izay indrindra no ampirisihina ny fambolena isan-tokantrano, raha toa ka misy velarantany azo anaovana izany ny tokontany na dia kely aza, hoy ny tekinisianin’ny fambolena iray.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Minisitry ny fanabeazam-pirenenaNanondrana tao anaty tambajotran-tserasera…

Miverina fampianarana ho an’ireo mpianatra hiatrika ny fanadinam-panjakana. Noho izany, dia nisy ny fitsidihana nataon’ny Minisitry ny fanabeazam-pirenena Rtoa Andriamanana Rijasoa Josoa tany Toamasina ny faran’ny herinandro teo,

 

ka nakany sary (selfie) niaraka tamin’ireo mpianatra sy mpanabe tao amin’ny Lycée Rabemananjara. Navoaka tao amin’ny tambajotran-tserasera facebook. Nisy nanao fanamarihana samihafa ka tao ny nidoka sy nidera ny ezaka ataon’ny minisitra. Tao ihany koa ny fanamarihana fa tsy voahaja ny elanelana iray metatra raha ny hita amin’ny sary, ka nisy ohatra ny nametra-panontaniana hoe: inona no ilana ilay 1 metatra rehefa ao am-pianarana kanefa tsy hajaina rehefa manao selfie? Tsotra ny valin-tenin-dRamatoa minisitra: “rehefa tsy manao selfie” no ilàna azy. Ny fanjakana, ny mpitondra firenena, ny mpikamban’ny governemanta, dia saika isan’andro no manao fanentanana amin’ny fanajana ireo fepetra maro ka isan’izany ny fanajana ilay elanelana. Miainga avy any ambony anefa ny ohatra ratsy, valinteny boraingina no havalin’ny tompon’andraikitra,… Tsy fitia te hanakiana na hanenjika an-dRtoa minisitra sanatria, ary marina fa mety misy zavatra mahatezitra, saingy ny tena olona ambony eto amin’ny firenena, fa tsy sanatria olonolom-poana, ary manginy fotsiny ilay hoe: “minisitry ny fanabeazam-pirenena”. Efa nolanjalanjaina ve ny mety ho fiantraikan’ny zavatra tahaka izany? Atao mahagaga ve raha tsy mankatoa ny ambaran’ny mpitondra ny olona? Ny filoha aza moa niantso fihibohana fa ny zanany alefa mandoko sekoly sy maka sary mifanetinety kely. Rehefa lasa adihevitra tsy hifankahitana vao nofafana ny sary. Saropady ny toerana ambony, ka aleo malina hatrany e !

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

MotoMahazo manao taingin-droa amin'izay

Anisan` ny fepetra nananosarotra ireo mpampiasa lalana indrindra ireo mpitondra moto ny tsy fanaovana taingin-droa.

 

 

 Efa lasa kolontsaina ho an` ny ankamaroan` ny Malagasy mantsy ny “moto”. Avela hanao taingin-droa, araka izany, ireo moto hoy Razafindrazaka Hector, talem-paritra ny faritra Analamanga eo anivon` ny polisim-pirenena, saingy kosa tsy maintsy manao aro-vava sy aro loha. Tsy voahaja mantsy ny elanelana iray metatra ka ny fanaovana ireo fitaovana ireo no entina hisorohana ny aretina “coronavirus”. Namafisiny ihany koa fa tsy maintsy manaraka ireo fanarahan-dalàna tanteraka tokony ho fantany sy tokony arahiny ireo mpitondra moto mba hisorohana ireo lozam-pifamoivoizana samihafa.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara fitateram-bahoakaMbola misy ireo tsy manara-dalàna

Mazava ny toromarika nomen` ny fitondram-panjakana manoloana ireo fiara fitateram-bahoaka eto an-drenivohitra: tsy maintsy manao aro-tava ny mpandeha sy ny mpamily.

 

Tsy mahazo mitondra mitsangana. Tsy maintsy atao “désinfection” avokoa ireo fiara fitaterana. Tonga ny amin`ny telo ora atoandro dia tsy misy fiara fitateram-bahoaka indrindra ireo mampitohy an` Antananarivo sy ny manodidina. Ny zava-misy anefa dia mbola misy taxi-be no minia tsy manaraka izay lamina. Matetika hahenoina fitarainana ireo zotra avy any Ivato sy Ambohidratrimo. Mivelatra ny seza volamena, mitondra mitsangana… Antony, hoy ireo mpitatitra sasany dia milaza izy ireo fa fatiantoka noho ny tsy fahafahana miasa ara-dalàna. Nanamafy hatrany ny mpitandro filaminana fa 90%n` ireo mpitatitra kosa dia manatanteraka ireo fepetra napetraka fa misy kosa ireo 10% no tsy manaraka ny lamina. Tsara ny mampatsiahy hatrany fa ny « coronavirus » dia mifindra amin`ny zavatra kasikasihana tanana. Any anaty taxi-be mantsy dia tsy voahaja ny iray metatra elanelana ka tokony mihoatra avo roa na telo heny ny fitandremana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Visite techniqueMaimaimpoana ho an` ireo fiara fitateram-bahoaka

Ho fanampiana ireo tompona fiara fitateram-bahoaka eo an-drenivohitra sy manodidina sy ho fiatrehana ny famehana ara-pahasalamana, ny foibe fitsarana

 

fiarakodia dia mampahafantatra ny besinimaro fa maimaimpoana tsy andoavam-bola ny fanatanterahana ny fitsirihana ara-teknika [Visite technique] ireo fiara fitateram-bahoaka (zones urbaines et suburbaines) mandritra ny fotoana voafaritry ny famehana ara-pahasalamana. 15 andro no faharetan` ny fitsirihana ara-teknika azo havaozina izany arakaraky ny fivoaran` ny fahamehana ara-pahasalamana raisin` ny fanjakana. Takiana sy tsy maintsy asehon` ireo fiara fitateram-bahoaka kosa ny fahazohan-dalana mitrandraka ny zotra na “licence”hahafahany manao izany asa izany sy ny fanamarinam-piantohana (attestation d` assurance) manankery ny fiara. Manankery manomboka androany talata izany fepetra izany.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Very fanahy mbola velona…

Mbola baraingo tanteraka ny ho tohin’ny toe-draharaha iainan’ny firenena ankehitriny. Iraisana amin’izao tontolo izao ny krizy ara-pahasalamana, izay mbola baraingo tanteraka no hiafarany tanteraka.

Amin’ny lafiny iray, dia toa maivana ny zava-misy raha fihetsika sy ny serasera asehon’ny fanjakana no zohiana. Efa eto amintsika ny tambavy ambara fa misoroka sy efa nolazaina aza tany aloha fa mahasitrana ilay areti-mandripaka mahavalalanina izao tontolo izao. I Madagasikara no ho ilay Mesia hanavotra ny planeta tany, raha dinihina amin’ny seraseran’ny fitondram-panjakana Malagasy. Zava-dehibe ary mendri-piderana aloha ny fanehoana hambopom-pirenena sy fanandratana ilay maha izy azy ny firenentsika amin’ny alalan’ity voka-pikarohana ity. Ny fanontaniana mipetraka anefa dia hoe tena atidoha Malagasy ve sa nampiasaina ny anaran’ny sampan-pikarohana Malagasy mba hahamora ny serasera ara-barotra? Toa ampandriana ny sain’ny valalabemandry fa dia izao tontolo izao aza hovonjena, mainka fa ny vahoaka Malagasy. Indrisy anefa fa raha ny tapim-bava sy ny tambavy aloha, dia azo antoka ny mety ahazoan’ny isam-batan’olona. Mety masiaka loatra ny fitenenana raha hilaza hoe: tambavy sy tapim-bava angaha mahavoky? Raha ny tena fiahiana ny Malagasy ao anatin’izao vanim-potoana mangidy izao kosa, dia zara raha misy 5% angamba no voatsinjo, fa ny serasera amin’izany no manaka-danitra mety ho 200%. Mitaintaina sy very fanahy mbola velona ny rehetra hoe: ahoana ihany no hiafarana. Rahoviana vao hivaha ny olana? Inona no ho fiantraikan’ny krizy ara-toekarena sy ara-tsosialy aorian’izao. Ny valanaretina tsy maintsy ho foana ihany na ho ela na ho haingana. Ho sangany aty Afrika i Madagasikara no tanjona, ka ny hirariana dia ny fialana amin’ny gejan’ny tsy fahampiana sy ny fahasahiranana na koa ny hanohanana no hisantarana an’izany, fa tsy sanatria ho sangany noho ny kabary politika sy fampalazana tena mba ho fantatr’izaao tontolo izao.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra any ItaliaHanomboka amin’ny 18 mey izao ny fanazaran-tena iombonana

Nambaran’ny praiministra Italiana, Giuseppe Conte, tamin’ny alahady 28 aprily 2020 teo fa afaka manao fanazaran-tena iombonana amin’izay ireo kliobana

baolina kitra any amin’ity firenena ity manomboka amin’ny faha-18 ny volana mey 2020 ho avy izao. Mahazo alalana tamin’ny governemanta Italiana hanao ny fanazaran-tenany amin’izay ireo “sportifs de haut niveau” any amin’ity firenenena ity manomboka amin’ny volana mey ho avy izao ka manomboka ny faha-4 mey izany ho an’ny “sports individuels” ary manomboka amin’ny faha-18 mey kosa hoan’ny “disciplines collectives”. Nanambara kosa ny Federasiona Italian’ny baolina kitra fa heverin-dry zareo ho taperina alohan’ny 2 aogositra 2020 ho avy izao ny taom-pilalaovana 2019-2020

 Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Sylvio OuassieroMpilalao vaovao hanatevina ny Barea

25 taona i Sylvio OUASSIERO mpilalao vaovao izay vao nantson'ny mpanazatra Nicolas Dupuis hanatevin-daharana ny Barean’i Madagasikara indray.

 

 

Vodilaharana “polyvalent”t ny lehilahy (“Latéral” havia na havanana dia mety aminy daholo. Mpilalao ao amin’ny CS FOLA ESCH ekipa D-1 any Luxembourg izy. Araka nolazain'i Nicolas Dupuis dia io toerana “latéral” io no tsy ampy ho an'i Barea. Talohan'izao dia efa nilalao tao amin'ny U17 sy U18 ary U20 tao amin'ny ekipam-pirenen'i Frantsay izy ary mazava loatra mizaka ny zom-pirenena Malagasy marindrano izy matoa nantsoin’ny mpanazatra hanatevin-daharana ny Barea.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny FFKMMiantso ny hitsinjarana ara-dalàna ireo fanampiana

Mbola hitohy amin’ny alahady izao ny fotoam-pivavahana iarahan’ireo filoham-piangonana 4 mivondrona ao amin’ny FFKM ( Fiombonan’ny Fiangonana Kristiana eto Madagasikara) ao anatin’izao fihibohana izao.

 

 

Etsy amin’ny FLM Ambatovinaky indray no hanatanterahan’izy ireo izany izay azo arahina mivantana amin’ny RNM sy TVM manomboka amin’ny 05 ora hariva ho fampaherezana ny mpino rehetra. Tsy adinon’ny filohan’ny FFKM ny pastora dokotera Rakotonirina David nandritra izany ny nanao antso avo amin’ny fanjakana ny amin’ny tokony hitsinjarana ara-drariny ny fanampiana natokana ho an’ireo sahirana eto amintsika. Toraka izany koa ny fampahafantarana ny rehetra ny mangaraharaha amin’ny fitantanana ireo karazana fanampiana azon’i Madagasikara hatramin’izay . Tsy adinony ny niresaka mikasika ilay tambany CVO na COVID organics nandritra izany. Nambarany fa tokony hatao malalaka ny fampahafantarana izany ary tsy terena ny tsirairay. Farany izay tsy kely akory dia nasian’ny pastora dokotera Rakotonirina David resaka ihany koa ny mikasika ny fifandranitana ao anaty tambajotran-tserasera facebook ankehitriny. Tokony zavatra mahasoa no hifampizarana hoy izy ao anatin’izao lalan-tsarotra lalovan’ny firenena izao fa tsy hifandranitra ady.

 Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Distrikan'i FanadianaNisy rambondanitra nahafaty olona

Nahitana havandra sy rambondanitra nahery vaika tany amin ny distrikan'i Fanadiana,faritra Amoron i Mania ny faran'ny herinandro teo.

 

Voalaza fa nahafaty zaza iray izy io ary tanimbary maro efa nisy vary saika hojinjaina no nafoy tao anatin'ny indray mipi-maso. Tany an-toerana ihany dia nisy mpiray tampo nifamono ka maty tsy tra-drano ny iray noho ny kapa famaky nahazo azy.

Rabeso

Tia Tanindranaza0 partages

Delestazy teto AntananarivoVokatry ny asa fanamboarana natao teny Anosizato

Saika nahitana trangana delestazy avokoa tamina faritra maro teto an-drenivohitra sy ny manodidina afak'omaly alahady.

Nanomboka maraina mandrapaharivan’ny andro mihitsy izany ho an’ny faritra sasany raha naharitra ora 3 hatramin’ny 4 kosa ny an’ny sasany. Nitondra fanazavana mifandraika amin’izany ny orinasa JIRAMA omaly ka fantatra fa noho ny asa fanarenana ilay andrin’ny zotra mitondra herinaratra 63KV mampitohy ny « sous station » Anosizato sy ny « Poste d’Interconnexion » Ambohimanambola no antony nahatonga izany. Nisy tsy fahatomombanana mantsy io andrin’ny zotra mitondra herinaratra io ka tsy maintsy nandraisana fepetra hirosohana ny loza mety hitranga. Ireo toerana vatsian’ireo « sous station » sy « poste d’interconnexion » araka izany no tena lasibatra toy ny teny Itaosy… Na izany aza anefa efa tapitra niverina tamin’ny laoniny avokoa ny famatsiana herinaratra hatramin’ny omaly maraina.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rodoben’ny mpanohitraIza marina no namorona ny COVID Organics ?

Nivory tetsy amin’ny foibeny etsy Bel’air omaly ny avy eo anivon’ny Rodoben’ny mpanohitra eto Madagasikara na RMDM. Nilaza izy ireo fa tsy

 mangarahara ny mikasika ireo fepetra raisin’ny fitondram-panjakana hiatrehana ny ady amin’ny areti-mandripaka COVID 19. Na eo amin’ny fitiliana izany na eo amin’ny fitsaboana. Vitsy ireo vita fitiliana. Isan’ny takian’ity vovonana politika ity izay tena namorona marina ny atao hoe Covid Organics. Tambavy ve izy io, sa vakisiny sa fanafody, sa ody gasy , sa inona marina ? Ahoana no anaraha-maso ireo izay nifampikasoka tamin’ireo mitondra sy nitondra ny tsimokaretina, Indrindra, ireo any amin’ny faritra? Efa niteny ny filoham-pirenena teo aloha, Marc Ravalomanana, hoy izy ireo, fa amin’ny alalan’ny fitiliana na “test” ihany no ahafahana mifehy ny aretina. Nahoana ihany koa, hoy izy ireo, no tsy andrenesam-peo ny minisitry ny fahasalamana? Mitaky fanadihadiana eny anivon’ny parlemanta na “enquete parlementaire” noho izany izy ireo mikasika ny fitantanana ny raharaham-pirenena ankehitriny sy ny mikasika ny raharaha “doublon” nialoha izao hahamehana ara-pahasalamana izao. Hanatitra olona haka ny toeran’ny lehiben’ny mpanohitra eny anivon’ny antenimieram-pirenena koa ny RMDM, hoy izy ireo, amin’ny fivorian’ny parlemanta manaraka eo satria fanatanterahana ny lalàna izany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fisandohana sy fanalam-barakaNitory eny amin'ny Sampana "cybercriminalité" ny TIM

Tonga nametraka fitoriana tao amin’ny cybercriminalité teny Anosy ny avy amin’ny Antoko Tiako I Madagasikara na ny TIM omaly.

 

Tamin’ny 24 aprily dia nivoaka tao amin’ny tambajotran-tseraser­a ny resaka mahakasika fanambarana nolazaina fa nataon’io antoko io, ary nampiasaina ny sarin’ny antoko sy nosandohana ny sonian’i Marc Ravalomanana. Fanambarana diso ary tsy marina io, izay nolazaina ao anatiny, fa ny Antoko TIM sy ny RMDM (Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara) dia tsy mankasitraka ny fitondram-panjakana izay mieboebo mamoaka ny covid organics. Tsy nanao izany ny TIM, ary tsy fanambarana nataonay mihitsy izany, hoy ny Sekretera Jeneralin’ny TIM Rina Randriamasinoro. Sangy mihoatra ny loha ity, ary izay no tena nahatonga anay handray fepetra aleo hatao ilay fitoriana, ary isika tena mametraka mihitsy hoe tany tan-dalàna I Madagasikara. Misy ny tompon’andraikitra mahasahana izany rehetra izany, ary ihany koa mba hametrahantsika fitokisana amin’ny fitondram-panjakana hoe: tany tan-dalàna I Madagasikara ka rehefa hita hoe misy zavatra tahaka ireny dia ho hitantsika sy hiaraha-mahita eo hoe hatraiza ny fampiharana izay lalàna izay, hoy ity Sekretera jeneralin’ny TIM ity. Andrasan’ireo mpikatroka araka izany na hitovy tamin’ny hafainganan’ny fanenjehana an’i Arphine Rahelisoa ity raharaha ity na hihisatra satria olona manana sata ambony satria Filoham-pirenena teo aloha no nosandohana sy nampiasaina ny soniany, izay azo adika ho fandikan-dalàna mihoampampana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Mitombo ny "Cas Contact"Nisy voan'ny Coronavirus teny Itaosy sy 67 Ha

Olona vaovao miisa 4 no voamarina fa tratry ny coronavirus tamin’ireo fitiliana 146 vita teo anelanelan’ny tamin’ny alahady atoandro sy omaly alatsinainy 27 aprily tamin’ny 12ora atoandro,

 

 

ka nampiakatra ny isan’ny voa hatramin’izay ho 128, araka ny tatitra nataon’ny Profesora Vololontiana Hanta Marie Danielle Mpitondra tenin’ny CCO Covid-19 eny Ivato. Ny 3 tamin’ireo dia eto Antananarivo avokoa ka teny Ambaniala Itaosy ny 2 ary teny 67Ha ny iray. Nifampikasoka akaiky tamina olona voatily vao haingana fa mitondra ny tsimokaretina izy ireo. Vehivavy avokoa izay 13, 36, ary 70 taona. Ny iray farany dia mbola vehivavy ihany koa, 50 taona, avy any Tolagnaro. Tsy misy soritr'aretina izy ireo. Niampy 4 ny isan'ny sitrana ka tafiakatra 75 ny totalin'izy ireo. 53 kosa no mbola manaraka fitsaboana eny amin'ny hopitaly. Faritra be mpivezivezy eto an-drenivohitra ireo nahitana tranga ireo, izay tsy nisy soritr’aretina ireo voa, ka hamafisina fa mbola mitombina ary mbola ao anatin’ny ady tanteraka isika, hoy ny Pr Vololontiana Hanta Marie Danielle . Tsy voatery ho olona marary sy efa mikohaka na sempotra ireo mitondra ny covid-19. Betsaka ny olona tsy misy soritr’aretina. Mila fitandremana sy fahamailoana. Ny fanajana ny toromarika rehetra hatrany no vahaolana. Efa nosaziana ireo tsy mitondra, fa ny ahy alefako lavitra hoe: tokony saziana ihany koa ireo mampdina azy amin’ny saoka na manantona amin’ny sofina satria mamita-tena ary lasa marefo ireny olona ireny, hoy ity Profesora ity. Ny olona mbola atao fitiliana, dia ireo olona akaiky ireo tranga vaovao. Misy avy hatrany ny fitsirihana, ary mandeha avy hatrany ny fanadihadiana lalina hoe taiza avy no nalehan’ireo olona 4 vaovao ireo, izay hita tamin’ny alalan’ny fitsirihana olona hafa efa voa vao tsy ela. Azo heverina ny fisiana olona voa any anaty fiarahamonina any. Hanaovana fitiliana ihany koa ireo olona misy soritr’aretina.

 

Ireo toerana nahitana Coronavirus eto Madagasikara hatramin'ny alatsinainy 27 aprily 2020

·         Analamanga: Isotry, Faravohitra, Ankadifotsy, Ambondrona, Itaosy, Alasora, Ampitatafika, Ambatokaranana, Soanierana, 67Ha

·         Toamasina

·         Analanjirofo: Fenerive Est

·         Moramanga: Ambatovy

·         Antsiranana

·         Nosy be (Hell-Ville)

·         Fianarantsoa

·         Morondava

·         Toliara

·         Tolagnaro

 

Toky R

La Vérité0 partages

« Vatsy Tsinjo » - Mialy Rajoelina reconnaissante envers les enseignants

Parmi les plus affectés par les mesures de confinement figurent les enseignants mais malheureusement, ils n’ont jamais été priorisés. Nombreuses sont leurs revendications mais ils n’ont pas obtenu de réponse jusqu’à hier. Reconnaissante envers les enseignants et consciente de l’intensité de leur travail, la Première dame Mialy Rajoelina et son équipe de l’association Fitia, assistées par Iarintsambatra Rijasoa Andriamanana, ministre de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnel (Menetp), se sont déplacées dans la journée d’hier auprès de quatre établissements scolaires publics, à savoir le Collège d’enseignement général (CEG) de Nanisana, le Lycée technique professionnel (LTP) d’Alarobia, l’Ecole primaire publique (EPP) d’Ankorondrano et le Lycée Analamahitsy. Dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’urgence social « Vatsy Tsinjo », la Première dame a remis des packs dont chacun est composé d’un sachet familial de CVO, 5 kg de riz, 2 kg de grains secs, un litre d’huile, 1 kilo de sucre, 250 g de sel, un pot de miel, 2 masques signés Association Fitia et 500 ml de gel hydroalcoolique. 161 enseignants d’élèves en classes d’examen ont été les bénéficiaires de cette première vague. En effet, d’après les explications,  cette action de lancement avec la présence de Mialy Rajoelina n’est que le début d’une opération « Vatsy Tsinjo », spécial « enseignants ». « L’association Fitia intervient dans la promotion de l’éducation à Madagascar. Notre action vous touche particulièrement puisque l’avenir des  élèves en classes d’examen est entre vos mains. Je vous encourage ainsi  dans l’exercice de ce métier passionnant et exigeant. (…) Et comme tout citoyen,  vous avez besoin de renforcer vos systèmes immunitaires, d’où la distribution de Covid-Organics », déclare la présidente de l’association Fitia, Mialy Rajoelina.Selon Randrianasolo Fanjatiana, directeur du CEG de Nanisana, cette mobilisation symbolise l’intérêt que porte le Gouvernement envers les enseignants. Pour cet établissement scolaire, 964 élèves inscrits en classe de 3ème sont sous la responsabilité de 94 personnels enseignants  qui travaillent actuellement en rotation. Ils ont tous bénéficié de cette aide. K.R.

La Vérité0 partages

Toamasina - Un Chinois assassiné puis enterré clandestinement

Un ressortissant chinois est porté disparu depuis le 14 mars dernier. Le corps sans vie de ce dernier, domicilié à Ambohijafy à Toamasina, a été récemment retrouvé, enterré dans un secteur de la cour de sa propriété. Cette triste nouvelle a horrifié les habitants de Toamasina, mais aussi l’opinion publique.  C’est qu’on l’avait  donc assassiné de façon barbare. Les faits remontent probablement la nuit du 14 mars où la victime a commencé à ne plus donner aucun signe de vie, son portable étant  resté obstinément injoignable. Deux suspects étaient dans le collimateur des Forces de l’ordre. Et ce ne sont autres que les gardiens. Ces derniers se sont évaporés dans la nature depuis la nuit du 14 mars où le Chinois n’a plus donné aucun signe de vie. Il s’agit d’un vol assorti d’un meurtre puisque la somme de 124 millions de Fmg appartenant au Chinois, a disparu en même temps que lui. Mais au début de ce mois, les recherches de la Police ont porté leurs fruits bien que les Forces de l’ordre n’aient été averties de la disparition du Chinois que tardivement par ses proches. En effet, l’un des gardiens fut appréhendé à Ambalamanasy. Il avait encore une partie des liquidités sur lui au moment de son arrestation. Sitôt après son déferrement, l’homme a atterri derrière les murs de la prison, du moins à titre préventif. La poursuite des investigations a permis aux Forces de l’ordre de retrouver la piste de l’autre gardien, le complice présumé. La Police l’avait arrêté dans un village perdu de la ville de Vatomandry. Durant son audition, le concerné aurait tout avoué et indiqué l’endroit où ils ont enterré clandestinement la victime. Franck R.

La Vérité0 partages

Application des barrières sanitaires - Un relâchement, malgré les contrôles

Des citoyens et transporteurs désobéissants. Le respect des barrières sanitaires dans les transports en commun commence à se relâcher autant que le contrôle. Des taxis-be exerçant dans la zone urbaine et suburbaine ne pratiquent plus le gel désinfectant à l’entrée du véhicule et on constate le grand désordre dans les bus.  Questionnés sur ce fait, ces aides- chauffeurs ont avancé qu’ils ne disposent plus de gel. Cependant, chaque taxi-be est approvisionné tous les deux jours. D’autres avancent qu’ils ne le pratiquent que sur les passagers qui en demandent. « Le temps nous presse durant les heures de pointe, nous ne donnons pas le gel aux passagers puisque ces derniers s’empressent de monter dans le bus et nous n’avons plus le contrôle sur qui a lavé ses mains ou pas », avance un transporteur.Ces derniers temps, ces transporteurs ont réclamé de travailler à plein temps, mais ils se trouvent qu’ils figurent parmi les indisciplinés et ils ne sont pas capables de respecter les mesures mises en place par le ministère de tutelle. De l’autre côté, le contrôle est insuffisant. Et comme d’habitude, ces derniers trouvent toujours un moyen de circuler à l’insu des contrôleurs. D’ailleurs, l’Agence des transports terrestres (ATT) renvoie la balle à la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) concernant le contrôle des taxis- be dans la zone urbaine, face à l’accomplissement de ces barrières sanitaires. Concernant le port de masque de protection, le nombre des personnes qui portent de masque diminue. Contrairement à la première journée, elles ne se soucient plus des sanctions qui les attendent. Pour la semaine prochaine, le Centre de commandement opérationnel misera sur  le renforcement des sanctions pour ceux qui ne respectent pas les mesures avance le coordonnateur du centre, lundi dernier, le Genéral Elack Andriankaja, durant son intervention à la Télévision nationale malagasy.  Anatra R.

La Vérité0 partages

Transport de matériels sanitaires - Air Madagascar et Tsaradia se mobilisent

Des vols cargo organisés. Malgré la suspension des vols extérieurs mais également intérieurs, Air Madagascar et Tsaradia continuent de travailler au service de la population malagasy. Effectivement, depuis l’état d’urgence décrété à Madagascar, les deux compagnies collaborent en lien étroit avec les autorités concernées pour suivre l’évolution de la situation dans le pays, tout en apportant leur contribution dans la lutte pour endiguer cette maladie. Elles se sont ainsi mobilisées pour assurer le transport des matériels sanitaires et autres produits de première nécessité dans les quatre coins de l’île. « Samedi dernier par exemple, à la demande de la Présidence de Madagascar, nous avons ainsi mobilisé nos équipes pour la mise en place de vols spéciaux-cargo pour l’envoi en provinces de matériels médicaux, de kits de test Covid-19 ainsi que des matériels de première nécessité et la transmission des tests effectués en provinces pour l’Institut Pasteur Madagascar, basé à Antananarivo. Cette mobilisation a ainsi permis de desservir sept villes au moyen de nos deux ATR 72-500, à savoir Antsiranana, Mahajanga, Mananjary, Morondava, Nosy-Be mais aussi Sambava et Taolagnaro », a détaillé la compagnie aérienne nationale malagasy, avant-hier, dans un communiqué. Toutefois, d’après les responsables au niveau des deux compagnies, « cette opération de vols spéciaux constitue la première ayant cette envergure. Cependant, d’autres opérations ont déjà été précédemment organisées par Air Madagascar et Tsaradia, en appui des actions nationales axées sur la lutte contre le Covid-19 ». Collecte de donsEn dehors des vols cargo, tout le groupe d’Air Madagascar, composé notamment d’Air Madagascar, Madagascar Ground Handling, Sofitrans, Tsaradia et Amadeus Madagascar, s’est aussi engagé dans une action de solidarité, afin de soutenir les efforts déployés par les autorités malgasy pour passer outre cette crise sanitaire. Ainsi, cet engagement s’est traduit par une collecte organisée par la grande famille du transport aérien de Madagascar en faveur des concitoyens en grande difficulté dans tout le pays. Les dons collectés, à savoir près d’une tonne de riz et de 450 litres d’huile, ont été offerts vendredi dernier au Centre de commandement opérationnel - Covid 19, situé à Ivato. Rova Randria

La Vérité0 partages

« Paositra Malagasy » - En bonne position dans la promotion de ses activités

Le moment opportun. Cette période d’urgence sanitaire place la « Paositra Malagasy » en position stratégique. L’entreprise, qui a déjà prévue une recapitalisation à la fin de son exercice comptable, se concentre à la promotion de ses activités. En effet, le Gouvernement lui a donné un grand coup de pouce à travers le projet « Tosika Fameno ». Ce service postal développe l’inclusion financière grâce à l’ouverture d’un compte des bénéficiaires à travers « Paositra Money ». Les responsables au sein de « Paositra Malagasy » ont facilité toutes les démarches puisqu’une carte délivrée par les Fokontany suffit comme pièce justificative. « Ceux qui possèdent déjà un téléphone mobile peuvent tout de suite retirer leur argent sur " Paositra Money ". Les autres peuvent l’obtenir grâce à  leur livret de famille », explique Richard Ranarison, directeur général de la « Paositra Malagasy ». En un clin d’œil, l’entreprise compte plus de 189 000 abonnés. A noter que toutes les offres de « Paositra Money » sont actuellement gratuites, notamment l’ouverture d’un compte, le retrait, le dépôt ainsi que le paiement de la facture de la société d’eau et d’électricité (JIRAMA). Et ce, jusqu’à la fin du mois de mai.Parallèlement à cela, le service de l’envoi des colis connait également son essor. Depuis le confinement de la Région d’Antananarivo, Fianarantsoa et Tamatave, le service « Paositra Rapida » se charge de l’envoi express de courriers, de documents et de marchandises. « Notre service a connu un accroissement depuis le confinement. Sans autorisation spéciale, les voitures de transport sont interdites de circulation dans les Régions. Par conséquent, les gens se tournent vers notre service. Ils envoient des médicaments, des vêtements et même des canapés », rapporte un responsable. Il faut savoir que la « Paositra Malagasy » possède 250 agences éparpillées dans la Grande île. La société assure le premier service de proximité pour la population. Il faut rappeler que la « Paositra Malagasy » a rencontré beaucoup de difficultés au cours des dix dernières années à cause du détournement de fonds et l’absence de contrôle financier. Dorénavant, l’entreprise compte accuser un bénéfice dans sa comptabilité. De grandes tâches l’attendent encore, pour ne citer que le paiement des salaires des fonctionnaires et les bourses des étudiants. Entre-temps, elle réhabilite toutes ses agences dans le pays.  Solange Heriniaina  

La Vérité0 partages

Lutte contre le coronavirus - Le Covid- Organics face à la mafia pharmaceutique mondiale

La machine infernale est en marche ! De grands titres et de grandes chaînes occidentaux se liguent ces derniers temps afin de discréditer auprès de l’opinion publique internationale le Covid -Organics (CVO), le remède mis au point par l’Institut malagasy de recherches appliquées et présenté par le Président de la République de Madagascar en personne  comme étant la réponse, tant sur le plan préventif que sur le plan curatif, à la pandémie du Covid-19. Comme l’on s’y attendait, cette solution malagasy ne fait absolument pas l’affaire des géants de l’industrie pharmaceutique mondiale, lesquels comptaient bien faire de cette crise sanitaire leur business du siècle.Tout en continuant en coulisse leurs recherches pour mettre au point un médicament et/ou un vaccin contre le nouveau coronavirus qui convainc, les multinationales pharmaceutiques  se retournent, comme un seul homme, vers un concurrent inattendu, le CVO malagasy, lequel menace sérieusement de leur couper l’herbe sous les pieds. C’est dans le cadre de cette riposte qu’intervient une vaste campagne médiatique visant à dénigrer le remède made in Madagascar et à laquelle participent de grands organes de presse de réputation mondiale, rémunérés sans doute à coups de millions d’euros, mais aussi à leur manière certains journalistes malagasy ou d’origine malagasy qui y officient. Et c’est à une véritable course contre la montre que se livrent les deux camps adverses. Du côté de Madagascar, il s’agit de démontrer rapidement sur le terrain l’efficacité du remède à travers sa distribution à grande échelle, tandis que du côté des grands noms pharmaceutiques   internationaux, l’objectif est d’empêcher coûte que coûte que certains pays puissent commencer à croire en ce produit et être tentés de le tester. Sur le plan national, la situation plaide pour la solution malagasy au vu du solde zéro des décès, de la courbe ascendante des cas de guérison, de celle, en sens contraire, des contaminations, ainsi que le franc succès obtenu par le CVO auprès de toutes les couches de la population.Pour l’heure, la bataille se situe sur le terrain médiatique. D’aucuns craignent cependant que, vu l’enjeu, la mafia pharmaceutique mondiale soit tentée de sortir le grand jeu. Celui qui consiste à discréditer le CVO par des moyens peu catholiques. Par exemple celui qui consiste à mettre en circulation de faux CVO aux effets néfastes ou, pourquoi pas, à empoisonner les vrais. La prudence est, dit-on, mère de sûreté.La Rédaction

La Vérité0 partages

Covid-Organics - La composition révélée par l’IMRA

Huit jours après le lancement officiel du Covid- Organics, l’Institut Malagasy de Recherches Appliquées (IMRA) a révélé sa composition. Ce tambavy, qui fait la fierté des Malagasy et dont la découverte a été saluée par les Africains, est ces derniers jours victime de dénigrement à travers les réseaux sociaux. Pire, certains s’amusent à dévoiler sa soi-disant composition pour des raisons obscures. Ce qui a sans doute emmené l’institut fondé en 1957 par le Professeur Albert Rakoto Ratsimamanga à sortir de son silence afin que les utilisateurs ne soient pas dupés par ces fausses informations qui dénigrent les chercheurs malagasy et les produits « Vita malagasy ». « L’IMRA ne cautionne pas la véracité de la composition et de la formulation annoncées dans un document portant notre logo qui circule actuellement sur les réseaux sociaux. Ce document n’est pas officiel » précise le directeur général de l’IMRA, le docteur Charles Andrianjara. Il s’agit ainsi d’un faux document qui peut induire en erreur les utilisateurs et nuire à la réputation de l’institut dont la renommée a dépassé depuis plus de quatre décennies les frontières malagasy grâce à ses produits qui font le bonheur des grands laboratoires pharmaceutiques mondiaux.Pour le cas du  Covid- Organics, tisane préventive et curative, contre le Covid- 19, n’en déplaise à certains, elle a été conçue à partir des flores endémiques de Madagascar et composée par des plantes médicinales. «  Le Tambavy CVO est composé de 62% d’artemesia et des plantes médicinales ayant des propriétés antiseptiques de fludifiant bronchique utilisées dans la composition de remèdes traditionnels depuis des années », révèle le docteur Charles Andrianjara. Lui qui n’hésite pas à dénoncer l’acte des initiateurs du faux document «  de nature à décrédibiliser les travaux de recherche effectués par les scientifiques malagasy ayant contribué à la découverte de la formulation du Covid- Organics ».Le directeur général de l’IMRA rassure le grand public que le Tambavy CVO  a fait l’objet d’études par les laboratoires de l’institut, conforme et a obtenu les autorisations de mise sur le marché. Il a martelé que l’IMRA dispose de nombreux laboratoires dédiés à la recherche médicale, pharmaceutique centrée sur l’ethnobotanique, la pharmacopée traditionnelle, la chimie et la biologie et la fabrication de médicaments. Ce centre créé par une figure émérite de la science est membre titulaire de l’Agence universitaire de la Francophonie.Distribué et vendu dans tout Madagascar, le tambavy Covid- Organics a été pris d’assaut par le public, couches sociales confondues. Cette tisane commence également à intéresser des pays africains dont leurs dirigeants ont pris contact avec le Président Andry Rajoelina. Cette découverte des chercheurs malagasy est appréciée à sa juste valeur par les Africains en se référant aux déclarations sur les réseaux sociaux et à travers la presse internationale.La rédaction

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre le Covid-19 : 8 joueurs expatriés des Barea apportent leur part de briques

Généreux. Les Barea prennent leur responsabilité envers la population malgache en cette crise sanitaire mondiale. Une preuve exacte de la continuité de la solidarité et de la communion qui a commencé depuis la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2019. À l’arrivée du coronavirus à Madagascar, les membres des Barea ont fait appel sur les réseaux sociaux au respect des consignes d’hygiène pour éviter le Covid-19. Les joueurs étaient pleinement conscients de l’ampleur et de la gravité de la situation. Ils sont venus l’un après l’autre apporter leur soutien avec plein de générosité. A présent, huit joueurs ont fait leur devoir de citoyen à titre individuel. C’est l’attaquant de l’Al-Adala en Arabie Saoudite, Andria Carolus, qui a ouvert la marche en mars. Ce joker des Barea a parrainé trente familles malgaches pour un mois durant la période du confinement, en allouant une somme d’argent importante afin de couvrir leurs équipements ménagers, leurs fournitures, leurs besoins en nourritures et en désinfectants. Ensuite, Melvin Adrien et Thomas Fontaine, ces deux membres de Barea évoluant en France, ont décidé d’apporter leur soutien avec un don de 500 000 masques chacun ; tandis qu’Ibrahim Amada, le milieu du club d’Al Khor au Qatar, a financé 400 familles du quartier d’Ambohitrakely. Pour sa part, le capitaine des Barea Anicet Abel a donné 40 millions d’ariary de sa poche pour soutenir plusieurs secteurs dans la lutte contre le Covid-19. D’ailleurs, il en a fait spécialement don à son quartier d’origine à Andraisoro et aux habitants de « La Réunion Kely » en offrant des dons alimentaires. Quant à l’ex-capitaine, Faneva Ima Andriatsima, il n’a pas oublié le personnel de santé qui est en première ligne dans cette lutte, et leur a offert 50 sacs de riz blanc. L’attaquant de l’Abha Club en Arabie Saoudite a aussi promis de poursuivre ses actions dans les autres régions, notamment en Haute Matsiatra et à Atsimo-Andrefana. Quant à Bapasy, il s’est tourné vers la partie sud. Le défenseur de la JS Saint-Pierroise a fait don d’équipements sanitaires pour les élèves en classe d’examen dans la circonscription scolaire d’Amboasary Atsimo. Enfin, Voavy Paulin a également apporté sa contribution en aidant une association d’étudiants malgache résidant en Egypte. En espérant que les autres membres de l’équipe de Barea vont rejoindre le mouvement, ces belles actions ont déjà touché tous les férus du ballon rond malgache, et elles confirment encore la présence d’une forte solidarité et communion entre l’équipe et le peuple .

Recueillis par Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Chambre africaine de l’Energie : « Double-crise du pétrole suite à la pandémie de Covid-19 »

La relance du secteur pétrolier est nécessaire pour bénéficier des grandes opportunités qui sont sur le point d’être capitalisées, selon la Chambre Africaine de l’Energie.

L’agenda du secteur de l’énergie est remis en question, face à la crise actuelle de la pandémie du Coronavirus. Celle-ci affecte à la fois les perspectives d’exploration les plus prometteuses, mais également les projets historiques de plusieurs milliards de dollars.

Un appel à l’action gouvernementale est lancé par la Chambre Africaine de l’Energie. « Réductions substantielles des recettes et des dépenses publiques, pertes de contrats et des centaines de milliers d’emplois menacés »… Tels sont les impacts de l’environnement instable du prix de pétrole, selon la Chambre Africaine de l’Energie. Celle-ci soutient que, rebondir de la crise historique actuelle nécessitera des actions gouvernementales strictes et audacieuses. Pour les pays d’Afrique, les conséquences de la crise actuelle sont larges et affectent à la fois les perspectives d’exploration les plus prometteuses, mais aussi ses projets historiques de plusieurs milliards de dollars. Comme de nombreux pays africains, Madagascar dispose de plus d’une dizaine de projets d’exploration en cours, avec près de 200 blocs pétroliers à attribuer aux investisseurs internationaux. « Notre approche de bon sens préconise des mesures qui soutiendront la continuité des opérations commerciales et la croissance future du secteur. L’industrie pétrolière et gazière ne fonctionnera pour les Africains que si nous établissons des politiques équitables et traitons les sociétés pétrolières et gazières comme des partenaires qui conduisent notre progrès économique. En tant que voix de l’industrie de l’énergie, nous continuerons à travailler avec les secteurs publics et privés, et d’autres parties prenantes pour revitaliser notre secteur en remettant les Africains au travail », a déclaré Nj Ayuk, président de la Chambre Africaine de l’Energie.

Retombées. Alors que l’impact immédiat sur les plus grands projets pétroliers et gaziers du continent se fait déjà sentir, un impact beaucoup plus important résultera du report ou de l’annulation des plans de forage, selon la Chambre Africaine de l’Energie. « Dans les bassins pétroliers et gaziers, les projets de forage sont retardés ou simplement terminés. Aucun pays n’est épargné et ces retards retarderont encore la découverte de nouveaux gisements, et les forages de développement pour accélérer la production de l’Afrique », a-t-elle évoqué. A noter que depuis le début de la pandémie de Covid-19 et de ses effets sur la demande et les prix du pétrole, la Chambre Africaine de l’Energie mène le dialogue entre les secteurs publics et privés pour plaidoyer en faveur de mesures de soutien à notre industrie et à ses emplois. Alors que la Chambre estime que les forces du marché doivent déterminer l’avenir de l’industrie et plaide en faveur d’un gouvernement limité dans l’ensemble du secteur, la situation actuelle appelle à des mesures urgentes. « Nous ne pouvons pas laisser nos entreprises et notre industrie s’effondrer par crainte de perdre des emplois et des investissements qui soutiendraient nos économies pour les décennies à venir. Il convient de garder à l’esprit que l’activité et les revenus du secteur de l’énergie en Afrique génèrent une quantité importante de demandes et de services d’autres secteurs de nos économies », a noté la Chambre Africaine de l’Energie.

Recommandations. Des mesures clés sont préconisées par la Chambre Africaine de l’Energie, dans l’Agenda du secteur de l’énergie africain. Parmi celles-ci figurent l’extension des CPP (Contrats de Partage de Production) et les ajustements des programmes de travail pour stimuler l’exploration, et assurer la reprise des activités de forage. « Bien que l’exploration soit une partie importante de notre appel à l’action, la Chambre plaide fortement pour des allégements fiscaux sur les sociétés de services, des réformes des régimes fiscaux du secteur amont, un soutien bancaire et financier, le développement du contenu régional, des incitations aux projets d’infrastructures et des actions audacieuses pour éliminer les subventions sur les carburants », ont souligné les représentants de la Chambre. Selon eux, les outils sont en main pour ouvrir rapidement de nouveaux marchés pour les activités pétrolières et gazières, et créer de nouveaux emplois pour le continent africain.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Reprises des classes : Des gestes barrières beaucoup plus difficiles à appliquer chez les enfants

Après les élèves des classes de 3e et terminales, mercredi dernier, ceux des classes de CM2 ou 7e ont eux aussi, retrouvé les chemins de l’école depuis hier ; tandis que les parents ont été quelque peu inquiets quant à l’application et à l’efficacité des mesures de protection, vu l’âge des enfants en primaire. 

Une table, un élève ; distanciation entre les personnes en dehors des salles de classe ; port du masque obligatoire ; lavage des mains, etc. Les gestes barrières imposés pour la reprise des classes sont appliqués dans les écoles qui ont accueilli depuis hier les élèves des classes de 7e ou CM2, préparant les examens du Certificat d’études primaires élémentaires (CEPE). Cependant, faire respecter toutes les mesures à des enfants s’est avéré beaucoup plus difficile pour les responsables d’établissement et les enseignants. « Les enfants de cet âge sont beaucoup plus ‘tactiles’ avec leurs camarades de classe, et leur demander de ne pas se toucher ou de ne pas s’approcher à moins d’un mètre de leurs copains leur a demandé beaucoup d’efforts au départ. Il fallait tout le temps être derrière eux pour observer les éventuels écarts, mais après les deux premières heures, ils ont commencé à s’adapter. La question est maintenant de savoir jusqu’à quand ils vont tenir », a confié une enseignante d’une école privée à Antananarivo, partageant son expérience de la première journée.

Echanges interdits. Dans les établissements publics, les mesures barrières ont également été mises en place et expliquées aux enfants. Tous ont suivi sans broncher les consignes, du moins au début de la journée d’hier. Cependant, nombreux étaient les élèves ne disposant pas encore de masques en arrivant à l’école. Des séances de distribution dans les écoles primaires publiques (EPP) ont résolu le problème. Pour tous ces élèves, la question est de savoir si ces masques, portés hier, ont été lavés avant d’être portés à nouveau ce jour. Ces élèves ne disposant que d’un seul masque qu’il va falloir laver tous les jours, il est difficile pour les responsables à l’école de s’en assurer. Les échanges de fournitures sont également à observer. Dans quasiment tous les établissements, notamment dans le privé, les élèves ont été avertis avant la rentrée que tout échange de stylos, crayons et autres fournitures, allait strictement être interdit afin de limiter les sources de contagion. Cette première journée d’école après le confinement s’est ainsi déroulée sous grande surveillance. Les personnels des établissements, particulièrement sollicités, ont voulu rassurer les parents d’élèves quant à la sécurité sanitaire de leurs enfants.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

RSE contre la Covid-19 : Actions de Bush Proof et Somapro-SDOI, en partenariat avec le MEAH

Remise de dons de la part de Bush Proof et Somapro-SDOI, par le MEAH et le MEDD, au CCO Ivato.

Deux entreprises ont remis des dons hier, au Centre de Commandement Opérationnel Ivato (CCO), par l’intermédiaire du MEAH (Ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène). La première est la société Bush Proof, qui a apporté son appui pour soutenir la reprise des cours des élèves en classe d’examen. Bush Proof a fait don de Dispositifs de Lavage des Mains (DLM), afin de mobiliser et éduquer les élèves à se laver les mains régulièrement. Présente lors de la remise, Voahary Rakotovelomanantsoa, ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène, a martelé l’importance du respect de l’hygiène, notamment le lavage des mains avec de l’eau et du savon, en cette période d’urgence sanitaire face au Coronavirus, ainsi que le port de masque et l’adoption des gestes barrières. En effet, toute l’équipe de MEAH travaille sans relâche en désinfectant 5 309 écoles publiques et privées ; et en réalisant une campagne de sensibilisation sur le lavage des mains avec de l’eau et du savon. Selon les explications, la distribution des DLM se fait continuellement non seulement dans la région Analamanga, mais également dans toutes les autres régions de Madagascar à travers les entités décentralisées.

Consommables. La seconde entreprise est la société Somapro-SDOI, qui a fait don de 450 pièces de savons en poudre et solutions liquides désinfectantes, pour améliorer l’hygiène des bénévoles du Palais des Sports Mahamasina et des agents du CCO. Également sur les lieux avec le MEAH, le ministre de l’Environnement, Développement Durable (MEDD) Baomiavotse Vahinala Raharinirina a soutenu l’importance du respect de l’hygiène, notamment le lavage des mains avec de l’eau et du savon en cette période d’urgence sanitaire face au Coronavirus, ainsi que le port de masque et l’adoption des gestes barrières.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Lazaina Avaradrano : Jiolahy tra-tehaka : mamo teo am-pisotroana labiera tao amin’ny trano notafiany

Lehilahy iray no tra-tehaky ny fokonolona teo am-pandrobana trano teny amin’iny faritra Lazaina Avaradrano, kaominina Anosy Avaratra, omaly vao maraim-be. Mamo tsy naharay vatana intsony ingahirainy ka tsy afa-nitsoaka intsony na dia efa voangona sy vonona ary nobataina fotsiny aza ireo entana nokasaina hangalarina. Voalaza fa tsy naharitra ireo labiera tao anaty vata fampangatsiahan’ilay trano norobainy ka dia nisotro…

Mazava ho azy, efa manomboka leo amin’ity resaka tsy fandriampahalemana ity ny olona ka rafitra nidaroka sy namono ary rehefa afa-po vao niantso ireo mpitandro filaminana. Tonga teny an-toerana ireo pôlisy avy ao amin’ny kaomisaria foibe Avaradrano, nitondra ity lehilahy ity tany amin’ny birao mba hanaovana fanadihadiana. « Naratra be ihany ity lehilahy ity ary efa nentina nojeren’ny mpitsabo, izay vao nentina notazomina natao andrimaso » hoy ny fanazavana.

Marihana fa hoe niasa nandoko tao amin’io trano norobainy io ihany ity lehilahy ity, izay raha zohiana tamin’ny famotorana natao azy dia efa jiolahy rain-dahiny ihany. Heverina fa tetik’ady nentina namantarana ny hidin-trano hafa indray sy ireo entana rehetra sarobidy tao amin’ilay tokatrano izany. Voalaza mantsy fa efa niharan’ny fandrobana efa maromaro ihany talohan’izao io tokatrano io ka mazava ho azy fa tsy maintsy efa novain’ireo tompon-trano ny hidim-bavaravarana. Fantatra tamin’ny fanadiadiana natao ity lehilahy ity fa izy ihany no tompon’antoka tamin’ireo asa ratsy ireo ary io saika mbola hiverenany io kanjo izao tratra izao ingahirainy, soa ihany ! Na izany aza anefa dia fantatra fa miteti-bidy eo amin’ny efatra hetsy sy roa tapitrisa ariary teo ho eo no totalin’ny entana efa voarobany tamin’izany. Anio no fantatra fa mety hatolotra eny anivon’ny Fampanoavana ity jiolahy ity, raha tsy misy ny fiovàna.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Fête de l’Indépendance : Vers la délocalisation sur un autre site

L’Avenue de l’Indépendance est un lieu historique et symbolique

A l’allure où vont ou ne vont pas (c’est selon) les choses, la première phase des travaux de rénovation du stade de Mahamasina ne sera pas terminée avant le 26 juin 2020.

Retard. Quoique le responsable du projet n’exclut pas de faire avec ce qui pourra être réalisé d’ici le 26 juin, la célébration du 60è anniversaire de l’Indépendance a peu de chance de se tenir à Mahamasina compte tenu du retard par rapport au calendrier initial. Et ce, pour cause du coronavirus qui constitue indéniablement un cas de force majeure. D’où la possibilité d’une délocalisation de la fête nationale sur un autre site comme l’Avenue de l’Indépendance ou « Soa Mandrakizay ».

Historique. Tel que son nom l’indique, le premier emplacement incarne le retour de l’Indépendance du pays. Ce qui avait amené les responsables de la Première République et les premiers dirigeants de la Troisième, à célébrer le 26 juin sur ce lieu à la fois historique et symbolique. Quant à « Soamandrakizay », il constitue une sérieuse option pour les tenants du second quinquennat de la Quatrième République qui a spécialement aménagé ce terrain pour accueillir le Pape François. En tout  cas, si le passage du souverain pontife qui avait drainé presque un million de fidèles à « Soamandrakizay », restera pour l’éternité, la célébration éventuelle des 60 ans de l’Indépendance sur ce site sera marqué par le covid-19 qui a d’ores et déjà contaminé la fête nationale.

R. O

Midi Madagasikara0 partages

Covid-Organics : Le RMDM demande plus de transparence et de bonne gouvernance

Le pasteur Edouard Tsarahame de la RMDM a fait savoir que cette plateforme brigue le poste de chef de l’opposition à l’Assemblée nationale. ( Photo Nary Ravonjy)

La plateforme de l’opposition a haussé le ton concernant le Covid-Organics, et ce, par le biais de son porte-parole, le pasteur Edouard Tsarahame. Toutefois, l’on a remarqué l’absence de son leader Marc Ravalomanana, lors de cette rencontre avec la presse.  

La plateforme de l’opposition dénommée « Rodoben’ny Mpanohitra ho an’ny Demokrasia eto Madagasikara » (RMDM) s’est prononcée sur le Covid-Organics, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue hier, en son siège à Bel’air. Pasteur Edouard Tsarahame, un ténor de cette plateforme n’a pas mâché ses mots, lors de son intervention. D’entrée de jeu, il s’est demandé, « pourquoi nous restons toujours confinés alors que la remède est déjà trouvée ?». Le RMDM demande, en outre, plus de transparence et de bonne gouvernance quant à la gestion du Covid-Organics, notamment des aides financières octroyées par les bailleurs de fonds.  

Session ordinaire. L’opposition propose ainsi, qu’une enquête parlementaire soit menée lors de la prochaine session ordinaire des députés et des sénateurs concernant le Covid-Organics, ainsi que sur les financements extérieurs. Tout en soulignant au passage que ces derniers doivent assumer leur rôle en tant que représentants du peuple. Toujours sur le même sujet, le porte-parole connu pour n’avoir pas sa langue dans sa poche estime que l’on aurait plus besoin de l’état d’urgence sanitaire, étant donné comme il l’a dit auparavant que la solution est déjà-là avec ce remède.   

Appartenance à l’opposition. Par ailleurs, le RMDM entend briguer le poste de 7e vice-président à l’Assemblée nationale qui n’est autre que le poste de chef de l’opposition qui va siéger au sein de cette Institution.   Faut-il rappeler la loi n°2011-013 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition qui, en son article 2, stipule que « est d’opposition au sens de la présente loi, tout parti légalement constitué ou groupe politique et qui développe pour l’essentiel des positions et des opinions différentes de celles du Gouvernement. L’appartenance à l’opposition doit faire l’objet d’une déclaration officielle et publique, et doit être enregistrée au Ministère de l’Intérieur ».

Rôle de contre-pouvoir. Et en article 3, «  à défaut d’accord, le chef du groupe politique d’opposition ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages exprimés lors du vote est considéré comme Chef de l’opposition officiel. Si le Chef de l’opposition officiel n’est pas un parlementaire, il bénéficie d’office du statut de député et siège de droit au sein de l’Assemblée Nationale ». Quant à l’Article 11, il dispose que « l’opposition a pour mission de jouer le rôle de contre-pouvoir et d’équilibre de pouvoir, proposer des lois à l’Assemblée Nationale, contrôler les activités du régime en place, proposer les solutions alternatives à la nation, œuvrer pour l’alternance au pouvoir par voie légale tout en jouant le rôle du cabinet».

Dominique R. 

Midi Madagasikara0 partages

Tsinjoriake : Quand l’art traditionnel rencontre l’art urbain

La culture malagasy gravée sur les murs de la capitale (crédit photo : Tsinjoriake)

Brassage culturel, on a déjà entendu cela maintes fois dans les rues des grandes villes malagasy. Une expression qui ne quitte pas les bouches des jeunes depuis ces dernières décennies. L’art malagasy souvent jugé comme « art de l’aéroport »  se combine avec celui de « modernité » et engendre un art hybride, l’art contemporain.  Bon nombre d’artistes malagasy s’y mettent.  Et c’est le cas de  Tsinjoriake. 

La plupart de  ses œuvres  se trouvent gravées sur les murs de la capitale. Cette année, il veut mettre la barre un peu plus haute.  Il prévoit  de faire une installation qui mélange ses différents travaux.    Il représentera  aussi  Madagascar  dans un ouvrage  collectif qui sortira à la  fin de l’année.  « Le livre présentera le graffiti africain », a-t-il fait savoir. 

Artiste multidisciplinaire, Tsinjoriake pratique la musique, la peinture, la photo, la vidéo et la sculpture ou encore  le graffiti. Ses œuvres   sont tous inspirés  de la recherche sur l’identité. La tradition malagasy est le thème principal de son art. Le fait d’avoir grandi à l’étranger lui a poussé  à étudier et à creuser l’us-et-coutume  malagasy en général, mais également à poser la question de l’identité en elle- même.  « Ce sont les questions que tous les  expatriés se posent je pense. D’où je viens? Quel est mon identité? Mes parents étaient nostalgiques de l’île , ils m’ont transmis cet amour de Madagascar, j’ai ensuite commencé mes recherches ».  Le graffiti et tout le mouvement hip- hop prennent sa source dans les arts traditionnels, ils sont une réponse à leur environnement de la même manière que la sculpture et la peinture traditionnelle sont une réponse à leur environnement. Les recherches de l’artiste  l’ont poussé à étudier les différents langages symboliques de la Grande Ile, notamment l’iconographie, les coiffures, les langues, les coutumes,  Tsinjoriake essaye de les retranscrire dans son art.  

Les couleurs comme expression.  Sur ses toiles comme dans sa musique, Tsinjoriake  laisse place au rythme et l’improvisation. Ce « peintre-graffeur »  essaye de créer une atmosphère qui renvoie le spectateur vers lui- même de la même manière que ses œuvres lui  renvoient vers lui-même. Il utilise des couleurs pour décrire des symboles,  « olomanga », « hazomanga ». En effet,   chez les malagasy, les couleurs ont une signification qui ne sont pas forcément  les mêmes que la conception occidentale. Le bleu est une couleur qui implique le sacré, la sagesse… Le rouge est plus une couleur royale, elle implique le pouvoir, alors que  le vert est la  couleur de  la santé, la vie. Quant au  jaune, il est plus une couleur « néfaste », elle indique la maladie.

Tsinjoriake  a vu deux mondes  et vécu deux cultures,   la France  où il a vécu depuis son enfance  et  Madagascar,   la terre de ses ancêtres.   L’artiste a su brasser la modernité et la tradition. 

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Covid-Organics pour les élèves de 7e : Beaucoup de refus dans les écoles privées

Nombre de parents d’élèves des écoles privées ont refusé que leurs enfants se fassent administrer du Covid-Organics, et l’ont fait savoir aux responsables d’établissements à l’arrivée à l’école, ou par le biais du carnet de correspondance. Les établissements privés ont ainsi laissé le libre choix aux parents d’élèves de boire ou non le remède. Rappelons que pour les écoles privées, il appartient aux responsables d’établissements de venir chercher les doses de Covid-Organics auprès des responsables ministériels. Hier, à la reprise des classes, la majorité des écoles privées n’en disposaient pas encore. Afin d’éviter tout malentendu, les parents sont tenus de faire savoir par écrit leur décision par rapport à la prise de Covid-Organics par leur enfant.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Concours influenceurs : Madagascar’s Next Talent prépare sa saison 2

L’avenir de l’influence à Madagascar reste optimiste (crédit photo : Tefy Léo RAFALIMANANA)

Près d’un an après le premier concours pour repérer, former et accompagner les talents influents malagasy, l’équipe de MNT (Madagascar’s Next Talent) prépare la saison 2.

Malgré la situation sanitaire actuelle, le fondateur Tefy Léo RAFALIMANANA (influenceur international basé en France et auteur du blog Un Malgache à Paris.com) reste confiant sur la deuxième saison. Il déclare qu’il y aura bien une édition 2020. « Bien sûr, nous ne voulons prendre aucun risque et nous suivons avec attention l’évolution du COVID -19 partout. J’espère que d’ici trois mois, nous pourrons y voir plus clair et annoncer officiellement les dates du concours », a-t-il confié.

Il semble que l’avenir de l’influence à Madagascar reste optimiste puisque l’équipe MNT affirme que, la plupart de leurs partenaires sont déjà prêts. Comme Clarins, qui les accompagne une nouvelle fois dans la catégorie Beauté.

En attendant, le site web mnt.mg sera prochainement en ligne afin de suivre toutes les actualités de l’influence à Madagascar. Il y aura des « tutos », des articles et d’autres publications pour mieux gérer et comprendre ses Pages Facebook et comptes digitaux. Avec en prime, l’intervention d’influenceurs de renoms aux côtés de nos lauréats (2019).

Il va s’en dire que la seconde édition de Madagascar’s Next Talent sera très spéciale.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara0 partages

Andraikiba : Nahitana fatim-behivavy natsigevan’ny rano

Tovavy iray no hita faty natsingevan’ny rano tao amin’ny farihin’Andraikiba. Omaly maraina tokony ho tamin’ny 8 ora no nahitan’ireo mpanjono ity razana ity, izay nanamorona ny sisin’ny farihy. Nampandre ny fokontany avy hatrany ireto farany. Nampiakarina ny razana ary hita tao amin’ny paosin’ilay vehivavy ny karaponondrony sy ny kopia mariaziny, io no nahafantarana ny mombamomba azy. Vao 20 taona monja izy, mponina ao Andraikiba ihany ary vao taona vitsivitsy monja no nahavitan’ny mariaziny natao tao amin’ny koaminina Belazao izay mifanila amin’Andraikiba. Na dia mponina eny Andraikiba aza izy araky ny adiresy hita tao amin’ny karapanondrony dia tsy nisy nahafantatra azy ny olona teny ami’ny monodidina. Tsy nahitana ratra na mety ho marika famonoana ny vatany, tombanan’ny maro ho famonoan-tena noho izy tranga ity. Nanamafy ny mpitsabo nanao fizahana ny razana fa vao fotoana fohy no nahafaty azy, izany hoe io maraina io ihany.

Andry N.

Midi Madagasikara0 partages

Stade de Mahamasina : Les travaux accusent un mois de retard

Le délai de livraison de la première phase des travaux de construction du « Kianja Barea » à Mahamasina prévu pour le 21 juin ne sera pas respecté. 

Confinement oblige. Les travaux de construction du « Kianja Barea » tournent au ralenti. A 55 jours de la date prévue de livraison de la première phase des travaux, rien n’est prêt à Mahamasina.  Juste une partie des travaux de la fondation a été effectuée deux mois après la visite du chef de l’Etat sur place. Le comité en charge du projet a fait le déplacement hier à Mahamasina, pour voir de près l’avancée des travaux et préparer l’opinion sur la possibilité du retard de livraison du « Kianja Barea ». L’entreprise « China State Construction Overseas Development » (CSCOD) en charge des travaux reconnaît les retards causés surtout par le covid-19 et la fermeture des frontières. « Nous travaillons 24h sur 24 pour essayer de faire avancer les travaux et de respecter le délai. Les techniciens chinois dont les ingénieurs et les architectes sont encore bloqués en Chine tout comme la grande partie des matériaux. Au début, 300 Chinois vont collaborer avec 600 Malagasy, soit un technicien chinois pour deux ouvriers malagasy, mais, tout a été chamboulé avec les évènements liés au covid-19 », nous a confié, Lin Kaicheng, directeur général du projet. Pourtant, la première phase du projet consiste à la construction d’une tribune de 16 114 places de quatre niveaux (ndlr : 32 mètres de hauteur) qui comporte entre autres, des espaces VIP, une salle de presse pour 150 personnes, des locaux techniques, une salle de réception VIP, une salle d’entraînement, quatre vestiaires équipés de lits de massage, 16 chambres d’hôtels privées, ainsi que 13 chambres standards ou box de restauration, plus une énorme surface sera réservée pour le parking.

Mission impossible. Ces chantiers devront être bouclés en 60 jours pour accueillir la célébration du 60e anniversaire du retour de l’indépendance, une mission « impossible ». « Avec les mesures de confinement, le projet a été frappé de plein fouet. Nous accusons un mois de retard dans le timing établi au-début. Les containers prévus arriver plus tôt ne débarqueront au Port de Toamasina que le 29 avril prochain. Actuellement, 50 % des travaux concernant la fondation dont les semelles et les rondelles ont été effectués. Nous allons d’ici peu poser les piliers», a annoncé Gérard Andriamanohisoa, directeur du projet. Le délai ne sera pas respecté à temps. Seulement 85 techniciens chinois sur les 300 annoncés ont pu faire le déplacement. « Nous allons recruter des mains d’œuvre locales car il faut attendre la réouverture des frontières pour que les ingénieurs et techniciens chinois puissent rejoindre la Grande Ile. Le coffrage métallique et bien d’autres matériaux sont encore en plein mer », a continué le directeur du projet. Les grues, le local technique et une centrale à béton capable de produire 32 m2 par heure sont opérationnels à Mahamasina. Toutes les épreuves d’éducation physique et sportives seront transférées à l’Académie Nationale des Sports et au Stade Alarobia. Sur place, les ouvriers chinois et malagasy travaillent sans relâche mais, la fête du 26 juin risque d’être déplacée.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Mobile money : Des escrocs profitent des commandes en ligne

Les commandes en ligne montent en flèche depuis la mesure de confinement. Cette situation profite aussi aux escrocs. Le mode opératoire est très simple, ils envoient des messages (sms) de la même manière et la même forme que les opérateurs de télécommunication. Ces sms, si les récepteurs se sont précipités, ils tombent facilement dans les pièges des bandits en ligne. « Un sms est arrivé dans mon téléphone faisant état de la réception d’une somme en Ariary qui est le prix d’un objet vendu en ligne. Quelques minutes plus tard, le client a appelé qu’il a confondu l’ariary et le fmg et la somme ne correspondait pas. Il demande ainsi avec un certain harcèlement le remboursement de la différence d’argent », a expliqué un commerçant en ligne qui a été cible de l’escroquerie. Fort heureusement, il a eu le bon réflexe de vérifier son compte sur le mobile money pour constater par la suite qu’il n’y avait aucun versement. En rappelant l’escroc, son téléphone ne marchait plus. Des témoignages sur la toile confirment l’existence de ce modèle d’escroquerie. Les malfrats sont difficiles à identifier puisqu’une fois leur forfait accompli, ils désactivent en un temps record leurs comptes sur les réseaux sociaux ainsi que leurs puces téléphoniques. Très vigilants, ils ne laissent aucune trace de leurs escroqueries. Des dépositions existent au niveau des forces de l’ordre mais les enquêtes peuvent prendre du temps et certaines n’aboutissent jamais, faute de moyens. Ailleurs, ce sont purement des affaires qui relèvent de la cybercriminalité, et les solutions sont l’usage de la technologie puisque les criminels s’y cachent derrière. Ici, c’est surtout le jeu du chat et de la souris notamment entre les enquêteurs et les grandes gueules et autres fakers des réseaux sociaux qui est prioritaire en matière de cybercriminalité.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Entreprise : JB reprend le recrutement des journaliers

Première journée de recrutement des saisonniers, hier chez JB

Malgré la crise, des entreprises malagasy continuent de faire preuve de solidarité envers  la population.

Décrocher un emploi en pleine crise sanitaire.  La perspective semble difficilement réalisable. Mais ce sera effectivement le cas pour les journaliers qui auront la chance de figurer parmi ceux qui seront recrutés par la société JB et qui commenceront leur travail dès le 4 mai prochain.

Reprise timide. Figurant parmi les entreprises qui continuent de tourner malgré les blocages nés de l’état d’urgence  sanitaire, JB vient de passer à une autre étape en décidant de recruter des journaliers. La réception des candidatures a commencé hier pour un nombre de postes relativement limité, compte tenu du fait que la reprise des activités  est encore timide.  « L’activité a très légèrement repris et c’est une des raisons pour laquelle, on a la possibilité actuellement de recruter des journaliers  qui sont complémentaires avec le  personnel permanent existant », indique-t-on auprès de JB. Une fois les procédures de recrutement bouclées, ces journaliers prendront leur fonction dès le 4 mai prochain.  Pour ces nouveaux employés, les critères de recrutement restent inchangés. Il s’agit en premier lieu, de la motivation puisque les personnes qui avaient déjà postulé chez l’entreprise et désirant être titularisées sont priorisées. Il y a ensuite la compétence ainsi que la volonté de respecter le règlement intérieur de l’entreprise. Enfin, l’aptitude physique certifiée par l’OSTIE est exigée.

Solidarité. Une aubaine en tout cas, pour les futurs nouveaux journaliers de JB qui  réalisent ainsi un geste de solidarité en ce moment où  la crise sanitaire frappe beaucoup de personnes. « Plus qu’une activité économique, cette reprise du recrutement des journaliers est pour nous, un acte de solidarité envers la population».  Cette initiative de JB constitue en tout cas, la preuve de la volonté des acteurs économiques malagasy de continuer à soutenir l’économie malgré la crise.  A noter que durant les trois  jours de recrutement, les postulants ont droit à un sachet de produits JB et un masque. Une fois recrutés, les nouveaux journaliers bénéficieront de tous leurs droits  dont des primes.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Port du masque : Adhésion de 70% des citoyens 

Les Tananariviens dans leur grande majorité, ont suivi les directives des autorités. 70% d’entre eux, selon  le général  Elack Olivier Andriankaja, coordonnateur national du CCO,ont obtempéré et ont porté le masque hier. Les mises en garde faites tout au long de la semaine dernière  par les autorités ont  fait leur effet, et ce sont les personnes les plus indisciplinées qui ont  été obligées de balayer les rues de la capitale. Le spectacle offert par les récalcitrants qui s’exécutent de bonne grâce était particulièrement insolite. Les «vazaha » et les Malagasy pris sur le fait ont ainsi pris conscience du sérieux des recommandations faites par les responsables de la lutte contre le Covid-19        .

Port du masque : Adhésion de 70% des citoyens 

La fermeté du ton employé par le coordonnateur national du CCO et par le secrétaire d’Etat à la gendarmerie, a convaincu la majorité des Tananariviens qu’il ne fallait pas badiner avec les hommes sur le terrain. Ceux qui n’en ont pas pris  conscience l’ont appris à leur dépens. Ils ont été arrêtés et on a mis un balai entre leurs mains. Ils ont certainement compris la leçon car ils ont dû s’exécuter au vu et au su de tout le monde.  Il ne s’agit pas, comme l’a dit le coordonnateur national du CCO , d’une action momentanée, mais d’une présence permanente des forces de l’ordre sur le terrain pour habituer les citoyens au port du masque.  Les explications et les recommandations faites par les responsables de la lutte contre le Covid-19 commencent  à conscientiser les uns et  les autres sur la nécessité d’une certaine discipline. Ce qu’on a fait subir aux récalcitrants n’est encore pas trop grave. La gêne ressentie lorsqu’ils ont balayé les trottoirs sous le regard  d’autrui devrait les inciter à ne plus faire preuve de la même désinvolture. Mais il y aura des mesures plus sévères pour ceux qui continueront à braver les autorités. Ce premier jour de l’application du port du masque obligatoire est encourageant. Il montre  l’adhésion de la majorité des citoyens à la mesure.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Secteur du tourisme : Réouverture des sites et proposition des offres promotionnelles Des opérateurs tou...

: Les « Tsingy Rouge » sont de véritables chefs d’œuvres de la nature.

Ce sont notamment ceux qui opèrent dans les régions qui ne sont pas touchées par le Covid-19 mais affectées économiquement par la crise sanitaire.  A titre d’illustration, l’Office Régional du Tourisme de Diégo Suarez a annoncé dans les réseaux sociaux la réouverture des sites « La Montagne des Français » et « Le Tsingy Rouge » pour pratiquer des activités touristiques. L’objectif vise ainsi à promouvoir le tourisme local. En revanche, les responsables de l’ORT Diégo s’engagent à respecter les gestes  barrières, surtout le port de masque de protection obligatoire pour tous les visiteurs entrant dans les sites, ainsi que le respect de la distanciation sociale de un mètre.

Trois circuits sécurisés. Rappelons que la “Montagne des Français “ abrite une biodiversité endémique et exceptionnelle. L’Office y propose désormais trois circuits entièrement sécurisés et balisés grâce aux importants travaux de réaménagement réalisés  dernièrement.  Le premier parcours proposé se nomme « Vallée des Baobabs » étant donné qu’on y trouve les deux espèces de baobabs dont le fameux Adansonia Suarezensis, espèce endémique du Nord de Madagascar. Celui-ci emmène également sur le circuit du pèlerinage réalisé par la communauté catholique de la ville tous les ans lors du dimanche précédant les Rameaux, afin de gravir les 14 chemins de croix. Le deuxième circuit baptisé « Tour 360° », demande un peu plus d’effort physique pour venir à bout du plus long escalier de Madagascar comportant 656 marches. Au sommet, les visiteurs peuvent découvrir l’impressionnante vue panoramique sur toute la baie de Diego, qui est la deuxième plus grande au monde après celle de Rio de Janeiro. Et le dernier parcours proposé est la « Vallée des Perroquets ». Ce circuit s’adresse aux amoureux du trekking et fervents pratiquants. Et pour le plus grand bonheur des visiteurs, il est désormais possible d’organiser des buffets de fruits de mer à mi-hauteur avec en bonus, un magnifique coucher de soleil avec une vue sur la baie de Diégo.

Chefs d’œuvre de la nature. Quant aux Tsingy Rouge, ce site vient également de faire l’objet d’importants travaux de réaménagement, afin de donner plus de confort aux visiteurs. De nouvelles installations comme l’aire de repos, un nouveau belvédère avec vue sur les tsingy, un restaurant et un parking pour 20 véhicules, y ont été mises en place.  Des milliers de touristes venus du monde entier fréquentent chaque année cet endroit pendant leur séjour à Madagascar en temps normal. Et depuis le début de cette crise sanitaire,  c’est maintenant que l’Office Régional du Tourisme de Diégo Suarez a annoncé la réouverture de ce site. En fait, les Tsingy Rouges sont de véritables chefs d’œuvres de la nature, constitués de grès, de marne et de calcaire. Ce site communautaire se trouve à 16 km de piste depuis le village Saharegnana et à 60km au Sud de la ville de Diégo- Suarez.

Remise de 50%. Par ailleurs, d’autres opérateurs touristiques dirigeant des complexes hôteliers comme le Cap Kimony qui  est un grand établissement de renom dans la région de Morondava, proposent en ce moment des offres promotionnelles en vue également de promouvoir le tourisme local. Il s’agit notamment d’une remise de l’ordre de 50% sur leurs tarifs d’hébergement. Ainsi les touristes nationaux peuvent y effectuer diverses activités dont entre autres, l’aventure à bord d’un quad et la découverte de la mythique Allée des Baobabs. Ils pourront même faire d’autres circuits touristiques sans oublier les sites balnéaires. Nombreux touristes nationaux surtout à Antananarivo,  se déclarent être intéressés mais ils attendent impatiemment le déconfinement total, pour le faire.

Navalona R. 

Midi Madagasikara0 partages

Armée : Distribution de cache-bouches, hier à Tanà

A l’instar des départements ministériels, des représentations diplomatiques et ONG, l’armée a procédé hier, à la distribution des cache-bouches dans la capitale. Notons que ces masques ont été confectionnés par l’usine militaire de Moramanga. Toujours est-il que cette usine arrive à produire près de 2000 unités par semaine.  

Recueillis par Dominique 

Midi Madagasikara0 partages

Densité de la population urbaine : Facteurs de risque de propagation de la Covid-19

Le COVID-19 semble s’épanouir dans les villes où il est susceptible de se transmettre rapidement sur de courtes distances, du fait des déplacements et contacts fréquents entre les personnes.

A l’instar des villes violemment touchées par la pandémie liée au coronavirus, les villes Malagasy comme Antananarivo, Toamasina ou Fianarantsoa sont très densément peuplées. Une situation qui « crée des conditions propices à la propagation rapide du virus et d’une manière peu détectable », interpelle le document relatif à la cartographie de risques de propagation du covid-19 en Afrique produit par l’Africa Center. Selon toujours le document, « la concentration des implantations humaines dans les capitales constituerait un niveau de vulnérabilité élevé ». Ainsi, les « zones bâties d’une grande partie du territoire africain présentent des densités démographiques plus élevées qu’en Europe et aux États-Unis. Les taux de transmission de la grippe en Inde augmentent, selon les observations, au-delà d’une densité de population de 282 habitants par kilomètre ». Une vulnérabilité qui n’est pas à écarter dans les villes malagasy comme Antananarivo, Toamasina ou Fianarantsoa, où les gestes barrières ont été soudainement jetés aux oubliettes après le lancement du Covid-Organics et malgré les interpellations des divers acteurs de la lutte contre la pandémie.  

Système. Outre les risques liés à la densité de la population, le document produit par l’African Center interpelle également sur le système de santé des pays africains. Côté malagasy, la pandémie a mis d’un côté, en exergue, la fragilité d’un système de santé et les défis auxquels il fait constamment face. Et de l’autre, la capacité des responsables auprès du ministère de la Santé de s’adapter, d’anticiper et de faire face – et ce, malgré les difficultés et les lacunes – à la situation. Madagascar a également pu compter sur « les expériences des diverses épidémies qui l’ont frappé ». Les stratégies mises en place ayant consisté à « informer, contrôler, isoler le plus grand nombre de personnes à risques possibles ». Comme l’a fait savoir un haut responsable auprès du ministère de la Santé publique malgache « nous avons une solution de substitution au confinement. Ce qui consiste à répertorier les personnes porteuses du coronavirus en vue de les isoler, ce qui devrait casser la chaîne de transmission du virus ».

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Yves Rajoelina-APB : 8 669 baguettes de pain au lait pour les élèves des EPP

Don de pain au lait pour les élèves des écoles publiques par la boulangerie Tartine et Yves Roger Rajoelina. (crédit photo : Princy)

Le père du président de la République, Yves Roger Rajoelina, en étroite collaboration avec l’Association professionnelle des boulangers de Madagascar, a offert hier 27 avril 2020 des baguettes de pain au lait aux élèves des écoles primaires publiques (EPP) de la capitale. La remise de ces baguettes s’est déroulée de bon matin, dans la cour du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et Professionnel (MENETP) à Anosy, en présence de la ministre de tutelle et du secrétaire général du MENETP. Lors de son discours, Yves Roger Rajoelina a expliqué que ce don est une contribution pour aider les enfants à faire face à l’état d’urgence sanitaire que vit le pays actuellement. Il a aussi ajouté qu’il ne s’agit que de la première vague, car d’autres baguettes seront distribuées au-delà d’Antananarivo. Toutefois, le ministère est en train de voir comment organiser les prochaines vagues.

Pour cette fois, ce sont les directeurs des écoles qui se sont rendus sur place pour récupérer les baguettes de pain des élèves. Ils les ont distribuées le jour-même aux 8 669 élèves des EPP. La présence de ces derniers à cette remise de dons était l’occasion pour la ministre de leur rappeler qu’« il faut continuer à inciter les élèves à se laver régulièrement les mains, à porter des masques à tout moment, et à respecter la distanciation sociale ». Pour ce qui est du don de baguettes, elle a exprimé toute sa reconnaissance envers les donateurs en déclarant : « Je vous remercie au nom de tous les élèves malgaches. Cette aide est très importante car comme vous le savez, la plupart des enfants qui fréquentent les écoles publiques sont issus de familles défavorisées, et durant la période de confinement, les parents de ces enfants n’ont pas pu travailler. Nous allons voir comment procéder pour que la distribution puisse se faire au-delà d’Antananarivo, car beaucoup d’enfants en ont aussi besoin dans les autres villes et dans les zones rurales ».

Enfin, lors de notre descente au sein du MENETP hier matin, nous avons noté que la distribution de la tisane « Covid-Organics » ou CVO dans les écoles se poursuit. Des pickups remplis de ce produit se préparaient à faire la tournée des écoles lors de notre arrivée sur les lieux vers 7h30.

Anja RANDRIAMAHEFA  

Midi Madagasikara0 partages

Etat d’urgence sanitaire : Pas de frais pour les visites techniques des taxi-be

Selon une récente déclaration de la direction générale de la sécurité routière (DGSR) ; étant donné l’état d’urgence sanitaire dans lequel le pays se trouve en ce moment, il a été décidé que les visites techniques seront effectuées gratuitement pour les taxi-be en zones urbaines et suburbaines sur toute la durée de l’état d’urgence sanitaire. Cette mesure prend effet dès ce jour, mardi 28 avril 2020 toujours selon le communiqué de la DGSR. Pour  effectuer la visite technique, les propriétaires des véhicules doivent présenter leur licence et l’attestation d’assurance du véhicule à examiner auprès des centres de contrôle. Cette offre peut être maintenue si l’Etat prolonge l’état d’urgence sanitaire. 

Ces dispositions ne sont pas de trop puisque beaucoup de voyageurs se plaignent du mauvais état de certains autobus qui frôlent parfois le délabrement, et circulant à Antananarivo. A voir maintenant si les propriétaires vont profiter de cette opportunité pour faire diagnostiquer leur véhicule afin de garantir à la fois un meilleur service et une sécurité optimale pour les passagers, les chauffeurs et les aides-chauffeurs. 

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Télé-crochet : LudySoa et Nathan éliminés avec honneur au The Voice

Le duo LudySoa et Nathan vont sûrement surprendre plus d’un dans les années à venir

Une élimination sonnant comme une promesse pour Ludysoa et Nathan, les deux malgaches participant au concours de télé-crochet « The Voice » en France. En effet, leur coach Pascal Obispo, qui est derrière cette élimination, leurs voix ont signifié en direct devant les téléspectateurs. « Je pense que vous avez encore des choses à travailler. Par contre, j’aimerais bien vous voir dehors et peut–être essayer de construire quelque chose avec vous ».

Venant d’un des meilleurs paroliers français, devant des centaines de milliers de personnes à la télé lors du direct de « The Voice » du 25 avril, c’est déjà comme une sorte de consécration. C’est que Pascal Obispo a décelé le potentiel de ces deux interprètes. Cependant, il leur faut encore améliorer quelques points. Comme la maîtrise vocale, où un manque de puissance et de souplesse leur joue parfois des tours.

Sur le difficile morceau « In my blood » de Shawn Mendes que ces petites lacunes, qui ne pardonnent pas dans les oreilles d’un professionnel, se sont manifestées. Malgré le côté exalté du duo, l’arbitrage a été sans appel. Dans la salle, le coin malgache a tant bien que mal de garder la tête haute. Tout de même, ces neuf mois d’aventure ont apporté son lot de fierté à LudySoa et Nathan. Comme c’est dans le domaine du loisir, les deux artistes en herbe vont retourner à leurs studieuses occupations.

A 17 ans, Nathan est en terminale au lycée international de Colomiers et LudySoa suit une formation en ingénierie sonore à Bordeaux. En plus d’avoir emmené tant bien que mal le talent à la malgache dans un concours de chant français, le duo a aussi représenté la ville de Toulouse dont il est originaire. Cependant, il est quasi sûr qu’il ne faudra pas attendre des années pour entendre à nouveau parler de ces deux chanteurs. Sans doute, sur une scène plus élargie.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Portrait – Iony Razafiarison : Une grande championne du MMA !

Iony Razafiarison est une vraie battante qui ne lâche rien.

Elle se trouve à la 5e place de sa catégorie au sein du réputé « Mixed martial arts » (MMA), ou arts martiaux mixtes en français. Autrement dit, elle est dans la cour des grands, voire une fierté de toute l’Afrique. Elle, c’est Iony Razafiarison. Une Malagasy comme son nom l’indique, mais de nationalité française. Récit d’un parcours certes atypique, mais qui a tout l’air d’un compte de fée. Pour une basketteuse qui plus est.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Iony Razafiarison est arrivée aux arts martiaux mixtes par pur hasard. Sa route, par une journée de fortes pluies, a croisé celle de Daniel Quoniam, qui l’a convaincue à monter sur le tatami, et plus tard sur le célèbre Octogone du MMA, l’aile professionnelle chez les Américains en matière de combat libre.

Avec bonheur car Iony Razafiarison est aujourd’hui une grande championne du MMA avec six victoires contre trois défaites.

Le fruit d’un travail acharné puisque pour atteindre ses objectifs, Iony est passée par tous les arts martiaux possibles et imaginables. Elle avait fait de la boxe anglaise, de la lutte, du kick-boxing, du jiu-jitsu brésilien, et tout le bazar qui font de cette fille une véritable machine à gagner.

Sur ce chapitre, elle a décroché un titre de champion d’Europe de Bellator MMA en février 2017, avant de devenir championne du monde du Superior Fighting Championship la même année. Meilleure combattante en Europe en 2018, Iony Razafiarison ne cesse de progresser dans la hiérarchie à force de courage et d’abnégation, et ce, sans oublier ses origines. 

Elle a grandi à Antananarivo avant d’aller à Mahajanga et Fianarantsoa. C’est d’ailleurs dans cette ville qu’elle est revenue pour animer un stage avec son mentor, Daniel Quoniam, avec la collaboration du club Rossary.

Iony Razafiarison fait partie d’une famille de quatre enfants dont elle est la seule fille. Elle estime être chanteuse car elle n’a pas choisi le MMA, mais c’est plutôt celui-ci qui l’a choisie. 

A 35 ans en tout cas, elle n’envisage pas de raccrocher les gants. Logique, car elle a acquis suffisamment d’expériences pour devenir encore plus forte. Sa renommée est déjà un grand avantage, ne serait-ce que pour faire douter celle qui est en face.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Soupçonnée de trafic de drogue dure : Une prisonnière d’Antanimora poursuivie pour évasion et corruption

Cette affaire portant sur l’existence d’une femme prisonnière à la Maison centrale d’Antanimora pour trafic international de drogue dure et de nouveau soupçonnée du même délit, est déjà reportée dans notre édition du vendredi 24 avril 2020. A cette occasion, nous avons posé de questions sur la raison pour laquelle, cet individu a encore eu la possibilité de  circuler en ville. Cette question commence à avoir de réponse du fait qu’actuellement, l’enquête menée par la section de recherche de la Gendarmerie à Fiadanana qui se charge de l’affaire, a débouché autrement. Faute de preuve tangible, la gendarmerie a abandonné la charge de trafic de drogue pour se consacrer davantage sur la manière par laquelle, cette femme a eu l’avantage de sortir de son lieu d’incarcération. En effet, l’enquête s’est élargie vers d’autres personnes qui y seraient impliquées. Selon les informations, au moins huit individus ont été déjà auditionnés dont des agents pénitenciers, des  responsables de l’infirmerie de ce centre de détention et des employés d’un grand hôpital de la capitale. Soupçonnés de corruption avec cette incriminée, ces gens devront être présentés devant le tribunal ce jour. Pour rappel, cette détenue d’Antanimora a été arrêtée le 21 avril suite à un renseignement la dénonçant de concocter le même genre de délit parvenu à la gendarmerie, le 20 avril. Pour ce faire, elle devrait sortir de la prison. Depuis, la gendarmerie est partie à sa filature. Ce qui a permis de la repérer, le lendemain matin vers 10 heures, en train d’être escortée par deux agents pénitenciers à bord d’une voiture tout-terrain Kia Sportage à côté d’une banque à Ampandrana. De là, la voiture est passée par le centre commercial Tana Water Front à Ambodivona. Puis, elle a fini sa course à Besarety, chez la sœur de la suspecte. Les six gendarmes qui étaient toujours à leurs  trousses  sont alors intervenus. Arrêtée, la suspecte a été amenée à la section de recherche criminelle à Fiadanana. Depuis, elle est tenue dans ce service pour la continuité de l’enquête.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Groupe SMTP : 19.000 poussins de chair à l’ ORN Fianarantsoa

Le groupe SMTP continue de miser sur sa politique de responsabilité sociétale d’entreprise. Le groupe de Danil Ismael a fait don de 19.000 poussins de chair aux agents communautaires membres de l’Office Régional  de Nutrition (ORN). La remise de don a eu  lieu le 24 avril dernier au  stade couvert d’Ambatomena, en présence  du Gouverneur de la Région Matsiatra Ambony Lova Razafindrafito. En tout, 135 personnes ont bénéficié de ces poussins de chair qu’elles vont exploiter dans leur unité d’exploitation individuelle ou collective. Sur ce point d’ailleurs, les bénéficiaires ont bénéficié de quelques formations et conseils pratiques sur  l’élevage de poulet de chair.

R.Edmond.

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : Anil Karim enlevé hier à Ambatobe

Le problème de la crise sanitaire qui sévit dans le pays à l’heure actuelle n’empêche les malfaiteurs de commettre leur forfait. Le pire est de constater que la présence des éléments des forces de l’ordre déployés en masse dans les rues de la capitale ne fait plus peur aux grands criminels. Ce qui s’est passé à Ambatobe, hier, en est la preuve. Ce quartier a été  le théâtre d’un acte de kidnapping. Anil Karim, un ressortissant Indien de nationalité Française a été enlevé par un groupe d’individus dans la localité. L’acte a été commis vers 9 heures du matin au Domaine Panoramique à la sortie d’Ambohimangakely. La victime était à bord de sa voiture pour rejoindre son lieu de travail quand les malfrats l’ont intercepté et l’ont amené avec eux. Selon l’information, la victime reste jusqu’ici introuvable tandis que sa voiture, une Ford escap de couleur bleue nuit, a été retrouvée  pas loin du lieu de l’enlèvement. Il est à noter que Anil Karim est un opérateur économique œuvrant dans le domaine pharmaceutique. Soucieux du sort de l’otage, le collectif des Français d’Origine indienne de Madagascar promet une forte récompense à tous ceux qui ont des informations permettant de découvrir la victime.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Non port de « arovava » : Travaux de balayage de rue pour un demi millier de contrevenants

Sans distinction de nationalité.

Certaines personnes n’ont pas encore respecté les recommandations officielles sur le port du masque malgré la sensibilisation sur les peines de travaux d’intérêt général. 588 cas ont été recensés, hier matin, dans les régions Haute Matsiatra et Analamanga. 

L’Etat mise sur le port de masque pour endiguer la propagation de l’épidémie Covid-19 dans le cadre du déconfinement progressif depuis la semaine dernière. Des peines de travaux d’intérêt général sont instaurés depuis hier, pour dissuader ceux qui s’abstiennent à respecter les consignes officielles sur le port de masques. En effet, plus de 500 personnes ont été interpellées, hier dans la matinée, dans la région Analamanga, et 88 pour celle de Haute Matsiatra, rapporte Christian Rakotobe, deuxième adjoint du commandant de la gendarmerie nationale. Ces personnes ont été obligées de nettoyer la voie publique à défaut de masque, sous l’autorité des forces de l’ordre, qui ont veillé, dans les villes et campagnes, au respect du port obligatoire du masque de protection.

Satisfecit. L’attention particulière a été portée sur les trois villes concernées par le confinement, notamment les régions Analamanga et Haute Matsiatra ainsi que les districts de Toamasina I et Toamasina II. Mais dans ces districts, la livraison de masques a pris un retard flagrant et aucune sanction n’a été prise à l’encontre de ceux qui ne les ont pas encore portés. Selon le général Christian Rakotobe, les masques envoyés pour Toamasina I et II ne sont arrivés que ce lundi. Dans la ville du grand port, l’application de la disposition sur les peines de travaux d’intérêt général ne prendra effet qu’à partir d’aujourd’hui, a-t-il alors souligné. En revanche, dans les autres villes comme Antananarivo, l’Etat semble ressentir un satisfecit. « L’effort à respecter le port de masque est bien visible, surtout dans les quartiers à forte concentration de population », loue Elack Andriankaja, coordonateur général du centre de commandement opérationnel Covid-19.

Durcir. Toutefois, l’Etat ne compte pas rester les bras ballants pour ceux qui tentent toujours de renier les recommandations officielles. Le degré des sanctions va progressivement se durcir, promet le préfet de police d’Antananarivo, Angelo Ravelonarivo. « D’ici la fin de la semaine, les contrevenants risquent de passer des peines de travaux d’intérêt général plus durs », poursuit-il. Les peines pourraient dépasser le « simple acte de nettoyage de la voie publique ». Le déploiement des forces de l’ordre, en effet, va dans ce sens et « aucun axe ne sera écarté dans le cadre des patrouilles de routine », assure le deuxième adjoint du commandant de la gendarmerie nationale, le général Christian Rakotobe.

Rija R.