Les actualités Malgaches du Dimanche 28 Avril 2019

Modifier la date
La Vérité0 partages

Programme de lutte antiérosive III - Des résultats convaincants pour l'agriculture

Associer les activités génératrices de revenu et la protection de l'environnement. La cérémonie de clôture officielle des campagnes de reboisement du Programme de Lutte Antiérosive III (PLAE III) s'est faite vendredi dernier, dans la Commune d'Ambondromamy, District d'Ambato-Boeny. Ce fut une occasion pour dresser le bilan du programme sur tous les territoires concernés. Des résultats convaincants, plus particulièrement dans le domaine de l'agriculture, ont été relevés. En effet, durant les cinq campagnes de reboisement, de 2014 à 2019, dans les cinquante Communes rurales d'intervention, une surface de plus de 8 965 ha a été reboisée grâce la participation des villageois.

Il ne faut pas oublier que le reboisement contribue à l'amélioration de la fertilité du sol. « La gestion durable des ressources naturelles fait partie des 13 "velirano" qui matérialisent les objectifs et orientations stratégiques de la Politique générale de l'Etat 2019-2023. Le ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche, par le biais du PLAE, contribue ainsi à la pérennisation de la gestion adéquate des bassins versants et à la réalisation de reboisement villageois à des fins énergétiques », notifie le coordonnateur du programme lors de la cérémonie de clôture.

Trois axes

Il faut noter que plusieurs actions ont été menées par ce programme, à savoir le Reboisement villageois individuel (RVI), la Lutte antiérosive (LAE) et l'Agriculture de conservation (AC). Chaque action correspond ainsi à des chiffres de réalisations conséquentes, permettant l'amélioration de la qualité de vie des paysans et la conservation de l'environnement, ainsi que la sécurisation foncière. « Pour le Reboisement villageois individuel (RVI), le PLAE III a réalisé un reboisement à vocation énergétique de 9 046,57 ha, soit 95 % de son objectif de 9 500 ha, dans ses zones d'interventions. Les réalisations se sont accrues progressivement. Ceci démontre l'efficacité des ajustements de stratégies élaborés entre chaque campagne », maintiennent les responsables. En tout, pour cette troisième phase, 14 131 paysans ont bénéficié de l'appui du PLAE. Ce projet a notamment formé les pépiniéristes. Cette formation va leur procurer ainsi des emplois. De plus, les ménages ont été approvisionnés en bois de chauffe ou de charbon induit pour augmenter leurs revenus, réduisant ainsi la pression sur les forêts naturels et la biodiversité.

En tout cas, les initiateurs du programme espèrent que leurs actions ne se limiteront pas seulement au projet, et que les paysans continueront d'appliquer tout ce qu'ils ont acquis ces dernières années. Cependant, ils continueront de suivre de près ces agriculteurs, surtout que le financement ne prendra fin qu'au mois de juin prochain.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Football - THB Ligue des champions - CNaPS Sport surprise à Toliara, Fosa nouveau leader

Les spectacles ont tenu leur promesse durant la troisième journée du championnat national D1 de la Ligue des champions. La surprise était aussi au rendez-vous. Aucune équipe n’est à l’abri de la défaite dans cette course et chaque rencontre compte. Le 3FB Toliara vient de le prouver. La CNaPS Sport Itasy s’est inclinée devant le 3FB Toliara au Stade Maitre Kira, hier, sur le plut petit écart de un but à zéro. Première victoire pour les Tuléaroises après les déboires durant les deux  premières journées.

A Mahajanga, les Zanak’Ala FC ont aussi essuyé leur première défaite devant les Fosa Juniors FC sur 3 buts à 1. Ce sont les visiteurs qui ont ouvert le score dès la première attaque. Elio ouvre le score pour Zanak’Ala suite à une mésentente dans l'arrière-garde de Fosa Juniors. Les Fosa n’ont pas tardé à riposter et Andry Max égalise sur un corner de Santatra à la 8eme mn. Avant la mi-temps, Jean Yves double la mise sur un tir dans la surface de réparation dévié par le défenseur de Zanak’Ala qui marque contre son camp. Le score est de 2-1 à la mi-temps. Les Fianarois étaient frustrés et figés sur le score tandis que Baggio rendait l’addition encore plus salée à ses invités d'un somptueux tir à l'entrée de la surface de réparation, qui n’a laissé aucune chance au gardien de but de Zanak’Ala à la 75eme. Le score au tableau reste inchangé jusqu’au coup de sifflet final.

Les Zanak’Ala ont donc enregistré une victoire, un match nul et une défaite après les trois journées tout comme la CNaPS. A la quatrième journée, l’équipe recevra l’As Adema à domicile avant d’aller à Toliara. Quant aux fosa, qui prennent les commandes du classement provisoire, l’équipe affiche deux victoires et un match nul. Les Majungais ont 7 points sur le compteur mais rien n’est encore décisif car ses poursuivants : CNaPS, Zanak’Ala, Adema, Ajesaia ont respectivement 5 points sur leur compteur. Pourtant, il reste encore quatre matches à jouer pour chaque équipe.

Jet Mada et As Adema se sont quittés sur un score nul et vierge aussi ce samedi au stade de Mahamasina. Pour la formation d’Itasy c’est son troisième match nul tandis que celle de l’aéroport engrange 5 points avec une victoire et deux matchs nuls. De même pour l’Ajesaia.

Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Perspectives motivantes

Au terme des cent jours de l’exercice de ses fonctions au sommet de l’Etat, Rajoelina a convié le peuple au Palais des sports Mahamasina pour marquer ensemble l’évènement, le dimanche 28 avril 2019. Au-delà d’une simple volonté de se rencontrer et le plaisir de se congratuler pour avoir franchi le cap des cent jours, les deux parties, Rajoelina Andry et le peuple acquis à la cause de l’IEM, ont mis à profit le meeting d’hier pour voir ensemble les efforts consentis dans le cadre des Velirano et retracer le chemin à parcourir.

19 janvier- 29 avril, le compte est bon ! Cela fait exactement 100 jours, au jour d’aujourd’hui, que Rajoelina, le nouveau Président de la République, avait pris les rênes du pouvoir. Une étape décisive dans les efforts de jeter les bases d’un Etat de droit. Un tournant délicat afin de pouvoir se diriger ensemble vers l’objectif fixé à savoir le démarrage de tous les grands chantiers prévus dans l’IEM . Et enfin un jalon incontournable vers  le rayonnement de Madagascar.

Les détracteurs du régime n’ont de cesse dénigrer les tenants du pouvoir  en particulier l’homme fort du pays. Ils applaudissent chaudement le moindre écueil comme c’est le cas récent de l’avis défavorable émis par la HCC. En fait, le juge constitutionnel botta en touche le projet de référendum faisant l’objet d’un décret pris par le Gouvernement en Conseil des ministres le mercredi 24 avril. Ce décret, en question, appelle les citoyens électeurs à s’exprimer sur  la révision de la Constitution voulue devant aboutir à la décentralisation effective, une pierre angulaire du développement à la base. Selon l’avis de la HCC, le décret référendaire pêche par un vice de procédure. La haute institution d’Ambohidahy juge qu’il fallait associer les Chambres parlementaires dans toute démarche de refonte de la loi fondamentale. Il faut le notifier que les hauts conseillers, passés maitres dans l’art de tourner en bourrique le peuple, nous conduisent dans le labyrinthe des « considérants » inintelligibles pour faire avaler la couleuvre. Rajoelina Andry, en tant qu’homme qui respecte l’Etat de droit et  par respect du principe de séparation des pouvoirs se plie. Mais ce n’est que partie remise ! Il entend assumer jusqu’au bout sa responsabilité, et ce, pour mener à bon port sa mission. Il ne dévie point des objectifs engagés. A bon entendeur salut !

Bien que l’élan de Zandry Kely soit, un tant soit peu brisé, la détermination d’aller de l’avant n’a jamais été écornée. On garde coûte que coûte le cap. Au Palais des sports Mahamasina, hier, à l’allure d’une convention nationale à l’américaine et en dépit du coup fourré d’Ambohidahy, l’ambiance a été au beau fixe.  

Le Chef de l’Etat, très à l’aise à travers son intervention, parcourait les efforts consentis durant les cent jours de son avènement au pouvoir. Echaudé à bloc d’un sentiment de fierté et d’humilité, le jeune président, pas comme les autres, énumère les grands chantiers qu’on a pu démarrer en 100 jours « seulement ». Une prestation unique !

A l’entendre, le Président de la République, l’assistance  venue nombreuse au Palais de Mahamasina, plein comme un œuf se voit animée d’un vif espoir. Il a été franc et transparent. La foi en l’avenir est désormais permise. De perspectives motivantes !

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Ex-député de Mahabo - Des dossiers hyper chauds sur la table de la Justice

Le richissime ex- député de Mahabo Ludovic Adrien Raveloson, candidat indépendant aux législatives du 27 mai, risque gros. Des piles de dossiers hyper chauds à son sujet sont sur la table du Tribunal à Morondava. La conférence de presse donnée par le procureur de la République la semaine passée n’a eu pour but que de clarifier certains aspects de l’arrestation et de la mise en détention provisoire de l’ancien parlementaire du Menabe et de son fils.

Une foule monstre s’est affluée au Palais de justice lors de leur déferrement mercredi après-midi. Des huées, mêlées de cris de joie, les ont accueillis à l’extérieur du Palais de justice, littéralement bondé. Les informations sur les présumés se sont ainsi répandues comme une trainée de poudre. Selon elles, l’ex- parlementaire serait aussi trempé dans le faux-monnayage, une infraction grave passible de prison à vie.

L’homme de la loi a confirmé que la perquisition menée au domicile du concerné à Ankilizato n’a pas permis de découvrir de faux billets chez lui. Il a toutefois corroboré la présence de paquets de billets de banque dans sa demeure. Retirés auprès de la BOA (sic), ils représentent une somme faramineuse. Les deux armes à feu trouvées lors de la première perquisition sont aussi qualifiées de légales. Le propriétaire a présenté les autorisations en bonne et due forme fraichement renouvelées.

Impacts de balles

Le procureur a insisté à dire que l’arrestation n’a rien de politique du tout. « Il n’y a pas de montage de dossier. L’homme a été recherché depuis 2017 pour un double assassinat avec préméditation (ndlr : nous avons écrit « meurtre avec préméditation ») », a-t-il souligné. Les Forces de l’ordre se sont mises sur les trousses du présumé commanditaire depuis la réception de la plainte déposée par le père des deux victimes.

Elles étaient en réalité deux jeunes hommes qui étaient grièvement blessés par des haches à l’intérieur de la maison et dans la cour de l’ex- élu avant d’être définitivement achevés ailleurs dans des atrocités inouïes toujours sur ordre de l’ancien locataire de Tsimbazaza. Les cadavres montrant des traces d’armes blanches et des impacts de balles étaient retrouvés au lieudit Beranomaso.

L’un des complices et le père des victimes étaient parmi les témoins oculaires de toutes ces brutalités et l’ont confirmé dans leur déposition respective, selon les précisions de l’homme de la loi devant la presse. « Le problème est que son lieu d’habitation (Ankilizato) se trouve loin de Morondava. Il était toujours alerté au préalable chaque fois que les Forces de sécurité allaient le prendre chez lui dès septembre 2017 », a-t-il indiqué.

Remise aux normes

« Si nous pouvions mettre la main sur lui à temps, la procédure requérant la levée de son immunité parlementaire aurait été déjà engagée. Mais il pouvait toujours échapper à la trappe », a-t-il ajouté. Même l’enquête proprement dite n’a pu s’enclencher qu’après l’arrestation du principal assassin présumé répondant au nom de Razafimaharavo ou Maharavo qui se cachait dans la forêt pour éviter toute rencontre déplaisante. Le procureur a ainsi cité clairement son nom.

La plainte sur le double assassinat déposée le 20 août 2017 n’a été reçue à Morondava que le 25 septembre de la même année. « Le décalage s’explique par la peur qu’inspire le politicien à tous les habitants », a observé le procureur. Les plaintes contre le candidat indépendant continuent d’affluer maintenant qu’il est en prison avec son fils, celui qui terrorisait littéralement quiconque au monde qu’il croyait « être supérieur » à lui.

Des sources concordantes révèlent que des dossiers sur le trafic d’armes et de munitions ainsi que le faux-monnayage existent bel et bien. Mais le Tribunal n’y a pas encore touché en attendant le bouclage de l’enquête. Par ailleurs, la chaîne publique TVM a déjà diffusé des informations en lien avec ces cas la semaine passée.

A Morondava, des bruits persistants rapportent que le présumé aurait voulu financer la remise aux normes d’une cellule spéciale à la prison d’Andabatoara exclusivement pour lui et son fils. Il voudrait démontrer ainsi qu’il a de l’argent pour tout « acheter ». En ironisant l’administration et le système judiciaire du pays, il serait toujours en possession de ses téléphones mobiles même en prison pour rester en contact avec l’extérieur.

M.R.

La Vérité0 partages

Douanes Mamory Ivato - Saisie de tortues à destination de la Thaïlande

Malgré les emprisonnements et les amendes, des trafiquants ont tenté encore d'exporter clandestinement des tortues endémiques du pays. C'était le cas samedi dernier  lorsque la Douane, dans son bureau de Mamory Ivato,  a saisi cinq  reptiles  de « Astrochelys radiata » lors du traitement d'un vol à destination de Bangkok. Les douaniers dont le leitmotiv est le maximum de vigilance, ont détecté une anomalie au passage au scanner.   En effet, pour l'exportation, le traitement se fait obligatoirement en circuit rouge, donc 100% passage au scan. D'autant plus que l'Asie est considérée comme étant une destination à risque. Cette fois donc, les douaniers ont  réussi à déceler la présence suspecte dans un paquet envoyé en groupage. Effectivement, il contenait des tortues. Les pauvres animaux ont été soigneusement dissimulés dans une maquette de bateau en bois.

Pour les mesures de précaution et afin de protéger  le déroulement de l'enquête en cours, la Douane ne veut pas encore dévoiler l'identité de la ou des personnes mises en cause dans cette affaire. Selon un constat, les tentatives de trafic illicite se font très souvent en week-end et les  jours fériés car les trafiquants pensent, à tort, que les correspondances se font plus facilement. Mais la Douane veille et protège le territoire sans distinction de date ou de moment.

De fait, le  directeur général des douanes, Lainkana Zafivanona Ernest, qui était venu constater de visu la saisie, a remercié ses agents pour cette prise. Il félicite et encourage la vigilance des douaniers et sollicite le maintien des efforts, voire plus car « au fur et à mesure que les contrôles sont renforcés, proportionnellement, les trafics se font de plus en plus ingénieux et les trafiquants ne manquent pas d'imagination », selon ses dires.  Le mode opératoire des trafiquants commence également à être connu. Rappelons que les dernières tortues saisies, au mois de janvier dernier, ont été dissimulées dans des produits d'artisanat, spécialement modulées pour le trafic.

Les fréquentes saisies  de drogue, des espèces protégées et des  produits illicites et prohibés, prouvent que les réseaux mafieux cherchent tous les moyens pour essayer de déjouer le contrôle de la Douane.  Malgré la farouche volonté des trafiquants pour réussir leur sale coup, la Douane redouble d'effort et de vigilance afin de lutter contre ces trafics. Mesure fut alors prise afin d'optimiser  l'analyse de risques, l'anticipation et la proactivité.Les tortues, catégorisées espèces prohibées, seront restituées au ministère des Eaux et Forêts.

F.R./Rova R.

La Vérité0 partages

Le Président Andry Rajoelina exige : - La baisse des prix des carburants - La hausse des salaires du sec...

Les ménages malagasy devraient être contents. Ces derniers qui réclament depuis toujours des solutions pour alléger leurs charges, ont trouvé une oreille attentive auprès du Président Andry Rajoelina qui est dans les dispositions de satisfaire à leur demande. Durant les trois heures de la présentation du bilan des cent premiers jours de son quinquennat et des perspectives du mandat, au Palais des sports de Mahamasina hier dans l’après-midi, le Président malagasy Andry Rajoelina a fait quelques déclarations de taille. Il  annonce notamment mener une bataille auprès des compagnies pétrolières pour exiger la baisse des prix des carburants dans la Grande-île et auprès des fournisseurs de la JIRAMA pour les exhorter à réduire les coûts de location de leurs groupes électrogènes et donc du prix de l’électricité.

Le Chef de l’Etat estime en effet que des réductions sur les prix des carburants sont possibles si les compagnies pétrolières diminuent leurs marges en matière de fret et de distribution de carburant. Une évaluation menée sur le juste prix du fret confirmerait que les compagnies dans le pays prendraient en effet une marge de 120 ariary par litre. Celles-ci affirment que le prix de la tonne métrique est de 68 dollars à l’arrivée à Madagascar. « Une agence a enquêté auprès d’un expéditeur lequel affirme que le coût de la tonne métrique devrait être de 18,24 dollars. La marge, c’est le peuple malagasy qui le paie avant même d’acheter le carburant à la pompe », s’insurge le Président Andry Rajoelina.

 Les compagnies pétrolières feraient encore plus de marges bénéficiaires sur la distribution. Ces dernières prendraient en effet une marge de 124 dollars par tonne métrique. Par comparaison, en Afrique du Sud, les compagnies prennent 50 dollars, au Botswana 53 dollars, à Maurice 56 dollars, au Kenya 65 dollars. « Si nous leur demandons de baisser leurs marges à 68 dollars, le prix du litre devrait encore baisser de 198 ariary par litre », affirme le Chef de l’Etat.

Bataille

Pour ce qui est du prix de l’électricité, le Président Andry Rajoelina estime que les contrats de la JIRAMA avec ses fournisseurs devraient être révisés. En effet, le Chef de l’Etat a missionné un audit, mené par un cabinet d’audit reconnu. Un audit a révélé des incongruités. « Un fournisseur à Toamasina affirme que la puissance installée est de 32 Mw pour une puissance fournie de 15 Mw seulement. Pourtant, nous devons toujours payer le 32 Mw. C’est du vol et je n’accepterai jamais cela », fustige-t-il, annonçant une convocation prochaine des pétroliers.

Et lui de rappeler que le régime de la Transition n’a jamais subventionné les compagnies pétrolières et la JIRAMA. Pourtant, au contraire, durant la Transition les prix de la compagnie d’électricité ont été réduits de 10%. Depuis 2015 pourtant, la JIRAMA a obtenu des subventions colossales. De 2015 à 2018, 379 millions de dollars ont été transférés à titre de subventions à la JIRAMA. Des subventions qui ne profitent qu’à quelques sociétés, fustige le Chef de l’Etat, lequel s’est ainsi engagé à mener bataille, avec l’appui de la population, contre les pétroliers et les fournisseurs de la compagnie nationale d’eau et d’électricité.

Face aux menaces des compagnies pétrolières et des fournisseurs de la JIRAMA de bloquer la livraison de gasoil et de couper la fourniture en électricité, le Président malagasy appelle à ne pas s’inquiéter. « Il vaut mieux, dit-il, vivre dans le noir durant quelque temps et vivre dans la lumière pour toujours par après », s’engageant par la suite à mener combat, dès cette semaine, auprès des fournisseurs de la JIRAMA pour réduire les prix de location des groupes électrogènes et auprès des compagnies pétrolières pour diminuer les prix des carburants.

Une bataille sera également menée par le Président Andry Rajoelina auprès du secteur privé, pour exiger une hausse du salaire minimum qui est actuellement de 168.000 ariary. « Ce salaire est trop bas. Il ne permet pas à une famille de vivre », regrette le numéro Un de l’Etat, qui annonce vouloir batailler auprès des représentants du secteur privé pour augmenter ce salaire à 200.000 ariary, qui constitue un de ses engagements lors de la campagne électorale pour la présidentielle.

La rédaction

La Vérité0 partages

Incident à la Base Toliara - Des résolutions consensuelles signées

Une rencontre déterminante. Vendredi dernier, les membres du Gouvernement se sont rendus à Tuléar afin de rétablir l’ordre, la sécurité et la stabilité. Faisant suite au soulèvement populaire contestant le projet d’exploitation de sables minéralisés de la société Base Toliara, lequel s’est transformé en un incendie, vol et vandalisme, ils ont tenu à réagir. Une forte délégation composée du ministre des Mines et des Ressources stratégiques, Fidinarivo Ravokatra, celui de l’Intérieur, Tianarivelo Razafimahefa, et de la Justice en la personne de Jacques Randrianasolo, se sont entretenus avec les représentants des services publics locaux, ceux des opposants et des partisans du projet Base Toliara ainsi que les responsables du projet.

En présence du ministre de la Sécurité publique, d’autres hauts responsables étatiques tels que le contrôleur général de police Roger Rafanomezantsoa, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, sans oublier le secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie, le Général Richard Ravalomanana, ont discuté avec les personnes concernées sur l’importance du respect des textes et lois en vigueur. Ce qui a emmené vers l’interdiction formelle de la destruction des biens d’autrui, la violence, l’opposition aux Forces de l’ordre et l’utilisation des armes pendant les manifestations.

Ces avancées ont été concrétisées par une signature. En effet, toutes les parties concernées ont signé des résolutions consensuelles relatives à ces interdictions comportant 6 grandes lignes. En plus de ces interdictions, une plateforme de dialogue entre toutes ces parties concernées va également être créée. Elle réunira des associations regroupant les jeunes chômeurs, notamment l’association FITAMITO, MAZOTO, « zana-driaka », les femmes, les propriétaires de terrains et de tombeaux « tompon-dolo » dans la Commune de Tsianisiha.

A l’issue de chaque réunion, les autorités compétentes seront informées par le biais des procès-verbaux. En outre, pour toute manifestation pouvant gêner la circulation et perturber le quotidien de la population, une demande d’autorisation doit toujours être déposée auprès des autorités compétentes. Pour sa part, l’Etat va contrôler les cahiers des charges socio-environnementaux du projet de Base Toliara. « Tout le monde est tenu de garantir l’apaisement. L’objectif étant d’éviter les affrontements entre Malagasy, entre les manifestants et les Forces de l’ordre, entre les manifestants et les responsables, ou entre les employés du projet Base Toliara », ont-ils décidé à l’issue de cette réunion. 

Il est à noter que le but de cette rencontre a été d’apporter des solutions inclusives afin que de tels incidents ne se reproduisent plus. Les responsables étatiques sont chargés du suivi et contrôle de cette résolution et seront fermes dans la préservation de l’ordre public et du respect de la loi. 

Recueillis par K.R.

La Vérité0 partages

Tagnamaro - Une mobilisation citoyenne apportant du changement

Une journée d’entraide non payée ni indemnisée. La plupart des associations, organismes, institutions, ministères et simples citoyens se sont donné rendez-vous samedi dernier pour la deuxième édition de « Tagnamaro : andron’ny olom-pirenena ». Une occasion pour tout un chacun d’apporter sa contribution dans des actions concrètes, pouvant apporter un changement au niveau de la société. Cette fois-ci, l’on a constaté plus de motivation de la part de toutes les entités participantes. A cela s’ajoute l’abondance des dotations, notamment des équipements et matériels, pour la réalisation des actions communautaires. D’ailleurs, le ministère de la Communication et de la Culture (MCC) reconnait l’appropriation des citoyens de cette mobilisation. Celle-ci se fait volontairement quoi que la transformation dudit programme ministériel en une législation ne soit pas écartée.

Réveiller la responsabilité citoyenne à des intérêts communs et manifester le patriotisme à travers des actions concrètes. Cet objectif semble être atteint si l’on tient compte des activités entreprises samedi dernier dans les 4 coins de l’île. Après le centre hospitalier de Mahitsy, le MCC a choisi l’Ecole primaire publique (EPP) d’Ambohipo pour mener les actions d’entraide communautaires. Les employés issus de tous les services et organismes rattachés à ce département ministériel ainsi que les enseignants, parents d’élèves et habitants se sont donné la main pour la réhabilitation de cet établissement ainsi que pour l’assainissement du voisinage. « Aucune rénovation n’a eu lieu en 57 ans d’existence de cette EPP, laquelle enregistre 807 élèves et 28 enseignants repartis dans 16 salles de classe. Ces dernières se trouvaient dans un état lamentable, avec la fuite de la toiture, des vitres cassées, des portes endommagées, etc. Nous sommes plus que ravis des travaux de réhabilitation entrepris dans le cadre du « Tagnamaro » », fait part Fidelys Voahirana Raharimalala, directrice dudit établissement. Après quelques heures de travaux assurés volontairement par des centaines de personnes, l’EPP Ambohipo fait peau neuve, depuis les salles de classe jusqu’au jardin, en passant par la cour, la clôture et les toilettes. Les élèves seront désormais scolarisés dans un environnement adéquat.

Forte participation des ministères

A part le MCC, les autres ministères n’ont pas manqué de participer à cette journée de mobilisation citoyenne. C’est le cas du ministère des Affaires étrangères (MAE), qui a opté pour l’assainissement de l’entourage de son siège à Anosy. Les employés dudit département, à commencer par le ministre, y étaient au rendez-vous. Ceux du ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics (MATHTP) ont fait la même chose auprès de leurs lieux de travail à Anosy. De plus, ils ont pris en charge l’entretien d’un tronçon de ruelle de 200mètres menant au Lycée technique d’Ampasampito, où bon nombre d’ingénieurs étaient scolarisés.

 Le ministère de la Santé publique (MSP) a, pour sa part, choisi la réhabilitation et l’assainissement du centre de santé de base niveau 2 (CSB II) d’Ampasanimalo, afin d’offrir un meilleur environnement pour les patients et les agents de santé.  L’assainissement de la gare routière de

« Fasan’ny Karana » a été la principale activité menée par le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie (MTTM). Le ministre de tutelle en a profité pour effectuer une visite des lieux afin de constater de visu les réalités, avant de se concerter avec les acteurs pour une amélioration.  

Le secrétariat d’Etat de la Gendarmerie n’était pas en reste. Outre l’assainissement du côté du camp Général Ramarolahy Betongolo, la plupart des compagnies et brigades de la Gendarmerie se sont mobilisées pour des travaux d’intérêt général. Gendarmes et personnels civils ont prêté main forte pour ce faire.

Le curage et l’assainissement du Canal de Pangalane étaient au programme du « Tagnamaro » pour la Région Atsinanana, avec la contribution de divers départements ministériels et du secteur privé. Tout le monde s’est aussi donné la main à Befandriana Nord pour la réhabilitation de la route nationale (RN32), laquelle se trouvait dans un état de dégradation avancée. A Miandrivazo, toutes les ruelles ont été assainies par les citoyens, y compris l’Armée, les scouts et diverses associations. Ils ont également assuré la collecte d’ordures et des sables bloquant l’évacuation des eaux usées. L’assainissement de la stèle de 1947 et la route menant vers la gare étaient au programme à Moramanga, avec la participation des médias, des employés du secteur public et privé ainsi que les citoyens, venus en masse.

La contribution des membres de l’association des musulmans ou FSM s’est démarquée pour la seconde édition de la journée de mobilisation citoyenne à Antsiranana. En fait, ils ont choisi le débroussaillage et l’assainissement du cimetière local. Cette action apporte une nouvelle image de la ville, outre le lien plus serré entre les habitants qui ont participé massivement.

Bref, la deuxième édition de « Tagnamaro » a été couronnée de succès. Prochain rendez-vous le samedi 18 mai.

Patricia Ramavonirina