Les actualités à Madagascar du Vendredi 28 Avril 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara870 partages

Roland Ravatomanga : Limogé pour avoir refusé de défendre Claudine

L’affaire Claudine ferait-t-elle encore des victimes dans les prochains jours ou dans les prochaines semaines ?

Rentré au pays mercredi dans la matinée, il ne voulait pas commenter son limogeage qui a été décidé alors qu’il était en mission officielle aux Etats-Unis.

L’affaire Claudine est une affaire d’Etat malgré une « précision » du nouveau ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions Harry Laurent Rahajason. Raison pour laquelle, elle fait réagir toutes les entités politiques et de la société civile malgache. C’est aussi une affaire d’Etat parce qu’il serait à l’origine du limogeage du ministre de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène Roland Ravatomanga. En effet, avant de mettre le cap sur Washington où il a assisté à un Sommet international, des membres du gouvernement auraient reçu des consignes selon lesquelles ils devaient intervenir sur la TVM (Télévision Malagasy) pour défendre la cause de Claudine Razaimamonjy. Lesdites consignes auraient été données au nom de la solidarité gouvernementale.  Selon ses proches, le ministre Roland Ravatomanga aurait refusé de s’y soumettre pour la simple raison que le gouvernement ne devrait pas être solidaire sur une affaire compliquée dont on ne connaît pas les tenants et les aboutissants.

Impatience coupable. Le ministre Roland Ravatomanga a été limogé en pleine mission officielle à Washington. On ne l’a pas préalablement avisé de ce limogeage, contrairement aux deux autres membres du gouvernement qui ont été remerciés.  Roland Ravatomanga était rentré au pays avant-hier dans la matinée. Il a été accueilli à l’aéroport d’Ivato en simple citoyen. Il a effectué la matinée même du mercredi sa passation de service avec son successeur. Chose curieuse, d’après des témoignages des membres du personnel du ministère de l’Eau, de l’Assainissement et de l’Hygiène à Ambohijatovo Ambony, le nouveau ministre aurait pu entrer dans le bureau de son prédécesseur  mardi dans l’après-midi, c’est-à-dire avant même la passation. D’où a-t-il eu la clé du bureau ? Comment le nouveau ministre a-t-il pu le faire ? Et en vertu de quel texte de loi un nouveau ministre peut-il entrer dans le bureau de son prédécesseur sans qu’il y ait encore passation de service ? Selon les proches du ministre Roland Ravatomanga, ce dernier ne voulait pas polémiquer sur ces « agissements indignes ».

Message fort. Quoi qu’il en soit, le limogeage de Roland Ravatomanga peut être interprété comme un message fort à l’endroit de Marc Ravalomanana. Ce message est clair : que ce dernier soit dans l’opposition, ou qu’il soit avec le régime. Le président national du TIM n’a pas encore réagi sur la question. Il préfère poursuivre sa tournée politique dans la partie nord de l’île, en particulier dans la région de SAVA. Marc Ravalomanana était successivement à Andapa, Sambava, Vohémar et Antalaha. Pour l’ancien président, il est temps de se préparer aux présidentielles de 2018. Le HVM s’y met aussi. Raison pour laquelle, le président de la République n’envisagerait pas  jusqu’ici de nommer un nouveau responsable à la tête du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation. Son « homme de confiance » Mahafaly Solonandrasana Olivier continue de gérer à la fois la Primature et ce département ministériel qui joue un rôle vital (pour un régime en place) pendant les élections.

R. Eugène

Midi Madagasikara172 partages

Hery Rajaonarimampianina : Engagement pour des élections transparentes et inclusives

Les deux chefs de l’exécutif à Antsiranana.

Comme l’on s’y attendait, le chef de l’Etat a joué le rôle du bon élève, devant les partenaires techniques et financiers européens, lors du Dialogue politique qui s’est tenu hier à Antsiranana.

 La bonne gouvernance, l’Etat de droit, la démocratie et la lutte contre corruption sont les termes les plus cités, lors des rencontres avec les représentants de l’Union Européenne. Hier, devant les membres du Gouvernement, l’ambassadeur de l’Union Européenne et les représentants des pays d’Europe, le président Hery Rajaonarimampianina a soutenu que ces volets avancent dans le bon sens, pour Madagascar. « Nous avons fait un grand progrès dans la lutte contre la corruption, notamment en matière de trafics illicites de tortues, d’or, et d’autres richesses naturelles », a-t-il souligné dans son discours, tout en évitant de s’exprimer sur l’affaire Claudine Razaimamonjy, même durant la séance d’interview accordée aux médias. « Au niveau de la gouvernance, l’évaluation du Fonds Monétaire International (FMI) a donné d’excellents résultats et la délégation malgache présente aux Réunions de printemps à Washington a pu fournir les informations supplémentaires demandées par cette institution. Nous sommes confiants pour le déblocage de la deuxième tranche de la Facilité élargie de crédit », a poursuivi le président.

Election. Toujours dans son discours, celui-ci a mis en avant son engagement pour la défense de la démocratie. « Nous promettons une élection inclusive et transparente, gage du développement à long terme. Dans ce cadre, le renforcement de l’indépendance institutionnel du CENI et la facilité de délivrance de carte d’identité nationale ont été entrepris. Un comité consultatif pour les élections est également en cours de mis en place ». Certes, ce discours relayé par les médias locaux, ainsi que la parade des véhicules de luxe du cortège présidentiel et des membres du Gouvernement, n’a pas laissé indifférents les habitants de la ville d’Antsiranana. Ces derniers qui dépendent beaucoup du tourisme ont eu d’ailleurs quelques jours et quelques nuits assez intenses, à l’occasion du grand événement honoré par la « visite présidentielle ».

Antsa R.

Tia Tanindranaza151 partages

Marc RavalomananaLotoina vao mainka mamiratra

Maro amin’ireo mpifanandrina ara-politika no miezaka mandoto sy manaratsy an’i Marc Ravalomanana satria tsy mbola nisy nahavita ny vitany aloha hatreto raha samy mpitondra teto Madagasikara.

 Ao anatin’ny tanjany tanteraka i Marc Ravalomanana sy ny Antoko Tiako I Madagasikara misy azy ankehitriny, ka na aiza na aiza toerana aleha sy tsidihiny dia rakotra olona avokoa, izay azo ambara ho efa tandindon’ny ho avy. Mitohy hatrany ny fitetezam-paritra ataony manerana an’i Madagasikara. Efa nanomboka ny alahady lasa teo no any amin’ny faritra Avaratry ny Nosy izy sy ireo delegasionina tarihiny mihaona sy mitafa mivantana amin’ny vahoaka. Mahita hatao foana I Marc Ravalomanana izay manana fihetsika sy fomba fiteny tsy ampoizina, hany ka zary fahafinaretana ho an’ny vahoaka ny miresaka sy mitakosina aminy. Izy ihany koa moa efa iny iaraha-mahita iny fa mahay miara-miaina sy tsy mihafahafa, ka tafahoana ny tia sy ny manina e! Omaly maraina dia nankalaza ny Fetin’I Masindahy Marc tao amin’ny ECAR Antalaha ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana niaraka tamin’i Mg Ramaroson Benjamin izy sy ny ekipany. Rakotra fatin-kazo sy vatakazo ny torapasika tao Antalaha ka naira-nientana ny filoha Marc Ravalomanana sy ireo mpiara dia aminy nanadio izany niaraka tamin’nireo mponina. Hotohizan'ireo vahoaka ny asa fanadiovana mba hanampiana ny kaomina.

HENJEHINA SY HALAINA BARAKA

Ezahina lotoina sy soketaina amin’ny resaka kolikoly I Marc Ravalomanana sy ny fianakaviany ankehitriny, ka hamoronana atsanga tsy aman’orana maro. Anisan’ny efa nivoy izany i Riana Andriamandavy VII, taorian’ny nisamborana an’i Claudine Razaimamonjy, izay arovany fatratra. Hatrany anaty tambajotram-pifandraisana isan-tsokajiny no voizina fa tokony hosamborina i Marc Ravalomanana. Ny teo anivon’ny Bianco kosa anefa dia efa herinandro vitsy lasa izay no nilaza fa tsy misy dosie mikasika ity filoham-pirenena teo aloha ity eny am-pelatanan’izy ireo ary nohamafisina fa tsy nisy velively ny taratasy fampiantsoana azy. Raha ny lalàna ihany koa no arahina dia ny “Haute Cours de Justice” no hany fahefam-pitsarana afaka mitsara sy manenjika ny filoham-pirenena sy filoham-panjakana teo aloha, izay manana ny satany manokana. Mahagaga sy mahatalanjona ihany, araka izany, hoe loholona izao no tsy mahalala akory ny andinindinin-dalàna mikasika ny fanenjehana filoha teo aloha, ka zary miteniteny foana any anaty haino aman-jery, hany ka misy ireo mihaino an-jambany noho ny tsy fahalalana ny tena zava-marina, ary ao ny mpikarama an’ady tsy misaina afatsy ny handoto sy hanala baraka.

Toky R

 

 

Midi Madagasikara121 partages

Orana nikija teto Andrenivohitra : Olona telo maty nilatsahan’ny varatra

Izany tokoa angaha ny hoe hetraketraky ny natiora. Nirefodrefotra ny varatra omaly teto Andrenivohitra ka namela takaitra mahatsiravina. Olona roa no fantatra fa maty nandritra izany. Ny voalohany teny Soavimasondro, ny faharoa kosa tao Androndra.

Nitranga ity loza teny Soavimasoandro ity tokony tamin’ny 1 ora teo hoe eo. Tovolahy iray 27 taona, mpiasa mpanao trano no maty tamin’io fotoana io. Ity farany sy ny namany efa-dahy izay niezaka namarana ny fanafoana ilay trano namboariny alohan’ny fotoana hiala amin’ny orana izay efa nandindona tanteraka tamin’io fotoana io. Tampoka tokoa no nisehoan’ny loza, raha araky ny fitantaran’ny rahalahin’ny maty, sady mpiara-miasa taminy rahateo, ka nahatazana ny zava-niseho sy azo lazaina fa niheren-doza ihany koa. “Tsy tafaraka tamin’izy dimy lahy aho fa nisitaka nandoko tsatoka na “piquet” miala metatra vitsivitsy ilay trano iasan’izy ireo tamin’io fotoana io rehefa avy nifampizara asa tamin’izahay”, hoy ny fitantarany raha nanaraka ny razana teny amin’ny tranom-patin’ny hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA), Ampefiloha.

Araka ny fanazavany, teny ambony tafo ity tovolahy maty ity sy ny namany iray ary tety ambany kosa ny telo no nipoaka tampoka ny varatra. “Nony nitodika aho, olona telo no hitako nitsirara tamin’ny tany ka ny iray tsy nahatsiaro tena intsony sy naratra mafy teo amin’ny lohany ary ny roa kosa very saina tanteraka”, hoy izy. Nambarany fa samy niezaka namonjy ny olona manodidina fa izy kosa avy hatrany dia nandeha niantso “taxi” hitondrana ity maratra ho eny amin’ny hopitaly avy hatrany. “Indrisy anefa fa nony tonga tao amin’ny “Urgence”, nilaza ireo mpitsabo fa efa tsy tana intsony ny ainy”, hoy ihany ity mpitantara izay tsy nahatana intsony ny ranomasony. Nitomany izy satria nambarany fa tsy mba nisy akory fialana nenina izay nataon’ireo mpitsabo fa toa nojerena fotsiny ilay maratra izay tena mbola nafana ny vatany ka notombanana fa vokatry ny fiajerana no tena nahafaty azy.

Teny Androndra kosa, na ny marimarina kokoa teo Ampamantanana, raim-pianakaviana iray ihany koa no voalaza fa nilatsaham-potaka ka maty tsy tra-drano teo akaikin’ny fiangonana FJKM eny an-toerana . Araka ny fanazavana, olona nandalo ihany ity olona ity izao niharan-doza izao.  Tamin’ny 02 ora sy sasany teo ho eo no nitrangan’izany. Fotoana izay efa tena naha be fiaviavy ny orana izay narahana havandra mihitsy. Toe-javatra izay mahatonga hilaza fa ny “natenain-kanirina indray no nampivandravandra”. Fantatra mantsy araka ny filazan’ny sampan-draharaha misahana ny famantarana ny toetr’andro eny Ampandrianomby fa orana noforonina (pluie provoquée) io orana io noho ny fihenan’ny haavon’ny rano eny Andekaleka sy Tsiazom-paniry ary Mantasoa. Ankoatry ny aina nafoy, betsaka ihany koa ny voly simba noho ny havandra.  

T.M.

News Mada77 partages

Médiation : renforcement des capacités pour les médiateurs du Camm

Une douzaine de médiateurs agréés du Centre d’arbitrage et de médiation de Madagascar (Camm) ont suivi depuis lundi quatre jours de formation de renforcement des compétences.

La formation a été dispensée par Shabname Meralli-Ballou Monnot, avocate-médiatrice-formatrice, en activité à Paris qui dispose d’une longue expérience d’enseignement et de pratique de la médiation dans plusieurs domaines concernant les différends inter et intra-entreprises. La remise de certificat aux participants s’est tenue dans la soirée d’hier à l’issue de la formation, dans les locaux de la Chambre du commerce et d’industrie d’Antananarivo (CCIA).

«Les médiateurs sont bien qualifiés à Madagascar et ils ont une approche interculturelle des conflits. Cela est extrêmement important dans le cadre du développement économique d’avoir des médiateurs compétents et sensibles à toutes les questions interculturelles et au développement humain durable». C’est l’impression qu’a voulu partager Shabname Meralli-Ballou Monnot au cours de cette formation.

Les quatre jours de formation ont permis d’abord de faire une étude comparative entre la loi 2012-013 sur la médiation à Madagascar et les textes français, voire européens. D’une part, ce regard croisé a permis de démontrer la qualité de la législation malgache. D’autre part, les médiateurs ont pu s’approprier des spécificités et des atouts de la médiation par rapport aux formes de règlement de conflit : négociation, conciliation, arbitrage, procès. La formation a également permis de montrer la dimension interculturelle et internationale dans les différents conflits.

Des cas pratiques

Pour Me Jeannot Rafanomezana, médiateur de formation et médiateur agréé au sein du Camm, «Le texte existe mais son application fait défaut. Or la médiation nous donne une garantie contre la corruption que l’on évoque tout le temps ainsi que la lenteur administrative, surtout au niveau du tribunal». Pour ce participant, les formations de ce genre sont toujours enrichissantes et le partage d’expériences avec des experts est toujours un plus.

Des cas pratiques ont permis de  travailler sur les fondamentaux que doivent respecter les médiateurs, notamment sur l’engagement de confidentialité et du respect des règles éthiques et déontologiques. Ils ont également permis d’apprécier la pertinence de la médiation et le rôle des médiateurs dans les conflits interentreprises.

Présidente de la CCIA et non moins président du conseil d’administration du Camm, Noro Andriamamonjiarison aspire vraiment à ce que le Camm trouve la place qui lui revient dans le contexte actuel au niveau du système judiciaire. «Il est absolument important que la CCI manifeste son intérêt et son appui au Camm», a-t-elle déclaré.

Une conférence à l’endroit des magistrats est également prévue ce jour, toujours dans les locaux de la CCIA à Antaninarenina sachant que ce sont des accompagnants à la médiation pour construire des accords sécurisants sur le plan juridique, fiscal et social dans des contextes où il est peut-être besoin de restaurer le dialogue plutôt qu’une décision unilatérale.

Arh.

 

L'express de Madagascar71 partages

Énergie – Tension à la trésorerie de la Jirama

La Jirama se trouve dans une situation financière délicate à rentabiliser. Un des défis du nouveau directeur général, nommé en conseil des ministres.

Dans l’attente. Le redressement de la Jirama at­tend le plan de gestion et d’amélioration qu’adoptera son nouveau directeur général, Olivier Aimé Jaomiary, spécialiste en ressources humaines et organisation, doté d’une expérience en sciences comptables.L’hémorragie au sein de la trésorerie de la Jirama causée par une commercialisation caractérisée par une vente à perte handicape son bon fonctionnement. Cela a généré une pléthore de problèmes comme le délestage d’origine technique par panne de groupes ou économique dû au retard de livraison de gasoil pour les centrales thermiques frappant de suite les ménages et les industries. En 2016, 1 kwh d’électricité est vendu en moyenne à427 ariary or le prix de revient est de 947 ariary soit une perte de 520 ariary/Kwh.Pour l’eau, 1 m³ est vendu à 969 ariary or le prix de revient est de 1217 ariary, soit une perte de 248 ariary/m3. Selon un spécialiste, «ce coût de l’énergie à Madagas­car est comparativement parmi les plus chers en Afrique et au niveau des îles de l’océan Indien impactant sur la non-compétitivité industrielle». Trois possibilités sont actuellement utilisées par la Jirama comme source d’énergie à savoir la location du groupe électrogène, celle de centrales et l’achat d’énergie. Les coûts d’achat et de location d’énergie au secteur privé est passé de 51% en 2012 à 83%, en 2015, des chiffres d’affaires de la Jirama. Les coûts des contrats d’achat d’énergie par la Jirama oscillent entre 180 à 1122 ariary/Kwh. Le prix de location d’une centrale et d’un groupe varie entre 16.333 à 57.750 ariary/kW/mois.

Autres sources d’énergieL’une des politiques adoptées par la Jirama comme solution aux problèmes de gap en électricité est l’utilisation d’autres sources d’énergie telle l’énergie solaire, la biomasse, l’implantation des centrales hydrauliques et surtout l’utilisation de fuel lourd pour les centrales thermiques. Comme solution à court terme, la Jirama a lancé le 3 mars un appel d’offres pour la fourniture de gasoil ou de fuel lourd pour une durée de six mois. Durant l’événement Knowledge Fair organisé par la Banquecentrale, Lantoniaina Rasoloelison en tant qu’administrateur délégué de la Jirama a affirmé que «Ces six mois sont une période pour la marche vers la transition énergétique pour la société». En ce qui concerne les centrales thermiques, l’utilisation de fuel lourd demeure encore une question car Madagascar oil, producteur de ce produit à Tsimiroro avec des tests concluant en 2016 ne serait pas parmi les fournisseurs, en affirmant «ne pas avoir été en mesure de participer à l’appel d’offres pour l’approvisionnement en fuel lourd». Ce qui signifie que la Jirama n’aura d’autre option que de collaborer avec des fournisseurs de gasoil, il reste à savoir si le coût sera rentable pour la société.

Sandra Miora Hafalianavalona

Midi Madagasikara69 partages

Tsaratanàna : Mpividy volamena voakapa famaky, lasa ny vola 60 tapitrisa ariary

Ny talata lasa teo, mpividy volamena roa be izao no indray notafihan’ny jiolahy tany amin’iny distrikan’i Tsaratanàna iny. Ny iray tao amin’ny toerana antsoina hoe Antsenavao, Morarano, ao amin’ny kaominina Sarobaratra. Naratra mafy voakapan’ny famaky ny iray tamin’ireo olona tonga hividy volamena any amin’iny faritra iny, ary lasa ny vola mitetina eo amin’ny 25 tapitrisa ariary eo ho eo. Tokony ho tamin’ny efatra ora maraina tany ho any no nitranga ity fanafihana ity, raha dahalo roa, nirongo famaky no nandroba an’ireo mpividy volamena handeha hamonjy tsena. Araka ny fampitam-baovao, dia vehivavy no namadika azy ireo. Satria ny sakaizan’ny iray tamin’ireto olona ireto, dia fantatra fa sipan’ny iray tamin’ireo olon-dratsy. Lasa nitsoaka niaraka tamin’ireo mpanafika moa ity kalavavy ity, rehefa vita ny asa ratsy nataon’izy ireo, ka lasany ny vola.

Ny fanafihana faharoa dia, tokony ho tamin’ny sivy ora maraina teo,  tao Antampoketsa, kaominina Brieville, izay lalana anelanelan’Andriamena sy Beherana. Mpividy volamena efa-dahy indray teo no tratran’ireo olon-dratsy. Basim-borona indray no teny am-pelan-tànanan’ireo jiolahy, izay nentiny nampitahorana ireto efa-dahy ireto. Na dia roalahy monja aza ireo mpanafika, dia natahotra ny amin’ny ainy ireto efa-dahy ka nanome ny vola tany am-balahan’izy ireo. Mitentina eo amin’ny 35 tapitrisa ariary teo no very tamin’io fotoana io. Samy efa eny am-pelan-tanan’ireo mpitandro filaminana misahana ireo faritra ireo tsirairay avy moa ireto tranga roa ireto. Raha ny mikasika ilay naratra kosa dia fantatra, fa efa nentina novonjena tany amin’ny hôpitaly.

m.L

Midi Madagasikara48 partages

JIOI – Maurice 2019 : Vers un jeu sans La Réunion !

Un coup de tonnerre. Le Comité régional olympique et sportif (Cros) de la Réunion qui se charge de la préparation et  de la participation de cette île sœur aux Jeux des Iles a posé un ultimatum mercredi en menaçant de quitter ce grand rassemblement des jeunes et des sportifs de la sous région Océan Indien. La raison de la discorde est l’article 7 de la Charte des Jeux adopté par le Conseil international des Jeux (Cij) le mois dernier qui définit les critères de sélection d’un Réunionnais ou d’un Mahorais inscrit aux Jeux, dont la prochaine édition sera organisée à Maurice en 2019. Il faut rappeler les évènements en 2015 lorsque les Comores ont décidé de quitter les Jeux après que la délégation mahoraise a défilé sous le drapeau français lors de la cérémonie d’ouverture et le problème du drapeau avec l’athlète malgache. Le point de crispation est l’article 7, alinéa 2, qui définit les critères de sélection d’un Réunionnais ou d’un Mahorais inscrit aux Jeux.   « Selon la charte, pour porter les couleurs d’un des deux DOM (Réunion et Mayotte) lors des JIOI, un athlète doit remplir une de ces trois conditions : « être natif de l’île » ; « être licencié auprès d’un mouvement sportif de l’île durant trois années civiles continues incluant celle des Jeux » ; ou « avoir été licencié au moins cinq ans dans l’île. ». Lors de la dernière réunion du CIJ à Maurice, les Réunionnais ont demandé une abrogation de cet article, ou du moins que tous les pays membres soient traités sur le même pied d’égalité. « Devant le refus poli et le peu d’intérêt des autres membres, les trois représentants du Cros ont, par la voix de l’un d’eux, le menacé de ne pas participer aux prochains JIOI si la question n’est pas réglée, tout en affirmant ne pas vouloir laisser sa chaise vide » rapporte le journal Le Mauricien. La réunion du CIJ présidée par le Seychellois Gopal en février 2018 à Maurice s’annonce intense et mouvementée. Si la charte n’est pas modifiée à cette date, elle ne pourra plus être modifiée. Une histoire à suivre.

Recueilli par T.H

Midi Madagasikara48 partages

Fortes pluies d’avant hier : De nombreux dégâts dans certains quartiers de la capitale

Un exemple parmi les dégâts provoqués par les pluies d’avant-hier et d’hier.

Les Tananariviens se sont accordés à le dire, « les pluies d’avant-hier ont été fortes ». « Je me suis réveillée en sursaut en entendant le bruit assourdissant de la foudre » nous a confié Maholy, l’air toujours inquiète.   En effet, grosse pluie, grêle (et des grosses toujours), vent violent ont fait trembler certaines populations de la capitale dans la nuit de mercredi dernier. Des phénomènes survenus suite à une opération de provocation de pluies initiée par la direction générale de la météorologie de Madagascar. Si les résultats escomptés devaient aider les agriculteurs face à l’entrée de la saison sèche, la réalité d’après les premières tombées a été toute autre. En effet, les grêlons ont eu des impacts négatifs aussi bien sur les cultures que sur les infrastructures de la capitale. Des murs tombés, des panneaux publicitaires à peine debout témoignent de la force des pluies et des phénomènes qui les ont accompagnés. Par ailleurs, la situation s’est reproduite dans l’après-midi d’hier durant laquelle pluie, grêlons, tonnerres et éclairs ont surpris les habitants de la capitale. Dans cette histoire de pluies provoquées et de dégâts,les eaux ont vite monté dans certains quartiers de la capitale.Ce qui expose, comme d’habitude à chaque tombée des pluies, les habitants à des risques d’épidémies.

José Belalahy

L'express de Madagascar48 partages

Fermeture des écoles coraniques – Révolte des communautés musulmanes

Les Musulmans contestent la déclaration du ministre de l’Éducation nationale sur la fermeture des écoles coraniques à Madagascar.

Polémique. La déclaration du ministre de l’Éducation nationale sur l’interdiction d’ouverture des écoles coraniques et le retrait des autorisations d’ouverture de celles ouvertes à Madagascar, le 21 avril, a créé du mécontentement chez les Musulmans. Quelques-uns ont annoncé dans une conférence de presse à Mahajanga, mardi, qu’ils contestent cette décision. « C’est l’unique moyen pour nos enfants d’apprendre la base de la religion musulmane », se sont-t-ils exprimés. Certains à Antananarivo feraient une déclaration, ce jour. D’autres sont retenus par l’absence du chef de leur communauté. « Nous souhaitons faire une réaction, savoir si le ministre va réellement appliquer cette décision, mais le chef de la communauté musulmane sunnite n’est pas encore à Madagascar. Il a été d’ailleurs, avisé sur le sujet », souligne Issa, responsable de communication de la communauté musulmane sunnite à Madagascar.Ils refuseraient jusqu’au bout, de se soumettre à cette décision du ministère. « Nous respectons les autorités malgaches. Mais si la décision porte atteinte à notre liberté et à notre droit, nous ne pouvons pas accepter », poursuivent-ils, tout en soulignant que la Constitution malgache et la Charte des Nations Unies régissent leurs droits. Ce sujet a également créé une polémique sur les réseaux sociaux. Les échanges sont animés et certaines réactions sont agressives. « Nous préférons mourir que de supprimer l’enseignement musulman à Madagascar », avancent quelques-uns.

DifférenceLe ministre de l’Édu­cation nationale, Paul Rabary, pour sa part, ne revient pas sur sa déclaration. « Nous ne parlons pas des écoles confessionnelles islamiques, mais des écoles coraniques. Faisons bien la différence. Ces dernières ont demandé l’autorisation d’ouverture d’un établissement scolaire, et plus tard, ils transforment l’établissement en une école coranique », précise le ministre.Il soutient que cette décision ne concerne que seize écoles, sur une centaine d’établissements scolaires musulmans à Madagascar. « Et d’ailleurs, nous allons effectuer prochainement une descente dans une école confessionnelle islamique, pour montrer que nous n’avons rien contre la religion musulmane », rajoute-t-il.La législation malgache ne permet pas l’ouverture des écoles coraniques à Madagascar. Elles ne suivraient pas le programme scolaire officiel, en imposant plus de 5 heures de cours de Coran, par semaine. Elles excluraient les filles du système scolaire et obligent les jeunes garçons à se raser la tête. « Il n’y a pas d’école religieuse à Madagascar. Si on souhaite devenir prêtre, on peut intégrer une école de séminariste et non un établissement scolaire », a indiqué le ministre, dans un article paru le 25 avril. Les musulmans appellent un dialogue entre les deux parties,  tout en soulignant qu’ils ne toléreront pas la dictature.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara46 partages

Syndicats et partis politiques : Appel à une nouvelle Transition

Après la naissance de la solidarité des partis de gauche, en voilà une autre plateforme qui fait parler d’elle. Il s’agit de « Rodobe Fanarenana ifotony » composée notamment de syndicats et de partis politiques, en l’occurrence,  « Zon’olombelona Mijoro » (ZOM), « Madagasikara Velona Indray » (MaVI), RMTF et de la Confédération des Syndicats et des Agents de l’Etat de Madagascar (CSAEM). Ces différentes entités n’ont pas été tendres envers le régime, lors d’une conférence de presse qu’ils ont tenue, hier, à Radama hôtel, à Antaninarenina. Elles lancent un appel pour la mise en place d’une nouvelle Transition.

Changement. Des critiques acerbes contre les tenants du pouvoir. La plateforme  a ainsi qualifié le régime de totalement corrompu. Et d’enfoncer le clou « l’injustice règne au niveau de la société et la paupérisation du peuple malgache. Le pays a besoin d’un changement ». A l’instar des autres associations, elle revendique également la révision de la Constitution avant la tenue de l’élection présidentielle.

Dominique R.

Midi Madagasikara43 partages

Des engagements qui vont lier le chef de l’Etat

Le président de la République a fait l’engagement de la tenue d’élections inclusives et transparentes lors du dialogue politique avec l’Union Européenne à Antsiranana. Il a fait cette déclaration de manière solennelle et il sera lié par cette promesse faite devant un éminent représentant de la communauté internationale. On ne peut donc que se féliciter de ces paroles fortes qui vont permettre d’instaurer un climat d’apaisement politique.

Des engagements qui vont lier le chef de l’Etat

Dans l’atmosphère de défiance qui s’est établi entre le régime et une grande partie du personnel politique, le chef de l’Etat se trouvait dans une posture d’accusé. Les rumeurs sur ses intentions d’écarter par des artifices juridiques ses adversaires politiques ont pris corps dans le microcosme tananarivien et se sont transformées en évidence au fil du temps. Le rappel insistant de la tenue d’élections inclusives et transparentes par les représentants de la communauté internationale n’a fait qu’ancrer dans l’esprit des hommes politiques l’idée d’un véritable blocage de la situation avant l’échéance de 2018. Les interpellations faites par les différentes associations et le monde de la presse n’ont abouti à aucun changement d’attitude du pouvoir et ont fait dire à ces deniers que l’on s’acheminait vers une nouvelle crise. Les péripéties rocambolesques de l’affaire Claudine Razaimamonjy n’ont fait que renforcer le scepticisme des observateurs sur la volonté du régime de respecter les règles démocratiques. Lors de ce dialogue politique d’Antsiranana, le président de la République a surpris tout le monde lors de son discours. Il s’est mué en parfait démocrate et a pris des engagements qui vont dans le sens des recommandations de la communauté internationale. Il a promis qu’il n’y aurait aucun obstacle à la tenue d’élections inclusives et transparentes. Le moment choisi pour prononcer ces paroles leur donne un poids qui sera difficile à négliger. La promesse faite ne peut être reniée. Si c’est le cas, une véritable embellie se produira dans le ciel politique malgache.

Patrice RABE

News Mada41 partages

Festival Libertalia : le coup d’envoi donné ce soir

Le lever de rideau de la 4e édition du festival Libertalia aura lieu ce soir vers 19 heures 30. Le programme s’annonce chargé.

Sur le parvis de la gare Soarano  seront érigées deux scènes animées par une ribambelle d’artistes pour cette occasion. Voots, Minah, Christelle et Tsiliva vont annoncer la couleur sur la grande scène de la gare.  Saramba, l’épouse du roi du salegy Jaojoby, va démontrer la couleur musicale du sakalava, vers 20 heures, sur la petite scène. Groupe réunionnais qui perfectionne son style dans le rock électrique, Da Flesh s’invite sur la scène de Kudeta Anosy pour assurer le clou du spectacle vers 23 heures, en cette première soirée du festival.

Les grosses pointures prennent le relais

À tout seigneur, tout honneur. Les sommités de la musique malgache vont proposer une ambiance éclectique sur la grande scène, demain oir vers 19 heures 30. On notera tout particulièrement la prestation de Teta Electric, Silo et Samoela. Ayant su se forger une réputation de crooner invétéré dans l’île Maurice, Hans Nayna va proposer aux noctambules de la capitale une épopée musicale aux quatre coins de l’océan Indien le temps d’un concert. Et cerise sur le gâteau, le collectif Basy gasy animera la soirée After du festival libertalia au Kudeta urban club.

A chaque soirée, son lot de découvertes

La troisième soirée du festival Libertalia laissera la part belle à la jeune génération et à la découverte. Dans cette optique, Behind the mask, Now mady, The Dizzy brains vont enflammer la grande scène de la gare vers 18 heures 30. A eux se joindront le roi du salegy Eusèbe Jaojoby et le groupe de rock français The inspector Cluzo.

Fort du succès de sa première, jeudi dernier, au Buffet du jardin à Antaninarenina, Edgard Ravahatra propose un remake de ce concert sur le parvis de la gare Soarano vers 20 heures pétantes. Comme à l’accoutumée, les afters clôtureront la soirée. Le duo de choc nantais Ko Ko Mo va tout particulièrement proposer une ambiance « power rock » aux couleurs des années 70 à l’occasion de son concert au Kudeta.

Holy Danielle

Midi Madagasikara41 partages

Jardin d’Antaninarenina : Foire du livre, dernier jour !

Andrianjaka Jaona Razakasoa, Président de l’AEdiM.photo : Kelly

Pour la promotion des livres et la vulgarisation de la lecture, l’association des éditeurs de Madagascar organise la foire du livre au jardin d’Antaninarenina. Un évènement qui prendra fin ce jour.

Les livres en fête ! Depuis le début de la semaine, le jardin d’Antaninarenina est devenu le lieu de rendez-vous de tous les amoureux du livre. L’Association des éditeurs de Madagascar (AEdiM) en partenariat avec les associations de librairies, maisons d’éditions et associations d’auteurs sans oublier le Synael et l’Unesco… y tiennent la douzième édition de la foire du livre. 18 stands y sont installés. Le visiteur devra trouver ne serait-ce que dans l’un d’entre eux, son bonheur. Les exposants présentent effectivement divers ouvrages. D’ailleurs, le programme s’affiche dans le programme d’aujourd’hui, la présentation de quatre livres, fraîchement publiés. « Ces livres sont ceux de jeunes auteurs, nouvellement connus », explique Andrianjaka Jaona Razakasoa, Président de l’AEdiM. Cet évènement sera suivi d’une séance de présentation. Ceux qui seront présents pourront également rencontrer et discuter avec les auteurs. Le but de l’évènement, comme le précise le Président de l’AEdiM, est simple : encourager et vulgariser la lecture. D’ailleurs, après Tana, l’association des éditeurs projette de tenir cette même manifestation en provinces.Mahetsaka

Midi Madagasikara40 partages

Affaire Clovis Razafimalala : Amnesty International réclame sa libération !

Six mois après son arrestation, Clovis Razafimalala est toujours dans l’attente de son procès. Six mois qu’il est détenu pour des causes dont il estime ne pas être responsable ; déclarations appuyées par des organisations écologistes. Aussi, Amnesty International a-t-il refusé de rester inerte face à cette détention arbitraire du militant écologiste. En effet, une lettre a d’ores et déjà été adressée au gouvernement imposant aux autorités étatiques de le « libérer immédiatement et sans conditions ». Jusqu’à maintenant, cela semble rester lettre morte. Par voie de conséquence, Amnesty International va passer à l’étape suivante.

Pétition internationale. Nous ne sommes pas sans savoir que Clovis Razafimalala est l’une des rares personnes qui osent dénoncer les trafics illicites de bois précieux comme le bois de rose. En 2016, à titre de rappel, il a été taxé d’inciter les manifestants à faire irruption  dans un bâtiment administratif et de détruire des biens et  des documents publics qui s’y trouvaient. Pourtant, il a toujours nié ces faits et surtout, il n’a jamais cessé de clamer son innocence. En prison depuis septembre 2016, Amnesty International  va conduire l’affaire à l’échelle internationale en organisant une pétition internationale pour la libération de ce militant. « L’arrestation et la détention prolongée  de Clovis Razafimalala semblent être un exemple frappant de la tendance actuelle visant à réduire au silence les opinions critiques à Madagascar », a souligné Deprose Muchena, directeur régional  d’Amnesty International pour l’Afrique Australe. De surcroît, et ce sur la base d’explications de son avocat, « les demandes de libération sous caution ont été rejetées sans qu’aucune explication ne soit donnée ». L’on attend une quelconque réaction de la part des autorités mais quoi qu’il en soit, Amnesty International estime que Clovis Razafimalala est « détenu de manière illégale sur la base d’accusations formées de toutes pièces en raison de ses activités militantes écologistes et pacifiques de lutte contre le trafic illicite des ressources naturelles de Madagascar ».

Aina Bovel

Midi Madagasikara39 partages

Chine – Madagascar : 45 ans de coopération

L’hôtel 5 étoiles à Ivato figure parmi les réalisations de la coopération sino-malgache.

Pour marquer les 45 ans de la coopération sino-malgache, l’ambassade de la Chine organise une expo-photo à la Bibliothèque de l’Université d’Antananarivo depuis le 25 jusqu’au 29 avril. Le public découvrira ainsi en images les moments forts et les grandes lignes de la relation économique et diplomatique reliant Madagascar et la Chine. Ayant débuté le 6 novembre 1972, la coopération sino-malgache concerne divers domaines : la politique, l’économie, la santé, la culture et l’éducation. Actuellement, outre ses axes d’orientation habituels elle se concentre sur l’intégration de Madagascar dans la « Ceinture de la Route et de la Soie ».

1er partenaire commercial. La Chine est le premier partenaire commercial bilatéral de Madagascar. Selon les propos de SEM. Yang Xiaorong, cette coopération bilatérale s’articule autour de 5 grands domaines, à savoir : l’agriculture, la pêche, la manufacture, le tourisme et l’aviation régionale. Ces cinq grands domaines s’organisent à leur tour en 3 principaux piliers se concrétisant par la construction d’infrastructures, la mise en valeur des ressources humaines et enfin la facilitation des investissements commerciaux, industriels et agricoles à Madagascar. A titre d’exemple, le Centre de Conférences Internationales, l’Hôtel 5 étoiles à Ivato et la route express reliant Ivato à Antananarivo dans le cadre du XVIe Sommet de la Francophonie ont été réalisés dans le cadre de la coopération sino-malgache. Les ressources énergétiques ne sont pas non plus en reste. En effet, la Chine a financé et élaboré des systèmes solaires photovoltaïques à Toamasina, Mahanoro et Antananarivo.

Institut Confucius. L’Institut Confucius de l’Université d’Antananarivo (ICUA) créé en 2008, constitue à ce jour une véritable plate-forme d’échange culturel et éducatif entre Madagascar et la Chine. L’expo-photo nous a permis de savoir que l’ICUA a déjà été gratifié à deux reprises du titre honorifique de « l’Institut Confucius le plus avancé dans le Monde ». Un Institut Confucius a été également créé sous peu à Toamasina, récent par rapport à l’ICUA, il n’en est pas moins performant.

Luz R.R

Tia Tanindranaza37 partages

Dinika politika tany AntsirananaVita ny Sonia, andrasana ny famatsiam-bola

Vita sonia tany Antsiranana omaly 27 aprily ny fifanarahana mahakasika famatsiam-bola miisa 4 avy amin'ny Vondrona Eoropeanina, taorian’ny dinika politika niarahan’izy ireo tamin’ny governemanta Malagasy.

 Ny voalohany dia famatsiana mitentina 50 tapitrisa euros, natokana hanohanana fandaharan’asa ara-pambolena sy ny tetikasa antsoina hoe AFAFI-NORD 5 (Appui au Financement de l’Agriculture et aux Filières Inclusives dans le Nord de Madagascar) ; 40 tapitrisa Euros ho an’ny fanatanterahana ny tetikasa RINDRA (Renforcement Institutionnel vers le Développement de la Résilience Agricole) ; 30 tapitrisa Euros natokana ho tosika ara-bola ho an’ny taona 2017 ; 2 tapitrisa euros kosa ho amin’ny fanamorana ny fiaraha-miombon’antoka ara-teknika. Manome 122 tapitrisa Euros ireo famatsiam-bola vita sonia, izay tafiditra ao anatin’ny Famatsiam-bolan’ny Eoropeanina momba ny fampandrosoana na FED andiany faha-11, izay tokony ho 518 tapitrisa Euros no homena an’i Madagasikara. Nilaza ihany koa ny Filoha fa hamboarina tsy ho ela ny làlam-pirenena mampifandray an’Ambanja sy Antsiranana. Azo aloha izany ny ampahany tamin’ny famatsiam-bola tamin’ny alalan’ny FED andiany faha-11, saingy mbola fanontaniana mipetraka kosa ny hoe manao ahoana ny famahana ny olana ara-tsosialin’ny vahoaka amin’ny ankapobeny ? Fomban’ny fanjakana HVM ny mirehareha fatratra rehefa misy ny vola azo tahaka izao, saingy ny hita hatramin’izay aloha dia ny resaka sy ny fireharehana ny lasa aloha, fa izay asa mivaingana ho an’ny vahoaka, indrindra fa ny lafiny sosialy tsy hita izay tena vahaolana azo tasapain-tanana. Any anaty asa mivaingana sy misy fiantraikany mivantana aminy no ilain’ny vahoaka ankehitriny, toy ny fidinan’ny vidim-bary izay efa tafakatra 2.400 Ariary ny kilao, fampidinana ny vidin-jiro …

Toky R

 

Midi Madagasikara37 partages

Stella Andria alias « Signature by S », l’étoile montante du stylisme

Stella Andria alias « Signature by S », une styliste à suivre de très près.

Journaliste de formation, elle décide de suivre une autre voie qui la ramène vers sa passion « la couture ».

Elle ne se prédestinait pas à devenir styliste mais sa passion finit par la rattraper ! Tandis que les autres petites filles de son âge jouaient à la dînette et à cache-cache, elle flirtait déjà avec les fils et les aiguilles. Elle se plaisait à coudre et créer de petites robes pour ses poupées. A cette époque, elle avait seulement 7 ans. Les années passent. La petite Stella est devenue une jolie jeune femme. Elle vient de décrocher son baccalauréat. Comme la plupart de ses amis, elle poursuit ses études. Elle se lance dans la communication et le journalisme mais n’a pas renoncé pour autant à la couture. Dans ses heures perdues, elle s’adonne toujours à son passe-temps favori.

La naissance de « Signature by S ». En 2009, elle a un déclic. « Je veux faire de ma passion mon gagne-pain, mon travail ». Stella Andria devient « Signature by S ». C’est avec ce nom qu’elle se fera connaître dans le milieu de la mode. Cette année-là, elle créa sa marque de maillot de bains. Ses créations séduisent les amatrices de mode. Stella voulait aller encore plus loin. « Je me spécialise alors dans le prêt à porter », raconte-t-elle. Tout cela en autodidacte.  La première collection voit le jour. Débordant de créativité, aimant croquer la vie à pleine dents et ne se laissant pas facilement abattre, Stella crée une collection qui lui ressemble. Ce soir, tous ceux qui n’ont encore jamais eu l’occasion d’apprécier ses  œuvres pourront les admirer et pourquoi pas s’en procurer un, voire plus.

Le « Golden night ». Ce soir, la directrice artistique de Vanilla textile dévoilera sa dernière collection chez « Le terrace » Antaninarenina. « Je présenterai une vingtaine de pièces de style africaine et indienne revisitée à ma façon ». Chics, féminines, osées mais surtout colorées, les créations qu’elle va dévoiler reflètent sa personnalité. Se spécialisant dans le prêt à porter mère fille assorti, il se pourrait que le défilé de ce soir réserve donc de belles surprises pour les mamans qui aiment assortir leurs robes à celles de leurs filles. Les amatrices de mode pourront également la retrouver très bientôt sur une chaîne locale en tant que chroniqueuse mode beauté. En attendant, rendez-vous ce soir pour le Golden night chez « Le terrace Antaninarenina » où mode se conjuguera avec musique et gastronomie.Mahetsaka

Midi Madagasikara35 partages

Tapatapany

#-Antaninarenina. Lehilahy tsy hita popoka. Lehilahy iray  fantatra amin’ny anarana hoe Hoby Rakotonirina, no tsy hita tany nanjavonana rehefa avy nandrotsaka vola tao amina banky teny amin’iny faritra Antaninarenina iny, ny talata lasa teo. Araka ny filazana aparitak’izy ireo anaty tambajotra sosialy ao, ny môtô nentiny anefa dia mbola nijanona teo amin’ny toeram-piantsonana teo amin’io banky io. Saingy hatramin’izao, dia tsy mbola nody tany an-tranony ilay olona, ary tsy fantatry ny fianakaviana izay misy azy.

#-Renivohitra. Telo mianaka nandeha fiara nanjavona. Fa mbola resaka fanjavonan’olona ihany, telo mianaka indray nandeha fiara no voalaza, fa tsy hita popoka nanomboka omaly, teto Andrenivohitra. Nanjavona niaraka tamin’ny fiara izy ireo, raha ny fanazavana azo hatrany. Diso làlana, sa sanatria nisy nanafika sa niharan-doza tany ho any ? Efa mandeha ny fikarohana.

Nangonin’i m.L

Midi Madagasikara35 partages

Dialogue politique : Quatre conventions conclues avec l’Union Européenne

Signature de 4 conventions de financements, à l’issu du Dialogue Politique qui s’est tenu hier à Antsiranana.

L’Union Européenne a réaffirmé ses engagements dans la coopération avec Madagascar. De son côté, la partie malgache a sollicité une simplification des procédures de déblocage de fonds, surtout pour les cas d’urgence.

 Le cinquième Dialogue politique entre les dirigeants de Madagascar et les représentants de l’Union Européenne s’est tenue hier à l’Hôtel de Ville de Diego-Suarez. Comme l’on s’y attendait, les discussions tournaient autour de la situation politique, du genre, du climat des affaires, de la géopolitique, de l’intégration régionale, des Objectifs de Développement Durable (ODD), des Accords de Partenariat Economiques (APE), etc. Devant les membres du Gouvernement et les ambassadeurs des pays d’Europe, le président Hery Rajaonarimampianina a soutenu que 2017 est l’année du décollage économique pour Madagascar. En effet, pour justifier cette optique « assez optimiste », le président de la République a mis en avant la performance dans la mise en œuvre du Programme économique. « L’évaluation faite avec les partenaires a donné de bons résultats, notamment dans la gestion des Finances Publiques et dans le renforcement des cadres juridiques et institutionnels. De grands progrès ont été observés dans la lutte contre la corruption et contre les trafics illicites de tortues, d’or… Lors de la Réunion de printemps à Washington, la délégation malgache a pu apporter des informations supplémentaires sur la situation de la Jirama, d’Air Madagascar et des impacts des cataclysmes naturels. Nous sommes confiants, quant à la réunion du FMI (Fonds monétaire international), pour le déblocage de la deuxième tranche de la FEC (Facilité élargie de crédit) », a noté le président Hery Rajaonarimampianina dans son discours, lors de l’ouverture du Dialogue politique.

Acquis. Ce dernier n’a pourtant pas manqué d’évoquer la lenteur des procédures pour le déblocage des fonds accordés par l’Union Européenne, en citant plusieurs financements accordés en 2014 et 2015 pour la reconstruction de routes et la réhabilitation post-cyclonique d’infrastructures, mais qui ne sont toujours pas décaissés. De son côté, l’ambassadeur de l’Union Européenne, Antonio Sanchez-Benedito, a souligné que des évolutions ont été constatées depuis le dernier Dialogue politique, et que l’Union Européenne réaffirme son engagement pour soutenir Madagascar, dans son développement. « Ce pays a un secteur privé dynamique avec des activités diversifiées, qui méritent des appuis », a-t-il déclaré. D’ailleurs, à l’issu de la rencontre, quatre conventions de financements ont été signées entre les deux parties, pour un montant total de 122 millions d’Euros. Dans ce cadre, 50 millions d’Euros seront attribués au programme  d’Appui au Financement de l’Agriculture et aux Filières Inclusives dans le Nord de Madagascar (AFAFI-Nord) ; 40 millions d’Euros dédiés au Programme de Renforcement Institutionnel vers le Développement de la Résilience Agricole (RINDRA) ; 30 millions d’Euros pour l’Appui Budgétaire pour l’exercice 2017 ; et 2 millions d’Euros à titre de Facilité de Coopération Technique. « Le secteur de l’agriculture est l’un des secteurs stratégiques et prioritaires pour le développement économique du pays. L’appui au développement de ce secteur garantit une création d’emplois décente et productive. Pour le cas de Madagascar, dont 85% de la population est classifiée dans le secteur primaire, les deux programmes AFAFI-Nord et RINDRA vont assurer le développement rural de la Grande-île. Les deux autres conventions concernent l’Appui budgétaire au titre de l’exercice 2017 et la Facilité de coopération  sur le renforcement de capacité du capital humain », a indiqué le ministre des Finances et du Budget Gervais Rakotoarimanana, qui a représenté la partie malgache, lors de la signature.

Antsa R.

L'express de Madagascar35 partages

Assemblée Nationale – Une motion de censure se trame

La première session ordinaire du Parlement démarre mardi. À l’Assemblée nationale, l’ouverture de la session pourrait sonner le début des tractations en vue d’une motion de censure.

En coulisse. Alors que la date du 2 mai, jour d’ouverture de la première session ordinaire du Parlement approche, à l’Assemblée nationale, les bruits indiquant l’existence d’un projet de motion de censure contre le gouvernement de Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, se fait insistant.« Des collègues m’ont contacté et ont insisté pour que je sois présent dès la cérémonie d’ouverture de la session. Nous devons impérativement nous réunir, car nous allons préparer quelque chose », a indiqué un député contacté. Cet élu confirme que les intentions de certains de ses pairs de déclencher un assaut contre l’équipe gouvernementale a été particulièrement appuyé, depuis le mini-remaniement du gouvernement.La petite retouche du gouvernement, la semaine dernière, n’a pas plu à des députés et des groupes parlementaires, même ceux qui soutiennent le pouvoir. Des élus du groupe « Tiako i Madagasikara » (TIM) ont affirmé leur insatisfaction dans des interviews télévisées. Une prise de position quelque peu normale, vu les hostilités actuellement entre le camp de Marc Ravalo­manana, président national du parti TIM, et les tenants du pouvoir.

ConjonctureSeulement, la sortie médiatique de Philobert Milavonjy, de l’aile du groupe parlementaire « Vondrona Politika miara-dia Malagasy miara-miainga » (VPM-MMM), ayant basculé dans le camp des soutiens parlementaires du pouvoir a étonné les observateurs. Dans une interview sur une chaîne privée de la capitale, vendredi, l’élu d’Ambovombe a affirmé sa « déception », face au mini-remaniement.Le député Milavonjy a déploré que l’Assemblée nationale, les élus pro-pouvoirs surtout, n’aient pas été « consultés » en vue de cette retouche, et que « des ministres performants aient été remplacés, alors que d’autres avec des bilans discutables ont été maintenus. (…) Le sujet sera forcément discuté durant la prochaine session ordinaire ». Un autre sujet d’actualité aurait, par ailleurs, conforté certains dans leur intention d’invoquer une motion de censure, le dossier Claudine Razaimamonjy.« L’arrestation de Claudine Razaimamonjy va forcément changer des choses à l’Assemblée nationale », a indiqué le député contacté hier. Un courant à Tsimbazaza estime, en effet, que « le remaniement était l’occasion pour évincer les responsables pointés du doigt dans cette affaire ». La motion de censure « est considérée par certains députés comme une manière d’exiger la probité du gouvernement », ajoute la source.« D’un autre côté, certains pourraient user de cette motion de censure pour parvenir à mettre sur la touche le Premier ministre et son équipe, afin de concrétiser leur ambition politique. Des personnalités ayant dans leur camp plusieurs députés lorgnent le bureau de Mahazoarivo », confie-t-elle. La source fait remarquer que « les députés pro-pouvoir sont largement majoritaires. Étant donné les textes, une motion de censure ne pourrait donc jamais se faire sans eux ».Interviewé par une chaîne privée de la capitale hier, Anthelme Ramparany a confirmé l’existence des bruits indiquant l’éventualité d’une motion de censure contre le gouvernement, circulant dans les travées de la Cham­bre basse. L’ancien ministre de l’Élevage avance la conjoncture socio-économique pour expliquer cette initiative.« Personne ne peut dire que les conditions de vie de la population se sont améliorées. Les raisons de la conjoncture actuelle ne sont pas uniquement économiques, mais pourraient également être politiques. Ce qui incombe à l’ensemble du gouvernement. Durant cette session, je pense que nous allons d’abord nous enquérir sur ce que l »équipe gouvernementale compte faire, pour renverser la situation », a déclaré le député Ramparany.

Garry Fabrice Ranaivoson

Tia Tanindranaza33 partages

Guy Rivo Randrianarisoa« Manam-petra ny faharetan’ny vahoaka Malagasy »

Nambaran’ny mpitondra tenin’ny antoko « Tiako i Madagasikara », ny Kestora Guy Rivo Randrianarisoa, fa efa tena vizana amin’ny fiandrasana lava ny vahaolana entin’izao fitondrana ankehitriny izao amin’ny hanatsarana ny tontolom-piainan’izy ireo, ny vahoaka Malagasy izay efa vizaky ny sondro-bidim-piainana tsy mitsahatra miakatra nefa dia toa mijanona ho antso an’efitra ny fitarainan’izy ireo hatramin’izao.

 

Midi Madagasikara32 partages

Médecins de l’Océan Indien : Prise en charge de 10 000 malades

L’hygiène bucco-dentaire fera partie des priorités de la prochaine mission de santé de MOI à Madagascar.

Du 1er au 10 mai 2017, l’association Médecins de l’Océan Indien (MOI) organisera une mission santé à Madagascar, plus précisément à Moramanga et à Toamasina. Cette mission humanitaire se concentrera sur la chirurgie et la santé bucco-dentaire. MOI déploiera 50 médecins dans le cadre de cette mission.

2 délégations. Les 50 missionnaires seront répartis en deux délégations, suivant leurs spécialités. D’une part une délégation dite hospitalière basée à Moramanga, qui prendra en charge la chirurgie, l’ophtalmologie, l’optique, l’ORL, la cardiologie, la gastro-entérologie et l’échographie. D’autre part, une délégation itinérante constituée de médecins généralistes, d’une pédiatre et 5 chirurgiens dentistes, appuyés par des équipes de prothésistes.

3 objectifs. Cette mission de MOI à Madagascar vise trois objectifs. D’abord, elle comporte un volet thérapeutique qui consistera en une prise en charge gratuite de 10 000 patients. Ensuite, une visée éducative consistant en un enseignement postuniversitaire des internes du Centre hospitalier Universitaire (CHU) de Toamasina et des équipes soignantes locales. Enfin, la mission santé comporte également un volet de médecine préventive prenant la forme de campagnes d’hygiène bucco-dentaire, dont les enfants des écoles primaires sont les principales cibles.

Financement. Soixantième mission de MOI à Madagascar et soixante-treizième de l’association dans le monde, cette prochaine action humanitaire a bénéficié d’un financement multipartite assuré par : le département de La Réunion, le couple Anaar et Thierry Vaccaro, le Dr Mamode Amine, la municipalité de Sainte Suzanne et les fidèles sponsors malgaches et réunionnais.

Luz R.R

Midi Madagasikara30 partages

Hery Rajaonarimampianina : Dépôt de gerbes au « cimetière des anglais » à Antsiranana

Le Président Hery Rajaonarimampianina se rendant au « Commonwealth War Cemetery ».

Le président Hery Rajaonarimampianina a participé, hier, à une cérémonie de dépôt de gerbes au « Commonwealth War Cemetery », communément appelé le « cimetière des anglais », à Antsiranana. Il était accompagné, à cette occasion, des ambassadeurs de la Grande Bretagne, de l’Australie et celui de l’Union européenne. Pour les deux pays susmentionnés, le  Commonwealth War Cemetery constitue un symbole fort en souvenir de leurs soldats tombés sur le sol malgache, lors de la seconde guerre mondiale.

Recueillis par Dominique R. 

L'express de Madagascar30 partages

Les compétitions sous l’œil des spécialistes

Comme des choses intéressantes se passent dans notre pays en parlant d’événement cinématographique, en l’occurrence les Rencontres du Film Court ou le RFC. Le festival international du film de Fribourg en Suisse, spécialiste dans la cinématographie extra-occidentale, a consacré un focus sur Madagascar en invitant l’organisateur du RFC chez eux en 2014. Cette année, une personnalité de ce festival de Fribourg  est dans nos murs. Cette dernière n’est autre que Charles Grandjean, un critique cinématographique. Le but sera de mettre les films des participants à la compétition de RFC sous l’œil des professionnels internationaux.Les critiques cinématographiques contribuent à la compréhension du film,offrent une clé de lecture et permettent de voir l’équilibre entre son propos et le niveau technique. « Les critiques sont à mi-chemin entre le journalisme d’information, les éléments de ressenti et la cohérence. Il faut être attentif au rythme,  à la narration pour les films documentaires, au son, à l’image, au message, aux dispositifs des caméras et aussi à la disparité des niveaux.», a souligné Charles Grandjean.« Ce qui m’a impressionné, ici à Madagascar, c’est de sentir la passion, l’envie et la détermination des réalisateurs malgaches. Leur capacité d’avoir cet œil cinématographique », a-t-il ajouté. Et lui de continuer : «  Pour faire un bon film, un réalisateur doit avoir la capacité de suggérer par l’image, de la laisser parler et de capter la réalité sans trop la manipuler. Et certains réalisateurs dans la compétition de RFC ont tout à fait compris cet enjeu.».C’était également une occasion pour lui d’animer des ateliers d’écriture et de critique culturelle pour les participants. Quelques journalistes ont pu bénéficier de ses expériences.Une autre façon de mettre à un très bon niveau le savoir-faire des corps cinématographiques malgaches.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar28 partages

Cercle Germano-Malgache – Kemyrah présente son « Kemy-Rap »

L’événement à ne pas rater pour les férus de musique urbaine, notamment du genre trap, une variante plus tonitruante et rythmé du rap. Le concert de promotion du premier mixtape du jeune Kemyrah, de son vrai nom Tahiana Andrianiaina, se tiendra ce 29 avril au Cercle Germano-Malgache (CGM) Analakely à partir de 14 heures. L’un des fiers porte-étendards d’une jeune génération de rappeurs passionnés et persévérants qui s’activent d’arrache-pied pour faire valoir leur talent au-devant de la scène musicale, Kemyrah a su s’affirmer de par son charisme auprès du jeune public.S’entourant littéralement des meilleurs dans le milieu du rap actuel, Kemyrah a ainsi pu réaliser son premier mixtape ou album intitulé « Kemy-Rap ». Tout à son image, ce dernier illustre toute sa personnalité où il met surtout en avant ses galères aussi bien que ses victoires personnelles. De même, Kemyrah comme tout artiste reste un personnage à part entière qui enchante, aussi bien qu’il réjouit le public. À l’occasion de son concert ce samedi, Kemyrah sera accompagné entre autres, par Doubl’Enn, Mista, Elita, Sckariota, Willy Westa MGM, Zazaluck, Nazarene, Dagun de Jiol’Ambups, Rizz Lion et Steph Two. De plus, l’un de ces respectables grands frères du rap malgache, le rappeur Doodalah, officiera comme maître de cérémonie à l’occasion, et le fameux DJ Hip hop Diojay sera aux platines. Un excellent moment en perspective pour les jeunes fans de Kemyrah est ainsi à prévoir.

A. P. R.

Madagascar Tribune27 partages

Le syndicaliste Rado Rabarilala va rejoindre son poste envers et contre tous

Le syndicaliste d’Air Madagascar à l’origine de la grande grève d’Air Madagascar en 2015, licencié par la compagnie mais qui a eu gain de cause devant le Conseil d’Etat décide de rejoindre son poste. Accompagné par ses frères d’armes de la confédération des syndicalistes pour négocier sa reprise de travail, aucun responsable de la compagnie Air Madagascar n’a reçu ni discuté avec Rado Rabarilala. Cela fait un an que le syndicaliste a gagné sa cause devant le Conseil d’Etat mais les dirigeants de la compagnie qui avait à sa tête le directeur général canadien avaient fait peu de cas de cette décision judiciaire selon les syndicalistes. Maintenant, le canadien n’est plus sur place, on est entre malgaches et le syndicaliste est revenu à la charge « pour faire respecter ses droits » selon lui. Et avec cette fois-ci l’appui de ses confrères syndicalistes « je ne peux pas agir seul, je dois me référer aux autres syndicalistes » edéclare Rado Rabarilala pour expliquer son action un peu tardive. Mais sans succès apparemment car personne de chez Air Madagascar ne l’a reçu ni discuté avec lui. Dans ce cas, il a décidé de rejoindre son poste de gré ou de force car c’est son droit selon lui. Notons que les éléments de force de l’ordre de l’Emmoreg se sont postés aux alentours du siège de la compagnie Air Madagascar ce 27 avril pour parer à des éventuelles troubles.

Midi Madagasikara22 partages

Peinture : Liladhar Sandjay à l’Is’Art Galerie

Liladhar Sandjay

Un mois de mai consacré à Liladhar Sandjay à l’Is’Art Galerie, c’est une belle opportunité d’aller à la rencontre de ce mystérieux peintre qui vit à Toamasina. Le vernissage se tiendra le jeudi 4 mai à partir de 18h30, une soirée où l’on pourra discuter avec l’artiste. Mais c’est jusqu’au 23 mai que ses toiles y seront exposées.  « Toujours en quête de profondeur, ma peinture ne se veut pas être une peinture de décoration, mais plutôt une thérapie, une chirurgie, un exorcisme sur l’essence même de la vie et de la mort, ce point est atteint avec la période « ECCE HOMO » un dualisme entre les ténèbres et la lumière » se définit l’artiste. A 17 ans, il a reçu le prix spécial de la francophonie, et depuis, il expose partout à Madagascar et même dans le monde.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara21 partages

Vendredi joli

# Da flesh au Kudéta  Anosy. Considéré comme une découverte musicale des plus jouissives où les sonorités de rock traditionnelles et la musique électro se combinent avec brio, Da Flesh est un groupe à découvrir absolument. Accompagné en live par le VJ Chroma Key, Virus Eye ( Hybreed et Rikhardo) et le Bacar ( Fucker)envoient un punk rock électro costaud. Pour amateurs de gros son !

#  Farakely au Piment Café Behoririka. Les gens la connaissent surtout à travers le groupe Randrantelo. Farakely, c’est cependant une chanteuse qui a beaucoup plus à offrir. Ce soir, ceux qui rêvaient de la voir autrement pourront la retrouver sur la scène du Piment café Behoririka.

# Ony chante Mike Brant au café de la Gare Soarano. Grand fan de Mahaleo et amoureux de ba-gasy et  de folk, Ony a également une autre facette : celui de crooner. Il adore particulièrement les compositions de Mike Brant. Ce soir, en hommage à son idole, disparu il y a quarante-deux ans, il va tenir une soirée au Café de la Gare.

# Kiaka au Karibotel Analakely. Pour le plus grand bonheur de ses fans, Kiaka va aligner ses titres les plus connus, au grand bonheur de ses fans. De « Atolotro anao » à « Rovako » en passant par « Mozika rock » ou encore « Rock’n roll namako », la jeunesse des années 90 va avoir droit à une soirée des plus enflammées.

 

 

# Arnaah au Jao’s pub Ambohipo. Arnaah, un nom qu’on ne présente plus. Des morceaux tels que « Magneva », « Anao io tiako » ou « Fa tara », passent en boucle à la télé et à la radio et restent collés aux lèvres des ados de toutes les cours de récré. Son registre « tropical urbain » fait d’elle l’une des ambianceuses les plus suivies du moment, avec de sérieux arguments côté plastique.

# Rah-Chicky au restaurant Telozoro Andrefan’Ambohijanahary. Rah-Chicky, un artiste qui se distingue par ses paroles pour les moins originales. Ses fans se souviennent certainement de ce titre où il chante sa mort. « Faites de la place à toutes mes ex, donnez-leur les meilleures places. Quant aux fameux famangiana, ils iront à mes enfants  (…) Ma veillée funèbre durera une semaine entière et se tiendra soit au Palais soit à la Tranompokonolona… de Malacam », fredonne-t-il à travers ce titre plus qu’inédit. Mais les airs inédits, il en compte plusieurs et ce soir, tous figureront au répertoire.

 # Bodo au Trass Tsiadana. 25 ans de scène au compteur mais toujours aussi époustouflante sur scène. Si certains perdent de leur punch et de leur professionnalisme après avoir vécu le même parcours, Bodo semble, quant à elle, avoir repris un second souffle. Ce soir, ses inconditionnels pourront en juger par eux-mêmes. La diva va investir le Trass pour une soirée de convivialité durant laquelle elle fera voyager les gens 25 ans en arrière.Mahetsaka

Midi Madagasikara19 partages

Ibity : Lehilahy iray maty voatifitry ny dahalo

Nitrangana fanafihan-dahalo indray, tao amin’ny kaominina Ibity Antsirabe faharoa, ny alin’ny Talata 25 Aprily lasa teo. Raim-pianakaviana iray maty voatifitry ny dahalo. Dahalo tsy latsaky ny 15 lahy no voalaza fa nanao ny fanafihana tao amin’ny Tanàna antsoina hoe Apopoha io alin’ny talata hifoha alarobia 26 Aprily io. Tanàna somary lavitry ny renivohitry ny kaominina moa ity Apopoha ity ka nanano sarotra ny fokonolona ny niantso ny mpitandro filaminana. Tsy nanaiky mora foana ny hakana ny fananany anefa ny fokolona na dia teo aza ny fitaovam-piadiana mehery vaika nentin’ireo dahalo. Ny andro rahateo alina ka tao anaty haizina no nifanjevo ny roa tonta. Vokany raim-pianakaviana iray no lavon’ny balan’ny dahalo. Omby 4 no voalaza fa lasan’ireo dahalo, saingy noho ny fanarahan-dia nataon’ny fokonolona, dia navotsotr’ireo dahalo ny omby roa teny an-dàlana ka tafaverina tamin’ny tompony ihany. Fomba efa fanaon’ny fokonolona ao Apopoha moa ny fiambenana ataon’ny vatan-dehilahy, voalaza fa tsikaritr’ireo mpiambina ny nahatongavan’ireo dahalo sy namoahany ny omby tao am-bala, fa noho ny hery tsy mitovy dia tsy sahy nifanehitra taminy ireo mpiambina raha tsy nampian’ny fokonolona mitambatra. Niezaka nanohitra hatrany moa ny fokonolona na dia vato sy pilotra ary kibay aza no nifanandrina tamin’ny basy.

Andry N.

Midi Madagasikara17 partages

Rugby- CCOI : Un festival de l’ovale pour soutenir le FTM

Le FT Manjakaray doit se prendre en charge pour pouvoir honorer la finale de la Coupe des Clubs champions de l’Océan Indien contre les Réunionnais de St Paul, le 13 mai prochain. Une situation qui oblige aujourd’hui le club à lancer un vibrant appel au soutien pour un déplacement se chiffrant à près de 60 millions d’ariary pour 24 joueurs et les membres de l’encadrement.

Comme on ne peut se fier qu’à soi-même, le FT Manjakaray va s’appuyer sur le soutien massif des clubs de l’élite qui ont accepté de bonne grâce de venir ce dimanche pour un véritable festival du rugby là où doivent se tenir tous les grands matches de rugby c’est-à-dire au Stade Makis d’Andohatapenaka.

Duel des titans. La journée commence d’ailleurs à 7h avec un match de rugby féminin opposant le FTM à Sabotsy Namehana.

A 9h, le FTM sera opposé à Iarivo Rugby Club tandis qu’à 11h, TF Anatihazo livrera une bataille de tous les instants avec le COSFA.

A 13h, VTM Antsalova aura à se découdre avec le XV Family qui a su se faire un nom dès son arrivée chez l’élite.

Le match phare de cette journée mettra aux prises l’Union Sportive Ankadifotsy au TFM Ankasina. Un duel de titans à même de mobiliser la grande foule. Et le FT Manjakaray a bien besoin de recettes conséquentes pour couvrir toutes les dépenses liées à ce déplacement à la Réunion.

Pas des tendres. « Nous avons besoin de l’aide de tout le monde allant de Malagasy Rugby à la Ligue d’Analamanga mais également du public », lance Ashok Nancoomar d’un ton résolument optimiste. Et on le comprend car s’il parvient à remplir le stade Makis, il ne restera qu’une infime partie à combler pour ce déplacement dont l’objectif est, et il l’avoue, de défendre les couleurs de Madagascar.

Une raison suffisante pour l’inciter à mettre les bouchées doubles dans la préparation de l’équipe car les St Paulois sont réputés pour ne pas être des tendres. Or si Manjakaray y va, c’est pour ramener la victoire.

Vivement donc dimanche pour donner ce coup de main dont Manjakaray a vraiment besoin.

Clément RABARY

Midi Madagasikara15 partages

Tanjombato : Lehilahy nofatorana, novonoina ary natsipy tanaty rano

Lehilahy iray manodidina ny 30 taona any ho any no hita faty natsingevan’ny rano, teny amin’iny faritra Tanjombato iny, ny alarobia lasa teo. Nifatotra avy taoriana ny tànany, ary nahitana dian’antsy teo amin’ny tendany. Raha ny vinavinan’ireo nanatri-maso ny zava-nisy teny an-toerana, dia mety ho novonoina izy ity ary natsipy tany anaty rano. Ary tsy vao ny alin’io anefa, raha ny fahitan’ireo mponina azy teny, fa mety ho efa andro vitsivitsy talohan’izany. Efa nanomboka ho simba mantsy ny razana. Ny alarobia mitataovovonana teo no nahitan’ny olona ity lehilahy ity, izay nentin’ny rano. Hatairana ny an’ireo nahatsikaritra, ary avy hatrany dia niantso ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny avy. Nantsoina ihany koa ny mpamonjy voina, izay tonga nisarika ny razana teny an-tanety. Mbola teny amin’ity tovolahy ity avokoa ny fitafiana rehetra. Saingy  nahasarika ny mason’ireo mpitazana avy hatrany ny fisian’ny tady tam-balahany, izay namatotra ihany koa ny tànany roa tao an-damosiny. Hita taratra ihany koa, ny fisiana ratra teo amin’ny tendany; izay azo vinavinaina avy hatrany fa, avy tamina zava-maranitra, toy ny antsy. Azo antoka araka izany, fa nisy namono ity lehilahy ity fa tsy hoe maty an-drano akory. Ary tsy teo amin’io faritra io, satria raha ny fitantaran’ireo teny an-toerana, dia tsy mponina eny amin’iny faritra iny ity lehilahy hita faty ity. Araka izany, mety ho novonoina tany ho any izy ary natsipy tanaty rano  avy teo. Taorian’ny fitsirihana ifotony ny zava-nisy, dia nentina teny amin’ny tranom-patin’ny hôpitaly tetsy Ampefiloha ny razana. Fantatra fa mbola tsy nisy naka izany, na nisy havany tonga teny an-toerana, hatramin’ny omaly hariva. Efa nisokatra kosa tetsy andanin’izany, ny fanadihadiana nataon’ireo mpitandro filaminana.

m.L

Midi Madagasikara15 partages

CNIDH : Pour la réduction de la détention provisoire

La Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a participé à la célébration de la journée de la détention provisoire en Afrique le 25 avril dernier. Suite à l’assemblée générale du Réseau Africain en 2015 au Cameroun, il a été décidé que des efforts doivent être conjugués afin de réduire le recours aux détentions provisoires qui, selon la Constitution malgache demeurent une exception.

Des chiffres terrifiants. Des études ont été conduites par la CNIDH auprès de l’Administration Pénitentiaire malgache et révèlent des chiffres terrifiants. En effet, ces derniers renseignent que « sur les 20 241 détenus recensés, ventilés dans 82 centres carcéraux, 8 205 sont placés sous mandat de dépôt dans l’attente de leur procès, contre 12 036 autres prisonniers déjà jugés et condamnés ». La conclusion parait donc simple : 40% de la population carcérale est constituée par des personnes en détention préventive, toujours d’après les informations fournies par la CNIDH. Il ne faut pas minimiser la surpopulation carcérale que cela engendre. Mais il ne faut pas non plus oublier la léthargie au niveau du traitement des affaires judiciaires au sein de la Justice.

Recueillis par Aina Bovel

Orange Madagascar14 partages

La Foire de l’Immobilier, le carrefour des offres et des attentes

La première édition de la Foire de l’Immobilier se tiendra les 29 et 30 avril et le 01 mai 2017 au Parvis de l’Hôtel de Ville à Analakely. La société de Communication et Médias In’Idea Agency, et l’hebdommadaire Gazet’Immo, qui se présente comme la référence de l’immobilier et de la décoration, vont réunir durant ces trois jours les agences immobilières et les sociétés de construction de Madagascar, pour  faciliter les échanges avec les clients et pour présenter et vendre leurs produits.

L’ apparition de nombreuses agences immobilières et le foisonnement de nouveaux lotissements et résidences, notamment à Antananarivo, témoignent du fait que le secteur de l’immobilier est en pleine forme à Madagascar. Les différentes annonces dans les journaux ou sur les réseaux sociaux, proposant la vente ou location de maisons et de terrains démontrent l’abondance de l’offre. L’intérêt des acheteurs , entreprises comme particuliers,  suscité par ces différentes annonces , démontre par ailleurs que la demande existe elle aussi.

Comme les décisions sur les achats ou les locations de terrains, de maisons et d’appartements et sur les constructions ne doivent pas s’improviser, la Foire de l’Immobilier sera le cadre idéal pour rapprocher les clients aux professionnels de l’immobilier et de la construction dans un environnement de confiance et  dans la convivialité. Les agences immobilières et les sociétés de construction pourront en effet conseiller les particuliers en leur proposant les meilleures solutions à travers les offres existantes et les promotions. Les particuliers de leur côté pourront comparer et étudier  les différentes  offres et trouver celles qui cadrent le plus avec leurs projets et leurs contraintes budgétaires. La Foire permettra ainsi aux deux parties pourront négocier et conclure les meilleures affaires.

Des spécialistes de la décoration et de l’aménagement de l’espace  seront également présents à la Foire de l’Immobilier  avec des idées déco originales et tendances,  qui pourraient satisfaire attentes des clients.

ZHN

Midi Madagasikara14 partages

Coupure de la RN 4 : Perturbation de l’approvisionnement en gaz

La circulation des camions sur la RN 4 est devenu difficile en raison de la dégradation d’un pont métallique situé au PK 498 à 50 km avant l’entrée à Mahajanga

Pratiquement, les camions poids lourds ne peuvent actuellement pas circuler sur la RN4. C’est le cas notamment des camions de Vitogaz qui ne peuvent plus passer sur ce pont au risque de s’écraser. Du coup ; l’approvisionnement en gaz des régions Nord du pays est perturbé. «Vu l’ampleur des dégâts, le passage d’un camion transportant du gaz sur ce pont représente un réel danger, et ainsi la Société VITOGAZ se trouve dans l’impossibilité d’approvisionner en gaz les régions sus mentionnées », précise un communiqué de Vitogaz.

Etat critique. Pour rappel ; Ce pont se trouvait déjà depuis plusieurs semaines dans un état critique et avait nécessité l’intervention de l’Autorité Routière de Madagascar (ARM). « Malgré les conditions délicates, VITOGAZ avait jusqu’à maintenant assuré au mieux la distribution ; mais depuis une ultime dégradation du pont en fin de semaine dernière, le passage de ses camions sur ce pont a du être stoppé. Plusieurs traverses soutenant le pont sont cassées et le platelage défoncé ». La Société VITOGAZ a immédiatement été en contact permanent avec les Autorités compétentes pour trouver urgemment une solution et rétablir la situation dans les plus brefs délais. Sous l’impulsion du Ministère des Travaux Publics, un programme de trois jours de travaux de réparation a été validé et a pu débuter mercredi dernier. Il est prévu que le pont soit de nouveau accessible à partir de demain.

Mesures exceptionnelles. Mais Vitogaz n’a pas attendu ce retour à la normale et a déjà pris les mesures qui s’imposent. « Sans attendre ce retour à la normale et souhaitant limiter au maximum les désagréments pour ses clients industriels et domestiques, VITOGAZ a pris immédiatement diverses mesures exceptionnelles face à ce cas de force majeure : transbordement de produit par l’intermédiaire de camions petits vracs d’un côté à l’autre du pont, remplissage de bouteilles sur son dépôt de Majunga pour venir approvisionner en petits camions la capitale… mais tout ceci ne peut effacer les effets de la coupure de la RN4 ». Il convient de rappeler par ailleurs que sur cette même route, le pont de Kamoro est coupé à la circulation de 8h00 à 12h00 pour cause d’entretien des platelages métalliques.

 

VITOGAZ se prépare d’ores et déjà à la reprise de la distribution dès la réouverture de la route et déploiera tous ses moyens logistiques et humains en collaboration avec ses distributeurs ainsi que ses partenaires, afin de rétablir rapidement la distribution de gaz et cela pour l’intérêt des consommateurs. VITOGAZ prévoit un retour à la normale courant de la semaine prochaine.

R.Edmond

Midi Madagasikara13 partages

Tennis – Premium Challenge : 34 équipes déjà inscrites

La famille Burban est habituée du tournoi. (Photo fournie)

Le tableau de la 6e édition du tournoi de tennis BMOI Challenge commence à se dessiner. A moins de 3 semaines de la clôture des inscriptions, plus que quelques places disponibles.

C’est reparti. Le tournoi de tennis BMOI Premium Challenge reprend les 27 et 28 mai sur les courts du Country Club à Ilafy pour la sixième année consécutive. Ce tournoi en double est devenu un rendez-vous incontournable des cadres d’entreprises et leurs familles depuis 2012.

Nouveauté. Face à l’affluence des participants qui ne cessent d’augmenter au fil des années, l’organisateur a innové cette année. Quatre catégories à savoir le père-fils (U18), dames (incluant les mères/filles U18), hommes groupe 1 et hommes groupe 2 seront au programme de cette édition 2017. « Beaucoup de nouvelles têtes se sont inscrites sans oublier les habitués de l’évènement » a indiqué Josoa Rakotonindriana, organisateur. Le vainqueur du duo père-fils en 2016, Thomas et Tiana Rasamimanana ont déjà confirmé leur participation, mais, en double hommes. Le DG d’Air France, Fréderic Burban sera associé à Marc Trunzler, DG de l’Imprimerie de Madagascar, Jérôme Valentin (Telma) et  Frédéric Wybo (Ultramaille) seront les duos à redouter sur la terre battue d’Ilafy. Le tournoi est fermé aux joueurs et joueuses classés en 1re série lors du dernier classement de la Fédération malgache de tennis. Pour le moment, 34 équipes se sont déjà engagées.

60 équipes. Les inscriptions ne prendront fin que le 14 mai prochain au Country Club à Ilafy de 8 h à 14 h. Les frais d’inscriptions ont été fixés à 160 000 Ariary par équipe incluant le petit déjeuner, 1 entrée, 1 plat, 1 dessert, 5 tickets d’eau minérale 50 cl, des balles de match, les frais de ramassage et l’arbitrage. « Nous bénéficierons du soutien d’Orange, DHL et Arabesque cette année. Au maximum, nos courts ne peuvent accueillir que 60 équipes, alors qu’on en est déjà à trente-quatre inscrites aujourd’hui. A l’allure où vont les choses, ils se pourraient que les engagements soient bouclés avant la date butoir du dimanche 14 mai, fixée préalablement » a expliqué, Josoa Rakotonindriana. Le Premium Challenge n’est que le début des compétitions programmées par Country Club. Le Vintage Cup, un tournoi de double sous le thème rétro revient au mois d’octobre et  au mois de novembre sera prévu l’Open International, tournoi pour les meilleurs joueurs malgaches et plusieurs invités étrangers. Cette année, BMOI envisage d’organiser un tournoi de qualification à Mahajanga.

T.H

Midi Madagasikara13 partages

Les chiffres de la semaine

Outre la suite de l’affaire Claudine Razaimamonjy, la semaine a surtout été marquée par les échos des élections présidentielles françaises. Et dernièrement, par les fortes pluies de Mercredi qui ont surpris les Tananariviens.

34,5. Le pourcentage des votes des Malgaches disposant de la nationalité française en faveur d’Emmanuel Macron dans le cadre des élections présidentielles françaises. Il convient de rappeler que  durant le premier tour desdites élections, le candidat Emmanuel Macron a battu son adversaire Marine Le Pen 33,9% contre 21,7%.

750 000. La Conservation International se voit attribuer la gestion de 750 000 USD dans le cadre des ventes de crédits carbone qui ont pour but la conservation de l’environnement. La gestion de cette somme étant possible suite à la signature d’une convention entre le ministère de l’environnement, de l’écologie et des forêts et la Conservation International.

le nombre d’années de paix, d’amitié et de commerce entre Madagascar et les Etats-Unis. La cérémonie de célébration de cette relation bilatérale a été effectuée dans l’enceinte de l’hôtel de ville d’Antananarivo. Une cérémonie qui a été honorée par des personnalités des deux pays.800. La quantité d’or déclarée à l’exploitation suite à la mise en place de l’Agence Nationale de l’Or.Le nombre de but que les makis de Madagascar ont encaissé lors des Trophées Barthez face à la Namibie. Il convient de rappeler que l’équipe nationale malgache n’a marqué que 7 buts durant ce match. Une défaite considérée comme une correction sévère par les fans de rugby malgache mais qui est surtout signe d’enfoncement de l’équipe nationale.

6 millions.Le nombre de patrouilles prévues être mises en place et devant être mobilisées d’ici la fin de l’année. Un projet devant être réalisé dans le cadre de la surveillance des pêches dans la zone Océan Indien.

José Belalahy

Tia Tanindranaza10 partages

Fitrandrahana mampidi-dozaHo Soamahamanina faha-2 Ampasindava

Mananontanona indray ny loza amin’ny resaka fitrandrahana harena ankibon’ny tany. Nilaza mantsy ny filoha Hery Rajaonarimampianina tany Antsiranana ny alarobia 26 aprily teo fa halamina ny taratasy momba ny fitrandrahana

 "Terres rares" amina velaran-tany 300 km2 any Ampasindava Faritra DIANA, ka ny orinasa Tantalum Rare Earth Madagascar (TREM) no hanao izany. Loza mitatao izy io satria ny fitrandrahana « Terres rares »  1 taonina dia mandoto rano 1000taonina ary miteraka poti-javatra mety hampidi-doza na  "déchets toxiques" 2000 taonina. Ankoatra izay dia tafiditra ao anatin’ireo toerana misy ireo harena voajanahary tokony harovana izy io, ary tsy nakana ny hevitry ny mponina akory, ka toherin’izy ireo marin-drano. Efa nandraisan’ny mpitondra vola be ve izy ity matoa atao an-terisetra, ka ny filoham-pirenena mihitsy no miditra an-tsehatra ? Mila vola ny HVM, ka tsy maintsy manao izay fomba rehetra hahazoana izany na hamotehana tanindrazana aza.

Valy bontana ho an’ny mpamatsy vola

Niaiky ny filoham-pirenena Hery Rajaonarimampianina fa misy ny fahatarana eo amin’ny fanomezana ilay vola 10,2 tapitrisa dolara nampanantenain’ireo mpamatsy vola mahazatra (Banky iraisam-pirenena, Vondrona Eoropeanina, BAD…) Tsy maintsy mitady fiaraha-miasa hafa noho izany ny fanjakana Malagasy, ka isan’izany ny sinoa izay ambaran’i Hery Rajaonarimampianina fa mampanantena volabe amina miliara dolara maro, mba hamatsiana ireo tetikasa voafaritra ao anatin’ny PND. Isan’ny nivoitra ny hanitarana ny seranan-tsambon’i Andrakaka sy Antsiranana, ka efa vonona amin’izany ity firenena ity. Tsy nisalasala i Hery Rajaonarimampianina nilaza fa fepetra takian’ny mpamatsy vola ny fitoniana ara-politika sy ny fanajana lalàmpanorenana. Azo adika izany fa tsy misy ny fitoniana politika eto amin’ny firenena ary mbola miantso fandraisan’andraikitra amin’ny vahoaka toy ny fanatsaharana ny fitsaram-bahoaka mba hisian’ny fitoniana ny filoha. Toa hevi-petsy hanaovana izay hipotsahan’ny famatsiana avy amin’ireo mpamatsy vola anefa izany matoa tsy hita izay tena fandraisan’andraikitry ny fanjakana kanefa efa hatry ny taona 2016 no nanjaka ny fitsaram-bahoaka. Noho izany dia milaza ny handray andraikitra manoloana ny fitsaram-bahoaka sy ny fidangan’ny vidim-bary, izay efa fandre matetika ny filoham-pirenena, izay toa resabe sy fihezahana maka ny fon’ny vahoaka sy ny mpamatsy vola Andaniny anefa dia toa te hanao fitan-droa i Hery Rajaonarimampianina sy ny ekipany izay efa mahazo lamosina amin’ny mpamatsy vola mahazatra, ka voizina ny hoe misokatra amin’ny rehetra, ary izay no hitadiavana lalana any amin’ny sinoa. Toa efa manao valin-kafatra amin’ny mpamatsy vola mahazatra ny HVM fa mahita lalana hatrany na inona na inona fahiranao atao eo.

Toky R

L'express de Madagascar10 partages

Pluie de grêlons – Trente maisons détruites à Arivonimamo

La grêle a frappé fort dans le district d’Arivonimamo. Une trentaine de maisons et la totalité des cultures sont détruites.

Des voix en sanglots, au bout du fil. Des habitants du district d’Arivonimamo, complètement abattus, ont alerté, en pleine nuit, leur député, Célestine Rabe­mananjara, sur le lourd dégât de la pluie de grêlons qui a frappé ce district tout comme la majeure partie des Hautes Terres, dans la nuit de mercredi. « Ils m’ont annoncé, en pleurs au téléphone, avoir tout perdu », a-t-elle expliqué, hier.Trente-quatre maisons détruites, deux cents sinistrés, et la totalité des cultures ravagé. Tel est le bilan de cette pluie de grêlons dans la  petite commune d’Ambohimandry à Arivo­nimamo. « Certaines des maisons ont vu leur toit décoller ou transpercé par les grêles, des murs se sont effondrés », ajoute la députée. La destruction des cultures a été aussi accablante pour ces paysans. « La totalité a été ravagée », apprend-t-on de la part du député.

De longue duréeCette pluie de grêlons a été particulièrement de longue durée et épaisse à Ambohimandry. Elle a commencé à tomber vers 19 heures et ne s’est arrêtée que vers 21 heures, selon les villageois. Dans certains endroits, ces grêles avaient atteint la hauteur du genou. Hier vers  midi, elles n’ont pas encore fondu.« Lorsque les conditions sont favorables, des orages se forment. Des grêles accompagnent souvent ces orages, pendant l’intersaison, avant ou après la saison d’été. Cette pluie de grêles sera encore constatée, ce jour, (ndlr : hier), surtout sur les Hauts plateaux », explique Roger Andria­manantena, technicien au service de la Prévision météorologique à Ampan­dria­nomby.Les fokontany de Mora­rano, Tsinjoarivo, Soavi­nandriana, de la commune sont les plus touchés par le phénomène à Arivonimamo. Les sinistrés ont cherché abri chez leurs familles ou voisins. Ceux qui ont les moyens ont commencé la réparation de leurs bâtiments endommagés. Célestine Rabe­mananjara appelle à l’aide. « Ces paysans ont besoin de semences et de nourritures pour reprendre le cours de la vie normale », lance-t-elle.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara9 partages

Accidents et maladies professionnelles : Responsables de 2 millions de décès par an

2,2 millions de travailleurs meurent, chaque année, des suites d’un accident du travail ou de maladies professionnelles.

 Cancers provoqués par une exposition à des substances dangereuses, affections musculo-squelettiques, maladies respiratoires, perte de l’audition, maladies circulatoires, maladies contagieuses causées par une exposition à des agents pathogènes, affections dues à des nuisances diverses, etc. Ces maladies sont parmi les maladies professionnelles les plus courantes qui peuvent, dans certains cas, causer la mort. Le chiffre de 2,2 millions de personnes décédées chaque année dans le cadre de leur travail, à la suite d’un accident du travail ou d’une maladie professionnelle, selon un rapport du Bureau international du travail (BIT), montre l’ampleur de la situation en termes de sécurité et de santé au travail dans la mesure où ces 2,2 millions de personnes par an équivalent à environ 5 000 personnes par jour !

Prévention. A l’occasion de la journée mondiale de la sécurité et la santé au travail, divers acteurs engagés dans le domaine du travail mettent l’accent sur la nécessité de se pencher davantage sur la question, et de promouvoir la culture de la sécurité et de la prévention, encore très peu développée dans de nombreux pays du monde, dont à Madagascar. Cette journée mondiale (28 avril) célébrée depuis 2003 sur une initiative du BIT, met l’accent sur la prévention des accidents du travail et maladies professionnelles. Une initiative qui relaie celle du mouvement syndical mondial qui, depuis 1996, le 28 avril, rend hommage aux victimes des accidents et des maladies du travail.

Le plus grand danger. Les estimations du BIT sur les accidents du travail et les maladies professionnelles montrent qu’avec ces plus de deux millions de personnes décédées de ces causes chaque année, le risque professionnel est en augmentation. A l’origine de cette situation : la rapide industrialisation de certains pays développés. Ainsi, le risque de maladie professionnelle serait aujourd’hui le plus grand danger auquel seraient exposés les travailleurs sur leur lieu de travail. Ces maladies tuent 1,7 million de personnes par an, donnant un rapport de quatre décès causés par une maladie professionnelle pour un décès causé par un accident. Environ 160 millions de nouveaux cas de maladies professionnelles sont enregistrés chaque année. Quant aux accidents du travail, environ 268 millions cas non mortels, nécessitant au moins trois jours d’absence au travail, surviennent chaque année. Dans le secteur du bâtiment, au moins 60.000 accidents du travail mortels se produisent chaque année dans le monde, soit un décès toutes les 10 minutes. A lui seul, ce secteur est responsable de 17% de ces accidents.

Politique de santé au travail. Dans la démarche d’assurer une meilleure sécurité pour les travailleurs et de préserver leur santé au travail, il est plus que nécessaire de renforcer les politiques de santé au travail. Dans ce domaine. Cette année, la journée mondiale de la sécurité et la santé au travail se penche ainsi plus particulièrement sur la nécessité absolue d’améliorer la capacité de chaque pays à collecter et à utiliser des données fiables sur la sécurité et la santé au travail.

Hanitra R.

Midi Madagasikara8 partages

Rencontres Africa 2017 : Plusieurs édition organisée cette année en Afrique

Après un grand succès à Paris en septembre 2016, les grandes rencontres d’affaires entre les opérateurs africains et français, organisées par Classe Export, se tiendront en Afrique, pour cette année. En effet les Rencontres Africa 2017 se tiendront, cette année, dans plusieurs pays d’Afrique. 3 000 rendez-vous d’affaires seront organisés. « Les 2 et 3 octobre 2017, plus de 1 000 décideurs sont attendus à Abidjan, Côte d’Ivoire, dans le cadre des Rencontres Africa. 250 entreprises françaises, 250 entreprises ivoiriennes et 250 autres entreprises africaines seront au rendez-vous. Trois conférences plénières se tiendront dans ce cadre. Ensuite, les 5 et 6 octobre, les Rencontres Africa se tiendront à Tunis avec deux conférences plénières. Dans ce cadre, 150 entreprises françaises, 150 entreprises africaines et 250 entreprises tunisiennes attendues. Toujours les 5 et 6 octobre, le même événement se déroulera à Nairobi au Kenya, avec deux conférences plénières, 150 entreprises françaises, 150 entreprises africaines et 200 entreprises tunisiennes attendues », ont indiqué les organisateurs de l’événement.

Opportunités. Comme toute manifestation du même genre, les Rencontres Africa 2017 offrent de nombreuses opportunités économiques et commerciales. Pour ces promoteurs, il s’agit d’une plateforme de rencontres pour mieux se connaître, favoriser les échanges, multiplier les partenariats, évoquer les conditions de croissance accélérée et favoriser la création d’emplois. En outre, ces rencontres peuvent également inciter et faciliter le business entre entreprises françaises et africaines ; comprendre les faccteurs d’influence des marchés africains et montrer que l’Afrique est une source de potentialités et  une des locomotives de la croissance mondiale du 21e siècle. A noter que pour cette année, les thématiques mis en avant seront l’urbanisation et villes durables, le développement des industries agro-alimentaires, l’énergie, la révolution digitale, le financement et la formation.

Antsa R.

L'express de Madagascar8 partages

Filière vanille – Les opérateurs dénoncent les infractions

Une situation alarmante. L’or noir de Madagascar est gravement menacé. D’après la déclaration du groupement des exportateurs de vanille de Madagascar dans un communiqué en date du 13 avril, « des transports et des échanges commerciaux de vanille verte ou semi-préparée  se font dans de nombreuses régions et jusque dans la capitale  depuis le début de l’année alors que les dates d’ouverture  des marchés officiels ont été décidées pour le20 juin pour la région Sava ». Joint au téléphone hier, un opérateur à Antalaha confirme que les opérateurs dans cette filière se trouvent encore dans une mauvaise situation, « malgré les pertes après le passage du cyclone, les cueillettes précoces menacent le marché. Presque 50% de mes clients ont annulé leurs commandes de peur que les vanilles ne respectent plus les normes », se plaint-il.La flambée du prix s’ajoute à ce problème car le kilo de vanilline artificielle se vend à 10 dollars alors que celui de vanilline naturelle d’origine malgache revient à près de 60.000 dollars. Ces opérateurs tirent la sonnette d’alarme en faisant appel aux autorités  de mettre en place des mesures de contrôle adéquates pour le respect de législation en vigueur et mieux impliquer les luttes contre les pratiques criminelles.

S.M.H.

News Mada7 partages

Relance de la Secren : 20 millions d’euros à trouver

L’ambassadeur de l’Union européenne (UE) Antonio Sanchez-Benedito a procédé à la visite de la Société d’études, de construction et de  réparation navales (Secren) à Antsiranana hier. Cette visite entre dans le cadre de la coopération bilatérale  entre Madagascar et l’UE en matière de pêche datant de  l’indépendance. Lors de cette visite, le directeur  général de la Secren, Ntsay Abel, a dévoilé le plan de  relance de la société et n’a pas hésité à solliciter l’aide des bailleurs de fonds dont l’UE pour l’appuyer financièrement.

Selon les explications, 20 millions  d’euros seront indispensables à la relance de cette  société qui  a débuté en 2015 et s’étale  jusqu’en 2030. «Ce montant sera destiné à  moderniser le chantier naval et à rénover  les matériels et infrastructures qui sont actuellement vétustes», a expliqué ce premier responsable.

Un chantier qui rapporte gros

Sans encore donner son avis sur la  question, l’ambassadeur de l’UE a fait savoir que  «Cette sollicitation pourrait être accomplie sur la base d’un partenariat, mais il y a également une coopération en matière de pêche avec la contrepartie et les contribution y afférentes».  Il faut savoir que 80% du chiffre  d’affaires de la Secren provient de la réparation des  bateaux de pêches dont la plupart viennent de l’étranger, en l’occurrence des navires thoniers espagnols.

Les travaux qui consistent en une réparation classique du carénage coûtent environ 200 millions d’ariary. Chaque année, une dizaine de bateaux thoniers sont réparés dans ce chantier naval. Mis à part ces travaux, la Secren a son propre centre de formation  technique et professionnelle (CFTPS) qui forme actuellement 42 jeunes répartis dans huit filières. Le centre dispense  également une formation en langues étrangères notamment le français, l’anglais et l’espagnol afin  que les futurs diplômés et techniciens puissent s’ouvrir sur le marché international.

 Nadia

 

Midi Madagasikara7 partages

RFC : Les « Fepakistes » ont fait leur show

Les cinéphiles sont ravis !

Le petit monde du cinéma est en pleine effervescence, les Rencontres du Film Court battent leur plein. Hier, le festival a donné une part belle aux réalisateurs qui ont fièrement représenté Madagascar au Fespaco, et qui ont été sélectionnés et récompensés.

2 mn, 10 mn, 8 mn ou même 27 secondes… les réalisateurs s’expriment le temps qu’il faut pour dire ce qu’il faut. Une chose est sûre, vu les films projetés actuellement à l’IFM, à l’occasion des Rencontres du Film Court, il y a beaucoup à raconter. Avec plusieurs films projetés par jour, dont certains par des réalisateurs malgaches mais surtout par beaucoup de réalisateurs étrangers, ce festival permet de voyager à travers le monde. Et de découvrir des réalités différentes, même en fiction. Car c’est bien là la magie du cinéma. Un film, peu importe qu’il soit une fiction ou un film documentaire, est un témoin de l’histoire. Les images restent ensuite et deviendront une mémoire qui serviront à raconter le passé aux générations futures. Voilà bien un devoir citoyen que chaque réalisateur apporte dans l’édifice de la culture de son pays. A Madagascar, le nombre de productions cinématographiques est en hausse, reflétant l’engouement des jeunes pour ce secteur en plein essor.

Fepakistes. Hier, dans l’après-midi, les films des malgaches ayant déjà été sélectionnés, voire récompensés au festival Fespaco, l’un des plus grands festivals de cinéma d’Afrique, ont été à l’honneur. Luck Razanajaona, avec sa fiction de 15 mn intitulée « Madama Esther », ayant reçu le Poulain d’argent en 2015, suivi du film de Nantenaina Rakotondravino pour son documentaire de 25 mn intitulé « Le prix de l’effort », et qui a reçu le Prix de l’Interafricaine de la prévention des risques professionnels et le Prix Maison de l’Afrique Mandingo. Ensuite, place à l’animation avec « Iny hono izy Ravorona », qui a reçu le Prix Dan Faso de l’Ambassade du Danemark en 2013, et celui de Haminiaina Ratovoarivony avec « Antananarivo tiako ianao », en sélection officielle pour l’édition 2017. Autant de films récompensés à travers ce festival montrent l’engouement, mais surtout la richesse de la réalisation malgache à un niveau international. Et cela encourage les jeunes à persévérer dans leur création.

Anjara Rasoanaivo

Midi Madagasikara7 partages

Pétanque : Place à l’Open Double Boss !

Une fois n’est pas coutume, la Fédération Malgache de pétanque va faire honneur aux Boss en leur offrant cette perspective de décrocher un titre de champion de Madagascar.

Un championnat national dans les règles de l’art donc et qui va se tenir ce week-end à Mahamasina mais avec la même formule gagnante d’associer un Boss à un tireur de l’élite.

Une bonne vielle formule qui va amener cette ambiance chère aux patrons moyennant évidemment finances puisque le droit d’inscription par équipe est de 200 000 ariary mais un droit qui n’est pas cher payé puisque les vainqueurs recevront en sus du titre de champion de Madagascar, deux billets Tana-Paris-Tana et deux coupes contre un million d’ariary pour les malheureux finalistes. Même la 3e et la 4e équipe seront primées. Ce qui ne gâte rien car cela va booster la participation.

En marge de ce sommet Double Boss, on verra  un concours en doublette Dames mais aussi un autre chez les juniors pour des droits d’inscription modiques.

Clément RABARY

L'express de Madagascar7 partages

Justice – Les détentions provisoires à réduire

La réduction des détentions provisoires est recom­man­dée par la CNIDH. Une mesure qu’elle qualifie d’urgente.

Une urgence. À l’occasion de la célébration de « la journée de la détention préventive en Afrique », le 25 avril, la Commission nationale indépendante des droits de l’Homme (CNIDH), a publié un communiqué de presse, hier. Une missive dans laquelle l’entité recommande, « en urgence », la réduction des détentions provisoires à Madagascar.« Les coûts directs et indirects pour l’État, pour la société et les individus, ainsi que les violations des droits fondamentaux qui découlent de cette surpopulation carcérale, font de la réduction de l’usage de la détention provisoire une urgence », indique le communiqué de presse d’hier. Selon les chiffres de la CNIDH, 40% de la population carcérale sont constitués de personnes en détention préventive, soit huit mille deux cent cinq sur vingt mille deux cent quarante et un détenus. « Cette surpopulation est particulièrement importante dans la région Analamanga », ajoute la CNIDH.Sur quatre vingt douze lieux de détention répertoriés dans la Grande île, par ailleurs, quatre vingt deux sont opérationnels. « Confor­mément aux lignes directrices sur la détention provisoire en Afrique, adoptées par la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples, la réduction des mises en détention préventive est une priorité, d’autant plus que, pour Madagascar, les lieux de détention sont encore insuffisants en nombre, d’où une promiscuité carcérale », est l’explication avancée par Mireille Rabenoro, présidente de la CNIDH, dans le communiqué d’hier.

ImprécisionLa Commission des droits de l’Homme rappelle pourtant, que « selon l’article 13 in fine de la Constitution de la République de Madagascar, la détention préventive est une exception ». Elle explique, du reste, que « l’application excessive », de la détention provisoire découle des effets des lois « qui ne spécifient pas clairement les limites de son utilisation, du manque de solutions alternatives à la détention, mais aussi de la corruption ainsi que les pressions politiques et sociales en faveur de la fermeté dans la répression de la criminalité ».Contacté, Ranesa Firiana, juriste, reconnaît que les règles concernant l’application de la détention préventive ne sont pas précises. Ce qui fait que la décision dépend de l’intime conviction des juges. Dans son explication, il donne, néanmoins, quelques cas qui motivent, le plus souvent, la mise en détention provisoire d’un prévenu.« Parfois, le juge voit que les charges sont plausibles et qu’il y a un risque de fuite de l’accusé en cas de remise en liberté provisoire. Il y a aussi des situations où les prévenus n’ont pas d’adresse précise, ce qui implique toujours le risque de fuite. La crainte de récidive peut également être un motif de détention préventive. Dans certains cas, le placement en détention provisoire peut s’expliquer par la nécessité de protéger l’intégrité physique du prévenu, ou de préserver l’ordre public », explique Ranesa Firiana.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar7 partages

La présidente mondiale de la JCI à Madagascar

Dawn Hetzel, la présidente mondiale de la JCI 2017 sera en visite officielle à Madagascar, en fin de semaine. Cette Américaine d’une quarantaine d’année a été élue présidente au congrès mondial JCI en 2016 à Canada.

Madagascar Tribune6 partages

Les jeunes unissent leurs voix

Un collectif de jeunes et d’associations de jeunes issus des quatre horizons s’est prononcé hier face à la situation politique qui prévaut dans le pays actuellement. S’identifiant avec le hastag #TSYMIAMBOHOADIDY, rassemblant l’ONG Tolotsoa, le Mouvement pour l’intégrité des élections et des leaders, le Réseau Climat Océan Indien, Youth 4 Development, Parlement National des Jeunes, Green N Kool Nosy-Be, l’Association des Etudiants en Droit de Madagascar, Young Men/women Christian association, Jeunes actifs interrégional, Jeunesse en mouvement Analamanga, Generation Citizen, Civilian Madagasikara et Yali Madagascar, ces derniers ont lancé un appel à tous les responsables, opposition et régime, afin de leur rappeler que l’avenir des jeunes ne devrait plus être pris en otage à cause de mésentente politique.

Soulignant que sur une décennie entière, ils ont « subi de plein fouets les effets de la … pauvreté extrême, la mauvaise gouvernance, la corruption, l’insécurité, l’insuffisance d’emploi et le chômage, la mauvaise qualité de l’éducation, l’instrumentalisation de la jeunesse pour des fins politiques ».

Suite à cela, et face aux évènements actuels, dont la manifestation des députés de l’opposition, cette plateforme réclame à ce que : « 1- Aux élus, dépositaires de mandat publics et non propriétaires d’un quelconque pouvoir, de recadrer les manifestations dans leur contexte initial. L’appel lancé à la population concernait un rapport sur les circonstances du vote des lois électorales (…) Le mouvement semble avoir bifurqué de cette intention première (…) 2- La mise en place d’un processus non-violent de règlement des conflits. (…) 3- A ce que vous puissiez tout mettre en œuvre pour que des élections se tiennent dans la paix et la sérénité, afin que nous puissions choisir nous-mêmes nos dirigeants ».

Selon la plateforme #TSYMIAMBOHOADIDY, la seule issue envisageable est celle des urnes, rendant à la population, composée majoritairement de jeunes, le pouvoir qu’elle a conféré à travers le mandat aux élus, que ce soit le président de la République ou les députés de l’Assemblée Nationale. Outre cela, les membres de la plateforme soulignent qu’il est du droit de chaque Malgache de se réunir et d’exprimer son opinion sur la situation politique du pays. « Nous nous engageons à mobiliser nos pairs à une prise de conscience citoyenne par la compréhension des textes et du rôle des élus » ont-ils déclaré.

Midi Madagasikara6 partages

Hippisme : Mahazina fera peau neuve !

La saison hippique 2017 démarre le 14 mai à l’hippodrome de Mahazina. Et en attendant l’AHCEL s’attèlera aux inévitables travaux d’entretien des lieux où 10 journées sont prévues contre 9 à Bevalala.

Rendez-vous est alors pris pour ce lundi 1er mai pour tout le personnel et même les jockeys pour faire les menus travaux. Des détails en fait mais une action destinée surtout à raffermir davantage les liens d’amitié entre les membres selon le président Michelson Rakotoarisoa qui ne ménage pas ses efforts pour développer davantage l’élevage des chevaux à Madagascar avec l’étroite collaboration de PMU.

Outre la peinture, histoire de faire peau neuve, l’AHCEL a déjà entamé d’autres travaux dont la construction d’une cabine de douche pour les jockeys, l’installation des stalles de scellage, l’extension du bâtiment des paris, l’installation d’un nouveau rond de présentation, la réparation du mirador et la remise en état de la piste.

C.R.

Orange Madagascar5 partages

Partenariat renouvelé entre Vivo Energy et le MEN

Le ministère de l’Éducation nationale et la société Vivo Energy qui distribue et commercialise les carburants et lubrifiants de marque Shell à Madagascar ont signé vendredi 28 avril 2017, au siège du ministère à Anosy, deux conventions de partenariat d’une part, pour l’organisation d’un concours d’innovation pour les écoliers et d’autre part, par rapport à la réhabilitation d’infrastructures scolaires.

Cette signature a été réalisée entre le ministre de l’Éducation nationale, Paul Rabary et le directeur général de Vivo Energy Kader Maiga.

Le premier point de cette convention consiste donc à l’organisation du concours du meilleur projet innovant au service du changement climatique. Le concours sera organisé dans les 378 lycées des 22 régions et impactera environ 250 000 lycéens de Madagascar.

Le deuxième point est relative à la réhabilitation et dotation de matériels informatiques pour le centre de documentation et d’information du lycée André Resampa Antsirabe qui profitera aux 2800 lycéens.

Ces deux projets s’inscrivent dans le cadre de l’amélioration de la qualité de l’enseignement à Madagascar. En effet, l’éducation fait partie des priorités de la politique de responsabilité sociale de Vivo Energy.

Le directeur général de Vivo Energy a souligné que sa société est fière de ce partenariat, car elle tient fermement à faire la différence pour les communautés dans lesquelles elle est présente. Il est à noter que sur l’ensemble du continent, Vivo Energy développe activement un large éventail de programmes éducatifs. Un grand nombre d’entre eux sont destinés aux enfants et aux jeunes afin de favoriser de bons résultats scolaires et l’apprentissage.

Forte de sa vision commune de l’éducation avec le ministère de l’Éducation nationale, Vivo Energy Madagascar a soutenu ces deux projets ayant pour objectif l’épanouissement des jeunes malgaches à travers la créativité et un environnement scolaire adapté.

Il est à noter que la marque Shell est présente à Madagascar depuis 2000. Actuellement, Vivo Energy Madagascar possède 64 stations-service, dont plusieurs nombreuses offrent des Cartes Shell et des boutiques.

Et enfin, la société emploie environ 2370 collaborateurs, gère plus de 1740 stations-service sous la marque Shell et a accès à une capacité de stockage d'environ 900 000 mètres cubes. Shell and Vivo Lubricants dispose d'une capacité de mélange de l'ordre de 124 000 tonnes métriques dans des installations implantées dans six pays (Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée, Kenya, Maroc et Tunisie), où sont produits les lubrifiants de marque Shell.

Faly R.

Ino Vaovao4 partages

TRANGA HAFAHAFA : Mpangady fasana nifankatia tamin-dolo teny am-pasana very saina

Vita ihany ny fandevenana vao nisy nahatsikaritra fa tsy tazana mihitsy ilay rangahy nalefa hanara-maso ny asan’ireo zatovo nangady ny fasana. Rehefa samy nikaroka dia hita ihany ity farany saingy tena toy ny olona mankafy safosafo sy mifamihina aman’olona ny fahitana azy. 

Tovovavy iray zanaky ny anabaviny no avy dia nandray ny tanany ka nampiarina azy teo amin’ny toerana nisy azy ary nitarika azy nandray fiara hodiana. Mbola nibedibedy ilay olona niaraka taminy ihany anefa ilay rangahy, hoe nankaiza ilay metisy keliny. Samy tsy nisy nahateny ny rehetra nanoloana izany, fa ilay zanak’anabaviny no niharan’ny sotasotan’ilay lolo fa nampisaraka azy tamin’ny olon-tiany, raha ny filazan’ny mpitantara.

Ilay rangahy kosa roa volana taty aorina vao tena nahatsiaro ny zava-nitranga rehetra. Nandritra ny fotoana nangadiana fasana teny amin’ny Croisement Boanamary, no nisintaka kely naka aina ity raim-pianakaviana iray mba hatory fa reraky ny fiaretan-tory nandritra ny roa alina. Izy anefa no lehibe nanara-maso ny asan’ireo zatovo mpangady fasana toy ny mahazatra. Tao anatin’io torimasony io no nisehoan’ilay tovovavy metisy taminy ka nahasarika azy. Mila mitandrina ihany rehefa manao zavatra amin’ireny toeram-pandevenana ireny, tsy tokony hisaraka amin’ny maro. Sao sanatria ho tratran’ny tahaka izao.

Fety  

L'express de Madagascar4 partages

Ambovombe – Le personnel de la mairie en grève

Les employés de la commune urbaine d’Ambovombe Androy ont entamé une grève ils revendiquent le paiement de vingt mois d’arriérés de salaire.

Les employés de la commune urbaine d’Ambovombe ont manifesté, hier, devant la mairie.« Nous réclamons les vingt mois d’arriérés de salaire », a déclaré une représentante des manifestants.« Auparavant, la recette de la commune n’était qu’un tiers de ce que perçoit la mairie à ce jour et nous n’avons pas eu de problème de paiement de salaire. De ce fait, nous demandons des explications et de la transparence sur l’utilisation des recettes », a-t-elle ajouté.Par ailleurs, ils ne bénéficieraient pas de protection sociale. « Quelques collègues sont à la retraite mais ne reçoivent pas les allocations de pension. Une grande partie du personnel n’est pas inscrite à la CNaPS », précisent les grévistes.Les responsables auprès de la mairie démentent les accusations et affirment que certains employés continuent de travailler pour assurer le service public.

Changements« La commune n’a pas assez de recettes mais nous avons toujours essayé de gérer notre trésorerie de manière efficace. Lors de ma prise de fonction, il y avait déjà onze mois d’arriérés de salaire. Petit à petit, nous faisons de notre mieux pour résorber le gap entre les dépenses et les recettes », explique Mamodaly Zoulphicaraly, maire d’Ambovombe Androy.À l’entendre, les subventions octroyés par l’État ne permettent pas de couvrir les dépenses de fonctionnement. Sans évoquer les points négatifs de la décentralisation actuelle, le maire a quand même manifesté son optimisme quant à des changements sur les lois concernant la décentralisation.Quoi qu’il en soit, cette manifestation d’Ambovombe fait suite à la grève du personnel communal de la ville de Taolagnaro, la semaine dernière. En fait, après quelques jours de grève, les employés de la Cité dauphine ont repris leur service. Et, non seulement 102 millions d’ariary ont été versés soudainement dans les caisses de la commune au niveau du Trésor mais en plus, le ministre de l’Industrie et du développement du secteur privé, Chabani Nourdine, a fait don de 50 sacs de riz.

Moïse Fanomezantsoa

L'express de Madagascar3 partages

Dialogue politique – L’Union européenne injecte 122 millions d’euros

Quatre conventions pour 122 millions d’euros ont été signées à Antsiranana hier, lors du 5e dialogue politique. Le décaissement est prévu cette année.

Le courant passe entre l’Union européenne (UE) et Madagascar. Le cinquième dialogue politique organisé à Antsiranana marque une nouvelle étape dans le soutien des bailleurs de fonds dans le développement de la Grande île. À l’issue de cette rencontre organisée à l’Hôtel de ville de la capitale du Nord, quatre conventions de financement d’un total de122 millions d’euros ont été signées hier. Ces montants figurent dans le programme indicatif national du 11e Fonds européens de développement (FED) alloué à Madagascar, dont le montant total s’élève à 518 mil­lions d’euros.« Depuis 2014, l’État malga­che est engagé sur tous les fronts. Néanmoins, il est impératif de mettre les bouchées doubles pour que les efforts puissent se concrétiser pour chaque Malgache, et pour qu’ils puissent profiter à tous les échelons de la société. Maintenant, Madagascar est sur sa lancée de trajectoire de relance économique », a déclaré le président Hery Rajaonari­mampianina à l’ouverture de cette rencontre.Le dialogue politique a vu une forte participation des responsables étatiques. Mis à part le chef d’État et le Premier ministre Olivier Mahafaly, treize membres du gouvernement ontfait le déplacement dans la ville d’Antsiranana. Et du côté de l’Union européenne, l’on a aperçu plusieurs ambassadeurs des États membres de l’UE, comme celui de La France, de l’Allemagne, du Royaume Uni, de l’Espagne, et bien évidemment, Antonio Sanchez-Benedito, ambassadeur et chef de délégation de l’UE à Madagascar.

Convention de financementLors de sa prise de parole, ce diplomate a rassuré que les efforts entrepris par le gouvernement malgache en termes de bonne gouvernance, de lutte contre la corruption ont progressé. « Nous avons constaté de réelles avancées dans les engagements pris par le gouvernement malgache. Il est temps de relancer les engagements et d’avancer ensemble pour un vrai développement », a déclaré Antonio Sanchez-Benedito, ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar.Ces conventions de financement confirment ainsi les efforts entrepris par le gouvernement et la volonté de l’Union européenne à soutenir la Grande ile dans ses projets de développement, et seraient la clé de voûte de cette forme de coopération avec l’Union européenne.Dans ce sens, une enveloppe de 50 millions d’euros sera destinée au programme d’Appui au Financement de l’Agriculture et aux Filières Inclusives dans le Nord de Madagascar (AFAFI-Nord). 40 millions d’euros seront dédiés au programme de renforcement Institutionnel vers le Déve­lop­pement de la Résilience Agricole (RINDRA). Les deux autres conventions concernent un appui budgétaire de 30 millions d’euros au titre de l’année 2017 et 2018. Ce qui va permettre au gouvernement d’améliorer la qualité des services publics pour la population, et une facilité de coopération technique de 2 millions d’euros qui permettra d’appuyer les renforcements de capacité du capital humain.« Le décaissement de ces financements est prévu pour cette année », a confirmé le ministre des Finances et du budget Gervais Rakotoari­manana, et, néanmoins, ordonnateur national du FED. À l’heure actuelle, plus de 79,5 millions d’euros ont été déjà décaissés.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar3 partages

Affaire Razaimamonjy – La Procureure dans l’œil du cyclone

Les tambours de guerre résonnent. Une fuite organisée d’informations dans le microcosme de la magistrature précise, de plus en plus, le remplacement de la procureure de la République auprès du tribunal de première instance à Antana­narivo. Alors que le Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM), ayant voix au chapitre dans l’affectation ainsi que la promotion des magistrats est en pleine session, des travaux de couloir visant à démettre de ses fonctions la procureure en exercice font jaser.« Des lobbyings secouent comme un prunier. Parmi les dix-neuf membres du CSM ayant voix délibérative, plus d’un ont été contactés à ce propos depuis avant-hier », déballe sous couvert d’anonymat une source auprès de la magistrature. « Deux magistrats influents auprès du ministère de la Justice et de la Cour suprême se mettent en quatre pour tenter de faire pencher la balance en faveur de cette décision. La mission leur a été confiée d’en haut lieu », se désole le même interlocuteur.

Casse-têteEn tout cas, le CSM est prévu statuer aujourd’hui, au bout de trois journées de casse-tête sur les points inscrits à son ordre du jour. À moins qu’il ne fasse machine arrière, au dernier moment, vu que les tabloïds crèvent, dans leurs colonnes, l’abcès sur ce subterfuge. Dans cette affaire épineuse, l’affaire Claudine Razai­mamonjy est une fois de plus remise sur le tapis.Des analyses de juristes, confortées de versions timides mais convergentes émanant de sources auprès de l’Exécutif, révèlent qu’un manque de diligence sur les poursuites engagées par la chaîne pénale anti-corruption, et ayant abouti à la mise en détention de l’oligarque proche du régime a ouvert la boîte de Pandore. La tournure que prend l’évolution de la situation dans cette poursuite démontre non seulement, des pressions politiques, mais de surcroît des chahuts de l’opinion publique. Par ailleurs, de sulfureuses déclarations des organisations syndicales et de la société civile jettent de l’huile sur le feu, avec des tirs nourris pas les média. Au final, c’est la Procureure d’Antananarivo qui risque fort de  porter le chapeau.Présidé par le chef d’État, le CSM poursuivra, néanmoins, son assemblée générale ce jour. Le conseil est prévu se prononcer aujourd’hui sur les sujets inscrits à son ordre du jour, ou encore ceux glissés au dernier moment.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar3 partages

Mahajanga – La plage d’Amborovy nettoyée

Les habitants regroupés au sein de l’Association des riverains et usagers de la piste d’Amborovy Mahajanga (ARUPAM) ont procédé au nettoyage de 5.5 km de plage et de 7 km de piste, les 19 et 20 avril derniers. Plus de 300 personnes dont des femmes et des enfants ainsi que des résidents étrangers ont participé à cette action.Trente mètres cubes de déchets d’origine domestiques, dont des cartons et des papiers, des plastiques et des sachets ainsi que du verre et du métal, ont été ramassés.Les déchets collectés ont été remis par le service de la voirie de la commune urbaine de Mahajanga à Madacompost à Mangatokana, une entreprise privée qui transforme les déchets en compost.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar3 partages

Floraison de journaux après Ranavalona Ire

Lorsque le « Teny Soa Hanalan’Andro » parut en janvier 1866, il y avait seulement cinq ans que Ranavalona Ire était morte, quatre ans que les imprimeries existantes à Tananarive fonctionnaient à nouveau, après un silence d’environ vingt cinq ans.Ainsi selon Razoharinoro Randriam­boavonjy, durant ce quart de siècle, les Malgaches n’ont que la Bible à lire et encore, en cachette et sur des exemplaires soustraits des yeux des émissaires de la reine. Dans ces circonstances, il n’est pas étonnant si le « Teny Soa » est bien accueilli par la population.C’est une revue de la London Missionary Society imprimée à Imarivolanitra par John Parrett. D’abord bimestrielle, elle devient mensuelle à partir de 1869. « Teny Soa » est essentiellement une revue d’éducation et d’information religieuses, puisque son but est d’approfondir la connaissance de la Bible chez ses lecteurs. Ses colonnes favorisent aussi leur culture générale par des articles littéraires, historiques, scientifiques…La parution du « Teny Soa » devra ouvrir la voie à d’autres titres édités par les diverses missions présentes à Madagascar. Tels le « Resaka Malagasy » des catholiques en 1874; le « Mpiaro » des anglicans en 1875, où l’on peut apprécier les premières traductions en malgache de la littérature française et anglaise de l’époque; le « Mpanolo-tsaina » de la LMS en 1877; le « Mpamangy » de la Mission norvégienne en 1882; le « Sakaizan’ny Ankizy Madinika » devenu plus tard le « Sakaizan’ny Tanora », en 1884.Le but poursuivi par ces divers journaux et périodiques était à peu près le même: c’étaient des périodiques d’éducation et d’information religieuses et de culture générale. Outre ces différentes missions religieuses, les particuliers se mettent aussi à éditer peu à peu leurs journaux.Toamasina notamment qui a son imprimerie introduite par Lalané de la Couronne dès 1879, est « un centre important du journalisme ». Deux titres y paraissent en 1881, « La Cloche » et « L’Opinion Publique », et en 1891, le « Ministériel » et le « Courrier de Madagascar » en français et en malgache.À son tour, Antsiranana fait paraître en 1894 « Le Clairon » et l’« Avenir de Diego-Suarez ». Vers la même époque (1883-1885), dans la capitale le « Madagascar Times » de Tacchi et le « Madagascar News » d’Harvey sont édités. Tous deux suivent une ligne éditoriale qui défend la politique du gouvernement de Rainilaiarivony. « À la suite de ces deux journaux en anglais, le résident général de France fit paraître le Progrès de l’Imerina et le Malagasy pour contrebalancer les opinions émises par les journaux anglais. »Mentionnons également la « Gazety Malagasy » parue en 1875 sous l’inspiration du Dr Davidson, le premier à faire de l’enseignement médical à Madagascar, et du Rev. Jukes avec Street comme rédacteur en chef. Il s’agit d’un journal politique et de critique sociale à tendance presque révolutionnaire pour l’époque, « puisqu’il touche aux problèmes de la polygamie et de l’esclavage ».Rainilaiarivony ne pardonne pas ces articles qui dénonçaient aussi les abus commis par certains « fonctionnaires, dignitaires de la Cour ». D’ailleurs, la gazette ne paraît qu’un an, jusqu’en juin 1876, malgré sa popularité (1 000 exemplaires mensuels).Jusqu’en 1901, Madagascar jouit de la liberté totale de la presse. Mais à partir de cette date, le gouvernement colonial y met fin. « Ou plus exactement, il instaure deux régimes de la presse jusqu’en 1938, où la liberté de presse est rétablie pour tous. » Effectivement, le décret du 16 février 1901 instaure le régime de l’autorisation préalable à demander au gouverneur général pour les journaux en langue malgache. Ce régime limite leur liberté et il leur est interdit d’aborder les questions politiques ou relatives à l’administration. Et l’autorisation accordée peut être révocable.En ce qui concerne la presse en langue française, elle continue à jouir de la liberté accordée par la loi du 29 juillet 1883. Ainsi, de 1896 à 1938, une quarantaine de titres sont édités par les Français. Pour ce qui est de la presse d’opinion, c’est Jean Ralaimongo qui l’inaugure. Il fonde« Le Libéré » en 1923 alors qu’il est encore en France après la Première guerre mondiale. Il n’en tire que quelques numéros. Beaucoup plus important est « L’Opinion de Diego » qu’il crée en 1927, dès son retour au pays, avec le Dr Ravoahangy Andrianavalona et Paul Dussac, colon socialiste de Nosy Be. Paraissent ensuite le « Réveil malgache » (1929) devenu le « Réveil de Madagascar » auquel travaillent Dussac et Razafy Abraham, et bien d’autres titres tels « Ny Rariny-Justice » (1936). C’est dans cette dernière parution que Jules Ranaivo tente de faire passer des articles politiques en malgache avec la traduction en français. L’objet de tous ces journaux est la lutte pour l’égalité des droits et contre les divers abus de l’Administration (indigénat, service de la main-d’œuvre pour les travaux d’intérêt général, prestations…)

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

News Mada2 partages

Famerenana asa eo anivon’ny Air Madagascar : haterin’ny sendikà hiasa eny Ivato ry Rabarilala Rado

Nifoha indray ny raharaha momba ireo mpiasa noroahina teo anivon’ny orinasa Air Madagascar. Nihaona tamin’ny mpanao gazety, tetsy Analakely izy ireo, omaly, notroni’ireo sendikalista namany.

« Haterinay eny amin’ny toeram-piasany eny Ivato rahampitso (anio) ireo mpiasa ireo. Miverina amin’ny toeram-piasany izy ireo, araka ny didim-pitsarana avy eny anivon’ny filankevi-panjakana sy ny fitsarana misahana ny ady amin’ny fanjakana », hoy ny vanditany , tonga tetsy amin’ny ivon-toeram-pitsaboana ho an’ny Air Madagascar Analakely, omaly. Nambarany fa foana araka ny didy nivoaka ny fandroahana ireo delegen’ny mpiasa ireo tamin’ireny fitakiana nataony teo aloha ireny. Nialohavan’ny diabe niainga tetsy amin’ny biraon’ny Air Madagascar izany ary nihazo io ivon-toerana io mba hampidirana ireto mpiasa ireto. Tsy tanteraka anefa izany. « Niandry ora iray izahay teto ary nambara fa tsy afaka misy tompon’andraikitra afa-mandray anay izao », hoy ihany izy ireo.

Nanao tazan-davitra ny Emmo/Reg

Nahitsy ny fanehoan-kevitry ny mpiasa fa tsy tokony hosakanana ny didy nivoaka satria amin’ny anaran’ny vahoaka ny namoahana izany ary tanterahan’ny tompon’andraikitra. « Ho hita eo indray ny hanakana izany rahampitso (anio), eny Ivato. Mbola eo ny lalana mifehy ny asa azo hitoriana ny tompon’andraikitra tsy manaiky ny hanatanterahan izany didy izany. Herintaona aty aoriana namoahana ny didy, tsy mbola niverina amin’ny asany izy ireo. Efa nanao ny dingana samihafa izahay… », hoy ihany izy ireo.

Tsiahivina fa anisan’ny nanotrona ireto sendikàn’ny Air Madagascar ireo ny sendikà maromaro eo anivon’ny firaisankinan’ny sendikà (SSM). Anisan’izany ny SMM, Sempama, ny avy amin’ny fadin-tseranana… Nanao tazan-davitra kosa ny fiara 4×4 an’ny mpitandro filaminana tamin’izao hetsika natao izao. Andrana anio, eny Ivato indray ny ho tohiny.

Synèse R.

 

Madagate1 partages

Madagascar JMSST. Message du directeur du BIT pour l’océan Indien

Le message de M. Christian Ntsay a été lu par Mme Nombana Razafinisoa, Chargée de programme

Message de M. Christian Ntsay, Directeur du Bureau Pays de l’OIT pour Madagascar, Les Comores, Maurice et les Seychelles

Mesdames et Messieurs,

A l’occasion de cette journée de célébration de la Journée Mondiale de la Sécurité et la Santé au Travail (JMSST), permettez-moi de vous transmettre les salutations de Monsieur Christian Ntsay qui, actuellement en mission à l’extérieur du pays, nous a chargé de vous livrer ses messages.

L’Organisation internationale du Travail a déployé de multiples initiatives dans le domaine de la santé et de la sécurité au travail depuis sa création en 1919, et les normes internationales du travail sur la sécurité et la santé au travail sont parmi les premières conventions et recommandations adoptées par l’Organisation. C’est la raison pour laquelle, depuis 2003, la Journée mondiale sur la Sécurité et la Santé au Travail est un événement annuel pour les Etats membres de l'OIT, célébré le 28 avril de chaque année. Cette journée est retenue par l'OIT pour souligner la nécessité urgente d'améliorer les données nationales sur la sécurité et la santé au travail. En effet, l’on estime que plus de 2,3 millions de décès et 300 millions d'accidents causant des blessures se produisent sur le lieu de travail chaque année. Cela est énorme. Toutefois, ces estimations ne reflètent pas correctement l'ampleur du problème, ni l'impact réel des accidents du travail et des maladies professionnelles sur les travailleurs, les familles et les économies. De meilleures données nationales sont nécessaires pour une meilleure compréhension des dimensions et des conséquences des accidents du travail, des blessures et des maladies et pour soutenir des politiques et des stratégies efficaces pour des lieux de travail sûrs et sains.

Mesdames et Messieurs,

A l’instar de tous les pays du monde, Madagascar a choisi de marquer cette année cet évènement autour du thème mondial: « Optimiser la collecte et l’utilisation des données sur la Sécurité et la Santé au Travail ». Ce thème appelle tous les États membres de l’OIT à améliorer leur capacité à collecter et à utiliser des données fiables sur la sécurité et la santé au travail. En effet, l’adoption par les Nations Unies de l'Agenda 2030 pour le développement durable exige aux États membres de disposer des données sur tous les indicateurs afin de mesurer les actions menées. En ce qui concerne la sécurité et la santé au travail, la cible 8.8 de l'ODD 8 la « Protection des droits du travail, la promotion de la sécurité sur le lieu de travail et l’assurance d’une protection de tous les travailleurs, y compris les migrants, en particulier les femmes, et ceux qui ont un emploi précaire », porte sur l’importance d’avoir un milieu de travail salubre et en sécurité. Spécifiquement, pour la sécurité et la santé au travail, les pays sont invités à rendre compte sur l'indicateur « Fréquence des accidents du travail mortels et non mortels, par genre et statut de migrant » ce qui de ce fait met l'accent sur la nécessité cruciale, pour les pays, d'améliorer leur capacité à collecter et à utiliser des données fiables sur la sécurité et la santé au travail.

Avec cette louable initiative de la célébration de cette Journée Mondiale, je voudrais féliciter le Ministre de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des Lois Sociales, son équipe et les organismes sous-tutelle pour leur engagement à poursuivre l’adhésion de Madagascar à cette valeur fondamentale de l’OIT.

Mesdames et Messieurs,

La nécessité de promouvoir au niveau national une plus large culture de la sécurité et de la santé au travail basée sur la promotion d’un milieu de travail souciant de la santé des travailleurs et écarté de tous risques liés au travail fait partie de la priorité de l’OIT. La disponibilité des données fiables constitue ainsi un pré-requis permettant au pays de mettre en place un système de prévention et d’honorer ses obligations de rapporter sur les risques en milieu de travail.

D’autant plus que plusieurs conventions de l'OIT en matière de sécurité et santé au travail exigent que les États Membres les ayant ratifiées établissent des mécanismes de collecte et d'utilisation de données fiables sur la Sécurité et Santé au Travail à des fins de prévention. Ces instruments de l'OIT reconnaissent que la collecte et l'utilisation de telles données sont indispensables pour détecter les nouveaux dangers et les risques émergents, identifier les secteurs dangereux, développer des pratiques préventives, ainsi qu’élaborer des politiques, des systèmes et des programmes aux niveaux international, national et dans les entreprises. Ces données sur la Sécurité et Santé au Travail fournissent la base pour établir les priorités et mesurer les progrès.

Afin d’aider les États Membres à améliorer leur capacité de collecte et d’utilisation de données fiables sur la Sécurité et Santé au Travail, l’OIT a créé une boîte à outils  avec des ressources pertinentes et des fiches d'information.

A Madagascar, le BIT a toujours annoncé sa volonté d’accompagner les mandants tripartites dans cet exercice. Aujourd’hui, je réitère cette volonté de mon Bureau de vous appuyer, d’autant plus que cette action contribue à la réalisation de la priorité 2 du Programme Pays pour le Travail Décent 2015-2019 de Madagascar qui est d’« améliorer la productivité du travail par la promotion du dialogue social, le respect des principes et des droits fondamentaux au travail, ainsi que l’effectivité de la protection sociale ».

Mesdames et Messieurs,

J’ose espérer que les travaux d’échanges prévus pour cette Journée et appuyés par les expériences de chacun et chacune d’entre vous, amènent les acteurs du monde du travail à affirmer davantage leur engagement pour un meilleur système de collecte et d’utilisation de données en matière de Sécurité et Santé au Travail avec un renforcement de la coordination dans ce domaine qui implique les entreprises de tous secteurs d’activités, formel et informel, les ministères, les institutions de statistiques, le système médical inter-entreprises, la CNaPS, les formations sanitaires, etc. Une étape primordiale y relative consiste, bien entendu, à la ratification des conventions pertinentes de l’OIT touchant le domaine de la sécurité et santé au travail. Le BIT estime qu’il est important que les recommandations ressorties de telle journée soient suivies d’effet. Sur ce point, j’exhorte Madagascar à avancer dans:

· la ratification des Conventions internationales de l’OIT y relatives; j’ai cité en particulier la C.187 sur le cadre promotionnel pour la santé et la sécurité au travail et la C.155 sur la sécurité et santé des travailleurs;

· la mise en place des systèmes efficaces pour l’optimisation de la collecte et l’utilisation des données à tous les niveaux pour s’assurer que la vie de chaque travailleur soit épargnée des maladies professionnelles et des accidents liés au travail, pour que les entreprises puissent tirer profit d’une croissance de leur productivité liée à la performance de son capital humain, et pour que le pays soit apte à honorer ses obligations de reporting sur l’indicateur 8.8 de l’ODD 8.

Pour terminer, Madagascar gagnera sur tous les plans à renforcer et développer son système statistique sur la sécurité et la santé au travail pour aider à améliorer davantage le climat des affaires dans le pays. L'OIT se rend disponible pour appuyer Madagascar dans cette voie.

Je vous souhaite ainsi plein succès à vos travaux.

Je vous remercie.

Tia Tanindranaza1 partages

FOKONTANY ANDOHATAPENAKA IIITrano 53 tafo no horavana

Raikitra indray ny ady tany ao amin’ny fokontany Andohatapenaka III. Trano 53 tafo no tsy maintsy horavana ao anatin’ny fotoana fohy, raha araka ny fantatra.

 Tanin’olon-tsotra manan-tompo mantsy no niorenan’ireo trano 53 tafo ireo izay  miendrika dobo lehibe tamin’ny taona 1985 tany ho any. Ankehitriny, tonga ny tompon’ny tany ary mikasa hanangana fotodrafitrasa eo amin’ny taniny  ka tsy maintsy miala izy ireo. Marihina moa fa samy mihizingizina ho tompon’ny tany moa ny  roa tonta  satria misy amin’ireo tokantrano 53 tafo ireo ihany koa no manana taratasy  mifandraika amin’izany. Nisy ny  fametahana ny sorabaventy izay manda an-kitsirano ny amin’ny handravana ny tranony  noho izany, hita  sy mirantiranty eran’ny tanàna.

Pati

 

Ino Vaovao1 partages

MPIASAN’NY PGM : Taona maro aty aoriana tsy mahita mangirana, ary miahiahy ny hiala maina

Voalaza mantsy fa ny tranom-piantohana Ny Havana izay miantoka ilay orinasa no tokony handoa ireo onitra isan-karazany ho an’ny mpiasa sy ho an’ny orinasa mitentina 14.337.978.960 Ariary. Tsy nanaiky handoa io vola io ny Trano fiantohana Ny Havana na dia didim-pitsarana aza io, ka nanao ‘pourvoi dans l’interet de l’Etat’. 

Tsy afaka notanterahina ny didim-pitsarana noho izany. Araka ny nambaran’ny loharanom-baovao akaiky io raharaha io dia AfricaRé no miantoka ihany koa ny tranom-piantohana malagasy Ny Havana (réassurance). Azony atao tsara ny mifampiraharaha amin’ny Africa Ré, ahafahany mandoa io onitra io amin’ny mpanjifany. Tsy izay anefa no niseho fa nanda hatramin’ny farany ny handoa io onitra io ny orinasa Ny Havana. “Faly ny mandray ny volan’olona fotsiny ireo tranom-piantohana, hoy ny mpiasan’ny PGM, fa rehefa misy ny olana dia miala bala hatrany, ka hatramin’ny didim-pitsarana no sahiny tsy ankatoavina”. “Sahirana izahay mpiasa, ka ny zonay no takianay”, hoy hatrany ireo mpiasa.

Marihina fa mialoha ireny fandrobana tamin’ny taona 2009 ireny dia efa nandalo fotoan-tsarotra ny PGM noho ny delestazy lavareny, ka tsy nahafahan’ izy ireo nahatratra sy nanaja ny fe-potoana amin’ny famokarana ireo vokatra. Tsy afaka nandoa ny karaman’ny mpiasany noho izany izy ireo ka nahatonga  ny olana. Efa nataon’ireo mpiasa takalon’aina ny tale jeneralin’ny orinasa tamin’izay. Nanampy trotraka iny krizy politika iny, ka  nohararaotin’ ireo mpiasa hamotehana sy handravana  hatramin’ny fitaovam-piasana tao. Efa nisy ihany koa didim-pitsarana navoakan’ ny Fitsarana frantsay ‘cour d’appel de Paris’ taorian’ny fanelanelanana saingy hatreto dia mbola tsy nahitam-bokatra hatrany. Ny Fitsarana malagasy tamin’ny ambaratonga voalohany sy fitsarana ambony dia nametraka fa manana ny rariny ny PGM saingy orinasam-panjakana ny tranom-piantohana Ny havana, ka ny Fanjakana malagasy mihitsy no niaro azy tany Frantsa tsy ahazoan’ny PGM sy ireo mpiasa ao ny volany. Hatreto izany dia tsy mahita mangirana ary ahoana tsy hahita izany intsony ireto mpiasan’ny PGM ireto

Vanessa

L'express de Madagascar1 partages

Crimes organisés – La perpétuité pour trente-sept meurtres

Incriminés pour avoir violé et tué des femmes dans les environs d’Ambohitsoa depuis 2015, quatre prévenus ont comparu devant la cour criminelle à Anosy hier.

Deux hommes parmi les quatre complices de Bolo (chef d’un réseau criminel), dont une femme, ont encouru la peine de travaux forcés à perpétuité à Tsiafahy, avec une amende de dix millions d’ariary, selon la décision de la justice, hier à Anosy. Les deux autres ont été libérés au bénéfice du doute. Le nommé Bolo, l’un des dangereux bandits, décédé au moment de son arrestation en janvier 2016, dans le quartier d’Ambohi­tsoa, était à l’origine de cette affaire.« Une série d’enquêtes a révélé que son équipe est l’auteur principal de nombreux crimes commis nuitamment, depuis Androndra jusqu’à Ambohimiandra dont trente sept femmes, ont été victimes, mortes violées », a indiqué une source autoritaire locale.

Agressions sexuellesLes incriminés ont fait beaucoup parler d’eux depuis l’année 2016, en termes de menace de mort, expropriation foncière, terrorisme, viol, attaques à main armée aggravées de meurtre, d’après les informations recueillies.ScandaleJusqu’ici, trente sept femmes ont perdu la vie à cause des agressions sexuelles, selon une source au sein de la brigade criminelle à Anosy. « Chacune d’elles avait reçu des coups de couteaux qui leur ont entièrement défigurés », a annoncé le médecin légiste dans ses résultats d’autopsie. Après la mort atroce d’une vieille dame qui a été violée puis tuée, le scandale a créé une psychose pour les habitants du quartier. « Une menace de vengeance nous est parvenue. Juste une nuit après notre deuil, tous les chiens de garde de nombreuses maisons environnantes ont été trouvés morts empoisonnés », a précisé une proche de victime. Une femme meurt violée toutes les deux semaines aux alentours de ce quartier d’Ambohitsoa, selon une source sécuritaire.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Mort foudroyé

Frappé par la foudre, un jeune homme de dix-neuf ans a trouvé la mort à Androndra, hier. Les flammes se sont saisies de son corps, lorsque la foudre s’est abattue sur lui. Le drame s’est produit dans l’après-midi, vers 14 heures, avant qu’un déluge ne s’abatte dans cette banlieue-Sud du centre ville.

L'express de Madagascar1 partages

Kick boxing – Mondial – Les tireurs affûtent leurs armes

La compétition inaugurale « Xtreme Combat » organisée par le club Lion Force le 6 mai servira de premier test à l’équipe nationale en vue des Mondiaux.

xLes membres de l’équipe nationale de kick-boxing présélectionnés, pour défendre les couleurs malgaches aux com- pétitions internationales, au programme cette saison, sont en regroupement depuis déjà deux mois et cela ne s’arrêtera plus jusqu’aux deux Mondiaux prévus cette année.Comme l’a déjà annoncé le numéro un de la discipline, Briand Andrianirina, président de la fédération malgache de kick-boxing et disciplines associées, Mada­gascar sera présent aux championnats du monde de kick-boxing et K1 au Brésil en octobre et la Grande île abritera également le cham­pionnat du monde professionnel qu’elle organisera pour la toute première fois, en décembre.« On est en regroupement pendant presque toute l’année. En même temps, les présélectionnés devraient participer à des compétitions locales en guise de test, cinq ou six fois avant les championnats du monde », a souligné le coach national, Boto Gilbert. Une compétition régionale servira de premier test à une partie de l’équipe nationale. Il s’agit de la deuxième édition de Xtreme Combat qui aura lieu au Palais des sports à Mahamasina, le 6 mai.Cinq Réunionnais et trois Mahorais défieront les favoris du pays à cette rencontre régionale. Le club Lion Force promet des Best fights hors du commun à cet événement. Un concours de body building, dénommé Men’s physique sera aussi au programme de cette version 2017.

SévèrePlus d’une dizaine de combattants suivent tous les jours au dojo de Lion Force, au sous Gradin à Mahama­sina leur entrainement dont la plupart participera aux combats internationaux organisés par Lion Force, sous l’égide de la fédération malga­che de kick-boxing qui sera aussi l’ouverture officielle de la saison 2017.Le médaillé de bronze au champion du monde de Serbie en 2015, Johny Laurent Rakotondrabe (-51 kg) est en tête de liste de la sélection. Les autres porte-fanions de la Grande Ile sont Heri­niaina Jean Christian « Menavolo » (-54 kg), Odilon Rakotonirina (-60 kg), Elfazara Fazaraly (-63 kg), et chez les filles figurent Nirina Razafin­drazaka (-57 kg) et Anita Ravelosata (-52 kg).« Je suis très sévère sur l’assiduité des membres de l’équipe nationale, c’est un des critères principaux pour être retenu dans la liste finale, pour pouvoir s’envoler pour le Brésil. Et c’est valable aussi pour ceux qui se prennent pour des favoris », a précisé Boto Gilbert. Ce dernier a également mentionné que le staff technique de la fédération est souvent en contact avec les expatriés, en l’occurrence ceux de Fran­ce, Johane Beauséjour et Yannis Ralaikera Randriama­nantena et celui d’Allemagne, Princy Rahajason, dans le but de surveiller même à distance leur préparation.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar1 partages

Vigilance forte pluie dans le Sud-Est

De fortes pluies sont attendues, dans la région de Vatovavy Fitovinany et à Farafangana, cet après-midi et demain, selon le rapport de la direction générale de la Météo­rologie. Une vigilance forte pluie est lancée. La stagna­tion des eaux pluviales, la réduction de la visibilité sur la route sont à craindre. Des rafales et des chutes de grêles y sont probables.

Madaplus.info0 partages

Aimé Olivier Jaomiary est le nouveau P.D.G. de la JIRAMA

Après un processus qui a alimenté les médias pendant presque deux mois, le conseil des ministres a tranché et on nommé Aimé Olivier Jaomiary à la tête de la JIRAMA.
Aimé Olivier Jaomiary est un sortant de l’Institut national de sciences comptables et administration d’entreprise commandant. Il a déjà occupé le poste de commandant adjoint de l’aéroport international d’Ivato de 1993 en juillet 1995, puis responsable financier de Conservation international de novembre à décembre 1995. C’est un ancien directeur des opérations d’Airtel RD Congo. Il a l’étoffe pour donner un nouveau souffle à la JIRAMA. En tout cas, ce spécialiste en ressources humaines et organisation a du pain sur la planche.
Madaplus.info0 partages

La grêle a frappé fort à Antsohatany-Antsirabe II

Les photos ont circulé dans les réseaux sociaux, on dirait de la neige qui inonde la RN7 et la commune d’Antsohatany. Mais il s’agit au fait d’une forte grêle qui s’est abattue sur cette commune en détruisant tout sur son passage.
Coup dur pour cette commune d’Antsirabe II. En effet, la grêle a enseveli une grande partie de la culture hier 27 avril vers 13 heures. La circulation sur la RN7 a été même perturbée suite à cette forte tombée de grêle. L’autorité locale appelle à l’aide avec les dégâts que la grêle a engendrés. On attend la réaction au sein du gouvernement face à cette catastrophe naturelle.
Tia Tanindranaza0 partages

Sangodim-panina

Tratry ny sangodim-panina tanteraka ny vahoaka malagasy manoloana ny zava-mitranga ankehitriny.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Orana artifisialy narahina havandraNamotika zavatra maro

Nanomboka ny 25 aprily ka hatramin’ny anio 28 aprily no andatsahana orana voatr’olombelona raha ny fanambaran’ny sampandraharaha mpamantatra ny toetr’andro

. Antony ny mba hanampiana ny tosiky ny rano manodina ireo milina famokarana herinaratra any Andekaleka, Mantasoa Tsiazompaniry sy hanondrahana ny voly hoenti-manalefaka ny tsindrin'ny "atmosphère". Nifanindran-dalana tamin’izany anefa ny havandra be izay namotika zavatra maro, ka raha ny fanazavan’ny sampandraharaha mpamantatra ny ny toetr’andro na ny Meteo, dia vokatry ny tangoron-drahona matevina amin'ny faritra Antsinanan'i Madagasikara no niteraka ireny havandra namotika zavatra maro afak’omaly alina, izay mbola nitohy omaly hariva ireny. Nahatratra hatrany amin’ny 13-27sm ny hatevin’ny havandra tamin’ny faritra maromaro teto afovoan-tany. Nahitana bolongany lehibe ny tany Ankadivoribe sy ny faritra maro, ka nisy mihitsy ny tsy mbola levona omaly. Ny tany amin’ny distrikan’i Manandriana, dia ny 90%-n’ny fambolena no potika tsy nisy noraisina, ka tafiditra ao anatin’izany ny vary teny an-tsaha, izay efa madiva mena. Tapaka tao anatin’ny ora vitsy ny lalàm-pirenena faha-7 (RN7) omaly vokatry ny havandra sy ny rotsak’orana ihany. Vao mainka nanapy trotraka ny fahavoazana tamin’ny rivodoza Enawo, indrindra fa ny resaka famokarana ny voka-dratsin’ity orana narahina havandra, izay tena nisy lehibe tsy mbola fahita hatrizay ity.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Guy Rivo Randrianarisoa« Manam-petra ny faharetan’ny vahoaka Malagasy »

Nambaran’ny mpitondra tenin’ny antoko « Tiako i Madagasikara », ny Kestora Guy Rivo Randrianarisoa, fa efa tena vizana amin’ny fiandrasana lava ny vahaolana entin’izao fitondrana ankehitriny izao amin’ny hanatsarana ny tontolom-piainan’izy ireo, ny vahoaka Malagasy izay efa vizaky ny sondro-bidim-piainana tsy mitsahatra miakatra nefa dia toa mijanona ho antso an’efitra ny fitarainan’izy ireo hatramin’izao.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha Razaimamonjy sy RatiarisonFandebirebena saim-bahoaka fotsiny

Ny sabotsy 22 aprily teo no voalaza fa tonga teto an-tanindrazana tamin’ny 10 ora alina i Claudine Razaimamonjy rehefa avy nanaraka fitsaboana maika tatsy Maorisy.

 Navantana tao amin’ny hopitaly CHU Andravoahangy Andrianavalona etsy Ampefiloha aloha fa mbola mila haraha-maso akaiky ny fahasalamany. Niely avy eo ny feo fa hoe tsy tao fa nalefa tany Fianarantsoa indray ary ny minisitry ny fambolena, Rivo Rakotovao, no tompon’antoka tamin’ny famindrana azy. Hatreto tokoa aloha dia tsy mbola nisy haino aman-jery na iray aza nahazo ny sary manamarina fa efa eto tokoa ity mpandraharaha voapanga tamin’ny resaka kolikoly avo lenta ity ary dia mampametra-panontaniana hoe eto Madagasikara tokoa ve izy ? An-kilany, ilay talen’ny kabinetran’ny minisiteran’ny fifandraisana teo aloha, Nivo Ratiarison, izay mbola voaheloka amina resaka kolikoly avo lenta koa dia mbola voalaza ho manaraka fitsaboana ao amin’ny hopitaly Befelantanana kanefa efa tokony ho nivoaka tao ny 21 aprily teo. Raha ny fahitana azy hatreto aloha dia mandrebireby saim-bahoaka amin’izao fotoana izao ny raharaha Razaimamonjy ary azo heverina ho paikady handrebirebena saim-bahoaka hanaraka izany koa ity raharaha Ratiarison ity. Inona kosa indray ary no ho takonana  indray?

Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Foire de l’immobilierHanomboka rahampitso eny lapan’ny tanàna

Hotanterahina etsy amin’ny lapan’ny tanànan’Analakely manomboka rahampitso sabotsy 29 aprily haharitra telo andro ilay « Foire de l’Immobilier » karakarain’ny In’Idea Agency,

 orinasan-tserasera iray  vaovao eto amintsika no sady mpikarakara fampisehoana sy lanonana ihany koa.  Anisan’ny vokatra efa nahafantarana azy ireo ny Gazet’Immo, mpiseho isan-kerinandro eto amintsika izay  miompana amin’ny fanaingoana trano sy ireo  karazana kojakoja ilaina mifandraika amin’izany. Hita ao anatin’ny Gazet ‘Immo ihany koa ny mikasika ny fivarotana tany sy trano  izay tena mahaliana ny maro sy be mpitia tokoa. Anisan’ny antony hikarakaran’ny In’Idea Agency ny Foire de l’Immobilier  izany mba hahafahan’ny mpanjifa sy ireo karazana agence mivarotra na mampanofa tany sy trano mihaona mivantana no sady hahafantaran’iretsy voalohany ireo karazana fihenam-bidy tokony ho azony ihany koa. Marihina moa fa hetsika iray natao hamondronana ireo karazana agences immobilieres eto amintsika ity foara iray ity. Eo ihany koa ireo orinasa mpanamboatra kojakoja fanamboaran-trano eto amintsika mba hahafahany mampahafantatra ny vokany amin’ny mpanjifa. Tsy latsa-danja amin’izany ireo tranoheva izay hivarotra sy hampahafantatra ireo karazana haingo fanao anaty trano toy ny loko, ny carreaux ... Tsiahivina moa fa ho an’ireo agence izay hivarotra tany sy trano dia tsy maintsy manana toerana hanaovana resaka fifampivarotana amin’ny mpanjifa izy ireo ka 1.000 Ar  isan’andro ny ticket iray. Malalaka kosa izy ireo amin’ny isan’ireo mpanjifa horaisiny.  Mpanohana ofisialy ny hetsika ny Sweet Home, orinasa havanana manokana amin’ny fanamboarana trano izay manana tanjona hanome trano mora sy tsara ho an’ny Malagasy. Karazana trano miisa telo no hatolony ho an’ny mpanjifa, anisan’ireny ireo karazana kojakoja  hampiasaina, ny fotoana hanorenana ny trano…Toraka izany koa ny Master Immobilier Services izay efa diso fantatry ny maro loatra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ranon’orana mikijaPotika ny 80%-n’ny fambolena ao Ambohimalaza

Nisedra olana tanteraka ny kaominina Ambohimalaza nandritra ilay ora-nikija niseho afak’omaly alina teto an-drenivohitra sy ny manodidina.

 Narahina havandra be mantsy izany ho an’ireo fokontany telo amin’ny 12 mandrafitra ity kaominina ity ka potika avokoa ny 80%-n’ny fambolena. Ny vary no tena nahita faisana izay ahiana hisy fiantraikany amin’ny fiakaran’ny vidim-bary eny an-tsena. Toraka izany koa ireo karazana legioma mampahalaza ity kaominina ity. Raha araka ny vaovao azo teny anivon’ny sampana mpamantatra ny toetr’andro etsy Ampandrianomby anefa dia mbola hitohy hatramin’ny androany zoma ity ranon’orana ity, orana izay nalatsaka tany Tsiazompaniry sy Andekaleka ary Mantasoa mba hahafahan’ireo fitaovana ampiasain’ny JIRAMA mihodina araka ny tokony ho izy.

Pati

Orange Madagascar0 partages

Miarifenitra et Fenosoa remportent l'Olympiade de mathématiques et de physique

Miarifenitra Rahadramahefa, du collège Mon Verger Malaza (Région Analamanga) et Fenosoa Abioud Hanitrinanjaka Rabezanahary, du Lycée Modene Ampefiloha (Région Analamanga), remportent l'Olympiade de mathématiques et physique, à l'issue de la grande finale qui s'est déroulée hier 27 avril à l'Alliance Française Andavamamba.

L'Olympiade de mathématiques et physique a vu la participation de plus de 400 jeunes issus des régions Analamanga, Vakinankaratra et Atsinana. Ces jeunes proviennent de 23 CEG et de 21 Lycées. 

Quant à l'Olympiade création objets/objets destiné aux jeunes de SOS Villages d’Enfants Madagascar, 46 groupes dont 138 jeunes issus d'Antananarivo, Antsirabe et Toamasina ont pris part à la compétition.  

Dans la catégorie Niveau 1 (Collège), Tokiniaina, Fanomezantsoa Edmand et Safidiniaina ont remporté l'Olympiade grâce à leur projet "Création de baffle avec ventilateur et spot".

Dans la catégorie Niveau 2 (Lycée), Fitia Alain, Heriniriana Arsène et Fenosoa Ravaka ont remporté l'Olympiade grâce à leur projet "Table Basse avec des pieds en bouteille de verre".

Dans la catégorie Niveau 3 (Université), Joseliton Natana et Fério ont remporté l'Olympiade grâce à leur projet "Table Basse avec des pieds en bouteille de verre".

La 7ème édition du Forum des métiers, organisé les 19 et 20 novembre dernier par SOS Villages d’Enfants (SOS VE) Madagascar en partenariat avec DHL International Madagascar dans le cadre du programme GoTeach, a vu naître l’idée d’une Olympiade pour les jeunes de la classe de quatrième à l’universitaire.

Sous le parrainage du Ministère de l’Education Nationale en collaboration avec la Commission Nationale Malgache pour l’UNESCO, cette Olympiade a été lancée officiellement le lundi 06 février 2017 au Lycée JJ Rabearivelo.

Des volontaires qui sont parmi les personnels de DHL, de SOS VE, et les autres établissements ont été recrutés pour la réalisation des différentes activités (établissement des sujets, encadrement et surveillance des jeunes, correction des tests, membres de jury).

Dans la mesure où les finalistes par région sont venus à Antananarivo pour la finale, tous leurs frais de déplacements, d’hébergement et de restauration ont été pris en charge par GoTeach de DHL Madagascar.

A partir de cette année, GoTeach a élargi ses activités en ayant comme cibles non seulement les jeunes de SOS Villages d’Enfants Madagascar mais tous les jeunes malgaches de 15 à 25 ans.

 

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY KARÀNA : Niampy efatra ireo voasambotra, vehivavy ny iray

Ankoatra ireo efa voasambotra dia niampy efatra indray ireo olona tratra, telo lahy niaraka tamina vehivavy iray hafa izay vadin’ny iray amin’ireto farany.

Ny alarobia teo, taorian’ny fanangonam-baovao marim-pototra voarain’ny Polisy misahana ny ady heloka bevava etsy Anosy dia nisy ny fidinana ifotony nataon’izy ireo, teny Ankaraobato, ny marainan’ny alarobia io tokony ho tamin’ny 6 ora. 

Tokantrano iray teny an-toerana no nanaovana fisavana, ka nahatratrarana ny raim-pianakaviana iray niaraka tamin’ny vadiny. Nandritra ny fisavana natao tao an-tranon’izy ireo no nahatratrarana fanamiana enti-miady ana mpitandro filaminana. Ny androtr’io ihany tokony ho tamin’ny 10 ora maraina indray dia tratra teny Anosy ihany koa ny roa lahy hafa. Ireto farany dia isany voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ireo raharaha fakàna an-keriny izay nifanesy niseho teto Antananarivo. 

Isan’izany ilay nahazo ny Karàna tompon’ny orinasa Caromad etsy Ankadimbahoaka, ny harivan’ny 4 janoary lasa teo. Ahiana ho nandray anjara tamin’ilay fakana an-keriny zanaka Karàna teny Andranomena ihany koa izy ireo. Araka ny vaovao voaray avy amin’ny Polisim-pirenena dia tsy ireo raharaha ireo ihany no iampangana azy efatra mianadahy ireto fa misy raharaha iraisam-pirenena “commission rogatoire internationale” ihany koa, noho izy ireo voatonontonona amin’ny raharaha fakàna an-keriny teratany vahiny iray mizaka ny zom-pirenena frantsay tompona orinasa eto an-drenivohitra. 

Ny fanadihadiana natao no nahalalana fa olona efa avy nigadra daholo izy ireo, ka raharaha fakana an-keriny sy fikambanan-jiolahy no nahavoarohirohy azy ireo tamin’izany. Tao anatin’ny tapa-bolana izao dia olona 11 no voasambotry ny Polisy misahana ny ady heloka bevava tamin’ny raharaha fakàna an-keriny, nisy ireo nigadra, nisy ireo nahazo fahafahana vonjimaika.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA : Mangina ny mpanao politika manoloana ny fahasahiranam-bahoaka

Ny Mpitondra sy ny Hvm no mitady hevitra etsy sy eroa hisehoana vahoaka tao ho ao hoentina hanakonana ny fahasahiranam-bahoaka izay efa latsaka an-katerena aty Alaotra ary efa taratra ihany koa fa manomboka mihetsiketsika eny rehetra eny manomana ny fifidianana ho avy. Efa leo azy ireny ny mponina ary na ny mpikambana ao aminy aza betsaka no tsy resy lahatra intsony.

Mamely ny fidangan’ny vidim-piainana sy ny tsy fandriampahalemana aty an-toerana kanefa tsy misy hita maneho hevitra mahakasika izany ny mpanao politika. Tsikaritry ny mpanara-baovao rehetra ihany koa fa variana manohy ny ady mangatsiakan’izy ireo ny mpitondra aty an-toerana hany, ka hadino ny fahoriam-bahoaka izay efa mihamafy andro aman’alina. Tonga amin’ilay fiteny hoe : “seza aloha vao vahoaka !”. Misy mihitsy aza no miteny ny hoe efa lany olomanga Alaotra, ka tsy misy mpiahy intsony mahakasika ny famahana olana sy ny fiadivana ny tokony ho tombontsoan’ny vahoaka ao aminy.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

FANAFIHANA RELIJIOZY TANY ANTSOHIHY : Mbola tsaboina ao Antananarivo ilay Frera voatifitra

Nalefa nitsaboina any amin’ny Clinique an-dry masera eny Ankadifotsy Antananarivo izy.

Ny alakamisy teo mantsy dia niely ny feo ary nisy nanambara fa namoy ny ainy ihany koa ity relijiozy ity nefa ny alarobia no natao ny fandevenana ilay mompera izay maty tsy tra-drano nandritra ny fanafihana. Nanohina ny olona maro iny fanafihana mahery vaika iny, indrindra ny mponina ao Antsohihy. Mbola nahatezitra ny mponina ny fahafantarana fa ny lakolosim-piangonana izay anisan’ny lehibe any amin’iny faritra iny no saika hangalarin’ireto jiolahy ireto ka nahatonga ny fandatsahana aina ny mpanompon’Andriamanitra.

Nampisafoaka azy ireo kosa ny nahenoana fa nisy Zandary ary zanaky ny tanàna ihany tamin’ireo nahavanon- doza. Misy ny mitaky ny hitsarana ireo olona voasambotra ao Antsohihy ihany sy ny tsy hitondrana azy ireo any amin’ny toeran-kafa. Mety ny tsy fahitana ilay Frera tao Antsohihy kosa no nahatonga ny olona sasany hilaza lainga fa namoy ny ainy izy. Betsaka ny ahiahy tsy ihavanana manodidina ity raharaha ity satria tsy mifampahatoky intsony ny olona. 

Tsy fantatra kosa na misy minia manely tsaho fa dia olona telo samy hafa no nanamarina ny alakamisy teo fa namoy ny ainy tokoa ilay Frera. Mirary azy hahazo fahasalamana haingana izahay eto amin’ny Ino vaovao.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FENO 4 TAONA : Vonona handray anjara amin’ny fifidianana ny fikambanana Fivoy ao Toamasina

Namaly ny antso ireo mpikambana avy eto Toamasina sy ivelan’i Toamasina. Ny fikambanana Fivoy izay mielim-patrana manerana an’i Madagasikara. Ho an’ny filoha mpanorina  dia mazava ny tanjona, dia fandraisana anjara amin’ny asa fampandrosoana amin’ny alalan’ny politikam-pampandrosoana mamaly ny hetahetahan’ny vahoaka. Marihina fa feno 4 taona tamin’ity taona 2017 ity ny fikambanana. Maro ireo asa sosialy efa vita. Teo ny fanomezana fampianarana maimaim-poana ho an’ireo mpianatra hanala fanadinana Bepc sy Bakalorea. Teo koa ny fanampiana ireo ankizy madinika avy amin’ny fianakaviana sahirana. 

Nisy ankoatra izay ny fanaovana asa fanadiovana tatatra.

Hitohy ireo asa ireo, hoy ny Dr Ndahimananjara Johahita, nilaza ny fahavononany hiatrika ireo fifidianana hotanterahina eto amin’ny Firenena ny Fivoy.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIARAHA-MIASA : Vonona handray ny fivoriamben’ny Fikambanan’ny Ben’ny tanàna i Toamasina

 Ireo Ben’ny tanàna amin’ny renivohi-paritany sy ireo Ben’ny tanàna amin’ireo Kaominina vao nahazo sata manokana, toa an’Antsirabe, Faradofay, Nosy- Be ary Sainte-Marie no mandrafitra ity fikambanana ity.

Nandritra ny fivoriana tsy ara-potoana farany teo iny, izay natao tany Antananarivo, no nanazavan’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrazana Olivier, fa misy zavatra andrasana amin’ireto Kaominina ireto. Tapaka tamin’izany fa hapetraka ny fiaraha-miasa matotra amin’izy ireo sy ny Fitondram-panjakana ankehitriny, izay tarihin’ny Filoham-pirenena, Hery Rajaonari- mampianina. Nifanaiky ireo Ben’ny tanàna  sy ny Fitondrana, tamin’ny alalan’ny Praiminisitra fa vonona ny hampandroso ny Kaominina tsirairay ny Fitondrana ary vonona ny hanampy azy ireo.

Anisan’ny mpikambana ao anatin’ny Amgvm ny Kaominina Toamasina renivohitra, amin’ny alalan’ny Ben’ny tanàna, Mapar, Elysée Ratsiraka.  Raha ny fanazavana nomen’ity farany dia hotanterahina eto Toamasina ny fivoriambe na «  Assemblée générale  », izay hatao ny 4, 5, ary 6 mey ho avy izao. Hiompana betsaka amin’ny fampandrosoana no tena vontoatin’ity fivoriambe ity, raha ny fanazavana nentin’ny Ben’ny tanàna, Elysée Ratsiraka hatrany. Araka izany, vonona ny Kaominina ambonivohitra Toamasina hampiantrano ity fivoriambe ity ary efa vonona avokoa ny fikarakarana rehetra, eo ambany helatry ny Ben’ny tanàna, Elysée Ratsiraka. 

Ny loharanom-baovao iray mbola tsy ofisialy dia ho tonga hanotrona ny fanokafana izao fivoriambe izao ny Praiminisitra Lehiben’ny Governemanta, izay sady minisitry ny Atitany rahateo.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

MIAKATRA NY VOKATRA : Efa tonga ao Mahanoro ireo mpividy sy mpandraharaha lavanila

Efa misy mantsy amin’izao fotoana izao ny vovonana napetraka ao Mahanoro, handrindra sy hanara-maso  amin’ny mety hisian’ny halatra lavanila maitso mba hipetrahan’ny kalitao tsara, mandritra ity taom-piotazana 2017 ity. Raha ny zava-misy dia efa tonga maro ao an-toerana ireo mpividy lavanila. Saika ireo avy any amin’ny tapany avaratry ny Nosy ireto tonga ireto. Efa maro, araka izany, ireo trano fandraisam-bahiny no tsy maharaka noho ny fahatongavan’izy ireo. Ny fanomanana sahady ny fotoam-piotazana no tena hahatongavan’ireo mpanangom-bokatra mialoha ny fotoana toy izao. 

Raha ny loharanom-baovao iray mantsy dia ny volana mey izao no voalaza hisokafan’izany taom-piotazana lavanila izany ho an’ny Faritra Atsinanana. Manoloana izany fahatongavan’ny mpividy lavanila izany dia efa tazana sahady ny fanararaotana ataon’ny mpivarotra amin’ny fampiakarana ny vidin’entana ilaina amin’ny fiainana andavanandro ao Mahanoro ao.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

HOLAFITRY NY MPISOLOVAVA : Voafidy fanintelony ho filoha i Hubert Raharison

Voafidy ho filoha fanintelony tamin’izany i Hubert Raharison rehefa nahazo ny isam-bato 379 tamin’ny fihodinana faharoa. Mamy Radilofe kosa no nanarakaraka azy tamin’ny isam-bato 277. 656 tamin’ ireo mpisolovava 1000 ihany no tonga nandatsa-bato tamin’ity fifidianana ity. Araka ny fantatra dia efa nahavita nanangana ny «  Maison des avocats  »teto Antananarivo sy Mahajanga ary Antsirabe ity filoha voafidy ity nandritra ny fotoam-piasany teo aloha. 

Nanome toky hatrany izy fa hanohy ny asa efa natombony eo amin’ny fanatsarana ny asan’ireo mpisolovava eto Madagasikara. Nanambara ihany koa anefa ity filoha voafidy ity fa tsy mbola ampy ny isan’ny mpisolovava eto Madagasikara. Isan’ny nohamafisan’i Hubert Raharison tamin’ny nahalany azy indray hitantana fanintelony ny Holafitry ny mpisolovava ihany koa ny fahavononany hiady amin’ny kolikoly. Antenaina noho izany ny hihenan’ny kolikoly izay tena mahazo vahana ankehitriny.

 Niony   

Ino Vaovao0 partages

ANALAKELY : Nesorin’ny eo anivon’ny Kaominina ireo mpivarotra sakafo mandehandeha

Ny alakamisy lasa teo no efa nihatra izany didy izany. Polisy monisipaly 40 eo ho eo no nalefa eny an-toerana hanatanteraka ny baiko. Izany indrindra, araka ny nambaran’ny mpitantana ny Kaominina dia tafiditra amin’ny asa fanadiovana ao amin’ny Boriborintany voalohany. 

Manoloana izany anefa dia mitaraina ireo olona mivelona amin’ity varotra sakafo mandehandeha ity fa tsy mahita toerana hifindrana ary ihany koa fa efa eo Analakely no mahazatra ny mpanjifa. Ny teo anivon’ny Kaominina kosa dia nanamafy fa efa nampahafantarina ireo mpivarotra ireo mialoha io fepetra noraisina io ary efa nomena fe-potoana hiadiavany toerana hifindrana ireo mpivarotra ireto. Ankoatra ny fanalana ireto mpivarotra sakafo ireto dia mbola mitohy hatrany ny fanalana ireo mpivarotra amoron-dalana ataon’ny Kaominina.

Misalotra aron’akanjo miloko mavo ary ahitana laharana ao an-damosina ireo polisin’ny tsena misahana ny fandaminana ny mpivarotra amoron-dalana ireo mba hisorohana ny fisolokiana.

 Niony

Ino Vaovao0 partages

FANADINANA BAKALOREA : Efa eo am-panomanana fatratra ny sekoly rehetra

Izany hoe mbola tsy tapitra ny lesona izay omena azy ireo, aorian’izay mantsy vao miditra amin’ny famerenana sy fampiharana amin’izay. Na izany aza dia efa eo ny fahavonan’ireo mpianatra hiatrika ny fanadinana bakalorea amin’ity taom-pianarana ity. Ny saina, hoy izy ireo, no omanina voalohany vao manaraka ny fitaovana sy sisa, toy ny boky isan-karazany ahitana laza adina maro fiatrehana ny fanadinana. Izay ilaina amin’ny fotoana hanaovana ny fampiharana mialoha ny fotoana, izay tena zava-dehibe amin’izy ireo ny fiainana sy fanatanterahana izany. 

Ary indrindra ireo fitaovana tsy maintsy ilaina amin’ny fanadinana. Amin’izy ireo dia tsy ho ela intsony fotoana hiatrehany izany, volaza mantsy fa ny tapataky ny volana jolay io no hanatanterahana izany manerana ny Nosy.

Fety

La Vérité0 partages

Kidnapping de Firoze Nourbhay - Quatre personnes interpellées

La Police poursuit toujours l’enquête concernant les attaques à main armée et surtout la série d’enlèvements d’Indopakistanais qui ont marqué la Capitale ces quatre dernières années. C’est le cas du  jeune Firoze Nourbhay,  il y a une semaine à Andranomena.  Depuis,  quatre suspects ont été déférés puis tous ont obtenu la liberté provisoire. Mais l’affaire n’en est pas restée là.

Le matin du 26 avril, les éléments de la section 4 de la Brigade criminelle ont réalisé un autre coup de filet à Ankaraobato. Là, 4 autres suspects dont une femme ont été à leur tour interpellés. Il s’agit du surnommé Ratah ainsi que son épouse. Des tenues de combat camouflées ont été trouvées chez eux lors d’une perquisition.  Le même jour mais quelques heures après, c’était au tour de deux autres suspects, Misa et Monja d’être arrêtés. Selon toujours les explications fournies par la Police, les concernés, outre le kidnapping du jeune fils du propriétaire du magasin Eden, ont trois autres dossiers similaires sur le dos. Ils seraient donc derrière le rapt du directeur général de la société Caromad, le 4 janvier 2017 à Ankadimbahoaka, de même que l’enlèvement d’un dirigeant d’entreprise à Ambohimanambola. Ils font les objets d’une poursuite internationale liée à leur participation dans la prise d’otage d’un autre directeur d’entreprise de nationalité française. C’était le 15 avril 2013. Une commission rogatoire internationale autorise ce genre de poursuite. La poursuite de l’enquête a permis de révéler que les quatre sont des récidivistes pour plusieurs autres affaires de kidnapping et d’association de malfaiteurs mais certains ont obtenu la liberté provisoire. Enfin, 11 personnes ont été arrêtées en deux semaines pour ce type d’infractions. A la lumière des cas de Ratah et consorts, on est amené à croire que ces gens ont amassé des sommes colossales et devraient être des milliardaires, étant donné le nombre de forfaits qu’ils ont perpétrés depuis. A défaut, l’on se demande s’ils ne sont uniquement que des hommes de  main… Franck Roland

 

La Vérité0 partages

Ordre des géomètres experts - Un assainissement en vue

Guerre froide entre les géomètres experts privés et ceux fonctionnaires ? C’est ce qu’on a pu constater lors de l’assemblée générale extraordinaire (Age) de l’Ordre des géomètres experts de Madagascar (Ogem) qui s’est tenue pendant 2 jours, clôturée hier au « Development learning center » (Dlc) à Anosy.

Parmi les thèmes débattus figure la proposition de loi numéro 001-2016/Pl relative à l’amélioration du statut régissant l’Ordre suivant la recommandation du Sénat.  « Nous allons prochainement effectuer un grand assainissement auprès de ce secteur afin d’alléger les cas de corruption favorisant les litiges fonciers », avance Lucien Ranaivoarisoa, président de l’Ogem. La corruption dans ce métier se manifeste entre autres par l’accomplissement de la délimitation des propriétés foncières par des tierces personnes, suite à l’ordre venant de leurs hiérarchies. Une situation intolérable qui nuit au professionnalisme et à la reconnaissance du métier, à en croire le premier responsable de l’Ordre. 

Empiètement de fonctions

Eradiquer l’empiètement de fonctions entre les géomètres experts privés et ceux fonctionnaires s’avère aussi indispensable, selon ces professionnels assermentés. D’ailleurs, cet empiètement de fonctions entre ces spécialistes n’a cessé de gagner de l’ampleur ces derniers temps. Pourtant, « un géomètre expert libre devrait se charger de la délimitation des propriétés foncières, tandis que le second est plutôt voué à l’archivage des cartes topographiques. Autrement dit, le premier joue le rôle d’avocat et le second de magistrat », explique Roland Rasamimanana, chargé d’inspection et de communication auprès de l’Ogem. Mais après les diverses rencontres et négociations entre les deux parties, les conflits auraient dû cesser. Raison pour laquelle l’Ogem a tenu à l’organisation de l’Age suivant un processus transparent, consensuel et inclusif. Pour leur part, les géomètres experts fonctionnaires sollicitent les autorités étatiques à soutenir la proposition de loi avec les changements qu’elle engendre.

Recueillis par  Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Travail - Un syndicalisme encore rebutant

Travail Un syndicalisme encore rebutantLe syndicalisme reste un concept encore abstrait pour bon nombre de travailleurs. La revendication des droits par ces derniers est souvent vue comme un risque de révolte du côté des employeurs. Malgré une forte mobilisation et sensibilisation de la part des syndicats de travailleurs, les employés, qu’il s’agisse d’employés d’entreprises publiques ou privées, sont peu nombreux à oser intégrer les syndicats. Gros plan sur un syndicalisme encore rebutant à Madagascar !Défense des droits des travailleurs Le syndicat et ses valeurs Le syndicat a toujours été mal compris dans la Grande île. La plupart des gens pensent que le syndicat n’est qu’un instrument pour faire la grève. Et pour cause, à chaque fois qu’il y a une manifestion en ville, c’est  toujours le même refrain : « Le syndicat de (…) fait la grève pour réclamer telle ou telle chose auprès de l’Etat ». Ainsi, les gens finissent par croire que s’ils intègrent un syndicat, c’est pour faire la grève. Mais de peur de se faire prendre le peu qu’ils ont ou par crainte d’être licenciés, ils préfèrent rester sur la touche. Il faut donc préciser que le syndicat est un groupement de personnes physiques ou morales qui vivent pour défendre les droits et les intérêts communs des travailleurs. Et le but du mouvement syndical est le progrès économique et social de ses membres. A Madagascar, la mise en place de ce genre de regroupement est légalement reconnue depuis  80 ans. Et depuis, le groupement de tous les syndicats, la Conférence des travailleurs malagasy-Solidarité syndicale de Madagascar (Ctm-Ssm), est fier de tous les actions accomplies pour défendre les travailleurs  et les employeurs comme la Convention de 1987 qui prône la liberté syndicale ainsi que la Convention de 1998 pour la liberté de l’association syndicale, et encore bien d’autres dans la Constitution malagasy. Chaque travailleur a donc le droit de défendre ses intérêts par l’action syndicale et plus particulièrement la liberté de fonder un syndicat. Et les grèves ?Il est cité dans l’article 33 de la Constitution que  « le droit de grève est reconnu sans qu’il ne puisse être porté préjudice à la continuité du service public ni aux intérêts fondamentaux de la Nation. Les autres conditions d’exercice de ce droit sont fixées par la loi ». Si c’est un droit, pourquoi y-a-t-il encore ceux qui se font virer ou ceux qui se font emprisonner pour avoir revendiqué ce qui leur est dû ? Depuis ces 4 dernières années, les mouvements de grève se multiplient de plus en plus parce qu’ils ressentent que les droits des travailleurs ne sont pas respectés et que les conditions de travail se dégradent de plus en plus. Même si ces grèves sont justifiées, est-ce-que les travailleurs font bien leur travail ? D’un autre côté, est-ce que les employeurs respectent les clauses qu’ils ont posées au départ ? Et est-ce que les grèves sont-elles vraiment nécessaires ? Etant donné qu’au final, ce sont les générations futures qui vont bénéficier autant leurs avantages que leurs inconvénients. En tout cas, les syndicats défendent que la grève constitue le seul moyen fonctionnel de s’adresser à l’Etat qui fait la sourde oreille. Rova R.

La Vérité0 partages

Réintégration de Rado Rabarilala et consorts chez Air Madagascar - Des tensions à Ivato

Mauvaise foi. Les quatre employés de la compagnie nationale aérienne Air Madagascar, licenciés il y a deux ans, se sont rendus tôt hier matin à Ivato, pour réintégrer leur poste respectif, selon les affirmations de la plateforme Solidarité syndicale de Madagascar (Ssm).

La tension a été tendue, tôt dans la matinée. Rado Rabarilala et ses trois collègues, accompagnés de quelques représentants de la Ssm, se sont vu barrer la route par les agents de sécurité de l’aéroport dès leur entrée à Ivato. « Nous n’avons pas pu entrer. Les agents de sécurité nous ont barré le chemin. Nous avons demandé à être reçus par des responsables, mais personne n’a accepté de nous recevoir », a expliqué Rado Rabarilala, hier, joint au téléphone. Un refus de coopération fortement marqué depuis hier, lors de la demande de la Ssm pour rencontrer les autorités de la compagnie aérienne à Analakely, et qui sonne comme une déclaration de guerre pour les quatre employés licenciés et la Ssm. Ne voulant pas user de la force, Rado Rabarilala et consorts ont décidé de faire une sommation aux dirigeants d’Air Madagascar. « Nous avons confié l’affaire aux huissiers. La Ssm a également fait une sommation aux responsables et nous verrons la suite, mardi prochain », continue d’affirmer l’ex-délégué du personnel d’Air Madagascar. 

Grande manifestation  ce lundi

Pour les quatre employés, la Ssm et le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), le moment est venu de revendiquer à nouveau l’application de cette loi, notamment lors de la Fête du travail qui sera célébrée ce 1er mai. Une grande manifestation aura ainsi lieu à Antsahamanitra lundi prochain. Tous les syndicats des travailleurs malagasy regroupés au sein de la Conférence des travailleurs de Madagascar (Ctm) y seront présents.

Tiasoa Samantha

La Vérité0 partages

Renforcement des capacités des médiateurs - La médiation pour une alternative au Tribunal

« La médiation est une solution rapide pour construire des accords sécurisants sur le plan fiscal, social et juridique dans des contextes où il est urgent de restaurer le dialogue, plutôt qu’une décision unilatérale ». Ce sont les mots de Shabname Meralli-Ballou Monnot, avocate, médiatrice et formatrice qui a dispensé d’une formation de quatre jours à douze médiateurs agréés du Centre d’arbitrage et de médiation de Madagascar (Camm).

Un renforcement des capacités est ainsi dispensé pour améliorer les qualifications de ces médiateurs, dans un contexte social où les litiges existent dans plusieurs domaines, notamment dans le domaine commercial, et peuvent parfois amener à des confrontations judiciaires. 

« Les médiateurs sont très qualifiés à Madagascar. Ils ont une approche interculturelle des conflits. Il est extrêmement important, dans le cadre du développement économique, d’avoir des médiateurs compétents et sensibles à toutes les questions interculturelles et au développement humain durable », poursuit Shabname Meralli-Ballou Monnot. « Il s’agit aussi de développer les valeurs humaines que possèdent les médiateurs », a affirmé Noro Andriamamonjiarison, présidente de la Chambre de commerce et d’industrie d’Antananarivo (Ccia).

Les quatre jours de formation ont permis de faire une étude comparative entre la loi 2012-013 sur la médiation à Madagascar et les textes français. D’autre part, les médiateurs ont pu s’approprier des spécificités et des atouts de la médiation par rapport aux autres formes de règlement de conflit : négociation, conciliation, arbitrage, procès.

Des cas pratiques à travers des jeux de rôles et des mises en situation de médiation ont été réalisés durant ces journées de formation. Des cas pratiques importants dans le cadre d’une loi sont encore peu connus et peu appliqués, comme l’a expliqué Me Jeannot Rafanomezana, participant à la formation. Les participants à cette formation se sont vu remettre leurs certificats jeudi soir, à la Ccia. Une conférence pour sensibiliser les avocats a également eu lieu hier matin.

Tiasoa Samantha

La Vérité0 partages

De la bouderie !

Lors du vernissage de la semaine du 150e anniversaire des relations entre Madagascar et les Etats-Unis, la cérémonie s’était déroulée en l’absence des autorités gouvernementales. Les membres du Gouvernement malagasy ont décidé de ne pas honorer de leur présence la cérémonie officielle tout en refusant la mise à la disposition, pour la circonstance, du salon d’honneur du ministère des Affaires étrangères. Un couac ! L’ambassadeur des Etats-Unis a dû se livrer à une gymnastique acrobatique pour se débarrasser des questions gênantes des journalistes.

Les Américains voulaient marquer d’une pierre blanche l’anniversaire. Un geste qui s’inscrit dans le cadre d’une manifestation des liens d’amitié qui existaient depuis plus d’un siècle et demi entre les deux pays ainsi que les intérêts réciproques en jeu. Cependant, le régime Hvm de Rajaonarimampianina bouda, purement et simplement la « fête ».

Les Etats-Unis, à peine sortis de la guerre de Sécession, de 1861 à 1865, que les Nordistes remportèrent et en plein essor économique, s’intéressaient à l’Afrique, notamment aux pays de passage des grands axes du commerce mondial dont Madagascar. De son côté, la royauté malagasy après le décès brutal du jeune souverain Radama II, en 1863, dont le règne s’ouvra à l’extérieur,  cherchait d’autres opportunités de relations, et cela, pour équilibrer la balance des liens avec l’Angleterre et La France. Le contact avec les Etats-Unis, en 1867, sous le règne de Rasoherina coïncida avec ce besoin d’équilibre. Et depuis, la relation entre les deux Etats se consolidait avec une parenthèse au moment de la colonisation française.

La « semaine du 150e anniversaire » exprime la légitime fierté des deux peuples dans le cadre des relations de fraternité, forte ancienne, liant les deux Etats. Seulement, le Gouvernement malagasy, animé d’une certaine animosité et d’un infantilisme barbant, boycotta la cérémonie. Une fausse note ou plutôt une bouderie que l’opinion tolère très difficilement ! Par les temps qui courent et vu la complexité de la situation dans laquelle le pays se voit englué, les dirigeants trouvent encore l’occasion de faire preuve d’immaturité en boudant sinon en snobant des opportunités à ne jamais rater.

Les barons du régime confondraient les tempéraments de leurs égos avec la gestion des affaires de l’Etat. Rajaonarimampianina et sa clique qui se sentirent giflés ou vexés par la nette prise de position des Etats-Unis par leur ambassadeur interposé, Sem Robert Yamate, concernant l’affaire Claudine, n’ont pas jugé nécessaire d’honorer de leur présence la cérémonie d’anniversaire. Il appert de souligner, de la façon la plus claire, qu’il ne s’agit pas de l’anniversaire des relations entre le parti Hvm, au pouvoir, et le parti Républicain, à la Maison Blanche. C’est une affaire d’Etat à Etat. Le manquement à un tel devoir est impardonnable. Ils minimisent sciemment le poids de ce pays, les Etats-Unis, dans le concert des Nations surtout dans les mécanismes de financements internationaux, en particulier la Banque mondiale. 

Il est toujours désolant de constater que la Grande île dispose, en… pagaille, d’hommes et de femmes bradés de diplômes mais, malheureusement, peu d’hommes et de femmes intègres. Tout comme nous en avons des tas d’hommes politiques mais très rarement d’hommes d’Etat. C’est avec dépit de le signaler que le pays est gouverné par des hommes et des femmes ineptes.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Affaire Claudine Razaimamonjy - Un champ de bataille syndicale

L’affaire Claudine Razaimamonjy qui fait couler beaucoup d’encre est devenue un champ de bataille syndicale par-delà ses dimensions politiques, juridiques, administratives et diplomatiques. C’est au tour du Syndicat des médecins fonctionnaires de Madagascar (Smedfm) de monter au créneau hier après ses pairs comme le Syndicat des magistrats de Madagascar (Smm), le Syndicat des enseignants-chercheurs de l’Enseignement supérieur (Seces) ou encore le Syndicat des agents pénitentiaires.

Les médecins demandent cette fois-ci à leurs collègues fonctionnaires de l’Etat de respecter les règlements en vigueur. Le Smedfm dont le président, Dr. Frédéric Ndatason est un conseiller du ministre de la Santé publique, Pr. Mamy Lalatiana Andriamanarivo, a poliment dénoncé les agissements du Smm qui a pris la disposition de se rendre directement au service de réanimation où était admise la riche femme d’affaires accusée de corruption, de détournement des deniers publics et d’enrichissement illicite.

Règlements

Le bureau du Smm a manqué de respect envers les médecins malgaches et les textes régissant leur métier, suivant les précisions du Smedfm. « Nous ne sommes pas offusqués. Seulement, le fait nous a attristés. Nous avons aussi des problèmes portés devant le Tribunal. Mais est-il admissible que nous faisions de même ? Ils sont pour la lutte anti-corruption et la stricte application de la loi. Pourtant, ils ont ignoré les règlements des hôpitaux », a regretté le Dr Frédéric Ndatason. Selon l’orateur, le Smm aurait dû s’adresser d’abord au directeur d’établissement (ndlr : Hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona, Hjra). Ce n’est qu’après l’aval de celui-ci qu’il devait se rendre au service indiqué. « Les amis pénitenciers aussi ont voulu agir de la même façon hier (ndlr : jeudi). Mais ils ont été interdits d’y aller faute d’autorisation. Des dispositions ont été prises pour éviter l’incident avec les magistrats », a ajouté le numéro un du Smedfm.

Faire valoir ses droits

Le secrétaire général de cette entité, Dr. Liva Randrianarijaona, a renchéri que des agents pénitentiaires gardent en permanence Claudine Razaimamonjy. « Les syndicalistes de l’administration pénitentiaire n’ont qu’à se renseigner auprès de leurs amis s’ils veulent la vérité », a-t-il souligné. « Nous, en tant que médecins, ne faisons que notre travail. Lorsqu’un patient nous est confié, c’est à nous de nous occuper de lui selon la règle de l’art jusqu’à sa sortie de l’hôpital », a-t-il rappelé. En vertu de la Charte du patient, le patient aussi a le droit de faire valoir ses droits durant son séjour dans un établissement hospitalier, d’après le vice-président du Smedfm, Dr. Abel Ranaivoson. « Il a le droit de ne pas être visité. Il a le droit d’imposer des restrictions quant aux identités des visiteurs, outre les médecins traitants, qu’il veut voir venir dans sa chambre d’hôpital… », a-t-il insisté. En voilà donc une autre charte après celle relative aux droits humains exhibée par le ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions, Harry Laurent Rahajason, la semaine passée.

Attendre

Claudine Razaimamonjy est désormais mise à l’abri de regards indiscrets aussi longtemps qu’elle sera à l’hôpital. « Un hôpital n’est pas une prison. Aucun malade n’y restera jusqu’à la fin de ses jours. Elle (la dame en question) sortira dès qu’elle sera guérie ou dès que sa condition sera dûment constatée stable. Le directeur d’établissement, en référence aux rapports que lui transmettra le chef de service où elle est prise en charge, le décidera en avisant le ministère de la Justice. Ce n’est pas aux médecins de la déposer à la prison à ce moment-là. C’est à l’administration pénitentiaire, sur ordre du ministère concerné, qui viendra la cueillir ici. Tous ceux qui élèvent la voix actuellement doivent attendre ce moment », a dit le Dr. Frédéric Ndatason.

En attendant, le Smedfm exige que la procédure légale soit strictement observée. Quiconque désirant regarder de ses propres yeux Claudine Razaimamonjy sur son lit d’hôpital à Ampefiloha doit se plier à qui est schématiquement décrit comme suit : posséder une lettre émanant des niveaux supérieurs, la présenter au premier responsable de l’Hjra qui donnera son aval ou non. Bref, tout semble être mis en œuvre pour tenter de camoufler les informations avérées sur la prévenue séjournant dans un hôpital public.

Manou Razafy

La Vérité0 partages

Commune urbaine d’Antananarivo - La gestion de Lalao Ravalomanana à nouveau pointée du doigt

L’opposition ne mâche pas ses mots sur la méthode de gestion de la maire de la Capitale, Lalao Ravalomanana. Au cours d’une conférence de presse à Behoririka, hier en fin de matinée, Lalatiana Rakotondrazafy, Lalatiana Ravololomanana et consorts ont relevé de nombreuses dérives de l’actuelle maire d’Antananarivo.

D’emblée, ces derniers de rappeler que le Conseil municipal de la Commune urbaine d’Antananarivo (Cua) devait être réuni en session ordinaire de dix jours, du 19 au 28 avril. Toutefois, cette session a été écourtée. La dernière journée, c’est-à-dire hier, a été muée en journée récréative pour le Conseil municipal, informe Lalatiana Rakotondrazafy.  « Cela peut être interprété comme un acte de soudoiement pour amadouer les conseillers », estime cette dernière.   Ces dernières sont également revenues à la charge pour apporter des précisions par rapport à l’affaire d’Andohatapenaka qui continue d’opposer la Municipalité d’Antananarivo à l’Etat malagasy. Lalatiana Rakotondrazafy souligne que l’affaire est actuellement entre les mains du Tribunal administratif. En effet, le 20 mars, une lettre de saisine officielle a été envoyée à la Préfecture de police par les conseillers de l’opposition pour un contrôle de légalité des délibérations prises par le Conseil municipal lors de la session extraordinaire du 27 et du 28 mars derniers. Une session durant laquelle le Conseil municipal a adopté une délibération autorisant l’Exécutif communal à entrer en négociation avec le groupe Tiko pour l’utilisation du terrain comme fourrière.  Les Lalatiana Ravololomanana et consorts fustigent en effet un vice de procédure, mettant en avant notamment la présence de membres de l’Exécutif communal lors du vote. Les conseillers communaux de l’opposition craignent surtout d’être utilisés pour cautionner les actes tendancieux de l’Exécutif en faveur du groupe dirigé par l’époux de la maire. Refusant de trancher, la Préfecture de police a déféré la lettre de saisine au niveau du Tribunal administratif, qui a demandé récemment à la Commune d’apporter sa défense. Trois délibérations parmi celles qui sont en cours au niveau du Tribunal ont pourtant été de nouveau soumises lors de la session clôturée hier, fustige Lalatiana Rakotondrazafy…  Revenant à la rencontre avec la presse d’hier, les conseillers municipaux d’opposition ont également dénoncé le forcing de l’Exécutif communal dans l’affaire des lanternes pour les taxis-ville. Ces derniers de s’interroger notamment sur les retombées financières de ce système dans les caisses communales. Lalatiana Rakotondrazafy note en effet que la Cua ne percevra aucun ariary de ce système mais que tous les bénéfices iront dans les poches d’une société privée. La principale crainte des conseillers de l’opposition est que ce partenariat ne soit qu’un business… Il n’y avait aucun appel à manifestation d’intérêt, rappelle-t-elle en effet…   Sur un autre sujet, les conseillers d’opposition fustigent l’absence d’un rapport spécial durant la session ordinaire qui s’est clôturée hier. Un rapport qui est pourtant exigé par la loi sur les collectivités territoriales décentralisées.  Les opposants au niveau de la Cua ont également mis à l’index le forcing de l’Exécutif communal par rapport à un terrain situé à Ankorondrano. Un cas qui ressemble à celui d’Andohatapenaka. La Municipalité envisage en effet d’entamer des procédures pour récupérer ce terrain qui est revenu à l’Etat depuis 2014.

Recueillis par L.A.

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

DHL prime la créativité des jeunes

Dans le cadre de son programme Go Teach, visant la promotion de l’éducation, DHL Madagascar a organisé 2 types d’olympiade. Le premier concours a mis à l’épreuve la connaissance de jeunes élèves en mathématiques-physiques. Celui-ci concernait 3 régions à savoir Analamanga, Vakinankaratra et Atsinanana. Il a suscité la participation de 44 établissements et de 407 jeunes. Le deuxième concours, réservé aux jeunes de SOS Village d’Enfants Madagascar, évaluait leur compétence à la création d’objets ou de projets innovants. Parmi les projets primés, nous pouvons citer la création de baffle avec ventilateur et spot, de table basse avec des pieds en bouteille de verre et de production de poussins « gasy » et métis.

La finale des deux olympiades s’est tenue le 27 avril à l’Alliance Française de Tananarive. A l’issue de cette ultime épreuve, 5 jeunes se sont distingués. Des lots tel que des ordinateurs, des tablettes, des téléphones, des jeux de société et des livres leur ont été attribués.

A noter que depuis cette année, Go Teach a élargi ses activités en ayant comme cibles non seulement les jeunes de SOS Villages d’Enfants Madagascar mais tous les jeunes malgaches de 15 à 25 ans.

Santatra R.

News Mada0 partages

Air Madagascar : Rabarilala et consorts réclament leur réintégration

Les quatre employés de la compagnie Air Madagascar licenciés après la grève du personnel en juillet 2015 reviennent à la charge pour revendiquer leur réintégration. Cette fois-ci, ils sont appuyés par la plateforme syndicale.

Un an après le décret de promulgation portant réintégration des quatre employés d’Air Madagascar suite à la grève du personnel en juillet 2015, l’affaire est restée sans suite  jusqu’à présent malgré plusieurs revendications faites par Rado Rabarilala et ses collègues. Ces employés sont revenus à la charge et réclament une nouvelle fois leur droit d’être réintégré au sein de la compagnie nationale.  Appuyés par la Solidarité syndicale de Madagascar (SSM), les quatre employés sont venus  au bureau de la compagnie à Analakely hier, mais n’ont pas été reçus par les responsables.

En effet, le décret portant réintégration des quatre employés de la compagnie par le tribunal administratif fait partie de la convention signée entre la direction générale et le personnel d’Air Madagascar. D’après les explications apportées par Rado Rabarilala, «Nous avons fait appel à l’Inspection du travail à plusieurs reprises sur ce dossier. Mais l’inspection du travail nous a remis un procès-verbal de carence».

Revendication syndicale

Pour la SSM, «Il s’agit d’une revendication purement syndicale. La plateforme syndicale fait appel à  l’application de l’Etat de droit à Madagascar et réclame l’application de ce décret», a fait savoir Faniry Erinaivo, présidente du Syndicat des magistrats à Madagascar (SMM), présente hier devant le bureau de la compagnie Air Madagascar à Analakely. D’autres leaders syndicaux, notamment le président du Syndicat des employés de la douane (Simpidou), ou encore le premier vice-président du Syndicat des pénitenciers ont été également aperçus sur les lieux.

La revendication syndicale d’hier n’a pas abouti. Mais les employés ne comptent plus en rester là. D’après Raymond Rajaonasy, secrétaire général de SSM, «Les quatre employés de la compagnie reprendront demain (ndlr : ce jour) leur poste pour mettre en application le décret du tribunal administratif». Rabarilala et consorts se rendront donc à la direction des opérations à l’aéroport d’Ivato ce jour.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Varotra karbona : homena ny toerana niaviany ny 50%-n’ny vola azo

Mitentina 1.500.000 dolara ny karbona namidy, azo tany amin’ny tandavanala Ankeniheny –Zahamena (Caz). Hatokana hampandrosoana ny kaominina sy ny vondrona olona ifotony, niaviany ny 50%-n’io vola io, ho tantanin’ny Conservation international.

Natao sonia ny alarobia teo, ny fifanarahana teo amin’ny minisiteran’ny Tontolo iainana, ny harena ekolojia ary ny ala, andaniny, ny fikambanana miaro ny tontolo iainana, Conservation international (CI), ankilany. Nanatanteraka izany ny minisitra, Ndahimananjara Johanita sy ny tale jeneralin’ny CI, Rajoelina Sahondra.

Votoatiny ny hitantanan’ny Conservation international ny vola azo tamin’ny varotra karbona, BioCarbonFund, araka ny tetikasa fampihenana ny fielezan’ny entona manimba ny ala any Ankeniheny Zahamena (Caz), (Redd/Caz). Nahazoana io vokatra io ny fiarovan’ny Vondrona olona ifotony (VOI) ny ala any amin’ny Caz, nahafahana nanombana ny tahiry karbona 430.000 t, mitentina 1.500.000 dolara.

Efa voafaritra ny tetikasam-pampandrosoana

Voarakitra ao anatin’ity fifanarahana ity ny andraikitry ny CI sy ny minisitera amin’ny fitantanana io vola io. Araka izany, hotantanin’ny CI ny 50%-n’ny vola ho an’ny kaominina sy ny VOI any amin’ny Caz. Ao anatin’izany ny famolavolana tetikasam-pampandrosoana ho an’ny mponina sy fiarovana ny ala sy ny zavamananaina any ifotony. Efa voafaritry ny VOI sy ny kaominina isanisany ny tetikasa hampiasana io vola io, mifantoka amin’ny fanatsarana ny fari-piainany sy ny velo-tenany avy, hitondra fampandrosoana isan-toerana.

Eo koa ny fampihenana ny mpanelanelana sy ny saran’ny fifampiraharahana samihafa.

Tohanan’ny CI koa ny minisitera amin’ny fivarotana ny karbona ao anatin’ny tetikasa Redd/Caz.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada0 partages

Festival des baleines : 18 Fokontany…18 ethnies

Madagascar est une île de diversité et de multiplicité culturelle. L’existence même des 18 ethnies vivant en harmonie en témoigne. C’est sous cet angle que le prochain festival des baleines du 8 au 16 juillet à l’île Sainte-Marie sera véhiculé. Les ethnies au cœur de l’événement, à travers ses propres identités, ses richesses culturelles et ses traditions seront donc sous le feu des projecteurs. Et il n’y a rien de mieux que représenter cette diversité à travers des défilés des 18 Fokontany de l’île qui arborent dans ce sens l’identité des 18 ethnies de Madagascar avec le soutien de l’association des «Drôles de dames».

Le premier défilé de chars se déroulera dans la ville de Sainte-Marie le 9 juillet en guise d’ouverture. Le deuxième qui servira à déterminer la meilleure représentation se tiendra le 15 juillet.

D’après National tourism development s.a. (NTD), le partenaire du festival pour la troisième année consécutive, «La défense et la préservation des patrimoines nationaux font partie de ses missions prioritaires». Il compte dans ce cas  mettre

en lumière les ethnies de la Grande île à travers un spectacle vivant destiné à la communauté et aux touristes présents sur les lieux.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Andohan’Ilakaka : l’exploitation minière suspendue

L’exploitation au nom de la société Gondwana Gems Sarl à Andohan’Ilakaka a été suspendue temporairement par le ministère auprès de la Présidence en charge des mines et du pétrole, suite aux irrégularités dénoncées par des sources locales. Le Directeur général des Mines, Pamphile Rakotoarimanana a rapporté hier que, «Une équipe mixte composée de techniciens du ministère, de la police des mines et de l’inspection des mines  est sur place depuis trois jours pour effectuer des investigations après la sortie de cette note ministérielle».

Les irrégularités dénoncées à propos des activités de cette société portent en effet sur le non respect de l’environnement et du droit humain. Le ministère des Mines n’a pas avancé plus d’explications à ce propos. Le directeur général des Mines a seulement précisé  que «La distance  d’au moins 80 mètres devrait être respectée entre le site d’exploitation minière et la zone d’habitation dans la commune».

La société Gondwana a reçu son permis minier en 2001 dont la validité dure  40 ans. D’après les détails  apportés par le Bureau des cadastres minier de Madagascar (BCMM), deux permis miniers ont été délivrés sur le site d’Andohan’Ilakaka. A part celui de la société Gondwana, le BCMM a délivré en 2010 un autre Permis de recherche et d’exploitation (PRE) à un exploitant malgache sur ce site. L’exploitation de la mine par cet opérateur  a été également suspendue faute d’un permis environnemental.

Riana R.

 

News Mada0 partages

Rugby ranomasimbe Indianina : hifanandrina amin’ny RC Saint-Paul ny FT Mankaray

Sambany hiampita ranomasina. Hivahiny ary handray anjara amin’ny lalao iraisam-pirenena atsy La Reunion ny FT Manjakaray. Hifanandrina amin’izy ireo amin’izany ny RC St Paul.

Hotanterahina, ny alin’ny 13 mey izao, ao amin’ny kianjan’i Le Port, atsy La Reunion, ny famaranana eo amin’ny fihaonan’ny roa tonta. Hiainga ny 12 mey izao kosa ny FT Manjakaray ary efa eo am-panomanana izao fihaonana iraisam-pirenena izao izy ireo. « Hikarakara lalao lehibe miaraka amin’ireo klioba valo izahay ny alahady izao eny amin’ny kianjan’i Makis mba hanampiana ny hoenti-manana amin’izao lalao any ivelany izao », hoy ny filohan’ny FT Manjakaray, Ashok Nunkomar. Naneho fahavononana namaly ny antson’izy ireo amin’izany lalao hitadiavam-bola izany ny AS Sab Nam eo amin’ny sokajy vehivavy. Eo koa ny UIRC, FT Anatihazo, Cosfa, VTM Antsalovana, XV Family, US Ankadifotsy ary ny TFM Ankasina. « Mila vola hatrany amin’ny 60 tapitrisa Ar hatao saran-dalana sy ny fikarakarana ny pasipaoro ary ny fahazoan-dalana hivahiniana any La Reuinon  izahay ho an’ireo delegasiona ireo. Efa nandany telo tapitrisa Ar ny FTM amin’ny fikarakarana ny pasipaoron’ny mpilalao », hoy ny filohan’ny klioba. Araka izany, natao ho 2 000 Ar ny vidim-pidirana amin’izao lalao fanohanana ny dian’izy ireo hiatrika lalao iraisam-pirenena atsy La Reunion izao.

Synèse R.

 

Fandaharan-dalao

Vehivavy : FTM –AS Sab Nam

Top 16 : UIRC-FTM ; TF Anatihazo-Cosfa ; VTM Antsalovana-XV Family ary hamarana izany ny fihaonana eo amin’ny USA-TFM Ankasina.

 

News Mada0 partages

Ady totohondry : noraofin’Analamanga ny volamena

 Manomboka mahazo vahana sy miverina indray ny ady totohondry. Nibata medaly volamena enina amin’ireo 16 niadiana ny ligin’Analamanga, teo amin’ny fiadiana ny tompondakan’i Madagasikara, taranja ady totohondry. Notanterahina tany Fianarantsoa, ny faran’ny herinandro teo izany. Nahazo medaly volamena telo ny ligin’i Matsiatra Ambony raha samy nahazo roa avy ny avy any Atsinanana sy Itasy ary Diana. Nibata medaly volamena iray kosa ny ligin’Amoron’i Mania.

Anisan’ny taranja nangingina ny ady totohondry nandritra ny  taona maro, saingy izao nofohazin’ny mpitantana ny federasiona (FMBA) izao indray ary nanaovana ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara tany amin’ny faritra.

Hiatrika ny ho tompondakan’i Afrika

Nanao ezaka teo amin’ny fanentanana samihafa sy ireo mpankafy ity taranja ity izy ireo ka nanatanteraka ny fifaninanana teny anivon’ny ligim-paritra maromaro, nialoha izao famaranana izao. Hiroso amin’ny dingana manaraka indray ny FMBA manomboka izao. « Hampivondrona ireo mpanao ady totohondry ny teknisianina amin’ny fiandohan’ny volana mey, hifantenana ireo hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika 2017, hatao any Congo ny volana jona izao », hoy ny filoha Gege Bosco de Mananjary.  Mialoha izany anefa, hiatrika ady aty anivon’ny ranomasimbe Indianina ny atletantsika ny 15 mey izao atsy Maorisy. Hitohy amin’ny fampiantranoana an-dry zareo Seyseloà indray koa izany ny faran’ny volana mey ihany.

Araka izany, hatevina ny fandaharan-dalao eo anivon’ny FMBA ato ho ato, na eto an-toerana na any ivelany.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Jeux des îles 2019 : la Réunion annonce son retrait

Le statu quo adopté par le Conseil international des Jeux (Cij) relatif à l’article 7 de la Charte des Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) a fait l’effet d’une bombe. N’ayant pas approuvé cette décision, La Réunion annonce son retrait.

Risque d’explosion au sein de la grande famille du sport de l’océan Indien ! La Réunion a mis en exécution sa menace de boycotter les JIOI 2019. Mayotte risque de lui emboiter le pas étant dans le même combat. En fait, des propositions ont été faites par les Réunionnais au début du mois, lors de la réunion du Cij qui s’est tenue à Maurice, concernant l’article 7 de la Charte des Jeux. Mais, le Cij a préféré s’en tenir à l’actuelle disposition qui est pourtant source de la tension ambiante.

Du coup, La Réunion a choisi de se retirer du jeu car elle se sent lésée par rapport aux autres îles du fait que cette disposition ne s’applique qu’à elle seule et non à l’ensemble des îles participantes.

En effet, ledit article stipule que «Un athlète réunionnais licencié en France ne pourra pas participer aux Jeux s’il n’a pas vécu à la Réunion pendant deux ans avant les Jeux».

Pour autant, La Réunion n’exclut pas son retour au cas où la situation évoluerait. La prochaine réunion du Cij s’annonce de ce fait cruciale. Mais il faudra attendre le mois de février 2018 pour cela, plus  précisément les 16 et17 février, comme il a été décidé lors de la dernière réunion de cet organe international.

Le temps est compté

Le Cij ne peut plus se défiler. Il doit trouver un terrain d’entente concernant les propositions de changement dans la Charte des Jeux émanant des îles au risque de compromettre les JIOI de 2019. La pression des Réunionnais qui a trait au statut de Mayotte s’annonce comme un des points focaux des prochaines discussions des membres. La donne doit être claire avant l’échéance de 2019, faute de quoi le scénario de 2015 risque de se répéter, mais cette fois-ci, avec Comores dans le rôle de spectateur.

Naisa

 

News Mada0 partages

Hippisme : va pour 18 courses sulfureuses !

18 courses sont au menu de la saison dont 10 à l’hippodrome de Mahazina et 8 à Bevalala. L’Autorité hippique pour les courses et l’élevage des chevaux à Madagascar (Ahcel) ouvrira la saison en note majeure, le 14 mai, à l’hippodrome de Mahazina à Ambatolampy. Comme à l’accoutumée, des travaux de construction et de réhabilitation doivent être effectués pour mener à bien l’exercice 2017.

Sont au programme, la construction d’une cabine de douche pour les jockeys, l’installation de stalles de sellage, le nouveau rond de présentation, l’extension du bâtiment des paris, la réparation du Mirador, la remise en état de la piste ainsi que la peinture des infrastructures. «Le coût des travaux est vraiment exorbitant mais ils sont indispensables pour le bon déroulement des courses. Le personnel et les membres de l’Ahcel se donnent rendez-vous le 1er mai poiur accomplir ces tâches», ont déclaré les responsables de l’Ahcel.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

DHL-SOS Villages d’enfants : nisongadina ireo mendrika tamin’ny fifaninanana Olympiade

Nampahafantarina, omaly tetsy amin’ny Alliace française Andavamamba (AFT), ireo nandresy tamin’ny fifaninanana Olympiade izay nokarakarain’ny orinasa DHL sy ny SOS Villages d’enfants ary ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena.

Nandresy tamin’ny sokajy famoronana zava-baovao azo ampiasaina ireo ekipan’ny tanora avy amin’ny SOS Villages d’enfants. Nahavita namorona fanamafisam-peo ny ekipa sasany. Latabatra vita amin’ny tavoahangy kosa ny an’ny hafa.

Mendrika tamin’ny Olympiade matematika sy fizika kosa  Rahadramahefa Anjaratina Miary, avy amin’ny kolejy Mon Verger Malaza. Nandresy tamin’ny sokaly lycée kosa Rabezanahary Manitranjaka, avy amin’ny lycée moderne Ampefiloha (LMA).

Loka nozaraina tamin’ireo mpandresy ny ordinatera, tablette, finday…

Sehatra hahafahana mitrandraka ny talentan’ny tanora ity Olympiade karakarain’ny orinasa DHL miaraka amin’ny SOS Villages d’enfants ity. Mikaroka ny sain’ny tanora ary mikatsaka vina maharitra amin’ny famoronana izay hataony. Ampifandraisina amin’ny zava-misy ho mora sy hahazoam-bokatra ihany koa izany famoronana izany. Anisan’ny hita tamin’ireo karazana famoronana nataon’ireo tanora niatrika ny famaranana ny Olympiade ny fanamboarana “pavé” vita amin’ny plastika, fiompiana zanaka akoho gasy sy metisy, fanadiovan-drano eny anivon’ny sekoly… Tohana sisa andrasan’ny tanora hampiroboroboana izany tetikasa noforoniny izany ho tonga asa mahavelona ary hitarika amin’ny famoronana asa ho an’ny hafa.

Tatiana A

News Mada0 partages

Chronique : un petit coin de paradis

Bujumbura, fin 1992. Gabriel, dix ans, vit avec son père français, sa mère rwandaise et sa petite sœur Ana dans une impasse qui ressemble à un petit coin de paradis. La vie est douce pour Gabriel et ses copains qui vivent aussi dans l’impasse.  Un jour, son père lui avait expliqué deux ou trois choses sur les ethnies du Burundi et du Rwanda : il y a les Twa «passons, ils sont quelques-uns seulement, on va dire qu’ils ne comptent pas» ; les Hutu sont petits avec de gros nez et les tutsi sont grands et maigres avec des nez fins. S’ils se font la guerre, c’est peut-être parce qu’ils n’ont pas le même nez ? Depuis ce semblant d’explication  Gabriel et Ana scrutent les visages pour deviner qui est Hutu et qui est Tutsi. Lui, c’est un Hutu ? «Mais non, regarde, il est grand et maigre. – Oui, mais il a un gros nez !». Gabriel et Ana ne sont pas les seuls à utiliser cette grille de lecture Hutu/ Tutsi pour décrypter le monde. A l’école, «pendant la projection de Cyrano de Bergerac, on a même entendu un élève dire «Regardez, c’est un Tutsi, avec son nez».

En quelques mois, le petit pays de Gabriel,  va s’effondrer. On découvre avec Gabriel et ses copains, à hauteur d’enfant, la violence qui s’infiltre et s’impose jusque dans sa famille, l’horreur de la guerre civile. Son petit pays devient un «zombie qui march[e] langue nue sur des cailloux pointus». Avec Ana, mais sans ses parents, Gabriel part pour la France. Il reviendra, adulte, et racontera son petit coin de paradis, avec nostalgie mais sans amertume.

Gaël Faye, franco-rwandais né au Burundi, s’est sans doute beaucoup inspiré de son enfance pour écrire son roman mais le lauréat du Goncourt des lycéens 2016 précise que «Petit pays» n’est pas une autobiographie. Après tout, Gabriel ou Gaël, peu nous importe…  Il ne faut pas hésiter à se laisser emporter dans le paradis perdu de ce «petit pays».

Kemba Ranavela

« Petit pays »de Gaël Faye, Grasset, 2016.

News Mada0 partages

Lois sur le travail : certains textes sont obsolètes

Des amendements doivent être apportés à certaines dispositions des législations régissant le travail, qui ne sont pas conformes à la réalité actuelle, selon les syndicats des travailleurs réunis au sein de la Conférence des travailleurs de Madagascar (CTM).

Le CTM crève l’abcès. Les dispositions du Code du travail, dans son article 55, qui stipulent que la rémunération de travail doit permettre à l’employé d’assurer sa survie et le minimum vital de sa famille, sont loin d’être respectées à l’heure actuelle. «Cette condition  n’est nullement respectée si on ne cite que le fait qu’avec le salaire minimum d’embauche, qui se situe  à 150.000 ariary, les travailleurs ne peuvent même pas manger à leur faim face à la hausse du niveau de vie actuel», a évoqué le secrétaire général du Sekrima, et non moins membre de coordination du CTM, Rémi Henri Boutoudi, hier, en marge d’une conférence de presse organisée à Behoririka.

A l’approche du 1er mai, Fête du travail, cette plateforme revendique, entre autres, la réactualisation des textes et lois régissant le travail pour permettre aux travailleurs de jouir pleinement de leurs droits.  Parmi les textes qu’ils jugent d’obsolètes, figure celle régissant la classification professionnelle, la fixation de salaire et le contrat de travail. A ce propos, le SG du Fisemare, Lalao Rasoamananoro, a fait valoir que la nécessité de révision des conditions de travail s’impose, notamment pour les emplois nouvellement créés qui sont encore régis par des textes datant de 1952.

Rémunération

En guise d’exemple, actuellement, le salaire d’un agent de sécurité équivaut à celui d’un gardien alors que le profil qu’on requiert à chacun d’eux diffère totalement. Le diplôme de baccalauréat, des compétences en langues étrangères sont entre autres exigés à ces agents. Pareil pour les secrétaires, qui doivent surtout maîtriser les outils informatiques, des profils qui n’existaient pas auparavant. «En outre, catégoriser les enseignants, groupés professionnellement en M1 et M2 dans la classe de main-d’œuvre ne sachant ni lire ni écrire, est illogique et mérite d’être révisé», selon  la coordonatrice du CTM, Fetra Harinoro Lovasoa.

Les membres du CTM incitent les travailleurs à s’unir et défendre leurs droits, en commençant par intégrer des syndicats. Le jour du 1er mai, ces derniers vont organiser une manifestation allant dans ce sens, via une marche partant de Mahamasina à Antsahamanitra où la célébration officielle de cet événement aura lieu.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : une culture industrielle à poursuivre dans nos colonies (6)

(Suite.)

En tout cas, la fibre kapok que l’on peut se procurer sur les différents marchés ne suffit pas aux besoins industriels et cette insuffisance s’accuse d’autant plus que les industriels en oléagineux réclament de plus en plus la graine du kapokier pour en tirer parti. L’huile qu’on peut en extraire représente de 18 à 25 % du poids de la graine ; il semble qu’on l’emploie souvent comme succédané de l’huile de coton, notamment en Hollande où on a appris à la traiter dans d’excellentes conditions en faisant disparaître le goût âpre qu’elle présente parfois. Comme du reste la graine renferme une proportion très élevée de matières azotées, rien n’est perdu des matières utilisables du fruit du kapokier, et quand la graine a été comprimée, passée pour donner l’huile qu’elle contient, il reste un tourteau utilisable comme engrais pour l’alimentation du bétail.

Que l’on songe que ces seuls tourteaux renferment environ 8 % de graisse brute, plus 23 % de protéine, 10 % d’extraits libres d’azote. Pour ce qui est de l’emploi textile, certains appareils comme ceux de M. de Saint-René donnent un bon cardage et ensuite un bon filé de kapok moyennant il est vrai des précautions minutieuses et des tours de mains.

Encore maintenant, la séparation préalable de la fibre et de la graine une fois le fruit ouvert se fait généralement à la main dans les lieux de récolte, précisément pour ménager les fibres, mais l’on dispose aussi de petits moulins en fer et mus à bras qui assurent une rapidité beaucoup plus grande de nettoyage et de triage. Des machines perfectionnées pour égrener le kapok ont même été imaginées par deux constructeurs anglais. La ouate du kapokier, une fois qu’elle arrive en Europe et sur les lieux d’utilisation véritable dans des balles où elle ne doit pas être trop comprimée sous peine de perdre son élasticité, est soumise à une parallélisation des fibres pour laquelle un inventeur français a imaginé un appareil très bien combiné. Deux autres manufacturiers de la région de Lille, MM. Grandel et Gouverneur, avaient déjà bien avant la guerre créé des usines d’épuration qui donnaient les meilleurs résultats et dont s’est occupée la Société d’Encouragement pour l’industrie nationale.

 (À suivre.)

Daniel Bellet.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tsy any ivelany intsony ny afo

Tsy hita ho lazaina intsony hoe avy any ivelany ny setroka manempotra ny ao an-trano, ato anatin’ny Repoblika. Tsy vitan’ny vain’afo mikotrika fotsiny fa efa miredareda ny lelafo. Loza eto amin’ny firenena ity trangan-draharaha any Befandriana Avaratra ity. Sarotra no sady heloka no mitsara an’io raharaha io mialoha. Indrindra indindra fa mahakasika fitsarana an-dalambe iampangana andian’olona maro sy fanendrikendrehana an’ireo mpitandro filaminana nirahina hamono ny afon’ny korontana ho tena rangory fototry ny firedaredan’ny fandoroana.

Toy ny fitia mifamaly ny fisehon’ny fankahalana fifandraisana. Mbola fiampangana moa no hany fantatra momba ity fandoroana trano aman-jatony ity. Toy ny famonoana olona ny fandoroana fananana. Na jerena araky ny lalàna na eo anoloan’ny fitsarana dia samy heloka bevava. Ny fanaovana fitsarana maimaika, ny fanamelohana sy fampiharana ankeriny ny vokatr’izany fitsarana ivelan’ny rafitra ara-dalàna, dia samy heloka bevava avokoa. Mitombo andro aman’

alina ankehitriny ny fisehon’ireny voalaza ho fitsaram-bahoaka ireny. Voahosihosy  noho izany ny hasin’ny fanjakana ary ravarava ny rafitry ny fitondrana. Toy ny any amin’ny Fanjakan’i Baroa. Samy manao ny lalàny, samy mampihatra ny fitsarany arak’izay. Mitaky maika ny firotsahan’ny herim-panjakana eo amin’ny famonoana izany trangan’afo mamohehatra izany. Ny iraka nametrahana izany adidy izany indray anefa no tondroin’ny mponina sy solombavam-bahoaka sasantsasany ho nitsoka ara-bakiteny ny afon’io fanaovana fitsarana ivelan’ny lalàna amin’ny fandorana trano sy fonenan’ny mponina. Samy manana ny filazany fa an’ny fitsarana no misavasava sy mamantatra hoe ny an’iza no marina. Nefa moa ny vahoaka koa efa feno ahiahy ihany  mikasika ny fitsarana. Lasa kely fitokisana. Porofon’izany ny fanambaran’ny mpisolovava izay mitaky fanadiovana eo anivon’ny fitsarana. Mitory izany fa ao raha. Mikasika ny mpitandro ny filaminana, efa ela noho ny firongatry ny mpanao an’izao karazana asa ratsy rehetra izay no nahatazanana fa toy ny nomena alalana hamono ny jiolahy tratra ambody omby izy ireny. Tsy lasa lavitra ny fanadihadiana momba ny fahafatesan’ny olon-dratsy maty teo ampanaovana ny asa ratsiny. Dia atao hahagaga ve raha very toky ny mponina satria fanaovana hetraketraka mifangaro habibiana indraindray ary tsy fanomezana hasina sy vidiny an’ny ain’olona no tazany andavanandro. Ny mponina indray no mihorohoro. Ny mpampihorohoro tsy taitra fa io tazana io ny tsy fisian’ny fandriampahalemana. Diso làlana ny fanjakana raha ho herim-pamoretana fa tsy hery mpiaro no lasa fiheveran’ny vahoaka ny mpitandro filaminana.

Léo Raz

News Mada0 partages

Olympiades maths et création d’objets : les compétences des jeunes valorisées

Un succès. La première édition des Olympiades mathématiques-physique et création d’objets/projets innovants, qui a été organisée dans le cadre du Projet «Go Teach» de DHL Madagascar, en partenariat avec SOS Villages d’enfants Madagascar et sous le parrainage du ministère de l’Education nationale (Men), a été une réussite. Ces concours ont permis de valoriser les compétences des 545 jeunes participants, 138 pour la création objets/projets, concours destiné aux jeunes de SOS Villages d’Enfants Madagascar et 407 pour les mathématiques-physique. Ce dernier concours a été élargi,  au profit des élèves des collèges et lycées dans les régions Analamanga, Vakinankaratra, Atsinananana.

A l’issue de la finale qui s’est tenue, hier, à l’Alliance française d’Antananarivo (AFT), les lauréats ont été présentés. La créativité de ces jeunes a dépassé l’entendement. Des collégiens de la région Vakinankaratra ont su démontrer leur capacité à concrétiser leur projet sur la «Création de baffle muni de ventilateur et de spot». Ce groupe a été le lauréat dans le cadre de la création d’objets pour le niveau 1.  Des lycéens de la région Analamanga, qui ont fabriqué une «Table basse avec des pieds en bouteille de verre» ont raflé le premier prix pour le niveau 2. La meilleure note pour le niveau 3 est revenue à une équipe de jeunes universitaires de la région Atsinanana, qui a présenté un projet sur la «Production de poussins de races locale et métisse».

Pour les Olympiades mathématiques-physique, le premier prix a été décerné à un élève du collège Mon Verger, dans la région Analamanga, en la personne de Miarifenitra Rahadramahefa. Hanitrinanjaka Rabezanahary Fenosoa Abioud, du Lycée moderne Ampefiloha (LMA), toujours dans la région Analamanga, a été le meilleur pour le niveau 2. Les lots distribués aux gagnants sont composés d’ordinateurs, de tablettes, de téléphones, de jeux de société et de livres.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Météo : chute de grêle dans d’autres endroits

L’orage de grêle a continué de s’abattre depuis la nuit d’avant-hier jusqu’à hier après-midi dans d’autres endroits, outre le district de Manandriana où les dégâts sur l’agriculture sont énormes selon des sources locales. Selon les précisions du chef de service de la Météorologie, Solonomenjanahary Andrianjafinirina, joint hier au téléphone, «les zones à haute altitude sont les plus touchées, notamment Betafo, Ambohimandroso, Ambatolampy, Soavinandriana, Arivonimamo et Antananarivo».

La situation a été critique dans le district d’Arivonimamo, plus précisément à Tsinjoarivo dans la Commune rurale d’Ambohimandry, où la grêle qui a duré 1h30 environ dans la nuit d’avant-hier ne s’est pas encore dissoute le lendemain à midi, selon des sources concordantes. Le bilan provisoire des dégâts, qui touchent près de 400 familles, est très lourd d’après le président du fokontany de Tsinjoarivo qui a fait savoir que, près de 400 hectares de rizières sont totalement détruits et 34 habitations ravagées. Heureusement, cette catastrophe naturelle ne se reproduira plus dans les jours qui viennent, selon les prévisions. Ce jour, le temps sera sec dans la majorité des régions sauf à Vatovavy Fitovinany et Farafangana, qui ont reçu un avis de vigilance forte pluie depuis hier jusqu’à demain.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Opération de sécurisation : quatorze arrestations à Toamasina

La situation sécuritaire à Toamasina est alarmante, obligeant ainsi la police nationale à mener une grande opération.

Quatorze suspects arrêtés. C’est le résultat de l’opération de sécurisation menée dans la capitale de l’Est. A l’issue du défèrement qui s’est tenu mardi et mercredi au Parquet de Toamasina, neuf d’entre eux ont été placés en détention préventive à la maison centrale d’Ambalatavoahangy.

Selon une source sécuritaire, ces résultats ont été obtenus grâce aux renseignements fournis par des informateurs.

«Agissant sur la base de ces renseignements, nous avons réussi à identifier et localiser les 14 suspects. Arrêtés, ils ont été soumis à un interrogatoire et après l’enquête préliminaire, nous les avons présentés au Parquet. Certains d’entre eux sont impliqués dans la série de vols avec violence et attaques à main armée qui se sont produits dernièrement à Toamasina», a indiqué la source. L’on sait que parmi les suspects arrêtés figurent des individus suspectés d’être des membres du fameux gang de scootéristes qui a toujours écumé Toamasina et ses environs immédiats.

Les « Sakamainty » à la rescousse

De son côté, le commissaire divisionnaire de police Laubel Valisoa Rakototiana, directeur provincial de la sécurité publique à Toamasina, a expliqué que la direction générale de la police nationale a décidé de renforcer les éléments sur place afin de mener à bien cette opération.

«La sécurité à Toamasina est mise à mal par le manque d’effectif. Nous avons dû mobiliser tous les éléments des services sédentaires, à l’instar de la Surveillance du territoire, de la police économique, de la police scientifique et technique ou encore ceux des Renseignements généraux. Il en est de même pour les éléments des commissariats spéciaux dont celui du port, de la gare et de l’aéroport. De son côté, la direction générale a dépêché des éléments des Forces d’intervention de la police, communément appelés «Sakamainty»», a-t-il conclu.

Mparany

 

News Mada0 partages

« Les cabarets du Cercle » : hosokafan-dry Iraimbilanja

Tsy vao izao akory no nisy « cabaret » tao amin’ny Cercle Franco-Malagasy etsy Anosy. Fantatra kosa fa hiova endrika izany, ka haka ny anarana « Les Cabarets du Cercle ». Hampiavaka azy, hisokatra alohaloha, handray ireo rera-dahasa ka mila manala sorisory sy miala voly izany.Hisokatra ny zoma izao ny « Les Cabarets du Cercle ». Hisantatra azy ny tarika Iraimbilanja sy ny mozika rock. Hitondra ny sanganasany, hiampy hirana tarika vahiny vitsivitsy izay ankafiziny ry Batata sy ny tariny mandritra ny ora roa eo.Mialoha izany anefa, hanomboka amin’ny 6 ora dia efa raikitra ny « After work ». Handrotsirotsy amin’ny mozika ry Sity Rakoto (hira), Bolo (amponga maroanaka), Sanda (gitara), Njaka (piano) ary Ranto Kely (gitara beso).

Zo ny Aina

News Mada0 partages

Tsy tontan’ny ela : hamerina ny hiran’i Mike Brant i Ony

« Que tu es belle », « A corps perdu », « Laisse-moi t’aimer », « L’amour c’est ça l’amour », sns. Sanganasan’i Mike Brant, izay tsy tontan’ny ela ireny. Anisan’ireo mpankafy an’ity mpanakanto ity i Ony Rakotomalala, fantatry ny rehetra amin’ny maha mpihira ao amin’ny tarika Zandry Gasy azy.« Mpankafy hatramin’ny fahakely aho, satria notaizan’ny ray aman-dreny tamin’ny hirany koa. Manindrona ny tononkirany, izay manodidina ny fitiavana avokoa”, hoy ny filazan’i Ony. Araka izany, hisy ny seho izay hameloman’ity mpanakanto ity ny sanganasan’i Mike Brant. Hotontosaina anio zoma 28 avrily izany, manomboka amin’ny 8 ora alina, etsy amin’ny Café de la Gare Soarano.Raha ny fanazavan’i Ony hatrany, haharitra ny fiarahana, satria manomana hira 37 any izy amin’io fotoana io. “Haverina amin’ny fomba nanaovan’ny mpamorona azy ihany izany”, hoy i Ony. Hanampy azy eo amin’ny fitendrena i Mika sy i Luc.

Zo ny Aina

News Mada0 partages

« Festival des baleines » : hisongadina ny haren’ny fahasamihafana

« Nosy Boraha : 18 fokontany… 18 foko ». Ankoatra ny toetry ny andro, toetry ny tany, zavamaniry, sns, anisan’ny ahitana ny fahasamihafana eto Madagasikara ihany koa ny mponina ao aminy. Tranga azo adika ho fananan-karena eo amin’ny lafiny kolontsaina. Hisongadina, mandritra ireo hetsika hotontosaina ao anatin’ny « Festival des baleines » hatao any amin’ny Nosy Sainte Marie ny 8 jolay ka hatramin’ny 16 jolay ho avy izao, izay haren’ny fahasamihafa eo amin’ny isam-poko izay. Lohahevitra lehibe hitondrana ny filaharana hotontosaina any an-toerana rahateo ny fanehoana ireo mampiavaka ny foko tsirairay. Filaharambe voalohany ny 9 jolay raha ny 15 jolay kosa ny faharoa.

Ho an’ny « National Tourism Development  s.a » (NTD), anisan’ny asa iantsorohan’ity  mpiara-miombon’antoka amin’ny fikarakarana ny filaharambe ao anatin’ny « Festival des baleines » ity ny fiarovana ny vako-pirenena. Haneho amin’ny olon-drehetra io haren’ny fahasamihafan’ny foko tsirairay io. Amin’ny alalan’ny seho mivantana, efa nisy koa ny fampirantiana hanehoan’izy ireo izany.

Toy ny tamin’ny andiany teo aloha, hanana ny lohahevitra hasongadiny ny 18 fokontany ao amin’ny Nosy Boraha. « Ny foko eto Madagasikara » ny amin’ity taona 2017 ity, izay tohanan’ny fikambanana « Drôles de dames ». Marihina fa anisan’ny mpiara-miasa amin’ny fikarakarana ny « Festival des baleines » 2017 ihany koa ny Ultima Media.

HaRy Razafindrakoto

 

News Mada0 partages

Voahelingelina ny rohim-boky : nanjary mpanoratra ny ankamaroan’ny mpampianatra

Na eo aza ny teknolojia isan-karazany, mbola tena ilaina ny boky, indrindra fa any an-tsekoly. Voafaritra mazava ety am-boalohan’ny taom-pianarana rahateo ny boky ampiasaina. Tsy mahasakana ny mpampianatra tsirairay isan-taranja hanoratra boky sy hivarotra izany any amin’ny mpianatra anefa izany. Tranga toa manelingelina ny tontolon’ny rohim-boky ihany raha ny fanazavan’ny ankamaroan’ny mpisehatra eo amin’ity tontolo ity. Fanadihadiana.

Misy rafitra sy lamina ary ambaratonga aleha vao tonga eo am-pelatanan’ny mpamaky ny boky iray. Amin’ny ankapobeny, miainga eo amin’ny mpanoratra, mandalo ny editora, miditra eo amin’ny fanontana, fitsinjarana na fanapariahana ary mifarana eo amin’ny tsikalan’ny trano fivarotam-boky ahafahan’ny mpanjifa mividy azy ireny. Ankoatra ireo dingana lehibe ireo, mbola misy ny fandalovana fanitsiana na fanalan-diso sy ny fametrahana ho ara-dalàna (dépôt légal) manoloana ny fanjakana. Tsy manaraka ireo anefa ny lalana alehan’ny boky amidy amin’ny mpianatra any an-tsekoly. Miainga eo amin’ilay mpampianatra, any amin’ny mpianatra avy hatrany rehefa avy nandalo mpanao « photocopie« . Nomarihin-dry zareo mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny boky (mpanoratra, editora, mpitsinjara sy mpanapariaka, mpivaroboky ary ny ray aman-drenin’ny mpianatra) fa boky mihitsy no iantsoan’ny mpampianatra azy ireny fa tsy « polycopie » ahitana takelaka vitsivitsy intsony. Tsy taranja iray fa saika ny taranja rehetra ianarana any am-pianarana, ahitana izay varo-boky tsy manara-drafitra izay avokoa.

Voatery ankolaka

Misy fiantraikany eo amin’ny varo-boky na rohim-boky io tranga io satria ho sarotra amin’ny ray aman-dreny ny sady hividy ny boky eny amin’ny fivarotam-boky no hanjifa ihany koa ny boky havoakan-dRamose na Madama any an-tsekoly. Toa voatery ankolaka ihany izy ireo (ray aman-dreny) hividy ny ao an-tsekoly satria iny no iraisan’ny rehetra. Miainga avy ao ny fanazavana indrindra fa ny fampiasana sy fanazarana itambaran’ny mpianatra iray kilasy. Zary lasa haingon-talantalana ihany sisa ireo boky eny amin’ny trano fivarotam-boky. Nomarihin’ireo mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny boky anefa fa na io lalana fohy dia fohy io aza ny alehan’ny boky avoakan’ny mpampianatra ho an’ny mpianatra, mbola lafo ihany ny vidin’izy ireny raha oharina amin’ny boky navoaka nanaraka ny rohim-boky. « Aleo ampandeferina ny zavatra hafa fa tsy maintsy vidiana ireny boky ireny sao tsy haharaka eo ny zanakay », hoy ireo ray aman-dreny nanaovana fanadihadiana.

Ny taranja siantifika no tena voakasika, tsy nametraka olana ny sekoly

Nomarihin’ny mpisehatra eo amin’ny tontolon’ny rohim-boky fa ny mpampianatra taranja siantifika no saika mamoaka boky hojifain’ny mpianatra raha oharina amin’ny hafa. Anisan’izany ny boky matematika, fizika sy simia, SVT, sns. Na izany aza, manomboka mirotsaka tsikelikely any amin’ny fanoratana sy fivarotana boky ho an’ny mpianatra ihany koa ny mpampianatra ny taranja literera toy ny malagasy, tantara sy jeografia, sns.

Ny ankamaroan’ny mpitantana sekoly nanaovana fanadihadiana, tsy nametraka olana amin’ny fivarotan’ny mpampianatra boky amin’ny mpianatra. Na izany aza, nisy ihany ireo nilaza fa efa nanipy teny amin’ireo mpampianatra ao aminy mba hivarotra izany amin’ny vidiny mirary. Ny hafa indray kosa nanazava fa « manampy be dia be ny mpianatra ny fisian’ireny boky soratan’ny mpampianatra ireny satria toy ny miresaka mivantana amin’ilay « Prof » mihitsy ny mpianatra rehefa mampiasa azy ireny« . Ho an’ny mpampianatra indray: « anisan’ny faralahin’asa eto amintsika ny asa fampianarana. Tsy afenina fa varotra toy ny varotra rehetra no ataonay. Misy tombom-barotra kendrena ao. Saingy na izany aza, zava-dehibe ho anay ny ahaizan’ny zaza malagasy. Mitondra soa ho an’ny mpianatra ny fananany ireny boky ireny satria hiantoka ny hoaviny manontolo« .

Samy manana ny filazany ireo nanaovana fanadihadiana. Valin-teny toa ahatarafana fa tsy misy lamina mirindra sy mipetraka araka ny tokony ho izy ny rohim-boky eto Madagasikara. Ahatarafana fa toa samy manao izay heveriny fa mety ny rehetra. Mila fanarenana ny tahaka izany. Ny tranga tahaka itony no ilana ny tompon’andraikitra mahefa, ny teknisianina mahay, hanarina ny lesoka amin’ny fomba haingana sy mahomby. Sa ve tsy manana izany i Madagasikara? Hanafaro vahiny indray e!

Nanadihady: HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Jazz : Kenny Wesley band dans nos murs

L’ambassade des Etats-Unis organise annuellement une soirée spéciale, à Ambaranjana, à l’occasion de la Journée internationale du jazz. Cette année, le thème choisi est la ville de Saint Louis à Missouri aux Etats-Unis. Mercredi dernier, Kenny Wesley a été l’invité. Un excellent choix, étant donné le talent exceptionnel du chanteur, avec sa voix à la fois douce et puissante, sans oublier son look original qui fait de sa personnalité, un artiste hors pair.

« Si normalement, cette journée internationale est célébrée le 30 avril, nous avons décidé d’avancer notre soirée pour que le groupe américain puisse participer à plusieurs évènements qui se dérouleront, dimanche prochain, dans divers sites à Madagascar », a expliqué Denis Jobin Welch, attachée culturelle de l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar.

En effet, le groupe a d’abord participé à la célébration du 150e anniversaire de la diplomatie entre les Etats-Unis et Madagascar. Ce  soir, il se produira à l’Is’art galerie à Ampasinimalo. Puis, demain, il donnera un atelier spécial aux élèves de l’école Jejy Music à Andravoahangy Ambony. Dimanche, il participera à l’évènement public « Jazz day », organisé par l’Office régional du tourisme d’Analamanga (Ortana), à Antaninarenina. Et enfin, il clôturera la journée par un cabaret qui se tiendra à l’hôtel Louvre à Antaninarenina.

« C’est la deuxième fois que je suis à Madagascar et je suis toujours impressionné par la beauté, les gens et surtout la culture du pays », a précisé Kenny Wesley. Après son séjour à Madagascar, le groupe retournera dans son pays pour peaufiner son prochain album qui sera dévoilé avant la fin de l’année. Notons que le chanteur a été primé plusieurs fois dans sa carrière, comme meilleur Urban comtemporary vocalist en 2015 et meilleur Urban contemprary recording lors de la cérémonie Wahsignton area music award.

Holy Danielle

News Mada0 partages

Smooth Night Women : une ode à la gent féminine

Pour sa 6e édition,  « Smooth Night » se conjugue au féminin et propose une série de concerts dans la capitale, ce mois de mai.

Fort du succès des précédentes éditions, l’agence événementielle Ivenco réitère l’expérience « Smooth Night » au plus grand bonheur des mélomanes. Sous cette optique, l’événement mettra sous les feux de la rampe les talents féminins.

« Pour cette édition, nous avons choisi tout particulièrement quatre chanteuses malgaches de renom, à savoir, Elsie, Faniah, Grace Loren et Manoa, pour rendre un vibrant hommage aux grandes divas de la chanson américaine», a détaillé Andry Mahery de l’agence Ivenco . A cette occasion, les compositions personnelles de chaque artiste seront mises de côté, puisqu’elles vont se mettre dans la peau des grandes dames de la musique américaine comme Whitney Houston, Aretha Franklin, Natalie Cole ou encore Sade.

Au menu, le duo Faniah et Grace Loren va inaugurer la soirée « Smooth Night Women », le 10 mai prochain, à l’hôtel Colbert Antaninarenina. S’ensuivra le 11 mai une soirée atypique avec Manoa Ralisiarimanitra et Elsie au Kudeta urban club Anosy. Ces talentueuses et charmantes interprètes vont se joindre sur la scène de Grand hôtel urban à Ambatonakanga, le 12 mai. Pour couronner le tout, elles seront au Trano bongo hôtel Tanjombato le 19 mai prochain.

Des musiciens d’exception vont également accompagner la performance de ces divas pour compléter le décor. On notera tout particulièrement le guitariste Joro Rakotozafiarison, le bassiste Tojo Rabekoto, le claviériste Andry Michaël.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Reflet – Les clichés de la semaine

Plusieurs quartiers de la capitale ont été recouverts de grêlons, hier.

La passation de service entre le ministre de l’Energie et de l’eau, par intérim, et le nouveau ministre s’est déroulée mercredi à Ampandrianomby.

180 bidons de rhum prohibé saisis par la gendarmerie à Ivandry.

Remise de certificat pour les médiateurs agréés du Centre d’arbitrage et de médiation de Madagascar (Camm).

Signature de convention BNGRC et Care.

La foire des livres qui s’est tenue à Antaninarenina a attiré du monde.

Des membres de la Fédération des syndicats se sont réunis à Analakely pour démontrer leur sens profond de la solidarité. PHOTOS : Tiana R, Fanou et Mamiherison

News Mada0 partages

Tsaho momba an-dRazaimamonjy Claudine – SMM : « Tokony hanamarina ao amin’ny HJRA ny fampanoavana »

 Mifamahofaho ny vaovao. « Anjaran’ny fampanoavana ny manamarina na mbola ao amin’ny HJRA na tsia Razaimamonjy Claudine. Izy ireo no mahalala izany fa tsy anjaran’ny sendikà », hoy ny filohan’ny Sendikàn’ny mpitsara (SMM), Faniry Ernaivo, omaly tetsy Analakely.  Na izany aza, efa nanamafy ny mpitantana ny hopitaly, afakomaly, fa mbola manaraka fitsaboana ao ity tandapa ity ary vao nanaovana fitiliana aza izy. Mbola hita teny an-toerana rahateo ireo mpiandry fonja roa eo am-baravarana tamin’io fotoana io, saingy  nihidy ny varavaran’ny efitrano misy azy. Tsiahivina fa nanao rodobe teny amin’ny HJRA ny SMM taorian’ny nandefasana ity mpanolotsain’ny filoham-pirenena ity tatsy Maorisy nanamarina izany ny 10 avrily teo, ary nilaza fa « Fitsoahana efa voaomana » iny fitsaboan-tena tany ivelany iny.

Etsy andaniny, nanazava ny filohan’ny HVM, Rakotovao Rivo, fa tsy marina ny vaovao niely hoe efa any Fianarantsoa Razaimamonjy Claudine. « Tsaho izany ! Mbola mitsabo tena ao amin’ny HJRA izy. Hamafisiko eto fa tsy nitondra azy an-tsokosoko izany izahay. Mamafy lainga sy manoso-potaka ny fahitalavitra nivoy izany… », hoy izy tao amin’ny onjampeo iray, omaly.

Nialoha izany, nambaran’ny mpitondra fa tsy tokony hatao resabe ity raharaha iray ity sady tsy tokony hatao ho raharaham-pirenena.

Misy miketrika ny hampangina ny raharaha

Anisan’ny mahatonga ny sahoan-dresaka sy ny tsaho anefa ny fanginan’ireo tompon’andraikitra. Volam-bahoaka tokony ho an’ny fampandrosoana rahateo no ahina ho voahodinkodina sy tafiditry ny resaka kolikoly ka tsy tokony ho raharaham-pirenena izany ? Voakarama, araka ny nambaran’izany « Zah gasy » izany, ireo mbola mivoy ity raharaha ity ? Fa tsy voakarama hamono afo io fikambanana io tamin’ny fanehoan-keviny, afakomaly  ? Sa misy miketrika ny hampanginana miandalana ny raharaha ka ho vitavita ho azy, toy ireo tranga niseho eto amin’ny firenena. Ohatra, ny « Raharaha 26 jona », tetsy Mahamasina nisehoan’ny ra mandriaka sy faty olona tamin’ny taon-dasa, ny tao Anjozorobe, ny fakana an-keriny tany Toamasina, nidiran’ny fiadidiana ny Repoblika an-tsehatra, ny « Raharaha Antsakabary » ka maha voarohirohy polisy 40 mahery tamin’ny doro tanàna…

Araka izany, andrasana ny ambaran’ny fampanoavana ary ho tonga hatraiza ity « Raharaha Razaimamonjy Claudine » ity ?

Randria

 

News Mada0 partages

Dialogue politique : l’Union européenne reconnaît des avancées mais…

Rideau sur le 5e dialogue politique hier, à Antsiranana. Une rencontre où les parties prenantes ont respectivement réaffirmé leur engagement en vue du développement du pays. dans son discours, l’ambassadeur de l’Union européenne,  Antonio Sanchez-Benedito a reconnu les efforts entrepris par le gouvernement malgache.  » Il y a eu un retard en matière d’infrastructures. Nous avons enregistré quelques avancées importantes. Et il y a eu un message politique fort. Nous encourageons le régime à poursuivre dans cette voie« , a déclaré l’ambassadeur.

Engagement de l’Etat très attendu

Il est à noter que cette rencontre s’est déroulée à huit clos. Le président de la République a cependant manifesté la volonté du régime à poursuivre la réforme de la gestion publique et du renforcement du cadre juridique institutionnel pour améliorer la lutte contre la corruption et la mise en place de la bonne gouvernance.

La défense de la démocratie comme gage du développement à long terme avec des élections libres, transparentes et crédibles sera renforcée tout comme la lutte contre le trafic de nos ressources naturelles. Hery Rajaonarimampianina a par ailleurs déclaré que le processus de réconciliation nationale sera effectué par le principe d’inclusivité.

En tout cas, ce ne sont pour le moment que des engagements verbaux du chef de l’Etat, le peuple tout comme la communauté internationale attend des actions concrètes qui se solderont par des résultats concrets et tangibles, ne serait-ce que la lutte contre la corruption et l’Etat de droit au pays.

Nadia

 

News Mada0 partages

Affectation de magistrats Le CSM sous pression !

Le Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) décidera ce jour du sort de certains magistrats impliqués dans l’affaire Claudine Razaimamonjy, dont le procureur de la République. Néanmoins, les pressions se font déjà ressentir.

La session ordinaire du CSM a débuté mercredi et prendra fin ce jour. Des grandes décisions devraient d’ailleurs sortir de cette réunion,  eu égard au climat tendu qui règne au sein de la Justice actuellement. Cela, à cause de l’affaire Claudine Razaimamonjy.  Normalement, les membres du Conseil devront décider ce jour à travers un vote à main levée de l’affectation de certains magistrats, dont le Procureur de la République Odette Balisama Razafintsoa. Selon une source au courant de l’affaire, la décision serait déjà prise pour son remplacement. Cela, « Que ce soit demain (aujourd’hui ndlr) ou plus tard », a-t-elle précisé. En effet, des bruits courent selon lesquels les affectations pourraient être remises à plus tard mais qu’elles devraient obligatoirement être effectuées. Il semblerait même que son remplaçant serait déjà connu car proche de la présidence et tenterait déjà de gagner la confiance des magistrats.

La session de ce jour s’annonce ainsi décisive. Dans tous les cas, les pressions s’accentuent au sein des membres, de telle sorte que certains membres avaient été convoqués par le chef de l’Etat hier. Ce dernier étant à la tête du CSM bien que n’y participant pas physiquement.

Mais quelle que soit la décision prise à l’issue de cette session ordinaire, elle ne pourrait que déclencher des réactions de toutes parts, particulièrement au sein du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM). Ce dernier avait déjà annoncé que certains de ces membres étaient menacés d’affectation suite à l’affaire Claudine Razaimamonjy. Ce qui pourrait être le cas pour Odette Balisama Razafintsoa pour avoir refusé de signer l’ordre d’évacuation. Cette dernière n’y avait pourtant émis aucun inconvénient.

Rakoto

News Mada0 partages

Androndra, Soavimasoandro : nirefotra ny varatra, namely ny havandra, roa no maty

Nilatsaka ny varatra nandritra ny orambe nitranga, omaly tolakandro, teto an-dRenivohitra. Olona fantatra fa namoy ny ainy tamin’izany. Tovolahy mpaka vilona sy rangahy mpanao trano ireo…

Nisehoana tranga roa nahafatesana olona tamin’ity loza ity, ka ny voalohany teny Soavimasoandro, nandritra iny orambe narahana havandra iny, tokony ho tamin’ny 3 ora. Mpanao trano roa lahy no nolatsaham-potaka. Ny iray, 35 taona izay tena voa mafy ka nitarika ny fahafatesany, raha ny fanazavana. Voalaza fa mbola teo an-tafontrano izy ireo no nilatsaka ny varatra. Nirefotra mafy dia mafy izany, narahana tselatra ary niakarapoka ireo roa lahy avy any an-tafontrano. Naratra, noho izany, ny lehilahy iray tokoany ho 27 taona. Nifamonjen’ny olona ihany izy ireo saingy tsy avotra ny iray. Nalefa tany amin’ny hopitaly avy hatrany ireo naratra sy maty. Tonga teny an-toerana ny polisy.

Tovolahy iray vao 19 taona ihany koa no maty nilatsahan’ny vara-maina teny akaikin’ny FJKM Ampamantanana Androndra, omaly tolakandro, tokony ho tamin’ny 2 ora sy sasany. Teo am-pakana vilona teny an-tsaha izy sy ny namany no nirefotra tampoka ny varatra ka nahavoa azy. May tanteraka ny vatany, voa mafy ny lohany ka nitarika ny fahafatesany. Ireo namany kosa taitra mafy ary nitsoaka rehefa nahita ity tranga ity, ary niantso vonjy teny an-tanana. Nilatsaka ny orana narahana havandra taorian’izay loza izay. Nobabena namonjy ny fonenany ilay tovolahy efa tsisy aina intsony. Tonga teny an-toerana ny polisy nanao ny fanadihadiana. Tamin’izany no nitantaran’ny namany fa nirefotra mafy ny vara-maina, ary nahita toy ny tselatra sy vain’afo teny amin’ilay namoy ny ainy izy ireo. Nitambotsitra izy io avy eo ary voalaza fa nandoabe. Tonga teny ny olona niezaka namonjy saingy niala maina. Marihina fa mpanampy no asan’ity tovolahy ity, ary efa fanaony ny maka vilona eny an-tsaha eny Androndra eny. Nalefa teny amin’ny HJRA ny razana.

Orana nosintonina

Raha ny fanazavana azo avy amin’ny sampana mpamatantra ny toetr’andro, orana nosintonina izao mirotsaka eto an-dRenivohitra izao. Samy hafa amin’ny orana artifisialy izy ity, satria toy orana terena hilatsaka fa tsy amboarina. Maharitra telo andro izy io, ary anio no tokony hifarana. Tsy nahazoam-panazavana kosa ny momba ny varatra nilatsaka sy ny havandra goavam-be izay nandrakotra ny faritr’Antananarivo sy ny manodidina. Voalaza anefa fa any Andekaleka, Mantasoa ary Tsiazompaniry no nanaovana ity fandrotsahana orana ity, ka izao misy vokany aty an-dRenivohitra izao.

Yves S.

News Mada0 partages

Tetezan’i Tanjombato : nifatotra, voatsatoka antsy ilay lehilahy hita faty

Fatin-dehilahy iray no hitan’ny olona nifatotra teny amin’ny tetezan’i Tanjombato, omaly maraina. Nahitana tsatoka antsy teo amin’ny tendany, araka ny fahitana azy. Tsy fantatra kosa izay antony nahafaty azy…

 

Lehilahy iray manodidina ny 30 taona eo ho eo ity hita faty ity. Olona sendra nandalo ny nahita ny fatiny nentin’ny reniranon’Ikopa nandalo teo amin’ny tetezan’i Tanjombato. Nifatotra tady avy aoriana nandalo teo amin’ny kibony ny tanany roa ary nahitana dian’antsy teo amin’ny tendany raha ny fahitana nay fatin’ity lehilahy ity. Mbola hita teny an-kodiny kosa ny fitafiany somary efa vasobasoka. Nitangorona vetivety ny olona teny Tanjombato sy ny manodidina samy nijery ity lehilahy ity faty. Ahina ho vonoan’olona ny nahazo ity niharam-boina ka narian’ireo nahavanon-doza tamin’iny reniranon’Ikopa izy rehefa avy novoina sy notsatohina antsy teo amin’ny tendany. Tonga teny an-toerana ny BMH sy ny mpitandro filaminana nijery sy naka ny razana. Mandeha ny fanadihadiana momba ny antony nahafaty ity lehilahy ity eny anivon’ny mpitandro filaminana.

Toerana isan’ny matetika ahitana fatin’olona iny reniranon’Ikopa ity. Misy ireo tsy mahazaka ny onjam-piainana ka lasa manala ny ainy eny amin’ny ranon’Ikopa. Ao indray ireo vonoan’olona tsotra izao ka arian’ireo mahavanon-doza eny an-toerana ny fatin’ilay olona. Manginy fotsiny ireo vehivavy iharan’ny fanolanana ka atsipin’ny jiolahy amin’iny faritra iny rehefa vita ny filan-dratsin-dry zalahy.

J.C

News Mada0 partages

Toamasina : lasan’ny jiolahy ny vola 14 tapitrisa Ar

 Toeram-pivarotana miisa telo indray nasesin’ny jiolahy miisa 11 nirongo kibay, tao Mitanonika Antenina Toamasina, afakomaly. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, nirodorodo niditra an-keriny tao am-pivarotana ny sasany tamin’ireo olon-dratsy raha niandry teny ivelany kosa ny namany sasany. Mitentina 11 tapitrisa Ar ny fitambaran’ny vola lasan’ireo mpanafika nandritra ny fanafihana, volamena 10 grama, basim-borona iray calibre 16. Tsy nisy kosa ny aina nafoy na naratra nandritra ny fanafihana satria tsy afa-nanoatra fa nanaiky lembenana izay nataon’ireo mpanafika. Ny zandary avy ao amin’ny borigadin’ny zandary ao Foulpointe kosa no manao ny fanadihadiana.

Niharan’ny fanafihan-jiolahy koa ireo roa lahy nandeha moto tao amin’ny fokontany Bealana Ankarafantsika Ankijabe, afakomaly ihany. Teo anelanelan’Ambovombe sy Talata Vohimena no nitranga ity fanakanan-dalana niafara tamin’ny fanafihana ity. Naratra mafy izy roa lahy satria tsy nanaiky lembenana fa niezaka nanohatra ireo jiolahy. Lasan’ireo malaso kosa ny vola 2 tapitrisa Ar. Ny zandary avy ao amin’ny poste avancé ao Vohimena ny mandray an-tanana ny fanadihadiana.

J.C

 (Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Famonoana ny mompera Jiva Lucien – Antsohihy : voasambotra ireo zandary roa lahy ahina ho tompon’antoka

Saron’ny zandary ao Antsohihy ireo zandary roa lahy izay ahiahina ho tompon’antoka tamin’ny fanafihana niharo vonoan’olona nahafaty Mompera tao amin’ny tranon’ny relijiozy ao Ambendrana Antsohihy, ny alahady 23 avrily 2017. Araka ny fampitam-baovao avy ao Antsohihy, mbola am-perinasa ny iray amin’ireo zandary ireo raha efa tsy am-perinasa kosa ny iray. “Zandary miasa ao Befotaka Avaratra ny iray amin’izy ireo”, araka ny fanazavan’ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena (Seg), ny Jly Randriamahavalisoa Girard. Ahina ho basy sy balan’ny zandary, araka izany ny nampiasain’ireo mpanafika nandritra ny fanafihana ity trano fonenan’ny Relijiozy ao Antsohihy ity, saingy ny fanadihadiana ataon’ny zandary avy ao amin’ny sampana fikarohana heloka bevava Mahajanga no hamantarana ny marina rehetra momba ity raharaha ity. Mbola  hita tao an-tranon’ireo relijiozy rahateo ny sasany tamin’ireo bala nampiasain’ireo mpanafika.

Nandeha ny feo omaly fa hoe maty ny Frera Jeremy, saingy nilaza kosa ny teo anivon’ny zandarimariam-pirenena fa tsy mbola naharay vaovao momba izany.

Tsiahivina fa fanoherana ireo jiolahy nanafika tao amin’ny Noviciat des frères mineurs Capucins ao Ambendrana Antsohihy, ny alahady teo no nitarika ny fahafatesan’ny Mompera Jiva Lucien rehefa nanohitra ireo jiolahy ka namparatra mafy ny Frera Jeremy. Gorobaky ny balan’ny jiolahy teo amin’ny fony ny Mompera Jiva.

Randria

News Mada0 partages

Toetr’andro : nivatravatra nanimba zavatra tamin’ny faritra maro ny havandra

 Havandra nirarak’ompana, oram-be nivatravatra, kotroka nipoapoaka, tsela-baratra nirefodrefotra… Ireo no niainan’ny mponin’Antananarivo hatry ny omaly. Tsy nampoizin’ny rehetra ny fivadiky ny toetr’andro tampoka nanomboka ny alarobia alina teo.

Niseho tamin’ny toerana maromaro ireo ary nandravarava fambolena sy fotodrafitrasa amin’izay toerana sendra azy. Tany amin’ny distrikan’i Manandriana, bolongana havandra vaventy ohatra ny ovy mihitsy no nilatsaka. Namaky fitaratra fiara sy nandavaka ny tafotrano mihitsy izany.

Teny Anosibe sy Ivato ary Ambohibao sy Talatamaty iny, nirarak’ompana ny havandra. Natevina izany ary tsy levona raha tsy ora iray taorian’ny filatsahany.

Nanampy trotraka ny orambe nivatravatra niampy rivo-mahery nifofofofo. Niongana ny takela-by teny amin’ny Digue. Nahintsan’ny havandra avokoa ny salohim-bary efa matoy teny an-tanimbary ary tsy nisy azo noraisina.

Manahy ny mosary mihitsy ireo mpamboly vary eny Avaradrano manoloana ity fahavoazana nateraky ny toetr’andro niova tampoka ity. Nisy ihany koa ny faharavan’ny tamboho sy trano nirodana vokatr’iny orambe sy rivotra iny.

Nilaza ny mpamantatra ny toetry ny andro fa mbola hitohy hatramin’ny anio izany toetr’andro mahery setra izany.

Tatiana A

Madagascar Tribune0 partages

Hery Rajaonarimampianina à Faratsiho : « Je suis toujours là »

« Je suis toujours là », a déclaré Hery Rajaonarimampianina, à Faratsiho, jeudi, lors du lancement des travaux de construction de la route RN43. Comme il l’avait déjà fait signifier, le président de la République n’a pas l’intention de démissionner malgré l’insistance de part et d’autres des députés et d’une partie de la population qui réclame son départ. Il ne compte pas abdiquer, « Comme je l’avais dit à un compatriote d’Atsimo Andrefana qui m’avait appelé, et qui s’inquiétait en raison des rumeurs et désinformations en tous genres ». avait-il soutenu dans son discours.

Le Chef de l’Etat continue alors à multiplier ses déplacements dans les provinces et périphéries de la capitale ainsi que ses apparitions médiatiques pour essayer de faire comprendre qu’il reste encore l’homme fort du pays. Cela, en dépit du fait que son taux de popularité ne cesse de diminuer, notamment dans la capitale.

Si le collectif des députés pour le changement qui a initié la manifestation sur le Parvis de l’Hôtel de Ville a demandé sa démission à cause du sang versé sur la place du 13 mai le samedi 21 avril dernier et de la corruption galopante exercée par les dirigeants dans le cadre de l’adoption des lois électorales, la population argumente la hausse vertigineuse du coût de la vie et la dégradation du pouvoir d’achat des Malgaches, soit le durcissement de la pauvreté dans le pays ces cinq dernières années.

Rajaonarimampianina doit démissionner, scandent les manifestants sur le Parvis de l’Hôtel de Ville, mais le président ne l’entend pas de cette oreille. Il croit fort au soutien des bailleurs de fonds. « Les négociations avec les bailleurs de fonds ne sont pas aisés, mais, grâce au retour de stabilité, et à la confiance recouvrée », ces derniers auraient fini par débloquer des fonds pour aider les dirigeants malgaches à œuvrer pour le développement.

Lors de ce déplacement à Faratsiho, le Chef de l’Etat n’a pas manqué de lancer une pique à l’endroit des manifestants du place de 13 mai et à l’ensemble de la population : « Nous devons avancer ensemble, par une renaissance de la mentalité, et acquérir la culture d’émergence. Nous devons refuser la violence, parce que nous respections et valorisons le fihavanana, et nous devons plus que jamais cultiver ces valeurs chez nos enfants », a-t-il dit, soulignant par la suite qu’après une destruction, il est difficile de reconstruire.

Madagascar Tribune0 partages

Plus de cinq cent personnes sans masque de protection sanctionnées

Cinq cent quatre vingt-huit (588) personnes ont été sanctionnées, hier, pour cause de non-port de masque de protection dans l’espace public, selon le rapport de la gendarmerie nationale. Cinq cent (500) dans la région Analamanga, dont des étrangers et quatre-vingt huit (88) autres, en Haute Matsiatra.

Pour Toamasina, le contrôle de l’application des consignes de port de masque de protection dans les lieux publics débute ce jour. La distribution massive des masques ayant été effectuée seulement hier.

Ainsi, les contrevenants ont effectué des travaux d’intérêt général tels que l’assainissement des voies publiques, des écoles publiques, et l’entretien des jardins publics, comme l’a déclaré le président de la République lors de son annonce du déconfinement progressif du 19 avril dernier à la télévision nationale.

Hier, tôt le matin, des groupes de personnes qui n’avaient pas de masque de protection ont été vus nettoyer certains sites des quartiers de la Capitale comme Anosy, Antaninarenina, Ambohimangakely, Ankorondrano, Itaosy, Talatamaty, Andoharanofotsy, et jusqu’à Mahitsy.

Lourde sanction

Durant le premier jour de sanction, les contrevenants ont assaini les voies publiques et les jardins publics. Mais le coordonateur du Centre de commandement CCO-Covid-19, le général Elack Olivier Andriankanja a indiqué que des sanctions plus lourdes sont envisagées pour les prochains récalcitrants.

Le préfet de police d’Analamanga, le général Angelo Ravelonarivo a précisé qu’en plus de l’assainissement des voies publiques et l’entretien des jardins publics, le curage des canaux d’évacuation, l’assainissement des toilettes publiques, des écoles publiques et des marchés communaux seront parmi les travaux d’intérêt général que devraient effectuer les contrevenants.

Le contrôle du port obligatoire de masque de protection se poursuivra pendant toute la période de déconfinement progressif jusqu’à la prise de nouvelles mesures de prévention de la maladie virale dans tout le pays, selon le Chef de l’Etat.

Madagascar Tribune0 partages

Les partis de l’opposition réclament une enquête parlementaire

Déconfinement progressif rime avec un retour peu à peu à la vie politique pour les partis de l’opposition. Ironie ou pas, pour la plateforme de l’opposition, RMDM, il est temps d’arrêter le plan d’urgence sanitaire. « Si le remède est déjà trouvé, et qu’il s’avère efficace, nous demandons la fin de l’état d’urgence sanitaire », a déclaré hier, le pasteur Edouard Tsarahame, porte-parole de l’ alliance des partis de l’opposition (RMDM) lors d’une conférence de presse qui a vu la présence des représentants de ses membres comme le Tiako i Madagasikara (TIM).

Cette plateforme de l’opposition craindrait entre autres que l’Etat d’urgence sanitaire n’occasionne la prise des décisions en conseil des ministres par voie d’ordonnance par le président de la République, comme ce fut le cas au début de son quinquennat. Mais cette déclaration s’annonce également comme une pression indirecte envers les dirigeants à faire davantage de lumière sur l’utilisation et la gestion des fonds destinés à lutter contre le Covid-19.

L’alliance des partis de l’opposition estime également qu’il ne faut pas obliger implicitement la population à boire la tisane Covid-Organics, comme c’est le cas dans les établissements scolaires depuis la reprise des cours pour les élèves en classe d’examen, notamment dans les écoles publiques. Cette réaction fait suite à la grogne des parents d’élèves qui se sont indignés par rapport au refus des responsables des établissements scolaires d’accueillir les élèves qui refusent de prendre le Covid-Organics.

La RMDM demande l’ouverture d’une enquête parlementaire sur le Covid-Organics et réclame qu’on apporte plus de tranpsarence sur les propriétés de ce remède, sa provenance et ses fabricants. Une enquête parlementaire est également demandé concernant l’utilisation des aides dans le cadre de cette crise sanitaire par le RMDM. « Qui sait si elles se sont déjà fondues, et sont transformées en tisane », ironise le porte-parole de cette plateforme de l’opposition. Si vous refusez d’ouvrir ces enquêtes parlementaires, nous allons prendre des mesures pour vous obliger à le faire, comme vous obligez les élèves à prendre le Covid-Organics dans les établissements scolaires, a déclaré le Pasteur Edouard Tsarahame.

La RMDM a ensuite annoncé qu’elle va installer son représentant au niveau du parlement, en application de la loi sur les partis de l’opposition. Tout cela devrait se réaliser lors de la prochaine session parlementaire ordinaire, indique le porte-parole de cette plateforme politique.

Midi Madagasikara0 partages

67 ha : Jerem-potsiny ireo mpanendaka

Mampikaikaika ny maro tokoa, ny zava-misy eny amin’iny faritra 67 ha iny ankehitriny. Tsy andro tsy alina, manao ny ataony ireo mpanendaka sy mpanao sinto-mahery. Ny mahagaga anefa, dia toa jerem-potsiny izy ireny. Ny aza mba voany ihany hoy ny fitenenana, raha ny nanjo ity Ramatoa iray tamin’ny herinandro lasa iny, ity. Tsy nanam-po na inona na inona ity renim-pianakaviana ity nandeha amin’iny làlana mandalo ny CENAM mihazo ny Jirama iny no injay lehilahy iray no nanakana azy ary nadrirotra sy nanapaka ny tadin’ny paoketrany. Tsy vitan’izay, fa mbola nandronjona azy mba hianjera vao lasa nitsoaka niaraka amin’ilay paoketra. Mba niantso vonjy  ihany ilay Ramatoa, saingy tsy nisy niraharaha mihitsy ireo nahita maso. Eny fa dia ireo “agents sécurité” miambina ireo orinasa eny amin’io faritra io aza, izay nahita sy nanatrika izany herisetra izany.

Satria maro ny antontan-taratasy sarobidy tao anatin’ilay paoketra lasan’ny jiolahy, dia mba nanontany izay tokony hatao   tamin’ilay polisy nisahana fifamoivoizana tsy lavitra io toerana nahavoa azy io, ilay Ramatoa. Akory anefa ny alahelony, fa tsy rototra akory ity voalaza fa mpitandro ny filaminana nanontany izay toerana ipetrahan’ity niharam-boina sy naniraka azy hanao “déclaration de perte“ any amin’ny kaomisarian’ny”arrondissement” misy ny fonenany. Mahavariana…a!

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Toaka gasy 100 litatra saika hamidy ao Antananarivo, sarona

Vokatry ny fiaraha-miasan’ny polisy nasionaly any Toamasina amin’ireo andrimasom-pokonolona, dia misy hatrany vokatra azon’izy ireo amin’ny resaka fandikan-dalàna. Isan’izany izao ny fahatrarana toaka voarara, toaka gasy, tao amin’ny “gare routiere” Toamasina teo am-pandefasana azy ho ao Antananarivo niaraka tamin’ny rangahy tompony. Mifatra 100 litatra, izany hoe 10 isa amin’ny jerikana 10 litatra avy ireto toaka voarara ireto. Raha ny fanazavana azo, dia efa misy mpaka ao Ambodivona Antananarivo ireto toaka voarara ireto, ka vidina 6.000 ariary ny litatra raha 4.000 ariary no hividianana azy ao Toamasina. Araka ny lalàna, dia misy sazy 1.000 ariary isaky ny litatra ny resaka toaka voarara tahaka izao, izay tsy maintsy aloan’ire olona tratra hialany amin’ny famonjana eny anivon’ny tahirim-bolam-panjakana. Ankoatra izay, dia tovolahy dimy ihany koa no saron’ny polisy tao Tanambao Verrerie; izay tovolahy isany mampitaraina ireo tratra alina mody amin’ny resaka fanendahana. Ny roa amin’ireto tovolahy ireo dia vao 16 taona avokoa, ny telo kosa dia manodidina ny 18  hatramin’ny 22 taona eo avokoa. Mbola tratra teny amin’izy ireo ny antsy milefitra fampiasan’izy ireo amin’ny fanendahana olona, izay nampiaiky azy ireo avy hatrany ny asa ratsy fanaony. Ny telo ampy taona miandry fitsarana am-ponja avokoa ankehitriny, taorian’ny fiakarany fampanoavana sy mpitsara mpanao famotorana, ny roa vao 16 taona kosa, dia nafahan’ny fitsarana alohan’ny fitsarana ho anatra ho azy ireo aloha izao…

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Antsirabe : Misy andian’olona misandoka ho mpitandro filaminana, maka vola

Tsy vao sambany akory no nandrenesana ity resaka fisandohana andraikitra ity teto Vakinankaratra fa  tranga efa mpiseho matetika ary tsy eo anivon’ny mpitandro filaminana irery no ahitana azy, fa any amin’ny sampan-draharaha hafa koa, indrindra fa ny any ambanivohitra. Tamin’ity tranga iray kosa dia ny mpitandro filaminana mihitsy no misy misandoka ary akany vola be izay tratrany. Toy ity nitranga teto Antsirabe ity vao tsy ela akory izay. Mpandraharaha iray avy eny amin’ny kaominina Ambano no voasolokin’ireo mpisandoka ka nahazoany vola 20 tapitrisa. Manao fanamiana mitovy amin’ny mpitandro filaminana ireo mpisandoka ary milaza amin’ireo olona fantany, fa misy raharaha ilain’ny mpitandro filamanana azy eny amin’ny polisy, raha fanamiana polisy no anaovany, ary zandary raha to aka fanamiana zandary no entiny. Ambarany anefa fa, azo amboarina ny raharahara raha  mifanaraka tsara aminy ka eo ihany dia vita ny resaka fa tsy mila miakatra eny amin’ny biraon’ny polisy na zandary akory. Vola no takian’ireo mpisandoka ary mahavita mitety kaominina mihitsy ry zalahy manao ny asa ratsiny. Manao antso noho izany ny Kaomisera divizionera Talily Damy ho an’ny vahoakan’i Vakinankaratra ny amin’ny fisian’ireo mpisandoka ho mpitandro filaminana ireo. Nambarany fa tsy maintsy mandalo kaominina na  fokontany ny mpitandro filaminana rehefa hamita iraka toy ireny ary miaraka amin’ny karatra maha mpitandro filaminana azy. Tokony ho mailo ny rehetra hoy izy, fa tsy kely làlana ny ratsy, ary raha toa  ka misy ny ahiahy na tranga hafahafa dia tokony hiantso ny tomponandraikitra akaiky na ny mpitandro filaminana.

Andry N.

L'express de Madagascar0 partages

Rencontre du film court – Le « Prix du public » aux cinéastes locaux

Une ribambelle de nominations pour une belle brochette de prestigieux prix. La 12e édition des Rencontres du Film Court promet de gâter les réalisateurs qui y concourent.

Quasiment l’équivalent des oscars américains pour les nombreux cinéastes en compétition dans le cadre de ces Rencontres du Film Court (RFC). Les fameux « Zébu d’or » suscitent toujours autant la convoitise de ces derniers. Cette année encore, pour la 12e édition du festival, ils ont redoublé d’effort et de créativité pour faire valoir leur talent ainsi que leur passion.Depuis le début de la semaine, ils ont été nombreux à avoir émerveillé le public cinéphile et les festivaliers des RFC à travers leurs films courts, à travers la compétition hors-champs et la compétition officielle du festival. Laza, directeur des RFC,affiche sa fierté quant à la persévérance et la dévotion.Les réalisateurs en font preuve, en particulier les réalisateurs nationaux. « Au sein des RFC, on prône la professionnalisation de ce métier des cinéastes nationaux. De même, il est important pour nous de mettre à contribution le public pour qu’il soit lui-même un acteur actif de cette renaissance du cinéma malgache. » souligne-t-il.Une grande épopée dans les coulisses de la société contemporaine malgache, la compétition nationale se découvre ainsi. À l’occasion, six œuvres cinématographiques malgaches seront projetées à l’Institut Français de Madagascar (IFM) Analakely cette après-midi à partir de 14h.

CompétitionConcourant donc pour le « Zébu d’or prix du public », Fifaliana Nantenaina expose « Fako io », un film-court documentaire illustrant les vertus du recyclage artisanal. « 4 ans après » de Julie Anne Melville originaire de Toamasina relate les difficultés auxquelles font face les jeunes enseignants d’écoles primaires. Dans le genre documentaire, « Jeux d’enfants » de Jeannot Razafi­tsihadinoina est une ode à la débrouillardise et l’autosatisfaction en terme de loisir des enfants malgaches à l’ère du numérique où les jeux virtuels s’imposent. En face, « Jeu, garde espoir » de Dina Valisoa Ratsisetraniaina illustre une toute autre réalité, où une belle génération de geeks passionnés de jeux vidéos s’affirme au rythme de l’évolution des technologies modernes. Ils sont les deux seuls malgaches en compétition dans la catégorie fiction panafricaine.D’un côté, « Louves » de Joanne Rakotoarisoa raconte la vie d’une adolescente de 14 ans, Nadia, ainsi que de ses péripéties dans une société autoritaire. De l’autre, « Toy ny vorona » de Oswald Rajaonarison relate  le racisme et la discrimination entre blancs et noirs. Prochainement diffusés sur une chaîne privée de la Grande île, les films-courts seront jugés par le public qui votera par sms à partir du 1er mai. Il choisira celui qui mérite « Zébu d’or prix du public ». Le lauréat aura  le privilège de partici au festival Off-Courts à Trouville en France.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Antsohihy – Deux gendarmes arrêtés

L’étau se resserre autour du corps de la gendarmerie nationale, après une meurtrière attaque  à main armée, contre la communauté religieuse des Capucins à Ambendrana Antsohihy dimanche. Deux gendarmes dont un en exercice et un autre ayant déjà été radié, se sont fait arrêter. Onze autres individus interpellés lors de l’arrestation de l’ex-gendarme incriminé, ont été, pour leur part, relâchés.Arrivée sur place le lendemain même du crime, la Section des Recherches Criminelles (SRC) de la gendarmerie nationale a d’emblée ouvert une enquête. Suivi à la trace, le gendarme révoqué a été appréhendé dans un bar. Les onze personnes  libérées venaient jouer au football avec lui. D’autres suspects sont encore recherchés à la lumière des informations communiquées. Cet acte de banditisme dépassant l’entendement est l’œuvre de trois individus armés. Le mobile du crime pourrait reposer sur le vol d’une cloche dont des malfaiteurs avaient déjà tenté de s’en emparer dans la soirée du vendredi saint.Dimanche matin, des bandits sont revenus à la charge chez les religieux capucins à Ambendrana.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Golf – Ringer Score – Sylvain Rabetsaroana et Ony Marchand en tête 

Les assidus du tournoi Ringer Score version 2017 se sont retrouvés ce week-end, au Golf Club du Rova à Andakana, pour la quatrième étape de la compétition. Le précédent classement reste inchangé chez les hommes, à l’issue de ce tour 4.Sylvain Rabetsaroana conserve la position de leader avec une carte de 64, et se trouve toujours devant Hiridjee Djawad et le coréen, Ki Hyeok Nam qui ont fini le parcours avec respectivement 65 et 67, ce dimanche.Chez les dames, cette étape a été marquée par le retour en force de la multiple cham­pionne, Ony Marchand au top du classement après avoir un peu décroché lors du tour 3. Elle est créditée de 70. Noyon Monique et Nyvoara Rave­loarison avec respectivement 73 et 74 occupent, quant à elles, la seconde et la troisième place.Dans la catégorie des juniors, le trio de tête est toujours formé de Rick Vallery Rajerison qui a rendu une carte de 72, Tamby Rakoton­janahary avec 72, Gabriel Ravon qui est crédité de75. La prochaine et cinquième étape du Ringer Score BNI Madagascar aura lieu le 14 mai au même endroit.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Route Nationale 4 – La galère pour les voyageurs à cause d’un pont

La coupure de vingt-quatre heures de la circulation survenue mercredi dernier, au niveau du pont métallique à l’entrée du village d’Antanambao Andranolava, a perturbé tous les usagers, suite à la réhabilitation de cette infrastructure endommagée.Comme le ministère des Travaux publics a prévenu qu’aucune déviation n’est possible, la liaison par voie terrestre entre Mahajanga et cette localité était totalement impossible durant ces vingt-quatre heures. Mais des spéculateurs ont quand même trouvé le moyen d’effectuer des transbordements face à l’impatience des passagers.Ainsi, ces derniers ont dû monter dans des pirogues pour traverser la rivière et rejoindre l’autre rive, moyennant 500 ariary par passager. Cette solution était risquée puisque les voyageurs étaient munis de leurs bagages et d’effets personnels.Quelques jours auparavant, une longue file de camions et de taxis-brousse s’était formée devant le pont. Aucun camion ni véhicule ne pouvait passer, en l’absence de lames métalliques. Les usagers ont été obligés de bivouaquer sur place pendant des heures, voire une nuit.Des vandales ont arraché et détruit les lames ainsi que tout ce qui est en acier le long de l’ouvrage métallique. En fait, presque tous les ponts entre Mahajanga et Maevatanana ont subi des déprédations similaires. Ces voleurs de métaux habiteraient dans les villages à proximité des ponts métalliques et autres panneaux de signalisation. Les autorités pourraient donc effectuer des enquêtes et prendre des mesures drastiques pour empêcher la destruction de ces infrastructures.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Fête du travail – Coalition des fonctionnaires et des travailleurs

Les syndicats des fonctionnaires et ceux des travailleurs du secteur privé rassemblent leur force. La célébration de la fête du travail verra leur coalition, cette année.Ras-le-bol des promesses non tenues de l’État, sur l’amélioration de la condition de travail, ils espèrent être entendus par ce mouvement commun. « Le ministre de la Fonction publique, de la réforme de l’administration, du travail et des lois sociales, a célébré avec nous la fête du travail, il y a 2 ans. Il nous a promis la promulgation de ce CPS. À l’époque, il nous a donné 3 mois pour le décréter, mais jusqu’à présent, on attend encore. C’est inacceptable », s’exprime Lalao Rasoamananoro, secrétaire général de la Confédération des syndicats de travailleurs malgaches révolutionnaires (FISEMARE), hier.Les syndicats des fonctionnaires revendiqueront, entre autres, le réaménagement de la grille indiciaire. Pour les syndicats de travailleurs, regroupés dans la conférence des travailleurs à Madagascar (CTM), les revendications sont nombreuses.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Sport automobile – Le rallye Elf-Michelin ouvre l’exercice 2017

Coup d’envoi dans trois semaines pour le championnat de rallye. Comme chaque année, le club FMMSAM ouvre le bal, les 19, 20 et 21 mai. « La course portera l’appellation de ‘Rallye Elf-Michelin’, toujours en partenariat avec Materauto. On a commencé les reconnaissances depuis quelque temps et on les boucle cette semaine. Le parcours devrait compter environ 132 kilomètres d’épreuves spéciales », confie Robbi Ratahina, président du club. Comme quoi, FMMSAM se prépare déjà depuis plusieurs semaines, afin d’offrir un événement grandiose, pour l’ou­verture de la saison.Le rallye Elf-Michelin de cette année sera spécial par rapport aux précédentes éditions, puisqu’il marquera aussi les dix ans de son jumelage du FMMSAM avec le club ASA Bourbon de La Réunion. « Nous prévoyons d’organiser une grande soirée, pour célébrer cet anniversaire. Plusieurs membres de l’ASA Bourbon effectueront le déplacement dans la Grande île à cette occasion. Il se pourrait également que des pilotes réu­nionnais prennent le départ du rallye, mais ça reste encore à confirmer », ajoute Robbi Ratahina.L’an dernier, le rallye Elf-Michelin avait innové avec le retour sur la partie Nord de la périphérie d’Anta­nanarivo. Les épreuves spéciales étaient alors concentrées sur l’axe de la RN3, aux environs de Fieferana et d’Ambo­hitrabiby. De quoi oublier un peu les pistes habituelles aux alentours d’Anjeva.La victoire finale est revenue à Guillaume « Guiguibone » Andrianjafy et Nathanaël Young sur Mitsubishi Lancer Evo­lution IX. On verra prochainement si FMMSAM reprend les mêmes tracés cette année.Dans le dernier calendrier provisoire de la Fédération du Sport Auto­mobile de Madagascar, l’exercice 2017 compte six manches. On attend la confirmation de celles-ci avec la publication d’un calendrier définitif.Mais s’il n’y a plus de changement, alors le rallye du club Asacm suivra celui du FMMSAM, les 16, 17 et 18 juin. S’ensuivront les manches du Tasamm, les 22 et 23 juillet, du TMF, les 25-26-27 août, et de l’ASA Tana, les 6, 7 et 8 octobre. Et bien évidemment, le Rallye International de Madagascar, organisé par la FSAM, clôturera la saison, les 10, 11 et 12 novembre.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Études supérieures – Le design et l’innovation à la mode

« Penser autrement, voir les choses sous un autre angle, tel est le design », racontent les étudiants de la première promotion du master design et innovation  à l’Institut supérieur de la communication, des affaires et du management (Iscam). Ces étudiants ont témoigné sur l’importance de cette formation à Madagascar, hier, à Ankadifotsy lors de l’ouverture de la deuxième promotion du master en design et innovation. En effet, ces étudiants ont vécu des expériences inattendues lors des quatre workshops avec des experts internationaux qui englobent toute la formation. « Quand on voit un sac à main, on ne pense pas seulement que c’est un sac mais on regarde tout, la couleur, la texture », explique Dina Nomena Andriarimanjaka, étudiante en master design et innovation.

DébouchéL’introduction de cette formation à Madagascar entre dans le cadre du projet Tsara initié par l’Iscam avec l’Onudi et le gouvernement de Norvège. Cette filière qui est en vogue peut être expérimentée à Madagascar. « Nous sommes en retard de 30 à 50 ans en matière de design et innovation  par rapport aux autres pays européens et africains. C’est pourquoi, les nouveautés arrivent à Madagascar, les gens y courent après sans analyse. Or nous avons tous les moyens mais les gens ne les exploitent pas », explique Hans Ranaivoson, responsable du parcours design et innovation à l’Iscam. L’existence de cette formation évite le déplacement à l’étranger.« Avant l’existence de cette formation à Madagascar, les intéressés ont dû payer 7 000 euros. Or ici à Madagascar, il suffit de l’apprendre avec 4 millions d’ariary pour chaque master », ajoute le responsable du parcours.Être designer n’est pas un métier méconnu des Malgaches. Or la promotion de cette formation favorise le développement des entreprises en terme d’emballage et de création à Madagascar. « Quand une entreprise  veut lancer un nouveau produit sur le marché local, elle a besoin d’un designer pour  la présentation, le packaging, la communication, tout ce qui entre dans la conception de ce produit », affirme le responsable du parcours. Les entreprises ont également encouragé fortement la deuxième promotion car les entreprises envisagent de prendre des designers malgaches disponibles à Madagascar au lieu de chercher ailleurs. « Les entreprises attendent ces graines de folie. On est prêt à vous donner la chance », affirme un entrepreneur au sein du Chocolaterie Menakao qui a assisté aux quatre work-shops de la première promotion et en rencontre avec des experts internationaux.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar0 partages

Coliseum d’Antsonjombe – Stenny revient après une longue absence

Cela fait dix ans que le Johnny évangélique se contente de quelques apparitions scéniques. Il n’a pas encore offert à son public un concert digne de ce nom. Cela fait dix ans que les fans trépignent d’impatience à l’idée de voir ou revoir en live leur idole. Eh bien, pour le grand plaisir des férus du rock évangélique, Stenny sera de nouveau sur scène! La star donnera un concert intitulé « Fiderana sy vavaka ho an’ny asa sy firenena » le lundi 1er mai à partir de10 heures tapantes au coliseum d’Antsonjombe. Ce sera une occasion pour le chanteur et ses fans d’ interpréter de nouveau son fameux tube «Dieu est amour » qu’est la reprise évangélique de « Un jour viendra », un des grands succès de Johnny Halliday. Stenny espère que ses inconditionnels ne l’ont pas oublié suite à ces moments d’absence.Stenny  a commencé à monter sur scène au début des années 80 en marchant sur les traces de Johnny Halliday et Elvis Presley, ses modèles. Mais, en répondant à l’appel de Dieu, il a quitté le milieu du rock et de ses sons stridents. Ainsi, il est devenu artiste évangélique. Depuis 1994, il chante pour le Seigneur tout en adoptant le genre qui l’animait : le rock.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Huit personnes percutées

Un accident de la circulation survenu mercredi matin à Ambohidrapeto a griève­ment blessés huit piétons. Suite au problème de freinage d’un minibus de marque Sprinter, qui serait à l’origine de l’accident, le véhicule a percuté une façade et un poteau de la Jirama, selon les témoins.

L'express de Madagascar0 partages

Forum économique – La Haute-Matsiatra se réveille

Imiter l’excellence. C’est de cette manière que la région Haute-Matsiatra compte se remettre sur les rails en matière de développement. Pour ce faire, est organisée en ce moment dans la ville de Fianarantsoa, dans les enceintes du gymnase d’Ambatomena, la première édition du forum économique de la région. Cet évènement s’inscrit surtout dans la continuité de la mise en œuvre du Programme régional de développement (PRD) en mettant en avant les atouts économiques de cette région.Composée de 91 communes dont trois urbaines et 88 rurales, la Haute-Matsiatra puise surtout ses potentialités dans l’agriculture et l’élevage. En effet, avec une superficie totale cultivée couvrant exactement 182 438 ha, soit près de 9 % de la superficie globale de la région, les cultures vivrières occupent les 40% de la production hormis le riz accaparant les 53 % tandis que les cultures industrielles et /ou commerciales ne représente que 7%. Par ce constat, il est évident qu’il devient une priorité pour cette région d’augmenter ce taux de 7 % des cultures dites industrielles.« La région dispose des ressources et de fortes potentialités économiques largement sous exploitées », affirme Herizo Randrianasolo, chef de la région. Raison pour laquelle « le développement de cette région doit être impulsé parl’économie rurale qui repose presque essentiellement sur l’agriculture et l’élevage » enchaîne-t-il.Le but de « Soafianatsa » littéralement traduit par « imiter l’excellence » est donc de permettre une meilleure visibilité de la région et surtout de ses potentiels en incitant les bailleurs de fonds et les investisseurs privés à financer les projets de la région. Un objectif que les autorités compétentes entendent atteindre en soulignant que « la région ne devrait pas être sceptique par rapport à la venue d’investisseurs privés dans la mesure où c’est particulièrement ce secteur privé qui est le principal moteur de développement ».Avec 150 exposants, 15 000 visiteurs attendus pour les trois jours, une centaine de projets à réaliser, quelques milliers de créations d’emplois en perspective, dix promesses d’investissement enregistré, l’évènement se présente déjà comme un des principaux leviers économiques de la région.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Les DAB à reconfigurer

Après l’annonce de l’émission du nouveau billet de 20 0 00 ariary par la banque centrale ainsi que les changements pour les petites coupures, les institutions financières et les banques primaires devraient également se préparer à la mise en place d’une nouvelle structure comme la configuration des DAB distributeurs de billets. Un spécialiste au niveau d’une banque dans la capitale indique que cela nécessite un grand investissement.

L'express de Madagascar0 partages

Tuée à coups de hache

Deux bandits armés ont agressé une jeune femme et l’ont tuée à coups de hache, mardi dernier, vers  4h du matin à Morarano, dans le district de Tsara­tanàna. Plus de 25 millions d’ariary se sont envolés. Le présumé complice des filous ne serait autre que son compagnon, d’après l’enquête.

L'express de Madagascar0 partages

Mai…pris

Des grêlons comme on n’en a jamais vu toute une vie et à la fin du mois d’avril. Des rumeurs sur un monstre violeur terrorisent la ville. Le prix du riz qui va allègrement vers les sommets. Le prix du carburant qui atteindra sans doute la barre des 4000 ariary le jour de la fête du travail. L’actualité continue d’être assez fournie et on est loin d’être au bout de ses surprises.Le mois de mai s’annonce bien animé. La fête du travail coïncide presque avec l’ouverture de la première session ordinaire du Parlement. Un hasard du calendrier qui risque d’avoir des conséquences inattendues. Les syndicats des travailleurs semblent avoir pris du poil de la bête, profitant de la verve de celui des magistrats autour duquel se greffent tous les autres. L’affaire Claudine Razaimamonjy a eu pour effet de sortir de leur torpeur les syndicats qui allaient doucement vers l’agonie. Sur leur lancée, ils profitent de l’occasion pour remettre sur la table de vieilles revendications qui n’ont jamais été satisfaites depuis la Transition. La principale doléance demeure celle concernant le salaire minimum d’embauche qui reste symbolique face à l’allure effrénée de l’inflation. Mais entre les revendications sociales et celles politiques, le pas est vite franchi. Certains dirigeants syndicats se sont métamorphosés en leaders politiques alors que certains syndicats publient purement et simplement des communiqués politiques. Tout le monde marche sur la tête. C’est certainement à cause du changement climatique qui influe sur la psychologie et le comportement des humains. Les glaces polaires fondent les unes après les autres alors qu’ici, il tombe des grêlons qui résistent à l’énergie solaire.La criminalité de plus en plus banalisée, la bestialité devenue monnaie courante seraient la conséquence de l’augmentation de la chaleur. C’est connu depuis la nuit des temps, la canicule rend fou. La vindicte populaire n’est pas ainsi le fruit du croisement de la concussion des juges au pourrissement des forces de l’ordre mais tout simplement d’un accès de folie dû à une chaleur qui fait exploser le mercure.Pire, le Premier ministre voit dans les attaques armées, un dessous politique qui vise à déstabiliser le gouvernement. Comme il est à la recherche de sa première victoire dans ses combats, il est normal qu’il veuille boxer contre une ombre.Le fait est que la population livrée à elle-même, dépourvue de tout recours pour trouver refuge, dépouillée par le coût de la vie devient vulnérable et se laisse facilement avoir par toutes sortes de rumeurs et n’a plus aucun sens de dignité, aucun respect de la vie.Les travailleurs auront beau revendiquer, ils ont toujours été traités avec …mai…pris par les dirigeants. Reste à espérer qu’ils seront autorisés à défiler dans la rue pour leur fête. Le risque est que cela pourrait facilement se transformer en mouvement politique et devenir un vaste mouvement de contestation.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Rugby – Océan Indien – FTM s’envole pour la Réunion

Le club champion de Mada­gascar au dernier Top 8, FT Manjakaray, organisera une journée de lever de fonds ce dimanche où cinq matchs seront au programme, au stade d’Andohatapenaka. Ceci entre dans le cadre de la préparation de FTM à la coupe des clubs champions de l’océan Indien.Cette rencontre au sommet de la région se tiendra au stade du Port la Réunion le samedi 13 mai où St Paul, club champion de cette île hôte, accueillera celui cham­pion de la Grande Ile. La délégation malgache composée de vingt quatre joueurs, deux entraîneurs, en l’occur­rence Mamy Andriamaro et Georges Antoine Rabena­rivo, et le chef de la délégation, Mimi Rakotovao, quit­- tera le pays le 12 avril.FTM sera le premier club à disputer une compétition internationale à l’extérieur.Pour en revenir au programme des matches de ce dimanche, l’équipe féminine de FTM rencontrera en ouverture l’AS SabNam. Ensuite, l’équipe masculine Elite 1 affrontera l’UIRC à 9 heures. Trois autres matchs de l’élite 1 auront lieu après, TF Anatihazo contre Cosfa à 11 heures, VTM Antsalo­vana face à XV Family à 13 heures et US Ankadifotsy contre TFM Ankasika à 15 heures.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – BMOI Premium – Trente équipes engagées

Le coup d’envoi de la saison au Country Club Ilafy sera donné le samedi 27 et le dimanche 28 mai. Comme à l’accoutumée, le BMOI Premium Challenge ouvrira le bal. Le tournoi dédié aux cadres d’entreprise et à leurs familles respectives gagne en notoriété chaque année, à tel point que l’on se bouscule littéralement pour y participer. À un mois de l’évé­nement, trente équipes se sont déjà engagées, si l’on totalise les duos inscrits dans les quatre catégories, en l’occurrence père-fils, dames, hommes groupe 1 et hommes groupe 2.« Nous faisons de notre mieux pour offrir un événement grandiose aux joueurs à chaque édition, avec l’appui de nos partenaires, qui seront Orange, DHL et Arabesque , cette année. Au maximum, nos courts peuvent accueillir soixante équipes, alors qu’on en est déjà à trente inscrites aujourd’hui. À l’allure où vont les choses, ils se pourraient que les engagements soient bouclés avant la date butoir du dimanche 14 mai, fixée préalablement », lance Josoa Rakotonindriana du Country Club.Trois tournois figurent au calendrier du Country Club cette année. À la suite de ce BMOI Premium Chal­lenge, il y aura la Vintage Cup au mois d’octobre. Un tournoi placé sous le thème rétro. Tandis que l’Open International est prévu pour novembre. « Avec la BMOI, on envisage d’organiser un tournoi de qualification à Mahajanga pour cet Open International », ajoute Josoa Rakotonindriana.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Retour des Marocains

Des opérateurs marocains viendront à Madagascar pour suivre l’avancée des travaux sur le canal des pangalanes et bien d’autres projets. Le régime s’appuie sur l’influence du Roi Mohammed V afin d’avoir des connexions avec les pétrodollars au golfe persique. Plusieurs contrats sont en jeu comme les compteurs intelligents de la Jirama.

L'express de Madagascar0 partages

Dépouilles abandon­nées

Quarante trois jours après l’assassinat d’un couple chinois à Ivato, vendredi 17 mars, leurs dépouilles sont abandonnées à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (Hjra) à Ampefiloha. Une source proche des victimes a indiqué que des membres de la famille en Chine sont encore attendus avant la levée du corps.