Les actualités à Madagascar du Mardi 28 Mars 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar12141 partages

Football – Éliminatoires CAN – Dax a convaincu Dupuis

Le milieu de terrain de Fosa Juniors a impressionné pour ses deux premières avec les Barea. Le nouveau sélectionneur, Dupuis, affirme avoir apprécié le joueur immédiatement.

Pour ses deux premières apparitions chez les Barea, Arohasina Andrianarimanana, alias Dax, a déjà impressionné. À commencer par le sélectionneur, Nicolas Dupuis.« Dax, j’ai découvert le joueur récemment. Je l’ai immédiatement apprécié », confie le Français à son propos. Mercredi et dimanche dernier, le milieu offensif de Fosa Juniors a disputé ses deux premières rencontres en équipe nationale, face à Sao Tomé et Principe, en éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations 2019.À l’aller, son entrée en jeu était décisive, puisqu’il était à l’origine de l’action qui a amené l’unique but de la rencontre. Au retour, il était titulaire. Avec Zotsara et Dada, ils ont régné dans l’entrejeu, en faisant preuve de beaucoup de combativité notamment. La relation Dax-Zotsara a particulièrement fait des étincelles, puisque les deux ont multiplié les combinaisons, surtout en première période. Celle-ci était l’ultime illustration de la bonne circulation de balle de l’équipe et de la fluidité de son jeu.En mars 2014, on évoquait l’avènement de ce jeune milieu de terrain, vingt-deux ans à l’époque, en cham­pionnat d’Analamanga. Il avait succédé à Dafé au poste de meneur de jeu de Tana Formation. Depuis, il n’a cessé d’évoluer et c’est bien normal qu’il fasse partie des Barea aujourd’hui.

Sifflets du publicLors du match de dimanche, Dax a été sorti en seconde période. Immédiatement, le public de Mahamasina a contesté cette décision de l’entraîneur et exprimé son mécontentement par des sifflets. Preuve que les spectateurs ont également été convaincus par sa prestation et auraient aimé le voir jouer jusqu’au bout.La sélection malgache affrontera le Soudan, pour la première journée de la phase de groupes des éliminatoires de la CAN, au mois de juin. Difficile de dire s’il figurera encore parmi les onze premiers rentrants ou bien s’il devra céder sa place à Dafé, le moment venu.Mais ce qui est sûr, c’est qu’il devrait être titulaire et endosser le costume de « numéro 10 » des Barea, lors des qualifications pour le prochain Championnat d’Afrique des Nations. Sa bonne vision du jeu, ses dribbles tranchants couplés d’une élégance remarquée balle au pied, ainsi que sa combativité constitueront un atout indéniable.

Suivi médical

Le défenseur central des Barea de Madagascar, Deba Kely, fait l’objet d’un suivi médical actuellement. Il a été touché à la tête lors de la rencontre de dimanche à Mahamasina, contre le Sao Tomé et Principe. On ignore encore les détails de sa blessure, ainsi que la durée d’une éventuelle période d’indisponibilité avant de pouvoir retrouver les terrains. Mais en tout cas, son retour en France, où il joue au club de l’US Tourcoing, a été repoussé.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara602 partages

Tennis : Randy Rakotonavahy, un petit champion au Québec

Randy, le jeune prodige du tennis.

Il a neuf ans et le titre de toute la province de Québec est à lui, car c’est le champion des moins de 10 ans de Québec.  Il s’appelle Randy Rakotonavahy et il participe pour la toute première fois à cette compétition. Et pour une première, le voilà en tête de file, car il n’a perdu aucune manche durant tout le tournoi et le voilà champion de Québec. La compétition a eu lieu du 17 au 20 mars dernier. Selon son père et coach en même temps, Rakotonavahy Tahiry, Randy n’a perdu aucune manche de tout le tournoi, « Il n’a laissé filer que 14 jeux sur 48. En finale, il a battu son adversaire en deux manches de 6-0 et 6-3 ». Randy a commencé le tennis à 4 ans, parfois dans le salon transformé en mini-court de tennis pendant l’hiver. « Il s’entraîne au club de tennis, très prestigieux de l’Ile des Sœurs à Montréal. Son joueur favori est Novak Djokovic. À 7 ans, il a gagné le tournoi « Mini coupe Rogers » à Montréal dans la catégorie des 8 ans et moins. En 2016, il a participé au tournoi international « Little Mo » à New York et a été finaliste, ne perdant qu’au tie-break du 3e set ».

Anny Andrianaivonirina

Madaplus.info329 partages

Des lingots d’or, dissimulés dans le vagin et l’anus, interceptés

Décidément, toutes les cachettes sont bonnes pour essayer de faire sortir en catimini des lingots d’or.
En effet, lors d’une fouille effectuée par la gendarmerie sur le tarmac, deux ressortissantes étrangères, voulant s’envoler pour Maurice, ont été interceptées cet après-midi par la gendarmerie en possession de lingots d’or. La fouille s’est faite avant que les passagers montent de l’avion. Résultat, deux kilos d’ors ont été trouvés sur ces deux ressortissantes. Elles ont dissimulé ces lingots d’or dans leurs vagins et anus.
La gendarmerie nationale d’itérer que la fouille des passagers sur le tarmac avant de monter dans l’avion est une condition sine qua non. C’est avec ces fouilles qu’elles ont pu empêcher l’exportation illicite des ressources naturelles.
L'express de Madagascar304 partages

Prostitution à Maurice – Seize jeunes Malgaches rapatriées

Le service de l’immigration mauricien a mené une opération dans une  boîte de nuit. Soupçonnées de prostitution, 16 jeunes malgaches attendent leur rapatriement.

Les forces de l’ordre mauricien ont mené une opération coup de poing  dans une discothèque de l’agglomération de Grand Baie dans la nuit  de samedi à dimanche. Soupçonnées de séjour irrégulier et d’appartenance à un réseau de prostituées, 16 ressortissantes malgaches ont été interpellées. Après ce coup de filet, les autorités mauriciennes se sont d’emblée attelées à leur rapatriement  dans la Grande Île. Selon la presse locale, les seize malgaches devaient être rapatriés dimanche. Une vérification effectuée auprès du service central de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) révèle pourtant qu’elles ne sont pas encore dans nos murs.Aux dernières nouvelles, elles font encore l’objet d’audition avant leur refoulement.Le pot-aux-roses a été découvert lors d’un «tracking team» menée par les services des passeports et de l’immigration (PIO). La découverte d’une importante somme d’argent a ouvert la thèse selon laquelle les jeunes femmes interpellées puissent appartenir à un réseau de prostituées. Des devises ont été découvertes sur l’une d’elles dont 2 500 roupies, 1 960 euros, 60 dollars américains et 100 000 yuans.  La découverte de cette somme a titillé les agents du PIO du fait que la Malgache n’avait déclaré que 350 euros lorsqu’elle a débarqué dans l’île sœur le 12 février dernier. À la lumière des informations  recueillies, c’est du moins la somme qu’elle avait déclarée auprès des services de l’immigration. Les fonds suspects ont été, de ce fait, saisis.

DénonciationsLa Malgache sur laquelle ces devises ont été découvertes a été interrogée sur leur provenance. Le fait qu’elle ait accumulé une telle somme en l’espace d’un mois et demi sans qu’elle ne l’ait déclaré suscite des interrogations. Dans la foulée, les enquêteurs ont donné du grain à moudre à la jeune femme en la questionnant sur le métier qu’elle exerce pour rassembler un pareil montant en devises en un si peu de temps.Ces Malgaches sont arrivées à Maurice dans le courant du mois de février dernier. Des interrogatoires ont révélé que certaines d’entre elles ont communiqué de fausses adresses et soumis de faux papiers d’hébergement aux fonctionnaires chargés de l’immigration, affectés à l’aéroport de Plaisance.«C’est à la suite de nombreuses plaintes déposées par des habitants du Nord, dénonçant des ressortissants étrangers s’adonnant à des activités louches qui ont déclenché  l’opération », explique le sergent Joyprakash, responsable de la «tracking team» du PIO.Le retour au pays des suspects est attendu.

Andry Manase

Midi Madagasikara176 partages

Hery Rajaonarimampianina : Entretien avec le président chinois

Le président Hery Rajaonarimampianina accueilli par son homologue chinois.

Le couple présidentiel malgache a été accueilli à son arrivée sur la Place Tien Anmen par le chef de l’Etat chinois et son épouse. Au grand Palais du peuple, l’entretien entre les présidents Xi Jinping et Hery Rajaonarimampianina a duré plus d’une heure. Les parties chinoise et malgache ont tenu par la suite une réunion de travail au cours de laquelle six accords ont été signés, dont le mémorandum portant sur l’intégration de Madagascar au sein du programme chinois « ceinture économique de la route de la Soie ». Dans le cadre de cette visite d’Etat du président Hery Rajaonarimampianina en Chine, les relations de coopération sino-malgache viennent de franchir une nouvelle étape.

Recueillis par Dominique R.

Madaplus.info166 partages

Des lingots d’or, dissimulés dans les parties intimes, interceptés

Décidément, toutes les cachettes sont bonnes pour essayer de faire sortir en catimini des lingots d’or.
En effet, lors d’une fouille effectuée par la gendarmerie sur le tarmac, deux ressortissantes étrangères, voulant s’envoler pour Maurice, ont été interceptées cet après-midi par la gendarmerie en possession de lingots d’or. La fouille s’est faite avant que les passagers montent de l’avion. Résultat, deux kilos d’ors ont été trouvés sur ces deux ressortissantes. Elles ont dissimulé ces lingots d’or dans leurs vagins et anus.
La gendarmerie nationale d’itérer que la fouille des passagers sur le tarmac avant de monter dans l’avion est une condition sine qua non. C’est avec ces fouilles qu’elles ont pu empêcher l’exportation illicite des ressources naturelles.
Midi Madagasikara97 partages

Football- Elections : Guerre ouverte entre les successeurs d’Ahmad

Alfred Randriamanampisoa fait partie des candidats à la tête de la FMF.

Qui va remplacer Ahmad aux commandes de la Fédération Malgache de Football ? C’est l’inévitable question après cette assemblée générale de samedi à Carion.

Faute d’avoir désigné son successeur au sein de la FMF avec qui il espère s’entendre sur la conduite à tenir tant dans les relations avec la CAF qu’avec la FIFA, Ahmad semble avoir ouvert la porte à tous les schémas possibles et imaginables.

Du coup on se bouscule au portillon pour mener une campagne avant la lettre pour être le nouveau président de la FMF.

Outre la candidature de Arizaka Rabekoto Raoul qui est assez logique, car il lui a manqué bien peu de choses pour battre Ahmad à Fianarantsoa et comme les deux hommes s ‘entendent à merveille, il s’annonce comme le candidat de la continuité. Il y a aussi d’autres membres du comité exécutif qui se lancent dans la bataille. A commencer par celui qui assure l’intérim, notamment, Doda Andriamiasasoa qui a l’amour du football dans son sang.

Alfred le plus actif. Le président de la Ligue du Menabe, Hawel Mamod’Ali, serait également sur la liste. Le conditionnel est de rigueur, car l’homme s’est bien gardé de courtiser les présidents des ligues contrairement aux autres candidats dont Alfred Randriamanampisoa, le président d’Elgeco Plus,  sans nul doute le plus actif à l’heure actuelle.

Heribe Rasoamaromaka a aussi franchi le Rubicon pour apporter ce qu’il appelle un souffle nouveau. Il ne cache pas sa volonté de prendre un nouveau départ au football malgache avec des hommes nouveaux, donc extérieurs à la FMF.  Un défi en fait pour un système difficile à cerner avec des ligues au comportement parfois versatile.Mais sait-on jamais car les textes sont clairs sur le sujet comme quoi Doda Andriamiasasoa assure l’intérim jusqu’en 2018 et que les élections débuteront auprès des sections ensuite les ligues avant d’arriver à l’étage supérieur qu’est la fédération. En clair, les gesticulations à s’attirer la sympathie des ligues actuelles, risquent d’être un coup d’épée dans l’eau car les vrais électeurs sont plutôt à venir. C’est tout aussi simple que ça…

Clément RABARY

Midi Madagasikara87 partages

Coopération décentralisée : Madagascar et la France, ensemble pour le développement

De gauche à droite, le deuxième adjoint au maire de la CUA, Julien Andriamorasata, l’ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Vouland, le Premier ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier, et le délégué pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales.

Madagascar se prépare d’ores et déjà à accueillir en octobre les secondes assises internationales à l’action internationale des collectivités territoriales franco-malgaches.

Les ateliers de coopération décentralisée franco-malgache sont ouverts pendant deux jours et se tiennent hier et aujourd’hui au Solimotel Anosy. D’après les informations communiquées par le Premier ministre, Mahafaly Solonandrasana Olivier et l’ambassadeur de France à Madagascar, Véronique Vouland, ils sont destinés à préparer les secondes assises internationales à l’action internationale des collectivités territoriales franco-malgaches en octobre prochain à Antananarivo.

Décentralisation. Les autorités institutionnelles – en l’occurrence – le Premier ministre, l’ambassadeur de France à Madagascar, le délégué pour l’Action Extérieure des Collectivités Territoriales et le deuxième adjoint au maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo (CUA), sont unanimement conscients que le développement national part du développement local lequel est conditionné par une décentralisation effective. « L’Etat malgache a choisi de basculer vers la décentralisation. Dans cette Quatrième République, nous allons faire en sorte qu’il y ait moins de discours quant à sa mise en œuvre, mais beaucoup d’actions », introduit Mahafaly Solonandrasana Olivier. Par ailleurs, il a déclaré, dans un premier sens que « nous avons tendance à penser impérativement que décentralisation implique décentralisation budgétaire même si le concept prévoit le transfert des compétences et des ressources financières », avant de préciser, dans un second sens que « l’Etat conjugue des efforts pour y parvenir. Par ailleurs, il y a également la décentralisation économique soutenue par le chef de l’Etat et qui se traduit par les constructions des différentes infrastructures sanitaires ou routières lesquelles sont au profit des collectivités locales ».

Développement local. Véronique Vouland et le DAECT ont tous les deux mis l’accent sur les relations qui se resserrent entre Madagascar et la France à travers la coopération décentralisée. Pour l’ambassadeur, « c’est un lien symbolique entre nos deux pays, car elle s’intéresse directement aux citoyens. Ses actions sont au plus près des habitants. A l’échelle d’un territoire, elle aide à amorcer le développement local qui est un des axes du Plan National du Développement et une des priorités des partenaires techniques et financiers ». Ses propos sont appuyés par le DAECT qui a affirmé que « Madagascar est un pays important pour la coopération décentralisée française. Les Régions françaises sont particulièrement impliquées dans la coopération décentralisée à Madagascar tout comme les autres niveaux de décentralisation ». Par ailleurs, la coopération décentralisée s’étend sur plusieurs secteurs dont l’eau, l’agriculture, ou la réhabilitation des corridors. Le grand rendez-vous sera donc celui d’octobre prochain qui se focalisera sur « les actions de développement touchant les domaines sociaux, économiques, culturels et la décentralisation », selon le PM et « un rendez-vous pour faire le point de la décentralisation à Madagascar, voir ce qui va, ce qui ne va pas, faire le bilan pour être au service de la population », selon le DAECT. En attendant, toujours d’après lui, « les régions françaises attendent avec impatience les nouvelles élections régionales à Madagascar ».

Aina Bovel

News Mada83 partages

Argent contre travail : plus de 7 000 ménages bénéficiaires à Manakara

Inscrit dans le cadre du programme « Filets sociaux de sécurité », l’Argent contre travail productif (ACTP) arrive à Manakara.

Quinze communes du district de Manakara, de la région Vatovavy Fitovinany, viennent de bénéficier des «Filets sociaux de sécurité». La cérémonie des premiers paiements s’est tenue le weekend dernier dans la ville de Manakara. Baptisé «Asa avotra mirindra», ce programme est coordonné par le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF), dont la mise en œuvre est sous l’égide du Fonds d’intervention pour le développement (Fid).

A ce titre, 7 586 ménages, issus de 73 fokontany, vont recevoir, non pas un salaire, mais un complément de revenu jusqu’en 2019. Cela en échange de travaux réalisés dans divers domaines comme l’agriculture, la pêche, l’élevage, l’environnement à travers le reboisement, l’aménagement en vue de conservation du sol et de l’eau et la restauration du sol. Les activités proposées à la population ne nécessitent pas de qualifications professionnelles car elles sont accessibles à toute personne apte à  travailler.

Paiement tous les dix jours

Le paiement est programmé tous les 10 jours, à raison de 5h de travail quotidien. Il est fixé à 3 000 ariary le forfait horaire. Aussi, les 50 premiers bénéficiaires ont reçu chacun, 30 000 ariary d’ACTP, après leurs premiers coups d’Angady ou bêche» ou «Tsatok’angady voalohany», réalisés 10 jours plus tôt. L’ACTP est financé par la Banque mondiale à hauteur de 14,7 millions de dollars.

Sera R

 

Midi Madagasikara73 partages

Fanamarihana ny 29 martsa : « Tsy azo atao ny manao famoriam-bahoaka», hoy ny Emmo

Mazava ny ny tenin’ny Prefektioran’ny pôlisy sy ireo mpitandro filaminana telolafy mivondrona ao anatin’ny Emmo, omaly nandritra ny fihaonany tamin’ny mpanao gazety tetsy amin’ny Tobin’ny zandary tetsy Ankadilalana. « Tsy azo atao ny manao famoriam-bahoaka mandritra ny hetsika fanamarihana ny faha-70 taonan’ny tolom-panafahan’ny 29 martsa 1947». Araka ny fanazavàna azo mantsy dia tsy nisy mihitsy olona na fikambanana tonga nametraka taratasy fangatahana hamory olona, tonga teny amin’ny Prefektioran’ny pôlisy eto an-drenivohitra hatramin’io omaly io. Toraka izany ihany koa ny amin’ny fampiasàna fanamasim-peo, na mipetraka io na mandehandeha. Araka izany dia «misy ny fifandaminana. Ireo tompon’andraikitra-panjakana no mandeha aloha ary manaraka ny ny sisaAry mametraka voninkazo dia samy miala. Tsy azo atao ny manao kabary pôlitika na manentana ny olona hilahatra», hoy ny Jly Florens Rakotomahanina. Ho hentitra tokoa ny fitandroana ny filaminana amin’io fotoana io, na etsy Ambohijatovo izany, na eny amin’ny Mausolée, hisorohana ny zava-nitranga toy ny niseho tamin’ny herintaona raha ny fampahafantarana nataon’ny Kly Ravoavy Zafisambatra, Lehiben’ny EmmoReg. « Ho an’izay tsy manaraka ireo fepetra ireo dia ho avy izahay hisambotra », hoy hatrany izy ireo, satria efa naman’ny tsy fanarahan-dalàna izany.

m.L

Midi Madagasikara65 partages

Hépatite B, un Malgache sur quatre serait concerné !

Le pays affiche un taux de prévalence de 23% en hépatite B, c’est l’un des plus élevés en Afrique. Un Malgache sur quatre serait alors atteint de l’hépatite B, parfois sans le savoir, d’où l’urgence du vaccin. « Mieux vaut prévenir que guérir ! »

L’hépatite B, késako ? Appelé également VHB, l’hépatite B est un virus engendrant l’inflammation du foie en détruisant  ses cellules. Cette maladie virale se transmet essentiellement par les liquides biologiques : le sang, le sperme, les sécrétions vaginales, ou le lait maternel d’une personne infectée. De ce fait, tout rapport sexuel non protégé (qu’il soit oral, anal, ou buccal) avec un porteur du virus peut transmettre la maladie,  tout comme les injections intraveineuses, les tatouages, body-piercings et autres.

Un traitement hors de prix. Non traitée, l’hépatite B est à l’origine de 80% des cancers du foie et son traitement peut atteindre les 48 000 000 Ar à raison d’un traitement d’1 000 000 Ar par semaine pendant 48 semaines…Partant du constat que 50% des malades atteints d’hépatite B en sont déjà à un stade avancé, voire en métastase, les diverses associations de professionnels de la santé à Madagascar (Association des gastro-entérologues, l’Union des Médecins de Madagascar, l’Union des Pharmaciens de Madagascar, etc.) ont collaboré avec le SANOFI Pasteur et la SOPHARMAD, pour organiser une campagne de vaccination contre l’hépatite B dans tout Madagascar, depuis janvier jusqu’en août 2017.

La campagne, comme solution pragmatique. Durant cette campagne, le prix du vaccin est de 40 000 Ar (au lieu de 120 000 Ar hors-campagne). Il est disponible dans la plupart des hôpitaux (ex : Befelatanana, Hôpital des enfants Ambohimiandra, Clinique Noa Ankorondrano, etc.), ainsi que les pharmacies (ex : pharmacie Hanitra, pharmacie d’Ampandrana, pharmacie de la Métropole, pharmacie de Mahavoky, pharmacie Iarivo, etc.)  Il s’administre en trois fois : deux prises espacées d’un mois et un rappel six mois après. Jusqu’à ce jour, la campagne connaît un vif succès auprès des particuliers de tout âge, mais surtout des grandes entreprises dans le cadre de leurs responsabilités sociales. Heureusement !

Luz R.R                    

Midi Madagasikara64 partages

Des manifestations en vue le 29 mars : Les forces de l’ordre prêtes à intervenir en cas de débordements

Magro Behoririka serait quadrillé par les éléments de l’Emmo-Reg demain.

La célébration du 70e anniversaire de l’Insurrection de 47 risque d’être sous tension demain dans la Capitale.

Des étoilés de la Préfecture de Police d’Antananarivo, de la CIRGN (Gendarmerie), de la Police nationale et de l’Armée (Région Militaire n°1) sont montés au créneau hier pour clarifier les règles du jeu auxquelles doivent être soumis tous ceux qui ont l’intention de se rendre à Ambohijatovo ou au Mausolée dans le cadre de la commémoration du 70e anniversaire de la lutte de libération du 29 mars 1947. Le général Florens Rakotomahanina a martelé qu’aucune marche ni mobilisation par l’utilisation de sonos ne sera autorisée demain dans les rues de la Capitale. « Si des gens étaient tentés d’enfreindre cette règle du jeu, les forces de l’ordre seraient obligées de prendre les mesures qui s’imposent », a prévenu le Numéro Un de la Circonscription régionale de la Gendarmerie nationale d’Analamanga. Quant à Ravelonarivo Angelo Christian, un autre général qui vient d’être nommé à la Préfecture de police d’Antananarivo, il a fait savoir qu’aucune demande de manifestation dans le cadre de la commémoration des événements du 29 mars 47 n’a été enregistrée jusqu’à hier à Tsimbazaza.

Suspense. Une autre règle du jeu a été annoncée hier par le général Florens Rakotomahanina : il faudra d’abord laisser les officiels effectuer leur devoir de mémoire. Les partis politiques et les associations peuvent effectuer les leurs après le président de la République et d ‘autres autorités de l’Etat. Pour certains observateurs, les déclarations des responsables chargés du maintien de l’ordre dans la Capitale étaient venues notamment après l’annonce faite par les partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana, qui prévoient d’organiser une manifestation pour le 70e anniversaire des événements du 29 mars 1947. Samedi dernier au Magro Behoririka, Zafilahy Stanislas a fait savoir que les « Zanak’i Dada » participeront activement à cette commémoration. Il s’est contenté de souligner que Marc Ravalomanana serait présent à la manifestation qui devrait d’abord se tenir dans l’enceinte du Magro Behoririka. Rien n’a été encore dit sur la forme que cette manifestation pourrait prendre. Ce qui est sûr, c’est que des « Zanak’i Dada » vont déposer des gerbes sur les stèles commémoratives d’Ambohijatovo et d’Avaratr’Ambohitsaina (Mausolée).

Fauteurs de troubles. Zafilahy Stanislas a clarifié samedi dernier au Magro Behoririka que les partisans de Marc Ravalomanana ne sont pas des « fauteurs de troubles ». A rappeler que la commémoration de l’année dernière a été émaillée de « Sakoroka ». Les partisans du Mapar conduits par le sénateur Lylison étaient entrés en affrontement direct avec les forces de l’ordre. Des bras de fer avaient été engagés entre les deux parties depuis Ambohijatovo. Les affrontements avaient dégénéré au niveau d’Ampasanimalo lorsque la « marche pacifique » rejoignait le Mausolée. Les forces de l’ordre commandées par le général Florens Rakotomahanina avaient eu recours à des moyens musclés pour empêcher les manifestants d’avancer vers le Mausolée. Des dégâts avaient été enregistrés. Le pare-brise de la voiture du sénateur Lylison avait été même cassé par des grenades lacrymogènes.  En tout cas, on s’achemine vers une commémoration sous tension demain à Tana.

R.Eugène

Midi Madagasikara45 partages

Famonoana sinoa mpivady teny Ivato : Nadoboka any Tsiafahy avy hatrany ny telo tamin’ireo voarohirohy

Efa tany amin’ny sivy ora alina mahery kely tany ho any vao vita ny fihainoana ireo olona sivy mianadahy, sinoa fito sy vehivavy malagasy roa, teny anivon’ny Fampanoavana Anosy omaly. Olona izay voarohirohy tamin’ny famonoana ireo sinoa mpivady tao amina hôtely iray teny amin’iny faritra Ivato iny. Taorian’ny ora maro nihainoan’ny mpitsara azy ireo dia fantatra fa ny telo tamin’ireto sinoa dia nadoboka avy hatrany eny amin’ny fonjaben’i Tsiafahy miandry ny fotoana hitsaràna azy ireo. Anisan’izany i Shao Wei, ilay tovolahy teratany sinoa, isan’ny nandray anjara nivantana tamin’ny famonoana azy ireo, ary niaiky izany rahateo nandritra ny fanadihadiana nataon’ireo mpitandro filaminana azy. Ireo olona enina ambiny kosa raha ny fantatra dia nomen’ireo mpitsara famotorana fahafahana vonjimaika. Tsiahivina fa tamin’ny fomba feno habibiana tokoa no namonoana ireto terantany sinoa ireto. Sady nokapohina tamin’ny maritoa no mbola notsindromina sy nokapaina tamin’ny antsibe. Ireto fitaovana ireto dia efa novidiana mialoha tao amina tranombarotra iray, araka ny famotorana natao tamin’ireo voarohirohy hatrany. Antony nilazan’ireo mpanao fanadihadiana efa nomanina mialoha ity vono olona feno habibiana ity. Ny anton’izany dia tsotra ihany, fitsiriritana ny volabe tany amin’ireto olon-droa ireto.

m.L

Midi Madagasikara43 partages

Zones sinistrées d’Enawo : Flambée quasi-historique du prix du riz

Ces prix qui datent d’il y a seulement quatre mois semblent appartenir définitivement au passé !

Le prix du riz semble avoir observé une baisse à Antananarivo après l’épisode de hausse de janvier et février 2017, les étiquettes n’ont pas encore retrouvé les valeurs d’avant cette série de flambées des prix, autour de Ar 1 400 à Ar 1 500 le kilo. Actuellement, les marchés de quartiers dans la capitale affichent un prix allant de Ar 1 900 à Ar 2 200 le kilo, après avoir atteint les Ar 2 500 en février. Il n’en est pas de même dans les zones récemment sinistrées après le passage du cyclone Enawo où le prix du riz atteint des sommets. Jusqu’à Ar 1 200 le « kapoaka » ces derniers jours dans des localités situées dans les parties Nord et Est de Madagascar, notamment Marolambo et les alentours, soit Ar 4 200 le kilo, sachant qu’un kilo de riz équivaut à 3,5 « kapoaka ». De mémoire de consommateur, l’on n’a jamais vu pareille flambée du prix du riz dans ces localités. Au lendemain du passage du cyclone, le cap des Ar 1 000 a déjà été franchi dans ces zones parmi les plus touchées. Les sinistrés peinent ainsi à se relever, frappées par la flambée du prix de cette denrée qui constitue l’alimentation de base. Actuellement, la situation alimentaire des ménages sinistrés reste préoccupante et les enfants sont alors les plus vulnérables.

Hanitra R.

Midi Madagasikara41 partages

« Mifampitantana » au Palais des Sports : Tenues, coiffure et maquillage orchestrés par Malala & Holy

Bodo et Poopy, pendant la mise en beauté par Naly et toute son équipe au Bel’hair mode.

Derrière un grand homme, il y a une femme et derrière Bodo Poopy, il y a Malala Holy. Belles ? Ceux qui ont assisté à leur spectacle au Palais des Sports le 19 mars dernier ont trouvé qu’elles l’étaient. La plupart ont également trouvé que leurs tenues de scène étaient tout simplement originales. Aujourd’hui, les deux chanteuses révèlent que c’est grâce à Naly de Bel’hair Mode et Beauté Holy Harinjato de Holy Oly création, qui ont tout orchestré. Lors de ces retrouvailles, les deux amies se sont changées douze fois. Douze tenues imaginées et cousues par Holy Harinjato. « Nous les avons consultées : sur les tissus qu’elles n’appréciaient pas, les coupes et découpes qu’elles affectionnaient particulièrement… puis nous nous sommes attelées à la tâche. Nous avons dû faire de nombreux essais avant d’arriver au résultat que vous avez pu apprécier au Palais des Sports », relate Holy. Malala n’a eu qu’à s’inspirer des tenues pour la coiffure. Et la magie a opéré, puisque le public était sous le charme. Et ce sera encore probablement le cas puisque, Bodo Poopy comptent continuer leur route en France au mois de mai.Mahetsaka

Midi Madagasikara40 partages

Ambohidratrimo : Fasana roa indray vaky, taolambalon-drazana maherin’ny 100 no very

Misoko mangina tokoa ity resaka halatra taolam-paty sy vaky fasana ity eto amintsika. Fasana roa indray mantsy no nobanahan’ireo tsy mataho-tody teny amin’iny faritra Ambohidratrimo iny. Taolambalon-drazana manodidina ny 100 tany ho any no very, araka ny tatitry ny zandary nanao ny fanadihadiana teny an-toerana. Ny marainan’ny alahady lasa teo no nahatsikaritra zavatra hafahafa teo amin’ny fasan-drazany ny tompony. Rehefa nozohina akaiky dia hita fa efa mitanilanila ny varavaram-pasana, ka nampiantso avy hatrany ny fokonolona sy ny tompon’andraikitra ity farany. Tonga teny an-toerana avy hatrany ireto nantsoina narahin’ny mpitandro filaminana teny an-toerana. Ny fizahana ifotony ny zava-nisy no nahafantarana marina fa tena nisy namaky ilay fasana. Ary tsy ity farany ity irery fa mbola nisy fasana iray hafa. Voaviravira ary lasan’ireo tsy valahara avokoa ireo razana maina tao amin’ilay fasana, ary io fantatra fa mahatratra any amin’ny zato io ny isany. Raha ny fitantaran’ny iray tamin’ireo fianakaviana dia ireo razana efa taloha, izany hoe ireo efa nihoatra ny folo taona tany avokoa no nalain’ireo olon-dratsy. Ny razana taty aoriana kosa dia tsy nisy nokitihan’izy ireo, araka ny fanazavàna azo hatrany. Heverina fa mety ho ny alin’ny sabotsy teo no namakin’ireo olon-dratsy ireto fasana ireto, ary nanao izay danin’ny kibony mihitsy ireo nibata izay taolambalo zakany. Tsy maintsy ho hitan’ilay tompom-pasana izay nipetraka tsy lavitra teo mantsy raha talohan’izay. Fantatra fa efa eny am-pelatanan’ny mpitandro filaminana ity raharaha ity.

m.L

Midi Madagasikara37 partages

Orange Madagascar : la 4G enfin disponible pour ses abonnés

Les clients internautes d’Orange Madagascar peuvent se réjouir. Ils ont maintenant la 4G que l’opérateur a lancée au grand public  depuis  vendredi dernier. Et ce, après une phase de test technique concluant. Et c’était devant une assistance composée du tout-Tanà du monde des affaires, au cours d’une soirée qui a eu lieu vendredi dernier au Dôme RTA que Michel Degland, Directeur Général d’Orange a annoncé la bonne nouvelle.  « La 4G d’Orange est maintenant effective et accessible au grand public » a-t-il d’emblée annoncé.

Une 4G qui se caractérise, notamment, par le concept d’innovation que l’opérateur met en place. Au grand bonheur des  utilisateurs qui peuvent notamment s’offrir une lecture vidéo  plus fluide et sans coupure à travers les offres disponibles à la maison ou partout où l’on va. Les forfaits Mobile TV d’Orange permettent par exemple de regarder des émissions télévisées à portée de main partout. Ou encore l’écoute de Orange Radio en ligne qui est plus fluide avec la 4G.  En effet, Orange ambitionne une couverture nationale 4G de très bonne qualité.

R.Edmond            

News Mada36 partages

Morondava : nahazo trano fonenana ny mpiasan’ny Cnaps

Notokanana ny herinandro lasa teo koa ny trano fonenana ho an’ireo mpiasan’ny Cnaps any Morondava, ao amin’ny fokontany Tsimahavaobe. Olana ho an’ny mpiasam-panjakana mantsy matetika ny tsy fahitana trano sy ny halafosan’ny hofan-trano. Nilaza ny tale jeneralin’ny Cnaps, Arizaka Rabekoto Raoul, fa « famporisihina ny mpiasa hamokatra sy hiasa bebe kokoa ny toy izao sady fotodrafitrasa tsara avela hoan’ny taranaka ». Anisan’ny notsihivin’ny minisitry ny Asam-panjakana sy ny fanavaozana ny raharaham-panjakana ary ny lalàna ara-tsosialy, Maharante Jean de Dieu, fa andraikitry ny minisitera ny manara-maso ny orinasa mba hanaja ny zon’ny mpiasa.

Nifanindran-dalana tamin’ity fitokanana fotodrafitrasa ity koa ny fampahafantarana ny klioba Cnaps Zandriolona any Menabe. Nitsangana ny taona 2013 ny klioba ary efa mahatratra 440 ankehitriny avy amin’ny sekoly EPP sy CEG, raha 150 tany am-piandohana. Tanjona ny ahalalan’ny ankizy dieny mbola kely ny lafiny fiahiana ara-tsosialy satria ho mpiasa sy mpampiasa izy ireo rahatrizay lehibe.

Lalàna mifehy ny asa sy ny fanampiana

Ankoatra ireo, nisy fiofanana nomen’ny Sampandraharahan’ny asa sosialy sy ny fahasalamana (Sass) ao amin’ny Cnaps ho an’ny tompona orinasa, mpiasa solontenan’ny mpiasa tany Morondava. Atrikasa nampahafantarana ny lalàna mifehy ny asa, toy ny tsy maintsy hisian’ny fifanarahana arakasa, ny tsy maintsy hanambarana any amin’ny Cnaps ny mpiasa vaovao sy ny karamany. Teo koa ny momba ny zon’ny mpiasa sy ny tombontsoa omen’ny Cnaps, toy ny fanampiana ho an’ny bevohoka, ny ho an’ny mpiteraka, ny volan-jaza, ny solon-takaitra ho an’ny mpiasa tra-doza amperinasa, ny fisotroan-dronono, sns.

Nisaotra ny Cnaps ny mpanatrika noho ny nahalalan’izy ireo tsara ny lalàna sy ny fahalalana manodidina ny tontolon’ny asa. Anisan’izany Rtoa Rakotondramanga Claire, mpiasan’ny Hotely Eden Rock, Rtoa Rabemiarana Malalatiana avy amin’ny sekoly FJKM Fahazavana Morondava, Roger avy amin’ny Foiben-draharaha ara-pambolena (CSA).

Njaka A.

Midi Madagasikara27 partages

Danse : Place à la « semaine du flamenco » !

Une grande première à Tana ! Du 28 mars jusqu’au 1er avril, Tana vibrera au rythme de cet art populaire andalou qu’est le flamenco.

Le flamenco ? Certains le dansent, mais d’autres le chantent. Car oui, en plus d’être une danse, le flamenco est également un genre musical. Mais cela, beaucoup l’ignoraient. Justement pour faire connaître un peu mieux le flamenco aux Malgaches, le Consulat Honoraire d’Espagne à Antananarivo a décidé d’organiser la « Semaine Flamenco de Madagascar ». « Ce sera un évènement à travers lequel nous initierons ceux qui sont intéressés au flamenco. Outre les spectacles, on va effectivement tenir des ateliers et conférences », explique Javier Mantecón du comité d’organisation.  Dès ce jour, à partir de 10 heures, le même responsable ainsi que Harinirinjahana Rabearintsoa Rabarijaona interviendront à l’IFM Analakely. La conférence est intitulée « Rites et géographie d’une expression artistique unique ». Les ateliers débuteront par contre à partir de demain. « Le premier est en faveur de jeunes handicapés. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, tout le monde peut danser le flamenco. Le second est destiné aux amateurs de guitare et aux danseurs professionnels ». Ceux qui seront là en simples spectateurs ne seront pas en reste. Trois représentations sont prévues. La première le 30 mars au centre Conficius à 16h, la seconde à l’IFM le 31 mars à 19 :30 et la dernière à l’Urban Café Antsahabe le 1er avril à 20 heures. Des spectacles dont les accès sont tous gratuits.Mahetsaka

Midi Madagasikara27 partages

Amparafaravola : Fandrobana sy kidnapping tompona épicérie

Kalachnikov sy basim-borona no nentin’ny jiolahy miisa valo nanafika ny mpivarotra enta-madinika iray tao amin’ny fokontany Maheriara, Morarano-Chrome (faritra Alaotra Mangoro). Ny alin’ny zoma teo, vao nanomboka maizina ny andro, amin’ny enina ora sy sasany hariva, no nigadona ireo olon-dratsy izay tsy nisaron-tava. Nambanana basy ny mpivarotra ary nalaina tao amin’ilay toerana ny kojakoja maro ankoatra ny entam-barotra. Isan’ny voamarika tamin’ny tatitry ny zandary ny halatra “batterie”, “plaque solaire”, fanamafisam-peo, ny finday rehetra ary ny vola mitentina 1,7 tapitrisa ariary. Tsy vitan’izay fa mbola nentin’izy ireo niaraka taminy ihany koa ny tompon’ny tsena. Nisy nahavita niantso ny zandary tao Morarano-Chrome. Nanomboka teo ny fanarahan-dia. Fantatr’ireo olon-dratsy izany ka nahatonga an’ireo namotsotra teny an-dàlana ilay olona nalain’izy ireo an-keriny. Efa tonga hatrany ambanivohitra koa ny kidnapping…

D.R

Midi Madagasikara27 partages

Tapatapany

#-Nidoboka am-ponja ny alakamisy lasa teo ny ben’ny tanànan’ny kaominina Tsaravinany, distrika Mahanoro. Voarohirohy tamin’ny halatra lavanila maitso ity olom-boafidy ity, nahatratrarana lavanila milanja efatra kilao mahery tao an-tranony nandritra ny fisavan’ny mpitandro ny filaminana. Nikatona avokoa ny biraon’ny kaominina hatramin’io andro io noho ny figadran’ny ben’ny tanàna avy amin’ny antokon’ny fitondrana ity.

Nangonin’i D.R

Midi Madagasikara27 partages

Inclusion financière : Vers une tendance négative, 41% de la population à sensibiliser

Ouverture officielle du Global Money Week, hier au ministère du Plan Anosy.

Plus de 100 000 jeunes devront être touchés par la campagne de sensibilisation pour l’inclusion financière, pour cette année. De grands efforts restent à faire, selon le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana.

 

Pour la deuxième fois, le « Global Money Week » est célébré à Madagascar, du 27 mars au 2 avril 2017. Des manifestations et animations sont programmées cette semaine, dans six villes. « Pour cette fois, nous collaborons avec 32 établissements scolaires et universitaires dans les villes de Behenjy, Ambatolampy, Ambohimandroso, Antanifotsy, Antsirabe et Antananarivo. 5 000 enfants et jeunes seront ciblés directement à travers des séances de sensibilisation, des visites dans 12 institutions financières et quatre entreprises privées. En outre, 100 000 jeunes devront être touchés à travers une campagne de communication médiatique, pour l’éducation financière », ont indiqué les organisateurs de la célébration de la semaine mondiale de l’argent, lors de l’ouverture officielle de l’événement qui s’est tenue hier au ministère du Plan Anosy. A noter que cette année, 124 pays célèbrent la semaine mondiale de l’argent, initiée par la CYFI (Child Youth Finance Internationale), sous le thème « Apprendre, épargner, gagner ».

Défis. En effet, la sensibilisation sur l’éducation financière, la bonne gestion de l’argent et la bancarisation figure parmi les activités de la célébration. Pour Madagascar, les indicateurs suivent une tendance négative, d’après les résultats d’enquête de FinScope, évoqués par le ministre Gervais Rakotoarimanana. « Bien que 59% de la population aient accès auxservices financiers dont 12% ont intégré le système bancaire et 19% ont rejoint les institutions de microfinance et assurances ; il resteencore 41% de la population à sensibiliser. En effet, seulement 2% d’adultes font des emprunts bancaires contre 6% qui contractent descrédits auprès des usuriers informels. Ainsi, l’inclusion financière àMadagascar reste un grand défi à relever, raison pour laquelle, nous nous engageons fortement sur la Stratégie Nationale d’Inclusion Financière », a-t-il indiqué dans son discours, lors de l’ouverture officielle de la célébration du Global Money Week, hier à Anosy. De son côté, la représentante résidente du Système des Nations Unies à Madagascar, Violette Kakyomya a soutenu qu’il faut renforcer la bancarisation des jeunes.

Motivés. Lors de la cérémonie d’ouverture d’hier, deux étudiants, représentant les jeunes du pays, ont émis une requête pour les dirigeants du pays. « Nous sollicitons que la célébration de la semaine mondiale de l’argent se fasse tous les ans. L’éducation financière devrait également faire partie de l’enseignement donné aux jeunes. En outre, plus d’efforts doivent être entrepris pour l’inclusion financière des jeunes », ont souligné Hoby Lalaina Razafindrainibe et Tsinjo Andrandraina Raveloarison, deux étudiants du CEG Antanimbarinandriana, qui ont remis une demande écrite au ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana. Ce dernier d’indiquer que cette demande sera discutée, dès ce jour, en Conseil de Gouvernement.

Antsa R.

Midi Madagasikara26 partages

Madagascar Bikers Show : 3 motos scooters à gagner

Les organisateurs de l’évènement expliquant l’avancement des préparatifs.

Plus que quelques jours à patienter pour les férus de motos. L’évènement Madagascar Bikers Show promet de belles choses les 8 et 9 avril au Palais des Sports de Mahamasina.

Un mois après l’annonce officielle de la tenue de l’évènement « Madagascar Bikers Show », l’organisateur a réuni tous les exposants samedi. Une occasion de renouer le contact et de parler de l’aperçu de l’évènement qui s’annonce palpitant. Une grande première au pays que de réunir en un seul endroit les clubs de motos, les passionnés et les propriétaires de deux-roues.

11 clubs. L’engouement des férus de deux-roues pour l’évènement n’est plus à craindre.  Plus de 300 participants issus de onze clubs et des passionnés non-affiliés à un club se sont inscrits pour le rendez-vous du 8 et 9 avril au Palais des Sports. Un stand gratuit de 16m² sera accordé à chaque club de motos. Un parking pouvant accueillir jusqu’à 250 motos est prévu pour l’évènement. L’inscription est obligatoire pour pouvoir en bénéficier. « A moins de deux semaines de l’évènement, nous sommes actuellement prêts pour l’évènement. Nous attendons plus de 12 500 visiteurs pendant les deux jours à Mahamasina » a expliqué, Andry Paulin Ravoniarison, responsable de la logistique et de la communication.

 

Show. Comme lors des grands évènements de motos de part le monde, le Madagascar Bikers Show promet de belles choses. Plusieurs animations seront aussi prévues, entre autres, une randonnée ou une parade quadrillée par la Gendarmerie reliant Antananarivo à Arivonimamo, les spectacles avec Tselatra et Kiaka. Le prix d’entrée a été fixé à  3 000 Ariary offrant la possibilité de voir les plus belles motos des clubs exposants, d’assister aux spectacles et pleins d’autres shows. Les fêtards ne seront pas lésés, ils auront l’occasion de se défouler à l’Ibiza Show à partir de 16 heures moyennant la somme de 7 000 Ariary. Une tombola sera organisée à l’occasion de cet évènement où trois scooters seront en jeu. Le tirage au sort sera effectué le dimanche 09 avril au Palais des Sports. Dans le cadre de leur action citoyenne, les organisateurs verseront les 10 % des recettes récoltées lors de cet événement à l’association Orchidée Blanche.

T.H

News Mada25 partages

Fanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina : hitombo ireo entana hiditra sy hivoaka eto an-toerana

Novolavolain’ny Spat (Société du port à gestion autonome de Toamasina) sy ny Jica ny drafitrasa fanitarana ny seranan-tsambo, noho ny fitombon’ny entana miditra sy mivoaka eto amintsika ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Vita sonia, ny herinandro lasa teo, ny fiaraha-miasa amin’ny Jica hanaovana izany tetikasa izany, 638 tapitrisa dolara.

 

Nanomboka ny taona 2004 nitantanan’ny Spat ny seranan-tsambon’i Toamasina, mandray ireo entana miditra sy mivoaka eto Madagasikara hatramin’ny 75 %. Manana fotodrafitrasa lehibe ny ao an-toerana, afaka mandray sambo vaventy avy any ivelany sy ireo sambo mpitondra entana eto amin’ny Nosy (cabotage). Sambo mitondra kaontenera hatramin’ny 42.000 t ny zakan’io seranan-tsambo io ankehitriny. Fantatra anefa fa mitombo hatrany ireo entana miditra sy mivoaka, nahatonga ny drafitrasa novolavolaina miaraka amin’ny Jica (Fiaraha-miasa amin’ny Japoney).

Hampitombo ny entana miditra sy mivoaka izao tetikasa izao, hampihena ny fotoana lany amin’ny fandalovan’ireo sambo ary indrindra, hitombo ireo karazana sambo vaventy tafiditra eto an-toerana. Raha 137.115 ny isan’ny kaontenera (miditra sy mivoaka) ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina ny taona 2015, heverina hahatratra 324.000 hatramin’ny 354.000 izany amin’ny taona 2020. Mbola misy ireo kaontenera ho any an-kafa fa mandray azy fotsiny ny Spat (transbordement). Azo antoka fa hitombo isa ihany koa ireo amin’ny taona 2020. Efa misy tarehimarika vinavina hatramin’ny taona 2025, 2030, ka hitombo avo roa heny na telo heny ny hahabetsaka ny entana hiditra sy hivoaka ao Toamasina.

Hanomboka tsy ho ela ny asa fanitarana mba tsy hisian’ny fotoana very fotsiny, izay midika ho vola very na tsy miditra ho an’ny eto an-toerana. Tanjona ny hanitarana ny seranan-tsambon’i Toamasina, ny hanomezana azy endrika vaovao sady lehibe hanatsarana ny toekarem-pirenena ; fotodrafitrasa avo lenta mamaly ny filàn’ny fitaterana an-dranomasina ankehitriny ; hampitombo ny famokarana eto an-toerana ; hanamafy ny fiarovana ny fitaterana an-dranomasina ; hiteraka asa vaovao maro sy hampiasana teknolojia vaovao hiarahan’ny fanjakana sy ny tsy miankina ; hitazonan’ny Spat ny toerana misy azy ankehitriny sy hampitomboana ny vola miditra ao aminy.

470 m ny halavan’ny fiantsonana vaovao

Amina tetikasa goavana toy izao, efa vitan-dry zareo Japoney ny fanadihadiana rehetra momba izany, ny fiantraikany ara-toekarena eto amin’ny firenena. Nohadihadiana manokana  ny lafiny fiarovana ny tontolo iainana (fahazoan-dalana ONE, 23 desambra 2010 ). Natao ny fanavaozana ny fanadihadiana ny taona 2014, 2015.  Hanomboka ny volana jolay ny asa fanamboarana ny fiantsonana vaovao (C4) : 470 m ny halavany, 16 m ny halalin’ny rano, 10 ha ny velaran-tany fandraisana entana. Ireo fiantsonana telo misy amin’izao fotoana izao : C1, 220 m  ; C2 , 134 m ; C3 , 172 m. Samy latsaky ny 16 m ny halalin’ny rano amin’ireo.

Tokony ho vita amin’ny taona 2025 ny asa manontolo. Mbola misy drafitrasa faharoa ho fanatsarana io seranan-tsambo io ihany hitsinjovana hatramin’ny taona 2035. Tetikasa iarahana amin’ny Royal Haskoning any Belzika, manampahaizana manokana momba ny fotodrafitrasa sy ny asa vaventy, fanta-daza maneran-tany.

R. Mathieu (sary Spat) 

 

Midi Madagasikara25 partages

Projet de loi sur les élections : Examen à la 2e session parlementaire !

Les débats ont été houleux, et les politiciens qui ont répondu positivement à l’appel de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) n’ont pas hésité à exprimer leurs soucis sur l’indépendance de la commission électorale. Parmi eux, Tabera Randriamanantsoa du parti CRN ou Comité de Réconciliation Nationale qui a été clair et net : « Ce n’est qu’une perte de temps ! ». Et lui de poursuivre que « la transparence des élections dépend de la Constitution. Nous, au sein du CRN, affirmons qu’il faudrait mettre sur pied une autre Constitution qui part de la base, procéder à la réconciliation nationale pour enfin réviser les textes relatifs aux élections ».

Manque de volonté. D’autres politiciens comme  Dera Randriatsarafara, membre du bureau politique du Malagasy Miara-Miainga (MMM) et Félix Randriamandimbisoa, député Tiako i Madagasikara (TIM) du 4è arrondissement fustigent le manque de volonté politique de l’Etat. « On constate une grande torpeur ! », s’exclame-t-il. Effectivement, un responsable de la Ceni a soutenu que le projet de texte relatif aux élections sera examiné durant la 2e session parlementaire, soit en octobre. « Est-ce du sérieux ? L’élection présidentielle aura-t-elle lieu en 2018 ? », s’interroge-t-il. Le MMM dénonce également la question relative au jugement supplétif prise en charge par le ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation (MID). « Le MID sera donc à la fois juge et partie, car la question du jugement supplétif est une question d’appréciation », continue ce membre du bureau politique.

Léthargie. Pour ce qui est de Félix Randriamandimbisoa, il fustige le manque de volonté de l’Etat. « Des lois ont été votées l’année dernière, mais jusqu’à maintenant, les décrets d’application y afférents ne sont pas sortis. Comment le projet de texte sur les élections pourrait-il l’être en 2018 ? Nous estimons que c’est sans issue », lance-t-il. Par ailleurs, l’indépendance de la Ceni a été abordée par le député. « Comment pourront-ils arguer que la Ceni est indépendante si le budget qui l’alimente émane de l’Etat ? », soulève-t-il. Néanmoins, il a déclaré que « les élections doivent avoir lieu quand elles doivent avoir lieu et ne peuvent attendre la finalisation du processus de réconciliation nationale ». La Ceni est donc pointée du doigt par la majorité des politiciens, mais pendant ce temps, Hery Rakotomanana, président  de la commission ne cesse de défendre que « la Ceni se dote d’un esprit d’indépendance, autrement ces cadres de concertation n’auraient pas eu lieu ». A suivre.

Aina Bovel

Midi Madagasikara22 partages

Logistique pétrolière : Une politique de maîtrise des risques routiers

La Logistique Pétrolière S.A entame actuellement la 3e édition  de son « challenge meilleurs conducteurs camions-citernes ». « C’est un élément important dans la mise en œuvre de notre politique de maîtrise des risques routiers liés au transport de nos produits. Cet événement que nous organisons aujourd’hui. En effet, le comportement des conducteurs au volant est un des axes prioritaires sur lesquels nous agissons en permanence pour améliorer régulièrement la sécurité routière et garantir notre objectif de zéro accident sur les routes », a déclaré le Directeur général lors de la cérémonie de récompense de ces conducteurs. Et il a rajouté que c’est une occasion de valoriser le respect de la réglementation locale en vigueur et la conformité avec les standards de la société en matière de sécurité routière. Notons que les conducteurs sont évalués et accompagnés au quotidien sur des critères de performance sécurité tels que les taux d’infractions, d’incidents, d’accidents, du respect des règles de conduite, de la feuille de trajet  et des performances opérationnelles, telle, que l’intégrité de la cargaison et le respect des délais de livraison. Ils ont été ensuite primés et encouragés.

Navalona R.

Midi Madagasikara22 partages

Informatiques et bureautiques : le Trophée du meilleur revendeur Microsoft à Nexthope.

Tsilavo Ranarison, CEO de Nexthope, recevant le trophée du meilleur revendeur des solutions Microsoft.

Fort de ses 125 collaborateurs composés d’experts et techniciens certifiés. Nexthope est sans conteste le leader de son secteur à Madagascar.

Ils sont environ 200 revendeurs Microsoft sur le marché local. Preuve que la distribution de produits informatiques et bureautiques est un marché extrêmement concurrentiel à Madagascar. Ce qui n’a pourtant pas empêché Nexthope d’émerger du lot en décrochant le trophée du meilleur revendeur de la marque Microsoft à Madagascar.

Verticalisation. Le jeune Tsilavo Ranarison, CEO de Nexthope a reçu le trophée des mains de Yogin Varma représentant d’Elytis, le distributeur régional de Microsoft, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée la semaine dernière à l’Ibis Hôtel. Un moment de réjouissance pour le personnel de Nexthope qui s’est fait très rapidement un nom dans le domaine des solutions réseaux et télécom. Et qui, par la suite, s’est fixé une stratégie de verticalisation en étendant ses domaines d’activités avec toujours le même credo d’apporter une innovation sur le marché. C’est ainsi que Nexthope a lancé en fin 2015, son département microinformatique et bureautique. Une nouvelle équipe qui a rapidement relevé le défi en investissant énormément sur l’acquisition de compétences techniques et commerciales et qui s’est surtout démarquée grâce au niveau de qualité des services avant et après-vente que Nexthope possède déjà dans son ADN dans le domaine très exigeant des télécoms.

Ambassadeur. Une qualité de service qui fait, en tout cas, le bonheur des utilisateurs qui ont plus que jamais confiance en Nexthope. En effet , les solutions Microsoft fournies par Nexthope portent sur les cœurs des infrastructures informatiques des clients, notamment les systèmes d’exploitation Windows Server. Mais les solutions utilisateurs représentent aussi une part très importante. Pour ne citer, entre autres, que Windows 10 et le pack office comme Word, Excel, Powerpoint…. Et plus récemment Office 365 dorénavant disponible sur le marché malgache après des mois d’attente. En tout cas, Nexthope propose à sa clientèle une gamme de produits et services de qualité. Raison pour laquelle, les opérateurs télécom, les banques, les compagnies minières, et pétrolières, les call center et les entreprises de distribution lui confient la mise en œuvre et la maintenance de leurs infrastructures technologiques et système d’information. Les ministères et les organismes internationaux font également recours aux services de Nexthope. Une entreprise malgache qui n’est pas à son premier coup de maître en matière de récompense internationale. Faut-il en effet rappeler que Nexthope a été déjà récemment sacré meilleur fournisseur de solutions HP. Une accumulation de certification qui fait qu’en seulement cinq ans d’existence, Nexthope est devenu l’ambassadeur de confiance des constructeurs et éditeurs tels que Microsoft, Dell, VMware, NetApp, Odoo, Ericsson, Alcatel et Ruckus…

R.Edmond.

Midi Madagasikara21 partages

Mondiaux de cross-country : Le Kenya écrase tout le monde

Les Kényans, maîtres incontestés de cette discipline ont largement dominé les championnats du monde de cross-country dimanche à Kampala en Ouganda. Chez les messieurs, Geoffrey Kamoror a remporté le titre en s’imposant en 28 min. 24 sec. Derrière son compatriote, Leonard Barsoton (à 12 sec.) et l’Ethiopien Abadi Hadis (à 19 sec.) complète le podium. Le représentant de la Grande Ile, le champion malgache, Fulgence Rakotondrasoa arrive à la 96e place en inscrivant un chrono de 33 min 06 sec., Dans l’épreuve féminine, les Kényanes ont monopolisé les six premières places, Cheptai a gardé son trône acquis en 2015. Eliane Saholinirina, l’expatriée évoluant en France créditée d’un temps de 41 min 14 sec termine à la 85e place. En relais mixte, la Turquie a créé la surprise en prenant la troisième place. C’est une déception, en revanche pour l’Ouganda à domicile, qui n’a gagné l’or que chez les moins de 20 ans masculins (Jacob Kiplimo).

Recueilli par T.H

L'express de Madagascar20 partages

Advanced Cargo Declaration – Le manque de transparence pointé du doigt

Les bailleurs de fonds font bloc contre le système ACD. Ils pointent du doigt le manque de transparence dans la gestion de ce dossier.

Un nouveau bloc se forme contre le système Advanced cargo declaration (ACD). Ce projet gouvernemental risque de tomber à l’eau avec la déclaration des partenaires techniques et financiers (PTF). Les bailleurs de fonds ont pointé du doigt le manque de transparence dans la gestion de ce dossier. « La gestion des revenus collectés à travers ce nouveau mécanisme n’est pas transparente et ne correspond pas aux normes de gestion des finances publiques de l’État », ont souligné les partenaires de Madagascar dans une déclaration conjointe.Les recettes récoltées avec le système ACD ne figurent nulle part dans la loi de finances. Ce qui amène les bailleurs de fond à mettre sur la table la crédibilité du gouvernement dans la gestion des finances publiques. « Continuer sur cette voie de la non-transparence reflète le manque de redevabilité envers les contribuables, ce qui sera préjudiciable à la réputation de la gestion des finances publiques malgaches », indique le communiqué avant de poursuive leurs déclarations à propos du prestataire. « Nous sommes de plus interpellés par le manque de transparence dans le processus de sélection du prestataire de mise en œuvre de l’ACD ainsi que par l’opacité dans l’établissement du contrat qui en découle ».Les Etats-Unis, la France, la Grande Bretagne, l’Allemagne, le Japon, l’Organisation des Nations-Unies pour le développement industriel, la Délégation de l’Union Européenne, l’Agence Française du Développement et de la Banque Mondiale, se disent préoccupés par certains points  par rapport à la récente relance du gouvernement malgache de ce système ACD, « après pratiquement une année de suspension ».

DoublonAux yeux des bailleurs de fonds, ce système ACD n’est qu’un simple doublon du système BSC déjà mis en place, sous forme de concession par Gasynet. « Nos recherches indiquent en effet que sur les quelques 207 éléments d’informations collectés par GasyNet, 191 sont collectés avant l’arrivée des navires », soulèvent-ils dans ce document. Pour les partenaires techniques et financiers, il n’est plus question de pénaliser le secteur privé à travers la mise en place de ce mécanisme de déclaration.

Lova Rafidiarisoa

Midi Madagasikara20 partages

Secteur du tourisme : Vers la création d’une commission d’arbitrage

L’association des Tours Opérateurs Professionnels de Madagascar (TOP) va célébrer son 26e anniversaire le 31 mars 2017 au CCI Ivato.

Fondée par une dizaine de Tours Opérateurs réceptifs en 1991, cette association compte actuellement 60 membres répartis dans tout Madagascar. « Notre mission étant d’accompagner les membres pour promouvoir et vendre la destination Madagascar à travers leurs produits respectifs. Cette mission représente un enjeu majeur pour le développement du secteur du tourisme face aux problèmes causés par la dégradation de l’environnement et la mondialisation », a expliqué Hely Rakotomanantsoa, la présidente de l’association TOP lors d’une conférence de presse organisée hier à la Chambre de Commerce et d’Industrie d’Antananarivo.

Plus-value. « Avant, la communication primitive par BLU, télégrammes et fax rendait le service d’un TO incontournable. L’évolution technologique a ensuite bouleversé le marché du tourisme et la façon de travailler des opérateurs réceptifs. Aujourd’hui, toute personne désirant voyager a la possibilité d’organiser lui-même son séjour via le web. Du coup, le métier d’un TO a changé. Et sa raison d’être a été remise en question. Quelle plus-value les réceptifs offrent-ils encore ? », se demande-t-elle.  Face à cette situation, l’association TOP ne cesse de se professionnaliser afin de se démarquer des autres Tours Opérateurs réceptifs.

Tirage de tombola. Et à part la consolidation de ses acquis depuis ses 25 ans d’existence, elle prévoit de créer une commission d’arbitrage pour le secteur du tourisme. « Une convention entre la Fédération des Hôteliers et de Restaurateurs de Madagascar (FHORM), la Fédération Nationale des Guides, le TOP et la compagnie Air Madagascar, sera bientôt signée », a annoncé Hely Rakotomanantsoa. « Cela consiste à mettre en place une base solide commune et à instaurer des règles claires permettant entre autres, de régler des litiges entre les parties », a-t-elle enchaîné. Par ailleurs, de nombreuses formations thématiques seront organisées cette année au profit des membres. Et en revenant sur la célébration du 25e anniversaire de l’association, un buffet gastronomique sera offert dans le cadre d’une ambiance très animée par des artistes de renom. « Il y aura également des remises de trophées et de certificats ainsi que le tirage de tombolas », a-t-elle conclu.

Navalona R.

Midi Madagasikara18 partages

LSFM/MEN : 430 EPP d’Analamanga bénéficiaires du projet « réfraction et lunettes »

Permettre un épanouissement des élèves des écoles primaires publiques de la capitale grâce à une meilleure santé oculaire, c’est l’objectif du partenariat effectué entre le MEN et le Lions Sight First Madagascar.

Bon nombre d’élèves des écoles primaires publiques malgaches rencontrent des difficultés à lire à cause d’une mauvaise santé oculaire. Une situation qui touche toutes les régions de l’Île, mais qui est très problématique et minimisée par les parents dans les zones enclavées, ou encore loin des centres villes, sûrement par raison financière, ou simplement par manque de connaissance. La signature du partenariat entre l’ONG LSFM et le ministère de l’Education nationale hier et marquant le lancement du projet « Réfraction et lunettes » dans la journée d’hier est donc arrivé à point nommé. Initié par l’ONG Lions Sight First Madagascar (LSFM) pour une durée de trois ans et devant bénéficier à 430 EPP de la région d’Analamanga, ledit projet consiste à des tests en acuité visuelle des élèves de 6, 10 et 14 ans dans les CISCO d’Antananarivo-Renivohitra, Antananarivo-Avaradrano et Antananarivo Atsimondrano.

Primordiale. La bonne santé oculaire constitue en effet l’une des pierres angulaires d’une scolarité réussie. Comment peut-on en effet lire et apprendre ses leçons sans une bonne vue ? Ce qu’Olivier Rabenjamina, président du LSFM a appuyé en affirmant : « Aucune évolution n’est présente si la vision rencontre des problèmes, surtout lors des études primaires ». Propos partagé par le ministre Paul Rabary qui a affirmé : « Cet apport d’éclat pour les enfants veut dire apport d’éclat pour le pays ».  Le ministre d’ajouter : « ce projet permet d’aboutir au développement». Par ailleurs, la détection des problèmes oculaires sera confiée aux enseignants des 430 EPP qui recevront des formations appropriées.     

José Belalahy

Midi Madagasikara18 partages

Parti Vert : Présent au Congrès du Global Greens de Liverpool

Le parti Vert Hasin’i Madagasikara sera présent au 4e Congrès du Global Greens qui se tiendra à Liverpool (Royaume-Uni) du 30 mars au 2 avril prochain. Il sera représenté par son président national Alexandre Georget et Dr Ratafika, respectivement vice-président de la FEVA (Fédération des Verts Africains) et président des Jeunes Verts de l’Océan Indien. Le président national du parti Vert malgache aura sa parole à la tribune du Congrès pour exposer sa vision sur la Mer. C’est comme Habineza Franck, président du parti Vert rwandais, qui va axer son intervention sur la démocratie.

Résolution. Une résolution sera prise à l’issue du 4e Congrès de Liverpool. « Madagascar aura ses mots à dire dans cette résolution », a annoncé hier Alexandre Georget. Avant d’expliciter : « Nos propositions de résolution auront pour objectif de lutter contre les trafics illicites de bois de rose, d’or et de la faune et la flore à Madagascar. Le parti Vert Hasin’i Madagasikara fera également des propositions sur la lutte contre l’accaparement de terres et la corruption qui résultent de ces trafics illicites de nos richesses. »

R.Eugène

L'express de Madagascar16 partages

29 mars 1947-29 mars 2017 – Une commémoration dans une quasi-indifférence

Attiser la flamme patriotique chez chaque citoyen est l’objectif de la commémoration du soulèvement d’indépendance, cette année. Ce but risque, cependant, de se heurter à l’indifférence populaire.

Tiède. Le 70e anniversaire du soulèvement pour le retour de l’indépendance de Madagascar, le 29 mars 1947, sera célébré demain. De prime abord, la commémoration de cet événement historique risque, pourtant, de se dérouler dans l’indifférence de la majorité de la population et d’être réduit aux cérémonies de mémoires officielles et politiques.« 70 taonan’ny tolom-panafahana: Mba hiampita ny fanilo, ny lasa tsy fanadino », est le thème de la commémoration de cette date historique, pour cette année, traduit librement en « 70e anniversaire de la lutte d’indépendance : Pour que le flambeau passe, le passé ne s’oublie pas ». Une source au sein du comité d’organisation des actes de mémoires explique que, « l’objectif pour ce 70e anniversaire est de passer le flambeau du patriotisme dont ont fait preuve nos aïeuls à la génération actuelle, à la jeunesse, surtout ».Attiser la flamme patriotique chez les citoyens est, ainsi, le but affirmé. « La lutte n’est pas terminée, c’est simplement sa forme qui change », ajoute la source. Dans un discours d’ouverture d’une exposition photos à la bibliothèque nationale, Anosy, hier, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, s’est demandé si le flambeau est réellement passé. « Qu’en a-t-on fait   Allons-nous continuer à restreindre les commémorations aux dépôts de gerbes   Le flambeau doit nous motiver à mener d’autres luttes pour la Nation », a-t-il déclaré.Certes, mais la tiédeur de la population face à l’évé­nement pourrait, cependant, doucher les ambitions affirmées pour les commémorations de cette année. La source contactée explique que le comité d’organisation a voulu éveiller les consciences et donner une dimension autre que les commémorations officielles, voire politiques à l’événement. Les spots publicitaires et la diffusion de film d’histoire sur les médias nationaux, depuis le mois de février, n’ont, visiblement, pas suffi à motiver l’adhésion populaire. Pareillement, pour les cultes œcuméniques, depuis le début de ce mois.

Prise de conscienceÀ l’exemple de l’académie malgache, le département d’histoire de l’Université d’Antananarivo et Ilontsera, des conférences et expositions sont organisées par les intellectuels et entités citoyennes. « Cette initiative a été pour amener une prise de conscience populaire (…) aller au-delà des dépôts de gerbes », indique un membre d’Ilontsera. Cette organisation a fait une exposition photos et coupures de presse au jardin de Maha­masina, les 24 et 25 mars, pour se rapprocher de la population et l’impliquer dans les commémorations.Pour éveiller la flamme patriotique chez les esprits éclairés, les universitaires misent, cette année, sur la réflexion et l’éclairage sur les réalités et vérités de l’histoire. À la veille de la date du 29 mars, il semble, toutefois, que l’appropriation populaire de la portée voulue aux commémorations ne soit pas acquise. Les Malgaches pourraient, comme chaque année, se satisfaire du jour férié et laisser aux politiciens et militants nationalistes l’apanage des devoirs de mémoire.Pour les actes de mémoires officielles, il y aura au menu l’inauguration d’une plaque commémorative, à Ambohijatovo, suivie d’une scène de passage de flambeau entre les anciens combattants et la jeune génération, au mausolée d’Andrainarivo ensuite une cérémonie, à Moramanga. Tous seront accompagnés de l’incontournable dépôt de gerbes.« Le président de la Répu­blique s’exprimera durant la cérémonie, à Moramanga », indique la source au sein du comité d’organisation. Pour marquer son passage, à Madagascar, durant le sommet de la Francophonie et sa visite à la stèle des anciens combattants de la Grande guerre, à Anosy, François Hollande, président Français, a rendu « hommage », aux victimes des événements de 1947 qu’il a qualifiés de « répression brutale ». Pour le 70e anniversaire du 29 mars 1947, beaucoup attendent de Hery Rajaonarimam­pianina, un discours pour marquer les esprits.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara16 partages

Intelligence artificielle : Vers la progression de la génomique clinique

Plusieurs institutions médicales en Afrique optent pour l’intelligence artificielle SOPHiA pour faire progresser la génomique clinique. Le 24 mars dernier, Sophia Genetics, leader mondial de la médecine basée sur les données, a dévoilé la liste des hôpitaux africains qui utilisent cette technologie. D’après les explications, il s’agit d’une intelligence artificielle développée par cette entreprise, afin d’améliorer le diagnostic et les soins pour les patients du continent. Jusqu’ici, des centres médicaux et hôpitaux au Maroc, au Cameroun et en Afrique du Sud disposent de l’intelligence artificielle SOPHiA. « Quelle que soit leur expérience des tests génomiques, ces établissements sont rapidement en mesure d’analyser des données génomiques, grâce à cette technologie. Ceci, afin d’identifier des mutations à l’origine de maladies», ont indiqué les promoteurs de SOPHiA.Alors que l’expertise oncologique se situe parfois à l’autre bout du monde, cette technologie met à profit le savoir d’un spécialiste d’un pays, pour sauver un patient dans un autre. Espérons qu’une telle technologie sera disponible d’ici peu dans nos hôpitaux « Manaram-penitra… ».

Antsa R.

Madagascar Tribune12 partages

Recrutement du nouveau Directeur Général en cours

La Jirama a lancé le 25 février dernier, un appel à candidatures pour le recrutement de son nouveau directeur général. Les candidats intéressés et éligibles avaient jusqu’au 25 mars 2017 pour y répondre. Les responsables de la Jirama annoncent avoir reçu 87 dossiers. Un cabinet de recrutement international se chargera de la sélection de candidatures dès ce vendredi.

Ce recrutement se fait dans le cadre de la procédure de redressement de la Jirama qui est en cours. Il concourt également à la mise en œuvre du Projet d’amélioration de la gouvernance et des opérations dans le secteur de l’Electricité (Pagose) financé par la Banque mondiale.

« Dorénavant, le capital humain de la Jirama sera mieux valorisé, car il constitue l’appareil de production de la compagnie. Ce recrutement sous-entend que les ressources humaines de la compagnie devraient être efficientes et concourir à la bonne dynamique de la société, avec comme objectif, le retour à l’équilibre opérationnel d’ici 2020. », a affirmé Lantoniaina Rasoloelison, l’administrateur délégué de la société il y a quelques semaines. D’autres appels à candidatures sont également attendus pour d’autres postes. La compagnie a par ailleurs engagé 234 releveurs et agents de recouvrement supplémentaires afin de renforcer les contrôles inopinés sur les vols d’eau et d’électricité des abonnés.

Les mauvaises performances de la Jirama ont en effet été identifiées comme l’une des principales causes de la crise énergétique que traverse actuellement le pays. Cela a d’ailleurs conduit, le 19 janvier, au limogeage de son directeur général, Nestor Razafindroriaka, et de son Président du conseil d’administration.

L'express de Madagascar11 partages

Événement – La semaine du Flamenco s’annonce bien

Une belle découverte pour le public malgache. La Semaine du flamenco de Madagascar enflammera la scène culturelle de la capitale du 28 mars au 1er avril.

C’est à Madagascar que se tient l’un des grands événements culturels d’envergure internationale. Une ode à la culture hispanique dans toute sa splendeur. Tel est le flamenco, cet art musical originaire d’Espagne et universellement reconnu. La semaine Flamenco de Madagascar invite le public à vivre au rythme des danses et des musiques andalouses, du 28 mars au 1er avril.Ce festival, concocté par Javier Mantecon et le Consulat Honoraire d’Espagne vise particulièrement la promotion et la diffusion de l’une des expressions artistiques les plus reconnues dans le monde, représentative de l’Espagne. « Nous souhaitons transmettre le Flamenco, le représenter dignement hors de ses frontières d’origine, dans le respect de ses racines et des personnes qui l’abordent avec intérêt et curiosité. Pour cette première édition, notre principal objectif est de  proposer des moments de partage et des animations conviviales, mais également de créer un lien entre les passionnés et les artistes locaux », souligne Javier Mantecon, directeur du festival.

AfficheDe nombreux artistes seront présents et vont partager leur art à travers des spectacles et des ateliers de danses, de musique et de chant. Pour ce faire, trois spectacles sont prévus au programme de cette première édition 2017 qui conjugue originalité et tradition, audace et classicisme, dans une sensualité permanente. Le premier en format « Showcase » au Centre Confucius à l’Université d’Antananarivo le 30 mars, le deuxième, à l’Institut Français de Madagascar (IFM), en format de danse, chant, guitare, le 31 mars à partir de 19 heures et le troisième en format guitare qui se tiendra à l’Urban Café à Antsahabe, pour le 1er avril à 20 heures, sera animé par des musiciens professionnels tels que le guitariste espagnol Javier Mantecon, Harinirinjahana Rabarijaona ainsi que le danseur de danse Flamenco, José Galàn.Il s’agit d’un spectacle incomparable, envoûtant, véhiculant un sentiment pur et une passion profonde. Un savant mélange de chants profonds fusionne avec le son de la guitare qui les accompagne, le rythme des battements de mains et les danses de ces grands artistes quelquefois anonymes. En définitive, plusieurs styles forment l’un des traits de caractère de l’Espagne à travers e genre musical capable d’exprimer la passion de tout un peuple.Le public sera  irrémédiablement transporté par la joie, le sentiment et la magie du flamenco. Bref, une ambiance festive qui sent bon l’Espagne.

Sitraka Rakotobe

Madaplus.info10 partages

Aucune manifestation ne sera autorisée demain 29 mars

Les cérémonies gouvernementales sont les seules à être autorisées à déposer des gerbes en premiers. Les entités ou association devront attendre la fin des cérémonies officielles pour déposer les leurs.
Telles ont été les instructions octroyées par les forces de l’ordre durant une conférence de presse qu’elles ont tenue. En outre, aucune manifestation ne sera autorisée pendant le mercredi 29 mars pour éviter tout débordement. La préfecture confirme qu’aucune autorisation n’a été délivrée pour la commémoration du 29 mars 1947. Les attroupements publics seront formellement interdits pendant cette journée. La présence des forces de l’ordre dans les stèles d’Ambohijatovo et celles du Mausolée sera renforcée.
Toutefois, le parti de l’ancien président Ravalomanana compte bien faire leur manifestation ce mercredi. D’ailleurs, ce sera le leader de ce parti qui sera à la tête de cette manifestation.
Madagascar Tribune10 partages

L’Etat sous pression

Les événements et déclarations se multiplient à quelques heures de la commémoration/célébration du 29 mars 1947. Les offices religieux se sont succédé (l’église adventiste, les Musulmans, et les chrétiens réunis dans le FFKM) en même temps que les expositions, ateliers de réflexions et forum pour ne citer que celui organisé par le parti Otrikafo, l’Académie malagasy ou encore llontsera, l’observatoire des médias et de la communication. Le Premier ministre a ouvert ce 27 mars 2017 à la Bibliothèque nationale à Ampefiloha une exposition sur ces événements de 1947 et la lutte pour l’indépendance de Madagascar. Les forces de l’ordre et les organisateurs de la célébration officielle de cette date mémorable de 1947 étant sur le qui-vive, ont décidé qu’aucun dépôt de gerbe ne peut s’effectuer tant que le président de la République n’aura pas effectué les siens au Mausolée. Il y a un an en effet que le groupe ou la foule entraîné par le sénateur Lilyson s’est dirigé vers le Mausolée à Avaratr’Ambohitsaina ; une marche pacifique dont l’objectif était de déposer des gerbes mais qui a tourné court pour des raisons de protocole et timing car le président de la République et le gouvernement devaient en premier se soumettre à cette séance de dépôt de gerbe. Pour beaucoup d’observateurs, ce fut le début de la galère de ce sénateur, aujourd’hui en fuite ou introuvable alors qu’un verdict du tribunal pèse sur lui. Les revendications pour « sa libération » ne cessent de la part des « sojabe » de telle ou telle circonscription de la Région Sofia. Après les « sojabe » d’Analalava, ce sont les « sojabe » de Mandritsara-Befandriana. Tous réclament sinon le limogeage du Premier ministre, l’intervention du président de la République pour la libération des ressortissants de la Sofia incarcérés et condamnés pour des raisons qui leur sont incompréhensibles. Quelque part, ces déclarations s’apparentent à des menaces contre la solidarité et le soutien au régime. En tout cas, tous s’adressent au président de la République. Le chef de l’Etat rentre ce jour au pays après une mission à Maurice puis en Chine ; saura-t-il rétablir la confiance avec les « sojabe » et répondre de manière persuasive et satisfaisante aux appels des « sojabe ».

Madagascar Tribune10 partages

Le Sud au centre des préoccupations

Un forum national de l’eau a été organisé hier à l’hôtel Ibis Ankorondrano avec la participation de l’Unicef et du ministère de l’eau, de l’énegie et des hydrocarbure. Plusieurs thématiques ont été discutées notamment en ce qui concerne l’usage multiple de l’eau, la gouvernance et le mode de gestion des services d’eau dans la partie Sud de Madagascar. Plusieurs problématiques ont également été soulevés à savoir quels sont les aboutissements des études et recherches sur le secteur eau, l’hygiène et l’assainissement dans le Sud de Madagascar, comment harmoniser les activités pour assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement de la populations dans le cette région ou encore l’avenir en ce qui concerne le secteur eau.

Le constat est pour l’heure des plus accablants, la région du grand Sud présente actuellement une des plus faibles couvertures en eau potable du pays et reste très exposée à la sècheresse chronique. Pourtant, l’une des solutions majeures proposées et mise en œuvre, à savoir le forage, se heurte à de multiples contraintes liées à la rareté des eaux souterraines et à leur qualité. Ceci du fait d’une forte salinité de l’eau dans la nappe phréatique mais aussi d’un trop faible débit. Il en a résulté qu’il serait nécessaire d’harmoniser les pratiques de réalisation et de suivi des forages mais également de dresser un inventaire des initiatives en cours dans le Sud de la Grande Ile. Une étude sur la délimitation des zones de potentiel en eaux souterraines dans le Sud à l’aide de l’imagerie satellitaire est actuellement en cours pour contribuer à l’amélioration de l’accès en eau potable pour cette région.

Recueillis par Ny Aina Rahaga

Midi Madagasikara10 partages

Conférence des ordres de santé : « Nous respectons les serments donnés »

« Les responsabilités qui incombent aux médecins et personnel de la santé ne sont pas aisées. À tel point qu’il arrive que certains patients guérissent et d’autres, malheureusement, non ». Ce sont là les propos recueillis dans un communiqué émanant de la confédération des ordres de santé face à la situation de mauvaise passe que ce domaine a récemment vécue. Dans ledit communiqué, la confédération explique que : « tous ses membres respectent les serments qu’ils ont effectués et qu’ils mettent la vie en priorité des priorités sans distinction de race, de classe sociale, ou encore de religion ». La confédération déplore également la poursuite continuelle des attaques proférées contre les médecins et personnels de la santé, surtout les menaces de vindictes populaires que ledit personnel subit dans des émissions de radio et télévision. Ce à quoi, la confédération répond à un appel au dialogue.

Réels. Les diverses accusations continuent d’être portées contre les médecins et le personnel de la santé. Il ne faut pourtant pas oublier que de telles situations surviennent, dans la majeure partie des cas, de faits réels vécus par les patients, ou encore des membres de leurs familles. Cela ne devrait toutefois pas constituer un prétexte pour mettre tous les médecins dans le même sac, car certains d’entre eux remplissent bien leur rôle.

José Belalahy

Midi Madagasikara10 partages

Une commémoration sous haute surveillance

Les forces de l’ordre sont sur le qui-vive et préfèrent prendre les devants, en mettant en garde les éventuels fauteurs de trouble lors de la journée du 29 mars. Le ton utilisé par les hauts gradés en uniforme et par le préfet était presque martial lors de la conférence de presse qu’ils ont donnée hier à la gendarmerie d’Ankadilalana.

Une commémoration sous haute surveillance

Le 29 mars est une journée de recueillement et de souvenirs et les Malgaches se retrouvent unis dans cette commémoration. De nombreuses entités ont décidé de le célébrer par des manifestations et cette détermination inquiète le pouvoir qui craint des débordements. En fait, ce dernier n’a aucune confiance dans ces rassemblements qui peuvent se transformer en mouvements de protestation. Comme il en a l’habitude, le régime préfère montrer ses muscles et pour dissuader ceux qui sont tentés de manifester, il met en avant ses militaires qui menacent les fauteurs de trouble. Cette réaction est tout à fait normale dans le contexte actuel, car la population est actuellement à bout de nerfs et c’est comme d’habitude par la force qu’on l’oblige à se tenir tranquille. La majorité d’entre elles s’est résignée et n’a pas l’intention de braver l’interdiction faite. Mais, il existe un noyau dur de manifestants qui vont oser montrer leur désapprobation. Les manifestants du Magro ont affirmé haut et fort qu’ils feraient de ce 29 mars une journée historique pour leur mouvement. Nul ne sait s’il s’agit d’un effet d’annonce et qu’ils resteront dans leur lieu de rassemblement. Mais les mises en garde du CRGN s’adressent d’abord à eux. En principe, les partisans de l’ancien président Marc Ravalomanana sont des gens sensés et non des va-t-en guerre. Normalement, donc, aucun incident ne devrait se produire, mais cependant, nul n’est à l’abri des provocations.

Patrice RABE

L'express de Madagascar9 partages

Ceinture de la soie – Signature d’un mémorandum

Une note sur l’intégration de Madagascar à la Ceinture économique de la route de la soie a été signée lors de la visite d’État de Rajaonarimampianina en Chine.

Sur la bonne voie. Hery Rajaonarimampianina, président de la République, a conclu son séjour en Chine, par une visite d’État à Xi Jinping, son homologue, chinois, hier. Un rendez-vous durant lequel une première étape a été faite dans le souhait de Madagascar de faire partie de la ceinture économique de la route de la soie.« Une rencontre suivie d’une réunion de travail marquée par la signature d’un mémorandum sur l’intégration de Madagascar au sein de la Ceinture économique de la route de la soie », rapporte le communiqué de presse partagé par la direction communication de la présidence de la République, hier. La décision a donc, été actée durant l’entretien entre les deux chefs d’État qui a duré plus d’une heure, au Grand palais du peuple, à Beijing.Mettre sur pied une nouvelle route de la soie est l’ambition gigantesque du Président chinois pour essentiellement donner un coup de fouet à la croissance économique de son pays. Bien qu’étant toujours le champion mondial incontesté de la croissance, l’ogre asiatique semble connaître un ralentissement dans sa progression, ces dernières années, ce qui inquiète ses dirigeants.Comme l’indique un article sur le site de radio Canada, daté de juin 2016 : « Pour la première fois de son histoire, le gouvernement communiste cherche à exporter son modèle de développement. Comme à son habitude, le régime mise sur des investissements massifs dans les infrastructures, les routes, les ports et les chemins de fer, à domicile et à l’étranger, pour accélérer le développement industriel dans toute la région ».

Environnement politiqueCette ceinture économique devrait, alors, également, booster l’économie des pays qui en feront partie grâce, notamment, aux projets d’infrastructures et l’augmentation des échanges commerciaux. Dans son discours durant le forum asiatique de Boao, vendredi, le locataire d’Iavoloha a souligné que « (…) les perspectives de libéralisation accrue et de création de zone de libre-échange plus vaste en Asie, sous l’impulsion de la Chine, offriront une opportunité de partenariat et de croissance attrayante pour les pays membres (…) mais, aussi, pour les autres pays partenaires ».En intégrant la nouvelle route de la soie, la Grande île ambitionne de devenir« un pont », entre l’Afrique et l’Asie. Ce qui est favorisé par sa position géographique dans l’océan Indien. Dans son article, le journaliste de radio Canada souligne, toutefois, que « jusqu’à présent, la croissance basée sur les infrastructures a bien fonctionné en Chine parce que les autorités étaient en mesure de maîtriser l’environnement politique. Cela ne sera pas le cas à l’étranger, où l’instabilité, les conflits et la corruption interféreront avec les objectifs ».

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara9 partages

Fali en solo : C’est reparti pour un tour !

Fali est bien lancée ! Son aventure musicale en solo, elle l’a débutée l’année dernière, à l’Urban Café, au Kudéta et cette fois au Piment Café ! La chanteuse, d’ailleurs, ne compte plus s’arrêter.Tantôt mélancolique, tantôt enjouée, Fali jongle aussi bien avec les émotions qu’avec les rythmes. En tout cas, chacune des chansons qu’elle interprète retrouve une seconde jeunesse, même ceux qu’on a parfois tendance à oublier. Car Fali, bien qu’elle ne soit pas encore une grande célébrité a déjà plus d’un tour dans son sac et a déjà plus d’expériences que la plupart des pseudo-stars qui envahissent actuellement le petit écran. Effectivement, la jeune femme a été au second plan pendant des années. Sa voix, les mélomanes l’ont entendue au moins une fois, dans un concert de Samoela, de Silo, ou même ailleurs. Si Fali, jusqu’à présent, n’a encore sorti  aucun album en solo, elle a déjà navigué de scène en scène et multiplié les collaborations avec des artistes de renom, issus de divers horizons musicaux. Soul, pop jazz world music… elle joue sur tous les registres. D’ailleurs, c’est sur cette vague de bonne musique qu’elle emmènera les mélomanes du Piment Café ce soir. Pour l’accompagner, la chanteuse a choisi les meilleurs. Nous retrouverons Mahatozo au clavier, Tahiry à la guitare, Rija à la basse, Miora à la batterie et Nantenaina à la trompette. Fali en tête d’affiche, c’est à découvrir et à apprécier sans aucune modération, jusqu’au bout de la nuit. Demain est, d’autant plus, un jour férié. Alors, avis aux amateurs !Mahetsaka

Madagascar Tribune8 partages

Projet de collecte de déchets pour les femmes en milieu défavorisé

Une centaine d’emplois a été créée depuis six mois au bénéfice des femmes en milieu défavorisé avec le projet collecte de déchets et de matières plastiques initié par l’association ADDEV ou Agir pour le Développement Durable et de l’économie Verte à Madagascar.

Des tonnes de papiers, cartons ainsi que de materiaux en plastique venant des industries de la capitale rejoignent quotidiennement les poubelles ainsi que les dépotoires. Or, ces déchets peuvent très bien être revalorisés par la voie du recyclage. C’est à partir de ce constat que l’Association ADDEV est née. Cette association regroupe des citoyens, des entreprises, des organisations gouvernementale et non-gouvernementale. Elle travaille avec des femmes issues du milieu défavorisé pour le collecte des déchets plastiques et papiers.

Dans son circuit de fonctionnement, les femmes sélectionnées pour le projet, se rendent auprès des entreprises membres d’ADDEV pour collecter leur déchets. Ces déchets sont ensuite déposés auprès de la société Ecologik Madagascar. Cette dernière développe des activités de recyclage de papiers et plastiques. Elle redonne ainsi une seconde vie à ces dechets en transformant par exemple les déchets plastiques en pavés autobloquants. La société Ecologik Madagascar assure par la suite la rémunération de ces femmes récupératrices de déchets. Elles sont payées en fonction de la quantité de déchets fournies.

Des formations sur le tri des déchets et de gestion entrepreunariale leur sont dispensés afin qu’elles puissent se perfectionner dans ce métier. Le but étant qu’elles puissent gérer plus tard leur propre entreprise de collecte. Des équipements comme des gants ou encore des bottes leurs sont octroyés pour une meilleure sécurité au travail. Ce projet permet également à ces femmes de bénéficier de séances d’alphabetisation assurée par Teach for Madagascar. En effet, la grande partie de ces travailleuses son illétrées.

Ce projet est non seulement pourvoyeur d’emplois mais il soutient également l’épanouissement et l’autonomie financière des femmes ainsi que l’économie verte. Un bel initiative qui encourage l’économie solidaire ainsi que la protection de l’environnement.

News Mada6 partages

7e Art : « Réunion tout en Auteurs » cible les scénaristes francophones

Soucieuse de la promotion des jeunes scénaristes francophones en devenir, l’Agence film Réunion organise, du 24 juin au 8 juillet prochain, une résidence d’écriture intitulée «Réunion tout en Auteurs». En attendant, un appel à candidatures est lancé sur la plateforme en ligne de l’association.

«10 scénaristes francophones seront choisis pour leur expérience artistique animée par Jean-Pol Fargeau et Michel Marx à La Réunion. Avec la mise en place d’un travail d’analyse critique en profondeur et d’un suivi personnalisé, la résidence «Réunion tout en Auteurs» est une occasion unique pour les scénaristes des cinémas du monde de confronter leurs projets et regards. Ces rencontres leur permettront de partager leur passion du cinéma, leur méthode de travail et leurs réflexions» rapporte un communiqué.

Les participants alterneront séances de travail individuel, entre auteur et formateur, et séances plénières où l’ensemble du groupe échangera sur chacun des projets.

Joachin Michaël

 

News Mada5 partages

“Mitovy izao Ilakaka sy Ambato” : gaboraraka ny harena an-kibon’ny tany

Efa tsy vaovao intsony ! Noroahina indray ireo mpividy safira avy any Bemainty sy ireo mpanelanelana, herinandro lasa izay. “ 30 ireo noroahina ka Srilankey ny 10”.Tsy mbola niova fa mitohy ny fanafihana mitam-basy ao Ambatondrazaka na efa voafetra aza ny fotoana fivezivezena amin’ny alina. Vao tsy ela, nisy fanafihana nampiasam-basy tao an-tanàna tao,  notaterina teto amin’ny gazety Taratra. Tsy tahotra tsy henatra fa manodidina ny tsena, fivarotana akoho, ny fifampivarotana safira tsy ara-dalàna. Dia iny nisy fandroahana iny indray. “Manjaka ny gaboraraka ka efa mitovy izao Ilakaka sy Ambatondrazaka”, hoy ny mponina ao amin’ity farany. Ny loza, tsy àry nambinina ka tsy mahita sokajin-tsafira lafo vidy avokoa ireo miditra any amin’ny kariera. Maro ny miveri-maina sy lany vatsy, tsy misy ny vola hodina nefa avy any amina faritany hafa… ka idiran’ny fakam-panahy ratsy amin’ny fandrobàna.

Tsara ovaina ny lalàna

Tsy ireo 30 voaroaka ireo fotsiny no mila enjehina araka izany. Koa nanao “fanadiovana” ny  Vondron-tobim-paritra sy fileovan’ny zandarimariam-pirenena teto Ambatondrazaka. Niainga avy amina vaovao tamin’ny olona tsara sitrapo ny fisamborana sy fisavana. Isan’ny voasambotra ireo mifampivarotra safira tsy ara-dalàna eny rehetra eny. “Olona valo no voatana anaovana famotorana. Tsy vitsy koa ireo fitaovana fitondra mandroba sy manafika azo”, hoy ny ao amin’ny Zandarimaria .

Soso-kevitry ny mpikaroka fandikan-dalàna iray, isan’ny manao famotorana: “Tsara raha misy ovaina ny“Code de procédure pénale”ka tsy hampifanatrehana amin’ny mpitory sy torina intsony ny vavolombelona. Matahotra valifaty mantsy ireo vavolombelona na avy amin’ny torina  na avy amin’ny mpitory izy”, hoy izy.

Rarivo

L'express de Madagascar5 partages

Transport aérien – Vol inaugural d’Ethiopian Airlines

Jour J. Le vol inaugural de la compagnie Ethiopian Airlines reliant Antananarivo et Addis Abeba est attendu ce jour. Le Boeing 737-800 de cette compagnie foulera pour la première fois le tarmac d’Ivato à 14h20. C’est un évènement majeur pour cette compagnie du gouvernement éthiopien, l’une des compagnies avec une croissance rapide en Afrique.Pour cette nouvelle destination, elle proposera trois vols par semaine entre sa base à Addis Abeba–Bole et l’aéroport d’Antananarivo–Ivato. La capitale malgache s’ajoute donc aux 95 villes déjà desservies par cette compagnie membre de Star Alliance. D’autres destinations viennent d’être inaugurées aussi cette semaine par la compagnie.Cette ouverture de ligne est bon signe pour le tourisme. Selon un opérateur touristique, « l’arrivée d’Ethiopian Airlines profitera à coup sûr au secteur des transports aériens et du tourisme à Madagascar. Addis-Abeba est un hub aérien en Afrique. Ce qui facilitera l’arrivée de certaines catégories de touristes issus des pays non desservis des compagnies aériennes actuelles ».

Lova Rafidiarisoa

News Mada4 partages

Kolotsaina maha malagasy : hitohy amin’ny fafy rano ny taom-baovao

Hitohy, anio, ny fanakalazana ny taom-baovao malagasy amin’ny alalan’ny fafy rano arahina tsodrano am-bava ataon’ireo raiamandreny sy olobe ary tangalamena mihoatra ny 90 taona, avy eto an-toerana sy avy any amin’ny faritra. Miroso amin’ny tatao, vary amin-dronono tondrahina tantely, avy eo ny rehetra, hisantarana izao taom-baovao izao ary hifampirariana ny soa ho an’ny rehetra tsy ankanavaka. Handravaka izany ny fampisehoana an-tsehatra sy vakodrazana ary hetsika ara-kolontsaina samihafa. Faranana amin’ny fifanolorana ny zara hasina hirariana ny taona ho zina ny lanonana rehetra. Izany ny fararanon-danonana…

Afo tsy maty… fandroahana ny fanahy ratsy

 Nialohavan’ny afo tsy maty fidiovana izany taom-baovao izany, omaly. Samy nahitana izany hetsika fankalazana izany avokoa ny tetsy amin’ny Tahala Rarihasina Analakely sy Andohalo ary teny anoloan’ny vavahadin’i Mahamasina. Nitohy amin’ny arendrina mitety vohitra, nandroahana ny fanahy ratsy izany. Nentanina ary tokony ho nanao izany ny any amin’ny isan-tokantrano handrehitra labozia na fanala mandra-maraina. Tokony ho nanaraka izany, nidio ara-batana sy ara-panahy, koa ny rehetra ary mamitram-pihavanana amin-janahary. Mamitram-pihavanana ny fianakaviana…

Ankoatra izany, nitotorebika mandra-maraina  ny rehetra niaro ny « afo tsy maty » sady nitsenana ny taona vaovao anio.

Synèse R. /Sary : Fano

Midi Madagasikara4 partages

Développement numérique : Huawei choisi comme partenaire stratégique de Madagascar

La délégation malgache chez Huawei à Beijing.

Le président Hery Rajaonarimampianina et sa délégation de neuf ministresont effectué une visite au Huawei Beijing Executive Briefing Center, en Chine. Une collaboration étroite est en vue.

 

La coopération stratégique à long terme figure parmi les perspectives évoquées lors de la rencontre de la délégation malgache, conduite par le président de la République de Madagascar, avec les dirigeants d’Huawei, dimanche dernier à Beijing.A l’issue des discussions, Madagascar et Huawei ont signé une série de protocoles d’entente qui ont permis une coopération globale dans le secteur des TIC. D’après les informations, le protocole d’entente vise à aider Madagascar à réaliser l’objectif Smart Madagascar, les systèmes de bureaux modernes pour les administrations douanières et fiscales, les réseaux agricoles, les compteurs intelligents et l’énergie solaire. Parallèlement, Huawei deviendra le partenaire stratégique à long terme des TIC pour Madagascar afin d’aider le pays à accélérer la construction d’infrastructures, pour que le pays puisse réaliser son décollage économique.

Formations. Un programme de formation en TIC, baptisé « Semences pour le futur », est octroyé sous forme de don, par Huawei à Madagascar. Celui-ci vise à produire les meilleurs talents dans les TIC. En effet, Huawei aidera Madagascar, en 2018, à choisir parmi les dix meilleurs talents TIC pour les envoyer en formation au quartier général d’Huawei en Chine. Avec ce programme, Huawei espère que les talents formés pourront devenir le pilier du développement des TIC à Madagascar.« Le gouvernement malgache attache une grande importance aux TIC pour promouvoir le développement économique et social. Nous espérons que Huawei pourra continuer à utiliser les dernières technologies pour participer à la mise en place des TICles plus récentes à Madagascar. La coopération entre Madagascar et Huawei sera plus étroite », a déclaré le président Hery Rajaonarimampianina, lors de cette rencontre. Pour sa part, le vice-président senior d’Huawei, Guo Tianmina soutenu que les TIC constitue le fondement de l’ère numérique qui va considérablement améliorer le développement social et économique de Madagascar.« Huawei se concentrera sur l’amélioration des infrastructures TIC à Madagascar, introduira continuellement les dernières technologies et la solution afin que Madagascar puisse accélérer et devenir un hub régional des TIC », a-t-il affirmé.

 

Recueillis par Antsa R.

Tananews3 partages

Nord est : jusqu’à 4200 ar le kilo de riz

Et vu que sa Seignhery n’est pas sur le territoire, personne n’ose faire quoi que ce soit car il faut d’abord que sa Seignhery soit présente pour que chaque action fasse resplendir sa gloriole.

Et bien entendu tout le Nord Est votera massivement pour sa Seignhery en 2018.

Pays de cons dirigés par des cons, mais de quoi se plaint-on finalement ?

Midi Madagasikara3 partages

Ambatovy : un avion mis à disposition du BNGRC

A la demande de l’ACM et du BNGRC, Ambatovy a mis à disposition son avion vendredi dernier  pour un vol destiné à apporter d’urgence du matériel et des vivres vers Maroantsetra.En effet Maroantsetra n’est pas accessible par route depuis Tana, et la population locale a été très éprouvée par le cyclone Enawo. L’avion d’Ambatovy avait été débarrassé de pratiquement tous ses sièges et était arrivé vendredi  de Tamatave à Ivato pour être chargé de  vivres et de matériels confiés par le BNGRC avant de repartir pour Maroantsetra où il était attendu avec impatience. Outre les pilotes, la délégation qui a livré les dons  était composée de représentants du BNGRC,  d’Ambatovy et de deux responsables  du comité chargé de la coordination des aides post-Enawo .Effet du hasard, la cargaison transportée par l’avion est composée principalement de kits d’urgence offerts par le JICA et d’une couveuse pour bébés prématurés offerte par le Canada. Deux des pays dont sont originaires les actionnaires d’Ambatovy.Rappelons que  dans le cadre de l’appui aux sinistrés d’Enawo, Ambatovy n’a pas attendu pour apporter son aide, puisque l’entreprise minière a déjà effectué des dons en eau et  huile alimentaire ainsi que des fonds pour la réhabilitation d’infrastructures.

R.Edmond.

Madaplus.info2 partages

Rappel pour la commémoration du 29 mars 1947 à Paris

L'association "Mémoires de Madagascar" organise une rencontre pluridisciplinaire autour des événements de 1947 à Madagascar. Plus d'infos
Adresse: Inalco, le mercredi 29 mars 2017, en amphi 7, de 15 h à 20 h. Vous pouvez consulter le programme sur
Tananews2 partages

Fénérive-est : il vole des poules chez les religieuses

Nooon, elles l’ont vindicté ?

Tananews2 partages

Ceux qui ont bradé le pays vont aussi déposer des gerbes de fleurs alors ?

C’est pas comme insulter tous ceux qui sont tombés en 1947 ça ?

Autant cracher sur leurs tombes ça ira plus vite.

Une commémoration qui n’a plus aucun sens.

Certains imbéciles vont même parler de 70ème anniversaire de 1947, c’est pour vous dire le niveau.

Tananews2 partages

“Mettez en place l’ACD et nous suspendons toutes les aides”

Menace à peine voilée de l’ensemble des bailleurs de fonds à l’endroit du gouvernement malgache.

Le racket que l’escroc africain et son compère français, conseiller de sa Seignhery, veulent imposer par le forcing, semble cette fois se heurter à un énorme mur.

85€ de racket par container vs les milliards de dollars de la CBI, à sa Seignhery de choisir.

News Mada2 partages

Marché du tourisme : les TO misent sur le professionnalisme

L’importante évolution de la digitalisation constatée à Madagascar a changé le travail des Tours opérateurs (TO) réceptifs oeuvrant dans le pays. Ainsi, les réelles plus-values des TO sont remises en question vu que les touristes ont désormais la possibilité d’organiser eux-mêmes  leur séjour via le web.

Les TO misent beaucoup sur le professionnalisme et leur connaissance très pointue du produit pour rester sur le marché a confié Hely Rakotomanantsoa, présidente de l’Association des Tours opérateurs professionnels de Madagascar (Top Madagascar) qui célèbre ses 25 ans d’activité à Madagascar cette année.

«Une série de formations est octroyée aux membres de l’association pour la professionnalisation et le renforcement des capacités des TO. Nous avons également établi un code de déontologie et d’éthique qui régit le travail des membres de la Top Madagascar, toujours dans le souci de professionnaliser les activités des TO», a avancé Hely Rakotomanantsoa.

Optimisme

Pour la nouvelle saison, les TO sont plutôt optimistes, et les réservations pour la haute saison, notamment entre juillet et septembre sont actuellement presque complètes. Ces opérateurs touristiques ont toutefois évoqué quelques difficultés toujours pas, entre autres le manque de solidarité entre les hôteliers et les TO, mais aussi les failles toujours existantes dans la promotion de la destination Madagascar.

A ce propos, la présidente de Top Madagascar a fait savoir que «Madagascar reste une destination peu connue par rapport aux autres pays de la région, entre autres l’Afrique du Sud ou encore l’île Maurice. Les efforts de communication effectués  actuellement devraient être renforcés davantage».

Riana R.

 

Tananews2 partages

Tiens, le niveau de l’Ikopa a de nouveau fortement baissé

Et pas le moindre petit cyclone à l’horizon.

Babakoto Land en première ligne du dérèglement climatique, apparemment nous y sommes en plein dedans.

Les prochaines années s’annoncent éminemment sympathiques. Évidemment il n’y a rien à attendre de nos gouvernants, à part le mangaatakaree, rien d’autre n’est prévu au programme côté écologie.

L'express de Madagascar2 partages

Santé oculaire – Des dépistages et des lunettes pour les élèves des EPP

Dans le cadre de la lutte contre la cécité, des dépistages auront lieu et des lunettes seront attribuées aux élèves des écoles primaires publiques (EPP) par le Lions Sight First Madagascar (LSFM). La signature d’un protocole d’accord s’est déroulée hier, entre le ministère de l’Éducation nationale et le LSFM, au siège du ministère à Anosy. Il s’agit d’un projet « Réfractions et lunettes volets  Enfants des écoles primaires » pour les enfants de 6, 10, 14 ans dans les EPP, initié par le LSFM et financé par la Branche humanitaire de l’Église de Jésus Christ des Saints des derniers jours.D’après Olivier Rabenjamina, président du LSFM, il s’agit du traitement des yeux des élèves au niveau des EPP. Ces tranches d’âge ont été choisies spécialement car l’association ne peut pas encore s’occuper de tous les élèves. Cette action a pour objectif de promouvoir la santé en milieu scolaire.430 écoles primaires publiques dans la direction régionale de l’éducation nationale (DREN)  Analamanga, bénéficieront de ce projet dont 93 EPP d’Antananarivo Renivohitra, 172  d’Antanana-rivo Avaradrano, 150 d’Antananarivo Atsimon-drano et 15 EPP d’Ambohidratrimo.Afin de procéder à la sélection, les enseignants recevront des formations. Des tests se feront au niveau des élèves. Les élèves qui n’ont pas réussi le test, seront aminés au centre de vision du LSFM par des bus du LSFM, afin d’être traités. Les médecins ophtalmologues leur procureront des lunettes, si besoin. Des consultations gratuites par des ophtalmologues se feront, si la maladie ne peut être corrigée par les lunettes. Le projet commencera cette année et se terminera en 2019.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar2 partages

Le Global Money week vise les jeunes

5 000 enfants et jeunes sont principalement concernés par des séances d’éducation financière, des visites d’institution financière de la célébration de la semaine mondiale de l’argent cette semaine. Cent mille enfants et élèves seront ciblés de manière indirecte avec la diffusion de l’évènement sur les chaines nationales. L’organisation Global Money week organise cet évènement. Elle a pour défi de reformer les systèmes financiers en incitant les jeunes à devenir des citoyens économi-quement compétents et responsables. Six villes sont également touchées par cette célébration.

L'express de Madagascar2 partages

Les produits européens sous le feu des projecteurs

Une foire des produits européens aura lieu au Palais des sports et de culture Mahamasina du 15 au 18 juin prochain. Plus de 200 stands vont s’implanter et près de30 000 personnes seront attendues durant ces quatre jours. Le but de cette foire est de regrouper tous les opérateurs œuvrant dans les domaines des produits de luxe et de qualité en provenance de l’Europe.

L'express de Madagascar2 partages

Le SAMIFIN réclame des sanctions exemplaires

Dans une interview diffusée sur une station privée de la capitale, samedi, Lamina Boto Tsara Dia, directeur du Service de renseignement financier (SAMIFIN), a réclamé une application intransigeante et des sanctions exemplaires contre les personnes reconnues coupables de blanchiment d’argent. Devant les journalistes, le numéro un du SAMIFIN a, une nouvelle fois, déploré que ses efforts restent toujours, vain étant donné que les affares transmises à la justice restent, pour la grande majorité, sans suite.

Midi Madagasikara2 partages

Industrie aérienne : plus de 200 millions ariary pour les sinistrés

L’autorité de l’Aviation Civile de Madagascar (ACM) qui a chapeauté les actions d’aide aux sinistrés d’Enawo, fait preuve d’une grande capacité de mobilisation. En effet, les opérateurs de l’industrie aérienne ont pu collecter, à la date du 23 mars des  dons d’une valeur de plus de 200 millions d’ariary, soit plus d’un milliard de Fmg. Outre les entreprises locales, des compagnies aériennes étrangères participent également à cette opération. Une solidarité qui démontre en tout cas, le dynamisme  de l’industrie aérienne malgache. En tout cas, les actions des compagnies aériennes vont encore se poursuivre sous la houlette de l’Aviation Civile de Madagascar.

R.Edmond

Madagate1 partages

Madagascar Cynophilie. Echo du Coton de Tuléar Malagasy Club

Avant de poursuivre cet article, il faut répondre à la question: qu'est-ce que le Coton de Toliara?

Le Coton de Tuléar est originaire de Madagascar. Il est  toujours le chien national de la Grande ’île bien que tous les sujets ont été importé. A l’origine, le Coton de Tuléar était un savant mélange de chien errant de Madagascar et de petit bichon. Plusieurs contes expliqueraient l'origine de ces croisements.

Quoi qu’il en soit, cette nouvelle race a su prendre le meilleur du bichon et des chiens errants de Madagascar. Le Coton de Tuléar a été officiellement reconnu comme race par la société centrale canine en 1970, et à été accepté par la Fédération Cynologique Internationale qui a établi le standard rédigé à Madagascar en 1972. Depuis, il est considéré comme un chien de race à part entière sous le patronage de la France.

Le Coton de Tuléar Malagasy Club (CTMC) a été créé en février 2016 par des membres des associations cynophiles suivantes: ACYM (Association des Cynophiles de Madagascar) et GTA (Gasy Tia Alika).

L’objectif initial du CTMC consiste en l’amélioration du Coton de Tuléar, l'unique chien de race malgache dont la gestion est actuellement gérée par la France. Pourquoi ? Il s’agit de rassembler tous les passionnés de cette race et leur proposer de travailler sur le maintien de ce standard, tout en améliorant la qualité des générations à venir.

Depuis sa création, le CTMC a organisé des rencontres, des ateliers et des échanges dont le thème s’axe sur la protection de la race en prohibant les croisements entre races non identiques. Par ailleurs, une évaluation du cheptel Coton de Tuléar, à chaque visite des juges experts internationaux, est organisée par l'ACYM. Le CTMC encourage et appuie également les passionnés qui veulent inscrire leur chien dans le pedigree malgache.

Enfin, le CTMC gère la participation aux différents concours canins, en respectant les normes de la cynophilie, organisés par des institutions reconnues au niveau des fédérations cynologiques. La première rencontre des membres du Coton de Tuléar Malagasy Club a eu lieu samedi 25 mars 2017 à Mahamasina. Ils ont réussi regrouper une vingtaine de passionnés et une dizaine de chiens.

Veuillez retrouver le CTMC sur facebook en cliquant sur: COTON DE TULEAR MALAGASY CLUB

Jeannot Ramambazafy - www.madagate.org

News Mada1 partages

Madagasikara-Chine : misokatra amin’ny fiaraha-miasa ny ViMa

Mivahiny any Chine ny filoha Rajaonarimampianina Hery, nanomboka ny herinandro teo, miaraka amin’ny minisitra sy mpandraharaha sasany avy eto an-toerana. Ao anatin’ny fankalazana ny faha-45 taona ny fifandraisana eo amin’ny firenena roa tonta izany, fandraisana anjara ihany koa tamin’ilay « Forum de Boao » ho an’i Azia manontolo, natao tany Hainan, ny 26 marsa 2017.

Fandaharam-potoana manokana ho an’ny delegasiona malagasy ny fihaonana amin’ireo mpandraharaha sinoa, nifampidinihana amin’izay ho fiaraha-miasa mety hatao aty Madagasikara amina sehatra maro. Anisan’ny mpandraharaha avy eto an-toerana niara-dia amin’ny filoha malagasy ny filohan’ny filankevi-pitantanan’ny ViMa Woods sy tale jeneralin’ny ViMa Sery, Koureich Fidahoussen.

Araka ny efa fandraisan’ity mpandraharaha ity anjara tamina fivoriana maro  tany ivelany, vonona hatrany ny ViMa misokatra amin’ny asa fampandrosoana eto Madagasikara, mampiasa vola mivantana, araka ny politika iraisan’ny mpampiasa vola tapaka tany Paris (CBI) ny volana desambra 2016.

Tontolon’ny fandraharahana hanamafisana izany fiaraha-miasa sy fifanakalozana ara-barotra eo amin’ny Madagasikara sy Chine izany ny Antenimieran’ny varotra aty Afrika (Africa Chamber of Commerce of Wenzhou.

R.Mathieu

News Mada1 partages

Faritra Menabe : fikarohana vahaolana handoavan’ny kaominina ny latsakemboka Cnaps

 Toy ny maro manerana ny Nosy, tsy misitraka ny zony ny ankamaroan’ny mpiasa tsy raikitra (ECD) ao amin’ny kaominina sy ny vondrom-paritra itsinjaram-pahefana (CTD) ao amin’ny faritra Menabe. Nalaina ny hevitr’izy ireny hikarohana ny vahaolana.

Natao tany Morondava, ny herinandro lasa teo, nandritra ny roa andro ny fiofanana ho an’ny ben’ny Tanàna sy ny mpiara-miasa aminy, indrindra ny sekretera teknika sy mikirakira ny kaontim-bola (STC) nitotaly 130 avy amin’ny kaominina 56 ao anatin’ny distrika dimy mandrafitra ny faritra Menabe. Tanteraka izany taorian’ny fifanarahana teo amin’ny Tahirimbolam-pirenena misahana ny fiahiana ara-tsosialy (Cnaps) sy ny minisiteran’ny Atitany sy ny fitsinjaram-pahefana (Mid). Atrikasa faharoa ity natao tany Menabe ity raha nosantarina tany Bongolava ny volana febroary teo. Tanjona ny nikarohana vahaolana, hakana ny soso-kevitry ny mpizaika sy tohana na valiny avy amin’ny Cnaps sy ny Mid, ahafahan’ny kaominina mandoa ny latsakemboka Cnaps sy hisitrahan’ny mpiasa tsy raikitra (ECD) ao amin’izy ireo ny zony sy ny tombontsoany.

Nambaran’ny filohan’ny filankevi –pitantanan’ny Cnaps, Avimanana, sady talen’ny kabinetran’ny Mid rahateo, nandritra ny fotoam-panokafana ny atrikasa fa “aoka isika tsy hifamitaka, azo atao ny miady hevitra, saingy sarotra ny manapa-kevitra, satria ny lalàna no mametra ny tsy maintsy handoavana ny latsakemboka”.

Nahatratra 480 tapitrisa Ar ny tsy voaloa

Nampahafantarina ny mpizaika ny lalàna mifehy ny asa, ny tombontsoa sy ny fanampiana ny Cnaps sy ny fiahiana ara-tsosialy, indrindra ho an’ny mpiasa ECD. Olana iraisan’ny kaominina sy ny ben’ny Tanàna ny tsy fandoavana ny latsakemboka any amin’ny Cnaps, na didin’ny lalàna fa tsy maintsy efaina aza izany. Ho an’ny kaominina ambonivohitra Morondava, nitsotra ny ben’ny Tanàna, Kolo Frijof, fa mahatratra 480 tapitrisa Ar ny latsakemboka, trosa tsy voaloa amin’ny Cnaps, nanomboka ny taona 1985 ny mankaty. Nambarany fa efa misy ny fifampidinihany amin’ny Cnaps, nikarohana ny marimaritra iraisana tsy hanavesatra io trosa io. Eo koa ny fanatsarana ny fidiram-bola anatin’ny kaominina, toy ny ezaka amin’ny hetran-trano sy tany.

Ho an’ny ben’ny Tanàn’ny kaominina Manambina, distrika Miandrivazo, Randriamidona Roger, efa nanokana 1 tapitrisa Ar isan-taona izy ireo ao anaty tetibola 2017 hanefana ny latsakemboka. Nambaran’ny ben’ny Tanàna, Rakotonandrasana Philippe Edouard, any amin’ny kaominina Ambatolahy, distrika Miandrivazo, fa niara-niasa tamin’ny Cnaps izy ireo hatramin’izay. Paikady natao ny nanatsara ny fidiram-bola anatiny, toy ny tamberim-bidy sy ny haba. Ho an’ny kaominina vao niforona any Andranomainty, distrika Miandrivazo, nambaran’ny ben’ny Tanàna Randriamampionona Pierre Modeste, fa nampianatra tany amin’ny sekoly tsy miankina izy nialoha ny naha ben’ny Tanàna azy, ka efa mpikambana ao amin’ny Cnaps nanomboka ny taona 2000. “Tombony ho ahy ny namantarako sahady ny lanja sy ny zon’ny mpiasa.Hanatona avy hatrany ny Cnaps aho hikarakarana ny antontan-taratasin’ny mpiasa ECD ao aminay”, hoy izy.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada1 partages

Olana momba ny tanin’ny oniversite Toliara : nanao fitokonana ireo mpampianatra mpikaroka

 Nanatanteraka fitokonana fanairana ireo mpampianatra mpikaroka ao amin’ny oniversite Toliara, omaly. Antony, noho ny fisian’ireo trano manodidina ny trano fianaran’ny mpianatra izay tsy nahitam-bahaolana hatramin’izay…

 

Voaresaka hatrany ny resaka tany tao anatin’ny fitokonana lavareny nataon’ny mpampianatra mpikaroka ao amin’ny oniversite Maninday Toliara. Isan’ny mametraka olana amin’ny fanatanterahana ny asa fampianarana ny fisian’ireo trano manodidina ny trano fianaran’ny mpianatra izay tsy nihatam-bahaolana mihitsy hatramin’izay, araka ny fanazavan’ireo mpampianatra. Manoloana izany, raikitra ny fitokonana, omaly maraina tao Toliara tamin’ny alalan’ny diabe fanairana ny tompon’andraikitra rehetra voakasik’ity tany ity indrindra fa ny minisiteran’ny Fampianarana ambony sy ny fanjakana foibe. Niala teo amin’ny Kianja Mixte ao Maninday Toliara ary nifarana teo amin’ny vavahady fidirana ao amin’ny Oniversite ny filaharan’ireo mpampianatra taorian’ny fampahafantarana ireo mpianatra ny anton’izao fitokonana izao.

Araka ny fampitam-baovao avy any an-toerana, herinandro ny fiatoan’ny fampianarana ka akatona ny birao sy ny sekoly rehetra. Fa naneho ny tsy fahafaliany manoloana ity fampijanonana ny fampianarana mandritra ity herinandro ity ny mpianatra ka nanao antso avo hamahana ny olana fa te hianatra izy ireo satria tsy mbola vita ny taom-pianarana.

Ho lakolosy fanairana ireo tompon’andraikitra, nanampy ireo mpampianatra amin’ny filaharana ireo mpianatra na teo aza ny fangatahana hisian’ny fampianarana. Filanjana sorabaventy no nataon’ireo mpanao fihetsiketsehana omaly. Nambaran’izy ireo hatrany fa hitohy ny fitokonana sy ny fanakatonana ny sekoly mandra-pahitana vahaolana maharitra.

CMS / sary : CMS

News Mada1 partages

« Allée des baobabs » : hisarika mpizahatany japoney 500

Hetsika manokana no hataon’ny faritra Menabe miaraka amin’ny Ofisim-paritry ny fizahantany any an-toerana amin’ity taona ity. Nambaran’ny filohan’ny faritra, Gilbert Romain, fa manodidina ny 500 ny mpizahatany japoney kendrena manokana hitsidika ny toerana “Allée des baobab” any Morondava, faritra Menabe amin’ity taona ity.

Amin’ny ankapobeny, manodidina ny 30.000 isan-taona ny mpitsidika any amin’ity toerana ity, ka 15.000 ny monina eto Madagasikara. Avy any Eoropa ny 200 amin’izy ireo, nefa raha jerena ny tamin’ity taona 2017 ity, efa nahatratra 120 sahady izy ireo tao anatin’ny telo volana voalohany. “Midika izany fa miroborobo ny fizahantany ary atokisan’ny mpitsidika ny mankaty Madagasikara”, hoy ihany izy.

Mikasika ny toerana manana ny maha izy azy manokana, ny tangorom-bohitr’i Makay (Massif de Makay), 250 ny mpitsidika andrasana amin’ity taona ity, raha 100 isan-taona, izay saika mpikaroka ara-tsiantifika amin’ny lafiny tontolo iainana ny ankamaroany.

Njaka A.

News Mada1 partages

Magasins et aires de dédouanement : renouvellement des agréments

La direction générale des douanes invite les titulaires éligibles de magasins et aires de dédouanement (Mad), ceux qui veulent continuer encore à exercer dans ce sens, à renouveler leur agrément de local de groupage et de dégroupage avant le 30 juin prochain.

Cette date limite porte sur deux choses, précise la direction générale des Douanes. La première concerne l’obligation de renouvellement de l’agrément de local du Mad pour les titulaires actuels et le second, l’obligation de se constituer en Mad pour toutes sociétés éligibles par le texte voulant poursuivre l’activité de groupage et dégroupage.

Les entités éligibles sont entre autres la Chambre du commerce, exploitants de terminal à conteneurs sous douane,  commissionnaires agréés en douane, transporteurs aériens et maritimes ou leurs mandataires consignataires, groupeurs. Des séances d’information à l’endroit des titulaires actuels de ce régime et de toutes sociétés éligibles œuvrant dans le domaine du groupage et dégroupage de colis sur Antananarivo et dans les provinces ont été organisées par la direction générale des douanes  afin de sensibiliser et d’informer les opérateurs sur ces réformes.

Politique d’assainissement

Ces nouvelles réformes cadrent effectivement dans la poursuite  de la politique d’assainissement de la direction générale des douanes et ce, aux fins de sécurisation des facilités accordées aux opérateurs.

A titre de rappel, les Mad sont des locaux ou aires destinés à recevoir les marchandises importées qui ont fait l’objet d’une déclaration sommaire et qui ne sont pas déclarées en détail ainsi que les marchandises transbordées d’un bureau de douane à un autre sous couvert d’un acquit à caution. Ils peuvent également recevoir, en attendant leur expédition, les marchandises destinées à être exportées ou réexportées qui ont été déclarées en détail et vérifiées.

Arh.

 

News Mada1 partages

Inclusion financière : une campagne d’éducation à promouvoir

La forte croissance des institutions financières nouvellement créées à Madagascar est contradictoire à la très faible inclusion financière dans le pays. Les experts dans ce domaine évoquent le manque d’éducation financière et la lourdeur des procédures, lors de la cérémonie d’ouverture de la «Semaine mondiale de  la monnaie», hier, au ministère de l’Economie et du plan.

L’enquête Finescope portant sur l’inclusion financière à Madagascar sortie l’an dernier révèle que seuls 2% de la population adulte dans le pays font des emprunts bancaires contre 6% qui contractent des crédits auprès des usuriers informels. L’accès au crédit est pourtant vecteur de croissance, à en croire le ministre des Finances et du budget Gervais Rakotoarimanana durant sa prise de parole. L’inclusion financière reste ainsi un grand défi à relever.

Dès le plus jeune âge

La Coordination nationale de la finance inclusive (CNFI) compte actuellement mettre en avant l’éducation financière dès le plus jeune âge pour renforcer l’inclusion financière auprès de la population malgache. Car  le manque de connaissance sur les services existants est une raison de la faible inclusion financière dans le pays. D’après l’enquête Finescope Madagascar, bien que 59% de la population aient accès aux services financiers dont 12% ont intégré le système bancaire et 19% ont rejoint les institutions de microfinance et assurances, il reste encore 41% de la population à sensibiliser.

Pour cela, la CNFI prévoit de sensibiliser directement 5000 élèves et étudiants répartis dans 36 établissements cette année. L’objectif est d’atteindre 100 000 enfants et jeunes à travers une campagne de communication sur l’éducation financière. L’an dernier, suite à la première célébration de la semaine mondiale de la monnaie, 1250 élèves et étudiants répartis dans neuf établissements ont été sensibilisés.

Riana R.

News Mada1 partages

Affaire Antsakabary : la CNIDH appellée à publier les enquêtes

Les membres de l’association « Vovonana Mampiray » a adressé une lettre ouverte aux membres de la Commission nationale indépendante des droits de l’ homme (CNIDH) hier. Cette lettre demande la publication officielle par voie de presse du rapport signé par les missionnaires envoyés dans cette localité et de souligner que la version selon laquelle le feu aurait été déclenché par une aliénée mentale n’est pas fondée. « En effet, vous avez relevé des violations graves des droits humains qui devraient être révélées au public et à la communauté internationale au nom de la transparence dans un Etat de droit », précise le Vovonana mampiray. Cette lettre est signée par les organisateurs de la conférence en date du 14 mars dernier au centre Arrupe Faravohitra, notamment des députés de Madagascar, des descendants de toutes les dynasties royales, des notables et des entités de la société civile. Près d’un mois après la descente de la CNIDH sur les lieux, aucun résultat n’a encore été publié. Des morts, des blessés et des maisons incendiées ont en effet été recensés sur les lieux.

« Se référant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, notamment en son article 19, repris par l’article 11 de la Constitution malgache,  le peuple malgache souverain a le droit d’être informé comme l’opinion internationale sur ce crime barbare inédit », estime le Vovonana mampiray.

T.N

 

Tananews1 partages

70 candidatures au moins pour le poste de DG de la Jirama

C’est formidable.

Mais sur ces 70 combien de réellement compétents, bosseurs, efficaces, rapides, charismatiques, qui savent dire non ?

Et surtout qui ne piquera pas dans la caisse ?

Car mettez un babakoto aux commandes de milliards d’ariary, combien sauront résister à la tentation ?

L'express de Madagascar1 partages

Santé publique – Une dizaine de plaintes contre des médecins

L’ordre des médecins indique une dizaine de plaintes contre leurs pairs. Certains attendraient leur procès.

Des médecins sur le banc des accusés. Quelques patients ont porté plainte contre des médecins, récemment. « Il y a huit à dix affaires en cours, actuellement. Certains sont au niveau de l’ordre des médecins, d’autres au niveau du ministère de la Santé publique et le reste au niveau de la Justice et en attente des procès », indique le Dr Eric Andrianasolo, président de l’ordre des médecins, hier. Les accusations invoquées à l’encontre de ces médecins seraient, en général, des problèmes de prise en charge des malades.Parmi ces plaintes figure celle déposée par la famille de la femme décédée dans un grand hôpital d’Antananarivo, pendant son accouchement et lors duquel les médecins auraient refusé de la prendre en charge, faute de moyens. Il y a aussi l’affaire sur le jeune homme, qui a succombé dans une chambre de réanimation d’un grand hôpital d’Antananarivo, sa chirurgie n’aurait pas été effectuée. Ces informations ont fait la une de certains médias, il y a quelques semaines.

RecoupementDans une déclaration sortie le 24 mars et signée par les présidents de l’ordre des médecins, des pharmaciens, des infirmiers, des dentistes, des sages-femmes et des vétérinaires, la Conférence des Ordres de Santé  hausse la voix contre « ces affirmations gratuites ». « Nous ne sommes pas contre la diffusion des informations, mais s’il vous plaît, consultez nous avant de publier quoi que ce soit », lance le président de l’ordre à l’endroit des médias, avant d’enchaîner, « Vous n’imaginez pas l’impact de ce que vous publiez. Imaginez un chirurgien retenu à la brigade criminelle pendant une semaine. Croyez-vous qu’après cela, il voudrait encore exercer ce métier »  Il faut noter, par ailleurs, que la difficulté d’accès à des informations et surtout à certains responsables du ministère de la Santé publique et de ses branches, rend difficile le recoupement des informations, pour les journalistes, surtout lorsque l’information est délicate.Cette déclaration souligne, également, que chacun des membres des ordres de santé respecte leur engagement. « Nous contribuons au développement du pays, grâce à notre métier. La vie est ce qui est le plus important pour nous. Le métier du médecin ne connaît ni statut social, ni origine ethnique, ni richesse, ni religion», précise la déclaration.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Anosibe – Une fillette intoxiquée aux champignons

Une fille de 14 ans a dû être hospitalisée, hier vers treize heures à cause d’une intoxication par des champignons vénéneux. « Elle ne cesse pas de vomir du sang et sa vision est devenue floue, puis elle n’a pas pu respirer. Nous avons encore trouvé desrestes de champignon sur son assiette », a raconté sa mère à l’HJRA. Après l’école, son grand frère l’a vu allongée au sol en vomissant. Celui-ci s’est dépêché sur les lieux de travail de leurs parents à Anosizato pour les alerter. La fille a été ensuite transportée à l’hôpital. Elle était vraiment à bout de force, selon les explications de son père. Le médecin leur a indiqué qu’il s’agit d’une intoxication alimentaire. « Les champignons sont en général comestibles, mais ils pourraient être rendus toxiques par des bactéries qui fabriquent des toxines, notamment pendant la période été », précise le médecin dans les services d’urgence à l’Hjra. Cela aurait produit une catastrophe au sein de cette famille.En se rendant compte qu’il s’agit des champignons, le père de la victime a porté plainte contre le vendeur au marché d’Anosibe. Par ailleurs, ce dernier a dit ne pas savoir que ces fongus étaient vénéneux, lors de l’enquête à la police.Les deux parties, dont le vendeur de champignons et les parents de la fillette ont dû conclure un arrangement devant le commissariat, hier vers 16h, d’après les informations policières. Le marchand est alors censé assurer les dépenses entières sur les soins et traitements médicaux de la malade.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar1 partages

Coopération – La JICA au chevet des sinistrés

Le Gouvernement du Japon répond à l’appel à la solidarité de Madagascar après le passage du cyclone Enawo, à travers l’Agence Japonaise de Coopération Internationale (JICA)Une cérémonie de remise officielle de matériels a eu lieu vendredi au palais d’État de Mahazoarivo, en présence du vice-ministre auprès des Affaires étrangères, chargé de la Coopération et du Développement Rafatrolaza Bary Emmanuel, du Secrétaire exécutif du  Bureau national de la gestion des risques et des catastrophes (BNGRC), Thierry Venty ainsi que de l’Ambassadeur du Japon à Madagascar, Ichiro Ogasawara et le premier vice-président de la JICA, Kazuhiko Koshikawa.Suite au passage du cyclone Enawo et compte tenu des pertes en vie humaine et matériels causées par celui-ci, le Gouvernement Malagasy a lancé un appel à la solidarité pour venir en aide à Madagascar le 14 mars, en conséquence de la décision prise du Décret n 2017-174 au Conseil du Gouvernement en date de la veille.En réponse à cet appel, le Gouvernement du Japon, à travers la JICA, a décidé d’octroyer des matériels aux populations sinistrées de Madagascar, à la suite de la détermination des besoins d’urgence établie par le BNGRC. Les matériels sont composés de 510 tentes et 151 tarpaulins (4m x 50m).

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Coopération décentralisée.

Un atelier portant sur la coopération décentralisée entre la France et Madagascar se tient, depuis hier, au Motel, Anosy. Le rendez-vous permet les rencontres, les partages d’expériences et de plaidoyers entre les acteurs malgaches et français de la décentralisation. Il s’agit, aussi, d’échanger les bonnes pratiques et les actualités sur la coopération décentralisée. Ces deux jours serviront, également, à préparer un rendez-vous international qu’est l’assise des coopération décentralisées.

L'express de Madagascar1 partages

Commémoration décentralisée

Cette année, les cérémonies de commémoration officielle de 29 mars 1947, ne se limitera plus, à Antananarivo et Moramanga. Le devoir de mémoire sera, également, marqué dans les localités que sont Manakara, Ikongo, Fandriana et Nosibe an’Ala. Les batailles entre les combattants nationalistes et les colons ont, aussi, été, particulièrement, violentes dans ces communes.

L'express de Madagascar1 partages

La position de faiblesse gêne

Air Austral prend 49% d’Air Madagascar. L’opération est courante en entrepreneuriat. Peu importe toutes les formules savantes comme « Partenariat stratégique», « join-venture » assorti de « pacte d’actionnaires», cela ne noiera pas le poisson. La position de faiblesse gêne.Peu importe si Air Austral est une compagnie régionale donc il aurait fallu une compagnie nationale (Air Mauritius, Ethiopian Airlines), cela ne noiera pas le poisson. La position de faiblesse gêne.Des cas où des sociétés malgaches sont détenues et même à certaines périodes dirigées par des étrangers sont connus pourtant ce sentiment pour le Malgache d’être en position de faiblesse n’est pas ressenti. Ces sociétés comprennent ou comprenaient des Réunionnais, des Mauriciens, des Américains, etc. et malgré tout le sentiment d’égalité est ressenti, ce qui est loin d’être le cas dans Air Madagascar.Il est connu que la situation de la Compagnie Air Madagascar était telle qu’il fallait trouver une solution. Il n’y a plus de conseils à donner aujourd’hui, mais, les dirigeants n’avaient-ils donc aucun moyen de donner ce sentiment d’égalité avec l’étranger à son peuple ?  Où sont les diplômés malgaches (Science-po, Ankatso, Harvard…)  Sont-ils uniquement des techniciens qui ne sont pas fait pour diriger ?À notre décharge, l’école malgache n’aurait pas été effectivement fait pour créer des citoyens qui dirigent leur propre pays et qui font de la politique à en croire E. Fagerenget  M. Rakotomamonjy : « Le but de l’école n’était-il pas de former de loyaux sujets connaissant leurs « devoirs envers l’administration » mais qui n’auraient aucun rôle à jouer dans la politique de leur pays ?  , in Ny tantaran’ny firenena Malagasy. Cours moyen, ed.Salohy, 1963, 94p. Apophtegme valable aussi pour les diplômés de l’étranger ?  En sont encore victimes, les membres de la société civile, les « techniciens », les fonctionnaires, et même les simples citoyens…Revenons au sujet, l’économie néocolonialiste a poussé à nationaliser, donc à malgachiser les sociétés (capitaux, cadres) depuis Ramanantsoa puis Ratsimandrava-Ratsiraka. Mais la gestion catastrophique a poussé le 13 mai 1991 à demander la libéralisation-privatisation et autres vérités des prix. Remarquons que ce sont les mêmes qui ont nationalisé qui ont demandé la reprivatisation… Marc Ravalomanana  l’a aussi compris et à confié Air Madagascar à Lufthansa ; la Jirama à Lahmeyer.Bref, remettons-nous en question ! Puisque le constat est fait sur 57 ans, il ne s’agit plus de dirigeants uniquement mais de nous tous Malgaches ! Que voulons-nous pour notre pays ?

 Par Toavina Ralambomahay 

Tananews1 partages

La fréquence de MBS aurait déjà été cédé à un tiers

Par qui et à qui ? Quand ? Comment ? Combien ?

Mystère et boule de gomme.

Les “sakasakana” c’est pas ce qui manquera pour Marco jusqu’en 2018.

Mais les babakoto qui font ça ne retiennent rien de l’Histoire : plus ils s’acharneront sur Marco plus cela le rendra sympathique aux yeux de la plèbe.

Tohizo ê.

Midi Madagasikara1 partages

DG Jirama : 87 dossiers de candidature reçus

Apparemment, le poste de Directeur général de la Jirama est très convoité. Le nombre de dossiers de candidature augmente de jour en jour. Hier, 87 dossiers ont été reçus, sans compter les autres dossiers parvenus par voie postale. Parmi lesquels, trois dossiers viennent de l’étranger, a-t-on appris. Notons que tous les dossiers de candidature reçus seront transmis au cabinet international chargé de leur traitement. Par contre, le dépouillement des offres sera connu la semaine prochaine, a-t-on conclu.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Aucune manifestation ne sera autorisée demain

Les cérémonies gouvernementales sont les seules à être autorisées à déposer des gerbes en premiers. Les entités ou association devront attendre la fin des cérémonies officielles pour déposer les leurs.
Telles ont été les instructions octroyées par les forces de l’ordre durant une conférence de presse qu’elles ont tenue. En outre, aucune manifestation ne sera autorisée pendant le mercredi 29 mars pour éviter tout débordement. La préfecture confirme qu’aucune autorisation n’a été délivrée pour la commémoration du 29 mars 1947. Les attroupements publics seront formellement interdits pendant cette journée. La présence des forces de l’ordre dans les stèles d’Ambohijatovo et celles du Mausolée sera renforcée.
Toutefois, le parti de l’ancien président Ravalomanana compte bien faire leur manifestation ce mercredi. D’ailleurs, ce sera le leader de ce parti qui sera à la tête de cette manifestation.
Tananews0 partages

29 mars : les règles du jeu demain

Pas de meeting politique, pas de sono mobile, pas de marche.

Et surtout pas de dépôts de fleurs avant sa Seignhery.

Sinon c’est bombes lacrymogène.

Tatie Florence a prévenu.

News Mada0 partages

Commémoration du 29 mars : vers une logique de confrontation

Le Préfet de police d’Antananarivo a adressé une réquisition générale aux responsables des forces de l’ordre en vue d’assurer le bon déroulement de la commémoration du 29 mars 1947. En effet, les autorités veulent éviter les incidents survenus l’année dernière avec le sénateur Lylison de René Urbain.

«Chacun devra respecter l’organisation » a indiqué le commandant de la Circonscription de gendarmerie nationale (CIRGN) d’ Antananarivo, le général Florens Rakotomahanina hier lors d’une rencontre avec la presse à Ankadilalana. « Nous voulons éviter les incidents rencontrés l’année dernière » a-t-il précisé. Pour rappel, le sénateur Lylison avait décidé d’entamer une marche d’ Ambohijatovo jusqu’au Mausolée, le 29 mars de l’année dernière,  mais il a dû faire face aux forces de l’ordre en cours de chemin. Pour cela, « Aucun rassemblement ne sera toléré, d’autant plus que personne n’en a demandé l’autorisation » a souligné le général.

« Nous prendrons les mêmes mesures à Ambohijatovo et au Mausolée » a indiqué pour sa part le commandant du Groupement de gendarmerie d’Analamanga, le colonel Zafisambatra Ravoavy. « Pour éviter que la circulation soit perturbée, aucune manifestation dans la rue ne sera autorisée. Cela implique qu’aucun mégaphone ne doit être utilisé, la circulation ne doit être perturbée et aucune déclaration politique ne sera tolérée », a-t-il expliqué. Cela en référence aux intentions des militants du Magro qui prévoient une marche allant de Behoririka à Ambohijatovo après un grand rassemblement dans l’enceinte du Magro Behoririka.

Calme et sécurité

Cependant, le plus important est « La sécurisation des sites de commémoration. Nous allons faire en sorte que tout se déroule dans le calme et dans la dignité », a soutenu le préfet de police Angelo Ravelonarivo. Les forces n’hésiteront donc pas à intervenir si l’ordre public est menacé, notamment en cas d’attroupement. « Cette mise en garde est également valable pour les perturbateurs qui tenteraient de profiter de la situation » a affirmé le général Florens Rakotomahanina.

Bien que le programme des partis politiques ne soit pas encore totalement dévoilé, mis à part celui du Tim, les dépôts de gerbes ne pourront se faire qu’après la cérémonie officielle des membres du gouvernement.

Tahina Navalona

News Mada0 partages

Fiaraha-miasa amin’ny vondrombahoaka frantsay : atao amin’ny sehatra maro ny fitsinjaram-pahefana

Aiza ho aiza marina ny hoe fitsinjaram-pahefana tena izy eto Madagasikara? Atao amin’ny sehatra maro… 

« Betsaka ny faritra sy ny kaominina efa zatra miara-miasa amin’ny vondrombahoakam-paritra frantsay, ary misandrahaka amin’ny sehatra maro izany: eo amin’ny rano madio fisotro, fambolena, fanamboarana lalankely…  »

Io ny nambaran’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana Olivier tamin’ny fanombohana ny atrikasa momba ny fitsinjaram-pahefana iarahana amin’ny governemanta frantsay, teny Anosy, omaly, izay hifarana anio.

1 500  ny vondrombahoaka itsinjaram-pahefana eto Madagasikara. Nefa mbola vitsy ny misitraka ny vokatr’izay fiaraha-miasa eo amin’ny vondrombahoakam-paritra itsinjaram-pahefana frantsay izay.

Izay io antony atrikasa, ho fanomanana ny atrikasa iraisam-pirenena amin’ny volana oktobra momba ny fifanarahana eo amin’ny vondrombahoaka eo amin’ny firenena roa tonta: frantsay sy malagasy.

Tsy amin’ny tetibola ihany ny fitsinjaram-pahefana 

Ilaina ny fitsinjaram-pahefana eo amin’ny tetibola. Nefa misy koa ny fitsinjaram-pahefana ara-toekarena toy ny fanorenana fotodrafitrasa: lalana, tohodrano, fahasalamana, fanabeazana… Efa tafiditra ao anatin’ny fitsinjaram-pahefana eo anivon’ny faritra sy ny kaominina avokoa ireny rehetra ireny, araka ny fanazavany.

Efa safidy politikan’ny fitondrana malagasy ny firosoana amin’ny rafitra fitsinjaram-pahefana eto Madagasikara. Efa nisy hatramin’ny Repoblika I izany, tena novoizina tamin’ny Repoblika II… Amin’izao fotoana izao, ezahina ny hanatanterahana azy amin’ny endriny rehetra.

Endrika iray hahazoana manatanteraka ny fanamby amin’ny fametrahana ny fitsinjaram-pahefana tena izy ny fiaraha-miasa amin’ny vondrombahoakam-paritra vahiny toy izao.

R. Nd. /Sary : Mamiherison

News Mada0 partages

Praiminitra Mahafaly S. : « Iainana andavanandro ny fitiavan-tanindrazana »

« Nilokaloka ireo razantsika tamin’ny 29 marsa 1947. Tanterahina tokoa izay teny nataony. ho an’ny tanindrazana. Tokony haseho amin’ny fihetsika ny fitiavan-tanindrazana, amin’ny fitondran-tena andavanandro, amin’ny toe-po sy toe-panahy. »

Io ny nambaran’ny Praiminisitra Mahafaly Solonandrasana O. tamin’ny fanombohana ofisialy ny fampirantiana sary momba ny « Raharaha 29 marsa 47 », karakarain’ny Agence national Taratra (Anta) sy ny Fifanampiana malagasy eny amin’ny Tranombokimpirenena, Ampefiloha, omaly, izay hifarana amin’ny 29 marsa.

Lohahevitry ny fahatsiarovana amin’ity taona ity: « 70 taon’ny tolom-panafahana: mba hiampita ny fanilo, ny lasa tsy fanadino ». « Fanontaniana amintsika mianakavy anio: tokony hijanona ho fihetseham-po ihany ve ny ezaka ataontsika sa tokony hororitina lavidavitra kokoa? » hoy izy.

Aiza ho aiza ny fanilon’ny fitiavan-tanindrazana?

 Ahoana no hampitana izany fanilon’ny fitiavan-tanindrazana izany? Efa nampita amintsika ny fanilo ireo mahery fo. Tokony ho haintsika ny manararaotra izany. Mbola eo an-tanantsika ve izany fanilo izany? Mbola mirehitra ve io fanilo io sa efa natsipitsika aza ary tsy hita intsony?

« Tokony hoporofoina amin’ny alalan’ny teny ny fitiavan-tanindrazana. Izany no mahatonga ny hoe tsy misy ratsy toy ny mpitari-bato vilam-bava: hafa ny teneniny, hafa ny ataony », hoy ihany izy. Midika inona, ohatra, ny hoe fampihavanana, raha tsy aseho amin’ny alalan’ny fihetsika? Aoka hiverenantrsika ny soatoavina malagasy.

Toa tafiditra amin’ny kolontsaintsika ny hoe aleo hisara-bazana, raha ny nambarany. Tonga ny 29 marsa, misy fihetsiketsehana; tonga ny 1 mey, asiana fihetsiketsehana; tonga ny 13 mey, asiana fanakorontanana… « Izay ve ny fitiavan-tanindrazana? » hoy izy.

R. Nd. / Sary : Mamiherison 

News Mada0 partages

Basikety : lasan’ny ASCB Boeny ny «Play off»

Norombahin’ny ekipan’ny ASCB Boeny ny “Play off”, eo amin’ny fiadiana ny “Amboaran’ny filoha”, taranja basikety. Fihaonana, izay nifarana ny alahady lasa teo, tany amin’ny kianja mitafon’i Matsiatra Ambony. Resiny teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa 104  no ho 93, ny TMBB Analamanga. Niady ny fihaonan’ny roa tonta satria nifandimbiasana ny nitondra ny isa, teny amin’ny solaitra be. Anisan’izany, ny nitarihan’ny TMBB, teo am-pialan-tsasatra, tamin’ny isa 50 no ho 47. Ratianarivo Livio Rocheteau, mpilalao avy amin’ny ASCB ihany koa no voahosotra ho mpilalao mendrika, nandritra ny fihaonana.

Mpanohana ity fifaninanana ity, moa ny orinasan-tserasera Telma malagasy, izay nanolotra fahana mitentina 180.000 Ar ho an’ny ekipa mpandresy ary 150.000 Ar ho an’ny faharoa.

Dingana manaraka ny “Top 8”, hatao eto Antananarivo; ny 1 ka hatramin’ny 8 avrily ho avy izao, ka anisan’ireo hiatrika izany ny ASCB Boeny, ny Cosfa, ny TMBB ary ny MB2 All, izay samy avy amin’ny ligin’Analamanga, avokoa.

Torcelin  (Sary FMBB)

 

News Mada0 partages

Kitra ao Vakinankaratra : ho kandidà i Clément Rabary

Nanambara tamin’ny fomba ofisialy, ny asabotsy lasa teo,  i Clément Rabary, mpanao gazety ara-panatanjahantena fa ho anisan’ireo kandidà, hirotsaka ho fidina ho filohan’ny ligin’ny baolina kitra, ao amin’ny faritr’i Vakinankaratra ny tenany. Antony nanosika azy hifaninana amin’izany, ny fahitany fa mitotongana ity taranja ity ao Antsirabe.

Ankoatra izay, i Vakinankaratra irery eto Madagasikara no afaka manao lalao mandroso sy miverina, raha tsy hilaza afa-tsy ny hoe : Faratsiho sy Betafo.

Nomarihiny fa tamin’ny andron’i Mamisoa, nahitana mpilalaon’i Vakinankaratra farany tao anatin’ny ekipam-pirenena dia tsy nisy intsony nefa anisan’ny sompitra nipoiran’ireo mpilalao sangany teto Madagasikara iny faritra iny.

Toerana manana ny tanjany sy ny mahaizy azy,  raha tsy hitanisa afa-tsy ny hamaroan’ireo orinasa any an-toerana i Vakinankaratra ary samy nanana ny ekipany avy ireo fahiny saingy tsy misy intsony izany ankehitriny. Ny hamerina ny lazan’ny baolina kitra ao Antsirabe indray no himasoan’i Clément Rabary amin’ity.

 

Tompondaka /Sary : Mamiherson

News Mada0 partages

Kitra – Barea de Madagascar : voatery naiditra hopitaly i Deba kely

Tsy maintsy naiditra hopitaly, i Toavina (Deba kely), taorian’ny fahavitan’ny lalaon’ny Barea de Madagascar sy ny Sao Tomé-et-Principe. Mety handalo fandidiana ny tovolahy ary tsy afaka hilalao mandritra ny fotoana maharitra.

Mbola ao amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha, Rambeloson Toavina (Debakely), mpilalaon’ny US Tourcoing Frantsa, nanatevina ny Barea de Madagascar, ankehitriny. Raha tsiahivina, voadona mafy teo amin’ny lohany izy, nandritra ny fihaonan’ny Barea sy ny Sao Tomé-et-Principe, ny alahady lasa teo ka nahatorana azy. Tafatsangana ihany anefa izy rehefa notsaboina teo ambony kianja saingy tsy maintsy nampidirina hopitaly, taorian’ny fahavitan’ny lalao.

Nambaran’ireo mpitsabo manara-maso azy fa misy rivotra ao amin’ny lohany, rehefa notarafina tamin’ny “scanner”. Tsy fantatra kosa nefa raha handalo fandidiana izy amin’izany na tsia, fa eo am-pikarakarana azy ireo dokotera, manampahaizana momba ny loha. Mahatsiaro tena tsara i Deba kely, saingy tsy maintsy miala sasatra mandritra ny fotoana lava, araka ny filazan’izy ireo, izay tsy mbola voafaritra ny faharetan’izany.

Tsy mbola afaka miverina any Frantsa izany, i Deba kely, izay tokony efa hamonjy ny kliobany amin’ity herinandro ity.

Tsiahivina fa mandray an-tanana ny fitsaboana an’i Deba kely, ny federasiona malagasin’ny baolina kitra (FMF).

 

Nanampy ny Uscafoot i Faneva Ima

Nohararaotin’i Faneva Ima, lohalaharan’ny FC Sochaux, ny fandalovany eto Madagasikara, nisaorana ny Uscafoot, klioba  nilalaovany fahiny. Nankasitraka ity ekipan’ny kaominina ity ny tenany satria, “tsy tonga  amin’izao toerana izao aho, raha tsy ny Uscafoot”, hoy izy. Noho izany, nanolotra “maillot” mavo mitondra ny lokon’ny kaominina sy “faux bas” manga ary “short”, ho an’ny Uscafoot ny tenany.

Lanonana tsotra natao tetsy amin’ny lapan’ny Tanàna, omaly. Nandray izany, Ramboasalama, lefitra voalohany, nisolotena ny ben’ny Tanàna, izay nisaotra an’i Faneva Ima, tsy nanadino ary maniry mba hisondrotany ambony ary mbola manantena fanohanana hatrany. Nambaran’i Faneva Ima fa faniriany ny hanangana ivontoeram-piofanana eto Antananarivo, ary efa misy mpanohana vonona amin’izany, any Frantsa. Nifanojo indrindra amin’ny tanjon’ny kaominina izany, izay efa eo an-dalam-piketrehana izany ankehitriny.

 Tompondaka

 

News Mada0 partages

Maimampoana ny « Chez moi » : fomba fanaingona trano anatiny sy ivelany

« Chez moi », fandaharana iray  vaovao manomboka anio ao amin’ny TVM, mandeha isaky ny talata amin’ny 6 ora 30 hariva. Fandaharana amin’ny teny malagasy sy frantsay, hifantoka indrindra amin’ny fandaminana sy fanaingona trano anatiny sy ivelany, toy ny zaridaina. Atao hamalifaliana ny tompon-trano, azo lazaina fa mety hampihena ny vesatry ny fiainana aminy. Hahita ny mahafinaritra azy amin’izany koa ny ankizy.

Miainga amin’io fandaharana io ny hanomezana torohevitra amin’izay tokony hatao rehetra, mifanaraka amin’ny fomba fiainantsika, mety miala kely amin’ny fahita mahazatra fa mifanaraka hatrany amin’ny kolontsaina malagasy. Eo rahateo ny maha Nosy antsika, manana endrika karazany maro sy harena isan-karazany.

Tanjona ny hahitana toerana maro, misokatra ho an’ny karazan-trano rehetra ary maimaim-poana ny traikefa hoentin’i Henrique De Oliveira sy ny tanora mpanakanto, Rakotomananjo Betia, eo amin’ny fahaizana mampihaingo. Heverin’ny mpikarakara fa mahaliana ny sokajin’olona rehetra ny fanatsarana ny toeram-ponenany.  Na ankizy dimy taona aza manana izay mahafinaritra azy, ny vehivavy tsy latsa-danja. Tsy atao ambanin-javatra ny lehilahy, torona hevitra amin’ny fanamboarana na fikojakojana entana. Manampy betsaka amin’ny fanapariahana ny “Chez moi” ny teknolojian’ny fifandraisana misy ankehitriny (facebook, twitter, youtube).

R.Mathieu

News Mada0 partages

29 marsa – Ho hentitra ny Emmo/Reg : « Voarara ny mivorivory sy midina an-dalambe »

 Tsy hilefitra, toy ny efa mahazatra. Handray fepetra amin’ireo mety hihoa-pefy ny eo anivon’ny Emmo/Reg amin’ny fanamarihana ny faha-70 taon’ny 29 marsa 1947. Hisy ny toromarika sy ny fandaminana amin’ireo hanatitra fehezam-boninkazo eny Ambohijatovo sy eny amin’ny fasan’ny Maherifo.

 

« Tsy azo atao ny mivorivory sy midina an-dalambe na manao hetsika tsy nahazoana alalana ny andron’ny 29 marsa. Tsy ekena ny fidinana an-dalambe hizotra hitondra olona ho eny Ambohijatovo. Tsy azo atao ary voarara ny mampiasa fanamafisam-peo eny an-dalana»,  hoy ny lehiben’ny CIRGN, ny Jly Rakotomahanina Florens, omaly teny Ankadilalana. Nohamafisin’izy ireo koa fa aorian’ny fametrahan’ny mpitondra fanjakana  fehezam-boninkazo etsy amin’ny tsangambaton’ny MDRM Ambohijatovo sy eny amin’ny fasan’ny Maherifo Avaratra Ambohitsaina vao afaka manao ny azy ireo fikambanana na antoko politika. « Aoka harahina ny fandaminana amin’ny fanaterana fehezam-boninkazo satria misy ny fepetra raisina manokana raisin’ny mpitandro filaminana. Mba ho fahatsiarovana sy fanomezam-boninahitra ao anatin’ny filaminana am-pahatoniana izany », hoy ihany izy ireo.

Etsy andaniny, nanamafy ny eo anivon’ny prefektiora, ny Jly Ravelonarivo Angelo, fa tsy nisy fangatahana alalana nataon’ny mpomba ny filoha teo aloha, Ravalomanana amin’ny filaharana hataony, raha mikasa hivoaka ny kianjan’ny Magro Behoririka izy ireo.

Hatreto aloha, tsy mbola nisy manana fandaharam-potoana mazava ny amin’ny hanaterany fehezam-boninkazo ireo antoko sy fikambanana samihafa. Hanao hetsika manokana ary tsy hivoaka ny kianja etsy amin’ny Magro ny mpomba ny filoha teo aloha, Ravalomanana, ny andron’ny 29 marsa. Tsy mbola nihaona na nivory fanomanana momba izao fahatsiarovana izao kosa ny eo anivon’ny Mapar. Ho an’ny depiote eo anivon’ny Malagasy miara-miainga kosa, samy hanamarika izany any anivon’ny distrika nahavoafidy azy izy ireo.

Fanapoahana baomba mandatsa-dranomaso

Na izany aza, ho avy eo toy ny mahazatra, ireo fikambanana samihafa, toy ny Otrikafo, ny Master’s miara-dia amin-dRamaroson Alain….

Araka izany, tsy maintsy misy hatrany ny fampitandremana sy fandrangarangana fepetra isan-taona amin’ny fahatsiarovana ny 29 marsa. Nohamafisina kokoa izany tamin’ity indray mandeha ity noho ny korontana sy savorovoro niseho tamin’ny taon-dasa tamin’ny fanateram-boninkazo nataon’ny loholoan Lylison sy ny namany. Tonga hatrany amin’ny fanapoahana baomba mandatsa-dranomaso sy fifanenjehana hatreny Antanimora…

Hanao ahoana indray ny amin’ity indray mandeha ity ?

Synèse R. / Sary : Fano

 

 

News Mada0 partages

Famonoana sinoa teny Ivato : naharitra adim-pamantaranandro maro ny fakana am-bavany

Ora maro, ary efa ny alina tontolo ny nakana am-bavany ireo Sinoa fito sy Malagasy roa teny amin’ny fampanoavana Anosy, omaly, momba ny famonoana mpivady sinoa teny Ivato, ny 17 marsa lasa teo. Nivezivezy tao amin’ny fampanoavana sy tany amin’ny mpitsara zokiolona ireo olona sivy ireo. Anisan’izany ilay Sinoa iray atidoha sy namono azy ireo, antsoina hoe Shao Wei, 24 taona, tratra farany tany Ambondromamy. Ity farany izay efa nigadra tany Sina ary izao nandeha taty amintsika izao, ary nahavanon-doza. Lonilony ary teo koa ny fangalarana ny vola sy ny fiaran’ireo Sinoa mpivady ireo. Efa niaiky ny heloka nataony izy ity, ary efa natao teny Ivato ny famerenana ny fomba namonoana ireo mpivady. Ireo olona hafa kosa, nisy mpiray tsikombakomba nanamora ny famonoana sy ny vela-pandrika ho an’ireo mpivady.

Marihina fa fanadihadiana niarahan’ny zandary sy ny polisy ny natao tamin’ity raharaha ity. Nandeha mantsy ny feo fa mety misy ny resaka hafahafa tao anatin’ny famotorana ka nahatonga ny eo anivon’ny fitsarana nandatsaka baiko fa iarahana ny fanadihadiana.

Misy fanaraha-maso?

Tsy mbola nisy ny fanambarana ofisialy avy amin’ny tompon’andraikitra samihafa momba ity “Raharahan’ny Sinoa” ity. Na ireo tompon’andraikitra avy amin’ny ambasady miahy azy ireo, aza tsy nanisy teny. Misy ve ny fanaraha-maso ireny teratany vahiny miditra eto amintsika ireny? Ny sinoa toy ity namono ity, voalaza fa efa nigadra tany aminy tany, ary tafiditra mora foana eto Madagasikara. Tsy mba misy ny fepetra takina amin’ny olona tokony hiditra honina eto amintsika. Ireo Sinoa izay maro tonga eto amintsika, tsy fantatra mazava fa manangana fivarotana sy filokana etsy sy eroa, ankoatra ny fitrandrahana, sns. Inona ny fanazavan’ny fitondrana momba azy ireo?

Yves S.

 

News Mada0 partages

Fenoarivo Atsinanana : roa lahy nangalatra lavanila matin’ny fitsaram-bahoaka

Maty tsy tra-drano ireo jiolahy roa tratran’ny fitsaram-bahoaka tao Mananarakely Ambodimangabe Fenoarivo Atsinanana, ny asabotsy misasakalina teo. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana tratran’ny fokonolona teo am-piotazana ireo lavanila manta izy roa lahy ka nifanenjehan’ny olona. Samy nanala ny fony tamin’izy roa lahy ireo ny fokonolona ka izao niafara tamin’ny ain’izy ireo izao. Lavanila milanja 3 kg no tratra tany amin’izy ireo nandritra ny fisavana nataon’ny olona. Fotoana fohy taorian’izay, tonga teny an-toerana ny zandary avy ao amin’ny borigadin’i Fenoarivo Atsinanana. Mitohy ny famotorana.

Tsikaritra fa manao tohivakana ny fitsaram-bahoaka nandritra izay telo volana izay. Hatramin’ny halatra kely tsy misy dikany aza amoizan’aina ho an’ireo jiolahy. Na efa naverina amin’ny tompony aza ny fananany, tsy manaiky hatrany ireo fokonolona fa mitondra faisana izay mifanehatra amin’izy ireo. Tsy misy vahaolana matotra avy amin’ny fanjakana mihitsy ity resaka fitsaram-bahoaka ity fa variana mihainohaino sy mihevotrevotra fotsiny. Ny atahorana amin’ny raharaha toy izao, mety hiitatra any amin’ireo mpitondra fanjakana ity resaka fitsaram-bahoaka ity. Milaza fa handray fepetra, saingy tsy hita ihany izany fepetra izany hatramin’izao.

J.C

(Tahirin-tsary)

 

News Mada0 partages

Mangalaza Ambatondrazaka : nirefotra ny basy, tokantrano iray notafihin’ny jiolahy

Mitovy amin’ireo toeran-kafa. Nirefotra ny basy tao Mangalaza Ambatondrazaka, ny herinandro teo nandritra ny fanafihan-jiolahy nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika. « Tonga i Barinjaka…Vohay ny trano ». Nopoirin’ireo jiolahy tamin’ny vy ny vavahady sy ny varavaran’ilay trano hotafihin’izy ireo. Norahonan’ireo olon-dratsy hivoaka ny trano ireo olona tao an-trano fa raha tsy izany hodoran’izy ireo trano, araka ny fandrahonan’ireo olon-dratsy nandritra ny fanafihana. Nipoaka intelo ny basy mba hanairana ireo olona teo amin’ny manodidina. Tsy sahy  nivoaka ny trano rahateo ireo mpiara-monina noho ny fampitahorana nataon’ireo jiolahy.

Lasan’ireo olon-dratsy ny vola 530 000 Ar niaraka tamin’ireo entana vitsivitsy tao an-trano.

Niaiky ny heloka vitany ireo olon-dratsy ka nitantara ny fomba rehetra nanatanterahan’izy ireo ny fanafihana nandritra ny famotorana.

Rarivo

(Tahirin-tsary)

News Mada0 partages

Ny eo sitrana, ny hafa voa ihany… : mpianatry telo indray voan’ny ambalavelona any Morondava

Mamely ny ambalavelona amin’izao fotoana izao ary tsy afa-bela ny mpianatra. Anisan’ny distrika voakasika Morondava indrindra ny ankizy ao amin’ny CEG sy EPP.  

Mpianatra telo vaovao hafa voan’ny ambalavelona ao amin’ny EPP centre Morondava,   Cisco Morondava, araka ny vaovao nampitain’ny lehiben’ny Cisco ao an-toerana, omaly. Efa nikatona ny CEG tamin’ny herinandro lasa ary mbola mitohy ny asa fanasitranana ataon’ny mpitondra fivavahana amin’izao fotoana izao. Tsy hiverina an-dakilasy ny mpianatra raha tsy aorian’ny fialan-tsasatra paka. 25 ny mpianatra voan’ny ambalavelona tamin’ity volana ity ho an’ny CEG ary sivy kosa ho an’ny EPP. Efa sitrana avokoa izy ireo vokatry ny asa fampaherezana sy vavaka fanalana fanahy ratsy natao. Mpianatra amin’ny EPP ireto tranga vaov ao ireto ary tany an-dakilasy mihitsy no nihetsika ny ambalavelona. Mikiakiaka, miteny amin’ny teny tsy fantatra ary mihinjitra be ny fisehony araka ny vaovao azo. 11 sy 12 taona ireo mpianatra ireo, kilasy 8ème sy 7ème.

« Dren dimy no voalaza fa nisehoan’ny ambalavelona : Analamanga, Menabe, Bongolava, Itasy ary Alaotra Mangoro », hoy ny minisitra Rabary Paul, omaly teny Anosy. Efa misy ny fepetra raisin’ny tomponandraikitra isaky ny toerana hitrangany. Miaraka ny mpitsabo, mpitondra fivavahana ary ny mpanabe misahana ny fandraisana an-tanana rehetra. Misy fotoana , tsy maintsy hakatona ny sekoly hisorohana ny fiparitahan’ny ambalavelona fa tsy mihoatra ny herinandro izany. Amin’ny ankapobeny, tsy mihoatra ny 10 ny mpianatra voan’ny ambalavelona amin’ny sekoly iray ary betsaka kokoa ny ankizivavy. Raha ny fanazavan’ny mpitsabo sasany , épilépsie, démence colléctive no amaritana ny ambalavelona. Asan’ny ratsy, mosavy… kosa hoy ny hafa fa iarahana manaiky kosa fa vahaolana mahomby ny vavaka.

 

Tsy nahitana tranga teto amin’ny Dren Analamanga

Nilaza ny lehiben’ny Dren Analamanga fa tsy mbola nahazo tatitra avy any amin’ny Cisco iadidiany izy amin’ny tranga ambalavelona nanomboka tamin’ny fiandohan’ny taom-pianarana vaovao 2016-2017.

Ny taona 2016, nirongatra be ity ambalavelona ity ary nandefasana andiana mpiandry mafonja ny tanàna nahitana mpianatra betsaka nisehoany.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Lions Sight First Madagascar : hozahana ny mason’ny mpianatra amin’ny EPP 340

 Hanomboka ny fizahana ny fahasalaman’ny mason’ny mpianatra eny amin’ny EPP 340 eto Analamanga, miaraka amin’ny Lions Sight First Madagascar (Lsfm) taorian’ny fahavitan’ny fanaovan-tsonia niaraka amin’ny minisitry ny Fanabeazam-pirenena, Rabary Paul, omaly teny Anosy. « Hofanina mialoha hampiasa ny fitaovana entina mitily ny mpianatra manana olana ara-pahitana ny mpampianatra sy ny tomponandraikitry ny Cisco sy ny Dren », hoy ny tomponandraikitry ny Lsfm, Rabenjamina Olivier. Taterina miainga avy eny amin’ny EPP miaraka amin’ny mpanabe mankany amin’ny foiben’ny Lsfm ao amin’ny HJRA ireo voatily ary raisin’ny mpitsabo maso. Raha ilaina, homena solomaso amin’ny vidiny 4 000 Ar ny mpianatra ary misy mpanampy ara-bola kosa ireo tsy afaka hividy izany noho ny fahasahiranana ara-pivelomana. Ametrahana ny fitaovana fitiliana ny EPP rehetra iarahana miasa amin’ny tetikasa mandritra ny telo taona. Natokana ho an’ny ankizy 6-10 ary 14 taona eny amin’ny EPP ny fizahana maso. Hahazo fanafody kosa ireo marary maso nefa tsy ilana fitondrana solomaso.

Iantefan’ny tetikasa ny Cisco eto Antananarivo Renivohitra, Antananarivo Atsimondrano sy Avaradrano ary Ambohidratrimo.

Tao anatin’ny fito taona efa nisian’ny fiaraha-miasa, nahatratra 171 000 ny mpianatra notilina ny masony, 4 500 ny solomaso nozaraina. Mpanabe 4 600 nahazo solomaso vokatry ny tetikasa. Manohana ny asa ny Eglise de Jésus Chist des saints des derniers jours sy ny fikambanana Lions sy Léo rehetra eto Madagasikara.

Vonjy A. / Sary :Fanou

News Mada0 partages

Olympiade : hiditra amin’ny manasa-dalana

 Hotontosaina, eto Antananarivo ny asabotsy 1 avrily ho avy izao, ny dingan’ny antsasa-dalana amin’ny fifaninanana , « Olympiade mathématique-physique » sy ny « Olympiade famoronana zavatra ». Nandray anjara Antananarivo, Toamasina ary Antsirabe ka samy hanana solontena 10 avy amin’ny kolejy ary 10 hafa avy amin’ny lycée ny faritra telo voalaza. Vita ny 18 marsa lasa teo ny fifanintsanana ho an’ny « Olympiade mathématique » ka efa fantatra ireo mendrika hanohy ny lalao. Natokana ho an’ny ankizy avy ao amin’ny fikambanana SOS Village d’enfants irery ny sokajy « Olympiade famoronana zavatra ». Mbola afaka misafidy ny zavatra (ao anatin’ireo efa natolotra hifaninanana) hoentiny hifaninana amin’ny asabotsy ireo mpifanandrina rehetra. Vatsin’ny orinasa DHL ny famolavolana ny asa tanan’ny ankizy atolotra amin’ny dingana manasa-dalana.

Anisan’ny niompanan’ny famoronan’ny ankizy ny famadihana ny fako ho angovo, kapa avy amin’ny rofia, famadihana ny tavoahangy sy ny sarony ho fitoeran’entana maivana…

Niavaka koa ny vokatra vitan’ny ankizy ao amin’ny SOS Village d’enfants Antsirabe, boky fampianarana natokana ho an’ny préscolaire azo amin’ny lamba sy peta-kofehy.

Nifantina ny vokatra hiatrika ny manasa-dalana ny tale jeneralin’ny orinasa DHL, Rakotondraibe Mamy, sy ny tomponandraikitra avy amin’ny fikambanana SOS Village d’enfants. Hiditra amin’ny famaranana ny fifaninanana, ny 27 avrily izao.

Vonjy A.

News Mada0 partages

Asako rahampitso : mpianatra 8 500 nahafantatra asa 50

Nifarana ny zoma lasa teo ny hetsika fampahafantarana karazana asa maro, teny anivon’ny lycée manerana ny Nosy, Ny asako rahampitso taona 2017, andiany faha-12. Nahatratra 8 500 ny mpianatra amin’ny kilasy 2nde nahazo tombontsoa  niaraka amin’ny mpiasa 400. Nampiavaka ny hetsika ny fanitarana ny fizarana ny fampahalalana sehatra teny anivon’ny lycée dimy any amin’ny Renivohi-paritany ankoatra ny Renivohitra. « Nahasarika ny mpianatra ny nandray ny mpanentana isaky ny sokajin’asa misy manodidina ny 50 eto amintsika. Manampy ny mpianatra amin’ny kilasy 2nde hisafidy ny sokajy rehefa hifindra amin’ny kilasy 1ère ny hetsika ary tsy vitsy ireo efa nahita tombontsoa tamin’izany », araka ny fanazavan’ny filohan’ny fikambanana Rotary Ainga, Razafimahandry Jean Claude, mpanomana ny hetsika isan-taona. Vonona hanohy ny fiaraha-miasa ny roa tonta amin’ny taom-pianarana vaovao 2018. Notoloran’ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena fankasitrahana manokana ny mpikambana ao amin’ny Rotary Ainga, fototry ny Ny asako rahampitso nandritra ny 12 taona nisesy.

Vonjy

News Mada0 partages

Toamasina : mandrahona hiala Tim i Lebaba

 « Tsy te hitondra ny anaran’ny antoko Tim intsony fa efa nivonona ny hanohana an’ i Solofo Ginah ireo mpiray lisitra amiko. Mivadika amin’ny antoko nahavoafidy azy ireo ka aleoko mametra-pialana tsy ho Tim raha izao ny fomba entina hanaovana politika », hoy ny mpanolotsaina Tim, ny Dr Rakotomanana Gervais na Lebaba, ny herinandro teo, taorian’ny fifidianana ny biraon’ny filankevitry ny kaominina Toamasina. Notsiahiviny fa  tsy nisy vola nanampian’ ny filoha teo aloha, Ravalomanana, azy nandritra ny  fampielezan-kevitra sy ny fifidianana ben’ny Tanàna natao farany teo iny. Baiko avy aminy koa  ny nandrafetana ny ankamaroan’ireo mandrafitra ny lisitra miaraka aminy. « Nahoana no mivadika amin’ny antoko nahavoafidy, nahafahana niditra tato amin’ny filankevitry ny Tanàna ? », hoy ihany izy.

Etsy andaniny, nitondra valin-kafatra ny mpiray lisitra aminy eo anivon’ny Tim. « Tsy te hiresaka amin’ny anaran’ny antoko aho saingy manao ny hazahoana vola sy ny metimety amiko. Mbola te hanao filoha lefitra aho ka antony nanohanako an’ i Solofo « , hoy izy ireo.

Sajo

 

News Mada0 partages

CAF-FMF : chacun sa route, chacun son chemin

La Fédération malgache de football (FMF) tourne la page Ahmad. Ce dernier devenu président de la Confédération africaine de football (Caf) entame son nouveau mandat, loin de la vie footballistique malgache.

Les Barea renouent avec la victoire mais un seul homme manque à l’appel pour donner son avis, l’ancien président de la FMF Ahmad. Au même moment, dimanche dernier, dans la capitale égyptienne, au siège de la Caf, Le Caire, celui-ci a dirigé sa première réunion avec le personnel.

Une nouvelle occupation qui va prendre tout son temps en tant que numéro1 du football africain. Les biens et les moins biens se succèderont dans sa route. Et déjà, durant cette réunion de la grande famille de l’institution, il a fait face à la démission du secrétaire général, Hicham El Amrani.

Dans le respect de la liberté de tout un chacun, il a pris acte de cette décision tout en réagissant. En effet, du tic au tac, il a présenté le nouvel homme qui va occuper le poste provisoirement qui n’est autre que l’adjoint du démissionnaire, Essam Ahmed.

En aucun cas, le succès de la Grande île face à Sao Tomé et Principe n’a été mentionné durant son intervention. Les affaires internes de la Caf importent sur le reste pour l’ancien patron du football malgache.

Cela s’est vu lors de ses premiers pas dans son nouveau costume, le week-end dernier, où la présentation des nouveaux membres de son cabinet a également été à l’ordre du jour. Hédi Hamel vient étoffer son équipe en tant que conseiller en communication. Ludovic Christian Lomotsy l’a rejoint à titre de conseiller juridique.

Désormais, Ahmad utilise un langage «africain» à chaque intervention comme c’était le cas lors de cette réunion. «La maison vous appartient. La Caf vous appartient. Protégez notre institution. Nous les politiciens, nous ne faisons que passer mais vous, vous êtes appelés à rester. J’ai confiance en vous et je suis convaincu qu’avec vous, nous pourrons réussir et développer un peu plus le football africain», a-t-il martelé.

Naisa

 

News Mada0 partages

JIOI 2019 : le Cij sur ses gardes

Le retour des Comores dans le concert des Nations de l’océan Indien est la bonne nouvelle de la réunion du Conseil international des Jeux (Cij). Le président du comité olympique de cet archipel, Ibrahim Ben Ali, va assister à ce 2e round qui a débuté, hier à Maurice, après avoir quitté prématurément le 1er rendez-vous l’année dernière à cause d’un désaccord.

Une épine de moins enlevée du pied du Cij en vue des Jeux des îles de l’océan Indien de 2019 à Maurice. Pour autant, d’autres dossiers chauds attendent cette institution cette semaine et risquent d’envenimer la situation si l’entente n’est pas au rendez-vous.

Le choix de nouvelles disciplines en fait partie. 12 disciplines sont adoptées actuellement, la demande d’ajout de deux autres est en cours. Le cyclisme féminin, le tennis, le VTT et le handball sont les plus mentionnés.

Si Maurice semble avoir un penchant pour les deux- roues, le débat risque d’être âpre dans la mesure où les autres îles ont aussi leur mot à dire. En tout cas, les noms des deux nouvelles disciplines incluses aux JIOI 2019 seront connus à l’issue de cette réunion du Cij.

L’autre sujet fort de ce rendez-vous en terre mauricienne touche principalement la charte des Jeux. La Réunion demande un amendement de l’article 7.2 qu’elle juge moins objectif.

Naisa

News Mada0 partages

Basket : le Top 8 réserve une surprise

La dernière phase de la Coupe du président sera une bataille entre les équipes de la N1A. Mais contrairement aux précédentes éditions, cette fois-ci, le Top 8 sera très ouvert. Aucune formation ne peut se prévaloir d’être la grande favorite, même la Gendarmerie nationale basket club (GNBC), dernière détentrice du titre de cette compétition.

Présentes dans cette dernière étape, les 4 meilleures formations de la division reine devront se méfier de leurs adversaires, notamment les jeunes aux dents longues de l’ASCB Boeny et de TMBB Analamanga   qui ont terrassé lors de la phase précédente les numéros 5 et 6 de la N1A que sont Cosmos et Cosfa.

Finalistes du Playoff, ASCB (équipe vainqueur) et TMBB (2e rang) se sont respectivement vu offrir par Telma des primes de 180 000 ariary et 150 000 ariary de recharges téléphoniques.

«Telma assure ainsi à tous les joueurs l’accès non seulement à leurs offres Telma préférées, que ce soit  en appel, en SMS ou en consommation internet, mais aussi à de meilleurs échanges et plus de communication avec leurs coaches et leurs proches», a communiqué Telma.

Naisa

News Mada0 partages

Film : « Mamasôsy », dans les bacs

Forte du succès de son précédent long-métrage «Jombilo», la maison de production Horizon sort «Mamasôsy», ce 30 mars dans les bacs.

«Mamasôsy». C’est le prochain film que la maison de production Horizon projette de dévoiler aux cinéphiles malgaches. Il succède à la saga «Tampody» et sera le premier long- métrage réalisé par le producteur cette année. Un titre qui parle déjà de lui-même. Maurena, la lauréate de l’émission de téléréalité «Pazzapa NG», incarne le rôle principal avec Lanja.

«L’intrigue s’articule autour d’un jeune marié dont l’épouse est atteinte d’un cancer. Elle devrait être évacuée d’urgence à l’hôpital pour des soins intensifs, mais comme cela nécessite d’importants moyens financiers, il n’a d’autres solutions que de sortir avec une femme cougar pour lui soutirer de l’argent», c’est en ces termes que Sahoby Razafindrakoto, l’auteur,  décrit le contexte dans lequel évoluent les personnages. Comme tous les produits cinématographiques d’Horizon, il contiendra des messages d’éducation. Pourtant, il s’agit à la fois d’une comédie et d’un film émouvant.

Aussi bien dans l’écriture que dans la réalisation,  le film a bénéficié d’un très grand travail d’équipe et d’une importante innovation, selon toujours la maison de production. «Ces temps-ci, la projection en salle est devenue un risque que nous ne pouvons plus prendre du fait que plusieurs films, captés de façon clandestine lors de leur projection, sont vus sur la toile par des milliers d’internautes et se vendent comme des petits pains sur les marchés avant même leur sortie en DVD», a-t-elle conclu.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Emission TV : « Chez moi » se découvre

Une émission hebdomadaire se basant sur l’art de décoration et le design, «Chez moi» sera sur nos petits écrans à partir de ce soir.

«La plus simple des façons de découvrir  nos valeurs culturelles est d’entrer dans une maison pour déjà nous imprégner de la beauté de notre terre natale qui est Madagascar. Car effectivement, Madagascar est un pays à multiples couleurs, multiples facettes, qui regorge de richesses naturelles et culturelles. De là sont justement tirés les objectifs de cette émission qui ambitionne de parcourir divers endroits, différentes maisons, rencontrer le propriétaire, avoir un moment de partage et entrer dans son monde», confie un responsable.

Présentée conjointement avec Henrique De Oliveira Betia Rakotomananjo, cette nouvelle émission est diffusée tous les mardis sur la chaîne nationale.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Nouvel an malgache : lever de rideau à Analakely

Le rideau est levé, hier, sur la célébration du Nouvel an malgache, au parvis de l’Hôtel de Ville Analakely.

«Raviver la flamme du patriotisme sans le brûler», c’est sous ce leitmotiv que le Nouvel an malgache sera célébré durant trois jours d’affilée dans la Grande île et d’autres pays, à l’instar de La Réunion et Dubaï. Et manifestement, allant d’Andohalo à Mahamasina et Analakely en passant par Ambohimangakely et Ambohidrabiby,  le «Diabe» pour marquer le début de la célébration a bel et bien lieu malgré la divergence d’opinions autour de la date et du contexte en général.

Le centre culturel Tahala Rarihasina accueille une exposition qui emprunte des thèmes aussi variés que l’astrologie malgache, la cérémonie de funérailles, le mariage traditionnel, les divers objets rituels comme le miel, le lait, le riz. Il en est de même pour le parvis de l’Hôtel de Ville Analakely, avec une manifestation qui a vibré aux couleurs du «Ba gasy», «Vakodrazana» et «Hiragasy», tout au long de la journée.

Une tradition et non pas une croyance

«Nous tenons à rappeler que le Nouvel an malgache est une tradition et non une croyance pour ainsi dire qu’il appartient à chaque Malgache de le marquer avec fierté», souligne Dominique de l’association des natifs d’Antaimoro (Fizanakara) avant d’enchaîner «Qui dit astrologie dit science. Elle a été fondée sur un fait avéré et exact, le compromis n’a donc pas sa place ici. A preuve, le calendrier de la célébration jusqu’en 2075 est déjà établi».

Après un culte œcuménique dimanche dernier, le «diabe» a sillonné, hier, les collines d’Ambohidrabiby. «Nous allons lancer des feux d’artifice ce soir (hier soir NDLR) non pas pour le simple plaisir des yeux, mais pour véhiculer vraiment cet esprit de purification par le feu», a-t-il ajouté.  S’ensuivra l’éternel «Afo tsy maty», qui doit rester allumé jusqu’à la première lueur du Nouvel an. Le point d’orgue de la célébration sera le partage du «Tatao», le riz cuit au lait et arrosé de miel, qui sera accompagné du «Fafy rano», pour bénir la nouvelle année.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Ile Maurice : seize prostituées malgaches expulsées

La série de descentes effectuées par des éléments du Bureau des passeports et de l’immigration (Passport and Immigration Office ou PIO) ont permis de mettre la main sur des étrangers en situation irrégulière dont des femmes de joie d’origine malgache.

La chasse aux immigrés clandestins bat son plein dans l’île Maurice. Seize prostituées malgaches ont été expulsées de l’île sœur dimanche dernier. La traque opérée par l’équipe du PIO dans la nuit de samedi à dimanche a permis de les appréhender, a rapporté Defimedia, un journal en ligne de l’île.

Les femmes de joie seraient en situation irrégulière à Maurice. Pire encore, certaines d’entre elles sont soupçonnées d’être des membres d’un «réseau de prostitution», a expliqué un officier du PIO. La découverte de 2.500 roupies, 1.960 euros, 60 dollars américains et 100.000 yuans sur l’une d’elles ne fait que corroborer cette suspicion. L’on sait pourtant qu’à son arrivée à Maurice, cette dernière n’avait que 350 euros en sa possession.

Les 16 Malgaches sont arrivées à Maurice en février. Elles ont été interpellées dans une boîte de nuit à Grand-Baie. Les policiers ont agi sur la base des dénonciations et plaintes des habitants du Nord.

D’autres étrangers interpellés

Le 15 février, les éléments du PIO ont déjà mené une opération dans plusieurs localités, entre autres à Pailles, Ébène, Sodnac et Bonne-Terre. 40 étrangers en situation irrégulière, notamment 10 Indiens, 4 Ghanéens, 10 Bangladais et 8 Népalais, ont été interpellés. Selon les estimations du PIO, il y aurait près de 200 étrangers en situation irrégulière à Maurice.

Mparany

News Mada0 partages

American School : des bourses pour les nationaux

L’American school of Antananarivo (Asa) vient d’annoncer le lancement de son programme de « Bourses d’études secondaires » pour l’année scolaire 2017-2018.

C’est une grande première en la matière à l’intention des élèves malgaches, allant de la sixième jusqu’ à la classe de troisième, aussi bien issus des établissements scolaires publics que privés. Le montant de la bourse est en fonction du mérite scolaire de l’élève et des revenus de ses parents. Il peut varier ainsi de

6 000 à 16 000 dollars par an, sous forme d’aide financière. Il convient toutefois de noter que les frais de scolarité au sein de l’Asa avoisinent les 18 000 dollars par an.

En cas d’obtention de la bourse, les parents devront encore s’acquitter de la bagatelle de 2 000 dollars. « Dans les prochaines éditions, nous nous efforcerons d’offrir Zéro frais de scolarité pour les bénéficiaires de la bourse », a souligné une responsable de l’Asa.

Processus de candidature

Pour devenir candidats, les postulants devront être, entre autres, citoyens malgaches ou résidant à Madagascar, âgés entre 12 et 15 ans à la date du 1e septembre de cette année et une maîtrise de la langue anglaise. Quant au processus de candidature, il inclut en premier lieu une demande écrite en ligne, une copie scannée des relevés de notes de l’année scolaire 2015-2016 et du premier trimestre de l’année scolaire 2016-2017.

Cette demande sera accompagnée de deux lettres de recommandation, rédigées en anglais ou en français, venant de la part de deux professeurs du postulant, attestant l’assiduité, l’organisation et la performance de ce dernier. Et pour terminer, une lettre de motivation rédigée en anglais expliquant la ou les raisons qui poussent le candidat à faire cette demande de bourse. Les intéressés auront jusqu’au 7 avril pour déposer leur candidature.

Ce n’est qu’ensuite que se fera la présélection des candidats. Les heureux sélectionnés auront encore à effectuer un test de lecture en anglais, de langue et de mathématiques et un entretien. La décision relative à la sélection et à l’attribution des bourses reste entièrement du ressort de l’école.

Sera R

 

News Mada0 partages

Infrastructures scolaires : appui continu du MDF et ses partenaires

Le manque d’infrastructure demeure un problème à résoudre au sein de la majorité des écoles publiques. L’EPP Nomentsoa, dans le village de Mandrosoa, Commune rurale de Soamahamanina, où les élèves étudient dans des conditions défavorables, n’échappe pas à cette réalité. Construit en 2005 avec les propres moyens de la communauté locale, le bâtiment scolaire  est actuellement en état de délabrement avancé, avec des salles de classe mal éclairées et sans aération.

Deux salles additionnelles ont été construites quelques années plus tard pour pallier le manque de capacité d’accueil  de l’école mais cela est loin de répondre aux besoins du village avec la croissance incessante du nombre d’enfants à scolariser.

Intervenant dans l’amélioration des infrastructures scolaires dans la Grande île depuis des années, l’ONG Madagascar development fund (MDF) n’a pas été indifférent face à ce triste constat. Ledit organisme a mobilisé ses partenaires de longue date, à savoir la fondation Adsum et la famille Lynch de la Grande-Bretagne, pour venir en aide aux quelque 151 élèves de l’EPP Nomentsoa. A ce propos, les trois partenaires ont investi une somme de 58.713.775 ariary pour la construction d’un nouveau bâtiment comportant trois nouvelles salles, lesquelles seront équipées de bancs et de tables. En sus, des latrines à trois compartiments ont également été mises en place sur les lieux. Avec ces nouvelles infrastructures, 60 autres enfants en âge d’être scolarisés sont estimés rejoindre l’école pour la prochaine année scolaire.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Chronique : devoir de mémoire décomplexée

« Toujours prêt » et « plus jamais ça », deux rappels à la mémoire qui de prime abord s’affrontent et pourtant qui se retrouvent liés dans le même message que véhicule la commémoration chaque 29 Mars. La représentation officielle de la République Française a pris son temps avant de se rallier publiquement aux cérémonies de commémoration. La suspicion entre les deux camps protagonistes des événements de 47 demeurait. Il arrivait à certaines occasions que resurgisse cet épisode pour servir d’argument au cours de négociation quel qu’en fut le climat, tendu ou non. Les autorités de la République Malgache en faisaient peut-être une exploitation mêlée d’un complexe qui appartient aux psys

de démêler. L’évocation de cette période pouvait leur convenir comme leur déplaire selon les circonstances. Ainsi ont pu apparaitre quelques maladresses à des moments où les auteurs étaient pourtant pétris d’intentions louables. Comme si le temps pouvait gommer l’histoire, par prévenance afin d’éviter tout sujet qui fâche, alors même que son hôte

le Président de la République Française abordait ce propos, le Chef de l’Etat de l’époque d’un revers de main a balayé la question sous prétexte qu’il n’était pas né quand ont eu lieu les événements de 1947.

Actuellement les Français à l’occasion d’une cérémonie de souvenir de la Seconde Guerre Mondiale ne ratent d’y convier les autorités allemandes, en retour les Allemands se font un honneur d’y être représentés au plus haut niveau. Il n’a pas de complexe à signer une paix sincère et de tisser des liens d’amitié pour savoir exprimer d’une même voix « plus jamais ça ».

Outre ce rappel à la vigilance sur des circonstances menaçant d’un grave conflit, le 29 Mars en appelle au patriotisme que le pays requiert plus que jamais des nationaux. Une guerre intestine larvée ronge la nation. Pour en convaincre, la déchirure infligée à la commémoration de 47 suffit : les uns et les autres s’efforcent de tirer le drap à eux seuls pour des visées politiciennes excluant de leur souci le sens de l’unité et celle de la patrie.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : morts au champ d’honneur

Schwartz (Émile), surveillant de 3e classe des travaux publics, mobilisé comme caporal au 7e régiment d’infanterie coloniale, 2e compagnie, né le 16 avril 1892 à Badonville (Meurthe-et-Moselle), est mort pour la France le 23 juillet 1916, à Belloy-en-Santerre (Somme).

Cropsal (Marie-Constant-Maurice), sous-chef de gare de 4e classe à Madagascar, mobilisé comme caporal au 8e régiment d’infanterie coloniale, 27e compagnie, à Toulon, dépôt de Misseysi, né le 22 septembre 1885 à Romont (Vosges), est décédé le 14 novembre 1915, à bord du Tchad.

Guichard (Frantz-Gabriel-Marie), préposé de 4e classe des douanes, mobilisé en qualité de sous-lieutenant au 42e régiment d’infanterie coloniale, né le 5 mars 1894 à Fort-de-France (Martinique), est décédé des suites de ses blessures, aux Maigneux.

Siegrist (Gustave), aumônier du culte protestant. – Cité à l’ordre du jour dans les termes suivants : « Au front depuis quatorze mois, a prodigué son ministère avec un inlassable dévouement, donnant par son calme et par ses conseils un précieux réconfort aux hommes qu’il visitait jusque dans les postes de secours de première ligne. Malgré un état de santé précaire, a tenu à rester aux armées, donnant un bel exemple d’énergie et de patriotisme. » Mort en service le 14 avril 1916.Siegrist était missionnaire protestant à Madagascar.

Amilard (Paul-Frédéric), soldat de 2e classe au 52e régiment d’infanterie coloniale, né à Saint-Pierre (Réunion), mort pour la France aux tranchées de Barleux (Somme) le 5 octobre 1916.

Amilard habitait en dernier lieu Majunga.

Mary (Stéphen-Marius-Hyacinthe), soldat de 1re classe au 54e régiment d’infanterie coloniale, compagnie de mitrailleuses, né à Saint-Paul (Réunion), mort pour la France à Kukus (Grèce) le 23 septembre 1916.

Mary habitait en dernier lieu Vatomandry.

Journal officiel

de Madagascar et dépendances

Pourquoi la ville est pavoisée aujourd’hui

Tananarive, 12 mars, à 6 h. 25 du soir.

À l’occasion prise Bagdad par armée anglaise ai décidé principaux bâtiments publics seraient pavoisés mercredi 14 mars couleurs françaises, anglaises et alliées.

Demandez corps constitués participer et prenez dispositions en conséquence.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : un petit pas pour de grandes retrouvailles

La performance réalisée par l’équipe nationale de foot ne constitue peut-être pas un véritable exploit si on s’en réfère à l’avis de certains observateurs qui basent ce jugement sur la considération du niveau moyen de l’adversaire. Reste aux Baréas de prouver le contraire en se comportant avec brio pour la suite de la compétition. La victoire sur Sao Tomé Principe leur a permis de reconquérir considération et  soutien de toute la population de la sphère foot, atout non négligeable pour galvaniser l’équipe. Un rang honorable dans cette compétition Coupe d’Afrique des Nations, non seulement constituerait un cadeau de départ de la FMF d’Ahmad à la fois qu’un salut pour son accession à la tête de la CAF, mais pourrait surtout prêter à un printemps du foot à tous les niveaux dans le pays.

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : tantara iombonana

Samy mandinika mangina mikasika ny fitiavan-tanindrazana. Samy misaintsaina any anatiny any ny anjaran’ny tena eo amin’ny fanatanterahana adidy amin’ny maha olom-pirenena azy. Ny faherezana sy fanetren-tena nasehon’ireo namoy ny ainy tao anatin’ny korontana teto amin’ny Nosy tamin’ny taona 1947 no omena voninahitra sady alaina taratra isarihana ny fandinihana ao an-tsaina. Angamba noho ny fanararaotan’ny mpanjanaka amin’ny fandranitana ny tsy fitovian-kevitra mba ahafahany manjakazaka bebe kokoa dia nisaraka ny mponina. Teo ny mpitolona mitaky ny fahaleovantena, andanin’izy ireto teo koa ny vondrona izay tsy rototra momba ny fitakina izany ary vonona hanohitra ny fanaovana hetsika mahery vaika hamerenana an-keriny ny fahaleovantena izay nosintonin’ny mpanjanaka tamin-kerisetra sy fanitsakitsahana ny zom-pirenenan’ny vahoaka malagasy. Tsy ny tsy fitovian-kevitra tamin’izany no atao hampisaraka rehefa tonga ny 29 marsa isan-taona, fa ny fiarahana miondrika eo amin’ny fahatsiarovana ireo olom-pirenena maty noho ny tolona namoizany aina, noheveriny ho adidiny eo amin’ny fitiavan-tanindrazana. Angamba mbola misy lonilony tsy levona any ampon’ireo manana havana akaiky lavo tamin’izany ady izany. Tsy dia izay loatra akory no tazana mampitresaka ny firaisana eto amin’ny fiarahamonina. Ny mahagaga ny mpijery dia ireto hery samy hafa eo amin’ny sehatra pôlitika samy misintona ho azy ny hasin’ny fahatsiarovana izay natao iombonana. Na ny andro ahatsiarovana ny maty aza dia lasa ifanaovana kilalao ratsy mitory fitiavan-tena izay taratry ny vahoaka matetika eo amin’ny fanaovana pôlitika. Lany toky ny vahoaka, mihatakataka amin’ny mpanao pôlitika. Eo amin’izay no ilana ny fifampihavanana dia ny fifampiombonan’ny vahoaka amin’ny fanaovana pôlitika. Tsotra sady sarotra ny famerenana izay fiombonana izay. Fiverenan’ny fitokisana moa no resaka. Tsy misy izany raha tsy misy ny fanadiovana izay làlan-tokana ihany no hany ahatongavana aminy dia ny fametrahana lalàna enjana mifehy ny fanaovana pôlitika sy ny fampiharana izany amin’ny fomba hentitra. Eo no mipetraka ilay fahasarotana. Tsy misy rototra ary manipaka izany mihitsy aza ny maro amin’ireo mpilalao ao anatin’io sehatra io. Ao anatin’izay toe-tsaina ratsy izany no ahitana an’ireo ampihavanina miray hina. Tsy fanendrikendrehana izany. Raha sendrasendra moa ka nisy ny fitoviana tadin-dokanga teo amin’ny maro anisan’ny mpiangaly pôlitika, tsy efa ela no nipetraka ny fitsipika mifehy ny sehatra fikatrohan-kevitra ka tsy nijanona fotsiny amin’ny fiadian-toerana ao anaty fifanjevoana sy fanaovana ady maizina.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

CNAPS Morondava : des logements sociaux pour le personnel

Un exemple à suivre. La Caisse nationale de prévoyance sociale (Cnaps) se veut être un modèle dans le respect des droits de ses employés pour qu’ ils puissent travailler sereinement et dans de meilleures conditions. Ce, en construisant des bâtiments, pour ces agents, dans les endroits où il existe une représentation de la Caisse. Les investissements y afférents figurent dans son budget programme. A ce propos, l’antenne de la Cnaps à Morondava vient d’être dotée de logements sociaux. « L’objectif consiste à offrir une vie meilleure aux agents afin qu’ils travaillent bien et que la génération future puisse s’épanouir dans un environnement serein », a fait valoir le directeur général de la Cnaps, Arizaka Rabekoto Raoul, lors de l’inauguration de ces nouvelles infrastructures, la semaine dernière.

Les quelque 440 élèves de l’EPP et du CEG Morondava, membres du club Jeunes Cnaps de Menabe, ont saisi cette occasion pour sensibiliser leur entourage sur l’importance d’avoir une protection sociale, à travers des activités culturelles et sportives. Outre les jeunes, les adultes ont aussi bénéficié d’une sensibilisation sur les droits sociaux. Durant  trois jours, 110 correspondants d’entreprises et patrons et délégués syndicaux ont été formés par le Service d’actions sanitaires et sociales (Sass) de la Cnaps.

La formation en question a été axée sur les Contrats de travail déterminé (CDD) et indéterminé (CDI), la Déclaration nominative de salaires(DNS), l’embauchage ou le débauchage, le versement des cotisations…L’atelier a aussi permis aux participants de connaître les prestations offertes aux assujettis, à savoir les prestations familiales, les rentes pour les accidents de travail et les maladies professionnelles et les pensions.

Recueillis par Fahranarison

 

News Mada0 partages

Analamanga : un couple a évité le lynchage à Mahitsy

Un couple a failli être victime de la vindicte populaire dans la soirée de samedi à l’entrée de la ville de Mahitsy, dans le district d’Ambohidratrimo. L’introduction de chèvres en violation du tabou de la localité a été à l’origine du problème.

L’arrivée des 6 chèvres amenées par un couple à Mahitsy a vite fait le tour de la ville dès leur débarquement du véhicule en provenance de la région sud. Le groupe a été aussitôt encerclé par une foule menaçante, prête à rendre la justice populaire au couple qui a osé enfreindre le tabou ancestral de la circonscription mais l’arrivée du président de l’association des natifs du Manendy, Johnny Maminiaina, a tempéré les ardeurs.

Alerté par des gens de bonne volonté, ce leader tribal de la zone de Moriandro a réussi à instaurer le consensus entre les parties en lice en négociant le déplacement de ces bêtes hors de la zone. L’impact négatif instantané du non respect de ce tabou qu’elle a toujours préservé a mis la population en rogne puisque la pluie qui a commencé à tomber dans la commune de Mahitsy en fin d’après-midi dans la journée du samedi s’est estompée dès que ces chèvres y ont mis pied à terre, ont affirmé les habitants.

Application stricte des interdits

La tribu des Manendy occupant les communes de Mahitsy et d’Ampanotokana réitère donc son avertissement sur le respect des différents tabous considérés comme garants de certains pouvoirs dans ces localités pour assurer l’harmonie de la vie sociale. Les notables locaux ont annoncé des mesures de rigueur sur le contrôle de l’introduction et de l’abattage des chèvres dans leurs villages, dorénavant, en application de la convention passée avec les autres tribus résidant dans leurs localités.

Manou

 

News Mada0 partages

Double meurtre : Jiang Shao Wei à Tsiafahy

Comme il fallait s’y attendre, Jiang Jing Long, alias Jiang Shao Wei, le principal suspect du double meurtre survenu dans la nuit du 16 au 17 mars dernier a été placé en détention préventive à la maison de force de Tsiafahy. Deux autres Chinois ont également été placés sous mandat de dépôt avec lui dans cette prison hautement sécurisée. Les six autres suspects, dont trois femmes, ont bénéficié d’une liberté provisoire.

Les huit autres suspects dont trois femmes et lui ont été déférés hier devant le Parquet du tribunal d’Anosy. Après l’audition devant le magistrat du Parquet, une enquête devant le doyen des juges d’instruction a eu lieu. Elle a duré jusqu’à une heure tardive de la nuit.

Très peu de détails sont disponibles sur cette affaire mais d’après les informations glanées ici et là, l’on sait que Jiang Shao Wei croulait sous les dettes. Adepte de casino, il doit rembourser plusieurs centaines de millions d’ariary à ses créanciers. Pour éponger ses dettes, il n’a pas hésité à tuer. C’est le cas du couple Xia Yifeng et Wang Zhenbing à qui il aurait volé une vingtaine de millions d’ariary. C’est d’ailleurs le mobile de ce double meurtre.

Lors de l’enquête préliminaire, Jiang Shao Wei aurait dédouané les autres suspects pour endosser tout seul la responsabilité. Les corps sans vie du couple ont été découverts dans l’une des chambres d’un hôtel sis à Antanetibe Ivato le 17 mars dernier. Les deux époux sont morts poignardés.

Mparany

 

News Mada0 partages

Vatovavy-Fitovinany : le pont de Manakara Be en plan

Des travaux de réhabilitations ponts sont en cours dans le district de Manakara, en région Vatovavy-Fitovinany. Le pont d’Agnalabe et celui de Manakara Be figurent dans la priorité des autorités actuellement.

L’achèvement de la réfection du pont d’Agnalabe, reliant la commune de Vohipeno à celle de Manakara, est prévu ce 31 mars, selon les prévisions des techniciens. Débutés au mois de septembre 2016, les travaux permettront de porter la capacité de portance de l’infrastructure de 20 tonnes à 44 tonnes. Parallèlement, un pont Bailey sera installé provisoirement sur le pont de Manakara Be en attendant d’hypothétiques financements pour les travaux de réhabilitations de cet ouvrage d’art datant de l’époque coloniale.

Manou

 

News Mada0 partages

Premier arrondissement : l’opération «Kifafa» à sa 4e édition

Le premier arrondissement a lancé hier, la 4e édition de son opération d’assainissement dénommée, «Kifafa». La particularité de cette nouvelle édition est l’intervention des membres du Scout de Madagascar ou «Kiadin’i Madagasikara», en sus des balayeurs et des agents de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et les RF2 des fokontany.

Des opérations de sensibilisation envers les riverains ont aussi été effectuées pour la pérennisation des travaux d’assainissement, respectivement au niveau des quartiers d’Ambanidia, d’Ambohijatovo, de Mandrosoa, d’Amparibe et d’Anosy. Cette quatrième édition a réussi à rassembler plus de 500 participants, y compris les scouts et certains riverains des fokontany.

Sera R

Tananews0 partages

Vohémar : il saute du pont

Oui et ?

Bah rien, il se tue, fin de l’histoire.

Au fait c’est la pont demain mercredi ?

Orange Madagascar0 partages

78,7 millions de dollars pour favoriser une gestion intégrée des ressources naturelles

Les producteurs de riz, les agriculteurs de montagne et les usagers des forêts de quatre régions du pays pourront ainsi améliorer leurs systèmes d’irrigation, leurs intrants agricoles et bénéficier de meilleurs services

WASHINGTON, le 23 mars 2017 – Madagascar reçoit aujourd’hui 78,7 millions de dollars pour enrayer la dégradation de ses ressources naturelles et améliorer l’accès aux systèmes d’irrigation, aux intrants agricoles et aux services agricoles et forestiers. Ce montant comprend un crédit de 65 millions de dollars de la Banque mondiale et un financement de 13,7 millions de dollars du Fonds pour l’environnement mondial (FEM).

« Ce nouveau projet en faveur de Madagascar entend s’atteler à la complexité des défis environnementaux en mettant en place une approche multipartenaires plus intégrée. Il permettra de restaurer et gérer durablement le patrimoine naturel, c’est-à-dire les terres agricoles, les forêts et les aires protégées, et bénéficiera à plus de 38 000 habitants des zones rurales »,  souligne Jean-Marc Sinnassamy, chef de programme au FEM. Grâce à son approche originale du paysage, le projet intègre les secteurs de l’agriculture, de l’eau et de l’environnement, et apportera une contribution majeure à l’engagement de Madagascar au titre du Bonn Challenge qui vise à réhabiliter 4 millions d’hectares de forêts à l’horizon 2030. »

Quatre Malgaches sur cinq sont directement tributaires du sol, de l’eau et des forêts pour vivre. L’agriculture est l’activité économique principale ou secondaire de 81 % des ménages. Or, la richesse de Madagascar et, de fait, son potentiel de développement et la productivité du monde rural (où vit la majorité de la population), sont durement malmenés. Entre 2005 et 2011, l’île a perdu 10 % de sa richesse totale en valeur réelle et 26 % de ses capacités naturelles — un recul lié à une chute de 33 % de la valeur des terres potentiellement cultivables, de 31 % des pâturages et de 42 % des produits forestiers non ligneux.

« Le Projet de gestion durable des paysages s’emploiera à réduire la dégradation des sols et des forêts, à mieux gérer les ressources hydriques et à renforcer de manière intégrée la productivité et les revenus des habitants », expliquent Jan Nijhoff, Gianni Ruta et Shelley Mcmillan, chefs d’équipe du projet à la Banque mondiale. Ce projet sera mis en œuvre à Andapa (région de Sava), à Iazafo et Soanierana Ivongo (région d’Analanjirofo), à Bealanana (région de Sofia) et à Marovoay (région de Boeny).

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanànan’AmbakovaoHahazo herinaratra

Tokantrano 200 tafo eo ao amin’ny tanànan’Ambakovao, distrikan’i Belo Tsiribihina no hisitraka herinaratra avy amin’ny herin’ny masoandro ato ho ato vokatry ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena malagasy sy indianina sy ny WWF

 Menabe ary ireo vondron’olona ifotony (VOI) mpiaro ny ala honko sy harena voajanahary mifampiankina aminy, raha ny fampitam-baovao avy any an-toerana. Mpikambana 4 mirahavavy avy amin’ity VOI ity moa no niatrika fiofanana ho injeniera tany amin’ny oniversiten’i Inde mba hiandraikitra ny fandrindrana ny fitantanana ny angovo izay vao nigadona teto an-tanindrazana ny faran’ny herinandro teo. Amin’ity herinandro ity kosa no andrasana ny fahatongavan’ireo fitaovana famatsiana herinaratra ary efa vonona ao Ambakovao ny trano hitobiany.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Ravelotsoarana Solofo HeryMihevitra ny hanangana Lycée ny ao Carion

Nambaran’ny ben’ny tanànan’i Carion, Atoa Ravelotsoarana Solofo Hery, ny sabotsy teo, tany an-toerana fa manana fahasahiranana ara-bola toy ireo ankabeazan’ny kaominina manerana ny nosy ankehitriny ny kaominina tantanany.

Ntsoavina Evariste

Tia Tanindranaza0 partages

LOZAM-PIFAMOIVOIZANAVokatry ny hadalana ataon’ny mpitondra môtô ny 80 %

Vokatry ny hadalana ataon’ny mpitondra môtô scooter avokoa no mahatonga ny 80 %-n’ireo lozam-pifamoivoizana mitranga eto an-drenivohitra.

 Anisan’ny mahatonga izany ny tsy ilana ny taratasy fahazoan-dalana mitondra môtô ho an’ireo sokajy latsaky ny 50 Cc, hoy ny kaomisera Ranaivoson  Alexandre omaly. Misy anefa tsy mahafehy ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana akory. Misy amin’izy ireo no misongana an-kavanana, ao koa ireo maika hiala fitohanana ka mitsofotsofoka etsy sy eroa izay mandona olona mihitsy mazàna. Misy koa ireo manimba fananan’olona dia lasa mitsoaka avy eo. Vahaolana aroson’ny kaomisera ny tokony hanaovana permis ho an’ny môtô rehetra tsy an-kanavaka sy ny laharana ho azy ireny.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Tolom-panjanahana !

Ao anatin’ny fanamarihana ny tolom-panafahana nataon’ireo maherifon’ny firenena tamin’ny taona 1947 isika amin’izao fotoana izao.

 Fanafahana ny firenena no tanjona tamin’izany, saingy mbola fanontaniana mipetraka ny hoe tena afaka marina ve ny firenentsika 70 taona aty aoriana ary mba tafita ve ny tarigetra nijoroan’ireo mpitolona tamin’izany fotoana ? Samy afaka mamaly angamba isika mianakavy fa mbola mila tolona avo folo heny tamin’ny nisy tamin’izany angamba no ilaina vao afaka eo ambany vahohon’ny fanjanahantany sy fanjanahantsaina misy ankehitriny isika. Olonolom-poana eto amin’ny taniny ny Malagasy ankehitriny ary fomba fanao toa tsy lefin’ny taona fotsiny ilay fankalazana ny fetim-pirenena fa na ny Malagasy aza efa tsy resy lahatra intsony. Efa donton’ny fahantrana tanteraka satria iankinan-doha amin’ny vahiny ny 80%-n’ny fampihodinana ny firenena.  Tao anatin’ny 8 taona izay, dia tena tolom-panjanahana no misy eto amin’ny firenena, ka tsy atao mahagaga raha zary fihatsarambelatsihy sisa ny ankamaroan’ny fanamarihana ny tolom-panafahana sy ny fetim-pirenena. Taiza teto ambonin’ny tany no nisy fizaram-bola mba ho fanatrehana ny kabarin’ny filoham-pirenena raha tsy tamin’izao vaninandro izao ? Ny mpitondra no halam-bahoaka, ka hatramin’ny hasin’ny firenena avy no voahitsakitsaka.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Ralaivao LovatiakoHampandroso ny fanatanjahantena malagasy ny CDMT

Manomboka izao, hoy ny SG-n’ny minisiteran’ny fanatanjahantena teny Carion ny sabotsy teo dia tsy misy volam-panjakana holanilaniana fahatany izany raha tsy misy tetikasa mazava voafaritry ny CDMT na ny Cadre de Developpement à Moyen Terme nifanarahana tamin’ny minisiteran’ny vola.

Ntsoavina Evariste

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antandroy mivady tao MahitsySaika niharan’ny fitsaram-bahoka fa nitondra osy

Saika niharan'ny fitsaram-bahoaka ny Antandroy mivady, tratra nampiditra osy 6 tao an-tanànan'i Mahitsy, lalàm-pirenena faha-4 tamin’ny sabotsy 25 martsa hariva teo raha tsy nalaky tonga teo amin'ny toerana akaikin'ny Accès banque, vao miditra ny tanàna ny filohan'ny fikambanan'ny Manendy, Maminiaina Johnny, izay nisy niantso rehefa nihanafana ny raharaha.

 Nasainy nalefan'ny tompony ivelan'ny faritra ireo biby ireo vao nilamina ny fokonolona. Marihina fa fady ny odiandro ao amin’ny kaominin’i Mahitsy sy Ampanotokana iny ny fampidirana sy fandatsahan-dra ny osy. Tsy ekena satria efa nampitondra faisana ny fiarahamonina an-taonany maro. Niova ny toetr'andro hatramin'ny nanaovan'ny fikambanana sorona fanadiovana amin’ny ota fady tao Anosivola tamin’ny volana febroary lasa teo nefa izao tadiavin’ny sasany hotana fady izao indray. Nampitandrina ny foko Manendy fa ho hentitra amin’ny  fampiharana ny fadin-taniny manomboka izao ary tsy handefitra amin’izay tratra mandika izany. Efa nisy fifanarahana nifanaovana tamin’ny filohan'ny fikambanana Antandroy sy Manendy amin’izao fepetra izao tamin’ny volana febroary ho an’ny kaominina  Ampanotokana sy Mahitsy.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanokafana ny MBSNamaly bontana ny fanjakana

Nilaza i Guy Laurent Ramanankamonjy, Sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny fifandraisana omaly fa tsy tokony hasiana teritery politika ny fanokafana ny orinasan-tserasera MBS satria efa eo am-pelatanan’ny filankevi-panjakana ny dosien’ity orinasa ity,

ka aleo izy hanao ny asany ankalalahana. Tsy fantatr’ity tompon’andraikitra ity ve fa efa an-taonany ny antontan-taratasin’ny MBS no tany amin’ny filankevi-panjakana ary efa nandeha ny fangatahana rehetra na an-tsoratra na am-bava saingy tsy nisy valiny ? Tsy nisalasala izy nilaza fa efa foana tanteraka ny MBS ary lazaina ho tsy ara-dalàna mihitsy nialoha ny 2009, ka nambara ho tsy nahaloa hetra. Efa nomena ny orinasa hafa ny mari-drefin’ny MBS satria orinasa efa tsy misy intsony izany, hoy izy. Mila mangataka fahazoan-dalana vaovao ny MBS raha hanokatra orinasan-tserasera vaovao, saingy tsy mbola manome fahazoan-dalana ny minisitera amin’izao fotoana izao, raha ny fanambarany. Maro anefa ireo orinasan-tserasera nisokatra malalaka tato ho ato, izay fantatra fa olon’ny fitondrana na akaiky ny mpitondra avokoa no tompony ?

NY MPITONDRA NO TSY MANAJA LALANA

Tafiditra tao anaty tondrozotra izay efa navadika ho lalàna velona teto amin’ny firenena ny fanonerana ny fananan’ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana potika tamin’ny krizy, toy ny orinasan-tserasera MBS, izay tsy nisafidy ny hikatona fa noho ny fahapotehana, ka niato tsy fidiny. Tsy tokony ho tonga amin’izao ny resaka fa ny fanjakana tetezamita sy HVM mihitsy no nanao antsojay nanakanana ny fisokafana, ka nahafaha-nilaza fa orinasa efa tsy misy intsony io na dia vao potika aza dia efa nisy ny fangatahana ny fanokafana saingy tsy nivaly mandrak’androany. Na ny resaka teknika na ara-panjakana, dia tsy tokony hisy sakana mihitsy ny fisokafan’ny MBS. Tsy misy afa tsy kajy politikan’ny HVM no ao ambadika raha ny fahitana azy noho ny tahotry ny fitondrana manoloana ny tanjaka politika ananan’i Marc Ravalomanana, izay efa nanambara ny firotsahan-kofidiany ho filoham-pirenena. Tsy ampahafirin’ny nampody an’i Dada teto Madagasikara anefa ny famerenana ny MBS, hoy Raveloson Constant ny sabotsy lasa teo, ka mbola samy miziriziry amin’ny heviny ny roa tonta.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanTsy mety miha lehibe

Tsy mety lehibe mihitsy mantsy ianareo ity ry Jean a ! Efa firy taona izao ianareo no niady ny amin’izay ananana ny fahamarinana amin’ity fety tokony hiarahan’ny besinimaro ity ?

 Izahay moa efa ela no tsy nivaky loha intsony nefa mba onena ihany mijery anareo tsy mety mahita marimaritra amin’izy ity foana hatramin’izao ! Tsy aiko hoe ny hanafoanana azy ity mihitsy koa angamba no tena tanjonareo fa raha ny hitan’ny olona izay nanontaniako aloha dia hoe ny zokiny manao marina hitompoana saingy ny zandriny kosa manao bodongerona satria misy sponsa matanjaka, hono. Dia tsy aiko aloha ry Jean izay fikanareo eo fa izaho andeha hody hatory e ! Hajanony tany amin’izay io fa hampiady olona fotsiny eo e !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

FITSINJARAM-PAHEFANA TENA IZYMbola maro ireo kaominina tsy misitraka azy

Mbola betsaka amin’ireo kaominina eto amintsika no tsy misitraka akory ny fitsinjaram-pahefana tena izy.

 Mahatratra 1.500 isa eo izy ireo ary mbola vitsy ihany ny mahazo tombontsoa mivantana, antony hanatanterahana ilay atrikasa hiarahana amin’ireo vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana Frantsay sy Malagasy etsy amin’ny Motel Anosy nanomboka omaly. Tanjona ny hahafahan’ny roa tonta mifanakalo traikefa,  eo ihany koa ny fiandrasana fanampiana avy amin’ireo vondrom-bahoaka itsinjaram-pahefana Frantsay hahafahan’ireo kaominina eto amintsika manangana ireo karazana fotodrafitrasa toy ny rano fisotro madio, fanamboarana lalankely, fanatsarana ny fiompiana sy ny fambolena …Tonga nanokatra ny atrikasa ny praiminisitra lehiben’ny governemanta Andriamatoa Solonandrasana Olivier.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Toekarena sy fandraharahanaMaka toerana ny Sinoa

Naharitra iray ora ny fihaonan’ny filoha Sinoa Xi Jinping sy ny filoha Malagasy Hery Rajaonarimampianina tao amin’ny Lapan’ny vahoaka tao Beijing omaly.

 

 Nisy ny dinik’asa natao teo amin’ny delegasionin’ny firenena roa tonta ary dia nofaranana tamin’ny fanaovana soniam-piaraha-miasa avy hatrany. Hiditra ao anatin’ilay fiaraha-miasa iraisam-pirenena amin’ny alalan’ny « Ceinture economique de la route de la soie » i Madagasikara. Resaka fampandrosoana ara-toekarena hiarahan’i Sina, ny firenena Aziatika sy i Afrika izy ity ka maro ny endri-piaraha-miasa ao anatiny. Anisan’ny asa goavana iarahan’i Madagasikara sy Sina amin’ny ho avy ihany koa ny fanamboarana ny « Autoroute Antananarivo Toamasina » sy ny fanorenana seranan-tsambo goavana ao amin’ny helidranon’i Narindra any avaratra andrefan’ny nosy. Mialoha izao, ny alahady teo dia efa nisy fanasoniavana fifanaraham-piaraha-miasa eo amin’ny firenena roa tonta ka tafiditra ao anatiny ny fametrahana ny Zone Economique Special (ZES) iaraha-miasa amin’ny Sinoa eto Madagasikara, ny fametrahana ny tetikasa « ville intelligente » na tanàn-dehibe mampiasa ny teknolojia amin’ny fiainana andavanandro, tahaka ny « camera de surveillance » iarahana amin’ny orinasa Huawei. Hohatsaraina ihany koa ny fifandraisana amin’ireo mpandraharaha Sinoa te hampiasa ny volany eto Madagasikara. Maka toerana tanteraka eto Madagasikara izany ry zareo Sinoa ary hametraka tetikasa maro amin’ny sehatra isan-karazany. Feno 45 taona amin’ity 2017 ity moa ny fifandraisana ara-diplaomatika eo amin’i Madagasikara sy i Sina.

RTT

 

 

                                                    

Tia Tanindranaza0 partages

Fanamarihana ny 29 martsa 2017Vonona ny TIM

Tsy avelan’ny Tiako I Madagasikara handalo fotsiny ny tsingerin-taona faha-70 nisian’ny tolom-panafahana tamin’ny 29 martsa 1947.

Ramano F.

Tia Tanindranaza0 partages

CUA- Région Ile-De FranceMafonja ny fiaraha-miasa

Noraisin'ny Ben'ny tanàna Lalao Ravalomanana tao amin'ny Lapan'ny tanàna Analakely ny talen’ny fiaraha-miasa Iraisam-pirenena sy ny fizahantany eo anivon'ny Région Ile-De France, Eric Fajole omaly tolakandro.

 Nifantoka betsaka tamin’ny fiaraha-miombon’antoka mba ho fampandrosoana ny renivohitr’i Madagasikara amin’ny alalan’ny fanatanterahana tetikasa maro no tena anton’ny fihaonana. Nivoitra tamin’izany ny dinidinika amin’ny hanatanterahana tetikasa izay efa voafaritra tao anatin’ny dinika momba ny tontolo iainana tamin’ny alalan’ny COP 21 natao tany Paris. Tsara ny manamarika fa anisan’ny mpiara-miasa sy mpiara-miombon’antoka tranainy indrindra amin’ny kaominina amin’ny alalan’ny Ivontoerana miandraikitra fanajariana ny tanàn-dehibe (IMV), izay efa nisy nandritra ny 25 taona ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) sy ny Région Ile-De-France. Midika izany fa efa tena mafonja ny fiaraha-miasa eo amin’ny roa tonta.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

TIM Atsimo AndrefanaManamafy fa tsy maintsy 1 er tour dia lany Ravalomanana

Nambaran’ny mpandrina ny REG TIM any Atsimo Andrefana, Atoa Sazalahy Tsianihy, fa manamafy ny tsy maintsy hahatanteraka ny 1 er Tour dia vita ny fifidianana hahalany ny prezidà Ravalomanana

 

 amin’ny fifidianana ho filoham-pirenena ho tanterahina amin’ny taona 2018 satria mila olona eken-tenin’ny mpamatsy vola mahazatra avy any ivelany ady mila fandriampahelemana sy fampandrosoana mirindra koa i Madagasikara ka ny filohan’ny antoko TIM Marc Ravalomanana irery ihany no afaka hanatanteraka an’ireo voalaza ireo. Feno ny fepetra hoan’ny TIM Atsimo Andrefana hampanjariana an’io 1 er Tour dia vita io amin’ny ara-dalàna satria efa voatsangana avokoa ireo DISTIM miisa 8 any amin’ity Faritra ity afa-tsy ny DISTIM faha-9, ao Ampanihy, izay hatsangana amin’ity faran’ny herinandro ity. Menabe no nananganana DISTIM farany tamin’ny 10 febroary 2017 teo. Efa tafatsangana ihany koa ny COMTIM 26 amin’ny kaominina 30 misy ao Toliara faha-2 hiara hisalahy amin’ny fanatanterahana an’izany 1er tour dia vita izany. Mikasika ny hetsika fitakiana ny hanokafana ny MBS Tv sy Radio indray, dia manohana izany 100% izahay aty Atsimo Andrefana, hoy Atoa Sazalahy Tsianihy, satria mila misitraka izany haino aman-jery izany ahenoana vaovao maro loko sy marim-pototra izahay.

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hetsiky ny MAGROHoravan’ny Emmo reg ?

Nivoitra nandritra ny fanambaran’ny mpitandro ny filaminana avy amin’ny CIRGN Analamanga, ny Emmo reg, ary ny prefektiora omaly fa voarara ny mivorivory sy manao fidinana an-dalambe mandritra ny fanamarihana ny 29 martsa.

Midika zavatra goavana io. Hisy ve noho izany ny fandravana ny hetsika isan-karazany sy ny mety ho fisamborana mandritra io andro rahampitso io ? Ho an' ny Zanak’i Dada manokana, hisy ny hetsika goavana hotanterahina etsy amin’ny kianja Magro rahampitso, ka ho vory lanonana eny an-toerana ny rehetra, ary ny filoham-pirenena teo aloha Marc Ravalomanana mivady mihitsy no ho avy eny amin’io fotoana io. Tetsy an-kilany, nilaza ny prefen’Antananarivo ny jeneraly Ravelonarivo Angelo Christian fa tsy nahazo alalana ny hetsika eny amin’ny Magro, ka hisy ny fandraisana fepetra raha misy ny fanelingelenana ateraky ny hetsika. Marihina anefa fa toerana an’olon-tsotra ny Magro ary mifefy. Ny mpitandro ny filaminana eny amin’ny manodidina ny kianja toy izay efa nisy ny sabotsy 25 martsa lasa teo no anjara adidiny. Tsy hisy rahateo ny fivoahana ny kianja fa solontena no mety hanatanteraka ny fametraham-boninkazo. Mampanahy ihany ny mety hisian’ny sakantsakana atao amin’i Marc Ravalomanana mivady tsy hihaona amin’ny mpomba azy eny amin’ny Magro noho ny tanjaka sy hery politika ananany, satria hitodika any aminy avokoa ny mason’ny rehetra. Maro no mahatsapa fa ho takona tanteraka ny hetsiky ny fanjakana foibe, izay efa nanaovana fanambarana manokana mihitsy fa tsy maintsy ny filoham-pirenena no mametraka mialoha izay vao afaka manao ny hafa. Tsiahivina fa herintaona katroka rahampitso ny hetsika notarihin’ny kolonely Lylison sy ny ekipany izay saika hametraka fehezam-boninkazo teny amin’ny fasan’ny maherifo teny Fort Duchesne, ka nisian’ny fitifirana baomba mandatsa-dranomaso, izay nisy mihitsy no niantefa tamin’ny fiarany, ka nahavaky ny fitaratra.

Toky R

Madagascar Tribune0 partages

La société civile pose des doutes

Les membres de la société civile ont commencé à interpeller les responsables, notamment au niveau du Parlement, sur les dispositions des projets de lois électorales. Selon certains membres de la société civile, dont Sahondra Rabenarivo de l’Observatoire de la vie publique ou SEFAFI, ces projets de lois seraient manifestement un retour en arrière en ce qui concerne l’organisation des élections.

Les recommandations des entités consultées dans l’élaboration de ces lois n’auraient pas du tout ou presque été pris en compte. Que ce soit sur la question de la liberté des entités concernés de près ou de loin par les élections, à savoir les candidats mais aussi les médias ou sur la question de la transparence des votes et des procédures depuis le dépôt de la candidature jusqu’à la proclamation des résultats. Plusieurs spécialistes en la matière ont en effet soulevé le débat sur les nouvelles dispositions qui existent dans ce projet de loi. A titre d’exemple, la nécessité de produire le bulletin numéro 2 du casier judiciaire dont l’accès est normalement réservé à un certain nombre de personnes. Etant donné qu’il retrace plus ou moins toute la vie judiciaire de la personne concernée et ce dans les moindre détails. Une disposition qui, pour la société civile, est destinée à une élimination de certains candidats. Il en est de même en ce qui concerne la limitation des actions des candidats durant la période électorale. A titre d’exemple, l’article 93 du projet de loi relatif au régime général des élections et référendums dispose qu’ « il est interdit de porter à la connaissance du public un élément nouveau de polémique électorale à un moment tel que ses adversaires n’aient pas la possibilité de répondre utilement avant la fin de la campagne électorale ». Soit en quelque sorte l’interdiction de sortir des « dossiers » sur les candidats qui en auraient potentiellement. Contrairement à cela, pour le Vice-président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Thierry Rakotonarivo, il n’y aurait dans ces lois aucun recul par rapport à la loi de 2012. Selon, ces innovations permettraient des élections égalitaires, indépendantes et fiables. Que ce soit au niveau de la liste électorale, des campagnes électorales ou durant le vote proprement dit.

Madagascar Tribune0 partages

Les syndicalistes donnent un ultimatum de 72 heures pour libérer leur collègues emprisonnés

Les syndicalistes au sein du service des domaines ont donné un ultimatum de 72h aux autorités pour libérer les employés de ce service détenus en prison. Sans cela, ils menacent de faire un déballage sur les ventes de terrains domaniaux effectués par les régimes successifs.

Impliqués dans des affaires de vente de terrain domanial dans la capitale dont notamment la villa Elisabeth, à Ivandry et le jardin d’Antaninarenina, un ancien directeur général et deux autres employés des services fonciers, ont été placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antanimora.

Lors de la conférence de presse qu’ils ont tenu hier à Anosy, ces syndicalistes ont réclamé ainsi la tête des commanditaires dans ces affaires. Ces fonctionnaires ne feront qu’obéir à leur supérieur hiérarchique, et ne seront que de simples exécutants affirment-ils. Julien Reboza, ancien vice-premier ministre à l’époque, est particulièrement pointé du doigt dans notamment l’affaire de la vente de la Villa Elisabeth à Ivandry. Ce dernier, est déjà comparu devant les juges du Tribunal anti-corruption mais étant donné son statut d’ancien membre du gouvernement de l’époque, son dossier a été transféré à la Haute cour de la Justice (HCJ) qui en l’absence de l’Assemblée nationale ne pourra encore rien faire. L’ancien Vice-Premier ministre du gouvernement de Jean Omer Beriziky, lors de la Transition, n’a en tout cas pas souhaité s’exprimer sur ses accusations. « Laissons la Justice faire son travail », affirme-t-il.

A cause de la lourdeur des procédures au sein de la Haute Cour de la Justice, les syndicalistes craignent que les principaux acteurs et donneurs d’ordre ne soient pas inquiétés. Raison pour laquelle ils exigent à ce qu’il n’y ait pas deux poids et deux mesures dans les décisions du tribunal dans ces affaires.

La vente des terrains domaniaux a toujours été un sujet très sensible et a été souvent dénoncé par la société civile depuis de nombreuses années à Madagascar.

Madagascar Tribune0 partages

L’illusion de la « putsch-thérapie » en Afrique

La dernière tentative de coup d’état en date du 7 janvier 2019 au Gabon a ramené le débat sur une pratique qui pendant toute la seconde moitié du XXe siècle s’était presque imposée comme « mode normal » d’accession au pouvoir en Afrique. Dans un environnement africain où la démocratie et l’alternance peinent encore à s’imposer comme règles du jeu politique, l’Afrique serait-elle toujours en proie à l’illusion de la « putsch-thérapie » ? Quelles transformations politiques vertueuses seraient à même de pacifier la vie politique en Afrique ?

Le putsch comme arbitre institutionnel du jeu politique africain

De manière générale le coup d’état ou putsch s’entend par l’usage de la force dans l’accession au pouvoir politique au sein d’un Etat, soit par action militaire, soit par une action populaire civile, entrainant le renversement illégal des dirigeants en place. Les études des auteurs Jonathan Powell et Clayton Thyne recensent 475 coups d’état dans le monde, dont un plus grand nombre en Afrique. Depuis 1950 l’Afrique aura été le théâtre d’un total de 204 putschs, dont 104 échoués, 100 réussis, et 139 complots en vue de coups d’état. Entre 1960 et 1982 près de 90% des 45 Etats indépendants d’Afrique noire a connu l’expérience d’un coup d’Etat, en faisant un véritable mécanisme « institutionnel » d’alternance politique. De 1960 à 1999 il y a eu entre 39 et 42 coups d’état par décennie, alors que pour la décade 2010 seuls 16 sont enregistrés.

Le putsch comme « thérapie politique » s’est imposé comme un mode « quasi normal » d’alternance. Le cas de la République Centrafricaine est suffisamment éloquent à ce propos. Ce pays indépendant depuis le 14 août 1960 a connu pas moins de 5 coups d’état. Alors que l’élection libre peine à s’imposer comme dans bon nombre d’Etats africains à la même époque, le coup d’état devient l’ultime arbitre d’un jeu politique sclérosé où les acteurs ne veulent ni attendre leur tour, ni passer la main. La putsch-thérapie s’est imposée malheureusement comme régulateur politique paradoxal. Une dynamique quasi identique est observable au Burkina Faso entre 1966 et 2015. Le Burkina étant d’ailleurs le pays africain avec le plus grand nombre de putsch réussis, soit sept, tandis que le Soudan détient le record du plus grand nombre cumulé de coups d’état, soit 14 au total.

Putsch-thérapie ou le mythe de la « démocratie bottée »

L’idée d’une transition politique « vertueuse » imposée de force par le duo « treillis-bottes » a fait son chemin. Alain Antil notait à ce sujet qu’on ne peut pas dire que tous les putschs sont mauvais. Dans l’histoire, certains ont été opportuns. Les exemples du Ghana sous Jerry Rawlings ou d’un Mali réinventé sous Amadou Toumani Touré sont forts révélateurs. Cependant, le mythe de « l’Etat garnison » ou « Etat caserne » va vite se heurter à ses propres limites, les exemples précédents s’avérant très souvent n’être que l’arbre qui cache la forêt. Même la Déclaration d’Alger de 1999 par laquelle les Chefs d’Etat et l’Union Africaine se sont inscrits contre cette pratique des putschs n’y aura rien changé, vu que même le président en exercice de l’Union Africaine en 2019, l’Egyptien Al Sissi, est lui-même issu d’un coup d’état de 2013.

Impact des putschs

Traditionnellement, les coups d’état n’ont conduit qu’à une appropriation privée (famille, clan, ethnie, parti unique) et rentière du pouvoir. Les promesses révolutionnaires de transformation et de rupture ayant motivé l’action initiale s’effondrent rapidement. C’est la théorisation de « l’Etat butin de guerre » dont l’avenir s’articule entre dépeçage et déliquescence. De manière générale, le sous-développement de l’Afrique, l’absence de diversification des économies, sont dus aux coups d’Etat. La spécialisation rentière dans les matières premières ou les ressources extractives a rapidement été érigé en modèle entre les mains de seigneurs de guerre au Libéria, en Sierra Leone, au Nigeria sous Sani Abacha, au Burkina Faso, en Guinée, en Lybie, en Somalie et en RDC.

Pour un renforcement du rôle du Parlement dans la vie politique africaine

Pour sa part, Raymond Carré de Malberg rappelait qu’il n’y a pas de place dans le droit constitutionnel pour une théorie juridique des coups d’Etat. Aussi pour sortir de cette pratique, l’urgence est au dialogue et à une augmentation du rôle des Parlements pour un minimum de consensus. L’impact des Parlements varie certes d’un pays à un autre mais l’une des forces du continent réside dans l’organisation communautaire forte qui demeure un socle solide de résilience et de développement à ne pas négliger.

La poignée de main historique au Kenya entre les « frères » ennemis (Uhuru Kenyatta et Odinga), la diplomatie de paix du premier ministre éthiopien Abiy Ahmed dans la Corne de l’Afrique, ou encore la transition observée en République Démocratique du Congo entre les présidents Kabila et Tshisekedi, sont autant de révélateurs du pouvoir du dialogue, pour taire à jamais le pouvoir des armes et de la violence dans les dynamiques politiques africaines. La putsch-thérapie ne peut se substituer à une concurrence saine afin de promouvoir une alternance pacifique et in fine consolider la démocratie en Afrique.

Alexe Kitio Kenfack, Doctorant en Relations internationales et études stratégiques, Université de Gazi-Ankara, Turquie.

Article publié en collaboration avec Libre Afrique

Madagascar Tribune0 partages

L’illusion de la « putsch-thérapie » en Afrique

La dernière tentative de coup d’état en date du 7 janvier 2019 au Gabon a ramené le débat sur une pratique qui pendant toute la seconde moitié du XXe siècle s’était presque imposée comme « mode normal » d’accession au pouvoir en Afrique. Dans un environnement africain où la démocratie et l’alternance peinent encore à s’imposer comme règles du jeu politique, l’Afrique serait-elle toujours en proie à l’illusion de la « putsch-thérapie » ? Quelles transformations politiques vertueuses seraient à même de pacifier la vie politique en Afrique ?

Le putsch comme arbitre institutionnel du jeu politique africain

De manière générale le coup d’état ou putsch s’entend par l’usage de la force dans l’accession au pouvoir politique au sein d’un Etat, soit par action militaire, soit par une action populaire civile, entrainant le renversement illégal des dirigeants en place. Les études des auteurs Jonathan Powell et Clayton Thyne recensent 475 coups d’état dans le monde, dont un plus grand nombre en Afrique. Depuis 1950 l’Afrique aura été le théâtre d’un total de 204 putschs, dont 104 échoués, 100 réussis, et 139 complots en vue de coups d’état. Entre 1960 et 1982 près de 90% des 45 Etats indépendants d’Afrique noire a connu l’expérience d’un coup d’Etat, en faisant un véritable mécanisme « institutionnel » d’alternance politique. De 1960 à 1999 il y a eu entre 39 et 42 coups d’état par décennie, alors que pour la décade 2010 seuls 16 sont enregistrés.

Le putsch comme « thérapie politique » s’est imposé comme un mode « quasi normal » d’alternance. Le cas de la République Centrafricaine est suffisamment éloquent à ce propos. Ce pays indépendant depuis le 14 août 1960 a connu pas moins de 5 coups d’état. Alors que l’élection libre peine à s’imposer comme dans bon nombre d’Etats africains à la même époque, le coup d’état devient l’ultime arbitre d’un jeu politique sclérosé où les acteurs ne veulent ni attendre leur tour, ni passer la main. La putsch-thérapie s’est imposée malheureusement comme régulateur politique paradoxal. Une dynamique quasi identique est observable au Burkina Faso entre 1966 et 2015. Le Burkina étant d’ailleurs le pays africain avec le plus grand nombre de putsch réussis, soit sept, tandis que le Soudan détient le record du plus grand nombre cumulé de coups d’état, soit 14 au total.

Putsch-thérapie ou le mythe de la « démocratie bottée »

L’idée d’une transition politique « vertueuse » imposée de force par le duo « treillis-bottes » a fait son chemin. Alain Antil notait à ce sujet qu’on ne peut pas dire que tous les putschs sont mauvais. Dans l’histoire, certains ont été opportuns. Les exemples du Ghana sous Jerry Rawlings ou d’un Mali réinventé sous Amadou Toumani Touré sont forts révélateurs. Cependant, le mythe de « l’Etat garnison » ou « Etat caserne » va vite se heurter à ses propres limites, les exemples précédents s’avérant très souvent n’être que l’arbre qui cache la forêt. Même la Déclaration d’Alger de 1999 par laquelle les Chefs d’Etat et l’Union Africaine se sont inscrits contre cette pratique des putschs n’y aura rien changé, vu que même le président en exercice de l’Union Africaine en 2019, l’Egyptien Al Sissi, est lui-même issu d’un coup d’état de 2013.

Impact des putschs

Traditionnellement, les coups d’état n’ont conduit qu’à une appropriation privée (famille, clan, ethnie, parti unique) et rentière du pouvoir. Les promesses révolutionnaires de transformation et de rupture ayant motivé l’action initiale s’effondrent rapidement. C’est la théorisation de « l’Etat butin de guerre » dont l’avenir s’articule entre dépeçage et déliquescence. De manière générale, le sous-développement de l’Afrique, l’absence de diversification des économies, sont dus aux coups d’Etat. La spécialisation rentière dans les matières premières ou les ressources extractives a rapidement été érigé en modèle entre les mains de seigneurs de guerre au Libéria, en Sierra Leone, au Nigeria sous Sani Abacha, au Burkina Faso, en Guinée, en Lybie, en Somalie et en RDC.

Pour un renforcement du rôle du Parlement dans la vie politique africaine

Pour sa part, Raymond Carré de Malberg rappelait qu’il n’y a pas de place dans le droit constitutionnel pour une théorie juridique des coups d’Etat. Aussi pour sortir de cette pratique, l’urgence est au dialogue et à une augmentation du rôle des Parlements pour un minimum de consensus. L’impact des Parlements varie certes d’un pays à un autre mais l’une des forces du continent réside dans l’organisation communautaire forte qui demeure un socle solide de résilience et de développement à ne pas négliger.

La poignée de main historique au Kenya entre les « frères » ennemis (Uhuru Kenyatta et Odinga), la diplomatie de paix du premier ministre éthiopien Abiy Ahmed dans la Corne de l’Afrique, ou encore la transition observée en République Démocratique du Congo entre les présidents Kabila et Tshisekedi, sont autant de révélateurs du pouvoir du dialogue, pour taire à jamais le pouvoir des armes et de la violence dans les dynamiques politiques africaines. La putsch-thérapie ne peut se substituer à une concurrence saine afin de promouvoir une alternance pacifique et in fine consolider la démocratie en Afrique.

Alexe Kitio Kenfack, Doctorant en Relations internationales et études stratégiques, Université de Gazi-Ankara, Turquie.

Article publié en collaboration avec Libre Afrique

Madagascar Tribune0 partages

TI-IM appelle à la prudence contre les risques de malversations et de corruption

Transparency International-Initiative Madagascar a lancé un appel à prudence quant à la crise sanitaire actuelle. Dans un communiqué diffusé hier, elle a clairement indiqué que « pandémie ne rime pas avec gabegie ». En effet, « La gestion de l’état d’urgence sanitaire requiert de la réactivité, pour protéger la population, l’économie et le pays en général contre les conséquences négatives de la pandémie. Mais cette situation ne doit pas faire abstraction des règles de bonne gouvernance, ni faire fi de la transparence, de la redevabilité et de l’intégrité ».

TI-IM rappelle qu’à travers ses actions dans le monde entier, Transparency International se pose en sentinelle pour traquer les risques de malversations, de corruption, de collusions et de mauvaises pratiques pouvant émerger de cette situation exceptionnelle. « En ces temps d’incertitude, le risque de capture des décisions publiques par des intérêts privés motivés par leur propre profit est omniprésent. Ces risques vont du détournement de financements destinés à la santé, à la conception de plans de sauvetage qui favorisent les industries et les entreprises proches du pouvoir. C’est pourquoi, la prise de décision politique doit être aussi ouverte, informée et transparente que possible. »

Pour la branche de Transparency International à Madagascar, « l’état d’urgence – pendant lequel l’exécutif jouit de pouvoirs étendus assortis d’une surveillance réduite – ne doit pas être considéré comme une opportunité pour contourner la redevabilité ou pour faire l’impasse sur la transparence. En effet, les détenteurs de pouvoir doivent se rappeler que des comptes leur seront demandés une fois la crise passée. Ils peuvent anticiper et prévenir les écueils en adoptant une gestion de crise saine ».

Pour ce faire, TI-IM propose quatre principes simples :

1) Une transparence continue dans la prise de décisions publiques

L’analyse de l’indice de perception de la corruption (IPC) 2019 avait souligné la nécessité d’une plus grande intégrité politique dans de nombreux pays. Les gouvernants doivent renforcer les moyens de contrôle et contrepouvoirs, limiter l’influence de l’argent en politique, et assurer une participation inclusive et large à la prise de décisions politiques. Ces exigences demeurent une réalité en temps de crise. Des mesures urgentes doivent être prises pour s’attaquer aux canaux par lesquels les intérêts privés peuvent avoir un effet de levier indu sur la prise de décisions publiques. Le parlement et le gouvernement doivent suspendre toute démarche non urgente en cours et nécessitant une consultation publique, jusqu’à ce que le retour à la normale permette la reprise de ces consultation. Le processus de révision du Code minier doit par exemple être suspendu tant que les mesures de confinement ne permettent pas à la société civile et aux autres parties prenantes d’exprimer clairement leur position et de présenter correctement leurs apports, tel qu’il était prévu à travers le comité de pilotage mis en place. En outre, pour éviter les abus de pouvoir, l’état d’urgence déclaré par le gouvernement doit toujours être limité dans le temps et les pouvoirs d’urgence ne devraient être exercés qu’aux fins pour lesquelles ils ont été accordés.

2) Des marchés publics transparents en tout temps

La corruption dans les marchés publics engendre des coûts importants pour le gouvernement, les entreprises et les citoyens. Plus que jamais, des mesures de transparence doivent être mises en place pour garantir que l’argent aille là où il doit être investi pour surmonter la crise et que les co-contractants de l’administration soient redevables. Des processus de passation de marchés transparents et ouverts sont essentiels car ils permettent de repérer plus facilement les signaux d’alerte relatifs à la corruption. Les acteurs corrompus auront ainsi moins d’espace pour se cacher et le gouvernement bénéficiera de prix justes et raisonnables. S’il est compréhensible que pour faire face à une situation exceptionnelle, le gouvernement puisse recourir à des mesures d’urgence, telles que des négociations directes sans appels d’offres ouverts, ces mesures doivent rester exceptionnelles, être limitées dans le temps et dans leur portée, et se conformer au Code des marchés publics. Le gouvernement doit à la fois être transparent, respecter la législation et communiquer clairement sur ses actions.

3) Une lutte active contre les risques de corruption dans le domaine de la santé

Dans les situations d’urgence sanitaire telles que celle-ci, la pression considérable exercée sur le système de santé – déjà défaillant dans le cas malgache – exacerbe les risques de corruption. Risques qui ont été exposés exhaustivement dans les travaux récents de TI-MG sur la santé, réalisés avec l’appui de l’Union européenne. Les perturbations du quotidien, les imprévus, les incertitudes et la baisse de vigilance des organes de contrôle contribuent à la création d’un environnement propice à l’action des corrompus qui veulent tirer parti de la crise pour leur propre bénéfice. En plus des recommandations déjà émises dans le cadre de notre projet Tsaboy ny gasy, des mesures spécifiques de lutte contre la corruption liée au contexte du covid-19 doivent être prises, notamment en ce qui concerne les essais de vaccins et de traitements, les chaînes d’approvisionnement en médicaments, les modalités de tests, et la capacité réelle de prise en charge des infrastructures publiques de santé. Les autorités doivent impérativement assurer un accès égal aux traitements vitaux, et accorder une attention particulière aux populations vulnérables : femmes, enfants, personnes âgées et personnes en situation de handicap. Les mesures anti-corruption doivent évidemment s’étendre à l’ensemble des secteurs stratégiques touchés par la crise, et à leurs acteurs respectifs[ . Les messages et les actions doivent être cohérents et les corrupteurs doivent être sanctionnés, quelles que soient leurs fonctions ou les corps auxquels ils appartiennent.

4) Une protection de l’espace civique, de la liberté d’expression et de la liberté d’information

La protection de l’espace civique, du droit à la participation et de la liberté des médias est essentielle en temps de crise. La lutte contre la désinformation doit être une priorité pour tous, mais elle ne doit pas se faire à tort et à travers. Il est primordial que les médias soient en mesure de rendre compte librement de la crise, de présenter au public des faits – même si ceux-ci mettent parfois les détenteurs du pouvoir mal à l’aise. La crise sanitaire et les mesures de confinement ne doivent pas servir de prétexte au harcèlement des lanceurs d’alerte, à l’embargo civique, à l’altération de la liberté d’expression et à la propagation des menaces de censure. Les autorités doivent s’abstenir de décourager les citoyens de leur poser des questions quant à l’origine des fonds utilisés pour soutenir les mesures d’urgence. Elles doivent au contraire favoriser la transparence et le dialogue, de bonnes pratiques à même de rassurer la population et de rendre plus tolérables les mesures exceptionnelles de restriction de certaines libertés individuelles.

TI-MG exhorte les responsables à tous les niveaux à respecter ces principes de gestion de crise responsable pour que pandémie ne rime pas avec gabegie. La transparence est essentielle pour répondre efficacement aux besoins des citoyens. Que personne ne profite de cette crise et de la détresse de la population pour s’enrichir indûment !

Madagascar Tribune0 partages

Des barrages dans toute la Capitale et des mesures draconiennes prises

Mesures draconiennes. L’heure est grave et la situation au pire. Barrages de contrôle par-ci par là, des forces de l’ordre en patrouille à toutes les rues, ruelles, et dans tous lieux publics d’Antananarivo, hier après-midi, pour contrôler les gens et les voitures en circulation à Analamanga et renvoyer tout le monde à la maison. Comme l’a indiqué le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation (MID), Tianarivelo Razafimahefa, lors de son intervention au Centre de commandement opérationnel de lutte contre le Covid-19 (CCO-Covid-19)), hier : « toutes les forces de l’ordre sont incessamment mobilisées dans toutes les rues de la Capitale pour vérifier les autorisations des voitures en circulation et contrôler tout individu sorti de son domicile ».

Il a indiqué d’un ton ferme que « la situation s’aggrave considérablement, surtout par l’apparition de cas contact confirmé de Covid-19. C’est l’heure du confinement intégral à la maison pour se protéger et pour protéger les autres ».

Juste après l’intervention dudit ministre, et comme par enchantement, toutes les voies d’accès vers la Capitale et les artères principales étaient garnies d’éléments de la gendarmerie et d’agents de police comme à Ankadimbahoaka, Anosizato, Analakely, Itaosy, Ankorondrano, ainsi que toutes les routes nationales reliant Antananarivo aux autres régions (les RN1, RN2, RN4, RN7, etc.)

Bombes lacrymogènes

Même les personnes et les voitures détenant une autorisation de circuler ont été bloquées aux barrages comme les journalistes ou les employés du secteur privé. « Aux environs de 13 heures et demie, nous avons été bloqués par les forces de l’ordre à Anosibe en allant rejoindre un reportage à Analakely, même si nous avons montré nos badges de journalistes émis par l’Ordre des journalistes de Madagascar. Puis, ayant trouvé un raccourci par Namontana pour rejoindre Analakely via Anosy, nous fûmes confrontés à un deuxième barrage du côté d’Andrefan’Ambohijanahary. En désespoir de cause, nous n’avions plus qu’à rentrer au desk, faute d’arriver à temps pour couvrir notre reportage », selon Rivo Alain, journaliste de Radio Don Bosco.

Depuis mercredi jusqu’à hier, le nombre de gens circulant dans les rues, les ruelles et les lieux publics comme les terrains de football et les marchés des environs d’Antananarivo a augmenté de jour en jour. Les habitants d’Andoharanofotsy, Tanjombato, Analakely, Anosy, Anosibe, Anosizato, et beaucoup d’autres ont retourné à leur train-train quotidien et ne se sont plus confinés après la déclaration de mardi dernier sur le zéro cas positif au Covid-19 testé. D’où ces embouteillages dans certains quartiers de la Capitale comme Antanimena, Ambohibao, Ankazomanga, etc .

Mais hier après-midi d’hier, les forces de l’ordre ont dispersé à coups de bombes lacrymogènes les gens assemblés dans la rue d’Anosizato qui sont retourné à leurs activités habituelles.

L'express de Madagascar0 partages

Recrutement DG Jirama – Sélection des dossiers dès vendredi

Comme prévu. Le nombre de dossiers de candidatures au poste de directeur général de la Jirama a connu une évolution. Les responsables de cette société annoncent avoir reçu 87 dossiers. « Les derniers plis envoyés via la poste devraient arriver ce jeudi. Le cabinet de recrutement international prendra le relais dans la sélection des dossiers dès vendredi », a indiqué notre source auprès de la société d’État.Cet appel à candidature a connu une grande affluence à l’approche de la date butoir, c’est-à-dire le 25 mars. Les candidats se sont manifestés au dernier moment. Des dossiers d’expatriés malgaches, des professionnels du secteur énergies, des anciens cadres de groupe international ont déposé leurs dossiers pour décrocher ce poste.Le recrutement du DG de la Jirama est attendu depuis plusieurs mois. Cette démarche entre dans le cadre du plan de redressement de la compagnie incité par le projet d’amélioration de la gouvernance et des opérations dans le secteur de l’électricité (Pagose) financé par la Banque mondiale. La nomination de tous les cadres supérieurs devrait se faire en toute transparence. Après la nomination du nouveau DG et le bouclage du nouvel organigramme, d’autres appels à candidature sont aussi attendus pour les autres postes. Dans ce sens, la Jirama a fait appel à un cabinet de recrutement international. Celui-ci devrait soumettre trois noms au Conseil des ministres qui tranchera.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Coupe du président – ASCB bat TMBB en finale du Play-off

Point final au Play-off, deuxième étape de la coupe du Président et place à partir de ce week-end au Top-8, dernière phase de ce tournoi national. Le club de Boeny, ASCB a remporté la victoire lors la finale du Play-off qui s’est tenue dimanche soir au gymnase d’Ambatomena à Fianarantsoa.Après un dos à dos en duel final, le club Majungais s’est imposé 104 à 93 face à TMBB Analamanga. L’équipe de Boeny a déjà mené 50 à 47 à la pause. Mais les Top Model ont aussi mené d’un ou de deux paniers d’écart en cours des quarts temps. En demi-finales, ASCB Boeny a écarté Mb2all Analamanga sur un score serré de 78 à 76 et MB2ALL a, de son côté, battu Cosfa par 72 à 70.Ces équipes ayant atteint les demi-finales de ce Play-off à savoir ASCB, TMBB, MB2ALL et COSFA, sont toutes qualifiées à la prochaine étape, le Top-8. Livio Roche­teau Ratianarivo de l’ASCB a été élu meilleur jouer du Play-off. Cette dernière étape s’étalera du 1er au 8 avril et se déroulera au palais des sports à Mahamasina.Outre les quatre formations qui viennent de se qualifier, les quatre meilleurs clubs au classement du dernier championnat national, en l’occurrence GNBC Vaki­nankaratra, champion en titre, Cospn Analamanga, Ascut Atsinanana et SBBC Boeny. Les trois équipes N1B en lice au Play-off entre au­tres, SEBAM Boeny, USF Haute Matsiatra et ASB Itasy ont toutes raté leur qualification à la prochaine étape.Mais Sebam Boeny et USF Haute Matsiatra, les deux meilleurs, ont validé leur ticket pour accéder en N1A pour la prochaine saison.En marge de ce Top 8, cinq équipes féminines en l’occurrence Fandrefiala et MB2ALL d’Analamanga, JEA du Vakinankaratra, Tamifa d’Amoron’Imania et CRJS Atsinanana, les meilleurs au classement du précédent championnat national N1A dames disputeront la phase finale, en poule unique. Les quatre meilleurs se qualifieront ensuite aux demi-finales puis à la grande finale de cette version 2017 le 8 avril.Telma, partenaire de la fédération malgache de basketball, a doté, depuis 2005  toutes les ligues dans tout Madagascar de moyens comme des « Power Box 4G ». Ceci, dans le but d’améliorer et de renforcer les communications entre les diffé­rents responsables, les acteurs de développement amateurs ou professionnels et les férus de la discipline.À l’issue du Play-off de cette troisième édition de la coupe du Président, le sponsor numéro un de la fédération a doté de 180 000 ariary de recharges à l’équipe cham­pionne et celle vice-cham­pionne a obtenu 150 000 ariary de recharges. Rideau donc sur le Paly-off et sans trop attendre, le coup d’envoi du Top-8 ce week-end.

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Tuléar – Suspension des cours à l’université

Les enseignants de l’université de Tuléar remettent sur les rails la question relative à la squatterisation du domaine de l’université. Hier, ils sont descendus dans la rue avec des banderoles, pour tirer la sonnette d’alarme. Ils ont aussi décidé de suspendre les cours pendant une semaine donc, de fermer les portes de l’université, pour alerter le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. « L’existence de ces habitations dans l’enceinte de l’université perturbent l’enseignement », soulignent les manifestants.Les étudiants ont contesté cette décision des enseignants. « L’année universitaire 2015-2016 n’est pas encore achevée, alors que l’année universitaire suivante, celle de 2016-2017 devrait débuter ce mois de mars. Nous réclamons la non interruption de l’enseignement », implorent ces étudiants. En février, ces enseignants sont déjà entrés en grève, pour réclamer leurs heures supplémentaires. À l’époque, ils ont également suspendu les cours.Cette affaire de « Squatterisation » a déjà fait couler beaucoup d’encre, mais jusqu’ici, aucune solution n’a été trouvée au niveau du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Ces enseignants menacent de ne reprendre les cours que si des solutions seront trouvées.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar0 partages

Danse – « Aron-dihy » en est à sa sixième édition

Un événement annuel pour les férus de danse de la Grande île, le festival« Aron-dihy » arrive, cette année, à sa 6e édition. De nombreux danseurs issus de différents styles et des musiciens véhiculant différentes sortes de musiques traditionnelles, se retrouveront ainsi dans la capitale pendant une semaine. L’événement a débuté hier et ne se clôturera que le 31 mars au Centre Germano-malgache (CGM) à Analakely. Danseurs traditionnels, danseurs contemporains, musiciens et pratiquants de danse urbaine vont se côtoyer sur scène, durant l’événement.Le festival « Aron-dihy », signifiant mélange de danses, comme son nom l’indique, sera alors une véritable Mecque de chorégraphique dans laquelle les artistes vont se partager leur art, sous le signe de la solidarité.« Plusieurs intervenants seront présents tous les jours, notamment Soameva à la danse traditionnelle Sakalava, Judith Olivia Manantenasoa à la danse de contact et Jean Claude Bardu pour le  Jazz afro Kakotemporain », explique Lamako Event, initiateur de la manifestation.  Les ateliers dureront cinq jours et seront suivis d’un petit spectacle de restitution avec tous les élèves.Comme l’année dernière, l’organisateur ne manquera pas de rassembler diverses cultures sur la planche. De la musique traditionnelle, et surtout tous types de danse seront au menu, sans parler de la participation des invités venant de l’étranger.

S. R.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Analamanga – Formation des arbitres de chaise

C’est le premier projet concret de la nouvelle équipe à la tête de la Ligue de tennis d’Analamanga. La LTA organise une formation de deux jours, destinée aux arbitres de chaise.Hier matin, pour la première journée, les cours théoriques ont été dispensés à l’Aca­démie nationale des sports Ampefiloha. S’en est suivie une séance pratique sur les courts du cercle franco-malgache Anosy.« Pour bien débuter notre mandat, nous allons nous concentrer sur l’amélioration de l’environnement où les joueurs évoluent. Un des acteurs majeurs de la bonne tenue d’un match est l’arbitre », confie-t-on auprès de la LTA.Onze thèmes seront abordés durant ces deux jours de stage. Citons le matériel de l’arbitre, la préparation de la partie, la réunion d’avant-match et le tirage au sort, la position sur la chaise, le contrôler relanceur, le contrôle perdant du point, le contrôle des joueurs au changement de côté, la gestion de l’échauffement, les annonces du tennis, la feuille d’arbitrage, ainsi que les règles et procédures.À la fin des cours théoriques, les arbitres devront réussir une épreuve composée de cinquante questions. En ce qui concerne l’application sur terrain, ils passeront des tests en conditions réelles, en officiant durant les matches du cham­pionnat de la section Tana-Ville.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Trois Chinois incarcérés

Entendus au parquet hier pour le meurtre d’un couple de Chinois dans un villa à Maibahoaka Ivato le vendredi 17 mars, trois Chinois ont été placés en détention préventive à Tsiafahy. Six autres suspects ont bénéficié d’une mise en liberté provisoire.

L'express de Madagascar0 partages

Un enfant décédé dans un accident

Un enfant de 15 ans a perdu sa vie dans un accident survenu vendredi sur la RN 3 à Ambatomitokona, dans la commune rurale d’Ambohitrolomahitsy. Il a été percuté par un 4×4 après sa descente d’un taxi-brousse en direction d’Antananarivo, indique la gendarmerie d’Ambohi­manarivo lors de la reconstitution des faits. L’enquête a été ouverte.

L'express de Madagascar0 partages

Un otage libéré

L’otage pris par les bandits dans le fokontany de Maheriara, commune rurale de Morarano kraoma, district d’Amparafaravola a été libéré sain et sauf vendredi. Ces malfaiteurs ont dérobé 1 700 000 ariary et d’autres appareils électroniques dans une épicerie, selon les informations de la gendarmerie locale. Les éléments du poste avancé de Morarano et les fokonolona se sont lancés à leur poursuite.

L'express de Madagascar0 partages

Voleurs de vanille tués sur le coup

Deux voleurs de vanille à Mananara kely, commune rurale d’Ambodimangabe dans le district de Fénérive-Est ont succombé à une vindicte populaire samedi. Ils auraient tenté de dérober 3kg de vanille. Les éléments de la brigade de la gendarmerie de Fénérive-Est se sont rendus sur les lieux pour le constat et l’enquête.

L'express de Madagascar0 partages

Deux blessés dans une attaque à main armée

Une attaque à main armée dans le fokontany d’Ambohi­manana, commune rurale d’Ambohitrafeno, dans le district d’Ivohibato a fait deux blessés graves, dont l’un frappé à coups de hache tandis que l’autre blessé par balle. Un chèque de deux cent mille ariary a disparu. Les victimes ont été transportées à l’hôpital. La recherche des malfaiteurs est en cours, selon la gendarmerie d’Alakamisy- Itenina chargée de l’enquête.

Midi Madagasikara0 partages

Tsaralalàna : Rastaman avy nanao fampisehoana voaendaka

Tsy nisy niangana izany teny aminy, lasa hatramin’ny kapila mangirana maromaro izay ambiny tamin’ny namidiny nandritra ny fampisehoana izay vao avy nataony ka misy ny hira vaovaony. Lasa ny vola, ny finday, ny kara-panondro sy izay rehetra azo nalaina teny aminy. Lehilahy iray antsoina hoe Todisoa, lehiben’ny tarika Rootsikalo, izay miangaly ny mozika reggae, no niharan’ny fandrobana tetsy Tsaralalàna. “Telo lahy no nifanehatra tamiko ary tsy nisy resaka azo natao fa avy hatrany dia nidaroka izy ireo. Naratra mafy aho no sady very fananana”, hoy ny fanazavan’i Todisoa. Vao avy nanao fampisehoan’ny faran’ny herinandro izy ary tokony ho tamin’ny efatra ora sy fahatelony maraina no nitrangan’izany herisetra nianjady taminy izany. Tamin’ny tambajotra sosialy facebook no namborahan’i Todisoa ny alahelony  tamin’ireo namany sy mpankafy ny tarika tarihiny : “(…) marary ny firenena ary manentana ny tsirairay aho mba ho mailo tanteraka amin’izao fotoana izao (…) isaorana ny ao ambony fa mba tsy maty fo aman’aina aho (…) izahay dia mba miezaka ny hivelona avy amin’ny alàlan’ny fivarotana ny talentanay ary miady mafy amin’izany saingy etsy andanin’izay dia misy olona izay te-hanambola nefa tsy miasa saina (…) mila mandray andraikitra hentitra ny governemanta manoloana ny tsy fandriam-pahalemana”, hoy izy naneho ny heviny sy ny alahelony. Isan’ny olona tsy matahotra mandeha alina ny rastaman satria izy ireny dia malaza fa mahay mifandray amin’ny sarangan’olona rehetra no sady tsy mpila vaniny ary koa mahay manindry fo. Tsy izany intsony anefa no mitranga manoloana ny jiolahy izay efa tsy mifidy arapaka intsony eto an-drenivohitra. Daroka tsy nisy antra mba nahazoana izay kely teny aminy. Maty tanteraka ny fiainana amin’ny alina eto an-drenivohitra, na ny artista aza miady mafy amin’ny ainy rehefa hanao fampisehoana…

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Andoharanofotsy : Sinoa voarahona ho faty, 4 tapitrisa ariary sy vola 1000 euros lasan’ny jiolahy

Ny alin’ny sabotsy hifoha alahady lasa teo, tokantranon’ny sinoa iray no lasibatry ny asan-jiolahy, teny amin’iny faritra Andoharanofotsy iny. Lasan’ireo olon-dratsy tamin’izany ny vola gasy sy vahiny mitentina eo amin’ny valo tapitrisa ariary teo ho eo, ambonin’ny firavaka volamena maro sy ny entana lafo vidy tao amin’ity tokantrano ity. Tsy vitan’izay anefa fa mbola voarahona ho faty ihany ilay sinoa ka tsy afaka nanao na inona na inona. Tokony ho tamin’ny 2 ora maraina tany ho any no niditra nanao amboletra tao amin’ity tanàna iray, tao Belambanana Andoharanofotsy ity, ny jiolahy telo, nirongo basy PA. Tsy nisaron-tava ireto olon-dratsy ireto araka ny fantatra avy tamin’ireo zandary nanao ny famotorana. Vao tafiditra izy ireo dia nandrahona avy hatrany an’ilay sinoa. Sendra ny be noho ny vitsy ary matahotra ny ainy ihany koa ity farany ka tsy nahasahy nihetsika sy niantso vonjy. Nanao izay danin’ny kibony araka izany ireo olon-dratsy, nibata izay zakany tao amin’ilay tokantrano, eny fa na hatramin’ireo fitaovana sarotsarotra bataina toy fahitalavitra lehibe iray. Nangonin’izy ireo tsy nananany antra ihany koa ireo fitaovana eletronika lafovidy, toy ny finday avolenta miisa telo, Ipad miisa dimy ary ny firavaka volamena maromaro. Noteren’izy ireo hamoaka ny vola rehetra tao an-trano ihany ilay sinoa, izay nanaiky tsy fidiny ny baikon’ireto olon-dratsy. Lasan’ireto farany tamin’izany ny vola gasy mitentina eo amin’ny efatra tapitrisa ariary teo ho eo, niampy vola vahiny, 1000 euros. Nitsoaka avy hatrany ireto farany rehefa azony izany nilainy. Tamin’izay vao afaka niantso vonjy sy nampandre ny zandary teny an-toerana ity sinoa voatafika ity. Efa nisy ny fanarahan-dia sy ny fanaovana sahavao ireo olon-dratsy, saingy nadio tanteraka ny rano nitàn’izy ireo, maizin-kitroka rahateo ny alina. Na izany na tsy izany dia efa mandeha avokoa ny fikaroham-baovao mahakasika ireto olon-dratsy ireto ataon’ireo zandary ao Andoharanofotsy.

m.L