Les actualités Malgaches du Jeudi 28 Février 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara58 partages

Hiajaniaina Michel dit « Jajah » : Candidat proposé par TIM à Mahajanga

Hiajaniaina Michel dit « Jajah » le candidat proposé par le TIM à Mahajanga.

Avec la tenue des législatives, des noms commencent à se faire entendre. Ce fut notamment le cas de Raharison Hiajaniaina Michel dit « Jajah ». Ce candidat serait la tête de liste TIM K 25 de Mahajanga I.  Il a été proposé par la base TIM K25 Mahajanga. Une candidature qui a été approuvée par Marc Ravalomanana.  Toujours est-il qu’il a soutenu le fondateur de l’empire Tiko lors  du  2éme tour.  Jajah est une personnalité bien connue à Mahajanga. Il est également populaire dans la cité des fleurs. Ce candidat est aussi connu pour son esprit rassembleur, chrétien, humble et sociable. Des qualités qui semblent gênées ceux qui aspirent  à être le premier magistrat de la ville de Mahajanga.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara6 partages

JIRAMA : Menace de grève de l’Intersyndicat dans 48 heures

Le dialogue social entre les dirigeants et l’Intersyndicat de la JIRAMA est rompu. Les membres de cet Intersyndicat ont décidé de passer  à une autre étape.

« Nous allons déposer un dossier auprès de l’Inspection du Travail pour confirmer que toutes les étapes ont été respectées.  Ainsi, nous allons entamer une grève dans les 48 heures », a déclaré Anmora Ratovomanarivo, un représentant de cet Inter-syndicat lors d’une conférence de presse hier devant le siège de la JIRAMA à Ambohijatovo ambony. En fait, « nous avions prévu de faire une grève en décembre dernier. Mais nous avons  suspendu notre mouvement pour que les élections se déroulent bien. Maintenant, le nouveau régime est bien installé.  Nous allons renforcer notre mobilisation.  En effet, de nombreuses irrégularités ont été constatées. Le Directeur général de cette société n’a pas, notamment, respecté la loi en vigueur étant donné qu’un délégué syndical a été renvoyé, mais la décision a été  refusée par l’inspection du travail. Cet agent n’a pas repris ses fonctions malgré cela. L’affaire est maintenant au niveau du tribunal. En tout, il y a quatre délégués syndicaux licenciés », a-t-il rappelé.  

Démission du Directeur général. Et parlant de la gestion de la JIRAMA, « cela fait si longtemps que nous réclamons la révision de tous les contrats de la JIRAMA avec ses fournisseurs. Les dirigeants actuels ne l’ont pas fait jusqu’à maintenant. C’est la raison pour laquelle, nous demandons  la démission du Directeur général de la société car il est impliqué dans la conclusion de nouveaux contrats avec des fournisseurs. Cela ne contribue pas à la réalisation du « Velirano » prôné par le Président de la République. Peu importe  le nom de son remplaçant. Nous suggérons  également la révision de la Loi 98 032 qui est à l’origine de ce déficit de l’entreprise. En plus,nous sommes  entièrement d’accord  avec le  fait  que la JIRAMA importe directement des carburants servant à faire fonctionner ses centrales thermiques », a évoqué Haja Maminirina, un autre représentant de l’Inter-syndicat.

Frais fixes de 262 000 USD. L’Intersyndicat de la JIRAMA a cité, entre autres, les contrats réalisés avec un opérateur turc pour l’exploitation des centrales de la JIRAMA à Mahajanga, Antsirabe et à Toamasina.  « A Mahajanga, la JIRAMA doit payer des frais fixes de 262 000 USD par mois avant de payer l’achat des carburants et de l’énergie auprès de son fournisseur. Cependant,  le groupe appartient  à la JIRAMA. C’est inacceptable », a conclu Anmora Ratovomanarivo.  Face à toutes ces déclarations de l’Intersyndicat, nous avons approché  la direction générale, mais nous n’avons pu obtenir  sa version.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Projet d’exploitation d’ilménite : Un appel au Président à rompre le contrat avec Base Toliara

Les organismes internationaux œuvrant pour la protection de l’environnement doivent également intervenir, selon Théo Rakotovao, le président de l’association MAZOTO.

« On n’a pas été écouté par l’ancien régime. Maintenant, il y a un nouveau dirigeant à Madagascar. Nous relançons nos revendications en appelant le Président Andry Rajoelina à rompre le contrat avec Base Toliara qui va mener un projet d’exploitation d’ilménite sur une superficie de 407km² dans la région Atsimo Andrefana. C’est un contrat conclu avec l’ancien régime ». Théo Rakotovao, le président de l’association MAZOTO, qui plus est, le natif de la région, lors d’une conférence de presse hier. En effet, « on n’accepte pas que les communautés locales seront dépourvues de leur terre. Une partie de la Forêt Mikea sera également détruite alors qu’il y a des hommes qui y vivent. Une forêt de baobab et une aire protégée gérée par Madagascar National Parks, y seront également touchées. Les organismes internationaux œuvrant pour la protection de l’environnement comme le WWF, doivent ainsi s’opposer à ce projet d’exploitation minière », a-t-il rajouté.

Inadmissible. « Si ce sont des simples paysans qui pratiquent la déforestation, on les sanctionne car ils détruisent l’environnement, mais quand c’est une firme multinationale qui va ravager une forêt avec un engin, tous ces organismes internationaux se taisent. C’est inadmissible », d’après toujours les explications de ce président de l’association MAZOTO. Notons que des représentants des communautés locales sont venus assister à cette conférence de presse pour se faire entendre leurs doléances auprès des autorités compétentes. « Ils vont demander une audience auprès du ministre en charge des Mines et des Ressources Stratégiques », selon leurs dires. Georges Ratovo, le président de l’association « Zanadriake » dans la commune rurale de Toliara I a témoigné que la mise en place prochaine d’une jetée sur la plage d’Andaboy, ne permet plus aux pêcheurs locaux d’y pratiquer leurs activités. Cependant, une telle infrastructure contribue au contraire à attirer des poissons vers la zone, d’après un technicien spécialisé en matière de pêche.

Permis environnemental. Quant à Benetsy, président d’une association paysanne dans la commune rurale d’Ankilimalinike, Toliara II, il se plaint que leurs activités agricoles seront détruites à cause de ce projet. Par contre, « des membres de nos communautés ont demandé des emplois auprès de Base Toliara et y travaillent faute de moyens de survie», a-t-il enchaîné. Il faut savoir également que le projet d’exploitation d’ilménite n’a pas encore démarré. La compagnie minière a déjà eu son permis environnemental et son permis d’exploitation. Elle entame en ce moment le recrutement et la formation des employés locaux pour la phase de construction des infrastructures. Dans la foulée, « on veut notre terre à nous. On ne va pas du tout accepter que des étrangers viennent chez nous pour nous expulser de notre terre. On va les combattre. Et même si c’est Jésus Christ qui vient nous débarrasser de notre terre, on va l’empêcher », persiste et signe Théo Rakotovao.

Navalona R.

Midi Madagasikara1 partages

Vagabondage et mendicité : Des faits courants et sanctionnés mais irrésolus !

Outre les migrations, les problèmes relatifs au « vagabondage » et à la « mendicité » – pour reprendre les termes du Code Pénal malgache – ne sont ni discutés ni résolus depuis toujours. Et pourtant, ce sont des faits habituels dont l’ampleur est connue de tous.

« La Réunion kely ». Les articles 269 à 273 du Code pénal prévoient le vagabondage et le qualifie de délit. «Les vagabonds ou gens sans aveu sont ceux qui n’ont ni domicile certain, ni moyens de subsistance et qui n’exercent habituellement ni métier ou profession. Sont considérés comme gens sans aveu tous les individus qui, soit qu’ils aient ou non un domicile certain ne tirent habituellement leur subsistance que du fait de pratiquer ou de faciliter sur la voie publique l’exercice des jeux illicites », précise l’article 270. D’après la première phrase de cet article, force est de constater que les gens de « La Réunion kely » sont des vagabonds dans la mesure où ils n’ont ni domicile (pas d’adresse), et ils n’ont pas d’activités lucratives ou de moyens de subsistance. Et ces familles sont loin d’être des cas isolés.

Jeux illicites. A côté, la deuxième phrase du même article qualifie de « gens sans aveu » ceux qui subsistent grâce à « des jeux illicites ». Si nous restons au cœur de la capitale, à Ambohijatovo par exemple, il y a des groupements d’individus qui, soi-disant, font des tours de magie mais qui, en réalité, soutirent de l’argent à ceux qui passent et qui sont intéressés par leur supercherie. Mais encore faut-il rappeler que le code pénal malgache ne définit pas ce qu’il qualifie de « jeux illicites » et aucun texte complémentaire y afférent n’est disponible.

Légalement déclarés. L’article 271 indique que « les vagabonds ou gens sans aveu qui auront été légalement déclarés tels seront, pour ce seul fait, punis de trois à six mois d’emprisonnement ». Sauf erreur de notre part, aucun vagabond ou sans aveu n’a été légalement déclaré jusqu’ici. En plus, force est de se poser la question selon laquelle l’emprisonnement serait-il la meilleure option trouvée par le législateur, dans la mesure où à l’issue des trois à six mois, ces « vagabonds » ou « gens sans aveu » n’auront d’autres choses à faire que de reprendre leurs activités « habituelles » tant que des solutions alternatives ne sont pas conçues.

Dépôt de mendicité. En ce qui concerne la mendicité, aucune définition n’est donnée par le code pénal (articles 274 à 276). Par contre, l’article 274 parle d’un « dépôt de mendicité » qu’est, généralement et stricto sensu, « un établissement de réclusion des mendiants ». Là encore, et sauf erreur de notre part, il n’y a aucun dépôt de mendicité à Madagascar. C’est prévu par le code pénal mais il n’y a aucune précision. De surcroît, l’effectivité (le fonctionnement, l’attribution ou encore les infrastructures y afférentes) reste abstraite jusqu’à maintenant. L’article 275 dispose que « les mendiants valides seront punis d’un mois à trois mois d’emprisonnement ». Sans aucune autre précision, quels sont les critères qui permettent de qualifier telle personne, et d’un, de mendiant, et de deux, de « mendiant valide » ?

Alternatives. Faut-il rappeler que le code pénal date des années 60 et a été modifié ou complété ultérieurement par d’autres textes. Mais surtout, le droit français, comme les autres textes d’ailleurs, a été la principale inspiration. Il faudrait, de ce fait, revoir, quelques dispositions qui ne e sont plus conformes aux réalités actuelles. Et ce n’est pas tout. Concernant le vagabondage et la mendicité en particulier, l’Etat devrait voir de près ces faits à travers la promotion et la garantie de l’éducation et, surtout, la création d’emplois car l’emprisonnement ne pourrait pas résoudre ce problème. Les maisons d’arrêt sont surpeuplées, certes, mais tant qu’il n’il n’y a pas de solutions alternatives disponibles, « la récidive » sera au rendez-vous.

Aina Bovel

Midi Madagasikara1 partages

Technologies digitales : Ouverture solennelle de l’Ecole numérique 2018-2019 à Bemasoandro Itaosy

Remise de tablettes et de vidéoprojecteurs aux collégiens de 3e du CEG Bemasoandro Itaosy.

Des tablettes et des vidéoprojecteurs ont été attribués aux 265 collégiens de la classe de 3e du CEG Bemasoandro Itaosy. C’était lors de l’ouverture solennelle de la saison 2018-2019 de l’Ecole numérique. En effet, ce projet qui consiste à inclure le développement numérique dans l’enseignement technique et la formation professionnelle, entre dans le cadre du Programme de développement du président de la République, selon les autorités présentes à la cérémonie. D’après leurs explications, l’idée est de faciliter l’acquisition de connaissances par les collégiens. A noter que l’école numérique a été lancée en 2014. Grâce à cette initiative, les responsables ont constaté une baisse du taux d’abandon dans le cursus scolaire à Madagascar. En même temps, le taux de réussite aux examens officiels s’est également amélioré. De ce fait, la poursuite du projet a été convenue avec la Fondation Orange Madagascar. 27 écoles seront bénéficiaires du projet pour l’année scolaire 2018-2019, à commencer par le CEG Bemasoandro Itaosy.

Inclusif. Outre la Région Analamanga, les écoles des autres régions bénéficieront également de ces tablettes et vidéoprojecteurs, pour que les collégiens dans tout le pays puissent bénéficier de l’école numérique, selon les promoteurs du projet. Ils ont déjà cité les régions Vakinankaratra, Bongolava, Amoron’i Mania, Haute Matsiatra, Sofia, Boeny, etc. Pour la fondation Orange, cela fait déjà 30 ans qu’elle œuvre dans la promotion de l’éducation dans 30 pays d’Afrique. Pour Madagascar, le CEG Bemasoandro Itaosy et la 87e école bénéficiaire du projet. Depuis 2014, 44.000 collégiens de l’école primaire et secondaire ont déjà bénéficié des tablettes et vidéoprojecteurs.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Trafic de bois de rose : Un autre opérateur économique dans le collimateur

Les arrestations portant sur l’exportation illicite des bois de rose vont continuer. C’est ce qu’a d’ailleurs annoncé le ministre de la Justice Jacques Randrianasolo, avant-hier. De source informée, il y en a ceux qui espèrent y  échapper, étant donné qu’ils ont perdu leurs proches dus aux actes de gens malintentionnés. Selon notre source, il ne faudrait pas faire un amalgame entre ces deux cas qui sont distinctement différents. Il y avait ceux qui ont été arrêtés pour  trafic de bois de rose mais d’autres circulent encore librement même si leurs noms figuraient dans des listes de ceux qui ont participé à cet acte condamné par la loi.

Enquête. La même source de préciser que cet opérateur économique aurait dû s’acquitter de ce qu’il devrait régler vis-à-vis de ces partenaires à Antalaha, Mananara et Sambava. Ce qu’il n’a pas fait. Il pense par ailleurs se présenter aux prochaines législatives pour pouvoir bénéficier, dit-on, de l’immunité parlementaire. Même s’il s’est présenté auparavant mais il n’a pas été élu. Ceux qui s’opposent à cet opérateur économique estiment ainsi qu’une enquête devrait être menée à l’endroit de ce dernier.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Liste unique des députés pro-régime : Accouchement difficile

D’après les indiscrétions, les noms des candidats du régime devraient être connus d’ici à la fin de cette semaine.

Est-il nécessaire d’organiser une primaire ? C’est la question que se posent les partisans du régime à propos du choix des candidats qui vont représenter l’ARMADA lors des élections législatives. En effet, 48h après le coup d’envoi du dépôt de candidatures pour le scrutin du 27 mai prochain, les partis pro-pouvoir n’ont pas encore réussi à trouver un terrain d’entente en ce qui concerne leur souhait de présenter une liste unique lors de cette échéance électorale. Depuis la semaine dernière, les cadres des partis regroupés au sein de l’ARMADA ont multiplié les réunions. Les tractations se succèdent mais pour l’heure, aucune liste n’a été présentée au grand public. Aucune confirmation de candidature n’a également été effectuée auprès des Organes de Vérification et d’Enregistrement des Candidatures (OVEC). Apparemment, la formation d’une liste unique est confrontée à un accouchement difficile pour ce qui est des partis et associations pro-régime. Rien qu’au niveau du MAPAR-TGV et les associations ayant soutenu Andry Rajoelina lors de l’élection présidentielle, le choix est difficile. Tout le monde prétend être en droit de réclamer une place de député en guise de récompense à sa participation à la campagne électorale. Trouver un consensus n’est pas non plus une mince à faire notamment entre les partisans du « Tanora malaGasy Vonona » et les anciennes figures du « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » qui ont retourné leur veste pour rejoindre le TGV en marche juste avant la Présidentielle.

Consensus. D’après les indiscrétions, ce problème existe dans plusieurs circonscriptions électorales, même au niveau des six arrondissements de la capitale et dans l’Atsimondrano. Cette situation provoque une certaine frustration au niveau de certains partisans du clan « Volomboasary » actuellement. Plusieurs candidats potentiels menaceraient même de se porter candidat sous une liste indépendante au cas où l’organe dirigeant du parti ne validerait pas leur candidature et déciderait de présenter un autre candidat.  On a appris en tout cas que les noms des candidats du régime au niveau des 151 circonscriptions électorales seront connus cette semaine. Il convient également de noter que le dernier mot revient aux chefs des partis membres de l’ARMADA et aux Secrétaires nationaux du MAPAR/TGV. Contrairement aux allégations véhiculées par les détracteurs du régime, aucune corruption ni achat de place n’est possible car chaque candidature doit être avalisée par tous ces responsables. Pour sa part, le président Andry Rajoelina devrait aussi, quant à lui trancher pour les circonscriptions où les chefs des partis ne parviennent pas à trouver un consensus pour le choix des candidats.

Davis R

Midi Madagasikara1 partages

C’est une ligne de conduite claire qui a été définie par le nouveau régime qui n’a pas l’intentio...

C’est une ligne de conduite claire qui a été définie par le nouveau régime qui n’a pas l’intention d’en dévier. Il ne peut  pas en être autrement après les déclarations faites lors de la campagne présidentielle. Les  mesures prises depuis  plus d’un mois sont sévères et elles ont  le mérite de la rigueur. C’est une véritable rupture avec le passé qui a été adoptée et  il n’est plus question de revenir en arrière. Pour le pouvoir, c’est une question de crédibilité. L’opinion  lui donne crédit de sa volonté de changement et c’est à lui de ne pas céder devant les pressions qui pourraient s’exercer.

La  nécessité pour le régime de tenir sa ligne de conduite

 La gestion des affaires de l’Etat n’est pas facile. Le nouveau régime s’en aperçoit maintenant. Ce dernier veut aller vite et impose des règles draconiennes, mais justifiées. Il n’entend pas fléchir dans sa volonté de respecter les engagements qu’il a pris envers le peuple. Comme nous le disions dans nos précédentes chroniques, il est en train de mettre un terme à des pratiques qui ont eu cours durant de nombreuses années. L’instauration  d’une certaine discipline et la  lutte contre la corruption dérangent des privilèges que l’on tolérait. Les poursuites ont été engagées contre  ceux  qui ont des dossiers très lourds. Les arrestations ont  été spectaculaires et ont  frappé l’opinion. L’assurance a été donnée que ce n’était qu’un début et qu’il n’y aurait aucune impunité. Les citoyens espèrent que les auteurs de délits et d’enrichissements illicites, de quelque bord qu’ils soient, subiront les foudres de la Justice.  La lutte contre la corruption est engagée à tous les échelons et les déclarations faites en conseil des ministres vont dans ce sens. Les réactions des syndicats de police qui ont manifesté leur refus d’appliquer les  directives de leur ministre de tutelle sont symptomatiques et montrent qu’il n’est pas facile de changer des habitudes installées  depuis longtemps. Le nouveau pouvoir s’aperçoit qu’il devra batailler ferme pour arriver à ses  fins.

Patrice RABE

Midi Madagasikara1 partages

IEP Madagascar : Une conversation diplomatique avec Patrick Rajoelina demain

La « conversation diplomatique » promet !

L’Institut des Etudes Politiques (IEP) accueillera le conseiller diplomatique Patrick Rajoelina, demain à 14 heures à l’IEP Ampandrana. Il s’agira d’une « conversation diplomatique » axée sur le thème « Les opportunités de Madagascar face à la nouvelle Trilatérale (USA, Russie et Chine) ». Un thème qui trouve toute son opportunité en cette période où, à Madagascar, l’émergence est devenue le mot d’ordre, où les différents accords de partenariats avec les partenaires traditionnels sont remis en cause et où l’ouverture à l’Asie serait irréversible.

Recueillis par Aina Bovel

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Manifestation des étudiants à Vontovorona pour multiples raisons.

Grève estudiantine : Les étudiants dans les universités publiques à Madagascar en font presque chaque année qui engendre des retards au niveau de l’année universitaire voir une année blanche. Souvent les causes des grèves sont les bourses non-payées. A Vontovorona, c’est l’énième grève des étudiants de l’Université Polytechnique qui se tient depuis quelques jours.
Les étudiants revendiquent la réhabilitation des zones pédagogiques, leurs cités plus les WC et les douches. Les étudiants d’affirmer, qu’ils vivent complètement dans l’insalubrité. En outre, les futurs polytechniciens demandent à ce qu’on leur offre une connexion disponible pour tout le monde. Ils demandent également à ce que l’Etat revoit le montant de la bourse avec la cherté de la vie. Enfin, ils veulent également que les loyers soient baissés.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Manifestation des étudiants à Vontovorona pour de multiples raisons.

Grève estudiantine : Les étudiants dans les universités publiques à Madagascar en font presque chaque année qui engendre des retards au niveau de l’année universitaire voir une année blanche. Souvent les causes des grèves sont les bourses non-payées. A Vontovorona, c’est l’énième grève des étudiants de l’Université Polytechnique qui se tient depuis quelques jours.
Les étudiants revendiquent la réhabilitation des zones pédagogiques, leurs cités ainsi que les toilettes et les douches. Les étudiants d’affirmer, qu’ils vivent complètement dans l’insalubrité. En outre, les futurs polytechniciens demandent à ce qu’on leur offre une connexion disponible pour tout le monde. Ils demandent également à ce que l’Etat revoit le montant de la bourse avec la cherté de la vie. Enfin, ils veulent également que les loyers soient baissés.
Madaplus.info0 partages

Agence de voyages malagasy Lemuria Tours

Lemuria Tours, une équipe de professionnels à votre service.
Adresse:
5 rue dupont des loges
75007 Paris.
Horaires : Ouvert le lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 9h30 à 19h00
Ouvert le samedi de 10h00 à 17h00
Madaplus.info0 partages

Voyagez autrement, une expérience unique avec Lemuria Tours

Lemuria Tours, une équipe de professionnels à votre service.


Adresse: 5 rue dupont des loges 75007 Paris.
Horaires : Ouvert le lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 9h30 à 19h00
Ouvert le samedi de 10h00 à 17h00
01 88 32 73 39
Madaplus.info0 partages

Madagascar: Voyagez autrement, une expérience unique avec Lemuria Tours

Lemuria Tours, une équipe de professionnels à votre service.


Adresse: 5 rue dupont des loges 75007 Paris.
Horaires : Ouvert le lundi, mardi, mercredi, jeudi, vendredi de 9h30 à 19h00
Ouvert le samedi de 10h00 à 17h00
01 88 32 73 39
La Vérité0 partages

Bourses d’études universitaires - Le calendrier de paiement doit être invariable

Les cris de détresse des étudiants de l’Ecole Supérieure à Vontovorona ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd. A preuve, lors du Conseil des ministres avant-hier, le Président Andry Rajoelina a été ferme quant à la résolution des problèmes estudiantins. Il a été décidé de mettre en place un  calendrier de paiement des bourses d’études et il doit être inchangeable. « Un retard de paiement des bourses d’études est annuellement enregistré. Les dates de paiement ne sont jamais fixées et elles ne correspondent même pas au nombre des mois d’études.  En 2015, 5 mois de bourses ont  été alloués en un seul paiement et cela après 7 mois de cours universitaires. Or cette année universitaire 2018- 2019, les sommes s’alignant aux 4 derniers mois ont  été réparties en deux parties », explique  un étudiant en Master à l’université d’Antananarivo.

En effet, l’une des revendications des manifestants de Vontovorona se porte sur la régularisation du paiement de leurs bourses d’études universitaires. Leur situation se résume aux arriérés. La décision  dudit conseil a révélé  que le paiement de deux mois d’arriérés réclamés devrait se faire dans les meilleurs délais. « Les étudiants qui n’ont  pas perçu leur part représentent    les  retardataires. Leur  paiement se fait ainsi dans le cadre de la deuxième  vague »,   souligne Madeleine Félicitée Rejo-Fienena, numéro un du  ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique lors d’un point de presse hier. En ce qui concerne l’exigence  des étudiants de l’Ecole Supérieure Polytechnique  d’Antananarivo (ESPA)  sur la révision à la hausse des bourses à 100%, le ministre a réitéré l’impossibilité de  cette demande. La prise d’une telle décision implique différentes entités ministérielles. D’autant plus que ce ne sont pas seulement les universitaires de l’ESPA  qui en sont bénéficiaires mais aussi tous ceux qui sont inscrits au sein des établisements publics au niveau de la  Grande   île.

Vers la résolution du problème de  cité universitaire

Des dispositions claires et limpides doivent être adoptées par le responsable du Centre Régional des Œuvres Universitaires d'Antananarivo (CROUA) de Vontovorona avec le ministère en charge afin de résoudre les problèmes des étudiants. A cela se définit le communiqué résultant du Conseil des ministres devant la requête des futurs ingénieurs. En outre, cette gestionnaire interne des habitations au sein du campus universitaire doit trouver un  terrain d’entente avec les étudiants. Huit personnes occupant une seule chambre demeurent inacceptables avance Madeleine Félicitée Rejo-Fienena. L’équitabilité au niveau de la répartition des box constitue ainsi un engagement à long terme du régime actuel.

En outre, le respect de la franchise universitaire a été évoqué et les étudiants devraient s’y plier aussi afin d’éviter une connotation politique du mouvement estudiantin.  

K.R.

La Vérité0 partages

Détournement à la Croix-Rouge de Madagascar - Trois personnes placées sous mandat de dépôt

L’affaire de détournement à la Croix - Rouge de Madagascar est loin d’être estompée. L’enquête continue dans la plus discrétion et donne pour l’instant des résultats probants. La dernière évolution en date concerne le placement sous mandat de dépôt à Antanimora hier de trois personnes. Elles ont été présentées au parquet du Pôle Anti-Corruption (PAC) après l’audition au BIANCO et sont accusées d’abus de fonction, détournement de fonds, faux en écriture de banque et de commerce. Mais également de faux et favoritisme dans le cadre de l’attribution des marchés dans la zone d’intervention de Morondava en 2016 et 2017. De ces infractions de ses trois employés, la Croix-Rouge a subi un préjudice de 145 millions d’ariary.

Avec l’incarcération de ces trois personnes, cinq employés de la Croix- Rouge Malagasy se trouvent actuellement à la prison d’Antanimora. Le secrétaire général et un comptable ont été les premiers à prendre la direction de la prison au mois de septembre de l’année dernière suivis ainsi depuis hier par leurs trois collaborateurs, deux simples employés et un chef de projet.

A noter que dans cette affaire de détournement au niveau de la Croix- Rouge, le BIANCO vient de lancer la semaine dernière un avis de recherche contre deux anciens comptables qui se sont évaporés dans la nature quelques jours avant leur comparution au PAC. Sentant les portes de la prison ouvertes devant eux, Clément et Holy, puisqu’il s’agit d’eux, ont préféré prendre la poudre d’escampette. Apparemment, ils ont eu raison étant donné que leurs compagnons présentés avec eux au BIANCO sont tous emprisonnés.

A titre de rappel, cette vague d’arrestations et d’incarcérations fait suite à la dénonciation pour malversations de la Croix-Rouge Norvégienne et se rapportant à l’utilisation des fonds destinés à la réalisation de plusieurs projets humanitaires gérés par la Croix- Rouge Malagasy (CRM).

Franck Rajoelina

La Vérité0 partages

Abus et corruption - La technologie pour porter plainte contre la Gendarmerie

Depuis plusieurs années, l'image de la Gendarmerie a toujours été souillée, notamment à cause de la corruption et abus de pouvoir qui y règnent. Plusieurs études crédibles ont d'ailleurs montré, et ce malheureusement malgré les efforts déjà entrepris, que la Gendarmerie est une institution très corrompue. Plusieurs artistes de journal pointent même du doigt les « dégâts » déjà réalisés par les membres de cette institution qui est toujours disponible sur internet. Et ce ne sont pas les cas récents qui manquent. Au mois de janvier, une vidéo d'un gendarme giflant un individu dont sa moto a été contrôlée sur une route de la Capitale a fait le tour d'internet. Un abus à première vue sans savoir ce qui s'est vraiment passé.

D'ailleurs, un membre des Forces de l'ordre n'a en aucun cas le droit de donner un coup de baffe à quiconque publiquement, peu importe son état ou la conversation… Et la liste est longue.  « En tout cas, en ville qu'à la campagne, les gendarmes sont des pires espèces de corrupteur passif. Certains même bâtissent des fortunes sur des rackets. Plusieurs officiers de la Gendarmerie qui ont pied sur terre dans la Capitale et ses périphériques vivent sous des toits dignes des villas hollywoodiennes. La corruption au sein de la Gendarmerie est devenue une règle parmi tant d'autres », affirme même un quotidien national.

Strict

En tout cas, la cellule de traitement et de suivi des doléances (CTSD) ayant été créée au sein de la Gendarmerie est déjà en place et opérationnelle. La structure reçoit via des numéros spéciaux et compte Facebook mis à la disposition du public, civils et gendarmes, des desiderata au sujet des agissements des gendarmes en exercice dans toute l'île. L'initiative est destinée à renforcer la lutte contre la corruption, les abus et toute autre forme d'infraction susceptible de nuire au fonctionnement et à l'image de cette institution militaire réputée être parmi les terroirs des pratiques répréhensibles et causant des douleurs sociales pour les habitants. L'anonymat et le secret total sont assurés pour les dénonciations et les signalements. Il faut seulement que les renseignements soient bien fondés. Toute personne, voulant ainsi porter plainte ou déposer leurs doléances par rapport à des actes illégaux perpétrés par des éléments de la Gendarmerie nationale pourrait à présent déposer via le réseau social facebook

« Doléances Gendarmerie », ou encore via mail « Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. », ou encore par appel téléphonique et par voie postale. A l'heure de la technologie, cette solution semble être adaptable au contexte actuel. Cependant, une transparence notamment au niveau du suivi de chaque dossier devrait être établie par la cellule pour que tout le monde puisse savoir les sanctions qui sont et seront vraiment adoptées pour chaque situation. En tout cas, l'initiative sera une occasion pour redorer l'image de la Gendarmerie dans la conscience collective à Madagascar. Elle sera aussi un moment pour renforcer la collaboration entre cette institution militaire et le public en général afin de lutter ensemble contre l'insécurité rampante dans toute l'étendue du territoire.

Recueillis par T.A.

La Vérité0 partages

Environnement - 40 000 ha à reboiser en un an !

Atteindre à tout prix le reboisement de 40 000 hectares en un an ! Lors du Conseil  des ministres qui s'est tenu jeudi dernier, le Chef d'Etat Andry Rajoelina a réitéré cette volonté de rendre Madagascar plus vert. Une décision raisonnable puisque 100 000 hectares de terrain par an sont actuellement victimes de déforestation. Au cours des soixante dernières années, la superficie de la forêt a diminué de 45%. A l'heure qu'il est, il ne reste plus que 8,6 millions d'hectares de surfaces couvertes de forêts, avec une répartition inégale des plantes. Afin de remédier à ce mal, 500 à 1000 pieds d'arbre par hectare vont être plantés cette année. Pour atteindre cet objectif, il requiert alors de mobiliser plus de six millions de personnes.  La sensibilisation s'orientera surtout vers les élèves et les militaires.

Dans ce cadre, la  campagne de reboisement pour l'année 2019-2020  débutera officiellement ce samedi, à Analameva-Antsirinala. Une zone dans laquelle la société Fanalamanga exécute sa mission. D'ailleurs, la Région la plus concernée par ce reboisement est concentrée dans la Région  Sofia, Menabe, mais aussi le côté Est de l'île  surtout en Haute  Matsiatra. Pour cette campagne, le thème s'intitule « Madagascar couvert de forêts ». L'Etat ne se contentera pas seulement de planter mais  aussi d'assurer le suivi et la préservation  des forêts. Le  Président Andry Rajoelina lance donc un appel à tous les Malagasy sans exception pour participer grandement  à ce projet.

Le Gouvernement a d'ailleurs octroyé une somme de 2,5 milliards d'ariary au ministère de l'Environnement et du  Développement durable pour lutter contre les feux de brousse et  mettre en place le « label vert ». Une politique de sécurisation foncière sera également adoptée afin de mieux exploiter la terre  et ses ressources.  

Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Evènements économiques - Ouverture du bal par Asia-Enjoy Madagascar

Le premier salon de l'année. Ce mois de mars marquera l'ouverture de la saison 2019 des différents évènements économiques et commerciaux dans la Capitale. De ce fait, ce sera donc la quatrième édition de l'Asia-Enjoy Madagascar qui ouvrera le bal cette année. Effectivement, cet évènement débutera à la fin de ce mois-ci. Et comme dans les éditions précédentes, le salon englobera plusieurs thèmes tels que la mode avec sa « Fashion Week », le tourisme mais aussi le sport, sans oublier les espaces « Bien-être » et « Mariage ». Outre cela, la grande particularité de cet évènement est la présence des pays asiatiques. Et pour cette année, les visiteurs seront bien servis.

« Nous avons constaté une forte hausse de l'enthousiasme des pays de l'Asie. Pour cette quatrième édition, presque la moité des participants sont nouveaux, y compris les pays. En tout, dix huit pays à l'exemple de la Birmanie, de la Thaïlande ou encore du Pakistan, viendront s'exposer à la Zone Forello Expo sise à Tanjombato » a expliqué Michel D. Ramiaramanana, président du comité d'organisation de l'évènement lors du lancement officiel au mois de janvier dernier, au Louvre Antaninarenina.

Outre le volet commercial, les organisateurs veulent également appuyer les petites et moyennes entreprises (PME) dans la recherche de partenaires et de nouveaux collaborateurs. Toute une série de PME sera alors présente sur les lieux pour lier des relations avec les différents participants, plus spécialement avec les opérateurs étrangers. L'idée est d'étendre leurs activités à l'international.  Ce sera aussi une occasion pour le domaine du sport de se mettre en avant. Il ne faut pas oublier que les Jeux des îles de l'océan Indien se dérouleront cette année à Maurice.

Le plus long

Outre cette grande ouverture de l'année, cette édition d'Asia-Enjoy Madagascar sera également le premier salon le plus long de l'histoire de la Grande île. Il durera notamment neuf jours, à compter du 30 mars prochain jusqu'au 07 avril. « Ce choix résulte particulièrement de la demande des participants. Depuis toujours, nos évènements durent quatre jours. Toutefois, pour les entreprises et les participants venant d'Asie, cette durée est trop courte. Se déplacer pour un si court laps de temps serait ainsi une perte. Donc, nous avons décidé de rallonger notre évènement  pour leur permettre d'y participer pleinement », justifie le comité d'organisation de l'évènement. Un rallongement pour le plus grand plaisir du grand public, surtout que les tarifs restent inchangés. En tout cas, les invitations en ligne sont déjà disponibles depuis le 15 février dernier pour ceux qui auront la flemme d'en récupérer auprès des partenaires de l'évènement.

Rova Randria

La Vérité0 partages

Enième débordement

Les étudiants de l'Ecole supérieure polytechnique d'Antananarivo (ESPA) de Vontovorona bloquèrent la route reliant cette localité à d'autres dont la Capitale ce lundi 25 février. Pour cause, la révision à la hausse du frais de loyer de leurs logements. Du coup, les travailleurs et les élèves devant rejoindre leur travail ont été injustement empêchés. Prise en otage, pour la énième fois par le caprice de ces « princes délurés », la population se sent impuissante. Leur esprit dévergondé les amène à des conduites souvent irresponsables voire osées, eux que l'on considère  des « futures élites » de la Nation. Et la situation dégénère.

Jusqu'à quand ces étudiants « gâtés » iraient-ils mener en bateau le peuple, tout simplement, pour le plaisir de leur saute d'humeur ? Jusqu'où prendraient-ils en otage la vie des autres ? Certes, les étudiants avaient beaucoup contribué à l'aboutissement des différents mouvements de contestations populaires ayant permis à déloger certains dirigeants se croyant indéboulonnables. Des tout puissants Philibert Tsiranana, Didier Ratsiraka ou Marc Ravalomanana ont payé de leur trône grâce aux participations actives et déterminées des étudiants. Sous d'autres cieux, les contestations estudiantines finissaient souvent par la chute de grands Chefs d'Etat. En France, le mouvement des étudiants en mai 68 parvint à chasser du pouvoir le légendaire Général de Gaule. Un héros national de la guerre que la France devait, à tout moment, rendre hommage.

Mais est-ce une raison majeure et suffisante pour bloquer le processus de la vie quotidienne des autres, à chaque fois que les petits intérêts soient, semble-t-il, menacés ! Quel est ce malin plaisir de prendre en otage la vie des concitoyens dès qu'on touche le moindre avantage ? Les divers avantages que nos petits princes gâtés gagnent sur le dos du peuple ne leur suffisent pas ! Logements à prix dérisoires, des bourses d'étude offertes à tous, de l'enseignement gratuit dispensé par d'éminents enseignants. Bref, d'énormes privilèges que d'autres malchanceux n'osent même pas espérer, encore moins, rêver ! En effet, les étudiants fréquentant les établissements d'enseignement supérieur privés, non seulement, ils payent des frais d'étude qui leur coûtent les yeux de la tête mais au terme de leurs études, ils ne savent même pas si leurs diplômes seraient reconnus ou non au niveau des autorités universitaires et par la Fonction publique. En tout cas, la plupart d'entre eux se font arnaquer bêtement. Parents et contribuables ont dû se plier en quatre pour pouvoir subvenir à leurs études. Or, la grande majorité de nos étudiants quittent l'université sans avoir pu finir comme il se doit leurs études, sans diplômes. Beaucoup ont épuisé, sèchement, leurs chances de redoublement ou triplement et par conséquent doivent quitter le lieu. Mais, ils continuent à squatter les logements au grand dam de nouveaux étudiants qui débarquent tous les ans.

Depuis que l'Etat décidait, par pure démagogie, d'allouer une bourse automatique à chaque étudiant que les choses se gâtent. Les bénéficiaires n'ont cessé de réclamer en sus et font preuve de mauvaise conscience. Des débordements à répétition qui, au final, font mal au pays. Notons qu'avant, les bourses n'ont été offertes qu'aux étudiants méritants (orphelins ou autres) et ce avec présentation obligatoire d'une carte d'assiduité  et de meilleurs résultats.

La Nation ne mérite plus de ce énième débordement.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Sénateur Berthin Randriamihaingo - « Nous surmontons ensemble ce contexte, en restant fidèle à nos prio...

A chaque événement d’envergure, il réagit et livre son opinion. Le sénateur Berthin Randriamihaingo analyse le contexte actuel tout en soulignant que les difficultés qui prévalent résultent d’un concours des circonstances difficiles très logique dans cette phase d’organisation du pouvoir qui précède les démarrages des programmes socioéconomiques du Président de la République. Nous entrons de plain- pied dans la phase  très sensible des grandes réformes où chaque acteur de la grande famille de la majorité présidentielle doit faire montre d’une solidarité sans faille. INTERVIEW

 

La Vérité (+): Un mois après la prise du pouvoir par le nouveau régime, on note déjà dans les réseaux sociaux une salve de critiques à son endroit. Comment expliquer cette sorte de baisse d’enthousiasme populaire ?

Berthin Randriamihaingo : «  Le nouveau pouvoir est en face d’une certaine réaction d’impatience  concernant les promesses électorales. En fait, l’opinion est lasse des promesses électorales non tenues comme c’était le cas en 2013 quand on avait parlé d’une prompte solution de trois mois  au problème de délestage d’énergie électrique. Cette opinion en désarroi ne veut plus être trahie une fois encore et devient exigeante.

Le nouveau régime promet un développement rapide des différents secteurs de la vie nationale et  l’assainissement global de l’environnement socioéconomique et les grandes réformes déjà entamées  font déjà partie de cette politique de changement. A mon avis, il manque un travail de relais efficace entre les grandes décisions étatiques et le public pour qu’il y ait une fluidité dans le va-et-vient vertical et horizontal incessant. Si l’Etat prend des grandes orientations dans ses réformes jugées basiques mais pas forcément populaires, les relais en termes de communication et en termes d’actions politiques sont des mesures d’accompagnement impératives ».

Question : Insinuez-vous un certain manquement au sommet de l’Etat ?

Berthin Randriamihaingo : « Non ! Le sommet de l’Etat a déjà lancé le PGE  pour aller vers la réalisation des chantiers, des grandes réformes sont entamées. Il revient aux institutions, aux différents départements et aux entités politiques  d’actionner les leviers de relais pour que chaque grande décision, chaque réforme, chaque étape de réalisation et chaque délai d’exécution des programmes soit comprise et accessible à l’opinion publique. Un moindre  manquement à cette logique fait émerger intempestivement des problèmes inutiles. S’il existe des problèmes quelconques dans ces différents domaines par exemple, des explications sont obligatoires à l’endroit de l’opinion publique et à temps réel. On est de plain-pied dans les grandes réformes  et travaux d’assainissement de l’environnement global mais on a tendance à croire et à faire croire que ce ne sont pas des impératifs basiques ».

Question : S’il ne s’agit pas de carence, ce sera alors une forme de lenteur dans la réactivité ?

Berthin Randriamihaingo : « Je parle plutôt d’un concours des circonstances. D’une part, il y a ces fléaux hérités de la situation antérieure qui demandent des solutions drastiques et urgentes mais il faut en même temps mettre en place et organiser le pouvoir. D’autre part, le texte fondamental exige au pouvoir, à peine installé, à faire face à l’une des plus importantes échéances électorales qui  créera qu’on le veuille ou non des remous au sein de la majorité présidentielle naissante si on ne prête pas sérieusement attention mais par contre,  une élection qu’il faut gagner pour que le régime soit à l’abri d’une instabilité dans l’avenir. Et pour envelopper ces donnes sensibles, il y a le contexte estival d’une durée de six mois qui fragilise chaque année la situation globale dans la Grande île ».

Question : Dans cette période hautement sensible comme vous dites, quel comportement à adopter par cette majorité présidentielle ?

Berthin Randriamihaingo : « Cette majorité issue d’un rassemblement conjoncturel de l’élection est soumise à l’épreuve du contexte de l’organisation du pouvoir et de la vicissitude de la période qui précède les démarrages des programmes socioéconomiques promis par  le nouveau régime .Ces périodes sont hautement sensibles car les éventuels  partenaires sont encore en phase d’observation et la population en général veut raccourcir la période de grâce  par son impatience. Chaque composant de cette grande famille politique surtout au sein des acteurs majeurs doit être conscient de la nécessité d’une solidarité sans faille pour faire réussir le programme présidentiel auquel chaque élément et chaque entité ont adhéré. En plus, avec un Président élu, on doit voir grand et en termes  des intérêts nationaux ».

Question : Néanmoins, croyez-vous en l’avenir de cette grande famille dont vous parlez ?

Berthin Randriamihaingo : « Sans aucun doute ! Malgré ces difficultés conjoncturelles, on dispose d’un ciment solide en la personne du Président de la République et ses projets de société. Je ne crois pas seulement à cette grande famille  autour du Président Rajoelina mais surtout  au changement réel que le peuple malagasy attend ».

La rédaction

La Vérité0 partages

Administration - Le recrutement des nouveaux ECD suspendu

La nouvelle est tombée à l'issue du Conseil des ministres tenu avant - hier au Palais d'Iavoloha. Parmi les décisions dudit Conseil figure la suspension du recrutement de nouveaux ECD (Employés de courte durée). Une décision qui risque fort de faire beaucoup de vagues voire déclencher une véritable tempête dans les bureaux de l'administration de l'Etat. Comme son nom l'indique, les Employés de courte durée sont, en principe, des agents appelés à effectuer une mission particulière pendant une durée déterminée. Cependant pour des raisons de népotisme ou autre, ces agents sont devenus curieusement une partie intégrante du système administratif depuis longtemps et bénéficient de renouvellement de contrat.

Quoi qu'il en soit, la raison de cette décision du Conseil des ministres est considérée comme pertinente. « Politique d'austérité oblige » soutient le communiqué de la Présidence. Une politique prônée par le Président dès son arrivée au pouvoir et qui vise à gérer de manière saine et raisonnable les fonds publics.

Ainsi, d'après ce même communiqué de la Présidence de la République, le Chef de l'Etat a « ordonné l'arrêt de recrutement des ECD afin de nettoyer la Fonction publique qui est gangrenée par les fonctionnaires fantômes aussi bien ECD que des fonctionnaires confirmés ». Sur cette lancée, l'IGE (Inspection Générale de l'Etat) va inspecter tous les organes administratifs de la Présidence,  en passant par la Primature, les ministères et tous les services publics afin d'évaluer et d'assainir la Fonction publique.

Haro sur la gabegie !

Un sureffectif des fonctionnaires est actuellement constaté après l'avènement du régime HVM. Cette période a, en réalité, ouvert la voie à toute forme de gabegie dont les nombreuses formes de laxisme au sein de l'administration. Ce qui expliquerait l'excès du nombre des agents de l'administration qui concerneraient presque tous les ministères. Qui dit sureffectif, dit aussi excès de dépense. La suspension du recrutement de nouveaux ECD devrait donc logiquement alléger les dépenses engagées par l'Etat dans le paiement de soldes ou autres indemnités. Il est donc possible qu'outre cet arrêt de recrutement, certains ECD ne soient pas confirmés à leur poste et ce après l'inspection citée plus haut. L'Etat devra alors marcher sur des œufs dans cette procédure car il est possible que la question concernant les fonctionnaires qui sont restés au statut d'employés  de courte durée pendant des dizaines d'années soit remise sur le tapis. Dans ce cas, une considération au cas par cas  est nécessaire pour gérer la frustration de certains « pré - fonctionnaires » qui ont à leur actif plusieurs années d'ancienneté en tant qu'ECD.

S.R.

Ino Vaovao0 partages

FAMBOTRIANA FIRENENA : Henjana ny sazin’ireo mpanondrana harem-pirenena tsy ara-dalàna

Henjana ny fepetra horaisina ho an’ireo izay tratra manondrana volamena amin’ny fomba tsy ara-dalàna. Araka ny fampahafantarana noentin’ny Minisitry ny Harena an-kibon’ny tany sy ny loharanon-karena stratejika nandritra ny filan-kevitra notanterahina ny alarobia lasa teo dia hampitomboina manomboka izao ny hetra alaina amin’ny fanondranana volamena amin’ny alalan’ ny famerenana ao anatin’ny ara-dàlana ireo seha-pitrandrahana sy ny fandraharahana manodidina ny volamena. Ankoatra izay hihenjana ny fitondram-panjakana amin’ny fampiharana ny sazy. 

Tsy misy fanavahana ary tsy misy fijerena tavan’olona ny fampiharana izany fa izay tratra dia mahamay avokoa. Nohamafisin’ny Filoham-pirenena, Andry Rajoelina fa atao mazava sy henjana ny sazy ampiharina amin’ ireo izay tratra manondrana an-tsokosoko ny harem-pirenena ka sady hogiazan’ny fitondram-panjakana ny entana, no hanonitra avo roa heny ny sandam-bidin’ ny entana izay tratra manao izany. Ho fanatsarana ny asa fitrandrahana volamena eto an-toerana dia hisy ny fanovana ireo andinin-dalàna mifehy ny fitrandrahana sy fanondranana volamena sy ny harena an-kibon’ny tany amin’ny ankapobeny. 

Anisan’izany ny fampitomboana ny hetra alaina amin’ny fanondranana volamena amin’ny alalan’ny famerenana ao anatin’ny ara-dalàna ireo seha-pitrandrahana sy ny fandraharahana manodidina ny volamena. Tanjona amin’ny fametrahana ity fenitra vaovao eo amin’ny seha-pitrandrahana ity ny hahafahan’ny fitondrana manana tahirim-bolamena matanjaka mba hoenti-manarina ny toekarem-pirenena sy ahafahana manao antoka amin’ireo mpampiasa ny volany eto Madagasikara na ny “garantie souveraine”.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MADAGASIKARA NOSY MAITSO : Didian’ny fitondram-panjakana n...

Tato anatin’ny taona maro nifandimby izay dia tsy mitsahatra ringana ny ala eto Madagasikara. Mitombo ny filàna hazo ampiasaina amin’ny fiainana andavanandro kanefa tsy mifanaraka amin’izay ny hazo volena. Nandritra ny Filan-kevitry ny minisitra notanterahina teny amin’ny lapam-panjakana Iavoloha ny alarobia lasa teo dia napetraky ny Filoha, Andry Rajoelina ho anisany tanjona hotratrarina ny famerenana an’i Madagasikara ho Nosy maitso. 

Faritra maro manerana ny Nosy no tsy maintsy voarakotra ala. Maro araka izany ireo politika tsy maintsy apetraka hanatrarana izany. Zanakazo miisa dimanjato ka hatramin’ ny arivo fototra no hovolena isaky ny hekitara. Hamafazana voa avokoa ireo toerana midadasika rehetra tokony hambolena hazo. Hisy ny fampiasana “drones” hamafy voa any amin’ireo toerana mideza sy saro-dalana kanefa tokony hahitana hazo maniry. Fantatra fa tsy maintsy hisy ny fampiharana teknika amin’ireo hazo vao novolena ireo mba hampatevina ny ala.

Ankoatra izay ampitomboina ny velaran-tany hovolena hazo ka Faritra miisa efatra eto Madagasikara no hatao laharam-pahamehana. Anisan’izany ny any amin’ny Faritr’ala ao anatin’ny Faritra Sofia, Menabe, Atsinanana ary Matsiatra Ambony. Ny tanim-panjakana sy ny toerana iasan’ny orinasa Fanalamanga ihany koa dia volena hazo ary hanaovana hetsika manokana handrakofana ala an’i Madagasikara, araka ny fampitam-baovao voaray. Hoentina hanampiana amin’ny fanatrarana ireo tanjona ireo dia nisy ny fepetra tsy maintsy napetraka. Didian’ny fitondram-panjakana manomboka izao fa tsy maintsy manao fambolen-kazo isan-taona ny mpianatra sy ny eo anivon’ny Tafika.

Hampiroboroboana ny fampiasana akoran’afo toy ny etanôl hampihenana ny fitrandrahana ala amin’ny fampiasana arina fandrehitra. Hamafisina ny fiarovana ny fananan-tany sy ny fanondranana harem-pirenena. Tanjon’ny fitondram-panjakana amin’ny hamerenana indray ny fisian’ny ala mikitroka eto Madagasikara mba hitsinjovana ny taranaka Malagasy any aoriana. Fantatra fa ny sabotsy 2 marsa ho avy izao no hotanterahina any Analameva-Antsirinala ny fanokafana amin’ny fomba ofisialy ny taom-pambolen-kazo amin’ ity taona ity. “Rakotra ala i Madagasikara”, io no lohahevitra hoentina amin’izany. Efa voafaritra fa tetibola mitentina 2,5 lavitrisa Ariary ny tetibola omena ny Minisiteran’ny Tontolo iainana hoentina miady amin’ny doro tanety ary handrakofana ala eny anivon’ny Faritra isan-tokony.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

TONTOLON’NY FANDRAHARAHANA ARA-BAROTRA : Entana lany daty 75 kaontenera hodorana ao Toamasina

Ho fiahiana ny fahasalamam-bahoaka dia manao savahao ireo entana lany daty miditra sy mivoaka eto amintsika ny Minisiteran’ny Varotra. Saika hita tato ho ato mantsy ny fahitana ireo entana lany daty, indrindra fa ny sakafo izay mbola amidin’ireo  tranombarotra sasantsasany ihany.

Mba hiarovana ny fahasalamam-bahoaka dia  entana lany daty anaty kaontenera miisa 75 no  hodorana any Toamasina. Hisy ny komity iraisan’ny minisitera isan-tsokajiny hiadidy sy hisahana ny fandoroana ireo sakafo efa lany andro mitoby anaty kaontenera ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina.

Sakafo efa lany daty sy simba avokoa ary mety hiteraka olana ara- pahasalamana izany ka tsy maintsy hopotehina sy hodorana avokoa. Entanina ny rehetra ho mailo sy hitandrina tsara amin’izay mety ahiana mbola hiparitahan’ireny entana efa lany daty ireny izay mety  hampitera-doza ka hihatra aman’aina.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAMPIATOANA NY FISAVANA TARATASY : Fanatsarana sy ady amin’ny kolikoly no tanjona

Samy manana ny  fomba fijeriny avokoa ny rehetra, ao  ireo tsy faly, ao ihany koa ny mankasitraka. Tsara marihina sy alentika amin’ny sain’ny olom-pirenena tia fivoarana anefa fa ezaka sy fandaminana hoentina manatsara, natao ihany koa hiadiana amin’ny kolikoly no tena tanjon’ny  fitondram-panjakana. Ny Minisitry ny Filaminana anatiny dia nanamafy ary nitondra fanampim-panazavana fa « naato fa tsy nofoanana akory sanatria ny fisavana ireo antontan-taratasy mikasika ireo fiara mivezivezy manerana ny tanin’ny Repoblika ». 

Fiatoana izay natao hitadiavana ny vahaolana matotra sy mafonja manoloana ny ady amin’ny fahalovana sy ny kolikoly. Izany no natao dia handrindrana ny fiaraha-miasan’ny polisim-pirenena sy ny mpampiasa ny lalana ary hanadiovana ihany koa ny fianakaviamben’ny Polisy. Nandritra ny filan-kevitry ny governemanta ny zoma lasa teo dia nisy fampitam-baovao nangataka tamin’ ireo voakasika rehetra mba hanolotra izay mety ho soson-keviny ahafahana mametraka drafitra maty paika hiadiana amin’ny kolikoly amin’ny fisavana ataon’ny polisy eny an-dalana.

Anisany nangatahana hevitra tamin’ izany ny fianakaviam- ben’ny polisim-pirenena kanefa dia mahagaga fa tsy nisy hevitra natolotr’izy ireo fa fandrahonana hitokona kosa no narangaranga. Tsy takona afenina anefa ny fitarainan’ny olom-pirenena rehetra noho ny fitakiam-bola tsy misy fiafarany sy ny kolikoly izay ataon’ireo mpiasan’ny polisim-pirenena misava eny an-dalana. Manamafy ny filan-kevitry ny minisitra fa tsy maintsy atao ny fanovana mba tsy hanjaka intsony ny kolikoly fanaon’ireo mpisava lalana avy amin’ny polisim-pirenena. 

Marihina tsara fa ny Filoham-pirenena sy ny governemanta dia tsy mitsipaka ary tsy mieritreritra mihitsy ny hanova ny asa aman-draharaha sahanin’ny mpitandro filaminana eo anivon’ny polisim-pirenena. Ao anatin’izany ny fitsirihana sy fisavana ireo antontan-taratasin’ny fiarakodia ho fiarovana ny vahoaka sy ny fananany. Na ihany koa ny fahafahan’izy ireny manome sazy. Drafitra ankapobeny maty paika hiadiana amin’ ny kolikoly eo amin’io sehatra fisavana eny an-dalana io no hany takina mba hapetraka.

 R.

Ino Vaovao0 partages

TOAMASINA : Azo vahana ny olan’ny tsy fananan’asa eto an-drenivohitr’i  Betsimisaraka

Ny tanora no tena voakasika amin’izany. Manana ny herijika rehetra ahafahana miala amin’izany tsy fananan’asa izany anefa ny ao Toamasina, raha ny nambarany.Mbola olana lehibe eto amin’ny firenena ny sehatry ny fananan’asa. Manodidina ny 70 isan-jaton’ny olona tsy an’asa dia tanora avokoa ka tsy afa-bela amin’izany ny tanoran’i Toamasina. Mba hitadiavam-bahaolana­ maharitra dia mila apetraka ny politikan’ny asa eo anivon’ny rafitra kaominaly, hoy ny fanazavany.

Tsy ny tanora ihany fa ny sokajin’olona rehetra dia tsy an’asa avokoa, ka izay no mahatonga ny toekarena sy ny fahefa-mividin’ny olona eto Toamasina tsy mitsahatra mitotongana. Noho izany dia mila apetraka ny “budget participatif” mba handraisan’ny olona rehetra anjara eo amin’ny lafiny fandraisana andraikitra ho amin’ny fampandrosoana ny tanàna (fokontany, boriborintany) ary eo anivon’ny sehatra fanapahan-kevitra. 

Ao anatin’izany, ny kaominina sy ny fanjakana foibe dia mametraka lamina sy fitsipika handrindrana ny asa iombonana, hoy hatrany Ranaivoarison Johnny nandritra ny fanehoan-kevitra nentina tamin’ny mpanao gazety tao Toamasina.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

FIFAMOIVOIZANA : Miezaka manatsara ny fandrindrana ny polisy nasionaly

Vao maraina izy ireo dia mandamina ny fifamoivoizana, manara-maso mandritra ny fotoana tsy dia mahabe ny mpampiasa lalana. Miverina mandamina ihany koa amin’ny ora fidirana sy fivoahan’ny mpianatra. Misy ihany koa ireo sakana amin’ny lalana mivoaka sy miditra ny tanàna. Raha tsy misy ireo polisy mandamina ny fifamoivoizana dia hanao izay saim-pantany avokoa ny mpampiasa lalana indrindra amin’ireo toerana betsaka fifamoivoizana mandritra ny firavan’ny mpianatra toy ny eo amin’ny bois sacré, ny lapan’ny tanàna, Salala, ny eo amin’ny Bonnet, ny rond-point Mahabibo sy ny maro hafa. 

Nambaran’ireo polisy moa fa ny asany andavanandro ihany no tanterahiny. Tsy tazana intsony ireo polisy sasany izay tsy miasa raha tsy ny alina eny amin’ny Pont blanc mankany amin’ny lalana Mazava huile iny. Misy koa ireo miandry eo amin’ny hopitaly Mahabibo. Araka ny fantatra moa dia fampiatoana vonjimaika no navoaka ny filan-kevitry ny minisitra satria misy fanatsarana tsy maintsy hatao, hiadiana amin’ny ady amin’ny kolikoly. Betsaka loatra ny fitarainan’ny vahoaka mpampiasa lalana, hoy ireo tompon’andraikitra.

Efa misy kaomisiona najoro hamolavola ny fanatsarana tsy maintsy atao. Anisany mampitaraina ny vahoaka ihany koa ny fahitana mpitandro filaminana miambina sy miaro fananan’olon-tokana mandavan-taona. Nambaran’izy ireo fa lany andro miambina ireo mpanam-bola ireo mpitandro filaminana izay efa tsy ampy isa ka tsy mahavita miaro ny vahoaka sy ny fananany intsony.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FOTODRAFITRASA NAMPANANTENAIN’NY FILOHA : Efa voafaritra ny toerana hananganana azy

Nolazainy nandritra ny fampielezan-kevitra fa hanangana fotodrafitrasa ho an’ny daholobe izy ary tanteraka izany satria efa voafaritra nandritra ny filan-kevitry ny minisitra ireo toerana efatra hametrahana izany. Ho an’Antsiranana dia ao amin’ny fokontanin’ Ambalavola, Mahatsara, Mangarivotra, Lazaret Avaratra, Soafeno, Tsaramasoandro, Grand pavois ary Tanambao V no hanaovana izany. 

Ao amin’ny fokontany Anosy manodidina ny Farihy sy ny fokontanin’ Anjoma izany no miorina ho an’i Fianarantsoa Ambonivohitra, ao amin’ny fokontanin’i Betania, Ankadoro, Ambohitsabo ary Antaravay kosa ho an’i Toliara Ambonivohitra ary ho an’Antananarivo dia eny Antananarivo Atsimondrano no manamorona ny reniranon’i Sisaony, ny fefiloha manemotra ny lakandranon’i Onikely ka hatrany Vahilava, eo Onikely ka hatrany Ikanga ao anatin’ ny Kaominin’i Soavina no hametrahana izany. 

Hisy araka izany ny fanesorana ireo olona mipetraka eny amin’ireo toerana ireo ary hisy tahaka izany ihany koa ny fanoneran’ny fanjakana ireo fotodrafitrasan’ny mponina araka izay voafaritry ny lalàna. Ny Minisiteran’ny Fanajariana ny tany,  ny toeram-ponenana ary ny asa vaventy no tompon’antoka amin’ny fanatanterahana izany ary ity ministera ity ihany koa no nametraka sy mamaritra ireo toerana ireo ho toerana ilain’ny fanjakana hametrahana ny fotodrafitrasan’ny Filoha.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

SEG : Hametraka paikady momba ny ady amin’ny fakana an-keriny sy ny fampihorohoroana

Fanamafisana ny fiaraha-miasa eo amin’ny firenena roa tonta no vontoatin’ny lahadinika ary nisongadina tamin’ izany ihany koa fa vonona hanome fampiofanana ho an’ny Zandarimaria malagasy ry zareo Torkia eo amin’ny fampandriana fahalemana sy ny ady amin’ny fampihorohoroana ary ny ady amin’ny fakana an-keriny.Anisany noresahina nandritra ity fihaonana ity ireo teboka telo ireo.  Raha ho an’i Madagasikara manokana dia tsy mbola hita taratra firy eto amintsika io resaka fampihorohoroana io saingy ilaina foana ny manome fiofanana ny zandarimariam-pirenena mba hisorohana an’izany, hoy ny Jeneraly Ravalomanana Richard.

 Ny fakana an-keriny kosa dia azo lazaina ho efa hita soritra sy niha nahazo vahana ihany satria nifanesisesy teo aloha teo ny fandrenesana ny karazan’ity tranga ity. Samy lasibatr’izany avokoa ny teratany malagasy ny ireo teratany vahiny mandraharaha sy mampiasa ny volany eto amintsika. Noho izany indrindra dia nanome toky ny Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimariam-pirenena fa vonona izy ireo hametraka paikady vaovao hiarovana ireo teratany vahiny sy teratany malagasy amin’ity resaka fakana an-keriny ity.

Ny Ami

Ino Vaovao0 partages

BAIKO AVY AMIN’NY FILOHAM-PIRENENA : Tsy hisy intsony ny fandraisana mpiasa ECD vaovao

Tato anatin’ny taona maro nifandimby dia gaboraraka tanteraka ny fandraisana mpiasa teny anivon’ireo minisitera isan-tsokajiny sy teny amin’ireo sehatr’asa miankina amin’ny fanjakana. Anisany nampirongatra ny fanaovana kolikoly izany noho ny fahamaroan’ireo olona maniry hisahana asam-panjakana sy mihazakazaka hiditra ho mpiasam-panjakana. 

Tsy misy afa-tsy lalana roa ihany anefa no ahafahana miditra ho mpiasam-panjakana dia na amin’ny alalan’ny fanaovana fifaninanana na amin’ny alalan’ny fidirana ho mpiasa ao anatin’ny fotoana voafetra izay fantatry ny maro amin’ilay antsoina hoe ECD (emploi de courte durée). Ity farany no tena ifandrombahana satria ao anatin’ny fotoana voafetra aloha no hiasan’ilay olona eo anivon’ny minisitera iray ka rehefa misy ny tolotr’asa omen’ilay minisitera avy eo dia ireo mpiasa ECD ao aminy no raisina ho mpiasam-panjakana avy hatrany. 

Anisany mahabetsaka ny tsy fanarahan-dalàna eny anivon’ireo sampan-draharahan’ny asam-panjakana anefa izany, satria marobe ireo mpiasa ECD no tafiditra amin’ny fomba tsy ara-dalàna sady misy fiantraikany amin’ny fandaniam-bolam-panjakana noho izy ireo tsy maintsy mandray ny karamany. Manoloana ireo tranga ireo dia tsy maintsy nandray fepetra ny Filoham-pirenena. Nanome baiko izy fa ho fanadiovana ny tontolon’ny asam-panjankana dia tsy hisy intsony ny fandraisana ireo ECD vaovao araka ny politikam-pitsitsiana izay napetraky ny fitondrana. Manomboka izao, hentitra ihany koa ny fanaraha-maso hatao amin’ireo mpiasam-panjakana matoatoa.

Ireo rehetra izay tsy manao ny asany ara-dalàna fa mandray karama fotsiny na mameno biraom-panjakana nefa tsy miasa dia handraisana fepetra hentitra. Tahaka izany ihany koa dia hisy ny fanaovana fitsirihana manokana ny asam-panjakana isan’ambaratongany manomboka izao. Voakasik’izany ny minisitera rehetra any amin’ireo sampan-draharaha sy departemanta ao aminy hatrany amin’ny Fiadidiana ny Repoblika.

Avotra Isaorana  

Tia Tanindranaza0 partages

Fampianarana sy fanabeazana eto MadagasikaraLasa resaky ny moana sy marenina

Tsy ampy hiatrehan’ny tanora malagasy ny tontolon’ny asa ny lalam-piofanana nodiaviny sy ny mari-pahaizana ananany.

 

 Midika izany fa misy olana eo amin’ny tontolon’ny fampianarana sy fanabeazana eto amintsika. Nitondra vahaolana amin’ny fanabeazana ny fitondram-panjakana teo aloha, ka najoro ny teti-pivoarana ho an’ny fanabeazana na ny PSE (Programme sectoriel de l’éducation). Hatreto anefa, tsy nanome baiko mazava ny fitondram-panjakana, ny amin’ny politikam-pampianarana eto amintsika. Tsy azo foanana anefa ny PSE, ka tsy maintsy ampifandraisina amin’ny IEM (Initiative Emergence Madagascar), izay praograman’asan’ny filoham-pirenena.

Tanjon’ ny PSE

Misongadina ao anatin’ny PSE ny fanomezana vahana ny teny malagasy ho an’ny “sous-cycle” voalohany, ho fanamorana ny fampitana ny fahalalana. Satria koa amin’ny alalan’ny tenin-dreny no fomba mora indrindra sy mahomby hampitana fahalalana ho an’ny ankizy vao miditra an-tsekoly. Atao ezaka ihany koa ny fampihenana na fanafoanana ny famerenan-taona, ho an’ny ankizy, raha tsy noho ny antony tsy azo anoharana. Ny antony dia 20% ny tahan’ny famerenan-taona amin’izao ary miteraka fandaniam-bola be ho an’ny fanjakana izany. Ny vahaolona aroso ary dia ny fanaovana ilay antsoina hoe : “pédagogie différenciée” ( miainga amin’ny fahatsapana fa samy manana ny fomba fianarany sy fandraisany zavatra ny mpianatra tsirairay). Nahabe resaka ao anatin’ny PSE ihany koa ny fanafoanana ny CEPE, satria diplaoma tsy ilaina intsony eo amin’ny sehatry ny fitadiavan’asa, ka mandany volam-panjakana ny fikarakarana sy ny fanatanterahana azy.

Miharatsy ny fanabeazana fototra

Tsy arakaraka ny zavatra nilokalokana hoe ny fanabeazana fototra (EPF: Ecole primaire fondamentale) dia hisandrahaka amin’ny fokontany rehetra manerana ny Nosy. Na misy aza ilay sekoly fanabeazana fototra dia olana indray ny fotodrafitrasa. Na tsy misy na tsy ampy araka ny tokony ho izy. Amin’ny ankapobeny, mpampianatra iray eto amintsika no mitazona kilasy iray, any amin’ny fanabeazana fototra, ary tsy voafetra ny isan’ny mpampianatra. Raha ny fenitra iraisam-pirenena anefa dia 20 no isan’ny mpianatra sahanin’ny mpampianatra iray, saingy arakakaraka ny refin’ny efitrano fampianarana kosa io, izany hoe zaza iray isaky ny 1m². Etsy an-daniny, tsy azo odian-tsy hita ny fahasahiranana iainan’ny ankizy amin’ny andavanandro : mandeha an-tongotra kilometatra maromaro vao tonga any am-pianarana, ny kibo tsy voky. Mety hitovy amin’izay ihany koa ny iainan’ny mpampianatra satria kely ny karama.

 

Tsy tomombana ny fampiofanana

Misy ny fiofanana ataon’ny CISCO amin’ny alalan’ny CONSPED (Conseiller Pédagogique) sy ny Chef ZAP. Mety mandeha irery ny Chef ZAP manatanteraka izany. Indraindray anefa, ny Chef ZAP sasany malaina hanao azy io, satria tsy misy vola raisiny amin’ny fanaovana izany. Ankoatra izay, ny Chef ZAP ihany koa no tomponandraiki-panjakana akaikin’ny sekoly indrindra, ka mifatratra ao amin’izy ireo avokoa ny asa rehetra (fanaraha-maso ny fifindran’ny mpampianatra, fanangonana ireo karazana antontan’isa eo amin’ny fari-piadidiany, fitantanana sy fisorohana ny loza…), hany ka lasa tsy dia mahafa-po ny vokatra azo. Mahakasika ny mpampianatra indray, efa nampiditra mpiasa ny minisitera fa tsy ampy, satria mila mizaka ny vesatra ara-bola aterany. Ho an’ny kilasy fahenina hatramin’ny kilasy fahatelo kosa, mavesatra loatra ny andraikitra sahanin’ny mpampianatra sasany. Misy mpampianatra iray mampianatra taranja telo samihafa. Tsy tomombana ny fampianarana, vokatr’izany. Olana iraisan’ny sekoly maro moa ny tsy fahampian’ny ny fotodrafitrasa, tsy ampy ny fahaizan’ny mpampianatra izay entina hitantana izany, ny tsy fisiana na tsy fahampian’ny fitaovana eo am-pelatan’ny mpampianatra sy ny mpianatra. Ho an’ny fampianarana teknika kosa, tsy ampy ny isany, fa tokony hisy isaky ny distrika ny fametrahana an’ireny sekoly teknika ireny.

 

Mila jerena ifotony ny fampianarana teknika

Natambatra ho iray ny minisitera misahana ny fanabeazana sy ny fampiofanana ara-teknika. Betsaka ny teknisianina fa ilay fampianarana manokana no tena olana. Tsaroantsika tsara fa nisy fotoana voatery naka olona avy any ivelany ny orinasa Ambatovy fa tsy nanana mpanao soudure nanana ilay traikefa takiana ny firenena. “Araka izany, tsy maintsy jerena ny qualification « ouvrier qualifié » izany hoe fanofanana hahazoana diplaoma (formation qualifiante) fa tsy hoe ny raiko no manao ilay asa dia izaho no handova azy”, hoy i Imbiky Herilaza, talen’ny fampiofanana eo anivon’ny ENMG. Mila zavatra tena manaraka fenitra ny fanofanana, hoy ihany izy. Tsy ampy isa ny lisea teknika eto Madagasikara ka tokony hisy isaky ny distrika ny fametrahana an’ireny sekoly teknika ireny, hoy hatrany izy. Miankina amin’ny ain-dehiben’ny fampandrosoana tokoa ny fampianarana. Raha tsy manana olom-banona moa dia ahoana no ahafahana mamamaly ny zavatra takiana amin’ny lafiny fampandrosoana ? Tena mila jerena ifotony ny eto Madagasikara fa tsy afaka hamaly ny hetahetam-pandrosoana raha mbola izao mitohy.

 

Fitaovana politika ny fanabeazana

Manenjika fetr’isa ny fitondram-panjakana, indrindra rehefa fanadinam-panjakana, na BEPC na bakalorea. Ampidinina ambany foana ny zavatra takiana amin’ny mpianatra amin’ny laza adina. Ny tahan’ireo afaka baka dia tsy maintsy ampiakarina foana isan-taona. Tsy resaka fahaizana intsony ny zava-misy fa resaka isa ary tsikaritra ny vokatra aterak’izany rehefa tonga eny amin’ny anjerimanontolo ilay mpianatra, dia tara ny ankizy. “Tsy maintsy ifandribonana amin’ ny fanabeazam-pirenena sy ny teknika izany”, hoy Razafimahatratra Donné, tale eo anivon’ny minisiteran’ ny fampianarana ambony. “Ny rafi-pampianarana PSE dia hitondra fanavaozana amin’ny fampianarana.  Ao anatin’izay fanavaozana izay no misy indrindra ny fanovana eo amin’ny lafiny fampianarana. Mandeha miandalana izany satria ny fampianarana mantsy tsy hoe : ovaina androany dia androany fa tsy maintsy mandeha any amin’ny fototra. Efa manomboka izao ny fanamboarana ny fandaharam-pianarana any amin’ny “primaire” dia mitohy any amin’ny lisea. Avy eo tonga eny amin’ ny oniversite dia tsy maintsy hampifandraisana amin’ny rafitra LMD. Ny tanjona, io mpianatra io dia tsy maintsy afaka manao fikarohana, ka eny amin’ ny ambaratonga ambany dia tokony hiditra ny fahaiza-manao”, hoy hatrany ny fanazavana.

 

Sarotra ny fametrahana ny PSE amin’ny 2022

Mahakasika ny mety ho “lafy ratsiny” amin’ny PSE dia ny avy amin’ny sekoly tsy miankina no misongadina amin’ny fanomezana tsikera azy io. Ny DINEC (Fitantanana nasionalin’ny fampianarana katolika) izao dia nilaza fa tsy mety amin’ny fampianarana Malagasy ny tetiandro vaovao, satria anaty fahasahiranana ny ray aman-dreny, ka sarotra ho azy ireo ny mampiditra ny zanany mianatra amin’io fotoana kasaina hidirana io (volana martsa). Ny minisitra vaovao dia nilaza fa mbola haverina hifampindinihan’ny mpisehatra eo amin’ny fanabeazana izy io ary aorian’izay no handray fanapahan-kevitra ny minisitera. Na ny eo anivon’ny DREN aza tsy nampahafantarana ny andraikitra hosahaniny manoloana ny PSE. Raha amin’izao fandehan-draharaha izao dia mety tsy ho tratra ny fanovana kasaina ho tanteraka amin’ny taona 2022. Taorian’ny fiovan’ny minisitra, taorian’i Paul Rabary tokoa mantsy dia mifantoka tamin’ny fampandehanan-draharaha ny ankamaroan’ny fanapahan-kevitra. Ny tetiandrom-pampianarana ihany no mbola nohetsehina hatreto fa tsy misy ny asa hafa ankoatra izay, araka ny fanazavana azo.

Tsy maintsy ampifandraisina amin’ny IEM

Tafiditra ao anatin’ny velirano ny fanabeazana. Zava-dehibe ny fampianarana matoa nakambana ny fampianarana ankapobeny sy ny fampianarana teknika, ka tian’ny filoham-pirenena hampitoviana lanja ireo roa ireo. Olona manana traikefa rahateo no napetrany amin’ny fampianarana ambony, hoy Imbiky Herilaza. Ao anatin’ny praograman’asa ankapoben’ny fanjakana (PGE) dia goavana ny zavatra hoentina ao amin’ny fampandrosoana eo amin’ny tontolon’ny fampianarana eto Madagasikara. Ramatoa minisitra anefa dia mbola tsy nanome baiko mazava ny amin’ny lalana hizorana hatreto, mahakasika ny politikam-pampianarana eto Madagasikara, hoy ny tsilian-tsofina avy eo anivon’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena. Ny azo antoka dia hisy ny fanamboarana ny programam-pampianarana, satria efa vola betsaka no narotsaky ny mpiara-miombon’antoka, toy ny Banky Iraisam-pirenena fa ny endrika isehoany no tsy fantatra. Nahazo famatsiam-bola 100 tapitrisa dolara tamin'ny Banky Iraisampirenena sy ny Partenariat Mondial pour l'Education Madagasikara hampiroboroboana ny fanabeazana fototra, ary ho fanantanterahana ny Plan Sectoriel de l'Education (PSE). Marihina fa tamin`ny taona 2018 dia namoahana vola nitentina 1 191 miliara ariary ny PSE teo anivona minisitera telo. Sarotra ny hanafoana izany satria matoa nahazo famatsiam-bola dia mifanaraka amin’ny filan’ny mpamatsy vola.

 

Hevitr’ ireo mpanabe

Tia Tanindrazana: Mpitsara ny rainao sady mpampianatra. Ny reninao nitazona sekoly (EPF). Annnisan’ny tompon’andraikitra amin’ny sekolim-panjakana ambony mahakasika ny fampiofanana mpitsara sy mpirakidraharaha eto Madagasikara ihany koa ianao. Ahoana ny fahitanao ny tontolon’ny fampianarana raha oharina tamin’ny teo aloha ?

IMBIKY Herilaza : Tsy mitovy mihitsy ny taloha sy ny amin’izao. Ny toe-tsaina nentina nampianatra tamin’izany dia tsy mitsinjo ny tenany mihitsy fa mitsinjo ny hampitana amin’ny fomba faran’izay tsara ny fahaizana izay ananany. Tsy maintsy manaraka fiofanana roa na telo taona tetsy Mahamasina ny mpampianatra. Ato amin’ny ENMG izao, tsy maintsy isan-taona no mianatra ny “ingénierie pédagogique” any amin’ny seha-pampianarana any ivelany. Tsy maintsy olona voaomana sy nofanina manokana no tokony hampianatra sy hampita fahaizana ho an’ny zanaka Malagasy. Nihena ny hatsaran’ny fampianarana sy ny fahaizan’ny mpampianatra.

 

Tia Tanindrazana : Mpampianatra eo anivon’ny Ecole Normale Supérieur ianao sady tale eo anivon’ny minisiteran’ny fampianarana ambony. Ahoana no fahitanao ny fahaizan’ny tanora ankehitriny ?

Donné Razafimahatratra : Mampalahelo. Misy fiantraikany aloha ilay grevy teo, saingy tsy mifanaraka amin’ny zavatra misy ankehitriny ny fivoaran’ ny fanabeazana. Tsy kivy izahay fa miankina amin’ny ray aman-dreny ao an-trano ihany koa. Beazo ny zanaka. Ilaina ny teknolojia, saingy lany andro amin’iny ny ankizy ka ny ray aman-dreny no tompon’andraikitra voalohany amin’izany.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AmbatomirahavavyKara-tany an’arivony maro no nozaraina amin`ny tompony

Natomboka ny alatsinainy 25 febroary lasa teo, ny fizarana kara-tany faobe andiany faharoa ao amin`ny kaominina Ambatomirahavavy niarahana tamin`ny sampana fananan-tany, mba ahafahan`ireo tompon-tany hisoratra ara-dalàna.

 

 Tantsaha avokoa ny ankamaroan`ny mponina amin`iny faritra iny ary tena antom-pivelomany sy fidiram-bola ho azy ireo ny fambolena. 1 500 ny karatra nozaraina, voakasika mivantana ny fokontany Ivelo. Nitarika ny fotoana omaly ny ben`ny tanàna ao Ambatomirahavavy, Randriamampionona Tolojanahary Michel. Ny fananana kara-tany dia harena mipetraka ary laharam-pahamehana satria be loatra ny hosoka sy hala-tany miantraika any amin`ny tompony. Olana manokana ny mianjady amin`ny manam-bola amin`ny didy tsy ara-drariny avoakan`ny fitsarana sady misy ihany koa ny lalàna tokony hohavaozina momba ny fananan-tany eto amintsika izay efa antitra loatra. Hifarana ny zoma izao ny hetsika amin`iny faritra iny. Mahakasika ny asa fampandrosoana amin`ny kaominina dia hotokanana ato ho ato ny Lisea sy tranompokonolona ao Ambatomirahavavy ary tsy ho ela koa dia hisokatra ny oniversite ao amin`ny fokontany Ambohidranomanga, hoy hatrany ny ben`ny tanàna, Randriamampionona Tolojanahary Michel.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Sendikan’ny JIRAMAMitaky ny hialan’ny Tale jeneraly

Manome 48 ora ny Tale jeneralin’ny JIRAMA ny mpiasa mba hiala raha tsy izay dia hiroso amin’ny fitokonana faobe.

Efa nametraka ny taratasy eny anivon’ny Inspektoran’ny asa izy ireo ary tsy hihemotra mihitsy ny amin’ny fitakiana. Tsy fahaiza-mitantana, fanaovana tsinontsinona ny mpiasa sy ny maro hafa no anton’ny fanapahan-kevitra. Nilaza izy ireo tamin’ny fanambarana nataony omaly alarobia fa efa feno ny kapoaka ary tsy afaka handefitra intsony ny amin’ny tsy fahaiza-manaon’ny Tale jeneraly. Ho avy hanatevina ity hetsika fitokonana ity, hoy izy ireo ny mpiasa rehetra manerana ny Nosy raha mbola miziriziry amin’ny heviny io tompon’andraikitra io. Taorian’ny fitakiana nataon’ny polisy izany dia nijoro ihany koa ny sendikan’ny JIRAMA ny amin’ny hetahetany. Miandry hatrany ny fahaiza-manaon’ny fitondrana ny rehetra.

 

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

SARIBAONihoapampana ny vidiny noho ny vaovao diso

Vaovao nifandiso no nampiakatra ny vidina arina fandrehitra teto an-drenivohitra. Nogiazan’ny avy any am-potony mihitsy ny saribao fa natahotra ireo tompon’andraikitra isan’ambaratongany, noho ny vaovao nalaza tamin’ny herinandro ambony fa tsy azo tapahana intsony ny ala.

 Na ireo efa nahavita saribao mialoha aza tsy sahy namoaka ny azy, ireo mpitatitra ihany koa niahotra tanteraka. Efa tara ilay fanitsiana nataon’ny tompon’andraikitra amin’ny minisitera mpiahy, manoloana ireo sahoan-dresaka miparitaka any anaty ala ny tsy fikitihana ala. Maro amin’ny tsena no ritra ny entana, nefa ny hafarana ihany koa tsy misy antenaina. “Ireo telo kitapo ireo sisa ny anay, nefa mandritra ny rotsak’orana toy izao izahay mahatahiry hatramin’ny 400 gony. Ireo mpitondra ny entanay nilentika daholo. Niakatra 15.000 ny gonin’ny arina fandrehitra tanatin’ny tapa-bolana. Raha 40.000 Ariary izany tany aloha, lasa 55.000 ny gony be, ary tsy nidina intsony hatreto. Ny gony salantsalany salaka manga na mena no eo amin’ny 27.000 Ariary raha 20.000 tany amin’ny faran’ny volana janoary. Tsy nisy rotsak’orana be nifanesy tahaka ny fito andro mahazatra isan-taonaanaefa, hoy i Georges  Ramaro, mpivarotra arina fandrehitra atsinjarany eny Talatamaty. Raha ireo mpivarotra saribao ambongadiny amin’ireo lalam-pirenena miditra ny vavahadin’ny renivohitra tahaka an’i Mahazo sy Ambohimahitsy aza samy milaza fa tsy manana entana avokoa, nefa amin’ny vanim-potoanan’ny fahavaratra toy izao ihany no mandeha ity arina fandrehitra ity. Mbola mipetraka ho olana ny vina lavitr’ezaka amin’ny ho fanoloana ny arina fandrehitra. Mifikitra amin’izany mantsy ny akamaroan’ny tandrenivohitra, nefa azo antoka fa manam-paharitana ny ala atsinanana. Tsy azo odian-tsy hita ihany koa ny fiakaran’ny herinaratra ka tsy maharoboka ireo mpanjifa hahandroana sakafo. Etsy an-daniny, lafo koa ny etona fandrehitra. Mitaky politika mazava ny fijerena akaiky io filana fototra io. Mila fanabeazana izany. Tsy vitsy mantsy ireo matahotra mampiasa herinaratra sy “gaz” noho ny loza mety haterany. Raha tsy ampy fahamalinana koa ny saribao mety hampidi-doza. Efa maro ireo tra-boina noho ny hain-trano na fahasemporana vokatry ny fatana saribao.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

TSENAN’IVATONy 85 %-n’ny asa fanamboarana no efa vita

Ny 85 %-n’ny asa fanamboarana ny tsenan’Ivato amin’izao no efa vita, tsena iray anisan’ny lehibe indrindra eto Analamanga.

 

 

 

Mpivarotra manodidina ny 1.500 ka hatramin’ny 2.000 isa no kasaina hahazo toerana ao. Ireo mpivarotra efa teo aloha ihany toy ireo manana karatra ara-dalàna sy nahaloa haban-tsena ara-dalàna raha ny nambaran’Andrianjakarivony Manitra, lefitra voalohan’ny Ben’ny tanànan’Ivato no hisitraka izany. Tsy mitombina velively ny filazana fa hananganana toeram-pivarotana solika lehibe ao. Nomarihiny fa betsaka ireo Ben’ny tanàna nikasa ny hanamboatra ny tsenan’Ivato saingy Randrianarisoa Penjy, Ben’ny tanàna amin’izao ihany no nahavita. Niainga avy tamin’ny filan’ny mponina avokoa raha ny nambarany no nahafahan’izy ireo nanangana ireny fotodrafitrasa ireny, amin’ny alalan’ny fandraisana ny olona rehetra tsy an-kanavaka manan-kevitra hampandroso ny tanàna.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tompona karaoke sy bar sasantsasanyMiantso ny namany rehetra mba hanara-dalàna

Miantso ny fampanarahan-dalàna ho an’ireo rehetra manao asa fitadiavam-bola mitovy aminy ireo tompona karaoke sy bar sasantsasany eto an-drenivohitra.

 Araka ny fanazavan’ny ampahany tamin’izy ireo, lalàna efa nipetraka hatramin’izay ilay tsy fahafahana misokatra aorian’ny amin’ny 9 ora alina. Mbola nisy ihany ireo nanjaka tokana ka mivoha mandra-maraina mihitsy satria an’olona  ambony. Natao ho an’ny rehetra anefa ny lalàna. Ho an’ireo efa mpanara-dalàna hatramin’izay, nomarihin’izy ireo fa mety aminy izao fampahatsiahivina ny lalàna hataon’ny prefen’ny polisy eto Antananarivo izao hahatonga saina ireo namany hafa. Ho an’ireo mpitandro ny filaminana, fanakatonana avy hatrany no hihatra amin’ireo tratra mandika lalàna ho fiarovana ny ain’ny vahoaka sy ny fananany eto an-drenivohitra.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Traboinan’Anosibe sy AmpamarinanaNifandrimbonana ny fanampiana

Nanome tanana ho an’ireo olona traboina noho ny hain-trano tetsy Anosibe Andrefana tamin’ny 19 febroary lasa teo ireo orinasa tsy miankina mivondrona ao amin’ny PHSP mitsinjo ny mahaolona tahaka ny Groupe Axian amin’ny alalan’ny fondation Telma.

 

Ankoatra izay, tonga teny an-toerana ihany koa ny kaominina Antananarivo (CUA) sy ny solontenan’ny birao nasionalin’ny fitantanana ny loza ara-boajanahary (BNGRC) ary ireo solontenan’ny orinasa tsy miankina nanolo-tanana. Nanolotra vary, voamaina, menaka, siramamy, fitaovana lehibe fasiana rano madio ary fitaovana fivoahana, ireo orinasa tsy miankina mivondron ireo. Trano miisa 32 tafo izay misy fianakaviana traboina miisa 221 no notolorana fanampiana. Rehefa izay dia nihazo ny traboinan’Ampamarinana ahitana 189 tafo mipetraka etsy amin’ny Village Voara Andohatapenaka izy ireo. Nanome fitaovana lehibe 2 fasiana rano madio ny CUA ary nisy ihany koa ny fitaovana hafa avy amin’ireo orinasa tsy miankina hiarovana amin’ny mety ho fiparitahan’ny loto.

Tsirinasolo

Tia Tanindranaza0 partages

Kaontenera tsy ampy etsy La Réunion kelyMiandry fatratra ny andiany manaraka ny mponina

Tokantrano 18 isa hatreto no efa nahazo toerana anatin’ireo kaontenera miisa dimy fanomezana avy amin’ny minisiteran’ny mponina sy fampiroboroboana ny vehivavy ho an’ireo olona tsy manan-kialofana etsy La Réunion kely.

 

 

 

 Mbola tokantrano 101 anefa no mila izany izay efa tena miandry fatratra tokoa. Mbola maro amin’izy ireo no manana ankizy madinika izay tena hampahorian’ny karazan’aretina vokatry ny loto tokoa. Hetahetan’izy ny hanafainganana ny fahatongavan’ireo kaontenera ambiny fa tsy  hiandrasana ny volana septambra intsony. Ho an’ireo efa nahazo dia efa milamina ny fiainan’izy ireo amin’ny ankapobeny. Araka ny  fanazavan’Atoa Armand, raim-pianakaviana niteraka efatra efa nipetraka teny La Réunion kely nanomboka tamin’ny taona 1984 dia afaka amin’ny loto sy ny korontana sachet plastika tanteraka izy ireo ankehitriny. Hetahetan’izy ireo manaraka ny hananany trano fivoahana sy toerana fanariam-pako ary paompin-drano fisotro madio mitokana ho azy ireo mihitsy. Nisy tamin’ireo mponina eny an-toerana rava trano teo aloha tsy tafiditra anatin’ireo kaontenera dimy ireo no napetraka amin’ny trano lay eo akaikin’izy ireo ihany.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

DEPIOTE NAMPANANTSOIN’NY POLISY

Depiote iray no nampanantsoin’ny polisy ary nanokafana fanadihadiana teto an-drenivohitra.

 

 Ny anton’izany dia noho ny fisolokiana izay mitentina an-tapitrisany maro. Afaka nody anefa io olom-boafidy izay lany « mandat » io omaly rehefa nampanantena fa hamerina ny volan’olona. Na izany aza dia tsy maintsy hiakatra ny raharaha satria tsy azo tazomina intsony rehefa mipetraka ny fitoriana. 

OMENA 20 TAPITRISA ARIARY

Omena roapolo tapitrisa ariary izay mahita an’i Del sy Tersa izay voarohirohy ho atidoha nikotrika ny kidnapping nisesy tao Tsaratanàna. Ankoatr’izay dia nisy manamboninahitra ambony eo anivon’ny zandary izay nosamborina koa ary tazomina etsy amin’ny zandary etsy fiadanana noho ny firaisana tsikombakomba amin’ireo jiolahy mpaka an-keriny. Mbola hisy manam-pahefana hosamborina koa miaraka amin’ny mpandraharaha ato ho ato. 

OLON-TSOTRA SY NY ZANDARY

 Manomboka misy vokany ilay fahafahan’ny olon-tsotra mandefa mailaka sy miantso an-telefaonina  eo anivon’ny birao miandraikitra ny tsy mety hataon’ny zandary. Vokatr’izany dia mpitandro filaminana roa teo anivon’io vondrona io no nidoboka am-ponja tany Morafenobe sy Bemarivo noho ny fakàna an-keriny ny iray ary fikasihan-tànana olona hatao fanadihadiana ny faharoa. 

HIHATAHAN’NY MAPAR I ROSSY

Manomboka hihatahan’ny Mapar ny depiote teo aloha Rossy. Ny anton’izany dia tsikaritr’izy ireo fa lasa sarotra ny miresaka amin’ity mafana fon’io antoko io teo aloha ankehitriny. Izy rahateo dia efa manao eson-teny maivana amin’ny tambajotra sosialy ankehitriny ary toa te-hiteny fa tsy faly tamin’ny tsy nijerena azy akaiky rehefa azon’ny filoha ny toerana. Hatreto tokoa dia izy no niady maina fotsiny. 

 

 

MPIANATR’I VONTOVORONA

Sovazy tanteraka. Izay no azo hilazàna ny mpianatra eny anivon’ny oniversite sasany ankehitriny. Toa ireo izay eny Vontovorona izay manao fitakiana tsy maintsy arahina herisetra hatrany. Tonga hatramin’ny fanipazana kodiarana mirehitra sy fitorahana vato ny teny an-toerana omaly. Ireo tanora aza moa dia lasa niady an-trano tao anatiny ary nisy ny naratra mafy poaka maso vokatr’izany. Hatramin’ny mpanao gazety dia voatora-bato. 

MPIASAN’NY JIRAMA

Tezitra mafy amin’ny tale jeneralin’ny Jirama ireo mpiasa ary nanapa-kevitra ny tsy hanaraka ny baikony intsony ary hanao fitokonana faobe manomboka amin’ny zoma hoazy izao. Nolazain’ny sendka fa tsy mamaly ny fitakian’ny mpiasa ny tale jeneraly, indrindra mahakasika ny mpiasa izay nesorina tao amin’ny orinasa ka mbola tsy naverina. Efa karazan’olona izay ny tale jeneraly sy minisitra izay misahana ity orinasam-panjakana ity. Vahaolana ve ny olona ? 

PAIPAORO DIPLAOMATIKA

 Mbola vitsikely ny manatitra ny pasipaoro diplaomatika eny anivon’ny minisiteran’ny raharaham-bahiny hatreto. Tsy taitra ny hamerina ny olona no koa ny ankabeazan’ireo nahazo fampiatoana dia tsy mbola eto Madagasikara amin’izao fotoana. Hatreto dia tsy tena azon’ny olona loatra ity fepetra ity satria na manana pasipaoro maintso aza ka rehefa tsy misy ny taratasy manamarina ny iraky ny fanjakana dia tsy manan-kery izany.

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy fandriampahalemanaLasa matahotra mpitandro filaminana ny vahoaka

Tsy vitsy amin’ny vahoaka Malagasy no lasa matahotra mpitandro filaminana. Matetika izy ireo izay natao “hitandro ny vahoaka indray no mamono ny aina”,

araka ny hafatry ny Fivondronamben’ny Eveka eto  Madagasikara, ny 13 mey farany teo. Nohamafisin’ny Mgr Ludovic Rabenatoandro izany mahakasika ny fahitany ny tsy fandriampahalemana. “Aleonay mifanena amin’ny dahalo toy izay mifanena amin’ny mpitandro filaminana, hoy ny olom-pirenena”. Raha ny voalazan’ny Vikera Jeneralin’ny Diosezy Antananarivo.  Nampita ny seraseran’ny  zandarimariam-pirenena, omaly eo amin’ny Toby Ratsimandrava  fa zandary iray G1C  na Tsipika telo  izay miasa ao Beravina, no notorian'ny ray aman-drenin'ny zazavavy iray 15 taona izay nalain'ilay zandary an-keriny tao an-tranon'ny ray aman-dreniny hiaraka aminy noho ny hamamoany ny tapaky ny volana febroary teo.” Saonjo iray lohasaha tsy ilaozan’izay hamarano. Zandary iray hafa koa no tafiditra am-ponja vonjimaika tao Maintirano ny 26 febroary teo noho ny fitoriana azy ireo vokatry ny herisetra tany amin'ny kaominina Bemarivo Ambatomainty sy Beravina Morafenobe.  Ny  CP na chef de poste avancé Bemarivo moa (gp1c na adjudant) dia notorian'ny vehivavy iray voatazona tao amin'io PA io noho ny raharaha nahakasika azy. Miezaka manadio fatratra ny ao anatiny ny zandary . Maro moa ny olona no niresaka ny hoe ho hitantsika eo fa havotsotry ny zandary io fa tsy ho tonga any amin'ny fitsarana rehefa nahita fa natao garde à vue izy roalahy ny 22 febroary 2019 teo, tao Maintirano. Natolotra ny fampanoavana anefa izy ireo taorian'ny fanadihadiana ka miandry ny fitsarana azy ireo any am-ponja. Mitohy ary tsy miato ny fanadiovana eo anivon'ny ZP art manara-maso akaiky izany ny mpifehy sy mpitantana.”Araka ny fampitam-baovao ofisialy avy eny amin’ny Toby. Miampy ireo 336 voarohihirohy tamin’ny kolikoly sy ny fanafihana ary  ireo 24 efa naiditra am-ponja vonjimaika volaza tamin’ny tapa-bolana, miezaka manadio ny zandary fa very fanahy koa ny olom-pirenena. Ny hitsikitsika natao andriamanitra ivavahana indray mantsy nipaoka ireo zanak’akoho kely.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

FITAMBARAN’NY ANTEMORO ETO ANTANANARIVOTsy tokony halana amin’i Fitovinagny ny tanànan’i Namorogna

Ny tanànan’i Namorogna no nahafitovinagny azy raha ara-tanàna, hoy ny fitambaran’ny Antemoro eto Antananarivo na ny FIANTA.

 

 

 

Ankehitriny anefa dia tadiavin’ireo mpanao politika sasany hasintaka an’ity faritra iray ity io kaominina iray io satria be mponina ary hatambatra amin’ny faritra Vatovavy. Ankoatra izay; hangatahin’ireo mpikambana ao amin’ny FIANTA ihany koa ny hampitambarana ny distrikan’Ikongo ho ao anatin’ny Faritra Fitovinagny mba hizaran’ny distrika telo telo anatin’ny faritra vaovao Vatovavy. Hangatahin’ny FIANTA ihany koa  ny hamoronana sy hananganana distrika vaovao ho an’ny Faritra  Fitovinagny ka distrika telo vaovao ny ao Manakara ary distrika iray vaovao ao Vohipeno mba hahafeno ilay isa fito izay isa masina tokoa ho an’iny faritra iny miaraka amin’ny distrikan’i Ikongo.

 

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Rallye Passion AntsirabeAndiany voalohany amin’ny fiadiana ny ho tompondaka 2019

Ny Rallye Passion hotontosaina any Antsirabe ny 19-20-21 aprily 2019 ho avy izao no hanokatra ny andiany voalohany amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Madagasikara amin’ity taona 2019 ity.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rakotomalala Tsiory DTN AtletismaNanazava ny raharaha Rasoarimalala Paquerette

Nitondra fanazavana mikasika ny raharaha Rasoarimalala Paquerette « Pà » mpihazakazaka avy any Miarinarivo ary tompondaka 2019 ny ligin’ny atletisma any Itasy nahabe resaka an-gazety,

Tia Tanindranaza0 partages

Loza, faty olona, grevy,…Anaty krizy i Madagasikara

Mitohy tsy an-kiato ny loza samihafa eto amintsika. Rehefa tsy matin’ny valan’aretina, dia matin’ny loza voajanahary.

 Manampy trotraka izany ny tsy fandriampahalemana sy olana ara-tsosialy samihafa. Nafahafatesana olona maherin’ny 41 tany Atsimo noho ny ranotrambo nateraky ny orana nikija tany amin’ny distrikan’Ampanihy sy Betioky Atsimo. Hanaovana fisaonam-pirenena raha any am-pita. 2812 tsy manan-kialofana any Ambahikily Morombe, ary 4126 no miaina ao anaty rano, 1000Ha ny fambolena potiky ny rano.  Ny Biraom-pirenena na ny BNGRC misahana ny loza voajanahary etsy andaniny, toa tsy maharaka ny resaka fisorohana na ny fiantsorohana ireny loza samihafa ireny. Tsy hay na ny hoenti-manana na tsy misy na miandry domim-potsiny sy loza miseho vao mikorapaka. Ny Tale mpanatanterak’i BNGRC rahateo vao nesorin’ny fanjakana. Tsy tena tratry ny rivodoza anefa isika, dia efa izao no zavatra iainana, ka ahiana ny fahasahiranana tsy hifankahitana atsy ho atsy noho ny loza mety ho avy izay hirariana tsy hisy,… Ny tsy fandriampahalemana indray, dia omby 400 no lasan’ny dahalo tany Andranolava any Imanja ny faran’ny herinandro teo. Olona 3 natao takalon'aina, ka nitohy ny fiandohan’ny herinandro ny fanarahan-dia. Votsotra ny takalon’aina fa mpanara-dia 3 no maty voatifitry ny dahalo rehefa nifandona ny mpitandro ny filaminana sy ny vahoaka an-kilany, ary ny dahalo an-daniny izay iray no maty. Ny eto Iarivo, dia mitokona ny mpianatry ny Politeknika Vontovorona. Endrika isehoan’ny krizy sy ny fahasahiranana ireny rehetra ireny, izay tena manahirana tanteraka ny fanjakana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny kolikolyMila mahazo toerana 42 Rajoelina

Tsy ekeko ny gaboraraka, ny fandanilaniam-poana ny volam-panjakana. Tsy azo leferina ny fanaovana tolotr’asa tsy misy asa notanterahina akory.

Tsy azo leferina ny fanodinkodinana volam-panjakana, ka ho henjana ny sazy ho an’izay tratra manao izany, hoy i Andry Rajoelina amin’ny alalan’ny soratra apetrapetraka eny amin’ny biraom-panjakana. Tsara ny vina fa andrasana ny finiavana sy ny fanatanterahana. Tsy azo kosehina anefa ny tantara, ka izao vao mody mianan-kendry sy manome moraly ny olona ka ny taloha iniana hadinoina. Raha jerena io, dia avela ho vitavita ho azy tany ny lasa sy tsy nety natao teo aloha fa aleo hanao ny tsara amin’izay. Raha ny laharantsika tamin’ny 2008 nialoha ny fanonganam-panjakana, dia laharana faha-85/180. Nitotongana tany amin’ny faha-127/180 tamin’ny taona 2013 nitondran-dRajoelina farany, satria very toerana 42 be izao i Madagasikara. Laharana faha-155 tamin’ny 2017, ary niakatra kely eo amin’ny laharana 152 ho an’ny 2018. Mety ao tokoa ny vina hiady amin’ny kolikoly kanefa mbola aotra ny naotin-dRajoelina sy ny ekipany, raha mbola toerana vitsivitsy no ho azo satria mila manonitra ny toerana 42 very taorian’ny fanonganam-panjakana 2009 no ho mankaty vao tafaverina amin’ny laharana tany amin’ny 10 taona lasa. Mila miainga avy any ambony ihany koa ny ohatra satria izao sahady dia efa misy ny zavatra mampiahiahy nafitsok’ilay filoha.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanompana mpitondra teo alohaMalalaka ho an’ny mpanohana fanjakana ?

Ilay fanjakana indray no toa mitady mpanenjika sy mandranitra ady eto. Tsy hiverenana ny resaka fisamborana sy fanagadrana izay hivoizana ny fampanjakana ny tany tan-dalàna.

 

 Ny mety ho mpifanandrina politika amin’ny tena ihany no petahana amin’io fa ny namana toa ho lavitry ny kitay ny afo na fanta-poko fanta-pirenena izao aza fa misy ireo manana dosie maloto atsy sy aroa. Nosamborina sy nogadraina ny olona nambara fa nanompa sy nanaratsy ny filoham-pirenena ankehitriny tamin’ny tambajotran-tserasera. Hentitra ny tompon’andraikitra amin’ny fandrahonana fa hihatra ny lalàna ho an’izay mbola manao. Natao ho an’ny mpanakiana fitondrana anefa io fa ny ao anaty fanjakana kosa toa malalaka sy afaka manao izay fanaratsiana sy fanompana mivantana na an-kolaka ireo sokajiany ho mpifanandrina politika aminy izay mangina, raha tarafina amin’ny zava-misy ankehitriny. Aiza ve ka filoham-pirenena teo aloha voafidim-bahoaka izao no ompaina amin’ny endriny samihafa, fa toa mangina sy tsy re feo ilay fanjakana rehefa ny adversera politikany no lasibatra. Nompaina tamin’ny alalan’ny fametrahana ny sariny tamin’ny vatam-paty tetsy amin’ny 13 mey Atoa Hery Rajaonarimampianina, ary nambara fa handeha “handevina an-dRajao” ireo mpanao politika sasany ao anatin’ny fanjakana ankehitriny nahavita nanakarama olona hanao saritsarim-pandevenana. Iny indray fa navoaka tamina fampahalalam-baovao ny endrika ompa amin’ny alalan’ny kisarisary mitanjaka, izay na inona na inona soratra miaraka aminy dia efa tena tafahoatra, hoy ny fanehoan-kevitry ny olona. Nitohy ihany satria navoaka an-gazety miendrika fanontaniana fa adin’ilay filoha noho ny nanodinana ny vadiny no anton’ny nisamborana mpandraharaha iray. Na ireo tsy mpanohana ilay filoha teo aloha aza, dia vaky vava fa efa mihoatra ny mety, ary tsy misy fanajana ny soatoavina intsony. Tsy natao ho an’ny rehetra ny lalàna.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mifoha ny fitakiana sendikaly maroMananontanona sahady ny fidinana an-dalambe

Manomboka ny fitokonana sy ny fitakiana samihafa amin’izao. Io efa niaraha-nahita io ny grevin’ny mpianatry ny sekoly Politeknika eny Vontovorona.

 

Asa na hanova zavatra ny fivoahan’ny vatsim-pianarana iray volana tara sy ny fampitaovana miampy ny vatsim-pianarana faharoa ka hatramin’ny fahadimin’ny volana. Manome fe-potoana 48 ora ihany koa ny Sendikan’ny mpiasan’ny Jirama amin’ny hamerenana ny naman’izy ireo. Efa hatry ny ela no nitakian’izy ireo ny fijerena ny fifanarahana tamin’ireo vahiny miara-miombon’antoka amin’ny Jirama, izay mahazo tombontsoa mihoapampana, ka asa na hahavaly ny fitakiana ny fanambarana am-bava nataon’ny praiminisitra fa tsy ekena intsony izany, ary kianin’izy ireo ny tsy fahaiza-mintantana amin’ny endriny samihafa. Ny sendikan’ny mpiasan’ny Air Madagascar ihany koa mitovitovy amin’izay ny fitakiana tsy mbola nivaly dia ny famerenana ireo mpiasa nesorina noho ny hetsika sendikaly izay efa nomen’ny fitsarana rariny. Mety hifoha ny fitakiana. Ny sendikan’ny mpampianatra ihany koa dia tsiahivina, fa tsy nahafa-po ny fitakiana, ary nisy ny fampanantenana toy ny hoe hodinihina amin’ny fandinihana ny tetibolam-panjakana manaraka, saingy tsy nisy resaka. Ny avy amin’ny sendikan’ny polisy ihany koa io mbola mifanenjana amin’ny fanjakana io noho ny fampiatoana sy fanesorana ny asa nataony teo aloha. Na tsy afaka midina an-dalambe aza, dia milaza fa tsy manaiky lembenana ary tsy mihemotra amin’ny fitakiana. Ny saran-dalana ihany koa io efa fantatra io fa hiakatra ny an’ireo taksibe mihazo ny RN1 toa an’Ampitatafika, Vontovorona, Imerintsiatosika manomboka ny 10 martsa,… Ny vidim-piainana miakatra, ny valan’aretina tsy voafehy, ka mety hivadika ho hetsika goavana miaraka na fidinana an-dalambe ny fitambaran’ireo fitakiana sy famahana ny olana ara-tsosialy. Kepoka ny fanjakana, ary tsy dia mahita horaisina.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaham-pifidianana SolombavambahoakaHisandrahaka manerana ny nosy ny Vondrona politika VTT

Noho ny hiatrehana ny fifidianana Solombavambahoakan’i Madagasikara ho tontosaina ny faha-27 mey 2019 dia fantatra fa tafatsangana ankehitriny ny Vondrona politika VTT « Vondron’ny Tia Tanindrazana »

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana raharaham-panjakanaTakona ireo teknisianina Malagasy

Ao anatin’ny fandaminana ny fitondram-panjakana ankehitriny ary manomboka efa mipetraka avokoa ny ekipa hanatanteraka ny programan’ny filoham-pirenena.

 

Tsikaritra anefa fa ahitana karazana kiantranoantrano eny amin’ny sehatry ny fitantanana raharaham-panjakana. Na dia eo anivon’ny fiadidian’ny Repoblika dia ahitana taratra resaka kivadivady sy kinamanamana izay mampitaraina sahady ireo teknisianina. Marihina hatrany fa ny teknisianina dia tsy tokony hanana loko politika kanefa tsy maintsy manome toerana an’ireo olona akaikin’ny filoham-pirenena. Ahiana hahatonga ady an-trano tsy tena vaky ao amin’ny fitantanana raharaham-panjakana ka rehefa ela ny ela dia tsy maintsy ho zava-doza ho an’ny firenena. Fanomezana valisoa ho an’ireo nanampy tamin’ny fotoam-pifidianana ve ny fitantanana raraharam-panjakana ? Fanomezana toerana an’ireo namana nanohana ara-bola ve ny resaka fanendrena ho ambasadaoro sy governora ? Nilaza ny minisiteran’ny atitany fa tsy ho ela ny fanendrena ireo governoram-paritra, faritra izay hitombo 23 araka ny fanambarana nataon’ny filoham-pirenena. Ny fanendrena ambasadaoro, kaonsily… sy ireo mpiara-miasa amin’izy ireo ihany koa dia ato ho ato. Raha ny lojika dia tokony ho olona ao anatin’ny «corps diplomatique» no misahana ireo andraikitra mampifandray antsika amin’ny any ivelany ireo saingy ilay resaka kivadivady sy kinamanamana no manjaka. Tsy ny mahamaika ny vahoaka no imasoana fa fisamborana etsy sy eroa no vahaolana hitan’ny mpitondra hatreto. Izany ve hanafoana ny tsy fandriampahalemana na fihenan’ny mpanao afera samihafa ? Sa mba hidiran’ny mpanao bizina hafa izay namany kokoa ? Mba hahafahana misoroka izay tsy hitera-bokatsoa ho an’ny vahoaka manoloana ny lalana hizoran’ny firenena amin’izao fotoana izao dia tokony hanova fomba fiasa. Hatramin’ny nandraisan’ny filoham-pirenena ny fitondrana dia tahaka ilay fisehosehoana ivelany no mahazo vahana, hany ka maro ireo fepetra raisina no toa tsy nandinihana akory ny tena zava-misy iainan’ny vahoaka eny ifotony.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha AndramenaMaro amin’ny mpanohana an-dRajoelina no voakasika

Araka ny fanadihadiana natao sy ny vaovao samihafa hatramin’ny tetezamita dia maro amin’ireo mpanohana ny filoha Andry Rajoelina no voakasika amin’ny resaka raharaha andramena na boaderozy.

 

 

Raha tena hatao tokoa ny fanenjehana ary tsy misy atao tombo sy hala amin’izany fanenjehana ireo mpanao trafikan’andramena izany dia tokony tsy maintsy ho fantatra ny olona nahazo vola tamin’ny raharaha andramena tany Singapour ireny, avy amin’ny alalan’ny SAMIFIN na ny sampandraharaha miady amin’ny famotsiam-bola, raha tena manao ny asany tokoa ny SAMIFIN ary tsy voatsindrin’ny mpitondra ambony. I Eddy Maminirina raha tsiahivina, dia nanohana azy tamin’ny fifidianana filoha. Nisy namany tao, ary solombavambahoaka teo aloha iray no voatonontonona. Tamin’ny fanjakana tetezamita ihany koa no tena nampirongatra ny trafika. Ny feo mandeha dia maro amin’ ireo olona akaiky ny filoha Andry Rajoelina amin’izao, sy ireo nanohana azy no voakasik’ity raharaha ity, ary fantatra fa volabe no nampiasaina tao. Nisy ny olona malaza ho mpanelanelana ary tranga mampiahiahy ny faharenesana fandrotsaham-bola mitentina 15 tapitrisa dolara Amerikanina avy tamin’ny banky iray avy any ivelany mety ho misy hidiran’ny raharaha andramena, raha ny loharanom-baovao iray. Aiza ho aiza ny SAMIFIN sa ho voabaiko koa ve? Mila avoaka ny marina fa tsy tokony hasiana kinamanamana raha tena atao marina ny ady amin’ ny famotsiam-bola sy ny kolikoly. Efa nambara teto fa ady amin’ny samy Mafia ity resaka andramena ity, ka miafara amin’ny fifamonoan’izy ireo izany matetika. Na mitombina na tsia ny dosie mikasika ny filoham-pirenena ankehitriny eny amin’ny Fitsarana ambony na ny HCJ (Haute Cour de Justice) momba ny raharaha andramena sy fanangonan-karena tsy ara-dalàna, dia midika zavatra be. Betsaka ny pitsopitsony tsy maintsy harahina raha hametraka fitoriana ireo mpitondra ambony amin’ity rafi-pitsarana ity, toy ny tsy maintsy hananganana kaomisionina eny amin’ny antenimieram-pirenena. Rehefa mahazo fankatoavana any ny fitoriana vao alefa any amin’ny HCJ. Rehefa tsy mankasitraka izany ny depiote dia tsy lasa lavitra ny dosie satria voalamina amin’ny kolikoly, hany ka ireo heverina fa ho nanao ny tsy mety indray no mirehareha.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin`ny tsimatimanotaAmpy izay ny fialokalofana amin`ny fanaovana politika

Mila miala amin`ny kolontsain`ny tsimatimanota isika eto Madagasikara raha tiana handroso. Amin`ny ankapobeany, tafapetraka ao anatin`ny fomba amam-panao izay mahazo fahefana izany.

 

 Ampy kosa izay ny fialokalofana amin`ny fanoavana politka entina manadio tena na manao fanamparam-pahefana. Sesilany ny fisamborana ary zava-dehibe saingy mila mandeha lavitra kokoa ary mijery ireo mpanao trafika isan-karazany. Tsy tokony hanavahana na iza na iza anefa raha tiana hiady amin`ny tsimatimanota. Ny serasera anefa bango tokana hoe mpomba ny fitondrana teo aloha no nanao ny tsy nety ka mandray andraikitra ny fanjakana ankehitriny. Izany hoe, olona meloka daholo ny mpitondra teo aloha. Iza anefa no tsy mahalala sy mahafantaratra fa misy olona eo amin`ny fanjakana ankehitriny no voasaringotra amin`ny raharaha samihafa. Tsy ny eo anivon`ny  fitondrana ve no tena manao ny ataony amin`ny kolontsain` ny tsimatimanota amin`izay fisian`ny mizana tsindrina ila amin`ny fampiharan-dalàna? Tsy tokony hijanona amin`ny fisamborana ny fitondrana fa mampiseho fandraisana andraikitra amin`ny tsy fitanilana. Najoro ny rafitra “Pole anti-corruption” (PAC) mba hanampy ny BIANCO sy ny SAMIFIN. Ny voasambotra tsy fantatra izay ho tohiny kanefa hisambotra olon-kafa indray. Aiza ilay mangarahara? Mifanohitra an`izay nambaran`ny filoha Rajoelina ny zava-misy raha toa ka tsy fitsarana mitanila sy tsy madio no hitsarana an`ireo olona ireo. Fitsarana politika aloha no misy eto fa tsy fitsarana mahaleotena. Vao tonga teo amin`ny fitondrana ny filoha dia miendrika lonilony politika na lolom-po tsy voafehy ny fanapahan-kevitra noraisiny. Tao anatin`izay iray volana mahery nitondran`ny filoha Rajoelina izay dia hita fa mitanila ary ahiana ho fitaovana politika ny fitsarana ao anatin`ny fitantanana raharaham-panjakana.

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Polytech VontovoronaAdy saritaka tanteraka

Tao anatin’ny 3 andro nisesy nanomboka ny alatsinainy lasa teo no nisian’ny fitokonana teny amin’ny sekoly ambony Politeknika eny Votovorona. Antony ny faharatsian’ny trano fonenan’izy ireo tsy misy fanamboarana sy fanavaozana kanefa nakarina ho 18.000Ar raha toa ka 7.000Ar.

 Takian’izy ireo ny fanamboarana ny toeram-pampianarana, ny trano fonenana, ny toeram-pidiovana sy fanaovana maloto, “connexion internet” ampy ho an'ny mpianatra rehetra satria lazaina ho Système LMD. Eo ihany koa ny fampiakarana 100% ny vatsim-pianarana satria ambaran’izy ireo fa ny saran-dalana aza hiakatra ho 800 Ariary. Takian’izy ireo ihany koa anefa ny fidinan’io saran-dalana io, ka asa izay mety hiseho amin’ny fotoana tena hiakarany, izay voafaritra fa manomboka amin’ny 10 martsa. Fandravana ny hetsika tamin’ny alalan’ny baomba mandatsa-dranomaso aloha ny setrin’ny fitakiana hatreto, ary niha nangotraka ny fifandonana. Nidina an-dalambe sy nanakan-dalana rahateo ireo mpianatra. Nifamaliana ny tora-bato teo amin’ny mpianatra an-daniny, ary ny baomba mandatsa-dranomaso avy amin’ny mpitandro ny filaminana an-kilany. Mpianatra miisa 4 no naratra ary nisy ny naratra maso voa tamin’ny faritry ny lohany, ary tena nandriaka ny ra. Mety voatifitry ny bala fingotra ny mason’ny iray izay vaky ra. Nanda anefa ny zandarimariam-pirenena, izay nilaza fa baomba mandatsa-dranomaso ihany no nampiasaina. Hatramin’ny nanombohan’ny fitokonana dia voalaza fa nisy mpianatra 3 voasambotra efa tany aloha, ary nisy iray ihany koa omaly. Tsy fantatra mazava na efa navotsotra ireo hatreto.

Gaboraraka ny tranon’ny mpianatra

Raha ny vesatra zakain’ny mpianatry ny anjerimanontolo dia manana tombondahiny ireo mpianatra mipetraka amin’ireny “cité” ireny. Misitraka trano fonenana, herinaratra, rano,… maimaimpoana, fa ny hafa kosa manofa trano isam-bolana, mandoa vidin-jiro,… Maro ny endrika kolikoly sy bizina amin’ny fipetrahana amin’ireny noho ny gaboraraka. Ny eny Vontovorona toa moramora tantanina ihany ny tranon’ny mpianatra satria izay mahavita fianarana tonga dia miala amin'ny trano. Ny eny Ankatso sy Ambohipo, dia olona efa tsy mianatra intsony sy efa manambady aman-janaka aza mbola hita eny. Misitraka ny tombontsoa samihafa toy ny jiro sy rano izay vesatra ho an’ny fanjakana, kanefa tena tsy misy tamberin’andraikitra ho an’ny fanjakana. Efa nilaza hanao fanadiovana ny fanjakana teo aloha tamin’ny alalan’ny minisiteran’ny fampianarana ambony, saingy tsy hita izay teo. Mila diovina tanteraka, raha tena sahy sy manana finiavana ny mpitondra.

 

Hanao fanambarana ka hampiantso mpanao gazety eny anoloan'ny amin’ny esplanade –Oniversiten’Antananarivo ny mpianatr'i Vontovorona anio amin'ny 9 ora maraina. Voahidy eny Betongolo mantsy ny filohan'ny Fikambanan'ny mpianatra.

Toky R

 

 

 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

Paco Sery : Le génie de la batterie, inspiration de la jeune génération

Génie des baguettes africaines, Paco Sery est une inspiration pour les jeunes batteurs du moment. Une vraie légende vivante, le musicien a environ 40 années de carrière à son actif. Focus sur ce gaucher qui sait faire chanter sa batterie comme personne

Dans la Grande île, les mélomanes ont eu la chance de le voir performer en « one-man-show » en 2013, mais depuis, ses baguettes, son charisme et son sens du partage artistique ont réveillé une passion chez beaucoup de musiciens malgaches. Retour sur les premiers pas de l’influenceur. Paco Sery est né à Divo en Côte d’Ivoire voire, le 1er mai 1956. C’est à l’âge de 9 ans qu’il annonce à son père qu’il souhaite devenir musicien. Ce dernier accueille la bonne nouvelle en le gratifiant d’une énorme gifle, qui le pousse à fuguer pour devenir batteur de bal à Dabou, avant de s’installer à Abidjan, où il devient peu de temps après le batteur attitré de la réputée peu fréquentable boîte de nuit « La Canne à Sucre ». C’est là que le chanteur et pianiste Eddy Louiss le découvre, et l’invite à intégrer son groupe parisien en 1979.

Rencontre avec Pastorius. Il se fait rapidement une petite notoriété dans les clubs de la capitale, et y rencontre le pianiste jamaïcain Monty Alexander, qui l’emmène en tournée. C’est ce dernier qui le recommande ensuite au maître Jaco Pastorius, qu’il subjugue par son jeu tout à la fois technique et puissant lors d’une jam-session au mythique Sunset Bar. Suite à cela, il collabore ensemble pendant deux ans, pour une série de concerts aux USA. Il fonde la même année le groupe Sixun, penchant européen du projet Weather Report, considéré comme l’un des premiers groupes de fusion jazz-rock, et où Pastorius officiait aux côtés du claviériste Joe Zawinul et du saxophoniste Wayne Shorter. Cette aventure de 15 années se fera en compagnie, entre autres, de Louis Winsberg à la guitare et de Michel Alibo à la basse. Mais durant cette période d’hyperactivité musicale, Paco trouve tout de même le temps d’offrir son talent à des pointures du jazz, comme Dee Dee Bridgewater, Manu Dibango, Claude Nougaro ou Mike Stern, mais aussi à des chanteurs de variétés tels que Jacques Higelin et Charlélie Couture.

Sollicité. La liste serait encore longue, puisqu’il se trouve également derrière les fûts lors de concerts et albums de Nina Simone, Marvin Gaye, Bobby McFerrin. Mais sa plus grande gloire est évidemment d’avoir été invité par son idole Joe Zawinul à participer à son Syndicate en 1996, au sein duquel il enchaîne pendant 9 ans les tournées à travers toute la planète. En juin 2012, il rejoint le nouveau groupe de Didier Lockwood (DLG) avec le bassiste Linley Marthe et le guitariste Jean-Marie Ecay. Avec son album intitulé « The real life » Paco Sery collabore avec des musiciens de haut niveau comme, à la basse Alune Wade, Hadrien Feraud et Guy N’Sangué, Ze Nascimento et Tony Free Bird (percussionnistes), au piano, il y a Eric Lenigni et bien d’autres pour sa réalisation. Les 14 titres sonnent véritablement comme un hommage à tous ceux qui l’ont inspirés, accompagnés, ainsi qu’à la jeune génération qui réinvente encore et encore le jazz et la musique. Dans cet album, dédié à sa fille, ce multi-instrumentiste de génie s’amuse à y mêler ses multiples influences, acquises lors d’une carrière extrêmement prolifique, qui lui a permis de côtoyer les plus grands.

Recueillis par Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Cabaret : Du « salegy » de Jaojoby au Fatapera

Jaojoby, le roi du « salegy »

Exit les grandes scènes, place aux soirées intimes. Ces derniers temps, le roi du « salegy » se veut à tout prix être près de ses fans. Alors demain, le roi du « salegy » ‘ réchauffera le fatapera’ à Antaninarenina. Il y retrouvera ses inconditionnels et les habitués des lieux en les faisant tanguer aux rythmes de son « salegy » intarissable. Toujours tant appréciée, sa musique se fait unique en son genre, bien loin de la musique actuelle qui pourtant ne détonne nullement dans cette vaste jungle musicale. Avec son intarissable zèle, il y reprendra ses incontournables comme  Alima,  Mangalà vaiavy, E tiako

Sa réputation va au-delà des frontières malgaches. Depuis une quarantaine d’années, il fait découvrir le « Salegy » et ses variantes dont le basesa et le sigoma à travers le monde entier. Il se produit dans plusieurs festivals internationaux au Portugal, en Allemagne, aux Pays-Bas, en France et notamment aux festivals Musiques métisses d’Angoulême et au Masa d’Abidjan. En 2008, il monte sur les planches de l’Olympia à Paris pour défendre les couleurs malgaches. Il est considéré comme l’un des défenseurs de la culture malgache à travers sa musique.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

FIANTA : Pour le rattachement de la commune de Namorogna à Manakara

Le président national du FIANTA Randrianasoavina Emilien Christian expliquant les points de vue de l’association.

L’association « Fitambaran’ny Antemoro eto Antananarivo » (FIANTA) a tenu un point de presse hier matin au restaurant Lémurien blanc, sis à Ampefiloha. Dans sa déclaration, l’association d’annoncer que des notables, des Ampanjaka et des maires de la commune rurale de Namorogna demandent le rattachement de la dite localité au district de Manakara.  FIANTA tient à préciser que les embouchures qui constituent la région Fitovinagny ne seront complètes si Namorogna y manque.

Nouveaux districts. Elle revendique également que le district d’Ikongo soit intégré dans la région Fitovinagny étant donné que géographiquement parlant Manakara est plus proche de ce district que Mananjary. Toujours dans cette région qui est composée notamment de 68 communes, elle réclame aussi que 3 nouveaux districts soient mis en place à Manakara et un autre à Vohipeno.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Familles sinistrées d’Anosibe Ouest II et d’Ampamarinana : Dons de vivres et de « non-vivres » de la...

L’éboulement survenu à Ampamarinana le 19 janvier dernier a engendré, entre autres, le déplacement de 189 familles.

Hier, dans la matinée, la PSHP ou (Plateforme humanitaire du secteur privé) s’est rendue auprès des sinistrés de l’incendie d’Anosibe Ouest II du 19 février  et d’Ampamarinana le 19 janvier dernier. 221 familles sinistrées d’Anosibe Ouest II en ont bénéficié, ainsi que 189 familles déplacées d’Ampamarinana.

Les dons comprennent entre autres, 256 sachets de compléments alimentaires, 35 kits de produits de première nécessité, une citerne verticale de 500 litres et deux citernes horizontales, respectivement de 3.500 litres et de 1.000 litres chacune. Un don numéraire de 1.000.000  ariary a été également remis. Par ce geste, elle a tenté de soutenir dans leur détresse ces sinistrés, désormais démunis, mais aussi à l’appel lancé par le Bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC) et des partenaires publics. La cérémonie de remises de vivres et de « non-vivres », s’est déroulée en présence du Poste de Coordination de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et de celui du BNGRC. Madame Isabelle Salabert, Présidente de la PSHP était également présente, accompagnée de quelques membres actifs de cette plateforme. 221 familles sinistrées de l’incendie d’Anosibe ouest font partie des bénéficiaires, ainsi que 189 foyers d’Ampamarinana. Ce n’est pas la première fois que la PSHP vient en aide aux sinistrés, Madame Isabelle Salabert, Présidente de la PSHP de rappeler : « La PSHP n’est pas à son premier geste, car elle a toujours répondu favorablement aux sollicitations des sinistrés et des autorités compétentes de toutes les régions de Madagascar ». Le représentant de la BNGRC a quant à lui remercié la PSHP  en disant : « Cette aide vient à point nommé. Elle permettra aux sinistrés de surmonter cette difficulté. »

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Sirama Brickaville sy Nosy be : Miandrandra vahaolana haingana avy amn’ny Fanjakana ny mpiasa

Manoloana ny tsy mbola fahitana vahaolana mba hamelomana indray ny orinasa Sirama ao Brickaville sy Nosy-be dia miantso ny fitondrana mijoro amin’izao fotoana izao ny mponina any amin’ireo toerana ireo sy ireo mpiasa ao amin’ity orinasa ity mba hamaha izany olana izany ao anatin’ny fotoana fohy. Hatreto, raha araka ny filazan’Andriamatoa Jean Paul, solonten’ireo mpiasa ireo, dia toa tsy misy vahaolana mihitsy ny fifanaraham-piaraha-miasa nataon’ny Fanjakana teo aloha tamin’ny orinasa izay noheverina fa hanarina ireo toeram-pamokaran’ny Sirama roa ireo. Vao mainka mitsipozipozy izany satria mbola tsy hita hatramin’izao, hoy izy, izay fanavaozana nentin’io fifanaraham-piaraha-miasa io. Ny mifanohitra amin’izany aza no mitranga, satria ny fivarotana ny tanin’ny Sirama indray no toa mahamaika ity orinasa mpamokatra zava-pisotro misy alikaola ity, ka mahatonga ireo mpiasa hihevitra fa angamba ho amin’ny tombontsoan’olon-tokana fotsiny izany. Nisy tokoa, hoy ity solontena ity, ny fitondrana mpiasan’ny Sirama nijery ny foiben’io orinasa io teto Antananarivo, izay toa milaza fa vonona hanao zavatra ity farany. Endrika ivelany ihany, hoy izy, no fahitan’ny mpiasa iny hetsika iny satria olona efa voaroaka ka tsy miasa ao amin’ny Sirama daholo ireny tonga tao ireny. Nambarany fa tena nanome fanantenana ireo mpiasa tokoa ny nilazan’ny Filoham-pirenena tao amin’ny kabariny nandritra ny fianiana nataony teo Mahamasina fa hiady amin’ny kolikoly ary hatao malalaka sy mangarahara ny tolotrasa amin’ireo orinasa izay hiaraka hiasa amin’ireo orinasam-panjakana ilana izany.  Mba ho fanatanterahana izany dia takian’ny mpiasa ny hanaovana fitsirihana na « audit » ny Sirama Brickaville sy Nosy be, alohan’ny hirosoana amin’izay ho fifanaraham-piaraha-miasa vaovao.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Bianco Antananarivo : Changement de tête à la Direction Générale

La direction générale du bureau territorial d’Antananarivo du Bianco (Bureau Indépendant Anticorruption) change de tête. En effet, le Général Ratovoson Benjamina cède la place à Rakotondrainibe Seheno Malala. La passation a eu lieu, hier, à Ambohibao, au siège du Bianco. Pour l’ancien DG du bureau territorial d’Antananarivo, le Général Ratovoson Benjamina, il a été question de présenter les efforts conjugués, en l’occurrence, la transmission des dossiers brûlants de corruption au niveau des juridictions laquelle a abouti à des arrestations. A côté, les perspectives  ne sont pas anodines et les défis sont herculéens. D’après les informations qui nous ont été communiquées, le volet « éducation et sensibilisation » ayant trait au refus et à la lutte contre la corruption sera travaillé et réalisé avec les organisations de la société civile, entre autres, le mouvement Rohy, l’ONG Tolotsoa, ou encore Transparency International Initiative Madagascar ainsi que les associations confessionnelles.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara0 partages

Miandrivazo : Mpandraharaha maty voatapa-tenda

Nitrangana vono olona nahatsiravina niseho tamin’ny fomba feno habibiana indray, tany amin’ny distrikan’i Miandrivazo, afak’omaly naraina. Raim-pianakavina iray voalaza fa mpandraharaha mpanangom-bokatra no hita faty teny an-tanimboly voakapan’ny antsy maranitra lavalela teo amin’ny tendany, tao amin’ny fokontany Ambalakida, any amin’ny Kaominina ambanivohitr’ Ankotrofotsy. Raha araka ny nambaran’ny vadin’ny maty, dia ny harivan’ny alatsinainy teo, tokony ho tamin’ny enina ora tany ho any, no nisy olona iray mifankafantatra tsara tamin’ity lehilahy namoy ny ainy ity, nilaza fa manana apombo hamidy,, ka naka an’ity mpividy vokatra tao an-tranony, ary niara-nandeha hijery ilay « lila » izy ireo, ka ny maraina vao lanjaina ny entana. Tany anefa ity raim-pianakaviana ity ny alina tontolo. Akory anefa ny hatairan’ny rehetra raha naheno tamina tantsaha naka anana vao maraina, izay nahita ny faty nihosin-drà voafira « fibara » teo amin’ny hatony sy ny tarehiny. Taorian’ny fahitana ny razana, dia tonga nidina ifotony nijery ny zava-misy sy nanokatra fanadihadiana ny manam-pahefana any an-toerana.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Ecole supérieure polytechnique d’Antananarivo : Des étudiants grévistes s’en prennent aux journalistes

La violence faite aux journalistes faisant correctement- c’est-à-dire de manière libre et responsable- leurs métiers. Malheureusement, pour eux, certains étudiants grévistes de l’ESPA (Ecole supérieure polytechnique d’Antananarivo) ne l’ont pas compris, ou délibérément ignoré.

Hier, une partie de ces étudiants grévistes ont lancé des pierres agrémentées d’insultes et d’intimidations aux journalistes, venus pourtant faire leur travail, notamment recueillir auprès d’eux des informations fiables sur les motivations de leurs revendications, de leur grève. Un élan positif et « normal » auquel les étudiants ont répliqué avec violence et insultes. Une consœur a été blessée. Ce que ces étudiants ignorent c’est que ces actes dénués de respect et irresponsables ne servent pas leurs intérêts et portent un coup à leur crédibilité. Se mettre à dos les journalistes, c’est courir le risque que leurs revendications ne soient pas entendues par leurs cibles, notamment les autorités concernées, mais aussi connues du grand public. Car les journalistes favorisent justement le dialogue et la justice sociale, en créant le lien entre les citoyens qui les gouvernent. Pour rappel, les revendications de ces étudiants portent sur la hausse exponentielle et selon eux, insoutenable des frais d’écolage et de logement, malgré la vétusté des équipements et des infrastructures. Par ailleurs, notons que la violence semble devenir monnaie courante dans les manifestations estudiantines de cette école supérieure, car ce n’est pas la première fois qu’ils agressent les journalistes. De plus, hier, il a été également rapporté qu’un étudiant a été grièvement blessé au visage, suite à des affrontements avec les forces de l’ordre.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Kidnapping : Manamboninahitra ambony nosamborina

Fanapahan-kevitra maromaro no indray noraisina taorian’ny fandalovan’ny Praiminisitra tany Tsaratanàna mba hijery ifotony ny momba ny raharaha fakàna an-keriny nisesisesy hatramin’ny taon-dasa teo ary mbola mitohy hatramin’izao. Isan’ny nivaingana tao anatin’izany ny fahasahian’ny mpanao fanadihadiana nisambotra ny manamboninahitra ambony (officier supérieur) iray eo anivon’ny zandarimariam-pirenena. Tazonina eo anivon’ny sampandraharaha misahana ny fanadihadiana heloka bevava io tompon’andraikitra io. Firaisana tsikombakomba sy fiarovana an’ireo mpanao ratsy no isan’ny vesatra anenjehana io ofisien’ny zandary io. Ankoatra izay dia isan’ny tapaka koa ny hanomezana fankasitrahana ho an’ny olona tsara sitra-po manome vaovao marim-pototra momba ireo atidoha nikotrika ny kidnapping ao Tsaratanàna. « Del » sy « Tersa », solon’anaran’ireo mpanao ratsy izay karohina mafy amin’izao fotoana. Omena roa tapitrisa ariary, raha araka ny fanampim-baovao nomen’ny zandary, ny olona manampy amin’izany. Notsipihan’ny mpiandraikitra ny seraseran’ny zandary fa mbola hisy koa ny fisamborana manamboninahitra sivily sy mpandraharaha sasantsasany ato ho ato momba ny raharaha kidnapping hatrany. Tany an-toerana dia nanapa-kevitra ny Praiminisitra ny amin’ny hanampiana an’isa ireo zandary miasa eo anivon’ireny « poste avancé » ireny. Isan’ny tao anatin’ny fanentanana ny olona koa ny tsy fisalasalana mba hametraka fitoriana ny mpitandro ny filaminana eo anivon’io vondron’ny zandarimariam-pirenena io avy amin’ny alàlan’ny adiresy mailaka doleancesgendarmerie@gmail.com na koa ny fiantsoana mivantana ny laharana 0341401388. Efa nahitam-bokany sahady io fandrisihana ny olon-tsotra mba hilaza ny tsy mety io. Avy amin’izany ohatra no nampidoboka am-ponja zandary iray tay Morafenobe ary koa tany Bemarivo. Ny iray dia voarohirohy ho nikasi-tànana tsy araka ny lalàna ary ny faharoa kosa dia naka zaza tsy ampy taona an-keriny noho ny hamamoan’ny ray aman-dreniny. Raha mitohitohy ny fandraisana fepetra toy izao dia mba misy tsirim-panantenana ihany ny fiverenana tsikelikely amin’ny fanjakana tsara tantana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Législatives : Démenti de Pierrot Rajaonarivelo

Le Président national du MDM Pierrot Rajaonarivelo.

Réagissant par rapport à la déclaration de Tabera Randriamanantsoa sur une télé privée comme quoi le MDM fait partie de la plateforme VTT, Pierrot Rajaonarivelo d’apporter un démenti formel. Le Président national du MDM de spécifier que « personne ne peut parler au nom du MDM en dehors du bureau national ». Concernant les législatives, le noyau dirigeant du parti est en train de se pencher sur les candidats à présenter. «  On verra si le MDM va faire cavalier seul ou faire liste commune avec d’autres formations », explique Tonton Sola . Jusqu’ici, ni le MDM ni son Président national n’ont contracté aucune alliance  avec la plateforme sus- citée. Et ce, contrairement à la déclaration de Tabera qui a cité nommément Pierrot Rajaonarivelo comme étant candidat du VTT ou « Vondrona Tia Tanindrazana ».

R.0

Midi Madagasikara0 partages

VITOGAZ : Engagement pour l’insertion des jeunes avec le projet : « Ndao Hanavao »

Les jeunes bénéficiaires du programme « Ndao hanavao » avec les collaborateurs de « VITOGAZ », ainsi que les responsables du laboratoire et les designers.

Le laboratoire d’innovation et de création pour le design social à Madagascar est un instrument destiné à la réinsertion professionnelle des jeunes.

Conformément à sa politique de responsabilité sociétale d’entreprise, « Vitogaz » reste fidèle à ses  objectifs de contribuer au développement du pays, et à préserver l’environnement, c’est ainsi qu’elle se lance dans un projet innovant autour de l’insertion des jeunes et du recyclage des déchets plastiques.

Initiative locale. Dénommé « Ndao Hanavao », le projet consiste en la création d’un laboratoire d’innovation et de création pour le design social.  « Ndao Hanavao » est uneinitiative locale initiée par « Rubis Mécénat » en association avec « VITOGAZ Madagascar », consistant en un atelier d’expérimentation et de formation en présence de designers invités. A travers la conception d’objets de design, l’objectif est de trouver des solutions viables et pérennes à certaines problématiques sociétales auxquelles est confrontée la population malgache vivant dans une  grande précarité (problématiques liées à l’eau, à la lumière, à l’énergie, à l’environnement, aux déchets, …).

Designers français. Pour sa première édition, « Ndao Hanavao » a invité à Antananarivo les designers français de « The Polyfloss Factory, Christophe Machet et Emile Visscher, à développer le concept de leur machine « Polyfloss », procédé innovant de recyclage de déchets plastiques, problématique majeure à Madagascar. S’inspirant de la machine à barbe à papa, ce procédé permet d’obtenir une laine flexible pouvant être réutilisée de différentes manières sous la forme d’isolant thermique, d’emballage, d’objets design, et pouvant également servir aux créations textiles et artisanales, au moulage et à la conception d’objets à valeur d’usage.

Formation. Le Laboratoire « Ndao Hanavao » accueille en formation de jeunes adultes malgaches dans le dessein de les accompagner dans le développement d’initiatives commerciales et collaboratives avec des artisans locaux à partir de la laine « Polyfloss ». Parallèlement, « Ndao hanavao » invite des artistes et des designers à expérimenter avec la laine « Polyfloss » produite au laboratoire. De la collecte des déchets plastiques triés par un réseau de collecteuses sur les déchetteries d’Antananarivo, à la phase de production dans l’atelier organisée par les designers invités et par les jeunes en formation, le plastique est recyclé et transformé sur place en produits finis : objets à valeurs d’usage et produits de première nécessité. Ce même plastique transformé peut être revendu sous forme de panneaux, de laine, de rouleaux de feutre, … en tant que matériaux de construction ou comme matière première pour un artisanat local.

Associations locales. Pour la première promotion, dix jeunes malgaches, âgés de 17 à 20 ans, en réinsertion professionnelles auprès d’associations locales, telles que Enda, Manda, Graines de Bitumes, suivent la formation dans le cadre du projet. Ils bénéficient en outre de cinq à dix jours de formation par mois avec des cours d’introduction au design, de français, de compétences de vie ainsi que des formations à l’entrepreneuriat . De la phase d’implantation du projet à sa phase de développement, les jeunes participants sont invités à entreprendre et à se responsabiliser, notamment en développant des initiatives collaboratives avec l’artisanat local. Ils auront ainsi toutes les clés en main à l’issue de leur formation pour faire perdurer la production de laine « Polyfloss » à Madagascar et développer leurs propres économies sociales et solidaires autour du Laboratoire d’incubation et d’expérimentation « Ndao Hanavao ». La première grande collaboration prendra forme avec l’artiste malgache Joël Andrianomearisoa, qui réalisera une œuvre entièrement conçue à partir de la laine « Polyfloss » destinée à être exposée au Frac.  Joël Andrianomearisoa représentera également le premier pavillon de Madagascar à la Biennale de Venise 2019, du 11 mai au 24 novembre prochain, avec le soutien de « Rubis Mécénat » en tant que principal mécène.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Talatamaty : Un blessé par balle et 1 000 000 d’ariary dérobés lors d’une attaque chez un épicier

Un père de famille d’une quarantaine d’années a été blessé par balle. Un million d’ ariary et quelques objets de valeur ont été dérobés. Tel est le bilan d’une attaque à main  armée contre un propriétaire d’une « épi-bar » dans la commune rurale de Talatamaty, district d’Ambohidratrimo, la nuit du 26 au 27 février 2019. L’acte a été commis vers 1 heure du matin. Six individus à visage découvert, munis d’un fusil et  d’armes blanches, ont investi le domicile de ce commerçant  après  avoir fait  sauter la porte de la maison. Surpris, le père de famille a tenté de s’échapper par la fenêtre. Pour l’en empêcher, les bandits ont tiré sur lui. Frôlé par une balle au front, celui-ci a dû se rendre pour finalement se soumettre aux exigences des prédateurs qui l’ont obligé à leur donner de l’argent. Ainsi, ils ont réussi à mettre la  main  sur une somme d’un million d’ariary,  un téléphone portable, un lecteur, un poste téléviseur à écran plat, et un ordinateur portable avant d’évacuer les lieux. C’était à ce moment que la victime a pu appeler secours. Alertés quelques minutes après, des éléments motorisés de l’Etat-major mixte opérationnel de sécurité (EMMO-Sécurité)  en patrouille dans la localité et des gendarmes de la brigade de Talatamaty se sont rendus sur place pour procéder à la poursuite des malfaiteurs. Puisque l’enquête préliminaire effectuée par la gendarmerie a fait penser que les malfaiteurs  se trouvaient encore dans les parages, un chien pisteur a été mobilisé. Malheureusement, les poursuivants sont rentrés bredouilles. Aucun suspect n’a été appréhendé. Le blessé a été évacué d’urgence à l’hôpital luthérien d’Ambohibao. La brigade de Talatamaty se charge actuellement de l’enquête. L’inspection des lieux du crime a permis aux forces de l’ordre de récupérer deux étuis de balle et  l’identification pourraient constituer une piste pour interpeller les suspects.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Réfection des rues de Tana : Travaux mal faits, 16 entreprises contraintes à la reprise des chantiers

A Andranobevava où de récents travaux de réfection ont été effectués.

Après les gros dégâts laissés par les épisodes d’intempéries, depuis le début de la saison pluvieuse, les rues d’Antananarivo ont été réhabilitées, mais peu de temps après la fin des travaux, les usagers constatent que certains tronçons n’ont pas mis longtemps pour retrouver leur état initial : dégradées !

« A peine réhabilitée, la voilà qui commence déjà à présenter un début de nid de poule et des flaques d’eau dès qu’il pleut ! ». Ce constat amer est celui des usagers de la route du côté d’Andranobevava où un tronçon de rue au niveau de l’arrêt de bus menant vers Amboditsiry a présenté des graves signes de dégradation, source de ralentissement de la circulation et de dommages aux  véhicules. Ayant fait l’objet d’une réhabilitation récemment, cette  rue n’a visiblement pas conservé longtemps son nouvel aspect. Idem pour un autre tronçon réhabilité sur les deux voies de la Route des Hydrocarbures, où une partie des travaux effectués récemment commencent déjà à présenter des signes de dégradation après seulement quelques épisodes pluvieux.  Ailleurs, les mêmes signes de dégradation sont également observés.

Sanctions. Et pourtant, les entreprises prestataires sont tenues de respecter les termes du contrat conclu avec le ministère qui leur ont attribué le marché. Au début du mois, une réunion de travail ayant rassemblé les responsables du ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Habitat et des Travaux Publics (MAHTP), le ministre lui-même et les entreprises prestataires pour la réhabilitation des rues d’Antananarivo, était l’occasion pour le ministère de rappeler aux entrepreneurs, face à l’insatisfaction éprouvée après la réalisation des travaux, qu’elles sont tenues de respecter leurs obligations et responsabilités suivant les contrats signés avec l’Etat. C’est ainsi que le ministère a averti d’un risque de sanction à l’encontre des prestataires ne remplissant par les termes desdits contrats. En effet, d’après les textes régissant les marchés publics, les constructions ou réhabilitations des infrastructures routières s’effectuent sur la base de  contrats de garantie qui soumettent les prestataires à maintenir les infrastructures en état pendant la période de garantie. Un ordre de reprise des travaux allait alors être remis aux entreprises concernées par les travaux de réfection des rues, ne donnant pas satisfaction par rapport aux termes des contrats signés. C’est chose faite depuis la semaine dernière. Seize entreprises sont concernées.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Secteur privé : Des citernes et des PPN pour les sinistrés d’Anosibe

Remise de dons du PSHP aux sinistrés d’Antananarivo.

La Plateforme humanitaire du secteur privé (PSHP) a fait don de vivres, de matériels et équipements divers aux victimes des catastrophes. Hier, ce sont les 32 familles sinistrées de l’incendie d’Anosibe Ouest II  qui ont reçu 265 sachets de compléments alimentaires, une citerne de 500 litres, une autre citerne horizontale de 1.000 litres ainsi que 35 kits de produits de première nécessité, composés de riz, de sucre, de légumineuses sèches et de bouteilles d’huile. D’après Isabelle Salabert, présidente de la PSHP, cette action est menée suite à un appel lancé par les partenaires étatiques et le BNGRC. Les sinistrés d’Ampamarinana ne sont pas non plus en reste. Les 189 ménages déplacés au Village Voara Andohatapenaka, suite aux éboulements d’Ampamarinana ont également bénéficié d’une citerne horizontale de 3.500 litres et d’une somme d’un million d’ariary pour l’achat de latrines. « Ces dons sont l’ énième du genre fait par la PSHP au profit des populations vulnérables. La Plateforme a toujours répondu favorablement aux sollicitations des sinistrés et des autorités compétentes, dans toutes les régions de Madagascar », a indiqué la présidente Isabelle Salabert.

Antsa R

Midi Madagasikara0 partages

Football – Itasy : La CNaPS Sport sacrée

C’est sur le score de 2 buts à 1 que la CNaPS Sport a battu Jet Mada, hier, en finale du Championnat d’Itasy au stade de Vontovorona. Déjà à la première période, Lalaina a ouvert le score pour les Caissiers. De retour des vestiaires, Tojo a inscrit le second but pour la CNaPS. Les champions de Madagascar mènent par deux buts à zéro. Les protégés de Careca ont essayé de riposter où Tsito a réussi à avoir un penalty. Et c’est sur ce score de 2 buts à 1 que les Caissiers ont été sacrés champions d’Itasy. Les poulains de Tipeh ont repris ainsi le trophée perdu l’année dernière aux dépens de Jet Mada. Le tableau des équipes qualifiées pour le championnat de Madagascar nouvelle version commence à se dessiner. Elles seront 24 équipes réparties dans quatre poules de six équipes. Les rencontres de la première phase se joueront dans quatre sites à Mahajanga, Toamasina, Fianarantsoa et Toliara du 8 au 17 mars. Les deux premiers de chaque groupe rejoignent la compétition D1 et les 3es aux 5es disputeront la compétition D2. La compétition D1 sera composée d’une poule unique de huit équipes où tout le monde rencontre tout le monde. Au programme de la compétition, sept  journées où chaque équipe jouera sept matches. Il y aura un calendrier codé préétabli et un tirage au sort se fera après la 1re phase pour finaliser tous les calendriers. Pour la compétition du D2, la deuxième phase se disputera du 12 au 21 avril 2019 où il y aura deux groupes de six  clubs soit au total cinq matches par club. Les deux premiers de chaque groupe obtiendront leur qualification pour la Poule des As qui se tiendra les 5 et 19 mai, les 09 et 23 juin et les 7 et 21 juillet 2019. Les rencontres entre les quatre clubs se jouent en six journées sous la formule aller et retour sur leur propre terrain.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Manakara : Mitombo isa ireo zaza tsy ampy taona mivaro-tena sy mitarika posy

Fahantrana mahazaka maniraka, ary ny kibo tsy mba lamosina, hoy ny fiteny mahazatra. Raha ny zava-misy ao an-tampon-tanànan’i Manakara, renivohitry ny faritra Vatovavy Fitovinany, dia mitombo isa ary tsy mitsaha-mitombo ankehitriny ireo zaza tsy ampy taona mivaro-tena (antsoin’ny olona hoe : andràdrà), ka misy amin’ireo tovovavy kely ireo no mbola tsy vory tratra (tsy misy nono), izay manodidina ny folo taona eo. Raha nanontanian’ny mpanao gazety nandritra ny fanadihadiana natao tany an-toerana, ny sasany tamin’ireo ankizivavy mpampanofa fahafinaretana, dia fa vokatry ny fahantrana sy ny tsy fisiana ary ny fahasahiranan’ny ray aman-dreniny no manosika azy ireo hanao an’ity asa tranainy indrindra eto ambonin’ny tany ity, satria hono vola malaky sady tsy mila « diplôme » ny manao makorely. Araka ny fanazavana azo hatrany, dia misy mihitsy ny ray aman-dreniny sasany no manosika an-janany hivaro-tena, na dia tsy safidin’ilay zaza ny hanao izany, satria raha amin’ny taonany dia mbola tokony ho an-tsekoly ireo zaza. Ho an’ny tovolahy kely niala fianarana mialoha kosa, ka efa miroso sahady mikarama, dia ny mitari-posy no maharoboka ny maro amin’izy ireo.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Insécurité : Le CFM préconise le recours au « Dina »

Le CFM apporte sa contribution à l’instauration du climat d’apaisement dans le cadre des Législatives du 27 mai.

Pour le CFM, l’application du « Dina » constitue une solution à l’insécurité grandissante dans le pays.

Une conférence publique sur les « Soatoavina malagasy » et la refondation a été organisée hier par le CFM (Conseil du Fampihavanana Malagasy) à l’Ecar Faravohitra. Une conférence à laquelle ont participé des représentants du Sénat, de la CNIDH, du HCDDED et ceux des associations des notables ainsi que le Haut Conseiller aux Droits de l’Homme auprès des Nations Unies à Madagascar Omer Calambeu. Le rôle des « Soatoavina malagasy » dans la réconciliation a été débattu au cours de cette conférence animée par le Pr Rafolo et le Pr Razanabahiny Victorine et placée sous l’égide de la Commission Refondation au sein du CFM présidée par Serge Andrianjava. A l’issue de la conférence, le Conseil du Fampihavanana Malagasy a conclu que le mariage entre la loi et le « Dina » constitue la solution à l’insécurité qui n’épargne plus personne à Madagascar ces derniers temps. L’accent a été surtout mis sur l’efficacité du recours au « Dina » dans la lutte contre l’insécurité en  milieu rural.

Acquis démocratiques. D’après le CFM, l’institution du « Dina » permettra au gouvernement de faire participer la population à la lutte contre l’insécurité et la corruption. Par rapport aux Législatives du 27 mai prochain, le Conseil du Fampihavanana Malagasy vient de mener avec les membres de la CENI une éducation citoyenne au niveau des chefs-lieux des régions. Une éducation citoyenne qui lui a permis de prêcher l’apaisement et les « Soatoavina malagasy » à l’endroit de ceux qui se présenteront aux prochaines élections. Le respect mutuel entre les candidats députés a été évoqué par les réconciliateurs. Par ailleurs, le Conseil du Fampihavanana Malagasy aspire à ce que les acquis démocratiques constatés à l’issue des dernières présidentielles soient préservés avant, pendant et après les Législatives du 27 mai. La préoccupation du CFM s’explique par les enjeux hautement politiques des prochaines Législatives. A un mois de ce scrutin, l’effervescence est déjà au rendez-vous dans la classe politique.

Importantes missions. Visiblement, le Conseil du Fampihavanana Malagasy ne cesse de prouver son utilité depuis les dernières présidentielles. Ces derniers temps, le CFM accompagne la CENI dans une mission d’éducation citoyenne. Lors des dernières présidentielles, il a proposé une Charte de bonne conduite des candidats, mais les « grands candidats » n’y ont pas adhéré. Actuellement, le CFM essaie d’apporter sa contribution à la préservation des acquis démocratiques dans le cadre des Législatives du 27 mai. Le sort de cet organe constitutionnel reste cependant incertain depuis l’accession au pouvoir d’Andry Rajoelina qui a annoncé durant sa campagne électorale la suppression du Sénat, actuellement mis en veilleuse depuis l’adoption de la loi d’habilitation autorisant le président de la République à légiférer par voie d’ordonnance. Quoi qu’il en soit, la feuille de route de 2011 et la Constitution de la Quatrième République attribuent au CFM d’importantes missions pour des véritables alternances démocratiques dans le pays.

R. Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Musique du Sud : Sarandra beloba revient sur la scène tananarivienne

Place à la Musique du Sud

A ses débuts, Sarandra beloba a voulu positionner une nouvelle référence culturelle et promouvoir la danse, la musique et les instruments traditionnels malgaches de la région d’Anôsy. 14 ans plus tard, l’image du groupe est posée depuis quelques années. Avec leurs instruments typiquement malgaches, les 7 membres du groupe Sarandra Beloba donneront un spectacle musical enivrant samedi au No Comment Bar Isoraka. Du « mangaliba » évidemment, leur genre de musique de prédilection, mais également du « fary mireky », du « katrehaky », du « sagenaky » et du « kololoky ». Certainement, cette soirée respirera les couleurs du terroir du Grand sud, histoire de s’évader le temps d’une soirée bien plaisante.

Le groupe Sarandra Beloba est né en mai 2005 suite à une initiative commune de deux groupes de personnes, d’une part, des artistes fondateurs et d’autre part, d’un couple, originaires de l’Anôsy. S’ils ont fait du chemin depuis 2005, Sarandra Beloba a également fait tilt lors du Sommet de la francophonie en 2016 en remportant le concours dans la catégorie instruments traditionnels. Un groupe à (re)découvrir !

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

TOLIARA. : Le mauvais temps s’en va

La Rue du Marché, toujours inondée dès qu’il pleut un peu plus.

Il y a encore une semaine, la Cité du Soleil est devenue Cité d’Eaux. Toutes les rues étaient  inondées . La rue du Marché passant par l’Opérateur téléphonique Orange était barrée à cause d’une bouche d’eau qui débordait. De même, la rue menant vers le stade couvert n’était pas accessible au niveau de la BOA. « De l’argent jeté par la fenêtre, car il y a toujours eu de l’eau, même après la réhabilitation », affirme  une riveraine qui a un commerce sur le trottoir.

Pic2 (Programme Intégré de Croissance) peut se réjouir, son travail n’est pas mouillé.Objectif : promouvoir l’agrobusiness et le tourisme, relier la RN7 à la RN9.Ce qui fut fait en passant par Andaboly et inauguré deux fois par l’ ex-Président. Une autre réalisation de Pic2, la route vers le Port venant de l’hôtel Plaza. Enfin un grand château d’eau de 800 m3 à Andranomena pour alimenter la partie Sud de Toliara.

La Commune de Toliara pense travailler avec un nouveau programme de l’UE, pour l’aménagement de la ville (PADEV) qui débute le 22  février, corriger les erreurs des bâtisseurs et entrepreneurs précédents et préparer la réélection de l’actuel Maire.

Charles RAZA

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana niharo fanolanana : Lehilahy roa no voasambotry ny pôlisy tetsy Anjanahary

Roa volana aty aoriana, nibaby ny nataony ihany ireo olon-dratsy tompon’antoka tamin’ny fanafihana mitam-piadiana niharo fanolanana nitranga tetsy Anjanahary ny volana desambra lasa teo. Voasambotry ny pôlisy avy ao amin’ny sampandraharaha misahana ny ady heloka bevava mantsy ny roa lahy, izay fantatra fa nandray anjara tamin’io tranga io.

Nanomboka tamin’io fotoana io moa ny fanadihadiana sy ny fikarohana ireo nahavanon-doza rehefa tonga nametraka fitairanana teny anivon’ny pôlisy ireo lasibatra, ary dia io nahitam-bokany io. Tamin’ny fisavàna ny tranon’ireto roa lahy ireto mantsy dia mbola hita tao ny saron-tava nampiasain’ny iray tamin’izy ireo tamin’ny andro nanaovan’izy ireo ny fanafihana. Tetsy andanin’izay dia nanizingizina mafy ihany koa ireo niharam-boina fa anisan’ireo nanafika azy ireo ireto farany. Nony farany moa dia niaiky ny heloka nataony ihany ireto roa lahy ireto ary natolotra teny anivon’ny Fampanoavana, ary nalefa avy hatrany tany am-ponja. Raha tsiahivina tokoa ny tranga niseho, ny alin’ny alahady hifoha alatsinainy dia nanao amboletra niditra tao amin’ity tokantrano iray ity ny andian-jiolahy maromaro nirongo fiadiana. Tsy nisy afa-tsy mpivady niaraka tamin’ny zanany vavy 18 taona tao an-trano ka mora tamin’ireo olon-dratsy ny nifehy azy. Tsy nianona fotsiny tamin’ny fangalàna ireo vola sy zavatra sarobidy tao amin’ity tokantrano ity moa ireto olon-dratsy fa mbola novetavetain’izy ireo teo imason-drangahy ramatoa vadiny sy ilay zanany vavy. Marihana, hoy ny vaovao, fa mbola misy naman’ireto voasambotra ireto mandehandeha any ary efa eo am-pikarohana azy ireo ny pôlisy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Tennis CAT-ITF / U14 – Grade 2 : Les locaux marquent leur territoire

La première journée de la première étape du tournoi de tennis CAT – ITF U14 grade 2 disputée sur les courts de l’ACSA a vu la confirmation des locaux. Ils sont présents dans le tableau des huitièmes et quarts de finale.

Six pays ont participé à ce tournoi à savoir le Kenya, le Zimbabwe, la Zambie, le Botswana, les Seychelles et Madagascar, le pays hôte.

Chez les garçons, huit jeunes raquettes sont qualifiées pour les huitièmes de finale. Une présence remarquée et remarquable des hôtes qui devront batailler dur ce jour. Alvin Andrianavalona, Matio Raoily, Lanja Rabenarivelo, Tefy Rabarijaona, Harena Andrianaivo, Finoana Rakotomalala ont validé leur ticket lors des rencontres des 16es de finale d’hier. Au programme de ce jour, quatre confrontations entièrement malgache entre Mahefa Rakotomalala, tête de série numéro 2 et Alvin Andrianavalona, Harena Rafidiarison contre Tefy Rabarijaona, Harena Andrianaivo face à Johnny Rovanantenaina et le duel entre Miahy Raharijaona et Tody Rajaobelina. Dans les autres affiches, Takura Muhwandagara du Zimbabwe défiera Lanja Rabenarivelo, le Zambien Richard Simbaya sera aux prises du Botswanais Mark Nawa, Matio Raoily contre Travis Gedeon. Mais l’affiche la plus attendue est le match entre la tête de série numéro 1, Finoana Rakotomalala et le Zambien, Kigan Chitete.

Dans le tableau féminin, onze joueuses disputeront les rencontres des huitièmes de finale ce jour. En seizièmes de finale, Dune Vaisseau encore non classée s’est permise de luxe d’éliminer la Zambienne, Media Chiswaswa classée 103e par deux sets à zéro, 6-0 et 6-0. Elle affrontera la Seychelloise, Alisha Sharma, classée 91e. Autre qualification remarquable d’hier est celle d’Iriela Rajaoelina aux dépens de la Zambienne, Shamira Chomba en deux sets à zéro, 6-0 et 6-0. Comme chez les garçons, une chose est sûre, quatre joueuses seront qualifiées pour les quarts, car au programme, il y a quatre affiches cent pour cent malgache. Au vu de la prestation d’hier et conformément à l’objectif de la fédération malgache de tennis, les Malgaches auront une forte chance de faire une razzia à ce tournoi. Outre les points à remporter, des tickets pour les Championnats d’Afrique sont également à la clé.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Géosciences, risques et technologies : Un colloque international à l’Université d’Antananarivo

Un évènement scientifique inédit se tiendra à l’Université d’Antananarivo les 26 et 27 septembre de cette année. Il s’agit du colloque scientifique international intitulé : « Géosciences, ressources et technologies».

 Pourquoi les « Géosciences » et pourquoi à Madagascar ? Et bien, d’abord, la Grande Ile est on ne peut plus concernée par les géosciences, les ressources et technologies disponibles et celles à mettre encore en œuvre. Il ne s’agit donc pas d’un jargon compliqué et dénué d’intérêt public. Tout simplement, car le terme « géosciences » désigne et englobe ici tout ce qui se rapporte à la Terre, aux Sciences de la Terre, donc également à l’environnement et tous les « phénomènes atmosphériques » tels que le Changement climatique (Madagascar est le troisième pays le plus vulnérable aux changements climatiques dans le monde), la santé des sols, la biodiversité et toutes les menaces qui pèsent sur elle. L’environnement étant à la fois stratégique et très menacé à Madagascar, à la croisée d’enjeux politico-économiques, touristiques, mais aussi culturels. Pour en revenir au contexte, les géosciences en étudiant la santé du sol, et son intersection avec les changements climatiques peuvent par exemple fournir des informations on ne peut plus éclairées sur les éboulements qui fauchent des vies chaque année sur les hauteurs d’Antananarivo.

Le colloque. Cette rencontre scientifique internationale est organisée par l’Institut d’Observatoire géophysique d’Antananarivo (IOGA), avec le soutien Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et de l’Université d’Antananarivo. Ce colloque marque également les 130 d’existence de l’IOGA, nommé a ses débuts, en 1889 : « L’Observatoire royal de Tananarive ». Jusqu’à maintenant d’ailleurs, l’IOGA est toujours situé à Ambohidepona, à l’axe Sud-Ouest de l’Université d’Antananarivo. Du point de vue qualité, des experts éminents, voire « les plus éminents » selon les organisateurs fourniront un travail acharné pour un colloque de haut niveau, côté recherches et partages, mais aussi de l’application concrète de toutes ces cogitations, car  le bien-être de l’humain passant par la compréhension, la connaissance et la protection de son environnement (au sens large), c’est bien cela le but de la Science (du moins philosophiquement parlant). Ceux qui veulent apporter leur pierre à l’édifice sont priés de remettre leur résumé avant le 15 juin. En amont il faut d’abord se renseigner auprès de l’IOGA. Notons que le Président du Comité scientifique du Colloque est le Pr Rakotoniaina Solofoarisoa, Directeur de l’Institut et Observatoire de Géophysique.

Objectifs. Comme dans l’esprit de chaque colloque, l’objectif est usuellement de partager et d’échanger informations et pratiques, de les capitaliser et de faire ainsi le tour d’un thème donné. Cette fois-ci ce sera donc les « Géosciences, ressources et technologies ». Le but est aussi d’inspirer des orientations nouvelles à donner aux futurs travaux de recherche, afin de mettre Madagascar à niveau, car les avancées en géosciences ont été considérables ces dernières décennies. Avec les effets du changement climatique qui frappent de plein fouet, notamment le continent africain, évaluer et capitaliser les connaissances scientifiques sur les géosciences, aussi bien au niveau national (Madagascar) que régional (Afrique) s’avère nécessaire, pour ne pas dire indispensable. Sur ce domaine notamment, l’avancement des connaissances et des technologies s’accompagne de la restriction de ressources, ce qui n’est pas bénéfique, ni pour la Terre, ni pour l’Homme. Raison pour laquelle il faut promouvoir les travaux scientifiques, mais en même temps mobiliser politiques et grand public.

Luz Razafimbelo

Midi Madagasikara0 partages

Musique urbaine : Rij’art emmène ses « followers » dans un « tontolo hafa »

Poir ceux qui le conaissent, il multiplie les publications, les « demo » de ses chansons  tous les premiers vendredi du mois. Certes, il a déjà sorti des morceaux auparavant, mais cette année, il s’apprête à  publier des chansons  encore plus émouvantes.   Désormais,  il passe aux choses sérieuses

Après Ikiala manja, et  nanonofy aho en duo avec Fitia,  Rij’art a un grand projet  pour ce premier  trimestre. Le jeune chanteur sortira une nouvelle chanson  intitulée « Tontolo hafa ». Un morceau dédié aux amoureux.   «Je parle de l’amour dans ce morceau. En fait, je dédie cette chanson à tous  les amoureux. Je l’avoue,  je suis   un  mec  sentimental…» a affirmé le chanteur. D’après lui, la chanson était inspirée d’ un fait réel.

Pendant quatre ans, le jeune artiste  travaillait  dur pour ne pas décevoir ses fans. Ainsi, Rij’art  sortira également son deuxième clip  «Ankafy».  Dorénavant, l’artiste passe à un niveau supérieur. En effet, il sortira au moins quatre chansons pour ce premier semestre.

Le chanteur a débuté  en 2016, après six  années de chorale.  Au départ, depuis sa chambre il balance ses morceaux sur les réseaux sociaux.  Il accumule des like sur son compte facebook.  Dès lors, le jeune Rijaharilala Ranomenjanahary  sort  de sa maison pour enregistrer dans un studio  professionnel.

Ami de Njara Marcel, les deux  jeunes hommes, unis  par l’amour de la musique entretiennent une relation très étroite. «Njara Marcel et moi avons une même longueur d’onde.  J’espère travailler  longtemps avec lui. C’est un frère pour moi». Convaincu des instructions et conseils  de Njara Marcel, cette formation originaire d’Ampefy de la région d’Itasy   fusionne le soul et la musique traditionnelle de sa région pour avoir une bonne sonorité.

La tendresse, l’amour  sont les thèmes de ce chanteur. « Avec ma guitare, dans un endroit calme je trouve des notes » a-t-il relevé . Rij’art dégage une sorte de  nostalgie dans sa voix.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Fanamparam-pahefana : Zandary roa indray nadoboka am-ponja

Tsy mijanona ho resaka fotsiny ihany hatreto ilay hoe fanadiovana anatiny ataon’ny eo anivon’ny zandary, fa tena arahana asa. Zandary roa indray mantsy no nadoboka am-ponja vonjimaika tao Maintirano, vokatry ny fanamparam-pahefana nataon’izy ireo teny amin’iny faritra Melaky iny. Ny voalohany, dia noho ny resaka famonoana vehivavy iray izay notazomina tao aminy « poste avancé » tao Bemarivo. Araka ny fantatra dia ny « chef de poste » mihitsy no notorian’ilay vehivavy tamin’io fotoana io. Ny zandary faharoa indray dia zandary tsipika telo (G1C), izay miasa ao amin’ny « poste avancé » ao Beravina. Ity farany indray dia notorian’ny ray aman-dreniny ankizivavy iray 15 taona, rehefa noteren’ity mpitandro filaminana ity hiaraka aminy fotsiny io ankizivavy io. Ary tsy vitan’izay fa mbola mamo ihany koa ny anao lahy tamin’izay fotoana izay ary nalainy an-keriny ilay ankizy. « Maro moa ny olona no niresaka ny hoe ho hitantsika eo fa havotsotry ny zandary io fa tsy ho tonga any amin’ny fitsarana rehefa nahita fa natao « garde à vue » izy roa lahy ny herinandro lasa teo tao Maintirano ». Tsy izay anefa no nitranga, hoy ny vaovao, fa ny zandary dia tsy mamela mahazo izay rehetra mandoto ny anaran’ny zandarimariam-pirenena na iza io na iza. Porofon’izany, ny fandefasana azy roa lahy ireto teny amin’ny Fampanoavana sy ny fametrahana azy ireo avy hatrany any am-ponja mandra-piandry ny fotoam-pitsaràna. Mitohy ary tsy miato ny fanadiovana eo anivon’ny zandary ary manara-maso akaiky izany ny mpifehy sy mpitantana. Fantatra ihany koa mantsy fa ankoatra azy roa lahy ireto dia nisy manamboninahitra atao fanadihadiana etsy Fiadanana (jereo lahatsoratra etsy ambony).

m.L

Madagate0 partages

Barcelone. Le DGPP Augustin Andriamananoro en quête d’opportunités

Le MWC Barcelona (Congrès mondial du mobile de Barcelone, Espagne) est le plus grand événement annuel de l’industrie du mobile (téléphonie sans fil) de la planète Terre. Il rassemble les dernières innovations technologiques de plus de 2400 entreprises leaders, aux visionnaires d’aujourd’hui. Elles sont exposées dans cinq grands halls qui ont accueilli 107.000 visiteurs pour 2.400 exposants en 2018.

L’événement bénéficie d’un programme de conférences très bien noté, qui explore certains des sujets les plus d’actualité influençant l’industrie aujourd’hui. Du 25 au 28 février 2019, le MWC Barcelona 2019 est l’un des meilleurs endroits pour développer un réseau professionnel mais aussi pour avancer dans des objectifs à l’échelle d’un pays.

LES 13 DÉFIS ICI

Dans le cadre du Défi (« velirano ») n°11 du Président Andry Rajoelina, le Directeur général des Projets présidentiels (DGPP), Augustin Andriamananoro, a profité de l’invitation qui lui a été adressée à ce titre, pour s’enquérir des opportunités liées aux villes numériques inscrites dans ce défi présidentiel n°11.

Dafeng Li, Huawei Director of the ICT Infrastructure Managing Board Office, et Augustin Andriamananoro, DGPP à la Présidence de Madagascar

Ainsi, en marge du Congrès proprement dit, il a participé à une réunion bilatérale avec de hauts cadres de la société Huawei qui n’est plus à présenter ici. Le thème a été axé sur les appuis aux infrastructures pour une gouvernance numérique et la mise en place de projets structurants qui s’appuieront sur les réseaux de très hauts débits 4G et 5G. Vous ne le saviez certainement pas jusqu’à aujourd’hui, mais la vitesse 5G est 100 supérieur à LTE/4G. Si !

Plusieurs ministères sont directement concernés par cette gouvernance : la Santé et la Sécurité publiques, l’Éducation, les Transports, les Télécommunications… Ma mémoire étant encore bonne, malgré l’âge qui avance, je me souviens tout d’un coup que c’est le même Augustin Andriamananoro, alors Ministre des Télécommunications, des Postes de la Communication et des Nouvelles Technologies, qui, en 2010, a ouvert aux opérateurs locaux le haut débit 3G.

Jeannot Ramambazafy