Les actualités à Madagascar du Mardi 28 Février 2017

Modifier la date
L'express de Madagascar268 partages

Foootball – Ligue des champions – La CNaPS Sport relève le défi

La CNaPS Sport affrontera le Coton Sport du Cameroun, pour le deuxième tour de la C1. Un défi relevé selon le coach et le capitaine du quadruple champion de Madagascar.

Les matches aller du deu­xième tour se joueront dans une dizaine de jours, en Ligue des Cham­pions de la CAF. La CNaPS Sport se déplacera au Came­roun, pour y défier le Coton Sport, à cette occasion.« Ce sera un défi de taille pour nous », admet Patrick Randriambololona, alias Tipeh, à ce propos. Ce qui confirme l’avis du capitaine, Mickaël Rabeson, dans un entretien accordé à notre quotidien la semaine dernière. « Le Cameroun est connu comme étant une nation de football. Sa sélection a remporté la Coupe d’Afrique des Nations, il y a quelques semaines. À nous d’élever notre niveau de jeu pour rivaliser avec eux », avait-il lancé.Il faut l’avouer, le Coton Sport a impressionné lors des tours préliminaires. De son côté, le club quadruple champion de Madagascar a perdu au retour face au Township Rollers FC du Botswana, mais il doit sa qualification à la règle des buts à l’extérieur.En effet, les Camerounais ont écrasé les Sud-Soudanais de l’Atlabara. Six buts à un sur l’ensemble de leur double-confrontation. Certes, l’Atlabara n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler une référence. Mais un aussi large succès marque tout de même les futurs adversaires.

Période glorieuseFinaliste de la Coupe de la CAF en 2003 et de la Ligue des Champions de la CAF en 2008, le Coton Sport est loin de cette période glorieuse aujourd’hui. Pour preuve, l’an dernier, il a été éliminé au deuxième tour, tout comme la CNaPS Sport.À Madagascar, les Cais­siers ont préparé leur campagne africaine avec les matches amicaux du Grand Tournoi de l’Amitié. De leur côté, les Camerounais ont disputé leur tout premier match de championnat, hier soir. Et ils ont bien démarré avec une victoire sans bavure sur le Stade Renard à la clef, deux buts à rien.De quoi accroître encore un peu plus leur confiance, qui était certainement déjà au beau fixe après le récital face à l’Atlabara. Ceci relève encore un peu plus le défi qui attend la CNaPS Sport.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar233 partages

Fianarantsoa – Un « Musée du Betsileo » en projet

Perpétuer et conserver la mémoire. Nanta Péguy, ancienne journaliste malgache et résidant actuellement en France, entend valoriser le patrimoine culturel de la région betsileo à travers la création d’un musée à Fianarantsoa. « Ce musée sera un lieu qui gardera vivants la mémoire et le patrimoine matériel et immatériel de cette région», explique-t-elle dans un communiqué.Nanta Péguy, native de la région, est partie d’un constat : « Le patrimoine betsileo est peu préservé, et encore moins, mis en valeur ». En témoigne, rappelle-t-elle, l’existence d’un seul et unique musée dans la capitale betsileo, le musée universitaire Faniahy. Or, pour cette native du Betsileo, « Il est fondamental de placer la culture au cœur du développement ».« Certes, dans la situation actuelle, on pourrait être tenté de croire que la préservation du patrimoine n’est pas une priorité comparée aux urgences sanitaires et alimentaires », reconnaît-elle. Mais cette mère de famille fait sienne l’adage « Connaître son passé pour mieux aborder l’avenir ». Et c’est en toute confiance qu’elle tente l’aventure du « Musée du Betsileo ».Dans ce musée, seront ainsi exposés, des éléments du patrimoine local, représentant des scènes de vie à travers des objets du quotidien et des photos ainsi que des textes d’explication bilingue, en français et en malgache. Elle espère, par ailleurs, que ledit projet contribuera à la création d’emplois dans la localité, augmentera l’attrait touristique de la ville et œuvrera ainsi pour le développement local.Pour créer le « Musée du Betsileo », Nanta Péguy mise sur le financement participatif. Elle invite ainsi le public à contribuer à partir de 5 euros à travers le portail ulule, à l’adresse https:// fr.ulule.com/musee-du-betsileo/.  Si un certain seuil est atteint dans le cadre de cette collecte, le projet obtiendra l’appui de l’Organisation internationale de la Francophonie

A. P. R

Midi Madagasikara198 partages

Météo : Les conditions sont remplies pour la formation de cyclone cette fin de semaine

Les images satellites récentes ont détecté la présence de petites dépressions.

« Les analyses des modèles numériques disponibles montrent une amélioration des conditions de cyclogenèse vers vendredi 3 mars 2017 ». C’est ce qu’on peut lire dans un communiqué spécial émanant du service de la météorologie de Madagascar, hier. Ainsi d’après toujours ledit communiqué, le risque de cyclogenèse tropicale dans les environs de l’île Agalega et des archipels des Chagos est accentué par l’entrée des ondes tropicales (oscillation de Madden  Julian et onde de Rossby) dans le bassin.

Dépressions. Par ailleurs, des petites dépressions sont détectées par les images satellites récentes et des données micro-ondes. Lesdites dépressions ne causeraient toutefois pas de risque de développement dans les prochains jours. Une situation qui trouve son origine d’après toujours le communiqué du service de la météorologie par la présence des contraintes dynamiques presque sur l’ensemble du bassin et la faible poussée des alizés sur la face Sud des dépressions.  

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara193 partages

Mgr Odon Marie Razanakolona : « La crise de confiance entre l’Etat et les acteurs non étatiques se creu...

L’Archevêque d’Antananarivo estime que la réconciliation nationale et la refondation de la République doivent se faire d’une manière inclusive. 

« La pauvreté de Madagascar est, avant tout, morale et éthique avant d’être sociale et économique et touche toutes les couches de la société y compris le milieu religieux ». C’est ce qu’a déclaré hier Monseigneur Odon Marie Razanakolona. Présent à l’Université Catholique de Madagascar pour donner le coup d’envoi du Symposium sur l’ « Ethique, responsabilité et développement », l’Archevêque d’Antananarivo n’a pas mâché ses mots pour dénoncer l’absence d’éthique et la non-prise de responsabilité, « origine du non-développement de Madagascar », selon ses dires. Dans son discours, l’actuel président du Conseil Œcuménique des Eglises (FFKM) a surtout mis l’accent sur le manque de confiance entre les dirigeants et la population. « A un moment où la vie nationale est en ébullition entre vindicte populaire et répression aveugle des forces de l’ordre et que la crise de confiance entre l’Etat et les acteurs non étatiques se creuse, ce symposium tombe à point nommé », a-t-il soutenu. Et lui de poursuivre que « la crise de confiance entre la population et l’Etat est aussi une crise de confiance entre la population et son élite ». D’après Monseigneur Odon Marie Razanakolona, « l’Autorité de l’Etat se désagrège devant l’institutionnalisation de la corruption expliquant le désarroi de la population qui n’a plus confiance, ni en son administration, ni aux forces de l’ordre, ni à la Justice. La population ne se reconnaît pas dans les institutions mises en place à chaque sortie de crise politique ayant entraîné des changements de régime ».

Vindictes populaires. Une allusion certainement à la situation sociopolitique du moment, engendrée entre autres, par la généralisation de la culture de la vengeance et des cas de vindictes populaires, ainsi que la corruption générale et généralisée au niveau de l’Administration. Ces faits sont devenus une pratique courante au niveau de la Société malgache. On constate actuellement que les institutions de la République sont fragiles et fragilisées par la corruption et les abus de tout genre. Et ce, contrairement à la promesse faite par le candidat « numéro 3 » Hery Rajaonarimampianina durant la propagande. Tout au long de sa tournée de campagne, le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara » s’est engagé à mettre en place un Etat fort qui bénéficiera de la confiance entière de la population. Nul n’ignore pourtant que la recrudescence actuelle des vindictes populaires reflète le manque de confiance de la population envers la Justice et les forces de l’ordre, mais aussi envers les élus. « En conjuguant amnistie et impunité, la classe dirigeante de ce pays incluant les élites civiles et militaires tant politique, administrative, économique que sécuritaire se place au-dessus de la loi », a déclaré Mgr Odon Marie Razanakolona. Il pointe également du doigt le fait que l’élite et l’intelligentsia ont toujours confisqué le débat, sans avoir l’humilité d’écouter la population, au moins une fois en partant de la base sociale qu’est le « fokontany » pour construire une Nation riche de nos diversités et dans le respect de la pluralité des idées et des cultures.

Refondation. Comme solution, Monseigneur Odon Marie Razanakolona estime qu’ « il faut revoir la fondation de notre maison commune ». Une refondation de l’Etat en quelque sorte. Selon ses dires, « la réconciliation nationale et la refondation de la République doivent se faire de manière inclusive en partant de la base sociale pour favoriser l’appropriation du processus par la population et permettre la mise en place d’une Nation forte avec des institutions reconnues par tous ». « On ne peut pas exclure indéfiniment 3,5 millions de personnes ayant plus de 18 ans révolus parce qu’ils n’ont pas d’état civil, sans compter leurs familles », a-t-il martelé. Il, c’est l’Archevêque d’Antananarivo qui estime également que la politique de développement et d’exploitation de nos ressources naturelles est à planifier en tenant compte des générations futures. Selon ses dires, « Madagascar a beaucoup d’élites et d’intellectuels mais très peu de détenteurs de savoir pétris de sagesse au service de l’intérêt général. Le Changement de paradigme est donc nécessaire pour que l’exploitation rationnelle de nos ressources naturelles puisse être au service du développement durable et de l’épanouissement de l’homme ». Le président du FFKM remet aussi en question l’indépendance de la Société civile. Il serait également question de rétablir la confiance entre l’Etat et la population, et entre les collectivités locales et les entreprises, dans un processus inclusif et responsable.  

Davis R

Madagascar Tribune157 partages

Un an après, les 21 engagements d’Ambovombe enterrés et oubliés ?

Il y un an, plus exactement le 21 février 2016, le gouvernement HVM a publié et déclaré en grande pompe les fameux « 21 engagements d’Ambovombe » afin de mettre fin au kere. Ceci suite aux indignations des citoyens, société civile et communauté internationale sur la passivité de ce régime face à la détresse de la population du Sud. Car au début, le Chef de l’Etat lui-même a nié l’existence de kere dans le Sud.

Il y a un an, les 4X4 rutilants des princes qui nous gouvernent se sont paradés devant les affamés du Sud, la ministre de la population Onitiana Realy a versé des larmes et 10 ministres du gouvernement ont signé et publié « les 21 engagements d’Ambovombe » qui prévoient entre autres : l’approvisionnement en eau du Grand Sud à travers la réhabilitation, la construction et la pérennisation d’impluvium ; micro-irrigation, réhabilitation des RN10-RN13-RN17…..

Un an après la communauté internationale se démène pour venir en aide aux victimes du kere dans le Sud de Madagascar.

Un an après, l’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Robert Yamate, note l’importance d’une « déclaration formelle d’urgence venant de Madagascar qui peut ouvrir plus d’options pour la communauté internationale pour réagir et pour fournir davantage d’aides ». Les Etats-Unis qui au début du mois de février, viennent encore de fournir une enveloppe d’aide supplémentaire de 2,7 millions de dollars pour les secours d’urgence, dans la mesure où « l’urgence dans le Sud de Madagascar continue durant la période de soudure entre les récoltes ».

Un an après, le système des Nations Unies, FAO, PAM, UNICEF ne cessent d’appeler à l’aide pour les déshérités du Sud de Madagascar. C’était vers la fin de l’année 2016 mais encore valable aujourd’hui. Chris Nikoi, Directeur Régional du PAM pour la région du sud de l’Afrique s’alarme : " Ce sont des gens qui vivent au bord du désastre.

Beaucoup n’ont rien d’autres à manger que des fruits sauvages. Nous devons agir ensemble maintenant pour sauver des vies et donner de l’espoir pour l’avenir ». Beaucoup de ménages ont eu recours à la mendicité, à la vente de leurs terres ou de leurs biens, ou à la consommation de leurs stocks de semence afin de survivre. Dans ces conditions difficiles, les enfants sont souvent retirés de l’école pour chercher de l’argent, de la nourriture, du bois et de l’eau, dans une partie du pays où les enfants souffrent déjà de multiples privations.

« Près de la moitié des enfants à Madagascar souffrent de malnutrition chronique ou en retard de croissance », explique Leila Gharagozloo-Pakkala, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique orientale et australe. "Les risques de retard de croissance condamnent les enfants à vie avec une mauvaise santé et une pauvreté accrue. Dans le Sud, les enfants souffrent également de la malnutrition aiguë. Nous pouvons et nous devons faire mieux pour ces enfants. » « Le coût de l’inaction ou encore du retard de notre réponse est trop horrible à envisager », a déclaré David Phiri, Coordonnateur sous régional de la FAO pour l’Afrique australe.

Un an après, près d’un million de personne sont affamés dans le Sud. Un an après, le régime HVM prépare le deuxième mandat du Chef de l’Etat en 2018. Un an après le gouvernement fait comme si de rien n’était. Cela au moins, cela n’a pas changé !

Midi Madagasikara149 partages

Faux visas : Un jeune multimilliardaire déféré au parquet

Deux clichés pris durant la perquisition. (source GN)

Il a tout juste 40 ans et il fait déjà partie des milliardaires de Tana. Son business est la confection de faux documents administratifs, des faux visas longs séjour ou professionnels. Jeudi dernier, en fin d’après-midi, alors qu’il était en train de planifier un « afterwork » dans sa voiture de luxe, une volks Touareg a-t-on appris, les limiers de la police judiciaire l’ont arrêté au parking du centre commercial La City à Ivandry. Une première fouille de R.L.Y a permis de découvrir plusieurs passeports et des sceaux de l’administration. Des pièces à conviction qui justifiaient d’emblée son incrimination. Le faussaire de visas a tout de suite accepté de coopérer avec les limiers de la gendarmerie. Il a indiqué un autre individu qui faisait équipe avec lui dans la confection des documents. Dans une villa à Ambohimiandra, les limiers  ont recouru dans la soirée de jeudi même à une perquisition. Il n’y avait aucune personne dans la luxueuse habitation. Par contre, tous les instruments nécessaires  à la confection des  faux visas y étaient encore. Plusieurs gammes d’imprimantes, des tampons, des scanners, des cartouches d’encre y ont été découverts par la gendarmerie. La perquisition a aussi permis de découvrir des passeports et des imprimés de visas au même endroit. Toute cette panoplie a permis à la police judiciaire de constituer la charge contre R.L.Y.  Principalement, il a comme  principal chef d’accusation la confection et usage de fausses cartes de résident. Ce métier, il l’a exercé depuis plusieurs années, selon une source proche du dossier. Une plainte contre X déposée par le ministère de l’Intérieur en 2016 a servi de saisine pour la gendarmerie. L’arrestation de quatorze personnes de nationalité turque, la semaine dernière aura été le fait qui a fait rebondie ce dossier. La police s’était lancée à sa recherche et finalement la gendarmerie l’a arrêté. Parmi les passeports retrouvés au domicile à Ambohimiandra, l’on a pu constater à travers les passeports que le faussaire avait  une large clientèle étrangère. Turcs, Chinois, Indiens, Africains, Français et la liste est bien longue, très longue, figurent parmi ceux qui ont fait recours à ses services. Le visa se paie entre un à 10 millions d’ariary, a-t-on appris de sources concordantes. Un fait qui donne l’idée que le faussaire est  en mesure de ramasser plusieurs millions d’ariary par jour, et ce, depuis une dizaine d’années. Il a été déféré hier au parquet. Tard dans la soirée, nous avons appris que son audition à Anosy continue ce jour. A suivre…  

D.R

Midi Madagasikara146 partages

Football Analamanga : Mama bouscule l’Adema !

La quatrième journée du championnat d’Analamanga a vu la confirmation des ténors. L’exception qui confirme la règle est cette victoire de Mama FC contre une AS Adema jusqu’à dimanche irréprochable, mais qui a dû cette fois concéder sa première défaite en quatre matches.

L’AS Adema défait par une fougueuse équipe du Mama. C’était la surprise de cette 4e journée d’Analamanga du week-end. Polaka et ses camarades ouvraient toutefois le score en premier dimanche à Mahamasina, mais c’était mal connaître le mental du Mama qui revenait dans la partie pour égaliser et mener ensuite après un magnifique coup franc plein axe qui a surpris le gardien de l’Adema.

Une classe d’écart. Comme rien ne marchait pour les protégés de Raniry, il y a eu ce troisième but du Mama qui scellait la victoire des assureurs qui remontent à la 3e place du général.

Le leader de ce championnat d’Analamanga n’est autre que Tana Formation désormais entraîné par le Néerlandais André Hiddink. L’équipe a survolé le match contre le COSPN Tana en s’imposant par 4 buts à 0 qui montre bien la solidité de cette bande à Dina.

Quant à l‘USCAFOOT, elle a infligé au FC Tana le même score infligé aux Marseillais par le PSG. Un résultat sévère qui montre qu’entre les deux équipes, il subsiste une classe d’écart. Et pour une nouvelle promue qu’est le FC Tana, l’apprentissage risque d’être encore plus dur.

Elgeco Plus s’est un peu ressaisi de sa défaite en Afrique du Sud en consentant cette fois à jouer au ballon. Comme à l’entraînement, Bela et ses camarades ont battu l’autre nouvelle promue, le Mi20, sur le score de 2 à 0 qui aurait pu s’alourdir davantage si le club ne s’est pas permis de faire tourner son effectif.

SabNam fait de la résistance. Le dernier match de cette 4e journée a permis au Sab-Nam de recoller les morceaux en tenant en échec le COSFA sur un score nul et vierge. Un petit point qui permet à Sabotsy Namehana de terminer à la 8e place devant le COSPN et le FC Tana. Une manière pour les protégés de Avotra Andriamosa de montrer qu’ils sont encore vivants et qu’ils entendent bien faire de la résistance face aux grosses cylindrées tananariviennes.

En tête, le Tana Formation s’annonce comme un très solide leader grâce notamment au soutien de Fosa Juniors qui entend cette année jouer sur deux tableaux.

Mais comme on n’est qu’au tout début du championnat, rien ne dit que Elgeco Plus (6e) mais aussi AS Adema (2e) sans oublier le très régulier COSFA (4e) et même l’USCAFOOT (5e) du président Guy Rivo ne vont pas, eux aussi, tenter de brouiller les cartes. Et c’est tant mieux pour le spectacle.

Clément RABARY

Midi Madagasikara131 partages

Crevettes de Madagascar : Un label de qualité reconnu sur le marché international

Le ministre de la Pêche, Gilbert François et le Chef de région de Boeny, Saïd Jaffar, accompagnés de tous les acteurs de la filière pour lancer l’ouverture de la saison de pêche de crevettes.

Deux grands événements se sont tenus dans la ville de Mahajanga, à savoir, l’ouverture officielle de la campagne de pêche crevettière et la célébration du 50e anniversaire de l’exploitation industrielle des crevettes.

Quand on parle de crevettes, on se réfère à la ville de Mahajanga. « Et Madagascar maintient toujours le cap par rapport à ses concurrents en matière de pêche crevettière, et ce, depuis ces 50 ans d’exploitation de la pêche industrielle de crevettes dans le pays », a annoncé le ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François, lors de l’ouverture officielle de la campagne crevettière dans la Capitale de Boeny, vendredi dernier. « Les crevettes de Madagascar ont toujours un label de qualité reconnu sur le marché international. Leurs prix sont les plus élevés variant entre 30 et 60 Euros par kilo. Ce sont les pays européens qui sont les principaux consommateurs de nos fruits de mer », a-t-il poursuivi.  

Stratégie. Notons que la production issue de la pêche crevettière atteignait plus de 10 000 tonnes il y a dix ans. Mais en raison des impacts du changement climatique notamment le tsunami qui est survenu en 2005, les captures de ce produit marin ont chuté jusqu’à 2 500 tonnes. « Tous les autres pays concurrents comme le Mozambique, le Kenya et la Tanzanie sont touchés. Et aucune justification scientifique n’a été donnée à ce sujet. Par contre, suite à un partenariat fructueux entre le ministère de la Pêche et le GAPCM (Groupement des Aquaculteurs et des Pêcheurs de Crevettes à Madagascar), la filière crevettière de Madagascar est maintenant relancée. La production enregistrée en 2016 était aux environs de 4 200 tonnes, sans compter le développement de l’aquaculture de crevettes », a-t-il enchaîné. Dans la même foulée, « nous avons mis en œuvre une stratégie pour bien gérer la pêche crevettière. Il s’agit entre autres de la réduction des efforts de pêche en étroite collaboration avec ce groupement. Si celui-ci dispose de 70 bateaux de pêche, il n’utilise que 40 engins de pêche pour éviter une surexploitation », a fait savoir le ministre de tutelle.

Repos biologique. Ce n’est pas tout ! Un plan d’aménagement de la pêcherie a été instauré dans les régions de Melaky et d’Ankarana. « L’objectif consiste à impliquer les communautés locales villageoises dans la gestion de la pêcherie tout en assurant la surveillance de proximité de la période de fermeture de pêche, et ce, en partenariat avec le ministère de tutelle. En effet, un repos biologique s’impose pour que les crevettes puissent se reproduire normalement, puisqu’il s’agit d’une richesse pouvant être épuisable. Le respect de l’environnement maritime n’est pas en reste », d’après toujours les explications du ministre des Ressources Halieutiques et de la Pêche, Gilbert François. En outre, le ministère de la Pêche ne ménage pas ses efforts pour effectuer un reboisement des mangroves sur toutes les zones côtières, car il s’agit d’un site de reproduction des crevettes.

Redevabilité sociale. Par ailleurs, une conférence-débat réunissant tous les acteurs de la filière crevettière dont entre autres le ministère de tutelle et ses directions régionales, le GAPCM, les organisations de pêcheurs et les autorités locales, a été organisée dans la Chambre de Commerce et d’Industrie de Mahajanga. L’objectif consiste à développer ensemble cette filière porteuse. De son côté, le Chef de région de Boeny, Saïd Jaffar a sollicité les autres sociétés de pêche crevettière en matière de redevabilité sociale par le paiement des ristournes afin de contribuer à un meilleur développement de la région. Toutes les parties prenantes reconnaissent également que cette filière génère des milliers d’emplois locaux, sans compter les recettes en devises pour la nation. Par contre, le président du GAPCM a soulevé que les poissons d’accompagnement sont maintenant valorisés si cela a été jeté en mer, il y a dix ans.

50 ans d’exploitation. Et pour marquer l’ouverture officielle de la campagne de pêche crevettière, des bateaux de pêche ont fait une parade. Leurs sirènes ont retenti ensemble tandis que des feux d’artifice ont été lancés. Une grande affluence de la population majungaise dont les familles des pêcheurs ont été émus lors de cet événement vendredi soir. Et enfin, la célébration du 50e anniversaire de l’exploitation de la pêche crevettière s’est tenue hier soir, et ce, sous le haut patronage du Président Hery Rajaonarimampianina. Notons que les recherches sur l’exploitation des crevettes ont été entamées en 1963 à Nosy-Be. La première exploitation a eu lieu en 1966. Et ce n’est qu’un an après que la pêche commerciale de crevettes a été lancée. Et cette activité a duré maintenant 50 ans. 

Navalona R.

Midi Madagasikara110 partages

« Zandry Gasy » : Un second album en gestation !

« Zandry Gasy » s’accorde un nouveau départ avec mi-ritsoka production ! Fini les casse-têtes pour l’enregistrement et la promotion d’un nouvel album ! Aujourd’hui, Mbola Talenta et ses compagnons de scène sont pris en main par Hery Randriamampianina et son équipe. Ils ont juste à être présents, entrer en studio et donner le meilleur d’eux-mêmes. « Nous collaborons avec la maison de production depuis le mois d’août », précise le guitariste. Depuis l’année dernière, le groupe se concentre donc sur son second album. « Un album qui serait largement meilleur que le premier », selon les promesses de Mbola Talenta. Composé non seulement de reprises, de ces titres de Maurice Razafy ou de sôva betsileo, ce second opus qui devrait voir le jour d’ici à quelques mois, réserve de grandes surprises aux amoureux de « ba-gasy ». « Nous avons décidé de reprendre quelques titres que nous avons déjà interprétés dans le premier album. Les titres que nous ont offerts Njakatiana y seront également. Mais si à travers ‘Ambanivohitra’, nous avons uniquement mis en avant les compositions de ces grandes figures du ba-gasy, cette fois, nous allons également mettre en avant nos propres créations ».Mahetsaka

Madagascar Tribune90 partages

Sept hauts fonctionnaires cibles du Bianco

Sept hauts fonctionnaires se trouvent actuellement dans la ligne de mire du Bureau indépendant anti-corruption (BIANCO). Ces derniers n’auraient toujours pas à l’heure actuelle effectuée leur déclaration de patrimoine comme l’exige la loi pour certains employés de l’Etat.

Les dossiers de ces sept personnes seront transmises incessamment à la chaine pénale anti-corruption (CPAC) afin que les concernées soient jugées pour avoir fait défaut à leur obligation. La date de cette comparution devant la chaine pénale n’est pas encore fixée actuellement. Selon le BIANCO, seulement 73% de ceux qui sont soumis à une déclaration de patrimoine l’ont effectué en 2017. Aussi, il en resterait encore 23%, ce qui représente un nombre assez important. Bien que la volonté de lutter contre la corruption et l’enrichissement illicite soit démontrée à travers ces actions de lutte, la question reste toujours celle de savoir si les auteurs des infractions seront poursuivis et condamné par la loi.

A plusieurs titres, ceux qui s’enrichissent réellement de manière illégale grâce à leur nomination aux hauts emplois de l’Etat n’ont pour la plupart jamais été condamnés. Le dernier rapport de l’ONG Transparency International sur l’indice de perception de la corruption (IPC 2017) confirme cela, étant donné que Madagascar a une fois de plus reculé.

Tia Tanindranaza89 partages

Kortezin‘ny filoham-pirenenaNandratra olona 5

Tsy takona afenina ny setrasetran’ny kortezin’ny olom-panjakana eto amintsika. Ny fiara nentin’ireo mpiambina ny filoham-pirenena indray no namoa-doza tany Mahajanga omaly.

 

Rehefa avy nanatitra ny filoha izy ireo, dia nirifatra toy ny fanaony saingy nandona fiara fitateram-bahoaka iray. Olona miisa 5 no fantatra fa naratra vokatr’izany. Ny tena loza dia nezahina nafenina izy io ka nisy ny fandrarana ny mpanao gazety tsy haka sary ny zava-nitranga, raha ny vaovao azo. Mahagaga sy mahatalanjona ny antony hanafenana ny marina tsy ho fantatry ny rehetra. Efa nisy tranga mitovitovy tamin’izao teny amin’ny lalan’i By Pass ny 24 oktobra 2016, ka ny kortezin’ny filoha no voalaza fa nandratra olona saingy tsy nisy tohiny ny raharaha. Mpivady nitondra “moto” no voadonan’ny fiara iray izay voalaza fa taitra tamin’ny fandalovan’ny filoha ny mpamiliny ary tsy maintsy, ka nahadona olona nitondra moto nanao taingin-droa  izay nahafaty tsy tra-drano ny ramatoa iray ny 22 oktobra 2016. Efa malaza ratsy mihitsy ny manampahefana sasany eto amintsika ary efa betsaka ny fitarainana momba fa mbola mitohy ihany ny hetraketraka. Saika ireo izay manana toerana ambonimbony no manararaotra sy manampatra fahefana amin’ny tokony hanomezan-dalana azy eny an-dalambe rehetra eny. Tsy hay intsony na tsy mahay lalàna na minia tsy te hahalala satria manampahefana, ka afaka mitondra tena ho ambonin’ny lalàna. Raha ny voafaritry ny lalàmpanorenana anefa dia ny filoha, ny praiminisitra, ny filohan’ny fitsarana avo momba ny lalàmpanorenana ary ireo lehiben’ny antenimiera roa tonta ihany no manan-jo tsy maintsy homen-dalana rehefa eny an-dalambe eny. Tokony hampianarina ny mpampiasa làlana rehetra ny lalàna satria maro no tsy mahalala.

Toky R

Midi Madagasikara76 partages

Peinture : Un atelier de quatre séances animé par Jean Andrianaivo Ravelona à l’IKM

Jean Andrianaivo Ravelona, le maître du « ay fanahy » dans son atelier.

Il fait partie des grandes figures de la peinture malgache du XXème siècle et de ce début du XXIe siècle. Jean Andrianaivo Ravelona est l’un de ses plus prestigieux représentants sur le plan international  où il s’est imposé grâce au «Ay fanahy », le courant artistique qu’il a créé. Etabli en France depuis le début des années 2000, il fait de fréquents  séjours à Madagascar. Cette fois-ci, il va rester plus longtemps que d’habitude et il a décidé de partager son expérience avec ses pairs restés au pays. Il va animer un atelier à l’IKM pour eux. Il s’agira de quatre séances qui auront lieu les 1er et 8 mars, de 14h  à 17h30 et les 4 et 11 mars de 8h30 à 11h30.

Son cursus artistique est impressionnant. Professeur de dessin à  la fin des années soixante, il a commencé à peindre dans la foulée. Son style au début ne différait pas de celui de ses pairs et il ne s’est donc pas distingué d’eux. Mais il a développé le côté spirituel de son art en créant le « Ay fanahy » ou « au-delà de l’âme » après d’intenses recherches. Le  peintre avoue avoir connu des déchirements et  éprouvé de grands tourments durant cette période. Ses tableaux ont reflété cette véritable transfiguration  qu’il a connue. Les amateurs d’arts ne s’y sont pas trompés et l’ont consacré maître de l’impressionnisme. « Découverte » traduit parfaitement cette nouvelle étape qui est l’aboutissement ultime. Les thèmes sont futuristes et visionnaires. Jean Andrianaivo Ravelona ne pouvait ne pas faire découvrir son génie pictural à l’étranger. Etabli en France au début des années 2000, il fait très vite connaître son « Ay fanahy » qui impressionne les spécialistes. Il est invité à de grands salons d’art contemporain et reçoit plusieurs distinctions et prix. Aujourd’hui, il estime qu’il est de son devoir d’aider ses pairs. Cet atelier qu’il va animer concerne tous les peintres malgaches sans distinction. Il s’agira de cours intensifs.

Patrice RABE

Midi Madagasikara71 partages

Pollution à Antananarivo : 18 fois supérieure au maxima tolérable indiqué par l’OMS

La pollution, un sujet que beaucoup prend à la légère, mais qui tient un rôle important dans le quotidien de chacun. Comme tout le monde le sait, la Capitale est gravement touchée par ce phénomène. Face à la situation, DHL lance le projet « AirCasting », qui fait partie du programme de responsabilité sociale en entreprise (RSE). Dans ce cadre, ce groupe met l’accent sur la protection de l’environnement, en mettant en œuvre l’AIRBEAM, qui est un appareil qui a pour utilité de mesurer la qualité de l’air environnant, informer sur la situation de la pollution de l’air afin d’apporter un changement. D’après les expériences faites durant l’année précédente dans la ville d’Antananarivo, le taux de pollution dépasse largement les normes internationales. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le taux de particule fine dans l’air ne devrait pas dépasser 20µm/m3, alors que dans la capitale, cet indicateur peut atteindre jusqu’à 360µg/m3, des résultats pouvant entraîner nombreux impacts sur la santé de n’importe qui et causer de nombreuses maladies. Suite à cela, DHL International Madagascar, souhaite contribuer à la mise en place d’une unité de mesure simple pour informer le  grand public de l’évolution de la qualité de l’air. Ainsi, à partir du 20 février dernier, les enregistrements ont commencé dans trois sièges de DHL, notamment au Head Office à Ankorondrano, au Gateway à Ivato et à DHL Galaxy.

Koloina H (stagiaire)

Midi Madagasikara65 partages

Décentralisation : Quatre facteurs de blocage selon Bezara Manassé

L’ancien ministre Bezara Manassé.

Parmi les exilés de la crise de 2009, l’ancien ministre sort de son silence, pour parler non pas de la politique politicienne, mais de la Décentralisation. Bezara Manassé a choisi la Normandie (France) comme terre d’exil, et il a même écrit un livre là-dessus. D’après lui, l’épanouissement de la décentralisation à Madagascar est confronté à quatre facteurs de blocage. « Primo, personne n’envisage de se dessaisir facilement, de partager volontairement un pouvoir, qui confère honneurs et avantages. Par conséquent, malgré quelques intentions heureuses  au sommet de l’Etat, le processus reste à son état de balbutiement, réduit à une sorte de cache-sexe pour se protéger des promesses électorales. Secundo, les entités administratives intermédiaires ont du mal à s’implanter à cause du manque de ressources humaines de qualité, d’insuffisance de moyen financier, du manque d’infrastructures (…) », explique-t-il.

Volonté politique. Le facteur de blocage à l’épanouissement de la Décentralisation est, selon toujours l’ancien sénateur, « la crainte de certains responsables de possibles dérives, la méfiance vis-à-vis des idées séparatistes portées par certaines personnalités excentriques et le risque d’expression d’égoïsme de certaines régions renommées riches ». « Le quatrième blocage est la carence en volonté politique, le manque de désir opérationnel et l’insuffisance des travaux universitaires dans le domaine », souligne-t-il. Avant de se poser une question : « Pourquoi ne pas mettre en place un Observatoire national du processus de décentralisation par exemple ? ». D’après Bezara Manassé, la décentralisation pourrait bien constituer une réponse durable aux défis de développement de notre société.

Recueillis par R. Eugène

L'express de Madagascar65 partages

Monseigneur Razanakolona – « Il faut revoir la fondation de notre maison commune »

L’archevêque d’Antananarivo déplore la crise de confiance entre la population et les élites. Une refondation inclusive, partant de la base, est la solution qu’il avance pour éviter la rupture.

Confiance. À entendre monseigneur Odon Razanakolona, archevêque d’Antana­narivo, hier, les relations entre la population malgache et ses élites manquent grandement. Une « crise de confiance », causée par l’effritement de l’autorité de l’État et des entités régaliennes « face à l’institutionnalisation de la corruption ».Pour celui qui assure la présidence du Conseil œcuménique des églises chrétiennes de Madagascar (FFKM), la solution à cette crise de confiance est de « revoir la fondation de notre maison commune [Mada­gascar] ». À lui d’ajouter : « La réconciliation nationale et la refondation de la République doivent se faire de manière inclusive en partant de la base sociale pour favoriser l’appropriation du processus par la population et permettre la mise en place d’une nation forte avec des institutions reconnues par tous ».Cette « refondation », donc, d’après l’archevêque d’Anta­na­narivo sera l’occasion de revoir la politique de développement et d’exploitation des richesses naturelles de la Grande île afin qu’elle soit « en faveur de la population (…) et tienne compte des générations futures (…) Autrement dit s’ouvrir au monde n’est pas s’offrir au monde ». Elle devra, aussi, conduire à plus d’indépendance de la société civile dans son rôle de défense des intérêts de la population vis-à-vis de l’État, entre autres.Monseigneur Razanako­lona a prononcé ces mots dans un discours de trois pages, à l’ouverture d’un symposium sur « l’éthique, responsabilité et développement », à l’Université catholique de Madagascar, à Amba­toroka, hier. « L’absence d’éthique et la non-prise de responsabilité expliquent le non-développement de Madagascar. La pauvreté de Madagascar est, avant tout, morale et éthique, avant d’être sociale et économique et touche toutes les couches de la société, y compris le milieu religieux », a-t-il soutenu.

RemontrancesUne situation qui, d’après l’archevêque d’Antana­narivo, fait que « la vie nationale est en ébullition entre vindictes populaires et répressions aveugles des forces de l’ordre et que la crise de confiance entre l’État et les acteurs non étatiques se creuse (…) La crise de confiance (…) est aussi entre la population et son élite. C’est normal, c’est l’élite qui dirige le pays ». Dans son allocution, le président du FFKM n’a pas été tendre envers les élites.« Madagascar a beaucoup d’élites et d’intellectuels mais très peu de détenteurs de savoir sont imprégnés de sagesse au service de l’intérêt général », a-t-il, entre autres, déclaré. Parmi les remontrances cinglantes dites, hier, il y a, aussi: « En conjuguant amnistie et impunité, la classe dirigeante de ce pays, incluant les élites civiles et militaires tant politique, administrative, économique que sécuritaire se place au-dessus des lois ».Dans la plus grande partie de son discours consacrée aux réprimandes contre l’élite, l’archevêque d’Anta­nanarivo a renchéri en tançant qu’« hier et aujourd’hui, l’élite et l’intelligentsia ont toujours évité les débats, elles n’ont pas l’humilité d’écouter la population, au moins une fois en partant de la base sociale, « le fokontany », pour construire une nation riche de nos diversités et dans le respect de la pluralité des idées et des cultures ».Une source avisée indique qu’« une refondation et une réconciliation à partir de la base », évoqué par monseigneur Razanakolona, est la ligne choisie par le FFKM pour la suite du processus de réconciliation nationale. L’église, visiblement, est décidée de ne plus revenir sur la réconciliation politique tuée dans l’œuf par des soubresauts politiques, en 2015. Le ton est donc donné, reste à voir si le prêche de l’homme d’église sera entendu.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara64 partages

Isandra : Nodoran’ny dahalo tao an-tranony, ramatoa bevohoka may kila

Renim-pianakaviana iray 45 taona eo, izay voalaza fa bevohoka, no maty may irery tao an-tranony, nodoran’ireo dahalo 20 isa nitondra basy sy zava-maranitra nanafika alina, tokony tamin’ny valo ora, tao an-tanànan’ Antanamarina Anjoma, any amin’ny distrikan’ Isandra, Faritra Matsiatra Ambony, ny herinandro iny. Rehefa avy nanapoitra tamin’ny baramina avy any ivelany varavaram-ben’ny trano ny ampahany tamin’ireo malaso, dia niditra an-keriny tao an-trano. Niandry tety ivelany kosa ny ambiny. Rehefa avy nanery ny tompon-trano hamoaka vola ireo dahalo, dia naka izay entana zakany tao an-trano. Nohidian’ izy ireo tao an-tranony avy teo ilay vehivavy, ary nodoran’ireo dahalo ny trano, ka tsy afaka nanavotra aina intsony ilay renim-pianakaviana na dia nikiakiaka niantso vonjy aza. Naratra mafy voakapa famaky ny vadiny. Niezaka namonjy azy ny vadiny kanefa voafira famaky teo amin’ny lohany ka naratra mafy. Tsy nisy sahy nanohitra kosa ny iray an-tanàna nanoloana ny poa-basy variraraka nentina nampihorohoroana ny olona. Efa lasa lavitra minitra maromaro teo ireo malaso vao samy nivoaka ny tranony ny manodidina, ary teo vao samy nikoropaka namono afo, kanefa ilay ramatoa amin’io efa maty kila tsy azo niala-nenina intsony, niaraka tamin’ireo entana sisa tsy lasan’ireo jiolahy tao an-trano, hoy ny vaovao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara64 partages

SEMPAMA : Paul Rabary accusé de népotisme

Le clash entre le Ministère de l’Education Nationale (MEN) et le « Sendikan’ny Mpampianatra eto Madagasikara » (SEMPAMA). Au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue hier à Ambatonakanga, les leaders du Syndicat des enseignants ont officialisé la rupture de la coopération avec le Ministère de tutelle. Une décision hautement calculée, puisqu’elle survient le jour de la célébration du 19e anniversaire du SEMPAMA. Les enseignants accusent le MEN de « bafouer l’accord signé le 15 avril 2014 avec le ministre Paul Rabary ». La Confédération syndicale dénonce également le non-respect des droits des responsables de l’éducation. Bodo Ranivoarisoa, Secrétaire générale du SEMPAMA a pointé du doigt entre autres, le népotisme, la corruption, les abus de tout genre et le non-respect de la loi en vigueur dans la nomination des hauts responsables. « Pour ce qui est des décisions d’affectation, le rapprochement familial ne constitue plus un caractère à prendre en compte et les enseignants ne bénéficient d’aucune indemnité de déménagement ». Le ministre Paul Rabary est accusé de « politiser l’éducation nationale et de favoriser les fonctionnaires fantômes dans les recrutements ».    

Davis R

L'express de Madagascar57 partages

sports extrêmes – Quatre nouvelles épreuves pour Fotaka 2017

Connu de tous comme un événement axé sur le divertissement, Fotaka englobe également un volet sportif, pouvant être placé dans la catégorie des sports extrêmes. Pour la troisième édition, prévue samedi au Coliseum à Antsonjombe, quatre nouvelles épreuves feront leur apparition, ont annoncé, hier, les organisateurs de chez Okalou, en conférence de presse à Ankadifotsy.Il s’agit de bombes à eau, du passage par une bâche glissante, de l’escalade d’une pente via une corde et de l’ice crime. Ce dernier est particulièrement excitant, puisque les concurrents devront s’attaquer à un bassin d’eau glacé. Frissons et sensations fortes sont garantis.Pour prendre part à cette course, il faudra constituer un groupe de quatre. Les organisateurs misent entre autres sur les différentes entités de la Capitale, afin de renforcer la cohésion et l’esprit d’équipe.Fotaka 2017 mettra à l’épreu­ve les concurrents sur un parcours d’environ trois kilomètres. Celui-ci sera jalonné d’une vingtaine d’obstacles en tous genres. Bref, un véritable parcours du combattant sur lequel il faudra marcher, courir et même ramper par moment.Vu la nature de l’événement, il n’est pas à exclure que des coureurs puissent se blesser éventuellement. « Un poste de premiers secours sera installé à Antsonjombe. Une ambulance sera également prête à intervenir en cas de besoin », rajoutent les organisateurs à ce propos.

H.L.R.

Midi Madagasikara53 partages

Terrain d’Andohatapenaka : La CUA de nouveau autorisée à négocier avec Tiko

L’exécutif municipal a défendu hier le projet de la CUA à Andohatapenaka.

Le conseil municipal a riposté en autorisant de nouveau la CUA à négocier avec Tiko sur l’utilisation du terrain d’Andohatapenaka.

Suite à la requête de la conseillère municipale Lalatiana Ravololomanana et consorts, le tribunal administratif d’Antananarivo a annulé le 17 février 2017 la délibération du conseil municipal qui a permis à la commune urbaine d’Antananarivo d’utiliser le terrain de Tiko à Andohatapenaka pour servir de fourrière. Comme motif d’annulation, l’opposante Lalatiana Ravololomanana et consorts ont affirmé que l’adoption de ladite délibération n’a pas été inscrite dans l’ordre du jour de la session extraordinaire de juillet 2016. Le tribunal administratif a sanctionné ce « non-respect de procédure ». 10 jours après, le conseil municipal, suite à déclaration du PDG de Tiko Marc Ravalomanana selon laquelle il est toujours prêt à mettre le terrain d’Andohatapenaka à la disposition de la CUA si celle-ci en a besoin, se réunit  en session extraordinaire pour délibérer sur plusieurs questions dont celles relatives à cette histoire de fourrière. Hier, 30 conseillers municipaux contre 20 ont de nouveau autorisé l’Exécutif municipal à négocier, dans le cadre du partenariat Public-privé, avec Tiko quant à l’utilisation du terrain. En fait, le conseil municipal n’a fait que régulariser une question de procédure.

Contrôle de légalité. Par ailleurs, les conseillers municipaux ont donné unanimement leur accord au recrutement de 100 nouveaux policiers municipaux et 50 nouveaux sapeurs-pompiers. Les 50 nouveaux sapeurs-pompiers seront répartis au niveau des six arrondissements de la Capitale qui n’a jusqu’ici que trois casernes dont à Tsaralalàna, à Andravoahangy et à Anosivavaka. Actuellement, seulement 155 sapeurs-pompiers sont en activité. Les effectifs sont largement insuffisants, ce qui explique, selon l’Exécutif municipal, ces recrutements. L’autre décision prise hier par le conseil municipal porte sur la rectification du budget initial 2017. Le conseil municipal a également statué sur la nécessité de régler les arriérés des loyers de l’année 2015 de l’Ecar Ilanivato qui abrite une EPP de 550 élèves. En tout cas, la nouvelle délibération sur le terrain d’Andohatapenaka devrait être immédiatement transmise à la Préfecture de Police pour contrôle de légalité. Celle-ci dispose, d’après la Loi n°2014-021 relative à la représentation de l’Etat,  d’un délai de 30 jours pour déférer à la juridiction compétente ladite délibération si elle trouve qu’elle est entachée d’illégalité ou d’irrégularité. De l’autre côté, les conseillères municipales de l’opposition ont le droit d’attaquer la délibération devant le tribunal administratif.

R. Eugène

Tia Tanindranaza47 partages

Lehiben’ny mpitandro ny filaminanaTsy azo kitikitihina ?

Tao anatin’ny herintaona (2016) dia tsy nahavita nandrafitra politikan’ny fandriampahalemana sy fampandrian-tany ary fandaminana ny fiarahamonina mba isorohana sy hanafoanana ny fitsaram-bahoaka ny fitondrana HVM.

 Fahafaham-baraka tanteraka ny hoe i Madagasikara no firenena voalohany eto ambonin’ny tany manana manamboninahitra jeneraly sy kolonely maro indrindra. Ny zava-misy eto amin’ny firenena anefa dia dorana velona ny olona tsy voatsara. Toa tsy sahin’ny filoham-pirenena tompon’ny teny farany anefa ny manaisotra ireo lehibe tsy mahavita azy. Ny niaro indray aza no nataony manoloana ny raharaha Befandriana Avaratra, izay efa lasa raharaham-pirenena mihitsy. Tsy andrenesam-peo izy ireny, ary tsy fantatry ny vahoaka intsony ny asany. Vola be anefa no afafy ho karamany isam-bolana. Manginy fotsiny ny tombontsoa isan-karazany toy ny fiara, solika, trano… Maro ireo zava-doza vokatry ny tsy fandraisan’andraikitra na ny tandrevaka saingy tsy misy tohiny intsony ny raharaha. 54 no matin’ny fitsaram-bahoaka tamin’ny 2016 ary efa mananika ny 20 nanomboka ny fiandohan’ity taona ity. Milaza handray andraikitra foana ny fanjakana saingy kobaka am-bava no betsaka. Tsy mahagaga raha fanjakana mpampiesona no hiantsoan’ny Malagasy ity fitondrana iray ity. Ambara fa efa mandeha ny fanadihadiana saingy mizotra any amin’ny fampanginana ny raharaha sy fampandriana adrisa no betsaka. Tsy vitan’ny fisamborana sy fanagadrana olona 10 na 20 io, fa efa tena olana ara-tsosialy, olana ara-piarahamonina, ary misy idirany amin’ny fomban-tany ihany koa. Tsy mba misy anefa ny fanadihadiana lalina mikasika ny olan’ny Malagasy fa ny hampiasa hery ihany no masaka an-tsain’ny mpitondra na dia efa hita izao aza fa tsy mahomby. Ny adala no lazaina fa anisan'ny nandoro ny tanàna tany Befandriana Avaratra. Efa tsy mahay miasa ve dia tsy mbola mahay manao serasera ihany koa ? Sao dia mba tokony hiova asa e !

Toky R

 

L'express de Madagascar39 partages

La crédibilité d’un prix

Il y a d’abord le Prix Nelson Mandela, lancé en 2014 par les Nations Unies afin  de récompenser « un homme et une femme qui ont consacré leur vie au service de l’humanité en promouvant les burs et principes des Nations Unies et en honorant l’héritage extraordinaire de Nelson Mandela et son action au service de la réconciliation, de la transition politiqye et de la transformation sociale ». Le prix est attribué tous les cinq ans, et les premiers récipiendaires sont « Dr Helena Ndume, une ophtalmologiste namibienne qui a consacré sa vie au traitement de la cécité et de smaladies liés aux yeux dans son pays et dans le monde en développement », et l’ancien président portugais, « Jorge Sampaio qui a fortement contribué à la lutte pour restaurer la démocratie au Portugal ».Ce prix ne doit surtout pas être confondu avec le Prix Mandela lancé par un institut qui se fait appeler « Institut Mandela » et qui « se donne pour mission de garder vivant l’esprit et l’inspiration du président Mandela et de promouvoir ses valeurs de société ouverte et de Paix partout sur le continent africain par une diplomatie intellectuelle ». Lancés en 2015, les Prix Mandela, écrit l’institut, « sont décernés à des personnalités ou institutions pour récompenser des actions louables en faveur de l’Afrique et de la Paix dans l’esprit de Nelson Mandela ». Mais comme ils sont tellement nombreux dans le monde à agir pour l’Afrique et pour la Paix, le jury a décidé d’octroyer pas moins de quinze récompenses pour 2016. Parmi les lauréats figure le Premier ministre malgache, Olivier Mahafaly, qui s’est vu attribué le « Prix Mandela du courage » pour, semble-t-il, « sa vision du développement de Madagascar et de l’Afrique ».On veut bien croire que le Premier ministre ait du courage. Il en a fallu une bonne dose pour accepter de se trouver à la tête d’un gouvernement appelé à faire face à de multiples et immenses défis. Son courage est d’autant plus grand qu’il n’a pas hésité, dès sa nomination, à parler d’un mandat de combat. Combat contre la pauvreté, combat contre la corruption, combat contre les trafics des ressources naturelles, combat contre la mauvaise gouvernance et j’en passe. Combat dont on a, certes du mal, à constater les résultats près d’un an plus tard, mais n’est-ce pas déjà faire preuve de courage que de continuer à rester debout malgré les critiques et les difficultés.La question se pose évidemment sur la vision du développement qu’il a de Madagascar et de l’Afrique. Surtout quand il doit, à chacun de ses discours, rappeler qu’il agit dans le cadre de la vision définie par le « très honorable président Hery Rajaonarimampianina ». Sa mission officielle, d’ailleurs, ne consiste-t-elle pas à mettre en œuvre la politique générale de l’État   Ce qui, concrètement, signifie qu’il est plus dans la réalisation des actions que dans la définition de la vision. Il serait, sans doute, intéressant de voir les arguments de ceux qui, parmi le public et les ambassadeurs, avaient proposé la candidature d’Olivier Mahafaly aux prix Mandela de l’institut Mandela. Des arguments qui semblent avoir convaincu le jury de l’institut Mandela de la vision de développement d’un Premier ministre qui, jusqu’à preuve du contraire, n’a jamais mis en avant une quelconque ambition politique. À moins évidemment que ce prix ne soit perçu comme le tremplin qui le sortira de l’ombre du « très honorable président », seule personne habilitée, aime-t-il à répéter, à le démettre de ses fonctions.Entre le prix Nelson Mandela des Nations Unies et le prix Mandela de l’institut Mandela, les différences sont de taille en termes de candidature. Aux Nations Unies, les candidatures sont présentées par les gouvernements ou par des organisations et des institutions reconnues sur le plan international dans leurs domaines respectifs. À l’institut Mandela, tout le monde, pour ne pas dire n’importe qui, peut soumettre une candidature. Il est même possible de se nommer soi-même : on parle de candidatures individuelles, et ils étaient, semble-t-il, 25 à s’être proposés eux-mêmes. La candidature peut ensuite être appuyée par un diplomate, qui peut, soit dit en passant, être un bon ami du postulant. Il y a bien sûr dans les deux cas un comité et un jury qui trancheront en dernier ressort mais dont il importe de scruter le mode de désignation. Plus que du nom dont il s’affuble, ce sont de ces critères que dépend surtout la crédibilité d’un prix.

Par Lova Rabary-Rakotondravony

Midi Madagasikara38 partages

Ambatovy : Un million USD d’investissements pour un simulateur de conduite

Cybermine 4 est la réplique exacte de la cabine de conduite de l’engin.

Sherritt restera présent dans Ambatovy. C’était, l’une des déclarations faites par Louis Rolland Gosselin vice-président d’Ambatovy, en charge du Développement Durable.

 C’était vendredi dernier, à Moramanga, lors de l’inauguration du simulateur de conduite ThoroughTec. Une manière de démentir les informations qui ont circulé ces derniers temps sur le départ définitif de Sherritt International au sein d’Ambatovy. Sherritt International Corporation, Sumitomo Corporation et Korea Rassources Corporation sont actuellement en train de négocier sur leurs participations respectives dans le capital, mais ce qui est sûr, c’est qu’à la demande des deux autres actionnaires, Sherritt, va rester opérateur du projet. Une requête qui va de soi quand on connaît les compétences particulières de Sherritt en la matière.

Bonne qualité. Une compétence qui s’est d’ailleurs manifestée par l’acquisition d’un nouveau matériel de formation des conducteurs d’engins. Il s’agit en l’occurrence du simulateur de conduite Thorough équipé de la technologie Cybermine 4. Acquis sur un investissement de 1 million de dollars, ce simulateur de conduite permettra une meilleure formation des conducteurs d’engins, notamment des camions de transports des minerais sur le site de Moramanga. Les formations se feront, en effet, plus rapidement et d’une très bonne qualité dans la mesure où le simulateur peut reproduire tous les aspects d’une conduite professionnelle. Opérationnel depuis le début de ce mois de février, cet outil de formation que les grandes compagnies minières dans le monde choisissent pour son efficacité et son haut niveau de réalisme dans les exercices de simulation, permettra à Ambatovy de développer les compétences de ses employés pour une productivité optimale. En tout cas, cette acquisition démontre la volonté d’Ambatovy d’avancer malgré les difficultés liées à la baisse des cours du nickel. . En effet, Ambatovy entre actuellement dans la phase d’exploitation des minerais à faible teneur. Une phase qui nécessite l’élargissement du parc de véhicules lourds, donc du nombre de conducteurs d’engins à former. Plusieurs dizaines d’employés malgaches ont ainsi été recrutés pour répondre à l’augmentation de 250% des mouvements de matériaux au cours des trois prochaines années.

R.Edmond.

Midi Madagasikara37 partages

Toamasina : Mpivady niady, nodoran-drangahy ny tranony

Efa mahita atao ny olona sasany ao anatin’izao fahasahiranam-piainana izao, hany ka tsy misy eritreritra intsony ao anatin’ny fahatezerana sy fahasosorana. Tranga iray no niseho tao amin’ny bazary Valpinson omaly alatsinainy 27 febroary tokony ho tamin’ny 04 ora sy sasany maraina, satria dia sahin’ity rangahy ity ny nandoro ny tranon’izy ireo raha nisy ady vokatry ny olana ara-bola teo amin’izy mivady. Vao tonga maraina hoe avy niasa ilay rangahy, avy hatrany dia fitakiana vola no nataon-dramatoa taminy. Raikitra teo ny fifamaliana teo amin’izy ireo. Tsy nahatana ny hatezerany intsony ilay rangahy noho ny vava be nataon-dramatoa vadiny taminy, dia ny naka « briquet » nandoro ny tranon’izy ireo no nataony. Mpanofa anefa izy ireo amin’ity trano misy azy ireo ity. Nitory vokatry ny fahamaizan’ny tranony ny tompon-trano. May kila avokoa kosa ny entan’izy mivady ireto nandritra izao doro trano izao. Nitsoaka kosa izy mivady ireto raha vao nitranga ny fahamaizana, nefa efa mikaroka azy ireo ny polisy. Ny ezaka nataon’ny mponina manodidina no tsy nampitatra izany tamin’ireo trano hafa.

Malala Didier

Midi Madagasikara35 partages

Raharaha Befandriana Avaratra : Olona 31 hatolotra ny Fampanoavana

Tafakatra 31 hatreto ny isan’ireo olona voarohirohy tamin’ilay resaka famonoana pôlisy nitranga tany Ambalamanga Befandriana Avaratra, tapa-bolana lasa izay. Raha tsy misy ny fiovàna dia tokony ho anio no hiakatra Fampanoavana ao Antsohihy ireto olona voarohirohy ireto. Nambaran’ireto tompon’andraikitra fa tsy ao anatin’ireo velively ny ben’ny tanàna sy ny lefiny izay voalaza fa voasambotra. Tiana ny mitondra fanazavàna, hoy ny fanazavàna azo tamin’ireo tompon’andraikitra, fa tsy nisy ny fisamborana ireto olom-boafidy ireo. « Ny mifanohitra tamin’izay aza no nisy, satria dia isan’ny nanampy betsaka ireo pôlisy tonga tany an-toerana, nanao fanadihadiana izy ireo. Teny an-dalana handeha hampody ireo razana ireto tompon’andraikitry ny tanàna ireto no nifanena tamin’ireo mpitandro filaminana ka niangavian’izy ireo mba hiverina sy hanampy ireto farany », hoy ny fanazavàna azo. Mbola mifamahofaho tanteraka kosa hatreto ny mahakasika ilay doro trano an-jatony, tany Antsakabary. Iza no tena tompon’antoka ? Mbola baraingo hatreto. Ny fanadihadiana ataon’ireo voakasik’izany angamba no afaka hitondra valiny. Fa etsy andanin’izay dia fantatra fa hoe efa nisy delegasiona avy amin’ny fanjakana nandeha nidina tany an-toerana, nitondra fanampiana ho an’ireo tra-boina.

m.L

Midi Madagasikara35 partages

FMBM : L’internet au service de l’évangélisation

Pour atteindre son objectif qui est de divulguer la bonne parole par la Bible, le FMBM ou « Fikambanan’ny Mpampiely Baiboly Malagasy » a organisé le jeu Biblia Quiz.

L’éducation via la Bible est l’un des moyens mis en place par le FMBM pour rendre la vie des Malgaches meilleure. En effet, selon un responsable auprès cette association, la Bible faciliterait l’épanouissement des personnes. Dans cette optique d’éducation, le FMBM organise un grand jeu intitulé Biblia Quiz. Devant se dérouler du 1 mars au 30 juin 2017, ledit jeu consiste en une suite de question réponse sur des thèmes de culture générale et de connaissances de la Bible. Pour ce faire, l’association a choisi l’internet comme plateforme. Une façon pour les organisateurs de faire comprendre l’importance de la nouvelle technologie dans l’évangélisation. En effet, d’après le secrétaire général de l’association FMBM, Hubert Rakotoarivony, « l’internet devrait être perçu comme un outil devant permettre de faciliter l’évangélisation et non comme une chose à éviter ». Et lui d’ajouter « qu’étant donné que l’internet est une arme à double tranchant, il faut toutefois une éducation adéquate pour bien transmettre aux gens les bons messages ». Madagascar figure en effet par les pays en retard dans l’utilisation de l’internet comme outil servant à l’éducation. Ainsi, ledit Quiz devrait être un moment ludique et pédagogique pour les gens qui décideraient d’y participer. Ces derniers devant juste consulter le site www.bibilaquiz.com.  

Garantie. La déclaration de la 38e session du Comité centrale de l’Union des Eglises chrétiennes à Madagascar (FFKM), a fait savoir l’existence de certaines personnes qui, pour des buts inconnus, achètent des Bibles à des particuliers (des personnes dans le besoin) à des sommes élevées pour les brûler ensuite. Des faits qui n’ont pas échappé aux observateurs de la vie publique. Cette source étant plus que sûre, le FMBM a pris des initiatives afin d’éviter que de telles choses s’amplifient. Comme l’a dit le secrétaire général de l’Association le pasteur Hubert Rakotoarivony, « nous ne voulons pas polémiquer là-dessus. Mais comme les faits ont été divulgués par le comité de l’union de la FFKM des mesures ont été prises ». Lesdites mesures consistant à demander des lettres de recommandation auprès des associations ou églises qui entreprennent d’acheter une certaine quantité (élevée) de Bibles. « Cela a été fait pour garantir le devenir des Bibles » a fait savoir Hubert Rakotoarivony.  

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara34 partages

Présidentielle de 2018 : Candidat unique pour le « Mitsangana ry Malagasy »

C’est confirmé. Les Plateformes politiques « Mitsangana ry Malagasy » et « Alliance Républicaine de Madagascar » présenteront un candidat unique pour l’élection  présidentielle de 2018. C’est ce que confirme le MRM dans un communiqué publié hier. En quelque sorte, les principales plateformes de l’opposition ont décidé de faire un front uni contre le « Hery Vaovao ho an’i Madagasikara ». Une décision qui paraît plutôt logique si l’on se réfère aux partis et associations qui composent l’ARM et le MRM. La question est désormais de savoir si ces deux plateformes politiques parviendront à trouver un consensus sur l’identité du candidat. L’ancien président de la Transition Andry Rajoelina qui a déjà fait une déclaration de candidature devant ses partisans fera-t-il l’unanimité ? Bon nombre d’observateurs estiment qu’il est la seule personnalité de l’opposition qui pourrait rivaliser avec Hery Rajaonarimampianina et Marc Ravalomanana. Reste à savoir si le leader de la Révolution orange de 2009 ne sera pas frappé par le nouveau « ni…ni » envisagé par le régime. En tout cas, le « Mitsangana ry Malagasy » a déjà lancé un avertissement. « Un nouveau ni…ni entraînera le pays dans une explosion sociale sans précédent ».

Davis R

Madagascar Tribune30 partages

Le nouveau code électoral de plus en plus contesté

Plus la session extraordinaire avance, plus les trois lois organiques relatives aux élections se trouvent contester. Que ce soit à l’Assemblée Nationale, au Sénat où les lois devraient déjà être en travaux de commission ou pour les simples observateurs, ces projets de loi créent énormément de discussions.

Certaines dispositions de la loi sont trop floues et laissent donc trop de place à l’interprétation. Selon Imbiky Herilaza, juriste, la loi relative à l’élection ne précise pas la définition du cas de force majeure qui pourrait entrainer un report des élections. Pourtant, la Constitution est claire en ce qui concerne les dates de déroulement de celles-ci à savoir entre le 25 novembre et le 25 décembre de cette année. Cela relèverait d’une interprétation de la Constitution par la loi. Ce qui est tout à fait contraire à la Loi fondamentale.

D’autre part, la question de la non-condamnation comme critère d’éligibilité pourrait également être soulevé. L’article 6 de la loi relative à l’élection du président de la République dispose que « tout candidat à la fonction de président de la République outre les conditions de l’article 46 de la Constitution doit : n’avoir jamais été condamné pour crimes ou délits ». Cela soulève bien évidemment le cas de l’ancien président Marc Ravalomanana qui a déjà annoncé publiquement sa candidature. La condamnation doit pourtant avoir été notifié au concerné et n’est considérable que si celui-ci n’a pas fait opposition à la décision ou si les voies de recours ont été usées mais que la décision de la Justice soit restée la même. Seulement dans ce cas, une personne peut être considéré comme déjà condamné. Cette disposition de la loi permettrait certains calculs politiques en vue d’éliminer des candidatures si elle n’est pas précise.

Ressources

La loi relative au régime général des élections et des référendums a cette fois-ci prévu la question des financements des campagnes électorales. Les partis d’opposition ont soulevé le débat sur ce point. Selon Naivo Raholdina, député du parti MAPAR, la question du financement devrait aussi et surtout concerner celui qui sera le candidat de l’Etat, entre autre le parti HVM pour cette fois.

En effet, les candidats qui ont représenté le parti au pouvoir ont eu souvent tendance à se financer via les caisses de l’Etat et user de la prérogative de puissance publique. Malgré les lois qui en interdisaient l’usage, cela n’a rien empêché. Ainsi, la question de savoir qui aura à charge de vérifier et de contrôler les finances du lors parti au pouvoir de la prochaine élection présidentielle. Pour ce député, le régime actuel, vu son impopularité et son bilan, ne devrait logiquement pas emporter les élections d’où pour lui la nécessité de cette vigilance par rapport au parti au pouvoir. L’on constate toutefois que celui qui sera là cherchera toujours à se maintenir, que ce soit HVM, TIM ou MAPAR. Le but des élections pour tout parti politique étant de les emporter.

Midi Madagasikara30 partages

Parti Otrikafo : Un appel au rassemblement des patriotes !

Pauvreté, bavure policière à Befandriana, acte de pyromanie en cette période qui coïncide avec la commémoration du 70e anniversaire du 29 mars 1947 ; pour le parti Otrikafo, toutes les conditions sont réunies pour que le peuple prenne (enfin) en main l’avenir de Madagascar.

Colons. Pour le parti Otrikafo dont la paternité revient à Rajaonah Andrianjaka, le régime Rajaonarimampianina a reproduit ce qu’avaient produit les colons durant la page sombre de l’Histoire du peuple Malgache : la colonisation. C’est ce qu’il a défendu, hier, en marge d’une conférence de presse à Andravoahangy Ambony, au siège de son parti. « 1947 – 2017. Cela va faire 70 ans cette année que les actes odieux du 29 mars 1947 perpétrés par la France ont été commis. En 1947, les colons Français n’ont pas hésité à incendier les habitations des Malgaches. En 2017, les agents de la police nationale l’ont fait à l’endroit de leurs compatriotes à Befandriana », a-t-il avancé. Et lui de se poser la question subséquente : « Le régime actuel tenterait-il de commémorer ces événements par ces moyens ? » après avoir lancé que « le régime Rajaonarimampianina emprunte les démarches des colons ». Effectivement nombreux nationaux sont choqués par ces représailles de la police, d’autant plus que, d’une part, les forces de l’ordre sont considérées comme les gardiens de la paix et que, d’autre part, le ministre de la Sécurité publique en la personne d’Anandra Norbert, a déclaré que le responsable de ces actes de pyromanie souffre d’une démence (au sens du Code pénal ?).

Clé. Que faut-il faire ? Pour Rajaonah Andrianjaka, la solution n’est nullement ailleurs que chez les Malgaches. « Nous ne sommes pas étonnés des agissements du régime car, comme nous l’avons toujours marqué, tous les dirigeants – anciens comme actuels – ont été placés par la communauté internationale ou la France », soutient-il. Par voie de conséquence, le père du parti Otrikafo déclare qu’ « il n’y a que le peuple Malgache qui est en droit de décider si le régime actuel doit rester ou non. Mais en tout cas, il ne faut plus attendre en 2018 ». Rajaonah Andrianjaka et consorts appellent, de ce fait, tous les patriotes nationaux à se réunir au siège du parti Otrikafo afin de discuter des impératifs d’un changement radical du pays.

Aina Bovel

Midi Madagasikara28 partages

ANMCC : Application des mesures correctives commerciales

Des mesures seront prises face à une importation massive des produits. (Photo d’archives)

Cela fait presque deux mois que l’Autorité Nationale chargée des Mesures Correctives Commerciales (ANMCC) a été mise en place. « Notre mission est d’élaborer les réglementations nationales et de mener des enquêtes afin d’appliquer les mesures correctives commerciales en cas de détection des anomalies. Pour l’heure, nous agissons par le biais de la mise en œuvre de l’Accord de l’Organisation Mondiale du Commerce relatif à ce sujet », a expliqué Barthelemy, le directeur général de l’ANMCC lors d’une conférence de presse hier dans ses locaux basés à Antanimena.

Dommages graves. « L’objectif consiste à protéger les producteurs nationaux et les industries locales contre le dumping, les importations des produits subventionnés, ou les importations massives », a-t-il souligné. Le premier constitue la vente d’un produit sur le marché local à un prix inférieur à sa valeur normale appliquée dans son pays d’origine tandis que le deuxième permet aux entreprises importatrices à appliquer de manière déloyale des prix anormalement bas des produits subventionnés dans leur pays d’origine. Et enfin, le troisième consiste à importer massivement des produits pouvant causer des dommages graves à la branche de production nationale.

Notifiées. Ainsi, les opérateurs victimes peuvent recourir à l’ANMCC en déposant leurs dossiers confirmant toutes ces genres d’anomalies. « Il nous appartient ensuite d’effectuer des enquêtes sur place ou à l’extérieur du territoire pour justifier la mise en place des mesures correctives commerciales. Parmi ces mesures, on peut citer, entre autres, l’imposition d’un droit anti-dumping si le produit est déjà écoulé sur le marché local ou bien la majoration de droit de douane. Le relèvement de cette barrière tarifaire est également appliqué pour les produits subventionnés concurrençant d’une manière déloyale les produits locaux. Quant à l’importation massive des produits, une suspension temporaire ou à un délai indéterminé ou bien une limitation de la quantité à importer s’impose. Et la Douane et l’OMC sont notifiées de toutes les mesures prises », a conclu le directeur général de l’ANMCC.  

Navalona R.

Tia Tanindranaza27 partages

Antoko OtrikafoMila mametra-pialana ny filoham-pirenena

Tsy mahafoy ny fanjanahantany ny mpitondra ankehitriny, raha ny fanazavan’ny filohan’ny antoko otrikafo, Rajaonah Andrianjaka, tetsy amin’ny biraony etsy Andravoahangy omaly.

 Efa tamin’ny 1947 no nandoro ny tranon’ny Malagasy ny miaramilan’ny mpanjanaka ary dia mbola izay fomba izay ihany no hampiharin’ny polisy ankehitriny, araka ny hita tany Befandriana avaratra farany teo. Fomba fanao maloto efa hatramin’izay io, hoy izy, satria tamin’ny tetezamita koa efa nisy izay fandoroana tranona Malagasy izay ary nody nolazaina hoe tranona dahalo ilay izy. Ny tsy fanamelohan’ny filoham-pirenena ny polisy noho iny tranga niseho tany Befandriana iny, araka izany, dia midika fankatoavana ny fomba fanaon’ny mpanjanaka ka tsy misy dikany ny fanesorana ny minisitry ny filaminana anatiny, Anandra Norbert, amin’ny toerany fa ny filoham-pirenena sy ny governemanta iray manontolo mihitsy no mila mametra-pialana.

Mirija

Tia Tanindranaza26 partages

Rakotovao RivoTsikerain’ny olon’ny HVM

Zara fa nisy olona ny lanonana fifampiarahabana noho ny taona vaovao nataon’ny antoko Hery Vaovao an’i Madagasikara tao Mahajanga ny sabotsy 25 febroary teo.

Jean D.

Midi Madagasikara25 partages

Tsiroanomandidy : Dahalo roa lavon’ny mpitandro filaminana sy ny fokonolona

Andian-dahalo am-polony tany ho any, nirongo basy ary nanao fanamiana miaramila no nifanandrina tamin’ny fokonolona sy zandary, ny alahady teo tany Bemahatazana. Azo ny omby ary nisy dahalo roa maty.

Raikitra ny fifampitifirana. Tokony ho tamin’ny efatra ora tany ho any no tonga tao amin’ny tananan’i Tindoha, ao amin’ny kaominina Bemahatazana, distrikan’i Tsiroanomandidy, ny dahalo teo amin’ny 19 lahy teo, mirongo fitaovam-piadiana isan-karazany. Tsy niditra tanàna izy ireo, araka ny tatitra azo avy tamin’ny zandary fa ireo omby teny an-tsaha no nasesiny nalaina. Sendra ny be noho ny vitsy ireo mpiarakandro, niandry ny omby ka namela izany teny am-pelatanan’ireo olon-dratsy  ary  nitsoaka niantso vonjy tany an-tanàna. Tsy nanaiky lembenana fa raha vao naheno ny antso vonjy ireo fokonolona dia nirohotra nanao ny fanarahan-dia, nampian’ny zandary sy miaramila avy tao an-toerana. Ary namonjy avy hatrany ny kizon’Ambaravarambato, toerana tsy maintsy andalovan’ireo olon-dratsy nitondra ny omby halatra. Tonga telo minitra talohan’ny nahatongan’ireo dahalo ireo mpanara-dia ary dia velona avy hatrany ny fifanandrinana teo amin’ny roa tonta. Nambaran’ny tatitra fa na dia teo aza ny havitsian’ireto mpanara-dia teo anatrehan’ireo dahalo am-polony miravaka fitaovam-piadiana dia tsy nilavo lefona velively izy ireo. Vokany, roa tamin’ireo olon-dratsy no lavon’ny bala, ary azo avokoa ireo omby nangalarin’izy ireo. Vaky nandositra teo anatrehan’izay ireto dahalo. Tsy nisy naratra kosa na namoy ny ainy na dia iray aza ireo mpanara-dia. Fantatra moa fa efa nomena ny tompony avy ireto omby nalain’ny dahalo ireto. Mbola mitohy ihany kosa tetsy andanin’izay ny fikarohana sy ny fanarahan-dia ireo nitsoaka. Manentana hatrany ny fokonolona ireo mpitandro filaminana mba hiray hina, fa « ny firaisan-kina tokoa no hery ary entanina ny vahoka mba hanome vaovao ara-potoana amin’izay rehetra mety hanohintohina ny fandriam-pahalemana mba hahafahana misoroka ny ratsy ».

m.L

Midi Madagasikara24 partages

Baccalauréat : Mise en place d’une équipe pédagogique

Les élèves des classes terminales vont affronter les épreuves du baccalauréat le 17 juillet prochain. (Photo d’archives)

Comme son nom l’indique c’est l’office du baccalauréat qui est chargé de l’organisation de cet examen officiel. Une organisation qui a présenté des failles l’année dernière notamment au niveau des sujets d’examen.   

Face à la grogne des enseignants concernant la dernière session du Baccalauréat (en 2016), des rectifications de tir ont été menées par le ministère de l’Education Nationale portant notamment sur l’élaboration des sujets. A cet effet, des responsables dudit ministère ont fait des descentes dans différents établissements scolaires de la capitale et ses limitrophes pour sensibiliser les enseignants sur les nouvelles dispositions prises conjointement par les ministères de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique ainsi que de l’Emploi, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle. Il s’agit de la mise en place d’une équipe pédagogique composée essentiellement des professeurs des classes terminales. Notons qu’auparavant l’élaboration des sujets relève d’une seule personne. Toujours est-il que ces campagnes de sensibilisation seront poursuivies dans les autres régions du pays. Il y aura également des échanges d’expériences.

Examens officiels. Faut-il rappeler que le calendrier des examens officiels a été avancé par rapport aux années précédentes. Le premier examen officiel, en l’occurrence le CEPE aura lieu le 20 juin 2017 si c’était le 5 juillet en 2016. Pour le BEPC, ce serait du 3 au 6 juillet 2017. Quant au baccalauréat, il se tiendra du 17 au 20 juillet 2017. Il fut un temps où les élèves des classes terminales ont dû passer leurs examens au mois de septembre. Faut-il souligner que ces derniers ne disposent plus que de quatre mois et demi pour préparer leur Bac.        

 Dominique R.

Midi Madagasikara22 partages

Jirama Mandroseza : 20MW d’électricité produits avec du fuel lourd

Visite suivie du lancement officiel de l’utilisation de fioul lourd dans la centrale thermique de Mandroseza.

Un appel d’offre sera lancé pour l’approvisionnement de la Centrale thermique de la Jirama à Mandroseza, en fioul lourd, pour les six mois à venir. Par rapport au gasoil, ce carburant permet de réduire le coût de production de moitié, selon la Jirama.

 La transition énergétique est enfin lancée ! Deux groupes électrogènes de la centrale de la Jirama à Mandroseza, fonctionnant au fioul lourd, sont désormais opérationnels. « Le test est concluant. Avec Symbion Power, on a fait l’essai avec un groupe d’une capacité de production de 10MW, depuis août 2016. Aujourd’hui, nous lançons officiellement l’utilisation d’un deuxième groupe d’une capacité de 10MW. Ensuite, un troisième sera fonctionnel d’ici à trois semaines et un dernier, en avril prochain », a déclaré l’administrateur délégué de la Jirama, Lanto Rasoloelison. En effet, cette centrale pourra produire 40MW d’électricité, d’ici à deux mois. D’après les explications, les dépenses en carburant sont réduites de moitié, avec le fioul lourd, par rapport au gasoil. « La production actuelle devrait suffire aux grandes villes. Avec l’utilisation du fioul lourd, la Jirama peut disposer de plus de gasoil pour les centrales des zones reculées. De plus, l’utilisation de ces groupes à Mandroseza permettra de réduire la consommation du gasoil dans la centrale thermique d’Ambohimanambola », a poursuivi l’administrateur délégué.

Tsimiroro. L’approvisionnement de la Jirama en fioul lourd fera l’objet de contrat semestriel, dont le premier appel d’offre sera lancé dans les jours qui viennent. En effet, il n’est pas certain que les stocks de Madagascar Oil soient utilisés, par la société de production d’électricité. D’ailleurs, pour les premiers essais entrepris depuis août 2016, la Jirama et Symbion Power ont utilisé du fioul importé, fourni par une compagnie pétrolière fortement présente dans la Grande Ile. « Le contrat d’approvisionnement se fait par six mois. Madagascar Oil peut soumettre son offre, tout comme les autres compagnies. Mais l’avantage avec Tsimiroro est que l’Etat Malgache gagne la moitié des recettes issues de la vente d’huile lourde, grâce au contrat de partage de production », a indiqué l’administrateur délégué de la Jirama.  A noter que Madagascar Oil a déjà épuisé sa capacité de stockage, faute de débouché.

Redressement. D’après les prévisions, un groupe électrogène fonctionnant au fioul lourd sera également installé dans la centrale d’Ambohimanambola. Par ailleurs, des centrales à Toliary, Mahajanga et Antsiranana utilisent déjà ce type de carburant. Pour la Jirama, l’objectif est de réduire les coûts, grâce à la transition énergétique. Selon Lanto Rasoloelison, des efforts restent à faire, notamment au niveau des recouvrements. D’après ses dires, 35% de la production d’électricité de la Jirama ne sont pas encore facturés. Des contrôles sont également menés, pour lutter contre les vols et les branchements illicites, pour éviter les pertes et les surcharges au niveau des transformateurs.

Changements. La Jirama vient de lancer un appel à candidature, recruter son nouveau DG. D’après l’administrateur délégué, l’objectif est de trouver une personne compétente, pour redresser cette société d’Etat. « Plusieurs propositions de solutions aux problèmes énergétiques de Madagascar, ont été évoquées par voie médiatique. Avec ces nombreux intervenants, il ne devrait pas être difficile de trouver une personne compétente, pour redresser la Jirama. Nous recevons actuellement les dossiers de candidature, uniquement en version papier et envoyés par voie postale, pour la traçabilité et la transparence. Ensuite, le 25 mars, ces dossiers seront transmis à un cabinet international pour être traités. Ce cabinet proposera les noms des trois meilleurs candidats. C’est à partir de cette dernière liste que le Conseil des ministres décidera qui sera nommé comme nouveau DG de la Jirama », a-t-il affirmé. Bref, la résolution du problème de la Jirama est dans la bonne voie, pourvu que tout se passe comme prévu …

Antsa R.

Midi Madagasikara21 partages

Reboisement Agro : Un modèle du genre !

La satisfaction du devoir accompli n’est pas le seul fait marquant du reboisement effectué par la grande famille de l’ESS Agro de samedi à Manjaka Avaradrano. Tout le monde allant du personnel enseignant aux étudiants, au personnel administratif et technique sans oublier les anciens de cet établissement ont participé à la mise en terre de quelques jeunes plants sur une surface de 1ha qui porte à 13 ha le total couvert par l’Agro depuis une dizaine d’années.

Samedi en tout cas, ils étaient près de 650 personnes à Manjaka Avaradrano avec la participation de la population locale mais avec une technologie de pointe qui caractérise le reboisement de l’Agro avec en filigrane un protocole de soin sylvicole qui fait qu’au bout, on a des produits de qualité. C’est dire qu’on a là un modèle du genre en matière de reboisement répondant aux exigences de l’ESSA qui sont d’en faire un lieu de démonstration et de pratique pour les étudiants et par ricochet de pouvoir développer dans le futur d’autres activités agricoles et pastorales.

Pour une journée où le mot d’ordre était de joindre l’utile à l’agréable, l’ESSA fut comblée et heureuse d’avoir pu compter sur le soutien de ses partenaires dont le projet PAGE GIZ, le ministère de l’Agriculture et de l’Elevage ainsi que celui de l’Environnement sans oublier la Présidence de l’Université.

Clément RABARY

Midi Madagasikara20 partages

KARATE : Madagascar ira au 14e Funakoshi Gichin Cup

Le karaté sort de son silence et de sa léthargie. En effet, il y a toujours eu des karatékas qui ont agi sur le plan international et qui ont porté haut le flambeau malgache. Parmi ces férus de karaté, le MJKA ou Madagascar Japan Karate Association. Ils seront présents cette année au Funakoshi Gichin Cup 14th Junior Karate World Champioship. Il s’agit d’une compétition mondiale du style JKA. Cela se tiendra en Irlande, précisément à  Dublin le 18 aout 2017. Les compétitions concernent les kata et kumité et surtout  les classes d’âge de  9 à 21 ans dans différentes catégories de poids. Madagascar ne rêve pas seulement de participer mais surtout de gagner a déclaré Sensei Rivo Rajaonarison, président de JKA. La dernière participation malgache remonte à 1991 et cette année, ils sont décidés et se préparent en conséquence. Le regroupement a débuté le 27 janvier avec une cinquantaine de combattants et la sélection débutera le 16 avril. Au moins dix combattants seront du voyage à Dublin.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara20 partages

Vindicte populaire : « La population ressent le sentiment d’être livrée à elle-même » dixit Eliana ...

La secrétaire nationale du parti PSD, Eliana BEZAZA, dans cette conversation à bâtons rompus revient sur les actualités brûlantes de l’heure : la vindicte populaire. Elle demande à tous les responsables qu’ils soient dans la structure étatique ou dans les simples organisations sociales à avoir un peu plus de vision et d’organisation car c’est le fond de notre problème a-t-elle souligné. Interview.

Midi Madagasikara (M.M) : Une des actualités brûlantes de l’heure, la vindicte populaire qui gagne de plus en plus de terrain et risque de se généraliser si des mesures concrètes ne sont pas prises dès maintenant .En tant que femme active au sein des organisations sociales, quelles explications apportez-vous à ces phénomènes inquiétants.

Eliana Bezaza (E.B) : Oui, nous sommes en train de vivre une des périodes les plus houleuses de notre histoire nationale. La vindicte populaire est un fait social qui n’est nullement isolé, mais s’explique par un enchaînement de causes à effets. La vindicte populaire est née à partir du moment où la population ressent un sentiment d’être livrée à elle-même. Je prends le cas de cette insécurité généralisée qui affecte toutes les régions de Madagascar et qui a des impacts incroyables sur la vie quotidienne de la population. Les paysans loin des brigades de la gendarmerie et des commissariats de police ne trouvent leur salut qu’en abandonnant leurs villages et leurs terres pour aller trouver la quiétude dans les chefs lieux des communes. Ils perdent leurs troupeaux et leurs biens. Ce sont eux-mêmes qui s’organisent pour se défendre. Les forces inégales se résultent par des morts d’homme. Ils ne croient plus à l’autorité de l’Etat pour rétablir l’ordre. Pour eux, la notion d’Etat qui défend leurs biens et leurs familles n’est que des verbes. Il est tout à fait normal que nos paysans soient en colère et pour les populations urbaines de même. Dès qu’il y a des gens susceptibles d’être des menaces pour eux, ils se révoltent et tuent. C’est très mauvais et c’est très grave, car d’un moment à l’autre le pays entier peut basculer dans les chaos. C’est donc une faillite de l’autorité de l’Etat et un manque flagrant de confiance envers le système étatique dans son ensemble et en particulier le système judiciaire, l’organe de maintien de sécurité, l’administration et l’Etat dans son ensemble.

M.M: Quelles solutions à mettre en œuvre dans ce cas ?

E.B : Il n’y a que le dialogue par une gestion de proximité des communautés de base. L’Etat doit oublier qu’il est le détenteur de la seule vérité. Je prends le cas de Befandriana Nord qui est très récent et très douloureux .Voyons les réactions des différents responsables des communautés dans cette région comme l’Eglise catholique, le « Sojabe » et les « raiamandreny ». Ils sont unanimes pour condamner les versions des faits de l’Etat qui cherchent à tout prix à donner tort seulement à la population alors que les membres de cette population dont on parle étaient victimes de racketage au début. C’est vrai que quoi qu’on dise on ne doit pas donner raison à une vindicte populaire et des actes pareils méritent des sanctions, mais on doit étudier sérieusement le cas avec un peu de recul et à tête reposée. Le dialogue aurait apporté plus de lucidité à chacune des parties en conflit au lieu de mettre en pratique la loi du talion. Il manque cruellement une éducation sociale, car cet anarchisme s’explique par une perte de valeurs et de repères.

M.M : On parle d’une anarchie généralisée aussi de par l’indiscipline qui gagne de plus en plus de terrain. Qu’est-ce que vous en pensez ?

E.B : L’indiscipline se traduit par ces faits sociaux dangereux pour la vie de la nation. En effet, tous ces délabrements qui encadrent notre vie quotidienne est l’expression de ce manque de l’observation des règles et des disciplines dans la société. Je reviens sur l’absence de l’éducation sociale, mais surtout l’absence des modèles. Nos jeunes actuels ne voient que de l’anarchie, des violences, des corruptions, des palabres et comment voulez-vous que nos jeunes quand ils seront adultes aient des comportements responsables pour être des citoyens modèles dont le pays a besoin. Regardez autour de nous, rien que dans la ville d’Antananarivo qui doit être une vitrine de Madagascar. Tout le monde traverse les rues là où il veut, les charrettes sont dans les rues de la capitale jusqu’au devant du palais d’Ambohitsorohitra et bloquent les circulations, les vendeurs envahissent non pas seulement les trottoirs, mais aussi les rues, les « taxis-be » imposent leurs lois, notre capitale est extrêmement sale. Bref, si nos réalités se décrivent ainsi par ce que nos dirigeants n’ont aucune vision et organisation. Les modèles viennent d’en haut. On voit tous les jours nos grands hommes dans les structures étatiques brûler le sens unique avec leurs prérogatives de sirènes assourdissantes et voilà les résultats.

M.M : N’êtes-vous pas très sévère envers les tenants du pouvoir, car tout le monde aussi doit s’organiser pour rendre no quotidien plus viable et plus agréable ?

E.B : C’est vrai mais tout doit commencer d’abord par le changement de comportement de tous ceux qui ont des responsabilités dans la structure étatique. Par contre, il faut chaque fois des vrais dialogues et des échanges. Il faut donner des responsabilités aux meneurs d’opinions et aux autorités traditionnelles. Il faut que ces sages de la société prennent de plus en plus de place dans l’éducation citoyenne, dans la recherche de nos valeurs et de repères. Il faut que nos jeunes reviennent vers leurs racines pour éviter dans l’avenir une population flottante.

M.M : Parlons d’un tout autre sujet, l’élection présidentielle de 2018. Qu’est-ce que vous en pensez ?

E.B : Pour ne plus rester dans ce long contexte de crise et de fragilité extrême, il faut qu’il y ait élection en 2018. Reculer cette élection c’est faire perdurer la crise et éveiller les suspicions néfastes. Par contre avancer vers cette élection c’est mettre en place un système électoral fiable dont le résultat sera accepté par tous.

Recueillis par D.R

Midi Madagasikara19 partages

Betroka : Vehivavy bevohoka may kila forehitra voadoro tao an-trano

Andian-dahalo nirongo fitaovam-piadiana mahery vaika 30 teo ho eo no nanafika tao amin’ny fokontany Mahazoarivo ao an-tampon-tanànan’i Betroka, ny alin’ny asabotsy teo, tokony ho tamin’ny folo ora, ka lasan’ny malaso tamin’izany ny omby miisa 200. Trano maromaro ihany koa no kila forehitra nodoran’ireo dahalo, ary vehivavy bevohoka iray may tsy afa-nanavotra aina intsony. Talohan’ny nidiran’ireo malaso ny tanàna dia nanao tifi-danitra ireo mpandroba nentina nampihorohorona ny olona. Noho ny tahotra dia tsy nisy sahy nivoaka ny tranony ny teo an-tanàna, ka niliba ireo malaso namoaka ny omby tao anaty valabe. Nojerem-potsiny. Efa dify lavitra ny tanàna ireo olon-dratsy vao tonga ny mpitandro filaminana. Ireto farany izay efa nampandrenesin’ny olona teo an-tanàna mialoha mahakasika ny fanafihana misy. Nampalahelo ny vahoaka izany fihetsika izany. Raha araka ny vaovao voaray, dia ny fokonolona samirery ihany no nanao ny fanarahan-dia, ary tsy nisy tamingana beboaty nanampy azy ireo. Ary hatramin’ny ora nanoratana ny lahatsoratra dia tsy mbola nisy latsaka ny omby very rehetra. Raha ny fantatra dia niatsinana nihazo nankany amin’ny vohitr’ Anjiry ireo dahalo sy ny omby, ary araka ny feo mandeha dia tsy misy fanantenana intsony izay omby tafiditra amin’io vohitra io.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara18 partages

Le constat d’une crise de confiance entre l’Etat et la population

La crise de confiance entre l’Etat et la population ne peut plus être niée. Les réactions violentes qui entraînent mort d’homme tous les jours le prouvent indéniablement. Cette fois c’est l’un des plus hauts représentants de l’Eglise catholique qui a enfoncé le clou lors d’un symposium à l’Université Catholique de Madagascar.

Le constat d’une crise de confiance entre l’Etat et la population

Le thème de cette grande conférence présidée par monseigneur Odon Razanakolona était « Ethique, responsabilité et développement ». C’est en tant que grand chancelier de cette université qu’il est intervenu à l’ouverture de ce symposium. Il n’a pas mâché ses mots et a fustigé l’Etat qui a rompu la relation de confiance existant avec la population. Il a dénoncé son manque d’éthique et sa non-prise de responsabilité, entraînant ainsi ce non-développement chronique. Il a bien sûr mis en exergue cette pauvreté qui touche toutes les couches de la société, y compris le milieu religieux. « Cette pauvreté est bien entendu économique, mais elle est avant tout morale et éthique et résulte de l’absence de capacité d’innovation et de création à adapter et à mettre les savoirs et les connaissances au service de l’Homme dans le respect de l’environnement ». Une fois de plus, c’est la désagrégation de l’autorité de l’Etat qui est mise en lumière à cause de « l’institutionnalisation de la corruption ». En dénonçant tous les maux de la société, il n’épargne aucune élite qui se place au-dessus des lois et qui confisque le débat. La population est ainsi mise à l’écart et elle n’est pas entendue lorsqu’elle se plaint à juste raison. L’orateur parle d’une refondation de la maison commune qui doit se faire de manière inclusive, c’est-à dire inclure 3,5 millions de personnes ayant plus de 18 ans révolus n’ayant pas d’état civil. Encore une fois, il faut tirer les leçons du passé. Maîtriser les réalités du temps présent et modéliser les perspectives des enjeux à venir. Cette conférence qui a eu lieu hier a permis de faire un constat amer, celui de la faillite d’un système. Le constat en est fait depuis longtemps par tous les observateurs.

Patrice RABE

Midi Madagasikara17 partages

Okalou : Fotaka, le parcours du combattant

Les organisateurs et leurs partenaires lors de la conférence de presse hier à Ankadifotsy. (photo Nary)

Comme à son habitude, Okalou propose des concepts ludiques hors du commun pour amuser la foule. Samedi prochain, ce sera au Coliseum que l’événement Fotaka aura lieu à partir de 10h.

Le parcours du combattant, c’est ce qui attend les participants à cette troisième édition de l’événement Fotaka, organisé par Okalou. Il se tiendra le samedi 4 mars prochain derrière le Coliseum d’Antsonjombe. Deux à trois kilomètres de parcours ponctués par une vingtaine d’obstacles, qui vont mettre à dure épreuve le mental et le physique. Il va falloir marcher, courir, ramper, escalader… sur un terrain irrégulier, comme dans les camps d’entraînement. Il y aura entre autres des bombes à eau, une bâche de glisse de plusieurs dizaines de mètres de long, dont les premières images sont diffusées sur la page facebook de Okalou, une escalade de pente à l’aide d’une corde, et un passage dans de l’eau glacée. Les départs se feront par vague de 100 personnes, toutes les 10 minutes à partir de 10h, le matin. Chaque équipe devra compter quatre personnes, l’inscription se fera néanmoins individuellement à 8 000 ar par personne en pré-vente et 10 000 ar le jour de l’événement.  

Ambiance. A part son aspect ludique, ce Fotaka c’est aussi un bon moyen de se retrouver dans une ambiance particulière. Pour participer, il faudra d’abord s’échauffer, avec une séance publique de zumba, de haka et de mouvements spéciaux. Et après l’effort, le réconfort car il y aura des burgers, des sandwiches et des hots dogs. Et puis, le Crazy Time pour les photos sur une bâche glissante, et de la musique bien sûr !!!

Anjara Rasoanaivo

News Mada16 partages

Philippe Leclerc : le bienfaiteur de Madagascar

Derrière certains grands dossiers qui font régulièrement la une des actualités au pays depuis maintenant quelques années, un nom revient sans cesse. Celui de Philippe Leclerc à qui l’on doit quelques idées lumineuses qui ont chaque fois valu une véritable levée de boucliers du secteur privé tout entier. Extraits choisis…

Le personnage

Si Philippe Leclerc s’est fait connaître comme étant le président de la société d’ingénierie financière Orizon Finance, une société mise en liquidation judiciaire en octobre 2012 (d’où sans doute le fait qu’il ait jeté son dévolu professionnel sur Madagascar), il serait derrière le plagiat de certains passages d’une allocution de Nicolas Sarkozy dans le discours que Hery Rajaonarimampianina avait prononcé lors de son investiture le 25 janvier 2014. Et ce n’est pas passé inaperçu.

«L’artiste du copié-collé était un avocat qui faisait partie des trois Français proches de Robert Bourgi et de la Françafrique (Patrick Leloup, Philippe Leclerc, Ann-Philippe de la Giraudière), et qui avaient accompagné Rajoelina chez Kadhafi en mai 2009», relate d’ailleurs Tribune.com le 29 janvier 2014 dans sont article intitulé «Entourage : le verre à moitié vide du Président Rajaonarimampianina».

Le projet de Passerelle unique internationale

L’homme en question serait également l’un des initiateurs, en avril 2010, du projet «Exclusive International Gateway» (IEG) ou Passerelle internationale unique.

«Le Français Philippe Leclerc, (…) a été quant à lui un des initiateurs en avril d’un projet de contrat pour un «Exclusive International Gateway» (IEG) entre le gouvernement malgache et les sociétés Vocalpad et iBasis, représentées par Hassan Ghandour et associées à la firme néerlandaise KPN. L’idée est d’optimiser les «systèmes de contrôle du trafic international des télécommunications au départ et à l’arrivédans le pays. Parallèlement, il s’agit aussi d’accroître les revenus de l’Etat via une plateforme IEG qui serait mise en place et gérée par les sociétés de Ghandour, lesquelles se rémunéreraient par «l’augmentation de la tarification des appels entrants émis par les opérateurs internationaux ou étrangers»», rapporte La Lettre de l’Océan Indien (n°1290 du 24 juillet 2010).

Concrètement, cette «passerelle internationale unique» devait donc imposer aux opérateurs en téléphonie mobile locaux de faire transiter les communications internationales par une société privée. D’emblée et d’une seule voix, Telma, Orange et Airtel qui devaient parallèlement payer une redevance, ont vivement contesté la mise en place de ce projet qui, ont-ils fait remarquer, «est strictement contraire aux principes résultant des conventions internationales sur la télécommunication et notamment de la convention de Melbourne de 1998 portant règlement des télécommunications signées par l’Etat Malgache». Par ailleurs, outre l’augmentation des coûts de communication à l’étranger plus, ce contrôle de la communication par une société privée risque de porter atteinte à la sûreté et sécurité nationales jusqu’à la violation du droit à l’intimité de chacun.

Le tollé que le projet a soulevé a été tel que l’Etat a dû définitivement renoncer à sa mise en œuvre.

Et l’ACD…

Dernièrement, la question de l’Advance cargo declaration (ACD) qui avait suscité la grogne du côté du secteur privé revient une fois de plus sur le tapis. Et le nom de Philippe Leclerc est une fois de plus cité comme faisant partie des initiateurs.

Déjà décrié l’année dernière par l’ensemble du secteur privé et désavoué par l’ambassade des Etats-Unis à Madagascar, dans la mesure où ce système qu’opérerait le groupe ATPMS ne correspondrait en rien aux exigences ISPS ni consignes de sécurité et de sûreté maritime posées par l’US Coast Guard, l’ACD est une fois de plus au centre des débats cette année et est tout autant critiquée. Ses instigateurs ont même tenté de faire le forcing sous prétexte que les ports internationaux de la Grande île risquent de se retrouver sur la liste noire de l’US Coast Guard et que, pour éviter une telle situation, il fallait mettre ces infrastructures portuaires aux normes, moyennant redevances à collecter auprès des opérateurs importateurs/exportateurs. En 2016, la question avait déjà été mise entre parenthèses, à la faveur d’un accord entre l’Etat et le secteur privé qui avaient convenu de «travailler de concert pour la mise en place d’un système de sécurisation des ports de Madagascar dont la mise en œuvre sera nationale et confiée à l’APMF».

Mais c’était visiblement sans compter sur l’empressement douteux et la démarche unilatérale des initiateurs du projet.   On se demande d’ailleurs qui donne des ordres aux fonctionnaires du ministère. Et, tout comme l’année dernière, les contestations fusent de la part des acteurs concernés, opérateurs privés, compagnies maritimes, experts maritimes, marins commandants… Mais surtout l’ambassade américaine à Madagascar qui, très à cheval sur les questions de bonne gouvernance, est également en première ligne contre une éventuelle relance de l’ACD. Par contre, silence radio du côté de l’ambassade de France à Madagascar. Et d’ailleurs, beaucoup se posent la question de savoir si Philippe Leclerc est-il ou non un élément «officiel» de la France au sein de la présidence malgache, sinon comment expliquer ce silence ?

En tout cas, il faut savoir qu’au sein de la société d’ingénierie financière Orizon Finance de Philippe Leclerc, travaillait également Sophie Deniau, la belle-fille de l’ancien ministre français de la justice, Jacques Toubon. C’est dire donc les accointances du concerné avec le milieu politique français.

Philippe Leclerc, le « grand communicateur »

Cela fait maintenant plusieurs mois que l’APMF mène une véritable campagne de communication – et y met les moyens – pour sensibiliser subrepticement l’opinion à la mise en œuvre de l’ACD. Et ce, sous couvert de mettre les ports internationaux de Madagascar aux normes ISPS. En abordant des sujets d’ordre général et portant vaguement sur les thèmes de la sécurité et de la sûreté maritime sur les radios, télévisions et journaux de la capitale, la principale finalité de cette communication était pourtant bel et bien l’opérationnalisation de l’ACD qui se préparait donc depuis un certain temps.

On susurre que Philippe Leclerc ferait partie des organisateurs de cette campagne rondement menée, en collaboration avec une officine de communication à l’extérieur et probablement avec l’ATPMS de Jean Codo qui, effectivement, avait officiellement publié sur son site le 14 février dernier que la mise en œuvre de l’ACD commencerait à la date du 15 février 2017. Une campagne si rondement et discrètement menée jusqu’à ce que, malheureusement pour les initiateurs, tout le monde s’est rendu compte que son but final, en l’occurrence justifier la nécessité du système ACD, soit découvert…

Haja R.

 

News Mada16 partages

Tennis de table : les favoris confirment

Le Championnat de Madagascar par équipe a ouvert la saison de la Fédération malgache de tennis de table (FMTT) au petit palais de Mahamasina le week-end dernier. Eu égard aux résultats finaux, les favoris de la discipline ont fait parler d’eux.

Chez les hommes, Galaxy Young a ravi le sacre aux dépens de l’équipe d’Antsirabe par 3 victoires à 2. Novices de la compétition, les pongistes de la ville d’Eaux sont presque arrivés à faire jeu égal avec une équipe de Galaxy Young rompue à ce genre de joute. Ce score serré démontre que l’équipe de la ville d’Eaux a talonné de près leur adversaire, d’ailleurs à un moment donné de la rencontre, elle a failli créer la surprise.  Côté dames, Jovenna maintient sa suprématie grâce à un succès logique face à Jeco sur la marque de 3 victoires à une. Ce club bien ancré dans le tennis de table continue d’afficher sa mainmise dans cette catégorie.

Même en Open, la logique semble respectée. Lino, l’un des pongistes phares de la Grande île, semble le plus réussir dans ses initiatives et devenir le champion de Madagascar, qui pour rappel a vu la confrontation des pongistes hommes et dames. Sa victime de la finale n’est autre que Setra, la nouvelle coqueluche des férus de la discipline grâce à ses exploits lors des Jeux de la Commission de la jeunesse et des sports de l’océan Indien (CJSOI). Bien que battu, il a démontré une belle ascension en se hissant  à la finale d’une grande compétition nationale.

Naisa

 

Midi Madagasikara16 partages

RESULTATS DU CONCOURS ARTISTE ET SPORTIF DE L’ANNEE 2016

Le verdict est tombé. Les lecteurs de Midi Madagasikara ont choisi leur artiste et leur sportif de l’année 2016. L’artiste choisi est Mijah. C’est une véritable bombe dans le domaine artistique, car Mijah a de très loin dominé ses pairs en 2016. Star incontestable des petits et des grands, Mijah mérite amplement son titre. Son tube « Ataovy ve ny dihan’ny Mijah » est devenu une rengaine et a fait danser tout le monde. Il devance toutes les grosses pointures qui ont dominé le showbiz ces dernières années. Le sportif de l’année 2016 est l’équipe nationale de pétanque, championne du monde. Là aussi, la logique a été  respectée, car nos boulistes ont conquis de haute lutte leur titre, en portant très haut les couleurs malgaches. 

Artiste de l’annéeMijah succède à Gangstabab !

Un humour à la Tsiliva, des textes à la fois très urbains et comiques, à la Ramora Favori, des chorégraphies aussi drôles qu’entraînantes mais pas seulement. Le jeune homme a eu la brillante idée d’y ajouter ses touches personnelles. Et la sauce a bien évidemment pris même s’il lui a fallu attendre une année avant de gagner sa place au sommet.  

Le tube qui a fait danser tout le monde. « Ataovy hoe ny dihin’i Mijah », un titre avec lequel il a non seulement fait le buzz, mais a réussi à séduire tout amateur de bonne ambiance, qu’importe le milieu et la classe sociale dans lesquels il évolue. Dans les fêtes familiales, entre amis, dans les bars, dans les évènements même parfois les plus huppés, on danse le « dihin’i Mijah ».Avant ce titre devenu, en l’espace de quelques semaines, un tube, Mijah a pourtant déjà tenté de se faire un nom dans le milieu, sans succès ! « Dada be Noely », « Mifoka miafina », Tambanivohitra »… des chansons avec lesquelles il a fait son entrée. Ce n’est qu’une année plus tard qu’il trouve la bonne formule pour s’illustrer : investir les bas quartiers et inclure les habitants pour lancer son titre, celui avec lequel il deviendra l’un des artistes les plus connus de sa génération. Depuis  le « Dihin’i Mijah », il enchaîne les collaborations. OGH, Odyai, Skerzo… les groupes et formations les plus en vue du moment le sollicitent pour travailler avec lui. Il a également investi  les plus grandes scènes avec les plus grandes stars de la musique « mafana » et urbaine. Mais ce n’est certainement pas encore la fin car des surprises, Mijah en réserve encore beaucoup à ses inconditionnels !

Sportifs de l’année Les champions du monde de pétanque !

Incontournable, et mieux, la performance a choisi pour eux : les boulistes se sont hissés devant tout le monde pour le concours sportifs de l’année de Midi Madagasikara. Il faut avouer que les lecteurs ont raison. Cela n’a pas du tout été facile pour la discipline pétanque d’acquérir ce titre. Et la vraie réussite aussi c’est de tenir un championnat du monde à Madagascar. Alors, rendons à César ce qui est à César, nos félicitations aux quatre joueurs dont Tita Razakarisoa, Nanou Andrianiaina, Hery Razafimahatratra et Lova. Avec nous, les lecteurs de Midi Madagasikara saluent ici aussi ces titres.

Le Barea beach soccer, 5e place de la dernière Coupe d’Afrique des Nations 2016 au Nigeria, la Gendarmerie Nationale Volley-Ball, Roi de l’Océan Indien pour la 2e fois, les jeunes Mickaël Rasolonjatovo de la natation et Sampras Rakotondrainibe du tennis, Jean Christian Randriamalaza de la boxe chinoise ont leurs places dans le cœur de nos lecteurs aussi. Le vote n’a pas été facile pour eux. Tout ceci dénote l’amour du sport chez le Malgache malgré tous les problèmes au quotidien.

Anny Andrianaivonirina                                                                                                                                       

Midi Madagasikara16 partages

SIM : Débat sur l’industrialisation durable, ce jour

Dans le cadre du développement de l’évolution de la loi pour le développement de l’industrie, le syndicat de l’industrie de Madagascar (SIM), en partenariat avec la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES), organisera aujourd’hui à l’hôtel Carlton Anosy, une conférence-débat, dont le thème sera « L’industrialisation durable : un projet gagnant-gagnant pour l’état et pour l’Etat et le secteur privé ». Un programme chargé, qui s’articulera autours de nombreuses modélisations comme : montrer l’effet d’un essor industriel sur l’économie ; ensuite, montrer l’effet d’un essor industriel sur l’emploi ; et enfin montrer l’effet d’un essor industriel sur les recettes de l’Etat. Par ailleurs, une cérémonie de signature officielle de la lettre de soutien du SIM au projet LDIM (Loi sur le développement de l’industrie à Madagascar) et prévue, suivie de la remise de cette lettre au Ministère de l’Industrie.

Koloina H (stagiaire)

Midi Madagasikara16 partages

ILS ONT FAIT LE BUZZ

Incendie à Befandriana : Tout le monde est choqué !!!

C’est le choc total. Toute la semaine, on en a parlé sur la Toile et sur les réseaux sociaux. Un incendie visiblement d’origine criminelle a été déclarée mercredi dernier dans la commune rurale d’Antsakabary, à Befandriana Nord. L’incendie a réduit en cendres 487 cases,  les habitants ont dû se réfugier dans la forêt. Les faits se sont déroulés mercredi dernier, mais les commentaires ont continué à fuser de partout toute la semaine, d’autant plus que cela met les forces de l’ordre sous les feux des projecteurs. Chaque partie apporte ainsi ses explications, d’une part les forces de l’ordre, et d’autre part le Syndicat des Magistrats de Madagascar. Car si l’origine de l’incendie n’est pas déterminée, les accusations commencent à se faire de partout. Selon les premières déclarations, ce serait un déséquilibré qui a mis le feu. Mais rien n’est encore confirmé. Ce triste événement ouvre de vifs débats sur la Toile.

250 sportifs décorés par le Président de la République

250 athlètes ont été décorés par le Président de la République Hery Rajaonarimampianina la semaine dernière. Une médaille assortie d’une somme de 50 millions Ar pour tout le monde.  13 ont été élevés au rang de Commandeur de l’ordre national, 63 faits Officier de l’ordre national et 174 faits Chevalier de l’ordre national. Une belle reconnaissance pour ces athlètes qui ont brillé lors de compétitions internationales et qui ont porté haut le flambeau national malgache. Ces athlètes ont été choisis en fonction de leurs performances durant l’année 2016. Champions du monde de pétanque, les médaillés des Jeux de la CJSOI à domicile, les basketteurs et basketteuses, les volleyeurs, handballeuses sacrés à la Coupe des Clubs Champions de l’Océan Indien (CCCOI), les tennismen champion d’Afrique et de la Coupe Davis, les athlètes paralympiques…Sur la Toile, on en a beaucoup parlé !

L'express de Madagascar14 partages

Le prince Albert II de Monaco à Madagascar

Albert Grimaldi, prince de Monaco, débarquera, à Madagascar, ce jour. Il sera reçu, en fin d’après-midi, par Hery Rajaonarimam­pianina, président de la République, au palais d’État d’Iavoloha. Les quelques informations recueillies indi­quent que ce voyage princier est placé sous le thème de l’envi­ron­nement. Le prince Albert II devrait plaider en faveur de la protection de l’environnement auprès des autorités malgaches. Une escapade touristique dans la partie Sud de la Grande île serait, aussi, sur la feuille de route du monarque du rocher.

Midi Madagasikara11 partages

Rugbymen : Reboisement à Imerintsiatosika

Les férus de l’ovale des bas quartiers de la capitale se sont acquittés de leur devoir de citoyen en procédant notamment à la préservation de l’environnement par le biais d’un reboisement. D’ailleurs, selon le président du FMRFI, en la personne de Naina, « le reboisement est d’une importance capitale, ne serait-ce que pour la pluviométrie». Les membres de cette association se sont ainsi donné rendez-vous, samedi dernier, à Imerintsiatosika, plus précisément dans le « Fokontany » de Katsaoka. 1500 jeunes plants ont été notamment mis en terre, à cette occasion. Notons que 350 rugbymen issus de 72 clubs du FMRFI ont participé à ce reboisement.

Recueillis par Dominique R.

News Mada8 partages

AEM : l’Académie sort « Atrana »

Après trois ans d’études, l’Académie de l’enseignement musical (AEM) a  présenté sa 5e promotion baptisée «Atrana», composée de cinq professeurs de musique. Issus de différentes spécialités musicales, ces sortants sont  le guitariste Rabe Antoni Roger, le chef de chœur Norbert Razafindrakoto, les trois pianistes Hajatiana A. Razakatsara, Rovaniaina Andrianantenaina et Nazmoul.

Une cérémonie de remise de diplômes s’est tenue, le 19 février dernier, à l’Académie à Ambatoroka, avec la présence d’une représentante du ministère de l’Emploi, de l’enseignement technique et de la  formation professionnelle (MEETFP). Le président et fondateur de l’Académie, le professeur Reinhard Schwarte, qui a été au piano, a ouvert la cérémonie en interprétant ingénieusement l’hymne national malgache. Notons que l’AEM a été créée en 2004. Agréée par l’Etat, elle délivre un diplôme d’études professionnelles en musique après deux ans d’études intenses, suivis d’une année de recherches concernant la musique malgache.

Holy Danielle

Orange Madagascar8 partages

Conseil du Gouvernement du 28 février 2017

Un Conseil du Gouvernement s’est tenu ce mardi 28 février 2017 à partir de 9h00 au Palais d’Etat de Mahazoarivo.

I- ADOPTION DE TEXTES REGLEMENTAIRES

Au titre du Ministère de la Présidence en Charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipment + Ministère des Finances et du Budget.- Adoption du Projet de décret portant application de la loi n° 2015-039 du 03 février 2016 sur le Partenariat Public Privé portant modalités d’application des dispositions concernant la passation des contrats de Partenariat Public Privé.- Adoption du Projet de décret portant application de la loi n° 2015-039 du 03 février 2016 sur le Partenariat Public Privé relatif au cadre institutionnel.

Au titre du Ministère de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Administration, du Travail et des lois Sociales.- Adoption du Projet de décret portant augmentation des salaires minima par catégorie professionnelle.

Lors de leur réunion du 10 février 2017, les partenaires sociaux (Groupement des employeurs et Syndicats des Travailleurs) se sont convenus de procéder à un relèvement du seuil minimal dusalaire. Une augmentation à taux unique de l’ordre de 8,00% est de ce fait adoptée. Désormais, le salaire minimum d’embauche dans le secteur non agricole est de Ar 155 523 s’il était de Ar 144 003 en 2016. Dans le secteur agricole, le salaire minimum d’embauche est de Ar 157 748 s’il était de Ar 146 060 en 2016.

L’augmentation devant être concrétisée à partir du 1èr février 2017, les partenaires sociaux sont priés en ce qui leur concerne de prendre les dispositions nécessaires pour qu’elle soit effective  notamment, le cas échéant, en procédant à un rappel différentiel de salaire.

Au titre du Ministère de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forets.- Adoption du Projet de décret fixant les modalités et les conditions d’application de la loi n°2015-005 du 26 février 2015 portant refonte du Code de Gestion des Aires Protégées.

II- COMMUNICATIONS

Au titre du Ministère de la Santé Publique.- Approbation de la communication verbale relative à la célébration de la Journée Mondiale de l’Audition 2017 le 03 mars 2017 au CSB II Talata Volonondry et placée sous le thème « Agir contre la perte auditive, un investissement judicieux ».

Au titre du Ministère des Transports et de la Météorologie.- Approbation de la communication verbale relative à la 12ème réunion de l’EXIM BANK sur le projet de partenariat entre l’Inde et l’Afrique, 09-10 mars 2017 à New Delhi, Inde.

Au titre du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique.- Approbation de la communication verbale relative à l’inauguration de deux nouveaux bâtiments financés en partie par la Région Nouvelle Aquitaine et le Service de Coopération et d’Action Culturelle auprès de l’Ambassade de France.- Approbation de la communication verbale relative à la réunion de la Conférence des Directeurs des Centres nationaux de Recherche (CoDiCR) du 16 février 2017 au MESupReS, Fiadanana.

Au titre du Ministère de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme.- Approbation de la communication verbale relative à la cérémonie des premiers paiements du « Tsatok’Andy Voalohany » du programme Asa Avotra Mirindra (Argent Contre Travail Productif) le 03 mars 2017 à Ambalamanarina, District d’Ankazoabo, Région d’Atsimo Andrefana.

Au titre du Secrétariat d’Etat Auprès du Ministère de la Défense Nationale Chargé de la Gendarmerie Nationale.- Approbation de la communication verbale relative aux mesures prises dans l’immédiat suite à la constatation de l’embarquement illicite de bois, survenu la nuit du 1er au 02 février 2017, à Andomboka, Fokontany Anovandrano , Commune Rurale Vinanivato, District d’Antalaha et Région de SAVA.

L’ordre du jour ayant été épuisé, la séance a été levée à 15h00.

Antananarivo, 28 février 2017Les Porte-paroles du GouvernementMme Onitiana REALYMinistre de la Population,de la Protection Sociale et de la Promotion de la FemmeM. Andrianjato Vonison RAZAFINDAMBOMinistre de la Communication et des Relations avec les Institutions

Midi Madagasikara7 partages

Tennis / Les Petits Champions : « Les jeunes ont du talent » dixit Vatra Rabearisoa

Malgré la pluie, le tournoi des Petits champions est allé jusqu’à son terme dimanche 26 février par la remise des trophées au Club du CAR. Rina Ravoniandro président fraîchement élu de la ligue de tennis Analamanga a saisi l’occasion pour présenter son staff et on a vu aussi la présence de Carlo Randrianatoandro président de la Section Tennis Marovatana.

65 participants répartis dans cinq catégories à savoir U6-U8-U10-U12-U14 et issus des 13 clubs d’Antananarivo ont été présents. « Le but est atteint, donner à nos enfants l’occasion de s’exprimer, de nous montrer leurs talents et leur amour pour le sport » ont déclaré les organisateurs, Harimamy Rajaonarivelo et Vatra Rabearisoa. Notons le beau doublé pour les soeurs Rabearisoa, protégées de  Jean Jacques Randriamanantsoa du Cosfa lors de ce tournoi des petits champions. La réussite de cette compétition est due entre autres à l’appui du club du CAR et de ses membres, avec les aides matérielles et financières ainsi que du Club CNUT pour la mise à disposition de leurs terrains pendant tout le tournoi.

Les résultats : 

U6 : Amboara (Cosfa) bat Arinoa ( Atema) 4/0, 4/2

U8 : Antso (Asut) bat Manoa (Asut) 4/2, 4/0

U10 garçons : Harena (Atema) bat Gaudio (Acsa) 5/3, 4/5, 10/1

U10 filles : Mitih (Cosfa) bat Zarasoa (Stc) 4/5, 5/0, 10/1

U12 garçons : Finoana(Cosfa) bat Mahefa Anthony(Acsa) 5/4, 5/1

U12 filles : Mialy (Cosfa) bat Randy (Acsa) 5/3, 5/1

U14 garçons : Tahiry (Atema) bat Tsiory ( Acsa) 4/6, 6/4, 10/8

U14 filles : Fitia (Acsa) bat Safidisoa (Atema) 6/1, 6/4

Les clubs présents : CAR, CNUT, CIELT, STC, COSFA, ATEMA, ASUT, ITEC, ACSA, CFM, COTE, COUNTRY CLUB et ATC.

Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar7 partages

Jirama – Le fuel lourd remis sur le tapis

La Jirama mise sur le fuel pour réduire ses dépenses en matière de carburant. L’appel d’offres pour la fourniture de ce carburant est lancé, ce jour.

Relance. Après avoir été suspendu pour cause de manquements aux procédures de passation de marché, l’appel d’offres pour la fourniture en fuel lourd est à nouveau lancé. « L’appeld’offres  en fourniture de fuel lourd pour les six prochains mois est à la fois national et international et va être lancé au plus tard demain (ndlr : aujourd’hui). Il est ouvert à toute société capable d’offrir ce service », a fait savoir l’administrateur délégué de la Jirama, Lantoniaina Rasoloelison, hier, au cours d’une visite de la centrale thermique de Mandroseza.« C’est un carburant liquide qui coûte moins cher que le gasoil pour l’exploitation des centrales thermiques. Il est à moitié prix du gasoil », précise l’administrateur délégué de la Jirama. Selon l’appel d’offres lancé en décembre 2016, la société d’eau et d’électricité a besoin de 161 543 m³ de fuel lourd pour les six prochains mois. Cette quantité devrait faire fonctionner une demi-douzaine de centrales thermiques sur les 102 centrales réparties à travers le pays.

Back-upLe démarrage de la deuxième unité de la centrale thermique de Mandro­seza d’une puissance de 10 Mw s’est justement déroulé hier en présence de l’équipe dirigeante actuelle de la Jirama. « Cette unité vient rajouter la puissance de 10 Mw déjà installée au mois d’août de l’année dernière », annonce Lantoniaina Rasoloelison.Il est prévu d’installer au total 40 Mw pour les quatre unités de la centrale de Mandroseza afin de combler la capacité d’une unité qui n’a été que de 7 Mw. Le troisième groupe est prévu être alimenté au mois de mars et le quatrième vers la fin du mois d’avril, toujours par fuel lourd. Les deux centrales d’Ambohimanam­bola qui fonctionneront au fuel lourd devraient également commencer à fonctionner dans les prochaines semaines.Pour cette année, la Jirama envisage de réduire le recours aux centrales fonctionnant au gasoil et miser sur celles qui fonctionnent au fuel lourd. Celles-ci devraient servir de back-up lorsque les centrales fonctionnant à l’énergie renouvelable, notamment les centrales hydro-électriques seront en étiage.

Un choix à faire

À en croire Lantoniaina Rasoloelison, administrateur délégué de la Jirama, trois candidats seront présélectionnés puis proposés au Conseil des ministres qui choisira sur cette liste celui qui sera nommé nouveau directeur général de la Jirama. « Les dossiers seront adressés à l’administrateur délégué mais la sélection sera assurée par un cabinet de recrutement », explique le responsable. Ledit cabinet retiendra donc trois noms sur les postulants dont la liste sera close le 25 mars.L’équipe de ce nouveau DG décidera des plans stratégiques et opérationnels ainsi que l’optimisation de la structure organisationnelle. La réflexion sur le statut exact de la Jirama est en cours et viendra avec la nomination du nouveau DG. Les efforts de redressement de la Jirama ont pour objectif d’atteindre l’équilibre budgétaire, charges-produits de l’exploitation de la société d’eau et d’électricité en 2020.

Mirana Ihariliva

Midi Madagasikara6 partages

Natation / Vive l’avenir : 330 inscrits pour ce week-end

Les compétitions se suivent et ne se ressemblent pas. Que ce soit les organisateurs ou les règlements et encore moins les dénominations. Saint-Michel s’attelle à son projet annuel ce week-end.

330 participants inscrits à ce jour pour la compétition des jeunes Vive l’avenir du club Saint-Michel. Le délai imparti avec la programmation de la fédération a pris du temps tout comme l’homologation en tant que compétition comptant pour les décomptes de points fédéraux et les MP, records etc. « Mais cela y est, nous avons nos papiers officiels » a lancé le président du club Jaona Rabary. Il a parlé des règlements techniques bien concoctés par les concernés et non à la va-vite comme certains en ont l’habitude « Il y aura de vraies éliminatoires. On n’aligne pas les nageurs aux plots comme cela,  mais selon leurs performances. Nous tiendrons compte des performances de chacun et les séries éliminatoires sortiront les meilleurs. Ils seront en finale et cela concerne les quatre styles de nages. Les quatre meilleurs nageurs dans les styles de nage auront des trophées et non les meilleurs aux décomptes de points. ». C’est une des critiques que le club de Saint-Michel adresse aux techniciens des instances dirigeantes « Un champion c’est un champion et respectez son titre et ses efforts. Nous ne jouons pas avec les points. Nous donnons du poids aux jeunes, nous nous préoccupons de leur avenir et jouons du fair-play en tout ». Ainsi les compétitions concernent les styles de nage en brasse, crawl, papillon et dos avec les longueurs de 50m, 100m et 200m. Le must de cette fête car c’en est une reste les relais 4x50m pour les enfants en Nage libre et Quatre nages ainsi que le relais de 4x100m en open.

Anny Andrianaivonirina

Madaplus.info5 partages

Un jeune malgache a remporté le championnat d’Afrique de SKATEBOARD

Le samedi 25 février en Afrique du Sud, Rado Nirina connu sous son sobriquet Rado_kely a porté haut le flambeau malgache en Skateboard. Il a vaincu dix participants venant de pays différents.
Connu par sa performance, Rado Nirina ou Radokely s’est démarqué par sa souplesse et sa fluidité dans ses mouvements. Faisant le skate sa propre passion, il le vit à fond depuis 2009. Comme tous jeunes skateurs, il partage le jeu avec ses potes de rues et a grandi avec le team Akaska, un groupe de skateur dans la capitale. Suite à son caractère compétitif, le jeune skateur a gagné le meilleur score de la seconde édition l’African Skateboarding Championships 2017. Cette victoire internationale a fait chaud au cœur des riders Malgaches en l’accueillant triomphalement à son retour le dimanche dernier.
Tananews5 partages

“Befandriana Nord : les responsables seront punis”

Promesse de sa Seignhery, qui s’est enfin résolu à sortir de son mutisme sur ce sujet .. brûlant.

“Befandriana Nord : les responsables seront punis”

Et donc concrètement ? On va faire semblant de faire sauter 2-3 flics fusibles et puis basta ?

Les copains Ministre en charge on touche pas ? Cpasdesafote si on lui a refilé un rapport tout pourri ?

News Mada4 partages

Jirama : mihena 50% ny fampiasana ny fuel miohatra amin’ny gazoala

 Mampiasa ny solika fuel ny milina mamokatra herinaratra, Jirama eny Mandroseza. « Afaka mifaninana amin’ny avy any ivelany ny Madagascar Oil, hivarotra fuel amin’ny Jirama, … sady manana ampaham-bola ao koa ny fanjakana”, hoy ny administratera delegen’ny Jirama.

Notokanana, omaly, ny milina manodina herinaratra, manana tanjaka 10 MW, ampiasain’ny Jirama eny Mandroseza, mandeha amin’ny solika fuel. Fanindroany ity milina ity, raha efa niasa nanomboka ny volana aogositra 2016 ny voalohany, manana tanjaka 10 Mw ihany koa. Nilaza ny administratera delege (AD)-n’ny Jirama, Rasoelison Lantoniaina, fa hisy milina fahatelo koa hiasa amin’ny faran’ny volana marsa ary fahefatra amin’ny avrily, samy hanana tanjaka 10 Mw avy. Izany hoe, hitotaly 40 Mw izany ny herinaratra vokarina eny Mandroseza, manampy ny herinaratra avy amin’ny tohodrano avy any Andekaleka, mamatsy ny tambajotra Antananarivo sy ny manodidina hatrany Antsirabe.

Tafiditra ao anatin’ny fandaharanasa hanarenana ny sehatry ny herinaratra sy ny Jirama (Pagose), izao asa izao, tohanan’ny Banky iraisam-pirenena. Tanjona ny hampifandanjana ny vola miditra sy mivoaka amin’ny Jirama. Tafiditra ao anatin’izany ny fitantanana sy ny  fitsitsiana solika, amin’ny alalan’ny fampiasana menaka mavesatra fuel.

Hovaina ny fifanarahana amin’ny mpamatsy solika

Nilaza ny AD-n’ny Jirama fa nanomboka, omaly ny fisokafan’ny tolo-bidy vaovao ho an’ireo orinasa vonona hamatsy solika ny Jirama ato anatin’ny enim-bolana ho avy. Afaka mifaninana mampiditra ny tolo-bidiny ny orinasa eto an-toerana mamokatra fuel, Madagascar Oil. Tombony ho antsika amin’ny fisian’ity orinasa ity ny fananan’ny fanjakana Malagasy ampaham-bola 50% ao anatiny, ka hampihena ny vola mivoaka amin’ny kitapom-bolam-panjakana. Nomarihiny koa fa latsaka 50% miohatra amin’ny vidin’ny gazoala ny an’ny menaka mevesatra fuel. Marihina fa ity karazan-tsolika ity avokoa ny manodina ireo milina eny Mandroseza.

Njaka Andriantefiarinesy

News Mada4 partages

EITI : le rapport de validation en septembre

C’est lors de la présentation en public du rapport Initiative pour la transparence des industries extractives (EITI) 2014 hier à Anosy que le comité exécutif de l’EITI à Madagascar a  annoncé que le rapport de validation de la Grande île pour devenir membre de l’EITI devrait être remis avant le 1er septembre prochain.

Madagascar s’est porté candidat pour intégrer l’EITI en 2008. Toutes les procédures y afférentes ont été enclenchées pour remettre initialement le rapport de validation en 2011. Mais la Grande île a été suspendue par le conseil d’administration de l’EITI entre 2011 et 2013, suite à l’éclatement de la crise en 2009. Le processus a repris après la levée de la suspension en 2014.

Phase cruciale

«Madagascar passera cette année à la phase cruciale pour être conforme aux normes internationales dans la gouvernance du secteur minier», a précisé Daniela Randriafeno, secrétaire exécutive de l’EITI à Madagascar. Plusieurs modifications ont été toutefois apportées sur les critères de conformité à l’EITI après la réunion du conseil d’administration à Lima (Pérou) en 2016.

D’après les explications de la secrétaire exécutive de l’EITI, «L’évaluation est désormais plus nuancée et priorisera les progrès réalisés par le pays par rapport aux exigences dans la gouvernance minière d’un pays». Notons que le comité national de l’EITI a déjà procédé à une auto-évaluation l’an dernier pour identifier les lacunes  afin d’apporter des mesures rectificatives, avant la remise du rapport officiel auprès du conseil d’administration de l’EITI.

D’après le rapport EITI 2014, les revenus générés par le secteur extractif à Madagascar totalisent un montant de 61,03 millions USD pour l’année fiscale 2014. En termes de valeur ajoutée, la contribution des  industries extractives est à hauteur de 4,18 % du PIB en 2014, contre 3,43 % en 2013. Par ailleurs, le secteur minier représente 92% des revenus issus du secteur extractif, laissant ainsi 8% au secteur pétrolier.

Riana R.

 

News Mada3 partages

Fanofanana ho an’ny fandraharahana : mba ho tena matihanina ny vehivavy malagasy

Noraisin’ny minisitry ny Indostria sy ny fampandrosoana ny sehatra tsy miankina, Chabani Nourdine, omaly, tao Antaninarerina, ireo lohandohany amin’ny vehivavy mpandraharaha avy any Nosy Maorisy sy eto Madagasikara. Nifampiresahan’izy ireo ny fanofanana ny vehivavy ho lasa mpandraharaha, indrindra fa ny tanora. Efa natomboka ny taona 2016 tany Nosy Be izany fanofanana sy fifampizarana traikefa izany. Ny fanjakana aostralianina nitondra izany traikefa izany voalohany ao Nosy Maorisy ary izao ampitain’ny mpandraharaha vehivavy maorisianina eto Madagasikara izao. Natomboka ihany koa ny dingana faharoa ny fanofanana arahina eto izao.

Tsy ampy traikefa amin’izany sehatry ny fandraharahana ny ankamaroan’ny mpandraharaha eto. Betsaka ny mitonona miasa amin’izany tontolo izany, saingy tsy hita misongadina ny maha tena matihanina azy ireo, na amin’ny lehilahy aza. Ankoatra ireo efa fantatra hatry ny ela, entanina manokana ny vehivavy any amin’ny faritra hanaraka ny fiofanana noho ny fahamaroan’ny sehatra azo trandrahina any aminy.

“Vehivavy mizakatena ara-toekarena”

Nampanao fifaninanana ny minisiteran’ny Mponina, misahana ny raharaha sosialy sy fanohanana ny vehivavy (MPPSPF), miaraka amin’ny Fnuap, nanentanana ireo vehivavy hanokatra tetikasa ho an’ny fampandrosoana. Fikambanana 66 avy amina faritra 22 nofantenana voalohany ka ny 18 amin’ireo voafidy hanao ny dingana famaranana “Vehivavy mizaka tena ara-toekarena”, ny 6 marsa ho avy izao eto Antananarivo. Hampahafantarina ny 8 marsa, andron’ny vehivavy eran-tany, ny telo voalohany amin’izy ireo, ka homena loka famatsiam-bola 20, 10, sy 5 tapitrisa Ar hanokafana ny tetikasa.

Maro karazana ny tetikasa natolotr’ireo vehivavy mpifaninana. Hita amin’izany, ohatra, ny fiompiana trondro, akoho; fambolena zana-kazo; fanodinana voankazo sy legioma ; fanatsarana asa tanana, sns. Ilàna fahaiza-manao sy fakàna traikefa amin’ny hafa efa matihanina avokoa ireo asa anisan’ny fototry ny fampandrosoana lehibe ireo.

R.Mathieu

L'express de Madagascar3 partages

Pétanque – Star master – Madagascar éliminé en quarts de finale

Pas de troisième titre pour Madagascar, au Star Master de Pattaya, en Thaïlande. La formation malga­che composée de Trema, Taratra, Cobra et Naina a été éliminée en quarts de finale de la compétition, dimanche. Elle est tombée face à l’équipe Thaïlande 4. Score final 13 à 4 en faveur des locaux.En 2014 et en 2016, la Grande île avait remporté ce Star Master. Et la bande à Trema visait à lui apporter une troisième couronne, mais elle a été stoppée prématurément, dès le début de la phase à élimination directe. Pourtant, elle avait fait forte impression durant la phase de groupes.Et ce, en terminant première de la poule A. Tandis que la Thaïlande 4 a fini à la deuxième place de la poule B. D’où la confrontation entre les deux équipes en quarts de finale. Confron­tation qui a donc tourné en faveur des Thaïlandais.Dans le concours de tir, Madagascar a été représenté par Taratra. Lui non plus n’a pas fait long feu, puisqu’il a bouclé les éliminatoires avec un score de 35, insuffisant pour passer en quarts de finale.

H.L.R.

Madaplus.info2 partages

Hary Rapanoelina est en attente de son procès pour ce jour

La proclamation du verdict du procès Hary Rapanoelina est pour ce 28 février 2017 au Tribunal Anosy. L’accusation de diffamation des artistes malagasy sur un groupe facebook est une des charges qui pèsent sur cet artiste Auteur compositeur.
Malgré le retrait des plaintes des artistes contre Rapanoelina, l’artiste créateur du groupe « Fifosana hanatsarana ny pipoles gasy » attend encore son verdict. L’administrateur du groupe facebook a été donc inculpé pour diffamation. Cependant, la loi contre la cybercriminalité conforme au code de la communication n’a pas été approchée dans cette affaire, mais le point s’est focalisé sur l’incitation à la haine et l’atteinte aux bonnes mœurs. Rappelons que sa femme a bénéficié d’une liberté provisoire, mais Hary Rapanoelina trouvera-t- il la lueur au fond du tunnel ?
Madaplus.info2 partages

Le Groupe ANKOAY au Festival Tremplin Emergenza

Le Groupe ANKOAY est en quart de finale du CONCERT FESTIVAL EMERGENZA au BATOFAR le 24/02/2017 -à PARIS
Ce festival a pour but de soutenir les nouveaux talents. Notons que le groupe de Pop Rock ANKOAY a été formé en 2011, ayant à son actif un album sorti en 2014.
D' autre groupe comme Rogax Mic est demi-finaliste et sera au New Morning le 12 mars 2017 à 18h30. Venez les encourager et soutenir leur ambition dans une ambiance musicale et festive !
Les finalistes se produiront sur scène au festival d’été Taubertal en Allemagne.
Un grand merci à Menakely Menabe pour les photos. Cliquez sur les images pour voir l'album photos.
News Mada2 partages

Mgr Odon Razanakolona : « crise de confiance entre la population et l’Etat »

Le fossé se creuse entre les dirigeants et les dirigés et les différents observateurs ne cessent de le constater. Le manque de confiance est, une fois encore, soulevé.

«La crise de confiance entre la population et l’Etat est aussi une crise de confiance entre la population et son élite. C’est normal, c’est l’élite qui dirige le pays», a indiqué le chef de l’Eglise chrétienne, Mgr Odon Razanakolona à l’Université catholique de Madagascar (UCM) d’Ambatoroka hier à l’occasion d’un symposium sur l’«Ethique, responsabilité et développement». Cet écart qui se creuse entre la population et les dirigeants est favorisé par «L’institutionnalisation de la corruption expliquant le désarroi de la population qui n’a plus confiance ni à son administration, ni aux forces de l’ordre, ni à la justice», a-t-il poursuivi.

Mis à part le phénomène de corruption, «La classe dirigeante du pays se place au-dessus des lois», a-t-il expliqué. Il s’agit entre autres de l’élite civile et militaire, que ce soit dans le domaine politique, administratif, économique ou  sécuritaire. De ce fait, aucune autorité n’est réellement à l’écoute de la population. Cela accentue d’ailleurs la multiplication des vindictes populaires recensées dans plusieurs parties de l’île, pour ne citer que le cas de Befandriana Avaratra.

Rôle de la société civile

Pour Odon Razanakolona, la solution est simple. «Il faut revoir la fondation de notre maison commune». Cela en partant de la réconciliation nationale et la refondation de la République qui doivent se faire «De manière inclusive en partant de la base sociale pour favoriser l’appropriation du processus par la population et permettre la mise en place d’une Nation forte avec des institutions reconnues par tous».

Les regards se tournent ainsi vers la société civile qui doit servir d’intermédiaire  entre la population et les différents acteurs de la vie du pays. «La société civile a vocation à défendre les intérêts de la population vis-à-vis de l’État, de la société économique, de la société politique et de la société militaire», estime Mgr Odon Razanakolona. Mais face au manque de moyens, particulièrement financiers, le rôle de la société civile est limité, à moins que les organisations de la société civile ne soient financées par les bailleurs de fonds. Ce qui ne garantit pas forcément leur indépendance.

Message aux jeunes

Ainsi, Mgr Odon Razanakolona s’est adressé  à tous les étudiants sans exception de l’Université. «Apportez votre pierre à la construction de notre maison commune, c’est-à-dire Madagascar, dès aujourd’hui à votre humble niveau en étant responsable et respectueux de l’éthique chrétienne». Et d’ajouter, «Investissez-vous et participez en donnant vos points de vue sans voir peur d’être jugés. Faites pousser en vous la graine du patriotisme pour Madagascar et pour être au service du plus grand nombre et des plus humbles, en œuvrant à favoriser : le partage de vos compétences, la création d’emploi, la création de valeur ajoutée, la croissance partagée et le développement durable».

Tahina Navalona

 

News Mada2 partages

Femmes entrepreneures : Madagascar bénéficie d’un programme de coaching

Madagascar bénéficie du programme de coaching et de mentorat au profit des femmes entrepreneures, initié par le gouvernement australien. C’est dans ce cadre qu’une délégation de l’Association mauricienne femmes chefs d’entreprise (AMFCE) est de passage à Madagascar pour mener une formation de renforcement des capacités des femmes entrepreneures malgaches réparties au niveau national, cela en partenariat avec le Groupement des femmes entrepreneures à Madagascar (GFEM). Notons qu’une première phase de ce programme a fait l’objet d’une cérémonie de lancement officiel le 12 août 2016 à Nosy Be.

A travers ce programme de coaching,  une formation sur le mentorat pour des femmes entrepreneures issues des trois zones (Nord, Centre et Sud) sera octroyée à quinze femmes entrepreneures membres du GFEM. Cela fait suite à la formation ayant déjà eu lieu l’année dernière à Nosy Be par des formatrices issues l’AMFCE qui sera représentée cette année par Marie France Chamary, présidente et Clara Calou VeErapatren, vice-présidente.

Ce programme durera sept mois et à l’issue de la formation, les mentors bénéficieront d’un appui direct pour deux mois avant qu’elles ne prennent en charge trente femmes entrepreneures sélectionnées dans quelques régions de l’île. L’objectif reste l’autonomisation économique des femmes du GFEM.

Riana R.

 

News Mada2 partages

Andron’ny asa sy ny fiofanana : manentana ny tanora ny Cnaps

Nandray anjara tamin’ny hetsika Andron’ny asa sy ny fiofanana, andiany fahasivy, ny zoma lasa teo, ny Tahirim-pirenena misahana ny fiahiana ara-tsosialy (Cnaps). Ankoatra ny tranoheva, nahaliana ny tanora koa ny loabary an-dasy niarahana tamin-dRtoa Randriamasimanana Sahondra, lehiben’ny sampandraharahan’ny serasera ao amin’ny Tahirim-pirenena. “Andraikitry ny Cnaps ny manatanteraka ny politikan’ny fanjakana mikasika ny fiahiana ara-tsosialy ho an’ny mpiasa eny amin’ny sehatra tsy miankina sy ireo mpiasam-panjakana tsy raikitra (ECD) ary ny ankohonany. Hisorohana ny tranga mety hanahirana ny olona na hampihena ny fivelomana ny fanampiana omeny, ho an’ny fianakaviana, ny fahafatesana, ny fiterahana, ny marary, ny loza am-perinasa, ny fisotroan-dronono. Ho an’ny sehatra hafa, misy ny vina ho an’ny tantsaha (mpamboly, mpiompy, mpanjono,…), ny mpiasa tena (mpanao asa tanana).

Misy ny mpiasa very zo, vokatry ny tsy fandoavan’ny mpampiasa ny latsakemboka, nefa analana 1% amin’ny karamany. Entanina izy ireny hanao fitarainana, izay azo atao “tsiambaratelo” (anonyme). Manana ny mpanara-maso nahavita fianianana ny Cnaps, mandresy lahatra ny mpampiasa. Didin’ny lalàna ny mpampiasa hanambara ny filazan-karaman’ny mpiasa sy hampiditra azy ireo ho mpikambana anaty Cnaps. Ao anatin’ny fandaharanasan’ny Tahirim-pirenena koa ny fananganana ny klioba Cnaps zandriolona, ny fandaharana Asako rahampitso, sns.

Njaka A.

News Mada2 partages

Mpahazo tombontsoa : niantoka vatokely sy fasika

 Nitentina 96.335.873 Ar ny asa, ka avy amin’ny tetikasa Epaal (Eau potable et assainissement avec les acteurs locaux) ny 84.597.873 Ar ary mitentina 11.738.000 Ar kosa ny fandraisana anjaran’ny vahoaka mpahazo tombontsoa, tamin’ny alalan’ny famatsiana vatokely, fasika ary ny fitaterana azy. Marihina fa anisan’ireo tetikasa dimy ao anatin’ny Fandaharanasa Area ny tetikasa Epaal.

Efa nisy famatsian-drano tao an-tampon-tanànan’Ampary, saingy tsy voakojakoja. Nohavaozina noho izany ny siniben-drano teo aloha, miampy ireto fotodrafitrasa vaovao ireto. Mitantana ny fikojakojana ny fikambanana eny ifotony, Ranomamy, tarihin-dRandrianarison Jean Fidèle. Miisa 3.633 ny mponina mpahazo tombontsoa amin’ity famatsian-drano ity, ahitana trano 708 tafo, ary tokantrano (fatana) 796, satria misy trano iray ahitana fianakaviana na tokantrano maromaro. Mahatratra 7.500 Ar isan-taona isaky ny tokantrano ny latsakemboka, hikojakojana ny fotodrafitrasa. Mandray 10.000 Ar hatramin’ny 15.000 Ar isan’andro kosa ireo mpitantana ny paompin-drano, misokatra amin’ny 6 ora hatramin’ny 9 ora ny maraina, sy amin’ny 4 ora hatramin’ny 7 ora ny hariva. Misy ny vonodina ho an’ireo tsy manaja ny fepetra.

News Mada2 partages

UE-Fikrifama : rano fisotro madio mampandroso an’Ampary-Itasy

Kaominina iray ao amin’ny distrika Soavinandriana, faritra Itasy ny any Ampary. Notokanana ny alarobia 22 febroary teo ny siniben-drano mamatsy paompin-drano 24 ao an-tampon-tanàna, miampy toeram-pidiovana sy fivoahana ao amin’ny EPP Ampary. Nanatanteraka ny asa, nanao tantsoroka ny Fifanampiana kristianina ho an’ny fampandrosoana eto Madagasikara (Fikrifama), novatsin’ny Vondrona eoropeanina (UE) ara-bola.

Nilaza ny ben’ny Tanàna Ampary, Razafiniarivo Salomon, fa manana paompin-drano avokoa ny fokontany telo amin’ireo enina ao anatin’ny kaominina iadidiany. Amin’ireto farany, efa nisy ny paompin-drano saingy simba ka efa an-dalana ny fanarenana azy. Mangataka amin’ny fanjakana sy ny minisiteran’ny Rano kosa ny tenany hanohana azy ireo ho an’ny fokontany roa tsy mbola manana.

Mpahazo tombontsoa 100.000

Nambaran’ny tompon’andraikitry ny tantsoroka Fikrifama, Razafindralambo Fanja Tiana, fa ao anatin’ireo tanàna miisa 77 tohanany eto Madagasikara ny ao Ampary. Manodidina ny 900 ny paompin-drano vita, ary maherin’ny 100.000 ny olona nahazo tombontsoa, ao anatin’ny faritra dimy (Analamanga, Itasy, Alaotra Mangoro, Bongolava, Amoron’i Mania). Efa niasa tato anatin’ny 35 taona ny Fikrifama. Atao laharam-pahamehana ny toerana tsy manana rano fisotro arakaraka ny antontanisa misy eto Madagasikara. Tsiahivina fa ao anatin’ny tantsoroka omen’izy ireo ny fanamboarana toeram-pivoahana sy fidiovana araka ny voalaza etsy ambony.

Lahatsoratra: Njaka Andriantefiarinesy

News Mada2 partages

Tatitry ny EITI 2014 – Harena an-kibon’ny tany : 60,97 tapitrisa dolara nampidirin’ireo orinasa mpit...

Omaly, nampahafantarina tao amin’ny Carlton ny tatitra momba ny fitrandrahana ny harena an-kibon’ny tany eto Madagasikara, araka ny takin’ny fenitra iraisam-pirenena  ny EITI*. Tatitra fahenina navoaka momba an’i Madagasikara izany amin’io sehatra io, nanomboka ny taona 2009.  

  Fitrandrahana ao anatin’ny mangarahara manaraka ny fenitra iraisam-pirenena fampandrosoana maharitra. Izay ny filamatra napetraky ny EITI. Tatitra maneho ny vola nampidirin’ireo orinasa mpitrandraka harena an-kibon’ny tany sy ny solika eto an-toerana, ny taona 2014. Somary tratra aoriana ny famoahana izany tatitra izany noho i Madagasikara mbola tao anatin’ny krizy ny taona 2009-2013. Maro ny asa fanarenana natao taorian’ny fijoroan’ny fanjakana ara-dalàna eto an-toerana. 60,97 tapitrisa dolara ny vola niditra ny taona 2014 ; 8 % amin’io ihany ny avy amin’ny solitany, ny ambiny avy amin’ny akora fototra hafa, toy ny  vatosoa, volamena, sns. Ezahina ho vita amin’ity taona ity ny tatitra 2015.

Mamolavola ny tatitra ny komitim-pirenena eo anivon’ny EITI Madagasikara, ahitana solontena avy amin’ny fiaraha-monina sivily, orinasa mpitrandraka, sy avy amin’ny fanjakana tarihin’ny minisitra Zafilahy Ying Vah, sady filohan’ny komity. Ahitana fanovana matetika ny fepetra takina mifanaraka amin’izany fenitra iraisam-pirenena izany. Betsaka ireo vaovao tsy maintsy fantarina any amin’ireo orinasa mpitrandraka rehetra. Ao anatin’ny fiaraha-miasa hatrany ny fanangonana izany vaovao izany sy ifampizarana azy.  Somary nihena amin’ny ankapobeny ny niditra amin’ny BCMM, Omnis, fadintseranana, hetra, Cnaps, sy ny hafa noho ny vidin’ny akora fototra avy amin’ny harena an-kibon’ny tany nihena eo amin’ny tsena iraisam-pirenena.

Angatahina ho isan’ny manara-penitra maneran-tany

Manampy amin’ny asa rehetra mifanandrify izany ny Banky afrikanina momba ny fampandrosoana (Bad) ary vao nampahafantarina ny herinandro lasa teo ny tetikasa Pasie (Projet d’amélioration de la surveillance de l’industrie extractive), andraisan’ny Cours de comptes andraikitra momba ny fanaraha-maso ny fampiasana vola azo avy amin’ity sehatra ity.  Ezahina tratrarina ny fenitra rehetra takina, koa amin’ity taona ity, volana septambra no aroso eo anivon’izany foibe EITI, ny fangatahana an’i Madagasikara ho isan’ny manara-penitra ara-dalàna maneran-tany eo amin’ny fitrandrahana harena an-kibon’ny tany sy ny solika.

R.Mathieu

EITI* : Extractive industries transparency initiative – Initiative pour la transparence dans les industries extractives.

News Mada2 partages

FMBM : hisokatra ny lalao fifaninanana momba ny Baiboly

Hanomboka rahampitso ary tsy hifarana raha tsy ny 30 jona izao ny lalao fifaninanana momba ny Baiboly izay karakarain’ny Fikambanana mampiely Baiboly malagasy (FMBM). Amin’ny alalan’ny “internet” no hahafahana miditra amin’ity lalao ity.

Natao izao mba hampahafantarana ny mpiray tanindrazana fa azo trandrahina ho fitaovam-panabeazana sy fampandrosoana ny “internet”. Entina hampivelatra ny sain’ny mpamaky Baiboly ihany koa ny lalao no sady ho fidiram-bola amin’ny fanorenana ny trano foibe vaovaon’ny FMBM. Kendrena ho azon’ny rehetra ny lalao ka nasina amin’ny teny malagasy, frantsay ary anglisy izany.

Tsiahivina fa anisan’ny fitaovana voalohany nentina nampianatra ny Malagasy hahay hamaky teny sy hanoratra teto amin’ny firenena ny Baiboly. Tsy azo ihodivirana intsony ny fivaran’ny teknolojia ka tsy maintsy miaina izany koa ny fampielezana ny Baiboly.

Tatiana A

Sary : Fanou

News Mada2 partages

Fanandratana ny maha Malagasy : fito taona androany ny « Koloiko sy Hajaiko ny Teniko »

Fandraisana andraikitra avy hatrany ! Iray amin’ireo nanatanteraka izany ny vondrona « Koloiko sy Hajaiko ny Teniko » raha vao tafatsangana tamin’ny taona 2010. Teny, fitafy, soratra, samy nanandratan’izy ireo ny maha Malagasy avokoa…

Taona 2010, tafatsangana tao anatin’ny tambajotran-tserasera « facebook » ny vondrona « Arovy ny teny malagasy ». Niova anarana izany ny taona 2012 ka nanjary « Andrianiko ny teniko ». Noho ny antony samihafa, nanapa-kevitra ny tompon’andraikitra fa « Koloiko sy Hajaiko ny Teniko » (KHT) ny anarana ampisalorana ity vondrona mandia ny faha-7 taony androany ity. Tsy ho lalovam-potsiny io vanim-potoana io fa homarihina amina hetsika iray hotontosaina ao amin’ny Institution FJKM Rainandriamampandry Ankadifotsy, ny asabotsy 4 marsa izao manomboka amin’ny 8 ora maraina. Tafiditra ao anatin’ny fandaharam-potoana ny fanolorana fanomezana ho an’ireo mpifaninana nahazo ny laharana telo voalohany tamin’ny fifaninanana fanoratana tononkalom-pitiavana nokarakarain’ny KHT. Fiantsana tononkalo arahina feom-balihan’ny Ako Miantefa, izay hanana ampaham-potoana hanehoana ny hakanton’ny feom-baliha rahateo. Velakevitra arahina adihevitra momba ny fampitiavana sy fampandrosoana ny kolontsaina malagasy miaraka amin’ny Riambola Mitia. Fanapahana ny koba hanamarihana ny faha-7 taona

Ankoatra ny fifaninanana manoratra tononkalo, efa nanatanteraka fifaninanana manoratra sombin-tantara hatsikana ny vondrona KHT. Tsy ny tenin-drazana ihany no omen-danja fa efa nisy ny fifaninanana momba ny fitafy malagasy sy fampahafantarana ny tantaram-pirenena. Manana ny site web « www.andrianiko.com » rahateo ity vondrona ity hoenti-manabe voho ny teny, fomba, kolontsaina, zavakanto, tantara, sns.

Miara-miasa amina vondrona samihafa mitovy tanjona aminy ny KHT. Anisan’izany ny Arirarira.

HaRy Razafindrakoto

News Mada2 partages

Me Hery Rakotomanana : « La liste électorale n’est pas parfaite »

La révision de la liste électorale effectuée récemment a enregistré une hausse de 5,20%. Toutefois, me président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) Hery Rakotomanana a déclaré que « cette liste n’est pas parfaite. Pour la simple raison que bon nombre de femmes et de jeunes manquent encore à l’appel« .

Les informations ont démontré que la plupart de la population ne possède pas de copie de naissance ni de carte nationale d’identité. Pour palier ce problème, un projet de guichet unique est actuellement en cours d’élaboration. Ce guichet unique sera opérationnel en présence d’un magistrat et d’un administrateur civil. L’objectif est de délivrer un jugement supplétif de naissance.

Nadia

 

Midi Madagasikara2 partages

Vivo Energy : Récompense aux chauffeurs méritants

Kader Maiga, Directeur Général de Vivo Energy Madagascar a félicité toute l’équipe de STTA

Vivo Energy, la société qui distribue et qui commercialise les carburants et les lubrifiants de marque Shell à Madagascar a organisé une cérémonie de récompense pour les chauffeurs de camions-citernes au titre de l’année 2016. Vivo Energy récompense ses chauffeurs méritants. La société qui distribue et commercialise les carburants et lubrifiants Shell a organisé à l’Infini’Thé Ivandry une cérémonie destinée à récompenser une quarantaine de chauffeurs qui distribuent les produits Shell auprès des consommateurs dans tout Madagascar. La manipulation et le transport de produits pétroliers étant une activité à haut risque, les chauffeurs des camions-citernes sont les personnes les plus exposées aux dangers sur la route. Nous sommes fiers de travailler avec ces chauffeurs professionnels. Ralaisoarinirina Alain opérant pour la Société (STTA), a été désigné «Meilleur Chauffeur 2016» et a gagné l’exceptionnelle somme de 4 000 000 AR.

R.Edmond

Midi Madagasikara2 partages

Webhelp Madagascar : Nouveaux locaux au Galaxy Andraharo

 Webhelp est un acteur global de l’externalisation des processus métiers (BPO), spécialiste de l’expérience client, de la gestion des paiements, des ventes et des services marketing à travers les canaux voix, sociaux et digitaux.

Une terre d’opportunité. Madagascar en est une. C’est en tout cas l’avis de Webhelp, le numéro 3 européen dans le domaine de l’ourtsourcing et qui après quatre ans de présence à Madagascar a inauguré ses nouveaux locaux vendredi dernier.

Envergure internationale. Construit sur une superficie de 3.000 m², dans la zone Galaxy Andraharo, le complexe Webhelp est à l’image même d’une entreprise d’envergure internationale avec ses trois salles de formation, une salle de réunion, une cantine avec plus de 100 places assises, un Gaming zone pour permettre aux employés de se divertir, ainsi qu’une salle d’allaitement et une salle de repos. Cette infrastructure aux normes internationales permettra aux employés de Webhelp de travailler dans des conditions optimales. Entreprise socialement responsable, Webhelp met en œuvre tous les moyens nécessaires pour que tous évoluent dans un environnement sain. « Nous prenons en charge 80% des frais médicaux de chacun d’entre eux ainsi que pour leurs enfants, offrons gratuitement les repas sur le temps de travail et assurons le transport et la sécurité de l’ensemble du personnel. Nous accordons la plus grande importance aux conditions de travail » a précisé Julien Marchand, Directeur Général de Webhelp Madagascar.

Compétences. Mais Webhelp est surtout, une entreprise efficace dans son domaine et a évolué très rapidement. Installée sur la Grande Ile en avril 2013 avec 60 collaborateurs, elle compte actuellement plus de 300 employés qui œuvrent pour une dizaine d’acteurs reconnus dans les univers des télécommunications, de l’e-commerce, des transports express… Les perspectives de développement sont fortes et de plus de plus de clients font confiance à l’expertise des collaborateurs malgaches. Des collaborateurs malgaches dont les compétences sont reconnues par les dirigeants de Webhelp. « Nous sommes très agréablement surpris de la facilité avec laquelle les jeunes malgaches, même sans qualification, s’adaptent à l’exercice de ce métier.» a déclaré Olivier Duha, Co-président et fondateur du Groupe. Les jeunes maîtrisent parfaitement le français, sans accent, comparé à d’autres pays. Tous ces facteurs ont été des éléments déclencheurs de l’implantation de Webhelp dans la Grande Ile afin de valoriser ce capital humain. Sur le plan mondial, Webhelp compte parmi ses clients, des entreprises les plus dynamiques comme Sky, Shop Direct, Bouygues Telecom, Direct Energie, KPN, Vodafone, La Redoute, Michael Kors ou Valentino. A noter que la cérémonie inaugurale a été marquée par la présence du Président de la République, Hery Rajaonarimampianina.

R.Edmond

L'express de Madagascar2 partages

Befandriana-Nord – Prudence des autorités

Les réactions sur l’affaire Befandriana-Nord commencent à se faire entendre. Des interventions mesurées, toutefois, surtout, sur la responsabilité des faits.

Précaution. Bien que l’affaire Befandri­ana-Nord défraye les chroniques depuis plus d’une semaine, les responsables étatiques n’ont commencé à réagir sur le sujet que dimanche. Les mots utilisés et le ton des discours, ou encore, certains choix de destination indiquent, cependant, que les autorités préfèrent jouer la prudence sur ce dossier.La commune rurale d’Antsakabary, sise dans le district de Befandriana-Nord a commencé à être citée en une des journaux lorsque, le samedi 18 février, deux policiers, accusés de racket, ont été lynchés à mort par ses habitants. S’ensuivit une contre-attaque policièreavec quarante éléments des Forces d’intervention de police (FIP), venant d’Antsohihy et de Maha­janga. Censée appréhender les responsables de la vindicte populaire, la mission de ces hommes semble s’être transformée en « expédition punitive », ayant réduit en cendre cinq villages, soit l’équivalent de 487 habitations et entraîné la mort d’une personne âgée.Dans un communiqué à paraître dans quelques presses écrites de la capitale, ce jour, la police nationale affirme même l’existence de « dessous politiques », derrière ces « accusations ». Elle peste, également, contre « certaines associations et groupes de personnes publiant des informations non vérifiées », visant à ternir son image. Le contexte particulier de l’affaire Befandriana-Nord pourrait amener les autorités à réagir avec des pincettes.Outre le fait que l’image de la police nationale soit déjà sensiblement écornée, le dossier pourrait, également, jeter un froid dans les relations entre des corps de métiers régaliens, dont la synergie est nécessaire pour faire respecter l’État de droit. Aussi, bien qu’ayant déclaré devant la presse, à Maha­janga, dimanche, qu’« aucun incendie criminel ne saurait être toléré, surtout s’il a été commis par des agents de l’État », le locataire d’Iavoloha s’est-il gardé de blâmer nommément la police nationale.

DébatsDans un discours prononcé durant un meeting d’inauguration d’infrastructure, dans la ville des fleurs, hier, le chef de l’État s’est contenté d’appeler la population et les jeunes, surtout, à ne pas se laisser entraîner dans « des manœuvres de déstabilisation », et à « condamner les vindictes populaires de ces derniers jours ». Il s’est réduit à argumenter que ces faits sont des actes portant atteinte à la vie humaine, contraire non seulement à la loi mais, aussi, aux valeurs malgaches.La même précaution quant aux mots prononcés et postures à prendre face à l’affaire Befandriana-Nord a, également, été de mise chez la délégation gouvernementale qui s’est rendue, à Antsohihy, dimanche. Conduite par le ministre Narson Rafidimanana, assurant l’intérim du Premier ministre, et les représentants du commandement militaire au sein du gouvernement, tous se sont gardés de stigmatiser la police nationale.La délégation gouvernementale a, néanmoins, réuni quelques personnes censées venir de Befandriana-Nord pour avoir des informations sur la responsabilité des incendies des villages de la commune d’Antsa­kabary. La scène ressemblait, cependant, plus à une opération de communication où les membres de l’Exécutif ont, surtout, axé leurs « monologues », sur « un rappel à l’ordre », contre les actes de vindictes populaires. En marge de cette rencontre, le maire d’Antsakabary, questionné par les journalistes qui étaient du voyage gouvernemental a, lui aussi, adopté la ligne de communication étatique.Dans des propos évasifs, l’élu a confirmé les incendies indiquant, juste, qu’après le départ policiers « des incendies se sont déclenchées, mais l’on ne sait pas qui les ont déclenchés ». À lui d’ajouter : « laissons les résultats de l’enquête désigner les responsables ». Sans attendre l’ouverture d’une enquête, pourtant, la police nationale s’est fendue d’affirmations loin d’être convaincantes pour se dédouaner de la responsabilité sur les incendies d’Antsakabary.La communication étatique, pour calmer les humeurs, semble vouloir recentrer les débats sur les vindictes populaires et l’appel à attendre les résultats de l’enquête. Cependant, dans la quête d’un État de droit, l’on ne devrait pas négliger que cette affaire révèle la grande problématique des abus, bavures et exactions des détenteurs du pouvoir régalien, ainsi que, du corporatisme qui y règne tendant jusqu’à protéger d’éventuelles cas de délits ou crimes.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar2 partages

Océan Indien – La vigilance diplomatique recommandée

L’étude des événements se passant hors de la zone océan Indien est essentielle du fait de leurs impacts régionaux.

Océan Indien zone de paix ?  Le vieux rêve de Ratsiraka est plus que jamais d’actualité. Si dans les années 80, les dirigeants progressistes de la région à l’image de Ratsiraka et du Seychellois France Albert René craignaient surtout la menace socialiste, aujourd’hui la géopolitique internationale ne met pas l’océan Indien à l’abri d’un soubresaut. C’est le message contenu dans le discours de Solofo Rasoarahona, délégué général du Centre d’études diplomatiques et stratégiques (CEDS) lors de l’ouverture du colloque  du Grand cercle du CEDS au Carlton la semaine dernière.« Pendant de longues années, l’océan Indien a toujours été qualifié à juste titre de zone de paix, mais je crois que nous devons maintenant élargir nos perspectives et changer nos paradigmes car je pense que les enjeux dépassent désormais le cadre paisible de nos environnements insulaires », a-t-il souligné d’emblée. Histoire d’attirer l’attention des participants au colloque sur l’évolution des dynamiques économiques et politiques qui vont au-delà des îles de l’océan Indien. « Il y a urgence à ce que nous adoptions une attitude de vigilance diplomatique. C’est à dire adopter un état d’esprit qui considère qu’il est essentiel d’analyser des évènements qui se produisent dans des pays ou dans des endroits situés au-delà de notre voisinage immédiat car ils ont un impact sur nos vies, nos familles, nos États », a-t-il alerté.

Plus complexeMondialisation oblige, tous les pays du monde sont, désormais, connectés. L’éloignement est réduit par les avancées technologiques.  L’océan Indien est entouré de grands pays dont la stabilité est cruciale pour les pays de la région. « L’Afrique du Sud est un pays essentiel dont dépend la stabilité des circuits de la mondialisation du Grand océan Indien. Cet État pèse 20% du PIB de l’Afrique sub-sharienne et près de 60% de l’Afrique australe », a précisé Solofo Rasoarahona. L’Inde, de son côté, est un pays émergent dont la diplomatie navale assure la stabilité du Grand océan Indien par la surveillance des détroits stratégiques.Autant de paramètres qui font que les pays de la région ont grand intérêt à adopter la vigilance diplomatique. « Nous ne pouvons pas continuer à voir l’océan Indien comme nous l’avons toujours vu. Il est à l’image du monde actuel. Il devient plus complexe, plus large, plus  important que jamais », a-t-il recommandé aux participants au colloque qui s’est terminé, vendredi.

Herisetra

L'express de Madagascar2 partages

Développement local – Le PNUD appuie les collectivités

Impulser le développement local dans la région Atsimo-Andrefana est l’objet de la visite de la coordonnatrice du système des Nations unies à Toliara.

Un partenaire engagé. La volonté du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à mettre en œuvre la décentralisation effective à Madagascar vient d’être encore prouvée. Durant deux jours, Violet Kakyomya, représentante-résidente du PNUD et coordonnatrice du système des Nations unies, a effectué une  visite de travail dans l’Atsimo-Andrefana, la première depuis sa prise de fonction. Une visite très chargée car en foulant la capitale de la région, le jeudi 23 février, elle s’est dirigée immédiatement vers la commune rurale de Milenake dans le district de Toliara II. Ce déplacement lui a permis d’observer les différents résultats des activités du projet « Planification de développement Secteur privé et Emploi », initié par le PNUD  depuis 2011.Elle a ensuite inauguré le grenier communautaire villageois qui sera géré en partenariat avec l’institution de microfinance Cecam. Le but est d’aider les producteurs à mieux maîtriser les prix de la production agricole et à ne plus subir les aléas du marché. Durant la visite du Fokontany d’Ambatolily, elle a constaté les efforts réalisés par les communautés pour une gestion durable et autonome de leur Plateforme multifonctionnelle. Celle-ci comporte un décortiqueur, un broyeur et un poste de soudure, tous alimentés par un générateur. L’installation de cette plateforme par le PNUD a été accompagnée d’un renforcement de capacité des communautés.Dans son discours prononcé à l’occasion, Violet Kakyomya a indiqué que « toutes ces réussites n’auraient vu le jour sans la détermination et le dynamisme des communautés ». Et de préciser : « Le rôle du PNUD est de stimuler la résilience à travers l’accès aux opportunités techniques et financières, aux formations, aux échanges d’expériences afin que les autorités et la population  de la région soient   au cœur de leur propre développement. »

Impliquer la jeunesseViolet Kakyomya s’est rendue ensuite dans la ville de Toliara où elle a remis à la Maison des jeunes (MDJ) de  Betania plus d’une quarantaine d’articles (machines à coudre, équipements sportifs, etc.). De quoi permettre à la MDJ d’élargir ses offres d’activités de loisir et de sport, et plus particulièrement de favoriser la fréquentation des jeunes filles. « Cette dotation de matériels n’est pas un objectif en soi », indique-t-elle, avant d’inviter les autorités locales à impliquer davantage les jeunes dans la gestion de leur Maison.Le clou de sa visite a été  la remise officielle du matériel roulant, un 4×4 flambant neuf, et des équipements informatiques à la région Atsimo-Andrefana. Tout cela aidera les autorités régionales à jouer pleinement leur rôle qui est de fournir aux contribuables et usagers des services de proximité de qualité et de créer les conditions locales nécessaires au développement du territoire.Selon la première responsable du PNUD, s’agissant de l’Atsimo-Andrefana, l’objectif d’un tel don est de renforcer les capacités d’intervention de la collectivité dans son rôle d’impulsion et de coordination du développement économique et social régional, conformément aux dispositions de la loi organique 2014-018. Grâce à ces outils de travail, l’ensemble des parties prenantes sera impliqué dans un dispositif pérenne de mobilisation des ressources fiscales.  Ils permettront aussi d’engager des actions concrètes en appui aux communes les plus vulnérables.Concernant la commune urbaine de Toliara, les équipements remis s’inscrivent dans la continuité des appuis du PNUD. En complémentarité avec les apports des autres partenaires, cette démarche vise à promouvoir la résilience urbaine et à renforcer la capacité de la commune à fournir des services de qualité à la population. « Ces équipements  arrivent à point nommé car ils consolideront les collectivités en termes de moyens de compétence, de ressources et de capacité, afin de mieux garantir les ressources nécessaires au fonctionnement et aux investissements des collectivités », reconnaît le chef de la région, Jules Rabe

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar2 partages

Acte administratif – Légère rupture de stock des quittances

Des arrondissements de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) ont fait face à une rupture de stock des quittances, la semaine dernière. Il s’agit entre autres du premier et du troisième arrondissement. La hausse du nombre des demandes d’actes administratifs, en cette période d’inscription aux examens publics, aurait entrainé ce problème, selon le délégué au maire du premier arrondissement, Ndremahery Marie Gérard Razafindratsima, hier. « Nous étions obligés de refuser des demandes, faute de quittance, jeudi », dit-il.

Problème résoluCertains demandeurs d’actes administratifs se sont rués vers les autres arrondissements qui avaient encore des réserves, pour s’en procurer. Suite à quoi, ces derniers ont également supporté le même problème, ven­dredi, bien qu’ils aient limité les demandes de légalisation reçues. « Nous sommes obligés de limiter les demandes, dès que nous ressentons que notre stock s’amenuise », explique le premier adjoint au maire du quatrième arrondissement, Jean Joé Rakoto­malala.Le problème a été résolu, dès le lendemain, c’est-à-dire, le vendredi. Chaque arrondissement a bénéficié de trois quittanciers, selon les responsables des six arrondissements. « Notre commande est arrivée vers 10 heures vendredi. Ces trois carnets à souche comportant deux cent cinquante quittances chacun, devraient assurer les besoins de toute la semaine et ceux de lundi prochain », rassure Jean Joé Rakotomalala. Au niveau de l’Imprimerie Nationale, le problème de production n’a pas été signalé.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar2 partages

Mardi Gras – Les costumes pour les déguisements plus chers

Les déguisements de carnaval pour le Mardi Gras deviennent de plus en plus chers. Une robe de Barbie se vend jusqu’à 20 000 ariary contre 10 000 ariary, auparavant. Les tenues de mini soldats se négocient jusqu’à 20 000 ariary. Ceci s’explique par la rareté des articles et des commerçants eux-mêmes.« Nous achetons ces déguisements chez des concepteurs étrangers localisés à Ambohipanja Ilafy. Tous les vendeurs prennent leurs marchandises là-bas. En effet, ces concepteurs ne peuvent pas les commercialiser à Madagascar mais à cause des défauts de fabrication ou de surproduction, ils nous offrent l’opportunité de vendre les articles. Les robes de Reine des Neiges, qui sont les plus prisées l’année dernière, n’existent plus car elles sont toutes exportées », explique René Rako­to­malala, un vendeur de déguisement à Anjanahary.La commercialisation des déguisements n’est pas rentable. Malgré la hausse des prix de ces articles, les parents tiennent à faire plaisir à leurs enfants pour cette journée spéciale, affirme une mère de famille. En tout cas, des enfants vêtus de robes scintillantes et des tenues de super héros marqueront cette journée du Mardi Gras.

Mamisoa Antonia

Madaplus.info1 partages

Un jeune malgache a remporté lechampionnat d’Afrique de SKATEBOARD

Le samedi 25 février en Afrique du Sud, Rado Nirina connu sous son sobriquet Rado_kely a porté haut le flambeau malgache en Skateboard. Il a vaincu dix participants venant de pays différents.
Connu par sa performance, Rado Nirina ou Radokely s’est démarqué par sa souplesse et sa fluidité dans ses mouvements. Faisant le skate sa propre passion, il le vit à fond depuis 2009. Comme tous jeunes skateurs, il partage le jeu avec ses potes de rues et a grandi avec le team Akaska, un groupe de skateur dans la capitale. Suite à son caractère compétitif, le jeune skateur a gagné le meilleur score de la seconde édition l’African Skateboarding Championships 2017. Cette victoire internationale a fait chaud au cœur des riders Malgaches en l’accueillant triomphalement à son retour le dimanche dernier.
Tananews1 partages

Taux maximal de particules fines : 20µm/m3

Au delà de ce taux, les risques sont avérés pour la Santé.

Devinez le taux dans la Capitale ? 360µg/m3.

A titre de comparaison, à Paris on lance les programmes de restriction de circulation à partir de 80 µg/m3.

News Mada1 partages

« Raharaha Befandriana Avaratra » : tsy miteny afa-tsy ny hoe efa mandray andraikitra ny mpitondra

« Handray ny fepetra izay tandrify azy ny fitondram-panjakana. Raha misy mihoa-pefy, na avy aiza na avy aiza izy ao amin’ny antokon-draharaham-panjakana: handray fepetra hentitra ny fitondram-panjakana momba an’izay. Mahazo matoky an’izay ny vahoaka. »

Io ny nambaran’ny filoha Rajaonarimampianina tany Mahajanga, afakomaly, momba ny fandoroan’ny polisy tanàna tany Befandriana Avaratra, taorian’ny fitsaram-bahoaka nahafaty  polisy roa. Nandray ny andraikiny ny fitondram-panjakana. Efa nandefa ny solontenan’ny Praiminisitra amin’izany izy.

Efa nandray fepetra ny fitondram-panjakana amin’io raharaha io, ary efa mampanao fanadihadiana maro samihafa momba ireny trangan-javatra ireny. « Raha amin’ny lafiny fitondram-panjakana, tsy handefitra isika », hoy izy. Maneho ny alahelony amin’ireo niharam-boina izy: fahafatesana, haintrano sy ny fahavoazana samihafa naterak’izany…

Efa tsy matoky mpitondra ny vahoaka

Hampiverina ho azy ny fahatokisan’ny vahoaka ve izay? Mila hampahafantarina ny vahoaka, ohatra, ny tena zava-misy marina. Toy izany koa ny amin’izao hoe handraisana fepetra hentitra: iza avy, inona ny saziny? Manomboka amin’ireo nanao ny fandoroana tanàna izany mbamin’izay naniraka na nanome baiko, raha nisy. Tsara fantatry ny vahoaka koa ireo mandainga milaza vaovao tsy marina, miaro ny mpanao ratsy, mampandainga sy miampanga lainga.

Raha kobonkobonina sy vitavita na tsy hitahita ho azy toy ny mahazatra ny raharaha, eo hatrany ny tsy fahatokisan’ny vahoaka ny mpitondra isan’ambaratonga sy isan-tsehatra. Ho sahy hanao izany ve ny fitondram-panjakana hoe mandray andraikitra sy fepetra hentitra? Na amin’ny anaran’ny fangaraharana ihany aza…

R. Nd.

 

News Mada1 partages

Nanao laretirety ny mpanao politika

Mba mety hitondra fanovana ihany. Nifarana, afakomaly rehefa naharitra telo andro ny laretirety nampanaovin’ny “Naman’ny gazety lakroa” ireo mpanao politika miisa 28. Nahitana avy amin’ny mpomba sy ny avy amin’ny mpanohitra ny fitondrana izany ary natao teny amin’ny St Ignace Analamahitsy. “Niompana amin’ny fandalinana sy fanomezana aim-panahy maha kristianina, niainga amin’ny hafatry ny fivondronamben’ny eveka amin’ny hanohanana ara-moraly sy ara-panahy ireo mpanao politika izany laretirety izany. Ilaina hamafisina izany mba hikajiana ny soa iombonana”, hoy ny mpikarakara eo anivon’ny fikambanan’i Jesoa, ny mopera Rakotoarison Hilarion namintina izany.

 

Handon-tratra ny mpanao politika

 Nohamafisiny fa manana adidy amin’izany ny fiangonana. Tsy mifanalvitra amin’izany ny nambaran’ny Praiminisitra teo aloha, Beriziky Omer anisan’ny niatrika ity laretirety ity. “Zava-dehibe ny tahaka izao mba handinihanay tena amin’ny maha kristianina. Tanjona ny hanaovana izany ho an’ny firenana sy hahasoa ny tanindrazana. Hijerena ny tombontsoan’ny daholobe… Ilaina ny fanetren-tena amin’ny adidy sy andraikitra. Tokony hisy vokany izao ary tokony hahatsapa tena handon-tratra satria misy tsy ampy ny natao ary eo koa ny fanatsarana”, hoy izy.

Hitohy any Fianarantsoa indray ny laretirety, iarahana amin’ny “Naman’ny Lakroa” ihany. Tokony ho maro, hihoatra io isa 28 io anefa ireo mpanao politika hanatrika izany na eo aza ny vola fandraisana anjara amin’izany raha tena tia tanindrazana.

Synèse R.  

News Mada1 partages

Otrikafo : « Fahadisoan’ny mpitondra ny fitsaram-bahoaka »

Inona marina no mampirongatra ny fitsaram-bahoaka amin’izao fotoana izao? Ny fahadisoan’ny mpitondra fanjakana, raha ny fijerin’ny antoko Otrikafo…

« Tsy fahadisoan’ny vahoaka ny miroso amin’ny fitsaram-bahoaka, fa fahadisoan’ny fitondram-panjakana tsy mahavita ny andraikiny. Amin’izay tsy fahavitany andraikitra izay, tokony hanapahan’ny vahoaka hevitra hoe tonga ny fotoana hanalana azy. »

Io ny fanehoan-kevitry ny filohan’ny Otrikafo, Rajaonah Andrianjaka, teny Andravoahangy Ambony, omaly, momba ny fandoroan’ny polisy tanàna any Befandriana Avaratra. Tsy mety ny fitsaram-bahoaka, raha ny etika. « Tsy manome tsiny ny vahoaka aho, satria matoa tonga amin’izay izy: tsy manao ny andraikiny ny fitondram-panjakana », hoy izy.

Ireny ny fihetsiky ny polisy, tsy mahagaga raha misy ny fitsaram-bahoaka. Tsy latsak’izany koa ny fihetsiky ny zandary: fandoroana trano tany atsimo tamin’ny fanenjehana dahalo. Eo koa ny fihetsiky ny fitsarana, tsy mijery ny marina sy ny rariny. Mivaha ny zava-drehetra rehefa mahazo vola. Tsy matoky intsony ny andrimpanjakana ny vahoaka.

Toy ny tamin’ny 47 ny fandoroan’ny polisy trano

 Nitovy amin’ny zava-nitranga tamin’ny 1947 ny nitranga tany Befandriana Avaratra: nandoro ny tranon’ny vahoaka malagasy ny fitondram-panjakana amin’izao fotoana izao, araka ny nambarany. Tsy azo leferina intsony izao fomba fihetsiky ny fitondrana izao, fa tafahoatra loatra.

Manameloka ny polisy nanao an’io ny Otrikafo, manameloka ny minisitry ny Polisy izay miaro azy, manameloka ny fitondram-panjakana tsy mbola nandrenesam-peo: manamarina sa manameloka ny minisitry ny Polisy? Tokony halana ao amin’ny governemanta…

 

Miantso ny vahoaka hifampidinika ny Otrikafo

 Miantso ny Malagasy tia tanindrazana hifampidinika amin’izay hatao, eny amin’ny foibeny, rahampitso maraina, ny Otrikafo. Tsy azo atao intsony ny miandry ny fotoam-pifidianana amin’ny 2018. « Tonga ny fotoana hanalan’ny vahoaka fitondram-panjakana noho izao fihetsiny izao », hoy izy.

Hatramin’ny Fahaleovantena, inefatra nidina an-dalambe ny vahoaka malagasy: nanjera sy nanova fitondrana. Ny Malagasy irery ihany no nahavita an’izany teto ambonin’ny tany. Ny olana, tsy mandeha amin’ny laoniny hatrany izany, fa ny olon’ny fiombonambe iraisam-pirenena hatrany no tonga eo amin’ny fitondrana.

Amin’ity indray mitoraka ity, tokony ho mendrika ny vahoaka: hitady ny olona tena hiaro ny tombontsoany fa tsy hanarakaraka fotsiny izay mitaona azy hihetsika.

R. Nd.

Sary : Fanou

News Mada1 partages

Seces : « Manalavitra ny tany tan-dalàna ny eto Madagasikara »

Mahatsapa ny Sendikan’ny mpampianatra-mpikaroka sy mpikaroka-mpampianatra (Seces) fa mihamanalavitra ny fampiharana ny tany tan-dalàna ny eto Madagasikara, araka ny fanambarany, ny 23 febroary lasa teo.

« Tsy mitsaha-mitombo ny endrika fitsaram-bahoaka noho ny tsy fahatokisan’ny vahoaka tsimandadiharona ny fihetsika sy fitondran-tenan’ny sasantsasany amin’ireo lazaina fa tandroka aron’ny vozona ary mpiaro ny vahoaka sy ny fananany », hoy ry zareo.

Mila mandray fanapahan-kevitra hentitra sy malaky ny lehibe mpitantana, hanitsy an’ireo mpitandro filaminana mihoa-pefy sy tsy manaja ny fitsipi-pifehezana sy ny antom-pisiana tokony hananany.

Mahamenatra eto anivon’izao tontolo izao ny fihetsiky ny fitsarana malagasy tamin’ny famoahana didim-pitsarana teny Anosy, ny 14 febroary. Tsy natrehin’ny voampanga na ny mpisolovava azy akory izany. Ahina ny hampitombo hatrany ny elanelana misy eo amin’ny tsy fahatokisan’ny vahoaka ny fahaleovantenan’ny fitsarana.

Toherina ny famelana vahiny handroba harem-pirenena

 Ho an’ny Malagasy tsivakivolo i Madagasikara. « Toherinay ny fanomezana tany na ny fampanofana izany amin’ny vahiny mandritra ny fotoana maharitra », hoy ny Seces. Raisiny ho adidy ny mitaky ny hamoahan’ny fitsarana ny tena Rangory fototry ny afo amin’ny  fandrobana harem-pirenena manerana ny Nosy.

Anisan’izany ny fanondranana tsy ara-dalàna andramena, volamena, vatosoa, sokatra… Takiny koa ny fampiharana na famoronana didim-pitsarana faran’izay henjana toy ny asa an-terivozona mandra-pahafaty.

Tsy ekena ny hanomezana mpandraharaha tsy miankina ny fitantanana ny orinasam-panjakana Jirama sy Air Madagascar, hany sisa miantoka ny fiandrianam-pirenena. Olana ara-pitantanana sy ara-politika no mangeja ireo orinasa ireo. Tsy fahotana ny fibaboan’ny fitondrana, raha tsy afa-manoatra izy amin’ny famahana sy fanarenana ireo. Vonona amin’ny fifanomezan-tanana ho fanarenana ny teknisianina sy ny manampahaizana eto an-toerana.

R. Nd.

(Tahirin-tsary)

News Mada1 partages

Centrale thermique de Mandroseza : le groupe au fuel lourd n°2 opérationnel

Le deuxième générateur de la centrale thermique de Mandroseza fonctionnant au fuel lourd a commencé à tourner hier. Cette unité fournit 10 MW et vient s’ajouter au premier générateur, produisant également 10 MW et mis en service au mois d’août 2016. Ce qui ramène à 20 MW la puissance fournie par la centrale à l’heure actuelle.

La visite de l’administrateur délégué de la Jirama et de ses proches colaborateurs à la centrale de Mandroseza hier a officialisé la mise en marche de ce deuxième groupe faisant partie des quatre unités mises en concession à Symbion Power au sein de la centrale de Mandroseza. Les techniciens de la Jirama et de Symbion Power prévoient également remettre en marche le troisième générateur d’ici un mois et le quatrième vers la fin du mois d’avril. Ce qui équivaut à 20 MW supplémentaires, produits grâce au fuel lourd, soit 40 MW en tout.

«Les essais sont concluants. Cette action entre en effet dans le cadre de la politique de transition énergétique. La réhabilitation et la remise en marche de ces générateurs, à l’arrêt depuis un certains temps, nous permettront de réduire progressivement l’utilisation de gasoil», a expliqué à cette occasion Lantoniaina Rasoloelison, administrateur délégué de la Jirama.

Rentabilité

Le fuel oil a l’avantage de coûter deux fois moins cher que le gasoil avec des impacts environnementaux similaires. Depuis un an, les techniciens de Symbion Power ont été à l’œuvre pour réhabiliter ce groupe, allégeant la facture pétrolière de la Jirama qui est l’une des causes de dépense majeure de la compagnie et qui contribue à ses difficultés financières actuelles. L’utilisation du fuel offre un moindre coût de production de KWh. Moins de frais d’entretien, une basse consommation de carburant et une émission réduite.

En effet, l’appel d’offres pour la fourniture de ce type de carburant est ouvert à tous les intéressés. «Nous serons extrêmement exigeants avec nos prestataires pour que ceux-ci respectent scrupuleusement les cahiers des charges. La Jirama exige de l’électricité en quantité et en qualité suffisante à ses prestataires, afin de mieux satisfaire la demande de nos consommateurs», a insisté Lantoniaina Rasoloelison.

Délestages ?

Comme l’a assuré notre interlocuteur, cela fait trois semaines qu’il n’y a plus eu de délestage dans le Réseau interconnecté d’Antananarivo (RIA), grâce à l’arrivée des pluies. «Si des coupures persistent, c’est sûrement dues à des pannes techniques», a-t-il précisé. Et après Mandroseza, certains générateurs d’Ambohimanambola seront prochainement alimentés en fuel comme à Toliara, Mahajanga et Antsiranana.

Arh.

 

News Mada1 partages

Recherche et développement : le collectif des professeurs s’auto-évalue

Les 24 et 25 février à Mahajanga, le collectif des professeurs de l’ Enseignement supérieur a évalué les rôles et les engagements des enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants malgaches  par rapport au processus et aux défis du développement.

Une séance d’auto-évaluation. Cet événement de deux jours a réuni quelques dizaines de professeurs représentants des six Universités et les trois Instituts de l’enseignement supérieur public à Madagascar.

En fait, cette association ambitionne, entre autres, de servir de vrai pilier du développement économique et social en faisant en sorte que les résultats de recherches puissent passer de la phase prototype en produits de qualité, générateurs d’emplois et de valeurs ajoutées. Pour atteindre cette vision, le contact et le partenariat avec les opérateurs économiques constituent des éléments indispensables. Raison pour laquelle, le troisième annuaire du collectif des professeurs vient d’être publié. Fort d’une liste de 236 professeurs, il permettra aux entreprises de répertorier les professeurs par axe de recherche.

Onze enseignants dont  l’ actuel ministre de l’ Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres), le Pr. Marie Monique Rasoazananera viennent de grossir le rang des professeurs titulaires. Ces derniers se sont vu remettre leurs épitoges lors d’une cérémonie qui s’est déroulée à l’occasion de cette rencontre dans la Cité des Fleurs.

Fahranarison

 

News Mada1 partages

Société Biblique : lancement du jeu «BibleaQuiz »

Lors d’un point de presse donné, hier, en son siège provisoire sis à Ampasampito, la Société biblique à Madagascar (SBM) a lancé un jeu dénommé « BibleaQuiz », à l’intention de tous les intéressés, partout dans le monde. Il s’agit d’un jeu trilingue (malgache, français et anglais), composé d’une soixantaine de questions tournant autour  de la Bible, l’histoire de la SBM et son évolution, sans oublier la culture générale. Le jeu se déroulera à partir du mois prochain jusqu’à la fin du mois de juin.

«L’objectif ne se limite pas seulement à une meilleure diffusion de la Bible, mais aussi d’inciter les chrétiens à manipuler et se familiariser avec les nouvelles Technologies de l’informatique et de la communication (Tic)», selon le directeur général de la SBM, le pasteur Hubert Rakotoarivony. De préciser par la suite que «L’ avancée des Tic est incontournable à l’époque où nous vivons, aussi bien dans la vie spirituelle qu’au quotidien ». Ainsi,  à travers ce jeu, la SBM entend  contribuer à amener les Malgaches, en particulier les chrétiens, à s’ouvrir au monde des nouvelles technologies.

En dehors des églises et des associations cultuelles qui sont partenaires de la SBM, la collaboration des deux opérateurs téléphoniques Telma et Orange est aussi importante dans la mise en œuvre de ce jeu. Les principaux lots à gagner sont des matériels informatiques comme les ordinateurs, les tablettes, les smartphones, en sus des produits bibliques de la SBM. Les soixante premiers gagnants se verront tous attribuer un lot.

Sera R

 

News Mada1 partages

Expédition punitive à Befandriana : l’étau se resserre autour des policiers incriminés

L’affaire d’incendie à Befandriana continue d’alimenter la conversation. Il semblerait que l’étau commence à se resserrer autour des policiers qui avaient participé à l’expédition punitive.

«Les investigations et l’enquête continuent leur cours. Si l’implication des forces de l’ordre est établie, des mesures rigoureuses seront prises», a averti avant-hier à Mahajanga le président de la République lors d’une rencontre avec des étudiants et des opérateurs économiques de la Cité des Fleurs.

Il n’a pas omis de condamner cet incendie qui a ravagé plusieurs villages de la commune rurale d’Antsakabary.

Sa déclaration a été relayée par le ministère de la Sécurité publique (MSP) qui, dans un communiqué officiel dûment signé par le Contrôleur général de police Josoa Andrianomenjanahary, Secrétaire général du MSP, a fait savoir que les auteurs de l’incendie seront sévèrement sanctionnés. Le communiqué souligne aussi que 31 personnes dont des suspects et des témoins dans le meurtre de deux policiers seront présentées ce jour devant le Parquet d’Antsohihy. Enfin, toujours dans le communiqué, la police dit non à la récupération politique.

En mauvaise posture

Par ailleurs, de nombreux témoignages ont affirmé que contrairement aux dires du ministre de la police nationale, l’incendie n’a pas été perpétré par une aliénée mentale mais plutôt par des policiers en mission à Antsakabary. Ce qui laisse présumer que ces derniers sont en mauvaise posture. A moins que les responsables vont étouffer l’affaire dans l’œuf. Toujours sur le même chapitre, des voix s’élèvent aussi pour demander le départ du ministre de la Police. Mais au train où vont les choses, ce scenario n’est même pas envisageable.

Un canard à 520.000 ariary

Selon une source locale, une banale histoire de canard est à l’origine de ces aventures rocambolesques. Un homme aurait malencontreusement tué le canard de son voisin. Ce dernier aurait réclamé 520.000 ariary en guise de réparation. L’affaire s’est corsée et le chef de district, en sa qualité d’Officier supérieur de police judiciaire, a ordonné l’arrestation de celui qui avait tué l’animal.

Deux policiers ont été envoyés à Tavenina pour exécuter le mandat sauf que leur mission a pris une toute autre tournure. Attendus de pied ferme par des villageois à Ambalamanga, ils ont été froidement abattus. Les villageois ont affirmé que ces derniers auraient racketté les gens qui les croisaient en chemin. Qui dit vrai et qui ment ? Une enquête a été ouverte en vue de faire toute la lumière sur l’affaire.

Mparany

News Mada1 partages

Mahitsy : les Allemands entraînés dans un litige foncier

Les membres du clan Manendy souhaitent des explications du gouvernement allemand sur sa position dans l’occupation d’Anosivola par une association qui brandit son titre dans ses actes.

A vrai dire, le clan Manendy dénonce la validité du contrat d’occupation, sortant des compétences des signataires, établi entre cette association et les 4 fokontany riverains et demande sa rupture à la fin de son terme de 25 ans qui expirera bientôt.

La tension monte au sein de la population actuellement puisque le dirigeant de l’association viole les clauses du contrat stipulant la cession du terrain et ses mises en valeur en cas de non-renouvellement de l’accord, en interdisant le clan de se préparer à la reprise de ses biens par une lettre adressée aux autorités locales mentionnant l’implication du gouvernement allemand dans ses actions. L’utilisation du nom du gouvernement allemand dans cette affaire se qualifie d’ingérence, selon les membres du clan qui ne tolèrent plus la présence de cette association cherchant à détruire leurs patrimoines ancestraux.

Les concernés informent ainsi le gouvernement allemand, cité à tort ou à raison dans le litige, de cette situation pour ne pas l’induire en erreur puisque le terrain occupé par l’association est un domaine royal de la circonscription et constitue un patrimoine du clan Manendy descendant des rois dont les vestiges de leur présence sur les lieux existent encore. Anosivola comporte les ruines du palais et les tombeaux royaux ainsi que les lieux de culte, opérationnels jusqu’à ce jour. Des membres du clan ont alerté leurs notables, hier, d’une mission dépêchée sur les lieux par le ministère de l’Environnement sur demande de cette association pour certifier la mise en valeur du terrain occupé. Telle initiative présage déjà une volonté de passer outre les clauses du contrat-bidon stipulant son retrait en cas de résiliation du bail de 25 ans, ont clamé les Manendy de Mahitsy.

Manou

 

Tia Tanindranaza1 partages

KAOMININA AMBOHIBAO ANTEHIROKA

Tsy "WC" sy trano fidiovana ny 30 %-n’ny mponinaTsy manana trano fivoahana (WC) sy trano fidiovana ny 30 %-n’ireo mponina ao anatin’ny kaominina Ambohibao Antehiroka.

Pati

Tia Tanindranaza1 partages

Me Hanitra RazafimanantsoaAleo ny vahoaka no hisafidy izay tiany

Fifidiananana “Inclusives, democratiques, libres et transparentes” no ilaina eo amintsika amin’ny taona 2018, hoy i Me Hanitra Razafimanatsoa filoha lefitry ny Antenimierampirenena Malagasy.

 

 Ireo olona milaza mialoha fa tsy mahazo milatsaka ny Prezidàn’ny  Ravalomanana ny Filohany tetezamita Andry Rajoelina ka misolo tena sahady ny HCC na ny Fitsarana avo momba ny lalam-panorenana izay any tokana afaka mankatoa na tsia ny filatsahan-kofidian’ny olona iray, hoy izy, dia raisina ho tompon’andraikitra tanteraka amin’ny mety ho vokatr’izany. Efa manambara mialoha ireny fa hatao tsinontsinona sy hobaikoina fotsiny ny HCC. Ny erireritra hanilika an’i Marc Ravalomanana satria hoe nisy didim-pitsarana nivoaka momba azy dia tsy hitondra vaha olana ary tsy hahasoa ny Malagasy izay miandrandra fifidianana malalaka sy demokratika ary mangarahara. Fitsarana politika sy fitsarana tsy mahefa sy tsy nanaja ny fepetra naha Filoha am-perinasa azy tamin’izany no natao. Hatramin’zao dia tsy mbola nampahalalana ny Filoha Ravalomanana izany didy izany. Raha sanatria nisy izany “notification” na “signification” izany dia sandoka na olona tsy mananjo handray izany no nandray izany. Ny tsy azo lavina, ny fanaovana Ni.... Ni…, dia tsy hitondra fitoniana sy filaminana ary azo hitarina hatrany amin’ny Filoha am-perinasa satria izy koa dia voakasik’ilay Fifanarahan’I Cotounou izay tsy mamela ny mpanongam-panjakana hilatsaka ho fidiana satria anisan’ireo tafididtra ao anatin’ny listr’ireo olona 109 voasazy izy. Ny tsara no aoka hifanodiavana fa tsy hamerina ny tsy nety te aloha. Aoka ny vahoaka no hisafidy ny olona tiany hitondra azy . Aoka izay ny fanaovana tsinontsinona ny mpifidy Malagasy.

Ntsoavina Evariste

Ino Vaovao1 partages

JUAN DE NOVA : Mpanjono malagasy 30 mahery notazonin’ny miaramila Frantsay

Raha ny loharanom-baovao dia nogiazan’ireo Miaramila frantsay avokoa ny fitaovana sy ireo botry ary ny lakana kely fampiasan’izy ireo, ary nampiakarin’izy ireo tao amin’io nosy isan’ny iadiavana amin’i Madagasikara. Nalain’ireo vahiny avokoa ny anarana sy ny mombamomba ireo mpanjono tsirairay sady nahazo fampitandremana mba tsy hiverenan’izy manjono ny manodidina io Nosy “Juan de Nova” io, raha mbola misy ny fiverenan’izy ireo dia tsy maintsy migadra any amin’ny tanin’ny Frantsay.

Raha ny angom-baovao ihany dia fantatra fa efa navotsotr’ireo Miaramila frantsay ireo mpanjono ny alahady teo, ka nalefan’izy ireo tamin’ny lakana kely, fa ilay botry roa kosa nitazonin’izy ireo. Nariana tany an-dranomasina ihany koa ireo dingadingana azon’ireo mpanjono malagasy ireo, fa tsy navela noentina niverina. Nody maina izy telopolo lahy ireo avy tany amin’ity nosy ity, ny alatsinainy hariva kosa izy ireo no tonga tao Maintirano. Nilaza izy ireo fa misy lehilahy Malagasy iray no naman’ireo Frantsay eny amin’ity nosy ity. Omaly maraina kosa izy ireo no nitantara ny tranga nahazo azy ireo tamin’ireo olon-dehibe ao an-toerana.

Pounie

Tananews1 partages

Chaque Malgache a le devoir de lutter contre la corruption

Affirmation de sa Seignhery, qui commence peut-être enfin à prendre la mesure de toutes ces vindictes populaires.

“Chaque Malgache a le devoir de lutter contre la corruption”

C’est formidable et ça tombe bien, nous avons envie de lutter contre certaines crapules qui détournent entre autres 400 millions ar dans la Haute Matsiatra. Comment on fait ?

Le Bianco convoque à de multiples reprises mais en réponse, ça se pavane impunément et insolemment à Iavoloha.

Tananews1 partages

M. Anandra pose un lapin aux habitants des villages dévastés

Annoncé et donc attendu sur place, M. Anandra n’aura donc même pas fait le déplacement sur place.

Quoique, il a quand même bien fait d’annuler.

En ces temps de vindictes populaires pour un oui ou pour un non, un accident est si vite arrivé. Et 487 baraques incendiées ça en fait des mécontents. Des pas contents du tout même.

Sinon quelques couvertures ? Quelques vivres ? Un peu de compassion c’est trop demandé ? Surtout quand toute la détresse de ces familles est le fait de ses hommes et de leur petite expédition punitive ?

L'express de Madagascar1 partages

Santé publique – Investigation sur le décès d’une parturiente

Une femme en train d’accoucher est morte dans un grand hôpital de la capitale la semaine dernière. Des inspecteurs de la santé enquêtent.

Il a fallu que quel­ques médias mettent au grand jour une présumée bavure qui aurait entraîné le décès d’une femme, morte en train de donner la vie, dans un grand hôpital de la capitale, pour que des mesures soient prises. Le ministère de la Santé publique a informé, hier, dans un communiqué de presse, qu’une investigation est en cours pour déterminer la responsabilité de chaque partie. « Nous avons entamé cette procédure car la vie d’une personne est capitale », précise le communiqué.L’histoire remonte à la semaine dernière, lorsque la famille d’une femme d’une trentaine d’années, sur le point d’accoucher, a rapporté sur une chaîne de télévision privée, que leur sœur a succombé, suite à la négligence des médecins. « Elle a présenté des complications. Les médecins ont refusé de l’opérer, si on ne fournit pas sur le champ, la somme d’argent qu’ils nous ont réclamée. Notre sœur a succombé bien qu’on ait fait tout notre possible pour trouver cette somme », avait déploré un membre de la famille de la défunte.« Le ministère de la Santé publique n’est pas indifférent  aux informations véhiculées par les médias », tient à préciser le Dr Joséa Ratsirarson, secrétaire général du ministère de la Santé publique.

Une autre dénonciationDes inspecteurs de la santé ont été mobilisés pour effectuer cette investigation. « Nous avons recours à ces inspecteurs de la santé, lorsque des anomalies sont constatées », ajoute-t-il. La durée de l’investigation est indéterminée. « On ne veut pas mettre de pression sur l’enquête », renchérit-il, en insistant sur le fait que des mesures seront prises. « Si c’est une faute administrative, des mesures administratives seront prises auprès du ministère de la Santé publique. S’il s’agit d’autres fautes, nous laisserons le soin aux autorités compétentes d’intervenir », souligne Joséa Ratsirarson.Un autre cas de bavure auprès d’un hôpital public vient d’être dénoncé par une autre famille se disant victime, hier. Une femme de 29 ans aurait décédé à la suite de deux opérations « ratées », d’une appendicite. « On l’a opérée deux fois, malgré cela, son ventre a continué à gonfler », rapporte la sœur de la victime.Le président de l’Ordre des médecins, Eric Andria­nasolo réagit, face à ces « affirmations gratuites », comme il le dit. « Les médecins sont assermentés sur la dignité de la vie, de l’homme et de la fonction de médecin. Nous les respectons, pendant l’exercice denotre fonction et appliquons nos connaissances pour améliorer la santé publique. Toutefois, il y a des situations où nous sommes impuissants. Peut-être à cause de l’évolution de la maladie, ou d’autres raisons. Il est aussi ambitieux de dire que les médecins ne font jamais d’erreur. Mais comme tous les métiers dangereux, des balises sont en vigueur », explique-t-il. Le ministère de la Santé publi­que et l’Ordre des médecins présentent leurs condoléances aux familles.

Miangaly Ralitera

L'express de Madagascar1 partages

Secteur minier – Plus de transparence pour les opérateurs

Le rapport de l’ITIE Madagascar sur le secteur extractif a été présenté hier. L’intégration de Madagascar dans cette initiative au niveau international est au menu.

Encourageant. L’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE) a enfin présenté son rapport de l’année d’exercice 2014, hier, au Carlton Anosy, en présence des représentants de la société civile, ceux des administrateurs ainsi que les principaux acteurs du secteur minier.À rappeler que ce même rapport de réconciliation au titre de l’année fiscale 2014 a été finalisé à la fin de l’année dernière, mais n’a été validé que récemment par le secrétariat international de l’ITIE. Une validation rendue officiellement effective après les travaux à réaliser par l’auditeur indépendant PriceWaterhouseCoopers ou PwC. À la base, l’objectif de cet audit consiste à la production d’un rapport de réconciliation exhaustif couvrant toute l’année fiscale 2014 tant sur la divulgation complète des revenus de l’État Malgache issus des industries extractives que sur la divulgation de tous les paiements versés au gouvernement par les opérateurs pétrolier, gazier ou minier confondu.Autrement dit, le rapport est donc le résultat d’une collecte, d’un rapprochement et d’une compilation de tous les paiements versés à l’État par les acteurs concernés du secteur, tout en respectant les normes imposées par ITIE. Ces normes suggérant aux industries du secteur extractif de déclarer certaines informations les concernant, entre autres, le cadre juridique de la société, en passant par les données d’exportation et de production, les gestions des revenus et des dépenses et surtout concernant les contributions sociales et économiques de ladite société.À première vue, le rapport énonce des chiffres éloquents à l’image d’une contribution de 4,18 % sur le PIB contre 3,43 % pour l’année 2013, et ce, en tenant compte d’un paysage économique global en chute libre à ne mentionner que la continuation d’une tendance baissière des prix des principaux substances exportées par Madagascar, en l’occurrence, le nickel, le cobalt, le chrome et l’ilménite. Ou encore la plus forte baisse de la valeur aurifère enregistrée en 30 ans ainsi que les valeurs minières qui ont perdu 23 % durant cette année. Bref des dépréciations record enregistrées sur presque tous les aspects du secteur extractif.

Réalité« Malgré ces réalités peu motivantes, les principaux acteurs du secteur ont tout de même misés sur la transparence en contribuant activement à l’élaboration de ce rapport ITIE 2014 », a confié Daniella Randriafeno, secrétaire exécutive de l’ITIE. En ajoutant que « grâce à cet outil qu’est l’ITIE, il est à présent possible d’instaurer une recevabilité économique, sociale et environnementale transparente pour le secteur extractif ».Si le rapport entre dans le cadre du processus de validation de l’entrée de Madagascar dans le réseau international de l’ITIE, le chemin est encore semé d’embûches jusqu’à l’atteinte de cet objectif. En effet, ITIE Madagascar projette d’intégrer le réseau international d’ici fin 2017. Pour cela, il faudra impérativement élaborer, entre autres, le rapport de l’année d’exercice fiscale 2015, tout en respectant les normes imposées par l’institution au niveau international. Des normes auxquelles Madagascar se rapproche lentement, mais sûrement selon le rapport d’il y a 3 ans. Sur ce plan, à Zafilahy Ying Vah, ministre de l’Énergie de rassurer que « depuis l’adoption de l’ITIE en 2008, où seulement une trentaine d’opérateurs s’est prêtée à l’initiative, à présent, le chiffre a augmenté de 300%, signe de la bonne foi des opérateurs quant à l’établissement d’un climat de transparence dans leur secteur ».Cependant, en tenant compte du nombre de permis d’exploitation enregistré dans le pays qui avoisine en ce moment les 4 000, même si certaines sociétés ont plus d’un permis à leur nom, il sera tout de même un peu compliqué d’atteindre une totale transparence d’ici septembre 2017, deadline du dépôt de la candidature de l’intégration de Madagascar dans le réseau ITIE en ne comptant que sur la bonne foi de tout ce beau monde.

Harilalaina Rakotobe

L'express de Madagascar1 partages

Bible malgache – La demande de Bible en hausse

Les demandeurs de bible à Madagascar s’accroissent malgré les problèmes financiers rencontrés par la Ligue de la lecture de la Bible (FMBM) en 2015. « Malgré le problème survenu en 2015, nous avons pu commercialiser 90 000 Bibles, l’année dernière », explique, le pasteur  Hubert  Rakotoarivony, secrétaire général du Fikambanana Mampiely Baiboly Malagasy (FMBM). Madagascar importe les Bibles de Corée du Sud. Les mises en page peuvent se faire dans le pays.L’association FMBM reçoit une aide de 110 000 dollars de la part de l’association de vulgarisation de la Bible  à l’internationale à titre de crédit chaque année pour effectuer l’importation des ouvrages imprimés. « En moyenne, nous importons60 000 Bibles, chaque année. L’année dernière, nous avons obtenu une aide de 55 000 Bibles de l’étranger or la moitié de ces articles n’a pas été livrée. En quelque mois, des associations ont fait des nouvelles demandes de 8 000 jusqu’à 15 000 Bibles », poursuit, le secrétaire général du FMBM.À partir de ce crédit, elle renvoie sa demande au Corée du Sud et  définit la marge bénéficiaire pour en tirer profit. Actuellement, cette association  attend le nouvel arrivage de bible en anglais en français et en malgache.

Sizième traductionDes nouveaux mots ou appellations ont été changées et insérées  dans la sixième traduction de la Bible de 2011. C’est la dernière révision de la Bible après 1965. En raison de la rupture de stocks, personne ne pouvait se procurer cette nouvelle édition. « 30 000 copies de la sixième traduction ont été importée, l’année dernière. 21 000 copies n’ont pas été prises à cause des mots inhabituels chez certaines personnes et églises », explique le secrétaire général.Les lecteurs de la bible sont invités également à se référer à la nouvelle technologie de l’information (TIC).  L’approche éducative de la bible est renouvelée par le lancement d’un concours en ligne organisé par l’association du 01 mars jusqu’au mois de juin. Ce concours vise également à reconstruire en 8 étages l’ancien siège de le FMBM sis à Antani­narenina.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

62 kilos de cannabis saisis

Une soixantaine de kilos de cannabis, ont été décou­verts dans un taxi-brousse, dimanche dernier à Manga­rivotra, district de Farafan­gana. Deux personnes ont été arrêtées par la gendar­merie.

L'express de Madagascar1 partages

La CUA revient à la charge sur le terrain d’Andoha­tapenaka

L’Exécutif de la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA), revient à la charge au sujet du terrain d’Andohatapenaka. Il a inscrit la question à l’ordre du jour de la session spéciale du conseil municipal d’hier. La quatrième décision prise durant la réunion d’hier indique que « le conseil donne l’autorisation à l’organe Exécutif de négocier avec la société Tiko pour faire du terrain d’Andohatapenaka une fourrière municipale ». Cet entêtement risque de réveiller les hostilités entre l’administration de la capitale et l’État central.

L'express de Madagascar1 partages

« Mitsangàna ry Malagasy » monte au front

Dans un communiqué de presse publié, hier, la plateforme « Mitsangàna ry Malagasy » (MRM), scande son opposition à l’éventualité d’un « ni…ni », qui tendrait à empêcher des prétendants à la magistrature suprême de prendre part à la prochaine élection présidentielle. L’entité d’opposition affirme, par ailleurs, son intention de « proposer », un candidat unique pour participer à la course pour Iavoloha.

L'express de Madagascar1 partages

À propos des Fahavalo pro-français de Laroche

Des mouvements de bandes armées sont signalées, début 1896, sur le versant oriental de l’ile, le long de la côte et jusqu’à 80km à l’intérieur des terres. Sont-ils des Menalamba ou non   Hippolyte Laroche, résident général après l’expédition, a pour sa part une version vraiment irréaliste. D’après lui, le pillage semble être leur principal ou leur seul but. « Ils affectent de céder à l’entrainement d’un sentiment très pur de patriotisme autochtone et de lever parmi les tribus soumises au joug hova, le drapeau de l’indépendance.»Leurs auteurs « se réclament à chaque fois de la France et se prétendent encouragés par ses représentants, respectant avec soin les Blancs et leurs propriétés ». Ils s’emparent des troupeaux des Merina, massacrent ces derniers quand ils peuvent les atteindre ; ou les brûlent avec leurs maisons qui, dans cette région, ne sont que de grandes cabanes en bois et en roseaux.Le 17 janvier, informé de la présence dans son voisinage d’une de ces bandes de Fahavalo (ennemis des Français dans le sens de rebelles) armés des seuls sagaies et couteaux, le capitaine Freystatter, commandant du poste de l’étape de Maromby, s’en approche avec 40 hommes. Il rencontre la bande inopinément et croit que sa position est fort compromise. Mais dès que les Fahavalo reconnaissent les Français, « ils s’abstiennent de les attaquer », consentent à jeter leurs armes, s’agenouillent en signe de soumission et n’essayant pas de fuir, ils attendent d’être entourés par les tirailleurs.Le capitaine français, « sans autre forme de procès crut devoir les faire assommer ou égorger jusqu’au dernier- ils étaient au nombre de 49- à coups de crosses et des baïonnettes. Le général Voyron, informé de cette inutile boucherie, l’a justement blâmée »!Une autre bande de 150 à 200 hommes remonte vers le Nord, en direction de Foulpointe et de Fenoarivo. Le sous-lieutenant Grammont et 59 tirailleurs y sont envoyés de Toamasina par goélette. Leur mission est de débarquer d’abord à Foulpointe pour s’assurer si les « rebelles » s’y trouvent. Dans le cas contraire, ils repartiront pour occuper et défendre contre eux Fenoarivo.Grammont arrive le 26 janvier à Foulpointe, où sont installés depuis trente six heures les Fahavalo. Le gouverneur et 30 officiers merina, abandonnés par leurs soldats, se sont réfugiés à bord d’un bateau à destination de l’ile Sainte-Marie. Les « rebelles »  saccagent les propriétés des Merina, en tuent deux dans les villages voisins. « Mais ils avaient laissé systématiquement intactes les propriétés des  Blancs et des Betsimisaraka. Ils se croyaient de bonne foi approuvés dans leurs actes par le gouvernement français car au lieu de se dérober, ils regardaient venir la goélette et les troupes françaises. »Grammond débarque à 14 heures, les fait prisonniers et se saisit de leurs armes constituées de cinq fusils et de 50 sagaies. Comme la goélette ne peut contenir tous les prisonniers, ces derniers sont envoyés par groupe à Toamasina, pour être déférés devant la justice indigène. « Leur condamnation est inévitable : ils seront exécutés en présence de leurs hommes. Ceux-ci pourront, après exemple, être renvoyés dans leurs tribus. »D’après les rapports reçus par Hippolyte Laroche, plusieurs Mauriciens établis le long de la côte, entre Mahanoro et Toa­masina, sont suspectés de complicité avec ces Fahavalo. « Je les ai fait arrêter et envoyer devant le conseil de guerre. »Les troubles sur cette partie de la côte orientale sont réprimés, et très sévèrement. Comme le souligne le résident général, « la répression du 17 janvier a même été disproportionnée avec leur gravité. Il ne faut point, en effet, perdre de vue que les Fahavalo n’étaient pas sérieusement armés , qu’ils ont évité de molester les Blancs et les autochtones et que nous n’avons éprouvé aucune perte, si légère fut-elle, en détruisant ou en dispersant leurs bandes ».D’autres groupes en mouvement sont signalés plus au Sud, au-delà du fleuve Mananjary, région coupée de toute communication. C’est pourquoi le Dr Besson est nommé à Fianarantsoa pour reprendre les fonctions résidentielles qu’il y a exercées avant l’expédition. Le Dr Besson y a acquis une véritable popularité et, « par conséquent une assez grande autorité morale parmi les indigènes ».Hippolyte Laroche considère que l’agitation sur la côte orientale conserve « un caractère essentiel de sympathie pour les Français, vainqueurs des Hova, et de haine contre ces derniers de la part des tribus vassales ».

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives Officielles

News Mada0 partages

Basikety – «Amboaran’ny filoha» : nahazo fandresena ny ASS sy ny TMV

Nitohy omaly alatsinainy, tao amin’ny kianja mitafon’i Matsiatra Ambony,  ny andro fahatelo amin’ny fifanintsanana hiadiana ny «amboaran’ny filoha», taranja basikety, ho an’ny faritra afovoany atsimo. Fihaonana, tohanan’ny orisan-tserasera Telma malagasy. Nisy fiovana ny vokatra teo amin’ireo mpifaninana satria nanohitra ary afaka naka fandresena ireo ekipa resy teo amin’ny andro roa voalohany. Anisan’izany, ny ekipan’ny TMV avy any Atsimo Atsinanana, ho an’ny vondrona «A». Nandresy ny BCJ avy ao Matsiatra Ambony, tamin’ny isa tery 77 no ho 76 mantsy izy ireo. Niady hatramin’ny farany ny lalaon’ny roa tonta satria nifanenjehana hatrany ny isa teny amin’ny solaitra be, nandritra ireo tapa-potoana efatra. Nahazo isa roa indray izany, taorian’ity lalao ity ny TMV ka hatreto isa efatra no fitambarany. Nandrombaka fandresena ihany  koa ny ASS Amoron’i Mania, ho an’ny vondrona “B” rehefa nanilika ny Carnivore avy ao Matsiatra Ambony, tamin’ny isa mazava, 83 no ho 65. Fandresena fanindroany koa izany ny ASS, izay mampakatra azy eo amin’ny filaharana faharoa. Hitohy amin’ity anio ity ny fifanintsanana ho an’ity lalao ity.

 Torcelin

News Mada0 partages

Tenisy – «Tournoi Cat Circuit U14» : resy teo amin’ny lalao voalohany i Sampras

Faharesena avy hatrany no nitsena an-dRakotondrainibe Sampras, teo amin’ny fifanintsanana, hiadiana ny «circuit cat», ho an’ny sokajy U14 lehilahy, taranja tenisy. Teratany Egyptiana no nandavo azy  tamin’izany.

Nanomboka omaly tany Le Caire, Egypta ny andro voalohany amin’ny «tournoi cat circuit U14», taranja tenisy. Ratsy fanombohana ny solontena malagasy, miatrika izany fihaonana izany. Resin’ilay Egyptianina, i Tamer Mounir, tamin’ny seta 2 no ho 0 (6/1 ; 6/1), Rakotondrainibe Sampras.

Mpilalao ampy fihaonana ity nifanandrina taminy ity raha ny fanambaran’ny tale teknika nasionaly, mitarika ny delegasiona any an-toerana. Na izany aza, afaka nanohitra azy tsara i Sampras satria niady tanteraka ny «jeux» roa voalohany ary nisy mihitsy ny fotoana nitarihan’i Sampras, an’isa saingy tsy voatazona fa nitsimbadika tanteraka avy eo ny lalao.

Tsy tapitra hatreo akory ny lalao ho an’ny Malagasy satria hiaka-tsehatra indray amin’ity talata ity, Rasendra Fenosoa. Hifandona aminy eo amin’ny lalao ampahavalon-dalana, ilay teratany Egyptiana, i Al Shoukry.

Marihina fa nahazo ny “bye” i Fenosoa ka tsy niatrika ny dingan’ny ampaha-16-n-dalana. Aorian’io lalao ho an’olon-tokana io, hiditra amin’ny fihaonana ho an’olon-droa, indray izy mirahalahy ka hiatrika avy hatrany ny dingan’ny ampahavalon-dalana. Araka ny fandaharam-potoana, hifanandrina amin’ny teratany Egyptiana, hatrany izy ireo dia i Aly Tamer Mounir sy i Yehia Azzab.

Tsiahivina, fa  “tournois” miisa roa, ity hatrehin’izy roa lahy ity, izay tsy hifarana raha tsy ny 5 marsa, izao.

Aorian’ity fihaonana atao any Egypta ity, avy hatrany dia hihazo an’i Afrika Atsimo, ny delegasiona malagasy hiatrika ny fiadiana ny ho tompondakan’i Afrika, sokajy U14 sy U16, izay handraisan’ny mpilalao miisa 6 mianadahy.

Tompondaka

News Mada0 partages

Basket-Coupe du président : Analamanga attendue au tournant

La Coupe du président ne cesse de réserver son lot de surprises au fil des saisons. Même si les grandes équipes font de cette compétition un de leurs objectifs, la plus grande ligue du basket-ball malgache peine à y asseoir sa domination.

Le changement à la tête de la ligue d’Analamanga apportera-t-il  l’effet positif escompté dans la performance de ses équipes à la Coupe du président, notamment dans la catégorie masculine ? La phase de pré qualification a vu la nomination des équipes en forme du moment, notamment MB2All et TMBB. Le premier grand test nature pour la ligue d’Analamanga est de faire briller ses représentants durant la phase de zone où ils vont croiser le fer avec les meilleurs des autres ligues participantes.

Car force est de constater que depuis le début du règne du nouveau bureau, la ligue affiche une ambition débordante. Pourtant, la réussite n’est déterminée que par la performance des formations dans les grandes compétitions.

Les spectacles programmés durant la phase de pré qualification sont uniquement faits  pour satisfaire les bons yeux du public, mais en aucun cas ne constitue un critère en vue d’un succès incertain. Seule l’obtention du titre demeure la référence.

Bien qu’ayant été critiquée, la précédente présidence de cette ligue a pu ramener la coupe à Analamanga dans la catégorie féminine. A son successeur de perpétuer dans cette voie, ou plus encore, faire le doublé. Serait-ce un défi à la hauteur de l’ambition de la nouvelle équipe dirigeante ? Rien n’est sûr.

La zone Centre-sud enchaîne

Avant-dernière phase éliminatoire pour la zone Centre-sud avant que la zone Centre ne clôture cette première étape. Après trois journées de compétition, les équipes de Haute-Matsiatra affichent un parcours intéressant mais celles d’Amoron’i Mania et de Vatovavy Fitovinany se ressaisissent peu à peu après des débuts mitigés.

Naisa

Résultats du 27 février de la zone Centre-sud :

-ASS Amoron’i Mania-Carnivore Haute Matsiatra : 83-65

-TMV Vatovavy Fitovinany-BCJ Haute Matsiatra : 77-76

-FANDRASA Haute Matsiatra-AMI Vatovavy Fitovinany : 62-56

 

News Mada0 partages

Hiakatra fampanoavana anio ny ”raharaha Befandriana” : nentina dia an-tongotra, tsy nomena rano ireo 3...

 Atolotra ny fitsarana anio, ao Antsohihy, ireo olona 31 voarohirohy ho tompon’antoka sy mpiray tsikombakomba ary vavolombelona tamin’ny famonoana ireo polisy roa lahy tany Befandriana Avaratra. Fantatra fa nentina dia an-tongotra an-kilaometatra maro, avy any Antsakabary, tsy nomena rano hosotroina izy ireo. Anisan’izany ilay ben’ny Tanàna sy mpampianatra amin’ny EPP.

Anio, raha tsy misy ny fiovana ny fanolorana ireo olona 31 voarohirohy ho tompon’antoka sy mpiray tsikombakomba ary vavolombelona tamin’ny famonoana ireo polisy roa lahy, tany Antsakabary Befandriana Avaratra, araka ny filazan’ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny filaminam-bahoaka. Voalazany fa tapitra omaly ny fanadihadiana ireo olona ireo tany Antsohihy.

Ny mpanao gazety sy ny fikambanana maro samihafa any an-toerana manaraka akaiky ity raharaha ity, nilaza omaly tamin’ny radio tsy miankina iray, fa nentina dia an-tongotra tamina kilaometatra maro ireo olona ireo, norohizina ary tsy nomena rano hosotroina, raha niala avy any Antsakabary ho any Antsohihy. Nanakiana ny tsy fanajana ny zon’olombelona atao amin’ireo voarohirohy ireo mpikambana.

Ny avy amin’ny polisim-pirenena nanao fanambarana an-gazety nilaza fa misy ambadika ity raharaha ity. “Hita amin’ny fanambarana ataona sokajin’olona sy fikambanana samihafa mitompo teny fantatra amin’ny vaovao tsy voamarina entina handotoana mialoha ny polisim-pirenena izany”, raha ny fanambarana.

Ny fikambanan’ny pretra zanak’Antsakabary, ny avy amin’ny SMM, ny fikambanana miaro ny zon’olombelona, ny tatitra samihafa, efa samy nilaza ny heviny ary samy niteny fa ny polisy no tompon’antoka tamin’ny fandoroana ireo trano 487 tany Antsakabary.

Diso avokoa ireo filaza ireo raha ny nambaran’ny polisy. Mandeha ny fanadihadiana ahafantarana ny tena marina, ary hosazina mifanaraka amin’izany izay nanao ny fahadisoana, raha ny fanamafisan-dry zareo polisy.

Mba tsy handeha ila ny fanadihadiana

Araka izany, miandry izay famotorana misokatra momba ny fandoroana ireo tranon’olona an-jatony maro ny rehetra. Hatreto aloha, fanadihadiana momba ny fahafatesan’ireo polisy roa lahy no misy, ary ny polisy ihany no manao izany. Tsy mbola nisy ny filazana ofisialy fa misokatra ny famotorana manodidina ny herisetra sy ny fandoroana ireo trano marobe, nahafatesana olona iray. Tsy misy ny mpitory na ny fitoriana mipetraka?

Mijanona eo amin’ny fanambarana sy ny fanamelohana fotsiny ny resaka hatreo, ary rariny ny an’ny polisy raha midrikina izy ireo fa tsy marina ny resaka naely momba azy ireo. Iza tokoa izany no hijoro hiaro, hitory ireo olon-tsotra ka sahy hiatrika ny polisy amin’ity raharaha Befandriana Avaratra ity?

Ny mpitondra nanao asa soa nanampy fotsiny ireo niharam-boina fa tsy nandefa baiko midina akory ny amin’ny hanokafana fanadihadiana ho an’ny polisy. Raharaha mafana mety hiitatra tokoa izy ity?

Yves S.

News Mada0 partages

Fandriampahalemana : mitety kaominina ny zandary ao Ambato

  “Aoka tsy hoentin-kafanampo fotsiny”, hoy ny Kaomandà Ramboasalama Bruno. Mitety kaominina mandresy lahatra sy manampy ny isan-tanàna hisiana lamina eo amin’ny fiambenana ataon’ny fokonolona ry zareo ao amin’ny Vondron-tobim-paritry ny Zandarimariam-pirenena ao Ambatondrazaka, nandritra ny volana janoary sy febroary. Ohatra ny manerana ny Nosy dia tena ”tafahoatra ny antonony”, araka filazan’ny any Antsihanaka any azy ny tsy fandriampahalemana any amin’iny toerana iny. Miditra moramora ao amin’ny tokantrano iray tao Betambako dia mandrahona ary naka izay tiany.

Tsy vitan’izay fa nanery ny tompon-trano hiantso ny havany monina ao an-tanàna ireo jiolahy  mba hamoha ny varavarany hahamora ny fidiran-dry zalahy.

Manatsara hatrany ny fomba fiasany koa ireo olon-dratsy araka izany. Koa nohafaran-dry zareo zandary ary ny fokonolona isan-tanàna izay tapitra miambina avokoa amin’izao fotoana izao “Mba hifandimby ary tsy hiray toerana rehefa miambina ny andrimasom-pokonolona. Ny antoko iray hanao izay hitiliana mialoha,  amin’ny fomba rehetra sy  ovaina isan’andro,  ny olona miditra ao an-tanàna  amin’iny alina iny. Ny antoko faharoa kosa misahana ny fanairana ny ao an-tanàna sy miantso mpitandro filaminana. Miasa be eto ny telefaonina ary ampisahanina ny fampiharana ny paikady,  izay mila ovaina isan’alina, ny Quartiers mobiles izay efa nofanin-dry zareo zandary ireto  momba ny lalàna, ny fahaiza-mandamin’olona hiatrika korontana…Ovaovaina ny fomba fiady fa ny olon-dratsy koa maka vaovao  ary tsy avy any an-toeran-kafa matetika. Ny fanarahan’ny  isan-tokantrano maso  ny olona ao aminy, hoy ry zareo mpitandro filaminana no odifaty voalohany sy tsara indrindra izao.”

  Rarivo

News Mada0 partages

Chronique : vision cauchemardesque au terme d’un rêve d’idéal

Banal autant que légitime que de souhaiter la société guérie de la corruption, tant le cancer mine dangereusement le pays et crée des désagréments en prime aux difficultés pour vivre sereinement ou même pour survivre sans grande dignité. Le système gangréné ne choisit pas ses victimes, il prend tout le monde en otage même s’il accorde préférence à tondre les plus faibles, des proies faciles.

Sur ce paysage désolant on aime à laisser promener l’imagination jusqu’à rêver d’une grande tornade propre à entreprendre un grand ménage. Se pose alors la question, pourquoi malgré les déclarations de volonté un tel vent tarde à se lever, et que les initiatives ne produisent que des spectacles inopérants. A la longue, les remakes des mêmes farces ne dupent plus personne, au contraire ça incite les esprits à chercher où se tapissent les loups. Dans cette démarche on va au plus facile en concluant que l’éradication de la corruption ne convient pas aux puissants et que le système autant que ce phénomène servent en réalité leurs intérêts. Soupçon et accusation pas nécessairement à tort. Cependant à supposer que la volonté serait, l’opération s’apparenterait  à une croisade, en considération du courage politique indispensable pour l’entreprendre, de la compétence pour la mener avec efficacité, et de la capacité à gérer les conséquences.

Obligés donc victimes, ou payeurs spontanés, un jour ou l’autre nous avons tous payé une contribution à un corrompu et  par cet acte sommes passibles d’être poursuivis en tant que complices dans le rôle de corrupteurs. Si au niveau de la petite corruption quotidienne, les victimes se passeraient bien d’être rackettées, il est des cochons-payeurs volontaires qui partagent profit avec les ripoux, ils ne sont pas peu nombreux et les affaires qui se traitent dans cette catégorie ne sont pas insignifiantes sur les finances publiques. A ce niveau, corrupteurs et corrompus, saigneurs des caisses de l’Etat méritent en

premier l’organisation musclée de poursuites sévères et la systématisation de sanctions à l’équivalent.  Survient le cauchemar : de cette clientèle carcérale les maisons d’arrêt déborderaient. Déjà que bonnes âmes et organisations droitdelhommistes s’alarment et alertent à raison sur les conditions de vie faites à la population carcérale, qu’en serait-il dans l’hypothèse d’un tel surpeuplement ? Seul viendrait au secours le courage à oser avec cynisme l’application de la loi de talion : pas d’état d’âme pour ceux qui ne s’en font pas pour saigner un Etat à l’agonie et une population en désespérance.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : les eaux thermales d’Antsirabe (2)

(Suite et fin.)

« La réputation qui tend de plus en plus à faire d’Antsirabe l’unique et véritable sanatorium de l’océan Indien est on ne peut plus méritée ; les plus réputées de nos stations thermales de la Métropole et du monde ne peuvent que lui envier, sans espoir de les posséder jamais, cet ensemble si rare et si divers de facteurs thérapeutiques, qui en font à la fois une station thermale exceptionnelle, une rare station climatérique et une station d’altitude méritant de beaucoup la meilleure place parmi toutes celles des régions tropicales. La coquette capitale du Vakinankaratra, discrètement enfouie dans son berceau de mimosas odorants, doit devenir le centre d’attraction de tous les rhumatisants, surmenés, anémiés, débilités des îles Bourbon et Maurice, de l’Est et du Sud africains. Tous y trouveront les oxydations activées nécessaires à leurs cellules encombrées, la désintoxication de leur organisme, la régularisation du fonctionnement de leurs divers organes encrassés, l’élimination de leurs déchets, la guérison de leurs maux.

« En quelques semaines, une volonté soutenue et efficace, comme sous l’action d’une baguette magique, aura transformé l’infecte cuvette marécageuse d’antan en un parc verdoyant autour d’un petit lac artificiel où évoluent déjà les chatoyants cyprins folâtrant parmi les lotus bleus. Une piste cavalière fait le tour de la cuvette, promettant les émotions coutumières aux fervents du turf, à proximité, un superbe tennis. De nombreuses excursions tenteront les amateurs de footing aussi bien que les partisans du filanzana. Et les jeunes rêveurs neurasthéniques, et ceux qui, tels les deux heureux vieillards à barbe blanche, âgés l’un de 60 et l’autre de 65 ans, qui affirmaient hautement à mon confrère Magunna qu’ils étaient

« redevenus jeunes et vigoureux depuis qu’ils plongeaient leurs vieux membres dans cette fontaine de Jouvence », pourront à loisir aller atténuer leur excédent de radioactivité reconquise sur les bords du mélancolique lac de Tritriva, enseveli au fond de son noir cercueil de basaltes. »

Les Annales coloniales

www.bibliothequemalgache.com

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : Leurre pour une harmonie introuvable

Le mélange de genres effraye lorsque l’on débarque à Antananarivo. Le spectacle d’une cohabitation des extrêmes y apparait sous des aspects violents. Le nouveau venu s’interroge sur la réussite du scandale à coucher dans le même lit misère et opulence. Pauvreté frappante côtoie richesse insolente. Les habitants « se » ferment volontairement les yeux, zappent le risque permanent d’explosion. A l’évidence un tel attelage ne saurait tenir éternellement la route, encore moins lorsque les écarts se creusent. « Réconcilier » des inégalités n’est que rêve impossible, n’aurait d’effet que celui d’un emplâtre sur jambe de bois.  Ce malgré, la réconciliation constitue la recette que la classe politique se dispute à vendre comme priorité, condition préalable à une guérison miracle : sérénité harmonieuse dans une société criante d’inégalités et d’injustices.

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : samy miaro ny rambony tsy ho tapaka

Tandroka arovozon’ny vahoaka sy ny firenena ireo sampana rehetra mitana fitaovam-piadiana, na ny tafika, na ny zandarimaria na ny polisy izany. Na dia adidin’izy ireo ihany aza ity holazaina ity dia matetika hita ho mirona bebe kokoa any amin’ny fiarovana ny fanjakana sy ny fitondrana izy ireo, ka araky ny fitazanana azy dia  ampandeferina ilay andraikitra voalohany  izay ambony noho ny hasina ananany. Ny ela mahairay ny roa, hany ka rehefa mitranga ny fahasarotana dia misavorovoro ny fandraisana sy ny fanefana andraikitra. Miseho ity ny raharaha sarotra dia ilay korontana any Befandriana Avaratra. Azo lazaina fa latsaka anatin’ny fahasahiranana tanteraka ny polisim-pirenena. Any aminy no miantefa ny fanendrikendrehan’ny mponina miampanga fanaovana heloka. Mitongilangilana noho izany ny fitondrana. Sarotra ny safidiny. Homba ny vahoaka loharanon’ ny fahefana sa hiaro ny polisy mpiaro azy eo amin’ny toerany? Ireto antoky ny fitandroana ny filaminana koa raha tafiditra ao anatin’ny sakoroka dia voatery mba miambina ny rambony tsy ho tapaka. Very fanahy ny fitondrana. Manahy sao ilaozan’ny hery mpiambina. Ny antoko Hery Vaovao tsy ampy hahatohitra raha mitraotra ny vahoaka.

Mitombo hatrany anefa ny fahasahiranan’ny polisy, na any aminy aza ny fitaovam-piadiana. Akory atao fa eo andaniny manao tambabe ny sokajin’olona manipaka ny fahamarinan’ny fanambarana nataon’ny minisitry ny Polisy. Eo ankilan’ny mponina, mijoro ny syndikan’ny mpitsara sy ny mpitondra fivavahana. Samy manamafy ny maha anisan’ny tompon’andraikitra an’ireo polisy nanatanteraka iraka raha mikasika ny hain-trano sy doro tanàna. Sarotra ny fitadiavan-dàlana ivoahana avy ao anatin’izany filetehana any amin’ny lalina izany. Miteraka fahasahiranana ho an’ny fitondrana izay lasa nitafy pataloha rovitra tsy fidiny. Noho ny fifandrifian’ny fotoana dia nanaloka toy ny rahona mitatao teo amin’ny fihaonambe tao Mahajanga namorian’ny HVM an’ireo sakaiza mahafatra-po sy mpikambana  mafana fo ao aminy ny tranga tany Befandriana Avaratra. Tsy nila an’io tsilo io ny fitondrana. Tsilo izay mety hiteraka fanararaotan’ny fery efa eo vokatry ny tsy fisian’ny fampandrosoana mitarika fitomboan’ny fahasahiranana zakain’ny maro ato amin’ ny vahoaka.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Morondava Toamasina : renim-pianakaviana naolana sady novonoina

 Novonoin’ny jiolahy tamin’ny fomba feno habibiana rehefa avy niharan’ny fanolanana tambabe ilay renim-pianakaviana iray hita faty tao Morondava.…

Habibiana! Nisy namono tamin’ny fomba feno habibiana ny alarobia 22 febroary 2017 alina teo i Josephine, renim-pianakavina iray 24 taona, monina ao Andabatoara kaominina Morondava, manambady aman-janaka. Noho ny tsy fahampiana tao an-tokantrano, lasa manao fitadiavam-bola amin’ny alalan’ny fivarotan-tena amin’ny alina, ka eny akaikin’ny kianja fanaovam-baolina atao hoe manara-penitra ao Morondava no toerana falehany. Faritra feno ireo vehivavy mpivaro-tena marobe  ary teo ihany koa ny nahitana ny razana. Raha ny voalazany mpitsabo, tokony ho tamin’ny  misasakalina ny namonoana azy. Nambaran’ny mpitsabo hatrany fa nanaovana firaisana ara-nofo tambabe ny fahitana ny razana ka nokedaina izy taorian’izay satria nahitana faritra mangana teo amin’ny tendany.

Milaza ny tsy hipetra-potsiny amin’izao raharaha izao ny fianakavian’ilay niharam-boina. Ankilany, milaza ny loharanom-baovao avy ao an-toerana fa hipetrahan’ny ahiahin’ny fianakaviana sy ny mpitandro filaminana misahana ny famotorana ihany koa ny raim-pianakavina vadin’ity namoy ny ainy ity. Amin’ny toe-javatra tahaka izao matetika miambina sy manara-maso ny vadiny mampanofa tena eny ihany ilay raim-pianakaviana vadiny ary miara-mody avy eo rehefa mahazo vola, araka ny fanazavana hatrany. Mitohy ny fanadihadiana ity raharaha vonoan’olona ity. Voalaza anefa fa tsy hita izy tamin’ny fotoana nahitana ny fatim-badiny.

Sajo sy J.C

Sary :Sajo

News Mada0 partages

Fanadinana bakalorea : hentitra ny fanomanana ny laza adina

Miara-midina ifotony manentana ireo mpampianatra ao amin’ny kilasy famaranana ny amin’ny laminasa vaovao hampiharina ny minisitera telo tonta. Anisan’izany ny minisiteran’ny Fanabeazam-pirenena, ny minisiteran’ny Fampianarana ambony sy ny fikarohana siantifika ary ny minisiteran’ny fampananana asa, ny fampianarana tekinika sy ny fanofanana arakasa.

Ankoatra izany, mijery mivantana izay olana mety sedrain’ireo sekoly ihany koa ireo minisitera ireo. Tanjona ny fanarenana ireo lesoka ary mba hampirindra antsakany sy an-davany ny fanadinana bakalorea.

Tsy hovolavolain’olon-tokana intsony ny laza adina manomboka izao. Hisy ny atao “Equipe Pédagogique” ivondronan’ireo mpampianatra ao amin’ny kilasy famaranana ary hotsongaina manokana mihitsy ary kendrena mba ho mpampianatra amin’ny kilasy famaranana avokoa ireo “concepteur de sujet” mihidy na “mise en quarantaine” .

Voalaza fa manerana ny Nosy izao fidinana ifotony izao. Efa mandeha ny any amin’ny fijerena mivantana ny any amin’ny faritra. Ny eto amin’ny faritra Analamanga kosa, voakasika avokoa na ny eto Antananarivo Renivohitra na ny any Atsimondrano ary ny any Avaradrano. Tanjona amin’izao hetsika izao ny hiatrehan’ny ankizy malagasy fanadinana bakalorea mendrika sy milamina indrindra fa ny laza adina mba hahazoana vokatra tsara.

Tatiana A

News Mada0 partages

Visite des Scouts Coréens à Madagascar : un bilan positif

Du 21 au 22 février, la mission des jeunes scouts coréens au pays, réunis au sein de la « Korean Scout Association » (KSA) a été un succès. Pour la confédération du scoutisme malgache ou «Firaisan’ny Skotisma Malagasy» (FSM), cette visite a été l’occasion de démontrer sa solidarité dans le respect de la valeur du scoutisme et du sens de partage. Dans le cadre de ce concept, la délégation de la KSA a manifesté sa volonté de soutenir les initiatives de la FSM, en vue d’ atteindre la vision «100 millions de scouts d’ ici 2030».

Pour concrétiser ce défi, les scouts coréens comptent soutenir les programmes d’enseignement de la FSM, lesquels sont inspirés des visions de l’ Organisation mondiale du mouvement scout (OMMS) et se conforment aux valeurs et points de vue de «Think globally, act locally» de la KSA. Sans plus attendre, les deux parties comptent dresser les clauses de leur collaboration qui détermineront précisément les attributions de chacun, les durées d’exécution des activités à entreprendre et d’ autres accords relatifs à la mise en œuvre de leur projet conjoint. Notons que la KSA figure parmi les deux associations de scouts qui concourent pour héberger le «25e Jamboree mondial du Scoutisme» en 2023.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Météo : cyclogenèse en vue

A travers un communiqué spécial en date d’hier, la Météo malgache informe sur la formation d’une perturbation cyclonique vers la fin de cette semaine, plus précisément à partir de ce vendredi. « Au vu de la situation générale, les analyses des modèles numériques disponibles montrent une amélioration des conditions de cyclogenèse ce weekend dans les parages de l’ile Agalega et les archipels des Chagos », a indiqué le chef prévisionniste de la Météo, Rivo Randrianarison.

«Des ondes tropicales, les oscillations de Madden Julian et l’onde de Rossby, sont également en train d’entrer dans le bassin et accentuent normalement le risque de cyclogenèse tropicale» a-t-il ajouté.

En outre, plusieurs petites dépressions sont détectées par les images satellites récentes et les données micro-ondes. Elles ne présentent pas encore de risque de développement au cours de ces prochains jours. Leur présence s’explique par les contraintes dynamiques qui existent sur l’ensemble du bassin de l’océan Indien, ainsi que la faible poussée des alizés sur la face sud de ces dépressions.

Sera R

 

News Mada0 partages

Faux visas et faux passeports : un escroc arrêté par la gendarmerie

Après avoir longtemps joué au chat et à la souris avec les forces de l’ordre, un escroc notoire qui fabriquait des faux passeports et de fausses cartes de résidents et de faux visas de séjour a été arrêté jeudi à Ivandry par les éléments de la Direction de la police judiciaire. Les gendarmes ont ouvert une enquête vers la fin de l’année 2016 à la suite d’une plainte déposée par le ministère de l’Intérieur qui dénonçait l’existence d’un réseau de faussaires.

Forts d’un renseignement, les gendarmes ont mis la main jeudi sur le suspect. Outre les faux documents trouvés en sa possession, le suspect avait également un pistolet chargé de quatre munitions. La perquisition de sa maison et celle de son présumé complice a permis de mettre la main sur des faux documents de voyage, des appareils destinés à les fabriquer, ainsi que plusieurs faux cachets.

Mparany

 

News Mada0 partages

Ecrivain : Jean-Christophe Rufin est dans nos murs

L’écrivain français Jean-Christophe Rufin est actuellement de passage au pays. Il  profite de l’occasion pour donner une conférence ce soir, à l’Institut français de Madagascar (IFM) à Analakely. Intitulée «Vérité romanesque et réalité historique», la rencontre dévoilera quelques secrets qui permettent d’agrémenter un ouvrage littéraire, comme  «Comment des personnages deviennent des héros littéraires». Il y présentera aussi quelques unes de ses œuvres.

«Autant que possible, notre objectif est de favoriser le partage et la rencontre avec les professionnels étrangers pour pouvoir donner un coup de pouce aux artistes malgaches et leurs œuvres», a annoncé l’un des responsables de cette rencontre. En effet, l’IFM organise toujours des conférences littéraires, accueille aussi des écrivains étrangers, tels les gagnants du Prix Roman Métis.

Dans la foulée,  il faut savoir que Jean-Christophe Rufin est un écrivain reconnu à l’international. Il a obtenu un prix Goncourt du premier roman en 1997 avec son livre «L’Abyssin», un deuxième prix Goncourt en 2001 avec «Rouge Brésil» et un troisième prix Grand témoin en 2015 pour son roman «Check-point». Grâce à ce palmarès, il a été élu à l’Académie française en 2008. Durant cette conférence, il sera donc ravi de rencontrer des écrivains malgaches pour partager ensemble les expériences et les conseils.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Ambassade du Japon : des contes malgaches traduits en plusieurs langues

A l’occasion de la  sortie officielle des deux tomes de recueils de contes malgaches, les deux professeurs et anthropologues Hideo Fukazawa et Michel Razafiarivony ont donné une conférence, vendredi dernier, à l’Ambassade du Japon à Ivandry. Traduits dans d’autres langues, ces livres ont pour mission de promouvoir la culture malgache à l’étranger.

«L’Afrique de l’Est connait Madagascar à travers le conte Ikotofetsy sy Imahaka qui a été traduit dans une autre langue, depuis le début du 19e siècle. En gardant ce même principe, nous souhaitons promouvoir ainsi notre pays. Ceci permet de présenter en quelque sorte notre façon de penser, notre culture et bien sûr, notre histoire», a annoncé le professeur Michel Razafiarivony.

Des contes issus de plusieurs ethnies

En collaboration avec trois autres professeurs, ils ont ainsi sorti deux tomes de recueils de contes malgaches qui ont été traduits dans plusieurs langues étrangères, entre autres le français, l’anglais, le japonais… Les deux livres s’intitulent «Angano malagasy boky 1 : Tsimihety sy Betsimisaraka ary Masikoro» et «Angano malagasy boky 2 : Vezo, Masikoro, Tandroy, Betsimisaraka ary Tsimihety». «En récoltant ces contes chez les autres ethnies malgaches, nous avons découvert que certaines histoires ont les mêmes ressemblances», a-t-il expliqué.

Un Japonais passionné de la culture Tsimihety

Hideo Fukuzawa, l’un des professeurs et anthropologues, a fait 40 fois le voyage à Madagascar durant ces trois décennies, plus précisément depuis 1983. Passionné de la culture Tsimihety, il habitait dans la campagne à 800 km d’Antananarivo dans la commune de Befandriana. En tant anthropologue, son travail consiste, entre autres, à récolter quelques contes et traditions orales pour en faire une étude. Il a ainsi choisi les meilleurs contes Tsimihety pour ces deux livres.

Distribués dans le monde

Malheureusement, ces deux nouveaux ouvrages ont été édités seulement en 300 exemplaires environ. Ne devant pas être vendus, ils ont été distribués dans plusieurs bibliothèques éparpillées dans le monde. Par ailleurs, ils sont disponibles à Madagascar dans les rayons de la Bibliothèque nationale à Anosy et à la Faculté des Lettres à l’université à Ankatso. «Nous cherchons encore actuellement les moyens d’augmenter ces éditions. En attendant, une version numérique est disponible en ligne», a annoncé l’ambassadeur du Japon.

Holy Danielle

Tananews0 partages

Albert Grimaldi, prince de Monaco en visite à Madagascar

Ah non, on va encore ressortir les blindés à chaque coin de rue ?

Sa Seignhery devrait donc recevoir Son Altesse Serenissime.

Malheureusement cette fois on n’aura pas le temps de reboucher les trous sur les routes, sans parler de cette odeur persistante de caca qui plane sur toute la ville.

La honte.

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

DHL facilite les achats en ligne

DHL Express a annoncé le lancement de son service On Demand Delivery en Afrique subsaharienne (SSA). Le nouveau service permet aux expéditeurs et aux destinataires du monde entier de choisir parmi un éventail d’options de livraison standardisées.

Le service On Demand Delivery est actuellement déployé sur six marchés à travers la région SSA (Afrique du Sud, Kenya, Nigeria, Éthiopie, Ile Maurice et Tanzanie), et devrait être étendu à d’autres pays d’Afrique subsaharienne au cours de l’année 2017. Pour Madagascar en particulier, selon le Directeur Général Mamy Rakotondraibe, ce service sera disponible au quatrième trimestre de cette année.

Le service On Demand Delivery offre aux expéditeurs le choix d’activer des options de livraison spécifiques et permet à DHL Express d’informer ses clients par e-mail ou par SMS de l’avancement des expéditions. Les clients peuvent ensuite sélectionner l’option de livraison qui convient le mieux à leurs besoins via le site Web du service On Demand Delivery. Le service est spécifiquement adapté aux exigences des livraisons internationales propres au commerce électronique, où la majorité des expéditions sont destinées à des adresses résidentielles et où les clients privilégient la souplesse et la commodité.

« À l’échelle mondiale, nous avons constaté que la part des livraisons propres au e-commerce est passée d’environ 10 % en 2013 à plus de 20 % des volumes internationaux de DHL Express en 2016 », a déclaré Hennie Heymans, directeur général de DHL Express pour l’Afrique subsaharienne. « Cela a principalement été favorisé par la forte demande de biens de valeur sur le marché mondial, ainsi que par l’émergence des détaillants dont la présence s’élargit au-delà des frontières et qui ont donc besoin d’un service mondial de livraison porte à porte. Notre service On Demand Delivery a été développé dans le but principal de satisfaire les besoins de nos clients. Les e-commerçants et leurs clients continuent d’évoluer et nous devions faire en sorte que nos services continuent de dépasser les attentes de notre clientèle.

Le service On Demand Delivery est facile à utiliser et avantageux pour les expéditeurs et les destinataires. Le site est accessible depuis n’importe quel smartphone, tablette ou PC et propose aux destinataires jusqu’à six options de livraison. En 2017, le service On Demand Delivery sera disponible dans plus de 45 langues et sera déployé dans plus de 100 pays à travers le monde afin de couvrir la majeure partie du commerce électronique mondial et des activités de ventes en ligne

Tia Tanindranaza0 partages

Ambodivona Hohavaozina ny tsena sy ny toby fiantsonana fiarakodia

Tsy misy antsojay na fanilikilihana ny fanatsarana sy fanomezana endrika vaovao ny tsena sy ny toeram-piantsonana fiarakodia eny Ambodivona,

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy miteny fotsiny !

Raha nalaza ny “tsy hiala aho”, tamin’ny andron’ny amiraly, nanda tsy hiala koa ny rain’ny fihavanana tamin’ny fotoan’androny.

Mirija   

Tia Tanindranaza0 partages

Sendikan’ny mpampianatraTezitra amin’ny minisitera

Tapaka tanteraka ny fiaraha-miombon’antoka eo amin’ny minisiteran’ny fanabeazam-pirenena sy ny sendikan’ny mpampianatra malagasy.

 Izay no fanambarana niezinezina nataon-dry zareo eo anivon’ny kaonfederasion’ity sendika ity tetsy amin’ny Bon accueil Ambatonakanga omaly. Manomboka izao dia hijanona ho mpiara-miasa sisa izahay, hoy ireo mpampianatra. Anton’ny fanapahan-kevitra moa ny fahitan’ireto sendika ireto fa natao tsinontsinona ary nitsakitsahana ny fiaraha-miombon’antoka nisy teo amin’ny roa tonta izay napetraka ny 15 aprily 2014, fotoana nanendrena an’i Paul Rabary ho  minisitry ny fanabeazam-pirenena. Anisan’ny tena tsy levon’ny vavonin’ireo mpampianatra, raha ny fanazavana, ny fandikana ny lalàna napetraka tamin’ny aogositra 2007 izay mandidy ny mpivady hiara-honina rehefa misy famindrana toeram-piasana (affectation). Tao koa ny tsy fanajana ireo mpampianatra 55 taona no ho mihoatra. Olona miisa 57.742 no mampandeha ny rafi-panabeazana hatrany ifotony ka hatrany an-tampony, hoy ity kaonfederasionina ity, kanefa dia mbola toy izao hatrany ny tontolon’ny fanabeazana eto amintsika. Misy mpahay lalàna 5 amin’ireo ary misy mpandrindra fiarahamonina 30 ka noho izany hajao ny lalàna, hoy hatrany ireo mpampianatra.

Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanalam-baraka anaty facebookOlon'ny fitondrana no ao ambadika ?

Sesilany ny fanalam-baraka sy ny fanehoana teny mamoafady tao anaty vondrona facebook iray fantatra amin’ny anarana hoe “Ndao handalina politika avo lenta”, saingy toa afa-maina sy iniana tsy resahina ny momba ny mpandrindra io vondrona iray io.

 Teny tsy faneho masoandro no nivoaka ary saika isan’andro no nahitana izany teo aloha teo, kanefa tsy mba nisy ny fepetra noraisin’ny manampahefana fa dia navela handeha ho azy tsy nisy olana. Mpanao politika, olo-malaza, mpandraharaha… no efa lasibatra. Tsy mba toy ny zava-nisy natao tamin’ilay mpanakanto Hiary Rapanoelina izay nampidirina am-ponja vonjimaika mihitsy anefa ny natao tamin’ny mpandrindra io vondrona io, izay mpanao politika fantatra amin’ny anarana hoe R.A araka ny fanadihadiana natao. Mpanohana fatratra ny fanjakana HVM io mpanao politika io, ka izay no mety tsy hikitihana azy, hoy ny mpanara-baovao. Tsy mahagaga raha tsy mba voakitikitika sy tsy hiharan’ny lalàna satria akaikin' ny mpitondra. Iaraha-mahita sy iaraha-mahalala rahateo fa mpitondra fanjakana ny ankamaroan’ireo olona tompon’ny afera sy ny bizina maloto eto amin’ny firenena ary malalaka amin’izay rehetra atao fa tsy mba voafehin’ny lalàna. Tena baranahiny tanteraka ny zava-nisy ary tsy ho olon-tsotra mihitsy no hanana fahasahiana tsy roa aman-tany ka handeha hanao fanalam-baraka sy hamoaka tsiambaratelo ary handefa teny mamoafady any anaty tambajotran-tserasera. Nahoana no tsy nanokafana fanadihadiana sy nokarohana ny "administrateur" an'io pejy facebook io raha toa ka nofaizina ny mpikarakara ny pejy "fosafosa" ? Matoa ny fanjakana tsy mandray fepetra sy minia mikimpy manoloana izany, dia mety ho ny mpanao politika akaiky ny fitondrana na ny manampahefana ihany no ao ambadik’ireny zava-doza tsy faneho masoandro ireny.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Samy nandra mifanambaka !

Salama ve ry Jean a ! Inona indray no voandalana novatsiana avy any andrefan’ny nosy any e ? Manaiky anao izahay amin’ity fandikan-dalàna miharihary ataonao ity a !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanan’ny mpanohitra fanandevozanaNiova endrika ny fanandevozana

Mbola misy eto amintsika ny fanandevozana saingy miseho amin’ny endrika samihafa, hoy ry zareo avy eo anivon’ny fikambanana Za Malagasy manohitra ny fanandevozana,

 raha ny fanazavan’ny tompon’andraikitra iray tetsy amin’ny Le pavé Antaninarenina omaly. Ahitana izany, ohatra, ny toeram-piasana maro izay sahy mandika tsotra izao ireo fifanarahana (contrat) nifanaovany tamin’ireo mpiasa. Raha hitatitra mpianatra no nifanarahana dia lasa miitatra hatrany amina fitaterana mpiasa ilay izy na koa hoe fitondrana fiara vaventy. Noho ny fisian’ny toe-javatra tahaka izany indrindra dia hanatanteraka fampahafantarana ny momba ny zo maha olona eny ifotony ity fikambanana ity sady hanentana amin’ny fanatonana ireo tompon’andraiki-panjakana ihany raha sendra misy endrika fanandevozana mihatra amin’izy ireo.

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Printsy Albert II de Monaco Mitsidika fanintelony an’i Madagasikara

Hiompana betsaka amin’ny asa sosialy ny dian’ny printsy Alexandre Louis Pierre Grimaldi avy any Monaco eto Madagasikara manomboka anio ankoatra ny fihaonana amin’ireo tompon’andraiki-panjakana Malagasy.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raymond RanjevaMifandrirotra kanikanin-kena ny mpanao politika Malagasy

Tsy afa-miala amin’ny resaka fampihavanam-pirenena ny vahoaka Malagasy, hoy ny profesora Ranjeva Raymond.

Ramano F.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondrana ankehitrinyMiharihary ny tsy fahaiza-mitantana

Tamin’ny herinandro dia efa niaiky mihitsy ny minisitry ny fambolena sy ny fiompiana, Rivo Rakotovao fa miadana loatra ny fampandrosoam-pirenena eto amintsika,

 raha nanokatra atrikasa iray teny amin’ny Espace dera Tsiadana. Antony nilazany fa tsy mbola voavoly ny 80%-n’ny tany eto amintsika kanefa dia tantsaha mpamokatra ny 80%-n’ireo mponina. Izao izy vao nanazava fa hanao ezaka hihazakazaka hitadiavana fomba hahafahana mamboly na koa hoe manao zavatra amin’ireo tany tsy voasa ireo fa maika, hono, ny vahoaka. Nilaza koa ny minisitry ny jono, François Gilbert, fa nitombo ny taham-panondranana teto amintsika, raha izay lafiny izay, ny taona 2016 satria raha 375 miliara ariary talohan’ny novambra dia nahatratra hatrany amin’ny 500 miliara kosa iray volana taty aoriana. Tombanana hiakatra avo roa heny io amin’ity taona ity, raha ny filazany, saingy roa andro taorian’izay ihany dia mbola samy nanizingizina ireo mpahay toekarena sy mpandinika isan-karazany fa mibanaka loatra ny fari-dranomasintsika. Hatramina mpikambana avy eo anivon’ny foloalindahy aza dia sahy nilaza fa raha atao ny kajikajy tsotsotra tamin’ireo harena ankibon’ny tany sy an-dranomasina efa very teto amintsika dia farafahakeliny efa nahazo angidim-by miisa 100. Hatramin’izao anefa, hoy izy, dia tsy manana na dia angidim-by iray aza ny zandarimaria.

Mbola hipoka atrikasa

Na dia efa nandeha aza ny tsikera avy amina ankolafy maromaro noho ny fisian’ny atrikasa be loatra kanefa tsy hita avy eo izay tohiny dia mbola saika hahenoana izany hatrany, farafahakeliny, isaky ny herinandro. Nilaza ny minisitry ny harena ankibon’ny tany, Zafilahy Ying Vah, ny faran’ny herinandro teo fa sarotra ny mametraka ny sata vaovao mikasika ny harena ankibon’ny tany eto amintsika satria be loatra ireo hevitra voaray ary maro tamin’izany no tsy heno avy aty amin’ny fanjakana foibe. Mbola eo am-pamolavolana ny mikasika ny fametrahana ireo mpitandro filaminana misahana ny harena an-kibon’ny tany koa amin’izao fotoana izao ny minisitera. Tsara anefa ny manamarika hatrany fa mampiditra karazan-ketra maherin’ny 40 isa ihany koa ireo orinasa vaventy mpitrandraka harena ankibon’ny tany eto amintsika. Ambatovy manokana, ohatra, dia mampiditra hatrany amin’ny 150 miliara ariary isan-taona ho an’ny fanjakana malagasy. Inona no antony mbola mahabe ny kere sy ny mpatory an-dalana ary mampitotototo hitady famatsiam-bola ny fitondrana ankehitriny, indrindra fa mampidangana ny vidim-piainana eto?

Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Fanaovana « Visa » sy « Carte de Résident » hosokaLehilahy iray voasambotry ny zandary

Lehilahy iray no saron’ny zandary avy ao amin’ny « Direction de la Police Judiciaire » ao amin’ny Fibaikoana ny Zandarimariam-pirenena ny 23 febroary 2017 teo noho ny fanaovana « Visa sy Carte de resident » hosoka.

  Vokatry ny fiaraha-miasa avy amin’ny minisiteran’ny atitany no nahatrarana ity lehilahy ity. Efa azo ny fanampim-baovao momba ny fisiana tambajotrana mpanao hosoka eto Antananarivo izay mamitaka sy misoloky vahiny ka nisy avy hatrany ny fitoriana olon-tsy fantatra nalefan’ny minisiteran’ny atitany tany amin’ny zandary. Natao ny fanadihadiana ka ny ny alakamisy lasa teo dia tratra teny Ivandry teo amin’ny toeram-piantsonana fiarakodia ho an’ireo mpanjifa ao amina tsena lehibe iray ralehilahy rehefa avy nokarohana fatratra sy notsongoana dia nandritra ny volana vitsivitsy. Nanondro ny namany iray avy hatrany izay monina etsy Ambohimiandra izy saingy efa tafaporitsaka io namany io. Ny fisavana ny tranon’io farany io kosa dia nahazoana nanageja fitaovana maro avo lenta amin’ny fanotàna, fitombokase amin’ny anaran’ny minisiteran’ny atitany, pasipaoro sy carte de résident hosoka ary visa hosoka maro. Mbola nahatrarana basy poleta ihany koa tany amin’ny voarohirohy. Hiakatra fampanoavana anio 28 febroary ny raharaha ary mbola maro ny olona karohana.

 

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

BUS INTELLIGENT200 tapitrisa Ar no vidin’ny iray

Tsy araka ny nanampoizan’ny koperativa azy ny vidin’ilay “bus intelligent” an’ny orinasa ID Motors, izay kasain’ny fitondram-panjakana hampidirina eto an-drenivohitra sy ny manodidina.

 Tafakatra   200.000.000 Ar  mantsy ny vidin’ny iray  raha  araka ny fanadihadiana natao, mari-bola izay  nambaran’ireo koperativa sasany sendra ny gazety Tia tanindrazana fa mety tsy voaloa mihitsy na dia hibaby trosa hatramin’ny zanaka aman-jafy aza. 400 Ar  isaky ny mpandeha no hangonina, ny asa fanamboarana anefa tsy maintsy hatao eny anelanelany eny rehefa tojo fahasimbana ny fiara. Omaly no nanaovana andrana voalohany amin’ny fampiasana azy io eto an-drenivohitra,  mialoha ny hifampiresahan’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety, amin’ireo koperativa vonona handray sy haka ity fiarabe ity. Tsiahivina fa ireo toerana be mpianatra toy eny Ankatso sy Vontovorona no nambaran’ny filoham-pirenena fa tsy maintsy hampidirana voalohany ity fiarabe ity na dia misy amin’izy ireo aza no noraran’ny antokon-draharaha misahana ny fitaterana an-tanety  tsy  mahazo mampiditra fiara vaovao hitrandraka ny zotrany intsony.

Pati

Ino Vaovao0 partages

MAHAJANGA : Nampiadiana ireo mpanendaka hialana amin’ny fitsaram-bahoaka

Henon’ilay vehivavy ny tovolahy iray nisarika ny rojo volamena teny aminy. Rehefa nitodika ilay ramatoa dia daroka sy tosika no nahazo azy ary lasan’ilay jiolahy ny firavaka. Nifanenjehan’ny olona avy hatrany izy ary tratra.

Efa vonona hanao fitsaram-bahoaka ny olona fa ilay ramatoa voaendaka no tsy nanaiky satria tsy ho hita ny fananany. Mbola tratra teny aminy ny rojo fa ny ‘pendentif’ kosa no tsy hita. Nentina tany amin’ny Polisy monisipaly izy hohadihadiana. Tsy nanaiky anefa ny olona fa nitady hatrany ny hanaovana fitsam-bahoaka azy ireo.

Jiolahy iray faha koa no azo noho ny harom-paosy sy sinto-mahery, io alahady io ihany. Nihamaro hatrany ny olona nitady azy ireo havoaka hanaovana fitsaram-bahoaka. Mba hiarovana ny ain’izy ireo dia nasain’ny Kaomisera niady ireo jiolahy. Nifamely teo izy ireo. Ilay mpangalatra rojo nazoto ary namely fa ilay nifanandrina taminy tsy dia namely mafy. Nidina ny mari-pana fa lasa nijery moraingy ireo olona maro efa vonona ny hanao fitsaram-bahoaka teo. Lasa fihomehezana aza ny niafarany. Ilay mpangalatra volamena ny nivoaka mpandresy. Ilay nifanandrina taminy kosa dia vizana tanteraka.

Na tsy nanao fitsaram-bahoaka aza ireo vahoaka vory teo dia afa-po ihany fa nahazo ny anjarany ireo mpangalatra, saingy tsy nisy kosa ny aina nafoy… Asa lahy raha mba ho anatra ho an’ireto jiolahy ny nahazo azy.

Mazana mantsy dia ireo mpangalatra efa tratra sy misazy hatrany no miverina manao ny asa ratsiny raha vao tafavoaka ny fonja. Mbola mandeha ny fanadihadiana azy ireoVanessa

Ino Vaovao0 partages

FIANTSONAN’NY FIARA : Mirongatra ny tsindron’antsy eo amin’ny “arrêt”-n’i Mahitsy

Araka ny tatitra voaray teo anivon’ny fokontany dia lasibatra hatramin’ireo olona any anaty taksibe izay mandalo eo. Fantatra fa izay manohitra azy ireo dia iharan’ny tsindron’antsy avy hatrany.

Ny zoma sy ny sabotsy lasa teo dia nahatratra enina ireo olona voaendaka teny an-toerana.

Mpandeha an-tongotra ny efatra ary olona tao anaty taksibe ny roa. Araka ny fanazavana voaray teny an-toerana dia efa tilian’ireo olon-dratsy mialoha izay olona ho lasibatra, ka rehefa mahazo lalana maizimaizina iny no manararaotra izy ireo. Nisy tamin’ireo olona ireo no very vola, finday, “tablette”, paoketra nisy antontan-taratasy sy ny sisa.

Ny tao anaty taksibe kosa indray raha ny fitarainana voaray dia vola vao avy nalaina tany amin’ny banky no lasan’ireo mpanendaka. Tsy fantatra ny totaliny. Nitsoaka tany amin’ny lalam-by ireo mpanendaka rehefa avy manao ny asa ratsiny ary mivoaka any amin’ny lalam-baovao avy eo.

Efa nisy ny paikady napetraky ny teo anivon’ny Fokontany ny amin’ny hametrahana ireo vaomieran’ny fandriampahalemana ary miara-miasa amin’ny mpitandro filaminana ihany koa izy ireo.

Olana eny anivon’ny Fokontany ny tsy fisian’ny takamoa eny amin’ny andrin-jiro,ka manararaotra ireo olon-dratsy. Koa mangataka amin’ny tompon’andraikitra mahefa mba hijery akaiky ity olan’ny tsy fandriampahalemana eny amin’ny toeram-piantsonan’ny taksiborosy mankeny Mahitsy, ny tompon’andraikitra eo anivon’ny fokontany, fa maro ireo fitarainana voaray mikasika izany.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

CENTRE DE PEPINIERE D’ENTREPRISE : Nahazo ny laharana voalohany i Murielle Daniella

Fiaraha-miasa izay mifantoka betsaka amin’ny sehatry ny fanadiovana sy ny asa fampivoarana ny tanàna.

Ny volana novambra dia nitsiky tamin’ireo tanora ny fiaraha-miasa dia ny fanomezana sehatra azy ireo amin’ny tontolon’ny fandraharahana, ka nametraka ny ivon-toerana ho taninketsa na « centre de pepinière » eo ampitan’ny hopitaly kely.

Tamin’izany no nametrahana ny fifaninanana misokatra ho an’ny tanora amin’ny fanodinana ny akora plastika na zavatra tsy azo ampiasaina intsony hahazoana fitaovana hafa. Ny volana desambra 2016 no nisokatra izany fifaninanana izany ka nahatratra 38 ireo tetik’asa voaray, fa ny 13 tamin’izany no voasivana ary nandalo mpitsara miisa 12, ny talata 14 febrory lasa teo. Tanjon’ny fifaninanana ny fampidirana eto Toamasina ny tetikasa mifototra amin’ny fampiasana ireo zavatra heverina ho tsy ilaina intsony nefa azo ampiasaina indray.

Ankoatra izay, tanjona kendrena ihany koa ny fivoizana toe-tsaina ho tia manangana orinasa sy fampifandraisana ireo mpandraharaha tranainy amin’ireo tanora manana tetik’asa.

Nomena tosika ireo tanora telo voalohany

Voafidy ho tetik’asa mendrika ary nahazo ny laharana voalohany tamin’izany ny tetik’asa noentin’i Murielle Daniella, izay miompana amin’ny fanodinana akora plastika ho lasa biriky. Teo amin’ny laharana faharoa kosa ny tetik’asa naroson’i Parfait Rasoloharisoa izay niompana amin’ny fiompiana kankana sy fanamboarana zezika avy amin’ny kankana. Soloheritiana Victor kosa no teo amin’ny laharana fahatelo izay nitondra paika sy tetik’asa fanesorana fako ao bazary kely sy fampiasana “bambou”.

Loka 1.500 000 Ariary no azon’ny voalohany raha 1.000.000 Ariary kosa ny an’ny laharana faharoa sy fahatelo. Omena birao manokana ao amin’ny “Centre Pepinière d’entreprise” ihany koa izy ireo ary hampifandraisana amin’ireo mpandraharaha tranainy hanampy azy ireo amin’ny fananganana ilay orinasa voafaritra ao anatin’ilay tetik’ asa, izay hatramin’ny volana desambra 2018.

Tahiana Randriarimanana, tanora malagasy mpandraharaha nahazo ny loka tanora mpandraharaha mendrika indrindra aty Afrika (Anzisha Prize 2016), no ray mpiahy ny fifaninanana andiany voalohany ity. Araka izany, ny 15 febroary lasa teo no navoaka tamin’ny fomba ofisialy ireto andiany voalohany ireto.

Misokatra ho an’olona manana tetikasa

Araka ny fanazavana noentin’i Lalaina Ratsirahonana tompon’andraikitra voalohany « Pépinière d’entreprise de Tamatave » fa : « tsy voatery miandry fifaninanana akory vao afaka manatona ity « centre Pépinière d’entreprises » ity. Afaka manatona hatrany izay olona manana tetikasa mifandraika amin’ny vinan’ny Pépinière d’entreprises. Anisany mason-tsivana amin’izany ny fisian’ny akora ampiasaina eto Toamasina ».

Tosika ho an’ireo olona hanangana orinasa arak’izany ny ity « Centre Pépinière d’entreprises » ity.

Ravo

Ino Vaovao0 partages

MALAGASY : Mahavelona ny famokarana sarimihetsika raha tsy misy ny hosoka

“Fatiantoka tsy hita pesipesenina no lanjain’ireo mpamokatra amin’izany satria vola an-tapitrisany maro vao mahavita mamoaka horonantsarimihetsika ao anaty kapila maromaro kanefa azon’ireo mpanao piraty ambongadiny fotsiny izany”, araka ny fanazavana noentin’ny Tale jeneralin’ny trano mpamokatra MIP (Madagascar Island Pictures), Tovondrainy Réné Fulgence.

Nambarany ihany koa fa “mahavelona tsara ny famokarana horonantsary eto amintsika raha tsy misy ny hosoka, ary manjifa ny orizinaly avokoa ny olona rehetra”. Fantatra io nandritra ny fampahafantarana ny fivoahan’ilay horonantsary mihetsika malagasy “Malaso 2”, omaly. Manomboka ny zoma ho avy no hiseho voalohany etsy Soarano ny horonantsary ka ireo mpilalao, ny mpamokatra sy ireo vahiny nasaina manokana fotsiny ihany no hijery izany fa mbola tsy natao ho an’ny sarambem-bahoaka aloha. Aorian’izay hitety faritra maro manerana ny Nosy izy ireo, toy ny any Toliara, Toamasina, Morondava, Antsirabe.

Tao anatin’ny roa volana no nanantontosana ny horonantsary ary tany amin’ny Faritra Ihorombe no nanaovana ny fanodinana izany. Araka ny fanazavana avy amin’ny Talen’ny trano famokarana hatrany dia miteti-bidy hatrany amin’ny 100 tapitrisia Ariary ny enti-manana nanatontosana ny sarimihetsika.

Manoloana ny firongatry ny piraty sy ny hosoka amin’izao dia manao antso avo amin’ny fanjakana mahefa ny tompon’andraikitra mba handray fepetra faran’izay hentitra mba tsy hamono antoka ny mpanakanto malagasy.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

MPAMPIANATRA MPIKAROKA : “Manahy ny hisian’ny ady an-trano noho ny tsy fahaiza-mitantana”

Teo ihany koa ny tsikera izay efa nataon’izy ireo, fa variana amin’ny fitetezam-paritra ny Fitondrana ary manao fampielezan-kevitra mialoha ny fotoana, fa tsy mijery ny fahasahiranan’ny vahoaka. 

Voalazan’io fanambaràna io ihany koa fa “manahy ny hisian’ny ady an-trano noho ny tsy fahaizan’ny mpitondra mitantana eto amin’ny firenena, ny mpampianatra mpikaroka”. Anisan’izany ny tsy fandraisana andraikitra nataon’ny Mpitondra tamin’ny fitsaram-bahoaka nisesy tany amin’ny faritany, na tamin’ny taon-dasa izany na tamin’ity taona ity, izay nahazo vahana roa volana teo izay.

Ny farany, teo izay niseho tany Befandriana Avaratra, ka nahafatesana Polisy roa. Ny delestazy lavareny izay nampimenomenona ny maro. Ny tsy fandriampahalemana izay nahazo vahana. Ny fiakaran’ny vidim-piainana, izay tsy voafehin’ny mpitondra, sns… Noho ireo antony ireo dia raha tsy misy ny fandraisana andraikitra ataon’ny Mpitondra dia mety hikorontana tanteraka ny Firenena. 

“Tsy vitan’izay, fa ny tsy fahaizana mitantana ny Firenena amin’ny ankapobeny no mahatonga izany olana izany, satria tsy voafehy ny mpitondra”, hoy hatrany ny fanambaràna nataon’ny mpampianatra mpikaroka.

RaJean

Ino Vaovao0 partages

MILA FANOHANANA MAFY : Voalohany amin’ny tsy fanjarian- tsakafo mitarazoka i Vakinakaratra

Fantatra tao ao aorian’ny fanadihadiana nataon’ny Ofisy nasionaly momba ny fanjarian-tsakafo (ONN)  fa ny 30% n’ny zaza latsaky ny 5 taona eto Madagasikara dia mbola tratran’ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka ary i Vakinankaratra no mitazona ny laharana voalohany amin’izany satria dia mbola mahatratra hatrany amin’ny 60% raha 75% izany ny taona 2015.

«  Tsy maintsy hapetraka ny paik’ady sy ny vahaolana maharitra mba hitsinjovana ny zaza Malagasy ka tafiditra ao anatin’izany ny fanamafisana ny sakafon’ny zaza amin’ny alalan’ny "Zaza Tomady"  », hoy ny minisitry Fahasalam-bahoaka, ny profesora Andriamanarivo Mamy Lalatiana. Ity zaza tomady ity dia fanampin-tsakafo homena ny zaza isan’andro ary isan’ireo be otrikaina tokoa satria dia ny fonosana kely iray dia ahitàna vitamina 15, ka voakasiky ny ezaka ireo zaza 6 hatramin’ny 23 Volana.

Tao amin’ny Distrikan’i Faratsiho no natao ny fampahafantarana ity «  Zaza tomady  » ity tamin’ny fomba ofisialy eo amin’ny sehatra nasionaly, ny faran’ny herinandro. Samy nanamafy ny rehetra nandritra ny fandraisam-pitenenana fa ny tsy fahaizana mampiasa ireo vokatra misy no isan’ny mahatonga ny tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka eo amin’ireo zaza. Azo raisina ohatra akaiky i Vakinakaratra, izay tena manan-karena eo amin’ireo vokatra legioma sy voankazo nefa mbola manana taha avo dia avo. Tsy tokony ho ekena izany, hoy ny Lehiben’ny Faritra Vakinankaratra, ny Jeneraly Rakotonarivo  William, fa mila manova fihetsika ny rehetra eo amin’ny fikarakarana ny sakafo.

Nanombohana ny hetsika i Faratsiho satria fantatra ihany koa fa raha ny eto Vakinankaratra dia ity Distrika ity no manana taha avo indrindra eo amin’izay tsy fanjarian-tsakafo mitarazoka izay. Fanombohana ny zoma teo fa mbola hisy ny fitetezana ireo Kaominina rehetra ao anatin’ity Distrika ity. Mpiara- miombon’antoka amin’ny fanapariahana ny «  Zaza Tomady  » ny minisiteran’ny Fahasalamam-bahoaka, ny Usaid, ny PSI ary ny ONN.

Tiaray R

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA OTIV BOENY : Haiditra am-ponja avy hatrany ireo nanodinkodim-bola

Tao amin’ny Sunny Hôtel  no natao ny fihaonana. Nangatahan’ireo mpametra-bola  ny hanafainganana ny fanefana ny volan’izy ireo. Ny minisiteran’ny Tetibola sy ny vola no tompon’andraikitra mivantana ary ny Banky foibe sy ny Commission de Supervision Bancaire et financière na CSBF no mpiantoka. Izany hoe volam-bahoaka izany no handoavana ireo volan’ny mpametra-bola nanjavona tao amin’ny OTIV Boeny. Ny soson-kevitra avy tamin’ny mpitantana vonjimaika dia ny hanomezana ny OTIV Boeny ho an’ny orinasa vonona ny handray sy hanarina azy. 

Niangavy ny Filohan’ny Repoblika izy ireo hanery ny minisitry ny Vola sy ny tetibola hamaha ny olana, izany hoe mbola ny volam-bahoaka hatrany no hanentsina ny banga. Miisa5 0.000 ireo lasibatra amin’ity raharaha OTIV Boeny ity.  Efa nisy ny fitsirihana ny kaonty saingy iniana mbola tsy avoaka ampahibemaso ny vokany, ka mahatonga ny mpametra-bola miahiahy fa misy tsikombakomba amin’ny any ambony ny raharaha. Mandeha rahateo ny resaka fa tompon’andraikitra ambony eto amin’ny Firenena no anisan’ny niara-nandoatra ireo volan’olona ireo tao amin’ny OTIV Boeny, ka mahatonga ny raharaha hitarozaka hatramin’izao. 

“Tsy miaro izay mety ho nanodinkodina ny volan’ny OTIV Boeny ny HVM, hoy kosa ny minisitra sady filoha nasionalin’ny HVM, ka rehefa voaporofo fa nanodinkodim-bola ilay mpitantana dia ampidirina am-ponja. Nampiany fa “tokony ho ny tatitra marina no omena ny mpanjifany OTIV Boeny”. Hatreto anefa dia resaka am-bavahady sy fampandriana adrisa hatrany no natao an’ ireo mpametra-bola, izay mbola tsy nametraka fitoriana akory, fa miandry sy manantena ny raharaham-pihavanana hamaha olana azy ireo. Matahotra mantsy izy ireo fa raha mitory dia ho very tanteraka ny volany. Tsy ny hampigadra ny tompon’andraikitra no tanjon’izy ireo fa ny hamerina ny volany. Ny mpitondra sy ny Fitsarana ary ny tompon’andraikitra isan-tsokajiny rahateo tsy nisy nihetsika mihitsy fa samy nanao  tazan-davitra. Andrasana, araka izany, ny vahaolana avy amin’ny Fanjakana anatiny fotoana fohy.

Araka ny kajikajy politikan’ny tambajotra miaro ny zon’ny mpanjifa dia ho maro ny vato very amin’ny fifidianana 2018 raha toa ka tsy voavaha io olana io satria miisa 50.000 be izao ireo mpikambana very vola, izay samy manana fianakaviana sy namana ka mety ho avo10  heny ireo voakasika. Marihina fa ny Filoham-pirenena no naniraka ny hisian’io fihaonana io.

Vanessa

Madagascar Tribune0 partages

Un an après, les 21 engagements d’Ambovombe enterrés et oubliés ?

Il y un an, plus exactement le 21 février 2016, le gouvernement HVM a publié et déclaré en grande pompe les fameux « 21 engagements d’Ambovombe » afin de mettre fin au kere. Ceci suite aux indignations des citoyens, société civile et communauté internationale sur la passivité de ce régime face à la détresse de la population du Sud. Car au début, le Chef de l’Etat lui-même a nié l’existence de kere dans le Sud.

Il y a un an, les 4X4 rutilants des princes qui nous gouvernent se sont paradés devant les affamés du Sud, la ministre de la population Onitiana Realy a versé des larmes et 10 ministres du gouvernement ont signé et publié « les 21 engagements d’Ambovombe » qui prévoient entre autres : l’approvisionnement en eau du Grand Sud à travers la réhabilitation, la construction et la pérennisation d’impluvium ; micro-irrigation, réhabilitation des RN10-RN13-RN17…..

Un an après la communauté internationale se démène pour venir en aide aux victimes du kere dans le Sud de Madagascar.

Un an après, l’ambassadeur des Etats-Unis à Madagascar, Robert Yamate, note l’importance d’une « déclaration formelle d’urgence venant de Madagascar qui peut ouvrir plus d’options pour la communauté internationale pour réagir et pour fournir davantage d’aides ». Les Etats-Unis qui au début du mois de février, viennent encore de fournir une enveloppe d’aide supplémentaire de 2,7 millions de dollars pour les secours d’urgence, dans la mesure où « l’urgence dans le Sud de Madagascar continue durant la période de soudure entre les récoltes ».

Un an après, le système des Nations Unies, FAO, PAM, UNICEF ne cessent d’appeler à l’aide pour les déshérités du Sud de Madagascar. C’était vers la fin de l’année 2016 mais encore valable aujourd’hui. Chris Nikoi, Directeur Régional du PAM pour la région du sud de l’Afrique s’alarme : " Ce sont des gens qui vivent au bord du désastre.

Beaucoup n’ont rien d’autres à manger que des fruits sauvages. Nous devons agir ensemble maintenant pour sauver des vies et donner de l’espoir pour l’avenir ». Beaucoup de ménages ont eu recours à la mendicité, à la vente de leurs terres ou de leurs biens, ou à la consommation de leurs stocks de semence afin de survivre. Dans ces conditions difficiles, les enfants sont souvent retirés de l’école pour chercher de l’argent, de la nourriture, du bois et de l’eau, dans une partie du pays où les enfants souffrent déjà de multiples privations.

« Près de la moitié des enfants à Madagascar souffrent de malnutrition chronique ou en retard de croissance », explique Leila Gharagozloo-Pakkala, Directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique orientale et australe. "Les risques de retard de croissance condamnent les enfants à vie avec une mauvaise santé et une pauvreté accrue. Dans le Sud, les enfants souffrent également de la malnutrition aiguë. Nous pouvons et nous devons faire mieux pour ces enfants. » « Le coût de l’inaction ou encore du retard de notre réponse est trop horrible à envisager », a déclaré David Phiri, Coordonnateur sous régional de la FAO pour l’Afrique australe.

Un an après, près d’un million de personne sont affamés dans le Sud. Un an après, le régime HVM prépare le deuxième mandat du Chef de l’Etat en 2018. Un an après le gouvernement fait comme si de rien n’était. Cela au moins, cela n’a pas changé !

Madagascar Tribune0 partages

Les enseignants de nouveau en grève

Arrêt de travail. Les enseignants et membres du personnel administratif regroupés dans la plateforme des associations et des syndicats de l’éducation à Madagascar (PASEM) ont lancé, hier, une grève de 72 heures, pour réclamer les 50 000 ariary, reliquat de l’indemnité que l’Etat a prévu d’octroyer aux enseignants et aux membres du personnel administratif du ministère de l’Education nationale, et de l’enseignement technique et professionnel (MENETP) au mois de janvier dernier.

« Après l’ultimatum de 72 heures lancé à l’Etat pour qu’il réponde à nos revendications dans l’accord signé en juillet 2018, pour le versement dans nos bons de caisse du reste de l’indemnité promise, l’assemblée générale des enseignants et du personnel administratif a décidé d’entamer une grève du mardi 3 au jeudi 5 mars prochain », a déclaré Rakotondrainibe Besa Josefa, coordonnateur du PASEM, hier, à Ampefiloha.

Pendant ces trois jours de grève d’alerte, les grévistes d’Antananarivo rejoindront le ministère central (MENETP) à Anosy, tandis que ceux des régions rallieront le bureau de la circonscription scolaire (Cisco) ou celui de la Direction régionale de l’éducation nationale et de l’enseignement technique et professionnel(DRENETP), précise le PASEM. 

En cours

Par ailleurs, le recrutement des 8 000 enseignants payés par l’association des parents d’élèves ou Fram, la bonification des enseignants Fram et des vacataires, et le recrutement d’enseignants de catégories 3 et 4 formés dans les Centres régionaux de l’institut national de formation pédagogique (CRINFP), sont parmi leurs revendications.

Face à cette déclaration du PASEM, le MENETP a répondu par le biais de la nouvelle ministre, Rijasoa Josoa Andriamanana, hier, au siège du ministère central. « Le ministère sait que les enseignants et le personnel administratif attendent des éclaircissements concernant le paiement de l’indemnité promise dans l’accord signé en juillet 2018 à la Primature, à Mahazoarivo. Le ministère cherche depuis longtemps tous les moyens pour mettre en œuvre cet accord. Le gouvernement et le ministère sont dans la phase finale des étapes menant à la solution des attentes des enseignants et du personnel administratif », a affirmé la ministre.

De son côté, le PASEM persiste, il ne reculera pas la grève prévue la semaine prochaine même si le ministère a promis que le paiement de l’indemnité se fera prochainement. « Nous ne pouvons plus reculer car nous avons déjà réclamé la solution auprès du ministère il y a un mois. Sa réponse n’est venu qu’après notre décision de faire grève », selon un enseignant dans un lycée de la capitale. Dans les régions, certains enseignants refusent tout simplement de reprendre les cours qu’après paiement de cette indemnité.

Après la polémique sur l’affaire du "panier garni" qui a valu la fermeture des établissements scolaires publiques durant quelques jours, les enseignants reviennent ainsi à la charge. Ils semblent avoir trouvé le bon moyen pour faire pression sur les autorités en entamant des grèves à chaque revendication non satisfaite. Malheureusement, ce sont les élèves qui se retrouvent toujours victimes de la situation, l’année scolaire déjà courte, sera une fois de plus écourtée.

Madagascar Tribune0 partages

Le Ministère de la santé incite la population à adhérer à une assurance santé

Dans le cadre de la mise en place de la couverture de santé universelle (CSU) à Madagascar, le ministère de la Santé publique lancera prochainement une nouvelle campagne au niveau des districts pour inciter la population à intégrer les systèmes d’assurance-santé existants dans le pays. Une réunion de validation du curriculum de formation des formateurs en visite à domicile et en dialogue communautaire sur la CSU est en cours pendant une semaine à Ampefy et se termine ce jour.

« Pour le moment, nous sommes dans la phase de la formulation des messages à véhiculer pour inciter toutes les couches de la population à entrer dans les systèmes d’assurance-santé existants tels que les Assurances, les Mutuelles, les Coopératives, etc.… L’objectif est d’inculquer aux gens l’habitude de cotiser dans ces systèmes d’assurance-santé privés, pour qu’ils puissent obtenir des services de santé gratuits de la part de ces systèmes privés actuels, en échange de leurs cotisations, et ce, avant la mise en place officielle de la Caisse nationale de solidarité santé (CNSS) », selon une source auprès du ministère de la Santé.

Cette source a souligné qu’après cette réunion, le ministère procédera à des signatures de convention et de coopération avec les assurances-santé existant dans le pays.

« Le but du ministère est d’orienter le public à prévenir les problèmes liés au manque d’argent en cas d’une maladie subite dans la famille, en cotisant dans les assurances-santé. Chacun a le droit de choisir l’assurance dont il veut être membre, et y cotiser au tarif existant », selon toujours les explications.

En 2015, les autorités ont pris la décision d’élaborer une Stratégie Nationale sur la Couverture Santé Universelle (SN-CSU), qui se traduit par une approche globale de la protection des populations en leur donnant accès à des soins de santé de qualité et abordables. La stratégie se base sur un mécanisme d’assurance maladie qui inclut une Caisse nationale de solidarité pour la santé (CNSS), et un fonds dédié pour mettre en commun des financements et subventionner les cotisations des individus les plus pauvres. Le gouvernement procède actuellement à des essais pilotes de ce mécanisme dans trois districts répartis sur trois régions.

A Madagascar, seuls 8% de la population sont affiliés à l’assurance santé, que ce soit dans le domaine privé ou public.

Madagascar Tribune0 partages

Une session extraordinaire pour ratifier les ordonnances prises par Andry Rajoelina

Les sénateurs et les députés sont convoqués à une session parlementaire extraordinaire à partir du 4 mars. La ratification des 9 projets de loi des ordonnances prises en conseil des ministres par le président de la République en 2019, avant la reprise des fonctions de l’Assemblée nationale est à l’ordre du jour.

Cette décision a notamment été prise après l’avis de la HCC du 5 février 2020, relative à la requête aux fins de caducité d’ordonnances déposée par le président du Sénat. Dans son article 2 relative à cette décision, la HCC a indique que « Le Gouvernement doit régulariser le dépôt des projets de loi de ratification au cours de la prochaine session du Parlement, sous peine de caducité des ordonnances prises par le Président de la République en 2019. »

Au mois de janvier, Rivo Rakotovao avait saisi la haute juridiction parce qu’aucun projet de loi de ratification des ordonnances du président de la République en 2019 n’a été déposé pour ratification aux niveaux des deux chambres lors de la deuxième session parlementaire en 2019. Or, les décisions prises un an plus tôt par la HCC concernant la délégation de pouvoir de légiférer au président de la République l’exigeaient.

Tananews0 partages

La Jiramaty prévoit un retour à l’équilibre budgétaire en 2020

Donc au final je résoudrai les problèmes de la Jirama en 300 mois.

L’électeur appréciera donc la compétence.

Ainsi que les problèmes d’ivrognes de campagne électorale.

Tananews0 partages

Jirama : de nouveau les micro-coupures

Après quelques jours d’accalmie, revoila de nouveau les micro-coupures.

Prélude aux coupures franches ?

Qu’est-ce qui se passe encore ? Manque de pluies ? De carburant ?

Midi Madagasikara0 partages

Mahajanga : Fiaran’ny mpiambina ny Filoham-pirenena nandona taxi-be

Olona dimy no naratra mafy. Izay no vokatry ny lozam-pifamoivoizana nitranga tao Mahajangabe omaly, raha nodomin’ny fiaran’ny mpiambina ny Filoham-pirenena ny taxi-be iray nanala olona tao an-toerana. Tokony ho tamin’ny iray ora tany ho any no nitrangan’ny loza, araka ny fampitam-baovao tany an-toerana. Avy nanatitra ny Filoham-pirenena tany amin’ny seranam-piaramanidina ireo mpiambina azy ireto, izay nandeha fiara tsy mataho-dalana iray. Tsy fantatra mazava anefa izay nahazo ny mpamily teny an-dalana, fa tsy voatanany intsony ny familiana. Nivantana avy hatrany tany amina fiara fitateram-bahoaka iray, nanala olona ity fiara 4×4 ity, ary namarana ny diany teny amina vodi-hazo teo akaiky teo ihany. Mafy dia mafy ny fifandonana satria dia nikisaka niala teo ami’ny arabe mihitsy ilay taxibe. Potika tanteraka kosa ny lohan’ilay 4×4. Olona efatra no naratra tao anatin’ilay fiara mpitatitra olona : ilay mpanampin’ny mpamily izay mbola variana nanala olona, ary mpandeha telo. Fa ankoatra izay dia zandary iray tao anatin’ilay fiara nisy ireo mpiambina ny filoha kosa no naratra mafy, izay voatery nosokirina tao anaty fiara, raha ny loharanom-baovao hatrany. Hatreto dia mbola tsy fantatra izay tena antony nahatonga ity loza ity fa efa nanokatra ny fanadihadiana ireo tompon’andraikitra amin’izany. Nentina avy hatrany tany amin’ny hôpitalin’Androva kosa ireo naratra vokatr’ity loza ity.

m.L

L'express de Madagascar0 partages

Affaire Befandriana-Nord – Mise en garde présidentielle

Le chef de l’État a signifié qu’aucun incendie criminel impliquant éventuellement des agents de l’État ne saurait être laissé impuni. La police se défend farouchement.

L’épée de Damoclès suspendue au-dessus de la police nationale. « L’enquête est en cours pour ce qui est des villages brûlés à Antsakabary Befandriana-Nord. Aucun incendie criminel ne saurait être toléré, surtout s’il a été commis par des agents  de l’État», a mis en garde le président de la République Hery Rajaonarimampianina à l’occasion d’une rencontre avec les étudiants et les entrepreneurs à Mahajanga avant-hier.Bien que clouée au pilori par les sinistrés, le syndicat des magistrats de Madagascar, des gendarmes, des chefs fokontany, la députée de Befandriana-Nord ainsi que le clergé, la police continue à se défendre.Dans un communiqué publié, ce jour, dans la presse écrite, le Ministère de la sécurité publique (MSP) dénonce  des dessous politiques et accuse des groupes de personnes et différentes associations de propager des informations non vérifiées et de faire  des déclarations visant à ternir l’image de la police nationale.Dans la même insertion, la police soulève la responsabilité du chef district de Befandriana-Nord, mettant en avant que l’agent et le brigadier de police assassinés par la foule à Antsakabary, y ont été envoyés par le chef district.Les deux policiers ont été dépêchés dans le fokontany de Tavenina à Antsakabary, pour procéder à l’arrestation d’un individu, poursuivi par son voisin pour avoir tué une cane.Après l’arrestation, le brigadier et l’agent ont soupçonnés d’avoir racketté des villageois lors du contrôle de cartes d’identité nationales et d’autorisation de coupe pour des bois qu’ils ont retrouvés sur un individu.

DouteAprès que la rumeur ait fait le tour des environs, les deux policiers ont été tenaillés par la foule à la sortie du village d’Ambala­manga, où ils ont été lapidés et tués de plusieurs coups de couteau.Leurs bourreaux ont fait main basse sur les munitions de leur kalachnikov et de  leur pistolet automatique.Outre les 40 policiers de Mahajanga et d’Antsohihy, soupçonnés d’avoir brûlé les villages, 13 éléments ont été envoyés depuis la capitale, dont des enquêteurs de la brigade criminelle et de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Cette dernière est saisie des méfaits contre lesquels des éléments de la police pourraient être incriminés.Pour ce qui est du double meurtre de policiers, jusqu’à 400 personnes ont été arrêtées dans les villages réduits en cendres lors du passage sur place du peloton, mardi dernier. Conduits à pied jusqu’à Befandriana-Nord sur une longue route impraticable de 70 kilomètres, la plupart d’entre eux ont été relâchés en chemin. Ce jour, 31 personnes seront entendues devant le parquet à Antsohihy. Parmi elles figurent des présumés auteurs et commanditaires ainsi que des témoins.L’enquête sur l’incendie criminel n’est pas encore abordée. Dimanche, une délagation gouvernementale conduite par le ministre de l’Aménagement du territoire Narson Rafidimanana s’est rendue à Antsohihy.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

 « Feo tokana, gitara iray » – Vingt-quatre candidats sortent du lot 

L’émission de télé-crochet « Feo tokana, gitara iray » accroche le public de la RTA depuis deux semaines. Une véritable aubaine pour les  24 candidats qui ont surmonté les épreuves.

Un rendez-vous exceptionnel à suivre au quotidien sur la chaine de la Ratdio television Analamanga (RTA) depuis plus de deux semaines, le télé-crochet « Feo tokana, gitara iray » continue à émerveiller le public mélomane de la Grande île par la créativité et le talent de ses concurrents. Une véritable exception en matière de divertissement audiovisuel, l’émission entamera prochainement sa phase finale au-delà de la deuxième sélection de ses candidats qui a été diffusée samedi dernier.Porté par un jury de prestige, d’expérience et de renom, le télé-crochet surprend aussi bien qu’il envoûte ses participants. Il illustre brillamment la passion et la persévérance des jeunes artistes qui souhaitent faire valoir leurs créations. S’ils étaient plus d’une centaine au départ, originaires, entre autres, d’Antsirabe, Toamasina, Mahajanga et Antananarivo, ils ne sont plus, désormais, que 24 à s’élancer pour les huitièmes de finale qui seront diffusées ce 4 mars à partir de 20h30, sur la RTA. « Ce concours est pour nous une aubaine, une manière de nous redécouvrir. D’autant plus que d’entrée, on a tous un bon niveau et qu’on a déjà nos propres compositions. On donne tous le meilleur de nous-mêmes. On apprend autant du jury que de chacun de nous-mêmes » confie Koloina Sandrinah Rakotomanga, la seule fille en compétition avec sa chanson « Dada tiako ».

 Fierté et patriotisme« Pour ma part, c’est un plaisir de participer à ce télé-crochet, car il me permet de véhiculer librement cet attachement que j’ai pour la culture du terroir, à l’instar des mélodies paysannes ornées d’humilité qu’Erick Manana se plaît toujours à chanter », souligne Tsiaro Rakotoarimanana avec sa chanson « Iny ambanivolo iny ».Fédérateur de talents, enjoué, et resplendissant d’un folklore propre aux valeurs musicales et culturelles du pays, « Feo tokana, gitara iray » s’affirme comme une plateforme inédite initiée par la chaîne RTA. Ceci cadre avec la célébration des 40 ans de scène d’Erick Manana qui parraine l’émission. De quoi susciter encore plus l’engouement des concurrents à aller de l’avant, puisque le premier prix du concours consiste à partager la scène avec ce chanteur qu’ils affectionnent particulièrement. Cette occasion exceptionnelle aura lieu sur la scène du Casino de Paris, le 12 mai. Un privilège que le grand gagnant aura le plaisir de savourer.De leur côté, au fil de l’aventure, tous les concurrents à « Feo tokana, gitara iray » ont déjà la chance de se faire connaître du grand public tout au long de la diffusion. « Je suis plus que fier de l’intérêt que ces jeunes portent à ce genre de musique. Je suis content de découvrir, qu’il y a encore une jeunesse soucieuse de faire valoir son vrai potentiel et son attachement pour sa patrie, en ayant la même vision que nous les aînés », affirme Dama, membre du jury.La suite de l’aventure  « Feo tokana, gitara iray » est à suivre sur la RTA au quotidien à partir de 19h30.Rendez-vous est donné ce samedi pour les huitièmes de finale dès 20h30. Princio et Randran-Telo seront les invités, tandis que Heritiana du groupe Rebika et l’illustre bassiste Fanaiky accompagneront Kolibera, cette fois-ci en tant que membres du jury.

 Andry Patrick Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Météorologie – Un cyclone pourrait se former vers la fin de la semaine

Une perturbation cyclonique pourrait se former vers la fin de cette semaine, dans le Sud-Ouest de l’océan Indien. Rivo Randrianarison, chef prévisionniste du service de la Prévision météorologique à Ampan­dria­nomby, a souligné hier, dans un communiqué spécial, le risque de cyclogenèse et la détection de plusieurs petites dépressions par les images satellites récentes et les données micro-ondes.« En deuxième partie de la semaine, les analyses des modèles numériques disponibles montrent une amélioration des conditions de cyclogenèse vers vendredi, dans les parages de l’île Agalega et les archipels des Chagos. Des ondes tropicales sont également, en train d’entrer dans le bassin, et accentuent normalement le risque de cyclogenèse tropicale », explique-t-il. Il souligne l’incertitude par rapport à la longueur de l’échéance en question.La météo France La Réunion, pour sa part, prévoit un développement d’une circulation dépressionnaire de grande taille, « plutôt de type dépression de mousson ». Cette même source précise qu’au cours des 5 prochains jours, il est à plus de 90 % probable que le risque de formation d’une tempête tropicale deviendrait modéré, à partir de vendredi.

M.R.

L'express de Madagascar0 partages

Immigration turque – Quatre incarcérations pour faux visas

Une affaire de faux visas turcs a été conduite la semaine passée devant le parquet à Anosy. Au terme de l’instruction, quatre suspects dont des Malgaches et des Turcs ont été placés sous mandat de dépôt à la maison centrale d’Antani­mora. Une source auprès du parquet indique que d’autres dossiers sont encore attendus.Au total, quatorze ressortissants turcs ont fait l’objet de confiscation de passeports lorsqu’ils ont reçu la semaine passée la visite de la police. Ces derniers font tourner un institut privé de la capitale.

ExpulsionParmi les personnes placées sous mandat de dépôt figurent une femme qui s’est occupée des démarches pour la régularisation des turcs, aujourd’hui traduits devant la justice.Dans un mail, leurs compatriotes résidant à Tana dénoncent une manœuvre politique visant à les expulser de Madagascar, pour qu’ils soient incarcérés par le régime turc à leur rapatriement. Soulignant que cela ne serait pas fortuit mais ferait suite au passage à Madagascar du président Turc Recep Tayyip Erdogan, qui a demandé la fermeture d’établissements comme le leurs, financé par son rival politique Fethullah Gulen, que le chef d’État accuse de former des terroristes.Les personnes menacées d’expulsion craignent fort que leurs passeports soient remis par le tribunal à l’ambassade de la Turquie à Mada­gascar, laquelle est sous les ordres de leur régime.

Andry Manase

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Un festival réunit de jeunes artistes

Rendez-vous artistique éclectique reflétant une ferme solidarité. Le « Festival Kolontsaina Anaty Elakelatrano » a animé le quartier de la Cité Médecine à Andrefan’Ambohijanahary.

Tout un week-end en ode à la créativité d’une jeunesse qui souhaite faire valoir son art et son talent. C’est ce qui s’est tenu du côté d’Andrefan’Ambohijanahary au sein de la Cité Médecine, les 25 et 26 février pour la troisième édition du « Festival Kolontsaina Anaty Elakelatrano ». Dotée d’humilité, de modestie et d’un élan de solidarité, près d’une trentaine de groupes, d’artistes et d’acteurs de la scène culturelle de tous âges se sont retrouvés sur les lieux.Depuis les 67ha à Ampandrana, « Festival Kolontsaina Anaty Elakelatrano» s’affiche comme une plateforme inédite et de proximité auprès du public, pour promouvoir la culture sous toutes ses formes. Accordant principalement une grande place en son sein aux jeunes artistes, le festival apporte une visibilité sur ces talents et ces disciplines artistiques qui reflètent principalement la jeunesse malgache actuelle.Laissant la part belle à l’art urbain en général, la programmation du festival s’est ainsi garnie de musique, de danse, de slam et d’illustrations en art pictural sur les murs de la cité. Des activités de « Wall painting », d’art plastique conjuguant sculpture et récupération, ont animé les matinées de cet événement. Il en est de même pour les prestations artistiques tenues sur la scène du festival pendant l’après midi, suivies de projection de films, le soir.

Un projet environnementalD’après l’initiative de quelques artistes passionnés, entre autres le jeune cinéaste Ludovic Randriamanantsoa, l’illustratrice Hanta Navalona Razafimanantsoa et Ony Andriamarofara Andriamasi-noro, le festival a tenu à se démarquer à travers une thématique bien précise, pour sa troisième édition. Son intitulé « La préservation de l’environnement à travers l’art, pour prévoir la sècheresse de la terre », entend parler par la même occasion, de la sècheresse culturelle, politique, éducative, économique et sociale.« À travers cet événement, on tient à manifester notre opinion, car en tant qu’habitant de la ville, on sent le besoin de faire des activités pour la jeunesse de nos quartiers. Or les lieux et les infrastructures disparaissent pour faire place aux constructions sauvages, on investit alors les ruelles en les égayant d’œuvres d’art, pour conscientiser le public », souligne Hanta Navalona Razafimanantsoa dit Sleeping Pop.Cette année, le « Festival Kolontsaina Anaty Elakelatrano» a ainsi vu la participation d’une nouvelle génération d’artistes, notamment le collectif Mada Faka au graffiti, Maintso Nation pour le genre de musique rap, Mahadomelina pour la part de musique rock, Fishy Blues jouant du Blues, le jeune et talentueux batteur Andy Razafindrazaka, ainsi que les jeunes du collectif Gasy Bulles et de l’association Tantsary au « Wall painting», dont le jeune prodige Heri Shinato. L’humoriste Andry Barhone était aussi de la fête à l’animation, ainsi que des slammeurs comme Haingo Mistik et Na Hassi. En soirée, les projections de films-courts ont sublimé les lieux donnant déjà un avant goût d’un autre festival, réservé à cette occasion.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Concours – Jour J du concours de dessin pour les élèves

Le concours de dessin pour les enfants, organisé par le Fond des Nations Unies pour l’enfance ou UNICEF dans le cadre de la célébration de son 70e an­niversaire, se termine aujourd’hui.Ce concours est fait en partenariat avec le ministère de l’Éducation nationale et le ministère de la Com­muni­cation et des relations. Il s’adresse aux enfants issus des écoles primaires publi­ques et privées dans tout Mada­gascar, dans les tranches d’âge de 6 ans à 8 ans et de 9 à 12 ans. Les dessins initiés sous le thème « Je dessine mon espoir » seront primé le 19 avril.

Fanomezana Rasolomahery

L'express de Madagascar0 partages

Un accident fait deux blessés sur la RN4

Un accident s’est produit sur la RN4 au point kilomé­trique 12+950 à Mandriam­bero, commune de Talata­maty, vendredi soir. Le cerceau disjoint du camion a fracassé le pare-brise du minibus. Deux personnes ont été blessées.

L'express de Madagascar0 partages

Boeny – Le Président annonce la fin définitive du délestage 

Inauguration de portions de routes réhabilitées,  remise de don au Centre hospitalier universitaire d’Androva, vernissage de l’exposition sur le 50e anniversaire de la Pêche crevettière à Madagascar, le chef de l’État Hery Rajaonarimampianina a eu une journée chargée hier, dans la cité des Fleurs.

Un discours  très prometteur. La visite du président de la République Hery Rajaonarimampianina à Mahajanga a été marquée par différentes activités hier. Mais  dès la veille au soir, il a rencontré les opérateurs économiques et les différents responsables des collectivités décentralisées territoriales et des services territoriaux déconcentrés de la région Boeny, dans la salle de réunion de l’hôtel Les Roches Rouges.À entendre son discours à Mahabibo, durant la cérémonie d’inauguration de la route, les problèmes sociaux de la population sont« presque » résolus. La nouvelle la plus attendue qu’il a annoncée, a été la promesse de la fin du délestage « Je vous le promets. Nous allons trouver de nouvelles alternatives, comme l’énergie solaire, mais il faut encore user de patience. Une étude a déjàété  réalisée dans ce sens », explique-t-il.Face à l’inflation, et surtout aux spéculations sur le riz, Hery Rajaonarimam-pianina a lancé un avertissement. « Nous allons prendre des mesures sévères contre les spéculateurs, car aucune raison n’explique l’augmentation du prix du riz, surtout importé. Sur le marché mondial, il n’a connu aucune hausse, ni d’ailleurs le prix du baril de pétrole, encore moins le tarif du transport. De surcroît, le cours des devises reste stable. »Le chef de l’État n’a pas manqué d’évoquer l’un des plus graves problèmes sociaux actuels, les «vindictes populaires» derrière lesquelles, insiste-t-il, se cachent des déstabilisateurs. « Ne détruisez pas la valeur culturelle et le sens du fihavanana, ne vous laissez pas piéger par ces individus qui jouent avec la vie humaine », martèle-t-il.

PatientsAprès la coupe du ruban marquant l’ouverture des routes réhabilitées à Tsararano, il a plongé dans un bain de foule, marchant à pied depuis le pont Mady à Tsararano-ambany jusqu’à la route Benita à Ambalavola, débouchant vers Fiofio sur l’avenue de Mahabibo.Les tronçons entre Tsararanoambony (450m), Ambalavola (800m) et Ambondrona jusqu’au campus (774m) sont tous remis en état. Il reste 40% des travaux à réaliser, sur la partie menant à l’enceinte de l’Université.«Vous êtes patients, car vous avez attendu cinquante ans avant de voir ces portions de routes réhabilitées. Je suis venu, l’année dernièr,e pour constater leur degré de dégradation et comme promis, elles sont maintenant réparées. Aucune infrastructure de base n’a été construite ici auparavant », termine  Hery Rajaonarimampianiana.

Le véhicule 4×4 accidenté, remorqué dans un véhicule militaire.

Mahajanga Be – Un 4×4 de la Présidence heurte un bus

Cinq blessés. C’est le bilan de l’accident de voitures qui s’est produit hier vers 13h 30, près du camp de la gendarmerie nationale à Mahajanga-be. Le receveur du bus heurté a eu la jambe cassée et trois passagères ont été blessées par des bris de verre des vitres.D’après des témoins, un pick-up de couleur blanche de la sécurité présidentielle d’Ambohitsorohitra, a percuté de plein fouet l’arrière gauche du bus. C’était au moment où le receveur embarquait un passager.  «Lors de la collision, le bus a été propulsé vers la palissade de la caserne, tandis que le receveur, affalé sur le sol, a failli se faire écraser par le pick-up. Ce dernier véhicule a dû heurter le tronc d’arbre pour pouvoir s’arrêter », raconte un témoin. Un officier de la gendarmerie, assis à l’arrière du 4×4, a été  évacué au service des urgences à Androva. Il semble avoir subi le choc de la voiture contre le grand arbre, ce qui a provoqué sa paralysie partielle.Un autre témoin oculaire raconte : « Deux véhicules 4×4 de la sécurité présidentielle roulaient trop près l’un de l’autre, seuls quelques mètres les séparaient. Tout d’un coup, celui du devant a brutalement déboité. Celui qui le suivait,  ne s’est pas attendu à ce qu’il y ait un bus à l’arrêt, et il l’a violemment percuté. »La circulation sur la voie a été coupée pendant quarante cinq minutes. Des gendarmes sont venus sur place pour dégager rapidement les deux véhicules.

Androva – Un échodopler pour le Centre mère-enfant

Durant sa visite à Mahajanga, hier, le président de la République a remis un lot d’équipements au Centre Mère-Enfant (CME) au Centre hospitalier universitaire d’Androva : un appareil échodopler, six lits d’hôpital, douze matelas, des tables et chaises de bureau ainsi qu’une armoire. Ce don servira à améliorer la qualité des soins et de la santé des malades.Les mêmes personnalités présentes aux différentes cérémonies officielles de la journée, l’ont entouré à l’occasion : celui de la Santé publique, celui de l’Agriculture et de l’élevage, celui des Travaux publics, celui du Commerce et de la consommation, celui de la Pêche et le vice-ministre auprès des Affaires étrangères chargé de la Coopération et du développement.Des députés ainsi que les chefs de trois régions occidentales- Boeny, Sofia et Melaky- ont également assisté à ces événements. Les autorités locales ont été conduites par le chef de la région Boeny, le préfet de Mahajanga et le maire de la commune urbaine de Mahajanga. Les conseillers spéciaux du Président ont été également du voyage.

Les opérateurs et les membres de la société civile face au Président et son staff..

Président-Opérateurs – La corruption au sein dela justice dénoncée

Son week-end à Mahajanga a été aussi une occasion pour Hery Rajaonari-mampianina, entouré de son staff, de rencontrer les opérateurs économiques et la société civile, dans la salle de réunion de l’hôtel Les Roches Rouges, dimanche soir. À travers les questions que quelques représentants de la société civile et des opérateurs économiques ont posées, le Président a eu droit à un véritable déballage et des dénonciations de corruption, maux qui affectent le milieu de la Justice et les forces de l’ordre à Mahajanga.Les problèmes du délestage ont été aussi les points saillants de la discussion. Le Président a alors avancé trois options, face au déficit enregistré par la Jirama dans la tarification du prix de vente de l’électricité et la situation actuelle. «La situation exige de mettre en place des projets structurants tels que les travaux de construction de barrage hydroélectriques lancés depuis longtemps à Volobe, à Antetezambato et à Ranomafana ou Ambodiroka. Il faudrait attendre trois à quatre ans avant que des résultats soient constatés. L’installation d’une centrale hybride ou l’utilisation du fuel lourd sont déjà  prises en considération. Mais la construction des stations solaires interconnectées avec le réseau de la Jirama est la meilleure option ainsi que la combinaison du thermique et du solaire. Dans certaines régions, le taux d’ensoleillement est de huit à dix heures par jour. C’est largement suffisant. Mais le problème technologique pour le stockage de l’énergie reste à résoudre », explicite-t-il.

Textes et photos : Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Des militaires au service de la population

« Madagasikara  Soa ». Une trentaine de militaires du Service civique viennent d’être affectés dans la commune rurale d’Ambano, dans le district d’Antsirabe II, pour y effectuer des activités de développement, dans le cadre de ce projet.  La circonscription d’Ambano est choisie pour piloter le projet qui touchera d’autres communes de Madagascar. C’est pourquoi elle bénéficiera d’activités multisectorielles appuyées par les bérets verts qui sont dotés de différentes spécialités en matière de développement.Des échanges avec le fokonolona seront organisés afin d’identifier les besoins des habitants. « Après cette identification auprès des fokontany et des membres du   comité local de concertation, la commune déterminera les priorités de la majorité de la population dans son plan de travail annuel »,  explique Pierre Pascal Rakotomalala, maire de la commune rurale d’Ambano. Outre les opérations de reboisement et de préservation de l’environnement qu’ils entameront dans l’immédiat, les militaires s’impliqueront également dans le développement de l’agriculture et de l’élevage. Ce sont les principales activités de la population de la commune qui est très connue dans la production de fruits et de légumes dans le district d’Antsirabe II.Enfin,  afin de faciliter  le transport des produits, les militaires se lanceront dans la réhabilitation des 33km de route reliant Ambano à Antsirabe, problème majeur de la population de la commune rurale depuis des années.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Célébration – Tsanta Fiderana fête son jubilé d’or

L’âge n’altère pas la voix. La chorale Tsanta Fiderana de la FJKM Ambatoroka Finoana a lancé hier la célébration de son jubilé d’or sous le thème « Lehibe Jehovah…, ka ny hirako no hiderako Azy» des Psaumes. Personnes âgées, jeunes et enfants se sont relayés dans cette formation vocale pour louer le Seigneur.La chorale a évolué depuis 1966 où elle se dénommait « Tanora Mpiandry Tsara». Et Tiana Ramanankirija, responsable du sous-comité « Histoire » de raconter que « Il y a dix ans à ce jour, elle portait le nom de Tsanta Fiderana et comptait 54 membres et vingt ans plus tard, elle a changé d’appellation et est devenue Tanoran’i Kristy Mpiandry Tsara. ». Pourtant, la mission de la chorale reste la même, servir l’Évangile à travers les chants et les prières.Durant le culte, plus d’une centaine d’éléments ont entonné l’hymne « Lehibe Jehovah…, ka ny hirako no hiderako Azy » suivi des titres tels que « Akory ny hatsaran’ny tongrotr’iry mitondra teny soa mahafaly », «Ho mandrakizay anie» et «Haleloia, mihirà fihiram-baovao». Le récital de l’après-midi a été une occasion pour revisiter les anciens répertoires ainsi que les chants des jeunes compositeurs. L’ensemble a interprété « Hihira ho an’i Jehovah »,« Jehovah no Mpiandry ahy », « Hotahiana anie », « Inona no havaliko an’i Jehovah », « Miderà an’i Jehovah », « Ondry very » ou encore « Kristy no anton’ny havelomako ».La célébration du cinquantenaire s’étend pendant toute l’année. « Le cœur du jubilé se tiendra le 18 juin et la clôture est prévue le 26 novembre, dates respectives d’inauguration de la nouvelle tenue et de la sonorisation. Le tout est estimé à environ 20 millions d’ariary et nous organisons plusieurs activités telles que la vente de T-shirts, la marmite en terre cuite à titre de levée de fonds », explique Zo Lalaina Rajaonary, présidente du comité d’organisation de la célébration.Un demi-siècle de service relève de la maturité d’après le pasteur Riana Lalasoa Razafintsalama de la paroisse. « Si nous scrutons le thème des Psaumes, il évoque les louanges qui élèvent le Tout Puissant et la repentance des hommes », détaille-t-elle. La glorification, dans ce contexte, renforce la suprématie du Seigneur et le jubilé d’or définit l’éclat, la beauté et l’éternité.

Farah Raharijaona

L'express de Madagascar0 partages

Le fokonolona affronte des dahalo

Les dahalo et les fokono­lona se sont affrontés, vendredi  soir à Andaka­tanikely commune d’Ivato, district d’Ambositra suite à un vol de zébus. La douzaine de zébus a pu être récupéré.

L'express de Madagascar0 partages

Ambatondrazaka – La pluie se fait rare en Alaotra

La pluie commence à nouveau à se faire rare depuis plus d’une semaine dans la partie orientale qui entoure  le lac Alaotra. Pourtant, les paysans sont actuellement en plein repiquage des jeunes plants de riz qui, normalement, ont besoin d’une grande quantité d’eau. Ce qui laisse entrevoir que l’irrigation des centaines d’hectares de rizières redevient impossible et que la production de quelques milliers de tonnes de paddy reste précaire, y compris celle dans la partie Sud-Est entourant le lac, soit la majeure partie du district d’Ambatondrazaka.

Hery Fils Andianandraina

L'express de Madagascar0 partages

Des malfaiteurs lapident et dérobent

Un raid mené par les dahalo, dimanche dernier à Analamainty, commune de Fitsinjovana dans le district d’Andramasina a fait une dizaine de blessés. Des faitouts, couvertures, ainsi que des volailles ont été dérobés.

L'express de Madagascar0 partages

Tournoi Vola iray sobika – Hery et Gauche s’imposent chez les Élites

Le tournoi « Vola iray sobika », initié par la Ligue d’Analamanga, s’est conclu par un succès de Hery et Gauche, dimanche en fin d’après-midi à Mahamasina. En finale, ils ont disposé de Doko et Rams sur le score de 13 à 10, afin de s’adjuger la victoire dans la catégorie reine « Élites ».Du côté des vétérans, Nestor et Christian ont grandement dominé la finale face à Tiana et Rolland (13 à 3). Il en fut de même pour Mira­na et Hasina chez les dames, face à Odile et Hortense (13-1). Pour ces trois catégories, la compétition était destinée aux doublettes constituées. Par contre, les amateurs se sont affrontés au cours d’un tournoi en triplette.À terme, le trio Richard-Bella-Manga venant de Manjakaray s’est distingué, suite à une victoire sur la triplette Eric-Luckas-Hasinjaka issue d’Ambohimanarina (11-6).

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Tolagnaro – Pour plus de communication dans le Sud

Cette année, la célébration de la Journée mondiale de la liberté de presse pour l’ex-province de Toliara se déroulera à Tolagnaro et à Ambovombe. Les 85 journalistes issus des régions Atsimo-Andrefana, Menabe, Androy et Anosy ont célébré ensemble cette journée depuis 2015. L’arrivée des journalistes dans la cité dauphine est prévue le 2 mai 2017. Deux jours après, tous rejoindront Ambovombe dans l’Androy. Des conférences-débats et des ateliers marqueront cet évènement.« Les quatre jours seront consacrés à des échanges, des partages d’expériences ainsi qu’à l’approfondissement du métier, surtout dans un contexte où seuls 5% de ces journalistes ont suivi une formation professionnelle. Ainsi, à Ambovombe, nous  réfléchirons sur notre rôle concernant la diffusion des informations dans le Sud », explique un membre de l’Association des journalistes de l’Androy et Anosy.

Moïse Fanomezantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Golf – Trophée Asgar Barday – Un voyage à Maurice attend les vainqueurs

Le gros lot attend les lauréats du tournoi de golf du Lions Club International, qui se tiendra dimanche, au Golf du Rova à Andakana. L’équipe victorieuse décrochera un séjour à l’île Maurice.La compétition à laquelle le Gouverneur du District 403B2 du Lions Club Inter­national invite tous les golfeurs de la Capitale, portera l’appellation de Trophée Asgar Barday. La formule retenue sera le scramble, soit un tournoi par équipe de quatre golfeurs, avec le shot gun prévu à 8 heures du matin.De généreux mécènes, dont la famille Barday, ont contribué à établir les dotations pour cet événement. C’est ainsi que les quatre golfeurs de l’équipe victorieuse seront chacun récompensés avec un billet d’avion Tana-Maurice-Tana.Une fois sur place, ils bénéficieront également de trois « Green fees » chacun, au Golf Club de Tamarina. Une occasion de s’essayer sur ce célèbre parcours de l’île voisine.Outre la compétition traditionnelle sur dix-huit trous, plusieurs concours marqueront également ce Trophée Asgar Barday. D’un côté, on aura deux concours d’approche sur les trous n°4 et n°7 d’Andakana.Les organisateurs offriront des lots surprises aux gagnants et gagnantes. Et de l’autre, il y aura le concours du plus long drive sur le trou n°18, avec un « Green fee » dans un golf club de la région parisienne à la clef.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Recrudescence de l’insécurité

Les habitants du chef-lieu de la région Alaotra-Mangoro et de ses périphéries  ne cessent de souffrir  de l’insécurité et ce, depuis des mois. Outre les actes des bandits de grand chemin, les vols à la tire ne disparaissent pas de la vie quotidienne de la population. Celle-ci s’accroît à la suite de l’arrivée de nombreux migrants d’autres contrées, attirés par l’exploitation illégale de saphir et de pierres précieuses. Malgré les mesures prises par les forces de l’ordre, le nombre de victimes ne cesse de croître.