Les actualités Malgaches du Mercredi 27 Décembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara164 partages

Réduction de la durée de campagne : Un mauvais tour du régime contre son adversaire potentiel

Le président candidat prend plusieurs longueurs d’avance sur la campagne électorale.

Le projet de loi organique sur l’élection présidentielle n’est pas dénué d’arrière-pensée politicienne ni de calcul politique.

« Mangalatra départ ». En athlétisme, un faux départ peut entraîner une disqualification. Ce qui n’est pas le cas de la course à la magistrature suprême pour laquelle le HVM prend plusieurs longueurs d’avance. Usant et abusant des prérogatives de puissance publique pour mener aux frais de l’Etat, une campagne avant la lettre, alors que le projet de loi organique relative à l’élection du président de la République prévoit en son article 20 que « la campagne électorale du premier tour commence trente jours avant la date du scrutin ». En fait, ces dispositions sont du « copier coller » de l’article 17 de la loi organique n°2012-015 du 1er août 2012 relative à l’élection du premier président de la Quatrième République. Une loi qui « fait partie des textes considérés comme circonstanciels, frappés de péremption et devant faire l’objet de réforme », selon l’exposé des motifs du projet de nouvelle loi organique qui a fait l’objet d’une commission consultative de réflexion et de proposition composée de représentants de la CENI, du BIANCO, du SAMIFIN et de trois ministères concernés.

DLC. Il y a eu aussi et surtout le comité interministériel présidé par le Premier ministre qui a élaboré les avant-projets de textes. Du coup, on se demande si cette notion de « textes frappés de péremption » émane de la Primature à laquelle est rattachée la Direction de la Législation et du Contentieux plus connue sous le sigle DLC. Nuance avec ce qu’on appelle Date Limite de Consommation en France ou Date Limite de Conservation au Canada qui est la date limite indiquée sur les emballages de denrées alimentaires afin de faire connaître au consommateur, la limite au-delà de laquelle un aliment est susceptible d’avoir perdu ses qualités microbiologiques ou organoleptiques.

25 janvier. Pour ce qui est de la « denrée électorale », elle constitue « l’aliment de base » de n’importe quel dirigeant. Elle constitue « le manger » de tous les régimes. Avec comme pour Date Limite de Consommation, la fin du mandat présidentiel. Une DLC indiquée par l’article 3 du projet de nouvelle loi organique qui stipule que « le mandat du nouveau Président de la République prend effet à compter de la date d’expiration du mandat de son prédécesseur, au 25 janvier de l’année considérée ». On est en droit – au propre comme au figuré – de se poser des questions sur l’opportunité de préciser cette date qui semble indiquer qu’on est en face d’un texte sur mesure, alors qu’une loi a un caractère général et impersonnel. Qui plus est, contrairement à la loi précédente qui concernait expressément l’élection du premier Président de la Quatrième République, le nouveau projet est censé régir toutes les élections présidentielles à venir.

Second tour. Par ailleurs, le projet de nouvelle loi organique relative à l’élection présidentielle donne l’impression d’être dirigé contre les autres candidats. En effet, l’article 20 alinéa 2 du projet dispose que « pour le second tour, cette période débute dix jours avant la date du scrutin ». Il s’agit évidemment de la campagne électorale qui reste inchangée par rapport à la loi précédente. En revanche, la durée de la campagne a été réduite d’un tiers car elle était de 15 jours dans la loi de 2012. Un « premier tour dia vita » étant improbable compte tenu des rapports de force entre les trois principaux « présidentiables », force est de se demander si la réduction de la durée de la propagande ne constitue pas une manœuvre visant à handicaper l’adversaire au second tour. Un mauvais tour du régime en place contre le candidat d’en face qui n’aura ni le temps ni les moyens de faire campagne dans toutes les circonscriptions électorales. Contrairement au président candidat qui multiplie les faux départs sans crainte d’être disqualifié.

R. O

Midi Madagasikara140 partages

Distribution pétrolière : Une grande compagnie menace de se retirer

Le bras de fer entre l’Etat et les compagnies pétrolières continue. Un combat qui risque de mal se terminer si les deux parties ne font pas preuve de concessions mutuelles. On apprend, en effet, de source proche du milieu pétrolier qu’une grande compagnie pétrolière menace de se retirer du secteur si l’Etat se montre intransigeant dans sa décision d’augmenter les taxes sur les produits pétroliers, tout en forçant les sociétés pétrolières à diminuer leur marge bénéficiaire. Selon toujours nos informations, les discussions entre les deux parties se poursuivront en début d’année et une décision serait prise incessamment.

R.Edmond.

Tia Tanindranaza134 partages

Hery RajaonarimampianinaHatao veloma amin’ny 5 janoary

Hotanterahina ny zoma 5 janoary 2018 ny Asaramanitra na lanonana fifampiarahabana fanaon’ny andrimpanjakana eto amin’ny tanin’ny Repoblikan’i Madagasikara isaky ny fiandohan’ny taona. Manodidina ny 1200 any ny vahiny nasaina amin’io,

Jean D.

 

Midi Madagasikara113 partages

Ampanihy Andrefana : Noho ny hain-tany, tafakatra 400 Ariary ny rano iray zerikanina 20 L amin’izao

Noho ny hain-tany misy, vokatry ny tsy filatsahan’ny orana am-bolana maro, dia tafakatra 400 Ariary ny rano iray zerikanina 20 litatra, amin’izao fotoana izao any amin’ny Distrikan’ Ampanihy Andrefana, Faritra Atsimo Andrefana. Manoloana ny tsy fisian-drano, dia maro amin’ireo biby fiompy sy voly no maty, ary lasa mifindra monina tsy satry ny ankamaroan’ny olona. Araka ny tati-baovao voaray, dia mandeha an-kilaometatra maro miala ny tanàna vao mahita rano ny mponina, kanefa rano maloto tsy ara-pahasalamana. Misy amin’ny olona no manao vovo tsy lavitra ny moron-dranomasina, ka rano masira (bokaboka) no sotroina sy hahandroana sakafo.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara99 partages

Tapatapany

Ambohimahasoa : Nisy namaky ny CSB2. Lasa ny fanafody maro izay mba natao tahiry tao. Torak’izany ihany koa ny fitaovana fampiasa amin’ny fitsaboana. Nokajian’ireo olon-dratsy ho amin’ny fotoana tsy dia hisian’ny olona mivezivezy eo amin’ilay toerana no namakiany ny biraon’ny tompon’andraikitra ka nahatafiditra azy ireo tao anatin’ilay toeram-pitsaboana. Ny alin’ny fiandrasana ny noely, no nitranga ny fandrobana. Fitiavana hangalatra fotsiny ve sa nisy nampaniraka kosa ireto olon-dratsy ireto? Toa mampanahy ihany mantsy ny hoe hisy hividy avy hatrany ny fanafody halatra izany.

Namono mpamily taxi : Nidoboka am-ponja eny Tsiafahy. Voasambotra ilay olon-dratsy namono nahafaty mpamily fiarakaretsaka, tao Fenoarivo. Raha tsiahivina dia notetehiny tamin’ny antsibe io mpitondra taxi io ary nariany ny fatiny nony avy teo. Izany no nataony dia mba hoentina nangalatra ilay fiarakaretsaka. Nandeha ny fikarohana rehetra ary tsy ela dia voasambotra ny nahavanon-doza. Nidoboka am-ponja vonjimaika eny Tsiafahy izy. Toerana izay mety handaniany ny androm-piainany sisa, toy ireo olona marobe izay nanatontosa helokabevava ka nogadraina any.

Marc Tatandraza : Mampanahy hatrany ireo video. Nitombo ihany ny horonantsarimihetsika omaly, izay mampiseho ny fahafatesan’ingahy « apostoly ». Nampian’ny mpiara-dia aminy vidéo izay misy ny formol izay natsindrona taminy omaly, teo amin’ny tambajotran-tserasera. Tavoahangy kely latsaky ny iray litatra izany. Raha nanontaniana ny hevitry ny mpitsabo izay sendra anay, dia nohazavain’ireo fa raha kely indrindra dia dimy litatra no atsindrona raha hitazona ny vatana mangatsiaka tsy ho potika haingana. Manarak’izany, ilay tavoahangy sy ilay tsindrona ihany no hita amin’ny vidéo, fa ilay fanindronana vatana kosa tsy hita mihitsy. Mampanahy hatrany ny maro ity raharaha Tatandraza ity.D.R

Midi Madagasikara98 partages

Charles Randriamahefa : Séjour à l’île de la Réunion du 17 au 24 décembre dernier

Le député de Moramanga Charles Randriamahefa. (photo d’archives)

Le député Charles Randriamahefa et son épouse ont séjourné dans l’île de la Réunion du 17 au 24 décembre dernier. Ils ont pu ainsi assister à la commémoration de l’abolition de l’esclavage le 20 décembre 1848. Le député de Moramanga a pu également assister au relais des marrons organisé par le Club Athlétisme de Sainte-Suzanne.  Faut-il rappeler que cet élu est à l’origine du  jumelage de cette ville de l’île sœur avec celle de Moramanga qui remonte à plus d’une dizaine d’années (vers l’an 2000). Notons que lors de ce déplacement à l’île de la Réunion, une réception a été organisée pour honorer le couple Randriamahefa par le maire de Sainte-Suzanne Maurice Gironcel.  Par ailleurs, le député Charles Randriamahefa n’a pas manqué de souligner  les œuvres sociales menées par Docteur Firoze Koytcha en avril et mai de cette année et qui a permis de procéder à la consultation de 11000 patients.

Recueillis par Dominique R.

News Mada90 partages

« Koloina » vise le développement durable : quand des jeunes entrepreneurs s’engagent

Avancer ensemble. Tel est le leitmotiv de l’association de jeunes entrepreneurs engagés, dénommée «Koloina», qui a décidé d’unir leur compétence au service du développement. Pour le concrétiser, mis à part leur contribution directe dans des actions sociales, via une cotisation, les jeunes membres sensibilisent et responsabilisent leurs pairs ainsi que les différentes parties prenantes partageant le même intérêt que l’association.

«L’objectif étant de produire quelque chose de concret qui puisse contribuer au développement  d’une communauté et pourquoi pas une nation», a fait savoir sa présidente, Stéphanie Andriamanantena, lors d’une rencontre avec la presse la semaine dernière à Ampandrana. A long terme, la structure vise le développement humain durable du pays, notamment dans le domaine de l’éducation, la santé, l’environnement, la défense des droits humains, la promotion de la femme, le renforcement des capacités, la création d’emploi ou encore le développement communautaire dans les milieux défavorisés…

 L’EPP d’Ankadivoribe Nord, dans la commune rurale de Talata-Volonondry, a bénéficié récemment des interventions allant dans ce sens. Les travaux ont été menés conjointement avec l’aide des partenaires locaux, dont des entreprises locales et d’autres jeunes talentueux et engagés comme Tefy Nirina Andriambololoson, un jeune dessinateur de renom, qui a décoré les salles de classe, et le groupe Les Aléas du possible. L’association «Koloina» projette prochainement des réhabilitations, voire des constructions d’EPP dans les zones les plus vulnérables et des projets de valorisation de chaîne de valeur. «L’EPP Idilana, à Avaradrano, ainsi que la commune rurale d’Ambohitrimanjaka figure parmi les bénéficiaires des interventions de l’association pour le compte de 2018. Un projet de promotion et de développement de l’artisanat dans cette dernière localité est en vue », a confié le Coordonateur des activités, Tojo Maherison Ralaiaritrimo.

Fahranarison

News Mada76 partages

Croisière : reprise des touchers en janvier

Après l’annulation de plusieurs escales, les premiers touchers des bateaux de croisière à Madagascar sont attendus au début du mois de janvier 2018. L’épidémie de peste et l’embargo imposé par les îles voisines, entre autres, les Seychelles et l’île Maurice, sont les principales causes de ces reports. Si les Seychelles ont levé cet embargo au début du mois de décembre, l’île Maurice leur a emboité le pas la semaine dernière.

De ce fait, la Grande île accueillera 11 paquebots au lieu des 18 à 20 prévus jusqu’au mois de mars, et encore, si le premier toucher a vraiment lieu en janvier.

Un milliard d’ariary de perte

Une responsable de tour opérateur à Toamasina a décompté au moins un milliard d’ariary de pertes, à cause des six escales annulées cette année. Les opérateurs restent sceptiques à ce sujet et craignent une mauvaise saison. Certes, il reste une dizaine de touchers mais il n’est pas certain qu’il y aura  plus de croisiéristes en excursion, surtout avec l’arrivée de la saison cyclonique.

Après une première annulation le 7 novembre, les paquebots Costa neoRiviera et Aida Aura ont reculé d’un mois les dates de leurs débarquements à Madagascar. Mais un second report au début du mois de décembre a de nouveau chamboulé le calendrier. Puis, ils ont été contraints de modifier leurs itinéraires. La première escale prévue le 5 décembre au Grand port de Toamasina aura lieu le 2 janvier prochain, ce qu’a également confirmé le ministère du Tourisme récemment.

Arh.

 

Midi Madagasikara73 partages

Fitokonan’ireo “transitaires” sy ireo mpitatitra entana : Mihitsoka ao amin’ny Mictsl ny kaontenera...

Nanomboka tamin’ny 06ora maraina dia efa tonga teo am-bavahadin’ny seranan-tsambon’i Toamasina nanara-maso ireo olombelony avy, ireo fikambanana mpitatitra entana nanapa-kevitra hitokona nanomboka omaly, mba tsy hisy ny hihoa-pefy mety hibahan-dàlana sy tsy hanaja ny fifanarahana niarahana nanapaka ary ho mariky ny firaisan-kinan’izy ireo, noho ny olana maro sedrain’izy ireo, nefa anaovan’ny orinasa Mictsl be marenina na teo ny fifanarahana natao.

Taorian’ny fivadiham-pitokisan’ny orinasa Mictsl, noho ilay fifanarahana niarahan’ny rehetra tao amin’ny efitrano fivorian’ny seranan-tsambo, ny 11 desambra lasa teo izay notarihan’ny minisitry ny fitaterana sy ny famantarana ny toetr’andro .Efa namoaka naoty laharana 274-2017/MTM/MIN, ny 22 desambra teo ny minisitera milaza ny hanarahana ireo efa nifanekena rehetra, dia tsy misy narahana izany ka vao mainka nitombo ny olana ka izao niafara tamin’ny fitokonana nataon’ireto mpitatitra entana sy ireto « Transitaires » ireto, hanehoan’izy ireo ny firaisan-kinany sy mba hanajana azy ireo koa. Vokatr’ io fitokonana amin’ny tsy misy miditra ny seranan-tsambo maka entana eo anivon’ny Mictsl nanomboka omaly ity, dia sahiran-tsaina koa ny fanjakana izao, fa mihitsoka eo anivon’ny orinasa Mictsl ny kaontenera misy ireo volam-panjakana namboarina tany ampitan-dranomasina izay vao tonga ny talata maraina be teto Toamasina. Nisy noho izany ny fivoriana tsy nisy farany niarahan’ireo tompon’andraiki-panjakana sy ara-pitsarana eto Toamasina, sy ireo tompon’andraikitry ny banky foibe eto Toamasina, ireo tompon’andraikitry ny orinasa Mictsl sy ny Spat, ary ireo solontenan’ny mpitokona ihany koa. Mazava anefa ny an’ireo mitaky ny famahana ny olana sedrainy ireto, fa tsy manakana ireo kamiao efa tafiditra nahazo entana eo anivon’ny Mictsl hivoaka izy ireo, saingy tsy manaiky kosa ny fidirana kamiao avy any ivelany miditra maka entana noho ny firaisan-kinanay sy efa niarahana nanapaka tamin’ny fivoriana. Tao anatin’izay anefa, efa vonona hamoaka ny kaontenera misy ireo volam-panjakana ny orinasa AUXIMAD misahana izany, efa nihaodihaody tao amin’ny seranan-tsambo ihany koa ireo GSIS mpiaro izany volam-panjakana izany, saingy ny olana dia tsy misy kamiao mety maka ilay entana, nefa araka ny vaovao, dia miankina amin’ity vola ity ny fandoavana ireo volan’ny mpiasam-panjakana tapaka karama farany teo izay nambara ho matoatoa nefa mpiasa tena mbola izy. Hatramin’ny nanoratana ny vaovao, dia mbola mihitsoka eo anivon’ny Mictsl ny kaontenera misy ny volam-panjakana, tsy mitsahatra mivory koa ireo tompon’andraikitra mitady ny vahaolana.

Malala Didier

News Mada72 partages

Toliara : changement à la JCI Toliara

Alternance à la tête de la Jeune Chambre internationale (JCI) de Toliara avec la passation de collier au président entrant,  Justino Pascal Raherison, au cours d’une cérémonie organisée dans la ville, le 23 décembre.

Justino Pascal Raherison prend les rênes de la Jeune Chambre internationale (JCI) de Toliara en succession de  Nestin Rasolofoarivony Velompanahy avec comme slogan : «Vision suivie d’actions pour effectuer des changements». Ainsi, le nouveau président compte multiplier l’impact des actions déjà entreprises au niveau de sa circonscription suivant sa «vision suivie d’actions pour effectuer des changements» comme devise.

Agé de 27 ans à son intronisation, le successeur de Nestin Rasolofoarivony Velompanahy a été vice-président de la JCI Toliara en 2017. Il a assisté à une convention nationale de la JCI Madagascar et une conférence régionale et est notamment formateur à la JCI Madagascar. Le nouveau président occupe la fonction d’assistant juridique dans un office de notaire à Toliara. Par ailleurs, le past president compte à son actif l’atelier d’orientation professionnelle qui a permis à plus de 200 lycéens et étudiants d’avoir une meilleure employabilité au cours de l’année 2017.

Manou

 

Midi Madagasikara70 partages

Ivandry : Une rupture des conduites d’eau transforme la rue en ruisseau

Une équipe de la JIRAMA en pleine réparation des dégâts, hier matin.

Les usagers des rues du côté d’Ivandry ont eu, hier matin, la surprise de voir toute la chaussée transformée en véritable ruisseau ! En effet, la rupture d’une conduite d’eau de la JIRAMA au niveau de la bifurcation menant vers Ambodivoanjo a fait jaillir sur la chaussée un flux d’eau à débit suffisamment important pour inonder ce tronçon de rue jusqu’à plus d’une centaine de mètres plus loin. Résultat : les véhicules roulent sur une chaussée immergée sous une dizaine de centimètres d’eau, et les piétons ont eu du mal à parcourir le tronçon de rue inondée au point de devoir marcher dans les eaux, pour certains, tout en évitant tant bien que mal les éclaboussures causées par les voitures. Par ailleurs, nombre de foyers se sont retrouvés privés d’eau à Ambodivoanjo et à Ambohijatovo Ivandry. Heureusement, les dégâts ont été réparés par une équipe de la JIRAMA, hier même.

Hanitra R.

Midi Madagasikara53 partages

Météo Océan Indien : Un éventuel cyclone en début d’année

Madagascar est actuellement en pleine saison cyclonique. Averses orageuses, pluies diluviennes et montée des eaux, tels sont les phénomènes auxquels les Malgaches doivent faire face.

Il est possible qu’il y ait une formation de cyclone dans la zone Océan Indien en début d’année”. Ce sont là les propos d’un responsable auprès de la Direction Générale de la Météorologie pour faire état de la situation météorologique actuelle. Joint au téléphone, le responsable d’ajouter que “c’est encore une prévision. Et il est encore trop tôt pour dire qu’il aura ou non des impacts sur le climat dans la Grande Ile”. Une nouvelle qui devrait être prise avec sérieux étant donné la récurrence des cyclones dans la Grande Ile, mais surtout, vu les pertes matérielles et humaines après chaque passage. Profitant de l’interview, le responsable auprès de la Direction Générale de la Météorologie de donner les prévisions météorologiques de la semaine. “Des pluies orageuses seront au rendez-vous dans toutes les régions du pays sauf dans la zone de l’extrême Sud”. Les mêmes pluies qui ont été ressenties dans la capitale malgache ces derniers temps et qui ont causé des dégâts matériaux, en particulier sur les infrastructures routières.

Nids-de-poule. Les rues et routes de nombreuses villes du pays sont dans des états pitoyables. Nids-de-poule, trous béants, absence totale de goudron dans certaines parties, ce ne sont que des illustrations des dégradations des infrastructures routières. Les rues et ruelles d’Itaosy, d’Anosizato, de Besarety, d’Ankadivato… dans la capitale malgache où l’on rencontre ces mêmes caractéristiques sont de parfaits exemples. Situation qui engendre en plus de la frustration, de la  destruction des véhicules, d’énormes embouteillages dans les quartiers en question. Interrogé sur la question de réhabilitation des routes et ruelles de la capitale, Elysé Razafimahefa directeur des Travaux Publics auprès de la commune urbaine d’Antananarivo d’affirmer que “des travaux de réhabilitation des tronçons de routes où sont localisées les embouteillages ont été effectués depuis quelque temps”. Elysé Razafimahefa d’ajouter que “la commune s’est surtout attelée à résoudre les problèmes d’embouteillages”. A cet effet la commune “a surtout voulu prioriser les priorités”. Certes, les opérations “tip top” pour combler les “vides” laissés par les crues de ces dernières semaines sur les rues et ruelles de la capitale ont pu aider les automobilistes à mieux circuler (dans quelques quartiers de la capitale seulement). La commune urbaine d’Antananarivo comme les autres grandes villes du Pays ont toutefois besoin de solutions pérennes. Toujours dans cette thématique d’infrastructures routières, la réhabilitation et de l’entretien des routes nationales sont encore autre chose, un autre problème à soulever.

José Belalahy

Midi Madagasikara52 partages

By-pass : Deux motards fauchés à mort par une voiture

Le sang a coulé sur le By-pass reliant la RN2 à la RN7 la nuit du lundi 25 au mardi 26 décembre. Deux motards ont perdu la vie après avoir été fauchés par une voiture sur cet axe. L’accident s’est produit quand les deux hommes étaient sur une moto et une voiture venant dans le sens inverse se serait soudainement dirigé vers eux. La violence du choc a projeté les motards à quelques mètres où ils ont perdu conscience. Grièvement blessés, ils ont été évacués d’urgence à l’hôpital où ils ont rendu leur dernier souffle. Pour le moment, la cause exacte de l’accident reste un mystère. Les témoignages des proches des victimes écartent l’hypothèse de conduite à l’état d’ivresse étant donné que ces dernières sont des croyants musulmans. Dans cette communauté religieuse, la consommation d’alcool est strictement interdite. En effet, le décès de ces deux hommes en cette période de fête a beaucoup touché leurs proches qui sont venus à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona pour récupérer les corps, hier. L’enquête est en cours. En réalité, cet accident fait penser la nécessité du renforcement du contrôle et de la surveillance de la circulation routière durant la fin d’année. On admet que des mesures de prévention ont été prises par les forces de l’ordre si l’on ne cite que l’opération alcotest initiée par la police nationale pour contrôler l’état de santé des automobilistes dans certaines rues de la capitale, le 22 décembre. Que cette opération se poursuive jusqu’à la fin de l’année voire pendant les années à venir. Il en est de même à propos de la multiplication du nombre des policiers qui se chargent de la circulation dans les rues de la ville où la gestion des embouteillages est loin d’être maîtrisée.

T.M.

Midi Madagasikara47 partages

« Generation Citizen Madagascar » : Honneur aux jeunes malgaches

Par ses actions, « Generation Citizen Madagascar » croit au développement par l’épanouissement des jeunes.

Cinquante jeunes de la région de Boeny ont bénéficié d’une formation gratuite axée sur “ La veille politique “. Co-organisée par l’association « Generation Citizen Madagascar » et l’antenne à Mahajanga de l’association Yali Madagascar, la formation en question a été menée par Christian Espérant, un « Mandela Washington Fellow for Young African Leaders » (YALI MWF 2015) et non moins fondateur de « Generation Citizen Madagascar ». Ladite formation avait donc pour objectif de conscientiser les jeunes sur les enjeux politiques actuels. Elle visait  également à initier une prise de responsabilité chez les bénéficiaires. Ce, pour leur propre développement personnel  mais surtout pour résoudre les problèmes au niveau de leurs communautés.

Thématiques. Trois thèmes ont été développés durant la formation. Entre autres, la démocratie et la politique, la citoyenneté ainsi que le montage de projets de plaidoyer communautaire. Après évaluation et présentation de projets, les participants ont montré leur volonté de contribuer au développement de leurs communautés. Ce qui devrait se faire par l’élaboration de propositions de solutions quant aux défis sociopolitiques actuels comme l’inflation, l’inondation, les accidents de la route, le réchauffement climatique.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara45 partages

Déclaration de patrimoine : Trois députés et trois sénateurs récalcitrants

Le début de l’année 2018 risque d’être mouvementé, par rapport notamment au combat contre la mauvaise gouvernance, le non- respect de la transparence et les malversations au niveau de l’Administration publique. Si l’on s’en tient aux propos du directeur général du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), Jean Louis Andriamifidy, le Pôle anti-corruption sera opérationnel dans les prochains jours. Ambohibao est bien déterminé à enclencher la vitesse supérieure. Mis à part le traitement des dossiers brûlants dont les affaires Claudine Razaimamonjy et Villa Elisabeth, Ambohibao va aussi s’attaquer aux hauts responsables étatiques, administratives et judiciaires qui refusent de se conformer à l’obligation de déclaration de patrimoine. A entendre les explications du numéro Un du Bianco, parmi les récalcitrants figurent trois députés et trois sénateurs. La procédure de rappel ayant déjà été entamée, conformément aux textes, le Bianco va donc lancer une procédure judiciaire à l’encontre des mauvais « élèves ». « Ils risquent une condamnation pouvant aller jusqu’à cinq ans d’emprisonnement », a averti Jean Louis Andriamifidy. Parmi ces parlementaires concernés par cette situation d’irrégularité figurerait un député qui serait gravement malade depuis belle lurette. Ce dernier n’aurait même pas pu assister à la totalité de la dernière session parlementaire qui a pris fin le 15 décembre dernier. Il pourrait donc justifier sa situation par une incapacité médicale. Ce qui n’est pas le cas d’un sénateur nommé qui n’a pas déclaré ses avoirs car il ne réside pas à Madagascar.

200 magistrats. Selon les explications du Directeur général du Bureau Indépendant Anti-Corruption, ces trois députés et trois sénateurs ne constituent pas de cas isolés. De nombreux autres hauts responsables étatiques refusent aussi de se soumettre à une déclaration de patrimoine. En effet, cette année, 72% des assujettis seulement se sont rendus au bureau de la HCC à Ambohidahy ou au siège du Bianco à Ambohibao. Par rapport à l’année dernière, l’on remarque une nette augmentation. Jean Louis Andriamifidy estime toutefois qu’il reste encore des efforts à faire l’année prochaine pour atteindre l’objectif. Cette année 2017, les maires sont les plus récalcitrants. Pour ce qui est des magistrats, 600 assujettis sur 800 ont déclaré leurs avoirs. Il reste donc 200 magistrats récalcitrants. Reste à savoir si le Bureau Indépendant Anti-Corruption osera s’attaquer à ces hauts responsables.

Davis R

Midi Madagasikara37 partages

Secteur du Bâtiment : La nanotechnologie attire de nombreux ménages

Les surfaces pulvérisées par la solution à base de nanotechnologie deviennent imperméables à l’eau une fois séchées. L’humidité et les moisissures disparaissent également après son application.

En cette période de pluie, l’éboulement et l’effondrement des maisons ou des bâtiments ou bien des murs de soutènement sont toujours à craindre surtout quand les infrastructures sont en état délabré, sans compter l’inondation des bas quartiers. Pour protéger ces constructions en dur, le produit nanotechnologique Zycosil Conc est lancé pour la première fois à Madagascar. « Ce produit procure une étanchéité efficace et permanente. C’est applicable sur tout type de surface que ce soit en ciment, en brique, en béton ou en pierre. En outre, c’est facile à utiliser car il suffit tout simplement d’ajouter de l’eau et de pulvériser la solution sur  les parties des murs  ou fissurés ou qui suintent  », selon les explications des promoteurs. Promu dans le cadre du salon « Made in India » organisé tout récemment par l’Ambassade de l’Inde à Madagascar en partenariat avec la Fédération des Chambres de Commerce et d’Industrie de Madagascar, ce produit nanotechnologique attire actuellement de nombreux ménages.

Produit écologique. Il s’agit notamment d’un produit écologique fabriqué par la société « Zydex Industries » basée en Inde, répondant aux normes internationales et respectant l’environnement.  Cette nano technologie peut être appliquée sur les murs intérieurs et extérieurs. On peut également l’utiliser pour la construction d’une piscine ainsi que la protection  des toitures et chéneau, du balcon et terrasse voire même les toilettes en le servant de joint des carrelages.  En outre, « ce produit Zycosil Conc pénètre dans les fissures même les pores invisibles à l’œil nu, soit entre 0,5 et 2mm. C’est également efficace pour lutter contre l’humidité ou la moisissure des surfaces non fissurées. Un kilo de cette nanotechnologie mélangé dans  20 litres d’eau permet de couvrir une surface verticale de 60 à 100m² ou une surface horizontale de 24 à 40m² », ont-ils fait savoir.

Imperméables à l’eau. Notons que ce produit est déjà très prisé dans de nombreux pays en Europe, en Afrique et en Asie.  On l’utilise entre autres pour la construction de la fondation d’un bâtiment. « Les surfaces pulvérisées par la solution à base de nano technologie deviennent imperméables à l’eau une fois séchées. L’humidité et les moisissures disparaissent également après son application », ont évoqué  les promoteurs.

 Navalona R.

Madagascar Tribune36 partages

Forte inflation en perspective

C’est lors de son émission hebdomadaire « le rendez-vous/Fotoam-bita » de la semaine dernière que le président de la République a déclaré que Madagascar avait atteint sa vitesse de croisière en matière de développement économique. Et ce malgré des obstacles dressés selon lui. Tout en rappelant qu’il s’agit du redressement d’un pays qui a connu 60 ans de décadence. Cette vitesse de croisière ainsi que les résultats atteints jusqu’ici seraient le résultat des programmes à long terme mis en place par l’Exécutif. Des programmes qui ne répondent pas uniquement aux besoins immédiats du pays mais qui se projettent également dans l’avenir. Ce qui devrait susciter l’espoir en un avenir plus radieux mais également la volonté de continuer sur ce chemin. Pourtant, le président de la République a également souligné qu’il était conscient des difficultés vécus par les Malgaches au quotidien, notamment en cette période de fête. Un discours qui semble dès lors contradictoire du fait qu’on parle d’un développement acquis et à continuer mais aussi d’une difficulté certaine et accentuée des Malgaches à vivre au quotidien. D’autre part, l’inflation grandissante et la chute de l’Ariary entrainant une baisse considérable du pouvoir d’achat des ménages sont autant d’indices qui viennent contredire le président de la République.

Selon l’économiste Johnny Ranaivoarison, l’économie malgache se trouve en récession depuis 2009 et jusqu’à maintenant. L’inflation va continuer et ce même si l’Etat adopte une politique de stabilisation. Les raisons en sont que le taux de pression fiscale qui environne les 10% est trop bas. De ce fait, les recettes ne suffiront pas à couvrir les dépenses publiques, qui sont d’ailleurs essentiellement des dépenses de fonctionnement. D’autre part, le relèvement du taux directeur par la Banque centrale entrainera une augmentation des prix du fait que les banques primaires augmenteront également leurs taux d’intérêt selon toujours Johnny Ranaivoarison. Enfin, l’on pourrait assister à une fuite monétaire. En ce sens que nos exportations sont faibles alors que les importations deviennent de plus en plus conséquentes, notamment avec le cas du riz. Car selon le président de la République, l’on prévoit d’importer jusqu’à 500.000 tonnes de riz pour palier l’insuffisance de la production locale. Les réserves en devise diminueront à coup sûr ce qui entrainera une inflation généralisée. Enfin, la décision de l’Etat dans la loi de finance de 2018 d’augmenter les taxes sur les produits pétroliers ne fera qu’accentuer ce phénomène. Une forte inflation sera donc attendue d’ici le début de l’année prochaine.

Midi Madagasikara32 partages

BNI Madagascar : Une nouvelle agence à Mampikony

Le PM Mahafaly Solonandrasana Olivier était présent à l’inauguration de l’agence BNI Madagascar, Mampikony.

Banque de proximité, la BNI Madagascar multiplie la création d’agences dans les différentes régions du pays.

La BNI Madagascar continue  d’étoffer son réseau d’agences. Mampikony est la dernière ville à être dotée d’une agence BNI Madagascar, cette année.

Deuxième réseau bancaire. Située à Mahiagogo Mampikony, sur l’axe de la RN6, la nouvelle agence offre confort et proximité à l’ensemble de la population de cette région, en quête de services et de solutions bancaires de qualité. Cette implantation de BNI Madagascar à Mampikony permet de sécuriser les opérations financières des particuliers, des professionnels et des entreprises locales avec des offres bancaires de « mobiles banking » les plus innovantes.  L’agence de Mampikony répond, en tout cas aux normes de BNI Madagascar et dispose d’un guichet automatique de banque disponible 24h/24 et 7j/7 pour les détenteurs de cartes BNI, Visa et Mastercard. Elle est d’ailleurs ouverte du lundi au samedi, pour la grande satisfaction de ses clients. « Deuxième réseau bancaire du pays, BNI Madagascar  compte actuellement 71 agences et 100 guichets automatiques de banque sur l’ensemble du territoire malgache » a-t-on rappelé, lors de l’inauguration de l’agence de Mampikony, jeudi dernier.

Inclusion financière. Une inauguration qui a vu la présence du Premier ministre Solondrasana Mahafaly Olivier. Ce dernier a loué l’initiative de la BNI Madagascar en faveur de l’inclusion financière, notamment à travers des solutions bancaires innovantes comme le « mobile banking ».  Dans son discours, le Chef du gouvernement a manifesté sa confiance aux potentialités de Mampikony et a incité la population à intégrer le système bancaire. Henri Rabarijohn, le PCA de la BNI Madagascar a pour sa part  mis à profit cet événement solennel  pour montrer la détermination de la banque   dans la concrétisation de son modèle de développement inclusif.  « Déjà présente dans la Région Sofia à travers son agence à Antsohihy, BNI MADAGASCAR maintient le cap en couvrant davantage de localités dans les zones éloignées, et plus ou moins enclavées, pour ainsi relever le défi de la bancarisation. » a-t-il indiqué.

R.Edmond.

News Mada31 partages

Insécurité a tsaratanana : six personnes prises en otage

 La situation sécuritaire dans le district de Tsaratanana est préoccupante. Lors de deux cas de vols de bœufs, survenus le 24 décembre à Antongomavo, commune de Sarobaratra, et à Antsatratokana, commune d’ Andriamena, les dahalo ont pris en otage six personnes dont deux enfants de 14 et 16 ans.

Vers 5 h, une trentaine de dahalo, munis qu’une vingtaine de fusils de chasse, ont attaqué le village d’Antongomavo et ont emporté 300 têtes de zébus. Pour couvrir leur fuite, ils ont pris en otage cinq villageois dont les deux enfants. Des gendarmes et des villageois ont engagé une poursuite et des affrontements ont eu lieu à Maroboaly et à Andranondrantsa. Trois des bandits sont tombés sous les balles des gendarmes durant les échanges de tirs. Sachant que le vent tournait en leur défaveur, les dahalo ont abattu un otage de 51 ans avant d’abandonner leur butin et les quatre autres otages.

Simultanément à Antsatratokana, 11 dahalo également équipés de fusils de chasse ont volé 70 zébus. Les assaillants ont tué le petit-fils du propriétaire des zébus et blessé trois autres villageois. Durant leur fuite, ils ont pris en otage un villageois. Des gendarmes se sont lancés sur leur trace. Alors que les poursuivants ont commencé à gagner du terrain, les malfaiteurs ont libéré l’otage et abandonné les zébus.

Mparany

 

Midi Madagasikara31 partages

Diplomatie « malagasy » : Gros moyen humain pour un résultat mitigé

Le régime en place engage de nombreuses compétences alors que le résultat reste mitigé.

L’heure est au bilan. Au niveau de chaque ministère, outre les traditionnelles distributions des paniers garnis aux personnels, le moment est opportun de dresser la liste des réalisations et des échecs enregistrés pendant l’année 2017. Au ministère des Affaires Etrangères à Anosy, le résultat déçoit bon nombre d’observateurs car nos ambassadeurs ne sont pas jusqu’à présent nommés. Et en plus, l’orientation diplomatique du régime en place reste floue : avec la Chine ou non ? Force est cependant de constater que le régime HVM engage un gros moyen humain et met en place une structure solide pour booster une diplomatie au service du développement. En effet, outre le ministre des Affaires Etrangères Henry Rabary-Njaka, la Présidence de la République s’est dotée d’une direction des Relations Internationales conduite par l’ancienne MAE Arisoa Razafitrimo. Toujours à la Présidence de la République, le président Hery Rajaonarimampianina a nommé un conseiller spécial chargé des Relations Internationales, en la personne de Denis Andriamandroso, ancien ambassadeur de Madagascar en Afrique du Sud.

Secrétariat d’Etat inutile. Par ailleurs, le chef de la diplomatie Henry Rabary-Njaka a fait appel à un ancien ministre des Affaires Etrangères pour occuper le poste de directeur de cabinet. Il s’agit d’Ulrich Andriantiana qui est, de surcroît, un agent diplomatique et consulaire formé à l’Ecole Nationale d’Administration de Madagascar (ENAM). Mais, ce n’est pas tout. Une fois nommé à la Primature, Mahafaly Solonandrasana Olivier a créé dans son gouvernement un secrétariat d’Etat chargé de la Coopération et du Développement. Pour les experts en diplomatie, ce secrétariat d’Etat ne doit pas exister car la coopération et le développement sont déjà les principales missions du ministère des Affaires Etrangères. Malgré ces gros moyens humains et structurels, la diplomatie malgache semble jusqu’ici avoir du mal à relever les défis. Le président de la République multiplie ses déplacements à l’extérieur dans le cadre des Sommets internationaux, certes, mais les résultats de ces déplacements ne sont pas encore ressentis sur l’économie du pays. Madagascar se contente des aides financières des bailleurs de fonds traditionnels (FMI et Banque Mondiale) et de la Chine.

R. Eugène

News Mada28 partages

Madagascar fashion week ocean indien : Huit stylistes à l’affiche

Grâce à l’association Jeunes volontaires Madagascar, la Grande île abritera pour la troisième fois un nouveau concept de «Fashion week», dénommé Madagascar Fashion Week océan Indien, du 28 au 31 décembre, à l’hôtel Soanambo à Sainte Marie. Selon le comité d’organisation, les préparations vont bon train et huit stylistes nationaux et internationaux seront en tête d’affiche.

«Madagascar n’a rien à envier aux autres pays, en ce qui concerne la mode», a annoncé Alexandre Rakotoson, le président du comité d’organisation. Au fait, l’objectif est de donner une plateforme unique aux créateurs et stylistes malgaches, mais aussi des autres îles de l’océan Indien, où les échanges et les rencontres seront priorisés. Cette plateforme permettra aussi de montrer au reste du monde leurs œuvres et surtout les collections «Eté australe».

Pour cette troisième édition, des artistes des îles voisines sont invités. «Au total, ils seront huit stylistes, dont deux Réunionnais, un Tanzanien, un Comorien. Et les quatre autres sont Laziza Création, Kamira, Poti-taratasy Création, et Gaona», selon ses précisions.

Le programme s’annonce déjà chargé. Soutenue par le ministère de la Culture, de la promotion de l’artisanat et de la sauvegarde du patrimoine, cette édition sera composée d’une exposition-vente, de défilés de mode et surtout d’un concours de beauté baptisé «Brand Ambassador». Et, selon les organisateurs, l’inscription à ce concours, destiné aux jeunes hommes et femmes, est encore ouverte actuellement. «Nous allons dédier cette troisième édition à Frédéric Laumonier, qui est récemment décédé. Il a beaucoup contribué  à la réalisation de cet évènement», a-t-il ajouté.

A la fin de l’évènement, un des stylistes participants sera sélectionné et bénéficiera d’un an d’accompagnement. «Il ou elle gagnera des stages nationaux et même internationaux», a-t-il expliqué. Rappelons que Gaona, l’un des participants, a déjà été sélectionné durant la deuxième édition qui s’est tenue au mois de juillet dernier. Il a participé à la dernière saison de Fashion week de Milan au mois de septembre de cette année.

Holy Danielle

News Mada27 partages

Tenisy ambony latabatra – «Open de Tana» : handray anjara i Anja, mpilalaon’ny Lyon

 Hanamarika ity faran’ny herinandro ity, ny “Open de Tana”, taranja tenisy ambony latabatra, karakarain’ny seksiona Antananarivo Renivohitra. Hisy mpilalao mpila ravinahitra, handray anjara  amin’izany.

 Hotanterahina, etsy amin’ny efitranon’ny ANS Ampefiloha, ny 28 – 30 desambra ho avy izao, ny andiany fahatelo, amin’ny “Open de Tana”, taranja tenisy ambony latabatra.

Hiavaka ity farany ity, satria handray anjara, i Anja mpilalaon’ny Tennis de Table G Lyon 7, Frantsa. Ankoatra izay, hamaritra ireo ankizy mianadahy U16, hahazo ilay fiofanana,  any amin’ny Club Sportif Municipal Puteaux Frantsa. Hatreto aloha, mitarika eo amin’ny lehilahy i Angelo avy amin’ny Aro CFTT sy i Luciano avy any Alaotra Mangoro. I Ny Antsa sy i Mendrika kosa izay samy avy amin’ny Aro CFTT ny eo amin’ny vehivavy. Hanatrika ity “Open de Tana” ity ny solontenan’ny Cap Madagascar France, mpanohana ny seksiona Antananarivo Renivohitra, hanolotra ireo tapakila roa ho an’izay mendrika. Hanokatra ny fihaonana ny 28 desambra ho avy izao, ny fiadiana ny ho tompondaka eo amin’ny olon-tokana (1 ère, 2ème, 3 ème série) lehilahy, izay tokony novitaina ny volana jolay lasa teo, saingy tsy vita noho ny tsy fahazoana efitrano filalaovana.

Ny 29 desambra vao hanomboka ny “Open” ka fifanintsanana mivantana ka mivoaka ho mpandresy, izay mahazo seta 4 voalohany. Marihina fa hifampitana amin’izany ny sokajy “toute catégorie” lahy sy vavy ary ny 2 ème sy 3ème série lehilahy ary ny “Non licenciés” lahy sy vavy miampy ny an’ny U16.

Ankoatra ny amboara sy ny medaly, hahazo lelavola 280.000 Ar ny ho mpandresy, raha 60.000 Ar ny an’ny resy. Homena fanomezana manokana ny klioba mahavita vokatra tsara indrindra. Ankoatra an’Analamanga, handray anjara koa Alaotra Mangoro sy Matsiatra Ambony ary Atsinanana. Ity fifaninanana ity koa no manakatona ny taom-pilalaovana ho an’ny seksiona Antananarivo Renivohitra.

Torcelin

 

Midi Madagasikara26 partages

Projet Re-Use ECOLAB : Le b-a-ba de la valorisation des déchets dans un manuel

Les femmes bénéficiaires du projet ont reçu des vélos électriques pour les soutenir dans leurs activités de collecte des déchets.

Un manuel de valorisation des déchets lancé la semaine dernière, indique comment donner une seconde vie à des objets non biodégradables, tout en assurant des revenus stables à des femmes vulnérables.

Valoriser les déchets et assurer des sources de revenus à des femmes en difficulté. C’est ce que propose le projet ISLANDS de la Commission de l’Océan Indien (COI) en mettant en œuvre le projet RE-USE ECOLAB. L’initiative consiste à former des femmes vulnérables à la valorisation des déchets les plus communs. Ainsi, bouteilles en plastique, cannettes de boissons, bouteilles en verre, papiers, vieux vêtements, sont transformés en divers objets du quotidien, accessoires, petits mobiliers, etc. Lancé le 21 décembre 2017, ce manuel indique, pas à pas, les étapes à suivre pour valoriser des objets, a priori destinés à la poubelle, et montre à travers des illustrations la manière de valoriser simplement ces déchets de base de la vie quotidienne. Il présente également des chiffres clés ainsi que l’importance des déchets créés par l’homme et son mode de vie, ainsi que leurs conséquences sur la planète. Les techniques et astuces de valorisation des déchets invitent alors le lecteur à vivre différemment en réduisant ses déchets et en adoptant le recyclage.

Triple objectif. L’initiative RE-USE ECOLAB a un objectif à la fois écologique, économique et social. Dans le cadre de ce projet, des femmes sélectionnées par des ONG locales collectent les déchets qui peuvent être transformés. Elles contribuent ainsi à la préservation de l’environnement quand on sait qu’environ 6,4 millions de kg de déchets sont déversés chaque année dans les océans. Les femmes sélectionnées pour suivre la formation de RE-USE ECOLAB sont issues de milieux vulnérables. L’initiative leur permet de générer des revenus réguliers. Elles accèdent ainsi à plus d’autonomie et acquièrent leur indépendance, notamment financière. Depuis son lancement, RE-USE ECOLAB a formé plus d’une centaine d’éco-créatrices dans cinq pays.

Et pour les accompagner dans la collecte de déchets, les éco-créatrices et leurs organisations ont été dotées de vélos électriques afin de leur faciliter la tâche, laquelle peut s’avérer fastidieuse selon le poids et le volume de la collecte.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara25 partages

Football – Coupes d’Afrique : CNaPS et Fosa renforcent leurs lignes !

L’équipe de la CNaPS Sport a fière allure avant d’aller en Afrique.

La préparation pour les coupes africaines de nos deux représentants bat son plein. Après des mois intenses, les deux clubs observent ce week-end un « break » avant d’entamer une autre phase pour peaufiner le collectif.

La CNaPS Sport engagée en Ligue des champions contre les Ougandais du « Kampala Capital City Authority » avec le match aller le 9, 10 ou 11 février au stade de Vontovorona et le retour à Kampala le 16, 17 ou 18 février à Kampala, ne restera pas les bras croisés et entend donner le maximum pour tenter d’aller le plus loin possible dans cette compétition phare du continent.

La bonne pioche Carlos. « Tant qu’à faire, autant se mobiliser à fond pour être pour la première fois pour un club malgache, à se qualifier pour la phase de poule », précise le DG de la CNaPS, Arizaka Rabekoto Raoul.

Et quand il le dit, ce président-fondateur du club va tout faire pour le rendre plus compétitif. A charge pour le staff technique de combler certaines lacunes. C’est ainsi que des renforts vont arriver notamment l’attaquant du JET Mada, Carlos, une très bonne pioche, auquel le sélectionneur Tipe Randriambololona va ajouter le milieu offensif de l’AS Adema, Angelot. Le conditionnel est de mise pour ce dernier car les deux clubs sont en train de négocier non pas pour un prêt mais pour un transfert selon la méthode maison des caissiers.

Avion spécial. Quant au Fosa Juniors beaucoup trop discret sur le sujet. Il va affronter chez eux, les Kényans de l’AFC Léopards pour le 9, 10 ou 11 février avant de les recevoir une semaine plus tard à Mahajanga.

Quant à l’effectif des Majungais, c’est aussi le flou total. Enfin presque car des indiscrétions font mention comme quoi Fosa Juniors est en pleine négociation pour s’arracher les services du gardien de JET Mada, Joma « Taffarel », pour servir de doublure à Kandy qui semble avoir retrouvé une seconde jeunesse. Mais prudent, Fosa Juniors veut d’abord compléter les lignes avant de partir à l’assaut de l’Afrique. C’est ainsi que le milieu tournant de l’AS Adema, Jonah, est annoncé au Fosa Juniors tout comme l’autre attaquant Angelot qui est aussi dans le viseur de la CNaPS Sport. Une autre bataille en perspective donc pour ces deux clubs rivaux qui ont d’ailleurs des moyens énormes, puisque l’une comme l’autre équipe peut se payer, au besoin, un avion spécial vu le temps relativement trop court entre les deux matches.

Pour rester dans l’antre du Fosa, l’entraîneur Bob qui va devoir clarifier sa situation, puisque ses diplômes ne l’autorisent pas à siéger sur le banc des remplaçants, va s’appuyer sur une ossature Tana Formation avec Santatra, Doda, Elefoni, Dax, Baggio et Sambatra. Avec l’automatisme d’un groupe dont certains membres sont ensemble depuis l’âge de 13 ans, on s’attend à une bonne prestation de leur part.

Clément RABARY

News Mada24 partages

Mananara : les membres d’équipage du MS Atlantis sains et saufs

Les 8 membres d’équipage du navire de transport  de marchandises, le MS Atlantis, ont évité le pire. Après plusieurs heures de dérive en mer, le bateau a été localisé et remorqué au port de Sainte-Marie.

Selon un communiqué du Commandement des Forces navales, le navire MS Atlantis qui transporte régulièrement des marchandises sur l’axe Toamasina-Maroantsetra a rencontré un problème technique le 23 décembre après son passage à Maroantsetra. «Le gouvernail s’est détaché de l’étambot et est tombé au fond de la mer. Le navire dériva alors au large en étant non maître de sa manœuvre», pouvait-on lire dans le communiqué.

Ayant reçu l’alerte, le 23 décembre peu avant minuit, le Détachement de la marine à Sainte-Marie a envoyé une vedette rapide de surveillance côtière (VSC), après quelques heures de préparation et de planification. Après 7 heures de recherches, le bateau en détresse a été repéré à 20 nautiques (37 kilomètres) au sud-est de Mananara et remorqué au port de Sainte-Marie.

Un autre accident maritime s’est également produit à Mahajanga dans la nuit de dimanche à lundi. Vers 2h, à la suite d’un problème technique, le « Fanantenana », un bateau de marchandise, a fait naufrage au large d’Antrema. Les six passagers, le propriétaire du bateau et les six membres d’équipage s’en sont sortis sains et saufs. Par contre, les marchandises n’ont pu être récupérées.

Mparany

 

Midi Madagasikara21 partages

Fête de fin d’année : “Akam’s Music” sera au Manovosoa

Jour J-4 de la nuit de la Saint-Sylvestre, les bons plans commencent à affluer sérieusement. Entre les fêtes en pleine ville  et dans les périphéries, les soirées sont multiples. Du côté d’Alasora,  l’orchestre « Akam’s music » donne rendez-vous aux inconditionnels à l’Espace Manovosoa.

Les amateurs de bonne musique auront le loisir de sillonner les tubes  de ces 50 dernières années. Créé en 2006, « Akam’s music » est un orchestre d’animation. Pour donner plus d’envergure à leurs activités, la formation s’est préparée pendant quatre ans avant d’entrer dans le monde du professionnel et en faire le métier. Au fur et à mesure, les sept membres intègrent « Akam’s Music ». Dirigé par Maholy, l’orchestre est constitué par Njaka à la basse, Skail au clavier, Finaritra à la batterie, Manitra à la guitare solo et Ando au micro.

Mis à part les animations d’évènements familiaux, le groupe compte désormais se faire un nom en s’attaquant à des  programmations d’envergure et faire plus d’apparition sur le devant de la scène. Pour 2018,  « Akam’s Music » compte déjà faire vibrer les amoureux à la Saint-Valentin, mais  pour le moment, La bande à Maholy se focalise sur la fête de fin d’année pendant laquelle elle convie les amateurs de bonne ambiance.

Maharindra

L'express de Madagascar20 partages

Météo – Un risque de cyclogénèse menace l’île

Une zone suspecte est suivie de près dans l’océan Indien. Elle pourrait se développer en une perturbation tropicale avec un risque modéré pour l’Est de Madagascar.

Un cyclone pourrait voir le jour au début de l’année 2018. Les techniciens de la direction générale de la Météorologie (DGM) ont localisé une zone suspecte à 1 500 kilomètres à l’Est de Madagascar, avec un risque accru de développement en une perturbation cyclonique, entre le 1er et le 7 janvier. « Ce n’est pas seulement la mer qui se réchauffe, les conditions de l’atmosphère au tour de son centre est, également, favorable à la formation d’un cyclone », explique Zo Andrianina Patrick Rakotomavo, ingénieur de recherche au sein du service des Recherches hydrométéorologiques de la DGM, hier.

Le pire est à prévoir pour de Madagascar. Dans le bulletin de la prévision des précipitations intra-saisonnières du 25 décembre au 7 janvier, envoyé hier, le service des Recherches hydrométéorologiques précise qu’il y a un «risque modéré pour l’Est de Madagascar » et Zo Andrianina Patrick Rakotomavo, de souligner qu’il risque de s’approcher de la grande île. « Elle pourra apporter des pluies pour la partie Est. Si cette zone suspecte remplit les conditions et se développe en une perturbation cyclonique, elle se dirigera de l’Est à l’Ouest. Nous publierons un autre bulletin la semaine prochaine pour confirmer si elle se rapproche de l’Est de Madagascar, ou si elle va toucher terre », enchaine-t-il.

Active

Trois zones suspectes ont été suivies de près par nos techniciens de la météorologie, depuis le début de la saison cyclonique. Les deux premiers se sont évaporés, ce troisième présente une forte chance de devenir le premier cyclone dans l’océan Indien pour cette saison 2017-2018 et s’appellera Ava. Pour les techniciens, cette année, la fréquence des zones suspectes a été minime. « D’habitude, au moins un est baptisé au mois de décembre », explique un technicien. La DGM a, pourtant, annoncé une saison cyclonique active. Elle a prédit, en fin octobre, que deux à quatre perturbations pourraient atterrir sur les côtes  malgaches, dont un à deux pourraient atteindre le stade de cyclone  tropical voire  supérieur. « Ce n’est pas que la formation d’un cyclone se retarde qu’il n’y en aura plus. Il est probable qu’il se succédera de janvier à février », conclut Zo Andrianina Patrick Rakotomavo.

Abondance de la quantité des précipitations

La fin d’année et le début de l’année seront pluvieux dans plusieurs localités. Du 25 au 31 décembre, les cumuls de précipitation seront de modérés à abondants, pour les régions de Boeny et Betsiboka, et quelques districts comme Moramanga et Andramasina,. Du 1er janvier au 7 janvier, ils seront modérés à abondants pour les régions Vatovavy Fitovinany, Atsimo Atsinanana, mais aussi pour Nosy Be, Ambositra, Manandriana, Ambohimahasoa, Fianarantsoa I et II,. A Antananarivo, les pluies continueront dans les trois jours à venir, selon Lovandrainy Ratovoarisoa, prévisionniste.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara20 partages

Taolagnaro : Cinq morts et 30 blessés dans un accident de camion

Le bilan de l’accident d’un camion transportant près de 50 personnes survenu le 22 décembre 2017 dans la commune rurale de Ranomafana dans le district de Fort-Dauphin s’est alourdi. Selon les informations, deux autres personnes ont succombé suite à leurs blessures à l’hôpital de Taolagnaro. Ces nouveaux cas de décès portent alors à cinq le nombre des victimes de ce terrible accident dont trois ont été tuées sur le coup. Le constat de la gendarmerie, le jour de l’accident, a fait état des trois morts et une trentaine de blessés. Dans un état critique, cinq des blessés ont dû être évacués d’urgence au centre hospitalier de référence régionale de Taolagnaro, tandis que les autres ont été traités au CSB2 de Ranomafana. La fin de la semaine passée, une délégation des autorités de la région Anosy conduite par le Préfet de Taolagnaro est venue à Ranomafana, lieu d’origine des victimes, pour rendre les derniers hommages à ces dernières et présenter leurs condoléances ainsi qu’apporter des aides aux familles éplorées. Rappelons que le drame s’est produit à l’endroit appelé Manangotry qui se trouve entre Isaka et Fenoaevo sur la route reliant Taolagnaro avec Ranomafana. Le mauvais état de la route et la surcharge seraient à l’origine de l’accident durant lequel, le camion  a fini sa course dans le ravin.

T.M.

Midi Madagasikara19 partages

« Manga mania festival » : La culture asiatique sous toutes les coutures !

Les amatrices de la tendance « kawaii » pourront s’adonner complètement à leur passion pendant les trois jours de festival à travers le concours de « miss kawaii ».

Place au plus grand événement dédié à la culture asiatique ! Du 28 au 30 décembre, le zoom sera mis sur les  cultures japonaise, coréenne et chinoise au salon de l’animé et du jeu vidéo à Madagascar.

Dans tous ses états ! A partir de demain, le « Manga mania festival » va investir le gymnase couvert d’Ankorondrano. Une excellente nouvelle qui devrait ravir les amoureux de manga qui pourront se retrouver et partager leur passion commune pour la culture asiatique. Exposition, animation, divertissement, foire, «  live », projection, dégustation, ateliers et divers concours, notamment celui de la « Miss Kawaii » seront au menu.  « Kawaii ? » c’est mignon, adorable, délicat, attachant à la fois. Mais bien plus qu’un adjectif, « kawaii » est avant tout une culture. C’est un phénomène, une mode, une tendance, qui fait sensation au Japon et commence à gagner peu à peu le monde. Les amateurs de culture nippone malgache ne sont pas en reste. La mode « Kawaii » regroupe plusieurs styles vestimentaires : les « gothic » et «  Sweet Lolita », « l’Otomekei », le Larme Kei… Chaque style vestimentaire a ses codes de base  mais un principe reste toujours présent : l’esthétique et le teint d’une poupée de porcelaine, mêlé à plusieurs styles vestimentaires différents… Pour ceux qui ont toujours rêvé de porter cette tendance, le comité d’organisation du « Manga mania festival » leur donne l’occasion de s’adonner complètement à leur passion.  Le concours « Miss kawaii » est organisé pendant la tenue de l’évènement. Les inscriptions sont ouvertes chaque jour. Les amateurs de jeux, pendant ces trois jours, vont également trouver leur bonheur.

Jeux  et projections. Ce qui a d’abord rendu la culture manga populaire ? Ce sont avant tout les divers jeux et dessins animés. Il est donc légitime d’assister, pendant ces trois jours de manifestation, à des tournois de jeu vidéo dont la finale se tiendra sur écran géant version e-sport, une démonstration d’arts martiaux divers, des concours « Cosplay », « live J-rock et dance, cover » avec effet spéciaux divers (lance-flamme, diffuseur de fumée, bulle et jeu de lumière…), jeux vidéo sur PS3 et Xbox 360, « 3 just dance » sur Xbox 360 avec « kinnect », « dota », simulateur de conduite, duel « yugi-oh » et « guitar hero » avec accessoires…Projections manga et « drama » seront aussi au menu dans les salles « otaku » et « kpopers ». Les addicts de « shooting » ne seront pas en reste. Des séances de photos avec des robes gothiques et « cosplay » sont également prévues au programme. Les fins gourmets ne seront pas déçus. Sur place, les visiteurs pourront retrouver un espace gourmandise avec « candy bar kawai, ishiraku ramen », un « sushi bar » et où ils pourront savourer plusieurs autres spécialités japonaises, à des prix, selon les organisateurs, « à la portée de tous ». La culture asiatique dans toute sa splendeur, c’est au gymnase couvert d’Ankorondrano du 28 au 30. Avis à tous les amateurs !Mahetsaka

Midi Madagasikara15 partages

Vitogaz : Actions pour la vulgarisation du gaz domestique

« Cela fait maintenant trois ans que je l’utilise le gaz domestique. Je suis très satisfait car le gaz est à la fois propre et facile d’utilisation » Rabarison Jena Clovis, le gagnant du premier lot de la tombola organisée par Vitogaz ne cache pas sa satisfaction en ce qui concerne l’utilisation du gaz domestique. Il aura d’ailleurs le plaisir de varier ses recettes en utilisant le barbecue à gaz, le lot qu’il a gagné. Cette tombola figure parmi les actions menées par Vitogaz pour inciter les gens à utiliser le gaz comme source d’énergie domestique. Angelin Rabezandrina, directeur Commercial de Vitogaz a profité de la cérémonie de distribution des lots, qui s’était tenue au Relais de la Haute Ville pour rappeler les avantages du gaz domestique.

D’ailleurs dans le cadre des efforts engagés pour la vulgarisation du gaz domestique, Vitogaz a déjà procédé à une baisse de 20% de ses prix. La distribution du gaz a été, également, améliorée grâce à un réseau de distribution de plus en plus étendu. Par ailleurs, Vitogaz a diversifié ses produits pour varier l’utilisation du gaz. On peut notamment citer le lancement du « fatapera à gaz », très pratique aussi bien pour les cuissons à domicile que pendant les déplacements. Sur ce point d’ailleurs, la tombola  dont on parle ici a été organisée à l’intention des utilisateurs du « fatapera à gaz ». A noter également que grâce à un partenariat avec SIPEM, les foyers à faible revenu ont la possibilité de s’acheter du gaz.

R.Edmond.

Midi Madagasikara13 partages

Une trêve de fin d’année qui n’est plus ce qu’elle était

Après ces trois jours de fête qui ont permis à la population de vivre dans l’illusion du bonheur, le retour à la réalité est particulièrement difficile. Néanmoins certains s’accrochent encore à la  perspective de merveilleux moments à passer lors du réveillon de la St-Sylvestre et remettent à plus tard un  réveil douloureux. Mais  les problèmes ne laissent aucun répit et  une partie des fonctionnaires est en train de ressentir durement ces difficultés financières provoquées par le retard de paiement de leur solde.

Une trêve de fin d’année qui n’est plus ce qu’elle était

Noël est pour les Malgaches une fête qu’il ne faut absolument pas gâcher et tout doit être fait pour qu’elle soit la plus réussie sur le plan matériel. Tout a donc été fait pour  qu’il en soit ainsi. La plupart ont dépensé tout l’argent dont ils disposaient et se retrouvent aujourd’hui totalement démunis. Ils vont devoir maintenant essayer de subsister vaille que vaille. Il y a encore la perspective du réveillon de 31 décembre à passer de la manière la plus agréable possible. Mais tout le monde convient que le week-end prochain sera beaucoup plus difficile à passer et que seules les classes les plus aisées feront bombance et choisiront de passer leur soirée dans les endroits les plus chics. Pour les autres, la potion sera amère et le repas sera frugal. Dans ce contexte, l’ambiance qui était euphorique à Noël sera plus pesante et les Malgaches vont commencer à ruminer des pensées beaucoup plus sombres. L’entrée dans la nouvelle année va avoir lieu sous les auspices les plus sombres. Janvier qui est traditionnellement l’un des mois les plus difficiles sera encore plus dur à traverser. L’inflation qui n’est pas près de s’arrêter va continuer à faire des siennes. La pauvreté va encore être plus visible et elle va certainement toucher certaines couches de la société encore épargnées. Comme un malheur ne vient jamais seul, le premier cyclone de la saison devrait frapper la Grande Ile au début de l’année. L’avenir  est donc particulièrement sombre. La trêve des fêtes de fin d’année n’est plus ce qu’elle était auparavant.

Patrice RABE

Midi Madagasikara13 partages

Suspension de soldes : La CTM-SSM prépare des mesures drastiques !

Non à l’injustice à l’aube des fêtes de fin d’année. En général, c’est le message que transmettent la CTM-SSM (Confédération des Travailleurs de Madagascar et Solidarité Syndicale de Madagascar) ainsi que les employés du secteur public et du secteur privé dont le solde et le salaire ont été  respectivement suspendus. En effet, une réunion se tient aujourd’hui même à l’hôtel Le Pavé Antaninarenina ; une réunion qui identifiera les mesures que vont prendre ces « victimes » des failles du logiciel Augure (Application Unique pour la Gestion Uniforme des Ressources Humaines de l’Etat) et du chômage technique arbitraire de l’entreprise « Classic Knitwear » par rapport à ces lourdes et brusques suspensions. Joint au téléphone, Barson Rakotomanga, secrétaire général de la SSM, explique. « Pour les fonctionnaires fantômes, nous estimons qu’il n’y a rien de plus légitime. Par contre, pour ceux qui n’ont de cesse honoré leurs heures de travail et qui sont privés de leurs soldes, c’est purement et simplement injuste. Et nous sommes loin d’être indulgents sur ce point », a-t-il avancé.

Arbitraire. Effectivement, lors du lancement en février dernier de ce logiciel controversé, la Direction Générale de la Gestion Financière du Personnel de l’Etat (DGGFPE), a estimé qu’« en matière de solde, des agents en situation irrégulière et des Hauts Emplois de l’Etat déjà abrogés soit au nombre respectif de 5 472 et 1 480 ont vu ainsi leur solde ou avantages suspendus. La mise à jour des dates de naissance dans la base de données de la solde a également permis de rayer les agents ayant déjà atteint l’âge de retraite. 25 000 mises à jour ont été réalisées ». Mais actuellement, 9 000 fonctionnaires « assidus » sont privés de leurs soldes. Dans le secteur privé, 263 employés de la société « Classic Knitwear » sont touchés par le chômage technique « arbitraire » pour reprendre les termes de Barson Rakotomanga. Pour ce cas, a-t-on appris que l’entreprise aurait pris cette décision pour faire face au « manque de commande ». Mais ce n’est pas tout. Toujours d’après les informations communiquées, ces  employés seront « en congé pendant 30 jours et au chômage technique du 8 janvier au 5 mars 2018 ».  De surcroît, paraît-il qu’ils ne peuvent changer d’employeurs.

Pourparlers. Face à ces cas d’injustice, Barson Rakotomanga  appelle à la solidarité de tous les travailleurs qu’ils soient concernés par ces problèmes ou non. Faut-il rappeler que des pourparlers ont d’ores et déjà eu lieu avec les représentants et l’avocat de l’entreprise « Classic Knitwear » mais « ces derniers sont dépourvus du pouvoir décisionnaire », a informé le secrétaire général de la SSM. C’est pour cette raison qu’une prochaine discussion aura lieu demain avec les propriétaires. Du côté de l’Etat, il n’y a – jusqu’à maintenant – aucune volonté de se mettre autour d’une table et de résoudre le problème, selon toujours les explications de Barson Rakotomanga. La journée d’aujourd’hui promet donc pour les employés victimes de suspension erronée de soldes et peut-être aussi pour les syndicalistes de la compagnie aérienne Air Madagascar qui, nonobstant la décision du tribunal administratif d’Antananarivo, n’y sont toujours pas réintégrés.

Aina Bovel

Madagascar Tribune12 partages

La révision constitutionnelle avant les lois électoraux

La tenue d’une session extraordinaire vers le début de l’année 2018 pour l’adoption des textes électoraux est évidente selon le président de l’Assemblée nationale Jean Max Rakotomamonjy. A titre de rappel, ces textes électoraux devaient passer devant les deux chambres durant la session budgétaire qui s’est terminé il y a quelques semaines. Malheureusement, les textes après leurs élaborations ont été retenu par l’Exécutif pour soit disant être corrigés. Et jusqu’à maintenant, nul ne sait où en sont ces textes. Pourtant, que ce soit au niveau des acteurs nationaux ou internationaux, l’on insiste à ce que ce cadrage juridique soit mis en place le plus tôt possible. Dans un souci d’égalité entre ceux qui seront parmi les candidats. Aussi, si la session extraordinaire se tient, le cadre juridique des élections devront être une priorité sinon les seuls textes qui passeront au niveau du Parlement. Cependant, plusieurs dignitaires du régime et barons du parti présidentiel sont revenu sur la question de la révision constitutionnelle dernièrement. Une révision constitutionnelle qui a créé énormément de polémique et de protestation, jugé inopiné en fin de mandat du régime actuelle. La question serait toutefois encore d’actualité. Le projet de révision devrait de ce fait aussi passer devant le Parlement lors de la prochaine session extraordinaire et pourrait même prendre la priorité sur le cadrage juridique des élections. Le but de cette révision constitutionnelle serait, selon les indiscrétions, d’écarter légalement certains adversaires potentiels de l’actuel président de la République, notamment Andry Rajoelina, en augmentant l’âge requis pour être candidat. Loin du souci des statuts des fokontany sur lesquels le régime avait basé ses arguments en faveur de cette révision.

Midi Madagasikara12 partages

Arts visuels : Is’art lance un appel à exposition

La candidature sera clôturée le 14 janvier 2018.

2018 s’annonce chargée pour le domaine de l’art.  La dernière semaine du mois de janvier, une grande exposition d’arts visuels se profile à l’horizon à l’Is’art Galerie. Qui seront les participants ? Nul ne le sait encore car l’appel à candidature vient d’être lancé à l’égard des artistes.

Installations et arts textiles, peinture, photographie, dessin, sculpture, estampe, illustration et techniques multiples s’entremêleront pendant six semaines. Pour 2018, si l’appel à candidature est limité  au 14 janvier, l’exposition aura lieu du 26 janvier au 2 mars.

Comme à chaque début d’année, l’Is’Art Galerie lance un appel aux artistes en arts visuels pour les inciter à présenter un projet d’exposition pour la programmation annuelle de la galerie. Ceci entre toujours dans le cadre de la promotion des arts visuels à Madagascar.

« Dans un pays avec peu d’institutions culturelles et où les arts plastiques et visuels sont encore plus marginalisés que les autres disciplines artistiques, un lieu centrant ses activités sur les arts visuels est plus que nécessaire » avance Tahina Rakotoarivony, le maître des lieux. La durabilité de l’espace est planifiée grâce à une combinaison d’activités commerciales et non commerciales, permettant aux artistes de gagner leur vie, d’apprendre et de s’inspirer de nouvelles collaborations tout en étant promu via une plus grande visibilité.

Par ailleurs ce lieu reste ouvert à tout public, pour encourager le programme d’enseignement général sur les arts. La teinturerie opte pour une collaboration plus efficace entre les artistes, et cela par l’atelier de création qui se trouve au sein même de l’espace. L’expérience d’artistes internationaux est d’une importance cruciale pour les artistes malgaches qui n’ont pas de possibilité d’étudier en école d’art, et se sentent déconnectés du monde extérieur.

Pour l’histoire, l’Isart Galerie a trouvé sa genèse à L’ISA Atelier, Innovation et synergie pour l’Art, de Richard Razafindrakoto et Ndriana Rafalimanana en 1996. C’était en 2011 que L’Isart Galerie, perpétué par les jeunes artistes, a ouvert  ses portes officiellement à Analakely, avec pas moins de 50 expositions dans ces locaux. C’était en novembre 2014 que la galerie investit la Teinturerie en continuant « Vers de nouveaux horizons artistiques ».

Pour être considéré, le dossier d’artiste doit comprendre les éléments suivants :

Présentation du projet d’exposition proposé et de la démarche de création (2 pages maximum)Trois images numériques ou imprimées des œuvres en lien avec le projet d’exposition proposé (300 dpi)Dossier de presse (facultatif)Les dossiers électroniques doivent être acheminés par courriel à l’adresse suivante : contact.isart.galerie@gmail.comLes dossiers trop volumineux peuvent être envoyés à partir du site www.wetransfer.com.Les dossiers physiques doivent être acheminés par la poste ou à être remis à l’adresse suivante : Lot VC 59Q, rue Vittori François, Ampasanimalo, Antananarivo 101 jusqu’au 14 janvier 2018

 

Maharindra

Midi Madagasikara11 partages

Lutte – Championnats minimes cadets écoliers : 3FB caracole en tête

Les jeunes lutteurs sont prometteurs.

Les jeunes lutteurs du 3FB ont dominé les sommets nationaux minimes, cadets et écoliers samedi dernier au Gymnase d’Ankatso. Ils ont raflé neuf  médailles d’or.

Une journée intense. Une centaine de jeunes lutteurs ont partagé leurs joutes à Ankatso samedi à l’occasion des Championnats de Madagascar minimes, des cadets et des écoliers. La relève est prometteuse. Les lutteurs du 3FB  ont frappé fort en terminant premiers au classement avec neuf médailles d’or. Chez les  écoliers, 3FB a raflé cinq titres sur les sept  en jeu. Il s’agit des Julio Tanteraka chez les 42 kg, Tolona chez les 53 kg, Safidy chez les 32 kg, Patrick chez les 35 kg et Lovasoa Serge dans la catégorie des 66 kg. Chez les cadets, Finoana (54 kg), Fanantenana (50 kg) et Johan Rakotoniaina ont remporté le titre dans leur catégorie respective. Les clubs de FIFA et du Cosfa rentrent avec cinq médailles d’or. Comme 2018 sera marquée par la tenue des Jeux Africains de la Jeunesse en Algérie et des Jeux Olympiques de la Jeunesse à Buenos-Aires, Argentine, cette compétition a été un tremplin pour la fédération dans la préparation de ces échéances. « Il y a du niveau lors de ces championnats, mais, ça se voit que les lutteurs manquent de compétition. Comme déjà annoncé, ces sommets ont permis aux techniciens de détecter les lutteurs présélectionnés au sein de l’équipe nationale. Le regroupement débutera ce 7 janvier au Gymnase de l’Académie Nationale des Sports (ANS) à Ampefiloha » a fait savoir Aimé Michel Rakotoniaina, coach national.  La satisfaction est de mise pour le président de la Fédération malgache des luttes (FML), Mamitiana Raveloson et son équipe. Quatre jeunes lutteurs feront le déplacement au Nigeria du 7 au 11 février 2018 pour le tournoi qualificatif de ces rendez-vous majeurs de 2018.

T.H

Résultats

Ecolières

-37 kg : Andrée  (FIFA).

-40 kg : Nasandratrivo (Cospn).

–44 kg : Kantoniaina (FIFA).

–48kg : Fanjasoa (Rossary).

-52 kg : Vohariniaina (FIFA).

– 62 kg : Malala (Cospn).

Ecoliers

-32 kg : Safidy (3FB).

-35kg : Patrick (3FB).

-38 kg : Setraniaina (Cospn).

-42 kg : Julio Tanteraka (3FB).

–47 kg : Hasina Nirina (Rossary).

-53 kg : Tolona (3FB).

-66kg : Lovasoa Serge (3FB).

Cadettes

-43 kg : Mampionina (Cosfa).

-46 kg : Andonaina (Fifa).

-49kg : Stella (Rossary).

52 kg : Volatiana (Fifa).

–65kg : Jessy (3FB).

Cadets

–42 kg : Tojo (Cosfa).

– 46kg : Faniry (Cosfa).

-50kg : Fanantenana (3FB).

-54kg : Finoana (3FB).

-58kg : Andoniaina (Cosfa).

-63 kg : Judicaël (Atsinanana).

–85 kg : Johan (3FB).

Midi Madagasikara10 partages

Assises de la Coopération décentralisée : Préparation intense dans six régions

Toutes les Communes dans les 22 régions de Madagascar seront représentées aux deuxièmes Assises de la Coopération internationale des Collectivités Décentralisées malgaches et françaises (AICT), qui se tiendront en mars 2018, au Carlton Anosy. La place étant limitée, plusieurs Communes se sont regroupées en associations afin de bénéficier des opportunités offertes par cette grande rencontre internationale qui fera venir près de 200 élus français et bien d’autres, issus de pays francophones. Ce mois de décembre, des missions de capitalisation thématique sont organisées par le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, dans les régions Atsinanana, Boeny, Matsiatra Ambony, Menabe, Itasy et Diana. D’après Mahazoasy Roger, directeur de la Coopération Décentralisée et Secrétaire exécutif de l’AICT, l’objectif principal de ces missions consiste à capitaliser les bonnes pratiques, les outils performants et les « success-stories » de la coopération décentralisée par rapport à cinq thématiques choisis par les Collectivités Territoriales malgaches  et françaises, dans six Régions.

Continuité. En effet, les missionnaires se chargent d’inventorier et collecter toutes les données et les connaissances acquises en matière de Coopération décentralisée, thématiques selon la Région/Communes/ Inter-communes ciblées. Ils se chargent également de rassurer les Elus sur leurs capacités à négocier, et/ou étendre, les pistes de coopérations de territoire à territoire durant les rencontres aux Assises. « Outre les collectes d’informations, plusieurs échanges sont également au programme de ces missions. Les autorités ont l’occasion de présenter leurs difficultés et de demander des appuis techniques pour la résolution des problèmes. En résumé, il s’agit d’une préparation aux deuxièmes assises AICT pour que la participation à cette rencontre soit optimisée, surtout pour les élus locaux à Madagascar », ont expliqué les missionnaires. Bref, loin d’être un simple événement, cette réunion des représentants des collectivités décentralisées malgaches et françaises pourrait apporter de grands changements au niveau du développement local.

 

Antsa R.

L'express de Madagascar8 partages

Tsaratanàna – Cinq morts et cinq otages libérés

Mode opératoire infernal des dahalo. Deux prises d’otages ont été signalées à la même heure dans deux communes, dont Andria­mena et Sarobaratra, dans le district de Tsaratanàna, dimanche. Le bilan s’est établi à cinq morts et cinq individus retenus en otage libérés sains et saufs. Pour le cas de la première commune, précisément au village d’Atsatratokana, fokontany de Bemavo, c’est à la suite d’un vol de soixante-dix zébus qu’un enlèvement a eu lieu. Onze bandits armés de fusils de chasse sont venus assiéger le village et s’emparer du bétail appartenant à un certain Raymond. Son petit enfant a été froidement fusillé par ces dahalo impitoyables avant qu’ils ne repartent avec leur butin et un otage. Trois membres du fokonolona ayant tenté de les affronter ont été roués de coups et ont été blessés, selon les informations d’un lieutenant de la gendarmerie d’Andriamena, hier au téléphone. Le trio a déjà reçu des soins au centre hospitalier à proximité.Les gendarmes de patrouille ont été immédiatement mobilisés pour la poursuite de cette horde des voleurs de bœufs. Ceux du poste avancé d’Ankisatra ont été également prévenus pour l’opération de bouclage près des repaires ciblés.

Chasse à l’hommeLes dahalo ont, en revanche, pris la fuite dès qu’ils ont aperçu les éléments des forces de l’ordre. L’otage a été secouru. Les bœufs ont été récupérés et restitués à leur propriétaire.Le hameau d’Antongo­mavo, fokontany d’Ambodi­manga-Sarobaratra a été le théâtre de la deuxième invasion menée par une trentaine de bandits armés de vingt fusils de chasse. Trois cents têtes de zébus appartenant à cinq propriétaires différents ont été volées. Ces malfrats ont enlevé cinq individus dont deux mineurs, âgés de 16 et 14 ans pour qu’on ne les poursuive pas, d’après les explications d’un notable du village. Alertés, les gendarmes du poste avancé de Sarobaratra renforcés par le fokonolona se sont lancés dans la chasse à l’homme. À quelques kilomètres du lieu d’assaut, à Maroboaly, ils sont tombés nez à nez avec les dahalo. Des échanges de coups de feu ont retenti sur les lieux. Certains dahalo ont été blessés, mais ont pu toujours continuer leur chemin avec le bétail. Un deuxième échange de tirs s’est produit au bord du fleuve de Mahajamba où trois bandits sont tués par balle. Cela a amené les autres dahalo à descendre l’un des otages ayant 51 ans. Les gendarmes n’ont pas laissé le tueur s’échapper. Ce dernier a payé ses actes, il a été frappé d’un tir de rafale et est tombé dans l’eau. Ses complices ont vidé les champs de tir en libérant les quatre autres otages. Ils ont abandonné les bœufs.Le député de Tsara­tanàna, Jaona Ratefiarivony a toujours sollicité la collaboration des autorités publiques pour éradiquer ensemble l’insécurité dans cette zone limitrophes des régions de Sofia, Anala­manga, Alaotra Mangoro et Betsiboka.

Hajatiana Léonard

Midi Madagasikara6 partages

FJKM Moramanga : Formation en Protection sociale pour les agents du Synode

Le synode de Mangoro-Moramanga fait partie des synodes de la FJKM ayant bénéficié d’une formation en protection sociale cette année. Une formation axée principalement sur les droits des travailleurs.

Employeurs et employés. Les travailleurs perçoivent leurs avantages sociaux à condition que leurs employeurs s’acquittent de leurs obligations, notamment le versement des cotisations y afférentes à la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNaPS). Comme  tous les travailleurs du privé, les employés d’église ont également droit à ces avantages sociaux. Conscient de cela, le pasteur Razafimandimby de la FJKM Analatsara Mangoro Moramanga s’est rendu auprès de la représentation régionale de la CNaPS pour s’enquérir des avantages sociaux de ses agents. Malheureusement, à cette époque, en 2005, il n’a pas reçu de réponses satisfaisantes de la part des agents concernés. 12 ans se sont passés et beaucoup d’eau a coulé sous les ponts ; la semaine dernière une délégation de la CNaPS s’est rendue à Moramanga pour rectifier le tir. Des agents de l’église ont été informés et sensibilisés sur leurs droits. Une participante, le Pasteur Razafimandimby Eulalie, donne ses impressions : « Grâce à cette formation, j’ai pu constater que la CNaPS ne fait pas des vols autorisés, contrairement aux rumeurs qui circulent ici et là, je connais actuellement tous mes droits et je sais que quand les assujettis ne perçoivent pas leurs prestations ; soit ils n’ont pas cotisés, soit ils n’ont pas fait la demande auprès de la Caisse ».

Luz R.R

L'express de Madagascar4 partages

Santé de la reproduction – Nouvelles techniques contre l’infertilité

Une nouvelle technique de procréation est opérationnelle au centre de Fertilité de Madagascar (CEFERMAD). Il s’agit de la fécondation artificielle in-vivo (FAV), elle est plus naturelle que la fécondation in-vitro (FIV). « La FIV se déroule dans un incubateur, par contre, la FAV a lieu dans le ventre de la mère », explique le Dr Rakotobe Andriamaro, gynécologue obstétricien au(CEFERMAD). C’était le 24 décembre, dans le cadre de la visite de la star Onja Tinondia, une de leur patiente qui venait d’accoucher d’un petit garçon dans une clinique de la ville d’Antana­narivo, le 23 décembre, à7 heures du matin.Selon l’explication du médecin, la rencontre des ovocytes et des spermatozoïdes se déroule dans une éprouvette. Par contre, ces cellules sont tout de suite introduites dans l’utérus de la mère.

ChanceLa chance de réussite de ces genres de fécondation artificielle ne serait pas à 100 %. « Parfois, ça marche, parfois, ça ne marche pas », enchaîne-t-il. La chance de fécondation serait minime pour l’humain par rapport à certains animaux comme les lapins. « Même s’il y a une relation sexuelle pendant l’ovulation chez un homme et une femme qui ont des spermes et des ovocytes en bonne santé, il n’y a que 20 % de chance pour que cela devienne un fœtus », renchérit-t-il.En outre, il a été soulevé pendant la neuvième Journée scientifique du Collège Malgache des Gynécologues obstétriciens (Comago), à l’hôtel Ibis à Ankorondrano, en août 2016, que l’infertilité gagnerait du terrain de nos jours. Les causes sont multiples, à savoir, le retard du temps de fécondation chez les femmes, le stress de la vie quotidienne qui trouble la vie hormonale ou encore l’infection affectant les appareils génitaux.Onja Tinondia fait partie des femmes qui ont suivi des traitements dans ce centre. « En seulement trois mois de traitement, je suis tombée enceinte », témoigne la maman de Fortuné Behevitra Medhi, toute fière, en embrassant chaleureusement son fils. Le petit a pesé 3,200 kg à sa naissance.

Cent quatre-vingt bébés in-vitro

Cent quatre-vingt bébés in-vitro sont nés depuis 2014, grâce aux interventions de l’équipe du CEFERMAD. Les mères pourraient accoucher d’un bébé, des jumeaux ou des triplés, grâce à cette fécondation in-vitro. Des Malgaches et des étrangers présentant des problèmes de fertilité, ont eu recours au service du CEFERMAD, depuis.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara4 partages

67ha : Ady tao anaty « bar », lehilahy iray maty voarasa tamin’ny vaky tavoahangy

Niafara tanteraka tamin’ny vono olona mahatsiravina, ny zava-niseho tao amin’ny toerana fivarotan-java-pisotro iray teny amin’iny faritra 67ha iny, ny andron’ny krismasy teo. Lehilahy iray, manodidina ny 30 taona no namoy ny ainy rehefa nisy nandrasa tamin’ny vakin- tavoahangy ny tendany. Andro iray fanararaotan’ny sasany misotro zava-mahamamo tokoa ny  fety eto amintsika. Ary fotoan’izany tokoa ity fetin’ny krismasy sy faran’ny taona ity. Saika feno hipoka avokoa ireo trano fisotroana ireny. Ny mahagaga anefa, maro amin’ireo mpisotro itony zava-pisotro mahamamo itony no milaza ny tenany ho matanjakabe tampoka izany ka mila ady amin’olona. Ary mazàna tokoa moa, dia tsy ilazaon’ady saritaka ny fiafaran’izany fiaraha-misotro izany. Toy ity nitranga tamina trano fisotroana iray tetsy amin’ny 67ha ity. Tsy fantatra loatra izay niatombohan’ny ady teo amin’izay olona nifamaly taminy sy ity lehilahy ity. Raha ny filazan’ireo mponina teny an-toerana, dia efa nifanao totohondry teny an-tokotany izy ireo. Tsy vita tamin’izay anefa, fa nisy iray tamin’ireo olona ireo no naka tavoahangy tany anatin’ilay trano. Namaky izany ary tsy nisy fisalasalana nandratra ny tendan’ilay lehilahy. Nahazo lalan-drà vaventy teo amin’ny traotraokany izany ka nampijininika ny rà. Vaky nandositra ireto namono vokatr’izay. Ireo nahita kosa no nitondra ity naratra teny amin’iny hôpitaly, saingy noho ny fahaverezan-drà be loatra, dia namoy ny ainy ity farany. Taorian’izay, raha ny fanazavana azo vao nisy nampilaza ireo pôlisy misahana iny faritra iny. Tsy nisy azo natao intsony moa. Ireo namono rahateo efa tsy hita tany nanjavonana. Ary satria misy resaka vono olona, dia noraisin’ny pôlisy misahana ny helokabevava ny fanadihadiana ny fikarohana ireto nahavanon-doza ireto.

m.L

News Mada3 partages

Fanisana sy fanentanana mpifidy : marisarisa ny antoko sy ny firaisamonina sivily

Hisy ihany ve ny fifidianana 2018? Ao anatin’ny fanavaozana ny lisitry ny mpifidy izao. Somary marisarisa amin’ny fanentanana mpifidy ny antoko politika sy ny firaisamonina  sivily, raha ny fijerin’ny Ceni. 

« Raha ny vaovao azo amin’izao fotoana izao, somary marisarisa ny fandraisana anjaran’ny antoko politika sy ny firaisamonina sivily amin’ny fidirana ao amin’ny vaomiera mpanao fanisana mpifidy eny ifotony, izay natsangan’ny Ceni mba hampangarahara tanteraka ny fanaovana ny lisi-pifidianana. »

Izay ny nambaran’ny filoha lefitry ny Ceni, Rakotonarivo Thierry, omaly, momba ny fanavaozana ny lisitry ny mpifidy hiatrehana ny fifidianana 2018. Raha ny tokony ho izy, mila solontenan’ny firaisamonina sivily sy ny antoko politika roa avy isaky ny antoko sy fikambanana ao anatin’io vaomiera mpanao fanisana mpifidy eny ifotony io, araka ny fanazavany. Nefa vitsy ny antoko politika na firaisamonina sivily mandefa ny solontenany ao anatin’izany amin’izao.

Marisarisa ihany koa ny fandraisana anjaran’ny antoko politika sy ny firaisamonina sivily amin’ny fanentanana sy fanabeazana ny vahoaka malagasy amin’ny fisoratana anarana amin’ny lisi-pifidianana. Manentana azy ireo handray andraikitra amin’izany ny Ceni, satria andraikitra iraisana ho an’ny firenena ny fanamboarana lisi-pifidianana. Eo koa ny fanentanana sy fanabeazana ny olona amin’izany fifidianana izany.

 Zava-dehibe ny fanavaozana ny lisitry ny mpifidy

 Hafatry ny Ceni amin’izao fisasahan’ny fotoana hifaranan’ny fanavaozana ny lisitry ny mpifidy izao àry: ho an’ny olom-pirenena feno 18 taona, iray volana sisa dia hifarana ny fanavaozana ny lisitry ny mpifidy. Zava-dehibe izao fanamboarana farany izao, mialoha ny hiatrehana ny fifidianana. Izay rehetra tsy voasoratra anarana ao anatin’izany hatramin’ny 31 janoary 2018, tsy mahazo mandray anjara amin’ny fifidianana sy ny latsa-bato rehetra amin’ny taona 2018.

Hamafisiny fa tsy fanavaozana tanteraka no atao, fa fanavaozana tsotra. Tsy misy olon’ny Ceni hitety na hizara taratasy isan-tokantrano amin’ny fisoratana anarana amin’ny lisi-pifidianana izany. Eny amin’ny fokontany no mipetraka ny lisi-pifidianana, ka andraikitry ny mpifidy feno taona ny misoratra anarana any amin’ny biraom-pokontany.

R. Nd.

News Mada2 partages

Port de Toamasina : les transitaires et les transporteurs en grève

La situation est montée d’un cran au port de Toamasina. Les transporteurs et les transitaires sont en grève, depuis hier, à cause de la désorganisation au niveau du terminal containers. Cela en dépit des négociations qui ont eu lieu au début du mois.

Le groupement des transporteurs et les transitaires au port de Toamasina sont en grève depuis hier. Le blocage persiste au terminal containers du port, en dépit des discussions entre toutes les parties prenantes concernées par la manutention des containers, le 7 décembre dernier.

D’après les témoignages reçus sur les lieux, les transporteurs ont bloqué l’entrée vers le débarquement et la livraison des marchandises. De même, les préparations des dossiers administratifs liés au dédouanement des marchandises ont également été suspendues.

A rappeler que les transporteurs et les transitaires au port de Toamasina ont déjà annoncé une grève d’avertissement face à la désorganisation sur la gestion du terminal containers, dont la société Madagascar international container terminal services limited (MICTSL) est la première responsable. Des solutions semblent être même trouvées après une réunion tenue, le 7 décembre, entre le groupement des transporteurs, des commissionnaires en douanes, des représentants des armateurs et les représentants de la société MICTSL.

Impasse

Lors de cette réunion, sous l’égide de la Société du port à gestion autonome de Toamasina (Spat), il a été alors convenu que la société en charge de la gestion du terminal container s’engagera à augmenter la durée de franchise de magasinage de 5 à 7 jours ouvrés sur le terminal containers.

Ladite société a également prévu de louer provisoirement une grue mobile en attente d’un investissement supplémentaire, en juin 2018, pour l’acquisition de grue fixe, d’après les informations reçues du ministère des Transports et de la météorologie, lors d’une descente effectuée sur les lieux, le 11 décembre dernier.

Mais il s’avère que toutes les solutions avancées à l’occasion de cette réunion n’ont pas été réalisées. Les usagers du port font toujours face au même blocage. Voilà pourquoi les transporteurs et les transitaires ont décidé de faire la grève.

En tout cas, le blocage au niveau du port de Toamasina n’est pas sans conséquence sur toutes les activités économiques dans le pays vu que le port concentre 80% du trafic total à Madagascar.

Riana R.

News Mada1 partages

Madagascar il y a 100 ans : Ranavalo et Gallieni (2) (Suite et fin.)

« Il alla vers la petite reine éplorée, et, sans craindre la blague de ces Parisiens qui l’observaient, il mit un genou en terre, la main sur la poitrine, selon la pose rituelle des anciens Malgaches, ses courtisans d’autrefois, et lui murmura tout bas quelques mots cabalistiques en langage hova.

« Aussitôt nous vîmes Ranavalo revenir à elle, se redresser fièrement et prendre, avec un geste qui ne manquait pas de noblesse, le bras du chef, qui la conduisit à table avec la même dignité qu’il aurait mise à y conduire la reine d’Angleterre. »

Le Gaulois 26 mai 1917.

Les obsèques de la reine Ranavalo

Les obsèques de la reine Ranavalo ont eu lieu hier matin au milieu d’une nombreuse affluence et avec l’apparat qui était dû à l’ex-souveraine de Madagascar et à son titre de Grand-Croix de la Légion d’honneur dont elle était titulaire, au titre étranger.

le Gouverneur général, entouré de toutes les personnalités civiles et militaires y assistait, ainsi qu’une délégation des Femmes de France.

Après la levée du corps, le cortège s’est rendu au Temple de la rue de Chartres où des prières ont été dites.

Des détachements de troupes rendaient les honneurs.

L’inhumation a eu lieu au cimetière de Saint-Eugène.

Une foule énorme, profondément recueillie, était massée aux points principaux du parcours, curieuse d’assister aux obsèques d’une reine qui, dans son exil, s’était attiré de nombreuses et vives sympathies, tant par sa douceur et sa bonté que par son inépuisable charité.

L’Écho d’Alger 26 mai 1917.

Mort de Ranavalo

L’ex-reine de Madagascar, qui, depuis sa déposition par le général Gallieni, habitait Mustapha-Superior (Alger), vient de succomber dans la villa «Tananarive» aux suites d’une embolie. Elle était âgée de cinquante-cinq ans.

Elle avait, dit-on, très bien pris son parti de l’exil auquel la politique hostile à la France de l’ex-gouvernement hova l’avait condamnée.

Ses obsèques ont lieu aujourd’hui. Elle sera inhumée au cimetière Saint-Eugène.

Le Radical

25 mai 1917.

www.bibliothequemalgache.com

 

Ino Vaovao1 partages

FIKASANA HANAPARITAKA VARY LO : Tsy mbola feno ny porofo anenjehana ireo Pakistaney telo lahy

Vary lo izay nokasaina mbola hamidy. Teratany pakistaney no voalaza fa tompony. Telolahy izy ireo no nosamborina momba io fikasana hanaparitaka vary lo teny amin’ny tsena tao Toamasina ireo.

Nandrasan’ny mpanara-baovao fatratra ny raharaham-pitsarana momba azy io. Raha ny talata 12 desambra no tokony niakaran’ireo pakistaney ny Fampanoavana, dia tsy tanteraka izany. Ny angom-baovao no nahalalana fa tsy feno ny porofo nalefan’ny minisiteran’ny varotra teny amin’ny Fampanoavana momba io raharaha vary lo maha voarohirohy pakistaney telolahy io. Vokany, dia nihemotra amin’ny fotoana tsy voafetra ny fiakarana Fampanoavana.

Ny loharanom-baovao no nahalalana fa tsy notazomina am-ponja izy ireo fa nomena toromarika mba tsy hiala lavitra an’i Toamasina fotsiny aloha. Fantatra fa nangataka amin’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana ny fampanoavana ao Toamasina mba hameno ny porofo momba ny fanenjehana an’ireo pakistaney telo lahy ireo. Miankina amin’ny fahatongavan’ny fanampim-panazavana avy any amin’ny minisiteran’ny varotra sy ny fanjifana vao mandeha ny fiakarana fampanoavana. Raharaha izay mampiahiahy fatratra ireo mpanara-baovao ao Toamasina. Maro no miahiahy  amin’ny fisiana kolikoly avo lenta amin’izao raharaha izao. Kolikoly izay ahiana ho antony mampilona ny dosie.

Kamy

L'express de Madagascar1 partages

Terminal à conteneurs de Toamasina – Transitaires et transporteurs en grève

Les transitaires se sont rangés du côté des transporteurs pour dénoncer la qualité de service de la gestion des conteneurs au port de Toamasina.

Dénouement difficile. Enième refus de désordre  lancé par les transporteurs au Terminal  à conteneurs du port de Toamasina. Le conflit opposant les transporteurs et le gestionnaire du terminal à conteneurs au port de Toamasina MICTSL (Madagascar international Containers service limited) continue de plus belle. Depuis le 24 décembre, les transporteurs n’ont pas voulu récupérer leurs marchandises au port. Seule la Banque centrale et ceux qui transportent les médicaments ont exceptionnellement travaillé.Les transitaires ont rejoint le rang des transporteurs hier mardi. « MICTSL n’a pas respecté l’accord conclu avec le ministère des Transports et de la météorologie, du 11 décembre. Le désengorgement du terminal n’est toujours pas effectif et l’insuffisance de matériels de déchargement des conteneurs entraîne de longues heures voire des jours d’attente pour pouvoir les récupérer. Il a été en outre prévu d’ajouter deux jours de franchise de magasinage soit sept jours ouvrés au lieu de cinq, vu le flux de conteneurs au terminal en cette période de fin d’année, mais  aujourd’hui, ce délai est encore de cinq jours », explique un représentant du groupement des Transporteurs professionnels de l’Est (GTPE). Ce retard impacte les transitaires qui se sentent également lésés.  « Le délai de magasinage  commence au moment du toucher du navire et non une fois sur le quai. Alors que nous sommes obligés de payer 60 000 ariary de coût de magasinage par conteneur de vingt pieds, au-delà des cinq jours de franchise. Un délai insuffisant  pour récupérer trente à cinquante conteneurs. Et si les transporteurs ne travaillent pas, nos marchandises ne seront pas livrés à nos clients », avance un transitaire sur Toamasina.

Accord écritLa file de camions s’étend sur près de 1, 5km, soit jusqu’au rond point de Manangareza. « Nous soutenons également  la cause des transporteurs, car ce qu’ils endurent n’est plus humainement supportable », ajoute un autre transitaire. Il a fallu cette grève des transitaires d’hier pour trouver un consensus avec MICTSL. Tard dans la soirée, le préfet de Toamasina, Cyrille Benandrasana, a réussi à résoudre la situation en contraignant le MICTSL  à établir un accord écrit avec les transporteurs et les transitaires. « Le délai de sept jours calendaires de franchise de magasinage sera respecté. Les heures d’entrée et de sortie des camions au port de Toamasina  seront considérées par MICTSL comme preuves de traçabilité afin d’éviter tout malentendu sur la question magasinage qui s’étendra jusqu’à 4h du matin au lieu de minuit », informe le GPTE.Mais cette résolution ne s’appliquera qu’au 1er janvier 2018 et encore, prendra la forme d’un essai d’un mois. Depuis le début de ce désordre au terminal à conteneurs du Grand port au mois de juin, les responsables de MICTSL préfèrent ne pas communiquer en ignorant les incessants appels téléphoniques de la part des membres de la Presse.

Mirana Ihariliva 

L'express de Madagascar1 partages

Électricité – Perturbation sur le réseau d’Antananarivo

Une coupure de courant a touché la ville d’Antana­narivo, hier après midi. Plusieurs quartiers de la capitale voire les communes environnantes ont été privées d’électricité pendant près d’une heure. D’après les explications obtenues auprès de la Jirama, la mauvaise condition météorologique au niveau d’Andekaleka a entraîné une perturbation de l’alimentation en électricité. Cet incident a touché le réseau interconnecté d’Antananarivo  (RIA). Mais les responsables de la compagnie de distribution d’eau et d’électricité ont pris les mesures nécessaires et annoncent le retour à la  normale de la situation.La centrale hydroélectrique d’Andekaleka reste sans doute le principal fournisseur d’énergie du réseau interconnecté d’Antanana­rivo. Elle fournit à elle seule près de la moitié des besoins en énergie de la capitale. Sa capacité de production est de 91 mégawatts tandis que les besoins en pic du réseau d’Antana­narivo est d’environ 210 mégawatts. Le moindre incident au niveau de cette centrale aura des effets néfastes sur l’alimentation en électricité d’Antananarivo. L’année dernière, le problème d’étiage au niveau de cette centrale a entrainé des blackouts non seulement à Antananarivo mais dans d’autres villes.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Union panafricaine de la jeunesse – Une malgache élue membre du comité exécutif

Tahiana Juliana Ratovoson est élue à la vice-présidence du comité exécutif de l’Union panafricaine de la jeunesse (UPJ) pour l’Afrique Australe par les cinquante-cinq pays membres de l’Union Africaine et la diaspora. L’élection s’est déroulée à Khartoum Soudan, le 21 décembre, dans le cadre du cinquième Congrès de l’UPJ. « C’est une opportunité à saisir pour le renforcement de la visibilité de Madagascar au niveau International. Malheureusement, pour le moment, Madagascar n’a pas encore sa place dans les relations internationales. Elle engendrera aussi une meilleure implication des jeunes au niveau international », explique cette jeune femme de 28 ans. Elle s’occupera de cette fonction pour un mandat de 3 ans, de 2018 à 2020.

Présidente de l’association Youth 4 development et directeur du partenariat au sein du ministère de la Jeunesse et des sports, Tahiana Juliana Ratovoson promet de faire bénéficier au maximum de jeunes malgaches des renforcements de capacité, mais aussi, de rendre fonctionnel le conseil national de la Jeunesse.

La République démocratique du Congo préside ce comité, le Mali se charge du secrétariat général, l’Egypte est à la tête de la vice-présidence pour l’Afrique du Nord, le Niger pour l’Afrique de l’Ouest, le Gabon pour  l’Afrique central et l’Autriche pour la diaspora.

M.R

L'express de Madagascar1 partages

Motus et bouche cousue

«Énième» un qualificatif qui va de pair avec «kidnapping» à Madagascar. Ce n’est pas le seul mot ni expression devenu familier quand on aborde ce « sujet brulant ». «Sport national», «Karana», «communauté d’origine indienne», «4 x4» et «enfant» sont aussi dans la longue liste des rhétoriques. Chaque scène est tout un film digne de longs métrages de Hollywood, Boly Wood. On pourrait même en faire une série télévisée vue qu’on ne compte pas moins de la centaine d’enlèvements. Ceux qui font la grande gueule sur les réseaux sociaux développent chacun leurs théories mais le fait est que le racisme envers la communauté Karana est une réalité criante malgré l’hypocrisie de façade.Attirons l’attention sur deux, trois «détails» qui fâchent. Listons-les: «lourdement armés», «s’est abstenu d’apporter des précisions sur les circonstances», «unité spéciale anti-kidnapping». Coïncidence ou mode d’opération uniforme, les malfaiteurs sont tous, sans aucune exception, des bandes organisées qui possèdent des armes d’assaut. Fait ne permettant pas ou intimidant les forces de l’ordre et autres personnes à agir au moment des opérations. Tout le monde le sait ou on le fait savoir à tout le monde. Mais d’où viennent les armes ?À notre connaissance, cette artillerie ne peut provenir que de deux sources: soit de l’armée, soit de la mafia. Ou peut-être d’une armée mafieuse?Quand une association se met en place et se dit «société civile» pour condamner les différents actes criminels de la sorte, nous ne pouvons applaudir et soutenir. Mais il est quand même un peu étrange qu’elle s’abstienne, à chaque fois, d’apporter des précisions sur les circonstances des libérations. Nous convenons que certaines informations doivent rester confidentielles pour les besoins des enquêtes ou pour protéger les victimes et les donneurs d’informations. Mais si tout reste secret et que l’on n’a besoin de l’opinion publique que pour être des spectateurs désinformés et manipulés, il aurait été plus adapté de ne point communiquer ? Petit rappel, toute association se voulant être de la «société civile» a le devoir de la transparence, de la redevabilité et de l’information pour tous, à tout moment et non pour une frange de personnes «intéressées». Les kidnappings sont un «bon business» car le flou est entretenu autour des affaires. On n’a jamais informé la population des «détails» sur ces enlèvements. On sait juste que ce sont des enfants de riches qui sont détenus. La suite, rien. Pourquoi?Certes, nous savons tous que ces enfants sont des appâts pour avoir des rançons. Mais combien, comment, par qui ? Des questions qui n’ont jamais été soulevées et n’ayant jamais eu de réponse. Il est  alors peu étonnant que ce soit les rumeurs qui font le plus de bruits? Finalement, l’indifférence de la population s’agrandit car elle est tenue à l’écart des affaires des «grandes personnes, des grandes familles, des grands politiques».Une unité spéciale anti-kidnapping a été mise en place. Des noms auraient été mentionnés en haut lieu par l’ambassadeur de France à Madagascar François Goldblatt  au temps d’Omer Beriziky à la primature. L’ancien Premier Ministre aurait transmis cette liste au Président de la République et à son successeur Olivier Mahafaly Solonandrasana.  Bien ! Et la suite ?Les actes restent dans le domaine des « enquêtes ». Depuis l’affaire Arnaud et Annie, il y a plus de gesticulations que d’arrestations, encore moins de jugements et d’emprisonnement ou de démissions et de licenciement pour incompétence. Puis, loin d’être raciste ou populiste, combien d’affaires d’enlèvements au sein du « petit peuple » ont été saisis, médiatisés par nos responsables ?À chaque enlèvement, nos cœurs se serrent en pensant à ces enfants et ces familles. A cette période de fêtes, loin de nous l’idée de blesser les proches. Nous nous souvenons toujours de ces « petits frères » qui ne peuvent en aucune manière s’en sortir indemne. Il est bien temps de hausser la voix pour que chacun prenne ses vraies responsabilités : que les familles parlent des rançons, que les associations disent la vérité et ne s’abstiennent plus de bien informer notre société, que les forces de défense et de sécurité arrêtent les responsables, qu’ils soient mis sur la place publique, jugés, peu importe leurs nationalités, rang, parti politique ou religion.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Madaplus.info0 partages

Micro-Finance : plusieurs affaires portées au Tribunal

Le parc clientèle des institutions de micro- finance n’a cessé d’augmenter au cours de ces dernières années dans le pays. Si le taux d’accès à la bancarisation est de moins de 5%, celui des microfinances atteint déjà les 29%.
Les institutions de microfinance comptent actuellement près d’un million de clients. Toutefois, de nombreuses affaires relatives au non-respect des échéances de non-remboursement des prêts, mais également aux détournements dans ces institutions de micro finance sont porté au Tribunal. Malgré les contrôles au sein de la Banque Centrale de Madagascar, les institutions de micro finance ne sont pas à l’abri des infractions. C’est la raison pour laquelle un projet financé par l’UE a été mis en place pour la promotion des Institutions de Micro Finance dans le cadre de l’inclusion financière. Un financement de 40 millions d’Euros sera affecté pour l’appui au financement agricole qui est en quelque sorte un fond de développement agricole dans les régions.
Madaplus.info0 partages

Nathan Andriatsitohaina a été relâché par ses kidnappeurs

Les affaires d’enlèvement ont pris de l’ampleur ces derniers temps. Nathan Andriatsitohaina le fils de Naina Andriatsitohaina, un grand opérateur malgache dans le secteur de l’économie et de la presse, était enlevé à Andranobevava le 22 décembre dernier par cinq bandits armés qui ont été à bord d’une voiture de luxe.
Il a été libéré par ses ravisseurs le 24 décembre dernier, selon les informations du Collectif des Français d’Origine Indienne à Madagascar ou CFOIM. Après 48 heures de détention, Nathan Andriatsitohaina a été libéré sur la RN1 le 24 décembre d’après toujours le CFOIM. La présence d’un éventuel accord entre la famille et les ravisseurs n’a pas été mentionnée par les sources d’informations. Les ravisseurs et leurs commanditaires ont été identifiés par leurs appareils téléphoniques. Nathan Andriatsitohaina a pu célébrer la fête de Noël avec sa famille. Les enquêtes relatives aux autres affaires de kidnapping qui suivent leurs cours.
Madaplus.info0 partages

Vote du statut de Jérusalem à l’Assemblée de l’ONU : Madagascar aurait dû s’abstenir

Madagascar figure parmi les 128 pays qui ont voté pour la résolution non-contraignante concernant la décision de Donald Trump de déclarer Jérusalem comme capitale d’Israël.
D’après Radanoara Julien, un expert en relation internationale il s’agit d’une erreur politique. Le choix de Madagascar de s’opposer à la décision de Donald Trump de déclarer Jérusalem comme capitale d’Israël lors du vote à l’Assemblée nationale de l’ONU le 21 décembre dernier va impactera la relation bilatérale avec les États-Unis. Il réitére que les États-Unis sont parmi les principaux partenaires de Madagascar dans d’innombrables domaines. Le choix d’accepter la décision du président américain aurait également eu des impacts négatifs pour Madagascar. Le meilleur choix pour le pays aurait été de s’abstenir comme le Canada, le Mexique ou d’autres pays d’Afrique et d’Europe.
News Mada0 partages

Toamasina : notsimbinina ny zokiolona sy ny ankizy sahirana

Nizara kilalao sy mofomamy ary vatomamy ho an’ ireo ankizy sahirana sy ny zanaky ny fikambanana ny vondron’ny tanora liana amin’ny fampandrosoana (Vital)  izay tarihin’ny filoha mpanorina azy, Mananjara Jaimes Antonio.

Efa mankalaza ny faha-15 taona niorenany ihany koa ny fikambanana ankehitriny.

Etsy amin’ny parisela 13/64 Beryl Rose kosa, tsy nanadino ireo zokiolona sy ankizy teo amin’ny fokontany misy azy ihany koa i Paza Yvette, izay mpamongady gazety eto an-toerana. Nizara menaka sakafo sy paty ary vatomamy sy bisky izy  ho an’ireo olona manodidina ny 100 mahery.

Raha izay hetsika nataon’ny fikambanana sy olon-tsotra dia mitaraina kosa ireo sarangan’ olona tena sahirana izay hiantohan’ny kaominina fa tsy mba nahazo ny anjara fanampiana fanaon’ny kaominina intsony hatramin’ny naha ben’ny Tanàna an-dRatsiraka Elisé.

Sajo

News Mada0 partages

Tsy fandriampahalemana : nanao be midina ny lehiben’ny polisy teto Antananarivo

Nidina ifotony mihitsy ny lehiben’ny polisy nanome toromarika ireo polisy miasa alina. Ady amin’ny tsy fandriampahalemana io ka heverina fa hahomby.Ny alin’ny 24 hifoha 25 desambra, nanatanteraka fidinana ifotony ireo lehibe tompon’andraikitra avy eo anivon’ny polisim-pirenena. “Tafiditra ao anatin’ny hetsika fanamafisana ny fampandriana fahalemana mandritra izao ankatoky ny fety izao izany”, hoy ny fanazavana. Notsidihina tsirairay avy ireo kaomisaria sy paositry ny polisy rehetra eto an-dRenivohitra, ary nandritra izany fidinana ifotony izany no nitondran’ireo tompon’andraikitra ny teny fankaherezana ireo polisy izay miasa tsy miato. Hitohy hatrany izany hetsika izany ary hanamafy ny fisafoana ataony ny polisy. Mbola mandry andriran’antsy hatrany mantsy ny mponina eto an-dRenivohitra amin’ny asan-jiolahy. Manao ny ataony ny mpanendaka, ny mpamaky trano, ny mpanao fanafihana mitam-piadiana, indrindra fa ny mpaka an-keriny. Miandry vokatra ny olona.

Alcotest

Ankoatra izay, nanatanteraka hetsika “Opération alcotest” ny avy eo anivon’ny BAC na “Brigade des accidents” ho fisorohana ny lozam-pifamoivozana amin’izao ankatoky ny fety izao noho ny tsy fitandremana. Niarahan’ny BAC sy ny CUI (Compagnie urbaine d’intervention) izany hetsika izany, ary faritra maro no nanaovana fanaraha-maso. Teny amin’ny Rond point Ankazomanga, Soarano, Analakely.  Fitazomana GAV 48 ora izay tratra mamily fiarakodia ao anaty hamamoana, ary ny fandefasana ny fahazoan-dalana mamily fiara any amin’ny prefektioran’ny polisy ho fanasaziana ireo minia mandika lalàna. Miisa enina ireo mpamily notanana GAV noho ny familiana fiara anaty hamamoana io alina io. « Lahy tokana ny aina, izay tonga soa ihany no arahabaina », teny nosafidin’ny BAC nandritra ity hetsika ity, izay marihina fa ho hamafisina fa tsy hijanona hatreo”, hoy ny polisy.

Marihina fa mandoa lamandy 100.000 Ar ka hatramin’ny 400.000 Ar ireo olona mamo mitondra fiara, ary mety miafara amin’ny fanalana ny fahazoan-dalana mamily ihany koa. Ao amin’ny fehezan-dalàn’ny fifamoivoizana malagasy izany, amin’ny an-dalana 7.1.

Yves S.

News Mada0 partages

Lanonana eto Antananarivo : hisava ny fahazoan-dalana ny kaominina

Sesilany ny lanonana sy hetsika ho famaranana ny taona ato ho ato eto Antananarivo. Hentitra ny kaominina Antananarivo Renivohitra milaza fa hisava ny fahazoan-dalana izy ireo ialana amin’ny gaboraraka.

Nampahatsiahy ireo mpikarakara lanonana ny CUA fa mila mametraka fangatahana fahazoan-dalana eny amin’ny lapan’ny Tanàna, varavarana faha-36 izy ireo ho fanarahan-dalàna farany kely indrindra.

Tokony hisy ny fitomboky ny kaominina avokoa ireo tapakila rehetra ampiasaina ialana amin’ny hosoka sy ny fisandohana ary ho mariky ny fanarahan-dalàna ihany koa.

Nilaza ny tompon’andraikitra avy ao amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra fa hisy ny fisavana ny fahazoan-dalana ataon’ny mpiasan’ny kaominina izay hitondra   karatra maha mpiasa azy ireo sy “ordre de mission” hitety ireo toeram-pilanonana sy misy hetsika samy hafa.

Hisy ny sazy sy onitra izay tsy maintsy aloan’ny mpikarakara ilay lanonana raha misy ny tsy fanarahan-dalàna hataon’izy ireo ao anatin’izany fikarakarana izany.

Tatiana A

News Mada0 partages

Niravona tamin’ny ampahany ny olana… : nihitsoka tao Toamasina ny volabe 8 kaontenera

Efa nananontanona ny krizy hafa. Tafahitsoka tao amin’ny seranantsambon’i Toamasina ny volabe 8 kaontenera an’ny Banky foibe. Vokatry ny fitokonan’ny ”transitaires” sy ireo mpitatitra izany. Soa fa nisy ny fifandresen-dahatra ka niravona tamin’ny ampahany aloha ny disadisa.

Mitsipaka marindrano ny fifanarahana niarahana tamin’ny minisiteran’ny Fitaterana ny orinasa mitantana ny kaontenera ao amin’ny seranan’i Toamasina (Mictsl). Manoloana izany, nitokona nanomboka omaly 26 desambra, tokoa ny fikambanan’ny mpikarakara ny entana miondrana sy hafarana avy any ivelany APTR sy ny Vondron’ny mpitatitra entana (GPTE) eto Toamasina. Nihitsoka tanteraka ny fikarakarana ny entana any amin’ny seranan-tsambo, ary anisan’izany ny volabe ao anaty kaontenera miisa valo an’ny Banky foiben’i Madagasikara. Nivory haingana ny etamazaoron’ny mpitandro filaminana OMC, nikaroka vahaolana. Tsy afaka niditra koa ireo kamiao mpitatitra solika sy haka entana fihinana andavanandro.

Nilaza ny filohan’ny GTPE, Timbou Alain, fa tsy olana ho azy ireo ny fivoahan’ny kamiao mitondra ireo vola ireo mivoaka ny seranan-tsambo, fa tsy ekena kosa ny fidiran’ny kamiao avy aty ivelany ao anatiny. “Tsy voafetra ny fitokonana saingy mijanona rehefa voavaly ny fangatahanay, na ao anatin’ny 30 mn aza”, hoy ihany izy.

Nambaran-dRtoa Narove Mamy, talem-paritry ny Fitaterana eto Toamasina, fa “ilaina ny fanohizan’ny Mictsl ny fifampidinihana mba tsy hiantraika any amin’ny fiainana andavanandron’ny mponina”.

Tsy afaka niainga ny sambo mankany avaratra

Tsiahivina, fa takin’ny APTR sy ny GPTE ny fanalavana ho 15 andro aorian’ny fahatongavan’ny entana ny fe-potoana tsy andoavana sarany. Nisy ny fifanarahana tamin’ny minisiteran’ny Fitaterana, fa atao dimy andro ny fe-potoana tsy andoavam-bola, mila soratan’ny Mictsl ny ora fidirana sy fivoahan’ny kamiao, ary hafainganina ny fiasa, fa tsy ho 24 ora intsony. Saingy notsipahin’ny Mictsl avokoa ireo.

Miantraika any amin’ny fitaterana an-dranomasina ankapobeny koa ity fitokonana ity. Maro ny sambo tsy afaka niainga, omaly talata, mampitohy an’i Toamasina sy ny faritra avaratra, indrindra ireo sambo lehibe avy any ivelany.

Fangalam-bolan’ny polisy sy ny zandary

Ankoatra ireo, tafiditra ao anatin’ny fitakiana sy ny fitokonan’ny APTR sy ny GPTE koa ny fihetsiky ny polisy sy ny zandary maka vola amin’izy ireo etsy amin’ny fihodinana eny Boulevard Ivondro hatrany anaty seranan-tsambo. “Mahatratra 15.000 Ar farafahakeliny ny alaina amin’ny kamiao iray, ary impito voasava izy ireo”, hoy ny mpamily sy ny mpanampy azy.Araka ny vaovao farany voaray, niravona tamin’ny ampahany aloha ny olana ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Tafavoaka ihany ireo vola, saingy mbola mitohy ny fifampidinihana satria mbola misy ny olana hafa eo amin’ny Mictsl ankilany, ary ny APTR sy ny GPTE andaniny.

Sajo sy Njaka A.

News Mada0 partages

Fetin’ny Noely : nirary soa ny Malagasy i Hajo A.

Tsy nanadino. “Mirary soa hoan’ny Malagasy  mpiray tanindrazana rehetra ny tenako amin’izao fetin’ny Noely izao. Ho tahian’Andriamanitra mandrakariva ny ankohonantsika tsirairay avy ary hitondra firaisankina sy fifankatiavana eo amin’ny fiarahamonintsika anie ity andro Noely ity”, hoy ny fanambarana  fohy nataon’ny  filoha nasionalin’ny antoko Malagasy miara-miainga, Andrianainarivelo Hajo, afakomaly.

Ankoatra izany,  nandray ny solontenan’ny fikambanam-behivavy avy any Ambanja ny  filoha nasionaly mivady ny faran’ny herinandro teo. Anisan’ny hetahetan’ireo vehivavy ireo rahateo ny  amin’ny mpanorina ity antoko ity ka notanterahin’ny depioten’ny  antoko Malagasy miara-miainga, Solaimana Mahamodo, voafidy tany Ambanja izany.  Nanohana ity solombavambahoaka ity rahateo io fikambanam-behivavy io fony izy nirotsaka  hofidina tany amin’iny faritra iny.

Synèse R.

News Mada0 partages

Tsaratanana : dahalo efa ho 40 nanafika, olona 6 natao takalon’aina

Tsy manafika fotsiny intsony ny dahalo any ambanivohitra any fa maka takalon’aina. Tato ho ato, miseho lany izany isaky ny misy fanafihana. Tany Tsaratanana, ny 24 desambra teo, tamin’ny 5 ora maraina, tanàna roa samy hafa, tany Bemavo, kaominina Andriamena ny fanafihana iray, ary tany Antongomavo, kaominina Sarobaratra ny faharoa. Dahalo efa ho 40 ny fitambarany nanafika tamin’ireo tanàna ireo. Nirongo basy ary naka takalon’aina miisa enina. Olona iray nalain’izy ireo tany Bemavo, ary olona telo hafa noratrain’izy ireo. Olona miisa dimy nataon’izy ireo takalon’aina tany Sarobaratra, ka ankizy 16 sy 14 taona ny roa tamin’izany. Omby 70 lasan’ireo tany Andriamena, raha 300 kosa tany Sarobaratra.

Zandary manao fisafoana avy ao amin’ny  borigady Andriamena no nanao ny fanarahan-dia. Ny zandary avy ao Ankisatra kosa no nanao ny « bouclage ». Nahita izany ireo dahalo ka navotsony avokoa na ny takalon’aina na ny omby ary vaky nandositra izy ireo.

Vao nahare ny tranga ny zandary any Sarobaratra, nanara-dia niaraka tamin’ny fokonolona. Rehefa tonga tao Maroboaly, raikitra ny fifampitifirana ary nisy dahalo naratra fa mbola afaka nitondra ireo omby. Rehefa tonga tao Andranondrantsa amoron-dreniranon’i Mahajamba, nisy fifampitifirana indray ka dahalo telo no lavo tsy afa-namaly intsony. Rehefa nahita izany ireo dahalo, notifiriny ny takalon’aina iray 51 taona. Lasa nandositra niampita ny renirano Mahajamba ireo dahalo ireo ka dahalo iray indray no maty tao anaty rano. Votsotra ny takalon’aina efatra. Azo ny omby rehetra ary naverina tamin’ny tompony.

Mirongatra andro fety

Mirongatra amin’ny andro fety ny asan-dahalo amin’ny faritra maro. Ankoatra ireto tany Tsaratanana ireto, mamely mafy koa ny dahalo any amin’ny faritra Bongolava. Nisy ihany ny hetsika nataon’ny mpitandro filaminana teo aloha teo tany Atsimo, sns, fa saingy any amin’ny faritra hafa indray ny dahalo no manao ny ataony. Tsy manam-pahataperana ny asan-dahalo, ary mihamahery vaika hatrany ary izao maka takalo’aina izao. Eo ihany koa ny fahamaroany sy ny fitaovam-piadiana eny am-pelatanany. Asa, hanao fety milamina amin’ity faran’ny taona ity ireo olona any ambanivohitra?

Yves S.

News Mada0 partages

Harena an-kibon’ny tany any Atsinanana : olana Ankeniheny-Zahamena, milamina Ambinaniniony

Notanterahin’ny tale iraisam-paritry ny harena an-kibon’ny tany any Atsinanana, Amable Benjamin, tamin’ity volana desambra ity, ny tatitra momba ny asa vita amin’ny ankapobeny sy ny olana any amin’ny fari-piadidiany. Anisan’ny olana, ohatra, ny fitrandrahana tsy ara-dalàna sady manapotika ny tontolo iainana anatin’ny faritra arovana Ankeniheny-Zahamena, any Didy, faritra Alaotra.

Songadina iray notsiahivin’ny tale iraisam-paritra koa ny fifandroritana amin’ny fikarohana grafita any Ambinaniniony, distrikan’i Brickaville. Fikarohana ataon’ny DNI Metals izany ary azo lazaina fa efa milamina amin’izao fotoana izao. Nomarihiny fa betsaka ny ezaka ataon’ny mpiasa rehetra tsy an-kanavaka ka nitombo ny vola niditra amin’ny fanjakana tamin’ity taona ity. Nohararaotin’ny tale any an-toerana, Amable Benjamin, ny faran’ny taona toy izao nizarana sakafo ho an’ny mpiasa sy kilalao ho an’ny zanaky mpiasa.

Sajo

News Mada0 partages

Fanaraha-maso momba ny vatosoa : « tsy maintsy mila manova fomba fiasa », hoy ny minisitra

 Maro ny ezaka miandry momba ny fampanarahan-dalàna, ny ady atao amin’ny fitrandrahana tsy ara-dalàna ny harena ambanin’ny tany. Nasian’ny minisitra Zafilahy Ying Vah teny izany, ny herinandro lasa teo, nandritra ny fizarany « nofon-kena mitam-pihavanana » amin’izao fetin’ny faran’ny taona izao.

Satria nahitam-pahombiazana ny amin’ny volamena ataon’ireo mpitrandraka madinika, izay traikefa no hoentina amin’ny fanaraha-maso ny fitrandrahana vatosoa. Maro ny fitrandrahana tsy ara-dalàna momba ny fikarohana vatosoa, izay mitaky ezaka goavana ny atao amin’izany amin’ny taona 2018 miaraka amin’ny police des mines. « Ampahany maro amin’ny vokatra vatosoa aondrana an-tsokosoko any ivelany. Ny ezaka natao amin’ny volamena tokony ho hita any amin’ny fitrandrahana vatosoa », hoy ny minisitra. Notsiahiviny fa « fanambin’ny minisitera ny hoe mampidi-bola, noho izany, tsy maintsy mila manova fomba fiasa ».

Ao anatin’izay rafitra fanarenana sy fanaraha-maso izay ny fametrahana Bam (1) any amin’ireo faritra betsaka trandrahina, volamena na vatosoa. Apetraka any amin’ireny toerana ireny koa ny BCMM (2). Manampy ireo ny asan’ny police des mines. Tsy vitsy amin’ireo manana karatra fahazoan-dalana mitrandraka ny tsy mampiasa izany mivantana ho azy fa hitadiavam-bola  amin’ny endrika hafa, hamidy na hampanofaina.

2.730 t ny volamena naharaisana fanambarana tamin’ity taona ity. Io ny be indrindra hatramin’ny taona 1960, efa nisy fotoana tsy naharaisana afa-tsy 50 kg. « Nahitam-bokatra tsara izany ny volamena amin’ny fanarahan-dalàna, tombontsoan’ireo mpitrandraka madinika sy ho an’ny fanjakana, saingy mbola tsy ampy. Mbola ao ireo mpitrandraka minia tsy manao tatitra mihitsy », hoy ihany ny minisitra Zafilahy Ying Vah.

R.Mathieu

News Mada0 partages

Fondation boa : appui à 2500 enfants nécessiteux

La Fondation BOA Madagascar a apporté sa contribution au profit des enfants nécessiteux durant la fête de Noël. A travers l’évènement «Noel Solidarité», les membres de la fondation ont remis des cadeaux aux enfants malades, nécessiteux et orphelins au sein de treize établissements de la capitale.

Le 22 décembre, les membres de la Fondation BOA se sont rendus auprès de l’EPP d’Ambomanala, du Centre de Vie EPP d’Ambohidranomanga, de l’Association Autisme Mada, de l’Hôpital des enfants Tsaralalàna, de l’Hôpital des Enfants Ambohimiandra, des Enfants cancéreux HUJRA Ampefiloha et de plusieurs centres en charge d’enfants

en difficulté. Au total, 2500 enfants ont pu bénéficier de l’évènement «Noel solidarité».

R.R.

 

News Mada0 partages

Gouvernance : la CUA dans le viseur de l’IGE et du Bianco

L’Inspection générale de l’Etat (IGE) et le Bianco ont été saisis par la conseillère municipale Lalatiana Ravololomanana pour examiner les pratiques de gouvernance au niveau de la CUA. Les deux organes se préparent à intervenir.

Le mode de gouvernance au sein de la commune urbaine d’Antananarivo (CUA) sera scruté à la loupe dans les jours à venir, suite à une requête déposée par la Conseillère municipale auprès de l’IGE et du Bianco de se pencher sur le compte de la CUA.

Jointe au téléphone hier, elle a  expliqué que l’IGE est déjà à pied d’œuvre depuis quelques temps. «A ma connaissance, l’IGE s’y penche déjà mais il travaille discrètement (…). Laissons le travailler, et on verra le rapport de ses investigations en fin janvier ou en début février prochain (…)», a déclaré la conseillère.

A propos du Bianco, les investigations de cet organe débutera à partir de janvier prochain, a expliqué le Directeur général de cette entité hier. «Effectivement, nous avons été saisis de ce sujet mais nous entamons les démarches y afférentes à partir de janvier. Nous allons d’abord recueillir les  déclarations de  la conseillère municipale et on verra la suite», a déclaré le numéro un du Bianco lors d’une conversation téléphonique.

En effet, Lalatiana Ravololomanana, l’une des rares opposantes siégeant au sein de la commune urbaine de la capitale en tant que conseillère estime que la bonne gouvernance n’est pas de mise au sein de la CUA. Elle martèle cependant que  «les Tananariviens méritent la transparence et une bonne gouvernance». Pour illustrer les raisons de ses prises de position, la conseillère municipale a révélé que jusqu’ici, la commune ne dispose pas encore d’un budget pour 2018.

En attente de budget pour 2018

L’article 75 de la loi n° 2014–020 relative aux ressources des Collectivités territoriales décentralisées, aux modalités d’élections, ainsi qu’à l’organisation, au fonctionnement et aux attributions de leurs organes, stipule que «La session budgétaire pour chaque Collectivité territoriale décentralisée est fixée au cours de  la deuxième quinzaine du mois d’août pour les Communes ; au cours de la deuxième quinzaine du mois de septembre pour les Régions ; au cours de la première quinzaine du mois d’octobre pour les Provincez».

Toutefois, d’après l’article 83 de cette même loi, «Le Conseil peut se réunir en session extraordinaire lorsque les affaires de  la Collectivité l’exigent (…)». Sauf que jusqu’ici, la CUA n’a pas encore entamé cette démarche.

Face à la presse à Ivandry, le 2 novembre dernier, Lalatiana Ravololomanana avait dénoncé l’existence de corruption, de gabegie, de népotisme ou encore du flou dans l’octroi de marchés au sein de la municipalité de la capitale.  C’est le cas notamment du détournement des recettes venant de l’ «opération permis de construire» initiée en 2016, les recettes issues de l’exploitation des parkings par la société Easypark.

Des sources concordantes ont, en tout cas, fait part de son inquiétude par rapport à la mauvaise gestion au sein de la Direction de l’urbanisme et du développement de la CUA.

Quoi qu’il en soit, lors de la conversation téléphonique d’hier, la conseillère municipale a balayé d’un revers de main les rumeurs selon lesquelles elle aspire à la Présidence de la délégation spéciale d’Antananarivo. «Ce qui n’est pas du tout le cas. Car cela veut dire que c’est le régime actuel qui va me nommer alors que je ne peux et ne veu pas être nommée (…). Donc, je ne serai jamais PDS nommée par le pouvoir actuel (…). », a-t-elle soutenu.

J.P

 

News Mada0 partages

Kitra – «Cosafa U20» : lasan’i Afrika Atsimo ny amboara

Norombahin’i Afrika Atsimo faninenina  ny «Cosafa Cup”, sokajy U20 eo amin’ny taranja baolina kitra. Tsy navelan-dry zareo, hivoaka tao aminy izany ny amboara, tamin’ity. Resiny teo amin’ny famaranana, tamin’ny isa tery 2 no ho 1 ny Lesotho. Efa nitarika tamin’ny isa 2 no ho 0 ry zareo Afrikanina tatsimo, teo amin’ny fizaram-potoana voalohany. Raha tsiahivina, nandray anjara tamin’ny fiadiana ny ho tompondaka eran-tany ho an’ny sokajy “Junior”, natao tany Korea Atsimo, ireto ekipan’i Afrika Atsimo, ireto saingy resy teo amin’ny fihodinana voalohany, rehefa resin’i Japana sy Italia ary nanao ady sahala tamin’i Orogoay. Nandrombaka ny laharana fahatelo, tamin’ity “Cosafa Cup” ity ny Faraonan’i Egypta, rehefa nanilika an’i Ogandà, tamin’ny isa 3 no ho 1.

Voahosotra ho mpilalao mendrika ilay Afrikanina tatsimo, Luvuyo Mkatshana, izay milalao ao amin’ny klioban’ny Bivest Wits. Marihina fa nihintsana aloha be ry zareo Zambianina, izay tompon’ny anaram-boninahitra farany. Tsy nivoaka tao anaty sokajy mantsy ry zalahy. Laharana fahatelo no nisy azy ireo. Fandresena iray nanoloana an’i Soazilande, tamin’ny isa 2 no ho 0 sy faharesena iray, nanoloana an’i Ogandà, tamin’ny isa 2 no ho 0 ary ady sahala samy tsy nisy nitoko, nanoloana an’i Malawi, ny vokatra vitan’izy ireo, tao amin’ny sokajy nisy azy.

Tompondaka

News Mada0 partages

Tennis de table : dernier coup de raquette

Après deux Open de Tana réalisés, la section Antananarivo-ville de tennis de table bouclera la boucle ce week-end à l’ANS Ampefiloha. La troisième et dernière édition de cette compétition est au programme.

L’enjeu est de taille car les deux pongistes U16 (Garçon et fille) qui enregistrent les meilleurs résultats à l’issue des trois compétitions disputées, gagneront les deux billets à destination de France. Ce sera donc la dernière ligne droite, surtout pour les joueurs encore en lice.  A ce jeu, Angelo du club Aro CFTT et Luciano de la ligue d’Alaotra Mangoro tireront leur épingle du jeu dans la course au sacre chez les garçons. Côté filles, Antsa et Mendrika de Aro CFTT sont les mieux placées.

Les deux pongistes U16 méritants suivront des stages au club sportif municipal de Puteaux en France tandis que les vainqueurs de la compétition Open se verront offrir 280000 ariary chacun contre 60000 ariary pour les perdants. Bien que l’Open soit organisé par la section Antananarivo-ville, les participants viennent de toutes les régions, comme Alaotra Mangoro ou Matsiatra ambony.

Naisa

 

News Mada0 partages

Basket-fiba 3×3 : Madagascar sollicité à abriter deux compétitions majeures

Parmi les Nations qui ont brillé sur le plateau du Championnat d’Afrique Fiba 3×3, Madagascar est maintenant sollicité tant sur le plan continental qu’au niveau international.

2018 se présente déjà sous les meilleurs augures pour le basket malgache. Si tout va pour le mieux, deux affiches internationales de taille de la Fiba 3×3 se dérouleront à Madagascar en mars de l’année prochaine. Mais, la décision finale revient à la fédération malgache.

Madagascar, par le biais de la fédération, n’est plus un bleu en matière d’organisation de tournois internationaux, à l’image de plusieurs éditions de la Fiba Afrique. Et les inconditionnels de la discipline estiment qu’accueillir deux compétitions majeures de la Fiba 3×3 est vraiment à la portée du pays.

En premier lieu, le Challenger 3×3 qui servira de qualificatif  au World Tour. A ce sujet, 16 équipes triées sur le volet seront en lice et Madagascar serait de la partie à condition que ce tournoi se déroule au pays. Et ce sera une grande première pour Madagascar de signer sa participation et d’abriter également une telle rencontre.

En second lieu, le tout nouveau championnat d’Afrique du Sud, réservé aux pays situés dans la partie septentrionale du continent. Après la première joute africaine au Togo cette année, la Fiba Afrique a décidé d’organiser deux compétitions de qualification en vue du sommet africain  pour le compte des parties nord et sud d’Afrique. Et Madagascar est bien placé pour accueillir celle de la partie septentrionale.

Deux ans après son intégration au programme officiel de la FMBB, marquée par la tenue du championnat de Madagascar, la Fiba 3×3 malgache prend son envol et fait désormais partie de la crème du continent. La troisième place obtenue par l’équipe nationale malgache à la dernière joute africaine en témoigne.

Deux en un

Mars 2018 pourra être le mois de la Fiba 3×3 dans la Grande île. Si la FMBB accepte la sollicitation des instances africaines et internationales, les deux compétitions se dérouleront successivement. Le Challenger 3×3 ouvrira le bal avant que le championnat d’Afrique du Sud ne prenne le relais.

Toutefois, la FMBB hésite encore du fait que les dépenses à engager par le pays hôte sont conséquentes. Le ministère de la Jeunesse et des sports est averti, tout comme les partenaires du basket malgache.

Naisa

News Mada0 partages

Golf : que la bataille commence !

La 2e édition du Championnat de Mdagascar débutera en note majeure, ce jour, à l’Azura golf resort à Foulpointe, sous le signe de l’innovation et de challenge, car toute la crème de la discipline sera de la partie, jusqu’à vendredi, pour disputer le titre dans plusieurs catégories. Parmi les forces en présence, le couple Ratsimbazafy qui remet son titre national, respectivement dans les catégories masculine et féminine, cette année. Et ce, dans la première série, soit là où les challengers placent la barre haut.

En effet, des joueurs venant de La Réunion ou de l’Afrique du Sud ont annoncé leur participation, histoire d’ajouter des couleurs à l’évènement et augmenter le niveau de la compétition. Le staff technique a annoncé que trois golfeurs malgaches évoluant sur le green réunionnais ainsi qu’un Malgache basé en Afrique du Sud viendront pour étoffer la liste des 10 joueurs engagés en première série, entre autres, Mamy Rajerinera et Mavrick Faber. Force est de noter que les inscrits dans la catégorie Pro devaient normalement ouvrir les hostilités hier.

Rojo N.

 

News Mada0 partages

Ambatondrazaka : 40 taona niasana ny Alliance française

Be ny asa vita fa tsy vitsy ihany koa ireo mbola miandry ! Nisongadina io nandritra ny fanamarihana ny faha-40 taona niasan’ny Alliance française ao Ambatondrazaka. Fantatra fa efitra fianarana telo no nohajarian’ny komity tarihin-dRafaralahizaka Arindranto Andriamialisoa sy i Anaïs Bonnet tale amperinasan’ny Alliance française Ambatondrazaka.

Nisongadina tamin’ny lanonana fankalazana ny faha-40 taona ihany koa ny soa azo avy amin’ny fisian’ny Alliance française. Notsiahivina fa anisan’izany ny fisian’ny fianarana ao amin’izy ireny. Eken’ny fanjakana ny diplaoma omena ka afaka hisondrotana eo amin’ny asa atao.

Nambaran’ny tompon’andraikitra fa toerana afaka manetsika ny mponina ao Ambaton- drazaka ihany koa ny Alliance française satria, saika hita ao aminy avokoa ireo tolotra sahaza ny sokajin-taona rehetra. Ao ireo lalao ho an’ny ankizy. Ny fifaninanan-kira, fijerena tahirin-kevitra, sns.

Fantatra fa na maro aza ireo tia mampiasa sy tia manandrana miteny ny fiteny frantsay ao Ambatondrazaka, mbola betsaka ihany ireo tsy manana finiavana hiditra ho mpikambana ao amin’ity ivontoerana ity. Ilana fanentanana izany, raha ny nambaran’ny tompon’andraikitra.

Rarivo

 

News Mada0 partages

Fampandrosoana ny kanto : «aoka hisy ny fizarana asa », hoy i Hanitra

Mpanakanto anisan’ny manana traikefa matanjaka eo amin’ny tontolon’ny fampandrosoana ny kolontsina i Hanitra Rasoanaivo. Tsy eto an-toerana ihany fa hatrany ivelany ihany koa. Maneho ny heviny izy.

« Ny antsika, sady mpanakanto no mpamorona, no mpikarakara fampisehoana, sns ! Antony iray tsy mampandroso ny kolontsaina sy ny zavakanto malagasy ny tahaka izany », hoy i Hanitra Rasoanaivo. Nanteriny fa « aoka hisy ny fizarana asa raha te hampandroso sy hampivelatra marina ny zavakanto sy ny kolontsaina malagasy ».

Tombontsoa lehibe no azo raha ny fanazavany hatrany satria, tsara lamina sy mirindra ny zava-drehetra. « Tsy mety ilay sady mifofotra no mively vy fa tokony ho samy mandray andraikitra manandrify azy », hoy i Hanitra.

Noraisiny ho ohatra tamin’izany ny olona miara-miasa aminy, amin’ny fanatanterahana hetsika na fampisehoana iray. Fantatra fa mahatratra 93 izy ireo. « Miteraka asa, mampiditra vola vahiny, sns, izy ireny », hoy hatrany i Hanitra Rasoanaivo.

Tsetsatsetsa tsy aritra no ilazana fa ny any ivelany indray no manana tahiry maro isan-karazany momba an’i Madagasikara raha oharina amin’ny eto an-toerana, raha ny fanazavan’ity mpanakanto manana ny maha izy azy ity. Nanamafy izany rahateo ireo rehetra nandaha-teny nandritra ny hetsika « Valiha mitety vazantany » notanterahina tao amin’ny Alliance française Andavamamba.

HaRy Razafindrakoto

News Mada0 partages

Nuit de la saint-sylvestre : Iary à l’Is’art Galerie

Le réveillon de la Saint-Sylvestre sera une occasion inédite pour Iary de clôturer sa saison 2017 en beauté et toute en féminité. Ce sera à l’Is’art Galerie Ampasanimalo la nuit du 31 décembre.

En enchaînant la célébration de ses 10 ans de carrière musicale, Iarilaza Rakotondrasoa a démarré l’année sur les chapeaux de roues. Et cette fois, elle revient chauffer les scènes malgaches sous un nouveau nom, Iary’s band, par rapport à l’école de stars qu’elle a récemment créée pour  soutenir les jeunes talents qui méritent d’être connus et reconnus.

Dans la même foulée, la chanteuse de «Tamin’iny» a été tout au long de l’année à l’affiche des grands événements culturels, pour ne citer que le Duo de chœur, au CCEsca au mois de mai, Tana in love en juillet au palais des Sports, Tana in rock à Antsahamanitra en septembre. La semaine dernière, elle a donné, en compagnie d’une bonne poignée d’artistes, un concert caritatif en faveur des enfants malades du Centre hospitalier universitaire mère-enfant de Tsaralalàna (Chumet).

Cette soirée de fin d’année sera l’unique date où l’on verra la bande à Iary seule sur scène. «Le concert débutera plus tôt, à 19 h30, et continuera jusqu’aux premières lueurs du jour. Pour l’occasion, nous allons revisiter un répertoire éclectique, allant du soft aux rythmes entrainants, sans oublier les reprises», a-t-elle promis.

D’autres artistes, des pépites encore méconnues des grandes ondes, que  la chanteuse a prises sous son aile depuis un bon bout de temps, la rejoindront sur scène pour l’effet de surprise.

«Du rock, de la musique et du malgache, ce sont trois points qui caractérisent Iary’s band.  La musique fait partie de notre vie et c’est dans le rock que nous perfectionnons notre style. Et nous sommes fiers d’être malgaches et de pouvoir partager nos valeurs à travers la musique», a-t-elle conclu.

Joachin Michaël

News Mada0 partages

Chronique : Dans l’attente d’un malentendu

Il eut été étonnant de ne pas retrouver à travers l’achèvement des travaux de modernisation dans le terminal de l’aéroport d’Ivato la signature caractéristique apportée aux nouveautés et rénovations. Rien qui puisse apparaitre comme une réussite à défaut d’une révolution au moins d’un grand pas en vue de soulager les passagers à leur débarquement.

En charge de ces «travaux», si tant est que l’on puisse qualifier de travaux une redistribution de l’espace et les déplacements ou le rajout de quelques éléments du mobilier en fonction de cette nouvelle distribution, satisfaite d’avoir obtenu ce résultat l’entreprise Ravinala souhaitant sans doute que l’on en fasse l’article a dû inviter quelques journalistes pour constater de visu les transformations apportées. Dans la presse on en a eu l’écho : rénovation satisfaisante ! Malheureusement il reste que les circonstances et le climat d’un débarquement diffèrent du vécu du passager la perception que peut être celle d’un journaliste choyé et guidé à cette occasion. La réalité réserve tout un autre poème.

Trois branches de l’administration sont impliquées pour chacune exercer chacune son autorité dans le domaine dont elle a la responsabilité. Un service de santé s’assure de la bonne santé de chaque voyageur d’après les réponses écrites de celui-ci dans un questionnaire, la Police des Frontières filtre l’ensemble des passagers afin de contrôler leur véritable identité, et que ne se glissent pas des indésirables. Spécifique à Madagascar, nombreux voyageurs étrangers peuvent demander un visa une fois au débarquement alors que la réciprocité avec les pays d’origine de ces étrangers n’est pas. Enfin la Douane, et là une nouveauté, un scanner à la sortie. Une disposition supplémentaire pour resserrer les mailles du filet, encore que les trafics les plus dommageables à l’Etat se font ici dans le sens des exportations, pour ce qui concerne les importations l’entrée frauduleuse de marchandises à Ivato n’est que goutte d’eau en rapport à la contrebande organisée dans les ports.

Tous ces services sont bien installés à leurs postes, comme il se doit on finit par en oublier l’essentiel, les usagers. Qu’a-t-on fait pour leur confort ou au moins pour une meilleure fonctionnalité des infrastructures. Comme ailleurs on a prévu de mieux les parquer. Dans des allées en serpentins matérialisées par des bandelettes  de gros ruban enclenchées dans des poteaux métalliques déplaçables, on peut aligner en rang des personnes presque au nombre égal de celles debout en désordre qu’aurait pu contenir la même salle. Si tout se passe bien jusque là, les passagers à disposition des services administratifs, en retour pour la suite aucun gage en leur faveur pour que le protocole d’un débarquement en toute sérénité soit respecté jusqu’à la sortie. Qu’est-ce qui intéresse les passagers une fois qu’ils ont répondu avec satisfaction aux procédures administratives ? La possibilité de prendre au plus vite livraison de leurs bagages. Zéro pointé. Le voyageur pour son premier contact avec la réalité dans le pays, ne peut qu’être désagréablement surpris. Autour du tapis roulant sur lequel voguent les valises, les plus expérimentés des voyageurs justifient l’attente par des explications reposant sur une question de chances. L’attente peut aller jusqu’au-delà des 90 minutes. Expérimenter le confirme. A cet endroit les gens manquent spécialement de tolérance. Il est vrai qu’en considération du nombre de passagers que l’on «traite», le temps de débarquer les bagages de l’avion de les charger dans un container et de les acheminer vers le tapis roulant à quelques 200 mètres de l’avion ne requiert pas une heure et demie.

Les différents services de l’Etat, santé, police et douane, ont chacun un rôle particulier, mais ensemble ils ont une mission commune, quoique représentant l’Etat ou justement du fait de représenter le pays et la population, leurs agents tout en restant rigoureux ont un devoir de déployer à tout moment une opération de séduction. Dans le style d’un message : « vous arrivez chez nous, nous ferons de notre mieux pour vous donner satisfaction, cependant nous n’avons ni les moyens ni la disposition de chercher à satisfaire des caprices ».

Dès les premiers contacts on doit lever les malentendus que de part et d’autre certains pourraient vouloir entretenir.

Les malentendus, la population en connait des chapitres. Les artifices et le superficiel viennent souvent au secours du fond qui fait défaut, si bien que souvent le malentendu ne l’est pas tout à fait, il n’est que convention silencieuse. Cette complicité muette permet de sauver d’une fausse situation les apparences.

Léo Raz

News Mada0 partages

Trafic d’héroïne a Maurice : un Malgache arrêté, une autre recherchée

Un ressortissant malgache a été arrêté la semaine dernière par la police mauricienne, alors qu’il comptait introduire 512,8 g d’héroïne à Maurice.

Une mule malgache a été interceptée à l’aéroport international Sir Seewoosagur Ramgoolam, peu après sa descente d’avion. En provenance de Madagascar, le ressortissant malgache, résidant à Trianon, est arrivé mardi à l’aéroport de Plaisance par le vol MK 289 de la compagnie Air Mauritius avec un seul bagage en main.

Il est passé par le Green Channel (réservé à ceux qui n’ont rien à déclarer) mais son comportement suspect a éveillé les soupçons des éléments de l’Unité mauricienne de lutte contre la drogue et la contrebande (Antidrug and smuggling unit ou ADSU), et de la Section douanière anti-narcotique de la Mauritius Revenue Authority. De plus, les policiers ont également remarqué que les manches de sa valise étaient trafiquées.

Sans attendre, ils ont coupé les manches de la valise et y ont découvert six boulettes contenant de la poudre marron. Un examen effectué sur place a permis d’établir qu’il s’agissait de l’héroïne.

730 millions d’ariary

D’un montant de 7,7 millions de roupies, l’équivalent de plus de 730 millions d’ariary, la quantité de drogue a été mise sous scellés. Lors d’une enquête sommaire, le suspect a indiqué qu’un homme viendrait récupérer le colis dans un hôtel à Trianon. Une opération de livraison contrôlée a été montée mais personne n’est venu le récupérer. Vendredi, les policiers ont décidé d’annuler l’opération.

Lors de son interrogatoire, le Malgache a également fait savoir que la drogue lui a été remise par une femme malgache avant son départ pour Maurice. La police mauricienne a saisi son téléphone portable en vue de l’exploiter. L’expéditrice ainsi que l’importateur de la drogue sont actuellement dans le collimateur de la police.

Mparany

 

News Mada0 partages

Analakely : les photographes ne font pas recette

En cette période des fêtes, tous les marchands d’Analakely espèrent faire un maximum de bénéfice. Mais du côté des photographies qui ont même érigé des stands pour attirer leur client, l’affaire tourne au ralenti, malgré l’engouement des gens sur les lieux

«En dix ans de métier, cette année a été la pire de toutes. Et je crains que cela va de mal en pis», a déclaré hier un photographe. Selon ses dires, si auparavant, il arrive à dénicher plus d’une centaine de clichés quotidiennement auprès d’une quarantaine de clients, ces derniers temps, c’est à peine s’il réussit à prendre une quarantaine de clichés. Soit une baisse de 60% des activités.

Dépassée par la technologie

Avec l’avènement de l’appareil photo numérique, tout le monde devient photographe. De plus, tous les téléphones portables sont également équipés d’un appareil photo. Du coup, les photographes professionnels ont perdu la majeure partie de leur client.

«Des clients n’hésitent pas à ne prendre qu’une seule pose, afin de prendre d’autres photos avec leurs propres téléphones tout en servant de fond notre décor, et ce, sans même demander notre permission», a déploré un photographe. De préciser ensuite qu’il lui est pourtant difficile de ne pas plier à ce caprice, la concurrence et la rareté des clients obligent.

Ce photographe reconnait aussi que la hausse du prix d’une pose, actuellement à 1 500 ariary, contre 1 200 auparavant, y est pour quelque chose. «Avec l’effritement du pouvoir d’achat des Malgaches, auquel s’ajoute l’avancée de la technologie, il y va sans dire que notre métier est en train de disparaître», a-t-il fait savoir.

Un investissement d’au moins 500 000 d’ariary

Selon les témoignages de ces photographes, ils dépensent au moins dans les 500 000 ariary pour monter un stand. Un investissement qui comprend quelques jouets, à l’instar des petites voitures et motocyclettes, un arbre de noël bien décoré, sans oublier le chapiteau et les effets vestimentaires du Père noël.

A tout cela s’ajoute la location de la place, dans les 50 000 ariary  pour une période d’environ trois semaines, du 18 décembre au 7 janvier.

Recueilli par Sera R.

News Mada0 partages

Peste : un plan d’action de riposte pour 2018

Vu que la saison pesteuse n’est prévue se terminer que vers la fin du mois d’avril, le ministère de la Santé publique a dressé son plan d’action de riposte pour le compte de l’année 2018, hier à l’hôtel Colbert Antaninarenina.

Le renforcement des campagnes de sensibilisation en guise prévention a été particulièrement souligné dans ce plan. Sous cet angle, les communautés villageoises sont particulièrement ciblées à travers une caravane dénommée «Totozy tour», littéralement «Souris tour», sans oublier les établissements scolaires.

La diffusion de spots dans les médias, les témoignages à travers les «Success story», l’envoi de SMS via les opérateurs de téléphonie locaux, ainsi que le maintien du call center 910 ont été également au programme. Le tout,  accompagné de la mise en œuvre de la stratégie de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène (EAH/WASH).

Sera R.

News Mada0 partages

Itasy : 180 enfants hors de l’école

L’accès à l’éducation demeure limité dans les zones rurales qui sont majoritairement confrontées aux problèmes de manque de capacité d’accueil. C’est notamment le cas pour l’EPP d’Atsimombohitra, un petit village dans la commune rurale d’Antoby, région Itasy. Les deux modestes salles de classe, construites il y a plus de 20 ans, n’arrivent plus à satisfaire les besoins locaux qui ne cessent d’augmenter chaque année.

180 enfants en âge de scolarisation n’ont pas eu l’opportunité d’entamer leur première année d’école durant cette année faute d’infrastructure pour les accueillir.  Même les 346 élèves qui y sont inscrits travaillent dans des mauvaises conditions. «Même s’ils sont répartis en deux groupes de 173 élèves chacun, qui suivent simultanément l’enseignement durant la journée, le matin et l’après-midi, on est toujours confronté au problème de sureffectif dans la mesure où une salle de classe accueille 86 élèves», a fait remarquer le directeur de l’établissement lors de la cérémonie d’inauguration de nouvelles infrastructures, à la fin du mois de novembre dernier.

Trois nouvelles salles de classe fonctionnelles

Alerté par l’urgence de la situation, un partenaire de longue date de l’ONG Madagascar development fund (MDF), la fondation Adsum de la Grande Bretagne, n’a pas hésité à venir en aide à la population d’Atsimombohitra. Ayant déjà financé plus de trente projets communautaires à Madagascar depuis 2011, cette fondation, en collaboration avec la famille britannique Gilbert Ash, a une fois de plus fait don d’une somme de 65.423.711 ariary pour la construction de trois nouvelles salles de classe équipées de tables-bancs, ainsi que de latrines à trois compartiments dans le village.

A cela s’ajoute  une boîte à outils pour assurer les petites réparations éventuelles à hauteur de 200.000 ariary. Les enfants ont aussi eu droit à des manuels pédagogiques d’une valeur de 320.000 ariary et de kits scolaires pour alléger les charges des parents.

Fahranarison

News Mada0 partages

Analamanga : “asa tàna-maro” avant les fêtes à Antananarivo

Une nouvelle opération « Asa tàna-maro » a été organisée par le ministère de la Population, de la protection sociale et de la promotion de la femme (MPPSPF) dans les 6 arrondissements de la commune urbaine d’Antananarivo, avant la fête de la Nativité. Une revalorisation des indemnités journalières à 5.000 ariary a été opérée par le ministère.

Les 3.600 parents ayant participé à l’opération «Asa tàna-maro», les 21 et 22 décembre, ont bénéficié des indemnités journalières revalorisées à 5.000 ariary contre les 3.000 ariary précédents.

Le MPPSPF intervient dans le cadre de la protection sociale et de l’aide à la population, particulièrement les familles vulnérables, par le biais de cette opération, selon les responsables, qui ont révélé que l’Etat n’octroie pas de salaire mais plutôt des compléments de revenu à un nombre limité de bénéficiaires, en fonction des possibilités et des moyens dont dispose le ministère. Ils ont rappelé d’ailleurs que ce dispositif n’est pas destiné à créer des emplois pérennes pour la population car il ne s’agit pas d’un chantier d’aménagement ou de travaux publics.

La réduction des impacts négatifs de l’inondation sur la population des zones inondables, l’écoulement des eaux usées pour éviter la montée des eaux dans certaines zones, la poursuite des efforts déployés par le MPPSPF, depuis 2015, pour maintenir la salubrité publique à travers la mise en place du «Asa tàna-maro» sur l’ensemble du territoire et le soutien financier aux familles défavorisées, en cette période de fête, constituent les objectifs de ces travaux d’assainissement et de curage de canaux d’évacuation.

Manou

Tia Tanindranaza0 partages

Bejofo-AmbatondrazakaRangahy avy namonjy sasak’alina, maty voafira antsy

Hivavaka, hitsena ny Mpamonjy no nivoahana ny trano, fahafatesana no nitsena. Nidiram-pahoriana tampoka ny fianakaviana iray ao Bejofo, Distrikan’Ambatondrazaka ny alin’ny 24 desambra teo. Namonjy Fiangonana nankalaza ny fahaterahan’ny mpamonjy izy mianakavy kely.

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Katsepy - Sambo rendrikaNieren-doza izy 13 nentin’ny “Fanantenana”

Ny sambo “Fanantenana” ity dobo an-dranomasina tany Katsepy ity raha tokony hihazo an'i Tambohorano,

Nangonin’i Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Kitra - EspainaNahazo kiana mafy i Zinedine Zidane

Nahazo kiana mafy dia mafy tamin’ny gazety espaniola maro ilay mpanazatra ny ekipan’ny Real de Madrid taorian’ny faharesen’ny ekipa tantanany 3-0 nanoloana ny Barcelone,

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Famaranana rugby - Top 9Hangotraka indray etsy Mahamasina

Azo antoka fa noho ny fiaraha-miasan’ny Analamanga rugby amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra no ahafahan’ity farany hanatontosa ny lalao famaranana TOP 9 karakarainy etsy amin’ny kianjan’i Mahamasina amin’ny sabotsy 30 desambra izao.

Tia Tanindranaza0 partages

Fiangonana FVKFMNizara fanomezana ho an'ireo marary

Nizara fanomezana ho an'ireo olona sahirana sy ankizy marary miisa 250 manaraka fitsaboana etsy amin' ny hopitaly HJRA Ampefiloha ny Vondron'ny Kristianin'ny Fanahy Masina na ny FVKFM.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny FLM“Miantso fibebahana Andriamanitra !”

Ao anatin’ny fankalazana ny jobily faha-150 taona nidiran’ny misionera sy ny antsoina hoe reformasionina teto Madagasikara isika amin’izao fotoana.

150 taona, hoy ny filohan’ny fiangonana loteranina Malagasy na ny FLM, Pastora Dr David Rakotonirina, ny atao hoe fibebahana sy famelan-keloka teto amintsika saingy toa nijanona ho teny filamatra fotsiny ihany. Vokatry ny tsy finoana sy ny ota ara-tsosialy izay maha tompon’andraikitra ny rehetra manomboka any amin’ny mpitondra ka hatrany amin’ny vahoaka no mahatonga antsika tahaka izao, raha ny hevitr’ity mpitondra fivavahana ity hatrany. Miantso fibebahana Andriamanitra manoloana ireo ota ara-tsosialy rehetra vitantsika teto toy ny kolikoly, ny fanondranana harena an-tsokosoko, ny tsy fandriampalemana, ny mizana mandainga ary ny fanambakana. Miantso fibebahana toy ny tamin’ny andron’i Jaona mpanao batisa ankehitriny ny Tompo ary tadidio fa tsy mandefitra amin’ireo minia manampi-tsofina amin’ny ota Andriamanitra ka nahatonga ireo loza nitranga toy ny safodrano, araka izay voalazan’ny baiboly ao amin’ny genesisy toko faha-6 sy faha-8. Ny manampahefana rehetra toy ny mpitondra, ny governora, ny mpanapaka ary ny mpitondra fiangonana hatramin’ny vahoaka, hoy hatrany ny tenany, dia nantsoina avokoa tamin’izany.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Maroantsetra6000 Ar ny litatry ny solika

Sarotra ny mahita solika ao Maroantsetra. Raha misy dia fotoana fohy monja, avy eo dia varomaizina no manjaka. Roa ny toby mpaninjara solika misy ao Maroantsetra,

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

ManakaraSolitany nitobaka, nandoro trano 20 tafo

Trano 20 tafo no levon’ny afo tao Ambohitradala Manakara ny 24 desambra tokony tamin’ny11 ora alina, andro nankalazana ny fahaterahan’ny Mpamonjy indrindra.

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina AndoharanofotsyMatotra ny fiaraha-miasa 3P

Mahantra sy zokiolona niisa 50 tany ho any no afaka nihanoka ny fetin’ny Krismasy tamim-pitoniana tao amin’ny fokontany 5

Tia Tanindranaza0 partages

Fikambanana Fifanampiana Malagasy“Tsy manampy anay ny fanjakana”

Toy ny fanaony isan-taona, isaky ny volana jona sy desambra dia nanatanteraka fizarana fanampiana ho an’ireo fianakaviana sahirana manerana ireo Boriborintany enina eto Antananarivo tetsy amin’ny foibeny etsy Ampandrana ny fikambanana Fifanampiana Malagasy mba hahafahan’ireo mpisitraka miatrika ny fetin’ny noely sy taom-baovao finaritra.

 Fianakaviana sahirana miisa 600 no nisitraka ny fanomezana. Efa tamin’ny taona 1950 ny Fifanampiana Malagasy, hoy ny sekretera nasionaly, Rampamonjy Michel no niorina saingy hatreto dia ireo mpianatra nampitaina tato taloha lasa mila ravinahitra any ampita sy fikambanana vahiny milatsaka an-tsitrapo hatrany no tena manampy anay. Efa nandondom-baravarana tany amin’ny fanjakana fa tsy manampy ny fanjakana. 58 eo ireo biraony manerana ny renivohi-paritany eto Madagasikara ary raha tsiahivina dia niainga tamin’ny fitakiana ny famoahana ireo gadra politika tamin’ny tolon’ny 1947 sy ny fanampiana azy ireny sy ny taranany no niaingana saingy tsy mbola nojeren’ny fitondram-panjakana hatramin’izao.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fetin’ny faran’ny taonaHitety vanim-potoana ny Akam’s Music

Ny taona 2006 no teraka ny tarika Akam’s Music, raha ny fanazavan’i Maholy, vavy tokana sady lehiben’ny tarika. Mpinamana maromaro no nanangana azy ary dia avy amin’ny teny hoe “Akama” sy ny fitiavana mozika no nahatonga ny hoe : “Akam’s music”.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

PM tany MampikonyFandaniam-bola mihoapampana

Nitsoriaka tany Mampikony, faritra Sofia ny delegasiona notarihin’ny praiminisitra Solonandrasana Mahafaly Olivier ny alakamisy lasa iny. Niara-dia taminy tamin’izany ny Sekreteram-panjakana misahana ny fiaraha-miasa sy ny fampandrosoana Rafatrolaza Bary Emmanuel.

 Fiaramanidina manokana, nofaina, no nitondra azy ireo tany Mampikony, nitokana ny tranon’ny lehiben’ny distrika rehefa avy nasiam-panavaozana. Nanokatra masoivoho vaovao ao an-toerana ihany koa ny banky BNI Madagascar ary dia niara-notokanana tamin’io fotoana io. Niteraka resa-be tao Mampikony io anton-dia io sy ny fandaniana mihoapampana naterany. Trano nohavaozina no ndeha hanaovana lanonam-be, notokanana ? Tsy vitan’ny lehiben’ny distrika na ny prefen’Antsohihy ve ny fitarihana ny lanonam-pitokanana izany raha tsy maintsy notokanana ? Tsy naleo ve natokana nanorenana fotodrafitrasa hafa ny vola lany tamin’ny fanofana fiaramanidina manokana ? Santionan’ny fanamarihana sy fanontanian’ny olona tao Mampikony ireo taorian’io tranga io. Sa izao no tonga amin’ny hoe : ny vola misy fa ny handaniana azy no tsy fantatra ? Efa notaterina teto rahateo ny nampakarana tampoka, ho avo roa heny ny “indemnité” an’ireo mpiasan’ny Primatiora nanomboka tamin’ity volana desambra ity. Nifarana ny faran’ny volana novambra ihany koa ny fanaovana “engagement” amin’ny fandaniana ataon’ny fanjakana, ka mety nisy ambim-bola be ve ny an’ny Primatiora ka tsy maintsy atao na foronina ny lanonana samihafa handaniana ny vola ? Satria izay ilay fanjakana tsara tantana !

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Seranantsambo ToamasinaVola iray kaontenera mihitsoka ao

Nampiseho ny firaisankinany ireo mpitatitra amin’ny kamiao sy ireo “Transitaires” omaly, nanombohan’ny fitokonana lavareny ataon’izy ireo,

Rakoutou

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanAndeha vakansy ?

Mbola mahamay be anie ny eto an-tanàna ry Jean nefa ianareo toa handeha hiala sasatra sahady e ! Isika anie mbola mila manenjika be mihitsy fa na ireo noheverina ho ganantsika teo aloha aza ity toa efa maro ny nihoatra antsika a !

 Ary tena nihoaran-dry zalahy lavitra mihitsy isika izao. Ny masoko ve no efa mitsirepirepy sa ny nofoko no efa miha donto fa tena gaga aho naheno ny teninareo hoe : efa mirifatra mankany amin’ny fampandrosoana isika amin’izao a ! Sao dia mba teny diso tsy mba kabary ary iny  ? Sa ve izaho no tailam-pandrenesana ? Ohatry  ny niverina atsy amin’ilay tonelina atsy ambaninay atsy daholo indray mantsy izao ireo mpifanolo-bodirindrina aminay teo aloha. Ny namanay any Atsimo moa dia mbola mikaikaika amin’ny tsy fisian-drano foana hatramin’izao. Ohatra ny mba lasa manana sanjila indray na dia fadiranovana aza ireo namana any andrefana mpanjifa rano maloto amin’ny vidiny 400 ariary. Dia gaga anao andeha vakansy ity aho ry Jean !

Marco!

Tia Tanindranaza0 partages

Vondrona MAPARTsy manaiky ny hikitihana ny lalàmpanorenana

Fantatra fa niezaka nampiantso an’ireo lohandohan’ny mpisorona mitarika ny vondrona antoko politika MAPAR teny amin’ny lapam-panjakana Mahazoarivo ny faramparan’ny herinandro lasa teo ny praiminisitra lehiben’ny governemanta Malagasy am-perinasa

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018Didier Ratsiraka no kandidan’ny AREMA

Miomana amin’ny fifidianana filoham-pirenena ho avy ny antoko politika samihafa misy eto Madagasikara.

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

Fitondran-RajaonarimampianinaLany andro maka tahaka

Mpaka tahaka ! Nanamarika ity fitondrana Rajaonarimampianina ity izany. Ny andro voalohan’ny fitondrany dia nahoraka sady nigagam-bahoaka ilay kabary natao nipoapoaka teo Mahamasina ny 25 janoary 2014,

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Lalam-pifidiananaEny Tsimbazaza amin’ny 9 janoary

Raha tsy misy ny fiovana dia hiatrika fivoriana tsy ara-potoana ireo solombavambahoaka sy loholon’i Madagasikara manomboka amin’ny talata 9 janoary 2018.

Handinika sy handany ireo fehezan-dalàna hifehy ny fifidianana ho avy no ho antom-pivoriana, ankoatra ireo vary mangatsiaka tsy tontosa nandritra ny fe-potoam-pivoriana ara-potoana faharoa nifarana ny 15 desambra lasa teo. Araka ny voalazan’ny andininy faha-76 amin’ny lalàmpanorenana dia tsy mihoatra ny 12 andro ny faharetan’ny fivoriana tsy ara-potoana. Mifarana avy hatrany ny fivoriana rehefa tapitra ny lahadinika faritana amin’ny didim-panjakana. Raha tsy vita ao anatin’io fe-potoana io ny fandaniana ilay fehezan-dalàna hifehy ny fifidianana ho avy dia azo antoka fa hisy fiantsoana fivoriana tsy ara-potoana fanampiny. Tsy mbola tonga eny Tsimbazaza aloha hatreto ny volavola hodinihina mandritra io fivoriana tsy ara-potoana io. Nisesy kosa nialoha izay ny fakan-kevitra ataon’ny praiminisitra Solonandrasana Olivier amin’ireo vondrona politika eto Madagasikara, mikasika ny hikitihana andininy sasany amin’ny lalàmpanorenana. Fakan-kevitra izay mahabe resaka, ary koa miteraka ahiahy ho an’ny maro sao tetika hanaovana izay hifikirana amin’ny fitondrana na koa tsy hanemorana ny fifidianana. Ny fahatongavan’ny volavolan’ny fehezan-dalàna hifehy ny fifidianana eny Tsimbazaza no vao mainka hampafana na hampitony ny adihevitra politika eto Madagasikara.

Jean D.

 

Ino Vaovao0 partages

LALAM-PIRENENA : Hentitra ny fanaraha-maso nialoha sy nandritra ny fety

Ny 23 desambra teo dia nanao fidinana ifotony teny anivon’ny toby fiantsonana Aranta Mahajanga izy ireo ka ankoatra ny fanaraha-maso ny fiaingana na contrôles aux departs, dia nisy koa ny hetsika fanentanana. Miisa 56 ny isan’ny fiara nosavaina nanomboka tamin’ny 04 ora sy 15 minitra tolakandro ka hatramin’ny 07 ora sy 09 minitra hariva, ka nentanin’izy ireo daholo ireo mpamily rehetra mba samy hitandrina amin’ny fampiasana lalana ary nizaràna taratasy fanentanana mikasika ny Aro Lozan’ny Fifamoivoizana.

Tamin’ireo fiara narahi-maso teo am-piaingana dia fiara miisa 8 no nahitana tsy fahatomombanana ka efa nasiam-panamboarana avokoa.

Ankoatra izay dia fiara telo mitrandraka zotra nasionaly no manana fitaratra miraikitra tsy afaka misokatra. Voararan’ny lalàna ihany koa ireny satria tsy misy «  issue de secours  » na fivoahana raha sendra misy loza izy ireny. Nosintomina ny taratasin’ny fiara, nasaina namboarina ny fitaratra mba hanara-dalàna. Rehefa vita izany dia miroso amin’ny fanaovana ‘contre visite’ any amin’ny Centre de Sécurité Routière sy manao ‘visite de conformité’ any amin’ny Foibem-Paritra misahana ny fitaterana Boeny vao mahazo miverina miasa indray.

Mba ho fisorohana ny loza amin’izao vita ny fetin’ ny Noely 2017 sy an-katoky ny fetin’ny Taom-baovao 2018 izao, dia entanina ireo mpamily fiara mpitatitra mpandeha mba hanamarina ny kojakoja ara-teknikan’ny fiara alohan’ny hampidirana ny mpandeha ao anatiny. Tsy hitondra entana mihoatra ny haavon’ny  80 cm eny ambony tafo. Hanatanteraka ny fiaraha-miainga eny amin’ny toby ary hanao dia mitandahatra eny am-pandehanana amin’ny alina mba ho fisorohana ny mety hisian’ny fanafihana na fangalarana entana ambony tafo. Hanaja ny hafainganam-pandeha tsy hihoatra ny voalazan’ny lalàna. Hiala sasatra rehefa mamily fiara mandritra ny efatra ora. Tsy handray zava-pisotro mahamamo na zava-mahadomelina, tsy hifoka sigara eny am-pamiliana. Tsy hanao dona miverina, tsy hanao taingim-be, tsy hampifangaro ny olona sy ny entana.  Tsy hikiry hamily fiara na dia efa mahatsiaro reraka sy resin-tory aza. Satria “ny tonga soa ihany no arahabaina !”

Nentanina ihany koa ny mpamily bajajy na TMT

Tsy nijanona tamin’ny fitaterana amin’ny zotra nasionaly sy rezionaly ihany ny fanentanana nataon’ny sampan-draharaham-paritra misahana ny fitaterana fa manentana ireo mpamily Taxi Moto Tricycle Bajaj rehetra mba tsy hifampitantana eny amin’ny arabe fa mifanao aloha sy afara. Maka an-kavanan-dalana eny am-pandehanana an davanandro fa ny ankavian-dalana dia natokana ho an’ny fiara mifanena sy fisongonan’ny fiara avy ao aoriana. Tsy hirimorimo mafy loatra fa atao moramora ihany ny hafainganam-pandeha. Mba hampiasa “clignotant” rehefa hivily. 

Tsy hisongona avy an-kavanana, anaty sampanan-dalana, fiolahan-dalana ary tsy mihodina tampoka raha handray mpandeha fa mijery ny fitaratra fijerena any aoriana na « retroviseur’ sao misy fiara hafa avy ao afara. Tsy hijanona eo amin’ny sampanan-dalana ihany koa fa mba mikisaka 10 metatra vao mijanona. Tsy handray sy hampidina ny mpandeha eny afovoan-dalana fa maka sisiny an-kavanana. Tsy hiditra amin’ny lalana tsy azo andehanana “sens intérdit, ary mba hanaja ny lalan-tokana ‘sens unique’. Marihina fa ny fandikana ny lalàna mifehy ny fifamoivoizana no fositra mahatonga ny loza eto an-tampon-tanànan’i Mahajanga izay tsikaritra fa mihamitombo etsy sy eroa. Anisan’ny nampitombo izany ny fisian’ny bajaj.

Nangonin’i Vanessa

Ino Vaovao0 partages

TSY NANAJA NY FEHIN-KEVITRA NY MICTSL : Nanomboka omaly ny fitokonan’ny fiarabe mpitatitra entana

Ady ifanandrinan’ny orinasa Mictsl sy ireo mpitatitra entana ary ireo transitaires miasa ao Toamasina. Raha tsiahivina, ny alatsinainy 11 desambra, dia efa nisy ny fihaonana teo amin’ny minisitry ny fitaterana, Ralava Beboarimisa tamin’ny andaniny sy ny ankilany. Nanaiky ny Mictsl tamin’izany fotoana izany fa hatao 7 andro ny fe-potoana farany ahafahana mamoaka ny entana raha 5 andro izany teo aloha. Nilaza hanofa fitaovana fibatana entana (grue) ny Mictsl mba hanafainganana ny famoahan’entana eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina.

Amin’izao fotoana izao anefa, dia mampiaka-peo indray ireo mpitatitra entana sy transitaires fa tsy nohajain’ny Mictsl ireo fampanantenana nataony ny 11 desambra ireo. Vokany, niroso tamin’ny fitokonana izy ireo nanomboka omaly talata 26 desambra. Mpitatitra entana sy transitaires, izay fantatra fa niatrika fivoriana ny faran’ny herinandro lasa teo ary tamin’izany no nandraisana io fanapahan-kevitra firosoana amin’io fitokonana io. Fitokonana izay lazain’izy ireo fa tsy hifarana mihitsy raha tsy misy fivoriana maika iarahana amin’ny Mictsl sy ny fanjakana. Takian’izy ireo ny hanaovana sonia izay fehin-kevitra tapaka rehetra. Tsy misy fiarabe mpitatitra entana hiditra ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina araka izany nanomboka omaly talata 26 desambra. Hikatso tanteraka ny fitateran’entana izay mazava ho azy fa hisy akony goavana amin’ny fiainam-bahoaka.

Nikatso ao amin’ny seranan-tsambo ny volaben’ny banky foibe

Manoloana izay tsy fanajan’ny Mictsl ireo fehin-kevitra tapaka nandritra ny fivoriana niarahana tamin’ny minisitry ny fitaterana ny 11 desambra izay àry, dia nanapa-kevitra niroso tamin’ny fitokonana ireo mpitatitra entana sy transitaites eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Nanomboka omaly talata izany fitokonana izany. Tamin’ny 8 ora maraina, dia efa tonga teo anoloan’ny vavahadiben’ny seranan-tsambo ireo mpitarika fikambanan’ny mpitatitra entana sy transitaires ao Toamasina. Tazana teny an-toerana i Alain Timbou, filoha nasionalin’ny Vondron’ny mpitatitra matihanina Atsinanana na Gtpe, Sandy Was filoham-paritry ny Aptr na Association Professionnelle des transporteurs routiers, sy ireo maro hafa. Tsy misy fiarabe niasa fa nitandahatra teny amin’ny Boulverd Ivondro, lalana mihazo ny seranan-tsambo no nataon’izy ireo. Tsy nisy kosa ny fanakanan-dalana. Miray hina ireto  mpitatitra entana sy transitaires ireto. Tsy misy fiarabe nitatitra entana mihitsy. Tsy nisy fiarabe nitsofoka tao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina. Ireo fiarabe efa tao anatin’ny seranan-tsambo kosa talohan’ny talata 26 desambra, dia afaka nivoaka ny seranana saingy tsy niverina niditra intsony taorian’izay.

Mafy orina tokoa ny firaisankina eo amin’ireo mpitatitra entana sy transitaires ao Toamasina ka na ny volaben’ny Banky foiben’i Madagasikara, izay tonga amin’ny kaontenera ao amin’ny seranan-tsambon’i Toamasina aza, dia mihitsoka ao amin’ny seranana avokoa, tsy misy fiarabe mitatitra. Tamin’ny fotoana  nanoratanay ny lahatsoratra (talata antoandro) tamin’ny 12 ora, dia mbola mitohy ny fitokonana ataon’ireo mpitatitra entana sy transitaires ary mbola tavela ao anaty seranan-tsambo ny volan’ny Banky foibe. Araka ny fanazavana nentin’i Alain Timbou filoha nasionalin’ny Vondron’ny mpitatitra matihanina Atsinanana (Gtpe), dia ny fahatsapan-tenan’ny fanjakana sy ny Mictsl no tadiavin’izy ireo. Ao anatin’ny minitra vitsy monja ny vahaolana saingy ny fanjakana sy ny Mictsl mihitsy no mandrirarira resaka. 

«  Tsotra ny fitaki anay, mila atao sonia ireo fifanarahana rehetra natao teo aminay sy ny minisitera ary ny Mictsl ny 11 desambra iny  », hoy Alain Timbou. Tsy hajain’ny Mictsl mantsy ireo fehin-kevitra tapaka, hoy hatrany ny fanazavany. Raha tsiahivina, nandritra ny fihaonana ny 11 desambra, dia nanaiky ny Mictsl tamin’izany fotoana izany fa atao 7 andro ny fe-potoana farany ahafahana mamoaka ny entana raha 5 andro izany teo aloha. Nilaza hanofa fitaovana fibatana entana (grue) ny Mictsl mba hanafainganana ny famoa han’entana eo anivon’ny seranan-tsambon’i Toamasina.Tsy voahaja anefa ireo rehetra ireo ka tsy azo nihodivirana izao fitokonana izao, hoy ny fanampim-panazavana nomen’i Sandy Was filoham- paritry ny Aptr na Association Professionnelle des transporteurs routiers. Ity farany izay nanitrikitrika fa mibaribary ny fahatahoran’ny fanjakana ny orinasa Mictsl, noporofoin’ny mpitatitra entana sy transitaires ihany koa fa ilain’ny firenena izy ireo. Hampidangana vidin’ entana izao fitokonana izao.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

ASAN-JIOLAHY : Tovolahy iray voatsatok’antsy tao anaty taksibe teny Ampasika

Porofon’izany ny fahatratrarana ireo mpanendaka sy mpanao sinto-mahery  miisa folo, miampy mpanao halabotry miisa roa sy mpidoroka zava-mahadomelina iray. Vokatry ny  ny fivezivezen’ireo Polisy nanao fisafoana tamin’io fotoana io no nahatratrarana ireo, ka hatreto aloha dia mbola miezaka manangom-baovao ny eo anivon’ny mpitandro filaminana hatramin’izao. 

Raha ny  loharanom-baovao avy tamin’ireo olona teny an-dalana ihany koa dia nanamafy ireto farany fa ireo mpanao sinto-mahery no tena maro  no mampihorohoro ka tsy mahamenatra azy ireo intsony na ao amin’ny efitrano fiangonana aza no hanatanterahana izany ankehitriny. Am-polony ireo lasibatra sy naratra noho izay fanendahana izay saingy noho ny fiaraha-miasan’ny Polisy dia mba tafaverina soa aman-tsara tamin’ny tompony avokoa ireo entana saika hangalarina. Misy kosa ireo jiolahy no tafaporitsaka rehefa avy nandroba olona ka mbola eo am-pamitàna ny asany ireo Polisy ankehitriny.

Mirongatra ny fampiasana zava-maranitra

Araka ny zavatra efa hita tato ho ato teto an-drenivohitra, efa ho iray volana mahery izao dia hita fa ny fampiasana fitaovana mahery vaika, toy ny antsy lava indray no tena fanaon’ireo mpandrava. Efa am-polony ihany koa  ireo niharan’izany ka nitondra takaitra tsy fidiny sy namoy ny ainy. Miampy ny fahaverezan’ny entana sarobidy lasan’ireo tsy mataho-tody.  Toy ny zava-nitranga afak’ omaly antoandro tao anaty taksibe teny Ampasika  izao dia tovolahy kely manodidina ny 17 taona eo no voatsindron’antsy teo amin’ny tanany.

Noho ny fiaraha-misalahan’ireo olona  dia nifarimbona nisambotra ilay nahavanon-doza ny rehetra, ka efa eo am-pelantanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha amin’izao fotoana izao. Saika hangalatra irony finday avo lenta irony ity nanindron’antsy ity saingy tsy nahatanteraka ny asa ratsiny. Manoloana ny firongatry ny tsindron’antsy  eto Antananarivo ankehitriny  dia maro ireo mponina no milaza fa karazany ho misy tambajotra mihitsy ireo olona mpanao izany ka miparitaka amin’ny faritra maro izy ireo, toy ny  eny amin’ny 67ha, Ampefiloha ary eny amin’ny Faritra manodidina an’Ampasampito. Eo am-dalam-pikarohana ireo olon-dratsy ireo Polisy, indrindra amin’izao fety izao. Nohamarinin’ny eo anivon’ny Polisim-pirenena hatrany fa ny asa sy andraikitra sahanin’izy ireo no nasiana fanatevenana sy fanamafisana mandritra ny fankalazana.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

67 HA AVARATRA ATSINANANA : Tovolahy iray maty voatsatoka tavoahangy

Tsatoka tavoahangy vaky maromaro teo amin’ny tendany no nitarika ny fahafatesany. Araka ny fanazavana nomen’ireo olona nanatri-maso dia lehilahy iray antsoina hoe J. no nahavanon-doza. Fantatra fa tsy vao sambany namono olona ity lehilahy ity ary  mitovy amin’ny nanaovany an’i Gaël ny fomba namonoany ny tovolahy iray tany Sambava tamin’ny taona 2014. 

«  Avy namonjy alim-pandihizana tao  amin’ny tranom-pandihizana antsoina hoe Baladin ity tovolahy ity ka teny an-dalana no notsatohan’i J. tavoahangy vaky teo amin’ny tendany ka maty tsy tra-drano  », hoy ny renim-pianakaviana iray avy any Sambava. «  Ny tena marina, tokony mbola misazy i J. Tsy tokony mahazo fahafahana vonjimaika ity mpamono olona ity. Milaza mahitahita ity farany satria any an-dafy ny reniny ary lazainy fa manam-bola izy ka mahatonga azy  manao izay tiany atao  », hoy hatrany ity renim-pianakaviana ity.

 Marihina fa taorian’ny vono olona niseho tany Sambava  tamin’ny taona 2014 dia saika niharan’ny fitsaram-bahoaka i J. Nigadra tany Antalaha ity farany fa araka ny nambaran’ireo olona mahafantatra azy tsy ela akory dia efa tafavoaka ity jiolahy ity. Na izany na tsy izany atahorana ny mety hisian’ny valy faty taorian’ny famonoana an’i Gaël. Nanambara mantsy ny olona sasany akaiky an’Itompokolahy tao 67ha fa tsy hanaiky ny famonoana ny havany. Hatramin’ny omaly aloha, tsy hita ny toerana misy an’i J. Tao amin’ny moske 67ha Atsimo no nanatanterahana ny fotoam-pivavahana farany ho an’i Gaël, omaly tolak’andro. Any Antsiranana no handevenana ny nofo mangatsiakan’Itompokolahy.

A.Lepêcheur

Ino Vaovao0 partages

MORONDAVA TAMPON-TANANA : Lasa endriky ny tanàna ny fahavitan’ny tetezana vaovao

Fantatra mantsy izao fa voahaja ny fe-potoana nifanarahan’ny “Cld” tamin’ny orinasa mpanangana fotodrafitrasa iray mahakasika ny fiantsorohana ny asa fanamboarana ho vato  ny tetezan-dRazafimpanilo ao Betela ao Morondava. Noraisina vonjimaika ny sabotsy lasa teo ny fahavitan’ity fotodrafitrasa lehibe ho an’ny kaominina ambonivohitr’i Morondava ity.

Araka izany dia tonga nijery sy nanara-maso ny zava-nisy tany an-toerana ny solombavambahoakan’i Madagasikara voafidy tao Morondava. Nandritra izany no nilazan’ity farany fa efa azo ampiasaina ity tetezan- dRazafimpanilo ity manomboka izao. Nisantatra izany ny sabotsy lasa teo ireo mpandeha an-tongotra ary isany nahazo tombony manokana ireo mpivavaka nanomboka ny sabotsy nitohy ny alahady hatramin’ny andron’ny noely. Mahazaka fiara 3,5 taonina ity tetezana vaovao ity ary manana halava 26 metatra.Efa nampitaraina ny mponina hatry ny ela

Araka izany dia maro ireo fokotany izay mampiasa izany tetezan-dRazafimpanilo izany raha ho an’i Morondava manokana no resahana. Raha tsiahivina dia efa maro ny ezaka fanamboarana azy ity, saingy tamin’ny alalan’ny fotodrafitrasa hazo izany ka tsy nateza no sady nampatahotra ny maro ny nampiasa azy. Efa nampitaraina ny mponina hatramin’ny ela araka izany ny tsy fahavitan’ity tetezana ity ka mahatsiaro afa-pahasahirana izy ireo ankehitriny. 

Etsy ankilany dia manao antso avo amin’ny rehetra ny lehiben’ny fokontany misy izao fotodrafitrasa izao mba hahay hikajy sy hikolokolo ny zava-bita. Isany notsindrian’ity tompon’andraikitra ity ny tsy tokony hanariana fako eo amin’ny manodidina ny tetezana intsony. Azo ambara ho lasa endriky ny tanànan’i Morondava ny tetezan-dRazafimpanilo vaovao amin’izao fotoana izao. Vola madiodion’ny Cld tamin’ny alalan’ny tahiry ifotony ho an’ny fampandrosoana ho an’i Morondava no nanamboarana azy ity. Tsara ny mampahafantatra fa hisy ny fotoana hanokanana ity tetezana vaovao ity amin’ny fomba ofisialy fa fandraisana vonjimaika fotsiny ihany ny natao ny herinandro lasa teo.   

Lucien R.

Madagascar Tribune0 partages

Forte inflation en perspective

C’est lors de son émission hebdomadaire « le rendez-vous/Fotoam-bita » de la semaine dernière que le président de la République a déclaré que Madagascar avait atteint sa vitesse de croisière en matière de développement économique. Et ce malgré des obstacles dressés selon lui. Tout en rappelant qu’il s’agit du redressement d’un pays qui a connu 60 ans de décadence. Cette vitesse de croisière ainsi que les résultats atteints jusqu’ici seraient le résultat des programmes à long terme mis en place par l’Exécutif. Des programmes qui ne répondent pas uniquement aux besoins immédiats du pays mais qui se projettent également dans l’avenir. Ce qui devrait susciter l’espoir en un avenir plus radieux mais également la volonté de continuer sur ce chemin. Pourtant, le président de la République a également souligné qu’il était conscient des difficultés vécus par les Malgaches au quotidien, notamment en cette période de fête. Un discours qui semble dès lors contradictoire du fait qu’on parle d’un développement acquis et à continuer mais aussi d’une difficulté certaine et accentuée des Malgaches à vivre au quotidien. D’autre part, l’inflation grandissante et la chute de l’Ariary entrainant une baisse considérable du pouvoir d’achat des ménages sont autant d’indices qui viennent contredire le président de la République.

Selon l’économiste Johnny Ranaivoarison, l’économie malgache se trouve en récession depuis 2009 et jusqu’à maintenant. L’inflation va continuer et ce même si l’Etat adopte une politique de stabilisation. Les raisons en sont que le taux de pression fiscale qui environne les 10% est trop bas. De ce fait, les recettes ne suffiront pas à couvrir les dépenses publiques, qui sont d’ailleurs essentiellement des dépenses de fonctionnement. D’autre part, le relèvement du taux directeur par la Banque centrale entrainera une augmentation des prix du fait que les banques primaires augmenteront également leurs taux d’intérêt selon toujours Johnny Ranaivoarison. Enfin, l’on pourrait assister à une fuite monétaire. En ce sens que nos exportations sont faibles alors que les importations deviennent de plus en plus conséquentes, notamment avec le cas du riz. Car selon le président de la République, l’on prévoit d’importer jusqu’à 500.000 tonnes de riz pour palier l’insuffisance de la production locale. Les réserves en devise diminueront à coup sûr ce qui entrainera une inflation généralisée. Enfin, la décision de l’Etat dans la loi de finance de 2018 d’augmenter les taxes sur les produits pétroliers ne fera qu’accentuer ce phénomène. Une forte inflation sera donc attendue d’ici le début de l’année prochaine.

L'express de Madagascar0 partages

Conjoncture – 2018 s’annonce une année mouvementée

Dès l’entame, l’année 2018 pourrait être houleuse. Les perspectives électorales annoncent des péripéties marquantes et des débats passionnés.

Tumultueuse. L’année 2018 qui arrive à grand pas pourrait l’être. Les effervescences de ces dernières semaines annoncent déjà que l’arène politique réserve une année animée et riche en rebondissements. Les débats autour des élections devraient tenir en haleine l’opinion publique.La trêve des fêtes de fin d’année qui semble s’être installée de fait ne devrait pas durer au-delà de la première semaine du Nouvel An. Le discours de présentation des vœux de Hery Rajaonari­mam­pianina, président de la République, pourrait donner le coup d’envoi des hostilités politiques. Des échanges passionnés et des épanchements risquent d’être légion, étant donné la perspective de l’élec­tion présidentielle.Les tenants du pouvoir martèlent que la course à la magistrature suprême se tiendra en 2018. Que le 25 janvier 2019, le Président nouvellement élu prêtera serment. Le contour de l’organisation du vote a déjà été fréquemment au centre des débats durant cette année 2017. La question du cadre légal a, particulièrement, concentré l’attention. Un intérêt qui devrait être plus marqué dès l’entame de la nouvelle année qui sera donc, électorale.Déjà, les bruits annonçant la tenue d’une session extraordinaire du Parlement, afin de voter les nouvelles lois électorales se font de plus en plus insistant. La Commission électorale nationale indépendante (CENI), entre autres, requiert que les règles du jeu des votes soient connues tôt. Les projets de textes qui devront composer le nouveau cadre juridique des élections ne font, pourtant, pas l’unanimité.N’ayant eu que peu d’aperçu de leurs contenus, acteurs politiques et civiles maintiennent leur suspicion vis-à-vis du pouvoir.

ClivantPour prouver qu’il vise un processus électoral apaisé et accepté de tous, le gouvernement a engagé de nouvelles consultations avec les acteurs électoraux. L’issue de ces nouveaux échanges reste, pour l’heure, floue. Des ministres indiquent qu’ils devraient déboucher sur des consensus concernant les règles du jeu électoral.Les échos des rencon­tres entre le gouvernement et les parlementaires indiquent, toutefois, que les échanges se seraient, surtout, portés sur les contraintes imposées par l’article 47 de la Consti­tution au projet de loi organique relatif au régime général des élections et des référendums. À s’en tenir aux indiscrétions concernant le projet de loi organique sur l’élection présidentielle, notamment, des dispositions pourraient prêter à discussion. Le consensus escompté pourrait s’en voir remis en cause.D’autant plus que dans les rangs du pouvoir l’option d’une révision constitutionnelle reste en stand by. L’idée d’une initiative parlementaire pour proposer la révision de la Consti­tution, a été soulevée durant la journée parlementaire au Sénat, il y a quelques jours. Une démarche pour s’extirper des contraintes de l’article 47 de la Loi fondamentale selon les argumentations. Seulement, une retouche du texte fondamental est un sujet clivant au sein de l’arè­ne politique.L’absence de confiance quant à la bonne foi du pouvoir en est la principale raison. Outre les débats sur le cadre juridique des élections, les écuries politiques ayant des favoris à présenter à la présidentielle songeraient à intensifier leur présence sur le terrain et dans les débats dès ce début d’année. La violence des échanges risque, par ailleurs de monter d’un cran à l’instar du passe d’arme entre Marc Ravalomanana, ancien président et Harry Laurent Rahajason, ministre de la Communication, la semaine dernière.Au regard des manœuvres de ces dernières semaines, tout argument pourrait être bon pour servir de munition afin de déstabiliser, voir évincer des concurrents. Le passé de certains, les affaires judiciaires concernant d’autres, risquent d’être remués à guise. Il y a ceux qui pourraient profiter du terreau qu’offrent les difficultés socio-économiques pour fustiger leur adversaire. La CENI et la Haute cour constitutionnelle (HCC), pourraient avoir fort à faire pour préserver l’apaisement du processus électoral qui clôturera une année où la politique sera houleuse.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Betafo – Un camion de palissandre saisi

Quatre-vingt rondins de palissandre ont été découverts à bord d’un camion d’un colonel, lundi à 13h 40, à Betafo. Trois individus se sont fait arrêter.

Trafic de bois précieux. Quatre-vingt rondins de palissandre de deux mètres et cinquante centimètres chargés dans un camion d’un colonel depuis Miandrivazo ont été interceptés par la police de Betafo, lundi à 13h 40. Le chauffeur, son aide et un employé ont été arrêtés et placés en garde-à-vue au commissariat de la sécurité publique (CSP) local. Le chargement aurait été acheminé vers Nanisàna-Antana­narivo.Le commanditaire serait un colonel travaillant au camp du général Ratsi­mandrava, selon l’enquête menée par la police. Son identité reste pour le moment confidentielle. Ces bois précieux ont été abattus à Bepeha, commune d’Anala­biby, dans le district de Miandrivazo. « Les trois individus nous ont indiqué que leur patron viendra se présenter au commissariat ce jour (ndlr : hier) », a relaté le commissaire Peno, chef du commissariat de Betafo, hier dans un entretien téléphonique.Le directeur régional de l’environnement et de la forêt (DREF) du Vakinankaratra s’est, dans la foulée, diligenté sur place, hier après l’alerte. Le procureur du tribunal de première instance d’Antsirabe a été également avisé. « Ces quatre-vingt unités de palissandre seront gardées à la DREF après le procès verbal des trois hommes épinglés », a précisé le commissaire de police.

120 000 ariary le rondinLe trio sera traduit devant le parquet d’Antsirabe ce jour. L’exploitation et le commerce illicite de palissandre sont un business qui a pris forme ces dernières années dans la région du Menabe, d’après les informations données au compte-gouttes par une source à la DREF. « Un rondin de palissandre se vend à partir de cent vingt mille ariary », a-t-elle expliqué.« J’ignore qui est le receveur de ces bois dans la capitale, puisque je suis tout simplement payé pour couper le palissandre. Je ne quitterai pas ce camion, même si je finirai par aller en prison tant que notre patron ne versera pas mon salaire », a indiqué l’homme arrêté avec le chauffeur ainsi que son aide.Pour l’heure, le camion du colonel a été mis en fourrière dans les locaux de la CSP. De source proche de l’enquête, le véhicule avait une centaine de rondins à son bord depuis Miandrivazo, mais ils ont été déjà repartis sur d’autres camions qui ont réussi à se glisser à travers le contrôle de la police de la route.

Hajatiana Léonard

L'express de Madagascar0 partages

Présentation des vœux – Rendez-vous à Iavoloha le 5 janvier

Sauf changement, la cérémonie de présentation des vœux du nouvel an se tiendra à Iavoloha, le 5 janvier. La teneur de l’allocution présidentielle sera attendue.

La dernière. Si l’on s’en tient à l’information confirmée par une source auprès de la direction du protocole de la présidence de la République, le banquet de présentation des vœux des corps constitués et du corps diplomatique au couple présidentiel se tiendra à la salle de cérémonie du palais d’État d’Iavo­loha, le 5 janvier.Selon l’alinéa 2 de l’article 46 de la Constitution, « le Président de la République en exercice qui se porte candidat à l’élection présidentielle démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. Dans ce cas, le président du Sénat exerce les attributions présidentielles courantes jusqu’à l’investiture du nouveau Président ».Aussi, si Hery Rajao­narimampianina se présente à sa propre succession, la cérémonie de janvier pourrait être la dernière qu’il présidera en tant que chef d’État du premier quinquennat de la 4e République. Les modalités d’application de cette disposition seraient, pourtant, encore en discussion. Plusieurs s’accordent, cependant, sur le fait qu’une démission est définitive. Sauf changement, ce sera Rivo Rakotovao, président de la Chambre haute, qui conduira la cérémonie de présentation des vœux de l’année 2019.

IndicatifsLe discours du locataire d’Iavoloha, pour l’occasion, sera ainsi attendu. Contraire­ment à celui du 6 janvier 2017, le chef de l’État pourrait mettre l’accent sur les élections. De l’allocution qui devrait donner le ton de cette année électorale, d’aucuns pourraient attendre d’être ras­surés et avoir des certitudes de la part du président de la République quant à ce qui adviendra. Les débats sur les préparatifs électoraux sont, en effet, tronqués par des incertitudes et suspicions.Ayant toujours entretenu le suspense quant à sa candidature ou pas, il semble que Hery Rajaonarimam­pianina ne souhaite se prononcer qu’au dernier moment. Son discours, le 5 janvier, ne devrait alors, que donner un indicatif de plus du secret de polichinelle qu’est son ambition de briguer un second mandat.Bien que l’année 2018 soit une année électorale, les affaires publiques ne seront pas en reste. Et comme à l’accoutumée, le chef de l’État devrait faire un bilan de l’année 2017 et donner les directives et les perspectives des démarches étatiques pour la nouvelle année. De son discours lors de la présentation des vœux pour l’année 2017, l’administration Rajaonarimampianina a péché dans son ambition d’alléger les difficultés du quotidien de la population.Dans son « Fotoambita », diffusé sur sa page Youtube, vendredi, le président de la République, a reconnu que les ménages rencontrent plusieurs difficultés. Concernant la situation socio-économique, les mots du locataire d’Iavo­loha pourraient ne pas s’éloigner de ceux qu’il a dits durant le 34e épisode de son rendez-vous hebdomadaire sur le web. Une nouvelle fois, le président de la République, pourrait demander à la patiente, la cohésion de la population.Il pourrait réitérer son appel à un élan national pour impulser le développement du pays par le travail. À s’opposer à toute initiative de déstabilisation et qu’il s’agit de redresser une nation en difficulté depuis son indépendance. Plus d’un s’attendent toutefois, à ce que les chantiers annoncés par le président Rajaonarimam­pianina, pour l’année 2018 comprennent des solutions rapides et efficientes aux maux des ménages.

Garry Fabrice Ranaivoson 

L'express de Madagascar0 partages

Événement – L’Is’Art Galerie clôt l’année en fanfare

Le week-end s’annonce chargé en émotions, en ode à l’art et à la musique. La clôture de la saison artistique cette année aura une saveur particulière à l’Is’Art Galerie Ampasanimalo.

Des moments d’extase et de communion artistique inédits de la part d’une pléiade d’artistes créatifs et talentueux. Le tout pour festoyer comme il se doit dans le cadre de ces fêtes de fin d’année, au sein même de ce haut lieu de l’art contemporain de la capitale. C’est ce que l’Is’Art Galerie Ampasanimalo promet au public qui s’y retrouvera, ce week-end. Au-delà du fait qu’ils proposent des manifestations et des concerts exclusifs sur place, ce sont des expériences artistiques nouvelles que les inconditionnels de l’Is’Art Galerie découvriront sur place les 29 et 31 décembre.Entre la littérature, à travers le slam, mais aussi la danse contemporaine et la musique reggae dans toute sa splendeur, « Fun’Art » est à vivre dans la soirée du 29 décembre à partir de 19 heures, conjuguant ces trois disciplines en un seul et unique événement. Il s’agit d’une rencontre au devant de la scène de trois générations de créateurs talentueux. À savoir, le chorégraphe émérite Ariry Andriamoran-tsiresy, le groupe Rêv’Errant et le lauréat du Slam National de cette année, Barry Benson. « Fun’Art » s’affiche ainsi comme un spectacle pluridisciplinaire, à travers lequel les artistes entendent synthétiser et décrire à leur manière, cette année riche en créativité qu’est 2017.

Toujours plus électrisantBarry Benson bercera pour l’occasion le public de ses vers et de ses mots, en retranscrivant, par le biais de ses slams, sa vision de l’année. S’ensuit une pièce chorégraphique unique de la part de Ariry Andria-morantsiresy avec laquelle, il transcendera à sa manière l’auditoire, en illustrant ses représentations de la société aux rythmes de ses pas de danses. Représentant justement une jeunesse engagée, qui voue une passion particulière pour la valorisation de la culture malgache, le Rêv’Errant terminera cette soirée du 29 décembre, en scandant en chanson aux rythmes du reggae, ses revendications pour une société plus fraternelle et solidaire.Ainsi, « Fun’Art » qui s’affiche comme un spectacle gratuit, n’est que les prémices d’une folle soirée de réveillon à l’Is’Art Galerie Ampasani-malo. Le 31 décembre à partir de 19h30, le réveillon du nouvel an s’annonce en effet électrisant. Un moment de convivialité exclusif de la part de cette diva du rock malgache pour bien clôturer cette année où elle s’est plutôt fait rare. C’est ce que la rockeuse Iary réserve au public. Le temps d’un concert chaleureux, elle fera peau neuve en se redécouvrant à travers le Iary’s Band.« On proposera quelque chose d’innovant pour cette soirée, afin de mieux marier notre performance avec l’ambiance unique qui règne en ces lieux », souligne la chanteuse de « Izay ataon’lah eo! » et « Modia amin’izay ». Iary qui n’est pas prête de laisser rentrer facilement les fêtards qui se joindront à elle, puisque c’est une soirée plus qu’enivrante qu’elle leur promet. Un lieu cossu, mais qui se laisse souvent facilement embraser par de vives liesses populaires, l’Is’Art Galerie, en plein centre ville, ne cesse de s’épanouir pour devenir un lieu incontournable de la vie culturelle.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Natation – Meeting de l’Océan Indien – Dix-sept nageurs Malgaches à la Réunion

La Grande île sera représentée par dix sept nageurs issus de quatre clubs au Meeting de l’Océan Indien. La version 2017 se tiendra du 28 au 31 décembre à la Réunion. 

Quelques clubs de la Grande île sont abonnés et ont l’habitude de participer au Meeting International de l’océan Indien.Ce rendez vous international se tient tous les ans entre Noël et la fin d’année. La version 2017 qui en est à sa XXIXe édition aura lieu du 28 au 31 décembre à la piscine olympique de Chaudron à Saint-Denis, la Réunion. Chaque année, la ligue de la Réunion de natation envoie l’invitation à la Fédération malgache de natation qui donne ensuite feu vert aux clubs pour s’organiser pour ceux qui ont les moyens.La délégation malgache sera cette fois composée en tout de ving- cinq membres dont dix-sept nageurs et huit accompagnateurs. Quatre clubs y seront représentés dont dix nageurs, sept garçons et trois filles, pour le club de Saint-Michel Anala­manga, quatre pour le Cosfa Analamanga dont trois garçons et une fille et un seul pour l’AS Lycée français d’Antananarivo.Outre Analamanga, la ligue de Vakinankaratra aura deux représentants, un nageur et une nageuse du club de Cosra. La première vague, la délégation de Saint-Michel avec celle de Cosfa, a quitté le pays le dimanche 24 décembre et la deuxième vague partira ce mercredi.Saint-Michel, meilleur club de la Coupe de Noël organisée mi décembre par la Fédération, alignera à ce Meeting international ses favoris en l’occurrence John Herinirina Rakotomavo qui sera en lice aux épreuves de quatre nages et brasse de longue distance, Stéphan Hajanirina Rakotomavo le brasseur de vitesse et Ando Francky Ramiakatrarivo, spécialiste en dos et nage libre.

Grands nageursHarivony Jonathan Raharvel auteur de la meilleure performance en 50m brasse catégorie minime garçon est dans la liste des nageurs de Cosfa avec sa sœur, Hanta Valisoa Sarah Raharvel, un des quatre porte-fanions du pays au dernier championnat du monde de Budapest.Saint-Michel sera représenté chez les filles par la recordwoman nationale en 200m, 400m, 800m et 1500m nage libre, Murielle Rabari­jaona et Johanna Gaby Rabary, spécialiste en quatre nages, nage libre et dos. Ce Meeting est une occasion pour nos nageurs de s’affronter à de grands nageurs des États Unis, de Chine, de France, d’Italie, d’Ukraine, de la Hongrie, de Suède, d’Afrique et de l’océan Indien comme les Seychelles, Maurice et la Réunion.Comme chaque année, ce Meeting de l’océan Indien sera la dernière sortie internationale pour les nageurs malgaches. La délégation malgache sera de retour au pays le 31 décembre.

Liste des nageurs

Garçons : Stéphane Rakotomavo (Saint Michel), John Rakotomavo (Saint Michel), Ando Francky Ramiakatrarivo (Saint Michel), Andritiana Jonathan Rakotozafy (Saint Michel), Mitantso Fandresena Razafintsalama (Saint Michel), Tiavintsoa Fanirina Razafintsalama (Saint Michel), Mamitiana Georges Raveloson (Saint Michel ), Harivony Jonathan Raharvel (Cosfa), Mendrika Teddy Ratovoarisoa (Cosfa), Antso Zarasoa Rajaonarison (Cosfa), Santa Miakadanja Andrianaivo (Cosra), Tsitohaina Mahatsangy Ramiandrisoa (AS Lycée Francias d’Antananarivo)Filles: Johanna Gaby Rabary (Saint Michel), Murielle Rabarijaona (Saint Michel), Mitosoa Andrianina Rajaonarivelo (Saint Michel), Hanta Valisoa Fiderana Raharvel (Cosfa), Ony Mbolasoa Fiderana Andrianaivo (Cosra)

Serge Rasanda

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Noël sans grande surprise

Édifices religieux et mairie bondés, chaleur et orage ! Tout cela a fait que la célébration de la Nativité, cette année dans la cité des Fleurs, a été quelque peu perturbée.

Comme de coutume, les chrétiens ont envahi les églises catholiques et les temples protestants et luthériens, durant la veillée de Noël. Les saynètes sur la naissance du Sauveur, l’Épiphanie et l’histoire du berger, ainsi que des cantiques sur Noël ont illustré surtout la nuit du 24 décembre.Peu après minuit, un violent orage accompagné d’éclairs suivis de tonnerre et de foudre, a éclaté, assurément consécutive à la chaleur caniculaire de la semaine écoulée. Ce qui a rafraîchi le climat durant la journée de lundi.Outre que c’est la célébration de la naissance du Messie, comme chaque 25 décembre, cette journée a surtout été marquée par le baptême d’enfants. Une autre raison qui explique que les édifices religieux ont fait salle comble car familles, amis, ou proches les ont entourés. Et bien que deux à trois offices aient ainsi été prévus, de nombreux fidèles n’ont pourtant pas pu accéder à l’intérieur des églises et temples. Mais dans certains édifices,  ils ont pu suivre la cérémonie religieuse grâce aux installations audiovisuelles.Photos-souvenirEt comme il est de tradition pour les Majungais, plusieurs centaines de personnes ont battu le pavé sur la fameuse esplanade du littoral au bord de la mer, l’après-midi du 25 décembre. Cette année, de longues files ont été observées devant les stands des photographes pout immortaliser cet événement chrétien annuel. Les recettes ont été bonnes, cette fois, pour les photographes, contrairement à l’année précédente. La circulation a même été perturbée et paralysée devant les stands, au milieu de l’avenue, à cause de cet envahissement.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Essai – MT-07, prête à Tracer la route

La nouvelle Yamaha MT-07 Tracer se démarque par sa polyvalence. C’est un trail routier capable d’évoluer en ville, mais surtout destiné aux longues randonnées.

MT-07 Tracer, Tracer 700 ou encore 700 Tracer, le nouveau trail routier de Yamaha répond à divers appellations. Il a été présenté au Salon de l’Auto du mois d’octobre, au Centre de conférences international d’Ivato. Deux mois plus tard, Socimex a organisé une journée d’essai, pour évaluer le potentiel de ce millésime 2017. Les inconditionnels de la marque aux diapasons trouveront rapidement leurs repères sur cette machine. Et ce, puisqu’elle reprend la même base que la MT-07 version roadster. Cependant, afin de la décliner en trail, Yamaha a procédé à quelques modifications. Toutd’abord, on retrouve une tête de fourche à double-optique, qui rappelle certainement les Fazer d’antan. Une bulle, réglable manuellement, la surplombe. Par rapport à la version roadster, l’empattement augmente de 50 mm. Il en est de même pour le débattement de l’amortisseur arrière, soit plus 12 mm. Et enfin, le réservoir passe à 17 litres.

La signature lumineuse arrière se démarque par des LED.

Bicylindre de 689 ccCertes, l’empattement est plus long, mais la Tracer est pratiquement aussi agile que la version roadster. À son bord, on apprécie le confort, avec une large selle, ainsi qu’un monoshock arrière bien plus rigide que sur les anciennes MT, mais qui traite bien le pilote. L’assise est perchée à 835 mm. La position de conduite bien droite permet d’envisager de longs trips dépourvus de tout souci lombaire. Les mains, quant à elles, retombent naturellement sur le guidon ni trop petit ni trop large. On regrette, cependant, l’installation d’une barre de renfort peu ergonomique.La Tracer 700 est poussée par un bicylindre en ligne DOCH de 689cc. Le moteur CP2, typé « crossplane », se démarque par un couple homogène, élevé et puissant. Pour les chiffres, on dispose d’une puissance max de 75ch à 9 000 tr/min et d’un couple max de 68 Nm à 6 500 tr/min. En ville, le trail de Yamaha accepte sans contrainte d’évoluer avec un filet de gaz. Il peut rouler entre 2 000 et 3 000 tr/min sans le moindre hoquet.

Le design général et la finition sont au top.

Plus de 300 km d’autonomieToutefois, c’est en dehors des agglomérations que le twin dévoile tout son potentiel, une fois les 4 000 tr/min dépassés. Vif, réactif et plutôt joueur, il répond toujours présent à chaque sollicitation de la poignée de gaz. De quoi relancer facilement les 196 kg de la machine à chaque sortie de courbe. En mode navigation, le bloc CP2 se montre tout aussi à l’aise, tournant sans joncher à haut régime.La MT-07 Tracer peut évoluer autant en zone urbaine qu’en dehors. Sa polyvalence se présente comme l’un de ses principaux atouts, à part sa facilité de prise en main. Toutefois, on préfèrera toujours l’utiliser pour voyager, sa première vocation en tant que trail routier. Elle peut accueillir bien évidemment des valises latérales, pour ce faire. Au niveau consommation, les données constructeurs évoquent 5,6 l/100 km. L’autonomie dépasse ainsi les 300 km avec le réservoir de 17 litres. Départ au PK18, un petit rajout à Ankazobe, un refuiling intégral à Maevatanàna et le tout réjoui pour un Tana-Mahajanga en guise de première sortie après son acquisition, par exemple.Disponible en deux coloris, soit rouge bordeaux soit noir, la Tracer 700 séduira certainement les amateurs de longues randonnées. Il faudra débourser dans les 46 millions ariary pour y avoir accès.

On remarque l’inscription Tracer MT-07 sur les écopes.

Les antidérapants sur les écopes, vraiment utiles

Yamaha a installé des antidérapants en plastique noir sur les flancs de réservoir de la Tracer 700. Les genoux peuvent ainsi s’y caler naturellement. Une bonne astuce qui permet de mieux contrôler la moto avec ses jambes. Il est ainsi plus facile d’enchaîner les virages en s’appuyant sur les repose-pieds, tout en collant ses genoux sur le réservoir.

Des cache-mains à l’avant

Le trail routier de Yamaha dispose de pare-mains. De quoi atténuer l’effet du vent, même si elles ne recouvrent pas entièrement les poignées. Ergonomiques et bien pensées, elles participent à la réussite du design de la MT-07 Tracer. Derrière, on apprécie la présence d’un levier de frein avant réglable. Dommage que ce ne soit pas le cas pour le levier d’embrayage.

L’instrumentation affiche diverses informations utiles.

Un écran d’affichage hérité du roadster

L’affichage tient une place prépondérante dans les longues randonnées. Il faut, en effet, surveiller la consommation, la jauge d’essence, l’heure ou encore la vitesse moyenne. L’écran de la Tracer 700, hérité de la version roadster, est bien fourni à ce sujet. Outre les informations habituelles de base, l’instrumentation numérique propose également un indicateur de rapport engagé, une horloge et autres…

La Tracer récupère le pot de la version roadster.

De vraies poignées pour passager

Contrairement à la version roadster de la MT-07, la Tracer est équipée de vraies poignées à l’arrière. Ce qui ravira certainement le passager, en plus de l’assise bien confortable en mode duo. De couleur grise, elles se démarquent du carénage rouge bordeaux ou noir, mais cependant, se fondent très bien dans le design de la boucle arrière.

La double-optique avant rappelle les anciennes Fazer.

Des mangas pour promouvoir les MT

Le bicylindre parallèle de la Tracer 700 se démarque par sa vivacité. Il s’inscrit dans la réputation des MT, entendez par là « Master of Torque ». Toutes les machines de la gamme partagent cette similitude d’avoir un couple important à tous les niveaux. Ce fut notamment le cas de la MT-01 de 2005, l’un des premiers modèles. En clair, ce caractère se traduit par une réponse instantanée à chaque accélération. Pour promouvoir les MT, Yamaha s’est appuyée sur une autre spécialité japonaise, à savoir les mangas. Ainsi, une série de plusieurs court-métrages, visibles sur Youtube, a été lancée. Elle relate les aventures de trois jeunes motards dans un Tokyo futuriste. Les héros de ce dessin animé, Makina, Koutaru et Dan, sillonnent les rues de la mégalopole au guidon de roadsters MT-07 et MT-09. Très certainement, ce style de communication hors du commun dans l’univers du deux-roues a permis à la marque aux Diapasons de mieux attirer l’attention sur ces machines, avec comme objectif : que les futurs acquéreurs s’identifient aux personnages du manga !

Fiche technique de la tracer 700 :

MoteurBicylindre en ligne DOHC, 689 ccRefroidissementLiquideBoîte de vitesse6 rapportsPuissance max75ch à 9 000 tr/minCouple max68 Nm à 6 500 tr/minAmortisseur avantFourche télescopique 41 mmAmortisseur arrièreMonoshockFrein avantDouble disques 282 mm, étriers à 4 pistons, ABSFrein arrièreSimple disque 245 mm, étrier à simple piston, ABSRoue avant120/70-17Roue arrière180/55-17Hauteur de selle835 mmPoids196 kg

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

 

L'express de Madagascar0 partages

Tennis de table – Open d’Antananarivo – Dernière sélection des stagiaires de Puteaux

Test décisif. La section d’Antananarivo ville de tennis de table organisera ce week-end deux événements différents en guise de clôture de sa saison 2017.En premier lieu, le cham­pionnat de la section pour les seniors hommes 1e, 2e, 3e séries se déroulera ce mercredi 27 décembre toute la journée au gymnase couvert de l’Académie nationale des sports à Ampefiloha. Et les 28 et 29 décembre s’étalera la troisième édition de l’Open de Tanà au même endroit.Ce tournoi est réservé aux catégories U16 garçons et filles, à ceux non licenciés hommes et dames, et bien sûr aux joueurs et joueuses en 1e, et 2e et 3e séries. Cet Open servira de dernier test de sélection des jeunes U16 qui bénéficieront du stage au club sportif municipal de Puteaux, France en début d’année 2018.En plus des pongistes de la capitale, cette dernière compétition de la saison organisée par la section de Tanà ville verra la participation des autres joueurs venant de Moramanga et de Fianarantsoa ainsi qu’un expatrié en vacances à Madagascar. « Au moins deux joueurs de catégorie U16, un garçon et une fille seront sélectionnés pour suivre prochainement un stage en France », selon une source auprès de la section.Cet Open de Tanà a été prévu se tenir début novembre mais reporté de plus d’un mois à cause de l’épidémie de peste. Lors de la deuxième Open de Tanà en octobre, Sitraka de Galaxy a remporté le trophée toutes catégories hommes et celui des dames est revenu à Rondro du club Jovenna. Chez les jeunes U16, Luciano de Geko Sport Moramanga a dominé le tournoi chez les garçons tandis que Niantsa de l’assurance Aro s’est imposée chez les filles.

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Forum de la jeunesse – Une opportunité à prendre

Madagascar participera au septième Forum de la jeunesse du Conseil économique et social ou ECOSOC au siège des Nations Unies à New York, les 30 et 31 janvier 2018. Ce forum aura pour thème général «le rôle des jeunes dans la construction de communautés urbaines et rurales durables et résilientes», avec des ministres, d’autres orateurs de haut niveau et des représentants d’organisations de jeunesse. Des responsables de la jeunesse du monde entier se réuniront à New York pour dialoguer avec les représentants du gouvernement, les jeunes délégués, les décideurs politiques et d’autres acteurs concernés de la société civile et du secteur privé autour d’une table ronde. Ce sera donc une opportunité pour les jeunes d’exposer la progression de Madagascar par rapport à l’Objectif de développement durable ou ODD.

Ce forum des jeunes est un élément clé du programme de l’UNESCO pour la jeunesse. Cette rencontre permettra alors aux jeunes d’engager un dialogue avec les États membres, de débattre avec des cadres politiques et de promouvoir des approches et initiatives innovantes et institutionnalisées pour les jeunes. Le développement par le biais de la jeunesse fera partie des grandes discussions thématiques lors de ce septième forum du point de vue social et économique.

Tsiry Razafindrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Malfaiteurs – Le parquet place sept bandits sous mandat de dépôt

Sept sur vingt-et-un individus traduits devant le parquet, samedi ont été écroués à Tsiafahy et à la maison centrale d’Antanimora. Ils ont été incriminés pour larcin et attaque à main armée. Cette association de malfaiteurs composés de huit receleuses et des auteurs principaux de hold-up a fait parler d’elle dans la commune rurale de Mahitsy, ces derniers mois. La gendarmerie a procédé à une opération spécifique pour la démanteler. La dernière plainte qui porte sur un vol de volailles a été déposée par une victime. Un braquage suivi de meurtre dans laquelle cette bande est impliquéefaisait également l’objet d’une investigation par les forces de l’ordre.La paix est presque revenue dans la commune de Mahitsy après cette arrestation massive, de source à la mairie locale, hier. « Les gendarmes effectuent des patrouilles de jour et de nuit et cela semble réduire l’insécurité », a-t-elle indiqué.Les six malfrats ont été mis sous les verrous, à la maison de force de Tsiafahy, tandis que le septième a été placé en détention préventive à Antanimora. Les autres ont bénéficié d’une liberté provisoire.

H.L.

L'express de Madagascar0 partages

Le site d’Andranovisy rénové

Grâce à la réhabilitation menée durant quelques mois, le parc et la piscine d’Andranovisy viennent de retrouver  leur état initial.  Participant à faire le renom de la ville d’Antsirabe, le site d’Andranovisy  a déçu bien des touristes. Sa piscine olympique est la seule où les athlètes d’Antsirabe peuvent s’entraîner durant toute l’année, grâce à la stabilisation de la température de l’eau.C’est pourquoi dans la perspective de développer le sport et le tourisme, l’organisation non gouvernementale Ranovisy, en charge de l’endroit depuis quelques années et financée par la boisson Big Cola, a décidé de donner un nouveau visage à ce site en réhabilitant la piscine, le terrain de basket  ainsi que le parc de la source d’eau, là où tout le monde vient pour goûter ou pour boire  du « ranovisy ».« Avec de bonnes infrastructures normalisées, les jeunes et les athlètes seront motivés et approfondiront leur disposition afin de devenir des nageurs professionnels », explique Hubert Rakotondrazaka, directeur de distribution de la compagnie Vidzar. Satisfait de cette nouvelle image du site Ranovisy, le maire de la commune urbaine d’Antsirabe, Paul Razana­kolona n’a pas manqué de solliciter les  responsables du site pour bien gérer l’entretien des infrastructures. « Même si la mairie n’est plus responsable de la gestion du site, en tant que titulaire légal elle assurera le suivi de sa gestion car, tout comme  l’ONG Ranovisy, elle est également responsable de la pérennisation de ces infrastructures », conclue-t-il.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Technologie – Des gadgets connectés pour sublimer les fêtes

Pendant les festivités de fin d’année, les rayons gadgets d’Orange Madagascar ne sont pas vides. L’opérateur télécom propose à ses abonnés une multitude de produits. 

Le nouveau casque Orange VR2 offre des expériences inédites liées à la réalité virtuelle.

La réalité virtuelle accessible à tousLe nouveau casque VR2 d’Orange rend la réalité virtuelle accessible à tous. Celui-ci est destiné aux débutants comme aux experts de la réalité virtuelle (VR). Le produit est compatible avec un grand nombre de téléphones sous Android et iOS, avec un écran dont la taille est comprise entre 4.7’’ et 6.2’’.  Son confort le rend également facile d’utilisation. Orange VR2 dispose d’un design épuré et d’écouteurs intégrés qui délivrent un son haute-définition. De plus, le casque est doté d’une application dédiée, Orange VR Experience, permettant de découvrir les possibilités offertes par la réalité virtuelle. Et pour passer au niveau supérieur, l’application Orange VR Expérience propose des expérience liées à l’univers de documentaires ou de films cultes.

Ce Colorcube n’est pas uniquement une lampe, c’est aussi un haut parleur wifi.

Mettre de l’ambiance festive avec ColorcubeEnvie d’écouter la musique dans le jardin, au bord de la piscine, d’une façon originale ? Colorcube reste le gadget incontournable pour des évènements intérieurs et extérieurs, surtout en cette période festive. Cette lampe et haut-parleur sans fil fonctionne avec bluetooth 3.0 et a une portée jusqu’à 10 mètres. Côté autonomie, il est possible d’écouter de la musique pendant huit heures non stop. Grâce à une télécommande multifonction, on peut sélectionner des couleurs, les pistes ainsi que les modes discothèques. Comme si on était dans un véritable night-club. De quoi mettre un peu d’ambiance lors d’une fête.Enfin, le Colorcube wireless lamp and speaker peut aussi être utilisé comme siège, pouvant supporter une charge jusqu’à 120 kilos. Pour vivre des soirées inoubliables en pleine air ou en intérieur, ce gadget est recommandé.

Depuis son bracelet connecté, on recoit toutes les notifications de son smartphone.

Un tracker d’activité avec ZeFit4Petite et discrète, ZeFit4 est une montre connectée idéale pour suivre de près les activités. Grâce à ses diverses fonctionnalités embarquées, elle est capable de compter le pas, les calories brulées, et d’enregistrer le sommeil de son utilisateur.Les accros de la nouvelle technologie expliquent que ZeFit4 est la compagnie idéale pour les mobiles. Ce bracelet connecté affiche toutes les notifications, comme les appels, les messages du smartphone sans le sortir de la poche. En plus, il est aussi possible de prendre des photos, de contrôler la musique depuis le poignet. L’atout de cette montre connectée est qu’elle est personnalisable. Il est possible de changer le bracelet selon l’envie, de modifier l’écran selon le gout à l’aide d’une application mobile gratuite.

Textes : Lova Rafidiarisoa - Photo : FourniePage réalisée en collaboration avec Orange Madagascar

L'express de Madagascar0 partages

Basketball – Open ady omby – Place aux quarts de finale

Le tournoi reprend. Après trois semaines de pause lors la phase retour et finale des championnats nationaux N1A durant les deux premières semaines de décembre, la deuxième édition de l’Open Ady Omby d’Ambohi­manarina a procédé ce week-end aux huitièmes de finale.Les matches se sont déroulés sur le terrain du VIe arrondissement. L’Astar a obtenu sa qualification en quarts en écartant KBBC par 98 à 71. Pour sa part, AT2B Andraisoro a validé son ticket après avoir battu la Légen­de sur le score de 98 à 63.Comptant toujours pour les huitièmes, Vatobe, équipe championne en titre, perd par forfait face à NGB et les Scrapeurs de leur côté se sont inclinés face à Audicious sur le score de 68 à 84. Après un match plein de suspense, ANEAM a eu son passeport en battant l’équipe d’Ivandry par 65 à 61.CCR a aussi souffert pour se qualifier car ce club n’a pu écarter MBC que d’ un petit point d’écart, 93 à 92 au terme de quatre quart-temps. Belle victoire pour Unite qui s’est imposée face à CTEAM par 72 à 67 en huitièmes de finale et BCR se propulse aussi à la prochaine étape après son succès par 84 à 76 face à Manarintsoa.Les équipes qualifiées en quarts sont tous connues chez les hommes et chez les dames. Les quarts sont programmés les samedi 30 et le dimanche 31 décembre, le jour de fin d’année à Ambohi­ma­narina. Le coup d’envoi de ce tournoi organisé par l’association ARCO a été lancé début novembre.Cette deuxième édition a vu la participation de vingt-neuf équipes dont vingt masculines et neuf féminines.

Calendrier des quarts de finale

Samedi 30 décembre8h00 (D) Bad Team – MBC9h45 (D) JCSA – SM11h30 (H) Audacious – CCR13h15 (H) NGB – Unite15h00 (H) AT2B – BCRDimanche 31 décembre08h00 (D) STK Ambodihady – ASJFA09h45 (D) AT2B – Fantastic11h30 (H) ENEAM – Astra

S.R.

L'express de Madagascar0 partages

Dôme RTA Ankorondrano – Red Metal enflamme les métalleux

Des retrouvailles exceptionnelles ont galvanisé aussi bien le public que le groupe lui-même. Les deux concerts organisés par le groupe Red Metal, ont connu le succès qu’ils méritent, pour les inconditionnels du rock de la capitale, ce week-end. Les 23 et 24 décembre, au Dôme RTA Ankorondrano. Ce sont ainsi des concerts inédits et incontournables qui ont enchanté les métalleux de la capitale. De quoi clore avec panache la saison du rock’n’roll et du genre metal dans toute leur splendeur, ces concerts furent enivrants et transcendants Point fort de ces retrouvailles entre Red Metal et ses inconditionnels, ces concerts au Dôme RTA Ankorondrano étaient sensationnels.Exhibant des vêtements en cuir, des individus aux cheveux longs, venus remplir les lieux, faisaient en sorte que le dôme respirait en même temps une certaine forme de rébellion, propre à l’image même du groupe Red Metal.Deux jours de festivités euphoriques en deux concerts, mais surtout deux jours de messe exaltante autour des compositions mythiques du groupe, ont ainsi égayé le dôme, désormais devenu antre du rock de la ville. Au sein du public, une vive nostalgie du bon vieux temps se fait ressentir, car il avait hâte de retrouver ce grain de folie unique qui illustre l’âme même du groupe.Depuis la fin des années 90 jusqu’à aujourd’hui, Red Metal n’a pas perdu de sa vigueur, de son dynamisme, mais surtout de cette audace qu’on lui reconnaît. Toujours aussi charismatique, Vony électrise autant le public au chant, accompagné de Nina et Narindra à la basse, Deba et Jaykee aux guitares solo et Eric à la batterie. Tel le phœnix qui renait de ses cendres, Red Metal transcende aussi bien avec ses chansons mythiques comme « Mpiatsara velatsihy » et « Afo be », mais aussi son incontournable balade « Iray kilasy ». Le groupe qui s’est aussi fait peau neuve pour l’occasion, a présenté de nouveaux morceaux comme « Iarivoko taloha», « Aleo miova » et « Teny tsotra ». Deux concerts n’étaient apparemment pas suffisants pour les fans qui en redemandent encore davantage.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Musique évangélique – « Revival » expose des cantiques aux rythmes du Pop-rock

Raviver la flamme chez les fidèles chrétiens en apportant un vent de fraîcheur dans le milieu de la musique évangélique. C’est dans cette optique que deux groupes de jeunes artistes évangéliques se retrouveront sur la scène du Tranompokon’olona Analakely ce 30 décembre après-midi pour un concert intitulé « Revival ».Un instant de communion, à travers un nouveau genre de gospel, resplendit de jeunesse avec deux groupes qui se découvriront. Le groupe « One way, young and free » et le groupe « Gas’in Praise » se relayeront donc sur scène pour enchanter le public de ce message commun qui prône la fraternité, à travers un amour divin. Le tout à travers un genre bien particulier pour l’occasion, à savoir le Pop-rock.Ainsi, c’est principalement un jeune public à leur image que les deux groupes convient à se joindre à eux, ce samedi. « One way, young and free » avec ses compositions comme « Fitiavana voalohany » ou encore « Velona ianao », ainsi que « Gas’in Praise » avec ses morceaux comme « Hazo fijaliana » et « Ny foko rehetra », sont des nouveaux venus sur la scène artistique. Ils tiennent à faire preuve de courage et de dévotion en proposant ce concert unique pour les jeunes. Chantant la rédemption et la renaissance à travers l’évangile, les deux groupes proposent un après-midi de louange festive et conviviale pour ce « Revival ». Des invités de marques seront aussi à l’affiche, entre autres Hirah, The Called, Vina Praise et Vespers Collective.

A. P. R.

L'express de Madagascar0 partages

Un motard blessé

Un taxi-brousse a fauché un motard âgé de 24 ans, dimanche vers 17h. Ce dernier a été grièvement blessé et a été acheminé au centre hospitalier de Manjakan­driana. Il a essayé de contourner un camion en panne au milieu de la chaussée, lorsqu’il s’est retrouvé coincé par le véhicule, selon la gendar­merie saisie de l’enquête.

L'express de Madagascar0 partages

Le secteur bancaire est en supervision

La mise en œuvre pour la supervision du secteur bancaire volontariste, fondée sur les risques avec des échéances intermé­diaires clairement définies est en cours. La Banky Foiben’i Madagasikara élabore depuis peu un plan d’action allant dans ce sens. Et de profondes révisions de la loi bancaire, qui sont en préparation avec l’appui du Fonds Monétaire International, devraient être présentées au parlement d’ici décembre 2018.

L'express de Madagascar0 partages

« Beaucoup d’arbres n’aiment pas la civilisation »

Pour terminer leur leçon de botanique, Rakoto et Elie Jouve visitent le Parc d’Ambohijatovo où ils admirent des cyprès chauves, des goyaviers-fleurs, des peupliers d’Italie… (lire précédentes Notes). Mais aussi destulipiers du Gabon dont les belles fleurs rouges persistent toute l’année et en font des arbres ornementaux des pays chauds et humides, par excellence.• Elie Jouve : Mais le climat de l’Imerina est trop froid pour eux. Remarque aussi  ce noyer, que je crois être un noyer pacanier d’origine américaine, un Olivae-formis. Cette espèce est plutôt rare à Tana, de même que ce pin magnifique à longues feuilles pendantes, installé sur la pente, près du tunnel Cayla (d’Ambanidia) et qui semble être, sous toutes réserves, un Pin excelsa ou pin pleureur de l’Himalaya.• R. : Est-ce que tu connais le zahana que j’aperçois près d’ici, dans un jardin privé ?• E.J. : C’est vrai J’ai oublié de te parler de cet arbre endémique de la forêt de l’Est, remarquable par son magnifique feuillage agrémenté de délicates petites fleurs roses. À l’entrée du sentier qui grimpe vers Ambohijatovo, tu vois aussi un « sahy » ou roucou, curieux par ses grosses et multiples capsules brunes, garnies de poils rudes et remplies de petites graines rouges. Mais dis-moi, que marques-tu sur ton papier ?• R. : Si c’est un bon arbre, je mets Tsara, si c’est mauvais, j’écris Ratsy. Pour ne pas me tromper plus tard.• E.J. : Très bien, mais nous n’avons pas encore fini, tant il y en a ! Allons du côté du Palais de la Reine. Regarde, près du mirador du poste de police d’Ambohijatoovo, ces quelques arbrisseaux au feuillage composé qui ressemblent à des Jacaranda. Ce sont des flamboyants, mais ici, leurs fleurs rouges ne flamboient pas. Le climat ne leur vaut rien. Tu peux marquer Ratsy…• R. : Et que voit-on ici à Andohalo?• E.J. : Sur le terre-plein de l’État-major, Place d’Andohalo, tu vois quelques superbes Cryptomeria japonica, au port élancé, trèsélégants avec leurs rameaux disposés enverticilles étagés harmonieusement et impeccablement ordonnés. Nombreux sont ceux quiexistent en ville, dans les propriétés privées. Moins commun est l’Araucaria imbricata ou Excelsa, très décoratif également. Montons au Rova… Connais-tu ces grands arbres qui ornent la cour du Palais de la Reine ?• R. : Oh ! oui Vazaha. Ce sont desamontana, notre arbre sacré d’autrefois. Il y en a dans tous les Rova, à Ambohimanga, à Antsahadinta, à Ambohidratrimo, à Ilafy, à Alasora et dans beaucoup d’autres endroitshistoriques de l’Imerina. Autrefois, on célébrait beaucoup de cérémonies sous leur ombrage.Et cet autre arbre est également sacré pour nous, l’ aviavy, avec ses feuilles plus petites et qui tombent.• E.J. : Tous deux, l’ amontana etl’ aviavy sont des espèces de figuiers plus ou moins comestibles. Évidemment, ceux-là, tu vas les noter Tsara !…• R. : Vrai ! Mais il faut quand même que je réfléchisse. Le climat, le sol, les graines bonnes ou mauvaises, moi, je n’y crois pas. Ce n’est pas du tout ça, Vazaha. Je crois que j’ai trouvé pourquoi ça pousse ou ça ne pousse pas à Tana.• E.J. : Tu es plus fort que moi, Rakoto ! Dis un peu ta raison… ?• R. : Eh ! bien, c’est qu’il y a beaucoup d’arbres qui n’aiment pas la civilisation. Ils préfèrent la vie sauvage, le grand air, sans le bruit et sans la fumée des autos. Surtout, c’est parce qu’ils sont un peu comme les femmes, ils ont l’esprit de contradiction. Tu voulais qu’ils poussent, ils n’ont pas poussé. Les autres, ils ont poussé tout seuls sans que tu le veuilles… et tu ne sauras jamais pourquoi, malgré tes études et ton expérience.

Recueillis par Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Activités normales au centre hospitalier d’Androva

Trois petites filles et un garçon sont nés le 25 décembre, au Centre mère et enfant d’Androva, le matin du 25 décembre. En revanche, aucun cas d’intoxication alimentaire n’a été admis au Centre hospitalier universitaire d’Androva durant le long week-end de Noël à Mahajanga. Seul un seul cas de coma éthylique a été constaté ainsi que deux victimes d’agression par des dahalo. Les deux blessés viennent d’une commune rurale, Andranotakatra. Aucune victime d’accident de la circulation n’a pas non plus été enregistrée à Androva.Toutefois, le pire a été évité de peu dans le fokontany d’Ambalavato, où un détrousseur a été rossé par le fokonolona car il allait voler un poulet. Les forces de l’ordre ont tardé et ceux qui l’ont intercepté en ont profité pour le battre  violemment. Fort heureusement pour lui, des personnes de bonne foi l’ont fait fuir en l’embarquant dans un tricycle. Et il a disparu dans la nature.

V.A.

L'express de Madagascar0 partages

Vingt habitations prennent feu

Vingt maisons ont été réduites en cendres dimanche vers 23h 40 à Ambalakazaha sud, district de Manakara. L’origine de cet incendie reste indéter­minée. Environ cent  individus ont dû être hébergés à l’école primaire publique d’Andranomainty.

L'express de Madagascar0 partages

La Jirama en audit en 2018

Pour l’année à venir, le gouvernement convoite le lancement d’un diagno­stic de la compagnie d’eau et d’électricité de Mada­gascar ou Jirama. Un cabinet privé de renommée internationale sera chargé de cet audit indépendant et exhaustif du compte de résultats et du bilan de la Jirama.

L'express de Madagascar0 partages

Une jeune femme charcutée

Le corps sans vie d’une jeune femme âgée de 20 ans a été retrouvé dans le champ un peu loin du village, dimanche vers21h 30, à Anketsany, fokontany d’Ampanihy, district de Mampikony. Des traces de coupe-coupe ont été constatées sur la dépouille de la victime, sur les bras et le cou, selon un gendarme du poste fixe d’Ampanihy. Le mari s’est enfui après le meurtre et demeure introuvable.

Madagate0 partages

Malagasy Kidnapping. Porte ouverte aux kidnappeurs à la sauvette

Le vendredi 22 décembre 2017, Nathan, 14 ans -petit-fils de l’industriel de renom Charles Andriantohaina et fils de l’opérateur économique Philippe Andriantsitohaina- est kidnappé du côté du marais Masay à Antananarivo, sortant de l’école et rentrant chez sesparents dans une automobile qui a été braquée. Ce, sous le nez et à la barbe d’agents de police réglant la circulation. La veille de Noël, le dimanche 24 décembre, il est libéré, «comme çà», par ses ravisseurs. Qu’a-t-il bien pu se passer pour aboutir à ce dénouement heureux, certes, mais qui dénote une précipitation certaine de la part des auteurs (commanditaire(s) et commando) de ce second rapt en deux jours, après celui de John Razaly (le mercredi 20 décembre à Ankorondrano) toujours en captivité à l’heure où nous mettons sous presse?

Tout d’abord, les armes qui étaient aux mains des quatre individus cagoulés, le jour du kidnapping, ne se procurent pas au marché à Analakely. Seules les forces de l’ordre (gendarmes, militaires, policiers) en possèdent légitimement et légalement. Ensuite, est-ce une coïncidence si ce crime a été commis la veille de la Nativité occasionnant des dépenses sortant de l’ordinaire, et à l’heure où, au nom de la chasse aux fonctionnaires «fantômes», 9.782 de ces fonctionnaires dont 5.800 policiers n’ont pas reçu de salaire pour ce mois de décembre 2017? Enfin, pourquoi un black-out complet de la part des responsables de la sécurité publique, qui ont semblé ignorer cet enlèvement d’enfant, puni de la peine de mort ailleurs?

Sans vouloir entrer dans le roman de fiction à quatre sous, il est clair que ces quatre individus ont été identifiés et cela aurait pu permettre l’identification du ou des commanditaires qui serai(ent) proche(s) du régime actuel. Ou du moins protégés (par chantage?) par celui-ci. Je n’utilise pas souvent le conditionnel mais il est de rigueur, pour le moment, dans cette affaire qui pue la sale occasion qui fait le mauvais larron. En tout cas, il ne faudra pas s’étonner si un ou des boucs émissaires seront jetés en pâture à la presse -pourquoi pas le ministre de la sécurité publique dont le prédécesseur a été limogé suite aux atrocités commises à Antsakabary?- et l’affaire sera encore classée sans suite, comme les précédentes jusqu’à ce que quelque chose de pire arrive encore. Mais pire il y a déjà eu, avec l’assassinat atroce de la petite Annie à Toamasina. Elle été retrouvée morte la nuit du dimanche 20 décembre 2015,non loin de la maison de ses parents, dans le quartier de la Verrerie, punaise! Ce régime Hvm/Rajaonarimampianina, depuis quatre ans maintenant, ignore toujours que gouverner c’est prévoir.

Le jeune Nathan a été libéré sain et sauf aux alentours de 20h, le 24 décembre donc. Sous quelles conditions? Y-a-t-il eu marchandage («Ady varotra»)? L’opinion publique et le public ne le sauront peut-être jamais mais les murs qui ont des oreilles ont fait parvenir des échos. Ainsi, de l’argent a bien été remis à quelqu’un, quelque part. Pas besoin de verbe au conditionnel ici. Une poignée de centaines de millions d’ariary, à ce qu’il semble (et non à ce qu’il me semble). Le terme «geste technique» a été invoqué pour la libération rapide du lycéen franco-malgache, avec la garantie et l’assurance qu’il n’y aura pas de poursuite. Contre qui et sinon quoi, justement? Car cela a créé un antécédent -une jurisprudence diront les férus de juridisme- et les petits kidnappeurs à la sauvette vont pulluler, même pour une question de 20.000 misérables ariary neufs. Faut-il se rassurer par le fait que plus personne ne sera tué? Toutefois, cela n’est pas une certitude.

En tout cas, le rapt de Nathan Andriantsitohaina est effectivement une porte ouverte, sinon béante, aux kidnappeurs à la sauvette. Il n’est pas superflu de le répéter pour bien s’en rappeler.Et il y a déjà eu, par exemple, un autre rapt qui a eu lieu mais dont personne n’a parlé. Celui du neveu du député de Madagascar Naivo Raholdina, en novembre dernier. Les auteurs -huit petits minables ayant agi sous les ordres d’un commanditaire qui court toujours- ont été appréhendés et ils sont actuellement à la maison de force de Tsiafahy. A ce stade, il faudra même se méfier de ses voisins et éviter que les enfants jouent dans leur propre jardin. Pour en revenir à Nathan qui, souhaitons-le, n’aura pas subi de grand traumatisme moral, il est certain qu’il a été ciblé, son nom de famille même étant synonyme de richesse. Mais cette famille a-t-elle pu penser, ne serait-ce qu’une seconde, qu’elle subirait ce genre d’attaque qu’elle ne voyait qu’au cinéma, jusqu’ici?

Il est clair que, parmi des éléments des forces de l’ordre, au vu de la rapidité dont les dirigeants proches du cercle présidentiel se sont enrichis, certains veulent se «servir» directement, assurés, sans doute, de l’impunité. Sinon, comment expliquer l’inertie des responsables chaque fois qu’il y a un rapt? Certains osent même déclarer qu’ils n’ont été au courant qu’à travers la lecture de la presse locale! C’est indécent, c’est dément tout simplement. A quoi diable servent les services de renseignements à Madagascar? Ou bien n’existent-ils plus aussi? Pendant ce temps, le premier responsable du pays, en l’occurrence le président de la république, est aux abonnés absents, comme à son habitude. Comme si cela ne le concernait pas, comme s’il n’était pas concerné du tout.

Pour en revenir au jeune Nathan, les murs, qui ont donc des oreilles, ont laissé entendre que ce sont des opérateurs en téléphonie mobile qui ont contribué ensemble financièrement au «geste technique» demandé par les ravisseurs. Dans ce panier à crabes, il est à se demander qui a, le plus, peur du «valy faty» ou vengeance? Nous entrons dans une spirale mafieuse dans laquelle le silence pesant des dirigeants actuels est synonyme d’impunité totale pour les criminels plus ou moins connus. Il ne faudra pas s’étonner si, d’ici peu, des cas de justice populaire éclatent dans des quartiers de Madagascar, et cela -ce qui est extrêmement dangereux- sur simple dénonciation d’intention de kidnapping d’enfants: «Iny, vonoy fa mpangala-jaza e!».

Je ne veux pas être un oiseau de mauvais augure mais ce régime, ayant la triste réputation d’être un médecin après la mort à chaque fois qu’un drame frappe Madagascar (cataclysmes naturels, accidents de circulation, incendies volontaires ou non, attentats à la bombe, épidémie de peste, kidnapping…), il faudra donc s’attendre au pire avant même la venue du nouvel an 2018 qui, lui, apportera des hausses en tous genres entrainant une explosion sociale qui a pu être évitée jusqu’ici. Qui doit croiser les doigts et prier tous les dieux possibles et imaginables?

Jeannot Ramambazafy - Article paru également dans La Gazette de la Grande île du 27 décembre 2017

Midi Madagasikara0 partages

Electrification rurale : Formation de 24 maires à Ivandry

L’énergie solaire demeure une des principales sources d’énergie exploitables en milieu rural.

L’accès à l’énergie constitue à la fois un droit et un levier incontournable du développement socio-économique de Madagascar. L’accès à l’énergie laisse pourtant à désirer à Madagascar, surtout en milieu rural. C’est dans cette optique que 24 maires de l’Association des maires des communes rurales de Madagascar ont suivi une formation à Ivandry le 15 décembre dernier.

L’atelier d’information de ces maires s’est tenu à la Villa Andriatsarafara, Ivandry, grâce à la collaboration entre « Schneider Electric » et « ML Stone ». Notons que « Schneider Electric » fait partie des leaders mondiaux de la gestion et la production d’énergie photovoltaïque à Madagascar. Tandis que « ML Stone » opère dans le domaine de la transaction immobilière et de représentations et distributions de marques industrielles. Conscients, entre autres, que seuls 17% de Malgaches ont accès à l’électricité, ces deux entreprises ont décidé d’intensifier leur collaboration, dans le domaine de l’accès à l’énergie. Ils ont ainsi axé ce partenariat dans la démocratisation de l’électrification rurale. Surtout que Madagascar est un pays en voie de développement et à vocation agricole, il s’avère important d’investir de manière conséquente dans l’électrification rurale.

Contenu. C’est dans le cadre de cette collaboration que s’inscrit la formation suivie par les 24 maires à Ivandry. Ces derniers ont ainsi été initiés aux différentes techniques de production d’énergie solaire, à l’élaboration de projet d’électrification rurale et évidemment aux législations relatives au secteur de l’Energie dans le pays, notamment celles qui viennent d’être adoptées récemment par le Parlement. En effet, l’objectif consiste à inciter ces élus dans la production de l’électricité propre pour leur commune et à les accompagner à l’élaboration de leur projet, depuis la conception jusqu’à la recherche de financement.

Luz R.R

Midi Madagasikara0 partages

Toliara : Ankizivavy 10 taona naolan’ny dadatoany, simba tanteraka

Tsy misy tandroka tokoa ny ratsy ankehitriny, fa ny dadatoany ihany no nanolana an’ity zana-drahalahiny kamboty ray. Ankizivavy vao 10 taona monja no simba tanteraka naolan’ny dadatoany, ny alin’ny krismasy teo, tao amin’ny Fokontany Tanambao Sanfily Toliara. Araka ny fanazavana voaray, dia nanavy voan’ny tazo nandamaka teo am-pandriana ity tovovavikely ity, ny alahady teo, ka tsy afa-nivoaka niaraka tamin’ny fianakaviany namonjy sasak’alina tany am-piangonana. Ilay dadatoany kosa vao tonga avy any ambanivolo tamin’io andro io, ary nilaza fa reraka ka naka aina tao an-trano. Rehefa lasa nankany an-deglizy avokoa ny olona rehetra tao amin’ity tokantrano ity, dia niditra tao amin’ny efitrano natorian’ilay zaza ity rahalahin-drainy, ka nanolana sy nanao filan-dratsy tamin’ity  voatavo tsy mifandraka. Voarahona ho faty. Rehefa niverina avy tany am-piangonana ny reniny sy ny iraitampo tamin’ity zaza voaolana, dia tsy sahy nitantara ny zava-nanjo azy ity farany, satria norahonan’ny dadatoany hovonoina. Naraina ny andro, gaga ny reniny nahita an-janany mibakabaka hafa famindra sady nahatsikaritra rà tsy nijanona niraraka teo amin’ny feny. Rehefa nofotorana mafy ity ajampela dia nitomany nigogogogo sady namboraka ny zava-nihatra taminy sy nitantara ny zava-nisy niainany. Nentina namonjy dokotera ilay zaza voaolana ary nanamafy ny mpitsabo fa simba tanteraka izy noho ny herisetra ara-nofo nihatra taminy. Nitsoaka kosa ilay nahavanon-doza ka mbola karohina fatratra hatramin’izao.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

Tsaratanàna : Notifirin’ny jiolahy ny takalonaina

Rehefa lavon’ny zandary ny telo tamin’ireo dahalo – izay naka takalonaina, nandritra ny fitsoahan’izy ireo, mazava hoazy, rehefa avy nanafika tanàna – dia ny olona iray izay isan’ny nalainy an-keriny indray no niharan’ny hatezerany ka notifiriny. Misy tsy ampy taona roa tamin’ireo natao takalonaina ; izay navotsotr’ireo dahalo ihany rehefa tsy nihemotra hatramin’ny farany ny mpitandro ny filaminana izay nampian’ny fokonolona tamin’ny fanarahan-dia  niafara tamin’ny fahatrarana ireo olon-dratsy. Raha lavo an-tanety ny telo tamin’ireo farany, dia mbola nisy iray hafa koa voatifitra teny ambony lakana raha nitsoaka niampita renirano. Moa tsy toy ireny anaty sarimihetsika kômandô ireny ny iainan’ny olona any ambanivolo ankehitriny? Ady an-tanety, tifitifitra eny ambony rano, fangalàna takalonaina sns. Isan’andro ankehitriny no misy izany, any amin’ny faritra maro eto Madagasikara ary efa leo mitaraina ny olona ka izay tratrany kosa no anamparany ny hatezerany. Dia izay no mampirongatra ny fitsaram-bahoaka etsy sy eroa.D.R