Les actualités à Madagascar du Mardi 27 Décembre 2016

Modifier la date
L'express de Madagascar407 partages

Immigration en France – 86 millions d’euros de la diaspora

L’étude sur le profil de la diaspora permet de mieux la connaître et de promouvoir sa contribution au développement du pays.

Soutien à la famille. Soixante-dix pour cent des immigrés malgaches vivant en France envoient de l’argent à Madagascar et la majorité d’entre eux le font pour soutenir financièrement leur famille. C’est ce qui ressort de l’étude sur le profil de la diaspora malgache en France réalisée par le Forum des organisations de solidarité internationale issues des migrations (Forim) pour l’Organisation internationale pour les migrations et les ministères malgache et français des Affaires étrangères, et récemment publiée sur le site de l’ambassade de France à Madagascar.Selon cette étude, ces transferts financiers, estimés à 86 millions d’euros par an « sont opérés par 70% des répondants au questionnaire, pour un montant moyen de 155  euros transférés mensuellement qui sert principalement (84% dans le cadre de l’échantillon) à soutenir le budget familial à Madagascar ». Et plus leurs revenus sont faibles, plus la proportion des montants des transferts qu’ils effectuent par rapport à leurs revenus est élevée.Ainsi les personnes qui disposent d’un revenu mensuel de moins de 500 euros envoient 18%de leur revenu à Madagascar, alors que ceux qui gagnent entre 2 000 et5 000 euros par mois  ne transfèrent que 5% de leurs revenus au pays. « L’effort consenti est plus important pour les personnes qui devraient être le moins à même de réaliser des économies », indique l’étude.Outre les aides financières destinées aux proches parents, « les Malgaches de la diaspora entretiennent aussi des liens avec Madagascar à travers des investissements sociaux et entreprenariaux pour contribuer au développement du pays », souligne l’étude. Quinze pour cent des personnes enquêtées envoient aussi de l’argent vers la Grande île pour contribuer à un projet de développement ou sous forme de dons à caractère humanitaire. Quatorze pour cent investissent dans une affaire personnelle et 11% transfèrent de l’argent pour investir dans l’immobilier.

ContributionLes immigrés peuvent aussi envoyer des dons non financiers dans leur pays d’origine, et selon l’étude, 50% de ceux qui ont répondu à la question donnent des médicaments tandis que 30% envoient des livres et du matériel scolaire. Dix pour cent envoient, pour leur part, des vêtements et des matériels informatiques.C’est, entre autres, pour améliorer cette contribution de la diaspora malgache établie en France ou ailleurs que les autorités ont mis en place une direction de la diaspora au sein du ministère des Affaires étrangères. « La direction a pour principal objectif de promouvoir laparticipation de la diaspora malgache au développement socio-économique de Madagascar à travers les transferts de fonds, les transferts de savoir-faire et de connaissances, le développement de l’investissement par la diaspora, le tourisme et le renforcement de la solidarité nationale », rappelle l’étude sur le profil de la diaspora.D’ailleurs, souligne la ministre des Affaires étrangères, Béatrice Atallah, dans son mot introductif de l’étude, « la diaspora peut constituer un levier pour la relance économique, notamment à travers les transferts des fonds et l’investissement dans des projets de développement ». L’étude, qui devrait s’élargir aux diasporas dans les autres pays, devrait ainsi permettre une meilleure connaissance des Malgaches établis à l’étranger, de manière à mieux les impliquer dans le développement du pays.

Lova Rabary-Rakotondravony

L'express de Madagascar359 partages

Gestion d’Ivato et Fascène – Ravinala Airports succède à Adema

Le consortium Ravinala Airports est désormais le nouveau gestionnaire des aéroports d’Ivato Antananarivo et Fascène Nosy Be.

C’est une nouvelle page qui se tourne dans l’histoire des aéroports du pays. Le consortium Ravinala Airport devient l’exploitant des aéroports d’Ivato Antana­narivo et de Fascène Nosy Be depuis le 23 décembre. « Nous avons repris la concession de ces deux principaux aéroports dans la nuit du ven­dredi à samedi », a confirmé au téléphone Vincent Devauchelle de Ravinala Airports. Ce fait marque ainsi une nouvelle étape pour ces deux infrastructures du pays.Ce consortium regroupant l’Aéroport de Paris Management, Bouygues Bâtiment International, Colas Madagascar et Meridiam Africa, a obtenu le contrat de concession de ces deux aéroports internationaux en juillet 2015, pour une durée de 28 ans. La société aura pour mission de moderniser et de mettre aux normes les aéroports d’Ivato et de Fascène. Les deux aéroports connaîtront un nouveau visage dans les années à venir.En ce qui concerne l’aéroport Ivato, un nouveau terminal dédié au trafic international figure, entre autres, parmi les grands travaux. Ce terminal sera équipé de trois passerelles permettant aux passagers d’embarquer directement à bord des avions, sans passer par le tarmac. Le nouveau site disposera d’une capacité d’accueil annuelle de 1.5 millions de passagers. Ce projet est évalué à 150 mil­lions d’euros.

Legs« En 1970, Madagascar avait le plus grand aéroport au niveau régional. Aujourd’hui, nous  allons surement rattraper ce retard d’investissements par une mise en concession avec des grands noms de la construction et de l’exploitation aéroportuaire mondiale. Les aéroports d’Ivato et de Nosy Be Fascène seront d’ailleurs un legs pour les générations futures », s’est réjoui Narson Rafidimanana, ministre auprès de la Présidence chargé des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement à l’issue de la signature dece contrat.Pour mener à terme ses missions, surtout dans l’exploitation des aéroports, Ravinala Airports bénéficie des experiences des personnels de l’Aéroport de Mada­gascar (Adema). Une partie des employés de cette société vont intégrer l’équipe opérationnelle du nouveau gestionnaire. « Cent soixante employés de l’Adema sont concernés par cette mesure », a fait savoir Vincent Devauchelle.Depuis un quart de siècle, l’État avait confié la gestion de douze aéroports à l’Adema, dont les aéroports d’Ivato et de Fascène. Mais maintenant, elle doit se séparer de la gestion des deux principaux aéroports internationaux du pays. Ce qui a causé un énorme impact sur le budget de la société. « Au moins 90% de nos budgets proviennent de la gestion de ces deux aéroports. L’Adema est appelé maintenant à revoir sa stratégie pour être encore plus compétitif dans les années à venir », a expliqué Herison Andriamihafy, directeur général de l’Adema, lors de la cérémonie de célébration de du 25e anniversaire de l’Adema à Ivato le 13 décembre.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar176 partages

Jirama – Retour en force du délestage

Les habitants de la ville d’Antananarivo et les communes environnantes revivent leurs cauchemars. Le délestage frappe à nouveau.

Paroles en l’air. Les ordres donnés par le Premier ministre Olivier Mahafaly n’ont-ils pas été suivis à la lettre   Dix jours après sa déclaration « d’avoir donné l’ordre » ou « le ton » aux responsables (de la Jirama) de mettre fin au délestage, plusieurs quartiers d’Antananarivo et ses environs ont été privés d’électricité hier. « J’ai donné l’ordre aux différents responsables qu’il n’est plus acceptable que ce problème de délestage revienne », avait déclaré le chef du gouvernement le 16 décembre, après que le délestage ait fait des siennes dans plusieurs quartiers de la capitale.Ses ordres n’ont pas pu mettre fin à ce phénomène qui gangrène l’économie nationale. La coupure d’électricité a duré plusieurs heures hier.  D’après les explications de la Jirama, « cet incident fait suite à un problème d’approvisionnement en carburant des centralesthermiques ». Pourtant, la société nationale d’eau et d’électricité vient de bénéficier d’un approvisionnement en carburant d’une valeur de 30 milliards ariary. Cette solution d’urgence a fait l’objet d’une signature de protocole d’accord entre les dirigeants de la Jirama, le gouvernement et une compagnie de distribution pétrolière le 14 décembre dernier.

Eternelles rengainesDepuis trois semaines, la Jirama fait face à un problème d’étiage au niveau de ses centrales hydroélectriques. Faute de pluie suffisante, la pression de l’eau n’arrive plus à faire tourner à plein régime les turbines de ces centrales. Pour y faire face, la société a toujours eu recours à des centrales thermiques, fonctionnant au gasoil pour la plupart.Depuis belle lurette, les mêmes refrains ont toujours été entendus au niveau de la Jirama, avec ce problème de délestage. Les principaux motifs avancés sont toujours les problèmes financiers, problèmes d’étiage, pannes techniques, vétusté des infrastructures.Jusqu’ici, les différentes promesses ou ordres donnés par nos dirigeants ne tiennent pas la route. Tout le monde se souvient des promesses présidentielles de résoudre ce problème après trois mois seulement de sa prise de fonction. Trois ans après cette déclaration, le délestage pèse un peu plus chaque jour.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar168 partages

Transport aérien – La redevance aéroportuaire entre en vigueur

Comme il fallait s’y attendre, l’application de la redevance de développement des infrastructures aéroportuaires (RDIA) n’était qu’une question de procédure. Sa perception n’attendait que l’effectivité du transfert de gestion des aéroports d’Ivato et Fascène Nosy Be au consor­tium Ravi­nala Airports. « Cette taxe est désormais effective », a fait savoir au téléphone Vincent Devau­chelle, pressenti directeur général de Ravinala Airports.Cette nouvelle taxe est demandée à  toutes les compagnies aériennes au départ des aéroports exploités par Ravinala Airports, c’est-à-dire Ivato et Nosy Be. Son montant est de 38 euros par passager international et de 20 euros pour un passager sur un vol domestique. Toutefois, les passagers en transit dans ces deux aéroports ne sont pas concernés par cette nouvelle mesure.L’application d’une telle mesure a mis en émoi les acteurs du secteur tourisme. Ils ne cachent pas leur désaccord vis-à-vis de cette décision. Selon eux, cette nouvelle redevance aura un impact négatif dans la promotion de la destination Madagascar. Le budget de déplacement des voyageurs et/ou touristes va s’alourdir.

L.R.

L'express de Madagascar163 partages

Football – Ligue des Champions CAF – Township Rollers pour les Caissiers

CNaPS Sport affrontera le Township Rollers en Ligue des Champions de la CAF. Le club botswanais n’en sera qu’à sa deuxième participation à la compétition.

Le tirage au sort de la Ligue des Cham­pions de la CAF, la semai­ne dernière, a accouché d’un duel CNaPS Sport – Town­ship Rollers FC, en tour préliminaire. Le club botswanais est tout à fait dans les cordes du quadruple champion de Madagascar, si l’on se réfère à ses résultats sur la scène africaine ces dernières années. En Ligue des Champions, il compte une seule et unique apparition.C’était en 2015. À l’épo­que, il avait été sorti dès le tour préliminaire par le Kaizer Chiefs. La formation sud-africaine l’avait emporté à domicile à l’aller (2-1) avant de s’imposer encore une fois à Gaborone (0-1). En 2011, le Township Rollers FC devait également participer à la C1, mais il avait été disqualifié. À son palmarès récent figure aussi une présence en Coupe de la CAF, en 2006, où il avait atteint le deuxième tour. Comparée au club botswanais, CNaPS Sport a déjà passé le stade du tour préliminaire de la Ligue des Champions. C’était au mois de février de cette année.Et ce, après avoir été éliminée prématurément à trois reprises en 2011, 2014 et 2015.Dans le temps, Township Rollers FC a déjà pris part  de nombreuses fois aux joutes internationales interclubs. C’était à l’époque où la C1 s’appelait encore Coupe d’Afrique des clubs champions notamment. Et sur le plan national, il compte treize titres de champion du Botswana, entre autres.Le premier remonte à 1979. Le club de Gaborone ayant été créé en 1961 ayant comme première appellation Mighty Tigers.Township Rollers FC a disputé quatre matches de championnat du Botswana, durant ce mois de décembre. Il a enregistré trois victoires pour un nul et un revers. Actuellement, il occupe la deuxième place du classement.

Riche expérienceEn face, CNaPS Sport bénéficie d’une riche expérience, puisqu’elle a déjà effectué de nombreuses sorties en C1, depuis son premier sacre national en 2010 qui l’avait désignée pour la première fois en tant que porte-fanion malgache sur la scène continentale pour l’année suivante. En parlant de campagnes nationales justement, les Caissiers viennent d’enchaîner un deuxième doublé consécutif championnat-coupe, preuve de leur suprématie. Et enfin, le quadruple champion de Madagascar possède un atout maître devant, en l’occurrence Lucien Kassimo alias « Foroche », qui a explosé cette année, toujours très bien épaulé par Niasexe Milison. A eux deux, ils ont martyrisé les défenses cette saison. On attend d’eux qu’ils soient aussi efficaces face au Township Rollers FC.

Haja Lucas Rakotondrazaka

Midi Madagasikara151 partages

Délestage et coupure d’eau dans tout Tana : La souffrance des usagers depuis vendredi dernier

Noël à sec, des délestages trop longs et fréquents, les usagers risquent réellement de perdre patience et d’opter pour la colère…   

Jamais depuis le début des séries de délestage, la capitale n’a subi un tel calvaire. Hier, tous les quartiers de Tana ont été privés d’électricité, et d’eau pour certains. 67ha, Anjanahary, Itaosy, Ambohipo, Ambondrona, Antaninandro, Analakely,… le délestage a fait rage partout, depuis le début de la journée jusque dans la soirée. « En plus des coupures trop fréquentes durant la journée, la tension du courant était également plus qu’instable. Il y a eu au moins sept coupures de courant rien que dans la matinée. Et cela a continué durant tout l’après-midi, jusqu’au soir. Ce qui constituait un grand danger pour nos appareils électroménagers », se plaint Dina Rakoto, un habitant des 67ha. Mais il n’y a pas que cela. La coupure d’eau a également fait souffrir plus d’un, en particulier ceux du coté d’Analamahitsy. Ils n’ont pas eu droit à l’eau de la Jirama depuis vendredi dernier. De ce fait, ils ont été contraints de célébrer Noël, à sec (ndlr: dans le sens propre du terme). Comment peut-on vivre une telle souffrance? « Cette pénurie d’eau ne nous a pas permis de fêter Noël comme tout le monde. On a été contraint d’envoyer des chercheurs d’eau dans les quartiers avoisinants, puis d’acheter en retour le bidon jaune de 20L à 800 Ar, au lieu de 100 Ar en temps normal », se plaint Andry Rakotoarivelo, du quartier d’Ambohitsara, à Analamahitsy.

Toujours les mêmes refrains. Et les abonnés déplorent les réponses banales livrées par la Jirama, une fois questionnée sur la vraie cause des coupures d’eau et d’électricité. « On nous dit toujours que les réparations sont déjà en cours quand on essaye de savoir ce qui se passe réellement. Toujours les mêmes refrains. Or, il ne se passe rien du tout et la situation ne s’améliore pas », rajoute Andry Rakotoarivelo. Faut-il rappeler la règle d’or dans le marketing qui dit: « les clients sont rois ». Mais dans la réalité, c’est tout à fait le contraire. Une telle situation ne fait que plonger les usagers dans un profond désarroi, quitte à faire preuve de colère. Trop de tolérance tue la tolérance.

Logistique pétrolière. Lors d’une rencontre avec la presse, hier, des responsables auprès de la Jirama ont pointé du doigt la Logistique pétrolière comme étant la source de ce délestage aggravé. Selon eux, la distribution des carburants qui a pris trop de temps a été à l’origine du problème. « Bon nombre de machines génératrices d’électricité ont connu un arrêt, faute de carburants », confient-ils. Et de rassurer que le courant allait être rétabli hier même, « avant la période de pointe ». Ceci, devant le fait qu’aux 67ha, le délestage a continué jusqu’à des heures tardives. Et puis quoi encore la Jirama?             

Arnaud R.

Midi Madagasikara75 partages

Vols d’électricité : Plus de 2 milliards Ar de manque à gagner pour la Jirama

Le niveau de l’eau dans le barrage d’Andekaleka à son plus bas à cause de l’étiage.

A part la résolution du problème de délestage, la Jirama a entre-temps procédé à une opération de ratissage dans toutes les régions de l’île. « Pour le cas de la Capitale, 4 470 ménages ont été visités inopinément, ce qui a permis de découvrir 1 804 ménages effectuant des vols d’électricité. Une situation enregistrée à fin octobre 2016. Ce qui constitue ainsi un manque à gagner évalué à plus de 2 milliards Ar pour la société », a révélé Feno Randrianarison, le responsable de communication au sein de la Jirama lors d’une rencontre avec la presse hier.   

Application de la loi. « Nous avons détecté des anomalies dans plusieurs quartiers dont entre autres, Anosizato Atsinanana, Andohatapenaka, Ambolokandrina, Antsalovana, Manjakaray, Itaosy et 67ha. Nombreux sont également ceux qui portent plainte pour dénoncer les voleurs de courants car dans la plupart des cas, leurs compteurs sautent soudainement en raison d’une surcharge », a-t-il poursuivi. Parmi ces voleurs, il a cité comme les plus flagrants, un lapidaire localisé à 67ha qui a été un mauvais payeur. « Au lieu de payer ses factures, il a pris direct du courant au poteau de la Jirama. Et ce n’est pas tout ! Le voleur distribue du courant aux ménages riverains à raison de 20 000 Ar à 60 000 Ar par mois. Ce cas est fréquent dans nombreux quartiers. Il y a également des soudeurs qui font des vols d’électricité pour pouvoir pratiquer leurs activités », a-t-il enchaîné. Il faut savoir qu’il ne reste plus que la promulgation du décret d’application de la loi portant sur la poursuite pénale des voleurs de courant et d’eau pour pouvoir les sanctionner.  

Vente à perte. Entre-temps, la Jirama procède à l’amélioration de la distribution d’électricité à ses abonnés en renforçant, voire en remplaçant des postes de transformateurs dans certains quartiers de la Capitale. En tout, 39 postes de transformateurs ont été installés. Et en dépit de la hausse des prix de l’électricité et de l’eau, deux fois consécutive, soit en juin et en août derniers, la Jirama effectue toujours une vente à perte. La preuve, « le prix moyen d’un kwh affiché aux abonnés est de 427 Ar pour un coût de production de 947 Ar tandis que le 1m3 de l’eau est vendu à 969 Ar pour un coût de revient de 1 217 Ar », a-t-il expliqué.

Période d’étiage. Parlant de l’audit des contrats avec les fournisseurs d’énergie, une décision a été prise. Il s’agit notamment de la mise en place prochainement d’une cellule juridique indépendante en charge de la révision de ces contrats avec la Jirama. Et en revenant sur le problème de délestage, Feno Randrianarison a évoqué trois raisons, à savoir le problème technique au niveau des centrales hydrauliques et thermiques de la Jirama, le manque de carburants et la baisse du niveau de l’eau dans les barrages hydro-électriques à cause de l’étiage. «  Il faut reconnaître que la centrale d’Antelomita a entre autres 108 ans d’existence. Des entretiens ont été effectués pour la maintenir fonctionnelle jusqu’à maintenant. En outre, la dégradation de l’environnement a provoqué de nombreux dégâts au niveau de l’alimentation en électricité de la Capitale. La période d’étiage a actuellement duré 4 mois contre 1 mois il y a trois ans. C’est pourquoi, nous sensibilisons la population à ne pas pratiquer les cultures sur brûlis et la déforestation », a-t-il conclu.  

Navalona R.

News Mada60 partages

Fin des délestage : promesse non tenue, une fois de plus…

Des coupures de deux, trois heures, puis à plusieurs reprises jusque tard dans la nuit. Aucun quartier n’est épargné. Délestage tournant ou généralisé, les abonnés de la Jirama affichent leur ras-le-bol.

Le week-end de Noël est à peine passé que le délestage a repris de plus belle. Les coupures de courant qui sévissent depuis quelques semaines risquent de s’éterniser. Depuis la matinée d’hier jusque tard dans la nuit, plusieurs quartiers d’Antananarivo et ses périphéries ont été privés d’électricité pendant plusieurs heures et à plusieurs reprises dans la journée. Ankorondrano, Antanimena, Behoririka, Ankadifotsy, Analamahitsy, Nanisana, 67 Ha, Soanierana, Ambohibao, Ivato, Tanjombato, Ampitatafika, Ilafy, Sabotsy Namehana, Ambohimangakely, même jusqu’à Antsirabe et Analavory… Aucun quartier n’a été épargné.

Au sortir d’une rencontre avec les députés il y a quelques jours pourtant, le Premier ministre avait indiqué avoir « donné des ordres pour que cessent définitivement les délestages ». Apparemment, il n’a été entendu que quelques jours. De surcroît,  nombre de responsables ont fait écho de ces déclarations du chef du gouvernement en promettant qu’il n’y aura aucune coupure au niveau de l’approvisionnement en électricité durant les festivités de fin d’année. Mais il n’en est rien.

Sempiternelles explications

Panne technique, vétusté des infrastructures, étiage, problèmes financiers. Ce sont notamment les principaux motifs avancés par la compagnie d’eau et d’électricité pour justifier les coupures d’électricité. Cette fois-ci, en tout cas pour hier, le problème de fourniture en carburant a été évoqué comme cause du délestage. « Outre l’ insuffisance d’eau au niveau des centrales hydroélectriques, le retard d’approvisionnement en carburant, notamment au sein de la Logistique pétrolière SA, a contraint la Jirama à procéder à des délestages tournants », a expliqué hier Feno Randrianarisoa, directeur de communication de la Jirama.

Pousser les centrales thermiques

Déjà, le prolongement d’année en année de la période d’étiage a mis à mal les centrales hydroélectriques. Et voilà que les centrales thermiques manquent aussi de carburant. Or ces dernières sont censées assurer le plus gros de l’approvisionnement en électricité en cas d’insuffisance de régime des centrales hydroélectriques, comme c’ est le cas actuellement à Andekaleka, Mandraka, Antelomita, Sahanivotry, etc. « Auparavant, la période d’étiage ne durait pas plus d’un mois mais elle tend davantage à se prolonger. Cette année, l’étiage dépasse déjà les quatre mois », a fait savoir notre interlocuteur avant de souligner qu’en ces périodes, la Jirama a décidé de pousser un peu plus les centrales thermiques pour combler le gap dans l’approvisionnement notamment pour le réseau interconnecté d’ Antananarivo (RIA).

La société d’État bénéficie d’une pluie d’aides financières de la part du gouvernement. Pour cette année, une subvention à hauteur de 300 milliards ariary lui est allouée. Mais à en croire les responsables, ces subventions ne semblent pas suffisantes tant que  la compagnie n’aura pas une situation financière saine.

Arh.

 

Madagascar Tribune59 partages

Migration individuelle et pour le « savoir »

Les populations originaires de Madagascar établies en France seraient au nombre de 100 000 à 140 000. Le motif d’admission administratif principal en France est le regroupement familial (57%). Avec un ratio de 63% de femmes, l’immigration malagasy vers la France est nettement plus féminine que les autres populations immigrées. Cette caractéristique pourrait s’expliquer par l’importance des migrations maritales, le mariage constituant par exemple un motif de naturalisation sur deux, contre un sur dix pour l’ensemble des naturalisations en 2009. Au niveau socio-culturel, les ressorts migratoires sont essentiellement individuels et motivés par la réalisation d’études en France. L’échantillon composé dans le cadre de cette étude dénote d’ailleurs d’un niveau de qualification bien supérieur à la moyenne française (60% de master et doctorat contre un peu moins de 30% en France). Tels sont entre autres les résultats de l’étude portant sur le « profil de la diaspora malagasy » menée conjointement par l’OIM (office internationale de la migration) Madagascar avec l’ambassade de France à Madagascar, et la Direction de la diaspora au sein du ministère des Affaires étrangères malagasy.

Réussite individuelle

« La diaspora malagasy s’est construite en plusieurs flux de ce qui s’est avéré plus une émigration de savoir qu’une émigration de travail. Contrairement aux migrants de l’Afrique et du Maghreb qui, à l’origine, se sont expatriés en masse pour répondre à des besoins de main-d’œuvre des industries et des services des pays développés du Nord, le migrant malagasy partait en Europe pour y acquérir une formation supérieure propre à satisfaire ses aspirations sociales dans une société malagasy qui a traditionnellement toujours considéré le savoir comme valeur essentielle. » Alors que le migrant malagasy est venu par choix, le migrant maghrébin et africain est venu pour répondre à une demande. L’auteur insiste ici sur le fait que la société malgache, elle, considère traditionnellement le savoir comme valeur essentielle, comme pour marquer une forme de distance avec les autres sociétés évoquées.

« La plupart des Malagasy de France priorisent leur réussite individuelle en émigration qu’ils légitiment comme étant leur contribution au développement du pays ». Ce qui explique qu’au niveau socio-économique, on relèvera que le taux de chômage des immigrés malagasy est inférieur au taux de chômage moyen des immigrés en France, et que plus d’un tiers de l’échantillon composé dans le cadre de cette étude occupe des fonctions de cadre, professions intellectuelles et libérales.

« La parfaite intégration de ce migrant – reconnu « sans problèmes » (excellent niveau de formation, culture parfaitement adaptée aux valeurs européennes) en termes d’immigration et d’intégration – le rend inintéressant pour le sociologue ou l’anthropologue européen dont la logique d’études, bâtie sur des logiques assimilationnistes, n’accorde prioritairement d’intérêt qu’aux relations interethniques à « problèmes ».

Il semble que la diaspora malagasy soit particulièrement attachée à l’idée de ne pas être assimilé aux immigrés dits « à problèmes ».

Transfert généralement de 155 euros par mois

Sur le plan financier, les Malagasy de la diaspora en France se mobilisent au niveau individuel, notamment à travers les transferts financiers à Madagascar estimés à 86 millions d’euros par l’OIM en 2013, et au niveau collectif à travers les initiatives associatives. Ces transferts financiers sont opérés par 70% des répondants au questionnaire, pour un montant moyen de 155 € transféré mensuellement qui sert principalement (84% dans le cadre de l’échantillon) à soutenir le budget familial à Madagascar. Au niveau associatif, on dénombre plus de 240 associations de ressortissants malagasy créées ces dix dernières années. Au regard de l’échantillon, il semble que la moitié des individus membres des associations orientent leur implication vers la réalisation d’initiatives de solidarité à Madagascar en particulier dans les secteurs de l’éducation et de la santé.

News Mada54 partages

Fototry ny delestazy : milina simba, solika tsy ampy, rano ritra …

 Miantraika mafy amin’ny Jirama ny tsy fahampian’ny orana. Eo koa ny halatra herinaratra, ny fitantanana. Na izany aza, hisy fanantenana hitsiry amin’ny famatsian-drano amin’ny volana jona 2017.

Feno ny fepetra tsy ahafahana mamokatra herinaratra araka ny tokony ho izy intsony. Mibahan-toerana amin’izany ny tsy fahampian’ny gazoala manodina ny milina mamokatra herinaratra. Fa tena sambany navesatra tamin’ity taona 2016 ity ny tsy fahampian’ny orana. Nambaran’ny tompon’andraikitry ny serasera ao amin’ny Jirama, Randrianarison Feno, fa tsy ritra avokoa ny rano any amin’ireo toby mpamokatra sy manampy amin’ny famokarana herinaratra, toy ny any Andekaleka, Mantasoa, Antelomita, Tsiazompaniry. Mamatsy ny herinaratra vokarina eto Antananarivo sy ny manodidina ireo toerana voatanisa ireo. Tamin’ny fotoana toy izao, efa ampy ny rano, vokatry ny firotsahan’ny orana ahafahan’ireo milina mamokatra herinaratra.

Araka ny efa notaterina teto, gropy iray (30 MW) amin’ireo telo (mitotaly 92 MW) any Andekaleka sisa afaka mihodina amin’ny antoandro. Zara raha mamokatra 5 MW kosa ny any Mandraka raha tokony hanome herinaratra 24 MW.

Efa-bolana tsy nisy orana

Miharatsy hatrany ny toe-daharaha isan-taona. Ny taona 2014, naharitra iray volana ny fotoana tsy fahampian’ny rano miteraka ny haintany. Naharitra roa volana izany ny taona 2015 ary nitombo ho efa-bolana (tsy avy mandraka ankehitriny ny orana) ny taona 2016.

Toy ny milina rehetra, nataon’olombelona ihany izy ireny ka tsy maintsy misy ny fahasimbana. Na izany aza, miezaka ny teknisianina ao amin’ny Jirama manao izay tratry ny heriny. “Efa tamin’ny taona 1908 ny toby any Antelomita, saingy mbola mandeha araka ny tokony ho izy na efa 108 taona aza.

Mikasika ny famatsiana solika, fantatra fa manokana tetibola isam-bolana ny Jirama hividianana gazoala sy fuel. Hanatanterahana izany ny fanampiana ara-bola 300 miliara Ar isan-taona omen’ny fanjakana. Na izany aza, tsy ampy ny tetibola, nanomboka ny volana aogositra teo, satria tsy ampy ny ranon’orana (araka ny voalaza etsy ambony), ka voatery nampitomboana ny famokarana herinaratra azo avy amin’ny solika. Tsy maharaka anefa izany ka tsy maintsy natao ny delestazy.

L'express de Madagascar53 partages

Procès Andriamananoro – Verdict sous haute surveillance à Anosy

L’ancien ministre des Télécommunications devrait être fixé sur son sort ce jour. Le tribunal d’Anosy et ses environs devraient être sous haute sécurité, avant et après le prononcé du verdict

Musclé. Tel devrait être le caractère du dispositif de sécurité qui sera mis en place du côté du tribunal d’Anosy ce jour. Ceci, en raison du prononcé du verdict sur le procès d’Augustin Andriama­nanoro, ancien ministre des Télécommunications.Certains courants de renseignement indiquent que les villageois opposés à l’exploitation aurifère de Soamahamanina, feraient le voyage pour soutenir l’ancien membre du gouvernement de la Transition. Ce dernier est, justement, au centre de cette tourmente judiciaire, car accusé d’être parmi les chefs de file des mouvements contestataires dans cette commune rurale de la région Itasy.Les informations soufflent, par ailleurs, que les partisans de la révolution orange de 2009 pourraient aussi venir en nombre au tribunal ce jour.L’on peut par exemple lire, depuis la semaine dernière, sur la page Facebook d’une entité s’étant baptisée Club des supporters d’Andry Nirina Rajoelina (CSANR), un appel à tous ses mem­bres « à venir nombreux au palais du tribunal d’Anosy, le 27 décembre, à 7 heures 30, pour assister au verdict du procès d’Au­gus­tin Andriamananaro ».

ContexteContacté, le colonel Ravoavy Zafisambatra, commandant de l’État major mixte opérationnel de la région Analamanga (EMMO-REG), explique : « dans ce genre d’évènement, étant donné le contexte, la mise en place d’un dispositif de sécurité particulier est toujours nécessaire, afin d’éviter d’éventuels débordements ou troubles ». Lors de l’audience, le 20 décembre, une foule conséquente était déjà présente au tribunal d’Anosy.La salle du jugement a été pleine à craquer, faisant en sorte que les quatre heures d’échanges de plaidoiries se sont déroulées dans une chaleur suffocante. Cette foule de partisans a fait du tapage, lorsqu’il a été annoncé que le verdict du procès ne sera connu que ce jour. Les militants et sympathisants oranges semblent avoir l’intention de remettre à ce jour, pour manifester leur soutien au vice-président du groupe des partisans de Andry Rajoelina (Mapar).L’audience de prononcé du verdict pourrait, pourtant, ne pas durer longtemps, et se faire avec ceux d’au­tres dossiers.Il est même probable qu’Augustin Andriama­nanoro ne fasse pas le déplacement jusqu’au tribunal d’Anosy. Le contexte sécuritaire des lieux pourrait en décider. En détention provisoire à Anta­nimora depuis le 15 décembre, et ayant vu sa demande de liberté provisoire refusée par le juge, à l’issue de l’audience du 20 décembre, ce qui lui a imposé de passer Noël en solitaire, l’ancien ministre accusé, entre autres, d’atteinte à la sûreté intérieure de l’État, sauf changement, devrait être fixé ce jour, si son calvaire carcéral prendra fin ou non.

Appel de détresse à  l’ambassadeur de France

Dans une lettre en date du 24 décembre, adressée à l’ambassadeur de France, Volanirina Andriamananoro, épouse de l’ancien ministre de la Télécommunication, a fait part de sa détresse sur la tourmente judiciaire dans laquelle se trouve son époux. « (…) dans cette affaire, le droit de l’Homme, la liberté fondamentale ainsi que l’État de droit sont complètement bafoués par les injustices et par la persécution politique dont mon mari, Augustin Andriamananoro, une personnalité publique très connue dans le milieu politique, constitue la principale cible (…) le samedi 10 décembre 2016, alors que Andriamananoro était à l’enterrement de sa belle-mère, une trentaine d’éléments armés de l’EMMO-REG est venue l’arrêter arbitrairement sans mandat. La garde à vue a duré plus de 48 heures sans accusations fondée. C’est seulement le lendemain de son arrestation que les enquêteurs de la gendarmerie ont commencé à formaliser une investigation, visant à fomenter des dossiers d’accusation contre mon mari (…) », dénonce-t-elle.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar53 partages

Affaire de mercure – Un jeune homme séquestré et torturé

Une bande organisée a infligé des coups et blessures à un père de famille de trente ans. Ce dernier en ressort avec des séquelles.

une transaction sur une vente de mercure a mal tourné pour un couple. Pris pour des escrocs, ils ont été séquestré par huit  personnes armées. Le mari aurait été retenu toute la nuit du vendredi et samedi dernier en deux endroits différents, à Ambodin’Isotry et Andron­drakely. La famille a déposé plainte auprès de la brigade criminelle (BC) à Anosy. Les ravisseurs et la victime ont été repérés et arrêtés samedi, dans un hôtel à Androndra­kely. Huit personnes présumées concernées par cette affaire ont été appréhendées. Le père de famille, quant à lui, a ensuite été admis aux urgences de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona.« Ils nous ont retiré nos téléphones portables et les ont éteints lorsqu’ils nous ont emmenés à Ambodin’Isotry, vendredi dernier. Mon mari a été torturé, et ils m’ont demandé de rentrer chez moi le soir. Je me suis empressée d’informer la famille », raconte l’épouse du supplicié. D’après les informations, les accusés auraient également déposé plainte auprès de la police, sous motif d’escroquerie.La transaction entre les deux parties aura donc fini en séquestration et torture. Elles sont entrées en contact la semaine dernière et se sont convenues pour une vente de mercure. Les deux époux auraient tenu le rôle d’intermédiaires.

Vente de mercure« Tout a commencé par une histoire de location de voiture. Au moment des comptes, le client ne nous a pas payé, mais nous a demandé si nous connaissions quelqu’un intéressé par du mercure. Nous en connaissions justement. Vendredi, l’acheteur nous a effectivement appelés, mais il nous a accueillis les armes à la main, en nous accusant d’être des escrocs », continue l’épouse.Dans cette histoire, la famille craint fort quant aux manipulations et autres interventions qui pourraient survenir dans le cours des enquêtes. La Brigade criminelle n’a d’ailleurs pas encore donné d’informations formelles.  « … Tout le monde a le droit de porter plainte, mais l’issue des enquêtes permettra de savoir ce qu’il en est vraiment », a expliqué le responsable contacté sur le sujet.

Nantenaina Njanahary

Midi Madagasikara51 partages

Iavoloha : Présentation de vœux le 6 janvier prochain

La présentation de vœux du 8 janvier 2016 a réuni 1 500 invités. (Photo d’archives)

La présentation de vœux des corps constitués et du corps diplomatique au couple présidentiel, Hery et Voahangy Rajaonarimampianina, pour l’année 2017, aura lieu le 6 janvier prochain. 1 300 invités sont prévus assister à cette cérémonie mais il se pourrait que ce nombre soit revu à la baisse. En effet, selon des indiscrétions, le budget alloué à cette cérémonie, n’est pas tellement prévu dans la loi de finances 2017. Faut-il rappeler que lors de la présentation de vœux de 2016 qui s’est tenue le 8 janvier dernier, il y avait eu 1 500 invités. Notons que seul l’ancien président Marc Ravalomanana a répondu présent à cette présentation de vœux. Toujours est-il que le point commun entre ces deux dates, c’est qu’elles ont eu lieu le premier  vendredi de l’année.               

Bilan. Ce serait une occasion pour le chef de l’Etat de dresser un bilan de l’année, tant au niveau social, économique et politique. Il ne manquera probablement pas de toucher mot des deux Sommets qui se sont tenus dans la Grande Ile cette année, à savoir le Comesa et la Francophonie. Sans parler de la conférence des bailleurs et des investisseurs qui ont eu lieu récemment à Paris. Si on peut parler de bilan positif alors que les retombées ne pointent pas encore leur nez ; va-t-il parler de la vie quotidienne des gens, notamment la flambée des prix et l’insécurité qui ne cessent de gagner du terrain.  

Dominique R.

Midi Madagasikara48 partages

HCC : Le sort des membres lié à la présidentielle de 2018

Le mandat des 3 membres de la HCC nommés par le président en exercice dépend de la réélection de Hery Rajaonarimampianina.

En révisant par délibération le règlement intérieur de l’institution, les Hauts Conseillers veulent visiblement assurer  sur le plan juridique leurs arrières qui restent toutefois tributaires des aléas de la politique.

Selon l’article 117 dernier alinéa de la Constitution, « le règlement intérieur de chaque Assemblée est soumis au contrôle de constitutionnalité avant sa mise en application. Une disposition jugée inconstitutionnelle ne peut être appliquée ». En revanche, la loi fondamentale est muette sur le cas du règlement intérieur de la HCC notamment s’il y a des dispositions non conformes à la Constitution, tel qu’on peut le constater dans la délibération du 19 décembre dernier portant révision dudit règlement intérieur.

2023. En effet, le règlement intérieur révisé dispose en son article 2 dernier alinéa que « leur mandat est de sept ans pour compter de la date de prise de fonction officielle des Hauts Conseillers dernièrement désignés afin d’éviter le remplacement partiel des membres de la Cour». La HCC aurait pu se référer à la prestation de serment des 3 membres  nommés par le président de la République le 27 février 2014. Mais le collège des Hauts Conseillers a jugé bon (pour leur carrière) de prendre pour date repère, la prise de fonction des membres dernièrement désignés en juin de cette année. En somme, ils resteront en place jusqu’en 2023, alors que l’article 114 de la Constitution stipule que « la HCC comprend 9 membres. Leur mandat est de 7 ans non renouvelable ».

Inconstitutionnelle. S’agissant d’un mandat constitutionnel donc impératif, les dispositions de l’article 2 dernier alinéa du règlement intérieur révisé sont manifestement inconstitutionnelles. Mais qui va pouvoir saisir la HCC qui sera de toute façon juge et partie ? La solution ne peut être politique : au cas où l’actuel président de la République ne venait pas à être réélu en 2018, son successeur abrogera certainement la nomination des 3 membres nommés par Hery Rajaonarimampianina. Entre autres et non des moindres, le président Jean Eric Rakotoarisoa.

Précédent. Il y a, si l’on peut dire, une sorte de parallélisme des formes car on se souvient qu’au lendemain de son élection à la magistrature suprême, le président Marc Ravalomanana avait remplacé le tiers des membres du Sénat nommés par l’Amiral Didier Ratsiraka, même si la Constitution de la Troisième République disposait que « leur mandat est de 6 ans ». En se basant sur ce précédent qui avait été d’ailleurs avalisé à l’époque par la HCC, le successeur éventuel de Hery Rajaonarimampianina ne se privera pas de faire de même pour son quota à Ambohidahy et à Anosikely. Et ce n’est pas le règlement intérieur qui vient, révisé par la HCC, qui l’en empêcherait. Fort de l’onction populaire, le prochain président de la République pourrait pour sa part, …réviser la Constitution. C’est dire que la HCC présidée par Jean Eric Rakotoarisoa a intérêt à ce que Hery Rajaonarimampianina décroche un nouveau bail de 5 ans à Iavoloha pour qu’elle puisse elle-même rester à Ambohidahy jusqu’en 2023. Soit jusqu’à la fin du second et dernier quinquennat de l’actuel président de la République « élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois ».Sauf s’il n’amende à son tour l’article 45 de la Constitution pour pouvoir être président à vie comme Mugabe.

R. O

Midi Madagasikara46 partages

Aéroports d’Ivato et de Nosy-Be : Signature définitive du contrat de concession !

Ça y est ! Le contrat définitif de concession des aéroports d’Ivato et de Nosy-Be Fascene a été signé ce 23 décembre entre l’Etat malgache et le Consortium Ravinala Airports après la Convention initiale signée le 9 juillet 2015.

Projets présidentiels. Des travaux sur les aéroports ont d’ores et déjà été effectués par ce consortium pour accueillir le XVIe Sommet de la Francophonie. Et avec cet acte définitif, ils vont continuer et s’effectuer tranquillement à la manière de ces investisseurs internationaux. Faut-il rappeler que ce grand projet rentre dans la catégorie des « projets présidentiels », en accord avec la vision du chef de l’Etat, Hery Rajaonarimampianina, de faire de Madagascar « une nation moderne et prospère ». D’ailleurs, il sera soutenu financièrement par les bailleurs de fonds, en l’occurrence, la SFI, une filiale de la Banque Mondiale suivant les projets y afférents tels que la réhabilitation du périmètre du bas Mangoky. Pour ce projet, Narson Rafidimanana, ministre en charge des Projets Présidentiels, de l’Aménagement du Territoire et de l’Equipement, Ramanantsoa Benjamin, ministre des Transports et Gervais Rakotonirina, ministre des Finances, sont les principaux acteurs qui ont dirigé les négociations. D’après les explications de Narson  Rafidimanana, « après plusieurs années d’hésitations, les investisseurs étrangers sont à nouveau prêts à investir massivement dans la Grande Ile ».

Normes. Ces aéroports seront, de ce fait, à même de satisfaire l’objectif du chef de l’Etat de faire de Madagascar « la locomotive de l’Océan Indien » au niveau du secteur tourisme. Evalué à 150 millions d’euros, par voie de conséquence, des normes s’imposent et suivent celles de l’Association du Transport Aérien International (IATA). Ivato va donc recevoir plus d’1,5 million de passagers tous les ans et sera équipé d’un nouveau terminal international en forme de Ravinala. Par ailleurs, 3 passerelles vont l’équiper ; ce qui permettra aux passagers d’embarquer directement à bord des avions, sans avoir à passer par le tarmac. Et ce dernier sera apte à supporter 4 gros porteurs. Toujours d’après Narson Rafidimanana, « en 1970, Madagascar avait le plus grand aéroport au niveau régional. Aujourd’hui, nous  allons sûrement rattraper ce retard d’investissements par une mise en concession avec des grands noms de la construction et de l’exploitation aéroportuaire mondiale. Les aéroports d’Ivato et de Nosy Be Fascene seront d’ailleurs un leg pour les générations futures ». Notons que l’achèvement des travaux incluant les travaux de remise à niveau des outils et de développement du terminal international est prévu en 2019.

AinaBovel

Midi Madagasikara45 partages

Logistique Pétrolière S.A : Extension d’un dépôt de carburants à Fianarantsoa

La pose de première pierre des travaux d’extension du dépôt à Ambalakely, effectuée par le DG de Logistique Pétrolière S.A.

L’entreprise envisage d’investir plus de 450 milliards Ar à l’horizon de 2025.

Après avoir inauguré un nouveau tanker baptisé « Mahatsangy », Logistique Pétrolière S.A, un acteur important du secteur pétrolier aval à Madagascar, vient de procéder à l’extension de son dépôt d’hydrocarbures localisé dans le village d’Ambalakely à Fianarantsoa. En effet, elle est une entreprise citoyenne tournée vers l’avenir. La preuve, l’entreprise envisage d’investir plus de 450 milliards Ar à l’horizon de 2025 pour la mise en place de nouvelles installations répondant aux normes et standards internationaux les plus élevés de la profession tout en modernisant et en optimisant les installations existantes. La formation et le développement des compétences de son personnel et la réduction des risques liés au métier, sur le plan sécurité, environnemental, santé et développement durable, ne sont pas en reste. 

Pose de première pierre. Notons que l’entreprise se charge du stockage et du transport massif des hydrocarbures à travers son  réseau de 23 dépôts afin d’approvisionner toutes les régions de l’île, et ce, depuis 15 ans. En tout, elle gère 700 millions de litres d’hydrocarbures chaque année. Et à part la pose de première pierre des travaux d’extension de ce dépôt à Ambalakely, Logistique Pétrolière S.A a également lancé les travaux de réhabilitation d’une école primaire publique au sein du village, outre la distribution de kits scolaires et de boissons pour tous les enfants, dans le cadre de sa politique de Responsabilité Sociétale d’Entreprise. Un zébu est également offert pour témoigner du respect de l’entreprise envers le village, et ce, en présence des autorités locales. Une équipe conduite par le directeur générale de l’entreprise, en la personne d’Abel Koné Nandiolo, était sur place pour ce faire.

15e anniversaire. Toutes ces actions entrent dans le cadre de la célébration du 15e anniversaire de Logistique Pétrolière S.A. Il y a eu également une remise de médailles et de distinctions honorifiques à son personnel. Et de nombreux événements seront encore organisés prochainement. Rappelons que cette entreprise se dote d’une nouvelle identité à l’occasion de ses 15 ans. Il s’agit d’un nouveau logo conçu par les équipes de Facto Saatchi Saatchi Madagascar marquant le symbole de la force, de la rigueur et de la précision tout en évitant d’être statique.

Navalona R.  

Midi Madagasikara45 partages

Morondava : Dahalo telo matin’ny fitsaram-bahoaka sy voatifitra

Dahalo telo mpampihorohoro tanàna sy vahoaka no maty lavon’ny balan’ny mpitandro filaminana ny iray, raha matin’ny fokonolona tamin’ny alàlan’ny fitsaram-bahoaka ny roa voasambotra, afak’omaly alina, tany Morondava. Raha ny fantatra dia dahalo fitolahy no nanafika toeram-pivarotana iray tao Namahora Sud Morondava, ny harivan’ny 25 desambra teo nandritra ny fetin’ny krismasy, tokony ho tamin’ny 8 ora sy fahefany. Tao anaty sakoroka dia tafatsoaka ny efatra tamin’ireo malaso, ka mbola karohina hatramin’izao. Raha ny vaovao voaray avy any an-toerana, dia efa telo andro ireto andian-dahalo ireto no nandroba tamina fokontany maro tao an-tampon-tanànan’ i Morondava. Tamin’ny andro fankalazana ny nahaterahan’ny mpamonjy, tsy nandaitra intsony angamba ny moara ody gasy maherin’ireo dahalo ka tra-tehaka ny asa ratsin’izy ireo sady namoy ainy.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara45 partages

Finances publiques : Amélioration des ressources internes

Les réalisations sur les recettes fiscales et douanières ont dépassé les prévisions pour cette année.

Le taux de pression fiscale doit s’accroître de 0,5 point par an, d’après les objectifs fixés actuellement par l’Administration fiscale et douanière. Si ce taux était à 10,1% en 2015, il est aujourd’hui à 10,8% et devrait atteindre facilement les 12% prévus, en 2019. Pour atteindre ces objectifs, les mesures indiquées par le Ministère des Finances et du Budget concernent l’amélioration de la qualité des contrôles, l’élargissement de l’assiette fiscale, l’intensification de la collaboration entre le fisc et la douane, la lutte contre la fraude et la corruption, l’amélioration des recouvrements des arriérés, la dématérialisation des procédures et la transparence dans l’Administration. D’après les informations fournies, ces mesures s’avèrent efficaces, car les recettes fiscales et douanières dépassent déjà les prévisions de +7,39% pour les 11 premiers mois de cette année. En tout, ces recettes ont atteint 1 786,4 milliards d’Ariary, sans compter les réalisations durant ce mois de décembre.  Outre ces améliorations, des assainissements ont également été entrepris sur le marché, pour la lutte contre les fraudes, le secteur informel et la concurrence déloyale. Ce mois de décembre, les industriels regroupés au sein du SIM (Syndicat des industries de Madagascar) ont d’ailleurs félicité le fisc et la douane, pour ces actions d’assainissement. D’après le président du syndicat, Fredy Rajaonera, une confiance mutuelle s’est installée entre le secteur privé et les Directions au sein du Ministère des Finances et du Budget.

Antsa R.

L'express de Madagascar41 partages

Assainissement après fêtes – Les ordures inondent la capitale

Durant les fêtes de la Nativité et de noël, les ordures se sont amoncelées un peu partout à Antananarivo. Les journées de fêtes ont laissé plus de quatre mille tonnes d’ordures dans la capitale. Elles se sont accrues outre mesure jusqu’à atteindre le double de leur volume habituel durant ces journées. Les ordures collectées jusqu’à la soirée d’hier ont atteint mille huit cents tonnes, samedi et deux mille cent cinquante tonnes pour la seule journée d’hier, selon le rapport d’un responsable de la SAMVA ou Service autonome de maintenance de la ville d’Anta­nanarivo, hier.Alors que les ordures habituelles ne dépassent pas de deux mille tonnes.« D’ordinaire, c’est lundi et mardi, c’est-à-dire après le week-end, que les ordures s’accumulent le plus. Or, les fêtes sont tombées justement en week-end, d’où cette accumulation exagérée des déchets », dit Andry Rakoton­drasolo, conseiller technique du directeur général de la SAMVA. Ce même responsable affirme qu’habituellement, le volume d’ordures ramassées ne dépasse pas les deux mille tonnes quotidiennement. Il se situe entre mille cinq cents tonnes et mille huit cents tonnes par jour.« On a employé vingt huit camions durant toute la journée. Tous les marchés de la capitale ont été envahis par les ordures, si bien que nous avons été obligés de doubler le nombre de camions de ramassage par marché. On a doublé aussi le nombre des éboueurs »,poursuit-il.

DifficultésLe responsable rassure que « Maintenant, les voies publiques sont presque toutes nettoyées. Les marchés ne le sont pas encore entièrement. Dans 85 % des bacs à ordures d’Antana­narivo, les éboueurs ont encore laissé moins de trois quarts de leur volume. Alors que les déchets qui se trouvaient à l’extérieur ont déjà été vidés ».D’après ce responsable, les camions ont dû accomplir le double de leurs voyages habituels dans les marchés importants, tels Anosibe, Andravoahangy et bien d’autres. Le nettoyage des marchés présente quelques difficultés car les gens jettent partout, sans ménagement, leurs ordures. Ce sont les débris de jouets d’enfants qui ont été les plus encombrants, en dehors des reliefs de repas, et autres déchets de fruits et légumes. À noter que toutes ces immondices ont déjà été déposées à la décharge d’Andra­lanitra.

Fanomezana Rasolomahery

Tananews39 partages

112% de dépréciation de la monnaie babakoto

Notre premier cours des devises enregistré dans la base de données TNN, le 23/07/2008, indique :

1€ = 2 479.23 Ar1$ = 1 574.66 Ar

Aujourd’hui, 27 décembre 2016, nous avons :1€ = 3 477.84 Ar1$ = 3 338.9 Ar

112% de dépréciation de la monnaie babakoto par rapport au dollar en 8 ans ! Là c’est vraiment nandresy ny tolona.

L'express de Madagascar38 partages

Is’Art Galerie – Madkaoskara affiche la fraternité en musique

Un rendez-vous artistique et musical qui s’annonce à la fois atypique et rythmé. « Tanindrazana ho an’ny taranaka », emmené par le collectif Madkaoskara, égayera la scène de l’Is’art Galerie Ampasanimalo, dans la soirée de ce 30 décembre. Dès 20h, c’est un doux voyage mélodieux et littéraire à la fois proposé aux férus d’art noctambules se joindront à l’instant sur les lieux. Entre les rythmes et les pulsations, qui guident les inspirations des jeunes musiciens et poètes, composent l’affiche de la soirée, une épopée musicale y est à entreprendre. Aux côtés du Madkaoskara, on retrou­vera le poète contemporain Tanjona Rabearivony dit Le Rêv’Errant, pour une expérience musicale unique. Voguant entre le rap, le reggae, le rock et par-dessus tout les rythmiques traditionnelles, le tout saupoudré d’une bonne dose de poésie, le public se plaira à se laisser enivrer par cet instant. « Tanindrazana ho an’ny taranaka » comme l’indique son intitulé, se focalisera principalement sur la promotion de cette fraternité de moins en moins apparente dans notre société, de même qu’une certaine forme de revendication à faire valoir face aux problèmes de la société actuelle.« Le principe reste le même : frapper fort, avec les mots ou avec les idées, frapper fort avec les actions jusqu’à ce que chacun réalise son importance et son rôle dans ce pays qu’on aime tant. C’est là le leitmotiv autour duquel on se fédère tous, » souligne Le Rêv’Errant.

A. P. R.

Midi Madagasikara37 partages

Environnement des affaires : Défavorable aux investissements directs étrangers

La défaillance en électricité est un grand handicap pour l’économie malgache.

Madagascar est actuellement au 167e rang sur 190 pays, en termes d’attractivité des investissements directs étrangers, d’après la classification de la Banque Mondiale, dans le Doing Business 2017. Certes, d’après l’évolution des indicateurs d’évaluation, la Grande Ile a fait quelques progrès mais reste toutefois parmi les pays ayant un mauvais environnement des affaires, avec ses 45,1 points sur 100, contre 44,2 points en dans le Doing business 2016. Comme on pouvait s’y attendre, le secteur de l’électricité est le plus grand problème du pays, lorsqu’on parle de projets d’entreprises. En effet, nous sommes au 185e rang sur 190 en termes de raccordement à l’électricité. Les difficultés dans l’obtention de permis de construire représentent également un frein aux investissements, d’après le rapport de la Banque Mondiale. Cependant, cette dernière a signalé que certains points de réformes sont favorables à l’amélioration de l’environnement des affaires, notamment, les facilitations des procédures de création d’entreprises et la facilitation du commerce transfrontalier.

Antsa R.

Midi Madagasikara35 partages

Tribunal Anosy : Forte mobilisation des pro-Rajoelina ce jour

Une délégation des habitants de Soamahamanina fera le déplacement à Antananarivo pour assister à l’annonce du verdict de l’affaire Augustin Andriamananoro.

Après la trêve de Noël, les tananariviens s’apprêtent à vivre une journée sous tension ce jour. En effet, le risque de « sakoroka » n’est pas à écarter du côté d’Anosy et ses environs. Une forte mobilisation des partisans de l’ancien président de la Transition, Andry Rajoeina est prévue pour l’annonce du verdict sur l’affaire Augustin Andriamananoro qui aura lieu dans la salle numéro 3 du tribunal de première instance d’Anosy. Depuis la semaine dernière, les pro-MAPAR ont exhorté leurs partisans, notamment à travers les réseaux sociaux, pour faire la ruée vers le Palais de la Justice en vue de ce verdict. Reste à savoir si en cette période de fêtes, cet appel sera suivi. En tout cas, une source proche du « Miaraka Amin’i Prezida Andry Rajoelina » (MAPAR) a fait savoir qu’une forte délégation des habitants de Soamahamanina fera le déplacement à Antananarivo pour exprimer leur soutien à l’ancien ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles Technologies. Mercredi dernier, durant le procès, ces derniers étaient déjà fortement représentés. Ils ont d’ailleurs contesté l’annonce du report du verdict. Une contestation qui a obligé les juges responsables du dossier à suspendre le procès pendant un moment. Il a d’ailleurs fallu l’intervention des éléments de l’Emmoreg qui étaient présents à Anosy pour empêcher la tenue d’une manifestation de rue improvisée.

« Condamnation politique ». Mis à part les membres de l’association VONA Soamahamanina, les parlementaires MAPAR et les proches d’Augustin Andriamananoro seront également présents au tribunal d’Anosy ce matin. Une forte mobilisation des troupes de l’Emmoreg dirigées par le Général Florens Rakotomahanina est également attendue pour assurer le maintien de l’ordre. Quoiqu’il en soit, ce verdict très attendu sera déterminant pour la situation politique en cette période de fin d’année. Bon nombre d’observateurs estiment qu’une condamnation d’Andriamananoro à une peine de prison ne fera qu’attiser la tension. Ce sera également une décision contraire aux principes des dirigeants HVM qui se disent être conscients de l’importance d’un climat politique apaisé et soucieux du respect du « Fihavanana malagasy ». D’autant plus que si l’on se réfère aux débats lors du procès, aucune preuve pouvant incriminer le Vice-président du MAPAR ne doit être retenue. A noter également que les témoins à charge n’étaient pas présents au tribunal le jour du procès. Bon nombre d’observateurs estiment donc qu’une éventuelle peine d’emprisonnement serait synonyme d’une « condamnation politique ».

Davis R

Midi Madagasikara34 partages

Ravinala Airports prend service à Ivato et Fascene

L’ère ADEMA est terminée pour les deux aéroports internationaux d’Ivato et Fascene (Nosy-Be). Depuis le 23 décembre dernier, Ravinala Airports a repris la gestion et l’exploitation de ces deux aéroports. Cette reprise est la concrétisation du contrat de concession signé en juillet 2015 entre le gouvernement malgache et Ravinala Airports qui décroche ainsi le gros morceau puisque Ivato et Fascene sont les deux aéroports les plus fréquentés et les plus rentables que compte le pays. Une mise en concession destinée à doter le pays d’infrastructures aéroportuaires modernes, avec comme objectif à moyen terme de promouvoir davantage le tourisme à Madagascar. Ravinala Airports aura pour objectif la modernisation, la mise aux normes et la gestion optimale des aéroports d’Ivato et de Fascene. La construction d’un nouveau terminal dédié au trafic international à Ivato figure, entre autres, parmi les grands travaux. A noter que bien avant l’effectivité de la reprise de l’exploitation d’Ivato et de Fascene, Ravinala Airports a réalisé, dans le cadre de l’accueil du Sommet de la Francophonie l’extension du pavillon présidentiel, la création du tarmac 3, et l’aménagement de la mezzanine de l’aérogare internationale pour la réception des délégations. Avec cette prise officielle de la gestion des deux aéroports, Ravinala Airports affirme son engagement à participer pleinement au dynamisme de Madagascar, en mettant à sa disposition des infrastructures aéroportuaires modernes, répondant aux normes du trafic international, avec le niveau de confort et de sécurité requis.‎

R.Edmond

Midi Madagasikara32 partages

Andohatapenaka : La fête continue au Village de Noël

Les ados et les jeunes passionnés de sport extrême se lâchent sur le parcours !

Le Village de Noël continue de proposer des activités familiales, surtout pour les enfants, et une programmation musicale éclectique pour plaire à tout le monde. Car à Andohatapenaka, c’est la fête au Village… tous les soirs !

Après le grand rush du week-end dernier, le grand Village de Noël (ce même Village de la Fancophonie qui a accueilli les festivités du Sommet de novembre dernier) à Andohatapenaka reprend un peu son souffle. En ce début de semaine, c’est l’accalmie. Ce sont les familles qui affluent, avec leurs enfants, histoire d’amuser ces derniers. Car c’est sûr qu’il y a de quoi s’occuper : les salles de jeux pour les plus petits, avec une surveillance, ce qui permet aux parents de flâner un peu, mais surtout l’aire de jeu aménagée pour les passionnés de sport extrême, avec un petit circuit pour permettre de faire quelques figures. BMX, skateboard, rollers… Les ados s’y sentiront comme de petits poissons dans l’eau. L’accès y est gratuit, moyennant le prix du ticket d’entrée, et tous ceux qui sont à l’intérieur peuvent profiter des animations sur place toute la journée.

Concerts. Mais au  Village de la Francophonie, la fête c’est surtout le soir. Hier, la scène a accueilli deux groupes de Toamasina, Zino et Joudas. Deux jeunes artistes qui évoluent dans le style r’n’b. Puis, à partir de 18h ce soir, le très populaire Mijah va certainement faire danser tout le monde à sa façon, avant de laisser la place à Goth. Demain, ce sera une soirée plus tranquille avec le folk de Darindra et le TGC en fin de soirée. «  C’est la fête tous les jours et nous essayons de rendre tout cela accessible à tous. D’ailleurs, on aimerait remercier tous les partenaires, ainsi que le Président de la République qui nous a beaucoup soutenu dans ce projet », s’expriment les organisateurs. La semaine ne fait que commencer, et l’affluence populaire va augmenter en crescendo jusqu’à la fin de la semaine.

AnjaraRasoanaivo

Tia Tanindranaza30 partages

Voninahitsy Jean EugèneNisitri-belona

Ahatadiavan’ny maro an’i Voninahitsy Jean Eugène filohan’ny antoko politika RPSD Vaovao ny nirotsahany hofidiana filoham-pirenena ny taona 2013, ary nanohanany an’i Hery Rajaonarimampianina tany amin’ny fihodinana faharoa. Namorona ny vondrona politika antsoina hoe :

“Soavaly be tongotra” 

Notsipihiny nazava tamin’izay fa tsy nisy ny didim-panjakana manokana manendry azy ho mpanolotsaina fa am-bava ny fanendrena, ka am-bava ihany koa ny fametraham-pialany. “Sarotra atoro i Hery Rajaonarimampianina ary efa hirodana io fanjakana io”, hoy izy tamin’izany. Mbola narahiny tamin’ny filazana fa tsy mety aminy ny miaraka amin’ny « soavaly be tongotra ». Rehefa nalefa teny anivon’ny HCC ny antontan-taratasy mirakitra ny fitsipahana sy fanonganan’ny solombavambahoaka ny Filoha, dia nanda izany ity andrim-panjakana ity, ka nitaky ny hitadiavana marimaritra iraisana tamin’ny alalan’ny fametrahana ny fifanarahan’andraikitra (Pacte de responsabilité) teo amin’ny Filoha sy ny Solombavambahoaka. Taorian’izay no tsy re feo intsony i Voninahitsy Jean Eugène izay azo lazaina ho nijabaka ihany noho ny fanapahan-kevitra sy ny teny nataony. Tahotry ny hanara-dia ireo mpanao politika nalefan’ity fitondrana ity efa eny Antanimora ny amin’izay mety ho valifaty politika avy amin’ny filoha sy ny ekipany sa antony hafa mihitsy no mampangina sy nampisitrika ka tsy ahitana popoka azy ?

Toky R.

 

Madaplus.info29 partages

Riz Plastique, comment le savoir?

Le phénomène étonnant qui vient de Chine, à propos du riz en plastique dont nous avons parlé hier serait facile à différencier des autres riz.
Ce riz en plastique n’arrive ni en Amérique ou en Europe mais a déjà commencé son entrée en Afrique en général et au Nigeria en particulier. En effet, il y a déjà des sacs de riz en plastiques ont été saisis à Lagos au Nigéria. Comme nous l’avons dit hier, ce riz en plastique n’est pas encore dans nos murs mais il est nécessaire de savoir comment va t- on le reconnaître.
Prenez un verre d’eau et jetez-y quelques graines de riz. Remuez, si votre riz est fait à base de plastique, cela remontera à la surface. Comme autre astuce, prenez une graine de riz et brulez- là. Si c’est un riz fait à base de plastique, vous le saurez grâce à l’odeur. De plus vous pouvez bouillir votre riz et le laissez 2 à 3 jours dans un récipient. Si au bout de 3 jours votre riz n’est pas collant avec de la moisissure, sachez que cela est un riz fait à base de plastique.Ces astuces sont très simples à essayer. Prenons soins de notre santé.
Midi Madagasikara29 partages

Bilan 2016 : Vers une relance économique tirée par les investissements

Les partenaires techniques et financiers ont exprimé leur volonté d’accompagner Madagascar dans le processus de développement et de décollage économique.

Madagascar figure toujours parmi les pays les plus pauvres. Les agrégats économiques sont encore très affectés par la longue crise de 2009, mais les perspectives sont enfin encourageantes, après la série de succès vis-à-vis de la communauté internationale.

Tout a changé, suite à la validation du Programme économique de Madagascar, en fin juillet 2016. Si rien de bon n’était visible à l’horizon, au début de cette année, ce n’est plus le cas aujourd’hui où les bailleurs de fonds et les investisseurs ont accordé leur confiance à Madagascar. « Les résultats du programme de référence mis en œuvre entre septembre 2015 et mars 2016 sont satisfaisants. Les Autorités malgaches et les services du FMI (Fonds monétaire international) sont arrivés à un accord de principe sur un programme économique valable jusqu’en fin 2019, ouvrant la voie à une croissance soutenue et inclusive ». C’est la déclaration faite par le chef de la délégation du FMI, Marshall Mills, le 8 juin dernier, lors de sa mission dans la Grande-île. En effet, ce Programme économique est financé par la Facilité élargie de crédit (FEC) à hauteur de 220 millions DTS, soit, plus de 992 milliards d’Ariary, pour la réalisation des réformes économiques. Ce Programme vise à atteindre un taux de croissance économique de 5% en 2019, contre 4,1% en 2016 ; et un taux d’inflation de 6% en 2019, contre 7,1% en 2016. Cela devrait se traduire par une amélioration nette du pouvoir d’achat. En outre, en 2019, les investissements publics représenteront 8% du PIB (Produit intérieur brut), contre 5,3% pour cette année.  Bref, le Programme économique prévoit de multiples objectifs à atteindre, et pour cette première année d’application, les résultats sont satisfaisants, d’après le Ministère des Finances et du Budget.

Dépenses sociaux. Certes, Madagascar n’a plus de difficulté à trouver des appuis extérieurs, après la FEC et la tenue du Sommet du COMESA et celui de la Francophonie à Antananarivo. La Conférence des Bailleurs et des Investisseurs (CBI) a d’ailleurs confirmé cette facilité d’obtenir des financements étrangers, avec les 10,2 milliards USD négociés par la délégation Malgache à Paris le 1er et le 2 décembre dernier. Selon le ministre des Finances et du Budget, Gervais Rakotoarimanana, le Gouvernement va allouer plus de fonds pour les dépenses sociaux, afin de renforcer la lutte contre la pauvreté. A noter que le Programme économique prévoit que les dépenses sociales prioritaires devront représenter 1,3% du PIB en 2019, contre un taux de 0,8% pour cette année 2016. Bref, pour le président Rajaonarimampianina, la croissance devrait bénéficier à tous.  Le Programme mis en œuvre vise, entre autres, à élargir les perspectives de croissance inclusive, axée sur la promotion des secteurs sociaux, telle que la santé, l’éducation, la protection sociale, etc. ainsi que le renforcement des infrastructures et le développement du secteur privé. Tout cela devrait conduire à un taux de croissance allant de 4,1% en 2016 à 4,5% en 2017, ensuite à 4,8% en 2018 pour arriver à 5% en 2019.

Antsa R.

Midi Madagasikara26 partages

Mahabo : Tovovavy 16 taona maty notifirin’ny dahalo

Tsy mionona amin’ny fandrobana ny omby intsony ny dahalo any amin’iny tapany atsimo iny ankehitriny, fa mandatsaka ny ain’ny tsy manan-tsiny. Ny alin’ny sabotsy lasa teo, tokony ho tamin’ny 8ora alina, dia tovovavy iray 16 taona izay mpianatra taona voalohan-dry masera no maty tsy tra-drano notifirin’ny dahalo teo amin’ny tendany. Teo ampiomanana hamonjy sasakalin’ny krismasy ity tovovavy ity sy ny fianakaviany no tonga tampoka ny dahalo 20 mahery nanafika tao an-tranony. Saika handositra ity tovovavy ity no notifirin’ny dahalo teo amin’ny tendany. Raha ny vaovao voaray dia, tokan-tranona mpampiantra iray ao Mahabibokely ao tampon-tanànan’i Mahabo no voatafika, ka lasan’ny malaso tamin’izany ny omby miisa 27 sy entana maro.

 Eric Manitrisa

Orange Madagascar25 partages

Ce que les Malgaches retiennent le plus de 2016

Malgré quelques notes positives avec le retour officiel de Madagascar sur la scène internationale après le Sommet de la Francophonie, la sortie de la compagnie aérienne nationale de la liste noire de l’Union européenne, et dernièrement le sacre de l’équipe malgache au Mondial de Pétanque, l’année 2016 est particulièrement lourde et morose pour les Malgaches, que ce soit sur le plan politique, économique ou social.

 

Une stabilité fragile

En obtenant la majorité écrasante au Sénat, le parti présidentiel devient en 2016 le maître absolu de la scène politique à Madagascar. Le régime Rajaonarimampianina change par ailleurs de Premier ministre. À peine nommé à la Primature, Olivier Mahafaly annonce un gouvernement de combat qui devrait se démarquer par ses actions en vue d’améliorer les conditions de vie de la population.  Le régime n’arrive cependant pas à asseoir complètement la  stabilité.

Le régime évoque plusieurs tentatives de déstabilisation en 2016. L’attentat de Mahamasina qui a fait 3 morts et  90 blessés lors de la célébration de la fête nationale marque toujours les esprits. Gouvernement et opposition se renvoient la balle sur l’affaire.

L’insécurité ambiante et la recrudescence des vindictes populaires marquent également l’année 2016. Pour le régime, il s’agit de manœuvres de ses adversaires politiques pour tenter de créer des troubles. La  psychose de projet de putsch contre le pouvoir gagne les sommets de l’État à bien des moments. Les camps militaires sont consignés et plusieurs personnalités politiques et dans le milieu des affaires sont dans le collimateur du pouvoir. Le mandat d’arrêt contre le sénateur MAPAR Lylison, et les perquisitions effectuées au domicile de ce dernier, et au domicile de l’opérateur économique Mamy Ravatomanga figurent parmi les faits les plus marquants. Le régime voit des connotations politiques à travers les différentes grèves syndicales, et les manifestations politiques sont muselées. Force est de constater à travers les nombreuses manifestations politiques ratées en 2016 que l’opposition et les partis anti-régime manquent de charisme et de stratégie pour faire face à l’offensive du régime.

Les principaux  partis et leur chef de fil respectif tentent malgré tout d’occuper le terrain. Marc Ravalomanana donne du fil à retordre au gouvernement avec les histoires de terrains (Magro Ankorondrano, Andohatapenaka), et la réouverture de ses sociétés, tandis que son franc-parler légendaire sur les affaires de la Nation importune jusque dans les hautes sphères de l’État. Didier Ratsiraka, lui, dénonce toujours le non-respect de la Constitution, et écorche le pouvoir qui d’après lui refuse l’aide qu’il propose. Les partis proches d’Andry Rajoelina demandent le départ de Hery Rajaonarimampianina et réclament ouvertement  une élection présidentielle anticipée.  Une réclamation que le pouvoir rejette, et que la Communauté internationale ne recommande pas,  pour le respect des principes démocratiques. Le Malagasy miara-miainga de Hajo Andrianainarivelo   se déclare officiellement opposant, mais n’a toujours pas de réponse claire de la part de la Haute Cour Constitutionnelle concernant le poste de vice-président de l’Assemblée nationale que la Constitution garantit à l’opposition.

 

Manque de dialogue

Le village de Soamahamanina défraie la chronique en étant pendant plusieurs semaines le théâtre d’affrontements entre  les forces de l’ordre et la population locale qui proteste contre un projet d’exploitation aurifère. Le projet est actuellement suspendu, mais la situation démontre un manque grave de communication et de dialogue entre l’État et la population, concernant des projets qui peuvent toucher la masse.

Le pouvoir est maintes fois épinglé par les membres de la société civile dont l’Observatoire de la vie publique (SEFAFI) et le mouvement Rohy sont les plus actifs. L’Église par le biais du FFKM et  la Conférence des Évêques ne manquent pas non plus de fustiger le régime. Ils dénoncent tous le déni de la réalité  et l’indifférence de l’Etat face aux problèmes humains, sociaux et économiques,  la non-application  de la loi,  l’insécurité, le manque de transparence dans la gouvernance et la corruption.

 

Recul de la démocratie

La Grande île se positionne en 2016 au 103è rang sur 167 pays dans le classement publié par The Economist Group sur la base de l’indice de démocratie. Elle accuse une régression de quatre places par rapport à l’année 2015.

Les journalistes, les professionnels des médias, et la société civile estiment que l'adoption très controversée du code de la communication médiatisée ne fera que favoriser les entraves à la liberté d’expression et d’opinion. Certaines dispositions du Code la communication sont considérées comme liberticides parce qu’elles remettent en cause toute possibilité d’investigation, et imposent une restriction sur les sources d’information.

 

Quid de la réconciliation nationale ?

En visite à Madagascar en mai 2016, Ban Ki Moon , Secrétaire général des Nations Unies à l’époque,  insiste sur la nécessité d’une stabilité politique, d’un dialogue inclusif et d’une élection pacifique. Le processus de réconciliation nationale devra être achevé, martèle-t-il. Mais le projet de loi sur la  réconciliation nationale lui-même, adopté massivement au Sénat et à l’Assemblée nationale est au cœur de la discorde. MAPAR et TIM y trouvent un calcul politique utilisé par l'exécutif pour mettre hors course Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana pour l’élection présidentielle en 2018. Comme les crises qui ont eu lieu à Madagascar sont presque toutes d’origine politique, la réconciliation nationale risque de diviser plus qu’elle ne fait l’unanimité.

 

Une économie qui cherche à se dynamiser davantage

Les institutions de Bretton Woods, la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) se montrent très optimistes quant à l’évolution de la situation économique et des perspectives pour Madagascar. La croissance du PIB devrait atteindre 4,1% en 2016. Un rythme plus rapide que la croissance démographique, souligne la Banque mondiale. Cette croissance devrait se poursuivre encore pour l’année 2017, selon les perspectives du FMI.

Mais pour mieux opérer,  les industriels souhaitent davantage de protection face à la libéralisation et demandent un cadre fiscal favorable aux investissements et aux réinvestissements. Le secteur privé revendique plus de mesures incitatives et des actions concrètes de la part de l'État pour rendre plus compétitive l'économie nationale, et pour faire face aux maux qui minent le secteur industriel. Les opérateurs économiques  souhaitent  également que l’Etat les consulte plus et ne verse pas dans l’unilatéralité concernant les grandes mesures touchant l’économie. En février 2016, le secteur privé rompt le dialogue avec l’État, en raison de l’application de « l’Advance Cargo Declaration » (ACD). Le dialogue reprend en mars, mais le secteur privé met toujours en garde contre des décisions antiéconomiques.

 

Le pouvoir d’achat s’effrite

La vérité des prix à la pompe s’applique en 2016.  De nombreuses hausses des prix du carburant qui ne manquent pas d’avoir des répercussions sur les prix sur le marché sont opérées tout au long de l’année. En janvier 2016, le gouvernement augmente de 7,5% le salaire des fonctionnaires, mais cette augmentation est vite absorbée par la hausse des prix des produits sur le marché. Le pouvoir d’achat s’effrite, et les ménages changent de préférence et de priorité  en matière de consommation. Ce qui conduit à un ralentissement des activités économiques  puisque les opérateurs économiques sont contraints d'ajuster à la baisse la quantité de biens et services offerts sur le marché.

 

Air Madagascar sort de l’annexe B

Le comité aérien de la sécurité européenne décide en juin 2016 de retirer Air Madagascar de l’annexe B de la liste des compagnies aériennes interdites de voler dans l’espace européen. La compagnie se repositionne sur le marché et poursuit son redressement. La sortie de l’annexe B devra profiter à l’économie nationale, et au développement du tourisme. Air Madagascar cherche actuellement son partenaire stratégique. Ce dernier va détenir  49% de son capital.

L’année 2016 n’est pas aussi mouvementée que 2015 pour Air Madagascar. Des manifestations  du personnel en soutien aux 4 agents leaders de la grève de 40 jours en 2015 réclamant leur réintégration au sein de la compagnie ont lieu, mais sans mettre Air Madagascar dans l’impasse.

 

L’éternel problème de délestage

Le délestage est toujours d’actualité en 2016. L’État n’est toujours pas venu à bout du problème depuis l’annonce des trois mois  par le Président en 2014 pour le régler.  Et pendant cela, l’économie continue à en pâtir. Les pertes s’accumulent pour les entreprises, surtout pour les petits métiers qui dépendent de l’électricité. Les opérateurs parlent d’un assassinat en règle. Au niveau des ménages, les désagréments se multiplient, et les crises d’humeur  se font ressentir de plus en plus, surtout quand arrivent les factures mensuelles. Une hausse des tarifs de la Jirama a d’ailleurs lieu cette année. Dans certaines localités, les mécontentements populaires virent à l’émeute, comme à Farafangana, en octobre,  où des individus incendient une partie des locaux de la Jirama.

Problèmes financiers, vétusté des infrastructures, changement climatique. Autant de raisons sont avancées pour justifier les coupures de courant. Des solutions sont annoncées, des promesses faites, mais le délestage est toujours là.

A l’approche des présidentielles de 2018, l’administration est soupçonnée de faire du délestage un outil de propagande politique.  En effet, si le délestage est résolu en 2017, ce sera un « zava-bita » qui non seulement va briller dans les résultats du régime, mais qui va aussi illuminer les visages des 14% d’abonnés de la Jirama,  et donner un peu d’éclat à l’économie.

 

Des paris réussis

Le régime essuie de nombreuses critiques,  mais réussit  à organiser les Sommets du COMESA et de la Francophonie à Madagascar. Certes, l’État n’obtient pas une véritable adhésion de la population quant à l’accueil au pays des deux rendez-vous internationaux, mais les deux évènements, surtout le Sommet de la Francophonie ; marquent officiellement le retour de la Grande île sur la scène internationale, après le retour à l’ordre constitutionnel. Le nombre de Chefs d’État et de gouvernement qui participe au rendez-vous n’est pas plus important que lors du Sommet de Dakar, le  Sommet de la Francophonie  demeure néanmoins un succès sur le plan diplomatique.

Les succès s’enchaînent vers la fin de l’année. La délégation malgache conduite par le Chef de l’État  arrive à empocher 10,6 milliards de promesses de financements et d’investissements à la Conférence des bailleurs et des investisseurs à Paris. Certains financements sont déjà concrétisés par des accords , avec des projets qui sont déjà en cours. Les 6,4 milliards USD des bailleurs traditionnels sont octroyés sous forme de dons ou d’emprunt à taux confessionnels, tandis que les promesses d’investissement de 3,2 milliards du secteur privé seront concrétisées dans les 3-4 prochaines années.

Grâce aux réformes de l’administration et des finances publiques  , le Fonds Monétaire internationale approuve en juillet 2016  un financement de 310 millions de dollars au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) en faveur de Madagascar et dont le décaissement se fera sur 40 mois. La FEC servira à renforcer la stabilité macroéconomique et promouvoir une croissance durable et inclusive à Madagascar.

Les bailleurs soulignent cependant que rien n’est encore entièrement acquis. Concrétiser les accords en des décaissements effectifs nécessite l’engagement des autorités malgaches surtout en matière de renforcement de la stabilité politique et macroéconomique, en matière de bonne gouvernance dans tous les domaines, et particulièrement dans la gestion des entreprises publiques d’utilité nationale. De véritables challenges qui s’imposent à l’État et qu’il devra réussir.

 

Champions du monde

En sport, la victoire à domicile de l’équipe malgache constituée par Christian Andrianiaina « Nanou », Herilanto Razafi­mahatratra, Tita Razakarisoa et Lova Rakotondrazafy  au Mondial de Pétanque en décembre porte Madagascar au toit du monde. Les Malgaches battent les Béninois en finale sur un score de 13 à 5 et sont sacrés champions du monde. Il s’agit d’un deuxième titre après celui de 1999 à la Réunion. 

 

 

L'express de Madagascar24 partages

Tennis-Masters Cup – Vahia et Sariaka s’imposent en U16

Vahia Rabarijaona et Sariaka Radilofe ont conclu leur année en beauté. Les deux ont dominé la catégorie des moins de seize ans, lors du dernier tournoi de l’année, à savoir le Masters Cup Junior.Sur la terre battue du CFM Anosy, ils ont respectivement disposé de Ny Itokiana Rasoanaivo (6/0, 6/2) et Miora Andrianan­toandro (6/4, 6/0) en finale, samedi. Dans les autres catégories, Fenosoa Rasendra et Sandy Rakotoarivelo ont été titrés chez les moins de quatorze ans. Et ce, après avoir battu Lanja Rakotozandriny (6/2, 6/2) et Imarina Rasoa­naivo (6/2, 6/1).Chez les U12, on a assisté à des rencontres disputées. Jhonny Rovanantenaina et Kiady Andrianaivo ont livré une âpre bataille en trois sets, remportée par le premier (6/2 3/6 6/2).Du côté des filles, Maholy a vaincu Miotisoa en deux manches serrées (7/5 6/4).

Les autres résultats

U8 F : Mirindra bat Fitia 4/1, 4/3U8 G : Mahery bat Mirija 4/1, 4/3U10 F: Miarana bat Mitia 5/2, 5/3U10 G : Rohy bat Ny Aina 0/5, 5/0, 5/0

H.L.R.

 

Midi Madagasikara24 partages

Fêtes de fin d’année : Baisse prévue des consommations des ménages

Les foules de clients dans les marchés avant Noël.

La consommation des ménages a connu un pic durant la période de veille de Noël, avec une proportion importante pour l’alimentation, l’habillement et les jouets, dont les magasins spécialisés réalisent une grande partie de leurs chiffres d’affaires annuelles, jusqu’à 35%, durant la période de fin d’année.

Si les produits alimentaires tels les charcuteries, les volailles, le chocolat et autres friandises, les gâteaux et les boissons, alcoolisées ou non sont les classiques des fêtes, les produits alimentaires auxquels la majorité des consommateurs sont moins habitués, ont tout de même été prisés par une clientèle aisée. Tel est le cas pour le caviar, assez difficile à trouver, mais quelques-unes des rares épiceries fines que compte la capitale ont pu en proposer. Quant au foie gras, dont le prix est assez élevé par rapport au pouvoir d’achat des consommateurs moyens, les stocks, assez conséquents, ont tout de même été pris d’assaut par les clients des grandes surfaces.

Livraisons ajournées. Les secteurs du hi-tech, du mobilier et de l’électroménager ont également réalisé d’excellentes ventes depuis la veille des fêtes. « Nous ne pouvions plus assurer les livraisons, alors que les clients qui achètent des appareils lourds et volumineux tels les réfrigérateurs, les canapés et autres salons complets, exigent la livraison de leurs achats avant Noël », confie un  responsable d’un magasin de mobiliers et d’appareils électroménager de la capitale. Suivant le principe du premier arrivé, premier servi, les grandes enseignes sont contraintes d’ajourner les livraisons des achats les plus récents et s’attendent à un même rythme de va-et-vient des camions livreurs dès mercredi.

Calme reprise. Depuis hier, lendemain de Noël, la reprise était assez calme. Nombre de magasins et boutiques ont choisi de s’accorder une journée de repos, mais s’attendent à une nouvelle hausse des fréquentations des clients à partir de demain, J-4 du nouvel An. Mais en comparant les situations en période de fin d’année, d’une année à une autre, les professionnels du commerce constatent une diminution des ventes durant la semaine avant le nouvel An par rapport à Noël. Les recettes sont, certes, plus importantes qu’en périodes ordinaires, mais sont légèrement en baisse. Pour les derniers jours de l’année, les vendeurs d’appareils de sonorisation, de téléviseurs et autres appareils du même genre, sont généralement les seuls qui enregistrent des ventes similaires ou supérieures à celles de Noël. Pour le confirmer ou l’infirmer, les commerçants seront fixés bien assez tôt !

Hanitra R.

Midi Madagasikara24 partages

Lalam-baovao Ankasina : Vato malao nisakan-dalana, fiara roa no tratra

Fisetrasetrana tsotr’izao sa fanakan-dalana ataon’olon-dratsy ? Ny alin’ny krismasy sy ny alahady alina lasa teo, nisy nametraka vato malao teny amin’ny arabe, tamin’iny lalam-baovao eny Ankasina iny. Noho iny faritra iny somary maizimaizina rahateo dia tsy tazana mihitsy ireto vato ireto raha tsy efa tena akaiky. Araka ny filazan’ireo teny an-toerana dia efa fiara roa no tratran’ireto vatobe ireto. Somary nandeha mora izy ireo ka afaka nitsoaka ihany fa tsy tafajanona tsy akory, eny fa na dia nahitana fahasimbana aza ny lohan’ireo fiara ireo. Ny filazan’ireo efa mpampiasa iny lalana iny moa dia somary faritra mena amin’ny resaka fanendahana sy fanafihana iny lalana iny. Tsy afa-bela amin’izany ireo sendra tratra alina eny amin’iny toerana, na io mandeha tongotra na io mandalo anaty fiara. Na ny atoandro aza moa dia maro ireo mody mangataka kanefa sady manendaka ihany. Tsy iray tsy roa, fa efa maro ireo mpitondra fiara no mitaraina ny amin’iny lalana iny. Heverin’ny maro fa mety ho karazana sakana ataon’ireo olon-dratsy ireto vato malao napetraka eny am-povoan’arabe ireny, mba ahafahan’izy ireo mandroba izay sendra tafajanona. Andro nahabe olona, tsy maintsy mandeha sy tratra alina rahateo ny sabotsy sy alahady teo, ka nanaraoraotra izy ireo. Eny fa na dia efa maro dia maro ihany aza ny mpitandro filaminana naparitaka sy nanao fisafoana. Saingy, tsy lany hevitra foana izy ireo, hanaovana ny asa ratsiny, hoy ny besinimaro. Manaporofo izany ity tranga ity.

m.L

Tia Tanindranaza23 partages

Zavakanto MalagasyTaona mainty ny 2016

Taona maloka ho an’ny sehatry ny zavakanto ity taona 2016 hivalona afaka andro vitsy ity. Tsy mamoha fotamandry fa maromaro ihany ireo mpanakanto nodimandry tamin’ity taona ity.

Toky R.

 

Midi Madagasikara23 partages

Savate Boxe Française : Rivo Louis candidat à la présidence

A la veille de la fin de la saison, nombreuses fédérations passent au renouvellement du comité directeur. La Fédération  malgache de savate boxe française va organiser son assemblée générale élective demain 28 décembre à Andoharanofotsy.  Campa Amédée Rivo Louis est l’un des candidats à la présidence de cette fédération. Une personne qui n’est pas nouvelle dans la discipline car c’était un pratiquant au sein du club d’Ivato. Mais avec les études et les occupations, il a mis entre parenthèse son parcours en tant que combattant. Actuellement, après la sollicitation de ses pairs, il s’est porté candidat à la tête de la fédération pour apporter sa part de contribution dans la promotion et le développement de la SBF. Rivo Louis veut redorer le blason de cette discipline qui a fait parler la Grande Ile sur la scène à travers les titres mondiaux.  » Nous allons continuer les actions que les anciens présidents ont entrepris. D’ailleurs de mes projets consiste à mettre en place un centre pour la fédération. Nous allons essayer d’exposer les photos des anciennes gloires de la discipline à l’aéroport d’Ivato », a-t-il expliqué. Tous les projets seront menés à terme surtout la promotion de la discipline au sein des ligues régionales. La relation avec les îles voisines et la fédération internationale seront renforcées. Autant de défis qu’il compte réaliser. T.H

Midi Madagasikara23 partages

LMA : Le centre de documentation et d’information réhabilitée

La coupe du ruban officialisant l’inauguration du centre de documentation et d’information du Lycée Moderne Ampefiloha.

Responsabilité de tout un chacun, l’éducation requiert une attention particulière en ces temps où l’on déplore une baisse considérable du niveau, aussi bien scolaire que du savoir-être. Une situation qui touche la plupart des malgaches et dont l’une des premières causes serait l’insuffisance d’infrastructures où puiser les savoirs. La réhabilitation du centre de documentation et d’information du Lycée Moderne Ampefiloha (LMA)par la société Vivo Energy, en partenariat avec le ministère de l’Education Nationale tenterait de pallier à ladite situation. Une initiative qui entre dans le cadre de la politique de responsabilité sociétale de la société et dont l’objectif principal est « l’amélioration de la qualité de l’enseignement à Madagascar à travers des dons de matériels et la mise en place d’un environnement éducatif adapté dans les écoles ». Et qui ferait également « partie du grand éventail de programmes éducatifs »initiés par la société. Ces derniers devant « améliorer l’apprentissage »pour avoir « des bons résultats scolaires ».Il est à noter que le Lycée ModerneAmpefiloha a également reçu un autre don de trois ordinateurs lors de cette journée. En tout cas, l’action a fait la fierté du Directeur Général de Vivo Energy, Kader Maiga. « Nous sommes fiers de ce partenariat car, en contribuant à l’éducation, nous contribuons à l’avenir de nos jeunes » a-t-il lancé.

José Belalahy

Tia Tanindranaza20 partages

Pr Tsiavaliky CélestinAtahoran’ny Frantsay ny Malagasy any Atsimo

Ny mpanjanaka antsika no nampiditra olana mikasika ny resaka omby teto Madagasikara tamin’ny alalan’ny fivoizana fa ny

Mirija

Midi Madagasikara20 partages

Basket – Championnat national 3×3 : 20 équipes attendues dans la capitale

Qui succèdera à l’équipe de l’ASCB de Boeny. (Photo Archives)

ASCB de Boeny remet son titre en jeu à la deuxième édition du Championnat national 3×3 les 28 et 29 janvier à Mahamasina.

Après la tenue de la première édition en début d’année, la Fédération malgache de basket-ball décide de relancer le championnat national 3×3 Open intitulé « Asio Telo any e ! ». C’est la compétition d’ouverture de saison  prévue se dérouler les 28 au 29 janvier 2017 au Gymnase Couvert et sur les terrains extérieurs de Mahamasina. Ce tournoi s’inscrit dans la politique de la fédération de promouvoir cette discipline de spectacle et selon aussi les recommandations de la FIBA. « Plus les compétitions officielles sont nombreuses, plus nous aurons un bon point sur la plateforme de la FIBA. Ainsi, les joueurs sont incités à s’inscrire sur le site planète.3.com » a expliqué Pascal Rasaony, délégué au sein de la FIBA 3×3.

Phases préliminaires. Dans un mois, 20 équipes issues des ligues régionales se partageront leurs joutes à Antananarivo. Cette année, la formation de l’ASCB de Boeny formée par Orlando Rahajaniaina dit Bila, Livio Rocheto, Ahmed, Elly Randriamampionina a remporté le titre et cette équipe majungaise ne compte pas faire de la figuration en janvier. Et les délégués au sein du FIBA 3×3 ont décidé aussi de garder la formule de la 1re édition. Les joueurs licenciés ou non peuvent prendre part à la compétition. Le sommet national est réservé uniquement pour la catégorie des plus de 18 ans. Toutes les ligues régionales devront organiser les phases préliminaires. Analamanga aura droit à dix équipes pour la phase finale et les dix autres en provenance des autres ligues régionales. Seules les 10 ligues qui enverront le nom de leur équipe seront qualifiées pour cette joute nationale. Comme en janvier dernier, le spectacle sera au rendez-vous et les acharnements seront intenses.

T.H

Midi Madagasikara19 partages

Mahafaly Olivier : Vacances à Sainte-Marie

Les membres du gouvernement disposent de 10 jours de vacances. A cet effet, le Premier ministre Mahafaly Olivier Solonandrasana a choisi la destination Sainte Marie pour se détendre. Les autres membres du gouvernement ont préféré passer leurs vacances sous d’autres cieux et pour certains, ils ont tout simplement rallié leur région natale. Des consignes ont été toutefois posées, ils devraient être joignables par téléphone. Notons que leur présence est également indispensable pour le conseil de gouvernement du mardi 3 janvier et le jour suivant pour le conseil des ministres.     

Dominique R.

Midi Madagasikara19 partages

Ivato Aéroport : Rangahy hita faty

Mbola tsy tapitra akory ny tontolo andron’ny noely dia fatin’olona iray sahady no nitsirara hitan’ny mponina teny amin’ny Kaominina Ivato Aéroport  faritra faha efatra, tranga izay tsy dia fahita matetika raha Ivato no asiana resaka.  Tamin’ny roa ora sy dimy ambin’ny roapolo minitra hariva dia rangahy iray mananika ny  faha 39 taonany no hita faty ny alahady lasa teo. Araka  ny fahitana ny razana dia noho ny toaka no  nitarika izao fahafatesana izao. Nentin’ny hamamoana be loatra ity rangahy iray ity ka tsy nahatsiaro  intsony izay hampiditra sakafo ao am-bava. Vao nahare ity vaovao ratsy ity ny avy ao amin’ny zandarimariam-pirenena any an-toerana dia nidina avy hatrany nijery ny zava-misy.  Tsy ny zandary ihany anefa no tonga nitsirika fa narahina mpitsabo ihany  koa nanampy tamin’ny fizahana sy ny famotorana. Taorinan’izany dia voamarina tokoa ary fa ny toaka be loatra nosotroina no nahafaty an’ilay rangahy.

Kanto R(Stagiaire)

Midi Madagasikara18 partages

MEN- Recrutement Maître Fram : Un faux DRH arrêté

Récemment, le ministère de l’Education Nationale a confirmé le recrutement d’une centaine de maîtres FRAM pour être des fonctionnaires de l’Etat.  Certains essaient, ainsi, d’en tirer profit et se proposent d’accélérer le dossier contre de l’argent.  Vendredi dernier, un jeune enseignant chercheur et aussi docteur  âgé de  28 ans qui s’était fait passer pour un Directeur du Ressources Humaines (DRH) au sein du ministère de l’Education Nationale, a été appréhendé par la brigade Criminelle BC5 Anosy à Ambohitrimanjaka. Un fonctionnaire du même quartier qui était venu traiter un dossier au  ministère à Anosy, s’est  étonné de voir  l’ancien DRH toujours à son poste alors que  l’autre individu s’affichait déjà publiquement en tant que  nouveau DRH responsable du recrutement des fonctionnaires. Le vrai DRH, informé de cette usurpation de fonction, a tout de suite  porté plainte à la police et l’a alerté sur l’existence de cet escroc. Ainsi fut fait, la police a établi une stratégie afin de l’arrêter dans les plus brefs délais.

Pris en flagrant délit. Au moment de l’arrestation, il était encore en train d’extorquer de l’argent à un autre maître Fram. En  outre, des dossiers en cours, des faux cachets, des faux badges ont été retrouvés à  son domicile. Selon ses dires pendant l’enquête effectuée par la police, il lui suffisait juste de montrer son badge et le tour était joué. Les intéressés  se précipitaient alors  pour préparer le dossier nécessaire avec les frais d’une valeur de 150.000ar à 200.000ar, un montant que l’escroc lui même imposait. Le nombre de personnes  victimes de son escroquerie  ne peut être estimé puisqu’ il a exercé ses malversations depuis longtemps. Il a été déféré hier au parquet d’Anosy.           

Kanto R(Stagiaire)

Midi Madagasikara18 partages

Taxi-phone : Voaroba ny vola sy « crédit » rehefa voatsatoka antsy

Telo lahy nitondra zava-maranitra no nanindrona antsy avy hatrany ilay vehivavy nitazona « taxi-phone » teo Androva-Mahajanga. Very tao anatin’izany ny vola mitentina iray tapitrisa ariary sy ny karatra misy fahana marobe izay namidy. Mitentina 600.000 ariary ny vidin’izany, raha araka ny fanamarihan’ilay ramatoa. Soa fa mba nisy finday tsy azon’ireo olon-dratsy. Izany no nahafahan’ilay ramatoa, izay efa naratra voatsatok’antsy, nampandre ny zandary. Voaatsony tsara ny « ligne verte » 119 izay nidina an-tsehatra avy hatrany rehefa nahazo ny antso fanairana.  Nifanena an-dàlana tamin’ny zandary ireo mpanao ratsy . Raikitra ny fifanenjehana ary voasambotra ny tovolahy iray 19 taona raha tafaporitsaka kosa ireo namany roa hafa izay mbola ifampitadiavan’ny zandary hatramin’ny omaly. Mbola maro ny olona tsy manana fahazarana ny miantso avy hatrany ireny « ligne verte » an’ny mpitandro ny filaminana ireny rehefa mahita zavatra na hiharan’ny tsy fandriam-pahalemana. Sady tsy andoavam-bola no miantefa avy hatrany any amin’ny sampana afaka mandrindra ny olon’ny mpitandro ny filaminana izay efa mandehandeha eny amin’ny toerana maro, raha ny tokony ho izy ny firindran’izany. Mbola mila ezaka anefa ny eto amintsika satria indraindray dia maro koa ny mitaraina, ho an’ireo izay mahalala, fa elabe na tsy misy mandray mihitsy aza ny « ligne verte ». Ny roa tonta mihitsy izany no mila samy miezaka satria manamora ny fifandraisan’ny olon-tsotra amin’ny mpitandro ny filaminana (matetika hanaovana atrikasa maro ny hiverenan’ny fifampitokisana eo amin’ireo sehatra roa ireo), ary ny fampiasana ny ireny zotram-pifandraisana tsy andoavam-bola ireny dia isan’ny tokony hamafisina raha tiana ho tonga amin’izany tanjona izany.

D.R

Midi Madagasikara18 partages

Antohomadinika centre : La borne-fontaine réhabilitée et prête à être utilisée par les 6 000 habitants

Outre les problèmes liés à la coupure d’eau, qui peuvent durer entre une heure ou deux, le quartier d’Antohomadinika Centre souffre également d’un manque d’infrastructure sanitaire comme les bornes-fontaines ou encore les toilettes publiques. Pour les premières, il n’en existerait en effet que six. Et ce, pour une superficie d’environ dix hectares répartis en cinq secteurs.Un nombre insuffisant par rapport aux 6000 habitantsd’après Théodore Andrianjakarivelo, président dudit quartier. La réhabilitation, après environ dix anx de construction, d’une des six bornes-fontaines par le groupe Métropole Pharmacie tombe dans ce cas à point nommé. Effectuée à la suite d’une enquête menée auprès de la commune urbaine d’Antananarivo sur les quartiers qui auraient le plus besoin d’infrastructure en eau, cette initiative vise essentiellement à doter ces habitants d’un environnement propice à la santé. Car d’après le Docteur VololonaRabetsaroana, Directeur Général de la Pharmacie Métropole, « il est triste qu’à l’époque où nous vivons, l’eau potable ne soit pas encore accessible à certaines personnes. Cette infrastructure résout dans ce cas l’un des problèmes des habitants d’Antohomadinika Centre ». Un message relayé par le président du quartier selon lequel « la réhabilitation ne peut qu’être bénéfique sachant que l’eau est source de santé et de vie ».

José Belalahy

Midi Madagasikara17 partages

« Tanteraka ny Nofiko » d’Airtel : Encore des heureux gagnants

Les 8 heureux gagnants.

De jolis cadeaux de Noël pour les heureux gagnants de la promotion « Tanteraka ny nofiko » d’Airtel Madagascar. Ils sont 8 à avoir gagné des lots lors du tirage hebdomadaire qui a eu lieu vendredi dernier au Shop Airtel Ankorondrano.

 Ranaivo Casimir a reçu le gros lot pour cette phase de jeu. Il s’agit, en l’occurrence d’un scooter. Le deuxième lot, un écran plat de 40 pouces a été attribué à Rasoaherisolo Isabelle de Fianarantsoa. Les autres gagnants ont empoché des chèques en Airtel Money, des téléphones et pleins d’autres cadeaux.

 «Le jeu poursuit son cours. « Tanteraka ny nofiko » a fait des heureux gagnants durant les fêtes de Noël mais nous réservons encore le meilleur pour la fin. » a notamment déclaré Mohamadou konkobo, Directeur Marketing d’Airtel Madagascar

Les prochains tirages réservent encore pleins de surprise avec des lots de plus en plus importants. Le Jeu se poursuit jusqu’au 15 janvier, avec comme gros lot final, un Sprinter. Les abonnés Airtel peuvent encore continuer de jouer et tenter leur chance pour essayer de remporter le gros lot.

Pour participer, l’abonné Airtel doit réaliser une consommation minimum de 3 000 Ar ou plus par semaine en appel, sms, connexion internet, utilisation des services VAS, ou en transactions Airtel Money facturées. Pour tous les clients qui achèteront un téléphone dans les Shop Airtel, ils recevront automatiquement 10 tickets de participation au tirage au sort.

R.Edmond

Midi Madagasikara17 partages

Hip hop : Farah marque son retour par un featuring avec Mr Sayda!

Farah, un nom qui n’est aucunement inconnu dans le milieu du rap. Dans les années 90, elle figurait en effet parmi les rappeuses les plus en vue et les plus respectées de sa génération. Elle faisait partie du « zazavavin-drap », avec d’autres têtes bien connues comme Bambs ou encore Bug. Il y a quelques années cependant, elle s’était effacée complètement. En d’autres termes, la jeune femme a pris une pause, pour entièrement se consacrer à sa vie personnelle. La place est restée vide. Aujourd’hui, elle décide de reprendre les  choses là où elle les a laissées. Bien qu’elle se soit momentanément retirée de la scène, Farah n’a pourtant jamais cessé d’écrire, en coulisses. Elle a même dévoilé, il y a des mois, avoir beaucoup de titres en stock mais attend seulement le bon moment pour revenir. Il semblerait que le moment soit enfin venu. Farah vient en effet de sortir un nouveau titre « tsy misy resy tsy miady ». Un titre à découvrir sur youtube !Mahetsaka

Midi Madagasikara16 partages

Baolai : La promotion continue jusqu’au 15 janvier 2017

Les Téléviseurs Changhong sont très appréciés par les utilisateurs.

La promotion de fin d’année se poursuit dans les différents magasins Baolai. Au grand bonheur des acheteurs qui y trouvent les meilleurs produits au meilleur prix. Les téléviseurs écran plat de grande marque chinoise comme Changhong, Skyworth et Hisense sont très appréciés en raison de leur originalité et de leur endurance. La garantie d’un an et le service après vente répondant aux normes en vigueur est un atout majeur chez Baolai qui propose par ailleurs d’autres produits de qualité comme les réfrigérateurs Hisense, les ampli-baffles Jeyoo, les lecteurs DIVX So Good, ou encore les panneaux solaires Baolilai. Des produits qui font tous, la satisfaction des utilisateurs.

R.Edmond

News Mada15 partages

Vœux de noël : les évêques insistent sur la lutte contre la corruption

Une fois de plus, la Conférence des évêques de Madagascar (Cem) s’exprime sur la situation malgache. A travers leur message à la Nation, les évêques insistent sur la lutte contre la corruption.

Comme chaque année, particulièrement lors de la fête de la Nativité et du nouvel An, la Cem adresse ses vœux à la population. Un message qui résume  habituellement la situation qui prévaut au pays. Cette fois, les évêques ont voulu insister sur la lutte contre la corruption. «Il faut faire en sorte que chacun se rende compte de la réalité de la situation», a indiqué le président de la Cem, Mgr Désiré Tsarahazana, dimanche dernier. Il a évoqué l’insécurité, les feux de brousse mais surtout la corruption. «Autant de maux qu’il faudra éradiquer», a-t-il soutenu. Un message qu’il a voulu adresser à la population à l’occasion de  la fête de Noël qui, d’après lui, devrait refléter la générosité de chacun.

Comme l’ont indiqué les évêques dans leur récent communiqué, «Madagascar est en pénurie d’hommes intègres». Des propos qui taclent surtout les dirigeants qui ne semblent vouloir faire aucun effort pour renverser la situation. «Les richesses naturelles sont galvaudées : exploitation illicite de bois de rose, de l’or et des pierres précieuses», ont-ils fait savoir dans leur communiqué du mois d’avril dernier.

Inaction

Dans tous les cas, la lutte contre la corruption devrait être réellement palpable à compter de l’année prochaine, notamment après la promulgation de la loi récemment adoptée par les députés. Un point que le Bureau indépendant anti-corruption (Bianco), le premier concerné, n’a pas manqué de rappeler en publiant le texte tout en mettant en exergue certains points marquants, entre autres l’obligation de déclaration de patrimoine qui devrait être effectuée avant la fin de cette année.

Pour l’heure, la Cem déplore le manque d’action dans le pays. «La majorité des Malgaches se contentent d’accepter la situation», a-t-il fait savoir en citant les exemples des pauvres et des sans abris «qui sont exploités sous toutes les formes», les orphelins et les malades.

Rakoto

 

Midi Madagasikara14 partages

Karaté : Avant Tokyo, penser Argentine

Les Jeux Olympiques de 2020 de Tokyo seront la première occasion pour le karaté de s’aligner en compétition en tant que sport olympique pour toutes les catégories. Mais auparavant, les jeux olympiques de la jeunesse d’Argentine attendent les jeunes karatékas.

55 sports olympiques sont au programme de Tokyo 2020. Avec l’escalade, le skateboard, le surf et le baseball-softball, le karaté fera son entrée à cette rencontre olympique. Ces disciplines ont été choisies car elles touchent entre autres une plus grande audience tournée vers la jeunesse et font aussi le spectacle. Mais auparavant, les jeux olympiques de la Jeunesse auront lieu à Buenos Aires en Argentine du 1er au 12 octobre 2018. Ils regrouperont les combattants du monde entier de 15 à 18 ans. Ce sera une sorte de galop d’essai pour la fédération internationale.

Mais d’ici là, il s’agit de définir les critères de sélection des J.O. de Tokyo. Il se peut qu’à partir de 2017, les grandes compétitions internationales de karaté servent de décompte de points et à nos combattants d’être présents au plus haut niveau. Ainsi déjà, le topurnoin de Paris aura lieu du 27 au 29 janvier prochain. D’autres sommets comme ceux de Rotterdam (Pays Bas) du 17 au 19 mars, de Dubaï (Emirats Arabes Unis) du 31 mars au 2 avril, de Rabat (Maroc) du 14 au 16 avril et de Leipzig (Allemagne) du 8 au 10 septembre seront très attendus pour évaluer les meilleurs. Déjà les catégories de poids sont définies : -50 kg, -55 kg, -61 kg, -68 kg et +68 kg pour les femmes et -60 kg, -67 kg, -75 kg, -84 kg et +84 kg pour les hommes. En kata, le choix du karatéka portera parmi les 75 katas définis par la FMK. Et lors des tournois, les katas exécutés pour chaque match doivent être différents, de la première rencontre à la finale.

Anny Andrianaivonirina

Midi Madagasikara13 partages

Une patience qui a des limites

« Dur, très dur ! ». Voilà les mots que les consommateurs utilisent depuis vendredi dernier pour rendre compte du calvaire qu’ils endurent. Ils ne se donnent même plus la peine de vouer aux gémonies cette Jirama qui ne répond pas à leurs attentes. Les difficultés qu’elle rencontre sont bel et bien là, mais la moindre des choses est de tout faire pour en limiter les conséquences.

Une patience qui a des limites

Nous avions dans une de nos précédentes visions affirmé qu’il ne fallait pas jeter la pierre aux responsables de la Jirama qui étaient pris entre le marteau et l’enclume. La longue interview du Premier ministre sur TV Plus avait été suivie le lendemain d’une interruption des délestages et puis, il a fallu déchanter trois jours après, avec une intensification des coupures d’électricité et des coupures d’eau. De nombreux quartiers de Tana ont dû subir ce fléau sans broncher. Les habitants d’Itaosy, d’Anjahanary et d’Analamahitsy ont passé Noël sans électricité et sans eau. Le summum a été atteint hier où toute la capitale a été atteinte. Les usagers, bien qu’étant en colère, ont dû se résigner après avoir essayé d’avoir des explications auprès de responsables qui se sont mis aux abonnés absents. Nous avons quand même réussi à obtenir des renseignements auprès de la direction de la jirama qui a fait porter la responsabilité de ces coupures à la logistique pétrolière qui n’a pas permis aux camions de la société de se ravitailler en carburant. Et que tout devait rentrer dans l’ordre au moment où nous écrivions cette vision (hier soir). Ce matin, les usagers devraient donc voir la fin de leur calvaire. Plût au ciel que ce soit vrai ! Car les Malgaches sont durs à la souffrance et ils peuvent supporter en silence les maux qu’ils endurent. Mais leur patience a des limites et quand on les mène en bateau longtemps, ils risquent de sortir de leurs gonds. Cela peut être dangereux. Alors à bon entendeur, salut !

Patrice RABE

Midi Madagasikara13 partages

Manga mania festival : Zoom sur la culture asiatique

Un concours « Cosplay » est prévu au programme.

Pendant trois jours successifs, les amoureux de culture chinoise, japonaise et coréenne vont être comblés. Du 28 au 30 décembre, le Gymnase couvert Ankorondrano accueillera la 5e édition du manga mania festival.

Direction le pays du Soleil levant pour un voyage en plein cœur de la culture asiatique ! Pendant trois jours successifs, le zoom sera mis sur la culture japonaise, coréenne et chinoise au plus grand salon de l’animé et du jeu vidéo à Madagascar. A partir de ce 28 décembre, le manga mania festival va en effet investir le Gymnase couvert Ankorondrano. Autrement dit, une cinquantaine de stands sur une superficie de 1500 m2 munie d’une scène de 48 m2. Une excellente nouvelle qui devrait ravir les amoureux de manga qui pourront se retrouver et partager leur passion commune pour la culture asiatique. D’ailleurs, plusieurs améliorations ont été apportées à la programmation pour cette 5e édition afin que les visiteurs s’imprègnent complètement.

Jeux. Ce qui a d’abord rendu la culture manga populaire ? Ce sont avant tout les divers jeux et dessins animés. Il est donc légitime d’assister, pendant ces trois jours de manifestation, à des tournois de jeu vidéo dont la finale se tiendra sur écran géant version e-sport, une démonstration d’arts martiaux divers, des concours « Cosplay », « live J-rock et dance, cover » avec effet spéciaux divers (lance-flamme, diffuseur de fumée, bulle et jeu de lumière…), jeux vidéo sur PS3 et Xbox 360, 3 just dance sur Xbox 360 avec kinnect, dota, simulateur de conduite, duel yugi-oh et guitar hero avec accessoires… Projections manga et drama, ateliers, démonstrations d’arts martiaux, quizz manga, flashmob, pièce théâtrale seront aussi au menu. Les addicts de « shooting » ne seront pas en reste. Séances photo avec des robes gothiques et « cosplay » sont également prévues au programme. Les fins gourmets ne seront pas déçus. Les papilles vont être en fête. Sur place, les visiteurs pourront retrouver un espace gourmandise avec « candy bar kawai, ishiraku ramen », un « sushi bar » et où ils pourront savourer plusieurs autres spécialités japonaises, à des prix, selon les organisateurs, « à la portée de tous ». La culture asiatique dans toute sa splendeur, c’est donc au Gymnase couvert Ankorondrano du 28 au 30 décembre. Avis à tous les amateurs !Mahetsaka

Midi Madagasikara12 partages

MDN : Noël convivial

Les militaires ont choisi de fêter leur Noël, hier, au sein de leur siège. Cette fête est un moment de partage et d’empathie d’où le thème choisi : « Krismasy Fiaraha-mientana ». Et la journée du 23 décembre a été l’occasion pour le ministre et sa conjointe d’exprimer aux militaires et leurs familles leurs vifs remerciements pour leur dévouement à servir le pays ainsi que leurs vœux pour Noël et pour la Nouvelle année. Après le culte d’action de grâce et  le discours du Ministre, les enfants ont tenu à exprimer leur joie dans un récital avant de finir par  la distribution des présents pour la famille des militaires mais surtout pour les petits enfants. Des jouets qui vont illuminer leur visage particulièrement en cette fête qui leur est dédiée.

Bilan. Le Ministre a également fait un rappel sur les accomplissements de l’année. Il a fait part du fait que, pour 2016, le ministère de la Défense s’est surtout concentré sur la rénovation de ses infrastructures comme le Centre Hospitalier de Soavinandriana ou encore l’usine militaire qui abrite la cartoucherie située à Moramanga. Il a également parlé des interventions contre l’insécurité dans les régions, il vise à affluer dans 17 régions d’ici la fin de l’année et des aides fournies par les différents pays partenaires comme la Chine, la France ainsi que les Etats-Unis d’Amérique. Et pour finir, il a ajouté que la lutte contre l’insécurité à Madagascar ne repose pas seulement sur les Ministères qui sont en charge ou encore sur l’Etat mais également sur tous les citoyens malgaches parce que les brigands sont issus de familles malgaches donc il faut qu’ils interviennent pareillement dans l’éducation.

Rova R.

Midi Madagasikara12 partages

Tapatapany

# Mahabo. Zaza iray maty voatifitry ny dahalo teo amin’ny lamosiny. Saika mba hitsoaka hanavotra ny ainy io zaza io rehefa nahita ireo dahalo nanao andiany nandroba tao amin’ny tananany, ao amin’ny fokontany Ambalanangozy, saingy tsy nananan’ireo olon-dratsy hantra. Nifandrimbona ny mpitnadro ny filaminana tao an-toerana nanao ny fanarahan-dia ka ny omby no tafaverina amin’ny ampahany fa mbola ifampitadiavana kosa ireo dahalo izay tamin’ny tatitra farany dia efa tafatsoaka mihoatry ny 50 km miala ilay toerana nanafihany.

# Vadin’ny mpiambina ny lycée maty voatifitra. Tao Ankazoabo-Sud, ny sabotsy alina tokony ho tamin’ny 11ora sy sasany alina no tonga tao an-tranon’ny vadin’ny mpiambina ny lycée ao an-toerana ny telo lahy mitam-basy. Nitifitra tsy nihambahamba. Maty tsy tsa-drano ilay ramatoa, 29 taona.

Midi Madagasikara10 partages

Région Menabe : Bientôt un projet « Pool de compétences »

Le Comité Régional du Développement (CRD) du Menabe est une plateforme de concertation qui a été créé en 1996. Pour mieux répondre aux attentes et exigences, le CRD se fixe pour l’année 2O17, de mettre en place en son sein, un projet intitulé « Pool de compétences ».

Comme l’a expliqué Gion Cabalzar, membre fondateur du CRD-Menabe, le projet « pool de compétences » est l’expression des expériences et réflexions faites par des activistes de la plateforme, tout au long de l’année 2016. Le projet vise à augmenter la force de frappe du CRD-Menabe en tant que « pool de compétences » avec la création d’un « Espace CRD », comme centre d’un réseautage qui sera appelé à faciliter la mise en place de différents réseaux de connaissance et/ou réseaux du savoir dans le Menabe.

Ce réseautage devra permettre de renforcer les compétences de tous ses membres actifs, aussi bien dans différents secteurs ou thèmes que sur le plan méthodologique, en ce qui concerne le métier du développeur proprement dit : maîtrise de l’ensemble du cycle de gestion de projet et du management du projet. De ce fait, de rendre ces services de plus en plus professionnels.

Le projet « pool de compétences » sera financé entièrement par le programme Matoy à travers la location d’un immeuble, l’achat de divers matériels dont des ordinateurs, une imprimante multifonctions, etc. Le projet débute ce mois de décembre 2016, pour prendre fin à la même période en 2017. Le coordonnateur régional du programme Matoy-Menabe financé par la coopération suisse, Raobelison Fidy Denis quant à lui a souhaité plein de succès au CRD-Menabe et lui est reconnaissant.

CHAN-MOUIE Jean Anastase

L'express de Madagascar9 partages

Présentation de vœux – Quelle entourloupe pour 2017 ?

Quoi de neuf   C’est la question qui pourrait se poser sur ce que contiendrait le discours de présentation de vœux de Hery Rajaonari­mampianina, président de la République.Si rien ne vient chambouler le planning présidentiel, la cérémonie de présen­tation de vœux du corps constitué et du corps diplomatique au couple présidentiel se tiendra le 6 janvier, au palais d’État d’Iavoloha. L’occasion pour le chef de l’État de prononcer sa première allocution officielle de l’année, qui cette fois-ci devrait se faire devant un parterre de mille trois-cents invités, et diffusée en direct sur les médias publics nationaux.Devant donner le ton des actions étatiques durant toute l’année, le discours de présentation de vœux du président de la République est systématiquement attendu par l’ensemble de l’opinion. Étant donné qu’Hery Rajaonarimampianina a pratiquement fait un Mada-raid durant cette année 2016, certains angles de son allocution, en janvier, pourraient être lisibles d’avance. Engagement de projets structurants, orientation dans l’énergie renouvelable, ou encore, la confiance regagnée de la communauté internationale, particulièrement des bailleurs de fonds, devraient être soulignés par le chef de l’État.Ces sujets ont été les principaux axes des allocutions présidentielles durant ses multiples descentes sur terrain, cette année. Il est probable que le locataire d’Iavoloha place l’année 2017 sous le thème de « la concrétisation », se basant sur les promesses acquises durant la conférence des bailleurs et des investisseurs. Dans sa présentation de vœux de 2015, le Président a parlé d’« année de chantier pour le développement », et en 2016, du « renforcement de la stabilité politique institutionnalisée pour accélérer la relance ».

UrgencesSi les objectifs annoncés pour les années 2015 et 2016 sont différents, certains propos n’ont pas quitté les discours présidentiels durant ces deux ans, et ont encore été d’actualité en 2016. Outre la reconquête du prestige de Madagascar sur la scène internationale, la quête de la stabilité, ou encore la réconciliation nationale semblent des sujets récurrents. Depuis 2015, voire 2014, le démarrage de la réconciliation nationale est toujours en chantier et la stabilité politique semble toujours friable, bien que le pouvoir ait réussi à se mettre dans la poche, les deux institutions parlementaires.À l’entame de l’avant-dernière année de son mandat, et en prévision d’une probable intention d’en briguer un nouveau, l’opinion pourrait être en droit de s’interroger sur ce que Hery Rajaonari­mampianina proposera de nouveau, surtout pour au moins tempérer les urgences des ménages. Le plan national de développement et les discours qu’il a martelés depuis son entrée en fonction, peinent à faire l’unanimité.« Héritant d’une situation sociale et économique désastreuse, y faire face, tout en s’attelant aux autres chantiers politiques aussi complexes qu’urgents, demande plus de temps », avait-il déclaré devant ses invités, à Iavoloha le 9 janvier 2015. Durant cette année 2016, cette phrase a pourtant encore été reprise à souhait, non seulement par le chef de l’État, mais aussi l’ensemble de l’Exécutif. Si ces derniers misent sur les projets structurants, leur défaillance est pourtant évidente sur les urgences qui touchent directement au quotidien de la population, à sa productivité et sa sérénité.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara9 partages

Miubi 4XMas : La première place pour Antsan’ny Ankohonako !

Le jury a été séduit par le groupe Antsan’ny Ankohonako, samedi dernier. La veillée de Noël à la  Tv Plus Madagascar s’est déroulée dans une ambiance festive qui a ému bien des cœurs. Le groupe a conquis autant le jury que le public avec son  interprétation inédite du cantique : « Avia ry Mino ».  Une prestation « Rock classique » et « « Gospel » à la fois a montré qu’ils maitrisent vraiment la chanson et les genres musicaux qui en découlent. Ils ont su se définir et se démarquer des autres finalistes. Dans ce sens, Rija Rakoto, Njiva, Zook David’s, Miora, Fitia et tous les spectateurs sont restés ébahis devant leur magnifique représentation et ont proclamé qu’ils méritent vraiment leur place de « Grand vainqueur » du concours Miubi 4XMas pour la catégorie groupe. Antsan’ny Ankohonako a donc reçu un trophée et un chèque cadeau d’une valeur de 1.500.000 Ariary.

Antsan’ny Ankohonako. Un groupe évangélique d’exception formé par les membres d’une seule et même famille ; où le père est le coach, la mère l’Alto, l’aîné le Tenor et le designer en son, le cadet la Basse et la cadette -qui n’a que 11ans – la Soprano. Chantant avec leur cœur chaque chanson, ils ont également remporté le concours Carols Edition 2014 sur la chaîne Kolo TV. Ce groupe est le premier, dans toute l’histoire, à remporter la victoire deux fois de suite à deux concours organisés par deux entités différentes. Leur nom devrait, assurément, figurer dans la liste des grands artistes malgaches.

Rova R. (Stagiaire)

News Mada8 partages

Nisandoka ho talen’ny ministera : tratra ilay mpisoloky ireo mpampianatra Fram

Mafy ny te ho mpiasam-panjakana, tsy kely lalana koa ny ratsy! Mpampianatra Fram efa anjatony mahery voasolokina lehilahy iray mitonona ho tale ao amin’ny minisiteran’ny fanabeazam- pirenena (Men).

 Vao 28 taona monja ity tovolahy nisandoka ho Directeur des ressources humaines na DRH ao amin’ny minisiteran’ny Fanabeazam- pirenena (Men) ity, voasambotry ny polisy misahana ny ady amin’ny heloka bevava sakelika fahadimy, eny Anosy, ny zoma 23 desambra teo, tokony ho tamin’ny 7 ora sy sasany maraina teny Ambohitrimanjaka.

Mpampianatra mpiasampanjakana avy eny Ambohitrimanjaka iray nikarakara taratasy tany amin’ny minisiteran’ny fanabeazam- pirenena Anosy, gaga raha nahita fa hay mbola ilay DRH taloha ihany ny niasa tao. Ity farany indray avy eo no nitantara taminy fa misy lehilahy mitonona ho DRH n’ny Men vaovao mivezivezy eny Ambohitrimanjaka, milaza fa mahatafiditra ireo mpampianatra Fram ho mpiasam-panjakana raikitra.

Tonga nametraka fitoriana tao amin’ny BC 5 Anosy ny DRH tena izy, ny alakamisy 22 desambra. Natao ny vela-pandrika rehetra ka tratra tao an-tranony teo am-pakana vola tamin’olona iray ilay tovolahy. Mbola nahitana antotan-taratasin’olona efa ho 100 mahery sy fitomboka sandoka ary karatra hosoka tao aminy tamin’ny fisavana ny tranony.

Tamin’ny famotorana natao azy no fantatra fa reseny lahatra izay mpampianatra Fram mifanena aminy ka ampisehoany karatra maha tale azy. Rehefa resy lahatra ilay olona, asainy mikarakara “dossier” sy manomana vola 150 000Ar ka hatramin’ny 200 000 Ar ho saram-pikarakarana. Nilaza ihany ilay tovolahy ity fa efa marobe tsy voaisany intsony ny olona nahazoany vola. Natolotra ny fampanoavana, omaly alatsinainy, izy.

Mpanararaotra…

Anatin’izao toe-draharaham-pirenena anaty krizy sy mafampana eo amin’ny lafiny politika izao, marobe ny mpanararaotra ny fahasahiranan’ny olona, indrindra ireo maniry mafy ho lasa mpiasam-panjakana, ny mpanao fifaninanana fanadinam-panjakana, sns. Ny olon-tsotra mahay misoloky, mampiasa teti-dratsy hametsena ny efa sahirana. Ankoatra ny mpisoloky tahaka ity voalaza etsy ambony ity, misy ihany koa ireo mpanao kolikoly ambadik’ireny fanadinam-panjakana ireny. Maro ny mitaraina fa misy ny mitaky vola ho takalom-pahafahana fanadinana. Voalaza fa miasa ny Bianco, sns kanefa tsy mahasakana na kely akory aza ny kolikoly amin’izany. Tsy mahagaga raha fanakianana sy fahakiviana no asetrin’ny olona ny fanjakana, ny Bianco, sns. Ny aza voany ihany.

Yves S.

Midi Madagasikara8 partages

Le volley-ball en deuil : Ranjalahy « Kennedy » n’est plus !

On le connaissait modeste. Très modeste. Et il est parti avec beaucoup de modestie dans la matinée du 17 décembre 2016. Sans tambour ni trompette. Presque sur la pointe des pieds alors qu’il méritait mieux en étant un icône du volley-ball malgache après avoir tout gagné.

Il, c’est bien sûr Ranjalahy ou tout simplement Ranja même si beaucoup de ses amis pour une raison qui reste inexpliquée, l’appellent Kennedy. Un homme estimé par tout son entourage pour avoir été un modèle de générosité, responsable qui plus est mais aussi intelligent. Une intelligence de jeu qui faisait de lui un grand champion en puissance.

Génération de surdoués. Pour la petite histoire du reste, Ranjalahy faisait partie de l’équipe de volley-ball d’Antsakaviro qui a mis fin à la belle série de matches sans défaite du célèbre JS Ambatonilita de l’époque. Il était aux côtés de Benja, Riri, Bienvenu, Paul Be et Do.

Mais l’exploit de Ranjalahy reste les Jeux Africains de 1971 en Egypte où il a ravi la médaille de bronze du volley avec il est vrai, une génération de surdoués tels Rolland Be, Ravalitera, Ravalomanda, Piso, Benja, Naosy, Radada, le regretté Samy, Ramasinoro,  Jean Louis, Olivier et Galé. Une sacrée équipe confiée aux deux frères Rakotobe, René et Jeannot « Baba » et qui a échoué devant les Egyptiens et les Tunisiens pour finir à la troisième place. Une performance qui reste jusqu’ici inégalée.

Figure inoubliable. Mais l’amour du volley-ball ne s’est pas éteint pour Ranjalahy qui continue d’œuvrer  pour le développement de cette discipline qu’il chérissait par-dessus tout. Et au bout des titres qui s’enfilaient au fil des ans. Champion de Majunga avec l’AJEM avec son ami Jean Louis mais également Benera, champion universitaire en 1974 avec l’équipe de l’INSEPS où il côtoyait déjà Ravalitera et Athanase.

Bref autant de bons souvenirs qui font de Ranjalahy une figure inoubliable du volley-ball malgache. C’est juste un peu dommage que les gens qui nous gouvernent ne connaissent rien au sport en général et au volley-ball en particulier.

A toute sa famille, Midi Madagasikara renouvelle ses sincères condoléances.

Clément RABARY

News Mada4 partages

Tetikasa Passat : nametrahana foibe manodina fako any Toliara

 Fotodrafitrasa iray napetraka any Toliara ny fanodinana fako,  CSVD. Niainga avy amin’ny tetikasa Passat nanaovana izany, tohanan’ny governemanta alemana.  Tanjona amin’ny ankapobeny ny fiarovana ny tontolo iainana. Tetikasa fitaratra ho an’ny kaominina rehetra an-tanàn-dehibe.

 

 

5 ha eo ho eo ny nametrahana foibe iray fanodinana fako na CSVD (1) ao Tsongobory,  Toliara. Fitaovana maro ny napetraka amin’izany CSVD izany, toy ny famokarana angovo avy amin’ny masoandro. Tanjona ny hanomezan-danja ny fako, hifantenana izany araka izay ilàna azy, toy ny zezika, mba tsy ho verivery fotsiny sy hanimba tontolo iainana. Tetikasa iray lehibe ho fanajariana sy fanadiovana ny tanànan’i Toliara.

Tetikasa Passat (2) niaingan’ity asa ity, nahazoana famatsiam-bola avy amin’ny  governemanta alemana, ary nankinina amin’ny ONG alemà ihany, Wetlhungerhilfe, ny fanamboarana azy, izay naharitra enim-bolana. Fiaraha-miasa lehibe amin’io ONG io izany sy ny kaominina Toliara.  Natolotra tamin’ny alalan’ny Passat ny kamio mpitatitra fako sy fitoeram-pako azo bataina ampolony maro. Napetraka, araka ity tetikasa ity ihany, ny laminasa fandraofana ny fako any an-toerana, mahatratra 100 t isan’andro.

50 % mahery amin’ireo karazam-pako ireo no trandrahina ao amin’ny CSVD, manome karazany samihafa (compost, briquettes, sns). Manaja tanteraka ny tontolo iainana ny fisian’io fotodrafitrasa iray io sy mampihena betsaka ny loza ratsy ateraky ny fiovan’ny toetr’andro. Efa mihodina io foibe fanodinana fako io ankehitriny, rehefa avy notokanan’ny filoha, Rajaonarimampianina, sy ny ambasadaoro alemà, Harald Gehrig, any an-toerana tamin’ity volana desambra ity.

Tsara hametrahana fotodrafitrasa manodina fako toy izao ny tanàn-dehibe rehetra manerana ny Nosy, indrindra ny eto an-dRenivohitra misy fako tsy latsaky ny 500 t isan’andro. Tetikasa iray tokony ho faritana ho isan’ny laharam-pahamehana.

R.Mathieu

 

CSVD (1) : Centre de stockage et valorisation des déchets

Passat (2) : Projet d’assainissement solide et de sécurité alimentaire Toliara

 

News Mada4 partages

Mahazoarivo : nahazo fiara 4×4 ny fitsinjaram-pahefana

 Notanterahina, ny herinandro teo teny Mahazoarivo, ny fanoloran’ny Pnud fiara tsy mataho-dalana (4×4) miisa 11 sy fitaovana informatika maromaro. Natokana ho an’ireo andrimpanjakana sy ny minisitera samihafa, indrindra ho an’ny fitsinjaram-pahefana, ireto fitaovana ireto. “Antony nanomezana ireo fitaovana ireo ny maha mpisehatra ny fampandrosoana ny Pnud  ka hametrahana andrimpanjakana matanjaka sy malalaka ary koa mangarahara. Natao hanamafisana ny fahaiza-manaon’ireo sehatra isan-tokony, ny andraikiny ary koa ny hanomezana fahafaham-po ny vahoaka manoloana ny asam-panjakana. Hanamorana koa ny ezaka ho an’ny fampandrosoana”, hoy ny solontenan’ny Pnud, Violet Kakyomya,tamin’ny lahateniny. Tanjona ny hanamafisana ny fandaharasana momba ny fitsinjaram-pahefana , hanohanana koa ny ady amin’ny kolikoly, tafiditra ao anatin’ny Paikadim-pirenena ho an’ny fampandrosoana (PND).

Notsindrin’ny Praimisitra Mahafaly kosa fa efa voasoratra ao amin’ny politikam-panjakana ankapobeny ny dingana hirosoana any amin’ny fitsinjaram-pahefana. Minisitry ny Atitany sady misahana izany rahateo ny tenany. “Efa miroso amin’izany ny fitondrana ary tokony hahavita ny iraka ampanaovina azy ny minisitera… Isaorana ny fiaraha-miombona antoka eo amin’ny Pnud sy ny fitondrana”, hoy izy.

Synèse R.

Tia Tanindranaza4 partages

Faly RamakaveloTokony hanavotra antsika io volamena io

Mahagaga, hoy ny mpahay toekarena, Faly Ramakavelo, fa tsy tafiditra tao anatin’ny resaka mikasika antsika tao anatin’ny fihaonan’ny mpamatsy vola tany Parisy ny Sinoa kanefa ry zareo mpamatsy goavana indrindra eto.

 Ny Anglisy dia manomboka mirona amin’ny fiaraha-miasa amin’ireo Sinoa ireo satria efa fantany fa ho firenena matanjaka indrindra atsy ho atsy i Sina. Raha nanaraka ny tantara isika dia naman’ireo mpandresy nandritry ny ady lehibe voalohany sy faharoa hatrany ny Anglisy izay azo lazaina fa firenena fetsy indrindra eran-tany. Amin’izao fotoana dia miha mitotongana ny vola “Euro” sy ny Dolara satria niala lavitra ny fampiasana ny antsoina hoe : “etalon-or”, izany hoe : tsy misy volamena toy ny teo aloha intsony ny ambadiky ny volan’izy ireo. Ny taona 1922, hoy i Faly Ramakavelo, no nanomboka nidiran-trosa isan-karazany ny Amerikanina noho izay fialana tamin’ny fikirakirana volamena izay. Ny Sinoa ankehitriny, raha ny filazany, dia manana ambim-bava volamena 3000 taonina eo ho eo hiatrehana izay fiverenana amin’ny “etalon-or” izay. Isika kosa raha mahay mitrandraka ny harentsika, indrindra ny volamena izay tena betsaka eto, dia azo antoka ny hahatongava ho firenena matanjaka indrindra, noho izay fahaizana mitrandraka sy mampiasa ny volamena eto amintsika izay. Ny dikan’izany dia isika no tokony hibaiko ny tontolon’ny fitrandrahana volamena eto satria isan’ny firenena manana betsaka izany isika.

Mirija

Tananews4 partages

Augustin Andriamananoro : 3 mois de prison avec sursis

Bon, il paraît qu’il ne faut jamais commenter une décision de justice ?

Pourtant, en tant qu’informaticiens que nous sommes, nous voyons du binaire partout : 0,1, vrai, faux.

Coupable ou non coupable ? Ni l’un ni l’autre apparemment alors, relaxe au bénéfice du doute mais quand même une condamnation à inscrire sur le casier judiciaire.

News Mada3 partages

Pétanque – France : les Malgaches dominent le classement

Madagascar, l’indéniable berceau de la pétanque, a encore fait parler de lui à l’étranger. Les ambassadeurs de la Grande île occupent effectivement les quatre premières places du classement boulistenaute des joueurs dans les Nationaux français de pétanque 2016.

2016 est l’année des boulistes malgaches. Après avoir régné à domicile lors des championnats du monde de pétanque il y a quelques semaines, Madagascar est de nouveau sur le devant de la scène sur le plateau international. Plus précisément, dans l’Hexagone où évoluent les crèmes malgaches de la discipline. En effet, selon le classement de boulistenaute réalisé par Sylvain Bonnet, Alain Samson Mandimby a été élu meilleur joueur 2016 dans les Nationaux français avec 136 points. Il est talonné par son compatriote Christian Andriantseheno qui a fait un cumul de 125 points contre 124 pour Patrick Maminirina et 122 pour Mahefa Randrianarison.

Pourtant, ces quatre figures de proue de la discipline ne faisaient pas partie des présélectionnés pendant le 47e championnat du monde de pétanque triplette et tir de précision. Les internautes parlent même d’un réservoir de joueurs inépuisable. C’est plus qu’un exploit pour ces quatre hommes qui ont surclassé les 3313 joueurs ayant marqué des points durant cette saison.

Seuls cinq joueurs français cumulent une centaine de points pour rester dans le top 10 du classement annuel. Il s’agit de Thyson Molinas (5e), Dylan Rocher (6e), Christophe Sarrio (7e), Stéphane Robineau (8e) et Matthieu Gasparini (9e). Force est de noter que ce classement minutieusement élaboré tient compte des résultats dévoilés par des sources fédérales qui contrôlent le décompte des points attribués dans les tournois nationaux.

Rojo N.

Classement des joueurs 2016 :

1-Alain Samson Mandimby – 136 points

2-Christian Andriantseheno – 125 points

3-Patrick Maminirina – 124 points

4-Mahefa Randrianarison – 122 points

5-Joseph (Tyson) Molinas – 118 points

6-Dylan Rocher – 117 points

7-Christophe Sarrio – 108 points

8-Stéphane Robineau – 103 points

9-Matthieu Gasparini – 102 points

10-Carlos Rakotoarivelo – 95 points

News Mada2 partages

Fatiantoka : indroa nisondrotra ny faktiora

Hanarenana ny toe-bolan’ny Jirama, tsy maintsy nampiakarina ny saran’ny jiro sy ny rano, ny volana jona sy aogositra 2016 teo. Na izany aza, tsy mbola mahaleo ny sarany ny vidiny, satria mivarotra fatiantoka ny Jirama. Ho an’ny jiro, ohatra, amidin’ny Jirama 427 Ar/Kwh amin’ny mpanjifa raha 947 Ar/Kwh ny masonkareny. Ho an’ny rano, amidy 969 Ar/m3 amin’ny mpanjifa raha toa ka 1.217 Ar/m3 ny masonkarena.

Orinasam-panjakana ny Jirama sady manao asa ho an’ny vahoaka, izany hoe, tsy maintsy tsinjovina ny maro anisa ary tsy natao haka tombombarotra mihoa-pampana. Na izany aza, tokony hifanahantsahana amin’ny vidiny hivarotana amin’ny mpanjifa ny masonkarena.

Efa vita koa ny fanadihadiana (audit) mikasika ny fitantanana sy ny fifanarahana amin’ireo orinasa tsy miankina mpamatsy solika ny Jirama. Vokatr’io fanadihadiana io, fantatra fa hatsangana amin’ny taona 2017 ny vaomiera manokana misahana ny lafiny lalàna mahaleo tena ao amin’ny Jirama. Ahitana solontena sy tompon’andraikitra samihafa ny mpikambana ao. Andraikiny ny fanavaozana ny fifanarahana amin’ireo mpiara-miombon’antoka mpamatsy solika amin’ny Jirama.

News Mada2 partages

Jery todika 2016 : sahirana ara-tsakafo ny mponina any atsimo

Nisongadina ho an’ity taona ity fa mamely mafy ny haintany any amin’ny faritra atsimon’ny Nosy ary tsy ampy ny vokatra mamatsy ny tsena. Ny mponina rahateo sahirana ara-pivelomana ka tsy manam-bola hividianana sakafo. Nahazo rotsak’orana betsaka raha mitaha ny tamin’ny taona lasa maromaro ny mponina, saingy mbola miandry amam-bolana vao hioty ny vokatra. Manao ezaka ny mpiray ombon’antoka maro toy ny Pam, ONN, Unicef, BNGRC, FAO… mitondra sakafo sy otrikaina ho an’ny ankizy latsaky ny 5 taona ary ny vehivavy mitondra vohoka na mampinono. 1 tapitrisa ny olona notohanan’ny Pam ara-tsakafo vokatry ny tsy fanjarian-tsakafo. Efa tonga tany amin’ny seranan-tsambon’i Toliara ny ampemba milanja 980 t amin’ny fanampiana 3 000 t avy amin’ny USAID.

Nisy ny fivoriana namaritana ny paikady iadiana amin’ny hanoanana sy ny tsy fanjarian-tsakafo niarahan’ny fanjakana malagasy sy ny mpiray ombon’antoka. Hatreto aloha, ny fitarihin-drano miainga avy ao Amboasary Atsimo no asa mivaingana izay hizarana rano amin’ny kaominina maro. Tsy mitsahatra ny manao antso amin’ny mpamatsy vola ny Pam hiatrehana ny hamehana miseho satria tsy vitsy ny fianakaviana marefo mila tohana ara-tsakafo. Ahina hitohy amin’ny taona 2017 ny olana ara-tsakafo.

26 ny olona matin’ny pesta

 Mbola any atsimo ihany, eo amin’ny fahasalamana, nitrangana valanaretina pesta any amin’ny distrikan’i Befotaka sy Iakora. 26 ny maty araka ny vaovao nampitain’ny mpiasan’ny minisiteran’ny Fahasalamana taorian’ny fidinan’ny ekipa nitondra fanafody tany an-toerana. Tsy maintsy helikoptera na an-tongotra no mihazo ny toerana nitrangan’ny pesta fa tsy tafita any ny fiara na fitaovam-pitaterana hafa. Anisan’ny nampiakatra an-tanety ny voalavo nitondra ny parasy marary ny doro tanety ka nentanina ny mponina tsy handoro ny faritra misy azy ho fisorohana ny valanaretina pesta.

Vonjy A.

News Mada2 partages

Savate Boxe Française : hirotsaka hofidina i Rivo Louis

 Hiditra amin’ny fanavaozana ny mpikambana eo anivony ny federasiona malagasin’ny savate boxe française. Anisan’ireo efa nitonona ho kandidà ho filohan’izany taranja izany i Rivo Louis.

 

Hotanterahina, rahampitso alarobia 28 desambra, eny Andoharanofotsy, ny fifidianana izay ho filoha hitantana ny federasiona malagasin’ny savate boxe française, ho an’ny taom-piasana manaraka. Anisan’ireo mirotsaka hofidina amin’izany toerana izany i Campa Amédée Rivo Louis. Tsy olona vaovao amin’ity haiady mampalaza ary nahazoan’ny Malagasy ny anarana mahatompondaka eran-tany voalohany ity i Rivo Louis satria efa mpikatroka tao amin’ny klioban’Ivato fahiny, saingy nijanona izy noho ny fianarana sy ny asa nefa tsy niala lavitra fa nanampy ireo atleta ary mbola nanohy ny fanazarantenany.

Fitiavana ny savate boxe française manokana ary noho ny fiangaviana sy fangatahan’ireo atleta no nanosika azy ho kandidà, izay nekeny tamim-panetren-tena.

Tanora mpandraharaha ny tenany ary vonona hampandroso sy hamerina ny lazan’ity haiady ity, amin’ny toerany. Nisaorany ireo filoha teo aloha sy ireo atleta, efa nitondra avo ny voninahi-pirenena.

 

Hanohy sy hanatsara

Filamatra ho azy, ny fanohizana izany vokatra izany sy hampiroborobo ary hanavao ary hanao izay tratry ny heriny rehetra, amin’ny fampiharana an-tsakany sy an-davany ny fandaharanasa rehetra.

Anisan’ny paikadiny ny hametraka ivontoerana mendrika ho an’ny federasiona ary koa hampiranty ny sarin’ireo tompondaka eran-tany, eny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato. Hitsidika ireo ligim-paritra faran’izay lavitra ary hametraka fiaraha-miasa akaiky amin’izy ireo. Hanamafy ny fifandraisana amin’ny federasiona iraisam-pirenena sy ireo federasiona mifanila amin’i Madagasikara (ranomasimbe Indianina, Afrika) ary koa ireo mpiara-miombon’antoka ara-teknika sy ara-bola avy eto an-toerana sy any ivelany. Ankoatra ireo ny fiofanana ho an’ny mpitantana sy ny teknisianina ary ny atleta sy mpitsara.

Fanamby apetrany ao anatin’ny efa-taona iasany ireo, rehefa lany ho filohan’ny federasiona savate boxe française ny tenany.

 Tompondaka

 

News Mada2 partages

Communauté de Sant’Egidio : 170 repas distribués à l’occasion de Noël

La grande famille de la Communauté de Sant’Egidio renoue avec ses habitudes pour marquer la journée du 25 décembre. Comme chaque année, un repas de Noël ayant réuni ses membres et les bénéficiaires de ses activités autour d’ une même table a été organisé la veille de la fête de la Nativité. A cette occasion, les bénéficiaires issus des quartiers d’ Antohomadinika, Ankazomanga, Andravoahangy Ambony et Antaninandro se sont retrouvés dans la salle d’œuvre de l’Ecar Andravoahangy samedi dernier. Une cinquantaine de bénévoles se sont joints aux 20 membres de la Communauté pour assurer la réussite de cet évènement pendant lequel 170 repas ont été partagés. Les enfants ont été particulièrement gâtés dans la mesure où  le Père Noël leur a distribué de friandises.

Solofo, un bénéficiaire du service auprès des plus démunis à Antaninandro compte parmi les invités du Repas de Noël depuis cinq ans. « Dès que décembre pointe son nez, avec ma famille nous nous préparions déjà pour le repas de Noël. C’est un rendez-vous que nous ne voulons pas manquer car il nous donne l’opportunité de faire la fête comme toute famille  normale», a-t-il souligné.

Fahranarison

 

L'express de Madagascar2 partages

Antsiranana – La fête de la Nativité célébrée dans le calme

Par rapport aux évènements antérieurs, la fête de Noël s’est déroulée dans le calme à Antsiranana. Aucun incident sécuritaire majeur n’a été signalé dans les quartiers.« À Noël, nous n’avons enregistré aucun accident de circulation ni d’acte de vandalisme. Et les actions des foroches ont été maitrisées », a affirmé le directeur interrégional de la Sécurité publique.En fait, Noël a été célébré, avant tout, dans la ferveur par les chrétiens pratiquants, mais aussi de diverses autres manières par ceux qui ne le sont pas.Tous les ans, Noël réserve  une vague de naissances dans le Nord, mais cette année, les médecins de service ont fait remarquer que le nombre d’accouchements, dimanche dernier, s’est avéré faible par rapport aux jours normaux.« La majorité des accouchements se sont bien déroulés depuis la veille de Noël », a spécifié une sage femme de garde.La ville a été calme dans la matinée du 25 décembre. La circulation sur les grandes artères a été timide. Des parents accompagnés de leurs enfants se sont rendus dans les lieux de prière pour participer aux cultes organisés en ce jour de Noël. Ce moment a été suivi d’un rassemblement autour d’un repas. D’autres, en revanche, ont connu une nuit de Noël bien mouvementée. Par groupes, les habitants se sont retrouvés pour boire et danser.Noël est un moment de partage, alors certains habitants se sont cotisés pour acheter des bœufs à partager en communauté. C’était le cas dans le quartier d’Ambohimahatsinjo. D’autres ont organisé autre chose pour permettre aux démunis de fêter la Nativité.Comme il est de tradition chez les Antsiranais, une partie de la population a choisi le plein air, dans l’après-midi. Ce qui explique sans doute la foule immense sur la Place de l’Indépendance et au jardin de la Place Foch devant  la mairie. Dans d’autres endroits, comme au stade et au terrain de la Star, les combats traditionnels « morengy » ont occupé d’autres  publics jusque tard dans la nuit.

Raheriniaina

L'express de Madagascar2 partages

Concours à l’Enam

L’école nationale d’adminis­tration de Madagascar (Enam) lance un concours direct et un concours professionnel les 21, 22, 23, 24 et 25 mars 2017. Ce recrutement concerne vingt élèves agents diplomatiques et consulaires, vingt élèves inspecteurs d’adminis­tration pénitentiaire, quinze élèves inspecteurs des domaines et de la propriété foncière, vingt élèves inspecteurs du Travail et des lois sociales, quarante cinq élèves administrateurs civils, trente élèves ingénieurs des services topographiques.

News Mada1 partages

Tennis – Masters Cup : la logique est respectée

L’année se termine en beauté pour les férus de la petite balle jaune malgache, surtout pour les tout-  petits avec le tournoi dénommé Masters cup qui a pris fin dimanche dernier au Cercle franco-malgache à Mahamasina (CFM). On peut dire que la plupart des challengers ont fait face à la dure loi de la logique malgré leur fougue et leur prouesse technique. Chez les filles de moins de 8 ans, Mirindra s’est imposée face à Fitia en deux sets (4/1 ; 4/3).

Du côté des garçons, Mahery a battu Mirija sur le même score. En U12 garçons, Jhonny, le petit poucet de la délégation malgache à Maurice, a eu du mal à marquer son territoire devant Kiady. Les deux petits bonhommes de la raquette se sont séparés sur le score de 6/2 ; 3/6 ; 6/2 en faveur de Jhonny. Quant à l’autre joueur à battre, Vahia Rabarijaona, champion de Madagascar en U16, il n’a fait qu’une bouchée de Ny Itokiana en remportant aisément le duel sur le sore de 6/0 ; 6/2. Le prochain rendez-vous est d’ores et déjà pris en début de l’année pour la prochaine compétition.

Rojo N.

Résultats :

U8 F : Mirindra bat Fitia : 4/1 4/3

U8 G : Mahery bat Mirija : 4/1 4/3

U10 F : Miarana bat Mitia : 5/2 5/3

U10 G : Rohy bat Ny Aina : 0/5 5/0 5/0

U12 F : Maholy bat Miotisoa : 7/5 6/4

U12 G : Jhonny bat Kiady : 6/2 3/6 6/2

U14 F : Sandy bat Imarina : 6/2 6/1

U14G : Fenosoa bat Lanja : 6/2 6/2

U16 F : Sariaka bat Miora : 6/4 6/0

U16 G : Vahia bat Ny Itokiana : 6/0 6/2

News Mada1 partages

Fianarantsoa : LPSA rénove l’EPP d’Ambalakely

Logistique pétrolière S.A (LPSA) a lancé cette semaine les travaux de réhabilitation de l’Ecole publique privée (EPP) Ambalakely, dans la ville de Fianarantsoa. Une initiative qui entre dans le cadre de la politique citoyenne menée par cette société. La pose de la première pierre pour la réhabilitation de cet établissement scolaire s’est déroulée lors d’une cérémonie organisée le 19 décembre dernier.

Avec 270 camions, 70 wagons, 2 navires pétroliers, un Landing craft tanker  (LCT), et 23 dépôts répartis dans toute l’île, la logistique pétrolière est en charge du stockage et du transport massif des hydrocarbures à Madagascar par voie routière, ferroviaire ou maritime. Elle approvisionne au total 700 millions litres d’hydrocarbures par an au niveau national et compte investir près de 450 milliards d’ariary à Madagascar à l’horizon 2025 à travers plusieurs nouveaux projets.

Riana R.

News Mada1 partages

Infrastructure aéroportuaire : Ravinala Airports reprend officiellement Ivato et Fascène

Le consortium  Ravinala Airports a repris officiellement l’exploitation de l’aéroport d’Ivato et de Fascène le 23 décembre dernier, après la convention initiale entre l’Etat et les actionnaires de cette société  (Aéroport de Paris management, Bouygues Bâtiment International, Colas Madagascar et Meridiam Africa) au mois de juillet.

Il s’agit d’un projet en Partenariat public privé (3P) dans lequel Ravinala Aiports aura pour mission l’extension, la mise aux normes et la modernisation de ces infrastructures aéroportuaire. La construction d’ un nouveau terminal dédié au trafic international à Ivato figure parmi les grands travaux. La durée d’exploitation de ces deux aéroports  par la société durera 28 ans. Notons qu’Ivato et Fascène enregistrent la grande majorité des trafics aériens à Madagascar.

En effet, il est prévu que le site d’Ivato aura une capacité d’ accueil de plus de 1,5 million de passagers  par an et sera doté d’un nouveau terminal international dont l’architecture sera inspirée de la forme du Ravinala. Cette infrastructure est conçue pour être en phase avec les  standards internationaux et les normes de l’Association du transport aérien international (IATA). « Le terminal d’Ivato sera équipé de  trois passerelles permettant aux passagers d’embarquer directement à bord des avions. Le tarmac pourra accueillir quatre gros porteurs. Ce projet est évalué à 150 millions d’euros »,  indique-t-on auprès du ministère auprès de la présidence en charge des projets présidentiels, de l’aménagement du territoire et de l’équipement (M2pate).

Riana R.

News Mada1 partages

Ordures : Andralanitra fait vivre 300 familles

Au cours d’une descente effectuée la semaine dernière par la Commune urbaine d’ Antananarivo (CUA) et du Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (Samva) à Andralanitra, il s’avère que 300 familles vivent de la récupération des ordures. Ces ménages vivent effectivement de la vente de  ferrailles et d’engrais dans la décharge.

Malheureusement, dans la plupart des cas, ils sont obligés de brûler les ordures  pour se procurer de l’engrais et de soutirer facilement en même temps les résidus de fer. Ce qui dégage une fumée nocive et nauséabonde, empestant l’environnement et entraînant la grogne des riverains. Face à cette situation, la CUA envisage de sortir un arrêté municipal interdisant désormais l’accès d’  Andralanitra à ces familles. Une intention partagée avec le représentant du père Pedro qui est venu sur les lieux sur invitation.

En contrepartie, la CUA envisage de dresser sur les lieux un recyclage des  déchets dans les normes. D’après la municipalité de la ville d’ Antananarivo, des démarches et des conventions sont en cours pour la réalisation de ce projet. En attendant, des mesures seront prises dans l’immédiat afin de compenser les revenus des familles qui vivent des décharges publiques d’Andralanitra, selon la CUA.

Sera R

 

Tananews1 partages

Presentation des voeux à Iavaloha : que 1300 personnes mon oeil oui

C’est le petit chiffre que l’on nous annonce, sans doute pour éviter les grosses critiques et polémiques annuelles sur ces milliers d’invités qui baffrent comme des porcs alors que la population crève la dalle dans le même temps.

Et dans les faits nous sommes sûrs qu’il y aura bien plus de 1300 personnes.

Réponse le 6 janvier 2017 à Iavoloha.

 

Tananews1 partages

« C’est pas notre faute c’est celle de Logistique Petroliere »

Évidemment avec la Jiramaty tsy vanona c’est jamais de sa faute c’est toujours les autres.

C’est la faute à pas de pluie, c’est la faute à étiage, c’est la faute au sable, c’est la faute au doro-tanety, c’est la faute aux voleurs de courant, c’est la faute aux machines, c’est la faute à Logistique Petroliere, c’est la faute de mon gardien.

Typique du comportement du babakoto à qui c’est jamais la faute.

L’exemple ne peut que venir d’en haut.

Tananews1 partages

Alors, toujours pas de Ministre de l’Energie ?

En tout cas, les délestages eux sont bien présents.

A moins que sa Seignhery n’en profite pour remanier tout son gouvernement ?

Car il faut avouer que le gouvernement de combat c’est pas terrible jusqu’ici.

Donc si sa Seignhery veut enclencher le turbo en 2017, il va lui falloir une bonne voiture de course, pas les vieilles 4L et 2CV qui l’entourent.

L'express de Madagascar1 partages

Un nouveau câble optique sous marin

Le projet MEIting poT Indianoceanic Submarine System » ou Metiss a été lancé officiellement le 15 décembre par un consor­tium d’opérateurs compre­nant Emtel et Ceb FiberNet Co Ltd de l’île Maurice, Blueline et Telma de Mada­gascar, Canal + Telecom, Zeop de La Réunion. Il ambitionne d’installer un câble à très haut débit qui passera par Maurice, La Réunion, Madagascar et l’Afrique du Sud. Cette infrastructure d’une longueur d’environ 3 500 km est évaluée à plus de 75 millions d’euros.

L'express de Madagascar1 partages

Une industrie minière dépendante de l’extérieur

Bien que possédant des ressources minières notables, Madagascar est loin d’être un pays à économie minière prépondérante. De tout temps, son économie minière voire industrielle est bâtie, conçue et même dirigée en fonction principalement de l’économie foncière. « Mal renseignée, réduite au seul rôle de fournisseur de matières premières brutes, cette économie vivotait au gré des acquéreurs extérieurs et ne présentait pas de stabilité suffisante pour permettre la réalisation d’un ensemble cohérent d’activités sûres et régulières » (Jean Albert Zafimahova et Max Ridoux, Bulletin de Madagascar, décembre 1961).Aussi bien leurs valeurs réelles que l’identité de leurs acheteurs et leurs destinations finales sont peu connues. Cela compte parmi les causes qui font que les prospecteurs et les exploitants miniers ne s’intéressent généralement qu’aux matières dont la valeur à l’unité de poids est assez élevée pour leur assurer un gain appréciable après un exceptionnel « coup heureux ».De leur côté, les gros exploitants miniers pour qui des débouchés stables ne sont pas garantis, sans doute également intéressés par la conception de gain immédiat et vite découragés par les aléas du secteur, ne réalisent ni un planning rationnel de production, ni une politique adéquate de stockage. Hormis les producteurs de mica, ils adoptent aussi une « politique individualiste par laquelle le prochain ignore le voisin et les soi-disant secrets sont jalousement gardés ; une telle attitude n’a fait que des acheteurs qui pouvaient très facilement faire jouer une vive concurrence entre les exploitants locaux et faire peser sur eux la menace de la concurrence mondiale ».Enfin, aucune vue sérieuse sur la vulgarisation des produits miniers n’existe afin, notamment, de chercher l’incorporation optimale de la main-d’œuvre.Avec la mise en place de la loi-cadre, les autorités s’intéressent davantage à l’activité minière. C’est ainsi que l’application stricte de la réglementation, l’amélioration et l’intensification de la production existante sont préconisées. « Ces mesures visaient principalement à une prise de conscience par les prospecteurs et les exploitants miniers de l’importance et de la nature réelle de l’activité minière. » Chaque titre minier doit, de ce fait, être travaillé, les productions individuelles sont à regrouper pour être normalisées et « rationnellement » intensifiées.En même temps, les dossiers des gisements connus, tels que le charbon de la Sakoa, les schistes bitumeux de Sambaina, les lignites d’Antanifotsy et le nickel de Vatozoro sont rouverts à l’occasion de visites de techniciens étrangers. « En un mot, les études faites péchaient par l’optique ancienne ; certains résultats étaient faussés par l’ancienne vision des problèmes qui ne s’adaptent plus à l’état actuel des choses. »Néanmoins, cette politique minière ne résout toujours pas la difficulté d’informations techniques qui manquent aux autorités. En 1958, le rapport de la production minière au revenu national reste inférieur à 1% ; la production par habitant est de 0,65 US dollar soit 5,76 US dollars par km². État de chose qui s‘explique surtout par le fait que ne sont exploitées que les substances à forte valeur unitaire, dont les producteurs n’ont cependant qu’une faible influence dans la production minière mondiale.Aux produits connus et traditionnels tels que l’or (en plein déclin depuis de nombreuses années), le graphite et le mica, s’ajoutent après la Deuxième guerre mondiale des produits nouveaux, notamment le béryl industriel (de 27 tonnes en 1947 à 635 000 tonnes en 1960), le quartz piézo-électrique (de 3,5 tonnes en 1949, 18,8 tonnes en 1954, puis 3,9 tonnes en 1960).L’uranothorianite est découverte en 1953 et son exploitation évolue rapidement. En 1960, elle occupe un des tout premiers rangs dans l’échelle des valeurs des productions etexploitations minières malgaches. La monazite, dont d’importants gisements (sables noirs des plages) sont constatés en 1954, fait l’objet d’essais d’exploitation industrielle. Mais l’étroitesse des débouchés (en 1960) ne permet d’envisager, du moins l’immédiat, l’extension rapide de  cette exploitation. Trois produits (uranothorianite, graphite et mica)  totalisent en valeur 90% des exportations minières (environ 30% chacun). Le béryl industriel occupe la première place parmi les autres minéraux exportés.

Texte : Pela Ravalitera – Photo : Archives personnelles

 

Madagate1 partages

Madagascar. Impacts mémorables des projets miniers sur la population en 2016

L’année 2016 qui arrive à son terme, aura été marquée par l’apparition au grand jour d’un nombre important d’accaparements de terre dus aux exploitations minières et par une montée en intensité des actions de protestation de la population contre les projets miniers en question. Le cas Soamahamanina s’est particulièrement distingué par la détermination de ses habitants et par la répression qui s’est abattue sur le mouvement.

La lutte des habitants de Soamahamanina pour la défense de leurs terres a marqué l’année 2016

Des habitants de Soamahamanina ont manifesté le long de la Route Nationale n°1 depuis le mois de février car la majorité d’entre eux refuse un projet d’exploitation aurifère qui menace de destruction leur village, leur environnement, leurs sources de revenus. Mais au mois de mai, le permis environnemental, dernière étape avant la délivrance de l’autorisation de débuter les opérations d’extraction a été approuvé par l’Office National de l’Environnement, et la société Jiuxing Mines SARL s’installe avec ses engins et employés. La contestation des habitants prend de l’ampleur et au mois de juin surviennent la création de l’association Vona Fitiavan-tanindrazana et le soutien de nombreux citoyens, structures et organisations de la société civile. Les manifestations sont réprimées et aboutissent à l’emprisonnement en septembre de 5 citoyens pendant plusieurs semaines. Le procès s’est tenu en novembre notamment grâce à l’intervention du Rapporteur Spécial des Nations Unies pour les droits de l’homme et l’environnement, John Knox, en mission à Madagascar. Le verdict a été d’un an d’emprisonnement avec sursis pour avoir manifesté sans autorisation, les détenus ont été acquittés pour les autres motifs d’inculpation (Ndlr: puis survint l'arrestation arbitraire, infâme et infamante d'Augustin Andriamananoro sur la même affaire de Soamahanina, ICI).

Ces répressions et sanction sont révoltantes pour plusieurs raisons :

- les paysans qui manifestent pour défendre leurs terres et leurs moyens d’existence sont considérés comme des délinquants

- alors que dans certains sites impliquant des sociétés minières chinoises, comme à Mananjary, la société ne dispose pas de tous les permis légaux mais les opérations minières ne sont pas arrêtées et aucun responsable n’est poursuivi ni sanctionné ;

- et de nombreux auteurs de délits graves de diverses sortes dont se plaint la population et qui font la réputation internationale peu reluisante du pays ne font pas l’objet ni de répression ni de sanction.

La prolifération de la délivrance d’autorisations d’exploitation aux sociétés chinoises est justifiée par les dirigeants par les besoins de la réunion de la Francophonie.

Cette installation soudaine d’une multitude de sociétés chinoises (1) contestées dans diverses régions de Madagascar  a été expliquée par certains hauts dirigeants par l’existence d’un échange de procédés où la partie chinoise aurait contribué par des dons et par la construction d’infrastructures nécessaires à la réunion de la Francophonie qui s’est tenue à Antananarivo au mois de novembre.

D’un côté, l’absence de transparence totale sur ces transactions très spéciales entretient les soupçons de corruption à grande échelle. De l’autre, les milieux généralement bien informés indiquent que les sociétés chinoises nouvellement arrivées appartiennent à un groupe qui n’accorde pas beaucoup de considération aux valeurs humaines. (2)

Par ailleurs, aucune suite n’a été donnée jusqu’à présent à certaines accusations de détournement autour de la construction des infrastructures pour la réunion de la Francophonie.

La justice n’est-elle pas la même pour tous ?

Les accaparements de terre liés aux projets miniers risquent de continuer au-delà de 2016

Les promesses reçues des bailleurs et investisseurs au cours de la conférence de Paris impliqueraient également de nombreux projets miniers. Le volet « Secteur Mines et Hydrocarbures » du document présenté par l’Etat malgache à cette conférence annonce dans sa Vision la nécessité de « réformes […].  L’option prise par le Gouvernement malgache est de promouvoir la concentration des activités  […] dans des périmètres géographiques appelés « Corridor Minier et Pétrolier ». Cette concentration se situe dans un effort de coordination et de synergie et permettra de diminuer les coûts d’approche, notamment ceux relatifs aux infrastructures. »

Il est intéressant de noter que le document mentionne que « depuis 2014, 141 permis d’exploitation ont été délivrés. A fin 2015, le nombre de permis d’exploitation s’élève à 254 ».

Le nombre d’emplois directs ou indirects créés attendu est souvent le seul impact social mentionné et le chiffre précisé pour certains projets prioritaires : 600 ou 800, 15.000 en tout pour les 5 corridors, ce qui reste relativement bas par rapport aux emplois agricoles formels et informels perdus par les habitants des milliers d’hectares des zones concernées en cas d’expulsion des terres où ils vivent et cultivent actuellement.

Les infrastructures mentionnées ne sont probablement pas destinées aux populations riveraines mais aux  sociétés minières elles-mêmes et à leurs employés ainsi qu’aux nouveaux venus qui en profiteront.

Les menaces de perte de l’accès à la terre des habitants riverains ou vivant sur les futurs corridors miniers, les risques de dégradation de leurs conditions de vie et de non-considération de leurs droits dans le cadre de l’extension des exploitations minières dans les conditions actuelles risque donc encore de perdurer !

En attendant une amélioration du Code minier, le Collectif TANY recommande aux différents techniciens et décideurs et responsables politiques, économiques, judiciaires et sociaux de veiller à ne pas sacrifier la majorité de la population vulnérable pour le développement des intérêts des nantis afin de ne pas aggraver la pauvreté des citoyens défavorisés et pour que le pays n’aie plus jamais besoin d’avoir recours aux mesures cache-misère utilisées pendant la réunion de la Francophonie à Madagascar en novembre 2016.

Le Collectif TANY réitère que l’octroi de nouveaux permis miniers devrait être suspendu avant la publication du nouveau Code minier.

L’élaboration et la finalisation de ce nouveau Code minier devraient être plus participatives et inclusives et permettre un débat pour que les citoyens y introduisent des mesures favorables à la population telles que la notion de consultation publique qui figure seulement dans l’étape finale au niveau du permis environnemental actuellement.

La prise de conscience actuelle des habitants des différentes régions face aux menaces qui pèsent sur leurs terres et sur la nécessité d’élever leur voix contre les décisions unilatérales et arbitraires des autorités pourra ainsi s’exprimer par des propositions constructives pour une amélioration de la législation.

Paris, 26 décembre 2016

Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY

Références :

(1) Mananjary, Anjeva, Marosada, Fandriana, Ambatondrazaka, etc….

(2)http://lachasse-info.com/accueil/fiche/serge-zafimahova-est-pour-la-suppression-des-70-permis-dexploitation-delivres-pendant-la-transition

Madaplus.info0 partages

Les Bajaj à Majunga se révoltent contre la patente de la commune

Les Bajaj ou Tuk tuk sont des moyens de transport pour circuler dans la ville des fleurs dans la région Boeny. La commune a décidé de les faire payer 250 000 Ar par ans en guise de patente, mais cela n’a pas été apprécié par les conducteurs de ces engins.
Ils étaient une centaine de Bajaj ayant fait une grève pour revendiquer la libération des leurs qui ont été pris par la police municipale. En effet, la commune a mis en fourrière 25 Bajaj, mais la commune de Majunga a été contrainte de les sortir hier selon le rapport de la gendarmerie nationale. Ces conducteurs de Bajaj stipulent que débourser 250 000 Ar est trop pour leur escarcelle, pour eux, ils sont prêts à payer 50 000 Ar par an.
Une réunion se tiendra le 15 janvier prochain entre la commune et la préfecture de Majunga avec les représentants des conducteurs de Bajaj pour trouver une entente sur la patente à payer pour ces véhicules de transport à Majunga.
Madagate0 partages

Augustin Andriamananoro. When the Light illuminates the Darkness

Imprisoned for a week to Antanimora where he spent Christmas 2016, far from his family, Augustin Andriamananoro, the Patriot from Soamahamanina, was freed on December 27th, 2016, with a prison sentence of three months with reprieve.

REPORT IN MALAGASY HERE

The Hvm power, that of the Darkness, falls totally in the ridiculous, facing the high spotlight of the Truth.

Jeannot Ramambazafy

News Mada0 partages

Fivondronamben’ny eveka : « Areti-mikiky ny kolikoly, ny tsy fandriampahalemana… « 

Hifarana ny taona. Raha ny nambaran’ny Fivondronamben’ny eveka, mbola areti-mikiky ny kolikoly, ny tsy fandriampahalemana, ny doro tanety…  

« Hampanaiky ny tsirairay ho sahy hiatrika ny fiainana marina mba hanafoana ireo areti-mikiky antsika sy ny fiarahamonina misy antsika ny fahatongavan’i Mesia. Anisan’izay areti-mikiky izay ny kolikoly, ny tsy fandriampahalemana, ny doro tanety… « 

Fiarahabana sy hafatra Noelin’ny filohan’ny Fivondronamben’ny eveka eto Madagasikara, eo anivon’ny Ekar, ny Mgr Tsarahazana Désiré, ny 25 desambra lasa teo, io. Tokony hanome lanja bebe kokoa ny Noely ny kristianina.

« Noho ny fitaizana ataontsika amin’izay toerana sy sehatra iainantsika andavanandro no mety ho tonga tsirim-panantenana ka hahatonga tokoa ny hafaliana vokatry ny fahatongavan’i Mesia », hoy izy. Mipaka hatrany amin’ny fiainan’ny fiarahamonina sy ao am-pon’ny tsirairay izany, ka hananany toe-po sy toe-tsaina mahay mifampizara izany eo amin’ny fiarahamonina sy eo amin’ny samy mifanila vodirindrina.

Amin’izany vao azontsika antoka fa hampanaiky ny tsirairay ho sahy hiatrika ny fiainana marina mba hanafoana ireo areti-mikiky ny fahatongavan’i Mesia, araka ny nambarany.

Mipitrapitra fotsiny ny maro amin’ny Malagasy

« Maro amintsika Malagasy ankehitriny, vahoaka tsy hita pesimpesenina, valalatsimandadiharona no mipitrapitra maso fotsiny. Hany ka tsy afa-migoka akory ny hafaliana amin’ny Noely », hoy izy.

Ao, ohatra, ireo madinika sy atao tsindrio fa lavo, ary hararaotina amin’ny fomba maro samihafa; ireo mahantra sy fadiranaovana, zara fa mahita lamba itafiana itoviana amin’ny hafa; ireo kamboty sy tsy misy mpahatsiaro, miandry dadabe Noely isan’andro eo amin’ny fiainana; ireo kilemaina sy marary, zara fa mahita fitsaboana mifanaraka amin’ny zo maha olona azy eo amin’ny fiainana…

Fakan-tahaka i  Mesia

« Midika ho famerenan’Andriamanitra amin’ny laoniny ny tena maha olona antsika ny Noely », hoy ihany izy. Io zaza teraka tao an-tranon’omby io no tena olombelona hotahafintsika: ny toetrany tao Nazareta, ny fomba fiainany teo anivon’ny fianakaviany, ny fahaizany mandaha-teny teo anivon’ireo olona manana ny maha izy azy teo amin’ny fiarahamonina, ny fomba fampianarany. Tsy mampitolagaga fotsiny, fa fakan-tahaka ihany koa.

R. Nd.

News Mada0 partages

Ambohimanarina : nahazo tohana ny ankizy

Tsy diso anjara, toy ny isan-taona. Nizara vatomamy sy bisokia ho an’ny ankizy  maherin’ny 1 000 eo anivon’ny fokontany 31 eny amin’ny boriborintany fahenina ny depiote Raherisoa Vololona Victorine. Notanterahina ny herinandro teo izany mba hizarana hafaliana mitovy ho an’ny ankizy rehetra. “Hisitrahany ny zon’izy ireo ka mba hiaraka hifaly sy milalao amin’izao fetin’ny Noely sy ny faran’ny taona izao”, hoy izy. Tsy vitan’izany fa nahazo tohana ara-tsakafo koa ireo zokiolona 5 00 ary notoloran’ny depiote kalandrie ahitana ny firarian-tsoa avy amin’ity olom-boafidy eny Ambohimanarina ity. Nanampy izany hetsika izany koa ny vadin’ny filoham-pirenena, ankoatra ireo malala-tanana sy ireo mpiara-miasa amin’ny depiote.

Tsiahivina fa efa asa soa fanaon’ny depiote eny an-toerana sy ny fikambanana tarihiny ny tahaka izao ary mahazo ny anjarany avokoa ny rehetra, manomboka amin’ny ankizy sy ny tanora ary ny zokiolona.

Synèse R.

News Mada0 partages

Any ivelany : nodimandry i Georges Michael

Taona 1980 tany ho any… Nisongadina ny talentan’i Georges Michael na mbola tao anatin’ny tarika Wham aza izy tamin’izany… Nindaosin’ny fahafatesana ity mpanakanto nahafehy ny mozika pop ity!

Last Christmas”, hiran’i Georges Michael, mpihira malaza teratany anglisy. Indrisy, iny afakomaly iny tokoa no Krismasy farany niainany teto ambonin’ny tany. Nodimandry teo amin’ny faha-53 taony ity mpanakanto fanta-daza amin’ny mozika pop ity, tamin’io andron’ny Noely io.

Araka ny voalazan’ny olona akaiky azy, efa vatana mangatsiaka no novantanin’izy ireo tao an-tranony, ny tolakandron’ny alahady teo. Nambaran’ny mpanao fanadihadiana fa tsy ahina ho mety nisy zavatra hafahafa ny nahatonga izao fahafatesana izao. Fantatra koa fa “insuffisance cardiaque” ny nitarika ny fahafatesan’i Georges Michael na i Georgios Kyriacos Panayiotou, izay tena anarany feno.

Mpanakanton’ny taona 80 i Georges Michael, tao anatin’ny tarika Wham!. Wake Me Up Before You Go-Go”, “Last Christmas”, “Careless Whisper” ny anisan’ireo hira nahafantarana ny tarika. Nanomboka ny taona 1987, nandeha irery izy ary tsy mbola lefy laza. Nampiavaka an’i Georges Michael ny tononkira mivantambantana, toy ny “I want your sex”.

Nanomboka tamin’ny fivoahan’ilay hirany, mitondra ny lohateny hoe “Faith”, nitotongana ny lazany ary nisesisesy nianjady taminy ny olana: fatiantoka tamin’ny famoahana rakikira, raharaham-pitsarana samihafa, sns. Teo koa ny fidorohana toaka sy zava-mahadomelina.  

Marobe ny mpihira malaza naneho ny alahelony manolona izao fahafatesan’i Georges Michael izao. Anisan’izany ry Elton John, Bryan Adams, Madonna. Toy izany koa ireo gazety sy gazety boky britanika samihafa, toy ny The Daily Mail, ny The Guardian ary ny The Independent.

Landy R.

News Mada0 partages

Tontosain’ny A-Z Production : raikitra ny Tanjombato M’fety

 Mikarakara hetsika fitadiavam-bola ny faritra avaratra eo anivon’ny fiangonana katolika, Tanjombato ny asabotsy 31 desambra izao. Hanomboka amin’ny iray ora atoandro izany ary hotanterahina eo an-tokotany malalaky ny fiangonana ihany. Hanafana izany ireo mpanakanto maro sy fantan-daza ary samy hitondra ny talentany. Matihanina tanteraka ity seho indray mandeha eny Atsimondrano ity. Hisy mpanakanto maro tsy ampoizina rahateo  hiaka-tsehatra ary hahazo ny anjarany avokoa ny ankizy sy ny tanora ary ny lehibe. Natao ho zakan’ny rehetra ny vidim-pidirana. Hanelanelana sy hanafana izany fampisehoana izany ny mpanentana malaza avy amin’ny haino aman-jery iray eto an-dRenivohitra.

Etsy andaniny, na mbola vao misandratra aza ny A-Z Production, tsy handiso fanantenana ireo mpankafy amin’ny fikarakarana  hetsika iray manontolo tahaka izao. Efa vonona eny an-toerana amin’io fotoana io ny sakafo sy ny tsakitsaky isan-karazany  ary koa ny zava-pisotro avy amin’ny orinasa mpanohana.

Synèse R.

News Mada0 partages

Toamasina : olona telo maty, 76 naiditra hopitaly nandritra ny fetin’ny Krismasy

Azo lazaina ho nilamindamina ny tao amin’ny sampana vonjy taitran’ny Hopitalibe Toamasina nandritra ny fankalazana ny fetin’ny Krismasy teo. Ny alin’ny asabotsy 24 desambra 2016 nahatratra 70 ireo tonga nanao fizahana ka tsy maintsy nohazomina tao amin’ny hopitaly ny 28 amin’ireo. Araka ny fanazavan’ny mpitsabo ao amin’ny sampana vonjy taitra , raha oharina amin’ny fety rehetra, azo lazaina ho nidina ny tahan’ny olona nila vonjy taitra tao amin’ny Hopitalibe. Miisa 169 kosa ireo olona nila fizahana niantomboka ny zoma alina ka hatramin’ny alahady alina. Mahatratra 76 araka izany ireo tsy maintsy naiditra hopitaly. Tsy nisy kosa ny maty teo anivon’ny hopitaly fa olona telo maty avy any ivelany no tonga tao amin’ny tranom-patin’ny hopitaly.

Niakatra ny isan’ireo naratra…

Amin’ny ankapobeny, tsy nahitana fanapoizinana ara-tsakafo na iray aza tao Toamasina raha ny tatitra voaray teo anivon’ny sampana vonjy taitra. Niakatra kosa anefa ny ratra vokatry ny ady ary faharoa manaraka izany ny lozam-pifamoivoizana nahatratra 26 ireo tranga voaangona tao anatin’ny kahieben’ny Hopitalibe. Ny efatra tamin’ireo naratra ireo, notrongisin’ny fiarakodia ny tranon’izy ireo ka naratra vokatr’izany izy efa-mianaka. Toy ny mahazatra, nisy marary roa nandositra ny hopitaly raha roa hafa tsy nanaiky hiditra tao amin’ny hopitaly na teo aza ny ratra nahazo azy. Lehilahy roa hafa koa tsy nahatsiaro tena noho ny hamamoana diso tafahoatra. Voalazan’ny mpitsabo fa noho ny fifangaroan’ny zava-pisotro mahamamo sy zava-mahadomelina ny antony nahatonga azy ireo tsy nahatsiaro tena.

Tsy nieren-doza, araka izany, ny fety tao an-tanànan’i Toamasina.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

Bongolava : tratra ireo dahalo mpamatsy basy

 Voasambotry ny zandary avy ao Bongolava, ny faran’ny herinandro teo ireo dahalo telo lahy mpamatsy basy vita gasy. Araka ny fampitam-baovao avy amin’ny zandary, hamatsiana ireo dahalo mpangalatra omby ihany ireto fitaovam-piadiana ireto. Tratra tany amin’izy ireo araka izany ny basy PA vita gasy iray 9 mm  sy basy vita gasy calibre 12. Nohamafisin’ireo zandary any an-toerana fa mitohy hatrany ny ezaka manoloana ny fiparitahan’ny fitavaom-piadiana indrindra amin’ny famongorana ireo basy miparitaka any am-pelatanan’ny dahalo. Nohamafisin’izy ireo fa tsy mikely soroka ny eo anivon’ny zandarimariam-pirenena amin’ny famongorana ny asan-dahalo na eo aza ny tsy fahampian’ny fitaovana eo am-pelatanan’izy ireo. Mitovy rahateo ny fitaovam-piadiana ampiasain’ny dahalo sy ny an’ny mpitandro filaminana ka isan’ny mampanano sarotra  ny fifehezana ity asan-dahalo ity.  Miampy ny fisian’ireo dahalo ambony latabatra.

J.C

News Mada0 partages

FJKM Zoara Famonjena – Toamasina : niharan’ny fitsaram-bahoaka ilay jiolahy nangalatra rakitra

Saika matin’ny fitsaram-bahoaka ny iray amin’ireo jiolahy nangalatra rakitra tao amin’ny fiangonana FJKM Zoara Famonjena ao Ankirihiry Toamasina, ny alahady 25 desambra 2016…

 

Voasambotry ny polisy ny jiolahy iray raha saika matin’ny fitsaram-bahoaka kosa ny namany iray tao Ankirihiry Toamasina izay voarohirohy ho tompon’antoka tamin’ny fangalarana ny volan-drakitra tao amin’ny fiangonana FJKM Zoara Famonjena Toamasina. Araka ny fampitam-baovao voaray avy any an-toerana, taorian’ny fotoam-pivavahana tao amin’ny fiangonana FJKM Zoara Famonjena Ankirihiry ny alahady teo tokony ho tamin’ny 2 ora sy 30 mn tolakandro no nitrangan’ity halatra ity. Niditra tampoka tao amin’ny efitrano fanisan-drakitra ny jiolahy roa niaraka tamin’ny vatan-kazobe. Nalain’izy ireo avy hatrany ireo rakitra tanaty harona feno vola. Rifitra nandositra nihazo ny lalam-pasika avy hatrany ireo jiolahy rehefa avy nangalatra ilay vola. Raikitra ny antso vonjy nataon’ny diakona sy ny kristianina nanatri-maso izany. Raikitra ny fifanenjehana teny amin’ny lalam-pasika. Voalaza fa nampiasa hafetsena ireo jiolahy nitondra vola satria nisy ampaham-bola naparitaky ry zalahy teny an-dalana nandosirany mba tsy hahafahan’ireo mpanenjika manenjika azy ireo. Nisy tamin’ireo olona sasany nijanona nitsimpona ny vola, tao kosa ireo tsy nivaky loha izany fa niezaka nisambotra ireo jiolahy hatrany. Tratra ny iray ka niharan’ny fitsaram-bahoaka. Tsy fantatra ny totalim-bola very satria tsy mbola voaisa ireto rakitra ireto no tonga tampoka ireo olon-dratsy.

Sajo sy J.C

News Mada0 partages

IST Antsiranana : nivoaka ny injeniera sy teknisianina andiany faha-23

Notontosaina tao amin’ny Kianja mitafo ao an-tampon-tanànan’Antsiranana, ny alarobia 21 desambra 2016 teo ny famoahana tamin’ny fomba ofisialy ny andiany faha-23 ireo injeniera sy teknisianina nandranto fiofanana tao amin’ny Institut Supérieur de technologie (IST) ao Antsiranana. Miisa 139 izy ireo izay nahitana ingénieurs sy teknisianina amin’ny sampam-piofanana momba ny ingéniorat sy DTSS ary DTS eo anivon’ny IST. “Vognono” ny anarana nisaloran’izy ireo tamin’ity andiany faha-23 ity. Tonga nanome voninahitra ny lanonana ny sekretera jeneralin’ny minisiteran’ny Fampianarana ambony sy fikarohana ara-tsiantifika, ny filohan’ny oniversiten’Antsiranana, profesora Manorohanta Cécile ary ireo tompon’andraiki-panjakana ao an-toerana. “Santatra avokoa ny zava-tsarotra rehetra nolalavona nandritra ny fianarana teo anivon’ny sekoly fa tena mbola ho sarotra ny ho avy aorian’izao”, hoy ny hafatra avy amin’ny minisitry ny Fampianarana ambony, Rasoazananera Marie Monique.

Nahazo ny major-n’ny ingéniorat tamin’ity andiany faha-23 ity Raminonanaharilala Sabine avy ao amin’ny sampam-piofanana Ingénieur en ingénierie des communications Electroniques (ICE). I Bejaona Frida Sandrine kosa ny tao amin’ny technicien supérieur specialisé en Ingénierie des Réseaux mobiles (IRM). Rindra Nantenaina Razafy ny major-n’ny technicien superieur avy ao amin’ny sampam-piofanana momba ny technologie navale.

Rakotobe Mamy ny avy amin’ny BNI Madagascar ny ray mpiahy ireo injeniera sy teknisianina tamin’ity andiany faha-23 ity.

Nofaranana tamin’ny fiaraha-misakafo sy ny alim-pikoranana tao amin’ny foyer Secren ny lanonana.

Jean Claude

News Mada0 partages

Boriborintany faha-III : halamina ny tsena

Nametraka ny vinany sy ny fandaharanasany amin’ny taona ho avy ny eo anivon’ny boriborintany III. “Miompana amin’ny fampandrosoana ity faritra ity izany ka anisan’ny laharam-pahamehana ny fanadiovana ny tanàna, ny fandaminana ny tsena ary ny fampihenana ny fitohanan’ny fifamoivoizana”, hoy ny delege, Andriamamonjisoa Rado, ny herinandro teo tao amin’ny efitrano fiasany. Fotoana koa io nizarany fanomezana ho an’ireo mpiasa rehetra eo anivon’ny boriborintany faha-III iadidiany, miaraka amin’ny solontenan’ny mponina eny an-toerana. Nahitana kojakoja samihafa ilaina amin’ny fiainana andavanandro (PPN) toy ny vary, menaka, paty, vatomamy izany fanomezana izany ary natao indrindra amin’izao fahatongavan’ny fetin’ny Noely sy ny fetin’ny faran’ny taona izao. Ezaky ny boriborintany faha-III madiodio, niampy ny fanampiana avy amin’ny ben’ny Tanàna Ravalomanana Lalao ny nahatontosana izany. Tsiahivina fa asa mitohy  ataon’ny boriborintany faha-III ny fiahiana ny mpiasa sy ny mponina eny an-toerana.

Synèse R.

 

News Mada0 partages

Fetin’ny Noely : nizara sakafo ny Sant’Egidio

 Toy ny efa fanaony hatramin’ny taona 1968, nanamarika ny fetin’ny Noely ny fianakaviamben’ny Sant’Egidio. Nomarihina tamin’ny alalan’ny sakafo niarahana amin’ireo ankizy zanaky ny sahirana sy ireo zokiolona ary ny fianakaviana avy amin’ireo kartie, toy ny etsy Antohomadinika, Ankazomanga, Andravoahangy Ambony ary Antaninandro  izany ary notanterahina tetsy amin’ny Ekar Andravoahangy, ny asabotsy teo. Tsy hadino ny kilalao avy amin’i Dadabe Noely sy ny fanentanana sy ny fanafana fety nataon’i  Christian kely avy amin’ny « Pazzapa kids ». Naneho ny fihetseham-pony ireo efa ela niarahana tamin’ny Sant’Egidio fa tena mbola hafa mihitsy izy ireo.  Tsy manadino azy ireo hatrany rehefa fety.

Hitohy eny amin’ireo zokiolona eny amin’ny Foyer de Vie Andrainarivo sy eny  Ambohimanambola ny hetsika tahaka izao, ny volana janoary ho avy io.

Synèse R. 

 

Orange Madagascar0 partages

Akon'Antsiranana, 27 desambra 2016

AMBILOBEFantatra fa hotokanana amin’ny 15 janoary ho avy izao ny birao vaovaon’ny kaominina Ambilobe. Fety lehibe no karakaraina amin’izany izay iarahana amin’ny tarika Wawa.

SAMBAVALozam-pifamoivoizana mahatsiravina no nitranga teo amin’ny lalana mandeha any amin’ny seranam-piramanidina ao Sambava io maraina io.

AMBANJANatolotra ny  fitsarana ao Ambanja androany ny lehilahy iray tratra nangalatra lavanila mbola maitso nilanja 30 kilao. Tamin’ny herinandro lasa teo no nanaovany io asa ratsy io tany amin’ny fokontany Ambalavelona, 7 kilometatra miala ny tanànan’Ambanja.

JIRAMANidina teny amin'ny foibe mpamokatra herinaratry ny Jirama omaly 26 desambra maraina ny “OMC Elargi” izay notarihin'ny lehiben'ny distrika, nijery akaiky ny olana mikasika ny delestazy izay nampiteny ny moana. Fantatra nandritra izany fa milina efatra amin’ireo enina misy no simba avokoa amin’izao fotoana izao. Ankoatra izay, misy sokajin’olona vitsivitsy mikasa hitarika fidinana andalam-be, manoloana ny delestazy lavareny ao Ambanja.

Orange Madagascar0 partages

Echos d'Antsiranana du 27 décembre 2016

La célébration de la fête de Noel s’est déroulé sans incident majeur dans la capitale du Nord. Malgré la timide préparation, les antsiranais ont  profité de la dernière heure pour affluer Bazary Kely et les boutiques de la ville étoffées par les marchands de volailles, des denrées  alimentaires et des effets vestimentaires. Les jouets de tous les goûts ne sont pas en reste.

News Mada0 partages

Basikety Avaradrano : voafidy ho filohan’ny seksiona i Faly

Lany ho filoha hitantana ny seksiona basikety eny Avaradrano Andrianarivelo Faly Hervé, fantatry ny maro eo amin’ny sehatry ny zavakanto. Nandritry ny fivoriambe natao ny 7 desambra lasa teo, teny amin’ny distrikan’Alasora ny nahalany azy ho amin’izany toerana izany. Ireo klioba 6 nahazo fahafahana mandatsa-bato no nifidy azy nanoloana an-dRatsimba Michel, filoha teo aloha. Na izany aza, nahazo ny fankatoavana na ny “quitus” avy amin’ireo klioba ireo ny tatitra ara-bola sy ara-teknika ary ny ara-moraly, nataon’ny ekipa teo aloha.

Efa notontosaina ny 22 desambra ny fifamindram-pahefana teo amin’ny roa tonta.

Laharam-pahamehana ho an’ny filoha vaovao ny hampitombo isa ny klioba ao amin’ny seksiona tantanany.  “Betsaka ireo tanora milalao basikety, saingy tsy miditra klioba fa mijanona fotsiny ho amin’izao ka sarihina izy ireo hanangana klioba ka ho lasa ofisialy ny basikety ataony”, hoy i Faly.  Ankoatra izay, tsy ataony ambanin-javatra ihany koa ny fotodrafitrasa. Na efa samy manana ny azy aza ireo kaominina, tsy maintsy mbola hampiana.

Marihina fa filohan’ny fikambanana Haigasy izay misahana ny fampandrosoana an’Avaradrano misy an’i Talata Volonondry sy Ambohimanga Rova, amin’ny sehatra ara-tsosialy sy kolontsaina ary fampianarana sy fizahantany, i Faly ary miara-miasa akaiky amin’ny Ortana sy ny Oscar. Mpitantana ny klioba Basket Club Haigasy sy ny tsipy kanetibe ihany koa ny tenany, saingy tsy maintsy hialany noho izy efa lany ho filohan’ny seksiona izao.

 Torcelin

 

News Mada0 partages

Droits et avantages : la Médiature toujours dans l’expectative

Malgré ses revendications de bénéficier du même statut que le président de la Haute cour constitutionnelle (HCC), le médiateur de la République Monique Andréas Esoavelomandroso reste sur sa faim. Lors de la remise du rapport de ses activités pour l’exercice 2015, Monique Andréas Esoavelomandroso a évoqué l’article 16 de l’ordonnance de 1992 qui fait mention de ses droits et de son rang protocolaire. Cet article stipule clairement que «Le Médiateur a rang, prérogatives, traitement et avantages assimilés à ceux du Président de la Haute cour constitutionnelle (HCC)».

Cependant, jusqu’à maintenant, la médiature attend toujours et espère un geste de la part du régime étant donné qu’elle est s’érige comme étant l’institution défenseur des droits du peuple.

Ironie du sort, la HCC a publié le 19 décembre dernier une délibération portant révision de son règlement intérieur. Un règlement qui affiche les organisations, les attributions et pouvoir mais surtout des notations, rémunérations et avantages du personnel de cette institution. «Ce règlement intérieur s’inscrit dans le cadre du respect des principes de l’indépendance, de la collégialité, de la bonne gouvernance et de l’Etat de droit», a précisé le communiqué de la HCC.

Nadia

 

News Mada0 partages

Tanana Krismasy : de grosses pointures animeront le village

Durant cette semaine, le village de la Francophonie à Andohatapenaka propose davantage de divertissements et loisirs destinés à toute la famille. Au programme, de grosses pointures vont animer la scène quotidiennement.

 Les activités culturelles continuent au Village de la Francophonie à Andohatapenaka, baptisé «Tanàna Krismasy», jusqu’au 30 décembre. Après un week-end rempli de joie et de foule, où les enfants et les jeunes étaient les premières cibles grâce aux activités durant la fête de Noël, les organisateurs proposent davantage de manifestations pour le grand public. Ainsi, des concerts se tiendront tous les jours au village de la Francophonie à Andohatapenaka dans le cadre de la célébration des fêtes de fin d’année.

Le programme de la semaine

Hier, les amateurs de RnB venus de Toamasina étaient en tête d’affiche, à savoir Zino et Joudas. «Nous essayons de donner la scène à tout genre de musique», a annoncé le responsable du lieu. Ensuite, le programme continue ce jour, avec Mijah qui va interpréter son titre incontournable de l’année «Ataovy ny dian’i Mijah». Par ailleurs, il va aussi présenter au grand public ses nouveaux morceaux qui pourront  cartonner pour l’année prochaine.

Ensuite, le concert de Darindra et Tanà Gospel Choir (TGC) se tiendra demain. Si Darindra est encore un récent groupe qui adopte le style folk, TGC est déjà un groupe évangélique célèbre, surtout après son dernier show de vendredi dernier qui s’est tenu à guichets fermés. Puis le programme s’intensifiera à partir du 29 décembre. Trois groupes s’y produiront. Le spectacle commencera avec Samoëla qui promet d’être au grand complet en investissant la scène durant deux heures environ. Ensuite, la chorale The Called et Steph Rambi Band clôtureront la journée. La  semaine se clôturera en beauté en invitant deux artistes. La première partie sera d’abord assurée par le groupe a capella Telo sy Telo. Et la semaine se terminera par un grand concert d’Ambondrona.

L’objectif

«Notre objectif est de satisfaire le public durant cet évènement. Ainsi, à part ces concerts, le site sera aussi rempli d’autres manifestations pour les enfants grâce aux divers ateliers et aussi à l’espace spécial enfant ainsi que pour les jeunes amateurs de sport extrême… Le prix d’entrée est modéré. Notons que cet évènement est soutenu par le président de la République», a conclu le responsable du site.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

« A toi de jouer » : toujours en crowdfunding

Depuis trois mois, le projet transmédia de Lova Nantenaina intitulé «A toi de jouer» était sur Helloasso, un site de crowdfunding d’un projet quelconque. Si la campagne de sensibilisation pour les dons est déjà clôturée, il est encore possible actuellement de financer ce projet actuellement.

«A toi de jouer» est en fait le prochain film du réalisateur Lova Nantenaina. L’objectif est de promouvoir les jeux d’enfants, des jeux construits par les enfants eux-mêmes.  C’est une série de documentaires éducatifs qui a été concoctée depuis plus d’un an. «Nous essayons de dévoiler au reste du monde qu’il est encore possible de jouer à ces «anciens» et simples jouets», a-t-il expliqué.

Ainsi «A toi de jouer» est presque fini. «Nous avons déjà établi l’écriture, le tournage, le montage, la partie animation, il ne reste plus que la postproduction, qui signifie la finition du film», a-t-il déclaré. Cependant, pour fignoler ce film, le crowdfunding est encore possible sur le site Helloasso pour le moment.

Holy Danielle

 

News Mada0 partages

Is’art Galerie : carte blanche au « Rêv’Errant »

Pour tourner la page de cette année culturelle, l’Is’art Galerie Ampasanimalo donnera carte blanche à Tanjona Rabearivony plus connu sous son nom de plume «Le Rêv’Errant» ce vendredi,  le temps d’une soirée baptisée «Tanindrazana hoan’ny taranaka – Madkaoskara».

L’année se termine et l’heure est actuellement au bilan. Plus connu pour ses textes à la fois engagés et dénonciateurs, Le Rêv’Errant va user de son statut d’artiste pour dire tout haut ce que les autres n’osent même pas aborder.

«Tanindrazana hoan’ny taranaka – Madkaoskara est un projet ayant pris naissance à travers le besoin de dire les choses telles qu’elles sont, de présenter des faits qui ne nous sont pas étrangers mais que l’on néglige puisque on préfère rester dans l’ignorance. Sans prétention aucune, Le Rêv’Errant tarika véhicule les valeurs, les vestiges, la science…que nos ancêtres nous ont laissés en héritage, ceci à travers des recherches souvent difficiles mais possibles. C’est ce principe que le groupe défend à travers la musique», soutiennent les membres du groupe.

Entre rythmes et pulsations

Sur scène comme dans la vie courante, il s’attèle à rappeler le rôle essentiel que joue la langue, la terre et l’histoire dans le développement de la société. Cet événement sera donc une tentative de réponse aux interrogations actuelles sur l’art à Madagascar et veut surtout questionner sur la société de l’information et les enjeux de la modernité. Déjà connu et reconnu dans le milieu de la littérature notamment le poème, Le Rêv’Errant mettra sa casquette de chanteur pour l’occasion.

«Jonglant entre les rythmes et les pulsations, Le Rêv’Errant tarika expérimente et vit la musique sur toutes ses formes et dans tous ses états allant du rock au rap, en passant par le reggae et la musique traditionnelle de son pays, mais le principe reste le même, frapper fort, avec les mots ou avec les idées, frapper fort avec les actions jusqu’à ce que chacun réalise son importance dans ce pays qu’on aime tant», ont-ils conclu.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Fête de la nativité : la célébration change au fil du temps

Edmond R., un coiffeur octogénaire encore en exercice, affirme que la célébration de la fête de la Nativité a changé au fil du temps. Chacun la célèbre aujourd’hui à sa manière. Ce qui est tout à différent de son temps. Interview.

. Les Nouvelles : Raconte-nous un peu comment on a célébré Noël durant votre enfance.

– Edmond R. : De mon temps, à l’époque du colonialisme et durant la première République, fêter Noël se prépare sérieusement au moins un mois à l’avance. C’est l’événement le plus fêté après le 14 juillet, et plus tard le 26 juin. Comme c’est un événement religieux, les enfants et les jeunes du village s’activent fébrilement dans la répétition des représentations de la veillée de Noël, aussi bien en chanson, récitation que sketches, et en particulier l’histoire de la naissance du Christ. On consacre deux heures de temps par jour et tous les après-midis des week-ends dans ces répétitions.

. Pourquoi tant d’enthousiasme ?

– Pour ne pas être ridicule lors de la présentation. En effet, à cette époque, il n’y avait que deux sanctuaires au village, l’église catholique et le temple des protestants. Ce sont les protestants qui commencent la représentation aux environs de 18 h. A part le curé et quelques diacres, tout le monde se déplace pour apprécier le spectacle préparé par les jeunes du temple. Une fois celui-ci terminé, on se rue dans l’église catholique. Une sorte de concurrence, mais dans la fraternité, est ainsi née entre les acteurs qui ne peuvent jouer leur rôle qu’avec conviction. Une conviction qui a toutefois son importance dans leur manière de mener leur vie et leurs comportements dans la société, y compris les spectateurs. Comme ces représentations font l’objet d’une discussion d’au moins une semaine, l’esprit de Noël et les messages y afférents sont effectivement passés pour tout le monde.

. Mais toutes ces allégories de Noël se poursuivent encore de nos jours, quelle est donc la différence ?

– Avec la venue de ces nouvelles religions qu’on appelle « secte », la définition et la manière de fêter Noël a totalement changé. La concurrence fraternelle d’antan qui a réuni tout le monde est devenue une discussion sans fin qui se termine en général par un « chacun pour soi et Dieu pour tous », cela afin de ne pas envenimer la situation. Une nouvelle pensée qui a ébranlé la légendaire solidarité des Malgaches, où l’individualisme l’a emporté. Cela se présente même au sein d’un ménage. Aujourd’hui chacun fête Noël à sa manière.

. A part la religion, est-ce d’autres points ont marqué le Noël d’antan par rapport à celui d’aujourd’hui ?

– On mange à sa faim. Par rapport aujourd’hui, on peut dire qu’il n’y a pas eu de vrai ménage nécessiteux, et il n’y avait pas encore de bidonvilles. Seules les familles qui ont de nombreux enfants sont considérées en situation difficile. Cependant, elles reçoivent de l’aide comme le riz, des friandises, des jouets et de la viande, voire des volailles, de la part du Canton, l’équivalent de la commune actuelle. Cela au même titre que toutes les personnes du troisième âge, dans les 300 ariary par personne. Comme le kilo de viande était de 20 ariary, c’est à vous de conclure.

Propos recueillis par Sera R

News Mada0 partages

Noël 2016 : sous le signe de l’inflation

Il va sans dire que la fête de la nativité de cette année est placée sous le signe de l’inflation, en particulier pour les PPN et les volailles. Côté PPN, l’œuf a battu le record avec son prix de 500 ariary la pièce contre 350 il y a à peine un mois. Il est suivi par l’huile alimentaire en vrac dont le prix du litre est passé 4 200 à 4 800 ariary en une semaine. Le prix du riz, du sucre et de la farine ont aussi augmenté de 10 à 20%. Par conséquent, les produits maraîchers et potagers n’étaient pas en reste dans cette course vers la hausse, en même temps que les fruits.

En ce qui concerne les volailles, leur prix a presque doublé. « C’est la première fois de ma vie qu’on m’a proposé un dindon à 100 000 ariary », s’est indignée une mère de famille, qui était venue à Isotry pour faire ses emplettes la veille de noël. Cette dernière de se rabattre sur les poules qui ont aussi accusées, à leur tour, une augmentation de prix par rapport à l’année dernière à la même époque. Une augmentation de plus ou moins de 5 000 ariary dans l’ensemble.

Sera R

 

News Mada0 partages

Assainissement après noël : plus de 2.000 tonnes de déchets dans la capitale

Grand ménage après la fête de la Nativité. Le volume des ordures ménagères a presque doublé par rapport aux jours ordinaires. Ce qui  justifie la disposition prise par le Service autonome de maintenance de la ville d’Antananarivo (Samva) de mobiliser beaucoup plus d’agents et de matériel roulant que d’habitude.

Aucun repos. Les agents de nettoyage  de la capitale n’ont pas eu de droit de repos ni de faire la grasse matinée le lendemain de la fête de la Nativité, qui est d’ailleurs tombé un dimanche. Très tôt dans la matinée, ils ont dû s’atteler aux travaux d’assainissement de tous les quartiers pour ramasser les montagnes d’ordures accumulées durant la fête. Les endroits les plus fréquentés notamment les marchés d’ Analakely et ses environs, Isotry, ou encore 67 Ha… ont été priorisés.

Pour finir les travaux à temps, d’autres agents sont venus en renfort pour effectuer leur tour hier. Une disposition nécessaire à en juger le volume des ordures allant jusqu’à 2.000 tonnes les 24 et 25 décembre, contre 500 à 600 tonnes par jour en dehors de ces moments. Mis à part le personnel qui se charge des travaux d’assainissement, le Samva a également déployé une trentaine de véhicules pour accélérer le dépôt d’ordures à la décharge d’ Andralanitra. Chacun des véhicules, avec cinq à six hommes à bord pour assurer le chargement et le déchargement, a du faire quatre à cinq voyages pour vider les bacs à ordures, qui débordent le long de la chaussée.

Incivisme

L’état des lieux et les ordures constatés, notamment des tiges de brochette, des sachets en plastique, des cartons, des écorces de fruits… ou encore de l’urine dans des bouteilles, ne font qu’illustrer l’envergure du manque de civisme chez la majorité des citadins. D’ ailleurs, les commerçants des rues ayant investi les rues de la ville ont laissé derrière eux des tonnes de déchets. Et ce sont les riverains qui en ont le plus souffert, obligés depuis plus de deux jours de cohabiter avec ces tas d’immondices. La seule  image que l’on pouvait retenir de ces lieux, les jours du 24 et 25 décembre derniers, c’est tout simplement celle d’une ville nauséabonde, envahie par des tonnes d’ordures.

Fahranarison

 

News Mada0 partages

Veille de noël : une adolescente abattue d’une balle

La situation sécuritaire dans la région Menabe est préoccupante. Les attaques à main armée se sont multipliées ces derniers temps au grand dam de la population.

Une collégienne de 16 ans demeurant à Ambalanangozy, district de Mahabo, a été abattue d’une balle dans la nuit du 24 décembre, alors qu’elle se préparait à se rendre à la traditionnelle veille de Noël.

Cette nuit-là, aux environs de 20h, une vingtaine de bandits dont certains étaient munis d’armes à feu ont investi la propriété d’un enseignant. Sitôt à l’intérieur de l’enceinte, ils ont lancé des tirs en l’air. Bien qu’il ait été pris au dépourvu, le maître de céans a pu saisir son arme. Il a ouvert le feu mais face aux bandits en surnombre, il a dû abandonner la partie, laissant ainsi le champ libre aux assaillants.

Prise de panique, l’adolescente a sauté par la fenêtre mais l’un des bandits l’a aperçue et lui a tiré dessus. Elle a été touchée au niveau de son dos. Le projectile l’a traversée de part en part. Elle a été tuée sur le coup. Les bandits ont par la suite quitté les lieux avec 25 zébus. L’intervention menée conjointement par la police et la gendarmerie a permis de récupérer une partie du butin.

Quatre bandits tués

La situation est à peu près pareille à Morondava, chef-lieu de la région Menabe. Au moins deux cas de braquage ont été signalés respectivement à Namahora et Namahora Atsimo, les 24 et 25 décembre.

La veille de Noël, vers 19h30, les bandits ont pris d’assaut un établissement commercial sis sur une rue passante à Namahora, en plein centre ville. Les bandits se sont emparés d’un carton contenant la recette de la journée, estimée à plus de 6 millions d’ariary. Pour couvrir leur fuite, ils ont tiré des coups en l’air.

Le lendemain, à Namahora Atsimo, les bandits ont encore fait parler d’eux. Rapidement alertés, des gendarmes et des policiers sont intervenus. Des coups de feu ont éclaté. Un bandit a été tué sur le coup. En suivant les traces de sang, les policiers ont réussi à localiser un autre suspect qui se réfugiait dans les toilettes. Celui-ci succombera plus tard à ses blessures. Une forte somme d’argent a été retrouvée sur lui. Menant une véritable « chasse à l’homme », les gendarmes et les policiers ont en tout neutralisé quatre bandits.

Selon une source locale, la fermeture de l’usine Sucoma, l’arrêt des activités, lié aux travaux de réhabilitation du barrage de Dabaraha ainsi que la disparition du cheptel bovin ont complètement changé le comportement de certains villageois qui sont devenus des bandits de grand chemin, malgré eux.

Mparany

News Mada0 partages

Pollution par les hydrocarbures : bilan satisfaisant pour l’Olep

L’Organe de lutte contre l’évènement de pollution marine par les hydrocarbures (Olep) a bouclé la boucle pour l’année 2016. Les responsables ont achevé dans le temps les séances de formation périodique destinée aux agents de lutte dans les 15 centres de stockage de matériel dans les différentes régions de Madagascar.

Plus d’un millier de certificats d’aptitude ont été délivrés aux agents de lutte ayant accompli des formations successives au cours des séances. Une soixantaine d’agents du centre de Taolagnaro ont suivi leur séance de recyclage pratique au Vieux Port après le stage théorique sur la répartition des tâches  en cas d’évènement. Les statistiques de l’Olep démontrent d’ailleurs une fréquence élevée des naufrages de bateau dans cette partie de Madagascar où transitent annuellement 700 millions de tonnes de pétrole brut. Les conditions climatiques, surtout pendant la saison cyclonique, favorisent aussi les risques d’accidents maritimes dans les eaux territoriales malgaches. Le stage s’est tenu au port de Toliara pour la région Atsimo Andrefana avec des exercices de déploiement de matériel tel que les barrages et les motopompes. Le rôle des autorités dans le déclenchement de l’alerte y a été rappelé pour l’effectivité des interventions accomplies en temps réel. Le renouvellement annuel des exercices et formation de l’Olep a été clôturé à Manakara.

Le directeur général de l’Olep Roland Rakotondrasata a rapporté à l’issue de ces formations que le plan de lutte est dynamique et nécessite de mises à jour. Une pollution marine par les hydrocarbures et les substances nocives ou potentiellement dangereuses a un impact sur les organismes marins et va réduire les potentialités d’exploitation de ce domaine en termes de pêche et d’aquaculture. De la tâche de l’Olep dépend donc plusieurs axes stratégiques de développement.

Manou

 

News Mada0 partages

Fanalamanga : place à l’environnement

Après avoir reçu le satisfecit des autorités sur le redressement de la société d’exploitation forestière Fanalamanga, le directeur général Augustin Rakotonirina a placé la barre haut.

Il a annoncé publiquement son objectif de réaliser le dixième du programme de reboisement prévu par le ministère de l’environnement pour la campagne 2016-2017 lors de l’ouverture du reboisement de la région Alaotra Mangoro. Un reboisement sur une superficie de 5000 hectares est prévu après ce début opéré sur une surface de 27 hectares. Il a révélé d’ailleurs l’importance de la reforestation pour le développement de sa société pour redonner à Fanalamanga sa réputation d’antan. «Nous allons nous lancer dans le développement de la production après l’effectivité du redressement structurel», a-t-il ajouté.

Le chef de la région Alaotra Mangoro Désiré Ranarison a félicité l’initiative de la société, concrétisée avec le partenariat d’opérateurs chinois pour la réalisation de cet objectif.

Manou

 

News Mada0 partages

Chronique : pas de bon bilan pas de trêve

Trêve des confiseurs ? Connais pas ! Ça concerne peut-être les privilégiés qui ont le choix de leurs dépenses. Trêve, il s’agit bien d’une cessation temporaire d’activités guerrières, non ? Dans nombreux foyers, survivre nécessite combat sans relâche, les difficultés elles ne laissent aucun répit. Les étalages de biens de tentation ne sont que provocations avivant encore davantage la brûlure de l’état de pauvreté chez les plus démunis. D’étrennes à s’offrir mutuellement ? Tu parles, Charles ! De vœux de bonne année à s’échanger ? Chez les seuls bourre-pif, espèce de naïf ! Ici  demain à aujourd’hui au mieux sera du kif-kif. Un sort que personne ne kiffe, même si contre son sort personne ne se rebiffe. Ce qui ne signifie pas qu’au sort qu’on leur fait, tous toujours vont se résigner.

Souvent on entend les soupirs généreux de bonnes gens vivant dans l’aisance se plaignant d’un gênant état d’âme que génère la  cohabitation des richesses et de la pauvreté. La gêne, les pauvres eux y vivent, des états d’âme ils en font un luxe hors de leurs moyens, s’assoient dessus pour se résoudre à faire la manche ou même pour accepter l’aumône de ceux qui par ce geste s’achètent bonne conscience. Recevoir une aumône ou une faveur requiert une dose d’humilité surtout quand celui qui a la délicate intention n’en fait pas preuve mais au contraire recherche ostensiblement une satisfaction personnelle : humiliant pour l’autre réduit à servir de faire-valoir. On aurait tort de vouloir juger  des comportements individuels alors que la relation concerne l’intention particulière du donateur et la perception personnelle du receveur. Mais le procès d’intention se justifie lorsqu’il s’agit de deniers publics. Président, ministres, première ou dixième dame, font parfois des « dons » spectaculaires qu’ils présentent sous l’apparence de dons personnels. Normal si l’on se demande si c’est la vérité qui est détournée ou les fonds. Il serait plus noble d’avouer que sur des fonds publics la personnalité qui en a le pouvoir a décidé d’affecter le crédit à cet usage. Un souci d’honnêteté qui dispenserait de médiatiser la générosité.

Léo Raz

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : la main-d’œuvre indigène à Madagascar

Au cours d’une discussion sur la main-d’œuvre indigène, tous les Corps constitués réunis au gouvernement général de la Grande Île, M. Garbit a expliqué pourquoi il avait rapporté l’arrêté intensifiant les prestations obligatoires pour la production du graphite.

Pris dans l’intention de satisfaire aux besoins de la défense nationale, cet arrêté n’avait plus sa raison d’être le jour où cette production, dépassant les besoins nationaux, il avait fallu songer à exporter l’excédent.

Néanmoins, plusieurs moyens ont été examinés pour favoriser et augmenter cette main-d’œuvre.

Parmi ces moyens, l’assemblée a proposé à l’unanimité l’interdiction absolue des tavy, elle a demandé également plus de sévérité dans la perception de l’impôt, car pour s’acquitter, l’indigène fait violence à sa nature indolente et travaille ; on peut espérer que l’excédent de son gain, en lui procurant un peu de confortable, lui donnerait des idées de luxe, tout au moins pour parer sa femme, coquette comme toutes les femmes et qu’ainsi, l’indigène prendrait malgré lui le goût du travail. Mais, nonobstant l’excellence de ces deux moyens, la population de la Grande Île est trop peu nombreuse pour fournir toute la main-d’œuvre indigène nécessaire au développement de la colonie.

Pour remédier à cet inconvénient, M. Garbit a pensé qu’il serait utile d’attirer à Madagascar des travailleurs de certains pays qui viendraient s’établir dans la Grande Île avec leurs familles. Mais c’est un expédient qui demande à être mûrement étudié, pour être résolu d’une façon satisfaisante.

Le recrutement

des auxiliaires malgaches

Une pétition circule dans

la Grande Île et se couvre de signatures.

Elle demande à M. Garbit de vouloir bien donner les instructions nécessaires pour que les recruteurs de main-d’œuvre indigène ne s’adressent plus aux ouvriers travaillant régulièrement sur les chantiers européens, et pour que les fonctionnaires indigènes ne soient plus chargés de ce recrutement, en raison de leur méthode d’ignorer volontairement les instructions reçues.

Le Courrier colonial 

www.bibliothequemalgache.com

News Mada0 partages

Us et coutumes : les coups du Père François

Le Christ dont on célèbre la naissance à chaque Noël a comme principal message l’Amour. Le Pape François pour fouetter les marchands du monde qui n’ont d’amour que pour l’argent, a étouffé la respiration des hauts responsables de la planète simplement en récitant une interminable litanie des misères et des guerres qui étranglent les populations urbi et orbi auxquelles il a destiné la bénédiction.

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : fifampizarana safosafo

Madinika ihany izany fahazoan’ny mpikambana ao amin’ ny HCC alalana hivimbina basy poleta izany sy ny fanomezana azy ireo « passeport diplomatique ». Fitia mifamaly ê ! Inona moa no fonosin’izao tombontsoa vaovao tsy nositrahan’ ny teo aloha izao fa atolotra ireo eo ankehitriny ? Valim-pahasahiranana hoy ny sasany.

Tonga saina sady nisondrotra fahaizana hono ny Fitsarana Avo momba ny Lalampanorenana ka, araky ny fandiniky ny mpahay lalàna hafa, dia nanondrontra ny sehatry ny fahefany io Fitsarana io. Tsy mitsahatra eo amin’ny fitsarana arakarak’ izay voasoratra intsony izy fa efa niakatra amin’ny fanomezana ny heviny momba ny fepetra sasantsasany voalaza ao anatin’ny Lalampanorenana. Ny Lalampanorenana mifehy ny Repoblika fahefatra dia mandrara ny fiampitampitana vondrona pôlitika fanaon’ny solombavambahoaka fahiny. Mbola miseho anefa izany ary izay no mitarika fivadibadihan’ ny fijoroana vondrona maro anisa ao amin’ny Antemierampirenena. Mazava ho azy fa mareforefo toy izay ny fahefan’ ny fanatanterahana. Araky  ny fisehon’ny toe-draharaha ao Tsimbazaza dia tsy mahafehy intsony io fitsipika voasoratra io. Tsy didy no napetraky ny HCC fa hevitra no naposany. Ny fahalalahan’ny depiote amin’ny maha solombavambahoaka azy dia tsy tokony ho voafetra amin’ny maha mpikambana azy amin’ny antoko iray ka hahalasa azy ho solontenan’antoko fotsiny eo amin’ny fiarovan-kevitra sy eo amin’ny fandatsaham-bato. Misy fahamarinana feno fahendrena izany. Voafitaka noho ilay « mandat impératif » ny mpifidy. Tsy olona ho solontenany mivantana no fidiny fa olona ho solombavan’antoko. Mendrika ho dinihina noho izany ny lalàna fototra. Fa io aloha no lalàna ary noho izay, na ratsy na tsara dia io no manan-kery raha tsy izay dia lasa tatatra misantatra fandritrana ny fanjakana tan-dalàna. Fahendrena mandravona ny fiaraha-monina eo amin’ny fitantanana sa fiarovana ny voasoratra ao amin’ny Lalampanorenana no atao tanjona ? Adidy vaovao ity farany ity. Mila fifanekena vaovao fa tsy vitan’ny fifampisafosafoana fotsiny amin’ny fifanakalozana tombony madinika.

Léo Raz

Ino Vaovao0 partages

AMBALAVATO - ANTSIRABE : Lehilahy 67 taona novonoina nosemporina tamin’ny ondana

Tao amin’ny Fokontany Ambalavato no nitrangan’izany, ka lehilahy lehibe tokony ho 67 taona ity nisy namono ity. Raha ny fitiliana nataon’ny BMH dia fantatra fa nosemporina tamin’ny ondana no nahafaty ity ray aman-dreny ity, izay azo antoka fa efa ny 23 Desambra no namonoan’ny jiolahy azy saingy ny 24 desambra vao nisy nahita izany.

Ny nanaitra ny mpitandro filaminana tamin’ity raharaha ity dia nisy trangana vaky trano tao amin’ny Fokontany Ampanataovana, ny alin’ny 23 Desambra lasa teo ka isan’ny entana very tao amin’ilay trano ny “Badge” sy “carte bancaire” iray, izay hita tao amin’ilay trano nahafatesan’ilay rangahy indray nefa nony avy eo. Mpivarotra anana no asan’ity rangahy ity, ka tsy mazava aloha hatreto no antony namonoan’ireo jiolahy azy na misy hifandraisany tamin’ilay vaky trano ihany koa izy na tsia. Efa eo am-pelantanan’ny mpitandro filaminana ny raharaha amin’izao fotoana.

 Tiaray.R

Ino Vaovao0 partages

AMBATONDRAZAKA : Lohan-gisa nampisara-bady tao Ambohimasina vokatry ny fisotroana

Ady lohan-gisa no voalaza fa niatombohan’ny raharaha ary dia niafara tamin’ny fifandratrana mihitsy izany avy eo. Vokatr’ izany, nisaraka mihitsy izy roa ireto rehefa avy nifanala baraka imasom-bahoaka. Efa matetika no misotro sy miady ireto mpivady ireto raha ny fitantaran’ireo manodidina saingy tamin’ity indray mitoraka ity no hafa noho izy andro fety. 

Nifanenjika eran’ny tokontany ary avy eo nifamely totohondry sy nifampitolona. Niala tao an-tanàna avokoa ny fianakaviana noho ny henatr’olona. Marihina fa samy naratra avokoa izy roa ireto noho io fifampitolomana io. Ny manodidina teo no nanasaraka azy ireo ary avy eo dia raikitra ny fizarana entana tao an-tokantrano.

Hariliva R.

Ino Vaovao0 partages

KRISMASY TANY TOAMASINA : Iray maty, 169 nandalo fitsaboana tao amin’ny Hôpitalibe

Ny zoma 23 desambra io, dia nahatratra 45 ireo olona nandalo tao amin’ny sampana vonjy voina ka ny 30 tamin’ireo no tsy maintsy naiditra hôpitaly. Ny dimy tamin’ireo telopolo ireo dia naratra vokatry ny ady. Ny enina kosa vokatry ny lozam-pifamoivoizana.  

Ny sabotsy 24 desambra, dia niakatra ho 70 ireo marary nandalo tao amin’ny sampana vonjy aina ao amin’ny Hôpitalibe ka ny 28 tamin’ireo no naiditra hôpitaly. Ny 17 tamin’ireo dia vokatry ny ady raha iray kosa no naratra vokatry ny lozam-pifamoivoizana. Miisa sivy ihany koa no  naratra vokatry ny lozam-pifamoivoizana, iray indray narary tsy nahatsiaro tena vokatry ny fisotroan-toaka tafahoatra.

Ny andron’ny Krismasy (alahady), dia marary 54 no nandalo tao amin’ny sampana vonjy voina. Ny 18 tamin’ireo no naiditra hôpitaly. Miisa efatra ireo naratra vokatry ny ady raha iray kosa narary vokatry ny fisotroan-toaka be loatra. Olona iray no maty. Raha atambatra dia marary miisa169 no nandalo tao amin’ny sampana vonjy voina Hôpitalibe nandritra ny telo andro fety  zoma, sabotsy, alahady). Olona iray kosa no namoy ny ainy.

Araka ny tatitra voaray teo anivon’ny Hôpitalibe Toamasina dia tsy nahitana trangana fanapoizinana ara-tsakafo mihitsy nandalo tao amin’ny Hôpitalibe nandritra iny fetin’ny Krismasy iny. Saika ratra vokatry ny ady sy ratra vokatry ny lozam-pifamoivoizana kosa no maro an’isa tamin’ireo olona noraisina nandritra ny fety.

Kamy

Tia Tanindranaza0 partages

Lanin’ny mamba indray ny volabe ?

Toy ny rano mikoriana ny fampanantenana mivoaka ny vavan’ny mpitondra eto, fa ny fanatanterahana dia mbola lavitr’ezaka. Raha misy aza izay mba asa kely atao dia fizahozahoana sy fanaovana propagandy no lasa aloha,

Toky R.

Tia Tanindranaza0 partages

“La Voix d’Or”I Tendry no mendrika

Lasan’i Tendry ny tapakila hihazo ilay toeram-pialamboly malaza eran-tany Disneyland any Parisy Frantsa

Jean D.

Tia Tanindranaza0 partages

AlasoraMiara-tapaka ny jiro sy rano

Saika nanerana ny renivohitra sy ny manodidina indray izao no nahitana sy nahenoana fahatapahan-jiro sy rano, ary efa mampiteny ny moana ny zava-misy.

Toky R.

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa “FIAVOTA”Efa azo ny 8,5 tapitrisa dolara

Mifantoka betsaka amin’ny fanampiana ara-bola ny mponina amin’ny asa fihariana sy ny fanjarian-tsakafo ary ny fidirana an-tsekoly ny tetikasa “FIAVOTA”, ka hahazo famatsiana mitentina 30.000 Ariary isam-bolana avy ny tokantrano miisa 45.000,

  izay mitsinjara amina kaominina 39 any amin’ny Distrikan’Ambovombe, Amboasary, Beloha, Tsihombe ary Bekily ireo amin’izao fanombohany izao. Hisy ihany koa ny fanampiana ho tantsoroka sy tahiry mitentina 180.000 Ariary mba hampivelarana sy hiavotan’ny isam-pianakaviana amin’ny asa fivelomany. Fanomezana mitentina 35 tapitrisa dolara avy amin’ny Banky Iraisam-pirenena ary 865.000 dolara avy amin’ny UNICEF no hahafahana manatanteraka izao tetikasa izao, ka efa azo ny 8,5 tapitrisa dolara amin’izao fotoana izao. Miara-misalahy amin’ny mpamatsy vola amin’ity tetikasa ity ny minisiteran’ny mponina.

Toky R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntsirabeVoaroba ny biraon’ny Faritra Vakinankaratra

Nisy namaky ny biraon’ny Faritra Vakinankaratra. Nandritra ny fananganan-tsaina omaly alatsinainy no nampandrenesana ireo mpiasa ny fisian’ity tranga ity.

Caius R.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tsenan’ny solika 2016Niaka-bidy matetika ny Gazoala

Nahitana fiakarany matetika ny vidin’ny gazoala sy ny solitany tamin’ity taona 2016 ity, raha ny tatitra voaray avy eo anivon’ny Ofisim-pirenena misahana ny akoranafo na ny OMH etsy Behoririka.

Mirija   

Tia Tanindranaza0 partages

Da fety be da fety be

Mahatsiaro an’i Jean kely aho izany ry Jean ! Inona aloha no maresaka any aminao any e ? Inona, hono, ny vaovao any amin’ilery iny?

Tena gaga daholo kosa aloha ny tapaka sy namana fa iny izy no hendry be tampoka teo e ! Tsy nikozikozy mihitsy nefa najabaky ry Jao ny akama tena akaiky azy indrindra. Sa ve hoe : mandefitra manana ry rariny, hono, izy ? Tena manina an’ilay da fety be da fety be niarahana taminy taloha aho izany k’ty. Ny anareo mantsy toa tsy misy intsony ity na dia tetezana aza. Ny azy anefa tamin’ireny fotoana ireny nataony nirarak’ompana mihitsy sady amin’io mbola nampiany fanafanana sehatra koa. Tonga teto daholo ity bodo sy adala rehetra avy any dilambato ity. Ianareo anefa ity ry Jean toa sady efa mampitotongana ny fihariana eto an-tanàna no tsy mahay mampirevy ihany koa. Inona ihany izany no mba ilana anareo ? Tena na izaho io ary anie ry Jean saika tsy nahatsiaro fa Krismasy akory afak’omaly e ! Izao desambra izao mihitsy anefa no tokony ho da fety be da fety be. Ianareo toa tsy miraharaha an’izany fa efa mikononkonona izay hanitarana fanjakana sahady angamba ? Atreho aloha ny fety e !

Marco

 

Tia Tanindranaza0 partages

Augustin AndriamananoroHo afa-bela sa tsia ?

Hanamarika ity andron’ny talata 27 desambra 2016 ity ny fivoahan’ny didim-pitsarana mahahasika an’i Augustin Andriamananoro. Mbola mitana ny sain’ny maro ny raharaha mahavoasaringotra an’ingahy minisitry ny tetezamita, ka nisamborana sy nanagadrana azy.

Toky R.

Tia Tanindranaza0 partages

Senatera VirginieNanao Bebe Noely tao Moramanga

Ankizy 20 isaky ny fokontany 13 mandrafitra ny kaominina ambonivohitra Moramanga no nahazo fanomezana avy amin’ny Bebe Noely, Senatera Razanajato Virginie.

 Efa fanaony isan-taona ny manolotra fanomezana ireo ankizy ao anatin’ny distrikan’i Moramanga. Fantatra fa amin’ity herinandro ity dia hanolotra fanomezana ireo voafonja ao Moramanga ihany koa Ramatoa Senatera. Anisan’ny ahafantaran’ny mponin’i Moramanga azy ny fandraisany anjara biriky rehefa misy fahoriana midona ao an-tanàna. Nomarihany fa fety ho an’ny ankizy ny Krismasy koa rariny loatra raha nahatsiaro manokana ny ankizy izy tamin’ity Krismasy 2016 ity.

Niry A.

L'express de Madagascar0 partages

Expulsion à Madera – Plus de cinquante foyers sont sans-abri

Plusieurs foyers comportant plus de cinquante familles ayant vécu sous trente toits ont été délogés, hier, à Madera Namontana. Dès l’aube, les forces de l’ordre accompagnées d’un huissier ont sorti les meubles de leur maison. « L’huissier est venu, vendredi à 16 heures, nous remettre un document nous sommant de quitter les lieux. On nous a donné 48 heures », a déclaré Albert Ran­dria­nasolo, un des sans abri.Le propriétaire du terrain les a fait expulser. « Cela fait 30 ans que nous vivons ici, mais nous n’avions pas de titre foncier », déplore Angeline.Au sein du fokontany, personne n’a été au courant de cette expulsion que lundi matin. « Le fokontany n’a pas encore été informé. Et aucun présumé propriétaire n’est non plus passé. Par contre, les occupants ne possèdent qu’un acte de vente de l’époque. Malheu­reusement, le vendeur est déjà décédé.  Trois toits en sont touchés », confirme Jean Nick Rasaminirina, chef fokontany de Madera Namontana. Les victimes  demandent à ce que les autorités se penchent sur leur cas.

Fenohasina Raharimalala

L'express de Madagascar0 partages

Mahabo – Les dahalo abattent une jeune fille

Suite à une attaque perpétrée par les dahalo, la nuit du samedi 24 décembre à Ambalanangozy Mahabo, une jeune fille de 16 ans a succombé à ses blessures. Une balle lui a traversé le torse, entrant par le dos et ressortant par la poitrine.L’enfant, terrorisée par la horde de dahalo armés, a été abattue par ces derniers lorsqu’elle a tenté de sauter par la fenêtre pour s’échapper.Ils étaient près de vingt cinq dahalo à s’en être pris aux cinquante deux zébus d’une famille, en faisant directement parler la poudre. Les forces de l’ordre sont intervenues, sitôt alertées par le fokonolona, et ont riposté par des tirs en l’air, en guise de sommation. Les dahalo se sont ensuite éclipsés avec vingt cinq zébus qu’ils ont pu capturer.Les gendarmes, informés par le bruit des coups de feu, sont également intervenus et se sont préparés pour le pistage avec leur véhicule, Ils se sont alors postés aux environs d’Ambatovamba, attendant le passage des bandits. Il n’y a pas eu d’échange de tirs, mais dix huit zébus ont pu être récupérés.

N.N.

L'express de Madagascar0 partages

Pétanque – France – Coklet, meilleur joueur de l’année

Le site de référence en matière de pétanque regroupe les meilleurs joueurs évoluant dans les tournois nationaux en France sur l’année 2016.

Le site de référence en ma­tière de pétan­que, Boulistenaute.com, vient de publier un classement. Il regroupe les meilleurs joueurs évoluant dans les tournois nationaux en France sur l’année 2016.Les quatre premières places de ce classement sont occupées par des boulistes malgaches. La première position est trustée par Allain Samson Mandimby, plus connu sous le sobriquet de Coklet. L’ancien champion d’Afrique et vainqueur de la Coupe des Confédérations avec la sélection malgache est crédité de 136 points.Son dauphin se nomme Christian Andriantseheno. Le champion du monde 1999, qui a disputé la tournée 2016 des Masters avec l’équipe Boules Sports 2024, compte 125 unités. Sur la troisième marche du podium s’installe Patrick Maminirina ou Mamy, à seulement à une longueur de Christian. Et à la quatrième place, l’on retrou­ve Mahefa Randria­narison avec 122 points.Ce classement constitue un véritable plébiscite pour Les joueurs malgaches, qui ne cessent d’impressionner dans l’Hexagone. « Le réservoir de joueurs de cette nation est, semble-t-il, inépuisable, puisque les quatre premiers de ce classement annuel n’étaient même pas dans la sélection malgache pour le championnat du Monde », peut-on même lire sur le portail Boulistenaute.com. Un cham­pionnat du monde remporté par Madagascar, au début de ce mois de décembre.Coklet, Christian, Mamy et Mahefa devancent de grands noms comme Dylan Rocher (6e, 117 pts), Chrisophe Sarrio (7e, 108 pts) ou encore Stéphane Robineau (8e, 103 pts). Si l’on descend un peu plus bas, on se rend compte qu’un cinquième joueur de la Grande île fait partie du top 10. Il s’agit de Carlos Rako­toarivelo (100e, 95 pts), déjà sacré cham­pion du monde autant en triplettes constituées (1999) qu’en tir de précision (2007) dans le temps, qui a aussi participé aux Masters de cette année.

Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Événement – Des grosses pointures au Tanàna?krismasy

La fête continue tambour battant du côté d’Andohatapenaka, au sein du « Tanàna krismasy » sis dans le Village de la Francophonie. Cette semaine, la musique y sera reine.

S’affirmant comme un antre de la fête de la ville des Mille, le Village d’Andohatapenaka rebaptisé « Tanàna krismasy », dans le cadre des festivités de cette fin d’année, fédère un public de tous âges et de tous horizons. Du divertissement sous toutes ses facettes, allant des jeux et loisirs pour les plus petits, en passant par le septième art et la musique évidemment, la programmation culturelle au sein du village promet de bons moments et beaucoup d’émerveillement. En cette semaine plus particulièrement et pour clôturer d’une manière plus festive cette année, « Tanàna krismasy » laisse ainsi la part belle à la richesse musicale qui enrichit sa programmation et le répertoire des artistes qui envahiront sa scène.« Ces infrastructures s’affichent comme une aubaine ou un privilège dont on invite continuellement le public à découvrir. En ces lieux, nous avions su valoriser l’image de notre pays à l’échelle internationale, désormais c’est au tour de la masse populaire de venir et de jouir pleinement de ses avantages », affirme Ntsoa Randriamifidimanana, principal responsable du Village d’Andohatapenaka.

Animation musicaleAyant déjà ouvert ses portes en amont de la fête de Noël, « Tanàna krismasy » redoublera d’efforts pour proposer de plus amples animations qui se destinent à la famille en général, notamment pour le week-end qui vient.Avec une programmation musicale plus folklorique donc en cette semaine, le Village d’Andohatapenaka promet d’enchanter un public d’horizons diverses. Hier soir, deux jeunes chanteurs de R’n’B originaires de Toamasina, à savoir les jeunes Zino et Joudas, ont animé la scène du « Tanàna krismasy ». À partir d’aujourd’hui, les animations au sein du village continueront à grimper crescendo, car, dès ce soir à partir de 18h, le taquin Mijah et sa fameuse chorégraphie des plus populaires, partageront la scène avec l’humoriste Gothlieb qui, fidèle à lui-même, conjuguera chansons et humour.

Andry Patrick Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

Vakinankaratra – Le bureau du chef de région cambriolé

Ou bien les cambrioleurs ont de l’audace ou bien les gardiens ne sont pas vigilants. Le centre de décision du Vakinankaratra a été « visité » la veille de Noël.

Stupeur quasi générale ! Quelques mois après son installation à la tête de la région Vakinankaratra, le chef de région, William Rakotonarivo, a été victime du cambriolage de son bureau.Le cambrioleur n’a emporté qu’un ordinateur de bureau alors que l’on sait que d’autres objets de valeur s’y trouvent. Le fait s’est déroulé entre samedi 24 décembre à midi, heure à laquelle le chef de région a quitté son bureau, et le jour de Noël vers 11 heures, quand il y est retourné et a constaté ce vol par effraction.« Les trois membres de la sécurité en service n’ont pas remarqué le cambriolage jusqu’à ce que le chef de région leur en a fait part », indique notre source.Le voleur aurait accédé au bureau par la porte, du côté de la véranda, laquelle a été constatée à moitié ouverte. Des traces de pas et une échelle mobile en bois ont été retrouvées respectivement sur le mur et sous la véranda. Contrairement aux supputations des gens qui se doutent d’une tentative de vol d’informations ou de données importantes, la source officielle auprès de la région Vakinankaratra a affirmé qu’il ne s’agissait que d’un simple vol.« Flambant neuf et n’ayant été installé que seulement quelques jours avant ce cambriolage, l’ordinateur ne contient pas encore des données importantes », indique notre source.Les trois gardiens de service durant ce week-end font donc, actuellement, l’objet d’une enquête auprès de commissariat central de la ville d’Antsirabe.

Angola Ny Avo

L'express de Madagascar0 partages

Sports extêmes – Les riders en fête

Les sports extrêmes sont à l’honneur, au village de la Francophonie. Depuis une semaine, des riders de toutes disciplines confondues y tiennent un événement dénommé « Les Titans Edition Noël 2016 ». Quelques férus de skateboard, roller et autre BMX y ont aménagé un park en seulement quelques jours pour y tenir ce rendez-vous, avec des rampes, barres et autres.Celui-ci est ouvert de 11h jusqu’à 20h, jusqu’à ce vendredi 30. Au programme, figurent des démonstrations et éventuellement des concours improvisés. « Depuis le début de l’événement, les riders affluent de tous les coins d’Antananarivo. Ils sont plusieurs dizaines à venir s’amuser ici. A côté, il y a également un atelier d’initiation pour le public, pour ceux qui aimeraient s’y essayer », confie l’un des organisateurs.En cette période de fêtes de fin d’année, ce genre d’ini­tiative est très bien accueilli par les jeunes passionnés de sports extrêmes de la capitale. De quoi passer des vacances de Noël mémorables. Et aussi et surtout, ils disposent d’un park installé sur une aire fermée.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Mahajanga – Une revendeuse de crédits téléphoniques braquée

Les bandits ont de nouveau frappé, samedi dernier vers 21h20 à Mahajanga. Une revendeuse de crédits téléphoniques a été attaquée par deux bandits, ce soir-là. La jeune femme ne s’attendait pas à ce que le soi-disant client qui voulait acheter du crédit de recharge ait arraché son sac contenant les recettes de la journée ainsi que les cartes de crédit.« J’ai tenté de résister en m’accrochant à mon sac, mais je suis tombée à terre. Et il a alors sorti un sabre et m’a blessée au pied. Puis, ils se sont enfuis sous les yeux des passants et de beaucoup de personnes, impuissantes », a raconté la victime, dans une interview rapportée sur une chaîne télévisée locale, hier à midi. Elle a été hospitalisée pour sa blessure. Et elle a perdu une somme d’un million d’ariary  et 800 000 ariary de recharges téléphoniques.Personne n’a daigné lui porter secours, car quelques mètres plus loin, sept individus complices rôdaient. La victime s’est également rappelée que, la veille, deux hommes ont tenté de la voler mais elle a pu appeler à l’aide.Deux heures plus tard après cet incident, près d’un bar à Marovato, le mari de la jeune commerçante, a reconnu le sac. Il alors appelé les forces de l’ordre. Un seul des deux individus interpellés a été arrêté, l’autre a réussi à s’enfuir.

V. A.

L'express de Madagascar0 partages

Météo – Les pluies d’orage attendues en fin d’année

Dame pluie n’a pas été au rendez-vous sur les Terres centrales, depuis hier jusqu’à vendredi, d’après les prévisions météorologiques à Ampandrianomby. « Le versant Ouest de l’Île recevra des pluies intermittentes. Le Sud aussi en aura pour les quatre jours qui viennent. Par contre, les pluies orageuses ne seront présentes sur le reste de Mada­gascar  que samedi et dimanche. Mise à part la partie Sud de l’Île », a précisé Rivo Andrianarisoa, chef du service météorologique d’Ampandrianomby.Il a aussi annoncé une baisse de la température sur les Hautes terres, avec 26°C d’amplitude durant les quatre jours précédant la venue d’un fort vent d’alizé qui conditionnera le temps en général.« Une zone de mauvais temps se trouve à 600 kms au Nord-Ouest d’Antsiranana, mais elle n’est pas susceptible de devenir un cyclone. La saison des pluies ne sera là qu’au début janvier », a rajouté ce météorologue.

Fa. Ra

L'express de Madagascar0 partages

Isotry – Les « morceaux » d’un enfant retrouvés

Un employé de la station de pompage  d’Isotry a alerté les responsables hier matin. Il a retrouvé la tête et le bras de l’enfant de cinq ans, tombé dans l’eau et aspiré par la pompe vendredi.Les membres ont de suite été ramenés à la morgue de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona. L’accident s’est produit vendredi dernier à Anatihazo Isotry. Les recherches ont duré près d’une heure et demi, et abouti à retrouver le corps mutilé de l’enfant. Ce dernier serait tombé dans un puits de près de dix mètres, et aurait été aspiré par la pompe par la suite.« Seules deux machines sur quatre sont fonctionnelles. Des grilles de protection recouvraient les puits, mais ont malheureusement été volées. La zone elle-même était clôturée. Mais avec le bruit des machines, il est impossible d’entendre les gens qui s’approchent de cette zone dangereuse. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs, que des enfants viennent s’y amuser », explique un employé de cette station de pompage.Après cet accident, la sécurité a été renforcée sur la zone. Il est également question de clôturer à nouveau le périmètre.

N.N.

L'express de Madagascar0 partages

Cour Martial

Une usine militaire d’armurerie et de munitions, une cinquantaine de nouveaux généraux, des pistolets automatiques pour les membres de la Haute cour constitutionnelle, il faut le dire la république n’a jamais été aussi bien gardée. Difficile aux opposants et aux vaillants contestataires du régime Rajaonarimampianina de s’attaquer à cette forteresse. Toutes les issues sont bouchées, la rue comme les urnes pour tenter quoi que ce soit. Une véritable junte milithery assure la stabilité du pouvoir chère à Rajaonarimampianina.Ratsiraka, dont la vision reste impeccable en dépit d’une acuité visuelle réduite, a tout à fait raison de souligner qu’il est impossible de battre Rajaonarimampianina à l’élection dans les conditions actuelles. Comment faire confiance à une HCC qui s’est arrogée des privilèges inouïs avec vraisemblablement l’accord du président, à travers un règlement intérieur revu et corrigé ? Un pistolet automa­tique, un passeport diplomatique, un grade de commandeur, une cocarde pour les véhicules, le compte est bon. La HCC ne manque pas d’air se flagornant «des mérites éminents acquis au service de la Nation» pour justifier de telles faveurs.Il est bien évident que le Président ne saurait refuser ces «cadeaux» sous peine d’être sanctionné dans le futur et en particulier pendant la présidentielle de 2018. Il a dû ainsi avaler la couleuvre même s’il sait mieux que personne que cela le fera descendre un peu plus dans l’abîme de l’impopularité. Mais tout compte fait, il se moque éperdument de l’opinion et va jusqu’au bout de ses idées et de ses convictions. Il va de provocation en indécence sans sourciller devant les éventuelles réactions de la population excédée par tant de conduites désinvoltes, tant de comportements cavaliers et méprisants, mais totalement impuissante face à la machine répressive mise en place par l’équipe du President, et exténuée par les difficultés sociales que l’État semble justement entretenir pour affaiblir la masse.Eh oui ! l’indifférence des autorités est juste ahurissante pour être délibérée, face aux difficultés indescriptibles qui étouffent les citoyens. Une population anémiée et complètement exsangue se retrouve naturellement domptée et soumise. Ce qui explique certainement pourquoi elle se résigne à cette situation intenable qui aurait fait sauter le pouvoir, ailleurs. Une guerre de nerf que Rajaonari­mampianina gagnera sans coup férir. Son assurance l’autorise à tout se permettre, d’autant que les bailleurs de fonds le soutiennent à bout de bras malgré tous les abus, toutes les incartades commis devant Dieu et devant les hommes.La loi Martial vient d’être décrétée et s’applique de façon implacable à tout le monde. Les contrevenants s’exposent à des traitements de faveur. L’impunité est un luxe réservé à ceux qui ont le sang et la cravate bleue.

Par Sylvain Ranjalahy

L'express de Madagascar0 partages

Transport en commun – Forcing des chauffeurs de bajaj

L’affrontement perdure entre la commune urbaine de Mahajanga et les conducteurs de bajaj. La mise en fourrière de ces véhicules de transport en commun en est la cause.

La réglementation bafouée à Mahajanga ! Des conducteurs et propriétaires de bajaj et les responsables de la commune urbaine ont eu de nouveau un rapport houleux, hier matin, au service de la voirie à Analakely. Ce, après à la mise en fourrière, le lundi 19 décembre dernier, de quinze de ces triporteurs qui n’étaient pas en règle.D’après le chef de service de la police municipale, ces véhicules de transport en commun ne possèdent aucune licence ni autorisation de circuler.« Des conducteurs de triporteurs n’ont en leur possession ni autorisation ni licence. Ils sont en situation illégale et circulent en ville sans aucun document officiel », a déploré le colonel, chef de service de la police municipale de la commune urbaine de Mahajanga.Les conducteurs récalcitrants, soutenus par le président de leur association, ont forcé le portail de la fourrière de la commune à Analakely, hier matin. Ils ont alors fait sortir plusieurs triporteurs, sous les yeux des employés communaux, impuissants face à ce forcing.Un bras-de-fer a alors opposé les deux camps, mais en sous nombre, les éléments de la police municipale ont cédé. Des agents de la police municipale dirigés par leur chef ont bloqué le passage, aidés par quelques employés de la municipalité. Tandis que des conducteurs ont poussé des triporteurs sans mettre le moteur en marche faute de clé de contact.

Source de conflitDes éléments de l’Emmo-Rég, présents sur place, ont tiré des coups de feu en l’air pour tenter de calmer tout le monde. Puis, ils ont disparu.Les responsables du secteur transport urbain de la commune urbaine ne peuvent plus appliquer la loi dans la ville, à cause de la gabegie qui règne.Les taxis-motos ont toujours été une source de conflit entre la commune de Mahajanga et surtout le maire Mokhtar Andriatomanga et leurs conducteurs. D’autant plus que le président de l’association fraichement élu, il y a deux semaines, et membre du parti HVM, est un farouche opposant du premier magistrat de la ville, élu sous les couleurs du Mapar. En fait, on assiste plutôt à une querelle politique plutôt que de gestion.Le Conseil municipal de la commune a également validé la décision d’appliquer le nouveau tarif du droit de licence à renouveler des bajajs à 200 000 ariary, et à 400 000 ariary pour les nouvelles.Les conducteurs, de leur côté, continuent de clamer que la décision du Tribunal administratif de Mahajanga, il y a plusieurs mois doit être appliqué. Soit, 50 000 ariary pour le droit de licence. Hier, ils ont effectué un sit-in devant l’Hôtel de ville après leur raid à la fourrière, pour réclamer leurs clés et papiers.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Boeny – Deux millions de m3 de charbon utilisés

Plus de 143 000 tonnes de charbon de bois et 75 000 tonnes de bois de chauffage par an sont utilisés dans la région Boeny. C’est l’équivalent de 1.9 million de m3, ou de 1.35 millions de tonnes, de charbon.En fait, une des causes qui contribuent à la dégradation des forêts naturelles est la production non durable de bois-énergie. Ce constat au niveau national s’applique aussi pour la région Boeny où le patrimoine paye un lourd tribut du fait d’une exploitation anarchique notamment dans les aires protégées et leurs périphéries, les mangroves ainsi que les forêts denses sèches dans la région pour la production de charbon à destination de la ville de Mahajanga.Le développement durable d’une filière d’énergie basée sur la biomasse, produite durablement et de manière moderne, permettrait de valoriser au mieux les ressources en biomasse afin de répondre aux enjeux de conservation des ressources naturelles et d’autonomie énergétique.Dans le cadre de la promotion de l’utilisation et de la gestion durable de l’énergie issue de la biomasse, la Plateforme régionale d’échange sur l’énergie biomasse (PREEB) du Boeny a organisé une conférence-débat, le mardi 20 décembre, dans la salle de réunion de l’Hôtel de ville de Mahajanga.Les thèmes ont porté sur les « Enjeux environnementaux du traitement et de la valorisation des ordures ménagères» et « Vers la modernisation de la filière biomasse énergie dans la région Boeny», exposés par Michael Rafinidinarivo du Programme d’appui à la gestion de l’environnement (PAGE-ECO).97% des familles de la grande ville utilisent l’énergie obtenue par les charbons de bois contre 100% dans les communes rurales.En 2015, 15% des familles dans les grandes villes et 3% dans les campagnes ont adopté le « fatana mitsitsy », le foyer économique.Dans la région Boeny, trois centres de production de charbon de bois sont enregistrés. 39% sont produits à Ambato Boeny, 27% à Mahajanga, et 21% à Marovoay. Plus de 60 000 personnes vivent de la production de charbon.3 900kg de charbon sont produits par an par un professionnel, si 1 900kg seulement sont produits par un exploitant informel qui utilise les méthodes traditionnelles. La rentabilité est de 8 à 10% pour ce dernier procédé.

Vero Andrianarisoa

L'express de Madagascar0 partages

Toliara – Succès du tournoi sportif de Noël

Les rencontres sportives de la première édition de la coupe de Noël ont pris fin, dimanche après-midi au gymnase couvert de Tsienengea Toliara avec la finale debasket-ball, ce, dans une parfaite ambiance empreinte de chaleur, d’hospitalité et de cohésion sociale, sous la présidence du ministre de la Pêche et des ressources halieutiques, Gilbert François.C’était un public impressionnant composé de férus du ballon orange qui a pris d’assaut très tôt le gymnase, afin de suivre l’ultime rencontre.La finale, âprement disputée entre l’équipe universitaire de Maninday et celle d’Ankatsake, a tenu ses promesses. La victoire a eu du mal à se dessiner. Car dès l’entame du jeu, l’engagement physique des joueurs, leur hargne et leur détermination ont imprimé un rythme d’enfer à la partie.Encore à égalité à cinq minutes du terme, les partenaires de Ratianarivo (meneur de jeu des universitaires), cédèrent dans les derniers échanges, épuisés par les rotations physiques de leur adversaire, bien emmené par le jeune international Kevin Gilbert de l’équipe d’Ankatsake qui a finalement gagné le match sur le score de 89-78.Le public a également eu droit à un méga spectacle culturel, riche en images et en émotions. Ainsi, ce beau match de basket-ball a été intercalé par un concert animé par Takasy Désiré et le chouchou du public, « Jijih », qui ont chanté leurs tubes et qui ont ravi tout le monde.La distribution des trophées et primes aux vainqueurs des autres disciplines a clos la soirée. Ainsi, le fokontany d’Andaboly dans le tournoi de foot-ball, celui de Morafeno dans le tournoi de volley-ball, Tsimenatsy dans le tournoi de hand-ball et Ambohitsabo dans le tournoi de beach-soccer ont reçu tour à tour leurs coupes. Les finalistes quant à eux ont eu droit à un jeu de maillots.Le sport individuel n’était pas en reste dans ce tournoi de Noël. Ainsi, les vainqueurs des combats de boxe, des luttes « ringa », et des « doranga » (courses de pirogues) ont été eux aussi récompensés. Gilbert François s’est réjoui de la bonne organisation et de la réussite de cette première édition du tournoi de Noël.Exprimant leur désir pour l’avenir de ce tournoi de Noël, les jeunes sportifs ont souligné que leur attente est de voir cette initiative pérennisée. Et il faut que les quartiers soient dotés d’espaces pour la pratique des disciplines sportives. Le président du comité d’organisation et l’un des initiateurs de ce tournoi, le député de Toliara I Raza Tondraha, quant à lui n’a pas caché sa satisfaction.«La population, surtout les jeunes, s’est fortement mobilisée à l’occasion de tous les matches », a-t-il affirmé.

Francis Ramanantsoa

L'express de Madagascar0 partages

Antsirabe – Un homme assassiné par étouffement

Un vieil homme âgé de 67 ans a été retrouvé mort chez lui à Ambalavato, le week-end dernier, probablement assassiné. De fait, selon les premiers constats du médecin-légiste du Bureau municipal d’hygiène de la commune urbaine d’Antsirabe, le décès remonterait au vendredi 23 décembre dans la nuit mais le cadavre n’a été découvert que le samedi vers midi, heure à laquelle ses voisins ont pris connaissance de la mort et ont informé la police. L’homme a été étouffé à l’aide d’un oreiller. Ce père de famille était un maraîcher qui, habitait seul, si bien que son ou ses assassins ont agi en toute tranquillité.La police n’écarte pas l’existence d’une relation entre cet assassinat et le cambriolage qui a eu lieu cette même nuit du vendredi. En effet, une maison a été cambriolée à Ampanataovana, un quartier non loin d’Ambalavato. Les voleurs ont emporté, parmi leur butin, une carte bancaire et une carte professionnelle appartenant à une personne habitant la maison cambriolée. Ces cartes ont été ensuite trouvées dans la cour du vieil homme tué par asphyxie.En tout cas, la police est sûre qu’il existe un rapport entre les deux affaires criminelles. La suite des enquêtes prouvera ou non cette hypothèse.

A.N.A.

L'express de Madagascar0 partages

Téléx

Quatre naissances à  la maternité de MahabiboQuatre naissances à la maternité de Mahabibo kely Mahajanga ont marqué la journée du 25 décembre, jour de célébration de la Nativité. Les deux bébés, de sexe masculin, étaient nés respectivement vers 5h15 du matin et vers midi et quart. Tandis que les deux petites filles sont venues au monde vers 8h 15 et 11h25. La veille, une jeune maman a accouché d’un bébé vers 18h45. Cette année, il y a eu beaucoup plus de naissances que l’année précédente. Les accouchements étaient tous normaux. Sauf au complexe mère-enfant du Centre hospitalier universitaire d’Androva où un seul petit garçon est né par césarienne le 25 décembre.

Un 25 décembre plat à  AmbatondrazakaD’une manière générale, la célébration de Noël s’est déroulée normalement, dans toutes les églises de la ville d’Ambatondrazaka. La nuit du 24 décembre, comme à l’accoutumée, a été marquée par la veillée et la messe de minuit. Ce qui signifie que les traditions chrétiennes ont été respectées. Des coutumes d’échanges de cadeaux se sont tenues chez la plupart des familles chrétiennes au cours du réveillon de Noël et se sont terminées parun souhait de « Joyeux Noël » en face-à-face ou par sms. Le lendemain, le jour de Noël, a été marqué par des embrassades entre chrétiens dans les cours des édifices cultuels mais également dans les rues.

L'express de Madagascar0 partages

Modèles réduits – Rencontre entre les passionnés

Une dizaine de passionnés de modèles réduits radiocommandés s’est donnée rendez-vous sur le parking du Coliseum Antsonjombe, hier matin. Une rencontre initiée par Gasy RC. L’occasion pour eux de faire une petite démonstration et même de tenir une petite course improvisée sur un circuit en « 8 ».Et des voitures RC, on en trouve beaucoup à Anta­nanarivo. Hier, on s’est notamment émerveillé devant deux Subaru Impreza à moteur électrique, à l’échelle 1/10e, quatre roues motrices. Sans oublier un buggy à l’échelle 1/8e et équipé d’un impressionnant moteur thermique. À titre de précision, ce genre-ci fonctionne avec du méthanol comme carburant.Durant toute la matinée, ces nombreux possesseurs de RC s’en sont donnés à cœur joie sur le parking du Coliseum. Une aire de jeu bien vaste pour permettre aux modèles réduits de ces grands enfants de bien s’épanouir. Quand le moment était venu de tout remballer, une idée a fait son chemin. Il s’agissait d’organiser un rallye pour le mois de janvier.

H.L.R.