Les actualités Malgaches du Mercredi 27 Septembre 2017

Modifier la date
Midi Madagasikara546 partages

EVASAN de Claudine Razaimamonjy : Des hauts responsables bientôt déférés à la Chaîne pénale

D’après notre source, plusieurs personnes soupçonnées d’être impliquées dans cette affaire ont déjà été auditionnées par le Bianco.

Rebondissement en vue, dans l’affaire de l’évacuation sanitaire de Claudine Razaimamonjy. En effet, d’après les informations recueillies auprès d’une source proche du Bureau Indépendant Anti-Corruption (Bianco), le dossier relatif à cette affaire sera déféré incessamment au parquet de la Chaîne Pénale Anti-Corruption. « D’ici deux semaines au plus tard », a-t-on laissé entendre. Actuellement, les enquêteurs du Bianco sont en train de finaliser le traitement du dossier. De nombreux hauts responsables étatiques sont dans le collimateur de la Justice à propos de cette affaire. Parmi eux figurent entre autres un ancien membre du gouvernement, des directeurs et des responsables au niveau du Ministère de la Justice et du Ministère de la Santé publique, ainsi que des membres du personnel de l’hôpital HJRA. Des éléments de la Police de l’Air et des Frontières auraient également été convoqués à Ambohibao. Au mois de juillet dernier, une source proche du Bianco a fait savoir que tous les responsables ayant signé les documents relatifs à cette évacuation sanitaire, ainsi que les donneurs d’ordre, feront tous l’objet d’une enquête auprès du Bureau Indépendant Anti-Corruption. Notre source s’est toutefois défendu de révéler leur identité.

Convocation. Une autre source a toutefois laissé entendre que l’ex-ministre de la Justice, Charles Andriamiseza et le Sénateur Riana Andriamandavy VII qui a accompagné Claudine Razaimamonjy lors de cette évacuation sanitaire à l’île Maurice, auraient également été convoqués. Ici, le conditionnel est de rigueur. D’autant plus que pour l’heure, l’on ignore s’ils ont répondu à la convocation. Faut-il rappeler que lorsque  la délégation a quitté l’aéroport d’Ivato, l’agent pénitentiaire qui était aux côtés de la patronne de l’hôtel « AC » durant ce voyage a présenté un ordre de mission en date du 9 avril, signé par le ministre de la Justice. Claudine Razaimamonjy était également en possession d’un certificat médical signé par un médecin traitant au Centre hospitalier de Soavinandriana. Et ce, même si elle a été admise à l’HJRA et non pas dans cet hôpital. Il convient de rappeler que la baronne du parti au pouvoir a quitté le service de réanimation de l’HJRA le dimanche 9 avril à 3h30. Elle n’est retournée à Madagascar que 15 jours après. Pourtant, elle n’a été admise que deux jours à la Clinique Fortis Darné de Floréal. C’est la raison pour laquelle, le Syndicat des Magistrats de Madagascar a dénoncé « une évasion organisée ». Après avoir reçu des plaintes émanant de simples citoyens et des associations membres de la Société civile, le Bureau Indépendant Anti-Corruption a décidé d’ouvrir une enquête. Reste à savoir si les enquêteurs du Bianco parviendront à fournir toutes les preuves permettant de sanctionner les responsables de cette EVASAN.

Davis R

L'express de Madagascar182 partages

Hygiène et santé – Un enfant abrite cent trente nématodes

Des interventions chirurgicales pour profusion de vers parasitaires s’effectuent régulièrement au CHU JRA. L’hygiène et le déparasitage sont fortement conseillés.

Opération d’urgence. Un petit garçon de 6 ans s’est vu retirer cent trente deux vers parasitaires de son ventre, au bloc opératoire du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) à Ampefiloha, au mois de février. Ils auraient mesuré autour de 20 cm chacun.« Son ventre a gonflé, il ne faisait plus ses besoins et vomissait tout le temps. Il était très maigre. Il allait mourir, si cette intervention n’avait pas été effectuée », explique le chirurgien-pédiatre, le Dr Romain Aristide Raherison.Cette opération était compliquée, elle a duré plus de deux heures. « Il a fallu vider totalement son ventre », enchaîne ce chirurgien.Ce cas ne serait pas rare, le service de la chirurgie infantile du CHU JRA en recevrait régulièrement. Depuis le début de l’année, par exemple, cinq enfants y ont été opérés pour abondance de vers parasitaires. Et les résultats de recherche d’un docteur en médecine ont révélé que cinquante sept cas de chirurgie ont été notifiés, entre janvier 2006 et décembre 2011 au CHU JRA.

Saleté en causeDe telles opérations ne devraient, pourtant pas, avoir lieu. Mais par manque d’hygiène et négligence du déparasitage, le problème survient et expose la victime à la mort. « Les vers parasitaires bouchent les intestins. Cela peut également érafler les parois de l’intestin et répandre la saleté dans le ventre », ajoute ce spécialiste. Cette profusion de vers dans les intestins concernerait autant les enfants que les adultes. Elle toucherait, en outre, toutes couches sociales confondues, les familles en situation précaire et même les riches.L’hygiène et le déparasitage sont ainsi très recommandés, pour ne pas en venir à des complications. Le déparasitage doit être effectué systématiquement, tous les trois mois pour les enfants de plus d’un an et tous les six mois, pour les adultes. La propreté des aliments consommés et le lavage des mains sont, par ailleurs, de rigueur.

Miangaly Ralitera

News Mada131 partages

Tennis – Afrique U14 : un début en demi-teinte

La délégation malgache a réalisé un parcours plutôt mitigé lors de la première journée du championnat d’Afrique chez les U14. Les garçons ont tout d’abord réussi leur entrée avant de trébucher face à la paire Ethan-Connor pendant la seconde partie. Dans le tableau féminin, Narindra et Mialy Ranaivo ont disposé des Kenyanes Nicole et Cynthia, en double.

Les deux premières journées du championnat d’Afrique U14, qui bat son plein en Egypte, ont été peu ou prou mitigées pour la délégation malgache. Les protégés de Harivony Andrianafetra ont été très expéditifs mais l’opération s’annonce difficile vu les résultats des premières rencontres. En effet, Lanja Rakotozandriny est tombé sur un os face au joueur hôte du nom de Sadek Youssef au terme des échanges en deux sets (6/1 ; 6/3).

Par contre, il a repris du poil de la bête en dictant sa loi lors du match de double avec Toky Ranaivo à ses côtés. Les deux jeunes espoirs de la petite balle jaune de la Grande île ont effectivement pris le dessus face aux Egyptiens Sadek et Karim par 6/2 ; 6/2. Chez les filles, les sœurs Ranaivo ont disposé en toute aisance du duo kenyan Nicole-Cynthia en trois sets (6/0 ; 3/6 ; 10/2). Une rencontre qui s’est déroulée comme une petite éternité vu le score enregistré au terme des échanges de balle.

Quant à l’équipe formée par Sampras Rakotondrainibe et Fenosoa Rasendra, elle était passée à côté de la victoire en double face à Ethan Sibanda (Zimbabwe) et Connor Schalkwyck (Namibie). Les deux jeunes porte-fanions de la Grande île ont malheureusement encaissé un revers au terme de trois sets (6/2 ; 5/7 ; 10/4).

Rojo N.

 

Madagascar Tribune94 partages

Les transporteurs s’insurgent contre la sanction des auteurs de l’effondrement

L’association des transporteurs routiers notamment les camionneurs s’insurgent contre la sanction infligée contre le camionneur auteur de l’effondrement du pont de Vohiposa la semaine dernière. Notons que le chauffeur et le propriétaire du camion semi-remorque qui a causé l’effondrement du pont Bailey de Vohiposa sur la RN7 dans la région Haute Matsiatra, sont placés en mandat de dépôt. Les autorités ont estimé qu’ils sont responsables de cet accident dont les conséquences économiques et sociales se chiffrent à plusieurs milliards, ce n’est que pour le remplacement du pont et le blocage des centaines de voitures et de milliers de passagers de part et d’autre de ce pont.

Les camionneurs de leur côté, estiment que le camion semi-remorque n’a aucune responsabilité dans cet accident. Il s’agit d’un accident comme un autre seulement selon eux. Ces derniers estiment que le camion semi-remorque n’était pas en surcharge. Toute charge comprise, il pesait 49 tonnes selon les camionneurs alors que la charge maximum exigée est de 52 tonnes selon l’exigence de l’agence de transport de Fianarantsoa dont ce pont dépend. Donc, pour eux le camion n’était pas en surcharge et il n’y a pas lieu de sanctionner le chauffeur et le propriétaire du véhicule.

Mais quoi qu’il en soit, il y a bien des responsables dans cette affaire. D’autant que les dégâts sont colossaux.

L'express de Madagascar90 partages

Vitres fumées, Police et corruption, jusqu’à quand ?

La gendarmerie pointe du doigt la police pour corruption, annonce la Une des journaux, il y a quelques jours. Mais même sans ces grands déballages médiatisés, ce phénomène qui a trop duré, est subi surtout par les automobilistes. Quand un policier t’arrête en pleine conduite, tu ne le fais jamais tout sourire car dans la majorité des cas, on sait ce qu’il veut : te corrompre. Si les papiers sont en règle et que tu ne te montres pas coopératif, il fera le tour de ta voiture pour aller voir quelconque fait pour une contravention. Mais si tout est en bon ordre, quel automobiliste ne connaît pas la formule suivante : « tsy misy café kely nga patron ? » pour vous dire de lui donner des sous pour qu’il puisse s’acheter du café.Depuis l’arrêté n°9528\2007 du 16 janvier 2007, les vitres fumées ont été proclamées interdites. Ce qui veut dire que l’arrêté en question devrait être en vigueur depuis maintenant dix ans. Sauf que, depuis tout ce temps, la vente et l’achat des matériaux pour teinter les vitres sont libres. De mal en pis, les infractions et vols contre les véhicules s’aggravent de jour en jour. Car, il faut le dire et le dire tout haut, pour la majorité de ceux qui sont amenés à acheter et faire poser ces films, ils le font pour autoprotection. Si la police faisait proprement son job pour sécuriser les parkings et contenir les vols durant les embouteillages, qui prendrait la peine de se faire poser ces vitres fumées ?Le directeur de la Sécurité publique (DSP) est fièr en annonçant que la Police nationale est passée à l’acte dans la mesure où après avoir entrepris des actions de sensibilisation qu’elle a menées avec le Ministère chargé des Transports, l’Agence des transports terrestres et la Gendarmerie nationale. Mais est-ce que ces Ministères, agence et forces de sécurité ont conscience que ces mesures sont plus des portes ouvertes à une corruption généralisée ces derniers jours ?Un bon dimanche matin, des petits groupes de policiers se mettent sur les grandes avenues et arrêtent toutes les voitures avec ces vitres. Ils demandent les papiers de la voiture et l’autorisation pour ces vitres fumées. Très logiquement, ces autorisations ne sont pas présentes vu qu’elles seraient l’apanage des « personnalités » suivantes : « aux Chefs d’institution de la République, aux diplomates, aux parlementaires (députés et Sénateurs, mais non pas des assistants parlementaires), aux membres du Gouvernement et aux officiers généraux en activité ». Mais est ce que ces personnes ont un quelconque problème de sécurité pour vouloir demander une autorisation spéciale ?Le papier manquant, le policier commence à monter le ton en annonçant la gravité de la situation, que l’infraction est sérieuse et qu’il est passible de contravention, voire de fourrière. Le prix est annoncé : 72 000 Ariary. Le plus choquant c’est que les policiers annoncent que l’on peut s’arranger et que c’est payable à leur niveau pour éviter les va-et-vient. De la pure corruption perpétrée en plein jour sans peur. Combien de voitures passe-t-il sur ces axes chaque jour ? Combien d’automobilistes ont le courage d’aller au bout des choses et d’accepter la contravention au lieu de payer 30 000 ou 40 000 Ar à ces policiers ?Pour notre part, contravention acceptée, demandée voire exigée après avoir bien fait comprendre au policier J.P. de la troisième compagnie que ce qu’il était en train de nous proposer était de la corruption. En retour, nous lui avons demandé des informations sur ce qu’un citoyen doit faire pour régulariser ces vitres. Et là encore, notre homme dit pouvoir s’en occuper moyennant quelque 50 000 Ar sans que ce soit la police et encore lui-même qui en a le pouvoir. Une fois encore remis à l’ordre, le policier annonce que c’est à l’Agence des Transports Terrestres (ATT) qui s’en occupe.Après de multiples recherches sur internet, l’ATT est joint au téléphone. Cette première personne n’en savait rien et donna le numéro d’une seconde personne. Cette dernière explique que ce n’est nullement l’ATT mais le Ministère du transport. Elle donna le contact d’une troisième personne travaillant au sein du service des transports qui n’est pas non plus en charge de ces fameuses autorisations. De fil en aiguille, il s’avère que ce soit directement le Secrétariat Général du Ministère qui s’occupe de traiter les dossiers de demande.Au final, personne ne sait qui fait quoi et sous quelles conditions dans cette affaire. Quoi qu’il en soit, des policiers véreux se font la part belle sur le dos des habitants de la cité qui prennent des mesures d’autodéfense contre les attaques de leur véhicule.

Par Mbolatiana Raveloarimisa

Midi Madagasikara86 partages

Toamasina : Mojize Raza condamné à 12 mois d’emprisonnement ferme

Enfin, le procès sur l’affaire opposant Mahomed Hassan Mojize Raza en tant que prévenu et  Moise Roussanaly en tant que partie civile a eu lieu hier. A l’issue de l’audience, le Tribunal de première instance de Toamasina a condamné le prévenu à une confusion de peines de 12 mois d’emprisonnement ferme suivi d’un paiement de 1 ariary à titre de dommage intérêt à la partie civile. Le Tribunal a déclaré que le prévenu  est coupable de coups et blessures volontaires ainsi que de violence et  voie de fait. Le tribunal a publié ce verdict en statuant contradictoirement à l’égard de la partie civile, réputé contradictoire à prévenu en matière correctionnelle et en premier ressort. Ce qui signifie que l’absence du prévenu dans la salle de l’audience n’a pas du tout influencé le déroulement du procès. Rappelons que l’affaire remonte au mois de Mai lors d’une altercation qui s’est produite dans la cour d’un Mosquée dans la ville de Grand Port. Moise Roussanaly a porté plainte contre Mojize Raza pour l’avoir gratuitement insulté et frappé.

T.M.

Midi Madagasikara85 partages

Betroka : L’emprisonnement de l’ex-Maire empêché par 1 500 personnes

La saisie des 210 kg de “Chlorate de Sodium” dans la ville de Betroka, dans la région Anosy il y a quelques semaines devient une source de tension dans ce district. Depuis le 25 Septembre jusqu’à hier, la cour du Tribunal de première instance de Betroka a été le théâtre de manifestation populaire. A l’origine de cette tension, était l’arrestation d’un ex-Maire de la commune urbaine de Betroka suite à la plainte formulée par un Parlementaire élu dans cette circonscription. Le 24 septembre, l’ancien Maire a été arrêté car il a dénoncé quelques individus proches de ce Parlementaire auprès de la gendarmerie chargée de l’enquête d’être à l’origine de ce produit chimique destiné à la fabrication d’engins explosifs et de munitions. Il a également insinué que ce Parlementaire serait derrière cette affaire. En effet, le 25 septembre, près de 350 personnes venant des 14 fokontany de la commune urbaine de Betroka contre les agissements de ce parlementaire, le Procureur ainsi que le Commissaire de Police de la localité se sont réunis devant le Tribunal pour soutenir l’ex-Maire qui devait être livré à la Justice ce jour-là. Mais, cette manifestation n’a pas pu empêcher le Procureur de sortir son verdict mettant le prévenu en détention préventive. Ahuris par cette décision, les manifestants ont projeté barrer la RN13 ainsi que la route menant vers le domicile du Procureur tout en enlevant l’ancien Maire pour le ramener à son domicile avant d’aller tenir un meeting sur le terrain public appelé « Kianja Iakora » dans la ville. Ainsi, l’emprisonnement de l’ancien Maire n’a pas eu lieu. C’est pourquoi, les autorités du district regroupées au sein de l’Organisme mixte de conception (OMC) du district ont tenu une réunion d’urgence pour  rétablir l’ordre public. Mais cela n’a pas empêché la poursuite du mouvement. Hier, près de 1 500 personnes en provenance des communes environnantes se sont de nouveau attroupées dans les rues de la ville dans le but de soutenir l’ancien Maire.

T.M.

Madagascar Tribune81 partages

La protection de l’environnement d’une autre manière

Le « Zero waste festival Madagascar » est un évènement qui se déroulera pour la première fois les 29 et 30 septembre au jardin d’Ambohijatovo dans le cadre du Dago Festival. Ce festival est né de l’initiative de FAKOTÔRY, qui est une association engagée dans la transformation des déchets en de nouveaux produits de valeur plus élevée, selon un processus de recyclage de compétences et de matières insoupçonnées. L’association avec sa trentaine de jeunes bénévoles ambitionne de pérenniser le Festival et donc de l’organiser chaque année à la même période, afin qu’il devienne un projet commun de toutes les structures œuvrant dans le domaine des déchets présentes à Madagascar. Ainsi, l’objectif de cette première édition sera de répertorier tous les acteurs et toutes les initiatives existantes dans toute la Grande ile qui œuvrent dans le thème du recyclage et du traitement des déchets ou promouvant le « Zero waste – Zero gaspillage », afin de les mettre en relation et par la suite favoriser les différentes collaborations pour l’atteinte des mêmes objectifs pour Madagascar. Il s’agira également de faire connaître à la population locale ces actions déjà mises en œuvre et auxquelles elle peut participer pour la protection de l’environnement. Ce genre d’initiative devrait être encouragé de toutes les façons possibles. L’intérêt que des jeunes portent pour la protection de l’environnement est plus qu’une aubaine pour la société malgache. D’autant que via les structures étatiques, il ne s’agit point de la première préoccupation. Pourtant, il s’agit de l’un des plus grands problèmes des grandes villes, surtout d’Antananarivo. Plusieurs activités seront proposées dont des ventes expo de produits recyclés ou bio fabriqués par les artisans de FakotôryCo ayant trait à la sensibilisation au Zero Waste, au bio et à la consommation locale, ou des produits d’autres structures partageant la même vision, un défilé de mode de vêtements faits à partir de sacs plastiques, dotés de messages de sensibilisation fort face aux impacts des sacs plastiques sur l’environnement.

Midi Madagasikara81 partages

Carrefour d’Ivandry : Coopération réussie entre la CUA et la Banque Mondiale

Le carrefour Ivandry-Analamahitsy fait peau neuve.

Il  n’y a pas que les taxis que la commune urbaine d’Antananarivo gère quotidiennement.  Il y a aussi les infrastructures utilisées par les tananariviens dans leur vie quotidienne. Mais, à chaque fois qu’on améliore, il y a toujours un prix à payer. C’est le cas de ces taxis « Tsy mila Omavet ». C’est aussi le cas du carrefour d’Ivandry qui a fait hausser le ton car les travaux d’aménagement ont engendré des embouteillages monstres. Les travaux vont être bientôt terminés, après avoir duré trois mois. L’aménagement du carrefour d’Ivandry entre dans le cadre du projet PUPIRV, un projet initié par la CUA et financé par la banque mondiale à hauteur de un million de dollars. « L’aménagement du carrefour d’Ivandry- Analamahitsy s’inscrit dans la réalisation des promesses faites par le maire Lalao Ravalomanana à la population d’Antananarivo. », précis un communiqué de la CUA.

Partenariat Public-Privé. Puisque la commune ne peut pas tout faire étant donné que ses moyens sont limités, elle a toujours recours au 3P ou Partenariat Public-Privé, une formule qui n’est pas interdite par les textes régissant les Collectivités Territoriales Décentralisées. Dans son communiqué d’hier et à l’approche de la saison de pluie, la CUA fait savoir que le dragage des canaux d’évacuation d’eaux dans la Capitale sera bientôt effectué avec des outils sophistiqués, et ce grâce à cette formule gagnante.

R. Eugène

Midi Madagasikara78 partages

SMM : le bras de fer avec le ministère a commencé

Les magistrats sont déterminés à mener leur action jusqu’à ce que le ministère de tutelle réponde à leurs revendications. C’est ce que les membres de leur syndicat affirment. Aujourd’hui, demain, après demain et durant un temps indéterminé, toutes les juridictions cesseront toute activité au grand dam des justiciables. Mais c’est la seule alternative au mutisme des autorités concernant les revendications du SMM.

SMM : le bras de fer avec le ministère a commencé

Ils ont exposé depuis longtemps leurs doléances. Ils ont fait une grève d’avertissement pour faire réagir leur ministère de tutelle. Le dialogue avec ce dernier n’a pas permis d’observer des avancées dans les négociations. Ils ont repris le travail pour donner une chance d’établir des pourparlers. Leur entrevue avec le nouveau ministre de la Justice avait permis d’espérer l’établissement d’une véritable relation de confiance. Mais les espoirs ont été déçus. Le dialogue ne s’est pas établi. Les magistrats et les greffiers ont donc décidé de passer à un stade plus élevé de leur action, en décrétant une grève illimitée. Les tribunaux sur tout le territoire de Madagascar seront fermés à partir d’aujourd’hui. Des pressions ont cependant été faites par les autorités sur certains magistrats pour qu’ils ne participent pas à cette grève, mais ces derniers ne se sont pas laissés intimidés et affirment qu’ils feront comme leurs confrères. On peut discuter de l’opportunité de ce mouvement  qui pénalisera les justiciables, mais c’est la manière la plus adéquate trouvée par le corps de la magistrature pour que leur ministère de tutelle soit conscient de la gravité de la situation et daigne enfin répondre à leurs revendications, ou à tout le moins ouvrir de véritables négociations. Ce dernier va certainement  observer un silence réprobateur et essayer de jeter le discrédit sur le mouvement en prenant à témoin le public. Cependant, le SMM est vraiment décidé à aller jusqu’au bout.

  Patrice RABE

Midi Madagasikara78 partages

Tapatapany

# Ambohijatovo. Jiolahy rain-dahiny voasambotra. Jiolahy iray fantatra amin’ny anarana hoe Fano no voasambotry ny pôlisin’ny boriborintany voalohany indray, teny Ambohijatovo. Vao avy nivoaka ny fonja mihitsy ity farany noho ny resaka fanafihana sy vaky trano. Ny alahady teo anefa, dia fantatra fa vao avy nanafika tera-tany vahiny tetsy Isoraka izy sy ny namany, avy eo nanendaka mpiandry taxibe tetsy Tsaralalàna. Natao ny vela-pandrika ary dia izao voasambotra izao indray ny lehilahy. Omaly no natolotra ny Fampanoavana ary nampidirina am-ponja vonjimaika. Eo am-pikarohana ireo namany kosa ireo pôlisy.

# Sambava. Mpivady nitaingina môtô, niara-maty nodonin’ny fiara. Olona roa indray no namoy ny ainy vokatry ny lozam-pifamoivoizana tany amin’iny faritra Sava iny. Tao Ambarimihambana, Sambava no nisehoan’izany, omaly. Mpivady vao avy nividy môtô ity niharan-doza ity. Maty tsy tra-drano izy ireo, rehefa avy nofaohin’ny fiara tsy mataho-dalàna iray. Efa mandeha moa ny fanadihadiana any an-toerana.

Nangonin’i m.L

Madagascar Tribune68 partages

Les vraies intentions se dessinent

La prochaine session parlementaire s’approche à grand pas et l’on connait déjà à peu près les sujets qui seront débattus par les deux chambres, surtout au sein de l’Assemblée Nationale. Pour rappel, la Constitution de la IVème République a fixé le début de la deuxième session ordinaire au troisième mardi du mois d’octobre. Etant donné qu’il s’agit de la session budgétaire, la loi de finance pour l’année à venir sera au centre des discussions. Outre cela, les députés auront aussi à débattre sur le projet de révision constitutionnelle que prévoit de mettre en oeuvre le régime en place. Un projet qui se concrétise de plus en plus après avoir été annoncé et par le Premier ministre et par le président de la République lui-même. Et si au départ, la raison évoquée fut celle de la modification de l’obligation de démission du président candidat, il semble que la liste des amendements se soit rallongée entre temps. En effet, le premier ministre ainsi que certains proches du pouvoir actuel avaient déclaré qu’il fallait revoir essentiellement l’article 46 qui dispose que « Le Président de la République en exercice qui se porte candidat aux élections présidentielles démissionne de son poste soixante jours avant la date du scrutin présidentiel. ». Or, actuellement, des députés pro-régime viennent de déclarer que plusieurs modifications seront apportées et discutées lors de la prochaine session. Et en premier en ce qui concerne l’article 46 alinéa 1 qui dispose de l’âge requis pour pouvoir se présenter aux élections. D’après l’alinéa 1 de cet article, « Tout candidat aux fonctions de Président de la République doit être de nationalité malagasy, jouir de ses droits civils et politiques, avoir au moins trente cinq ans à la date de clôture du dépôt des candidatures  ». Cet âge minimum serait revu à la hausse pour être fixé à quarante cinq (45) ans.

Calculs et contraintes

A y regarder de plus près, il semblerait que ce projet de révision constitutionnelle cherche non seulement à donner un avantage à l’actuel Chef de l’Etat mais également à éliminer techniquement quelques uns de ses potentiels adversaires. Dont entre autres l’ancien président de la Transition. En effet, dans le cas où l’âge requis pour pouvoir se présenter serait revu à la hausse et donc fixé à 45 ans, Andry Rajoelina ne pourrait, légalement, pas se présenter. Etant donné qu’il n’aura pas encore 45 ans d’ici 2018. Or, ce dernier semble être l’un des candidats sérieux capable de briguer les présidentielles face à Hery Rajaonarimampinanina. Pour faire passer la pilule au sein de l’Assemblée Nationale, la question des véhicules 4x4 pour les députés a été remise au goût du jour ces derniers jours. Aussi, les élus de la Chambre basse pourraient cette fois-ci avoir gain de cause vu l’ampleur de cette révision constitutionnelle et la détermination du régime à la faire passer. Le Sénat étant déjà acquis vu la majorité dont dispose le président de la République. Par ailleurs, l’on s’interroge également sur les contraintes de temps. La durée de la session ordinaire est de 60 jours selon la Constitution. Or, à maintes reprises, ce délai n’a pas suffi notamment durant la session budgétaire. Or, mis à part la loi de finance, les députés auront aussi à examiner la révision constitutionnelle et les autres textes qui devront passer au Parlement. L’on pourrait donc également s’attendre à une session extraordinaire avant la fin de l’année. C’est dire les dépenses qui devront encore être engagées par le régime actuel vers la fin de son mandat.

Midi Madagasikara66 partages

Enseignement technique et formation professionnelle : Inégalité de chance d’accès pour les jeunes malg...

Les participants lors de l’atelier de validation du projet Bear II à l’hôtel Colbert hier.

Une minorité de jeunes malgaches peut bénéficier de formation répondant aux besoins du marché du travail. Une situation due à l’existence d’un gap dans le monde de la formation professionnelle et de l’enseignement technique. En effet, les jeunes malgaches n’ont pas les mêmes chances d’accéder à des formations professionnelles pouvant les aider à intégrer le monde du travail. Selon Hélène Guiot, spécialiste de programme auprès de l’UNESCO, dans l’enseignement, la formation technique et professionnelle, « 2 à 3 % des jeunes malgaches seulement sont issus du système formel de l’enseignement technique et de la formation professionnelle ». Les autres quant à eux proviennent « du système économique informel très développé en Afrique et à Madagascar ». En effet, dans ce système, les places d’apprentissage permettent d’avoir des jeunes compétents répondant aux besoins du marché du travail. Le seul souci est que les compétences de ces jeunes ne sont pas reconnus étant donné qu’ils ne reçoivent ni diplôme ni certificat attestant leurs qualifications. Par ailleurs, la récente mission de l’UNESCO à Madagascar dans le cadre du projet Bear II a permis de constater que les jeunes issus du système de formation professionnelle et enseignement technique de type formel ne sont pas « compétents ». Il a également été remarqué que les jeunes en question ne sont pas satisfaits de leurs formations.

José Belalahy

Midi Madagasikara43 partages

Manandriana-Avaradrano : La maison d’un étranger victime d’un incendie

Un incendie grave a ravagé le domicile de Jean François Debreuil dans le « fokontany » de Mahatsinjo, commune rurale de Manandriana, district d’Antananarivo-avaradrano. Le drame a eu lieu le 23 septembre. D’origine inconnue, le feu a dévoré tous les biens de ce ressortissant étranger. Mis à part sa maison, il a perdu des objets de valeur dont des matériaux de construction de piscine, 200 mètres de fil d’aluminium, une moto Quad, un fusil de chasse 22 long riffle de calibre 5,5, et un pistolet automatique de marque Browning de calibre 7,65. Tout a été réduit en cendre à cause de l’intensité de l’incendie qui s’est propagé vite. Selon les informations émanant de la gendarmerie de Sabotsy-Namehana qui se charge de l’enquête, le feu s’est déclaré vers 10h 15 du soir. Heure où les les habitants du « fokontany » se sont enfermés dans leur maison. Ce qui a rendu difficile les secours. A cela s’ajoute l’isolement de la localité. D’autant plus que la commune n’a pas d’infrastructure ni de matériels de lutte contre l’incendie. Aucun blessé ni perte de vie humaine n’est à déplorer. L’enquête est en cours.

T.M.

Midi Madagasikara43 partages

Cosmétique : Des baumes à lèvres de marques réputées contiennent des substances nocives

Mieux vaut consulter attentivement la liste des composants avant d’acheter le produit.

Des baumes à lèvres de marques réputées ont été indiqués comme contenant des substances nocives par l’« UFC-Que choisir » (Union fédérale des consommateurs), une association française de défense des consommateurs qui fait partie des associations reconnues par les pouvoirs publics en France, et dont les déclarations sont appuyées par des enquêtes et des données scientifiques. Cette association a mené des tests sur 21 baumes à lèvres parmi lesquels près de la moitié contiennent des composants nocifs. A Madagascar, ces produits sont en majorité importés et parmi les marques concernées par cette enquête figurent des marques présentes, voire très répandues sur le marché malgache.

Huiles minérales. Sur les 21 produits testés, dix présentent des perturbateurs endocriniens, des hydrocarbures de synthèse ou des huiles minérales. Ces dernières, a priori inoffensives en cas d’application sur la peau, peuvent être nocives si elles sont ingérées, ce qui peut être le cas des baumes à lèvres. L’UFC-Que choisir précise dans son étude qu’il existe deux sortes d’huiles minérales : l’une, après accumulation dans les ganglions et le foie, peut provoquer des inflammations, l’autre est cancérogène. Les fabricants qui mettent sciemment ces deux sortes d’huiles dans leurs baumes à lèvres ne respectent pas les recommandations émanant de plusieurs organismes. « Même des marques ayant une image santé bien ancrée explosent la limite avec leurs teneurs sept à huit fois supérieures ! », a-t-il été expliqué par l’association.

Les bons et les moins bons. Les dix baumes à lèvres épinglés par l’enquête sont Macadamia d’Yves Rocher ; Trésor de miel, baume à lèvres nourrissant de Garnier Ultra Doux ; Original Classiccare de Labello ; Classic moisturing lip balm de Carmex ; Nultric, soin transformation lèvres désséchées de La Roche Posay ; Homéostick, baume à lèvres au calendula de Boiron ; Cold cream, stick lèvres nourrissant d’Avène ; Nutrition, soin lèvres desséchées du Petit Marseillais ; Stick lèvres hydratant d’Aptonia et Stick lèvres hydratant d’Uriage. A l’opposé, les trois baumes les mieux notés par l’association sont Cien de Lidl, le soin des lèvres de Caudalie et le stick lèvres nourrissant bio de Melvita.

Liste des ingrédients. Comment faire alors pour bien choisir un baume à lèvres ? La meilleure chose à faire est de lire attentivement sur l’emballage du produit, la partie contenant les ingrédients. L’association, dans le cadre de son enquête, a cité quelques ingrédients à éviter : Cera Microcristallina ; Microcrystalline Wax ; Ceresin ; Hydrogenated ; Microcrystalline ; Wax, Ozokerite, Paraffin ; Paraffi num liquidum, Petrolatum ; Synthetic wax ; polybutene ; polyisobutene ; hydrogenated polyisobuten ; polyethylene.

Recueillis par Hanitra R.

Midi Madagasikara41 partages

Foire chrétienne TSENA K : Au village de la francophonie les 28, 29 et 30 septembre

Le genre d’innovation qui démontre la foi chrétienne agissant au sein de la communauté et dans la vie de tous les jours. Et c’est le FJKM Ambohitantely qui innove ainsi en tenant son TSENA K pour trois jours au village Voara Andohatapenaka. « Nous voulons démontrer qu’être chrétien ce n’est pas seulement au temple mais aussi dans la vie de tous les jours. C’est aussi un témoignage pour le développement de la foi et le développement de Madagascar. Mieux, nous espérons que ce sera une sorte de rendez-vous chrétien » a expliqué le Président du comité d’organisation Andriananjavao Herinaivo. Ces trois jours verront une centaine de stands exposant et vendant divers produits . Il y aura aussi des espaces enfants, des jeux pour les jeunes et des animations culturelles. Mahery et Inah sont prévus ce vendredi par exemple. Et le samedi, les chorales d’Ambohitantely participeront. Il y aura également du du « Hira gasy ». L’ouverture officielle aura lieu demain à 7h45 au village Voara Andohatapenaka. Cette manifestation rentre dans les festivités des « Zanak’ampielezana » et la semaine des familles (Herinandron’ny taranaka). Depuis lundi, des séances de prière sont déjà programmés et ce dimanche, ce sera le point focal de cette festivité chrétienne d’Ambohitantely.Anny Andrianaivonirina

L'express de Madagascar40 partages

Épidémie de peste – Quinze décès sur près de cent malades suspects

Le bilan de l’épidémie de peste s’alourdit. Elle a touché dix sept districts, en deux mois.

Bilan effrayant. Près de deux mois après l’apparition du premier cas de peste, en cette saison pesteuse, les victimes répertoriées frôlent la centaine. Quatre vingt treize malades suspects de peste enregistrés entre le 1er août et le 25 septembre, quinze d’entre eux ont succombé, selon le dernier bilan du ministère de la Santé publique, annoncé à la réunion de la cellule de crise journalière à Ambohidahy, hier.Dix-sept districts sont maintenant touchés par cette épidémie, notamment, ceux  des Hautes Terres centrales. Il s’agit, entre autres, d’Anta­nanarivo-ville, d’Avaradrano, d’Atsimondrano, d’Andra­masina, d’Ankazobe, de Moramanga, d’Ankazobe, d’Ambohidratrimo, de Tsiroanomandidy, de Miarinarivo, de Faratsiho, d’Arivonimamo et de Maevatanana. La maladie  s’est répandue dans les zones non pesteuses, également, à savoir  Vohémar et Toa­masina, où des cas importés ont été notifiés, au début du mois. C’est un malade de la peste provenant d’Anka­zobe, voyageant à bord d’un taxi-brousse rejoignant Toamasina, en fin août, qui a provoqué l’épidémie de peste pulmonaire à Toa­masina, à Vohémar et à Antananarivo-ville. Des cas de peste bubonique sont notifiés dans les autresdistricts.

Presque doubléÀ Antananarivo, quatre malades suspects de peste pulmonaire suivent encore des traitements au centre hospitalier anti-peste à Ambohimiandra (CHAPA), jusqu’à hier. Deux autres seraient rentrés chez eux, rétablis et sans risque de contamination.Le ministre de la Santé publique, le professeur Mamy Lalatiana Andria­manarivo, a beau rassurer que l’épidémie est maîtrisée, de nouveaux cas apparaissent, presquechaque jour, si on ne parle que du décès d’une fillette à Soavimasoandro, dimanche, suite à une suspicion pulmonaire. Il y a eu aussi des malades admis au CHAPA, la semainedernière. Suite à tout cela, le chiffre a presque doublé, en l’espace de quelques jours seulement. La semaine dernière, on comptait encore soixante cas confirmés par l’Institut pasteur de Madagascar (IPM).Nous ne sommes qu’au début de la saison de peste, en ce moment. Elle  n’est prévue s’achever qu’en avril 2018. D’ici là, cette épidémie fera des centaines de victimes, si des mesures sérieuses ne sont pas prises. Tout le monde doit apporter du sien, particulièrement, en termes d’assainissement, pour éviter la montée des rats au niveau des villages. La peste est une maladie des rats qui se transmet accidentellement à l’homme. La peste pulmonaire se présente par une forte fièvre brusque, une fatigue, des toux striées de sang. L’apparition de ganglions douloureux est le symptôme de la peste bubonique. Cette maladie ne présente pas de danger, si elle est traitée  à temps.

Miangaly Ralitera

Midi Madagasikara40 partages

Réhabilitation de la RN9 : La première phase des travaux définitivement achevée

La partie Sud-ouest de la Grande Ile est en passe d’être désenclavée ! La construction  du tronçon de route d’une  longueur de 107 km reliant la ville de Toliara à Analamisampy est actuellement achevée.

Ce projet qui fait partie de la promesse présidentielle est le fruit de la maturité de la coopération entre la Banque Africaine pour le Développement et l’Etat malgache. Les travaux ont été confiés à la société China Railway.  Un travail mené de main de maître puisque l’ancienne route pratiquement impraticable est  maintenant entièrement goudronnée. Les techniciens et les responsables issus du ministère des Travaux Publics ont effectué une descente sur terrain la semaine  dernière pour la réception provisoire des travaux faits. « Le savoir-faire des ingénieurs malgaches et chinois ont permis d’avoir une route conforme à  la qualité et les normes internationales et l’amélioration du réseau routier dans la RN 9 en est l’exemple palpable afin de désenclaver les zones reculées », ont-t-ils souligné.

L’achèvement des travaux de réhabilitation de cette route  aura un impact positif sur la vie de la population en général. Sur le plan économique, les opérateurs pourront s’investir dans l’élargissement des activités touristiques en raison de l’existence des sites déjà connus comme la belle plage de l’Ifaty et de Mangily ou autres. Cela aura une conséquence sur la consommation en fonction de l’amélioration du niveau de vie de chaque ménage. « Malgré les difficultés qui entravaient l’avancement et la réalisation du projet, les travaux financés par la Bad sont achevés à temps », a expliqué James Guo, Directeur de China Railway. Ce n’est que la première phase du projet qui est terminé. La deuxième phase allant d’Analamisampy à Imanja (Région Menabe) attendra encore la continuité du financement. Par ailleurs, le ministre des Travaux Publics, Eric Razafimandimby a récemment annoncé que « la Bad a déjà manifesté sa volonté de procéder au financement de 15 millions USD pour prendre en charge le reste des travaux ». En tout cas, la réhabilitation des infrastructures routières est devenue un défi pour le développement économique.

Eric Manitrisa

L'express de Madagascar33 partages

Bernard Ramanantsoa – Des entreprises « survivent » sans leader

Le management de l’environnement international a été passé à la loupe, hier, par cet expert international. L’allocution de Bernard Ramanantsoa suscite des débats.

Interpellatif, c’est dans cet ordre que le Directeur Général Émérite de l’école des Hautes Études Commerciales (HEC) de Paris a conduit son discours, hier, à Ankorondrano. L’homme est intervenu dans les locaux de la chambre de commerce et de l’industrie France-Madagascar (CCIFM) lors de la rencontre « club affaires ». Évènement co-organisé par HEC Madagascar et CCIFM à l’occasion du lancement de la session 2017 de l’executive program « management de l’environnement international ». Traitant de la thématique « Managers, Managers, où sont passés les leaders ? », la présentation était, pour le professeur, une occasion de décortiquer l’opposition entre deux grandes théories managériales.

RadicaleAinsi, la théorie de Milton Friedman, mettant en priorité le profit de l’entreprise et des actionnaires, s’est retrouvée face à la théorie d’Edward Freeman, mettant en valeur la responsabilité sociale de l’entreprise. Une opposition de principe qui débouche alors sur deux types de dirigeants et, donc, deux méthodes de gestion d’entreprise presque contradictoires. « Une étude effectuée, il y a de cela moins d’une année, a démontré que les plus grandes entreprises, et autres multinationales, mais également les start-ups, se tournent presque essentiellement vers la maximisation  des profits pour la société et surtout pour les actionnaires. Tout le côté responsabilité sociale n’est donc que de la communication », constate l’intervenant.À partir de ce constat, les débats ont été lancés sur les points de différenciation d’un manager et d’un leader. Selon lui, un bon manager saura définir la stratégie de l’entreprise, l’organisation ainsi que la prise de décision au sein de sa société. D’un autre côté, le fait d’être un leader requiert les mêmes aptitudes, tout en ayant la capacité de fournir, en plus, un travail cognitif et affectif pour l’entreprise et pour les employés. Autrement dit, le leader sera à même d’agir en même temps pour le profit et pour l’humain. Un comportement qui tend à s’effacer face à la théorie radicalisée de la maximisation de la valeur pro-actionnaire qu’adoptent beaucoup de dirigeants, en ce moment. « C’est la raison pour laquelle, beaucoup d’entreprises, dont les start-ups, “survivent” sans la vision du leadership et se destinent à ne faire que du profit sur le court terme tout en accumulant les risques que leurs activités ne pourraient se pérenniser sur le long terme », conclut-il.

Harilalaina Rakotobe

Midi Madagasikara31 partages

Madagascar – Chine : Une nouvelle stratégie pour intensifier la coopération

Colloque sur la coopération sino-malgache, hier au Carlton Anosy.

Des recherches ont été menées pour trouver des solutions visant à améliorer les relations économiques, commerciales et culturelles sino-malgaches. Les résultats ont été présentés hier, lors d’un Colloque qui s’est tenu au Carlton Anosy.

Des intérêts communs ! C’est l’objectif de la coopération bilatérale sino-malgache, selon les participants au colloque organisé hier par l’Ambassade de Chine et l’ENAM (Ecole Nationale d’Administration de Madagascar). Cette rencontre figure parmi les actions entreprises dans le cadre de la célébration du 45e anniversaire des relations diplomatiques entre Madagascar et la Chine et s’intitule « Relation Sino-Malagasy et Initiative Ceinture et Route ». Des résultats de recherche de solution pour l’amélioration de la coopération entre les deux pays ont été exposés à l’occasion. « L’ENAM avait signé un contrat de prestation intellectuelle avec l’Ambassade de Chine, pour trouver le moyen d’améliorer les relations économiques, commerciales et culturelles entre Madagascar et la Chine. Le document établi dans ce cadre sera désormais la base de la coopération bilatérale entre les deux pays », a indiqué le DG de l’ENAM, Pascal Pierrot Rabetahina.

Projets. L’intensification de la coopération sino-malgache se fait sentir depuis plusieurs mois. Questionnée sur les secteurs ciblés, l’ambassadeur de Chine à Madagascar, Yang Xiaorong, a noté que le partenariat entre les deux pays concerne surtout la construction d’infrastructures, le tourisme, la restauration et la santé. « Les secteurs à opportunité sont nombreuses. Au niveau des infrastructures, il y a les routes et également l’aviation, le transport maritime, le réseau Internet, les actions communautaires, etc. Tous ces secteurs d’activités sont vus de près pour les zones traversées par la route de la soie », a-t-elle affirmé. Bref, de nombreux projets sont déjà en vue dans cette coopération avec la Chine. Les résultats des recherches présentés au Colloque d’hier ont indiqué de nombreuses opportunités qui s’ouvrent pour cette coopération bilatérale.

Antsa R.

Midi Madagasikara30 partages

Politique : Clin d’œil du HVM aux structures locales

Le parti au pouvoir HVM, à l’approche des élections, décide d’opter pour la stratégie de la proximité. En effet, hier, une délégation du parti, conduite par son président national, Rivo Rakotovao, s’est rendue à Itaosy, dans le district d’Atsimondrano, pour la mise en place de la structure HVM au niveau local en général – comme ce qui s’est passé à Mahitsy le weekend dernier – et au niveau de ce district en particulier. « Nous ne sommes pas sans savoir que le district d’Atsimondrano fait partie de ceux qui abritent nombreuses populations. Il est donc normal que le HVM qui va participer aux prochaines élections le côtoie. », a affirmé Rivo Rakotovao.

Recueillis par Aina Bovel

Midi Madagasikara28 partages

Liste électorale : Disponible au niveau des Fokontany

La confection de la liste électorale pose souvent des problèmes, lors des échéances électorales, notamment pour les omissions. Notons que la liste électorale se trouve actuellement au niveau de tous les fokontany. A titre de rappel, la révision annuelle de la liste électorale se déroulera du 1er décembre 2017 au 31 janvier 2018. C’est cette liste qui servira pour la prochaine élection présidentielle. L’inscription à la liste électorale constitue l’effectivité du droit de vote de chaque citoyen. Dans la logique de la pratique juridique, il appartient à chaque individu d’exercer son droit à travers un acte. En effet, il doit lui revenir de manifester sa volonté de s’inscrire à la liste électorale. Le souci majeur de tout un chacun réside dans le fait de vouloir participer directement aux affaires de l’Etat.

Révision annuelle. La Commission de Recensement de la Liste Electorale (CRLE) doit être structurée d’une manière permanente en incluant le Chef de « Fokontany » et exclure les OSC d’observation des élections pour éviter la qualité de juge et partie (articles 20 et 31 du Code électoral). La révision doit être réalisée systématiquement à chaque évènement démographique (individu en âge de voter ayant reçu sa carte d’identité nationale, décès, migration…) sans annuler les mécanismes de révision annuelle spéciale à l’approche de l’élection). Une copie de la liste doit être affichée pour permettre aux citoyens de vérifier leurs noms et coordonnées, la concordance avec la carte électorale.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara22 partages

IFM : Les regards s’entrecroisent sur les mangroves

Ces pêcheurs de crabe de la Nouvelle Aire Protégée de Bombetoka, dépendent directement de la mangrove pour leur alimentation et leur activité génératrice de revenus.

Jusqu’à demain, l’évènement « Mangroves 2017 » se poursuit à l’Institut français de Madagascar (IFM). Toujours dans le même esprit qu’à Mahajanga, l’objectif est de « développer une expertise et mobiliser le plus grand nombre pour l’écologie, la restauration et la gestion des mangroves. »

Le deuxième jour fut notamment consacré à la représentation que se font les communautés locales des mangroves. Il est intéressant de noter que cette représentation est différente de celle des scientifiques. Ces derniers considèrent les mangroves comme étant « un capital naturel générant des services écosystémiques améliorant le bien-être des populations qui en bénéficient », selon Gilbert David, géographe de l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement), UMR Espace pour le Développement. Pour le cas de Madagascar, voire de l’Océan Indien, les perceptions varient sensiblement d’une région à l’autre. En voie vers la co-gestion et la préservation sur le littoral nord-ouest malgache, ainsi qu’aux Comores et à Maurice, les mangroves font plutôt office de sites orphelins dans l’Est malgache.

Comptabilité verte. Une notion inédite à Madagascar a également été développée hier. Celle de la comptabilité verte qui selon la Convention sur la Diversité Biologique (CDB) cherche à remédier au problème de la non-inclusion des valeurs de la biodiversité dans le système économique mondial. Dans cette optique, la comptabilité éco systémique est l’outil approprié. Depuis deux ans, des chercheurs de l’Université d’Antananarivo planchent sur le sujet en vue d’une gestion plus efficiente des parcs nationaux. « Un atelier de restitution est prévu en fin-novembre ou début décembre » avance le Pr. Solofoarisoa Rakotoniaina de l’Université d’Antananarivo.

Changement climatique. Les interventions de Dr. Christophe Proisy et de Dr. Marc Robin ont permis de comprendre l’importance de l’observation spatiale et de la cartographie, en tant qu’outils de décision quant aux pratiques durables de gestion des mangroves et leurs rôles dans l’écosystème marin et dans une visée plus large, dans le changement climatique. Les mangroves sont intéressantes pour étudier le changement climatique, car tout en étant victime de ce phénomène « naturel », elles les atténuent également. Effectivement, outre les pressions humaines, les mangroves sont décimées à cause des aléas naturels tels que les cyclones et l’élévation du niveau de la mer et de sa salinité. Paradoxalement, les mangroves s’y adaptent et arrivent même à les atténuer en luttant contre la pollution par sa séquestration exceptionnelle de carbone, la plus élevée de tous les écosystèmes. De plus, vivant dans un milieu anaérobique, elles s’en accommodent en mettant leurs racines à l’air pour capter directement l’oxygène, essentiel à leur vie. En faisant office de zone tampon, elle réduit également l’érosion du littoral, tout en le protégeant de l’invasion de la mer. Un fascinant paradoxe.

Luz R.R

Midi Madagasikara21 partages

« Human & espéranto » : Saroy et Gwen Rakotovao dansent la paix et la lutte pour la vie

Gwen Stéphanie, Saroy et Imiangaly au CGM hier.(Photo : Kelly)

Quand Saroy rencontre Gwen Rakotovao, cela donne « Human esperanto ». Le fruit d’une collaboration que les deux chorégraphes présenteront au CGM ce samedi 30 septembre.

Deux danseuses exceptionnelles sur une même scène ! Ce samedi, l’auteur de « Human » et le concepteur de « Espéranto » vont se retrouver au CGM ce samedi pour justement présenter leurs créations. Créé par Saroy Rakotosolofo en 2016, « Human est un solo accompagné par le Rombo tap dance. Il met en avant le « rombo » qui, à travers cette pièce signifie deux choses : lutte et claque de la vie.  « Espéranto » est par contre le deuxième solo de danse chorégraphié et interprété par Gwen Rakotovao. Originaire de Madagascar, les travaux de Gwen abordent les questions concernant la diversité des cultures. En 2014 sa création “L’Amour, la liberté” a vu le jour à New York, une intrigue qui explore les connections entre les cultures et les êtres humains avec un message d’espoir qu’un jour ces connections permettront de réduire les jugements et les différences entre les individus et lesgénérations. Avec « Espéranto », Gwen Rakotovao pose la problématique de comment espérerlorsque les mots, les traditions, les codes que nous partageons continuent de nous diviser. « Espéranto » s’inscrit donc dans la continuité de ce message d’espoir qu’un jour, nous puissions atténuer les conflits et promouvoir la paix. C’est un solo à la recherche du sens de l’unité. Une création qui s’inspire de ses cultures à la fois françaises et malgaches. Car Gwen Rakotovao est une artiste malgache née en France. « Je suis fière d’être malgache et je suis fière aussi d’être française et cela ne devrait pas déranger. Ce devrait être une richesse. Je crois qu’il est temps de faire la paix avec notre histoire même si elle est violente » explique Gwen. Esperanto, c’est donc la diversité des deux cultures qu’elle porte en elle. « Human espéranto », la rencontre inédite entre deux danseuses exceptionnelles !Mahetsaka

Madagascar Tribune19 partages

Petit rappel sur l’ « intérim »

« Il s’agit d’éviter qu’un Président non élu ne soit à la tête du pays pour une durée indéterminée » rapporte un grand quotidien de la place. Voici donc le véritable enjeu de la proposition de révision constitutionnelle.

Dans son rapport sur l’amélioration de l’encadrement juridique du processus électoral malgache, la commission consultative de réflexion et de proposition avait rejeté la proposition [1] de fixer de manière pérenne et définitive la date des élections présidentielles (essentiellement, à l’Américaine, où les élections ont toujours lieu tous les deux ans le deuxième mardi du mois de novembre). Cette proposition, disait la commission, se butte à des contraintes constitutionnelles. « En effet, l’absence de vice-président de la République se substituant automatiquement au Président de la République si celui-ci n’est plus en capacité d’exercer ses fonctions, oblige à organiser une nouvelle élection présidentielle. »

Car, il ne s’agit pas uniquement du cas de démission du PRM candidat à sa propre succession, conformément à l’article 46. Le Président du Sénat est appelé à assurer l’intérim de la Présidence dans d’autres circonstances. En effet, selon l’article 52, « par suite de démission, d’abandon du pouvoir sous quelque forme que ce soit, de décès, d’empêchement définitif ou de déchéance prononcée, la vacance de la Présidence est constatée par la Haute Cour Constitutionnelle. Dès la constatation de la vacance de la Présidence, les fonctions du Chef de l’Etat sont exercées par le Président du Sénat. » L’article 53 dispose que l’élection du nouveau PRM a lieu dans un délai de 30 à 60 jours au plus après la constatation de la vacance par la HCC. 

C’est depuis le début des temps, je veux dire depuis l’indépendance, que ces dispositions existent dans la Constitution. C’est fort étonnant de les voir évoquées maintenant. Clairement, ne plus contrôler l’appareil étatique pendant la période électorale trouble les tenants du pouvoir. Mais ils peuvent très bien faire adopter une loi organique sur cet intérim, ou définir ce que sont « les attributions présidentielles courantes », au lieu de nous faire vivre un référendum. Le Président lui-même a nommé [2] l’actuel Président du Sénat dans son quota d’un tiers de cette chambre parlementaire. Toutes les réflexions sur les possibilités d’intérim sus-citées auraient dû avoir lieu au moment de l’élection du Président du Sénat. Cela ne devrait pas être maintenant que l’on cherche à se rattraper.

En ce qui concerne les 30 à 60 jours, une disposition constitutionnelle qui existe également depuis le début des temps (sauf la Première République, qui appelait aux élections dans les 20 à 50 jours), la CENI, tout simplement, peut mieux faire. C’est le cas dans bien des pays du monde, sauf évidemment chez nous, où la remontée des résultats sur papier est l’opportunité suprême pour tricher. Au lieu de dépenser les fonds sur un référendum, investissons dans les matériels et équipements pour acheminer les résultats plus vite et respecter la période de 30 à 60 jours. [3]

Sahondra Rabenarivo 26 septembre 2017

Midi Madagasikara18 partages

CFM : Règlement intérieur transmis à la HCC

L’élection des membres du bureau permanent est suspendue à la décision de la HCC qui devra, dans les prochains jours, statuer sur la conformité à la Constitution du nouveau règlement intérieur.

La mise en place du Conseil du Fampihavanana Malagasy avance à petits pas. En effet, les travaux d’élaboration du règlement intérieur de cet organe en charge de la mise ne œuvre de la réconciliation nationale n’ont été terminés qu’hier. Ledit règlement intérieur a été transmis hier même à la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) pour contrôle de constitutionnalité. Et puisque la plupart des membres de la plus haute juridiction est encore absente de la Capitale, Ambohidahy ne pourrait statuer qu’à partir de la semaine prochaine. D’après Maka Alphonse, le nouveau règlement intérieur du CFM s’est inspiré de la loi n° 2016-037 qui a modifié et complété la loi n°2012-010 relative à la réconciliation nationale. Notre interlocuteur révèle que par rapport au FFM (Filankevitry ny Fampihavanana Malagasy), les attributions et les missions du Conseil du Fampihavanana Malagasy sont élargies. Autrement dit, le CFM dispose de plus de compétences que le FFM. C’est le cas par exemple en matière de l’octroi de l’amnistie sur requête. Désormais, le dernier mot concernant l’octroi de cette amnistie sur requête appartient au CFM après avis et recommandation de la commission spéciale indépendante pour l’amnistie au niveau de la Cour Suprême.

Insusceptibles de recours. C’est aussi le cas en matière de la réparation et de l’indemnisation des victimes des événements concernés par les textes en vigueur.  Le CFM est le seul compétent à décider sur les questions touchant la réparation et l’indemnisation dans le cadre de la mise en œuvre de la réconciliation nationale. Et que ce soit en matière d’octroi d’amnistie ou de réparation/ indemnisation, les décisions du Conseil ne sont pas susceptibles de recours. Autrement dit, le Conseil du Fampihavanana malagasy décide en premier et dernier ressort. A propos de l’élargissement des compétences du Conseil, Maka Alphonse fait savoir que ce dernier a le pouvoir d’auditionner qui que ce soit dans ses investigations pour  la recherche de la vérité. « Même le président de la République peut être auditionné par la structure instituée à cet effet. L’immunité présidentielle ne joue pas dans ce cas » prévient notre interlocuteur.  En tout cas, l’élection des membres du bureau permanent du CFM attend la décision de la HCC.

R. Eugène

Midi Madagasikara17 partages

Peste : La psychose est toujours là

Des cas suspects de peste ont été constatés dans quelques quartiers de la capitale la semaine dernière.

La peste ne semble pas être maitrisée comme veut le faire croire le ministère de la Santé publique.

Des cas de suspicion de décès causés par la peste ont été rapportés aussi bien par les médias que par les docteurs « libres ». En effet, un médecin du quartier d’Ampefiloha nous avait signalé qu’il y a déjà eu deux cas « proches des symptômes de la peste » emmenés chez lui. Ce qui soulève des questions sur la maitrise de l’épidémie lancée par le ministère de la Santé publique. Joint au téléphone sur d’éventuelles procédures que les médecins privés doivent suivre en cas de présence de cas suspects, le directeur de la promotion de la santé a fait savoir qu’en présence d’un cas suspect, les médecins privés doivent effectuer une déclaration obligatoire auprès du médecin inspecteur du  lieu où ils opèrent. « La procédure veut que les médecins privés signalent directement les cas qu’ils suspectent auprès de leur supérieur hiérarchique qui est le médecin inspecteur » a-t-il fait savoir.  Le directeur de la promotion de santé auprès dudit ministère d’ajouter « qu’en cas de décès, après déclaration effectuée par les médecins privés, une unité mobile est dépêchée par le centre hospitalier anti-pesteux d’Ambohimiandra ». Ladite unité « s’occupera de l’enterrement du (de la) défunt (e) à la place de sa famille dans un cimetière commun ».  La même unité s’assurera, toutefois, de mener une enquête chimio prophylaxie de contact dans le quartier, auprès de la famille et des collègues de la personne suspectée d’avoir contracté la peste en cas de simple suspicion.

Evolution. Voulant plus d’infos sur la situation actuelle de la capitale malgache, nous avons donc joint au téléphone le médecin inspecteur de Tana ville. Ce dernier nous a fait comprendre que « le directeur de la promotion de la santé est le seul habilité à donner des statistiques sur la peste ». Profitant de l’occasion, le médecin inspecteur de Tana ville a souligné que même si son service dispose de l’unité d’intervention mobile, « il faut une autorisation émanant du ministère pour que celle-ci effectue une descente auprès des lieux concernés ». Par ailleurs, en cas de présence de suspicion de peste, le processus à suivre reste inchangé pour les simples citoyens. « Il faut qu’ils se ruent vers les centres de santé les plus proches ». Même si la situation réelle n’est pas connue jusqu’ici, il est clair que la psychose de la peste reste toujours malgré les appels à la quiétude lancés par  le ministère de la Santé.

José Belalahy

News Mada14 partages

Tennis de table-France : les pongistes malgaches impressionnent

Les jeunes pongistes malgaches expatriés de l’hexagone font actuellement bonne impression.

Comme tête de gondole figure Fabio Rakotoarimanana, qui se classe deuxième du classement français chez les cadets. Sa progression ébahit les spécialistes avec 71% de réussite cette saison que la fédération française lui a ouvert la porte du Pôle France de Nantes.

Malheureusement, il est le seul garçon originaire de la Grande île à sortir du lot alors que chez les filles, elles sont au nombre de deux à faire parler la poudre. Il s’agit de Vony Ange Randriantsoa, numéro 2 chez les juniors et Karen Hanitra Raharimanana, numéro 5. Toutes les deux sont actuellement pensionnaires du prestigieux  Pôle Espoirs de l’île de France à Châtenay-Malabry.

Antoine Razafinarivo, 14 ans, qui poursuit son apprentissage auprès de Fabio Rakotoarimanana à La Garde, pourra dans un avenir proche faire parler de lui.

Naisa

 

Midi Madagasikara14 partages

Rugby : La preuve par les photos

La foule des grands jours au Stade Malacam où se tient le championnat d’Analamanga.

Il n’y a pas photo entre l’affluence au Stade Makis avec des matches organisés par la Fédération malgache de rugby et celle du stade Malacam où se tient le championnat d’Analamanga. Dimanche encore, la tournée de notre photographe Kelly Randriamampianina a permis de montrer à la face du monde combien le championnat d’Analamanga fait quasiment l’unanimité.

Si le Stade Makis d’Andohatapenaka est quasi vide comme le montre la deuxième photo, celui de Malacam, à Antanimena, affiche complet. Des matches disputés à guichets fermés car compte tenu de la tension au sein du rugby actuel, la ligue d’Analamanga ne peut pas négliger le volet sécurité tellement il y a du monde.

Du coup, c’est devenu inutile de savoir qui a tort et qui a raison dans ce bras de fer qui n’a que trop duré car le public a choisi son camp et ce n’est pas sans raison. Le président d’Analamanga, Andry Ravelojaona, a l’onction populaire et comme l’écrasante majorité des membres de l’équipe nationale jouent à Antanimena, le choix est vite fait pour celui qui devait diriger l’ovale malgache…

Les matches au Stade Makis se déroulent devant une tribune vide comme s’il s’agissait de rencontres à huis clos.

Sauf peut-être si la solution proposée par Marcel Rakotomalala qui a mis en place un comité des anciens présidents dont Zo Andriatsilavo et Rigobert, tiendra la route pour aplanir les divergences et arrêter ce harcèlement à l’endroit de la Ligue d’Analamanga qui fournit, faut-il le rappeler, tous les membres des équipes nationales incluant les jeunes et les dames.

Clément RABARY

Midi Madagasikara12 partages

Société civile : Contre la révision constitutionnelle !

Non à la révision constitutionnelle. Les organisations de la société civile (Osc), regroupées ou non dans le mouvement Rohy, ont affiché officiellement leur positionnement par rapport à cette question, hier, au Cite Ambatonakanga. « Nous rejetons ce projet de référendum car (…) il n’appartient pas à un régime sortant d’en faire la révision », soutiennent-elles. Mais si la révision constitutionnelle devrait avoir lieu, elle « sera entreprise de manière approfondie et sans précipitation, dans une réflexion nationale multi-acteurs sur les aspirations de la population issue des 22 régions », continuent les membres de la société civile car autrement, cela « révèle une volonté de se prolonger au pouvoir (…) en remettant en question les articles qui gênent pour viser la victoire à la prochaine élection présidentielle ». Les Osc ont donc rejoint ceux qui, ces derniers temps, réfutent un projet de révision constitutionnelle empressé.

Mise en garde. Toujours dans le cadre des élections, la société civile partage la recommandation de la Ceni qui exhorte le gouvernement à sortir le calendrier électoral. Jusqu’à maintenant, on ignore toujours quand est-ce que les échéances électorales auront lieu car le gouvernement tarde à se prononcer sur le sujet. Par ailleurs, les Osc ont mis en garde le régime contre un éventuel « code de la communication bis » avec le code électoral en gestation lequel est pris en charge par un comité interministériel composé de cinq ministères. « La société civile va s’attacher dès maintenant à la mise en place et l’application d’un cadre légal de qualité afin que le processus électoral soit crédible à chacune des étapes du cycle électoral », avance les membres des Osc.

Code de conduite. Outre le côté technique des élections, la société civile met également en relief le côté financier des élections et la pratique de la corruption – susceptible d’en découler. « Nous Osc serons attentives ainsi sur le cadre légal concernant le financement des partis politiques et celui des campagnes électorales qui doit être complété par le plafonnement des dépenses, la publication en toute transparence des sources premières de financement, la création de mécanismes multi-acteurs de contrôle a posteriori des comptes de campagne électorale et la définition des sanctions », lit-on dans le communiqué. Les discussions ayant trait aux financements des campagnes électorales ont maintes fois été lancées lors des cadres de concertation avec la Ceni et les documents y afférents sont entre les mains du même comité interministériel. Aussi, la société civile demande à ce que « les candidats aux élections approuvent et signent un code de conduite pour les campagnes électorales dont l’élaboration se poursuivra de manière participative ». Dans la même foulée, la société civile est en étroite collaboration avec les institutions de lutte contre la corruption comme Transparency International Initiative Madagascar.

Aina Bovel

Midi Madagasikara11 partages

HOREB – Ministère de l’Environnement : Un plan d’action pour restaurer l’équilibre de la biodiver...

Les deux ministres en charge de l’Environnement et de l’Agriculture reconnaissent le référentiel HOREB initié par Faly Rasamimanana, le DG de Faly Export.

Un investissement de plus de 38,4 milliards d’Ariary est nécessaire pour pouvoir aménager les bassins versants d’Andekaleka. Une action qui s’avère urgente pour les deux parties.

Le référentiel malagasy HOREB (Hygiène, Organisation et Restauration de l’Environnement et de la Biodiversité) initié par Faly Rasamimanana, le directeur général de Faly Export, a maintenant reçu le soutien de l’Etat. Le ministre de l’Environnement, de l’Ecologie et des Forêts, Ndahimananjara Johanita et le ministre auprès de la Présidence en charge de l’Agriculture et de l’Elevage, viennent de signer une charte de reconnaissance en marge d’une conférence sur l’HOREB organisée dans le cadre de la Foire Internationale de l’Agriculture qui s’est tenue dernièrement au parc des Expos à Tanjombato. Cet appui stipule la reconnaissance de la vision et des principes de HOREB comme étant adéquate aux défis du secteur agricole malgache et favorisant le progrès d’une économie performante et respectueuse de l’environnement à Madagascar.

Andekaleka. En outre, le ministre de l’Environnement a également signé une convention de partenariat avec le promoteur de ce référentiel  qui adopte le principe de l’inclusivité, afin de mettre en œuvre un plan d’action visant à restaurer l’équilibre de la biodiversité. « Il s’agit notamment d’appliquer des stratégies concernant le reboisement ou la restauration des forêts ou bien l’aménagement des bassins versants en dégradation dont le plus critique est le bassin versant d’Andekaleka, tout en protégeant bien évidemment l’environnement et la biodiversité. En fait, la dégradation du bassin versant d’Andekaleka risque d’impacter fortement sur la production d’énergie dans le pays », a expliqué Faly Rasamimanana. Les deux parties ont ainsi convenu de reboiser les berges en commençant sur une superficie de 10 ha afin de renforcer le dynamisme de la gouvernance forestière locale tout en minimisant les pressions sur les sites comme les cultures sur brûlis et la déforestation, dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan d’action.

Fonds. Rappelons que l’HOREB est un système de management de développement en milieu rural  orienté vers l’agriculture et ses dérivés. Ce référentiel est une démarche basé sur le principe de la Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE) et de l’inclusivité. L’implication de tous les acteurs soucieux du développement durable dans le pays est ainsi de mise. « Les opérateurs adhérant à l’HOREB versent une partie de leurs bénéfices nets afin de mettre en œuvre des acticités liées à leur RSE. Cependant, le fonds collecté ne pourrait pas contribuer pleinement à la réalisation des actions de protection des bassins versants d’Andekaleka car il faudrait un investissement de l’ordre de 38,4 milliards d’Ariary. C’est pourquoi, nous sollicitons tous ceux qui sont conscients et soucieux de l’importance de cette action et du développement durable dans le pays à prendre part en versant leur contribution via Orange Money. Cet opérateur en téléphonie mobile est d’ailleurs un des partenaires de l’HOREB. Tout mouvement de fonds est rapporté systématiquement à tous les acteurs concernés dans le cadre de la transparence et de la bonne gouvernance », a-t-il fait savoir. Notons qu’à part l’aménagement écologique d’un paysage de 10Ha, le déplacement des 200 occupants illicites du site et la sensibilisation de 1 000 personnes à adopter des pratiques agro-écologiques constituent d’autres indicateurs établis dans le cadre de la mise en œuvre de ce plan d’action entre l’HOREB et le ministère de l’Environnement.

Navalona R.

Midi Madagasikara10 partages

« Haify mampihavana » : Le Festival de la gastronomie Malgache

Lors de la conférence de presse du “Haify mampihavana” au Grand Hotel Urban” Ambatonakanga.(photo : Kelly)

Dans la tradition maintenant acquise des trois éditions précédentes, « Haify mampihavana 2017» sera à la fois la rencontre et le partage autour de l’art culinaire et de savoir-faire, l’occasion de découvrir de nouveaux produits, des saveurs et des goûts, et la promotion des nouveaux talents – les Jeunes Chefs « Haify », lauréates des concours 2015 et 2016.

Concours, ateliers, expositions, vente, animations… Du 29 septembre au 1er octobre, « Ny haify mampihavana » investira le jardin d’Andohalo. Si le concours « Tsikonina » des tout petits se maintient et se poursuit avec la participation en amont d’une centaine d’élèves des EPP, fokontany et des écoles privées d’Antananarivo, cette édition 2017 innove et inaugure les « ateliers Haify ». Sous la direction de Chef Mariette Andrianjaka – marraine de l’évènement- une semaine d’apprentissage est offerte aux Jeunes chefs lauréates avec le concours de CS2PC-THR, la plateforme public- privé en charge de la mise en œuvre des réformes dans la formation professionnelle du secteur Tourisme. Les femmes membres de l’Association Ravinala de Marodoka Nosy Be profiteront du savoir-faire de notre cordon bleu national. L’apprentissage est axé sur les rouages et technicités de l’Art de la gastronomie Malagasy et sur la production de la gusto-olfactive originale du « tsiro gasy».

Invité d’honneur. Après l’Indonésie qui était présente durant deux années consécutives – et que le public malgache a découvert à travers la danse, les costumes et les plats traditionnels indonésiens, cette édition est également placée sous le signe de l’ouverture avec l’accueil de l’Espagne comme invité d’honneur. « L’association WTAM invite le public à découvrir l’Espagne, deuxième destination touristique du monde, qui partagera ses arômes et traditions gastronomiques grâce au savoir-faire d’un chef venu spécialement pour cet événement et invité par le grand hôtel Urban ».

« Ny haify 7 loha ». Les fins gourmets seront gâtés. « Haify mampihavana», pour sa quatrième édition  propose une programmation riche, pouvant satisfaire tous les goûts. Dès le premier jour, « Ny haify 7 loha », composé des réalisations culinaires des Jeunes Chefs en apprentissage sera servi au restaurant Il Giardino – Jardin Andohalo.  L’ouverture officielle des stands se fera le samedi 30 septembre à 9 h après la traditionnelle coupe de ruban, suivie d’une dégustation des « sakafo maraina ny Avaratra » (petits déjeuners du Nord). Une quarantaine d’opérateurs seront présents, et vont offrir leurs spécialités et nouveautés. En collaboration avec la Commune Urbaine d’Antananarivo, la demi-finale et la finale du concours « Tsikonina » se tiendront le samedi et le dimanche matin. Chaque groupe sera appuyé par une Marraine issu du réseau des Femmes WTAM.  Les deux jours seront étayés par diverses animations : de la musique, des danses, du « Fumba » – une version malagasy du Zumba- mais également des sensibilisations de l’équipe de la CNaPS sur la sécurité sociale des travailleurs en général et du Tourisme en particulier.Mahetsaka

Midi Madagasikara10 partages

Basket-ball – Coupe des clubs champions de l’Océan Indien : Les équipes malgaches prennent le devant !

Il a suffi de quatre journées dans cette Coupe des clubs champions de l’Océan Indien de basket-ball pour reconnaître que les équipes malgaches possèdent une belle longueur d’avance sur leurs adversaires mahorais, seychellois, comoriens et mauriciens.

La Coupe des clubs champions de l’Océan Indien de basket-ball ne peut pas échapper au camp malgache dans les deux catégories.

Affiche malgacho-malgache. C’est le constat après quatre journées où les Malgaches prennent les commandes. Et même nettement chez les dames où Fandrefiala vient de détrôner MB2ALL à l’issue de sa victoire d’hier par 70 à 60. Comme TAMIFA se trouve à la troisième place et devançant le BCM Mayotte et les Seychelloises de Challenge, on a bien peur que la finale restera une affiche malgacho-malgache.

TAMIFA a d’ailleurs confirmé cette tendance en battant, hier, les Seychelloises de Challenge sur le score de 65 à 60.

Chez les hommes, les gendarmes de la GNBC occupent le fauteuil de leader dans le premier groupe tandis que l’ASCUT prend la tête de l’autre groupe.

Voir Daguet et Danz. Mais attention car les Mahorais ne sont pas loin et qu’ils affichent un jeu sans complexe à l’image du TCO et même du BCM. Ces deux équipes mahoraises peuvent parvenir à brouiller les cartes pour peu que l’ASCUT et la GNBC lèvent un peu les pieds.

Hier en tout cas, le BCM a fait passer un très mauvais quart d’heure aux Seychellois de Premium Cobras à qui il a infligé une raclée de 92 à 53.

Les Mauriciens du Real qui restent en embuscade n’ont pas véritablement dit leur dernier mot. Et c’est tant mieux pour la suite du programme qui ne prendra fin que dimanche au Palais des Sports de Mahamasina qui va peut-être connaître l’affluence des grands jours lors des demi-finales où on verra très certainement les trois expatriés qui faisaient le bonheur de Mayotte avec Daguet et les deux Danz.

Et rien qu’avec cette perspective de les voir à l’œuvre, on s’attend à voir remplir les 5 000 places du palais. Enfin on l’espère…

Clément RABARY

Midi Madagasikara8 partages

Inclusion financière : Une stratégie nationale en vue

L’accès aux services financiers reste encore difficile pour la majorité de la population à Madagascar. Selon les résultats des diagnostics de l’inclusion financière, Madagascar est le quatrième pays le plus touché par l’exclusion financière, parmi les économies étudiées en Afrique. L’enquête Finscope Consommateur menée en 2016 par le ministère des Finances et du Budget donne, en effet, des précisions sur cette situation difficile du secteur financier. Les résultats ont indiqué que 41% de la population adulte sont exclus des services financiers ; 30% ont accès à des services financiers informels ; 17% bénéficient des services proposés par les institutions formelles non bancaires ; et seulement 12% de la population ont accès aux services des banques. En effet, le mobile-banking contribue fortement à l’amélioration de ces indicateurs. Cependant, des lacunes, générées par l’instabilité de l’économie et le mauvais climat des affaires, persistent. D’après nos sources auprès du Bureau gouvernemental pour la Coordination Nationale de la Finance Inclusive, une Stratégie nationale d’inclusion financière pour Madagascar (SNIF) qui couvrira la période 2018-2022 est actuellement concoctée avec les partenaires techniques et financiers. Nous en reparlerons.

Antsa R.

Madaplus.info6 partages

Le SMM et le SGM déclarent une grève sans fin

Le SMM et le SGM entreront dans une grève perpétuelle à partir d’aujourd’hui. De nombreux magistrats auraient reçu de la pression pour ne pas prendre part à cette grève. D’après les sources d’informations, il s’agirait de la plupart des magistrats et des procureurs dans la partie Sud-Est de Madagascar.
Selon le rapport de Fanahimanana Tiaray, membre actif du SMM, il y a une pression mise sur les chefs de juridiction, les procureurs, les présidents et de forcer les magistrats qu’ils ne doivent pas figurer dans la manifestation d’intérêt des SMM et SGM. Malgré cette tentative de dissuasion, la décision est close et ferme selon Fanahimanana Tiaray et ils ne reculeront pas un pas en arrière tant que les revendications et les réclamations des syndicats ne seront satisfaites. Toutes les portes des tribunaux du pays fermeront ses portes à compter d’aujourd’hui à 9heures et ils convient ses confrères à se plaindre auprès du Syndicat pour toutes formes d’atteinte de limitation liées à la grève pour que le SMM puisse défendre leurs droits.
News Mada6 partages

Evénement : Antananarivo fête le chocolat

Le 1er octobre est célébré comme étant la Journée mondiale du cacao et du chocolat. En avant goût, le Café de la Gare à Soarano concocte une soirée baptisée «Tout chocolat» ce 30 septembre.

Le chocolat de Madagascar a la cote au point qu’il est même classé un des meilleurs du monde. La fête du chocolat  ne passera pas inaperçue. Elle invite les passionnés gourmands à découvrir le chocolat sous tous ses aspects. A cet effet, un menu tout particulièrement préparé  par Chef Johary sera présenté à cette occasion. Faniah, la chanteuse à la voix douce que les téléspectateurs ont découverte en 2004, grâce à l’émission de téléréalité Pazzapa, va également apporter son lot de sensualité à la soirée, avec une excellente interprétation.

Joachin Michaël

 

News Mada5 partages

Exposition : l’Is’art galerie, maculée de « Sang couleur »

Deux artistes d’exception qui  viennent de Kinshasa (RD Congo), Géraldine Tobé et Jean Kamba signent leur exposition collective d’art visuel intitulée «Sang couleur», sur les murs de l’Is’art Galerie Ampasanimalo, jusqu’au 12 octobre.

Existe-il une race pure ? Y a-t-il une race supérieure aux autres ? Ma créativité ou ma médiocrité résultent-elles du fait que je suis noir, blanc, rouge, jaune ?, c’est à travers cette problématique autour des stéréotypes raciaux que les artistes invitent le public à jeter un regard sur leurs chefs-d’œuvre.

Née en 1992 à Kinshasa, Géraldine Tobé a reçu son parchemin en peinture à l’Institut des Beaux-arts de Kinshasa en 2012. Elle est membre du collectif «Bokutani artistes réunis», une structure artistique axée sur les pratiques contemporaines de l’art en République démocratique du Congo.

A travers sa création, Géraldine parle de son for intérieur et celui de son environnement et de tout ce qu’elle a vécu dès son enfance jusqu’à présent. En un mot, ses sentiments intimes, ses états d’âme, ses humeurs, ses inquiétudes, ses pleurs et peines qu’elle moule et dote de corps.

Quand à Jean kamba, il est à fois écrivain, poète, journaliste et critique d’art. Organisant périodiquement une exposition, il œuvre également dans le management de projets artistiques axé sur l’art contemporain. Cette exposition présente un tant soit peu les idées et les appréhensions perçues sur place, via des tableaux et textes des deux artistes.

Joachin Michaël

L'express de Madagascar5 partages

Cadre légal des élections – La société civile réclame la transparence

Une exigence. C’est ce qu’a formulé le mouvement d’Orga­nisations de la société civile (OSC) ROHY hier. Dans un communiqué de presse signé par ses soixante-quinze membres, lu aux journalistes au CITE Ambatonakanga, la transparence sur les avant-projets de lois électorales, au stade de rédaction par un comité interministériel, est réclamée. « C’est un droit pour la population et la société civile de prendre connaissance d’avance, avant la soumission au Parlement, des textes légaux qui vont encadrer le processus électoral qui lui permettra d’élire le dirigeant de manière libre et équitable. Avec nos compétences juridiques disponibles, nous souhaitons évaluer la qualité et la suffisance des textes, et agir en conséquence », soutient le mouvement ROHY.À l’issue des travaux d’une commission consultative, où des membres d’OSC, notamment, ont siégé en tant qu’observateurs, la rédaction des avant-projets du nouveau cadre juridique des élections a été confiée à un comité interministériel, début septembre. Une écriture qui, en principe, devrait se faire sur la base des recommandations formulées par la commission consultative.En marge d’une cérémonie d’inauguration d’infrastructures à Ivato le 4 septem­- bre, Solonandrasana Olivier Mahafaly, Premier ministre, a déclaré que les avant-projets de lois électorales « devront impérativement s’en tenir aux recom­mandations de la commission consultative. (…) Notre objectif est d’avoir des élections transparentes, acceptées de tous et réellement démocratiques ».

Débat nationalLe chef du gouvernement a, par ailleurs, affirmé qu’avant leur adoption en conseil des ministres et du gouvernement, ces textes seront soumis à « un débat national ». À lui d’ajouter que « les avant-projets de lois seront portés à la connaissance de la population, afin qu’elle puisse donner son avis et faire ses observations ».Des mots qui ne semblent cependant pas avoir suffit à rassurer les OSC. En marge de la conférence de presse d’hier, des figures du mouvement ROHY ont affirmé que, depuis la prise en main du processus par le comité interministériel, ils n’auraient plus aucune nouvelle sur les traits que pourrait avoir le nouveau cadre juridique des élections. Les recommandations faites par la commission consultative découlent de larges consultations faites par la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), l’année dernière.Les membres du ROHY ont été parmi les plus actifs durant cette démarche consultative. « Nous ne savons pas ce que le gouvernement est en train de concocter. Nous ne voulons pas, ainsi, être pris au dépourvu et être face à des textes qui tranchent avec les recommandations déjà formulées. L’Exécutif pourrait tabler sur ces consultations pour faire passer la pilule, alors que les textes rédigés ne feraient pas l’unanimité », ont-ils affirmé à l’issue de la conférence de presse d’hier.Les analystes s’accordent à dire que le cadre juridique des élections devrait être opérationnel le plus tôt possible. « Dès le lendemain de la fin de la deuxième session parlementaire », selon plusieurs d’entre eux. Selon la Constitution, la seconde session du Parlement démarre le troisième mardi d’octobre, soit le 17. Elle est, du reste, fixée à soixante jours. Il pourrait être temps de publier quelques lignes des textes en gestation, et lancer le « débat national ».

Rejet de la révision constitutionnelle

Rejet. Telle est la réponse du mouvement ROHY, à l’initiative de révision constitutionnelle que compte prendre le pouvoir Exécutif. « (…) nous estimons que, vu nos contextes historiques et les comportements des acteurs politiques, il n’appartient pas à un régime sortant d’en faire la révision. (…) Elle révèle une volonté de se prolonger au pouvoir, d’une part, en remettant en question des articles qui gênent pour viser la victoire à la prochaine présidentielle », soutient le réseau d’OSC. D’autre part, ROHY estime que l’argument sur le statut des Fokontany ne serait qu’une « diversion ».Ses membres affirment, en effet, que « les élections des chefs Fokontany peuvent être juridiquement et techniquement mis en œuvre sans toucher à la Constitution ». Ils ajoutent : « Pourquoi se précipiter à créer un autre palier de CTD [Collectivité territoriale décentralisée] (…) alors que même pour les  quelques mille six-cent, communes, les pouvoirs qui se sont succédé, et surtout le pouvoir actuel, n’ont jamais voulu leur donner les budgets et ressources nécessaires leur permettant d’assumer leurs rôles de CTD ». Le mouvement ROHY soutient, par ailleurs, ne pas accepter les dépenses publiques qui seraient générées par un référendum.

Garry Fabrice Ranaivoson

Midi Madagasikara5 partages

Cancer du col de l’utérus : 60% des cas, vus à des stades avancés

La vaccination est l’une des démarches de prévention du cancer du col de l’utérus.

Le cancer du col de l’utérus figure parmi les cancers les plus répandus à Madagascar. Plus de la moitié des cas de cancer concernent les femmes avec une proportion élevée de cancer gynécologique.

Le cancer du col de l’utérus concerne environ 25% des cas de cancer observés dans le service d’oncologie de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona. Là où environ 300 nouveaux cas de ce cancer par an sont enregistrés. Plus de 60% d’entre eux sont vus à des stades avancés. La prévention figure parmi les démarches les plus accessibles et permettant de lutter efficacement contre cette maladie à Madagascar. Dans le pays, la méthode la plus accessible pour le dépistage du cancer du col de l’utérus est la méthode IVA (inspection visuelle à l’Acide Acétique).

Plan national de lutte. Le cancer étant devenu un problème de santé publique à Madagascar, le pays dispose depuis 2010 d’un Plan national de lutte contre le cancer, établi par le ministère de la Santé publique et ses partenaires. La mise en œuvre de cette politique nationale se fait par le biais de la mise en œuvre du plan stratégique et du plan d’action de lutte contre le cancer à Madagascar. Parmi les éléments de réponse dans le cadre de la lutte contre le cancer du col de l’utérus, le vaccin. Une phase pilote de la vaccination contre ce cancer a déjà été initiée, il y a quelques années chez des jeunes filles de plusieurs régions de Madagascar.

Rappelons que dans le monde, le cancer du col de l’utérus est l’une des principales causes de mortalité chez les femmes. Plus de 270 000 femmes décèdent de cette maladie, chaque année, dont plus de 80% se trouvent dans les pays les moins développés.

Hanitra R.

Midi Madagasikara5 partages

Hippisme : L’Oiseau Bleu en conquérant !

Le Grand Prix d’anniversaire de l’AHCEL a permis à L’Oiseau Bleu de reprendre ses bonnes vieilles habitudes pour s’imposer avec de la marge sous la selle de Nicot Ramiliarimanga.

C’était dimanche à Bevalala avec un public des grands jours et des enfants heureux comme tout grâce à une animation assurée par Okalou.

La deuxième place de ce Grand Prix est revenue à Kamar’All Star avec l’aide de Gil Chézard Ralaivonitsoa. Kathy Pleasure qui n’a pas pu trouver l’ouverture s’est contentée de la troisième place avec la monte de Jean Baptiste Rakotohanja.

Rabearivelo en démonstration. Mais la journée de dimanche est à marquer par l’exploit de Rabearivelo qui signe un doublé. Rabearivelo a, en effet, conduit à la victoire Nenuphar du Val lors de la première course avant de récidiver à la troisième course avec Nayade à qui il offrit la première victoire de la saison. C’est dire le talent de ce jeune jockey qui n’a pourtant pas rien d’un poète comme son homonyme.

L’Oiseau d’Or termina à la seconde place de cette troisième course sous la poigne d’un autre jockey qui commence à titiller les ténors. Sedera Ranaivoarisoa, car il s’agit de lui, s’est même offert le luxe de gagner haut la main la 4e course en conduisant de bout en bout Navigateur. Du grand art qui laisse présager pour ce jockey un avenir très prometteur.

Chez les apprentis qui étaient en course lors de la deuxième épreuve, on a vu la victoire de Noris Faniry sous la selle du Mauricien Yash Sookhy. Une course émaillée par deux chutes spectaculaires dont celle de Tunie Nambinintsoa sur Littisia et celle du Mauricien Anojo Burtony qui était sur le dos de King of Star. Un incident assez grave tout de même mais comme on dit, c’est le lot des apprentis qui vont tirer les leçons de ces incidents pour espérer un jour ravir la cravache d’or de meilleur jockey.

On ne peut pas parler des courses de l’AHCEL sans citer le maestro Patrick Rakotoarivelo. Quelque peu à l’écart des débats, il a attendu la 5e course réservée aux poulains et pouliches de deux ans et demi pour faire parler son expérience et conduire Pointe de Flèche vers la victoire. Le tout avec une aisance déconcertante qui séduit les connaisseurs.

Les prochaines courses de l’AHCEL auront lieu le dimanche 8 octobre afin de permettre une petite pause pour tous les chevaux.

Clément RABARY

Madaplus.info2 partages

Ambassadeur de Chine : Le choix de réviser ou pas la Constitution revient aux Malagasy

D’après Yang Xiaorong, l’Ambassadeur de la République populaire de Chine à Madagascar, le choix de faire une rectification ou pas de la Constitution et la tenue d’un referendum reviennent uniquement aux citoyens Malagasy.
D’après l’ambassadeur, le peuple malagasy qui doit prendre les bonnes décisions sur l’acte d’apporter des modifications sur les articles de la Constitution. La Chine espère pourtant la tenue d’une élection stable, a-t-elle déclaré. Elle est entièrement convaincue que la stabilité politique favorise le développement du pays. L’Ambassadeur de préciser que la Chine ne s’immisce en aucun cas dans les affaires politiques intérieures de Madagascar.
News Mada2 partages

« Festival I’Trôtra » – Dihy ankehitriny : hanolotra ny « Dawn » (New Era) ry Lucky Kele

Tafiditra ao anatin’ny « Festival I’Trôtra » andiany faha-13. Hiaka-tsehatra ao amin’ny Alliance Française Antananarivo, etsy Andavamamba, i Lucky Kele sy ny ekipany, ny zoma 29 septambra izao manomboka amin’ny 7 ora hariva. Fampisehoana dihy ankehitriny nampitondraina ny lohateny « Dawn (New Era) », holalaovin’izy ireo ao anatin’ny 50 mn. Novolavolaina tany Côte d’Ivoire izy ity nandritra ny fifanakalozana teo amin’ny mpanakanto avy ao an-toerana sy avy any Burkina Faso, Nizeria ary avy atsy Afrika Atsimo.

Anisan’ny tanjon’ny « Festival I’Trôtra » rahateo ny hisian’ny fifanakalozana eo amin’ny samy mpandihy, indrindra fa ny hananan’ny dihy ankehitriny, eto Madagasikara, fivelarana eo amin’ny sehatra iraisam-pirenena.

Marihina fa ny kaompania Vahinala tarihin’i Gaby Saranouffi sy i Moeketsi Koena, eo amin’ny lafiny teknika, no mpikarakara ny « Festival I’Trôtra » izay azo adika amin’ny hoe « fihaonana ».

Nanangona : HaRy Razafindrakoto

News Mada2 partages

« Zoma mahafinaritra » : hiara-hiaka-tsehatra i Rija R. sy i Jimmy Harison

Mihamaro hatrany ireo toeram-pilanonana isaky ny faran’ny herinandro, indrindra ny zoma alina, eto an-dRenivohitra. Tsy eto afovoan-tanàna ihany fa any amin’ny manodidina koa, izay manomboka mahasarika olona. Ny zoma izao, ohatra, hiara-hampifaly ny mpankafy mozika, etsy amin’ny Eepace Dream’s etsy Androndra, i Rija Ramanantoanina sy i Jimmy Harison.

Nosafidina manokana ireo mpanakanto roa ireo noho ny traikefa ananany eo amin’ny sehatry ny mozika sy ny gadona iangalian’izy ireo avy, raha ny nambaran’i Safidy Maurah, mpikarakara ny hetsika. Hanomboka amin’ny « cabaret » ny fotoana ka samy hitondra ny hira i Rija Ramanantoanina sy i Jimmy Harison.

Samy manana ny mampiavaka azy izy mirahalahy ireo kanefa, na izany aza, tsy azo ferana ny hisian’ny fampiaraham-peo, izay heverina fa hanafana kokoa ny fiarahan’ny mpankafy. Ankoatra izany, hisy ny fotoana ahafahan’ny mpifety miara-mihira sy maka sary amin’ireo mpanakanto roa ireo. Ankoatra ny mozika, horavahin’ny fanentanana hiarahana amin’ny mpampandihy ny lanonana.

Landy R.

News Mada2 partages

CGM Analakely : Esperanto et Human se conjuguent au féminin

Quand la chorégraphie de Gwen Rakotovao et Saroy Rakotosolofo s’allie à la musique d’Imiangaly, cela donne « Human et Esperanto », deux créations à découvrir sur les planches du CGM Analakely, ce samedi.

Trois artistes dont la passion n’a d’égal que leur savoir-faire. Ainsi, Gwen, Saroy et Imiangaly seront sur une même scène le temps d’une prestation. Ayant vu le jour en 2016, «Human» est une pièce chorégraphiée de Saroy Rakotosolofo, accompagnée d’Imiangaly au chant. Sous cette optique «Human» s’attelle à démontrer le «Rombo tap dance», qui marie, comme son nom l’indique, claquettes et rombo, cet applaudissement rythmé qui caractérise la danse traditionnelle de la partie nord.

Comme l’explique Saroy Rakotosolofo, «Auparavant, Zanaray percussion m’accompagnait régulièrement pour jouer cette pièce. Cette fois-ci, j’aimerais placer la gent féminine au cœur de ce projet, dans le souci de montrer cette sensibilité, cette stabilité et cet équilibre qu’elle véhicule». «C’est un plaisir partagé pour moi de me lancer dans cette nouvelle aventure», rétorque Imiangaly.

Nouvelle collaboration

Avec Esperanto, Gwen Rakotovao s’inspire sur le fait de conjuguer deux cultures et d’appartenir à deux mondes.  «C’est un langage universel. Pour la danse, il n’y a pas besoin de parler pour transmettre», analyse-t-elle avant d’enchaîner qu’Esperanto s’interroge comment espérer lorsque les mots, les traditions, les codes que nous partageons continuent de nous diviser. Il inscrit dans la continuité de ce message d’espoir qu’un jour, nous puissions atténuer les conflits et promouvoir la paix.

Effectuant un court séjour au pays, la chorégraphe se plaira à échanger avec les passionnés de la danse contemporaine, en marge de ce spectacle qui ne constitue qu’un prélude à cette nouvelle collaboration de ce trio d’exception.

Joachin Michaël

 

News Mada2 partages

Nutrition : l’université d’Antananarivo s’engage

Apporter des réponses idoines pour éradiquer toute forme de malnutrition. Tel est, entre autres, l’aboutissement du partenariat entre l’Office national de nutrition (ONN) et l’Université d’Antananarivo, qui vient d’être signé à l’occasion d’une cérémonie qui s’est déroulée avant-hier à Ankatso. Une collaboration qui s’inscrit dans le cadre du nouveau Plan national d’action pour la nutrition, phase trois (Pnan III), en permettant d’atteindre l’objectif 2 du développement durable (ODD).

Pour le concrétiser, «De nouveaux thèmes relatifs à la nutrition seront introduits dans les recherches universitaires, qui  devront renforcer la lutte contre l’insécurité alimentaire  et la malnutrition», a soutenu le président de l’Université d’Antananarivo, le Pr. Panja Ramanoelina. «Une initiative qui arrive à point nommé pour l’ONN, qui souhaite avoir l’expertise et les recherches des universitaires pour apporter des solutions aux problématiques de la sécurité alimentaire et nutritionnelle face aux exigences du changement climatique et à la nécessité de protéger l’environnement», a souligné le coordonnateur de l’ONN, Ambinintsoa Raveloharison.

Notons au passage que, l’engagement de l’Université d’Antananarivo en faveur de la nutrition ne date pas seulement d’aujourd’hui. Cette entité est un partenaire de longue date de l’ONN, via notamment son intégration à la plateforme «Mikaroka ho an’ny fanjariantsakafo», en abrégé «Mikasa». Celle-ci a été mise en place après l’adhésion de Madagascar dans le Mouvement scaling up nutrition (Sun), regroupant des structures de recherches multisectorielles aux niveaux national et international dans le domaine de la nutrition et de la sécurité alimentaire.

Fahranarison

 

Orange Madagascar2 partages

12 spéciales au menu du Rallye Shell Helix by Asa Tana

Le rallye est de retour après un mois de septembre 2017 vierge. Les 6, 7 et 8 octobre prochains, les bolides seront de nouveaux de sortie pour la cinquième manche du Championnat de Madagascar des Rallyes 2017, le mythique Tour de Tana du Club Asa Tana, aussi appelé le Rallye Shell Helix.

Cette cinquième manche, également avant-dernière manche du championnat, peut donner des indications probantes sur l’identité des futurs champions de Madagascar des Rallyes 2017, avant que le Rallye international de Madagascar (RIM) ne joue son habituel rôle de juge de paix au mois de novembre.

Jusqu’ici, les quatre premières manches ont été remportées par quatre équipages différentes. Loom et Lucas ont remporté le Rallye FMMSAM, puis ont depuis cédé la légendaire Mitsubishi Evo X à Hery Be plus tard dans la saison.

Les champions de Madagascar 2016, l’équipage Ndrianja et Fanja, a ensuite remporté le Rallye Asacm, avant d’être contraint à l’abandon à l’occasion du Rallye Haute Matsiatra, un Rallye remporté haut la main par l’équipage Boana et Miangaly. Enfin, le Rallye TMF a vu l’équipage Yves et Nitro sortir vainqueur.

Autant de raisons qui feront de ce Rallye Shell Helix, un Rallye à suivre absolument. Il faudra d’ailleurs gardé un œil avisé dans le championnat des deux roues motrices, où Dani et Sitraka sont en train de livrer un magnifique duel pour le titre. Peut-être verra-t-on d’ailleurs à l’œuvre la fameuse nouvelle DS3 de Dani.

Côté organisation, le club Asa Tana présidé par Laza Randriamifidimanana semble être au point, et n’attend plus que de boucler les inscriptions.

Pour ceux qui prendront le départ, et du beau monde est attendu bien évidemment, 142 kilomètres d’épreuves chronométrées les attendent, réparties sur 12 épreuves spéciales. Pour la première journée du 6 octobre, le public pourra pleinement profiter du spectacle grâce aux 2 superspéciales qui se dérouleront sur le circuit TMF. Le reste de la course se tiendra sur l'axe de la RN2

Renaud Raharijaona

News Mada1 partages

Sendikàn’ny mpitsara : « Tsy mila fanitsiana lalàmpanorenana ny fitakianay »

Resabe etsy sy eroa ny amin’ny fikasan’ny mpitondra hanitsy ny lalàmpanorenana. Nilaza ny SMM fa tsy mila izany ny fitakiany… 

« Ny zavatra takinay: fanatanterahana didim-pitsarana. Tsy mila fanovana lalàmpanorenana izany dia efa azon’ny Praiminisitra tanterahina. » Izay no valin-tenin’ny filoha Sendikàn’ny mpitsara eto Madagasikara (SMM), Ernaivo Fanirisoa, teny Anosy, omaly, momba ny resaka mandeha hoe manohitra ny fanitsiana na fanovana ny lalàmpanorenana ny SMM nefa manao fitakiana.

Mila alamina ny fitsabahan’ny fahefana mpanatanteraka amin’ny fahefana mpanao lalàna amin’ny alalan’ny olom-pehezina isan’ambaratonga. Efa azo tanterahina tsy mila fanovana lalàmpanorenana izany, araka ny fanazavany.

Tsy mila fanovana lalàmpanorenana koa, ohatra, ny fandraisan’ny mpitsara an-tanana ny saran’ny fandaniana amin’ny fifindran-toerana, izay voatery aloany amin’ny vola any am-paosiny noho ny tsy fisian’ny fitondrana tsara tantana.

Azo atao fa tsy mila fanovana lalàmpanorenana koa ny fanenjehana ireo olona manohintohina ny fandehanan’ny raharaham-pitsarana. Mila fampiharan-dalàna amin’izay manakana ny fampiharan-dalàna izany.

« Raha hanova lalàmpanorenana, ny dikan’izay: ovaina ny fototr’ilay lalàmpanorenana. Aminay, tsy atao amin’ny ankatoky ny fifidianana izany, fa mila antenimieram-panorenana. Mila fifampidinihan’ny firaisamonina sivily sy ny olom-pirenena rehetra izany », hoy izy.

R. Nd.

News Mada1 partages

« Nouvelle route de la soie » : des opportunités d’emplois pour les interprètes

La construction de la fameuse autoroute de la soie par les Chinois, reliant la capitale à Toamasina, constituera une grande opportunité économique mais également socioculturelle pour Madagascar.

Vu que le mandarin est la langue la plus parlée au monde, «La nouvelle route de la soie permettra la création d’emplois en interprétariat et traduction», a affirmé la directrice de l’institut Confucius de l’université d’Antananarivo, Eva Zo Rasendra, en marge de la célébration de la Journée des instituts Confucius, hier, à l’esplanade d’Ankatso.

De rappeler ensuite que 10 millions de dollars sont investis dans cette construction. «Et, il est difficile d’y dénicher une activité quelconque sans avoir maîtrisé le mandarin ou du moins, sans l’aide d’un interprète ou d’un traducteur», a-t-elle souligné.

Une tendance en hausse

«Depuis la création de l’institut Confucius de l’université d’Antananarivo en 2009, le nombre d’étudiants apprenant le mandarin a triplé», a confié Eva Zo Rasendra. «Le fait que les Chinois représentent le quart de la population mondiale et que la Chine investisse beaucoup en Afrique, y compris Madagascar, est une des raisons qui expliquent cette tendance», a-t-elle poursuivi.

Plus de 1 500 instituts à travers le monde ont célébré, hier, l’anniversaire de Confucius, né le 28 septembre avant JC. A l’université d’Antananarivo, diverses  activités culturelles, dont un grand show  de Kung Fu, ont été au programme

Des étudiants de l’université normale de Jiangxi, un partenaire chinois, ont même été invités pour une démonstration de la danse du lion et du dragon.

Sera R

 

News Mada1 partages

Biodiversité marine : un plan national de recherche en gestation

A l’issue du Forum sur la recherche en biodiversité marine qui s’est déroulé, les 22 et 23 septembre, à Nosy Be, de nouvelles perspectives s’ouvrent.

Une centaine de chercheurs nationaux et internationaux ont lancé la discussion sur l’état et le devenir de la biodiversité marine, face aux changements globaux, aux différents types d’exploitation irrationnelle qui impactent sur les ressources, liés au blanchissement des coraux, à la dégradation des mangroves ou encore à la disparition de certaines espèces… A ce sujet, les participants, lors des travaux de commissions, ont été unanimes à reconnaître le besoin de mettre en place une stratégie nationale de la recherche dans ce domaine.

«Ce plan permet de développer davantage et de coordonner les activités de recherche en biodiversité marine, qui renferme d’importantes ressources pour des millions de Malgaches», a souligné le ministre du Mesupres, Marie Monique Rasoazananera.  A noter que cet événement fait partie intégrante du second volet du Forum de la recherche 2017 du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique (Mesupres),

Au cours de ce forum, la représentante de l’Institut national de la recherche pour le développement (IRD) a partagé «Le message de Mahajanga sur les mangroves», issu des résolutions du colloque international qui a eu lieu quelques jours plus tôt. Cette trilogie de la recherche 2017, axée sur la biodiversité terrestre en juin, la biodiversité marine ce mois, se poursuivra à Fianarantsoa. au mois d’octobre, avec l’agro biodiversité

Fahranarison

 

La Vérité1 partages

Recyclage - Mauvaise gestion des déchets à Madagascar

Le triage des ordures est encore un concept vague dans la Grande île. En effet, les Malagasy trient les ordures pour une seule raison : trouver quelque chose qui pourrait leur être utile ou qui serait réutilisable dans d’autres circonstances comme les bouteilles en plastique ou autre récipient. Pourtant, en réajustant le concept du triage, les déchets pourraient être employés à bon escient et contribuer à l’élaboration d’une économie circulaire. Il faut rappeler que l’économie circulaire est un système d’échanges et de production inscrit dans le cadre du développement durable dont l’objectif est de produire des biens et services tout en évitant de trop consommer ou de gaspiller les matières premières, l’eau ainsi que les sources d’énergie.

Trier les ordures n’est pas encore notre point fort. En effet, nous avons l’habitude de tout mettre dans le même panier. De ce fait, certains déchets finissent par détruire les autres. Pourtant, le mieux serait de faire un tri sélectif, c’est-à-dire trier les déchets pour permettre une meilleure récupération. Il faudrait donc avoir des poubelles distinctes pour les ordures organiques, les métaux, les papiers, les plastiques ou encore les verres. Ce tri sélectif facilitera mieux le recyclage. Pour les déchets organiques comme les épluchures de légumes par exemple, il serait plus facile d’en faire du compost étant donné qu’il n’y a aucun mélange qui pourrait nuire à la composition. Ce système de triage permettrait également aux trieurs d’ordures, surtout dans la Capitale, de récupérer de meilleurs produits. Chaque déchet est réutilisable et dans un pays en voie de développement comme Madagascar, se mettre au recyclage accentuerait mieux le développement surtout au niveau de l’énergie et de l’agriculture. En effet, à partir des déchets organiques, on peut obtenir un engrais sans aucun additif chimique qui permettra de mieux fertiliser la terre à cultiver. Mais d’un autre côté, la méthanisation des ordures peut également être une nouvelle source d’énergie pour le pays. Le triage de déchets donnera donc un nouvel élan à l’économie et génèrera de nouvelles productions sans pour autant nuire à l’environnement. Seulement, chacun doit donner du sien en prenant en compte tous les déchets produits et en déterminant les options qui permettront de mieux les exploiter.Rova R.

L'express de Madagascar1 partages

Agriculture – Vers la mise en valeur des res­sources phytogénétiques

« La population augmente, ainsi on doit se focaliser sur les produits agricoles comme le riz, le haricot, les légumineuses. Il faudrait également prioriser les produits exportables et la protection de l’environnement afin d’éviter l’épuisement de la forêt et la disparition de différentes végétations », explique Nirina Rajaonah, ingénieur agricole. C’est dans ce contexte que s’est basé le symposium international sur l’évaluation de l’utilisation des ressources phytogénétiques au bénéfice des populations locales qui a été clôturé vendredi dernier, au siège de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).Plusieurs chercheurs de différents pays ont participé à cette rencontre. Chaque chercheur a mis en exergue leurs méthodes afin de valoriser les ressources phylogénétiques. « Tous les végétaux comme les fruits, les légumes, les légumineuses, les fleurs ainsi que les plantes médicinales font partie des ressources phylogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture. Chaque chercheur a sa manière de concevoir les choses, certains ont évoqué leurs recherches pour produire dans le secteur industriel », affirme Romaine Ramananarivo, directeur général de l’École supérieure de management et d’informatique appliquée (Esmia).« Les ressources phylogénétiques jouent un rôle important pour relever les défis de la sécurité alimentaire locale, régionale et mondiale, car elles nous permettent d’optimiser les récoltes selon nos besoins. Les cultures de semences sont essentielles pour le développement de nouvelles variétés végétales. Elles constituent une composante intégrant des efforts qui visent à répondre aux besoins humains en matière de sécurité alimentaire, de santé économique. Elles réduisent les pressions agricoles (intrus chimiques, labourer, etc.) sur l’environnement et s’adaptent à l’évolution de la météo (sécheresse, salinité) et des ravageurs ainsi que des maladies en constante évolution », rapporte un communiqué.Les changements climatiques s’affichent comme les problèmes majeurs dans le pays, selon le Premier ministre Olivier Mahafaly Solo­nan­drasana, dans le cadre de ce projet pour la préservation des ressources phytogénétiques. « Bien que les agriculteurs aient toujours adapté leurs systèmes de culture à des conditions climatiques et environnementales défavorables, la rapidité et la complexité du changement climatique posent une nouvelle ampleur aux problèmes », a-t-il souligné.

Mamisoa Antonia

L'express de Madagascar1 partages

Administration – Les bureaux de douanes truffés de caméras

L’administration douanière déploie les grands moyens. Elle ne cesse de moderniser ses bureaux en utilisant les outils de la technologie nouvelle. Ainsi, ses bureaux, notamment ceux en charges des grands ports et aéroports internationaux, sont truffés de caméras de surveillance. « On compte aujourd’hui trente-sept caméras opérationnelles, ce nombre est prévu atteindre le total de cent cinquante, d’ici fin 2018, implantées dans huit bureaux des douanes », indique la direction générale des douanes.Grâce à ces appareils, l’administration douanière compte rendre davantage efficace sa lutte contre les fraudes douanières, la traçabilité des opérations et le contrôle à posteriori grâce à des images archivées. « Le défi à venir pour l’administration est de pouvoir optimiser l’ensemble des réformes entreprises afin de faire des nouvelles technologies un levier efficace à la performance des activités douanières », continue la direction générale des douanes.Les contribuables, ou du moins ceux qui ont des affaires avec la douane, attendent des résultats plus tangibles de la part de la douane avec l’installation de ces caméras de surveillance.

Lova Rafidiarisoa

L'express de Madagascar1 partages

Techonologie – L’IT University se dote d’un laboratoire

Les étudiants malgaches se mettent à l’heure de la technologie de demain. Grâce au  laboratoire de l’IT University, fort sophistiqué, les étudiants ont réussi à transformer une voiture banale en « smart car » ou encore à mettre en place une maison connectée. La démonstration, faite la semaine dernière, a épaté plus d’un.Depuis son Smartphone, l’un des étudiants a réussi à contrôler une voiture Renault Clio. Il a conçu une application spécifique pour contrôler le démarrage ou l’arrêt du moteur, l’ouverture ou la fermeture de la portière ou encore l’activation de l’alarme. Pour prendre le contrôle de cette voiture, ce génie de l’informatique a intégré un ordinateur à bord du véhicule, d’une borne wifi et d’installer quelque matériel électronique.

Maison connectéeDeux autres étudiants, quant à eux, ont mis en place une maison connectée. Avec une application spécifique et quelques accessoires, ces prodiges de l’informatique ont pu contrôler, depuis leurs Smartphones, certains équipements de la maison, comme l’alimentation électrique, un réfrigérateur et bien d’autres encore.Le laboratoire de l’IT University est doté de plusieurs équipements sophistiqués comme SmartLock, Raspberry Pi, Smartplug, kinect. « Ils peuvent passer le temps qu’ils veulent au labo », se dit fièrement Olivier Robinson, recteur de cet établissement privé.

Lova Rafidiarisoa

Madaplus.info0 partages

Chine : Le choix de réviser ou pas la Constitution revient aux Malagasy

D’après Yang Xiaorong, l’Ambassadeur de la République populaire de Chine à Madagascar, le choix faire une rectification ou pas de la Constitution et la tenue d’un referendum reviennent uniquement aux citoyens Malagasy.
S’ils sont opportuns à la situation actuelle du pays. D’après l’ambassadeur, c’est seulement les peuples malagasy qui doivent prendre les bonnes décisions sur l’acte d’apporter des modifications sur les articles de la Constitution. La Chine espère pourtant la tenue d’une élection stable, a-t-elle déclaré. Elle est entièrement convaincue que la stabilité politique favorise le développement du pays. L’Ambassadeur de préciser que la Chine ne s’immisce pas en aucun cas dans les affaires politiques intérieures de Madagascar.
Madaplus.info0 partages

Murviel-les-Montpellier : soirée jazz et swing pour un village malgache

Organisée par l'association murvielloise Souffles d'éveil, la soirée jazz-swing aura lieu le 29 septembre dès 19h30 à la salle Lamouroux.
Elle sera animée par les groupes Grumer's-jazz-band et Montpeul'swing, pour un concert et une initiation danse. Les participants trouveront sur place une buvette et un buffet. Sur réservation préalable, un repas (plat-dessert-boisson) leur sera servi.
Les bénéfices de cette soirée caritative seront reversés à 10000briquespourunvillage.org, association roujanaise qui œuvre à Madagascar pour la scolarisation des enfants de villages de brousse. Après la construction d'une école, d'un réfectoire, d'une bibliothèque, d'un logement pour l'instituteur, d'une adduction d'eau potable, d'un potager clôturé, les prochains fonds récoltés serviront à la scolarisation des élèves qui après le primaire rentrent en internat pour le cycle de secondaire.
Renseignements et inscription au repas : 04 67 21 08 70 ou 06 82 05 23 78.
Sources Midi Libre
Madaplus.info0 partages

Site partenaire


Madagate0 partages

BMOI Madagascar : la Banque qui vous mérite

De gauche à droite: Hervé Flipo, Directeur général Adjoint; Naina Andriantsitohaina, Président du Conseil d'administration; Alain Merlot, Directeur général; Karl Rabefaritra, Responsable Marketing et Communication

News Mada0 partages

Greve des magistrats et des greffiers : menaces et intimidations

Les magistrats et les greffiers seront en grève illimitée à partir de ce jour. Des menaces et des intimidations se font déjà entendre.

Comme annoncé, les magistrats et les greffiers ne reculeront pas. En effet, les deux corps entreront en grève pour une durée indéterminée, et sans service minimum, à partir d’aujourd’hui. Lors d’une intervention sur une station privée de la capitale hier, le vice-président du Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM), Tiaray Fanahimanana, a confirmé la concrétisation de cette grève.

«Nous serions présents dans notre lieu de travail habituel, mais il n’y aura pas de traitement de dossier. Et ce sera le cas jusqu’à ce que le régime apporte des solutions à nos revendications», a-t-il soutenu. Il a par ailleurs évoqué que des magistrats officiant dans les régions périphériques font actuellement l’objet de pression de la part des autorités en place afin qu’ils se désolidarisent de leurs pairs. Une situation étonnante dans la mesure où l’Etat est censé répondre positivement aux revendications des citoyens et non le contraire. Selon les informations fournies, c’est dans la partie Sud-Est du pays que les menaces se font entendre le plus.

Les magistrats et les greffiers se sentent en effet lésés par les démarches de l’Exécutif qui continue de jouer avec le temps en arguant que des pourparlers ont été déjà engagés. Ceux-ci n’ont pourtant pas abouti à quoi que ce soit de concret. « Ce n’était qu’une simple promesse sans suite. D’ailleurs, nous n’avons plus été reçus par la ministre de la Justice après notre première rencontre. Qu’on arrête de nous berner en nous annonçant à chaque fois que les solutions sont en bonne voie», avait indiqué la présidente du SMM face à la presse,  la semaine dernière.

Faisabilité

Hier dans la soirée, le ministère de la Justice, par le biais de son secrétaire général a tenté de calmer les esprits en indiquant que la Garde des sceaux a déjà initié un dialogue. «Le ministère de la Justice continue de dialoguer avec les parties prenantes (…), concernant notamment l’indépendance de la justice en faisant appel à tout un chacun à faire un rapport lorsqu’il existe des situations douteuses. Pour ce qui est des greffiers, il y a déjà la mise en place d’une Direction des greffes», a déclaré le secrétaire général du ministère de la Justice, Honoré Parfait Razafinjatovo.

Il y a cependant de fortes chances que cet appel ne soit pas entendu. Et pour cause, les magistrats et les greffiers ne sont plus au stade des pourparlers et que leurs revendications dépassent largment les acquis énumérés par le ministère de la Justice.

Pour le SMM, les revendications tournent autour de l’indépendance de la justice, notamment l’engagement de réformes et l’encadrement de certains principes, ou encore l’application des décisions de justice. Quant aux auxilliaires de la justice, l’un de leurs revendications concerne l’augmentation de leurs émoluments. «Des revendications faisables», selon le président du Syndicat des greffiers, Haja Randriambololona.

Rakoto

News Mada0 partages

Fotodrafitrasa ho an’ny fambolena : mampisavoritaka ny tantsaha ny ranon’i Dabaraha

Tsy milamina, ny fitsinjarana ranon’ny tohodranon’i Dabaraha. Tsy nahazo rano ireo kaominina dimy any Morondava, ankoatra ireo any Mahabo. Nahatonga ny fanakanan-dalana nataon’ireo tantsaha izany ary nisamboran’ny zandary ny mpitarika sasany. Navotsotra ihany anefa rehefa nanao rodobe nitaky ny hamoahana azy ireo ny tantsaha. Tsy afa-bela amin’ny tsy fahazoana rano koa ny faritra “delta” sy “intermédiaire” noho ny hafitsoky ireo any amin’ny faritra avaratra sy atsimo. Nampitandrina ny mbola mety hitroatra indray izy ireo raha tsy mivaha ny olana, araka ny nambaran’ny mpitarika, Raoul’jy. Vahaolana  ny fifandimbiasana hahazoana rano. Dimy andro ho an’i Morondava ary fito kosa ho an’i Mahabo.  Efa maina anefa ireo ketsa tokony havotana ary fatiantoka izany, saingy tsy azo antoka honeran’ny fanjakana. Fampanantenana fotsiny ny nambaran’ny minisitra Rakotovao Rivo ny hanamboarana ny tohodrano.  Eo koa ireo manararaotra hahazoana tombontsoa eo amin’ny vidim-bary. Ohatra ny olom-boafidy  nanome masomboly ary miketrika ny hanangona ny vokatra avy eo. Tsy tokony hamavanina ny olana, ialana amin’ny fanararaotana ireo tantsaha.

Randria

News Mada0 partages

Elections : la Chine reste à l’écart

Le débat sur un probable référendum constitutionnel n’ enflamme pas la Chine. Elle reste en marge des discussions sur le sujet. C’est le principal message lancé par l’ambassadeur de ce pays, Yang Xiaorong, en marge d’un évènement organisé au Carlton,  hier.

Intervenant dans une chaîne locale, elle a noté que c’est la stabilité qui prime pour son pays. «Nous espérons de tout nos cœurs que ces élections se fassent dans une situation stable (…). Parce que, s’il n’y a pas de stabilité, il n’y a pas de développement», a-t-elle répondu. La diplomate chinose ajoute que son pays n’entend pas interférer dans les affaires des autres nations. «Je pense qu’il appartienne au peuple malgache de décider. La Chine n’interviendra pas dans les affaires internes des autres pays», a-t-elle indiqué tout en insistant  sur le fait que «c’est notre politique depuis toujours».

Depuis que le débat fait rage sur la possibilité d’organiser un référendum ou pas dans le microcosme politique, ces temps-ci, les diplomates sont sollicités pour donner leur avis. Dans la plupart des cas, les réponses se ressemblent.

Rakoto

News Mada0 partages

Basikety – «CCCOI 2017» : resin’ny Tamifa ny B Challenge

 Nitohy, tetsy amin’ny lapan’ny Fanatanjahantena Mahamasina omaly, ny fiadiana ny ho tompondakan’ny ranomasimbe Indianina, izay niditra tamin’ny andro fahefatra. Samy nahazo fandresena avokoa ny Tamifa sy ny Fandrefiala, teo amin’ny sokajy vehivavy, tamin’izany. Resin’ny Tamifa, tamin’ny isa mazava, 65 no ho 50, ny B Challenge, avy atsy Seychelles. Efa nampoizina ihany ny vokatra satria ekipa ataon’ny rehetra fakana isa fotsiny ry zareo Seiseloazy, amin’ity fihaonana ity. Nanjakan’ny mpilalao malagasy tanteraka ny 40 mn nilalaovana. Nitarika anisa hatrany ry Mbola sy ry Fanja ary i Lalaina, teo amin’ireo tapa-potoana efatra.

Tsy naharaka ny hafainganam-pandehan’ny Tamifa mihitsy ry Kelfa sy ry Simone. Mailaka teo amin’ny famezivezena baolina, nampian’ny tanjaka, ny mpilalaon’ny Tamifa, izay nahavery tanteraka ny Seiseloazy. Ankoatra izay, anisan’izany lalao nandrasan’ny rehetra ihany koa ny fihaonan’ny samy Malagasy : ny fifandonan’ny MB2 All sy ny Fandrefiala. Niady ny lalao satria efa tany amin’ny fanalavam-potoana vao tafavoaka ho mpandresy, tamin’ny isa 70 no ho 60, ry zareo Fandrefiala. Marihina fa ekipa diso mifankahalala tsara ny roa tonta, ary saika mihaona matetika amin’ny sehatra toy izao. Mitarika vonjimaika eo amin’ity sokajy vehivavy ity izany ny Fandrefiala. Teo amin’ny lalao ho an’ny lehilahy, lavon’ny BCM Mayotte, tamin’ny isa 90 no ho 52, ny Premium Cobra Seychelles.

 Torcelin

News Mada0 partages

Kitra – «Ligue des champions d’Europe» : hanafika ny PSG ny Bayern de Munich, anio

 Hiditra amin’ny andro faharoa, amin’ny fifanintsanana isam-bondrona ny sokajy “B”, eo amin’ny fiadiana ny ho tompondakan’i Eoropa “Ligue des champions”, taranja baolina kitra. Hifandona amin’izany ny PSG sy ny Bayern de Munich.

 

Hitohy, anio, manerana ny kianja maro any Eoropa, ny fifanintsanana eo amin’ny fiadiana ny ho tompondaka, taranja baolina kitra “Ligue des champions”. Lalao goavana ary andrasan’ny mpanaraka ity fihaonana ity, ny fifandonan’ny Paris ST Germain sy ny Bayern de Munich. Hanafika  ny Parizianina, ao amin’ny kianja Parc des Princes, amin’ity ry zareo Rainiboto.

Hijoro ary hilalao manoloana an-dry zareo Alemà i Neymar. Raha tsiahivina, naratra ny kitrokelin’ity mpilalao brezilianina ity, ny zoma lasa teo, saingy efa namonjy ny fanazarantena niarahana, tamin’ny ekipany izy, ny alatsinainy ihany. Marihina fa tena miantehitra tanteraka amin’i Neymar ny Frantsay, amin’ity fihaonana ity, izay heverina fa toy ny famaranana kely mihitsy. Hanala vela  amin’ny Bayern de Munich rahateo ry zareo Parizianina. Ankoatra azy, efa salama tsara ihany koa ilay Arzantin, Di Maria, ka anisan’ireo hijoro voalohany.

Araka ny fantatra, ny taktika 4-3-3 no ampiasain’ny mpanazatra frantsay, izay nanambara tamin’ny mpanao gazety fa io aloha no hita fa maha mety sy hahazoan’ireo mpilalao aina tsara, eny ambony kianja. Efa nilamina ihany koa ny olana teo amin’i Cavani sy i Neymar, ka inoana fa haneho fahaiza-miaraka tsara izy mirahalahy. Tanjon’ny PSG, ny handresy ny Bayern de Munich, amin’ny isa, 2 no ho 0, raha ny filazan’ireo mpilalao.

Tompondaka

Toy izao ireo fandaharan-dalao hafa :

-Chelsea # Atletico de Madrid

-FK Qarabag # AS Roma

-CSKA Moscou # Manchester United

-Basel # Benfica de Lisbonne

-Anderlecht # Celtic

-Juventus de Turin # Olympiakos

-Sporting # FC Barcelone

News Mada0 partages

CGM : hanolotra soradihy roa i Gwen, i Saroy ary i Miangaly

Marobe ireo hetsika manodidina ny dihy ankehitriny, amin’izao fotoana izao. Hiavaka kosa ny etsy amin’ny CGM, ny asabotsy izao. Tonga eto i Gwen Rakotovao ka hiaka-tsehatra miaraka amin’i Saroy Rakotosolofo sy i Miangaly.

Manam-piniavana hiara-hiasa ireo tanora malagasy mpanao soradihy, izay azo lazaina ho efa samy sangany daholo. Sarotra anefa ny hahatongavana amin’izany noho ny fandaharam-potoana samy manana ny azy, araka ny andraikitra sahaniny avy. Eo koa ny elanelan-tany, satria misy ireo efa nifindra monina any ivelany any.

Araka izany, sarobidy sy tsy manam-paharoa ny seho hotanterahina, etsy amin’ny Cercle germano-malagasy (CGM) etsy Analakely, ny asabotsy tolakandro izao. Hifandimby hiaka-tsehatra ao i Gwen Rakotovao, malagasy mpanao soradihy, monina any Etazonia, efa manana ny toerany amin’ity sehatra ity, sy i Saroy Rakotosolofo, tsy zovina intsony, mpitarika ny kaompania Zarasoa ary mpampianatra dihy ao amin’ny CGM. Arahin’i Miangaly, mpihira sady mpitendry, eo amin’ny mozika.

Hanolotra soradihy roa izy ireo. Hanokatra ny sehatra i Saroy sy i Miangaly amin’ny « Human », noforonin’i Saroy, tamin’ny taon-dasa. Hampiavaka ity soradihy ity ny nanafangaroan’ny mpamporona azy ny dihy « rombo » sy ny « tape-danse ». Karazana dihy mitovitovy amin’ny « claquette » ito farany, raha ny fanazavan’i Saroy. Ankoatra izany, tsy hitendry sy hihira fotsiny i Miangaly, ao anatin’ity piesy ity, fa handray anjara amin’ny dihy ihany koa.

« Esperanto » kosa no lohatenin’ny soradihy hoentin’i Gwen Rakotovao. Tanteraka ny faniriany ! Isika eto Madagasikara no hahitana voalohany ity sanganasa, noforoniny tamin’ny herintaona, ity. Raha fintinina, maneho ny fiainan’ny olona iray, nandao ny tanindrazany sy nifindra monina any an-tany lavitra, ity piesy ity.

Landy R.

News Mada0 partages

”Raharaha kidnapping Arnaud, Annie” : tafavoaka ny fonja Ravola, tsy nipoitra mihitsy ilay mpitsara

 Anisan’ireo olona 35 nantsoina hiakatra Fitsarana, omaly, saingy tsy nipoitra mihitsy, na dia efa nandefasana fiantsoana aza ny mpitsara iray voatonontonona betsaka tao anatin’ity ”Raharaha kidnapping Arnaud sy Annie” ity. Ankilany, fantatra fa tafavoaka ny fonjan’Ambatolampy, tsy ela akory izay Ravola, iray amin’ireo atidoha lehibe amin’izany.

Andro faharoa amin’ny fitsarana ilay “Raharaha kidnapping Arnaud dy Annie”, omaly teny Anosy. Nanomboka tamin’ny 9 ora maraina teo ny fihainoana ny taratasin’ady sy ny fandaharan’ny mpisolovava ny mpitory. Olona 35 no nantsoina niatrika ny fitsarana omaly, izay nahitana mpitory, torina ary vavolombelona. Anisan’ny nandrasan’ny maro ny fijoroan’ilay mpitsara antsoina hoe Jacky, (voatonona teny amin’ny fitsarana, omaly, io anarana io), saingy tsy nipoitra mihitsy ity farany hatramin’ny alatsinainy. Anisan’ny voatonona tao amin’ny taratasin’ady ny anarany. Voalazan’ny mpisolovava teny amin’ny fitsarana fa nahazo fiantsoana izy io, saingy tsy namaly. “Amin’ny trangan-javatra tahaka izao, mety hitohy any amin’ny fikarohana ny raharaha”, hoy ny fanazavana.

 

Tafavoaka ny fonja mialoha Ravola, anisan’ny atidohan’ny kidnapping

Anisan’ny nandrasan’ny maro koa ny fijoroan-dRavola na Rafiloson Andry. Ity farany izay nohitrikitrihin’ny mpitory fa anisan’ny atidoha tamin’ity fakana an-keriny ity. Tafavoaka ny fonja tany Ambatolampy anefa izy io, vao herinandro izay raha ny fandaharana teo amin’ny fitsarana omaly. Nilaza ny rain’i Arnaud, Ramiliarison Arland, fa ity Ravola ity no nifandray an-telefaonina tamin’ i Roger Lala Stéphanie ary nampihorohoro sy nitaky ny vola 4 tapitrisa euros tamin’izy ireo.

Niatrika ny fitsarana kosa ramatoa Stéphanie, sy ireo mpiandry fonja roa lahy, niampy ireo polisy tafiditra amin’ity raharaha ity. I Stéphanie izay nanda hatramin’ny farany fa tsy tafiditra amin’ity fakana an-keriny an’i Arnaud sy Annie ity. Toy izany koa, nanda hatrany ny fiampangana azy ireo voarohirohy hafa. Nisy anefa ny filazana fa niray tendro tamin’i Fredo izy ireo. Ity farany izay maty voatifitry ny mpitandro filaminana tany Toamasina, nandritra ny fikarohana ireo mpaka an-keriny.

Nangataka onitra 4 tapitrisa euros

Fantatra, omaly, fa onitra mitentina 4 tapitrisa euros no angatahan’ny mpitory amin’ny raharaha ity. Izany hoe, ilay vola notakin’ireo jiolahy tamin’ny fianakaviana ihany ity lasa onitra ity. Nangataka ny hampiharana ny lalàna avy hatrany ny fampanoavana ho an’ireo voampanga sasany, raha ny fahendren’ny fitsarana kosa ny an’ny hafa.

Niantomboka tamin’ny mpisolovava an’i Stéphanie ny teo amin’ny lafiny fiarovan,a ny hariva. Nilaza ny mpisolovava azy fa tsy mitombina ny fiampangana ny olona arovany satria tsy misy porofo ny filazana fa izy tokoa no niresaka an-telefaonina tamin-dRavola. “Tsy misy porofo ary tsy nanome porofo ny mpitory”, hoy izy. Mbola nohamafisiny fa na ny sarin’i Stéphanie izay naseho an’i Arnaud aza, tsy mitombina satria raha ankizy mbola anatin’ny tahotra afaka hamantatra ny olona mitazona azy. Mihodinkodina teo ny fitsarana omaly, ary tsy nisy ny niaiky ny heloka nataony. Hitohy, anio, indray ny fihainoana ny fandaharan’ny mpisolovava ireo voampanga rehetra.

Yves S.

News Mada0 partages

Tsy fandriampahalemana : dahalo roa tratra sambo-belona, Jama iray maty voatifitra

Nifandona ny dahalo sy ny Jama ary ny zandary tany Ambalavao, tany Ivolo, fokontany Ankazosoaravina, kaominina Anjoma, ny alatsinainy teo, tokony ho tamin’ny 3 ora sy sasany tolakandro.

 Jama iray no matin’ny dahalo tamin’izany. Nanenjika ny fokonolona sy ny dahalo, ka dahalo roa ny azo sambo-belona. Nentina niakatra tao an-tanàna ireo ka naseho vahoaka teo am-pototry ny tsangambato. Kely sisa tsy namonoan’ny fokonolona azy ireo na efa nisy aza ny nimonomonona tamin’izany.Tafaverina avokoa ny omby 23 nangalarin’ireo dahalo.Araka ny fanazavana ihany, nianavaratra ny dian’ireo dahalo, ka niampita ny hady ary niantso ny zandary Mahaditra ny ben’ny Tanànan’Anjoma. Raikitra ny ady tao Tsimaitohasoa Atsinanana. Tafiditra afovoany ireo dahalo ka rifatra nandositra.Voalaza fa fiaraha-miasan’ny fokonolona teo amin’ny kaominina  Anjoma sy Mahaditra, ny Jama ary ny zandary ny nahazahoana io vokatra io. Natolotra ny fampanoavana tany Fianarantsoa ireo roa lahy ireo, omaly.

Telo lahy tratra tany Kiranomena

Dahalo telo lahy koa no voasambotry ny miaramila tany Kiranomena, omaly.

Raha ny vaovao voaray,  fantatra fa zanak’olona avy any Kiranomena ihany ny roa tamin’izy ireo. Nilaza fa nikasa haka omby teo amin’ny manodidina ka nifanehatra tamina miaramila ary tratra avy hatrany.

Mitohy hatrany ny ady amin’ny asan-dahalo any amin’ny faritra. Mivory amin’izao fotoana izao ny lehiben’ny zandary ka anisan’ny lohalaharana amin’ny ady hevitra ny ady amin’ny asan-dahalo sy ny tsy fandriampahalemana amin’ny ankapobeny. Miandry izay vokatry ny fivoriana izay ny rehetra.

Yves S.

 

News Mada0 partages

Sambava : olona roa avy nividy moto maty voadonan’ny 4×4

Olona rao indray maty, lehilahy iray sy vehivavy iray tany Sambava, omaly hariva, tokony ho tamin’ny 4 ora teo. Voalaza fa avy novidina mihitsy io moto io izao tra-doza izao. Mafy ny fifandonana, vaky mihitsy ny lohan’ireo olona roa voadona ireo. Tonga teny an-toerana ny zandary nanao ny fanadihadiana.

 

News Mada0 partages

Isoraka : valo lahy nanendaka vazaha

Ny alahady lasa teo tamin’ny 5ora sy 30 mn maraina, teo Isoraka, nendahin’ ny jiolahy miisa valo ny teratany vahiny iray, raha izy nandeha hanokatra ny varavaran’ny fiarany iny. Antsy lava miisa roa no nandrahonan’izy ireo azy ka lasa tamin’izany ny sakaosy nisy antonta-taratasy maro. Tsy nisy zavatra hafa ankoatra ireo anefa tao anatin’ilay sakaosy.10 minitra taorian’izay, nanendaka olona roa niandry taxibe vao maraina teo  Tsaralalàna izy valo lahy. Vola 20.000 Ar sy 30.000 Ar niampy finday  roa ary famantaranora ny lasa tamin’izany. « Manaraha anay raha te ho faty« , hoy ny faratenin’ireo jiolahy.Ny harivan’io, voasambotra teo Ambohijatovo i Fano, 26 taona. Iray amin’ireo jiolahy izy. Rehefa natao ny fanadihadiana azy dia fantatra fa anisan’ny nisava ny paosin’ireo voaendaka teo Tsaralalàna izy. Nanamafy izany ihany koa ny mpitory.Marihina fa vao nivoaka ny fonjan’Antanimora, ny 8 septambra teo ity, Fano ity. Resaka vakitrano teo Ambohijatovo no nampigadra azy sy ny namany efa-dahy.Natolotra ny fitsarana, omaly, izy sy ny namany telo, karohina kosa ny ambiny.

Yves S.

News Mada0 partages

Fournitures scolaires : la seconde main a la cote

Au même titre que les cahiers et les stylos, le sac à dos de seconde main figure parmi les articles de la rentrée scolaire dont la vente est au top actuellement et ce, «Même si les friperies sont beaucoup plus chères, parfois le triple du prix des articles chinois», a affirmé, hier, un marchand du côté de Petite vitesse.

En effet, si un sac à dos neuf de marque chinoise s’obtient à partir de 5 000 ariary, au stand des friperies, il ne s’acquiert, au minimum, qu’à 15 000 ariary. Il y va sans dire que la bonne qualité des articles de deuxième main, qui sont beaucoup plus résistants, l’emporte face aux articles chinois, plus attrayants en matière de prix, mais de qualité moindre.

A titre d’information, une balle de friperie de sacs à dos, renfermant au plus une centaine d’articles, vaut dans les 6 à 7 millions d’ariary. Par contre, cent sacs à dos de marque chinoise coûtent seulement deux millions d’ariary auprès des grossistes chinois de Behoririka.

Sera R

 

Ino Vaovao0 partages

ZANDARY NITIFITRA OLONA TANY ANTSOHIHY : Nidoboka am-ponja ny roa

Enin-dahy izy ireo no niaraka, nanao fisafoana ny alin’ny alakamisy hifoha zoma io. tao amin’ny fokontany Anjalazala ao amin’ny kaominina Anjalazala ihany, any Antsohihy no nisehoan’ny raharaha ; nandalo tsy lavitry ny zandary ireto andrimasom-pokonolona nitondra jiro fanao am- paosy. Nivovo ny alika, ka nanao zovy ny zandary. Tsy nisy namaly anefa izy enin-dahy fa ny lalany no nozoriny.

40 metatra tsy ho tonga amin’ny valan’omby iray izy ireo dia nanao tifi-danitra ny zandary hanaparitahana azy ireo fa mbola tsy taitra ihany izy enin-dahy, no tsy niparitaka. Nitifitra ny zandary ary roa no maty teo no ho eo. Araka ny fanazavana azo avy amin’ny lehiben’ny tobim-pileovan’ny zandarimaria any an-toerana.

Tsy nanaiky moa ny havan’ny maty ka nitory. Ny sabotsy teo no natolotra ny Fampanoavana ny raharaha ka naiditra am-ponja vonjimaika ny roalahy tamin’ireo zandary.

Efa nalevina ny faran’ny herinandro teo kosa ireo roalahy maty

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FITAKIAN’NY SMM SY MPIRAKI-DRAHARAHA : “Ataon’ny fanjakana tsinontsinona tanteraka”

Raharaha maro tokony handalo fitsarana no lasa sorona noho ny fitokonan’ireo mpiasa.

Androany ihany koa no voatondro fa hanaovan’ny sendikan’ny mpitsara sy mpiraki-draharaha fitokonana faobe. Azo sary an-tsaina araka izany ny fikatsoan’ny raharaham-pitsarana tsy hita pesipesenina manomboka anio. Raha ho an’ny sendikan’ny mpitsara eto Madagasikara manokana dia efa tao anatin’ny fotoana maro izy ireo no nanao fitakiana saingy mbola tsy nisy valiny hatreto.

Araka ny fanehoan-kevitra noentin’ny solombavambahoaka, Razanamahasoa Christine izay sady efa minisitry ny fitsarana teo aloha dia “zon’ny mpitsara sy ny mpiraki-draharaha ny manao ny fitokonana ho fitakiana ny zony”. Nanambara ny tenany fa ataon’ny fitondram-panjakana tsinontsinona tanteraka ny fitakiana ataon’ireo mpitsara ary minia manampin-tsofina ihany koa ny fanjakana eo anatrehan’ny antsoantso ataon’ireo mpitokona.

Ankoatr’izay, voalaza ihany koa fa noho tsy fandraisan’andraikitra feno avy amin’ny fanjakana no mahatonga izao fitokonana lavareny ataon’ny sendikan’ny mpitsara sy ny mpiraki-draharaha izao. Ankoatra ny tsy fahitan’ny mpitondra ny fahoriana mianjady amin’ny fiainam-bahoaka dia mbola miharihary ihany koa ny tsy firaharahian’izy ireo ny fahorian’ny vahoaka.

Ao ambadiky ny fitokonana ataon’ireo mpiasa eo amin’ny tontolon’ny fitsarana ireo dia anisany mizaka ny tsy eran’ny aina vokatry ny fahasahiranana ny vahoaka satria maro amin’ireo manan-draharaha eny amin’ny tribonaly no hiveri-maina fotsiny indray. Maro amin’ireo voafonja tokony hiatrika fitsarana ihany koa no mbola tsy ho voatsara ihany.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

AMBATO-BOENY : Sarona ny telo tamin’ireo dahalo namono mpandraharaha

Vaovao avy amin’ny tsara sitra-po no nahafahan’ny zandary nisambotra azy ireto. Anisan’ireo fito lahy nanafika mpandraharaha tao Ambato-Boeny ka nitifitra nahafaty io mpandraharaha io ny 15 septambra teo. Lasa tamin’izany ihany koa ny volabe Ariary 60 tapitrisa.

Dahalo raindahiny izy ireto ary tsy matahotry ny mandatsaka aina intsony. Ny fiaraha-miasan’ny fokonolona amin’ny zandary amin’ny fanomezana vaovao marim-pototra sy ara-potoana no ahafahan’ny zandary manao ny asany sy mamongotra ny mpanao ratsy.

Aoka samy ho mailo, hoy hatrany ny zandary ao Ambato-Boeny ao, ka hampilaza ny tompon’andraikitra avy hatrany raha misy olona mampiahiahy eny amin’ny fokontany.

Vanessa

Ino Vaovao0 partages

FIAKARAN’NY VIDIM-BARY : Nidina teny an-tsena tao Toamasina ny minisitry ny Varotra

Ho an’ny vary vokatra eto an-toerana kosa dia tafakatra 2 800 kg. Manoloana io fiakarana io, ny alatsinainy 25 septambra, tonga tao Toamasina ny minisitry ny varotra sy ny fanjifana, Chabani Nourdine. Nisy ny fihaonana tamin’ireo mpandraharaha vary sy ny solontenam-panjakana. 

Fihaonana notanterahina tao amin’ny lapan’ny faritany. Nambarany nandritra izany fa tsy ampy ny vary afaran’ny mpandraharaha ao Toamasina. Manodidina ny 1 ka hatramin’ny 10 kaontenera monja ny vary afaran’ny mpandraharaha iray ao Toamasina.

Tokony hampiakarina ho 120 na 150 kaontenera isaky ny manafatra vary isan-kerinandro ny mpandraharaha iray, hoy hatrany ny minisitry ny Varotra sy ny fanjifana. Nambarany hatrany fa raha ny vidim-bary eo amin’ny tsena iraisam-pirenena no jerena dia tsy tokony hidangana mihitsy ny vidiny rehefa tonga eto Madagasikara. Miantso ireo mpandraharaha araka izany ity mpikambana ao anatin’ny governemanta ity mba hampidina ny vidim-bary.

Mialohan’io fihaonana tao amin’ny lapan’ny faritany io, dia nisy ny fidinana ifotony nataony tamin’ireo magazay ana mpandraharaha ara-bary. Nisy koa ny fidinana teny an-tsena. Tsikaritra nandritra izany fa vitsy dia vitsy ireo mpivarotra mametaka vidin’ entana. Mbola tsy nanomboka akory ny fivoriana, tamin’ny 9 ora maraina, dia tapaka ny jiro tao amin’ny lapan’ny faritany. Tsy niverina izany raha tsy tamin’ny 2 ora tolakandro. 

Niantso antso ny minisitra ny mpanatrika ny fivoriana hoe  : io no mahazo anay eto Toamasina. Voatery nindrana milina tamina orinasa iray tao Bazary Be ny Jirama Toamasina nampandehanana ny jiro tao amin’ny lapan’ny faritany nahafahana nampiasa ny fanamafisam-peo nandritra ny fivoriana.

Kamy

Ino Vaovao0 partages

JONO AN-DRANOMASINA : Tsy ampy fitaovana ireo mpanjono filao janogno ao Nosy-Be

Fantatra fa lakana kely misy lay ireny no ampiasain’ireo mpanjono ary mandany fotoana sy mitaintaina amin’ny mety hitrangan’ny loza hamoizana aina mandritra ny fotoana ijanonan’izy ireo eny ambony ranomasina. Ny volana Septambra hatramin’ny Novambra no fiakaran’ny filao janogno any an-toerana ka manomboka amin’ny 5 ora hariva hatramin’ny ampitson’iny amin’ny 8 ora maraina vao tafaverina ao Nosy-Be ireo mpanjono.

Eo amin’ny fitobian’ ny lakana no miandry ireo mpaka ambongadiny ka mitetina 12 000 ariary sy 16 000 ariary no akan’izy ireo ny entana rehefa tonga eo an-toerana. Izy ireo kosa mangala tombony ary mivarotra amin’ny kilao rehefa tonga eny amin’ny tsena ka 6000 ariary hatramin’ny 10 000 ariary ny iray kilao amin’ny janogno no anombanan’ireo mpaka ambogadiny.

Noho ny tsy fahampian’ny fitaovana fampiasan’izy ireo no mahatonga ny fahataran’ny fahatongavan’ny vokatra ka voatery mampiakatra ny vidin’entana ireo mpanjono. Voalaza fa miakatra tokoa ny vokatra filao janogno ao amin’ny ranomasin’i Nosy-Be ity ankehitriny ka tokony tsy ho lafo izany eny an-tsena. Mangataka fanampiana sy fanohanana ireo mpanjono any an-toerana na ara-pitaovana izany na ara-bola.

Pounie

Ino Vaovao0 partages

DR FIDY RABARINIAINA : Mifantoka tanteraka amin’ny fiahiana ny vahoaka

Malaza indrindra amin’ireo ny Clinique Fidy izay miorina etsy Ambatomainty. Ny dokotera Fidy Bariniaina no tompon’izy io ary efa 20 taona sahady izao no niorenan’io toerana misahana ny fahasalamam-bahoaka io.

Dokotera, “echographiste”, mpampiofana, pasitera, ben’ny tanàna. Andraikitra sahaniny avokoa ireo rehetra ireo. Maro sahanina izy fa ny asa fitsaboana no tena mibahana amin’ny andavanandrom-piainany.

Araka ny nambarany dia ahazoany hafaliana sy fahafinaretana avokoa ireo andraikitra manandrify azy ireo. Tsy ataony ho adidy tsy maintsy atao fa am-pitiavana avokoa no anatanterahany ireo ka mahatsiaro ho mahery hatrany izy. Noho ireo asa maro sahaniny ireo dia tsy maharaka loatra izay vaovao mitranga eto Madagasikara sy any ivelany izy.

Tsy manam-potoana hijerena fahitalavitra na dia hihainoana radio aza. Na eo aza izany dia maharaka ny fivoaran’ny teknolojia izy ka mba miserasera amin’ny tambajotra “facebook” saingy 15 minitra fotsiny, raha be indrindra no mijery izay zava-misy ao ka izany no antony tsy ahafahany mamaly ny hafatra miafina izay alefan’ny olona aminy, araka ny fanazavany.

Noho izay fotoanany feno dia feno izay dia tsy mandeha manao fialantsasatra izany izy ary tsy mahafoy fotoana kely hijanonana amin’ny asany na dia iray andro monja aza. Araka ny filazàny hatrany dia tena be asa izy ao anatin’ny iray andro, na izany aza anefa tsy ataony ambanin-javatra ny fiarahana amin’ny vady aman-janako isan-kariva.

Isaky ny sabotsy tolakandro sy ny alahady dia any am-piangonana ny andron’izy mianakavy kely, hoy hatrany ny fanazavany. Araka ny loharanom-baovao dia miara-miasa izy mivady amin’ny fampandrosoana ny orinasa. Miandraikitra ny fitantanana ankapobeny ny vadiny, ny fikarakarana ny mpiasa ao amin’ny “Clinique”, ny fanaraha-maso ny fanafody sy ny fitaovana am-piasaina rehetra. Efa manaraka ny lalam-piofanana ho mpitsabo ihany koa ny roa amin’ireo zanany.

Tsy mitongilana amina antoko politika

Voafidy indray ho ben’ny tanàna ao amin’ny kaominina Ambohibao Atsimo, ao amin’ny distikan’i Manjkandriana i Dokotera Fidy Bariniaina. Amin’ny maha mpitsabo azy dia manana fifandraisana betsaka amin’ny antoko politika maro izy, noho ny asany misahana mivantana ny fahasalamam-bahoaka, toy ny fanaovana ny didipoitra faobe. Na eo aza izany dia manana ny fahaleovantenany tanteraka izy, araka ny fanazavany.

Tsy mifidy ary tsy mitongilana amina antoko politika izy fa mahay miara-miasa amin’ny rehetra. “Ny fiarahako miasa amina antoko politika dia tsy midika velively fa tsy afaka miara-miasa amin’ny olona hafa aho”, hoy hatrany izy. Ankoatra izay, mikaraka didimpoitra faobe maimaimpoana ho an’ny zazalahy malagasy amin’ny toerana maro izy na dia any amin’ireo faritra izay saro-dalana indrindra aza. Anisany nahitany fahatsoarovana ny fandehanana tamin’ny toerana iray : “indray andro izahay nanatanteraka didimpoitra tamin’ny toerana iray, fotoanan’ny orana tamin’izay.

Tsy afaka nandeha ny fiara satria tena nalama ny lalana sady tena ratsy nefa tsy mba nisy nanampy anay ireo olona tany amin’ilay tanàna nitondranay fanampiana. Nahasorena ahy ihany ny fihetsik’ireo mponina nefa noezahako noraisina tamin’ny fo tony izany tamin’ny farany. Roapolo taona izay no nijoroan’ny Clinique Fidy. Betsaka ny fianakaviana nahita ny soa sy ny mamy tamin’ity mpitsabo ity raha tsy hilaza afa-tsy ny tontolon’ny fitsaboana isika. Mbola vonona hatrany izy hatrany izy hizarana ny mamy sy ny soa amin’ny vahoaka. Ankehitriny àry dia efa manome fiofanana ireo mpianatra ho mpitsabo ao amin’ny Toeram-pianarana ambony tsy miankina “Image Appli” izy.

Farah Y.

Ino Vaovao0 partages

ARETINA HEPATITE B : Hifarana ny faran’ny volana oktobra izao ny hetsika fanaovam-baksiny

Ilay hetsika ahazoana fihenam-bidy amin’ny vidin’ny vaksiny no tapitra fa kosa afaka mbola manatanteraka izany eny amin’ireo fivarotam-panafody sy hopitalim-panjakana efa voatokana rehetra.

Lafo dia lafo ny saran’ny fitsaboana ny aretina hépatite B raha oharina amin’ny sandan’ny vaksininy. Araka ny fanazavana avy amin’andriamatoa Ramanana tompon’andraikitra ao amin’ny fivarotam-panafody etsy Ambanidia dia mahatratra hatrany amin’ny 48 tapitrisa Ariary ny saran’ny fitsaboana, manodidina ny iray tapitrisa Ariary isan-kerinandro izany ary ao anatin’ny 48 herinandro vao azo antoka ho sitrana ilay marary. Zava-doza ho an’ny fahasalamana anefa ity aretina ity satria mety hahafaty ao anatin’ny dimy andro monja. Ny piti-drora fotsiny sy ny fifampikasohana amin’ilay marary dia efa afaka hampifindra ny aretina, eo ihany koa ny rà ary ny fifandraisan’ny reny amin’ny zaza ao an-kibony. 

Ny 23%n’ny Malagasy no fantatra fa voan’ity aretina ity izany hoe ny iray ao anatin’ny olona efatra. Araka ny fanazavana avy amin’ny tompon’andraikitra mpanafatra ny fanafody, Sopharmad dia sarotra dia sarotra ihany koa ny fanafarana ny fanafody. Amin’ny ankapobeny dia nahaliana ny olona ny hetsika fanaovam-bakisiny ary efa maro ireo nahavita izany raha tsy hilaza afatsy ireo mpiasan’ny minisitera sasany. 

Nanamarika hatrany ny tompon’andraikitra fa misy fiantraikany amin’ny fahasalamana ny fanaovana ny vaksiny ary tsy misy atahorana ihany koa. Mbola mitohy araka izany ny fanaovana vaksiny fa amin’ny vidiny ara-dalàna kosa ny anaovana azy fa tsy amin’ny fihenam-bidy intsony. Manoloana izany indrindra no anaovan’ny tompon’andraikitra amin’ny fanentanana ny vahoaka hanao vaksiny.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

SAMBAVA : Miandry efa-bolana ny fakàna kopia sora-piankohonana raha tsy mandoa 10 000 ariary

Araka ny loharanom-baovao avy any an-toerana dia voalaza fa ray aman-dreny iray manan-janaka vao teraka tamin’ny 12 septambra 2017 lasa teo, tao amin’ny Maternité Dispensaire no tonga haka Kopia voalohany tao amin’ny Kaominina saingy tsy nahazo izany avy hatrany.

Nilaza ireo tompon’andraikitra fa mandoa vola iray alina ariary vao afaka mahazo izany fa raha tsy izay kosa dia miandry amin’ny volana febroary 2018 indray. Nandà ny tsy hanao izany ireto fianakaviana ary gaga ihany koa ireo mponina nanoloana ny zava-nisy ka raikitra ny savorovoro. Vokany, namoaka fanambarana ny Ben’ny tanànan’i Sambava ny alatsinainy lasa teo ary nanambara fa tsy andoavam-bola ny fakana kopia nahaterahana ka nanentana ny vahoaka ihany koa ny tenany mba tsy hanome vola amin’ireo tompon’andraikitra ao amin’ny Kaominina raha toa ka tsy misy “quittance”.

Marihana fa nisy boky tsy hita ihany koa amin’izao fotoana izao noho ny fifandroritana ataon’ireo mpiasa. Fantatra tamin’izany fa samy manao kopia any an-tranony izy ireo hany ka misy ankizy roa na telo manana laharana mitovy. Betsaka loatra ny tandrevaka ataon’ireo mpiasan’ny Kaominina ao an-toerana raha ny tatitra voaray hatrany ka nisy ny fepetra noraisina taorian’io tranga io.Tonga tamin’ny fotoana tsy nampoizina ny solontenan’ny Bianco Antsiranana miisa roa, omaly maraina ka nanao ny famotorana sy ny fanadihadiana rehetra.

Hatreto aloha dia mbola tsy nisy nipika ny resaka nifanaovana ka andrasana ny tohin’ny toe-draharaha. Midika ho fanaovana kolikoly, hoy ireo mponina ny zava-niseho ka mila mazava amin’izy ireo ity fakana vola amin’ny tsy ara-drariny ity.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FARITRA AMBOASARY ATSIMO : Tanteraka soa aman-tsara ny foara Velontegna

Rehefa tsara mantsy ny vokatra dia azo antoka fa hihena ny tsy fanjarian-tsakafo, ary handroso ihany koa ny toekaren’ny tanàna. Raha tsiahivina dia manampy ny tantsaha mpamokatra amin’ny fanatratrarana izany famokarana tsara sy mahomby izany ny tetikasa Zoloke Asara izay vatsian’ny vondrona eropeana vola. 

Tsara ihany koa ny mampahatsiahy fa miasa ao amin’ny kaominina folo ao amin’ny distrikan’Amboasary Atsimo ny tetikasa Zoloke. Ity farany izay nanatanteraka foaran’ny tantsaha iray nampitondraina ny anarana hoe “Foara Velontegna”. Araka ny fantatra dia naharitra roa andro izany hetsika izany tao Amboasary Atsimo. 

Tsara tsindriana etoana fa niarahana niasa tamin’ireo tantsaha ao anatin’ireo kaominina folo izay hiasan’ny tetikasa izao foara izao, ary koa, niantsoana ireo mpiara-miombon’antoka hafa izay miasa any amin’ny faritra Anosy sy any amin’ny faritra Androy izay nampiranty ny vokatr’izy ireo. Ny tanjona amin’izao tetikasa izao, hoy ny tompon’andraikitry ny tetikasa Zoloke, dia ny hanehoana ny santionan’ireo vokatra sy ireo ezaka niarahana tamin’ireo tantsaha. Tao anatin’izany anefa dia nisy ihany koa ny fifanankalozana teo amin’ireo samy tantsaha. Ary ny fitadiavana sy fanampiana ireo tantsaha amin’ny lalam-barotra.

Amin’ny volana oktobra ny foara manaraka

Maro ny fandaharam-potoana nandritra ny roa andro araka ny voalaza. Anisany nahaliana dia nahaliana ireo tantsaha ny dinika nifanaovana tamin’ireo teknisianin’ny fambolena sy ny fiompiana izay notarihin’ny avy ao amin’ny sampan-draharaham-paritry ny fambolena sy ny fiompiana avy ao Ihosy. Fotoana io nandinihana ireo olana sy ny tokony ho tsara ho fantatra mahakasika ny fambolena ary ny masom-boly azo antoka. 

Mba ho fanatsaràna ny hetsika dia nanambara ny tompon’ andraikitry ny tetikasa fa ho hafantoka bebe kokoa amin’ny lafiny fiompiana indray ny hetsika manaraka, raha toa ka nirona be tamin’ny tontolon’ny fambolena ny foara farany teo. Araka ny fanazavana hatrany dia tsy ho ela fa amin’ny volana oktobra ihany dia hisy indray io hetsika io ary any amin’ny kaominina hafa indray no hanatanterahana azy fa tsy teo amin’ny teo aloha intsony. 

Nanazava ity tomponandraikitra ity fa anisany tombontsoa lehibe amin’ny fanatanterahana izao hetsika izao ny fanaovana tombana amin’ny fandroson’ny tetikasa ahitana izay tokony hatsaraina sy tokony ho hampiana.

Lucien R.

News Mada0 partages

« Marathon international de Tana » : orinasa maro manohana sy mandray anjara

 Mandray anjara amin’ny hetsika maro samihafa ny orinasa, na tsy lafiny toekarena aza. Fomba iray isarihana ny mpanjifa sady dokambarotra rahateo.

Hatao ny 14 sy 15 oktobra ho avy izao ny hazakazaka “marathon” iraisam-pirenena eto Antananarivo (MIT). Mikarakara azy ny World trade center Tana, tohanan’ny orinasa Vima. Ankoatra ny vahiny marobe ho avy, maro koa ny orinasa eto an-toerana handray anjara sady manohana ny hetsika. Anisan’ny mpanohana sokajy “platinium” ny orinasa CRBC, ny Star, ny Schneider electric.

Ao anatin’ny mpanohana sokajy “gold” kosa ny rafitra SE-CNLS/ONUSIDA, sokajy Silver ny banky samihafa (BNI, BFV-SG, BGFI, BOA, …). Samy hananana mpihazakazaka hifaninana avokoa ireo voatanisa ireo.

Lasan’ny Malagasy ny tamin’ny taon-dasa

Manohana sady manana mpandray anjara koa ny tranombarotra Soredim, Sodeam, Taf, Socolait. Eo koa ny kaompania fitaterana ana habakabaka samihafa, ny orinasam-panjakana Fanalamanga, ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA), ny minisitera isan-tsokajiny, sns.

Tanjon’ny mpikarakara ny hampahomby tanteraka ity hazakazaka lavitra ezaka iraisam-pirenena andiany faha-17 ity (mirefy 42,195 km), toy ny andiany teo aloha. Tsiahivina fa lasan’ny Malagasy avokoa ny voalohany tamin’ny andiany faha-16 tamin’ny taon-dasa, Andriamparany Hajanirina ny teo amin’ny lehilahy ary Ramanantenasoa Marina ny vehivavy.

Njaka A.

News Mada0 partages

Hausse du prix du maïs : importantes répercussions pour l’élevage

La hausse du prix du maïs est ressentie dans le domaine de l’élevage. Le coût de la provende a augmenté alors que le prix des œufs affiche une tendance baissière.

Le prix du maïs a doublé en une année. Le kilo vaut actuellement 1.000 à 1.100 ariary au niveau des grossistes d’Anosibe et d’Andravoahangy contre 500 à 600 ariary au dernier trimestre 2016. Chez les détaillants, le kilo s’affiche 1.300 ariary. Du coup, les conséquences de cette hausse sont ressenties dans le domaine de l’élevage notamment l’aviculture.

En effet, le prix de la provende a aussi augmenté. Ce mélange alimentaire destiné aux animaux d’élevage est passé de 1.900 à 2.500 ariary actuellement. Ce qui devrait notamment faire augmenter le cours des œufs. Pourtant, les aviculteurs de Mahitsy affirment que le prix des œufs affiche une tendance baissière en cette période à cause de l’abondance de l’offre. Les œufs se négocient entre 230 et 300 ariary la pièce actuellement au niveau des grossistes d’Antohomadinika contre 400 à 450 ariary au mois de décembre dernier.

«Le prix de la provende ne cesse d’augmenter ces derniers mois alors que le cours des œufs baisse. Les bénéfices diminuent de jour en jour», d’après Jacky un aviculteur d’Ampitatafika. «Nous espérons que la stabilisation va se stabiliser peu à peu» a-t-il évoqué.

«La hausse du prix du maïs fait suite à la diminution de la production. De nombreux agriculteurs ont transformé leurs champs de maïs en champs de sorgho depuis 2015 puisque des exportateurs leur ont promis un bénéfice conséquent», explique un collecteur rencontré à Anosibe.

Production insuffisante

Les statistiques du ministère de l’Agriculture montrent entre autres que la production de maïs demeure largement insuffisante. Madagascar produit en moyenne 400.000 tonnes alors que la demande s’élève à plus d’un million de tonnes. Ce qui entraine systématiquement une hausse considérable du prix du produit sur le marché intérieur et également un grand impact sur les secteurs dépendant de la filière, telle la filière avicole.

En tout cas, les prix des matières premières, comme le mais, sont définis par la loi de l’offre et de la demande. La solution proposée pour équilibrer leur cours serait, entre autres, l‘augmentation de la production.

Arh.

 

News Mada0 partages

Basket – CCCOI : Fandrefiala se singulairise

La coupe des clubs cham-pions de l’océan Indien (CCCOI) dans la catégorie féminine sourit jusqu’à preuve du contraire à Fandrefiala. Après quatre journées, les protégées de Cyrille Rasoloarijaona caracolent en tête du classement suite à leurs deux succès de rang. Hier, au palais des sports de Mahamasina, lors de la finale avant la lettre qui les a opposées à leur éternel rival, MB2All, les joueuses de Fandrefiala se sont offert une victoire de prestige sur le score de 70-60 après prolongation. Les deux équipes se sont séparées sur la marque de 53 partout à la fin du temps réglementaire. Mais avec 17 points marqués contre 7 seulement pour son adversaire, durant la prolongation, Fandrefiala est imbattable.

BCM Mayotte revient à la hauteur de MB2All à la deuxième place après sa sortie victorieuse face aux Seychelloises de Premium Cobra sur la marque claire et nette de 92-53. Trois équipes  se sont disputé le deuxième rang, après que Tamifa ait enregistré une deuxième victoire en dominant la formation la plus faible de la compétition qu’est B Challenge Seychelles (65-60).

En tout cas, une place dans le dernier carré s’offre aux trois équipes malgaches chez les dames, concurremment avec l’une des deux formations seychelloises.

Naisa

 

News Mada0 partages

Marathon international de Tana : un large soutien des partenaires

La 17e édition du Marathon international de Tanà du 15 octobre prochain se présente sous les meilleurs auspices. A quelques semaines du jour J, les organisateurs se frottent les mains suite à l’engagement concret des partenaires et sponsors.

Parmi les fidèles partenaires de World Trade Center (WTC) depuis ces dernières années figurent les Brasseries Star. Cette année, l’eau coulera à flot grâce à l’apport de cette société qui mettra en avant Eau Vive et XXL.

Outre leur soutien sous diverses formes, d’autres entités marquent leur présence à cet événement international en alignant des coureurs sur la ligne de départ. C’est le cas des grandes banques telles que la BNI avec ses 200 coureurs aux foulées écolos, au même titre que BFV/SG et BGFI.

A noter que le Marathon international de Tanà offre quatre types de courses, à savoir, le marathon de 42,195 km, destiné aux athlètes de haut niveau, il y aura également  les Foulées écolos et le Handirun de 10 km ainsi que le Maraton réservé aux enfants. Les inscriptions se poursuivent dans trois points précis : soit au siège de la fédération malgache d’athlétisme à Alarobia, à l’Ortana d’Antaninarenina ou chez Vima à Ankorondrano.

Naisa

 

News Mada0 partages

Festival : Andohalo au goût de «Haify mampiavana»

Fort du succès des précédentes éditions, le festival de gastronomie «Haify mampihavana», a décidé de remettre le couvert ce week-end, au jardin d’Andohalo.

Instigatrice de cette manifestation inédite, l’association des femmes œuvrant pour le développement du tourisme malgache (WTAM) ambitionne de rassembler les acteurs du secteur et de la chaine de la restauration afin de créer des opportunités d’échanges et de partages sur les plans social, culturel et économique.

Comme l’explique Irène Andreas : «Notre objectif  s’articule autour des valeurs et principes d’interventions de l’association, à savoir éduquer, partager et promouvoir, à partir desquels découlent les activités offertes au public durant les festivités.  Après les acquis des trois éditions, Haify mampihavana sert à la fois de plateau de rencontre et de partage autour de l’art culinaire et du savoir-faire malgache».

Les  talents, notamment des jeunes chefs Haify, lauréates des concours 2015 et 2016, seront également au menu.  De même pour le concours «Tsikonina» des tout-petits qui a vu la participation en amont d’une centaine d’élèves des EPP, fokontany et des écoles privées d’Antananarivo. Mais la grande nouveauté de cette édition est les «ateliers Haify».

Sous la direction de Chef Mariette Andrianjaka, marraine de l’évènement, une semaine d’apprentissage est aussi offerte aux jeunes chefs, lauréates du concours. Par ailleurs, l’Espagne sera accueillie cette année comme invitée d’honneur, après l’Indonésie. Et, il n’y aura pas que la gastronomie, tous les sens vont être en fête puisque la musique, la danse rythmeront ces deux jours.

Joachin Michaël

 

News Mada0 partages

Chronique : respect des échéances, signe d’honnêteté

L’Assemblée Générale des Nations Unies prête tribune aux chefs d’état du monde pour exprimer leurs premiers soucis, belle opportunité pour chacun de montrer patte blanche, car en retour cette tribune sert à la fois de tribunal devant lequel certains ont à  se laver des soupçons qui pèsent sur eux. On y voit des passes d’arme où des adversaires règlent des comptes alternant à tour de rôle sévères réquisitoires et vibrantes plaidoiries, l’ONU au contraire de sa vocation sert de ring comme un pré pour duel. On y entend  souvent complaintes et prétentions de savoir-vivre (bonne gouvernance et respect du droit) et même des leçons de morale par de fieffés menteurs ancrés dans une réputation d’un gros appétit de pouvoir, manifestant un penchant pour l’exercice d’un pouvoir personnel et usant de ruse pour reculer les délais d’expiration de leur mandat. Le président congolais Monsieur Kabila, ayant déjà avalé le papier de fin de règne, malgré l’impossibilité matérielle de tenir des élections présidentielles avant la fin 2017 vient de le promettre. Peut-être qu’il se sent la capacité de réussir la gageure en bâclant l’organisation, de toute façon aux résultats miraculeux si il représente, hypothèse encore plus plausible après que Kabila ait escamoté le sujet. On parle de cet affreux Jojo de président pour se féliciter du fait que malgré des détails permettant des rapprochements entre les deux cas, le Chef de l’Etat malgache ne se trouve pas dans une égale situation critique. Lors de son entretien avec le Secrétaire Général de l’ONU, celui-ci a exprimé l’importance que les Nations Unies accordent à la tenue de l’élection présidentielle à une date conforme à la constitution, fin 2018.

 Cette position présentée comme exigence inverse les priorités. Si on avait voulu qu’une révision de la constitution conditionne et prenne ainsi en otage l’élection présidentielle, la communauté internationale renverse les rôles : prenant le dessus c’est l’élection présidentielle tient en haleine la révision si on désire y procéder.

Certes charbonnier est maitre chez soi, et si invoquant la souveraineté nationale comme à l’accoutumée pour réaliser un passage en force, le pouvoir devra combattre sur deux fronts : de l’intérieur celui des opposants à cette aventure et de l’extérieur assumer les effets d’un isolement, faisant courir au pays

le risque d’une mise en quarantaine, sanction d’où l’on émerge à peine et dont le Président se vante à tort ou à raison d’avoir abattu les murs.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Madagascar il y a 100 ans : soirée théâtrale et musicale du 8 septembre

Chaque fois qu’à Tamatave une fête est donnée au profit d’une œuvre de charité telle, par exemple, que les œuvres de guerre, toute la ville accourt apporter son obole, et les amateurs toujours prêts à se dévouer pour une bonne action se présentent nombreux pour remplir les divers rôles du programme. Et quand nous disons amateurs, c’est le mort artiste que nous devrions employer, car il est impossible que même des professionnels remplissent leur rôle avec plus de perfection, plus de sentiment, plus de naturel, en un mot avec plus de maestria.

Le Tamatave a déjà eu l’occasion de faire l’éloge mérité de la plupart d’entre eux ; il suffira de rappeler leurs noms et d’ajouter que dans cette occasion ils se sont encore, si possible, surpassés eux-mêmes. C’est du reste là l’opinion du public. Nous suivons l’ordre du programme : Mesdames Vigne, Juge, Rollet, Amand, Sadreux, Bernard, sans oublier la jeule Mlle GysèleSadreux qui s’annonce avec un véritable talent d’artiste, ainsi que Madame Antoine, nouvelle et précieuse recrue pour les œuvres de charité.

Parmi le sexe fort, il suffira de citer, – sans ajouter d’autre éloge, – MM. Frelant, Matiaux, Gardot, Landeroin-Ladrat, auxquels sont venus s’ajouter MM. Nègre, Sadreux, de Bize, Luciani, Trabaud, Chevalier.

Nous n’entreprendrons pas de donner l’analyse de toutes les pièces, chansons, monologues, annoncés au programme, et dont l’exécution ne s’est terminée qu’après deux heures du matin.Il suffira de dire que le public n’a pas trouvé le temps long et s’est retiré satisfait.

Un autre critérium du succès de cette soirée est la recette qui s’est élevée à plus de 2 000 francs.

Nous ne terminerons pas cependant ce bref compte-rendu sans donner une mention spéciale au poème d’actualité : Anathème1, déclamé par son auteur, M. René Frelant, avec le talent et la voix puissante qu’on lui connaît. Cette pièce a produit une telle impression sur les auditeurs qu’aussitôt s’est formée une commission pour faire tirer ce poème à plusieurs centaines d’exemplaires que tout le monde se disputera, – afin de les vendre au profit des œuvres de guerre qui bénéficieront ainsi du talent de son auteur.

Le Tamatave

www.bibliothequemalgache.com

Le poème de René Frelant est paru le 1er décembre 1917 dans la revue L’Ambulance/Croix verte. (Note de l’éditeur.)

 

News Mada0 partages

Resaky ny mpitsimpona akotry : ady ho an’ny rariny

Iza no sahy ilaza fa manjaka ny rariny, na eran’izao tontolo izao na eto anivon’ny nosy ? Ny fahasamiafana hono ny lalàna-piainana, marina angamba izany, fa andan’izany tsy afaka lavina fa manana adidy ny zanak’olombelona amin’ny fampandrosoana ny toe-piainany sy amin’ny fandravonana miandalana ny fomba iraisa-monina mba ahafahan’ny tsirairay anao ezaka amokatra sy isitraka ny tandrify azy. Tsy entina ahavariana amin’ny fifampitahana ny anjara akory, lany eo ny andro ary teraka eo ny fifampialonana, fa tsy hita atao ambanin-javatra koa ny elanelana diso tafahoatra ny fahantrana mianjady amin’ny sasany sy ny harena ilomanosan’ny hafa. Raha ny eto an-toerana no jerena dia mandifotra olona izany elanelana mampisaraka ny tsy fananan’ny maro an’isa ny ampy sy ny fahalalin’ny fahasahiranana mikasika ny fiatrehana ny fiainana andavan’andro ho an’ny olom-bitsy tototry ny harena. Izany tsy fitovizana izany no ilaina arenina amin’ny fiezahana ahatonga azy ifandanjalanja. Efa samy nandramana avokoa eran-tany ireo tetika ahatongavana

amin’izany tanjona izany, samy tsy mahomby anefa. Ny  fanabotriana ny mpanana tsy mahilika firy ampisondrotra ny ory, ny fanomezana vahana ny ezaky ny mahantra tsy ampy anatratrarany ny tombon-dàlan’ny mpanana, ny vola miazakazaka ary ny làlana diaviny sady maizina no malama.

Tsy misy anefa fiovana afaka antenaina raha tolom-boto ihany no manjaka, na eo aza ny fanomezana sehatra ho an’ny fifaninanana tsy maintsy misy ny fitsipika mifehy an’izany. Ambonin’izay ilaina tandrovana koa ny filaminana. Ny filaminana moa dia endrika ivelany fotsiny raha ny eto an-toerana, samy mahafantatra fa tsy misy izany fiadanan-tsaina izany nohon’ny herisetra vokatry ny tsy fisin’ny fandriampahalemana. Io no maika, mitana ny lohalaharana eo amin’ny fandaminana maha hamehana mikasika ny fitantanana ny toe-draharaham-pirenena. Tsy ny faninginana ny lalàmpanorenana no ampiova zavatra, nohon’ny tsy fitovizan-kevitra momban’ny fahamaizan’ny raharaha izay, vao maika aza mety hitarika korontana ny fahataitairana haningina ny lalàmpanorenana.

Léo Raz

 

News Mada0 partages

Us et coutumes : au chagrin ! Toutes chagrinées les petites mains

Tous au charbon !  Tel semble le mot d’ordre donné à la troupe qui rame dans la galère de la révision. L’ancienne ministre, pas moins ex-candidate à la présidentielle, sénateur de son état actuel, silencieuse jusqu’ici, peut-être assoupie par le confort du train de sénateur, s’empare du chiffon rouge et peu convaincue de produire des résultats de son intervention, effectue sans grande ardeur sa part du pensum. Sur une mer déchainée autour de ce projet de révision de la constitution, le statut des Fokontany arrive comme un cheveu sur la soupe, réduisant un grave sujet à une sorte de mauvaise plaisanterie. Hypothèse à ne pas exclure, peu glorieuse la vraie motivation reste discrète.

 

News Mada0 partages

Faux billets : 1,5 million d’ariary saisis à Ankazobe

Les éléments de la gendarmerie d’Ankazobe ont mis la main sur un certain nombre de  faux billets de 10.000 ariary de l’ancienne version.

Le 22 septembre, dans la commune de Fianonana Ankazobe, les éléments de la gendarmerie, informées sur la présence de faux billet à Fianonana se sont rendues sur les lieux.

En fait, après avoir mené l’enquête, les forces de l’ordre ont appréhendé 2 suspects en possession des faux billets d’une valeur de 1,5 million d’ariary, essentiellement des coupures de 10.000 ariary de l’ancienne version, mieux connu sous l’appellation Tim.  Interrogés sur l’origine de cette contrefaçon des billets de banque, les deux malfrats  ont dénoncé leurs deux  complices qui ont été  interpellés à Talatamaty le lendemain.

Selon les explications, les faux billets devaient être investis rapidement.  Pour cela, les bandits pensaient les utiliser pour l’achat de pierres précieuses dans le village d’Ankazobe. La gendarmerie poursuit l’enquête sur  l’origine des faux billets et de mettre la main sur les autres complices encore en cavale. Les 4 trafiquants ont été déférés hier au parquet du tribunal d’Anosy puis placés en mandat de dépôt à la prison d’Antanimora.

Ando Tsiresy

 

News Mada0 partages

Canal Dabaraha : privés d’eau, ils bloquent la RN35

Le conflit entre trois localités de la région Menabe, suite à un problème d’approvisionnement en eau, se poursuit.

Cinq communes du district de Morondava ont connu un problème en ravitaillement en eau des rizières depuis près de quatre années. Mais suite à des travaux effectués par l’Etat malgache, 20.000 Ha de rizières de la commune de Mahabo ont été irriguées en eau.

Ne faisant pas partie des bénéficiaires de cet approvisionnement, la population de Morondava a manifesté, le long de la RN35, bloquant ainsi la circulation. Les manifestants ont revendiqué l’entrée en lice du député de Mahabo pour résoudre le problème. Quatre leaders ont été appréhendés par les forces de l’ordre mais ont été relâchés par la suite.

Selon les explications, les parties intermédiaires et delta de Morondava ne peuvent pas jouir de l’alimentation en eau, suite à la mauvaise gestion au sein des zones nord et sud et intermédiaire de Mahabo. Par conséquent, le prix du kilo du riz a augmenté jusqu’à 550 ariary alors qu’auparavant cela a été de 200 ariary.

Le préfet a proposé le «tour d’eau» comme solution qui consistera à approvisionner Mahabo durant cinq jours et sept pour Morondava. La population appelle à la prise de responsabilité des dirigeants.

Rakoto

 

News Mada0 partages

Analanjirofo : Maroantsetra se désenclave

Retour à la normale de la circulation aérienne dans le district de Maroantsetra depuis cette semaine. Les travaux de réhabilitation de l’aérogare se poursuivent d’ailleurs pour la remise en état de ses infrastructures.

Un vol de la compagnie nationale le reliant à la capitale a marqué la reprise de la desserte aérienne du district de Maroantsetra, lundi. Les problèmes à l’origine de la suspension de la ligne aérienne dans cette zone sont en train d’être résolus, selon les responsables locaux. L’aérogare s’est dotée d’un camion de pompiers, selon les normes de sécurité exigées, pour parer à toute éventualité, et un réservoir d’eau d’une capacité totale de 6.000 litres sera opérationnel dans une quinzaine de jours.

La reprise du trafic aérien dans le district aide au développement de Maroantsetra, clament les habitants vu l’état pitoyable du réseau routier de la région. Le transport aérien a toujours été l’unique moyen de désenclaver le district depuis des décennies, selon eux. Les vols réguliers de la compagnie aérienne nationale ont débuté, hier, pour desservir la ville de Maroantsetra.

Manou

 

Agence de Presse de l'Ocean Indien0 partages

Un week-end gastronomique

Le jardin historique d’Andohalo (Haute ville de la capitale) va être occupé, les samedi 30 septembre et dimanche 1er octobre, par l’ensemble des exposants et manifestations diverses dans le cadre de la 4ème édition du «Haify Mampihavana» entièrement dédié à la gastronomie.Ateliers d’apprentissage de jeunes chefs et concours pour les enfants animeront l’espace où vont se presser 40 exposants offrant l’opportunité de découvrir de nombreux produits du terroir.Un véritable «food court» permettra, de manière conviviale, de goûter à une multitude de spécialités. A noter que l’Espagne est invité d’honneur de ces deux journées festives et que le chef étoilé Pere Nacarino effectuera des démonstrations de plats typiquement espagnols tout en cherchant à les fusionner avec l’art culinaire malgache (la paëlla n’a-t-elle pas le riz comme ingrédient de base ?).Organisé par le Women Tourism Association for Madagascar (WTAM) avec l’appui de National Tourism Development s.a (NTD s.a), le Haify ouvrira ses portes au grand public dès le samedi matin à partir de 9 h. Le grand chef Mariette Andrianjaka supervisera l’ensemble des manifestations dont le concours de jeunes chefs et les buffets gastronomiques.

La Vérité0 partages

Festival Madajazzcar - Teta à l’affiche avec The Clarisse Sisters

Arrivant cette année à sa 28ème édition, le festival international Madajazzcar sera cette année encore plus grandiose. Comme à l’accoutumée, la programmation proposée par l’équipe du festival et ses différents partenaires sera riche et variée. Elle fera voyager le public en proposant du jazz sous toutes ses formes et couleurs, et ceci à travers une multitude d’activités : concerts, cabarets, podiums, jam sessions, scène ouverte, ateliers, master class, formations, projections de films, sans oublier le fameux concours « Tremplin Madajazzcar ». De quoi satisfaire les oreilles les plus averties, comme celles d’un public tout simplement curieux de découvrir cette musique. Ainsi,  Dans le cadre de ce festival, un grand concert avec Teta The Clarisse Sisters aura lieu àl’Alliance française Andavamamba le vendredi 6octobre à 18h30.

Guitariste aux doigts de féeSitué au Sud de Madagascar, entre Tuléar et Fort- Dauphin, Ampanihy est le village d’origine de Teta. Il y a grandi en s’exerçant d’abord à la mandoline pour préférer, à l’âge de 8 ans, la guitare. Enfant, il accompagne son père et deux de ses frères dans les provinces voisines pour animer les « bal poussière » et les cérémonies traditionnelles de la région. Le tsapiky, style musical malgache, berce son enfance. Il apprend les rythmes ternaires, les coutumes et valeurs contées dans ces chansons. Au début de son adolescence, il met fin à ses études pour s’adonner entièrement à la musique et aider sa famille. Son don de guitariste hors pair l’amène rapidement à jouer seul dans les cérémonies traditionnelles et les « bal poussière ». En 2009, il enregistre son premier album Any Aminao Any. Deux ans plus tard, il est le gagnant du prix Musique de l’Océan Indien. L’année suivante,  il sort son album Fototse racines roots. Enregistré sur place, l’album 100% malgache, est fait d’une matière rare, des mains de l’homme aux doigts de fée. Un prodige de la guitare, Teta a su dorloter les oreilles de ses auditeurs quand il était sur scène.Musique de 3 sœursCe concert sera également animé par The Clarisse Sisters. Les trois sœurs font du Kaléidoscope Jazzy, une musique folklorique que plus d’un appréciera. Avec leur sourire en bonus, ces femmes chanteront avec du soleil dans la voix et des étoiles dans les yeux. Après avoir repris les standards de la variété et fait les choristes pour quelques vedettes internationales, les Clarisse Sisters ont décidé de franchir le pas, de sortir de l'arrière-plan réservé aux choristes pour s'installer sous les projecteurs et devant les micros de l'avant-scène. Pour ceux qui l'ignorerait encore, les Clarisse Sisters étaient à l'origine quatre sœurs dont deux jumelles, nées dans une famille où la musique, sous toutes ses formes, faisait partie du quotidien. Leur père, Germain, surnommé Joselito, du nom d'un célèbre jeune chanteur espagnol, reprenait aussi les classiques de Luis Mariano lors des fêtes de famille. Avec un frère, Eddy, qui dirigea un moment la chorale de Notre-Dame de Lourdes, la voie des sœurs Clarisse était toute tracée. Après les chorales, elles firent partie des petits groupes musicaux, puis Geneviève, l'aînée, fit de la danse et même du théâtre, tandis que Dominique était engagée comme chanteuse au Morne. Annick et Véronique, les deux jumelles, suivent la même voie et chantent avec le groupe Pro-Musica de Philippe Ohsan.  Ce concert promet de belles rencontres musicales pour les adeptes du jazz. Les billets sont mis en vente à l’Alliance française Andavamamba.Recueillis par T.A.

La Vérité0 partages

« Expo finance » - Vers un développement du système financier du pays

Une grande première dans l’Océan Indien. La première édition du salon de la monétique des services financiers et des assurances, initiée par Premium Plublicix, se tient au Carlton depuis hier jusqu’ à demain. Un salon dédié spécialement à la finance qui permettra d’initier la population au développement de la technologie appliqué dans ce domaine. Les organisateurs ont donc établi ici un carrefour des acteurs de la finance à Madagascar. Les participants à ce salon actant principalement dans le secteur bancaire et finacier y exposent leurs activités et ouvrent leurs portes aux clients ou associés potentiels. Le sujet pour cette édition est la digitalisation des échanges monétaires. Face à l’évolution de la technologie, les organisateurs pensent à l’optimisation de la visibilité de ce secteur à travers les nouvelles technologies.

Comme le représentant des organisateurs le mentionne « le poumon de l’économie passe obligatoirement par le secteur financier ». Effectivement, ce secteur est le noyau du rouage de l’économie d’un pays. S’il présente une défaillance, c’est tout le système, même au-delà de la finance, qui se retrouve en difficulté. Ce salon a donc été mis en place pour pouvoir trouver un bon moyen de satisfaire la clientèle. Ce moyen est d’entrer petit à petit dans la digitalisation du système bancaire et financier. « C’est un moyen pour les acteurs financiers, et surtout pour la population malagasy, de se familiariser avec l’avancée technologique », appuie Andry Rabe de chez Moneytech. Etant donné la place de cette question de stabilité économique dans le Plan national du développement, le secrétaire général du ministère des Finances et du budget mentionne la stratégie nationale de l’inclusion financière 2018-2022 dont l’objectif est de donner à la population malagasy un meilleur accès aux services financiers. Andrea Razafi.

La Vérité0 partages

La fracture

La velléité du pouvoir de réviser la Constitution polarise. Schématiquement, deux clans opposés se dessinent. Et au fil des jours, le clivage politique se durcit et la fracture apparaît. D’une part, la troupe formée par les éléments constitutifs et fidèles au régime compose le gros paquet des partisans à la retouche du texte de la loi fondamentale. Essentiellement composés des membres dirigeants du parti d’Etat Hvm, des courtisans du palais royal d’Iavoloha, des traîtres qui n’ont d’autres objectifs que d’amasser le maximum de profits. Bref, il s’agit en somme des caméléons, crapules et de crocodiles voraces occupant des postes clés et stratégiques, tels les Chefs et membres d’Institutions, les Conseillers spéciaux, Chefs de Région, etc. Le cas, particulièrement, de la HCC nous étreint le…cœur.

Cette auguste Institution chargée de veiller au respect strict de la Constitution se tait, un silence complice et troublant. Pourtant, une seule mise au point de sa part sur l’inopportunité d’une telle démarche épargne le pays à des gaspillages et rassure à apaiser la tempête ! Le point focal des argumentaires véhiculés par les tenants et zélateurs du régime tourne autour de la question de la sauvegarde de la stabilité du pays. Une stabilité qu’ils croient en danger de mort dans le cas où l’on applique, à la lettre, l’Art. 46, principalement, l’alinéa 2. Ils persistent et signent sur la nécessité impérieuse de réviser la Constitution de telle sorte que le Président qui se porte candidat puisse « mener à  terme la mission ». D’emblée, faut-il le dénoncer qu’il s’agisse là d’un alibi, complètement, à côté de la plaque ! De l’autre part, une plate-forme élargie de la Société civile incluant des Associations de diverses sensibilités et de presque toutes les formations politiques évoluant en dehors de l’orbite du pouvoir contestent catégoriquement toute tentative de porter une ou des modifications au texte de la Constitution. Selon eux, il n’existe aucune « nécessité impérieuse » pouvant justifier à une quelconque retouche. Certes, la Constitution de la IVème République n’est pas intouchable. Il y a quelques points qui devraient faire l’objet d’une révision mais, présentement, le moment ne s’y apprête plus. Et cela, pour deux raisons essentielles. D’abord, c’est une atteinte à la souveraineté du choix d’un peuple. Quelle que soit l’imperfection de la Loi fondamentale, on lui doit honneur et respect. Toute velléité d’amendement doit suivre strictement les modalités prévues. Le concept de « nécessité impérieuse » doit avoir le consentement de tous, c-à-d, constaté et vérifié par l’ensemble de toutes les sensibilités associatives, politiques et les différents partenaires du pays. Un consensus général d’acceptation indispensable pour garantir, autant que se peut, une concorde nationale. Le deuxième motif de rejet repose sur le risque aggravant des troubles pré-électoraux. Il serait difficile aux tenants du pouvoir d’assurer la sérénité de l’atmosphère sociale et politique du pays avant et après le scrutin.  Numériquement et qualitativement parlant, le front du refus pèse beaucoup plus lourd par rapport à celui d’en face. A lui seul mouvement Hetsika « Rohy », l’OSCs, fédère 76 sociétés civiles hostiles à l’amendement. Ainsi, à cause d’une scélérate volonté de tripatouiller la Constitution intentée par le régime, le pays se divise. Une fracture nette dont personne n’est pas en mesure d’évaluer l’importance des dégâts futurs.Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Multiplication des foyers de peste - Les agissements des responsables étatiques pointés du doigt

Après avoir déclenché une vague de panique populaire, la peste frappe de façon sporadique. La situation, apparemment hors de contrôle, nous ramène à une époque lointaine. Sortant de ses habitudes, Dr. Joseph Randriamiarisoa, un grand spécialiste des maladies tropicales, en parle pour mettre l’accent sur les « i ». Selon le médecin-politicien, les responsables étatiques ont intérêt à décupler les efforts pour contenir la maladie émergente de peste pour protéger les générations présentes et celles à venir. Interview.

La Vérité (+) : L’actuelle multiplication des foyers de peste est-elle due à quels facteurs selon vous ?Dr. Joseph Randriamiarisoa (=) : La peste est aujourd’hui classée parmi les maladies dites « émergentes ». Elle est en réalité une pathologie d’un autre âge. Il y a eu la peste de Justinien au 8e siècle. Il y a eu la peste noire du 14e siècle. Il y a eu la peste de Londres du 1665 et celle de Marseille de 1720. Il y a eu la pandémie du 19e siècle. Il y a eu l’époque de Lazarret chez nous. Les personnes mûres s’en souviennent très bien. A l’heure actuelle, la peste n’existe plus dans les pays développés et dans les nations disposant de système de santé efficace.+ : Où voulez-vous en venir exactement ?= : Faut-il rappeler que l’émergence de la peste est un indice de fragilité de notre système de santé et que l’existence de multiples foyers pose un réel problème de santé publique. Faut-il encore souligner que, au-delà de la peste, il y a les autres maladies émergentes, les maladies rares et négligées et les pathologies endémiques à Madagascar. Au premier rang desquelles, nous avons le choléra, la rage, la lèpre, la tuberculose, la cysticercose, la filariose, la bilharziose, le paludisme… Et que dire du péril fécal de la santé, des eaux et des aliments ?+ : Vous dites que la peste pose un vrai problème de santé publique. Que proposez-vous alors pour son éradication ?= : De nos jours, la peste ne doit plus être un sujet d’inquiétude. Elle se diagnostique et se traite bien. Son épidémiologie est bien connue, et ceci, depuis très longtemps. Il y a l’agent pathogène, un coccobacille non encapsulé, gram négatif identifié par Yersin en 1894.+ : Oui, mais les gens s’intéressent plus à leur propre sécurité contre ce dangereux agent pathogène ?= : Il y a les réservoirs qui sont les rongeurs dont les rats des champs. Il y a les vecteurs : les puces pesteuses. Quant à la clinique, la peste humaine peut se manifester sous trois aspects : la peste bubonique, septicémique (infection généralisée) et pulmonaire. Pour répondre à votre question, je propose une stratégie sanitaire axée essentiellement sur l’éducation sanitaire, la prévention et l’assainissement de base. Pour cela, il faut absolument développer les centres de santé de base niveaux 1 et 2, équiper chaque commune de centre de protection maternelle et infantile (PMI) fonctionnel et chaque district de bureau mobile de l’hygiène (BMH).A la vérité, Madagascar a les moyens d’éliminer de son territoire toutes ces pathologies d’un autre âge. Mais, à l’allure où vont les choses, vu les agissements des responsables étatiques, demain encore, la Grande île restera un foyer actif de peste.Propos recueillis par Manou Razafy

La Vérité0 partages

Double-kidnapping à Toamasina - Stéphanie Lala et 14 co-accusés condamnés à la perpétuité

Après trois jours d’époustouflant procès, le verdict sur l’affaire du double-kidnapping d’Arnaud et d’Annie à Toamasina, est tombé : 15 prévenus dont bien sûr Stéphanie Roger Lala ont été condamnés à une lourde peine se traduisant par des travaux forcés à perpétuité. A part  donc Stéphanie Roger Lala,  plusieurs autres dont  Do Etienne, Maminirina Eric, Nôno vola sandoka, Cyrille, Jaozara, Sili, Mainty, Dida kely, Lejo, Lejo, Ravola, Nathalie, Marcellin ou Dimitri sont tous condamnés à la peine capitale.  Certains comme Ravola ou Maminirina E, condamnés par contumace, font  objet d’un mandat d’arrêt.

Les charges toutes confondues présentent des similitudes et incluent : association de malfaiteurs, évasion de prison, détention d’armes non autorisée, menace et séquestration ect, ou bien pire encore avec un cas d’homicide volontaire.  Prononcée vers 17h hier par la présidente de la Cour, la sentence à propos de la réclusion à perpétuité, a été accueillie dans les larmes pour certains d’entre eux à la salle 3. Montrant des signes de nervosité manifeste dès le début des débats, ladite Stéphanie était alors restée debout, complètement bouleversée au milieu de ses co-accusés dont son voisin était effondré et secoué de sanglots.   « Cette peine a été trop sévère. Certains prévenus au casier judiciaire vierge se verront leur vie subitement détruite. Nous allons devoir faire appel à cette décision de la Justice », tonne un autre. Seule l’accusée prénommée Torinne a écopée d’une peine de 5 ans de travaux forcés. Elle a été liée dans l’affaire de location de maison qui devrait servir de planque aux ravisseurs et aux otages. Puisqu’un mineur a été trempé, ce dernier a été relâché au bénéfice du doute. Même régime relaxatoire pour 55 autres accusés. Ce sont ceux qui n’ont même pas comparu lors du jugement de cette affaire. Quant au magistrat Jacky, qui a été maintes fois cité depuis le début de l’affaire, il a bénéficié d’une fin de poursuite par la justice, selon l’avocat des plaignants.   Par ailleurs, les 35 prévenus doivent s’acquitter 3 milliard d’ariary de dommages aux familles des  victimes. Il faut rappeler à juste titre qu’Arlan Ramiliarison, l’opérateur économique et non moins   père d’Arnaud a initialement demandé 4 millions d’euros à titre de dommages tandis que celui d’Annie a pour sa part exigé 5 milliards d’ariary. « Comment des marchands de composé et de vendeurs de  beignets pourront-ils trouver de telle somme ? », s’indigne un avocat des incriminés.  Côté plaignants, ils ont aussi leurs  mots à dire : «A mon avis, il faut étudier cas par cas le sort de  tous ces prévenus qui étaient absents et qui ont été relâchés au bénéfice du doute. Parmi ces cas, celui chez qui le 4x4 a été retrouvé ou encore ceux qui ont caché les otages chez eux. ça m’étonne également qu’on a omis de parler de toutes ces armes trouvées chez les bandits. Puisque la sécurité des opérateurs est mise en jeu, nous devrons prendre donc des mesures adéquates », assure le chef de famille. Quant à l’avocat de la famille des otages, Me Jeannot Rafanomezana, il précise que la décision de la Justice est indiscutable. Cependant, il n’a pas caché son désappointement face aux évasions de Ravola et d’Andrianjaka Marcellin de la prison, une semaine à peine avant la tenue de ce procès. « Admettons que ceux qui ont comparu aujourd’hui seraient des boucs-émissaires. Qui les a alors commandités ? Cela reste sans réponse. », déplore-t-il. Enfin, il a insisté sur le fait que son client était venu au procès pour chercher la vérité et essayer de tourner la page à tant de souffrance. Franck Roland

La Vérité0 partages

Magistrats et greffiers - La grève illimitée continue

Les greffiers et les magistrats persistent et signent. La grève illimitée sera maintenue en attendant l’exécution de la totalité de leurs revendications. « Nous poursuivrons la grève tant que le ministère n’exécute pas nos revendications dans leur intégralité »,  a martelé Fanirisoa Ernaivo, présidente du Smm hier après – midi en sortant d’une rencontre au ministère de la Justice, à Faravohitra. Des revendications qui réclament le respect de l’Etat de droit, l’indépendance de la Justice et la non ingérence dans les affaires judiciaires. Le leader du Smm reconnait avoir obtenu des promesses du ministère de la Justice mais attend leur concrétisation.

Ses propos ont été confortés par le président du syndicat des greffiers de Madagascar (Sgm),  Randriambololona Haja, qui soutient que  « nous attendons que les revendications se matérialisent entre nos mains ». Les deux présidents de syndicats ont été reçus tour à tour pas le secrétaire général du ministère de la justice avec quelques membres de leur corps respectif. A entendre le secrétaire général du ministère de la Justice, Razafinjatovo Honoré Parfait, la moitié des revendications des deux syndicats ont déjà été satisfaites. « Le ministère a déjà publié un communiqué répondant à une grande partie de leurs revendications. Par ailleurs, une commission sera mise en place pour la suite », affirme – t – il. Dans ledit communiqué publié dans les journaux hier, le ministère rappelle notamment la déclaration du président Hery Rajaonarimampianina sur la nécessité d’indépendance de la justice, ainsi que les accomplissements de certaines revendications relatives au statut et avantages des deux corps.  Durant cette première journée de grève, quelques services au niveau du tribunal d’Anosy ont ouvert leurs portes. Des informations laissaient également entendre que la grève illimitée était peu suivie. Des informations démenties par la présidente du Smm qui affirment que « seul la Cour Criminelle ordinaire a travaillé. L’ensemble du Parquet et le siège entier ont bel et bien observé la grève. Il en est de même pour les juridictions dans les régions ». La grève illimitée se poursuivra donc ce jour sans service minimum.S.R.

La Vérité0 partages

Planification familiale - 300 vasectomies par an à Madagascar

Une méthode irréversible. La vasectomie est un acte de petite intervention chirurgicale avec anesthésie locale qui permet une contraception permanente et fiable aux hommes. Elle consiste à couper et à ligaturer les canaux déférents au sein des testicules. A Madagascar, cette méthode contraceptive définitive commence à être prisée, notamment chez les hommes ayant déjà acquis le nombre d’enfants désirés. « L’on enregistre 300 vasectomies par an dans tout Madagascar. Les hommes des hautes terres, surtout Analamanga et Amoron’i Mania, en sont les plus intéressés », fait part Lalaina Razafinirinasoa, Directeur du programme au sein de « Marie Stopes Madagascar » (Msm). Toutefois, aucun homme de la Région Androy n’a accepté subir cette petite chirurgie.

« Ce refus catégorique en 7 années de sensibilisation s’explique par la culture locale. En fait, cela impacterait sur la virilité des hommes, selon leur croyance », avance notre source. Mais ce chiffre relatif à la vasectomie reste infime dans la mesure où elle ne constitue que 1% du taux de planification familiale assurée par le Msm. Cet organisme note 500 000 clients par an qui font recours aux méthodes et services de contraception proposés. Parmi les projets mis en œuvre par Msm dans la promotion de la planification familiale figure le « Sifpo ». Après sa phase 1, le Sifpo 2 a été mis en œuvre depuis 2015 pour prendre fin ce mois. « Plus de 680 000 méthodes et services de planning familial ont été distribués grâce à ce projet qui constitue la matérialisation de la mission de Msm. nos équipes ont pu intervenir dans 2000 Fokontany répartis dans 109 Districts des 22 régions de l’île », rapporte le Directeur du programme. C’était hier à Andrainarivo, lors de la cérémonie de clôture dudit projet. Néanmoins, cet organisme envisage de poursuivre ses activités en vue de concrétiser son objectif , celui de démocratiser l’accessibilité aux méthodes contraceptives.Patricia R.

Tia Tanindranaza0 partages

Ady amin’ny tsy fananan’asaHofanina araka ny filana ireo mpianatra

Hofanina hifanaraka amin’ny filan’ireo karazana orinasa misy eto amintsika manomboka izao ireo mpianatra manovo fahalalana eny anivon’ny fampianarana teknika sy ny fanofanana arak’asa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Village Voara Andohatapenaka Hampiantrano ny Tsena K manomboka rahampitso

Hotanterahina etsy amin’ny Village Voara Andohatapenaka ny alakamisy 28 ka hatramin’ny sabotsy 30 septambra 2017 ny Tsena K. Mpitsidika mihoatra ny 10 000 no andrasana mandritra ity hetsika karakarain’ny fiangonana FJKM Ambohitantely ity. Sehatra iray mampifanindran-dalana ny nahandro sy ny asa tanana, ny varotra sy ny talenta ny Tsena K.

 Fifanenan’ny vokatra ambanivohitra sy ny indostria, ny mahazatra sy ny famoronana, ny haitao tranainy sy ny vaovao. Fifameloman’ny Fiangonana sy ny fiarahamonina, ny ambanivohitra sy ny ambonivohitra. Handray anjara ao anatin’ity hetsika ity araka izany ireo olona manan-talenta, ireo mpanao asa-tanana sy orinasa ary mpandraharaha Malagasy. Tranoheva maherin’ny zato no ho hita ao izay ahitana entana isankarazany, toy ny vokatry ny tany, ny asa tanana sy taozavatra, ny vokatry ny kaoperativa, ary ireo koakoja ilaina andavanandro toy ny fitaovam-pianarana, ny akanjo sy ny kiraro, ny fitaovana andakozia. Ankoatry ny varotra dia hisy ihany koa ny fanehoana ny talenta amin’ny alalalan’ny Kolo Nahandro izay sehatra hampiofanana ny fahaizamahandro Malagasy sy vahiny ho an’ireo liana amin’izany. Natao izao ho fanentanana ny talenta misy eo anivon’ny Fiangonana sy ny fiaraha-monina, ho fijoroana vavolombelona sy fampandrosoana ary ho ambohipihaonan’ny samy Kristianina ny Tsena K, hoy ny mpikarakara.

 

Nangonin’i Jean D. 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Rahoviana ny fiadanana ?

“Hiadana sy ho finaritra, he sambatra tokoa izahay”, hoy ny voarakitra ao anatin’ny hiram-pirenena Malagasy.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Baolina kitra – Champion’s league MalagasyMahajanga sy Fianarantsoa no handray ny « Phase 2 »

Hotontosaina any amin’ny kianja sentetika Alexis Rabemananjara any Mahajanga sy any amin’ny kianja sentetika Ampasambazaha Fianarantsoa hanomboka ny zoma 29 septambra 2017 izao ka tsy hifarana raha tsy ny alahady 8 oktobra 2017 ny “phase 2”

Fandaharan-dalao andro voalohany 29 septambra 2017 :

Mahajanga : 11:00-Hzam # Ussk ; 13:00-Fc Maeva # Cnaps Sport ;  15:00-Ajesaia # Varatraza

Fianarantsoa : 11:00-Elgeco Plus # Top Dom ; 13:00-Zanak’ala Fc # Cosfa ; Rts Jet Mada # Fc Angele

 

Ntsoavina Evariste

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Haify mampihavanaNatao hanandratana ny sakafo vita Malagasy

Hanolotra sakafo malagasy azon’ny rehetra jifaina eny amin’ny kianjan’Andohalo manomboka ny sabotsy ho avy izao ny fikambanana WTA ao anatin’ilay hetsika : “Haify Mampihavana”andiany fahefatra.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Fitokonan’ny FitsaranaMandrahona hisambotra ny fanjakana

Tsy resa-be intsony fa raikitra ilay fitokonana faobe mandritra ny fotoana tsy voafetra hotanterahin’ny sendikan’ny mpitsara (SMM) sy mpiraki-draharaha (SGM) manerana ny Nosy.

 Hikatona avokoa, araka izany, ny Fitsarana rehetra eto Madagasikara ka tsy hisy na dia ny “service minimum” aza, hoy ny filohan’ny mpiraki-draharaha Randriambololona Haja. Ekena, hoy izy, fa nisy ny fampiantsoan’ny minisitry ny fitsarana  anay ny alatsinainy hariva teo.  Somary nanahirana anefa ny zava-nitranga satria dia nisy ny fampitahorana sy fandrahonana an-kolaka anay mba tsy hitokona. Nohazavaina  taminay  fa zonay  ny mitokona nefa tsy zonay ihany koa raha tsy voafetra  ny fotoana hanatanterahana izany izay notsindriany manokana fa tadiavin’ny Fitsarana havadika amin’ny endrika fisamborana. Misy amin’ireo mpitsara any amin’ny faritra no nahazo fandrahonana mba tsy hitokona, hoy ny avy ao amin’ny SMM omaly Na izany aza anefa, hoy ireo mpitsara sy mpiraki-draharahan’ny fitsarana dia tsy hihemotra izahay, indrindra raha tsy mbola tonga eo am-pelatananay ilay “versement” efa notakianay tamin’ny fanjakana hatramin’izay. Ny filohan’ny sendikan’ny mpitsara (SMM) Fanirisoa Ernaivo dia efa nanamarika ihany koa fa ampy izay ny fampanantenana fa mila zavatra azo tsapain-tanana, ka rehhefa tsy mbola misy io zavatra tanterahana avy hatrany io dia mitohy foana ny fitokonana.Nandamoka hatrany ny fifampidinihana nifanaovana tamin’ny minisiteran’ny fitsarana nanomboka ny volana jolay ka hatramin’izao septambra izao. Nisy moa ny fivoriana farany notanterahin’izy ireo omaly hariva nentina nandinihina ireo karazana paikady hitondrana ny fitokonana hanomboka anio alarobia.

Nanao fanambarana omaly hariva ny sekretera jeneralin’ny ministeran’ny fitsarana Razafinjatovo Honoré Parfait ka nanentana ireo mpitsara manerana ny nosy mba hiasa tahaka ny isan’andro ary niantso ireo lehibe eny anivon’ny fitsarana mba handray andraikitra ihany koa.Mamotika firenena ny fitokonana hoy izy ary miteraka fahasahiranana ho an’ny vahoaka ihany koa.

Pati

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanIzao vao taitra

Miarahaba anareo hatrany ry Jean a ! Tena nisaiko rangahy ny teny hoe “manomana paikady” voalazanareo nandritr’izay 4 taona izay fa tsy arako intsony fa savolaina tanteraka aho nanisa azy aa! Izao ve rangahy ianareo vao taitra hoe ity ilay izy le !

 Zavatra efa naroson’ny olona tamin’ny 2 taona lasa ihany kay ity tatatatainareo mandrebireby vahoaka ity. Tamin’izany io paikady narosonareo io ry Jean no mety nahomby fa tsy izao intsony a ! Efa nitombo ny faharavana. Kivy be mihitsy aho aminareo. Ny vola azonareo tany amin-dry mena sofina sy ry kely maso ary ry bemainty sy ny tariny anefa izao angamba nipoapoaka mihitsy. Toy ireny hoe hamita ny tranoben’i Babela tamin’ny fotoan’androny ireny.  Arakay daholo anie ny ao ambadikareo ao e ! Raha ny vola azonareo tany angamba dia efa na ny hanamboarana fiaramanidina ara-bakiteny aza angamba vita. Ianareo ireto koa ary sao dia manana kandida amin’ny 2018 koa dia eo no mody manambitamby eo ? Izay fa tsss ! Veloma !

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Tolojanahary Maharavo« Mibaribary ny hagegen’ny fitondrana »

Nivoaka tamin’ny fahanginany indray ny filohan’ny vovonana politika Dinika ho an’ny fanavotam-pirenena na DFP,

 Tolojanahary Maharavo na Doudou, omaly rehefa tsy henoheno noho ny antony ara-pahasalamana. Manoloana ny tsikera mandeha fa toa ny praiminisitra hatrany no kendreny amin’ireo tsikera ataony dia nanamafy ny tenany fa efa tamin’ny taona 2016 tamin’ny alalan’ny Afo sendikaly no efa nitsipaka ny fanendrena ny praiminisitra Mahafaly Solonandrasana ho ao anaty fitondrana ny tenany. Ity praiminisitra ity moa izay sady mitana ny toerana maha minisitry ny atitany izay nambaran’i Doudou fa isan’ny ivon’ny kolikoly sy ny fanodinkodinan-tsenam-panjakana teto amin’ny firenena. Mibaribary ankehitriny, hoy izy, ny hagegen’ny fitondram-panjakana ary ny dinika mialoha ny fifidianana izay takian’ny rehetra amin’izao fotoana dia efa notakiana tamin’ny nanangana ny DFP tamin’ny jona 2016. Aty amin’ny volana septambra 2017 dia io fa mangataka izany ny vondrona eoropeanina vao taitra daholo. Rehefa vahiny izany no miteny dia marina fa rehefa malagasy dia fokafokaina. Rehefa tsy mahomby, hoy ny tenany, ny mpitondra dia ny governemanta no tokony hiala voalohany. Toy izany no fomba amin’ny tany demokratika fa tsy ny fanonganana filoham-pirenena no tokony hahamaika.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanovana LalàmpanorenanaFandaniam-bola sy fampiesonana

Mbola miteraka adihevitra etsy sy eroa hatramin’izao ilay fanirian’ny fitondrana HVM hanitsy ny lalampanorenana, ka voaresaka manokana ny fikitihana ilay andininy faha-46 momba ny fe-potoana tsy maintsy hametraham-pialan’ilay filoha am-perinasa raha toa ka kandida izy.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fifidianana 2018Miketrika mafy Rajoelina sy ny ekipany

Samy manana ny paikadiny ireo mpanao politika tsirairay avy amin’ny fiatrehana ny fifidianana filoham-pirenena amin’ny 2018. Ao ireo efa nanambara ny maha kandida azy hatry ny ela tahaka an’i Marc Ravalomanana

 RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fiziriziriana hikitika lalàmpanorenanaHandray fepetra ny fiarahamonim-pirenena

Nanao fanambarana miaraka omaly ny fiombonamben’ireo fiarahamonim-pirenena na ny OSCs izay mivondrona ao anatin’ny hetsika Rohy sy ireo mpiara-miombon’antoka aminy dia ny Transparency international sy ny sehatra tsy miankina Ivorary.

Manohitra daholo

Ny mpanohana ny fitondrana ihany sisa no manohana io fikitihana ny lalàmpanorenana io, hoy ny OSCs satria efa samy mahita ny rehetra fa tsy azo atao an-kamehana izany. Nanamarika moa ny avy eo anivon’ny rohy fa an’arivony izy ireo ary mahatoky fa hendry ny mpitondra ka tsy hikiribiby amina zavatra efa hita fa hiteraka krizy vaovao. Fikambanana miisa 75 no ao anatin’ny rohy ary miampy ireo mpiara-miombon’antoka aminy. Nilaza izy ireo fa hisy ny fepetra horaisina raha toa ka miziriziry ny fitondrana.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Yang Xiaorong –masoivohon’i Sina« Mila fitoniana i Madagasikara raha te handroso »

Taorian’ny lehiben’ny vondrona eoropeanina dia masoivoho vahiny faharoa nilaza ny heviny momba ny raharaham-pirenena eto Madagasikara tamin’ity herinandro ity ny masoivohon’i Sina monina sy miasa eto amintsika Ramatoa Yang Xiaorong.

Légende:Rtoa Yang Xiaorong, masoivoho Sinoa eto Madagasikara

RTT

 

Tia Tanindranaza0 partages

Leader FaniloNy filoha vaovao no manova ny lalàmpanorenana

Mitsipaka ny fikitiana ny lalàmpanorenan’ny Repoblika faha-4 ankehitriny io izahay, hoy ny antoko Leader Fanilo tarihan’Atoa Rabesa Zafera Antoine miaraka amin-dry Lalaina Berthnès sy Randrianambinina Alphonse.

 

Aleo aloha hotontosaina amin’io ny fifidianana ho filoham-pirenena Malagasy vaovao mety hatao amin’ny taona 2018, hoy izy ireo,  mba tsy hiteraka savorovoro. Andraikitr’izay filoha  ho lany eo ny manova an’io raha misy ilana azy any aoriana.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitokonan’ny FitsaranaMandrahona hisambotra ny fanjakana

Tsy resa-be intsony fa raikitra ilay fitokonana faobe mandritra ny fotoana tsy voafetra hotanterahin’ny sendikan’ny mpitsara (SMM) sy mpiraki-draharaha (SGM) manerana ny Nosy.

 Hikatona avokoa, araka izany, ny Fitsarana rehetra eto Madagasikara ka tsy hisy na dia ny “service minimum” aza, hoy ny filohan’ny mpiraki-draharaha Randriambololona Haja. Ekena, hoy izy, fa nisy ny fampiantsoan’ny minisitry ny fitsarana  anay ny alatsinainy hariva teo.  Somary nanahirana anefa ny zava-nitranga satria dia nisy ny fampitahorana sy fandrahonana an-kolaka anay mba tsy hitokona. Nohazavaina  taminay  fa zonay  ny mitokona nefa tsy zonay ihany koa raha tsy voafetra  ny fotoana hanatanterahana izany izay notsindriany manokana fa tadiavin’ny Fitsarana havadika amin’ny endrika fisamborana. Misy amin’ireo mpitsara any amin’ny faritra no nahazo fandrahonana mba tsy hitokona, hoy ny avy ao amin’ny SMM omaly Na izany aza anefa, hoy ireo mpitsara sy mpiraki-draharahan’ny fitsarana dia tsy hihemotra izahay, indrindra raha tsy mbola tonga eo am-pelatananay ilay “versement” efa notakianay tamin’ny fanjakana hatramin’izay. Ny filohan’ny sendikan’ny mpitsara (SMM) Fanirisoa Ernaivo dia efa nanamarika ihany koa fa ampy izay ny fampanantenana fa mila zavatra azo tsapain-tanana, ka rehhefa tsy mbola misy io zavatra tanterahana avy hatrany io dia mitohy foana ny fitokonana.Nandamoka hatrany ny fifampidinihana nifanaovana tamin’ny minisiteran’ny fitsarana nanomboka ny volana jolay ka hatramin’izao septambra izao. Nisy moa ny fivoriana farany notanterahin’izy ireo omaly hariva nentina nandinihina ireo karazana paikady hitondrana ny fitokonana hanomboka anio alarobia.

Nanao fanambarana omaly hariva ny sekretera jeneralin’ny ministeran’ny fitsarana Razafinjatovo Honoré Parfait ka nanentana ireo mpitsara manerana ny nosy mba hiasa tahaka ny isan’andro ary niantso ireo lehibe eny anivon’ny fitsarana mba handray andraikitra ihany koa.Mamotika firenena ny fitokonana hoy izy ary miteraka fahasahiranana ho an’ny vahoaka ihany koa.

Pati

L'express de Madagascar0 partages

Rapt d’Annie et Arnaud – Les cerveaux en liberté, des preuves disparues

Le deuxième jour d’audience pour le double rapt meurtrier à Toamasina a été riche en révélations. Des armes du crime ont disparu et des commanditaires ont recouvré la liberté.

Une audience qui ouvre la boîte de Pandore. Le procès, sur le rapt d’Arnaud Ramiliarison et de sa sœur Annie, s’est poursuivi, hier, au palais du tribunal à Anosy. Après avoir entendu les trente-trois accusés, lundi et hier matin, la cour a procédé aux auditions de la partie civile, dont les parents des deux adolescents enlevés. L’un des avocats des victimes n’a pas mâché ses mots. N’y allant pas de main morte, il a soulevé que les armes du crime, censées faire office de pièces à conviction, ont disparu. En effet, le procès-verbal établi par la police fait état de quatre Kalach­nikov saisis, avec une centaine de munitions ainsi que des grenades offensives. Mais les armes en question n’ont pas été présentées. De surcroît, seuls les larbins semblent avoir attendu leur procès en prison, contrairement aux grands manitous.Lors du 2e jour d’audience, le juge Jackie Ernest Rabehaja a, une fois de plus, manqué à l’appel. D’autres têtes pensantes de ce réseau de kidnappeurs ont, eux aussi, déserté le tribunal, hier. Il s’agit de Ravola, celui qui s’est chargé de menacer la famille des victimes et de réclamer la rançon, ainsi que de Marcellin, l’un des auteurs de l’enlèvement, dissimulé derrière une cagoule au moment des faits.

Quatre millions d’eurosEnfin, des zones d’ombre autour du  multirécidiviste alias Fredo, censé être enprison pour cette affaire mais abattu par la police à Toamasina pour un autre acte de banditisme, ont compliqué la tâche des juges et des accesseurs. Huit femmes et vingt-cinq hommes étaient, pour leur part, aux bancs des accusés, défendus par une escouade d’avocats dont certains sont commis d’office. En face, une demi-douzaine d’avocats ont fait front commun pour défendre les intérêts des familles des victimes.Les séquelles sont encore très présentes pour la mère d’Annie, après l’exécution atroce de sa fillette. En effet, la dernière a été souillée puis tuée, avant que sa dépouille ne soit jetée par ses bourreaux. « Quatre millions d’euros de dommages et intérêts ne seraient que trop justes. Certes, l’argent ne me rendra pas ma fille, mais ce n’est rien face à sa mort et au calvaire que nous avons enduré », confie la mère de famille.L’intervention d’Arlan Ramiliarison a suscité des murmures dans la salle. Dans son allocution, le père du captif a martelé que l’enlèvement des deux enfants relève d’un business criminel qui n’a rien à voir avec une quelconque affaire de bois de rose. Insistant farouchement sur ce point, l’opérateur économique a clamé haut et fort qu’il n’était touché, ni de près ni de loin, par un prétendu déplacement à Singapour s’inscrivant dans le cadre d’un procès sur une saisie de rondins. Comme l’avaient publié deux quotidiens, en décembre 2015.Cet incident est survenu alors que la captivité des deux jeunes a duré environ un mois. N’ayant pas passé l’éponge sur cette affaire, le père du lycéen a poursuivi pour diffamation et diffusion de fausses nouvelles, trois journalistes des journaux Malaza et Zay Zany. Il a réclamé cent millions d’ariary de dommages et intérêts qui ont été revus au centième, soit un milliond’ariary, lorsque la cour correctionnelle d’Antanana­rivo a prononcé son jugement, au mois de juin. La deuxième demi-journée de l’audience s’est achevée aux alentours de 17 heures. Elle est prévue se poursuivre, ce jour, malgré l’annonce de grève des magistrats.L’enlèvement a été perpétré le 21 novembre 2015, lorsque les deux adolescents allaient se rendre à leurs écoles. Les kidnappeurs ont tendu un guet-apens à la sortie du pont à Antanambao Verrerie. Ils ont bloqué la voie avec une camionnette de marque Peugeot 404.

Seth Andriamarohasina

L'express de Madagascar0 partages

Élection présidentielle – Une profusion de candidatures en perspective

Les électeurs pourraient avoir l’embarras du choix lors de l’élection présidentielle. Les prétendants à la magistrature suprême s’annoncent aussi nombreux que divers.

Ruée. À l’instar de la présidentielle de 2013, celle de 2018 pourrait voir une profusion de candidats s’aligner à la ligne de départ. À un peu plus d’un an avant la période prévue pour le scrutin, certains prétendants à la magistrature suprême, annoncés ou pressentis, pourraient par ailleurs donner un certain folkore à la joute électorale.Si Hery Rajaonarimam­pianina, actuel président de la République veut faire durer le suspens sur sa candidature ou non pour briguer un second mandat, l’ancien chef d’État, qu’est Marc Ravalo­manana a déjà affirmé ses prétentions depuis 2014. Dès son retour d’exil, le fondateur de l’empire Tiko a endossé la casaque du candidat pour réemménager au palais d’État d’Iavoloha. Bien que silencieux depuis plusieurs mois, Andry Rajoelina, ancien président de la Transition, a, lui aussi, déjà donné rendez-vous à ses ouailles pour l’élec­tion de 2018.Outre ces anciens chefs d’État, Eliana Bezaza, secrétaire nationale du Parti social démocrate (PSD) fait également partie des personnalités à avoir affirmé publiquement sa candidature à la magistrature suprême. Une déclaration publique que le pasteur Mailhol, chef de file de l’église de l’apocalypse, a également déjà faite. Si l’on en croit certaines informations qui circulent, il ne devrait pas être le seul maître à penser d’une congrégation religieuse en lice pour 2018. Le Kohen Rivolala, à la tête d’un courant judaïque, s’alignerait aussi à la ligne de départ de la présidentielle.

ComebackOutre les leaders spirituels, des artistes auraient également des prétentions présidentielles. Eliane Virginie Bezara, plus connue sous son nom de scène Ninie Donia, aurait l’intention d’être candidate, tout comme, Fiyah Fialofa. Cette dernière s’est fait un nom dans le monde de la musique grâce à un titre zook. Si certaines candidatures pourraient paraître fantasques, pour d’autres, la présidentielle de 2018 semble être l’occasion choisie pour faire un comeback tonitruant dans l’arène politique.La candidature pressentie de Tantely Andrianarivo, ancien Premier ministre de Didier Ratsiraka, ancien président, aurait fait grand bruit dans les chaumières politiques. En réaction, vraisemblablement, des personnalités traditionnelles d’Ambositra, ont appelé son frère, le député Ihary Andrianarivo, à se présenter à la magistrature suprême. Le nom d’Orlando Raobimanana, ancien directeur général du trésor public, circule également depuis plusieurs mois, parmi les candidats pressentis à être le nouveau locataire d’Iavoloha, à l’issue du scrutin de 2018.Jean Omer Beriziky, ancien Premier ministre de la Transition, lui aussi, aurait des idées de candidature à la présidentielle. Les bruits de couloir indiquent, par ailleurs, que l’ancien président Ratsiraka serait à la recherche d’un poulain pour porter les couleurs du parti de l’Avant-garde pour la rénovation de Madagascar (Arema). Un ancien lieutenant de Didier Ratsiraka, à savoir José Andrianoelison, le plus jeune de ses minis­tres à l’époque, aurait également une visée présidentielle.De retour à Madagascar il y a quelques mois, l’ancien benjamin du gouvernement de la deuxième République s’affiche souvent dans la presse, pour y faire part de son point de vue sur la situation de la nation. Par le biais d’un communiqué de presse, lundi, le Cercle de réflexion pour l’avenir de Madagascar (CRAM) a annoncé la création d’une entité nommée Front patriotique pour la reconstruction de Madagascar (FPRM).Ce Front aurait, selon la missive, l’intention de présenter un candidat à la présidentielle. « Une personne nouvelle », affirme le communiqué. À l’issue d’une concertation nationale qu’elle a organisée samedi à Antani­narenina, une organisation politique du nom de Olona hasin’ny tany a plaidé pour que désormais, le pouvoir ne soit plus placé entre les mains d’amateurs politiques, mais dans celles de personnes s’étant préparées à diriger le pays.

Garry Fabrice Ranaivoson

L'express de Madagascar0 partages

Art culinaire – « Haify Mampihavana » prêt à faire saliver 

« Haify Mampihavana » rendra, une nouvelle fois, hommage à l’excellence de la cuisine malgache et à ses valeurs. Il s’agira d’un événement de fêtes, de partage et de convivialité.

Les omnivores seront servis. L’association des Femmes œuvrant pour le développement du Tourisme Malgache, Women Tourism Association for Madagascar (WTAM), organise, pour la quatrième année consécutive, l’évènement de la gastronomie « Haify Mampihavana» les 30 septembre et 1er octobre  au Jardin historique d’Andohalo.Deux jours de fête culinaire et gastronomique pendant lesquels quarante exposants vont faire saliver près de quinze mille visiteurs avec des mets et des plats typiquement malgaches. Une belle découverte pour le public, qui pourra goûter à ces spécialités culinaires de toutes les régions de la Grande île.Cet événement convivial et festif, dont l’invité d’honneur est, cette année, la cuisine espagnole avec le Chef Père Nacarino et Emilio Yepes Rios qui partageront leurs arômes et traditions gastronomiques et mettront en lumière le savoir-faire espagnol. « Pour cette quatrième édition, l’Espagne sera l’invité spécial et ce,  grâce à son ambassade et sa diaspora. Le public pourra ainsi déguster ses mets traditionnels qui présentent de nombreuses similitudes avec les plats locaux tels que le riz, le manioc, les patates… Mais il sera, avant tout question de promouvoir la richesse et les couleurs de la gastronomie malgache dans une ambiance, tout ce qu’il y a de plus conviviale », affirme Irène Andreas présidente à  du WTAM. Les visiteurs s’offriront donc un véritable tour de saveurs.Comme son nom l’indique, le salon « Haify Mampihavana » veut réconcilier les Malgaches avec les plats typiquement malgaches. Et par la même occasion faire découvrir aux touristes la richesse gastronomique du pays. Comme chaque édition, le traditionnel « Tsikonina » sera encore au rendez-vous pour cette année. Il verra la participation de cent cinquante enfants issus d’élèves des Écoles Primaires Publiques et des écoles privées d’Antana­narivo, finalistes des concours organisés par la municipalité, durant le mois de juin dernier.

Sitraka Rakotobe

L'express de Madagascar0 partages

Basket-Ball – CCCOI – BCM et Fandrefiala cartonnent

Le top 8 commence à se dessiner au bout de quatre jours de compétition. BCM et Fandrefiala demeurent invaincus.

En roue libre. La Coupe des Clubs Cham­pions de l’océan Indien (CCCOI), qui a entamé la quatrième journée hier au Palais des sports de Maha­masina a livré des résultats sans surprise.Chez les hommes, on a assisté à une véritable démonstration de force de la part du BCM Mayotte de l’expatrié malgache, Charles Rabekoto alias Dagué. Après avoir réussi à se défaire de l’équipe de la GNBC lundi, l’équipe du BCM Mayotte a enregistré un nouveau succès face au Premium Cobra des Seychelles, sur le score de 92 à 53. Une assez large victoire de l’équipe mahoraise, qui la propulse en tête du groupe A, après trois succès de suite.Après cette prestation, l’équipe du BCM Mayotte s’annonce comme un des premiers prétendants au titre régional. Le COSPN, quant à lui, s’est offert une victoire logique devant les Comoriens de l’USONI, par 89 à 62.Dans le groupe B, Beau­vallon Seychelles a réussi à dominer les Mahorais du TCO sur le score de 86 à 69. Chez les dames, la rencontre phare de la journée d’hier a opposé le Fandrefiala au MB2ALL. Et comme il fallait s’y attendre, le spectacle a été au rendez-vous. Se rendant coup pour coup, c’est durant le dernier quart temps que l’équipe du Fandrefiala a pu boucler la rencontre par 70 à 60.

Grande affichePour le Tamifa, troisième équipe malgache en lice dans cette CCCOI, le succès a été au rendez-vous. Elle s’est imposée devant les Seychel­loises du BC Challenge sur le score de 60 à 50.La suite de la CCCOI de ce jour s’annonce très intéressante. On verra de nouveau l’équipe de l’Ascut à l’œuvre, confrontée au TCO Mayotte.L’autre grande affiche sera le choc entre le Real de Maurice et Beau Vallon des Seychelles. On n’oubliera pas non plus de citer la rencontre BCM Mayotte face au COSPN.Un match où l’on pourrait voir vraiment le véritable potentiel de l’équipe de Dagué, qui aura à prouver sa régularité dans la performance en entamant la quatrième rencontre au bout de cinq jours de compétition.

Programme

08h D : TAMIFA (Mada) vs MB2ALL (Mada)10h H: REAL BASKET BALL (Maurice) vs BEAU VALLON (Seychelles)12h D: FANDREFIALA (Mada) vs BCM (Mayottes)14h H: PREMIUM COBRAS (Seychelles) vs GNBC (Mada)16h H: BCM (Mayottes) vs COSPN (Mada)18h H: ASCUT (Mada) vs TCO (Mayottes)

Dina Razafimahatratra

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Championnats d’Afrique U14 – Toky et Lanja en quarts de finale

Décisifs. Toky Ranaivo et Lanja Rakotozandriny ont marqué la deuxième journée des championnats d’Afrique U14 d’hier, qui se jouent sur les courts de l’hôtel El Solaimaneyah Resort en Egypte.Évoluant ensemble en double, les deux compères se sont imposés à l’aise face à la paire égyptienne composée de Youssef Sadek et d’Ibrahim Karim, en deux petits sets (6/2, 6/2). Une rencontre qui témoigne bien de l’affinité entre ces deux garçons, qui ont eu une dizaine de rencontres internationales depuis la moitié de l’année 2016 jusqu’à ces championnats d’Afrique.En quarts de finale, ils auront à affronter la paire sud africaine Connor Kruger et Andreas Scott. Des adversaires qu’ils avaient déjà battus durant le championnat d’Afrique australe à Windhoek, en Namibie au mois de janvier.L’autre paire malgache, Fenosoa Rasendra-Sampras Rakotondrainibe, quant à elle, n’était pas si loin de la qualification. Ces derniers se sont inclinés 2/6, 7/5, 5/10 contre le Namibien Connor Van Schalkwyk et le Zimbabwéen Ethan Sibanda.« Il y a une très bonne complicité en double entre Toky Ranaivo et Lanja Rakoto­zandriny, mais aussi une remarquable complémentarité. Avec ces atouts, ils peuvent faire un très bon parcours durant ces cham­pionnats d’Afrique. On reste confiants », estime Harivony Andrianafetra, entraineur de la délégation malgache.Toujours en double, les sœurs Ranaivo, Mialy et Narindra elles aussi se sont qualifiées en quarts de finale, après une victoire sur les Kenyanes Nicole Agufana et Cynthia Cheruto en trois sets (6/0, 3/6, 10/2). Elles joueront ce jour contre les Sud africaines Christine Kruger et Naledi Manyube.Dans l’épreuve du simple, Lanja Rakotozandriny a dû s’incliner au premier tour devant l’Égyptien Youssel Sadek, tête de série numéro six du tournoi (1/6, 3/6). Ce dernier l’avait déjà surclassé durant les cham­pionnats d’Afrique U14 sur terre battue, au mois de mars à Pretoria.Aujourd’hui, Toky Ranai­vo, en simple, affrontera en huitièmes de finale le Tunisien Zribi Mohamed Rayan, tombeur par abandon (6/3, 4/2) du Camerounais Paul Wamba, pensionnaire du centre de la fédération internationale de tennis de Nairobi. Pour sa part, Narindra Ranaivo s’opposera à l’Egyptienne Zeina Shaban.

D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Vie de parti – L’ADN responsabilise la communauté locale

Le parti Antoka sy Dinan’ny Nosy-Arche de la Nation, traduit ses engagements en actions. En particulier, celles ayant trait à l’environnement.

Des déclarations aux actions. Edgard Razafindravahy a présidé un atelier sur l’environnement lors du Congrès de l’International Libéral, à Andorre. Les résolutions prises ont été recueillies dans un « Manifesto », un véritable fil conducteur de tous les partis libéraux du monde entier. En droite ligne avec les principes de ce document, le parti a mis en place le concept « Écolobus ». Il s’agit d’un projet itinérant visant à promouvoir des éco-gestes et des éco-responsabilités.Fidèle à ses principes, notamment celle de la proximité, le parti ADN s’est déployé, hier sur la RN2. Il s’agit de ramasser les sachets plastiques dans trois localités, à savoir Ambohi­mangakely, Ambohimalaza et Nandihizana Carion. Avec cette action, l’ADN envoie un message fort aux consommateurs ainsi qu’aux riverains de la RN2 : la prise de responsabilité à travers de petites actions faisables, ne nécessitant pas de financement conséquent, mais qui apportent un mieux-être visible et immédiat.

Le concept « Écolobus » mis en place marche bien.

À cœur ouvertEn parallèle, une approche particulière a été menée à Ambohimalaza en faisant appel à la responsabilisation des enfants, citoyens de demain, à travers un concours de dessin sur la protection de l’environnement. Il faut à la fois éveiller la créativité des enfants et les promouvoir en ambassadeurs de la protection de l’environnement, comme l’a été Edgard Razafindravahy lors du Congrès des partis libéraux à Andorre.En pareilles occasions, l’ADN ne manque pas d’échanger avec la population sur la vie de la Nation. À cœur ouvert, les habitants de ces trois localités ont évoqué sans retenue les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien. À travers l’expression de leur lassitude, l’idée de la nécessité de la refondation de la Nation grâce au « Federalisma sahaza » est souvent évoquée. Une idée partagée par le parti ADN.Les débats politiques portent actuellement sur la présidentielle et la révision de la Constitution. Le parti ADN sort du lot en menant des actions concrètes avec un argument selon lequel les problèmes locaux peuvent être résolus localement. Cela rejoint, par ailleurs, l’éducation pour et par tous, véhiculée à travers l’École de la vie « Sekoly ambony ho an’ny vahoaka », promu dans le « Federalisma sahaza » du parti ADN.

Andry Rialintsalama

L'express de Madagascar0 partages

Les gardiennes des Douze idoles sacrées

Dans le Rova d’Antananarivo, il existe plusieurs enceintes ou quartiers. À côté de Besàkana se trouve Voahangy, Bevato et Bado, cette dernière située avec précision au coin des volailles (S-E de l’enceinte). Mahitsielafanjaka en marque la limite N. D’après Vincent Belrose Huygues, les « Tantara » de Callet laissent entendre que la fonction des épouses royales n’est pas tant d’assurer la descendance du souverain que de surveiller (mitandrina) les talismans et palladiums royaux qui étaient déposés dans leur case et de symboliser les « Douze saintes idoles ». Le palladium le plus important, Manjakatsiroa, est placé à Mahitsielafanjaka au N, tandis que Kelimalaza et Rafantaka se trouvent l’une au N, l’autre à l’extérieur du Rova, à l’O.Aux enceintes réservées à l’habitation s’ajoutent divers enclos, à commencer par le Kianja (grande cour). À Ambohimanga, c’est une place sainte dans l’enceinte de Mahandrihono à l’O de la maison sainte; à Antananarivo, elle se situe à l’O de Masoandro et à l’E de Besàkana et au S de la Tranomasina, c’est-à-dire dans la cour des femmes. « En réalité, elle appartenait au Rova d’Andrianjaka entre Masoandro et Besàkana » (Vincent Belrose Huygues, lire précédentes notes).Andrianampoinimerina, en construisant son propre Rova au N de celui d’Andrianjaka, introduit une plus grande complexité des cérémonies et sacrifices, sous l’influence des astrologues antemoro. Chaque « lieu de culte », c’est-à-dire chacune des maisons des douze épouses et les demeures des idoles, possède son Kianja avec sa pierre de sacrifice. « Selon le jour, le devin indique tel ou tel coin du Rova pour le sacrifice, alors que sous Andrianjaka, on faisait tous les sacrifices à l’E. »Second élément non réservé à l’habitation : le « Fahimasina ». À Ambohimanga, le parc à bœufs sacrés se trouve dans l’enceinte royale, à l’ouest du Kianja (les bœufs allant de l’ouest vers l’est pour le sacrifice). À Antanana-rivo, « Andria-nampoinimerina avait construit deux parcs à bœufs, l’un Menalefona se trouve près de Kelisoa : là est enfermé son taureau appelé Menalefona ; l’autre parc est Ampahibe, à l’O de Besàkana : là sont enfermés les bœufs sikidy et les vaches laitières » (père Callet).Menalefona ne convient pas à la définition du « Fahimasina », mais il témoigne encore une fois de l’importance « de la symbolique et de la pratique astrologique sous Andrianampoinimerina ». L’enclos est situé au N-E du Rova. « C’est le coin réservé au destin Alahamady, destin puissant choisi par les souverains. Or le signe d’Alahamady est le taureau. Si l’on ajoute que Mena (rouge) ets la couleur du souverain et que lefona (lance ; sagaie) est un insigne honorifique, on découvre toute la symbolique à qui s’attache à la moindre dénomination de la moindre construction du Rova.» Le vrai parc à bœufs «c’est Ampahibe dont la localisation remonte à Andrianjaka, au coin S-O et peut-être à l’extérieur de l’enceinte royale » (Belrose Huygues).Troisième élément cité par Coppalle (« Voyage à l’intérieur de Madagascar et à la capitale du roi Radama », Bulletin de l’Académie malgache, 1909-1910) : « Dans l’O du palais est une petite cour plantée d’arbres. C’est là que se rend la justice. » Les « Tantara » n’en font pas mention, indique Belrose Huygues, mais l’iconographie la plus ancienne, en 1862, en révèle la présence à l’emplacement des « ficus royaux ».Toutefois, le père Callet signale l’existence d’un « lapa » Tsarazoky où l’on rend la justice à l’intérieur du Rova et qui est démoli par Ranavalona Ire. Il mentionne aussi un autre Tsarazoky, à l’O de Masoandro, demeure du devin Ramiangaly.Andrianampoinimerina installe enfin deux tribunaux suprêmes à Ambohimanga et Antananarivo, mais ils ne siègent pas en permanence. Celui d’Antananarivo se réunit à Tsarazoky, libéré pour la circonstance, et c’est certainement sous Radama qu’un tribunal permanent est installé à l’O de l’enceinte à l’abri des arbres.

Texte : Pela Ravalitera - Photo : Agence nationale Taratra

L'express de Madagascar0 partages

Vacances numériques – Les meilleurs chatbots récompensés

Les organisateurs de l’évènement « Vacances numériques » ont récompensé les meilleurs bots pour l’application Messenger de Facebook. Parmi eux figurent Gifter Bot, et Alfred Bot.

Rideau sur les vacances numériques. Cet évènement initié par le ministère des Postes, des télécommunications et du développement numérique avec le soutien de la société Orange Madagascar a été un franc succès, surtout auprès des jeunes. Le concours Challenge Bot sur Messenger a, par exemple, connu un grand engouement des jeunes développeurs. Ils étaient ainsi invités à créer des robots informatiques pour l’application de discussion en ligne Messenger du plus grand réseau social Facebook. Les trois meilleurs « bots » ont été récompensés, vendredi dernier.L’idée ne manque pas à ces jeunes développeurs. Gifter Bot, par exemple, permet de transformer facilement une phrase en un joli mini-poster animé (GIF), qui pourra être ensuite partagé par l’intermédiaire de Messenger. Il est accessible via http://m.me/gifterbot, ou en envoyant un message à http://facebook.com/gifterbot.Pour cela, il suffit juste de taper « Create Gif », ou sélectionner l’option « Create Gif / Créer Gif » depuis le menu du Bot. Il est demandé à l’utilisateur d’écrire sa phrase, et tadaaaa… une jolie Gif animée est générée. L’utilisateur pourra ensuite changer le design du poster parmi une dizaine de choix. Il pourra aussi partager le Gif avec Messenger, en utilisant le bouton d’image de l’application Messenger.Gifter Bot était finaliste du concours panafricain « Bots for Messenger Challenge » dans la catégorie « Gaming and Entertainment ».

Deux des meilleurs robots informatiques, Albert Bot et Gifter Bot.

Côté funL’autre robot qui a séduit le jury est Alfred Bot. Les concepteurs de ce chatbot voulaient simplifier la vie quotidienne de ses utilisateurs en proposant des astuces ou des réponses à certains problèmes. C’est un bot multifonction qui joue le rôle d’un assistant personnel, d’ailleurs son nom est inspiré d’Alfred Pennywoth, le majordome de Batman.Alfred Bot fournit plusieurs services à ses utilisateurs, comme des actualités quotidiennes, la météo, des itinéraires, la recherche d’un lieu, la traduction dans neuf langues y compris le malgache, une encyclopédie,   pense-bête avec alarme, la recherche de vidéo ou d’image, des filtres pour vos photos, une reconnaissance de musique à la shazam, des paroles et accords de guitare de vos chansons, ainsi qu’une recherche de solutions à des problèmes de développement (stackoverflow). En outre, il a aussi un côté fun, il a quelques blagues et devinettes à vous raconter. Il a été conçu par trois étudiants de l’École nationale d’informatique de Fianarantsoa dont Hasina Mampianina Andrianantenaina, Avotra Fitia Harimamy Mandimbisoa et Natolonampoina Rakotondrainibe.Voici le lien du bot : http://m.me/AlfredBotAi, sa page Facebook : http://facebook.com/AlfredBotAi, et une vidéo de démonstration : https://youtu.be/n5pBijn56I0

Textes : Lova Rafidiarisoa Photos : FourniesPage réalisée en collaboration avec Orange Madagascar

L'express de Madagascar0 partages

Concert – Caylah and Men, de la poésie  sur de la musique…pas si tendre

Le groupe Caylah and Men sera au grand complet pour le prochain concert au No Comment Bar à Isoraka ce jeudi à partir de 20 heures. La slameuse Caylah entourée des musiciens Miora Rabarisoa à la guitare, Éric Rasoamiara­manana à la batterie, Andrianantenanina Andrian­tiana à la trompette et Rybota Ramalajaona à la basse, mêleront slam et poésie avec des textes engagés dans le monde du spoken word, et laisseront sortir un mélange psychédélique qui met en relief un état d’esprit ardent, prêt à changer le monde. Telle une femme-guerrière de son temps, la slameuse Caylah a du cran. Elle n’hésite pas à crever l’abcès social avec ses mots qui portent à réflexion. Avec Caylah and Men, la poésie n’est pas seulement à l’eau de rose. L’artiste féministe et engagée brise le silence sur la violence infligée aux femmes, relate des cas sociaux touchants, en plus des mélodies du bonheur. « L’ambiance sera au rendez-vous, tous les membres de Caylah and Men sont là pour rendre cette soirée d’inauguration exceptionnelle », nous rassure la belle slameuse Caylah.Caylah s’est faite connaître du grand public en 2015 grâce à son vidéo « Madagascar » qui a fait le buzz sur le net. Elle a pu dénoncer dans le Journal Afrique sur TV5 Monde le tabou des violences conjugales faites aux femmes à Madagascar. Actuellement, elle anime des ateliers de slamothérapie auprès des associations. Un concept qu’elle a créé, il y a quelques années et qui repose sur sa devise, celle de soigner les maux par les mots.

Ricky Ramanan

L'express de Madagascar0 partages

Football – Barea – Deux matches amicaux en octobre

Les Barea de Madagascar vont reprendre du service pour le début du mois d’octobre. Deux matches amicaux figurent dans leur calendrier. On attend encore la confirmation officielle pour l’instant, qui ne devrait plus tarder.Le premier match est prévu le 4 octobre, en Ouganda. Par la suite, la deuxième rencontre devrait se jouer le 8 ou le 11 octobre, en Irak. Précisons que seuls les expatriés prendront part à ces deux sorties.Il s’agira de préparer la suite des qualifications pour la Coupe d’Afrique des Nations 2019, dont la prochaine échéance est pour 2017, à savoir la réception du Sénégal. La Grande île est actuellement en bonne posture dans ces éliminatoires de la CAN, puisqu’elle a enregistré une victoire lors de la première journée, au Soudan.

H.L.R.

L'express de Madagascar0 partages

Antsiranana – Formation de jeunes ex-délinquants 

L’émotion a envahi la grande salle de l’Hôtel  de  la poste, samedi  dernier, lors de la  cérémonie de lancement  de la deuxième vague  de formations  professionnelles BIT-CFTPS en faveur des enfants  et des jeunes délinquants, les « Foroches ». Accompagnés  de leurs parents, ils étaient déjà au nombre de vingt-cinq issus  de différents quartiers d’Antsiranana à s’inscrire volontairement, prêts à changer leur comportement.Financé par le Bureau international du travail (BIT), ce  projet entre dans le cadre de la mise en œuvre de la stratégie régionale de promotion de l’emploi de la Diana et du plan d’action visant à éliminer le phénomène de délinquance infantile et juvénile dans la ville d’Antsiranana, afin d’y rétablir la paix sociale effective et durable.Des actions de formation et d’appui à l’insertion  professionnelle de cent enfants et jeunes vulnérables seront entreprises au cours du dernier trimestre par le Centre de  Formation Technique et Professionnelle de la Secren (CFTPS), un établissement  doté d’infrastructures appropriées pour cela. Ce centre est aussi la seule structure de formation de la région, équipée pour dispenser des sessions dans les domaines techniques tels que le froid, la chaudronnerie tuyauterie, la chaudronnerie tôlerie, le moteur thermique à  combustion  interne, l’électromécanique, la maçonnerie, la menuiserie bois.« Nous sommes convaincus que ni la prison ni la sanction ne sont des solutions, et que les jeunes  délinquants ne sont pas des dividendes », a martelé Christian Ntsay, directeur du bureau de l’Organisation internationale du travail pour les Comores, Djibouti, Madagascar, Maurice et les Seychelles, lors de son intervention.Outre la formation technique, il y aura aussi des volets sur le civisme et la citoyenneté en vue d’améliorer la prise de conscience de ces jeunes.

Raheriniaina

L'express de Madagascar0 partages

Vie de club – Maxiscooter 261 aide l’EPP Ankazobe

Les membres de Maxiscooter 261 ont procédé à la rénovation des bâtiments de l’EPP Ankazobe, dimanche. Une action qui fait partie des nombreuses activités de ce club.

S’il y a un club modèle à Madagascar, c’est bien Maxiscooter 261. Et il l’a une nouvelle fois démontré, dimanche, en effectuant une action sociale du côté de la RN4. Ses membres ont rénové les bâtiments de l’EPP Ankazobe, juste avant la rentrée des classes.« À chaque début d’année, nous fixons une liste de projets, des randonnées ainsi que des actions sociales dont les impacts seraient mesurables et palpables. Cette rénovation de l’EPP Ankazobe en fait partie », souligne Jean Marc Rajaobelison, président de Maxiscooter 261. « La RN4 est l’une des routes préférées des motards, ainsi que la RN1. On y roule très souvent. C’est pourquoi nous avons choisi un établissement scolaire se trouvant sur cet axe », ajoute-t-il.L’EPP Ankazobe regroupe trois circonscriptions. L’école compte trois bâtiments qui ont tous été rénovés par les membres de Maxiscooter 261. L’extérieur a bénéficié  d’un ravalement et il en fut de même pour l’intérieur des cinq salles de classe destinées à des élèves de six et quinze ans.

Jean Marc Rajaobelison, président de Maxiscooter 261.

Motiver les écoliersUne chose est sûre, avant d’être des mordus de deux-roues, ce sont avant tout des hommes sensibles et touchés par les conditions scolaires des enfants.« Nous voulons les aider à améliorer leurs conditions. Certains de ces écoliers doivent parcourir deux kilomètres de marche entre leur maison et l’école. En rénovant leurétablissement, on veut les motiver pour qu’ils continuent malgré tout », explique un autre membre du club.Maxiscooter 261 a reçu le soutien de Motul, son fidèle sponsor, sur cette initiative. Par ailleurs, un donateur particulier a également aidé dans l’achat des pots de peinture et d’autre matériel. Les responsables de l’EPP d’Ankazobe ont bien évidemment exprimé leurreconnaissance, pour l’initiative. La rentrée des classes est fixée au lundi 2 octobre. Les écoliers seront certainement contents de voir que leur établissement a fait peau neuve. Espérons que cela leur insuffle une nouvelle motivation.En fait, Maxiscooter 261 est le club modèle dans la Grande île. Il se démarque par une bonneorganisation, des membres toujours ponctuels au départ des randonnées et des diverses activités familiales et actions sociales.

Les salles de classe ont également été rénovées et repeintes.

Septs nouveaux membres

Maxiscooter 261 compte aujourd’hui trente-cinq membres. L’on en dénombre sept nouveaux, qui se sont engagés au cours de ce mois de septembre. Le club a vu le jour en 2014. Un premier groupe dénommé Maxiscooter Mada a été créé en 2014. À partir de cette année 2017, la nouvelle dénomination est adoptée, à savoir Maxiscooter 261. Tous les membres roulent sur des scooters de grosses cylindrées, variant de 400cc à 800cc. La grande majorité possède un Yamaha TMax, considéré par beaucoup comme étant le roi des maxiscooters.

Maxiscooter 261 compte actuellement 35 membres.

Diverses activités au programme

Le programme annuel de Maxiscooter 261 comprend plusieurs activités, à part les randonnées. Citons, entre autres, les nombreuses journées de cohésion au cours desquelles on joue du tennis, du tennis de table ou encore du basketball. Le club se distingue également par l’intégration des membres de la famille de chacun dans ses différentes sorties. Prochainement, le club prévoit une grande randonnée nationale, vers Nosy Be. Celle-ci s’étalera du 25 octobre au 3 novembre.

Textes et photos : Haja Lucas Rakotondrazaka

L'express de Madagascar0 partages

La Justice en grève

Comme ils l’ont annoncé lors d’une conférence de presse vendredi, le Syndicat des magistrats de Madagascar (SMM) et celui des greffiers de Madagascar (SGM) entameront une grève illimitée à partir d’aujourd’hui. Sauf changement, les justiciables feront face à des portes closes dans toutes les juridictions et cours de la Grande île. Pour Antananarivo, l’affaire de kidnapping pourrait être la dernière affaire traitée par le Tribunal de première instance d’Antananarivo, avant que ses magistrats et greffiers n’entrent en grève.

L'express de Madagascar0 partages

XVIIe Marathon International de Tana – L’assurance fait faux bond

De l’ambiance dans l’air. La XVIIe édition du Marathon International de Tana se déroulera le 15 octobre. Pour cette prestigieuse compétition, les organisateurs ont prévu la participation de pas moins de deux mille coureurs.Ils ont même fait l’effort de se mobiliser pour avoir la participation des coureurs étrangers tels les Kenyans, les Éthiopiens, les Sud africains, les Réunionnais, les Mauriciens et les Seychellois.Cette participation massive des coureurs étrangers a pu se faire grâce au soutien des compagnies aériennes telles Ethiopian Airlines, Air austral, South African Airlink et Kenya Airways. Un point qui fait vraiment du Marathon international un évènement international, où l’adversité sera au rendez-vous pour les coureurs malgaches.Le seul point négatif de ce Marathon international de Tana réside dans le fait que l’événement en lui même n’est pas assuré. Comme il s’agit d’un évènement sportif international, le domaine de l’assurance est une priorité, comme ce fut le cas durant les treize éditions du Tour cycliste international de Madagascar. En 2016, Allianz par exemple, s’est chargé de couvrir l’assurance du Tour.Côté sponsoring, l’évènement intéresse les entreprises que sont la BNI, BFV SG, BGFI, Bank of Africa, Airtel, CRCB, Schneider Electric, les brasseries Star et bien d’autres.

D.R.

L'express de Madagascar0 partages

Présumé évadé

Montré du doigt d’être parmi les évadés de la prison d’Ambatondrazaka, dimanche aux petitesheures, un suspect a été arrêté à Ididy, hier. Il a été remis aux forces de l’ordre.

L'express de Madagascar0 partages

Séance d’information

L’Economic development board of Madagascar (EDBM) organise une séance d’information sur la conférence économique Madagascar-Italie, demain à l’hôtel Ibis. Cet évène­ment à caractère écono­mique se tiendra dans la capitale italienne les 16 et 17 octobre. Une centaine d’investisseurs italiens annoncent déjà leur parti­cipation à cette manifes­tation. L’agriculture, l’agroalimentaire, l’infras­tructure, l’énergie, le tourisme sont les secteurs qui intéressent le plus ces hommes d’affaires italiens.

L'express de Madagascar0 partages

Tennis – Vintage Cup – Benaivo et Fitia  toujours à l’épreuve

Dans une interview parue il y a deux semaines, Nante­naina Rakotobe, alias Benaivo, (Ministère de l’Éducation nationale) avait martelé que le niveau monte d’un cran cette année. Et il avait bien raison, puisque l’adversité sera plus relevée. Avec Fitia Randria­mifidimanana (ComCo/ Pok Pok), ils auront fort à faire pour défendre leur titre à l’Allianz Vintage Cup, tournoi annuel caractérisé par son thème rétro, qui se tient ce weekend au Country Club Ilafy. Les tenants du titre évolueront dans la poule H, lors des éliminatoires.On suivra de près les performances de Jérôme Valentin (Telma) et Claudia Pichler (La Terrace), vainqueurs de l’édition 2015, et qui figurent parmi les premiers prétendants à la succession de la paire Benaivo-Fitia au palmarès du tournoi. D’autant plus que Valentin est certainement en confiance actuellement. Et ce, après avoir gagné l’Open Double de l’Acsa, il y a dix jours. Ils sont placés dans la poule B.Valentin retrouvera dans ce groupe Richard Rambi­nintsoa (Fémina Magazine), qu’il avait justement battu en finale de cet Open Double. Ce dernier jouera en compagnie de Laura Rambi­nintsoa (Société Ranohisoa).Le Country Club organise aussi, chaque année, le Premium Challenge. La victoire était revenue à Véro­nique Boyaval et Mamialisoa Rahajarizaka dans le tableau féminin, lors de l’édition 2017 au mois de mai. Véronique Boyaval (DMT Photo) tentera de réaliser le doublé à la Vintage Cup, où elle sera associée à Harifidy Rahajarizaka (Camusat).Un nom sort également du lot parmi les concurrents. Il s’agit de Laza Randriami­fidimanana (Pacom-Three­shells), champion de rallye et de slalom. Il troquera son volant pour une raquette ce weekend. Il jouera aux côtés de Lilia Ratefiarivony (Ivana).Cette année, le Country Club innove avec la création d’un tableau parent/enfant, comme au Premium Chal­lenge. Dix équipes s’y sont inscrites. Elles seront départagées en deux poules lors des éliminatoires.

Haja Lucas Rakotondrazaka 

L'express de Madagascar0 partages

Insurrection à Betroka

Pagaille à Betroka, lundi après-midi. S’opposant à la mise en détention préventive d’un ancien maire, suite à une saisie de chlorate de sodium, près de trois cent cinquante personnes l’ont arraché au tribunal. L’ex-élu devait comparaitre comme témoin dans cette affaire, mais il a fait l’objet de poursuite après une déclaration incriminant un élu en exercice.

L'express de Madagascar0 partages

 La 4G d’Orange à An­tsirabe

Orange continue l’extension de son réseau mobile à haut débit. La ville d’Antsi­rabe vient d’être connectée au réseau 4G de l’opérateur télécom. L’arrivée de la 4G est une excellente nouvelle pour favoriser les usages innovants. C’est également une opportu­nité unique pour les entreprises, qu’elles soient petites, moyennes ou grandes, d’être présentes à l’international. Anta­nanarivo, Toamasina, Nosy Be figurent parmi les villes couvertes parce réseau mobile très performant.

L'express de Madagascar0 partages

Deux ans de sursis pour Fernand Cello

Après une tourmente judiciaire de plusieurs mois, Fernand Cello, journaliste de la radio Jupiter, Ilakaka, a été condamné à une peine de deux ans d’emprisonnement avec sursis et 720.000 ariary d’amende.. Il avait été poursuivi, notamment, pour faux et usage de faux.

L'express de Madagascar0 partages

Corps abandonné

Le corps d’un septuagénaire, retrouvé gisant sur la route digue, non loin de la station de pompage d’Ambodimita, avant-hier, est toujours gardé à la morgue de l’hôpital d’Ampefiloha. Son identité reste inconnue.

L'express de Madagascar0 partages

Lutte contre la corruption et fraudes électorales

Durant sa conférence de presse, hier, le mouvement ROHY a également souligné la nécessité de mettre en place un cadre législatif pour strictement baliser le financement des partis politiques et des campagnes électorales. Selon les explications, cet encadrement permettra d’éviter la corruption et les fraudes électorales. Le plafonnement des dépenses, la publication en toute transparence des sources premières de financement, la création de mécanismes multi-acteurs de contrôle à postériori des comptes de campagne électorale et la définition des sanctions sont, entre autres, suggérés.

L'express de Madagascar0 partages

Drame d’un soldat

Un soldat de deuxième classe a frôlé la mort à Andoharano Antoharano­fotsy, samedi soir, aux alentours de 21 heures. Il roulait en scooter lorsqu’une Renault 4 l’a percuté de plein fouet. Grièvement blessé, le militaire a dû être hospitalisé.

Midi Madagasikara0 partages

Raharaha « kidnapping » : Mbola nisy tafavoaka ny fonja ihany ireo tokony hotsaraina

Tsy nisy azo nafenina intsony ny fisian’ny kolikoly avo lenta amin’ity resaka « kidnapping » tany Toamasina ity nandritra ny andro faharoa tao amin’ny fitsarana heloka bevava. Isan’izany ny tsy nahatongavan-dRafiloson Andry  atao hoe koa Ravola tao, nefa dia isan’ny tokony hohenoina sy hotsaraina ny tenany, omaly. Nandritra ny andro faharoa no nahafantarana tamin’ny fotoam-pitsarana fa vao nivoaka ny fonjan’Ambatolampy izy, herinandro lasa izay. Tamin’io fotoana io anefa, raha tsiahivina kely, dia efa nivoaka ny datin’ny fitsarana ity raharaha « kidnapping » an’i Annie sy Arnaud ity. Nambaran’ny fitsarana mazava fa amin’ny tranga toy izao, dia mety hitohy amin’ny fikarohana azy ny raharaha. Isan’ny voatonona tao koa ny anaran’ny Juge Jacky, saingy isan’ireo tsy nipoitra izy. Io farany, raha tsiahivina fohy, dia efa notazonina vonjimaika tao Manjakandriana ary nahazo fahafahana izay tsy fantatra intsony na vonjimaika koa na hafa mihitsy, tamin’ny volana jiona 2016. Izany fahabangana roa karazana izany, dia miteraka fanamarihana ho an’ny olona izay manaraka akaiky ny raharaha, fa mandeha ila ihany ny raharaham-pitsarana. Na izany aza, nohamafisin’i Arlan Ramiliarison, rain’i Arnaud, fa io Ravola  io sy Roger Lala Stéphanie no mpiantso azy matetika amin’ny finday ary mitaky ny vola takalonaina izay nomarihany fa 4 tapitrisa Euros. Dia io vola io ihany koa no takian’ny mpitory amin’ity raharaha ity. Ravola izany hatreto no tena atidoha nikotrika ny « kidnapping » raha ny heno nandritra ny raharaham-pitsarana. Natsipy tany aminy avokoa ny rihitra rehetra ary mora rahateo ny nanao izany noho izy tsy hita popoka. Miitatra toa ny sima misioka ny raharaha, satria isan’ny fanontaniana mila valiny koa izany izao ny amin’ny antony namoahana azy am-ponja, andro vitsivitsy talohan’ny fitsarana ny raharaha « kidnapping ». Andro fahatelo anio amin’ny fitsarana ity raharaha iray ity ary nilaza ny fitsarana, fa tsy maintsy hotohizina izany anio na dia eo aza ny fitokonan’ny mpitsara izay hanomboka anio, ary tsy misy asa farafahakeliny.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Fernand Cello : Sazy mihantona roa taona

Dimy volana izy no notazonina tao amin’ny fonjan’Ihosy.

Nivoaka omaly hariva, ny didin’ny fitsarana ady madio tao Ihosy ; izay nahakasika ny mpanao gazetin’ny Radio Jupiter Ilakaka. Roa taona sazy mihantona miampy lamandy mitetina 720 000 ariary ary koa ny saran’ny fitsarana 4 000 ariary. Halatra taratasim-bola no vesatra nianjady tamin’ity mpanao gazety ity. Rehefa voamarin’ny banky fa tsy nitombina izany dia nanamaivana azy teo anoloan’ny mpitsara. Dimy volana katroka izy no notazonina vonjimaika am-ponja tao Ihosy ary nolavina hatrany ny fangatahany fahafahana vonjimaika nandritr’izany. Omaly vao nihiratra ny masoandro ho an’i Fernand sy ny fianakaviany, indrindra fa ny vadiny izay vao tera-bao tamin’ny fotoana nisamborana azy teto An-drenivohitra. Na dia sazy mihantona aza, ny zava-dehibe hoy ny fianakaviany dia ny fahafahany tao am-ponja aloha. Mbola misy raharaha hafa koa hitsarana azy amin’ny 20 oktobra, saingy io indray dia mahakasika fanalam-baraka avy amin’ny alàlan’ny haino aman-jery. Vesatra, izay ny lalàna mahakasika ny serasera amin’izay no hampiharina eto ka tsy tokony hisy fanagadrana intsony. Efa nahazoany fahafahana vonjimaika rahateo io raharaha faharoa io nandritra ny fanolorana azy teny amin’ny fampanoavana.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Marotaolana-Maevatanàna : Dahalo 20 nandoro tanàna sy nandroba omby 50

Dahalo manodidina ny 20 nitondra basim-borona sy zava-maranitra, no nandoro tanàna sy nandroba omby 50, tao amin’ny fokontany Marotaolana, Kaominina Antsiafabositra, disitrikan’i Maevatanàna, no nisehoan’ny halatra sy fanafihana ny alarobia 20 Semptambra, tokony ho tamin’ny 05 ora  sy fahefany hariva teo. Norobain’ireo malaso tamin’izany ny omby manodidina ny dimapolo ary trano  11 no nodoran’izy ireo nandritra ny fanafihana. Araka ny fanazavana voaray avy any an-toerana, dahalo 20 eo ho eo nirongo basim-borona enina no nanafika sy nandroba teo amin’io fokontany io, ka lasa ny omby 50 ary nodoran’izy ireo avy teo ny tanàna.Nirifatra nandositra avy hatrany kosa ireo, raha vantany vao vita ny asa ratsiny. Tonga nanao ny fizahana sy fanadihadiana ny Zandary avy ao amin’ny « Poste Fixe» Antsiafabositra sy Antanimbary, saingy efa tsy nahatratra an’ireo olon-dratsy intsony. Mitohy kosa ny fanarahan-dia ataon’ireo mpitandro ny filaminana amin’izao fotoana izao. Manoloana izay indrindra, dia manao antso avo amin’ny mpitondra fanjakana ny mponina mba hijerena ifotony ny zava-misy eo amin’ny sehatra ny tsy fandriampahalemana ato amin’ny disitrikan’i Maevatanàna, izay tena mavaivay tokoa ankehitriny noho ny afitsoky ny dahalo mirongo fitaovana mahery vaika.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Ihosy : Zazavavy nalain’ny jiolahy an-keriny

Zazavavy kely iray no nataon’ny jiolahy takalonaina tao an-tampon-tanan’ny kaominina Menamaty Iloto, ao amin’ny distrikan’Ihosy, ny alahady lasa teo, nanditra ny fanafihana nataon’izy ireo. Raha ny fampitam-baovao azo, dia tsy naka inona ireto olon-dratsy ireto, fa ity zazavavy ity, izay vao 15 taona monja ity no nalain’izy ireo an-keriny ary nitsoaka ireto farany. Taorian’io fanafihana hafakely io,  dia nampandrenesina avy hatrany ny zandary, ary raikitra teo ny fanaharan-dia sy ny fikarohana ireo olon-dratsy mpaka an-keriny. Tsy lasa lavitra akory fa tao an-tampon-tanàna ihany no nifanehitra ny roa tonta ka raikitra teo ny fifandonana. Fantatra tamin’izany, fa roa tamin’ireo olon-dratsy no lavon’ny balan’ireo zandary. Avotra soa aman-tsara kosa ilay ankizivavy na dia naratra aza, notifirin’ireo jiolahy. Raha ny zava-nitranga tokoa mantsy, dia tonga tao amin’io tananan’i Menamaty io, izay mampisaraka ny distrikan’Ihosy sy Beroroha, ny jiolahy efatra izay samy nitondra basim-borona, ny alin’ny alahady lasa teo. Tamin’io fotoana io anefa tsy omby no nalain’izy ireo fa ity zanak’olona ity. Nivantana avy hatrany tamin’io tokantrano io izy ireo ary avy hatrany dia nandositra nony vita ny asa ratsiny. « Nampandre haingana ny zandary ireo niharam-boina ireo ka avy hatrany dia niainga tsy nisy hatak’andro ihany koa ny zandary efatra ary nanaraka koa ireo fokonolona mba hanara-dia ireo jiolahy ireo » hoy ny fampitam-baovao. Tratra teo an-tanana ihany ireto jiolahy mpaka an-keriny ireto, ary io raikitra io fifampitifirana, ny marain’ny alatsinainy. Vao nahatazana ireto zandary anefa ireo jiolahy dia navelany teo ilay ankizivavy no sady notifiriny. Teo amin’ny sorok’ity zaza no nisolifatra ny bala. Voatery namaly tifitra ireo zandary, ka ny roa tamin’izy ireo no voa, ary namoy ny ainy. Avotra soa aman-tsara araka izany ilay zazavavy ary nentina notsaboina. Mbola mitohy kosa ny fikarohana ireo olon-dratsy hafa raha ny vaovao hatrany.

m.L

Madagate0 partages

Fernand Cello. Misaotra ny rehetra tsy an-kanavaka ity mpanao gazety nofonjaina ity

Miarahaba ny vahoaka Malagasy rehetra, ary miarahaba ny vahoaka ao ilakaka. Ambarako eto fa efa nivoaka ny fonja omaly (26 Septambra 2017) tokony tamin'ny dimy ora hariva ny tenako.

Misaotra ny fitsarana ao Ihosy, misaotra ny RSF (Reporters sans frontières), Amnisty International, ny mpanao gazety izay tena nanohana. Nosamborina teny amin'ny hopitaly ao Anosizato (Antananarivo) ny tenako, ny 6 May 2017 tokony tamin'ny valo ora sy sasany, tao anatin’ny tsy fahasalamana,

Nampidirina amponja ny 8 May 2017. Mafy ny làlana nizorako, ary mangidy. Tsy manana alahelo na amin'iza na amin'iza ny tenako. Mampanantena ny tenako fa tsy hiala amin'ny asan-gazety izay asa tiako, indrindra fa ny «investigation» izay asa sarotra eto Madagascar.

Tsy manana ambara firy fa misaotra ny Avo indrindra.

Fernand Cello

27 Septambra 2017