Les actualités à Madagascar du Jeudi 27 Août 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara730 partages

Irmah Naharimamy : Demande de réintégration à l’Assemblée nationale

Irmah Naharimamy et Michelle Bavy Angelica ont le même…profil.

Après son départ du gouvernement, l’ex-ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme va retrouver son siège de députée élue à Toamasina I.

« Le député nommé membre du gouvernement est suspendu d’office de son mandat. Il est remplacé par son suppléant ». En vertu de ces dispositions de l’article 71 alinéa 2 de la Constitution, Michelle Bavy Angelica cède à son suppléant, son siège à l’Assemblée nationale après sa récente nomination au poste de Ministre de la Population, de la Protection Sociale et de la Promotion de la Femme (MPPSPF). En revanche, son prédécesseur Irmah Naharimamy va reprendre sa place dans les travées de la Chambre basse puisque sa suspension de son mandat de député tombe d’office suite à sa non reconduction dans le gouvernement.

Conflit d’intérêts. La présidente de l’Assemblée nationale vient de saisir la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) aux fins de réintégration au sein de la Chambre basse de l’ex-patronne du MPPSPF qui ne pouvait visiblement rester dans le gouvernement pour cause de conflit d’intérêts, après son mariage civil avec l’ancien Premier Conseiller auprès de l’Ambassade des Etats-Unis à Madagascar, Stuart Wilson. Est-ce à dire qu’Irmah Naharimamy ne va pas rejoindre tout de suite son diplomate de mari dans son nouveau lieu d’affectation en Italie ? Selon l’alinéa 1er du même article 72 de la loi fondamentale dispose que « le mandat de député est incompatible avec l’exercice de tout autre mandat public électif et de tout emploi public, excepté l’enseignement ».

Permutation. Le fait d’être l’épouse d’un diplomate d’un pays étranger n’est pas expressément incompatible avec le mandat de député. Irmah Naharimamy pourrait même reprendre le poste de vice-présidente au titre de la province de Toamasina laissé vacant par Michelle Bavy Angelica. Au final, les deux femmes qui sont dans le même camp politique et se ressemblent physiquement, vont donc faire une permutation de « seza » pour ne pas dire un tour de passe-passe. Christine Razanamahasoa a également fait une saisine de la HCC aux fins de nomination du successeur de la députée élue à Fénérive-Est, Michelle Bavy Angelica. De même, la présidente de l’Assemblée nationale a demandé au juge constitutionnel de nommer le remplaçant du défunt député élu à Morombe, Lucien Rakotomalala.

Déconfinement. Après avoir suspendu toute activité « en vue de préserver la santé de l’ensemble du personnel » par rapport à la  Covid-19, la HCC ne tardera pas à se mettre au déconfinement pour se prononcer sur ces trois saisines, afin de permettre aux trois futurs députés de participer à la session extraordinaire du Parlement qui vient de débuter hier. A la limite, les autres dossiers en instance peuvent attendre, en l’occurrence, la loi sur les Assurances ; la loi bancaire ; la loi portant modification de certaines dispositions de la loi portant code de la Communication médiatisée. Sans oublier la demande d’Avis sur l’interprétation de l’article 26 de la Constitution formulée principalement par des conseillers municipaux de la Commune Urbaine d’Antananarivo. Un quatrième « vary mangatsiaka » qui est sur la table de la HCC depuis 2 mois.

R.O
Midi Madagasikara40 partages

Panafricanisme et développement : Andry Rajoelina dans le Top 5 des présidents africains

Andry Rajoelina dans le Top 5 des présidents africains.

La chaîne  » BeninWebTV  » vient de publier un article d’un sondage sur le Top 5 des chefs d’Etat qui ont brillé par leurs prises de décisions en Afrique, en termes de développement, mais aussi pendant la gestion de la pandémie du Covid-19.

«  Les 5 meilleurs chefs d’Etat africains qui font la fierté du Continent, par leurs actions « . C’est le titre de l’article. Le président Andry Rajoelina figure dans la liste de ces cinq présidents considérés comme  » visionnaires qui inspirent les jeunes générations « . Il occupe la cinquième place. La gestion du coronavirus a certainement joué dans ce choix. En effet, pendant les 5 derniers mois de crise sanitaire mondiale, le numéro Un Malgache a occupé la scène médiatique internationale, notamment après la découverte du remède traditionnel amélioré Tambavy CVO, avec lequel il ambitionne de sauver le monde de la pandémie. Une ambition qui, certes, lui a valu les attaques des médias français et occidentaux, mais a aussi ravivé le soutien et la solidarité de l’Afrique. D’où ce crédit d’être dans le Top 5 des présidents qui ont fait la fierté du Continent.

Personnalité. Apparemment, cette étude a choisi de récompenser les présidents qui ont de la personnalité et ont osé instaurer une révolution vis-à-vis des grandes puissances. Ceux qui ont utilisé le panafricanisme et les atouts africains au service du développement de leur pays respectif. Faut-il rappeler que pendant cette crise sanitaire, Andry Rajoelina s’est notamment démarqué pour avoir tenu tête à l’OMS par rapport à l’utilisation de l’artemisia comme médicament contre la Covid-19. A la première place de ce Top 5 africain figure le président ghanéen Nana Akufo-Addo qui a dénoncé l’addiction à l’aide au développement et a annoncé qu’il est temps que les Africains financent eux-mêmes leurs dépenses de santé et d’éducation. «  Il est urgent de rompre avec notre mentalité d’assistés et de mendiants éternels « , a-t-il déclaré en 2017 alors que le président français Emmanuel Macron était en visite officielle dans son pays. Nana Akufo-Addo a réussi à faire de l’économie de la Ghana, une des plus robustes et dynamiques du continent africain, avec une croissance du PIB de 7,1% en 2019. Le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed Ali occupe la deuxième place. Il est le lauréat du Prix Nobel de la paix en 2019, pour ses actions ayant conduit à la résolution du conflit entre l’Éthiopie et l’Erythrée. Il est à l’origine de l’instauration de la démocratie dans son pays. Le président rwandais Paul Kagamé se trouve sans surprise à la troisième place. Il a réussi à faire de son pays un modèle de la réussite africaine dans le domaine de l’économie et de la gouvernance. Il est aussi connu pour avoir défié l’Occident, en priorisant une approche africaine pour le développement de l’Afrique. Juste devant le président Andry Rajoelina se trouve le président Idriss Déby du Tchad qui occupe la quatrième position. Adoptant une position très critique vis-à-vis de la France et de la Francophonie, il est habitué à essuyer les attaques des médias français.

Davis R

Midi Madagasikara25 partages

Anjohy : Réouverture du Musée de la Photographie

Le mardi 25 août 2020, le Musée de la Photographie de Madagascar rouvre aux horaires habituels, du mardi au dimanche de 10h00 à 17h00.

Après plusieurs mois de fermeture, le Musée de la Photographie de Madagascar a ouvert ses portes à nouveau au grand public depuis le 25 août.

Si l’affluence des grands jours n’était pas au rendez-vous, quelques dizaines de jeunes locaux attendaient l’ouverture de ses portes. Des règles sanitaires sont strictement mises en place afin de préserver la santé des visiteurs. C’est alors que la désinfection des mains et des pieds ainsi que le port de masque sont obligatoires.

Cette crise épidémique n’est pas sans impact sur le visitorat du Musée. Depuis le mois de mars, le Musée a enregistré une chute de 42% de son visitorat. En raison de l’impossibilité de voyager dans la capitale, seuls les habitants d’Antananarivo peuvent bénéficier de la visite du Musée. Par contre le Musée est très présent sur les réseaux sociaux, ce qui le rend accessible à tous les internautes du monde entier.

Si en début de cette année, le Musée a enregistré une augmentation de 10% des touristes, ce chiffre est totalement ébranlé par la Covid-19. Depuis mars et par prévision jusqu’à la fin de l’année, cette institution culturelle s’attend à la grande absence des touristes. En outre, les visites par les groupes scolaires et périscolaires sont suspendues jusqu’à la fin de l’année.

Malgré cette crise, le Musée, fidèle à sa mission de permettre aux Malgaches de mieux s’approprier leur Histoire, concocte une exposition sur les fêtes du 14 octobre. Pour rappel, le Président de la République malgache a annoncé que l’anniversaire du soixantième anniversaire du retour de l’Indépendance sera célébré le 14 octobre, anniversaire de la naissance de la Première République malgache. L’équipe du Musée de la Photo espère redresser la courbe de son visitorat dès le mois de septembre.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara10 partages

Vol de rapatriement : Les 272 passagers d’Air Madagascar arrivent après 20 heures de retard

Sauf incident de dernière minute, les 272 passagers du vol MD051 de la compagnie aérienne nationale Air Madagascar ont débarqué ce matin à 6 heures à l’aéroport international d’Ivato. Et ce, après un peu moins de 20 heures de retard puisque normalement, l’Airbus A 340 devait atterrir à Ivato, hier vers 11 heures. Pour rappel, le  décollage a eu lieu mardi dernier à 21 heures à Paris, à destination de Marseille pour une première escale. Malheureusement,  en raison de la fermeture de la piste la plus longue de l’aéroport de Marseille, le départ  prévu à minuit n’a pas eu lieu. Du coup,  les passagers en classe affaire ont été hébergés pour la nuit du mardi à l’hôtel Pullman, proche de l’aéroport, alors que les passagers en classe économique sont restés dans le terminal avec comme consolation un bon de 5 euros pour le petit-déjeuner et un autre de 15 euros pour le déjeuner. Une  longue attente en somme  pour  les 272 passagers puisque le décollage  n’a eu finalement lieu qu’hier vers 16 heures 30, et ce avec une escale supplémentaire à Lyon pour faire le plein de kérosène. Normalement donc l’arrivée a déjà eu lieu ce matin à 6 heures.

R.Edmond.

Midi Madagasikara7 partages

Ankadinondry sakay : Olana ary mandratsy endrika ny fitondrana ny tsy fandriampahalemana

Faritra mamokatra na amin’ny  fambolena na fiompiana na asa tanana na fandraharahana ara-barotra ny ao Ankadinondry Sakay, distrikan’i Tsiroanomandidy, Faritra Bongolava. Indrisy anefa fa isan’izay tratra aoriana ity faritra ity indrindra io kaominina io noho ny tsy fandriampajhalemana. Isan’ny faritra mpiompy ny any Sakay, nefa dia isan’ny anjakan’ny tsy fahandriampahalemana, indrindra eo amin’ny lafinyf halatromby. Misy olona manana valan’omby izay tsy ahitana na inona na inona indraindray. Tampoka eo, feno omby, ary ny eo anivon’ny kaomina no mitsikombakomba  amin’ireo olon-dratsy amin’ny fanadiovana ny omby halatra miditra ao amin’io vala io. Vokatry ny tsikombakomba maloto dia ny olona mitondra ny omby no migadra fa ny tompon’ny vola anadiovana ny omby, mangatsiatsiaka fotsiny. Mitranga izany araka ny fitarainan’ireo mponina any an-toerana noho ny tsy fanjariana eo  anivon’ny fitrantanana ataon’ny tompon’andraikitra voalohan’ny tanàna dia ny Ben’ny Tanàna izany. Miezaka araka izay tratra ny mponina ka azo ambara fa isan’ny Malagasy manan-karena ny maro amin’ny ao Andavinondry Sakay, Voalohany indrindra aloha dia mampihivingivin-doha ny maro ny fivadibadihana loko politika eo amin’Ingahy Ben’ny tanàna. Nolalovany avokoa izay izay antoko teo amin’ny Fitondrana nifandimby teo aloha. Nefa noho izy manambola, dia hainy ny nanampi-maso ny mpitarika ny Mapar tany Bongolava tamin’ny fihodinana faharoa ka izy indray no toy ny olona nanohana tsy misy fepetra an-dRajoelina ary rehefa tonga ny fifidianana ben’ny tanàna, tsy tahotra tsy henatra izy nisalotra ny akanjon’ny IRK (Mapar). Kivy ny mpanohana an-dRajoelina sasany ary vaky vava mihitsy hoe “isan’ny mahavoa ny fitondrana ankehitriny ny manome vahana sy laka ny olon’ny fitondrana nifandimby teo aloha izay tsy nahomby sy tsy tiam-bahoaka”.Manampatra fahefana

Mampitaraina ny mponina any amin’ity kaomina itay ihany kkoa ny endrika fanamparam-pahefana ataon’ity Ben’ny Tanàna ity. Amidiny amin’izay manam-bola ny tanim-panjakana midadasika, ary miendrika kolikoly mihitsy izanyAmuididinhy amin’ny mpanamobola daholo ny tany mamaokatra eo anivon’ny kaominina. Isan’izany ireo tanin’ny voanjo tamin’ny andron’ny fanjanahantany, Ireto farany izay efa maro ny Malagasy no nanamainty molaly sy nanajary azy. Raha ny lalàna izany, raha misy ny tsy mbola vita titra, dia izay manajary azy no manana tombon-jo hisitraka azy ara-panjakana Olana hafa koa ny momba ny fitantanana ny tsena eo an-tanàna. Voatonina amin’izany ny resaka « pavillons ».  « Halako bika tsy tiako tarehy” no ataon’Ingahy Ben’ny tanàna amin’ny mpandraharaha ara-barotra sasany, ka sahiny Ben’ny tanàna ny mamaritra ny toerana manodidina an’ireny mpandraharaha ara-barotra tsy tiany ireny, mba hananganana trano fivarotra na “pâvillon” ho an’ny Kaomina, hono, nefa hamotehana ankolaka izay tsy tiany », araka ny fitarainan’ny maro.

Ny toerana ao Ankadinondry Sakay anefa dia mazava ny fepetra tany ambadiky ny 40 taona tany fa “hampiasaina sy hajariana fa tsy hamidy” (pour utiliser mais pas pour à vendre). Sahin’ingahy Ben’ny tanàna ny mivarotra iray hetsy na dimy alina na telo alina ariary ny fangitra (lot) iray amin’izany. Araka ny fanazavana dia efa mitondra izao raharaha izao eny anivon’ny fahefana mahefa ireo vahoaka mahatsiaro ho voan’ny Tsindry hazolena ka ho hita eo izay ho tohiny. Manoloana izany ehetra izany dia miangavy ny fitondrana foibe ny mponina mba hampanao fanadihadiana any an-toerana raha tena te hahafantatra ny zava-misy marina any.

 T.M.

Midi Madagasikara4 partages

Crédit « Miarina » : Plus de 15 milliards Ar débloqués pour 280 entreprises

Les artisans font partie des demandeurs de crédit « Miarina ».

Le nombre de Petites et Moyennes Entreprises (PME) et de Petites et Moyennes Industries (PMI), qui contractent le crédit « Miarina », ne cesse d’augmenter.

 

En effet, depuis le lancement de ce prêt par le Président de la République, Andry Rajoelina par le biais du programme national Fihariana, le 17 juin 2020 jusqu’au 25 août 2020, on a recensé 280 entreprises bénéficiaires oeuvrant dans divers secteurs d’activités et qui sont répartis dans 18 régions de la Grande île. Près de 48,67% d’entre elles opèrent dans la région Analamanga, une zone fortement touchée par la Covid-19. En revanche, plus de 15 milliards Ar leur ont été débloqués jusqu’à maintenant, d’après les dernières statistiques publiées par le programme national Fihariana. Il est à rappeler que ce dernier a alloué une enveloppe de 50 milliards Ar pour soutenir les Petites et Moyennes Entreprises (PME) ou les Petites et Moyennes Industries (PMI) qui sont impactées par la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 dans le pays.

 

Secteurs considérés prioritaires. Et parmi ces entreprises de petite taille bénéficiaires de ce crédit « Miarina », 33,57% d’entre-elles oeuvrent dans le secteur du commerce et 17,50% dans le secteur de services. En outre, 10,71% des emprunteurs travaillent dans le secteur du tourisme et 10,36% autres dans le secteur du transport. Viennent ensuite les opérateurs qui se lancent dans le secteur de BTP (Bâtiment et Travaux Publics) ainsi que dans le domaine de la médecine, avec des taux respectifs de l’ordre de 10% et de 8,57%. Des artisans se sont également intéressés à soumissionner auprès des deux banques partenaires du programme national Fihariana, à savoir, la BNI Madagascar et la BOA Madagascar, pour obtenir ce financement.  Ils sont en tout au nombre de 6,43% des bénéficiaires. En revanche, les acteurs opérant dans les secteurs de l’agriculture, de l’agro-alimentaire, de l’élevage et de l’industrie, ne sont pas encore nombreux à contracter le crédit « Miarina ». Ils représentent respectivement 0,36%, 0,71%, 1,07% et 0,71% des entreprises bénéficiaires de ce prêt. Cependant, ces acteurs de développement sont fortement sollicités  étant donné que leurs secteurs d’activités sont considérés comme prioritaires par l’Etat dans le cadre de ce projet d’envergure.

 

Montant moyen de prêt à 54 millions Ar. Par ailleurs, les banques partenaires  comme la BNI à qui l’on dépose les demandes de crédit « Miarina », ont décidé d’alléger les procédures d’octroi de ce financement. Outre l’assouplissement des démarches administratives, le délai de traitement des dossiers a été également raccourci compte tenu du fait qu’on est dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire. Mais ce n’est pas tout ! Les conditions ont été adaptées aux emprunteurs. En effet, le taux d’intérêt appliqué à ce crédit « Miarina » est de l’ordre de 8%. Les demandeurs de crédit le rembourseront sur une période de 24 mois. Ils peuvent en même temps réclamer un différé de 6 mois sur l’échéance de remboursement. En dépit de tout cela, il y a quand même des critères imposés par les promoteurs pour être éligibles à ce financement rapide. A titre d’illustration, les emprunteurs doivent être en premier lieu une entreprise formelle réalisant un chiffre d’affaire de moins de 5 milliards Ar. Ensuite, ils ont rencontré  des difficultés financières en raison de cette crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19. Il est à rappeler que chaque demandeur peut contracter un crédit atteignant le volume maximal de 300 millions Ar. Jusqu’ici, le programme national Fihariana a fait état d’un montant moyen de prêt accordé à une entreprise bénéficiaire à plus de 54 millions Ar.

Navalona R.

 

Midi Madagasikara1 partages

Covid-19 : 79 nouveaux cas, 90 guéris et 3 décès en 24h

Les chiffres d’hier.

Le Centre de Commandement Opérationnel Covid-19 (CCO) déplore trois nouvelles pertes humaines ces dernières vingt-quatre heures. Trois nouveaux décès qui ramènent à 181 le nombre de personnes ayant perdu leurs vies à cause de la maladie. Les statistiques officielles d’hier font, ainsi, savoir que le pays compte 90 nouveaux guéris de la Covid-19 à Madagascar. Ramenant à 791 le nombre de personnes en traitement actuellement. Soit, une baisse de 14 cas traités. Par ailleurs, l’on dénombre 79 nouveaux cas enregistrés ces dernières 24 heures selon toujours la porte-parole du CCO.

Relâchement. L’annonce par le président de la république du déconfinement progressif a suscité un certain relâchement de la part de la population Tananarivienne. Une erreur déjà observée lors des tentatives de déconfinement initiées par l’Etat et qui a provoqué une forte propagation de la maladie. Le ton est donné, les Malgaches devraient apprendre à vivre avec la maladie. Avec l’irresponsabilité de certains, l’adaptation risquerait d’être difficile.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara1 partages

Crise sanitaire : Le parlement veut des aides sociales pour toutes les régions

Les parlementaires veulent que toutes les régions bénéficient des séries de programme d’aides sociales mises en place par l’Etat pour soutenir les ménages vulnérables  fortement impactés par la crise sanitaire. Hier, les deux présidents des chambres parlementaires ont annoncé leur souhait pour que l’exécutif déploie aussi les aides sociales au niveau de toutes les régions. Rivo Rakotovao, président du Sénat, a soutenu, lors de son discours à l’occasion de l’ouverture de la session extraordinaire, que presque « toutes les régions sont impactées par les mesures de confinement dans le cadre de la crise sanitaire et méritent de bénéficier les projets de filets sociaux ». Devant les députés, Christine Razanamahasoa, numéro un de la chambre basse, a presque tenu le même discours. « Les projets Tosika Fameno, Vatsy Tsinjo, Tsinjo Fameno devraient être déployés dans les autres régions autres qu’Antananarivo » a-t-elle lancé.

Banque mondiale. Dans la capitale, la reprise de la répartition des aides sociales ont redémarré depuis la semaine dernière après une première phase tumultueuse et marquée par une grogne presque généralisée dans les quartiers. La tension suffit à indiquer que les familles nécessiteuses d’aides sociales de l’Etat sont très nombreuses. Les parlementaires, eux, affirment que beaucoup de ménages dans plusieurs régions ont souffert des conséquences économiques et financières de la crise. Le vice-président de l’assemblée nationale, Honoré Rasolonjatovo, a même réclamé, lors de sa rencontre avec la presse, mardi dernier, qu’ « il est souhaitable que la population bénéficie de deux sacs de riz au lieu d’un actuellement ». Lors de son intervention sur les chaînes nationales, dimanche dernier, le chef de l’Etat  a annoncé une enveloppe financière de la Banque Mondiale, destinée, en partie, selon ce dernier, à financer les projets d’aides sociales de l’Etat destinés aux familles vulnérables dans les autres communes concernées par les mesures de confinement durant la crise sanitaire.

Rija R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar : Évasion des détenus à Farafangana - L'Amnesty International sort de son silence

Suite à l’évasion des détenus de la prison de Farafangana, où une vingtaine de détenus sur plus de 80 évadés a été tuée, L'Amnesty International a décidé d'intervenir. Cette dernière propose l'ouverture d'une enquête, qui sera indépendante, sur ce sujet.
Le directeur général à l'Amnesty International pour l'Afrique australe et l'Afrique de l'est Deprose Muchena considère ce qui s'est passé à Farafangana comme une atteinte au droit de la vie. D'ailleurs, l'Amnesty a également expliqué que la prison de Farafangana ne correspond pas aux conditions de détention.
Tia Tanindranaza0 partages

CoronavirusNisy 3 maty indray

Niampy 3 ireo lavon’ny coronavirus, araka ny tatitry ny Pr Vololontiana Hanta omaly, raha toa ka efa tsy nahitana maty intsony tao anatin’ny herinandro izay. 181 izany ankehitriny ireo namoy ny ainy .

Ny 01 tamin’ireo telo vaovao lavo teto Analamanga, ary ny 02 kosa tany Antsiranana Faritra Diana. Miisa 79 ny tranga vaovao izay hita tamin’ny fitiliana 438, manome taham-pahavoazana 18,03%. Niakatra io mitaha amin’ireo taham-pahavoazana tato anatin’ny andro maromaro. Ny 44 tamin’ireo 79 dia teto amin’ny Faritanin’Antananarivo (36 Analamanga, 08 Tsiroanomandidy Faritra Bongolava); 18 Toamasina (03 Antsinanana, 15 Alaotra Mangoro ka ny 11 Ambatondrazaka, 02 Amparafaravoka ary 02 Moramanga); 03 Fiaranantsoa, 08 Mahajanga tao amin’ny Faritra Sofia; 05 Antsiranana ka ny 03 Antsiranana I ary ny 02 Ambilobe; 01 Toliara tao amin’ny Faritra Anosy. Mitotaly 14554 ny voa hatrizay. Somary nidangana ny tranga vaovao tany Alaotra, ary tsy azo hamaivanina ny tany Bongolava.

 

93% NY TAHAM-PAHASITRANANA

 

90 ny sitrana vaovao notaterina omaly, ka 43 Antananarivo, 26 Toamasina izay tany Alaotra Mangoro avokoa, 09 Fianarantsoa, 08 Mahajanga, 03 Antsiranana, ary 01 Toliara.13582 ny hatramin’izay manome taham-pahasitranana 93,32%. 791 na ny 5,43% no mbola manaraka fitsaboana. Nihena 7 ireo "formes graves", ka 67 izany amin’izao fotoana izao. 44 Analamanga, 03 Vakinankaratra (Antsirabe), 12 Matsiatra Ambony (Fianarantsoa), 01 Atsinanana (Morafeno Toamasina), 02 Boeny, 03 Atsimo Andrefana, 01 Alaotra Mangoro, ary 02 Diana.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

AntananarivoMiantso fanarahana fandaminana ny prefe

Mbola ao anatin` ny fahamehana ara-pahasalamana isika na dia miditra amin` ny fivoahana miandalana amin` ny fihibohana hoy ny jeneraly Ravelonarivo Angelo, prefen` Antananarivo.

 

 

 Miantso ny tokony hanarahina ny fandaminana napetrakin` ny fanjakana sy ny ministeran` ny fahasalamana ny prefe. “Mbola mipetraka daholo ny fepetra ara-pahasalamana araka ny toromarikin` ny filoham-pirenena. Zavatra tsapa dia betsaka no mieritreritra fa efa nivoaka amin` ny fihibohana tanteraka ka tsy miraharaha ierny fepetra ireny intsony. Izany indrindra no hanentanana ny eto Analamanga, aleo tazomina ireo fepetra izay nahazatra teo aloha. Niverina ny taxi-be ka tokony hamafisina ny fanaovana aro vava sy “gel hydroalcoolique” mba tsy hiverina indray ny valanaretina”. Nampatsiahy ny prefen` Antananarivo fa mbola mihatra ny fepetra ary misy hatrany ny sazy ho an` izay mandika izany.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Building mora » IvatoMpiasa maro no mitaraina fa tsy mandray karama

Mpiasa maromaro manatanteraka ny asa fanorenana ireo trano lehibe « Building mora »

 

 

 eny Ivato no mitaraika ho tsy misitraka valin-katsembohana. Karama roa volana ny an’ny sasany, telo ny an’ny hafa, misy efa-bolana aza. Mitsoaka an-daharana ny ankamaroany tsy mahatanty. Ireo mpiasa sarakantsaha no tena mitaraina. 10.000 Ariary isan’andro no idirana, 7.000 Ariary no raisina raha mandray, hoy ny tarainan’izy ireo. Tetikasan’ny filoham-pirenena ny fanorenana ireo trano lehibe « Building mora » eny Ivato. Trano lehibe misy rihana efatra, 38 isa no aorina eny an-toerana.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Matin’ny Covid 19Afaka 2 taona vao azo alaina eny Anjanahary

Mahatratra 16 hatreto ireo olona matin’ny tsimok’aretina COVID 19 nalevina eny amin’ny fasam-bahiny eny Anjanahary.

 

 

Ny 66 kosa dia matin’aretina tsotra saingy noho ilay tsy fahafahan’ny razana nivoaka ivelan’ny Faritra Analamanga teo aloha dia nihindraman’ny havany toerana eny izy ireo izay hofaina isan-taona. Raha araka ny fanadihadiana natao ho an’ireto farany dia azon’ny fianakaviany alaina izy ireny afaka 12 volana. Ho an’ireo matin’ny COVID 19 kosa dia 12 ka hatramin’ny 24 volana vao azo alaina. Tsiahivina moa fa efa azo entina mivoaka ny ivelan’ny Faritra Analamanga amin’izao ny razana raha voaporofo marina fa tsy matin’ny coronavirus. Ho an’ireo matin’ity otrik’aretina ity indray dia efa azo alevina am-pasan-\drazana izy ireny raha tsy mivoaka ny faritra Analamanga saingy tsy maintsy manaraka ireo karazana fikarakarana sy fepetra napetraky ny Fitondram-panjakana kosa mba tsy hampifindra ny aretina. Taorian’ny fanalefahana ny fepetra mikasika ny razana mivoaka ny faritra Analamanga nataon’ny Filoham-pirenena moa dia 2 hatramin’ny Talata lasa teo ny fangatahana azon’ny teo anivon’ny BMH. Mikasika ireo olona maty teny an-dalana ka nampiahiahy dia fantatra fa ny hopitaly lehibe no mandray an-tanana azy ireny amin’ny alalan’ny fanaovana autopsie raha toa ka manan-kavana izy ireny.

 

 

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tetikasa PROJERMO Natao hanampiana ireo tanora tantsaha

Ankoatra ireo tanora eto an-drenivohitra misehatra amin’ireo orinasa madinika sy salantsasalany dia miezaka mijery sy manohana ireo tanora liam-pandrosoana any ambanivohitra ihany koa ny banky BNI.

 

 

Amin’ny alalan’ilay tetikasa PROJERMO (Projet des Jeunes Entreprises Rurales dans le Moyen Ouest) no hanatanterahany izany, tetikasa hahafahana manofana ireo tanora mba hahatonga azy ireo ho matihanina kokoa. Anisan’ny hanofanana azy ireo ny resaka fitantanam-bola, ny fanamafisana ny traikefa hananany …mialohan’ny hahazoany ilay famindram-bola avy amin’ity banky iray ity. Tanjona ny hahafahan’ireo tanora ireo manatsara hatrany ny orinasa tantanany ka handraisany hiasa ao aminy ireo tanora any ambanivohitra hita fa manam-pahaizana sy tokony ampiana ihany koa.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiarahamonim-pirenenaTsy tongatonga ho azy herisetra miseho lany eto

Tsy matin’ireo fiarahamonim-pirenena hatramin’izao mihitsy ny fahavakisan’ny fonja tao Farafangana ny alahady 23 aogositra teo.

Namoaka antontan’isa moa ry zareo PFNOSCM/Voifiraisana fa tamin’ireo gadra miisa 88 nitsoaka dia 22 hatreto no fantatra fa maty. 40 mahery no tratra. 8 maratra mafy. Tsy tongatonga ho azy, hoy ity fiarahamonim-pirenena ity, ireny herisetra miseho lany eto Madagasikara ireny fa vokatry ny zava-misy iainana ara-toekarena sy sosialy izay vao mainka nanery ny fahafahan’ny tsirairay tao anatin’izao fahamehana ara-pahasalamana izao. Mety isan’ireo valin’ny herisetra ara-drafitra nifanesy nitranga tato ho ato ireny, hoy hatrany izy ireo. Manjaka ny didin’ny be sandry amina fiarahamonina sasantsasany. Tsy mino ny fahamarinana, ny rariny sy ny hitsiny, ny tsy fanavakavahana intsony ny fiarahamonina. Mahatsiaro tena ho araraotina ireo vahoaka, hoy hatrany ny fanambaran’izy ireo ary voafafa tanteraka ny fiandrianam-bahoaka. Tsy mangarahara ny fitantanana ny krizy ara-pahasalamana. Nandeha ny fananganana “colisée” saingy tsy najaina ny lalana momba ny tsenam-barom-panjakana. Teo koa ny fividianana “bonbons sucettes” 8 miliara ariary, ny fividianana kojakoja informatika 216 miliara ariary ho an’ny CCO, voatazona tamin’ny toerana ny minisitra tompon’andraikitra tamin’izany, raha toa ka nesorina ny minisitra tena nilofo tamin’ny famonjena aim-bahoaka. Taratry ny tsy fankatoavana izany rehetra izany, hoy izy ireo, ny zava-nitranga tao Farafangana ka tokony hisarika ny rehetra ho any amin’ny fanovana.

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fananganana tanàna vaovaoHanao fakan-kevitra ny Minisitra lefitra

Mikarakara karazana fifanakalozan-kevitra miendrika seminera amin’ny alalan’ny tranonkala na

 

 

« Webinar » ny Minisitra lefitra misahana ny tanàna vaovao sy ny toeram-ponenana manomboka rahampitso 28 aogositra hatramin’ny 01 septambra ho avy izao. Ao anatiny dingana fanatanterahana ny tetikasa tanàna vaovao, hoenti-mandrafitra ny bokin’andraikitra momba ny fandalalinana ny fanatontosana ny tetikasa filamatra no antony. Lohahevitra 5 no hojerena : Fitantanana, toekarena, tontolo iainana, Vondron’olona, ary ny teknolojia. Mbola baraingo hatreto ny fanatanterahana ny tetikasa Tana-Masoandro na eo amin’ny toerana na ny hoenti-manana ara-bola. Taorian’ny teny Ambohitrimanjaka, dia any Imerintsiatosika no voalaza fa efa jerijerin’ny fanjakana hanatanterahana izany. Ho an’ny ara-bola, dia sarotra ho an’ny fanjakana no hanana loharanom-bola azy madiodio hamatsiana azy io, na efa nambara aza tany aloha fa ny volan’ireo orinasam-panjakana toy ny CNaPS no halaina. Mety ho endrika fifanarahana fampanofana tany na « bail emphytéotique » no ho fomba fiadin’ny fanjakana, fa ny hany zava-dehibe aminy dia ny hoe : misy zavatra mitsangana eo.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Gadra 23 maty tany FarafanganaAhiana hangina toy ny raharaha Ambovombe

Tafiakatra 23 ny maty tamin’ilay raharaha fahavakisana fomba tany Farafangana ny alahady 23 aogositra lasa teo.

 

45 ireo gadra efa voasambotra ary 20 kosa no mbola karohina. Olona miisa 3 no mbola manaraka fitsaboana any amin’ny Hopitaly, ka mpandraharahan’ny fonja ny iray. Nisy ny iraka manokana avy amin’ny Minisiteran’ny fitsarana sy avy amin’ny Minisiteran’ny asa sy ny lalàna sosialy hijery ifotony mba hampazava ity raharaha ity. Asa izay ho tohin’ity raharaha ity, fa ny tany Ambovombe Androy izay nisiana fahatesana sivily 2 maty voatifitry ny mpitandro filaminana nandritra ny sakoroka tany Ambovombe Androy ny 29 aprily lasa teo. Andrasana izay ho valin’ny fanadihadiana, fa zary lasa raharaha miteraka adihevitra goavana ity zava-niseho tao Farafangana ity. Ny mpiaro ny zon’olombelona rahateo, dia efa naneho fa tsy mifanaraka amin’ny zava-miseho ny fepetra noraisina tamin’ny alalan’ny fitifirana sy fanalana ain’olona. Efa ireny niaraha-naheno ireny ny fanehoan-kevitry ny depiote Razafitsiandraofa Jean Brunelle nilaza fa ohatran’ny mora ilay mamono olona. Nisy gadra efa 4 taona tsy notsaraina kanefa halatra akoho no nanagadrana azy, ary isan’ny maty tao anatin’iny raharaha iny.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Soalazaina - Ambatondrazaka30 tapitrisa Ariary vao votsotra ilay takalon'aina

Navotsotr’ireo mpaka ankeriny omaly maraina ny tovolahy iray, 24 taona, nataon’izy ireo takalon’aina nanomboka ny alahady 23 aogositra teo.

Vola mitentina 30 tapitrisa Ariary no notakian’ireo mpaka ankeriny ho tambin’ny famotsorana ilay tovolahy. Voaloa avokoa ny vola, votsotra ity farany, efa tafaverina eo anivon’ny fianakaviany ary salama tsara. Zanaky ny lefitry ny Ben’ny tanàna Kaominina Soalazaina, Distrika Ambatondrazaka ilay tovolahy nataon’ny jiolahy takalon'aina. Teny an-dalana hamonjy ny toerana filasiana izy sy ny namany roalahy ny alahady 23 aogositra 2020 tokony ho tamin’ny 11 ora alina, rehefa avy nanaraka ny fanazavan’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina mikasika ireo fepetra ara-pahasalamana ho an’ny 15 andro manaraka, no nosakanana efa-dahy. Ny roa tamin’ireo jiolahy naka sy nitondra azy avy hatrany, ny roa hafa niambina ireo roalahy naman’ilay tovolahy sady nanome ny laharana finday ahafahana mifandray sy miady varotra ny vola tambin’ny famotsorana ilay takalon’aina. Karohina fatratra ireo mpaka ankeriny ireo amin’izao.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

AndavamambaTratra ireo mpanendaka amin’ny andro atoandro

Lehilahy roa 18 taona no voasambotry ny polisy miasa ao amin’ny Boriborintany fahaefatra omaly tokony tamin’ny 10 ora atoandro.

Tratra teo am-panaovana ny asa ratsiny mihitsy izy ireo teo akaikin’ny Fiangonana FJKM Andavamamba. Ireo mpitandro ny filaminana avy ao amin’ny kaomisarian’ny polisy ao amin’ny Boriborintany fahaefatra no nahatratra azy ireo izay marihina fa tsy nanao fanamiana. Tsy maintsy nandray fanapahan-kevitra mantsy izy ireo noho ny firongatry ny mpanao sinto-mahery eny an-toerana izay marihina fa mahita elakelan-trano hisitrahana foana raha vantany vao mahavita ny asa ratsiny. Efa marobe tsy tambo isaina ireo lasibatra. Avy hatrany dia nentina natao fanadihadiana moa izy roalahy ireto.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

AmbovombeHijerena vahaolana mahomby ny olan’ny karatr’omby

Nanombohana ity herinandro ity ny famoràna zaza faobe izay natao tao Ambovombe Androy ka tonga nanokatra izany ny depiote voafidy tao an-toerana,

 Henry Jean Michel na depiote Henry. Ankoatra ny fikarakarana izany dia nanome « paniers Garnis » ho an'ireo zaza vao noforaina, izay nahitana Vary 5kg isan'ankizy, menaka 1 L, vatomamy sy biskoitra ity depiote ity. Nozaraina malabary koa ireo ankizy. Taorian'izay dia nitsidika ny fivoaran'ny asa ao amin'ny Tsena manaram-penitra Berary ny tenany, ary nilaza fa manantena ny asa fanamboarana ho vita hatramin’ny farany. Nizotra nijery ny fivoaran'ny asa fanamboarana ny Pave ao an-tampon-tanànan’Ambovombe Androy, izay tena mbola am-perinasa tanteraka, indray avy eo ny tenany sy ny delegasioniny.Tanjona amin'izao fanamboarana ny lalana ho Pave ao Ambovombe izao ny mba hanamora ny fifamoivoizana ary koa ny hanome endrika ny renivohitry ny Faritra Androy, hoy izy. Taorian'izay dia nijery ny fanamboarana ny Kianja manara-penitra Andaboly. Mizotra ary mandeha araka ny tokony ho izy ny asa ary manara-penitra ny anatin’izany rehetra, hoy ny fanamarihana. Namaranany ny fandaharam-potoanany moa ny fivoriana niaraka amin'ny OMC handaminana ny momba ny fandaniana ny vola CLD 2020 na tetibola natokana ho an’ireo kaominina ao Ambovombe sy ny vahaolana mafy orina momba ny FIB na karatr’omby ary ireo dinika hafa hampandrosoana an'Androy, hoy hatrany ny fampitam-baovao.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Jeneraly Ravalomanana RichardFiarovan-tena matoa mampiasa basy ny mpitandro ny filaminana

"Matetika dia ireo jiolahy no mitifitra mialoha, ary mamaly tifitra ny mpitandro filaminana (Zandary, Tafika, Pôlisy),

 entina miaro tena sy hiarovana ny vahoaka sy ny fananany, fa tsy sanatria hoe tsy mitandro ny zon'olombelona na fitia te-hamono. Fampaherezana no andrasana ho azy ireo fa tsy tsikera sy fanakiviana", hoy ny Jeneraly Ravalomanana Richard Sekreteram-panjakana miadidy ny zandarimaria raha nanazava ny fahalavoan'ireo gadra maro nitsoaka tao amin'ny fonjan'i Farafangana sy ireo dahalo lavo tany Miandrivazo ny tenany. Raha tsiahivina mantsy dia nisy ireo tsy nankasitraka ity fitifirana gadra nitranga tao Farafangana tamin’ny faran’ny herinandro teo ity.

 

Nangonin’i Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tahirimbolam-panajakanaMandray ny asany ireo Tale ambony vaovao

Tontosa omaly 26 aogositra 2020 maraina ny fifamindram-pitantanana teo amin’ireo tale telo voatendry eto anivon’ny fitantanana ankapoben’ny

 

Tahirimbolam-panjakana, izay nandritra ny Filan-kevitry ny minisitra ny 20 aogositra 2020 teo no nanendrena ireo tompon’andraikitra vaovao. Nanatrika izany ny mpiara-miasa sy ny tale ary ny lehiben’ny sampandraharaha maro, izay notarihin’ny Tale Jeneraly Ihaja Ranjalahy sy ny Talen’ny kabinetran’ny minisitera, Tsirofy Mihamina Ratovoharinony. Atoa Ratovondrahona Herinantenaina no voatendry ho talen’ny “Brigade d’investigation financière et de l’audit”( DBIFA) nandimbv an’Atoa Zafimahery Abel. I Randrianirina Hanitra Olivia kosa no voatendry ho "Directeur des Études" ( DE) handimby an’i Ratovoharinony Tsirofy Mihamina , izay voatendry ho Talen’ny Kabinetran’ny Minisiteran’ny Toekarena sy ny Fitantanam-bola. Ary i Raharijaona-Ndrianarilala Rado Haja Ezekiela no voatendry ho Tale vaovaon’ny fitanan-kaontim-panjakana (DCP) misolo toerana amin'i Hery Manantenasoa Micheline, tale teo aloha. Nankasitraka feno ireo Tale teo aloha moa ny Tale jeneraly Ihaja Ranjalahy sy ireo solontenan'ny mpiasa tamin'ny fanavaozana sy fanatsarana izay nentin'izy ireo. Nambarany fa hojerena akaiky ireo olana izay mety mianjady amin’ny mpiasa. Antenaina hoy izy fa hitondra ainga vao sy fijery vaovao eto anivon’ny Tahirimbolam-panjakana ireo Tale vaovao mandray ny asany nanomboka androany ireo. Nizotra tamim-pirahalahiana avokoa ny fifamindram-pitantanana.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitantanana ny Orinasa FanalamangaHifandroritana ny fanolorana kandidà

Hifandroritan’ny antokon’olona samihafa maro ankehitriny ny fanolorana kandidà ho fidiana ho mpitantana vaovao ao amin’ny orinasa Fanalamanga any Antsirinala Moramanga ankehitriny.

 Ny ekipa miaraka amin’ny DG teo aloha izay lasa solombavambahoaka,, Atoa Augustin Rakotonirina ohatra izay ahitana an’Atoa Pierre Houlder sns… dia fantatra fa hanohana ny DG mpisolo toerana am-perinasa ankehitriny. Ny ekipa ahitana ny solombavambahoakan’i Moramanga Dr Lova miaraka amin’ny loholon’i Madagasikara Rtoa Virginie etsy an-kilany dia hanolotra kandidà manokana ho tohanana ihany koa. Ny mahalasa ny saina anefa dia samy mpanohana ny fitondrana misy ankehitriny avokoa ireo vondron’antokon’olona ireo. Tsy mbola mifarana hatreo anefa ny lisitr’ireo izay mety ho kandidà amin’ity fifaninanana ity satria mbola tsy dia fantatra mazava ny datin’andro hanaovana ny fandraisana anarana.

 

Ntsoavina Evariste

 

Tia Tanindranaza0 partages

FifamoivoizanaMampikolay sahady ny fitohanana

Tena nampikolay ny maro sahady omaly alarobia andro voalohany niasan’ireo taxibe eto an-drenivohitra sy ny manodidina ny fitohanana. Toerana maro no nahitana izany toy ny teny Anosizato…

 

Mba hahafahana misoroka izany ary dia fantatra fa hijery ny lesoka ka hanara-maso akaiky izany ny polisim-pirenena. Ireo karazam-pitaovana azon’izy ireo tamin’ny fetin’ny fahaleovantena teo toy ny moto 100 isa, ny radio hifandraisana….no hampiasain’izy ireo amin’izany ka hisy mihitsy ny fametrahana brigade mobile izay hivondronana polisy mitondra moto marobe. Raha misy lalana ahitana fitohanana araka izany dia miezaka mitaingina moto mijery izay tena fototry ny olana ny polisy iray, asa hatao ao anatin’ny fotoana fohy. Ankoatra izay dia hampitomboina ihany koa ny polisy miasa amin’ny toerana misy fitohanana raha tsy latsa-danja amin’izany ny fanatevenana ny fiaraha-miasa amin’ny kaominina amin’ny fanalana ireo mpivarotra amoron-dalana.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

TAXIBE Maro ireo tratran'ny polisy tsy nanaja fepetra

Maro sahady ireo taxibe tratran’ny polisy tsy nanara-dalana omaly andro voalohany niasan’izy ireo.

 Hatramin'ny 8ora 30 maraina omaly mantsy dia nahatratra 20 sahady ireo taxibe tsy nanaraka ny fepetra napetraka hiarovana ny olom-pirenena amin'ny fiparitahan'ny valan'aretina covid-19. Ny tsy fanaovana "Visière" moa no tena hita fa maro tsy manara-dalàna ka voatery nampidinina avokoa ireo mpandeha tao anatiny ary nasaina nanaraka ny fepetra ireo taxi-be tsy nanao izany vao afaka miasa indray.Nentanina mba hanaraka ny lamina napetraka ihany koa ny mpamily sy ny mpanampy azy ho fiarovana azy ireo sy ny mpandeha izay entiny .Voalaza fa ny fiara iombonana no anisan’ny fitaovana iray manaparitaka haingana ilay valan'aretina, noho izany dia mila mitandrina sy manaja ny fepetra izy ireo ho tombontsoan'ny be sy ny maro rehefa nomena ny fahazoan-dalàna hiasa ihany.

 

Pati

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Miara-maloto

Voizina indray moa amin’izao fotoana izao fa ny filoham-pirenentsika dia isan’ny ireo filoham-pirenena miisa 5 aty Afrika mikaro-bahaolana indrindra hampandrosoana ny fireneny.

 Tsy hidirana lalina ny amin’iny na dia mbola maro aza ireo velom-panontaniana mikasika ny loharanom-baovao manamarina izany. Ny hirariana tokoa aza dia ny hoe enga anie mba ho marina izany satria rehareha ho an’ity nosy ity raha mitombona tokoa. Ny zava-misy iainana eto amin’ny firenena hatreto aloha dia saika iaraha-mahita isan’andro ny seho tsy fahita maha menatra sy mampivarahontsana izay mbola mampitovy antsika amin’ireo firenena afrikanina an-dalam-pandrosoana hafa. Ny mampalahelo aza dia andro aman’andro ity Madagasikara mamintsika ity no zary mampiana-dratsy ireo firenen-kafa ary ireo mpitondra sy tomponandraikitra eto koa dia mampiana-dratsy antsika vahoaka hiadidiany. Miteraka resabe efa ho herinandro toy ny raharaha Antsakabary sy Remenabila tamin’ny fotoan’androny io izao ny raharaha Farafangana. Tsy nisy izay tsy mihorohoro sy manahy mikasika ny fipetraky ny zo hiaina eto Madagasikara. Na depiote miara dia amin’ny fitondrana izao aza vaky vava fa mampivarahontsana no maheno fa gadra miisa 22 no maty voatifitra. Azo lazaina ho mbola tranga maha menatra maivamaivana ny fifandimparan-jotran’ny kabarin’ny minisitry ny serasera sy ny an’ny filoham-pirenena tany am-piandohan’izao ahamehana ara-pahasalamana izao na koa ny an’ny filoham-pirenena sy ny talen’ny fiadidiana ny repoblika raha mitaha amin’ireny raharaha “Bonbon sucette” sy “ecran plat” ireny. Indrindra moa fa ny fandomana mpitandro filaminana niharo vava tsy ambina vokatry ny hamamoana nataon’ny tale jeneralin’ny serasera teo aloha. Tao anatin’ny 2 volana monja anefa no nisehoan’ireo 3 farany ireo. Efa malaza hatrany am-boalohany moa fa be mpanipy hoditra akondro ny filoham-pirenena. Tafiditra ao anatin’izany ny tsy fangaraharahan’ny fitantanana ity ahamehana ity hatramin’izao ka hatramin’ny pitsony indrindra toy ireny voambolana “arovava orona” sy ity fampiderana karaman’olona notrosaina afak’omaly ireny ary ireo voalaza tany aloha rehetra teo sy ny hafa tsy voatanisa. Dia mihevitra ve izany ireo mety ho mpanipy hoditra akondro fa ny filoham-pirenena irery no maloto ao anaty fampijabahana ataony, raha toa ka izay tokoa moa no zava-misy? Tsy ny filoha irery angamba no hitan’ny olona fa ny fitondrana iray manontolo no miara-maloto noho ireny, raha ny hita hatreto aloha.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Bolida Isan’ireo safidiana ho mpilalao nisongadin’ny taona 2020

Ao anatin’ireo mpilalao miisa folo ho safidian’ny Orange Football Club amin'izay ho « Mpilalao Afrikanina nisongadina indrindra »

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Foibe fitondran-tsekoly FJKM Mba nanome “tosika fameno” ihany koa

Tontosa omaly tetsy amin’ny FJKM Atsimon’i Mahamasina ny fitondrana am-bavaka, toy ny fanao isan-taona, ireo mpianatra hanala fanadinana eo anivon’ny

 

foibe fitondran-tsekoly FJKM na ny fiangonan’i Jesoa Kristy eto Madagasikara. Satria moa mbola anatin’ny ahamehana ara-pahasalamana ny firenena dia mba nanome “tosika fameno”, araka ny fomba fiteny malaza ireo mpianatra hanala izay fanadinam-panjakana izay ihany koa ny eo anivon’ity foibe fitondran-tsekoly ity sy ireo mpiara-miombon’antoka aminy toy ny ONG Mahay sy ny fikambanana CBM, izay tarihin’ny filohany, Lila Ratsifandriamanana. Isan’izany fanomezana izany ny fitsapana hafanana, ny kojakoja fiarovana amin’ny aretina na “kit geste barriere”, ny arotava, ny “gel disinfectant” ary ny kitapom-panafana na “boite a pharmacie”. Efa namaritra sahady ny fidirana ho an’ny taom-pianarana manaraka sahady ihany koa moa ny sekoly FJKM ka dia ny 6 oktobra izao no fidiran’ny mpianatra ho an’ny ambaratonga fototra ary ny 12 oktobra kosa no ofisialy ho an’ny ambaratonga faharoa.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Tanin` ny CUA nisy nivarotra Tsy mbola nahitana vahaolana

Nisokatra omaly ny filankevitra monisipaly eo anivon` ny Kaominina Antananrivo Renivohitra (CUA).

 

Nasiana fanitsiana moa ny fitantanam-bolan` ny CUA ka tsy maintsy naroso mba hahazoana fankatoavana amin` ny filankevitra monisipaly. Raha ny fanazavan` ny ben` ny tanàna Naina Andriantsitohaina dia misy ireo asa tsy maintsy vitaina amin` ity taona ity ka izay no antony nahatonga ny fanitsiana. Voasoratra ao ny momba ny fanamboarana lalana eto an-drenivohitra sy fananganana tsena lehibe roa etsy Coum sy Anosy. Amin` ny zoma izao moa no hifarana ny fivoriana. Momba ireo tanin` ny CUA izay nisy nivarotra dia nanambara ny ben` ny tanàna fa “tsy maintsy ahitana vahaolana ny mahakasika ireny”

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Trafikana hazoKamio 3 sarona teny Bongatsara

Fiara lehibe telo nitatitra hazo antsokosoko niainga avy any amin’ny Distrikan’Andramasina

 

 no saron’ny Sampan-draharaha miady amin’ny kolikoly eo anivon’ny Minisiteran’ny tontolo iainana sy ny fampandrosoana lovain-jafy. Teny amin’ny PK 14 eny Bongatsara amin’iny làlam-pirenena faha-7 iny. Miisa 574 ireo hazo sarona ireo, izay 281 tamin’ireo dia hazo sarobidy voamboana avokoa. Nampiahiahy ny fisiana fitaterana amin’ny alina, ka narahi-maso sy notratrarina ny maraina izy ireo. Hazo vao avy nokapaina na “nouvelle coupe” ireo tratra, izay amidy 2 hetsy hatramin’ny 4 hetsy ariary ny iray. Nogiazana ary lasa fananam-panjakana avokoa ireo hazo, araka ny lalàna. Mbola misy ihany koa ny raharaham-pitsarana, izay ny mpitsara no tompon’ny teny farany mazava ho azy momba ny sazin’ireo tompon’antoka tamin’izao raharaha izao.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanolotsaina Komba“Aza manao mizana tsindrian’ila”

Teboka lehibe noheverin’ny avy eo anivon’ny mpanolontsain’ny tanànan’Antananarivo avy amin’ny vovonana politika Komba ho nodinihina nandritry ny filankevitra monisipaly omaly ny fandraisana ny fanamarihana nataon’izy

 ireo mikasika ny vokatra tsy kojakoja ara-pahasalamana nolavina tamin’ny tetibola voalohany sy tetibola fanampiny sady tsy nasiam-panitsiana. Nihena koa ny fanarenana na “rehabilitation” noresahanay hatrizay, hoy izy ireo. Ny fiainana an-davan’andron’ny olona mihitsy no tangosan’ny ben’ny tanana vola isan’andro toy ny sosialy, ny fahasalamana, ny trano sy fanorenana. Manokatra lalana ho amin’ny kolikoly izany, hoy izy ireo. Araka ny taratasy nataonay ny febroary lasa teo dia avoahay daholo ny fifanarahana rehetra fa tsy hanao mizana tsindrian’ila ka ny sasany kitihana moa ny sasany hodian-tsy hita, hoy hatrany ny Komba, mikasika ny hofan’ny trano lehibe na “villa” sy “appartement” an’ny CUA. Tsy nihena ny vinam-pandanian’ny CUA na dia teo aza ny fikatsoan’ny sehatra samihafa noho ny hahamehana ara-pahasalamana. Niditra araka ny tokony ho izy tokoa ve anefa, hoy izy ireo, ny vola nandritra izay 5 volana izay ?

 J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Suisse - MadagasikaraHanamafy ny firahalahiana amin’ny samy parlemantera

Nandray ny Masoivoho Suisse Chasper SAROTT, monina sy miasa eto Madagasikara, ny filohan’ny Antenimieram-pirenena Razanamahasoa Christine omaly.

 

 Nifantohan’ny fihaonana, ny fanamafisana orina ny fifandraisana ara-diplomatika eo amin’ny firenena roa tonta, izay efa nanomboka tamin’ny taona 1961. Fitsidihana izay niresahan’izy ireo mikasika ny fifandraisan’ny firenena eo amin’ny lafiny ara-toekarena, sosialy, fampianarana ary fahasalamana. Eo ihany koa ny firahalahiana amin’ny samy parlemantera.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaha MBSRaikitra ny fifamaliana teny Anosipatrana

Nanatanteraka fitsidihana ny iraky ny CUA nijery ny toetry ny toerana, ny fotodrafitrasa.

 

 

Tsy nitondra fanazavana momba ny fitsidihana ireo iraka. Niafara tamin’ny fifamaliana ny fikasan’ireo olon’ny Kaominina hiditra tany anatin’ny toeram-piasana, izany hoe ao amin’ny trano misy ny studio an’ny onjempeo sy ny fahitalavitra MBS. Somary niakatra ny feo satria tsy nanaiky ho lembenana ireo tompon’andraiikitry ny MBS .Nisy hatramin’ny hoe resaka baomba, ka nilaza ny teo anivon’ny MBS fa toerana fameloman’izy ireo vady aman-janaka io, ka tsy misy baomba izany ao. Nilamindamina ihany ny resaka avy eo. Mihamafana ity toe-draharaha ity. Nialoha io, dia nitondra fanakianana mafy ny ben’ny tanàna ho mpanitsakitsaka lalàna ny Mpanolotsaina Monisipaly avy amin’ny TIM omaly nandritra ny fivoriana tetsy amin’ny Lapan’ny tanana. Efa ho 20 taona tsy nandoa ny volan’ny kaominina ny MBS, ka tsy maintsy nandraisana fepetra. Tsy misy ambadika politika, tsy misy fikasana hanakatona haino aman-jery. Tsy nisy voaloa na ariary aza nandritra ny 20 taona, hoy ny Ben’ny tanàna Naina Andriantsitohaina omaly. Tsy niala tamin’ny taratasy fifanarahana izahay. Tsy araka ny hevitra tiana ahely hoe Atoa Marc Ravalomanana no manao sonia amin’ny maha ben’ny tanàna azy sy maha Lehiben’ny orinasa. Fanapahan-kevitra lany teo amin’ny Filankevitra monisipaly no nekeny amin’ny maha ben’ny tanàna mahefa azy, ary nisy ny olona manokana avy amin’ny orinasa dia Atoa Yvan Randrianasandratriniony izay voarakitry mazava ao anatin’ny taratasy fifanekena, fa tsy hoe Ravalomanana sy Ravalomanana, araka resaka voizina, hoy kosa ny MBS. Mbola nohavaozina ny fifanarahana ny taona 2016. Teo anelanelan’ny 2009-2016 ihany no tsy nahaloa hetra satria niaraha-nahita fa potika sy rava noho ny raharaha 2009, hoy ny fanazavana. Nilaza moa Atoa Rakotonirina Jean Claude Roger, fa tsy hipetra-potsiny ny MBS, fa hiady araka ny taratasy ara-dalàna eo am-pelatànana eo anatrehan’ny tsindry.

 

 Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sidina TsaradiaTakiana 100.000 Ariary saran’ny fitilana PCR ny mpandeha

Hosokafana miandalana ireo sidina anatiny manomboka ny 1 septambra 2020, mampitohy an’Antananarivo sy Sambava, Antsiranana, Taolagnaro, Toliara, Nosy Be, Toamasina, Mahajanga, Sainte-Marie,

 

 Maroantsetra ary Morondava araka fanazavana nataon’ny minisitry ny Fitaterana, ny fizahantany ary ny famantarana ny toetr’andro, Randriamandranto Joël, tao amin’ny fahitalavim-pirenena TVM, mahakasika ireo fepetra ho an’ny fitaterana, izay nambaran’ny Filoham-pirenena ny alahady lasa teo. Tsy maintsy manao fitiliana PCR roa andro mialoha ireo mpandeha ary mampiseho izay valin’izany milaza fa tsy voan’ny Covid 19 eo am-piaingana. Ho an’ireo handray ny sidina Tsaradia dia mandoa 100.000.Ar isan’olona ny mpandeha Sambava - Tana ho saran’ny fitiliana PCR atao azy ireo eny ampahatongavana Ivato araka ny filazana nataon’ny masoivohon’ny Air Madagascar tamin’ireo mpandeha naka tapakila omaly tao Antalaha.

 

Jean D.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Amnesty international“Tandindomin-doza ny zo iaina eto Madagasikara”

Loza mitatao ho an’ny zo iaina eto Madagasikara, hoy ny tale rejionaly misahana an’i Afrika atsinanana sy atsimo ao amin’ny rafitra iraisampirenena, Amnesty international,

Deprose Muchena, ireny tranga nahafatesana gadra nandositra miisa 22 tao Farafangana ireny. Mampiseho ihany koa izy iny fa ny governemanta Malagasy dia tsy mandraharaha ny fisian’ireo voafonja. Efa im-betsaka izahay, hoy hatrany ny Amnesty, no nampirisika ny fitondrana Malagasy ny amin’ny tokony hamahana io olana momba ny fahateren’ny fonja eto Madagasikara io. Tokony hitondra lesona ho an’ny fitondrana mahefa ny zava-mitranga ary hanokafany fanadihadiana maika. Na teo aza ny fampanantenana isan-karazany avy amin’ny filoham-pirenena dia tsy mitsaha-mitombo ny mponina ary toy izany koa ireo voafonja. Tapaka ny fifandraisan’ireto farany tamin’ireo fianakaviany sy ny namany, eny, hatramin’ny mpisolovava azy vokatry ny Covid 19 ary isany nanampy trotraka ireo aretina mpahazo ny voafonja sy nampitroatra azy ireo izany ka tokony hikarohana vahaolana, hoy ity rafitra iraisampirenena ity.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

AnosikelyNihaona i Rivo Rakotovao sy ny masoivohon’i Japon

Nitsidika tamin’ny fomba fifanajàna ny Filohan’ny Antenimierandoholona Rivo Rakotovao teny amin’ny lapa maitsoo Anosikely, ny Ambasadaoron’i Japon vaovao monina sy mipetraka eto Madagasikara, SEM HIGUCHI Yoshihiro, omaly 26 Aogositra 2020.

 

Niompana tamin’ny fanamafisana ny fiaraha-miasa eo amin’ny tany roa tonta ary indrindra indrindra eo anivon’ny Antenimierandoholona Japone sy Malagasy. Izany no natao dia ny mba hisian’ny fifanakalozana traikefa eo amin’ny firenena roa tonta. Namban’io diplaomaty io fa ho fanamafisana izany fiaraha-miasa sy ho fitohizany, dia hisy ny tetik’asa hantsangan’izy ireo mba ho entina hanarenana ny voka-dratsin’ny Covid 19. Amin’ny alalan’ny famatsiana fitaovana ara-pahasalamana sy fidioavana ho an’i Madagasikara izany. Nohamafisiny ihany koa fa na dia eo aza izany, dia tokony ho mailo hatrany amin’ity aretina ity ny rehetra. Vonona hatrany hanampy an’I Madagasikara ny firenena Japoney amin’ny fampandrosoana indrindra fa eo amin’ny lafiny ara-ekonomika sy sosialy. Nilaza kosa Atoa Rivo Rakotovao, fa efa ela no nisian’ny fiaraha-miasa teo amin’ny firenena roa tonta. Anisan’izany ny eny Ambatovy, ireo tetikasa goavana izay atao eny amin’ny seran-tsambon’i Toamasina sy any Alaotra, ireo fanomezana sy tolo-tanana samy hafa entina iadiana amin’ity valan’arentina ity ary ny fananganana fotodrafitrasa maro isan-karazany eto amintsika. Nohamafisiny ihany koa fa ilaina ny fananana parlemanta matanjaka, afaka mifampihaino, araka ny nolazain’ny Ambasadaoron’i Japon, mba ahafahana mandamina firenena iray.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antenimieram-pirenenaNisokatra omaly ny fivoriana tsy ara-potoana

Hiompana amin` ny fametrahana ny vaomiera iombonana ny antenieram-pirenena handinika ny volavolan-dalàna lah. 001/2020 tamin`ny 26 febroary 2020 ny fivoriana tsy ara-potoanan` ny parlemantera izay nanomboka tamin` ny fomba ofisialy teny amin` ny CCI Ivato omaly.

 

Mirakitra didy hitsivolana telo lehibe io volavolan-dalàn io ka ao anatin` izany ny lalàm-pifidianana sy ny fitsapahankevimbahoaka, eo ihany koa ny lalàna mifehy ny harena an-kiboon` ny tany ary ny didy hitsivolana manitsy ny fitantanana ankapobeny ny Antenimierandoholona. Nandritra ny lahateny nataon’ny filohan’ny Antenimierampirenena, Chrisitine Razanamahasoa, dia nisaotra ny Fahefana Mpanatanteraka ny tenany tamin’ny ezaka natao niadiana tamin’ny valan’aretina Covid19 sy ny fangaraharana teo amin’ny lafiny ara-bola. Niarahaba ireo mpikambana vaovao ao amin’ny Governemanta ihany koa ny Filoha, ary maniry ny mba hisian’ny Solombavambahoaka betsaka kokoa ho ao anatin’ny Governemanta. Hiroso amin` ny fivoriana moa ny birao maharitra sy ireo filoham-baomiera ka aorian` izay vao voafaritra ny zavatra ho tapahina sy dinihana mandritra ny fivoriana izay haharitra 12 andro.

 

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Christine Razanamahasoa« Holanianay ny lalàna na hitsipaka aza ny loholona »

Tsy hita izay hanaovana « amendement », fa ny hoe tsipahina sa ekena no atao amin’ny fanakambanana ireo lalàna tsy misy ifandraisany ireo, raha ny fanambaran’Atoa Rivo Rakotovao omaly nandritra ny fanokafana ny fivoriana tsy ara-potoanan’ny Antenimierandoholona.

Nisy ny fanovana izay nentina momba ny fifidianana sy ny fitsapankevi-bahoaka, ny fomba fifidianana ny loholona sy ny fihodin’io andrim-panjakana io, ny fepetra novaina momba ny harena an-kibon’ny tany, ka ireo tolo-dalàna ireo no natambatra. Tsy nisafidy ny hanasaraka izany ny fanjakana na nangataka izany aza ny loholona, hoy i Rivo Rakotovao. Anton’izany anefa, hoy izy , ny mba hisian’ny adihevitra mialohan’ny hitondrana fehin-kevitra satria tsy misy hifandraisany ireo lalàna miisa telo. Efa nitsipaka izany lalàna izany moa ny loholona. Sambany teo amin’ny tantara ny fisian’ny « commission mixte paritaire » na dia mifanaraka amin’ny lalàm-panorenena. Solontena 7 avy ho an’ny antenimiera roa tonta no handrafitra azy io. Hisy Filoha, Filoha lefitra, Mpampaka-teny. Raha tsy misy ny marimaritra iraisana, dia ny antenimieram-pirenena no tompon’ny teny farany, raha ny fanazavan’ny Filohan’ny antenimieram-pirenena Rtoa Christine Razanamahasoa. Efa nambaran’ny HCC fa manaja ny lalàmpanorenana io, ka marimarimaritra iraisana no tadiavina, fa rehefa tsy misy sy mihenjana ny tady dia ny antenimieram-pirenena no hampandany azy, hoy ity Filohana andrim-panjakana ity.

 

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Firafitry ny governemantaTsy resy lahatra ireo depiote

Nihena ny isan’ny solombavambahoaka, raha oharina amin’ny teo aloha, kanefa ny nantenaina dia mba hitombo hihoatra ny roa aza, hoy ny Filohan’ny Antenimieram-pirenena Christine Razanamahasoa.

 

 

 

Solombavambahoaka am-perinasa iray ihany sisa no ao anatin’ny governemanta, dia ny Minisitry ny Mponina Rtoa Bavy Angelica Michelle. Ny fisian’ny solombavambahoaka ao dia taratry ny vondroina maro an’isa ao amin’ny Antenimieram-pirenena, manamafy ny maha ara-drariny sy ny fankatoavana avy amin’ny vahoaka. Mitarika fahamarinan-toerana hahafahana mifantoka bebe kokoa amin’ny fampandrosoana. Mahatoky izahay fa amin’ny fanovana indray aorian’ny tombana izay hisy amin’ny manaraka, dia ho hita taratra ny solombavambahoaka ao anatin’ny fanovana ny governemanta”, hoy ity Filohana andrim-panjakana ity. Saika teknisianina avy any ivelany, tsy hita taratra teo amin’ny tontolo politika moa ny ankamaroan’ny mpikamban’ny governemanta amin’izao fotoana izao. Efa hatry ny ela no nisiana karazana lonilony na tsy miseho mivantana aza eo amin’ireo politisianina, olom-boafidy efa nisedra fifidianana, niady mafy tamin’ny fametrahana sy fanohanana ny Filoha,… izay toa misy ny te haneho fa izy ireo no namono ny voay, saingy ny hafa no miravaka ny vanginy. Mety hiteraka fifandirana eo amin’ny samy mpanohana mpitondra, na koa ny fahefana mpanatanteraka sy mpanao lalàna io. Azo adika ho tsy fahamatorana politika sy mety ho famadihana ny vahoaka nifidy ihany koa anefa ny fidirana ho mpikamban’ny governemanta, kanefa depiote no nametrahan’ny olom-pirenena ny olom-boafidy iray.

 

Toky R

 

La Vérité0 partages

Covid-19 à Antananarivo - Les hôpitaux se vident

23  semaines après l’hospitalisation du premier cas positif du coronavirus, à l’exception des cas graves, les quatre grands hôpitaux d’Antananarivo aménagés pour accueillir des patients de Covid-19 se vident.  Le Centre hospitalier universitaire d’Anosiala, le premier établissement sanitaire spécialisé dans la prise en charge des cas confirmés, n’enregistrait plus  hier  que 8 contaminés et deux cas suspects en attente des résultats du test PCR. Hier après-midi, leur état de santé s’est amélioré, ce qui a conduit à  leur sortie du service de la réanimation. Il est à noter que depuis le mois de mars, 489 personnes porteuses du coronavirus y ont suivi le traitement. Au début, cet hôpital a traité tous les patients confirmés et suspects. Vers le mois de juillet dernier,  seuls les sujets développant une forme sévère ou critique y ont été admis. Avec une capacité logistique de 100 lits, cet établissement sanitaire a déjà  enregistré en une journée 75 patients infectés  admis dans son service d’urgence.  « Nous œuvrons actuellement à l’aménagement des salles occupées par les patients de Covid-19. Elles seront bientôt attribuées à  leurs services initiaux », nous a expliqué un de leur personnel. Le deuxième établissement sanitaire réquisitionné dans cette lutte a été l’hôpital « manara-penitra » d’Andohatapenaka. A la date d’hier, il ne restait plus que 10 patients de Covid-19 dont 6 porteurs toujours maintenus sous oxygène. Les quatre autres contaminés  sont  sortis du danger et suivis  de près par des médecins traitants. « Ces patients ont déjà reçu des tests PCR négatifs mais des séquelles pulmonaires les empêchent de recouvrer la santé d’où l’assistante respiratoire. Nous essayons  de les rééduquer pour qu’ils puissent retrouver une vie normale », avance une source. Il y a 15 jours de cela, ce centre hospitalier affichait complet. Tous les 56 lits disponibles ont été occupés par des personnes testées positives au coronavirus. Diverses raisons expliquent cette amélioration de la situation au niveau des hôpitaux. La prise en charge des individus infectés développant des signes simples s’effectue au niveau des Centres de santé  de base niveau II. Seuls les sujets graves sont transférés dans les grands hôpitaux.  Prenant le cas de l’hôpital Befelatanana qui n’enregistrait plus que 22 patients sous appareils respiratoires, ou encore l'HJRA qui  ne comptait plus que 12 contaminés présentant de formes symptomatiques importantes. Au cours des dernières 24 heures, 68 porteurs en situation inquiétante sont répartis dans tout Madagascar. Et dernièrement,  le traitement à domicile libère nos hôpitaux. K.R.

La Vérité0 partages

Modification de la loi relative au PAC - Pouvoir souverain du législateur

La présidente du PAC ou Pôle anti-corruption, Ratiarisoa Harimahefa, a fustigé hier la proposition de loi du député Idealson modifiant le mode de fonctionnement dudit pôle. Mais étant un pays démocratique, le dernier mot en matière législatif revient au législateur.

Cela fait un bon bout de temps que le débat sur la modification de la loi relative aux PAC a été écarté du paysage politique. Il s’agit de la proposition de loi n° 01-2020 du 01 juin 2020 modifiant les dispositions de la loi n° 021-2016 sur les pôles anti-corruption. Une proposition présentée par le député Idealson, élu à Ampanihy Ouest. Tout le monde a presque oublié qu’il y a encore cette loi sur le tapis. La pandémie de coronavirus a pris le devant de la scène à cause de l’état d’urgence sanitaire décrété par le Président de la République. Mais hier, la présidente du PAC, Ratiarisoa Harimahefa, est revenue à la charge. Elle soutient qu’il devrait y avoir un débat de fond sur la modification de la loi régissant l’organe qu’elle dirige.La présidente du PAC  a acquiescé que certaines articles de la proposition de loi sont recevables. Elles constituent une avancée en matière de lutte contre la corruption. Mais cet acquiescement présente un bémol. Elle a avancé que d’autres modifications présentent un risque de ralentissement de la lutte contre la corruption. Elle a cité comme exemple les articles 19 et 20 modifiés de la proposition de loi. A en croire ses explications, ces nouveaux articles effacent certaines infractions en matière de lutte contre la corruption. Elle a avancé un chiffre d’une vingtaine d’infractions effacées si la proposition arrivait à terme. La raison pour laquelle elle a suggéré qu’il devrait y avoir un débat de fond avant l’adoption définitive de la proposition de loi.Il ne faut pas pour autant oublier que la procédure législative est toujours en cours. Certes, la proposition de loi a déjà été adoptée par l’Assemblée nationale au début du mois de juillet 2020. Mais cela ne veut pas dire que la proposition est définitivement adoptée. D’ailleurs, elle se trouve toujours au Sénat. Les discussions des sénateurs sur la proposition de loi est en cours. La navette entre les deux Chambres se poursuit toujours. Une procédure tout à fait normale prescrite même par la loi fondamentale. Jaser sur le sujet actuellement, en pleine période de session extraordinaire sur la mise en place d’une commission mixte paritaire, n’est que temps perdu. D’ailleurs, il faut laisser le Parlement faire son travail conformément à la Constitution. Le Parlement, à savoir l’Assemblée nationale, a toute latitude pour discuter et voter les lois, quelles qu’elles soient. Un député ou un sénateur peut avancer une proposition de loi de son choix, qu’il estime devoir appliquer de façon générale et impersonnelle sur tout le territoire de la République de Madagascar. Ainsi, si les organisations de la société civile dénoncent qu’elles n’ont pas été ni informées ni consultées, il s’agit d’une procédure tout à fait normale. Le législateur a le droit de consulter ou pas. N’empêche…La rédaction

La Vérité0 partages

Evasion à Farafangana - Le corps d’un évadé de 17 ans retrouvé

L’évasion meurtrière de la prison de Farafangana ayant fait une vingtaine de victimes continue encore d’alimenter les conversations. Et en plus, les nouvelles semblent intarissables. Avant-hier, le corps d’un évadé de 17 ans a été repêché dans un cours d’eau à proximité de la localité où s’est déroulée l’évasion dimanche dernier. L’histoire de cet adolescent a été narrée par ses proches à la députée de Farafangana,  Clarisse Raheriarijaona. Une histoire invraisemblable qui conforte encore un peu plus les failles de la Justice malagasy, une des raisons avancées par les évadés expliquant leur motivation à passer à l’acte.L’adolescent qui faisait partie des 88 évadés  et des 20 recherchés avant de figurer sur la liste depuis avant-hier des prisonniers  décédés aurait été incarcéré à la prison de Farafangana depuis six ans. Il était ainsi âgé de 11 ans à son incarcération dans la geôle pour une raison jugée invraisemblable par l’élue de Farafangana. D’après les confidences des proches à celle-ci, leur enfant venait de passer l’examen officiel de CEPE avant qu’il atterrisse à la prison suite à une faute qu’il n’aurait pas commise. Une personne lui a demandé de service pour récupérer  un sac de jute dans un lieu indiqué. Une pratique courante en milieu rural que l’enfant n’a vu rien de mal à l’accomplir. Seulement, en cours de route du retour, il a été interpellé par des habitants qui voulaient fouiller le contenu du sac en jute dont il ne connaissait même pas. Et là, c’est la grande surprise tant pour les habitants que pour l’enfant, le sac contenait des… os humains. Evidemment que celui qui l’embauchait pour ce service a disparu dès la découverte du pot aux roses. Ainsi, c’est l’enfant qui subissait l’arrestation, les enquêtes et l’incarcération. Six ans, c’est la durée de sa détention à la prison de Farafangana sans jugement d’où peut-être son idée de profiter de cette évasion concoctée par les grands.« Le ministre de la Justice en se déplaçant à Farafangana dernièrement  a expliqué aux détenus leurs droits. C’est déjà une bonne chose mais à mon avis c’est insuffisant. Il faudrait que l’Etat procède à une aide juridictionnelle pour faire connaitre aux gens, notamment ceux de la brousse, de la procédure judiciaire et des droits des citoyens. C’est un vaste campagne de sensibilisation qui pourrait mettre un coup de frein aux abus et corruption dans le milieu judiciaire ou carcéral », note la députée Clarisse Raheriarijaona qui martèle que le fait de crever l’abcès est une marque de soutien au régime actuel du Président Andry Rajoelina. L’élue persiste et signe qu’elle condamne l’évasion mais elle reste tout de même sensible au sort des prisonniers et de leurs proches. En guise de soutien à ces derniers, notamment ceux qui ont perdu les leurs dans cette évasion meurtrière, la députée Clarisse Raheriarijaona a offert une enveloppe financière aux familles des victimes. C’est un acte dans le cadre des us et coutumes des Malagasy que l’élue de la localité a tenu à réaliser avant de rejoindre la Capitale pour la session extraordinaire de l’Assemblée nationale.La rédaction

La Vérité0 partages

Commission mixte paritaire - Les représentants de l’AN connus

L’Assemblée nationale a décidé qui va la représenter au sein de la commission mixte paritaire. Il s’agit de 7 députés titulaires et de 7 députés suppléants, tous issus des groupes parlementaires au sein de la Chambre basse. Le groupe parlementaire IRD est majoritaire. Les députés IRD sont au nombre de 5, à savoir Velontsara Paul Bert, élu à Port Bergé ; Mohamad Ahmad, élu à Fenerive Est ; Assimo Bruno, élu à Ambilobe ; Idéalson élu à Ampanihy Ouest ; et enfin le député Rajoelina Andriami-harimanana Seth, élu à Fianarantsoa I. Leurs suppléants sont Razakandrainy Dominique, élu à Sakaraha ; Ratsimandroina Aida Hardy, élu à Taolanaro ; Ramenason Rio Merci, élu à Antsiranana I ; Johary Lee Andrianambininina, élu à Vondrozo et le député Rahasimanana Paul Bert dit Rossy. Le groupe parlementaire TIM compte un représentant titulaire, le député Fidèle Razara Pierre, élu à Ambatondrazaka. Son suppléant Ratsimbazafy Alain Jean, élu à Antananarivo Atsimondrano. Le Groupe parlementaire républicain ou GPR compte également un membre titulaire et un membre suppléant, respectivement le député Randrianasolo Augustin élu à Marolambo et le député Satra Augustin élu à Brickaville.A l’heure où nous mettons sous presse, l’on ignore qui seront les sénateurs titulaires et les sénateurs suppléants du côté de la Chambre haute. Selon les informations recueillies, la première réunion des membres de la commission mixte paritaire aura lieu ce jour. Pour rappel, les membres de la commission mixte auront pour rôle de discuter et d’adopter la loi de ratification n°001/2020 du 6 février 2020. Cette loi de ratification regroupe trois ordonnances prises par le Président de la République l’année dernière dont celle relative au fonctionnement du Sénat ainsi qu’aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs de Madagascar. L’Assemblée nationale et le Sénat ne s’étaient pas mis d’accord sur l’adoption de ladite loi de ratification. Cette fois-ci en cas de persistance du désaccord entre les membres de la commission mixte, ces derniers devront en faire part au Premier ministre, qui a compétence pour faire voter la loi sans modification à l’Assemblée nationale. Vu que la majorité au sein de cette Chambre soutient le régime actuel, l’adoption de la loi de ratification ne souffre d’aucun doute.

La Vérité0 partages

La gâchette facile ?

Coup de tonnerre à Farafangana ! La vieille prison de la ville fut le théâtre d’une mutinerie meurtrière  le  23 août. Mutins et gardes pénitentiaires s’affrontèrent mortellement. Les « pensionnaires » ont réussi à prendre le large. Le bilan est lourd : 23 morts et une quarantaine de blessés dont certains graves et des disparus. Du coup, l’ »évènement » défraie les chroniques locales et internationales. La presse française ne rate point l’occasion d’attirer l’attention de l’opinion internationale sur ce qu’on pourrait appeler des « débordements » à Madagasikara. Elle ne laisse pas passer gratuitement toutes les occasions pour salir l’image de la Grande île. Un pays qui ose défier la  toute-puissance de la mère-patrie dans l’océan Indien à propos des îles Malagasy dites « Iles Eparses ». Un pays qui se vante de réussir à mettre sur point un remède contre la pandémie de Covid-19, un crime de lèse-majesté à l’encontre des grands laboratoires pharmaceutiques occidentaux. Les représailles s’organisent. Madagasikara est exclu de la liste des pays pouvant franchir le territoire Schengen.  Le pays se dirige vers la sortie de ce long tunnel de la pandémie et cela grâce notamment au Covid-Organics. Mais la presse française ignore royalement  « l’exploit ». Elle ne s’intéresse qu’aux éventuels faux bonds  du régime.La Société civile monte au créneau, dénonce à ce qu’elle qualifie de « tuerie » à Farafangana et exige la mise en place d’une commission d’enquêtes indépendante. Les détracteurs du régime se réjouissent discrètement et se frottent les mains. Ils s’attendent discrètement à des retombées négatives contre le régime.Farafangana, au pays des Antefasy, dans le Sud-est malagasy, regorge en richesses naturelles des espèces florales et fauniques. La Maison centrale de la ville date de la période coloniale. Elle n’a jamais subi de grandes réparations. Prévue pour contenir 80 personnes au maximum, elle abrite au moins 300 individus pour la plupart des cas non jugés. Les « pensionnaires » se plaignent depuis toujours des conditions inhumaines de la détention.Le cas qui s’était produit dans la prison de Farafangana n’est que le reflet du profond malaise qui mine le milieu carcéral malagasy. Vétustés des bâtiments, surpopulation inacceptable au sein desquels toutes les maladies transmissibles et virales font la loi. A ce triste tableau s’ajoute le règne de la corruption. La révolte des prisonniers coule de source.Les gardes pénitentiaires et les Forces de l’ordre venues en renfort ont-elles eu vraiment la  gâchette facile ? Certaines sources font état de l’usage d’armes à feu du côté des mutins. Au cas où ces informations sont avérées, l’hypothèse d’une légitime défense tient route. A noter que la circulation parallèle d’armes à feu dans le pays relève d’une banalité depuis un certain temps.De toute manière, il est grand temps que l’on se penche sérieusement sur le cas du monde carcéral à Madagasikara. Des voix s’élèvent régulièrement sur les anomalies flagrantes dans nos prisons. Des infrastructures inadaptées, une surpopulation qui dépasse l’entendement, le règne de la corruption inédit, etc. Le Chef de l’Etat, lors de sa visite inopinée à Antanimora, le 31 octobre 2019, a déjà crevé les abcès. A cette occasion, il annonçait un train de mesures à prendre. Où en est-on ? Il appartient aux responsables directs d’assumer leurs charges.  Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Protocole sanitaire - Ravinala Airports prêt pour toute éventuelle ouverture des frontières

L’ouverture des frontières aériennes est plus que nécessaire pour la reprise de l’économie du pays. Toutefois, jusque-là, cette question n’est pas encore à l’ordre du jour. Seuls les vols à destination de Nosy-Be pourront reprendre à partir du mois d’octobre prochain. L’autorisation a notamment été accordée lors du Conseil des ministres du 21 août dernier. De ce fait, toutes les parties prenantes s’activent aujourd’hui pour préparer cette reprise des vols internationaux à destination de Nosy-Be. “Pour l’aéroport de Nosy-Be, nous devons encore revoir quelques détails concernant le protocole sanitaire, suivant notamment les recommandations de l’Aviation civile de Madagascar mais également de l’Organisation de l’aviation civile internationale. Dès aujourd’hui, nous allons procéder à la mise en application de ces recommandations pour préserver au maximum tous les voyageurs. Dans tous les cas, nous serons prêts dans les temps” a soutenu Patrick Collard, directeur général de Ravinala Airports, la concession gérant les aéroports de Nosy-Be mais également d’Antananarivo. Contrairement à Nosy-Be, les infrastructures adaptées à la situation sont déjà prêtes à l’emploi. “Nous avons fait, bien avant la propagation de pandémie dans le pays, l’acquisition de caméras thermiques, permettant la mesure des températures. De plus, des gels désinfectants ont été placés sur tout le circuit de débarquement mais aussi d’embarquement. Tout le protocole sanitaire nécessaire est en place. Nous serons alors prêts pour toute éventuelle ouverture des frontières aériennes et reprise des vols commerciaux”, défend le responsable. Tout comme les aéroports du monde entier, l’aéroport international d’Antananarivo rencontre des difficultés. Depuis le début de la crise sanitaire en effet, tous les vols ont été suspendus depuis plus de cinq mois. En tout cas, pour sa part, Ravinala Airports continue de nouer des relations avec les différentes compagnies étrangères, surtout en Afrique, et les gestionnaires des aéroports pour les attirer à desservir à Madagascar. “Nous attendons de fixer une date pour les prochaines discussions avec nos futurs partenaires”, rajoute le DG de Ravinala Airports. Cependant, le concessionnaire continue ses actions sociales pour apporter sa contribution dans la lutte contre la propagation de la pandémie de coronavirus dans la Grande île. Hier, il a ainsi remis de matériels médicaux au ministère de la Santé publique, soit 38 concentrateurs d’oxygène et neuf respirateurs ainsi que leurs consommables, d’une valeur de 80 904 euros. L’hôpital de Nosy-Be recevra une bonne partie de cette donation, dans un esprit de renforcement de leurs capacités en prévoyance de la réouverture des vols internationaux. Rova Randria

La Vérité0 partages

Campagne de reboisement 2020-2021 - Les directions régionales en pleine préparation

Après la direction régionale de l’environnement et du développement durable de Vakinankaratra, celles d’Atsinanana et d’Amoron’i Mania préparent également la prochaine campagne de reboisement. L’objectif de reverdir Madagascar demande en effet la participation de tous, mais plus particulièrement une grande participation. Ainsi, l’association des exploitants forestiers du District de Fandriana a mis en place dans le Fokontany de Tsimialona, depuis samedi dernier, une pépinière. Elle leur permettra notamment, d’après leurs prévisions, près de 380 000 jeunes plants pour la campagne de reboisement de 2020-2021. “Ce genre d’initiative permet de responsabiliser et de faire participer les exploitants forestiers. Comme cela, ils veillent à la durabilité de leurs activités et des ressources forestières à exploiter”, déclare la DREDD d’Amoron’i Mania. Pour sa part, la DREDD d’Atsinanana a mis en place une pépinière permanente qui permettra la production de plus d’un million de jeunes plants destinés au reboisement utile et de proximité dans la Région. “Les forêts humides de l’Est subissent aujourd’hui d’énormes pressions causées principalement par l’exploitation illicite de bois et les feux de forêt. Les zones forestières ont alors considérablement diminué. C’est pourquoi nous nous activons dans les activités de reboisement, notamment avec la mise en place de cette pépinière permanente. Elle sera ainsi composée de plates-bandes faites en béton et en parpaing”, explique la DREDD d’Atsinanana. Dans cet esprit de reboisement utile, les responsables misent surtout sur la production d’arbres fruitiers, de plantes autochtones et de bois énergie.  Rova Randria

La Vérité0 partages

Convocations pour les examens officiels - Aucune confiscation tolérée !

« Tous les candidats doivent avoir leurs convocations aux examens officiels même si leurs parents n’ont pas pu payer les écolages. Nous devrions rester solidaires ». C’est ce que le Président de la République a insisté lors de son intervention à la TVM, dimanche soir. « Les candidats ont le droit d’obtenir leurs convocations. Les établissements ne doivent pas leur en priver, peu importe la raison. Les candidats ne devraient pas être des sujets de chantage. Nous sommes conscients des difficultés financières endurées par les établissements privés en ce temps de crise. L’Etat et le ministère restent à leur écoute… », a ajouté Marie Michelle Sahondrarimalala, la ministre de l’Education nationale, lundi dernier durant le rendez-vous de 13h à la chaîne nationale. A quelques jours de ces déclarations, les établissements ont commencé à dispatcher les convocations pour les candidats à l’examen du CEPE. L’on a constaté une ruée des parents d’élèves dans les établissements publics et privés et ce depuis lundi dernier. Pourtant, les convocations ne sont disponibles que depuis hier pour la circonscription scolaire (CISCO) de la ville d’Antananarivo. « Bon nombre des parents n’ont pas pu payer les écolages depuis le confinement. Nous comprenons la situation à cause de la crise actuelle liée à la Covid-19, c’est pourquoi nous avons défini un arrangement avec eux. Ainsi, ils pourront régler en tranche les arriérés d’écolage à partir de la prochaine rentrée scolaire. Quoi qu’il en soit, ils ont récupéré les convocations de leurs enfants depuis la matinée », nous confie un directeur d’établissement privé sis à Tsimbazaza. Comme lui, bon nombre de responsables ont retenu le fait qu’aucune confiscation des convocations aux examens officiels n’est tolérée, malgré le non-paiement d’écolage.Notons que les candidats au CEPE, dont la session se fera ce 1er septembre, pourront consulter leurs noms dans les listes affichées à l’entrée des salles d’examen, à partir du week-end prochain. Les candidats et personnels mobilisés pour le bon déroulement des sessions recevront des masques, outre les dispositifs de lavage des mains et la désinfection des centres d’examen. Le respect des mesures barrières notamment la distanciation sociale dans les salles, sera privilégié.Recueillis par Patricia Ramavonirina

La Vérité0 partages

Antananarivo-ville - Changement d’arrêt pour les taxis-be

Les embouteillages reviennent dans la Capitale et ses périphéries. Depuis la reprise des transports en commun dans la zone urbaine et suburbaine à Antananarivo, les bouchons ont quasiment empiré surtout durant les heures de pointe. Afin de décongestionner la ville, une nouvelle organisation a été mise en place par la Commune urbaine d’Antananarivo (CUA) et est applicable dans l’immédiat. Pour le centre-ville, l’arrêt rapide à Soarano a été supprimé. Du côté d’Amboditsiry, l’arrêt-bus dit «  pompe »  est déplacé devant la charcuterie Lewis. Il est désormais transformé en arrêt- rapide. Concernant le primus de la ligne E reliant Andravoahangy avec Ambohimangakely et Ambohimalaza devant le marché du Solomaso, il a été déplacé devant le marché d’Art malagasy, à côté de la Poste d’Andravoahangy, tandis que celui à côté de la quincaillerie Sambatra à Mascar a été déplacé devant le Centre de santé de base (CSB II). Bien que ce changement brusque ait engendré une mésentente entre les passagers et les transporteurs, la majorité d’entre les usagers de ces axes ont témoigné leur gratitude quant à cette décision. En effet, ces derniers n’étaient pas encore au courant de cette décision et ont attendu durant des heures dans les  anciens arrêts. Notons que l’ancien stationnement des lignes E à Andravoahangy a engendré des grands bouchons de ce côté, notamment durant le marché du mercredi. A cause de la gabegie des transporteurs autant que le non-respect du code de la circulation pour les commerçants et piétons, il a fallu une demi-heure pour un trajet de 50 mètres.  A plusieurs reprises, les usagers ont effectué une dénonciation sur les réseaux sociaux et dans les médias,  mais l’ancien dirigeant de la Capitale n’a pas bougé le petit doigt pour un quelconque changement.Anatra R. 

Midi Madagasikara0 partages

Filière vanille : Une stratégie interventionniste contreproductive selon des opérateurs

La vanille malgache reste encore et toujours la championne du monde en termes de qualité

Les avis divergent toujours en ce qui concerne la manière de gérer la  vanille qui demeure encore et toujours une filière d’une grande  importance pour l’économie de Madagascar.

Des opérateurs de la vanille continuent de contester l’initiative du gouvernement de fixer à l’avance, les prix à l’export. Pour eux le libre marché est la meilleure solution qui puisse permettre de maintenir à flot la vanille de Madagascar.

Contreproductive

Une certaine façon de mettre la charrette avant les bœufs. C’est en tout cas l’avis d’une partie des opérateurs de la vanille quant à cette décision des autorités de fixer à 250 dollars  au minimum le prix FOB de la vanille à l’export pour la campagne 2020-2021. « Pour la première fois dans l’histoire de la vanille libéralisée, les prix sont fixés avant le début de la campagne » dénonce le Collectif des Exportateurs de Vanille de Madagascar, dans un communiqué publié récemment. Une manière pour ce Collectif de considérer que cette stratégie  interventionniste est contreproductive à court terme et pourrait hypothéquer l’avenir de la filière. « Aucun interventionnisme de la part d’un gouvernement n’a pu conditionner un marché et il est vain de penser qu’il pourra en être autrement aujourd’hui avec la situation sanitaire mondiale » selon toujours ces opérateurs qui militent, contre vents et marées pour le libre marché. « Madagascar n’est pas prêt à aller défier les lois des marchés internationaux et il est osé de penser qu’aujourd’hui nous pourrions faire plier la demande en fonction de nos désidératas »  estime le Collectif des Exportateurs de Vanille de Madagascar.

Controversée

Ce d’autant  plus que l’on assiste, cette année à une production plus conséquente que les années précédentes. A savoir, une production estimée à 2 000 tonnes pour une demande internationale de 1 500 tonnes. Et ce, sans compter les 500 tonnes provenant des pays concurrents de Madagascar. Bref, ces exportateurs de vanille  tirent, une fois de plus,  la sonnette d’alarme pour éviter que cette filière qui reste un élément important de l’économie malgache soit de nouveau menacée par une grave crise. Par ailleurs, certains opérateurs, craignent que derrière cette  initiative controversée  de fixation des prix, il y ait une velléité de  la part de certains politiciens  de favoriser des exportateurs privilégiés. Quoiqu’il  en soit,  cette frange d’opérateurs de la vanille estime que le libre marché demeure encore et toujours la meilleure façon de bien gérer la filière. « Il faut laissez les opérateurs travailler librement  du moment qu’ils remplissent  les conditions légales d’exploitation et les autorités ne doivent pas favoriser une poignée d’acteurs », selon toujours ces opérateurs partisans du libre marché, qui se déclarent aussi prêts à dialoguer avec  les autorités.  « Nous sommes disposés à collaborer  pour que la vanille de Madagascar garde son statut de leader sur le marché mondial ». Il reste à savoir s’ils seront entendus.

R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

Renforcement des capacités des hôpitaux : Des équipements médicaux pour le CHU Mère-Enfant Ambohimiandra

Toujours dans un souci d’améliorer la capacité des établissements hospitaliers malgaches, le consulat de Monaco a remis au Centre hospitalier universitaire Mère-Enfant d’Ambohimiandra un lot d’équipements médicaux destinés à la petite enfance. Ainsi, sept grands lits et deux petits lits pour enfants ; huit matelas pour enfants, un carton d’aspirateurs de mucosité, ainsi qu’un pèse-bébé ont été octroyés à cet hôpital le lundi 24 août dernier. Une collaboration entre les deux entités qui dure depuis maintenant 16 ans puisque le consulat de Monaco s’est engagé à soutenir le CHU depuis 2004.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Assemblées annuelles de la BAD : Ouverture officielle hier avec les 81 pays membres

Plus de 3 500 participants sont attendus à la 55e Assemblée annuelle de la BAD (Banque africaine de développement) et 46e Assemblée annuelle du FAD (Fonds africain de développement), qui ont commencé hier.

Les efforts menés par les pays d’Afrique durant de nombreuses années, conduisant à une bonne performance, sont anéantis par la pandémie de Covid-19. Beaucoup de choses devront être faites, a déclaré le président du Groupe de la BAD, Akinwumi Adesina, dans son discours d’ouverture des Assemblées annuelles. Durant les premières sessions des assemblées annuelles 2020, plusieurs secteurs ont été au centre des discussions, dans l’optique de la relance post-Covid. « Alors que nous sommes réunis ici aujourd’hui, le monde a changé. Une pandémie mondiale de Covid-19 a bouleversé tous les plans, y compris les voyages. La santé et la sécurité sont devenues des paramètres essentiels dans toute prise de décision. C’est pourquoi les Gouverneurs de la BAD ont pris la décision extraordinaire de tenir des Assemblées annuelles virtuelles, pour la première fois dans l’histoire de la Banque. La pandémie se propage rapidement, provoquant dévastation et épreuves indicibles. Des vies perdues, en trop grand nombre. Des emplois perdus – inimaginable. Des pertes économiques, si profondes et si vastes qu’elles sont incalculables. Jamais notre humanité collective n’a été si durement mise à l’épreuve, si éprouvée et si vulnérable… La BAD a toujours puisé sa force dans la solidarité. C’est lors d’une réunion ici même à Abidjan que vous, les actionnaires, avez approuvé la plus grande augmentation de capital de l’histoire de la Banque — une augmentation de 115 milliards de dollars des Etats-Unis. La fragilité est passagère, la résilience est durable », a affirmé le président du Groupe de la BAD.

Performance. Profitant de ce plus grand rassemblement des acteurs de l’économie africaine, le Groupe de la BAD a remis de nombreux prix pour les banques, notamment les prix de la Banque socialement responsable de l’année, de l’inclusion financière, de « Deal of the Year », de l’innovation sur les services financiers, du ministre des Finances de l’année, etc. D’autres trophées remis hier soir concernent l’énergie, l’agriculture, la meilleure banque et le meilleur banquier, les investissements, etc. A noter que c’est pour cette culture de performance que le président Akinwumi Adesina est reconnu dans le monde, grâce à la très haute performance affichée par la BAD, sur le marché financier et également au niveau des impacts des interventions de l’institution sur les bénéficiaires. D’ailleurs, sa réélection est prévue se tenir ce jour, pour un nouveau mandat quinquennal. Selon Adesina, l’Afrique a besoin d’une Banque africaine de développement forte et stable pour la soutenir tout au long de cette pandémie et pour permettre à ses économies de rebondir afin d’offrir à ses populations une vie et des moyens de subsistance meilleurs et plus sains.

 Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Marotsipoy Anjozorobe : Voaletra antsy ilay rangahy, nosisihana vato kosa ny fivavian’ilay ramatoa

Nampiharan’ny jiolahy ny habibiany tanteraka ireto olona roa, vehivavy sy lehilahy, izay lasibatry ny fanakanan-dalana tany amin’iny distrikan’Anjozorobe iny, tao amin’ny kaominina Marotsipoy. Tsy vitan’ny nalain’ireo olon-dratsy mantsy ireo firavaka sy izay zavatra sarobidy teny amin’izy ireo fa mbola noratraina ihany koa izy ireo. Ilay lehilahy nolerana tamin’ny antsy, ilay vehivavy, izay tsy fantatra hatreto na niharan’ny fanolanana na tsia fa dia nosisian’ireo tsy valahara vato ny tany amin’ny mahavehivavy azy, araka ny angom-baovao azo tany an-toerana.

Ny voalohandohan’ny herinandro teo tokoa mantsy dia nitrannga fanakanan-dalana tany amin’iny kaominina Marotsipoy, (tokony ho 90 kilaometatra miala ny renivohitry ny distrika). Lehilahy iray, izay somary efa nahazo taona ihany sy vehivavy iray, manodidina ny roapolo taona any ho any no niharan’ny fanakanan-dalana, raha iny izy ireo handeha hamonjy ny tananany iny. Andian-jiolahy maromaro, izay nirongo fitaovam-piadiana sy zava-maranitra no fantatra fa nanakana ny lalan’izy ireo ary nitaky izay zavatra sarobidy rehetra tany amin’ireto olona ireto. Somary namaly ary tsy nanaiky nolembenana tamin’izany fandrahonana izany ilay rangahy ka avy hatrany dia noratrain’ireto tsy mataho-tody tamin’ny antsy. Tsy navelan’izy ireo ho afa-maina ihany koa anefa tetsy andanin’izay ilay tovovavy fa mbola nampiharan’izy ireo herisetra  hany ka naratra mafy tany amin’ny mahavehivavy azy. Rehefa azon’izy ireo moa izay nilaina ary vita ny nataony dia nitsoaka toy ny tsy teo ireo olon-dratsy. Olona sendra nandalo tamin’izany lalana izany sisa no nahatsikaritra ireto lasibatra ka niantso vonjy ary nitondra azy ireo tany amin’ny toeram-pitsaboana. Tetsy andanin’izay kosa, nandray an-tanana ny raharaha avy hatrany ireo mpitandro filaminana tany an-toerana, nanao ny fanadihadiana sy nikaroka ireo olon-dratsy.

Fa manjaka tanteraka tokoa ary saika mandry tsy lavo loha ireo mponina any amin’iny distrikan’Anjozorobe iny noho ny firongatry ny tsy fandriampahalemana. Tsy any ambanivohitra io, tsy eo an-tampon-tanana. Raha tsiahivina dia vao herinandro vitsy izay no nataon’ny dahalo fahirano ary saika lasa avokoa ny omby sy vola tao amina tananan’i Masakalina, kaominina Anjozorobe. Andro vitsy taorian’izay dia nandeha indray ny feo fa hiakatra ary hanafika ny tampon-tanan’Anjozorobe mihitsy ny dahalo am-polo lahy, mirongo fiadiana. Tsy tanteraka amin’ny andro voalaza, ary mandrak’ity ny androany moa io fanafihana io kanefa na dia izany aza dia efa mivonona tanteraka ny amin’izay mety ho fahatantarerahan’izany ny eo anivon’ny mpitandro filaminana sy ireo tompon’andraikim-panjakana any an-toerana amin’izao.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Alliance française d’Antsiranana : Un projet de réhabilitation en cours

La présence de la Covid 19 à Madagascar ne cesse de bousculer la façon de travailler et fragilise l’équipe budgétaire de l’Alliance française de Diégo-Suarez. 2020 est une année compliquée et ses conséquences économique et sanitaire sont lourdes. Comme tous les établissements culturels de Madagascar, la mission de l’Alliance française de Diégo-Suarez est de promouvoir la culture. Ainsi, elle va devoir avoir un grand espace afin de pouvoir organiser des activités culturels. Alors,un grand projet sera élaboré par les responsables comme, construire une nouvelle salle de classe, repeindre les murs du hall, créer des panneaux d’expositions. Mais le projet ne sera pas réalisé sans l’appui et le soutien des membres. « Nous avons besoin de vous afin de rénover et agrandir l’Alliance française. En ces temps de Covid-19, nous avons eu le temps de remettre de l’ordre au sein de l’Alliance, de faire quelques travaux mineurs comme repeindre les meubles du hall, trier les livres, ranger la médiathèque, créer des archives. Maintenant, nous aimerions rendre possible ces gros projets de l’année 2020 » a fait savoir la responsable de l’Alliance française d’Antsiranana.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Reprise des transports en commun : Services de désinfection express gratuits dans quelques stations-service

La reprise des taxi-be étant effective, il faut s’assurer maintenant que ces transports ne représentent aucun risque de propagation du coronavirus. Même chose pour les taxis-brousse qui relient les différentes régions du pays. Dans cette optique, la Galana a décidé de relancer sa campagne de désinfection des véhicules de transport. La société de distribution pétrolière propose aux transporteurs des gels hydro-alcooliques et un service de désinfection express. Cette prestation est valable pendant les 14 prochains jours pour tous les véhicules de transport en commun qui s’approvisionnent en carburant d’une valeur de 50 000 Ariary auprès des stations de la société dans les villes suivantes : Antananarivo, Antsirabe, Morondava, Toamasina, Mahajanga, Fianarantsoa, Toliary et Antsiranana.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Réseau Interconnecté d’Antananarivo : Coupure générale pendant quelques minutes hier

Les travaux de réparation ont été menés hier selon la Jirama.

Trois groupes de la centrale hydroélectrique d’Andekaleka sont tombés en panne hier.

“Suite à la panne des groupes dans la centrale d’Andekaleka, la JIRAMA est contrainte de procéder à un délestage tournant dans certaines localités d’Antananarivo”. C’est ce qu’on a pu lire dans la page officielle Facebook de la compagnie d’eau et d’électricité du pays. Une publication effectuée hier vers 18 heures et qui est survenue après un autre post faisant savoir “un déclenchement général (qui) vient de survenir sur le Réseau Interconnecté d’Antananarivo”. Interrogé sur la question, un responsable auprès de la JIRAMA donne des explications. “Il conviendrait d’abord de noter que lorsque la JIRAMA parle de groupe, la compagnie fait référence à l’ensemble formé par l’alternateur et la turbine ou l’alternateur et le moteur”. Le responsable de poursuivre :” la panne a provoqué un gap d’environ 40 mégawatts sur la capacité de production de la centrale d’Andekaleka. Ce qui a privé d’électricité beaucoup de localités du réseau interconnecté d’Antananarivo : Moramanga, Andranovelona, Anjozorobe et Antsirabe”.

Progressif. La capacité journalière d’Andekaleka étant de 91 mégawatts, la décision de rétablir le délestage tournant s’explique. Et ce, même si cela ne convient pas à la population Tananarivienne déjà fatiguée par la situation qui prévaut actuellement dans le pays. La Jirama a toutefois rassuré hier que son “équipe technique est en plein dépannage, à l’issue duquel l’alimentation en électricité reviendra à la normale”. Aussi que “les réparations se dérouleront ce soir (hier) entre 17h30 et 22h”.  Si le responsable contacté a annoncé “un délestage tournant prévu uniquement pour hier”, la compagnie quant à elle annonce un “rétablissement progressif” de l’approvisionnement en électricité du réseau. Il conviendrait par ailleurs de noter que la coupure d’électricité d’hier a également perturbé l’approvisionnement en eau des localités formant le réseau interconnecté en question. Avec l’annonce du retour au délestage tournant, la Jirama semble avoir réveillé l’eau qui dort…malgré ses excuses publiques.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Talem-paritran’ny mponina atsinanana : Nanolotra fanampiana ireo “4’Mi” napetraka ao amin’ny “D...

Tsy isany nahazo ireo fanampiana “vatsy tsinjo” sy ny “tosika fameno” teny amin’ny fokontany ireo “4’Mi” napetraky ny kaominina eny amin’ny kianja “Dojo” Soavita, noho ny fitsinjovana azy ireo tamin’ny valan’aretina Coronavirus nataon’ny kaominina. Noho izany dia nisy ny fitsinjovana azy ireo omaly nataon’ny talem-paritry ny mponina, tamin’ny fanolorana fanampiana azy ireo. Nisy ny fanomezana vary 10kgs isaky ny fianakaviana sy menaka iray litatra ary voamaina iray kilao sy sasany. Tsy omaly ihany nefa no hanaovana ny fizarana izany ho azy ireo fa isaky ny herinandro ka efatra herinandro no hizarana izany. Hahazo ny anjarany ihany koa ireo “4’Mi” mpirenireny eto Toamasina raha ny fanazavan’ny talem-paritry ny mponina amin’izao fanampiana avy amin’ny PAM izao. Nomarihan’ny ben’ny Tanana Atoa Rakotonirina Nantenaina Herilala fa tsy azo amidy ny fanomezana nomen’ny PAM sy ny ministeran’ny mponina izao. Tsy indray mandeha ihany mantsy izao fizarana fanampiana izao fa haharitra efatra herinandro be izao. Nahatratra teo amin’ny 80 teo ho eo ireo nahazo izao fanampiana nataon’ny PAM sy ny minister any mponina tao amin’ireo mahantra napetraky ny kaominina ao amin’ny Dojo Soavita izao.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Isotry : Mpanendaka roa tratra am-bodiomby

Tsapa ho mirongatra tanteraka tato ho ato ny resaka fanendahana sy sintomahery indrindra fa eny amin’ireo faritre mena eto an-drenivohitra, toy ny eny Isotry sy ny manodidina azy iny. Nisy araka izany ny fisafoana atoandro sy alina eny amin’ireo faritra ireo ataon’ireo polisy manao fanamiana sivily, hijokoana ireo mpanao ratsy. Roa tamin’izy ireo aloha no tratra am-bodiomby teny amin’iny faritra Andavamamba iny.

Tovolahy manodidina ny 18 taona eo avokoa izy ireo, araka ny fanazavàna azo eo anivon’ny polisim-pirenena ary efa tontakely rain-dahiny avokoa. Omaly tokony ho tamin’ny 10 ora atoandro teo ho eo, raha nikasa ny hanendaka mpiantsena iray teny an-toerana. Fomban-dry zalahy ireto matetika ilay manaraka hatrany izay hazany ary miandry toerana mangingina hanaovana ny asa ratsiny. Tsikaritr’ireo polisy nanao fisafoana izany fihetsika nampiahiahy izany ka mba narahana avy ato aoriana ihany koa ry zalahy. Raha iny izy ireo saika hanao ny asa ratsiny iny no nanatona ary nosamborina avy hatrany. Nentina natao famotorana eny anivon’ny kaomisarian’ny boriborintany fahefatra moa ry zalahy ireto nony avy eo. « Eo anatrehan’ny firongatry ny asa fanendahana sy sinto mahery dia nandray fepetra ny polisin’ny Commissariat de Police Boriboritany faha-efatra hamongorana ireo mpanao asa ratsy. Nasiana ireo mpitandro ny filaminana manao fanamiana sivily ho fijokona ireto farany ka izao nahitam-bokatra izao, hoy hatrany ny fanazavàna azo ». Aorian’ny fakàna am-bavany azy ireo eny anivon’ny polisy moa dia atolotra tsy ho ela ny Fampanoavana ireto tontakely ireto.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Album : Mistaboska sort le feu follet « Kômando »

Mista (à gauche) et Boska (à droite) les soldats du rap tananarivien.

L’album du duo de rappeurs Mistaboska vient de sortir, sous le titre de « Kômando » le 17 août. Un produit en somme assez séduisant, voguant entre les sonorités ’90 pour atterrir au trap actuel. Le disque est composé de 14 titres, allant des virulents comme « Kokorakaka », « Daka tsy hita maso », jusqu’à des plus assagis tels « Mila torapasika », « Misy Live’Ona »… Les textes de ce duo se ressentent toujours par cette griffe mêlant dérision et sarcasme… Bref, le verbe dominant actuel face à un aspect de la société, le côté monotone, sourd et buté.

Sans aucune tentative de moralité, Mistaboska s’adresse à son auditoire de manière crue. Sans aucune concession pour les travers sociaux. Il y a comme une dimension politique dans l’air. C’est ce qui a trop manqué au rap malgache ces dernières années : parler de son temps. « Kômando » remplit bien cette mission. Déjà diffusé en vidéo sur le web, « Kokorakaka » rappelle l’éternelle litanie du vieux qui ne sait pas se tenir. « Tu es sur le point d’être interné à l’hospice/Et tu as encore l’herpès », attaque Boska en guise d’entrée en matière. L’atmosphère générale de cet opus mérite une écoute sans arrière-pensée. Pour se procurer l’album, il suffit de rejoindre la page facebook « Mistaboska ofisialy ».

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Service Gastro-entérologie du CHU HJRB : Don d’équipements médicaux par la Fondation Axian

Le service Gastro-entérologie du Centre Hospitalier Universitaire Joseph Befelatanana est le bénéficiaire d’actions sociales de la part de la Fondation Axian à travers le programme “Miahy Jovena”. Se déclinant en trois sous-programmes, Miahy Jovena entend – de façon général – “faciliter l’accès des populations vulnérables aux services de santé et d’hygiène de base”. La réhabilitation et le don d’équipements des services hospitaliers à Madagascar faisant partie du sous-programme numéro un de Miahy Jovena, ont donc été remis auprès du service Gastro-Entérologie du CHUJRB, les 27 et 28 juillet derniers: “2 moniteurs-5 paramètres, 2 aspirateurs chirurgicaux, 3 chariots à instruments pour soins infirmiers, 2 chariots à dossiers- malades, 4 pousses seringue électriques, 4 détendeurs d’oxygène avec humidificateur”. Ce, afin d’offrir un accueil aux normes des patients auprès dudit service si l’on s’en tient au communiqué de presse émanant de la fondation Axian. Outre la dotation en équipements, l’initiative consiste également en la “réhabilitation des chambres des patients (peinture, plomberie, portes et fenêtres qui seront notamment équipées de moustiquaires) et remise aux normes des installations électriques dans le service”. Travaux qui ont été reportés à cause de la situation qui prévaut actuellement dans le pays et qui devraient reprendre à compter du dernier trimestre de 2020 peut-on lire toujours dans le communiqué de la fondation Axian.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Football-Match de gala : FC Gasy s’impose face à la formation nigérienne

FC Gasy a brillé lors du match de gala à l’Ile Maurice.

En attendant la reprise de la saison à l’île Maurice, l’association « Malagasy miray hina » a participé à un match de gala, qui a été organisé par le Mouvement Civique de Fort Albert de l’Ile Maurice, ce week-end dernier.

Les Malgaches se sont opposés aux joueurs professionnels de Nigéria évoluant à Maurice, sur le terrain de Bain de Tombeaux. A l’issue d’un match haletant, les protégés de James Andriamalala ont remporté le trophée lors d’une séance de tirs au but. En effet, les Malgaches ont ouvert le score à la 5e minute sur une frappe de Doudou. L’attaquant de Nigeria a fini par égaliser le score dans les arrêts de jeu. Pendant les prolongations, les deux protagonistes ne voulaient pas lâcher prise. A la fin des prolongations, le score reste toujours de 1 but partout. La délivrance intervient à la fin de la séance de tirs au but (4-1) pour FC Gasy.

L’association « Malagasy miray hina » regroupe des ressortissants malgaches passionnants de football à Maurice. C’est une initiative de James Andriamalala, le frère de Rôrô, créée il y a à peu près deux ans et demie. De base, l’association a pour but d’organiser des évènements sportifs, plus précisément des matches de football pour ses démembrements. Mais comme son nom l’indique, il est aussi de leurs objectifs l’unification des Malgaches par le football, les éduquer à ne pas oublier les coutumes et mœurs malgaches, pour être loin des distinctions raciales. L’association regroupe désormais 16 clubs différents.

Chaque année, l’association organise deux grands tournois à savoir “le tournoi du 26 juin” et le grand tournoi « Gasy iray » en décembre. En outre, lors du match de gala comme cela, l’association organise une sélection des joueurs  pour constituer une seule équipe portant le nom FC Gasy.

Par ailleurs, l’association « Malagasy miray hina » regroupe aussi des supporters actifs surtout quand une équipe ou athlètes malgaches viennent à Maurice. « Ce n’est pas uniquement lors des matchs de football qu’on vienne en action mais quand il s’agit de toute sorte de compétitions auxquelles Madagascar y participe. Nous sommes  toujours présents pour soutenir les athlètes, par exemple lors des derniers Jeux des Îles ou bien encore lors du match de Fosa Juniors FC », a fait savoir le président.

L’association devrait entamer la troisième édition de ses tournois annuels mais cela dépendra entièrement de l’ouverture officielle de la saison sportive à Maurice, après la pandémie de Covid-19.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : Pour une revue à la hausse des allocations allouées au CLD

L’Assemblée nationale est pour une revue à la hausse des allocations allouées au CLD. (Photo Princy)

Comme prévue, l’ouverture de la session extraordinaire du Parlement s’est tenue, hier. Pour l’Assemblée nationale, elle a eu lieu au CCI-Ivato. Prévue à 15h, l’ouverture officielle n’a eu lieu finalement qu’à 16h. Cette session sera consacrée à l’adoption du projet de loi 001/2020 du 26/02/2020 autorisant la ratification par les deux Chambres des ordonnances sur le régime général des élections, le fonctionnement du Sénat portant notamment aux modalités d’élection et de désignation des sénateurs. Le code minier figure également à l’ordre du jour. Faut-il rappeler que ces textes n’ont pas été adoptés lors de la première session extraordinaire en mars dernier. La raison en est qu’il y a eu une mésentente entre  les deux Chambres sur ces textes.

Représentativité. Face à ce désaccord, le recours aux dispositions de l’article 96 de la Constitution s’est avéré indispensable d’où la mise en place d’une commission mixte paritaire. Selon les explications de la présidente, ladite commission est composée de 7 membres titulaires et de 7 membres suppléants en tenant compte de la représentativité de chaque parti ou plateforme au sein de l’Assemblée nationale. Par ailleurs, la présidente de l’Assemblée a aussi annoncé une révision à la hausse des allocations allouées au Comité Local de Développement (CLD) dans le but notamment de booster le développement du pays.

Dominique R

Midi Madagasikara0 partages

Pétanque : Les meilleurs boulistes malgaches à Courcouronnes

Un grand concours en doublettes aura lieu le 5 septembre au Complexe Sportif du Lac, Avenue Pierre Bérégovoy à Evry-Courcouronnes. Un concours qui aura cette particularité de réunir tous les boulistes malgaches même s’il y aura quelques invités étrangers et notamment ceux de Courcouronnes qui sont également des partenaires de l’organisation. Les boulistes malgaches de France et ceux qui sont de passage et qui profitent largement de l’absence de vol pour prolonger leur séjour même sans visa, vont donc se retrouver dans un duel fort prometteur. Autant dire que la crème de la pétanque malgache va se retrouver le temps d’une journée qui débute à 10h. Citons dans la foulée Masaka, Rachre, Jex, Pap’s, Lahatra, Rabajao, Mahefa, Parco , Rassat et même la grande championne Fanja qui ne raterait pour rien au monde une occasion pareille. Tous des têtes couronnées auxquelles s’ajoutent ceux qui viennent de Madagascar comme les boulistes d’Ambohimahasoa ou encore David de Morondava et bien d’autres encore C’est dire que le pari d’un grand rassemblement de la diaspora en France,est en passe d’être réussi. Les organisateurs ont d’ailleurs visé le plus grand nombre en fixant le droit d’inscription à 40 euros par équipe alors que le prix pour les vainqueurs est de 1 000 euros en sus du 45% des mises. Les seconds recevront 25% des mises contre 15% pour les malheureux demi-finalistes. Par ailleurs tous ceux qui sont sortis des matches de poules jusqu’en quarts de finale recevront 40 euros par équipe. Bref, un arrangement bien amical qui met en avant la solidarité et cette amitié bien malgache. Une belle occasion pour resserrer les liens. La victoire dans ce cas importe peu.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Mitage à Antananarivo : Les aires de jeux font défaut

(crédit photo : Princy)

L’urbanisation de la capitale ne cesse de s’étendre d’année en année. Les maisons poussent à tout bout de champ et ce parfois, sans la moindre logique. Mais le plus à déplorer dans ce mitage, c’est la quasi-inexistence d’aires de jeux pour les enfants.

Avec une urbanisation non contrôlée, voire non maîtrisée ; Antananarivo est devenue aujourd’hui l’une des villes de Madagascar les moins riches en panoramique. Une grande majorité des habitations de la capitale sont inaccessibles en voiture, toutes les constructions sont entassées les unes aux autres. Il faut parcourir un kilomètre de couloir pour atteindre certains logements, et ce sans parler de la qualité du chemin  à parcourir, parfois sinueux, boueux, et complètement inondé. Or, c’est souvent là qu’on trouve des enfants s’attarder à leurs jeux en raison de l’absence d’aires de jeux dans plusieurs quartiers.

Altercation dans le voisinage. Il n’est pas rare de tomber sur des disputes violentes entre voisins dans les quartiers de la ville des Mille. L’origine de ces altercations ? Un ballon expédié sur la fenêtre d’une maison, des cailloux balancés sur les toitures, des murs saccagés par des dessins faits au charbon de bois, des cris d’enfants qui dérangent, et beaucoup d’autres encore. Si les plaignants ne trouvent plus d’autres recours que de crier sur les enfants et leur manque d’éducation, ceux qui prennent la défense des enfants évoquent souvent le fait que ce sont que des enfants et qu’il faut les comprendre. Mais le fond du problème n’est pas les enfants, c’est surtout cette urbanisation qui a omis de créer des espaces adaptés où les enfants peuvent jouer. En raison de cela, ces derniers jouent dans les rues, dans les couloirs, et parfois même sur les trottoirs. Une situation dangereuse qui n’a pour l’instant eu droit à aucune solution concrète.

Problème de taille. C’est bien connu, la population s’agglutine dans la capitale ici comme à l’étranger. S’il y a encore quelques années, on trouvait pas mal de terrains pour que les enfants puissent jouer, désormais, ce n’est plus vraiment le cas. En lieu, soit on a un bâtiment, soit le terrain est devenu le terrain de jeux des adultes (boulodrome, coin pour boire de l’alcool ou fumer de l’herbe, et autres jeux d’argent très pratiqués par les tananariviens). Les enfants qui osent défier les plus grands sont vite repoussés avec violence. Aussi, pour un petit garçon de treize ans, soit il rejoint le rang de ses grands frères et se met à parier pour trouver un terrain de jeux, soit il reste enfant et se résigne à jouer avec les plus petits dans des petits espaces. Et tout ceci impacte l’éducation des enfants de la capitale qui se retrouvent projetés dans un mode de vie plus urbain dès leur petit âge.

Mais la situation est telle qu’elle est. Cette urbanisation désordonnée va encore s’amplifier dans les années à venir, les espaces verts se réduisent encore et encore. Les maisons sont de plus en plus construites sur des terrains improbables. Avec la croissance du nombre d’habitants à Antananarivo, on est à même de se demander si la ville pourra contenir davantage d’habitants dans le futur.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Bazary Ankirihiry Toamasina : Betsaka ireo fitaovam-pandanjana tsy ara-dalana hita

Taorian’ny fitsirihana tampoka nataon’ny talem-paritry ny varotra sy ny indostria ary ny asa Tanana Atsinanana tao Bazary kely ka nijerena ireo fitaovam-pandanjana, dia nitsirika ny zava-misy tao amin’ny bazary Ankirihiry kosa ity talem-paritra Atoa Belalahy Berchmans sy  ny ekipany ity ny talata maraina teo. Nosavaina avokoa ireo fitaom-pandanjana tamin’ireo Epicerie, mpivaron-kena, mpivarotra trondro, ary…ireo mpivarotra hafa rehetra, nandritra izany fitsirihana natao izany. Tamin’izao fitsirihana izao no nahatrarana ireo fitaovam-pandanjana sy vato mizana marobe tsy ara-dalana nampiasain’ireo mpivarotra tao Ankirihiry. Tonga dia nogiazana avy hatrany ireo tratra tamin’izany, saingy azon’ireo tompony kosa ny manantona ny sampan-draharaha ny “Métrologie légale” miaraka amin’ny sazy sy ny hofan’ny fanamboarana tsy maintsy atao amin’ny fitaovam-pandanjana sy ny vato mizana tsy ara-dalana. Voamarika ihany koa hoy ny talem-paritry ny varotra sy ny indostria ary ny asa Tanana Atoa Belalahy Berchmans, fa tsy nisy nanana “Vignette” ireto mpivarotra maro be nanana ny fitaovam-pandanjana tsy ara-dalana marobe tratra ireto, nefa ny lalana no maniraka ireo mpivarotra rehetra mampiasa ny fitaovam-pandrefena rehetra ny hanaovana ny fanamarinana azy ireny isan-taona. Milaza ny talem-paritra atsinanana fa tsy hijanona ao Bazary kely sy ao Ankirihiry ihany ny fitsirihana tahaka izao mba hampanaram-penitra ny fivarotana maro be eto amintsika, fa ho avy tsy ho ela koa ny fitsirahana izany ao bazary Ambolomadinika – bazary Valpinson – ary ny ao bazary Tanamakoa sy bazary Tanambao V.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Omnisports : Koto Radilofe n’est plus

Le monde du handball malgache est en deuil. Une grande figure du handball, Maître Koto Radilofe vient de s’éteindre. Redoutable gardien de l’Association Sportive Saint-Michel (ASSM), Koto Radilofe a fait partie des joueurs qui ont disputé les Jeux Africains. Entre 1985 au début des années 1990, plusieurs joueurs du Collège ont rejoint les rangs du BTM dont lui. Mais quelques années plus tard, il est revenu au bercail. De 2002 à 2012, il a occupé le poste de Vice-président et Président  de l’ASSM Handball. Une très grosse perte pour le club à qui il a vraiment tout donné.  A sa famille, ses amis et ses collègues, Midi Madagasikara renouvelle ses sincères condoléances.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ambodimadiro-Maevatanàna : Nanjakan’ny jiolahy ny tanàna, tsy afaka nihetsika ny fokonolona

Nisehoana fanafihana mitam-piadiana indray ny teto amin’ny renivohim-paritra Betsiboka, tao  amin’ny fokontan’Ambodimadiro, ato anatin’ny kaominina Maevatanàna voalohany, ny Atalata 25 Aogositra  lasa teo, tokony ho tamin’ny roa ora maraina.Tokantrano iray no lasibatra ny asa ratsy tamin’io fotoana io. Ka ankoatra ny omby miisa enina lasan-dry Zalahy, dia naratra voatifitra teo amin’ny feny ihany koa ny topon-trano, izay fantatry ny be sy ny maro amin’ny anarana hoe « Coco ». Jiolahy maromaro tsy voafaritra isa tsy misy nanao saron-tava ary nitondra basim-borina sy zava-maranitra no tonga nanao ny asa ratsy teny amin’ny fokontan’Ambodimadiro tamin’io fotoana io. Nanao izay fomba nahafana niditra tao an-trano sy ny tao am-bala ireo olon-dratsy vantany vao tonga. Tsy nisy nahita ny fidiran’izy ireo, fa ny feom-basy nanakohako eran’y tanàna no nataitra ny maro. Taitra ny tompon-trano raha naheno ny fidirana tampoka tao an-trano, ka teo no nahavoatifitr’azy teo amin’ny feny no sady voahambana basy mba tsy hiantso vonjy. Tampoka tamin’izy ireo ny zava niseho ka tsy afaka niaro tena ireto farany. Izao nahazoan-dry zalahy omby izao. Lasa nandositra niaraka tamin’ilay omby ireo jiolahy taorian’ny fanafihana nataony. Efa nampandrenesina kosa ny Zandary sy polisy teto an-toerana ka tonga nanao ny fizahana ifotony tany amin’ny toerana voatafika. Ilay « lehilahy » voatafitra kosa efa noentina notsaboina eny amin’ny hopitaly be eto Maevatanàna. Mitohy hatrany kosa ny famotorana ataony Zandary.

Ratantely

Midi Madagasikara0 partages

Remise en service des transports en commun : Une vingtaine de taxibe irréguliers recensés et sanctionnés

L’application des dispositifs initiés par le gouvernement pour remettre progressivement en service les transports publics dans la capitale s’annonce jusqu’ici préoccupante. Intervenant dans les rues d’Antananarivo pour surveiller la mise en œuvre des dispositions à respecter par les transporteurs autorisés à exercer leur fonction, la police nationale a dû arrêter une vingtaine de taxibe surpris en plein non-respect des règlements convenus pour leur mise en circulation en cette période de pandémie de Covid-19. La police a dû intervenir pour les arrêter de circuler après avoir constaté que les chauffeurs et les receveurs de ces taxibe n’ont pas porté de visière. Il y a eu aussi de passagers qui ne se sont pas munis de masques. Le pire est d’entendre que cette indiscipline a été constatée dès les premières heures de la remise en circulation de nos transports urbains. Ce qui signifierait que les transporteurs urbains ne sont encore disposés à se mettre à leurs obligations dans la lutte contre cette pandémie. Un cas qui ne devrait pas avoir lieu dans la mesure où, les responsables concernés dans ce domaine, à savoir le Ministère chargé des transports, l’Agence des Transports Terrestres (ATT), les coopératives des transports, ainsi que la commune urbaine d’Antananarivo se sont concertés pour la mise en œuvre de ce retour au travail des transporteurs urbains à Tanà. En effet, la journée d’hier ne devait pas avoir de problème quant à l’application des règles décidées par les parties prenantes. Pourtant, à l’origine des problèmes survenus sur les taxibe incriminés hier matin serait l’incohérence dans la distribution des responsabilités entre les parties concernées si l’on cite que l’équipement exigé par la protection des passagers et les opérateurs de transports pour respecter les gestes barrières dans la lutte contre cette pandémie de Covid-19. Ce serait étonnant d’entendre que ce sont les chauffeurs et les receveurs de taxibe qui ont acheté de leur propre poche leurs visières. Le problème est de savoir qu’avec cette manière de travailler, on risque de ne plus être à la hauteur pour  vaincre cette catastrophe sanitaire.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Lutte contre la COVID-19 : Airtel Madagascar poursuit ses actions

Airtel Madagascar continue son appui à la lutte contre le coronavirus.

Reconnaissante envers les acteurs de la santé qui agissent chaque jour en première ligne pour venir à bout de la Covid-19, la grande famille d’Airtel Madagascar a manifesté son engagement à leurs côtés ; elle a ainsi remis des lots de matériels médicaux et de médicaments au CHU Befelatanana et à l’HJRA en appui à leurs efforts pour lutter contre la pandémie.

Partenariat historique

Vendredi 21 août 2020, une délégation d’Airtel Madagascar, conduite par Eddy Kapuku, Directeur général a remis des dons en matériels médicaux et en médicaments au CHU Befelatanana et à l’HJRA dans le cadre du partenariat historique qui lie ces deux institutions. Et ce,  en réponse à la requête du Dr Rabenantoandro  Hary, chef d’Unité au sein du service des urgences de l’HJRA pour les soutenir dans la lutte acharnée contre la Covid-19. Les lots étaient constitués notamment de masques KN95, de visières, de gels hydro alcooliques ainsi que de la Vitamine C.  « Nous saluons le courage et l’abnégation de tous les acteurs de la santé qui sont chaque jour aux fronts dans ce rude combat contre la Covid-19. Grâce à leur dévouement le taux de guérison s’est fortement amélioré mais nous ne devons pas baisser les bras puisque la lutte continue contre cet ennemi invisible, » a déclaré Eddy KAPUKU, Directeur Général d’Airtel Madagascar.  « Contribuer au mieux-être des personnels de la santé qui sont en première ligne nous tient à cœur. Quotidiennement exposés au virus, ils devraient se protéger au maximum et raffermir leurs défenses immunitaires. C’est en ce sens que les employés d’Airtel Madagascar ont décidé aujourd’hui de manifester leur solidarité en remettant ces kits de protection. A travers ce don, nous voulons leur faire savoir qu’ils ne sont pas seuls au front dans cette lutte. », a-t-il ajouté

Valeurs

Ce geste qui fait partie intégrante des actions sociales d’Airtel Madagascar traduit parfaitement les valeurs de cette entreprise. D’une part, la solidarité à l’endroit du personnel qui œuvre chaque jour à faire reculer la Covid-19 et de l’autre son dynamisme dans la riposte contre cette pandémie à l’origine d’une crise sanitaire qui pénalise les populations. Notons que le fond qui a permis ce geste provient essentiellement de la contribution des employés d’Airtel Madagascar qui dans un élan de solidarité se sont cotisés pour soutenir la communauté dans laquelle ils vivent. Cette initiative est également une parfaite illustration de l’engagement de l’opérateur dans le cadre du Partenariat Public Privé, en tant que partenaire dynamique du développement.   Airtel Madagascar a toujours été présent aux côtés du gouvernement, des autorités communales et de la population malgache  depuis le début de ce combat de longue haleine contre la Covid-19.

Recueillis par R.Edmond