Les actualités Malgaches du Mardi 27 Août 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara24 partages

Bavures policières : L’affaire Ampefiloha réveille plusieurs dossiers non élucidés

La restauration de l’Etat de droit figure parmi les priorités du régime Rajoelina. Pourtant, pour le moment, aucune réaction officielle n’a été faite.

Vendredi dernier, un policier en cagoule a tiré à bout portant sur la tête d’un homme qui s’est allongé ventre à terre à Ampefiloha. Les faits se sont déroulés devant une centaine de témoins dont plusieurs enfants. Les responsables au sein de la Police nationale ont expliqué que cet homme fait partie d’un gang qui prévoyait un braquage du côté d’Antsahamanitra.

Patrouille. Dimanche soir vers 20h30, du côté des 67Ha, des militaires qui ont assuré la patrouille militaire ont violenté un client et trois membres d’une famille du propriétaire d’un bar. D’après les explications de l’une des victimes, cinq militaires ont braqué leurs armes sur tous ceux qui se trouvaient à l’intérieur. Une plainte a déjà été déposée au Commissariat du 7è Arrondissement aux 67Ha. Ces militaires sont accusés d’abus et de vol.

Cadre légal. Ces deux affaires ont fait le buzz sur les réseaux sociaux. Pour l’affaire Ampefiloha, une vidéo d’un policier tirant sur la tête d’un homme à terre a fait le tour de facebook après avoir été publié au journal d’une télévision privée de la capitale. Pour ce qui est du cas de la patrouille militaire aux 67Ha, les victimes ont partagé les photos d’illustration sur facebook. Pour les deux cas, les avis divergent. Il faut reconnaître en effet que la présence massive des éléments de Forces de l’ordre sur le terrain a fortement diminué l’insécurité. En outre, les malfaiteurs n’ont aucune pitié et n’hésitent pas à tuer lorsqu’ils passent à l’acte. L’initiative des responsables des Forces armées de mobiliser des patrouilles militaires pour rétablir l’ordre et la sécurité sur toute l’étendue du territoire est fortement saluée. Cependant, l’opération doit se faire dans le respect du cadre légal et en faisant preuve de professionnalisme. Pas plus tard que la semaine dernière, le Premier ministre Ntsay Christian a critiqué sévèrement le comportement de certains policiers et a ordonné « la fin de l’incompétence et du non respect de la loi ». Un ordre loin d’être suivi à la lettre pour le moment.

« Exécution sommaire ». En effet, depuis quelques temps, l’on remarque que les abus des Forces de l’ordre et les bavures policières regagnent du terrain. Même si l’homme qui a été abattu froidement à Ampefiloha est réellement un bandit, personne n’a le droit d’ôter la vie d’un homme. Plusieurs observateurs qualifient l’acte du policier d’ « exécution sommaire ». Un fait de violation flagrante des droits humains qui risque d’engendrer une poursuite. D’autant plus que les faits se sont déroulés sous les yeux de nombreux témoins dont plusieurs enfants.

Expédition punitive. Quoiqu’il en soit, cette affaire risque de réveiller plusieurs dossiers de bavures policières non élucidés. Pour ne citer que l’affaire Antsakabary où 45 policiers ont incendié tout un village en 2017. 400 maisons d’habitation ont été réduites en cendre. Dans un rapport d’investigation, la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) a révélé l’homicide involontaire d’une femme âgée qui avait été brûlée vive dans son foyer lors de cette expédition punitive, ainsi que les maltraitances physiques, les tortures et les pillages commis par les policiers. Malgré la fuite quelques mois après les faits, d’une vidéo et des photos accablantes, aucune arrestation n’a été faite et aucune mesure n’a été prise à l’encontre des responsables, du moins officiellement. Quid également de l’affaire Rehavana Michel où plusieurs policiers ont tabassé à mort le Substitut du Procureur du Tribunal de Première instance de Toliara le 9 décembre 2011, suite à la condamnation à 5 ans d’emprisonnement ferme d’un de leur collègue qui a été poursuivi pour avoir loué son arme de service à un gang.

Etat de droit. Pour le moment, l’on ne voit aucune réaction des responsables au niveau de la Police nationale à propos de l’affaire Ampefiloha. Aucune mesure n’a également été prise contre les policiers présents sur place vendredi. La restauration de l’Etat de droit constitue l’une des priorités du régime. Depuis le mois de janvier, l’on remarque une réelle volonté du président Andry Rajoelina et de son équipe de lutter contre l’impunité et de fournir tous les efforts pour regagner la confiance de la population envers la Justice et les Forces de l’ordre. Pourtant, ce genre de comportement risque de freiner cet élan et de réduire en miette les actions menées actuellement dans le cadre de la lutte contre l’insécurité. Histoire à suivre.

Davis R

Midi Madagasikara17 partages

Natation – Championnat d’Afrique junior : Diaritiana et Toavina seront en lice à Tunis

Aro Toavina Rakotobe du club Sainte Jeanne d’Arc Mahajanga est sur sa lancée.

Madagascar sera représenté par deux nageurs au Championnat d’Afrique Junior. Une rencontre continentale qui aura lieu à Tunis en Tunisie du 11 au 15 septembre. Il s’agit de Diaritiana Idealy Tendrinavalona, une nageuse de la ligue de Vakinankaratra et Aro Toavina Rakotobe issu de la ligue du Boeny. Pour Diaritiana, elle vient de participer au Championnat du Monde de la catégorie sénior, en Corée du Sud. Le numéro 1 malgache aux 100 et 200 mètres dos a entamé son entraînement depuis quelques jours à Antsirabe. Quant à Toavina, il est encore à Budapest pour assister au Championnat du Monde Junior. Il a fait une belle performance en signant les 200m dos en 2min35sec72 et les 50m brasse en 33sec03. Selon les explications du coach Razafindrafidy, Madagascar devrait toujours participer pour continuer son affiliation à la Confédération africaine de la natation amateur (CANA), après le Championnat de la Zone 4 au Malawi en 2017 et le Championnat d’Afrique en Algérie en 2018. Nos nageurs seront accompagnés par le Directeur technique national Harivola Razafindrainibe.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara10 partages

Boxe : Fin de parcours de Tony Heriniaina en quarts

Par arrêt de l’arbitre au second round,  Tony Heriniaina, chez les moins de 52 kg, a été éliminé de la compétition au stade des quarts de finale. Pourtant, malgré les coups de son adversaire qui étaient plus pointu, Tony a essayé tant bien que mal de riposter. A sa grande surprise, le juge a décidé d’arrêter le combat et de déclarer le Botswanais, Mahommed Rajab, vainqueur. Tony ne cache pas sa déception et ne digère pas cette défaite. « Au moment où je suis bien rentré dans le combat que l’arbitre a pris cette décision » a-t-il déclaré. Avec 21 combattants en compétition, Tony a réalisé un bel parcours. « Notre objectif est la qualification olympique. Il y a une compétition au mois de mars 2020 à Dakar où la date reste à déterminer ce jour lors de l’assemblée générale de la confédération africaine en marge de ces jeux africains » a souligné, Herimamy Rabarisoa, président de la fédération malgache de boxe. Madagascar compte aligner les deux boxeurs à ce tournoi qualificatif en plus d’autres combattantes.

T.H

Midi Madagasikara7 partages

Miss Diana : Tamara Vanimbelo couronnée

Elue Miss Diana, Tamara voudrait devenir hôtesse de l’air.

À 22 ans, la ravissante Tamara Herminah Vanimbelo est élue Miss Diana 2020. Elle représentera la région au concours national de Miss Madagascar qui se tiendra à la fin de l’année.

Organisé par l’entreprise « H2event », « Miss Diana » s’est déroulé à l’Hôtel de la Poste à Antsiranana, le 03 août dernier. Vu que la région n’avait pas de représentante à l’élection miss 2019, « H2Event », représentée par Tania Corinne Andriantsara et Carine Eugénie Vita, a pris l’initiative d’organiser une élection de Miss. Six candidates étaient en lice. « La beauté au cœur de l’éducation », tel est le thème choisi par les organisateurs. Les candidates ont rivalisé de talent et émerveillé le public à travers de nombreuses prestations. Entre autres, défilé en tenue traditionnelle et tenue de soirée ainsi que l’épreuve de culture générale, laquelle faisait appel aux connaissances des candidates sur des questions liées à l’environnement, l’informatique et au développement.

Avec ses mensurations, 1m70, 59 kg, sa posture, son allure et son regard persuasif, ainsi que son discours, Tamara Vanimbelo conquit le cœur des membres de jury. Dès lors, elle devance les deux dauphines : Eugénia Soamanantsaina et Ismaya Said Managna. Ce n’est pas la première fois que la gagnante participe à ce genre de compétition. Elle a déjà concouru au Miss « Viavy Tsara ». Cette expérience lui a permis de remporter facilement le trophée. D’après le  jury,  « Tamara a fait une belle prestation orale. Elle est intelligente, elle a un niveau au- dessus de la moyenne, et surtout elle incarne la beauté Antakarana ». Effectivement, la gagnante a répondu aux critères : la beauté et l’éducation. « Ce sont deux choses complémentaires. La beauté nous enveloppe physiquement parlant ; l’éducation cultive notre bagage intellectuel  et cette thématique veut que ces qualités soient réunies chez  une seule personne, c’est une combinaison parfaite» a-t-elle affirmé.

Si au début, la jeune femme ne voyait la compétition que comme un simple défi, désormais, elle s’est rendue compte que l’image véhiculée par Miss Diana est porteuse de valeurs positives. Effectivement, elle veut refléter ces valeurs. Sur le plan personnel, Tamara Vanimbelo espère que ses projets pourront se concrétiser. A part hisser haut la culture Antakarana et la région Diana toute entière, cette étudiante en tourisme a un engagement bien précis : protéger l’environnement.

La compétition a permis à la représentante de la région du Nord de faire des rencontres très enrichissantes. Cela lui a permis d’avoir une notoriété. Mais être Miss Diana est un petit pas, Tamara va devoir se préparer pour la compétition nationale (Miss Madagascar) qui se  tiendra à la fin de l’année. Ses coaches ont du pain sur la planche !

Iss Heridiny

Midi Madagasikara5 partages

Coopération Madagascar – Inde : Deux plaques commémoratives inaugurées

L’Ambassadeur indien, SEM Abhay Kamur et la maire de la CUA, Lalao Ravalomanana, lors de l’inauguration des plaques commémoratives. (Photo : Nary Ravonjy)

Deux rues localisées à Mahamasina et à Analakely portent respectivement les noms de Mahatma Gandhi et d’Indira Gandhi.

A l’occasion de la célébration du 150e anniversaire de la naissance de Mahatma Gandhi, l’ambassade de l’Inde à Madagascar en collaboration avec la commune urbaine d’Antananarivo, a inauguré hier deux plaques commémoratives de deux rues portant respectivement les noms de Mahatma Gandhi et d’Indira Gandhi. La première rue est localisée à Mahamasina, soit devant l’Ecole Normale jusqu’ à l’Eglise Catholique Saint- Joseph. Elle porte ainsi le nom de Mahatma Gandhi en 1969.

Principes. En fait, Mahatma Gandhi, affectueusement appelé « Bapu » (père), est né le 02 octobre 1869. Il a joué un rôle clé dans le mouvement de l’indépendance de l’Inde et est connu comme le père de la nation. Son anniversaire, le 02 octobre, est aussi célébré comme la journée internationale de la non-violence. Ses principes de non-violence, de désobéissance civile et de « satyagarha » ont également inspiré les dirigeants en Afrique dans leur lutte pour la décolonisation de l’Afrique. Quant à la seconde rue, sise à Analakely-Tsaralalàna, ou plus précisément devant la Librairie Saint-Paul jusqu’à l’Hôtel TsangaTsanga, elle a été nommée en l’honneur d’Indira Ghandi.Exposition. Par ailleurs, une exposition des photographies liées à des événements importants de la vie de « bapu » ainsi que ses messages qui sont pertinents dans le monde contemporain, est organisée devant l’ambassade de l’Inde à Tsaralalàna. En revanche, « la célébration du 150e anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi se poursuivra jusqu’au 2 octobre 2019 », selon les explications de l’Ambassadeur de l’Inde à Madagascar, SEM Abhay Kumar,  lors de l’inauguration de ces deux plaques commémoratives hier. Par contre, la maire de la Commune urbaine d’Antananarivo, Lalao Ravalomanana, a évoqué que la commune travaille en étroite collaboration avec l’ambassade de l’Inde dans le cadre de l’embellissement de la ville des Mille.

Navalona R.

Midi Madagasikara3 partages

Fakàna an-keriny : Tambazotra iray indray ravan’ny zandary

Miandahy miambavy mihitsy ireo jiolahy mpaka an-keriny, voasambotry ny zandary avy ao amin’ny Vondro-tobi-pileovana Analamanga ny herinandro teo. 11 mianadahy ireo tra-tehaka ka ny dimy amin’ireo no vehivavy.

Araka ny fampitam-baovao azo dia nisy trangana fakàna an-keriny terantany vahiny nitraga teny Ankadivato teny ny voalohandohan’ny volana teo. Saingy nisafidy ny tsy hanaparitaka sy tsy nanome vaovao mihitsy ireo niharam-boina tamin’izany. Na izany na tsy izany aza anefa dia nanao ny fanadihadiana sy ny famotorana mahakasika izany ihany ireo zandary ka nahafahana nisambotra olona iray. Tamin’ny alalan’ity farany no nahafahana nisambotra ireo namany, izay nalaina tany amin’iny faritra Matsiatra Ambony mihitsy aza. Voalazan’ny fampitam-baovao fa niaiky tanteraka ny heloka vitany ireto olona voasambotra ireto izay efa isan’ireo tambazotra mpanao izay fakàna an-keriny izany. Efa harifomba tanteraka ihany koa izy ireo satria dia efa vita paik’ady matotra ny drafitra sy ny fitaovana rehetra alohan’ny hanaovan’izy ireo ny asa ratsiny. Mbola tra-tehaka teny amin’ireto jiolahy mpaka an-keriny ireto moa ny ankabeazan’izany fitaovana nampiasain’izy ireo izany, toy ny « môtô scooter » efatra, fivezivezena sy fitiliana izay ho haza manaraka ary fitondràna mitsoaka haingana izany rehefa vita ny asa ratsiny. Ao ihany koa ny fitaovam-piadiana, izay nahitàna basy poleta vita vahiny roa ary bala miisa 49. Ambonin’izay moa tsy hadinon’ireo mpanao ratsy mihitsy ny ody gasy izay mbola tra-tehaka teny amin’izy ireo ihany koa. Amin’ny tranga toa itony dia mazàna mampiasa finday ireo olon-dratsy hifaneraseràny sy hangatahany onitra amin’ny fianakavian’ireo niharam-boina, kanefa mazàna dia tsy hita ny tompon’ilay laharana finday. Raha ny fanazavàna azo dia karam-panondro sandoka no entin’izy ireo mividy ilay « puce » ary finday maromaro no ampiasainy. Omaly moa izy 11 mianadahy mpaka an-keriny no natolotra teny anivon’ny Fampanoavana, rehefa avy niatrika ny fakàna am-bavany teny anivon’ny zandary. Ilay terantany vahiny nalaina an-keriny kosa, raha ny vaovao voaray hatrany dia efa tafaverina eny anivon’ny fianakaviany. « Izany dia taorian’ny fandoavana ny vola notakian’ireo jiolahy ireo. Marihina fa tsy nisy fitarainana na fampandrenesana mahakasika io raharaha io mihitsy tonga teo anivon’ny Zandarimaria fa niainga Tamin’ny angom-baovao hatrany » hoy ny fanazavàna azo.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Fête des enseignants à Antsahamanitra : La rentrée scolaire 2019-2020 fixée pour le 28 octobre 2019

Les enseignants dansent pour exprimer leur joie.

Au terme de l’année scolaire 2018-2019, les enseignants malgaches sont venus fêter l’événement avec l’équipe du Ministère de l’éducation nationale et de l’enseignement technique et professionnel à Antsahamanitra samedi dernier. « Mpanabe mifety », voilà le nom donné à cet événement du MENETP. « Voilà onze mois que nous avons travaillé dur pour mener à bien l’année scolaire 2018-2019, je tiens à remercier le personnel du ministère et surtout tous les enseignants pour tout le travail effectué ! » , a déclaré la ministre de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel, Marie Thérèse Volahaingo.

Rentrée scolaire 2019-2020. Cette journée était également le moment de dévoiler aux enseignants la date de la rentrée scolaire 2019-2020. Ce sera le 28 octobre prochain d’après le discours de la ministre du MENETP. Pour ce qui est de la rentrée administrative des enseignants, c’est le 23 octobre 2019. A part cela, le MENETP organise également des événements sportifs pour les écoles à Toamasina du 14 au 20 octobre 2019. Ce seront près de 2.500 enfants qui participeront à ces événements toujours d’après la ministre.

30 EPP. « Nous allons construire trente écoles primaires publiques (EPP) prochainement, des écoles qui seront équipées de cantines scolaires et de bibliothèques ; mais aussi huit collèges d’enseignement général (CEG) ainsi que six lycées » a fait savoir la ministre pendant son discours. Des blouses, des manuels scolaires et des kits scolaires seront également offerts aux élèves de 7e, de 3e et ceux qui sont en classe de terminale afin de les aider à bien préparer les examens. « Nous jouons tous un rôle important dans la réussite du projet gouvernemental concernant l’éducation, je suis enseignante tout comme vous, et le ministère est notre bien commun » a conclu la ministre du MENETP.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara1 partages

MPE : Une série de formations en élevage à cycle court organisées

La filière porcine constitue une des activités d’élevage à cycle court très rentable.

Après Mahajanga, le Malagasy Professionnels de l’Elevage (MPE) effectue une tournée régionale à Toamasina en vue de prodiguer des formations en élevage à cycle court.

Suite à la demande incessante des éleveurs, le MPE (Malagasy Professionnels de l’Elevage), a organisé une série de formations en élevage à cycle court durant les mois de juillet et août  à Mahajanga. Il s’agit notamment de la formation sur la conduite d’élevage pour les filières poulet « gasy », poules pondeuses et poulets de chair ainsi que les filières piscicole, cuniculture, porcine et apicole. Notons que le MPE assure des formations techniques spécialisées allant de l’appui au démarrage de toute activité d’élevage jusqu’au suivi de l’exploitation d’un promoteur, qu’il soit particulier ou groupement d’éleveurs ou entrepreneur rural. Il intervient également sur certaines activités telles que le débecquage, la désinfection et l’insémination artificielle porcine en semence fraîche ou en semence congelée.

Perte d’investissement. En fait, la meilleure conduite d’élevage constitue une condition sine qua non  permettant d’obtenir un meilleur rendement de productivité, et par la suite, une rentabilité des investissements dans toutes ces filières porteuses. Une formation s’impose ainsi. Raison de ces tournées régionales organisées par le MPE, en commençant par Mahajanga et ensuite Toamasina. Et force est de reconnaître que nombreux sont ceux qui se lancent dans ces activités d’élevage à cycle court en poursuivant des formations prodiguées par divers organismes et associations éparpillés dans toute l’île. Toutefois, le « Malagasy Professionnels de l’Elevage » attire l’attention de tous les nouveaux venus ou de ceux qui veulent se professionnaliser dans leurs secteurs d’activité que certains organismes offrent des formations ne respectant même pas les normes requises. Ce qui peut entraîner une perte d’investissement pour tout promoteur de projet.

Activité principale rentable. Par ailleurs, le MPE apporte son appui à toute personne désirant investir dans le secteur de l’élevage. Cette association peut ainsi fournir un service d’accompagnement dans le montage de projet d’implantation d’une ferme d’élevage. Son objectif est de professionnaliser tous les acteurs œuvrant dans les filières. En effet, l’élevage ne doit plus être considéré comme une activité secondaire servant à satisfaire les besoins imprévus des exploitants mais cela peut être plutôt une activité principale rentable contribuant à l’amélioration significative de leurs sources de revenu.

Navalona R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: Un mandat d’arrêt à l’encontre de Peta

La Pôle anti-corruption a lancé un mandat d’arrêt contre Marie Joceline Léonard, connue sous son sobriquet Peta. Selon les informations recueillies, elle a été accusée d’avoir détourné une énorme somme d’argent dans le district de Manakara, notamment dans les communes de Sahasinaka et Ampasimanjeva. En effet, ces deux communes ont obtenu toute deux des subventions pour réhabiliter les « tranompokonolona ».
Le montant s’est élevé à 173 millions d’ariary pour chaque commune. Après évaluation des travaux, les dépenses ne dépassent même pas les 70 millions d’ariary par commune. Marie Joceline Léonard a donc été condamnée de 5 ans de travaux forcés avec une amende de 200 millions d’ariary.
Madaplus.info0 partages

Jeux africains: Les médailles d’or en basketball 3 contre 3 pour les Malagasy.

Pour la première fois dans l’histoire, Madagascar est champion du basketball 3 contre 3 aux jeux africains. Face aux fameux égyptiens, stars du basketball africain, Madagascar a tenu tête et est sorti vainqueur. L’exploit des joueurs malagasy face aux maliens lors de la demi-finale a impressionné les spectateurs.
Depuis le début de la compétition, Madagascar n’a eu qu’une seule défaite lors de son premier match. Cette victoire est une première pour Madagascar sur le plan international. En plus de son palmarès, Eli Andriamampionona a également remporté la finale en tirs à 3 points. Les basketteurs malagasy n’ont reçu que des avis positifs venant des organisateurs ainsi que des spectateurs.
Madagate0 partages

Yokohama. Le Président Rajoelina sur le front de la malnutrition

COMMUNIQUE

Lutte contre la malnutrition : l’État malagasy prend des mesures claires

Le Président Andry RAJOELINA a annoncé qu’il ne reculera pas pour relever le défi de lutter contre la malnutrition et l'insécurité alimentaire à l’échelle nationale, lors de la conférence de l’IFNA (Initiative for Food and Nutrition Security in Africa, en français : Initiative pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique), ce mardi 27 août 2019 à Yokohama au Japon.

Discours intégral du Président Andry Rajoelina ICI

« L’autosuffisance alimentaire représente un défi national prioritaire dans la PGE et le Plan Émergence de Madagascar, se traduisant en actions concrètes pour des réalisations quantifiables et mesurables. « La lutte contre la malnutrition et le défi de l’autosuffisance alimentaire ne dérogeront pas à l’obligation de résultats que nous nous sommes fixés », a-t-il souligné.

Pour lutter contre ce fléau, il est primordial d’augmenter les surfaces cultivables et de doubler les rendements agricoles dans plusieurs régions de Madagascar. La politique alimentaire de Madagascar se présente en cinq mesures très claires dont :

la création de structures nationales, régionales et locales pour soutenir les politiques dédiées à l’amélioration de la nutrition et des habitudes alimentaires ; l’accroissement de la production alimentaire locale grâce à un programme d’investissement agricole et une rationalisation du secteur agroalimentaire, de la disponibilité et l’accès de la consommation d’aliments nutritifs variés en produisant localement tout ce dont Madagascar a besoin, et l’implantation d’usines du Nord au Sud du pays pour la transformation de Moringa et de Spiruline comme compléments alimentaires distribués dans les écoles notamment dans le Sud ; la promotion de la fabrication de produits à base d’aloe vera; la mise en place d’une bonne gestion des ressources en eau à travers des projets d’irrigation et de distribution ainsi qu’à travers la sécurisation foncière et l’amélioration de l’accès aux matières premières pour les agriculteurs ; un emploi décent pour tous.

Dans la foulée, le Président de la République a lancé un appel à l’endroit des partenaires japonais et étrangers pour combattre ensemble la malnutrition et l’insécurité alimentaire pour l’avenir de la génération future.

En cette veille de l’ouverture de la TICAD 7, l’IFNA a fait une déclaration à l’issue de la conférence de ce jour, pour raffermir l’engagement dans cette lutte contre la malnutrition en Afrique et afin de mettre en place une stratégie pour une alimentation variée, une transformation des produits agricoles et la promotion du système sanitaire y afférents. Par ailleurs, le Président de la République, Andry RAJOELINA, a participé à deux rencontres bilatérales.

Shinichi Kitaoka, Président de la JICA et le Président de la Républiqe, Andry Rajoelina

La première avec le Président de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA – Japan International Cooperation Agency), et la seconde avec le Président de l’Organisation japonaise du commerce extérieur (JETRO – Japan External Trade Organization). Le projet d’extension du port de Toamasina, l’Agriculture et l’Éducation -surtout l’approche participative communautaire sont les domaines clés de la coopération de Madagascar avec la JICA.

A gauche, Nobuhiko Sasaki, Chairman et CEO de la JETRO

La rencontre avec le Président de la JETRO a permis d'esquisser la possibilité de promouvoir davantage les relations commerciales entre le Japon et Madagascar. Et ce, afin de trouver d’autres opportunités d’affaires pour les deux pays.

Direction de la Communication et des Relations Publiques

27-08-2019

Ino Vaovao0 partages

ANDRANOMANELATRA : Foana tanteraka ny fasana, nametraka hafatra hafahafa ireo jiolahy

Raha ny  zava-misy  eny  amin’ny  fiarahamonina  dia  betsaka ny manana ahiahy  fa misy  afera goavana  ny antony   ilàna taolam-paty,  no sady  misy  tambajotra goavana mandray  sy  mividy lafo azy ireny. Raha ny  loharanom-baovao voaray  matetika moa  dia saika   misy  ihany ireo  olona tratra  kanefa  dia toa misafotofoto  be  ny tena  zava-mitranga  marina ao ambadika. Izany no tena isany mampitaraina ny olona, indrindra ny eny  ambanivohitra, misy  fasana  mitokatokana. Efa betsaka ireo  fianakaviana no  very  taolam-balo, vaky  fasana. 

Tsikaritra ihany koa fa rehefa fotoanan’ny   famadihana  no tena mampirongatra azy io.  Raha ny zava-nisy  tao  Ambohimiarivo  Kaominina Andranomanelatra, Distrika Antsirabe II iny  ihany  koa izao dia  azo  lazaina fa  tsy  nisy taolam-balo intsony  tao  am-pasana no sady mbola namelan’ny jiolahy hafatra hafahafa  izy ireo. Ankona tanteraka  ny   fianakaviana raha  sendra nahita  razana lena iray   sy  karan-doha  sisa tavela tao am-pasana.  

Tamin’ny  andron’ny  famadihana niarahan’ny fianakaviana,  ny alatsinainy  faha-19 aogositra 2019 lasa iny  no  hita  fa razana lena iray vao nalevina fotoana vitsy sy karan-doha no sisa tao. Niparitaka tanteraka ny  lamban-drazana ary  ny  tena  nahavariana azy  ireo  dia mbola nahitana taratasy navelan’ny  jiolahy  tao  izay milaza fa «  asakasak’izay tsy hanao fa fito alina ariary  ny kilao ». Vaky  saina tanteraka ny  fianakaviana  manoloana ny  zava-nitranga.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FAKANA AN-KERINY TERATANY KARANA : Tambajotra goavana ahitana olona 11 rava

Vokany, nitombo isa ireo  jiolahy  tratran’ny  vela-pandriky ny  zandary ary isany  nahazoana  angom-baovao  mahakasika izany  ny  teto  an-drenivohitra.   Raha ny tatitra  voaray, tamin’ny 05 aogositra 2019 no nisy   “ kidnapping” teratany karana mizaka ny zom-pirenena frantsay teny Ankadivato.  

Naharay  vaovao  momba izany ny teo anivon’ny Vondron-tobim-pileovan’ny Zandarimaria Analamanga, ka nanomboka teo  no nisokatra ny  fanadihadihana. Niainga tamin’ny angom-baovao sy ny famotorana dia nisy olona voasambotra  ny 18 aogositra 2019, manoloana  io fisamborana io anefa  dia nisafidy ny tsy hanome vaovao mihitsy ny fianakavian’ ilay niharan’ny fakàna an-keriny ity. Niaiky ny heloka vitany sy nanondro ireo namany ireo jiolahy ireo, ka izany no nahafahana nisambotra ny hafa, izay efa nisy nitsoaka tany amin’ny Faritra Matsiatra Ambony. Miisa 11 izy ireo ka misy mpivady, 05 ny vehivavy ary 06 ny lehilahy. 

Tamin’ny fanadihadiana azy ireo ihany no  nahafantarana  ireo fitaovana maro  nampiasaina tamin’ny  fanatanterahana  ny  asa ratsy,  toy ny “moto scooter” miisa  04 , basy poleta vita vahiny 02 sy bala 49, finday 04, ody gasy 02. Ankoatra izay  dia nampiasa karapanondro hosoka maromaro ihany koa izy ireo nahafahan’izy ireo nividy “puces” maromaro hampiasaina. Efa tafaverina amin’ny fianakaviany io Karana nalaina an-keriny io taorian’ny fandoavana ny vola notakin’ ireo jiolahy. Manentana ny  rehetra hatrany  moa ny  Kaomandin’ny vondron-tobim-pileovana Analamanga ny amin’ny  hanomezana  vaovao marim-pototra  raha sendra misy  trangan-javatra mampanahy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

JIRAMA AMBOABOAKA : Tovolahy iray handeha hody lasibatry ny andian-jiolahy

Roa izy ireo no tena nanakana azy, sy nandrahona ary nandray azy tamin’ ny lambany avy hatrany fa ny sasany kosa nitazatazana. Nanontanian’izy ireo izay dia halehany. Nanambara kosa izy fa handeha hody. Avy dia nosavain’ireo jiolahy ny paosiny izay nisy finday saingy niezaka niaro ny fananany izy. Nofinganin’izy ireo izy hianjera ary novangoindreo. Namoaka antsy sady nandrahona azy ireo jiolahy ary namoaka antsy ka navelan’ilay tovolahy ilay finday. Mbola mijery ilay finday ny jiolahy no niezaka niala tampoka ilay tovolahy ka nihazakazaka namonjy ilay bajajy tazany teo. Araka ny nambaran’ilay tovolahy lasibatra dia mbola tamin’ny 7 ora hariva teo no nisehoan’izany ny alahady teo. 

Mbola betsaka ny olona mandalo sy mipetrapetraka eo, hoy hatrany izy saingy tsy nisy nanampy na namonjy azy akory. 

Tsy fantatra na mbola tafiditra amin’ny adin’ny zatovo amin’ny fokontany izy ity, fa tranga mateti-piseho ny fanontanina ny fokontany onenan’ilay lasibatra. Andro vitsivitsy izay dia tovolahy avy nijery fety teny amin’ny Soma beach no nosakanan’ny andian-jiolahy ka notsindromin’izy ireo zava-maranitra rehefa avy nendahina, ka namoy ny ainy. Efa ela ihany koa no fantatra fa misy jiolahy manakan-dalana sy mandrava na olona mpandeha an-tongotra na mpandeha moto sy bajajy amin’ny alina, manomboka eo amin’ny Pont blanc ka hatreny amin’ny ’croisement Ambondrona". 

Andro vitsivitsy ihany koa izay dia tokantrano roa no notetezin’izy ireo norobaina eny amin’iny fokontany Mahavoky akaiky ny Jirama Amboaboaka iny. Manaitra ny tompon’andraikitra hijery akaiky ny zava-misy fa manjaka tanteraka ireo jiolahy.

Vanessa

Tia Tanindranaza0 partages

Mpanatitra mpandeha eny IvatoTazan-davitra sisa rehefa betsaka ny sidina

Niteraka olana ho an’ny mpanatitra sy ny mpandeha ny fijanonana lavitry ny seranam-piaramanidina Ivato, ny faran’ny herinandro teo.

 

 

Efa tsy azo idirana intsony ilay efitra natokana ho an’ny besinimaro itazanany ireo fiaramadidina tonga na miainga mitondra ny havany, raha tsy mandoa vola misakafo ao ambony.  Ankoatra ny « hall » tsy hatafidirana afa tsy ny mpandeha kanefa ao no ahitana ny karazana tolotra toy ny fahana finday, fanakalozana vola vahiny, nanampy trotraka fa lavitra io toeram-pidirana io dia efa voasakana ireo mpanatitra ka voatery nisahirana nanosika ny entany samirery ireo mpandeha. Vitsy koa ireo irakiraka tazana.

Raha ny tafa manokana nifanaovana tamin’ny mpitandro filaminana dia tsy misy idiran’ny fanomanana ny fitsidihan’ny Papa François izao seho izao. Tranga fahita izany raha ny fampitam-baovaon’ny mpitandro filaminana hatrany noho ny hamaroan’ny mpandeha voromby sy ny fahafenoan’ny fiantsonan’ny fiara. Loharanom-baovao azo antoka hafa anefa nilaza fa mety vokatry disadisa nitranga ny sabotsy tolakandro teo. Teratany vahiny avy any Addis-Abeba izay nandeha Ethiopian Ailines mantsy no voatery nalain’ny mpitandro filaminana ny findainy. Nentiny nakana sary tao anaty seranana io rehefa avy namingavinga ny mpiasan’ny Mada Ozi izay misahana ny  “visa” eny Ivato izy.

Haja Nirina        

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

FITATERAM-BAHOAKASaran-dalana tapa-dalana nampisavorovoro

Olan’ny saran-dalana tsy nidina nefa ny solika nahitana fihenam-bidy no nahatonga ny ady tamina taksibe iray.

 Teo Anosy no nanomboka ny sakororoka ary nitohy hatreny 67ha. Nisy mpandeha taksibe iray nanome saran-dalana 400 ariary izay noheveriny fa tapa-dalana, ny alahady maraina teo. Nitrerona anefa ilay mpamily mpanampy  fa tokana ny saran-dalana, 500 ariary ihany. Mbola nisy tovolahy hafa indray anefa teo Ampefiloha ka 300 ariary no nomeny. Vao mainka avo vava hatrany ilay mpitaky saran-dalana ary nilaza hatrany fa tokana ny saran-dalana. Ilay nanome vola anefa nanamafy fa eo amin’ny fokontany 67ha Atsimo izy no miala.

Tsy zakan’ireo mpandeha ny teny mandratran’ilay mpamily mpanampy, ary nanampy trotraka izany ny teny ratsin’ilay mpamily izay niaro ity namany. Najanon’izy ireo ilay fiara, notereny hidina ireo olona ary nanaovany feo avo sy vava tsy ambina sady nandidy ilay mpitango saran-dalana ny mpamily mba hamerina ny saran-dalan’ireo. Niray hina ny mpandeha rehetra ka raikitra ny fifamazavazana.

Tsy rariny

Manoloana ny be no ho vitsy, nilefitra tsy fidiny ireo tompona fiara. Nilaza izy ireo fa tafahoatra koa ny “versement” enjehin’izy ireo amin’ny andro tsy fiasana. Misy amin’ireo mpamily taksibe sy ny mpanampy azy anefa, ankoatra ny karamany isam-bolana, hatramin’ny niakaran’ny saran-dalana ho 500 ariary, indrindra tamin’ny fidinan’ny  vidin-tsolika no mahazo hatramin’ny 100 000 ariary avy amin’ny andro iray.

Haja Nirina

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

“Kidnapping” sy halatra bevavaSarona ny tambajotra goavana

Mpaka an-keriny na “kidnapping” miisa 11 indray no tratran'ny zandary ka 5 ny vavy ary enina ny lahy.

 

Haja Nirina sy Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fianakaviana saika hamadikaRazana iray sisa hita tao am-pasana

Mirongatra ny vaky fasana eto amintsika. Fasana iray indray no lasibatr’ireo mpanao ratsy tao Ambohimiarivo, kaominina ambanivohitra Andranomanelatra, distrikan’Antsirabe II ny alatsinainy 19 aogositra lasa teo.

 

Tia Tanindranaza0 partages

By Pass - Loza mahatsiravinaMaty ny mpamily, vehivavy iray naratra

Maty nosokirina ilay mpamily, tsaboina eny amin’ny hopitaly kosa ilay renim-pianakaviana bevohoka izay voafaoka.

 

Io no fampitam-baovaon’ny mpitandro filaminana avy ao amin’ny borigadin’ny zandary avy ao Andoharanofotsy tamin’ny tafa manokana tamin’ny mpanao gazetinay mahakasika ny lozam-pifamoivoizana teny amin’ny By-pass. Teo amin’ny lalambe mikodana ho any Iavoloha, akaikin’ny tobin-dasantsy “Jovenna”, avy any Alasora no nitranga ny loza. Fiarabe an’ny orinasa mpanao lalana iray no nifaoka io renim-pianakaviana io ka naratra mafy ary efa nentin’ireo nanatri-maso tany amin’ny ivon-toeram-pitsaboana sahaza azy, omaly sahabo ho tamin’ny 6ora sy sasany hariva. Tsy nahatratra azy teo ireo mpitandro filaminana, raha ny fampitam-baovaon’izy ireo hatrany noho ny hakingan’ny olona nandray andraikitra.

Nanampy fanazavana ny zandary avy ao Andoharanofotsy fa nosokirina tao anatin’ilay fiara vaventy ny mpamily  izay nidofotra tamin’ny vatana fiara fitondrana entana na “remorque”.  Voatery niantsoana mpamonjy voina mihitsy ary ora maro vao voasokitra tao. Noho ny dona sy ny ratra ary ny fahaverezan-dra be loatra nahazo azy dia tsy tana ny ainy. Mampatsiahy hatrany ny manampahefana, indrindra ny mpitandro filaminana amin’ny fanajana ny fetran’ny hafainganam-pandehan’ny fiara mba isorohana hatrany ny loza.

Haja Nirina

 

 

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fivorian’ny G7 tany Frantsa251 tapitrisa dolara ampiasaina aty Afrika

Nivory tany Biarritz Frantsa indray ireo firenena matanjaka indrindra mivondrona ao amin’ny G7.

 

 

Tapaka tamin’izany fa hampisam-bola amin’ireo vehivavy manao fandraharahana eto Afrika (AFAWA) ny filoha frantsay Macron sy ireo filoham-panjakana mikambana ao amin’ny G7.  Hampiroborobo ny fandraharahana ataon’ny vehivavy afrikanina no tanjona ary ny Banky Afrikanina ho amin’ny fampandrosoana (BAD) no tompon’antoka amin’ny famoahana ny vola. Nanambara ihany koa i Macron, izay sady filohan’ny G7 fa vahaolana ho an’i Afrika izao, indrindra amin’ny sehatra fandraharahana sy Banky. Maro be mantsy ireo vehivavy mpandraharaha no efa nampiaka-peo tamin’ny niatrika ny fivorian’ireo mpitondra afrikanina tamin’ny janoary 2015 ny amin’ny fahasarotan’ny fahazoana famatsiam-bola ampiasaina, hany ka tsy mahalia lalana irery izy ireo ary sempotra tanteraka anaty fandraharahana atao noho ny tsy fisian’ny famatsiam-bola. Etsy an-daniny dia nilaza ny filohan’ny BAD, Adesina Akinwumi fa tsy azo ihodivirana intsony ny fandraharahana ataon’ny vehivavy amin’izao fotoana izao ary izy ireo mihitsy no ho avin’ny kaontinanta afrikanina. Ny 30%-n’ny orinasa Madinika sy Salantsalany mantsy dia efa tantanan’ny vehivavy avokoa eto Afrika ary misy fatiantoka 42 miliara be izao ataon’ny mpandraharaha lehilahy izao tokony hotsentsenan’ny mpandraharaha vehivavy haingana amin’izao fotoana izao.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitrandrahana harena ankibon’ny tanyMahazo vahana tanteraka ny vahiny

Betsaka ny mpandraharaha malagasy misehatra amin’ny fitrandrahana madinika (petites mines) raha oharina amin’ny fitrandrahana vaventy (filières grandes mines).

Ity fitrandrahana madinika ity dia anisan’ny sehatra ahafahana mampiroborobo ny toekarena kanefa tena anjakazakan’ny vahiny raha ny eto Madagasikara. Nanambara ny mpandraharaha mpitrandraka madinika iray, Liva Randrianasolo fa tokony hampiharina amin’izay ny lalàna mifehy ny fitrandrahana harena ankibon’ny tany eto amin’ny firenena Ankoatra izay dia mampitaraina  ihany koa ny mikasika ny fandefasana « échantillons » mankany ivelany izay ny vahiny no tena manankarena sy mahazo tombony. Ny 80%-n’ireo vahiny mpandraharaha eo amin‘ny fitrandrahana madinika eto Madagasikara anefa dia saika ireo mitondra visa touristique avokoa. Anisan’izany ireo teratany Srilanke, Sinoa, Tailande ary Afrikanina izay tena misehatra eo amin’ny fandraharahana amin’ny fitrandrahana ny harena ankibon’ny tany eto amin’ny firenena. Fehezin’ireo teratany vahiny izay mody mitondra anarana mpizahatany ireo avokoa manomboka eny amin’ny kariera fitrandrahana, ny fanerana ny vato ary hatramin’ny fanondranana. Rehefa izay dia tena mahazo tombony be mihoatra lavitra amin’ireo mpandraharaha malagasy eto an-toerana izy ireo.

Tsirinasolo

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Sampana mpamonjy voinan’ny CUAManao fanentanana ara-pahadiovana

Ao anatin’ny ezaka fankalazana ny faha-70 taona niorenany ny vondrona mpamonjy voinan’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) amin’izao fotoana ka hetsika maro no notanterahina.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Tsy filaminana eto amin’ny firenena“Misy andraikitra tsy efan’ny fitondrana.”

Malahelo amin’ny fisian’ny tsy filaminana eto amin’ny firenena izahay mpiaro ny zon’olombelona, hoy ny filohan’ny fikambanana Zon’olombelona mampandroso vahoaka sy Zon’olombelona mijoro,

Chandoutis Raoera, raha nanontaniana mikasika ny fipetrak’izy io manoloana ny fifampitifirana nisy tetsy Ampefiloha ka nitifirana lohan’olona efa lavo tamin’ny tany ny faran’ny herinandro teo. Mbola hita ho misy andraikitra tsy efan’ny fitondram-panjakana, hoy izy, taratra ao anatin’io. Efa hita ny ezaka ataon’ny fitondrana saingy noho ilay tsy fananan’asa miteraka ny elanelana be loatra dia mirongatra ny tsy fandriampahalemana. Mila hamafisina ny politika sy fampiharana ny fampananan’asa eto Madagasikara. Fotoana toy izao indrindra no tena tokony hampanjakana ny fanajana zon’olombelona. Olona efa lavo amin’ny tany kosa ve, hoy izy, dia mbola vonoina indray? Sao sanatria vavolombelona manahirana? Marina fa mihatra aman’aina ny asan’ny mpitandro filaminana ary eo indrindra, hoy ny fanazavany, no tokony hijerena ny fipetraky ny andininy faha-3 ao amin’ny fanambarana iraisampirenena momba ny zon’olombelona dia ny zo hiaina izany.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taom-pianarana 2019-2020Hanomboka amin’ny 28 oktobra

Efa saika tafiditra ao anatin’ny fialantsasatra lehibe avokoa ireo mpianatra manerana ny Nosy ankehitriny ankoatra ireo mbola hiatrika ny fanadinana ara-panjakana.

 

 Mbola baraingo anefa ho an’ny ray aman-dreny hatreto ny hamantatra izay tena hisokafan’ny taom-pianarana vaovao manaraka marina noho ny resabe ateraky ny PSE ( Plan Sectoriel de l’Education). Nitondra fanazavana mahakasika izany ny minisitry ny fanabeazam-pirenena sy ny fampianarana teknika ary ny fanofanana arak’asa Rtoa Volahaingo Marie Therese. Nambarany  fa hanomboka amin’ny 28 oktobra ho avy izao ny taom-pianarana vaovao 2019-2020, hahafahan’ny ray aman-dreny miomana. Hizara telovolana telo ny tetiandrom-pampianarana. Efa saika misokatra avokoa, araka izany, ny fanavaozana ny fisoratana anarana sy ny fitsapam-pahaizana ho an’ireo mpianatra vaovao vao hiditra, eny anivon’ireo sekoly tsy miankina amin’ny ankapobeny. Mikasika ny fanadinana CEPE manokana dia fantatra fa amin’ny volana jona  taona 2020 no kasaina hotanterahina raha tsy misy ny sampona.

 

Pati

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Pesta sy ny famadihanaMifanojo hatrany ireo, hoy i Dr Fidy

I Madagasikara irery maneran-tany no mbola firenena ahitana aretina pesta ary eto ihany no mbola ahitana famadihan-drazana isan-taona.

 

Misy hifandraisany amin’ny aretina pesta izy io, hoy ny dokotera Fidy Bariniaina. Rehefa tonga mantsy ny fotoam-pamadihana dia mahazo vahana ihany koa ny  pesta matetika. Rehefa misokatra ny fasana dia mivoaka ihany koa ireo karazana mikraoba avy amin’ireo olona matin’ny pesta milevina ao am-pasana ka tsy mahagaga raha tsy mety lefy izy io eto amintsika fa mipoitra hatrany. Ny vanim-potoanan’ny ririnina no tena mampahazo aina ny mikraoka ka mampatanjaka be azy ireny rehefa mivoaka ety ivelany. Ny fampiatoana ny famadihan-drazana ihany no vahaolana tsara indrindra  raha tiana ny hiady amin’ny aretina pesta, hoy hatrany ity dokotera iray ity. Misy karazany telo ny pesta misy dia ny pesta atoditariana, ny pesta aretin-tratra ary ny pesta septisemika izay mety hahafaty avokoa raha tsy voatsabo haingana.

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raikitra ny fanadinana CEPENidina 9 % ny mpiadina eto Antananarivo

Nidina 9 % ny tahan’ireo mpiadina hiatrika ny fanadinana CEPE manerana ny fari-piadidiam-pampianaran’Antananarivo Renivohitra amin’ity taona ity.

 

Nahatratra 31.730 tamin’ny taona 2018, nidina ho 28.715 tamin’ity taona 2019  ity. Enina taona no zandriny indrindra ary 29 taona no zokiny izay samy vehivavy. Raha ny fanazavan-dRamananantony Lalaina, lehiben’ny fari-piadidiam-pampianarana Antananarivo Renivohitra dia noho ny havitsian’ireo mpianatra tao amin’ny taona fahefatra  niakatra tao amin’ny taona fahadimy mihitsy no nampitontongana io isa io. Tsy niova anefa ny fanomanana ho an’ity fari-piadidiam-pampianarana iray ity izay nofaranany tamin’ny fanaraha-maso sisa omaly hariva. Tanjon’izy ireo ny hirotsahan’ireo mpitsara ny fanadinana avy hatrany manomboka rahampitso alarobia. Ny alakamisy kosa izy ireo no hampiditra ny naoty anaty solosaina ary kasaina havoaka amin’ny faran’ny herinandro ihany ny vokatra. Tsiahivina fa foibem-panadinana miisa 44 no handray ireto mpiadina eto Antananarivo Renivohitra ireto anio talata 27 aogositra ary 16 ireo toerana hanaovana ny fitsarana. Amin’ny 7 ora sy sasany maraina no hanomboka ny fiantsoana anarana. Amin’ny 8 ora no hanomboka ny fanadinana. Ny taranja opération, probleme, SVT ary ny tantara no hisantaran’ireo mpiadina izany ny maraina. Ny malagasy sy ny frantsay ary ny geografia kosa no hamaranana azy anio hariva.

 

Mbola nampahatsiahy ny tsy tokony hanadinoana ny “convocation” sy ny fitaovana ilaina ny mpanabe omaly, toa ny Talen’ny EPP Analakely Rtoa Razafindranivo Nadia. Miisa 73 ireo mpiadina hiatrika ny fanadinana CEPE anio ho an’io sekoly io.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Hopitaly miaramila SoavianandrianaArirarira ny fisotroan-drononon’ny mpiasa

Tsy misitraka ara-dalàna ny vola fisotroan-drononony na ny “pension” tokony horaisiny hatramin’izao ireo mpiasam-panjakana misotro ronono na « fonctionnaires retraités » tamin’ny 2016 tao amin’ny hopitaly miaramila Soavinandriana (CENHOSOA),

 

 araka ny fitarainana avy amin’ireo tratran’izany. « Ho tapitra ihany ity ny taona 2019, tsy aloan’ny CENHOSOA ihany ny vola tokony harotsany any amin’ny tahirim-bolam-panjakana na ny “Trésor” handoavany ny pension ho an’ireo misotro ronono », hoy izy ireo. Amin’ny maha olombelona, mila misitraka izany zo izany izahay. Sa efa vita tokoa ny nilana anay dia atao toy ny tahom-boanjo ?  Mba miezaka manatona manontany ny tompon’andraikitra ihany izy ireo, saingy valin-teny tsy miova no azony, dia ny hoe « haloan’ny hopitaly io ato ho ato » kanefa tsy misy famaritana mazava fa toa fanaboriboriana resaka no handraisan’ireo mpiasa izany. Fony mbola am-perinasa anefa dia nanesorana isam-bolana ny karama noraisina satria narotsaka any amin’ny “finance” hitsinjovana ny fahanterany amin’ny alalan’ny vola fisotroan-drononony. Ankehitriny, mitaraina sy manaitra ny fitondram-panjakana, ny minisiteran’ny foloalindahy ireo zokiolona niasa tao amin’io hopitaly miaramila io mba hijery ny momba azy ireo fa mihatra aman’aina ny manjo azy ireo. Voatery mitady asa hafa toy ny asa an-tselika noho ny tsy fisian’ny vola. Tsy voaray anefa ny ankamaroany noho ny fahanterany ka misy mihitsy ny lasa mangataka.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

« Vitrine du Vakinankaratra » faha-22Hahazo tan-tsoroka ireo mpandraharaha

Hiditra amin'ny andiany faha-22 amin'ity taona ity ny hetsika ara-toekarena « Vitrine du Vakinankaratra ».

 Hetsika ho fampiroboroboana ny asan'ireo mpandraharaha madinika sy ireo orinasa mivondrona ao amin'ny FIOVA na ny Fivondronan'ny Orinasan'i Vakinankaratra. Toy ny fanao isan-taona moa dia hisy ny fifanakalozana ara-barotra sy fampirantiana mandritra ny 3 andro dia ny 12-13-14 septambra ho avy izao izany. Anisan'ny hampiavaka ity hetsika ity ny fisian'ny manampahaizana manokana hisahana ny resaka "Coaching" amin'ireo mpandraharaha amin'ny fandraharahana izay ataony raha ny nambaran'Atoa Ramarijaona Andrianjafy, filohan'ny FIOVA. Hitohy aorian'ny hetsika izany na efa miverina any andafy aza ity manampahaizana ity amin'ny fanampiana ireo mpandraharaha ao Vakinankaratra. Ankoatra ny fampirantiana sy ny fifanakalozana moa dia hisy hatrany ny valandresaka arahina adihevitra hiompana amina lohahevitra maro. Tranoheva manodidina ny 200 hatreto no efa namandrika fa handray anjara amin'ity hetsika ity ary azo antoka fa mbola hiampy raha ny vinavina, hoy ny mpikarakara satria efa misy ireo mpandraharaha ivelan'i Vakinankaratra no namandrika toerana, toy ny avy any Menabe sy Atsimo andrefana.

Caius R

Tia Tanindranaza0 partages

Lavaka be eny AmpefilohaMiteraka fitohanana, ahiana hitera-doza…

Manaitra ny tompon’andraikitra amin’ny fahasimban’ny lalana mampifandray eto an-drenivohitra ny ankamaroan`ireo mpampiasa lalana.

 Na ao anaty fanamboarana aza isika amin`izao, tokony hisy fikojakojana ihany koa..  Ohatra etsy Ampefiloha, misy lavaka be afovoan`ny arabe izay mampidi-doza sady miteraka fitohanana, indrindra rehefa harivariva. Zary miteraka fahaterena ireo lavaka ireo satria kely monja no azo hizorana ary io no ifampizaran’ny an-daniny sy ny an-kilany avy. Toy izany koa nydigy manomboka eny Adohatapenaka hatrany amin’ny Fasany karana. Manaratsy endrika ny tanàna ireny sady mamotika fiara ihany koa. Misy koa ny mpitondra fiara no tsy manaja lalana, mirimorimo tsy mitandrina ka mandena ranom-potaka ny mpandeha an-tongotra. Lasa tsy fanajana ny lalàna mifehy ny fitondrana fiarakodia sy ny takelaby famantarana ilay haratsian-dalana. Manararaotra mangalatra manao hitsin-dalana ny mpamily noho ireo lavaka, raha vao tsy misy polisy miambina. Miendaka ny tara na godorao ka iandronan’ny rano. Mety hitera-doza izy ireny raha tsy mitandrina ny voatondron’ny takelaby mitsatoka eran’ny sisin-dalana.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Mianatra demokrasia!

Efa tamin`ny hetsi-bahoaka notarihan`ny herivelona tamin`ny taona 1991 i Madagasikara no “mianatra demokrasia”.

Maro ny zavatra nandalovana sy niainana kanefa amin`izao 2019 izao dia mbola lazaina foana fa “jeune democratie” ary mbola mianatra foana i Madagasikara. Iza no tena manimba ny fampiharana ny demokrasia eto amintsika ? Moa tsy ny mpanao politika ihany dia izy ireo ihany no mifanakiana sy mifanongana avy eo. Ny vahoaka koa moa tsy ampy fianarana dia lasa malaza tsy hihinanana toa vilihin-tsahona ihany ilay hoe marani-tsaina ny Malagasy. Toa voafitaka foana ihany ramalagasy isaky ny mihetsika ka ireo lasa any ivelany koa moa tsy marisika hiverina eto mba hanaitaitra koa, hany ka manamora ireo mpanao politika. Ataon`ny mpanao politika fialana bala ilay hoe “ mianatra demokrasia” rehefa raikitra ny ankivadika palitao (nomadisme politique). Ho an`ireo depiote dia voalaza mazava ao anatin`ny lalàmpanorenana izany ao amin`ny andininy faha-72 izay milaza mazava fa tsy azon`ireo solombavambahoaka atao no miovaova antoko na vondron`antoko politika hafa rehefa tonga eo anivon`ny Antenimieram-pirenena. Rehefa raikitra ihany koa ny repoblikan`ny malety dia ambara foana fa mbola vao mianatra demokrasia anie isika dia mifamindra fo ao ireo mpanao politika sady mameno paosy ihany. Ny mampalahelo anefa dia ny vahoaka mpifidy no mifandramatra. Aiza ho aiza ny hoe demokrasia eto Madagasikara raha avy amin`ny vahoaka izany, entin`ny vahoaka, ho an`ny vahoaka ?

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny FMF vaovaoMalalaka tsara amin’ny fitantanana

Malalaka tsara amin'ny fitantanana ny FMF ny filoha vaovaon’ity federasionina malagasin’ny baolina kitra ity, Arizaka Raoul Rabekoto Romain, raha ny fahitan’ny mpitia baolina kitra ny andraikitra arak’asa sy politika sahaniny no jerena.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nicolas Dupuis« Hokitihina kely ny Barea ! »

Hoteteziko daholo manomboka any Eoropa ka hatrany Azia, hoy ny mpanazatra ny ekipam-pirenena malagasin’ny baolina kitra, Nicolas Dupuis, mba hitadiavana izay mbola azo hanatsarana ny firafitry ny Barea.

 

 Tsy hohadinoina ihany koa ireo mpilalao avy eto an-toerana ary nahita nanaitra tamin’izy ireo aho, ohatra, tao Nosy be. Mbola te hanome bebe kokoa ho an’ny ekipam-pirenena sy ny vahoaka malagasy aho, hoy hatrany ity mpanazatra avy nanavao ny fifanarahany hatramin’ny 4 taona manaraka ity indray. Heveriko fa ilaina hokitihina kely ihany ny firafitry ny Barean’i Madagasikara ankehitriny, hoy ny fanazavany, ary amin’io volana septambra io no vinaniana hanaovana famondronana sahady mandritry ny lalaom-pirahalahiana iray.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fandraisana ny Papa FrançoisHentitra ny toromariky ny praiminisitra

Namory ny OMC (Organisme Mixte de Conception) nasionaly, ny praiminisitra,

 

lehiben’ny governemanta, Ntsay Christian, omaly niara-nidinika ny amin’ny fifehezana sy fitantanana ny lafiny filaminana sy fandriampahalemana mialoha, mandritra ary aorian’ny fivahinianan’ny Papa François filoham-panjakan’i Vatican eto amintsika. Nojerena ny ezaka efa vita sy ny tokony hampiana. Hentitra izy ny amin’ny tsy maintsy handalinana bebe kokoa ny fahafantarana ny isan’ny olona izay tena ho tonga eto an-drenivohitr’i Madagasikara, mba handraisana ny fepetra amin’ny fitandroana filaminana mifanaraka amin’izay. Tsy maintsy alamina ny fifamoivoizan’ny fiarakodia sy ny fifamezivezen’ny olona. Efa misy ny rindran-damina amin’ny vahaolana mifandraika amin’ireo mety ho ambana hitranga mandritra ny fotoana andalovan’ny Papa eto amintsika. Efa mandray  ny andraikiny ireo tomponandraikitra rehetra eto amintsika amin’ny fametrahana ny filaminana sy fandriampahalemana any amin’ny làlam-pirenena rehetra mihazo an’ Antananarivo. Hisy ny fanentanana hapetraka amin’ny alalan’ny serasera sy fampitam-baovao  homena miandalana ny vahoaka mba hahafahan’ny olona rehetra mahalala ny tokony hataony, indrindra ny fandriampahalemana sy  ny filaminana, hoy ny praiminisitra. Nisaorany manokana ireo rehetra nifandrimbona amin’ny ezaka fanomanana, toy ny ao amin’ny fiadidiana ny Repoblika, ny lafin-tany, ny Fitsarana sy ireo tompon’andraikitra rehetra eo anivon’ny fiangonana katolika, ankoatra ny amin’ny fandriampahalemana. Nanatrika ity fivorian’ny OMC nasionaly ity ireo minisitra telo miandraikitra ny filaminana sy fandriampahalemana sy minisitra sasany toy ny minisitry ny fitsarana, ny minisitry ny toekarena sy ny fitantanam-bola ary ny minisitry ny atitany sy ny fitsinjaram-pahefana.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Antananarivo RenivohitraNotokanana ireo làlana “Ghandi”

Notokanan’ny Ben’ny tanànan’Antananarivo Lalao Ravalomanana sy ny Masoivohon’i Inde Abhay Kumar tamin’ny fomba ofisialy omaly ny lalana Mahatma Ghandi teny

 

 

 Mahamasina sy Indira Ghandi Tsaralàlana. Ilaina ny fifanajana eo amin’ny mpandeha an-tongotra sy ny mpivarotra, hoy ny ben’ny tanànan’Antananarivo Renivohitra nandritra io fotoana io. Tompon’andraikitra, hoy izy, ny fanjakana mitady vahaolana maharitra ny amin’ny fitsinjovana amin’ny asa fiveloman’ireo mpivarotra nesorina teny amoron-dalana ireo. Nanambara ihany koa ny tenany fa mbola hitohy ny fiaraha-miasan’ny Indianina sy ny kaominina. Nilaza ihany koa ny teo anivon’ny masoivohon’i India fa mbola hanampy an’i Madagasikara amin’ny lafiny fambolena sy fampiofanana amin’ny sehatra maro. Nohazavain’ny tompon’andraikitra Indiana fa olo-malaza sady nahavita be tamin’ny fireneny ireo anarana lalana 2 napetaka teto Antananarivo ireo ary reharehan’izy ireo ny fananana izany satria niady tamin’ny asa fanandevozana.

Tsirinasolo

 

Tia Tanindranaza0 partages

Kaominina-FokontanyTsy tokony hisy elanelana

Ho antsika Malagasy, ny fokonolona no sehatra tsara indrindra ho an’ny fiaraha-miaina, ao no ifampikasohan’ny taranaka mifandimby, ao no ampitana ny soatoavina ary ao no amoahana ny hevitra. Rafi-pitantanana ho an’ny vondron’olona fototra izy.

Ny zava-misy amin`izao anefa dia mahatsiaro tena ho sahirana ny sefom-pokontany amin`ny fampandrosoana ny faritra misy azy. Na mba haniry sy hanao zavatra ny fokontany dia tsy manana vola hampihodinana azy. Misy fokontany, trano iray ampanofaina no mba vola miditra nefa tsy mahavita na inona na inona akory izany. Eto an-drenivohitra, ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA) no omen’ireo filoham-pokontany tsiny satria amin`izy ireo, anjaran’ny kaominina ny manampy sy manohana ary mandrisika ny fokontany, amin’ireo asa fampandrosoana rehetra, amin’ny alalan’ny famatsiana vola sy fitaovana. Na ireo fokontany heverina ho manana fotodrafitrasa mety hamelona azy aza dia mahatsiaro ho tsy afa-manoatra ihany koa. Misy fokontany  mba manana manana tsena, saingy tsy miditra any amin’ny kitapom-bolan’ny fokontany ny vola fa mankany amin’ny kaominina. Ny vola azo amin’ny fanaovana taratasy, toy ny fanamarinam-ponenana, ny fanamarinam-pahavelomana… tsy dia misy firy. Indraindray aza, tsy misy olona miditra manao taratasy akory, mandritra ny iray andro. Marihana fa ny sefo fokontany dia tendren`ny prefen`ny polisy manampahefana eo an-toerana avy amin` ny tolo-kevitry ny sefo distrika raha ho an`Antananarivo Renivohitra manokana. Raha tsy mazava amin’ny fitantanana ny tanànan’Antananarivo Renivohitra, dia lasa sakana ho an’ny fampandrosoana eny ifotony, eny anivon’ny fokontany. Na ny vahoaka na ny sefom-pokontany sasany dia tsy mahafantatra akory izay tena tompon’andraikitra mampikatso ny asa fampandrosoana. Raha fihinin’ny fanjakana irery ny fahefana dia tsy handroso mihitsy isika. Anjaran’ny fanjakana ny mampisy ny fiaraha-miasa akaiky amin’ny kaominina sy ny fokontany. Aleo hifanampy fa tsy tokony hisy elanelana mihitsy eo amin’ireo.

Marigny A.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fitifirana teny AmpefilohaNokianin’ny mpahay lalàna

Hita teo anivon’ny haino aman-jery sy tambajotran-tserasera samihafa, hoy ny mpahay lalàna, Imbiki Herilaza, ny fitifirana sy fanenjehana olona saika hanao heloka.

 

 Marihina fa samy fehezin’ny lalàna ny rehetra ary marina fa natao hiaro ny vahoaka sy ny fananany ny mpitandro filaminana ary antony hanakaramana sy hamatsian’ny fitondram-panjakana fitaovana azy izany. Tsy mora sy mihatra aman’aina ny asany. Misy foana anefa ny apetraky ny lalàna na ny « présomption d’innocence » izay midika fa tokony hotsaraina sy saziana izy raha meloka ary misy koa fepetra amoahana azy raha tsy izay. Eo koa ny atao hoe fanajana ny zon’olombelona. Tokony hisy fanadihadiana misokatra atao fantatry ny vahoaka malagasy foana amin’ny toe-javatra toy ireny ary tsy vao tranga androany io fa efa nisy ny raharaha Antsakabary sy ny fanafoanana rafitra na « unité spécialisé », ohatra, hoy izy, vokatr’izany. Raha ny fanazavan’ny mpahay lalàna Willy Razafinjatovo na Olala, kosa dia mbola heverina ho tahaka ny tsy diso ny olona iray rehefa tsy misy didim-pitsarana mahazo azy. Na ho an’ireo firenena mbola mampihatra ny fanamelohana ho faty aza dia mbola mampihatra io resaka « présomption d’innocence » io. Misambotra sy manao fanadihadiana ary mandefa any amin’ny fitsarana no azo atao ary ny eto amintsika satria efa nifanaraka tamin’ny firenena mikambana isika fa hanafoana ny fanamelohana ho faty dia fanagadrana mandra-pahafaty, hoy izy, no nanoloana azy fa tsy famonoana mivantana. Fahadisoana hatrany kosa, hoy izy, ny famonoana olona. Ary amin’ny tranga toy ireny nisy teny Ampefiloha ireny aza dia mbola lanjaina koa hoe fitaovam-piadian’iza no nahery vaika. Iombonan’izy mirahalahy ireto moa fa misy ny sazy natokana ihany koa ho an’ireo mpitandro filaminana mihoa-pefy ary arakaraka ny haben’ilay hadisoana no hanasokajiana azy.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Taratasin’i JeanAiza ianao eee !

Any ianao izay ry Jean ! Lasa tsy an-kiteniteny. Fa lasa aiza marina ianao e ?

 Inona ary ity nataonao ity ? Fa angaha moa tsy hamaha ny hanoananay ao anatin’ny fotoana fohy no nametrahanay anao eo ? Iny aloha izany vita ny fandinihana an’ilay lalàna mikasika an-dry zalahy hoe tsy manaiky ny drafitsika. Dia ohatra ireny soavaly tapa-kofehy ireny ve rangahy ianareo vao nandre fa tsy nolavina ilay izy na dia naato aza aloha ny dinika momba azy ! Io anie efa fantatray fa hainareo ilay manao hoe “inona akia no idirako ?” rehefa sendra ny ho ahy aho e ! Fa mba vahao aloha, hoy aho, ity hanohananay ity.

Marco

Tia Tanindranaza0 partages

Serge ZafimahovaRavao ny CFM fa tsy mahavaha olana

Misy ny karazana olana sy ny disadisa eny anivon’ny fiarahamonina. Tokony horavana tanteraka anefa ny komitin’ny fampihavanam-pirenena na ny CFM fa tsy mahavaha olana sy ny disadisam-piarahamonina io rafitra iray io.

Tia Tanindranaza0 partages

Fanovana ny satan’ny fanoheranaTsipahin’ny RMDM hatramin’ny farany

Nolaniana amboletra teny amin’ny antenimieram-pirenena, ilay volavolan-dalàna mifehy ny mpanohitra, raha ny fanazavana azo. Mitsipika marin-drano an’izany atoa Alain Andriamiseza sy pasitera Edouard Tsarahame avy amin’ny vovonana Rodoben’ny Mpanohitra

 

Tia Tanindranaza0 partages

Raharaham-pirenenaMamofompofona korontana…

Nenjehina sy noharatsiana fatratra i Marc Ravalomanana ny taona 2009 tamin’ny resaka fiaraha-miasa nampiasan’ny vahiny tany tamin’ny alalan’ny orinasa Koreanina Daewoo.

 Nambaran’i Andry Rajoelina tamin’izany fa tsy eken’ny Malagasy sy mifanohitra amin’ny soatoavina ny famarotana tany amin’ny vahiny, eny fa na ny fampanofana aza ka natao fitaovana nanonganam-panjakana. Ankehitriny, ny tetikasa fananganana ny tanàna Tanamasoandro, dia iantsoana vahiny hampiasa sy hamatsy vola satria tsy manam-bola ny fanjakana. Fifanarahana avo lenta miendrika famarotan-tanindrazana an-kolaka ny ambara fa fiaraha-miasan’ny fanjakana sy ny sehatra tsy miankina na ny 3P fa tsy hisy vahiny hiala maina izany eo satria tsy manam-bola hanaovana an’izany fanjakana hatreto. Niaraha-naheno ny ampamoakan’ny samy olon’ny fitondrana tamin’ny alalan’ny depiote Naivo Raholdina fa namidin’ny minisitra Hajo Andrianainarivelo sy ny ekipany tamin’ny sinoa sy ny karana ny tanim-panjakana, kanefa raha Malagasy no mangataka tsy mahazo. Nohenjehina fatratra ny filoha teo aloha Hery Rajaonarimampianina sy ny ekipany nambara fa manao kajikajy amin’ny lalàna, mangala-bato, manao kolikoly, ka tonga hatramin’ny “miala Rajao” ny raharaha. Tsy mifanalavitra amin’izay ny zava-misy ankehitriny raha tsy hilaza afa tsy ny hala-bato niseho, ny fizaram-bola tamin’ny fifidianana, kolikoly fa tsy nisy fahagagana akory teo. Ny fahatongavan’i Andry Rajoelina teo amin’ny fitondrana dia efa adihevitra be satria nahiana ny ra mandriaka sy ny ady an-trano tamin’ny alalan’ny fampidirana fitaovam-piadiana teto, izay mety ho antony tsy maintsy nanomezana fandresena azy. Tsy tena mahatoky tena ny fitondrana ka miezaka manao fangejana amin’ny alalan’ny kajikajy politika miainga amin’ny lalàna ankoatra ny fanambazana ny manam-basy. Toa mandrangaranga hery saingy izany matetika no vao mainka nandrehitra ny afo politika teto Madagasikara. Ilay fomba fanao nohenjehina sy nentina namotehana ny hafa ihany no miverina. Raha izao no mitohy dia mety hiafara amin’ny “Miala Rajoelina” io. Efa manomboka misy mivoy izany eny amin’ny tambajotran-tserasera eny, vao fito volana monja nandraisana fahefana. Mila miova famindra ny fitondrana !

Toky R

 

La Vérité0 partages

Jeux africains - Madagascar toujours dans le Top 10 africain

Pas de médaille pour la journée d’hier. Malgré cela Madagascar ne démérite pas, car la Grande Ile figure toujours dans le Top 10 sur les trentaines de pays participant aux Jeux africains de Maroc. Madagascar recule à la septième place avec 6 médailles d’or, quatre en argent et 2 en bronze. Le Nigeria vient de faire un grand saut et se place à la 5eme position devant la Tunisie.  Pour la journée d’hier, un peu de déception pour les deux haltérophiles malagasy. La championne d’Afrique Vania Ravololomananiaina et Sitraka Randrianandrasana n’ont pas eu la moindre couleur de breloques dans leur catégorie des moins de 64 kg. Les deux Malagasy ont fini 5e et 6e du classement. C’est la dure loi du sport, des fois on croise aussi des adversaires plus coriaces que soi.  Toujours en haltérophilie, les étoiles n’étaient pas du côté des Andriatsitohaina. Après les deux argents et un bronze d’Eric, Tojo a été disqualifié de sa catégorie. Le tir à l’arc aussi était en lice hier, Gabriel Andrianasoloniaiko, le fils de Siteny Andrianasoloniaiko, représentant malagasy a fini 36eme sur 39 participants.

En boxe, pour la cinquième édition de suite, le noble art malagasy rentre bredouille au pays. Tony Nomenjanahary a été sorti en quarts de finale par le Botswanais  Rajab Mohamed chez les moins de  52kg. De même pour Claudine Njarasoa, elle a plié bagage en demi-finale du 100m dame athlétisme. Le triple médaillé d’or de l’océan Indien a fini 6eme de sa série durant la compétition disputée au complexe Sportif Moulay Abdellah. Quant à Sidonie Fiadanantsoa, elle vient d’arracher sa qualification en 100m haie en effet, elle a fini troisième de sa série avec 13.68, derrière l’Ivoirienne Okou Rosvitha 13.63 et la Nigérienne Amusant Tobi qui domine la course 12.69 au chrono.Elias Fanomezantsoa

La Vérité0 partages

Exécution sommaire à Ampefiloha - Le policier incriminé jeté en prison

Sujet de polémique. La vidéo exposant un agent de Police exécutant en public un prétendu suspect lors d’un braquage raté à Antsahamanitra, vendredi dernier à Ampefiloha, a suscité beaucoup de réactions. La Police nationale n’est pas restée de marbre devant cette bavure, et non bravoure, d’un des siens en prenant une décision radicale. En effet, le ministre de la Police, le Contrôleur  général Rafanomezantsoa Roger, a informé la presse dans la soirée d’ hier que le policier qui a donné le coup mortel à un présumé braqueur à terre et désarmé a été mis sous mandat de dépôt après avoir été présenté devant le Parquet. Il a par ailleurs présenté ses condoléances à la famille de la victime et a promis de prendre des mesures disciplinaires aux brebis galeuses. Le ministre de la Sécurité publique a martelé que le corporatisme n’a pas sa place dans son département et que les fautifs devront être sanctionnés. Bon nombre de téléspectateurs et abonnés des réseaux sociaux s’en disent outragés, en pointant du doigt le geste du policier. Ceci d’autant plus que le suspect, étant déjà à terre, a été sans arme.La vidéo publiée sur une chaîne privée de la Capitale pour ensuite être partagée sur les réseaux sociaux semble pourtant compromettante. La Police reconnait que la sécurisation et la lutte contre les actes de banditisme sont sacrées. Aussi, les missions des policiers sont régies par les lois en vigueur.

Les avis divergent concernant cette exécution sommaire à Ampefiloha. « Que cela sert de leçon aux autres brigands, lesquels n’hésitent pas à violer et tuer leurs victimes. Ils méritent une telle peine. Si les Forces de l’ordre ne le font pas, cela finira par une vindicte populaire », s’exprime Mandimby R., père de famille déjà victime de cambriolage meurtrier. « Le suspect était déjà à terre et sans arme. L’agent de Police n’avait pas le droit de l’exécuter. Il aurait dû juste le mettre entre les mains de la Justice pour décider de sa peine. Dans tous les cas, je suis contre les agressions et abus policiers. C’est une preuve tangible du non respect du droit de l’Homme, du droit à la vie », contredit Prisca A., juriste. La Rédaction

La Vérité0 partages

Exploitation d’or illicite - 9 ressortissants chinois arrêtés

Le « Service régional de renseignement, de contrôle de l’immigration et émigration » ( SRRCIE) de la Police Toliary, a procédé à un vaste coup de filet dans la Commune de Lazarivo, dans le District de Betioky-Sud au cours du week-end dernier.  9 ressortissants chinois avaient fait les  objets d’arrestations dans le cadre de l’enquête sur une affaire d’exploitation d’or illégale dans la région. Les activités jugées illicites de ces Chinois ont failli se passer inaperçues s’il n’y avait donc pas ces éléments du SRRCIE pour patrouiller dans le secteur. Une chose a d’abord frappé les éléments des Forces. Les Chinois employaient une main-d’œuvre malagasy. Pour avoir le cœur net, la Police a donc voulu procéder à des vérifications et autres contrôles de formalités de routine. C’est là où le bât blesse car les patrons chinois ne possédaient aucun document administratif permettant de justifier de façon légale leurs activités minières dans la région. Aussitôt, un  Chinois en cause fut embarqué dans le poste de police pour y être interrogé. Son audition a débouché sur des révélations  sur le caractère illicite  de ses activités d’extraction aurifère  au noir. Des révélations qui ont par la suite conduit aux interpellations de ces autres compatriotes du suspect.  Une investigation plus poussée de la Police a permis de savoir qu’ils n’ont que des visas touristiques avec lesquels ils s’étaient permis à se livrer à une activité lucrative et contraire à la loi nationale en vigueur sur place. Franck Roland

La Vérité0 partages

Visite du pape à Madagascar - Dans la dernière ligne droite des préparatifs

J-10 et peaufinement des derniers détails. Les organisateurs au niveau de chaque entité sont sur le qui-vive pour que la visite du pape François à Madagascar se déroule sans la moindre anicroche. Outre la réhabilitation des routes, tout est en cours de finalisation. Même le site de Soamandrakizay est déjà terminé et fin prêt à accueillir plus de 800 000 pèlerins pour la grande messe du 8 septembre prochain. Il reste aux équipes techniques d’ajuster les détails en termes d’électricité et de sanitaire. Des détails qui devront se régler dans les prochains jours. En tout cas, tout le monde commence à se mettre progressivement dans l’ambiance. Effectivement, des drapeaux de Madagascar et du Vatican sont déjà installés dans plusieurs quartiers de la Capitale comme Mahamasina ou encore Analakely. Et des photos du souverain pontife ornent également les rues de la ville. Côté spirituelPour le côté spirituel, les chrétiens de l’Eglise catholique vont enchaîner les chaînes de prières. Pour bien se préparer à cette visite du pape François, le Cardinal Désiré Tsarahazana, président de la Conférence des évêques de Madagascar encourage en effet les fidèles à prier et à bien profiter des directives. Pour lui, cette visite pastorale doit apporter espoir et paix à toute la population malagasy, surtout pour corriger les défaillances auxquelles notre pays fait face actuellement. Dans cette optique, certaines paroisses ont alors organisé une neuvaine.

Le Cardinal espère également que  « le pape va conforter la population malagasy pour renforcer l’amour fraternel des uns envers les autres et encourager ainsi la vie commune en abattant les murs de séparation entre les différentes catégories sociales ». C’est pourquoi, il encourage les chrétiens à avoir une petite pensée pour l’évêque de Rome et chef suprême de la chrétienté « tout en lui souhaitant une bonne santé en faisant ce voyage qui le mènera chez nous », soutient-il. SécuritéA cette veille de la venue du pape, la sécurité reste aussi une priorité. Le Premier ministre Christian Ntsay, a convoqué une réunion des membres de l’Organe mixte de conception au niveau national pour une mise au point des stratégies au niveau de la maîtrise et la gestion de la paix et de la sécurité, et ce, tout au long de cet événement exceptionnel. Après un bilan des préparations, les instructions du PM ont donc été strictes, surtout sur la mise en place  de mesures de sécurité  adéquates avec la venue en masse des visiteurs dans la Capitale. Des campagnes de communication inonderont aussi bientôt les chaînes télévisées et radiophoniques du pays pour sensibiliser tout le monde sur l’application de ces mesures de sécurité. Dans tous les cas, les premières vagues de pèlerins ne devraient arriver qu’à partir de la semaine prochaine. Rova Randria

La Vérité0 partages

Marché public - Les documents désormais traités en 24 heures

Une accélération. Le ministère de l’Economie et des Finances a ouvert officiellement, hier, un guichet unique des marchés publics à Antsahavola. « La mise en place d’un guichet unique permet d’accélérer le traitement des dossiers relatifs aux marchés publics. Cela évite également le déplacement physique des responsables de marché. Ce qui ne signifie pas pour autant que le traitement saute les étapes. Toutes les procédures restent les mêmes. Dorénavant, les dossiers sont disponibles au niveau de chaque ministère après 24 heures. Ce traitement accéléré n’exclut cependant pas, s’il le faut, la vérification de l’authenticité des dossiers qui sont soumis au contrôle. Ainsi, en cas de doute, la commission des marchés se réserve le droit de procéder à une vérification à l’extérieur de l’entité »,explique Rindra Hasimbelo Rabarinirinarison, présidente de la Commission nationale des marchés. Ministère pilote Dans un premier temps, la commission accorde une priorité aux projets d’investissement public, notamment les infrastructures. Le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics en sera ainsi le premier bénéficiaire. « Le guichet unique est dans sa phase d’essai en ce moment et il sera d’abord appliqué pour les marchés urgents de très grande envergure.

Le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Habitat et des Travaux publics a été choisi comme entité pilote étant donné que ce ministère se charge du plus gros volume de projets. Ce guichet unique sera ensuite étendu aux autres ministères en fonction de l’organisation au niveau des ressources humaines et des locaux disponibles », poursuit la présidente. A noter que ce guichet unique regroupe les différentes entités intervenant dans les marchés publics, à savoir l’unité de gestion de passation des marchés, la Commission nationale des marchés, le contrôle financier, les services fiscaux et le Trésor public. La commission se charge aussi bien des passations que des contrôles au niveau du circuit des marchés publics. Recueillis par Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

En de bonnes mains

 Raoul Arizaka Rabekoto prend les rênes du ballon rond malagasy. Elu par 15 voix sur 22 contre un rival de taille, Hery Be, l’ancien directeur général de la CNAPS remporta haut la main le scrutin organisé par le Comité de normalisation dans cadre idyllique d’Ifaty (Toliary). Il a fallu au moins 24 mois aux dirigeants du sport roi du pays pour dénicher  enfin l’oiseau rare, le remplaçant d’Ahmad. Un record de « sur place » ! Fort d’un cursus académique universitaire consistant et riche d’un parcours professionnel impressionnant, Raoul Arizaka Rabekoto gagna, presque sans difficulté, la bataille pour siéger à Isoraka. Evidemment, l’adversaire qu’il a dû affronter Hery Rasoamaromaka n’est pas n’importe qui. Il  fait partie des dirigeants dynamiques pour le bonheur du football à Madagasikara. Etant un opérateur économique, Hery Be ne ménageait pas les efforts nécessaires et s’était beaucoup investi de telle sorte que le monde du ballon rond malagasy jouisse d’un cadre propice à l’épanouissement décisif. Le kitra malagasy vient de sortir d’une longue léthargie. Un terrible sommeil à la fois maladif et atrophiant ou même mortel du genre des sommeils provoqués par les piqûres des tsé-tsé d’Afrique. Pendant au moins trois décennies, le football de la Grande île traversait le désert de l’infertilité. Une période de galère au cours de laquelle les férus de ce sport de masse par excellence ont dû se contenter à des échecs sans fin. L’équipe nationale n’avait jamais pu aller au-delà du Canal de Mozambique. On ratait toutes les compétitions internationales du Continent et surtout celles du monde. La gloire des années 60 et 70 s’évanouirent comme de la fumée. La Fédération malagasy du football (FMF) montrait depuis des lustres ses limites. Toute tentative à renouveler l’équipe dirigeante  butait à l’immobilisme et à l’ineptie des responsables à tous les niveaux. A  cette époque, à Madagasikara, on avait un insolite slogan « on ne change pas une équipe qui ne gagne pas ! » Les dirigeants qui perdent, à tous les coups, restent au …pouvoir. D’ailleurs, une situation qui reflète le topo du régime politique en place. En dépit des échecs flagrants, l’AREMA s’incrustait au pouvoir et ne le quittait qu’à l’issue des mouvements de contestations populaires. Pour le foot, il a fallu attendre l’arrivée aux manettes du onze national d’un coach, un Vazaha en la personne de Mr Dupuis qui, apparemment n’a rien de spécial dans son parcours, mais qui a eu au moins le mérite de savoir juste ce qu’il faut et qu’on le laissait libre de gérer et de décider. En effet, Barea connait enfin ses jours de gloire ! Pour une fois, nos joueurs ont pu montrer leurs talents à l’extérieur. Raoul Arizaka Rabekoto en arrivant à Isoraka hérite d’un état pas si maigre que cela. Il prend la relève au moment où le kitra se trouve dans la phase ascendante. Lui-même, il n’est pas un novice du monde du football. La section foot de la CNAPS dont il est le parrain sinon le… père fondateur jouit d’une bonne réputation. Etant un ancien deuxième vice-président du comité de direction sortant, il connait du bout de ses doigts les rouages de la FMF. Ce n’est point  un apprenti. Au final, le football malagasy se trouve en de bonnes mains.

La Vérité0 partages

Suspicions de détournement de deniers publics - Onitiana Realy interdite de sortie du territoire !

L’ancienne ministre de la Population, Onitiana Realy, n’a plus le droit de quitter le territoire national. La Justice aurait demandé à qui de droit de lui émettre un avis d’interdiction de sortie du territoire (IST) suite à des suspicions de détournement de deniers publics. Il s’agit pour l’instant de suspicion et non d’accusation mais pour le besoin de l’enquête, la Justice voulait que toutes les personnes concernées dans les dossiers qu’elle traite soient à tout moment à sa disposition. Les bribes d’informations collectées mentionnent que l’exercice 2017 du ministère de la Population  comporte des anomalies assimilées à un détournement de deniers publics. Tant que l’enquête de la Justice n’est pas terminée et le verdict ne condamne Onitiana Realy, elle bénéficie de la présomption d’innocence. Son époux, Briand Andrianiriana se trouve également dans la même situation que sa femme. Président du conseil d’administration de l’ARTEC (Autorité de régulation des technologies de communication), son nom a été cité dans une affaire de détournement au sein du ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement numérique au temps de Maharante Jean de Dieu. A l’instar de sa femme, Briand Andriniriana, candidat malheureux au comité exécutif de la fédération malagasy de football,  est frappé aussi d’une interdiction de sortie du territoire tout comme son ancien boss, Maharante Jean de Dieu.

Celui-ci, selon Dame rumeur, serait déjà en dehors des frontières nationales. Un exil volontaire, le second en 17 ans, choisi par cet ancien gouverneur de la province autonome de Toliary qui, lors de la crise en 2002, s’était enfui en France. Il n’a pu retourner au pays qu’après l’accession d’Andry Rajoelina à la tête de la transition en 2009.  L’Inspection Générale de l’Etat (IGE) et la direction du contrôle  de service fait et du suivi des établissements publics effectuaient ces derniers temps le tour auprès des ministères et des institutions. Durant les vérifications et inspections, ces deux entités censées contrôler  l’utilisation des deniers publics auraient constaté des anomalies dans la gestion des fonds publics. Des ministres et des hauts responsables de certains ministères se trouvent sur la ligne de mire de ces deux entités à l’issue de leur descente de vérification. La rédaction

La Vérité0 partages

Lutte contre l’insécurité alimentaire - Andry Rajoelina exhorte les partenaires internationaux

Augmenter les surfaces cultivables et la production rizicole. Tel est l’un des défis lancés par le Président Andry Rajoelina pour arriver à  l’autosuffisance alimentaire de Madagascar. Un défi qui s’inscrit parmi les « velirano » du Chef  de l’Etat pendant la campagne  électorale et qu’il n’a pas manqué de réitéré dans son allocution lors d’un évènement organisé à la veille de la septième conférence internationale pour le développement de l’Afrique ou TICAD 7 hier à Yokohama, au Japon.  «L’autosuffisance alimentaire représente un défi national prioritaire dans la Politique Générale de l’Etat et le Plan Emergence de Madagascar.  La lutte contre la malnutrition et le défi de l’autosuffisance alimentaire ne dérogeront pas à l’obligation de résultats que nous nous sommes fixés», a indiqué l’homme fort du pays. La politique alimentaire de Madagascar se décline en cinq points dont la création de structures nationales, régionales et locales pour soutenir les politiques dédiées à l’amélioration de la nutrition  et des habitudes alimentaires,  l’accroissement de la production  alimentaire locale grâce à un  programme d’investissement agricole et une rationalisation du secteur agroalimentaire et la mise en place d’une bonne gestion des  ressources en eau à travers des  projets d’irrigation ainsi qu’à travers la sécurisation foncière entre autres.

Des enfants en détresseOutre les retombées économiques, l’autosuffisance alimentaire constitue, avant tout, un moyen efficace pour lutter contre l’insécurité alimentaire et la malnutrition. Un fléau qui frappe 200 millions d’enfants africains incluant ceux malagasy. La malnutrition est la première cause du retard de croissance et l’insuffisance pondérale chez l’enfant. «Je suis déterminé à faire en sorte que chaque Malagasy ait accès à une alimentation saine, variée et nutritive. Que plus jamais, aucun citoyen malagasy ne doit connaître la malnutrition», a déclaré le Président  malagasy devant l’assistance. D’après les statistiques de l’Office National de la Nutrition (ONN), 42% des enfants malagasy de 0 à  5 ans ont un retard de croissance à cause de la malnutrition infantile. Plus de 47,3% des enfants de moins de 5 ans sont victimes de la malnutrition chronique, tandis que 32,4% sont atteints d’insuffisance pondérale. L’insécurité alimentaire touche environ 35% des ménages malagasy. La moitié des décès infantiles dans la Grande île est due à la carence en apports nutritionnels et vitaminiques. Engagement Le Président de la République a profité de l’occasion pour lancer un appel à l’endroit des partenaires japonais et étrangers afin de combattre ensemble la malnutrition et l’insécurité alimentaire pour l’avenir de la génération future. En cette veille de l’ouverture de la TICAD 7, une déclaration de l’IFNA  (Initiative for Food and Nutrition Security in Africa) ou Initiative pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle en Afrique à l’occasion de cette cérémonie renforce l’engagement dans cette lutte contre la malnutrition en Afrique.  En marge de cet évènement, le Président Andry Rajoelina, a participé à deux rencontres bilatérales. La première avec le Président de l’Agence japonaise de coopération internationale  (JICA), et la seconde avec le Président de l’Organisation japonaise du commerce extérieur (JETRO). Le projet d’extension du port de Toamasina, l’agriculture et l’éducation sont les domaines clés de la coopération de Madagascar avec la JICA. La rencontre avec le Président de la JETRO a permis d’aborder la question relative à la promotion des relations commerciales entre le Japon et Madagascar en vue de trouver d’autres opportunités d’affaires pour les deux pays. Recueillis par  la Rédaction

Madagate0 partages

Japon TICAD 7. 27 milliards d'euros pour l'Afrique sur les trois prochaines années

Du 28 au 30 août 2019, aura lieu la 7ème Conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (TICAD7, Tokyo International Conference for African Development). Se tenant au Centre international de Yokohama, la TICAD 7 aura pour thème: "Faire avancer le développement en Afrique par les personnes, les technologies et l’innovation". Le Premier ministre japonais Shinzo Abe, a rappelez que "Le Japon fournit ses appuis de façon dynamique aussi bien en matière d’aide financière (prêts et dons) que d’assistance technique. Ceci s’explique par le fait que l’assistance technique représente le mieux la philosophie de l’aide japonaise qui consiste en “l’appui à l’autonomie’’. Le Japon entend ainsi mettre en avant plus le renforcement de l'assistance technique que l'aide publique au développement. Rappel.

La Conférence Internationale sur le Développement de l’Afrique de Tokyo (TICAD) est une conférence internationale sur le développement de l’Afrique qui est organisée à l’initiative du gouvernement japonais, conjointement avec les Nations unies, le Programme des Nations unies pour le développement, la Commission de l’Union africaine et la Banque mondiale. Après les 4ème et 5ème conférences organisées en 2008 et 2013, la 7ème édition se tiendra encore à Yokohama, du 28 au 30 août 2019. Plus de 4.500 participants sont attendus au Centre international, incluant des chefs d’États et de gouvernements, ainsi que des représentants d’organisations internationales et régionales, du secteur privé, d’ONG et de la société civile

Lancé officiellement en 1993, la TICAD s'est tenu tous les cinq ans jusqu'à la TICAD 5, en 2013. Puis, il a été décidé qu'elle serait organisée tous les 3 ans, alternativement en Afrique et au Japon. Lors de la dernière conférence, TICAD 6 en 2016, il avait été annoncé que le Japon investirait 27 milliards d'euros en Afrique sur les trois prochaines années, dont 10 milliards dans le développement des infrastructures.

Durant de très nombreuses décennies, la politique japonaise en Afrique reposait sur l'aide publique au développement (9 milliards USD en 2017). Lors de la dernière TICAD (2016) Tokyo a mis en action une politique plus proactive, en travaillant avec le secteur privé afin de développer les infrastructure et le développement durable, notamment à travers l'agriculture car le Japon admet avoir des difficultés à rivaliser avec des géants comme la Chine en terme d'aide au développement, d'où sa nouvelle approche par projet. Par ailleurs, Tokyo veut davantage inscrire sa politique africaine dans le cadre de sa politique asiatique Free and Open Indo-Pacific (FOIP).

Dans le courant de la dernière décennie, les exportations japonaises vers l'Afrique ont baissé de près de moitié, à environ 7 milliards USD, alors que les exportations chinoises auraient excédé de 100 milliards USD en 2018, les importations chinoises vers l'Afrique étant d'autant. Le stock des investissement directs japonais en Afrique ne représente que quelque 20% de ceux de la Chine.

Concernant Madagascar, la Grande île -qui y possède un stand- est représentée à cette TICAD 7 par une délégation dirigée par le couple présidentiel Mialy et Andry Rajoelina qui sont à Yokohama depuis le début de cette semaine. Nous y reviendrons.

Jeannot Ramambazafy

Midi Madagasikara0 partages

Autour des Jeux Africains ; Athlétisme : Claudine Nomenjanahary éliminée en demi-finale

En réalisant un chrono de 12’05, Claudine Nomenjanahary a été éliminée des demi-finales de l’épreuve du 100 m des Jeux Africains. Elle a terminé sixième de sa demi-finale remportée par la Gambienne, Gina Bass avec 11’36. Lors de la série, la triple médaillée d’or des Jeux des Iles à l’Ile Maurice termine 4e avec un temps de 11’82. « C’est le faux-départ de l’athlète de Sao Tomé qui m’a déstabilisé » a – t-elle déclaré. Ce jour, Sidonie Fiadanantsoa sera au départ du 100 m dames à 17 h 30 et le quatuor malgache formé par Claudine, Elodie, Sydonie et Olga entre en piste à 20 h 45.

 Tennis

Sariaka Radilofe plie bagage

Fin de parcours pour la dernière représentante malgache encore en course en tennis, hier. Sariaka Radilofe s’est inclinée face à l’Egyptienne, Samir Sandra par deux sets à zéro, 6-0 et 6-0. Contrairement aux éditions précédentes où le tennis a toujours ramené de médailles, cette promotion 2019 rentre bredouille des Jeux Africains. « Le niveau est d’un cran au-dessus » a annoncé, Harivony Andrianafetra, coach de l’équipe malgache.

 Karaté

Pas de médaille pour le kata par équipe

Qualifiés pour le repêchage de la médaille de bronze pour le kata par équipes hommes, les karatékas malgaches n’ont pas séduit les juges par rapport à leurs adversaires. Les Botswanais sortent vainqueur avec un score de 25,54 contre 23,68 pour les Mami-Mick, Brandon, Laurent Raveloson et Tsiory Razafindrazaka.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Andoharanofotsy : Un camion percute un poids lourd, le chauffeur tué sur le coup

Hier vers 18 heures 30, il a fallu l’intervention des sapeurs-pompiers pour extirper la dépouille d’un chauffeur qui était coincé dans la cabine de son camion lors d’un accident à Andoharanofotsy. En provenance d’Iavoloha en direction de la ville d’Antananarivo, un camion à benne chargé à moitié plein aurait eu un problème technique alors que son chauffeur devait négocier une descente, juste sur la route menant vers la bifurcation menant vers le by-pass. Le drame s’est produit quand un piéton a traversé soudainement la route. Ayant tenté d’éviter cet obstacle, le mastodonte a fait une sortie de route pour finir sa course contre un autre poids lourd stationné sur le bas-côté. La violence du choc a fortement endommagé sa cabine qui était entièrement compressée. Le chauffeur a été tué sur le coup. Ce n’est pas tout. Atteint par la ridelle de ce camion, le piéton a été grièvement blessé malgré la manœuvre entreprise par son chauffeur pour l’esquiver.

Délit de fuite. Encore un accident mortel mais celui-ci a eu lieu dimanche 26 août vers 21 heures à Anjomakely, sur la RN7. Roulant à vive allure un véhicule 4X4 a fauché à mort un piéton qui était en train de traverser la chaussée. Selon les informations émanant de la gendarmerie chargée de l’enquête, ce véhicule a commis un délit de fuite. Toujours sur la même route, une moto a fait un accident juste après celui du 4×4. Ayant aperçu de loin la dépouille de la victime allongée devant lui au milieu de la route, le motard a perdu le contrôle de sa machine et a fait une chute. Grièvement blessé, il a été évacué d’urgence au CSBII de Bongatsara.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Coups et blessures volontaires aux 67 ha : Une patrouille militaire accusée d’abus

Hier dans l’après-midi des habitants des 67 ha déclarant être victimes d’abus commis par un groupe de militaires ont déposé une plainte à la brigade de la gendarmerie d’Antananarivo-ville. Ces individus accusent ces éléments de forces de coups et blessures volontaires et de destruction de biens d’autrui si l’on se réfère à ce qu’ils ont raconté sur les réseaux sociaux, hier. Selon ce récit, une dizaine de militaires se sont introduits dans un bar du quartier vers 20 heures 30. Une fois à l’intérieur, ils ont fait sortir de force un homme venu acheter des cigarettes sur les lieux. Sitôt, ils l’ont asséné de coups de tête et de coups de pied. En voyant cette brutalité, des proches du propriétaire du bar sont intervenus en suppliant ces militaires de ne pas agir ainsi à cet endroit, soit devant leur porte. Malheureusement, un d’entre eux a  également reçu de coups de cross et des insultes. Le propriétaire du bar affirme avoir interrogé les militaires sur la raison de leur agissement. Pour répondre à sa question, cinq des assaillants ont chargé leurs armes avant de menacer de tirer. C’est pourquoi, il a été obligé de fermer la porte. Pourtant, ces militaires ne se sont pas arrêtés là. Continuant leur violence, les militaires ont détruit avec les crosses de leurs armes les deux motos garées sur place. Vers 21 heures, la famille victime affirme avoir alerter le commissariat de police dans la localité. Ayant pu filmer le déroulement de ces actes, les plaignants disent être en possession de preuve pour soutenir leur plainte. On attend alors la réaction des supérieurs de ces militaires contre cette accusation.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Assemblée nationale : Le nouveau règlement intérieur soumis à la HCC

Le nouveau règlement intérieur de l’Assemblée nationale soumis à la HCC.

Le nouveau règlement intérieur de l’Assemblée nationale qui a été élaboré par les députés a été soumis à la Haute Cour Constitutionnelle (HCC) pour un contrôle de constitutionnalité. Notons que, lors de la session extraordinaire de cette Institution, ces députés ont en effet apporté des modifications au règlement intérieur de la Chambre basse. En outre, pendant cette session, la Politique Générale de l’Etat et la loi sur le statut de l’opposition ont figuré également à l’ordre du jour. Sur ce dernier point d’ailleurs, cela n’a pas fait l’unanimité à la Chambre basse. En effet, le député Jean Brunel Razafintsiandraofa, a apporté des amendements sur ce statut. Un point de vue qui n’est pas du tout partagé par les députés TIM en particulier. Ces derniers roulent plutôt pour le maintien sans aucun amendement de la loi n° 2011- 013 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Antanifotsy : Un bouvier blessé lors d’une attaque des « dahalo »

La scène s’est déroulée à Marovahoaka dans la commune d’Ambatomiady, district d’Antanifotsy le 19 août dernier vers 15 heures. Deux brigands ont tiré sur un bouvier. Blessé par balle, ce dernier n’a pas pu faire grand-chose que de laisser ses bêtes aux mains des brigands. En effet, en plein jour, deux bandits se sont rendus sur les lieux là où deux zébus sont en pâturage. Pour pouvoir les prendre librement, les voleurs n’avaient que le choix de tirer sur lui. Quand ce dernier a été blessé au visage, les profiteurs ont pris la fuite avec le bétail. Ayant entendu les coups de feu, la population locale a tout de suite informé la gendarmerie au Poste Fixe d’Ambatomiady. Après, ils se sont donnés la main pour poursuivre les fuyards. Leur cohésion était bénéfique. Les malfaiteurs ont été pris au dépourvu non loin du champ d’action. Un pistolet artisanal et douze balles chevrotines ont été saisis sur eux. Ils ont été alors emmenés directement au bureau de la gendarmerie pour enquête préliminaire. Dans la foulée, ils ont dénoncé leur complice qui n’est autre que le fournisseur de l’arme qu’ils ont utilisée. De fil en aiguille, les enquêteurs ont pu remonter à cet individu et à l’arrêter. Du côté de la victime, malgré sa blessure, son état n’est pas critique. L’homme suit un traitement médical à l’hôpital d’Antsirabe.

Cette collaboration ne serait qu’un début. La population et la gendarmerie s’engagent à continuer dans cette voie afin d’abolir l’insécurité dans cette région.

Voarisoa Davidson (stagiaire)

Midi Madagasikara0 partages

Ilanivato : Mpamaky trano rain-dahiny voasambotra

Mpiara-monina aminy teo Anosipatrana ihany no nataon’ity tovolahy 18 taona ity lasibatra. Ingahirainy ity dia fantatra fa efa mpamaky trano rain-dahiny ary efa nigadra noho izay resaka izay ihany sy fanendahana mitam-piadiana. Voasambotry ny pôlisy indray izy ny faran’ny herinandro teo, niaraka tamin’ireo mpiray tendro aminy. Olona telo izy ireo, ny reniny, ny mpanafina ireo entana halatra ary ny mpanao fanafody gasiny. Ny faran’ny volana teo ity olon-dratsy ity no nanao ny asa ratsiny tamina tokatrano iray teny Anosipatrana iny, rehefa hita fa nandeha nivoaka ny tompon-trano. Soa ihany anefa fa nisy nahatsikaritra ny fidirany tao amin’io tokatrano io ka noraisim-potsiny tany an-tranony ny tovolahy. Teny an-dalana, handeha entina any amin’ny biraon’ny pôlisy anefa izy no tafaporitsaka ary tsy hita intsony eo. Ny faran’ny herinandro teo no ren’ireo pôlisy fa mihaodihaody eny amin’ny faritra Anosibe eny ity olon-dratsy ity ka nofandrihana. Tsy afa-niala intsony izy teo ary natao tsara ambina, nentina natao fanadihadiana. Tamin’izany izy no nilaza ireo namany, ka nosamborina avokoa ireto farany. Efa samy natolotra teny anivon’ny Fampanoavana avokoa moa na ilay tovolahy na ireo mpiray tendro aminy.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

VHF fête ses 10 ans : Hommage à Parfait Lalanirina

Le groupe VHF à redécouvrir au CCEsca.

Il y a dix ans, le groupe « Vavaka Hira Fiderana » a fait ses premiers pas. Une décennie plus tard, la formation compte célébrer l’occasion en grande pompe et rendre hommage à Parfait Lalanirina, son principal compositeur.

Au mois de mai, Parfait Lalanirina a rendu l’âme. Et pour marquer les dix ans de son groupe « Vavaka Hira Fiderana », c’est en tout bien tout honneur qu’ils rendront hommage à son fondateur. Pour ce faire, ils donnent rendez-vous au CCEsca Antanimena, samedi. Cette fois ce sont les membres actuels qui rempliront la scène à l’instar de Tsoa, Santatra, Tantely, Nantenaina, Rova, Rolland, Iarilanto, Jino, Fameno et Fanilo. Sur trois heures, le groupe reprendra toutes les meilleures compositions du répertoire telles que « Ny hiran’ny lanitra », «  Sakaiza tsara » ou encore « Valim-bavaka ». Pour parfaire le bonheur des inconditionnels, anciens membres comme Bodo, Luk, Mahery, Vi, Francia, Nini, Solofo, Naly et Sefo seront également de la partie. Ne pas oublier que Parfait Lalanirina a également été le fondateur du groupe légendaire « Zopanage ». Voila pourquoi ses anciens frères d’armes seront présents en qualité d’invités d’honneur.

Fort de trois albums, le groupe a su asseoir une notoriété dans le milieu de la musique évangélique. Versant dans le « folk », on peut retrouver cette particularité grâce éventuellement aux voix de grosses pointures comme Bodo, Mahery, Francia… actuellement le groupe est en train de travailler sur un quatrième opus. Le prochain qui sortira incluant les titres comme « Izy mivady », « Mankasitraka », « Avelao ny zaza ». Si la mort de Parfait Lalanirina a laissé un grand vide, ses enfants Toky Andrianina Lalanirina et Liantsoa Lalanirina ont pris le relais.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Havatsa-Upem : Les œuvres de F-X Mahah à l’honneur

F-X Mahah, le poète nostalgique.

Le samedi 07 septembre prochain à 14 heures, le poète-écrivain-peintre François -Xavier Razafimahatratra connu sous le nom de F-X Mahah exposera ses œuvres à Nosy TV  Behoririka. Résidant en France depuis plusieurs années, il arrivera à Madagascar le 31 août  prochain pour préparer l’évènement. Plus de 15 écrivains seront invités. F-X Mahah fera voyager le public à travers ses poèmes.

47 ans d’écriture. Il a fait couler beaucoup d’encre. Né le 31 janvier 1946, Francois-Xavier Razafimahatratra est un écrivain qui a traversé les époques. En 1972, il publie son premier ouvrage  Esquisses marines édité chez Millas Martin. Six ans après, il sort Contrexil , préfacé par le nationaliste Jacques Rabemananjara. Depuis 1999, il édite  Sang d’ombre chez Editinter. Quatre ans après, il publie Six poètes malgaches d’expression malgache en hommage aux six grands poètes comme : George Andriamanantena alias Rado, Jean Casimir Rabearivelo, Ny Avana Ramanantoanina, Edmond Randriamananjara (Ranja Zanamihoatra), Samuel Ratany, Jean Verdi Salomon Razakandraina (Dox). La préface de l’ouvrage était confiée au poète français Jacques Taurand. L’année suivante, il publie un recueil de poème en malgache Rindran’ny tsiahy . en 2014, il imprime Feu-foret.

Un écrivain a tout à dire au-delà de lui-même. Il ne se résigne pas. C’est bien plutôt pour lui se débarrasser de lui-même. Il écrit pour la vérité. Il respire dans quelque chose plus vaste que lui-même. Sa vie est la littérature, et pour lui la littérature rime avec l’engagement. C’est typiquement le caractère de F-X Mahah. Contemporain des écrivains du XXe siècle, il est le témoin de ce qui s’est passé dans la Grande  Ile. Francois-Xavier Razafimahatratra est une icône de la littérature malgache.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Communales : Course contre la montre pour la CENI

La CENI est pressée par le temps depuis l’adoption du décret n° 2019-1540 portant convocation des électeurs pour les élections communales et municipales du 27 novembre 2019. Le deuxième alinéa de l’article 12 du décret n° 2019-1541 fixant les modalités d’organisation des élections communales et municipales prévoit que les candidats maires et les candidats conseillers peuvent déposer leurs dossiers de candidature auprès des OVEC (Organe de Vérification et d’Enregistrement des candidatures) territorialement compétents durant la période du 29 août à partir du 9h au 12 septembre à 17h. Le traitement de ces dossiers relève de la compétence de ces organes institués au niveau des districts. La liste officielle des candidats autorisés à concourir sera publiée au plus tard le 24 septembre. L’article 16 du décret n°2019-1541 dispose que la campagne électorale pour les Communales et les Municipales du 27 novembre débutera le 05 novembre pour être clôturée le jeudi 25 novembre à minuit.

Recours et confection des bulletins. Hier, le vice-président de la CENI Thierry Rakotonarivo a rappelé que les candidats dont les candidatures sont rejetées par les OVEC  peuvent formuler des recours devant la juridiction compétente. « Dès que l’OVEC reçoit un dossier de candidature, il peut toute de suite l’examiner et décider par la suite si le dossier en question est accepté ou non. Plus les candidats attendent donc les derniers jours pour déposer leurs dossiers de candidature, plus le processus prendra du temps. », a-t-il précisé. Par ailleurs, ce membre de la Commission Electorale Nationale indépendante a souligné qu’il faut au moins 20 jours pour la CENI afin d’acheminer les bulletins uniques et les imprimés sensibles vers les 25.388 bureaux de vote répartis dans toute l’île. « Si les élections  ont donc lieu le 27 novembre de cette année, ces matériels électoraux devront  quitter Antananarivo le 5 novembre. L’Imprimerie Nationale n’aura donc que 41 jours pour imprimer ces bulletins et ces imprimés sensibles. Et il ne faut pas oublier qu’on organisera cette fois- ci deux élections distinctes dont l’élection des maires et celle des conseillers. Pour ne parler donc que des bulletins uniques, il faudra en imprimer au moins 20.000.000 car le nombre des électeurs est de 10.300.000. », a expliqué Thierry Rakotonarivo.

500.000 cas à régulariser. En ce qui concerne la liste électorale, celle qui a été utilisée lors des dernières Législatives reste valable pour les élections du 27 novembre. D’ailleurs, la loi n’autorise la révision de la liste qu’à partir du 1er décembre. Par contre, la CENI entreprend actuellement deux opérations permettant d’avoir une liste électorale plus crédible. « Ces deux opérations ne prévoient ni l’inscription des nouveaux noms dans la liste, ni le retranchement des noms déjà inscrits. La première opération consiste en fait à régulariser le cas de 500.000 électeurs qui ont pu voter aux présidentielles de 2018, mais qui n’ont pas pu s’acquitter de leur devoir électoral lors des dernières Législatives, au motif que leurs noms ont disparu de la liste. Tandis que la seconde opération vise à enlever les 115.000 doublons constatés en dressant une liste noire pour que les électeurs concernés ne puissent pas voter deux fois pour une élection. », a indiqué le vice-président de la CENI. En tout cas, force est de constater que les montants élevés des cautions à payer constituent pour certains un obstacle majeur à leur candidature. Pour un candidat maire qui a une liste des conseillers à présenter aux Municipales à Tana, il lui faudra 20.000.000 d’ariary de caution.

R.Eugène

Midi Madagasikara0 partages

Naivo Raholdina : « Je suis redevable envers le peuple »

Le député Naivo Raholdina et son épouse entourés de leurs proches collaborateurs, lors du découpage du gâteau.

Ce « mpikabary » membre de l’Académie malgache est notamment connu pour son art oratoire. Il est également président de la commission Aménagement du Territoire et Gestion Foncière au sein de l’Assemblée nationale

Le député Naivo Raholdina élu dans le Ve arrondissement, et non moins président de la commission Aménagement du Territoire et Gestion Foncière à l’Assemblée nationale.  Il s’est présenté devant ses électeurs portant son écharpe tricolore. La cérémonie s’est tenue, avant-hier, à l’Espace Mizotia sis à Ambohimalaza, et ce, en présence des membres du TGV qui l’ont d’ailleurs soutenu, lors des dernières élections législatives. Lors de son allocution, le président de l’association Asa Soa FAFI-V a déclaré : « Je viens du peuple et je reviens vers peuple. Je lui suis redevable ».

Priorités. Faut-il rappeler qu’il a été élu pour la seconde fois consécutive dans ledit arrondissement. En outre, il a promis à l’assistance qu’il va transformer en action l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM). Effectivement, sa femme a été présente au cours de cette rencontre avec ceux qui l’ont élu et soutenu. Etant styliste, c’est elle qui crée les modèles des vêtements de son mari. Le député du Ve arrondissement tient aussi à préciser que parmi ses priorités figurent notamment l’aide et le soutien aux partis et diverses associations qui lui ont prêté main forte lors des dernières législatives. Par ailleurs, il a également fait savoir qu’il reste toujours fidèle au Président Andry Rajoelina.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Energie renouvelable : Une nouvelle centrale hydroélectrique opérationnelle en 2020

La Jirama est sur le point de résoudre le problème de déficit en production d’électricité pour desservir la ville d’Antananarivo et ses environs. Selon le ministre de tutelle, le délestage sera de l’histoire ancienne, à partir de l’année prochaine.

De nombreux groupes électrogènes ont été acheminés dans les différentes régions de la Grande Ile, pour réduire le délestage. Mais ce n’est pas gagné d’avance. Même dans la Capitale, le problème persiste, faute de production suffisante pour satisfaire les besoins des usagers. Le week-end dernier, la compagnie Tozzi Green a mis en avant, plusieurs projets menés en partenariat avec la Jirama. Outre la centrale hydroélectrique en cours de construction à Farahantsana Mahitsy avec une capacité de 28MW, la compagnie italienne affirme également qu’elle est prête à développer environ 35 MW supplémentaires dans la zone du site en construction, moyennant des aménagements hydroélectriques en cascade ainsi que de deux aménagements solaires, capables d’intégrer et hybrider le productible d’environ 140.000.000 kWh additionnel, prévus d’être injectés dans le RIA (Réseau interconnecté d’Antananarivo) par la centrale hydroélectrique en construction, via la même ligne à haute tension.

Bientôt. Ces dernières années, les énergies renouvelables se sont retrouvées régulièrement au cœur de l’actualité à Madagascar. Conscient du potentiel de l’électricité propre et de l’enjeu que cela représente pour le développement du pays, l’État malgache favorise les projets dans cette branche. « Dans cette lignée, Tozzi Green matérialise aujourd’hui un projet énergétique d’envergure. Parallèlement à des investissements, cette concrétisation a été rendue possible grâce à un fructueux Partenariat Public Privé. En effet, tout au long de ses démarches, le groupe collabore étroitement avec les autorités malgaches, aussi bien locales, régionales que nationales. Les travaux sont prévus s’achever au premier semestre 2020 », ont indiqué les représentants de Tozzi Green. D’après eux, ce projet s’inscrit dans la concrétisation de la nouvelle Politique Énergétique à plusieurs niveaux, ainsi que des « Velirano » du président de la République « L’énergie et l’eau pour tous : Offrir une électricité moins chère, électrifier et raccorder tout Madagascar ». En effet, la construction de la centrale hydroélectrique de Farahantsana apporte son lot de bénéfices à la population locale. La mise en place du pont de Farahantsana a notamment permis le désenclavement de communes riveraines, dont celle d’Ambohimasina. « Le chantier en lui-même est fédérateur d’emplois : les 24 mois de chantier ont donné accès à des emplois à plus de 1000 ouvriers, la main d’œuvre locale étant assurément sollicitée. Autant de retombées économiques positives profitant à la population malgache », a soutenu la compagnie Tozzi Green. En outre, des projets sociaux sont en vue.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Forum économique national : La 2e édition axée sur les financements du développement

La deuxième édition du Forum économique national portera sur les financements, selon le CREM.

Après le succès du premier Forum économique national, le Cercle de Réflexion des Economistes de Madagascar (CREM) et ses partenaires concoctent la deuxième édition qui concerne les stratégies possibles de financement du développement économique de Madagascar. D’après les membres de l’organisation, l’objectif est d’expliquer par parcimonie, les apports et les limites du système et le mécanisme d’autofinancement, par les expériences des pays d’Asie du Sud-est, de l’Angleterre et des Etats-Unis. Le forum visera également à donner des informations relatives aux sources de financement, aux partenaires, aux conditionnalités et aux procédures. Selon les explications, des simulations seront au programme, pour démontrer l’importance de la nécessité de la bonne gouvernance financière pour assurer la transparence de l’exploitation et la gestion des fonds publics, et également l’emboîtement de flux monétaires et financiers avec le flux réel dans le circuit économique. Par ailleurs, les participants au Forum auront également l’occasion de contribuer à la conception d’un document concernant les besoins socio-économiques de la Nation. Selon les représentants du CREM, ce n’est qu’un aperçu de cette rencontre économique, qui permettra certainement de mieux orienter le processus de développement du pays. Nous en reparlerons.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Haltérophilie – Jeux Africains : Trois médailles d’argent et deux de bronze pour Madagascar

Eric Andriantsitohaina a récolté deux médailles d’argent et un bronze.

La moisson de médailles continue pour les leveurs de fonte malgache à la salle Nadah de Rabat. Cinq médailles sont tombées dans l’escarcelle malgache hier, dont trois d’argent et deux de bronze.

 Il a fait mieux qu’il y a quatre ans à Brazzaville, mais, a raté les médailles d’or de sa catégorie face à Appa Emmanuel Inemo du Nigeria. Eric Andriantsitohaina, triple champion d’Afrique des moins de 61 kg s’est contenté du bronze en arraché avec une prise à 115 kg. Le Nigérian, Inema s’est offert l’or avec 120 kg et l’argent pour le Tunisien, Amine Bouhijbha avec 119 kg. A l’épaulé-jeté, la course à la médaille d’or était âprement disputée entre les deux leveurs de fonte. Eric a fait un premier essai à 147 kg et il l’a réussi avec brio, si son adversaire a commencé la barre à 145 kg. Les deux haltérophiles ont tous passé la barre à 150 kg. Au troisième et dernier essai, le Nigérian a soulevé 151 kg. En tentant le doublé, épaulé-jeté et total olympique, Eric Herman a mis la barre très-haut à 157 kg, mais, malheureusement, il a échoué. Il s’est emparé ainsi de la médaille d’argent en épaulé-jeté et en total olympique avec 271 kg. Le Nigérian a réalisé le triplé inédit. L’autre haltérophile engagé dans cette catégorie, Jules Antonio Andriamahefa a pris la médaille de bronze du total olympique avec 231 kg. Chez les moins de 67 kg, Tojo Andriantsitohaina a remporté l’argent de l’arraché avec 132 kg où l’Egyptien, Ahmed Saad, a ravi l’or avec 134 kg et le Libyen, Ahsaan Shabi le bronze avec 128 kg. Il a raté l’épaulé-jeté et le total olympique.

Relance du sport. « Je félicite l’équipe nationale de basketball 3×3. C’est le résultat des efforts entrepris depuis la médaille de bronze au Championnat d’Afrique 3×3 au Togo où nous avons occupé la 3e place en 2017. Mais surtout la qualité de préparation et prise en main de notre équipe nationale avec l’appui de la fédération qui a multiplié les compétitions de cette discipline. C’est une grande première dans l’histoire du basketball masculin alors je ne peux qu’être fier de ce résultat qui désormais place Madagascar parmi les meilleurs en Afrique en battant l’Angola, le Mali et l’Égypte. Des pays rois du basket-ball Quant à l’haltérophile, cette discipline reste égale à elle-même avec des résultats surprenant qui fait de la Grande Ile une des meilleures sur la scène africaine. L’haltérophilie malgache a pris une autre dimension en se faisant de la place aux Jeux Africains qui constituent pour beaucoup de pays une compétition de qualification pour les Jeux Olympiques. Ce qui signifie le niveau élevé de la compétition. Le sport a pris son envol en commençant par la CAN, ensuite les Jeux des Iles et maintenant les Jeux Africains. Ce qui n’est autre que l’accomplissement de la politique du sport mis en place par le président de la République, Andry Rajoelina. Une sérieuse prise en main de nos sportifs est plus que nécessaire afin de garder ce niveau et même de l’améliorer » a fait savoir, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Ils ont fait le buzz : Tumulte autour d’un tir « perdu » à Ampefiloha

C’est à travers un coup de feu en pleine nuque sur un individu blessé, affalé sur un sol rugueux, et sur le ventre que toute la planète « Facebook malgache » a eu vraiment conscience de ce qu’est vraiment l’insécurité. Pas celle qui fait peur au quotidien, dans le bus ni dans les rues. Mais celle qui est devenue un système. Bref, ce n’est pas le croquemitaine déguisé en braqueur ni en détrousseur. Plutôt un sale engrenage où la frontière entre le bien et le mal n’est pas définie et s’amenuise apparemment. Et au final, la base se divise et se dispute la meilleure morale. Jouant quelquefois à qui est le plus sage ou qui est le plus indigné… Tout va pour le mieux. Dans les jours à venir, tout va forcément et sûrement rentrer dans l’ordre, vont se dire les biens pensants d’en haut.

Le 23 août, rappelant une scène devenue culte au Brésil, un policier s’approche d’un individu à terre, en apparence blessé. Dans le quartier d’Ampefiloha, non loin d’une des ruelles les plus mal famées de ce « fokontany », il vise avec minutie la nuque de l’homme à terre et tire une balle. Un tir sec, devant des dizaines de badauds, affarés et apeurés. Une scène semblable a déjà défrayé la chronique au pays de Pelé dans les années ’90.

Un officier traîne un jeune homme d’une vingtaine d’années. Il l’emmène derrière son véhicule de service, une caméra de télévision capte tout. Un coup de feu retentit. L’individu gît sur le sol, exhalant son dernier soupir. Le policier, le regard noir, ne ressentait aucune gêne d’être filmé. Un message était sans doute adressé aux associations des Droits de l’Homme, aux futurs brigands et à toute la population. Pas le message des autorités ni de celui de la loi que l’homme en treillis représente.

Seulement, c’est celui de la soupape de ce maudit système qui commence à sauter. Sitôt la vidéo d’Ampefiloha mise en ligne sur Facebook, tirée des images d’une télévision privée, les réactions affluent.

Puisqu’entre l’apologie de la justice par la mort et l’indignation moraliste, les « Facebookers » se sont déchaînés. L’un signalant que le Malgache a un esprit rétrograde. L’autre, félicitant l’efficacité de la police et sa décision méritoire. Un autre déclamant des tirades humanistes,  un dernier affirmant qu’en étant victime, on ne peut qu’être satisfait  de cette action.

Tout ce beau monde s’est ensuite invectivé. Avant de dire que les soi-disant « humanistes » n’ont jamais été victimes d’acte de banditisme et fanfaronnent pour s’enorgueillir d’un mode de pensée « occidental ».

Mais voilà d’abord une infime partie de la réalité. Dans une grande ville du Moyen-Ouest vit une jeune femme a qui les « dahalo » ont coupé la main, tué les parents tandis qu’elle se faisait violer, un coup de hache au visage avec une belle cicatrice actuellement… Elle pourrait bien arbitrer cette discussion.

D’un autre côté, pour les « humanistes », la loi est applicable à tous, sinon ce sera l’anarchie. Les procédures doivent être suivies pour prouver que le système judiciaire est digne de confiance. Par les temps qui courent, ils ont bien raison. Ils ont plus que raison même. Puisque quand la justice est devenue otage du plus fort, le rapport de force entre le policier et le brigand à terre ne saurait mentir, personne ne voudra être dans l’autre camp. Dans le camp des plus vulnérables, voire des innocents.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara0 partages

Gestion de la CIN : Les défis de la réforme des CIN

La numérisation de la carte nationale d’identité est une étape importante dans la lutte contre les faux et usages de faux menée par le gouvernement.

La réforme des faits d’état civil est plus que nécessaire pour Madagascar. Outre l’inexistence de bases de données fiable en ce qui concerne les faits en question, les lacunes favorisent les faux et usages de faux.

Le programme de mise en œuvre de la politique générale de l’Etat a mis en exergue la volonté du gouvernement de lutter contre le faux et l’usage de faux, notamment, des Cartes nationales d’identité (CIN). Une volonté qui aurait comme objectif « d’opérationnaliser le système intégré de gestion desdits faits d’état civil ». “Le recours aux nouvelles technologies sera poursuivi dans l’optique de gérer et contrôler les cartes d’identité nationale” ,peut-on lire dans le document de programme de mise en œuvre. Force est toutefois de constater des défis de taille qui se posent face à cette initiative si louable soit-elle. Du point de vue technique par exemple, le gouvernement devrait- en premier lieu – doter les communes, fokontany et arrondissements de la Grande île des outils et matériels nécessaires pour favoriser la réforme, entre autre pour mettre en place la numérisation du système d’état civil malgache. Ce, dans le but “d’avoir une base de données fiable”. Autrement dit, l’on ne devrait plus observer les vieilles machines à écrire datant d’une certaine époque dans les bureaux administratifs aussi bien au niveau central qu’au niveau des collectivités territoriales décentralisées. L’organisationnel est également un défi majeur de la mise en œuvre du projet. Arriver à initier l’auto appropriation des responsables au niveau de tous les départements ministériels ainsi que des Malgaches sur la nécessité d’aboutir à l’opérationnalisation du système intégré de gestion des CIN est également un obstacle majeur à surmonter.

Loi de finances. Outre la dotation en matériel des organismes concernés, le gouvernement devrait également initier des mesures permettant un renforcement des capacités des responsables au niveau local. Ce, afin de faire face aux lacunes desdits responsables sachant que certains d’entre eux ne savent ni lire ni écrire. Il va toutefois s’en dire qu’une telle initiative devrait se manifester dans le document de loi de finances des prochaines années. Si le programme de mise en œuvre de la politique générale de l’Etat détaille et précise des échéances pour quelques initiatives, elle reste cependant muette en ce qui concerne la numérisation des CIN. Aucune date n’est donnée pour ce qu’il en est de la réalisation de l’initiative. Ce qui n’est pas le cas en ce qui concerne l’initiative de concrétisation des permis biométriques et des cartes grises, dont la mise en œuvre est fixée pour l’année 2020. Ce, par la mise en place de 12 centres dans les six ex provinces du pays. Il conviendrait de noter qu’un projet de réforme du système d’état civil a déjà été lancé par le gouvernement malgache, il y a quelques années de celà. L’on se demande alors si le projet actuel est une continuité de celui-ci ou entre-t-elle dans le cadre des “velirano” présidentiels. Quoi qu’il en soit, ancien ou nouveau, le projet en question témoigne de la nécessité de revoir le système d’état civil malgache.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

FMF : Un vent de changement s’installe !

La passation entre le CDN et l’équipe de Arizaka Rabetoko Raoul se tiendra le 02 septembre.

Les élections au sein de la Fédération Malgache de Football continuent de soulever autant de passion de la part de certaines personnes et de leurs partisans qui n’ont pas pu se faire élire et qui s’en prennent ouvertement aux présidents des ligues.

Les recalés élèvent la voix et accusent les présidents des ligues d’avoir fait un très mauvais choix en bottant en touche tous les anciens membres de la FMF. Une attitude négative qui a peu de chance d’aboutir autrement puisque l’émissaire de la FIFA , Veron Mosengo, n’a pas attendu longtemps pour ternir une séance de travail avec l’heureux élu Arizaka Rabekoto Raoul. Une manière de reconnaître que les élections se sont tenues dans les règles de l’art.

Spectaculaire revirement. On voit d’ailleurs mal de quelle manière, on peut arriver à refaire ces élections mais sait-on jamais.

Car pour l’instant le sort est scellé ! Le délai de recours a pris fin hier soir et à moins d’un revirement spectaculaire, les membres du comité exécutif resteront tels qu’ils sont c’est-à-dire une arrivée de nouvelles têtes pas forcément mauvaises comme on s’acharne à le faire croire mais une issue qui illustre ce besoin de changement opéré par les présidents des ligues.

Eric Raveloarison et Arizaka Rabekoto Raoul sont les seuls rescapés de l’ancienne FMF. On ne peut pas dire que Jocelyn Razafimamonjy qui est arrivé en tête des élections avec 17 voix, est un inconnu du ballon rond car il a déjà dirigé son propre club, le GFC Galactique, tout en étant titulaire d’un diplôme d’entraîneur. Tout récemment, il était l’intendant des Barea en Egypte. On peut en dire autant de Sandrine Andriatsimialona qui a servi pendant le mandat d’Ahmad à la FMF.

On notera également la présence d’Alfred Randriamanampisoa, le président d’Elgeco Plus même s’il est passé de justesse avec 10 voix.

Passion. Les autres s’ils sont là, c’est qu’ils aiment autant que les autres le football.

On est d’ailleurs certain que certains mordus du ballon rond n’abandonneront pas pour autant leur passion pour le football et qu’ils œuvreront à leur manière au développement de cette discipline.

On citera volontiers Hery Rasoamaromaka, l’heureux propriétaire de plusieurs petits terrains en synthétique ou encore Hawel Mamod’Ali, l’actuel directeur de cabinet du MJS, Patricia Rajeriarison qui a servi des années durant le football féminin et même Aurélien Andriamalazaony qui a fait de la sécurité son gagne-pain.

Autant dire qu’ils ont perdu une bataille mais pas la guerre, celle de tous les instants pour relever le niveau du football à Madagascar.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Festival Indri-Indri 2019 : La conservation des lémuriens à l’honneur !

L’Indri-Indri est le plus grand lémurien de Madagascar.

La petite bourgade d’Andasibe, très connue aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale par son parc national portant son même nom sera en fête à compter du 1er au 3 novembre 2019. En effet, le festival Indri-Indri y sera organisé durant cette période. Cette année encore, la conservation de cette espèce de lémuriens y sera à l’honneur ! Cet animal au pelage soyeux est le plus grand lémurien de la Grande Ile.

Le plus visité. On peut l’observer dans son habitant naturel au Parc National d’Andasibe-Mantadia, localisé dans la région de Moramanga, sur la Route Nationale No 2. Actuellement, on y recense 340 individus d’Indri Indri répartis en 40 groupes. Ce site préservé est l’un des joyaux de la biodiversité de Madagascar. La preuve, on y recense 17 espèces de lémuriens et une centaine d’espèces d’oiseaux avec un taux d’endémicité de 60% ainsi que des reptiles avec un taux d’endémicité de 95%. Ce qui fait de ce parc le plus visité à Madagascar. En effet, on y enregistre plus de 25 000 visiteurs, nationaux et étrangers, par an.

Tourisme communautaire. Rappelons que le Festival Indri Indri est organisé depuis quatre ans pour promouvoir le tourisme communautaire durable dans le village d’Andasibe et les environnements directs du parc. Sur le long terme, il s’agit d’inciter les communautés locales à prendre part à la protection de leur patrimoine naturel, afin qu’elles bénéficient des retombées économiques créées par l’activité touristique. Divers débats relatifs à la protection de la biodiversité ainsi que des animations culturelles ponctueront les trois jours du Festival.

Espèces emblématiques. Il faut savoir également que les lémuriens comme l’Indri-Indri sont des espèces emblématiques de Madagascar. Ce sont des animaux très intelligents dont certaines espèces se familiarisent facilement avec l’homme. On recense actuellement plus de 100 espèces de lémuriens à Madagascar. Chacune d’entre elles est visible dans toute l’île, que ce soit au parc zoologique de Tsimbazaza, ou dans l’un des nombreux parcs nationaux ou encore en pleine nature. Les endroits où l’on peut les observer sont innombrables. Et tout récemment, l’on découvre de nouvelles espèces comme le lémurien nain d’Ankarana.

Recueillis par Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Icônes du changement : Regroupement des jeunes leaders de la région subsaharienne à Accra

40 jeunes entrepreneurs, développeurs, leaders et acteurs du changement ont été sélectionnés par Facebook pour assister à une réunion visant à mettre en lumière la prochaine génération de leaders et d’innovateurs africains

 Madagascar y est représenté. Facebook rassemble à Accra, au Ghana, les jeunes icônes du changement venus de toute l’Afrique Subsaharienne. C’est dans le cadre d’un événement intitulé « Célébrer les icônes du changement », organisé les 23 et 24 août, offrant aux participants des opportunités de réseautage, de connexion et de création de dialogue positif. Issus de 15 pays, les participants seront à la fois des leaders de communautés sur Facebook, des chefs de file du programme Cercle des développeurs, des entrepreneurs ou des futurs acteurs du changement  venus de l’African Leadership University (ALU). Pendant deux jours, ils vont créer des liens, assister à des ateliers sur le leadership et les compétences numériques et partager leurs expériences avec d’autres jeunes inspirants. Les participants auront également l’occasion de redonner aux communautés locales à Accra en organisant des ateliers tels que « Coding for kids » ou à travers des sessions de mentorat pour d’autres entrepreneurs en devenir. « Je suis très fière que nous organisions le premier événement de ce genre pour Facebook sur le continent africain et au Ghana. Chez Facebook, nous considérons que notre rôle est de soutenir et d’investir dans diverses communautés ici sur le continent et nous portons une attention particulière aux jeunes. Cet événement vise à célébrer ces personnes, le talent extraordinaire, l’innovation et les entreprises que nous voyons émerger, ainsi que les jeunes qui accélèrent cette croissance et bâtissent un avenir incroyable pour le continent. C’est un privilège pour nous de pouvoir réunir 40 icônes du changement, et nous attendons avec impatience ce que ces deux journées vont nous apporter », a affirmé Kezia Anim-Addo, Responsable de la communication de Facebook en Afrique sub-saharienne.

Mode de sélection. Certes, de grandes réalisations peuvent être accomplies par ces 40 participants, dans leurs pays respectifs. Selon la communication de Facebook, ils sont originaires du Ghana, de Madagascar, du Burkina Faso, du Kenya, du Sénégal, du Nigeria, d’Ethiopie, du Botswana, la République Démocratique du Congo, d’Afrique du Sud, du Cameroun et de la Zambie. D’après les explications, il s’agit de leaders de communauté Facebook, qui ont créé des groupes Facebook dédiés à un sujet ou à une expérience collective, et qui ont un impact positif dans leur communauté. Ce sont également des chefs de file du Cercle des développeurs, une initiative pour les développeurs, que les membres rejoignent gratuitement, et qui leur permet de se connecter, de partager des idées, d’apprendre et de collaborer. Par ailleurs, les jeunes entrepreneurs et les créateurs de PME sont également au rendez-vous. Les sélectionnés sont ceux qui ont démarré une activité ayant un impact dans leur communauté et au-delà. C’est le cas de Kahitouo du Burkina Faso, fondatrice de FasoPro, qui se spécialise dans l’emballage et la vente d’insectes comme source alternative de protéines, et qui a maintenant 360 points de vente dans 25 villes du Burkina Faso.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Communales : le compte à rebours a commencé

A trois mois de la tenue des communales, la CENI se mobilise pour que ces élections se déroulent dans les normes. Elle a établi un chronogramme précis et s’il est respecté, une nouvelle étape dans le rétablissement de l’état de droit aura été franchie. Après les présidentielles et les législatives, ce scrutin est un chaînon essentiel dans le processus démocratique. Le maire n’est plus assujetti à l’autorité du ministère de l’Intérieur et dispose d’une véritable autonomie administrative. Il est à l’écoute des préoccupations de ses administrés et gère au mieux le budget dont il dispose.

Communales : le compte à rebours a commencé

Le compte à rebours a donc commencé. Le dépôt des candidatures auprès des OVEC (organe de vérification et d’enregistrement des candidatures) commence jeudi prochain à partir de 9 h et ce jusqu’au 12 septembre à 17h. Les candidats ont un peu moins de quinze jours pour déposer leur dossier. Leur examen durera jusqu’au 24 septembre. Les listes établis par l’OVEC sortiront dans la foulée, mais des recours pourront être faits si nécessaires. Puis l’impression des bulletins va commencer. Leur acheminement vers les bureaux de vote se fera jusqu’au 04 novembre. La campagne électorale se déroulera du 06 novembre à 6h du matin au 25 novembre à minuit. La révision des listes électorales n’a pas été faite, mais certains électeurs ayant voté à l’élection présidentielle n’y figurent plus. La CENI  envisage donc d’avoir recours aux ordonnances du tribunal pour les réintégrer. La bataille électorale qui s’annonce risque d’être assez tendue car l’enjeu tant pour le pouvoir que l’opposition est important. Dans les grandes villes, on verra plusieurs candidats en lice. A Antananarivo, les grandes manœuvres ont déjà commencé. On ne sait pas encore qui se présentera sous les couleurs du  TIM, mais il sera le candidat à vaincre par tous ses adversaires.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Légalisation du « Toaka Gasy » : Les jeunes juristes ont médité sur la question

Chaque mois, l’association des jeunes juristes malgaches (JURITECHMAD) organise un débat au Youth Civic Center Analakely. Si le mois dernier, ces jeunes ont discuté du droit à la fin de vie et à l’euthanasie, pour ce mois d’août, ils ont opté pour un thème qui pourrait faire l’objet d’un gros débat dans le pays : la légalisation du « Toaka Gasy ». Une discussion qui a réuni beaucoup de curieux et de professionnels désireux d’exprimer leurs avis sur le sujet. C’est ainsi qu’on a pu entendre différents arguments de la part des panélistes présents mercredi dernier au YCC, du pour et du contre exprimés selon les règles de la bonne plaidoirie.

Pour la légalisation dudit produit. Parmi les panélistes chargés de défendre la légalisation du « Toaka Gasy », on a vu Mme Hantasoa Rabenjarson, chercheur au centre national de recherches industrielles et technologiques ; M. Tsilavo Ramarolahy, entrepreneur filière éthanol  et M. Chris Rantoson, entrepreneur. Pour ces derniers, la légalisation de ce produit permettrait de générer du revenu pour les régions productrices de ce rhum. Ce n’est pas tout puisque la consommation du « Toaka Gasy » fait partie de la culture malgache, boisson inévitable lors des différentes cérémonies locales. Toutefois, lors du débat la partie pour est consciente qu’il reste énormément de points à améliorer avant la légalisation du produit. Selon ces trois professionnels, le manque de sensibilisation et d’information des fabricants artisanaux fait que le rhum malgache ne respecte pas les normes techniques adéquates. Une mesure d’accompagnement et un renforcement des compétences des producteurs s’avèrent  être l’idéal.

Du contre. Côté contre, ce sont M. Mo, maître arrangeur et Mlle Sitraka, élève-avocate et membre de JURITECHMAD qui se sont relayé le micro. Pour eux, il s’agit d’un produit dangereux pour la santé car il est actuellement difficile de mesurer le taux d’alcolémie contenu dans ce type de produit. Même chose en ce qui concerne la conservation du rhum, des bidons ou des bouteilles en plastique sales reçoivent le liquide, ce qui n’est pas très sain. Puis, ils ont également avancé l’argument comme quoi la légalisation du rhum artisanal pourrait avoir des effets néfastes sur la concurrence, c’est-à-dire qu’une partie de la population, la couche pauvre risque de s’orienter vers la consommation de ce produit dangereux.

Au final, les deux parties se rejoignent sur un même point, il faudrait une normalisation et non une légalisation du « Toaka Gasy ». En tout cas, ce qui est certain, c’est que ce produit existe bel et bien à Madagascar.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

CEPE : Jour J pour un demi-million de candidats, les résultats attendus avant le week-end

Les épreuves du CEPE marquent le début des sessions des examens officiels à chaque fin d’année scolaire.

Ils sont 524 997 candidats, inscrits à l’examen du CEPE, à passer aujourd’hui sur l’ensemble du territoire national, leur premier examen officiel de leur vie d’écolier, dont le diplôme obtenu leur ouvrira les portes du collège à la prochaine rentrée, dans deux mois.

L’heure de vérité a sonné pour les petits candidats au CEPE (Certificat d’études primaires élémentaires) qui affrontent, ce jour les épreuves prévues pour cet examen officiel qui marque la fin du cycle primaire de l’éducation nationale. Répartis dans 1.888 centres d’examen, les candidats sont, cette année, légèrement moins nombreux que l’année dernière, avec une baisse de 4,7% (autour de 9% pour la circonscription scolaire de Tana Ville) du nombre des inscrits par rapport à la session de 2018. Parmi ce demi-million de candidats, 82 sont en situation de handicap (malvoyants ou sourds-muets), nécessitant ainsi des mesures spécifiques pour pouvoir passer leurs examens dans de bonnes conditions. La circonscription scolaire (CISCO) d’Antananarivo Renivohitra compte sans doute le plus grand nombre de candidats avec plus de 28.700 inscrits, répartis dans 44 centres d’examen. Presque cinq fois plus que dans la ville de Mahajanga où un peu plus de 6.000 candidats sont inscrits.

Sept épreuves. Le début des hostilités est prévu à 8h pour enchaîner les sept épreuves du CEPE, dont quatre dans la matinée, à savoir les opérations, le problème , la SVT (science de la vie et de la terre) et l’histoire . L’après-midi, place aux épreuves de langues (malagasy et français), et la géographie fermera la marche. Les candidats sont ainsi attendus dans leurs centres d’examens respectifs dès 7h ce jour. Quasiment tous sont déjà venus en reconnaissance, hier, pour situer leur salle d’examen et vérifier leur nom sur la liste, afin d’éviter de perdre du temps le jour J.

Préparatifs. De leur côté, les parents sont aux petits soins en préparant au mieux leur progéniture à cet examen. Les effets vestimentaires, le repas de midi, et surtout, les fournitures, la convocation et la pièce d’identité, ont été minutieusement préparés. Nombreux sont les parents à choisir d’apporter le déjeuner de leurs enfants au centre d’examen et de le prendre avec eux. A Antananarivo, les mêmes scènes de « pique-niques » improvisés autour des centres d’examen, visibles chaque année lors des examens officiels, seront à nouveau attendues, ce jour.

Correction. Dès la fin des épreuves, les travaux de correction des copies débuteront sans tarder, suivis des travaux de transcription et de traitement des données. Les résultats du CEPE sont attendus dès la fin de la semaine, voire bien avant pour les CISCO comptant un nombre moins important de candidats. Pour la CISCO Tana ville en particulier, les responsables auprès de la circonscription prévoient une publication des résultats avant la fin de cette semaine, si tout se déroule comme prévu.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Fanafihana mitam-piadiana : Mpitandro filaminana iray niaraka tamin’ny namany voasambotra

Niainga tamina mpangalatra môtô iray ny fanadihadiana lalina nataon’ireo pôlisy misahana ny heloka bevava tetsy Anosy. Niafara tamin’ny fisamborana ireo namany izany, izay fantatra isan’ireo raindahiny amin’ireo fanafihana mitam-piadiana sy fangalarana môtô eto an-drenivohitra. Mpitandro filaminana iray no isan’ny naman’izy ireo. Ny herinandro teo no ravan’ny pôlisy ireto tambazotra mpanao fanafihana sy mpangalatra môtô ireto, araka ny fampitam-baovao azo. Nametraka paik’ady manokana mantsy ireo pôlisy misahana ny heloka bevava entina hamongorana ireo asan-jiolahy mitady ahazo vahana teto an-drenivohitra tato ho ato. Lehilahy iray tany am-boalohany no voasambotra noho ny resaka halatra môtô. Rehefa natao ny famotorana dia niaiky ihany koa ingahirainy fa isan’ny nandray  anjara tamina fanafihana maromaro teto. Nanoro ireo namany moa izy tamin’izany ka tamin’izay no nahafahana nisambotra olona enina hafa, teny amin’iny faritra Ambohimanarina, Anosimasina Itaosy ary Tsarahonenana. Tratra tao anatin’izany ny mpitandro filaminana iray izay inoana fa isan’ny mpamatsy fitaovam-piadiana ity tambazotra ity. Marihana fa mbola am-perinasa ity mpiaro ny vahoaka nihoam-pefy, hoy ny vaovao. Sarona niaraka tamin’ireto jiolahy izay saika efa nisazy sy mpamerin-keloka avokoa moa, ny bala « chevrotine » sy lakile famahana zavatra rehetra.

Efa maromaro ihany ny asa ratsy vitan’ireto andian-jiolahy ireto, raha ny fantatra ka anisan’izany ny fanafihana ireo teratany sinoa tetsy Analamahitsy sy Ambohibao, halatra fiara teny Ivato ary saika ireo halatra môtô teto an-drenivohitra, izay voalaza fa fitaovana entin’izy ireo manao ny asa ratsiny. Mbola misy raharaha hafa ihany koa aza hitazomana azy ireo ihany koa aza eny amin’ireo kaomisaria hafa. Fantatra fa efa natolotra teny anivon’ny Fampanoavana izy ireo ary heverina fa nadoboka am-ponja avy hatrany miandry ny fotoam-pitsaràna azy.

m.L