Les actualités Malgaches du Samedi 27 Juillet 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara6 partages

Vacances gouvernementales : 5 ministres interdits de sortie du Faritany d’Antananarivo

Les ministres chargés de la sécurité n’ont pas droit à la déconnexion.

Après l’épreuve d’évaluation qu’ils ont tous passé avec succès, à l’exception d’une de leurs collègues, les ministres ont droit à un break.

Fialan-tsasatra. Littéralement repos pour les membres du gouvernement qui partent en vacances en deux vagues. La première du 26 juillet c’est-à-dire depuis hier jusqu’au 31 juillet 2019 ; et la seconde du 1er août au 6 août 2019. En somme, 6 jours pour prendre l’air. «Maka rivotra » comme le dit le commun des Malgaches qui ne peut plus s’offrir des vacances, encore moins aux frais de la Princesse comme c’est peut-être le cas pour les Princes qui nous gouvernent.

Continuité. C’est justement par souci de gouvernance et de continuité des affaires de l’Etat que les ministres ne peuvent pas tous partir en même temps. Afin d’ éviter que les vacances n’entraînent des …vacances temporaires de poste à la tête des départements ministériels, l’intérim des juilletistes sont assurés par les aoûtistes qui ne peuvent donc pas se croiser sur les plages ou sur d’autres lieux de villégiature. Que ce soit à l’intérieur du pays ou en dehors de nos frontières. Il est à noter que certains ministres ont décidé tout simplement de ne pas prendre des vacances mais de continuer à travailler dans le but, pourquoi pas, d’améliorer leurs résultats au second semestre qui s’annonce décisif pour l’ensemble des ministres dont une seule vient d’être recalée quand bien même la professeure en question serait théoriquement plus …calée que d’autres membres de la classe gouvernementale.

3 heures de trajet. En revanche, 5 ministres n’ont pas le droit de sortir du Faritany d’Antananarivo. Il s’agit de Richard Rakotonirina (Défense nationale) ; Jacques Randrianasolo (Justice) ; Roger Rafanomezantsoa (Sécurité Publique) ; Tianarivelo Razafimahefa (Intérieur et Décentralisation) ; et Richard Ravalomanana (Secrétariat d’Etat à la Gendarmerie). Ces ministres chargés de la sécurité et de la justice ne peuvent pas de surcroît s’éloigner à plus de 3 heures de trajet de Tana. And last but not least, ils n’ont pas droit à la déconnexion mais doivent être joignables à tout moment. Ils ont intérêt à être munis de « power bank » pour ne pas être « low bat » comme cela arrive souvent au citoyen lambda. Les zones blanches sans réseau leur sont également déconseillées pour éviter le « votre correspondant n’est pas disponible » car il n’est pas évident que le grand patron veuille rappeler ultérieurement ou laisser un message.

TGV. On croit savoir d’ailleurs que le locataire d’Iavoloha va aussi partir en vacances avec sa famille sur une île célèbre pour ses stations balnéaires et connue pour ses retraites spirituelles. L’occasion pour le président de se ressourcer – au propre comme au figuré – après plusieurs mois de pré-campagne et de campagne sans relâche, mais aussi et surtout à l’issue du premier semestre de son quinquennat qui ne fait que commencer. Des vacances à Très Grande Vitesse pour l’Exécutif puisque la rentrée est prévue le 7 août avec au programme un conseil de gouvernement dans la matinée et un conseil des ministres l’après-midi.

R. O

Madagate3 partages

Madagascar. Une équipe qui gagne est une équipe qui sait changer...

Le 24 juillet 2019, lors de la seconde désignation officielle de Christian Ntsay comme Premier ministre, le Président de la République, Andry Rajoelina, avait déclaré: “On ne change pas une équipe qui gagne”. Par la suite, tous les membres du précédent gouvernement ont donc été reconduits à leur place avec l'ajout d'une nouvelle ministre. Mais d'où vient donc cette formule assez lapidaire dans le contexte politique malagasy débutant de cette année 2019?

On ne change pas une équipe qui gagne” est une expression française issue du langage familier de la fin du XXèmesiècle, qui signifie que toute chose donnant entière satisfaction ne saurait être remise en question. Son origine a étéempruntée au vocabulaire sportif suggérant que lorsqu'un assemblage, un mélange composite fonctionne bien, il serait risqué de vouloir le modifier.

On ne change pas une équipe qui gagne” peut aussi s'appliquer à tout groupe d'individus liés par un intérêt commun ou à toute équipe de travail qui a fourni ses preuves de sa haute cohésion et de sa capacité à atteindre les objectifs fixés par le groupe. Il apparait que c'est cette application qui sied le mieux dans un contexte politique donné.

Mon propos d'aujourd'hui, et après le récent “remaniement” gouvernemental à Madagascar, est de démontrer aux dirigeants, du premier au dernier, qu'il faut, néanmoins, garder la tête froide dans la pratique même de ce genre de déclaration qui, à bien y réfléchir, ressemble à un irrésistible chant de sirène (“Quand une combinaison, une équipe permet de réussir, il est préférable de laisser les choses ainsi de manière à reproduire ces succès”), flatteur, certes, mais au revers risquant de faire déchanter. Allons-y, avec le concours de Jean Michel Philippon, gérant du cabinet “INITIUM Coaching” et ancien dirigeant d'entreprise.

Leader de très haut niveau, dans quel que domaine que ce soit, vous savourez la réussite de votre équipe qui vient de gagner le trophée, de remporter le contrat, de réussir sa mission, et/ou d’atteindre les objectifs fixés. En tant que responsable d’équipe vous êtes fier de cette victoire, dont une part non négligeable vous revient, grâce à vos compétences de leader qui ont fait de vous une des clés essentielles de la réussite. Fort de ce succès, vous avez en charge, pour une nouvelle période, de repartir vers de nouveaux objectifs toujours plus ambitieux. Vous avez également la responsabilité de composer votre équipe avec les membres de votre choix. Inévitablement une petite voix vient murmurer à votre oreille cet adage : “On ne change pas une équipe qui gagne !”, à la fois rempli de sagesse et de vérité basique reconnue par une majorité. Il vous ouvre la voie d’une stratégie des plus simples qui consiste à prendre les mêmes et recommencer.

Cependant, avant de vous laissez entraîner vers cette évidence toute naturelle, teintée de prudence et de superstition, il est souhaitable que vous vous posiez quelques questions au préalable. Y-a-t-il eu une analyse approfondie des causes essentielles de la réussite obtenue et de la part qui incombe directement à l’équipe et à sa composition?

A l’heure de la victoire sportive, les joueurs et tout le staff se regroupent au centre du terrain, et s’enlacent en une masse joyeuse. Car ce sont eux qui ont gagné, pas les autres ! A l’heure de la signature d'un contrat, c’est toute l’équipe qui est conviée par le directeur pour partager le champagne de la victoire. Et la réussite collective explose à la vue de tous. A ces instants de joie partagée, le doute n’est pas présent, c’est bien cette équipe qui a gagné et, par conséquent, chacun de ses membres individuellement. D’ailleurs si le chef d’équipe sait assumer sa responsabilité de véritable leader, au cours de son discours, il n’oubliera personne dans sa liste exhaustive de remerciements à tous les membres sans qui le projet n’aurait pu aboutir.

Mais une fois le stade vide et les verres rangés, une analyse profonde et détaillée de la réussite s’impose. Quelles ont été les principales raisons du succès ? Et dans quelles proportions ? La réussite d’une équipe peut avoir de multiples origines. La qualité des membres de l’équipe en est une des composantes principales, mais ce n’est pas la seule. Le monde du sport collectif nous a fait depuis longtemps la démonstration qu’une simple addition de bons joueurs ne fait pas obligatoirement une bonne équipe.

De nombreux facteurs entrent en action pour qu'une équipe réussisse. Parmi les principaux, citons son organisation, son fonctionnement, sa cohésion, ses valeurs, son engagement, sa vision, sans oublier, bien sûr, le rôle primordial de son chef et de son leadership. Par ailleurs, d’autres éléments externes peuvent venir interférer positivement ou négativement dans la réussite. Le contexte, l’environnement, la réglementation, le marché et, parfois, le hasard, peuvent être des freins ou des accélérateurs de réussite.

En retraçant l’historique aboutissant à la victoire, chacun de ces éléments doit être analysé afin d’en identifier sa pondération dans l’obtention du trophée convoité. Quels ont été les véritables artisans de la victoire ? Quels sont les éléments sans lesquels cette équipe n’aurait eu aucune chance de réussir ? A ces questions, les réponses sont ni simples ni évidentes. Étudier les raisons d’un échec afin d’en retirer un enseignement, semble des plus naturels. Le goût saumâtre de la défaite pousse à être plus vigilant sur le “pourquoi en sommes nous arrivés là ?”. Alors que le goût mielleux de la victoire pousse à la satisfaction, voire à l’autosatisfaction et à croire que “si nous avons gagné, c’est que nous sommes les meilleurs !”.

Après avoir effectué l’analyse complète des éléments constitutifs de la réussite, le responsable aura une vue d’ensemble plus objective de la part réellement prise par la composition même de cette équipe. Si les résultats de l’analyse révèlent que certains éléments, autres que la composition même de l’équipe, ont été déterminants dans la réussite, le responsable devra en relativiser les effets. C’est une analyse dont les résultats sont difficilement avouables par le responsable à son équipe et encore moins au monde extérieur. Imaginez un responsable tenant le discours suivant:“Nous avons gagné, mais nous y sommes pour rien car sachez que les conditions étaient telles que n’importe qu’elle autre équipe aurait pu également remporter cette victoire à notre place”. Si le responsable ne peut tenir un tel discours, il sait, toutefois, discerner la valeur réellement prise par la composition de son équipe dans cette réussite, au sein de laquelle lui-même est une pièce maîtresse.

A l’aurore de nouvelles aventures, le responsable ne devra pas céder a cette douce tentation de ne pas changer cette équipe, puisqu’au fond ce n’est pas vraiment elle qui a gagné. Sa responsabilité devra l’engager vers une restructuration de son équipe, afin d’en retirer une véritable plus value intrinsèque, seule garantie d’une prochaine victoire collective. Si l’analyse de la réussite révèle que ce sont bien les qualités individuelles de chaque membre ainsi que leur capacité à travailler ensemble, qui ont été la clé du succès, alors oui, le responsable peut partager collectivement cette réussite, dans laquelle chacun a tenu un rôle essentiel. A l’image d’une chaîne, chacun aura été un maillon indispensable à la victoire.

Mais doit-il pour autant envisager une reconduction à l’identique de cet ensemble de compétences? Après mûres réflexions, et de manière honnête, il ne s'avère pas souhaitable, dans la mesure des possibilités offertes au chef d’équipe ou au dirigeant, qu’ils se limitent à cette seule stratégie du “non changement” comme gage de réussite. Manager une équipe n’est pas du domaine du compliqué mais du domaine du complexe. C’est la dose d’incertitude et d’instabilité qui fait passer d’un domaine à l’autre. Cette équipe qui a gagné aujourd’hui est la meilleure….. mais la meilleure d’aujourd’hui.

Il importe de rester lucide et de comprendre que les conditions d’une nouvelle victoire pour demain ne seront plus les mêmes. “On ne se baigne jamais deux fois dans la même eau du fleuve”, dit un proverbe. Demain tout sera différent: le contexte, l’environnement, le marché, la concurrence, etc. L’équipe, sans en changer ses membres, ne sera plus la même, tout simplement par le fait qu’elle aura déjà gagné. Aussi, pourquoi se limiter à reconduire ce qui a déjà marché, alors que la réussite même d’aujourd’hui a été le fruit d’une nouveauté et d’une prise de risque ? Le confort et la facilité du non changement peut mettre plus en péril l’équipe qu’il n’y parait.

Au sein de cette équipe, chaque membre aura vécu cette victoire avec une approche personnelle différente. Certes, appartenir à l’équipe qui remporte le contrat ou le trophée fait grandir l’estime de soi. Mais chaque membre aura-t-il la même motivation demain à repartir dans le même bateau ? Certains n’auront-ils pas envie de voir d’autres mers et de faire profiter de leur expérience à d’autres aventuriers ? Le rayonnement obtenu par cette équipe victorieuse va attirer sans nul doute de nouveaux membres à venir participer à l’aventure.

Premier responsable d’une équipe, vous devez l’amener chaque jour vers plus de performance. Vous devez profiter de la dynamique du succès pour recomposer votre équipe avec des nouveaux membres motivés qui sauront bénéficier de l’intelligence collective transmise par les anciens, qui à leur tour iront voguer vers d’autres horizons. L’équipe deviendra alors une entité propre avec une performance sans cesse renouvelée. Le monde d’aujourd’hui est dans un perpétuel changement au rythme de plus en plus rapide. Pour être parmi les meilleurs il faut continuellement reconstruire les équipes. La force de la stabilité doit céder la place à la dynamique du changement. Alors oui, il faut changer une équipe qui gagne, car une équipe qui gagne est une équipe qui sait changer ! Voici trois citations pour clore ce dossier qui laisse vraiment à réfléchir:

Une équipe qui n'a pas la Foi fait perdre à son club un jeu victorieux” (Paulo Coelho)

Le travail d'équipe est essentiel. En cas d'erreur, çà permet d'accuser quelqu'un d'autre” (Auteur inconnu)

“Le fou, c'est celui qui gagne dans les coulisses” (Christian Bobin)

Jeannot Ramambazafy - Également publié dans "La Gazette de la Grande île" du samedi 27 juillet 2019

Midi Madagasikara1 partages

Fitohanana eny Andranomena : Lasibatry ny mpanendaka hatramin’ireo any anaty  taxi 

Sakafo fihinanan’ireo mpitondra fiara isan’andro ny fitohanana eny amin’iny lalan’Andranomena sy Ambohibao iny. Hanina amin’ny lemim-panahiny sisa ! Saingy zavatra hafa mihitsy indray izao no mampitairana ireo mpampiasa lalana: ny fanendahana anaty fiara …

Mirongatra tanteraka izany fanendahana anaty fiara izany eny amin’iny faritra iny raha ny angom-baovao azo. Raha tsy hiteny fotsiny afa-tsy tamin’ny zava-nitranga ny alakamisy lasa teo. Andro antoandro be nanahary, tokony ho tamin’ny folo ora sy sasany tany ho any, dia mpandeha fiarakaretsaka iray no lasibatr’izy ireo. Sendra nametraka finday teo ambony ny feny ilay ramatoa mpandeha no notsoriahan’ilay totakely ka lasa. Tamin’io fotoana io ihany koa moa dia zara raha nihidy ny fitaratra nanandrify ilay mpandeha. Manararaotra ny fitohanana lavareny sy tsy manam-pahataperana eny an-toerana ireo totakely fa indrindra ihany koa ny fahatokisana be loatra ataon’ireo mpampiasa lalana izay toa maka fanahy ireo olon-dratsy.

Ny mahatalanjona tokoa dia angamba mahita ireo mpitandro filaminana marobe: ireo mpifehy fifamoivoizana, ireo mpiambina toerana stratejika na toeram-pivarotana ireo mponina dia matoky be fahatany fa tsy hisy sahy hanao asa ratsy eny an-toerana. Diso tanteraka anefa ! Porofon’izany ny fisian’ny fitairanana matetika azon’ny eo anivon’ny pôlisy mahakasika ity trangana fanendahana anaty fiara ity. Ireto farany ihany koa moa dia efa manao izay azon’ireo atao ihany amin’ny fametrahana ny paik’ady hiadiana amin’izany. Fantatra mantsy fa tsy lasa lavitra akory ilay totakely naka ilay findain’ilay ramatoa tao anaty  taxi dia efa voasambotra rehefa avy nifanenjehana. Ilàna fahamailona foana tokoa amin’ny fiainana fa ny ratsy tsy kely lalana na oviana na oviana.

m.L

Midi Madagasikara1 partages

Parlement : La politique générale de l’Etat au menu

Trois semaines après la clôture de la session spéciale, les députés vont de nouveau retourner à Tsimbazaza pour une session extraordinaire qui débutera le 12 août prochain. Les sénateurs seront aussi de la partie. A l’ordre du jour, la Politique Générale de l’Etat qui sera examinée par les parlementaires. Ces derniers vont également se pencher sur la loi n°2011-013 portant statut de l’opposition et des partis d’opposition. Ils vont apporter leur point de vue sur la définition d’un cadre juridique et politique déterminant les droits et devoirs de l’opposition.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Lit Tana IIIe édition : Hommage de SE Abhay Kumar  à Jean Joseph Rabearivelo

La lit Tana 3e édition s’est tenue  à la bibliothèque de l’Ambassade de l’Inde  hier à 14 heures. Neuf poètes et écrivains  ont exposé  leurs œuvres.  Lors de son intervention, l’Ambassadeur  de l’Inde à Madagascar a  lu la traduction en anglais du  poème de  Jean Joseph Rabearivelo, les trois oiseaux (sortie en 1934).  L’Ambassadeur  a conquis le cœur du public.  Un tonnerre d’applaudissements  a fait un écho dans la salle. D’ailleurs,  ce poète-diplomate envisage de traduire les œuvres malgaches en hindi  pour que ses compatriotes comprennent  l’aspiration des artistes malgaches.

Iss Heridiny 

Midi Madagasikara1 partages

Behoririka : Un voleur d’accessoires de voiture dans la rue arrêté

Avoir de voitures stationnées sur le bord de la rue et    se  faire dérober  ses accessoires durant la nuit devient chose courante dans la capitale. Ce qui est étonnant dans ce genre de vol est de constater que les malfaiteurs ont réussi à commettre leur forfait malgré l’existence de gardiens postés à ces endroits. En tenant compte de ce résultat de la police au petit matin du 25 juillet dernier, on peut désormais penser que cet acte de banditisme va disparaitre d’ici peu. Vers 03 heures du matin sur le pont de Behoririka, un homme a pris la fuite dès qu’il a aperçu les policiers du commissariat du 3ème arrondissement de la Sécurité publique d’Antaninandro en patrouille dans la localité. Partis à sa poursuite, les hommes en treillis l’ont arrêté pas loin de cet endroit. La fouille effectuée sur lui a permis de découvert une clé de roue en forme de croix dissimulée sous son manteau. Une preuve irréfutable montrant que cet individu a tenté de voler de roues de voiture dans le quartier. En effet, il a été amené au commissariat pour enquête. Déféré au Parquet hier, le suspect est placé en détention provisoire à Antanimora.

T.M.

Madagate1 partages

Madagascar. La dénonciation du surpeuplement des prisons par le PM doit être suivie d’actions

AMNESTY INTERNATIONAL

RÉACTION

25 juillet 2019

AILRC-FR

Madagascar. La dénonciation du surpeuplement des prisons par le Premier ministre doit être suivie d’actions

En réaction à une déclaration du Premier ministre de Madagascar mercredi 24 juillet dans laquelle il dénonçait le grave surpeuplement, le maintien prolongé en détention provisoire et d’autres violations des droits humains qui ont cours dans les prisons du pays, Deprose Muchena, directeur d'Amnesty International pour l'Afrique australe, a déclaré :

«La déclaration du Premier ministre Christian Ntsay après sa visite de Toamasina est une mesure positive qui va dans le bon sens. C’est la preuve que le recours excessif à la détention provisoire à Madagascar a causé un surpeuplement qui atteint de graves proportions. Ses mots doivent être suivis d’actions.

«Cela fait près d’un an, depuis la publication de nos recherches approfondies, qu’Amnesty International avertit que le recours excessif et injustifié à la détention provisoire maintient des milliers de personnes dans des conditions de détention mettant leur vie en danger.

«Le fait que plus de 55% de la population carcérale du pays soit encore en attente de jugement est un exemple flagrant du niveau de dysfonctionnement du système pénal.

«Les autorités doivent libérer rapidement toutes les personnes en attente de jugement dont l’incarcération est injustifiée, arbitraire ou prolongée, notamment les personnes détenues pour des infractions mineures, ou simplement parce qu’elles sont pauvres. Les autorités doivent également accorder des réparations aux victimes de détention provisoire illégale et prendre des mesures afin de construire un système pénal efficace qui respecte les droits humains».

Complément d’information

Le Premier ministre Christian Ntsay a fait part de sa préoccupation concernant la situation des détenus en attente de jugement lors de sa visite de Toamasina, à l’est de Madagascar. Cela fait suite à des violences qui ont éclaté entre des détenus et des gardiens de prison samedi 20 juillet à la prison d’Ambalatavoahangy.

Pour obtenir plus d’informations:

Robert Shivambu

Responsable médias d’Amnesty International pour l’Afrique australe: +27 11 283 6000 ou +27 83 437 5732 ou Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Tamara LÉGER

Madagascar Programme Advisor - Conseillère du Programme Madagascar

Madaplus.info0 partages

Madagascar : La réunion des instituts Confucius africains se tiendra à Antananarivo.

Ce 26 Juillet, l’ambassadeur de la Ambassadeur de la République populaire de Chine a affirmé que la réunion des instituts Confucius africains francophones se tiendra à Madagascar. Selon elle, le Confucius Ankatso est bien meilleur que ceux des 19 autres pays et possède un niveau bien avancé. Cette réunion aura pour objectif principal de promouvoir l’enseignement de la langue et culture chinoise pour les pays membres.
Ainsi, pour une amélioration de l’enseignement de la langue chinoise, la réunion pourra également favoriser les échanges entre chaque pays participant. Tous les pays seront représentés par les directeurs de chaque institut. La réunion devrait aboutir à la mise en place de nouvelles techniques d’enseignement.
Madaplus.info0 partages

Madagascar : Nomination du nouveau Directeur général du BIANCO.

Suite au conseil des ministres du 25 Juillet, le poste du Directeur Général du Bureau Indépendant Anti-Corruption a été attribué à Laza Eric Donat Andrianirina. Il assurera cette nouvelle fonction à compter du jour de la passation du pouvoir avec le Directeur sortant.
Doté d’un long parcours professionnels et un curriculum vitae bien costaud, son profil correspond le plus aux attentes de cette institution. Il a poursuivi des études en droits pour finir en étant juriste. Il est également un gendarme de profession, ce qui lui qualifie en mieux pour le poste. Son intégrité et sa probité ainsi que sa franchise font de lui la meilleure personne vue la difficulté de sa fonction future.
Midi Madagasikara0 partages

JIOI – Tennis de table : De l’or et du bronze pour Madagascar

Les pongistes malgaches ne rentrent pas les mains vides des Jeux des îles de Maurice. Mieux Jonathan Nativel et Stephen Favorisons ont gagné l’or du double aux dépens d’une paire mauricienne formée par Allan et Briand. Une finale qui n’a pas été du tout facile car emmenée par une foule en délire sur fond de vouvouzela, l’équipe mauricienne a opposé une belle résistance en ne cédant que par 3 sets à 4. Auparavant, le double mixte composé par Ny Antsa et Sarobidy arrachent la médaille de bronze devant une autre formation de Maurice.

Clément RABARY 

Midi Madagasikara0 partages

Enseignement supérieur : Le SECES section Antananarivo revient à la charge

Le président du SECES section Antananarivo, Ravelonirina Sammy Grégoire, ne lâche pas l’affaire. (Photo d’archives)

Indemnités de recherche, heures complémentaires, reclassement et dérogation en vue du maintien en activité, sont les principaux points sur lesquels, le syndicat des enseignants-chercheurs et chercheurs enseignants (SECES) section Antananarivo réclame davantage de célérité dans le traitement des dossiers.

Les enseignants-chercheurs et chercheurs-enseignants au sein du syndicat SECES, section Antananarivo, sont revenus à la charge récemment sur la suite à donner à leurs revendications, après l’accord d’il y a quelques mois, sur un certain nombre de points, essentiellement les heures complémentaires, les indemnités de recherche et la dérogation pour le maintien en activité de certains enseignants-chercheurs, ainsi que le reclassement. La réunion des membres du SECES section Antananarivo, dernièrement, était l’occasion pour ce syndicat de rappeler aux autorités gouvernementales que jusqu’à présent, rien n’a bougé, trois mois après s’être convenu avec les responsables d’avancer sur sept points, objets des revendications du SECES section Antananarivo. « Les responsables au niveau du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique devraient maintenant transmettre à la primature les dossiers sur les demandes de dérogation en vue du maintien en activité de certains enseignants-chercheurs, leurs compétences étant encore utiles aux divers établissements et départements de l’Université d’Antananarivo », ont-ils alors affirmé. Ce retard accusé dans la transmission des dossiers pourrait se répercuter sur les enseignants chercheurs concernés, qui risquent alors de voir leurs soldes suspendus.

A décongeler ! Quant aux heures complémentaires, des enseignants, notamment les vacataires, n’ont pas encore perçu les leurs, comptant pourtant de l’année 2016-2017, voire de l’année précédente pour certains d’entre eux. Des « vary mangatsiaka » dont ils réclament ainsi la… décongélation ! Le volet du reclassement a également fait l’objet d’une interpellation du SECES section Antananarivo dans la mesure où, les dossiers de plus d’une centaine d’enseignants chercheurs en vue du reclassement, semblent faire du sur place. Le dernier point, concernant cette fois les indemnités de recherche, a également été particulièrement souligné par les syndicalistes : les raisons ayant empêché les responsables au niveau du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, de régler les indemnités de recherche comptant pour l’année 2016, mais toujours non perçues jusqu’à présent par les enseignants chercheurs à la retraite, mais qui continuent leurs activités de recherche, doivent être justifiées, ont-ils affirmé. « Ces fonds ont été utilisés à d’autres fins », avancent-ils, pour signifier que les fonds en question ont été « déviés » en faveur d’une autre cause, en l’occurrence celle des boursiers malgaches à l’étranger qui se trouvaient alors dans une situation fort délicate. Ils estiment ainsi qu’aucun flou ne doit entourer l’usage fait de ces fonds et que des mesures doivent être prises en conséquence.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Blanche Nirina Richard au MESUPRESI : Qualité et bonne gouvernance parmi ses priorités

La passation de service entre la ministre sortante, Félicité Rejo-Fienena et la ministre entrante, Bnalche Nirina Richard (à g.)

La nouvelle ministre, le Pr Blanche Nirina Richard, vient de prendre officiellement les rênes du ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, qui devient maintenant le ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation. La passation de service a eu lieu hier, entre la ministre sortante, le Pr Félicité Rejo-Fienena et l’unique ministre entrante au gouvernement Ntsay. L’occasion pour la nouvelle ministre de souligner ses priorités tout en respectant le principe de la continuité. Annonçant la couleur, elle a partagé ses  priorités, lesquelles portent sur la qualité de la formation et de la recherche, et sur la mise en place de nouvelles infrastructures en vue d’accueillir les nouveaux étudiants aux portes des universités, et qui doivent accéder aux études supérieures. Et enfin mais non des moindres, la bonne gouvernance au niveau de l’utilisation des fonds publics figure également parmi les priorités de la nouvelle ministre. Les étudiants, eux, attendent de la ministre entrante, du concret sur le LMD et faire de la réussite du basculement vers ce système, une réalité. Un défi que toutes les universités de Madagascar doivent relever, mais pour l’instant, les réalités du terrain sont encore loin de refléter une atteinte prochaine de cet objectif.

Hanitra R.

Midi Madagasikara0 partages

Guide du Week-end

Sylange et Nodhas partageront l’estrade de l’Hôtel le Glacier

Que du Tsapiky et du Kilalaky   ce soir à 20 heures 30  au Glacier  avec les deux étoiles montantes de la région du Sud Malagasy. Cela faisait longtemps que Sylange et Nohdas n’étaient pas en communion avec  leurs inconditionnels. Alors, c’est une occasion pour eux de se rencontrer.   « Cabaret tsy miroro, ambiance du sud », tel est le  thème choisi ! Sylange Kilalaky interprètera ses morceaux  célèbres comme Tsy matahotse adversaire, Tsy ataonao remplaçant,  et son single sorti il y a quatre mois «  Miverena ».  Cette ravissante jeune femme sera escortée par le Nohdas. Effectivement, celui-ci   fera son entrée avec son titre « ho avy aho ».  Avec ses deux stars,  la fête durera  jusqu’au petit matin.

Fy Rasolofoniaina  au TCC Analakely

Depuis le début de l’année, il n’a fait qu’enchainer  des spectacles. Il  est au top de sa forme, il  impressionne aussi bien les personnes âgées que les jeunes. Lui, c’est Fy Rasolofoniaina, fera vibrer l’immeuble Shoprite Analakely (2e étage) avec sa voix fabuleuse  cette après-midi à 15 heures.   Sûrement, Mitonia et tiako ianao seront dans le répertoire de ce chanteur.   Une occasion pour se divertir et d’écouter les belles mélodies de Fy Rasolofoniaina.

Du roots au Jao’s Pub

« Ambohipo Unity » troisième édition !le  blason rouge-jeune-vert  flottera  à  Ambohipo ce jour.   Deux groupes de reggae et quatre  artistes  offriront un show ce soir à la Tanière du roi du Salegy  à 21 heures.  Steve Madagascariensis , Botom’s, Big Tone, Toph Rebel, Gasilar Remongo,  et la jeune demoiselle Keysa  assureront le « reggae live accostics ».  Le rythme de Bob Marley se fera entendre ! Comme disait l’organisateur , c’est plus qu’un spectacle,  ce sera une messe !

Olympiade Question pour un champion, quart de final au Lycée Moderne Ampefiloha

Pour la suite de la célébration du 10e Anniversaire de Go Teach, le quart de finale des Olympiades Questions pour un Champion aura lieu ce matin  à partir de 8heures. Les représentants des cinq régions participeront  à ce tournoi. Cet évènement sera ouvert à tout le public.

A.E.U.T.N.A  souffle sa vingtième bougie

L’Association des Etudiants de l’Université de Tananarive Natifs d’Antalaha fête ses 20 ans d’existence. Le rappeur Mc Co et la chanteuse Nancia Bomba célébreront ces 20ans avec les membres de l’association au Fast Food à Ankatso II à partir de 20 heures. JF Dj sera également  aux platines. Une fête à ne pas rater, surtout quand on habite tout près du coin.

ZT/MR

 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

JIOI – Basket-ball : Madagascar vise le doublé ce jour

Les Seychelloises étaient devenues des spectatrices sur le terrain.

Comme en 2015 aux Jeux des Iles de La Réunion, les deux sélections malgaches sont en finale de la compétition de basket-ball. Elles seront en quête de l’or ce jour au Gymnase de Phoenix, Maurice.

Les demi-finales de basket-ball des 10es JIOI n’ont débouché sur aucune surprise. En basket-ball, la logique est souvent implacable.

Hier, les hommes de Tojo Rasamoelina ont arraché le ticket pour la finale aux dépens des Mauriciens. C’est par 61 à 47 que la bande à John a disposé de la sélection mauricienne. Les basketteurs malgaches ont dominé de la tête et des épaules leurs adversaires. Ils ont vite pris le large en menant par 14 à 9. A la pause, l’écart était déjà conséquent : 30 à 13. De retour des vestiaires, avec à la baguette, Elly Andriamampionona auteur de 20 points et sans doute le joueur du match, Madagascar enchaine les trois points. Dominés, les Mauriciens emmenés par Kursley avec 17 points essaient de stopper l’hémorragie mais malheureusement il était tout seul devant l’armada malgache bien rodé. De 41 à 32 à la fin du troisième quart-temps, les médaillés d’argent de 2011 se sont imposés par 14 longueurs d’avance, 61 à 47. « La phase finale est toujours disputée. Notre objectif est de disputer la finale et là c’est réussi. Les Mauriciens ont affiché une belle résistance d’autant plus qu’ils ont fait à un entraîneur étranger. Le niveau des Mauriciens s’est amélioré par rapport auparavant. Notre objectif est de remporter l’or » a souligné le coach, Tojo Rasamoelina. Cela fait 16 ans que Madagascar court derrière l’or chez les hommes. Ce jour, les  Fabrice, Mory, Rija et ses camarades affronteront les Mahorais. Une sélection mahoraise qui a éliminé celle réunionnaise par 70 à 67 au terme d’un match très disputé.  Cette finale malgacho-mahoraise s’annonce très intense.

Match à sens unique. Dans la demi-finale opposant Madagascar aux Seychelles, les protégées d’Aimé Randria évolue d’un cran au-dessus. Elles ont remporté une victoire écrasante par 88 à 41. La troupe à Emerachine (17 points) était en promenade de santé où en aucun cas, les Seychelloises n’étaient en mesure de stopper la machine malgache. 19 à 6, 43 à 21 à la pause, les Malgaches plus techniques que leurs adversaires n’ont pas dépensé d’énergie pour s’offrir le ticket pour la finale. Cet après-midi, les Ange et camarades retrouveront les Réunionnaises qui les ont privé la médaille d’or chez eux en 2015.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Une semaine dominée par la politique et le sport

Le suspense a été de courte durée. Après la reconduction de Christian Ntsay au poste de Premier ministre, c’est la presque totalité de l’ancienne équipe gouvernementale qui est revenue aux affaires. L’espoir des députés a été déçu car aucun de ceux qu’ils avaient proposés n’a été retenu. Le président de la République n’a pas cédé aux pressions et a affirmé son autorité, refusant de revenir aux pratiques politiques d’antan. Il a tranché sans état d’âme, ne désirant pas se laisser entraîner dans des marchandages plutôt malsains. Il a voulu  continuer à travailler avec des ministres qu’il connaît bien et qui vont poursuivre la mise en œuvre de son programme. La réalisation de l’IEM n’en est qu’à ses débuts et elle nécessite la contribution d’une équipe soudée. Les parlementaires doivent maintenant  remplir le rôle qui leur est dévolu : celui du contrôle de l’action du gouvernement  et l’examen des projets de loi. Ils vont pouvoir entrer dans le vif du sujet lors de la session extraordinaire du 12 août.  Les Malgaches ont suivi de loin le feuilleton politique de ces derniers jours, préférant  s’intéresser  aux exploits de leurs sportifs aux jeux des îles. Nos représentants ont brillé dans plusieurs disciplines comme l’haltérophilie, l’athlétisme et presque tous les sports d’équipe à l’exception du football. Madagascar a tenu son rang et devrait terminer à la deuxième place derrière Maurice, la nation organisatrice. La Grande  île espère accueillir les jeux en 2023 et nos dirigeants font tout pour convaincre le COJI de la solidité de notre dossier.

Sur le plan international, c’est vers le Maghreb que se tournent les  yeux des observateurs. Le peuple tunisien  vient  de perdre son premier  chef d’Etat élu au suffrage direct depuis la révolution.  Le président  Beiji Caïd Essebsi avait 92 ans et il est unanimement respecté. Les Tunisiens lui ont rendu un vibrant hommage car ils le considèrent comme le père du renouveau démocratique après les années de plomb du régime Ban Ali. Il a réussi à désamorcer le schisme entre islamistes et anti islamistes et a donc  pacifié les relations tendues entre société civile et parti islamiste. C’est le président du parlement tunisien, Mohamed Ennaceur qui va assurer  l’intérim. L’émotion est vive dans tout le Maghreb. En Algérie, un deuil national de trois jours a d’ailleurs  été décrété. Les obsèques du président Essebsis auront lieu aujourd’hui en présence de nombreux chefs d’Etat étrangers.

En Algérie, de nouvelles manifestations ont eu lieu hier avec les mêmes slogans, à savoir « respect de la démocratie », « retour du pouvoir au peuple ». La présidence algérienne  a nommé  un comité de six personnalités pour mener le dialogue entre le pouvoir et les opposants.

En Grande  Bretagne, l’élection de Boris Johnson à la tête du parti conservateur était attendue et elle s’est effectuée à une majorité écrasante de votes des militants. Le nouvel homme fort des Torries a annoncé qu’il ferait tout pour réaliser un « no deal » dans le cadre du Brexit. Bruxelles a d’ores et déjà affirmé qu’aucune concession de sa part n’aurait lieu. L’élection de Boris Johnson a été saluée par Donald Trump qui l’a qualifié de « dirigeant formidable ».

La semaine dans le domaine politique s’est déroulée sans grande surprise. Le régime a repris la main après la nomination du nouveau gouvernement. Les affaires politiques ont repris leur cours normal. C’est vers les jeux des îles que les esprits vont de nouveau se tourner en cette fin de semaine. Madagascar a finalement bien tenu son rang malgré certaines lacunes dans la préparation de ses athlètes. Elle attend avec sérénité l’attribution des prochains jeux après la présentation d’un dossier solide.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Ministère de l’Education nationale : Prise de fonction de la nouvelle ministre

La cérémonie de passation de service entre la ministre sortant, Félicitée REJO-FIENENA et la ministre entrant Marie Thérèse Volahaingo s’est déroulée le 26 juillet 2019 dans une salle de conférences comble du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel  (MENETP). Une cérémonie qui a duré environ une quarantaine de minutes.

Pendant quelques minutes de son discours, la ministre Félicitée REJO-FIENENA  a fait un compte-rendu de tout le travail déjà effectué et a également parlé des projets en cours comme la création d’infrastructures. Ensuite, elle a souhaité la bienvenue à la nouvelle ministre sans oublier de remercier toute l’équipe du ministère de l’Education nationale pour les efforts fournis quand elle était ministre. « Je reste dans l’éducation et l’enseignement, n’hésitez surtout pas à me solliciter si besoin », a-t-elle dit avant de passer la parole à la ministre Marie Thérèse Volahaingo.

Pour sa part, la ministre du MENETP, Marie Thérèse Volahaingo a tenu un discours court mais concis. Remerciements à l’égard notamment de l’ancienne ministre, de l’équipe du ministère et également des députés qui lui ont permis de revenir à nouveau à la tête du Ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel ; voilà comment elle a débuté sa prise de parole. Elle a par la suite parlé des projets et des défis qui attendent le ministère pour ce nouveau mandat. Elle a par exemple évoqué des procédures de recrutement sans corruption, des formations professionnelles pour les enseignants, des actions de sensibilisation pour amener les enfants à l’école, des programmes pour améliorer la qualité de l’enseignement dans le pays et bien évidemment la mise en place de nouvelles infrastructures. « L’objectif est de parvenir à réaliser le programme sectoriel de l’éducation (PSE) ; j’invite donc les établissements privés à en discuter pour parvenir à trouver un point d’entente pour le bien de l’éducation dans notre pays », a-t-elle expliqué. Et pour clore son discours, elle a invité tous ses collègues du ministère à travailler avec amour « car c’est la chose la plus importante », a-t-elle dit en reprenant les termes du Président de la République.

Anja RANDRIAMAHEFA.

Midi Madagasikara0 partages

Adin’ny samy mpamily Tuc-Tuc : Tsy nahazo rariny ilay mpamily saika maty, mpitory

Mbola eo anivon’ny hopitalibe mitsabo tena ilay mpamily Tuc-Tuc iray noho ny fahavoazana mafy teo amin’ny lohany, sady vaky no mbola voatsindrona vy ihany koa. Soa aloha fa tsy voakitika ny atitodany tamin’izao adin’ny samy mpamily Tuc-Tuc noho ny fifandonana teo amin’izy ireo izao. Nandositra ilay mpamily Tuc-Tuc iray taorian’ny adin’izy ireo saika nahafaty ny namany raha tsy nahazo fitsaboana haingana, ka ny alatsinainy teo izy no voasambotry ny polisy rehefa nitory azy ilay niharam-boina. Niakatra fitsarana ny alarobia teo ny raharaha. Raha ny fitoriana dia fikasana hamono sy fandratrana niniana natao no manenjika azy teny amin’ny polisy nisahana ny raharaha, nefa raha tonga teo amin’ny fitsarana, izay voatery naverina teny amin’ny hopitaly be, ny mpitory nitsaboana azy noho ny mbola fisian’ny fahaverezan-drà taminy, dia famotsorana vonjimaika alohan’ny fitsarana no azon’ilay mpamily Tuc-Tuc. Hagagana ny an’ilay mpamily Tuc-Tuc mpitory vokatr’izany, ka nisy ny fanoherany izany didy savaranonado navoakan’ny fampanoavana izany ny alarobia hariva ihany, koa ho hita eo indray ny tohin’ny raharaha fa nampifanditra ny teo anivon’ny fampanoavana ny zava-nisy.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Education Tour : Les matières scientifiques à l’honneur

La finale de l’Education Tour organisée par le ministère de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique et Professionnel (MENETP) avec l’aide  du  bailleur Agence Française de Développement (AFD) se déroulera pendant deux jours, du 26 au 27 juillet, au siège du MENETP à Anosy.

« Il s’agit d’un mouvement scientifique initié en décembre 2018 au sein de tous les établissements privés et publics malgaches. Pour cela, nous avons organisé diverses séances, notamment des expositions qui portaient sur les matériels utilisés en laboratoire et  en enseignement de la science , mais également des concours scientifiques pour les élèves. Différentes étapes de présélection ont eu lieu dans les écoles, dans les districts, puis au niveau des régions , avant d’aboutir  à cette finale qui se tiendra pendant deux jours », a expliqué la consultante de l’AFD, Manda Ratsimbazafy. L’objectif est simple selon cette dernière :« nous avons mis en place ce projet afin d’attirer les enfants vers les matières scientifiques, laissées un peu à l’abandon au profit des matières littéraires ces derniers temps ».  Elle a aussi ajouté que ce programme a vu la participation à la fois des enseignants, des élèves, du MENETP et les partenaires.

Des stands d’exposition. Le programme de l’Education Tour est très riche. Le parking du ministère de l’Education s’est par exemple transformé en un lieu d’expositions pour différents stands. On y a vu le stand du lycée Nanisana, du collège Saint François Xavier , du CEG Avaradoha et bien d’autres encore. Une manière pour les élèves et leurs enseignants d’exposer au public leurs travaux : des hélicoptères avec des hélices tournantes ou des maquettes de maisons éclairées avec des mini-lampes. Pour le CEG Avaradoha, c’était particulièrement intéressant de voir les œuvres des élèves des classes de 6e, des maisonnettes si bien faites et si bien éclairées avec des montages en série ou en parallèle. « Les travaux ont été effectués entièrement en classe pour cette équipe », a expliqué Rasamimanana Tovohery, un opérateur dudit CEG.

Les concours. Outre les conférences et les expositions, les rallyes font également partie du programme de l’Education Tour. Pour la journée du vendredi, ce sont les collégiens qui se sont disputés la première place pour le rallye scientifique spécial collège(science, physique et mathématiques). Le samedi sera consacré à la finale du rallye lycée et du concours d’invention. La cérémonie se poursuivra ensuite par les remises des prix et la distribution des primes pour les équipes jusqu’à la clôture officielle à midi.

L’avis des enfants. Pendant cette première journée de la finale de l’Education Tour, les élèves issus de divers établissements  sont nombreux à s’être rendus sur place. « C’est le proviseur de notre lycée qui nous a parlé de cet événement alors  nous sommes venus par curiosité », ont déclaré Anthonia et Mylène, deux jeunes élèves du lycée Jules Ferry Faravohitra.  Elles ont trouvé l’événement intéressant, « comme nous sommes en première scientifique, nous trouvons toutes les expositions très intéressantes. Nous comptons d’ailleurs revenir demain avec d’autres copains », ont-elles ajouté. Une bonne nouvelle pour la commission nationale malgache pour l’Unesco, un des exposants sur les lieux, et qui se fixe comme objectif, la promotion des matières scientifiques auprès de la gent féminine.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Circoncision : Un enfant  succombe à une hémorragie

Le cas de cet enfant âgé de 2 ans qui a succombé suite à une hémorragie après sa circoncision a fait le buzz sur les réseaux sociaux, hier. Ce qui est frappant dans cette affaire est d’entendre que les explications des parents de la victime sur ce décès pourraient porter atteinte à l’image d’un centre de santé à Ambohimanambola. Elles devraient également attirer l’attention des parents sur les précautions à prendre pour leur progéniture à circoncire.  Selon le récit, l’opération de l’enfant  s’est déroulée sans complication, le matin du 25 juillet. Emmené chez lui, l’enfant n’a manifesté aucun signe de malaise. Pourtant, ses proches affirment que la plaie a fait une hémorragie vers 11 heures. C’est pourquoi, ils l’ont emmené d’urgence au  Centre de Santé le plus proche de leur maison, à Ambohimanambola.  Puisque le médecin de cet hôpital n’était pas sur place, ils étaient reçus par une sage-femme. Pourtant, cette dernière aurait refusé d’intervenir en se contentant  seulement  de recommander les parents d’emmener le souffrant chez la personne qui l’avait  opéré. Pressés, ils ont alors décidé de transporter l’enfant à l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona à Ampefiloha (HJRA). Malheureusement, ce dernier a succombé en cours de route.

Complication. Face à ce fait malheureux, la gendarmerie d’Ambohimangakely a, tout de suite, ouvert  son enquête. Celle –ci a révélé que l’enfant  était bel et bien emmené à l’HJRA. Mais cela était fait selon la recommandation du Centre de Santé d’Ambohimanambola qui a vu la complication de sa plaie. Une complication qui a commencé après sa première circoncision  le 15 mai 2019.  Le 25 juillet,  il a dû subir  une deuxième opération à cause d’une anomalie.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Athlétisme : Une récolte de 16 médailles d’or

Rideau sur la compétition d’athlétisme aux 10es JIOI. Madagascar finit avec 16 médailles d’or, le même nombre qu’il y a quatre ans à La Réunion. Lors de la dernière journée d’hier sur la piste du Stade Germain Comarmond à Bambous, les athlètes malgaches ont raflé les deux médailles d’or du relais 4 x 400 m hommes et dames. Sylvain Benandro, Damien Lorin, Rija Gardiner et Franck Rabearison ont bouclé la course en 3 mn 12 sec 80 devant les Mauriciens crédités d’un chrono de 3 mn 12 sec 26 et les Réunionnais en 3 mn 16 sec 60. Chez les dames, le quatuor malgache formé par Koloina Raherinaivo, Olga Razanamalala, Sidonie Fiadanantsoa et Olga Fanjalina ont terminé loin devant leurs adversaires avec un temps de  3 mn  50 sec 17. Les Mauriciennes terminent à la deuxième place et les Réunionnaises complètent le podium. A Rodrigues, au semi-marathon, Mampitroatsy a enlevé la médaille d’or en réalisant un chrono de 1 h 08 mn 10 sec. Il est suivi de près par le Réunionnais, Julien Sapy en 1 h 9 mn 19 sec, et Hajanirina Andriamparany s’est offert du bronze en 1 h 10 mn 44 sec.  Chez les dames, Solonirina Oliva n’a pu mieux faire que la 6e place si l’or a été remporté par la Réunionnaise, Garance Blaut. Au 5000 m, Tsima  Tahinjanahary s’est contenté de la médaille d’argent en 15 mn 53 sec 33 derrière le Maldivien, Fazeel Hussan.  En athlétisme, l’Ile Maurice termine largement en tête du classement des médailles et la Grande Ile finit deuxième. « ON a raté quelques occasions. Gagner tous les relais relèvent du pur bonheur » a déclaré la présidente de la fédération malgache d’athlétisme, Norolalao Andriamahazo.

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Andry Rajoelina à l’ACMIL : Redorer le blason des Forces armées

Hier, lors de la cérémonie « Fandresena 2019 » qui s’est déroulée à l’Académie militaire d’Antsirabe, le président Andry Rajoelina a réitéré que, rehausser l’image de l’Armée malagasy figure parmi les « velirano » qui ont été annoncés envers le peuple malgache. Redorer le blason des forces armées, tel est le mot d’ordre du régime actuel. D’où l’acquisition d’hélicoptères, de petits avions Cessna et d’un avion CASA pour renforcer la lutte contre l’insécurité. Lors de cette descente dans la Ville d’Eaux, le Chef de l’Etat a annoncé que désormais, la formation de parachutiste et le saut en parachute seront obligatoires à l’Académie militaire. « Tous les élèves-officiers de l’ACMIL suivront des cours de parachutiste », a-t-il annoncé. Et de poursuivre dans la foulée que l’avion CASA que nous venons d’acquérir sera mis à la disposition de l’école pour ce faire. Par ailleurs, nous allons faire appel à des formateurs internationaux pour perfectionner le savoir-faire de nos formateurs. Le Chef de l’Etat n’a pas également manqué de rappeler aux Forces armées leurs devoirs envers la population qui consistent à protéger la population et servir la Nation.

Baptême des promotions. Hier, Andry Rajoelina, en tant que Chef suprême des Forces armées a assisté au « Fandresena 2019 », qui est la cérémonie de sortie officielle de la 40è Promotion de l’Académie militaire. Une promotion baptisée « Général de Brigade Andrianaivo Raymond », composée de 55 élèves officiers. Lors de cette occasion, ils ont reçu officiellement leur galon d’Officier. La journée d’hier a également été symbolisée par le baptême des promotions « Andraina » et « Général de Corps d’Armée Ismaël Mounibou ». L’évènement marquant de cette cérémonie fut le changement de drapeau de l’ACMIL. L’ancien datant d’un demi-siècle a été changé à l’initiative du Commandant de l’École. Lors de ce passage à Antsirabe, le président Andry Rajoelina a inauguré plusieurs infrastructures au niveau de l’ACMIL, à savoir la salle de fête « Farimbona », la nouvelle bibliothèqueet la salle d’honneur. Le ministre de la Défense Nationale, le ministre de la Sécurité intérieure, et le Secrétaire d’Etat à la Gendarmerie ont accompagné le Chef de l’Etat lors de cette cérémonie.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Betroka : Zaza menavava vao teraka, nisy nanary tao anaty lavapiringan’ olona

Trangam-piarahamonina tsy dia fahita firy izay nahavalalanina sy nahaontsa ny maro no niseho tao an-tampon-tanànan’i Betroka, afak’omaly misasaka alina, tokony ho tamin’ny 12 ora alina. Zazavavikely menavava iray vao teraka no nisy nanary tao anaty lavapiringan’ olona, tao amin’ny fokontany Tanambao. Ny kiakiaka toman’ity zaza tsy manan-tsiny ity no nanaitra ny manodidina tamin’ny torimasony. Nivoaka ny trano ny ankamaroan’ny olona nijery ny zava-misy, ary niroso avy hatrany tamin’ny fanavotana ny ain’ilay zaza menavava, ary noentina teny amin’ny hopitaly nanadiovana ny maloto nameno ny vatany, natao fizaham-pahasalamana ihany koa. Indrisy fa omaly tamin’ny telo ora naraina, dia tsy tana ny ainy noho ny « hémorragie interne » vokatry ny fianjerany tany ambany WC izay tena nahavoa mafy azy tokoa, araka ny filazan’ny mpitsabo nandray an-tànana ny fitsaboana an’ity zazavavikely ity. Hatreto, raha ny vaovao farany voaray, dia mbola tsy fantatra ny renin’ity zaza sy izay olona nanary azy tao anaty kabone. Ny Polisim-pirenena any an-toerana moa no mandray an-tànana ny raharaha. Ary efa miroso amin’ny fanadihadiana lalina amin’izao amin’ny fikarohana ny ireo nahavanon-doza.

Eric Manitrisa

Midi Madagasikara0 partages

CHAN – Ando, le capitaine d’équipe : « Nous allons rattraper les niveaux de jeux des Barea CAN »

Ando, le capitaine d’équipe des Barea locaux.

Madagascar vs Mozambique, le coup d’envoi sera demain à 14h 30 au Stade de Mahamasina. Les Barea auront besoin du soutien des malgaches pour ce deuxième tour des éliminatoires du CHAN.

Une conférence de presse avant le match s’est tenue hier, à l’Ibis Hôtel, organisée par Jean François Debon,  le directeur technique national, Franklin Andriamanarivo le coach, et Ando Rakotondrazaka capitaine de l’équipe Barea. Ils ont annoncé leur courage d’affronter les Mambas du Mozambique, pour le deuxième tour des éliminatoires du Championnat d’Afrique des Nations (CHAN), demain à Mahamasina, ainsi que la déclaration officielle des 23 joueurs retenus. « Les joueurs de l’équipe nationale se complètent, c’est pourquoi nous avons engagé trois joueurs des Barea qui viennent de participer aux Jeux des Iles de l’Océan Indien », a déclaré le coach. D’après la liste, la détection a été faite dans toutes les régions. Il y a non seulement des joueurs qui ont déjà participé à des compétitions internationales, mais aussi des nouveaux noms. Cette liste pourrait changer au match retour du 4 août à Maputo, en condition du déroulement de ce match aller. « Nous sommes en quête de la victoire ce dimanche. On va jouer avec tous nos efforts. Notre objectif  est de rattraper les niveaux des jeux des Barea à la CAN et de récupérer la défaite des Barea aux Jeux des îles de l’Océan Indien», ont estimé Ando, le capitaine d’équipe. Les Barea seront revêtus de maillots de la marque Nino, mais la couleur n’a pas été déterminée. Ils entameront leur dernière séance d’entraînement ce jour.

Le comité de normalisation pour le football tient à préciser que le Stade municipal de Mahamasina sera ouvert à 7 heures du matin, et tous les neuf portails seront fonctionnels. Ce sont les éléments de l’Emmo-Reg qui vont assurer la sécurité pour éviter les incidents.

La liste des 23 joueursGardiens

Leda (CNaPS Sport)Joma (AS Jet Mada)

Nina (AS AdeMa)

Défenses

– Toby (CNaPS Sport)– Theodin (Fosa Juniors)– Patrick (Ajesaia)– Da-Tsiry (As Adema)– Tojokely (Fc Zanakala)– Berajo (Fc Zanakala)– Richard (3fb)– Elefoni (Fosa Juniors)– Lolody (Fosa Juniors)

Milieux

– Baggio (Fosa Juniors)– Ando (CNaPS Sport)– Frederic (CoSTM)

– Romy (Tia Kitra)

– Mihary (As Jofama)

Attaquants

– Rojo (Ajesaia)– Dahery (Fosa Juniors)– Lalaina (CNaPS Sport)– Tsito (AS Jet Mada)– Elio (FC Zanakala)– Arnaud (CNaPS Sport)

Manjato Razafy

 

 

 

Midi Madagasikara0 partages

JIOI – Boxe : De l’or pour Marco Jérôme Andrianarivelo

Il avait pris le pari de décrocher complètement de la boxe s’il ne ramène pas la médaille d’or des Jeux îles. Il a tenu son pari car il a gagné la toute première place chez les moins de 52 kg.

Il, c’est Andrianarivelo Marco Jérôme, ce boxeur que certains avaient même contesté sa sélection. À tort car dans le gymnase de Vacoas plein à ras bord par des Mauriciens très chauvins, voire même un peu trop au point de faire perdre le contrôle aux juges arbitres, il n’a pas tremblé. Mieux encore et comme il savait que le meilleur moyen de battre le Mauricien Gilbert  Bactora était de le descendre avant la limite. C’est t ce que Marco Jérôme a fait au second round en envoyant son adversaire au tapis d’un puissant coup en pleine poitrine. Comme il a réussi à blesser Bactora au visage, l’arbitre à arrêté le combat malgré le vouvouzela réprobateur du public. La boxe malgache s’offre sa première médaille d’or mais curieusement en l’absence du président de la fédération, Herimamy Rabarison. Il aurait pourtant dû être là pour voir que la victoire du Mauricien Beedassee Sharvin ne tenait qu’à un fil face à Heriniaina Nomenjanahary. Ce dernier a tardivement réagi au troisième round mais ce n’était pas suffisant pour combler le déficit des deux premières manches où le Malgache a pratiquement boxé à visage découvert en baissant sa garde et  offert un boulevard sur lequel s’engouffrait son rusé adversaire. À raison d’ailleurs car la boxe olympique se gagne avec des touches. Et Heriniaina l’a compris trop tard gêné comme il l’est par un maillot trop grand pour sa taille. Et c’est bien dommage.

Clément RABARY