Les actualités à Madagascar du Samedi 27 Juin 2020

Modifier la date
Midi Madagasikara416 partages

26 juin 2020 : Andry Rajoelina conjugue le présent au passé recomposé et au futur

Andry et Mialy Rajoelina souhaitent inculquer le patriotisme à tous les « Zanaka Malagasy ».

Le Chef de l’Etat a choisi de formuler un discours rassembleur où il a surtout mis l’accent sur l’importance de l’unité et de la solidarité nationale.

« Fini la période du blocage du progrès, du diviser pour régner et de ceux qui ont l’habitude de mettre des bâtons dans les roues ». C’est ce qu’a déclaré hier le président Andry Rajoelina lors de son discours dans le cadre de la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance de Madagascar. « Les 60 prochaines années vont être les années de l’émergence de Madagascar », a-t-il annoncé. En effet, le Chef de l’Etat a choisi la fête du 26 juin pour réaffirmer sa détermination à aller de l’avant et à prendre en considération l’histoire et le passé pour avancer. En quelque sorte, dans son discours d’anniversaire de l’indépendance nationale, « Zandry Kely » a choisi de conjuguer le présent au passé recomposé et au futur. Il a notamment rappelé les faits ayant marqué l’histoire de Madagascar depuis l’ère coloniale jusqu’à nos jours, pour se projeter vers l’avenir. En présentant un rappel historique de l’arrivée des colonisateurs en 1886 jusqu’à l’accession à l’indépendance en 1960, il attire l’attention de tout un chacun sur les luttes qu’ont menées nos ancêtres et leurs sacrifices ayant abouti à l’indépendance. En soixante ans d’indépendance, Madagascar n’est pas encore parvenu au développement souhaité. Il est donc important de tout mettre en œuvre pour changer cette réalité. « Le moment est venu pour changer le cours de l’histoire du pays », a-t-il annoncé.

Hache de guerre. En faisant référence aux nombreux projets inscrits dans son Plan Marshall, le Chef de l’Etat entend enterrer la hache de guerre de ces soixante années d’indépendance marquées par des crises cycliques ayant freiné le développement du pays. Il a donc lancé un appel à l’endroit de tous les Malagasy afin de s’unir et se donner la main pour que chacun apporte sa pierre à l’édifice. D’ailleurs, faisant preuve de sagesse et se positionnant en « Raiamandreny » qui ambitionne de diriger les chantiers de l’émergence de Madagascar, Andry Rajoelina a profité de cette cérémonie solennelle sur l’Avenue de l’indépendance d’Analakely pour remercier et rendre hommage aux efforts fournis par tous les anciens présidents qui se sont succédé au pays depuis 1960. Il a remercié particulièrement l’ex-président Didier Ratsiraka qui était présent hier.

Discours rassembleur. « Les soixante années à venir seront les années du développement et du progrès. Mais pour y parvenir, les Malagasy doivent s’unir », a-t-il martelé. En effet, pour ce 26 juin 2020, Andry Rajoelina a choisi de formuler un discours rassembleur où il a surtout mis l’accent sur un appel à l’unité et à la solidarité. « Pour rendre efficace la lutte contre la pauvreté, les Malagasy doivent s’exprimer d’une seule voix ». Et lui de déclarer au passage que « Madagascar n’appartient ni à une minorité ni à un groupe de personnes ». Une pique lancée à l’encontre de ceux qui contestent les projets lancés actuellement dans le cadre du Plan Emergence Madagascar. Selon le Chef de l’Etat, le changement que nous souhaitons apporter au pays nécessite un changement de mentalité, un changement de vision et un changement des méthodes de travail. Et lui d’exhorter au passage les Malagasy à se lever et à s’unir pour que chacun puisse apporter sa contribution aux chantiers de l’émergence. L’objectif est, selon ses dires, de parvenir à la souveraineté nationale, à la véritable indépendance économique et à l’autosuffisance alimentaire. Reste à savoir si les appels à l’unité et à la solidarité nationale lancés par le numéro Un d’Iavoloha seront entendus. Il convient de noter aussi qu’Andry Rajoelina n’a pas évoqué la question des Îles Eparses durant son discours du 26 juin 2020.

Davis R

Midi Madagasikara218 partages

Union des Comores : Élimination politique de l’ancien président Sambi

L’ancien président Sambi a un rayonnement international

Grâce à une Cour Suprême aux ordres, le président Azali Assoumani a de nouveau réussi son …coup.

La haute juridiction vient de rejeter le pourvoi en cassation de l’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi qui est emprisonné depuis plus de 2 ans « sans téléphone ni aucun droit de visite ». Et ce, au mépris des dispositions du code pénal comorien qui fixe le délai légal de la détention préventive à 4 mois renouvelable une seule fois. En somme, la durée de la détention provisoire est de 8 mois au maximum, sinon ce serait de la détention arbitraire voire de la séquestration.

Système de rotation. « Le sort de Sambi est entre les mains du chef de l’Etat », a déclaré le ministre de la Justice avant même la tenue du procès dont l’issue était prévisible de la part d’une haute juridiction aux ordres du président Azali Assoumani. Lequel avait suspendu la Cour Constitutionnelle comorienne et transféré ses prérogatives électorales à la Cour Suprême dont les membres sont nommés par l’auteur du coup d’Etat du 30 avril 1999. Il s’agit évidemment de l’actuel numéro Un de l’Union des Comores qui devait se faire élire en 2002, 2016 et 2019. Afin de se maintenir au pouvoir, il avait, envers et contre tout, fait modifier par voie référendaire la Constitution comorienne qui prévoyait un système de rotation de la présidence tous les cinq ans entre les trois îles de l’Archipel, à savoir Anjouan, Grande Comore et Mohéli.

Hold-up électoral. Natif de Mitsoudjé, une localité située à une quinzaine de kilomètres de Moroni, Azali Assoumani vient donc de la Grande Comore. Son second mandat qui avait commencé en 2016 devrait se terminer en 2021. Pour pouvoir briguer un troisième quinquennat, il avait organisé un référendum constitutionnel et anticipé du … coup au 24 mars 2019, l’élection présidentielle initialement prévue deux ans après. Un « hold-up électoral » validé sans surprise par la Cour Suprême qui permet ainsi à l’ancien putschiste de rester à la tête de l’Union des Comores jusqu’en 2024, voire jusqu’en 2029.

Caution. A l’occasion de la prochaine présidentielle, les adversaires potentiels de l’ancien Colonel seront de nouveau mis sur la touche par la Cour Suprême qui avait déjà invalidé en 2019, les candidatures des principaux opposants pour ne retenir que de simples figurants. En rejetant le pourvoi en cassation d’Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, la Cour Suprême cautionne son élimination politique pour ne pas dire son élimination physique car le régime d’Azali n’a pas donné suite à l’évacuation sanitaire de l’ancien président, en dépit de l’ordonnance du juge d’instruction près le Tribunal de Première Instance l’autorisant « à partir à l’étranger pour des soins médicaux suite aux prescriptions de son médecin traitant ». Plus que bananière, l’Union des Comores serait-elle en passe de devenir une République… cocotière ?

R.O

Midi Madagasikara7 partages

Covid-19 : 135 nouveaux cas en deux jours Les formes graves en hausse

Point de trêve pour le Coronavirus, même durant la fête nationale. Le virus responsable du Covid-19 continue de se répandre à Madagascar avec 135 nouveaux cas confirmés ces deux derniers jours, dont 93 annoncés dans la seule journée du 26 juin.

Les chiffres continuent de galoper. 135 nouvelles personnes ont été testées positives au Coronavirus en deux jours, dont 93 annoncées hier 26 juin 2020. Par ailleurs, selon les statistiques des dernières 48 heures, 83 guérisons ont été enregistrées dont 44 le 25 juin et 39 le 26 juin.

Les 93 nouveaux cas d’hier ont été identifiés par les laboratoires de l’Institut Pasteur de Madagascar (IPM), et celui de l’hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (HJRA). L’IPM, sur 124 tests réalisés, a relevé 15 cas positifs, localisés respectivement à Antananarivo (11 cas) ; Toamasina (2 cas) ; Sainte-Marie (1 cas) et Fenoarivo Atsinanana (1 cas). De son côté, le HJRA a relevé 78 cas sur 93 parmi 162 tests réalisés dans son laboratoire. Leurs localisations n’ont toutefois pas été indiquées.

20 formes graves. Actuellement, 1 045 personnes sont en cours de traitement dans divers centres hospitaliers, sites de prise en charge, ou, depuis peu à domicile. A l’inverse, on note une hausse du nombre des formes graves, ces derniers jours. En effet, le 24 juin, elles étaient au nombre de 8. Le 25 juin, 18 nouvelles personnes ont développé cette forme grave de la maladie, portant leur nombre total à 26. Entretemps, d’autres malades étaient sortis de cette phase de complication, ramenant le nombre des formes graves à 20, hier.

Par ailleurs, 862 personnes atteintes du Coronavirus ont maintenant recouvré la santé, dont 39 hier, localisées à Toamasina (23 guérisons), Antananarivo (13) et Analanjirofo (3). Le nombre des décès reste à 16. Le tableau récapitulatif du Centre de commandement opérationnel (CCO) Covid-19 affiche un total de 1 922 cas confirmés de Covid-19 à Madagascar du 19 mars au 25 juin 2020, et un total de 20 066 tests PCR réalisés depuis le début de l’épidémie.

Hanitra R.

Midi Madagasikara5 partages

Université d’Antananarivo : Un simulateur d’anatomie offert par la Corée du Sud

Le don de la part de Korea University pour l’Université d’Antananarivo a été remis par l’ambassadeur de Corée du Sud.

La coopération extérieure se poursuit pour l’Université d’Antananarivo. Cette semaine, la Corée du Sud a fait don d’un simulateur d’anatomie appelé Anatomage V7, qui sera utilisé par les étudiants en médecine. « L’Université d’Antananarivo est la seule à disposer de cet équipement de très haute technologie dans la zone de l’Océan Indien. Même en Afrique, très peu de pays en possèdent. Il s’agit donc d’un grand pas en avant pour Madagascar », a indiqué Pr Mamy Ravelomamana, président de l’Université d’Antananarivo, lors de la cérémonie de remise du don offert par Korea University. Selon la doyenne de la Faculté de médecine au sein de l’Université d’Antananarivo, l’Anatomage V7 sera installée au pavillon d’anatomie de la HJRA Ampefiloha, pour que les étudiants généralistes et spécialistes puissent faire leurs pratiques. Pour sa part, l’ambassadeur de Corée du Sud à Madagascar, Lim Sang-Woo, a indiqué que les étudiants malagasy n’auront plus besoin de vrais corps, pour apprendre et s’exercer sur certaines pratiques. A noter qu’il ne s’agit pas du premier don remis par la Corée du Sud à l’Université d’Antananarivo. Des microscopes ont déjà été offerts précédemment. Selon le président Pr Mamy Ravelomanana, des projets d’infrastructures, des projets culturels et des projets d’enseignement sont déjà en vue, dans le cadre de la coopération avec la Corée du Sud.

Antsa R.

Midi Madagasikara1 partages

Défilé sur l’avenue de l’indépendance : Une touche « années 60 »

La voiture Cadillac du temps de Philibert Tsiranana revient 60 ans plus tard.

Vu la situation actuelle, notamment l’épidémie de Covid-19, la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance s’est faite en toute simplicité. Comme c’est déjà annoncé, la population n’a pas été conviée pour éviter tout attroupement. La cérémonie d’hier a été marquée notamment par la voiture Cadillac utilisée par le premier Président de la République Philibert Tsiranana et dont le Président actuel Andry Rajoelina s’est servi pour la revue des troupes. 60 ans plus tard, un retour symbolique vers le passé. Et d’un, la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance se ferait en grande pompe le 14 octobre prochain, date de la proclamation de la République malagasy, et de deux, l’utilisation de la voiture Cadillac. L’on se demande si le Président actuel a une nostalgie de la Première République ? Souvenirs, souvenirs. Toujours est-il que lors de cette cérémonie, le Président de la République a porté une écharpe typiquement malagasy.

Fouille. Les rues qui convergent vers Analakely ont été barrées, hier. Sans badge, l’on ne pouvait pas pénétrer dans le périmètre. Rien qu’à l’entrée de l’avenue de l’indépendance, tout le monde sans exception était soumis à une fouille, sans parler du thermoflash pour prélever la température et également le lavage des mains au désinfectant. Analakely a été quadrillé par les forces de l’ordre. A part ceux qui allaient participer au défilé, des hommes en treillis étaient partout, notamment sous les arcades. Les portes et les fenêtres de ceux qui habitent dans le quartier ont été fermées. Ils n’avaient pas, eux non plus, le droit de regarder le défilé, même depuis leurs vérandas.

Revue. Notons qu’à 10h tapantes, le Président Andry Rajoelina a débarqué sur les lieux. Avant la revue des troupes, la 42e et la 43e promotion de l’Acmil ont procédé à une démonstration de Silent drill. La revue proprement dite n’a débuté qu’à 10h50 et a été animée par la musique de l’armée. Tout au long de cette revue, des hélicoptères et des avions ont survolé l’avenue de l’indépendance arborant le drapeau national. Sans parler des drones qui ont également été utilisé pour la surveillance du site.

Dominique R.

Midi Madagasikara1 partages

Après la célébration du soixantième anniversaire, les épreuves vont commencer

Soixante ans, c’est un âge vénérable, celui de la sagesse et de la maturité. Il ne s’agit pas aujourd’hui de retourner vers cette période qui fut mouvementée, mais de regarder résolument vers l’avenir et tirer des leçons des soubresauts ont marqué le passé. Il est nécessaire de partir d’un bon pied pour bâtir un bel avenir pour les générations futures. La cérémonie qui a marqué cet anniversaire sur l’Avenue de l’Indépendance a donné le ton de ce que doit être le devenir de notre pays. Le défilé militaire fut éblouissant et laisse penser que la volonté du pouvoir d’aller de l’avant existe. Cependant, le show militaire remarquable qui a eu lieu ne doit pas faire oublier tous les problèmes qui existent aujourd’hui et qu’il va falloir résoudre dans l’immédiat. La lutte contre le Covid-19 est le premier défi à relever. Maintenant que la célébration de cet anniversaire est finie, la population va retrouver ses inquiétudes quotidiennes avec la peur de la contamination. La vie va être rythmée par l’énoncé des bilans livrés par la porte-parole du CCO. Cette réalité sera toujours présente. Elle n’a pas été éclipsée par l’annonce de la construction d’une usine de voitures malgaches. Cette unité industrielle est mise en place en partenariat avec des Chinois et des Allemands. Les pièces seront dans un premier temps assemblées sur place avant d’être produites localement. L’installation de l’usine « pharmalagasy », grande unité de production de médicaments, est également en cours. Ces opérations marquent le début de l’industrialisation de la Grande île, annoncée par le président. Cette semaine a été marquée par le vote presque à l’unanimité de la loi des finances rectificative à l’assemblée nationale. Elle passera devant le Sénat la semaine prochaine. Le projet d’installation de la ville nouvelle Tanamasoandro doit être reconsidéré. Le ministre Zay Angelo est chargé de trouver un nouvel emplacement. Les habitants d’Ambohitrimanjaka ont été entendus. Ils ont exprimé leur immense soulagement à cette annonce Trois requêtes ont été déposées par des associations au Conseil d’état à propos de la construction du Colisée dans l’enceinte du Rova.

La situation de l’épidémie de Covid -19 sur le plan international n’a pas évolué de manière significative; ou plutôt, les pays fortement impactés la semaine dernière connaissent une évolution de la progression de la contamination tandis que les pays européens continuent leur déconfinement. Un nouveau départ de la pandémie n’a pas eu lieu. Les Etats-Unis ont enregistré le record en termes de nombre de décès, avant-hier, avec plus de 38 000 morts causés par le coronavirus. Le Brésil, le Venezuela, la Bolivie, l’Uruguay voient une augmentation exponentielle du nombre de leurs victimes.

Madagascar a tourné la page de ses soixante années d’indépendance avec la volonté de regarder résolument vers l’avenir. Les temps à venir vont être difficiles à traverser. Les défis à relever sont nombreux et le pouvoir va devoir tenir fermement la barre pour remonter la pente. La pauvreté n’a jamais été aussi grande et la population attend qu’on l’aide à franchir ce cap. Les épreuves à surmonter vont commencer tout de suite.

Patrice RABE

Madaplus.info0 partages

Madagascar : 26 Juin 1960 – 26 Juin 2020 - Soixante ans d’indépendance

Madagascar fête aujourd’hui ses soixante ans d’indépendance. Une célébration hors du commun, car le pays est encore dans l’épreuve due à la propagation montante du coronavirus. Le peuple malgache n’a pas pu fêter cette journée de l’indépendance comme lors de celle des années précédente. La célébration s’est passé dans un très grand calme et dans le respect des mesures de prévention au Covid-19.
Le défilé militaire, qui se passe habituellement au stade de Mahamasina s’est passé, pour les soixante ans, sur l’Avenue de l’Indépendance à Analakely, sans le public pour assister. Le président de la république, Andry Nirina Rajoelina, appelle à la solidarité des malgaches pour bâtir le meilleur pour Madagascar pour les 60 années à venir.
Midi Madagasikara0 partages

Matso : Miaramila iray torana

Tsy tao anatin’ireo mpanao matso izy fa kosa isan’ireo mpiambina ny toerana, izany hoe Analakely sy ny manodidina. Tokony ho tamin’ny 11 ora, tao anatin’ny matso tanteraka no nianjera tampoka ilay miaramila manao satroka mena, izany hoe miasa eo anivon’ny Tafika an-tanety. Torana tsy nahatsiaro tena izy ary faran’izay haingana dia notsoahin’ireo namany teo ary novelombelomina. Nifanandrify ny toerana nisy ireo ampanjaka sy tangalamena ary sojabe no nisian’ity tranga izay nanaitra ny maro izay nanatri-maso teo. Raha ny fihevitry ny olona dia reraka no sady noana kanefa nodanihan’ny hain’andro. Rehefa misy hetsika toa ireny mantsy dia vao maraim-be dia efa tonga eo an-toerana ny mpitandro ny filamiana ary manomboka eo dia efa miasa. Matetika koa dia herinandro mialoha dia efa miverimberina eo amin’ny toerana ary manao famerenana ho an’izay manao matso na koa mijerijery ny toerana hametrahana azy ho an’izay miatrika ny fiambenana. Mety ho navesatra ny harerahana ary dia nitarika azy ho nitsirara ho azy tamin’ny tany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Didier Ratsiraka : « Il ne devrait plus y avoir de coup d’Etat »

L’amiral Didier Ratsiraka présent, hier, au 60e anniversaire de l’armée. (Photo Princy)

L’ancien président Didier Ratsiraka a été présent, hier, à l’avenue de l’indépendance, lors de la célébration du 60ème anniversaire de l’indépendance. Lors d’une brève interview, l’amiral a déclaré qu’il a fait son entrée à l’école navale en 1960. 60 ans après, il a assisté non seulement au 60ème anniversaire de l’indépendance, mais également à celui de l’armée. « Je suis ravi d’assister à cette cérémonie. Je tiens à féliciter le peuple malagasy et l’armée ». Sur un tout autre plan, il a tenu à souligner qu’ « il ne devrait plus y avoir de coup d’Etat ». Et lui d’enchaîner que « nous ne serions pas à ce stade stagnant du développement s’il y avait eu continuité de l’Etat ». Et lui de rappeler que la voiture « Karenjy » a été produite du temps où il était Président de la République. Le laboratoire et usine de production de médicaments OFAFA date aussi de son régime.

Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Mahazoarivo : Un général à la tête du cabinet civil

La sécurité présidentielle est dirigée dorénavant par le général de brigade Maminirina Rakotoniaina. Ce dernier a remplacé le général de division Sedera Raharijaona, ancien patron des commandos parachutistes du 1er régiment des forces d’intervention, qui a occupé ce poste depuis 2014 et remercié, mercredi dernier, la veille du défilé militaire à Analakely. Au Palais de Mahazoarivo, il y a aussi du changement dans l’entourage du Premier ministre, Christian Ntsay. Ce dernier a remplacé son directeur de cabinet et nomme un militaire aux commandes. Il s’agit du général de brigade Fortunat Ruphin Zafisambo. Cet intendant militaire a occupé auparavant le poste de secrétaire général adjoint du gouvernement. Si la personne se fait plus discrète sur la scène politique depuis ses nominations à la haute sphère du pouvoir, son père, Georges Ruphin, est plutôt très connu dans l’arène politique comme étant un des fidèles collaborateurs de Didier Ratsiraka. Cet originaire de Farafangana a été un indéboulonnable ministre de la Fonction publique durant le règne de Didier Ratsiraka sous la seconde République, et fut un temps ambassadeur de Madagascar en Italie, lorsque ce dernier est revenu au pouvoir en 1997. L’actuel gouvernement, d’ailleurs, accueille déjà un autre fils de la seconde République. Angelo Zasy, vice-ministre qui s’occupe du département des nouvelles villes et de l’habitat, cheville ouvrière des projets présidentiels, est le fils de Lucien Zasy, un autre baron du régime Ratsiraka. Ce dernier, surnommé « l’empereur du Nord », est l’un des fondateurs du parti Arema. Il occupait le poste de chef de la province de Diego-Suarez et ministre du Transport sous la seconde République. Quoi qu’il en soit, après cette nomination du général Zafisambo, faut-il alors s’attendre qu’un jour le poste de directeur du cabinet militaire de la primature sera occupé par un civil ?

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Plan Marshall : Le gouvernement mise sur les investissements publics et l’ouverture économique

Le BTP figure parmi les secteurs de prédilection des actions de relance envisagées par le gouvernement.

Tout en parant aux urgences avec des actions ponctuelles, le régime déclenche son plan Marshall pour relancer l’économie.

Le Covid-19 a fait et continue de faire des ravages. Mais le régime ne baisse pas les bras et fait face à des défis sur le court et le moyen terme.

Dévastateurs. Avec moins de 2 000 personnes concernées, concentrées notamment dans les régions Analamanga et Atsinanana, Madagascar figure parmi les pays qui comptent le moins de contaminés par le Covid-19. Il n’empêche que les effets sociaux et économiques de cette pandémie sont très dévastateurs. « Le confinement est une des meilleures mesures pour la résolution sanitaire mais a comme répercussions la baisse du niveau des activités et de la production », indique la note économique Covid-19 que vient de publier le Centre de Recherche, d’Etudes et d’Appui Économique à Madagascar (Cream). Comportant notamment les mesures d’urgence économiques et sociales, cette note qui analyse également la politique rappelle d’ailleurs que «le taux de croissance économique tournerait autour de 0.8%, soit 4.7 points en deçà de la prévision de la Loi de Finances Initiale (LFI) 2020 qui était de 5.5%. Les recettes fiscales et douanières ont chuté de l’ordre de 26% par rapport à la prévision initiale». Pour faire face à cette pandémie, « le gouvernement n’a pas ménagé ses efforts dans l’appui aux personnes et aux secteurs productifs vulnérables en mettant en place et en œuvre des mesures d’urgence économique et sociale, à savoir le Tosika Fameno, le cadre de soutien aux entreprises comme le report du paiement des taxes (IRSA,TVA…), et des politiques de relance économique à travers le Plan Marshall sur la promotion des grands travaux de construction dans les différentes régions ».

Mesures d’urgence. Amélioration de la gouvernance et de la gestion de l’épidémie à tous les niveaux, renforcement des mesures relatives à la protection sociale… figurent parmi les mesures d’urgence prises par le gouvernement. Et ce notamment par le biais de la mise en place du Centre de Commandement Opérationnel et le déclenchement d’actions concrètes pour réduire les effets de la crise du Coronavirus sur les couches sociales les plus vulnérables. On peut citer, entre autres, le Vatsy Tsinjo, le Tsena Mora, le Cash Transfer ou encore les mesures de prévention des risques de violences basées sur le genre (VBG) durant la période de confinement. Des actions qui ont bien évidemment impacté positivement, du moins sur le court terme, la vie des plus vulnérables qui en ont bénéficié. Mais les actions de l’Exécutif vont plus loin puisqu’il s’agit également d’assurer une sécurité économique et d’appuyer le secteur privé : « Les lignes d’action porteront spécifiquement sur la mise en œuvre des mesures assurant la relance économique des secteurs clés de l’économie malagasy, et le renforcement des appuis financiers aux secteurs privés dans le but de sauvegarder les emplois, limiter les risques de chômage technique et de fermeture d’entreprises dans le secteur privé », selon toujours la note économique du Cream.

Post-Covid. En somme, à travers ce plan, le gouvernement pense déjà à la relance économique post-Covid. En effet, « le projet de Loi de Finances Rectificative LFR 2020 prévoit d’injecter 1 043 milliards d’ariary pour relancer l’économie malagasy. Une somme que l’Etat compte investir dans un plan Marshall qui a pour objectif de réaliser de multiples projets d’infrastructures répartis dans les 119 districts. Les investissements jouent un rôle crucial dans le fonctionnement de l’économie. Les investissements envisagés par l’Etat visent plusieurs domaines tels que le transport, la santé, l’éducation etc. ». L’ouverture économique constitue un autre axe de relance prévu par le gouvernement. « Concernant l’ouverture de l’économie, Madagascar doit orienter ses exportations vers les produits qui répondent le plus aux besoins du marché extérieur (normes, standards et conditions exigés par les pays de destination, adaptation de l’offre à la demande des pays importateurs en termes de qualité et de quantité). A ce propos, le pays devrait encourager surtout ses exportations au niveau du marché régional. A court terme, l’investissement public et privé ainsi que l’ouverture économique déterminent principalement la croissance économique. D’après une étude du Cream, la croissance économique est une fonction positive de ces deux variables. Une augmentation de 10% de l’investissement public entraînerait un accroissement du PIB réel aux alentours de 0,71%, et de 1,6% pour une même hausse de 10% des investissements privés.

Recueillis par R.Edmond

Midi Madagasikara0 partages

CHU JRA : Le bloc opératoire réservé uniquement aux urgences

Réduction sine die des activités au bloc opératoire du CHUJRA.

Une note émanant de la direction du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona a suspendu de façon temporaire les opérations chirurgicales au sein de cette unité.

« Le bloc opératoire est opérationnel. Mais pour réduire autant que possible les risques liés à la propagation du Covid-19 auprès du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona, la direction a décidé de ne prendre en charge que les interventions chirurgicales d’urgence ». Ce sont là les propos du Pr Alison Oliva Rakoto, directeur d’établissement auprès du centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona (CHU JRA) pour expliquer la note de service n°108/MSANP/SG/DGFS relative à « la réduction des activités aux opérations d’urgence auprès du quartier opératoire du CHU JRA ». Une réduction des activités dont la durée n’a pas encore été avancée par les responsables auprès du centre hospitalier en question, mais qui serait motivée par « un fort risque de propagation du Covid-19 dans le quartier opératoire ». « Les patients qui viennent se faire opérer auprès du bloc opératoire pourraient être atteints du Covid-19. Ce qui rend ce quartier très vulnérable mais aussi expose les patients à des risques accrus de contamination », note le Pr Alison Oliva Rakoto.

Positifs. Le Centre hospitalier universitaire Joseph Ravoahangy Andrianavalona figure parmi les hôpitaux de la capitale malgache où l’on trouve des cas positifs de Covid-19. Ce que le Pr Alison Oliva Rakoto confirme en avançant que « la maladie a touché aussi bien les patients que le personnel médical de notre établissement ». Interrogé sur le nombre des personnes ayant été testées positives au coronavirus dans son hôpital, le directeur du CHU JRA de répondre : « nous ne pouvons pas divulguer les statistiques. Cette tâche ne nous appartient pas mais au Centre de Commandement Opérationnel ou CCO ». Avant, toutefois, de noter : « ce qui est sûr c’est qu’il y a des cas positifs dans notre centre, et cela peut être chez les patients qui viennent s’y faire prendre en charge aussi bien que chez les agents de santé qui y travaillent ». Le Pr Alison Oliva Rakoto d’inviter les Malgaches à ne seulement venir se faire prendre en charge auprès du quartier opérationnel du CHU JRA qu’en cas d’extrême urgence. Pour les autres cas, les patients et leurs familles devraient chercher ailleurs.

José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

Fondation HV : Des paniers garnis pour les habitants de Talatamaty

Différents hauts dignitaires ont assisté à la cérémonie de remise des dons de la fondation HV à la commune de Talatamaty.(crédit photo : Yvon).

Après Ampitatafika, la fondation Hematlal Veldjee, qui fait partie du groupe HV avec les sociétés Ucodis, Uditec, Umatec, Unifoods, Unibisc, Unipro, Uniplas, Utexma et Sciv, est venue remettre des dons à la commune de Talatamaty le 25 juin 2020. Cette aide entre dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus mais aussi pour célébrer le 60e anniversaire de l’indépendance de Madagascar. Dès 11 h, les représentants des 650 familles bénéficiaires (environ 2 500 personnes) ont pris place dans la vaste cour où s’est tenue la cérémonie. Chaque panier comprenait 10 paquets de nouilles, 6 paquets de 15 biscuits, 6 boîtes de sardines, 2 boîtes de lait concentré de 400 g, 2 sachets de détergent et 2 kg de sucre. Selon le directeur de la fondation HV, Sanjeev Hematlal, il s’agit d’une manière de témoigner à la population qu’en tant qu’investisseur malagasy, il est aux côtés de ses compatriotes en ces temps difficiles. Rappelons qu’il y a à peine un mois, la même action avait eu lieu dans la commune rurale d’Ampitatafika.

L’EPP de Talatamaty a également bénéficié d’un lot de 125 tables-bancs de la part de la fondation qui a déjà mis en terre plus de 4 500 plants durant ces deux dernières années. Après 12 ans au chevet des habitants d’Ampitatafika, il est fort probable que la fondation qui compte une usine à Talatamaty va en faire de même pour la population de cette commune. Mais pour l’heure, l’objectif du groupe HV est de renforcer les effectifs au sein de ses sociétés. « Nous ambitionnons d’embaucher 700 à 1 000 employés de plus d’ici juin 2021. Actuellement, nous employons 2 500 personnes dans tout Madagascar », a confié le responsable de la fondation.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Amboanjobe : Tokantrano iray notafihan’ny jiolahy mitam-basy

Tsy latsaky ny folo ny isan’ireo olon-dratsy. Nitazona basy ny ankamaroan’ireo ary sady nisy ny poleta no nisy koa ny basy lava. Izay no tsikaritr’ilay fianakaviana voatafika tetsy Amboanjobe ny maraim-ben’ny alakamisy teo. Niditra an-keriny tao amin’ilay tokantrano izy ireo ary raha vao tonga tao anatiny dia narangaranga ny basy mba handrahonana ireo olona telo tao an-trano. Tsy nijanona teo anefa fa mbola nototoin’ireo tamin’ny fitaovam-piadiana ihany ireo olona mba hanaraka tanteraka izay baikony. Naratra avokoa ireo olona telo tao an-trano vokatr’izany. Raha araka ny fanazavan’ny mpitandro ny filaminana momba ity raharaha ity dia vola telo tapitrisa ariary no lasa tao. Tsy izay ihany anefa fa mbola nalain’ireo jiolahy koa ny firavaka izay hitany ary koa ny finday. Rehefa lasa ireo izay vao afaka nampandre ny mpitandro ny filaminana. Niezaka nanao fisafoana sy ny fanarahan-dia ireo farany kanefa tsy hita intsony izay nanjavonan’ny jiolahy tao anatin’ny haizim-pito.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Malagasy Rugby : Distribution de la subvention de la part de Rugby Africa

La capitaine des Makis était heureuse de recevoir cette aide venant de Rugby Africa et de Malagasy Rugby.

Le fonds de solidarité venant de Rugby Africa est tombé au bon moment pour le Malagasy Rugby. Les bénéficiaires peuvent célébrer dans la joie la fête nationale.

En effet, Malagasy Rugby a reçu sa part après le déblocage du fonds de 170 000 euros offert par Rugby Africa dans le but de soutenir ses fédérations membres, en cette période de crise sanitaire mondiale. Chaque fédération a obtenu entre 2 000 et 5 000 euros selon son niveau de développement.

Pour Madagascar, 160 acteurs dans le rugby, à savoir l’équipe nationale féminine et masculine, les techniciens et personnels de la fédération ont bénéficié de cette aide. Chacun a reçu 75 000 ariary répartis en un bon d’achat de 50 000 ariary dans les grandes surfaces et une enveloppe de 25 000 ariary. La distribution a eu lieu jeudi au siège de Malagasy Rugby à Ankorondrano.

Puisque la nourriture est la plus sollicité dans le rugby, le bon d’achat permet d’acquérir un panier complet contenant du riz blanc, de l’huile, des nouilles, de la farine, du lait, de la sardine en conserve, du sel fin et des haricots secs. La grande partie de de cette aide est réservée à l’acquisition de matériels de protection contre le Covid-19, comme les cache- bouches, des gels hydroalcooliques, de l’eau de javel, des bidons munis de robinet. C’est déjà d’ailleurs l’une des directives de Rugby Africa dans son appui en faveur de ses fédérations membres.

Entretemps, les membres de Malagasy Rugby dirigés par le président Marcel Rakotomalala ont tenu une conférence de presse au sujet de la situation actuelle. Durant son intervention, le président a expliqué que la fédération procède toujours à une étude pour discuter de ce qu’il faudrait faire pendant et après le confinement, surtout pour la continuité des activités. « Les programmes sont déjà bien élaborés. Concernant les matches internationaux, c’est sûr que les qualifications aux Jeux Olympiques auront lieu cette année. De ce fait, les Makis dames commenceront leurs entraînements individuels à partir de la semaine prochaine à Andohatapenaka », a fait savoir le président. Ainsi, il a demandé au ministère de la Jeunesse et des sports de prendre ses responsabilités en cette période de crise sanitaire. « Le sport est un secteur qui nous rend fiers, pourtant, jusqu’ici, il n’y a jamais eu d’accompagnement des athlètes par le ministère. C’est le rôle du Comité olympique malgache de lui rappeler les actions que ce département doit entreprendre. La fédération fait déjà de son mieux, mais il y a aussi une partie réservée à l’État », a-t-il ajouté. La reprise de la saison sera marquée par la « Coupe du président », suivie des championnats régionaux pour Malagasy Rugby.

Manjato Razafy

Midi Madagasikara0 partages

Manandriana : Basy “kalach” iray azo teny am-pelatanan’ny dahalo

Raikitra indray ny fifandonana teo amin’ny andian-dahalo sy mpitandro filaminana niaraka tamin’ny fokonolona. Vokany, vaky nitsoaka iretsy voalohany ary azo teny am-pelatanany ny basy “kalachnikov” iray niaraka tamin’ny bala roa sy fitaovam-piadiana hafa.

Tato ho ato tokoa dia niha-namaivay ny asan-dahalo tamin’ny faritra maromaro teto amintsika. Saika isan’andro no nahenoana fanafihan-dahalo foana. Etsy andanin’izay ihany koa anefa tsy mikely soroka ireo mpitandro filaminana miezaka hatramin’ny farany miady amin’ity resaka asan-dahalo ity. Tany amin’iny faritra Amoron’i Mania iny, ny harivan’ny alarobia lasa teo dia fantatra araka ny angom-baovao azo avy amin’ny zandarimariam-pirenena fa nisy fifandonanana mahery vaika nitranga teo amin’ny andian-dahalo maromaro izay namahatra tao amin’ny toerana iray antsoina hoe Antety Zanadambo, ao amin’ny kaominina Ambohipo, distrikan’i Manandriana. Araka ny voalaza dia nisy ny angom-baovao azon’izy ireo ka nidina avy hatrany tany an-toerana ireo zandary avy ao amin’ny tobim-paritra Manandriana, niaraka tamin’ireo solontenam-pokonolona ao anatin’ny fikambanana Lambamena. “Hita tokoa ireo dahalo am-polony miomana hanohy ny diany. Raikitra avy hatrany ny fifampitifirana, ka vaky nadositra any anaty ala ireo dahalo. Nanao ny fisafoana ny toerana ireto zandary taorian’ny fifampitifirana ka hita teo ny basy maherivaika (Kalachnikov) iray tsy misy vodiny misy bala roa, antsy lava iray, lamba firakotra iray, ary takelaka herin’aratra amin’ny masoandro iray”. Marihana, hoy hatrany ny vaovao, fa miisa 12 amin’ity izay ny basy maherivaika azo teny am-pelatanan’ny dahalo tao amin’ny Faritra Amoron’i Mania, nanomboka ny volana janoary lasa teo. Itony basy maherivaika itony moa dia mbola mampametra-panontaniana goavana hatramin’izao ny amin’ny nahatonga izany ho eny am-pelatanan’ireo malaso. Heverina fa hizotra mankany amin’izay ny fanadihadiana ataon’ireo tompon’andraikitra amin’izany ankoatra ny fikarohana ireo andian-dahalo tafatsoaka.

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Fête de l’indépendance : Des PPN pour deux fokontany de la capitale par Vision Madagascar

Comme chaque année, à l’occasion de la célébration de la fête nationale, Vision Madagascar (ViMa) est venu remettre son aide à la population d’Ankorondrano Andranomahery le 25 juin 2020. Mais cette fois-ci, la société de Zouzar Bouka a décidé d’ajouter le quartier de Soavimasoandro en tant que bénéficiaire de ses dons. Ainsi, la remise des produits de première nécessité s’est déroulée sur deux sites jeudi dernier : à l’Explorer Business Park Ankorondrano et au bureau du Fokontany de Soavimasoandro. 150 bénéficiaires ont reçu de la part de la société : huile, vinaigre, bougie, pâtes alimentaires, sel, savon et riz ; ceci afin qu’ils puissent passer les fêtes dans de meilleures conditions, surtout en ces périodes difficiles pour le pays.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Opération de pacification dans l’Ihorombe : Deux dahalo, dont un prisonnier évadé, abattus par la gend...

Actuellement, la gendarmerie du groupement d’Ihorombe entame une grande opération de pacification dans cette région. Cette initiative a été prise suite à la recrudescence des actes de banditisme rural comme le vol de bovidés dans cette localité. Dans cette action, la population apporte son soutien à travers la dénonciation des individus suspects au niveau de la société. Et cette collaboration a déjà prouvé son efficacité. En début de cette semaine, la gendarmerie a été informée de l’existence de quelques individus en train de préparer une attaque dans le village d’Antondrotsy, fokontany Salaza, dans la commune de Mahasoa, district d’Ihosy. Les renseignements ont indiqué que l’un de ces dahalo, appelé Zafy, était un évadé de la prison d’Ihosy depuis le 3 mai. Il est le chef de la bande. Sitôt alertés que Zafy et sa bande se cachaient au domicile de leur comparse à Antondrotsy, des gendarmes se sont rendus sur les lieux. Sommés de se rendre, les malfrats ont refusé d’obtempérer. Ils ont tiré sur les forces de l’ordre. Ainsi, ces dernières affirment avoir été obligées de se servir de leurs armes pour les maîtriser. Deux dahalo ont été tués lors de cet échange de tirs. Quant aux gendarmes, ils s’en sont sortis sains et saufs. Compte tenu de ce résultat, la gendarmerie adresse ses remerciements à la population de Salaza pour cette collaboration qui a permis d’éliminer ces ennemis de la société.

T.M.

Midi Madagasikara0 partages

Handball : Un programme ambitieux pour la Fédération !

Fidèle Razafintsalama, le président de la Fédération malgache de handball.

Le président de la Fédération malgache de handball, Fidèle Razafintsalama, fait partie de ceux qui ne lâchent jamais prise dès qu’on parle de handball. Logique car il a l’amour de cette discipline dans le sang, et que le fait de devenir président après avoir été un joueur au plus haut niveau, l’aide dans tout ce qu’il entreprend. Autant dire que malgré les moyens limités du handball, qui se trouvent loin derrière ceux du football et du basket, Fidèle Razafintsalama sait ou il va. Il sait comment s’en sortir et développer sa passion au mieux. Jugez-en plutôt!

Midi Madagasikara : Monsieur le Président, est-ce que vous avez un plan pour sauver le handball de ce confinement qui perturbe tout ?

Fidèle Razafintsalama : « Ce confinement doit prendre fin si tout le monde s’y met avec le respect des gestes-barrières. Ceci dit, le handball a déjà son programme pour espérer aller de l’avant. À commencer par ce stage en ligne offert par la fédération internationale qui aura lieu du 26 juin au 25 juillet pour les arbitres et les entraîneurs. C’est la base de tout développement car il nous reste à préparer la relève et les hommes pour. »

Midi Madagasikara : Vous avez déjà une idée en tête ?

 F.R. :  » Mieux, nous avons déjà un calendrier. L’objectif pour cette année est de créer trois autres ligues en sus des 14 qui existent déjà, notamment pour le Vakinankaratra, Anosy et Melaky. Ces 17 ligues vont organiser des championnats locaux, de septembre à octobre, et si possible chez les seniors hommes et dames mais surtout dans les catégories jeunes allant des minimes aux juniors en passant par les cadets, et même les espoirs de moins de 21 ans ».

Midi Madagasikara : La logique veut qu’il y ait des championnats de Madagascar de toutes ces catégories que vous avez énumérées.

 F.R : « Cela coule de source. Les championnats chez les jeunes auront lieu durant les vacances de Toussaint à Tana pour réduire les dépenses des équipes. Les championnats seniors auront lieu durant les vacances de Noël. Mais bien avant, nous allons tenir des stages de formation des arbitres et des entraîneurs à Maintirano, Antsiranana et Toliara »

Midi Madagasikara : Un programme très ambitieux en fait, mais comment  allez-vous faire pour financer tout cela ?

F.R : « On va solliciter l’aide du ministère et des sponsors car le développement du handball est à ce prix. »

 Propos recueillis par Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

60è anniversaire de l’Indépendance : Une célébration à domicile pour les Tananariviens

(crédit photo : Yvon)

Tout le monde s’y attendait, la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance de Madagascar ne ressemble pas aux précédentes en raison de la crise sanitaire. Aussi, la veille du 26 juin 2020, les rues de la capitale étaient-elles plus ou moins calmes, même si on pouvait quand même croiser quelques groupes de personnes s’attrouper autour d’une bouteille dans les rues et quelques petits garçons faire péter des pétards à l’abri des regards dans les quartiers. Néanmoins, les mesures de sécurité n’ont pas empêché une partie des Tananariviens de fêter ce grand jour à domicile. En famille, entre amis ou en couple, chaque foyer avait trouvé sa propre façon de commémorer le retour à la liberté. Les bars et certains épiciers l’avaient compris, et ont décidé de fermer un peu plus tardivement que d’habitude. A Ankadifotsy, il était encore possible de s’acheter une bière vers 21 h. Cependant, les affaires n’étaient pas bonnes pour les marchands qui ont l’habitude de tout écouler lors des festivités.

« Arendrina ». Les enfants, quant à eux, n’ont pas eu droit au traditionnel tour en « Arendrina ». Ils sont restés dans les cours de leurs maisons, du moins pour ceux qui en ont, avec leurs lampions traditionnels. Les rues étaient quasi vides et sombres la nuit du 25 juin. Mais pour rattraper tout cela, le président de la République avait annoncé, la dernière fois, que ce 60e anniversaire de l’Indépendance sera célébré de manière retentissante le 14 octobre 2020.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Football- Stades synthétiques : Ampasimasay ouvre le bal

Le Stade d’Ampasimasay à Fort- Dauphin

La construction des 23 stades en couverture synthétique avance à très grands pas. Une issue prévisible car malgré le confinement, les travaux se poursuivent toujours, et c’est grâce au choix du ministre des Sports, Tinoka Roberto, qui a confié le tout à des entreprises locales. Une manière de donner du travail aux jeunes du coin. Aux dernières nouvelles, Fort- Dauphin se trouve en première ligne car on procède désormais à la pose du tapis synthétique du stade d’Ampasimasay. Ce qui suppose que les travaux sur les tribunes seront bientôt finis. Après Fort- Dauphin, d’autres villes vont goûter à cette joie d’avoir un grand stade digne de ce nom. C’est le cas à Betafo où les employés sont en train de mettre les dernières touches à cette tribune qui s’étend sur toute la longueur du terrain alors qu’il ne reste plus que la pose du tapis et certaines canalisations servant à protéger ces infrastructures.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Affaire « bonbons sucettes » : Les directeurs sous MD, remplacés

Un ancien directeur général du ministère de l’Education nationale s’est fait élire député de Madagascar quelques mois après avoir quitté son poste

Aussitôt limogés, aussitôt remplacés. Les postes de directeur général de l’éducation fondamentale et de l’alphabétisation et de directeur administratif et financier du ministère de l’Education nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, ne sont plus vacants. Les nouveaux titulaires de ces postes stratégiques au niveau de ce département ont été nommés lors du conseil des ministres de mercredi dernier. Il s’agit de Victor James Rakotoarisoa, qui est le nouveau directeur général de l’éducation fondamentale et de l’alphabétisation ainsi que de Jimio Tsirilaza, nouveau directeur administratif et financier. Les anciens titulaires de ces postes sont impliqués dans l’affaire d’achat de « bonbons » qui a fait beaucoup de bruits ces dernières semaines. Ils ont été remerciés par le régime et actuellement mis en détention préventive en attendant le verdict du tribunal. L’affaire a aussi conduit au limogeage de Rijasoa Andriamanana au ministère de l’Education nationale, à peine six mois après sa nomination. La promotion de la bonne gouvernance ainsi que la politique « tolérance zéro » dans le cadre de la lutte contre la corruption promises par le gouvernement, ont raccourci les séjours de ces anciens hauts responsables au sein du ministère de l’Education nationale.

Toutefois, cette politique prédispose les chefs de l’Exécutif à être, désormais, plus vigilants dans le casting des prétendants aux postes à responsabilités au niveau de l’appareil d’Etat. Sous d’autres cieux, à part l’évaluation des compétences et la mesure des poids des expériences, il est aussi de rigueur d’enquêter sur le passé des postulants aux différents postes à hautes responsabilités. A ce titre, faut-il noter que l’actuel ministère de l’Education nationale accueille un haut responsable qui serait déjà mêlé dans une affaire de malversation financière remontant au début des années 90, concernant le crédit d’ajustement du secteur public ou CASEP, lequel a accordé un financement à hauteur d’environ 10 millions USD à l’époque.

Face aux dilapidations des fonds publics, le Premier ministre, lors de ses passages au parlement, a réitéré sa volonté et s’est encore montré déterminé à poursuivre les efforts déjà déployés pour promouvoir la bonne gouvernance. Une politique qui est insufflée par le chef de l’Etat lui-même, qui, face à tous les ministres, mercredi dernier, a fourni des instructions claires à chaque département pour optimiser l’utilisation des finances de l’Etat.

Rija R.

Midi Madagasikara0 partages

Mise à l’honneur d’une armée tournée vers l’avenir

La cérémonie militaire qui a marqué la célébration de ce soixantième anniversaire de l’indépendance fut très belle. La fête aurait pu être gâchée par les erreurs techniques qui ont émaillé la retransmission à la télévision. Les Malgaches ont ressenti une certaine frustration au début de la matinée, mais ils ont pu retrouver tout l’intérêt de ce qu’ils voyaient au fil des commentaires faits d’animateurs connaissant bien leur sujet. Ce fut un show éblouissant digne de l’événement. En dépit des couacs qui ont, un moment, agacé les téléspectateurs, l’image d’une armée moderne et tournée vers l’avenir restera gravée dans les esprits.

Mise à l’honneur d’une armée tournée vers l’avenir

L’expression « tsy mora ny manao zavatra » a été prononcée une fois, mais n’a pas été répétée car dans ces circonstances, elle est susceptibles d’agacer encore plus. On retiendra surtout la discipline et la bonne tenue des militaires participant au défilé. La chorégraphie des élèves de l’académie militaire d’Antsirabe et celle des enfants de troupe de la Semipi fut éblouissante. Le passage des unités traditionnelles devant la tribune fut parfaitement agencé et a donné une idée de la haute tenue de notre armée. La suite du défilé fut, elle aussi, parfaitement synchronisée avec la présentation des nouvelles forces en action sur tout le territoire. Les unités des forces de gendarmerie et celles des forces de police, garantes de la sécurité des personnes et des biens, avaient fière allure. La présentation des engins motorisés blindés et les lance-roquettes a retenu l’attention. Les brigades militaires chargées de la lutte contre le Covid-19 ont été à l’honneur. Le discours du président de la République à la fin de la cérémonie a souligné l’engagement d’une armée qui a su évoluer avec son temps et qui est prête à relever les défis de l’avenir. Cette cérémonie marquait la célébration des soixante ans de notre indépendance, mais elle donnait également la primauté à l’armée malgache. Elle a permis de montrer le rôle majeur qu’elle tient au sein de la République.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

Gasy tavela any Inde : Mangataka fodiana maika an-tanindrazana

Tsy fisintomana ny lakolosy fanairana intsony fa fangatahana mivantana ny tokony hodian’izy ireo maika an-tanindrazana, satria lasa miady aman’aina. Izany no antso nataon’ireo Malagasy izay tavela any Inde ankehitriny noho ny fikatonan’ny sisin-tany. « Nisy ny fampanantenana avy amin’ny ny fitondràna ary hita izany tamin’ny fampitam-baovao zay navoakan’ny ministeran’ny raharaham-bahiny, ny 06 jona 2020. Izany dia mahakasika ny filazàna fa hametraka haingana araka izay azo atao ny rafitra sy rindran-damina hahafahana mampody anay noho ny fanelingelenana sy ny fahasahiranana iainana aty», raha araka ny fanazavan’ny solontenan’ireo voakasika. Velom-panantenana ihany izy ireo raha nahita ireo Malagasy izay tavela tany Koweit ka nisitraka ny  fampodiana tamin’ny fiaramanidina manokana ny 08 jona teo. Na izany aza anefa dia mampanahy ireo Malagasy tavela any Inde ny tsy fitohizan’ny resaka intsony efa ho telo herinandro taty aoriana. « Noho izany rehetra izany dia angatahinay ny fanafainganana ny fampodiana anay izay aty Inde. Marihina fa tonga taty mba hitsabo tena no anton-dian’ny maro. Miaina fahasahiranana mafy izahay satria tsy maintsy mipetraka amin’ny hotely ary mividy sakafo isan’andro na dia efa lany vola be tamin’ny fitsaboana natao aza. Vatsy roa volana no netin’ireo olona kanefa efa ho efa-bolana izao no raikitra any an-tanin’olona noho ny fanakatonana ny sisin-tany », hoy hatrany izy ireo. Amin’ireo olona dia maro no tonga tany Inde mba hatao famindràna taova. Tao koa ny fisian’ny vehivavy nitondra vohoka izay nanatrika ny fitsaboana ny vadiny tany. Noho ny tsy fahafahany nody ara-potoana an-tanindrazana anefa dia teraka tany. Miady aman’aina ankehitriny ireo olona satria miakatra isan’andro ny tahan’ny karàna voan’ny coronavirus ary tsy vitan’izany fa ireo Malagasy tavela any dia saika ireo marefo ara-pahasalamana avokoa (vao avy nodidina sy namindràna taova toa ny voa) ary mora andairan’io valanaretina io. « Mba avoty izahay. Ekenay izay fepetra rehetra takian’ny fanjakana malagasy aminay momba ny fampodiana anay any Madagasikara. Mba avoty izahay… » hoy izy ireo namaràna ny fangatahany.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Vonoan’olona tao Ambovombe : Votsotra ny noahiahiana, mitaraina ny fianakavian’ny maty

Niala tao Ambovombe ny zoma 01 mey tokony ho tamin’ ny enina ora hariva niaraka tamin’ ny fiarany Mazda BT-50 i Soja Tovondahy. Niala teo amin’ny 18 km izy no nisy nitifitra ka maty tsy tsa-drano. Izy ihany no notifirina fa ny olona maro tao anaty fiara tsy nisy naninona na ny iray aza. Raha ny filazan’ny fianakavian’ny maty dia vola dimy alina sy firavaka volafotsy ary finday no nalain’ireo olon-dratsy. Ny alin’iny ihany dia nisy ny fanarahan-dia izay nataon’ny zandary sy ny fianakavian’ny maty. Nisy vokany izany satria ny ampitson’iny, tokony ho tamin’ny dimy ora maraina, dia nisy dimy lahy sarona tao an-tranony ary notazomina avy hatrany. Rehefa nandeha ny fanadihadiana dia mbola nanonona anaran’olona hafa indray ireo voasambotra. Nosamborina koa ireo ary mbola nahitàna basy lava tsy nisy taratasy tao an-trano. Nogiazan’ny mpanao fanadihadiana ny basy ary notazomina sy natao fanadihadiana koa ilay lehilahy. Andro vitsy taorian’izay dia nilaza ny fianakaviana fa navotsotra ilay olona izay tena ahian’izy ireo ho atidoha nikotrika ny vonoan’olona. Ankoatra izay aza dia nandre koa ny fiankavian’ny maty fa noezahina nesorina avokoa ny vesatra ara-pitsarana nanenjehana ilay olona voakasika mba nahafahana namotsotra azy. Mitaraina izy ireo ankehitriny ary mangataka mba handeha araka ny tokony ho izy ity raharaha famonoana ny havany ity.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Analakely : Ravalo et Hery. R absents

Une situation exceptionnelle engendre toujours des mesures exceptionnelles. La célébration du 60e anniversaire de l’indépendance ne pouvait pas faire exception par rapport à l’état d’urgence sanitaire provoqué par le Coronavirus. Le défilé militaire organisé sur l’Avenue de l’indépendance Analakely s’est déroulé à huis clos, ou enfin presque. Seuls des invités triés sur le volet ont pu assister à la cérémonie. Même les membres du gouvernement n’étaient pas au grand complet. En effet, mis à part le Premier ministre Ntsay Christian, seuls 5 ministres, à savoir les trois ministres responsables des Forces de l’ordre, la ministre de la Communication et de la Culture, Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo, ainsi que le ministre des Affaires étrangères, Tehindrazanarivelo Djacoba, y étaient présents. En raison de la pandémie de Covid-19, pas de parlementaire ni de représentants des partis politiques cette année. En revanche, les différentes Institutions de la République étaient représentées par leurs présidents respectifs. Le président de la Haute Cour Constitutionnelle, Jean Eric Rakotoarisoa, le président du Sénat Rivo Rakotovao, ainsi que la présidente de l’Assemblée nationale, Christine Razanamahasoa ont honoré de leur présence la célébration du 60e anniversaire de l’indépendance de Madagascar qui marque également le 60e anniversaire de l’Armée malagasy.

Très remarquée. A noter aussi la présence remarquable et très remarquée de l’ancien président Didier Ratsiraka qui a toujours honoré son invitation, ainsi que de l’ex-Chef d’Etat Norbert Lala Ratsirahonana. Et ce, contrairement aux ex-présidents Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina qui ont brillé par leur absence. En effet, « Dada » a boycotté la célébration de la fête nationale. De son côté, le patron du HVM est à l’étranger. Le Maire de la Commune Urbaine d’Antananarivo, Naina Andriatsitohaina et le Gouverneur d’Analamanga Hery Rasoamaromaka, ainsi que les membres du Corps diplomatique et consulaire résidant dans la Grande île ont, pour leur part, été invités. Il convient de souligner aussi la présence des Sojabe, les Tangalamena, les Ampanjaka, les Raiamandreny ara-drazana, et les Raiamandreny mijoro venant de toutes les régions. Pour ce qui est des confessions religieuses, les 4 Chefs d’Eglises membres du FFKM, le président de l’Association des musulmans de Madagascar et ceux des Fiangonana zandriny ont répondu présents à leur invitation.

Davis R

Midi Madagasikara0 partages

Football – Luxembourg : Des jeux de maillots pour la FMF

Justin Randriatsoaray et Fernand Laroche, lors de la remise des équipements.

Des dons. Fernand Laroche, président du club Swift Hesperange du Luxembourg a offert des jeux de maillots et des chaussettes à la Fédération malgache de football et certaines ligues. Ces équipements sont réservés aux seniors, juniors, cadets, benjamins, minimes poussins, et même pour les bambins (6/7 ans). C’est Justin Randriatsoaray qui a réceptionné ces dons, le 23 juin dernier. « Le club Swift Hesperange du Luxembourg a renouvelé ses équipements et j’ai demandé à ce qu’il nous donne les anciens. J’ai discuté avec le président de la FMF, Raoul Arizaka sur ces dons et c’est la fédération qui se chargera de leur récupération et de leur distribution au niveau des ligues régionales », a expliqué Justin. Fernand Laroche est un grand amoureux du football malagasy. Lui qui a été à l’origine de l’organisation du match Luxembourg- Madagascar en juin 2019. « Il y a eu déjà un contact avec la Fédération cap-verdienne de football pour un éventuel match amical Barea-Cap-Vert sur le terrain du Swift Hesperange au Luxembourg, mais ce programme a été compromis à cause de la crise du Coronavirus », a continué Justin. Ce dernier qui est licencié au sein du club

T.H

Midi Madagasikara0 partages

Langue : Fimpima France célèbre le malgache

Le Faritany Fimpima Frantsa, l’une des antennes les plus actives du Fimpima central, organise des fêtes folkloriques pour le troisième âge. (crédits photos : Faritany Fimpima Frantsa)

Décidément, Internet et événementiel font bon ménage durant cette période de crise sanitaire, puisque le « Fikambanan’ny mpikabary malagasy » (Fimpima), basé en France, va célébrer en direct le mois de la langue malagasy, ce jour à partir de 20 h. Ce sera deux heures de diffusion, durant lesquelles les utilisateurs et amateurs de belles tournures et de poésies retrouveront danse, art oratoire, poèmes, etc. Une célébration, somme toute, assez conservatrice. D’après les organisateurs, ce sera aussi l’occasion de célébrer la fête de l’Indépendance. Par ailleurs, dans l’ensemble, ce mois de la langue malagasy a été très discret cette année, lutte contre le Covid–19 oblige.

Le Fimpima est l’une des associations les plus répandues dans le monde pour la promotion de la langue malagasy. Il possède des membres en France, en Amérique du Nord et dans plusieurs pays d’Europe. Dans la même perspective, le Fimpima au Canada a par exemple organisé des séances d’explications sur des thèmes comme « L’écoute et l’émotion, en présence de la langue malagasy », le 20 juin avec Abel Arimanana Andriarimalala, poète et professeur de français et de malagasy. Même procédure, les séances ont été diffusées via le web sur une plateforme téléchargeable sur la page Facebook des antennes du Fimpima à travers le monde.

Maminirina Rado/Zotoniaina

Midi Madagasikara0 partages

Fête de l’Indépendance : Ravinala Airports vient en aide à 420 familles vulnérables

Lors de la remise des dons aux familles bénéficiaires dans la commune d’Ivato.

A l’occasion de la célébration du 60e anniversaire du retour de Madagascar à l’Indépendance, Ravinala Airports, le concessionnaire des aéroports d’Antananarivo et de Nosy-Be, vient en aide aux 420 familles vulnérables résidant dans les communes riveraines d’Ivato. Il s’agit notamment des communes d’Ivato, de Talatamaty, d’Anosiala et d’Ambatolampy Tsimahafotsy. Ainsi, Ravinala Airports a distribué un don composé de 2 100 kg de riz, de 420 kg de sucre et de 420 litres d’huile alimentaire à ces ménages bénéficiaires pendant deux jours avant la fête de l’Indépendance. Le premier adjoint au Maire de la commune d’Ivato, Andrianjakarivony Manitra, a adressé ses remerciements à cette entreprise qui a entrepris des actions citoyennes en faveur de la population vulnérable issue des treize fokontany de sa circonscription. De son côté, Felana Ratsimbazafy, la directrice QHSSSEMR au sein de Ravinala Airports, a soulevé qu’à l’occasion de la fête nationale, et comme chaque année, cette entreprise apporte toujours son soutien au profit des ménages vulnérables résidant autour de l’aéroport international d’Ivato.

Renforcer la cohésion. « Nous avons travaillé en étroite collaboration avec les quatre communes concernées pour pouvoir identifier les bénéficiaires de ces dons, et ce, en guise de « Nofon-kena mitam-pihavanana » en cette période de fête », a-t-elle poursuivi. En outre, « le développement des infrastructures aéroportuaires va de pair avec l’entraide avec la population riveraine. Notre démarche, en tant qu’entreprise citoyenne, reflète toujours notre volonté de renforcer la cohésion avec la population locale », a enchaîné Felana Ratsimbazafy. Il est à noter que le Commandant de l’aéroport d’Ivato, Jean Dieudonné Randrianirinamifidimanantsoa, accompagné de la représentante de Ravinala Airports, a procédé à la remise de ces dons de vivres aux communes bénéficiaires.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

Concert : Fara Gloum assure au Ny Aratra

Les derniers réglages avant le début du concert de Fara Gloum.

Pour une première, ce fût une réussite au « Ny Aratra » à Ampandrana/Besarety jeudi dans la journée et plus tard que prévu avec Fara Gloum sur scène. Ainsi, cette nouvelle place de la musique se trouve déjà en bonne position dans le paysage musical tananarivien. Ce moment convivial a commencé à 9 h. Sans tarder, Fara Gloum, toujours aussi étonnante avec sa grande maîtrise de l’art, même en solo sur scène, lâche les premières notes. La première chez « Ny Aratra » est bien entamée. De plus, le cadre et la proximité avec le public seyaient bien à cette chanteuse, guitariste et interprète. Dans la salle, le public commence à vibrer.

Il faut admettre que le pari a été assez risqué pour tenter un concert respectant de manière rigoureuse toutes les normes de sécurité sanitaire. En cette période assez délicate, la salle a été tout de même remplie comme il faut. Ensuite, l’orchestre John’s Music a pris le relais. Maîtrisant l’art de l’interprétation, ce groupe a permis, quelque peu, à la salle de changer d’ambiance. « Ny Aratra », ce sera donc la nouvelle adresse à visiter pour assister à des concerts et s’évader en plein centre-ville. Pour vraiment jouir de l’envergure de ce lieu, il faudra attendre la fin de cette crise sanitaire. En attendant, il propose, la journée, des plats et mets ou peut servir de lieu d’after-work.

Iss Herdiny

Midi Madagasikara0 partages

RN1 : Raim-pianakaviana maty, may niaraka tamin’ny motony

Lozam-pifamoivoizana mahatsiravina no nitranga tamin’iny lalam-pirenena voalohany iny ny alakamisy lasa teo. Kodiaran-droa iray no nirehitra ary may niaraka tamin’izay ny mpitondra azy. Namoy ny ainy teny an-dalana hitondràna azy ho any amin’ny toeram-pitsaboana moa ity farany.

Teo amin’ny toerana antsoina hoe Andranomadio, ao anatin’ny distrikan’i Tsiroanomandidy no niseho ity lozam-pifamoivoizana, ny andron’ny alakamisy lasa teo tokony ho tamin’ny telo ora tolakandro tany ho any. Raim-pianakaviana iray handeha hamonjy asa any Ankadinondry no niharam-boina teo. Araka ny angom-baovao azo dia nitaigina moto scooter Jog ny tenany rehetra mandeha miasa. Tamin’io indray mitoraka io dia tsy fantatra mazava izay nahazo ity kodiaran-droa nentiny ity fa tsy voatanany intsony ny familiana raha iny izy handeha hiditra fiolanana mampidi-doza izy ary niakarapoka tamin’ny tany. Voa mafy teo amin’ny lohany ity ilay raim-pianakaviana tamin’izay fotoana izay. Tetsy andanin’izay anefa, nirehitra ihany koa ilay moto nentiny. Voalaza fa nisy tselatr’afo nivoaka tamin’ny kodiarana ary nahazo ny fitoeran-tsolika. Efa tsy nahatsiaro tena intsony moa ilay nitondra ka dia niaraka may tamin’ilay kodiaran-droa. Olona sendra nahita azy no niezaka namonjy sy nanala azy tao anaty afo, raha ny angom-baovao azo, saingy indrisy fa tsy tana intsony moa ny ainy.  Ambonin’ny faharatrana nahazo tamin’ilay fianjerana mantsy dia mbola nisy faritra may ihany koa ny vatany, izay heverina fa izao nitarika tamin’ny fahafatesany izao. Ilay kodiaran-droa kosa tsy nisy azo noraisina intsony ankoatra ny karaokam-by navelan’ny afo.

Loza nisesisesy. Fa ankoatra izay dia maromaro ihany ny lozam-pifamoivoizana nitranga tamina kodiaran-droa teto an-drenivohitra, omaly indray. Tetsy Antanimenakely Ampitatafika dia lehilahy iray izay nentina tamina moto no naratra mafy rehefa voahitsakana kodiarana kamiao lehibe iray teny an-toerana. Raha ny fantatra dia toa hoe lany rivotra ilay fiarabe ary nifaoka ity moto ity, rehefa avy nanapitra ny diany tamina rindrin’olona teny an-toerana. Efa nentina nihazo ny hopitaly moa ilay naratra. Tetsy amin’ny digue Ambodihady ihany koa, moto iray no voadonana fiara tsy mataho-dalana iray. Voalazan’ireo nanatri-maso fa nivily tampoka handeha hanao “demi-tour” ity farany tamina lala-mahitsy, tsy nahita akory ilay moto nipoitra avy any. Vehivavy iray mitondra vohoka, nentina tamin’ilay kodiaran-droa moa no fantatra fa voa mafy tamin’ity loza ity izay efa nentina nihazo toeram-pitsaboana.

m.L