Les actualités Malgaches du Jeudi 27 Juin 2019

Modifier la date
Midi Madagasikara94 partages

Ampefiloha : Kozy25 toujours bien joué

Le rendez-vous annuel « Kozy25 » organisé à Ampefiloha, dans la parcelle Jamerla du 25 juin, a été à la hauteur des attentes. Cette fête reste une formule gagnante.

Le Kozy25, organisé par Jamerla Koonaction à Ampefiloha mardi soir, juste après les traditionnels feux d’artifice, a été surtout marqué par la qualité du plateau musical. Comme à chaque année, l’Antananarivo des amateurs de sons nouveaux et atypiques se sont rassemblés au « boribory » espace vert qui se trouve dans la parcelle Amerikanina, ou Jamerla, du quartier d’Ampefiloha. Point de publicité ou de matraquage commercial à outrance sur la tenue de cette fête, le bouche à oreille et Facebook ont amplement suffi.

La prestation de Jojorombona, une météorite dans le milieu du rock tananarivien, a marqué les esprits. Avec une approche aérienne du métal, ajoutée à des touches plus ouvertes des autres genres musicaux, la musique de ce groupe est impressionnante. Il faut dire que cette année, le rock a été farouchement représenté, puisque la jolie Mahalia Ravaojanahary, avec son groupe Loharano, a été également présente. Malgré quelques pépins techniques, sa musique laisse toujours des marques. Un avenir du rock malgache au féminin.

Avec Dodol, un individu aux lunettes de Polnareff, avec les cheveux du footballeur colombien Valderama, et habillé du maillot des Barea de Madagascar, Kozy25 s’est paré de son côté olé olé. De jolies danseuses, également en maillot de l’équipe nationale, dont la sensualité serait capable de motiver n’importe quelle équipe de sport. La formation a surtout vu la prestation époustouflante du batteur Mandresy, du haut de ses 11 ans. Maîtrise du rythme, sans aucune perdition, frappe très correcte pour son gabarit, concentration… Le petit jeune « n’est allé à aucune école de musique mais voilà ce dont il est capable », lance fièrement Dodol.

Et la bassiste qui joue de son instrument comme une contrebasse.  Kozy25 a été à la hauteur pour cette onzième édition. Des groupes reconnus se sont succédés. Comme Olo Blaky, l’hôte des lieux. Mashmanjaka, égal à lui-même, celui qui a apporté une maturité hautement professionnelle au ragga/reggae. Sans oublier Jah Roots, le reggae band. Il faut savoir que des artistes comme Silo, Rolf, Sarandra Beloba… ont déjà joué à Kozy25 lors des éditions précédentes.

Maminirina Rado

Midi Madagasikara14 partages

Elections : Les communales à la mi-octobre

La CENI a déjà été sollicitée par le gouvernement pour donner sa proposition de calendrier.

La prochaine élection des maires pourra se tenir dans la deuxième quinzaine du mois d’octobre.

Le gouvernement a écrit, la semaine dernière, à la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), pour demander à celle-ci de soumettre sa proposition de calendrier électoral. D’après nos sources, la CENI a déjà envoyé sa proposition pour que les prochaines Communales puissent se tenir cette année. Des indiscrétions ont permis de savoir que l’élection des maires et des conseillers communaux, aura lieu dans la deuxième quinzaine du mois d’octobre. A cette allure, le décret de convocation des électeurs serait pris vers la moitié du mois de juillet. « Il faudra respecter le délai de 90 jours imposé par la loi. Mais, pour la CENI, il serait mieux que ce décret de convocation des électeurs soit pris plus tôt que prévu pour qu’on puisse avoir plus de temps pour les préparatifs de ce nouveau processus électoral. », a souligné Fano Rakotondrazaka de la CENI. Le mandat des actuels maires et conseillers communaux expirera le 22 septembre prochain. A s’en tenir à la démarche du gouvernement, et si le calendrier proposé par la CENI est validé, on peut s’attendre à deux éventualités. Soit le régime en place nomme des PDS (Présidents de la Délégation Spéciale) après l’expiration du mandat des actuels maires et en attendant la proclamation des résultats officiels de l’élection. Soit on prolonge de quelques mois le mandat en cours.

Décision politique. Pour bon nombre d’analystes politiques, tout projet de remplacer les maires actuels par des PDS après l’expiration de leur mandat, ne serait pas favorable à la décentralisation naissante à Madagascar. Pour contourner cette éventualité, le président de la République pourra prendre une ordonnance prolongeant le mandat en cours. « Nommer des PDS ou prolonger le mandat des actuels maires relève de la décision ou du choix politique du gouvernement. », a précisé le vice-président de la CENI, Thierry Rakotonarivo. A noter que les SRMV disposent de cinq jours à compter du jour du scrutin pour le traitement des résultats des prochaines Communales. Passé ce délai, la CENI centrale aura 10 jours pour proclamer les résultats provisoires du scrutin. Et les tribunaux administratifs disposeront de 30 jours, à compter de la date de proclamation des résultats provisoires par la CENI, pour publier les résultats définitifs. A l’allure où vont donc les choses, les nouveaux maires ne seront officiellement connus que vers la moitié du mois de décembre. Pour le moment, l’opinion est braquée sur la HCC, qui proclamera dans quelques jours  les résultats officiels et définitifs des Législatives du 27 mai dernier. La Haute Cour Constitutionnelle a reçu plus de 600 requêtes. Certaines requêtes demandent l’annulation totale des votes dans certaines circonscriptions électorales, en apportant des preuves de fraudes et d’irrégularités. D’autres visent la disqualification des candidats qui ont bafoué les lois électorales durant la campagne et le jour du scrutin. A rappeler que le verdict des juges électoraux ne peut être susceptible d’aucun recours. Ce qui sera décidé s’imposera à tout le monde.

R. Eugène

Midi Madagasikara14 partages

Fête de l’Indépendance : Au moins 15 morts dans une bousculade à Mahamasina

Un voile noir a flotté au dessus de la célébration de la fête de l’Indépendance, qui s’est déroulée au stade de Mahamasina, hier. Vers 17 heures, une bousculade monstre, qui a fait au moins 15 morts et 75 blessés, s’est produite devant le portail sud de ce stade. L’incident a eu lieu juste à l’approche de la clôture de la parade militaire tenue sur place, et des personnes qui y ont assisté commençaient à évacuer les lieux D’autres personnes qui s’attroupaient devant le portail s’apprêtaient à ypénétrer. Selon les informations recueillies sur place, la bousculade aurait été provoquée par des groupes de jeunes ayant lancé des pierres sur les personnes attroupées à l’extérieur du stade. Les faiseurs de trouble étaient déjà, toujours selon des témoins, préparés à semer la pagaille. On aurait dit qu’ils n’attendaient que les éléments des forces de l’ordre, eux qui devaient assurer la sécurité à l’extérieur, et qui ont fait preuve d’une certaine lâcheté. C’était vraiment le cas car le peu de militaires qui étaient sur les  lieux ont été totalement débordés par la situation. En effet, ils ne pouvaient plus que venir en aide aux blessés, dont beaucoup étaient inconscients.

Les urgences débordées. Pour secourir les blessés, les volontaires de la Croix-rouge malgache, des sapeurs-pompiers et des éléments du corps de la protection civile de l’Armée, se sont mobilisés pour transporter les blessés à l’hôpital Joseph Ravoahangy-Andrianavalona. Etant donné l’importance du nombre de victimes arrivées aux urgences de cet hôpital, le personnel soignant a été totalement débordé. Il en était de même pour ses infrastructures. Les brancards n’étaient plus suffisants pour accueillir les blessés transportés par des ambulances, qui débarquaient par de vague de deux ou trois voitures. A l’intérieur, des blessés inconscients et inanimés gisaient à même le sol, faute de place. A l’extérieur, des proches de patients se sont regroupés devant la porte principale du service d’urgence. Ce qui a obligé les Forces de l’ordre à intervenir pour calmer la situation. Vers 18 heures, des ambulances transportant des blessés ont continué ‘d’affluer à Ampefiloha. Il est à noter que les statistiques suscitées ont été annoncées par le secrétaire d’Etat chargé de la Gendarmerie, le Général Richard Ravalomanana, en milieu de soirée.

T.M.

Midi Madagasikara14 partages

Miss Tourisme Madagascar : Les plus belles fleurs pour représenter la Grande Île

Le comité de Miss Tourisme Madagascar et les sponsors. (crédit photo : Kelly)

Dans la matinée du 25 juin 2019, l’hôtel Le Fred à Antaninandro a reçu la conférence de presse du comité de Miss Tourisme Madagascar. Un événement dédié à la présentation de la première édition de ce concours de Miss prévu pour le 19 octobre prochain.

Promouvoir l’Île Trésor. Le concours se fixe comme objectif la promotion de la destination, la valorisation du patrimoine humain et culturel, et la biodiversité de Madagascar. L’heureuse élue de cette compétition se verra donc attribuer la mission de représenter le pays lors des différents salons professionnels tant nationaux qu’internationaux touchant au secteur du tourisme. Mais son domaine d’intervention ne s’arrête pas là puisque la Miss Tourisme Madagascar sera également présente lors des actions sociales et autres événements de sensibilisation concernant la préservation de l’environnement. « La culture générale et la maîtrise des langues étrangères seront prises en compte, en plus des critères physiques », a déclaré Madame Claudia Lamarre au sujet des critères de sélection.

Indépendant. Miss Tourisme Madagascar est un concours indépendant de toute autre compétition de Miss déjà existant à Madagascar. « Ce qui distingue Miss Tourisme Madagascar des autres concours, c’est que celui-ci est plus ciblé et plus axé vers le tourisme », nous a répondu le parrain de cette première édition, l’ancien ministre Roland Ratsiraka.  Cependant, le comité de Miss Tourisme Madagascar reste ouvert à toute collaboration.

Cinquantaine de candidatures. En ce moment, Miss Tourisme Madagascar a reçu une cinquantaine de candidatures en un mois. L’objectif est selon Claudia Lamarre, de parvenir à atteindre plus de cent candidats jusqu’à la clôture de la réception des candidatures, qui a été fixée pour le 31 juillet 2019. La liste des candidates retenues sera publiée au mois de septembre. Et concernant cette première conférence, c’était aussi le moment de signer les contrats de convention avec les différents partenaires de l’événement, hormis celui avec Telma qui se fera ultérieurement. A noter qu’une autre conférence sera organisée prochainement pour de plus amples détails concernant ce nouveau concours de Miss, initié par Miss Tourisme et le ministère des Transports, du tourisme et de la météorologie.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara11 partages

Pétanque : Saminirina Razafindrakoto suspendu

Après Béryl Razafindraniony, c’est au tour de l’ancien DTN de la défunte Fédération Malgache de Pétanque, Saminirina Razafindrakoto, de faire l’objet d’une décision de suspension conservatoire de toute activité dans le domaine de la pétanque. Celui-ci sera convoqué, prochainement, devant la Commission de discipline de la FIPJP.

Et de deux pour la FMP ! Selon une communication du président de la Fédération Internationale de Pétanque et de Jeu Provincial, Claude Azema, Saminirina Razafindrakoto sera à son tour suspendu, au même titre que les fédérations du Burkina Faso, de la Côte d’ivoire, du Mali, du Maroc et de la Mauritanie. Alors que la FMP a déjà été suspendue, Saminirina Razafindrakoto était encore présent en Côte d’Ivoire, pour représenter Madagascar, dans ce qui serait un coup d’Etat, destiné à mettre en place une Confédération Africaine de Pétanque, en parallèle à la Confédération Africaine de Sports Boules présidée par Idrissou.

Fausses licences. Sur un tout autre chapitre, Claude Azema fait mention des licences FSBM qui sont, à ses yeux, des fausses licences car ne comportant pas la signature et donc du consentement du président Dolys Randriamarohaja. Ces faux étaient, selon toujours le communiqué, établis en faveur des joueurs placés sous la coupe de Jean Luc Razafindrabe, présent à Madagascar.

Le président de la FIPJP a alors saisi la fédération française pour que ne soient acceptés que les Malgaches déjà titulaires d’une licence française 2018, et ceux de la liste communiquée à l’ambassade de France.

Evoquant le championnat d’Afrique de Lomé, Claude Azema félicite l’équipe de Dolys Randriamarohaja qui a permis à Madagascar de se qualifier à Lausanne 2020, mais aussi aux championnats du monde dames et jeunes au Cambodge, au mois de novembre.

Il appelle aux autorités malgaches à plus de soutien envers la FSBM, et la pétanque malgache qui permet à la Grande Île de briller dans les sommets mondiaux, et qui reste une des rares disciplines où la côte de Madagascar ne se discute pas, tant chez les hommes que chez les dames, et même chez les jeunes.

Clément RABARY

Midi Madagasikara6 partages

Toamasina : 15 minitra monja ny afomanga

Fimenomenomana ny an’ireo fianakaviana nitondra an-janany nijery afomanga izay napoaka teny amoron-dranomasina ny talata 25 jona hariva teo, satria tsy nisy afa-tsy 15mn monja ny afomanga anjaran’i Toamasina tamin’ity taona ity, raha nahatratra adiny iray izany teo aloha sy hatramin’izay. Maro tamin’ireo fianakaviana no raikitra tao anatin’ny fitohanan-dalana lava be teto Toamasina ny harivan’ny talata, ka raha tonga teny amoron-dranomasina hijery afomanga dia efa tapitra izany. Taorian’ny afomanga dia natomboka avy hatrany ny « bal populaire » izay efa fanao isan-taona eto Toamasina, ka ireo mpanankanto avy eto Toamasina zokiny sy ireo tanora ihany no nanafana izany, teny amoron-dranomasina ihany no nanaovana azy.

Raha maina ny fanapoahana ny afomanga ny talata dia orana kosa no nitsena iray mpanao matso teto Toamasina omaly, ka nandritra ny fandraisana anjaran’ireo mpianatra sy ny fikambanana samihafa ary ireo antoko politika isan-karazany no tena niseho izany orana izany. Niisa 232 ireo andian-tafika sy ireo mpitandro ny filaminana nandray anjara tamin’ny matso, izay nahitana ny tafika, ny zandary, ny polisy, ary ireo mpandraharaha ny fonja. Nahatratra 3080 kosa ireo mpianatra nandray anjara avy amin’ny sekoly miisa 77 teto Toamasina, nisy fihenana betsaka tamin’ity taona ity ny fandraisan’anjaran’izy ireo satria nahena ho mpianatra 40 isaky ny sekoly ny afaka mandray anjara tamin’izany.

Ankoatra izany dia mbola nampiseho ny fisiany sy ny fandraisany andraikitra eo amin’ny firenena ihany koa ireo antoko politika matanjaka eto amintsika sy eto Toamasina nandritra ny matso omaly. Isan’ny nandray anjara tamin’izany ny Tanora Gasy Vonona (TGV) sy ireo mpiara-dia aminy ao anaty fikambanana samihafa, ny Tiako I Madagasikara (TIM), ny Fikambanana Malagasy Mandroso (FIMAMI, ny GASY Mivoatra (GasyMi), ny Malagasy Tonga Saina (MTS),…ary ny Gasikara Antsika Rehetra (GAR).

Malala Didier

Midi Madagasikara4 partages

Année scolaire 2018-2019 : Trop longue d’après les parents d’élèves

Eviter que les enfants perdent du temps durant la saison cyclonique, tel est l’un des objectifs du nouveau calendrier scolaire.

La mise en place d’un nouveau calendrier scolaire figure parmi la longue liste de changements apportés dans le cadre de la réforme du système éducatif malgache.

Le constat est presque le même un peu partout dans le pays, les enfants ont passé trop de temps à l’école cette année. Ayant débuté au milieu du mois de novembre 2018, l’année scolaire 2018-2019 devrait prendre fin « vers la fin du mois d’août de cette année ». Soit, à peu près 40 semaines de travail pour les élèves, collégiens et lycéens malgaches. Presque dix mois, que des parents trouvent longs et qui auraient « un impact sur la capacité des enfants ». Il conviendrait toutefois de noter que le ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel, procède actuellement à la mise en œuvre du PSE, ou Plan Sectoriel de l’Education, initié par l’ancien pouvoir. Une réforme du système éducatif qui devrait « permettre de rehausser le niveau scolaire des malgaches ». Ce, par la mise en place d’un nouveau calendrier scolaire. Et dont « la situation actuelle n’en est que la manifestation », d’après une responsable auprès du ministère de tutelle. Cette dernière de noter que la mise en place devrait se faire de « façon progressive » si l’effectivité est prévue à « l’année 2020».

En avant. Le pays est actuellement dans la phase de transition d’une durée de trois ans, durant laquelle les techniciens auprès du ministère de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et professionnel, propose des calendriers scolaires en fonction de l’objectif de l’année scolaire de 39 semaines. Soit 3 semaines de plus que dans l’ancien calendrier qui en comptait 36. Les parents d’élèves malgaches devraient s’y résigner étant donné que l’année scolaire actuelle se rapproche de plus en plus de la nouvelle donne. Prévu pour l’année 2020, le nouveau calendrier scolaire consiste en un rallongement de l’année scolaire et à la réduction des périodes de vacances. D’ici là, l’on remarque un certain écart  entre les calendriers des établissements scolaires. Si ceux s’alignant sur le calendrier du système français sont actuellement en vacances, les établissements répondant au calendrier malgache ne le sont pas encore. Ce qui pose un certain souci aux parents d’élèves ayant des enfants scolarisés dans les deux types de système.

José Belalahy

Midi Madagasikara4 partages

Football – CAN 2019 : Madagascar – Burundi, petite finale du groupe B

Les joueurs ont le moral gonflé à bloc.

Une victoire contre le Burundi offrirait une éventuelle qualification au tour suivant pour Madagascar.

Capital et décisif. Ce sont les mots pour qualifier la rencontre entre les Barea de Madagascar et les Hirondelles du Burundi de cet après-midi, au Stade d’Alexandrie, pour le compte de la deuxième journée des éliminatoires du groupe B. Les poulains de Nicolas Dupuis comme ceux de Olivier Niyungeko n’auront pas droit à l’erreur pour espérer une qualification pour les huitièmes de finale.

Après cinq jours de break bien mérités, les Barea reviennent sur le devant de la scène ce jour à 17h30 à Madagascar (16h30 heure locale). Comme lors du premier match de samedi, c’est tout un peuple qui sera devant l’écran pour soutenir ce duel décisif entre les deux petits poucets de cette 32e CAN. Un match qui s’annonce très ouvert entre les Hirondelles du Burundi obligés de s’imposer pour ce deuxième match. D’ailleurs, les Burundais ont posé problème aux Super Eagles du Nigéria lors de la première journée. Mais de leur côté, les Barea prennent avec  beaucoup de sérieux et d’importance cette rencontre. « Nos joueurs ont bienrécupéré du premier match. Le Burundi est une bonne équipe, ce sera difficile pour nous. Le Burundi est un petit poucet comme nous. On ne minimise pas, on est sur le même niveau. On peut être tous troisièmes du groupe, ça va se jouer entre nous. Le danger c’est de minimiser ça. Ils ont perdu juste par un but à zéro contre le Nigéria et ont fait match nul contre le Gabon et l’Algérie. Ce n’est pas rien, cela montre leur qualité », a déclaré Nicolas Dupuis, le coach des Barea.

Nicolas Dupuis et « Bolida » Nomenjahary, lors de la conférence de presse d’avant-match.

Confiance. La défaite de la Guinée par un but à un contre le Nigéria relance les chances de Madagascar pour les huitièmes de finale. « C’est déjà une grande motivation d’être à la CAN, on peut dire que c’est un bon résultat qu’on a eu contre la Guinée. Face au Burundi, on doit être prêts mentalement et physiquement, à 200%. Ça va être très compliqué, ça va être dur. On va entamer la rencontre avec le même état d’esprit que contre la Guinée, à nous d’être efficace offensivement et défensivement. Il faut qu’on soit prêts, et à nous d’écrire l’histoire », a souligné Lalaina Nomenjanahary, dit « Bolida », devant la presse internationale. La composition de l’équipe ne sera connue que ce jour, mais le coach a mis un doute sur Jeremy Morel. Le technicien croit cependant en ses joueurs. «  Je fais confiance à mes 23 joueurs. Ils ont fait le travail et c’est bête de s’arrêter à mi-chemin. Les joueurs sont capables d’aller plus loin. On a l’état d’esprit et un groupe exceptionnel. A deux jours de la compétition, on va se concentrer plus sur les séances. Le fait d’être décontractés n’a pas enlevé la concentration mais cela aide aussi à la récupération. J’ai une équipe qui n’est pas dure à gérer, on n’a pas de vedette, le groupe est assez homogène, personne ne fait la tête, et cela dure depuis environ deux ans et demi », conclut Nicolas Dupuis. L’espoir des 23 millions de Malgaches repose alors sur les… 23 joueurs et l’ensemble du staff technique pour offrir cette qualification historique en guise de cadeau « d’Asaramanitra ».

Le gâteau de l’« Asaramanitra » offert par le directeur du Hilton.Tanjona Devaux avec la présidente du Comité de normalisation, et deux supporteurs en provenance de France.

Fête Nationale. L’union sacrée autour des Barea en Egypte

Même à 4 000 km du pays, la délégation malgache participante à la CAN 2019 n’a pas oublié de fêter les 59 ans du retour de l’indépendance. Une petite fête sobre et conviviale a été organisée par le Comité de normalisation auprès de la Fédération Malgache de Football (FMF), mardi soir à l’Hôtel Hilton. C’est dans cet établissement hôtelier où résidait l’équipe nationale que la fête a été organisée, avec la présence des membres de la famille des joueurs, les amis, la diaspora et quelques supporteurs venus des quatre coins du monde. « Je suis malgache, j’aime ma patrie et j’aime son développement », tel a été le thème de cette célébration que les Malgaches d’Alexandrie ont partagé également. Malgré les polémiques lancées par rapport à cette célébration avancée de 48 heures avant le coup d’envoi de la rencontre, tout le monde était content de pouvoir partager ensemble ces moments ; et surtout, les Barea ont su fédérer tout le peuple. « C’est un honneur et une fierté pour la FMF d’organiser cette courte cérémonie pour marquer notre patriotisme. Cette année, nous participons pour la première fois de l’histoire à la phase finale de la CAN. Vous êtes là les gars, vous avez écrit l’histoire, notre histoire, ce qui engage notre responsabilité devant elle.  Comme nous, vous le savez, notre équipe jouera son prochain match dans deux jours (ndlr : le 27 juin), il faut que les Barea soient en forme pour la durée de la compétition. Le coach et les médecins veillent et donneront les consignes quand ils monteront dans les chambres. J’aimerais remercier les familles, les épouses, les enfants, les parents et les amis. Je voudrais vous rendre hommage, vous êtes les supporteurs de tous les jours, et pas seulement lors des matchs. C’est important pour l’équipe que vous soyez là. J’aimerais aussi remercier les supporteurs qui habitent en Egypte, ou ceux qui sont venus d’ailleurs et qui ont dépensé beaucoup d’argent pour le voyage et le séjour. C’est vous qui mettez de l’ambiance dans le stade. Je tiens aussi à remercier l’Etat, qui est représenté par le staff du ministère de la Jeunesse et des Sports, les présidents de ligues pour votre dévouement. C’est grâce à vous que le football se développe davantage », a expliqué Atallah Béatrice dans son discours.

Nicolas Dupuis et Atallah Béatrice en pleine discussion.

Autour de la CAN. Les Barea gagneront une prime de performance

Comme toute équipe, les Barea de Madagascar ne seront pas en reste par rapport aux primes. Ils gagneront une prime de performance à chaque match. C’est ce qui a été décidé lors d’une réunion qui s’est tenue, dimanche soir à l’hôtel Hilton, entre les joueurs et les membres au sein du Comité de normalisation. La somme a été décidée entre les deux parties.

Les supporteurs malgaches sont prêts.

Les supporteurs malgaches regroupés

Lors de la rencontre entre les Barea et le Syli National de Guinée, les supporteurs malgaches étaient un peu éparpillés dans le Stade d’Alexandrie. A l’issue de la petite fête organisée en marge de la célébration de la fête nationale, les supporteurs qui se sont déplacés en Egypte ont décidé de se regrouper afin de réunir leurs voix ensemble pour soutenir les Barea. « Même si nous ne sommes pas nombreux, on va faire de notre mieux pour encourager notre sélection nationale. Je suis très content d’être ici à Alexandrie, ça fait longtemps j’attendais ce moment et j’y suis », a  indiqué Kanto, un fervent supporteur des Barea, qui a fait le déplacement depuis Paris pour vivre cette aventure extraordinaire. Dans cette aventure, Kanto Razafindrazaka est accompagné par son ami, Hasina Ratsimbazafy. Ces deux inconditionnels du football ont décidé de vivre cette aventure extraordinaire pour le football malgache. « C’est historique et on veut le vivre à fond. Plus tard, on pourra raconter à nos enfants et petits-enfants qu’on était présents lors de la première participation de l’équipe nationale à une phase finale de la CAN », a fait savoir Hasina. Les supporteurs sont prêts à enflammer le gradin avec les vuvuzelas.

L’arbitre de la rencontre.

Haythem Guirat, l’arbitre de la rencontre

La Confédération Africaine de Football a annoncé que l’arbitre tunisien, Haythem Guirat, a été désigné pour le match entre Madagascar et le Burundi le 27 juin 2019, pour le compte de la 2e journée du premier tour. Haythem Guirat aura pour assistants le Tunisien Anouar Hmila et le Libyen Attia.

L’équipe du Nigéria au rendez-vous des huitièmes.

Groupe B. Le Nigéria qualifié

C’est la première équipe qui a remporté son ticket pour les huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019. Mercredi, les Super Eagles se sont imposés par la plus petite des marges face à la Guinée (1-0). Un but salvateur, inscrit à un quart d’heure du terme par Kenneth Omeruo (74e). En remportant leurs deux premiers matchs de la compétition, les Nigérians ont passé les phases de poule, ce qui ne leur était pas arrivé depuis 2006.

Dossier réalisé par Tanjona HARIJAONA (Alexandrie, Egypte)

Midi Madagasikara1 partages

Tennis – Country Club Ilafy : Vintage Cup et Open International BMOI Madauto prochainement

La remise de lots, lors du Tournoi BMOI Premium Challenge à Ilafy.

La saison est loin d’être terminée pour les tennismen malgaches. Deux grands tournois internationaux sont encore au menu cette année, après le Tournoi BMOI Premium Challenge qui s’est tenu en mai dernier. Le prochain tournoi sera l’Alliance Vintage Cup qui se déroulera sur les courts du Country Club Ilafy le 28 septembre. Quant au second tournoi, il s’agit de l’Open International BMOI Madauto qui aura lieu en novembre. Non seulement ces deux compétitions seront au service des joueurs locaux, mais des joueurs expatriés et étrangers seront attendus. « Nous allons assister à des matchs à un niveau international cette fois-ci », a mentionné l’organisateur. Concernant le Tournoi BMOI Premium Challenge, le club d’Ilafy a rencontré un grand succès avec la participation massive de 120 joueurs, issus de 90 entreprises. Ils se sont partagé les victoires, signifiant la hausse du niveau technique de chacun. Du côté organisationnel, les 147 matches se sont déroulé sans problème pendant deux jours. A noter que beaucoup sont les partenaires qui ont rendu possible l’organisation de ces tournois. Parmi eux, Orange, Eau Vive, DHL et Arabesque.

Manjato Razafy

Résultats

I – Catégorie Ladies :

Championnes : Ramanantseheno Vony (Caisse d’Epargne de Madagascar) et Raharitsiresy Domoina (Société Ranaivosoa)

II – Catégorie Steel :

Champions : Lavergne Eric (Cas’a Nou) et Rajaonson Stephane (Links)

III – Catégorie Titanium :

Champions : Rakotobe Alain (HTT) et Ramiandrisoa Nirina (Mskar)

Midi Madagasikara1 partages

Conditions carcérales : Vers l’amélioration du régime alimentaire des détenus

L’alimentation des détenus dans les prisons malgaches est composée principalement de manioc.

Du manioc, généralement une fois par jour, à un menu plus varié et de meilleure qualité dans les établissements de détention. C’est ce changement dans la qualité de l’alimentation des détenus qu’a annoncé le ministre malgache de la Justice à une délégation d’Amnesty International. C’était le 21 mai 2019. Le gouvernement malgache a ainsi approuvé un nouveau régime alimentaire plus nutritif pour les détenu(e)s : trois menus seraient désormais proposés en alternance et ce, dans l’ensemble des établissements de détention du pays.

Santé en péril. Aux termes de la loi n° 2006-15, les personnes détenues à Madagascar ont le droit de bénéficier d’une alimentation variée, préparée comme il se doit et conforme aux normes d’hygiène et de diététique. Le même texte dispose  par ailleurs que chaque détenu doit recevoir au moins deux repas par jour. Les réalités du terrain sont cependant tout autres. Selon la délégation d’Amnesty International qui a visité quelques établissements pénitentiaires, il a été constaté que la santé des détenus, y compris ceux en détention provisoire, « était mise en péril par une alimentation insuffisante ». Les familles apportant de la nourriture aux proches en détention est une pratique courante dans les prisons malgaches. C’est l’unique moyen de couvrir les besoins alimentaires et nutritionnels des détenus et leur éviter la sous-alimentation. Face à cette situation, les moins nantis sont exposés à une insécurité alimentaire certaine. En octobre 2018, l’administration pénitentiaire estimait à environ 70 % le pourcentage des détenus en situation de sous-alimentation.

Respect des normes. Dans son rapport intitulé « Punis parce qu’ils sont pauvres. Le recours injustifié, excessif et prolongé à la détention préventive à Madagascar », Amnesty International a exhorté l’État malgache à respecter les normes internationales et à améliorer les conditions de détention, en adoptant un plan d’action national contenant des objectifs concrets à atteindre dans un temps limité. L’alimentation des détenus en fait partie. Suite à la mesure prise par les autorités pour introduire un nouveau régime alimentaire, l’application effective de celle-ci a été particulièrement soulignée par Amnesty International, afin que tous les détenus « puissent réellement profiter de cette alimentation variée et que les nouveaux menus soient mis en place sans délai dans toutes les prisons du pays ». La situation exceptionnelle des femmes enceintes ou allaitantes a également fait l’objet d’une mention particulière ; ces femmes – et leurs nourrissons – nécessitant une nourriture en mesure de satisfaire leurs besoins alimentaires.

Recommandations. Le régime alimentaire n’est pas le seul bémol à souligner dans les établissements de détention. D’autres volets des conditions de détention – tels le respect des règles d’hygiène, l’accès à des soins médicaux adéquats, la séparation entre les mineurs et les adultes, et entre les personnes en détention provisoire et les personnes condamnées – ont également fait l’objet d’une recommandation d’Amnesty International. Et afin de désengorger les prisons, un appel a été lancé à l’Etat en vue de s’attaquer au problème de surpopulation carcérale, en libérant les personnes placées en détention provisoire sans justification, et en développant le recours à des peines autres que l’incarcération.

Recueillis par Hanitra R.

Madaplus.info0 partages

Madagascar: bousculade à Mahamasina engendrant des morts et blessés.

Lors de la 59ème célébration de l’indépendance de Madagascar, 16 personnes auraient trouvé la mort suite à une bousculade. En plus de cela, le rapport de la gendarmerie nationale affiche plus de 75 blessées. En effet, le défilé militaire annuel s’est effectué dans l’après-midi, pour la première fois.
A la fin, la foule s’est donc empressée vers la sortie. Les chargés de la sécurité n’ont pu gérer la foule. Face à ce malheureux événement, le Président Andry Rajoelina ainsi que son invité d’honneur Paul Kagame ont présenté leur condoléance aux familles victimes et souhaitent, tous deux, un bon rétablissement aux blessés.
Madaplus.info0 partages

CAN 2019: Madagascar bat le Burundi 1 but à 0 et va vers une qualification historique

Les protégés de Nicolas Dupuis occupent actuellement la 2è place dans le groupe B avec 4 pts après le Nigéria 6pts suivis par la Guiné (1pt) et le Burundi (0pt). Leur dernier Match face au Nigéria sera décisif. En effet, les Malgaches sont à la porte d'une qualification historique à la 8è de finale. C'est une prmière victoire pour la bande à Ima.
Le Match s'est joué avec un degré de thermomètre très élevé à Alexandrie. Le Burundi et Madagascar participent tous les deux pour la première fois à cette compétition continentale. La première partie fût une domination malgache mais la seconde période était de plus ou moins decevante de part et d'autre. C'est à la 76è m que Marco Ilaimaharitra offre le seul but du match.
Midi Madagasikara0 partages

59e anniversaire de l’indépendance : Fiasco de la retransmission en direct sur TVM !

Midi Madagasikara0 partages

Cinq mois de lutte contre la corruption : L’effectivité et l’efficacité remises en question !

Cela fait cinq mois que le nouveau régime est en place, et cela fait également cinq mois qu’il a mis en exergue la tolérance zéro au niveau de la lutte contre la corruption. Mais jusqu’à maintenant, le consortium des organisations de la société civile engagées dans cette lutte contre la corruption (en l’occurrence l’ONG Ivorary, Transparency International Initiative Madagascar, ONG Tolotsoa, Miel, mouvement Rohy) affiche son « inquiétude » quant à son effectivité et son efficacité. Mardi dernier, à Ambatonakanga, il (le consortium) a mis en avant les faits qui justifient cette inquiétude.Avoirs illicites. D’abord, au niveau de la loi sur le recouvrement des avoirs illicites, le consortium estime que son adoption – demeurant tardive nonobstant la lettre ouverte envoyée au président de la République en mai dernier, ainsi que les différentes interpellations y afférentes – est plus qu’impérative. Par ailleurs, la même coalition des organisations de la société civile « met en garde contre la tentation de promulguer un texte qui aurait perdu la substance initiale du projet de loi » et souligne au passage, qu’elle tient « à avoir accès au texte avant son adoption, afin de pouvoir juger son bienfondé ».Hausse et baisse non justifiées du budget. Par ailleurs, elle pointe du doigt la réduction de 44% du budget des pôles anti-corruption, laquelle réduction est prévue dans la loi de finances rectificative 2019. En effet, le budget est passé de 7 milliards, à 3,3 milliards d’ariary, et ce, malgré le fait, selon toujours les arguments avancés, que la Stratégie Nationale de Lutte contre la Corruption prévoit des moyens suffisants, signal effectif d’une volonté politique de vraiment la combattre. Mais ce n’est pas tout. Dans cette même optique, la coalition n’arrive pas à comprendre pourquoi les indemnités des membres de la Haute Cour de Justice (HCJ) s’élèvent à 20 millions d’Ariary par mois, alors que les activités entreprises et les résultats de leurs travaux en rapport avec la lutte contre la corruption sont moins palpables. L’autre incompréhension réside au niveau du budget de la Chaîne spéciale de lutte contre le bois de rose et/ou du bois d’ébène qui est revu à la baisse, c’est-à-dire à 106 millions d’ariary, dans la loi de finances rectificative 2019, contre 116 millions d’ariary dans la loi de finances initiale de la même année. Et pour couronner le tout, la société civile rappelle que les organes de contrôle des finances publiques et la commission de contrôle de la vie politique – qui sont pour l’instant « des coquilles vides » pour reprendre ses termes – ont subi une baisse de 16% au niveau de leur budget : -92,2% pour la Direction de l’Audit Interne et -75,8% pour la commission des marchés. La coalition de la société civile conclut qu’ « il n’est pas trop tard pour agir et redresser la barre de manière tangible ». A suivre.Aina Bovel

Ino Vaovao0 partages

FENOARIVO-ATSINANANA : Nasehon’ny komity 26 jona fa afaka mifety tsara ao anatin’ny fitsitsiana

Araka ny efa niaraha-nahita, dia nofoanana ny fiaraha-misakafo fanao isan-taona teny Ivoloha rehefa 26 jona. Nanaraka izany lamina izany ihany koa ny tao an-drenivohitry ny Faritra Analanjirofo ka tsy nasiana fiaraha-miala hetaheta taorian’ny matso.Niezaka nampihatra tanteraka ny politikam-pitsitsiana. Na teo kosa anefa izany, dia tomombana antsakany sy andavany ny fikarakarana ireo hetsika rehetra.

Nifalihavanja ny mponina tao Fenoarivo-Atsinanana. Nisy ny fanentanana isan’andro teny amin’ny “podium” teo anoloan’ny biraon’ny prefektiora. Fanentanana narahina fifaninanana ara-panatanjahantena sy ara-koltoraly. Ny alin’ny 25 jona, nahazo ny anjara tamin’ny afomanga ny tao an-toerana.

Voaporofon’ny komity mpikarakara ny 26 jona tao Fenoarivo-Atsinanana fa afaka mahavita fety tsara sy milamina na dia mampihatra ny politikan’ny fitsitsiana aza. Komity 26 jona izay tarihin’ny Prefen’i Fenoarivo-Atsinanana, Belahy Théophile.Maro ireo hetsika nisy. Anisany nahaliana olona maro ilay fifaninanana mianika hazo malama. Hazo nohosorana menaka, asiana vola eny amboniny, ka izay mahavita mianika dia azy izay vola azony eny ambony eny.

TH

Ino Vaovao0 partages

MATSO LEHIBE TETSY MAHAMASINA : Heni-boninahitra tanteraka ny fetim-pirenena malagasy

Niavaka ny matso lehibe tetsy Mahamasina izay noentina nanamarihana izany. Heni-boninahitra tanteraka i Madagasikara teo anatrehan’ireo vahiny nasaina.Tao anatin’ny firavoravoana sy filaminana tanteraka no niatrehan’ny vahoaka Malagasy ny fetim-pirenena nanomboka ny alin’ny 25 jona hatramin’ny omaly 26 jona tontolo andro. 

Niova endrika tsy toy ny fankalazana nisy teto amin’ny firenena hatramin’izay no noentina nanamarihana ny faha-59 taona niverenan’ny fahaleovantenan’i Madagasikara tamin’ity taona ity. Samy resy lahatra ny rehetra fa tena niavaka tokoa ny hetsika rehetra. Sambany teo amin’ny tantara no nisy Tafika avy amina firenena vahiny nandray anjara tamin’ny matso lehibe izay notanterahina tetsy Mahamasina, ny tolakandron’ny 26 jona. Namaly ny fanasan’ny Filoham-pirenena tamin’izany i Kaomôro, La Réunion ary i Rwanda. Tsara lamina ihany koa ny matso nataon’ireo Foloalindahy Malagasy nandraisan’ny Tafika, ny zandary ary mpianatra ho zandary sy avy eo anivon’ny Polisim-pirenena anjara. Ireto farany no tompon’ny fanasana, mifanindra an-dalana amin’ny fetin’izy ireo ihany koa ny fankalazana ny fetim-pirenena. Manodidina ny ora telo teo ho eo ny faharetan’ny matso. Heni-boninahitra tanteraka ny fetim-pirenena malagasy teo anatrehan’ireo vahiny nasaina. Tsy mitsanga-menatra i Madagasikara manoloana ny firindran’ny fandaminana rehetra tamin’ny matso lehibe tetsy Mahamasina. Naseho nandritra  izany ireo fitaovana arifomba vaovao sy manara-penitra an’ny Foloalidahy malagasy izay ananan’i Madagasikara ny hambompom-pireneny manokana. Isan’izany ireo fiara tsy mataho-dalana efa ho am-polony maro ho an’ny Tafika, Zandary sy ny Polisy, teo ihany koa ireo angidimby izay naseho ny vahoaka Malagasy iray manontolo tetsy Mahamasina.  Fitaovana ezaky ny fitondram-panjakana manokana hoentina hiadiana amin’ny asan-dahalo, hanafoanana ny asan-jiolahy ary mba hampandry fahalemana ny firenena iray manontolo. Tsy mbola fahita ihany koa, ary isany tena nampiavaka ny matso tetsy Mahamasina ny fisiana sarin’ady maneho ny fandrobana ataona andian-dahalo any amin’ireo tany lavitra sy ny fidirana an-tsehatra haingana ataon’ireo tandroka aron’ny vozona. Amin’ny ankapobeny, nifety tao anatin’ny fifaliana ny vahoaka Malagasy.Nahatsiaro ho afa-po ny rehetra tamin’ny fanapoahana afomanga tetsy amin’ny farihin’Anosy, ny harivan’ny 25 jona nanomboka tamin’ny 7 ora hariva. Ankilany, nanao ny ainy tsy ho zavatra ihany koa ireo mpitandro filaminana tamin’ny fiarovana ny vahoaka sy ny fananany ka isany tena nahatontosa ny fety lavitry ny korontana.

Namaly ny fanasana ny Filoha Roandey

Nanasa vahiny manan-kaja tamin’ny fanamarihana ny fetim-pirenena koa ny Filoha Rajoelina. Tamin’ity taona ity dia nosafidian’ny Filoha Andry Rajoelina ny Filoha Rwandais, Paul Kagamaé. Omaly antoandro nanodidina ny tamin’ny 11 ora no nigadona teny amin’ny seranam-piaramanidina Ivato ny fiaramanidina manokana nitondra ny Filoha Rwandais mivady. Tonga nitsena azy ireo teny an-toerana ihany koa ny Filoha Rajoelina sy ramatoa vadiny. Taorian’izay fanomezam-boninahitra ara-tafika nomena ity vahiny manokana dia nisy ny fandraisana azy ireo tao amin’ity trano fandraisam-bahiny eny Ivato. Raha tsiahivina dia isan’ireo firenena taraiky tamin’ny fandrosoana taty amin’ny kaontinanta Afrikanina i Rwanda. Firenena potiky ny ady an-trano ary vahoaka an-hetsiny mihitsy no namoy ny ainy vokatr’izany. 

Noho ny fahasahiana lehibe nananan’ny Filoha Kagamé anefa dia lasa isan’ireo firenena mandroso indrindra ary fitaratra aty Afrika i Rwanda ankehitriny. Tsara alain-tahaka ho an’i Madagasikara i Rwanda. Isany antony izany nanasan’ny Filoha Malagasy ny Filohany mba hahafahana mifampizara traikefa eo amin’izay lafiny fampandrosoana izay. Ity farany dia tsy nisalasala fa nanokatra varavarana ihany koa ary porofo mivaingana sy mariky ny fahavononany hanampy an’i Madagasikara izay fahatongavany nanome voninahitra ny fetim-pirenena malagasy omaly izao. Omaly, mialoha ny nanombohan’ny matso dia naverin’ny Filoha Andry Rajoelina indray ny toky nampanantenainy ny vahoaka Malagasy hatramin’izay dia ny hoe, “Tsy maintsy tafita i Madagasikara”.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

FAHA-59 TAONAN’NY FAHALEOVANTENA : Niarahaba ny vahoaka Malagasy ny Filohan’i Etazonia

Nisy ny taratasy mivantana nalefany ho an’ny Filoham-pirenena Andry Rajoelina sy ho an’ny vahoaka Malagasy iray manontolo. Tao anatin’izany no nitondrany teny firariantsoa ho an’ny mpitondra sy ho an’ny firenena. 

Nambarany fa amin’ny anaran’ny vahoaka Amerikanina tsy ankanavaka no itondrany ny teny fiarahabana ary nanamafisany ihany koa fa ny governemanta Malagasy sy ny governemanta Amerikanina dia mifanohana sy miara-miasa hatrany eo amin’ny lafiny ara-toekarena, ny lafiny ara-pahasalamana. Nohamafisiny fa vonona mandrakariva ihany koa i Etazonia eo amin’ny fampandrosoana maharitra miompana amin’ny lafiny ara-tsosialy mba hahasoa ny vahoaka Malagasy tsy ankanavaka.

Avotra Isaorana

Ino Vaovao0 partages

GALANA ANKORONDRANO : Norobain’ny jiolahy tsy misaron-tava ny mpaninjara sy ny mpanjifa

Tsy dia nisy  nahatsikaritra loatra ny zava-nitranga raha tsy olom-bitsy ary koa  fotoana fohy dia fohy no nanatanterahan’izy ireo ny fandrobana.  Mpaninjara solika amin’ny orinasa  “galana”   eny Ankorondrano eto an-drenivohitra no lasibatra tamin’izany  ka jiolahy roa tsy  nisaron-tava, nitaingina môtô no nanatona ny mpaninjara solika ary avy hatrany dia nitaky ny vola rehetra tany aminy no sady  nampihorohoro ny hitifitra.

Noho ny tahotra dia nanolotra ireo vola rehetra tany aminy  ny voaroba mba tsy hisian’ny  tifitra mety hiseho. Fantatra tamin’ny loharanom-baovao voaray hatrany aza fa  voaroba hatramin’ireo mpanjifa nividy solika, toy ny môtô iray  izay vola roa alina ariary no tany aminy, nisy  fiara iray ihany koa voatafika tamin’io fotoana io ka firavaka sarobidy teny amin’ny tenda no lasa. Azo lazaina fa tamin’ny fotoana mbola nampisomebiseby ny olona nanao arendrina no nitrangan’ny fanafihana, izay nanodidina ny tamin’ny 7ora sy sasany hariva. 

Vao nahazo ny  vola notakiana ireo  jiolahy dia efa tsy hita intsony ny  nanjavonan’izy ireo satria nirifatra nitsoaka. Taorian’izay vao nampandre ny polisy ny tompon’andraikitra ary tonga teny an-toerana mihitsy ny minisitry ny Polisy  sy ireo mpiara-dia taminy mba hijery akaiky ny raharaha  sy hanokatra ny fanadihadiana lalina.  Tsy mbola  voafaritra mazava moa hatreto ny  vola very tamin’io fotoana io. Arahina akaiky  ny tohin’ny  famotorana amin’ izao fotoana izao.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

FIARA NIFANDONA TENY AMBODIFASINA-IVATO : Nitsoaka ilay mpamily nahavanon-doza

Tsy mitsahatra manentana ny mpampiasa lalana hatrany noho izany  izy ireo  mba ho fisorohana ny loza. Araka ny  tatitra voaray  avy amin’ny Polisy  izao dia  fiara miisa  efatra  no nifandona teny  amin’ny lalam-baovao, izay  eny  amin’ny manodidina an’Ambodifasina, 5 kilometatra tsy hiditra an’Ivato, ny talata 25 jona 2019. Tokony ho tamin’ny 02 ora sy sasany tolakandro no nisehoan’ny  fifandonana  raha ny fitantaran’ireo niharan-doza. 

Kamiao iray nivily niankavia tampoka tsy nandefa jiro fampahafantarana no niteraka fifandonana tamin’ireo fiara miisa  telo  tao aoriany sy fiara iray nizotra ho any Ivato izay niala azy ka nidofotra tamin’ireo fiara telo hafa.  Vokany, potika tanteraka ity fiara farany ity, ary naratra mafy ilay mpamily sy ny vehivavy  iray nentiny. Nentina maika namonjy toeram-pitsaboana ireo naratra mafy ireo taorian’izay. Ilay kamiao fototry ny loza kosa  anefa dia nitsoaka nandositra. Tonga nanao fizahana teny an-toerana ny polisy sy zandary ary efa misokatra ny fanadihadiana. 

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

HALATRA ENTANA AMIN’NY FIARA ENY AMIN’NY RN2 : Roa lahy mpamaky kaontenera voasambotry ny zandary

Tsy afaka mandeha mafy mantsy ireo fiarabe rehefa mandalo ireo lalana ireo ka manararaotra ny mpanao ratsy.

Manoloana izany indrindra, dia misy ny fiaraha-miasa eo amin’ireo mpamily fiarabe sy ny zandary mpanara-maso ny lalam-pirenena faharoa iny. Ny sabotsy 22 jona lasa teo, dia jiolahy miisa roa mpamaky kaontenera eny amin’io faritra voalaza io no tra-tehaky ny zandary. Mbola tratra tamin’izy ireo ny fitaovana fanaovan’izy ireo izany miaraka amin’ireo entana avy nangalarina.

Fonosana lamba tonta miisa 6, zava-maneno samihafa, seza nohafarana avy any am-pita miisa 6 ary voanjo haondrana any ivelany. Tovolahy samy mponina ao Brickaville avokoa ireto sarona ireto.

Hitohy hatrany ny ady atao amin’ireo jiolahy eny amin’ny lalam-pirenena faharoa, hoy ny fanamby nataon’ny zandary ao Toamasina.

TH

Ino Vaovao0 partages

FIFANOSEHANA TAO AMIN’NY KIANJABEN’i MAHAMASINA : Olona 15 maty, 75 mahery naratra mafy

Toy ny zava-nitranga, omaly hariva 26 jona 2019, taorian’ny fijerevana matso  dia voalaza fa nisavoritaka tanteraka ireo olona nibosesika niditra sy mivoaka teo amin’ny vavahady lehibe fidirana. Na dia teo aza ny fandaminana napetraky ny mpitandro filaminana natao hiaro ireo mpijery fety dia tsy voahaja izany fa misy foana ireo tsy manara-dalàna raha ny fanazavana voaray.

Vokany, tafakatra 15 ireo nindaosin’ny fahafatesana, 75 mahery ireo naratra mafy noentina teny amin’ny Hopitaly Joseph Ravoahangy Andrianavalona, raha ny tatitra voarainay omaly hariva teo am-panoratana lahatsoratra. Nifamonjena haingana ireo naratra sy tsy nahatsiaro tena intsony taorian’izay. Raha ny fanampim-panazavana voaray hatrany dia nivoha avokoa ny vavahady ary nisy ny fandaminana, saingy mety ho nasesiky ny hamehana diso tafahoatara hamonjy toerana  amin’ny fety manaraka no nampisy fibosesehana teo am-pidirana, misy koa anefa ny avy ao anatiny nivoaka hamonjy fodiana. 

Avy hatrany dia nandray ny andraikiny moa ny fitondram-panjakana manoloana ny zava-niseho. Tonga nizaha ireo naratra ny minisitry ny Fiarovam-pirenena ary nampanantena izy fa tsy maintsy hisy ny fepetra hentitra horaisina. Hisy ny fanadihadiana mba tsy hiverimberenan’y loza mahatsiaravina tahaka izao.Izahay eto amin’ny gazety Ino vaovao dia mirary fiononana feno ho an’ireo manaman-jo sy manana ny maratra mafy.

Tatianà R.

Ino Vaovao0 partages

RAHARAHA PETARA TAO TOAMASINA : Noafahan’ny Fitsarana ilay ramatoa bevohoka

Raha tsiahivina, ny 15 jona lasa teo, vokatry ny hatezerana amin’ny fisian’andian’ankizy manapoaka tsipoapoaka eo an-tokotaniny, dia niezaka nanenjika an’ireo ankizy izy ka tratrany ny iray, nomeny kapoka kely avy tao an-damosina. Kapoka araka ny nambarany izay tsy mafy akory. Ilay ankizilahy mpanapoaka petara eo amin’ny lakorony, izay zanaka Mpitsara miasa ao Toamasina. Na ny reniny na ny rainy dia samy Mpitsara. Vokany, nanenjana ireto farany manoloana ilay lazaina fa fikasihan-tanana. Efa nitondra teny fialan-tsiny teny amin’ireo ray aman-drenin’ilay ankizy ilay vehivavy bevohoka, saingy tsy nahasakana ireo Mpitsara mivady tsy nampiakatra ny raharaha teny anivon’ny Fitsarana izany. Ny 17 jona, naiditra am-ponja vonji- maika tao Ambalatavoahangy ilay ramatoa voampanga fa nidaroka zaza nanapoaka petara teo an-tokotaniny.

Ny tolakandron’ny alatsinainy 24 jona, nandritra ny Fitsarana, dia nanipika ilay ramatoa bevohoka fa tena nikasi-tanana tokoa izy saingy avy tao an-damosin’ilay zaza. Noheveriko ho toy ny zanaka itambarana ny ankizy rehetra mba tsy hanohizan’ireo ankizy ireo fanapoahana petara eo amin’ny rindrin-tranoko intsony, ka izany no nahatonga ahy nanao izany, hoy hatrany ny fanazavany teo anoloan’ny Mpitsara.

Nambarany teo amin’ny Fitsarana ihany koa fa efa nitondra teny fialan-tsiny tany amin’ny ray aman-drenin’ilay ankizilahy izy saingy fandrahonana fanagadrana no azony. Taorian’ny fandinihan’ny Mpitsara ny fifanazavana rehetra dia nivoaka ny didy. Noafahan’ny Fitsarana ilay ramatoa bevohoka. Nankasitraka izao fanapahan-kevitry ny Fitsarana izao ny fianakavian’ilay ramatoa bevohoka sy ny mpanara-baovao maro ao Toamasina. Hay mbola misy Mpitsara mahalala ny tokony hataony sy mandala ny rariny sy ny hitsiny tokoa, hoy ny olona maro izay nanatrika izao Fitsarana izao.

TH

Ino Vaovao0 partages

FIADIDIANA NY PRAIMINISTRA : Nanolotra fanomezana ho an’ireo zokiolona sy ankizy madinika

Nisolo tena ny Praiminisitra, Lehiben’ny Governemanta, Ntsay Christian, nitarika ny lanonana ny Sekretera Jeneralin’ny governemanta, Ramatoa Razanadrainiarison Rondro Lucette, notronin’ireo tompon’andraikitra isan-tsokajiny ao  amin’ny Primatiora.  

Nambaran-dRamatoa Sekretera Jeneralin’ny governemanta fa “izany fahaleovantena izany dia mbola ady sarotra ho antsika satria mbola maro ny olona sahirana ary ao anatin’ny adidin’ny mpitondra no mitsinjo hatrany sy hampifaly, ny hanasoa ny mpiara-monina sy ny mpiray Tanindrazana. Ka tsy hadino ianareo zokiolona, Raiamandreny lolohavina an-tampon’ny loha satria naniry tokoa raha izany fiaraha-mifaly amin’ny  Asaramanitra izany dia  tokony ho hanimpitoloha no hiarahana. Eo koa  ireo solofo dimbin’ny ala izay ho avin’ny firenentsika  rahatrizay”.

A.Lepêcheur

Tia Tanindranaza0 partages

Ny tena andraikitra no tokony horaisina

Tsara avokoa ny endrika ivelany naseho nandritra iny fetim-pirenena iny.

 

 Ny fiara, ny fandraisana, ny fety sy ny ivelany rehetra e ! Ary dia nahatsiaro ho nahavita tokoa ireo tompon'andraikitra ka arahabaina tokoa raha izay no voninahitra tena katsahiny.

Fa ny tena andrasana indrindra amin'ny mpitondra anie ka ny fanasoavana ny vahoaka e ! Hiaro azy amin'ireo loza maro isan-karazany. Akory ny alahelo raha naheno fa maro ireo Malagasy namoy ny ainy nandritry ny fifanosehana omaly teny Mahamasina. 

Nahoana ny fanjakana no tsy mitaiza sy manabe ny vahoaka hifanaja sy hilamina ? Adidiny indrindra izany ary manana ireo haino aman-jeriny izy hanaparitahana ny hevitra tsara rehetra. Indrisy fa zary lasa fitaovana hanehoana endrika ivelany sy tahaka ny fanaovana propagandy fotsiny ny TVM sy ny RNM. Tahaka izany ihany koa no andrasana manoloana ireo lozam-pifamoivoizana maro mitranga etsy sy eroa. Mila beazina ny vahoaka mpampiasa ny lalana fa tsy sanatria mody mandefa taratasy fiaraha-miory sy mody mandeha mamangy eny amin'ny hopitaly no asan'ireo tompon'andraikitra. Eto am-pamaranana dia antenaina fa horaisin'ireo mpitantana izao soso-kevitra izao. Ary iriana indrindra mba tsy hionona amin'ny endrika ivelany sy hitady voninahitra fotsiny izy ireo fa tena hijery izay tena mahasoa ny Malagasy.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Donald Trump“Hiara-kiasa amin’ny lafiny toekarena sy sosialy isika”

Nandefa taratasy fiarahabana ho an’ny filoha Andry Rajoelina sy ny vahoaka Malagasy noho ny fetim-pirenena ny filoha Amerikanina Donald Trump.

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana“Tsy atao sakana ny loko politika”, hoy i Rado Ramparaoelina

Mbola mampiseho ny fahavononany hiatrika ny fifidianana ben’ny tanànan’Ampitatafika sy ny mpanolotsaina, i Rado Ramparaoelina.

Hahafahana miatrika izany, dia manohy ny fifanatonana eo amin’ny fokonolona ny kaominina sady manatsara hatrany ny fomba fiasa eo anivon’ny kaominina Ampitatafika ihany koa. Ny 90%-n’ireo programan’asa dia efa voavolavola avokoa. Matetika olana mipetraka  ny fiaraha-miasa eo amin’ny fanjakana foibe sy ny ben’ny tanàna hafa firehana. Nahitsy ny tenin’i Rado Ramparaoelina, ben’ny tanàna avy amin’ny antoko Tiako I Madagasikara fa ezahina ny fifanatonana satria tokana ny tanjona  dia ny fampandrosoana. Tsy misy firenena afaka mandroso raha tsy mandroso ny kaominina ao aminy, hoy izy. Notsipihany hatrany fa tsy atao sakana ny loko politika  ary tsy azo ekena raha izany no hatao fanilikilihana. Ny kaominina Ampitatafika rahateo dia tsy mbola nanidy varavarana tamin’izany fa nisokatra foana. Nomarihany fa izay antoko tonga teo dia efa niara-niasa taminy avokoa.  Eo amin’ny lafiny sosialy, tsy maintsy atao “béton” na “pave” na tara ireo tokotanin’ireo EPP. Hatao fanamby ihany koa ny fanamboarana ny lalana Ambohitsakalava, izay mirefy 2km saingy tena ratsy be. Eo amin’ny fahasalamana, hiezaka hitady fiaraha-miasa any ivelany amin’ny resaka fiara fitaterana marary ny kaominina. Ny tsy fandriampahalemana indray dia hohatevenina  ny jiro an-dalambe ary ny tena zava-dehibe dia ho lasa borigady manokana ny zandarimaria eny Ampitatafika fa hisaraka amin’ny borigady Fenoarivo izay efa nankatoavin’ny minisiteran’ny fiarovam-pirenena sy ny SEG.

Araka ny nambaran’i Rado Ramparaoelina, anisan’ireo natolotry   ny filoha nasionalin’ny antoko Tiako I Madagasikara, Marc Ravalomanana, hirotsaka depiote ny tenany  saingy nangataka ny mba hijanona ben’ny tanàna ka nahazo fankatoavana. Ny taona 2007, nahazo salanisa 33% tamin’ireo vaton’ny mpifidy izy. Ny taona 2014,  dia nitarika mazava tamin’ny isa 65% izy ary inoany fa mbola hitombo izany amin’ity taona 2019 ity.

 

 

Marigny A. sy Pati

Tia Tanindranaza0 partages

EditoFety maha lasa saina

Ny fanasana ny filoha Rwandey ho vahiny manankaja sy manokana angamba heverina fa fahasahiana goavana ary iriana ho fakana traikefa amin’ireo firenena niray lalana amintsika taloha saingy efa nivoatra lavitra kosa.

Zary fety mahalasa saina ihany iny notanterahana tetsy Mahamasina omaly iny raha ny eo amin’ny resaka diplaomasia fotsiny no asian-teny. Inona no antony nanasana ny tafika frantsay, maorisianina ary kaomorianina ? Fankalazana ny fiverenan’ny fahaleovantenan’iza marina moa omaly ? Efa ho 5 taona mahery izao no niteraka adihevitra sy resabe ny fibahanan’ireo arendrina sy fitaovam-pankalazana fahaleovantena “sinoa” ny toeran’ireo arendrina sy fitaovam-pankalazana fahaleovantena “Malagasy” teto Madagasikara ary mbola nampipetraka an’io fanontaniana hoe fahaleovantenan’iza no hankalazaina eto io saingy tsy nisy nihaino sy namaly. Mahonena ny maheno ireo Malagasy raiamandreny sy Malagasy sasany toa tonga saina ihany nefa tsy afa-nanohitra raha niteny hoe “izao izany sisa no arendrina ankehitriny” raha nahita ireny nanjelatra eran’ny tanàna ny alin’ny 25 jona. mainka niampy ny anjomaran-dry zareo afrikanina tatsimo koa aza ireo fanetry efa teo.

J. Mirija

Tia Tanindranaza0 partages

Loza nitranga teny MahamasinaNankahery sy nanampy ireo niharam-boina ny CUA

Tonga teny amin’ny hopitaly HJRA avy hatrany omaly hariva vantany vao nahare ny loza nateraky ny fifanosehana teny Mahamasina ka nahafatesana sy naharatrana olona ny avy ao amin’ny kaominin’Antananarivo Renivohitra (CUA).

Nitarika ny delegasionina Atoa Olivier Randrianarisoa Lefitra voalohan’ny Ben’ny tanàna; nankahery ireo niharam-boina no sady nitsapa alahelo ireo namoy havana aman-tsakaiza izy ireo .Nirahan’ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana izahay hitodra ny teny fampiononana sy hankahery ny fianakavian’iroe niharam-boina, hoy i Olivier Randrianarisoa ary ho avy ihany koa ny  fanampiana.Marina fa fety no naleha kanefa loza no nitranga; na izany aza anefa dia tsy tokony ho kivy fa tsy maintsy mifanampy foana isika, hoy hatrany ry zareo avy ao amin’ny CUA, ary vonona ny Ben’ny tanàna sy ireo mpiara-miasa aminy hitondra  ny anjara birikin’izy ireo amin’ny asa tandrify azy noho izao voina izao.

RTT

Tia Tanindranaza0 partages

Fampandrosoana an’Analamahitsy CitéNitsangana ny fikambanana ADAC

Nampahafantarina tamin’ny fomba ofisialy teny amin’ny kianja Maitso eny Analamahitsy Cité ny talata 25 jona teo ny fikambanana ADAC (Association pour le Développement d’Analamahitsy Cité et ses environs), izay nitsangana ny volana mey 2019 teo.

 

Tsy manana firehan-kevitra politika fa misokatra ho an’ny sokajin’olona rehetra ka hanasana ny mponina tsy ankanavaka hiditra ao aminy. Tarigetra voizinay ny hoe : « Asa sy Dingana ho an’Analamahitsy Cité », ka hametrahanay io fokontany io ho maodely, hoy ny filohan’ny fikambanana Atoa Rakotoarivelo Jaques-Fréderic. Lafin-javatra maro no hisian’ny fiaraha-mientana sy fampandrosoana, toy ny ara-tsosialy, koltoraly, ara-piarahamonina. Misy ihany koa ny fiarovana sy fanatsarana ny tontolo iainana sy ny fotodrafitrasa, ary tsy latsa-danja amin’izany ny fifanampiana, toy ny fampidirana ireo zaza sahirana an-tsekoly, fanoratana ny kopiany na koa fikarakarana ireo hanao kara-panondro. Noho ny fetin’ny asaramanitra, dia nampifaly sy nizara vatomamy miampy arendrina ho an’ny ankizy ny ADAC. Boky hatrany amin’ny 200 isa ho an’ny ankizy kilasy faha-6 ka hatramin’ny famaranana ihany koa no natolotra hapetraka ao amin’ny Tranombokin’ny fokontany.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fiara vaovaon’ny tafikaNandona tovovavy kely teo Mahamasina

Tovovavikely iray no voadonan’ny fiaran’ny tafika avy nanao matso tetsy Mahamasina omaly takariva, teo akaikin’ny La Gastronomia Pizza aty amin’ny vavahady Atsinanana.

 

 

Iray amin’ireo fiara tsy mataho-dalana marika Land Cruiser vao natolotra ny tafika izao nitera-doza izao, izay heverina fa noho ny fandehanana mafy satria nisy fahasimbana mihitsy ilay fiara ankoatra ny ratra nahazo ilay zaza, izay voatery novonjena any amin’ny hopitaly. Asa na noho ny fiara vaovao ka tsy mbola voafehy tsara na tena nitsapa ny tanjany ka loza no naterany. Ny loza sy ny andro miditra ihany koa anefa tsy mampiomana, ka ilaina ny mitandrina na ho an’ny mpamily na ho an’ny olona eny an-dalambe eny.

 

 

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fankalazana ny fetim-pirenenaMatso hafakely

Nankalaza ny fetin`ny fahaleovantena isika omaly alarobia 26 jona. Hafakely ny tamin`ity fa tsy tahaka ny isan-taona. Misy zavatra hita anefa toa misisika moramora eny an-tsefatsefany eny.

Tamin`ny roa ora tolakandro ny matso teo Mahamasina. Raha ny nahazatra dia ireo miaramila mandeha an-tongotra no tena nampiavaka ny matso lehibe rehefa fankalazana fetim-pirenena. Tamin`ity, ireo mandeha amin`ny fiara no tena misongadina. Fiara tsy mataho-dalana ny ankamaroany sady vaovao avy amin`ny fitondram-panjakana satria natao ho vaindohan-draharaha ny famerenana ny tsy fandriampahalemana eto amin`ny tany sy ny firenena. Naompana kokoa amin`ny ady amin`ny tsy fisian`ny fandriampahalemana ny matso omaly. Ireo fiara mifono vy natolotry ny filoha Rajoelina ho an`ny mpitandro filaminana no nandravaka ny matso.  2900 no mpandray anjara ka 2 000 mahery ireo mpandeha an-tongotra izay nahitana tafika avy amin`ireo firenena namana aty amin`ny ranomasimbe indianina : tafika frantsay avy amin`ny FAZSOI (Forces Armees de la Zone Sud de l`Ocean Indien) La Reunion, ny avy amin`ny firenena Maorisianina ary ny tafika Kaomorianina. Teo koa ireo fitaovana vaovao azon`ny Foloalindahy Malagasy nahitana angidimby 4, CSNA 5 ary fiaraminidina mpitatitra CASA 1. Manaraka izay, na teo amin`ny fanamiana sy ny firindran`ny matso dia nampiseho endrika fahavononana tanteraka amin`ny fampandriana tanteraka ny filaminana ny Foloalindahy amin`ny alalan`ny dia nohafainganina ny isany. Raha 90 dia  isa-minitra hatramin`izay ny fanaovana matso dia natao 100 tamin`ity. Teo ihany koa ny fampisehoan`ny Tafika Malagasy fa raha tao anatin`ny fotoana maro,  tsy nanana raoplanina dia nampiseho ny Tafika Malagasy, indrindra ny avy amin`ny RFI Malagasy tamin`ny alalan`ny fitsambikinan`ireo mpilatsaka elonaina miaraka ny sainam-pirenena teto amin`ny kianjan`i Mahamasina. Fa anisan`ny nampiavaka an`ity matso ity ny fandraisan`ny filoha Rajoelina fitenenana mialoha ny fisafoana andian-tafika. Tian`ny filoham-pirenena naseho ampahibemaso amin`ny vahoaka Malagasy fa vonona tanteraka ny Foloalindahy sy ny Tafika Malagasy hanatanteraka ny iraka izay famerenana ny fandriampahalemana. Ny azo ambara dia hain`ny mpitondra tokoa ny serasera ary tena tsapa izany, saingy efa manomboka hain`ny mpanara-baovao koa anefa ny amin`izay. Ny vahiny nasain`ny filoha Rajoelina manokana nanatrika ny lanonana ny filoham-pirenena Rwandais, Paul kagame. “Malagasy aho. Tia fandrosoana. Tia ny tanindrazako”… io  no lohahevitra nenti-mankalaza ny fetin`ny fahaleovantena.

 

Tsikaritra fa niova ny toeran`ireo mpanatrika ny matso teo amin`ny “tribune centrale”: ny filoham-pirenena roa tonta sy ireo vahiny nasaina indray no taty ambany saingy ireo ireo miaramila manamboninahitra no eny ambony. Marihina fa ny fandaminana avy amin`ny Fiadidiana ny Repoblika dia tsy misy idirany amin`ny fandaminana nataon`ny Tafika Malagasy.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fahitalavi-panjakana TVMVoaporofo ny tsy fahamatorana manara-penitra

Naneho fialan-tsiny ny minisiteran’ny serasera sy ny kolontsaina omaly hariva taorian’ny kiana maro samihafa mahakasika ny lesoka tamin’ny fampitana sy ny fitantarana mivantana ny fizotran’ny teny Mahamasina tamin’ny TVM,

 

 

 amin’ny maha mpiahy voalohany ny ORTM azy. Nanameloka ihany koa ny teny naneho fanavakavaham-bolonkoditra nataon’ny mpanao gazety nitantara nivantana ny matso tamin’ny haino aman-jerim-panjakana. Nolazaina tao moa fa Afrikanina tahaka antsika ihany ny Rwandais fa somary mainty, ankoatra ny tsy fahafehezana ny manodidina ny mpitandro filaminana ka toa lasa niteniteny foana indraindray. Nilaza ho miroso amin’ny famotorana ny tena zava-nisy marina ny minisitera ary handray fepetra mifandraika amin’izany, toy ny sazy ara-pitsipi-pifehezana. Hisy fepetra horaisina mikasika ny olana ara-teknika. Toa tsy te ho tompon’andraikitry ny tsy fahatomombanana ny minisitera fa ny sazy no hamafana sy hanarontsaronana ny lesoka. Etika tsy nisy, fanaraha-maso tsy misy, fandaminana tsy misy, fahafehezana ilay tontolo tsy misy,… ary ny tena loza dia miteraka olana ara-diplomatika (Incident diplomatique) ireny. Ny minisitra sy ekipany anefa no mailaka nanolo olona sy tompon’andraikitra maro be tao anatin’ny ORTM vao nahazo fahefana. Raha haino aman-jery amin'ireo sokajiany ho mpanohitra no nanao tahaka ireny dia mety tsy misy fampitandremana akory fa tonga dia akatona. Hisy tompon’andraikitra ambony hahatsapa tena hametra-pialana ve noho iny raharaha iny ? Ankoatra izay, naneho fiondrehana am-panajana teo anatrehan’ny vatana mangatsiakan’ireo namoy ny ainy ary mirary fahasitranana ho an’ireo naratra ity minisitera ity.

Toky R

 

Tia Tanindranaza0 partages

Filohan’ny antoko Natiora« Nofohazin’ny Barea ny fitiavan-tanindrazana »

Mpanao politika ny tena, hoy ny filohan’ny antoko Natiora, Mihari-Ni-Rencho, izany hoe, mijery ny fiarahamonina.

 

 Tontosa ny 26 jona saingy tsy te hiteny aho hoe fetim-pirenena na fahaleovantena satria tsy mahaleotena isika fa iny baolina nihaonan’ny ekipam-pirenena malagasin’ny baolina kitra tamin’ny Guinée tamin’ny CAN ny sabotsy teo iny kosa no namoha ny atao hoe « Nationalisme » tao anatin’ny malagasy. Nofohazin’ny Barea ny fitiavan-tanindrazana, hoy izy. Iza no nanampo fa hahatazona sahala amina ekipa efa nanao ampahefa-dalana tamin’ny tompondakan’i Afrika ny Malagasy ? Seho ivelany fotsiny, hoy hatrany izy, ny fanomezana fahaleovantena nataon’ny frantsay tamin’ny 14 oktobra 1958 sy 26 jona 1960 satria hatramin’izao dia ny Frantsay foana no nitondra teto. Io ilay antsoina hoe « Neo-colonialisme » fa ny zava-nitranga tany Ejipta ny sabotsy teo kosa dia mampisy fanantenana fa hiady ny fahaleovantena marina manomboka amin’ity taona ity ny Malagasy, hoy ny filohan’ny Natiora.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Marc RavalomananaNirary soa ny Malagasy tsy an-kanavaka

Niarahaba ny Malagasy mpiray tanindrazana rehetra na ny eto an-toerana na ny any ivelany i Marc Ravalomanana mivady omaly noho ny fitsingerenan’ny faha-59 taona nahazoana ny fahaleovantena.

 Raha mirary soa ho an’ny firenena amin’izao Asaramanitra izao dia mirary soa ny vahoaka Malagasy na ny kely na ny lehibe. Isika tokoa no maha firenena ny firenena koa mirary fahombiazana ho an’ny rehetra amin’izay sehatra misy azy avy, hoy ny hafatra nataony. Enga anie isika tsy hisy hiraviravy tanana na hialangalana amin’ny adidy sy andraikitra misy antsika amin’ny isan-tokantrano, ny isam-piarahamonina, ny eny anivon’ny asa ataontsika andavanandro. Tsy hanaradrian-drano fahatany ny zava-misy ihany koa fa hisaina tsara hatrany, ho sahy sy vonona hijoro amin’ny maha malagasy, hiady ho an’ny Malagasy fa izany no hampijoro sy hampandroso ny firenena. Hiara-paly isika anio, hoy izy omaly, nefa tsy hanao fety fotsiny fa mba iainana isan’andro ary tandrovina sy arovana tsara izany hoe fahaleovantena izany, amin’ny lafiny rehetra, ho antsika mianakavy izao, indrindra ho an’ny taranaka faramandimby, hoy ny filoha teo aloha Marc Ravalomanana.

Toky R

Tia Tanindranaza0 partages

Lanonana teny MahamasinaSambany tsy noraisina ben’ny tanàna ny filoha

Nahariharin’ny filoham-pirenena Andry Rajoelina ny tsy fiarahany miasa amin’ny kaominina Antananarivo Renivohitra (CUA).

 

 Samy nahatsikaritra ny rehetra fa tsy nandray ny filohan’ny Repoblika ny ben’ny tanàna Lalao Ravalomanana na dia efa vonona ny amin’izany aza ity farany niaraka tamin’ny samboady. Isan-taona anefa dia tahaka izany foana amin’ny maha mpampiantrano ny lanonana ara-panjakana ny CUA. Mba nisy ihany ny olana teo amin’ny CUA sy ny fanjakana HVM tamin’ny fotoan’androny fa nifanaja sy tsy nifanalabaraka ny filoha sy ny ben’ny tanàna. Fetim-pirenena mantsy io ka tsy hijerena loko politika, nabaribarin-dRajoelina kosa izany omaly. Efa ny maraina ny Tale ao amin’ny CUA miadidy ny fotodrafitrasa vao nampahafantarin’ny ao amin’ny Fiadidian’ny Repoblika fa miova ny fandaharam-potoana. Omaly maraina ihany koa vao nahalala ny ao amin’ny CUA fa tsy ery ambony ny fitoeran’ny filoha fa ery ambany. Tao anatin’ny 59 taona izay vao nisy filoham-pirenena nibaiko mivantana sy ampahibemaso ny foloalindahy. Fanovana mitondra amin’ny fampandrosoana sy hanasoa ny vahoaka tokoa ve ? Sa fanovana entina hanaovana « culte de personnalité » an-dRajoelina ? (sary eran’ny tanàna amin’ny sainam-pirenena, lokon’ny parachute natao volomboasary…). Tena noporofoin-dRajoelina ary fa tsy vonona hiara-kiasa amin’ny ben’ny tanàna izy. Mizotra amin’ny fanjakana tsy refesi-mandidy na «régime totalitaire» isika. Tsy misy toerana ho an’ny demokrasia intsony eto Madagasikara.

Toky R

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

FAZSOI nanao matso tao MahamasinaFisehon`ny tsindry ara-tafiky ny Frantsay

Ny FAZSOI (Forces Armées de la Zone Sud de l`Ocean Indien), izay andian-tafika frantsay aty amin`ny Faritra atsimon`ny Ranomasimbe indianina dia nandray anjara tamin`ny matso lehibe teo Mahamasina omaly.

 

Tiana hasongadina ny fandraisana anjara amin`ireo mpitandro filaminana vahiny, hoy ny teo anivon`ny seraseran`ny Tafika Malagasy. Izy ireo dia marihana fa manao matso foana eto Madagasikara. Isan-taona dia misy ny fanazaran-tena iraisam-pirenena iarahan`ny tafika Malagasy sy ny aty amin`ny faritra ranomasimbe indianina. Rehefa vita ny fanazaran-tena dia misy matso saingy tsy mbola nisy izay teto Antananarivo. Misy fiaraha-miasa ary mandray anjara amin`ny fiarovana ny sisin-tany eto amintsika ihany koa ireo sambo avy amin`ny tafika frantsay izay mitoby ao La Réunion miaraka amin`ny sambo Malagasy mitoby any Antsiranana na Nosy-Be na Sainte-Marie ary Mahajanga. Tsy ny fandraisana anjara no olana fa ny fisehon`ilay tsindry ara-tafiky ny Frantsay aty amin`ny faritra atsimon`ny ranomasimbe indianina. Na ahoana na ahoana, dia tafika frantsay foana izy ka ny tombontsoa frantsay no arovany voalohany Dia tsy hay intsony aloha raha tena fahaleovantena izao na famerenana ny tantara fahiny e .

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fetim-pirenena nihosin-dra16 maty, 80 naratra, 4 tena ahiana ny ainy

Loza sy faty olona no niafaran’ny fety nentina nanamarihana ny faha-59 nitsingerenan’ny fahaleovantena teny Mahamasina omaly alarobia 26 jona. Vokatry ny fifanosehana teo am-bavahady hijery “Podium”,

 

dia olona manodidina ny 96 no voatery naiditra tetsy amin’ny hopitaly HJRA Ampefiloha noho ny ratra nateraky ny fianjerana, ka voatsindry, naratra mafy, tery, sempotra,... Raha ny loharanom-baovao azo tamin’ny Lehiben’ny hopitaly ny Pr Olivat Rakoto Alson omaly tokony ho tamin’ny 8 ora alina, 16 no namoy ny ainy. 80 teo ho eo no mbola nanaraka fitsaboana, ka ny 4 eo no tena voa mafy na ao anatin’ny “état critique”, ka ny iray dia tena efa nampanahy omaly. Tanora ny ankamaroan’ireo namoy ny ainy ary misy zazakely iray 4 taona. Ny tahaka izao no ilana fandaminana sy filaminana mila tandrovina hatramin’ny farany fa tsy vita ny lanonana ara-panjakana dia manomboka ny baranahiny sy ny gaboraraka. Tsy sanatria manakiana be fahatany fa rehefa dinihina miainga amin’izao toe-javatra izao dia nandritra ny fisian’ny filoham-pirenena sy ny olo-manankaja samihafa no tena tena notandrovina ny filaminana ary nandraisana fepetra. Tsy vao izao no nisiana faty olona teny Mahamasina taoriana fety tahaka izao, fa ny 25 janoary 2014 taorian’ny fianianan’ny filoha Rajaonarimampianina tamin’izany, dia nisy ilay fipoahana niseho nahafatesana olona. Ny 26 jona 2016 dia nisy ihany koa ny tahaka izany ka 2 maty ary 89 naratra vokatry ny fipoahana taorian’ny firavan’ny olona. Ny 9 septambra 2018 tamin’ny lalao baolina kitra nifanandrinan’ny Barean’i Madagasikara sy ry zareo Senegaley koa dia nisy faty olona noho ny fifanisihana tahaka izao.

 

Nankahery ny fianakavian’ireo maty sy naratra omaly hariva ny filoha Andry Rajoelina sy ny filoha Roandey Paul Kagame nandritra ny valan-dresaka ho an’ny mpanao gazety nataon’izy ireo teny Iavoloha ary nanambara fa ho raisin’ny fanjakana Malagasy an-tanana ny fikarakarana ireo niharam-boina rehetra.

Tia Tanindranaza0 partages

Dobo-tafondro 21Nahena ny herin’ny vanja napoaka

“Nahena ho antsasaky ny fidoboky ny tafondro ny feony sy ny heriny, omaly 26 jona teo Mahamasina”.

Tia Tanindranaza0 partages

Kaonty hosoka facebookNofonjaina ilay mpandrahona nitaky 4 tapitrisa ariary

Naiditra am-ponja vonjimaika mandra-pitsara azy ny mpanao telefaonina avy any Toamasina naka ny sary mamoafady ana vehivavy iray. Norahonany ity farany handoa vola ho tambin’ny tsy

Tia Tanindranaza0 partages

ANTOHOMADINIKAMpanao sinto-mahery 6 tra-tehaky ny polisy

Zatovolahy 6 no hiakatra fampanoavana anio alakamisy 27 jona noho ny raharaha fanendahana nanararaotra ny hamaroan’ny olona tao anaty fety. Ny talata maraina vao mangiran-dratsy sahabo ho

Tia Tanindranaza0 partages

Rocade Ivato - TsarasaotraOlona roa naratra mafy noho ny fiara efatra nifandona

Nahazo vahana tato ho ato ny fandosiran’ny fiara nahavanon-doza. Eo am-pitadiavana ilay fiarabe fototry ny lozam-pifamoivoizana mahatsiravina ny mpitandro filaminana.

 Fiara miisa efatra nifandona teo amin’ny lalam-baovao manodidina an’Ambodifasina, 5 km tsy hiditra an’Ivato, ny talata 25 jona teo. Tokony ho tamin’ny 2 ora sy sasany tolakandro no nitrangan’ny lozam-pifamoivoizana raha ny fitantaran’ireo niharam-boina. Araka ny fampitam-baovao ofisialin’ny polisim-pirenena, kamiao nivily niankavia tampoka tsy nandefa jiro famantarana no niteraka ny fifandonana. Fiara telo no nifandona izay notatazan’ilay fiarakodia ho any Ivato. Potika tanteraka ity farany izay saika hihazo ny seranam-piaramanidina iraisam-pirenena. Naratra mafy ilay lehilahy mpamily sy ny vehivavy teo anilany. Nentina maika namonjy toeram-pitsaboana ireo naratra. Ilay fiarabe fototry ny loza kosa nitsoaka. Tonga niara-nanao ny fizahana teny an-toerana ny polisy sy ny zandary ary efa misokatra ny fanadihadiana.

Haja Nirina

 

Tia Tanindranaza0 partages

TAMIA sy fetim-pirenenaNahatsiaro an’ireo ankizy sy marefo ara-pivelomana

Toy ny fanaony isan-taona rehefa fetin’ny Asaramanitra tahaka izao dia nanatanteraka asa sosialy mahazatra azy indray ny fikambanana Tamia « TAnora MIAntsehatra » araka ny tarigetra napetrany tany am-pananganana ny fikambanana tamin’ny taona 2011,

 

dia ny “miady amin’ny fitiavan-teny sy manolotra tsy misy takalony. Teny amin’ny fokontanin’Ambohimirary Ambatokaranana  ary izy ireo, notarihan’ny filohany, Randriamahefa Benjamina, no nanolotra fotsim-bary ho an’ireo zokiolona sy marefo ara-pivelomana  ao amin’ity fokontany ity sy harendrina hoan’ny kilonga madinika koa tamin’ny talata 25 jona 2019 ankatoky ny fetin’ny fahaleovantena  mba hahazoana ny rehetra misitraka izany fety izany fa tsy hijerena saranga ny fankalazana an’izany fetim-pirenena izany.

 

Tia Tanindranaza0 partages

MINISTERAN’NY SERASERA

Midona amin’ny tamboho tanteraka ny minisiteran’ny serasera. Ny fampitana mivantana ny 26 jona natao tamin'ny Tvm tamin'ity taona ity no isan'ny ratsy indrindra teto amin'ny tantara-pirenena ary feno fanakianana izany tetsy sy teroa.

 

Tsy mahafehy ny sehatra ireo mpitantara no miteniteny foana mitarika hatramin'ny resaka fanavakavaham-bolon-koditra. Tsy voafehy ihany koa ny lafiny teknika indrindra fa ny feo kanefa dia efa amam-polo taonany no nanaovana an'io fampitana mivantana io. Midina tanteraka ny fijerin’ny olona ny minisiteran’ny serasera sy ny ekipany. 

 

NIHEVI-TENA HO TAPI-PAHAIZANA

 

Tadiavina ho ireo mpanao gazety indray no horoahina momba ny tsy fietezana omaly. Ekena ny tsy fahafehezan’izy ireo ny asany no ho tsy fahafahantarana ilay sehatra hotantaraina mivantana, fa kosa iza no tompon’andraikitra nanendry  ary tsy mba nisy andràna akory ve alohan’ny fanendrena ? Manarak’izay, tsy mba nisy fakana lesona tamin’ny nataon’ny teo aloha ve, dia ny fakana ny manam-pahaizana isam-bondrona (miaramila, zandary, polisy, mpandraharahan’ny fonja…) hanampy amin’ny fitantarana ny matso. Heverin’ny minisiteran’ny serasera fa hainy avokoa ny zava-drehetra dia ireny no vokany. 

VOAHILIKA KANEFA NIASA MAFY

 

Maro ny tsy nahazo fanasàna teny Mahamasina kanefa isan’ny niasa mafy tamin’ny fanatontosana iny hetsika iny. Sendaotra ny maro tamin’izy ireo omaly satria toa lasa misy fanavakavahana izany tamin’ny fanasàna ny olona, indrindra ny tompon’andraikitra ambony izay nentina teny. Lasa mifampiahiahy ankehitriny ny samy lehibe satria iaraha-mahalala ny fitiavan’ny malagasy mpitondra voninahitra. Toa fanompàna azy ireo izany hoe tsy nankeny Mahamasina izany amin’ny toerana izay tazominy. 

VOATAFIKA NY GALANA ANKORONDRANO

 

Nisy nanafika ny Galana Ankorondrano ny alin’ny 25 jona. Efa teo am-piomanana ny hanidy tsena ity toeram-pivarotan-tsolika ity no tonga ary niandry ireo fiara faramparany izay naka solika ho vita. Teo no tonga tampoka ny roa lahy mitam-basy ary naka ny vola teny amin’ny pompistes, tao anaty trano ary koa tamin’ireo mpamily fiara izay tratran’izy ireo teo. Tonga teo ny minisitry ny polisy nony avy eo ary nanentana mba tsy hisalasala ny hiantso azy ireo rehefa misy ny asan-jiolahy. Tsy efa izany foana ve moa ? 

VOAKIANA NY MPITANDRO FILAMINA

 Nataon’ny fikambanana iraisam-pirenena mpanara-maso ny zon’olombelona, Amnesty International, ho mifanandrify amin’ny fankalazana ny fetim-pirenena izay sady fetin’ny foloalindahy ny fanambaràny mahakasika an’i Madagasikara. Izany dia momba ny tokony handraisana fepetra maika sy matotra mba hampitsaharan’ny mpitandro ny filaminana malagasy ny famonoan’olona etsy sy eroa. Notanisain’izy ireo avokoa ny tranga mahatsiravina rehetra mba hanaporofony fa araky ny maso iraisam-pirenena ny tsy fanajàna ny vonoan’olona ataon’ireo mpitandro ny filaminana eto amintsika. Fantsy tanteraka. 

RAHARAHA TSIPOAPOAKA TANY TOAMASINA

 

Raha tsy nitatatata tamin’ny haino aman-jery sy ny gazety isan-karazany ny havan’ilay ramatoa nitondra vohoka izay nidoboka am-ponja tao Toamasina dia tsy afaka mihitsy io farany. Nandeha ny fitsaràna ary nahazo fahafahana noho ny fisalasalàna izy. Raha tsiahivina dia mba niteny ny zaza iray izay hay zanaka mpitsara, izy ny mba hanapoahana tsipoapoaka eo amin’ny tokontaniny. Avy hatrany anefa dia tezitra ny renin’ilay zaza, izay mpitsara, raha naheno izany ary nampihatra ny fahefany ka nampidoboka am-ponja olona.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Franck RajaonarisambaTsy misy ekipa madinika izany intsony miatrika ny CAN

Efa tena mivoatra ny ekipa rehetra miatrika ny CAN Egypte 2019, hoy i Franck Rajaonarisamba mpanazatra nasionaly Malagasy manana ny “Licence A”

Tia Tanindranaza0 partages

Basket-ball Tournoi MilayHotanterahina any Antsohihy ny andiany faha-36

Hotanterahina any Antsohihy Faritra Sofia manomboka rahampitso zoma 28 jona ka haharitra hatramin’ny alahady 30 jona 2019 ny fifaninanana basikety hivoizana ny ady amin’ny Tazo Moka andiany faha-36 karakarain’ny Ong ASOS

  Madagascar «Actions socio-Sanitaires et Organisation Secours » miaraka amin’ireo mpiara-miombon’antoka maromaro ka hivoizana ny lohahevitra : “Izaho handray andraikitra, ho foana ny tazomoka”. Distrika 11 no fantatra fa handray anjara amin’ity hetsika ity dia Antsohihy, Mandritsara, Befandriana, Bealanana, Analalava, Port Bergé, Mampikony, Ambilobe, Ambanja, Nosy Be ary Brickaville. Ny sokajy senior lehilahy sy vehivavy no handray anjara ao amin’ny kianjan’i Bruce, kianjan’ny Zandary any Antsohihy ary ao amin’ny kianjan-dry Masera.

 

Tia Tanindranaza0 partages

CAN Egypte 2019Hiaka-tsehatra fanindroany anio ny Barean’i Madagasikara

Anio alakamisy 27 jona 2019 any amin’ny kianjan’i Alexandrie any Egypte manomboka amin’ny 5ora30 hariva Malagasy no hiaka-tsehatra fanindroany

amin’ny fifaninanana CAN 2019 tontosaina any Egypte ny Barean’i Madagasikara ka hikatroka amin’ny ekipam-pirenen’i Burundi. Toy ny tamin’ny andro voalohany nandraisany anjara dia hiombom-po tanteraka amin-dry Faneva Ima sy ny namany indray anio hariva ny Malagasy maro an’isa, indrindra ny mpitia baolina kitra Malagasy. Fihaonana 2 ao amn’ny Vondrona C   kosa no hanaraka an’io lalao io  ka amin’ny 8ora alina Malagasy : Senegal # Algerie  ary amin’ny 11 alina Malagasy : Kenya # Tanzanie.

.

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fanarahana ireo lalaon’ny BareaHo avo 10 heny ny tolotra aterineto

Fety 2 sosona, hoy ny avy eo anivon’ny orinasam-pifandraisana Telma,

 no hatrehintsika amin’izao fotoana izao dia ny tompondakan’i afrika ho an’ny taranja baolina kitra handraisan’ny Barean’i Madagasikara anjara atsy Ejipta sy ny fetim-pirenena Malagasy. Avo 10 heny amin’ny mahazatra, noho io antony io, no tolotra aterineto hatolotr’izy ireo ho an’ny mpanjifany amin’ny alalan’ilay tolotra “Telma net one Day” mba hahafahan’ny rehetra manaraka ny vaovao rehetra momba ny ekipam-pirenentsika. Mbola maro koa anefa ireo tolotra fanampiny toy ny fahafahana mampihena kokoa ny saran’io amin’ny alina. Tanjona ny fahafahan’ny rehetra miray fo sy manohana ny Barea satria isika rehetra miaraka Barea.

J. Mirija

 

Tia Tanindranaza0 partages

Nicolas DupuisHanova stratejia

Hiova hafa mihitsy ny firafitry ny Barean’i Madagasikara amin’ny fihaonana amin’i Burundi anio ao anatin’ny fiadiana ny tompondakan’i Afrika amin’ny baolina kitra atsy Ejipta,

 raha ny fanazavan’ny mpanazatra ny ekipam-pirenena Malagasy, Nicolas Dupuis. Hiova ihany koa ny stratejia satria tsy mitovy ny filalaon-dry zareo Borandey sy ny Gineanina, izay nihaona tamintsika tamin’ny andro voalohany. Manana filalao mirindra ary azo lazaina ho mpifanandrina matanjaka ny Burundi , hoy ny fanazavany, saingy tsy sakana handresena azy izany. Ity lalao ity rahateo no hany antoka ambony hananana fanantenana hiakarana any amin’ny ampahavalon-dalana.

J. Mirija

 

 

Tia Tanindranaza0 partages

AfomangaKarazany vaovao no nampiasaina

Nanomboka tamin’ny 6 ora hariva dia efa rakotra olona teny Anosy ny 25 jona lasa teo, niandry ny fipoahan’ny Afomanga.

 Tamin’ny 7 ora kosa ny fipoahana voalohany ilay antsoina hoe « annonce », izay fisintonana olona hijery. Karazany vaovao tsy fampiasa teto Madagasikara no nampiavaka ny tamin’ity, izay naharitra 45 minitra. toy ny “200 soutes”, “bombes à trois pouces”, ny “ciel”, ilay tafiakatra hatramin’ny 175 metatra miala amin’ny tany, ary ny PAC « pari rafale ». Niova ihany koa ny fametahana ny afomanga, ny isan’ny napoaka raha noharina tamin’ny taon-dasa. Samy nanao avokoa ireo kaominina manodidina an’Antananarivo toa an’i Itaosy, Ampitatafika, Andoharanofotsy, Ambohidratrimo… saingy samy nanana ny lerany.

 

Marigny A.

Tia Tanindranaza0 partages

Fetim-pirenena 26 jona teny IvatoTontosa tao anatin’ny fifankatiavana sy ny firahalahiana

Tontosa tao anatin’ny fifankatiavana sy ny firahalahiana ny fankalazana ny tsingerin-taona faha-59 niverenan’ny fahaleovantena, ho an’ny kaominina Ivato.

 

 Izay ihany, hoy ny Ben’ny tanàna Penjy Randrianarisoa no hany vahaolana tokana hahafahana mampandroso ny firenena ary mbola vonona izy ireo ny haneho izany amin’ny mpiara-belona. Fotoam-pivavahana nitondrana am-bavaka ny firenena sy nanomezam-boninahitra an’Andriamanitra no nisantaran’izy ireo ny lanonana, omaly ka antoko mpihira avy amina fiangonana maro isan-tsokajiny no nandray anjara. Nitohy tamin’ny matso lehibe nandraisan’ireo fikambanana, mpianatra, hery velona maro samihafa ao anatin’ny kaominina anjara ny fotoana nofaranana tamin’ny fizarana bisikoitra sy vatomamy. Mahay mandray lesona moa ny kaominina Ivato raha tsiahivina satria dia tsy nisy ny fiaraha-misakafo taorian’ny lanonana nisorohana ny fandanindaniam-poana. Naleon’izy ireo nividianana fanomezana ho an’ireo olona sahirana izany ka olona miisa 150 no nahazo tombontsoa ny talata 25 jona.

 

Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Fisavana tetsy Mahamasina Nampijaly ny mpanao gazety

Nampitaraina mpanao gazety maro ny fihetsika nataon’ireo mpiambina niasa teo amin’ny vavahady fidirana niditra tao amin’ny kianjaben’i Mahamasina, nanaovana ny matso omaly.

 

 Ankoatra ny fisavana ny vatana iray manontolo, maro ireo fitaovana tsy azo nentina niditra tao an-toerana toy ny cable miasa amin’ny fitaovana fakan-tsary, ny power bank izay miantoka ny fahafahan’ny finday mandeha, indrindra ho an’ireo mampita ny vaovao mivantana, ny écouteur…. Tsy nisy anefa ny toerana  nahafahana nametraka izany ka voatery nivoaka nitady olona indray ny mpanao gazety vao afaka niditra nefa ny ora efa nandeha,  ireo manampahefana efa niditra. Tsy nisy ihany koa ny filazana mialoha nahafahana niomana, hany ka nahatsiaro sahirana ny rehetra. Nisy tamin’ireo mpanao gazety no in-telo voasava vao tafiditra tanteraka. Nosavaina hatramin’ny poketra fitoeram-bola mihitsy omaly izay somary nahavariana ihany.

 

Marigny sy Pati

 

Tia Tanindranaza0 partages

Maire Bonnie Alakamisy FenoarivoMivonona hirotsaka ho ben’ny tanàna indray

« Ny Kaominina amin’izao dia manana fahaizan-manao kokoa ny ben’ny tanàna sy ny ekipany ka natao haminavina ho an’ny taranaka”, hoy Andrianaivo Rakotobe Jean Christian na Maire Bonnie eny Alakamisy Fenoarivo,

 

 taorian’ny fanambarana nataony fa mbola mivonona hiatrika fifidianana ben’ny tanàna ny tenany. Nomarihiny fa ny tenany no nahita ilay famatsiam-bola avy amin’ny Vondrona Eoropeanina hanaovana tetikasa goavana iarahana amin’ny kaominina Ampitatafika. Tsy zakan’ny kaominina iadidiny irery izany satria nila nanana 1 miliara ariary vao mahazo ilay famatsiam-bola. Ny « compte administrative » nananany anefa 400 tapitrisa ariary. Nifampiresaka ireo ben’ny tanàna roa tonta ka izao nahazo famatsiana izao izay iarahana mitantana amina fiarahamonim-pirenena. Manana fifandraisana amin’ny any ivelany ny Maire Bonnie ka mbola namerina fisaorana ny vondrona Eoropeanina amin’ny fahatokisana. Paikady napetrany rehefa hanao zavatra dia mijery mpamatsy vola ivelany sy mpandraharaha anatiny ihany koa. Politika napetraky ny kaominina rahateo ny fahaleovantena ara-bola. Ho azy dia tsena no hitany fampidiram-bola mivantana ka nananagana toerana azo hivarotana 20 m ny sakany ary 32 m ny halavany mahazaka mpivarotra 160 izy. Fito volana no nanaovana ny tsena ka nahazoana tetikasa teo anivon’ny famatsiam-bola avy amin’ny masoivoho alemana. Hiezaka ny kaominina haneho ny fampandrosoana avy aty ifotony, indrindra handrindra ny vinan’ny mpitondra foibe amin’ny vinan’ny eny ifotony. Manantena ihany koa ity ben’ny tanàna avy amin’ny antoko TIM ity fa hojerena koa ny drafitra fanajariana. Efa manomboka ho tanàn-dehibe Alakamisy Fenoarivo raha ny nambarany ka mila harindra ny fomba fiasa.

Marigny A. sy Pati

 

La Vérité0 partages

FIJEF 2019 - Livaniaina Razanjafy remporte le premier prix

L’heureux élu parmi les 200 entrepreneurs. Livaniaina Razanjafy a remporté, cette année, le concours de projet durant le Forum international jeunesse et emplois verts grâce à son projet « Ikiray Miel de Madagascar ». Le Forum s’est déroulé pendant trois jours à savoir du mardi au vendredi derniers au Centre de conférence international Ivato (CCI). Les noms des lauréats du concours ont été dévoilés au vu et au su de tous, durant la cérémonie de clôture le jour vendredi. « Parmi plus de 120 candidatures, 30 présélectionnés ont pu défendre leurs projets d’entreprise devant un jury d’experts. Les 10 meilleurs projets ont été primés par un accompagnement de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) qui leur permettra de promouvoir et démarrer leurs activités», énumère le communiqué officiel. Il faut dire que c’est un grand honneur pour Madagascar, étant donné que le concours s’est adressé à tous les jeunes ressortissants issus de sept pays de l’Océan Indien. Le jeune homme de trente ans a ainsi gagné un financement de 3000 euros et le trophée du meilleur entrepreneur. « Je suis très heureux de remporter ce prix. Mes efforts ont fini par payer malgré les galères que j’ai traversées. Au départ,  j’ai pris le risque d’investir dans le projet en dépit de  mon grand besoin de financement. Je me suis même endetté. Maintenant,  j’ai la chance  de pousser mes projets encore plus loin », s’exprime avec joie Liva.

 A titre d’information, l’évènement a été organisé par l’OIF et son Bureau régional Océan Indien, en partenariat avec le Gouvernement de Madagascar à travers le ministère de la Jeunesse et des Sports. Cette année, le thème s’intitule « Une jeunesse entreprenante et engagée pour une croissance durable et inclusive ».  De ce fait, l’objectif consiste à réunir des jeunes promoteurs francophones porteurs de projets générateurs d’emplois décents et durables dans le secteur de l’économie verte.  Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

La longue attente

Les neuf membres de la Haute cour Constitutionnelle (HCC) font attendre. Les hauts Conseillers d'Ambohidahy, imperturbables et impavides, travaillent laborieusement avec toute la discrétion nécessaire. Apparemment, ils récusent toute tentative de les impressionner encore moins de les influencer. Normalement, comme on le laissait entendre, la proclamation des résultats officiels et définitifs des Législatives du 27 mai aurait lieu le 1er juillet 2019. Sauf contretemps de la part d'Ambohidahy, il nous reste 72 heures pour avoir le cœur net sur les tenants et aboutissants de la nouvelle composition de la Chambre basse. Mais, pour y arriver l'attente sera longue.

 

Après la clôture de la réception des requêtes ou plaintes, le 18 juin dernier, sur les éventuelles irrégularités ou fraudes lors du scrutin du 27 mai, la HCC a reçu 300 dossiers de requêtes. Un record historique ! En effet, les législatives du 27 mai ont battu tous les records. Pour 151 sièges, le nombre total des dossiers déposés s'élevait à 855. Les candidats retenus officiellement par la HCC sont au nombre de 803 avec une proportion importante du nombre d'indépendants.

Ainsi, les Juges d'Ambohidahy doivent se pencher sur les 300 dossiers de requêtes déposés tout en respectant le calendrier prévu. En se référant à la date butoir du 1er juillet, ils ne disposent en tout et pour tout que 12 jours pour « diagnostiquer » scrupuleusement et laborieusement cas par cas les dossiers. Un travail de fourmis harassant et épuisant auquel les Hauts Conseillers ne pourront pas se dérober. Chaque cas mérite une étude ou une attention particulière. Méticuleux comme il est, Jean Eric Rakotoarisoa ne laissera aucune chance ni opportunité de brèche aux détracteurs de dénigrer son Institution. Les candidats d'opposition notamment ceux du TIM et certains des indépendants ne manqueront jamais l'occasion de fustiger les membres de la HCC dans le cas où les résultats qu'ils publieraient vont confirmer les chiffres officiellement provisoires proclamés par la CENI. Ils (les opposants) attendent de pied ferme et avec impatience l'issue des travaux.

Pour beaucoup d'observateurs, il serait hasardeux de la part de la HCC de s'écarter loin des résultats provisoires affichés par la CENI. Pour la simple raison que les deux Instances se sont tablés à partir des mêmes dossiers (les P.V.) émanant des SRMV des 119 Districts que comptent le pays du moins pour la majeur partie des cas.

Dans tous les cas de figure, le TIM de Ravalomanana n'espère pas beaucoup de choses des résultats des travaux de la HCC. Les expériences du passé montrèrent qu'Ambohidahy et Alarobia, ayant une méthode de travail à peu près identique, affichèrent une solide base de… solidarité. Les Commissaires nationaux d'Alarobia et les Hauts conseillers d'Ambohidahy sont tous jaloux de l'honneur de leur Institution respective.

Seulement, Ravalomanana et ses acolytes vont toujours, quels que soient les résultats, dénoncer le verdict. Toujours inconsolable et difficilement rétabli de la mésaventure des dernières présidentielles, l'ancien Chef de l'Etat broie du noir. Le probable échec aux législatives sonnerait comme une seconde déroute du parti qui serait encore plus difficile à digérer. Pire, ce serait un début de déclin que Ravalo appréhenderait au plus haut point.

La longue attente prendra fin incessamment. La Plateforme de partis partagent le même chemin avec le Président Rajoelina, et attendre avec sérénité le verdict.

Ndrianaivo

La Vérité0 partages

Coupe d'Afrique des Nations 2019 - « Alefa Barea »…le rêve continue !

Première victoire. L'équipe des Barea de Madagascar a connu son premier succès à la phase finale de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) 2019, en Egypte. C'est aux dépens du Burundi que la sélection malagasy a obtenu ses trois premiers points, créditant ainsi de quatre unités son compte.

 

Une rencontre largement dominée par les Malagasy dans les 45 premières minutes mais ni Faneva Ima, ni Carolus Andriamahitsinoro n'ont pu réussir à  glisser la balle au fond du filet burundais. L'homme en noir a également omis de siffler un penalty en faveur des Barea. Les Burundais ont, eux aussi, eu une occasion de marquer mais face à un Melvin Adrien d'un grand jour, elle était vaine. C'est sur ce score vierge que les deux formations regagnaient les vestiaires à la pause. Dans la seconde période, l'équipe malagasy semble avoir perdu sa verve et se contentait de défendre et de procéder par de timides contre-attaques. Les changements opérés par le coach Nicolas Dupuis n'ont presque rien changé à la physionomie de la rencontre. Il a fallu attendre un coup franc savamment tiré par Ilaimahiratra Marco à la 73e minute et dont la balle est hors portée du gardien de but burundais pour que les Malagasy d'Egypte, de l'Océan Indien et de Madagascar se libèrent enfin et explosaient leur joie. Un avantage maintenu jusqu'au coup de sifflet final matérialisant la première victoire des Barea, accueillie par des coups de klaxon dans les rues de la Capitale malagasy et dans les autres régions de la Grande île.

A la seconde place de son groupe derrière les intouchables nigériens des Super-Eagles (6 points), l'équipe des Barea peut continuer à rêver d'une qualification en huitièmes de finales. Une belle prouesse pour une formation qualifiée à raison par les observateurs comme l'une des novices à la compétition. Le plus dur reste à venir mais l'espoir de voir les Barea à ce stade de l'épreuve semble de mise.

Pour ce, il suffit à la bande d'Abel Anicet d'arracher un match nul à la dernière journée des rencontres de groupe, face au Nigeria. Les Barea devront ainsi sortir leur meilleur jeu afin d'avoir leur sort entre les mains sans se soucier du résultat de l'autre rencontre, Guinée-Burundi. Une défaite des Barea les mettra en ballotage avec la Guinée si cette dernière gagne son  match devant le Burundi, déjà éliminé de la compétition. Un duel à distance entre Madagascar et Guinée pour la seconde place qualificative se profile à cette ultime journée. Mais au pire des cas, c'est-à-dire une défaite devant le Nigeria associée à un large succès de la Guinée  face au Burundi, Madagascar pourrait encore continuer encore sa CAN 2019 en étant l'une des quatre meilleures troisièmes des six groupes constitués à la CAN… Le rêve continue !

La Rédaction

La Vérité0 partages

Amnesty international - Des mesures décisives pour cesser la torture et les homicides

« Il faut que les autorités malagasy prennent immédiatement des mesures pour que toute personne soupçonnée d'une quelconque infraction soit protégée de la torture et de toute autre forme de mauvais traitements. Et que des mesures décisives soient prises pour faire cesser la torture et les homicides imputables aux forces de sécurité », tel est le dernier rapport de l'Amnesty international publié le 26 juin dernier concernant Madagascar dans le cadre de la célébration de la Journée internationale pour le soutien aux victimes de la torture.

D'après ce rapport, les actes de torture et autres mauvais traitements imputables à la Police et à l'Armée sont une pratique courante qui s'inscrit souvent dans le contexte de la lutte contre les voleurs de bétail. En effet, l'Amnesty international a apporté quelques exemples comme une affaire datant de janvier 2009 concernant la mort de 8 hommes à Betroka dans le sud de Madagascar, les 3 hommes accusés d'avoir volé des armes à feu ont été retrouvés morts, ligotés dans la rivière Onive au niveau de la ville d'Ampitatafika, le 31 mai et enfin le cas d'un étudiant de 19 ans retrouvé mort, en avril, après avoir passé la nuit en garde à vue à Maroantsetra. Il a été arrêté la veille pour un cambriolage présumé.

Face à la propagation de ce phénomène, les autorités malagasy devraient prendre des mesures décisives pour éliminer cette culture bien ancrée de l'impunité qui entoure les homicides, la torture et les autres formes de mauvais traitements perpétrés par les forces de sécurité. « Depuis quelques années, nous constatons une multiplication des actes de torture infligés à des voleurs de bétail, et nous observons parfois des homicides odieux. Cependant, les responsables ne sont pas inquiétés, ce qui nourrit le climat d'impunité, a déclaré Deprose Muchena, directeur du programme Afrique australe à Amnesty International.

Et de poursuivre : « Les autorités malgaches doivent s'attaquer sans délai à l'impunité dont jouissent les auteurs d'actes de torture et d'autres mauvais traitements. Il faut commencer par mener des enquêtes efficaces sur tous les cas connus ou signalés et démettre immédiatement de leurs fonctions officielles les auteurs présumés en attendant les conclusions des investigations. Ces personnes doivent être traduites en justice dans le cadre de procès équitables. Il faut que les victimes et leur famille aient accès à des recours efficaces et à la justice ».

 Recueillis par Anatra R.

La Vérité0 partages

Agression d’un reporter-photographe au Palais des sports - Les policiers condamnés avec sursis

 Vers mi-mai dernier, Njara, ce reporter-photographe au sein du quotidien Free-News, a été passé à tabac par des policiers, lors de l’exercice de ses fonctions au Palais des sports Mahamasina. A la suite d’une plainte de la victime, le tribunal était saisi du dossier et a jugé les policiers en cause au cours de la semaine dernière. Hier, le verdict était tombé : la Justice condamne les fonctionnaires de police impliqués pour violence et voie de fait. Ainsi, ils sont obligés de verser chacun 200000 ariary à titre d’amende,  et ce,  avec sursis. Cependant, la Justice a été favorable à la requête de la partie civile des dommages à hauteur d’un million ariary. Ainsi, une page est  tournée sur cette affaire qui traduisait une longue période de bras-de-fer entre la Police et la presse locale. Notons que l’affaire remonte durant un match au Palais le 18 mai dernier lorsqu’un officier de police, ex-journaliste, a insulté publiquement le reporter-photographe victime, et ordonné la confiscation  de son appareil photo. Il y eut une mêlée occasionnant d’assez graves  blessures chez le reporter  et son outil de travail endommagé. 

Une querelle intestine, au sein d’un groupe de policiers présents sur les lieux, fut l’étincelle ayant mis le feu aux poudres. Car quelques secondes avant le dernier coup de sifflet, des policiers en tenue civile venus pour assister à la deuxième demi-finale du « Smatching », Mahamasina, ont eu une dispute. Tout cela n’a pas échappé à des journalistes qui ont été présents. Là, le reporter-photographe du quotidien « Free news » a eu le réflexe de les prendre en photo. C’était dans ces circonstances que l’un des éléments des Forces de l’ordre, un officier de police, et qui s’avère être un ex-journaliste fait-diversier, a remarqué ce geste et s’est précipité vers lui pour arrêter la prise. Des insultes avec des gros mots lui ont été adressés pour qu’il rende son appareil photo et efface le cliché. Pourtant, le journaliste s’est défendu et a exigé une explication. C’était donc le signal de départ à l’une des plus importantes brouilles ayant mis aux prises des agents des Forces de l’ordre et des journalistes.F.R

La Vérité0 partages

Réfection des routes - Reprise des travaux à Antananarivo

Suspendue durant deux jours, les 25 et 26 juin derniers à cause de la célébration de la fête de l'indépendance, la réfection des routes à Antananarivo a repris depuis hier. Sur ce, les axes concernés sont fermés à la circulation durant quelque temps. Il s'agit d'une portion de route à Androndra (passage à niveau), au marché d'Ambohimanarina jusqu'à la station Galana Ambohimanandray, la RN1 : Anosibe menant vers Anosizato, RN2 : Ankadindramamy jusqu'à Ampasampito,  RN7: Andoharanofotsy menant vers

 

Tanjombato. Par conséquent, les lignes 105, 112, 114, 194 devront, de nouveau, rejoindre les Digues. Pour la RN7 au PK 9 + 866 jusqu'à Anosy et Anosibe, seule une partie de la route est utilisable. Par ailleurs, la rue Andrianampoinimerina menant vers la RM1 Analakely et Soarano est déjà ouverte à la circulation.

Des avertissements ont été déjà faits avant le début de ces travaux, en plus d'une déviation pour chaque axe fermée. Afin de décongestionner la ville, le nombre des agents de la circulation qui travaillent dans les endroits stratégiques a été déjà multiplié depuis le commencement de ces travaux. Ils travaillent dès la matinée jusqu'à la nuit tombée.

Bien que ce projet engendre des chambardements dans la ville d'Antananarivo, les usagers sont du même avis, notamment les automobilistes. Outre l'amélioration de la circulation dans la ville, la lutte contre l'inondation, la réfection des routes est d'une importance majeure pour les automobilistes. D'après leurs explications, les dégâts occasionnés par la présence de nids-de-poule dans les rues sont majeurs. La perte de l'enjoliveur, le pneu crevé, la roue pliée ou brisée, le parallélisme des roues qui ne tient plus, des pièces de la suspension ou de la direction abîmée, des amortisseurs endommagés sont, entre autres, les dommages les plus fréquents.

Anatra R.

La Vérité0 partages

Mamisoa Fredy Andriamalala - « La Cogestion des îles Eparses  n’est ni un Système de « Protector...

Dans le cadre de la célébration de la fête de l’indépendance, la gestion des îles Eparses revient toujours sur la table de la discussion. Mamisoa Fredy Andriamalala, Docteur en Sciences politiques (politiques publiques) et diplômé de Recherche en économie du développement et Professeur de Finances publiques et d’Economie des Politiques publiques au département Economie de l’Université d’Antananarivo, nous livre une analyse économique, politique et diplomatique exclusive sur ce sujet. D’ailleurs, son ouvrage intitulé les « Chemins de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale et les Politiques Publiques associées », de 1.500 pages réparties en trois tomes, qui vient d’être publié apporte des éclaircissements sur les Politiques de développement dont la diplomatie économique. Contrairement à ce que l’on croit, cette cogestion ne remet pas en cause la souveraineté de l’Etat. Interview.La Vérité (+) : Qu’est-ce qui vous motive à vous exprimer sur le sujet délicat « Cogestion des îles Eparses » ?Mamisoa Fredy Andriamalala (=): Ma réflexion est un devoir universitaire de citoyen de bonne volonté. Elle propose essentiellement de rejeter toute idée ou tentative d’immobilisme dans la gestion des choses publiques  pouvant nuire l’intérêt de Madagascar à l’échelle internationale. De ce fait, il est un devoir de ne pas fermer les yeux et d’apporter des contributions modestes pour lancer un vrai débat sur le devenir des îles Eparses appartenant à l’Etat malgache.   Au vu et au su du monde entier que les résolutions prises par le système des Nations Unies en 1979 sur la restitution des îles Eparses à l’Etat malgache restent une lettre morte, sans portée ni pratique ni politique concrète. C’est l’impasse du juridisme international. C’est dans ce contexte qu’il faut lancer le débat pour trouver une alternative dans le cadre de l’accord de principe relative à la résolution de problème sur ces îles, déclaré conjointement par le Président de la République de Madagascar et son homologue français.

Ainsi, il est utile d’apporter des éclaircissements techniques et politiques sur les questions relatives aux îles Eparses qui font  l’objet d’un vif débat de contestation dans la sphère politique à Madagascar. La question qu’y surgit se résume comme suit : Est-ce que la Cogestion est-elle applicable et pertinente pour gérer les îles Eparses qui font partie intégrante du territoire de Madagascar, un pays souverain ?(+) : Qu’est-ce qu’exactement la cogestion ?(=) : D’abord, la Cogestion est un des outils de la Nouvelle Gestion Publique (New Public Management). Il s’agit de transposer le mode de gestion privé dans la gestion des affaires publiques pour optimiser la gestion des affaires publiques. La cogestion est une des formes de gestion participative, souvent utilisée au sein d’une entreprise ou organisation ouverte. La gestion participative peut être définie comme un mode de gestion utilisant un ensemble d’instruments techniques visant à faire partager le pouvoir décisionnel et à renforcer l’assise financière afin de responsabiliser l’ensemble des acteurs dans la poursuite des objectifs organisationnels.  La gestion participative peut concilier la participation financière et la participation à la gestion. (+) : Comment mettre en place un système de Cogestion  des îles Eparses s’il est inévitable de l’appliquer?(=) : La Cogestion ne s’applique pas sur une réalité homogène. Les instruments de participation sont conçus, par conséquent, sur la base d’un contexte particulier dont il faut tenir compte lors de la phase d’implémentation. Ainsi, il semble opportun de rappeler que La France et Madagascar, deux pays désireux de travailler de manière participative à la gestion des îles Eparses doivent choisir les modalités d’application s’adaptant à la réalité.  De plus, l’intensité de la participation dans la gestion de ces îles Eparses peut aussi être prise en considération.(+) : Est-ce un mode de gestion rigide ?(=) : La cogestion  est un instrument évolutif. Elle repose à la fois, en effet, sur deux éléments:D’une part, l’engagement et la volonté de la France et de Madagascar de travailler ensemble dans la  valorisation des Iles éparses,D’autre part, sur des facteurs externes liés à l’évolution économique, technologique,  sociale et politique. Les interactions entre ces deux éléments peuvent à tout moment modifier l’équilibre de l’organisation et demander un ajustement de la cogestion mise en place.(+) : Est-ce qu’il existe un pré-requis exigé à l’implémentation de la Cogestion des îles Eparses ?(=) : Les autorités qui désirent implanter un système de management participatif des îles Eparses se doivent d’être attentives à certains pré-requis, en particulier la négociation qui débouche à une Convention.En effet, la cogestion n’est pas un cadeau fait à la France mais une façon nouvelle et dynamique de renforcer les relations économique et diplomatique entre Madagascar et son ancien pays colonisateur. Ainsi, elle doit être considérée comme un mode novateur de collaboration.Vu sous cet angle, introduire une Cogestion des îles Eparses équivaut à procéder à une nouvelle répartition du pouvoir décisionnel. Il est donc primordial de débattre avec la France la forme que prendra ce nouveau mode de management et de pourvoir le négocier. Cette phase de négociation s’effectue dans un cadre organisé et clairement délimité. De plus, la cogestion implique de la part des deux pays qu’elle assure au sein de ces îles un esprit valorisant la souveraineté  de Madagascar, en tant que pays propriétaire légal et légitime. Le climat dans lequel s’opèrera le passage vers une décision de cogestion est un élément fondamental de réussite.  Il est essentiel de prévoir une structure d’organisation flexible de la cogestion afin d’assurer une large interdépendance entre ces deux pays, une nouvelle répartition du pouvoir et une grande transparence de gestion. (+) : Quel est le processus d’implémentation de la dite Cogestion des îles Eparses ?(=) : La mise en place de la cogestion est un processus qui s’inscrit dans le temps. Afin d’atteindre au mieux l’objectif visé à l’application de ce mode de gestion, les autorités concernées devront être particulièrement à l’écoute et ne pas hésiter à réorienter le projet initial, à l’expliquer et le cas échéant à retarder sa mise en œuvre opérationnelle selon le contexte économique et politique. La décision devra être particulièrement attentive à respecter l’analyse des attentes mutuelles de ces deux pays désireux de cogérer les Iles éparses. Il doit que la cogestion tiendra compte certains éléments tels que l’identification du besoin, la faisabilité du projet, la sensibilisation de la population ou de ses représentants, la mise en place d’un comité qui accompagnera le projet pilote, le diagnostic de la situation, la diffusion des résultats et des propositions, le suivi et évaluation du projet, etc.(+) : Donc, vous en tant que spécialiste, quelle est votre recommandation pour gérer et valoriser les îles Eparses ?(=) : La participation aux résultats est une forme de Cogestion. Elle consiste à intéresser la France aux résultats de l’exploitation économique de ces îles Eparses en lui demandant de fournir les investissements nécessaires. Elle peut s’effectuer par plusieurs modalités, entre autres, par le moyen de la participation aux bénéfices selon un pourcentage prédéfini. La forme de participation complète implique le rachat des îles Eparses par la France où la France souhaite gérer les îles Eparses sous tous ses aspects : production, financement, etc.La participation partielle permet à la France de devenir copropriétaire des îles Eparses dans lesquelles elle utilise son argent ou ses entreprises.La participation de la France à la propriété que ce soit partielle, soit complète, est inadmissible. Pourquoi ? Parce qu’au vu et au su de la communauté internationale et du peuple malgache, les îles Eparses appartiennent bel et bien à l’Etat malgache. De ce fait, dans le cadre de Cogestion, je dis haut et fort : Oui à la participation de la France aux résultats des exploitations des ressources minières et stratégiques et non à sa participation à la propriété partielle ou complète des îles Eparses.(+) : En quoi s’agit-il de manière plus explicite et précise ?(=) : A titre d’illustration, des conventions sur l’octroi des Permis de Recherche, d’Exploration et d’Extraction des gisements des minerais et des pétroliers devraient être mises sur pied dans le cadre de la Cogestion.En outre, quelle que soit la forme de Cogestion à appliquer, Madagascar devrait percevoir des redevances issues  des futures exploitations et valorisations économiques  des îles Eparses dans différents domaines: mines, tourisme et ressources halieutique et des divers prélèvements obligatoires tels que l’impôt sur les revenus des sociétés, l’impôt sur les revenus salariaux, les taxes de pollution, les doit des douanes, etc. (+): Est-ce que la Cogestion substitue –t- elle donc la souveraineté de l’Etat malagasy ?(=) : Non, quel que soit le niveau de transformation de l’économie mondiale et l’importance de la  géopolitique française à l’échelle mondiale, la rigidité de la souveraineté de l’Etat malagasy reste indispensable et doit s’appliquer sans ambigüe si la Cogestion des îles Eparses s’impose à nous. Dans cette optique, la Cogestion ne doit pas se réduire à un système de « Protectorat » au sens strict du terme ou à une participation à la propriété partielle ou complète de la France aux îles Eparses. Bref, la Cogestion des îles Eparses devrait se fonder sur la rigidité de la souveraineté nationale selon les intérêts économiques et juridiques  régionaux et internationaux réciproques.Propos Recueillis par  Solange Heriniaina

La Vérité0 partages

Président Paul Kagame - Le père-fondateur du « tagnamaro » quitte le sol malagasy

Pour la première fois, le Président rwandais Paul Kagame a foulé le sol malagasy en tant qu'invité d'honneur à la célébration du 59e anniversaire de l'indépendance de Madagascar, à la suite de l'invitation de son homologue malagasy Andry Rajoelina. Un séjour de 24 heures à Madagascar, Paul Kagame et son épouse ont quitté la Grande île, hier dans la matinée. Pour une fois, tout le monde est unanime de reconnaître le bien-fondé du choix du Président de la République Malagasy d'inviter son homologue rwandais de venir découvrir son pays. En effet, Paul Kagame n'est pas un illustre inconnu en étant le Président en exercice de l'Union africaine, un leader modèle dans toute l'Afrique voire dans le monde entier.

 

Ce n'est pas par hasard, que le Président français, Emmanuel Macron, a fait des pieds et des mains pour convaincre les autres pays membres de la grande famille francophone d'élire une ressortissante rwandaise en la personne de Louise Mushikiwabo au secrétariat général de l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) pour succéder à la Canadienne, Michaëlle Jean. Cette dernière était la favorite de l'ancien Président Hery Rajaonarimampianina pour se succéder à elle-même. Ce n'est pas étonnant ainsi qu'il avait poussé le luxe de snober la future Sg de l'OIF quand celle-ci voulait le rencontrer à Mauritanie, lors d'une réunion de la Francophonie. Louise Mushikiwabo voulait à l'époque s'entretenir avec le Président en exercice de la francophonie mais ce dernier a tout fait pour que cet entretien n'ait pas eu lieu. Il a fallu ainsi à la candidate rwandaise de se déplacer à Madagascar pour lui parler de son intention de briguer le poste de secrétaire générale de l'OIF. Fermons la parenthèse.

Dans son pays, le Président Paul Kagame est aussi le père-fondateur de l'Umuganda, des travaux communautaires obligatoires à réaliser le dernier samedi du mois. Le jour de l'Umuganda, tout le monde se donne à ces travaux communautaires dans le but d'apporter son édifice à la restructuration et au développement du pays. Le miracle rwandais s'est ainsi réalisé grâce en grande partie à cette autodiscipline de la population locale et au charisme du leader.  L'Umuganda  est ainsi un moyen efficace pour la reconstruction nationale. La pratique épargne au gouvernement rwandais des dépenses mensuelles évaluées à plus de 5 milliards d'ariary.

Copiée sur le modèle rwandais, la pratique est importée chez nous sous l'impulsion de la  jeune ministre de la Communication et de la Culture Lalatiana Rakotondrazafy Andriatongarivo. La philosophie est simple : chaque citoyen se met volontiers au service de la communauté. Cependant, il n'est pas obligatoire à Madagascar. « On aimerait que chacun se conscientise par lui-même sur l'utilité des travaux communautaires pratiqués une seule fois par mois et ce en dehors des jours de travail. Le tenir dans les jours de la semaine me paraît antiéconomique », répète maintes fois la ministre de la Communication devant la réticence de certains et les critiques des autres.

Le « tagnamaro » se fait chez nous tous les troisièmes samedis du mois. La cinquième édition aura lieu bientôt après le succès retentissant des quatre premières. Par ailleurs, le « tagnamaro » s'est rapidement nationalisé, voire même s'internationaliser par la participation de toutes les chancelleries malagasy à l'étranger, de telle façon à séduire toutes les sections de la population et tous les services publics ainsi que le secteur privé. Son utilité à l'égard de la reconstruction collective de la vie nationale stimulée par la mise en œuvre effective de l'IEM n'est plus à démontrer.

Les événements tragiques en 1994 ayant dévasté le Rwanda, un petit pays, étaient le résultat de l'efficacité dramatique de la reconstruction idéologique du passé par les média. Officier général de l'armée rwandaise, Paul Kagame est élu à la présidence du Rwanda par les membres du gouvernement et du Parlement le 17 avril 2000. L'ancien vice-président et ministre rwandais de la Défense est ainsi le premier Chef d'Etat tutsi depuis l'indépendance du pays, en 1962.

Par hasard

Partisan du régime disciplinaire fort, le président Paul Kagame a fait introduire dans la Constitution du Rwanda le caractère obligatoire du service communautaire qui s'y déroule tous les samedis où seuls les ambulances et les véhicules des forces de défense et de sécurité sont autorisés à circuler. Ce n'est alors par hasard que le Rwanda est devenu un modèle de développement tant plébiscité à présent malgré un passé douloureux.

Le Président Paul Kagame était attendu à Antananarivo lors du Sommet de la Francophonie en novembre 2016. Empêché, il a dû envoyer la ministre des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo, qui est l'actuelle secrétaire générale de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), pour le représenter au rendez-vous francophone. Moins de trois années plus tard, il a accepté de venir mettre les pieds à Madagascar dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale après l'élection d'un jeune à la présidence de la République malagasy.

M.R.

Midi Madagasikara0 partages

Primature : Dons pour le fokontany de Mahazoarivo

La SGG a représenté le PM.

Comme chaque année, à l’occasion de la fête de l’Indépendance, la Primature a fait des dons aux personnes âgées et aux enfants du fokontany de Mahazoarivo. Le Premier ministre Ntsay Christian a été représenté par la Secrétaire Générale du Gouvernement (SGG), Razanadrainiarison Rondro Lucette, qui a fait remarquer que « l’indépendance est une sorte de lutte permanente pour la majorité de la population face à la pauvreté ambiante ». La SGG d’expliquer que « ces dons sont un geste de réconfort et de solidarité à l’endroit des personnes âgées à qui nous devons du respect, et aux enfants qui représentent la relève ».

Donald Trump : Message de félicitations au peuple malgache

Le locataire de la Maison Blanche a adressé un message de félicitations au peuple malgache à l’occasion du 59e anniversaire de l’Indépendance du pays. Il a rappelé que l’élection présidentielle, qui s’était déroulée dans le calme en 2018, avait marqué le règne de la démocratie. Et de souligner que les gouvernements des deux pays œuvrent de concert au raffermissement de la coopération américano-malgache, notamment dans les domaines de l’économie et de la santé. Donald Trump de faire part de disposition des Etats-Unis de continuer à travailler avec Madagascar pour le développement durable en matière économique et sociale. Sans oublier la protection de l’environnement à Madagascar avec « sa faune et flore endémiques ».

Recueillis par R.O

Midi Madagasikara0 partages

Galana Ankorondrano : Voatafika tao anatin’ny fety ny fivarotan-tsolika

Manodidina ny tamin’ny valo ora alina no nitranga ny fanafihana. Roa lahy izay nandeha scooter ary nitondra basy no tompon’antoka. Nambanan’izy ireo ny fitaovam-piadiany teny aminy ny « pompiste » roa ary noterena hanome ny vola rehetra. Tsy nionona tamin’izay fa mbola norobaina koa ny mpamily ireo fiara telo izay saika haka lasantsy teo ka nilahatra. Nambanana basy dia nalaina ny vola teny amin’izy ireo. Vita izay dia niditra indray tao amin’ny trano izay sady birao no fivarotana entana ireo jiolahy. Mbola lasan’izy ireo koa ny vola teo amin’ny « caisse ». Tao anatin’ny fotoana fohy no nanatontosan’ireo olon-dratsy izany fanafihana izany. Ny olona nisomebiseby nitondra ny fianakaviany nanao harendrina ary izy ireo kosa nanararaotra nanao ny fandrobàna. Poa toa izay dia nanjavona teo amin’ilay toerana. Raha ny fanamarihana azo dia tsy nanao saron-tava ireo tompon’antoka. Toy ny fivarotan-tsolika rehetra dia azo heverina fa misy « vidéosurveillance » mipetaka eo amin’io toerana io. Mety hanampy betsaka amin’ny fahafantarana ny jiolahy izany noho izy ireo tsy nisy saron-tava. Isan’ny toerana betsaka mpiambina Ankorondrano kanefa isan’ny be mpanendaka koa. Izao indray aza dia efa tonga amin’ny fandrobàna mitam-basy ny zava-misy. Tsy atahoran’ny jiolahy mihitsy izany ny fisian’ireo mpiandraikitra fiambenana. Nidina teny an-toerana ny minisitry ny filaminam-bahoaka, ny alin’ny nitrangan’ny fanafihana, ary nanontany ny tena fandehan-javatra. Mifantoka betsaka amin’ny fanadihadiana ny olony ankehitriny.

D.R

Midi Madagasikara0 partages

Fête de l’Indépendance : Un podium d’Analakely, comme à l’époque

L’avenue de l’Indépendance retrouve les fastes d’antan avec le podium, en plein Analakely. En cinq jours, des artistes, d’hier et d’aujourd’hui, ont chanté sur la scène populaire, placée sur l’axe central de l’avenue. « Nous profitons de la terrasse d’un restaurant, tout en regardant ou écoutant nos idoles », met en évidence Zo Harison, un père de famille avec sa petite tribu venus d’Ambohidratrimo. Apparemment, ces séries de concerts gratuits ont apporté une note plus populaire à ces festivités autour de la fête nationale. Et Antananarivo a attiré les habitants des villes alentours, comme Imerintsiatosika, Mahitsy… « Nous sommes venus spécialement pour revoir le groupe Rebika, nous venons d’Antanifotsy », signale Lantoniaina Fanomezantsoa, une fan des premières heures qui n’aurait raté ce podium du lundi pour rien au monde. Ces podiums ont été conclus par un bal populaire, le 25 juin, dont les premières prestations ont démarré à 21 heures. La crème de la musique malgache a  ainsi investi la scène, avec notamment Njakatiana, dont la prestation a laissé nostalgique, d’autant que l’artiste se fait un peu discret. Sans oublier les rockers d’Iraimbilanja, ou encore Shyn, le prince du RnB malgache. Le dernier jour a donc été festif. Vers 4 heures du matin, la musique pétaradait encore, et le service de sécurité était encore très actif. Des bandes de jeunes s’endormaient, comme assouvis de musique et de liesse, adossés aux murs et devantures des magasins aux alentours. « Nous attendons les premières lueurs du jour pour rentrer », indique Tiana Raharison, un jeune venu d’Andranomena, avec sa bande. Aucun incident majeur n’a été remarqué, cependant, les ordures et les déchets laissés à Analakely mériteraient le prix Nobel de l’endroit le plus sale de la Ville des Mille.

Zo Toniaina

Midi Madagasikara0 partages

Jirama : La société d’Etat se lance dans des actions RSE

Remise de dons aux enfants de Topaza par les représentants de la Jirama.

La Jirama affiche au public une transformation. Alors que cette société avait du mal à satisfaire la moitié de la demande exprimée par ses abonnés il y a quelques années, elle mène aujourd’hui des actions de bienfaisance dans le cadre de la RSE (Responsabilité sociétale des entreprises).  En effet, les services de la Jirama s’améliorent dans les régions éloignées de la Capitale, avec l’acheminement de 46 groupes électrogènes pour mettre fin aux problèmes de délestage. « On peut dire que cette société apporte la lumière et la vie, si l’on se réfère à l’électricité et à l’eau. Aujourd’hui, à l’occasion de la fête nationale, la Jirama a procédé à une remise de dons, de jouets aux orphelins du centre Topaza (Toeram-pamonjena Zaza) à Ambohipotsy. C’étaient les directions en charge des ressources humaines (DPRH) et de la communication (DCOM) qui représentaient la société durant cette action du 25 juin. 23 enfants de moins de 13 ans ont bénéficié pour chacun de jouets diversifiés. Des jeux de société comme le scrabble ont également été attribués. Ce n’est qu’un début, car d’autres actions pour les personnes en difficulté sont déjà prévues à d’autres occasions festives », a déclaré Haja Rakotonarivo, DPRH de la Jirama. A noter que l’orphelinat Topaza existe déjà depuis 75 ans, créé à son origine par les missionnaires LMS. Ayant une capacité de 45 enfants, ce centre accueille et prend en charge actuellement 42 orphelins âgés de 18 mois à 22 ans. Selon Herizo Rasoanantenaina, directeur adjoint de Topaza, ces enfants accueillis ont été déclarés orphelins par le tribunal, suite au décès, à la condamnation ou à la mauvaise santé mentale de leurs parents. A l’orphelinat, 18 instituteurs sont chargés de les éduquer. D’après les informations, ce centre sous tutelle de la FJKM travaille en partenariat avec des personnes et des organisations de bonne volonté. Chaque enfant a donc son propre parrain.

Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Mpamaky fasana : Ny taolam-balon’ny namany ihany no nangalarin’izy ireo

Efa nandrasan’izy ireo fotsiny ny fatin’ity namany ity, hihintsana ny nofony. Rehefa tonga ny fotoana dia avy izy ireo nangady ny fasana ary naka ny taolany.

Lehilahy miisa roa no voasambotry ny pôlisy ny faran’ny herinandro lasa teo noho ny resaka halatra taolam-paty. Taolana milanja 20 kilao be izao no tra-tehaka teny amin’izy roa lahy, rehefa nosavaina ny gony nampiahiahy nentin’izy ireo. Tao amin’ny fokontany Sahalaza, ao amin’ny kaominina Mahasoa, distrikan’Ihosy moa no nitrangan’izany zavatra izany. Nentina natao famotorana avy hatrany izy ireto ary tamin’izany no nahafantaran’ireo mpitandro filaminana tranga hafa kely. Fantatra mantsy fa an’ny olom-pantatr’izy ireo ihany ireto taolam-paty nolanjalanjaina sy saika habizina. « Tamin’ny fanadihadiana no nahalalana fa tamin’ny nahafaty io namany io dia niandry faty izy ireo ary rehefa nalevina ity namany ity dia nojeren’izy ireo tsara ny toerana misy azy ao am-pasana »,  hoy ny fampitam-baovao. Niandry fotoana elaela izy ireo nony avy eo, naminavina fotsiny ny fotoana tokony hihintsanan’ny nofony ary tamy tamin’izay naka ny taolana. Moa va tsy toy ireny hoe mamboly ireny ka miandry ny fotoana hiotazana ny vokatra sisa ? « Rehefa tonga moa ny fotoana tokony hakàna ny taolan’ilay razana dia novakin’izy ireo fasana ary nalain’ireto farany ny taolam-balon’ilay namany ». Niaiky tanteraka ny heloka nataony moa izy roa lahy ireto, nandritra ny famotorana. Izany tokoa ny hoe minamana amin’ny mpamaky fasana sy mpangalatra taolam-paty ka miandry mahazo fotsiny sisa ataon-dry zalahy rehefa maty ny tena. Tsy naka nitady lavitra mihitsy …

m.L

Midi Madagasikara0 partages

Mahamasina : Les trois anciens présidents absents

La cérémonie de la célébration de la fête de l’indépendance, qui s’est tenue à Mahamasina, a été boudée par les trois anciens présidents. En effet, Didier Ratsiraka, Marc Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina n’ont pas répondu présents à cette cérémonie.  Il en est de même pour le président du Sénat Rivo Rakotovao. Or, l’année dernière, l’amiral et le fondateur de l’empire Tiko étaient présents.

Dominique R. 

Midi Madagasikara0 partages

Soirée du 25 juin 2019 : Le centre-ville a veillé toute la nuit

Antananarivo en fête. (crédit photo : Kelly)

Une soirée de 25 juin rime rarement avec une circulation fluide, à Antananarivo. Une heure avant  et après le spectacle des feux d’artifice au lac Anosy, se déplacer était quasi impossible, que ce soit à pieds ou en voiture. « Comptez environ une heure pour joindre Ampefiloha à pieds au départ d’Antsahamanitra », a révélé tout essoufflé Tiavina, qui comptait rejoindre ses amis. En effet, dès 18 heures, une vraie marée humaine s’était amassée dans les rues et ruelles d’Antaninarenina, Ampefiloha, Mahamasina, Analakely, Ambohidahy, Ampasamadinika et les autres quartiers situés à proximité du lac Anosy. Mais cela n’inquiétait ni n’agaçait plus personne puisque c’est la même rengaine chaque année. « Laisser la voiture à la maison, emprunter les itinéraires qui ne sont pas fréquentés par la majorité, et ne pas s’enfourner dans la foule » voilà les conseils de Thierry, un homme qui est venu célébrer la fête nationale en ville avec sa famille.

45 minutes de spectacle. La première étincelle du spectacle traditionnel des feux d’artifice a été aperçue dans le ciel à 19 h. Dès la première détonation, on pouvait entendre la foule hurler de joie. Certains se contentaient de crier tandis que d’autres scandaient « Alefa Barea ! » ou encore « Fety androany e ! ». Comme promis, le spectacle a duré 45 minutes pour les beaux yeux des Malgaches qui sont, pour la plupart, sortis de leurs maisons pour apprécier ces, très attendus, feux d’artifice.

Des commerçants ouverts jusqu’à minuit. Restaurants, pizzerias, snacks, bars, marchands ambulants sont restés ouverts jusqu’à une heure du matin dans les rues de la capitale. Ainsi, toutes les personnes qui étaient dehors lors de la soirée du 25 juin pouvaient se restaurer, assouvir leurs soifs et acheter tout le nécessaire facilement. Nandrianina, commerçante ambulante à Tsaralalàna nous a déclaré que « je continuerai de vendre mes produits demain », en parlant de son projet pour la journée du 26 juin.

Bref, chaque personne a passé cette nuit du 25 juin 2019 à sa manière : en couple, en mangeant, en buvant, en jouant de la musique, en famille et parfois seul pour certaines personnes qui ont perdu leurs amis dans la foule.

Anja RANDRIAMAHEFA

Midi Madagasikara0 partages

Une tragédie et des couacs

Cela aurait dû être une belle fête, mais à la fin de la journée d’hier, on avait un goût de cendre dans la bouche. La quinzaine de morts que l’on a relevée après la bousculade à Mahamasina aura effacé la belle impression laissée par la parade militaire du début d’après-midi. On peut parler de fatalité, car ce n’est pas la première fois qu’une telle tragédie se produit lors de grands événements dans ce lieu mythique, mais elle ternit de manière irrémédiable cette célébration du 59e anniversaire de  l’indépendance.

Une tragédie et des couacs

Cette première fête du 26 juin, célébrée après l’élection d’Andry Rajoelina à la présidence de la République, devait être grandiose. L’organisation des festivités a donc été particulièrement soignée. Qui plus est, il fallait le faire car il y avait un hôte de marque, en la personne du président Paul Kagamé. Mais il y eut plusieurs grains de sable dans une machine bien huilée. Cela a commencé avec les feux d’artifice qu’on annonçait exceptionnels. Les Tananariviens sont venus en masse à Anosy pour voir le spectacle. On leur avait parlé d’un bouquet final exceptionnel. Leur attente a été déçue car le bouquet n’a pas eu lieu, à cause de problèmes survenus à la dernière minute. Le lendemain, la parade militaire s’est déroulée dans un stade municipal comble. La foule a applaudi un défilé d’une très haute tenue, avec une armée bien équipée, disposant d’un matériel flambant neuf. Mais ce sont les téléspectateurs  installés devant leur petit écran qui n’ont  pas caché leur déception à l’écoute des commentaires des journalistes présents sur place. Ils ne se sont pas privés de le dire sur les réseaux sociaux. On ne peut qu’abonder dans leur sens devant le manque de préparation de ceux qui ont été chargés de décrire le déroulement du défilé. On aurait pu mettre aux côtés de ces derniers des spécialistes du service de presse des forces armées. L événement le plus grave est donc survenu en fin d’après-midi avec cette émeute qui a terni la fête. On fera la part des choses plus tard, mais on ne pourra pas passer sous silence cette tragédie et ces quelques couacs.

Patrice RABE

Midi Madagasikara0 partages

RN2: Toamasina – Brickaville : Tratran’ny zandary ireo mpamaky kaontenera sy mpanafika taksibrosy

Andian-jiolahy roa amin’ireo andian-jiolahy enina mpamaky kaontenera amin’ny lalam-pirenena faha-2, no saron’ny zandary ny 22 jona teo. Mbola tratra tamin’izy ireo ny fitaovana fanaovan’izy ireo izany, sy ireo entana avy nangalarina. Isan’izany ireo fonosana lamba tonta 06, zava-maneno samihafa, seza nohafarana avy any ampita 06, ary voanjo hahondrana any ivelany. Tovolahy samy mponina ao Brickaville avokoa izy ireo.

Isan’ny mampitaraina ireo mpamily kamiao mitondra entana miazo an’Antananarivo ny famakiana kaontenera mahazo azy ireo, izay mpitranga eo amin’ny fiakarana ao Bekalalao, sy ny lalan-dratsy ao Ambodipolomosy, satria samy mandeha mora ireo kamiao mandalo ao. Saika ireo mpamily sy ny mpanampy azy ireo hatrany no azon-doza voasoketa ho mpangalatra ka mandoa ny entana very mandritra izany. Misy izao ny fiaraha-miasa matotra amin’izy ireo sy ny zandary misahana ny fanaraha-maso ny lalam-pirenena faharoa, ka izay no niteraka izao vokatra fahatrarana ny 2 amin’ireo ekipa 6 mpanao izany izao. Tsy ny kamiao mpitondra entana ihany no lasibatra amin’izao fanafihan’ny andian-jiolahy amin’ny lalam-pirenena faharoa izao, fa ireo taksibrosy mpanao zotra Toamasina – Antananarivo, na Toamasina – Ambatondrazaka ihany koa. Ny entan’ireo mpandeha izay mazana ao anatin’ny fitoeran’ny entan’ireo taksibrosy no lasibatra amin’izany. Nisy valizy tratra avy nangalarina koa tamin’izy roa lahy saron’ny zandary ireto. Milaza ny zandary fa eo am-panarahan-dia ireo efatra mbola nitsoaka naman’izy roa lahy ireto, sy ireo andian’olona ihany koa mety mpividy ireo entana halatra ireo izy ireo izao.

Ankoatra izany dia niaiky ny zandary fa misy amin’ireo mpamily ihany no miray tsikombakomba amin’ireo jiolahy amin’ny entana entiny, ary saika izany ny tranga misy ankehitriny, satria efa nasian’ny zandary mpiambina avokoa ireo lalana mety hisian’ilay halatra, tahaka ny ao Ambodipolomosy sy ao Bekalalao fiakaran’ireo mpamaky kamiao sy taksibrosy ireo.

Malala Didier

Midi Madagasikara0 partages

Fête de l’Indépendance : Sous le signe de l’innovation

Les présidents Paul Kagame et Andry Rajoelina et leurs épouses.

Les présidents de Rwanda Paul Kagamé et de Madagascar Andry Rajoelina sont venus assister à la célébration de la fête de l’Indépendance à Mahamasina. Ils sont respectivement arrivés à 13h55 et 14h.

Pour la célébration de la fête de l’Indépendance, les gens ont été gâtés. Le podium, qui s’est tenu à l’avenue de l’Indépendance, a drainé beaucoup de monde, et ce, malgré le froid qui sévit en cette saison hivernale. Il en a été de même pour le défilé militaire à Mahamasina qui a été plein comme un œuf. Après celui-ci, place à la musique. Rossy, Jerry Marcos et Tsiakoraka, pour ne citer qu’eux, ont  tenu le devant de la scène devant une foule enthousiasmée. Que ce soit pour les feux d’artifice que pour le podium, la liesse populaire était au rendez-vous. Bref, tout était sous le signe de l’innovation. Toutefois, la cérémonie a été endeuillée par une bousculade monstre à Mahamasina (lire article par ailleurs).

Interventions. Concernant le défilé militaire, 2 862 éléments de l’armée, de la gendarmerie nationale et de la police nationale, y ont pris part. Des militaires en provenance de France, de Maurice et des Comores ont également participé. Pour donner plus d’ambiance, 17 avions et 7 hélicoptères ont survolé le ciel de Mahamasina. Des véhicules 4X4 flambants neufs étaient aussi de la partie. Sans parler de l’avion cargo de type CASA, de cinq avions légers de type CESSNA et de trois hélicoptères. Notons que l’avion cargo sera utilisé, entre autres, pour le transport des troupes et pour les interventions en cas de catastrophes naturelles.

Démonstration. Cette célébration de la fête de l’Indépendance a vu aussi la participation de l’académie militaire, notamment avec le « silent drill », ainsi que de la démonstration de taekwondo. Le tout sous le regard admiratif de l’assistance. La cérémonie d’hier a visiblement attiré les gens en manque également de festivités.  Cependant, à trop vouloir faire la fête, la journée s’est mal terminée pour certains d’entre eux.

Dominique R.  

Midi Madagasikara0 partages

Rwanda : « Un exemple à suivre »

Lors de la rencontre avec le Président rwandais Paul Kagamé, hier à Iavoloha, le Président Andry Rajoelina a notamment déclaré que « cette rencontre pose les fondations d’un partenariat fort entre Madagascar et le Rwanda dans les domaines stratégiques pour nos deux pays frères. Ce partenariat que nous sommes en train de sceller entérine une volonté réciproque de rapprochement et de collaboration. La stratégie que vous avez développée, Monsieur le Président, constitue un exemple à suivre pour tous les pays en voie de développement. La trajectoire du Rwanda est un modèle pour Madagascar et l’Afrique toute entière ».

Leadership. De son côté, le Président rwandais de reconnaître le sens de leadership du Président malgache Andry Rajoelina qu’il a qualifié de Président ambitieux. Par ailleurs, il a invité le président malgache pour une visite officielle au Rwanda. Ce serait ainsi au président malgache de se rendre au pays des mille collines.

Recueillis par Dominique R.

Midi Madagasikara0 partages

Histoire : Francis Sautron : le plus Malgache des Réunionnais

Le nationalisme malgache en général, et le syndicalisme d’Antsiranana en particulier, doit à Francis Sautron.

Né en 1925  à la Réunion, Francis Sautron débarque à Madagascar en 1944 pour accomplir son service militaire, en poste à la direction du commissariat de la marine de Diégo-Suarez. En 1946, il est démobilisé. Ensuite, il devient membre de la CGT de Diego-Suarez. Cependant, des divisions interviennent au sein du syndicat. Mais en dépit de  ce partage, Francis Sautron se consacre à la défense et à la formation syndicale de tous les travailleurs de Diégo-Suarez, quelle que soit leur origine.

Syndicaliste fervent. Le 1er mai 1950,  à l’occasion de la fête du travail, il organise un grand défilé dans la rue de Diégo-Suarez. Cette manifestation  coïncide avec celle des dockers du port de la Pointe des Galets à la Réunion.  En 1953, la grève prend de l’ampleur. Puisque l’organisation syndicale (CGT) est imbibée de nationalisme depuis les années quarante, elle participe  aux luttes nationalistes par l’intermédiaire des  ex-MDRM. Entre 1950 et 1953, des mouvements de grèves sont organisés à Madagascar, dont la moitié à Diégo-Suarez. Après la revendication politique dans les années précédentes qui a connu un échec,  Sautron et les ouvriers prennent le relais. En 1955, avec les syndicalistes, il publie un journal porte-parole des travailleurs, dont le premier numéro parait en février 1955. Les efforts des syndicalistes nationalistes sont chaleureusement félicités par les « cégétistes » de Tananarive.  « Ce journal des travailleurs est réel grâce à nos efforts, nous les travailleurs, toutes les difficultés et les problèmes seront enterrés si nous unissons nos forces ». Telle est la première phrase du journal des travailleurs. Effectivement, le but est de conscientiser l’administration coloniale  pour qu’elle applique le code du travail de 1953. Francis Sautron réunit les travailleurs  dans le syndicalisme, notamment le FISEMA. Les grèves de 1954 le rendent populaire aux yeux de la population antsiranaise. Il devient maire de la ville d’Antsiranana en 1956. Partisan de la lutte contre la colonisation, Sautron a le même objectif que Paul Dussac. Communisant, il adhère au groupe politique UPM présidé par Gisèle Rabesahala. Grâce à l’effort de ce malgacho-réunionnais, la ville de Diégo était un exemple de nationalisme,  selon le journal Imongo. La ville a montré sa détermination contre l’intimidation des colonisateurs.

Le héros de Diégo-Suarez. 11 octobre 1959, des élections municipales sont organisées à Madagascar. La participation  à ces élections constitue un grand défi pour les partis politiques qui existent à Madagascar. A Diégo Suarez, Francis Sautron pose sa candidature.  Cette fois-ci,  il porte les couleurs de l’AKFM. Non seulement il gagne les élections,  mais L’AKFM obtient 17 conseillers municipaux sur 27 sièges.L’autorité ne reconnaît pas la victoire des syndicalistes. Elle force alors les conseillers municipaux du PSD à démissionner. 17 octobre 1959, les amis du maire élu, Migui, Rabarison, et Rakotoarimanana, lancent  des tracts et contestent la  démission des membres du PSD, le parti au pouvoir. « Nous, conseillers municipaux AKFM élus le 11 octobre 1959 au nom de la population, protestons énergiquement contre la manœuvre d’obstruction systématique du parti du gouvernement ».   En effet, entre 1959 et 1960, la ville d’Antsiranana assiste à une fièvre politique sans précèdent.  Mais Sautron n’est nullement inquiété.  Il est inébranlable. « C’était un grand homme, il était très attaché à Madagascar », a affirmé l’ancien maire de Diégo-Suarez Roland Sylvain.

Maire d’Antsiranana, Francis Sautron a déjà élaboré le schéma directeur d’urbanisme de la ville, en tenant compte de la vitesse et la fluidité de la circulation. Il a, durant son règne, entrepris des travaux qui ont embelli Antsiranana, en respectant les trames du plan directeur d’urbanisme. En accédant à la tête de la commune urbaine de Diégo-Suarez en 1959, Sautron, premier maire de cette ville, s’est attelé à sa transformation, et ce, certainement pour y marquer son empreinte.

Francis Sautron a inspiré bon nombre de générations. Communisant fervent, il l’est resté jusqu’à son dernier souffle en 2003.

Iss Heridiny

Midi Madagasikara0 partages

Jeux Corporatifs d’Antananarivo : Clôture des inscriptions ce jour

Les inscriptions pour les 30e Jeux Corporatifs d’Antananarivo prendront fin, ce jour, à Mahamasina, à 14h, où se tient également la séance de travail.

Bien avant les dernières inscriptions, on peut d’ores et déjà prédire un succès de cet événement, patronné par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Tinoka Roberto, avec notamment l’implication de nombreux partenaires, dont logiquement le ministère de la Jeunesse et des Sports, la CNaPS, la Commune Urbaine d’Antananarivo, Midi Madagasikara, l’équipementier sportif Nino Design International et Vatosoa Group.

A ce plateau exceptionnel et à la participation effective du MJS, Tafita, CUA, Midi Madagasikara, Pompiers, Police Municipale et la CNaPS, s’ajoutent d’autres habitués dont Trésor, Ambatovy, Value IT, les Ateliers du Capricorne, Auximad, Adema, Promodim, Sara et Cie, Cimelta, Anciens de St Michel, Fédération Malgache de basket-ball, SEPM et Vesta Security.

C’est une certitude que cette liste va encore s’allonger car d’habitude, les sociétés n’effectuent les inscriptions qu’à la toute dernière minute. Il en va de même pour les Tamataviens du SMMC et les Antsirabéens de Socolait.

A noter que six disciplines figurent au programme, dont le football à 7, le basket-ball, le volley-ball mixte et le tennis qui se jouent en 2 fois 10 minutes. La pétanque se dispute en triplette masculine et doublette féminine, avec des parties à 11 durant les matches de poule, tandis que la belote reste avec des parties à 150.

L’arbitrage est assuré par des membres du corps arbitral des ligues d’Analamanga, tandis que le tennis sera assuré par l’ancienne championne de Madagascar Solange Rasoarivelo. La pétanque est confiée à l’ancien DTN, Jocelin Rajaonarison, tandis que la belote sera placée sous la cape de Dr Dadou.

Clément RABARY

Midi Madagasikara0 partages

Paositra Malagasy : Un nouveau bureau postal à Alasoara

C’est le nouveau bureau postal à Alasora.

Après le ministère de l’Energie et la société KRAOMA, c’est la commune rurale d’Alasora qui va utiliser le nouveau produit de la Paositra Malagasy. Il s’agit de « Paositra Money ».  Dorénavant, « tous les paiements au niveau de notre collectivité se feront via « Paositra Money », ce qui permettra d’améliorer les services publics », a déclaré le Maire de la commune d’Alasora, Ramiarinjatovo Marc Arson, lors de la sginature de convention de partenariat entre les deux parties. Dans la foulée, la Paositra Malagasy a ouvert un nouveau bureau postal dans cette circonscription, afin de vulgariser son nouveau produit qu’est le « Paositra Money ».  « Cette révolution numérique contribue au développement socio-économique de la nation », a évoqué  le ministre des Postes, de la Télécommunication et du Développement Numérique, Christian Ramarolahy, lors de cette inauguration.  Toujours dans le cadre de cet événement, le ministre de tutelle a effectué une séance de démonstration sur l’utilisation de « Paositra money ». « D’autres bureaux postaux seront prochainement inaugurés », selon le directeur général de la Paositra Malagasy, Ranarison Richard.

Navalona R.

Midi Madagasikara0 partages

OtivTanà : Inauguration d’un bâtiment flambant neuf à Maevatanàna

Le nouveau bâtiment a été inauguré le 22 juin dernier à Antanimbary.

Le réseau OtivTanà continue sa progression dans la région Betsiboka. Offrant ses services auprès de la population de ladite région, notamment dans la commune rurale d’Antanimbary depuis 2015, le réseau s’est offert un nouveau bâtiment cette année. Une initiative qui se veut être la manifestation de l’esprit d’investissement à long terme qui anime les dirigeants du réseau ; mais également une façon pour ceux-ci de réduire les dépenses en matière de loyer des locaux. Dépenses qui ont commencé depuis l’implantation de l’agence d’Antanimbary pour le cas de la région Betsiboka. L’inauguration a été organisée le 22 juin dernier dans ladite commune avec la présence de nombreuses personnalités comme Ravelomanantsoa, chef de région par intérim Betsiboka ; et d’une forte délégation du réseau comme Randrianiaina Rakotoarivao, Directeur général de l’OtivTanà, ou encore Fety Andrianoelina Rakotondrasoa, président du Conseil d’administration dudit réseau. Moderne et répondant aux besoins en matière de fournitures de service, le nouveau bâtiment a été construit sur fond-propre du réseau. Couvrant actuellement dix régions du pays, le réseau financier OtivTanà s’étend de plus en plus.

Recueillis par José Belalahy

Midi Madagasikara0 partages

WikiChallenge 2019 : Pas de grands prix internationaux pour Madagascar

Le groupe Orange a publié la liste des gagnants du WikiChallenge 2019. Il s’agit d’un concours qui permet aux élèves des écoles numériques de s’améliorer en écriture et de se familiariser avec les outils numériques, en apprenant à publier en ligne. « C’est aussi une manière de renforcer la présence de la culture et de la vie quotidienne africaine, trop absente des encyclopédies en ligne ! Avec ce concours, nous allons plus loin encore pour l’éducation des enfants démunis de nos Écoles Numériques. Avec leurs professeurs, les écoliers rassemblent leurs connaissances sur leur communauté, leur quotidien, leur environnement, et leur culture. Ils rédigent alors sur des équipements numériques, des articles encyclopédiques sur leur environnement qui, dans un second temps, seront mis en ligne sur Vikidia, encyclopédie en ligne destinée aux enfants de 8 à 13 ans », ont expliqué les initiateurs du projet. Pour la deuxième édition qui s’est tenue cette année, sept pays d’Afrique francophone ont participé. Pour Madagascar, l’article « Tambohogasy », par l’École Ste Anne Ankomakely, a été sélectionné parmi les gagnants des prix nationaux.  Pour les grands prix internationaux, c’est le Cameroun, avec l’article « Culture de la viande du chien chez les Yevol », écrit par l’Ecole Catholique Sainte Rosa Verenini ; le Mali, avec l’article « Kimparana », par l’École Fondamentale Dioundioun de Kimparana ; et le Sénégal, avec l’article « Charrettes à Mbour », écrit par l’École Cheikh Mbaba Sow, qui ont chacun reçu 5 000 euros de fournitures scolaires pour que les écoles soient mieux équipées. Pour l’école Ste Anne Ankomakely de Madagascar, le prix national  représentait 2 000 euros de fournitures scolaires (cartables, cahiers, dictionnaires, etc.) afin d’accueillir les élèves dans les meilleures conditions possibles.

Recueillis par Antsa R.

Midi Madagasikara0 partages

Toamasina : Resaka tsipoapoaka Nohafahan’ny mpitsara ilay ramatoa bevohoka nomena MD

Nampisy resa-be teo amin’ny tontolom-piarahamonina sy ny fitsatana teto Toamasina, momba ilay ramatoa bevohoka niharitra nanapoahana tsipoapoaka nataon’ny zanaka mpitsara nahiditra fonja vonjimaika ny faran’ny herinandro teo.

Natao ny alatsinainy tolakandro teo ny fitsarana ny raharaha, ka nandritra ny fitsarana dia nihaino sy nandinika tsara ny antotan-taratasy teo am-pelatanany ny mpitsara nisahana izany, ka nohafahany ilay ramatoa bevohoka nambara fa nidaroka zanaka mpitsara tamin’izao raharaha tsipoapoaka izao. “Hay mbola tena misy mpitsara mahay ny asany sy mihaino ny madinika ihany eto Toamasina, ka afaka mitsara amin’ny alalan’ny fahamarinana sy ny lalana marina”, hoy ny fianakavian’ity vehivavy bevohoka notsaraina ity. Ny alatsinainy ihany taorian’ny fikarakarana ny taratasy namoaka azy am-ponja dia nody tany an-tranony ilay ramatoa bevohoka, ka afaka nanao fetim-pirenena am-pilaminana, raha nihevitra ny hanaovana ny fitsarana ny raharaha ny taona ho avy ilay ramatoa mpitsara milaza fa voadaroka zanaka mpanapoaka tsipoapoaka an-tokotanin’olona ity.

Tsy misy rohirohy ny tohin’ny raharaha satria olana ara-piarahamonina ny zava-nisy, hoy ny fianakavian’ilay ramatoa nofonjaina vonjimaika ity, satria na teo aza ny olana dia mpiara-milalao hatrany ny zanak’izy ireo sy ilay zanaka mpitsara mpitory izao.

Malala Didier

Madagate0 partages

Orange Madagascar. 3 tickets pour vivre la CAN 2019 en Egypte

La plateforme Orange Football Club, les fans des pays Orange -dont Madagascar-, en lice dans la compétition, ont été invités à poster leur meilleur cliché de supporter afin dêtre élu “Fan Of my Country”. Pour les supporteurs plus à l'aise avec leur talent d'orateur, ils ont été invités à jouer aux commentateurs en registrant leur propre commentaire sur des extraits de buts mythiques de précédentes Coupe dAfrique des Nations (CAN) dans le cadre du prix du “Best Commentator”.

 

Les deux gagnants de ces deux jeux sont : Fety Harimanana Ralaivao (“Fan of my Country”) Zosahaza Marline Ramarosandy (“Best If Commentator”). Ils gagnent chacun un séjour dans un hôtel 4 étoiles, du 27 au 30 juin 2019, et un ticket d'entrée au match de la CAN opposant Madagascar au Burundi, le 27 juin. Ils se sont evolés au pays des pharaons le 26 juin. En marge de la CAN, Orange Esport Export Experience a mis en place un tournoi sur PES 2019.

 

Pour Madagascar, l'étape finale s'est déroulée le samedi 15 juin à l'Arena Ivandry. Le tournoi national a été mis en place en partenariat avec Massin, Viva et la Communauté Gamers Foot. Rayan Mamitiana Herilanto Ranainaivo, gagnant de ce tournoi, s'envolera pour l'Egypte le 16 juillet 2019. Il représentera Madagascar à la finale panafricaine de Orange Esport Experience, qui se déroulera les 17 et 18 juillet. Rayan gagne également un ticket pour assister à la finale de la CAN, le 19 juillet.

Les trois gagants ont reçu leurs prix des mains de Michel Degland, Directeur Général d'Orange Madagascar.

Andry Rakotonirainy